<%BANNER%>
HIDE
 Cover
 Front Matter
 Title Page
 Main


UFL LLMC



Discours historique sur les effets que la révolution de la France a produit à S.-Domingue
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/AA00008583/00001
 Material Information
Title: Discours historique sur les effets que la révolution de la France a produit à S.-Domingue
Physical Description: 1 online resource (98 p.) : ;
Language: French
Creator: Page, P. F ( Pierre François ), 1764-1805
France -- Assemblée nationale législative (1791-1792)
Publisher: Imprimé par Baillio jeune
Place of Publication: Au Cap
Publication Date: le 14 mai 1792
 Subjects
Subjects / Keywords: History -- Haiti -- Revolution, 1791-1804   ( lcsh )
History -- Haiti -- To 1791   ( lcsh )
Early works to 1800 -- Haiti   ( lcsh )
Colonies -- France -- America   ( lcsh )
Haïti -- 1791-1804 (Révolution)   ( ram )
Haïti -- Jusqu'à 1791   ( ram )
Ouvrages avant 1800 -- Haïti   ( ram )
Colonies -- France -- Amérique   ( ram )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
General Note: Title from PDF t.p. (LLMC Digital, viewed on Aug. 24, 2011)
Statement of Responsibility: adressé à l'Assemblée nationale et au roi par M. Pierre François Page.
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 747708530
ocn747708530
System ID: AA00008583:00001

Table of Contents
    Cover
        Page i
    Front Matter
        Page ii
    Title Page
        Page iii
    Main
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
Full Text















This volume was donated to LLMC
to enrich its on-line offerings and
for purposes of long-term preservation by

University of Florida Library




14i 1
,fltrI 4
-~ At -

*3


-y \VI SD E L' M I p li l M IEU R.
py ,, n. i... n .. -L n. ^^--j- J Ir.--T-i CW L*.III'. LI .> -ii.i..--- ^--n-.-.Jn..ijr-l-nnir- jr._


Let assteblies colonlinic bt provinciale
S netInt des cetraves ia a libe re dti la pressed, ont
si ien service inta tlltlile fml urS -t'astursacreA I
i de il'icendi de t Sin-TD)omui gue (I qlu pas?
h..r iipriniur dn( Cap n'a os6 en reup:p;vfd '- liirs
s;on dccel otuvge. ; -
Snp cloyen P ccicea I-en el auteur: I1 me l0 coin-
,(fILL (nI e4 lai Ietpr ii) 1 ft, IC' CU
mriit a ef frapp de a Vlriii 6es fas is qulit
(t nolntreavec a ntantdepr 'isi q"e -ouraw.
Ie, je ene ehlirgcesat e I imprimi ere .i ta point
r 11- .8 8 . ...0 '}He 1, R (' 'ad er Ittc t
-ilep:esse nihas, avec qnelqnes CaaCf t.rS., molt
ilinustrie stlippa aux Itovyel dl-sar.-,
of ore tinimcvisumre le brave is despoes
Sjls ne i ne t hisse qte la vie; i a sacrieerai
S L' mrSaintdIhiingue et pour 1L Fliance.
Trenblez, traitre3 : .. yrains : ,- .Pi 'iiulri-
SiWrai pour tons les patnrioles

PAGE ,(Qauront asa dever ts et de courage
pour d 0ndoncer, vS ocrier ..e .


*ellvyueibrs exemplai"ts ? Paris i avec rde e











R-5
(.1 J Cy Ieft pas ine pcutlation -ypo-riri uliIie qi
a titlmine M1 P1 A 1 E paVbl,(er cc* eoivrge i il t
pmur but qtie d'tre stilte a.a chose piiSlique,
P r.ti ai inprillue ctint i'tpalch is, eioyd. -lu1.nrs exen laires r Parls a vec oAr re
fadls iinrilcr (1 i ollt u pour y.ie dieribs die 5uL,
k,, i I 'a P r o r re t





- ; *. "4 -- .' ' - ':




i B .^T ..-.. !
.S C -U S

1D ISCOURS

HISTORIQUE
Sur les effets que la revolution de la
France a product a S.-Domingue.

ADRESSE
A L'ASSEMBLtE NATIONAL
ET AU ROI.
Par Al. PIERRE FRANCOIS PAGE,
roprritaire dans les provinces da
Nord et du Sud, et deputy, par Dame-
Madie, I'assemblde colonial de la
parties Francaise de St.-Domingie.
~.l i. 0.. I l. ,L i 1 i *- .1, i. l ._ .I .- .


LA NATIONf
LA LOf ET
LA ROIE
**"A*~1


primee par BA IL L I jeune,
au Cap, le 14 Mai 1791.


ii
I.ii -
II
it


*C' A'


1


IYI_-rC,L LI~-- - r-_-- .-_...~;.... ~.;iL-)- . Ir~-~---c; ~y -- --..---.-Lli--- - L.--- ..;--_--- ...-----~~-


-- ~-.--~I C~--~I I-_- .li-._ _y


timewo d

-cllJ-*- ~';~1' lcl~~"'













D I S OURS

HISTORIQUE.

D E PUIS long-temps la main fedelrate des
S vifirs de la France, prdparait a Saint-Domingue
un trone au defpotifme, que fes excis et la phi-
lofophie allaient chairer de 1'Europe; et les deux
confeils fouverains du Cap et du Port-au-Prince,
loin d'^tre les moddrateurs de la tyrannie 1dgiti-
maient fes fureurs. Depuis que M. de Rohan jetta
fur un vaiffeau des magiffrats citoyens que eI
miniltre enfdvelit dans les cachots de la baillle,
une feule fois celui du Cap ofa confulter I'opinion;
et ce courage phofphorique amena la reunion de
ces deux corps fous la main du defpote, qui n'avait
plus befoin que de deux membres corrompus pour
s'y donner la majority.
La colonie, 11 eft vrai, s'affemblait quelquefois;
mais, 6 crime quels etaient fes reprdfentans ? le
gouverneur-general, I'intendant, leurs fubalternes,
des membres du confeil, et quelques citoyens pri-
vildgids, qui cherchant meriter, par des complai-
fances ferviles, I'honneur d'etre diftinguds, facri-
fiaient i leur orgueil la liberty, la richeffe des coio-
nies. Vils efclaves de la faveur, ils rampaient aux
pieds du fatrape, pour commander impdrieufement
loin de lui.
Le roi de France etait parvenu a reunir tous les
pouvoirs dans fa main. Legiilateur fupreme, il
A









(2)
nommait ceux charges d'appliquer et d'excuter fes
lois mais le crepufcule de la liberty luifait cepen- i
dant encore fur Phorifon de la France, et les lois
du prince recevalent route leur a&ion de l'affenti-
ment des parlemens, qui, jaloux de lPautorit fou-
veraine, lui commandaient par Popinion, et fefaient
fouvent defcendre jufqu'i eux la majefth du trone.....
Mais 'a Saint Domingue, le gouverneur general
tenait tout dans fa main. Rien ne balancait fa puif-
fance ; et l'abus quiil en fefain fut jamais puni.
Ne foyons cependant pas eronnes s'iI trouve autant
de partifans : I'inter&t command a leur opinion,
fi elle n'eft d'accord avec leurs principles ; parce -
que le gouvernements'attribua toujours la dillribu-
tion de routes les places, et la moitid des habitans
de cet infortund pays tient encore a ce rCgime ,
par l'efperance, le befoin, la reconnaiffance et la
crainte.
Mais tirons un rideau fur les temps paffis, pour
fuivre fa march cauteleufe depuis les premiers ours
de la revolution. Que d'efforts pour emp&cher la
reprefentation de cette colonie I que de machina-
tions, que d'intrigues dans la ville du Cap-Francais
pour y conferver une influence avec quelle aftuce
les adminiftrateurs de cette ville nont-ils pas iu
chapter la confiance du people, et lui commander
en feignant d'obeir avec quelle intelligence n'ont- t
ils pas fu fe rendre neceflaires !..... Cide aux
c'reux de votre quairier ; nous devons tous jouir de
la regeneration de Pempire franCais ecrivait M. de
Peinier a fes reprefentans. Que ce language philo-
fophique me plaifait dans la bouche d'un foldat,
qui tenait dans fa main toutes les forces de la colo-
ne!.... Pourquoi cet homme, qui flechit fouvent i






devant des corps populaires ifolds, fans million et
fans cara6lre, s'eft- ii montrr tout--a coup avec
l'appareil et la f6viritd d'un defpote outraged, me-
nacant de porter la mort par-tout oh ii trouverait
de la refiftance ?
Pour le faire avec fiucces, ii fema la difcorde
dans les trois provinces de cette colonie, don't Phar-
monie lui eft fait perdre toute fon influence ; et
fiddle cet axiome de Machiavel, qui fit toujours
1la force des tyrans, it fe jetta dans les bras de celle
de 'oueif, lorfque celle du nord fit trembler fes
agens, en ddveloppant fous leurs yeux IPappareil de
fes forces militaires, et 1'nergie de fes habitans.
L'afemblee qui dirigeait dans Ie nord ces divers
mouvemens fefait en meme-temps de tous les
pouvoirs une confusion strange, mais neceffaire
car ii eft impoffible de paffer de Papathie de l'ef-
clavage la liberty, fans les commotions les plus
fortes, fur-tout quand on trouve fous fes pas les
embfches des tyrans. Alors elle profcrivit les mem-
bres liberticides d'une cour de judicature, qui frap-
pait d'anatheme les citoyens affez courageux pour
ofer etre libres. L'ancien regime militaire n'dtait
ddj6 plus; et le Cap-Francais eut fes officers ge-
neraux, qu'elle difgracia bient6t apr&s : elle retablir
u un tribunal fouverain don't la politique farouche
du miniftre la Luzerne avait ddpouille cette pro-
vince. Influence du reprefentant du roi fut attenuee;
mais fes agens fubalternes cederent allucieufement
A la force. Cette defdrence leur acquit la confiance
Sdu people; et bientot its devinrent 'ame de la ma-
chine politique.
Mille conjurations s'dtaient ddjhA brifies contre
Pefprit public de la France ; et le mini tre la Lu-
A










(4)
zerne, qui connaiffait trop bien le genie des habi-
tans des colonies, et leur influence fur les deftinees
de la Mere-Patrie, y porta le foyer de fes ma-
noeuvres contre- rdvolutionnaires. Ce n'dtait pas
aflez'que d'ecarter de ces contrees les avanrages de
la regeneration de la France, moyen infuffifant qui
eut tombe fans effect devant la volonte national; ii
voulut renverfer par les colonies l'affemble natio-
nale ele mime et fon ouvrage.
Le general Peinier fuivit fes erremens, et fes
premiers regards fe tournerent centre P'atemblde
general, don't toutes les intrigues minifterielles
n'avaient pu empecher la formation : ii efperait
que fa diflblution amenerait Panarchie, fi elle n'etait
le rfiiltat d'uine guerre civil que fuivrait la ruine
de Saint- Domingue ; et par une confluence nd-
ceffaire Paneantitiement du commerce national, et
Finfurretion de toute la France.
La fddudion et Pintrigue ne furent jamais plus
niceffaires au gouvernement que dans cette circonf-
tance delicate. Toute la force armee etait alors dans
les mains des corps populaires : le regiment du Cap,
celui meme du Port au-Prince, ne fe mouvaient
qu't leur requifition. L'affemblde provincial du
nord, fur-tout, avait acquis une grande influence:
autfi fut-elle mife en opposition a tous les autres
corps deliberans. Ses arretes etaient des oracles,
auxquels devaient aveuglement foufcrire les autres
fedions de la colonies et IPafemblie gendrale elle-
rnmeme.
Alors a on vu les deux provinces du nord et de
Poueft diffdrer effenriellement: alors on a vu le regi-
ment du Port-au-Prince, qu'avait fiduit le colonel
Mauduit, marcher avec apparel, circonvenir les









citoyens reunis pour ddlibdrer fur leurs interests poli-
tiques : alors on a vu s'dlever des fortifications ,
moins pour proteger la ville du Port-au-Prince
que pour la combattre. Les partifans, les gagiites
du gouvernement formaient une corporation don't
le nombre allait toujours croiflant par la fidudion
et inthrt.rt Le colonel preparait fon regiment a une
paffive obeifance; il etudiaitle caraftere de chacun
de fes foldats, que fQduifaient fon courage, Ies
largeffes, fon apparent patriotifme. Le fecret des
Scorrefpondances etait trahi dans les bureau dcs
poftes, et les patriots itaient arbitrairement vexes,
emprifonnes..
Affur6 de la force armee, le gouvernement pre
parait une eme populaire, pour fubvertir 'ouell;
mals les repre~ ans de cette province reprimaient
encore les exeds du defpotifme, et vivifiaient la
liberty expirante dans ces contrdes. Tous les efforts
de nos ennemis fe dirigerent contr'eux; et la nuit
du 29 juillet 1790, fut 1epoque fatale de leur dif-
perfion. Les mendes du gouvernement redoublaient
alors leur follicitude; et dans ces temps calamiteux,
ils veillaient fans ceffe a ta. furetd des citoyens :
mais leur perte dtait juree ; le colonel devait la
confommer. En effect, it march a la maifot com-
mine, precedd de quetques canons. IlIdonne le signal
de la mort; et plutieurs citoyens font impitoyable-
ment aflaffines par fes farouches satellites i.ndignes
du nom de foldat.
Le meurtre et fa difperfion des membres du
comite de l'oueft n'etaient que I'avant-coureur d'a-
trocit6s plus grande. Le gouvernement effayait ainfi
fes forces et fon influence pour frapper d'anean-
tiffement lraffembll gendrale, et denuire fhccelfi-
A3







( 6)
vement tous les corps populaires, pour afleoir fon
autorite fur leurs mutuels debris. C'eft ainfi que,
mettant en opposition P'affemblee provincial du
nord, et la municipality quea ville du Cap-Fran-
cais avait eu le bon efprit de fe donner, il divifa
le people : il favait que de leur choc naltrait l'anar-
chie ; il favait que la chite inevitable de IPun de
ces deux corps entrainerait des haines implacables,
et provoquerait la foif de la vengeance. Le fucces
juffifia fes moyens; et la municipalitc tomba fous
les efforts de I'intrigue.
Alors nous avons vu la ville du Cap-Francais
profcrire des homes g ndreux, que la nature
doua d'une ame forte et de tous les dons du ge-
nie; alors nous avons vu la ville du Cap-Francais
s'armer pour difloudre Paffemblde gendrale; alors
nous i'avons vue confommer cet alte impolitique,
que commanderent 'orgueil, l'amour propre de
tous, Plinteret, la haine de plufieurs, et qu'excuta
le courage irrdflechi d'une jeunefle impetueufe.
Les membres de lPaffemblee general auraient etd
des fcklerats, des traitres; tous leurs decrets auraient
itd marquds au coin du ddlire, que je ne verrais
dans cet a6te de la ville du Cap, qu'un abus de fa
force, defavou6 par les paroiffes de la champagne,
parce que leurs habitans, cultivateurs paifibles et
moins circonvenus que ceux de la ville, voyaient
de fang-froid fe dimener autour d'eux la cabale
et Penvie.
Citoyens du Cap, vous avez faith de grandes
chofes; mats je vous vis ouvrir votre march vers
Saint-Marc, et je g4mis de voir allumer dans vos
mains le flambeau de la difcorde......... Ce crime
n'etait pas le v6tte; une inviw ble main vous di-









(7)
rigeait alors, come elle vous divide aujourd'hui;
et lorfque vous penfiez 4tre arms pour la patrie
et la loi, vous n'reiez que les satellites de vos plus
farouches ennemis.
Le gouvernement, plus eclaire que nous fur fes
vrais interets, plus inftruit par fes relations avec
la France et nous-momes; le gouvernement, que
je me peins come un foyer oh fe reunilltnt tous
les rayons de lumiire dds parties correfpondantes,
avait des long-temps diff mine parmi vous fes
agens, fes ftipendiaires plus nombreux, plus dan-
gereux peut etre. La correfpondance du general,
et leurs intrigues amenees avec art, determinerent
Opinion, et confommerent ce crime politique. Si
vous aviez eu la fageffe de vous circonfcrire dans
les bornes d'une moderation toujours niceffaire, le
come de Peinier tout afford qu'il drait de la
faveur minifterielle, n'ebt ofl lever lPtendard de
la guerre civile........ La guerre civil !..... Oui, la
Sguerre civil. L'affemblde gdndrale la tenait dans fa
main; elle n'avait qu'it vouloir, et Saint-Domingue
ctait en armes. Sa retraite attefie fa fageffe; fa re-
traite feule ddjoua les projects ennemis.
L'affemblee gdndrale avait reuni la majority des
fuffrages: fes travaux avaient dte accueillis par la'
prefque totalitd des paroifles, pourquoi done M.
de Peinier s'eft il permits de dire qu'il n'a march
contre elle, qu'd la requisition de la majority des
bons citoyens ? Comment lui a etd faite cette rdqui-
fition Comment a-t-il nombre les opinions ? Quel
etait le caradtre ditinctif des bons et mauvais
citoyens? Pouvait on les reconnaitre au figne ca-
Sraadriftique de cette corporation qu'il avait for-w
A 4









(S)
mrie, alors que 'affembl'e national prohibit toutt;
les corporations poflibles?
L'af'emblee general refufait mal- propose de
foumettre fes ddcrets a la fandion du gouverneur-
gindral; elle avait peut-etre porter quelque decret
attenratoire aux droits du pouvoir executif : mais
fes decrets n'etaient pas la chemife de Dejanire :
mais M. le gouverneur-gdneral, et moins encore
I'affemblde provincial du nord, ne pouvaient etre
fes juges: mais its ne pouvaient ignorer que le de-
cret du 28 mai, don't on a faith un fi grand crime
A cette affemblte; ce decret qu'on a voulu nous
peindre come Petendard de 'independance, lorf-
qu'il n'en avait rien moins que le caramtre, avait
etd foumis 'afWemblIe national. Si des moyens
pacifiques euffent entree dans le plan de M. le gou-
verneur-gdndral, il aurait dinoncd et le decret et
fes auteurs h I'affemblke national; et dans un filence
impofant, ii aurait attend le prononce du fouverain.
Cette affemblee legalement, et la feule alors lega-
lement conftituee, a laquelle M. de Vincent ne
donna que feize heures, pour opter entire fa de-
fe&ion et 'la mort, alla porter fes travaux aux
pieds de laffemblee national, et le came fembla
renaltre.
Le gouvernement s'attendait a quelque refiftance,
et fes fucces dejouerent fes projects; il voulait la
ruine de la colonic, et non fon afterviffement; il
prechait la paix et le refped aux ddcrets de Paf-
femblee national, mais il foufflait autour de lui
tous les feux de la guerre; des manifeites nom-
breux fefaient fon apologize, et prtparaient les ef-
prits A la plus diabolique des operations; les dcri-










( 9 )
vains patriots 6taient glaces de terreur, et leur
silence parut etre Ieffet de la convi&ion. Alors
parut l'ordre de former une nouvelle affemblie
coloniale....... Deux hommes, cent mille hommnes
different d'opinion, et n'en font pas moins bonss
amis, moins bons citoyens; mais deux corps egaux
en droits, en puiffance, et luttant eklentiellement
lPun contre lautre.......... Helas! cette feule idde
m'accable !........ Par bonheur ces hommes exalts,
les Tr;mondrie, les Auvrai, qui, apres avoir femi
la difcorde a Saint Domingue, allerent porter
leurs intrigues jufqu'aux pieds de l'af1mblee natio-
nale et du trone, laifferent les pailibles habitans
du nord livres a leurs propres reflexions; et le
piege que tendait le gouvernement fut fagement
ecarte.
Cependant nos ennemis tenaient dans leurs mains
un moyen terrible........ Les mulAtres, cette variety
de l'homme, preuve conitante de la dipravation
de nos mceurs; les mulatres, produit honteux du
rapprochement de hommee blanc de l'Europe, et
de lhomme noir de 'Afrique; les mulrtres, enfin,
libres par notre bienfaifance ou notre faibleire, et
trop fouvent enrichis des depouilles de nos enfans
Idgitimes, vidimes de la faibleffe d'un pere frduit,
formaient une population nombreufe, ignorante et
feroce. Quelques individus de cette cafte affranchie
avaient, par une education foignee, fecoue la rouille
de 1efclavage; mais its avaient itendu d'autant le
cercle de leur orgueil. Une line pofee par la na-
ture, et fagement reipe&6e par la politique, dif-
tinguait l'homme blanc et l'homme colorie, come
elle diflinguait I'homme libre de l'affranchi; et
cette diftindcion etait dans la nature, come ellc





( 1o )
tait dans la juflice. Elle drait dans la nature, parce
qu'dele impregne ces melanges d'un cara-d't inde-
Icblie; elle etait dans la justice, parce que j'aurais
conferve la propridtd de mon efclave, fi jamais par
fon affranchiffement ii efti pu devenir mon dgal.
Et fi 1'efclavage parait lui-meme un etat hours de
nature, Pltudde de hiifoire nous apprend au con-
traire qu'il eft inherent P'homme, jufqu'~ ce qu'il
foit parvenu, a un certain degr6 de civilization,
que n'a pas encore atteint I'homme noir (i).

(I) Le nigre eft depuis tant de temps la propridte du
nigre, qu'on croirait Pefclavage inherent a fa nature. Vai-
nement des homes qui ne franchirent jamais les limits
de la France, pretent aux peuplades de 1Afrique des vertus
qu'elles n'ont pas, en cachant leurs vices connus. L'homme
noir eft certainement le moins intelligent de tons : il vi-
gpte plut6t qu'il ne vit. Sans religion, fans gouvernement,
fans murs n'ayant fur le iinge que la faculty d'exprimer
fes fenfations par I organe de la parole, d'une maniere
intelligible pour nous, ii ne ceffe d'etre dans un e'rt de
guerre atroce avec fes voifins, qu'il mutile, qu'il devore
quelquefois, avec fa famille, quil vend, qu'il difperfe,
qu'it affaflne au gr4 de fon caprice ou de fon interest.
Avant que PEurope edt demand des cultivateurs a ces
climats fauvages, le vainqueur exterminait tous ceux des
vaincus que la fuite n'avait pu ddrober a fon bras, s'il ne
fefait choix de quelques- uns d'eux pour les foumettre an
plus dur efclavage : on le voit meme aujourd'hui facrifier
fouvent Pefpoir d'une forte rancon, au plaiiir ex&rable de
s'abreuver de fang human.
Tel eit cet homme ferocenent ftupide, don't on nous
vante intelligence & la fenfibilitd. Ce n'eft pas qu'une
bonne education ne puiffe modifier le caradefre froce de
'individu tranfporte dt s le berceau dans les climats tem-
pe&rs de PEurope. Mais 'Africain doit &tre vu tel qu'il
eft, & qu'it fera, iufqu'I ce quo fon commerce avec les.
Europieens lui ait done des muurs, qu'il n'a pas. Le
negre peut etre enclave a Saint-Domingue puifqu'il l'tait
fur fa terre natale : nos droits fur lui font ceux que nous





(II )
C'eft dans cette variedt de l'homme, que les
contre-revolutionnaires ont cherche les infirutens

donne le prix que nous avons paye a fon mature ou fon
vainqueur; ceux de la reconnaiffance qu'il nous doit pour
lui avoir fauve la vie, qu'il eit perdue, fi f'efpoir de Ta
rancon neAt arrCte la main que levait fon vainquenr ifur
fa t&te captive. II nous doit obetiffnce, parce que I'expe-
rience de deux ficles nous apprend qu'd abuferait de fa
liberty; car il ne fait qu'obtir en efclave, on comman-
der en tyran.
L'hiflo:re de tous les fi&cles nous prnfente des maitres
& des efc'aves. L'antique Afie, la Grace, Rome, dans
leurs plus beaux jours, nous en offrirent I'exemple; &
le philofophe indigni de la degradation de homee g~mit
de ce mal devenu nuceffaire. Les homes difiemines fur
la terre furent inegalement polices. A c6t6 d'une nation
fage s'e'lve une horde guerriere & firoce qui bient6t,
tel qu'un torrent impitueux, porte la dcivaftation chez fes
voifins & ne prifente que Ialternative de la mort ou de
la fervitude. De tel c6te que fe porte la vidoire, je ne
vois que des mattres & des efclaves. Les fiecles parent,
les vainqueurs s'eclairent, bient6t les diffonnances cefIent,
& les deux peuples fe confondent,
Un jour peut -6tre cette union de PEurope a P'Afrique
s'operera pour le bonheur de Phumanite, fans nous fire
perdre de nos jouiffances. La canne & le cafier front
peut-&re remplacs par des mati res plus fuaves, plus
bienfaifantes. Peut-htre feront-ils cultivs dans les planes
d6fertes de ce vatte continent, que nous ddpeuplons au-
jourd'hui : peut-^tre mnme que dans ces fiecles recules,
PEurope plus rechauffe par les rayons plus directs du
foleil, fera foumife a cette double culture.
En attendant cette grande revolution que la philofophie
prepare, que les fiecles oprereont certainement, mais don't
la philantropie ne peut accllerer I'Npoque fans expofer
les maltres B une mort inevitable, pour voir enfuite les
efclaves s'entr'egorger fur leurs cadavres, & redevenir
d'autant plus f'roces, qu'ils fe front rendus plus crimi-
nels ; en attendant cette 4poque, confervons Pefclavage;
mais arr&tons en mrme-temps par des lois fiv4res le
maitre inhumain.





( 12 )
de leur perfidie; et 'efpoir de marcher a c6te de
leurs patrons, I'efpoir de leur commander, peut-
etre, drouffa chez ces ingrats les fentimens de re-
connailfance qu'ils nous manifeflaient autrefois. Le
minifre la Luzerne correfpondait amicalement avec
les plus accredites d'entr'eux: aucun moyen de fi-
dudion ne fut epargnie Mais pour fe les attacher
d'une maniere plus positive, nos nnemnis parvin-
rent t les rendre coupables, pour- les necefliter a
chercher fous leur influence-,ine prote&ion utile.
Dans es beaux jours, l'aflemblde provincial dut
nord brifa les chaines du pouvoir arbitraire; et les
agents du defpotifrme, quoique revtus du nmafique
populaire, touchaient au plus grand difcredit. Des
mulatres fe rafiemblent dans les campagnes du Cap-
Francais; la ville elle- mieme eft menacee d'une
trame fecrette, et les adminifirateurs reprennent
leur influence.
Le colonel Mauduit fe prepare: a joindre Parmde
du nord, pour diffoudre I'affemblee general. Des
mulatres font arms pour faire la guerre a leurs
patrons; et pour la premiere fois, on leur donna
une idee de- leur fbrce et de leur influence dans
le fyfi me politique de Saint-Domingue. Mais ce
raffemblement fut encore inutile.
Oge parait enfin; et ce mulatre fanatique fe
croit le vengeui de fa race', lorfqu'il n'elt que
Paveugle ihntrunient de nos ennemis, II parole, ji
menace, et fes freres fe montreht en armes dans
', # 7 -- -
toutes les parties de cette ifle. Trop de precipita-
tion fit encore echouer ce complot ; et les fucces
de l'arnmee du nord fau-vef Saint-Domingue.
Alors le colonel Mauduit march dans Poueft et
dans le fud, t la tfe de fon regiment et de quel-




i -


l(s poimponn mnue(s. II !lla sed daI It' Ir
camps., tu'il .i ipi,! : iil et'ai (tyI-, .( niys.
C'n proti'Cleti g1LIe:t I tl qitfI lelu ~l i 1Ull
tlllur irriic : it ou gllera Ls corps poptulairs ,
(t cvexa le.i ctoyen's,
lIe sang ite soiilla plint les campagine diL
coiloel. I.e Norint nins hltl'eux. lgut Ilig
ttmnps tigitif', pdrit sur lnchaffttud ; ei sa mort
veigea ies Eianei (ts (lt it ovePi Iritr I1.miilI
assas.ain Is par les sclctl s (Iiit avait icvolt^.
, 'odileur e sol s11 lupptice porlta sur les cor p
Ipo"llabis, pendant tue Niadl n1dit asisrait IPim-
pIuiitu de ctux pti s'letailet aiittles dals iOuest
et (laus le sud.
SIai prove dute d'0Og fil ftl te dts te secret ;
e 1'a~semihblIe admitnislt ive du Noir i'otsa pas
subst ituir a ux former Vicieuses de n l'iust.luction publique tordotune' par Pasiseble .
iatiloniale. Mlaii la verite n'ichappe pasau l (ems
et Opinion ptibilqute nous a Fait connaitrc s
totleurs cachets de cet eilhoutsiaste.
Og 0, vicime inforitune des ennemis de la
France Oge deplorable inst rument de I'orgueil !
Tu tvoulus ne rien devoir cu'l la force; et loin de
croir.e la justice de tes bienfaiteurs tu crus 1
la promesse empoisonmie des tyrans, et t por-
tas dans ton pays tous les fux de la guerre. Le
Y6pentir il est vrai, suiy:t de prbs ton crime
et le premier tu gtmis.de la ffrocite de tes pareils;
tu gOmis de ton 4garement, de ton ingratitude:
Mais il n!'taitplus teams, leur orgueil irrit par
les eiinemis de la revolution, s'indigue de ton
supplice; et dans leur dire ils jureut la ruhie
de cette colonies.








S4)^It
Telle etlati:la- .4-itlatirl polif iqle tIe Sain6t-.Pow
ninmtng et da^,s cEs troliblsi ps4afager., le gou-
Ve F emllen4t essa valit tses force's et sun iufluelnce. ZLe
ati:ie de tA loI qu'if dir~gealt, frappa quel< ile
tte c i noyeiies. Ce mes' ure juridique en i-*
posaiena anx a nis delta libeLthr e t e pmponL blanco
ld(viat !a niesure dle a justice et de la faieur.
M. delPeclk er nis :tilt e llu : ni le colfel
.vMia id it 1*nois reste' eIwo&e -et M de Blaic, e a-i
de, stdtft ILi-,ni me par (we agent suprtnae tIes
e;.ities arist)oraliquei vit rVe aeC oniv'tllnt qle.
N. )orningute di s eeicore tligne d'ctre libre. il .
stindignia du civismiic des corp' populaies; t s'il
Sn' osa l disoud:l par I o oce, i ,ppiita iudrvi --
lelleieiie t les othlt'erlS lniicip'anx Hlu orIs de
fl .onfiance dcu Piuple. La corporation qune di5s
. trignit le poupon blanc se rauIant i f~i i ,
ontvrait touft Ie esrtaces de Saint-lthIniutgue:
I'honmine public, PhII'otm priv, ma rchaien a-
lemenlt ~isa ba in i'et;pour povoir imp tn ntr
fibavelr lies oi, ,n :pour te pas lt re vvie1tie.
L'ouest vaiatl plu.d 'aseltce administrati-
ve; celle du Std ie pnvait reprreAdre la dignity:
que ixni avait fait pti',re le ulon l celle doi Nordt
fut alrs inqui6tie. C'est ainsi tue les despotle
(aresseot les passions des corps et' ks individlus,
pour leis v.ItIr our-alatur-, I
.e government avait essay t de provoquer atn
Petit-Gove ume lgn tIcpopulaire je saisissant,
par la foree des ofiticers ullllcipalnx, defen-
sjrs i "t repides dle lurs ituflati il avait es-
sayv une enieufe au Port-iu-Prince, en faisatl l
Vti~.tQer pr pay le oniil sy rieur ces mia rti 's Ude lat
rrevolution. iLa patie ie du Petpl)e uid4emontr1 |
'jrufisanc de ces maesurs, quit taienat ue des
o !

iV





(t )
moyeis -fecfondaires; car alors s'ourdiffait'une time
qui devait fans doutea envelopper toute la colonie.
Deux regimens fameux par leur civifme' font enfin
annonces;--et M. de Blanchelande expedieauffi-t6t
a cnmiandarit dela- ville d Cap-Franclais', 1or-
dre de faire entrer au Mole les vaifleaux qui les
portent. Li; foudroyes par les formidable batteries
qui deminenm t la rade, ils 'euffent recu la loi de
M.-de. Sainte Croix don't la religion n'drait pas
alors moins fifpe~e qut'aujourd'iui. Mais Dieu veil-
lait encore fur les deitinees de Saint-Domingue, et
les vents rendirent inutiles ces man'euvres- d'iciquitd.
Les- vaiffiaux itationnaires entrirent au Port-auw
Princeb; e M. de Blanchelande indbranlable dans
fa rifolutioan; uifa :tout ce que Plefprit et Plauto-
riti peuvent fourhir de mnoyens pour perfuader aux
braves fold.ats d'Artois et de Normrandie, que leur
prfeence dtait inutile dans line ville qui jouiflait-,
dans le calme et la paix, des advantages 'dela r&*
generation de lI France...... 1I voulut leur per,
fuader que leur fijour ne.ferait pas fans danger da~. s
cette contree iinfalubre ; et le Mole au contraire lui
paraiffait reunir.tousles avantages d'un air pur, d'uin
fijour agreable et commode.0....... EzT vain des
hommes liberticides voulurent dbranler ou trooper
le civifie de ces gendreux denfeeurs de la confli-
tution : en vain la calomnie.et la lIchetd voulurent
better la, defaveur fur les habitains infortuneds duPort-
au -Prince,; d'Artois et Norniandie fu.rent indbran-
lables ; et lewr entree dans cette 'ville fut i'auror
du plus beau jour. Sa fiernite fur cependant trou-
blee par le.meurtre du colonel contre revolutionl-
naire. Ses foldts, Iont it avait trop Ibng-temps
fair des affailiis, e punirent ainfi d'avoir 0f6 les









( i6)
fVduire; et leur retour la vertu fut lul meme un
crime. La hache du bourreau devait feule terminer
fa vie fcdldrate.
Si M. de Blanchelande avait eu le courage du
foldat, ou les vertus du citoyen, il aurait arrete
d'un feul mot le poignard homicide......... Les enne-
mis de la revolution ne veulent que le fang et I'anar-
chie; et la guerre civil dans les colonies pouvait
feule amencr leur triomphe. Sans doute que le
meurtre du colonel Mauduit leur parut etre le signal
de la profcription et du carnage. Mais la philofo-
phie du people ddjoua nos tyrans: un novel ordre
de chofes s'dtablit dans cette ville, que defertait le
chef charge de la defendre. La corporation, jadis
fi atroce, jetta le panache diftindif; et les patrio-
tes, oubliant fes atrocities, ne lui parlerent jamais
que le language de la confiance et de l'amitid. Dans
ces jours folemnels, le people fe donna une mu-
nicipaliti, don't la fagefle ddjoua routes les cables
enemies; et fous fes aufpices tous les fon&ionnaires
publics reprirent leur exercise.
M. de Blanchelande arrive au Cap, et prdfente
la ville du Port au Prince comme le fejour du
crime : fes habitans ne font plus a fes yeux que
de vils fiduteurs; et les foldats d'Artois et de
Normandie, de laches affaflins. II n'en fallait pas
rnoins pour excufer fa fuite, ii jamais elle pouvait
etre excufable. Inutilement la municipality de cette
ville le follicita cent fois de venir reprendre dans
fon fein l'exercice de fes fontions : inutilement
employa-t-elle, pour y reuffir, tout ce que la justice
et la raifon peuvent infpirer a des citoyens ver-
tueux et fenfibles; M. de Blanchelande fembla
craindrQ pour fa furete...... Cependant a fuite
n'eut








( 7 )
ineut pas des fuites ficheufes pour le Port-au-
Prince; et fon eloignement et fes ecrits ne purent
y trouble 1ordre, que ce corps populaire y avait
etabli.
Cette lutte trop longue et trop funefte, I'eut h
jamais perdu dans 'opinion publique, s'il n'e6c
enfin jette fur Iavenir des regards bienfaifans. Ses
proclamations port&rent dans tous les cueurs la con-
fiance et le refpeft, et le people oublia fes mal-
heurs, tant il eft facile a~ lhomme puiflant d'tre
l'idole du Francais. Enfin fous fes auspices allait fe
former une nouvelle affewmble coloniale...... Mais
ici mon imagination s'egare; je ne puis croire &
tant de perverfitt..... Le fieur de Saint Olympe,
l'ami du fieur de Jumicourt, qu'on voit aujourd'hui
commander les brigands de l'oueft; Ie fieur de
Saint- Olympe, l'ami du colonel ariiocrate, tait
alors dans la ville du Cap; et quoiqu stranger a
la province du Nord, i1 figeait cependant dans
P'affemblde administrative. L'homme qui peut ob-
tenir une tell faveur, ne peut qu'avoir une trrs-
grande influence; et c'eft alors que l'affemblde pro-
vinciale fe met en opposition aux ordres de M. le
lieutenant au gouvernement gdndral. Cette affem-
blde, que lon vit s'armer autrefois pour faire lit-
teralement refpeder les decrets de la nation, veut
en dluder aujourd'hui les difpofitions les plus po-
fitives, et cependanit elle eft avec M. le lieutenant
au gouvernement general dans lintimitr la plus
grande.... Alors douze commif'aires pris dans for
fein travaillaient avec lui : mais quatre d'entreux,
patriots courageux, denoncdrent leur corps et
M. le lieutenant au gouvernement gdndral, et fa
correfpondance criminelle avec le fieur de BIhague,
V







1r8)
Non, je ne crains pas de le dire; je ne vois par-
tout que influence d'un gouvernement opprefifur;
le ne vois par-tout que Iariftocratie contre-revo-
lutionnaire, qui veut & tout prix femer parmi nous
la haine et la difcorde.
Cependant le people, toujours inquiet, toujours
pallif inflrument du premier ambitieux, du pre-
mier traitre qui fait l'emouvoir, s'agite au Port-
au-Prince, et forme une afremble provincial. 11
ne fur pas voir qu'on voulait mettre ce nouveau
corps en opposition laa municipality, pour, de
ce novel ordre de chofes, fire naltre la division
et Paneantiffement de la chofe publique. La mar-
che conltante des ennemis de la conilitution, fut
de detruire les corps populaires par eux- memes;
et rien n'dtait plus facile dans un pays ou la hie-
rarchie des pouvoirs n'etait pas encore connue,
dans un pays oh leur rdgulateur n'exiitait pas en-
core.
Cette affemble, purement administrative, ne
tarda pas ~I former Ie confeil fuperieur, don't le
effort s'dtendait au loin dans la province du fud,
qui ne fut pas confultie. C'eft ainfi que les reprd-
fentans d'une fetion du people, charges d'une
administration provifoire, priverenr le reite de la
fociete de fes juges Idgitimes. Depuis les reforms
optrees dans 1'ordre judiciaire par 'intendant Mar-
bois, 'or et la fortune dtaient la niefure de la
jullice. Des juges fans pudeur trafiquaient de leurs
jugemens, et fe jouaient igalement de la fortune
et de l'honneur des hommes. Mais ceux du Port-
au-Prince fe diftinguerent fur-tout par leurs for-
fait,. Vils efclaves du gouvernement, ils femblaient
n'xiiler I'Iq pour legitinmr les ifreurs: ils etaient







( 19 )
Popprobre et la terreur de leurs jufticiables. Ces
considerations fortement prononcees, decidCrent
laSte inconflitutionnel de !'affemblde adminiftra-
tive de Poueft; et la crainte d'un plus grand defor-
Sdre, determine l'approbation que lui donna, long-
temps apres, Paffemblee colonial.
En meme temps h-peu-pres arrival de France la
connaifance de lPemilfion du decret du 15 mai;
et chaque paroilfe, craignant de voir la conftitu-
tion ieaboree par des tetes encore charges de la
rouille de 1efclavage, accelera la formation de
l'aflemblee coloniate. Mais ii n'eft qu'un temps
pour la revolution des empires; malheur au peu-
pie qui le laiffe fuir loin de lui! fes tyrans prd
munis ourdiffent dans le filerice la trame qui doit
perpetuer fon efclavage. C'eft ainfi que depuis
deux ans tous les corps populaires ont tomb fous
les efforts rdpetes de la cable ennemie : Pefprir
public de la France, le courage, le gdnie m&me
de fes reprefentans, ne purent garantir 'affemblde
national de quelques erreurs. C'eft par de tels
moyens que Pintrigue voulait amener la diffolu-
tion de 'empire, ou I'anantiffement de la confli-
tution, E chef- d'ueuvre de P'homme; et tous les
ddcrets relatifs aux colonies, jufqu' celui du 2.
feptembre (i), furent moins 1'ouvrage de la phi-

(i) Vous voyez P'affemble national furprife, faire des
4quivoques dans fon dcret du 8 mars; vous la voyez
better la pomme de difcorde par celui du 8 mars ;vous
la voyez andantir Iefprit public par celui du ir o&obre,
et conferver, par ce dtcret inconflitutionnel, la plus
affreufe anarchie; vous la voyez paralyrer tous les corps
deliberans par celui du mois de fvrier; dichainer enfin
routes les paffions humaines par celui du i miai; armer




WPN 3F I I "" --- ,-- - *'-; 1. I ... 11 r i -




(20)
lantropie, que celui des contre-revolutionnaires,
que nous voyons tres-bien aujourd'hui, malgre le
voile qui les couvre. Les feckdrats! ils ont fiimul6
Pamour propre, Porgueil de ces enthoufiaftes,
qu'on trouve fous un tein noir ou cuivre, comme
fous les colons de 'Europe : its orit interpreted les
lois nationals, en raifon de leur caprice ou de
leur interest ils ont tour-a-tour invoqud, blaf-
pneme la nation : is ont covert les corps popu-
laires du ridicule, cette arme terrible, inevitable:
a cote d'un corps conflitutionnel, ils en ont faith
naitre un parasite, qui, faible et peu nombreux
dans fon origine, allait toujours croiffant par la
terreur et la feduifon: ils fe font empares de toutes
les preffes : is ont rempli les- feuilles pdriodiques
de maximes inconftitutionnelles, de principles er-
ronnes, incendiaires; et par de telles mana:uvres,
ils ont fdduit les habitans de nos campagnes ; its
ont divif6 les habitans des villes.
Le mulatre orgucilleux a cru que fa force devait
trre la mefure de fes droits; it les a reclames les
armes a la main. Mais incertain du fucces, il s'eft
armt d'un moyen terrible, et fa paflion a faith
taire interest L'irrafcible centre revolt nnaire
le flimulait fans cefle; il efp rait andantir ainfi
les manufalures et le commerce de France, pour

ainfi les mulatres les uns contre les autres, & tous centre
nous...... Ah! M. la tuzerne! ah M. Barnave 1
Vous voyez les ennemis de la conflitution, utilifer les
inconfequences du corps ,egiflatif, par des interpretations
vicieufes; de maniere qu'il Temble que, par une coalition
monftrueufle les amis & les ennemts de la regeneration
ndditent la ruine des colonies & confquenunent celte
de la France.





(,t )
porter j'infurreAion dix millions d'hommes qu'ls.
alimentent.
Mais l'afTemblde colonial fe forme, enfin........
Les feux de la plaine du Cap-Francais dclairent
fes premiers travaux; et fon aurore fe mbte annoncer
le dernier jour de Saint-Domingue. Des mdchans,
des traltres, voulurent lui fire perdre la confiatce
du people, et long-temps elle lutta contre les
brigands au-dehors, contre fes ennenis au-dedans,
( contre Popinion. Mais toujours obdflfante au iou-
verain, elle s'enveloppa fans cefTe des decrets na-
tionaux : ils firent fon efpoir, fa confolation fa
force. Ses principles fortemt:nt prononcds, 'dleve-
rent au-deftfus de la calomnie et lui menriterent
enfin la confiance et le refped du people. Elle fe
renferma, avec une iirupuleufe exactitude, dans
les juftes bornes de fes pouvoirs, et fut etablir
entr'eux tous une harmonies qui feule arrete la co-
lonie fur le penchant de fa ruine. Je ne dirai rien
des intrigues, desr moyens employs pour la di-
vifer; its fe tous brif&s centre k boa efprit qui
.la dirige.
Les reprefentans de Saint-Domingue fe reunif-
fenta Saint-Marc : auffi-tbt mille intrigues prd-
parent leur chftte prochaine; et les mutitres fe
ralfemblent dans le nord et dans Ploueft. Is font
difperfds; mais une feconde- fois ils groiiflent l'ar-
mde qui porta la guerre civil fbus les murs de
Saint-Marc. Le dicret du 12 odobre arrive. M.
le lieutenant au gouvernement general provoque
une nouvelle aflembtle colonial. Auffi-t6tla Croix-
des-Bouquets, ce foyer inextinguible de cables
ariftocratiques, et Pafdemblee administrative du
nord, toujours vidtmue d'intrigues enemies, fe
B3







coalifent pour en empicher la formation. ( M. de
Blanchelande demeurait alors au Cap.) Le decret
du z mai nous eft annonce.... Toutes les paflions
femblent fe taire; les contre-revolutionnaires ont
Pair de fe reunir aux patiotes, et I'affembble fe
forme A Leogane. Elle s'ajourne au Cap le 21 aofit;
et le 23 eclate dans ks campagnes de cette ville
le plus affreux des incendies.j
Long-temps avant cette epoque fatal, je difais
A ma paroiffe affemblee :; Mon cotur faigne ,
cc l'afpe& des maux qui menacent la colonie et la
a France: un douloureux prefientiment m'annonce
quelque grand malheur; et lapparente tranquil-
a liti de cette colonies, couve quelqu'un de ces
u phenom6nes politiques fits pour etonner les
a homes. Les mulftres font foumis; mais ne de-
a vons nous pas les confiderer come une caufe
a feconde, don't le moteur agit par des intermi-
a diaires, s'il n'eft au milieu de nous? Pourrions-
Snous ignorer que le clergd, fagement ramen h
c fes principles; que la nobleffe, juftement de-
a pouillie de fes prerogatives etranges, que lui
a avaient acquis des fidcles d'ignorance, front
a tous leurs efforts pour renverfer un fyftIme qui
les ramene au niveau des autres hommes, leurs
c egaux par la coulcur, P'efp&ce, la nature et
a l'dducation ? Ils connaiflent affez les colonies et
a leur influence fur la Mare Patiie, pour efpdrer
e de renverfer par leur ruine l'ddifice de la conf-
a titutiont Pourrions nous ignorer que 'orgueil
a mime des miniffres de PAngleterre, ne peut
ac qu'tre humiliH de la revolution qui s'opare dans
* un empire, don't ils ne pourront plus acheter
a a hone et les difaites Pourrions-nous ignorer









( 23)
v que fi Por qu'il ont femr n'a pu leur acleter
C( Panarchie de la France, its agiront du moius
cc pour lui rendre les colonies inutiles, en y por-
Stant le fer, le feu, et peut-etre Pafranchifl*ment
a d'un people heureux d'etre efclave (i), parce
a qu'il ne faurait Ctre libre ?
... .. ---'~''-- ----- ------- - w--~- I
(1) L'Europe croit toujours voir PAme~rique arrofte du
fang des negres, cilant focus le fouet homicide d'un
maitre farouche. L'imagination de fes habitans eft exaltie
S par des &rivains fentimentaux, p!us occupies de plaire par
une dilion delicate & facile; plus d.fireux d'agiter les
paflions par des peintures fortes, mais menfbngeres, que
d'inflruire par des rapports vrais; & le maitre ds lors
leur inspire autant d'horreur, que enclavee leur infpire
d'interit.
Inutilement la fenfibilite, la gkntrofiti de rAmnricain.
tranfporte en Europe, d&mentent ces affertions calom-
nieufes. Alors meme qu'en paflant fous le Tropique, r'Eu-*
ropden depouillerait routes fes vertus fociales, l'intr6t
feul lui command d'8tre foigneux envers fes efclaves;
de chercher dans leur affedion fa fitret6 domeftique, &
une plus grande fortune dans un zele dipouill de toute
contrainte.
Inutilement dirait-on a ces amis de Phomme, qui du
fein des delices laiffent leurs concitovens, leurs frIres,
expofes fans vetemens a toutes les rigueurs des glaces de
1'hiver, & mourir fans fecours comme fans pitie: inuti-
lement dirait-on a ces amis de homem, qui, puniffant
la vertu des caprices de la fortune, arracha lfa famille
I honnete home indigent, & le font jetter fur des fables
rides & fauvages, I deux mille lieues de fa patrie, ex-
pof a lintemp-rie des 6lmens, comme a la firociti des
reptiles venimeux qui les habitent: inutilement dirait-on
a ces amis de l'homme, qui croient en atre les ap6tres,
parce qu'its entaffent dans des hofpices infalubres des horn
mes leurs egaux, qui languitlent livres a 'aviditd de
quelques flipendaires, & aux foins indiffrens de quelque
61eve inexprimentd d'un chirurgien, d'un madecin fala-
riis : inutilement leur dirait-on que le maxheureux,
IB &











Ma privoyance fut inutile; perfonne alors n'au-
rait pu croire a tant de fclderateffe. I1 faut avoir


homee fouffrant, quelle que foit fa couleur, trouve chez
les Colons-Amiricains des fecours hofpitaliers, gnenreux:
inutilement leur dirait-on que les enclaves, foignes avec
le 2ele dS Vhumanite & de f'intr&t recoivent les fecours
les plus attentifs; qu'ils font logs, nourris, vetus par
leur tmatre, toujours avec proprete, quelquefois avec
luxe: inutilement dirait-on a ces publicains infolens,
qui commandent ou executent Ia fpoliation de 'infortune
debiteur, que le negre fans inquidtude fur le lendemain,
le voit arrive avec difference. Son maitre eft fon ga..
rant, fon prote&eur, fon ami quelquefois; & du moins
fous fon influence l'efclave jouit-il paifiblement des fruits
de fon induftrie.
Inutilement dirait-on & ces homes de fer, qui voient
fans piti6 une femme indigente quitter le champ du tra-
vail, pour entrer fur Ie lit de douleur, & reprendre fes
occupations laborienfes & penibles, des qu'elle a depofd
le gage de fa ficondit, pour chercher dans leur produit
une nourriture groflitre : inutilement leur dirait-on que
nos efclaves joumfent, dans lenceinte de nos habitations
& dans le fein des villes, de la liberty la plus illimit&e,
d&s qu'elles manifeftent leur grofllefl; que leur etat eft
facri; que leurs gofits, leurs caprices menme font fatis-
faits aufi-t6t qu'ils font connus; que leur enfantement
les rend plus prcieufes encore; que ce nouvel &tat leur
done des nouveaux droits aux complaifances de leur
maitre, avec lequel elles partagent une nourriture fine,
ft elle n'eft li delicate, Jufqu'a ce qtue forrtfies par Page,
les nouveaux- nis puiffent recevoir les mCmes alimlens
prodiguis leur m&re.
L'Europe accoutumde a voir Ienfant du pauvre, cou-
rant des Ie berceau chercher h la porte du riche le pain
de 'aum6ne, trop fouvent refufi; lEurope accoutumne
h voir le vieillard courbe fous le faix des ans & du tra-
vail, porter vers les mtmes lieux fes pas chancelans,
poor fournir a fes neveux un aliment groffier, que fes
mains impuiffantes ne peuvent plus arracher a la terre;
I'Europe dis-je, flitrie de ce fpedacle piteux ne pourra




--~r?~n~P~ -~' ~71"-. -;~~~ u~r -'Y~-r -~.' .h-q...)... Q~i- .'


profondement mn'ditei 1hifoire; il fut cnnaltre
toute la force des paflions qui itevorent nos contre-
rdvolutionnaires fous le mafque populaire, pour
ne pas y etre trompe. Affedueux a tout te monde;
refpedtueux envers les corps politiques; toujours
jurant par Paflmblee national et le roi, ils com-
binent froidement le refultat des plus grands cri-
mes; et jamais aucun ne parut mieux fervir leurs
projects, que celui commis Saint Domingue;
jamais aucun ne prefenta moins dc danger dans
fon execution. Leurs infirumens font quelques
affranchis paiffonnes, que dirigent Porgueil et I'af-
furance de trotiver dans leurs revers tine prote&ion
genereufe chez l'Efpagnol, qui refulI avec in-
dignitd les patriots fuyant le fer de leurs afliafins:
leurs inftrumens font quelques efclaves accredites,
qui, s'ils triomphent, fe promettent I'empire de
Saint-Domingue, et qui, dans tous les cas, fe de-
roberont par la fuite, pour jouir chez 'Efpagnol
de leurs rapines, de la liberte....... Mais qu'ils font
loin de connaitre la perfidie de leurs moteurs! La
mort les attend fur la frontiere......

pas croire que Pefelave peut difpofer communement cha-
que femainW d'autant de ours come elle a d'enfans;
P'Europe ne croira pas qu'a Pi'ge de quinze ans, 'efclave
ne connalt encore que les jeux de 'enfance, ou les plai-
firs de fon age; 'Europe ne croira pas que jamais un
fiont ridd par les ans ne fur courbe vers la terre, pour
y arracher fes richeffes.
Je fuis n6 Francais; j'ai vcu jufqua l'-ge de vingt
ans parni les payfans : je itais moi mnme; j'ai vu
leur miskre profonde & j'ai fouvent gmi do ne pou-
voir la foulager. Un riche h rtiage m'appelle Saint-Do-
mingue. J'y vis depuis huit ans : jy ai porter le mG me
ceur; & par-tout j'ai vu enclavee heurtux.









Pour de'ourner les regards du people, qui fans
doute les efit defignes comme les infligateurs de
nos ddfafires, ces homes perfides avaient inondd
Saint-Domingue d'crits philantropiques; et Iopi-
nion de Pabbe Maury, fur le decret du rn mai,
fut repandue avec une profusion dtonnante. Elo-
quent ennemi de la revolution, Pariflocratie nous
fut reprdfentee defendant, par fon organe, les
droits des colonies, lorfque les Gregoire, les La-
meth, les Pethion, paraitlaient vouloir les enfevelir
fous leur ruine. Telle rtait Popinion du vulgaire;
tell dtait 'opinion diffiminee dans 1'affemblde
colonial; et lorlque j'arrivai dans fon fein le 16
feptembre, je fus dtonne des blafphemes que vo-
rniflaient contre la France des orateurs trompds,
qui, fans le croire, fervaient fi bien les incen-
diaires de Saint Domingue. Cent mille efclaves
encore baignds du fang'de leurs mattres, la torche
et le poignard la main, leur paraiffaient moins
dangereux que Paflemblie national; et ce ne fut
qu'en tremblant, qu'on linfiruilit de nos ddfaffres.
Inutilement le people, trop rarement coutd par
les corps delibdrans, tournait fes regards vers la
France: inutilement les capitaines de la marine
du commerce, folliciterent de cette aflembleI la
faculty d'expddier deux bAtimens, pour annoncer a
leurs amateurs les defaftres de la colonies; ce ne
fut qu'aprbs vingt-cinq jours de meurtres et d'in-
cendies, que lPaffemblee colonial fit expEdier le
bAtiment porter de ces nouvelles...... Quel triom-
phe pour nos atlaffins !...... Les fceIlrats!.fi fans fe
mettre trop en evidence, ils euffent pu retarder
encore !..... Mais 'opinion etait formde; et Ie
people qui fe trompe rarement, manifeflait fa vo-
lontd, et delignait deja les traitres.









(27 )
Cependant la revolte allait toujours croiflant; et
M. le lieutenant au gouvernement gendral, qui,
s'il lPet voulu, pouvait I'arriter, en chargcant trois
on quatre cens homes d'alter, le fouet a la main,
chrtier ces coquins, forma trois armies qtie con-
manderent MM. de Rouvray, de Cambefort, de
Touzard. Les patriots, le brave regiment du Cap,
les homes de couleur eux-mmnes fe difputaient
d'a&ivitd, de zMe et de courage. Mais i'efprit pu
blic sdteignait; et Ihomme obfervateur s'appergut
bient6t que ces camps, ces armies ndtaient pas
elcole de la liberty. Le prdfident de 'afreimblt
coloniale s'etait mis aux couleurs noires. Sans doute
pour contrafter avec lui, on efflya dans nos armdes
la cocarde blanche : mais dtfinitivement les co-
cardes jaunes et vertes furent les livrdes de nos
foldats.
Citoyens du Cap, vous vtiffiez ainfi les livr&es
de P'efclavage; et par des gradations infenfibles,
on fur peut--tre parvenu jufqu'h votre ccur. Auffi-
tbt j'ombragai mon chapeau d'une large cocarde
tricolor; et lorfque le 8 novembre vous fties in-
vitis a ddlibdrer avec Paffemble colonial fur des
moyens de furete publique, je vous dis que le
plan de champagne du gkndral dtait effentiellement
vicieux; je vous dis qu'il tendait a votre deftruc-
tion, 4 votre ruine; et je vous prdfentai la cocarde
national, comme le feul figne cara&friftique da
citoyen francais. Bientot Pun de vos reprdfentans
le plus dloquent, provoqua I'arrtei qui prohibair
toute cocarde qui ne ferait pas aux couleurs na-
tionales. Mais fi 'efprit public s'attinuait au-dehors,
ii fe format, fe nourriffait au fein de l'affemblde
colonial. Le second de fes prdfidens avail rdtabli








( zx )
d&s le premier jour de fon exercise, cette Idgende
facre : la nation, La Ioi et te roi, qui, autrefois
come aujourd'lhui, embellifait la fall oil fe forme
cette afemblie; et je vis avec enthoufiafme qu'il
n'avait fait que prevenir vos vteux.
Cependant Ies hommes de couleur et negres
libres, avaient deja levtIe mafque fous lequel is
avaient quelque temps ecarte le foupcon.Its s'etaient
coalifds avec nos enclaves revottes: ainfi qu'eux,
ils fe baignaient du fang des blancs; et plus atrocesv,
sil eft polible, ils inventerent des fupplices nou-
veaux. Un drapeau blanc, fur lequel dtait ecrir:
vive Louis XVI, prec'dait leurs hordes farouches,
que difftinguait d'ailleurs la cocarde blanche, et
pareille devife. Gens du rol etait, come il Peft
encore aujourd'hui, leur cri de guerre; et fi Plhu-
Smanite nous command quelquefois de defcendre
jufqu'a traiter avec eux, ils reclamaient imperieu-
fement les droits de LPhommee, o l' ancien regime.
Ceux du Cap, ceux du M6le, du Port-de-Paix,
de la Marmelade, du Borgne, de Plaifance et de
Spombarde, nous demeurbrent feuls fiddles ; et leur
zdle, ainfi que leur courage, ne fe ddmentirent
jamais. Ils meritent notre reconnaiffance.
Ceux de loueft, au contraire, fe raffemblirent i
la Croix-des-Bouquets. L'ami du colonel, qui fut
fire canonifer fes forfaits par un decret national,
le fieur Hanus de Jumecourt, dirigeait cette trame.
Alors encore les Courard les Villars v6tiffaient le
mafque civique, pour nuire avec plus de fucces
et moins de danger; et bientot Saint Domingue
vit avec effroi cette horde armee, confpuer les
arretes de l'aflemblee coloniale, interpreter les d6-
crcts nationaux, reclamer 1'adivitt politique, on








vertu de Particle IV des inftru1ions decretees le
28 mars, et menacer de Pincendie les paroiftes qui
ne foufcriraient pas un concordat opprefleur, qu'ils
prefentaicnt le poignard a la main.
L'homme trop douloureufement affe&d des dJ-
faftres du nord et de Ioueft, fe tournait vers le
fud, et ne deCrfpdrait pas encore du falut de Saint-
Domingue. Nous n'aurions pu croire alors que
cette portion de cette iile infortunee, ferait un
jour le tombeau de nos frdres, lachement af ftiines
a par des affranchis charges de leurs bienfaits; par
des affranchis qui, mutilant les cadavres de ces
vidiimes infortundes, femblaient s'indigner de ce
que la nature offre un term la douleur.
Cependant laffemble colonial, toujours bien-
faifante, avait arr&td, des les premiers jours de fa
formation, que tous les homes de couleur et
negres libres fe raflembleraient, chacun dans leur
paroiffe ou dans les camps, pour y fire leurs pd-
titions. Leurs pretentions n etaient pas encore ma-
nifeftees; le decret du I1 mai n'dtait pas encore
officiellement arrive, et tres-peu d'entr'eux reunif-
faient les qualitds nCceflaires pour profiter de fes
difpofitions.
L'afIfmblde colonial, toujours en mefure avec
la loi, promit de ne pas s'oppofer a la promulga-
tion, ni a P1execution du decret du x 5 mai, des
qu'il ferait officiellement arriv; elle promit encore
de s'occuper de P'amelioration du fort de ceux qui
fe trouveraient hors de ce decret.
Ces difpolitions furent favorablement accueillies:
mais bientt l'intrigue et la perfidie les eurent em-
poifonilets.
Long-temps nous avons accufI la philantropie










( 30)
d'4tre caufe de nos malheurs: mais elle eit amend
I'affranchiffement des Antilles par des moyens moins
atroce~. Les mulAtres avaient ~ fervir leur orgueil;
its voulaient venger la mort d'Oge : ils auront
trouve des Afimulans chez ceux de leur couleur,
qui, ayant en France des proprietes aflurees, facri-
faient leur amour-propre, a la renommde, les
heritages qu'ils pouvaient avoir ti Saint-Domingue :
its auront trouve des prorcAeurs puiffans dans ces
clubs, qui, fous le matque de la philantropie,
Sveilent amener la ruine de iPempire, et retablir le
, tr6ne dans fes ufirpations. C'el ainfi que des traitres
ingenieux peuvent fire fervir la philofophie au
renverfement de Pordre facial. Des habitans de
S;int-Dominguie, greves de dettes, envieux de la
fortune, en front devenus les agents; et le gou-
vernement, fuiiva t les erremens du miniitre la
ttzerne, qui depuis long-temps voulait les mettre
en opposition aux blaucs, pour les dominer tous,.
les aura fecondes. Dtej nous connaiffons quelques-
uns des traitrcs qui les ont itimules... Plus d'adreffe,
plus d'aftuce nous mafquent encore les autres cri-
minls.... Ils n'en font qu'infiniment plus dange-
reux..... Les filc'rats! ils font feuls coupables du
meurtre de nos frires Seuls, par des gradations
infenfibls, iIs ont amene nos affranchis a ces ex-
ces du crime, qui ne permettent plus le pardon,
pas mnme le repentir !..... Nous sommes si crini-
nIls ,aujou:rJ'hit, difent les rdvoltrs, que ce n'est
que par des crimes plus arroces encore, s'il est
possible qyue nous pourrons arracher a nos patrons
n n p.rsh" qytlls ne nous accorderaient pas.
Dcpuis q' e Ie mul.tre Og- fit armer fes freres
du nord, le Mirebalais devint un centre d'adivite,





( 3 )
oa correfpondaient tous ceux de Saint-Domingue.
Orgueilleux de leurs richeffes, trop fouvent arra-
chies notre faibleffe par la ftdudion et i'amour,
ils voulurent co-partager avec leurs patrons Padi-
vitd politique; et le developpement de leurs forces
leur fembla devoir legitimer leurs pritetnuos. Juf-
ques4-, cependant, It fang des blancs n'avait pas
ete verfd. Seulement dans le nord, plufieurs s'dtaient
confondus avec nos efclaves; les autres fervaient
dans nos camps: mais ces camps, ils ne'tarderent
pas a les ddferter pour fe joindre aux r"voltes; et
lorfque la torche a la main, ils fefaient figner dans
l'oueft des concordats oppreffeurs, Pest de la pro-
vince du nord etait menace de Pincendie, et le
people 6pouvantd foufcrivait des traits non moins
perfides, non moins aviliffans. Enfin nos ennemis
voulaient la diflolution de 1Paffemblee colonial,
parcequ'elle prdfentait une force morale, un point
de reunion, qui ddjouaient les malveillans. A cet
teffet, les ennemis du bien public voyant leurs
projects dejoues, par 1'arretc du zo feptembre, ele-
verent des doutes fur la purete des intentions de
l'affemble colonial; ec cet arrest bienfaiiant fut
confidere par cette cafte ignorance, trop facilement
dominde par ceux de fes membres qu'avaient fi-
duits nos ennemis, comme un piege que la per-
fidie tendait h la credulitd.
En m&me temps arrivdrent dans nos ports deux
frigates, que la Jamaique impuiffante envoyait,
moins nous fecourir, que nous vifiter. Les, malveil-
lans y trouvdrent un nouveau moyen de calom-
nie; et fans cefle ils r6pdtaient que, trahiflant et
la colonies et la France, Paffemblie colonial ap-
pelait 'Angleterre pour lui vendre fes confituans.











(32)
C'efl par de femblables manoeuvres, qu'ils firent
perdre a nos premiers reprdfentans la confiance
de quelque portion du people; c'eft par de fem-
blables calomnies, qu'ils iemerent contr'eux la
prevention, juftquau fein de Paflemblde natioinae.
Les mulitrrts eux-meimes crurent voir les colons
rechercher dans la protection de lAngleterre, des
fecours niceflaires pour les punir de' leurs crimes;
et pourla 1ftonde fois,ils femnrent laterreur dans
l'oujet. La torche et le poignard a la main, ils
forcerent chacune des paroifles de cette province a
foufcrire tun traird de paix. Un trait de paix !...
Et tiers de cet a&le arrache par la violence et la
plus lI he des trahifons, ik provoqurent la diffo-
lution de tous les corps populaires.
Ce taite fut un. fupplement au concordat du
mois de eprembre : il fut 'ouvrage de quarante
jours a-peu-pr.s d'une ndgociation commandde les
armes a la main, par les mulAtres raffembles la
Croix-des-Bouquets. Ainfi que le concordat, il fut
IPouvrage des agens du gouvernement, des Villars,
des Coutard, des ci-devant membres du confeil du
Port-au-Prince, et des homes au pompon blanc,
qui commandaient la diflblution de l'aflemblee co-
loniale la difpertion des municipalitrs. Ils efpd-
raient clever ainfi le vicil edifice du defpotifme, et
fire r'gner lanarclie et la revolte affez de.temps
pour obitruer le commerce national, et livrer la
France H toutes les horreurs de la.mif re.
Pendant que l'oueft defarmn foufcrivait ce hon-
teux traits, le fud et la Grande-Ance jouiffaient
encore de la paix; mais le nord etait dans des
convulfions etranges : foixante mille efclaves y
Otaient eni rhv olte. Mais fi quinze mille d'entr'eux
pouvaient









(33)
pc~evalent porer les armei.; trEs pen avaient ,a
volide l fai ce; qnlqiue chefs s, presentalent
e :treblianima, ilts ne ma!tifrestient janmual
ique la Iicket; li freirt de e&:clarie ge.
SCeperndaat on fasa.itt grani traix de camps
Sautour de la vle dii Cap-4rncais, p:ndant (iue
Iineeadie et~. arvoie allailnt ?xrj ivro cronsant
AwlSeisez~t. I ouj 'i rI c i1) 0 atV;
Sansla ca:npagne. Cetappareil ne ponvait jque
rehaau.sser le .courtaVe d I s .v, *et lubidoier
dh sa fre., .. idieo quit i'avait pas;l ne pou
-vait q(iftnaiblir ia conflince de nos soldai. .
Airs siulment e arnm fes ft rent dissti ini Des
dant In campague, pOt rallerdonner et recevoir la
mnort. 'a post uht e14la. f5sur l e more ~ eckly,
pour-commander la plain ;. mais on lalssatl les
r6voli s doainer la nmoI agne, ui la coiuromne
Oa eut pu le, prvcir; et. cent homes d'armes
y- eua'?ntf consetve Potrde et la paix; ilu enssent
CeIpdeh6 le nas j:cre des blancis quils hatbitiieT:
et ten Inonline.. cu Jixjai- e alit/e les
p!a:ina. da F"rlt- .Dauphin ne seraiest pas de-
venuie le topibeau de tios freres.
M'. de Ronv.ray cou1iandait lors cettearmhe:
je n6 dirai rien des mnanuenvre pEnibles qu'ii iit
fit imritilenent fire ; mais il ntglig'a la ro!nla-1
gne; et lorlsu'll la ft attlauer, tle bri.gans l'oc-
cupalent avec lout advantage e du nonmbrc ct di
terre n. 1 fit. essaver une second atlaq ue; et le
m ulatrea qu'il fVait trop .souvnt prc.frds aix
biancs,d'une manii'reinsnlt alte; les nhl tres (qu'il
envoy comnbatire s rvolts, de.rtren, parni
euxr.Lear capitaiue dupe de' sa confiance, s'il
ges9t un traitre, dmcmura lear victime ou leti
comnplcet
g.- .t-,









' - ( 4) "
S'. c .A'as rempiace le HnRvray; ef sza
.: te :j'cL fa iguee, Iemrni,re impinssrnte au
fhifie (Ides brgan la de cdion des mnulitre*
ini vena ent de le jmindre,dlinimtlatit e nombr'e
"c" "i """l ,a gnini fIorce dse ,i -'eniemis.
Corunenn dn.aa seC lignes, iriertie et 1'ennui las-
StTt les C-itoyer ns; pendant que tes rvehies,
taiftrea de Il montage, peuraient porter 1leur
grI 1incendie et la mort dans tle 'qtartiers de
Le more Beckli, situt danm; les pines de
Limonald, :qaite lieues Sud-Eat da Cap-
f 'mnaUna, ,arre, ait le rivaobt, : et paraniltismit
de ut r invaion les plaineR de |EPr Pa r dir. for-
tiicaio inn bien eniteduce., 31 d'ARAs avit
jeatdn redorutiabe anx brigaus s I tai' seommns-
ical*~iorl t lr e fn t ouverlo pair P es ictmifged :
-cn, l eieap des mulItie rTvol : . Ste-Stnzamne
etait-bt4lth sue ceSI (uianceuRiten! ta plaine du
-trtn: ,e ma mere quiel b}eign^s io-'mment an-
1 ourde ce poste narcd e erce, par. leqna ceux
t e la pliite dui Ca po:rvaent se pt)re. r i e
m-ontaga citt dans es& p!aines de PJEsV/ : ct pr
mrue iteoncovable rmatxr vre, si c:a #esparJdes
cunibmnitswns perrfdes, les citoy'ms de i'Est
fs ic'rnt lenrr service donJ Ce pose avate ,et lia;-
sale aini lemIuslposCssioisa nsd'fmre, e letrrs
esc!av. zsaian protection.
Le vi.e de ce plan fuit dnwmncu r lieirenant
ali Pouveruement gn E-1a.-. 1De eiloyen,., der
rte r.'~' de l assembly& eiol cooia m l maui t~s i .
.- st a sbdungleo% ctette i4f-spitiev 3: r W m fme
en ss*emfhle gedniraFk,, nlorc, 'l.tlt
int areclea ces ades corp-, dihibb s, f es


i li







( 35)
IoveniS de sthre:. publiquit, je luLpresageai Ies
malkeurc dle ce( q(uartiers s'il ne se hiait doe
chauner.ses disposllions: je 1Iu dis avec au ntf
d'elnergie q(ie (te v're qlue sonp plan de am n-
p ale essentie/lement Vicieiux ne Iais Z
'ucun daesuersot inmpentie ou sa mauuoias
tpolaft d.
M. d' As.Ia, pmuinstruit on nreuxintentionn, .
indiquait le mai et dendmidait de notiveaux 1luo-
yen, pour Ie reparer. Sas-c'eses ii soUic;tat Il
rea&ort, qui lui permit d'otalhr sur lets monta-
gnhe des postevs qui aurianutt tout au moins arr't.
'incursi~tides brigans: mniis M. de Blincheninad
1 taisiaa se conusutnr itmpuisiam nint, pct.dant (4
c "oynil qui ize .o slt i s cem onini' sIt, IaiV1,
et niourir infrtctueutsenlett An Limbi~: peiicl;
i"ew de; armiae laielnt ie-e n uelquel Iaetatiea,
nI.,l .gce c e,'her m !r n quelqueN nleu!itk^
laueux, qt'avalelt re;-peth l.s reiliib. f(2)
L.'a :niede (M. d'A as '~S lal l tusAit dijP S s M ,.
fort deson civisjeet de sin oure iid? cdct" :
eicore :avec une pogile d'paiules le pose Bec-
,kl, don't lart lia nature fesa enit e boultear
de plmies du Cap : et M. de BInchelande in.a
tcuit de sa sifua6onu pnMlleu;e uai toiner J.
aSiei ctuxi loiw de lii evoyer des srol.das l
adiessa celle fatal leitre !1il anillmea 'IrccHdie "
des ;lc reries iqe protlgeai, ce poal einictres~ant...
S.. M. .de BRiaelhahinde est r esponslble des saite-

S1V Uni dido (0ii-dietx.;41u h0e1ii pae voulta thire
cz t- voyh"< *4 ,' armie patr o:'q" e V 'scoria sVt?
E' ailu't ni e troi r c s i' e la villet. course
S"ii|l. .i n ais e ,le des. iaic et ^ Le tirU4. La
a-UuL, sa voiturt: !..* ...
. * * ; . .a









funeste !e lJ evacuation da posfeaIdreek H i.e
'reponsnMl!e du :nur e V.s ,.. S g.r. Gans
t: montasenes et Ic a paieie3 de .st :: it st res-
pE able a nu cOimflW1n1*ice nCiiati, a la ~ ii att elCe-
1u0it" de ePanlantinsemet deeimr's habitaliz...
11 ttahit Sailt-Deing*.'.......
Damn eis premiirs Jonirs de nos d&aslres ,les.
Sanc. s.e r~ semilltrelt da.ii des points div. rs
pour conmba:te It wu,,s asasvi p-nlIPar-toutl its nta
LIii i'eltsbl aluaiSi tlt'activit4 q(ue (e courage ; et
lesex -tif riitfis se donir enti cnrent les phlis het-
rtcI succb;., Ceint iil ls Dsl iuI. s ie Det I
sources avc tne tim.?iee ?hkn? t& dsk'grei&
devtant cux dL. iC htelA4 (c rcnv.it'i: maib le goti-
veraetw .gnral les hbst se coniiumer sina se-
cour u.. e ieLir retr::lte ei!lle-lite sera tl ph-
9II C : si li'
atiaicnnt conser vy tte ia lieid de re~arage.
D)anS leks inerls tin le'+ par1oi'ss dee VOzieLst
de Ia province eda Nord avaient eu la sagesie tie
se f adier daums lets mon:tagzes pour arr&er
lcenaie: ic de camps iombreusi fiiren ctsablis
<( au,!cil [epartie de la pro lnce: M ;Dtaus sJ nid
OtCwt de Valengrt PBar/llwn citoyTaus vertnfeuls, y
,ctou:.imutia;]a+t~ t .t caqu e acmru alit marquP par
desvietaircs, sa ion pent apprfler arnsi la peiMe
tpiie .-. brtmves gensr avaient de chaascr devaut

4MM. PDasign te Vi eraLtIar:enf rni"it


1t4 t: ci aCre u srpresit oit ocr d'eur.a
T: T ,,::ct eavantges .ne pureit letr m (i(er Iera a
itche deL dr&' Bilatnchea1b]t z conmnc stiL s a







talt` d4nvoriA mrt' wilt ctr., p-ttr ne pa
avoir sl 0o utifcc 6.. 4C/:.rn'r sNh a1nt
afti -ort-d-pl.t, ftt d .n p1ou r mriplaice
ce. deux brCave o.tci He .
SCe noIveacn c('"? arUdIt p:l4 la con.saine des
cio: .et ni c fi i p)our a riritt Se. in, -
t it', sn'ent Ienitt a dC,-rode cdhn h le
roa- voisines.as O 'thleeil etln4i d
par Icur n !nabr et c pa.r l nra e de Ic urs tone
tlnms rermpIacecent les tii unie.tpaties dispcrnc9.
-Ol esavait rin S les ifrteS de 'anicien rgime',
st Plaisale fut long-teInm da n iie rarchie,
qui cuet eniLen des e_ 14 ntrtestC si tnasse!n-
btie colonialc ndclE, dji taiit dintr.ign.e par'
sa jitick et sa fernei.
LeA op"ra-ioa.de i interieur de la province' no
fuirent pas mieux conihin,,e que ce1le de P Est,
Apr4i .AIvoir f tabli" D camps ai9t-talle di vdilke,
t: ge gener al fit taie de .I ortic dans la campagne,
; Now patrioe .,le bI)rave rigilmeini du Cap, etle
nimiitre.rl dellt, all3irent d(ant le. planet bruian-i
tes dtc P:.mn;de d ,-n tquartier orin, donner
et recevoir ia inort.: leurs ehch semblaient dis-
puler au v rivolte la faire:r de Fincendie; ai
ce ge~mr dcstrncteur ne le su*vit pats element.
etpiuskers habitation, j tie sa s i rop- pour-
quot fix'eitt repeotie3, become elles i' taient
pr 1e rtr.olt C iC 0me1
Mi d COiiXlfborit a sofn tfur affaTqucnI qtel(e-
iortdes de btrianm q.ti ds a rveile evacniient
je,; posted, o n'y rcstaint Lqju asez dc~ t en~s pour
avoir lair d cs y c le~KrcU'JC attaqueag;i.'ralo
fult ordonnee, et M. de Towaird sc porta d(ang
le Limbi M d & Ciideanefiort ,a iravers. lai par
R4









(38)
tce planes de l'Acul, et l'In et 'antre chassrcent
J1-t binga dani la mo:nltagne ; mais ia rel:'aite
dte ce dieux o!iciers leraclsena (dani la plaine,
C'eit aimi qunc, dans toules ces canipagies le
Ier;ein con.juis ctaii perdu le Ilm.:.aut, par-
ceque notre euiteniui : con:battaint Jarntij ne
pett iamais (tre vainjeu.
(epe:damit no.w honmme d'armes accablb. do
fallignel et t:'op soulveit privt s < almuezi de
honue qnali; Je cmlract:ent milte gernns de
nmaladie, don't t dcveloppe.aent devait blentt
les lxilollllneri Ct sl c.s braves gcii n C113ssenit vu ,
que lct cmrses p ntiblis qu'i ava ent taites,
claueat aiitant inr:-ies que mcuirtrnes bientlt
]a viilte se:ait tnmb'e, sans dcfeise, au pouvoir
I4 Zi 'l62
Pedaat(ique Ie general faliait altaqner les r-
,'olttc vdans ie Nofrd-Ot, t, les, revcltc`ds du Sud-w
st a: taquaient cux-nit les les itoyens ret l'a-
ci;ts Varlie aux Lcr:vi e3. Les Labitans
idet :oitagelf~ni voisines refi:giAi an Cap bri-
lateu; d'p:;,lj)aieitc (61 secocueir Ieurs f'ircs et
deiigtlaient q1. Val/rot pour lei comntlll deir ;
mais p!hntt que de der al a volvite fortem.lenf
prone::~d e du Peuple et au varu de l'sa3ePleG
cioiouile M. le lieute:nat ar gonvernemcnt
p .n4,?1 ailla uiOeuto 1is-3r 0Sans SecOuNm les hraves
wls" de Val.e et de 'c; sJvses ; iAs pectrent
a asinks Pe# t-dant q(u'il detneudalent encore
levr v'e; IC. b.iga:ns, imait.re des montlagnes de
le. Suzanue tcllatetl dains leurs l mains te sort
des pil4 riche(~I (jartie4.n de la p)oviccectdu N rd
et MI. lie clitet atr au gonverniet)ien gtIn.al,
toii de rxeailw Ic poiCrde ' st, kca det faice









(9)
ocjcper le mrnfznnes de Sie.Snz.nnri, pinrt
twitei ,es ,forces Si la responlabilit n'eir pa uLe chim;n;,.. .
. . .el fi? t c it nI' e de i eendjle et de la
r~,e ldams lei p linie et le. mtantr de d e l'z stI.
N anmoi s leIa nilui reS rc oi c~1 Se' i:Zltlio
ne tireut loog-teaits d(an les qtpaii'ier V(ci vou1s q(iu
de4 ravages parties t ; el ceuxK de" Manl'hiNt'rc1x
dcsarmuant le bladic, le.t p:'cse:lnaenit h'alter-
native dela mort ou recevai son exon action idA l'Ouest.
L.'a~sembl6e col nale receri-at alors de tcns
les points de Sailit-Domingue, des ndre,^vnes, de;
derb4ratiion.s ouvrage ie la deduct icn de h;
erainte; rmai elle ent la sa'gese de voir, qtue
Ses elvoelE4! tic vou;lnt cnie sa (!.::.o!iio, pul'
fire naitre ',ana :chie, plus delstrrqc ive pcut-i re
encore q IW la rwiflle; et svin arret d it 5 novei:-
e)ie revtif ditI reprIsltan.t du roit lapprobatioli
qu'il avaltlr iong-enml iT u e; tdtIns a H 'adi ,
disit-it d'irriter cete c:;-e "t;:i eto (hu se fJ'!i-
ctler d'y troa-ner le parrnn (di s e:'i mes, et 1'ai-
su'rance d'itre eneore i'ubjet de ia scliicitude d*C"
repi esenausl du Peuple.
Leis eCeYn ens 3 e preJaleist alorS awtee u n1
) .onnante Il I-cf i.lomal 11ll t')("
eronnante rapiditc; "a "ni1 coloniale eut bv-
soin de toute sa stage e ti e toite( s. fefinele.
Ill:e avait appeal l]a "i artiniqe tson s coi ;
et P'. do Be.:ge not04 envoy M. de GirCP da
i la tte dee Son es:nde. NO htSni'i.~oe djAt l
imomenlt qui tamenaitsur Cn. eoes; mais a: p.',,,
mouilla--elle dan le port pie s s principle
lifer cide:t so dtevelopcnt' eC fai'ret Lei, I
age A, reFspeet pwtr le re-vpo a .de IitoyeJ",era r






, r~iigia:le:,,.t cle ,Cravit, de ia gurre ; Sanr
rspecI poailes e4ili!es1ie verilrle !t a st!^relt
p ilie 3 rspct i pou Is 1~ e

.es flan.heaj., la ..i.t, fralppoa.t ,tux iic .op.is
Sco.up r ,,,o0l, tinsnlt,,ant ax sentineilles, pro-
llvo unit dnoe elSeavei ; e 1 par1urs C its c ,sAiE0.L
Sl)isrph:iner' la coa ti,:. .n.. Le.cur ni aFt dgi -
persa ces, .ccens; mai wa oofiirscerenire t
plas coupabl wecore ils 6tprou% rent iarvUle
de'ioK caeves, i hcon pineret 1i cocar dti atio-
nai4e i1C .ivoq.es;*,ent (i its h-%p onef etiriemis jde la
IFrance et Iedmccint. les cioie de eSaint-
Doimigre, de Ics 'ee; r nea par ai? Te, a SOS
joig diC leurs p 1'eierm tiran,. Le pleupie eiut l

iunvais citoyea ; et M. e lieu enant au o-l
vternein, gr-teial i proiuit de Ie d:'nO.orer- au
tiiLstre. Les d.iffi relies circon lanc( < gompa'gnrent cet v itenient ous periettit
do doutter de sa sincriits ( )




(ivuoes que _e pmi s
ide tle i rvst conie" a bttur, malgued le .I1ur irs deas


tpectat~nr a la tr! te ii s -l. d Girard ,.
Le t olffieit conm'itiUdait i tt'tiou ts kils 'i u vo t ; iil4t
St diall t rs de S ei tDoj1itiad'e t p f tle'a t tiEt agdor-
1( t el3ti etre et c: prenti t1. A w i-, rI 4:6 ,ti 3J 6ts T.y c
a i i lla ,t rT-m ut r( It.:




!e trouve thans I*t)ni dte posts remi ail ]tf que lt sie
minister ciit-il U ravolr uit rei c pon Mt ie e (Gi irarhin
trat c on c ia9tl ait a ,n c.a i .t ti ou lis vlit


p 'truluN4 3res, v it Saint -l f ,ln ov ue ; cr i,,u i

priut i4 Saiul,a-ouinw i ic u e lulA -ii,,V fit uu $. J
TT'CI~~JI~l~l c I' ) i ) ~ "319~~~ ~





(41)
Ats a-pen-pri M. le lic"eteniat an gonw
vr-neumant general reut ofliciellement la loi din
18 septembre; et ':asseu:blie (oloimkale s troiva
4as ce moment investie de touted Ia latitude du
potuvor ligislatif, quant aux pcrsonies non libres,
t quant gi't lat politiqce dc homnus tde couleur
et i'-gres ib:res. Ccte lui et I'arrtc du t5novenm-
Ibre ft nent a -peu prs en mni c-tenls conolu
des rrvolis; et M. de' T!''z:ird alia eis fire res-
pecter dans les plaiocs de P'EsT tque les gen'e do
couletir nmemJ i cnt de la revolte et de Imin'ndie.
S. 11 rdu.isil a coatenir les 3claves danj a st .bordi-
i nation ; et les ninltres dans une cspbce de trie
ni !e : ear si M. lde Tolzard avait un camp
..eoieiir s'lalent rednis OnInaminithe ; et letu
chentrtaitant dt'cga avee li comla1ndait seui
aux bIanes comme aux homunes de couleur des
.qx nMrtiers voi-siu. Seao recommandaticnsetses or-
.4rs e;unti egakment respects.
Le mula'tre Candy cheefdes rd6solt& de Ste.
SnwZ, ne, s'eiait 1rir6e dans scs miontagnes; ct
le g zgIral .ean Francois, qui prkchait la reIvolie
aux esclaves dtis la plamie de Esit, a latete de
c nq ou six ent brigans, avait suspcudu tout
r7 -- - ----- i-- -- ^.--^^
covert du geCperal.?.... .. Le Petnple est irriut dirent
les enteflis du bien public; ii voudra lire cette lettre : si
S ]tes ass niile&s8 s*y r.t fuent elles von t lui -ire Euapecttis
rtI' llr dissoltliont peut enu re la suilit, etl. etc.. .
Si telies ovmtlt, ettlles se rendent coupables awx ye xt de,
la Frauce. tetc... ... Que de manivuvres I Cet
escai se rtpetera certainementu tucore; et cepetndant la
Ptuple ne se orrigern pas ... M iltl autr tnuces imnitimsterilut alors la coallition des ageu du goun
=r~t ~-t '*~i **









42)
ere d'hw!fiit; elt Vivait dans ses camps de, t
grande Rivikre
La province (it Sud et la grandesr ne ttie.n
encore an une appa irete secunrte. Le, mu; tres
te ce* contrees juraient alors olki ssance neticre
auv dcrels nuioa taiin, e n on a eMettre
L'Ouest vir.ait dants oppressionn: i tn murl de cette province firs de turs. trait s ,: ctaieut
ent c -i a-Z P lort-arn-Prince d;panx, tp:iPt?.P
letr dame t"l fr;ie tde tonre ceut hfmlli e;t i uxi ?
c-ijt ekrat es- chtis a 'ei.rs rhe-rlt t lait
logda dan; I1'htel u'hldl"i ld:t jad.sKne ~oirwet-
ustttr~~si rantx le.r he -its avi Ltit f ir Jhrert
kiur triomphe ernim'l pL:.r c, imi.tres o da
dietr d1et paix. is aciLr t oromMui daes Fttitmrsi et
de s. s puu-lr eS:, mhsimsdr -se ioeIrue2



ellueratt, Ite. Jt toLe~ x ~ e6 chct c' laves
4tfitlss'itics t as^socid^ tcw3 ienvennariin^-
tilks ^ et loin t^ ke rendrei k leur hti~ations
itsles.ficnt);ettter iroa ecse stir ueEiCyLntinwss;
f"U, SIa*He aSH-:Is, Iasi't0ffT.6aUMSoT'4-rlat^0oi-
ses, ess iilranis, yit-timesdeler Cr&alkirt<, ^
snorctt tepi? leurs crimes danw les-;liore(t~w'.s* la
miie, stils nt tobtnJ s lus Ie coup'F-demations
sauivagps (3) tls avaient1 revolt l ettrs ateliers,
, .. ..... .,, .. .. .*. .... ".i-( l 'mi Ii
y) C^^ id s nat turneurlluts ])r L AAirglhis y qui
artk iitaiint ftm, influete dhns 19 countries qu'ils halinl^nr.
B o i Sonsit srtnt rappum-f-s sti ce ntomtn-it avee- r detail die
iertitiu acireatsitutees ypiti } ai sent pas diwert q 4t16
1r11ti '.rt s- i trttlt ~VlVotimle. a'iment-pr t une mtplurl elifrp
iAjgt ht;r tst c la fraIe.6 C bt sasiIltS qu v c Lft @atea





,. -'C*. , ,-


Sand-dorule i,+ ritihalnif la Itart iti 1: mA*
141tres n'i et-ib ls pnl 6ioViablp4en. )ore ..
( ,it aed pecride r nu,.Int ith exc:tifr t$i.
cdelructilo de ce; ariogles ijash'tricnls de leur4
rillC",4 *a"
"Plus coupabhe.4 ,nlorj queles, iitlleme; mille

arit de-toier $s ho(% mme.4 lek A s Aildrte noN i
4hl4 +&'ctif ~ .* . L '~uiio I, :4 (" li.
cat idittqu la setle i0esureipfi pitWe areree It
rnuie alt (Iinle tde Samilt-i)oriSgi. CIo tte r;tce in*-
te*rni'diaire ne pti pltut raile, parin i no. ; lcA
blane divn a )anrairWlh ert r C1<'ti cotrte, o i

anjourt'innm avef' (ms e.l riffr.l 1 is., compitenit
le parlutre, l t perfidie le pamlcdte s tuna ibd14
-l0 1 .- ti1s.... ,. Lamor m et hi paterniev etoni-
Iitmlrai'tlur-ilS ert'ore lt politijte ? aI Loticei f .

eIrvie iisirtuneit dte fri eemiis sSe p%'rOt t aoifcs Ir-ll
tr gdrit s, de, monMitt qUc'lkes 'f, MiIs fie .O Vitneit Sa.-tutis contMt issetrt p} ft g tti
& VLAnigk.chrr Ce Pit!ple X plisf)oplie i )e wvet pa iadirX
soarigilveriteenitli VeYt1, I I emIbjrfc de 'Aiive de pia3i ,
nl(tey, trotie toni~: j et ,. vt e'ertes c it tfrseftiraitr 'S>an,

Iea qrneMe vpe t* i fiinfrirait yas antjoid'lltui
liMas :S. lfiriinneiues pissessilr,.s de YItde P, 'ertilsetai s
i aft'ir a can et fe kA(I. Y biftlsti k siw toini
Iwtrce i et si ktis'atifiets ne swnt ~lus it tisildrea d;nas sd
_I"ain oalt e cormornirce rc d title et ses f;orcs tnaritmnevs
eioemrte:e s lans i$u se pB's serou imvinei' t ,)
yoie a, son tour' ped'ra 'Amiri i t i ur l a(co et
,,. J~hn son ti diua Vi r "










Vos frere- asSass im s neticnt -is pas comme
Vo annus wsl et g c rex ?. .. Leurs is-
I 0 s rrre'ic;e t..l..
.poig0ard partic"de f.
Si ceIte race parasite 'nest pas anicant e, ell
sera totijourMsUn instirun:Cit terrible dais la main
de ilms eincinisi. Clle a vouui ruiner S:iit )o-
eingtte : ellc a (tvoin river la E1alnce. Elle a
conspui le]s irr lc el et lIes niis",es tie l'as fi' -
ilJe colonial'1 FIle a c nlpud les dec;rts; les anll
l. tdecrcties '" k e Ia s nat ioial la procla-
lnalion ~du rol., cell des com.ssante3 naio-
nanx., .... 11 faut qln elle pBrs.c... .,

nlcaoution utsue la justice i toli iberanint pr ,s-
ile toust sol la hs1ch:e des bouricaux I Q(ne la
philosopluhi viennlle ii considerr r Ilat.p iti
Chaissos cldecte contrees ceuxqul ti S sent r-.
- volds; mais qne cet ostracsmei soit pl tt pou
ces si'lrs ue favou r (qutr chit itnt. JLe
conltenet nou~ prc.se~i e desi trrres ( nat endent qute la main de honlmel pour lei fer-
illiser. Qttils y porlent le'nt richesses -: 1. par-
faitement gaux par la nature, (I) ils e seront

( l) TrLis cithbses d'l oinunik 7'ouitm se sout c ni.induet poUr le hlit's;i tur dU tiu S; et
Je fr.llatinc i plus tt roi lt r dt ifr l O L lihon ii t .irtrd
par dess institUious ql'tavaltet lbrnines Iel hazard, 1tiPartS.
ou la fuircu ti rlitdiu a sa dhigile piet-iir1. Ses tlroits ,
t.ia l!ktil dlist tts v .r Je Ser;,t i (ki a I Fr' e sou eVi0ii
Sutiouiuib S j i r o piiie suge 1deS loix Its coiulsre Jaips
Mais gardious witAs dte roe q tl'unIe q lui aisi jitste dthts
ml! princiwP putise prod iire par-tout des fiiftsegalemient
l U .Otxi AgrduX is biUb di coxIv pl sU e oit pas luosil4b? 4







ir la politilpe. Cetfe forte cruise sera pour enl
tine epoque mn morable ; leurs nicursi prendront

iotinide : fieoits Celles d e la Frawce ; t't IOUS Vo T1 ver s par
omibiai dte *m.6nics Ie Peuple qii lhahbite s-t Vi-v
ak hlert4i U, & P gatite. tSu iR-tie phuist, ce Puple c eleirte
iVettt )penit-tre pas tiU jmoir dt cJeite ilherte qu.wenlia ia
philosophie. N'avomn. tous pas v de t os jours, ce PeOipt
cerf'ioit Catcirie b risa Its ftrs, poIgnar ina^tress 4tIas le detre d coti affranichissemieut
L*egalithi6 e eIn morale 'institit ion la phis naturelle;
lle est trop souvetit iimpraticable en politique. Nots avons
cepe.datt vi ldes hotmtiies plus il(lnicts qtue philosophies
|a prt'cher Iunlvi.r'tllemit ,i sans exception de localite
Des lor, la mtsiIteligcetce, la haine, les cotjurationttt
la ilourt en ot tel lies fruits. Des Mors 1is erretrs et: r opi-
Jtion Its prestiies tie I'Iorutil ont et;oulsi le cri de la
ilature et kes seslntirtis de la reconnaissance. LDeslors,
le fis nl*a plus viu qiell'l tyrail s prhe dans 'LPatteurde ses
jos; t-t lte pLere .tiulhereuix par sa fecoindit a triOuv
(oi) atas~i>s<;ii lai a *e frni dti sr-s arnourTs Tdfcs oat tk
ictre a rduit SaitDoune l ce d.
1. b!.onuies trop anstbres, peunt-tre trop eivieux d'un
votut cfh6re ; pe t-etre uint julolix ide t prosprit6e ('6
Ia 1ratcet ; 41es tra~tnrs coiitr-re-vo1uOioti)ais tn1 sotit Ic~
apotres. I ate ven )et pas voir que nma!gre .a ela ssific.
tio dtsh itdividlus, fyespere Le e tI'omme eEurope estm ue:
et est-il aitsi & Saint- loiigue ?, t
Je d'assimile pas I t.lerf au singe; je ne l'assimi]e pas
*a Phommt dl'Europe: ma je Ie considere co:une nt inter'-
triCdiirt ces (dex espieee 11 nIe ftiat pour ss'n couvain.l
cre que saikrvre la tire dalls ses operations : et t:ous
verrotns la mtnsii'e s'lever par mille moodificatiott da
'iasensiblite lite a v tgetatic;i a la vie, A P1iioMini ()out
|'orguetil ,sollre tie itrouvc daus ifoaslraug-outtal uitle sl
gratando rvsscmbiance ,r qulil iL pourrait lui refuter 1h'o.:;.
tiuor d'Erltrer daius sa Jamillt s'dil voiyait le gibbhui prei
4 lui.











Is-l1Ts irV nm evrnu caracic're; eft etirs w
: Mn) front pent-6tre un jour oubller leurs for.

in ctwsidtrat ie n"re sous e4 report, nos en faionui
dc(1fi6KZltment nlotre g
Mis it- vd x admrv iDlnt 'D dltt 'tsphce cntret: iTom
tnoir ft PhmNun ruxlanc. Je VLax frt q: lesIttiles j;q Aks <
intl Wt A, Ljwe rls nuancti ruii ms rapprrrch .t soitnt uq
slu.iltt tie 1air 1 dt, sit td e *dttueina s d ( dt atr i
luoirale ft phiiffuL,, I t vtn est pas umoi vrwai, ixe ihom-
l:ie 1oir est snt: variet, dans I ,pCw.% Sa chjsi fatie' o pk-
itiltue z it donc sa s lanti dtt notre: race et asss uwrarqne jv 1t Bmonu rmentks
Ltciie a done pt e re etaabie n F, parceqfe
Ics intividus ts trs orthire flienl s j5'oe ie fiire de i:atnre In.aiomtgem'. bHi om ripant,'t
dtle' t'tablit i Saint-Dlomigne t oi |humaiw dif Lrfe t}
i'hotUs Par i frmt sIl cutr on iultilignce et
be$ urt urs.
La Itlerte fit: rpt qtpeifis It gag e le Ia rnetontaisance
et ypltu: cuvent utrt dtlie pai a raamour; mais fnt
qu a att ilI kt trotli, le prtx etait ares gramt tar rni
ziiue -w tt jiaials il ue fCit lsclove asset tt ieraire potti
oser vsi'.ercr dtrf jut' is 1eal detot n a'tlre rrmcti
'I a pua traunswetW u ses etttas e l" laIht uiP te"
mtats e st patrol ,; et et qhe a per efitran~e nruti
tversm llmenit Tdi tes ^ qu IU piourrit pemrr amitrik:t0s
4u ourd'hI. L'lom niw ct c auukLur doit respectur e Maic
cotulw la caasu pritcipe de sa ihrrte il dol l aimer
*t nieoweyr c sie son pe rre LIe tgne tibe hn doaiM
iuellw tribut de refpet lrmor hl 1r co~,rulistance
#t l I ac oit t1u* tl i i U.te 6ictseilbanc ct prtu
ectiokI.
1'aire le hire pon r ui-.tme est d'tme wntt fenw rare;
*t baam chrwfer a* <41 preiVc r enrice dumn e4ceve ddeBdt
je pe~ta que ilFoir te ta thbrt* est som pls grand sti-
Irnlaut : mais s'iI srft tuff;i dtre tI~e por avow- tontes Iw
facultes du eitoyirn actif, $1 maiutre oe sera-t-Wit pa
dciutoi da ptai ir de la rcouniix uce a'l doit UnKoWxr












iit.a irante n' 4 enverra p s se rE? nt? v g. -
Ct< ? Iel)orir $OU UI; Ct.iel luouveI C i et "r;pli

AI.A son.affranelhi, son1 4gal T :St r'cscave ust votyati pilns
d. ,efvet ulj I prix cril. sc propose, ne ce.s1era1l-i poa:
dt aacjifiler son riEpos.a n. ztle ,itirt ct~e ttit
Sa sagese du trni ne die ?a Pirance aIsse prticstmcr
'it la c'onie en fair uipplication a elic-nihlue av cc
dts tnoditilcatims locales. Dap'eis ks |)ri;:-ipes r.sti ,ta
Iai~uorilt des u 1rflageS dott uous dotfin rdtcs ;si u straits d lest
irepr nlnt)S an assemblIees politiqics Lea g' s de ton-.
i: r sOtt en grand nombre ; dans trpsjipe d'annWees ils
formernwt la majri j iti la popukaei de cette Ie ; et
"exp~rience cruelke qn uoa tlaions d; h5itr acid-lratssc ,L
tk kur f:rociti t ne nous pernite pu~t de iroter, que
Itur in:'auicecdqans lk sysyirtle ailiti(tle astwnait totun
tlrd la rtlde et Y'atdeatitsen i t* t dts blunt?.
Myai trne veritt. :hieu iwdins ditioutrie v c't qU'i est
wire ,poquye t laqtptIle ces miueiu ho;sit s tiivent' tire
dleviu au rang des, hbanes t jouir di( t.Rlioui4 fs s fa~ ltea
dun ci-oytn actif Serious nous & Iiitr gard plus avares
I la atzr ?,: C(tte metr fcucond e itmpirwat't kiir
front die recte teitee intldebilte yqi c ia)se honiiei noir
*'a-t-ltle pas, de la muine main gradt6l kls iitanees qui
frasinmivit & PIhonine hlae;c et twh aera'tlil pas af atitf
iini:te;e te pus voir I*gal ia Ide'lhoumme Ian e d iua(k ni
qui ei porte te character' que de vouloir la trouveiy sons
e.cclte coulenr si disparate de la itre ? Catr, ir les qtuar-
teSronsgonspservent mie etunte qui tctishce leikr origute lkar"t
enrans se confondent tldas itotre toultc r. Poinfqnoi ne pas
prendre ce monmeul pour etre ceIvt iida h ter~&h db 1es-.
clave, et ceai de, rassiinirition de 'hoiiie lbie a tEhom-
me ablne T Laisser dtani les firs uim hn i ii) otre iuas
larsa eCs::t. a, n'est-ce pas dtgradker6otre espeee ? Pri-
verr thomn libreu du droit tde cite orsqu'dl est notrt
tial par sa cmtoeur, b'est-ce pas i e ijustiice ? Si ce1x,
oti onc iahless ,. q'ib pi6essen t ,ilke fois I 0,0. qfr
ts antres dent ia coulenr aiete tte ore t origie sol&en
yortes loin de rous. Ce premier essai de je:ors facn es
Lunus announce combine nu m~ chant, ou ambjic;u~s *









tan t elle verra s' lever une notvelle cotonle, q11
donnera n&eessairement une plus grande latitude
2 son comnlerce.

tra^tre ponrralitt les fair strvir a ]ckurs proj ets;corn, :en
ils pourroit oser quanad iis auront Pintigeti.ce et la force:
et et tiestus-mtnites qui hur iburnis-:s0t ces armes re-*
aloeal)les.
Avcigleas par la patern'tt totiol'r; itlus iwerItaine
chez* <( meres ,qte la tnatire et Ptdu.'tLhaic I tirelti pour l es
plaisirs q.ie cllh ds e pkiples (hdot le.s 1x les ia,rs
rt Popitiou commuandent aux Itemtns Ia m;ode-,ie t )a
fidditt, nous etnvironions ler hewraan d('estclavs res.
eeCtuetttx roigoreusCeniflt tput is des pi! fis tin'll caprice
leur fait souvt.ut re pandtre. IUe cxn)plailsa:re indicildle
accompagne keurs ps ju sqtaux derniers jours de lcur
,adolesceu-e. Alors livres 4 is eux-ntes la case le
cheval, la peh e la table tt les tiniu:es se partagent
Ies iustats derobes atn somnrei. Si qutlque ioi I' ctutdet
di't1u art mecauique viet soccerr ils pres uitrs Jurlts de
Jeurvirii;t, ks it tlers qui prstUtect ui gaiif ilet tsr r
fitrct le dchoix de letrs parns uniqttLluent 4occupI S to
I'individu et jamais de la chdioe ipbliqu. Ui esprit de
iom)iitlation ,Ivr caracktre roide jiuqu l'i iusolaence
fruis atuers dle la tuIdresse patrtielle l ie ltur penmct-
tent pas use grande applicaioi ; its ne travaiilk f qu'au.
4tatt que leur coi:uin~dent le )beoin et la craiute.
D'atitres vont dans d s co!es publiqties rtecevoir avec
lies bla.cs utile iadncalion plus rdleve. Souvet, ils vout
jusques et France chercher des con :ait-ancts et dcs agr.'
s3tins, qu ne leur tdoinait pas 1a eolioe : et le muaLtre
qui fil dans sa jeuuesse ]te c-aiar.(de tes lhuecs; et sou-
venlt servi par eux soutfre imnpatitmment de ne pas etre
leur egal daus 13 ge mnr : sur-tout quad pos"ess er d'"w-
)eortrasit rcchesses, il voit danrs 'i(indgeilce tlhoinllme pour
1ectuei les loix et la nature lih cio)lnnatildet kl respect.
A ces causes s'etnjoignent d'autres, qui Ja nature a mni s
a-1.desulls de I'empire des loix. Depuis uu siedle, i-pwc,
Prfs r Is: muUlit) s so nt JVti du ut*ati la pari







(49)
S. M s .avon T I 'mIuldtre enter an Porto
i "Pri~ee I'et drieer lek trophy (de leur orgueil
irl hunli liation des blanIcs. D)1 ils avaent
,coiti ande la di4persi.n dies corps populaires,
loctsqui a asiana ernomm par des muliatre:
Slopes l anne., reveilla le courage dei citoyCenl
_-- - . -. .

S: td* hlatcs. Lts dkux mner.'s races 1do0t i3s font les variety
Slui. porteut to )jouro 1: tribut tde l r rapro:tu:Let qtue
pTrmuAdta. Ji ,b Italut, t' tt quv copmu1tnm deit lrjours la Uature iamthit.ou n n 1a
t1k~sssite, Cie nultIts tu xU umelescritsanti l, ur;rce ave4.
nos egrests, portiit dans ,lur s.eir I: gtrrm de de C tt*
ftcotd:te, pla setns.la le chet eiti qtte ptrmt Lices attru
ibabais dse tette colotie. C'est ainsi que ces vrartes
*dehvaronat dans iu siecle au dtbl~iAc de troari popuiat.Otu
b ItXutzitimeut. Ja i.tn- pratrle t;oois tevoie es $t:ifias ia
suoitie perissevt dates $tsH premier aus de lettr rrivte ,
victiiats de loir ambitiorui du IbsoYu d chlual ou f d
'~as passiOas apres avuir etrict cctit' case ubh itcrtei
Sfi tt n t 4d "4ar anGcurs.
SLa popoLktioun ds aVlutres et Lur i~ducat*ou les ren.
"htr.t o cd C U tt at Fla Frante wtoas a tr )p long-.temxs cotisi confllu dils arittocrates eppresseurs. Appretons Ilt qU e
a: ou3 o '.WtiMj plas que justes ; plus aetoe que rgtneretlxz
n Clion)14 kfs fortaits de nos affratnchis ; q ( la foi frappe
tt)-hmint les etes de leurs s-luctturs, tde leurs citre i t
m Haotlron, & it 'i emate , q9 iuigito me 'r t lorgtueitont
co1vI tii.avn plus gratul critnes ,: m;oit rou ti i, qe ncm
1* av. ttPa trinflem come e eh cri de. la ithaha.*, Le
ci"t*n le gcns hhtsmbr n't p as calm de tous : b.aw.oup
inlt-rIer notre 'rnco)tiuissance. Ph[itlk r ls iSt k QCt&
S It coiatr

m~~~e itl~ JOWt taojis s gorarutions fUltres tis ortit
~ riet pfgrivse t tadomoo.nes l.r dans l oV't emr swi so1
": l td( m' t le lie y'osit:i unu t 1S la 4toW. pildl:qu .
, .. .. ." 1* 1, -q-* "









ItU ownt demander }iistce aut cheri de re At.gf
franchise ; et le ref us (<'iil eprouyetn leur an-
,oxce que victims tour-Atonr is ptriroint
e la eliose publique avec eiu. UIs Siarment de
courage. I Artois, Normandic, et le corps
royal d'arillerie; (qu, pa ripect pour le* corps
populaires, souffraient mai impatiemmenut ,les
insutmcs de rc s asaiw* p )reat 4e pirm odre
vcnger tant d*ou rages; eIt es muLtr. fuimeni a t
loin 1 la farer t es iccrI1dies, qu'allamun leurs
ilttinis et lerer complies- dacin ceie ville ifrrw
tuntix.e. Les vaintur s eleignent les ftnx Dnes
saw; mai iE mrinaisrent sain-*CSe my rf Miroto
la moitiv de l viv.e faeist plnu yrfan Itai #I cevo

La manicipale siwvam ik mmrw Fyst? m AwC
mioderation (pit avais lon s Um i.tf (fe f l*a i-i1r
trigiues, tewa ver e cmp fe la Crist-des
bouquets p-rmerr ces. p.rles e.r pai. ase mu.
ciatioa elle v fA. c u re kler nnte imus "t W*I

.. .w u -
Mais ks naiMtres:v ieciap e.es d's se v vr'
te Nl mae antmri rarI.a veoimr trt ce pR
eds ge erew t l'e lea fIaim esse di~ ei,-
toyen tdN Port-a.-Prince et maigri lew d(J-
fa it e ik prIren eOf maSires. Fai~emr gqroir
andseatir i ir gr& les richessai c t(uist; fliers.
de la voetrtiefw q lw sar g 'aeorddcOns k* you.
leur mvedaient lse Cepii ainOW Bn commeret or
delaik,. qri euretit la 1ichpeV conpabie ie tone
si.crer fror perfidie par wim a sefr ir: fierada
lau: diavantagesa, iIsjuwrent d'atriantir Wlkrt.






/St)
n1-Pric Atl ses 1afhaiita s. fterenvoitv/d nl tO
Sfrance les besr.zs so/fdat'i Arois de Noet,
ImaIndii at corps roayts d'Yrtillerie aec-, des
c.zrlouchIes a c cardesj~june. Cet utrfage fait.
t teouie r'annc de France darns tl perwonmid
Ce gaLn&drux soldats, p lt ra d'herrenr it d'in
dignation tousles citoyenu ;4t chlacun jura de
)i renger ot de motrir vtc eUn.
Ce pen4aut it famine !tait pris de tes atfieitndre.
I'es capitaines Bord< 14 il tlinoiM in diffi9rcns do
riarcerdie qtti d'vora cette v le; is capitaiue.
Bordre is qui avaient en la crtlsuti de rtfi ter
tnazile au: feIintS, amx viei lards, an.t entns,
:e luSaient encr.)e ~ Cet habitant infbrtulne6, des.
Ceo: netiible s donfli trtfhi nnienrctleur Yetit
two cle, muitlares rwiollls (t ) eatr r par lne pr,
voyance, par malheur inutiie iux ei oyvenm du
Porl-iu-Prince, ils avaicat toutrapportr l dan.
ieur s navi:. PFuivele Jnti e ces intiiwn t're
Sj)alait u opprohretantn e w ir e, 1rqu'ib faii
taizit abliorrer si le autFre capitaines de Ec,
innie comrnlrce, davaient nwniiifet dnisrti, fe
autres port* de Siint-Dominmie, sutlnt te ter
tis eqw crutx-%* entissaieni de crimes.
L coamrinmlaidant Je 1n marine dte Ytitt mnia
feO.tS les mrme priumipes, Is rionme snatwaso
votoat. Lets iu ipages eurent le coor g de t14
dJ arrr qw anne potrlt l le emInipcher det
veiler 4ii etde ,o tiyent de Pert-a-Prinee ;
ils fbitdroyefen i enfi, e camp q1t le rle dwlti
its t.- '>
(1) Lees mlttres itaient empards de. baltahitoos dei
iitts; oelAuiercpe mie ,gl d.ue 'lwatgesh
4w comerrct 4









avracut a1li niu ppOrtes t ia lle, pour n
intercepter les caux : on It lleur rendre etipoi
sooner. ,
( (t) Ls ennenmis du hen public avaient pro-
voq : ies nunlatre; pours' lever leurouhibre( 2)
llais bienttt cesa instrument~ dii crime sepronui-
reall e victimnr a lenaectur leurs perfides; .nst11
gateurs. Leur Ldesiisei ., en dItouIt6.b pas, taiFc
d'extermnierf tolu ics tbles ln deSain t- Jomingi~e,
commonn e celui de leurs noleurs drait de ramner
rancen reginwe. Les ennents de ta lr'generia in iO
e ila Frane dicterent Ie co:icqrtdal qui ccn-I
maudlait la dissohlinon des corps pcpulaires : i's
eCperaieut perpetuer ainsi i'anarucle et la guerral
civile, 1 mtaltreslr y Irounvaient, lecur toun
la certitude d'influlncer e Isysiemiepoliliq1ie. 1
avalent 'air de ciaindre, pCtr p,irirr elre ar*r
kv, e et ma.saerere ain.ai tous le blants.0
G Ce project, par ,tmeiar avoia au iPort-au
Prince; nm4is en mnii e-tems les Imult'res du Sud
se ran.seabhlkretll, m force e tld isanret tt:u
k lan ics: ( 3) il s&'eiipa rrezt de fortifiea
tions : dispersUreit les uiciilpatllits, ret ides bureaux de police. Cestt l Ie pr6hlde
det&cinmes ettanges qu'iis devaieut bie aiit comin
,"- '~.O.. to "- --
( i) Les Jumeeort ks Couterd hIts Viltars S
P- tit-l- Vi-eX (t'et. t etc. et .
.(g) Vr ya lia kttre tu biur de Coige & son oncl
b.u'inot.
e Ie) iiult we Pincl:inat, prdaiidnt tdu toneil ptn
t -tes 4MituNt., .retivait 11lalcwhe, inua4tlr e i. re
SJ diJarias s k blaqca our its tir r;lus; voirP; a0is


I *






( 3)
Pendani qe te' habitlait dn Port-a- Princ:
dfetdalent coutre lenrs aiffiaachis la porlioiv
de leur ville echapce liicccntic, le citoy1eas
du Cap, ecoutanltJe ouvenirde lenrs disastres,
se livraient au charn;e coiisoliut; de l'espcrance,
que fdaisalt naftre auourr d'eux 1'arrivee tde r
conlnissairea civil. Cea honorables magistrate ,
arrives dalns le port s se hat rent d'cxpriluer aii u11
colons dam la prI'somin e de lacrs reprcaentau. i,
la dou!eur pr heurs. Seun il mn vircut pas ,que k-ur presence
noua les faisait oublier.
Depuisu te!qucs jours les brigand s avaient suS-
peiid llrus ravages. ili s'einblainct n'attendre
(que lIamistie qI'altaient proelamer les corn-
nussai res civils. l.n efft; jean-Franceoi, 3Bias
sot, et Ies autres chefs des revorlis, envoy "re t
des deir.saires vers 1'assemblIe colcniale leh
conumiusaires civil et le heltenant au gouver
enmenlt general. L'assemblt 6 coloniale conserv:iT
toute sa dignit~e; ele i.t litrs-bien quela n.
me main qui !'s atvil raeoltes Fourrazi ike
ramener d /'ordre. I lie vil encore <,tue son in-
tervention tic po:vait jamais avoir qune wufi
ence dangec:euse. (s)

( t .iLt ran.l s denanldairtit 't ia lii ertdle IarTs chlefS
at de lm E~'s maj,, Its l no ifrttt ccrta;iinoluetl pra,
pilu co,.ttt;6s *asi l6 a b iit.u de qn'ils p:eria:.sdi.ntt tOia re
quite dine k4. ,ts, 1oat tlequd tile itt preUnteir L'u siit m. e
cOloiiale rui' rerpnIt vl e e te e qAlle lie e ttr tagit

< i
,-,a are dt-s .d e vcr,.s At de e r tuc i s t rtitrle, t ,
sCUle Lb'rte ,do,..n,:. =ux r-_v- tes amya*t inVU 0.., .
la rulu. to. le de Sailt-Duminiue. $als cl-, gl ,,Oak
I E










*. 4 ,,



t- es commisaires civil*, toutiif ientpP,.I,
(dis.aut & la d.termniaiivn de I'asset"llke.k coi-'
ti1d! e t aux 11ouif011.4 (ti a dirigraaient, eiae
tl.avc t avec Its rdvroltht ("llte lagoeiatift, qut
:on i taisiit espc-.'r les plus grandsnEces. Jeanr-
lfranc-is, s 1i-disanr t a 4~'*?a1 dIint ill .nnieur
de rmiffCer avrc eux. ls :irceit e rtplet '

tul tde r' nc .... Oi la counsttitiilon
I la Fraace; son iniJtwice d(an Ie t sysme p
litiite e.ft' Eurc! son credit, Sonl cOniinrce
s;. rkrlie!es, aeraieut tombu devant tin friee in'
divide, iiteridt irte la tnamitie de i'homine et
e delte du ig .gl ; dlevantr no ng1re esdtire : si eCetC
es~ta'e ent pai srel-t' enti cal culer sa folece; s i.


:fean-Frecit^S nmmnit de thire smettre ast l^s

Jde rridre pl ltlisb aes dL1t ap1.. at i ILaSsare
litral ais.peut-onrii re at prolnmrtes -h'tii
rsclav.e a ksain Lts circonM~anees> acconi-
P}aganLrent ceste ienltrevue, fonit rinaire des so8p-
....- ... ___ -- --- .. . . ... .. .. I! ... . '-- -- -
tilt tx Ie L i des convulliils inlivtll es. l t< de 1Stnce
lk l.olitdd d vr t4i nrl iint-dt i tie fl1- l:uiiw it
Y:c IIi', qIulyiw lituttux l viii ybbt eti'k t cwuit.rV.
thidtrte t'Wiji t' plus grtnld des bigrU inn yarce qI~fl..I
Ilt ltibsr tU facilt die l) disp.,L A I t i Xuiait t; l ct qti ll(
s;t prix w!nu l rte a de h0la ih t r. L'espg ur Lde ta thcr
t cdes drilleses a tt, u y tediren ks rsyite r nutre itru le
fltt4 pt tit ahtJ arracLr Li ies etIIuttNis ic terrible moi.
vent de nttire. e tdone'traia-*', qlu'e rdilte ,tfe strai&
lek ptiral.u cr ai; t flaiuttj1plie Istyelit4St4... ..






IrS, c ti pnt r atf rc u rti Iv furO c1r ti hi
"1ice ,aire la Cnvicioi.cn.
Ce liut \vec, pei.cj qe MI. 1(e connunssair';
rivil, parent obleir de Ce chef de revolte qXe
]Je lieu de leur ena revte emit le plus rapjroi:
posiible du camip di cil vels4. Jiusi ues-ht noVis
iev connai: io-ntlrideet esdave ({l: 8s dCinCtlre
liabituelles 9 !;atre lice ed lat ville. Celpendant
j mniie jour iu(di-qu pour la comn!1ren:'e; M. de
PitntO otHctr anu iginienti du Cap e it la
g Iac!e e dis3ttiguer au loin aas ~F l pine,
triver.i nimlle a* s celle oh e trouvait, dans mee
nl1n1,ent, e oir satrape.
Qutalia tfaie cet agent du pouvoir ar tra)i e
auprs d cet estlave? LUtmaio/uer, dit-il ,upo
le- rentdrI plus traitdable (la;ns sdutn eFtlevue a vco
leS caUnms.airMes 811ioIau.X . ... Par qui tfulu-
il"ch rg- de tee mslsage obligeant ? PoIurquat
a I-i esc nt:ss Patt ache du p u4ci I gisi t:if,
Sans I pardeipatlion de. coltni)s-ai rt ci .ls, saul,
laerinis iot m des c( rps adiminist r'a tif ? Poutrqua
a-t-ilc dcrtd des tiloinu qui ne pouvaient lui
&6c, sp? ects ?... Quoi cet oifIcier croit
poinvoir aier a sns danger chercher .1Jeai-Fraicois
a,-travers es brigands, lorsqu'il craint pIur :lM d
Sconitnissaircs civlis tqu'envronent qattre
ot cinq cent citcoyens pri ti pvrir pFour es dX.
fertdce-?, .... Agent trbs-tubaltcr, e du pcuvoir
cxe.iutif, ile croit assci d'a cenldat sur ce chel
de rivolte, pour prcte~erai)pr s de lun des h:cm-.
nr s revttus de Iouate la maj de Itoiae la
puissiance nati tnae ? Jean-Frantois ltca fort rea
peat Seul 4touffer oa legitiii.er le'soupcovi, lua









protdqui cet ofl~ei4,6r tout au tolns impr-
dent.
Jean-raneois M enoux devant les commis-.
saire~ civih, demand6 grace, et promit de ra--
mn:ier ses complice)S C eltte proiessee fut sains-
doute, le fruit des cou'alls qufii arait reest...-.
IHkla pourluoi n'ourits dervi qu'1 falre naitre
parmi nous uae se:rite si fuesitaux plains du
Fort-Dauphin ? M. de Touzard qui leas aait
protgdeS jusqu'a'orm i,'oublia pa. asset le ser
i3zit menatant qu ll fit iaa stance de I'assemblte
clonia"Ile le 8 novembre lorsqu'il jura que nii
lii, ni sonl regiment, ni le* troupes patriotiques
ne marcheraient jautmis coatrm les mulatres re'&
volt-s, s'ihs nfavaient I'activitr pclitijue. 11 crut
trop f;hclement aux sermen's des mulAtres de es
quarterss : ii donna des coangs inutiilles: il af!oi-
blit son camp: il divisa se forces; et celle rich
contr6e devint le tonlbau de ses habitats.
1Mais ee qui in'dtonne, c'eat de voir les minul.
tre des pinepa s du Fort-Dauphin revolter lea e
cl;avs qui lea habitent, pendant que les eclaves
revoltis dans les plains du Cap incendient le#
habitations des mulatres de SteSutsanne. Ce qui
im'eonne enfin, 'est devoir I es nmlaires deSte.
Suzanee, encore rougis du sang des blanks de-
mander I servir sons nos drapeaux: e'es de voit
les esdlaves commander aur nmultrei libres qui
3le ont revoles.
Infiniiment moins nombrnux, infiniment moiam
riches dans le Nord que dan lea province dtL
Sud ct de Onest les mul&c1'e stinules par Ies
contee-r4voluttionnaires*, stiminlas par leur orew
gu3l et la verc~ c svc eo seou codis av-oc Cs


- 11









elves. Pour "!e sduire avec moin doe ,pene ,
its anat- choHsi lerm s chles dans rette elasse
qn lls tirauitisaient antr;reois.A ruis disatlet-is
ptiur V niger la tnib e e le ele le.rg iks etrovai( qL e Ip d.i Cle Fdatincx Ileur env\ira li
des ti npes ahfidce.: tl esperaienl potUvoir cot-1
lander el tdoiier lt sesclaves ; apr qe ,: pur
Iurs iiresin, ilk auiaiient 'steruid leIt blancA.
- eFhs terit diaf f i ii nlat rr d Sidui 1 790o,
queie Iue dusx r ,as.s fasse place i 1 autre
iut 4Vle- rZtereinit (Ce Saint- oIingte.
LsattsioCerates ation tuiirtne vuOt 1c1t qne *
ruiner ntollnentaniement Saint -Domingue) pour
u ivewrt i6t corIoltiuion et es'ls ca tC essaentiI

j. rviclirtur t dit ltlur lorlsquie le trt5e auraitL

< Lii rligalndtI;t la:e (a). sont le plus a
E terind e, c itM. de Coigne, cItbre po?-
Spih/" btalne, In a I nll le Mnt..e opinet, a!ent
c ea scoid iLitpmi onvit rlotraiiri ,le 8 dbceni-
Lcbre 1791. Laiet -eks doune dtcruirt par lts
b midltries, si votouls e svo"iet zdts 3truire voUS-
'itllner. Apri', avec crux-ei vous rangere
i lei ugres r-i&C s tt ; Vouia riabie let hs loai
^ peuipeta: > et vuas sr:e 5 Lsucceriviemeunlt i
f; mlua te rnprianter ceu iles gerys de cooLerir
c uti peior cipltes~ ll iut l prendre paiti
r. S- 101 4. .I ..
-4 o 1 .. ', e i tc U. de 4, r o-'1
I enet qe le, "ontre a rv!,-v, tennaids see -

c. bt') 9;ini un a os aliuncrates eippallentlesp.
UVl Olta il ,: ""i
,F









f' s r
strrenf des nmnfrres poar r-l; !,I' (Tjdc.lPr es
i datit Itu lnnli inl e~s sLerv' d~. s ('dsc ves pfitr
x:eeremjzlec e's bM an ii"- ne- ise$aki1i pjias psihfe
que iis claives taleahmt lh th n: tite cit laia ,,,
lear nmtbriiir ne p'o.hleenla kra m tne s'le-
ver stAir: s e'adavres de hlra ;ni 'r*? Ne sei it
pa s pcjih!d 1ue is trIrrar&e cAlrnnwirzrc* eW-
nittiestt,; it kur v a rent ck' n Nicie r pqr

perpctierlhnareiie?.., .
(Juiit'iI t sio dtcs. noti& seCreu slq.ti nv!t f
! 4l1naiW I' niolertr Let nS agei ticn mn tL
trees, le rstilil d2 3 jdtri eddzirrdk son aulridne
la -idir d'une hrcrde d4&&igt d.,, si,^- per uwr
sutile-de 4 O Iu'l-aiiiis.'t: savaif l 's~ iegrei ; trcngS
ijuti.'Mtn pr l, dtefa vikhe "d(Ca'p-Vriti'.r. i3"
ce plani eu A iL aiw:;t hi a e~cuat ly' lu't ait
ie s 4 d -ii -een;t dt Btei .:-, t a r ..e. ..- .
Le cirnahtIs (lIta i- C eCinjisga e rertUls at i
Itayw 1e1ik lurt-dpe&rii whluan ri i i



j'. iel 8.. i.er t- l llr -^ nb .'.+ "^ +
FpiS disq k d uituBsi rfleteN' r a com
pa rgneg nar ceissc:.ilh rietl ~ ,bItdettxb lo
fCc qWoa tesagatrg Wseti gti&rs13ud. MIs rnC

eicmotej)artde p :; peai4 trsowsissiori.; n'isentai&
(qte PI.urfLtnwL atirCe ll, Vei ltw letrt 1C tTWhi
.atrtger ti e plu: ld'avauaget, Cest aintsi cp'J
la MaSnlt4ad&i4 o lf`isc U t 4CCL 0 u leur perfiiui Ln que par seteIrsb'tes
re f ttw IVr e-ourafge tles a verg6 e( cetr euiwe-
pie si Soitrvttenit pit, doit enfin piorBtiiceu
til IonYUhIL d Jt H i&i1 n St 'ft
4. me01 eItVI reut a, *ai1' ton "T
trtistmvber 1i)pissatntnient: detvaofrn'itrigta
4bft e:u'min cdelwidyuhatini- dcvaul I fufsieur
at ITL








. . I

SU tr .M ,tnlt;lhlti tr.f i a-i",

i' ti. fllt 1!i. :. .4* t "i .lr -'. f tt ," k l: --i I
(4 1n l
rvsien h~ie i -^tril




II vi "" v,. I cI 'itcr ij ""' rt .A-, Con
,- a.yii M!tr^ n i :I- In k, , e 4 I ,
pler it :e | fafl t' ,i" Yi-i .ce' d i







demios 1absct.ed, dc now r iip do no
St , ei V. ..





tne:r 11 i l ,t orpable k, i r rnlille sp,
ta^ t scnf (lt iie i a( -~- 'pitti 4, I t I ,, tid
jor ); A 6i xlyn ylo mohe l Ac l r le er hi










pmtgi; tl i (pt!7i"e ll iciidsne.f st iil'ipmtr, o
VIa$ Ii? r !'4 r co et r .ter "a d1r 1 1cd


#4 tc -I i:# ". -
Ti"., o O t- 4l ,ii o

< I1, J ioi'le ti l {-

.iu, elli (.OR' it's : fr clit- Iv lt nc y pou -


I m M a .I i i i '~ ' -l .. i *u 1 "
A p Fi C i I . ) ,


u' ca -. '^
lit' -
c r~*s ~ I Lit










L urop? Sarite p our atlq uer la Tranrce sur
s'Cltoes ef is1,ireaLes a istfocratts et les pri -
trl's ,irl.faf/letl I"e pese ct !nii n len li'
'aide de i'Ep:rtge its coninlndnt r a fit-Do-
iil~~nu Ie iiVietrtre et I'inceidie. .es tirlins ide
SIuop"e il penvllenl elIco'lre vir al fr'entir lue
VL(*lUlt il U, i a biseri .l (IlS lt flIe ir s it

1 niai i.s c nikiiti ui ius ie, v ir urs "ar"
s(!prlle d,- 1et q(jt is appentiss lit sr les ia-

idie de di,iper in dP.s lo(n imCs libris: aiU4i
^ p-: tp'. s ,armc : e. de. i crivt ain5 lltirt 1 lus
di iiltsqiue a In t.ilosopulimiv, ginee ,erni is
In.Alhurs'; et r egCi. l leroln ds itrs I j:l'l ii.e en1
rp chant lia t hit
0eeai t ',e peIpite ,,dr., se vrra. it';a
ir nialtiur au t aitre qtui ose1t it anoui rd iuili met-
tre eiq.stito:l si elle o anI /es ofinesles
di Iu l'fnr pa/ric. L.: i),ut rice s'qaArlier. 'du
NOir s(.odlt cle\asls i' ir ( deI la.stice t counferv vot ltl u sa rli crs qtleUlle
Sroogenit; etl si elei so t rehiifo~t par e14 bra.
"Yja geli qu Fe i' IFraue&voiie iW dikdendre et
tos V iIgeri, e eiu ir iitf iiWe i 'iicra ijsqu'%I
Port-ai-Pricte; (At cierilc j)ortion e TOt) st
" 'u rc intacle cthaiera peut.l- rt a, alheir



#e fiUt la iCitii ; la iroaut6' a phlis rfitchie
*nii'i.r i/widnta..qh berfulei et Ile vicill rd: itmp~ l-
%atl ftwuat lea vieatl|^ i-al::'a bre1i'







(6o
frt un pr&ent agr&iblea a.u sexe, la lubrique
fureur dte nos .assis ialii nreidit' funesle.t ais
dans. le sud . h Ilas . i ma iIiI nei peu
rf racer tant d'ho rre'ir; et niont ail e opitpresst
ne pent expri':er ce qiu'eile sent si ien .......
Lxs imon-reCs il s'i idi"gcnt de voir :] blanu e
cesser de vivre, par celia e ltt1 qui'il 'i~ese fi*r.,, *L ort la phls cruelle t4 la plus lic te
leur palrait trop hlive *.. Us n'onR pas encore
touch I'hoininire pisiM l, qu ilsi oru t Part dto
voir fhit mourir mille fois Ihommie moral !..
PendaCt (que le ri olits du Nord detnIndaien4
la pabi les tIladLIes dit Sudl aiguisaicut e pol
gnard houmnmuiede; el c'Cetle pirovincee lo, igteti.e:s
x.otre seule e.sptraice n'c.t pius anuourd'iui
jqe Ie toibean des blaOies ui I'haitaient.
Ces assaisisl avaient jurtre d'obeir iatx dcc rets
hmis ou einexIre par I'asemible- ationatiale mai
firts de.~ maU henrs du Nord et d(e 'Onest iie s
denuoldecnt, isn arine': a maiii ., les droits po,
litique qu'avaieit arraches, iaux paroisses de
l')et; leurs J'erres assemndbls 4 la Croix-dcsn-
oBanquets, Le dicret diu i4 # /l Pbre iet i:d-
coniu ; et euntr blasphtnlies ue Tespectent piu
ietIlfe 1'assemble nationale. I11 sera bienfdt
teams que 'utiw des daeux classes Jzfsse place
d ,sitre dms le goacrnement, de Siaint-fDo-
.mintig ,- didit etn 179 unudt ces asissins. tCe
jour .serit anrriv. dani eSud, si ]e couraged1uie&
poignedte bltancs rumlis auix iyes et i aJaemel,
ne dispataient enwore le terreit qtuils oceupeni
dans cev denw villes infkrtlpnets.
MlaiN si Ie Stid est aujourd'hui la proie e not
affranuhi la grande Ause nous reste encorei.
j' *i




'"ie ""ih. aIm i..u..i.. "lm'm- a* .....-WirF 1 .'*-' ,I r ^-. - - .-.,m.--_ ___
4 4b R




e.q n tre paroisses, f'drdems panler lrntt rdlle
dfhiinset rdsistent aux as.sasix n de ')Oves t el du
Ntid, Imjen-ces par- leums srrfhces ; richer pr
leutrs protAuictions;, cPsquarlicrs alimetenlttit le
coinmeree national. Ie. succvs tqui ljuhi ru" c,
o0ir 1ot 011t' 'il ne fHut cotrage pour renverser ayec les pnl pe)its



Iiltlnee entrc(iicjapenrift hi.pulicC *ur scisrurfaces; # 9
et d iialure, ii est v.r srico3de Ictlr ptritisme et
leiar intelligcucit. Joticl Liz sur l1-s auirez po1(
tio C. die Saint-iDomiinge 1e double" avantuge
d1C bien apprxicr et les franbcis ef le se('avc t
Ceraihis dtie it peddrfie dtpre:iirs, is .t par-
failtement Aie )lailn asphic ) la polieiefft ,t e
lcs uetltant ctat ITinmpuiealnce de nwire ; cf des
1lnrviei (plie c. nnandestI lo canon, lear foirtis-
slt .Tr leogeR('c l ni.l t asucr6 Per.,ad(cs
3tturs services. Eomrtrie a, prince d4 letrt ani-
tre'i c de I jiaoiru r fw'i1 leu'rs pritent, (vi se vi-
lours fiddlel tprelent Ive coueiance a rIcen-
inCSi: .s Votis ue. combtalf ez pasr di-sent-il an xr
S cs ;la ni i 1a 'ip t; charger.nos an esr :nous aulrns lia ,irce de
i( va1incre oti de imiourir pvir vouS.
I, e se ntinmes iigmtlna miy es tqe xmamfesterent
l"s orcktves de Iri grande Anwn sent }e f tnit dte
leur bonheur. Le ba pq neat jimaims p1n. s ien s.-t
rt' equ'jiu iniliciu d'eux. Son tioiguenient les







k *t
ftrt'f 8: prth c lei "rc"n T{el gi "n po^e
r i l iv 1 tIldn r e vr iie s "ia k niti des
v (rix s,:,cS.es pour,a p iperilte ; (tI es plus.
rl z . j^ : , *
gro c ~ fi ~Ii + I( t1 Et C t ur ..
ve ide .Sein'iUmhinre: &:.a< drt nnitii
ildiv, ue'.lel i eni t I 'ciCaiir.1 t clt il t iv' ie nt
Ii favons p n e C.ir i(c.4 V r le 1 ttlierls dit.
t" ,.L prier i ox ptitxt .ours u f t:ir'er im' t.
pI.iAk de le.ur donni des itntElt ppiler let. i i ea c ie ie, 'duI SlidIrie ,pma iri
1 tSe di !eitsm inaltrea aifntyac* l niurlire^ ,
venic Lrek1e hoIcn ii geae 'daS)htoie a idni slra*
t-ivo d cette prince ; :t i t emndier f i ppr-
piioni de .o n it re led nigtnd Voig Ies
chrcii dl'a. ieriS fidelfl lire aitt.x ut t rie : hcm-

za Vo icin ie fats tra V .o1srgl ril fcle V*Ire 's


[e ne tnia *r nton mitr ~eft par ht ivreci,4E e s
< ance el I al.te ; .. ni oir.rtl ;n anJer digu e


liei en p talent P'la 1rc. n Ii.tr.te tfalrd
a. leIanc? e es4 c nt-ile pP9 .tr4ti ?11t arqteie~l*e
,ialii. ( Pasae u l Iktirs servim ? FHdlasf pac ue suIesdcf ise-
un cfl ,e i rire pte dlablia rcu treei rselav ,"-
pyenet rs "H; e rnoe "n+emni gtid-sknrg-f emI
li (fitaieht note pe te tl rkthellirt' asi xll! .
lo tiriien.t ailitaufimluton pit ntrmer Ils csclatV-
pui.',,ue nout. ni(Imauio!iobntIarelsdo cess mr.
ll i ies alnles <1j1e l nt.ijt + liats.ient N ci txc
Ad! leura s 'e, qtnti n .combnitmeit i. avec :eux ?-









Ia ,emZ le ti:tra hve voy iin approcher une
alfrease distte n'a pu accepted le- bras de ces
oervitenrs fiddles iu'Clle ne pouvait arixer, elle ne pouvait irOirLTir.
Les cscIaves du Nord plus henret encoce
ique cenu des autres provinces, n' ont pas ntlli-
ftd ,mfins d e e- z iis ont donn det exCmpl" s
de courage et de fidefiid faits pour ctoniner le
hoommei. .Cacun d'enx a g'nit de vai son mIa-
tre oui son repr'dentnt ne pas leur atinimteer
Sla ~tpect desbriganlds, cele onfia'ace qui, se.e t
pouvaWf a.rrter lIear marchle destrctive. (Quel-
que scdi e:'as 'accrditt, t1,0'o1 faiurve najalexent
ious te tin de 'Aff e commne sous cehii de
'Euriope, ont tsd*lia tj q:lpi.(s a cltteliks ricienx,
l.eur aud1ace en imposait la multitude : Itscont
inandaient an rvomi dn roi, -in itcdie et le meur-
tre: et ces or!dre3 ttaient sacr&S poIri e'ix, a!ors
inlme ( T' ils rpuagialat a lsnr sensible. La
superstilhion iratait leur mari da fer parricide
et dea prCtres, parlant ai 1101no dte la divinil ,
sccondaient lears chefs tarouMchej.
C'est ainsi que pa1i ns esclaves en role,
les nis out ed6I a la u sduclion, A tIn crainte;
d'antres sans r~4fl~chir, out smai le torrent qui
lcs ni rnaiat. Mais l euirs chefs saont seula ccnpa-
bles; et la crainte qu ils inpient i a munlitude,
liii en impose asscea pour attacher a leus pas.
Cettre seule considtration put expliquer ert
'indicibte IAchrct6 e nos (esCla es tn rt Olte,
et le courage h.rozque de ceuc qui comnbattent 4
iE6d de leurs maintres.
Cependant coummenait ~ se former entire lea
V.umIs aires civig et le gover pmeui, ue so
*.








alificu $drteus reuhatsdesircei ursdes o onieS
juat acetedert s tcistes ildbris e 4 aut-Domin-
gte.: .M[ji des kerirains "nioutte-ritvoulntriotaire"
wertaiet itpineuent ie 'ridticte, sur lte curp'
opuidaire t ; et provoqlati eii lur dtiso.tiltiin.
M. de MirA,'eck ouihat t rop souvet qtue Ia
tite est eouverte e d cte Ai, cIanie elle eern-
S'in).t, t dtIe la d.Castati fn elt di la mort:'uldboiant1
trirop s ta rev&~t, se donnait en spectacle; et le tiuilte
batio-1du Peaeple. Q de, tasentilee coloniale; au sei des aii res orpi
populiires ?Sans dote it y aur'ait trouvw.~conie
lillears des ho nnmes perfides : m is, facile-
mlettt ii ecit distingui des citoyens verltneux,
qite 1amonour (de ta parie, et de tris grands iute-
Zrts atac iifet %i Saitit-Dtkinigue. Queue t/sce'.en
datl-il c!hez le Peuple ? 11t 'eIt tIruve, inalgrb.
Sa d oulear profimde dtvord Ae r'ntour de la
patrie. A-t-il vu note jemtnesse varier daans ses
prilneipes, rnmeie dats Ites estints oit elle essavait
4e no)t'r avee hni, et se. fatigues, et ses ennui ?
W]1 R ouint, plus astneieux nons disait aveo
cette i).16btueute sinmplicite qtpid srdtiit, suir-tout
la multitude que iasgembice coloniale dcvaiit
poccuperde la conutitulion de Saint- Dotingue;
quei pour le aire avee le (cahne ti jessaire cet
important arivrge. elle devait s'$loigJIer du hu-
mulle des villes: et se porter au M6"te. oih, pour
a sreht, serait nn corps d'arnme de trtis smile
ftomies.. ... ( C'st au tMle fue /0 guee'ral
f/lanciielande v.outat ,nwoyer auire/olis rtois
Nr~mantde.i.. .. 1 .) Eh! losLier Rowu
'









me,9 e.~aner-vwr miluencer ITa mee ed r
niale en 'isolelit du fPenple qau'elle repri~ente r
comnmnle lge inral Blanchul'an;de a cirt pen: dc
tems apresv pouir' im lomltideri 4s deibe- O
ra tions, par Ie tinnfltf el la. mina e dtl'n g"le-
rie conihin e ; Ct pjrt TappareCi milifarli, qli
PaccounpagRna Jqiair sein le rE r'frepsentns dar
People? .,.. .. 11Mais lun i: l'autrtignoretit-
ils que I Peuple et l].Iricte, oilt anjonrtd'hui leV
Melrncm inretrs, Ifs rJmtes- dr'oi't: ci exercer, les
mtceutes de'voiri i re ritpir ?g... .
Ct-erilanil les eitov en semus s 'e tresrhoi j.naienii~
en raison de liir opinion oun dele r iri'(t.; Ce x-
-i voutikient renv r les cI nuni mirer l ivilk ,
4qni irathissaient ia colonie et Il Fratce. Cetm-l1
InerI .Itspar le malhc ur: fatigues. dei pites sa ns-
c i'e Irclllssazns, (qie let e.nJemit1di Bi en public
tendaient aux cotrps popuilaires voniefnt dasi
leur deiespoir, se souimetiret'a azDCTATrRE.,
( NoIre r miston, disait Mlirebeck a: lassembtic
coloniale est unerP Urne iiat'ture. ),
A travers t- it eela. les enii snu teIjcl, revoTln-
tio. i ranlcaise sonriaient a cet le agilation nail-
salte, touted ftigia nt degtie~ satur Sr lv lhetncis
publics.
M. de Saint-Leger, parfaitement d'eco-rd
avec ss culaboraieters, travi lllAzit'l Pbri--
Priclc. A sa voix la loi devait donemeurer im-
poissue ; et ses ordrest ariitraires preparaic n
la. destrutioud des r e4te de eel te ville proscrite
en dletnidant a;t i corps p.pulaires, de reqtrir
]a fircL piubliquce ontre h nsitlatdites rxvoti&.
Lho)issance de's magistrats du Peuple ecrt lie.
r e l ille au x Lrigans : c; saas-~iute, il s'taait






slitf ', qie lcTr "nc:h ,ace potraut d .iloygslen-q; e, tout o il 6 stints, Ali!lFter 1e ,,ldd(,
jsqu a nlonr armcts poulr Iv. e' Al.l'j14 re.
C(telt I comhinnison perfid e't : tnris, im lec cyen, t I taraie turcnt n1,-
tlent(asl mel1nt diviis ;, t4ttin la ctuliacK lt
.e sr-ioit h risrm '1l rapproherenu i et cet ct
reunion, Cloignia td P -rt-aiu-i'rince le cotIiis-
saire,SNai l J.-er, diot 1 pIep, et rt.u c.n-1 .
rent a siigei de r~tpecicte l'tZgipae carat .Ire.
4.ls5 mulat ret. Aoganne pdrsain tlors


Scil crt i fillars, qui ak1igniw t lSpariof s u'il

.fa l ait inudler I a hai al Atrit crate.
oa s I eV,.1fs1,aihut arm e pu4 prognIA,,
les nibinttiinus te le t ars ia-lre.4 pCC r I'ul.
n'r-Prinre y prle Itcrgane arr, res ,I^ne^;
el dCs mmltioilW (I~1 a rt'tefn^^i. n rolr'E FC pH-
pulaire de. la vilre qniil d'suerte reo(>if t ;% stIl
orrd cednt mialIres det Ia Croix-dte-eBonl:ets
et mareh crlontre 14e esclavcs fidelkes : un 1agrTs-
sincombbinedeu, inI I-treftdl Trto-Coffi Vvoi !t
celcenianliaW re c'rinmindilr. L. pr:,enle dt' (''
honume #de paix ir ]a plage de t~Aogie fit l<
signal de proscripalisells cittuil^ C vt -sns sc
yeux fnrent anIimlesli ks riciho k.afis tions "
j l'avait encore re)ecttid 'i" eniiei
S Un cri de dc tre ce manlataire perhdae. I.eJPor r--Priic' dd-
lonce se+ trahisons, son dtspolisie et sts rl. p
v. ip..avee leS agents da peuvL r exs * 4








468)
erovaltcnf, pernvoir impine:tent t braver lTs Toh ,
soIUs si oInlhre; ef se'vir la colkre des euneinis
idce ctie vitle inortun1e.
La fugtiuei mpruderf Ie: de M. de St-Lge
nanieslt' le.; panclpe.4de la conIniiion ill nasto-t
male : t MIAI. de Mirheck et Roune plus po.
jitiques I'inttiprotnrent pour sauver d u nau
frage, lent crcidit expirant.-
Cpendiant I'Otesl ;i..it chang? de face: nmal
la dipersiod de la trotipemlent de lae Croixrdes-.
1oilnqiuels elai1 l'nan de c(. pi]ges ('tiU'ie fa-
tale experience trop ourveit rep 'e., noIs ap-
prit A Ci)iln:itfre, ;.et les hcttr-le dates uil4ait'res Pinl-
:litna et Beanuiis suirptises a leurs freres de
I'Artibonite, nost d(atitrent la juste leisure de(
la confialnc e que mdrite eete caste paj'rjltue;
M, dte Bo)rc4, otficietl paritite;, cIovn eclta i',
s' n eait saisi dan lU s cms 1 (s c ts qit'i l avait li-
v~ ~ pone conserverses pose.sions et IThoameur.
Ses voisis ses anmi s'taicent ranges avec hui,
uoUs les drapeaux de la oi,; pour resiiter aux
n ulatres qlu veitatent de toules parts dans les
PlaiInet fertiles de IPArtibonite. C'est ainsiu4 u
attroupt~nent de la Croix-des-Bonqu1tiels ne se
issipa que ponur porter lincendle et Ia revolIe
< ans ces tquartiers encore mt.nacts:* que p)oullr y
aimasiuer les plau courage: patadotes ; el pour
faire lhgitiner par les autres leas pretentious
et llurs attentats.
Leg ai'ral Blanchelande seegrda ien de ffour
tlir la ulmicipalite conslilulielle de Saint-
Marc les secon)1 qu'elle demandait pour arr..
far la rvolte naissante dcans es quartersrs; et les
uiitiU d rAssemble colionmie oIle-matuUe









freCsnt inScotnee.. Le soleil t son lever noT
trow pI danm -i vIl e 'i Cap ies s id ts don-
mri-ai podispo'e+r le gw., ,rd : d's aI :fiant l a.Crer
st:ieit ,p irt" i)" '"rar i-an Fril)-DNu IpNZl ,
.^I^ ^P r 61'r s |C.li'> .ft .8d' 1. o
,PC'4 i It3
!d' t:e dinistration aririlocrarp.ie, C',st ain
4e .oI it 'qutn1z. cent lh ^ani Li b : lr-.I i pe -ent dl e l r'eux -$ons oed
leiefspa~ rim ile, a taiintt p r"serv. <1 '(inaasimn c1
bria:'.s, ie tnou. ,.t"iae et IeN plainei do I'Fst.
" 'C'esit :ini i envei'a, oiue l lPa d Jait
loutf a 5)PeS annlt ,d Ssquirfdiv:1
-por !anjgut 2t les. catiS pi,.ut t |XuA; Ie it pro i-
p
St. t,, ,, LrLieri queie !eoirag oet Pat;ciitc .s
diiove. ,r,'eirvet Bencore de riItceei arbiterss, pour.ucit alitonenterl c nn e Ia-
ticim . . .. Q uits p issAit .. ., ,, Le
ge'1i V ~ evJerra ses sold*, .
M Botroei tenieiA 4,an s eeiour. Ce sort ]ii
f~iut coinfiuIn a, tI lusi oiieiers parriaoes,
xli vok lt e le courage d'aeC rer.Jes [i inds.
iPed:anut que ?.C d(ISaint-L4.ger assassi a ~ le
Ieilt av.d. tn4LC etl machiait advec Mr. d
" oreiopprsi on ,. la ruined u Po rt-a:,i-Pirie b
44,a;4 U I Ot A 34
p.dtanit qu' ddaait an conmnandanat d i cor-
doni de (, .Ja L*Tfne1ade ;.de uf;urti-e" iecs rs. art:
camtp de jIutices pendmt qu Ies. 11Uiatr. S
fpioru ft' dtaus Ics plaisne de VArdthni.te, et ur
(ei Ultic-g! lde Mileek fai~sait de piu-qe.- ,.k;; avee .n.,s
jen;,e,{ ge.+ pe..daut q{l faia'at. de p,,.iJde,
.d.a, ,+,e s...: ,, s h,, m..es de c t,.,,ur .a










qite M, Tt. me ieTrnpsaei f 9,nfft e er
IrTi Ci1 ,11 t fiill i gnsri v, hi r ra ':4

A t'i v lr ', i le N0No1f6i Otroup eit ItiS env+tl'
S ,ra T 'aie)%~n-!iijgie etsi.ait -ti et"- :--.
tu,,t (d)n)Ile tiat ce gP terre a n N oi8 r .m o 'fe

IThr e y d-)t-irefiit,|pecta-euir tra.n. iti))' le '
r (? re -.if,-- e ntircnenr t s.t -r I.aVA:, 'e C e
lai;ts. tf.an -ptisr et iat d eA e Stud c Ia fgerre,
a, (1e oint don cc dde.. p. .u tt
:i eoii)-m.-oim(ion ia phtr avanlagenst : ~ais tonsr
ont gaf wte t arn r lears esi jcW. C'eit
raYi Frtnt une ICtea ciYiFeoi
C elair w cpinioa atkiu antl-iaent volrTi f)nnrr
leJs cI ai sM ir-es civk pour j pi.sieea rl iri r<
lai toil atec Ie' ro&polt 0'. tlarVV6 potted rat teer-
01S. princi|t?^,de a r.tvlution krs c ovcns d I -g
,,1as- t l !t, its pouvatiea, ce tt eflel t. re P
"li''"ree nIe '. ]4aiM "loi.i c &8-Septe-i bracbIrt
i:ltel ral dirleti facfte.,iit sil ne pe;risai t (l le
a hdiitres, loin d"Clre unre re use agenfte des mei r
tes, (1e ilcerndttw, de la rTvoIic ., le $sont aI&
ontlraVuire ie lU une a-se second dlternni~n. pat
les -bliifc, decten. tat (te guerie civie. Cst
Wiusi qtue. le ti tmnivirs de a Frantce, esCpe~aieit
aivaliir tasisentuh!e oloniate-, er neiutraliser
ba title .I de la.loi- c(msit I(Ielle'IdI 28 $ep-
te ,rel. C'e.s ain"i. 4 u'lls esp" rient pr cst r"
D)omingiu*ue en ~eiat de guerre iviler et ptlr.he
foute la col re de la. Frace ,ur I'assenbulbcu co










Inr le nl pr i r_ an fftS .... . ',
Veliopa de oulte on influnce. C IIC ainsi q i'il6
spaleut ietoutrner le glaive de la oi pre I t
flapper les -ters cruiudlie,' des nui-rIiaa amas-
tii" C'est en suipposal Oiuest el e Se ud en eiat t4
guerre civil vqie A1, de R oi.ray d.ianit datln
al reljvtimSiho,, : i son devoir f( Cilii dtii. g JL

viigiE-mil^ h!I,.s ~ ss ordres, d $ iimp cr
a -gi'emn'nta ai ctr x feactionsh t. t d ecourir lani
Stot sur Pulle iifLt Sule l'aire%, Y Conintflll

Doutnuit e; la r<1h1 des eolave; Iin dre iron

F iance : Ia dlipersn de rPaelndit ntloiatie t
(fie le Penple on einti cent nile le A tnmlie! ,
jette tienlt par les fenltre ,, la juste rlldt rairjl
tifiri rdaIm i.S drroitg her'diiairst on Ia diso
lutiwoit de. etnipi e. Comti en e01L hoetlie ,ex.ri.
fmen ce fter'eatxx c:toyen quz 4isit le ne(eml
(tins ut e Ca-Fruaii Ca en ariorait. la cr
cards noire avait alpprc.M de la iste medurd
(}ii peut seule n*lus aauver du mnallheur qui tn-'
natlait la minre patrie Coni ment alge il t tie pa.
Voir sa prophetke accoitmpiIe I . f .e rirhient
de; bhueo .ioat coalies ae lfen muhlitres dlant
les tro'ie provinces : r naiS ce-te coalitii n ttcsl" 6
elle- d!ue ,lein scil raeteO ele ee t l'ouvreagede
violence et le frtit de fis triige.
M. circonisfances. 11 eCon dit parfai ( nent 'teute li
lli6blratesse detS atiuitres ais if voudrait saun








-7,)
.1 I 11^ v




ver e3s instfrnmen des crin:es aristocratlqiw b |
31 voudmiti sr vir e gouverneur g, ral le
COlltsl:Uil. 3 1.1U.liHiillax ef sa propre veogeant Ice
NI Sain fDJot linuilng e]' e1n .ilt de glielTe citie,
Jes mii;iires ne 8(S pnlu que .Ides tisrtTieR" eran-
p!oyvs par Iu'un et amrefaction: is ssont alor, s
ptlus imalhItirteux quie criminiels. Si Saint -lo~irir-
It C e e (altiEt "te gterr'. civie les coilnl isbiaires .
ciris onu eu droirt (ie istrex marcher lel citov |e.
.et Is corp pnptain resur Ie m me.. pa &alMe qt
le- rvoIt dw ix Croix-des-BP uqi, il ^i -
B)mi.une (a ,t si tt Wde, gerri civil, Ie ge J_-
ral bceli.. dee hs:i i..m at s.n eiuinmi,; el s, -
onte I'aembn ,l, c., oloniale u se rait pas cpar-
goi.e. L.Asse:nhi .e g ie. rat] qui tros f.s i rquims
1e rap) pet dit gctnral ouwi-la\, I(ue h1 g ini val
tlsnei~elan de I)lagoit olbsiieutrl a ia lte ede
troupes al i rric Ie v. it s t roupe e"l d( ci ovens:
'a I~cnbliC eolo a cA'otin ee une 11caf de
fis erait encore mne fois vict iie de0 i4t rigIte.S
S ., l Q.

leri de n.is ttes crntnelles I1 so jpcion (lui le1
suit por appe r RapePtr sr j alt iot(es de Saint-
1)omiuiie; t praovaoui 4r contr'ell, la coSe de
la @iq# C'si c{^:;u i tilf urrefoi le colonel Alau-

"rteSj' pUigi so,,crlte ,ur,:,vintt rtuhni
ar- plus-iear des repr'entabns de ,aitl-Donifi, .
tg! ifut dcautin. e plar vn patrio'e dto cdtI ti al,
sen,! k e t l ob,.ral Bllhei. !iehm lr, i %a.
teaait da:; sa tin loin dc se oiimdre 1oi1
dte piitic ct act- a l lolnt1i.; .diclaa qDuay nut
r^wha6 yt par&' i nrytqye to ps h ti






de publicist iil 'avait brtild pour effacer ]jis-
(jII'a l trace de ce crime ; et, garantir les ;sigina-
laires de I'indigniattii cdui Peuple.
i- Si Ie gndral Blanchtlande si les comnmis-
saires ctlits si M. (te RotltMr nI'on pas
once'rte 'et ecrit: sil n'tc1 >asleiltastte de ler
coalition ( x } ]e :" rlm Bihnchelande .,al tonl
an momis ,ctupat e de -( e i aoiut pari dtencue
, aissem)bldee colonale. 11 est sur-tout co)upable
l'Wavoir tlonan 1 i. de ouvray le couiriandv-
inlet d'urie ta le. I ett snr-ttote onupale d'avoir
Arm
eonserv ce nwinme offcierA la t&tede ceite arinwe,
iorsqtie 'issttmiblr et4otiie Pa requl i d e le mil-
tire cn ,at d'aressatiou ; et, M de 'iourray et
itiluoceiit ou lo gttaral Blancheuande est nu
traritre.
L cAi tovensll de la Provinrce du Nord rfu-
giVs au Ci)p lcs p!.trent PI unet Paiitre a hLi
nwhme I lance. Aigri pIr le .mIaheur: iais sur,
lout, indignit. d a tant de perfdie ils tes aoti-
reiat avec trop ide verit( peut-trce de( trailir
ii hi-i o:omingnue.
Ce PieuLx suldt., comnmissaire astntiCeux dtt
ministre Ia L ze ne vint se joleer, 1pouvanti d
dans les brain, p:rotli e:rs de 1'a semblteedioniale,
+" .... ":+ ,, -^ '. ,
( ) Coepia d'une lettre ecrite p: r M1. Tle oa~vray ifut
It I4M3V gVn1x ctmisatres civils par trois ctitoyens, que
Ja tir;n.ine onl a seilletit clt) danitiet au siltlrcet ,
(:a s Ii tlatairlJe l )a fi'lnc'T la trouverent siPr;itinelPe,
ies r'a solicitren.t etn ori,0 iial pour Tfire pairktera loi.
-la ,ncin qim l'avait drcty t: evalt tll4llr i *, i r.,
I Ltr ttmsI y! dtone l)iet) poyver'ti leir }ngetnel : ear c\
*lwci vy rykLvr les S"wnI1tar rai twr eitid-ur 1t .Iiwu

< 1 1 -













74)
c; ai qncYe, ,,T c, l (,*ui s;r p frl .T.it (I ",vt.

'ir on. P-4pie phiS ph l tp iptg

de la cooi:ice (de' citoVeu%, qp.a fau tI ,

esin de -i '.loni.' -,aI :- ei y Vr, -mr.li i le. -
Srr;-;-das noninw tra iiindeitk -iJInc"re leit fvon pr'eal
dt't t'iralj.ttr lla (vnjit'ltn Peplen ginKrab
Bhrchtc~^'i:md qui prmir pariT 'ic liur i le
eZitA .onip:,e' 4 r tlie#l .~ stlreliucle !t a,, rei

SI t rle
c4s ri~ttiveil,\ 3datiU;ilst t Be IVweIrt ;i)<.1 a
ieerharne conor:il e l~ imcancjr; et frnTiire 1t
an 'i~ial tunde areie nonitreli-e j qi veii .i.
Pili-fCli ,aJfl I sDE fptreipa not&
I.,e leitiemail, vinli-pt 1r acmers A'r re'-"
nii't ;! Clit paIrlant rn;in (dI liV unt '-.
I pr(":nt- t." La ila bal're d l "assempiablc e'l .i alac ,
ptcnur V" d iY r dcs ot4liers (!mi vnltaient en-
qever lelnilt .drpi ielni, ., d*10 r l h0 cvolcn i, e, l }t. s
nitrai/ej-r fan !emA* diea li lrave- gtenadierS.
I fe dit 'lhl enibl81^ par f'orgntlr;de ao^ pur.si-
<< diiAe 0Passelbiee reP< rt ave'n ( recoi-ir;4j.tipnlC
1, sh0li e:l de vo:i re pai riotimine el v. ils preiut
, SiuS sa sauvgtarde :. rxtiirez-vou ver~s la n i
a c iidp.iti, n'biet z. H li.. as lec dra -peanMo ulie -i al icnt
enlevr vs otirers atp)aeteCment anl rgi-
i ilient y -a mu icipalii .c vousliih uecra. ls n-
T yens d.(e jes ci.ns.\'veri:. )
Cretlindallnt je ,Jvais iiitri< .i e-s'h~ er dn,,l
v;hle e; clstarsava ,. pr"n ans du Peoplc
Ic.s oi aueni de bonne foi, PEUT-"TRE., jcllaibitl-












l';Minte~ e e :e:'r da 'c!', dprft d l m;I
me1 faiblHes, ttlentrigruen'avi -pn c)rr mfpr
.i Its h.a e-. -h e te p w t, i^ nientS itS,
(luet otllier volda coitun l de.r sar plrAVe ? Se-
ra-ce M, de CCiutd . iIv'Iny ? ser-c e

)mnier est ecalite vec le. mi'zatres ; le second e-.s
son^-Pinc nftriou ; le troIsnme nit pf la 1on-
fiince dit Pe pl. .... 4 Its .prerenainti- t le,
cijcifet' du r^ginmien dn Cap ,.tivat lv general ;
et ',aint-r1l )omingue I pe rdu .... .., I p r-
sentalent lkasNem.iblte e(oloni le po raItlbe par l'a b-
setnce td ieul li1tunlAe qt'i pout donner ses ar-
rCirc.4 nn carnlcr'e iol; c mes qui tie connaisd
sent pa&la loi tf'enti e ponvautLes.
. .Je aa i)tenu lqpe tonts I!ea .agecns .do p(tlvoir' exe-
':l it f Sainrt-D)olth gue fourmni,'ent. a pcie un
ollicier pstriole ? mnais les3 ouvray; les Catmbe-
fort ; I* Ton?,trd, pentyentp-i dtcle nrous pc;ui
vanler qir tad M. de Blanheiande nousyquiSt-

Ieas rfficiers (fd rgiminent du Cap desqr'tent la
cclonie; taut innieux :. ., Ijs resieraiemt poti"
Ia difeundre i1 av.aient do T'honneu' et du pa-'
I riothisme,
Alais r le. atrrt(ifr de asstemnhbl eoliHIale ?
Ij* htienl ILa faeuit. de les a.pprouvxr n est pa
inhlrente ia l. de Blauchelande : mai ai la place
1upi occupe : el la loi vent \anie lenc grade, ec reniplse Ifexerci e Nan-i
nioins t as-mblde coloniale, foujoois prudence ,
tonjours ggeiiretse, arrela nque M. de Blafehe-
landeserait requis de conserver 1es reines du gou-
.Vernement ; et cette measure (u'ijndiqiuait la ea-




C~- ~FiaCr .


-. .. N I




(7t)
es. -, et pent i-re la politique, lui fit perdre
'$ouuf sa dimtcl.
Pera dte jours avaut I'assemblie coloniale ne
vorant plus idians e general Blinch(calrIde qu
JeiIenvl de S- D)oniigue, rile arcil arr(td, q t'1
si('"aio dnonce maux devux povoloirs supr'Mes ; et
ides omniisaires laient cha iges de lui prsenctert
cut eflut, un rapport circ'ns ciu iail nm is-
t1ant lit oblier cette mesure ddejiusltice elt dins
tin ionmeit ('i enthotuuiasmie rile passa sur sea
opIralions ol'ponge_ de 'ouibli.
Coeu que k1orguell on Intlr Iet ataIchentis I'an- A
ciieii regime applai;dss.ilent ~Itur triomnphe.
D)eI patriote. trompds on u mides, vylantt p)lir
ie crime croyaient 1 avoir corrie A i!s .pplan-
(disatient e ncore. D'Ittre plins! ldiieux 6-
saient fixe le ur opinion : sams-doule ib pre(vo.
vaienlt n divtOuemeint funesle ; et iCurst raimles
n'ctaient pas vaimnes
T']out iv-spirait cependant la eonfiance ; et cha-
cuan ~emblait si. tre fait le sacrifice de ses injulrs;
ol pliitt chacuii faisit dei vaix1 poltr la sia-
hilite dela rJiunint, (jii sopdrait. 1 Tis ii n1clait
pas einoe.re arrive le item qle les en:ermisa.
Ja rotg.dnratioii de la Fraince onmt Imanrqn -pr la
cessalionr dei troulnes de cttle colouie: et t
de toward, e t olicler char lg par des corps,)~po
nlaires, di'une double (dcoouia tion se ps'lut
la b)arre de Ilassenlil)Se volooiale et r Jlaiale ,
Jlu ton de la ,lI iaCe t, montee la svritc Ideit Is(,
voitre les siduolenis diu r gilient qti'i ce0n!
inlandet Cel oHicierl tie Iopinion d(signe c Oi1 t4tI
tyhoniiie aui pou4rnit tout 01 I auins s -ePi heAdi


O <>,






-- - - -,-... -. ..,.-. ,..^--- - .^, . .



(77)
rieendie des plai pues de F't trop certain de
truiver la flaveur et 'iriplitie o.C ddsiglne
an nombre des coupables de i'elnmbauchemlnt ,
Passtntble tlle-nimie, cincbresI quit ne nomnme. pas. o. QpCe, la loi
i pLfse rigoureusemuentl sur les .eidbat'iheurs di
c regitmelt dt (Cap, diti4. Tits sceronl punis
ripoAid utnevoix dl sein de Irass-inrl:!'?. El s'l"/
fson inuiolabl/s a rdpart aussi-ot l'oflicier in-
solent
Si le president, nteut pas vouln Ie discredit 1.
\ deshonitetu de rassCeitleei ilri'it p is ac e de
cette inclpation; iu auaita so3om e ie dtnoctciateuri
de fire collauire e coupqble v: etl I'aeiiieh
e!le-nitm-,, n'tlait donmine par la faction de.
stlrapies, t-ne+mainratri ns't : -ette ltfchl;e lui tui
ddLe d noticaetategr frivit t:
a de itre-indicb:ite, Le dtn ciaeur decier re-
pcndrut-le letdcetiain unte leire explicative,. qi,
ne pouIIvaitusA. ii liu arema: l.iai cete pice
a di.xparu ,-tcoi:tin disperailront trop iong-lenrj
encore cells poritaat chare contre I.e gouver-i.
aement, e rse auavtei'urs. ,
Au imiiolment oi M.I. fde ouza rd par sa deinol-,
ieation People cOire le pr Ip r ait':us deS.-l)oniiiiguii
des soltata se pr-Tseiit:rcut a, la, barre, et voiu-
luren.t: fojr connantre les eollnpabIle, A dtussi
grande dihtalices le prr6ident ne .lesdisltingua pas;
et la eaa e ift lev eeC, s so:dats d' sesp6rts de
certe parali;ttmi, trop c3s-anurir6e, ,' adreserent 1
elu K dea rleprsetlans dir Peu> le pluI rapprochds
d'eux -en ti mrilment*. i Ncs officers sount seuls
a: coupables disent-ilis et cqpendant ils out r'aa,

Ha








Itacedrfotlo r f eel ron ver rtfid s. i. 114nfif tdt
, enteidIls dani lea 'r calormnies ; poutcqluo re*
4< ftlIer'Z-VOU c' l Oi r1teiflICre Jiusi ('ti t fl~
a pottfns m t erile Vit r, s qi u voIuloE s .ti fair
*a otniUdaitir par ciuelles rntainvres les brigandI.
Sseint oturnis d armles dlahinimens, de ntuni-
C ttiions Le prIsidetit se place etfn -, preind
ia parole purr le. "appdler i Itobbeitsantce
t cil dotveitt i leuts flieciiers et ive la s1ance
Ain milieu des clamictif Atrisfocdrulique., qui cou-
vIenit les pflitinnaire:..C e ttelnit cependiant en*
aore jhie Ie pI'iitde+ d'inju0lice, p lns graindtes.
Le leriemamin le reginltent dt cop se rntd art
chanMip de Mars pour jurce' i ses officiers tne
pa.sivebeisanis ce; et vingtr g4readiers, pousxL6
hors des rdngs, sont i nstant dgraddts, eumpri
onms. I.es cnmmuisak ires de IPassemiblettoloniale,
J1gitinmint palr lear ptreence et lenr approIation
ees tcies vexatoires, inconstittivonels, n'enten-
dlireiit, sAi-doutepas le colonel Touzard dire,
die I'air de li mntiace in grotpe de citoyeis,
clui, pettiptre gniaient ses mnantuvres, ~ajbouu
4 catailie retirez Pous, parcequtavjour-
Sd'hui j'tai des prursI d ious donn er. ) ,Le
rapporteur de cette commission liberlicide vit,
an contraire applaudit la justice du general,
ian repeneti du regiitten ...... a. repeuntir
Aiu regiment! .. lEh quel tait son crime ?. ..
A la )ustice di gtnural !.;..~.. Peut- on ainsi
eanomiser les attentatl du despotisme ?.. ..De
soldats avaient denonc, la perfidie de qtelques
officers: its in8nacaient de riveler des manoeu-
vres encore plus crininelles S'il existe i"n cou-
pa ble certes c'est I'assembl6e colonial par


Oe-









It l-he nAon qel t;f dtie Ocs hommnts dAnt
SiHe lle b ; 'dicca illi la o~qcriationd C'et I'.S
mllbike comtikle, q rto: I res tl~rpeau ir ;tpptie ientl aui regitnien. )
()One patei' trt e la ust ice, r'ali lorsqiuitI
alibtaeiit i tpa .s4il)1 as toctles dt l eetrtes par
1'aiietlthli- ,afto vile '. to 10, 014 t
Il'aeIttthiee naLi I'dahtdi di de.poitimi e e" ses ofliciers I lo!rs(ji'il
1)tit ce lave gei.I dia banaisauent, ... D.
0iStekientlI ... O.c.i France a-t-olle ailsi
traite ce t itis sante tirnee, quii, par tuxe saiate
lohbicslaice a "teu!li' ropplression du Peuple,
t readerss te titrans ., Le i~ batuissenent l!
tCait la settle t .iesure, qi poltvit-aracher a la
OO(l ites CHt' i t~sPt gertux l'o Sueliis. ,, ,
Si les ~oftciers deman es ideavaienu p eu T it-
1eut a Ctime: i I 6nra i u'avit oul htrouifer
gal #lan cdli pa.tri 'mUHpariD paisant dans I'seiieble colonial
elle-i ne il eut respect la Iibe.rt de ces sol-
dais; il e ttipr haliier les itrattie ou punir i calonlnie.
Trois fois les iagistrats dti ap, les repfresen-
tons dat Noid, les repr6sen tans de Saint-Domin.
gue > sollibiiterent leur blargissementi ; et quatorze
sealement faent diarAgis.. .. .. De que driit
le gicrtla Blanehelande a-t-ift reintlegr6 des sol-
th;is degradJs ? Depuis quatilid a-t- il Ie droit de
fire grace Si Phonnenr la liberty' du soldat
,oit dans n le mails arbitraires du i general, Iremi-
obls ditoyens : la liberty i't sera plus que dans
'oscoTars
VU8 COt~r$Ut.
Les citoyens dit Notrd, indigns de Iopprobre
Suc l'aristocratie versait ur les cutilspopulair si









sto uf V.(1o) e
am brave? genS : el lenr respect pour la 10i po'nvait
sei'il .ar:rte. l inesures vio letes jtitls eausent
peutf- t re emloi4s p0Oi lr es d ir' ;ii s ponr
d)unetr t leuri dc'iioialion nm n-his grand came-
t ae d. tVrit, I'aeinidbe colouaie n 'eat t~carCt
let firgirssent.
Ie gniat BI13Inicinde se p)laignif insolenm-
tllent d-e cettealteite portee se droits ; el ssea
'trejA dins, iJr i;s6rnbiee'colonlde fitent en-
1r-C inae Ifli, imnstoir tius1 s ere~,oisde I'intrli
nue, iio r sitivt Its Lties e ipables*, e! victimle
ces s c!dat. ., a,-^oi[e a ,tA Mi I II ligi.,e, +iilla
autoritf iie do s itiiusleer dius lai picicce minil.
taire IV Tasstembte cooni e, iui doit TIN
t'gaide r! utelon t ie hah deairt-o
zntttAue, victienes du pouvoir aiI'trah deatti
1t ne I reit aulie cnte q (uedrniionce ti l rit
l'ikfgli, dti j-timen rt ~ ip(no tr cens gre ma-
dlier. -3alis cetl afiltire preaisl d iaiL(reis rnap-
p s ; et le g p nral est seuid c lbu)ale tPdvoir,
par Oin chat iiant arbirtaire coniniatnd< 1 'i ilen ce
a des holtnnies, ili -uitacqaentf deportet anrtour
d'ciux Ce ti la .1.t'L C darit" ?
ees gAiidierdrts et:int 6uis 1A ativegarde td
I' aseiitbide otdiaile el tdrf liaco(iinau e da Caop
q

  • saniteto de soni engaigeitest. 'A ce titre, le gou
    vetner generad al e ,~otva les e loignoer tie Saint
    Iloiiinlg e ', sants iclatrtser de ni- 6pis et la
    cwM1unn e uii Ctap et Iissembiwt iolcnile.
    Ces greniti er.s ivale~t dtIuoneC n ti dci if iul
    oomproniita/t la stiret6 de S aiat-D)omin nue; is
    ppartc4a4ient des-4prs, 4 l'utorit cit i ju,
    .-i 1 ) S** '









    qP', ee q'elle cht fat f coaldtaerled .lt, oitupt.
    la d6kltio n.
    GC fair dcnonl,, poierait ncec lni le carmietire
    4'uu d"lit Miititaire et di'u dlJiiil ii: i'ebt-
    heruent etarit ei lati-mN-iume Ic dt lit militairc; se;
    eonsdP i endcc.s et ss liii CiVil. ui.z tute telecoj~,itiiure It Cotutllii,.iit'
    .iuditeltr tes gulrres tldevit s, taiik*; tet le iini*i-
    taire public devit scsEisii diu denllec dclit. ft
    exi tIait enn111, i u l iupable on le dl otne dieninciatlelr; et:r ls trxi'ulaln, civls dri eitill;
    recesaliceneflit inustruire 'cette pr *lre. Li h lo-
    eii(i)ur l 1comtantittdde a vux 0,ii icircs d tI<-C nctur !e conrianlde R leirs caiuarades : 'ho tlnew
    le cominintude aiu gd6ienal; ;f je le. lien, 1 tnllrs pm0
    coWlv ACUaicsi de trahison s'ih 6seCnt tilecore
    taire.
    Mai ItAc di(s-Ie, nmalgr? 'la vigeilncen n dcsf
    *issetnblhvc proviale e te et conoiile~ co(,lnsume
    tl soil let rguq nie; imai, mialgre la vi vice
    dt Peuplc ct, te~e oill terribtes sont dj;t c ami
    de nous. (est aslii clle depuis cettie eIpoqltue I
    tgouv:lelrnemei a fitrt pIaser en Frui;W 4iutn rt ou
    quatre cent ssoldata de divers retgi li hs......
    f4iel Atait lear crime ? Ils ti(ailnt itoyrl'.....
    iielle elait leur maladie? luaiiourdela prairie,
    6nergie et Ie courage. J'en ai vu pluic-urs so -
    tant de s prison. P trois huure.s d maiatii, cnlduitt
    d hord par leurs camarade. vils satellites dr
    des otisne. Je les ai entendus pleiirer snr le.
    rmai luurs de Saint*Diolinii ;iie se repprorher tiu
    coupablele ence: et dire, si n$ous In'avoinspu u11out
    fare entendret Saiklt-Dominiiguef la F'raniceC nous
    aoulera pet*CL(re. autr sout disper is $iit
    "!rci D 9': *1 *].rc_ i *iS er ,










    a nsrfae dc rrlet ilcetje neCiSmuesopMoeionne
    ;< wilve, IetIU iftne,
    Masi.n I V11i1.4 (itin, e gr enadiers. sOnt fl ar


    u.o l'l le St r'4. ( floVn i 11 ('A let
    (tJRVt (P.itI ( i dflClt)1 C Oo i | -
    otib it4s (ff wo, cidt es Il eis a tra itr. rf 4at

    m Pt r *) A-
    r..-,,Iie flltes qu pument ,temoignr verihZ I. *
    0 *,. Cl r eII d c ste I e, el e i ler ne ir lait
    j' '.+' e anrmit xpu rtrn MaIir, initillemient


    ou o+ut prons ? Ier ler tla colonies + ( te
    s drai Set-c pi 1Qa a pss*i tranid ci'ill ..... Put
    lred iil'OMts eit altrnilit dit dla;lntagc, 1is i ';
    .aicrt dji vt le I cri)p poprtaires .coinver~ du
    iscd p pt11 e l'o pprobce* Pen -I~ire its vote,
    tltalotnt dlit anta anlg i st i xel eTpnrienw fStald
    no lear aveit appr^ a ve pas crowre as promsn
    S +de.l'a..,4hsIe col4Male 'iU n'iavmlent tva
    v iole sa sa1 varde, ei celle 1le coie on ItIedc.
    a p h Quielle 0pi'non penivent-il porter dOi
    laract cre des r- pri, ttadasi "eiiplI I; lesd
    aviil,,mcn It + la wvecl al" e -ileu o(t Cier .-'
    fn'iiUu la lo setde poIuvdi leS coii ,amnerfn wis
    idOsour6e. C t a TIs M ,jita ,la i pl)laninUt '
    ctrp s popular assure 1 os euncius npumtui
    V-c-e
    ++n~ .+ r E,+ t++:++++ + -
    it










    SPtendant qne d.spolsme chreAic:it an Cnjo
    tm atliuent 4tA S i; i v ns )ditmlt qp.il ntcaift
    elnppmositit k i ite4 j~I 1s lirgne et les Cietoyen c

    les V\uinsinl, l id Iottl&e; lantl il' uitrs ci d ~
    tiat : peciduit qiirtl prvoiitut con(tIre Is corps
    poJniiI'es e m1 Inps du Pelip t t ceii cdes s(v5-e
    ida ts pet antl il richtaulfhit totIlls s passlin,
    p n atliener j' iitr tcile glrre ci Ler ilre i fi pie
    is ageit ili gatneim nenint, ei lirtotiut les (on-
    IC'Si-[U& lii4 ti' e(l i tw ,,IDC1 C0 I itI rie ( ;flfl
    aird, is ViH1ars non t e c l provjqur _4
    aui qu(- itgue:l t Ceti (c eitrc :cil e iquOvt uc1
    vair d9j1C leI Rflluvriw cI Ses coiupltcs
    1kirbeck les Sninl) g6, leHtRoume Z (1 Ic
    'ie.t.r soMat, lutr-mrite : pendant lque eIc Cp
    diat dals tei CPallSiot$ cTWlllIa, Irs con 111is
    saires civil gardaient tnne nulliti de laqtlkcIitl
    i ti;t jhiniis duI s :rlir pio, li boihetir de'
    la. otlie : Pi'dant que IC (cp Init dens ce
    colnv; sinason cruelles,,, ls ages diti gaouvera neti`Ct
    r(clSie-ilt rt aa Ptort-au Prine bhcistaince a t&i
    0oi; et I'asselni e poviliciflC de l'Ort iQe ton-
    11rs gate q toimiours veigeesr e da nnmrciweo .
    alux loix ; It wAilmbl.e de IOuiest qpi ne sail pis
    composer avee le crime ; i'assemire de l'One~t
    iniccessilble aux intirigtws enmoyait par-devant
    Iasienllbeccoloniale (c i ofliers daigereux:PVen-
    danl qnile It Cap 6tait danlS ces ronvuilsipus ciuel-
    les le Poit-de-Pai 1Jein-R abel, lienlt i
    iti; Ites mulitrtes, j la te Wdes acescia astan-"
    si iont 1 tIo lns ef forceient ;i a tfiz vole in
    ,, d p u' "e .4 "'-
    attdierls fidHle~; Vt tomn Ue il patait eitfr-
    fucq pporti eu 1ni l, .. ,a a .e lai
    q~d Ole GraPor 0011, ,c-a~lnl,.ea o








    84)
    et le br~gdler ,a.nJon, (2) cet insolent ea ete
    harcelait ans-ces.se n1 pos tes vances. 1Ie on
    le vit toujou rs, ^ lorsqu Q, de. tees. patriot jus-
    (aUt voula porter i a il earieux suir '.rchdt sa -
    Vrde. Et celui poar ni [xpeSptience ne'st pa
    inutille c'et apperuil que ca tn f(ti t trijourS
    )e termonmettre de 'i'mrsuoie de$ deux pou*
    vol^. (2) |
    Alors encore IC nm1:;tre; del'Ouest, rasinsem-
    hbei soa le91 nnrs de SaimtMare porhutant at .*
    tiur d'eux ia deva. ftion ei la imoI pncdant que
    Je commisair Naiit- l ge dcendalit i la maini I
    cipalite constitutiotIlle de eerte ,ille, de recjt .
    ir la force pubique cent re cele caste ftaitresse.
    Alors encore cent cinquantie citovea retr;an*
    chcs dans les (uarlllts d tiPArtih nite e j(et
    talent aux pieds detudarante oimIltres adtreftis
    leurs esclaves; e M. de Foutangel, soisWrivai
    ce eoneordat lui prmonoIee "'Igalit16 parfaite
    ntitre les esp~'es si diversement caracetri ec ;
    'e c)iieordat (u ioi commaude la disstoution de
    corpf pop uiteare: et suiltout I'leargisemenit le,
    Sanatul ited iteims au PrtHair-Priwce et A .1r ie'
    QCertve, je vois bien que nos eonireri-rvolatio

    ( ) Biassou augre esrlave, oi Ctli saut brigadier ,
    1 itv d-sl priucipaux chef die ia Ptvolte. It toimnluade sons
    leS ordres de Jt a t-~ i cra ost si.i-di'.ut et;'ril (dt arime$
    wio rOi. Ceat ailst qUe ces brigattds ee #ont reyetst d, tous
    e1s grades mriilairt lesdte 1anc item re~tnie.
    ( a) lifates lek f*,s que le teupte ou les corps pop i4ai
    res out voultta fair 'Pexamten de la eotndHite dri gouvernteur
    ltlanchelande fe| st6(rapes i Jean-FlrantCs ct BliaSou -,it
    Vents atttaqer o potS it t C. uuouvc: duger ait
    ure ditv r U all. gtl


    .-!a








    (85)
    .lire rraignntle r sultrt de intArrrogatoire que
    1 in lndt'rt cesave ugle instruIIensi tI ri me; (
    cent cinqluaute hojmne~s s&tlitis ,- pouvanitts ,
    tlont devnir leI ,^lages dunt traitt perfide, qie
    la terreurla sdetioL n et Viatrit-r't out dticie dan.
    tn paS f3, on queliues riches citoyens, tienncnt
    detrop pr.^s ai P Ariiue pour ne pas protrger
    cctte easte flroce.d .
    Ma de quel diroit M. lIe Fondaonge, ct
    cffiicer de f[anleha ritgmne, a-tdil sclerit cc trait$
    eri pait?.. ... qu valeil 1m4' ,lndr la tte
    de quiiiize cent hornmes qulil cinumnande au cor-
    don de 'Onest ? -- It r:zignait les s1Ucc& dat
    Sarriate Borel. Ainsittrent victimu4 tousnles ofE
    ftcters citoyens. . 1 ceraiguait que les. mtu
    iittres vaienss n'eusscnt liivre les traitvC: cone
    ceOix d(I Port-.de-Paix mtndacaient ie ks. faire
    coniadtre . ; ItrI. liblait suri ttout qW 'ils
    tfissenl eoianus ds brave.r rFgimens quela France
    envole n.ins dieindcre De quel droih a-til signS,
    ce tra tt ? -r- Ses d;ro i south. dans rfltmppnipt1 d
    ses pareils ; dan la pusillanirieS doe t assnmble
    .oloanial, qui n'ad a&he pas enu e boa esprit di
    blimer son audcee, lorA.ne, par ses arctes, .
    elle a eependamt cTfenih a tout Chef militaite
    de-tmire anene aenv niion avee dts'hominme ar-
    Qetatteudti- de teroncordat
    nds econtre la loi. etiatteta-it de c concorat
    odieux ?-.,.- Tout ani ioins, Pa nciei regimeli
    Qftelest a lors le Iang1ge dt goavetneur Blance.

    (a) Les mtlitres du Port-teiPaiz, detarmns aptis
    hietr rrv~oh ,. out dit qu*its voulraikttt- t;Ir ouVivat la
    colot1 i lotatttu 6 urdi our : kwatur dI Saimt-.J


    (ir









    lateF -+ teni dwn esrat eu f t"!-
    crk." Iengag' de I'a, neunl, 1Aol.i+ ?j-- 4hut
    'de 4HeuC rile.
    I oI-fit 1 1 ,? -m 9 1% ]i 1 1 I' -w ,-'lI 'r -1' 1...
    Qise ftt*rncorn h g~inal B1nuchJ Inadrmni

    icticii< I|in creil(I t s. gnr ., ,. I Illfl .
    J't Pasn hifh.e ddn ia'rqwi 'e. t1)l.yiniu.' et
    en 6un cte .gierrt ; e tl Ie Cap i Jttk 'ipe. [ 1+
    c(laliti <1i dle p'(nrjion r sn41r I'Ftat polltque? dc
    rns. de itltiir ; et elri.nlc crnn 'le ctr'le
    dt h t h:',i < ti. presit .. c.I, poprilaires ia t Ie
    ??rc-hH~e ignohlt iflhijuil- i u({Ir, :fr .
    *g9t rpnid Pasit!t, irlniti a ? ---.- lile!
    dtlikcitt e.+ droil4, crnie I'hrnl nim "oupahlctait
    Nrtlnirr zlnn crime. i'e n'a p;Tn N clo( ro.'ge<* de
    piut..gr dcs hionarwm doiit ellr a fait le malhetri.
    t.1:* nl i, sa in i e gnn< n ai,, 'C, ai, P Cea
    phtet ciniMp,,tie1 fl fnneniii., .hI qurs 'tt and
    ritIin -tlVernlale dirge ptr r it ti i
    bii tle 4 beif n i in trigues onlit d'jt
    Ineiduerss

    ;L. ia "r '"iiS fl'ucnt Epep.zdaiJst souIteritp
    efrntbnarnr t, que ainit4)onl"ignie st en rat
    de guer e: elt tilc l lcnrI.4 antilir ttP piraicit

    ,(i tt our- pi-t t itPr n iaih n t- n iiibtrlle A sen-hti ^
    l1i d.it t etrIes pross qui t on sCFrv t s .e v r ti bril(tb a .
    -rn uut on en tt ti Al M/ '. Blacvhltinitd Ia bhte
    c Le fli latg'i rre civile !*.. Ceai pa:r i t LIju
    .&. .,azai4tsp4 ttus ks Vistres, out eadk^Idb e-r&



    ,, r,,_ < ^lae "
    (rtI8 Ji, tr )a :rellah11tie ,j1!:tw Pasr lH.;,_ lies.,! i


    X1 '* 1 A... r
    04-
    i,,I4 e ltl :(;'i!! tr- &*+.i.i~a li ~ii -










    dvtif t ri isouii t eI i, Ir;u'run dIe. plus in"
    tfrdtide ic/zet.ws <'a ;c inncar dti/ssemb/
    a qiti tc.m4' fait ler.e' dei; moiirnstprecieux
    S1ir.a ll tI2 i rq e d ans le NCrCS
    ' ti*l J iembie. > C t act e inn I tendu dIsorganisa
    Ie' 1'ties patriltitq ji ; tl orn v.t v cdlore ce bel
    aCetle, iti provoiul"a b1let dt oaij)r i tries-jule,
    ilthgritiotn de hin c ( th!ili u I, p- mtrairi; efl
    itl( i .fllc' 1a t a (l C i, -io n ( vit ,', A ,sA! .. .....
    I'Saln-doute tl1e ce brave pat1criie sI rept0a ce
    tqiA avalr (lit att coo,. C tefort,; l.rsque -
    solliciLe pour la secoite foe to. de retirer la cers
    sitn, It'luil avait doimne -e infa} d t Cap ; TI liu rvip(ImIit : t M Ai I.i'ur ,di e IiI
    Sgeniiral, tue e ne veuxx pasi, chnl,(lte :inuf n.
    (( ire expo'e a met lit.h3hnoiter. ~ ~)t* r loig-lttrrw
    vex9 pr IIte gIit1,ral e s ate'ns Ilm*le paCr !?e:
    souls-oli~ers i lt rcgiif'Int iCap,I i neiti man-
    (c tuePi4rt pti lu c d'ctre i)pirllr par dce corps
    p Que faiait alor, le comnmitaire St. leg ?. ..
    It i1sivkit J'M. tle Mirbeck en France. a prirsnce
    detk'igitt inutil tk,'qiat-Dor )ningue; et le Miachin.
    vdlitfr ~omr e desukurait, pour consojlmier sotn
    P c . ' t h r *' .
    ouv;get.
    Qt, i' st is la b ficipaite dn Cap T ... Ce
    ori.e wrepctable dCtbcothdrt fe rmtisitoire de son
    pr oc eut Siiidic te phls delir e, It plus (tou-
    ralux l~ teilleunde pnt riotes. L. veritt< qu'il
    exprimatnTwe touts lfealtLt det'dhl elce,
    ftiisit tretmbler let enneMftis h bien pntfic ; et,
    I'k mhidte provinciale dni Nord qui sa~us le
    savoir, fu trant'd1 fos i'instrumict deleur per.










    f(lie zongas eet scie patmriaqu. ( ) 1Repr-.
    sentain di Nord, j'rvais iure d'ubhlier que vor s
    atwz porte 6Iagut1ere civil, ous tlet murs d St.
    ltare. 3 'a.iva jer d'ouhie; que voi;U devriez
    10oi.s reproclher 1irnclie de Satin- tOn(nigue ( et
    certes, |e i aunis uoubli'i, Si voiw en aviez c
    serv le .sItverur. TrCembiez : vous ites an iio*
    iient de repelerct.;-cr1inlinettes tragedies. Dep1is
    trop long-tlems 1111 cofIn1ercI oCppriese C coa
    Avec le gonvernem' lenelt vtous iri le ; et vouts ne
    roudriez prendre les tfrmea de la rtvol-tiion fran*
    aise que pour consacrer ltS abs die ancientn
    i:ginie et les cis anrbitraires de ntHit]le ad,*
    nlinist ration. Vo i pl iasmportantes dtlcibdra tionjs,
    tir.et envelopCec de eist bre ; el les premiers ,
    votis donnates auretois iide tde diliberer a hit.*-
    clos; come si I'hommedou Itlcour etl es mait*,
    sont pures-, devait eriatdre de manifesteri son
    Epinionl Qtu'tt'e-vct. autre hoe hos, tvos et lea
    rinmbres doe assembhle colomiile que ies siui
    ples eitoyens cqe le peple a 1 mat d-ropos
    peu-et4re kfurt su ti e.,
    Les mnmnes hoknime equ vo dietLrent iutreo.
    iois ces tl5tihe rations 4iIco-iUt1i ill ionnell es siegent
    ;ajourd'hui parmui les reprdtsentans td aintth
    Amingue: ils e in g-temzrnf~ etwlleirnr satimirmMs
    secrets: ils ont 1ong-tens sduit fpar des elihors
    ie prudence et (le justice: i1 ont eaptd l hoMrn
    mes hoanltes et trop sout ntn viethimes en I-.
    trigue et de 1itoiuence. I s-ont tefin bris' I.

    4 (. t t3ci tropej.r.i tt lt 1a Pa taJbLtor SlMt duaiiuis ur he s iuubi~
    ^ ..-. * <* -* t





    .. J .


    111($ fpar
    Introir mang re iialtihe, draivnimdait dl.s fei, p)lir avoir (d
    paiu. II deniandent IdlihreVr dqns ie mise re t
    niMa s ne provoqtuet-is pa ds soup;ns odieux ?
    N e aiseti -il p s ric qn'is vetItcul saCrihjfi
    t teanr intlrt h, le tiinhetir de 'Saint-)(oniiugit
    et rejetter sir I'asseiblt des IreplreiIanlls dri
    l.pile, Irdiciu de Ieir itchetC. C(est airisi quio
    a toutin'ous"oulu drc(i4di'ter kts ihrrmoes (itnloclt-
    1iclue' pu)ou co)i v'er Ie dpotise,8e.
    s u (Hi prohih Ia flafruit de pjnser et d'tcrhre
    lortl dties cri-vains anti-patriotiqutes ott lon,-
    e iems ditriI le venin : nte savent-ii pa$ qte Is
    fiansy ef t es co craigueC t hd pl)nbicilt de leurs oplratiols ?,. ..
    ( ieftisia r ent "e tn me tIens qulpies nAi
    gcAcid!1s ee lurit comnmi-a, p(tI1lqus irLniLs gJVI:T
    n-qe filue ne1poir des d(IotCO sIO mililaire W.? ?1
    ehaiaient: its 4 inimcaic nt le pa trials ; etpr
    erivaieat les -Lawrhe teque Thibant, Ies Ladchaish;
    et les Dsas, ce ciSorye digne du tnon gIprneu;
    qi e ,t rance r4tl rde a pour jamaisi nisa
    Cdc ;C cecioyven tqui deux fhis arrialte Peuplf
    ou criot*oe t narthant pour brser t 0ole dt4
    despiisite. ( ) .
    A 1.-..... -, --- ...
    I 1 ) La e phu tral Jlanclhehlde et sts adhrtrt. ", o
    Jonn- M, i1 AtN A 4*' t4Ie) desa rcrniusais miamihks
    dL puli qu.. f tar bones aions t, I is'cj datut 4l lta tma
    iornte Al re utiitlrh u ICp; "ct peumalt tqute por Ithi uPil%
    ,ia ttQt i etfYsd e;t lmI t tpule l t' inttttUVIes te ka Calbsm-
    Selt t I I 11'iutrgneti; l Vi tis it as*rt!4 i PeuplM e e cofrt-
    TouZ u ttnRitt Oin tidrclit tur p tiu r M. lidti
    * dldititd d: .w mackinattiols -











    Que frtalent pftio s ?^ TZf V9EI E
    L d I E N T dtLws utt sJ'.,ci i::z irro.u'jnI.
    No dVjs aH vU le go I teral Blitcih'laamte cn~)T
    _mla VIcr in p ietiwala' i l 21 aink)toiih).; rt
    .irger" a Sol grl tle gki letie Ildea Iloi Noui a
    Vt, Ifli(nyt (It Pol't-unt-. l ce 9 e retire li-
    1 le
    hit N ord f l sc t'1cp"riltriatre qutn il a\ il ir edi\
    t'huiint li R dn<;,l I t t l(e "a p ~ita:, ~e ri
    ,por er uiel tes k.gardl ditis on ,t raci ere, eti i
    liI'pri4 quC hIitPre ,A perOfonif. Balpml It (lani
    N er f4 l iin i ricx la Se- f ues Cc ,M Wtus !
    Ialvon vti e prIter Pomplaiinun1eslt a 4(1 hit
    iiliaiotin ; it atlendu i e jolur ite la ac
    eince.
    Ite dlt d t 5 IS Mal dp1ii.it p, et nom 1Pa-
    vos vu jurfL, s son ihouneur, qii Tersernmt
    !s;.n ''g pitilt liqui te 1t'e 't err.1ainth oiniti
    jgu.51tu Now O lbr*na Vt l S'yeiicrcdiT in^^ismiitbment,
    4n (elntounriit d'ui ,icokeil deplti ,enir* co(iuniki P
    airlc e ^I'a euie povinciate cd Nord. C'et
    4r q -u'iti a (omit) 1rni M(igt par la rtdue.
    i'ilo t liniipie. 1eat teimti qu1ii j e)ailt t~on.t
    iKr PA4semi}lke colollia , blt, s )r/ r'ouafft J/e bien ,, out props,
    (tIe 1iAi (14tl1oer n ctl;sil polit*4u} fourn elt" jsenta'tt d{u ctlPeipl'; et ain cotnsil nmlitaire
    pr111ia- da ia garde itiomale : et lout cela porle
    icii.citre li respwotSabiiflid u geidral Btla nhe
    la tde,
    N1t i s li tvons r, par le rT netle SteOlinipe,)
    lts 1e 1Iitimer par Ipas icnlni provincial d,
    N0ordt, totu s l o attij e lua k* coimplots 4dt;
    ^ nicrui= a bii Public*










    Mais tnii a'iow -i Ic ler !,o prlovlices j iqut;
    t itjtIphr ctt 'intrite ne piea11 it (\-vilopper 't,
    inir i ; 01 I A t.. '1 L. +1 3-e r"' '.4 e e -n I "'ll); it
    cii ie d N:rd ;Iet. in d r1ch~:nitd rt ,'tnii
    ellie stterpeni, tiitdevi tPdscphtrter- Jnttr1,
    ellt. Vtuntintl c-,a.rd t4 e Jr inhgnatimn, s i

    god (30 tit v.tre,.
    .lO fia iliat Ie +
    I ::.fin malerlc t(nnipvre. te ite'lt ued hnme
    ntes aCCt':ith ui q, parlant aintottrS lteter, ,
    ,p'~t ntei I loi lerr htiilage perfide nmiagrde hle
    conihiitmisOti d ilntdret el de rgue1il, legine-
    ral Bla unchland te vital an Iap mos crtlidIl,cniita+C
    Iu rec t de lit doltoie, Ir.IAquls e fOctIua PIasseiCI.
    l,.e gAunkle dIe Sainl-ltmatingue.
    le prtmni''rsi regards deS hsis dt PPehplt ,
    .porl teI't.~'Ei M.I dO( Blnheldiande qu ls enI*
    .-ei pixet de tunte le r infln.ince : i eurs arreles
    et't letircxe pe conri"ii(nda6'ili Ih coufianie to
    .r..pctlet bi:,.i:sanice pour la pTsi'onIe et Ies
    .'lAre Ade Ml. Blancheluade qu s'ielevait aleri
    hihre, pour le 6eCaier. .r
    I i~i le Penplc avat Moubhl quele prtemer Ilde
    pridstkf avait toil)nitr pared sa t'te di'une t(tOquee
    an panache tinoir et blane ia coearde noirte
    coteiiteis chores 'ladimne de BHlantchetlnde, tqut
    les ltti avait donntS1. I I avait oiubli< que s(t ti r,
    .p rtidence, el sous l'administraiion (1un t d d
    People le plus modemte .des vd ioci ms Wdir
    .itp avait t d faite la radition de la Ikgende
    sacr e,- l n ati'n: l se, erreurs ; malgr intriguec I'asse(ibl0e 'ro
    1pijiate fixtait l'pinion : elle avait e respect di
    soldat t t lacoiifiancedes dtoyens. Sila mauvaise


    ''- -








    fo le m.n4t Mon; ut 1i ois, v "faiit r primfe;
    e( I 'tpildetn n eu inmposSIt pas elicoe ra a cr'e

    lole, Ivs .) tuovenirs v llthn hict la dts.i-olullOni
    )il P ,s.efvisAJ C P s.-tie .II Io. AC p( tpll ,,ts 1 aiAL


    S itSt 1e'l greaildiers* di rgin tlnt dI nCt if a (tlit
    je lte ris d ( iepris iasse'Mulil colhkniale. Ei Ies
    etvrv^lt <'n Fr an- e prt voue la colIr'e di~
    Pe'ple. contrescs ireprnts, q'iil ace .sera id
    irahi t : je co,..iuie a01 sodtal 0, ateP ~ 'T,
    ptis dapt )h c)'p|s popttaires, qe des h i c'
    :;ins dignitJ, sail? credit, lI ,rsemhliee cot'lmide
    Jia-e le targr c es sk.,;~ta detuilt? ... h hien t
    loVnetkti 'infrigues: t't ltorsulle man part sera
    hib n jus/ jctnir.i e u.enacel. : n r a
    l.teir saneroat atotur d'e tx i piouvtanite; i.ts pa-t
    lerot t fddredt; i peiind rt IVaseu-m lie aaliona le
    ea eouroux; et rairacheri quejn'arrut( pImil-
    laui e N incon q ,ltenl..le li1 dke,1andei la l rI
    ineatreatioh deC greadiers; e si elle te t'eifc-
    Ine pa Pacust;lei to I v'jntq fier ltidisciplile
    Jdu 'odIt. Si el. tleJ* i"earWiwre les eiou"eT M I^
    Sldhal s*'araumert ir iislisoitore Les soldaAts
    il al vrai s'anvse d'itre patrifte~ : ams, j
    Inr padrha im mnieipahltte d"cts t, s a it le
    tion ; et ceux qjui le vrowtr KAleV&Ie par )inf Jtlu!l de ielie Le tc loniatleC,
    Ie go'r'al BlancellaU;,e vichina hla diss(olttioL
    rles corps- pop'ulaire di*ectfllmnt pr les pi>g
    qu'il tea d t icl .4ar4 ,ulce'.. hni .diw;tet







    e o
    par d nrrorniits pr.ct omme le "aiu
    spoutadie di- chaqM parole. itlabii an se
    tisurpations il-tlurait ekicaceneint prntege le~
    $etcs erintielles, Iue iticn ace ie laivde la lot
    i sWe serait euvironne sart crii itt, dte tte lgiott.
    cdofticiers pafrjIresC, deot se dlabarrassa Ie Port;
    ad-Prince : ii aurait anniihilc fouttes s preries
    ac(iusc coner liC ti et conre tIle socclrats tfan-
    tetis de ifnteh IeiC dc ee cee richer portion de ltena,
    pitre; commelle fit ijdiSdaus I.()ue.t. etc. etck.
    jM Uai*ai i ditspanire" Soutes le3 adminctIe
    qui niou iualicquent ces grand ccrimnmnels, tro
    sAtc:-veti ctilvertu ci voile civl|is c. It atrait ca-
    lorinib lks corps popuilair e.. qdil- n'airait paf:
    Stg6 vietisunteil areaitr corrobort a'i te pMossi..
    bie, l'innuisitto5n pie I'asseamble colon iale A mi,
    S.ur 1 pejin.l tl hI ntme patriote, ptmr potvoirA.
    Sprlu.i smaie r car ler- Ites 'ormes deniorati
    (ues ot taisiwer da,1 dette portlron de v Ii'jntiie.i
    ul germie cl diespc$inpoe. Peiut-zre 1 ue les bri
    Stands, profitaint 4e ti ur4 ee dSordres, auraie it
    atlatflui let rested; de Saintl-)intingue pendant
    (tqutl au rait fti cheze tuo bIon vosmis td'Espagrne,
    on chez -nos ams dtiutrte Rthin. Ator phis do
    Siucre pIus e cfk? plu te citton, plus.d'ina
    ig. Alhrm ftc .anufatl ctltier tagnjcole ,"t
    niatent, le wigoc? sit~, se titch ?ron; les: pr!tnrsc
    .intriger:r tit, te; ;arilaraute se hIntt rjt; et
    S voiltigt tguerPr calviSe. la bLonune cho e que I;t
    gaerre ciite .. ..,
    R flepr.tieau .s tAaFri .atln Sif tit m )onigngo



    a-













    t 1 " i' l U * !< lr) Ilu3 t : r II
    " 'com te 11r ,ir ,L C .1m i:: i,)^ i r.n, ,io;
    an it:(>neetldc aiecombrflt-i tr intforw.tlt Je votiS
    a l' itl.t !t ,rintire ieric et fiddle dr.s Sevncims
    ' ,i t o "att tur -a-'a agit e et "t ll rfw i pays. J'tii
    I'- iA hi.(i' k'. ? i'. vyri:,< J tn i l r t A fair.e Qa
    tenldre la vri, Irop Nuven ltrce, ? g-u I'audactic iie tertirit voi e tib uia tIe vSiI
    pritA t vons o-trei wwilt lot'wil et d01.mtait.
    piriet; jcAsts prili :yous porter lei pe:i 'ra de
    x),j v leCi!e. ,
    RL(gHrialciir .*l;la Friace > i e ntcilelr
    d (c:rAToiS, i .anenit, (f ctie t'retl(tinl S)i sitie
    jaec voui avaz pro.f'gbede (onte votre pjuissUcet;

    -, ,;j t ,o j it- *


    ,qui poiirc l,',idre nAl, Vie (tcollet d( nohs teni- 1
    ues ce ibe de v4o e.. ius Nos fire.rs out ituni)
    : .'. ll l M 1 1.


    Aij .auir dAIS t I- I ab -vi ,e IasthL; ; iI i t.a
    'd t CiC o i 2,. : .


    rtto4Oi|ice I i ii.,.at win ,'t.. rein ,iztt l ti t t ons .ts $
    p"rt i. i. (Lrvih i iiuc'.t ati ( 4p, de la i" it"e
    t -z :i e 1rl ii. id xi ti : ,. It L. li, leo R e rz. it hes tes
    RO1i4 ttt00 tiou Ot p I uotnt r cei toi-cau Oi ; nals te4
    'r:. t iet Pt. cltdi de aI ~ l t'liCe ivtu;li.e ;'t tl
    * iedit tjht j *is i alo s e M. $ C i na tii A.l 0U s ii t a -
    : ,iil imiots h )tli ib31 Ia iktidftt paSjreAt ti1te \ ti s dcut
    fl;pr:^li.itnt de &a lt Ue>niin'at t it t it alors, :hnaint
    'h" phus Zt l ui' l! aJES '
    jh:,t..., n .it











    tnS e fr n i tres .p' -41 r (
    c, .p? h t,,uri'l-rsa= ia s t 3t q i tililc ;rt ,,

    j-'i t mlln vi timCe d, a rie d,.
    .. .t1 I I


    A tu Aht; Suif tout tli HSiayrydeAyw, Siiu';
    hiptable x'*Ie garznit icunce de Piui-ndk ,


    ?d y I inshour^ 'Ant pA$ at cIilv rIpet
    nnmm h la kdlil c d(X 'oon!iSi dts honun
    y!parjur out pi b lap i"r ', -~n 1. f






    Ni ie uit re ur ,-Ii.n.. ,ttlb e.ia pu ,'ou ter c< ,
    "fit* ..m.. r ic n i- u 3, .1 ,'



    ei.t pnsque t ra1i4t1 e ( m10 pemiLd v lo'lc I(.




    j aise I. eir e ine de:.s colonhl-: i i tM al'lt eiitc-
    vtePs11( CId ppladII4 leI cotSji 3U re ;u et l}(

    tItrC N a1 ('1i l 1ez 1: 01np1 (TI4vtSb dis 1 01111tI



    .... N'otbi pas n r-toiit q iE -nma l-eAIsi-
    uen1.e voi 11, rl l e prolecte, Ie ga. liea d
    ton 1 < ....viblit le p "i Ca 5"ni" "ioaari de lta





    terrI N'.ubl ph ,,.es,.s wt-ublelgilal ve
    j7'plu que ch'iler sur ire te Iefier VnA
    -iS















    il tir ap)rietfion tfI lce .te% .t,- iqi ponrrlaUct1
    Sypos erattC it ,rtss it.. d ttierl a ent aioli
    a : do, tits consti. tiore d"t colonies 'k "
    -1-0 re -f(, t [,i ons I, ,ac jutp!-., ,cpo da id
    erC 1tt ier "! jlpyc pu e'f[ i'l






    Bt ( 1,6148 C1oils llfiie utio c-1es do$ solohtoesa









    v. 0 I 1

    Reprtnsanrs de Saintr oneingu1 t d1 kI
    prertie.rpqm rs tI vot re rassemblement vs ftilte.s
    s-dulitA pAr de. orateunrs tgares on perfidli: ;nal,
    Ie prJe.4ge tonilia devanl votre iuntperturhatlk i-
    Oniit& pour lii f raiice et votre respect pour Ic'l
    lex,. Jlientwt tvous' vous eltvates la dliglnilt de
    wntr eara~nctre, et votre attitude rut tcele d' u-
    scri'lc'I qul cWmllal parliitetementi, t set dsrit.
    el tse dieroirs. utllraiinD horse de (Ioute imesui m
    dcl e 25 Mtnes vous i'ewt Sans diignil 'e a'ai
    gi- n vdotrea.-siervisisetaitaljt k qu unalnent
    o e votts OIs repr'ml d:e vOtr fpretti 're i(lahl('e.
    e* p*ojet e la colt )titolit doltl VotS totts oc- 1

    Si ?cwtnit& ptoliaire linst p att us'i !trritemant
    cirenacrite: ear touslaH 4t ei\&t p.r etc ito t
    actifU tl s tine comititntiOa telle quE eticl que
    tlo axG pi~iitCe; arde-vzotls sar-4tu dtane
    pit nlttre un terne revexrc:e e ia judcature,
    tasrdre.txt s de laister aHu rhibsunattt i, t Ieltte
    tce e pe c*!rp eC,' e chowisitnlr etx-nt*te?, lhi
    AIxe til~rs le tti ler covienddroint. I-Voi rvcie
    alo s te eSpr kI ptlis itipuis4altt el tIo pis daiugelrtux
    tui jamaUis sit pu exiser. T Itv leli. iciivril ,
    lOur t'Clre ieC t t r ottt irun .* vetrut l tiun'r.,
    i o( pltret 'e:t pal et 'tt jn't t' le eO't4re e -I'
    pendant qlatrjft n' etn. t aa t 'eitnembre de la 1.-
    tislature actnetie ptiit etre A li pot ur ts dpiacnT
    fini tiennuilt ai t potVtoirt fcctlt oin il ait5r.t ,t
    Citovens & mei frIe Ite4 ,' telsid sh. lit. ~'-
    vnelt dont cte iro 4 1 iZ t pvst efncoite Ie tlhxt re,
    lecdesir dreroracrvtrlekcortlotnii tul; osiaotlil
    la p441asion de vrngraince anim n n t i(l nl m-
    ite aiactlsefar, (4 a 0re a% auc1 t des uei a









    yews qtfl pouraienl sermvir ses p'o`jet. ze.; pr(
    inhier; sie It, tien oInct tltI Cr-prerd dcv pl h:teu.
    Ir'uX ; et ite s colItc s Sonto l (de enS I foyier des
    Mfland 'Ircs I't.ontl-reoiTllSOnilit fs.
    ,a;,rist.era tie SOnt It le tlmaIlt dte la phihlat ro-
    pie, a stiniale h'orgtieil de io.- atfal-chi.4. Ite mi-
    iisilre a .iizern1, et sts ageii, F avateit ldepui
    lotig-tetus dcvelopp ; et, par utne coalitictn per-
    tide, le go:rvericnt 'ea t A dait an alit'auchi ,
    pour oC rtel:Vi av ler r ombreL et les affralncis
    *scoindienti, le geoneruenel t.. poner l&crisera onn tour. Trop fablee, it s out a rt6i les eslclaves
    ,.imais dais de. viues difI.rentes : les ine'is de,
    l eon il 1tioi11 e)lrallnt le suliutgucei, ds qune
    Ie rtltablissemtent de lancien ordre des chases
    anrairtrnd a lenr revollce inutile. Lesa offianchis,
    a Ir fontrairv, esprailent le s~bjuig :er lorSi'stqu
    a race bla nche a rait dispamr de Saint-I h min-
    g ; et pe(IntI re Iue teI escla ves. redroltes cal-
    eutanit letlur force, Ce Tll,)orlllt( de leutr cri-
    mes auront voulu par nmi el'ort de rit trage ,
    oi par ui aicte dte rspoir,. s'lever sur 1 s ca-
    dlavct' de it6on
    Mtais n'avma-nlou heritei d'acune des ver
    t,.l d4c nos aleux de ces braves flibhstiers qui
    frapperent d'ltonzpement 1nimeilc Slecle qui ics
    vil naitie ? Certes cc t'est pas !e Conlrige ('ui
    1N04s mant * -ilenp gcal Jail encore des altaqtiies partiAUeies,
    eotune it en a fait jusqnui ea jour ; il epnistera
    nos forces sa c s; el nOs enullmi 4 fiers de
    nt it.puitsanlce, s 1'inr ruoroat palr Ins vicltoires;
    it appueadrnt. de nons i'at de la gueiTe; i
    i -* 0 ^ *' -'