Développement des causes des troubles et désastres des colonies françaises

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Développement des causes des troubles et désastres des colonies françaises présenté à la Convention nationale
Physical Description:
1 online resource (200 p.) : ;
Language:
French
Creator:
Page, P. F ( Pierre François ), 1764-1805
Brulley, Augustin Jean
France -- Convention nationale. -- Comité de marine
France -- Convention nationale. -- Comité colonial
Publisher:
s.n.
Place of Publication:
France?
Publication Date:

Subjects

Subjects / Keywords:
History -- Haiti -- Revolution, 1791-1804   ( lcsh )
History -- Haiti -- To 1791   ( lcsh )
Politics and government -- Haiti -- 1791-1804   ( lcsh )
Colonies -- Administration -- France -- America   ( lcsh )
Haïti -- 1791-1804 (Révolution)   ( ram )
Haïti -- Jusqu'à 1791   ( ram )
Politique et gouvernement -- Haïti -- 1791-1804   ( ram )
Colonies -- Administration -- France -- Amérique   ( ram )
Genre:
federal government publication   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )

Notes

Citation/Reference:
Goldsmiths'-Kress,
Citation/Reference:
Martin & Walter,
Statement of Responsibility:
par les commissaires de Saint-Domingue.
General Note:
Title from PDF caption (LLMC Digital, viewed on Sept. 2, 2011)
General Note:
"Sur la demande des comités de marine & des colonies, réunis, après en avoir donné communication aux colons résidens à Paris, & convoqués à cet effet le 11 juin 1793, l'an 2e de la République."
General Note:
Errata at end of text.
General Note:
Signed: Les commissaires de Saint-Domingue, Page, Brulley.--P. 199.

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
oclc - 65354091
ocm65354091
Classification:
lcc - HB151 .M35
System ID:
AA00008584:00001

Full Text

















This volume was donated to LLMC to enrich its on-line offerings and
for purposes of long-term preservation by

University of Florida Library




*00



v .% E L



CAUSES.,DE8 TROUBLES Eir, DBO SASTRES

DES COLONIES FR NAISES
-E -N T

A. LA CONVENTION NATIONAlail:11

PAR les Comm W airis do, salnt*DOMI'44 C4 ,
ar u, deman k, des comttc. de, M rlne
da Colon. "es reunzs apITS ell avoir
donne", commun *catibit aux Colons
dens a Paris, &.Convo
p I v 0,
te'l i tin: 174xv 11 claRepimiltm



F A I T it Jkl L I- M I N 'A I'R E S1

El I s, J C012noltre*

LE mars dernier', "a la fin. d'one fiance 10, "gue
fatigante, it fut *ndu -par la coilventioll -Utt 1^ #0 If*
dcctet relatif aux colowes. ,e secret furpro A,,







2
la- conyentl.'*011 par Nn de fes members (t) qtl'l* 10 fr4nta 6mme II c- 6-nfcquiAce d'Un rapport, vraie # *. wo
diatribe centre totts les colons devoid provoquer le d6felpoir des colons contommer leur pine
ou leor opj)reflIOn*
It T I C L E k R -E 14 t E R*
les colonies frqalfes font didatWOCO jifyiIa cc qu'd c n 4zit iti autrement fiatue-',,comme ita a ca e iat de int eanmoins
,gaerre. It fi e4jo'
k
aux gotiverneurs-generaux & autres azens mili.,.
0 d% 0 4"
fal*ra 'ainji qd4a, (Ocitrs de radmin Zratiom
I ife d..Jv concerted I pour 1011tes le's operations,, Is Wobi
We les commj ires nationaux CIVI Ir
a towes leurs reewifitims,
44 it * 4
Tous Its homes wres des colonies', gat
*11011dront Prendre' Its armes pour la d#e*nje** inta',w ,riture k extiriture des rolonies Ibnt autorifis a' fe rianir en legions ou companies branches yll 'Cront, ork unifies par-ks gotiverneurs-giniraux 0 is, dapds! les
les icommifaires nationaux civi
IOIX exiWantes atiquelles il ne, pourra, 6re Wroge*
I 11. Lefdits commijaires nationaux & goaft verneurs giniraux font autorijes it jaire provi.. trement, 'dans Its r' Itmens de police & dedifripline des ateliers tous les changemens yu'ils uLy. ,ront nicefaires au mainuen de ta paix indw,
-rieure. des colonim
IV*' Le minytre de la marine donner4 4s orders m- M 0
(1) CAMIIQVLAP#







hieefaires PoUr faire tral porter en France le rio, i I ment du Cap_,,j qu* e ra f0f; rano dans
e4,
V. Les c1toyens, f 4z om itep debortis de, Sainta Domingue par ordie d commi Ires nal,404aux
A ia
Adhaud, Santhonax,,,& PpIvd'C,.,,, Oil Iui le feraignt., ne, Ourront y retourntr fu, s 4a Ption des
troubles dans cette o4o)"4 f ullapris- C& avoir Obtenu uft, autoryation jpeczate &4 'corps kgifla** tif. Le nsiniflre de la marine les orders nice'ires A tous lts,,vorn pour te:ri-o ClItion de cette diff Poruion
V I, La cooin oijale approuvt IAJ04
nation des eompart*es nches dhom- mes libres.
us les'stdres es voinft
f.6t(te d Satnt-DOAlin A_' 0 ,
,fifires nationdux
V 114, Le miniflre de la Marike C. hargi dor4
ganifer paref*Uemeden compa *Iie ftaficlm$ teus les haturets --des colayfles AdUeLinent en F4ance confirmaMent au*A-Io&.ex; de k fiai4e
paf;r k play promptwwnf Poffible 4,1, 454int.*
lufletneat, alarm4s ,de 4a wwftt rifultits
6in pa it, ..dtcr r Its COMM*Mires de Saltit..; Domingue i'emprefslrem de, prendre les rhifures' nekefraires pour roaltraire les colonies" kt'oug las ma-Ax dorit i1execu tton do ce decret, les menawi;,. Le 6 ils prudent re- ht 'u*n,'% Petition I l a Convellow, don,& demmid4etit Itur a4tniffion Ia" barre. La rcpdnfe fut qifils reroient 'entendus, les PICOMIers le dimanche ruivantk 16 fit'erx part aa. tn* de la marine de cette U a'e rche 4 da dicret- qu! let Ammon A la barfe'; as lui; de'mand"ten t de fdi








ce qu ifs
renvo* du d ret du I ju(qt;*
'ti entendus Hs privinrent par lettres c rco]Aire* tfiUS les colons des diffirentesAntilles, de19 in-efures qu'ils avofent ptites les invitirent k, fe riunir pour fe-concerter fur le project &adreffie
fr&nter k la con-vention nattonale*Dians le nombre des, colons *nv*t *s le citoyen 'Ibilrit10-A I -_* -1 1C ne
Its autres citoyens 4e coulear furleatpoint oumiis
icu Proc's-Le 9 rafflemblie -des k-6t6ns eut I C verbal en.fut drefre atnfi q4t Ait

Ei T441'T desP;Oi e$- de rces aux archives de MM Minzaea
'co- iffr n de Saint vl l

a, L 9' mart
I t '1793 Pan deux* me de. la' r1epilLltq4q AGS, citoyot colonaxeunts fur invitation des commitraires do, Sa*n*&"*Do=ngue (apris avoirL rxn r les formalkis -lutap enters Its autor4Ws conwituces) pour difiberer fur Its d6crets emis par la convention nadonale i dans fis fiances des
6 mar relat* nt la- Ion"
ivethe tix co ies ont nomtrc* pour p#fident & ricretaire les c' itoyens, Page

tteur Wite de Ces dici6L ts & &n project de
4 &
Petition y relatif, apres mAre difibe*ration' 1, il a ae arrhi que les citovens colons fe rendroient detnais 10' du courant tux heures da nation a* )a convention national s conform6ment 'a ra-)ournel-o tihen I t fixe I par la convention fur la demanded des citoyens Page & Brulley A ]a date' du 6 dul






eourant, &,que leor p titionlreroik Itie par le c1toyen Brulley datis ces terms

LE GISILATEURS

o CEST dans le rein des reprAentans Jos fraticals, ique leurs fires &outreomer viennent epancher le tentimmt douloureux dont ils ont ete vi*vement afita6s, par le dc"cret reiatit aux Colonks renda dans la fiance du I de ce movSO
I I C 10
Tous v*&*mes de la t'volat 0 n h laquelle nous ftms conliamment attaches tous nous avons I h 't .1
eprouvd ies w4m. es, pe't*nes les m6mes, alarms, 'a la leisure de ce d6cret, it teen eft pas tin de nous qui b I en ait k ln'flant calcule les funeftes re'fulrats pour routes les colonies, en "n*ral, & pour cha" Cune d'elles- en particular,
Sainte-Luck Matie *Galante TabagoIcayimne 1) encore intakes, vont Wentk vo*r fuc,. c 'der au calme dont elles joulflent les aghitions deftrudives des'O'lles fous-le-vent.
a La Martinique, ia tyuadeloupe croiront voir ,
*fier leur oppoft 'on 1ex par cette loi )uffi ti ectl
tion des secrets tiati*onaux & perfifloront plus que jamais dans leur conduit ant'riellre,
a Qu'anta la colonies de Sa'm-Domingue, victim de fa lutte, conflante avec les agens contre-rcvoludw tionn,21res, elle touc e Vinflan' do fa ruine b a total:
Ve dicrer en fera le compIc"ment.,
Place's trop Io'n des chats que nous habitons vous ne nous voyez que dans un horizon obfctv,
A






i6)
la verIte que mi j Ivers VOUS
Me 'nte-refts d*
419 uifent avec adreffie ccbappe a v I os re ards ou, ne fe Prifente qu'envelopp& d ipats nuageso
o Ceft ai*nfi que' le citoyen rappo ; rteur trompe Jui-me*lme .)'Vous a donne' f r les colonies des Mies Wx3exes, 'm6me contradidoires
ti Ceft ainfi qu'*l a calomnio lescorps populaires les Citoyens ce baintpijomingue -, cetix,*Ik cepcn" 4ant eont jamais compof6 Vec le dApotifime leur ruine donne la julle mefure de kur attachment a'% la r "volution.
J# A I* VIL,
a Mflis nous eortetons ces tetievoins Onibles
A4 dans le dicret I
Pont inous circonicrue Mi-,ineme.
44 Varticle 1 er rem, et dans les mains du LOnVerneur Une fornme de Pouvoirs nui ea de ornes ue dans la volonte* art)itraire des commiffiares civis iou tnieux encore, les commilTaires civics exerce,,
4 ip I #
:tont dans les colonies, une Mature qui naura id'autre limited que leur audace ou la -patietice du people; & les gouverneurs Pencraux ne front que leurs inflrumens, eils *' ne font leafs COMP ices*
-VArt*clc 2, bA ltii-m4me fur des loix d6a exiftahtes 1, PreAnte cependant des difpOrItions trop
A
amb- igui poor ne pas are flukeptibles XinterprC, 9 stations funefteso
A la fonime indekerminc'e do P011VOIrs confires
0
par Particle ter, Platdcle joute encore ]a facalte' atbitraire de faire des loix r6glementaitts,'; de i hanger les Nix exiftanus, autant quIRS IC iulzeront convenable, & par conQquent I'a fac'uote, Oxercer a' I'exclufton des tnagiflrat.s (IU POU'Ple, je Polivoir legifladf.
q, S i I'atticlo + oft moins injurleuxI la 11bert'* do






(7
Citoyens, 1 nVI pas moins, actattreux pour, Staint.*1 o deportation do
o 1110-tie Puifiqu tdonne la
4"
reu'l reogimenvomi puilre encore refifter aux. t ti tics de la f'us le 6el br4lant des AntM
,guerre o I leg.
Legifbtenrs, lortyw Blanchelande voulut conform.
V, R
m r a t- 1r, C i ibn Sain Dom' .Yue la contre-r"volt't I
det)orta le second bataillon du netivieme regiment, dont secrets ont depuis lors honore le Patriomo
tiftne ht fitbordination,
tx Ugiflatears, de tfcize mille 611,19 Cents homimes-,quo vous avez fait pall-er a Saint-Domitiolle deprm un an trols mille (11fr6min6s ( i) fir trois cents fifties de- c6tes Ont lCuls, refifte' aux influences clu climat maler6 Vinaaiv *tc* dans laquelle on les Niffic languir I m algre les fioins que tear portent his
0
citoyens.; & c!eft dans ces conjondures defaftreufcs.que Im voux propofe de d6porter le f*cul regiment
FAI
Iqu P" iffe defindre Saint-Domingtic
cc Apr s avoir hitte, pendant dctv:, ans, centre
ennemls, de la revolution les p*itriotes (le Saiit'" Domingne font-ils dolic defines, a 1 tur la
ha-che des emigr6s que PAilgleterre va )etter fur fies pages ca doivent-' Is expiter fous Ic poignard des revolts
Uarticlo eft une violation de tons Ics V_ rhicipcS de h itiffice de la morale de la politique ; i PrCj 11 e I infaillibilite' des comm'Uakes, $a.ntho'nax olverel & Ailhaud.

i) L'annihilation de la force armee eft mo*ns le rffiltat des influences dq clilmat en Jui-m' i eme, que VeWet
de la diffrlbutionperfide qu"en ont fait les chefs mifitaires
*fr *res civils
c comml al







it 11 Pri#age le orime dan's les depolotis de Saillt-* D6mtn2ue* & s I H peut 4tre juftementtappliqui "a
I w I #
plufteurs, 'It envelope aufl* les vrais., atriotes, les vrais cipoyens dont Santhonax & Polverel redoulow talent les rCgArds fautategrs.
v Article 6 attentatotre aux principles de la fibcrt6 de Ngalit* confacre implicitement ou explicitement tous les attentats des Polverel des Santhonax qut*,, au ni6pris de la loi* d#1 4 avr*1 ont former' des corporations de citoyens de coulcur, exclulivement -aux citoyens blanco,
a LigWateurs, le vike de cette inftitudon ariftocratique avoit fans dou t.e ckhapp6 a* votre rapporteu r ; j fans, douteil ignor oit que cette diffifiMon de conleur devoid neceffiairemcnt rappeter des fo-aveniors qne nous demons etouffer ; Gns doute il ignoroit que Jes dikkateurs de'Saint-Domingue fe rqfervoient le droit excluff de nommer & cholfir les, officiets de
4 'Is avoient
.,ices corporations militaires comme j
0 # ,% 1 6 4 *
:nomme* & chmi; les individtis format les corpo-t
I j+ .6
T3tlOnS ftgtflatives & *udiciaireso
Varticle" un auctfrataux drolts de rhomm
du -citoyen ; 1*1 commander au minifire de la manne Xorgatiifer en com" pagnies branches tous les naturels du pays & de' les, faire patter 'a Salhit.. Domingue It mais, 16 tiflateurs, que deviant donc la charter des droits du citoyen ? Qti"entend on, par les natorels du pays? Juf4u' quel cre Momme, des colonies ek-*1 frappe** de cette loi' ).t. Vbonim6
'0 dans la colon*e, ma*s fi cn France dquis fes
0
jeunes ans, fm t 11 arrache 'a fes, fo ers







amis i la I I aulto
famffle ou do* t,- il marker
Domingue environni &eux tous
9 Ligiflamrs'lorrqueyousavezeonfacr6ceprojet. de lo* difaftreuk, vous avez cru jo fans doute, jue c0k du 4 Ityril acceptie ptomulguie m6me avant I'arrivit des commiffims civics 4% Sa*nt**, Domingue y, C*to*tt compl6tement executee v I ous avez cru que ces contr&s avoient leur sI municipa1*t4 conffitutionnelles, kurs afremblenes ad-iniftratives,
a Vaus avez cru que 1afrernblc'e colonial etolt form6e que Ies d6pat6s h la convention national etoient nomme's
Vous avez cru que les dhoyens de coulear fa*Vf0tent parties de la garde nationa'les
44 H6 bien 16giflateurs., rsen de"tout cela Wexlile a Sa*nt-Domm ue le defpotifim I" A y rC,!,gne,) & votre d6cret va confacrer fes attentats. De toutes les loix e'm*fes fur les colonies, 611c4k feule fera exekut e parce qu"elle doit.aneantir les An" t *Hcs # 0
6,eft-li ce u"attendent les', ennomis intcneui & Atrangers de la France.
tc Les Patriotes do ]a Martinique & do Ia. Guadeloupe attendowntpeut-eftre que1ques ckconfiances licureufes PoUr devoloppor lour force & terraffer
P
le defpotike, Votre dccret, kefflateurs Ctouffera; poor toujours ) ces fentimens gin&eux. Noll's
Wofons potter nos regards fur Saint Domingue, dont nous prevoyons avec douleur, Ia ddolutloa.
chai
pro MOO








Nous Concluon's
-A ce que renvoi des secrets rur les colonies, rendus dans vos dances des 5 6, du present
mols- roit rufpelmdu
10. A ce quNis foient (bumi' k 1?eiamen'd_,.Ps Comitis de mar-ine & des colonies -iiunis
'Ot A ce qtAl vous tolt Cait, par c'es deu. com a
3 1* _*
tis Un o, rapport o6neral fur les col n*e les
evenernens de- la parties franpife de Saint Do0
mingue
4t 40. Quattendu la situation criti Uic des colotlies, le rapport en fo't "fait dans le plh' : bref delai pour eftre enfuite ftatu* par la convention cc qulelle jugera convenable I*"
a !'Oo A cc quil nous f ft donne" aae de la de'non0 A*O
citation que nous tanons des commiffialres Polverel, & Santhonax, pour fait de Finexecution" des loix votamment de celle du 4 am & pour letirs -a6tos arbitraires leurs attentats a* 12 liberte I a la pro-Prie'te" %fes citoyens.
Francais comme vous I i ateuts, fes colons
'font, v6s f reres comme vous As ont des -droits Comme volls ils les r6clament. eeft avec vous
Ts vulent en uter. Viclimes infortuntes des atrocities contre-revolutionnatres, il n'en eft pas on de nou' qui n'ait "a clearer la perte dun parent,
tin mi ; bea nt k regrett'er la. deftruclion
6ntiere de leur fortune. It nous refte encore notre existence & notre' attache'ment pour vous nous venons vous offrir Nn & Nutre vouis Ztess j tiftes nous ne ferns pas rMuits "a la cruelly n6ceffit'* de nous en repentirl.







,o Le prifent proces-verbal dreffe 1 clos & arrtti en rh Otel &Orleans rue neuve, Saint -"Marc i au bureau de la com- miffi.on de Saint-Dow*tnguel les jour, mols & an que deffus & Ont Its, colons pr6ens, figne on double original dont IUn d'eux fera depo e.. pour fecours, aux archives'die ladite tommilliono
it Signe# aux originaux

it a Verneuil Devin, de la Marrinique-; 'Baille )?Une de Saint-Domingue Ruffe, de, la Martitu'que S!, Lion -, de la Guadeloupe s' Couftdis .0
Montre'al, de Saint-Domingue ; Gaillaud, deSaIntDomingue '- Uger, de Saint-Dominguej, Bugot de Cayenne -, Damiel Dagommier f1s, de la G- uadeloupe ; Villeg.ign, de la Marunique ; Ppmme, de Cayenne Lignien de, zmint DoYmingle Petou de- '&int Dd m intrude ; 'B r u di e'u dh Pot t att, Prince J. Favre Mix, de Saintominve Fournier, de Saint-Dominguel; Ger
VAIS I d' Siont-Dbiningue ; t..oneval ier de'ja Mar,'-7 unique; o int- anc. bir,' de la Guadeloup'"
R' b* BI hen
os d' 0 r I a' rd" a *" '' ff 4
Thoune" eptite extr o i'n ire. de Sainte- Lucte*
la-F *Aelle Hugues 1, a''- Saint-Domingue, Be'llet,
^ 6.11 4
de .,)aint-Domingue, -Brull Coln n it" de
Saint DOmirgue Ilui6t' rune de "la,
inique; Martin co Oti 'de Saiat inve Petit" Perhampeaux de Saint,** DOM1091le ; No'detic Colas 'Ancien k" Saint Domingue &
)uV.i
zotaire 4' 1a GmWelmi''6.6 'H'nore Aw Guerl 'e, Saint-Domingu ; Locad-oll, ca Ane de R&Oaux; Gerenj* dc'porte le I A bflobre Beauctray dc







6 Matudique Audibert Iiaoitant de Saint-*
OMIn4' Aft'dain, &porti de la Mattinique Latholfon du eul-de4ac 'du Port,. au Prince k Sa*nt Dom*inouef

F A G E romm'?faire de SaintoDomingue
prifidento
LEG RAND arde des
J fetrita
archives de la commffizon de SaintV 4.
Domingue I fecre'talreo
Pout eppie conform A original Npofl aux archittes
it 'a COMMirlon.
LEGaAmDfecritaireogarde des arcluve.s.

jlcs' Ourieuts ditnarches inutiles ce ne fut
I ut e i I-. qu les coloios' furent adm i*s 'a la barte t I& convention nationile* Le citoyen Brulley Tun-- des commi4ralkes Je Saint-Domingue Fhar 6 ge
de porter la parole, y pronoqa le ditcours con Venuo it fut ecoute avec attentw#n ; 'les pChItionft usdres -obtinrent les honneurs de la-Vance-,-&-leur fii#vant leur demanded
itidwn fut renvo'yee I i aux
COMItes de marine & des colonies reunIss pant le d6pa
-7 les Commifflaires 1, 'Cral rt
accret I malgri its mAres pti(es I prefenterent
une feconde p tiuonl te.ndante %a obtenir la tutpen4w fion de Yenvol dU. dicret v jufqu$aII report des comitis -auxquels kur premserepeution avoit etc renvpyij.
Cute' Otition converted tn motion fut accuelUe. Le' 19 1, la f4enfion de rtnvoi du d4cret du 6







wt ordonndes, tnaigr6 len Cmurches qutavoit faitesV% 0 1
d's le'17, le ckoyen xalmond qui avoit paru k la barre k la. tefte des hommm -.e COulcur % pour e 1 1*1 ne robti'm
demander Venvot* de ice tredme d tcret pas,,& tat reavoy p i e om
6 ardevant It comk' col al
Le n es'colom f1patAlres re reunirent avec
les' tcommffeires de Sai t -Dbmi*'ngue, dans les deux
0 # *4 It #
Comites US demande'rent an avant tout les p6thionnalres 4-u 174, I quo I& i6itoyen Raimond fulrent app-eles pour entamtr la d*fcuffion fur le dicret du 5 loirement avoc ieux.
contradR
Cette" pro otttton fut trouvit jufle. En conre*. quence 16'citoyen Raknond & fes co-fignttakes f4re"t *nyihe"S de fe rea&C aux COM'0ris AS S'y rendirent ew e&t mah ce ne, fat qu'apres.diverfes em es, que I& Mcufflon', fat engage aux comh& 0'
reunis le -&6,: Procis-verbal en fut dreffi -par Jes commi aires do, SaintwDomingue ainft qtAl fut*-t
T,9 .4,170 des regiflre$ de la ro 'etz ae
Saltit-o Domingue*
Se"'ance du :z6 mars 1793,
a L F, s comm*ffiakes fe ront enfuite tranfportes. ziu 1'eu du rt dez-vous. *nd*qu6 pour fe reunt'r avec' -tous les colons des Antiffles & plufieurs, homes de couleur la t6te de*fquels ekok I*
atoyen, Raymond-P Lorfqu!i s ont eu pris fiance le President des deux comites de Mar'ne & des colo'n*es r*un*ts a expok le mot*f de la de*liw be'radon demanded* la le6lure du secret du de cc mois.; apres Cqtte le6ture tin des commi-O






14
S ingue a, ant'' b Ilk*
4,0rok
donne' le6lure -des.. conclu7ns de t* d iti, & a dit quo intention des "titionnattes, .nfton' de Vot ,d
qu*i'ont,,4emandi 14, Ien
cret du 5 de ce Mois: I eft, 41e,, dikuter contradic-" wirealtnt avec les, 01ons.,,c- 4et1twMalr6du t7- Oes inconventens breve qu 11
Ctolt eflendel #vAnt, tout- le e 'Mlt d6I "rat fur la quOlion do' kvoir,), ?il ne', fierOlt. pas necel-4Aire -, que,-, Ntat a4utI, des, :(:Aonics Alt connu fou! oger Ii le Jccrct- en quettioni: t prodlt'iire
n qu onl tri atte
cette obfmatm-,, le, Citoyen
Camboulas mem re-,'au comite Colorm a dik qtAl --itoit erfentiel, dt faire p4rdr Ie-- decret Cans de'lai I Pour, le hi., des colon ks ; jt At'hfi la dilution" de-4'
Volt 6trebuVret'te articlepar.a;dkle' -:7 qt gtt 4
A,
fi ron connomt -ce qui ie pa I
SaInt-Do tninaue en ponvoit 4onner des now,
volleys, par tine le"trei 114'ottrem t -qtt de Bordeaux.
'101 a de -I'Vite donne, Wtut de "Cette lettre'I qUI fans donner aucun detail de la. fituation de ]a partle dt% Nord ann-a"n"olt iqu'il -y avoit eu Aes troubles dim mais que s m-;*
volt&, avoient Cte ttus series, a
L leifture
de cette let tre ayant "oecaflonne quel-que tumeur
jeurt ci ycns I ainu qu un ties, Co M;mlflaires de,
Saint-oDorninaue -bnt, 16ferve qu on ne devoid
11)otter 4 au
s en c u n e. lettre par tkufi re qu!on
pou rroit en lire qat dounerotent des *1 indInS confolans., Alors'le citoyen Camboulas,,,,s ett 0- 0 1 let-tre mais,
crie qui It *1 retirok fa, qt on devoX
s en rapporteur aux authorities conflim&s. On lui






TZpolndw q4I u!exlftoit k Saint, Domingue TIt
affemblee tolowait., ni*,.,aMmbIC'cs adminiftratives 01
Joe- teriv- a peine mees.,
( Its. Mu-nicipalite's Cto* for
icompleites & I it
qte l n'ex*fto, d!autre auto
con dans -cette fles que, &S,, ,dkIateurs-,,
fous.,Je titre de commifflaires-civiis*
Apr Sqtiot un-,des, cornmwAre.s cc zdink-Do..*
tongue,, ; de'Mande 4 ele C"fix"t I4 manicure
PPW ive
di)nt., !a dircuffion devoid S'etabfir I avro on.difc6tit' &abord verbalemew i pout Preparer.au
d6veloppement qui pourroit Chre donne it
A
de, part,, --,(I autre qutv ior S dcrits re Pedifit
if ffit enfuite itabli U.oe'l fecoiiae. d ifcu4fion verbal
A 1 '0
d apr s laquolle le coxrik4_'O.ronotwerott. Le citoyen
ymoO ayan't, 4,tman4i -.6btinu 14
Ra 'd' Ja Parole
reprifenti .q de" cre't d d
ne, re r ox, que
Sai ni-Dotpjpgo otrqulaiul moins. maletirc--parpit
del Ce ret Inlavoit trait -ou a Ce te C onie ; qu-n
dernandbir t4ue' es. co ons, de in t D
1 4
reu, is, irepondiffen t 'a ce- qui concernpit cetre-lle,
*que ies olc' o s, d s Ves dul C'nt
point, part h ].a - difcofl*ion'*," eurs colons- do a
Ma"rtipique & des autres Ab s d Ob erVerept
que le d6cret etbir 6 o7-m,"Mun a routes Ite
-C I ., 1! 1 11 ;a ''
e o- b 4p ,yfe, ar-un
-tt krvatton- fut- des.- mew,
'pu p .1
res, OU Corni e Ine qui
t, 0, do Mii eonvertit, b kno4w
tion 'PUervation tte par e.tcommmaire de $;j
Dotwngue,,,. re ativement, la wo e lat td,
14
demanda qtt lit, a e a "a pat
kn cit tnfta nt ICS -'cinq z, j'n"
oi tg du *nInIftre
do la Marine,, font introdoit; dans COMMO
an member obfervo quIt' tit AntId! dw fixer le





16
raole Ae 121 da r Uffil 0 n & flatacr
w pour qu de Pai e Commencer
4
Tient 01 V Ir
qw dans ce mor, le 'ne pouv t a 0* He
q- e le general s de, la, renuMique
attend n 7s attaire.5 font plus qwe cefles fles, oa
Oi une fe,,-Iion ekonque# p.-ir maxctaer fon
ttonnement- de, cc- qt on avoit voulu' exclu're'de la dircuffion Aes' 'co lonq de- telle Ott telle colf,)**
& 1.
TOO
.4dit qtt Us tatiotent cau U d,
non.-fealement- thactin doux 4) mais meme tout, ct.*
tcpu,, blilqttie -devoit atte M-i-sloyea'de, la a don.,
ner, au comme I micres 1qu il dco fire' acquerit
dans c'ette''impmwite attatm
06 -r mem
_Aptes 'qu, i r. i bre do cow*t ant
i e'l en, ppny
do- d*ficu r & dl* ctirie A-entr rig la pr -0
de )uftifier le d6crttda 1 ': 11 a dic quIt "'toit pre C 01 r des pf"
fiiit 4e- Fenvoyer quit *t *t,. f6ndi -fij in
t
par c oge,
V es -de iuftice fint
A* Santbonax ii a exhatte le patri'dti6e dom il
it donne" 4 es pre, ove v, fob
vo S I(Tialvees avan
P;M' Pouries colorlte$#
Un des cowmmair s4Ae-bamt- onvngtieA obl fetve" Iots qAI n'&6it nWlement 1.0 'Oer
la onduite- de Santh*ax-, cbmwe particular -- mats, comme, iCon it a civil..) qjIC C,&Oit d'a, &s ces'
P
ades qu'il avol"t denonce & que, le- s dinon,
ne apOyielis qne u prleuves
Officielles rame I nant cnfiuire la ft io I n, -a fm vral point 11 a -pde le.- president di faire flatuer par le VOU11te for, fa rropofition qui avdit, it comertic en motion
Alors le CROlVen, Camboulas Aft C crk'qteII ctoit- micule de, prolong, er 14 diCcuflion fin






17
decreti'Ot P111fOll en &oir- ainfi f2ilott dlt; cuter la rancle queftio, de favoir eil ho*
9 C. tt im
portant pour la Franc' d'avo*r de"s colonies
0
fi I elle 'POUVOIt Y, laifler exifter la fe tv 'it u d c' Cette pbrafe I dic t 6 e par l'impatience, a cxcit6 une rume 'u&ale da Ic c
ur oc ns Orfllt6' on s eff
que ce it pas I'* fiflant d'a *giter cette qucf
tion ; -alors le citoyen Caniboula' a'dit quIl red"m roit fa proposition ;, qu'll. ne I"avoit fait que
-qi Il ne- faflo"'t, pa- -- *_ -, pour- prouver I s reffiont6tau prin.
cipe parce que IN PRINCIPIUM C ILAT VERBUM,,
Enfin apres que1ques olikrv'ations de di
) iveri
members le comr c a arr&e clue Paj ournement pour la difcuffion telle clu'elle avolt CW_ P1.0po to firoit fix'. au lendamAin, fopt heures du fbir''i
Alors les commiffmires fe font retires avec lei colons de routes les Antilles & fb font ajOumes'. pour domain 27I all. ISOM & hclfrel Ordinaire do, lears dances. )y

Signe'au regifire, PAGE & BRULLEYO,

wo-copie, conformewiregriflr e fign L E c R A ND

Le 27,; cette cutcuffionfut continticeoinfi Ocle miffate le proce"s-verbal ci apr's

E x.T iz.At T des regiflres de la comfizOiAm

.56ance dul '2;7 mar 1793La"'commiflion re'unie* on don"fie Witre







-Vttbaux des 2,,s & z6 du cour4 -A
Proces -tit i ils ont
appronves & CS*
Les tominiffittres fe tradportent h Ia fiance de Ia. Ponvrntion & peffent le furplus de leur fiance lufquau moment de fe rendre aa C *t
tmine en conference fqr Ia di(cuffion qut devok contintier fo i r "a kpt heures' I
rendent enfuite au fieu des fiances ordinairgs do
40 # 1 0 IN
Comite ae marine, iey font reunis 4vec ICS COM.-t
alres (x cAa- ns'des Antilles') & qucIgues hem-mes de coule'ur de Saint Domi*ng.ue, k Ia t6te citoyen Raym d ayant tous
-defquels itolk le on,
etc* ItItrodutts I le iDori i, iappele queconfor v inimpnt 4 Iarr6te de la'velffle, Ia, dikudion -devoi avoir lieu c for le 4 cret du- do. cc
mois ont're 10S Petut4nnaires d. U 15 ceux
17*
o U n Membro, a obferve quo ce ix am demandolent le rapport du d6cret devoient, Ia pre-e!-, iniers, expofer les motifs de leur doniande.
py* 0
Alors, uui des commillatres de SAnt Dome
0
ayant m e Ia parole il
mingue de and' repre-!fent6 qu I ekoit atentiel de faire pri6reder, Ia dif
Cufrlon Xun cxpof6 fideIe de Ia fit U,'ation affiiello des coignks, &,en Particulier dv celle de Sainc Domingue, Le Pitoyen Cambolasadeinand4h, parole 'pour une motion Xordre il a expofic' que les detaus, que le nr6oplnant propofioit de dontacir tntr;'jneroi*imt daw dtsJt)pgaeurs *ncaIcu1ab1es qui, icartero*leri; !a difcuffion parce qu a Saint-Domw
0 1
111ingue f4rotout. Ia cvfe des trouj4es C'mit beauea coup lus compauee quen Fr;nce qu ici
0 Ale*
ne connoinon quq 4p;x Ooln c4







Pa r ks *f1o
luttain It centre It e arl .crates cohtre. # 0 1 Its d 'mocrates, rivolutio
revoluti on' wres & e.
i que Jant les coldniet ati contraire o a, trouvolt P luteuxs parties Wen* diffirens qu. on y rencontroit des ittocraltescontre revo utionnaires, dei inde"Pendam &'des democrAtes re'volution-A namm; que par t le di'tafl des manceu-s
vres de ces divers parties feroir trop long de qu il dc'mandoit 'qu'on difcuth de futte le d6cret article par article.
Mn &s commUralres de Saint-Domingue A:, demand h f pliquer k !a motion d"ordrt.11 a
expof6 quon ne pourrait fitvoir ri le dicret qu'atl
0
va dikuter I- pourroit itre convenable aux COICP4
0
nies fI Pon navoic des renfeignemens certaingi' ,fur leur situation ; & qu'avant d' envoyer une nouvelle loi I it fallout einformer- 7 es anciennes y avoient eti exe'iuties I & 1"offet qu!tfles avoient t ft
proautt#
))I Sur cette brervation te citoyen RaymPad a, repondu qu'll, itolk impoffible, Xavoir une con-o noiffiance exade. de la- fituatioii a4luelle des cl lo4
qu ) au fur-his fi le com't 1# 1_1
tes P1 I e vouloit prenura
h ce f6jet dc's renfeiztlemens 1-1 Pouvoit fe faire q1'reprifenter les pkces'o probantes que Mm. les colons de Saint- Domingue difoient. avoir; quoon pourroit Its rappyocher des kuresde Santhonax'
Pollverel,' & juger*fur le tout des affairs do ]a colonic: -de Saint- Domingu es
o Alors un des colons de ]a Martinique A demandan6 )a parole il a reprifent4 que la liltua* tion des 'Iles du Vint, 6tant Afolument different de Celle de 54int-,Domj*n8UO *11 fe Pourroit quo
B







d4cret, do I y Gt pett a4le fous Xvi;
U et 4
Ivers rapportt I re r Olt Iquer POUV
no pas interrompre fa idircutriom
Cer obfer
Cto vatton fo rtement appuyie "par
Un commia'aire de ri'le'do Cayone, ii'lavant point itc. cotn6ttue -le prifid- nt a I demand6 au cowite comment ?ouvritoit ja dirutriono
Apris quelves"deNits un del's commidaires ,ae SaintaDorningue 1 4 dit-qullnedemandoit qteune "demio"heure pour faire reipofe rapide. -qultt -_avolt propoR fors le cotniti avant unatumemm acqu*le b. cette dem;nde H entri in mat"ere#
It a commence paf I' 16 fuccin& des effects,
-de ta revolution. A Sitnt-'rmiegue ; i*1 a retrace'
P :1 *- *#
Ja co'nduite quy ont tenu Its commi'Mires, civics Jes gine"raux & tous les'a de I "au W # a I gens f tOrl I IL
ae rincohirence- des secrets, rendus Mi.*
k cette lColonte a 60- la'fource des Monies perfides des a0e ant%--r6volutionnaires
A It
ennn ae tous les amateurs qda 6prouves, Saint-* Dominguele
Piflant enfuite -la dircuffiton du d6cret du S apris le4lure & premier article le -com,m-Mire a commence par observer que 1"on ne. pouvoit pas dMarer h colowe en Ctat de guerre que ron "t Wen faire cette C ion pour
pouvol I d Marad
toile ou telle v*lle lorfqu'elle feroit attaquie ou Menace par les ennemis du dehors,,* e
les tnefu res qi on prend- dang tet itat ne pouvoient ?itondre fur trois tent ficues de- c.6te J. & pat confiquent, pol toute-la colonel., I*1 a faik enow fuite remarquerque fa, teneur mame indiquow
*to* la convention national
won ou 4 it que







avril Y etom-ex'Cutie Ilt
',a quecependa
06 ne' 44ito'It fjok,- le-prouver. Alors
vant pas. a pas s mmi i cu
la march de co fakes'
vils, Polverel il, a donne" -Iedurt doi
lctrs'diverfes-: ProclamationS v,_& autres aaes Ptimo blics qw, prouvent qu tm avoient: toulouts execution d te loiI malgre*, qu elle Mt r6hiet Ptincipall tTio n da.n s la .'colon k Com -it
ff f tre a prouvi encore q 0 1 e
de Polverel & Sanihohgx la, loi du a-,,vr*l
avoit A6, franche *ent acceptede -tes
le s" parties de la colonit out raftemblid
WAVOO ru rex&U40
icoloniale, it meme anticipe r
6.11011 de Cette -lot ,111 rifervee auk, COMMUTaires civil en- ad6ptam dan' fon' fein on 7-ardon.4* nant quIl ffitidmis dans totisles'CIUPS, populaires des c ito %S, de- couleur avec voix Confultative fiuletaent i *u qu% lInfiant oh le compl6metit do, rexicution de la"40i Ito -donnerolt voix %Aell-W.,
A
native que, cet a6ke ab(blument Onfoime X
principles qui av6*tent-A*Ak la loi & les autres a4tiesdo I'AmMee imomaiepon-1moing enentItIs
-public, av Oit incrite a Ce tti afTemblie d o remerctemens de la part aes commmaires natfo t
N, II eri'a, 't t dans la
nauxw-civi c e tait, ieL .1
lure pro
declamation 'qui vrdonne aPe, Paffietiibl Ife, vlon*ah ferla diffoute* rein iacio par une ornmiffionin,;*
COM00fie del fix do- As-, members 41"S, au fcrutin & de"fix clhoyew, & Coukur I q e, Iim comminaires-civiis ont eti*vtmimet nomjt6s,
Le Commiflaire, de Sainv*Dom* keti tir
ingue a fAit
combien cette, corporation ctott oplpoQe k, rv pritla W* # vp#6kn la, nomj"'n,,*t*on "des, membi






qui ?h .-COMPOent Ainrl que, Its autres tloim-ln'atjonj, 100 les, cominittaires te tont reierves k. toutesles
aces.de judicature ae unance itoient contratwo !ieprife,
its lux PrIncipes XunIgouvernetnent ntatit.,
111-2 fair reinarquer que c etolit confondre tou s Its pouvoiq er ]a dittinffion des coulturst
quou voutott abrager, & par confiquen't s op*,,
pofer"'Aireaement 'a effect de la u 4 wit
At crs M*nMonso.
qui, to dolt a fare, difOrol re I I
t:1, un des tnembres du' cow'O cet, itiflan' 4, ttc
& 4 a I
interpele le. coMmifralre tic Saifit-Dowingue Pour lui demander fi retabritTement je' cette corporation avott Cte dOClarie provifoire par lescommiffialres,
c 1 *1 ou difin
4> Ivi S., i ive,
La r0onfe au 'cot,6 m 'ifi aire,,, 4 cette interpellao
tion a etc la IeOuri de Particle dela proclaim
tion ,qut, ,porte- que les affiinblees primaries fe
retinitont pour, d6cidpr elt Weft, pas n4ceffiaire furlioir a ]a forinat*iondel'afl'eniblee,,,colon*iale,
la, notninafiowdes,, d6putis a la convention natio^
Vale & de fuite ll a fait Wlurc de la ptoclamation Jes m6mti cominwalre parlaquelleHAO ndewles ,;feqibIies deS'1comrnunes,;cP+iI* adc'montrique
-eif It$ formation d", affe S'
avoit eu ni mbi C'e coloo,
# A 4 1 fi les 0 # Palitis
plate a0minittratives que MUMCI
.Ctoient incoinp ettes, dans plufteurs tndroits- do, hi
Colonic$ notamment au Cap; qu'enfin, ft.on.
# 4 *s k la convention
pointnomme deAOute i 1 11 1
doit rattribuer qeaux difenfes
rationale, on' ne
At- em er, continues dans les', proclamations.
'des commiffaires civil.
,'Rapprochant enft ite cette conrAutte ce. t etat
46 ch6fes ivec rarticle premier du dicret du






0 Vlw
e oatnt-ijotningtie a Wr re
le comm"ll ke d I nti*r
Com I 6tre dangereux deconfier une
Men A Pourroit
I 'e., allfr 41 t' -que celle'accord fomme &antork 1 4 e t :Ild c 6
cette Idt MIX commiflatres civics ii a fait Obo gral, Afolumesit four"WS aux river que e itene r6, I
'i ns dec 49 1. 4 d" 0 1 11 1* S I M6-m 0 ui r1o es commmaires I n avolt
i luo 0
Ponvoir qu t etoit divola par la 10*1 quand It de' eft do guerre,* q ue
pays qu it',comman on etat
It pouvolr des- Ulls des all ne pouvoit 4tre
i r6, par les wagiflrats- du people, puifiqull tey extftot*,r"n ,*t-'afre-hiblc'e 6toniale n* afr6ble e admi-V
& que paf adm'lniflrateurs civics on ne
Pruvoit enteh dre que les officers &adminlftra *_, tion -nohitnC*s par-le Pouvoir exicutif, Pou r* rigir
-les finances,
Le commi'flaire a conc.a 1 4 cc q e Particle' fat' lotaltmetit 11 'formej,'6thmepouvant etre infiniment,
-mifible a I toUtes les Colonies & en Pardic'ller It' Saint-'Domingue,
Le citoyen Raimond ayant demanded 'a parole pour r vondre au commiUraire de Saint Dom, *n-*
a, Of
-gue a comme=6 'par I'apologie des commi .alres CIAIsTolverel & Santhonaxlio 1*1 a afrureque SlIs Wavoient pas permits aux afletWees primaries
eunir pour nomm
fe r' er, fes'magiftrits wis
TO tentans du ieuple kl'affemblie coloni4le,.&.
0 T 6
k, la convention natton4le',- eeft Olls. redoutment le re de paregle's' 'aflemblles, attendu U101'"
giiement des blancs pour admettre Its hommesde'
'Ouleuk: aux dr6 its qui- leu'r 6tol"ent d6volus, & letir Intention qui I fans''do'Ute" itoit de Its en 610igner lonjours, fl- -a ajout6 q t cet cioignement, ttoit
ro4vc par lies troubles qui, ont' ,ea lieu au Cap &






46 do
Ul Iluffifient. fieinietnent les tnows. Jes comtntu oil
Ores civtis etiewpecha union. d s rablees
Mattes*-il tn.4 Conclu que. llnexicutton de, I
Iroi 4u avr*l te dev'61"t pas to aux
C 4 krent6tem nt des eblon'
'fommilatres tvOsIf Mal$ P e 11
blAncs. I e voulant P42S ro,#) entrell
tenq*ent touji.ours des dillin6lions de coue'u'r; quip
h priopionant Ilavoit Prouve lut tw'm -,Me, to
teprochant aux commi frairts &avoir nbmtnt ux
nim u dAq I n Irm'*
es de couie r, S a c9lmmr,4 on I tP
-dtilre#
Le ommilAire do"' S int, omingue a em e
lk varole I.F6 tablt*r un fut; il a" observe au co, e con 0 Mal*que or ev' tre la
.# d p,ulqtw fa*fant p rt la
stoq des citovms, e c a te, de
Ommiftow intqm6diaire 'ce #!P* tolt pas Parce
't at ho s de couleur 'in0 e ais h c ufe d
-Tilligaliti de leur no'M1*0ation qui, aurolt dfi etre
blies ai res &'point tout Par
PfIr du
(I V vt
v Is 7 1 Pt Lt furv)
choi.x des' Commi-wtres lCl t. us, ;I
tl re, M, me le Prep inant de
lotentlo s howines mats fe6letnent
:0 $ 4e,
Ifur con,44ite Par d es*, faits thentiques#
41or's un des mem ros, da voolite, a fa*t 040"
firver au citoye RaIM084, qu'll e k0it 2tt3ehe A 4w
la iuffification 4es coinmulaires oviis ;nals
# 0 1 $11. 4 I* cti, d4 14'
it point tepq rdu'k--rejpt, avoit
fatt!ple p.reviiit,;6 dicreto
Le citvyeTn o 4 di, qull txe c rovciit 6
:06 A" ireXinfiffer beaucoup- fur, cet a'r WO-j paF;e t on et
it qu oq b' toyto
icro 1".
YO :1
f ai0o 1, Ctolent dicta
i*k a les. tpolotlies ep
Jqt ugre qlq on PU e Its, p; f#ver de






es e, I '*'Alleml qui les menace., les con** Cl*l-elrl 4, 'la France..
le c'*toycn Camboulas a Interrompu le owle-ft
Raimond pour expliquo les -motlK do Cette dicta* d 3110" Wile
ration &4mt do guerre i it -entror dans
ldilfculrion 4endue', lorI4,1'un member. du 'cotniti ,;t demand par motion: &&&-e, qu'ancun' dei menlk* brqs As deulvco- mitis. rants ne prk la cgfl
CUIDO tinammem
n ) e q I a eti ado te do fulte'part eft
Alors un de .OmmiTia-tres de Sm*nt-momingua
Uyant deman& la patol dre an
VVOUr i4pon x Cito ent
Raimond & Camboulas,'l Werval U 11 itoit polible
A
qu'll eut des motifs pour dectarerlacolonle on itat de guerre-o.. mais que ce n'itoft point Ih le ?ojnt de la, d*iicoltion qu it itolt fum frend I d exa"
Varticl Ot
mmer 4 dcret potivol't convenir aux
;oloni notam ment 4 qlle de Saint-Domingue
eil Pouvolt Y- itre ex&utt gans le vrai f6tis oh
14 convention ravoitrendu I alopta, tott qt e la'
convention ait jq* n4cefraire d e" 4 'clare I
lontes en etat de, twerre. for A
un rapport vrai
r'*tat aps, Chofis Irit A prls Cot'g, 4 *c
f'%'On fur' tin expofi t lridiqu6'du., ra
Pe I Vel Pporteur
tromp6 w4amg n n -eft pas
,,,e moins vrat qqe
la--co'nvention a cul-att &iiabl e
otion i r &,'d cottw
.fe.rver "a Saint"DOMInsue les:for'es du gdnver cement re'-Oublicain Jont la' bafe effientieue eft qu'une portion dtautioriti, qll lleconqu'e do*t &m divolue aux magift'rats reore 6wans d Ple
librmep4t Olus al ewe a
car ors 4ue, I 6ceffita
'de 4C'clarer un pay$ on C"tat de -guerre foice d' temettre tons lespbuvoirs h celui furla' th du nel
Ofe la d6fenfe la slAr t d Ce mys t n"en






?.6
to-VIS MOMS W211 Rile, ltor*tz Con-fi e aux ma gittrats & aux repr6fentatis du Petiple 4) ne fait
'Ur ainh ire. qu i & que ces fonftiton"* !
paired's publics: fec n nt ton out les, Op6rations
general,;,. font les Moderateurs de'fa co n-duite & font Pt' h ndre
lur force, mor -ale CItS a repre
Sans tome'leur ple'nitude, les pouvovs qui Itu'r ont te conn's dtj moment ou UNIt de--g Uerte Celle.
_ji eft pal, a I n I' 4 Sainv-Do it n$ .1exifte point d* fremble e de reprifentans du peu e
0
Vn n y a point, formeXaffiemblees adminiftratives. ezucoup de m-unicipalit6s ne -'ront point clues Pulieurs font incomplettes- leurs potivoirs font prefwa que puts j: d e*svlors', en do'clarant la'-col' we en etat
mett n bfolu It'
de guerre, to re a t le Ouvoir a entre s
ills des Commillalres I is"I & do giniral le Icitoyons n*auronrancune part, dans I'adm I in ara tion
car enfin par adminiftratetit, quon lit
.dA'ns'l'article.dti.ldeeret, chaoun 6s, -embres pri- revst &- la conventionentiere, doute voula
46figner des afre bl *e ad' *nh xattv s non pas es I finances comme ccnx qIII
adminMratcurs, de,;f
existent a s' h s, c Wks, Ces'idminiffrateurs ont
.d e -I o 1. 1: 1 I ., .01, ,
Ii, Oan 0 if le
tte, notorn6i, en FfanceVat voir exec, ti
ene es lCommi aliresovi s ont nomm
fE ete es,
1,ie tnOftie acute. portion d antojdte n'vft confiee laux defligaZis du PUPIC I-i le, gouvernement repr6so fentatif ou re-pufmicain Wexifte do'nc p oint h Saint",
in e e i vAnt pro
om* -il Rdom frende'l, a'
Cmer Packution Xaijcnn decretj &&a i r ce
:,genre de' gouvernement4 varce que les' Frangais A outreoomervvplent Cqe tepumicams cornme, aux ,4 'EurOPO*,







tn' Cet lnftantll, Pluflen embres dii
exprim'rent, hautempt Pjhrip eifion que Jeur: avoit.,
Le, commiffa Uta quo
fitte. e' obrervations* I Ire A10
eeft envatn,_,qa1o,,nchqrchoit., i, perfu-ader- qsN yi
re I ees 'Prim
v a t do, danger ;h 'un r les affienibl atres qWelles avoient eu'' lieu d'ans.rombre &paroifrcs do: h. Co6te notamment dans -les trois prin ctpa
j s Afle le Cap le Tort -,ati Pr*n e & Cayes; auon y avoit totwe des raunicipant sconformetnent 'a, laJol e les,, blancs,
4- avril qP,
ne eitootent pas tefuri a accorder aux homes de Coultur les droits qui Iwr eptofient deVOIUS ql il exittoit dans chacun' Xeltes des,,offi'6krstnuntcipaux homes de couleur* que lei affiembl' SAans kfquelles HS Owe eke ilfls ,It ton. t panes fans., trpublos
to
qu it, n y on autoit p4s cu advantage ces-,me,"mes
6 SP 10 # *
affen Wes primates sletoient teunies, pou,.r,,,- former des a-ffembIC'es a0miniffratives, colonialss. 4cenfiti, Pour nommer dies: 0s. -a' la conv'ention-.nati040
nale; jue c6toit dol Z,_ U tort qubn alkguo -pour. ;cule Vinexckution, do Ja I oi, le danger' s dC*I,& .14rdnes ft les citoyens. Ae'toutes IC.OUIeurs. s'6_tolelic r6units Pour proceaer, a cos ,,op&atxons, lmt)irtou e COM"
ar le d' ct du + avri, qu k-s ement exigies'p, I eqn,
#7 11
iffiair6s Hs atirwent AU' y fa"
CIVI ire proc6der aOica'
de priteiter des cr4intes-Aim6ntrees fauffes, lefaits qteenfin au lieu d'eluder le plus eitentiaaeg
A
&voirs ils auroient du eta6lt*r,.le-s formes du gou** government repr6entatif ou: r6publicain con C-* ment aux intentions des, 169iflateurs de IaVrapce,-&.
A
des colons eux-metnes qu en un mot foumisA 14,
I # I I v A I
101) comme tout Citoyen doit Utre. dans, unerepw. blique),les comMIMIre$,C*V0* waurolent,,Ps qu
lot






2,
v lobftituer kor' volont6 arbimalrt* "eftion Vex *cu don d la- 61onte nationate. Le comMillaire a, fint par faire remarquer que, fes Obrervations acqueteroient un, plos grand de'velopple-, merit, par Its fulkes de Ia' d*fc' ma-ISqu, oit avoir Prouvi Que lepretnter article : de ce dicret
a f A I A
que, Ile secret en enter ou tout autre $ devoit etre pricide' de Yitabliffieme'nt des formes d u gouver-nement reprifentatif 0", i6publicaln qui n exifte point a aamt-Domin ue! Pat 4ffet de la condu*-t arbitraire.des commlfluirts Civilso
Ces obrerv a uons retterent fans' r6ponfe de, 1A part du ciroyon Ratmond' le vttoyenCamboulas
fordt du, comffti *
Al' le dent,,annon;a Ique la on ",
M yrift difcidi
I fur le fecoM a tide du
Aloit eouvar I" r veretil-,
'Un, des colons,- conuniffiaire de .1a Martinique demand la parole, & lut des obfervatioustreso", j.udicieufes -fiir -1 *nconi6knsdu premier atticN du d6cret pour les Iles du Wint
Apris, Cette beanie n des comm*11aket de Saint-Doming'ue fit. celle. du fecon d article du &cret ', du 5 de cc MOIS I'. il obfer va aue I intention I de- 114 convention avoit ete fans doute d iviter qu aucune txPrelflon ambigue pume ta-tre renaltre & perp&uet 01 ons on
les troubles, dans les olmes; que les expreffi les, Mots -hemines fibre-s no- preRentotent -, en Etirope qu'unfems.genera quideflgnoittouteefp*ecedin4l', tlividus *1 mals q4I ntn C#toit p4s de inime dant ', Its colonies, & que par homes ripres on nert,* tendoit paler que des homes de 4coulear yie intention de la co.vtntion ayan t 46t4 fans dou te d.? avtztnnrifer toas Its ftlonsl -s armer k re- form. ex






19
en cornfltatlons pour, la difenk do fe!r pwss it ,tolt entire tie, fub ituer 'a* ces. mots Ommes 'I 0 ir
."WAr
'es ceiai ce cit6yeno,
Le commi'lfaire a encore obfcrv4, f6 te. Mame, .article qtau fieu- de ces mots loix exiflanttsj *11
t
faudrolt f6flituer loix, nationals, a tendu U I ti exifte effedivement k ce fiq-tt I aucunes 101!1c pour It$ colonies mats fetilement uti d*cret dix tnois de *uin t 791 qui autorife les aflemble'e's colo** n, & faire xecuter proviioirement
iales "a adopter
toutes les 10*1 -nationales qui pourront convenir
4 la colonie,
Le citoyen Raimond a demand la parole pour
ripondre ;t ces obfervations il a fait % remarquer que levot Ide vtoyien no povVO*t P29,COnVenir, e re mars
attend I'ar-ticte 4 du d'c t du 79c
par la definition quR donne Ide la q9alifica.. tion de choyen I exdueroit de cet corporations beaucotip, d1ndividus propres k y fervor.
Plufieurs members, 1*11ft ue 1' Jes comtn'-- ii'wrcs de Saint-Domingue 1 ont oblervi 1110 la-quafiti de cit6tyen aaif itant abroge"e les diflinffiions de rartick 4du- d'cret -tite, Petoient auffi; q 'ainr;, le inot citoyen n e pr6entoit -aucune ambiVitt*
Un.desocommiffaircs de Cayenne a observe qu orx'Pouvoit employer ces mots citoyens de.1, routes rouleurs ; 'ce qui evitoit Afolurnent toute, efp ce qde double fens il a ajont qu'il itoit bien c'fentiel de -slexplicluer clairement k cet igard, parce qu!O ti rendroit un bien mauvais fetvice k fon Yqs J #fi par des expref gues I on portion atteinte
rions ambi **
46
it runton qui* y r gnc entre Its hotumes dek touleu.1:1 les blanks.








Pa, e't rOMICIM&
On 15 Ante it' ]a IAUrle dd t ,
-1equel uw des comtn*(ra*rcs de S t"
tt tl ft 1, ain
f e impolitiquo
;Wnguez oo erv' combine 11 WOO
dangereux de relicher les liens, de lahbordiia
vation dans les ateliers AOU dy faire apporter quel.* ques changemens par une, autor e ngere,,, nL
fk-ce que provilotremefit qu'aucun ia gre W tolt ttat d'apprever ce que eitoit, qnc,, provifoire,
A
& que,. interpretation qu'*l donher-oit 'a ces chatio. ..,gemens, de- la part des tomtwtTwres:,'nationaux,-" a6truitoit Afolument & fans detour rordte z, la fubordination ans, Idquels *1 ne (it letter Xateliers. dans les colonies; que les modifications a fairi dans cette patties devoient 6tr fpckialel* snent attributes aux afremblees coloniales qAlles, avojent plus d1ntc'Ot & de lumleres qtio quit quo ce foit pour flatter fur ces modfficatiotwauffit
lhcureufcs que neceffaires.
La reponfe, du citoyen Raimond t ces, ohferva.* tions fut que I par Jes expreflions & PartIcle 3, der
*1 davoit pas entendu autor"
cc decree ., j iter- jes
commi a faire -IC ires c*v*ls h des tglemens pour I la
-police intirieure des ateliers, Jans lesl- temps des,
4
travaux rn;ais kulement'.bors ce temps, Pour It. maintain de la ,tranquilliti gencrai Un des comwiffaire de Saint-Dorningue i ripow. du que, Wayantpoint, concoura a" la ie dacli n dela loi il ne peut comme le citoy en Aaz*mond
interpreter intention des 16giflateurs; mais qui eft oblige' de eentenir k a lettre.
Alors on grand Inombre des tnetnbres du coinite fe font Revis centre robtervation du ckoyen at-* snond Xune voix unanitne. ont exp=6 leur








kta*res & la
pinion pou r ne les collons propri i affembl6es coloniales fuftt nt fpkialernent charg, 6s de cet objet iniporrant do Vadminiftratiou Inti:ricure,
On a ,paff6' a la league du qnarri me article
un de's cominiffaires de $aijit-Dotiaingue a fait observer co bion Iff 0 impolitique & d6fafw
, n-i oit
treux pour la colonies de Saint -o- Doiningue de d6porter dans le moment ou' on a le plui P 0
befoin de e rtgiment qui 6to't 16 plus en
forces I'
etat de fupporter les int.empe'ries du dirnat & les fitigucs de ht guerre -com'me *11 Favoit PrOUV6 depuis Vinflant, de la re'volte; *1 a rapproche' cette ,*Porta *on, do getle ( u second bavaillon du neuvieme regiment faite par Blancholande poor ]a
A
=me caufe., & Cam dowe da'ns Ips, times vues; il a rep'rc"feni6 que la convention, avoit depuis, rendu une iaftko eklavnte h Ia bonne condnite & au patriotiffac do pe bataillon d6porr il a fait remarquer que la totality' du regiment du Cap n etoit pas plus, coupable ue cc bataillon du neu" vi6mv regiment ; que vingt-hommes de cc premier regiment, qn!on difoit r6ftadaire 'a ]a loi., avoient re e e, e cport 's que I a d po
C'demment 't' d" e c rotation on
tU479 du surplus de ce corps 6to't une privation fenfible, une veritable calanlite' pour St-Domingue d'ans Vetat de guerre inteffine & ext6rieurp o' il re troupe que ne pouvant ignorer quo & trel*ze m-441c cinq cetirs hom' mcs I envoys, do France depuis, ton at trois mille, difRmine,S for deux cents lietic's de cokes, itoient les feuls exiflans : le cernmifflaire civil $anthqnax a avoit p4 Aws des vues, ah-niv







'Ile d*' ibuer ainfi les moyens de 7m e fle n fe d cotte colonic,
A ces obrerv- nations, le citoyen Raymond a reponda
# 0 It I
que'lerectimewdu Cap iies'&oitpa toulours aticaasdans le fens de la rvol
Coup Pres monte e ution
quil, -, soctoit 0 m6me Pertnis des Mouvemens an6*. revolutionnaires lors de Petnbarqtiement de fes chcfs; qu'il 6toit' fans doute coupable qulpaia furplos, 2*1 oft 'tonnant qu'on fe plaiene de la -& 0 1
cf %" portion
de ce rezitnent pu*fqu'if a trouble' lordre public & qu'il forme a peme quite cents homes cffeclive,
Un des c-ommittaires de Saint Dommortie a ticinande k r pondrt au ciotoyen Ra mand & a (lit que eil. jugeoit uambefort Touzard, 6c antre'
.P 4;9
chiefs du regiment da-Cap &apr s 6 picks pro O.-V &
suites centre eux par les comminaires de Saint-.
0 1 16 0
Domingue ii airoit quIls font iii1fininic'nt coupables-, niais qAI eft forc' d'apr's le secret rendu 'a Icut fujet de dire qu"ils f6nt in-nocens ; qu'au furplus on devote toujours diffinguer le raiment Wavec 1* s chefs, quant k Vopinion qu'enfiti
quatre cents hornets dimx cents homnies cent homes m6me lorfqu'*ts 6toient acclimate's 43z forms au oenre ide guerre qui f'e fait "a SaintDorningue 6toient infiniment precieux pour cette colonies
Un citoyen do Port-au-Prince ayant demand 0 40
la parole a dit, que cet article du decret qui. ordontioit la deportation du regiment du Ca.? i 11 etott qu une approbation pr6maturce do la conduit de Santhonax, parce que le, r6ginient C'toit, deja &Portt: &T arrive' h Bel-file que bientok il k pre'






fenteroit pout explorer fa condaite & dtinandet
qu on ne 4evoit par conf4quesit rien pri-i lugler fur cette Awe*
Le citoyen' Ralmood a pt a1ors; qu, i
ligno., it a -','Uument Yarrivie de Ce rigitnent on
*1 a dtne *hterpelk tin d O s tnetnbres dit co=6 de marine, qui Ntoit atiffit de celutd dofC f
C*'nhale, epoqwe Je la pr6en-*
pour qu'il atteffit qa'k
station au de*cret da dans ce derwer comit6l o n
A
igiftordit lade" ortat*on d ap*
J, : p, i u regiment du
t membre interpelIV a r6pondu que lai Jigno** A:rott mais qu'il reeardoit comme tres-effentiel dw faire confiater I'arrIeve'e de ce regiment en Francef avant-Aue la convention adopted, tUfinitivementI'article du- secret qui le concern
a Alors, plufleuts members dwcomite" Its, colons & fur-tout les 'COMMIliaires de Saint DbminLyue',&" ont wanifeN Jeur opinion pour la1uppreffion, ewv tiere do ce-t article du d6cret,
(c'Le citoyen, Raimond Iu' dale a dit q il devoi Otre, fuppritni I fi le regiment 411 Cap cotolt-effedi-O -, vetnent arrive" en France,*
Un des commigaires de' ain Dom*ngue a116
t.* I it
faire la le&ure du fInquieriie article du secret, lorfo" quo le pr6fident a'' 6bferv6 qu'il eto-I"t pr6s do mi"twit.0nn des me bres du om
Ators M C Ite I ayant
obfeM qulls de'v oient fe, rt-U-n*r le lendemain pour'.
? PO
des aiffaires'tres-importantes I a, dern ande queja wite 4e la difcuffionffit envoy* Ur
cc all 4e n-demain
6 A 0
ce qui a, e'te, arrete par le cornite ; & les, comtnif flakes, & les co'lons fe font tetir4s on s'ajournant aq, joarl, lieu & hiure inaiquess
C






34
commmairesj de au I urs
Iku Ae le
f6ances s'ajournent "a demain, 18 au Itku & hcute, acc-btitulln-6s&
Signey-au r gotre VAG t
Four C01, afirlze au fe9VIrt
ign, v re.-garde: des arc ives.
pere importance
Aa- Aet'n* dont
farent occupes ia convejIltiOn & -I C' comit p6cherent que ta'ditctifi on commeticee ite tut o tinuee I i de i I ') qu qu ma ne convocatiOn
lu 13 0
I 1 0 4 m
du Comitt de marine ffit We, raritatixco m filre$-de Saint-Domingue, qu'auxI-awrIcs,-eoIom, de fe rendre 'a la fiance; pour ;,reprendre la futhe do ]a dIftufflon.j. ictit, lit fuc elfive'ment ledit Ou umans ainfl,"1+11 're
V 13 es 15,
roc sc -verbaux dont lu'lk la wn cur;R,

P,.4' IT de's S de, la comi ;06n de
'Saint-Dorm*qoue idu I I Mal 179 0 an deuxihns;
di ta Ripublique Trtzhco ye.

Le citoyen PAIrE S -etl rendu A fept" hpuri-s de relevee au comike' demarffiej confortniment h Vinvitait I e Orefident de
tion qui lui a.&C faite pfL 1, -Ce COMI el
lip 6
T-3 I I C ite le c1toyen oil r ptlnf e" I a, letter e lu avok #cr* page, le 10 du Courant, Le cit0yen, Brulley e'tant rr* 0
Abknt (It deux jouts Yaour anatres unportantes
Uil k
p des colonies 1, eeft cum
te c OMit6 r# celu#, de
'n C e e e en prifenceAe, &
mari e & la fian'e a 't # overt que1ques icuoyens blancs de's difirentes Atiti, 'es







enc r6ore en p fe 'cc duatoyen Raitilond & d6l' Ti 4
'de, ouleur do
ques, autres citoyell n
,tge avolk dafis fa leate du to, demanded' la prc
nee$ pour ditcuter _contradi&oirement avec eux le
-6cr r du i ma'rs, dwit vs, rec t PCX& tio pour foarnir le's, renfeignemens neceftaires, ati rap. port Ontral a taire lur les coloiiies. Malgre I'abfenc'e, rnotnentanee du citovM Brulley, cettediniarche
tr faite au nom de la commilrion''fiden' a obt' -v
Le pre t erve que la Jifcu,ffion do
Xabo'rd porter fur" le de"cret du' 5 mars I Olt encore qu!1*1 feroit bon de revenir fui lis qo I atre prernier s ar tiles &WCUteS "-dans les- f6ances ,Awl%6 & 17 mars. parce- que, n'etl ayant pas, tenu, notei Jes *niprelfions rescues 4,r6ette lepoque pou:voiea.t_,eV;; e ffa C C e s. lla, a cet effet, accor'de la, p role, .211 citoyen Page I qut, precifant les d veloppemensl don'hes: -dans les f6antes -de's 26 rnars, a; dit qulf eto*t abt* rde -a perfide de tnettre les blo en 'tat-de zuerre, Patcalue lint6rieardes, caM" pages qbl tie feroictit pas, iniotnac ces iie -pour-*roient, comforter un tel etat faiis danger pout les atteliers qui 4ans tin; temps ou les agitateurg tin faitoient une fip-cculation I dd'organifatrice'j no ponvoitant 6tre garantis de la iedudion- & -'Otite-* nus dam rordre quo par' une furvoillance touj*oursa6tive ;,-qti'il falloit en conf-quellce, que-Aels--w-A Ions, placc"s fous.,la-favellance im lediate des- atia
f
torl te s poptilaires ne puffent 6tre arbittairenient itraches a leUrs foyers par les, orders dun -gou"vernement stranger 'a la colotile* points, i un, p'"
It a dit'que tous les crim ctra-4he
A 1 0
Ae, no. Potivant 6tre attiqu "s en m psi
C






36
ruflifoit dt, lal"Mr au gouver'kwu fgeuerai- con)oinecle e 'ft* u es de I colonic
tomeutav Sautori..vls ton it e a
I& facultil tnettre on .,Ctat- guerre teue ou ttlfe- autrv 'portion Xune colonic, -qwe menaceroit
11, x, dit, que U. tnefure Confactee par ce pre,, Mier arewle ,. ne tendolt qu'k-,patalifer les corp Pulal res -Ir Fancien regime a d*
ro rie owM re I y I* fe
qu rdre don aux C iffai s c is deC S ojnciets, de
once I tvr av c Its gouvertie 'r lis 114dt iwftvation civile I A*Ctolt VIUD notiveatt tege Midw kAa convention nationile, par lek rapporw teur oft 1, UR orer que CC$ admi_qOt av 21 19-n
Mffratj6us,,,-,Io*n Xhre- des corps conflituis par le Peuple, Mfontjau contraire, qu$un compofiAes agens. du po uvoir ex6cutif chlarg-'s do radinitu"W tration des) finances & de la marine.
11 a dinni-tivement fait OWerver que cefte re daaion cdle de que ques autres i Wes- de-ce
,dc'ctet,,,,C"tol'td'aut.atitlU! viciede, ue celui qui, Pavoit faite que celut qui ravoit Pr6leuntee p"conw U0,90itnt, ou devoient connottre, I Organifation da puNque a s la fie"ance
gouvernement des coloni-es,; d n'
2. ars le ctt yen Raimond I zeo "a Saint. Dotwongue s'en 4tioit avoue I'auteur ; puifiquieenfin, le. d1toyen Camboula-S qui avoit Val Sainv-Do=* j & qtti difoit parfaitatnent- 'con,*,
nottre les en etoit le ra Porteur,
Aucune des o'bledions fitites par le chosen Page
6 #
Centre ce. prem ier article Wavoit pu convaincre; le ci toyen Rahnond I qa*t croyoit toulours voir Santhonax Polveret.;I ray4tus de 'cette: toute
puniance eoccupattt idors fru-4lueufemtnt du







37 rapportolt
,.bonheu i & Satn't *'Domingue car tout 4 ces deux indwidus, comme il, rapportolt
' 'tou't a', Saint-DominIgUe. lie VoVO t aucun in*I-CO V 'n u agitation %.
e' ent dans la ne'ir' d,' s corP, popu' :*
#
de x "tabia
-at e$*,: t rt 9SVtaMe
11,,trouvolt tout Ila
.Maiors, dans les d1l"ets quarters des colonies.
C &nt il a e't6icouvenu x u. quo le 40.*
epen
rentes e -chaque T colonte pourront-hre
,mifes' ucceffivementl en, -tat de guerre ru'l
4), que Its. circonflances Iye igeront & felon Ce pour Ies* places de eft 'refcrk n rance',
0, guerre ., par la lol doo, 9 0 obfirvant quej
pour obvier Parbitraire de rautorki M111taire.1 0 leg autorites civiles, devront 6tre AV41at tout- & Svorgannees to plut6t poffible auquell cffet',* 41
f 0 *A* 6 Ot
era expreffitnent.enjoint aux cotntnuutres-1cavas, le "colonies ripo"
qut fe trouvoront dans s
0 & ?'cret 'a' anir de 4
w de, laikepoonT -C interview ire
executer pon&uellm-,at la lo'i, du 4avr*l aiaft -que celle du z 3 a0fit. 1, telatwe 'a '1a nor"Mation le C01031. 1
des, dep t' es- k 'envoyer par s Its A, 12
convention nationalel
Vatilcle 11, na, pas, paru fan's danger an civa toy-en, Page; it Y'a coi6attu'.quant au printioe
-.quant, k ht red: ffi "'h*
ac'F toute allocation Vn compagnia fira nAet, danger, t1fle, fur lans- un mys, ou --Santhonax ISO .0 1 it J4
-vq!t, ,qpiique..catte", denomination un, corps
Utocrad I "n de
ique compo e e, certain or io.
0 1 1 % 11 : P 1
la'f6cie e,; ai'exclafioti d to te, aut r u.. en Otet
par fa proclamation dd t6 decembre', *1 a,,-crde
tHez It decrtt du mars fol i
4-







4es-compa nies tr"Anches 'A"hommes Ou'lear
9
:..'exclufivemmt, aux hornmes blatim
v du danger -,dans, rcdai:llon
ommvs, lil-res form t form "st en
frauches car .cette 'denommation dlbbtnme lib es, Colome&
s r.e.s ay at, t Pu &D'.
a,, un e accept i I Ow-ftlatve
A., ind*cadve. des homes dc c res,.
''le, -le AvcHlans
-11twes cm potjR)le,--.:qT S 111 qut
-interpt4 ii C, 01v les", s n e41" U des lududi
-urattent e- Colles-Ci -ons- funefles, an
eC Ite,
la lot hit J1
fiquence, it a deniau Cllle
manterm-rpelle ille A t I -'e t% r e" wte rpl t,C t:(x;-"dans Cv du er gulate6V
f4c'e x4 *t, J
YS
tjn, pay, les -ag putmiquell
a ens, ae ia
-M t lut ituent, impunt.4m
-W M, el kur
fit b ft
pro)e t6- V ent
-tS7 otit,
jete convonu iQ-.:;o,,Que, s,-*l Cit jUp
Cale- Or
d fet tata liltel"leulM
Ionic$ I Its authorities civites: le;- Coll Certerout ax ec
ts Q- e Cette, force
autpr t milit-alreso
u a mice. tera- orgamlele eii' conilpagnie bata kli)ldes comme-en 16 d ol ntaires national "'b 6:
France* 0, Qac tous "I les mimes adn
t I 'du
;o, dans jes AMem Wes pritnaire s, 'Japres ia bi
av 11 Ar les i6nes, gens- CS, deAuinzt:--ifis 'l
o quj auront le "dro't do, t lr Age h, tin. ps.
front I a ibl s de OMpofe Cette torce
41
b
to citoyen aae, a vie oppe I Coti I
antorite Connee par rttkk I'll attx
ultaus 46





;q
tommiffAikes civi"Is., If a'-, fitippofie** -Zanihowax
Polverel diatrges de'ce'-fte I brnm.e-- de ponvoirsY
ra*fon dans cettc.liypoth' ire- it aparcoura
Pe de 'lears attentats,., it' ics a py "( nt"
tivec vCrtte', ,'toIIJCuo,S hors de, la lot. touiours, eno"
I.Ouas Xhommes de c'd16u de 0 a h S reunis
P_ COMP4211 ies & Corporations aviles militaries,
ont *da or nitant a eme, roc.1411
k_ a r6 e-s 44" '1,'
7
de Sai.o'-Donungue.
Ra*fonnant dans -une -hypofladc contraire
I e P-1 S S mails
fqpp f rette, autodt acce dan
pures,, ita demontra quejes.ji ie s qIAe diageo*
rojent,'iicceffi C ti n s
irein nt es proven *o g4ri-des 's i It
tii de, la, Fran C CLj 'Ile qpnt pas
AIMS cc re to
en .,
fans da, n gen, '6nsun em q
PaP, d04 11 Pquel les it e', s.
la okiete fo n t f iffe ables. a pr6finte ces" corn rniffaires,,-agiffint O!rTara leg
par.,anilopfie c nt,
bo m m noroins &,,i fr Sj)_,aCS:, C
4 ier 01 OWN auX
bommes.,_,po ice gr
At Nurope ..,,
owwwaires,, nton.rero Supp4nt qaesles c' S'10 jent
do,-, colons .:il les a-,Pr fent6s, eirconvenus -.Parde s,,
'paffi 11 ns : ou des, int-6rits particufier .,, qt -its ft r.*
virdie Gns sen douier*.
GCMildat de ]a d radationde.1homme efc1awi,
I' I Fa confidere de 17061. de la, philofop, i1e; 5111'a
cru que dans le moment pr6fent, la 11"berte 111i ., 11 1 ,
;. Ili. "I fent i la n6cAtd
roi un prdlent fianefte
j t fl de le
ice pi-epa-ter a la lib par d6s loik
bienfaifan t' e s; *0 m' a *is' 1I a qu I wix f u S 016ns
o u a e u t s ri p r c'fe n t L n s librement 6105 r
tient cefte t1die -hon6rAk qu IIIS TlemOtiebut avec
gen6rofite poor prouver ) a atte, e a gran
fomme de n-tanumiflions- onne s, malgre, les ta"







(40)
traves LYOUVertlement, U1 mettoib U11 graO
Pra a ces a6es do blenfal anco*
It d*t I on$ Ul 0, feA
011au C61 fe s U a Jeur re '0
patientt cotte,
tans Sp tche- parteczke --Fa xva
mention nattonale nq,, '-eut ditriter -rifelavage dt
mm -is erique Pres avoir reconnu
tho dat 'rAm
fes droits_ en &ropa parce que, la Convention me Peut Voter ix jibert6,4t refdav dam tne
Vque tans indemnffier celtil qui I'a acheti &apre$
01 cue AC
pvc feifsit 4 fair 4, 1'efc1ave
U1_ ni'vaturaliftroit aux
m4webn Prifent funefte,,,-qi
colovies, touteS les horreurs, de tACque urenbn la, Co invention ne peut pas Rawer rut la 00 P!Oprle n peup e qute paste efenti
Pr le fait agents tti6me de la republiqueo",
n A a', foutett
lo ..,vto e Raitinon u vetto portion
e C OrW -que cette faculty po.
dul, dicr t. 11 a Uvolt
etre dangereuk dans Aos m," gins des, co'mmiffiares
autalnt, Vt tott accorcee a aes to neferoit q Ile fe'
al intent* n6mtops "Ira *.- to # C'eft Ce u"on .n.e. &
voit pas- prduf m, _11 a tout prefe&6 Saame
thonax & Polverel Comme-aes"' fkWCS,4 qt1iiiV-Je fervirotent 'de ,,c-e ,,,,,pmv*jr quo Pour, le b-onheur
la to'clet"
Gep!n nt I a ac. tonvenu a que cat a tio, fer6it, rejeti oar li f1";n- prialable & qu H
A ffis *, jue, tot
rolt secrete -9
6ro" t Ritudis
autortte-s ov es n con dle$ ,s occu"
de ram fort des efdaves
pe on, elioration.
mes iqoe lot ea4 4 t iet pat h, voter, 0

article IV Chon un Outta hit AU., -t gtment







du Cap & eeft lous ce rapport a etd
confidireo
"Le cihdy n Raymon & a Prifente cc rietnent cotntne un ourri da pr -ye aes cou w
corps penetrel
ti e.fon opinion fur e. refus, fait par.plufivars homnits de ce corps de printer ferment t- k la, loi -du 4 O11,10 if Ila motive** la r6pugnanc e que le xegitnent, I lut-Mame avoit apporti k la reception
"hom: e d 'c I I,IL r,
de, m e ou edr pour omcic
tnotivell ce que depuisjpn -temps n & phignoit de fon, inclvlfr e -'de fon infubordination*
citoyen Pat! dit qWil koh loin de con
fondre ce r6giment-avec. fes officers, dont rwivifnie-,
etoit pas voque. 11 z rendu' 2ho m 'ma e k
courage., au devouernent 1 4 ]a ftibordinition ete ce, regiment eil eeiht',Va "t effelit e 4
bien com f roit eft6 dan t a t qti, i I
PP.-C I au, gereUx
P,
a ete uti It -1 *1 -' punque res officiors t6nt cell 6tro oer, de le inettie en opporition, 4v ec citoyens patrioteso
A dit q e ce r6gi'ent eav
ll U Olt jamalobelffancLi a la lo* 4U +: '' a, Wit, que ft c- 1 i ufolda's' & C, reg7iqfe t ref
avoient aff ob i I a,
cctte 01 Ce 0' elt6i, 'trds blinzatz 4
gut it rIq f P
tort n ctoit pas ceim clu_,r' ment; re _S avolt qtielqu'e coi liable It fall ,punir M fjl
fall "t UIT 1 tie
01, j rofpeaer un regiment toujours d clogess
oir 6 principle, a'4'm nir6 q, i ie
Apr s v 6tabli
le rappel de ce riglinen', _tlent -in n' grand fvflKaie V I
de Morganifation- 11 g,, dit, jue ei "' 'l
Blanchelande avoit autrefois' diparti p4t4 ment les f6ldats renommd par leur clvlfm-e,, t' du,,djeuxictnp bataillon u neu-,*






(42)
dot S tfiada
vieme r6giment d1dant r e# 11 a, i1que atM tax- & NIverel marcherit d"apres les er*io
remens & quilots ont 'des wivi-a-utli cri M1ne11e$,.,,, fi elles ne, f6nt pas les memes. Otte fi Blandie lande, vouloit fai*re' halcowre-rev
olverel veutent peWt, e- tre his en core qWils vCU'1 1"Angleterre,
Wnt Ott liver ces contrees a 1,4
tm es d vaulter fl, IAngkt6rre ne pouvan es
conferver *t q I I t &M croi a i ui, impor e es, ruiner,_ oil
A At A I I , 4, 11
rent-etre, Otifili y, regner euk-memes., us r 0 des hommoes do CO e Gnt 11sle
tileur negres libr's,'d, bnt excidfivement entou 'rS & ulls nt confl
10ent in is. 'on qpofitton aux. blanco,
Lart'ide IV a-ete' rQ-)e-'"e 11 e C convene
que i. i s i it krqnt envoy,
-es- comm Wre' c*v s qui
D aux Colonies ,. n "e pciurront jatnais ot&n'n .v'
* faire exekuter la Upertation Xaa't1n1e1,. troupe
* armee, fians s"thre prealablemen concertcsavec-,
I-es" auto.,ites 'Con flittl ces, & avoir' pris, r aviso.
Apr's la difculfion des-quatre premiers arti
au. -dicret. d' I m. at$,, le Citoyen Page a patE aq cinquietne if e r "'in A
-articie" rtlat ausA *poi t6s. teret
chacun -des 'colons mettoit tour- tour a c o''m attre, ou k derenare cette- di* on wa pAs pertnis U-n-e, dircuffion filivie 1& le prilldient contwerant quril voir mtnuit a ajourfie* la" "fcda i naemain.
P A 0 'L
LEGRAN D"fecritaire -Parde desar4hIves* Du. Kcrcre(h_ 1.'S#
Le len'demain mercredi I' le Citoyon Pa e s7ell rendu au votnit6 dt marine,, ou i' ,a txouve ies;c'olons blancs & de couleur ; & reprenAnt la dif6lfi6h, de Nnide-1 du dicret; dii 5 mats, a pardon ru le cercle-






"ponvoirs Aes Comm, ifaires,'Santhbnax & Volve-* i s. idan w4medu
Crel--* li -tes a vus, circonfcr* t' _s la loi ri d4nS celledu,%8..du mois Xaofit
av *1 1791
Aerniler* a vu que s1h. avO*ePtJe droit Xen"O
voyet en'Fiance les autears & auteurs des troubles,
Zes I colollic il's I C toien I t, fou I s leur mfPO fia-1
Mif6 motive s les:'arreflations
itu ik ferment xcuter.
les_&poru )ns qif
,-P Oilve, QUO Cette. formality ice dela lij
AeS cltoyens, t avotI as: -6o remplie. 11 a, PrOUV6 tarion i on t
-Cf voiUrieuremen a *Is
qu t t,' la d6por
-P -qqat:t d ".Clarada"i
".6it affer I ns A,-ch4iige, de urs
vidinles-', cette preuve Ct 't, *ufo fufffant&l'
itoient, coritrad'do"
citiatre :aeciarations, i tres
fates, 'par "des, hom ll 6P
roes -qup la,, com mune
Aa- 'focictc, de's amts de la coniendon, to A
la comm million i0terin-diame', violent, S, "ifAires Pour talt &in b temps, amonc SA te wintu V Acj- we,;.,.,pa umies, ,.v
vifi r,",Acs,% ho Santhuno., avoit
-, ,ouverl -deL,,-fav6urs ItC9 lu
bla# ql ,qon t les enveloppoi Publiq
a wis en oppolmon les, acct4 quam
l;onwc*r tio',, wit les
d6pprt t ent environnes ,p -par
corp.sp Pula quotv du de
tnct ritel'accufatvnque P4nuio_qntre, ,rcs citqy Pns Pul a.
motive que, fur quatre, temoignag. s,, in, pus ]or que n ant, le 4 1 fi tepe d it
do' A"_les,,,.,accu 4ft un b 11,461i't
commis an gran& i-6 u f e- r e to te- laen, ,pr Once d- ..,u
v I I e 4u cap*
a 4ajlpvle_ les tem.ownizes, ion ou -Voque de
pop fltd & aes Priftel e Cl I-A' C14 uk S QY ew r






40
vique Thi
ibaul', de ron attachment h la rivolution de fa courageufe lutte centre le defpotiftne de ton reiped pour ]a loi dw 4 avr*f,
Le citoyen Raimond tenoit eirentiellement h rexicution de cette di(pofition du deCret du t mars,; il a vonlu juflifier la fagtffe des mefures prices par Santhonax mais I Ue poOvolt. Motiver, ton -on'iftw vion que fur la itiftice & la fagee pre'famie e Santhonax. 11 a pr6ente' -les dires- de ce cotnmif-w aire cornme de s*, preuves non ricufabic s.' It r u .1 4
le temoignage rendu par le citoyen Page au citoyen rArcheveque-Thibault, qu'*1 a pr6fent6 r6digeantt en
0 J% It
1789, un certain cashier de doleances. qui non teuie-o Ment laiffott les hommes de couleur & n6grts libres )-k Ja place "a laquelle les, avoient jette's les abus de rancien r6gitne I thais qui etablifroit partni" les colons blancs, eux-memes) trois gradations bien p'rononcees
determinets en raifon des fortunes; de telle tnaintere q e le Premier (Yrdre, c eft-a-dire, It plus riche, exer;ott exclufivement la ma ittrature, & jouifloit des prirozatives de la nobleTe, lorfque le troiifkme, 4pres leq el inarchotent les, hotnmes de co'Uleur & n6gres, libres ranger k routes les fbn&*ons da I k do *
gowrernement, stranger a toute a&iviti politique,
confidiri commej C&rangper k la fociete eitoit foumis 'a la police I Mediate du gouverneur gepne-* ral fans pouvoir reclamer ]a garantie des tribunaux, rcfervec aux claires privilegiees,
11 a' fuiv'i le titoyen IArchev6que Thibault h rafre M'b1C*e conflituanke laquelle 1*1 fut admis avec Gouy-dArci, Reynaud &c*"
11 Pa fuivi dins CS correfpondances & dans rafTemblic gen&ale de S..' tooMarc provoquant





41
d6l'organifation -de rarmee & Vindependance


141 Ptoo
Le citoyen Page a dctruit, witant q111 e it en M, ces diff6rentes inculpations. '&I ell yrai que ce c-, ihier de doleances 1 dont par'loik le citoyea Raymond, n etoit pas dans le f'ns de la revolution; niais,, le citoyen Paae n'a rien nc'grlig6de Ce qu w POUV
01 i 0
'volt., c,,xcufcr le citoyo-lardieveque Thibault (2).


(t) Telle hoit la d6faveu- --qui pourfuivoit Parehe.0, veque Tbibault, que'plufieurs en appla'diffant au Z"ele a-vec sequel les citovens Page & foil Co 14ve, le citoyerv
lley,, qu t' def hd ient ce citoyen dans leurs adrefies "" 1z Convention dans leurs follicitations aupres oes, meiobres
N
la component, dans leurs follicitations aupresdu tn"n*f-* tr& Monge, b1i'moient"que1quefois- ]ear courage. Vattitude C "i '' '* ,
que cecitoyen avoit prif centre le defipotifme, 'toi pre. fente Comme urie 1 kulation C'tran(rere 'a la foci6to.4. & re native 'a que1que reffintiment particufier. Soit devote. ment 'a la loi, du 4. avril, Ctoit c oiiftde're coming -urt piefv Pon plaqoit .i coke" de lui unc adrelre qwil avoit re i ce. pour Bia c dans
A helande le temps de, fes
liaifibiis avec cc gouverneur dans laqu"Clle I it pro..diguoit le blabne Popprobre & la menace aux' homess de. Coulter : enfin on lui cherchoit dts critnes jufques dins fa vie domeflique.

It Weft que, trop vrai que cette' dl:ftin(ftlon de g ands & de petits blanks a aii tre's funef te 'a Saint-Da. Mingrue le cashier des dole'ances q, ui la confacra ne
-peu x. uf6 q e dans Vic
trou ve r 4"e c 'w-norarice dans laqu- ell*
o 'toit alors fur lcs yrais pi- incipes du-gouvw-nerneAt.






(46
Le Citoyen Page a cro que Ile c1toyen Raymond eavolt pas de notions bien exa&es f6r Its op'injotls
& It
du CItOylen rarchev que Thibaii1t, dans Faffemblee Conflituante parce 4jull nle'toit pas poffible que C 40
dans un adfi conrt e pace, un homme qui, avoit divetoppe du cataderequt, tour-a-wor, fie porter aux deux extre'Mitc"S de la chain politique. '
D'a dit que fi le citoyen Yarchev6que Thibault imit provuqu6 que1que acle ide vigueu r dans I'affemWe de Saint-Marc it y avoit C't' determine p!r
fid 'rat* ns feulement pour'
de irrandes con C 10 arreterwle defpotifme dans fes exc s,
It a dit. qu,,e Al avoit foutenu le dicret du 2.8 mat 1790, il,.navoit alors &6 qae interpreted de toute ]a colowe 'a quIl s &oipt alors circonferit dans le feul circle qui u conferver Saint Dominane at e ol &"tr
oueeila, voiteuuntbrt'acete'gards"t'*tdeee e
0
ilbk de fes colt' ues; d'avoir fervi 1"orgueil & Yinvigue de Barnave par une retra&atioh indigne de
A
foti cara&re s & contraire aux interests de fis conf-, titvans.. Telle eft l'opinion qula manifeftet le citoyen Fage : au refte $ il laiffe ati droyen Parcheveque Thibault, le foin de fe juflifier luiLmOrne vis-i-vis, de la fociete.,
Le citoyw Page, entrant dans la question I a Tweentd Santhonax & Polverel d6portant Blanchelande Cambefort & leurs complies# il a pre fenv le m6me Santhonax der, ortant les patriots ;'it a rztpproclie' les divers traitemens efruyis par ces deux ,claffes de d6portes
# Od"
it a pr6fent4 'les premiers jollillatit at 13 facuAd de tnettre'de rordse a Iturs aifaires do prendre







47)
avec eux les moyens de fubfifiance & de juflificsP f Ib
tion A les a prefentes arrivant en France fibres fous ka condition de t-e presenter 'a la barre de la convention dans le d'la* Xun mois, a compete da jour de leur de'barquement; il a rAppel' avec quelled indulgence ils -avoient 6t' trah 'S en offers le rapporteur de cotte alfaire ( Camboulas a I do fon rapport ving -quatre pieces writes faifant protive centre ces citoyense
11 a pr6fente' les patriots arre'tes.Idans le silence 'de la nuit jet6 au fond de divers navies rives de toute communication avec leurs parents I avec leurs amis & me-ne avec les magif-rats dti peupleit envoy's en France fans aucun moyen de fubfillance & do juffificadon ; jete's dans les cachots dis leur arrive fur le fol de la liberate' pred.dis de la calomnie, 'a te l point que plufleurs tout en a au diffant au zHe & au courage avec lefquels les citoyens Page & Brulley ep'o ufbient ]cur definfe o en. redoutoient les conQquencese
Apr's de tr's-longs d6bats, dans lefquels les inte're'ts-des deportees patriots ont ete dikut& avec chaleur I'article V a e'te re*jettf & H a ete' c, ono venu tx que Ics de'porte"s fur le fort de(quels il
nla pas Cte fi=6 ne pourront retourner aux colonies, jufau'a' ce qu'il al"t &C pronounce. h leur
6gard.
Par I'article VI de ce secret la conventioll ,approuvoit ]a formation jes -compagnies branches d'hommm libres C'tablies au Cap par Santhonaxo.
Le citoyen Page a fait reffortir les intentions du re'daffteur de ce de"cret qui trompant la conw







AAS
fiance de la conmiL-ion national &: abufant -de ron des localities lui a fait confacret
les inilitutions ari-lto c-ratl,Tletw de L nthonax par fl to*
un fau expof& En elfet fi Sa lthonax avoit eVkbil
%
des corporations Xhowmes, de coulear & nermps
libres, *1 en. twoit exclu les blanco & le r6dachur de article VI du decret du 5 hiars en approuvant cette Institution Setoit biA..n- garde' An faire reffortir les vices; il S'elloilt bien garde' de la presenter fous foil vrat point de -vue. Celt pourquoi le citoyen Paoe .a dontle" I&Iure de la pf'oclamadun- de Santhonax kla date du 0 de'cetvbre& dernl"er-,- il a prclent6 le danger d'une corporation arme'- d'une portion de Citoyens que les prquf- S Nfane & [L10i avoient trop Imig-twups:clallifics. E a prdente cette me-io fure comme un l'loy Pti I qefor#ya.n*fi-,itrc:ur Oil Iuto,,, t
t
comme un mo on d'opprefflon ; il a motive' ton
y
opinion f6r la letter que Santhonax &,, Polverel Ont eux-memes Ccrit-v- 'a la convention nationally IC 2 oielobre dCrDiCr. 11 a dit que, paifque les COMMI ira4 res coull-de roient alors les horinies de couletir & negres librev;, comme infin*imenit au-defibus ide la revolution & colume les inlImmells du def:Potifnie ils auro*ent &I les itworporer dans la garde ilationale poor modifier leurs mceurs, leur cara6ierc & lears, princlpe( 11 a dit que rien eannoncoit raievix ]a mauvaife volont6 des com., miffaireg I jue los"'Mefutes qt ils avoient prices pour eaftervir,6ti;'arement cette pol I tion de la l'ociete" en 11fulant 11 -,de la.,aarde nationa"le;en' 14for-mantenOmpagmes i ran r I ties vii, la cafernant Mni0 A
ement e) comme lourslatiteurs
U v 'It a prdoul
a
Complices







49
tomplices tous ceux qui. avotent provoque ou qui appuieroient de tells intlitutionst.
Cependant le citoypn Raimond lesa cru utfles rnetne nelcefraires f6r-tout dans la ville'du Cap,
0 *
11. a motive' fon opinion fur I'ariffocratie de cetre Ville fur la halne que Its blanco qui Mabitent ont conquer pour s honimes r la
le de couleur fu
1%4 It
neceffite' de fournir aax' homes de couleur, datis cette portion de la colonie, un moyen de rififter a Yoppreffion des blanco,
Le citoyen Page a detruik ces fophifnies
dimontre que les blanco du Cap ient d"autant
Plus bienveillans des homes de couleur 9UTS avotent perdu le fouven*r de tours les i*n*ures que ces homes egar& par les commiffairos' n*6nt:
MR de leur faire*
Varticle 6 a iti deffiniti ivement rejetti & il. a 01 e" ies branches I for %
et convene (t que les company
M 41eS h Sa l
nt-Domingt e fous les orders des
COMMITaires civil, quelled que fbit leur compofition, front fondues dans les notivelles com-*& pagnies de volontaires nat*o*aux du pavsj qul pourront Owe f rmc"cs fuivant le mode pretcrit -de Particle I., pour la defense tant intirieure o qu ext6r*eure des colonies n.
*c1c 7 itok relatif 'a Pe vo* des naturals des colonies dans ces memes colonies; H a fouffert une #4
tr's-longue difoiflion. Le citoyen Raimond adcd* velopp6 malgre' lui, res projects relativement'au, le colonies; 'it tenoit "a cette portion, du secret encore
0 *A
plus opintatrement qulh toutes let autres 11 fe retranchoit fans ceffi d'amendement en amende-a ment, & parcouroit avec adreffie un cerale vieitux i
D







fur-todt Ito'' qu 'it filt falt Un *nvol Whommes qu; engages k Parts, irojtnt, Saint!a.
D-Onim.pie -tans prijuges 1, Pour *v epoufer Its % qf 0
femm es, d' e coulcur eidentifiej a, cettel-I portion de la, fioll& *,Le citoyen Page a dit que cet article prifentolt, 2, ar fa rid I ton une grande fonime d7snconventens far-tout par la trap grande latitude ,quT donnok an m"nilire ; mais fi c4con(cfivant dans le princ-spe R Va d6tru* le diveloppew.
ment. des effects qu!il._,devoit produire :,il a ditque, ce dckret qui fernbloit appeler dans ces corpows rations tous les homes fibres, Cmit pgr le faitl exclufixf d DS U C1
es ., colo blanco, parce.que ce x.*. plus ou: m--oins-- he ne vottdrolelit-Trt
ric s,-.- ndt-e-du
service dans aucune corporation qu'antant qu Ps
pourroient y,. commander ; It a Olt que S11 re ;ouvoit en F 0 rance iquelqoe blanc naturel des colonies.) qui n auroit Oas de f(irtune 'it aurolt tout au, moins une telle conn du pays.1 I Wy
oittance qu
repanero.-it cluepour y tra Val I uer a en faire une,
1 1 feroit inutile on dancrereux d'apolm Peter h'ces-- corporations les, homes blanco qu*
-atirotent v6cu "dans les, colonies P,arce que ceux qui auront de la' -fortune'ne Ce pteknteront pas parce a- Anfit i ceux qpt* fe front retire's des coloIlies -fans, avoit avec eux des whyen s de fubliftance.) ve laiffient pas premier favorablement d'eux"W,

11 a dit Combien it ferwh dang reux Ae 'porter dans Its colonies des homes qui nes dans la fmi6de -,opt leurs-parens dans le m6me C*tat







vi, par cela me^me, ont le plus grand int'rh pofllbl 'a tralt'ier apres oux le d6fordre &I a molte,
ur re mewe a rt t "tes'le, i6q4 k
,couvo 01 s, _etaift
P ) I A 4
tion"S qud- letirs ancient maltres. Vckrotent letir faire en,,, ra i- an Wn'de leur affr' ch"froments
11 dit avec. V'e ye Cette r Vo e a f** treafe pour les col-ons-,p.roprietaires., 1&faktromfe pour les' homm- Os' -non, libres eux-mimes Parce Ols ont ellcle -niment loin de fe'tat de civilil'a60 h neCetaire 4, I'homme fibre, ne tou rner6*
A
meme pas au p t CUX qui, raurotent provoques.-, parce qu'alors les, homes non libres, divifis,' en, autant tie hordes. que 4e nations divor'fes Sen tregorgeroient & .. natliraltferoient dan-S 16S. C'Olonioes toutes les horrews de
La convention -nationale de France, a-t-ildit..
AtI ne peut dea. d #clar6l que, I'bomme na libre elle,
fon efdavage fans itre en opp6fid nrete'r 1-0
fes principtso
Mais', fi'la convention a reconnu les droits de
A
I"homm e I ON ne peut meconnoitre ks droitsts du Peuple- & comme nul ne doit obei6iffance IIne loi qu'il n'a p:fs faite, ou librOmen t wnfie"ntie"par lut ou fes repre",,fen=5; conmie. les colonies, 'a celle-de Cay nne Pre's tie f0fit pas repretentees dans la con'4 mention national par Ic fait 'me'nie des agens de la re publiqu qui on t, empeche' la teUmn des. colons on aff mblees prituaires, pour nommerleurs deputp la. convention natioP le tie pout porter auCulle lod.-po ur elles fans legi timer, on m6me te MIPS$ ia, re an qu'elles pourroient p're'ienter, fi la lol" Cur C I e








ce oendallt A-voll dit que la conventioti 10*11
voYer conim 'ron fa* les affemblle confo Utuante ligillative .1 entire 'les vincipes la
iuftico & lintirk, pronorwe &une maniere Porique C I qu U e, OU'elle
five 4 11 dife. ce que c'eft t'ne colony dife tt lesA;olons doivent Chre Its forfs- ou les allies qui conitituent
des, fraqais : car Jes ellitnens, i les
colonies & la France, font trop dMimblables-,-pour former une' tnaffe homo0ne. S i au contraire I vile atme m teux rononcer entre le col6n. & fon efclave,
P 0 1
quAle le faffe &une mankre poraive I &'que, dans tous, les Cas., elle eenvoie pas- dans ces contre'es des hoinmes -qut auroient quilquInt6rit a* leur de"o% fotganiration.,
Diff4rentes perronnes ont parle'. ftir cette portion 'du dicrc.t que les colons blanks combattoien't avec vatfon PUY01en
que ceux de cloulcur t de tous
jes inoyens poffibles* Le pr4fident, a a 4 ourn' la dance auyendredl' fuivant 17, vury 6tre flatu'd mitivement apr s avoir confulte le miniftre de la marine qui devok Chreinvite 'a 'fournir les.rejif "Jo's
eignemens qu ii potirroit avoir pour, motive 'le
rapport- general fiir les colonies.
Vendredii 17D'apreS V joutncrnent it t le, tn*nxflre de la rnarine & fon ad*o*int aia -diparternent des colonies
to Citoyen fe font rendus, au cbmite' Ae
toarine* Les colons blauts & ceux de conleur
4 ft jo I
qui avolent jmqu alors fu*v* la difcuffion -do de'cr t du 5 vaaTs 'i ,s' font encore troav6s & &apr6s nn, notivel examen du reptletog article du &cret






53
e e nvena t4
du mars il a "t' co que sT ef- jug
necenaire denvoycr une force a pour Ia
d6fenfe de's colonies, *11 fera forme en France des -ba-taillons de gardens nadonales ou volontaires nationanx folde's -dans lef4tlels pourront 4tre >) adinis des c*itoyens ne's d'ans les colonies, OU y
ayant fciourne,) qui Jt1flificrent avoir Jes. quatite's
flipuletes par 11'article z des conventions
Le. reI*fultat de ces, diff6rentes d*f utfions a cki Ia. rluie4ftion total du de"ctot Llu 5 mars qtie l'inow trIvrile & Ia perfidie ve'tues, du coflume de Ia philotbpliie -& da civifille avoient furpris h l1rif. science de's localit6s P -4 Ia Pr6occu i d'ane afrenibke qui) lie con fide" rant JeS Coloriles que dans
0 p
un liotilon obfcur les abandonnoit 4 quelques
0 L 0 im *
intriratis qui croyment pouvotr en taire un levier
I C-P tit
centre revolutionnaire, pour C'branler Ia France changer Ia fice de I'Europe entie'rce
Le citoyen Page volant motive vilr-" -v' Ia colony deSaint-bomingtie Ea conduit Felle de
fon college, & leur opinion qui fut toujours la
A
meme a cra devoir configner, !dmis fon proces0
verbal, les reAl". ions, qui on t dirig6 laxonimillion d e 0 O
Saint-Domi ngtie dans les circonftances qui 011t enviP I$ 0 6 10
ronne i emifflon & Ia difcuflion du secret du 5 mars.
Le d6cret da 5, mars n'etoit pas tine fpe'culat I on
6 b*en le com"
contre-r volutionnaire.) mais i Plement
de Ia contre-revolution que fa*fioient dans les -colonies les agens de ]a r6publique il, mettok le keati a l'oppreffion. de ces contre-es It falld*fioit tous les attentats qti$avoi'cnt -COMII-osoa qtil) auroient, pti conimettre Satittionax Polrc:l leurs, collabQvw






14
taters ca r lRochnibeau inarche h la Martiniqne fur Its errem 'ens de ces deux didateurs : It a comrade Mendu nox colons de fe reiin'ir en
affittnbWes Pkitnalres Coit pour fe donner des
0
municipal i s it
fir6 fo* bour fe dotmer une affemILike colontale Wit pour nommer leurs depirtes a la lConvention tationale 11 a comme euxq cr C tille comnalffion qu* I fous fa lbprimatie reint cette monie. Certes lorl4ue Santboriax & Pol v4'jerel- ont fifpendn Def :_Arb s gouverneur de Saint Dow& ininne.; lorf4u"Ifls ront criminellemen't de"port'C ,1064n'au m6pris de routes les loix, ils ont n, omnjo a fa place li m6me Rochambeau.., qui opprime ]a Martinique aujourd'hui; lorfque Monge a approve touts ces niefims i le citoyen Pag*e aveit raifon de d I ire quIl exilloit un plan de, deLallation on de contre--rorolutlon "a exicuter dans les colonies, En el,iIt Rochambean qui devoid fe porter a' la Martinique,* kocbambeatj qui, tout au moins, auroit dii I'e porter 'a Sainte-Lucie pour etre cin niefure de protege cette Colorlie Colitre les tentative de Bebague, pour CAtre en mefure de, k1conder lei pjtriov s d v la Martinique- dans les efforts quI13 f #
aif
Oient pour chaffer Behague & renverfer Ntendat-t
du de&potiftne, Rochambeati, fe rend 'a Saint-RuminLyLle 'a''qLI:itfC COM IiC eS fOUS le vent : a fon arrive, Defparbes oil dcTorte", & Rochartibeati replace ce gouverneur 6traneer "a la conjuration trop loyal pour trahir fon avs & lotvlt ue Ro,chambeau a mis le comble 'a Fopprellion do SaintDominone Iviongre, laudiffia-tit "a fes moftirettat command de 'p a&r a* la Martinique quIt UpPrIMer aujourdItAw TELLE EST LA RACO.Mv*







VENSE DONT U 3 TRAITRES ONT PAYE* tE GFNPREUX DE'VO(JEAIENT -DES' CC)LONS A LAL FRANCE ET A SES PRILINCIPES,
En m6me-temps que Monae rentroie Ro,'Charnbeau a la Alartinique, il donne urj noLiveatj gouverneur "a St-Domintme & cependant Defparbes, arbitrai.rement deporte* Wavoit pas donne" I'a dcmilrion en mcmc-tenys Camboulas trompant iachement la convention nadonale 6carEant audacieut'ement vingt-quatre preuves Ccrites centre les complies de Blanchelaild, e, furprend ]a convention lut fa't abibudre le crime dans Canibef*ort & Tonfard pendant qu'i livre an tribunal rer olut'lonnaire Un brave officer qui n'C'toit capable, 4 f*es yeux I A
que dir ne pas avoir voulu 0tre liftrunient de. cette fadion Criminelle.
Tel C'tolh 1'e'rat des cho-Ces, lorl'que Boyer-Fonfriede & CimboisLis prominent aux cttoyenS Pacye &* Brulleyde faire prononcer, 'a la fin de la guerre, l'ind6pendance des coloniesslis v ouloient kur lailrer paffer fans rien dire, le project qui ftit pyopot'd, de'crete le5 mars. C etoot. fans doute, encore pour en faciliter 1'emillion autant que pour viclirner les paw triotes deports de St-Dominorue que Britrot, 6-0a.0 det & Boyer-Fonfrede provoquerent, au com, ite' de de'fen-fe gcne'ral., Farreflation du citoyen Pacre
b 'P
au moment quo Cimboulas au nom de cc comit' fairoit cmettre ce dccret. Les traltres! ils preparoiL-mt l'ind6p-endance de Saint-DomiwayrLle, par lopprefflon la- d6forganil'ation de Saint-Domint-Tue
Mais I'attitudef quie print alors lesCotrlmlffaire '(? de ce-tte colonize, deranged les fiPeculations, tic ce& agitateurs ,& le &cret du mars fut rmv-tivi,
1'examen des comitcS*





56
Mai ce eefl, pas encore afra lescommitTairesde Saitit-Ponvingue voulurent convaincre fes au"
-teurs lde. perfidie pour le faire t avec fucces Ids demanderent 'a le, difeuter face-a'w-face & contradic-, toirement avec Rayniond1qni le 1, 7 wars on avolt fait 1$3,pologie*
lls avoient Vu lp Follfrede, preparer les: orprits V Nmilron de ce secret, pendantlue Briflot ea, falL lott Mlloge au comite de deicnt*e general dont les
'iGres do SAnt-Domingue ctoient fo*gneufe,!, ment OcarteS.
Vs avoie't vu Camboulas, le" Pr6enter h la conqft ventlon national 4 la fuite d'une diatil"be j-. qull d i fo t Atre un rapport iMpartialo
Ils avoient Vu le citoyen Raymond, ho 'me,_.de couleurs tr-ahiant a fa fuite une l6gion dlomm'eg de couleur, faire 'a la',barre de la convention dans la fiance d ars Papologie de"ce dicra'j,
tl- 170 M' I Ol
de'noucer 'a V*optnion publique ceux qu*t iorpofownt
4 Ion exicudolls
Ils virept Crifill ce Citoyen confifreu( ce qeilsr favoirent d6i4 11 -,en dkolt le reda6teur*
do
,Los motifs qui. ont pu desterniinex ce ciftoyien
forst un problem dont la solution indiquera peutwe itre lafource des' nialheors &S colonies dont les e*venernens fe livilt effentiellement au -tyffeMe de cm i c. Si la
'forganif tion do la re'publiqae enter
0
,Cjroyc ,,n Paz,e -enoOrtnd certe thkbe c', n't-ft quiatitant qti il le Crok inioortanE au bonheur des Colonies Fcut-&re., a ]a profperite de la
,ger,4 toute ba* e, A, toute ef*
Y'rance. .# 'Mall tv l, Pece
(le Prei 'a toute epece de parti,, ft A ne volt
&Vant lul" qnO l'ntCr(':t ptiblic dans la carrieto






57
ent I fak des max POIA;r
P "ble qt il va Parcotitir -1
quo le titoyen Raitno'd en forte fans reprochoo
a u a fon tour ParoAltre fu(petSt A ce ct,,,
P! # I
$1 10 f'O'ninle Au nom dtl blon public, do
'euter avec erito' foit. q4I le .' onfi&r'
I.&, dii r6 v C, e
ipom= tonaionnsairo public '-roit qu'il 10 fulve dans fa vie PrIveeo
Le. secret du I niars nietltoit dans les. mains des commiffaires de la republique, dans les co loonies, des POUVOIrS fans bones & le icitoyea
Ralmond crook dc'lk voir Santbon Polvi"
A
Tel revetus de toute, pumance It
Attention de np er finiver,t aux habitims des,
ailtres Colonies do leiir eov
Yge ce secret 16in
relatif, fi'avott ttlejalt YIN Polir Saint-Dominglie.)
e Citoy avolt qu in
Cependant c I c 11 1' 01 to* I o Fatre
ex6cuter. ]a loj I d" 4. avvil ; S'pnthonax & voI7 Orel provoquotenti, _Ja haine_ la difcordc entire les
AV pop
Citoyens., cn ravivant d'andques PI.C)POSO
11 fivolt quo loin, de faire marcher fi'm la m6me
1
ligi e' les homm-es de couleur & les blanco t
avoient farme' dcs corporations militaires dans k4fqUCIICS IeS 119MMeS dC COUIeo r C" toient fwh adill a 1'ex-C'Moth, Aes -blahcs I; qu iIs avole ,' forme' des
0 # I s dans A lefqu ell s les blatics. &
corporations, ovi -C
I A I
Jos illulatres avoient chacun des -ropr4lficnwions

It favo-l"t qa'ils' potent erripech6, la formatiork d'une Aembl'e colonial des afll; iblces; admi*w
& 1 0 J& A P 1
niffratives', MCM(II de plutietirs municlpallws,
11 favoit qac par War fait-, homes do!,. cou.
6
'Jetir ne faifoient pas parti el de la -garde national
'ils. no f4ifo' ^vcc ICS fiilaa ho'
t, lerlt Pvc CS till tom






Inogane e, Cependant par un ditret amolp 4ont ., (-ic4ques exprefflons'or"thodoxes diguitoient la Orfidie", It titoyen R-ainiond falk.conkcrer un fyft6tne defirutleur de la" fiberte" & de Ngalit
Certe's. eil elt en toat ceci quelque cooteoeton:oant.--,.w c"ell do voir. ca" homnle de C-Oulcur ap.Wit 4 llnexicution d-'une loi qai fait tna rcher elsa ho' Mes de r..ouletir &. les btanc-'' far la nl6me ig, Xune 10*1 qu ll follk prowers-'nfro
ne I Ita des Its'
tans de la tevokition ; Xone 101 quit Voultit acheol. ter de toutes les richetres de rAn6 ique
QW4 pour" nons le blen VrIvoit #1 4 S *n.t--DOM* e ft
mats 179t fes, fires' a ax
v -nous ne Pouvons e n loni'r qtte converts Xopz, Probre I el I to
O-Quel eft t u* centre nous qu* ne don
A :, 1 0
0 nat, avet piaifir la mokie de fon bien pour li) fe ('04raire 'a, tant Xhorreurt Mais la
men' clakcirgyra MMO
caufe com a Ce a Btifow
rot Gr*ire & Peltion kfi quelque ichof'e peut inettre Aftacle "a letirs productions ceft OV ue I'argent me manque", -: cependant cornme
ai retitto que nous touchions an moment decifif.)
* ya*, cra devoir tOnt"IL Pror"Wre,
Nous navons pa avoir autant d'argent que n les blanco qui figurent ici COMMe les repreu fentans d'une clafre fort riche ; & nons humble
0 fans fafte 6tions ,fouvent oblige's de fuir de la
1 0
* capital I faute de moyens. Tout cela ne faifoit
0 qupaugmenter leur orguelfl & lelor faire dire
vol pour,. tant des ge fe d"fent repri,,
Hk ns qui
fentans d'une claffe qui atles biens dans les c6lou nitfs & dlont, les' repr&ntans metirent de faim.
Dans ie il elt inconcevable- comment








(59)
P JVOUS avezptl laiffer ceux qui travaillelit Pont
vous fans fecours d1aucune- dp6ce. Vous devez pourtant vous faire urie -idee des dcpenfic-s que 2o nous avons cte ob 6s de faire bn ne fait r
&
>) en France avec tic ic fats par une trite
exp6rience que ma fortune fe fent confidera"It* ii
blement de routes Ics de"penfes ou' cette attire
0 ot. %
D M'a entrance. Je ne re'g'rette rien pai quo ceft
0
-v pour le bonheur de mes Compattlotes-000000*0006
MM. Brilrot, Gr goire, Petion de'Villeneuve
-o & Claviere,, forit les, feuls qui ont continued
h d6fendre notre catife avec un ze'le incompre *henfible,,* ma folUe plume n'eft occup& qula leur fournir des notes & des ide'es & "a ce
titre, vous fentirez 11 cc Ique vous letir devez,
ra Par mon devnier plan le vous propofois
une contribution en trois parties, un tiers comp3) tant le second a fix mois le troific'me
payable un an' apr s le preM 1'er. La 1'ukriptlik tion total" s'0 % "eve 4 7,398,000 lives dont le tiers elf de 2,,+66,ooo fives I gue vous pou-; Vez en-voyer ou remettre au gouverneur ( Blan.
Chelan&,; mais je vous obfe'rvc que f6r cette totalitc- Vous devez trouper de quol' temoigner, t) votre reconnoiffance 'a vos defenfeurs ici qu%
-v no faut pas oublier

On voit bien qua le citoyen Rainiond n'entevd as ma eg hit'r "'ts & fan5,;doute on iie pourra croire que cie t mettoit un fi
lu* qui en 17 9'1
grand prix h la reg&i ration 4e fes fre'res que Celui qui ofoit Acbeter ]a juftice de I'affemblee,
0
national, & mettre 'a prix Jes talents des philo-o









<'6o
JOU; alt PU
f0pbes dil fans des cobfiderat*M14
carter cette loi
Vouloir. m4me qu-A
ft) I Iiatl Ot e It a 10 t s
Comment fe peut-41 ave Brilrot, le champion feline de Raimor-d, ait applaud an d'cret du I mars, apreh avo*r fait imettre la- loi* du 4 avr*l 1792 1) qu ') P 1.1 -paralyfe NO. i.
Une loi vicieuie peut 6chapper 'a des leglfflateurs, mais le 46cret du 5 mars 6toit to r6fultat de'combir I' le r'da&eur avo*
jaifons profondes : a C it
le poison* doreavec perfidie la coupe qui Portolt Lh une taZlique favante avoit pr*.I)ar4 les 6prits.. Lh, une intriLyue criminene ckarta, pendant dix jours, de ]a garre de la convention, I es colons qui demandoient fon rapport, lorfque fes, apolo.* giftes furent a'dmis an m9ment m6me oh lour in4% terh 1exigeott, Tel 'toit reffet de quelques etites
# go
intrigues que des dehors, de luffice. voiloient 4
0 1.
la convention national.
Mais s1l. efl rangee que Rai'mond, homme de"
W -I--i M. 1. Brifflot pour le, malheur de la France & des colonies dominoitt tous les comitis, fur-tout celui 4e de"fenfe ge'ne'rale. Dans ce comite comme dans tous les autres il eftoit Parbitre des' colonies -. & S''Iit' avoit attention d'introduire le citoyen Raimond, dim ces divers comites, il avoit aut le foin. den e6carter les commifflaires de Saint.-Domingue. It ne pouvoit
A
it eft vrai les empecher dekrire : aufri ne tint-il. pas ", 11 4 1. to
ut qu its ne perdiffent leur E6 rt6. Telle eft la ref
t A
force des raltrea, qui craignent de voir d6chirer le Voite derri*4e 16quel its ourdilrent leur trame qui doit on-*' cheincr h focietco







6
oulu Paralyfer la 1.10i ril -it couleur ait v du 4. av
ean de. voir les cot ns blanks ft 101113 fans-doate
temps calomnies ,j provoquer. -eux-tnames tion, de. cette- Iw-cependantlac:tued cesdcux manje 01 n : natu Celt que
res de v, *r eft
les colons blanco ont tout 4 perdre, Ih ou" 10 cilw toyen Ralmo'd a tout a. pgner uns fe te4P C t, du citoyen" u4e
Pofer fur iteux des c r*ts: imond'i
faits pour trooper ta France fitir le, nombre 1 la
1"ntellity6nCe -, la morallt6, Vorigine des quit traii -pri.in
homes de couleur it Vil OP
-il fera peut-eftre po-trible de ditcrmine r la part que ce citoyen a pu prendre 'a la reV01te 'a I a k! i -,
0
vaftotion & k la fpollation'des co'lonies la p4rt anilrut avoir dans les.troubles,& la crorganxtation de la France ellevoinemei C in quartier
Le citoydn Umond eff n' i Aqti
'de 'Saint DonlinLy"a : 1"I eft nin atre plus Inatuit de tous lei Mulatres. son intelligence lut
-a donni des rapports avec le .1gouvernement de Saint-Domingue avec le wli6firet-aluzerne;
Ces liaisons lut ont donlie' f4efes fr res,, un af, pendant f ns'b6rnes. La ledure de que1ques, frag-M mens de la letter qtelI leur cctiv,6ilt, Ie+ mars 179 t Aonnera la tnefure do.. fon influence e fur Ies, 440ne-* .wens de'SAnt-Domingile,
Vous eavez demand, lour acrit-13, a* vous
envoyer quelqt un- de conflance ai troupe' Cet homine qut va vous devenir, fi utile ; mais
#
*1 a falhi lInt'reffer COMMe CA, etoi c j i
P pu yie pour remp ir tnes vues H, quite Ulle 6pouf ch6r*e. (L citoyen Raintond cannot le prix de Tor Y e vous radrefre. Cet






61,
hom -me 4 NI. M A H O-N, .4111 VOUS Temettta mes aepoches mes imprints que je vous
-o, ai announces. Cc monsieur a une Pacomtille., dont il faut que vo.:.s.,jui aidiez 4 fe d6faire en achetant de lui* Out ce qu'a vous o faudra. Affure'nient f) ft vous vous entendez o tous 'j VOUS pourrez la. prendre entire vous tolls'.
Vous lu*t dev ez ,.4 plus &un titre la Pref6rence ;aInri que Phofpitalite' de manie're qu'iI ne fafe
de rpenfe dans le pays en lui four if sf fant tout ce qui lui fera n cefiaire,, afin qu'*l
1 41
alt fon binifice clair fur fia pac'otille -.&,- onfuite une 'romni.iffion fur Its fommes que vous o fertz palmer ICI pour Cubvenir aux frais dim"
p I reffion o, &Ir. ricomp.enfer les' C'Crivains qtl-l* 4 I') Iont montres, pour notte cauft*, les plns z0c's v de'fienikuts Qui peat- dou&r un ficid. inflant que les Pativres 'muhftre de S a*vu--Domingue wayent ite ne foyeat encore unt fpcculation
mercantile politifue pour Raimond
J* Po Briot., &C.)
o M. Mahon aura de moi des xWIrtguioris n, p rtzeuu res fur ]a marcbe qu'il 'ra 4 tov mar ) tant pour f objet de fa pacotille, juie pour n 120S affairs. Je vais fetilement ici tracer le Ian
de ontAudon k itablir ent
re toute la- cFie o des homes de -cottleur dans laquelle
SP comprens Comme I s negres
*1 eft iufte IC
u libres*
La cla& des ckoyens dc couleur ', SClive h ,&* !a 0
a ttente mille inaividus 16I je n'en ('uppofe que la m. molut en de fourvir i une contribution






63
quelconque & je fais ainfl la diftributlorl,
Troismilleperfonn a IV. 41SO01000
es* 1500
A- Trots mille perfonnes. h, 6'oo -Iiv. t,800,000 0 Trots mine perfonnes 4'2oo livo. 6Qoooo
We perfonnes' too liv, 3001,000
Trois mille, perfonnes a 66 fiv. 19g,ooo

o Total. 7698,000

Quel eft donc cet aMendant imperfeux
jui ubordonne I mes de coulcur de Saintf Ses hom,
Domingue aux 6mifflaires du citoyen Raimond? Pourquoi par quels Motifs ce ciroycn envove-t-il
des Cmiffraires 'a Saint- Domingue ? Ces CM111alres
rtotent-'Is avec evx ou la ptix ou-'Iag*uerre* feocalme ou'la, r4volte., Ic bonhetz ou Ii d6folal tion ? Pourquoi tiels motifs 'es charge- A
dinflrud*ons fecrett t s Quelle eto*t la nature de Ces inflrudi6ns I Seroient-elles le de'veloppemerit du fragment de cette m4me letter on n volt
ecrit au refte q eft pour nous le bien $ fl- ims
nepouvonsen jouir que couverts d'optrobies
-D Dans Ntat wftuel des chores C"tes voos, affittres
de os biens). Ah mes chcrs concho ns I o jen t ai pas befoin &anitner votre ze'le ; je IC connois A aflez 1, pour efp6rer que ]a demanded que jt fais ne st fera pas inff uffiieufe en VIOUS rocurant de& ffifi ns po*ur
jP Moyens de ramaffier des fonds'fuffi a faire,
* face *c*,b 0 0 4 Les blancs tnont ceffi de yous,
pre enter 1 1 Comm 114, & fans
* 'f *c* e des itres av*
-v poffieffion toui ours Prits, 4 vous foulever centre






64
o t6t avec les etchivesi Mais rties cheft
v Compamptes vous vous defendriez bien iftieut ^ 6
par vos- ailions, que par ma toib.le pjame
Quels font donc les mo, ens que le cltovcn
y
Raimond a foufni aux Ulitres? Setoit-ce Jos
dix mille fufils a focit-des a mis- des noits fit paffer "a Saint Dormngtte ? Seroit-ce la pacotille # io
de M. MAon 4ont I'acquiffition ekoit referee aux
militres & cette pacotille etott-elle un moyen de ramaer des fonds, flififizas 1 Four faireface
Les moyens qAindique le citoycn Rainiond
feroictit-ils la retvolte- & le pillage? Cettes IeS, commmalres de Saint-Domingue peuvent prouver que le government ou fes agents fe font feature des fpoliations, de que1ques quarters du Nord. Ils

f euvent prouver que Ics homes de couleur ont pme les habitations des pattiotes. Ils pe'uvent prou4m i #
ver, que les dpagnols, que des capiraines de navire ont machete' Ats mains des revolm's des
It *it 0
degrees pm, xs qu'ils leur ont donne' en ekhange des armes & des, munitions .* mais fls ne peuvent pas prouver que le citoyen Ratmond ah indique, parfe; inflruclions particulidres & fecrettes le snoyen. efficacy de ramajer des fonds ftifffins Pour fiqiri face 1*CI*4
Les commiffaires de Natflt -Domilignie 011t CC" pendant entre leurs mains a"n pamphlet qui n!eft f v IrI% % is #
pas fans m6rhe fut envoy ce Prance a aaint.*
Dorningue dans les IDre-miers jours de la re'volte'16 On y lit que le 16 #1 # 0 A
)UIII 1791 #, on mininte do la itifike un member de, I'affemble'e conflituan're & un h6mme de culture dikutant fur les difficultes dexicution que le dicret du i j mai prefintoit





65
It -Saint-Do"iingue le citoyen de cottleur dit 4 9 a It faire'exc"cuter i rox eR, he re'utrffol"t 'Pas i &
les 'eklaves, quvalors les colonies fetoi
armer I ient -1
perdoeg pour la Frimce fi I'Angletertt ne- een
-empAroit. pour conferver les 'riennes,
Comment fe fait-il que -le citoyeti Rayniond fe donue.- au)ourd.bui Aant de foins, pour para '^ lyfer une loi qtAl provoqua Par' t3nt Xintri*gues
de, cortupfion? vt Au rette ( krivott I 'aux Y) M014res de,-,Saint'Domingue, I e 4 mArt 170',,
*but MI ffs,
o en legr Owindant une contri ion de-7- *IIiO
3q8,-,oooI*vrcs,'&, le'payement de j.5,ooo fires dq leitro$-de- change j qu'il avoittirrips fur d q Xentr'eux pur trais d unprefflon fi fetois
o afrez malheureux 'pour" nav'o*ir pas votre con,40 fiance. dans I'emploi .do ces, fonds je vous o fopphe 'de 'vouloir M'adj'oindre quelqu'un.
Well, ntkeffilrc que pour tine affalke aufft
# 4, 0 1 des n4tres, per
11 majeure il'y.-vt-lci Flufleurs 4>) forces de ,confiance I; mai's *e vou'previen's qu!iI ftra on ne peut Oltis neceffaire quIls paroilfient ki
1. # 6t It #
dune certatne maniere; qu its ayent au Mvzns
A une voituro. IFfkt quIls Puiffient fans affi",
.0 Cher le luxe "cle table I donner a diner 'a bien o des Perfonnts, foit de cells qat pourront 'moe,
foit 'a colia dont Iopinion peut- influer fur le 1)) gen.er4lo
Je.ne- rautais trop 'ous JerePe'ter tout cda
i eft n6ceTaire & *e vous, avoue que' fans toutes 0 ces chofes de ma. part I*e'n'aarois pas trouv6
de foutien &,des appuis k notre cade o.
Comment fe fait-il donc que le inime homme'; # I flirt avaler:0
Pre'fentement losi dans un palas',







,des ormons,--d"am't
Chaqne jour ralethen'tOproV ingt-cinq -de: re'S'perfo peuvent
7ir Wer ou agir
v P4
oil
ii qu ii e porter.
Commontj fe Wo Vvill datis
Its colonies une Jidature Mle fb*splus 6d*euti 'que, vancien Ime I We des corporations des
#rig It toient: dans fes
vfages),, opinion & la 10-1- irre

Serolto, I du nombre- do fes anarchwitcs q'UI
giants ur difiltminer Parm -nous la haine & la
rd ne demandoient au trefois, la ch4te dil
tr6ne pour -e'tablir une r0pubt ique que pour ten-*
I 1 100 a do
Vetter repumique i ton'tour'.*- nous, donner un
-tyran
Q6ef riflexions fur Its. vues pol'i e
TAnglaerre peuvent jeter- que1que *our kr cetto

IAng-eterre n'a, *amais tait de guetre que, pour fervor fon detpotifme commercial.
Dominie par It commerce-de- la France, elle preffeptolt quo bient6t elle devoid r4tre par fa marine militairei
Elle favoit- que leszolo inies & fur-tout la p4rde franqaifeAe Saint-,Dotningue entretenoient & vivifio 0 nt le commerce do lafrar6cg,
Ifle voy Olt tie la Pattie franoife de -Saint. Domingue sacheminott 4 grand pas k -un teI
eg do 1, .1 ure & de Irpre 1CII t I ndeur ) qu.'elle devo
ayantp d e t oubler fes, produits, pendant
que fes Antilles ktoient au dernier piriode de cul.
pendant que, fon territoire plus ,ufi moins tore
0
tool, is itendu que coluti-,do la parde fraqa*fe







67)
40 sainv* omingue ne iui illon aucun MOYen
de rivalifer les c loonies f a om*n *e dans Its rnar 's de VAngleterre, M 4 1 c che
I'Europepar les denrces colonies de la France, voyowt que fes colonies, moins f6con&s -, violent .befoin proportionnellement depbs de negres de plus d!engrx*s,, de phis de cultur.'.'.. elle voyoit enfin que], c1prblifement de $a1livDomingue alloirfaira haitrer d"autant It, prix de fes produtl*ons, dont elle. n auroit pu foutenir la con6,rre'ce.
Pour e0chapper 'a la ruine de fon commerce de fawarine nuflitaire, I'Angleterre navo*t- quI tnoyen.".0., r
La devaluation des 'colonies anqat4ft laifese*66*9 Ce moytn elf atroce.; mais telle eft Ila lot leur Poo*
woraliti des gouv&rneniens qu ii a. fervi 0 litique qu'il fa, fort encore dans, les colonies dans ies, d6pirternens do la France, car, ]a m6rw main qui afluma la premiere torche da'_nsjes,, cold'eft nies vient Xarmei les revoltes -de la Vende".e.'
A c6te' de ces int&&s de commerce re folit plac6s des interns plu p s encore, & pi s
reladfs au gotivernementoililaaniflocratie contrews
A
revoludionnike de la Frah' tI fa t
Ce a cr ire xenai re
la f6odatire' des cendres des colonies c1le, a" cru que lear ruine ameneroit la --ftagnation du com-qu.'elle opererolk un'boulverfementLyene'ral
-dans le fyffe"me de la Trance; icomniq ellew a cru que leur! re'flaurati*on ferok Xautant plus &66 que fos inftruniens 6toient pldt wynorans. 111C S"Oft froci, C -9 uvdrnem6ns d'Angleterre XFfpaa. gne qui par une coalition mon U ont
:z







6
Zgalement concouru a,. a c
ts on. on critics .e
tes pro 'v fi t n ttatts- de f r e"Ies
font comignees dan'les arthiv( s de: I :wde Sahit-DornInglue,
gotiverntnicat,An n a, fans, eoutet pu J ,
Le 0'als
de9*11 Vw fes Anti tes, fc)r dans
ce, fy fic' me de diffotution & ,etit vraifcmblablc, inictit Tour rewpiir le, vu ,,Ilcs'auro tent fait
dans ibtf coninierce qu'il- a P, "Otte' la cultu're d fucre du caf de I indigo fitr I es c t es &Afri qtw
fur lei Plaines du Gancre,
11 female onfin que c gouv
I moment d'Anglertffento't Ics 16venct-nens Cks tokni -Puif-temps avant kut d I a it
pe, Ion g ipewent vo
-01119C 14, es denrees des I
.culture. d -Antflles-, -Yers
des Plages nouvelles.
0
Deaxtnotifs 6 ale a,.. rans
ment pi ont nu le-, -d
emeattee des Antilles fran ifes ,Z-11 -,,,Ia neTeffit' do fixer uniquement fur
gards, du
90 Ic3' re people Anglais. Notts
aligns 4vetopper cotte-Aerniete prop ofition. L'An.,forerreplofs6dt%. fiUr les rives du G ai ,w g e un. 'terri
*ra qu'clle p rc n d 6" He
toireimalenfic ces e
one- s qu dans 4e r fle elle voita c U 0*
'-MaiSA'Angleterre tie donline fes contf cs QUe''p-ar
Jc ar'mes'de ibix-a I tt miheclpaycs do, -quelq '& foldats d'Europe fbn autorice' qu pifV, fur ce
d6tianger peut s, !Mimcr 'ux pieds d"
,peupf a Un, cl-paye a, zrand cara6lwrc qui, detruifiahtl refe-ii
4w
i4ue diff1peroit les. Angloes comme Aftolphe
yok IJ s bonfires du Palais XAr
-d mides-0- 11 '04t
don' co de lint6reft du.. gouvernewent- Angla'ios de
-fi '' X f ge X- - -er S rives dw Gan' le plus curopeens







69
culture d s t do
poffible, & la e e n (.1es coloniaies ajou
*tok le- "' e* te
'es aux richeffes"du pays, C I rn il me moyen 40
dY, reltiffir. L a Pindigo I,- la canne croitfentfur un fol blen rnieux alle'dans 'les fables des
Antill L' tin peupie attache a ref
cl a-vage par le dogme & Ia' loi dquis des 'millions de fi*dts vit de pea & cultive le champ qui Isava
IA t
na t e vndatit que les An:tillcs I acheten't ch",ftffient 'a.' IAfrique -"des caltitlv-ateurs', I auxque* le chan4emeht de C11Mat tles fatigues d1l, f6pt cotirl r'les plus glands dangers*
Le-,Y6uv ernernent Anglais a donc voulu f xer icul -re rattottion.,
n6' AiAnitxe 5 -part le I
e 1ple fiii fes p6f efflons d6 PInde dont neU
*It p u, chafk les'Fran ,ais qtit ions adminiftrati -oil'" de Dupleix domi n-01'ent 1"Indoftan'' i &- s"i lenlev ja r pubfiqtieIes lles de France & de
,ue la, femble- avo
Botirbon v ligature ir le ee.s a
A.:, ,-e de la mer,,de Indes enfi. 4 6en L pour ire 1w 1,
repot-, 'es qaatre parties oobe al'r;
t' I; g o s on,
pavill'oh -dbm*1nera_1.:-feti1-1es mers &Afie fa, fit*matie i era d anta ntl)l us durable; q'ite la r ran ceq, 11 ayant plus de colo'nies J, n aura Plus'de, ifiaritie

ptivernernen als a Mieux fait encore
preniter i I a lante les' clenrees d s Anti 69 fur 1A coke XAfrique. U, *11 troupe, Comme dani r1nde tin fol ferti I.! & Ae5, C111tivateurs ipdior es"l-," 1 -1 11 1% 0 I I
que le la 10i, client, an, oucy de, 1'ef-C a-,
vave
En devaila'nt les Antilles ;franqaifes IAnglio. terre n 0 antit la inarine mi Mta*re-de la Frallcet
A
blentot les M mos 61einens r6vvltitionnairc fe








70
velopperont dans tout I"Arohipel de I'Am6r*qde blent6t le Pirou le Mexique & IC reft%*dn. conti, nent atfiirtcain Is qiii 3 d6i oufrre a f nt impavemment
le joug de I'Europe fe ns'le toueoillon
1, jetteront,
revolutionnaire. VAngleterre Prot6gera Cetto Inow furrektion Ic e
4 r' he d tant &cvenemens elle
fera f ule *Ie co dn monde. Se I s Ons
inmerce potTeffi
de rAfirique & de I"Afie ne fow. n iront pent**
A t'* etre pas
autant ae tucre, de cafill 4 indit o qt en confom-me
0 4 117*0
Urope ; mais qu impor
mourAui IT to rAngIc
terre, qui vendta ces denrees'en raifon de leur raret6, Comm faifoient autrefois les Hollandais de leurs 6'piceries. Enfin I'Anglete're ferl, la fe'l-le Pair-, fince maritime & ditninuant le nombre de fes
e
vai aux en r i on de. !a de Ja ma
Af runne rine ;4t-.
A"
&-aire &s-"autres'. pumances de I'EtiroPe el e, pro tegera h pea de frais, fes colonies, ufqu cc que I"Ameriquedu nord Alev- e fiir fes pas.
Ceferoit tin'e gr2nde erreur de croire que I'An,,
-glet,err-e stemware 11 ra des colonies fran5aifes, Au. moins de, celle detSaint-Domingue,, pour en
Wre'fa chofe foit pour les- do- nne- r au ci-devant princes emigres toi t %cnfin potir le! ce'der aquelqn'ane des puifl4I.t,.,,,#I dn Nord coalif6es ayee. eff^Z6
Pe -toutes Ics 't"ol'Onies frangaifo, les, fles, de Tratke & de Bourbon wront peut4tre les fe'lleg don- t rAnglete'rre., pourra fe falre une propriety elles I ui font n6ceffaires pour faciliter f6s'relation'danSLIeSmers &Afie. Mais elle ne faurcat: rerentr, les Anil"Iles fianqaifes ; car ai6rs tones, les paitfances de I'Europe, redoutero*ent f6n t"fme
1 derpo
commercial IAngleterre fait trop:
1 Comme aufll
Won app, r&'Ier la partie franqaife de "Saint-Dowinto







Ot
gue pour en laiffier proprict6, a toute,,.autl
1 0 6 #* e
611ce;, car eette colonic dolt, 6n ration a
r4cheffe, & de riaduftr* al' aiffiv
titans,, kbp fer' ., toutt -1m, autres colonies dw
monde.,
,.Reft cepetidant 'a Prefumer que I'Angletetre a
prm_ I e LWOW
los pitiffiaro2s coal'a des eheya
I I *
mens contr )-Otrib rairon'ynant'
*1 -'-eft Ne
atres. 1 f
4ans ftypothefe da re'iabliffetnent du one en
0 41 I
r rance, elle Im att garanti 1A propri&61
tilles fran aifes. 11 eft poffible que, raifonmnt dam Me hypothefe contrive elle en ait ptoans, h ga,*.
rantle quelqu'une des pviffanc s du Nordt ew
effect la RuMe, d6't voir I dun wil avide-, 1
richet ppffeffions' dty n6viveati o Mais ft,
I'Angleterre tiont 'fo engagem'cn'sj ce me,, iertt q4'amis avoir echlre, es c ntrees. par 16s -MaInsil & kuts, propres habitans, certes,,.elle -n!a'elle pretid *Ae
d*txeb4t 'dan les me figure U a Ur
egard lommkifie qWellio k1mblie It, plus, fav6riter', si"
ontre 1 01utionnatres* I'ariftocrat"e & les c' re
elle atme Pour rePlalp:er A',Ia Martinique, -,k la,
d-uadel-oupe, f"tendard du defp6tif
I C the'* ft-,elli Y,
porte des emigres r ranOis'# ft la Jamaique" it, dev'enue Nntrep& de ttons -0 m6contens & Aes,
migr6s al S, ritm&nt Pour fe m a ffe
00DOmingue, pendant,-" e Satitonax& Polfft"
ver l ,en, amtent les habitats 'Four faciliter, leav
, I %_1 f Ak -I
exp6dition c eft qA le fait qtidl po"nt ces hamii -, aigris.1 exarp'res par lemcilheitr&.Ieurhaine contre-,, Jes patriots porteront, la vengeatice elle, fait e i a d appor-w,
it combine les patrtotcs r duhs u dfe(poir
teront de la, refiftance; t eft qu!elle fah enfin -que
E








7%
ts ice utte arti s on
I*un & Pautre
em ,nogres, stwevenront fous les"rumes & Itur P alors les h-m es, li6res''difparolt r'nt
4os Antillts lei elClaves feuls y vig&vront divi'm en aurarit rdes. quil y a do nation diiierfes. "f4 que a_ ait extemine ies auttesO
4,4 ice plus fo"O
pas'.
-A,ogleterre onfin ne veut conquirllr tile
veut detrutrev
el'it neceffairement le vafle Plan -,Xon mi-o nift're i graid carad're-, do t les co ns harn e n nceptio
4*es embraffaut audacimfenlent tous I's Cl ts taus. 4 s, ages, viendront apris- avlol.r ebtanle k d -I
4nonde,, fe brifer de''a'nt, la r'onflitutdon,. e a
-f noce.:1
Oilers font les ag e ti is de, l Cette trarfle poiltique 1-1 miporte, fans doute, autant de Its-connoltre, fficile 'do'. e"dr slls laif-,
'Comme 11- ell les, att in
eurs crimes j i
fent amout de -traces de', I Ols:, en,
ecartem' lbignetik mem Its reeves; & fi re
prdsperpmAes pe'n6reint 'a travers It I voile pa-* trio les couvre, dtauttesi. inoinsdairvloyan
lot] reocculpis, ne pouvant piercer fenvdoppel
p # , "
-om tl r refpe&ben ,a' leu -s pieds,4 pefletrCs ( parte
qtriwne peuvent -croirie que le ct ime pume at
CO e- de la vertm
v4t*r le flum
Ceft ainfique.Briffit, cc' tnonflre rocia4, qui r6w, parolt la cb*,t t la-congitation
u e du tr&e en, juran
onime i1preparoit le retour'du defpotit.hle m, vof',,ant la libett qui toulour s ewoppofitioh 'a JA voclo+ me" rkift.0 6 A
vnerale ne, voulott que anarchie &- la di
fiitionde, la France en pykhzint le r6peft -pour' leslo*x & Pun't & rindivifiNfit' de la r *publique, on impofoit encore 4 pl6ficurs, & -eu x qui voymna cn lui I'affaOrm do la pattic pomwept







75 Q A I
Mefi ;ndiqb r le 'crime., als'ne Pouvoleat aifir
le pmgnard dans fes n, iains imerticiaes...
i4chantt 'tout
Ceft ailnfi qu, Bm66t p our a a
foiwerainete des col6ndes no, III V Illy, utem
traneJiri de fit oa We e Ur' aner-o
Wet%
villement la France, provoqu it e 1es,,CO*w
Ions aint quatt
tiorn, de la fibert6 del: Naal
':' ite utra
corps poputaires- des colonies, il don *t Myt Itne
civique aux con tre 4,0 revolutionnatres qui
avec- hii les d C-#1 111CS s Cit
geoicilt POUP"' de to ens- chaff
dc leurs-, habit 'ns (t)-46, W $''-,S t
atio Va. e il"itoo ent
dt-ftincs --A repaftr'- Ide: litif -!" we', ks lioid0s- ,
4
f6roces arni'es pour trainer c*s contrees C A
C t i t e ni
Pe d,*fi ,Br Ito n re q p echo -fide,
,rat OV*
de la ph*i1ofbph*ie- S4'- 46 14"
c que, c Citoy n ayu!o,
4it R nd'S7,. ftt'S. in, n it 6111*01V lit & e, pas
aujoura, lut qt i ftif ion, anit e, p u ic
:be fut f6 complied, abdant ,,;des .9randes, ji-aitons
qUe IUI'*Ont --donnt- fes- rapports., avcc ie MW
Lil ti -z e r1b e- 4) & f6 n- influtmc* ''-fiil s S t'i e$
Conleur dm colonies aW.quds A envoy k lepeo* AIAHOINI
wpotenuatre ;msj

Lai kare du 'CItoyo Raymond' aitelle a Ue luic f i c'uktton's de ce Brilloi-. 'Ykoit pas etranger- P
citoyen.,
'2, ) Les archives de 1% -'Iot m ifilon de taint.-DO46
:- 10 ; i I j j
vaingue font, fournles Je preuves non 4 quivoq es, 4e Vase -en, vaw
routes ceg. atrocities: D tent Ot le citoyta q
W e ria, Pa







ter abirant Je la populartheo dont Im invefil MIS
guetier du df,*fpot*f6 de ra archie fa
laries fans*doute .'-de O I,.-'aemandces 'a
Saint-Dominvuepour t6noigner Ea reconnoi a m* .8rijot Perhion Grigaire Claviere
(ces hommes rates en talvis-I _verm, qu."il
me aut pas car on ne fill rien en
Frame 4ver riev Zune uble O","fan&
4,Fcher fe, taxe it fwut do nnzor a, diner h -hien dr.'s- Perpnn.S joit di celles. qui Feuvent ecrire
Pit, de Ciltes don- t' I &PInion Peut Inyucr filr Id y4ire, en a long ghtird car loutala leflnecej
temps Impok h 18' fociere, aux miniflros, a** la con ventlon fia'* f
nona e.
Raym6nJ 'a I'atfjh tieqti'il -a pri e
fe t nelpetft 'tra
qu I- u cc I ftn i4iraieur atroce, s il Weit unextellent
Pm # Malk e*1 cft bon cdtoy'en, pou i4qtjq4, I-e: 4mat 179 it-ii,(iemand6aux-hornmesde.couleurd.t Saint00 1"?OtIrquoi a4*riI' ind'qu6D6MIngue Z1198 0 11V
gen a hel'ande', que.
pour, f6n vainjer e'I er I 131anc
J pimon publique enon;oit meme, Mors comme lie Po it
un contrerevolatiOnaite dont J* UVOO
t0connoitre* le; dirpofitions cu a,#ors *111'. &04 d3nsde grand rapports avec Laluzerne & Man.* delan de e*tot*t Momme de Laluzerneo
le-16 ---' juln 1791 1 Alfcoutant avec
lem^niftre 4e la juffice & un, member dol'afremble'econfloujante, a-t-11 di t qdfl pouvbik I d'un ':. mot,
aneantir Saint-Domingue & routes fes colon ies par
lat&olte des tHaves,
x mois e,
Comment fe fait-it'qu, e deu a r 4 S "Ies
fdaves fol*ent 4n revolte ? C , 0
comment k fah *1" Oit t)ro,.*
t-t que cette revok







75
voqu6epar les hom, ines, de C.Dul.ctir Par ces hommeS ati.,Xqutls 1*1 icrivolt cinq mois avant cet a UK evenenient Je vousavois annonci, par mes
ermcres qVie voos atiriez recti parS61
une, vole,'stire tolit, ce Iqu-11 VOUS ctolt -Imporr ff :I I% k I fj- a j o
tant dell favor -rclativement a nos affairss,
VOUS ti ole, aujourXhui fafre le 'ef
eM Par -st quo
0 v Ous- tenlez les vokres de nic'me que le
troupe en ,,vous, IneS. trees, des homm. es aunt z6lks -que' moi & picts a raire Us facrifices nC$U Voos a6v'ez demanded' de vous envoyer Tielow
go le I ai trouv', cer bomme,
"un, de confidence;
0 qui va nous devenir kutile maisu a talln", iin'wi
t4r4rcrw 0, 0 Ib 11 aura Ide, moi des inftru6toI IIS a march qu"!t a -4 teem
rticw;, rcs pour aur
wr tant pour Pob'ct,4' fa,
e acotille que, pour
,nos Affa
Comment- fe fait woil qu'e ces- hornmes fe ri" voltcnt- ,'r'eV-oltent les -4claves, apr s avoir-recu cct hq mme de confidence, cette pacotille Cos
infIrd6tions secret es.
D' eft v.rai que PIqP 16in R, eur ecr
(t Ict ledois vous r Wrei, S,
14
contentment toujours, la tran ull.144, Int'd -104.
,q I,'
16 -1 0 0 1 :1 , P P 0 __ ,
farre4lop'..)) Nie, croiroit -on,. pas vo,,ir kgcn04 de rarmee thritienne- _c-6tnm'andant Yobeiffianco njeivcur A vaque &Agra. aux e-xhortadons de, mo c
.Et derar yie fes chers c-ompatriotes, ne :dqnnent a ces recom man uatw"4ns. une acception nacifiquele citoyen Ra mon d Jes cbelande a' M. Mihon fes infirudmons, ieo
cret 01 Icar, dit avec lent nt;* VOUS, Vow








761)
ditiarimbien Mieux par voS actions,, que par
lot
tna bible pIUme#****# Cate' letter, ajoute.t-11
:fefavraikmblablem nt prcc6d,,,c, pa& une- atitre io demoi que M.M. lescoMmifralres, nornmespour acrdans r* abl r' la, aix
les colonies pour et i
I I 1: 1 1 4vl% 1
X m-, ont dewan& *, & votfs ecare -, avec promelit le faire remettre par lavme g &A.
ICt fera une, circu'la'ire- i6cante ii, tontinuet
"oas mohtrc r, atnt trainquil4w
s de Pordre, de, la
Nti & du patri6tilme,
QlAs itoient ces commiffaires Ceux & la
Mai S 's, &agitor les An11, ,n"bnt ceff6
ml d- V n, 1, Jan e, qu apres y avoir t Ntendard de
contre-revolutiono
Serolent-C ''Ceux- envoyes A' ;%)aint-Domingue
Wais : Nn'dertre eU'x, '-' Mirebeck-I n'-a' detour-ne J'ahentidn piibl*q e de ftir! fa tete qtie I par'' le ,,.Xnepris que lui a mtlriti fa v 10 1 U, x U r *1 e U f fe S Oum atteildent,
'iau 'fonds Xtin cacho t 16 c 'h t' e d 'lour tranitivemerit c eft' Ria hA fobs4 ut itAe', cet
hointne atroce qui-, pendant trois ant ,'d com b* e
i"O t i-m A I d'vaftad6n'de la plus
p4 .rej Par ItA cme
Me,- JU M onl de &'k metirtre de' re' ba cont 5 tans ceft Blaiichela'nd,6" qni' idevient '16 f'des (piculations mercan Ines & --d
mc d,
Si Raymond loyal citoyeti auroit-i
utes le
tefU d le faire empli to 9 gazettes de diatribe's eo ntre les colons'' bl nc ') Y JUrojtj JIL I I
fak *nfirer des, Prehendus leaves. de, fon' 'tbniplice Pinchina a i par fon infolence a s Imputaticins calo mn Cute's lie Vom it qu'-UIc6'er les








77
homes les, pIns patlens. C'ertes les homes dt couleur etoient mal-i-propo6 carte's du fyfWav Politique ; mais ils ne retoient pas pat les blancs lis iletoient par les, abas de rancien recrinie & par les, loix de ralremblee, conflituante ,, comwe le cito-yen Page le prouvera par le d "veloppenient'des caul'is des defallres des colonies. Si Raymond ek ete* un bomme de-'p--aix I il auroit ekart rous ces gernics de ditcorde &- 4-e haine;'-fi Ic citoyen Page en- parle on cc moment, cc- n'eft que pour dc'mafquer deux h6mmes egalement dantlereux eg4"
& Pinchina, ce
lement--malveillans, Raymond 11,
n"eff que pour 'premunir la fociete centre les.in" trignes de ces deux agitateurs alimenics,', l'un & 'I'autre, des malheurs delSaint-DomillIgue, 1 1 I Enfin fi le ciroyen Raviiiond ne tenoita un grand fyfM.me comment fie kroit-*1 que pref ue routes
0
les gazettes, r portent les letters quil dit tenir de Saint-Dorningue, tju aucune de ces m tuqs
,gazettes ne veu ille recevoir les r6ponfes qu-o.nt voulti y faire les comnifil-aires de Saint Do-40, millaue
S* Raymond eto*t un bon citoyen, fe feroit-41 coalif6 -avee 'Camboulas &c. Pour fauver Cainbefort, Toward & les autres, con tre-rev ol vitionnaires de 6aintooDominatie. pour retenir, en France les dc"port6s patriots
Si ]Raymond ekolh un bou citoyen auroit-il redige, 141licite, Provoqu' le d6cret contre,-r4voloo tionnaire du 5 rnars?
Si Raymond iAtoit agent ou le com Pike ,d'hommes accre'dites, a cette 6poque anrpit-il .*f4 fe pr"fenter "a la barro de la voinwat*on'








poor routenit le decret dq -I mar's, & Calomnier
0
ceux out en demandoienfun examen I
Si 4aymond, C'toit un bon f1toyetio prifente "" roit-il Santhonax, & Polverel. ces deforgan ifateurs es vampires de Saint-oDomingue 7 comme de bons patriots
Si Raymond 'tol't un bon citoyen vaincu par ]a force de la verite' en refence du comite de jr 0 0 *
tnarwe,, auroit-il dit au citoyen Camboulasj que ce cotnite avoit beau faire, qtf il fauroit le p' ralifer
ditruire fon outrage?
Si Raymond 'toit un'bon & loyal ci
toyen., auroit9 refu& de ven'r 1, le 7 mars, deliverer avec les.autres colons f6r le dc'cret du mars, conime 1'en avo'ent prie" les citoyens Page & Brulley
Le citoyen Raymond a tout tent6 pour perdre Saint-'Pomingue I & la ven'te qu*'il a fiaite de tous fes biens dans les colonies avant la r*volufton nfeft'pas une indication de- ton innocence fur les incendies, les pillages, los meur'tres qui
font commis & ey commettent encore.
ainfi queLal7ayette apoftoloit"Ia philof'ophie des
w
amis, -des noirg apres avoir\ veDdu leg ne-gres qu'il avoit a Caienne*
L citoyen Raymond n'a ancun inttrth. direLl k h confervadon dog Colonies. 11 doit tout 'a lears Matheurs. Les agitations de ces contrees lui 6nt, feutes donne** de influence dans le fyftOme social
ipolitique do la France. C' les colonies
qu! eft devena de que1que importance ir le crou. vernezrient car IIUi ou Briffit, ce qui eft m6me
It 0 t 40
chofa, ont nomnt6 tous les, fonhionnalres pubucs letkv 'Oyes dans ces contr"'S, Ceft lul ou Briffiot q4j







79
a porte & _f ut nu Ailmae au miniak, it-, eeiia 101 ou Bdiffaqul a porte otitenn Adet,
les bureaux dda marine* !Le temps t 11 eft pas, loiti ou
On aur-a le d'veloppementde ce' t honv"'te'fojs niftre c7eft eDfin parl les colonies Ra. monA habIre U11 palais Y
a vingt-citiq COLorerts
donver C"Clix ympeaviAtwrim7parlew', va dont Popinion a de influence jiir k ze'nera,14',
CCTIVOU-ii "a fis ft resa la m6me epoque (4 voila done votte furt en bonnes mains- va
f
11 cit. qAn -France que vous Pouvez. obtentr
tice I-- & on vit di OfZ 4 voui la rendre mals!$ i> mes chers, compatriotes, tie:, vous endormez plqs'
fir mes a4vts* 'etf dotic'dans cotte ieme
Perfide quo,, les, homes de couleut 0 nigres libie' Puifoient ceme rAttancetrimint'lle Vi'is ont
r At,
toujours porvie au"X ar VMS de' -Pa&mblde ciulb4* niale, trop,, Ioni!-temps. zalommie par-caatiat-w
r. I 4chifles_ que laiartoiell't Its enne I mis de la-, F'anca
pour devaiter les colonips ? Raymond avoir pref".
que sil ne fixoit Voe*[_ des homes Ae couleur fur laFrance ex'clufivement aux-colonles que s'il Pe. leur idpiroit -pour leurs peres & letto' patriots une horreur profound, I'l ne pourro it le- S prellurer, 4 peut-4tre diriger 4- fon gri la',torchte
le p nard dont il atmoit, lou'rs- mairis partiddts'.
A
C'eft dans cette letter pout -6etfe ') -qUV"'W fon cwtup1lice Pinchina avoiv pd6 ces b1afph46icg ju it prof6ra tant de fo's I ces blafphimes 90*1 font fi fouvent attelles da'ns les archives' )&' ]a -commif4: fion de Saint-Domingue, & qu'on r etrouve file-.6
-tout dans cette letter GU'R adrefrol't k'fis Complicles de Saint, Marc 1: (C' kamaffiom nos forces 'Pout







_0 Xterminer cc aflimbi C-*e- colon.1alle-, Ce P Y
qui nous d cc N votis verrez-1cM-1fc-les
de P'roft-- "r e, hc1as trovr'a demen't
eaux)ours- --Pc lt
ecoulca. C, toit le la C f4itatique
de clet homme que Briffiot & fes f
% I A
affe6ir. a core-. de,-franklin.,', pour De'pas 111varcher
eux-Memes a
I A Achafaud Us regar s de Cf*t
hointne atroc e fe tou'llentavcc conijilAf'ance vers les, tetops Ane fbuffloient 1P I
-JeAd ofift e- & b tyran%* '0 Ell t 0 *
nle* ,Voila cependant les homes de la reIvdlution Cet -hom*me,,, ce mulatre -Itmple l
ote &-,Foar
en fignant cette letter avott a fes i .c 'S z
comp ice., nn atroces, contre- rc
,naire de Saint.,Dqx.ningue un Decolgne qut le
d6cembre T7qi,,j,,ccrivoitA fo-,
a n oncle Lopinot,
-coinwandant pour, lexoi-dans ]a province du Sud
w Le's, brigands blancs,(Jes patriots -) f6titles"'Plos
I-)). a craindre laidez, -Jes, donc ditruire par es
Mulitres youlez 1-ts d(V1111
Votis ne -C VOLTS-0 Mdtl)CS-* apres., A-Vec Ceux C1.),vous.rangeroz es
negiresre'voltesi--vous reltablirez- Its-,
peu, & vous ferez 'm A me de
e- r6primer ceuxdes
sen de couleur qui font icoupable'
ep dant ce Memo
ep' A h mnie ctoit- coalife, avea- les
h' ino,. de qU'Ie'u'r'., c'eft-; dire OM avec Raymond,
0 4 0 -
avec 'Pinchina avec, $ kvzkr les aLitres vietimes Ae leur iLynoratice profound r ctoient, que
Aes i nftrumens aveugl 6-i s qut leur Portoient title p ffive oba ifrance oarce qu ayant avec ceg intri &

f ans une commune oriaine ils ne pouvoient Ieur uppofer des intek&s dflf6rens.
Le government -&Angleterre. vouloit d6orga.,
*fer,& ruiner la Frame. Bvito ar fes e rits







& t s intricrues Raymond par fes rapports
'fon influence avec fes colonies I ont renipli co
0
41ouble but I en volant leur fcA.Crateffie des attrt,.
fo,
blats de la philo Phie Cepen,,,, nt la rui-ne de la France Yaneantiffe ni6nt do Saint ,w Domingue etoient aux yeux de Pitt le prix de fes guin&s
que1ques decIrets, que cesdctjx fa6lieux ont euxm8mes voulti paralyfer le I mars ftolent auxyetix de leurs fre'res ei!are's le prix des trifors
*111 "s u U
C, f* r les h habitations de Saint,-Dominoue,
Et fi l'on pouvoit encore outer de cette coalition & de fes defaktreux effects, qu'on juge Bxo-;iTot par- laiw Meme:fOnrapporth vijanvievdernierau nom dix
comite diplomatique, & un fraorment de fa letter a fes commettans, donneront la mefure de fott influence dans les evenemensdes colonies tt Ehat
,quelle fuperbe carri're souvro*t levantt nous, dit- ,*1 : aux Indes occidentales, les colonies an ow n gloires quIl etoit fi facile de bouleverfer feule., If it
-,o menten achevant de Purifier le regime dog
A
-(moyen qui 'eft m6we pas compr*s $4 notres 11
d'vaflation que
Quel eft donc Ce Moblemte &. e
Bri&tficul peut ri -fotldre ? Quel peut hre I'acrebt def..,
0
trudeur qu'eniploioroit ce arcnie malfairant ? fte;
-Ce que Brifror appelliv la purfficatioii du tegime de nos colonies nt fenl., dit-il dans
fes mains, le -moyen de ''bouleverfer les colonies anoloifes; il dt donc feul coupable du boulevier-a
-fement'des -n6tres ?16 -etfet i ron, nom fut toujo'urs Place* 'at les revolt6s c' t de cc ui du ro I'; e.'crits 'toient leur njan*f6fte, Telles font les que ]a dif.cufflon dd
tic"' ret du inar s a Uvelopp'es dans Nr Pt
F








Ititoyen Pa its col-iryne en temoigtiage at
9!
1"winion qu ii porte, Ale Rqn-tond, tur la, t4te duquel it 'Pi le flambeao de'' la verite' ) MUr garantir
P A
de lui IafiucIvtC'& Ics homes do couteur eux-memes qI Ii, itrangets aces tranies, fitiiment n6cefl7ziremen t 'pa re I v*&'n
et es I Ines. Le citoytn Page jure. *a ceux*-ci atnitle, Concorde & frgernite* C-0111me 'l jure au otoyen Raymond de le pourfitivrejolquA ce qu i e,
vec loy-, tit'? in MOM
V1, ye _M64rcher a a C-3 L -temps go 1
vi i aucun fait, foit
lul fA t le dc* fi Xa kuler c ont re In quIt le confidtire comme honini. prive foit qtM le confi&re coninie homnie public. Lorfque la, difcuffjon fur le dekret 5 mars
ec e C1110 Da-lbarade miniftre
a 't' fermoe le i y, en
4
-de la marine Ihivit6 pa r les J- eux comite's do faire un,, rapport fur Iitat adtwl des colo'nies fur
les caufe. de leurs defiiflres a di tqu'etant depuis peode tem-S., charge". de, ce 1114i*ffire, 1'I navoit p acqnOir, fur cette portion de ton admi'111ifIration des notions aifi z exa los I Pour 'ponvoir on
parlai tine des ta'Is I' dsfaifans mais 1"I a pr&nte" pourremplir cette',t"che, fon ddjoint1 0
au department des colonio ( Ic citoyen Adet
Ce, c1tolye-n a dit'que ne pouvant parIcr fcl"c Mda ment que _,de, -C6 qu'il avoit -_vu,,,, il ne rem. onterGit
0 'ri L V&S I I % & '* % & 0 a*
pas anx epoquesantc etl 4 a on arrme a int
Dona tigne. E I t j "dk6rconferit dans Ja dont Ia "t' le t** 11 narration des e CM01116
adit,,quune.,diffititation Pius, approibndle demanvow Jerou des reclerches (Itt'if Ifap4hrO !: elt "101, temps do faire daiis un au'fli court" d6lai qtic-- celui 4iii'luiavoit, W,* n4'.Par Its. comites"re us', A ndant, JI a fkit airec p c**cifio'n & carte, Io tab'lcau, do Saintlw







83
Domingue, It a &0*, -rattetildondes comite.s touv il-tour f*Ur chacune des'colonks TY*1 a, p Ant' es fous; 4eur vrai poin"'t" de vaeo
4,-*e, citorn Raymond a trouv6 la force des malheurs des coloniks dans le pr6,;*ng6 des colons, blancs dans leur oratieil dans "opreffion des homes de couleur il a mis on t6mohmaze Ja
diftince -,*alaquelle fes colons blanco, tenoient le,d, hoaitnes d e conlev fous I'ancien regime leg
difficulties que ces derniers ont eprouvees pour ob.* tentr de 1'affemblee conflituante 1. raStivitel "I *b1es'&hum*1*
p1146 pofitiqtie ; Jes corve- es ptni i iantes
auxquelles les homes -de' coaletir ekoient afflujettis.
4*
Pafrant rapidement fur tous I.es C"ve"rimens qut miroient necef"I'a"trement donne tine mativaite Uinte
fo nt"; table"all ii it a par que de Pafr
commis for la perfonne du f6r,6chal dti Potit-b Goaw.e & fur rincurtion faite fur Mabitation &Abadie*.1
11.4 fait Ploge du- civil me & des, tafens
Santhonax & Poiverel ; iwas it n'a difcute aucua de Jeurs ades,
11 a point les,'colons blanco en oc'n'ral 1, & celix de la ville du' Cap en Pa itictilior coming' ellne-0 Mis de la 110i du 4 avril *11 a, exalted le 'Mfim ,des ,Iommes, de couleur-& leur attacb6 ient a la,
r -volutioth
Phifiears colons, D'qtan'unent les citoyens D*4 9(iXalux Littey Tonneins,' Pomme & tagon
ont pavq iur cette quic-flion q e chacun d,cux a tr.4.46e. tous ',des ra ports relatifs 4 t oul tes colonies fous des rapports relatifs' a cha-cun







to C'Itoyen Page,,::a d 4montrt',', que la claffificaAl tion dcs habitats des colonies rNtoit pas fe r4fill'tat de Itor'"ttell, des blanco mais bien celui dti
a 0 0
1W *4ment; en
macluave i t e do govern tiet fes C010,11S
blanco eux-,mt imes ji'avo*ent 1exercice d'aucun dt* it POIRIOUe ii, & eits saffembloient que1que foisj e I toit reuiement pour &liberer fur I'adminifiration de la- fabrique de Nglife it Ic. Los, colons
blanco t ont donc ptt. claffifier- les hom es de conleur les rt*eter da fyfUme pollUq4e ,putofqn'ettx-m4wes en ttotent exclus.
La IC2111ation id'im Pays, doit" n4CCEairemetit in, flu er rur opinion des homes qui Mabitent auffi "rien n!ett, m61ns ctonnan't que de voir jes I' I claffification
olons blanco tenir plus ou moins 'a a
dles homes d, e couleur qu-el- I'a Joi confacrolt xien,,,de moins Conna'tit I
que, de. vor les Colons
blana t'*!Carter de lear famifivit6 les homes Ae couleur, que la loi clle-me'me 6cartoit de la fodkte'.
(t) MA-is il eft une verit6 inconteflable ; c efl- que dti moment'que la lol d(I 4 ami, 1791 -101, etklit r6gallte P'ulitiqae entre les homes 'de' couleur
les Manes 'a 6te connue Saint Domingue,
,y a et6- acceptAe ex 'cat e avec loyatite
Ies homes de couleur- prouve'.rent- autrefo's quelques. difficult; -s anpres del Paffe*mblete confitWante dans la demanded qu'ils' lui faifoient, de Icurs drotts;-Politiq ics I ils doivent -inoins accuser M 0 W now
Une 6 mance du roi, 'a la date du to juin 1705 veut qud leshommes de couleur qui 'e4leront des efc1aves, fugldfi foicat veadus eux, Icur f4millea au profit d% fifc.








fes -colons blancs que le mi6iftre- la Luzerne
qttelques homes tie rancien, rqvime, ptopneta'i'ra
es I mais avou es ti.x "rio
dans les colow a int aues de ce
win tit, par le moNren de BaTnave, & des
Lameth, bouleverfoit les colon-tes,
CROY Pagve avoit embrafl6 le diveloppe. ment des cat4s des de'fktres des colonies en Or neral & de Saint-Domingue on particuller; US 0A
le ternpscmploy6 aux ditcamons ant6rienres ne lui a pas vermis d'e,ri, I)arcourit routes ICS p6riodeslw
0
Jos dieux comim' rc"im*s Font invite a le f4urmor par ecrit.
En conr6quence le miniffte dq la marine, lk citoyen Raymmid & le citoyen Paae ont C'tC invitees, a r6digor chacun un me'moire inftrudif 'a pre center tin pl3n ou project de deam,
Le ciftoyen Paore a touPromis enert6 It plan idemandco 11 laiffe au citoyen Raymond le 01 e mdement ou, tin f6'pp16mmjt
1* *n do Pr centerr un am
f
a on avorton du 5 mars Po jeterdans tes co,.%* & U,
,Ionics tin nouveau brandoli de difCOrdCj'& y
*yvns Xavoir AV
conferver fon influence & les m 0
moms I zine voititre. im bel hdtcl 6* de, pouvoir donner a diner aux perfonnes ju fi*zvent e- crire,
.ell 6
,varler C; agir.,
11 laiXe aux homes qui totijours enfl rmes. dans le cercle 6trolt de I'amien t rff-Zme polittiqjie IR 0
s pouvantent des conceptions fim les 1, mais bar dies de Fhomme 'a caratlere le foin de Pr6follter do ces derni.-mefu r 'cs qui Wont *amais fervi que Jes traltres & Jes anarchifteso
11 laifre *a ceux que des circonflances opt place .dans la fphere pohuq e mals qu1i trop .'I 'fio et








no VoIr 'Ue la chofe publique conrultent letir I*nt6th particulier, la peur on que1ques intrigues.1fecrettes, la honte de 6cfiffier lour pays*
le, citoyen Page croit q-ie ]a convenflon natto nale de Fiance, no Petit w4wir le code des co7io*w
ess ans en prononcer .1a d"frolution car elle a, vote la fiberte de Momme. efle tie peut tranfitmr avec res Principe! & la p6litiqUe 1, meme ]a pllitofoph* -pent--etre la itiffice,, Im c endent de t0ficher an fyfleAme fiociad de ces contr6es que temps feul peut modifier 0).
Toutes les lo*x chijifes poor les:, colonlie.s portent avec elles un ,gertne de ddtruaion. 111, Wen ieft aticuno qm n"ait fourni aux ennemis do la ,.chofe publique mille moyens d'atiarchie on d'oppreffion.. Tontes :font' elgalement atteintes de ce vice tadial : Pignoranee des localities. Leur ambiguite leur incoherence, les ont tendues 14 ryalemem funeftes. Celle du chiq mars la der-niere du tOutes aurolt tte' la plus defaftrueut'e 11 IC3 cotniniffaires de Saint-Domingue Wen aviok nt arnLte'

(j) tc je fens dtroit Rouffieau aux Polonois la i ) diMiculte du Orojet d'affl-aiwhir :vos efelames : ce que
0 4 Is $
2) ic CM1111s 11 cit pas ftAtletnent llinterek mal entewla S) amour-propre & les pr6jul-116S des"a's
tacle vaincu je craindrots les vices & I a lakliete des ferfs. La fiberti eft unallment de, boil facA mais de t) forte diyeftion R faut des dcomacs Wen fains pcur v la fopporter. Je tis de ces Pellmles drills qui fi o laiplit anneWer par des ligwuii, qfent pcirler de
la libcz4 s weme ett avoir htlee 6-o le exur
0 Phin 47e 10as les rices de PeJelari ge s"Iftlaginent to yae pour etr c libres it faffit detre des, mutins ne








87
re-Cfc"t*On'% fx pour y reAir, I"IS Wav-o ient employ& tous les nioy ns quo lear *ni diquolknt letir civifme
leur d6vo uar4crit" la colon*e. Cependant cette 10i Ctoilt le rIC111t."at de quativ ',=nces d experience, de rC'fI'exI*Ons & do malheurs. Cette 10*1 ekoit le' fruit de tr's.pt-ofonc"esmf, ',d*itat*ions do tres-longlues
% 4, ; 1 4 10%
diffiertations, folt dwis les f6cletes partictmeres', foit ati comite' de L466e*nte general & telh: 4.-tolt JkO 0
Pinion qtte'la convention Portoit de cofte lof que- plufteurs menibtes du comite dt marine', traiterent les comminaires de Saint-Domijioue',j qui en demando*ent le ra" pport avec, une &faveur, qui ne Cel"i"a que lorfque-la difcufflon cu"t, celaire leur religion alors ccpendanr, *Is furent des p remiM ala fairerejetero
0 A les COJOL
Mais pourquoi, dira-t-on Pleut-etrej
nies n'ont-elks pas envoy leurs d'e"puteS, qui, &libe'rant an fc*n do la- convention natio-ale,
auroient porw ie5 connoilrances locales I n 'ceffaires 'a leur 16(Tiflation? Behague ne I'a v)as per-* Mis aux Antilles du Vent ; Sonthonax Folverel
Delpech ne. Pont pas pormis 4, Saint-Dofto iningue.
Mais les d6putes des colonies delibereroielit au ,fej'n de ]a convention national qu'*ls ne
0 A
pourroiept y etre totilours entendus parce que
le mot efelave eft tin blafipbem qu'eflo ne peut ,confacrer cepondant, lors m6me que fon ape*
plication ne forok pas cifenflielle 'a 1'elAhl-ence des colons, encore eflf-il vra* qs- c la libertco ferok pour les honinies non libre's -, un pr6fent furlefle a* eux'41
.1 a I era
m6mes 04 pa-rce que I'africain juftju'* cc qiAl f Police" par le tenips & fia co-habitation avec fcs
4







po
Owtres ne- Gura Vobeir en lelclave ou tomv sander en ty'ran,
Les demons pofitiqu s q i cowtituent ]a r6pu 'Iblique fran5aife coux qui conffiruent I les 4colov vies, font trop diffemblabits pour que la con"M
onale puiffiv organic* le gouverne-o, yention nati er -went de Yun & de I!autre pays elle ne doit au contraire confiditer les colonies que Ems les rapports -de leur commerce avec ]a Franco Win de les tr4ter comme une ferrue que IWafruL% I
vex abandoned ;tPres Pav6it pricfl x- e autant qt il eft poffible (i cite doit en faire 1 pour la France, une force intariffable de prolrrite. I, Enfin le citoyen Patye croit que nul tic peut Ctnearle le v4pou des colons, que Ics -'c6lons eux"to xnemes' ft la convention, national a' la puiffance elle n'a pas Iv droit Anchainer leur vo-, )onto'.
Les colons nont e ncore conna ]a revolution qi e par les forcurs du. gouvernement' mI'nI*fIC,-r*el, qui armant ignorance & le fanatifnie I dech ra & decbi*re encore ces contrc'es-l cowtue Parifloratte C u* ]a Vend'
"chire aujourd h 1 evil
Los colons ne font pas reprefintes au fein de la convention ; iis ne le font pas par le fait Aes agens cle la repubfiqtie ; & par futhe de ce principe, iternel qui vout que vul ne doive ob6iffance
une loi quIl n;a pas faite ou fibrement cont'en" tie par lux" ou fes tepre ton no
'fetitans -Ia convert'

(t) TeRe Ctoit Popinion du marchand Paul Perac,
PAr -oxd.caux Paf euibl'c conft*






89')
petit & neike doit faire autre chofe,, qne meate its, ciArls, en mAure &exprim.er leur, voem Elle ne Peut elle ne doit exercer cuAme atito'rite patcr Velle lie doit confide'rer les colons commv, im people de offers & damis mais, en mcme-ter"'?S"i
A
elle peut & fon int&et bli c9mman'le de prolm teger leurs premiers pas &tns la carm;re polmiyue 90i eouvre deviant eux fur-fmir elle do*t les
ddivrer de ces roconfitIs qm*'j au 110m, Cam-, d la r6publique ont port6 darts kur feiii la tcrrieilr
A
4z I'eifroi # car ces traltres. Cos cmifraires de Briftot & de Raimond ne font paMs dans les colo
nies qiie, pur s t v enrich faire abborrtr le non-t franqais fi la chofe ctoit poffible P 40,
pour y porter I'anarchie sy trahifl.Ant i' leur tour )'& Pitt & ffiiilbt & tous les anare+iftes de la France ils n'onr concu to pro'let d'v r6cyner.,
*I I to
CoMme I'attefle.nt des Pieces dc**Pof6es atix archives d,--s comminaires de Saint-Domingue. Cepcnd,, talt fi le I'01 des kntilles'da Vent & des colorlics de I'Afie de IAfriqtie & du Continent americam,
A
#-n
fu t machete ou conquis par les trt".fors on les arm.-S de la France colul de Saint- Domingue le fut par une afrociation d'hommes venus de routes les p rties de 1'europe .pour chercher fous les tro&O piques une fibert6 qti'iL nont jam41s alicnee car Lou*s XIV Iniv.-m6mic les proti-gea ma'is ne les affervit jamais. I, I
Les Phoce'ens en refpcftant la liberate' de Alarso feille les Phe'niciens en rcf etlant celle.., de Ca-, dix & Carthage co'hiloifloient tout adill blk que nous les inte're4ts de leur commerce ceYcalant Ptnais leurs olonies ne furetit confidc'46








96
ries q"e comme un people d'amis. En effet, ri fa
0
France voit fes colonies, fous les tA-ports de fon I,,
commerce, elle do'it einterefrer lear proflierite parce'que la fotn'e & fes ecbanaes fera toulours en railon de leur r.,optilation & letirs richeffes & Jes Colonies fieront et'autant Plus, populeuks"
4
Xautant' plus riches qua le gotiver iment fera plus adapted 'a lears localhp6s &' 'a letir clitntut. De ce principle' dekoule n6o'ce-tr.-Airement le 'belbin de 12'117er aux colons la factilte de computer leur fyihtne politique ; car ivul ne petit mieux qu'eux-o Mhnes,, 11"tiger de- ce qui Icur convention
IVLAS la Fra-lice -Peut Conciller'), # #116 Intret de
0 A *
fon commerce, fes prin 7cyes &'ies droits des
0
Colonle'. )'O
10'0 En laffrant les colonies *Iou*r du drolt de composer kor gotive-frucnient
2.0. En faifant a-vec, elics un kbange cle Ia' protee*11 n (i) centre i'exercice d'un commerce

(2.), Lq. France voulk-elle reconnoitre la fouverainete'
t4
in(16pend-ance des c()Ioji* 'pr-ut .Cur refufer fa protedlon. VouJroit-ellelivrer 'a routes les fureur,4 des centre revolutionwires', ce"x des colons qtli f f )ht wontres f s amis &'- les pardfaviss de fa revolution ? La ir a nce voudroit-elle leur fivrer des colow- quii tom- ,b, es dansl'abi tpe de la nilise'.re krolient encore paifibles
fortufl s) S-11s, -woient voulu composer avex le def..
'reis front cependant les rAultats do tr*6 que le confeil ex6cutif.3 dans le teInPS OU Briflot Claviere', Lebrun & Monge cette. torpilb funeffe 'a la France,
plus funefte aux c6loniies emdirigeoilent les moutre.. Inens 10 4 janvier 1793 a ch-,irge Geneft de faire









(91
erclur-if pour toute marchandife de luxe,6 car fcroh ,odionx de fubordonticra' ce p4v*16ge, ceUes de n eceffite Premie're

avree les ts Eta JJn's d'Amerique. Cet agent (le la republique eft charg6 de leur offrlir la fratl chife du COM" mercC avec les c0jc)tj'eS franq ifes qu'ils prendront Cous leur pro.te6fi-6,1 &- I grande.
Lie eonfelil exe_utilf Wavoit-ll pas luletraitt6d"amitlie & de commerce failt le 6 janvier avec les
Etats-Unls d"Ame'rique ? N'av" "it-il par lu, fur -tout Particle MKX de cc trite
Le confeil exec4tif navolit.il pas lu le trathe d'aloW glance fait., avec les Eta-ts.-Unis dAm&ique, le. m6me
0
jour ? Ne 1 avioitil pas que, par 1%irticle Xi de ce tritee', cette r6publique & la France fe garaptiffibient rei*** M!"121mlent lears potrefflons, nominate vein" ent les Colonies?
Que vouloit donc le confeil executif ? Atracher our
0 -1 P i i
jawats ks colonies 'a la Frambe & les vendre a Pitt en les livraiit a*' la proteiftion immediate Wune p u i1r. fance qui n"a- pour toute marine imlitairie., que que.1que, bitiment kger, pour prott'ger Per ,ibouchure de fes rivieres,
Qe vottloit le conreill exe"cutif .?,,, Fournir au nuver.. nemwit d'Angleterr6 le pr6texte d'attaquer le Etats. Ullis dolit 1-1 tiledite I'affiervifrement. Si les Etats.-Unis rilly prenneilt garde, ils pourront bien avoir n pre.' fi&Ait he"re'dittalre, Wjales provinces du midi qui, voyent le terme de leur prolpe"rit' dans la Prohiblition de la tratte, que la, confilitution decre"te"ie eii'mai 17 ne 87
tolere que jutqu eill, ISO 8-,) menacent cette re ique d'un. d6thirement Prochalin. Les autres provinces" eti. trainees dans ce tourbillon r6volutionaire, fuccombero'lent alors datis cette lutte defaftreufe, ft le gotivernement d'Angleterre agiMfoitpar le Canada. be I'An-oleterre., elk Illeme y prenne garde, Dcux_ fils de









En infant an profit des colon'tes, &rto uradktoirm it avec elles', tin impot fur leurs # I
changes avec les peoples etramlers
b
4+04, En deternimant contradkffo
I ircment aveC
les colonits r %
quels, teront les Penples admis a ce COMMerce
50* En appellant dans le fei'n de I'affemble"e national un nombie fuffifant de d6putis des co. lonies d "tcrmin
qui e e-ront avec, elle 12ordonntince.
de cc padf*
11 nefI pas de defpotirme Cr k Celm qu exerce un people I*ibrea, L'Angleterre nous e n- offrit 1. exemPIC, en Opprimant rArnd e du Nord. Les Pt"
e iqu inC# d-rigent la convent'
yes qui I ion national 4"
V
rantiffint aux colonies plus de jufllce- Sachant
"des moyens coher hifs n'ont qu'u
qu d cl n fucces Pafger elle, Ctablira fa domInation fur la'confiance It I
ritite'r4t, lareconnoiffance & I'amlhh!,
-im 1-P g
Places a*- la t6te du government de I'Am6rique, fer. vironta Icur tour, te ro* leur pere dans fes projetsli.. berticides' &- Punivers ne pre'fentera plus alors qua dcs tyrants & des efc1aves,
(be vouloit le confell executif Provoquer 4 centre le gouvernement totites les places triaritimes tout IC commercee routes les inanufkiures, tout le people de France qui salimentent des denre'es colonials ou dd product de leurs changes. It vouloit la- guerre e 'le & 1'*aferv*fle
ment du people.
Mais les colons font fraqais ils portent dAns, leur tceur Pamour' de leur mere.-patrie C eft d'elle feule qu'ils veulent recevoir feciouts &- prote&ion &r ft la' France 'Ies' aban4onne its foutilendront leur indepen6a Auto Ou "its senfeveliront fous les ruiiws de, Icur pays.







93)
Toute ]a *force I toute la politique de la Franct
& Went fe circonfcAre dans'fes rapports comwerat
tres peoples du monde. La conam daux avec tes au
ignore pas que rAngleterre mention natiOnale n #. 0
e-navigatio
dolt fa fpIendeur 4 fon a4te d n ale
cet aae feri la proGo
i itera, un auffi bel' XemPle Ie pre-*
pe*r*te# de la France & la Mine du -pays q1,11 t A les Projets
Mier re rieft a0pliquit Ce, a4le ejoner"
liberticides de ces I cofmopolites qui .facri an t- la -fo'r#w
I leur in*"
tune pablique, le commerce nation -a a #
ter8t particulier veulent enrichir les nations etran-ft
geres dans Velp6rance dy faire eux-Memes de'eta
bfifflemens lucratifs : car on troupe rarement en
-4011 # ant 4fes Pareils France- ce nt:gociatlt qui siaentifi Mdual que' la fortune Voit moins r4h indivi
Publique Vil facrifte tropl,,.fou vent fon avalric#
-a ibti ambition.
'La France doit enfin voir les colonies comwe
un people de fr&cs & Xamis:, elle doit rupprimer
entre Ole & ces countries fes dovanes & fes
# -& par fn'te
Mages 1 e tette merure elle exercera
Tur -elles tin pi'ivikge -qui'leur fera utile autant qwa
fes propres interests. Alcirs la France fe les attachera
*1 0 -le nceud puiffant de lIntei6t, &
_pour jamais par .1
bientot les autres colonies briferom les ChAnes qui S t h leurs mekropolesj 'our r cc
le iennent P'ofit
des advantages que leur pr 6fentera le V ehne de."lac -donele
France, n effet les colonies anglaifes,
fol uf6 ne doit fa fic-ondit6 qi 4 Vinibftrie',
Cultivatenr ne pouvant. del 4 P us f6tenir la
concurrence des colonies firangaifes) plusprodac-* # & 11 ngletel tre ne #
,tives,.&DAUSI pourrolt Oug
rivalifer la 'Fran .. cc dans to commerce:des d







94
colonlales--:- parce qn'Aux foins de couture qu'exige le fol iouik des colonies. ancylaifes fe ttouveroit
b
joint les prix des douancs de IAngleterre. Sans dou"te I 'l, reftero't h I'AtigIcterre la"fic"he d'In4ft ttr ia r rance 4 dans la ruppreffloti de Its donanes inats cette puiffince eft Join d' Avoir ICS rclIbut-Ces de la F rance. Sa, 'dette eft immense',". & Ntnp 0"k cvlbli fur" fes denree 5 'Clulonia les, feroit digiciletnent un.iplac6. Par cotte Mefurle lufte -prande'& po litique la France, eattac'4r.01t -indiffiotoblement' ngI 06rdroit] fiennes,
les colonies 'IA eterre es
fit elle ne leur donnoit la meme'franchife & ce, facrific-C, fans nuire as la prolpente au commerce 4de 1 France enleveroit au flitc d Angletorre- des Ttffour-ces quil ne'fauroit rern placer -qu en prentiew
On ne fauroit trop le rip" Peter que Ja conventjOn fupprime fes douants qu-- rx aux Monies (i) les lailre. compokCr feur gonvernemtnt qtelk de'ternifile C011tradi&uArenient, avec elics leurs
# i I A
refipe4ifi; alor's fa popular. ion s accroirra., ;Ies Inanufa(ftures prondront une 11011velle alivire)
'fiera la fociete.
on commerce vivi
1 0 #
i Ie citoyeni. Pacre a donne 7 Wnft que fon colJ gue, fon adhe'flon aux -Onventions qui ont ito
0, SO If, I
realgees dans les Se'ances ant6 ri eures Ce 11 eft que
'dC qqIAI-ra itonnoit dans Illypothe'te dans laqtielle
ecret do t niars pja.oit ks colonies & dans # 0
t ce moment il stattachult ""a d niontrer toute I'atroaft

(1) Tel eft fe fentitnen't d citoyen Ducher)' do n--Ar. its, ophiions 10mitielutes dowent neceffairemen t r6ge40 zhu -14 fyftc'o- Comm racial dc U Francoo







95
cite do cc secret toute la perfidie de, fon rMa Ov 61
teur & apptobateur R4-)ymond & celle du c1toyen Camboulas, oui a C'vit'C ce'ttea*1 utfion avet autarit is la recherchft
delbinsque les colons en avotent m a &,ft, apr, "s avoir &montrie" le danger de cet at'le le citoyen Page a conle*I ti aux nlef.ures propokes en replacement c'eft qttll a cru que dans une
4
,-,telle hypothKa elles Ctoient It's moins niauvaifes qte*l f x pollible de fournir & le citoyen I)a.ge
au comite tie marine & "a deux members tia COMItt Colontal les fetils qui ayent fuivi Cette
4W et-*
dificuffion. llhonirna(ye de -fa reconnotuance'. Dia-* bord prevents actavorabletnent centre les com-, nliffiaires,'& Saint Do,11*1110t7fle oil particulier, centre les tolons blanco en getker44 par les ntrf. ,9,.tns qui avbiellt lfite'rk h ek-after',un e- difcoffion qui devoid les mettre 'a do covert I-ils femblo'16-nf vouloir either des coi&rences qu'ils croyment Inutiles, & qfl'ils ont cepenJla nt fu rendre blen inte'relrantes-par Ix, rectitude -de leur jugetnent & 13, ptlret6 de Jeurs irtuntions, Suit I& d'evelo"ppeimn't onrnt_ par, les COMMIr'* fires de Saint-Doniingue "a la con ve-iition natio.* o ,
nale "'a fes COMItt's.







iw 'It"I"MON mom i
77 . ...

P P E M E N

DES CAV'SES DES DtSASTRES

DES COLONIES FRANCHISE&


Sous Iancten -regime les Colonies recdolent trois re ionaires.
principaux vemens *vOlut le gou*vernement pefoit fur tous la, les. homines de couleut etojefit Places par Iafage & a one grand.
diflance des Colons blancs,-7, la", les, homes non 'tIOL'U9, le fervolent tous Oplements
ceftpar I d'veloppement de
ces prenuers ete-. mens, eeft par leur opposition m6nagie avec art# que les ennemis de la revolution nt d vall colonim
teurs, MOY-015 **ent darts les loix '*McohL rentss rpr&s aux affemblees nationals I dans la con*6 fiake aveugle & Ile refpeei 5ucl les homes de couleur &- negres libres portolent aux homes de I'ancien r6apime d ans I'abrutifflement de I' omme non libre. Leurs motifs ckoknt lpr6ta-bliifrement de rancien sythme politique.
Les agens de rhaque umme voulotent degofiter' les Colons blancr revolutionairts, en Jeur pre'&en, .-ant les homes de'couleurs & n6gres I'bre pI c' 010 Ils voulo*eiit les &goker cW d eux par la I I
Itur prifentant le dhchir mtnt des Cjolonics
COMM







97)
comm6fouvrage des nouveaux principles. Ceux qui avec des projects plus vattes vouloient faire des colonies un- levier coot re revolutionary I pour ibranler la Frane'e efpiroicnt que leur de'vatlation atneneroit laItagnation du commerce maritime I'Obftru4l*on des & manufvAures nationals, l'inocumm patidn de fept 4 huit millions douvriers 1, do cul. tivateurs de matelots re'duits ai4 i la plus affreufe indigence. Ils efpcrolent prov"oer q.u-elques movements violent q qu* diriges avec mtelli*w gence auroient renverU I* nouveau sylldme po-o litiqueo
Cc plan de dhaftation' itoit atroce:, Mun leg tyratis & leurs agen4 font indiff6rens fur Its moyens qui peuvent affi6ir leur autoriti; Pirrit
de mort ne ortott que fur des homknes iivolutdos. naires. Ce pFagn 'toit deAruLleur de tout un 0*060-1 6 0 PIM*
mals la torch'- s''teignoit aux. Pieds des idifices qu'avoit e'levr. I'ariflocrat'it .- car les inftrumens do tant de crimes, n'e'tan t forts que de la protedion .0 leur
de leurs moteuts pouvolelit itre arrives k volont&
Dira- t-on que 6 ces ivenemens ne tenoient
des catifes Particulie'rts & relatives a change colo,,* nies Sainte Lucie s Marie Galante Tabago Cayenne, & la Guianne Franqoife, auroienr iprouve le meme fort Sans doute ces colonies doivent beaucoup. k leur fageffe .- niais elles doi6ven*t en Meme-temps fe Miciter de ne pas avoir fix6 plus Particulicrement, I'ceil ViOlant des ennemis de la chofe Publique, qui efp6roient les entrainer dans le sylkiue des grandes ma&s qn$ik atta uolento Ceft d'apres ces Wes vie la Guadeloape i1a Alar-o







dn qtw, & filr-tolit I ningue ont hi le
theatre 46 le.Urs manottivres.
ans,, ca&e politique fe pla ies intrigues
--&-scabina. dt Madt*4 &.e Londres Vun &-l"autre
0 #
y voy.ote, t la, polli Wifitt', de d6organUr" nou
A
voau eme politiq*le dt Ia. Fiance &TAr)9
voyonen-cote la, Mine, prochaftie d*wle marint dbnt 6 marchle rapide Auk
TV110s. iont its cwfes tels, ont le agelit
wo ens & Its -tnotifs dts 4ifaltm des c o" loni, es fran,*
NOC #
5,01 CS* us gallons parcouril, Ies pxiodes de*.. Ituts,
delL
cur rimendant de chactine des'
0 ran
001 Wes 01 es, tenotent 4ans icurs manis.-Vau**
toati Ia OJU-5 DI'mittee- zioidats Citoyefist tous 1,61t
t, igalement-foum's Jell Vojontr *L ecritel fai
folk, Ia 10i tom, tnuqc* Tous Itsuibuna U x leur C** toient, 'is &I,'b,*to*ent,,a,,vec
6bordonnis 11S y pAidoient i C I
OUX., Tous les agents de, Vautoth pub'41*1que dans ,'otdre ovil & n-lilhaire dans le de"parteonent dr.
]a marine & des finanas, etolem tiomaics pat
euPt foutnis 4 Itur influence*
La ricunion des Dotables, do Ia Ftance, MOMUOit
le defPotiffile ide fa "h6ite prochaine ; & cette ci*r do ordance $ loin de mod*9er le i6avernement des.
4
colonies app&ntiwOft le fcoptre de ferj: q'de le winifire de Ia marine eken'doit vtques darigCeS -CO414* trees. SJAV4 ant cette ipoque, let rolons de couleur
n fres libr6s toient V Cattes idii lyflime politld*
eo 'C's C,010
,qu S blanco &Oidnt autoriRs 'a fo retinir
une o u Aeux- foi*s par annete, pour &Iwerer cha-w 0 t 'fpe6fi v fur les *ntir& ,cuo dans leut. paroiffie re i o







99,
ce, ette, m6m,6 Par mals d s qtl?% L M, 191 C Ve
de France eut M* deviant lei- notabIcs affie 10 gouvernement des colonies prit uti- refrort enAw tore plus celu*'de Saiht-Dom*r,9 14 furdu gla"ve de la
-m-t I --mena to tous, A -:Ux de's
COI 0 .0% P & -1 .1 1 6
-ons qai te rduntment PIUS, de trois en timbree,
C'tte mefure odieuk n e, kr i kik
Vir Ti"I Iaire entire
J, 10S,* -of me r'forme
imp4riC emen t encore Ile befohi XG
'4aus _Ie rerrime politique ce fentliment ,Pourri diez ler. colons blanco par Ies tvtlts ptlbH6 '04, PtIVICs tie S
ques curopeen
dans Its colonies.- atItendoiebt fails'doute StIrl Po9vel Ordre de chores le bonheur de ces conT Aes etwent les coloniese lorfque les 6tats WOW giniraux furent convoquis. Alors Gouy Da
4P
Raypau d quelq4es 2ares pofreffionaires des an.,
r lWicher du"nilto
munirent 4, pou I "he "Ieur'
;dmiffion 2unom dcs tolonfes uzerne-,
qut votiloit ifoler, ces cobtre'es du movement r6voVO Juttona-ire de 12" France, refufa lear admiffion.-GouyDarcy, Raynaud &Iws autres, foi-d*fant dpu
des r6lonics fe, PrUent weren't au d jeu o paume
furent admis h rairem, b!C'e nati*onale, comme'depul t4Ae Saifit-Domingueo *
Cette Circonflancel: ajoutee aux prindoes tyran.ntqttes -du Miniftre I fit neitre en lui les'dMirs de la, vengeance$"& les nouvedaux 4, Putos & Laluzerne)
ineerent une hatne reciproque, dont-les effects w4mbirent for lear Pays'.
Cependant,. 01
les c onit- fe ro*d"Moient contr Popprzatfion I#'C "elles portoit un ect n
hactme d I fc r'
tam- r fur. 14s agens Au Adpotifine minifteriel &
G