La ruche

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
La ruche
Uniform Title:
Ruche (Port-au-Prince, Haiti)
Physical Description:
v. : ill. ;
Language:
French
Creator:
Parti démocratique populaire de la jeunesse haïtienne
Publisher:
s.n.
Place of Publication:
Port-au-Prince
Creation Date:
February 1946
Publication Date:
Frequency:
weekly
regular

Subjects

Subjects / Keywords:
Youth -- Periodicals -- Haiti   ( lcsh )
Socialism -- Periodicals -- Haiti   ( lcsh )
Genre:
serial   ( sobekcm )
periodical   ( marcgt )

Notes

Dates or Sequential Designation:
1. année, no 1 (7 déc. 1945)-
Numbering Peculiarities:
Issued irregularly.
Numbering Peculiarities:
Issue for 15 déc. 1945 and issue for 1 janv. 1946 both called: 1. année, no 2.
Issuing Body:
Organ of: P.D.P.J.H., 8-13 avril 1946.
General Note:
Title from caption.
General Note:
Published by Imp. Haiti journal, <1 mai 1946->
General Note:
Master negative held by the Center for Research Libraries.
General Note:
Latest issue consulted: 2. année, no 42 (9 déc. 1946).
General Note:
Issue for 1 janv. 1946 also called: Édition speciale.

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
oclc - 30263243
lccn - sn 94021264
ocm30263243
System ID:
AA00007288:00003

Related Items

Succeeded by:
Nouvelle ruche


This item is only available as the following downloads:


Full Text

PAGE 1

The Center for Research Libraries scans to provide digital deliver y of its holdings. In some cases problems with the quality of th e original document or microfilm reproduction may result in a lower quality scan, but it will be legible. In some cases pages may be damaged or missing. Files include OCR (machin e searchable text) when the quality of the scan and the language or format of the text allows. If preferred, you may request a loan by contacting Center for Research Libraries through your Interlibrary Loan Office. Rights and usage Materials digitized by the Center for Resear ch Libraries are intended for the personal educational and research use of students, scholars, and other researchers of the CRL member community. Copyrighted images and texts are not to be re produced, displayed, distributed, broadcast, or dow nloaded for other purposes w ithout the expressed, written permission of the copyright owner. Center for Research Libraries Scan Date: October 11, 2011 Identifier: s-r-000058-n3

PAGE 2

Directeur: TUEODORE flAKEIt R&dacteur en Chef: R0NE DEPESTIU adrease: Rude Ro No. 2 Pdrau.I'rh*cc, IlaYti. A BONNEM1NT; Capitae G. 00 par mois ProvLnce ,G. LSO par nIois PREMIERE ANNEE No. 6 .4k, w ,1 t:tl 44 S VENDIIEDI icr FEVIIIER 1946 Organe de Ia Jeune Gneraflon HEBD OMADAIRE POLITIQUE ET LITTERAIRE Souvent In tte qui XecCle Ic fcu bouiflant de in Jeunesse contribue plus efficaceinent nu bonheur do son pays quc In tte froide et expCrimentCc du s'iaiiiard qui temporisa dans lee moments oz Ia tCrnCritti seule eat de misc. DESSALINES I iIIitiIki. ;IIIi*A JE BENONGE EIN G BE PROLETAIRES HAITIENS I ParAlbertL. ROWE Par Theodore BARER Los trthtres i notre cause les politiciens corrompus, les petits bourgeois, les u'apprcndrai rien C personne anencore Prostituer Ic palais lCgislati gros bourgeois et les Syriens sont a ce j0t1'huui en crivantqu'iI n'y a pas de vous croyez gnu Ic peuple va votc pays cc que 1 microbe de Ia syphilis diiTreiica a faire entre Lescot, ses Mipour quc vous puissicz continuer C v est au sazg. Notre pays est malade, ii nistres et les dCputCs et sCnatcurs de vre se dpens. Ptrornpez-vous: I est naIade dune grande, d'une trs in dernire Clianibre dont in dissolupolitique de remplissage des poches c grande maladie. tioii rapide a CIC le premier geste d& flnic, bien fiiiie et ri vous reniontez a Le moment eat donc venu pour nous, mocratique du ComitC Ecctitif Miiipouvoir, par maiheur, vous Ctes cap jeunes, de teridr Ia main aux nines quI tj' (1lI a formelicinent proruis an penbies de in rccoulmenccr. Vous Ctiez d n'ont pas faiiii, C ceux-1 qui n'ont pas pie haltien de mi donner pour Ic choix cidCs a coliaborer avec Lescot jusqu'e capitulC devant les assauts constants SCS xnandatajre des Ciections abso195 Notis avions mis fin a vos projet des forces cia corruption et cle dCgradahtIflcIlt libres et Ioyaier. et no perdez pas de vuc que cc peupi tion de Ia personae humain; nfin de Nombreu sont les dCputCs et sCnaque 'otis avez maityrisC de concer trouver u:ie medication rapide et effiteurs dc Pancien rgime qui se prCsennvec Lescot pendant pins (IC quatre ans cace pour Ia restauration de la sante de tCflt c1sore a 1i Nation dans Vcspoir de cc peuple petit hientt so constituer ci la Patrie. Notre pays est ma1ad, ii eat recucillir qnclques sullrages et dc faire rii)t(na1 et metne fin a votic prCsenc malade d'une grande d'une trs grande 1Tti0 d4 In prochaine legislative. Le indCsirabie. On vous confrontera ave maladie. peuple He duit PiS ouiiier, ci. ii up I'iuLccot et Lacroix, vos complices, et oi Nos ennemis que nous avons citis bliera pas non plus, qua cc sont ces VoU rCservera Ic JnClne sort qu'eus pius haut. veulent, ies uns plus adroitemessieurs qul exit vote Son maiheur en parce qu'il ii'y aura plus de favoritisme ment qua las autres, niaintenir le mme accordaiti an reptennat a Lescot a la Le Journal aLa Ruchca, tribune ti tat de choe cc mCme stat tie chokes tie son Ircmier mandat. La peuple in jetiiicsic haltienne, s'est dj consti d'avec lequel noiis avon ioIemment rias lue cc sont c.s dcl)utCs tuCe en tribunal du iqtiple tout antic divorce pour pouser Ia volont nect s6nateurs qui out approuv, appinupour jager lea, coupablas ci les mouri branlable d'instaurer dans notre pays (ii, coliaborc a tous les actes dcspotitans I'impossibilite de nuirc. 11 na si Un rgime nouveau, capable tie TrCponi'exgoUvcrflclflellt. Le Papie PauL pas qua las liomme, qui oat ac dolt toujours SC rappeler qua ce mesCHIC cc pays ui catte 1JPiISSC conomi dre aux besoins urgents du Proletariat. Nous avons divorce, disons-nous d'aant CtC, sont et seront toujours (fUC at morale, ne solant pas LCvCre. 1 vec Un regime fasciste o Ia critCrium mnis de in tyrannic at de Ia corrupmcnt fiagellCs et punis. Ii faut quo, du Jugement de Ia valeur individuelle les associs de Lcscot dans La earnpar in misc on accusation et par Ic juse ravalait a une r:cqIe question de do in caisse publique, sos con:ganient do cas rnninos, on donna aux pigmentation .. PliCS 111aihoLICtes qui oat tout fait gCnCrations niontantes une leon da rosNous ne voulons plus d'ur. autre rCpottr mettre cc pays a deux as de Papact tic Ia caisse publique at de tout bime. .Te ma rCptc: ii n'y a pas de (lifcc qui confCre tine dignitC a VJiommc. gime Vincent-Lescot. L'nfluence d'un fonctionnaire de l'tat ne dolt pius se 10t0fl entre Lcseot, ses aninistres at Jo demande a la Jeunesse at C In Namesurer a son habilet dans Ia c000tisics dputCs et sna1curs. Lescot, Gonlion tout cntiie do crier avec moi: traii Rouzier et en dputC on tin sCansArriCra las dCputCs at sCnateurs do sion, au sex-appeai et au' energies enLeur de i:incienii Chambre, c'est blanc ['ancienne Chan2hral Arrira tons les treprenantes de sa fenime. de ses soeurs bonnet. bomiet blanc. IlOflhlneS poiitiques tie cc pays, qui ont, ou de ses flues Nous ne voulons plus de ces SecrAu! Messieurs les ex-dCputCs at cxpendant plus tie trenle ans, fait couler sCnatcurs, vous croyez qua vous aliez a fiots Ia sang ilu petipic haitian!a taires et SoOs-Secrtaires d'Etat souteneurs, voieu: a et assassins. Nous ne voulons plus de ces Snabourgeoisie qui vous subjugue depuis In revolution intgrale ou vous prendre teurs at Dputs ignorants lches et bientt cent quarante ans et dont les le !ourge5is C Ia gorge pour que ses crapuleux. intrts vitaux exigent que vous crouyeux sortent de leurs orbites, pour que, Nous ne voulons plus de Juges a ternpuissiez dans Ia misre Ia plus affreuse, par toutes las issues du corps, ii rende prament faible at venal, des Juges qui dans i'ign6rance la plus paisse. taut ce qu'il a man, tout cc qu'il a vole endent leur iperdict sous Ia dicte d'un Proltaires, vous n'accepterez pas le par votre ieur et par votre sang. Co dictateur sot, criminal sort qui vous eiit fait. Des riches ne doijour-IC, les mi'sons, Ies femmes, les enNous crachons sur les capit.ulards vent pas habiter de somptuauses villas, fants du bourgeois ne seront pes Cpardont Ia conception du iionde s'arrte C alors qua vous-mn,es, vous couches gns. LCc1nir de VOS machettes at de leur panse, aux femmes, aux dCncings clans des taudis, dans des gouts, au mivos couteau; le crachat de vos fusils In et au baccars. lieu des immondices. La riche ne doit Iumire de vos torches vous feront. jusLa politique de prostitution et d'espas ti bien chauff in nuit, quand, dcc. Et je serai avec vous, Proltaires, nu croquerle du monstre a double tte ViavoUs-mi mes, privCs de couverture, Ia moment du grand lire de triomphe at cent-Lescot, je refuse de sepal er ces tuberculsa, impitoyable vous guette. de satisfaction. deux auteurs tie tragedies -, nous Ia Le pauvi ne doit plus ramasser les Je vous dCnonce, maintenant, une rCpudions dans Ia personne de ceux gui niiettes de pain tombes de Ia table du troupe d'aventuriers, de voleurs et de l'ont prpare, dans la personae tie ceux riche qui se gave de jambon, de fromabandits qui a thsaurisC plus qu'en tout qui l'ont applique et qui en ont joui, ge at tie yin. autre temps, pendant In guerre, noti e nous Ia rCpudions encore dans Ia perMalheureusenuent pour nous, Ia cioche pauvre pays. Je veux parler des Sysonne de ceux qui entendent In Contidc luHistoire na pas encore sonn I'rupriens et des MtCques. Ces parvenus, nuer. Je dnonce ici Ia complicit tie tion du volcan des reclamations popuces arrivistes se sent crus C un certain toute une categoric d'hommes tie toute laires. L'infrastructure et Ia superstrucmoment Ie maitres dfinitifs de notre tine classe. Ii est naif tie croire qua Vinture de Ia socit haitienne, les courants terre. Bouez, Brandt at leurs sujets cent et Lescot sont des gnCrations internationaux iie militent pas suffisanuEtat dans l'Etat -.--, doivent tre dCgonspontariCes. ment en ncitre faveur. Vous devez, toudes. II faut 'lue nous cessions, d'tre lea Je vous dCnonce, Pro1,taires, cette tefois, travauller C Ia venue "u jour de (volt suite page 4) I JProlCtaires haitiens, PoussCs par la plus froce des soulftar.cos morales at Ia plus noire des mioCres physiques, Criges en principe tans notro petit Pays dj si pauvre, par le rgime nfast" Lescot-Brandf_Boue; Ic plus pillard, le plus infernal at encore Ic plus immoral que notre Histoura ait jamais couvC; vous vous tes dcids C fairo face aux mitrailles tie ces Assassina pour reconquCr:r votre IndCpendanca tant morale que m,atCrielle; ou mourir. ProlCtaires hautiens, vous avez vaincu, par votre seul courage, ]'immoraljt dans touta sa Iaideur, personnifle par cette grosse tete creuse d'EIie Lescot, accoupis C I'Escroquerie double du cynisme criminal tans Ia personne du monste Osus'aid John Brandt; toutes deux servies C souhaits par cette canaille de Bouez, comnuis-encaisseur du rgir me Lescot-Brandt-Bouez Proltaires haitiens, emports par l'allCgresse tie Ia Victoire, vous ne vous tes nume pas apercus que seule votr arcleur rvolutionnaire vous a permis de vous dbarrasser d'une machine dictatorinie si biep conde par Ie cerveau criminal d'un Oswald John l3randt, conseiller commercial de Ia clique Lascot-Brandt-Buez, et reposant totalemeat sur un Mono pole off iciel pour in fabrication at yenta de tissus a,,' cotora en Haiti, dent, par Ia jeu legal tie PrCteaetna, Lescot et son ruse compCre Oswale' John Brandi s'attrjbuent Ia part du Lion, Dc fait, cc Monople scandaleux at diabolique devait Ctablir aux seuls profits de Ia clique Lescot-BrandtBouez, ia systme Ctanche d'Esclavae si bien dissirnul dCrrire quelques gestes carnavalesques d'une Philanthropic subite et fort mal-placee mais bien soutenue par une Presse vendue et payee, qua, Deu. fvluliions at Dami d'Etres, djC snlgnCs a blanc par cc Vampire Oswald John Brand(, se seraient vus hon gre mal gre contraints C s'y vtir et tie quels pioduits, Mon Dieu. ProlCtaires haitiens, il est Impe'rat,f que vous dtruisjez C tout jamais, toutes 'incas tie cot infernal rgime tie Monopoles gui sentait Oswald John Brandt a mUle lieuos C Ia ronde, at devait mme aux risques de voir tout un Peuple s'vaporer tans Ia ffiim at tans tine misre indoscriptible, Cterniser le Stake' RichisSime du Truit Infernal Lescot-Brandf_ Bou. Prolteires haitiens, qu'attend donc notre Gouvernement Milaajre issu tie votre victorueuse Revolution, et dent l'imprieux devoir serait de preparer une voie facile au Grand Procs do in Liquidation, pour lnoncer rguliramont Ie Tl'Ionopole Off iciel Lescrit, rapporter Partte d'nutorisntion de In SociCtC, confiaProletairesParTilColloreBPiltEitENGARDEL E COJ);.'\,?-),,;,-:'"'i:?"<"""",.:ren'apprendrairien a personneau-encorepr.ostituer Ie palais lCgislatif,iourd'hnien ec.rivant,qu'i1 Il'y apasdevouseroyezqneIepeuplevavoterdiffe.renceafaireentreLescot, sel' Mi-pourquevous puissiezcontinuera vinistresetlesdcputcselscnateursde vre asesdcpens. pCtrompez-vous: la IadernicreChambredontlapoJitiquederempJissagedes poches est tion l:apide actcIellremiergestedclillie,bienliuie,elvousremontezauI11ocI'aiique duComiteExccutifl\IiIiJlouvoir,parmalhellr, vousctcscapa-.tah'cql,i a formelJement promisaupen-hIesdelarecohunencer.VouscHez de pIehaitien deluidonnerpourIechoLx cidesitcollaborer avec Lescotjusqu'endesesDlUndataires des elections abso-19';;l'.Nousavions misfina\'OSprojets,lumentlibresetlo;\'ales.etnepet'dez liasdevue que cepeupleNouibreu:<.:sontlesdcputesetscnaquevousavezmartyrisc.deconcertteurstIe I'atJeien 'rcgime qui se prcsennvecLescotpendantplus dequatrcans,tentaI.aNntion dans I'espoirdecepeuplepeutbientotseconstitneren recueillir qlielqucs suffragesetqefairee!mettrefin a votre prcsellce j1artielaprochniueIcgislative.Leindcsirable.0"vous confronjeralleul1lenedoitpasoubHer,etiJl'(\lI. Lescotdvos complices,etonoliernpasnOllplus, lJueco.sontccs'rcse..vera.IelUCillesortqu'eus,JIlcssieurs quic;mtvotc SonI11Ulheurellparce.qu'iln';y mtra:Jllnsdelavoritisme. ,accordant un :;:'eptennatilLescotitIa1,('JournalLaRlIChCl),tribune. deIiIIdesonyremiermandai.Le}!Cupl("1ajellilCsse llai"tienne,s'estdcjaconstitllceentribnnaldup
PAGE 3

Page 2 cLA R.UCllE quer I'usine et tout le Materiel aux orque Pauteur. PEoltaires Haftiens, Ic J L'U N I 0 N N DSPEN SABLE dres du Gouvornement venr charge do plus cocasse do tout cett vaste Ia poursuite des Grands Coupzthles et ombitaison louche est quo co voleur Par Gerard MONTASSE louts Compliccs du rgime pillard insaisissable, Osw,Jd John BRANDT, L&cot.-Brandt-Bouez. Tout ceci rontre semble avoir dnzi cc oui coup triple sa Lo Panorama des forces en presence dra prendre pour djouer les esprts et dans le cadre des Pouvoirs rgulrefortune d'un cas de dtournernent laisse pr.'oir ui Victoire crasnte des faire triompher is intrts de so classe. meat acquis a tout Gouvernement Tranie fends a son profit par Lescot nu pre rels dfenssurs du peuple Haitien au N)tre lutte est Anti-bourgeoise, naSitoire issu duno Revolution Proltaircs dxce peuple haItieri; pidsque d'aprs rpthaines consu1ations populaires. Uon1e dens le sans d'une politique haitiens, c'ost cii vOrtu memo de pou cc qui se thpte dats los Hautet SphVctoiro ii gauche... large, sciontifique, apaoa de mettre en voirs sus-sgnaIds quo ntre Gouvernees Offlci1les Etrangres, aucune criva1Ur Jes rieheses innombrables du nicut Militare, issu de votre Rcvo1ution wr 4 I Eanque Natkrna!e no justif!c Mais, ii faut toujours craindre Un ren Versement au tableau des forces. Le ps au profit d'un Communaut nadu ii Janvier 1046, a pu thguiirenent vrseniont et J'o:2cissca2onI rigu1iet tionale de 4 millions do Citoyens der&er 1i onfiscaticrn gnrole do tous I snnThlejse ,somme do l3ouigaois n'a jamais hsit devant au le' litas meubles at inimeubes d'Elie 35.000,00. Ii est do moo frvgir paacruice POU1 nsservir sa soil clu Nou ifavon pas cPambitions politiPouvol. Sos rangs sont erganiss et ii ques personnelles nous ne brguons inLescOt et des Membre do son Cnbinet; ternel at dt rues droits onstitutiurieIs quoiqUe pour raison d'Etat, l'infrne tia Cityen Hatien de signaler tous ces de1oppe une rdelle conscience de dividuellement aucune charge lctive Classe. 11 jetteri dons l Balncc lecou autre, Notre seule ambition est de Loscof Tht dport. Proltaires haitiens fft etraordinaires a vous at ?i l'opitorle tout Ic poids de ses sous (Le trvoir sourire 1aui ore de la dlivrance du puisque l'nction de I'Etat Hatien dans Publique do In Nation, maintenant sor public et Ic pauvre peuple sont peuple haitien. Nous voulons quo 1946 Ic Grand Proc do Ia Liquidation du-rque l'heure propice a sonn pour vous chargs de remboursar au centiiple). II soft, sur Ic plan politique, conomique, ginle Lescot-Braridt-Bouez dolt invitademander au Comiid ExdculY Miiicherchera a exploiter Ia grande d&reste social et moral l'aboutissant logique de blernent englober non seulement Elie tafre de Ia R4volution, en vertu innio des maSses proltariennes qu'il a tuIa grande Revolution de 1804. Que 1946 Lescat at son Cabinet, mats aussi et des engagements solonnels pris parsurtout tous las autres Complices quo!devant Toute un natjon dcbout, do jours rnqintenues dans La plus grande soit une date lumineuse dans 1'Histoire que Litre que cc aoit il deviant le dodecider Dfinitivernent le sort de I'acgnorance et Ia misre Ia plus abjecte. cle 1'Humanjt: La Conqute de l'aurore sur Ia nuit. volt impratif do notro Guvernernent cus Oswald John Brand! pour ces No rpte-t-il pas avec cynisme quo Militaire do procder sans merci a Ia Pajts graves relevs sa charge, Jequel les elections lihrs sont une Rcolte pour Jeunesse communiste, Jeuneses Somise en accusation at arrestation do tous devra &tre arrt et crou et tous ses le peuple qui est assure pendant les cialistes, Jeunesses dmocratiques popules autres complkes du rgime Lescotbiens, fonds, meubles et immeubles gquciquas niois qu dure Ia campagne laires, jeunesses do gauche, toutes, au Brandt-Bouez a quelque titre quo nralehent quelconques confisqus aux lectorale d'un peu de nourriture etd service de Ia Patrie Haitienne,A cette ce soit, et a Ia confiscation Gzaira1e de Ordres du Gouvernement dfinitif qui quelques boiis grogs dtape historique de Is lutte contra Ia tous leurs biens, meubles et immeubles, dcider en dernier ressort. Bourgeoisie, I'Union est plus qu'indisEn consequence, qui mieux que le pensable. Nous faisons Un appel a touet ce, en vue de nous assurer a quelque L'Escroc Oswald John Brarid est Bourgeois est place pour explOiter une tes les Jeuriesses non-conformistes du degr, Ia compensation des Dommages Incalculables, tant moraux quo mataussi coupable de rneurtre comn's au telle situation? II le salt. La Vote du pays les conviant a l'Union. Les n&cessiriels, caus&s Ia Nation Haitienne. prejudice de son his, le jul.. Fritz pauyre gueux, ii l'obtiendra a'ec son arts de Ia lutte Ia commandent, l'impo. Brandt, fils d'une HatIenne authentique, gent afin que se perptuent les privilst C'est ainsi donc que Ic rgime Lescoten l'an 1926 et des lors, Ic meurtrier ges de sa classe. II l'obtiendra. Brandt-Bouez s'est rendu coupable du Oswald John Brndt s'est toujours everLutter contre le Bourgeois, contre la Le Proltaire continuerajr a croupir clique depoliticiens vieux regimes a sa vol scandaleux et irrflclij de plus de tue corrompre chaque gouvernement dans sa crasse pour assurer Ia splendour solde, doit tre notre objectif immdiat. deu millions de dollars de biens Alj prix d'or pour chapper aux chtide la Vie bourgeois; Ic luxe bourgeois, qous reprendrons, aprs Ia Victoire, lernands squestrs et Pieces Is rent de son crime. Va-t-il maintenant II aura vote... librement... Garde de notre Pays, at voil qu'ofiIpy ce crime imprescriptible? Ce crime abs positions id&ologiques ou doctrinaLe tableau s'assombrit de considracieIlemen, Notre Pays reconnalt n'avoir ccmmis sur le territoire Haliien doit les respectives pOurcostruire, dans Ia tions douloureuses. Mais, prends garde l'difice superbe d'une Commuaucunes reclamations contre Ia Nation tie jugi pai Ia Los Haltienne qui no bourgeois. Allemande Vaincue. Pour se garer derprvoit point de prescription en rnatiz-e naut rgnre. rire une immunit provisoire, Ia rgime de nieurtre. Quelque chose a change sur l'hifaut pas qu'il y au de fissures Lescot-Brandt-Boue; par des moyens quier politique. Une force nouvelle s'afdans nos rangs. L'ennemi est organis Proltaires haitians, le jeune Fritz dtourns, entravait constamment Ia dfirme at rentre en lice dans Ia bataille et puissant. Nous devons offrir auc ascision du Gouvernement Amricain, Brandt, fluls d'une haltienne authentipour Ia defense des intrts du peuple sauts de Ia l3ourgeoisie flux abois, un avec sans aucun doute le concours inque, tue d'un formidable coup de poing haitien. Cette force, on n peut plus Ia front anti-bourgeois unifl s'appuyant LreSsfi d'Andrd Liautaud a Washington, de son propre pre, l'Assassin Oswald SOUS-estimer. Force au service des reels aux ailes et au centre sur ice positions de retourner en Haiti tous les Allemands John Drandt, demande Justice, Justice. intrts de Ia Patrie haitienne. Force luEntendez-vos sa voix martyre? puissantes at indompIabies des forces -haitians ou Allemands ayant bieris et cide et consciente; La jeunessi Militanpopulaires, families haltiennes. Ce vampire rapace, alors ua sos to. Prolthires Haltiens, toute cette vaste grifles ensanglantes sont encore dans Llieure esttragique, Camarades. La Jeuresse de 1946, instruite des leconthinaison d'escroquerie sur grande les plaies hantes au> flncs de toute cons d'un pass r&ceiit, imbue d'une disOublions, chacun, nos patites peisonune Masse, de tout un Peuple ui en nes r'our Ic triomplie des intrts supno rythiie qu' une eule chose: cipline de pense et d'action nouvelle, rienra de Ia Patrie haltienne. meurt lentement mais sflrement, s'apqua nous autres devrons supporter pour Is hauteur de son rflle historique d'alonglencips encore le lourd fardeau du prete, SiflS pitl. a dvorer toute la vant-garde des revendicationo du peuple Au-dessus de toutes nos proccupaMasse d'une gration qui monte par retnboursement aux Natibris-Unjes do ces et des impratifs de Ia Civiiisatjoit La tions du mor,ient, la ncessit de triomdewc millions de dollars do biens alloun Monopole Diebolique Lescot-BrandtJeunesse militarite salt contre qu! mepher aux prochaines Elections. Bouez. niands rossi&rement voles. Ier In lutte; alle Ia Innera. Et Ia lutt Pas d'amorphes, pas d'Indiffren Oi doncsont lee auteurs et qui donc La perte du rgime Lescot-l3raridtsara rude, implacable contre les ternels dans les rangs de Ia Jeunesse de gausont les recleurs de cc grand vol classiEoues tant commune aux tous, Ia suceuis du sang du peuple, contre les che. Tous, dans Ia lutte, pour Ic trionique combine, poui que la Junte Militaireaction ducriminel Oswald John poliuciens vreux, toujours les memos, phe d'un genre do vie sur un autie genCe puisse mettre Ia main a leurs collets? Brindt sera celia du Tigre Blessd. indignes d'un mandat populaire, au serre de via, d'un mode de penser sur un Ofi donc sbnt ces biens et immeubles Qu'importe quo tute une pljade de' vice d'une Bourgeoisie Cosmopolite doutre mode de penser, d'une same phiiIIomards pour que laJunte Militaire Csars crirniriels diSparassent pour que puis des dizaines d'annes, cont-re cette losophie politique sur Ia Routine petite procde a leur confiscation gnrale ne prisse cette Belle Jeunesse. Bourgeoisie, desesphrment pollue, quo bourgeoise. a leur remise sous squestre? Qut donc Si aprs tout cOci, to Mono pole flOUS convions a retrouver son Portrait, a servi de Prte-noms pour Ia vente Lescot-Brandf-Boubz pour Ia fabricaportrait affreux, dans l'avertissement de Pour l'Unjon des Jeuneses de gaumule de I'Habitation Momance au prix tion de Tissus do coton en Haiti n'est M Stnio Vincent. che! scandaleux de six mllle dollars alors pas do suite donc, si l'Arrt d'autoNotre lutte est anti-bourgeoisc. Quelle Vive le Peuple Haitionl quo cette pi oprith gnralement C0fl risation de la socit n'est pas 'de suite quo soit I'tiquetto quo le bourgeois youflue vaut au minimum Quarante-cinq rapport4 et l'Usine y compris tour le rnille dollars? Materiel confisqu; si dis-je, l'Escroc En eflat, cc Mystrieux personnage Oswald John Brandt n'est pas mis do d'Oswald John Brandt, aprs avoir, sans Suite en tat d'arrestation et croufi A propos de a mort de PAUL JEAN aucun doute, ecorrom pus son associ comma recelaur-complice dans le vol Elie oscot, Grand Fonctionnaire Puscandaloux dos bieris allomands quo nous Commeon sait, Ic jeune Paul Jean, plus vils sicaires des frhre siarnois Vu-if blic dans l'exercice do ses Hautes Foncaurons a rembourser pour 1w; je vous fut tue le vendredi 11 janvier d'une halcent-Lesot. Cot intrigazit InrtCrd tions Dillit prdvu par Ia Lol Ra:tierile rphto et trs sincrement: n'osprez Ia do rovolver, alors qu'il so trouvait au croft-il quo son bonhomme restera imno l'escroc Oswald Joim Brandi Se plus sian de bon de votre Payssuiciseuzl do sa domeure. La pre du meurpuni? Pious rious en-ipressons do le dfit passer les usines do Saint-Marc Vadez-vous. trier, un cynx quo personnage, Leopold trompoz et nous di3thandons, au nom de lant au hiinimum Deter cent mule do!(a suivre) Pinchiriat, s'emprossa do passer a Ia rla Jeunesse rviste, au ComitC Exdcutif Jars, pour Ia scandaleuse somme de dactzon de tous los quotidienc, pour doMzlitazre de pilnir 5vrement Ce jouno Trente-ciq mule dollars, so rendant de rnancfer de faire silence autour de ce offzcior orrivzste qui a cru trouver un cc (alt coupable de complicitd au titre <yoirpaPouvoi;.Sesmngssont organisesetiILescot: .et desMambresdeson Cilbi!let; tcrneletdt.mesdroitsconstitutionelstluoique,pourraison d'Etllt, l'illfameElie.IeCitoyenHattiendesignaler tous ces t:teveloppeunededividueIlementaucunechargeelective Classe.IIjetteradansInBalanceelec-au.autre,NotreseuleambitionestdeLescotrutdeporte.Proletaireshtiitiens { ..its(!>;traordinairesaVOllSetal'opi.torulitoutIepoidsdeses sous (LetrevOir sourire I'auroredeladelivrnncedupuisque l'actiondel'EtatHai'dendansnion PubJiquedela Nation,maintenants'or publicetIepauvrepeuplesontpeuplehaitien.NousVoUlons que1946IeGrandFrocesdela Liquidatiollau-re-quel'heurepropice a sonnepourvous,chargeSde.rembourseraucentUple).IIsoit,surIeplanpolitique, economique,gimeLescot-Brandt-Bouezdoitinevita-dedemanderauComii6Ex6cutil Mili.cbercheraaexploiter lagrandepetresSe socillletmoral, l'aboutissant logiquedeblementenglobernonseulementBUeiairedeInRevolution,envertumerne. des masses proliJtariennes qu',ij a teulagrandeRevolutionde1804.Que1946LescotetsonCal:1inet,mats aussictdes engngements solennels prispar-. \ jours rn"iptenuesdanslaplusgrandesoitunedatelumineusedansl'Histoiresurtouttaus les autresComplicesaque!-devantTouteun.nation debout,de., ignoranceetla misere laplusabjecte. tiel'Humanite:LaConquete.'de l'aurorequetitrequecesoit,ildevientIede-decider DeFinitivementIesortdel'ac-surla nuit.voir imperatidenotreGouvernementcuse OswaldjohnBrandipourcesNarepiH:e-t-ii pas aveccynismeque.Militajredeprocedersans merciaIeFaitsgraves relevesasacharge, lequel les elections libressontuneRecoltepourmiseenaccusationetarrestationdetous devraetrearreteetccroueettotisseslepeuple quiestassurependantles les fiutresdu regimeLescot-biens, fonds, meuOlesetimmeubles gequelques moisquedurelacampagneBrandt-Bouezaquelque titrequeoeraleinent quelconquesconisquesauxelectoraled'unpeude nourrirureet'dece soit,etalaconfiscationGeneraledeordresduGouvernementderinitif .qui quelques bons grogs,. taus leurs biens, meublesetimmeubles, decideraendernier ressort.e!:'ce,envuede,nous assureraquelquedegre,IIIcompensation desDommage:; Incalculables,tantmora'.lxquemateriels, cauSesalaNationHaitienne.

PAGE 4

'is _,,1_ 7'oit di mnw! Seaucoup damauurs de rnacaouerie. beaucou do ceux Par Jacques LA COLERI Ce 24 Janvier 1946 mes Vieux, nous vous tordrons le cou, Jui croient do ban ton de srrnuler una sa pric;rit distante ant commence a dMessleuts, '' arracheroxu les oux nous terter les foukuzJc rouges du Rey, pour Terons teire votre bouche dombre. Premiers bagayemcnt du prolta NOUS, Jeunes Hommes, nous les Horn00 pac tTe tins (10 gTO houreoi, Soqui indique qu'il va bientt s Cnq Q1orteuse de Janver 10/ 11(O JIjiCUkS. mess:eurs-darnes/ par &ecprimer, tonner centre vexploij)4 nous ppottons au pied de Ia na* Ltjin capita1ste, le met de syndicat va pied du prol6tariat haitien une Ou dif quo la (emil/c qui 'intitu!e 1e eurt. vole stir les Ivres des travailIeuis ouve11e offDande. Nous lui offrons tout plus' beUe fam)lk dHtht> pease quo Ic aaItiens, le mat de grve ?enfle, se prqte nous avons sans rico garder pour mcuvemcnt rcent tomber conime tous ise, se raiise Le PioItariat hntien nous L vie que nou 1u offrons ist 'as Putre.s. Aftendez tin peu, crapules commence bgayer le pr1tariat haicello dos thamps germnants de AteOt n'aura pas toijours de gros protectien va pr1er, Jiers bourdonnants, des forges rougeutours A1I Messieurs los Hornmes Viou; yate. Le trevail que nou 1W offrons Les iaq G1oruses de Jnvier 1945 cest Ic trawjj pour lui-rnme, Ic travail vous avcz Cru que11es nal1aient condisans profit pour Ia bourgeoi le travail Evptiquea gui pourra on aurait vu Ic Jour de Jo dc1ionce, debout sur une tionner qu'une transformation fornielle, sans Ia plus-value qui en fnit Ic plus incst--dire pour Ia forme, tandis qu'elles ftimint esciavage. L Sciit que nous aiIe d'auo, un jouno qui navait pas youlu mair la grvea, crianh , do Sole prju gas, combien avez-vous tin inombre tcs dynamique de Ia ioutouch pour cello vilnine besogne? oLa r,esse, est candidat C a Deputation pour Cit eu>, au socoursl Enternez ces cadavres Ia 2me circonscr:pt ion' do Port -au-Prinqui nuisent C Ia vie du Dpartement, cc, Bonne chance camarado '41' Notr camarade oChantiers,, a inauur pour a de'Mcfaf ion do sos aimablos Iecteurs Ia rubrique cEncensoir en mains,> <'IJn troupeau d'crivains rep Iilions et faux duileront sous les yeux du Iecteurs Le genera! Nemoure, dans louto sa laideur a pass soils nos yoiig, C 'iavers uqp page puante do flat term basse. Vous faites un excellent travail oChantiers '-4 '4 JacquesLACOLERE.**ldolatre Bonaparte,unpeudedecen ce...Abandonnetallsiege.Legrand Boudlla n'est plus, Dis, done, ViviIle, pourquoi as-tu introduit desgendarmesaupalaisdeJustice,Iejourde.Iagreve?***LegoriIleaeHinvectiveparHaynes,unEtudiantHaiiienauCanada.Hay)1eS,tu os. dignedeIaJeunessedeton Fa,vs!***Lecamarade EdrisSt,-AmandaaoandonneLa Nation,Nousrenseignerons au.momentopportun.Ce24Janvier1946'"* *Midouin Ayjn,unaineauquel nous vouonsunegrandeestimeetJoel'pierre, ex-repetiteurauLyceePetion,sont can didatsalaDeplliation.LepremierpourlaeirconscriptiondelaGrandeRiviereduNord,Ie secondpour1a4emecirconscriptiondePort-au-Prince.*LETTRE Ames Vieux, nousVOllStordrons Ie cou, nous valiSarracheronsle.!!y$ux, no us feronstairevotrebouche d'.ombre.bagayement5duprohHaNous,JeunesHommes,DOUSlesHom-riathattienquiindiquequ'iIva.bientotflles desCinqGlorieusesdeJanvierpar!?r, s'exprimer,tonnercontrel'exploi1946, noUsapportonsaupieddelanaL,ti,mcapitaliste,Iemotdesyndicatva,tiCln,aupiedduproletariathaitienunecourt, vole StIr les levresde!'.travailleurs nouvelle ofCrande.Nousluioffronstout;,aitiens, IemotdegreVe s'cnf1e, se pre-cequenousavonSl sansriengarderpour:ise,serealise:LeFroletQriat hnHiennOllli,LaviequenousluioffronscstcommenceiJbegayer,Ieprcletariathut-celIe deschampsgerminants, des Ate-tienVllparler, Hers bourdonnants,desforges rougeu-AllIMessieurs lesHommesVieux,yantes,Letravailquenous lui offronsLeseinq GloriousasdeJanvier1946c'estIe traVflilpourlui-meme,Ietravail vous llvezcruqu'ellcs n'allaient condi-'Sonsprofit ]1ourIebourgeois,Ietravailtionnerqu'unetransformationformeIle,sanslaplus.valuequienfaitIeplusin c'ast-a-direpourla forme,tandisqu'ellestamante$clavage.LaSocietequeno us n'.uvaicllterecopditionnees elles-memesluioffmnsesttIne societe sans classe,que>parunetransformationreelle dessansopt"sans opprimes, laconsciences ha'itiennes.ciettSnmlvelle baseesuruneconceptionLes Cinq GlorieusesdeJanvier1946scientifiquedumondeetmaterialistesontJ'affirmationperemptoirequ'Ha'itideI'histoire,lasocietedefaLiberte:-eelre"agneaupasdecourse lalutteuni-Ie,del'Egalitetotale,delaFraterniteversellecontreI'Internationaledel'Or. enfirl reaIiseeparl'abolition .des classes, Messieurs lesHommesVieux, .comme ,Nous les JelmesHommes,no us les les Romairtsdela decadence lavieaeteHommesdes Ciriq GlorieusesdeJan.pourvousl'Edenflux>fleurs maladives,vier1946,nousnous frayerons la .route.vicerosecabt,e ses ,riudites pantedangereuse coniineunpiege, nouslantes,lepouvoira etepourvous la ronsl'avant-gatdeduproletariatHaimaincrochuevidantto utes les pauvresden,nous 'fonderons laRepubliqueHai.tireliresdupauvrepeupleha"itien,Ietierlhe des Ouvnersl desTravaiIleursettravailn'a pas existepi:lUI"vousdontladesPaysans.seule fonctionconsistaitafairemodulerMessieurs lesHommesVieux, nous les voix freleseLeJicitees de vas poupees sommes latroupefumj',eusemontantadechairvioletteauxeffluvesduplaisir, I'escaladeduciel, paul" y accrocher l'Au. Messieurs lesHommesVieux,Ierireai-rore tougede)'Humaniterenovee.greetquinteuxdes chevres pieds via-LavOUeperemptoired'uneJeunesselantlesnymphesdes eaux vives, gampuissante,dangereusecom mebadantdansunenaturerieuseleurfief, Ie foudre; vous erieavous lesHommesgalopantsans soucide10idanslesVieux, vous etes lesStttvivantsd'undaresdontlesarbresn'ontdefruits qlieMondedejamort, courbez"vous;IeMon.pour eux, Ie rifeaigre.etquinteuxdesdeNouveauarrive.danssari qUadrige chevres-pieds s'esttupourtoujours, plusdeflam me. riennedoitdemeurerdeces etresdeNallS somniesJesHommesdes Cinq .mythologiedemalaugure. VousquiGlorieusesdeJanvier1946. essayezdelesperpetuer,vauslesHom-JacquesLaColereMessieurs,PIQURESDEGUEPES*7'outdememe!BeaucDup d'ama lertrsdemacaquerie,beaucoupdeceuxquierdentdebontondesunuleranesu"p.::riorite distanteantcommence8de.Tesfal1teUlJ.srougesduRex,pournepast,1Xe'idegr05bourgeois.Soyo,:It/oin,ridicules,messieurs-dames.'*'*:->;:OnditquoIafamiIIe qui B'intitu/eaplus bel/efamille d'Hfiiti:>pensequeIemGUVement recent tomberacommatauslesautres.Attendezunpeu,crap utes.Onn'aura pas toqjoursdegrosproteeteurs.**Exp'lqu,;ra quipourra:onaucaityu,Ielourdeladec11eance,deboutiSuruneaile d'auto,unjeunequin'avait pasvou.Iu",iairelagreVell.crianfNoupren yo,Qu'est-ceClueces MeiOsieursduDepartementdoivenipenserdelui?*'*>I:OnditqueIehel Abel,quilutcommaFouquet, surint!.;,JantdellOSFinances,batitun cllateaucomparableaceluideVaux.Quedeparalfe/es!quelafinaussisera identique?***OndilquelespetitsclliensblancsdubelAbel,ceuxquitronaientsursa voi turedecouverte.sont tra/tesmaintenantacoupsdepied.Sic'est vrai,quepelliSerdoned'uneteIle ne.rvosjte?*

PAGE 5

Page 4 LA EUCIIE v.3: f/44 2 4 fr,, 1 A !'hiir actw'lla. Un par/i poli-' /tr?nce sur ls lois dii dvcloppe tiqxie do,it Ic progra:lImc tie s'iit.went M)cial, sur Ic co,flprJu3lzsjolr L3EXPOSITION WIIFREBO [AM pire pas d'uuc i/zorip getzaralc /' cas lois qizi ne rdue,zt d'aucunc duulL COnceptiOli scicntifique cia jstkc te,'ne1k' rnais sont , Un article cia Margaret BrubIouissante harmonic d'expression. btises en b&ises, depuis le ;,,atn UVCC line fla1vCt en/wit/nc a! cwniflin, qul vaus renseiziera clairerrze!lt D'autres toiles prsentent un jeu de brilfrag(JIw (Ic 1915, jlzsqu'('l a Ct11(jquc, n'avoir ricn Cornpris a 1(1 divIsur a caractre d la pe!ntiire de WI'lantes couleurs pour las rr1res-pans, lrOJ)hc Jornudabic l'un brigand, sian da icr sodet er dcux classes frec!o Lam. presque toujours epointi11stea dans (l'ufl (1SSQSSIII Coflhlne Elie Lescot, (zu d'hoin:,zes (10,11 les ilitrts oizt ireLes incanttjons inagiques et rituel('agencernent d'une nuance claire, brilPa!ais National. Systxnes iiicoh rcconcthablenicr:i oppoths. Des la. les de Wilfredo Lam (1). lante par opposition Une autre p!utt talus. Systmcs (Jb.l1r(1C$ appliqus J cvni's pareilles eussent t norniales eUn monde de ant&sIe appara par rnIang de ton dana In macat bre 1a parade antillajsea, avec Ia vi()OLII l'avilj&ccnzent, :netJzO(li(Juc (1?Ufl &n L'e(ltICatloIt i'lCtiS1aflt (1.? Tidans les oeuvres de WflfredoLam, oeupeuple, pour le pitinel:zent de diJoep1z dont, par la fauta d'une uz vies exposes a Ia galerle Pierre Maueur des vei-ts et es pourpres, las bat grilles I1I,,nairie, (IC deux isiullion, de ,1oru. las COiZ1I(JiSaflCC9 SOnt rezifertisse; Monde refltant que1ues traits des ttes entasses; Ia Composition est soltenients d'ailes, l'assernblage solide des ngi es. Notis ne toulo,zs plus de ces nze, thins les liIiii1e trop troites de aractres tie Ia peinture ChinoIse et de liezss (IC J)a/fler, v;(Jas de hens, qua son iCJJ)jfl. (IC lerrc, de sa chaz:rniire, part prjmjtjf Africain. Dans bien des dneusement organlse. les 7lO!iliCit3Il$, daizs Ia fr,,ste tic t (I'Ufl J)a,l tie cil blez. Z7l(1j9 c1iz ti1s, des ttes titarines, elles vOquent Serait dilFicile de surenchrjj FInia luite lccto, (lie, bruzidsseni. (ZU e/tha,it on vci jtz.sqzi'7 dirc lea figures symboliques des Indiens cia tensite offerte par ces peintures dans bout de lezn s main s dj ,nl&a, a q!Le11e, affecte,zt lo lal(ICLU (fwl I'A1aska_-_ ]3ien que ces divrses influlesquelics les incantations Magiques, les coizihien d fai1lies, COfluflc' de protare. Certe5 fextigei a. Ce jetsne proences soient appr4ciabjes. les bases esRituels Primi(ifs, Ia pouvoir sinistre des graniFnes clhorda,zLs de sogesse poli. 11(LjTC host jXiS responsable de on 5ent11es de I'Oeuvre de Wilfrado Lam forces supranaturelles, sont reprsentcs tiqac el d'timour (IC hi canaille. Le T1C0Iflh)rlIemiwz, 4lIojfl refoul Lousont des conceptions imagnatives se en un langage symbolique diun grand 1c,flps d ces wtrod 1apagc3:,s et IC/OiS (Juc Ti.,Ioscpli, Ic jenne cu/ilmanifestant en une expression artisticue, a1Pe1 esthtique.a do ces ini'cs ci: wnes ost cerles p6l'aleitr, ii (1 & ?i l'col0 do Ia hautement personiielle en son idologie. Gerald BLONcoJT rune. Now, so,n,,zes pr(.'ts a flOUS lH)Wgeoislc, gui (1 tt?tr& ( 1FHj)oSer I uire Thei j)our flu Parti (101,1 le pro' !liOrtile, .ses prj1Lgs, so soctologk'. Bien qua cc soit un art fantastique, ii Cst trs Hoign d surralisme qul gra(l:nc .' C))OSC s1J7 hue jIzi1oopIzz Souls le tCIflJ)r(It?U3z,t (/'Ztt Sc.' Iiherche dtruire Ia rnonde visjbe de jj ,_ltargatet Breiijiiig. (1) Etrait du Art Dgests J)embr (lu !f1011(Ie, clout L J)!(11 (/c batuiile Cut 1)10)1 vile (IC ldl,(;ation boii ...... eat wi !liF(ZClC (IC logique et de cot' (fin &SL uu foiras (k conilenciil a: iui en dchors de son a, ma110715 J)ri!tlCs, (Ihabuiujes I(IWtC3 eL PRENEZ GJ1DE! DENONCE tnr ulolo'iqIzc. est capable (fCV(Il(I'(LbStraC(jo,,s i(la1i.,tes. I LTJC DORSINVILLE. (dtc cia la lre. page) tar noire Lenzjrumei,t. da dozitici &i fl(iSS(i II(t1tC1Ii1 (C besoin de1 domestiquas de ces sales courtiers du (In, SCUS a not? a Iragdic persori,ielle (1/('h1'CUl 5, forms a t'ei ,narxe Depuis qulque lernps M. Luc DotCapitaljsme international. Par Ia corn(IC fiiii e de IZOIFC VW, liii itiaillon. do th12.s da,z one lotte. i:itrcjt,sjjz]vjJJe qui ne peu se vanter ci'avoir plict cYun Gros Pore u'jls engrais_ Ia granda chalna /iiunaz,ze qul (ICL' II?CIC4 irrconciliable On pass propre, sous Je couvert facile salent, cLa Boitea qu'ils avalent sur le puis des ,tcles or dos sidcs a tiaC"rC 1(7 forCe a plus odei,sc qul de la drnocrt/, mne uria caxnparie dosa en mettant Jes pieds stir noire aol, ads les gc'Iz(;railons e1itirs Ii aO1t celle gui repose ir des VOlCUrS inthci1e cntre le marxjsrne. nous l'avohs actueliement sur notro dos value jiour lUthlisae:neni. sin hi Q11SL vriab!es qua Zes billets de banM. Luc DorjzivjJJe, ractionnajre, et nOus. (en e (/C (U 5(111110 loi de justice ci d(zP''. valet de la boureoisj; s'est permis d'aJe vo dnnce eussi, Proltaires, Ia :uolLr. I Jes bourgeois lutteril poxi tizaulidresser des reproches a J'Impri:nerje do clique des rvolutionnaires, en chambre Je tie C()1Z!lOis JIs(JU' p c,it tc,tii (tCS I)rivilgc.s im!rz, is. pour l'Ea nous faisons ddUer notre jourquit par sa sensblerj, son mpris des (lu'uJte M2111e doctrine qii repon(le smivegurder un ighne de ci 01(0(10, nal. C'e t pour avoir tent cM aauvegarflormes historiques, ses erreurs, consti(f5 f(tibk'&e .,WZ dCf($i1l(lflCe, (IU (tPI0u10hj0h1 dc leurs sc,nb1ables der airibre fasciste. na qu'une tCte,a .. .-. .. Eiprimerie de t'Ett Rue Haimnertoa Killick Page<1LAf.'rrmee sur les lois dll developpe.mentwdal,SUTLacomprehension de ces loisqailLerelevent. d'aUClllle justiceetemellemaissont des don.nees valablesayrmtia significationde1:el'iu!s{)bject,:ves. N ousnmon'i0tlSrourjamaisgliXinterpretations imb&iles des phenomelles sociuux. News sauollseerte:;quetelle metlto.de(IecOlwaiSSUllceetd'investigati(Jn des phenomenes, appliqueelIepallt ctre introdl/itecheznOllsd(lII,ssa{eneIJTintegmie; cependanl. pouruneadaptalion,lIn(1.jus/',emenldecetteI1uzthodeli nos parlicliIarites natiouules e.videnre.s.ilfall/,avoir bien assindleIeslh6or'ieseS:Jel/lieZlesdelaodoclrine.C'eSlhi.llicheqU,inow; est assignee.Aeer ta[ns,IImanqueIru-tout premiers elemenls, aills!ala scallce lell/Ie par l'ussembu'e ptelliere des etwliallts, dimanche demler,unfUlur illge lIiel1rgag//Q,Iemicro pour declareraVeclIIlenaivete enfulltifu: elcom//jlle, n'avoir rien comprlsa.la.clivi--surIecaracteredelapeinturedeWi/sian delo.socidleendeux classesfredaLam.LesincantationsmagiquesetrituellesdeWilfredaLam(1).UnmondedelantaisieapparaitdanslesoeuvresdeWilfredaJ:'am, oeu vres exposeesalagaleriePierre-Ma tisse;MondereRetani:' quelquestraitsdescaracteresdelapeintureChinoiseItde'Fartprimiti! Africain,Dansbien des de tails,nestetes'Otarmes,ellesevoquentles figuressY111boIiquesdesIndiensdel'Alaska.--Eiengueces diversesAi.encessoientappl'eciables, les 'bases es, sentiellesdel'Oeuvre'deWilfredaLamforces supranatureIles,sontrepresentecssontdes'conceptionsimagjnatives.seenunlangagesymboliquegrandmanifestantenuneexpressionartistique,'appelesthetique.)}hautementpersonneIleenson ideologie.Bienquecesoitunartfantlistique, ilesttres eloignedusurreaIismequichercheadetruireIe monde' visibledePllENEZLUCDORSINVILLE.

PAGE 6

flireccurx TflEODORE flAEfl R&Iac(eur ea Chv RE:E PEPESTRE Adi essex fluetle Ito Ne. 32 P.rtau-1'riace, flaiti. 3UONNEMiNT Capitale .. G. LOO par nio ovince.,G LO par inoi PItEMtEftE ANNE No. i SAMIM FEV1UER 94 .P .., _t _1 Oge de a Jeire ntoi }IEBD OMDAIRE POLITIQIJE ET LITTERAIRE Souvent Ia tate qul reei1e Ic len boulliant de Ia Jeunesse cozatribue pins effleacernent au bonbcu do son pays que 1a tte roirle et exprimente du vicillarci (jlfl icniporise dans it t2olneflt$ o In tmlitd seule est de misc. DESSALINES LA REVOL ESTEN MARCHE WIlE E GLASSES i'scoc Par Jean-Jacques AMBJO1SE jj ,ojs icvient tie jnendre franclie-tident em scm tcnt do dd'e1opper ttnej LUG llQRS4V1LE meat position daflS Ic debut atitour d petite dictature peronullc. 11 faut lul A cette heure, ot'i se pose le problme Ia Constitution et des Institutions c1 Ia en enicvcr tons moycus. Luc AdoJphe est mort de In lutte de c1nsses II importe d'anaNouvcllc Rnthuiquc, en lions appuVomlra-L-il se thpajtir, dc gail (it) Luc Dorsinvilic rcniit. lyser les lrnents sur lesquels repose In )'aflt sur des considerations do faiL et ecur, des poivoir5 cxhorbitanis que Le Prolesseur (?) Luc Dorsinvxlle, distinction de ee classes en H&Iti. c drolL indniables Iui confre Ia Ccnstitution fasciste de de I'Affaire de la BLACC I1 est d'abord evident que I'dtdrpent Le People cst dtcntcur de In Souve1935? OuciJe action nfaste ne pourraSTAR L1NJ2, de 1'Af1ire des Compaconomique est t'dldment prpondraut. railiej nationale. ii iui fut excLcer t-ul pas cxerccr stir l'antvre constituangnies Japoxiaises fantmes qui a Dans les magasins, "ous voyons des papouvoir constitizant, en tout0 iiberIc des Cbarnbrcs Lgislatives incsties pourcJ1ass en pleine Grand'Rue par trans Ventrus, asss devant ieur buj, Ia prcssion d'aucune force in du ponvor constituants? Jusqu'i qaci plusieurs de aes vIctimes dont a plus noreaux, avec leur cigare au bec et qul a ttessc. point porront-c1Ics resister t toutes a te Ic matre corccnier bien longueur de journde se grattent les polls C1aque lois qnc Ic PeupIe est absent prcssioiis de I'Excutil? Quels intrts Hippolyfe Jeudy, Luc Dorsrivulle quand us ne pareourent pas un quoti-. l'uvrc coiisLituante Ia ConstitlItjo1L guideront nos parlementaires Constituredevient journa/Jste ccs jours-cj. then, jig savent qu'i la un de Ia journdc, sot eat anti-dmocratique, va.a ants? Na sci oat-us pas tiop uiitrcssds L'hitor de Ia rouvertre de 1s auront U. .rosse somme dans leur muscau ties LiGrt eascuticlics ie puisqujls lornieut dj un Corps consel'Heurea eat 1eJ1c. Qyez, Quand Je mercoisse, &ahit part, noun voyons des pefaite suiyint les apptits du IitU dC Ia Nation? VEpc dc Danlocrdi 9 Janvier Lescot et an clique de tits emp1odn .,'esquintant pour faire :iioi,icit diui chef ou dun groupeinciit cks est I sur in ttc dti 1cupIe gangsters entaient 1isser In terrain, il marcher le magasin; its soot harasss pOljtj(JUC Oti tout simplameEt cue La Bd's'o1ution dolt il'abur consoli. firent appeler Ic boo a tout Ltrc Dotfatiguds et attendent irnpatiemment In iaisrc fine porte ouvcrtc z toutes Ics tier ss vonqiitcs dans des actes ]igaux sixiville, escroc dIpi6m, lustorlen de carS fin du mois pour toucher une niaigre wcrobaties politiques pourrcstrcindra Le peupc dolt trc appel a jcter las aval ot journaliste aux enchdres. Par pitance Pendant ces dernires decades, cea Libc.tds. Elk n'est pas eettc chose bases d'unc organisation pouiticjtie noitintetmdiaire dii frre de Genii-an Ia Vincent at Leseot se sont faits 1'IntrubI1c harmonicuse, souvcraine2 mavclic en dhSguaut ses pouvoirs une Terrible, Lucien, Luc Dorsinwilla reut mont de cette Bourgeoisie et leurs dcinatioi des aspitations nationales Ics ConLitiiantc Souvciainc. Notis scions devant Tutu Vilmenay un petit ma got siona administrath-es oat td prises ous Plits PUrOS. assures de cctte faon d'mi fravail spour dfendr Ic Regime Lesct en maul'influence des gros capitalistes at dans qili a fait Ics journcs des -iCt, Ofl5C1CI1t lucide. La Constituvaise passe. leur seul intrdt. L'appareil dtatique s, io t it entend reiwniOU ouvc1Ie prentha las pa1 Et vu Ia semaine mime de Ia tait tin instrument de in machine Bourser tonics las viciIIs bastjlles lgaics, d'iuic uuvrc itvolntioiinairc. Car, nos aL'FJEUREa rouvr,r ser portes, geolse. On nous rpond qu'iI est juste at los noiwdllcs. Le I'cuple vent tre dgu a La Consttuante scront des tlphone, (chose impossible trouque le pation ne travailie pas parce qua Ic BfItisseui tic son Avenir. C'ost Ic seas lioflimcs dsintresss qui s'ataccront vet), dtro instnll at le Goret Luc IJorII est propridtaira at a investi son capido ces jornnes glotcusc5. iiumdiatcncnt in Constitution vot,e. sznviIIe, avee faux-cots neuf, souliers tal qu'il a hritd d'tn parent. Nous rEu lieu, Ia Structure Iga1' Cola prendra du tcnips. Qu'impoite. naufs, chemise neuve, 'infaJIa derriire pliquons que Une iflstituion (propridtd de Ja Nation: La Constitutjot. La toutps est un factaur secondaire. Ie bureau pour reptendro in pubikation ou heritage) ne doit pas continuer d'exisNous entendons sou'cnt parlor cia Nou avons fait picinc confiance an Cede an sale feuzile. II al/alt thSfeza-jre Lea-. ter quand cue a'avre inhumeine. Er revenir I In Consiitutjot dc l89, In mite Ecutit Mi1itabc l2rovisoirc. Ce cot l'ordre rvoIubonnaire qua nous voulons Iibtaje quc nous ayons jamais qui importe et quciquc soiL Ic lemps Lescot s'croula comma Un Roi instaurer d6truira des institutions Boutcue. Cast ignorer absolunient In potLe qu'on dcvra metre a la tchc, c'cst de des Masques et Luc Dorszziville, Direcgeolses pour es remplacer par des insRdvoIttioii. Retouinar i 5t mis determiner, avant toute autrc dniarteur-Propriteire at saul Rdacteur de titutions humaines cit chacuri salon ses en aiiirc contre courant du progrs die. In Structure lgale de In Nouvelle CLWEUREa attendjt derrjdre son hubesoiris et de chacun scion sa capacita dans las ideas et de Ia Civjljsatjon. Pas Rpublique, scion Ic vcu, las aspiraretju entre detv escroqucries sur des Iitel est Ic principe de l'ordre que nous possible. lions. ics bcsoins du peupic haIticn. Ce vre$ czassiquesausaggs, i attezidit celui voulons tabhr. Le Pcupic (bit trc appel pour dirc qui importe, cest do inalguer dlinitiauquel ii Se vendralt Ic plus char possitIn autre lment de Ia distinction conuneni ii entand s'organiser, queues VOIIICIIL l'dtape rvolutionnaire d'une b!e des classes en Haiti qu'il ne faudraitpas Institutions imblitucs assurcont Ic dlioltVcilc Organisatioh politiquc. La Et vod que nous voyons eL'HEUoubiier: c'est l'dlrnent culture. Le Biveloppcxnciit de sa vie poiitique ct so Constitution esi. 1'uuvrc pteinire, p1-iRE et son escroc de directeur, le prolinguisme a creus entre les classes un dale. mordialc, a projcction profondcs stir feeur Luc DorsjvjJle regonflii par foss4 aussi profond que l'argent ou II no Taut pas puissa nous p1a 'l'a\,Cflit. Ella no sara pas contrari par Gontran Rouzier, entrer dans I'rdne at du moms il a t l'iiistruinent des boutcer davant en faiL accompii. Un P(Vefr .ndte pae.4) attaquer qui2 Nous le donrions en mule geois car Ia bourgeoisie intelleetuelie topic Jo Nation Haitienne. Atthquar existe en Haiti et parait aussI cynique eLA RUCFIEa! Nous aufre a tLA RUqua Ia 1ourgeoiste flnanci&re. Les faux T -:. :-.,. CEE nou devenons des erpprera'ls 4. e: moscoutairesa aprds avolr &i ecu qui intellectuals de ces derniers temps avaient ufle seule aspiratior: c'dtait d'ac. r ont risqud lout 'peau, laur junesae at ceder a un ionctrnn publique pour jouir ; -: #/9: Y' taut cc qua ous avJons, pour ce qul en paix de leurs rentes. Its ne pouvaient r' pour nous csr Ia torpa panteJat de In pas faire anti ement prnsque in culture qu'iis avaIant reue a l'coie leur inter. : .' Pnfrie -Ia ProletariatHaitian r,/ ., ; PTou ne potn,ions pas croire qua Ia disait implicitement de se servir de leers : t Capital Ha,tien, at a Racdon Boar1 ? i1 't-; geoise Haitienne, se proweraient 51 vile mains pour tr utile a in cornrnunaut. instrument de Ia distinction entre Ia : J .-:..-:au.-r yeu de lout Ia pauple Hall/en da Ia L'Ecote hatietrne a done t aussi un Boutgeoie et In proletariat L'ordre Crapuleric authentzque on armant pour culture pour Ia reniplacer pat une autre tie chose nouvau devra ddtruire cette en nchetant pour an defense l'E$CRQC so defense, en poyant pour sa dfans; NATION,4 HAIT1Lr Jo eprofsur qui exailera 1a technique at en fern Ia L'ESCI'OC LtlCDQRS[NVILLE a LUC DORS1NVILLE3.. pierre d'ehoppetnent do l'idiftce nou''veau. etC achetd par Ia 5otirgoois Radian L'ClCment famille a dt nussi tin elepout le ddfendre. Quei!e crapulerie meat pi pondCrant at son influence n'est queUe aberration. queUe .sottise, queUe pas stir -s point d'&i-e dCtruit Lot-sque Lc Chian ELIE LESCOT gui croyait pouvoir piCtilier dCmtce de I part do capital Haitian. (Veilmite pitr ) las droits do l'llomnac (va;r .tu,te page 12) j)irectcurrTHEODOREnalmRUENEDEPl\STUEAdrc;,;,c:RuelleNil.32I'
PAGE 7

Page 2 aLA 1UCflE --____ ENTRE VOrwio of ficiol do Par)! Commu nisfe Comat a paru. Comment teethwo notro .not ion, car ceuX-i) qui to dtri4i;tit sonf des coniarados evoc leequel noes avors pnrlage las rogues do Jo iuttu earannina, dane Ia fraternit hrtiInt des energies rassembles on vue do triomphe do Ia nvo!utlon sodab! ionibat ct l voix colossalo do Pz'r, Coenmuniste dont k proera:nnle rd.nne los aspirations lCgitimes do protiaat haltien. SVIJt Camaracles do Combat) Vno Jo Parti Cmmunow. Viva 1804. Viva Inlcrnntioiait CarnmunLste b.bout los clums d Jo meim. Cmarade Juste, noes sommes avec votre Parti. M. Jean Magloiro desire, semhlo-t-iI, savofr l'opinion des gupes aur to conflt existant cntr sPeyches journal antkoinmuniste et tChantierss, organe de Is Jeunesse R6volutionnairO Nous donnoes notro opinion sans rcserve. D'ahartI nous dirc.ns b l'ex-dCput. qu' fpo gee oA 1 sigeait it lii Chambro-Pantm; los zdacfeijrs do la eRuchea et ceux tie C1nantiorsa ditjit unis, prpara!ernt MJI1 Cest MQPOOUT Jutin Parfait, l'an des mel/laura tecbticins d'irepdmerie dci pays, gui rcxnp1.zcu 1W. FdJix Bayrd. JusLin Parfait a dix-sept ens it t'Iriprimaria do l'Etat et ii s'osl toujorrs rCvCc.n hoe-tine honn&o of consc!nL de sos dovairs. La Ruches,persuadCe quo Monsiewr Parfait prondf a on cons,aration las ite-tOs rvandkations des buvriers, lcd prdsonte sex JiOrnnTCiS onihousiastes at sinCe tOS. 'I. Los fidities do I'Egliso $1-Antoine dotvOnt t1Ertc mal it J'aisa Ic dimncha, par ciit do a presence cia ceraines pereennoe go' bier, pstaugeaiant dane Ia iCbauchc dc t'anciari rtigtxna of odourd'hui rant d'oxcabicnts chrtiens. Queue 4ymnastiquo ladle! Queue denerosite de La pert do Trite Haul. 1W. Luc Parfait Joseph est prie do so dem&tre. ti tait, ii n'y a pas Iongt amps, Jo chouci du Roi do arnavaI Rouier Un peu do dcence, mon char Mansietxe. Abonnez-vous so Journal eCombate. at tcL Rucbea oranes do dCfense du praldtariat. cur los barics dci LycOC, cette idevoizJlion dci 7 'Janwier at frdmissaient do ra* go ohs quo lots qua IV!. Joan Magloire I.e chauuf on: Jacques Guerrior est lewd! oxi aencorisoirs pour flatter Jo vernu so plaindre on notre rCdacdon Ayant bosom de Jo toile dit, Carabelgouvernornent fascists cia Lescot. Jean fa, il dot faire Jo tour do presque bus Maglotro vous etas un opportunisto JOe magasins syrions. Partoul on fun nitTaisoa-'aus, a J',Tation vous enlit''o Ja clamaif 3 Gdes. l'aune. I.e clout Han-taparole oPsyches'incitulait, avoc impudicit. avea urn sans g6n digno dC pine rv rofusa 2 4dos 75 c?ost souloment, isrouchos reactionnaires do mondo, cia flOUS diE-il, clans cia ma4asin haitien j ,urnal anti-con[rnuni$fo, qu'iI Ia reslo, qu'if a trouvit l'aune it 2 gdos. 10. at votre position cots acne Ia logiquo Lo Dpartement do Commerce est dos idites fascistes qua vous ayes louaverti Plus tie niarch noir messieurs fours dCfend'uer. Chan tiers va vets rale Syriens. venir, pur et intransPgoant, Psyche est 4. tin pass de bonito et do :nensone. (in coup do f6lphono anonyine viont do nous approndre quo los lesions des Voilit noire mob, 3 Directours doe Contrthutions coat en 4 4train do rnontar cm complot contre M. Pour jdguler las spitccilations darigeJules Banco gui dane sa lettro dci 31 rouses do certains pzolfaitoi irs, abCS Janvier, Cu Dr. du Nouvellisto, avail ccdonnons los nome des rCdactours do eus eec Dircctours de dilapidalion do Ia aLa Ruchee: Ren DCpostre, redact our c-these des pensions. -__t Par Enoch TROTJILLOT all faut l'onion at la concorde se laisexit a proclamer lee bourgois. Nous nussi, nOus sommes pour l'union ci. is oncorde, mais ncn pas au profit thin trp minoritalre qui so vautre dens [0 luse at tes privileges d toutes sortes, au dtrimenit du plus greed nr'nibro. ous aussi, none comprenons quo ta's puigoois sOnt des haitiens, comma its Ia clamant dane tours subtiie5 protestil dons, mats us so montrent do muvati, aitiens, car its no peasant qu a ecploiLar tours ompatriotos. lo proletariat, l'abtir, a recraser; its so ferment tians lour luxieux tour d'ivoire, et no daignent descendre dens to peuple ti.faux epaques dCcisives des Clections lgislativos. Qcf its compi ennent, tout do mme, at its doivent comprondre, quo to pays entier ,iaisit ditj to sops do leur 1nange insidmux et se prepare a les combattre svi'rement, C combattre leur itgolsme inoul et sordid; cit it travoiller C l'itiaboration d'irn nouvel dtat do choses qui no s'tablira pas C tour profit ec1usif. Qu'iis so mcnttent en titi.i qua leur ritgne doit flair, el. quo ic pays, ciest-bdire Los classes prolittariennes, prend consrionco de sa situatic"i. iii. veut quand memo Cvokier. Los masses populairos sOvent dCsrmais, do facon lucido, qifeiies soot Ic nombre at qu'elles ont Jo droit d'avoir des roprCsentants authentiques qui s'occuront do tours intrts, des interCts coilectifs. Et los petites ambitions personnelies feront place auz grands intr.tts, Las souls igctimes, do Ia collectivitit hattienao C'est Ia soule condition de progres pour Haiti. Car si elle demeuro I'un des pays les pius retardataires do cc coritinont, pour no pas dire du monde, c'ost gritce it In mecliancota et au machiaviisme d'un minorit dont le ritve et Ia but uitimo n'a jamais itt quo s'onrichir aux dpons do La patr' 't dos cisssee proitarionnes crases, onprimdes, vilipandCes ot mprisCos par ,...lrs propros concntoyens, comme io ferajent cbs trangers barbaros Enoch TROUILLOT cii UJle1 Jac.quc* 4-noa,Q, JCL S 4' .3. = ha'c Mnand, Georges l3eauuiis, Launo-' to St.-Jusbe, Lucien Daumec, Gerald CROC LUC DORSINVILLE FRONT EEVOLUTiONNAIR1I L'E JIAITIEN t&iitc do (a lJrC. 555t) Bloncouri, Gerard Montesse, Serge aLes Partis politiques de gauche auCLA RUCHE, solide a) pure, gene It Ambroise, Marcel Boni, Pierre St,-Fort thentiquess Sd sont coalisits pour lutReaction Bourgeolso Haitienne, dane cc CoHn. Keslo, Clormont. L'4dminitralion est assur4e par 1W. 1 los conibinaisons iouclnes soot notoiros RCatnon Bourgooiso Haitienno achClt Let contre Ia reaction boucgeoise dont volontC de reconstruction haitIenrie Ls Raoui Jacques. I I.e ComitC ExCcutif cut compose des gui2 Luc Dorsinville pour dCnionlbi 4. 1'1' roprCsentants des diffCints Partis. eLA RUCHEe. La Reaction Bourgeolsi Cerbaines poreonnes attondaient do Felix DorlCans Justo Constant, Edris 1-faitionno ocr dfinilivement au,a abois aLa Ruc/iee, parait-il, des articles it St. Amend. Daniel FignolC, Joseph L, ella et loPe ella veut dtruire quoi leau do rosa, gui chantcraiont los hourDjean, Ren DCpestre a. 1, Andr VillaaLA RUCHEs, Par quiP L'ESCROC eois cur tous los ions, qui renoncerz'iezit Arnold Hrard, Dupuy ThCano, NATIONAL LUG DORSTNVILLE a i revolution cocial en c.ours. Lilac so Luitovic P. Bellanton, Edner Pauyo, Queue folie? son-it trornpCes ct comment! ArsCne Pompe, Dumont Morisseau. Pious fermincrons par queiquos ro Nous lormons Un bloc anti-bourgeois Un SecrCtatro GitnCral a Ct nomm, commendations en Bourgeois Fin-f/Lien ceIa a cm sans considerable, Qu'on Jo M Jos' ph I.. Djoen; no ecrittaire Adl3ourgeok Nail/on, ci tu as inbe1Iigen r6alie on-tin... joint, RenC DCpestro, urn Trsarier, M teic-boi, II taut to tapir pour laisier pan AndrO ViUejoint stir Ia Bourrasgue de la Revolution d 4 '1Le SeciCtairo GCnCral sort d'agont do Janvior l4& 'Vs dire do suite it l'E.S 1W. Felix Bayard, dictateur de l'tmItaisoni entre 10 Comitit ExCcutif ot l'encC)OC LUG DORSINVILLE de so taj prirnerie do I'Etat, a etC hmogC lundi tCriur. re. dewier, 1W. Bayard n'avait pac connpris Il a etC do inCine dCc' tit Ia formation Proieseour LucDosinvzlJe, nous n le cons tie lirCvolution, c'esf pourquoi d'un CornitC tie Propaganda ainsi forsommer pee des an4t :s somrnes do 11 cuntine'ait it prendrc dc mosuros dive-me' rvolutionncires. Nus !'avertissorc tiques centre los puvriers de I'lmprinneRen Dpestie, Gerald l3loncourt, lais d'autre jietites escro queries, mat rin Miieur i3ayard veins mites, ii efy Joseph Pietre LoCis, Date Dauincc, idoublie pas quo l'ro dos Lalleur of do a pee ion-i gtemps, a dCclan or it haute volx Marc SCide, V-van Joannot, Pierre Blain, Magnan es! pnimite, us sent tone rnorO quo 's'ous ittee xriarxiste; los falts on-it Le Front Ritvolutionciaire a ralisit Prof ssseur Luc Dots/millie dontiriuo t prouv le contralto. ,lvous autre, none hier tine menfostation eolossalo qut no potiles eecroquenioc civiles, sans bnun Jo sommes bien, c'est pourquoi nous aperinot gu&ro do rCvoquer en douto los man I'anti-communisme bourgeois en vons jouit le tb que vous savor nobles ro'endutations qu'il soutitvo et mort Ia Ditmocratie quo none avons iedane votro effacement. Le fyran porte i'offectif humain dent ii pout faCilomezit tallito en Haiti pormet it bus d'expos nine tumique do Nessus dont ii no pout dispm$er pour appuyer forteinent cos totaloment Ieurc opinIons, mats lcd I'e so dbarrasser dci four au lendomain. revehdications lgitimes. croc, I'homrn goWl jar Gent ran Rot Votis le ralisez en on moment. La gauche authentique est us-i blocb zion, tol l& cadavre pourrissant, not LmTi DIi CLASSES (Suite d4 iS lire. pege) de sor. fief des Manoirs, iii Snignour Lescot gouvereait 10 pays, le allorn,. tait un passeport t un dire C Ia fameantise, Tjindivjdu qui 'fappelait Le..oL 1ouzier ou Liautacid evait son cheque do droit, sans qu'iI Cit baspin do tinvCiilei-. Alors quo l'dlinent efficient d in socitit haitiemie, dci fait qu'ii ittCif d'unefarnilia obscure devait s c-ntentor des miartes gee 1ur jtait los Seigneurs Leodoux. .MaIgrfl Ia danger d IC constatation, Ia nuaflCO a joci niussi inn role dens Ia ditincLion. Dane los grandcs meisons do I yule, lo client vpit le pifls souvent inn patron blanc et dog empiaybs notes. Dans los ]3tsreaux publics, ceix qut touchant bosucoup et qut tie travaillent pm tiennent souvent ce privilege de lur cotilour. Cost done un itlitment avec Icquet ii fatit compter. Nous voulons quo i'ofliciencc soit 10 crititre de distinction No faisons pas diversiOn en portant Ia question tie Ia icitte do ciagse sur to plan do in nuance; cette transposition a fcilite par le prCjugC imbciIe do ceux qul ant gCrC lit chose pubiique peidant cos derniers temps. 11 inlporto do tienoncer ceux-ci at de ramener Ia question sur Ia plan scientifiquo gui oct lo plan itconomique. 11 importo hctueliement de dCnoncet toutes los diversions quo los Bourgeois voulent provoquer soit en dressant Ia spectre de l'intervention, spit en brandissant Ia question do coulour. II mmpote quo In jeunesse tienne sos futiil bnaqus sue la Bourgeoisie traquOe. La distinction pose en ces termes se retrouve partout: Dens les foyers oC to maitre do matson est un bourgecis ou potit bourgeois vis C vis des domestiques proltaires: dens los inagasins oC Ic proprietairti est souvont Un inuiittra fainant vis C vie dos petite c.mploys nCgres gui triment ot n peuvent s'achetot un costume; dans los Bureaus publics ob Ic noni est un titre C Ia paresCe. Pantout on Haiti none rencontions los Bourgeois pillards et Los proltaires e.ploits ts deux tiasses iont-elles prOtes pour Ia lutto; none avons passe une premiere phase; 10 proletariat a conquis du terrain; none avons conquis La libertit effective d'xprozsion ot d'organisation none no devons pas perdre cot avaritage. La misgion aCtuelte do in jeunesse proltcrienne est surtout dose socvir de cette iiert d'e'cptession ot d'organisation afin do crCer dans to proletariat coo price db conscience en vue dos assauts futurs joan-Jacques AMBROW PUBLICATiON ,ELECUE.. None avons reu la brochure eSur le Vifa qua silent do faire parititre 1W. Frandc Syivain. Comine l'indique Jo titro du ltvr, c'est un ensemble do sitfictions lss profondes sOt los derniers CvCnements Cependant none none per' mettons tie dire C l'ateur qua nous nec souscrivoms pas C Ia derniCre partno do sa brochure, a/i ii so revise un refotcnsto et non tin ritvolutionnaire. Nous autres, none commas a i'extrme gauche. Per ailleurs nous remorcions noire e grand ami Sylvain des Cloges qu'nl nous a, 51 I'rate.rnelletnent comblCs et none recoinmondons oux lecteurs aSur to vif,, cC perce un esprit C la recherche d'une position definitive, et hourousemer,t Sylvain va veis Ia gauthe.Tant mieux! 'S n--s_.--I, t'irnterdusons cM parler, Prends garde, t 210cC t'orclonnons do to coudre Ia bouche. sBourgeois jw.irion Ia to pords davana tage en payant Luc Dorsinvult. sLUG DORlNVI.LE, ESCROC iNATIONAL FJAITIEN, prond garde, is c'esl notro don-nier rOot. 1 Page 2"'-"-,.,........................--ENTRENOUS110rjJanaafficieluuPaTH-Communiste,qCom'lah>aperu.Comment ttaaulri'notre,,notion,Gm'oel1x-1}quiIeditigM'ltsont descama;:adesavecIesqut.'1snonsIwonsparlagelesTlsquesdetaiutte<;:ommUTle,dansInfratemitebrui::llltedesenergIesrnl;isembleesenvuelIuuiomphedelarevofution sociale! t:ombatest1,':1vOlixcolosstl1cauPerilCo,.',munistecit/litI"programmeresume lesaspirationslegitimesaupro-ietariatImltien.Selt1t CIlmarsdesdeCombatlVivc11;>PartiCommunisie.Viva1804.Vivot'lnfcrtlntiorNJlfi Commumi>feDcboutlasd;lmnesl.$lufcim.Camarade)'mte,tloussommesvotTeParti.

PAGE 8

aLA RUCItE,, Page 3 Bonsoir, Oh! Comment allez-vous, soon ami Tm bien, je vous remercie.., Asseyez-vous. Metci. Jo m'exduse d'occpt i ma presence quciques unes cla yes pr t'ieuecs minutes. Qla no me dmang nullemorit. A eontraire. ii souf1e Ces temps-c un fort vent do monsonges. do tripota ges de calomnies, vent qui voudrai prendro des proportions de cyclone e rerwerser toute Ia belle plantntion d Ia jeunesse hitienne. IDes politiciera sans scrupule n'hsitent pas a alomniei lionteusement lea honntes gem et es sayer alasi datseoir leur malheureus persormalit. La bataille qu'ils livreni eat tellement odieuse quo lea homnio do coeuo, les homrues honntes, probes comptents, en sent effr.ys. II y en s qul ant dja fait lenr preuves. A un mometit os Ia dictature tattait son p1cm, a n moment oft l'n faisait Ia Course no vol et ft Ia veuleri, II y en a qui n'avaient pas hsit ft dire NON, ft a'oxposer no manque de travail, a crever quoi. II y en a qui avaient refuse do voler ou de so compromettre dans certaines salettis. Mais, maiheurouse. ment aujourd'hui it semble qu'on no lea voit plus. Aiijourd'huj Oft Ia nation a le plus bosom d'hommes intgres, srieu,c, comptents, us no paraissent plus. S'ils ant pour, Us sent lathes, us soot Iftches de ne pea rpondre a Pappel de 1a Jeunesse, us son. lftches do ne pm so jeter dana la mle ft un moment oft les bourgeois capitalistes, plus rimbitieux quo jamais, veulent ine nouvelle fois assurer leur suprmatie. Les meflees rnalpropres des politiciena vftreux ne doivent pas intimider Jes bonnfttes gem. Au Contraire, nul ne dolt rester idiffftrent, c'est one lutte gCnrale oft chacan dolt apporter ses armes et son intelligence... Veuillez m'excuser, je me suit emball, je voudrais vous demander de nous clairer sum certaines questions. Jo suis a votre entire disposition. Comment ugez-vous les politiciens qul, pour los dCmonter, calomnient lout-s adversairos? Je trcive !eur jeu malhonnftte, mais cependant dana Ta norme de bum attitu-. do, car II nefaut pas plus demander de Ia probil et do I'hopntet ft un p611ticien que de Ia conscience a un juif. Quelle attitude peut avoir Patre pdhticiert on presence d ce fait? -L'altitude depend de son temperarnen: Ia riposte violente cm l'mdiffCvance. Lui est-il permis d'en voulojift Ia Jeunesse qui accepte ces propos? II pout cependant reprocher ft Ia Jeunesse d'avoir accepl4 ces pmopos avec trop d'empmessement et de IftgCret, nit-tout si ces actes publics, sos api1)10515, son comportement social Constituent de flagrants dementia sun propos que lul prftteni. Ia malvoiliance do politiciens dftpits. Queue doit tre, d'aprfts vous, Pattitude de Ia Jeunesse avide d'fttr renseigne? D'essayer do le voir pour obtenir des prcisions et des explicationa sur son attitude, Comment comprezvou l'Educatiori de la Jeu.iesse? Dans l'Education do Ia Jeunesse, j'ai fouours considr quo Ia formation morale devait davantage prftoccuper le maitre que Ia fotmation intellectuelle, qu'inspose In politiqth FIQURES BE GUEPE mondialo Ia dftterininisme histomique. Quo proposoz-vous? i La diipptd Jo plus fantdm de a dorm Aussi Jo propose Ia convocation nMre Jis$etnb1Ce-Comdj0 diait baut',tCe no sCat poa tant los grands intellecd'un Constituanto autonome et je meat dam fautobun, le icr jour do Ia tula qul sauvent los peuples dn5 los haiterais quo pour l'laboratiori d cette rftvo; Nous aurons le dessu' dos! ine moments disifs do leer hlltoire, mais Constitution I'on s'adresse ft que Ic1 Msto ire do position qu'ils font! nous auhn tIes hommes camactftre, boorrus pays colppte de mieux comme valetir reps le desscrsis et quolques jours apt-es 1lue qui no redoutentios d'fttre intollectuelbe. Non pas ft des homines le renversemept, it conf Ia it hautomonj d ft dire NON cuand tout lo monde anucyloss dans in routine avocatsiCre1tamk Qet hom:ne ne voyait perAinsi a deux dos tourasoth ft do pseudo-juristes pCtmifls, mals sorinO! tie recevait personae! aque fti-Jes do & vie nationale, hi Prance ties esprit neufa, hardis, bien isiprdp t rivI/ aVofre conscience, petit a ttt sauvin par Gcoos ClCmoncsaau gnfts do notme histoire ationale, bien eat aussi vilaine quo votro voix et Ctai lea ije Gaulle qul no Soot certal. imbus,de nos problCmos Sociaux conogueularde a souhait Cot-nine telle sadnement pm des intellectuels duno vamiques et au courant du caractre in-1 trapole 4olt avoixIronte de yam! Icur oxceptionnelle, nutis oui sort des tCgraloment dftmocmatique tie In rftvolu* mars do volontft et do comactftre. Lintel tion gui so rout actuellonient dana 101 lectuel Sans caractftre pout fttro tin soonde et qui s'est rdalisfte aiIleur dan51 Et.c6 possible? on noua s!inale ue monatra d'immoralitft1 car 11 peut touIc song et quo anus avons To Tare bon-.1tk5 Iridivklus, parents de i'm-Prsident jours se met-rancher derriere los sophisheur de faire dons Ta pals. Et n'ou00, plus macfoment, quf so disajent sties do son intelligence on les subtiljtds blions pm quo 1,000 appartenons no Lola, ri'ont pas honte do crier majpte.. do son raisorinement. XXo siCcIp. lpn,i,1 A5 .-,;,........... n,r,f -4 1,.,.T........L. i Comment doit-or juger lea hommeI --.---.-, .-.'-,-,, v, ,U tmajectoir e deb'histoiro, cdui do Ia li.lVOuS ..... '-"' ,. _. ear: znoecenr. avetdtd (loscotiate, c'est votu (qui depuis Tour pat-ut-Ion dana Ta Vie PU-J bftration des masses prolfttnrjennes, Fai-j droit. Mais, cornipo voiss Ic faiies blique set-vent do cible ft l'opinion P-J sons bien pour ftviter ft not-re pays d'fttre aujourd'hui, cest punt-st. Voiloz-vous La IaIbbiqoe? I tIne nouvelle ,ois Ia rise du monde I co, Jocose proiessionnaf fat' II faut los juger av-oc In plus grande civilisft par T'anathmonjsme et PinadftJ rftsemve et s'efforcer de le faire plutftt quatlon do sea institutions pc'fltiques Iobjectivement d'apmCs une rigoureuse analyse do Tours iddes et do lout-s ctes Comment, d'apmfta vous, doit-oa pmo J On pat-Xe allaire do soutetain ddcou1vert, qui contenait des sacs de ciment, I plutbt que d'apmfts lea claraeums publi-1 I ceder pour donnr ou Peuple Haitien 1des caoutchoucs, do in moruo, du yin q'xes. Car l'expftrience qul ost intftgme1 urns conscience nationalo? Eat-co quo Pautoritd administrative qul dans ce pmouerbo savoir quo a1'on no C'est I'oeuvi, do I'Education: Non -out-alt ddc:ert co truc no pourrait pm lance do pieri e quo sur Tea arbmes charseulement I'Education ft l'dcobe par des gusset un petjt mot, si doss macP gfts do fruits savoureuxa prouve, ft quelmaitres haitiens fiers do leur histoime, ques exceptions pt-Cs, quo ce no soot pas fiors d'appartonir ft co peuple qui a ac* Q pretend que plusieurs gras hourtoujours los plus mauvais do Ia cit-ft compli dons be pass des choses uniques, oof, des plus mdprisanfs irern bial en! qui servant de dbTe. Preuve: c'est qu'E,mais aussi dans Ta famille par des mres do tous burg rnembres au moment do lie Lescot, L'un des plus ignobles gremmlix Imparees ft inculciuer ft beurs endi'cours fulminant d'Henrj Rosemoz:d. tins quo T'enfer nit vomis sur ce pays fants l sens social, l'amour dperdu do i/s s'attertdaient cc quo co dot-tiler roa'a jamais SOrvi de ciblo jusqu'ft Ia pu. Ta Patrie et qui no so contonemont plus conts los cochcncetds qu'ils lirent ft blication do Ia lettre do Trujillo. C'fttajt do Jour ingumgiter lOs trois ou quatme Washington au sujot d'une allaire d'h&Ie faux dieu vers lequel montalent tous petits prftjugfts auxquels se Iimitent to!, do compagnie... genante et d'attitudo los encens do Ia flattemie et de La flafaut do culture et d'une education ciabiancomaniquey, Cm gens en question gomnerie. Alors que tel citoyen honnftte vique consistante, leur bagage iutellecauraient, sernb!e-t-iJ le memo prdnomi dam sos intentions, padana son pass, tuel traditionnel. II faut aussi ajouter qui oserait houscubem comtaines convel'exemplo ftdifiant quo doit fttme pour nances, heurter certaisjntftrts part-iceux qui montelit l'attitude de ceux qui La rumour pub! ique veut quo des culiers, mais blon organisfts dsont dftjft arrives et qui dfttiennent les Journaujstes alent touch do Ia petite fondre, proclamer cert-aines vdrits, ces beviers do .ommande, qui so doivent caisse, au corn-s des c,nq anndos du rdvftritds aiguds quo l'on croit Cludor en d'tre par boutrectitude morale, le rosgne, qui cent dollars pmmoss, qui doux los niant, no tarderait pas ft devenis pect des dealers de l'Etat-, des modftbes cents. Ce seraituno honte pour La corut-to cible. On pout valor, assassiner, tuor, trahir vendre les secrets do so do pmobitft administtat-ive et de v'.tu civique, car ales exemples vivanta sent poration. Ces messieurs, quo tout tin patrio, on no sera jamais une cible, mt-xis d'un alit-re pouvoirs, chacun nomme, sort prMs do nous donnet des expIiczs lions. Sinon -pour pea que dans I'intrt do Ia vftrjtd, Jo vous remercie iruiniment do votre bienveillance, j'espme fermomentquo 'on tente do lancer une pierre dans Ia more aux grenouilles, immdiatementj les idos que voi"s venez d'exprimer les gmenouilies so dressent sur Tours patsoienlbien comprises at appliquduxs ft tes pour vous designer commo cible a In let-ti-c. Cam, Ia jeunesse n'a pas falt tout-c Ia gente batracienne, l gmftvo, dIe ne s'est pas expos aUX matmaques et oux babies pour le plaisir Comment compmenez-vous une d'un homme ni d'un petitgroupe d'hornpagna bectomalo? I mos. Nous dCfendons los intdmts do Une catnpagno CTectoi-ale est une1Wut-e Ia Colbectivitd, arms desirous lo ant-reprise tujours prilleuse. On en bien Ct-re do tout Ic peuple halt-len; et, sort meultri toot dons so bourse que14'11 anus fallalt recommencer, noes n'hdans so mputation; cam rien no subsissitoi-iOns pa's one soconde it le faire. XIs tera du bien quo vos amis oumant dit so t-rompent, ceux-Tft qui cmoient pouvoim d,e vous et quelque chose deineurera J rdcolter poweon seuI be fruit do ntis toujours dos calomnies quo yes advetI effomts, lbs to trompent grandement, Sairos inftvitablemeot vous auront r cot-tx-Ia gui croient noes avoir; nous cochCs. avon's I'oojT grand ouvert, nous leg sulPonses-vous qu'il soit possible, d'orI vans 'smiousement ot ft Ia maindre inganisom des Clectiens lgislatives avoc Ia Cartade, naus ne manquemotis pas tie Constitution actuelle? I lout donnor Ia beon qui loutconvient Non, ce n'ert pas possible, Non soulenient ii fact une noucello constitution ui doit tre vote pam me assembiCe constituanto autonome, car ji eat dangereux do confer u des lftgislateurs, qul no voient quo low-s IntmCts do lgislaeura it sauvegarder-, Ia mission de Conttituante qui dolt fttre neftement indCesidante et nottement opposCe ft colle in ldgislateur, mais ii faut encore que c-otto Constitutiou vise surtout. Ii amftnaor PEt-at Hait-ien dans un sons pius To.. gique avec Tes origines histomiques tie Ia Nation Halt-leone, sa Constitution sociale, sa structure dconomique et enfin Nous refusom do considrer tin hommo, nous no voyols quo Ia colluictivitC, Seube In masse dab. colnptc; c'est dIe qu'il faut rlfendre, dest elbe qu'il fact sauvom pour quo not-me chftme Haiti devienno Belle et Pt ospCme.., MercL. Bonsoii-, Robert LE I3OHEME <fanlomedeIader.oI -AUSsijeproposeIn convocationntere Af;.93mblee.Gomediedil:>aithllU(,$-ConeSquepourI'claborationd'cetted 0rdIh't.greve:auronsIe dessus!dest,memomentst'CIShS.eeurOlfbe,mlusConstitution 1'0n s'adressea ( ;queIed hct"histoiredepositiOTlqu'iIs foni!nous(It./,"bi,'ll('s0:nmesL"Cl1raere, our,.rusComptedemieuxcommevaleUr dttd"tr,,-rons Ie desstls!et,quelques joursapresqUinereouen'pase e intrtllectuelle.NonpasadeshommesI.....NONdttldIerenversement,ilconfiait Imutementas,'.:Ua \Atre. (,uanouemoneanbdosesdanslaroutineOUIA d dttsJunami:gralement democrntlquedelarevolu-roC!;devolonteetdectWactere.Lmtelt'quOr_'ttIItd1*.,.,'.se.wlat'ueemen .J"'....lectue!etreunmondeetquis'estrealisee ail1eursdansEst.ciJpossible?onaOClssignalequed\mmorahte,c:.::11peutto,u-IesangetquenousaVOllslerare!;Jon-d:''lindividus,parentsdel'ex-President'JOursseret:anch.erdernereleshenrdefairedanslapnix.Etn'uu-ou,plusexacfement,quisedisaientmesdetrltelligenceI.>Ulessubtihtesblianspas.quen.OIISappartenonsautel:!,dontpashonteite criermaintedesonr3lsonnemen1:.XXesiecle, lequelsera,aobserverlanant:Abas Lescot!.Gestindecent. -Commentdoit-orjugerleshommertrajectoiredeI'histoire,cduidelaIi-Vousavezele(Iescotiste,crestvoteraquidepuisleurparutiondansIeviepu-berationdes masses prolemriennes.Fai-droit.Mais,commevousIefaitesaubliqueserventdecibleaI'opinion pU-sonsbienpoureviteranotrepaysd'etrejou,d'hui,c'estpuant,Voilez-vousIala-blique?Unenouvelle .oislariseedumonde<:<:1,jeuTleprofessionmu fat!-IIfautlesjugerplusgrandedviliseparl'anachronismeetl'illade-***et,de10plutotquationdeses institutions pc.litiques.IOnpadeaffairede'souterraiildecouobJectlvement dunengoureuse1-Comment,d'epresvous, 'doit-on pro-vert,quicontenait dessacsdecime1!l,analysedeleurs Ideesetdeleursactesceder.pourdonnerauPeupleHaitienIde.1caoutchoucs,deInmotue,du'v'in.plutotqued'apreslesclameurspubli-uneconscience nationale?Esf-ce que J'autocite administrative quiCar l'experiencequiestintegreedeC".:ertcetrucnepourr8itpas-C'estdel'Education:Nondansceproverbsasavoirqueronnsnousglisserunpetftmot,sides.exact"seulementl'EducarionaI'ecolepardes lancedepienequesurlesarbreschar-*maitreshaiti ens fiersde'leur hlstoire,<-gesdefruits savoureilll. prouve,aquel-liersd'appartenira.cepeuplequia ac,quesexceptions pres,quecenesontpascompIidansIe passe des choses uniques,toujourslesplusmauvaisdelacite. mais aussi danslafamillepardesmeresquiserventdecible,Preuve:c'estqu'Emieuxprepareesainculqueraleursen-lieLescot,rundes plus ignobles gre. fa::ltslEisens social,I'amoureperdudedinsqueI'enfernitvomissurcepays'InPatrieetquineseplusn'ajamaisservidecjble jusqu'iilapu-deleuringurgiter les trois uuguatreblicationdelalettredeTrujillo.C'etaitpetitsprejilges auxquelsselimitent,Jefam:dieu 'Vers lequelmontaienttous,fnu6decultureetd'uneeducationci-lesencensdelaflatteneetde1afla-viqueconsistante,leurbagagei:lteIlec gomerie. Alors '-lueteleitoyenhonnetetuel traditionnel.IIfautaussiajouterdansses intentions,son passe, quioseraitbousculer certaines conve-l'exempleedifiantquedoitetre'pourceuxquimontentI'attitudedecellX qui nances,heurtercertail'sinteretsparti-sontdejaarrivesetquidetiennentles culiers, maisbienorganisesPOtl:'sedeleviersde"ommande,quisedoiventfendre,proclamercertaines verites, cesd'etrepatleurrectitudeIeres verites aigue.squeI'oncroiteluderenpectdes deniersdel'Etat,des mode-Ies1esniant,netarderaitpasadevenitdeprobiteadminist.atlveetde.. ,..tuune cible.Onpeutvoler, assassiner, civique,car
PAGE 9

1e4 aLA RUCIIE ...... ......-....... -...-4 nsis .iuvJtuvj LJTTERAIRE, Rile tait ne stir Ia grandrouja clans las bras di., olcii elk taft ne .sur Ia grand'route berce par le soleil Mass ella avail graacJi, aurour do in chaun-,ire in clssum.ire perchc stir in coil inc cite avail ,randi rna(otw lopi plants do pals congo do pals congo qee beequetaicxit los petits oiseaux. Quand ella out seize arts parce qu'elfe out seize ane qurind eit cueillit cIze toiles thins le clef do In vie parce qs?cile eucillit seize eta/los t dana a clot do In vie ella rsgcancf it son royaume CclnirCa sos seize axt ella puvalt Ctendre son royaurne i In cleriC cia ses seize Cioiles. l'lfc al/a cia son tiers en srttiers do cilinos en co/lines d hameaux en hameaj Juzqu'i In v/lie voisine ti/a vilk ob habitait tine dame tine dame b/en comma ii faut tine dame qua les hommes dCvornient des yeux usia dame qui dmeurait dane unc belle matson asic belle rae/son .sur le haul curs IC ot ii ta/f frais Ia ot zI zzy a per de poussitire do potissiCre qul vorn bouscule a nez at lo paints at la gorge IC au a canilie no pCntre pas IC oz los Ctudiants parient dii ban franais comme 51 nous tie paribas paz dix boa fran gals Isous aLstres las damnCs. Ma/s Jo m'emporte i'orz s'emporte toujours C parler de ces chose IC. RIle rencoa Ira dpnc h dame Ia dame qul l'attacha C son service comme domes fique comme esciave. el/c avail tin marl sin mart comme ii faut qui cite/f at Racine et Cornet/ic et Voltaire of Rousseau of Ic PCro Hugo at I, Jeuno Musset ef Gide ci Valery ci lant d'autres encore un marl qui savait tout mass C parlor franc qui no savait non parce qua (a culture ste va pas sans concession tine concession do sa chair et do son sang fine concession do soirnCrne aux autres tine concession qui vaut of Jo ciassicisme of Ic romantjsme of tout cc donf on abreuve noire espit. Ce mart trC comme ii faut fr n'ava,t jam/s fail de concession. Mats quand mm ii Ctait civiL/sC quanci memo xl Ctalt cuitv civilisC comma le co/on Jo fut Par RENE DEPESTItE CtIltipC comma Ic colon Jo Jut. lnmour sap pc/ia prstilut ion. La dante p. eseata fani ant C cm mtier t1atn Cornmeon prtiscnte sin eli/en C son nouvena mat fr Lerifnnj qul avail seize ems sxz met/er qul tmlCvo in vie lanlwjt qui at'ait cixci/Ji seize Ctoiles commo in mar enlva la sal/el c1! devixit doiic nut no chose., lonf ant qus Cntrait darts CCI to maison cite sat aure chose C Ia dane do sea sobz otoiIes l'onfnnt in viIle Jul apprit cLara ChoSe. nC stir in graxid'r rant ant ui avail grandi nCma SCft eu die i-Crc cte Piuvour asiteur do in clzaamiCre ella sentit stir sos dpnulez fatigue as au/our des Jo pins plarstds de pots conga 0441 ace enqux meumcnis I scacu bthlant do Thonrno of parce qu'elle emit ne stir Ia grandoute do Phomme qul aiteit dons los bras dii soleil of Rcine of Cornille of pat-ce qu'elle await grandi et Voltaire at Rousseau autour des lopins plantCs do pots congo or to pCrn liudo et Jo Jeune Musset of porce qu'olle nv-alt Ctondu son royaume et Gido at VaiCry do son/lox-s cii onf Jars dc ccl Isomsizo civil/sC de colllnes en colliries civ illsC'comme lo color fe hf do harneaux on hameaux qu/ so glissait socts l'escalior Jusqu'C Ia villa voisine devini domestique comme Jo colon s'insinuidt dovint esclave dens Ia case oit dons-nail l'esclavu. Ma/s l'ezif de ces eons qui Ctaient dii hots dii bois donf on chau the hi machine sociale. eat qui avail raise ntis fut siirprise l Rile clew/el cello qui so ICve C Ia dix surprise par dame Ia mnro dame comma /1 taut pointe jour quI I'accahla do gifles landis que los got is commo ii taut do gil/os lourdes comma fe n'on sais rica. so prClassent encore darts los Ilts tx-op vastes Qui la poussa dons a null }. celia qui dort aprtis Ic relour de gens qul vont au cinC en grand gala of Ia nut n'offmait n/on a l'entant of liz null Iivrail Pen fant rout entiCre of qui rontrent C mini/f C Ia prostitution cello qui lava cello qui repasse C cc mtier v/lain ce/ic qu'on ifle ce/lo qu'on isouscule a ce mtier qui on/eve Ia vie cello qul pleura cello qui halt in vie comma In mer enlCva lo sabre. parce quo Ia vie pour ello c'ost tour,a. Alors celIa qui tait ne stir in grand'route Rile devjnt autre chose encore... dnz los bras dii sojeil Line nuit el/c rCva do sos bats cello qui evait grazidi Cutoutdo ha citaumltire at do sacbaynliondes do Ia chaumiCre percliCo -c-tsr la coil/ne ot do sos flamboyants en flours cello qui await grand of do combites au travors des saisons autour dos lopins picnICs cia pals congo I..el/c rCva ontirs do i'amuur... cello qur avait tndu son royaume l'enfant de seize arts ignorait de sent/ens en sent/er-s cc qu'i/ y await on cc mot. do colt/ties an coflincc Ella no savaif pas do hameaux en hameaux elle no pouvail pas savoir jusqtfti Ia 'ilie we/sine quand on est ste sur in rand'route Oi parce qu'elle teit ne cur a rand'routa dans les bras du so/oIl dens los bras dix so/oil quand on a grandi of pat-ce qu'elle eva/f grasidi autour des lopins plar.tCs clq pois con o autour de le cheumlCro quand on a tendu son royaume do Jo chaumiCro percMo sur la co/line de sent lots en sentiers of parce qu'elle avait grandi do collines en co/lines de hameaux tiamoaiir autour des lop/as planiCs do pois con go en et pence qu'el/e await Ctendu son royaume jusqu'Cia yule voisine do seniiers en sentiers o pence qu'on est nC sur Ia grand'roule do colllnes on co/lines dens los bras dii soleil do hameaux en hameaux at paree qu!on a grandi jusqu'C ia ville voisino autour dos lopins planlCs do pots congo ci parco qu'on a Ctendu son royaumc bafouCe, trahie poitrinaire, abandonnCe W do son tiers en sentiez-s olle ost motto da Ia prostItution do coilinos en co/lines do ce mtier v/lain de -hameaux en hameaux do cc mtIer qui en/eve Ia via jusqu'C Ia villa voisine domino Ia mer on/eve he sable! Quand, je prCche l'action syndicale awe artistos d'HaIti, quand jc leur nemande de s'unir, c'est que je sens en ma!, tout au fond do mon immense violence qua je suis oblige de freiner pour pouvoir penser et ainsi mica,. agh-, c'est quo Jo sans, quo je prCvois le travail constnuctif Si puissamment lumineux, c'ast quo Jo sans quo Jo vole dj Ia silhouette de cetto eauvre formidable, c'et qua Jo suis dun regard clair at net, Ia saut Ia bond titanesqtie quo ftrait la culture, qua ous auriez, quo nous aurions fait faire, cainarade artistes, l culture, notre culture, b Ia civilisation tout antiCre du pays, en coordonnant not efforts, nos attaques, en canaflsant toutes nos vio/cnCeS de pensCes, dans do domaine de l'Art qJ ost nhtre, at qu'il nous appartient d'organiser, qu'il nous faut organiser sans tarder, afin de sotgner convenablenient nofre belie,.. mais hClas, notre pauvro culture, qul git adtuellement, loquo inanimCe, dans una flaque, dans une boue sanglante, dans cc sang djh coagul oh Va jate, oh l'a plongCa i'assassin, ic maudit, Ia sinistre Dartigue! Psuuvre Culture! Tes rnambres sont fracassCs! on a tordu fcc veins! ta tte so dCtache do tas Cpaui flasques, at Ut vols on crevant, dans un dernier regard las bacilles qui t'ont terrasse, qui out cru to terrasser, las Master of L Non! tu na mourras pas, Culture! Oui, Jo sons couler dens mes voines una lava boujilanta! C'ost le fou qui nettoi. lui purifie lOs cmurs, oui, camarades artistas, oW, ii faudra bion quo nous fassions l'union! Nous serons un fagot, lies par Ia memo corde, ... notre flan-ime niontera cheque lois plus rouge, clairant davantage touto Ia misre humaine,,.-Camarade antistas debout! .. Or'anisez l'action syndicale! ... Toute in tendiosse, cotta immense boritC qut trouve place, das nor ceaurs qul alimenta notra amour du monde, toute cetto douceur, cette carasse, ce souffle, qur an/sac nor tableaux, ce raisoOnement puissant qtii ost a in bie,e memo de notre conception d'una peinturo nouvoilc, nous commandant de peindre aujourd'hui, cotta granda fresqee d'actes, d'actos au servIce da Ia cultuna at par consequent cii sal-vice des masses, pour le tniomphe complat de Ia RCvlution! NOTRE POSITION fSit ,]c Is itt-c, page) Ia nCcaSsijC d'aller an plus vile. SonIc sine Constjtuauje souveraim elIte las garanfics d'indCjjendance n. cessahes pour masquet' On sccau rCvohstiountsjrc la IIOLLVCIIC Constituuio11 CIUS doit rgn los daserthcs do In Couzniu. nautC haItieiine, Vive La COnstithante Souveraine Vaique! 44-s RUCHE.FACEALANUITSEiVfAlNELITTERAlRE.4RENE DEPESTftEiEUoetaitm;e surIagrand"routeculti\'ecommeIaCOlOllIaful.dalls,las.dusoloif Ladamej,.e.s;nta i'eruantiJsonepouxiclIoetl11tnoeswIagrand routeCommeonpresentsUllchiena1'I0nnouveaumaitre.: bereeepar IeVenfantquiavailseizeans .cUegrandi, .twtourdeIa.clltlumiCre I:cnfantquiavail, cueilTiseize:etoilesrlela dwulll1ere perchat?surla eollme 1 e:ni.1ntqUIentantdanscettemaison : elleavai;!:grandif.Iaclarledesesseize6toiles::.;autourdes Iopins plantesdepaiscongol'emantn,1sur10grand'roUle .depoiscongoquC'Ies petits oiseaux. l'or1!ant'cWiavailgrnndi: QuandeJ1eoutseizeIUlSautotItdela cllaumiereifpttrccqdelfeel.1tseizeansautourdeslapins plantesdepoiscongo" dansIeciefdefaI'iedansfesbrasdusofeil:r "parI;(!qu'elfe cueillitseizeeloiJesatpareequ'eUeEJVaitgrandi..," dansIeaieldefavieautourdeslapins plantesdepaiscongo,eIJeagral1ditSOliroyaumeetparae qu'elleavaitetendu.sonTO)'aume : ec1uircepatsesseizeansde.sentiersensentferselle pom'alt etendre sonroyaumedecofiinesencollinli'stlfacIttrfede.sesseize6Eoifes.deIlameauxenllameauxJ::1JenUade.sentierssentlers jusqu'alavmevoisinedeeal/lnesencollinesdevintdomestiquedehamelilux en nameau:(devintescIavejusqtri'J.la villevoisinedeces gellsquietaientduboisilIavilleaullflbitaitunedamedubois dontallchauHe lamachinesociaIe.unebiencommeiffnutElledevinl ceile.quise'leveunedamElque1eshommesdJvoraient desyeuxa1apointedujourunedamequidemeuraitdansunebelle maison tandisqueles gellscommeil fautunebelle mll,isotl{iurleshauteursSeprelassentencoredansIesfits frop vasfes10.auiffait [raiscelIequidart apresIeretourdesgensUtau/:Ifyapasdepoussierequivontau cineengrand galadepOi';1ssMrequivousbousculeIenezetquirentrentaminuitetIe.pl1181satlagorge eeUe qui lavecelIequirepasSeUlauIIIcanaillenepenetre pascelIequ'on gillecelIequ'on housculelaaules,etudiantspadentdubonfranga!s celIequipleurecelIequihait laviecomme,sfnous,neparIions pasdubonfranr;;aisparceque1aviepoureliec'esttour,.r;;a.nouSatJfreslas damnes,Eiledevintautre choseencore...Maisjem'emporteUnenuifeUetevadeseS bois1',ons'emporte toujoursaparlerdeceSchasesla,etdesasbaya}lOndesEllerencontradonch'dameetdeSeSflamboyantseniJeursladamequil'attachaa son serviceetdecombftesautravers des saisonscommedomestique elfe revaentinde['amour...commeesdave.l'enfantdeseizeans ignoraitelleavaitanmad/cequ'ilyavailencemot.tmmaricommeil fautEllenesavait pasquicftaitatRacineetCorneille ellenepouvaiipas savoir:etVoltairoe{Rousseauquandonestnesur Ia grand'routeetIePere HugoetJ,IleuneMussetdansIes brasdusolei!etGide e,t'Valeryquandonagrandiettant'd'autresencoreautour des lapins plantespaiscongounmariquisavaittoutquandonIietendusonroyaumemaisapaderfrancquinesavaitricmdesentiersensentiersparceque.Iaculturenevapas sans concessiondecollinesencollinesuneconcessiondesachairetdeson 5ang de hameauxennameaci.; fineconcessiondesoi-merneauxautres jusqtrihlavWevoisine,uneconcessionquivaut6 1parcequ'on estnesur la grand'TOuteetIe classicisme dans les brasdusaleHetIeromantismeetparl'e qu'on a grandiettoutcedontonabreuvenotreautourdes lapins plantesdepaiscongoCemarit,Jscommeilfautetparcequ'ollaetendusonroyaumen'avait 'jamais'1aitde'concession.desentlersensen tiers Mliisquandmemeiletaftci\'iIlse docollinesencollinesquand meme,iretaltcultive de -hameauxenhameauxcivifisecommeIecolonIetutrtjusqu'ala'villevoisine

PAGE 10

qDhecteur;TflEOOoniVPRENE DE1'CSTREAdrsRocHe Roy No 32rprt-nt-pjnce, 11atLABONNEME.Capliale ..,G. 1.00 par moisl'roylnce,,..,, 0. 130 par moisI =RJIliRr ANNEENo,. Iitsp,.-'';",_ici.'-'-'.'.r.-C,r,.nr''..it,SAMEI)I ia FEVRIER ZOftiOrgare dea Jeaue GnraflonEEBDOMADA1PPOLITIQUE ETLITTERAIRESouvent Ia tCle quiro-eel0 Jo fee bouilln,do IaJcuness0contribue-piusefficacernent an boniteupdo son paysquo a ltefrojde c. expCrilnentcdvleillarclqui(emporjsedana les Inonientso IaiCnlCri(C scuje est demise.LRANDT.--------------Lu'ftUE CLASSESSALJVONSNOTR REVoLuIUN EPISODE DANSLESIACTIVITES TENEBPIUSESPar Jean-Jacq(es AMBROSErt imasait quc nous atitresquise sont conduitsen liros iluraijDU CRIMINEL_ESCROC.de ((La Ruthc>,,ious somnes pour Ia cng glorieuses.OSWALD JOHN BRANDT,Sur le plan eon1que Iaq1CVO1tItj)I, intdgralo,cest--dire, nou2O.Bjeu quL Icomije alt Coiitafuetiondo ciasse seritfljsItoit l'ardcur de notrecjj-qjTa iiajoidesvol[.jjojiiafrA LA DtRECTIONDE LA11ese que ic triompije thinrnuvemcnjpfajpou, nntContlluiatc;pourIBANQ UE ROYALEdans 1lutte duCaPital et du travJ. Le capitalest Iaquc UOtLSfl'OHsdclencJ) Ic 7 JanviealIer au plus pres, iia sabo Ia e6-DU CAIL4DASomine fargent iivestie le trai1 etIaquanilt d'uez-gie dpense. Dans Iasoiic liomp1ie i'utirnoc dedes Cliani-iar iict.ow'pritajre de capital estcelujqu bnfl-vfrmtveau sur mt anode do vh-'re,Iro;slgiSatjves eL Costjtiiaijstructure CflQrnique actuelle, leproWien; qLt'il inaquc Inruptutc dfiit10ICamaradesure 1 esclavetandjs que Fouvrier demeIpluage orgaiiise de Iaisse pubIisure poeipi(flie les CX-dputFrJtajre Haffiensjaunes et noirsCie det1eintrts de I'enun passetionte, cie meusonge.e cornitn'a pris Uflen-eprsedeettUsifle. Entron pr ecexnpkdaviijseiie1tde u-txiwnp1iet encoieJe monde *ConnaiSOusPresqutQuainous y trouvons des centait1, jays.prj, elections..une forme ue1conque l'affaireANGLAflee d'uvrers travajijant duman atiCeL dons rca hutsquo nou.Le Cwnitipas consuItIDE, MARTINEAUet Co. et Ia BAN-Eor, toses nus. daxs les rnjasmde Iadons Ic rne, qnousussorn-Iavni11aic cunese dan1QUE OYALE DtJ CANA/qui daecanoe 1sucre.Us suent devant lesflcsau inatraques do Ia Foil-!aboratjoji do Ia oilectoraJe.dune Vingt.xje d7annes;fourne,trvIIent dens lea ch)o.Le Cornil &apas ivoqu An-pu;sque juqu ces dernierstemps,UnCU-dz lea prc, cependCtICUrSNous no vouIospas qile nos filsdr Chcvnllie, RnLLoj Dfly, La-do terres appaenantcette im-ourdsSalaires ne dpacseztpas 2 gUeepvcheiit deniali; d'avojrtrajil ki!,AIUaPd,tc$Lp1)(des frresStrouvajent encoreponr Ip1uparTandis que les pro-VQ1tItIoi.Siafloion de Ia Royale EanquequprrrsdejiiinSOntabsentptt-NoCVQS donuispOutaflinCntCoLeient ps coniptcherchait a iplacerbailu vente.t memo p,.s cottet*e i1reQnfla45SCnCt Exfflf Miii-quo c'est iJeunesse qui aUsne CL vvent ]UUeCment a i'etairaps avojCflteur1s so!dateich coUvenflEb bien tOujourspour montret augpr ependant &esteux quo les bn&CUflpQent juror Sur Icur lion-Pu!niti.n Jo vrajvage e cet os-fieerevennen.allajejit satisfairet toqa losIIe napas d'aL1biLio11poIjfjquesinaisr0crmndI Oswald JohnBrndt node t. 'Is s'esquintent dcutJesvneme1tUs ontJ(TeJLaflde qu'olj softhistet'rajEntr Ic moJa de Juin1925 et fin doPtcpn par exemplo 1chaueurs{JCSidjat cmSUp1Irnilicu.bT pour Ia Jutieet In \7rt, eHerayol'pSode svant:U matin aurr piaIergourde; us n'ont pasdo nos cinq gJorieUse.mpJeirJ Jeunedo notre eiepays: l'CflflC126, un acte d'hypothquedesdrigoment qui intorvient thnsIes mo-rCflvereinij (I'UflyI1i-uesecond niau1au bandit,DE fut algae pCr IaMison de Corn-do repo, fle so,t rcponsab1esde toutianufesta;oieuuconp pailniqiij Aajent don-do lou HYACxNT1EANGLAtUrs. La proprjtCjre doIa voite senr'uc thc( d'jfl'est 1)CS cola! CeEli0 Lecot, sootcanditlatst Iaflrce bieconnu ANGLADE MAR-fout, ji se ContOnte davojr Iavoire.La Jeutiesse a tDpuiacioet ati Snat, c'est effrayant,TZNEAU et Co.,en faeur de Ia RoyalII est ceajn qucee acquisition 1W1iihie; ievez-yous PatilJcau,illoique Ia r'pJt7tjojiest en peril'Bank o Canada dont IcDirecteur tOjtrapportera de bnfie ronsidrab1e.ienftCC. Levezvocliangernelit total.line trrnsfor.Iscroc Oswald JohnBrandt Cyant pourLe premier est un capita1jtele secondLVCZ-VOUS mortsanoJ)ylc5!Ia strue(ie cuno11;1110Ct Cvecapincipa1 I'HONOBLEGs. N.Un proltaire.ear vouCuriOS, si Vous tiezvivants,sodafe de notrePays; flotis exigeollsLager,*Dans 1e 1UrOCUX publics,LacroLcliesan Conit Ecitif Militaire.cola et 'otreconscience purc droite Iest ausi flicompatent qu'ilest do mau-reploclies suivant:cit alertae!IMaintenant, CarnaradesProltafresfol.Il n'a pas Ia connssanco1o.En fixauti 21 ans PagecleDebot! Jeunes duPays! La Revolt1Haitiens, sUivez bien 1edt1ls de cettequ'il 1w faut pouroccuper son poste;l'lecteur ii a cartatous loscun tstion es9peril,ESCROQUERIE etsouvenez vous bienii C tous 1eVices iputs pour qu'ilendix htd, de dixneuf, de vingtansVjo Ic 7 Jaiivjcr1946que eYOU DOUTT PASMAGERsoit cat. M. LacroixestMinistre et.CALALOU> En raisonde cot acteii touche5OO tandis que l'inStituteurd'Hypothi'que Ia Banquedo Canada*quiprepareCoflscjencieusementonLEVRAIPEUPLEABSTEt4U,BRAVO!scion enngenent del'Escroc Oswaldquee pour Ic faire touchen salaire1/ tiotis it tpnil,1e (/0 Voir1(1 JL(1ueJ?i, etair pczjilci non aen favour dc Ia Maison Angladearti-cours, gui a Ia capacitt Ia qualit re-. Brandt) son Directeur d'albrs, ouvraitouvrages lui permottant do preparerses liQicroc Ltc Dorsjvj1leNoiis 7la(fEe j&iEc(10 jeLLJzlilies znco.Cinquante Mule Dullars($250 000.00)-qul no lui pormet pas dos'acheter des tte de Laproccssjo,j c/'a)(tfl,.zt,ba1(iil1o, (l'CIlJanlsCflregi,,ien,,neau et Co., trn CREDIT doDoux cent2cours, ii est dans 1'impossjbjIjtd'vo,ioii Ot?1/)IOfli pas quandnous (litaz?tOs, (10 bourgaoisJ)erfide; (10gros Jeu, niestce pass etqudonc ne so-luerS/OilS quo Lw Dorsini;j/jecst Ic vararOs 'ypociztcLuc Dori,t-rait pas tomb6 dansun pigo si a1l-:M. LacrQiest Un Bourgeois, Ic poetlet (IC Ia bourgeoisie.D'autrc pall utilet CO/n prc. Lepeuple priechafltinsUtuteu est Un proltaixeCefte one, IC JIctiple,le vrai paupi; cclviqul CU$j, iisalt cOnimetout Ic 'nondeaie trouve so base danlos lois duye "lunge pa & sa faint, -quidort stir grei,e,$011C/to palet,CL'/)c1u/atOui, Camarades,tout cela taituncode cil qul font do Iaproprt Une 1(1 !tttdltda la terre, s'e,abiienu avautout zi vent, avoirwie vipige bien tendupar l'escroe Oswald J.chose inviolable. Au stadefasciste ode parliciperCel1manifestioncciiL'. prop, C.Erndt ot sn CLIQUEpour extorqu,nova tions arrives, I'Atat Ctait I'instrucar li Presence dos Po,nbru,.deSinon spoiler, Ia signatured'un hAiiermont du cap,ital.EiI Cart, des Lger,des Lespin085LU inanhfestaijoy,'Wits a ample-irnptBnt d In succCssion,NON MEM.Le scandale Loscot.BrandtBouez,le ne lvi availpas itisphiC con flaitci'./netidifits Stir ieffvctifde la cctv-BRE DE LAMAISON DE COMscndalo do la vCnalitA de Ia chambre,11 a coinprisque cettnianifesialion ain cc.MERCE ANGLADEMARTINEATJ otle scndle de Ia SHADAsent autant' 110,,orgc'JusCeo,is Ia baii,,lreg-'Va!nrvlle,,,e,,/ cCrtaiusgras ho,,,Co, par consequentNON RESPONSA.do preues e'ost In diclatur&deIa finannreuse del'Egiise, "emit,qua ['af-geois Oft Cit llOfl1de se i'ioltirCr,BLE, on ce qulconcernea part docv qui rgnait;est le capital qui Tait fhintafjo,,de Ia bourgeoisie1 Cuctwn-',il ciii Oil! ia11r6 Je1n:,,vvi la,,rs en-ioisonComrnrc'rithgdefraasactions de Ia dite.'les lois, qui prenci les d4ciioadminoira do dejei,clrt'dt/SSvrjniu" tt. Jg't1,,si011 Foista dcs ?e jut,.strdves, qui rood Ia Justice.I/1IC! Cis, ossii,i'rv pod:' india COl0/incdv 1ui, ii failoit cotequo cote AQuand nous disons au capital istequeLv peti p/c c/covtsit,). It's lroUoii-1Oswfd John BrandtInCe capital est uii \oJ, il branditson corcgordiiiPanior cvt't' vuvnduu'g'otu'c dl'hCrjtior VICTOR MAR.dcivil.C'ost done To va&qul Jul fbi do fviiijnvs(/t't"eid,tv dosr-"''')'ill-C$,il0pIZ/tfl/.'))donna droit a cv vol. Eli hichnohe oh-pow' iv Iron, per. 11 n'apas don.1I 0 tiit rtitC c/it,))iipIe. CturuvtcxTINEAUinsquo ccllde sn smut-Jectif direct ost doraler Ce codepour'.?rzts rr Iron laIaAMELI rAT1NEA)A Paris, hen.que Vous OVoz sucA.en rdiger un aufteCe 10 Sang du pro-n, pon'I dji-,,,'scstxits qijen ouscii1er dvu EYAI NTE A-NGLAOE,Ila JJ11II1.i GAND.PERE Etpour cola, l'Es.[10

PAGE 11

'IIagc2cLATTJdllE,croc n'hsttpis it faire conpdrr3eune Victor Mvtrtimau que Ictr un%14fttois sgripar Itu (victor); ctr ii ne2Janvier 1946manqunit quea seule sigiiaturr 1t MaC 10 Fvrier 19 i6on de Commere Ag1d MurtineauM R:2it DdpestreMesieurset Co paurra de sute iui vurser 1c roonCarnrode,thnt de SA PART DES BIENS ENCO.PernLtiezrnoi de vous exprimer IdAu eoeur de Ia question soia1o, lesRE DANS IJINDIVISIOET II-touo lorIrniratio:i d'un de vo camera-Jeunes hornns out jane Ic sort d latwPOTHEQUES IYoprs 1e czu5 pr-dh:er que Ie fiasord des circonsfin-gnitration. Vous n'avez pas pu ittre,CeOtts mi j,one Victor, so pailttait tiescr,rr de es frres d'Hati.1IS seront parce iu'i1S ont comirsT1'ENTE MILLE DOLLARS ($30.ippris pr IC$ Journau, Ia justeparce qui1s oflt compris leur000.00) et. Ic part do a soeur Axulie dr?vt!to de Ia Juncsc haitiennet toutmonde, puree qu'ils font de 1scienceTRENTE MILLE DOLLARS aussL,th' suite j'ai su quels en filpnt lenpplique a Jo vie telle qu'elle esL etDot'TC l'escroc-Criminel OSWALD J.motjt imrndi3ts: lc fermeure do LaCO qu'iis trouverit us referont leJ3RANDT visait DEJA une pctite at-Ruithes fun din dei1x seuh jourziau.faire d'une SOIXANTAINE 'DE MIL-presse haitienne, it son pre-Et fal trouvPautreoir un articletIERS DE DOLLARS.znier numiiro alt oth prcndre une atfi-do Pierre Gelinas Le Sens dIa Rvon toute confiance le Jeune Victorfide digrie et litre.(1) sur un livre de, I ozs MassonMartineau signa.. SON ARRT IDEPUtS bient6t, sont parvenues des nou-paru ces derniers temps it ParisLE-MORT... peasant, Pauvre di*bl, deveJles pius precises: votre airestation ettoile etClitet pour nous les jeunesbonne fol qua Ia guarantie d'une Ban.celre de Tlitiodoro Baker, Ia it/a de InHommes, nous y avons trouvit du rcon-que de l'importance MORALE de IaFacuU de Mdcine qui j'en suis fier,Banqus Royale du Cnudi itait plusa St I'aile marchorite de Ia revolution,Nous lea Jeunes Iiommes nouso-que suffisant at qua des2SO.00O,OOjparticipation cia men frre Gerald ettoutquestion en rapport avecdollars,II ittatsftrd tcuuhersesde mon arni Jacques A1Gis.celle de Ia connaissance avec de Ia cul-S30000.00... Hems, Ia petit Nif ii ii'a-jjest impossible de vous dci-ireturd, avec celic d'une uonception duvat atirun pritsentinient que cc CR1-notre impatience at notre fiitvre at d'ex-inonde. Vous tus autour de nous, vousMINEL IDE CAR1TEREIa directIonprimer l'hnmense i igret quo rious avonslea HornrncVieux rommes vieuxde cette honorable Institution Cana-prouv do ne point rnarchar nvec vous.qui thment le fronuige mme s'il se trou-dicone, n'avait de Ia Pitiit pur PER-jijcamardes, se joigrient it moi pourye dens uric ratIre. En fnce cia nous,SONNE, pas niitme SESROPRESexpriraer notre admiration pourquand vous offrez, malgr touttsosFEERES,le cotira4e at in dLerrnination dont vouspetites sincitritspetitesbourgeolses,Or, en rca1it, at Ce que e eune Vic-avez fai' preuve et qui a mis a Jeu-quand vous offrez Ia rdponse aux pro-tor Martiaeau a dit coxitp1it:ciiwnt igno-nesse haitienn tout entiitre a l'hormeur.blmes humains, ious sentons tout'i Iarer dens Ia iarnps, in Mauon do Corn-J( SUI tier de faire conruiitre Id leamj5(fritellectuelle humaine. A vousmerce Anglade Martinean et Co devaitprotiiosaes do rnes carnarades d'Haiti at"ojr devant In question sociale, ii nousdej Cette ViIeur a In Rcy4 Bank ofri vourlrws sur in drnnnde 1'aaSoia-vient ipenser de vous comma du bit-ros do Loya rvreon.C;nada. C'ittait toUt natuel q.ie le jeu-Iiti dTiuda;?t en Mdecine de Pa-est envnbi lenfernent d'une sortee Victol Marthienu ignotaces parti-ri, 'es diffuser ilus largement dns I'or-do italaise, d'inquiittude, d'b-isatisf action,cuinrititr, tie faisant PO),t parti deiane do cc groupernenL A cette occasionn'airve pas ii so pritcsax, demeureVAi,sociation Commercialentre Hy-k voziclraia obtiir votroutoriotiontrouble, et no prend form, queinthe Anglade et Marlineau.Ce'Lted'cxtra,ro tie sEti:ceIIess qte!ques unsSOUScoueurd'agisseeientsbzarres,aoi-disant OUVERTURE docreditopoErnes a! vibrantd clu ditsi;' do jus-froudeuis. imioss i-.utie tdaodonn'ittait en sornme qu'une 1ERMTU-tice sociale qua vous avez publidslesprit bourgeoi&a1EdoCredit concue per le CervecuCroyez, cher ciparade,.J'expressionAh! Messieuri les Homme Vieu; siCrisidnel cia i'Ecroc do giandi classeproionde do mon admiration et aux re-Oswald John Brandt.greta d'uri !ritre d'arme qn! n'n pas pu.VOUS saviez commo nous sommes sur-tout tflstes, de voir comment vousL, Ic ieune Victor Jartbteau itlaitparikiper i votre combat.pourriez encore ittre Jeunes vous vousFOTkT CLOS. Ignorant peit-ittre, doC1aud BLONCOURTmontre2 gitteux! Un poulain vif piaffobonne fol, a qui ii avail tffare, tine acdevant vous et vous enfouichez untion en justice fut introduite pas sonmanche it baIajL La vie se pritsente itAvocat Me Hermanii Malebranche.'TOUJOVRS JEAN iUAGLOIREvous avec sos stupres, avec ses plaies,Queue dveina pour 1'eune Vicoravec ses ulcitres, nous autres nous cher-don l'affaire se trouve sfixites par do-Jean M&gloiro, ce n'st Un secret pourchons In cause et vous essayez toutesVant .'HONORAI3LE Jue Emmanuelpersonhie,-a dtd l'uri des plus vilssortes d'emplatres empiriques.Et JoETI-IEART qul tenait MORDICUS aflatteur de Vincent et do Lscot. Jeanpease aux pauvres frres lit-bas, qui encc quo l'affaiie soit enluidue par LUIMa1oito a osit crire iuo son part:, estChine, qui en Yougoslavie, qui enPersemalgr les raisons legae exposes parcclux dos hnnitte,ns. Jean Magloirepleurent toiis a melodic do Ia douleurMe H. Malebranche pciir recuser CO Ju-iSO range parmi Ihonn&es tens, onet lultent los dentS serrites, at rvent Icgo un peu.. indlicat;a flue taitElan-aura tout vu dars cc pays Ron payssoir quo la victire des camarades d'I-cite Cu jeune LESLIEI3RANDT, Iceffet oft J'on permetdes crapulostalie, d'Indonitsie ot cI'Hati ei,t Ia leur.fritre de 1'Escroc profEftisionnel, at In di-' des nialandrins commo Jean MagloireAhI Non, messieurs Ies Hommes Vioux,gnit&.. professionnelle cornmandtht qu'ilde circuler dens lea rue; d'di1er unflOUS serons tous sauvs ou tous dam-s'effaitt doffice.journal, voire de dattaquerceu-1itflitS eflSeTtbIO, du midi au Septentiion.Ce quo le jeune Viitor Mortineau n'aqw repr6sentent Ia pothori some do IaAh' Non, tous los opprimits sont frres,jamais Pu comprendre, sont les moyenscti.. On pout comparer Jean Magloireles norts dEspagn, los niorts de Grce,qu'a demployer I'HONORABLE Ju-ius, seul hornme it Luc. Dorsrnvillo, etles moi ts d'Hati. Nonllos Itommesge Era. Ethitart pour juger cittte mitmesi aufourd'hui ces deufilous ne sont\x' toutes les cartes do gitographieaffire Marineau do TRIBUNALautour do Ja memo table do ritdac-politique toutes los Irontires marquees,TRIBUNAL jusqu'n CASSATION.tSOii poOr jauer aux ditmocrates, c'esttoute5 los capitales que vous me mon-.Le fait est que Vitpr sut par M, Ti-parce qu'ils rio peuvont dans Jour aviditiei, no pourront em1jcher quo lo soirmothit Paret, alors CoiseiIlor d'EtaL detLi dii gain,cnciiJer Jours ,ntditts, Maisdans mi poLite chambie sur I'immenseM. Louis I3oino, quq los ditmaiches do105 VelSt(ibJOS honnittos dens sayent trsmappemonde Jo cherche, Jo cherche enl'escroc Oswald J. 13i andt auprscn quo Luc-Maglosro-Joanvain Ia Capitale do Ia Douleur. OhI Ca-Prsident ittnient fitvteusement route-DorsiaviJle, dircctours doPsychopitale do la Doulourl Tu os partout etjiies. I(. Parat offrit 505 services morn-imL'Hourer soni des hornmcs do sac ettous les prolittariats plourentlnant. Ia sommo do CXNQ CENTS DOL-do corde. time anquete sitrio.ueMais nous autres, les Hommos Jou.LARS pour controcarror colles du Cii-verto autour du pass de rca deux mdi-'/IQ'US. A hientitt des renaaignornonmies, nous somrnos do ceux qul s'ar-mipel Oswald j, ]3randt; mais l'Escrocpirdrormt rioxi it attendee.rachent los yeux pour abolir les Capi-l'empotta.Voyez-t'olts, Canlarade me-tls do Ia Douleur, Et uemc Ic Prsident LOUIS BONOsoocpctitesfablssess,..humaineso sa poche on voyage it Paris it l'Ho-n'o1-ct. pas? Enfin, passons puisqu'il ut,norable Georges N. Litgor qui n'a pastrits eLEGER>> et a me rappelle cettepar dossus tout. ut>. ciirand Chef,eu grandes peines ii induire on erreurautro allaire d'un Ministro d'HaititVoilit Trento .Mille edans le sacs,ptit Amitlie Mstrtineau et 1w ExtorqueParis.. La Litgation Amitricaine... St&nioVoilit mon Cliazntrr partantla patti-sa signature contre Ia ridicule sommVincent... Madame Furniss.Madamesuite deS tutrea 'lREN'I'E MILLE dorv Dix mJlo,.. Profits Vingt mille pourGano,,. Enfin disons tout court Maitrela Petite AMELIE MARTINEAU itlEscmoc-Directeur.. Ab non do nonSabalaf en sait long...Paris. Pas trop djfico. On rapporte queaudIo horraui. II nou% semble qumi Pa-Mais enfin; ces eGROS NOMSSfini-j'Escroc Oswald.l3randt ai.lritit payit risst Ia Ville oi tout Is monde devintrant bien stir par tuer ses ePETITSomprs le gesto tIe l3rnitse, lui le blanctui s'itmcrit nu parti des nitgres do l'IleIatitice13eServant los intitritts noims, iI tie sauait songer it s'ailier it unctjmlaneho: 11.a laisse. Mpis Ia femme n'est id qu'un;ymbole, ii s'agit mains d'une passionIUC d'upe Itabitude; il no rononce pasant it Ia personae eIle-mittne qu'it ccju'elle repritsente.aAhI Messieurs lps Hommnes Vioux,vous no pourrex entrer dans Ia Maison:Ie Ia souflrance, qu'aprits avoir ditchirIc long tissu de votre -vie passite.\ToilitpourquoLvoilit comment Earnse loblanc pout s'asseoir parmi los nitgres. Etroyez-moivotreJobseragrondeommis colIc des Jeunes Homnmes. Et'est do l'effort posit en niCme temps dotoutos los githonnes du globe quo sortiraIc grand triomphe.Noui autreslesJeunes Hommes,nouii protestons contre leSentiment.comme sou' programme poiiLiqu, noi4sprotetons contre l'amour, Ia halite, con-tre Ia mystique qui font Ic martyr maisqui ne fontpas Ic leader prolittarienmoderne. Malhour it tous ceux qub pro-poseot ties huts iinm4at sans propo-ser one philosophiot sans loS justifierpar uno conception du moade. Nouspiotestoos, nous les jounes Hopimos,contre le Loader qui communique tinefoi mai no fournit auitune noutrrtureiritelleetuelle,c'esr trop vertigineuse-mont dangeretix.Now affirinons que ceux qut tie sont:que ties sigitateurs sont des HommesVietix, et quo los Horn mos Jeunes dob-vent ittre dem itvlutionnaires.e.. Et ntil ne pout prittendre posse-der co sons do lnivolution..'ii n'ap-piend dabord non pas a situer on lui.mCme Ic centre do l'agitatioui httmaineccc qui lui faiL crr>ire aux changemontsbtusquc; aux poussites vbolentes ot sport-tanites, it la vertu toute puissante tieJ'Actrozm, iriais it se reconnaItre commeittaat place ati centre d'une agitationhuinaine qui le ditpasse. Cola l'incite al'ittude pritalable des problitmes mat-riels qui sont los nittres, puis it linO ac-tivit basite sur la connaissance exictedes conditions dans lesquelles ii doitagir, des possibilitCs, des relations di.verses qum'CtahIissent entre les sphit-res do l'itconomique, du politique et dusocial, tie memo qu'entre los nations,...C'est alors que le mat do ritvolutio soconfond avec celui d'volution. ,sNous autres, brJeunes Hommes,nous protestras C.itre tous les anachronisines do pensito, contro tous les moulins de Don Quichotte, centre tout losAntihumanismes.Nous crayons quacomma il y a mo science do cosmos,coma-ic il y a one sciitnce do Ia vie,comme ii y a une science do l'homme,il y a 'Inc sCience des sociitts,CettoSCiehce est une science appliq 4o it laritalit, mais one sciorico d'rtbortNous lejeunes Hommot, nous som-mes das hunsanistes, des marristes, noussummes los soldats do l'1itoito itt nouslo ritpittons au printemps do monde,onn'emp8chra pas it la nature do so cou-Vtir ia fiqurs rouges.____Jacques LA COLERE-----------v==-CHIENS itt Is Pays son d6brrasseraditfinitivemeni. 01 it bon conipte.Quoi, vous ditos' GRANDS ]3OUR-GEOIS?,.. do Pacotillo; ot quoi?... Aris-tocrates?,.. de Carnaval, Oui.,Au RevoIr Camarades ct it trits bien-titr,(it suivr-Ia-1

PAGE 12

I L A fl 11 C II E, Page 3 wI1iflhj*; A LA LUMIERE DES AINES Puur ne pa s irouiper n prIhique ii On prtend que 1ors de l'o fre fi(e par votrent sept rnnes dktaoria!es nouft"t tre Un et on in Rfriin Junte au Tr bunal de Cassaticn, Ies velles en hwetr d'EIie Lescot! Juges Vilaire, rromas et un ou deux Nou vons r-ctmment demnnd a particuliers de personrie... Nous soa mes aufres icceptaent avec entiiousjasmo Devant Jo Tribun1 du peuple, ii feuties ain6 de nous c1Rirer stir certaines Humains. de prendre le pouvoir Rsf-ce vrth? Si cjdxxiander Ahel Licroi; naturilis qutions gui nous tenient a cciur. Nous rciumon une repartition hi'-. gu comjtent-iJs !ire ensuile? 1924, s/ certains avocats, mtdecins Av anrnb1it t courtoisje, us s sont maiiie de boes, TIOUS r&lamons uz iutres inthvidus nan commercwits ernpres de rpondre nos mu1tptes conception hurnain ties choses. 1'lous Ue kmme de forctionnaire imparavaicnt ru1Mrement rcu des quota do questions. Cost pour nous 1'oecasio do no voulons plus d cot esc1vag dguidu rimo dchi? en voyant Roger 5000, 10000 sacs de caM et des renseiles en rernei-cier uric nouvefle lois... Sans s. Nous ne voulons plus de ces oznoDorivj11, ourait dit a sa soour: Min neaions precis sut Ia rzjmeur qui vout avoir Ia prtention dtre parfait nous poles pour une minorit au dtviment Jpri a oui! Cornme si vutre bcauquo pour Ic ronouvellernent cue l'on allons essayer do reprendre et do davedo Ia inajorit. Nous no nous Ioisseronz pro n'tit pas et n'avait pas et dans saxt on ait touch6 doux cent mule do!lopper co qu'ils ant bion voulu nous expas tromper par Jes coups do th&tre. 7bdg quo Von sail! Jars! poser succinctemerit of modestement. Nous connaissons chacun, parce que fi1 'rout d'abord, nous leur avion dodo la misre, du mensonge ot do Ia d* Est-,l exact, pour le vote d'uQ con professiome1 trvail1ant dans an trat un peu moms important, I'ex-chef mand: Quo pensez-vous do Ia grve do sfl1usion., En voulant nous empcher de parlor us nous oat ob1igts a ponser dade ranths ervies do I'Etat aflirme quo do Jo Gestapo ait oucM quciques ml!In Jeunesse? II nous a t ipondu C'est vantage, en voulant nous empcher de pouvoir appartiendra toujours to! I liars do dollars, un Secrtairo d'Etat La Un rnouvemeflt admirable, la Jeunesse linus pancher, ITS nous ont obliges i noinbre. Bonne nofe Docteur. I memo sonme et un Sous-cthtaire a fait preuvo do conscience nationale. concontrer bien plus. Aussi nous savons Seulement ne soyez par bicn dtonn si 1, d'Etat sept cents dollars? Cotto rponso simple, claire ot prciCe que nous dsirons, onus savons exacpeuplo VOU foit payer chcr 'otre met SOfr enferme tout un monde do choses toment pourquoi us luttons, nous soimprudent & lmporrincnt/ On ri'entend plus parler du petit NeElle rvle toute une gnration, die vons quo 10 renversenont d'Elie Lscot mours, Est-ce qu'ilny a pas d'encens accuse toute tine poque. n'est quo Ia minime partie do mAre tDans un certain monde, on n'ose plus dans les pharmacies? Ou bien achte-tLors de Ia grbve do 1930 Ia majoritb the, nous savons que nous devons traer.voyer an diable les petits rnondiants II plutdt do l'huile do ricin? dos leaders' n'avait qu'un ambition: asvailler sans reIche pour dguerpir tous pro fessionnels. Ces dern:ers realrsoni seoir une situation personnolle sur lo ceux-ib qui, avec lul, mangoaient pas ma!, le dimariche, commo quoi Is tine jeune fille gonre gros bourgeois, nationalisme do l'poque. Stnio Viasueur combien prctedse do la masse, pour oct un facfeur conorniquo imporaurait tout iait pour frustrer une petite cent devint prsident, et Ce fut la faiI1i tous ceux-I qui voulont maintenir tant dens La vie des peuples malhoureuse, mere do famille do son pete do Ia Jeunesse. Suivi de I'eacpliaies clavage dguisd de cette masse. fj djob, su mCpris do plus lmentairo Elie Lescot, Vincent travailla pendant Nous sommes contro les sfl-rnoune L'Eminenco Orise, ddchue, est prie sentiment de reconnaissance. QueUe tout son gouvernemont a anantir tout rest4 avecs, nous sommes contre toute d'Ctre rno'ns nerveuse. Un peu encore mentalitd tout do mCm& ltious revienmouvement jeune, tout inoti'oment nospeculation dcs forces physiques, morasa Voitura auraIt frapp des enfants didrone amplernent cur cette question! ble Les gouvornements do CeO deux lea et epirituelios de nos frbres. Noes rnanclie, devant li oRoxa. Ce n'ost la compCres sic brent que des gouverner'lclarnons un bien-tre gnral, no'us rauto do personae Jo mtier do rCdacQui noes rappellcra le nom do judemeats de jrand Ccarts, do corruption, demons un standrd do Vie apprCciateur iricoirect do promosscs fallacieuses to quz, poor justifier fin coup d'etat de do prostitution, do vol ot de vetilerie, bits. POUR TOrjS, Quo tous los enfants nO rapporte plus. Vinoent await essayC do prouver lealelie oat fait, soutenus par ceux-Th qul poissent jouer, gambeder de Ia inrne fa. mont Ia epari site lgitimitCs do cat joulsOalent autant qu'eux, tout Ce qui con, quo toes los enfants dorment autant I'Ious serions heureux si ceux guI oaf acte antidznocratique? Ce juriste, s'il taient en leur poevoir por transforconf',ctablement, ciue tous ls enfants is culot do vouloir screpCdolers. youn'est pee encore mart et relleme"t, estiner Ic peuple hItion en on peupie d'esSoient bien soignCs, bien nourris, bien !ienf noes eepliquer dans quel but ils ii pour Jo moms moat mora!emenf? cIave a Ia morel do in cupidit des \'&tUs, qu'iI n'y Cit plus lee enfants du 1 bow geol's capitalistes. On avait tort FiChe ot Ie enfants du pauvre, lee enC Ia Deputation pour is lCre CirconThCophile Richard, ox-Prsident do Cod'tre jeune, on avalt tort d'tre honnte, fants do bourgeois et les enfants'de la cription do Cap-Haitian. mite Permanent, oncien Ministre des on avait tort do no pas vou1oir se cornmasse, mais qu'il y alt les enfants d'une Le Peup1e rrOit dj a des elections Travaux Publics coos lo rgime dchu, prornettre, on avait tort de no pas youmCrne HurnanitC. officzelles oat l'audace do se presenter devant ie loir vendre sa fernrie, sa fib, on avait Toes ceux.Th qui refusont de reconQue Jacques no compromette pas Ia Peuple qu'ils ont crucifi, pour solliciter tort d'tre intgre. naitre cette ricessit, tous ceux-li qui position do Paul,. un inandat no SCnat do La Rpublique. o,-.,:, -'1. veuient asservir de quelque facon que yaient fermement qu'iI n'existCit plus Ce soit leurs semblables, tous ceux-IC qui refusent d'tre humains, eux tans, us d'lans nobles, pure, dsintresss chez l'Haitien; us se sont tromps. La Jeumritent d'tre dnoncCs. Qu'ils soient. Un peu do dcence, Messier., car il nesse Haitienite, plus ieIle et plus flCre grands ou ptits, puissants ou faibles, ii no so pOut pas quo Is RCvoItion qui que jamnis, vient de leur donner un profaut qu'ils soient dsigns. Nous rciaa rer'versC le despt Rue Lescot et son fond dmenti. La Jeunesse Raitienne mona un c tngernent radical. Nous Iairgime de npotisme salt encore profivient de faire preuve de Conscience Nasons one Rvoltion prolCtnrienne, et tablo aux mmes Clments qui l'ont aitional... Cependant, nous no sommea non un comprornis. dd a ploager Jo Pays dens La servitude. pas des nationalistes, comme ceux de A boa entendeur, alutl Noes dnon cons cc fait scandaleux! A 1930, nous n'avons pas d'arnbitions p0hon entendeur salut! liuques, nous no dCfendons les intrts Robert LE BOHEME / --------------I IiTh Dopuis quelques fours on pane d'ne affaix'o do terrain du dombine prIvC do l'Etat situ au Cap-I-Ia'itien qui a Ct dchangC contre on autre appartenant a on de dirigeants d'une Administration Fjscalo sot,s La condition espresso qu'une atIo do spectacles publics devait y Ctre construite. Mais cc terrain, C Jo suite, a t vendue pour Ia sornmo de ,'uatro n-nile dollan. -1' 'I'I' Nous citcrns encore, pour civitor toutes rnanoeuvros fraoduJcCses, coma-re rCdacteurs do eLa Rucjrer, les camarades Joseph Thvenin, Joseph L. DCjean, Rodolphe Moise et Roland llontas. ii rious ost revenu quo lore do l'expropriation IarcCe des paysons de Troti do Nord en I oven' do La Sliada, tous lee titres do propn:dtC dcc habitants de cotto Iocalit oat Ct annulC d'autonitC Nous avons appris avec indignation NOU S quo fous lee suppts des Regimes ntastes VINCENT-LESCOT, tels sjue lea par Jo Direc!eur d'une Administration Zphirin, Ancien Prsident du Comif delgue stir Los lioux poor cette besogne Permanent, appareil enristreur do nfasie. I toes Dcrets-Lo,s immorauA quo Ic '5 Q or pourra rrous dire io nom du comptable qui a sort'! de prCto-nom C Zrike C l'dpoque de Ia faillite frauduleuse de Cnitte maison et qui, a Jo suite a vendu pour con compto propra tous los rmneubloc inscrjts en son nom 'I Jacques Maglorre, act uellement Commissarre do Gouvernemqnt au ,Cap-Haitien, of Irene aisle do Major Magloire, charge du DCpantement do l'bntriour, spree un sCjour C Port-au-Prince, esi rentrd au Cap-Haitian par l'avion dr.r Jundi 21 Janvior, C dix Iieures do matin, immCdratement, ii prend La voituro do l Commune du Cap-Hrdtien, No. 239 et aceompagn do Magistrat Communal do Cap-Haltien, M. Francis Glude s'cst rondo C Limonado pour ouvrir sc campagno Clectorale commo Candidai rays a connu dopers tine decade,' los ,' L'ex-Mhiistre des Travau Publics, du rgime d'oppression Ehe Lescot, Jo cynique Luc E. FoucliC, a chahut au Cap-Haitien, par Ia vaillante Populotion caporse, cur Ia Place do La Cati-tdrale. A poine renir au Cap-Haitien, conlinuant son systme do sorvage, ii a voulu e'cror, do ThomiclCs Mat hieu, emplovC au Service hydrauliquo do Cap-Hanien, l'!nstallat ion gratis d'un con! ort moderne dies lui. Stir Ic ref us do cet cmpioyC do travailler gratis, i'mgenieur DCpanleniental, .Lascaze Bernadin, a exerc des reprsai!les contre ce n2alheureuc en tentant do I'expulser d'une rhambre qu'iI habite C La Cit ouvniCre, Ce, avec la complicitd du Magictrat Cor,irnunal Franck Glaude, La cra: j;;j Ii& 4 ;cj 'l' ,l --, I ,,_-; :', t 4' 0' LiiCumniericomen its innlhtstiretise a-teuturc ii dolt abouti tin proci r&entis wit. partlculiers de persanne...NaussonmesHumsias.' NOlls reclumonsunerepartitionhumaine des choses, nous reclarnons uno conception humaine ues choses. WousDevoulons plus deeetesclavagt' degui se. Nous ne voulons plusdecespolespour.une minoriteaudetrimentdelarnajorite.nenous lais-seronspastromperparles .coupsdeNous connaissons chacun,parcequefilsdelamlsere,dumensongeetdeIll.de silluslon...Envalliantnousempecherdeparlerils no usantobligesitpenser da vantage, el\voulantnous empecherdenous epanche., ils nousontobligesaconcentrer bien plus. Aussi nous saYonsCequenous desirons,nous savons exactementpourquoi{,':lllS.luttons, nous sa vans queIerenverse:nent d'Elie Lescot n'est queInminime 'partiedenotreta-PIQURESDEGUEPES",Puurnc pas5(trOl1ljlCrellpnlitiouc.i1OIlpuUendgue,10r$de1'01laUePIll'fa"tHI'''unHholutiounaire ctnon ui'lormismc1>,lllJunteatiTr;punaldeCassation, los juge$ Vilaire,Thomasetunaudeuxautres llccept&'cnf avec entllOusiasme.deprendreIepouvair. Est-cevrai?SitJui,que com;Jtent-ils lairs 'ensuiie?***Vnelemmede{or,etlonnaire lmP9r-tantdun!jJlme declllJ, envoyantRogerDorsrhviIle,auralt dit.asasoeur:salopri a oui! Commesivc.>ftebeau peredetailpasefdavaitpas ete dans lescalbii:ldag>&quelIonsait!'"*,;de.mande:Quepensell-voUSdela grevedela Jeunesse?IInoUs aetelepondu: C'est un rnolJ,vemcnt admirable,InJeunessea faitpreuvedeconscience nationale. Cette reponse simple, claireetpreci se, I'enfermetoutun mondede'choses, Eile r6veletouteune gimerntion, elle accusetouteline epoque.LarsdeIa greve det9301a'majorite des Jeaders'n'avaitambition: as seoirunesituation personnellesurIenationalisme de l'epuque. Stenio Vin centdevintpresident,etce fut la faillitedelaJeunesse. Suividel'scephale EEe Lescot, Vincent travaillapendanttoutsongauvernementaaneantirtoutmouvement jeunc,toutmOllvcment no ble.LesgOllverucments deteSdeux comperesneIurehtque des gouverne ments de grand ecart, de corruption,deprostitution, de voletde veulerie,lisantfait, soutenusparceux.ln qui jouissaientautantqu'ellx,toutcequi etaientenleurpouvoir pour transfor merIepeupl<:>hnitienenund'esclave'!;itlamerclde la cupidite des bovlgeol's capitalistes.'Onavaittortd'etrejeune, onavaittortd'etre honnele,on'avaittortdenepasvo'uloir se cam promettre,onavaittortdene pas vou loir vendresafemMe,safille, onavaittortd'etreintegre. Stenia VincentetElie Lescot croyaientfennementqu'jJn'existaitplus d'elans nobles, purs,chez l'Ha'itien; ils se sont trompes.LaJeunesse H.aitienl1C, plus lJelleetpillS fiere que jamais,vientdedonner un pro fond dementi.LaJeunesseHaYti'enne vientdefaire preuvedeConsCienceNa,tianale... Cepen.dant, nous ne..sommes pas des nationalistes, comme ceux de 1930, nous n'avons pas d'ambitions po litiques,nousne defendons les inlel'ets

PAGE 13

rage4 u cFflQ (ionttm Rotj7ier Nou avos tCflc9fltr Ye cbpjtaine Kerby gui pis irmeI/ernen( dIar tfavoir jamais fenu las propas quo Henriuez rappqj-(e clans son journal Ic 3LLSf!cicr, Par Laurore St-JUSTE Pour avojr renverst dana Vespace de cinq jours Ic fasciste Elie Lescot pour l'avoir porte depuis prs d'un mi a Si c'est ,ne atfague dguisc de M. Noire rvDlznio,, no pclit 05 (Woir co, Cit des Etats-U,zjs oui so sont J haitieri croit sa mission achev4e. I errer de Capitale en Capitale, i. peuple Heprtque; qt/il s'expliqqc car la de i:izitcs (10,75 k lefllj)$, Ella clvii.1 groupcs lOute:, lcs :ations du uzon. 11 Ic croft tellement que ses Ieader veut tirer teut ai daFt, I trc poussc )IIsqu? l*limivalion do pour deiioncer a travers las dLcles p1u lucides loin de s'occuper des i'onipUie tic l'u de choses ctncie,z Cours inpizoyables da laurs 11201/erS vrais problmes de Vheure, se livrent 4 Cl d/eeivaux qui i'a j)70U0(jfl&. tor,ltjs les ea(JCtjO,,s de t'irnprkzlis. J cIa savrntes speculations sur le prjug Au dibut du noj do dcembre, un LI1., (lOLL C1r perFiza,zejzlc. Et pour iuz th's c/ Jroie, pour faire jQurnaI des Cay supplisit Elie Lcso( .. cle visiter Ia cepitala du Sud d jas ahoiej son auvre cotzslrjjctj avorter toutes los COIlSJ)irntjon.c conr '$ ansun Va, ii y a ati ( (at d'espritpurjjcijljr i Ire J1(ivj (lOs eUples libras, pour 1j: : rilIe aussi pInt quo flatteur mt poqie de tension collgctln (lernier lieu super 1zjs las syst* (uJc: cLa vil a soil cia voir et d'acolamer son che1>. Cizwi somaines piu tarcl. 1 (!1I'1tJa4t CflCQur(,cI. sans tojjI:nes (i'GVjlj5SCiflt des conz,nu,1aut ame, 015 lancer des appeis intcznpestifs en dtress! rae feuille acublait Ic inme Lescof des at massacre qul cllangex aIe1zL les ,iiu. Et 1(1 discri,ninatjo,c raciolc bat ;; PILlS duras iisuJtes. Pourqoj cc brusqua changeme,t? AIIon Messieurs guuifjqu Plofl?CSSCS cM l'aclion rson jilein aux EIatc.Unis, at cc ::z'ne vo7uuom,a:j ::::::: dola z:::iahi: ": ulafteurs, on pcu plus de constancc, lic et suns rsullciis pratiqucs. jjoe (1 mon pays ltIlCon!rle finan. t _j a Dns la nime villc wi bourqeois Prscnt Fe point (IC rnaturj1 (l'unc iiiilho,,s nc dollars. portant des has violets na cessaii de rtgrosse d'une nouud!c sockSaiz Ff(UlCisco! San Francisco! Si esl Lrusquen,ent Ed. Paurquoi?... La Mc1, hzz,n&jjate ds ouvi ierc peitser uvec Ia niort dana i'peter comma son c!impre Lescot:
PAGE 14

4 Direcjeur rlu:ODQRE IIKER Rdac1eur en ('bet: ENE DEI'ESTRE Adrn,se: Rude Roy No, 32 rut-au-rrince, ibiti. Tlphone: 2776 AflONNEMtNT Capithie iMO par mois Province..,,, G. ILSO I)amOIS PREMIERE ANNEE Ico. 9 SAflD1 23 FEVR1ER 194G Souvent Ia tte qui recic Ic (en jioullJant do Ia Jeunesse contribue plus cfficaceinent au bonlictir de on pays quo Ia tte frolde ci exprimcr,te du vieillard qui tenporisc dans Ics inonients oiz in nirjti seule ct de misc. DESSALIS LE NATIONAL-OHAUVINIME I MESSAGE BE GERALD 13LONCOURT A LA j NOJS E VULJLONS JEUNESSE RA1TJENNE Par Jacques S. ALEXIS Ccs tenips-ci Ic National-Chauvinisma bat son plain en HaIti, lit classo pefe-bourgaotse dans son chass-crois historique baIlot.sclon Ic moment de l'histoire vers In bourgeoisie on vers Ia proletariat ast toujours en ressentimont. La gratid maiheur du petit-bourgeois c'cst qu'il n'y a en halt dons To monda quo dcu doctrines: 1e capitalisme at Ia socialisme scientiliquc ci notra compre qui a un pied dans Ia bourgeoisie et l'autrc (laos Ia i,roltariot devieitt unc tte de lure pour bourgeois et proltaires. Alors notre petit bourgeois soit qu'iI veuille rforiner Ic socialisme-scientifique ct en (iiire Un socialisma tout court si dgrdant entaintas at demi-teintes du rouge pale an rose, soil qu'il veuille attnuer La capitalisme an Ia prsentant sous la pillule liberaTe bourgeoise variant du blanc au jautie-saumon. L .National-Chauvinisme est ainsi pour Ic petit bourgeois tin refuge dCcent. La National-Chauv'misma fail son affaire parce que membre d'une classe opportunista par definition ii pout Ctrc scion ic moment eperdunient national Ott Cuertluinent chauvin. Chauvin ii l'cst pat' rcssentiinent parca qu'il ost l'CcorchC vii cIa Ia soelCtC etiI propose do cc (nit des solutions senthuantales ci superficielles. La machine sociale ast penile an jauna, ii vatit pour toute transformation Ia peindre en Inarroxi. National, it I'ast par Ctroitessa parca qu'il a basoin d'un bouc missaire ci qu'il accuse de cc fail Ia caste judCosyrielme, Ia caste blanc on la caste violette. 11 y a Ic capitalisme italian, ii y a Ia capitalisme ainricain, ii y a Ic capitallsme britannique, ii y it Ia capitalisme japonais, xnais Ic potit bourgeois refuse do coinprendre-que Ia majorit des italians, des ainCricains4 des anglais at dos aponais sont exploitCs. La National-Chauvin so recroquevilie stir Ic ilationalisme, oubIieu, quo Ia capitalisto n'a pits do coulcur, pits do patric, pits d'indice cCithalique, pas dc capacit cianionna, ii n'a qu'una gucuic at qu'un ventre. El Ic capitalismo national ci international so gausse do toutas las petites-bourgeoiseries natios'tI-cliauvinas at ii so ICch les IC'res, Quand Ic National-CJtaxn'injsnia a afficitC son racislue, son nationalismc at son chauvinime ii ast C bout do souffle. La libCtalisme bourgeois a atiirmC ses conceptions huinaines avac no. Adam Smith, ott est in concepticil hiunain Cu national-chauvin lialtien? Toute cOnception politiquc dolt stayer sue tin effort Ce rationalisafloii generaIa doie, sue one phuloophic. La Natioiiaj-Chauvinnue quond ii nsa alfir2ne7 scs conceptions jibilosophiguos est: Camarztdcp, Votis avaz prepare In flevlutjon Cu 7 Janvier liJ4li, par catta lotte obscure, cotta Ititte soutenuc dons I'illCgaIitC Ia plus aboIua, cctte lutte gui davait prouvor an inonde qua peupla haitien, guide par so farce jiensanto Ia plus pure, par vous ardants caturades, par vous Ja'.me.,so haitienne, digne des plus valaurcux pays, est restC Ia hauteur do son passC. Vous ave pouvC an monde qua Ic paupla hautien salt parfaitenient cc qu'il vent: no avenir mailburl un mondc oC I'homnic na sara pas cpIoitC par I'honnno. Vers vous, camaradas grCvistes, wars voris qui avoz si magnifiquemont. accompli votre Ccvoir, vars vous jaunas at flees garons, wars vous, jeunas filics admirablcs, vers vous tus gui avez participC an gloricux mouvensant. insurecetiaanc1 Cu 7 Jani'ier 1946 gui ranvarsa Ia fasciste EIi Lescot, dictataur Cc Ia RCpubliquc d'lIa'iti, wars vous gui cmphssiez las rues do vos protestations lCgitimes, wars vous tons qua j'ai tant aimCs, jo lCvc moo poing gauche drasC dans un gosta d'adieu! Mas doigts Sc crispent contra Ia pauma dc ma main, c'cst Ic symbole inal1' ( 's1'i .' :Gerald BLONCUEJRT, l'uii des leaders de Ia Grc tIn 7 .)imvter 1916. trable da notre fraternitC ct. des grandas chosc qua lions avons accoinplics ensemble. Jo pars vers d'autras ciaux, oC ja saurai, camarades, dCfandre plus furianscmcnt encore Ia cause pour laqualla nous luttons Boils tous, nous tons qui forinons Ia chaina formidable des non-conformnistes, ChCre HaIti, ma patria d'adoption, ja pat's pour l'adl! 0 mon beui pays! Je comitinucral In little pour thi. Camaradas d'hIaIti! ponr,suivaz Ia little, forisiaz des syndiints, sauls inoyans d'action, settles organisations capabls Ce tietendre les iniCrCts Cu proletariat. DaL,outlea daninCs Cc In lam! Dahout ks foeats do in terra! Dcbout Cansarades bien-ajmCs' Au tevoir Gerald BLONCOURT lans Ic vague at Ia inytlmiqite, II s'op_ icqucl ii saute. EL Ia monda cst tout aIIa Gaucha-llCgClienne. lIouvcmcnt Ctonii6 qua Ic Nationai-Cliauvjnisme I aroduik on Bbulangisma, on autea, Cu petit bourgeois, devicnt C caitain an coimaissons los faillites. EL Ic moments rev ci cori'igC jiar Ia capitaiational-CIjauvinisine constitno itour 1iine, In faseissna, Ia nazisine, Ia puite citpitaflsnte an lCticsse Ic ehaval sue .sutlp pace 3) LIMj Par Serge L. AMEROISE Empoisonnez-noug, poursuivez-nous de votre home, faites de nous tout ce gui act en votre pouvoir, Messieurs Ies Bourgeois, mais nous ne cesserons pas de criar: nNous etc voulons plus de vouss. Non, nous ne voulons plus do vous, messieurs. Non5 ne voulons plus qua vous nous reprCsentiez C Ia Chambee, vous qui avez etC pendant cinq arts Ies serviteurs loyaux et zls du rgime dCchut. Vous avez consenti C apposer votre signature au bits des traits gui livraient Ic Pays tout entiar C l'tranger; vous aviez vandu C prix d'or lit Cornpagnie Iectrxque aux Amricain.; vous aviez accept sans reserve C prolonger le mandat d'un sale tyran; vouz aviez acceptC aussi qua Ce soi-disant Prsident rCdigeCt une Constitution de sa propre main ou da celle de son petit sacrCtaire, cc vieux pleurarri, at VOUS In prsentCt pour tre eavalCcs aloes que cCtte tCthe revenait C vous autres, messr'urs Ies Snataurs at les DCputCs. On dirait que ce dictateur vous avait ithpose Ia formule asdepatrie,P:U;d'imlice ce Ilh:llique,pasdecapacifli ci'lI1liennc,iln'aqu'unegueuleetqu'unventre.EtIe capitalislUenationaletinternational sc:gallSscdetoules Ies 'JleHtes-bour gcoiseries llatiolt'll-chil1lvines e!ilse lcclll:, Ics Icvres.

PAGE 15

I -4 ?agoz LA IttICftEi P van des nia iii es tcs de plunge de tab]isscnients Co iuereiau, Ic (mitts Ex&,utIMi1itaiz-e a fait pam?trsun t'oinniuiitjtft trs i' me, En flIettiUit hors Ia lois h's ph. lardi, Ia Po1ie 'est rvle It ninintenir In paix des mnes. En pnreie cireonstanco Jo perunsioit etlit i6 prSfrbIc it hi force llvctlgle ci bristale, d'nulnut plus que les masses soul hicousejejites et ne peuvent raliser quo notrO Situation politique est tendue. D'uire part, quand Ic Comit Exteutif Militaira dclar cju'auonne inanifes La lion orgoins&i tians Ics rues pour ptester coutre une dicision pie]conque du Comitit Excutif Militaire ne scm tolre,> ii aLiente gmavenient it In dcmI)cratle. La Jeunesse, gardieiine intransigeante des quatre liberts, doit p ouvoir iflO 01 fester publiquclocaL COntre tonic decision ambitrair l. dictatoriale, sum cc point, cUe est inImitable. Elle a (IticlenellC un inouvelnent qui devait abotir iiormaletuent it no ehangeinexit tlniis In Structure politique, Cconomique ci sodale (IC Ce j'A son gmanti ahurissement, elk COfl$tf. Ic que Ic ComitC Excutif Milltthe pouruit sans rehiclie son trvai I uiiallionnite d'eseanio loge stmatique de so belle Revoluti0n. On a eartC Jo JennesSt coimne en 1930. > orgone de In jeiniesse, p Cot CStc Tlergiqnenteiil violcin. inept Contre Ia demnire 1)altic tIn coiiilniuiiquC pu est une intulle ii in Jeunesse et it Ia hey0JUt 101L Oiu est Ic ehangneiit gnu lions tions en riroit d'attendr do Crnnflth! Tmahison! Trahison! TI nous faut retrouver noIre colre des jours let plus bCrolitues, memo d nous devons tous tom]icr sous Jet ballet me-' naantes do Ia Garde d'Haiti qui, tie son citt, a retrouvC so fCrocit d'hier. Notre Revolution est ii In morgue, Ii tout let jeunes do le comprendre! Ochout Jetuics, on vous a tralijs. Vii'c Ic 7 Janvier 1946. RENE flEPESRE / LE NATIONAL-C HATJYINISME (Suite dii (a 1ine pags) langisme, Jo rexismo, on Ics croix de on sauviti, ensemble, quo noire humsfcu. ftprits la faillite tic in bowgeoinisthc commando do ronoucr l'homnie sic. aux licuzos do comilusionnisme pollpar thus los inoyons qu'il soit bantou, tique, an niomeiit oim In mite drs classes Japan, armCnien on indochinois. it son acuitC quand los liomines afNotis autmes, marxistcs, nous afirfirment un humanisnie ci unc coucopInons que malgr lours differences cultion du inonde, Lois quo les niarxisios, torches on raciales, les soeidtits humaiIs petite bourgeoisie faisant des counes ont des lois idontiqucs ci gu'it in bcttos au proletariat fail niiroitor it sos iumiitre l'uno niitthode ot non ias d'tui yelr'c quciqucs brimborious do verro dogme nous voulons sauver, liauticns, ci quniques cliuquants en. affirinant un zoulous, arinCnions, espaguols ci amanationai-Chauvinisnie. bes. Toutes Ic superstructures nationaQuciques imbiteites osent affiriner los quo nous n'ouhliorons jamais, ne fequa Ye niai'dsme est mussel Nous autres root pat quo los sociCtits out dos lois cons aflimnions quo Ic mardsma ifcst idontiqucs ot un sort conunun. pas plus russo qu'ahlemnnd, quo franNous autres niarxistes, nous tmais, quo chinois, quo moxicaiu ci quo quons l'oxpioiiation do l'bomma par yougoslave. Sculement ii est des hornl'hwnnie, quo Pexploiteur soil. jaune, nics qul out dcpuis longiemps compris noir, rouge, blnu on von. (onto In faussotC do Gobinenu affirNous itutres niarxistos, nous affirmaul des differences ontra los hommnos, moos quo l'humanit& ost un grand toute l'cizoor do braqianisine conscorps soufirant, rongit par une maiadie truisant sos castes, tout ho monsonga gCnCmale, in syphilis-capitaliste. La Rode Hosomnborg alfirmnant qua l'homina sCola ott gitnCmale et si tel on tel point aryen sic dolichacitphale blond aux do corps mondtol a tine pustule dont ycux bleusa ost difTCrnt dos nutros. In erouto est jaune, noire ou blanche, Let humanistes vitritabio inottont flout aflirmons qu'en aruachant ha crouon dCui tout let auires do inontror on to, on no fern non. La maladia esi gbiologic, on anthropologic on on socionCraic, ii taut on reniitdo gCnCral. Nous logic sciontifique qu'il y a dcux ou pinl'avons ci nous Jo donnomons. sieur espitees Imumnaimies. C'cst pourquoi ho niamxisto en HaIti, Nous autrcs, mnrxistos, nout affirconmnjo aillours sounit car ii ott sCm do Inons quo I'honimo ost pamtout lo meIn faillite do n'imponte quol nationalinc en dpit dos diffCxenccs otimniqucs, elmauvin. quo flOUS serons tous daninCs ensemble Jacques S. ALEXIS PASSANTm Newt avons recu do Mine. Wiener du PaJisn ost candidat In ddputation Silvera, un article intituld aLe dfild pour In czrconscription do lo,iie, nos des ombres veneressess qu, paraitra meillears voluz Thccompagnent. dans no tie prochain nurndro. .1 REPRESENTATIc3 CINEMATOGRAPrnQtJE M. Clbert Bonhonrne, Direcor de Lc Jeudi 28 F,z I'r 5 h 30 p. in. not.te onlritre ju,ridique, aLa Gazette aLa Ruches offre tine sance cindmatoGerald Bioncourt, peintre et poitte, flu vie dure, nous sommes des revolutionjourrialiste ci ouvrier d'imprimerfe, menaimes. La Bourgeoisie so trompe, nous volutionnaire ct hCros des Cinq Gb. agissons sumtout avec noire tte et ltVec rieuss do Jtmmwier 1946, a dC partir Jo cordial do notre conception du Inonmardi matin, do quo nous savons vmaie, newt pouvons UPe vague do tniscsse o battu Jo Jeimvivre ci Iutter memo si foIls avons Jo 00550 Haitienne quand Ia nouvelle a ccxiur en bouilhie. Coumu. Quant it nous pu ccaur do Ia Gerald Bloncourt, tu es patti. bathihle, nous rottons 1s arnios en JrSoi sCmiquo nous serons, das une ret tine minute pour lancer dans l'air vobont, in RCvoIutio dims un seul kiurd i'adieu simple ot Cmouvant gui combat, l'crasoniont do l'ordro carl afoIls monte nux lCvros. Jiste, darit uui soul triompho ha fin de Gerald Btocourt est parti. l'exploitation de l'lmomiae par l'homme. Comics flout comblerons he vide, caGerald b3loncourt, iii reviondras un mnaradc, mais pourrons-nous oublier ton jour. Tu viendrtis tin sour pour peindre dCs1nvIt courage, ta passion rfichie, In vie douiouruse d'Haiti, Lu meviendras ta presence tumultucuse et v'ifiante. un jour chanter he proletariat et rythGerald Bioncourt tu as dit partirl i1,or Ia lutt do noire proiCtaria tu mePant-il quo "bumanitC oit sotte, fautviendias pour que l'encre d l'irnprimeii quo ha Superstructure idCologique Cario haitienno te tach les mains, tu mepitaiite soit criminehle, faut-il quo he viondrat encore pour gue poitrine en code et les hums solent anti-huniains, pour avant tu hivres, los bras dchatns Ic qu'un hommo soit tranger sum Ia terre glorioas combat de Ia Lihert. oC ii est n, stir Ia seule terre quit nit Canmarado, Lu nous sais forts et Ia vCcu, sum ha seule terre qu'il alt aimo Raction est folle. Si tu Ctais tomb au comme sa mere. cours de ces Cinq Glorieuses Lu semis Gerald Bloncourt ott pal-ti, Ia Raccite it h'ordro du jour do ha Revolution: tion bourgeoise, i'hydre aux cent ttes eGCraid Bloncourt, hros d'une foucommence it ricaner. La tte tonsurCe gue incomparable, rvolutionnaire d'une do Ia bourgeoisie Jul a enlev son tinconviction inbranlablo, coiur d'airain, vail, Ia tte it kpi de Ia bourgeoisie l'a tte de glace, corps d'ocier, tomb au menace de Jul couper tout moyen de Champ d'Honneur do ha RCvoiution,. vivre, ha tte gueulante do Ia bourgeoiMais tu n'es pas niort, Gerald, tu mesie huh a reprochC do pewter en hurnaviondras ci tu vermas encoro tos camaniste ot do vivre en haition. rades, he torso nu luttant dans l'atmosGerald Bloncourt est partil phitre lumineuse et parfumCe d'Haiti. Le poignard nous a etC envoy en Tu roviondras, Gerald, trs cortamnophemn casur. Mais ii est des hommes it mont. NOUS NE VOULONS PLUS BE VOUS (Suite do Jo len preqe) soit le refuge des bourgeois insatiables quo ceconirat a vain it beur chem pays: mulCtres ou noirs qul, perches stir lour expropriation de nos pauvres paysans, bahconm, ne savent que vocifrer arrogamempoisonnement do notro sot par la cuinient it ha radio. Lure du caoutchouc ci tent d'autros Quo noire Matson Blanche soil tin lieu plaies encore. Nous ime voubons plus endo tripotage ott des fritres vienrient diffin de ces comoplices dos fraudeurs Ctranlamer dos frres: Nous no voulons iIus gems qui, achetCs par la colonio syrienne do ces politiciens hypocrites et astuont complete contte Ia nation haitienne cleux gui, pour rgler leur petites afpour prrpCtrer dus coups do gangstems faires et assurer Jour septennat do centre he commeranthahtion it in fajouissan:o et dci vob, vienmient dresser your du march noir provoqu par Ia un reposoir sum he pristyle du pahais, guomre. Non, non oL non! nous ns youplacer Haiti sous Ia protection de N. D. ions plus do vOus, messieurs, vous tos du PerpCtuei et par ainsi tmomper la indignes do fouler l'hritage sacrC quo boone foi des Cathohiques forvents et nous Igu Dessahines. AlIez rejoindes prtres. Nus no voulons plus do cot dre, Jo vent en prio, he cortege ex-rCsmmessieurs ignorants qui, pour faire imdentiel errant do porte en poi to, chass pression aux yeux do l'Ctranger, s'ontoupar tout lea pays ott la DCmnocmatie n'est rent do certains muiCtres tiont les chopas un niot inscrit sun uno feuillo do veux soyeux droberit uric boite vide papier qu'on jettera piut tard au foods on du nmoins remphie do aottises et do det archives. Cdez in place it des combinamsons mahpmnpres. Nous no youhommes conscients de leur devoir dent Ions phus de cos entrepreneurs do marIc pass ost sans souillure, it dos hommes rime noir, do cot stockours do sucre iougui connaissent let rnisitres de notre go, d'huilo d'olive, do caoutchouc tom masse et qui y reinCcliemont-. AIlez-vous let hangars do burg vieux manoirs. on, politicient VCreux, tcVous me donNuns ne voulons plus do COt singes it nez ha nauses pour roprendre let mots pohiiiquo do aRefiets fidIes, n'hCsitant du camarade Mnard, pat it livror he pays it Ia SHADA par exomple. Towt los Flaitiens savent cc Serge L. AM]3tOISE grapliiqt,e pour !'acquisit,on do son irmaUE SE PASSE-I-IL A LA POSTE? fCriI d'irnprirnerie. II scm projetd sur l'eran aLa razmde Valses. L'entre gCOn a augmonte los appoint ornents des ndrale ost a i ge/n to. omployCs dot bureaux, a/era quo lea facA/Icr n foule a Paramount of vans tours, qul avec tin hCroismo quo tidier, cc'ttrthuerez ains, a newt aider. sous le solo!! ardent, dccompj,ssenf leur travail font pea obtenu satisfaction. 1 C'est grave. cLa Revolution sara proM tarientne ou e/Io zme sera pass Lo Direcapprenons avoc plaiei' le fommateur do l Poste dolt Jo rdaliser, ott bien uon du synthcam' des gens do nialSoni, i1 corisiddrC comme con iplice do Nous demandorti C tout fibs lecterm ceux qui sozmt an train de saboier avoc d'envoyer (e plutdt possible los gens a cy-tisnie rdnctiofnniro !'ceuvro irma4nifiqt-e et pure de Ia Jeunesse, durrmt lain re'vi'-ti s'y macrime, Local 1Cm itT?los X'a Gloriousos, passe Laveaux No, 5. Vjyo le 7 Janvior 1946. 3 LAnqcHE!'(Suite de la ICr.prr,qr)NOUSNEVOULONS PLUSDEVOUS..soitIerefuge des bourgeoisir,,;atiabiesque'ce'contrata valualeur("hermuHitresounoirs qui, perchessurleure.>;propriationdenospauvrespaysans, baleon, nesaventque voeiferer arrogamempoisonnementdenotre solparIa,cuImentala radio. tureduGaoutcholiCettantd'autresQuenotreMaisonBlanchesoitun.lieu plaies encore. NollSnevoulonsplus!:Inde tripotageoudes freres viennent diffindeces cornplices des fraudeursfamerdes fTeres: Nousnevouions lJlllS gers qui,parla coloniesyriennedeces politiciens hypocritesetastu-onlcomplote contre lanationhaitiennedeuxqui, pour regler leuq; petites afpourp?rpetrerdes coupsdegangsters fa iresetassurer leurseptennatdecontre Ieha'itienalafajouissan':eetdeVOl,viennent dresser veurdumarchenoirprovo que l)arlaUllrepe-seirsurIeperistyledupalais, guerre. Non, nonetnon! noliS.ns 'vou placerHaitiso uslaprotection deN.D. Ions plusdevans; messieurs, yaus etes tluPerpetueletparainsi tromper la indignesdefoulerquebonne foi des Catholiques ferventsetnous8legue Dessalines. Allez rejoin des pretres. Nuusnevoulons plusdeces dre,jevousenprie,IecOltcge ex-presi messieurs ignorants qui,pourfaire imdentielerrantdeporteen porte, chasse pressionauxyellxdel'etranger, s'entou-1partous les pays ou ia DCl'nocratie n'estrentde certains muliltresdontles che :pasunmotinscritsurune feuille de veux soyenx derobent tine boite vide pepier gu'onjetteraplustardaufondsaudu moins rempliedesottisesetdedes archives. Cedez laplaceitdes comom::nsons malprnpres. NollS ne vouhommes conscientsdeleurdevoirdontIons plusdeces entrepreneurs' de mar-Iepasseestsans souillure,ades hommeschenoir,deces stockeursdesucre rouquicortnaiss<=rttles miseresdenotrege, d'huile d'olive,decaoutchouc sous masseetquiyrelnedier.oht. Allez-vous les hangarsdeleurs vieux manairs. en, politiciens Vereux,'oitsotte,viendi'aspourque J'e.ncredecl'imprime-.i1gueIesuperstructureideologique carie haitiennetetache les mains,1ure pitalistesoitcriminelle,queIeviendrasencorepourquepoitrlrte en codectles lois scient anti-humains,pouravanttulivres, les bras clechatnesIequ'nllhommesoitetrangersurlaterreglorieuxcombatde1eLiberte. ouilest ne,surlaseule terre qu'itaitCamaradc, tu.110llS sais fortsetla veeu,surInseule terre qu'ilaitaimeeReactionestfolle. Situetaistombe_aucO/nme sa mere. cours de ces Cinq Glorieusestuserais Gerald Bloncourtestpai-ti, la ReacciteaI'ordredujourde 1a Revolution: tion bourgeoise, !'hydre8UX_centtetesGeI"ald Blom:ourt, herosd'unefou commencearicaner.Latetetonsureegueincomparable, revoiutionnaired'unedela bourgeoisie lui a enleve sontra-conviction inebranlable, creur d'airain, vail, lateteakepidela bourgeoisie I'atetede glace, corps d'acier,tombeaumenacedeluicoupertoutmoyen deChampd'Honneur de la Revolutionll. vivre,lutetegueulantedelabourgeoi-Maistun'es pas mort, Gerald,ture sie lui a reprochedepenser ellviendrasettll.verras encore tes camanisteetdevivreenhaitien. rades,letorse nuluttantdans l'atmosGerald Bloncourtestpartirpherelumineuseatparfumeed'Haiti.LepoignardnOllSaeteenvoyeenTureviendras, Gerald, tres certaineplein cce'llr.Maisitest des homllles 3 ment....._._._--'._-

PAGE 16

RU CHE Page 3 Ce 20 Fvrjer 1946 grand dgot, rnessieurs Ce qu'il nous a ricuses, nous ravonsprevu:tous nous y ,J'Cvris cc soir isvec pour VOUS UI) Nous Ia sOvions flvnnf 1.., Pour iie c tromper en po1itfrue, Ii faut regarer en avu,t et non en art4re. ,-'"'i En face des vnements actueis nou fi:tvec In satisfaction dav,ir accompli fallu de tjavajl pour essayer de coni attndions, of nous es avons faites rem0 des sourires amuses et monotre devoir. prondre e rnr'nde et quand resplendisNous no iib1irons pourtant pas, on Plusiours mme so plaisent a Dans l'attente do notre disparition snnt et radieux onus avons 1ev Ia tifurnpchera au printemps du nonde in rpter: kLaissezles donc so fatifuture, nou rnont'rons une arme de te avec I'uibraninble conviction de In nnture do rocouvrjr do fleur rouges. gtier; tout ceI se tassera bientt bonnes yqlonts cent fois plus forte que virite au lieu do faire Pessni de nous Nous nffirrnons que nous sommes les Thomas t gIiss.. eCes honIa ntre. Et chaque branche coupe sur compiondre vous hurlez1 vous chialez, o1dats de Phistoire nous sommes pous X1Ct05 eflS* ponsent natureilement qiffl l'arbre do Ia Vrit, de Ia Justice et de offi1ne Si 00 voulait VOUS eniever ss par l'volution dialectique do Vhiss'agit Ii do cbrigandage r-toinentana 1'Amour de I'Humanit, permettra le votre sucre d'oi ge. Certes vous tes los toire. qui passeroin ds quo les evngobonds dveloppement plus rapide et plus dur flomrne Vioux, vous Itos lee gteux! Nous vou avens cnvcy ui message eront f ts. des bourgeons qu nous aurons fait net.. Nc dsirent nucun empire, nous avons d'I-Iumanisme et d'Amour Ct vous nous Nous avions ci bien prvu cetto attitre. gaspill plus dhroisme qu'iJ n'en fataccuses dc vouloir briser wee Oleux, tude que nous nous tions empresss Bourgeois do toute categoric, sachez bit pour en acquCrir dix. Los empires Mvthes Ct vo.s Mythologies queUe nberde demander: Pensez-vous que la grequo 1'Heure a sonn pour vous de dis-. sont acquis par l'intCrt ot Ia folie, nops ration! we nit etC spontane et passagCre, u paraitre de la .sc&ne du monde. Sachez n'atteudions rien. Nous sommes ins Hommes des Cinq royez-vous qu'elle peut so rCpCt quo In guerre que nous vous avons dCVous Is Hpnmec Vice; vous avez Glorieuses, Notis mettrons C bas tous icc Arc sagesse, ii nous a etC rCpondu: Si dare, nous in soutiencjrons jusqu'au bout commis des titro-lame et dee t' 'aiids, veaux d'or, nous Ccraserons les cathe-. Ia Jeunesse garde ie inCme Ideal, ii est quoiqu'si advienne Nous ne serons sopour insulter les hommee des cinq gbdrabs des dioux Dollar, nous punirons indiseutabbe quo d's dos circonstances tifait que lorsque nous aurons extirpC rieuses de Janvier 1946! tons los lCvites des eiigions de La Douidentiques, elle aura oxactement be mede toute L'humanitC ce venin que vous Vous lo Hommes Vieu; vous owes leur. me comporteionts roprCsentez. Et mCme alors, nous mainetC parjures au serment que vous eves Croyants de toutes los confessions, Cette rponse resume pleinemont tiendrons toujour i l'Ctat d'alerte, afin de (nit aux purs Jeunes Hommes! nous voes evens tendu Ia main etvous tLate Ia situation. En eFfet, ii semble supprimer toute ambition qui pourrait Vous les Hommos Vieux, vous jouez b refusez!quo plusieurs ne compronnent pas ou naitre de votre progCniture. du mensonge, vous nous accuses de youMais nous serons infatigables, nous refusent do comprendre q'le Ia jeuVous Comprendrez donc maintenant lou eniever leur Dieu C des bonnes, sommes arinCs de l'EpCe de I'Histoire nesse n'a pas dCcienchC la grve et in que Ic jour oC vous aurez iuiinpruclence fenimes, commo si on await int'vCt b aret nous abolirons toutes lee Capitabes, Revolution simpiement pour renverser et l'tmpudence de vouloir rCtablir votre racherdes bras des enfants urs poutous les C-hef-lieux, toutee los Provinces Elie Lescot et ses collaborateuis, inais supi emetic, vous nous trouverez toupens. tooths los Maisons do Is Douleur. encore et surtout pour anCantir tout un jours en face de vous, fiers et rsolus, it Vous les Hoinmes Vieux, par cental'bous vaincrons: l'Horloge du Monde ordre de choses reprCsontC par tous los quo vous u'tahlirez votre royaume 4iLe ace, eons des bannires et sous des sonnO lo Gins ti apita1! bourgeois sour quelques formes qu'ils sur le cumul do nos cadavres ensanglanCroix, vous aver manifest votre vobonso prCsentent Beauceup pensent quo tCs. Nous serons in-fa-ti-ga-bles... nnus rCclamons sImplement un miniNotro cause est belle pare quo celia tC de continuer l'exploitation de l'Homsno par l'Homnio. Nous sommes los Jeunes Hon-irnes. mum pour Ic pauvre, Ic proiCtaire, alors do Ia VCritC et de in Justice. Nous IraVous les Hornmes Vieux, vous bites quo nous, nous rCclamons le Maximum vailions pour un meillour devenir de Nous sommes les Hommes des Cinq porn Tous. Et, dans Ce cas, nous no mitoute l'HumanitC, et sachez quo le joni comme ci voi.0 no compreniez pas be Glorieuses. message, quo clement tous lee proltasons aucune distinction de race, d'nrigioC celle-lC scm ontirement consciente, riat du monde! Jacques LA COhERE ne ou de nationalit. Nous n'avons atscest ebb tout ontiCre qui viendra vous cun prjugC, et quand nous attaquons demander raison do vos forfaits. Alors Nous suggrons no. noble ariskjcrate qui se rnCle do luftor ccc fours-cl, pour 10 pouple, de commencer par rayer cia so signature ledos ridicule of stupide. Monsoignour dolt comprendre quo cc sant l deux choses incompatib /ee! 11 parait que le Docteur piqu dens tiotre dewier numCro aurait jur de so vengor avec I'appui d'un boau-frCre encore plus gras bourgeois. Laissoz-zou rime! Nous evans appils qu' a manifestation chrtienne, des francs-ma cons noloires, c/rope/of en roam, semb/aiont plus clirCtiens quo los p/us chrtiens. Si cole et vial, nous crions Ia macaquerie. '5 La P/ia/an go do 2 1 FCvrier en couzs ii fail, sous cape, quelques rCvClations plulCt sensationnelles Do notro cClC, nous avons eritendu, a cc sujef, citer b/en des name do personnes que nous curve/lions de prCs, dons l'intCrCt du pouple. ues 30115, nous constoerons exclusivevous verrez Ia marcho des affamCs, In mont bes juifs burgeois, los juifs expboimarche des dCguenilbs, la marche des E GUEPES tours, comme ceux-Th que nos gouveineesans mamans, la morche des ments malpropi es ant trop longtemps fatoux, do tous ceux-IC que vous ayes vorisCs Notre dCsir le plus cher, c'est sciemment, dlibrment, intentionaci11 so dit qu'C Port-do-Pals UflO C01')pO. de pou\oir arriver it Ctablir une Haiti lement maintenus dens trot tat abject gxiic tranCre pntronnerait is cant/idasans classe et one HumanitC sans race. et ignoble. lbs viendront tous vous rtare dun do see cnip1oyis ingenieurs of Los erreurs do pass ne peuvent qua clamor leur droit C Ia vie, us viendmont qua la dCmission c/c cc dernior no serait nous servir et nous aidei C bittir solidetour vous obliger it los meconnaItro quo camouflage. Nous voulons dtra renment l'avenir Los Cchecs du pass no Comme Ctant woe sembiables, c'est-C-duru cei is do SUIt 0! pauvent quo centupber uiotre force ot des Ctes Humams o ':' accroitre admirablemont notre dCsir de A cc moment-IC, plus non no votis On continue do 3cIer avcc Jo feu. vainCre, Nous savons notre tCche diisauvera, aucun sentiment filial ni maBeaucoup de rdlcctionnistes veulent re.dtcibe ci do longuc habeine. Aussi cr0ternel de leconnaissance ni do syinpaverdr s'asseoir la Chambro ou au Seyons-nous indispensable do commencer thie, d'amiti ni d'amour. Rien. Co sera Cost leur ifairc. Mais ost-ce quo1 maintenant et de continuer coilte que votre rome complitte et l'CpanouisseIc pouple Va accopter is fail? C'esf Ia coitte et sans tritve. Rion no devra cmos meat du bien-Cfi materiel et moral do question quo l'ozu ,sc Pose Ufl POU par-1 arrCtor, rica no pourra noUs arrCtei. toute I'HumanitC tout! j Si nous tombons, traitreusemisnt fau* Weiss ne lisons plus depuis six somairues, a belle prose class/quo du Directour de certain qi lot idien. Devons-rous ncus rappoler le Vera do Lecnte do Lisle cEt is source cal fric ot) Luuvaient las troupeauxs? 4 M. Nenuours devraif avoir le hon sans d s'expliquer au .iujet de ccc indgularites du Corn/fe Permanent, au sujet ties votes sans major/fe, etc.. )Vlais en/in at) osf-il, Nemours2 cLa Voix des Jounces. a peru Ia somaine derniere. Ce journal do combat, dirigd par noIre infrpide camarado, Ludon Daumec, groupe une quipc' ranuarquable de non-con) arm/sf cc: Neptune, Chovallior, Phii'ppeau Dominique La Rucha oct heureuse do rotrotjver dane L'aritne ces br/I/ants cansarades, et adresse sec come Iments fraternisls a Lucien Dauznec, 'I. Dens le numro do a sema.zne dormitre da eFlambeaus M. Em/Jo Sf-Lot a dcrit un magnifiquo article intiful oA/ea facto ects qui nsf une analyse lu cidei do Ia situation poIitiriue No otrouvons la memo pro! ondeur de woe qui s.ovaif so degager des brillan tes Jocone do M. SL -Lot au Lycdt., Maitre St.Lot reste it nos yeux, malgr los bobtwds des politic/ens bourgeois, l'homme poeicnes par not ennernis, nous mourrons l'meelt Lo I3UJSIEME sionn do just/co ,sociale et do Ithertd quo nous admirions sum los hancs do I'Ccole. M. Jo Dr Wobor Hippolyfo oct cartcl/dat au SCnat pour a dCpartement do i'Ouesf, on a accu'lli cotta candidature avec' joie, d'autan/ plus quo Ic docteur TV Hippolyte esf u' homme iuo,unCte qui n'a jamass pat augC a-ins Jo fan o des coin pmornis a'rilzssaxufs Un honunue neuf, con-ui-ne Ic rCclame l'ur,nimztC dos citoyons Nos mo/I/curs vasus l'accompagnent, '5 '5 M. Marnuonte/ Guillaume eat candidat cu Snat pour Jo Word-Quest, et M. Frnano' Alcindor it a Deputation (Anse-it-Foleur Sf.-Louis du Word), Ces liornmes onf it recornmander our Jour prestige ot Ieur honnCtof. 'I' Roynold Jean Bapfisfe, victime du rgime cfe'chu, omprisonnC of ma/trait c/ient-he un emploi. Q uatt crud-f-on pour donner une augmenta f/ott do se/aires aux facteurs do Ia Poste, surtout qu'on Pa dj f pour lee ornployeis Et a/ore? Alexandro ChCrx, dont a snaison a etC brCJCe dorniitrement it Thor, appelle a l'aide. 'I. 'ILe chauftours privds et ceux des al/goose cant trs ma! rCtribuCs. No pqurrait-on pas mettro bon ends-c it ce/a. '5-i 'I, I! nous rovient quo ces jeurs-ci Mes. Victor at EnilJe Cauvi'-,, -co dormer candidat c/urCtrert it Ia deputation pour Ia deusiitme circonscription lec tamale do Port-au-Prince, auraient ou trots onfrovuos svec Oswald Es-s-nc/f. Nous voulons croire qu'i/ no s'agissa/t quo d'afIaire pro fessionno/le. '5 'l' M. Constant Cadet ft/s nous a dCclazC qu contrairement it Ia teneuz do Ia Ce20Fevrier1946siolJnedejllstice socialeetdeIibertequeIlOUSadmirions,surlesbanesdel'ccole.L ARUC1-1E})NoussammeslesJaunesHommes.NOUSserons in-fa-ti-ga-bles...NoussammeslesHommesdesCinqGlorieuses.IEAX.*>!'IIparaitqueIe Dacteur pique danstlOtredewiernumero aurait juredesevengeravecl'lIppui d'unbeau-frere encoreplus tJros bourgeois. Laissez-nailsri(e!J'eedseesoU-avecpour'vousunNousIes!lVionsavantlesCinqglo-granddegout, mE'ssieurs. Ce qu'i!IlOUSa rieuses.nousl'avons prevu, nousnousyCaUudeba.vail paul'decom-atnousles avons faites!prendre10mf'ndeetq\landresplendis-NousnefaibJironspourtantpas, onsantsetrndieu.'t nous livanslevelate-n'empecheraauprintempsdumondelateavecl'lnebranillble convictiondeIIInaturederecouvrjrdefieurs rouges.veriteuu lieudeCaire l'essaidenousNouslIffirmansqueDOUSsommeslescomprendrevoushurIez,'10us chialez,soldatsdel'histoire,nousSOmmes pailscommesion'loulnit vousenleversespill'l'evolutiondialectiquedePhisYotre sUcre d'orge.CertesvousetesIes toire.HommesVieux,VOilsIl!(lgateux!NousVOilsovansenvoyeU..lNodesir
PAGE 17

I Page4 (CLA RUCHE ....., AEU A GERALD LOCMJRT Depuis dj : HASTA LA VSTA quelques jours les esprits lucicles itrt Peiidant les journes thvolutionnaires observent vec un sa transcendante perwnnalit& partout g&ss 1'vo1ution do iotre coUuflunaurc1ame, partout retrouve, ramenair I A mon carnarade c t vers un venir imprcis. Le vrai visaIa confiance dans las regards et Ia ferGerald BlncoiLrt go de Ia Rvo1ution s'estonipe peu peu mete dans les eciurs Et c'es cc couraBovrreaux rende-,,ioi mon wni et les hojurnes qul l'ont opre ser' lent ge vigilant qul 1t. valait d'titre avant I ()ourreeux renJa-nioi La roirc th ses yeux tre cartis au fr et a mesur que Jes tout le point de iallienient des conscien(flh1c tiiille trahisozis : &vnernents suivent leur cours. tine forces indignes et des ames assoifles. VOUS (W eIioii U/i burn najn (j'cxil! cc conscjente et cache parait rgler les D'un mot, Gerald Bloncoft ga1va. Mril$ in-b is ausi ii hutera coiztrtt vOzts, tapes du mouvement en Ia planant innissait toute une masse dent J'tuis me Qua .aez-vous des ivres qid s'eiuendent sansiblement dans nne voje au prnlacon firit rcemment quelqu'un. C'est savez-vOus (IC luL que Savcz-vous de in Rvol'jtion ble trace. Nous arrivons aujourd'huj a avec Une pareille exaltation qu'on Signe pOUt' VOUS IC inouidtt a IQs limues tournnt de nofre histoire o les faith, les pages xnagnaniines de 1'Histoire pour 12011$ itt Vie CSt tilL petit carlc en se tassan s'apparentent trangement l'ordre rcemment branl, La chasse d'une nation M4is i ne faut pas tan on dolt le reconnoItre, pour s'attirer les nzais las huts so,:t pareil sur la terre de France! flndividu succde maintenant a Ia reprsailles de probits qWvoques. A T'ozLs ri'aGer pus (l(rvii 710$ fevers lutte sculaire contra Ia pense pour present qua les paris ont ouverts, nous 1301:5 JZ'ai'CZ JMJS COitpC i:oirc CfllCllttt Ctoufer ainsj des Clans incon&ICs et rconnaissons aver amertume que las bien hunt par desu yes iC/es d'ausws faire avortor une action gCnCreuse at des sont pipes et que Ia sarbandtt lashien lain! par dessus zan1 de Cfllties honnto. tidicuse et tenace tente d'altCrer Ia pornos mains soztt soudCcs par l'un (qua espCrance. Le depart de Gerald Bloncourt subtee de vCrits gCnralement acceptes. J tilemsit concertC a causCune vive mC'est Ic momet croyons-nous, de voter Qn?iinporu' hi distance qu'im per/alit les vagues tion parmi Ia jeunesse et dCcouvre des Ia deviation dangereuse des donnes soquhunporle cc depart gu'unporte 1ttu-revoir menCes obscurs qu'il importe d'claircir. dales de l'heure at de prsager des pIc inihne sold nous &'laira En s'attaquant aux personnes, la contrarils funestes pour l'avenir. A la rnCine calera nous soul' eve revolution s'affirme menaante et rCsoAvec Gerald Bloncourt cependant Ic. hu l?Cvoiutian est lottie no/rd .: lu, La main qui indique, s'assocjc a port assUre de abs besoins se dplace. celle qui frappe at permet de dCtermjEt dans Ia nuit opaque qui s'annonce, It y cut des hainmes C Guam/ca ner une incorrecte compromission. nous n'avons plus, pour Cclairer nos pas, ii y a des horn lute.', (lairs atoll pays Aujourd'hui que l'horizon S'assombrit qua Ia flamme intacte at pure qua flous ii y a des izoin ares sum in terra de France devant nous, les traits de Gerald Blonavons tenu si souvent avec ha Comme Ic litCutie swig, le uuiCuiie espoir, ic in Cute wnour. 1 Court vous apparaissent; avec leurs condaris Ia < Ia mardi 11 FCvrier sa revocation ainsi qua ce/lo de sea camara des vient bien de cit dernior. -Nous dernandons a Ia Direction du S. d'H. de donner satisfaction C Ce malheureux citoyen qui depuis 4 ens n'a da quo! flourrir ses 5 an! ants, en Ic re'intcigrant dans ses fonctions. 41 Monsieur Rigaud Chicoye est candidat C Ia depute lion pour Ia iCre circoascription de Jacmel. Rigaud Chicoye est an homme de gauche, nous estimnons qua las JacrnCiiens Jut accorderont laura suffra gas. Bonito chance Camarado. 'I Monsieur Ma LyncCe Denis et candidat C a Magzstreture corn muncie do Port-au-Prince Monsieur Denis est trs popuiaire, nous lui adressons nos mailJew-s votux. Cortttins individus, pormni lesauels la cacoch.vme Andre GardCre, ont o6 dCdarer qua las jeunes gens do La Ruche mitt responsables du dornior pillage, alor quo rzous dilona to4ours It rnottra de l'ordre dens los rues toutes les foi qu'on avait fail appal C nous, Ca sont las bourgeois qui ont accul6 le peuple a cotta extrCmitC, en Ic privant de nowriture at do vCtements pendant ces derniras annCes. Si nous Ctions complices do pareil brindage, la Police avant tout Jo moride l'aurait su. Taisez-vous donc, gueules malveillantes nous reprsentons Ia portion seine du payc! L nous vaillotis. 41 Pocirquoi l'adminisj rateur de l'HCpi'al l'Honorabfe Dr. Civil ne pense-t-il sas C amCliorar Ia sort des staglaires du raboratoira de l'Hdpital. 41 La Iameur Memnon de a Commune e coniproncl pas encore qua sa place t'est pus dens uno administration hon. iCte et pro pi-e. D'autre part, nous altirons I'attention le Pouvoirs publics sat lea sinCcures tntraterzues au Dureau dos statistiqties tt cola: do Contrdle.., On perle cPune propridtC privCs de 'Etat, sit tide eu Boi's St.-Martitt qu! sari. cdt de terrain do sport aux Cadets de 'AcadCrnic Militaira, 1cque! tturait etC 'ertdu C l'escroc O J. Eranclt par son omplica Lescot pour Ia scandolense omme do 700 C 800 dollars. Scrait-co zossible! 41 Au garage Powell, ii semble quo Jo patron eat an exploh'eur do tout premier plan. A bientCt des prcisions. 4, 5 41 Aux Travaur Publics, ii Se passe, parait-iI do vilaines Itistoires. Des suppdis not oires du rgime criminal LoscotBrandt-Bouoz, y sont encore. Qu'est-co ti dire? ** Des habitants de Thomassique at do Hinche so plaigriont dos intrigues des lieutenants St-El... et-Dup do mCrne d'un certain La! ort, candidat C Ia DCputation. Des containcs da personnes de l'arrondzssemenf de Saltroti oat signC un manifesto par lequel, us c.prirnent leurs vcnux ardents <