<%BANNER%>

UF LLMC



Tableau de la vie militaire d'Adrien-Nicolas Lasalle
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/AA00008578/00001
 Material Information
Title: Tableau de la vie militaire d'Adrien-Nicolas Lasalle maréchal de camp le 1er avril 1791, depuis commandant de la province de l'ouest de S.-Domingue, et deux fois gouverneur général, par intérim, des Isles sous le vent
Physical Description: 1 online resource (50 p.) : ;
Language: French
Creator: La Salle d'Offémont, Adrien Nicolas Piédefer, 1734-1818
Publisher: s.n.
Place of Publication: S.l
Publication Date: 1793?
 Subjects
Subjects / Keywords: Haïti -- Politique et gouvernement -- 1791-1804   ( ram )
Politics and government -- Haiti -- 1791-1804   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
General Note: Title from PDF t.p. (LLMC Digital, viewed on Aug. 24, 2011)
General Note: Signed on p. 47: A.N. Lasalle.
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 747962850
ocn747962850
System ID: AA00008578:00001

Full Text

























This copy of a rare volume in its collections,
digitized on-site under the
LLMC Extern-Scanner Program,
is made available courtesy of the

UNIVERSITY OF FLORIDA LIBRARY





Sc/


TABLEAU


DE LA


VIE MILITAIRE


D' AD


RIEN.NICO LAS


LA SALLE, '.; .

Marcchal de camp le ft, avril 179, de.
puis Commandant de la Province de
'otes de S.-Domingue et' deux fois
Couverncur general par interim, des
Isles sotus le vent.


ey









i E LA


V -I E


MI


LIT ARE


'. C- A s L A S A LLE,


.. ,:':-.,:i/ r coaz ,;.,, le it avrizl r t ,d.'lpuls
Soniat de la Prv '. JIe Iounest de




u S ..i, a,. -i- ans e rgivent de'r
drag.l s de Th:i'g -s oti e formal une compagni,
Ie i". septemnbre 175 dlpuis employee dans 1 tat-
frAdjorde i~: Larmn:, sous s ls genraux d' Armentieres,
Divet S.-G,_rmdin de Castries Duniuy, etc.
dcpuis 'm- ir du rtgimi nt provincial d'Abbeville et
lieu inant:colonel conim;andant le bataillon de gar-
nison de Vermasndois; choisi par les klecteurs, le
13 jutt 1789, pour conduire la force ai'rme de
ParS cn:re ies effortsdu despotism._ et les comploti
mini.hriesls, jccmnlmandois lors de la prise des In-
valides et de la Bastille. L' ssemblee c, nstiruante a
cru devoir r"ecomnenser m.s services par une pen-
sion de deux mille livres, en sus de mon traitement
militadie, pRu(r les efforts q e j'ai faits pour Ia cause
de la 1ib'rtt,Ceite exception a la rele en m.i fiv.ur
Sme fit offrir mes services en qual:e de maltcitl-
de'-cip ; j'avois trop ete pronounce dans la rcvola. .
tion pour. qu'on put me retuser; m4is comme on
voyvoit qu'on ne pouvoit pas me corrompre on
prit Ie parti de m' loigner, et on m'envoya com-
smunder la p'ovinc e d 'ouest de S.-Domingue ;
i'arrivai k la rade du Cap 1 17 septembre 1791.
A


2I.'
r-:4-,
.'
5',


U





D'Esparb s gou rre;.:-., ,aant en qu,- ':' dI"'-
rend avec les contnis :.:-5i: si ':, m'en 4,. .:. .':
et Vot.iln me cii;r cc.i. le li ". Ies
inareci'u:.- de -ca.:i.'; & -.:. :*.e-r H -
cheIande c: rlii ve::o.t Ircn'rp' er,- a.cp. ta ,j ...', c 0"
ct ordre de ve reccvoir sa plaacc. Ja r .f.::i .c .:n
charger de ;, Inissice; quue st' i t. i' ae o- ...ne
d'Es;nuL c., ej n'avoJs p que si c't i'coni'ne gon.\'e'ritl e c'toit A : aC-I
jutans.-gi,-ia ux on A ses aiide.iie-camp a p- :er ses
ds pj-ches ; qu- j: e crovois qt:. fa ch'..;e l,.l:.'
Ssouifii' oit rie son dicst.i, .*'i: avec Ics commi'.s;;:.c
civil ; q'e je prio,, ay r., cht i; m ,is ,h i'c
n aurots pas Ia less:.PS? uL siC.iHIcr 1Ies ,T :'i S
et mon ;iv-:.enent Ie bian dec a r:i.ptie Ie cj
voyols c;rnmirn:'.-tis ;dain. cetre disp're. i11 rdlijt ,
gar.l41 I;: g:uverne'uentr et :, remle,, ':a1l liid.:;atin
de ma r., sistince.
It lI;'sa tron :i a dis.pos.; ton di l Bl3aichct',i : r la
.d. OSat des trouTes qcui arrivoi -ft avec Dv t ,
let e Iar s al so iuir it soue tros .'u -., : -, :r
le Port-au-P;inice. Je ticick: i &S G.*rc I i .' t du
civismn et die a io<)yut6, je p;irTvir t !ire exi:uter
sans trouble !a loi dJt 4 av!il, et a fnice do is la
pRade n-itona!e 1es blanc. et les gen'; cu, ribres;
ce tuii a sau.ve: cette paJTi e des conv iol;,-.:.:s tLULie
condiire ,ditrcrntte a occaslonuees aui Caep.:Je me
reldis eusiiti',' au Port-al .-PTice oI je pt.vjs au
sidmes resu!tats avec les m ri.es nmycrns ce qut me
rcndit le povouvir de dispo.v:r de la '.a;nison qi,
jusqu' a otie nouvelle orgamlsaton a c' it occtpeet
Squ' prv'enir lis massacres entre ai ,a.d i nat.1.naie
et les troupes de col 'ir i. Ciet CdioineCCs ai
couverne:eent,t uI'j i J riva. 1.
Au mois d 'otobre, les cornmlssaireP civil ayaat
forces d'Esrarbac die repaser en Fraince, je ni sais
sur iqel m iutf norrimfreif pour gQLr?.ertleur pro.
yisoire, Rocha ib4abd qui avoit W4t er voy .i Ii.





Mitttnimque, et j(t sur le refus de f dltaue de Ie
recevoir, etoh ven it S".-Domnin:,:ue l'our letiqel
I .vc. t pF ," e ;.p -' i. 1J,'.10 Lit uii b' iI pDUi iT c rn
fit Kisser'.ur c ite Ati, de'a.Lgit qCuil Etolt lcu-
t.'r.j nr-gt'neal et !' li, ec",its (cue vu sa sup.nro-
rite d: gradc, pje suvr. b .s orders.
I )aus le comnnerrcewNeiti die novembSre ,PAllverel et
Ailiaud conunissaires civUs, :arriverent au Port-au.
SPrince, apres avcirs ijurii trcds iours A S$.-larc;
oti la severit dure doa premier aVOt noins rdiissi
que ma fr.nrchise qucand j'y avvis toioche au mois
d, septembre.
Quelque tems aan's, BorA i .a d s plus jur1 s en-
nemis des gens de couleur, i.hoisi par la fLction de
S leurs ennemi:s pour comman.lr i; ga' de nationaie df '
Port-au-Priaue y arrival; je cr.ignois son esprit
d'intrigues ; PolvcrA qu'il avoit seidit at Cap par
son opposition a. part de l'ancien gouvernemenrt,
'accueillt bie me le present et me reprocha de
l'avoir requ froidement.
S 11 s'leva alors un dissentiment entire Sonthonax
rested dans le nord, qi e~:gea de cette province le
.quart du produit brut des habitations, et Polverel qui,
rejettant cette measure cctmme arbitraire, demand
aux diffirentes paro;sses de 1'ou.st ine contribution
volontaire pour fournlr aut Lesoin di 'dr-tai,' Jecrivis
& Sonthonax sur la tyrannie decet hni.t excessif et
sur son illgalit. Cest, je crois, &i c:tte lettre qt u
'je dois la hiine couviete qu'il m'a voueec depuis.
Polverel sur la nouvelle du dp;aart d'Aillaud
pour France, se rendit aux cayes S.-Louis, dans la
province da Sud don't Freze isac dtoit commupn'iant.
Une ancienne haine qu'll avoit contre lui, onu des
Sfeutes personnelles qui ne sont pas venues a ma con-
noissance, 'ont port A le destituer suwvant le pou-
voir qu'il preendoit en avoir, et a le nmettre en eta
Sd'arrestation. ll le remplaga jar le lit t Irii-ccigat
Marty qu'il a depuis'debtitu6 etrenplace par RA z





41
orfevre mul.tre qu sans aycjr p-ctidoiament
servi, s'est trove co::.m;.n i,; les troupes i,, E g :-
et les vnloniaires d aiI r ~i, l ,i'.{.ee; quo.l! ie :
alors gr'n-vtrneur par ri.t.m je n'ai 4te pr' ;a'
ni conSlhti ur ct-s ,op. C '.'a. ns qutii U-. pc I c-
SCOIri rlge ent .d:ns !;.- Ic le-i!li- .t.
S; Cepndaint l;ore travaoiloit par ses et ait; s tle
club) dti Porr.t-au-Prince; il tachoit d'a ..' I: & sprint
A *. Ag /
control ieC: aft!rtieC corIstitutQs, rt so:ne pr ax:; dle
cimentl-r -l'lnion enti-e les paro;. .-s de la CVoix des-
Bouq ,.i: et du P1rt a'.i P ince, ii tTvo ; O lam.sde I
Jumr'court qc ;.vot c:c maire d a ,a- iece qua
r- 9.; N A Q I I
so ,i; nall ." roy ll:-;/c 1 i .,. .* qis t par ,'oU i~t ,le Sd
crcii sur Ls Ge d la 1,h Ld-Je-'-a4 ,
poii\ N-soni,' ror &at c o i,..; a sa volone. C(a i-
nlc'C(urt v;':t V.-:c.i. :-'" t ori tre j P :
Prince !., .- r d s v; de couleur i; i" cex -c
a2yv nft o.s.,.:.i T i hM cc i.t .! rrc e.rt p l.r lO, to:
4 vrilt c : :. : ot r I.nnc urt co i .ll -
leiar orjz;! Eft IU -. .i, p4:i er tui ll ve
ml;.-rs q ii' f r1 t pro0?ooit. Alors dans sen d:rt, it
lint, l o .i Il I :i;-.d :~ :.. U I.r t r, t' t,
q.'il y ,iv;oi' ,k r -.' da ..?w s. 1 i q "'Hi
soit, Ie, incertl- i cor .:.:eernt tCnt aut : 'ra s
bois <:!i vcvs le F,;:;cl l:'!i,;ie par 9 ca.s :1;ii ; -
ten.'.. a.u ciOy .ts o eur on i le.rs i:. ; Is
ddg'"s jitereiat ldir e 'la C:oix-i .-..usi:
don't la muniicipalit em,:o, a .demander a c,:le du
Port-au-Prince un scours de 400 homes. Borel qui
6ttoit I'ame de la munic;pai,. du Port-ati-Prince, fit
refus::r ce scourr, disattt qu'it etoit t'op foible,
Squ'o~ ne n liiidoit t'l, qie gnur l tire echirper
Spar :e.s ba:,1lits. La Croix S.is BoqueLsI r-.uit d
noiv'."- 1 une lorce plus considerable :t stir l r6-
cisiUon de la .nmincioip.-ii6 i Port-au-Prince, j' ..
joignis cti honimwrl.s C!e 2:! 3a iion et 'entvo ai Ie
tout sous l1s otdres de BoLtL:.ihiI. com'oaridant i'ar.-
;Ileriu de la repuwbliqu au P.-ot-au-'?iace, girioa


r 4 'y





.. -, nt et Ibrve et ..i : ur ans
Mi[,:' ,volt'instrult ,i, ai.. ,o,~,:e \
:, (A p e n ayant
S-...colvoi de v ': ae tl pf- armce -i'ant
--- p:< ,iL irit .iur le c, art, oitt s g4) -n.i],r de laI
S.Jt- r'.,on;le (3o Port-au-P.t nce, .croviAnt iaire. sa
c.,.ri C el ea ne reconnoissv;nt pas d'autre chef
que iui, fit pairtir le c'nvoi so-t0s 1a;corte le c;n-
qtl,.ite gardens nair,:onales sans Iu'ean av;'rti Ce
homes sans experience s.rs intuction sur 2a'
: bcogne don't il 'se chargcoi,-nt laicscernt les vingt
v .,it:res dCIc [ICn convoi tutnir-uC-es bct'e-- piLsd'une-
licue et arrives A la grande river iu dirt' les
t,' el. ,i fire"tenveloppes par I'ne riu-e de negres,
S ar ees cLi priient leur convoy, liur p'.ae de canyon
c! le]1, riureit r .re s de trente hommrnc.
Je courus A la mnnicipalite quaind j ppris cate non- 2
ve leC p(,iu adviser avec les tdagistrars du peuplel auxc
Srr(yens' dct rep.a!er ce malheur.- Nots aiprnfies' qule
Eu.tel s'deant impruldemmi ntiavanc' h thabitation
.. :, trois bLues plus loin que le bou idela' Cti- '
des-Bouquets, sons laisser de post p'our asiitt"a
ccmmuLiication Etoit rev nu a cette noiv.,'le, avoit
;trouve ct charge lIs bandits don't il avc*r Tdd ii n
grand noinbre. Le 'I nrcdmain, on th. .'per tin
nouveau c voi comnvoia; c ai i;n ai i,!i, -i.i: nt de'
troui es e ,ie 5) qui se joir-(oii vo.i far na; io
nales. Je ccnfiai le commanlekrnent tt iu rc'iier ex-c
permerntt, aunicl je donnai ses instruct'orIs i ar CL.it;
S mass coni;me itl iloit. partir, or vint 1, sn ancoric
SI l m.n.micipalirt que 'arrmne rentroil -:pr 1s avoir
hache 400 briganJs, Sans laisser de posted a .rno, -
Sm icrxai-je, si on Ials.e aux band]ts,lc ,crti d st
r ": rassurer ,ils croit6on vous avoir uit ';i'rinn '
Ila partie cette nit i!s recommincerm nt es
n incendies *, Et j'envoyai ordre A LBouth'ilier et A
"Borel de fair camper Fl'rme sutr Phabitation Dtcouia-
lard, et de se rendrr de leurs personnel au Pbrt-au-
Prince, pour prendre mes ordres sur les operations'
A A






bltt ;eures; mrs pen de mnmui, sprc s is m'app' I-en
en arrivant que les gardes naionaux n'avoient pa
voulu 'axr-er- si .res de a ville ni laisser leur
prisonri't Jt.,m court qu'i!s 'v'nient arrete sur le
souIfPi.i qu',1 r;uvoit vire i;!nr:'it de l'cmbuscade
S O" 61toit t'nb, ie convoy,, C'~(tit dis-je, une
.raison de p!!i. .. ::&r !l cam:,!. n:, pour en imposer
muy pa: ;is s d2 J,,treccurt s'il est I'outcur de cec
ds'sSe, tr lJs m'.tre cans f'inl )uissanc1 ,.ie pcilgier
leur \ve n_ e dit r(uIt' ;,.it: co'ilr:.n1M er 1 -5 gardens rationaiix
quIi. n'c0i a: p.s SOi: ts pcIuc qu'ils fitssent prits.
pour le lih.di suivalnt ; nous r'cions qui'auven Iredi ;
ce de'ia .i p oe ssoit terible ; -rais on ne mere pms
Cls gPfrJds rlonljux des. colonies cemme crux de
France. Eh bicn, u; dis-je,j'y joindrrai 5o h- inms
de ligne de ih!,s; j'irai commander le tout, vous m'ins-
truirez des locailics ; malis it ne fiat pas perdre de
teams, r n n re mr n que quand le calme sera retabli jus-
cju' l'Etang -Sile.
La mtlci' al:tdit me prodigua des remerciemens de
Ce jqu'z m,'n -ge je me livrois A la fatigue de c tie
ex\pditzi..,. Le lundi arrival; Borel faisoit courier le
bIrilt qi'il eioit rerenu au lit par in tenesme et par.la
ficvre; je me ltnd s la la unIc.patte pour y pzrendre
La gpr.e nati:nalk et ls troupes destiltmesi cA :tre x-
pcdit;on ; mais F Brtel viunr nt i:e (u ti. la garde nationatene ne Vou't
pas mnachler si siOorl ne venoit pas. liyvieiidrnt,
dis-je e lC ai al it dire ce marin qu'il pouIvoit s'
rendre en -voiture. Les ,m.aires rerourneilt agiter
an lieu de calmer, er 0eviennlent dire qu'ils n'entendent
par- tout qu'in cii: Brel bore: Jf
S'I est a;ns, i--,, je ne veux pas commander
desgens nialg-e tux, et le pats pour le Cap oi ma
piTse nce est plus necessaitr qu'ci.
Q;.tri M. !e gouverneur, s'dcrie le malre, vous
rous quit tenr dans ce moment de crises? -- J'appar-


1 *





tiense, ra:on;,Jea tout, :i cL o:ne. et je ne doU
pas '.'r;t.r dans un lieul on o.'apprL ic c pas mon zcle,
t c(' c. ..:c',.op .21t 5 i autorml .
i' e naI,:e et Ia mornil alite me conjirerent de
T re. .-: 2'.I!S alloi~c:;: I;r: r au people ct le ramener
Sior. ; i s tiri:nt, je les sivis et I entendis les
. : : .c. 'to.'el cr q' 1eques -tns disc.i& t : v Si le
viLux L: S,)lc vcut venir, iissons-I fair, nous lui
n donneronr! ais'-mcnt son affaire.
Je retournai au gcauvernement oh ,e fis reconduire
ron qcuipage. Je vis bientmt arriver la mumicipalict
en corps r'.' i'ie d- ses charpces ; ele vezsozi me
f aiu; excuse de i'insurrection de largarde natioiite
la dci.!.vouer, et me prier de nornmer un common.
d iLt mdlit.i:re dui dicrachnmenIt qvi devout sorur.
J rdpo .,It q,'e je m'Crtois nommr mr oi-iuleme; que
je n'avo:s pas d'autre chef a leur donner q,,e puis-
qu'ils me retusoient ils n'auroient pas plus d'igarJs
pour tn avcre commandant de mon choix. Le, pro-
c iur 'ir-Vy:,:,ic (Allain) dit qu'on est'rnioit les tilers
min:Lir ics de Bouthilier ; que pulsque je te pouvois
Spas y aler, i scroit du bien de la chose qu'il en tfi "t
chef. Reujcrrez.m'en,messieurs, r'pondis-je, je verrai
ce que l'aurai A faire. 11 se retirement qt nA'evroyerent
ine lettre missive, signee de toute la m .n rlipizte.- -
Je r,-pordls qie vu Icur lettre, la consider nt come
Vune rCquistiun ,, vu 1"urgence et y adiherint je
Snommois B.outhilier ppur commander le dtach.:ment,
J. ui enjoy i6nant de me rendre compete de toutes ses
operations., etc.
S -Borel vint me voir.avant son depart pour se j u-
tifier d'avoir en part i 'insurrection de la veillc, me
dlemanda mon-estime et m-'assura- qu'il ne- nig.' i.crit
rien pour la meriter. -.-,Rentermez-vous dalas ia loi,
Smonsieur, lui dis-je; plus i'aristocranje ni de rang ni de
Speau ; coaservez les proprithes, faites-vou craindre
des bandits ; mais si vous faites desprisonniers es-
sajez si par la dclmence on ne pourroit pas les ra.
L ; *;-1*" *** ^ .;,,, .\ *.-;1/ ^ 1; a i ^A ^4 ;: '


L .. .* ,






Mener anl devoir, et sonl..-l. q vli c .1: dA ui
mille n'gr.s e t une peCie pcti les colons de p.Cs de
trois nmiI;tns.
II mn, plia cved instance, -T.! ii a., ot p: poo .
dan., diLr :ns ;:; T ns -e iL;::e do ,t nr!'o ,:n-,
vinmes, .' ~ visitor S~. C' t c ( Jd..li r
mies ord, s s5'r le vn d'I s T:i ; ii r.,n c: .,t
Moi ss CS fii' rs, ;1 n.a ique ," r S ..tt L- S. .C :- ,
nation cq 'l" i'av i nr mir.. n e ...i; n'
laisFant u ce qu', croyo:1, p..l. .de -
*'., cur;trc.1 .,, / .. 1
A que,i s teams de IA, ( com: en r. 'l' is
Sddetchenens de fa plai:,e tl:vs ls h'it ti"r' '
nouveaux b;ittilons de g td;s nM;.:ii;es let ie C.5 t
de four!ir otn i raltachtmenit pi,:r s- r,. ::r; '. -
tation Baug6 au fbid pariln ri ':i toi'. ie p '
des bandits ; Borelqui peut-;re' f:'rcntnch \lur lV I:
tance,m'ecrivit et A la mun'ci-a;i d ti c ,; -rt, I e,
pour m'cnngiaer venir .:erposcr mnn autcirc rp .
rctablir I'ordre et' !. suboidina;ion darl'ar '. .e
ne considcrdi que le bien que pourroit ,r c .'r
mon succcs, si je reussissois, et je partis avec d'A't-
bagnac et Br-tort de la Villandy charges par 1a m1-
nicipaliti de lire aux troupes les d .crcts de s ';sern-
blie natfonale utr tls di'ts mITiht.res.
S Je vis, c, passanat, le camfdl S:to; Ijn -.: -j :.i
S assiette. Je me ren.lis dc-l; a d Btg; je pas. dl
soir les dragons cn r.,vn. ; c.'4 i-',t ,elv. O ln : -t
cmnquanre h.ibitns l4 ieRs ian .i m- i -
c tes, et q. :, in- w ,; .;! r 6b.: ,'p au' U:,4.: .,
Le lcn,?e.r.a ::u po'.it Ou ]ur , e l .e..-i -
3enme en revuie l'inf:i 'terie A"" Jt > g.r: <' a
gardes nation les ; je fis n6l'c i iC) f1I Ve' bcai..z-.tl
quarre sur si:; de hiaute;ur l I', lt 'Y)!Jc .c1u centre
avec les commissaires d la U. iic:il.;, je fi; fire
lecture des delits mili:aires; i'.svI-vai lI',npre.sioI
cu'elle faisoit sur les esprrs, ot la lecture l ine,
SMes enfans, leur dis-ie, vfas vn-zI d':;atjadre l'




(9)
O M. 9 S .t.n g
lIj ; n .,'u, ,^ vons:t.G V* ;'.s lEum'.; C!Il: :-.n) ;i -
inorff l 't h *:h.i l. '.0 e1. ev s nc pot... voC y
s' .<'0ISi ir.,'i : (i;n mIlht-.n.ii:; l. v re V ie r ,ux VO* vo ta.
sa pcite, n ira.-p vir i'ose. sc s .-n r t;
e Innac:. Oi, .l i n., ri;t (de t, le dU t.. i l.h; nznt
de Q0 oa1r0 11- n m 'L'S
de 2; o 1g1,'Jc.; n .* ., .: o dr.; eon; rt 5 'lin7,mes
de r,':sii ,s de lig.- qui, avec rcd.ix p.cs d. catici
de v ni rn: n.'rch1i'r au Fr nd Pr.i.,.;.
-Un garden it: nal s: ul se mutin; utn o '"r de la
suite dc B ;rel r'ar::;; j Cr:l.Qo ,:.i qr.'..n 1l conduit st
.ans !es prisons diiPort-au Pr;ri ce pour a ri.-'iihc so"
jigemnent. Lee co~na n-::tde C n ,la.illdn .vint pour
le reclamer en cri.' At ; i t: ce ; li iCs '
n, lni convnoit p.as de1 s'opo?:.'ra.o T to i q C c .il-
m:me atroitassez cde'pe: n sc; It >t fi ;- si.je echei-
chcis 1es auteurs des r li.c i ft se tit t ctje.t -
tournai i Sauto, oi Por:l in'an r. -oi nr me o:.iiUn
qu3a nn plan d'an;.quic q'i'l aRVoit .oicei'rt. avec lSs
habitans diir Mirb:'ais pour e,.1,,ver Cun rc;.;ir.e de
brigands su- le Morne-des-Crochl!ei, et me li
si je Iapprouvois; ce pn lit rt b;.- c :t;t
l'observai seul.l!mnert qie r- ~nrsde Iata e a t
stir trois colognes, a .a:iiqi i .'I di cianqp S'ulh:. il
falloit prtter tn d6tachcn.-mt a. 'er -: di, i,: i
pour emppchvr I nnPmi .v~,ic .c t.urztr ks va7n-
queurs, ou pour recevoir ,la c':.',ne qui auroit ete
repoussee si c. 'm.tdhur ar"livoit cii ra.iraset lAes
hfuyards tn .c: .'; suc, es, et 'es c.Smr^chr d'allr re-
:"joindre teurs cmanJadcs 4 Fond Puiisin.
S. convilnt qcu j'ivois r~l.spn. Eh: !.kn ds-je Ie
youri que'Vcuts'd cidcrez l'aittuue av-c 1- Mirbalais,
e je vie ndralt Sitiio, Vcus itez auI C ac ius; je venx
Sqwe vcus ayez. la.rgloire de. :'e.xp-d:i o ,,j puisq
yous 'avez conr.ue; jecommnanderai 1 dciachemzint
nt : i ermediaire. ,. ... -
S.. MaiS, general me dit-il celt prendra bien dit
mb bnde. Non, repris-je, cinquante hommeq d'in-
hnterie et vingt-ciq dragons;.--, Mais du canon?.




-- a v.<-- K .!, t t.' N' *'C-' *. *
+ .a
r l'e. et U- lXm' pciL.-' oir coS ilr ..; ...rs cie
ceux qui eI at*; onl: .es)o, et cOi "t: Its t .- .r 's.
Le jour cnv In fcld f .it f x.i!4 t e vt I :,, F.
ii al it Ci :, p[l s cobmpllt si I c..'* nn com e cI vcC in-r up s 'u Ptet f C(ave nc S kit
pas Aarie ;x t fate la ids.
CEpen, i n i SoiJi:o!m x flttii ,,vo';'} f'riio' "..1,' : .
pal-d' SI El I I Jk;I,
pardieus a reovert'ir cr 1'. prrt ao. -...tI C artn O .; ,n,'" -'toI -


(IJOt u C i t oir .'vu ? rr n- fO -' L-.r en
'ernir Zi Io t cIL'n chss b" i.1S ql t Jif i (iu cr i sAt p ;r le rs t1ns l
soit pa, 'i ;,.:;: proi"tr -t i t f_ r I:.r e
ernb!rc icr-p mr. In 1Cc I ch.C i'? T'h t et plu
SCttius fs.re nrI, r's de IdSSCi ,'C colon.ale (d.int
Jc ne p.s aipr .'r l rite iil1s to:t 1, n yait
piSSC (oi.; .r 'is s: 1;; .u C11)p lor(r de men arrive
*ih tns n co
Je cIu'; (01 c ': a ib'i' e et Ct eeipntinue a cmn-
sC outi hins '-cC a pertc' r'* I 1.n' en d-
a' d P
ltuisant a;u dcy.-.;r : '. colos, i one 'e0 'i o
ride lIn igde l' I ir': d Il. Gr.,nde-A'.Asc ta du
6e, pour S er ns es bI i s I- Ia 1 ; li ..
Quoi qiul_ en- so!, j'on fus la pr-mlWere v'ctime
'.lamritie qui pireolbssot incer e.rtr'_ les ccmmnmi.si res
et Moi, la chaleur avec 1 ,quille j',vol; tonjours dd-
hndu leur cause, me reiwdirat ::-".ect ar. pctt'!l
(dl Port-an-Priiicc don't Bki :l rigloit en secreir. ous
les mouv'rmen;il s,
S Le club m'cxprimoit scs d('irs par .des d;lputatioi s
de deux et trois cents ptrsonnes, et on avoit sWin de
choisir pour fire p;rtie de ces nombreux dLputes,
des soldats des 48'. 4*. et 9". l6gimens.
On avoit eu l'llauda:e de me mnltre une garde dans
lirti.'reur de mon aplpaitement pour we rendre
rcseonsabl. dce quatr soldars de la garnison da




i( )
SPort -a P t- t- ,rn S : ;:. .. e d... jvo-nt
Ifo.t :urc .qu s 1 -,, : s ., c-., ..: c .., : i.,us -. ec



Cfltb 's, el c. me' c .' 3 3 i F ( vfa I-4 r01 iv( le



A 1r c s : ions S 1 t 1A l ci'k 1 11 e f-oS 01
je fis d mes a c ;, ,r n do e t vr r je fi
I'eme trmi t- it t o.,'n(1 ,'ot td a, la V., a; son duI
C ;0. Crm, cp.:nit av. dei : et di a L.noe eur
j .. 1S j.1$ c. ir e 't" e .':e:.. h r_ '' i X *!>.
sGouvCirn: er t : '. et pr ,iLni 1 r, ,'j air, Jr me
lei;i A; p j' as -Ie ;.;1 S, n: le -a s;ein
de pis'.ou ptius vivhtrenfdans a 'r ca ca ;tre les re-
voltes, ei de me cc, r er av .: la co.t -:.;isioni civile
poir ces op drtions dtnt la eniea&ir me d'sololt ;.
je fis mes preparsitfs paur mn deili rt et je fis
porter mes effit, A b.r ;din ab iso d; PE&.:li, Caf;
je comptois montcri bord le soir. .e .'
Sur le s mideuhe'rs ;pn rte;.midif je vois irriver
Svine foule de gens partiese arn '-re san, rmes;









notis -ouus 1,01"o nions
troi ou quatre entreat dans ma clhamibre As autres
rcsicnt danrs la garie A la lporte ; un nonn'e Four-
ni sergent de grenadiers ranionaiux, ue ait de me
rendre a ,nstant a a In nictipalitc. Moi (s-e ;
par quel ord e ? fo;nimi. Par celti de M.le : ,re.-
Ie anireao petit me requirrr, mws ,.on m c'i or;!c r,
in s:at irop les limited de son autirit6epcr en ul:',er
A ce point. Uni nonme .Lo.Ct qui se. tiouvoit ce la
bande, metrdas Si vous re voclez pas obult r au maii:e
vfus obre rez au people ; nous son mcs le pcuple,.et

J:- cbnnois -rpris-,e, Iautirite d u p eu.le iia rd it
est constitutitonr.; emeult' rc pritsEni': maius j! e ne oIn-
nois pas come tel un rnamas de fact icx qdie vrnt
meditrdans les caba ets les in sidtes qui'ils vetItKs
taire avx autorites constitutes.
S Un crcn.. e Perrus-.el prc'cr ur, notable f Ia n;u-
nicipalite, et 1un des pj;s chad s diu l:, i:atlit alcrs;
je l'appellai, lui dis 'insulte quioi neti ih cit ie
priai de me faile justifier par tcih de ccrc!e Cui
mnaire; qle je vrrois alors i'rarad que jty kItois
avoir,.-...





-rj7u'Sg '1 Cq' pe tc-:8e avoit c- i ',, ron v',ra'fc -
dcroirt, o qu, le dcr.' mt! rrI-Wclh1o;t'. ...t. ,eN-)r3e-
r n o C T "11, r-1" 1%_ "t'- I q
sion qui pourroit justifir la rage des fac'icuxY voy:nt
'quje j n, donnois p 's d prise s'pisi en p:es-
:-. Taon, et me d t qu"il ;HoCt k&xo'err mi'.h .
L Los ftctief c qfui crroyo'n: qu'iI l s s',titdric T, l.a
d:rent-d ijure, et 'ls nit o r, -is' -' que C
quand il .roit rev^tu i!e s6n 6charpc. -- Moe uni-
forme est la mienn dis e c.'nn i f rm; o; i t vous
announce que le sinls voore ...v*rFIlr ; sV' tti..
M. n ton leur en mpo6sa ;is 5sorttreut, jivcsts-
sant Toj oursu ma gle-ieA et -1.. r- itai avec Perrussely;
'm,!e 1; rs i'a.n.t.rtr M,0t 'd changeme:enrt a ma
- possidon di. a Perriss;l IUs vculent me voir t
rmip.t, ;- e ,'--- e'es contender et taller demiln-
derjirs,.ice :I'r" magisttat:s du people de Vinsulte qu'otd
o se- f. r:, ', e't j'. 2 'rtis. '-. '
aI.' ; .pim iavec force et druceumr, et je
viv. c, : ph 'r o 'exce.pt.ceux piTavoi.:,rtpenerc
.d...ns tma ai iD.r.it ,ta3 tous, d e.p pr -uvoi6nt ctf
conduite ; Pc.rrn.e ct utan de tnes ades-d d-canp se
mirent A nia (lr -ite; Foi tmi Lochet et .q-clqucr
aUtires Pm::t, ; ri a.;che,. et la foule su'v it Quand
Sens passe la ntace dt gonvernement, aui cbin d'une
SPrue qui con:Lit A Ia maison commune, j rencontraz
-le maire Borg-.ar et toute la muinicipalit6en ichr.,e",
quI venoit au gouvernement. Je viens, monsieur,
I 'idis-e ,voiis demanded a rai-ondel'ordre qu'oW dit
que vous avez donn. de m'-rretcr ct de me Cccnd.': re
Sla i mnumcipalite.- Moi! M.le gouverneur,te pou- *
vez-vous penser ? Je sais trap que personnc nepeuit
vous en donner dans la colonie. Cet homimcC-
pendant, repris-je en -montrant Fourmi. Le rare.
Quoi! vous avez os6 suppcser un ordre! Fourmi. Je
n'ai rieA suppose; 'si ce nest pas ous qui,me l'avez
donn6 c'est. mon cipitaine. Le maire; .M Bunct ?
cela n'est pas possible. Moi. CelR qni vcusa calomi.
rue monsieur, peutt aussi calomnier son capitaine ,




], .







c'est aM. DBrunet qu'il charge A se ;nstlfier. Le maire
alr; it des CciSes au n'tZm des a-! 'sitr.:tsr di
dpe n- dc .a d.:'rchc de l.' T -" f.:ti x ,l :
o01Joir 'do s: rcrr, et Iu t dzn( t t)3.jr-?
Su ; r io 9 .f tld P u.Pti "'c se .i.. t ,K. e
t .I.t:. cC-!D;.l ,, JrtcnO t -, a q i: t n -
b. b9 :. .r.onie av..-. Z ,ul le (dI'ct de LUi:m r ou
a .,. r, ..... s, ..e et s t n O t
a1;.i.!, mec; c..ir an auc;1 n'1 at'. centre ma
)' t : --. .
..'...:rn'c;.i' 1:- m r ?:oa.ltt V go! vcrnenent,
e" ,, -"a i t .:e q' y, utcru G' n nV e O potl
voit :-. ,usr F:tren:: c:!i Qfcntre mo et qU' ls
S rec' O:Cfoent a mon CC rLiU d 1A.C co;rnolssoient 1 in- ,
d :1 c.' Jer,-nj av.I.: iF. adquccur et unec fer-
tg: i."'c r' Ianut c U.,n' enter t eit je monde.
: \.'r; ,"r ,.,rsync!> ( A'l.En ) p .,' 'ant alors {a
S, ch ch:i r:.]L tter la 1i. nche ai peuple sur
S ,la .... q:.. I .r.., ,sv. ,inIpA t sur la t. ainte
d vo pr : irrtte ccntrieux c. ns urn moment '-
dcbC et d 'd.ang i rs. A if. C(tte contianr ebst
S .,-; 1 t4r-A:, puisq W(on a ru se Ide marcher sous
S r.'S orr quland pour manager par man expe-
S ri,-cc .re ..0ang de vO;t troupes, j'ai voulu les com-
):-.1. re.. en per':hnnf, l'. la/in. Vo:rere fer l.:t B auge
a ramrien toUs les esprits, et si vous difffrez vqtre
d^p3rt seule'.ent de quelqu-s:Jours pour dii;ger les
oi'frations de la plain voui assuireriez la train-
quillitd dLI Port-ai Prince.' Alors me levant: Vous
reconnf:issiez messieurs, que personne. ici n'est n ,
droit d'entraver mes ddmarches, et que charge
du soin de toute la colonie, j'ai droit de me porter
par-rout oh lecruis mrn presence la plus utle. Tous,
* Assurement. MAoi. Vous me promettez de ne plus
souffiir qu'on avilisse l'autorite de la nation dans
cluli cu'elle vous a done pour chef? TousNous
le promettons. M.. i'ai resisted .la violence et i
la menace; je cede A la persuasipa, je resterai encore




14 ) .
I'( hic it JOUrs, & "!'. pk'e!re COlnolssanc" des
a aftJrs du Cp ...,: :; mcs chev.ux blancs,
44 atu.l encore i tz A a piolivJi.c pour -me por; r
: : p.f t-1ou! o j crop:r.i *- .t pie:pe;ce nec- ,ssa. n *I
La im ai.c;~,:I'.. .,; ,:iitl ;na resolution dent elle
me reiwtclCd ,E b, b retr'en't.
C ota ..r ..: partis,s cabloi:int pour
sc 6j.re la tr:)upl :: I ige p.ar un extet;c..r a
patriot: qC.,: teur avoit rvtass ci- .e;it contre
le part rovaiste': mnais qui ne devout par av-ic le
SmCie .succc s centre dzs chcs- i6 nTci- L2; it Iors
dte Iisulte lt'ils m'avoient fait, la trcuje' ii avoit
nnrquc tant d'attachement riu si je Ie tcs voit
fair coaitc.ir ,it.s seroie it tombns srf les tictieux.
J ob;ervai Out'on me faL.. t s'uivre et Iron me
dona aivis iqud'.i forioir moi, et ue lCs g %S al: cgae.i- qui en avo'.nt et.
vent, f,.soient dAs patroui!L:s q'.und ,e s;rois pour
m'assurer centre les malveila;':.
Sur ces entrcf.ires, pour rester les plus fot:s au
Port-au-Prince its p.r tis a,, de Borel firent prop;oer
tds 1a miniclpalie .:e .ae prier de fire sortir Cent
hommns die liiie d e' plus, sots prt.rxte de fire un
dernier effort pour tiTrler la c.imp'gne ; et le vrai
Sbut et"ot de fAre dinner A 14 garden n.itioale la garJe
^de la poudricre, de lrrsenil et u fort Silnt-Joseph.
U n io:nme Dubos officer municipal, proposal deva t
noi de m'cn requeri.
J'ai flit dis-je, tout mon possible poir pouvoir
envoyer plus de monde contre les b ig nds,; jiai r-
duit le corps de garde du gouvernemient A i cajp ral
et trois fusiliers. Les d&cretsn'autorisent lhs munici-
palites requerir que la sortie di :iuart des, garnisons.
J ai envoye plus de la mp-it'e de la mienne; si.on
s'obstine I ne pas rendre justice & mon zele et A mon
a.nour piur le buin general, e me renfermerai exac-
tement dans la loi, et je prcvicns c 'e e confierai
la poudriere et I'arsena qu'A des troupes quiaccou.






tir:c ^ ?a 4.-CieiC, flafl flAf ll.1t-- p it im9p.z-
n. :er. 't ir poa e.
Cti ~f < 'tfs fl r 'cilt la 'i:!\ f ( '1 t y!t.k ix
t.d.xt rai,' S.' ,! Marc, bord d' v:i .c ml I Amnd-
r er .q ii ;, oit .\cc lu la : .r. la i;r,:. r
lc.d 1..Nl IO iw s ,.ji.c Jvxo:s promns de r st.r etoeent pitl;
i "n "- ; j!:'noios aois e premir but de s
voy;. 0.
'envoyal Cu'ndeta'.!a e:-d a:'Ip u & o11uver, me!nt
a tSi;t-Mairc t pFrr t ev:'r ie rfnsilSIr u'i (e ses motifs;
il n r acii r;,,p' vi ... J poS tif, srnan qu'on par-
S lot d'un rasst-mi,'.L .nt de troupes paroi.ssiales &
Saint-Marc pow ven.r dt!vre(r te gotiverneur cap-
tif au Port-au-P: nc ; et i.ue!ques personnel me
di.ienr- ie 'on voulo;t in carder pour otage, pour
S rc, ,ndre c-s tenttivesfqu Sncr;hnax pourroit faire
,ur le Port-au Pritice.- '
Fu consequence, je uds lanu nir?'c:pm que
5 ,irr4 d ide Sot.thon'i a St' t-Ma. c F m'y :i:-loit
pour pre.'dre des resi gnem<' s sur la prnvynce du
1;oicd, d..nt de ulis qurjiA1 : e t-rns l e ,i.-:i pas de
.' el!s; : Al;, me dit qu'il. ne rponUoit pas qu'il
Sri'rivi un m.' ut. pop'iltie, si je voulois partri,
S, ,-it.: ..on;- pi,, 'nier, mnssieurs? leur di'-. Non
.crt .. pit /''." '1n majs;c vo is emanderai un quart
d'.. <:ure.d' t'-tien. J- cor'en. i.,et il r dit: Je voi'
et j plans vot. e '.Sitiontn; n a:S votre sitre:c exigs
qie e m'oi,' .- La i 4re cdlp:a:t, et je volsprocue
TrL:;1. k:s imn'sen"J de P'efWf: tuct. :La miqnwc'palit6 alk
:i0i!,cee d, irrifivce tdt cotn: ,:'s.are Scri o:.;h xSi.r s '
Y ., : 1 v "_,- ,.'..n vn? y' .. ..i 'O -t *' o a
Sairu-NIrc pour .r~ .t 1' 'd".:g(,. Jp i' voui a
Pnous, dus f w ionte:oi en c.r. 't a i ;.1i" et la faction
sera deioiiee ; je I rmnerci t:acc:ptai; le soir J
parties a la brise Ae terre, avec les trois daputis et
Montbrun premiJr aide-de-camp du gouvernement.
La Gracdeuse corvette du commerce qui ttius
poitoit, mit A la voile vers ltsonre heeures du soir

' '








1 .. , x Lo
ue c'lcu')e U e r' ..-,U l Iir .r tt d 1 ni.!, av e as


tren y,,t-ze 'v : a .,..rs, C a f].t d ...
C OP. ), tl; . ,.. t,,: '


n. j-.e;a da1'' leas cotMotrun ai Co n-




Ima'MdAVO C. 1, al ec 0n b 0tur l8fit
cIs c r :.]\Y\ r \:'-ut'r i- o ciis. Un t h i- t p .rs
qui e lzr c t V..r' !i v < .., ,u'in avoi-et av r asd.
S; t pon.2r12.1E ericM l. J tisp.ct, t -nllrfC. a
rent d ,.. r 1 t2i ,'21 .: ;rle ca'io"n du pfo'.: .iaet -
..'a .": an ord ph .'t..nt qf i tiit s .1 Srtlt
reh cl.ax qui ycp:' a .i 'cotiltc. une -





11 c r t avc ae onsc nions dInt1 fue




je cL C, crCSO et orodi o ,. a iot d i tCs dMu a t -
au- ein dc in :sner la s u t i o A a commpe, s:on-c-
J'viev. A. I 'lvrur dvi le lafot Montbrun al (:* n-
malin:ri Ce [a r;:! avtc'c tu- blrict:, pFour .q' 2i- fit


livr.i ,'w c.:.. g[d-r Sa "ar-, o0-n c'u'tn avolt Ohs i. bord.

c(uCe-r i r\ie1tC IIt av.$c d!S tUi1r4) r s.^ ne jo^:e qutii



l1eur rc ut avcsc de deon aonsi dur qon d'eintaa. que
je c' :3 sIricci'cs a1 or'Jon!.a;n zx djciites duI i'ort-
au-hincL d.. roster .a la surite de-" la ommi5:sstc.'c i--
Vile, to Icb feruoit savoir qianlil laeutr I:ccti
iot. a I lc CL'; ii Ia k r littcn Artep .lsteurs jo I...., c :
tleu p r\ ators d e'n tonanssi dutrr que mnenal it qii
1i' il'ni li pnhr eCx e t ii, it ilpl mer te proc, .-
clahtm in' coi t re.je lu prL es asg; t tous les
es;-rits. I tie Cd. qu, j-tois trop doiix, qu' l tl.diit
n;tn.'E- ces g.rt',.-i ave un szeptre-de fer; qui ce
rI~dlot que ;).r l5 tcrreur qu~'n les pourrioit so',-
mctre. Je lui r o. IdiS qu'il fallout un bon s'dIjiA:
et un rr.nuvas, quii ftit le mauvais tant qu il ou-,
droit, cIue je cherois d'ctre le bon.
S.11 voit a;in;'Il avec lui un detachemrnnt ds troupes
deg.ne t dz vok :aIres nationnaux d'environ c-nt-
ving bommes, d,::i it avoit donn6 le omnmande-
ment : Destournea.ix IIeme lieutenant-colon el d'un
batiillon dAu Pas-tdeCaltis, et trente-huit diaaons du
l eatte regissent.





Bortel fu, ikur de Pembarqaement de ses amis, pro
fita de Ia duret de la proclamation pour augmentef
son Dna.t eI Trvolter les honnetes gens du Port-au-
Prince co. r Uin dCspotisine auSI S i v ,odere, -et
saisissant le teams de mon absence, ils forcerent Ri-
carpt on(i aik d.d-cati: p, que j'avo's laikse charge da
commandercnt de laplace It s'embarquer, le decda-
rant iidrign c de la coinance publique par son atta-
c:heent pour ie goivernwur et les commissaires ci-
vils. 11 vint par mer me rejoin:ire Saint-Marc.i
Vers ce tem Polverel -rriva des Cayes. Instruit
que la faction Borel Ii 'ciivtUt dans le dessein d'a-
voir entire les mains tiun tage e ple us et craignant
que son intrd;:idit6 ne le fit timber dans ce piege,
j'avois envoy unn aviso croiser entire la province di
Suid et la Gonave, p r l'enigagcr a venir nous join-
dre a Saint-Marc, Sonthonax et moi. II ne le ren-
contra pas, s'6rant rendilu de sori propre movement
,Ai cctte ville. Alors Ch1an!aite citoyen du 4 avril 6
commandant la garde n;itionale de Saint-Marc, vint
me dire que si on vouloit ne pas porter' les negres
insurges de !'cuest au desespoir, il etoit bien skr, vu
le crtdir'qu'il avoit par lui-meme at par ses amis sur
Jacinthe leur chef et sur les principaux d'entr'eux, de
les faire rentrer dans le devoir; que c'6toit la bar-
barie de Porel et de ses agens qui les avoient portes
aux exces auxquels ils s'etoient livres. Cette propo-
sition etoit trop d'accord avec ma facon de penser,
pour queje ne f'adoptasse pas. Je lui dis d'en parler
aux commissaires. Il me rdpondit qu'ils i'approu-
voient. Je proposal de fire venir Lapointe bomme
'de couleur, commandant de 1'Arcahaye, homme
d'espr t et de courage, qui avoit la confiance des coo
Ions de toutes couleurs de cette paroisse, qu'il avoit
maintenu dans l'ordre par son activity ik punir les
seditieu ;c des atteliers, et par 'estime que tous avoient
Oour lui. Les commissaires y consentirent. Je e fis
venir, et il profit de nous seconder dans ce project.
'; ! - ,: .. :* *^ .,;-.. B ; *i





Enfin le... avril, e parutis de Saint-Marc. L;I':rm
itoit divisee en une colonne de droite aux or:L s e
Beauvais honime de couteur, honnetc, brve,
et estim6 de tous les partij. Elle devoit ~ie compr-
s4e des volontaires prornis par les paroisses !c Leo-
gane, dit grand et petit Goave, et par I'extdrieur du
Port-au-Prince; celle du centre etoit i'esc:dre com-
posee de I'Amrnica, la Fine,la Prl'eeuse, etIa ga-
bare la Normande; celle de gaiche sous nies ord;-es
imm4diats, compose des d6tachem.Mns que S-ntnho-
nax avoit amene; de ses dragons, de troupes parois-
siales des Gonaives, de la Pdtite-Riviere, des Ve-
rettes, de Saint-Marc, et de quatre cens hornmTes
qu'avoit prcmis Lapoint, de .'Arcahbye et d.fl n-
dances; trois cens home; de Mirbalais devoi'nT me
joindtre sur la loute, et je fs venir du caimp de Santo
la compagnie de grenadiers du net !ine regiinenit,
ci-devant Provence.
Comme la de'arche dcpl:61soit aux colonsr que la
proclamation de Sonthonax avoit aIga s, 'e n cs pas
la moitid de monde qi.e j'avois cn _ia-ndL Une
autre cause de la diminution des troup:s paro:.ssiales
qujime joignlrent a Saint-Marc, est tun Lureau qull'on
ouvrit A mon insnu a la commission civiee, sous la
direction de Chanlatte, pour recevoir Jix p<'rtu-
gaises de ceux uli vouldoient se dispenser de nar-
cher au Port-au-Prince cc qui, m'a dit S" noncau
de I'Artibonite, A'Brest, et qui m'a e& confirm par
plusieurs autres, a produit une some de tr oo por-
tugaises. Cectp oj-pration qi'on nm'avoit cache, ne
pouvoit avoir que Jeux objets, le premnr exac-
tion. le deuxieme de diminuerle nomb, e 'des blanks
de l'arnde, d'augmentcr la defiance, et p:'r consd-
quent la resistance du Port-au-Prince, et de niotiver
les acres de rigueur qc onr mddirmit, et i'incendie et.
le pillage qui auroit eu liu. si j'av;s accepted poste-
: rieurement I'offre que me fit Chanlatte ail nom des
semmissaires, Ceux do I'Arcahaye vquloient bicn,





malacher contre les n prands de 61 plane, et e refu
soient a aller c:,)nr, lIs rebelles du rort-;ui-Pr;nc Je
p;.rvins i A es dccid-r A mitrcher, ,cot .rttait que les
i ntelllgencC.. que j''avois dians la vAtle m'e n uvrtroicnt
k-s poires.
Les 'iigociartons de Chinlatte avpc les negres r&-
vol; s, Cfirt..t le succes pronis; ils retablirent euC-
metncs les cici n (i1ns q.,'iis avo~ nt coupes, et plu-
sieurs 'vinent i mon catop. Je lcs rtius lien, leur
promettant I'oubli duj pis, et O des douceurs s'ils
rentroient Ons I'ordre ei :,. rend.rientl leurs attelicrs.
.. le pr ,cLire,'r-syndic ue la iCro:-des-Bouquets,
( Robioux) vint me prier de ditfferr route tentative
hostile co-;tre le Port-au-Plnc., disant que Borel
seul sootetoit la f.ction, et qu'ils etoient en pour-
pa lers Avecciti, pour acnetcrr sa retraite. Je 'enn"
voyai tbord de l'Ainemtica, en coinfret aveI les
comm ssaires qii I'i accorderent le delai demanded.
l Je this caiiper aux ha itations Pcle et Drouillard
et j'envoyai Montbrun, Chanlatte et Desfourneaux,
reconnorii. a place, ~t vobr si on pouvolt l'enlever
d.- vive force en cas de resistance. Is revinrent, et
me repoaldirent sur kur tte, qu'avec deux coups
de canon da.uns la barriere, ils la feroient saltter, et
i ge les iag:: ns et la gendarmerie de 1AArcahaye et
de la C oix-de3-Bouquets balaicroit ble.lot les re-
belles, penldint que le les soutiendrois avec mon in-
fanreric. Le delai accord par les commissaires, ex-
pir j'ecrivis A la miniicipalit6 qu'e!le c t A se rendre
en avant du fort Saint-Joseph, pour me recevoir
moi et imon arm6e. Us me repondirent qu'ils 'toient
prets A me recevoir avec la troupe dte line etles
volontaires nationaux qui m'accompagnolent,mais
qu'ils ne pouvoient admettre lkdrs plus cruels enne-
m:s qu'lls savoient A ma suite. Je rdeitrai le lendemaia
la sommrnti'rn que je hs porter par Micasse -oilicier
da regiment ti-devant Orleass.
e- m'avagti alors avec mon armee en cologne
B :





tile pou'oit monter, tant infantrie que cava! erie, ,
,40oo homes. J'approchai de la barrier, et m'i-
vinaint au-devdnt de P.\ petite avant-garde, je recon-
nus un retranchement detie ncoee cu enlenment
construit, une barriere tirn-. ft.rte; et Mt:;a i.& qui
revint mx pnoritcr le refu' dc la ml frhicaites i ,, s,
rcevo r 1;s gens de cc-uleur de S,: t-Marc, me t
que 1-s ru.s ei(ient ple:nes de caiU.ns q;:i enfiloiert
la pirte et la ruie. J observai an;si que le fort dcs
Dragons, celx de belotte et i$oLinr, L 'dics's dC ca-
nons de 14, de 18 et_ de 11., I.rentoie mon armee
en ccharpanr. _-. .
Micasse me repeta qu'on me recevro t' moi etla
troupe deligne, nim.s qu'il cr y ,it qite c'e"Ot in
piege; mars que je Im rY..tit ists avcient jPre
de ne p.Ds fairre el prnemr fen. Al-rs j'.ppellai
Desfbu;nea:ix et Chanlaire,'et je leor d's : Vous
in'avz rcp,..:;ln bier sur vote i(Oe d'ienlvrere fort
Saint-Joseph de vive force; on refuse de nous ou-
vri r; faites avancer le canon, et c.commenlCOrs at-
taq ue. Diorac. aaux. Nous n'avons que dc.ux pieces
le 4 et d ex tie 2, et tout est ieri:;c de gro, ca-
libre. Moi, Tout cela existoit hier qciSar;I je vous
ai envoy, rcconnoitre; i e fallout pas mi tlroaier"
par une rodomontade, et je fis retier Il'aree Cque
j'Adlli mt're en bI,;arlle A une poride de cai.n, ,pro-
firant d'un rideau pour .nost couvrir dks 0ioctI:rs per-
dus qni auroisnt pit ,ious blcsser dui jondc; je don-
nat ordre A Chanlti'te d'ailer i!vec trois cents homes
A chcvatl Tournerv I Mornet qui cou vre 1e fort Robin,
er d'attiaqer ia ituit par le postv" d( aI Charbonniere,
qui est Ith fnoins toriier ; q'll ein doniat avis A Be:u-
vaiis qui ctoit Ctipe avec la colonne d d droite A Bi-
Ssoton, poitr qu'll atta.iuflt p;r le posrte du Ptit-Pa-
radis ,moins tort .ue ceh i tie la pori rie LUo .are.
Mais un access de fievr e qui i sur int, fit diftler
operationn.
Cependatt les comnlIissaires ne voyant pas les siJ


S;





rxMIs oue i'!:tois convert s ilde ieur 1 .' 1 ;1 "tos mrt-
tre le la pla-:e, firect center. cer I't ls n: ,'".,-res
u; rfen considerablee hd a r.de sir !b1; i'.s '.,ies se
S:-in:-Jo:seph et S.iine-Chaire,, t ?m irv >os event
\ J;om-eiumeme a t, n;ais nvec peu c, .ti:.c's. Jo< 'in et
Autguse i r :;ri ':iu Yi )ie nt eio ,g ?u: R.'f 't i c qucr 'a
parole de se rctircr ru'il avoit donnI a l I.-rdcureur-
svndic de ta (roi-de'-Boui -ts, 'n r:cevam sol-
xante milc livrcs A quoi it avoit .:.; -:nr s; Tpetrate.
turent tu& le premier dans li baittei S.:it-JosI ph,
I;iture dans ccile de Siinte-C'aire.
Le Ienclema-,i lEs conimissaires laiss.er en la ville
se reposer et rMilchir stir les cons&tucncsc de la rJis-
ta;ce; ,e Desfourneaux sans m'en prevc( ni, con.tuiisit
Ceux pieces de canon de 4 sur une pe te .e*iitence,
t tiraiia toiute volde sur la place fle fruit dle cet
ploit. firun de nous arirer quelqtes coups de canon
t pqe'qu-cs Lbonmes qui heureusement ne bleserent,

Chani:srte,. doit apparernment ia fievre toit
passed, vint me proposer de fire attaiuer la nuit
Ie fort Robin per dix mille negre. de lhaicnithe. &
Dix mille, lui dis-je ?--a Oui, mon gencr, il, Je is ani
rofise, A vousles proposer. --.-Me repon re .-vous,
s'"ls pinetrent ,d'arrerer A voloate le nmasssac, Ie pil-
lage et r1incerndie? Chanlatt Vous ser 7.;i'Ate de la
vile, et les rbetl1es seront punis. La r'- ub iqlie,
leponads-ie, sait chdtier ses enfanf;, m;i;s cest eiv
mere, elle nles extermine past CObanu. J'a. reicm-
pi ma. mission;. pvois promise aux coni.'aSiiTes de
vous le proposer. Et je le refuse ; te renmet: seroit
pire que le mal. Jenvoyai un gros dct;::h cmn nt
aux ordres du commandant de la gen'ar::rrl de la
Croix-des-Bouquets, pour reconnoitre le post de ia
Charbonniere; mais par la faute de De4ourne;'ux,
ils n'emporterent pas:de vivres, et ils rentrerent le
soir, n'ayant fait qu'une promenade inutile le lende-
main. Desfourneaux me vint tiouvYer et m amontra ua
.3B




*r 2. )
*rdre de commandant (de I colonne, signed dct corn;
missaires. Aen faIs surp-ris. C'est de moi qu'iin pareil
ordre dcevolt ct:aner, lui d -'e moins qu'cn ne
m'ait p'ri'..:m rent destitu. Mon general, me ,dit-i,
vouscoinol :. 7 mon respect, et ac n' a accept cette
maryjue Jeco -rionce, qui. F)-. srvir inmmediiarement
soit vos or.!r's. Je vous o:-';!ie rCilcndis-je, de
Vous v conf'rm:'r:!. i c,' iveinton :.c' vCous p.itron:.erolt
pas I' b r i,,,n.,n.
O; vii 'rs: i'e m::vet tir ocne fs c:- t hommes dc
troupes d i;'"i;e (u1 eroenI an c !, Sa*'to, egares
par les m-'s.ies Je Bord, s'it.irit uifn's conlre
leurs officer% e vouti;lent retoiurr.er oiidre!eurs
camarad s ,.L i, or.ut-au-Pri. ce, -- emnwnoet
ctiL.J pieces d. tcafno' et de ci,, scns avec eux. Je ,on.
nai ordre r ftrs "icn fit ;,vc i o Fomi.' p.ei
et une vingta-ke cheval,la navette dans les cle-es, A
la v.e du Port-au-Prince, pour qu'on me crtut occi'pe
de dispositions d'attaque; et glFsant dcs aoibuscas'es
dans des cannes et dans les haits des di:e c6tes.du
chemin, deployant les troupes A cheval vers Drouil-.
lard, je g.irais le henm'n d'un batiillon, et je montrai
mres quatre P ccs de canon sur la rout e de Santo. La
troupe rta: :arrlv6e A une grande prtde de canon,
je leur fis dire cd'arreer, t de inmrnvoyer un s '-.
home pour in s'i srure du nmot:f e leur Yet:..rcizi.
Me voya i siblien dispoe- A les recrvcir, ils invcye-
rent leur rateur qgi me dit que l'honncer du c,odat
tant attacLh nI es. drapr(,x, i's etoie:;t pAfis pour
rejoin :re lci eurs. L'hoineiar duiiodid repoudis-
je, cr d'ob,.ir k ses chefs et de vaincre on moutir
Sson post1 ; i v6tre est A Santo. Si votis tes viii-
me:.t ruelu, .cains, retournez-y ~l1in :r.- ; si vous
6tcs des re,- des, je vous terai entourer et line res-
ter pais uti ,;-ul de vo-.is; il voulut justifier encore
s: Jniarchl, mais sans s,,rtir du respect qu'il devolt
i son gt'nr -. Obdis.', luh d;s-je, et j'oubiera
Votit L tate; vou avez aver vour cinq pieces de ca-





d' 4, cb1d A:. s.
on_,(vj. vo;a ,ycz Ci:: je i..n; t.i'.r ) lalssez-`m'e ,,
d 'l"l ; ; V .? C ( ,- t x t .s.-. t c;S. ,
I: alia p:'rr c-tte,. r',.onse uu ddct;hemenc qui,
mo',',; c.,aud de ttafii;l n Ic:o;it en rtiantde Santo,
'.e : it, m 'v' ; : ,:a : ect-s, c;tjr., I.Alt c.T': d .'sa dnimarche a.t de son pei de

S~r le trof; h::i:'s et dem:e api Ms miii, sept
ou htit pi .ieAi Jui Port-au-Pi; nc-, vinrent" A
poit e de ch'-vi\ m'avertir que les honnetes gens
dlU Port-a :-Pr1hic s'toient rcunis, qu'is s uetolent
; iallas dui f,-rt S .nt-Joscph, et avoient decdre
SI: 1"Itnictip'llite qji'ils vouloient se soumettre aux
iutr:i;ls con stIocis; que Bcrel et plus de trois
cas -,e ses ad "sn..s s'etoient alors (nruis et qu'ils
v'r.idte e pzitr cl' prendre posf essol (de la ville,
Je fis battle la generate, et je diyiai mon ar-
me; dAe ti:con qu'en entrant, chaque de.:achement
se reaidt ia ,',i poste. J'ordonnai aux ofliciers de
rn la'-!..1 dCcaier persunne. Je gardai eiviiron trois
-r chns a va x avc mo'. Arrive au gotivernemenr,
jc les paRtdgefi en quatre troupes auxquelles j'assi-
gnai leurs posese, avec ordre, de battre toute la
nuit des patrouilles croisees, rendant cheque chef,
responsible dUt dcsordre qui pourroit ai yer; j'ai
prevenut a.;n. tout dc.ordre, et la vile_ a i ouffert
cjue de quiques boulets' de la ra,:le quit oat tra-
vers des niaisons qui etant toutes de bois n'ont
l:as ete im:c;e-. r!eparer.
Le len.li.rIin je donna I diner aux comtimis
sabres civil, avec tOus les officers dte 1.r-ande de
toute couleur; e repas deI uhs de cent p.ersoiincs,
donna je le vis, de la jalousie; le soir es ccm-
missaires pr6tendirent que le logement quc Ikolve-
rel avoit fait meubler pour la commission pendanti
son premier voyage au Port-au-Prince coJt trcp
petit, pour Wontenir eax et leurs bureau l et me
tirent proposer de leur ceder le gorvernement' qu
4






itoit beaucoup plus vaste; j y consentis n'ayan
que deux secretaires : mais .! me donna tant de
desagriment dans Ieleeur ,.:. j'.iltai occuper, el
y plaqant le pare des Ca!ir.: ..s lpour le fourrage
de IrrmCe, cp.: j'9illdi rp',.blir au presbytere, dans
un logement qu'41iliaud y av;-ct o-:upe qiand il
6roit venue avec Polverel, ati, ie j'lvois ce'e la,
amoiti de mon apparteimnt.
Is se livrerent alors a leurs LCits s our les pros-
criptions,, et me-deniandecnt la lite des jper-
sonnes qui m'toient susilecles. Jlec-:ir commna ceux
que j.r croyois ennemis de la Ir';.i:iblque et les l-
teurs des troubles; ils d6cupler-nt et au-dda'I la
iste, et it suffit d'aveir di'pl A qc.lnue 'ni'fil. :re
de Saint-Marc pou r etre rjis en prison; non-s:u-
lement on accueillit, ma- s on qytrca lIs deijtiuns
Ils voulurent licencier le hatililon du 48e rg'men,;
et le ditachem~ nt diu 9, parce qu'iEl; avlenit monte
Ia garde quand on nous reuisoit 'entree de laplace;
je m'opposai & cette measure qui me part trop ri-
gourelse ; j'obser.vai que ce bataillon servoit bien,
qu'il y avoit bien parmi eux quelques mutins qui
avoient igar lses anirres, et que dans la disette
d'hommes ou je ime trouvois, sur--tout la guerr?
*tant dUclarde avec 'Angleterre, il suffirmit de
renvoyer en France les intrigans qui ag;tci :it let
autres. Et its defanJerent 4 Ale6 cownrriandail; du
48, et A Millet da 9e. le nom dc-:e plus m Iiii. Ls
sujets et me rdquirent t d jdnnir un orcjrep. pur
les cmnbarquer. JIc 1U fi..
Lcs coutra. lii:tio-is que fjprouvois journellement,
le d6gofit q.u'on donnoit A la troupe, le desespoir
oi on redtuisoit les colons et donr le prcvoyois de
facheuses consequences ahlrerent ina sante. Vn te,
uesme accompagn6 d'une- ievre lente me minoit;
et je pris le parti d'alltr p 'ss3t quinz2 purs dans
,un more, chez Goy hab ttr.t de la montagne-noire,
Strois lieuws du Port-aiPrince.





J'ppri. alors 'Parive de G-idbm.rl,, et qt''il "toit
goluv tneur-:ne.ral-ttir'airc ; je ne le con-roi, qit!e
pa;r ls g.iz- es cLU avoit;t reidit c,,rr-tv de sa re-
ponsj au duc de 8i3ru-swik; i'Ctois son iainci.n ; mais
--croyant servir ilitilc:nent ma paira e je rui ccrivis
pour- ffrirdif. servi:r sil met vou!lot -c r..tru attaque
de Ia parrte espa:iiole et le priai, dans :!: cas con-
trare, d'ap;:uycr la demaine queice fr fcri:i; de ron
rappel, nai sant: souffr.int beautcoun du c!inat de
'S. DcminLute ; et pr une Suite de ma coiTfiance en
Polverel, ignorant les: permes de division qui cxis-
toient entire la commission civil etGalb::ud,et qui
ont depuis si malheurescement dclat', j'tnvoyai &
Polverel, A Jacmel oh il\ et'it, cope de man lettre;
j en reyus une response dure, meme offensante; j'y
repondis avec la fer'n-t6 et le idi'ublicanisme que
j'ai toujours montrd; et j'ai depuis envoyd (cette cor-
respondance au comitd du pcuvoir executif et au
ministry de la n';arine; e e sais si I'inqutition des.
commissaires aura permits A mes pacquets de. parvenir
A leur destination. Mais on en trou-era les minutes
dans la catsie qui renfr rme ma ccrrespondtlance, et
sur laqu,!leke representant Preiur de la Makne a fait
apposer eis scelles A Lord de fDmbuwsca1e equ'il
cioit avoir- fit passer depuis aa comite de salut
public.
Quelque tears apres, je revins au Port-au-Prince.,
un peu rttal.'li nmiis tIjoui'rs foibe ; :les commis
saires y Polvereli, avec I'Pncrgie dte i tiA offcn';. C la caurs
dw changement de ses procedes. II 6icha de s'en jus-
ficr, preiendant que Li cause d. cc .i'ils avoient fait
otoit que plusieurs partisans de Borei avoient dit
iUp j'tois le gouverneur qu'iI leur failoit; que je
voutlois qu'-n obeit A la lot; ma:s que je n avois pas
touij u: ur, la bouche la menace et I'imp6ratif 'eordonne.
*. Si, tep-pis-le, on nie reproche de fire obeir
par la douceur et la j.eiiuasion plutat que par ane





dire espotque, e i e de rch me
cor er, er je crois qu'avtC line f lmel te pl:e
par ia douce:ir, on ranmeeroit toute la colom.ie a
Pordre et que quelques exetmpkls de evCrite aut
scroient bimn plus marqurnstbnibannt suc des tttes
couIdbft.',. cor;tiendroieont mieux la mtltitude q ie
des o3'racismes muhiplides sur de simplcs d.lations
sans prcuvvcs, qui aig issetnt tols leS parlls 0t les rUtl-
niront pent-Ctre cont)e la ripublique. Je Vp-s d!s ce
quie je cra:,s ; le doLs, et la man:iere don't e me
S-.iiHsprte touteesvos-rCiqu:tions, djll vous Lrt,:ver
Cil e ie 'ai point d'ambition ptrscaiijlle et que je
ne desire quele bien gen.cral.
11s me dirent qu'ils alloiet partir pour le Cap.
En ce cas, li di -je, je rentrerai au gouvernteinent
A vorre diart. Non dilrent-ils, la commission
reprt.senre la r6publique etpersonre ne doit oc-
cuper son hotel ; nous le.refulseions A Galbaud mcnme
qui est ou v.rncur-titulaire. je n'insisrai pas; je leur
dis seulcni, nt q,? jee e s priois d'appuyer l-demandle-
*je, fa'toi de nimn rappel ima santene pouvant
register aux cha'k :rs de S.Domingue., et je m't:l-
b'is sIr tin p. tit MornQ ne i demi-lieue du Pott-
au-Princ2' Jo: y aOver de rct btiri a santt.
Le i julin, 'un courier m'apporta iune lettre di
1i, sign dc des d,;ux conmiissatHr cs ..ui menmr'-ucicnr
que l'intrim du igouvernement ,.toit vacanit et c''ils
me requcroient d'&n venir prlnc're possesion au
Cap. ;
SJe parties le 17, par terre; je ftu cbige dc tn i
rCter A S. lMare pour clhinger ines :al!cs coCe';.c Cd
petites, les voitures re pjouivai;t alter 'EL:.ivc; a
Plaisance et eiinr forc6 de tout fire porineri Jos
de nuler.
Sivary, citoyen de couleur mare de. Saint-
Marc, me dit en particulier qu'i avoit de grandes
alarmes sur le compete de Chanlatte qui entretenoit
d&s ctOrespondances etroites avec les chefs des negres




( 17 )
irurg, t qu'il cri. r cn, e cet home rcuitant
:ie pe di :': ..: -.! ; c, L,.. g, he srprit d -.is la

run:s je !ii I['rmis Ce tsire part de see, c:.;.ratC aux
Sc< Ira(ks..rf 5 cs cU' C C'Its ?rr\ 0.
I e zo, j' nt -. ri.. b..-;c: ~ip de c rps de canyon c
tf .ffi c :. I a-.l a In. i e (1i ct "'_ i ,ii t.1.? r O)l e s-
coirc rc it; c ,'II c.: .yo.t cile c :c't une am aq.lede
que!ques caui: dsj r. ds du tse tie C Dondon.
Li. (t', a n- riverr a P CaiCd,Pl je rrncontiai
in citoyt', de cu.ukur ui Aoit o Ennery (doi!t i
etoit habi-ant; il me .tira A gcuatiter et n:e dit 'que
Galbaud ttoit cesccrndi A tctre la veille avec des
rrarclots et les prisornie s r l:,- cs -cor .niissaircs
avoi.nt embarcques a, -Portaun-Pi'rice, dcans le des-
sein d'arretcr et d'em b.rdru. r PolVt rI etSonthon;i,
quls s'etoient 5au Wcs au I-. ut-d, u-.ap e quce Galbaud
s etoit enmbarcque; mains qte le feu e1oit en plusieurs
endroils de la valle. Cela mi'ifflgc; je poursuivis nma
roite, et je gar.da, li 1scnrte qu' c. mavoi t ~onrne A
Ennery etii elques hoirmeri 'i mn'avcelr, sivi des
Gonaivcs.Je derrandal a P'lat:inc un rentort d'es-
cctre; ,rais par la .uivaSe .volorni du cmman-
dant d.: gendarmerie, mes C dres et rmes priprcs f:icnt
initiles.
Le kIndemain j'allai au Ln1mb oi la numnicipa-
liT. me donnaA din'cr, et le comni-,dant des :!a-
g(ns de la 'aroisse m'cff.Kt de nre fcurnir avic ceJui
du Port-Marvot,t ce-,t homi.is b c.heval ipour m'cs-
corter'et courrir au ,ecour:. des cornnissarcr.'e I ac-
ceptai et j',rrivai le soir,; fl hcurres a: HaTNi-ctu-
Cap e,vinSc n tine peitt lieve de l.a ville oil les coni-
mnissairLs s ero ent refi. eles ; je enco.nIfai sur la route
plus de trois mile reores ou negrcssts qm courowent,
charges de pieces de toiles, de draps et d'autre bu-
tin; men escorted voulut les charger; mais il etoit
tard, je ne coanoissois pas le pays presque tous




Ic i .s a c. ( 13 )
mc b.ndits avoicnt Ai..*.aLres; j 'r cius plti prudent
c'c:clrcr mna march.
Arrive, 'ailtai chez les commisaire a.iixquels je
cenrai ma renconire des brigar:;ls ; is nmet re: r-
c:er.nt d lc ne ]; avoir pas lroubl '; ces 'it ce. gens,
me :isoniils, qui n "us ont d6fendu conr'e CGlbaud
et tous les blancs du Cap. Le pillage qu'iis font est
leu sabiire.
Cet:e fluniere de s'acquitter aux d.p ns c autrut
mepc-rui singuliere,
Je les intorin.i du secours que Ie CIur avo aa; icne;
its m'en r.me'cie eat. Je lcur dis que puisque Gal-
hau I ~loit rmbarqud, it falloit reoccuper le C; et
qu, j'ii is te Ikndernmasi A la pointe du ij'ur av c vne
centrne e d chevcwrx thir, ceindre le feu et arreer
te p:ll::?; ius firent ce q-iils putcnt poirr rmen de-
tourn r m'aicnigua: t le m6ephitsmee dannrs de laI chute- des edfi. es incendles, etc. Jere-
pondids 6q;i les drvtv,:rs d i'humani6t et de ma place
lempor.l 1 i;;t sirl toutes ceS confid.ratnr, ; ils ne re-
pondirear plus; m.ais on donna des orhdie si bien
suivis, Ie q ,;i:'dje v ,it1us montcr A chc al, je ne
trotivna: uni hopf-.'e -,ourr me ;',,v'e.
Je relnt.lc"r;r1.i :. a p-1 ce de B -ed une r.Manhctu-
reyec re 1ig.11,;: u F'! mi ci t e1 n pl r;rant q u'Ile s' to:t
save e de Ilinc~n ie avec ointre peties pe-.io!-
nairc,s qLI elle n'avolt pias e l p;in n pour elle ni
potr cs ifiortunieb. Je lui or;Ii qn-ls g.jtrf s
rque j avois dins ma poche, et ? pat:-sa ch. PoI:-
verel l'i center qy,c e u'avo;s pii cl :1 de d' 1,:e ce
metr ; i dit au';l en c:o t Icen ,f-h' ; n1is (lt 15
t;'nip 6t it horrible. nt tati.tud. Je lii dis ma r n-
conn-c de la relig;euse; il me rtponiit que sije cons
Sntiucis., e verrois bi'enat la in de mon argent. Je ne pt-
rtb.nir un d6tachement pour aller au Cap que le t2.
J.I I'avois command :de cent chevaux ie ne pus en
avoir que dix-huit ; le parties aanmoins avec i sac-





(9)
crat dans la route de dix douze personnel, et je
conrmene si pa-r defcndre an corps- r!- .Jre des porxcs
de lai-er wso-ir de pillage. e p:. J 9 .l" i a'rena,
i Erav'rF I1s cavr:-ts, les ccIt:rs ct Vks fl!,ni(es. Je
f.s e':,.cilt C e s':u si la -p!ac d- Ct.. n) et Lans
qyeti'saun' es A.nlrzdr et Ie Gs poc,'wer dFcnse,
S couS ;: mne "de ;a v'e, de mettre le fe i et de piller les
Clndqj;;< S 11" C tiy r I. )c'ur m .I n n: -l; il itoit alors
onize ihoi es, et jt. i s aux casern:s ohl je resolusdeme
longer pour rtdablir plus ais~ment l'rdre dans la ville
et In pas fatigue o troupe pour mai garden. J'ordonnai
V.'orn m'y portaf un lit dans l'auc e:ine chaptlle; je
retournai dire aux commissaires 'etat oi j' avois
trou'.e6 le Cap, les ordres que j'avois donnas, et
l'.:c!-is~:ement que je prciettois aux casernes,'en at-
rten;:!t que'l'incendie tift tout-a-fait cteint. Je vis,
quoil.'ils n'osassent p..s me le tcLaoigner, que tout
ce.:i ictir d&4 laiscit, -ur-toct de voir le general logd.
au milieu de la troupe.
D..ns la conversation i's me pelgnirent Galb:udc
coTn;: n mnnstre qui avoit corrompu tous les
cqujLp.es, qui avoit o)ul les egorger et avoir fait
incenhwer Ia ville, api&s favoir toudroyee par le
caiun c!e la rade ; et ii e.t con-tant oue les vaisseaux
n'crP pas mie6 un coup de canon, et que ce ne sont
iss ,-s matelors qui ont mis le feu. Je le crus cepen-
ca:t niJrs par une suite de la veneration que
i'avois pour Ie grand caractere de Polverel et pour
it ftra-.ch'ise qc.e je lui supposois. .
Il.;me dirent encore qu'en arrivant an Haut-du-
Ca,, r.": tu -:nt G;ibaud,le zo, ils yavoienr trouv6
Il 6::crti Pi-srot e d'attrcs chefs de negres insurges
Squi CtVi&ent vnatis leur ofrrir klurs services, qu'il les
avoicnt accept; s, et qu'ils avoient accord lA liberty
aui guu .rriers qui se consacroient an service de la
r6pubhlque ; qu'is etoient en negociation avec Jean.
Francois et Biassou, chefs des insurges versle Don-
don et la frontier espagnole; que si ils rcumgslsoen;





dans Ce trait la guerre des brigands seroit tern-.
net, et qu'ils e!.ploero;ent ces mermes ho'nmwt s
i coriq ir 1ii p.irtz cspagnole ; et dlonl:n!t ca;,'r.,rie
leur irvaginitic n, i!s enhfo'etr leirs prc'j. i Cde cn
qu1res c;,m;nne J.errio:' ..s L,'sg nous :n'y
somfi-rS las encore, le'r is* i:; Li n.ecesiu: vous a
force. d'tiie.,?ter les si-r)ir.es de Pierr.-t et ae ses
troupes ; vois leur avez dc.I n la tibe; e, c'.t tfr t
bien ; mais je crois que vous ferez sagmercntt u ne
pas donrer o'ertension t cette grace; tous Ies n'gre
vouJroient eire sold.itt vous n'auriez Ue .,iO0 ill
les armer, n les nourrir ni lcs iayer; eI, : iriiei s
seroient deserts les terres incuttes, et la colo:nie
sero:t p.-rdui pour la rlep4blique. J1 vis encore qiuc fma
reflexon ne pla so't pas, et I'entendis Polvaiel mar-
motrRat ettre se d('nt; : iifna absoLtmnent no Siba-
rassor du pnUv);r IuIIT .re. Certt indiscretrion tit le
prem,:-r trair dL lumiere cai me d6silla les yeux, rmai
il etit trop tard ;tout pl.yoit sons leur deslpouisme;
les troupes ddtruites p.r le climate le ,i.son, les
fntigui's rt la mauvaise nourritvre ; effrayees par les
destiuntions et renlevemens de letrs chefs, h:smllidlcs
par la :pri'-ence qu'on donnoit aux .,,c!i.!S de
SPierror, fadii!d::; u.:r Gignoux arracheur ; ile:i
que les comnmiss:;ires avoienr nomlin coinr:;. :;.ait
du Cap et de 'artillerie quiiou'd nm sit qas ce que
c CItit nlilrneC ga :.: 'ussIe u Lun adiut, et qui, svIvant
One loi de. cicons;ance potrr laquille je n evois pas
et consuIC !r.e'o ji.lg suwir eme de la' vie ta d' ila
mort des citovyns de touttes c:uleurs; ,-ti:'o -:nt
dans "in decouratement apa hiihque que la in JL.,Avi nt
termin':r leurs miseres et les commnmisasre s, du
S haut d'tin palais ci'ils occupo;ent au-dessus du Petti,-
Carenag,: insuioient gar&ds p.;r plus de cent
homnies a h'hunble recuit du gouiverneur qui
n'avoit, pour manager la troupe, qu'une garde d'ua
caporal et de quatre fusiliers.
La commission interm6duiire, triunal qu'ils avoien





crc~ pour supphnler Itssmrb1e CWi,'lmh et dckt
tous-, l:; memres cho's p;ir ?i; $ s.s, t'ivoient lL
ls suf-ti'ag s ni a, confianc:e deletrs c Ic)Lifyns, r-
cevcit C'cx sels l m inv"i nt et l's it .s. aliLons
qu'i!s devoient avoir lair de '1ir ,et les decisions
S,, Jc .'oient c. etrre la suite,
Quelques gens p.rdcus 'q!i pocr trouver d,-s re-
so uces, s'dtoicnt jettes dans leurs bras, formoient
,le rnaatome du bureau municipal par les rcquisi-
'ioiS duquel on vouloirO tier toute la province da
NorJ, et conse, ue:n:n:%it trolte la colonie.
Lavaux, brave mli;a;rr mais par ambition"ser-
vile instrument de tour tyrannie ,- n'osoit leur fair
de representations que qttand il s'etoit assure que je
l'appuierois,
Que pouvois-je faire dins cetre circonstance que
d'en rendre uin compete i- ,. au pouvoir extcutif; et
d-eander im ra ipel, ctn! h(.rs d'&at de flaire le
bien et rolgissant dii c, t trair.'ment que je devois
toucher? Je 1'aifait dans dPs i.e'Ioires multiplied qTe
'a: envoys par tous les on :ier.r q:n retournoient er.
France rour ciuse de sante, I'gno:e si les cors;ifres de
ra Providcnce ou l'inquiisitian de Sonthonx les auront
Iisses p!;rverWr. ;
Un jour Livaax -vint me rendre oompte que les
negres cr'lient dans les rues qu'i fill/oi t.'er les
mn.,ka,-ks elt':r .o.7,r Ia q. .'-j; ce qui veut dire .dans
I'ur syl :, tu. r les blaac et Ils mr itris. Q'Quoiue
i'euss- alors la fi-vrC Je montai avec lui chez
Sonrtcnax ( d:'puis du teams Polverel toiit r.:tourn6
diens la province de l'OIe-,t ; il1 ti ripdta le mmme
rapport. Ne craigniz nen dit-il tint que mon
autoritI acra res;ecie-- ; ) je me-tiens loi0n ol'eix ait
fond de mon serrail come les sophis de Perse, etje
I;e p Arois A s u's r; qe come un dieu pret A
sepandte les bienfaits ouna lancer la foudre .,
Ce trait pe:nt 'ime du despite qu'On a envoy
pour propager les loix saints du r'publicanisme,






J'omets ici blen des details, tels que kbs instances
Inuti'es que j'a!it sites noX.r changrr la garnison du
SM6e, y caller moi- nm"r, detendre cette Clef de la
c...-JoiC (t m'enterrer sois les ruined plito6 que de I
rYndre; t'-l c qie le depart de Polverel avec un dc-
tachemnrt{ de 40o hornnes, sars m'avoir prevenu
de ce m. .:ve'rnent ; tes qu ta ru.,domontade de son
attarI:.e de S. Michel, qui nous a cofte la honte
d'Ctre repi:,.,ses avec perte de cent homes de
tioupes de ligne; fels que la reduction des dtux cin.
quicm:.s de mon treatment qu'il a faite sans, mn'en
instruire, quoi;u'il lui filt ordonn6 de se coacerter
en touit avec, moi -et avec i'ordonnateur civil; tels
que la nomination de Montbrun A ma place de com-
mandarn t de la parties de l'Ouest, don't je n'avois pas
donn6 mi mission et qui, si je I'avois donnie
conire l'usage des inter; maires, auroit dte A ma no-
min.m.tioj, non a la lear.
S Je passe au dclaorement (e mi sant6 qui me fit
d&sirer d'aller respirer quelt ue tens 'air salubre de
la Torie oi nos conv,.iCscens se retablissojent
pror;;ttement; j icrivis & Sanihonax que le le pre-
venols .ic j'irois dans quelques jours ; il me repon-
dit qu'i! rn prbit de difirrer encore quelque tens, et
qu aloi s il r'en do1rneroit volontiers la permission.
lJe 11 fis dire :ar mion aide-dt-camp qiie je n'avcis
bes .in d.' iLi permission de personae pour aller vi-
sittr uie tartic de moon gouvernement. Quelques
jouirs ;ap:cs it int me voir et me dit que c'etoit in
i.,!-etir.nt! ; q si in:: santi nepouvoit pas C'acco-
modicr de fair du Ca!, j'$tois blen le maitre d'aiicr
au Po t-iu-Pince ch dlolt mon ami Polverel. Je sa-
vois iL quoi m'en tenir sur cette amiti6, d'apres le
p'OpoS que 'v:,is entendu ( 11 faut absolurnent nous
et m#me d'aller i I&
dibr, rf.,r de tl.aioritd military ) et meme d'aller Ai a
nonvdlle An gcterre passer six mois pour me reta-
blir. Je sentis que son but to:t de m 'loigner,et cje
Cferoiqs d'&re avec Polverel qui du moins observoi
^ ^- ***^ . 4





us ferme. 16gales, et don't le grand earactete rat
cheroit un peu la dinret. J'accepwai l bfliment Las-
cazas qit'l m'oif it poor mn porter au port de Paix,
d'oh ji' potur'ois me rec-rdre par terre au Port-au-
Prince. Ce tut d.dns ce t.:ms qu'un birlment qu'il
avoit envoy .u NMtlc, chercher des munitions, dtoit
rvenut avec un rettius otive sur la proclamation
dut juin qui defend A tIus commandans militaires
de recevoir d;:ts leI ports ou de. souffrir dans les
tades, les balimens de la rdpublique leur enjoint
de tirer dessus et de les coleer i fond.Je lui promise
de prendre au port de PFai ct i la Tortue des ren-
seignemens sur l'rtat du MI; et sr les moyens de -
le ramener I l'obbissance auu: autorites constitutes,
et je parts du Cap, le 6 septembre; j'arrivai an port
de Paix, ouaprcs avoi visited tousles mle oyens do dd-
fense qui y existoient, et donned des ordres pour r6a
parer et augmenter les fortificationis', i fus repris par
la fierre t apres avoir fait passer a Sonthonax et
& Lavaux ce qu'on me dit des dispositions du M61le
qui, I'assuroit-on, consent oit & recevoir le gouver-
, neur,et la garnison qu'il voudroit, pourva qu'il n'y
euit point de ce que Sonthonax appelloit les citoyens
du to juinu et du 2a9 aoit; et j'appuyois pour qu'on
I'occupAt i*ces conditions croyant que l'on peut
etre I'ami et le protecteur des noirs, sans tre Iren-
nemi des blancs. :
Le dperissement de ma saite me determina a ace
cepter les offres de Labatut commandant sla Tor-
tie, oii ii a une tres-grande habitation; il m'envoya
la Minerve corvette qui lui appartient, armrne de
huit canons; il me fit voir tous les points par oih
nous pounions etre attaquis et ses moyens de d&-
fensa. La municipality vint me voir et me rendit
compte de leur soumission i publier ia proclama-
tioa de Sonthonax dit 19 aoiit sur la iberte des
neg[es.. Jappris qu le soir de la publication plus
de 3oa negres de Labatut ctoient venus chez lui e x
Sc





1- eurant, lui dire qu'il avoit toujours eti feur pere
et leur ami plutbt que leur mi tre, et qu'ils ne vou-
loient point de cette liberty, .qa; le serviroiuit tou-
jours avec le mrme zele qe e qu pal ;e pas ; t .I mi ,e
scene fut rprctee dans ptsiv-urs autres acdi.-rs. Ct
attachment des negrcs a leurdcvoir et leurs mA re
est due aitx bons traitemens qu'ils en resolvent I
un bras de mer de trois lieues de large qui les se-
pare de la grande terre, et la precaution qu'i prise
Labatut et la municipality d'empcher la communi-
cation entire les negres de la Tortue et les negres et
smulaties de la grande terre alternativenment cor-
rompus par les imissaires des royalistes des inde-
pendans, des espagnols, desan lais, et sur-tout des
partisans de l'anarchie, resource cheriede, b.igands
et des gns sas ave qier ssen de i' icendi'
et du pi:lage.
J'appl-.i .s -: leIrs sages precautions, et je leur
promns de taoher de lemui procurer uae ce.2:dine de
soldars on de line ou voloit*ires, pour, aide: A leurs
volontiiires ,aux convalescent qu'ds retiroient leurs
frals et a lIurs dragons, ii d6fendre les tr'is seuls
points att;quables de lise. Je visitai les: lie;s, et
I'arrctai avec nux les nmoyens, si on eoit forc6 par
un de ceosi,)ots d'arret-r I'ennemi par des coupures
et des c'ibuiscades dans le chemin du Morne.
Ce fut dans ce rems que j'appris la trrahis.:n qui
avoit livrv le M6le aux anglais. Plusieurs bruiti di-
vers se rxpandirent sur leur forces ; on m'aisura
qiu'on avoit vu quatre-vingt voiles de transport qui
s'y portcient et qu'll y etoit descend dix mille
homes. J rae r.-ndis ai port de Paix pdour. pourvoir
A sa d6ef ordre a des companies branches de cioyens du 4
avril, de rn:'oicer la garnlson, et de carabiier les
chemins dcns la cite de Fer, pour empecher I't-e
nemi de l'atacl er par terre, t d'y .former. des em-
buscades pour ianrxter et e dtirLure ea detail, s





n o" lt se portersur s nou ,s et je pris le pretexte
( de la procla nation dv commodore angles pour y
envoyer un piarletinraire qui, cunnoissant le pays ;
puit me rcndre utn coiuptt exact de leurs forces ,
pour calculer 'apre; les nmoyens de defense que
nouls pourrlons employer ; et je tachsi de lbeller
ma lettre de faion A laisser I'espoir du pardon A ceux
que la terreur que leur inspiioinrt les b.mnlts que
les comnissaires avo:ent arms avolt tait fuir dans
cer asyle, et qui, dans le fond di coeur, tenoient
Sleir patrie.
J'avois ecrit i Snthonax q., j'envoyois un parle-
mentaire, et que je lui frols passer les nouvelles que
j'aurois ne voulant pas que la chose publique
souffuirt du m6contentenemnt que j"'prouvois de sa
conduite.
J'appris par le retour de Finiels que les anglais
n'avoient atu Mole que 1'Etropa de cinqtante ca-
nons, deux frigates et qjuuelques corvettes, et qu'ils
n'avoient mis A terre qu'environtrois cents hommes.
&ecrivis alors A Lavaux et a Sonthonax pour qu'on
replilt sur le port de Paix et parties adjacentes con-
servYes jusqu'alors les troupes de line et les O-
lontaires qui nous restoient dans le tort Dauphin,
le Cap et tes different camps vers le Dondon qu'il
n'dtoit plus possible de conserver, d'y joindre tout
ce qu'i pourroit de citoyens di 4 avril, mtis sur-
tout de ne point amener de ceux du io ulin et 29
aout, qu'on pourroit employer avec success centre
Jean-Fransois et Biassou, mais qui, s'ils paroissoient
vers S. Louis diu Nord le port Margot, le port de
Paix, etc.' repandroient la terreur et augmentteroient
I'dmigration des blancs vers le Mble que je voulois
arrater. Ce project 6toit trop sage pour cadrer avec
la violence du caractere de Sonthonax qui, avant de
m'rcnre la lettre (t) d'injure don't f'ai e.noye copil
cux ministers envoya 'ordre ( ) incendiaire k
oltaels, que j'ai itisre dans ma proclamation (3)
' f eh .


S. i





Idont j'envoyai des copies officielles A la municipality
de la Tortue i celle du port de Paix et des envi-
rons. Je doute que les:; IlUisswres deS S-nthorax les
aient laissees parvcni'; i kisur dcitinatiou.,
Le 8 octobre je rec-o; tine lettre (4) de Baurin
qui m'anncne I'arriree de Lavdux avec tputes les
troupes du Cap et des environs, str quaiarze bitiA
m'ns qui s'6roient trouv's at Cap et que 3600
nouveaux libres du 29 aott oun anciens bandits
s'avansoient par terre, sous lets ordres du gndera'
Pierrot, et qu'il avoit ordre d- ne rccevoir d'ordres
que du gndrral Lavaux; cela me part une desti-
tution de fait, quoiqu'iilCgale et sans forme, dela part
du commissaire lui-m8me desrittd alors par decret de
la convention national. J'ttois sans force pour sou.
tenir mon aurorit6, et quind-j'en aurois eu, le dis-
sentiment de Galbau'd avoit trop colu e sang
franais et je ne voulois las qu'!I en cou!At une
gourte pour ma cause. JE pr:iM Labtut dr me preter
sa corvette la Minerve pour me transporter i la
mnouvclle A,.igeierre, corhme it ne l'avoit t'usieuri
fois offer, quand il croyoit:'qu. je m'y rcndciois
pour rctablir ma sant6, come Sontho.;ax me i'avoit
propowe avant mon depart du Cap, er de-lh prohiter

YVouJ. Li:s pieces ma; ioonhC1ei aux nunro. i a 3 er 4,
sont reif rmhe dcars le porte-feuille rouge qu'on w'a vnlevi a
Drebt les derwiers jouis de prairial par 1'ordre du re; rsenant
Priekr de la Marne. L'ordre I Firiels porte en 6ub.-t.rce : Nous
ordonnons sur votre responsabiliti, de fair d&.armer tous les
blanco stispects, de donner une grand latitude aux eitoyens
du 4 avr"i et bur-tout a ceux du 2o juin et s9 aoutt. Au premier
wouvenmlct mettes en insurrectiun tonn les atteliers briMez
tutens le hlabizstions et livrez aux fammr s et au pillage las
villes *. le, bourgs ; ne laissons dertiere noua qiu'un muonceau
de cendrt- it pCrissons plutbt qus de souffrir que It people de
S Doinigi lie re:ombe dans son ancient avilissemant.
Signd SoNT0on0Ax. -
F Le mme ordre ttoit adress6 A toils ls conmmandana mili"
*lires de la province du 4Urd,




3(7)
de (a premiere occasion pour repasw.ie en France',
retire compte de rnm conduite A aI rp'tblttque.
M'ais Labatut, ou craignant de per!re sa corvette,
ou vo tlirt s! la rcserver pocr Ie me!ne obiet, si s
brigand; desctenioentr sur sn habitation me fit
ndalre des difficults qui m'ailgerent.
.Sur ces entrefaites, nous diconvrines la flotille
de Sonthonax qui, aprcs avoir rase la cote de la
Tortu- alla mouille au port de P;ix:, et Laba:ut
req t une lettre cdu citoyen Dtnracnr, n port de
Pax qi lui marquoit que Sonthonax &oit firiorx
centre la Tortue de ce qu'elle m'avoit dir n e asyle ;
qu'il en vouloit venir broiler les habitrtions, et
qua'i pretendoict aivoir mort ou vif, aini qiie Fi-
niels qui s'etoit refuse A soulever tous le.s ,.ttelierf et
briIer les habitations du port de Pair, L:batut me
corniiuniqu. cette letre et me propoa die pertir sur
un bateau de Philadelphie, qui &toir alors A la radt
de la base terre. Je mesounmis A la adcessite ,'et
ayant remis une letrre A Biscaye mni second aide-
de-camp, pour le gUneral Lavaux, avec ordre de
rejoindre son corps ,et de la remerre i Lavaux, Ie
lendemain de mon departde la. Tortut, je m'em-
barquai le i octobre sur e bateau, avec ce que
je pus ramasser de .mes effets I4MaublanIc mn aide-
de-cam?, mon secretaire et un domcnstique ; nouls
montames le canal vers le Cap c~'r:,tant laisser
la Tortue sur la ga.tche ; mais i peine 'tions notts i
le hauteur de S. Louis-do--Nord qe nous vimes
arriver un bitiment armed de I8 ou 2o canons., qtii
faisoit partie de la flotille de Sonthbnex don't il for-
mioit I'arriere-garde et qui se croyant ch::ss6 par
des vaisseaux ennemis, tira un coup de canon pour
ave.ttir les batimens de la flotille de mouiller sousles
forts. Nous rangeames alors la torture le plus prcs que
nous phmes et quand le bitiment se fft apvroch6
du port de Paix, nous voulumnes nous remeitre en
route; mais nous oe pumes vaincre les courans qu




3 3S)
Ilprtent l'r'fest, tt qu'un vent d'est favorlsolt en,
core. Le cap'taine me dit qu'il ne pouvoit se dis-
pen,.er d',ob'ir aux courant, et que quand nous au-
rions double ia Tortue, il Inmttroit le Cap au nord,
et iroit cherc':.- les dbo.C m ens pour nous rendre
a Pai.ddelpht. ii tallut bien y conseni'r et m'en rap-
porter a ';ts lomieres ;etlla mint tint venue, je me
ietrai str tin m:-tl*js dans la chamtbre du bateau oui
Ce m'candr:lis. Vers minult, je tus reveille par un
coup Je caelnon; je demandai ai c a;itaine du bateau
ce quee &i< it: it me dit qu'il v.noit d'in des forts
avanets lu Mole. Comment, m'criai-ie_, vous me
m:nez aux anglis ? Ce n'est pas moi, re )ordir-il,
ce sont les vnats et les courans qui me forcent d'y
relfcher. Ne potivant lui fare la loi, et hors d'tat
de me sousrraire a mon sort, il failut y ced, r. Je
revai aux moyens d'6viter d'etre prisonnier et le
'ce moment de trouble, je m'arr&rai. Je dressai pour
le capitaine du bateau un orJre come parlemen-
tare et j'ecrivis au commodore anglais qu'em-
barque sur un bAtime.t neutre pour aller rendre
compete a ma patrie, de ma conduite et de celle des
commissaires civiis, ftrc par les vents de reficher
dans la baie du Mirle, je comptois qu'll reupecteroir
le pavilion Amdricain sur la foi dtLquel je m't3$is
embarqut, et me laisseroit poursuivre ina rmcie ,
des que les vnts me le permettroient, me soiiurt.-
tant de restw, ,squ'a ce moment icnfrmc6 board.
Mais cente le e que devoit porter Maublanc tnon
aide-de-camp, n,:- fut inmuile; car le commodore an-
glais instruit ,e a- vis, par q'ielques fugififs du Borgne
ou de S. Loun: d' Nord, qui ewoient p iss Tortue, pendant iue je remontois le canal, y avoient
appris mon depanrt sur ce bateau envoya son cannot
armA me prendre t board .
Rendu s':r I'E:,rpa ,je lul parlai dans 'esprit de
ma letter, at app yant siur l ncatratlt de l'Amb&





riqle, te scouts ne i ouc;or Ct.e c. r ".dere comm
p I.iminr. 1. ISa rC.Tu't q'l l.ft assc' btler an
con e'I ,1e g;ierr2 F''sr Ut It:rr si-:i i.ademanude, et
'ia:: w<'il etoit insul.it quc Sujtihocn ma dv3'tldes-
t'i.ue : ce to to en de m'en vecer et de Nsrvir
1~. i:.,nent mon pays etoite de inrl h;r X ;i .lS qui
n'dtoieat venus que poar protege tes colon et con-
server les propriCtts de Louis XVIL
Je lii repondis que la France ,,vant .i da seloa
non vce!n ., u gouvernement ralp;-z .:taid;, les dd-
ctres portes par la majority d,.s rcpti suias seroient
toujours ma loi; que c'etoit A la conv:-ntion natio-
nalc A prononcer entire les commissaires et mcoi, et
Eue je ne connoissois qu'elle pour j'udg: I"e ma con-
duite. II insisra toiblement, et me quilt, plur la te-
nue du conseil qui s'assembloir. It revint trois quarts
d'heures apres me dire que j'etois libre d'aller A la
nouvelle Angleterre; mais que le bateau qti m'avoit
a port ayant encore la moitit de sa cargaison en
miarchandises don't on avoit besoin au Mble, iR falloit
que je m'embarquasse sur d'autres anm'ciains gqiI par-
trient le lendemain et ii appe!a Knight ne'gociant
de Philadelphie, qui y retournoit sur ia p'etie.. cor-
vette la Ruth qui etoir trete A son c,'o.-rte;. je
traitai avec iit pour mon passage celui !e mon
aie-de-camp, de mon secretaire, de mon domes-
tique, et de Finiels qui venoit d'arriver s:ir ui ba
teau qui portoit des habitans du Borgne, qui fuy6ient
I'armce des commissaires moyennant virwt-six por-
tugaises, et je donna cinq autres pi tugdises at
capitaine pour nous acheter des vivres pour la tra.
verse. Le commodore qui j'observai que je serious
peut-&tre conduit A la Providence par le premier
corsaire, nm'offrit un sauf-conduit qui seroit respecrv
par les corsaires anglais, et il ajouta qu'il ne repon-
doit pas des espagnols. Je I'acccptai, et lui promis de
rester a nerd jusqu'au depart.
Je fius insihlt sar la Ruth par plusieurs de ceuc





qne les commissairts avolent filt arreter au Port-atu-
Prnc,?, not.imment par un romm6 DuchAtelier qui
crinit dins un c.inot, en me montrant que j'tois
son d(Barcur. J e ne le con-noissois pas; mals mon
aid-.!e-c.;nJ ;e 1'ayant icomm je lui rtpon.is A
a fin: Si j vons ai dcn<.ci: c'est apparerment
que je vouis ieiduois c.. -,-e l'enremi de la rc-
publiq;e, et vous mie prct-vez que je e m Mcois
pas tr< ;,'.i .
Le 1i.;' nl;ai; 14 (.tcre nrous p.'briCes, et aprTs
avo;r 6Sc :; r .e re ., s :ems, iais s-nd avuir flit de
mauwaii.es ierCi;nrts j'ar:.va i A Ccster .d::ns Ia
Dolaw. le, t le lenderi;ri' 'e me rendis par terre
dans un stage A Philadelphie cii le matimenre arrival
par la r:vivr-. Je falls y etre ass ,isne"ar les nmi-
gres de S. Donaingue qui me crcyoiynt co1mplIce des
Scommissaires; je me sauvai chez le cAtoyen Btiur-
nonville, reprisentant du ministry Genet, lequel
nme procura les mcyens d'aller & Newvyorck, oi la
calomnie m'attendoit. Rendu chez Ie mnnistre Genet
il prnt feu d'abord contre les refugees de Saant-Do-
mingue; rnais interest que je lui Inspirois ft charn
gea en haine cuanil je lui parlai du despotisme de
Sonthonax, avfc les sentimens qu'il m'jnspiroit. Les
intrliues de Dufay, Mils, Gaurnaud, Robtquin et
BlIry qui par v':wc bizarrerie de destfni : singt-
liere, ctod(nt artnves de F'hiladeiphie A Ner~yorck.
par la n.Cnie st,:gtlc e te mot ftr;'fiercnt sa p,,ven-
tion, et me firen refuser le p.s.ge que je d"man-
dois stir 'aviso P'lspatr;t, cui a port en France
ces soidis;as d6putis de Saint-Domingue. Orn Pac-
corda sculemtnt A Mau:lianc mtn aide-de-camp, que
je chargeai de mes dp,.bes pour le comite cd salut
public et le ministre de la marine ; car 'ignorois les
nouvelles fornies que la convention national avolt
adoptees : eta Maublac, ambitieux et sans caractere,
voyant le ninistre Cenct prevent en faveur des com-
miassiur n'ira dire ce qu'il avoit vu A Saint-D.-




(41)
m;ngue, c e n coi:sa le pa-rti dominTantdontil crIt
pouvoir attendre de l'avancement.
Quelques autres crurent qu'il leur seroit
avantgciux de changer de religion pniusque le
plnipotentiaire de la rqpublique tokir I'arl des corn-
: missaires; et ces patriots de circonstance crurent
fire leur court en me tournant le dos, me calom-
niant, et faisant I'apologie des meurtres, des parjures
et des incendies qui ont aneanti le Cap et les plus-
riches parties de Saint-Domingue. Genet prevenu
par les intrigans les flateurs et les calonniateurs
A gages des destructeurs de la colonie, n e refusoit
opiniUrrement les moyems de passer en France, por-,
ter ma correspondence, rendie compete de ma con-
duire et me sou-nettre a la loi, come ii est du
devoir .de tout r6publicain qui a rempli une place
important. Les commissaires et leurs adherans
avoient trop d'intr&&t retarder Iarrivie des lu-
mieres que mes papers et mon t&moignage poNu-
voient donner ;et il leur importoit de laiss r a leurs
dmissaires le tears de prevenir les esprits, de dres-
ser leurs cabales et de fasciner les yeux, a-vant que
pus se porter le flambeau de la verite.
( Cependant, sur mes instances rCite&rcs, iai ob-
tenu mon ordre d'embarquement, en quality de ma-
rIchal-de-camp, A bord d ela frigate 'Arr:buscade;
mais, par une inconsequence qui auroit donnC de
'humeur a tout eutre, on ni'a.signa la table de l''-
tat-major, quoique mon grade exigeft que j'eus:e
celle du capitaine. Mais je ne voulois que rendre
compete de ma conduit ; .et j'aurois plutbt passe
comme simple matelot que de diffdrer mon retour:
je m'embarqua i le deux janvier A bord de cette fr6-
gate; et, press de longues croisieres, je suis pard
de la baie de Chisapeak, avec le convoi aux ordres
du contre-amiral Vansrabel.
Arrive i la rade de Brest le I prairial, j'lcrivis




41)
i bord de 1'Ambuscade, ai representant Priur de
Ia Marne que j'avois sauv\ ma correspondence ,
et qne je lui demandoiesles moyens de me trans-
.porter avec elle au comriie de salut public, pour
me srnmettre A la foi et lui donner des renseigne-
mens important sur la grande affaire des colonies;
ce representant envoya un gendarme me prendre I
bord, dans utn cannot oir j. trouvii Polverel fi!,
Lcblanc et Robequin, sous la survtiliaice !ui mit.me
gendarme, qui nous condui;it chez Ie tcaiteiur Tho-
rin. Le soir il nous accompagna chez le representant
Prieur., qui m'embrassa et m'accueillit come un
bomme qui avoit m6rit& son estimne, en acceptant
le 1i juillet 1789 le commandeinent de toutes les
forces de Paris, pour la cats de la liberty. It me
profit une audience particuliere pour le lendemain;
mais Polverl Leblanc et Rok.quin ayant obtenu
par leurs inrrigues d'etre entendas les premiers, je
sollcit.ai vAlnt icnt 1'arldience prom' c; on m'enle-
va de I'Amb'iscade.la caisse de papiers qui renfertue
ma correspondla-rc et toutes les miles qui rea-
fermoient mnes etPrcs, sian fire de prock.; vzrbial
de l'appus"ion dns sc:.ss, ct sanis nlien donner de
requ. .
La nuit su*vante, des membres du cornite revo-
Intionnaire vinrent lrauberge chez Thorio n'en-
lever' un grand porte-feuille rouge, renfermant ma
correspondance depii le s dIe septembre 1793
viWux style; is y m;rent les sclles et ni'ein rireni.t nl
cl'f; la uid':apres, le juge e e p)ai. av.,c d'autrs soit-
disant magistrars, vinrenr rdapposer le scelle sur res
autres males, qui contenolent seuletnent mes hardest;
et le 3o prair:al, A six heures du martin, un offi-
cier de gendarmerie vint me prendre et me con-
duire au fort la Loi, sans me permettre de rien em-
porter que la chemis.- que j'avois sur le corps:j'ai
r;tr d jis cet 6tat pendant trente-deux jours, au
bout desqucls on mn remit une. petite male, con-




(43 )
tenant q:".'-:c -. ... J.; rigngua constamnent le
represent mit Prieir J!I la NMire c: ses succ'..s'eurs ,
par mes demands des motifs de mon arrestation;
d'Ctre tra-sfrtd A Pa:ris et d'etre mis en jrgement :
tolites mes lettrcs r-storent sans rlpors?. Ai bout
d'environ qutre in. is on me conduisIt an greffe dtt
comitt rivolutionn;:ire pour y reconnoitre les
rnalles qui m'apparrenoient et on me les remit, A
l'exception de ma caiise de papers, de mon porte-
feuille de maroquin rouge et de detu males renfer-
mant que!ques converts d',rgent, mnQn linge de lit,
de table, avec quekq'ies proclamations imprimnees ,
des commissaires civils Polverel et Sonthonax qu'on
me dit avoir 6td portees chezz le rtprisentant dt
people. Au, bout de pres de cinq mois de detention,
le club de Brest fit une ddputation, cri ma faveur,
aupr&s du represcntant Faure de la Creuse, lequel
ayant demand son secretaire Duras, pour s'infor-
mer des motifs de ma deention, r6pondit a la d6-
putation qu'elle pouvoit dire au vieCu geindral d'etre
sans inquietude, qu'il seroit tres-incessam :elt en
liberty ,. et qu'il n'6toit pas detenu minre come sus-
pect. Enfin apres cent cinquante-deux jlows de ca;p-
tivird, dans le fort de la Loi, on me rendit. LA lier-
te. J'allai voir le reprcsentant Faute de la Creuse,
qui me donna utn ordre pour toucher quarante-.clnq.
jours de imes aTpointemens, come marichal-de-
camp. Le citoyen Duras son secretaire, auquel je
dernar;dai ma caisse de papers, mon porte-feuille
et les deux males qui me ma. queut me repondit
que, depuis long -tems, le representant Prieur de
S la Marne Its avoit fait partir pc:r Pdris.
Me croyant sur de lts y trouvcr en arrivant, je
paris muni d'un ordre du representant Faure ;
le me rendis, en arrivant, & la commission des co-
lonies. Mes papers n'y etoient pas encore remis.
.al!ai le lendemain chez le repr6sentant Prieur de la
Marine qui ut peiae A me reconnoitre, apparel,




(44 )
MTens A cause du long sejur qf ;avoi" s "it Ins la
prison. La sasie de me; papers :li :toit absolu-
ment.sortle de esprit ; ill e se larappeltl; que quand
je lu; dis que Dnias m'avoit assure qu'ile avo t fait
partir pour le comir de salut public. Alri il en
prit flte, et me pronmt deI es fare porter du co-
mnit6 de salut public la commission des colonies
Cette promise nia point enc re eC' eff-c,%re, et
je suis encore privdL de ces pieces essenticdles nour
better les plus gr:ndcs lurn'-res sur I'a;lre le S. int-
Domingue, justifir ma condate rover mo:i r-
publicanisme, et corfirmer, j'oselee dire Fetima
que j'ai etn le bonbeur de minit-.r des le m is de juil-
let 1789. Ce cruel r'etardemrrent me mer hours d'erat
de voir accepter par ma parrie Phonranage que je
veux lui faire de mon experience, -t des resies d'une
vie 6p:uiee par I'ag? et les fatigues, mais devouie
tu service de la causee d Ila bert6.

A. N. L A'S L .'
Esjpiglerre de So:torzria.xi piur me livrer au ridicule ,.
ma corud:uit ne donnant pas de prise saa haine.

Quelque teams apres mon arrivee auCap, voyant
le dIlabreenr des troupes de line et des v6!on-
taires, ravilisscment on on les tenoit,le credit dont'
jouissoient les esciaves affranchis le to juin, et ls
grades que les coinimissaires avoient accrntul6s stur
ceux, ignorant les causes de ces ciranges veinemens,
les regardarnt come um suite dus circoastaIncs,
qui les avoient eCiranms inperieusem.nnt, je voulus
tenter de vooi- ces g9ns de plvi pres, et de connoitre *
par moi-mene s'd ne sero.t pas possible de donner
aux chefs lune idte d'rdre e: de discipline, de les
attached la r' pu,'l1:quae par la recornnoissance dtti
bientair de la liberty et de porter au travail ceux
que leirs d~ispoiutons physiques ou moorales ne ren-
.fI: p as propres aux armaes Pour y parventr,




( 4w1
''acceptal une fete qui me fut proposed par Pierre
Cecile, brigand tire de la geole le io juin, etdepuis,
nomnim, par les commissalres, gclnir et inspecteur
de-la cavale'ie. Tout l'tat-m.nior, l'admin:stration
et la comm ssoon y etoient invites. J'y fus requ d'une
imaniere qui me donna 1'espo'r de reussir i les por-
atr au travail, qui seul pouvoit soutenir la colomie.
Je leur parlai avec une popularity qui leur plut; et
les principaux me promirent que sous peu les ha-
bitations voisines du Cap rouleroient. Pierre Cecile
et P'jrre f'Eveitl' me dirent alors qu'ils me prieroient
de signer les provisions inilitaires que les cornmis-
saires leur avoient donnees; je leur repondis qu'ils
prassent les comnmissaires de me requerir de les
faire reconnoitre dans leurs qualit6s, qu'alors j'en
confererois avec eux, et que je me pr8terois volon-
tiers 1 ce qui pourroit les obliger. Cairoux, homme
de couleurr, qui avoit grande influence sur eux, me
dit; : Pourquoi les rejetter si loin ? jis ont I1 leurs
pi Visions, que ne les signez-vous au-dessous des
comn3issaires ? Je lui repondis que les commissaires
ioieunt de16igus pour le civil, et moi pour le mi-
litaire, mais que je ne signerois pas comme leur ses
cretaire, un acte dans le text ducuel ii n'Ctoit pas
questiofi de moi.
De retour au Cap, Sonthonax m'ayant demand
comment j'avois trouve ces gens, je repondis que
mion ton populaire avoit bien pris, que je croyoi
qu'ils me voyoient de bon oeil, et que je ne dUses-f
perois point de les raiener au travail. Je crus re-
margpier qir e la bienveillance de cette caste donnoit
dOja de !a jalousie i Sonthonax : mais j'y fis pen
d'atteution.,
Quelqucs jours apres, Mars, que j'avois cinnu
esclave de la citoyenne Lariviere, au Port-au-Prince
et que les commissaires avoient nomme commandant
de l'h6pital des Peres et d'un gros ditachement qui
le gardoit: invita Sonthonax, ,Lavaux I'admiaiis-




(46)
tratcn et moi d'accapter tie ftAe !'occasion de son
mnari.g S.)nt:hona acc.-)ia ct s'en d6JIagea e-situte.
Bourdon qui, depuis In di,nis;ion aIt Ma. e, tiisoit
les tn, ti.m. d'a-J:nninistrat:r civil me proposal de
n'y conlire dans iu ca no : :'acceptai; nous par-
times .i i'Ai:ure iniiquiei. I1 tilloit -cdionter la river.
j iwques vis-'a v; li avnue de i'h6i.ral ; q"iaad nous
arriv~,.ilus jri-, dull ac, nous criines g i'oflic.ir qui
y etoir de garte de fire laIhe, la corde; i n'en
tint compete ; et le vent & la maree nous po:ss::;t,
nous inimes forces de passer par dessus la cou e,
qai pensaL nous trlire chavirer, et nous tit. iv rer
vers i. ba.:. Je menamai alors fofficier de le ,puir
pour sa n.gi:gence ; ii crt s''exciiser en disant q,'il
ne savoit pas que j'etois dans Ie cannot. Co.n$cnt,.
malhleurnux, m'dcriai-je, la vic de tous les citoyens
nest-elle pjs 6galem ent prcicuse ? Vous irez en
prison pour la bassesse et hi barb rie de vctre ex-
cuse. Et ayant redress n,,tre cannot, nous- pour-
suivimcs notre route. Le sur!l.ndemna'n Laveaux m'ap-
porta une gazettedee 'impri': e :e Gatnealu, im -
primeur de la commiss.s .lvl!e re.npl;e de sar,
cases insulhani sur iaveture du bac:, et la c lere
qui m'avoir fair mei ::cer d la prison fl'uffier dout
la negligence av : pcns e nrius fire noycer. LesI
plates intures de ce libelle m'indigneren t j 't en-
voyai deux honr.mes de ma garden chercher l'inpri-
rneur. Star les reproches qte je lui fd- il me ditclue
ce nI loit pas lui qui avoit redige I'a ticle ct qu'il
n'oubliroit jimais que je llii avo:s sauvd la vie :u
Pert-.u Prince, quand le peup.l. voulit iassomicr r
pour la feuile de Piquenard. Pourqit.? i doic, lds-
le, un libelle aussi faux qa'insultant ? Je ne l'ai
faith que par ordre. Par ordre de q'ii, reprs-je ?
Par cclui du citoyea Gaut, secretaire de la com-
mission, qui l'a redig6. Et un secretaire peut -
vous t ire oublier les obligations que vous conve-
nez de in'avoir! i- 'ai, ajouta-t-ild : ordre; supe-
iey D- q.i ? It bdlbuti, il hsite; nous ie




(47 )
pressons Lavaux et mol; et ii flnt pir dire que
c'sr Sonwhoncn lu -inlme qui lut cn a donn lordrc.
J'eig .ai qu'i i! men fit sa .ct;.:r;ation par crit. II
1'6:rvit, la s;gna ; et j'ordeni.i (iqu'on le condui-
Sst en prison,. Lt nous partli ne, Lava:x at n 'i ,
pour alr chi: Soithonix. Entr's dans son c:tbinrt,
j'appI ndn, Hi Sou thonax,d'un ton cl s'eflorsoit
de it'n.re inimp:Stit qlue VOus venez de idre arteter
i'impri neurde la commission civil. Par aird-lauto-
tcrite ? Pdr celle de goniverneur-ger.ral rpons
dis- t. S.qntzho.ax. Et m1i, je vieris de Pen fa;ie sor-
tir. Mo. Vous avez eu tort ;si vots aviez fair mettre
en prison un de mes aides-de-camp je ne 'aurois
pas tait sortir sans m'Otre explique avec vous. Son-
thonax. Je ne connois ii d'autorite que ia mienne
Mi. It faut done me desrituer ; car tant que je se.
rai goiverneur-gt6nral je me crois In droit de m'assurer
Sd la personnel d'un caloninateur. Sonthonax. Igno-
rez.vous qu'on a le droi, de penser et 'de fare
iin,rimer tout ce qu on vent ? Moi. PcIurquoi
incarcd.rez-vous done toui s s fenillistes qui n'en-
cedseai, pas votre system? Sonh/onax. Vous pour-
ricz vous pourvoir contre Ie redacteur. Moi. e viens
anssi vOus b? denoncer. C'est Gdiut que voiIA. Sol-
ehenax. C'est aux tribunaux qu'il faut vous adres-
ser. Mo;. C'est h vous, car c'est pour vous venger
que j'ai faith metrre Gatineau en prison. Sonthonax.
Pour. me venger Mo;. Vous-meme. 11 declare que
c vest vous qui li avez donned l'ordre deimprimer
ce libelle centre trie Sonthonqx. Propos d'un homme
effraye, qui chercheil s'excuser. Moi. Ila faith plus:
il 1'a &crit ct signed ; et le volli. Sonthonax surprise,
regaide balburie, et unit par chercher la minute
du rapport que l'officier du bac avoit remis A Gaut,
pour rediger son libelle et me dit qu'il abandon-
noit cet oflicierA ima vengeance. Je la bornai i don.
ncr ordre A Lavanit de le fire mettre en prison,
et de l'y tenir huit jours.
A. N, LASAL i




S( 43 )
f7e joifs idi t e pr cdmaetions dts 24 j ln ,y93 et de
<8 juillet snvIvnt ob est relatee cell da sa jlin. Quand
mes papers me seront remit j'sdministrerai routes les
paie justificativcs.

SPR OCL AIM A:TI O N. -
COMMI'SASION N' ATI ONALE CIVIL
Nots-, Erienne PolvercI et Liger Fdlicitd Scnnthlana.rs
conmmlssaircs r:ationwau ivils deldguis aur isles fran Sai se
de 1 Amerique sous Ie vent, pour y ritablir I'otdre et
It tranIquillite publique.
Le traltre Galbaud, apres avoir ruduit le Cap, en
cendres, part et emmene avec lui plusieurs bWtimens de,,
la r6publique, et les navires du commerce qui &otient
dans la rade du Cap. 11 va les livrer & l'anglais oun
)'espagnol. Avant de quitter Ia cste, ii parolssoir
vouloir encore tenter de brdler et divaster plusieurs
villes de la colonies.
Pour prevenir ce nouveau forfait, nous ddfen-
dons & tous commandans de place, commandans de
troupes de ligae et gardes nationals, i toutes mu-
nicipalites et a tous ddpositaires de la force armee,
de souffrir on permettre A aucun batiment armi en
guerre, d'entrer dans aucun des ports bases et rades
de la colonic, ni d'n approcher a portee dut canon,
sons quelque preteen que ce soit, meme d& besoins
de secours, rafralchissemen,, avitaillemens et autres
quelconques. Ordonnons auxdits co:nmandans ,mu.
nicipaltes, deosituires de la force arm6e ,.et genera-
lement tous les ciroyens, d'employer tons les moyens
qui sont en leur pouvoir pour repousser et dItrutire
lesdits batimens.
DWclarons trattres a la patrie tous ceux qui rece.
vront lesdits batimens qui leur porteront secours,
ou qui entrctirndront des intelligence avec eux.
Requ6rons le gouverneur-g6neral, par interim des
isles sons le Vent do tenir la main I' execution du
puisent ordre.





(49)
Fdit au quarter g&enral de Bredai, ce 4 l4"ln 1791
'9in 2e. dela ripubique. POLVERE.L, SON rTONAX.
Pdr les comissarcs civ bhlique. Pique-
nard secretaire.

P RO'CLA M A TI O, .

Nous Erienne Polvml et Leger Felicut Sorzitonax .
ommissaires civil d& la republiique, Ideigurs aux ties
rangaises de l'Anmerique sous uI vent, pour y rctablir
'ordre et l tranquilieu publique.
Instruits qu'il existe sous les ruines et les decombres
de la ville du Cap une grande quantity de cuivre ,
plomb et autres metaux;
Instruits qu'il existe pareillement, sur les boards
de la mer, une tres-grande quanrit6 de planches ,
madriers, bois 6quarris et autres bois ;
Qu'il existed dans les magasins incendies de cetre-
ville des instrtmens propres aux m6tiers et la cul.
ture;
Considdrant que ces objets deviennent journelle.
ment utiles. la republique;
Considerant que les proprietes des emigr6s et non
residents doivent 8tre sequestrees au profit de la re-
publique;
Que la plupart des proprictaires de la ville dau
se sont rendus coupables dte haute trahison envers
la republique, en fuyant de la colonies, apres avoir
souille cette vile de tous les crimes, et I'avoir anean-
traltre Galbaud et
des ennemis de la France;. :
Considerant que Ces metaux et ces bos doivent
appartenir A la republique, comme ayant 6et la pro-
prnete des sceldrats qui ont &chappe au glaive de la
iolr; 1a v, d l a
Avons ordonn= et ordonnbns
Que tous les metaux qui, se trouyant ensevells
sous les dicombres et les ruines de la ville du Cap,
S t tows les bois qui sont sur le bord de la mer
'; '* 1. *' I t. y
.' '' i-' ^' *1 fk




( ye )
seront enlev.s. et mis A la disposition de 1'adminis
nation pour 8tre employes an service de la repu-
bliqje, nous reservant de prescrire le mode et les
rmoyens A prendre pour assurer leur transport dans
les magasins de l'drat.
Fai-ons tres-expresses inhibitions et defenses tous
in ividus de s'approprier, ni enlever aucun desdits
objets, sous quelque pretexte que ce soit, et sous
S pine d'Arre poursuivis come pillards; comme tels
livr's au commandant de la place, et 8tre executes,
contbrmement aux dispositions de notre proclama-
tion du .6 juin dernier. ( r )
Requ6rons le gouverneur-general par interim,
1'ordonnateur civil et le commandant de la place,
de tenir la main A I'execution de la present ordon-
nance, chacun en ce qui le concern.
Ordonne qu'elle sera imprimne, lue, publiee et
affich6e par-tout oi besoin sera, enregistr6e a la
commission intermCdiaire et an conseil supdrieur du
Cap. ,
Fait an Cap, le 18 juillet 1793, Pan deuxieme de
la republique, POLVEREL, SONTHONAX.
Par les commissalres civils de la r6publique. Pois
tevin secr6taire-adjoint de la commission civil.
r [ l L . .... "---- --~-- c' "- "- -

( I ) I ltte proclamation autorisoit l'arracheur de
dents Gignoux u'ils avoient fait commandant tempo-
iaire du Cap et commandant de l'artillerie, a fusiller
arbitrairement et sans jugement ceux qu'il jugeroit A
propos. Un grand nombre de blaacs et de militaires
ent 6t6 les victims do sa tyranuie et de ses reageassrc
pueawoelles. /


__ __ WM M M I. l







cq& .,


Ao^tki- t


Sf
t'6C)


-~~r ,^ -f
VA 9 4A4.
r/u s~a' tzamv ae


'V


9n/Ai4 a 42
~bt"Y"M~~~.'~w""""'~a~c4:
/1y ~ix


(P~L~ILL- -3Ce


~c


/.Cf/kdv;