Proclamation, Toussaint Louverture

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Proclamation, Toussaint Louverture général en chef, de l'armée de Saint-Domingue, à ses concitoyens de la ville du Cap, aux militaires de sa garnison et aux cultivateurs de la Plaine
Physical Description:
1 online resource (1 sheet (i.e., 1 leaf)) : ;
Language:
French
Publisher:
Chez P. Roux, imprimeur de la Commission
Place of Publication:
Au Cap-Français
Publication Date:

Subjects

Subjects / Keywords:
1789 - 1804   ( fast )
Colonies -- Administration   ( fast )
Political science   ( fast )
History -- Haiti -- Revolution, 1791-1804   ( lcsh )
Politics and government -- Haiti -- 1791-1804   ( lcsh )
History -- France -- Revolution, 1789-1799   ( lcsh )
Politics and government -- France -- 1789-1799   ( lcsh )
Colonies -- Administration -- France   ( lcsh )
Haïti -- Révolution, 1791-1804   ( ram )
Politique et gouvernement -- Haïti -- 1791-1804   ( ram )
France -- Révolution, 1789-1799   ( ram )
Politique et gouvernement -- France -- 1789-1799   ( ram )
Colonies -- Administration -- France   ( ram )
France   ( fast )
Haiti   ( fast )
Genre:
History   ( fast )
History.   ( fast )
federal government publication   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )

Notes

Summary:
May of 1797 had seen Julien Raimond and Sonthonax, the commiassaires of Saint-Domingue, name Toussaint Louverture to the post of chief of the French army in Saint-Domingue. On August 25th, Sonthonax departed from Saint-Domingue to return to France. Toussaint here asks for order to be kept, for the planting and cultivation to continue as normal and asks his countrymen to have confidence in the government and their desire to restore order to the colony and glory to the colony.
Citation/Reference:
Sabin
General Note:
Title from PDF caption (LLMC Digital, viewed on Sept. 26, 2011)
General Note:
Place of publication and name of printer from colophon at bottom of sheet.
General Note:
Dated at foot of column 2: Fait au Cap, le 12 fructidor, l'an cinquième August 29, 1797.
General Note:
At head of caption title: printer's ornament with title "République française"; columns separated by woodcut ornaments.

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
oclc - 754672832
ocn754672832
System ID:
AA00008593:00001

Full Text













POAAO




PRO C LA M*ATIN.


TOUSSAINT


LOUVERTURE,


Geniral en chef de l'Armee de Saint-Domingue,


A ses Concitoyens de la ville du Cap, aux Militaires de sa Garnison

et aux Cultivateurs de la Plaine.


CITOYENS, FRtRES ETi AMIS,


jrT n V IT que des ennemis dn bien public, jaloux-
de la prosprit6 de la Colonie, cherchaient de nouveau
At garer le people du Cap, en lui prdsentant le depart du
commissaire Sonthonax sous un aspect different de ce
qu'il est-, je dois le prhmunir centre les insinuations per-
tides de ces malveillans pourqui le r6tablissement de Pordre
et le regne Ide a1 paix sont un supplice. Je n'entrerai pas
aujourd'hui dans le detail des drvnemens qui out amen6
1'embarquement de ce Commissaire, parce que outre qu'il
serait trop long de vous les mettre sousles yeux, il n'ap-
yartient qu'au directoire exdcutif de France et au gouver-
mement de Saint-Domingue d'en connattre; mais la suite
"vous prouvera que les intirBts de la France, le salut "de
]a Colonies rendaient ce depart n6cessaire. Quel 4tait
cependait le but des seditiekw qui n'ameutalent le
people du Cap que pour se former un parti assez
puissant pour s'y opposer ? Ils voulaient renouveler de
mos ours la scene tragique du 20 uin et les evenemeus
d6sastieux qui la suivirent; ils voulaient tout bouleverser,
*et ils Ie tcnteront encore, tant qu'ils penseront que les
citoyens da Cap seront divises entr'eux. Ah mes amis,
ii votre intirat particulier, si le bien public vous touchent,
si vous aimez encore votre patrie, hitez vous de vous
xunir d'esprit et affection, et oubliant tout ce qui a pa
-vous diviser, ne former plus entire vous qu'un people de
frres, une seule famille. Que les lois bienfaisantes qui
aous rbgissent, soient par vous respectees sous le com-
rnissaire Raimond, ce vertueux agent de la France que
mous avons le bonheur de possider parmi nous, come
itant cel qui quen est lorgane, et qui est charge de les
fire executer.
MI r, TAi T s, que jai le bohheur de commander!
que la subordination soit plus que jamais en vigueur parini
oous; rapplez-vous les conseils que je vous donnaislorsque
je fus revftr de l'autoritd qui m'est aujourd'hui confi6e-?
miettez-les en pratique, et vous ne -ctaindrez pas de vous
, garer. Redoubles d'attachement pour la France, et de
courage, s'il est possible, pour combattre ses ennemis.
Suivez-moi par-tout e~je conduirai yos pas, ce sera toujours
danslechemin de l'honneur, et nous chasserons les ainglais
des lieui que la trahison leur a livr6, et qu'ils tiennent
encoroes us le joug honteux de lesclavage. Alors 'Parmie
de St-Domingue partagera la gloire aes armies frain4-ai:'.v
a ni out vaincu en Europe tous les rois ligues Centre la
Republique; mais rappelez-vous que vous ne vaincrez que
par la sibordiination et la pratique des vertus militaires.


2S















-,
o-;^ i '


o* *
**.^yr"'

^^'l;


W(j4TF,.f.a
*,c~lr jI'1


Cu lT ri vT a rI me ) rres frres et mes amis Que Ia
reconnaissance que vous devez & la France, pour le bien-
fait inestimable ide la liberty qu'elle vous a donned vous
attache aux devoirs de votre tat. Montrez aux detracteurs
mines de cette liberty que vous en 4tes dignes quo
vous en sentez tout le prix, et que vous savez la defendre
en soutenant du fruit de ves labeurs une guerre qui nda
4t& entreprise par vos ennemis que pour vous rendre &
lesclavage. Prouvez-leur qu'un sol cultivi par des mains
libres pent aussi bien fructifier que celui qui est cultiv6
par des esclaves. Vous y parviendrez mes amis, par
Pamour de votre 4tat, par une assiduit6 constant & vos
travaux. Mais gardez-vous sur-tout de preter Poreille aux
conseils perfides des m6chans, qui, comptant sur votre
credulit tournent autour de vous pour vous pousser
an mal et vous precipiter dans Pabyme que lower perfidie
crease sous yos pas. Soyez en garde contre eui, vous
u'echapperez aux pieges qu'ils vous tendent qu'en conti-
nuant a faire refleurir par vos travaux Ia culture qu'en
restant attach & votre tat et en ne suivant que les
conseiis vertueux de ceux qui sont vos vrais amis.
C I Tr 0E xs de tout tat et de toutes couleurs qui '
habitans la ville du Cap concourez an ritablissement
de son commerce, continued avec la mrme confiance -
lui preparer par ros travaux industrieux le moment qui
doit lni rendre *on ancient dclat et sa splendeur premiere.
Tons les efl'orts que des factieux pourront aire pour alterer
la tranquillity publique seront Vains, taut qu'ils ne trou-
veront en vous que des gens qui ne soni occupts que de
leur .commerce et qui vivent fraternellement avec tous
-see individns qui habitent comme eux la mnmea ville-
Laissez-les s'agiter ces ennemis de votre bonheur, et ayez
une P!lene' conflance dans le government; il ne peut
vouloirquc la restauration de Saint-Domingue, de laquelle
depend la prosperity de la France; il ne peut done que
vous proteger et favoriser votre empressement & le seconder
dans cette entreprise. Que la confiance renaisse parmi
Vous et dissipant toutes vos craintes, ne voyez daus vos
chefs que des protecteurs et les d6fenseurs de vos droits.
Croyez que si je pus preserver la ville du Cap des mal-
heurs qui la menacerent le 3o Vent6se je saurai dans
toutes les circonstances possibles la garantir de tous les
evenemens qui pourront alterer sa tranquillity.
Fait au Cap, le a1 Fructidor, IPan cnquimre de la
PBUpublique t'.ranaise une et indivisible.
Si0i,,- TOUSSAINT LOUVERTURE.


Au Cap-Francais, chez P. ROeI ,,i-r .1ur de la Commission.-


_ __ __~_ ____~___~_


















This volume was donated to LLMC
to enrich its on-line offerings and
for purposes of long-term preservation by

University of Florida Library