La ruche

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
La ruche
Uniform Title:
Ruche (Port-au-Prince, Haiti)
Physical Description:
v. : ill. ;
Language:
French
Creator:
Parti démocratique populaire de la jeunesse haïtienne
Publisher:
s.n.
Place of Publication:
Port-au-Prince
Creation Date:
January 1946
Publication Date:
Frequency:
weekly
regular

Subjects

Subjects / Keywords:
Youth -- Periodicals -- Haiti   ( lcsh )
Socialism -- Periodicals -- Haiti   ( lcsh )
Genre:
serial   ( sobekcm )
periodical   ( marcgt )

Notes

Dates or Sequential Designation:
1. année, no 1 (7 déc. 1945)-
Numbering Peculiarities:
Issued irregularly.
Numbering Peculiarities:
Issue for 15 déc. 1945 and issue for 1 janv. 1946 both called: 1. année, no 2.
Issuing Body:
Organ of: P.D.P.J.H., 8-13 avril 1946.
General Note:
Title from caption.
General Note:
Published by Imp. Haiti journal, <1 mai 1946->
General Note:
Master negative held by the Center for Research Libraries.
General Note:
Latest issue consulted: 2. année, no 42 (9 déc. 1946).
General Note:
Issue for 1 janv. 1946 also called: Édition speciale.

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
oclc - 30263243
lccn - sn 94021264
ocm30263243
System ID:
AA00007288:00002

Related Items

Succeeded by:
Nouvelle ruche


This item is only available as the following downloads:


Full Text

PAGE 1

The Center for Research Libraries scans to provide digital deliver y of its holdings. In some cases problems with the quality of th e original document or microfilm reproduction may result in a lower quality scan, but it will be legible. In some cases pages may be damaged or missing. Files include OCR (machin e searchable text) when the quality of the scan and the language or format of the text allows. If preferred, you may request a loan by contacting Center for Research Libraries through your Interlibrary Loan Office. Rights and usage Materials digitized by the Center for Resear ch Libraries are intended for the personal educational and research use of students, scholars, and other researchers of the CRL member community. Copyrighted images and texts are not to be re produced, displayed, distributed, broadcast, or dow nloaded for other purposes w ithout the expressed, written permission of the copyright owner. Center for Research Libraries Scan Date: October 11, 2011 Identifier: s-r-000058-n2

PAGE 2

________1DIT1ON SPE(IALE Souvent In tote qul rccJ Ic 1'akf'r fuz $.oufl1tot dc In Jciines a.\(:TI:rIt FN (}1F]F eontrthne plus elficaeemcnt an I ptr bonheur de son pays qu In tfl.te froidu et exprhnentc du vielliard qul ternirnriec lans Is RucU Roy No 32 moments on Ia tmrit senle ir;.u.Pr1nen UAITI et de inie. DESSALtN}S Organ cle Ia Jeune Gnration HRBDOMADATRI IITTERAt RE jET SOCIAL T'RIIERE ANNEII NoV Thnnt9urnt Capilsile I gde. et Province 1.50 par moh, MARDI icr ..................................... T Discours tie Mr Andr Breton j iIBRT NOTREEDITIONSP1CALE .. a Savoy ., .-*Par S1UGE L AMBROISE 00 Nou 'oinme hurex Ioffrir su public ctte dditiot p. ciale do notrejournal par lhqucJle nous rendons un hoinmage jifl IL\NI)I II'I .IE hIEM i'I)ii EN('()RE QUVN1) LA ic'ienL trn enthousiasto nu grand pote Andr J3reton aunt lo \'er1 IESSE IYLRV I END.R1 A SE PAl RR ACCORI) zR a Ia niode CeS joursci. Ma fol phosphoriquo a conquis nos emurs et ralp6 nos sympa. VOIX 4'kFjPONI)ERsNTE ('IIAPJI'IiFi RT I FIiRE pourqucn ias, on ia bien proIc surrcaljsrntj pjj esL outrO iine entrcpri t Ii. l'RlVALOIH SUR LA IiOLYIl N1I .iiEI4 SOid.I'I'lON ECI)Ac1ame a sn Francisco De b&at'on des rich I; CJEUSES QW. SON'I' T.ES SIENN.ES, II PhIJT A8SOJt1 millions et ds milliOfl9 Lie solesscs peychiques du cerveau humajti, mais M1IT QLJ 'l hA JRUNESSE SE 1AII.flRIi I) U COl P1jEXR lat. on verst leur sang sur les Iil'incr so to uans las asptraLions Igitinies cm i'Jommo vsr, aussi lip mouvement antifnsciste, quf n'a jamais manqui d'afJVJNFEL-tLORITE, AU I'LUS J1AI'P POINT .l.'AiiA1)OXAi champs de balaille pour l san Ia justice ociaIe et In .Libcit et qut leconnajt que Ia cit huQU}i I)EPTJIS I)ES SIECLES ON F1'I' I1fl'OSSIBLE orn ENIRETENIR FiN ELIiE. LE SUPatEAbi$Iil vegader centre ceux qul you maine et &tre Jlnmensernent agrable, si par Un accord uria 1aeflt Ia 5UP1)r1fl10. Combien QIlAND iL, AURAIT CIINT :NS, Li:NTIENI)RAIT QUE pup1cs out supuortt sanl' fraternel des hOin-mes, on arrjQ tituol, a limagination C0nStructjv se draits iIIhnit que In QES91 I)A NS T .1 IIUES4E (U E iS I I )EI I' I4VCTprotoster, eS restt ictions iar j capitahste a psdtins tout an couin de son histoire DITR tIJSS1 IlIEN QUi i Vita TE PtIISS%NCl fot pdnibles pendant loiik Ia qui est u hitoirde sang et d'cxploitcnou honteuse de durde dO Ia guerre. Que d ale l'hom3ne. MESStE'ilS Trouv Picu's iui $oiCnt numents Ont dti dtruits, ue Ir Anir I3retoa peut-tre sUr dc bnficier dc laudience At nom. do ma feinme coni I idcs e1iaiscs de documents out bru1s me au micn je voudrais pouvoir puisqu'on savat qu'aprs ces ca dternelle dc Ia Jeunesse, u1atte d'elltencire e urrallsme zar remercier sparmentchacun de j Mais in l)rofusion nne des tatropIies cc scrait Ic triomphe Ia 0 do son PlUS pretiginx clfenseur affirmer Ia puissanSc Ct Ia lucidit que rcelent les jeun valcurs. RoyNo 32Irll>rf-illlI'rlnce-IIAITIThl.ior!nr.,Bakerllf.'rilD;H,"J'!mn1')1'\('Um":Tkni>llppestrt'DiscoursJ'lUD1i)1IMNOFJE'I' .IE1..;NCOlmQl'.1.}''1)I'A]C'est tm<:l'iquidevienltre::.PARVmNl)RAA.SE1i'.t\IRlJ1ACCOltDlmala1110UeCeqjoursci.:nlafoi,VOIXPRliJPOSl>EHANTEAUCIDlrl'I'lUiJl<1T1'J.tiilVAI,OIRSURIJAnOUTINBIJJiJSSOT.U'I'IONS

PAGE 3

Pnge 2 LA h :rRE LIBERTt Le Monde est Ia rrmi.re rage Si Peht MLARDI er ,JANVtE 194t, LETTRE AUX HOMMES VIEITh -*-----* I I (1combr 1945 tour Jo ous. Diii a misrc 4 gao-in Jqui ne permet au PrOluAre que iJi franehibe t di 1)y8llPuia'ie qui n'Oflt p Pothm fi)it Mssiur, je n'ai pas, oCOUP th? elairin bru e te: cjt i9mpra1iafl1c (COflOC re apais Ia oi dXp1oiter j yez en )ersuad de rnyj fl(azriWur, VQW Venfumez. nutlue. 1)ar 1 fl1}11e diS rnal1ieUrelX d'utre-1ner, x Le mnca t 1 petit t que do 1'ge t aucun iirno W1O de votrt tflCens ritujI. ious no erc scm, e1ui d'etIrir pour lou piittt iur oom)atriotes, auii tincAriit en ma nan veritable ne peut rnjours le fascfmc dii g1obe tOU OeStl dire ceux qi ont isus avec toutes sea .t'ies avob do niystique tout actio11aires court. Notre action so rve tes 1os natIOns onttfiton, de 1 in Paine, fls stw lIt 01 bC Weux I ressjeurs Ie Hmmes rvolutionnairc, sans mystlt VIeu pri eettC Caasl OPhe tii rnim tire par1ant a xnrn ious avons soupe a quo ; caractre rvouitonrai VOS paroles mie1Iouw vient d'eflsaflgantcr ic mondo Iangue Noufl ignoronI tOtale m( ndo re attribut esseiitiel de la dia qn nous ont un moment intoxi'etique. pendant six ann, devenu ment quand est-ce qua Ia Ju.ltho 1gre Les Eomn .Ieuque. ouz n sommo.s I oeurs 3x effet... alors qua1.i tSCe, in vrae, non pas Ia iitsroulaut ur In tabit' du IaIo-t sont ceux du Monde en pius I nilIrehe, les Homnies Vieu, trom, Par ette gallt 1foncI, es grandes Puissances t tice earnoufle retranthc dtr comme irne blUe ronde ntatin, d 1USO3C que vous afllrmez trangknt les petites nations eon rire une 1do1ogie nfiiste 1entre les xnain d'un enfant monde couforniista cm rfordans va lois, pour miex { vou nourrir de notre nomiquement. Elles tablissent triomphera dans mondo J miste bourgeois. Les iiommes \Tjeux sont chair apprte aux piQuante atz le nonopok de commerce, e1IC' PILreclue flOUS fl eonprenons ILa sourea jailhi du roe dpasss par PHiitoire voih CCS bc,urgcoises. exploitent Ia naivet des peu i)as OU clu moms nous no you puisanee l'affirmation eSSefltjelle d Ia NOUS 1e Hornine Jeunes pies faibles qul, maJheureucIons pas comprendre comment et Ic chant I 1)riOde moderne. II 1cou1e somme.' les breath dc Thent, fle VeU]ent pas encore se Certains C1tOyefl d'une min eat n rythme mnfiril Id cette affirmatioii, par Ia 1o0 fairn, he damns de la ter 1U fllOfltCflt en foule hou flfier du bIaTi. co]on Pai (Ill Patrie puissenL arriver a racegique de i'opjosition, qu'un primptemps de jeunesse bour leuse contre VOS Tnalloir8 Cu -bJanc parCeque Ce sont touv i' tine ducaUon et a avoir Une avalanche de fleUVeE at de geonne toute ha iature huniai VTLS et cisels par notre soUrS eux ui asservissent le en 11a1n Ufl stuatiOfl raison[sang Les feUi11e mortes des ye sneur, contre vos hote1 1iomnie tie cou1ur. L'Afrlctue, liable et laissent icurs crnpnline ruplure des volcans gtations passes no peuvent luxueux et parfunis. contre 1a Grande Afrique, OtL ViVeTlttrlOteS, JeurS frres Cru.pir I U lan ])1US durer et toinbent. Nous VOS villas 1'9r se ourrit de notre sang. Le mat nos frres, les flairs, eat int& dana lignorance et dn Ia mi ians rien pour Ic contenir omines Ia pousse gnreuse ) Ia Nouvelle Jeunesse du che dans nos bouches prtes graJment colonise, oit cono sre. Je jouerai Monde, quand nous ioznbea hiurler, refuses vous de Ia miquenient. oit militairexnent; ,Eh lin! c'est pas possible, avee Ic monde 1es Indes tant fioU ne pouvn pas tre tout! comme une bile rons l'volution inexorable ne comprendre. pun rra permettrc a l'arbrc Nous les liommes Jeunes, gui possdent de richesses, sont a ha merci l temps dupes da ce monon rn ma hurnain, qua de produire une nous foutons de notre inquisition botte et de vo tie ce cOlOfl arragants a gui ges et de ecs tromperies. Nous LADJJ5L verte germination aussi jeu ne gun nous. Notre jeunesse Torquemadas t kpis, Nous revient ,aut le profit du Iranntions faibles, ciui sommes viextraits do Chants pour un de pensOe eat l'affirniation tOiilbOanS ha ]oitrine dfon v',ujl hommes de eculeur. times lie tousles prejugOs ci do Rve (recuell inOdit) cOe e vans criant EVans ne ) d'un moment de l'iiistoire et p,uvez nan contra nous nous lilais quel scanclale en plein toutes Ces duperies, nous tie_.___________________ Vtngtime ironic yeas Olever Ia vain proteter flies fltnt, RuSe Anu&1 has lois matOriellea nous affir nvmnt quo notre conception sonimc Ia Primptcmps du Monde t sicle! Queue at et at du moncle est Ta conception on n'empOche pas a aprs Ia proclamation d Ia Onergiquement contra lea thJus1ricair. devrnnt e dresser 0t se definitive at las futures jCU Ia nature de fIeurLr. charte le San-Fl anciaco oft tlCe guI se COnulfltteOt par-i venger Iflexarablernent DanceflCSSCS lie l'nnrront qu'tre fiT Ecouteg lea Honmos Vienx. ii e-f des moments de 1'hito5 tant tie promeses ont OtO 1a1tout ailleurs. Auuenient, tons qu 1 vi leur a Otd eflleve lea de Ia nOtre. no o lea peuples TOgia ala; t05 aux nations !aiblcs! Queue ceux qu oat OtO frappOs ur flutilement: cUe Igur a tO dill fouirherie, aprs l'AlIemalea Champs de uataille, oi-di leVee pour Ia tniomphe d'une Messieurs los Hommes Vieux, vCtus de vos robes out niatraque par lea bourgeoi-. shea lippues et lea gouverne, quo do vas rabats vous confiner sne flasie et le Japan ImpdriaSaul pour sauvegurder ha liber CaUse basdc ur rthjustice, surba t lveront de ter-, l'exrioitation nature hurnaine, dans UTC I d'animal tie l)oU meats rCactionnairer. outrs. portOs a bout, nen pouvant I liSte oat dtd de-d pour barmenacde. sa do I'homnte par resignation plus empiolent contains bane at pour oft paniC at-, e pour rappeler ics nations a l'homme. cherie. Vou nous deblande Ida anus soumetti-e a i'esclayans: vous avez lesquels !.. telnte a Ia Itbertd des gens jleUL' devoir ou si ces dernires 1 vage, ii ha misre, a l'oppres Prenez garde. Et inaintenant cea gravides refusent, taus lea mort, fem-1 Serge L. AMBROISE. Sian que vous entrbtener an Jacquez LA COLERE D. GNE DES TEa2Ps, si tout au tC, au plus haut point paradobre d ceux qui patient EN-, iscours (Je Mr Andre Breton. long do Ia guerra qui vient d sal, quo deoulS ties sicles on AVANT. Je le retrouvais avec sachever, las plus grantics mi fait limpossihie pour entreteline uotior grandissant de pa pulsions vers des voies nouvelnir en die. Le surrdnlisme, ge en page Ta lecture d Ce ies dana I surrCalisine out qUand ii aurait cent ns, mainChef doeuvre gut s'appelle. a PaS lfluIn5 ifils naissance 111cr qua les honimes dit EdC tO Leurnies 1)ar mac doux tiendrait que cest (!an JiL jouiGouverneurs tie 'a RosCe; sous un tout autne alimat? eouleurs ant toujaurs jotli c.l'tigrands amis de couIeun Alnesse qua resIde 1a luciditO au j ENOUS smme pauvres, nou. C';t a \oil5, Messieurs, quil na favour, d'un prestige excepme COsaire pour Ia padsie et si bin qu 1a vraie pUissan-1 SanhIfleS maihetireux C'est vrl aPiartenait tie me convaincre tionflels dane le suridalisme. 'iVilfredo Lam poutIa pointucc. anu5 somme$ middrables, c'et. r que Ic message surrCalistc CIi y a cela Un excellente rat re et i je me tnouvo auour. Cos gulques considerations, vrai. heals ai-tu pourquoi, talt Pan V0U5 recevable, Inicux sam c'et que. je le disais rCdhui & Haiti plutat qu'en tout qui me font dJI i proehe tie frCre cause do noIre igno memo, quo dans sesrandes Itcenunont ii Ren IhClance, flies autre point tin nuonde. voui Ce soil', s'amalganient rance: 1100$ no savons lisa engr ii avail (IeJa etC recu,?.&'eu amis CI fbi flOU Pensons qu Parnii vous. at iei so miutjuo 5e ilent tin fait (1u autre facco-e que iiou soolmes for -' sont tCtnoinS plusiefirs des c otlt eux gui soft. restdsLhllS pa. niot UIIC autr sar' tfleur gui dCgage, eelui-c!. do cc, une seule force : tons lea ha beaux Jivres do potjies quo prus rrns iss sou,aciis, fituitC ui'inonto do .us a votr histoire Propre en taut bitants, tou ls ngr dc& ; 1tlus maVe5 Si spontandxnent et Que, dau CellO ddmau abe Os n toute differenCe d'Cg qua cainniunautd huinain0 oftplaines Ct tie5 mornes rCuxiis. Iofferts oU qua mon ansi Pierre sexitlollo du urrdttiisnie gui a aurrCnlisme, ai-j dej tilt ail-1 conscrite -Haiti jusgu'51 tin jour. qund nous urng. t Mal)ille n'a nan en do plus onis!O C se maitre h l'dauute Icurs, oat nO d'une affiunattan 'm'claii-Cr d'arnire ea avant compi'15 ceic vCritO, nOu no.5 i, pressC Ue tie rassemblen pour do Ta Vain intdiIeure gut hatsc1e fol safls Iimite dana Ia GE votre destifiCe. .10 v0i5 ties horn ]verons d'un Point ii l'autr r mgi, achant qu'vec eun, Je Ic 1iaque hoinme pris t purL NIB tie Ia jeunesse. 1St, en fonc mes dont taut l'effort tend du jays at nonsfeiana l'asssrn aerais taut do suite en pays d flouts lions sonlmes tnouvd lyetioll nidme ties oeuvros d gO se couronner tin mat INDEbCe gOndrale ties gauvriieurg coxinaIssanc et d'enchantcfiouer d'cnibld aVCe In ppnsOa 1e gui soot Ic fail d'adolesPENDANCE at je sais auI tie Ia rosCe, Je grand roumbite nint. El qu'st-ee gui, a Ucla dul epnhlniti', e qul iTOUd rCacents on d'homjne trs jOunes qu'en Franca, Comme dana Ins, ties travaiileutrs tie 1a terre tin 1angago qua nous avan en te moin5 Ctraflgr qua us tiont. Ia surrOahisme rOamPaYS p1u lointains, cc bean Islur ddfricher In flhl5re t cammuii, poutrail bietu mc & aUtre et gui, d'qilleurs. Sc man me quil s'appellent Saint-.Just mat cl'ffalti Cvaqu ansitot Si pluraler Ia u-ia nauvelle.a Mi parer tie VOUS? La procas histr Otrangetnent vaiflante dana ou Novalis, 1thrbauti ou Sen. non pour tans des 4pid bien vnu saves qua Cola Ost trop. torique vient d'tre fail U0 Ia le vodou haitian, Dulls las Pdrat. LaotnCantant Oil Jui'I'Y Prcis tie Votr0 bl& xre, do gitind, porte par ,i vent trap conception gui tnd opposer niode tic grandu crise OCi1" iaL demandd at je dernancl enmoms tine volontO U'Omgncipapoignant ur ha as. an tan5 los Iaces humaines entre e1el inoralo, j'etinic gull asi in core QUAND In jeunCssc pan11011 gui na s'est jamai denientidoordar Ins Iiniite5 gColea' ii eSt. amp1emnt ddinoiitr dispensable ti seruter catt vientlra se faire acearder tie, cc beau mot dalaiti a pris grapluques at etiThiques Ie VOqua ceit opposition est fallapensO pL'iniiuve pout' ratronvain prdpondCraate an chapiIC pluieurs reprises ties actre paysJe vans Mescieuo t tend Ii nlasquer, yen loS asPirations fontiamenti's, C tsire prOv4oir sun Ia. CCIItS 5i pathdtignes Clue (Inns siOurs, en lexemple tie Jacques aie lenin pour socondaireS tales, 1ea aspirations iucont0rautiflo lea solutlahs audacicuI'espi'it tie tou ceux gui MRaunlain gui Vaut pour 1-lahtu deconf1it Qu'il. s'agit plus tablement authenticlues (1 l'Ogui soni le siannes. ii taut RITENT IDE PENSER, il s'ost at iour taute lu terre ue jamais tie rdsdudne, Paula ire hiuntain, Ce nest dono Pm absolunienit Clue In Jeunesse se grave po'ur loujaul's: o'et tin) je ne crams pas tl'af Fir,un unsaid, niais bicfl UN SIhibre tIn Co1flPl-5c UinIOriolmat. tlynalfliquo ,tiu petit nomAn( 311,BTON. 5 i1 I -, 4 I $44 ,-44 AUXHOMMESVIEU](LETTREIestLeMondesiPetitLAh :r.HE:II..,...---.,-'LIBERTE15decllmbre1945ItourdeIlOUS.DunsSamiser:.;ce..IIIquinepermetauproletrf.r;eI,.qlledeirlJ,nchiscetdelOYall'qUin'ont,1.1<''',enPoihlli!1UM!!M,'I'",.'Iquuncoup declairinbrutet :f.,SSIJc,n alpas,"0:r,naO"Tl1!llr,VallSl'en!umez.'te:(festl'impth'ialisme6eooo'll:llr e rlpalselaj!:olfd'e:.\1JlolterI;yezen l)ersuade demysb:,'ous l"anr.sthesiezdevotr.e,,'mHlUe.em.as parIed.es'lesmnllleLll'e\IXd'outremer,ex;Lamooclllsi petit!Juedel.a.?"e(t aucunImeans ritue!. NallSneera.seitl,Celuipour tall! ploitent leurs tompatl'iotes.Iqu'ilD@tjclraitenma maill .leun;peutmc-"911Splus it yuusjoursIefasclsmeduglobe,touIcest-a-direcalIXquisont issus: avec toutes sesuWl1esnm.mdem).sbque" eactiollnaires. actlOllserlHe}e Messieurs les Hommestesles llatl.onssonL.ait-on,jj.,dela meme patrie.I1t;sS111'InIt'lse3diem,l'e\oluuonna!re,6;lriS:ny-stl-,IVieux nons avons 'soupedepres cette CatHstropllettu!mem!;!tel'l'e,pariantlamerne ,que;.C:ll'actere\'os paroles mielIeus\!\!'u;'Vien\.d'e1Isa,nglantcrlemonde.langue, Nousignoron:stotale-P2muHl0reattrlblltessentielde1adlanOli"antu'In 'tq,.clectiqlle, Les Homm!':: .Ieu-"i'nomen.InOXI-pemlal1tsi;x:anll,devenuasment quanti est.ce que]uJus'chOSeiegetoltdr.d que. Nousnesomm(>.SplusEneJ'iet... alorsqU'autree.la vraie,nOllpaslajus'l'OulantsurIntabl" au salo'!parcetteega1iteil-:fond,les grandeS Puissanceseticecamouflell'retl'aJlcheelit!'COmnlQlln\:bille ;;ontdL;Monde 'I'atatine,daUUS01:'Cque.vous atrir;mez: -trangllmtIe,spetitesnationseel;dereune ideologle nefaste" entre lesmain:!d'un'mfantmonde cOllformiste aur':for-vos l?lS,pourImistebOllrgeoiB.VOllSde.notrecn:J:Jrhomlquemeni. Ellesctabllssentjtrlomphera dansIemande Les Hommes Vieux Bontau:, plquantesM\i1]e';rpono,Polede commerce.ellesparCJqu\)nous necompr enol1s LaSOUl'C""a jaill! durocdepasses 1)ar l'Histoire voilaI'ces:TblJur.geOlses.,e;>..-plO!tclltla naivete des peu !Jas,aLl.du:molnsnous nevoul6!puissance l'atrirmation essentielle delaNous les HommespIeSJaibleslJlll,malheureuseIonspascomprendre commenteLle chant _Iperi ode moderne,II'decou]eIfOlls sommc."les,fOl:,eats deme.nt,D.e'veulentPas.eucore se certains citoyeus d'unememoest\lnr.vthmeinfiniIcetteparla10'les..lat,et.,'glque de l'opposltIon,' qu'un1e qlll monwnt en ou!e liou miWcl'ducolon.J'ai dit pa.trie puissentarec,e',primptempsde jeuTlllsse 'bourcon!re vasmanplraou.blanc$pa:rcequecesonttauune &!ucation etaaYOlrUneavalanchedefleuves etdegeOlmetoute1allatllre humaiv):esetpar,notre 50urs eux qui asservissent lesenmaInune situation ralson[sang ne. Les feuiBes mortes des ve slll:ur,'fv'os".hotetrJs,.!'t,t',tIlXlleUXeparum"s. canl;"llOmmesdecouleu).I/Afrique. liableetlal s s ellt leursrOUlP?'-1UnerupturedesYoleansIge ane\'os villftSse .nourrit"1aGrande Afrique, au viventU'iotes, leurs freres cr""pi1' untHanIPlus dUller.,?tNous denotresang,Lemots'ebatr...I.1. sommes a jJousse g"nereuse hd...b:l..'tnos(rer05,lesnail'S,c:t :nte. dalls l'lgnorance et danslamlrlen. pour e contehll' ) delaNouvelle JellncsseauIe,ans."05ou;"esesgralemenl colonisee,salteconosere. Je Joueral '1I10nde, quand nous tombe-1a):efllsez,01lBde10','blI1dr1"1t'bl compI endre. miquement, soit militairement;iEllltnen!c'est pasPOSSIe,avec e man eirOllSeVOU1011mexoraeneNJesHomJles lndes qui possectenttantnous ne pouvous pas etretout'commeune bille!pe}'mettr(lal:arbre'!lOUSO..I,Ihumamque de prodlllre une ,'t'de ricllesses, sonta]amer!:lIetemps dupeslIecesmen\,-onfl1maroam.It.t'n..IlIqUlsltlOn1)0teeetdeVos,Ivel'e10aUBSlJeuT.d'k''.Nelecoscolons arrogantsaqui ges etdeces tromperles. NousLAUH.ELnequenOlls.Notrejeullcsse Olquema as a eplS, ,ou!; l'e v ient '.outIeprofit .dutra'nationsfailJles,qui sommesvkIExtraitsdeChants pour unIdepenseeestl'affirmationI1a.1.J01ttI'WVedcfon.,.",, .Id' tdI'T:rt't c"e en voupcllanousne"''tor: .',, "t]'Cou ez esommeSv1eux,,-cllarte .de San'Francisco au tieesqmsecOffimettelJtpar1Vengel'llleXlil'ablemen. Pareencsses11CP?urrontgu ereIIi1est des moments deI'hi"., ,tautde promesses antlitefai tout ameurs. Autrement,tous'qUelavie leur a ete enleveei'llesdeI,aHI'1'e au les peuples'1'eros. tes au., nations faibles'QueUe!ceUXqu!out ete frappesSUI'.nutileffient: elle llwr aeMen-,v.JHCs8Ie}fsIesmatl'aqucparles. fourberie, apres quej'le s champs de uataille. SOi.di.!levee pour Ie triomphe d'une!Isiesetgouver!1e-'t. 'dr'1Ii".b'I"jtl.1th. I ImentsQutres. gIle nazie etIeJapoll,-Impel'la'sanpour sauvegu l ea vel cause asee surlDUSce.8l1l1::(ansm,eIportesbout. n'ell pouvant:J.isteantete-es pour bar-tilmenacee se leverontdetel", l'ex:,]oitat!ondeI'homme par"ddeplus empioientcertainsmo-barie et pouroil'parLeat1'epour raPIJeler les nations1:1:jl'hOmme.cdhene.'"\cu"ntotusand l e" yenr;: vous .savez Ip.squels!...t. ,.'.'..",I.."1"Ienoussou meteaesCaPI'ardtte1uteuIll.lleUl'deVOll'auSlces(ermeX'eslvage,a,Ia miseI'e,itI'oppres enez ge.'Eemainbmantces'grandes refusent, taus les morts, iem SergeL,AMBROISE.sian que vousentreteneraula,quf!LACOLERE

PAGE 4

MA Iti fl Ipr .1 \ \ \ET LA RUrHE PAGE 3 r j BERCSON E Une Etape.1. I' k;;? \ I I \ I ----. -I --)t' (Site de ta lre page) : : I d'Etbono?rgie de Port-au-Prjn pes sur vous cam'rads. *;' ? I Au jOLIXLIUI cLa R'iehc, et mes carnarades de VJflMItut I no_-_ kNow; ne SOrnme plus au I z---ten)ps o los prifleipales pr I nccupatons dc I'homn)e :on *fine dc-rire les d'un i Nfl.LR. La Redaction alisme ui s'imposait, iorsqu' ineider avec ce qu'il a d'uni: gocentri ridicu1 onj / IdE' LA RUCTTF st 11urus ii recut linfluence Ja plus c1que ct par consequent dinex individuelles, parce qu'a ce taint clans de protestations I Iartick ci-otis de notie n)eflt de ses ides phi1osophi La conscience, affinne-t-it. OU moms Ia lutte do destruc 'de ijublier (lifl 'eS colounes -isivc au cours du dve1oppeprimable. jteIllI)S aussi s'engageait plus I 4k $* arni Josep 1. Baguidy. qus. L Journal Jntime de par ailleurs, est Ia facult idetiol) ntre les hornins pour :?: 4 Cepndant elle faiL toutes MaiIli d' Riran. ce document ale qui nous permet de saisir leur propi'e scurit ; entro '2 rsrves quant aux i(1cs fnnmparable ot s'affirmait le r qui git en nous, los les hommes non encore int 4 cxprirnes par l3aguidy. toLlt in I)t1i'1flce de rflemoindres fats qui compogi8 clans des couches soda Notre I)OSiIiOn tant philoso xion du Maitre, la vi sent, notre Vie intrieure neIes lroprement dites. Cette ik: phique quo 1itrajrc ct coi gutur d Sn pensc, n tant pas line mathmatique S.VflchroflisatiOfl des masses Et parce que rious sam 'ot nutant que tou mais Une histoire. Notre mol tiit Cal'actristique du 1rnes a mrne (it? la dfendr fse movens dinvstigation fle r(su1te d'aucr,i automatiVingtime iicle, qu'on B-den P' 9 ? 1nrIttJ ncr imblicit aux oinfs Ia facult de so pntrer pour toute une constellation de Premier fait historique llous n'hesitons pas a do d choss de la conscience et sme couscient, ii eat plutt put Considrer domme du nurn.nt u, l'rnat'n es plus contraires ax nojse dtcouvrir et dcouvrir In faits intriers qui COflCOUulnportaflt a permis aux horn vci'ittc, lavait conquis i)Ur rent les uns autant quo los d'avoir une COflsPience le rarnenor a la source natuautres i Ic constituer, et cest notte du dveloppement dia L'un des maitres do Ia penrl10 de ses idcs. ce Uei (iue. grace a notre lectique do rliistoire. see phi1osopliquo coxtci,o. Pans ce uivre. M. Maine do conscience, ii fagit pour nous flOUS a t clonn do cn I Petites Nouvelles mine. M. Henry Bergsoi l'rt : Biran tait port poursultie rv1er dans son intrioriprendre quo les intrts d5u ides semblajont veriir vre l'examen do Ia vie intri t la plus parfaite. Quoiqui! f class no peuvent tre d .--c(. nfin reposer es esprits des eur( jusquaux faits qui (IC S'&fl roit toujours dIendu,le fendus par une autro classe fumeuses des vaicut en requrir ou en prreproche qu'on liii a adross. OPI)()e (IOIt Ia I)FOSprit S philosophos clui so aSbat parer Ia thSorie. Pris dune est quo son systme avoisiro conomique repose sur l'exploi taient. jusqu Ia fin dii 19 tellc' i)asslon ot dun tel en un ou trop les preep1o, 1t' tatioii sans trSvo de celle Trs prochajnenient Grm. Sine. sioclo. entro les princichantemont pour Ia mystique plus oLurSs de In philosophi P0h1 qui elle S'Sprouinonne.. do Fte do Charit a In cow extravagants du Matebiraiv-iSnno, Bergson sattaintellectualisto. Se basant sur ra,t et qu chnqu Lois qu'do l te Trinit. rialisme destrueteur et duPocha ibso1ument S do telles Ce principe que los sentiments Ufl organe do la bourgeoisie y aura TOrnbola, Kersitivisme sciontifiqu; s'StoiconsidSraUons, los trouvant hurnains, toutes los facu1t intCflatiOflflle doit Ia ruse -messe, attractions diverses gnait, ii y a quatro ans, ou tsemblables aux sins. Et humaines peuvent avoir et l'astucieuse finesse pSxieSuivis d'uno magistralo pic milieu do Ia tourm nte qui n'tait-Ce pas par ces mSmes I aussi lour fonetion dans la re pont rar toutes lea fissures : ThSatrale. I bouloversait sa patri? ot Ic ides qu'il devait so mottro, eherche do Ia conaissanco abPFtelldrait tr? Ic Porte pa monde. Esprit fin et sensipleth do courage 't do foi, S solue, co genre de philosophie role do cete catgorie d'hoin xcx {ble, adversaire n do lanarIa fecherche do Ia connaissan sui s'loigne du Cartsianis" au'on appelle LES PRO ii a toujours (ompris ('t ce 'gui, prStendait-il toajours 1me, no ya as encore sans LETAIRES ii incornbe a tous ATTENTION profossS quo in trioinphe do i n'tait imlie part aillours qu' quelque ressemblance avec UX dent les intrts coinci La 'Ruh se fait b plaisir ( Ia force, queue qu'ello soit j e nous, dans notre Moi prolos principes pascaliens. I dent avec ceux du proletariat dannuncer au l)UbliC qu les flO saurait en aucune faon fond. ) L'inteUigence pout tout : de dSnoncer cette voix mys abonnSs de In province qui I reprSsonter le triompne do ce point do rue a tS long tiatrice cornne l'ennorni du reoivent lour numro par 1'Ide. TJne telle croyance haLe I systme phIosophiquo I temps combattu, tant par ses Progrs et do In culture. l'intormSdiajre de agents so sur une telle orreur no do Bergson repose sur los disciples -quo par sos adverI Ii est done nofrnal cr0n'auront a payer qu'wie pout auser, en effet, que des donnes irnmdiatos do Ia saires, an point qu'i1s ont J YOflS IIOUS, que des factoturns gourde tandis quo ceux qui pertubations graves clans tout Icoiiscience.Son touvre pure!. voulu considrer a philososoudoys par les agents do los reoivont directernent par ordre de choses tabli. f meat psyci. Jiogique a suivi phie commo une defense du j cal)itajisrne international Ia paste devront payer 1 I Au moment oft les Dniopar moments, los chemins plus pur intellectualime. II sans qu'ils veujilent dire ap ctourdo 50, afin quo nous pius craties ht les forces ithSratriobscurs de la MStaphysique, n'est pas noins vrai qu'il a i)aremrneflt quo lea (peupleS)$ .'dons couvrir les frais do ces do l'esprit et do l'homnie chaque fois qu'il a voulu sieu Ic bonheur do voir sos i, sont it leur Inerci et qu'ils timbre. I cherchant do nouvelles fortuer l'tre dons sa dure reddCes se rSpandre dans divers doivent en tirer Ic PIUS do Encourag nous en pamules jS Ia vie, et essayont lo, ct dans sos rapporth svec pays qut les ont adoptes et I profit possible profrent d yant d'avance vos abonned'ondiguer la niare niontan11e principe CrSateur. Ennemises en pratique. est-il pa ces mots trompttes quo Ia te 'des goismes accapareurs mi de l'exagration et des actuellernent l'une des plus caravanno des hallueinCa ont et des-prtonUns dmesures constructions nbuleuses do nobles figures do Ia pense accumulS dans lo cours des xxx des dictatures incohrentes etlia phi1osophio allomande, Moderne? 15iCl at ii est a supposer faibles, ii est rconfortaiit do bion qu'il alt ubi leur influ L'intelligence do l'homrne, quo le fait par un groupepouvoir se mettre dans I'esJonce, surtout cello do Xant ot en effot, n'avait pas de pius mont social d'un pays quelVcudredi dernier lo Proprit et la volontS do ceux qui do Leibniz. ii est toujours resgrand dCfonseur. A Ia SorCOfl(IUe d'Slever In voi pour fesseth Cyrius Bonny et sa toute leur vie, :ont mis lour t dans los limites normales bonno oii 11 tonait sa chair. dCfofldre avec rage o pour troupe corniurent Un immenponSee au service de l'humado sos investigations. de phi1oophie, dans le monfl10UX dire, pour discuter aSc succs au Rex. Au nom nitS, en s'Cvertuant toujours do, dans toutes sos confrenVOC tact sos propres intSrts de Ia Jeunesse Haitio.yne La concilier la aison ot 1'UniLe tcMoi qui durm, la rCacos, II sS1evait toujours conJ l)ourrait tre considerS Buthe prSsont nu dynarnivors. litS aui eSt On flOUS, voila ce tro los potitos politiques do par tout homme cnnsdient de que Professour es moillour M. Bergson qui s'en allait que l'intuitopnsme hpreongens pestifSrs d'orgouil, l lutte des classes comme ucompliments pour 505 efforts avec Ic coeur et l'me envanis flea s'ost toujours vertuS S oux-mmes rt qui. pour rao inauvaise tondance nu dS .; et son dSvouornont qui font d douleurs do toutes sortes, tablir. Cette realite qui nous croyant pouvoir So suffire a et a l'anarchie ot ioL. du Sport Ftaitjen uno raliemportait tout do memo avec compose, cue nous vivons otcherchent toujours S corromvrairnent en l.iesse _,te_ lul l'espoir ou la conviction qui forme Ia totalitS dc l'tre. user leur machiavSlisme qtand nous voyons que dans quo toutes los belles rSalisaon no peut Ia dcouv"ir et la pro ou a s'achoter l'intellitous los pays oii hi charte do t tiOns do lintelligence humaisaisir c' par cc qu'iI appelgence do l'homme on VaviUiSafl Francisco a etC ratillc, as iie devaient pas flair on u le si r S v o I Ut 0 II n a i. r C I sant, ou i l'homme est paril s'lSve une voix 'humilie 'immense autodaf, commo los mont : l'intuition sympa tout trop indSpendant, lul I contre le rgime dictatorial PUBLICATION I ideologies dSchainSes so proj thie intollectuelle par Iaposer des barrires. Bergson que Franco cc dospote inf Nous avons reu avee piat posaiont do le faire, mais quelle on se transporte a tk toujours 'Ste Smu do parchme fait poser tie tout son sir l'ouvrago do Mr TimolSun qu'en une synthSse arrnoIintSrieur d'un objet pour dole chose, et a travaille toute poids sur Ic dos du proltaC. Brutus, intitul La Ran nieuse, cites devajent tout au sa vie dSgager J'esprit do Ia nat espagnol en coniprimant on du gnie. dernior moment, sauver iJatire et do toutes les media cc qu'il y a do plus cher S. Cc livre est une tude his Ihomme et la pensSo du joug IcritCs en posant Ic principo de l'hommo de IIUS beau do pius torique fouille et documencruel sous lequel l'insuffisanToussaint Louvertu c, Varnour tenace et dangeNOS EXCUSES isa primaut et do son autonopur LA jrnie. re. Mr Brutus a CU Ia cour roux du Pouvoir, calm l'apI La Culture Franaise, GCrard CHENET toisie de nous l'apporter l,ar pet rrestib1e do la richesse profondo et Si sSduisnto sonnollement et noufl a hoito de l'honneur et do la gloire prions Ic puhli d'excu dans sa beaut ternoL a rCa d"me dSdjcacc fiatteus. ont toujours voulu do tat perdu 'une do sos pus brilDIRECTEUR Prochainenient un do nos tomps les courbor. ser Ic retard quo nous avons lntes figures, mais alors cc Theodore Baker rSdacteurs dira cc quo nous; Epris tout d'abord des 1 pris ii lui diivret' h' iqurnal qul console 'est qu'il nous REDACTETJR EN CHEF. pensons do cot ouvrage. culatjons hardios do la philorela vient, on lo comprencira reste do penser quo Si l'honiRen Depestro LA RUCHEs prsente sos sophie matrialisl, ii devait, aisCmont, des contrariCts que me a pass, du noins son asADMINISTRATEUR: remorcioments lea plus vifs par ha suite, sans trop do vioI nou n'avions pas prCvues, aprit, son coour, sos idees doGeorge A. Boaufils a Mr TimolSon C. Brutus lence, passer a tm antimatmeurent SECRETAIRE GENERAL: pour Sn dllcate ct rSconforrialisme dclar, ot chorcher ,yez conliance en rious public Gerald Bloncourt tante attention ,limiter los ournts de l'Idhaitlen. I Joseph D. BAGUIDY .......................................... I MoAlUI]l"r.J\'\\I!:rt1"11,LARUcHE['AGE3UneEtape...LaR'H'hc'.ctIllnescall1ararlesded'Elhonolo:::-icde'Port-:Ht-Prin"('. \-=---BEGSOAujournal. ISuit.edeIalereI--noo-_pes",surVOUScRI1l'rads NOUSnesomme.sautemps ou les principalespreoccupatIOns de I'homme. finede"nereles limitesd'un. eg?centrisme ridicule consis-.\'.D.L.R.-LaRedactionahsmeouisimposait. Jorsqu'incideraveccequ'ila d'uni-!l1IP.ntdansdesprotestations!ripLAest haureusl'il:recut l'influpnce.Inplusde-queetparconsequentd'inexmdlviduelles,parcequ'aceIr!ep.ttbher. (hI!"colonne" ";siveaucoursdud(;veloppe.primable.I!(:mps .Hussis'engageaitplus111II:tle!eCI..notl;ementde ses idees philosophi-iLaconscience,affirme-t-II,ID.Umoms laluttededestruc\ atm JosepejI.Bag-ttl.dy. quI's. Lp-JournalJntimedeparameul's, estlafaculte ide,tlO npntreles hommespoureHefaitI':.fain..(h'Riran',cealelJui not!s p.ermetdesaisir'leurpropresec.urite;en.tre. l'esnesquantIdeo,,-In.omparableou safflrmaltIe reel qUigltennous,Ie:;les hommes non encoremteIC'xp.!lmeesBag-mdy. ,.111de reflemoindres fa:tsquicompog.-esdansdes couches sociapllllosoIxlOndu Maitre. la\'isent,notrevieint('l'ieure11'1'-lesproprementdites. Celte ,l?hlque queliberum:ei'tC(hlIdpsapensee.8'1ntantpasunemathematique,des masses nne.Etparceque noui'1'omj!ofJtHutant quPtous:mais tine histoire,Notremoitraltcaracteristiqueriu I mesade Iasesmoyensd'invpstigatio!l ne resulte.d'au7l',Iautomati-vingtieme s}ecle, qu'onIllOUSn hel'ltonspasado,--:dc'"chospsdelaconscience el sme consclentIIestplutotp2Utconl'lderer commeIi,;en"1IenerpubliriteauxopinioiH;jla facultedesepenetrerpourtouteunedeIepremierfaithistoriquedutn"uvpm,nlS,,,'IInlPrnati"n31les plus cOlltrairesULlX110Ise dr-collvrireldecouvrirlafaits intel'iel:rs quiconcou-'importantapel'misaux1,0m___Itres. verite.l'ava!tcOllqllii'>pourrentunsautantqueIes mes d'avoit,uneconi'>rience--..,Ieral11ener alasourcenatu-autresa Ieconstitueretc'estneUe du developpementdiaL'un.des '1naJtresdelapen-'Irpjle desesideps. eelidque.graceinotre Ilectique de T'histoire.NnIsc:pllllosopluqueC0I1::1"1';00,pans.ee.line.Mained.eils'ugitpournousI.nnous a etcC(',l,r "....,ouveues!:tyroHenry',,,m BlranptUltportea poursU!-c1<'ly\!(']erdanssoninteriori-'rJll:>ndreque les mtereti'>d'ulIes.Ideessemblment,'l.'t'nil' Ivrel',:xamc;n de Ia.viejla p!us pa.rfaite. Quoiqu'il!l;(>ne peuventetredeenfmrep.oserlesespntsdc's' eur(' Ju!'quauxfaitsqUIde:-;"11touJoursdeIendu,le'tendnsparUlle'autreclasse IconstructlOlli'> fumeuses de"vaientenrequerirou en pre:reproche qu'oll llli a adressp, I opposeI'domlaprosperiteeIphilosophesquiseaebatparerlatheorie.Prisd'uneestquesonsystemeavoisire,conomique reposesurI'exploi T'.I' ,:taient,jusqu'i.!lafin dll19telle passIOn et d'lIn tel enunpeutraples precpptesIt",iationRan"tl'eve de celie .d'brai'lerne.siede.entreIes princi-.chantementpourlamystique'plus Ollll'esdela philos'Jphi,.ipourqui cllescpr01.11ll0nne..deleoStcT"aaCOUIIp.e!'.extravaguntsdu Mate; biran..,ienne,Bergsonsr.ttaintellectualiste.8ebasantsurraitetqU'it chaque foisqu'-ena ye...etchaadetellesceprincipequelessentimentsorga?edelabourgeoisienleh"Kel-ISlhvlsme ,scJenhflque, setel-conslderatwns, lestrouvanthumains,'toutesIe!'facultesmternattonale d(JJltlaruse.1Cgnait,il yaquatreans, all rsemblablei'>auxSi211S..EtIhumainespeuventavoil'etl'astucieuse finesse pene lunemaglstralepIeCi:'milieudelatourmnteqUi. n'etait-cepasparcesmemesIaussi leu.rfonctiondanslarcjrentrartOllles les fissllres'..arae.IbonleversaitsapatrbetIeIidees qll'il devnit};emettre,cherchede la conaissance ab-prMendraitetr"Ieportepamonde.Espritfinet".iensi-' plein decourage",tdefoi, aIsolue,cegenredephilosophieroledecettecategoried'homxxx.Ibl<;,ne.del'a?ar-jladel!is'il s'eloigne du CartesianisInw"oll'onLES,PROIchle,touJours(t'c;.me,ne:vapasencoresansLETAIRESa;ATTENTION lprofessequeIe trlOmphedeInetmtnullepartallleurs ququelqueressemblance avec ,ep.uxdOHtlesmteretscomClLa'Ruchesefait'IeplaisirIa force, queUequ'ellesoitien nous,dansnotreMoipro-Jlesprincipespascaliens. 'dentavec cellx duproletariatd'anl1lJpceraupublicqu'.:lesIneenfa<:;oll. fond. 'IL'intel1igence peuttout:'d.e, den.ol1cer ct;.tte, voixabonnes de Ia province quiIrepresenterletnompne deI,cepointde vue a etelong'tl"r:atl'lce comme 1 ennenudu....!elfr llumeropa.I'Unetellecroyanceba-,LeIsystemephilosophigueIcombattu,tantparses!progl'esetdelaculture.desesagentsseesurunetelleerreurne,deBergsonrepoSesurIe.:;diSCIplesqueparsesadver-IIestdone I1m'mal cron'llurontitpayerqu'unepeuti::auser,eneffet,quedes'donnees immediates delasaires,au)point :qu'ils.ontyoni'>nOlls,que desfactotumsg.ourde tlUldis que eeux qui I pertub.ationsgravesdanstoutIconsciellce.Son reuvrevouluconsidererSalJhiloso-parlesagentsdere(;oivent 'directement pal'I'ordredechosesment:psyclulogique a su.iviphiecomz:teunedef.enseduIapostedevrontpayer1AulllOment ou Ies ,Demo-parmoments, Ieschemmsplus put' mtellectuahme.IIsansqu lIs vemllelltdire'11>-goll'rda50,afin que nous pUis '/craties 'ctlesforces Jibe.ratri,.obscursdela lVIetaphysique,n'estpas;moinsvraiqU'i!aparernmentque les peuplesltcounirlesfraisde cesdeI'e;;pritetdeI'hommeIchaquefois qu'U avoulusieuilebonheurdevoir'sesi-.sontaleurmercietgu'ilstimbre.cherchantdenouvellesfor-Ituel' I'etreda:'1ssadureereeIdel'S se ,repandre dans diversIdoivent entirerIeJ)lusdeEncourageznousenpa-mulesIa vie,etessayentlIe,.'etdanssesrapports:lVPCpaysquilesont'adopteesetprofit possibleproferentd9yantd'avancevos abonne-d'endiguerl.amareemontan-Ileprincipe.'createur.Enne-misesenpratique.lNest-ilpa"ces motsquelaments. 'te'des egoismes accaparem:smide l'exageratioHetaes actuellemelltI'unedesplus'caravannedesballucinesontetdespretenC()nsdemesureesIconstructionsnebllleusesdenoblesfigures.de.lapenseeIaccumuledansIeCOUl'SdesdesdictatureslI1coherente3et,Iaphilosophieallemande, lVIoderne? .sH'ch>sct. ilestasupposerfaibles,ilestrecornortantdelbienqu'i.lait,subileurinflu-L'intelligence;del'homme que IefaitparUI1groupepouvoirsemettredansl'es-lence, sUrtout celle deKanteten effet,n'avaitpasdepluJmelltd'unquel-yendrediIePJ,'o-pritatlavolonte deceuxquiLeibniz,ilesttoujoursres-granddMenseur. AIa801'-iconque d eleverlaVOlXpourCyriusBonnyetsa!touteleurvie, :ontmisleurtedansleslimitesnormalesbonneouilten:dtsachairuavecrage.oupourtr()upeconnurentunimmell-penseeauservice de1'hu111adeses investigations. de philosophie,dansIemon-nueux dIre,pourdlsc,ut<:r_a-sesuccesau'Rex.Au110mnite,ens'evertuanttoujoursde, d:mstoutesses confereuvee.tactse.sdelaJeul1<:sseRaitienneLu'.concHier Ia iRaisonetI'Uni-LeIMoiquidure.Inreaces,ils'eiIevaittoujoursconne poulTmtetrecon:udere 'RiJcheaudynami-verso .liteQuiest'ennoUs,voila cetreIespetitespolitiques departouthomme consCIfmtde '.'que P;ofesseJ.lr ses meiJIeur,,!11.Bet'gson quis'enallaitQuel'intuit1onnismpgenspestiferesd'orgeuil,11 :1luttede,Sel,asses commeupoursesefforts'avec1ecoeuretl'ameellvanis niens'esttoujoursevertueaeux-memesetqui,pourreane mauva!seaudeson devouement quifontd .. douleurs detoutes sortes,etablir.Cetterealitequinouscroyantpouvoi1' se 'Suffire aI sO\'tlr eeta I'.anarchle ct,\lOu>tliuSportlraitienunereali.emportaittoutdememeavecIcompose, Que11011Svivo"lSetcherchenttoujoursacorrom-!sommesvralmentenhesse;*te.''lUi1'espoiroulaconviction:quiformelatotalitede l'et1'e.liserleurmachiavelismeIquand\lOUSquedans!qL\etoutesles belles realisa-IonTIe'peut Ia decon,"";retlapreouas'acheterl'intelliItous lespasouIt;deitiOns de!'intelligencehumai-isaisirparrequ'il appel gencedel'hommeenl'avilli-IaratJ!iec,_'x..'OC'1113nedevaientpasfinir enUllIll' sirev01uti0nnaireISant.au8il'hommeest par-'IIIs'eleveU!le,VOIX.'humll.lee\.'Iimmenseautodafe, comme les!ment:I'intuitionsympa11touttropindependant,luiop-contreIerel,'1mePPBLfOATIONIideologi.es dechainees se pro-ItIJie intelleetllelleparlaposer desbarrieres.BergsonqueCt'despot e I!lfa Nous avonsa\'ec pial posaientdeIefaire, mais quelle011setransportea.1\toujourseteemudepareil-IfaItpeser detOUt.son "sir]'ouvrage1\11'Timoleonqu'enunesynthesep.armu-d'unobjetpoureo-'1Ie chose,etatravailletouteIp?ldSsurIedos du, C. :Brutus,intituleLaRannieuse, ellesdevaienttoutauIsaviedegagerl'espritde laIrIatdu genie,dernier'moment,sauver. l\Iatiereetde toutes les media!c,equIIyaaeplus<:he1'alivreestuneetudehislhommeetlapenseedujoug'critesenposantIe principedeIdebeaudeplusrfotique'fouilleeetdocumen.cruelsousIequell'insuffisan-NOP.l:',X"CUSESIsaprimauteetdeson auto no-purLALIBERfE.surTOllssaintLouvertuce,I'amourtenaeeetdange-...,r,Imie.:IiGerurclCHENETreo1\'1:1'Brutusaeulaeotil'reuxdu 'Pouvoir,enfi.n1'apILaCultureFranc;aise,5i'tolsiedeuousl'apportarperpatjrresti.bledeIarichesse-,---Jprofon.deet..'Iiseduis:lnte,et.notlpahOllOdel'hou?euretde laINouspr10nsIepUhlicid'excu.'dans sabeauteauH .resd'medeclicace fli\tteUSe.lonttOUJoursvouludet,.,ltId v Iperdu'unedesespusb1'1I-DnmCTEUR:Prochainementunde110S'tempsIescourber.lserIere:arnous .aons;LlI1tesfigures,maisalors ce TheodoreBaker.rdacteursdirace que nous1 .Epristoutd'abordrlesspe-.pr!.1\lUidtltvrerJ.Jqurnallquiconsolequ'UnOU5REDACTEURENCHEF.,.1....)..n..s.dac..et:cll.lat.,io.l1Sh.sde,Iaphilo-l('ela \'ient,0.11Iecompre..ndrarested.esi l'hom-ReneDepestre.:."r.,A .RUCHE }Jl'esentesophte m.aterluhste,;1aisemcnt. dl's contrarietes queImea passe, 'du:mom.s,sones-ADMINISTRATEUR:'..-re....m."r.c.lementsle8.plus vIf;;parnasUlte,s.a.nstropdeVIO-/,.s'epritsoncoeur,ses!CIecsdeCeorge A. 13eaufils'.;8.1\11'Tlmoleol!C.Brutuslence,passeraun&11timatenou. naVlonpasPIvues,jSECRETAIREGENERAL;)pO,Ul'$11.delicateetreconfoI'.rialismedec1are,etchercher!yez contianceenpouspubliCGel'Idd B!ollcourt:tanteattentiona,limiterles,collrlfnts del'Ide-I haitlen.1JosephD. BAGUIDY .

PAGE 5

I 3AG i: I LA RUCHE MART)i 1 er JAN\'lER J9ltc 1.a Petite Aveugle cleBelleville LA ROUTE MESSAGE ---*-I s'en alla, IlvkIe, 1s pas 1 1 Le \'iage noir, emaci, t al,r' PofllPe Javai trouvv fI(>d visage, Les yux hors cle es orbites, Et g1w' '()n FnIrirc Tel un trste coiidainn reU()USO ur Ufle Voix somb dnfant. J Que I)Ojflt, epencIant. f nrI (IaflS IArine amricaine iine vuix au fmd tie IaqueIle Ne trouble ni ne rvolte, C'est Ia giterr los monts Oflt pCFdU eur verdure rIa Un rirt anrnique. L silhouette hideuse du gibet Le d1 a fevtU S()fl maflteau symbolique ; Elle paraisuit muf ans. Qu au loin, se (Iressedevailt T ezpuscules ent ful derriere les cimes Avait d gsts dlicats et eraintifs [ml. Et h?s persicnfle5 iie refltent PIUS, 'aube d c1aii. rnat1ns d'enfara ,qui na jamais guri d'avoir Cass Ia porcelaine, orguell de cent generations. 'n ana ainsi C'est Ia gurre los rires e sont tus I 'Futes lea pemcs sont rnaq uilles de noir Sa tte presCltI'imfl101)ile L I I)epuis le matin. La terre eSt jonchCe de cadavres et les mres Cp)ores semblait poser pour queIqu wulptcUr ennuy, I La foule cI rues, Portent toutes, une Croix de bois dana FAme. EL son regard de modle Ctait fixe Ct dur, Mais pleine de compassion, Vit passer Cet Ctat trange I Et toi, camaracle aux yeux charges de rCves... Quand vous mavez dii. qu'eIlc Ctait aveugk, I Qui semble defier I Noble fils cle Ia grande lignCc des noir lilustres que sea yeux (itaient glaces, EL l'espace et Ic temps. Fier Haitien, rendu SOUS les Drapeaux pour Ia cause salute. quo cc regard Ctalt un astre teiut I Sur le chemin de l'honneur, souviens.toi de Los Pres dans cc visage mClancolique, ii s'en alla, I .i'ai eu envio de clore de mon souffle d'homme EL dans sa marche lente, peni. Souviens-toi que tu sers Ia plus rude et Ia plus belle cause, Le ricleau sombre des paupires [ble, Celle dc librer Ic muncie et ta Race l zu Ia mort tragique de Ia Ic miCre II lul arriva d'ouhller -Mali plus le geste eat grand, plus fier Ct plus beau. dana lea yeux d'une pauvre enfaiit. Le soleil qui flambole, Rayonnera ton hicolore, parde IA lea cimes Cterneiie. Et depuis que m'a souri Ia petite aveugle de Belleville. Ii oublia Ic vent, L'liori'ibIe vent du Sud Montemonte comme une toile etperce Ia nCbuleuse les des douleur 11 a entre -in lumire Ct mel Qul faiL clCferler lea vagu;s im Sois courageux de toutes espCrances refo Ces yeux ouverts sur lea ten bres e Ic vide, [lCeg [petueuses. EL Ia mystique granclira au fort des mitrailes ii hermCtique n'entraitpas Ia lumire II oul,iia Ic torrent, En contemplant l'ombre trCbuchante do Capoix la Mort I Elle avaiL cette voix oA La fureur CehevClCe c rivi. Car dc Ctait aveugk. res I Au miroir de l'eau, passent nos grandes figures EL cette voix aemblait venir de derriCre un ridcau dense. ii tout edo Spectres ineonsolCs qui disentencore leur soifde liberal I II y avaiL dana son accent 1St mCme son pauvrc corps Leurs paupires lourdes d'Cp opflcs et d'un sommeil tragique Comme des -fentres closes. OA hurle une atroce fivre. lIe rclanient sans fin un peu do justice A notre condition him Elie ne savait pas qu'eIle parlait A un nCgre [mains' Car Ia voix n'a pas de couleur, Quand 11 eut traverse Ia ville, EL elle souriat instinctivement, doucement Eut vu les brillantea et sompCamarade, les morts aussi ont une voix... 'les Avee cette mClacolle des IvrCS [tucuses demeures Un langage sacrC gui ressus cite grands gestes, Que sea propres yeux ne con naissent pas Oft fusent I.e rire et le yin, Ceux, cjue l'HistOire immolillise A travers los siCcles Ce visage Ctait pAle et sans personnalit Quant ii cut traverse lea fan.! 1St sent comme no heritage de gloire pour un peuple. conime une sculpture machey Ce. uiiurgs Tous lea baa quartiers Ainsi, Lu as revAtu l'uniforrne, pour une juste cause. ,Et j'ai trqyivC tragique Oil puent 'e vice, la misAre., I TU l'as revCtu pour tous ceux qui souffrent et veulent etc que tant fihommes aux yeux ouverts Quand ii cut traverse la plaine I [lthre thus ce pays do segregation et de lynchage oft gronde Ia sauvage Corve: Tu l'as revAtu pour tous les noirs du monde et les natioi soient plus aveugles ue vous, [opprim& petite AmCricaine de Belleville Fatigue, U s'arrta enfin surla I Quc Dieti ten garde! Commela meilleure recompense du a aux yeux pleins de sable et de tCnbres. [montague. fd -WJean F. BRIERRE [Is, tout prs des grands nuages J. DantCs CEDRAS Au milieu duailence des hauLs Le 29.942 [pins, I, Des acajous gCanis et des che[nes touffus C'eat en immense cr1 SUR VIE Qui -fit frCmir toute Ia montaUn immense en cehappCe de an DE LA CHOSE JU( [poitrine convulsCc : A Philippe Thoby Marceiin II ne laut par fernier Ia porte Des ombres en loques hantent Ia cave Tous lea niiroirs attendent les feflts rlu jour pour briller d'antiques images 1St lea imposteura espArent d'ternelles jactances... 11 u1y a ue cli mourants que Pn veilie etc salon Void ['instant manqu flu changenient La enfants de demimin no verront plus la 5htdeur qul s'achve pence gee des images plus saines alaitront daus Ia dane IIC grAce pour hercer lea eceurs puns dana Ia sCi'nitC. Mass comment Cviter A leers mains ls .ouillures survivantes your ouvnir cPautres yeses A leurs pas 1 II ne faut as ermer Ia porte IaissPns 'Cpanc1re l'essende c'ue eurs ppwnons appellent RISNE }3ELANCE (lice do STJRV1VANCE I .Jt SUSS Uli LCVULL ... ... I.'--_5 J. Mathurin Nazaire DEMA!N Stir de neuveatix uteIs Legba[Alihor Aida QuCdo nous remplacerons ic dieux Signagnan Atibor Damballah OuCdo I I nOUs transfoninenons cmos dieux. Nous -cffmlcei'ons i'angeiase d'embre de l'antiquC Lerreur inconnue ,-m,,,%c La souffrance en touche dlvi aCe Quelque part ,dans Ia fiAvre Des sounis grignotant le sapolin On en rec'ueillit quelgues miettes. 1St ccci que hi n'effacensss pass Lea ventouses froldes Lie is peur Sur is fluque 1St 4t lycatilenc") tandis quc MaUls apres niaille so -conipo salt LU UO1 Une mont iImsidieuseet convenable Aide AIs'san Mais on na pass voulu dormir en cc temps-lA. Damballah OuCdo I Nous brfllerons 1 clietix I I rpotlt ass confondait Le bueher dc Iusru ConsUtll I lit mCme uno Lomb hagacile [mel-a Ia n'utl Dobout centre l'aube ehance:ante EL l'eoc-ens tie Ia Jose Dane i'atroce Ohse,sion de Zuages hi', ant Cocsqmse Comnme ci'tmn enorior i'anversci I ap.dsera isis remlrea tragiquc's Par I.e talon foe de Septembre ile nos mam tyrs Le sang crud do Guornica. ''fl i Albeit MangwmAs Philippe P1-buy MARCEJ.IN I ,.Mort! eplorecs,,BRE'l'ON"J.Dantes CEDRAS:Le29-42t.1ARDl leI' JANVIER1916-cO:Jr-MESSAGE'--------------'---Ainsi,tuasrevetul'uniforme,pourunejustecause.TuPasrevetupourtousCell..'>:qui souffrentetveulentetl[libre:lesnatiOl [opprimet Que Dieu t'en garde! Commela111eilleurerecompensedus. .fdMonteImonte !C0111111eUneetoileetperce Ia nehuletise Sois courageux dc toutes les esperances (les douleur.ref6tt[leeS.Tul'as revetupourtollS les noil's du mondeet11AnrlreLasoufl'ranceeutouche divi see QueIquepart,dans la fievre Des souris gJ'ignotantIe$ap01ln On ell .I'ecueillit quelques miettes.Aumiroir de l'eau, passentnosgrandesfigures Spectres ineonsoles qui disent ell coreleursoif dellbertelLeurspaupieres lourdes d'ep opees etd'unsommeil tragiqueIls reclamentsansfinunpeude justice anotreeondltlonhu, (main!;, "nr6le dalls l'ArmeeamericaineC'est la gllerrc!lesmontsOlltperduleurverdure;Lecidafeyetu son manteausymbo!ique ;T.pccrepusculesel1tfuiderriereles cimesEtIe!;persiennes110refleten t plus, i'auberiel:C'C!illagUtrre!les l'ires5esOllttns: 'f'Jutes Jessont maq uilleei' de noirLaterreest jonchee de cada vresetles meres ;Portent toutes,unecroix de boisdansI'ame.'l'out::;0COllfondait:Eltmemcuneformehagl'<.c::icDebollt cont.rf' l'nubcch:l11ce:ul1teDansj'111roceobscJ>.Siondenuagcsbl'AntCornme cFuncncrierrenverseParIetalon fou de Septembl'esang cruel de Guernica.';":.;l.'irli.,PhiliPpe. rHOBYLARUCHELAQuanelileuttraversela ville,IEutvules brilIante,:;etsomp Camarade, lesmortsaussiont.une voix ... [tueuses denleuresIUnlangage saere qui ressus cite Ies grands gestes,OUfusentIeriree,tIeVin'j.ceux,"quo::J'Histoireales siecJesQuantileuttraverseles fauEtsont commeunheritagede glom:-pourunpeuple.fb0urgst,. Tous Ies basquartiersIOllpuent'evice,Jamisere.,I'Quandileuttraversclaplainel, I;OUgrondeJa sauvage Corvee:iI; Fatigue,IIluiarrivad'oubller I.e 80leil qui flamboie,IIIoubliaIevent,IL'horribleventdu SudlQui fait rleferlerIE'Svague,q1m,t[p6tueuses. E .'I'rdI illr ,'!.tla mystiquegramIra auortes mtraes11ouJ.liaJetorrent,iEncontemplant l'ombretrebuchante de Capoix' IaLafureurecheveleerlvii'!.!I[res,:IIoubliatoutef'JaE:tmeme son pauvrc corps .OUhurleune atroce frevre.,i11s'enalia ainsitDepllisIematin.!Lafoule(ksrues, etomlee,fMais plelne de compassion,IVit pai'ser cetetatetrange Qui semble defier!Etl'espaceetIetemps.i,IIs'enalia,Etdanssamarche lente,IIIIIs'en alia, Iivide,ILpspas chancelants,II.e visage nair, emacie,,Lesy"uxhoI'Sde ses orbites,iTelunlristeeonrlamne,Quepoint, C'ependant,trouble ni ne revolt\:, ( ; La silhouettl! hideu'i('(Iugib'c!tIlQui, au loin, se dressedeY<:\lll.II ."[lul.l.tfIlEttoi, camaradeauxyeuxcllarges de reves ... Noblefilsde la grande llgnee desnolrcommenteviter11leursmainsleaJOl1illurGssUI'vivantes Ouvrird'autres'Voies11leurspas Quandvousm'avezditqu'elleetait avcuglt, que sesyeuxetaient glaces, que ceregardetait tillastreeteiutdans ce visage melancolique, .1'ai eu enviedeclore demansouffled'hommeLerideau sombrc despaupieressu,la m'1rt tragique de la Iu miere dans Ies }'eux d'une pauvre enfant.Etdepuis quem'asouri lapetiteaveugle de BelleVille.nyaentreIa Iumiereetmoi Cesyeuxouvcrt.ssurIestenebresIeVide.-II-\Ellpavailcette voix l1emletiql1e oun'entraitpas la lumiere Car elleetaitEteette voix scmblaitvenirde derriereunrideau dense.nyavaitdans ,son accent Gomme desfenarcscloses. EUe ne savait pas qU'elleparlaiti1unnegreCar la('oixn'apasde qouleur,ffiJtellesouriatinstlnctivement, doucement,Aveccette melancolielevr.es Quesespropresyeuxne con naissent pas Cevisageemitpaleetsanscorr:meunesCUlpture inacl1evee.-1-,Etj'aitrQ.uve,tragiquequetantd'l1ommesauxyeuxouverts dansceopays de segregationetde lynchage soientplusaveugles'que,;VOUs, petite Americaine de Bellevilleauxyeux'pleins de sabre,etde tenebres.'lJ."JeanF.BRTBRREi\Philippe. Thoby Marcelin PACI':4LaPetiteAveugledeBellevilleJ"'a\"aisttou'pfroid'"is3ge'l1':tglue{'sourlrer'i'lrOUSSeFur unevoixsombre(]'('nl
PAGE 6

C S MAflDI ler JAV1ER 194G LA RUCHJ 1AG 5 A 1 a Afloe IIIS nolloQ&, t :f: t1: ?l.1Cest m rfl (1& jiitit o zia : o nu o nierde! u'et qii' a peut vow je '*'Utii pOussvr VOi.is flflfluvez er norn : ffutr *' 447 \pour vou iou gut souitrez, Vou nffliidez ? Ia ferrnc j geu1e ouvertC ; (:: ,uur ou qti ai 1irn oti. bitc a (1)Ictjt, d'ma dct nioi reste :( } pour ou q*1 t te' us oti u bUl d I t j ui quol done' xr vouc gui te nes aii t ((bIUU1(I l)i flLIUt (IC mort t 'er Ia rnrde au e1, J)an taut tIeIl}I(n1(Iu 1,, 11f)j) tiepuis Vjour ;j cleull ati bOUt (1O o1ec o qi'' h pi't di: tzUr orti tout ehaiul b :' t th rnoxt rians 1e YCUX. U Pour Ia gueuli tlu vag dQ IlUl 1flL(' jAt I t rn cii tie 1)1 Ifl 'U llLLfle \ 1\ I ckja pr1 -1 ue jc voud' i potL?r B!ei ik ont ft in1 t i sutI)lus. jai Ia p 'ineut utint t )u)t qu' vous, qu'iI n'et ret ,, c :c: U Pail m Loui'; in acws pCnt pt otre nom q i tonc pnUt moi L ue mon ui tie pitie J t 1)fl?fl I 1)e1tt tt os 1tirnents .. it Ufl rt'i ik vengeance ui. !ilertt ie prencire, tigueuJaes, sonore *i U ii soldat africain cr Je piti ,. 'me ionnez p. inajI'reu frres ; oit un rn de lmtai1it i:galiet' Alor Jn sort a inerde i Qu mon tri ck inti pmr 1uu deii, part ga]e Aflc., f;tiU pas 1con }Ia Seissi( oit Un en 1e nnace )rat'ni. Cara c't bien vot Ptoui, ft ir)onnez, ()U jQ vous t'rv Ji In La TIiUbaMe, u ftth dan5el I I)()flIICZ vit&. (U jflhk II ny a ptzit de frres hou'ie. I trpe dan, Ill ru ('am trv gigu fantasuque j A ocalypse negre:i ;aigrn k runne .JO) 1( th'rniei sursiut. leomme I un 'uchim gras $'I'u a e'et rIIistnire, Donnez, ou J' vous zigoulile! Vou avtz asez ri t (C la S11Z1W eIwor L.' de ma main qul lend : II ny a poht th frr. j' vous Jure, tonerre I et iorqtw vou 1;le fatrs j Tu e iimn enmmi, qu'jJ y iura clii boni T A RTTrT-TE ORG-ANE ; k& charit cUun son, ton enntrni, j vu fontrnL LA JtJNEGENERA A Regnor Bernard pour que ie journaux t rn inme est ouverh! fprniidal,le SOTTHAJTS LES MEILTu iermeras los poingcde 1'i n fasnt de chw pni' t'flUVrir le bidyi cap liaut ie forine, LETTJIS A SES NOMtpel aneetrJ rveiIr es rnort ; j tuvres pa ton coffre pius iiaut. )!U hauL neoe EREUX ABONN1S. ELLE ck tes ras ve1's xrnz (TItux .Sa gn&'oit !.. u ta c1aquemur votr tailic', quo! J !T)E LTNCOURA c crveras irrsistihlernent it? lJn geste qui Ih"1ore i des liasses (Ic fafhts, :rnai rous nrnporerez GER D ANS ES EFFORTS [cicux d'opprotre 1Jh vrai nrni 'es pauvres de montagnes (Ic huns pas nfl 'oii ZIVCc VOUS, POUR QTJE EES sABEIL"cole de' ta aim. Le philantrope !nte1 !... et mci j' crve la faim on, parole d1honneur. LBS PUISSENT ONTIleume do tortures tos entrailEt pigez-inoi donc a car e'est mci Ic mullion, Jo vous occis encore NtJER A PREPARER los clangoisso dans tous 1e Q'totldiens qui, en fait do colire, Bourn Bourn! Tutu panpan! na! que rn-n \?cfltve creux. PIERRE itIAYARD RAYON DE MIEL DE LA ci que peuple le fbi hailuciLTBERTE ET DE LA JUS [nant do prsence TICE. :o::It:: aaA propos de i'Avertissement de Mr. Vincelit-----T---one spirale l'effroyablo Reed-1 ac ion [to it Iiavertissernent quo vient me veUt s juttifier en tenant so confond avec Ta grande A partir do cc jour, nous I de'iivrer Mr Vincent a notro a son amour-propre, et a cet histojre. 'Et cc 'theme qui flat sommes 1-ourcux do compter, I Susqu'au bout do Ia Nuit d'esImCditation it cause uiie dou to vanitC 'dont ii Ctait Intoxi taft In ftuitC do l'homme jeune Roland Montas, nu noin[pace dehrant lourousc rnpiession C'et 1.111 I QUO (iU On ivait compai e a bre do nos rodacteuig et colla Calcin de Iurnire implacable document charge d'acicusaOn avait trop vante sea me derni-dieu, serait deja oubhC b 'i i nt 'arnai tion et de lid. Et pour saisir rites, trop narqu du ceau sans Ia magnifique impucleur oja cuts et qui von ie j poitee ii conviert do so de I'ctriotdinanc et du sur qni Ia VieLfie On i tiop exal Le MoueincnL do LA RU [sans revcil pour toi rappeler que Vincent pendant huniain tout cc qui so rappor tC Vincent pour qu'aujourOFIE recoil, do jour en jour CI t'enCc I antesonso ans 'a gouvern ic pays. tait Liii. On est trop sou d'hui on soft urpris do sos do nouvelics Ct picjue5 coldu bagno e s t g g Aujourd'h 1 spectateur, aVent tombe dans l'exagerarepi'oches Cc douteur profes i b r t' [quo dos Pierres imemcdialos prCs avoir & acteur, yintion. Lo comble, c'cst qn'il Sionliel n'a jamis dout do a o a ions, e none Sommos an Cauchernar Acier hoquetant cent n'airrait pas dfl so dpar n'avait pits manqu (Ic gens Jul. heureux tie saluer e!'arrlve, lie s'lng noir tn d tine cci tnno Sm enite I porn iftu met iue Vincent e On poucra revenir fli ces di, m i OUt Can collaborateni 1 t' in condition do l'objectivitC. II tait do in famille des penaccusations contre une sodlC qut piendra Place F cOt do do to chati e a e e'punie une eritc mai s uts selerns ries riands ml te quo lea vices dehtent, nous autout do i lab! d IL-rep imprCgnCc do ubjectities et do 'thus io 0 Albert FlsngonCs viarne, ear au fond Phorn ges, ldgendaires dont lit vie CVGIT suit ep Ynn ago claction tie LA IU'CFrE, '-.'I u'.a '':-' V.' -.' -r;i c I i,_l_ ., --IT .' V ''/' ,/ "P I'.,." V V aI* IV.. *V._C' t I' .V IV,-eCVIV. V ,, I; sr ..ir ':ti V iF $'a '' Vt V V V V VCI ( V V V iiV 4Ag Une belle tittde du Professeur Borniy V 'V I V., LA RUCHEAb...maisnOl1m!----'MAUDIleI'JANymnHl411Unsoldatafricain'estun<,Ii(kpith;0zut()flute(\merde1j("qUE'Qapeutyowquejl'You,;ill'('l1nuycz, erenom:[foutr,pOrI!'vol!loW;qui sotllIrez, Vous m'"ntenuez?!nferIlle! ; qrll'Jf're" ,Ingueu!e nuYert!!.1Ourqui avez tahn. \'otre buiteil"hleats1(,tlianSd'muJ1der moll;"!!Ille.''pour vousquiNesnu::;,votresacrebOI'delImon l'este?Etsurqu"ltiOllC'1.l.JGarYOUSqui ele":,:nle8,.<1..pavane etd'csbl'oufel Dcs aft'let'(", de:mOrtIvecInruerueaUf'ul,. DansttlUtell'embll'n1C'11LIf!,quigalupdepuis1'jol,lrc'ueullaubout descmg-Ie",Iou(lU'e,,1lapllrlduc'o.'uroill'''illi..sOl'1Itoutehaud.t1:1mOl'lelansIQSyeul(. ,YI.'Ua flu'pour lagueule'puvaglnelf!1111\merl'<'estlinCI'ldepith"!;\I'CI.'sous encore '.V ..us,lvkz dejilpliii ,UC'jQvoud';,Bien sfir,lisROntmolII'plusetIe surplus, lals la pi n'(>meut : Aulamitmolqu'uvaus, ;,Ibiel1qu'Ul1'eiltreste11paUl ni L(Juis111Jacques.,Yport'pa,; vott'e nom.IquI;'la foi)'e pour mol ,{L1Cmoncridepitl!!J,vvois hien T.iberte, : litvosnpltolJnents solt un {'rid.,'.lUl,LihQruldt.pl'cndre,!degueulasses,SOl1ores:Quemon cridQpll!(-I.i\'.m"u' 'medon:lJ.ezpas.survos mall"mreux Ireres.\ $oi!un('ri de batalilpjlo;galltti.Bouzil1de sort!0mcrde!IQue moncn(}ppHi<-Ipnur nousdl.'ux,part('g'dleIAlleZ,faites pasteon!; "oit un crieleUn>UUct'iFI'aH'rlllll,,.Cat'a .P'I,7.'ez,C"e,;thienvol;l'tOI1l';......Donnez,(mje"ouscrew':01.1".1lula Thlihal'de,nu!rif'll,l'vou,;faIs danser lllonnez vH'...ou jitalciln'yap"lntdefl'eresI \ l:!macalll'l'noul'l'eQ,'"1vostript.',",dllnslal'W.' !Cain1'1',\';;Ab'":lgigue funlastiqueA.p0calyp..senegre>vous ,.;aigmlaC\luenne,lnsephfut ,,"ndu.etIetit'rnlerb'tll'SaUt..11..!commeuun{'ochnl1gras'ITout,ac,'est l'IIistolre, Donnez,OUj'vouszigouille!\i:,.;"""'Sl.!llr1lmtII;Vousavez assez ri ;('Ideia Saintt pueore .Oui.,'t'l1uQzmoimesSOUj;,l'fCh,J\ttl.j;];If.4.1l.1!....,jdema main quilend:i11IryapolNIll.'Irer('''. .ou,j'vous jure, tQnnel'l'e.letiorsque vous r.ll' faltes1Tue;;mon ennem!' ,!u'llyauraun bon!lAlrtrrRE"ORGANE1,.IUC'harited'unsou'.!jesuis ton enn,mi, LesjClUrnlluxvousIOutl'Ol'ltID.'E.LA.,.T..F.am.G..E.l.N.E.R...A.. 'T'Tr",,;r.SESARegnoI' Bernard c'estpourque IesjOUl'nllUX;etmn lame('>;1otlverll.'unC'lHlpeauforml(lable :,SOTiHAITSLES.lVJElLTuIermerasIespoingst\e1'lIp-'en fassQnt desecl10s;pnltl' t'orl\Tl!'Iehldon un C'hapeanhautde forrne,..A......8ES.N...O.1\.'I-.[pQIaneesUJIiriiyelllPr les morls ;isi t'ouvres pastoncolfrepIu;;ham,pluslluutencore;'BR.EUXA'BONNES.ELLEdc'tesrllBVlll'SnoSdieuxt....Sa gene'.ositeca,$claquemur..eII\,otrl' tuille,quoi!IDli1l\f.ANDE,Arrm.JS..D.EC t..cr..geste quid1IfftCll',als\'ous.n"lnIJOrte'ez..Tnn.rrnmSL'ENCOURA""...C'"1es laRseS.(eal9s,.",\.G.E.RD..A.N.:rS.S.E.'.s:m..1...F.'..J1'.'.O..R.".TS .[c.l.eu....d'opprot'reIlJh vraiami.'esIu.esnlontagnQselQpasUltsoum7ec vous,FOURQUEiSES.A'BEIL"geolede'tafaimI.ephilantrope Untel!..,etmolj'crevllIIIfaim(lU,parole cPholmeur,LESPUISSEN'r>CONTI.:E"ume'Oletortul'estescnLrail.Et!Jigez.molIcarc'e5t moiIe('Quillon.,je vous oecisencore!I1\TUER....".'..'.I.'.\I.'..AN.S.. '.L'.E.N.J.'I'.H..ODSI.A.SJ\m .[les d'angoissc1dans.to.us.Ie.Q'IOtidi.('nSI11110[qui,enfait de coffre,ETL'AlVIOUR'.DEGRANDIBoumBeum!Tutupunpan!n'ai quem'uventrecreux.PIERRElvfAY.A;.B.DRAYONDEl\lIELDELA__.., [hfint de presence1la"p.;Aproposdel'Avertissemente.dac.tio.nquespJralel'elIroyable ItevoJ [te!tL'avertissementquevient\:meveutSl.:ju13titJerentenantseconfondaveclagrande.1Apartir de'..\de'ljvrer1\11'allotreasonamour-propre,etacethistoire,'Etce'themequiflatsommesrettrcuxoecomptel',leJusqu'aubout deIa.NUltd'cs-rmeditation'acauseunedOllIev{lllite 'clontiletait'intoxitaitIafatuitedel'ljoni.hle jeulle Holand'iVlo'ntas,aunOm--[pace deJirant.loureuseimpression.C'est1mIque. Qu'onavaitcompal'eit.tIllbrede nosredacteul's.'etcollacal.dne..dF'.,lu.n.llareimIJ!..acablel..doc.ument. Charge..d'accu...On.avaittropsesmedemi-dieu,dejaoubHe'b .' ......,.t ."1l'tajamaistionetdeiiel.Etpoursmsll'rites,trop':marquedu'Sceausanslamagnifiqueit;l'll)udeUl: oratcurs.e .qUls vou111en_'.'.saportee,ilconvientdesedel'extraordillaireetdusurquiIe vivifie,Ona'tropexalLe!'fouvemcutdeLl'..[sansrevellpour ttll \rappelel'gueVincentpendantIhumallltout.cequi'serapporte'Vincent.))ourqu'uujour-CITErecoit.dejOl.lr.e.n.j(>ur_... lomm amI'agouverneIepays.tait'uLui.Onest'tropsoud'huions?it'surpl'1s desesde nOuvellesetpreci()usescol-dubague ,ae SIlenCeAujourd'h'lspectateur,a-venttombedansl'exagera-pr:ofefietnoussommes (quedl\SImemc.:salesIpresavail'.eteyin ti,on..Lecomble,s'estqu'ilslOnneln'aJllmttlSdoutede ...' ." .auCaudhemar AelethoquetantIcen.t ll.'atlraItpa,sdll'111pasn q ue degenslui.''.I'lleurcuxdesaluer[Ie sangnoirItir'C.l.'une.certallleserelllte,.pourntl)rmer.queV..lllcente-OnpDurra'revenir'surces decol'otweau c(;lllaborateur .conditiondel'objectivite.11taitdeIafamilledespen-nccusatianscontreU1le sollIe quipreJ1t1raplaceacMeliedetachml' haletantea'exprimeuneveritemais'sereins,desgrandsinitequelesvicesdelitent,Coll)TOUs,autou!' delat.:lbledo,'lt. .ItropimVl'egnecdesubjecti-ticsetdetouslesAlbertMal1gonesivisme,cflraufond,l'hom-gos,higendairesdontlaVJe(VGird!!ctiondeLARUCl;tE,

PAGE 7

, uJ f&AGE U LA RUCI-JE MARDI Icr JAicVIER 1046 -' -'.. ;L i'; FETE ETU)E POUR UN POtME 41. p. J UC A av d Mr Vincent ilty aLemt d*1ors: tSuit) I on dli ue e'est Nncl ot qu'un 1 [infant et renti Chali Z eanon, trhoinmes oiiUque qut reetion cantro I O' pri1cipCS 'cjui doit euor ls hommes. Chair S Pome l7ont servilement servi eL qu: iui smt a in base do In civi fraiche. tpour arriver a leurs pau iisatioiL Ii sservit tout a sa j Eons jours, il, vres fins carnolles, so trninukanle autorit. ii a pros titu dims iios institutionS Ct Ic 1)onheut dU deiior neat e vous dis ]3ons jours nent, &ngenouiilent, s'aplatis ser't. se dnoncent, so calonl los principeS cpn reprsenteat [mourir centre ma peau noIre Deinmn, C'eSt Ia plule itient so vilhwndent so trahis notre raison 'do vivre. Enilil l'enthousiasme do Depots quand osCii n cot sa]ue'ca Et toute Ia nuit, sent, o 'clchirent et se pros tjtuets sans out"fois met ii brisa toutC mm eunesSe cpu avait l [fain sau\eur vient4l pOUD dClivrc'r th les enfants tveront d'arcs en deL tre en doute l'vidente since lcd en lui ct qui en 1.930 avait 11 Tit tie '\cnt. affirmd soil admiration pool' (les honlnes Chair canon, Ii a iion mrit do In pacot homme dent l'Ccriture bar 'dune ii a des dontes trs beaux chair a pom.e, trio. '4 moniouse est uretd des mythes nierveilleux Oui, mais, i nprs i'oxamin toute c1assique qui cut des male i'o falm tambour hOle do 'conscience des autres, ii gestes agnifit;ues Tissue do service mais j'ai froid et paume faisait'h sien propro ... Viii comrnis des erreur3 on Jour, t funbre cdIbrC pour los aaflais j'ai soif 4brune, Jo gino l'oppresseur cent a regrettables. 3e souponne en mes 'de Marchaterre, contre in force brutale pm Ctnit ye et Ia ioie du deliors tie faitque0t me retire, joyeux d'avoir clit Ia honte. tro son me et cello des horn nws qu'il a points 'si laids I flue pour chasser les maitifes Ileurter ma fatigue blosser III aes correspondances profontants, dress dc toute la l)US et ma peau noire Les lettrcs do ton nom feront une constellation des. Malgr son mCprus et an sante de son tre, s'Ccria eVi viendrat-il jamisa on enfant immense clans los ciels repugnance, ii a 'mavehC adans Ia ye la Libert. Mais, Vincent tie dolt pas I Un enfant capable de sauver les Sagesse '? Saint DomingUe ? Espagne ? vec eux Ia main main. II los a combls cm fa i oubiler qu'il a bali 1930. cc d [homntc C PCaU noire? Regnor BERNARD Encore uric fois tin petit miracle yours EL aujourd'hui a part magnifique et qu'il a los liberts par aturC do NCgre cl'arnour 5005 los soleils ands ens II revendique son 1massacrC 'du Et cc sara fini. droit 'a leur reconnaissance. moor pouvoir et par Cgois AIJBE En attendant. a votre santO, inca amis II a toujou'rs 't en insur me. tin dieu, un Dicu I Salut, aubo sur Ia lanle va danser Oh salut, chOre Ia lande puce Laisse'moi to dire comme au premier jour 00 ta Salut. Tu n'y Ctais pas o naissance Idaintenant, te voil. I / Tant, mseux. Salut. Achv de crouler I v-vteux monde et tcs ordures Equipiers des routes vers Ia vile, Les ni'ouches sent fatiguOes que l'esprit superstiticux ... qu'il n'xiste pas do then I equipiors des routes vers In jole do Hitler fut a l'origine de tre privC en Russic sovitiatitour do Ia puanteur. 1des routes Vera Ia iner, quelques 'unes de ses erreurs quo Toutes les salles sont I Vera Ic del, maicuros. 11 tait notoire par soumises au comitC des ?om J Tout on tel est mooches sordiblot'. exemple qu'il rpugnait a tou missaires du people, et los I te decision grave lorsque la theatres d'enfants, les gui[des Messieurs, do courage La laive tile ao creux noir deij coup de pioche, lone tait a son dCclin. II ros gnols dependent de I'Instruc sort des 'documents de l'po I tion Publique. [tea os on coup de rame que que cette faiblesse trou To chancelles, to tOcroules 'encore, encore, encore. va sa consequence Ia plus do ... qu'il y a dans 'Ia capita dans La vomissure. sastreuse a Ia fin de Ia batail lie sovitique 846 salles de Courage encore. le de Stalingrad. La lone efl theatre qui vivenu. avec Pap Un gi os negro comnie tot p1cm dclin incita Hitler it re put 'du gouveruement. I Eu. mot qus songo et qus chante On n'hOsite pas Vas-. color de plusieurs jours l'or L'aube 'do ntilie clartOs ceintLa source )alllira, bleue, s1. in vfrn,tp ,lnns la ..,. i, ,,n.1n..Air,ri[mon front I Mi is hiite rrn,te. Ociu1nier i I i ------------S crainte cams vont faire sortir un film j tandis quo tes ailes en pourritu I\Tors Ic b]eu, res e Ia transformassent en prodigeux oI.41 \'raie gIoire J [re Ia silence Cmu dbflcle. Pour une fois les qui constitue ti'aprs certains s'Opuisent aux elalles do Ia do Ia joic. prsentiments tie Hitler no sPun ties Plus grands efforts tiflOrt. l'avaient pas trompC. Le dC collectifs do l'histoire do ci sastre cut lieu quand mme. nmas Au cours des 'prisos I LAUREL 7eis I'ile I mais iI n'en fut que plus I de vue, die-on, treinte deux Extraits do Chants pour on VII grand d'avoir t diffr I oprateurs ont et tuCs, ROVe (recueti inCdit) Quand iL ciii bosom de tot ze ott disparu et cent un ont quo c'est 'Jean Guehenno ete blesses. 'Ce [Vim retrace fi disent quo Lu es tot, qui a crit sUfle socitC libro 11'hlstoil'e d'uno,des plus grant Quand ils n'ont plus besom do tot eat cetto socitC 'OU lit. lumie des campagnos du monde us que to es lyre, re va toucher au moirts con' Jcefle qui, coniniencCo iL Soot REMERCIEMENTS I lyre ou Iodide, to fabriques me un reflet 'los plus burnharnpton,s'est tcrmino C 13cr I C Coups de pioche, C coups do marteau, bios 'ot suscitC l'attente d'u I liii. Souhaitons qu'il soit PlO no aurore jusque dana lea I,ietC nu Rex avant longtcmps. LA RUCHE remercie iivee de rame ci do ton gros courage plus obscures tCnCbres.s emotion, los lynotipistes do l'ospoir ,.. quo ic journal fran11'Ifnprimerio do ajt.,TTNa VIflquo I'Institut Frannta cais sLa FraneeaCcnit Quand BarthClerny Armand et Max Et construis Ia route d'Haiti est ouvert chaque n quostionne Jacques I)nPierre Louis de mOnte poe Vers l'Ile, jour de 8 heures it Thidi et dos (l'un dos leaders do par do 4 heuros a B 'heures do Communiste) 'sur l'accord Maurice llouhn of. Raymond verte, claire, soiL du piirti communiste avee ic 'Andi'O dont Ic dOflour tie volcan, xtar MJI.P. ii rCpond en riant. voueinent a rondo POsitfille d'entrailles enflammOcs, quo Ic numCro do Noel Nou avons des cures I ble Ia paru'tion do cOtte Cditton aub chantante, dc Haiti-Journal no ronfernu patti comniuttiste, ct us Iextraorc1inaires do 12 pages. inc que des 'pomes dc Jean s'entend1unt fort bicn avec Dune facon touto ettOdiale, fertile, fertile, fertile. 'l3rierre. nous. pourqooi no itous entendnions nouS pas avee Ia ello pita aussi Ic Directeur do quo Mussolini tait biga M H P ? journal I.E MATIN do rece'.ssez do poussiOre, dc boue et do fumCe. me l aurait poos one in Evidemnient c.'est trOg volt id l'OxproSsion do toute 'firmire nornrne helene Dos simpies sa gratitude pour l'intCrOt pull Los ti onons de rout e t'agaCent. ser 1orsqu'i Ctnit dj madun continent C l'autro hosti1e -ne avec sdont Rachelea Ia .. quo tila bourgeoisie dotit a bion voulu porter a Ia prCpO I avec do Ia aueur sur los torsesu niCre de Ia fitmou'to Edaa. in conscience 'do ciaSe est ration do cett'e edition spCdialr. do Ia gi'aisse sot lea 'saloppett's icxx trs supCrioure par an p1Cm I des esciavos. qu'it Moscou le theatre todo et, son intransigeanec SOCAN (QueUe none quo colic des tnaiordomes) -franius est trs en honnour. it 'cello clu proletariat a Oil Ut La DOnioci atie on n'tarche I Cyran[, 'do Borgerac eat jou tCrt vital a. imposer sit mo 4evant ties saules combles. 1rnle nux elassos oxploitO'es.a VOiItl Ic slogan do lour. Voir page 8 IMPEIMERIE LE MATINae -e -1-sante; mes amls,-Iy_-lIILes Iettre!!doton nom feront unc ImmensedaI1Sleqciels Bagesse?,Saint Domingue'1Espagne?Encore unefoisunpeUt miracle (]'amoursOLISles soleilsEtce serafin!.JDnattendant ...iivolreFETELARUCHEdel'avertissementMrVincentdeA_l!3lDl1l1lill11l1litmm',,,,,-'!1liilat:fI!;!,=Clll:D1""-=bl!'l.....ilI"CIl__!&2lIiIIllI;..._'IUndleu, un Dieu sur la Ian;le va danser la landepureGpmmeaupremieljour denaissance111'ItYnfeLennMhor,;:;:(SUlk)-'" : ontliLflnc c'estNQclctqU'1,lnt,I, [enfant('iii>'cnn Chairaeanon,legnomm('$ 'poHtiquc::;qut1"N:tiollleB:qui lioltl!:'shommes,tuPoeme1'Qnt.servilementctqu:11.U1itInde Inen1QlltllslJillll!neli?I fr;m!lQ. l>ourarriverit 1eul'S paulIsatIon.nnsservlttoutasaJ'.'Il30llSjOUl"J'l,!lolr-il,fins chm:l1elles,seu-ni-nllis<;anieuutorite.IlaproseSOUIIS"'.. nent,slu,!!"enouillent,s'nplatistitlledans1l0::;hlstirutionsetIebonheul' dll dehors vientJC!,ousdIs.BOI1$Jour,;Bedplloncent,seIt's9ui y<;presente!li[111o\1rirrontremilpeau noire Demain, c'cst Ia}lluiellientSevHitfl'hdentset1'1111isQeVl,:re.En111lDepUI$qunndncGGt,gu'onJiaJuerasent,se'dechirentetse})t0511bnsaI'c1,thou$tasmCdej[ftElloute lanUit,tituenbsans:tout"foismettout'.: unc Jeune!!se quiavnitIansauwur,;,.'ircendnutcl'evidentesincefoi Mluiatqui en 1930uvaitelvient-il poutl]elivl'Cl'tous1esenfants-ritede'Vincent.1affirm6S011uomirationPaUl:,hommei'll II a i,ienmentedolapa-eetbOl1ll11edontl'ecritnrehal'11y a des contes tres beaux J Chairapanon,trie.' I ':st'd'Ul1c. l'IUrete des mythes merveilleux chair'il'poeme, Oui, mais, 'siapresI'examintoute clasSlqu e -qUIeutdes",.>tambourhl.ll6de 'conscience des 'uutres, il gCgtcs 'nmgnificuc!! -etquimUISJU!faltn 'faisait'hsienproprcI. ..Vinunjoura'l'issucduservicemais j'al froidetpaumecenta commisdeserreurs'celebrlipOurles11-'malsfatsoUI,brune,l'oppresseur'J e s,oup/t0nneenmes 'deetla iole du dehorsnefaitqueetret!re, joyeuxsonameetc,elledeshomlaforcebrntalegll1Haltve ht'f'd'avOlrellt1ahonte.mesqu'iI apeintslsilaidsInuepourch.asser lesmanif:s1 .euretattgue des cnrrespondancesprofon-Itants,dressede toutelapmsetblcssel ma penunOIredes, MalgTe spnmeprissaIsmItesonetre,s'ecria"VivlendrntiJ jamisa un enfant 'repugnance,11u 'rnarelle avelaLlberte.un enfant capabledesaUVeI'lesveeeillelamaindausJr,:Mais,Vincentnedoitpasa '0main.Illesa eomblc!$defaIoubHer qu'il usali1930. ce de -, ])eauJ10lre; velJrs.El;aujoutd'huia:parlmagnifique'et 'qu'iI .a Regnal' BERNARDgrandscrisilrevetldiquesonl'massacreleslibertesparalire de NegredroiLtlleurreconnaissance.mour'dupouvoir'et :par egoisA-"U'BE'IIntoujours'e1:e,eninsurme.'

PAGE 8

MJUU) hr JANVI1R flW LA RUCHE PAGEI J '". ........ -................................ .....,.. .. ......... .,.... 0 I Ii I I 1 d 17 a, ............................ .0. ....... ........... .0,fl..,.,,.,,,.,.,,..,..,,.0.fl,fl,3 ................. .,,.;..n.n.n..., ............ .... .*o._n.u, ....... '. ........ .,.,o,.,_ I MAltDl}I)rJANVlEUllt1GLARUCHE

PAGE 9

PAGESLA tUREQuelques grandes figuresInternationales___:-S.52-sc,:kSSSSVOROSHILOV,aucienCJn'/' d'Etat-Jkfajor etc.4Ar,nee Rougc-i.-k....--51rMIARDI ler JANvJrR1946.SS--';S*, ..'-S.'e'eit.SSS-4iVIA.-\ TM L1T7JNOVlienplus au/Iz"nlic,ncs di-P1t'iiiqIes dwti e frmftSi::::S14 I:jj;.5-SiSr,S,:SS.S5'S-,-S--JUAN ANTONIO RIOS,SLeader des Liberithi dfi,nocrallqus en ArneriqueCSS-''5'$S'S..5'555'S5'Etidepour UIL../5'cS5''i.fl5'SS,Si( SUITE)Loujbout, do iouos u?iiant ks appcuts deiIiesjeeui. tn ehernuie S I lie'5''5'UliC isute Canfoitthle-,4C5'-veis les sO1ijSZX5'5'-5'5'SSS 5'45'jLe-, fiuits du eicduient tre niqdtpuis ces mPhcscinnne'quo nos soiL, dcbis,.LC, coti ent5'Ln pa'SeutienIs coips5'"5'-5'\15'5'S.55'.rtcgaiclomoi ccette thaui .nnon*t)5'4SSC'hiir ii poems tjuiIan cbs,''SSOpce tieUne iioinme,tie joune Tenune00ni5-tt ps cjU'on eStisTJMaSH1NKoSdIa XC1tt d'Stoiies ?'MO OTQV:.Dcfenseur eirlei,i sithe fc';j(ofi-lebri7nitCcmni .saaia alexsoviliqncF',LEROYA ILl *flCS L5'CS5'hI.1ZhI I--S-

PAGE 10

LA IWCIIBPAGI3--:Si tu pouvais:IfFEU:IefaireI..-:fflit,iop St-.1USTEt-.-000--I,A cefl1om3flt)orrjb1qut'traverVuniver;.cetheure tragique de 1'1istoirePaiwre pyan, tu escou-011de partout on entend ]e'ert Ue toutes ies misres dujour, tin jeufle eml)]o-Mats Monsieurous sam pour mj uj neoit in eroles les cr1; lesprotestaflioxide, bafou& ai1i, Ia dignid wie grande adrninisrames daii k lnme bateau !.te dt' vtre pJtte1bacilletIQUS des peup1e opprime,t]ahOflneur ne sont)agrurnentILe jeune homme quine s'at de votcrachat Ia syphilisflflpoite que tous leseuI1aftreu, qui Irn etaitnh1ige.Lendait padu tout ?t cett2 cle votmwtng II faut.uesans distrnction de raccoflmuseau, Cuas ueune jer-il1a trouver Ic c1ef duper rponse ouvrit Lou grmd lesvows pprenieatrimer jour'.'Couleur, prennent pbonna1itC, tu nspiSIe thoitdSOflflO1 & liii (lit'eux et l'egardacn iter10iaisr. Je ne veuplus tre1mprte(Iu'11s of.-penseraton &vo'ttion tu es.Monsieur, ni votri. quacutetir eornmt pour iuicievtremarche-piedetiefrent un front urn iour Jut-ctrndnrnjtre toujours a irnlith de chef du peronhjeI,xnandr :A1or\rous vouvux pius tre votre crte.-..avec force contre l'ordre::::I1a\aque3efou]rn1QquesJ1'C\PO2tttXQn :::t:Ia vamtabsurde des J)riv1& tequee suis Un ernploye dis d'5OOOo alors aue l'em-vivre et chanter moi ausi.seule classe jouit de tougs de Ia vxeDesta naissanceCIPlIfle et compteith precen uloy n'engagmiit qu $30.00 \Touj et ceux quisotomrnelis privileges. Commesduti destine esmal'que, on te tant guotidienuernent un tra le chef 1regarda froidementIvous un jour viendra o vousciel e11avait oLtenu tine Thdonne poir dev eDantvail consciencieux.elui ditanouveau :regretterez Vous regretterezVUispecialeelle tient a.is,:SOflyiendrez avecmoi que 1ede1'avoir'pas voulu compren ses Pieds d?s masses mom-ignorance, dn toatheui, u risoires appointementsqueOui Monsieur nous iodye gue toules hommes ont brables,, pernant,rimante ta 1orce pour tesup&ieut's, je touche ne sauralent re-mtous clans le mme bit(11011..In vie, que les beauSOflprofit.ne rc1ame iieii en change, La presenter 'le palement quita teau.. .teS q.ii exi$t3ntflesont TinsMais ct eta de cuiosesOctpour laqielle tn traiiI. ble de mon travail, d'autant\'otre vric'ilgQ excluif. Vous tro])dii9.Do tous lesest trcct udt1)lUSque Je cot dIa ve aEt 1a jcune homnie de rregretteicz dc navoir pasetnents s elevent des cris do-SLieee on erterriblement augmente alors j pliquer:.I'Iti.atioJrnprj otionganirantTo nou' plusd h dsesprineo as biiiinnttroxploit6, Jo vxne Ousi:....,vbnuieiaho dii liherti. et do-fiJ'eg,dito; Rondos-root ma ronili-rc.r$'b.it yarnrnnm,icotdo d9iomineli.(St disirab1c 9Pierre bt toLt c.olin1S irwru,tn ac' veucay,sBAL4FantairoeCluhorganisole 2 Janvier proehain a 8 heusos p.m. dmis los Salons duCensdledEtude8at de Itaohorehea.Ungrandhal a-voc [cconcoursiniJlaurjass doPort-mi-Prince,Al-los .n fouleIt41pTOUSSAINT LOUVERTURE'Grand Leader 'de Ia libert desNgres11'To henux soirsJJ'li&'i,clnlij,sc. doI in-[sea (rloiiph,dcu..TQ ilvi-ni' ost. llipliteoiiue,hiP bOui1 triinquihIn1Ut b,XT1*I0($ lourds (108 Stdti,-VehUe spus coLic lainpe.-Alfred IcAItTI__I----

PAGE 11

,__?AGE 10LAucrnitrtnxJer JANVIER 146-'-' ..... .-,.,....., ".".,..,..,..."". ..,..o ..'i,.'...,. ..NOUVEDTJI JLocALEVariations1fugitives1La Chemise de TiJ-oco '--ParScrgcROCHF.L4iONTc.t;Oo--ANDRE BRETONk:\!Sur le \vharf encombr cle tant,. la graudfte do NocJ;,?t) fltqUItLeiidriiLhuhV1V1(S,th(fl]SSSde builsp])1ochat£*LfIede sacs entre lesquelsCLrb'*s*inutabllltCer'uVourn.iLulnit fieieuserncnt unelouAh avoir uiichemise,;d'Iin etvipklernent,Ia1dwedcmaich indes a h pensmut mquel ieve'sentir.ifl)rL.VOIXeraillee,(ICniatelots aux Istir sa peau lrtt1ante hi fral':rRenAIcotoi'iemflU3Uflpuisstnt oiga mChC cure'se d'iie tombfineim)cfit; tout ieouis entene1 1)UiS StIdire, avec l'humblerldre :Lfiertdutravailleur:C-ci;Le tapIm(111Seigneur.Laissczpasser Ti-.J-Char]est rnliii,e Pal gagn par*1'uirois!Imon labeur.>rtrpour lnnrnensit spat!a111lTfldIquait son st:.brcjmit ( etait le vram type duToute in semamn T-J tm:n:;LdS,C Wingsorpoitefu qe cc qiJoa. .vamiii pemna et; enin?tcoups-1nsn1vo1es deinieLpau1es larges em tombautei'cl'eonorrnes, de privatious,de:;LiqueurUc rninwt.pa l'habitude des pesantessouffranees
PAGE 12

MARDI ler JANVIER113WCorrespondanceLA RTJCHE>>Mon ami: Volcita NoelPAGE 12Porau-?rjc le 113 DCcCsuivant pub1i danaRu194.I. Pu '1'avaipassezancI&s 1ic1es Uorguej1A:La R&IactiundufQUIII1Fehe)?t revtus desgrfresr(s1)etiveR de LucienTheCLThiJJtJean isj, Theven)ti quiIisaisenir du Danaki]deJ)JU1csPerVerset de kilornWes tiepayagej tandis qua tesLa Rn3>ch1)erMiroirtsernabie.:gavajcl'anis et tie wh1sk1IsurIaIflosaique cire,Je vouSaurajThfiiinejtThinsCesrtic1cd'une belle factiirclittrairetLa Nneldu petit JesuIdaniiig Tuineuxjde Casab1nc.cllerchaienL ]easpritsgre de donner asflecians lesCO]Oflnede votre journalvous aVtizu exprirner lossonrf-IpaICt ie dtourroutes de tona-*ces rf1e.nientet les ides de touteIa jeunepOur les rnqinsalesj Le soii. cou(111sangenfanep.votre dernier flumro.Les tenips ont change.gflratiQnile touJceux qui nont janialsPupour le% gueniIJelJ)Our leg yeuz vidasIpar Ia fentre troite,3UEU'auxbUrJOLa fentre (lOflflaitfUr]'estinaLn:guerr, gui lOflgternpssest,rnor leurs tiobproammes au ervic13 duays. Noun:pourlos regrduspetIusapxds Saphisaffals Contre Icbaipais.promcntL'avers Io 1nondVous en 1flnoiicte,fpainsduboulangoret (Jcssinait l-bas,Cent iojton CoGurpassa.avec son COrtgo funbredeLruines et de dstruetiojis'eIQu'fxnporteiitisous desapparencelurnanitajiesICricarnerneut. doIa mi-aU-du du dsertP)Oebe,Cojit lois Ia roserouge brandienu bout do tes doigt fins-acheve par Ia victojrefor-ces Opprjmes. NousSominesIVOUScaehez desises politiques. Vrai,fdes liyres bantesCl'1)iCJus visoJdechocset doorna ie mirageheureux d'avojrpu comljl'cn,dre quC'est flotreVIC,notreoupasvousaurez seryi, Ia cause de I'HumaIlisme ntgra1.La Noel du petit JesUsn'edstepoursujts,drevers et do gloire.deprdc toniIIage.-liberttflous,lea pro1tairsquo farouChenlent lesRougespas1priezlostripotleinpour l'ombre (les ChauinireajUn soir sanglantTa souffranco et taflostalgieclfendaje2lt devantStalin-iinuatiois douteuses decer-pourJobeton du grabatbin inJividc1onqut fl'tait quuneminutetaient Connuesde tous ies ddbauths.Lgrad,arkov,iiomsiamaismrnorablesguidoivent-etrel'absenee de CoUverturesliez dana
PAGE 13

1, LA RUCHE PC0rrespondance!TTh ; I a einaiiie Pour une Union des artistes haitiens Irni t)k1 cIir man coeur. Vosj cri, h rulliement, va a ? appels Jia libeite out touehc ks reiUs 1spese1' organiss aiiisi VOUS ;; hre les p1w, a;goI, tuu Un piou'giet A. I Itfr i)1us prfond de mou etre Ia construction de notr& dverseez en vague succes.tt iaifle$ (le Ia touunentu pour ckjs milUers de jun& n bouc1onnant efltsives Vos contingents chaque J :Ru rranaise, Ia voix enthrusia' gres d'ufle petite iie de An surai11 aon ptit-rr:' etre, mais bufinant, chargs de fols plus nombreux, sur les plal( 1'uii grand potea't1eva, vi ;tille, IUSSi 1fleflS dana leur sail ur Ia 1)e1)Use re'ard chaud pollen ceufihit aux ges rdoutab1es du conformis1 des cIigtiit ausS incertains (IC Fa dc hrante PaVflfl mulUtude ehai' t so iv de in libertl .. Oeii foss, mel voix, pour clbrer la Vertu veni' de la Iihert aUSSI tra que dune \OU at par1c, ehers earnaraSeul 1uuian des rt1stes halt(VflCl1 du chant mis au servi (jUs par Ia 1'aeti&fl t!U e fuuoi je vou vei t d arthtes, de Ia 11ceasit irn liens pourra apporter les caCe des lgitirnea aspirations dc rent es compatriates je ntn rjouI Alle71Touours Derieuse ui sirnpoe a notri cires ncessaires tine act; )'hoimne Vers a lwnire et lu GUll Audsio nOUS reconPalsj)1US vartt! Voiis n'aurez Cncoflberl Celui qul oc chanter 1ufls )a ncessit (iii ehflntl UU iat qnd vous croirez r'assc ra IL caps ordonna Ga bit Pu! w a1lI t sponta aou tout fait' liriel Audlio et ii ajoUta cCCU\ niment S1 P 1 1li Ia C(. La tache rduc d'itre a I a qut oat Irmclu Ic cap ties gui sure honfeusi di I clinemi' mat rude dc toute tine genera yes, des factioimaive.s, des gee nousfaut chanter ur in terre non cc me paralt pas au-deslieI et IICS VflOUS. rie SOlit d'lTaiti, iious autns do Is JCUIIC sus du grand courage dent vous ceux d'htcr et tl'auoU1d'5uI qul gCnCration, car nous ammis Mran ayes falt montre. C'est l'oppor11 oat eharmu r Ion lern latUre clur Ic e'iii dt e.'t1 ictions lie tunitC oi.i jamai.s petit itic lie toutq te' Ic ip des hail L'i i qni oat oi ih inter El trait soJ menu ci ses .mporLments i inond lians queue IliC-l0flS ic Cap lie in PctU 15 CaP' fonotion lie la force cites Ic sure Gabriel Midislo, a etC u-lie toute les 1nJU5t1CS Sodaeune cmisite pour Thi S acra-, route. A tin certam moment, 1ies dent est tisC mnlheureuse'ser totalement ci proniptement? .. comme 1 souhgne inagnifique mere Ia VIe h1IUnne. Et aUl'adersaire ou l'obstacle. El 'dam, mct Aragon, I pUpIe franjourd'hui nou vouctrionS, xhor a precipitation, 11 Sc sert ai tout entier chanta, dbortc'r toule Ia jeunesse haitienue' lie Ia massue in plus commode, chat touLO lec Oflh ninteS ira umi -ous Ic sine dun el-ian Ia plo', pi oehC i. plus cent { .. floseeS par I'enflentL Coupitnt unariirne, charg lie tOUtS 1105 mime. L'expCrience vient ouIOUS les harbelCs aUX niefltUU1'i aspirations qU'Oni fle dolt pas vent ti-op tard Ic c-onvaincre doj -..' ds dl-ICs comme awn confens'Ctouffer Ia complexitC des pioblme ... : tics craurs. Toute Ia 'anLannCc s'achve comme S qu'iI affronte ou lui incuiquer ctr c di-esa rappel ties poel'orclinaire les homme forniuIa dCfiance lies iliCologies Cal :. tem cicc fut tine magniuique len. lies souhaii 11s alimencourS. / -1' ofirande lie chair humathe et tent lur vie d'llne cargaison Chacune des lignes lie cLA de sang elmud. Un Ioi encoaOuVile d'espCrafloe& RUCEIE laissait pereer Ic cuP vouez Ia democc, aprCs l'apport eeensidCrable L'annCe io.ir 8rriv' Notis Ic que vous j d idi ti in Rut oltition 1 ioeu cit 1 -,euuflii etatti Vou atec soif lie libCt a I'Cmancipatioh lie Elle Va Ctre l'aniiCo clu chant tC, El mol aussi! J'en faisais .. I l'humain ur toutu l'Ctendue lie1 PannCc ePune prcmire victolpart i quclques petits tailleurs in terre, irs fraitals viennent re 5W certaines forccs hotiet coidonniers t l'orCe lie Ia GERaLD B LONCOURT (IC nionner lexemple admirable les1 Bile 1 scm, mCm si olin rnIsrS. us me rCpondlirent: ArtlsI.PelntrC cl',,ii nui Sc ciresse dolt Ciro, payee do noIre angl'ru ularies do libertC mais nouS avec fumeur contrP IC servitude ii faut que noire chant Ceinte nous Ic disons que nous avons I ideal, ideal lie granddir, Ideal collective! seule cette union perte messages de hCres d I partout, n'lmmrt-e comment, faim! Notis somnies les sdiado 1?eautC t lie justice: faire lie mettma de saper les colonnesrChistlttici Qilt dCpassd los Iron qu'clle emprtlntLi In mmix lies J yeS ile 110$ intestins! PArt, tin ardent dCfenseur de bases lie cc mythe traditionnel, tire lie In P'rancc,ilsnotiiSont1 ventr, Ic itimulte tie mis tomii nu'a seinbiC entendre Ce i'humanitC opprimCc' qui continue di'exCcutci' iinperparvenus!ils pamviennent ii tou I renL, qu'qil projenu ur p jour-IA Ic Iruigage lie totita Ia Peintres! Sculpteurs' PoAtes! tubablement son vasie program ceux qui sont rCunis dEin In cmli lie no nuages Ia drame masse haitlenne. J'avoUC hum, Musidlensl VeIlS totis qui menez me d'ossificaUon des cervelles fmatcrnitC dc Ig lulls comniu dCsspCmC lids (5fl11105 qui erAbletnnt q_i'une solution intelavec en'housiasmd cette lutte parias, deIuis les mullCnaires oh flIt IXIU1 IC trioinpho lie 'a V& vent dc faint! dOs infants tii 'Icetuelic est inapte a un Sil pout quo nous soil plus vastes'est fail jour les doctrines d'acritahl ju5tic ilie la libertel luculent jeiinti rongCs par ltt tuatton aussi angoussante. ) meflt tllspensCes 1,15 sentences ceptations gratuutes lies thusiiitCgrale! Gabriel Auliosio, enniisAre, pour ouvrlr los yeux ,le flu'excu$e d'avolr mel-C letits nCcessaires a notre taste tides sociales' Ouvrant lit i5Oli du chant sn-1 d bus sum in tragCdle tnquiC nitrates itux sentiments d'aclntl-*.charnps lie cuiture, vous -tous 11 faut a bus prix une \'itlt certes que des mntlitons del tante d0 In cis prolCtariti-, rttion quo jilt voulli vous t&1 qul bondiseez, ftagilos mats mm cmatibn, tin syndical des artitct jatmnes francais Ic faisalent en! n do notr beati pays! rnognem, mats je denteul e perpCtiueusrs eervettes, parnil les haitlens! un syndical, qul permAnic temp qtie lot Inais ml LannC ie.ic scm une annCe sualiC quo ces 1151105 IIC sei'ont mbruns do Ia houie reactionmettra d'ortenter les efforts lie CiSit Then surenient loin lie pentPexpCu'iences fCcond! on sor-! pas sans imetarer in gnc'vtivae naire, coneentrez yes unites phacun dams tine action coinsO!Que son consemi uQul ose 1 lila lie in banhIltC quotldlenet-olsacie QUO mous eilti'epi'eii' parses ufliSsez-VOtIS clans l'acmune, pour le tutomphe tIes 1. chanter vassema Ic eap,allalt aene Qi ii leti inois do i'annCu tlmc, j'espCmn, en favOur lie flOs (ion! fol'rnez l'armada irrCsistidOes non-conformistes! __________________________________ enL lans notr esprit lies frres CpiouvCs. lile, l'atniada que null-c CUrie Blemi A VOtIS li'unc Slanclie cabrCe ne sauna Gerald BLONCOURT DEVENIR j I Ghislain GOURAIGE. A. ItenC Lamoche En Cal lie postibles i'attenlis ma naiSsO rice nu gre tie lit dore Palpitations awn visions det fonltii'tnes jour ma soil Des fruits lalents pour ma lathe Car lull dans Ic temp l'Ctode qtiL in'citgeiidra je ,ris scuiptC lie Eel. Iltmuiton Garonte (tire lie -lets Liucides) umspiraeiops iriuricutaces ue L0L15 les ClliIneflt5 eoncicnl de cci --------------i ..--..-. -------i PaysJaiivier ne sent plus Jan I ND.L.R LA RTJOH1J est heureuse lie publior par I vim' it-mis Justice. FCvrler, mi tiuui d'autres ces dome 1 Entre nous bem'tC, AvriI s'appellera liCIP lettmes do jeuneSa, qui sun vrance, mai, union etc. tent, eomme nous, tout run I Jne nouvll avcnturc ne tCrCt cit touts la ncetsitC tie gontribuer par tous los mo-l'hommd commence! Iu'eas i diffusion de cerL'Avertissemment de Mr SIC La Ruch est une caravaQu'dile soil une ti-Vent-ore lie I tames iclCcs capables de ron 1110 Vincent a provoquC Ia co no qul passe, cue n'entend, Justice cit d'AniQnr! dre noIre Pays mteiileur lCre &une *nuinolitC tie gems pas les chlems q,ui abolent.. ii y a trop dhommnes d0hoi-5 Cos lett.res nOUS ai-rivent qtii sa senteni, emouills Tan Jeunes d'Haiti serres d'tin peu partout tant de ci saussi longteinps qilil Y in eapitale que do la Proven Ills que ceux qtli ont les I fronts purs s'em rCjouissent! VOu les coudes avec I'Union on peut tout. un hbnirne dehors It Porte qui et tout en 'notms clonnitut I Quant S nous biemi avant quc i xxx Jul eL femntCe au nez fermne W im peu plus de sonfianc,>, 1 jl'mc-Th'sidcnt nit forniulC L'abondamee des matires lie dlii d'injustice et de hamach' rIles sont dncore at surtout cette diatribe otis savions oblige a reporter au*prochain Ides tenmoignages sincres do q1e 1a bourgeoisie est une nun-tCt-o lies articles cit des j fidClitC a itotre mouveniett icengeances terrible et ma!pornes reus Un pen en re llenC DEPESTRE. dmocratique. propl-o. tat-ti. ,'LARUCHE

PAGE 14

a I--t Tfl1(M)O1E au i Rthtc(nir n f I RENi IJLN 'T1E 1t'k' I'o No 32 irt-au-Pihue, flaiti. C.iptaIe G 1 00 par niois Pi OV1UCC C-. 1.50 par rnois PREM1ERT ANNEE No. SAMEDI 19 JANYrER 1946 L1 --4. L1 Owg d a Jene aflo HEBDOMADAIRE POLITIQUE ET LITTERAIRE 1' Sotent in tte qui ccie Ic Len houillaui deja Jcunesse contribue plus elficacernent an boulicur de son pays qite Ia tte Lroid ci expdinenitSe du vicillard gui temporise dans les monients ot In tinrit seule est de misc. DESSALINES PM1OLE DANS LA FOURMEITE Ia I'ore des UNE NOUVELLE EXPERiENGE Par Regnor C. BERNARD Par Gerard C MONTASSE On vient de s'en rendre compte; le L'ar J. DantCs CEDRAS peupin haitian garde encore a on actif Nous venous de lancer au monde, un des possibilits immenses. Nous venous jauis crit nagure (pie: aLa LiI Nous itioiis parmi ccux-ts qui n'amessage magnificue et sublime de civisde vivre toue une semaule de reel heberM ca ne Se donne pas, cola Se vi'iit janiais dCscspCrC des imnienses me et dii foi dmocratique. Jainais aurolsino. Pour protester COntr(' Un rgijitd> La force des idCcs vieni de Ic tossthilitCs dii Peupic lIatlien, particutant que marntenant nous ne nous senme de stiaugulaiion et doppressin, a pronver. Avec Ia Jeunesse i i'avant-liremcnt de celics do cette jcunessc, tons aussi fiers d'tre haitiens. I'appal erthousiaste d'un groupe de jeugi0 Ic Piple Iraiticu vicut dCcrirc pour avoir dtn(li, Sociologiquenient Nous avons renvers ia dictatw-e poflea aux mains nctteset a Ia conscience P0u1 Ia grande Histoirc l'une dcsplus parlant, sos inoindies coniporteinents Iicire de Elie Leacot Mais qu'on lie se non pollue par aucune compromission belles rages des tcmps niodcrnes. C'cst en face des rdalitCs do I'hcuie. A Ia mprenne. La Jeunesse haltienne unie Ia Nation haitienne corrime un saul tine Iccon cl'hCjojsine que la Jeunesse lucur des grands vCncnicnts menan peupie haltien tout entier a manifest homme s'est trouv debout. Une chose IlaIticnne a ddiCe a bus los peuples, diaux, Ia .Jeuncssc a su fairc tout son sa volont farouche douvrir l're d'une magnifique at spindide et se fut la chata tonics los Jetuiesses du inondc a tin piofit. EL I'CpopCe quo nrnis venons de Politique nouvelle, Constructive, en barne merveilleuse reliant Ia Saline au 011 los Nations-Unies luttent vivre, ifcst que Ia consequence logique rnonie avec lea besoins reels du peupie, Morne--Tuf, Ic Fort St.-C)air au'champ ioiir Ic tromphc des idCcs dCrnocratide cctte Iittdrat'ie militaiitc des tcnips dans le sens du progrs at du dveioppe d'Aviation. Des rndividus Susque l paiques. En eliot, sans asiiic*et par un n Csents. Or cc gui esi arriv no doit meat dialectique des sociCts humaines sibles, et apparemment rsigns, sous gesbe spoutanC, I&iiays tout cnticr s'dtonncr persounc, encore moms los inQu'on ne se mprenne. lea coups de matraques et parfois de fumit rallic i Ia Jeunesse grviste pour tollectuels. L'csprjt de Ia Jeunesse est Notre mm .emnt n'tait. pas dirig sils d'une Police alors arbitraire, parce renverser Ia plus froce des dictaturcs ouvert ainc grands courants d'idCes mocontre Ia personne de Elie Lescot: Si qu'au service dun Gouvernement do haitiennes. Et ci' Cin(J jours cxactedomes ci ddniocratiqucs Elle veilic, flOU5 nous sommes dresses comme un dictati*e et d'oppression, surent crire inent c'est--diro du lundi 7 au ven(lredie est attentive, ci cue ne scm pas baseul hrirnme pour metre un terme a catdevant Ia menace des mitraflluses une di 11 Janvier, Ic Gouvincmexit de for fouCe cette fois-ci te politique routinire, bureauciatique, des pages las plus belles cle notre pod'EIie Lescot n'Ctait ilus qu'un Souvcsemi-coloniale instaure par une bourCes Journdcs souges des 8, que. Et depuis avant-bier, Ia Manoir L'histoire dim plus lard Ic courage de Jeunesse 9, 10 et geoisie cupide, corrompue, avilie, avide jatvbcr constituent un avertissede din Lauriers a cessC d'tre mi lieu de deuces cii Ia satrapie faux-col at Ia cetic gui a un monioiit critique do Ia s ie nationale a su sanJouissance facile et gui veut ignorer uiicut solonuel a tous los candidats ii Ia la grana dtresse des masses proltacrapulerie a smoking festoyaient au dCvcr Ic Pays do L tyrannic. Prs d'un PiCsidcnce. Its sent prvenus que Ic riennes et du peuple haItien,_c'est qua igidagc pens dun peuple que tiavaillalent tousiecic ct deini d'intervaIlc, Janvier officici a pris fin. Qifils nous avons donn notre adhesion a SC Ic mettent bien en tte. CcIuj tes sortes do misres. Le Manoir des domie l'accolado it Janvicr I8O4 qui rgime politique qui ne tolre aucune aura dCsorninis Ia Lauriers eat devenu rnajntenant un thins un mme Sentiment d'amour pour responsaJ)ilit dii routine, le socialisme scientifique qui, symbole vera loquel peuvent librement Ia Ia hbertc. Coincidcnce trs significatido niois qui affiri ic d'uife faon tanou, assinucra une lOUlde, trs seul pourra rintgrer i'homme haitian lourde charge. Dii reste, ii ama les dans Ia jlnitude de ses droits de monter rage, les menacts et las matdictions du pays tout entier. Dc pauet sa gu10 quo cetto Ame Iraitienue existe CtiX (IC Ia Democratic braquCs Stir liii. dignitC, La nouvelie politique est natiovres hCres ont t hroiques; des fernoncore et juau moment ptOJ)iCe die Laiuie 1946 doit marqiiir sine ta nale, anti-bourgeois; dCmocratique et tries magnifiques de courage et do crComic tou3outs dans toute sa grandeur. pe decisive dans noire vie de pcuple, soeialiste. mule. J'ai vu Mme. Lnie Madinu an Los athiutes incxtTicables quo nous viAvoc die, doivent a janlais disparaItrc Elle entend e dresser et se drsser Champ-de-Mars le premier sob' de Ia VOflS efleOle 1iJ sont Saiis doute pas optons los regimes do mensouges. centre Ia clique politique au pouvoir dgrve, hurlant do rage paice qu' Ia desP0nt pour eiitanier dj cc giand PU1S 1915 et qul aujourd'hui encore youLIUS attendons a jrCsent un Ordro drnit nous conduire a nouveau procs quo Ia Nation atteiiti do Cente des agents do police, matraque au poing at Ia baionnette inenaante, ecs aux cing abominablos aunCes do gestion do SpecifiqUelUefli Iiatioii qui mes humiliations de l'Intervention Elos manifestants avaient une certaine Ia Chose Publique, ninis alors iine cliono fcra plus inentir cettc triIogi: Litrangre pour satisfaire de basses amfrousse at voulaient se disper'ier. Elle est ii retonir, e'est to trioiuplie des bert. EgalitC, Fraternit. tin Ordic bjtions politiques personnelles ot do aura rencontiMmo. Madiou, cc symiddes-forccs celui do Ia PensCc une ci (liii sora base sincjement stir classe. le grands principes do justice bole vivant du courage de la femme rte, l'arine Ia plus daugereuse gui pour La lutt e ne commence a peine et lesquolstant d'lionnnos viennent do haitienno -i'attitude loquente et di gne do ce femmes d'autrefois gui sousoit. Gui dIe vaincra toujours cctto so nous aurons rudos batal1es a menor PonSCe cii iiiarcho en toimant massacrer stir los champs de hapour drnasquer et annihiler les mariaiont enthousiastes et splendides au paifois sa piopro conception liuniaine. mule. c'cst daiis Ic sons de PCqnh quo noeuvres du bougeois qui ne se tient milieu des grenades at adosses aux Si, Ia Revolution Franaise fut l'oouto statut social de l'hominc haitien doit pas pour vaincu et gui usera de tous Ies ramparts savaient accuejilir par un souvre des pliilosophes ci d changer, autroinentj guerre qui -i-lent moyens puissants dont ii dispose pour CS cci ivains. C'cst toujours do prndre fin, aurait fail couler moreprendre la verain mpris to danger et In mort Des die, Ia 1?cnse qui a fail pouvoir tiloineiit lo sang des homnies. jounes Lilies aussi, parcc quelles furent Revolution Russo ci c'ost encore cue No&e Revolution doit Ctre permanenenthousiastes et belles d'hCroisrne, ont qw vient de faire notro RCvolution to Ct brutalernent matraquCes par Ia p0ILiitienno do 196! J. Dante CEDRAS Pour is Revolution totale! lice et connurent des soirs hoiribles dana Nous navons pas lenvers le rgime de dictature de Rho Lescot pour perYoir iuita paris b) inettre l'lnstauratjon d'une politique gui no serast. que La continuation du rgime bourgeois d'ar,archio administrative, MISE AU POINT '." p0litique at finaacire -, Qu'on Notie rCdacteuj Ren DCpostic n'a no ravisse nit peuple sa victoiI re. a pa did a Jacmel pour appuyer coimne ccitaines guqules ivalveillajtos lo idIa La Victojie des masses proltai-iennes est notre Victoire Nous in voulons topandont, eanditature doM. Roussan tale et entire. L'lioura Camille, ii a did an horn di! Pati dda sonn de raniocratique populaie do Ia Jeunesse, user plinement 1804 sur le plan poli--. deniandor aux ldvcs du Lyce do Jactique, dconomique et social. mel de sacrificr tours revendicaijons Le nouvet Edifice do Ia Ptrie hi-J tienne, magrnfique et beau, prendra sea porsonnelles a l'iutdrCt gdndral dii Pays. Les abeilles s'taient rellementchanges en gupes... fJToir suite peqe 4) I----ParJ.DmitcsCEDRASLaForcedesIdees"'.:PItEMlEREA1.\'1\"EE-No.4--------Nil,32i""rt-Ull.-I'I')lIce,BaHi.ParRegnor.c.BERNARDCajlitaJe .. G, 1.00liarillois I'J'ovlncc G. 1.50pur1\101sPAROLESDANSLAtOURMENTE

PAGE 15

Ptgo 2 ct L A E U C It E a MEF1EZVOUS! Pat Serge L. AMBOISE La peuple ltien depuis longtemps oppriirtC a retrouvC son enthousiasme d'ntn, SouhevC par tine jeunesse assoifte de libortC, ii a renvorsC le fam 1zx rgime dictatorial .le M. Ehia Lascot ot a revendiqu sea droits de vivre hibre, d'lire libroment sea raprCsentents, GrCce C sa volontC fermo et C son couage hCroique gui dsuient lea matraques ot le mitrailleuses des agents. ha people apprend aujourd'hui co qua c'est quo ponser librement parlor libremoat, crire librement. Ii n'a plus Ic souci d'tre constamment CpiC par des espions malpropros qui ont vendu leur honnour pour servir un hotnnio qui so croyait capable de bafouer toute tine anasse de prlCtairos. La presse ha'itionCe n'ost plus ezposCe C Ctre forme; lea Ccrivains n'auront plus Ia crainte d'trc appelCs -'ar cc certain
PAGE 16

a DALOGUE Contrairement i te qun pn-rit phisieurs, Ia jeunese ni pis In reputation davoir rsolu 1o" It problsnea parce quelle a fait ui' greve ut provoqu Ia renversemeiu dun gouvernement. Son compor1cnnt uraxit ces lerniers jours prouv.' meat sa lucidit Nous saVOTIm ". m..mmmmt Ce quo nousdctrons, ncux galement que noa ne sommuspas his sa 'Is qua!iiis pour rein Nation Hoitjen me. Nous recu'mnaissons Vimportance des ames C In eondition qu'iI soient probes, liormntes, iiitCgres, conipCtents. Mais nous nous drssrons toujoui-s contra tous ceux-lC qui, ayant'dj pataug dane pas mal de malproprets. prtendent axrjourd'hui avoir t blanchis par lee circonstances. Nous ne voulons plus de eec politicians qul oat toujours su so faire adniettre sous tou las goavernexnents. Nous soxnmes contra ceux-lC qui, dans la crainte de tie pas pouvoir s'imposer autrement, veulent prapager des idCes malencontreuses dane le n.uple et crer in tat d'esprit maiheureux pour nous tous et po'r eux tous les premiers. Finie Ia politique thin verre de clairin at de SC) centimes, finis las mensonges et las coups de thtre, ii faut presenter votre pass integral, votre prseni. acul, at garantir las possibilits de otre avenir sans tCche. Conscient de not re tat de jeunes, dsireux de nous instruire de plus en plus nous demandom-ons C certainsajns de nuns renseigner le plus possible sur cartaixes uxeions qui nous tiennent C coeur et que nous considrons comnie tant des questions essentielles C la vie haitienne nctuelle. L encore, nous n'avons pas la prtention d'avoir tout trouye, au contrai,-e, nous ne faisons qua comma, car, et nouo recomnmencarons avec Ia bienveillance de ces ames, aussi souvent qua ce sera ncessaire, Nous avons donc Ct trouver un atn, at aprs lui avoir nettement expliqu notre position, nous l'avons pri de rpondre aux questions suivantes: Que pensez-vous de Ia grve de Ia Jeunesse? C'est on mouvement admirable; Ia Jeunesse Haztianne a fait preuve de wnscienca nationale, Pensez-vous que Ia grbve ait etC spontane at passagbre, ou croyez-vous qu'elle peut se rCpter? Si la Jeunesse garde Ie men-xe Ideal, Au Nouvellj3te Dens la Fresse plus qua partout, ii est indispensable da faire on enettoyagas, an reclassement des valeurs, c'est pourquoi nous conseillons au quotidian aLe Nouvellistem, d'expulser de son Cain uix espion qui, antre autras bassesses, avait intercept une conversation anti-a to Directaur du NouvejJjste at x rCdacteur de la Roche, pour en faire un rapport dtajllC C l'Ex-Minzstre des Triivaux Publics. IWano6uvres avortes Des politicians, habiles dans l'art de tzompar Las honnCtes gaas, essayent depuis que-Iquas jours d'orchestrer une campagna de dCnigrement criminal contra lee rCdacteurs de aLa Ruches, us nous prCtent des propos malveillants at mis croient dans leur naivatC qua nous allons recommencer les fautes des grvistes do 1930. Non! sales ueuIes, nous sommes purs. Nous ne voulons pas des compromissions. La bourgeomne pout songer a son crasement prochain q'.me de nourrir las dess&ns d'absorber a L A E U C H E rage 3 ii est indisctabIe qua dens des circonstaneas identiquas, elle aura exactan-zent Fe 'mime comportement. Que pensez-vous des politkiens qui veulent jeter le trouble dans la peuple at provoquer l'intervantin trangCre? 11 est pnible de croire qua cela exista rCeliernent. Cependant, si Ia fait est patent, je los consklCre cornme dfant des criminals irxqualifiables. QueUe e-'t d'aprCs vous, la seule faon honmte d' procCder dens cette campagne Clcetorala? Je ernis que fon re dolt pas fromper Jo pauplO. Ii taut au contraire l'dafter cornciencfeuserx ant at faire Valoft son ffnnCtett sa 'i'robit at son InMgi-ftC eonsionte. Nous serions heureux de connaitre votre opinion sur Ia situation Ceormomiquo actuelle Cu peuple haitian? -C'est una situation dCplprable et regreltable. Qua pensez-vous de Ia situation sodale? Cello -situation maJf.,ureuse eat la consequence du trap grand dCcalage gui existe entre 1W fEe at Ia masse. Que pensez-vous des monopoles? Tout monopole est condarnnable, Comment jugez-vous i'attitude des bourgeois en face de Ia masse? Las dirigeants oat manqu leur role d'Cducateur de Ia masse. Quel est, d'aprs vous Ic meilleur moyen de procder a Ia renovation du peuple Haitian? Le ineilleur moyan est de se consacrer immdiatemant, entiCrement et aCz-ieusement a la defense desintdrCts de Ia mass; commencer en mCme temps son Education et Jul crCer un Standard de Vie. AprCs avoir remerciC cet nine de sa grande amabilitC, nous lui avons renoirvel notre intention de dCfendre exelusivernent las intCrCts du peuple, les laterCts de Ia masse, las intCrCts de Ia majomitC 'ontre l'apptit glouton des boutgedis minoritaires. Et, s'il nous arrive un jour d'appuyerquelqu'un, ce sara certainement l'ainC qui aura su garder une me jeune at sara dCcidC C combattre coCite que cofite pour le peuple, pour la Masse, afin qu'il n'y ait ph'd'exploits. mais des hommes libres at consciants, capables de se dCfendre at ayant enfin un Standard de Vie. Robert La BOILEME certains parrni nous. Nous formons un bloc incorruptible, Et comma I y a quinze jours nuns avons dCclar ella prts C mourir pour Ia libert, aujourd'hui, nous commas prCts C mourir pOur las ides qua nous dfendons avec acharnement et qui sont anti-capitalistes, anti-bourgeoises! Notre position ast nette, saris fissure! Chant iers Chantierse, Ia revue qua Fe gouvernemerxt dictatorial d'Elie Lescot avait arbitrairement suspendue, est devenu un quotidian, et comma par Ia pass, aQliantiers,, se met au service ada la coljecti','itC majoritai,-e at souffrantey, aLa Ruches est d'autant plus heureuse d'accutillir cat organa qu'i est dirigC par Arnold ifCrard at Joseph PierreLouis, deux des plus authentiques reprsentants d Ia Jeunesse consciente de ce pays. Dens It, iraternitC do la lotte commune contru one bourgeoisie indcente at malbonnOte nous somrnes sOrs qua ces deux lmorte-paroles du prolCtar fat .se rancon1rront, unis at dCcidCs. AVERTISSEMENT Par Jacques S. ALEXIS Les jeunes hommes oat prouvC toutas nos affirmations derniCres, et s'lve bien haut I'oriflarnme ircuga at gueuie de Ia Jeunesse dim pensCa. Je reviens srijurd'hui, maui-tn at souriant, des lices poussiCreuses, oC a Ct tarrassC Ia grand ConnCtable des Bourgeois.,. th! Messieurs! Jo coniprends vos faces folles, car qu'on vous appelle boorgeoi cm ou'on vous appelle politicians, Vous eves CtC los troupe'; marchantes da votre rCalitC animale Ic Minotaure Ella Lescot. N'est-ce pas qua vouc ayesapplaudi is notre belle tauromrmchje, entourant aotre arena. vos femmeim se pCmant, vos files se poudrant at vous autres atten dent quo tout eat etC dCcidC pour demander votrc place au dCfilC victorieux? Vous ayes vu notre jeunesse, nos torCariors ehevelCs, rios picadors romantiques, no banderillaros enflanims, nos immorteis apassadosa, nos estocades, juveniles, nos passes avec Ia grand chiC-. fon rouge fumant aux cris des alguazil dCchains. Et le sang en fiaques a maculC l'arCne. Et Ia hCraut a sonn Ia fin de la taumarchie, des gradins oC vous tiaz planquCs, vous ayessaut daxis i'arne ala Bte est mortas. Vous voulez vous meIcr C la foule heureusede Ia jeunesse combattante. Eh bien! non las Bourgeois. Sachez qu'aux bataillas de in Libert: nous ne combattions pas seulemant Ella Lescot, mais l'Ordre d'lie Lescot dent vous tiez les gestaaches. Ecoutez les Bourgeois Ia roi n'est pas iriort pour qu'on erie aVive le rois, nous combattons tous los petits Leseots qua vous Ctes an puissance, at nous vous abattrons tous. Trois regimes se sont succCdC: Borno, Vincent, Lescot at do cette lourde tiara qui Ccrase le people Haitien vous avez Ct las plus beaux fleurons, C chaque etage vous avez brillC de tons vos faux. La problems-ia qui se pose est qua vous ne soyez plus, jamais plus nan. Ecoutez, Bourgeois, Ia guerre qua nous menons contra vous sara sans quartiers, vos armes nous las connaissons. Vous ayes dj essayC da soulaver ce pauvre peuple at d'arriver C l'intervantion CtrafgCre. Les jeunes Hommes vous oat vaincu. Vous avez assay de calomnier las plus reprsentatifs d'entre no:Is en las faisant declarer vos partisans. Oh! crapules qua vous vous saves tre, vous croyez pouvoir nous discrCditar par ainsi. Mais l'Cme de Juvnal not's anime at c'est un par Un qua nous vous fustigerons, at nous dCclarerons toutes vos hideurs. Nuns sayons, vous nous menacez du poison, avrnt-hier encore vous tentiez de mettre le fau chax on de nos camarades, nous sayons. II vous reste Ia coup de poignard dens Ic dos, La ballo de revolver perdue, i'accident qua vous susciterez, Allez-y, mais prenez garde, nous prCparons nos brigades d'action at c'est l'enfer quo ,vous ,muscitez. N'oubliaz pas qua nous evans djC pris l'habitude qu'on capitule devant nos ultimatums... Francs garde, Cerivais-je C Nos huts sont simples. Vous constithaz Ia Couche pourrie de Ia Natiom, Nous sommes las hommes gui avons ourdi, prpar Ia Revolution da Janvier 1946, nous )'avons accomplie, sans qua vous vous en doutiez, nato. avons tout prCparC, vous saves ce qua anus valons, Pranez garde. Messieurs las Bourgeois vous ayes FEUm Par Laurore S-JUSTE Huit jam-s avant les vCnements gui oCt proyoqu Ia chute du dictatour Loscot, C cette mme place fl0u cnivions ccci: -ciA ce moment horrible quo travarso l'univers, fi cette heura tragque do l'hjstoire oC de partout l'on ontend los rClcms, lea cris, Las protestations des peoples oppnims, ii ilnporte qua tous los jeunes sans cir.tinction de classe ni do coulaur prennent position. II importo qu'ils offrant an front imni pour luttr avec force contra I'ordre rgnant fondC Cur l'injustice et l'exploitationn, En effot des qua Ia grve fut dclanehe, on vit avec satisfaction toute Ia jeunesse haitianno rCpondre C I'appel caere. A Ia tto do ribs masses prolCtai-ionnes pousssnt bun cr1 do haine at de malediction, on namarquait las jounes de toutos les nuances at do tous las socteurs. Oubliant leur rancoeun, leurs prjugs et leur promesse forms-salle d'cxCcuter un certain testament. lCguC par leurs pres, ils formCrant on faisceau d'union pour dCbarrasser C jamais do. joug fasciste, nos masses exploitCes. Malgr los menes subversives des politicians yenewt, malgr las insinuations maivaillantes des uns et des autras, cetto union dcmit demaurer' Car Ila victire totale n'est pds gagnCe encore. C'est maintenant plus quo jamais qua las jeunes oat besoin do l'union. us ne doivent avoir qu'-.m soul but: arrCter las manoahvres de Ia bourgeolcia haitienna gui depuis l'indCpendance jouit do tons las privileges, do toutes los favours ot dtient le pouvoir do pro en fils. Cot tat de chose a trop dur. I) taut des mains pures at immaculCes au pouvoir. Il faut de fibs autiientiques du peupla, eux, vritablas aaboutissanf do cotta longuo sCrie d'tres opprimCs et endolorjss. Ii fnmt une vraie clmoci-istie. Et c'est a nous jeu is garis guI avons dCcrt Ia grCve ptmr Ia libart du poupie, c'ost C nous qu'il appartiant do monter Ia garde. En consequence no nous laissons pas diviser. Car ayant inscrit nos noms en lettres d'or au pantheon da l'histoire mondiajo anous devons rester unis pour pouvoir nous revolter contra tout ce qui ast contraire C" nos aspirations, C nos sentiments et C nos rCves; pour pouvoir smut enfiammer pour des changamants, dos boulevarsemants at air besain Ia Revolutions. Laurox-e St.-JTJSTE perdu 1930, Ia Revolution de Janvior 1946 no sara pas perdue quels qua soiant los moyeos qua vous employares. Nous sorons Ia foudre, prenas garde. Los p'-oltairas qui ont l'habitude do risquer leur via sans marchander vous disent aTous no spareraz pas in Jeunesses, Nous rostorons unis quoique vous f4ssiez. Aujourd'hui, ma Iettre ost un dernior signal, tastes C vos pantouflos, messieurs Las bourgeois, rostez-y, votro reaction, nuns l'Cci-aserofls. Un jour Si nous tombons victimes tie Cotta fClonie, nous ddiorons notre plusargo sourire air grand ciel bleu d'Haiti ar notre sang r'ougo teintera tout c nailmeureux proletariat haitian que voustentez da maintonir pour Ia derniCre oms dens one dora condition humamne. La Jeunesse haitiermne restora unme, 'ast Ia sermont dos Hmraces! Nous commas las Rouges, vous jouez wee lo feu. JEUiVESSE DU PAYS abo,znez-voiis a Page 3====================fElllulIParLauroreS.-JUSTEperdu1930,laRevolutiondeJanvier1946neserapmlperduequeIsquesoientles moy-eosquevousemployerez.Nousseronslafoudre,prenezgnrde.LesproletairesquiontI'habitudederisquerleurviesansmarchandervousdisentVousneseparerezpaslaJeunesse".Nousresteronsunisquoiquevousf.lssiez.Aujourd'hui,rnalettreestundernier, signal,restezavaspantoufles,messieursles bourgeois, restezy,votrereaction,nous l'ecraserons.Unjoursinoustombonsvictimesde'Votre felonie,nousdedieronsnotrepluslargesourireaugranddelbleud'HaitlcarnotresongrougeteinteratoutcemaIheureuxproletariathaitienque'lOUStentezdemaintenirpourladernierefoisdansunedureconditionhumaine.LaJeunessehaitienneresteraunie,c'estIesermentdesHoraces!Noussommesles Rouges, vousjouezavecIe feu.ERTISSEMENTIParJacquesS.ALEXIScertainsparminous.Nousformonsunblocincorruptible.Etcomme11yaquinzejeurs,nousavonsdi!clareetrepretsitmourir.pourlaliberte,aujournoussommespretsitmomoirpourlesideesquenousdetendonsavecacharnement,etquisontanti-capitalistes,anti-bourgeoises!Notrepositionestnette,sansfissure!**OGUE01***AuNQuvellisteDansla' PresseplUGque partoul, ilindispensableelelaireunneitoy.age;,unrec1assementdesvaleurs,destpourquoinClUSconseillonsauquotidianLelVouvellistedesonseinUllesrJion-'qui,entreaulres bassesses, avail.intercepteunecotwe1"sation.IeDit;ecteurduNouveJiisteetredacteurdelaRuche)pourenfairetinrapporfdetmJieal'Ex:MinistredesTra vaux'Publies.ContrairementaCf'qu',"nptnSE:fitplu-ilestindiscutab1equedansdescirconssieurs,lajeunesse!l"ap.ISInreputationtarn--esidentiques,eUeauraexactementd'8voirresoh:.to""h",Iroblhnespareefamemecomportement.qu'elleafaitU;1<'glv':eetprovoquG Ie-Quepenscz-vousdespolitidensquirenversemel1l.illlpi,mentsaNoussa--11estp(mibledecroirequecelnVailSt,: ..,.'!cmw:ltcequenouse,.iste reellement. Cependant,siIefaitnow;:'egalementquenomneestpatent,jeles considerecommeetantsomm"spnslessE,'ls quaU.riespourre-descriminels inqualifiables.no,1aNationHeitie1l1e.Nousrec"'t-I-QuelieE"'td'apresvous,laseulefanaissons l"importanr:edessinesaIll.con-tip'procederdanscetteditionqu'i!ssoientpmbes,k.-campngneelectorale?tegres,competents.Maisnousnous-JeC:.:Jisque1'on1'eGaitpastromdresseronstoujOUl"ScOntretausceuxhiperIepeuple.11fautaucontraire'l'equi, ayani'-dej:pataugedanspasmaldecJairer consciencieusen'entetfaire vama1propretes,pretendentaujourd'huilairI;onHonnetetLsarrobite.etsonInavoiretEiblanchisparles circonstances.te/irite constante.Nousnevoulonsplusdecespolitidens-NoussedansheureuxdeconnaitrequianttoujourssuseLaireadmettrevotTeopinionsurlasituationeconomisoustauslesgouvernements.Nousqueactuelleaupeuplehaitien?sommescontreceux-lii qui,dansla--C'estunesituation deplprableetcraintedenepaspouvoirs'imposerau-regrettable.trement,veulentpropagerdesideesma--Quepensez-vousdelasituationlencontreusesdansIe "NUpleetcreer.msoc:ia1e?etatd'espritmalheureuxpournoustous-Gettesituationest1aetPO'..l"euxtouslespremiers.Finielaconsequencedutrap grand decalagequipolitiqued'unverredeclairinetde50e.y.isfeentre l'pfi/eetlamasse.centimes,finis lesmensongesetcoupspensez-vousdesmonopoles?de,theatre,ilfautpresentervotrepasse-Toutmonopoleestcondamnable.integral,votrepresenti='acule,etga-I-Commenti'attitudedesrantirlespossibil"itesde,otreavenirbourgeoisenfacedelamasse?sanstacne.-LesdirigeantsantmanquealeurConscientdenotreetatdejeunes,de-roled'educateurdela masse.sireuxdenousinstruiredeplusenplus-Quelest,d'apresvousIemeilleurnousdemanderonsacertains'sinesdemoyendeprocederalarenovationdunousrenseignerIepluspossiblesurcer-peupleHaitien?taiIlesquinoustie'nnentit-LemeilJeurmoyenestdeseconcoeuretqueno"usconsiderons'commesacrerimmediatement,entierementetetantdesquestionsessentiellesa,lavieseneusementala defensedesinteretsdehaiiienne,lchielle.Laencore,nousn'a-la masse,commencerenmemetempsvoris pas'lapretention.d'avoirtouttrou-son Educationetlui creerunStandard.contraire,nousnefaisonsquedeVie.'commel I:er,etnous,recommenceronsApres avoirremercicetainedesa-avec'labienveillancedecesaines,aussigrandeamabiJit, nousluiavonsrenousauventquecesera.necessaire.velenotreintentiondedefendreexclusi-avonsdoncetetrouverunaine,vementlesinteretsdupeuple,lesinteetaptesluiavoirnettementexpliqueretsdelamasse,lesinteretsdeIamanotreposition,no us I'avonspri'der-jodte,'antrel'appetitgloutondesbourpondreauxquestionssuivantes:geoisminoritaires.Et,s'ilnousarriveun-Quepensez-vousdelagrevedelajourd'appuyerquelqu'un,ceseracertai-Jeunesse?nementl'ainequiaurasugarderune-'-C'estunmouvementadinirable; laarnejeuneetseraacombattreJeunesseafaitpreuvedecoutequecoutepourIepeuple,pourlaconsciencenationale.Masse,afinqu'iln'yaitph'"d''xploi-quelagreveaitetetes;maisdeshommesIibresetconsspontaneeetpassage"re,oucroyez-vouscients,capablesdeseetayantqu'elle:peutse.enfinunStandard.de Vie.--:.si laJeunessegardeIemc!;meIdeal,RobertLeBOH.EME..-....._...._-_...._......_.._--...._--...":"-.._.._......;,..LesjeuneshommesontprouvetoutesHuhjoursavantlesevenementsquinosaffirmations,dernieres,etsteleveontprovoque1achutedudictateurLesbienhautI'oriflamme lfougeetgueulecot,acetteplacenou!,delaJennessedeJerevienseu-ced:dnimaleIeMinotaureavecforcecontrel'ordreregnantfondeElieLescot.surI'injusticeetl'eJo:ploitatiorll>.EnerfetN'est-cepasquevousavezapplaudidesquelagrevefutdeclenchee,onvitnnotrebelletauromnchie,entourantavecsatisfactiontoutelajeunessehainotreareme,vosfemmessepamant,vostienneitI'appelsacre.AlateflUessepoudrantetvousautresatten-tedenosmassesproletariennespousse,ntdantquetouteutetedecidepourde-leurcridehaineetdemalediction,onrnandervotreplaceaudefilevictorieux?remarquaitlesjeunesdetouteslesVousave?vunotrejeunesse,nos1;'0-nuancesetdetouslessecteurs.reartors echeveIes, nospicadorsromant!-Oubliantleurrancoeur,leursprejuques, nolibanderillerosenflammes,nosgesetleurpromesseformelled',,::xecuterimmortelspassados, nosestocades,uncertaintestamentlegueparleurspejuveniles,nospassesav
PAGE 17

Page 4 e L A R U C II E 11,1. <(\0LTO CitansOhl rnofl!aii (fIX IVrO$. SUflS qna:i stit presqnon ehrni gait. i4oti jnivs (iPv(?llUit all grozideate,:! profond at sourd comma a ruer quand die approclie des falaises. coaixne Ic oat can trepidant devant a por1.> Cas paroles do grand poato franais ?trogmi, j)rononrCcs, an leadomain do In resurrection do son f)a%s, Iraduisent, eroyon.s-nous, nos i:itpres.ioJzs sur 11's leruiers Caliwmauls qai ViCHnent do so dCroular stir Ia terra d'Hauz. Repondant an cheizi charge d'tsm our do 1(1 libert qua ies Ctudiants do la capitaic out entonna, lo iund 7 Jainjier. datzs io frateriiitC t'rribio des coups do matea (pIes. ic peu pie htout ion, sans anIras ressources. quo sa souffrance at a iii or Our reroiutio,i,zazra. a double ai ii,ic SCizinille ha cap (Ian goreux eta ilIanotr des Lauriers. ilinsi Fe bon pen pie de mon pays cOntinua (0 (110. loguc Ciernl des furiaux iliants do j'hjsiojre. Ii reste a in Izouteur dos grands Cvnemna,zt.$ qui out prCcCdC son apparition. rat en llssante stir In scene des jiations libres. Ce pan dant Coflhlbia tollS las faits qul :1:0th! iehzt i'existence des paitpies, Fe renversenien! dir dictateur tg;zorant Ella Lescot, a. tin sons, two portCa pOliLque COIiSi(k'r(ibias. Ilizia. nifesta jar dessus tout, ia volontC dir pen pie (l'UCCL'der i'e. an nouveau iiiodo (IC Via, C'Cst l tnt /101 at importall!, et 110115 autras daits cc journal, nolts tenwis ii Fe souligizar ardent. maul, pour quo cart eijns gro apeincitEs no l'oubliant. pas. Cotta Co. lre du pen pie a SOS raclites pi-o Jondes dons los quinz darn iiros anxues. qui on! I surtotit des azznasde UNE NOUVELLE EXPERIENCE ISuuo do in 1r& pago) assises nouvelles sur lee fc'ndations permanentes des forces populaires. Jeunesses socialistes, Jeunesses dmocratiques force jeune et vive du pays, Punion sacre contre Ia bourgeoisie, contre la conception bourgeoise mx petite bourgeoise du pouvoir, est indispensable pour sauver notre Haiti de l'anarchie. L'oeuvre de reconstluction exige de chacun d nous plus de courage et Un seas du clevoir patriotique au-dessus de toutes comprouiissions. Le Bourgeois doit tre poursuivi, terrass, vaincu. Pas de trve l'ennemi. Mort a 1'Esprit Bourgeois! Le Pays trop souffert de ces salopes superbes, de ces messieurs faux cois, qui dilapideat l'avenir de nos enfants. Notis ne voulons pas recommenceil'exprience du Bourgeois an pouvoir Nous n'entendons plus tre les ej-neiles vic times do Ia rapacit, do luxe indecent et cinique d'une soixantitine de families. Le Peupie haitien doit triompher; Sos intCrts doiveat triompher; us triompheronL Que notre Rpublique soit permanente, ttalet L'Erinerni 't puissant et nous surveille. Unissons-nous pour u-ne victoire totale de Ia Cause do Peupie! Quo la nouvelle ExpCrience du pouvoir SOil. ceile du peuple! Vive le Peuple Haitien! Vive Ia Dmocratie Gerard c. MONTASSE t)ITUJ)(imin pout/qua, do mensonge, i'cxpioitation ilonteuse do l'lzonun a. Yi ha rrolut ion (/1(0 00115 (7 VOltS J(iita. dcl (ft elre Silflpieflh alt! i'CfJ(tCe. Ihtent (l'hIhi ibm ftc on d'iiiic clique dhzomnrnes, die n'm:rait servi qir' 'fllbSOlZder las assisos do Ia bozurgcoisic responsahie dii brigandage polilique qmil a commence dejmis longtom/IS, lrs lou giamps. Vous r'outous hilt changemnent. nit nouveau reelassemeut des colours, JK1.TC(' quo CoClaTus Clmen is hionnI as out Ct Li-op longtomps e'cart (s dO Ici scene pout/qua an profit d'una sozxmlOnne do farnilias. Colic C/UnisOn do libertC qui est monlCc stir mios IClxros (toil Vonserver So puree niltude I/f $011 1ilteiiSit; Cane CIIWISOII. da dent oeratia qui asi rizon tCe sur nos lCvres dolt conserver so gran dour at. so jeunesse. Cotta chan somu. d'ainour qui est :nontea stir nos levi-es dolt consarvar sa toiCro car las ambitions exaspC. rCes, pins quo lawn/s gibattaut!. los s/guns do faibiesse de ecux qul oat br/se ls barreaux do letir ti/ste conditioit Iiuiiizajiie. feziti os tie ill Ott beau pays, (tells l'Cpreuva Commune, nous noons retroztvC izoira. vrwa pzusscfmco, snchez quo in luue conti,zue, tune COiltre las privileges. Iiitte colitre JO (SInOUlIpatislnz-i>, Lotte comz tra loris las bas(ions capitalistas. Et dans cOne little, soyaz pitrs, in(ransigeauzts, ct vol/s varrez (Ssurgir te vos mailiez,rs t'auime Jratermlalles> luizo cite oft tons travailleront salon k'rmrs capac/tCs at oft bus las travail'curs soront rdttumCrs salon lear 'ravait.>> I ,, Camarodes artistes, dCs le premiel numro de aLA RUCHEi, paru lCgalo meat Ic vendredi 7 Dcembre i!45, jc disaisu nUne nouvelie aurore Cclaire notre huritanit!,,. un souffle immense dilate los poitrines des opprimsl On a nomm ce grand mot de eLIBERTEs.. On a pane eDES DROITS IDE L'HOMME*. at partout dans Ia monde, ce souffle prend l'allure (antastique du cyclone, cc dCchaine, gronde, hurle!... El. lee fronts, les millions de fronts, penchs depuis des millCnaires, sur Ia terre, peaches sur las gouges et lee burins, cc lCvent... at les faces. las millions do feces, ronges, cruSees par la souffrance surgissent do l'ombral... elles reoivent ia premiers reflets bienfaisants do l'astre rougeoyant... do ce grand soleil de libertC qui doit loire pour tous!... Dane les orbites profondes, no,res comme Ia misre, dens cas millions d'orbites caverneuses, s'allument les lueurs des revendications nouvelles.,. las prunelles de tone ceux-l qui souffrent, de tous ceux-l qui pensent et cc serrent les coudes, bnillent do mile espoii-s en an monde meiileu,-. II incombe donc it Ia jeune gitnration las peintres haitians, it ceux-1 qui ant &t'olutionnit l'ordre des choses prittaxhes dans le domaine de l'art haitian, a :eux-lit qui ont apport une veritable oie des sans dans leura tableaux, gritca tux efforts magnifiques du Centre d'Art, i ceux-lit qui ont boulerveiit los concepions erroaes des fervents de cromos et le productions acadmiquos, ii incombe le ritclamer las droits des oppnims, en aisant usage de l'arme puissante qu'ils Regnor C. Bernard, Jo pocite d'insph-ation r.gre at proltarienno, se prsenta croyons-nous, coznme candidat a la circonscription da sa villa notate Jo'rdmie. Emma chance. Bientdt paraitra aRythmos Negrec recuoil de poCmes de Clement Bonoit. Convxxe on Ic comprend bien, ces poernes no plairont pas a one cote,gorie de gaas, mais, none sommes cet-lains qu'ils trouveront des resonances proforides dane le coeur tie taos ceux qui participant do La brfxlanla bra gdie de antic rllactivitd ntigro. Et l'auteur aura atteir,t son but, .5 .5 La nouveau bureau de l'association des Etuo,',.,nts do l'rnstitut d'Etluiologie est ainsi formd, Prsident: Auhourg, Secrdtaire GdnCral, Ren Ddpestre, Secrdtame Adjoint, Mortal, Trdsorier, Joseph Baguidy '1' eLire dane notre prochain numro Jo compte-rendu, pour La moms cocasse, d'une entz-avue entre l'aricien Souis-Secrtaire do Carnaval, Gontrari Rouzier, at dcwc rnembres do notre Journal. o Le Ctudints des ditlrentes facultCs jettent los bases d'une FCdration des tudiants de Ia Cap/tale, a La Ruchea promot Lout son concours, parce qua sans Jo participation hroYque des tudiants a La grCve, Ia destin du pays eCit t tout .iiutre. '.5 Las Ctudiants haltions, viennent par leur conduits, gui a Ct admirable, de prouvar au rnonde qu'ils savant cc qu c'est qua d'appartenjr a un oranisme oil a pensCe rgne indapondanta, au dassus do Jo dictature at nit, machiavJisme poliiique, a La month-c des bandits comma Loscot et son can zpciro Gontrar,, Nous avon5 appris qu' peirie descenrio da l'avion a Cuba, !'Ex-SousSecrefaire d'Etat, Gontran Rouziar lot acciainC ccRoi des Carnavals,,, .5 ...avons appris qua l'ateiior de Lafiur un dus achiona dn' Monsieur Rou5101a etC hidmoli. i1'n'en reste pas une pierre. ...avons appris qua Ia rnaison do Lou' lou Marchand, cat animataur du marthe noir, a etC p/liCe par one foulo lyre do veneanca, .spcialement dCixommCe ePaupie Souvarains, 'I, avons appris que los detectives La(taut at Magnazi oat Ct arrCtCs. Nous savons qua dour jours avant a dcliCance, Loscot voulait s'en alter even imprimi0i d I'Et .-CS, I beum,,,,; Kith,c .-',Poi' -Pdii,, Halt,. ont en main. J'ART pour combattra et faire tniomplier Ia cause de Ia LIBERTE1s. Et voici, Camarades artistes, que ce souffle fantastique s'est dchain, s'est mis a hurlee, at voici qu'aprits line Semaine de combat, sans armes, toute Ia jeunesse, tout le peuple, s'exposant aux gueules brlantes des mitrailleuses que Ia dictature bourgeoise avait braque contra nos poitrines, voici, Camarades, coiarne le. aneonc Si justement Ia PRAVDA, un des organes de l'UNION DES REPUBLIQUES SOCrALISTES SOV!ETIQUES, un des organes le plus importants du r?tonde et des miCux ranseigoCs, nous pouvons maIntenent le croire: IILC People d'Haiti vient de donner une ieon de democratic au monde en renversant sane ames Ia plus adieux des dictateurs nitgres du nouveau continent. Lee partis commuciste, socialiste et dmocrate sont sortis de l'illgalit at commencent a so regrouer pour entrer dane Ia bataille lectoraie, Las forces de Ia action ont cite completement balayCes, las conser'ateui-s haitians observant at attendent le moment opportun pour nciagir. La situation qui tait obscure devient plus comprcihensible.s Oui! la situation deviant plus compr.hensible! Il faut comma je your Ia disais dens Ia numro du icr Janvier 1946 de eA RUCHEn, qui a dcichainit Ia colena du Tyran, ii faut, pour la sauvegarde de cette Libert qua le People haltien a conquise une nouveile fois, au prix de tent de sacrifices, ii taut vous SYNDIQUER! LE SPEAKER HERARD II ost difficila, au ldndemain des louis inoubliablos qua nous venons cle vivm-e, do Ce rappelar tous los comportomants dont Ia rendeur tmo/gne da Ia vitalztd spirituella da notre nation cependant, s'il faut, pormi las tompCramor,ts gui ont etC pendant las CvCnem0nts cC handout d'Jiomma,, citer on nom, nous pa'lerons, au risque de froisser so rnodestie, du populaire Antoine Rodoipha HCrard, qui de's las premiers moments, a chantC los funCrailles du famous Ndron, Lescot, ot a mis sa puissante voix au Service de 1a I/bar/C retrouvCe at de La dmocratia. tIn ban enthousiaste pour A, R. 'lCrard, on vrai li/s du paupla! Salut C eFroufrous gui doit roparaitre. 5 0.000 dollars. LI au it cc credit tIlt-il pour frais do police. .5 ...Quf ii alma/ties lauriers, ce l!donszeur Lescot, comment va-t-il faire puisqu'ii n'a maintananf qua des Cpa'nes. 0' .5 Lee inanifastot, ,ts gui sa sont dCrouICes to semaine derniCre C Port-au-Pun.. xe oat permis de voir plus d'un sous Jour vrai Iisaga. 11 y i eu des tin-tore's, de rCchos C l'cole, dons les hureaux publics xt surtouf parini los coixumercants, gui >nt essayC de paralyser notro mouvaneaL Pious attandons moment opporan pour las dCnoncer C Jo conscience niblique. I Li .5 -1 .1 '1 Oui! lasituationdevientplus compre:-'hensible!IIfautcommejeI,edisaisdansIenumerodulerJanvier1946deRUCHE,quiadechainelacolereduTyran,ilfaut,pourlasauvegardedecetteLibertequeIePeupletiena conqulse une nouvelle fois,aupnxdetantdesacrifices,ilfautvousSYNDIQUERlR UCHEleLA'O"I"IIPliOllfJolitique, de lIlCmsollge,(!explailationhanleusedel'homll/e,SilarhaluricJnqne1101.15aVails fai.CalUaradesartistes,deslepremierIe. del'ait 81re sil/lplemenl,l'efface-numerodeLARUCHEl>,parulegale-mellld'u1l110mmeonc1'WICclii]llementIe vendredi.7Decembre1945,je([hommes,elleIl'(lurai,t S('l'v'iqn'ii.disais}Etvoid,.Camaradesartlstes,.qUec::e"()flsoliderips111bOllrgeoi-Unenouvelleauroreeclaitenotre:>ouffle rants:>tiql.1esieresponsabledubrigandage poLi.humanitel... uns.ol.1ffleimmensedilatemiSfiquequia cOIll.merlcedepuislong.lespoitrinesdesopprlmesIO'l.auommemainede<:ompat,sall s ar!11es,tout.eJaIres lO1lgtelllps.cegrandmotOnajeunesse,toutIepeupIe,s'.exposant,auxNousl'OZt!Ol1SundllWfjellwnt,unparleDESDROITSDEL'HOMME/l,gUeulesbrulantesdesmittailIeusesquerWlweau reclassmueuLdesvaleurs,etpartol.1tdansIe monde,cesouffle10dictatl.1t.ebOllrgeoiseavaitbraquee]1l1rc(lqlle ('etfains {!lemenlsh01I1lCprendI'alll.1re fimtastlquedUGyClone,secontreilospoitrines,voicirCa'marac1es,tes0111elff1l'OpLonglC!mps ecarlesdedecnaine, grande,nurleL.El:les fronts,l:Oll1mesljustementla1ascerlCJpalili!]u!alLprofhcl'u1Ieles millionsdefronts, pench:> depuisPRAVDA,undesorganesdeJ'UNIONsoiX/lJII.Qin(!defamilies.desmillehaires,surlatE:rre, penchessurDESREPUBLI(,2UES80CIALISTESCeUechallsondelibertcquieslles gougeset1esburlns,selevent._etlesSOVIETIQUES,up.desorgan{l:>plusmonleeS;1:1!o.Sllmresfaces, les'millionsdefaces,etdesmilluxrensaJmrelel1/l./mlertl,\501;,WI,enS!',e; .seespatlasouffrance surgissentdel'om.seignes,nouspouvonsmaintena::JtteCeUeC!Il111S0Udeqlll..,bre!... elIes r.e\;Oiventlespremlersrefletscroire:LePeupled'Halti,rientde.eSI 1lI0uleeSill"1IOSdolt.conbienfaisantsdel'astre r Ol.1geoynnLdeeedonnerunele\;ondedemocratieaumonseruer'Sagrandeuretsa]eU1/.esse.rrrandsoleildeIibertequidoitIllirepourdeenrenversantsans.arrnesIepII.ISCellachansond'l/lIIOllrest;ousL.Danslesprofondes,1101-odleux des dic.tl'!tetlts negresduri6uveal.1IllanleeSllrnosLevi"esdohcOl/serverres commelamiseredansces miIlions t;ontinent.Lespartis c::ommunlste,so(;ol/:.I"ecarlesexaspe.d'orbitess'aI1ument ]es listeetdemocratesontsoftis,eeS,plusquejamaisglleJtent las silueursdes...lesliteetcommencentaseregroupet,pourgU?S,deIaiblessede(""/LX51"iontpruneIlesdetousceux,la.quisouffrent,cntrerdanslabataiIleelectorali:!.Leslesbarrol?auxcit:LeurlnsleCOIL'detous ceux-Ia quipensentetseserrentforcesdela1'actiononttecompletedIllOn hllll/lIl1Ie...les coudes,brillentdemille espoirsenmentbalayees,lescons{lryateurshai-lCIlIW5de.moll.beaupays,dansunmonde meilleur.tiensobserventetattendent.Ietn0mentl'i?preuveC01ll1ll1111e,llOUSavon,sre'opportunpourreagir.Lasituationquit7'Olttdjnoire'urlliesache::;IIincorrtbedoncala j.eune geherationetaitobscutedevientp!uscolUprelllmsi-gaelet!titleconlinue,l/llt.leconiredes peintreshaTtiens,.aceux-Iaquinntble.), lespr.iL'iliiges:Illueconlre1emounrevoil.1tionneI'ordredeschosespreetapalismm>, lUlle cOlllrelO/ISles bas-blies dansIedomainedel'arthaYt1en, aliollS cllpilalisles.ceux-Iaquiontapporteune veritableEtdansceltellltle,soyezpllrs,in-joie des sensdansleurs tableau:", graceltallsigeants,etvorzsverre::;Sllrgirauxefforts magnifiquesduCentred'Art,del'osmalheursl'aubeb'alemellea ceux-Ia quiontboulervese les conceptrUtU!.Cile oii tollStravaillcroutselontions erronees des ferventsdecromosetcapacilesetoiLlOllSles lravail-deproductions academiques,11incombelellrs seraIIIremu/lel"l!SsetonleilrderecIamer les droitsdesopprimes,entravail.faisantusagedel'armepuissantequ'ils,Yolrec!wn.srlll uHmtait011.'1:,1,\tT('S.S(llIS'Ill.'onsIllprc$qu'on('hauIoil.1101/pil....s de/'(!I/(li/. ullf:,'7"onde melt!profondelsow'dcomnl(!10merquantielleapprochedesCOi!UneIetJallJc!UtrepidantdevalltIe porI.Cesparolesdngrandpoinefram:ais Aragon.au[ell.demaindl'10rAmrrectioltdeson[un's,traduiscnl,('royons-llollS,nossllrlesIhmliersh'flwmelllSqlliviemlelltdesed"roulersurtaterred'Ha"iti, Riipol/{hmlall,<:Iwnl,charged'omoarrlelalibertequeles iilzuliantsdelacapil<1leanielllDlme,Ielundi7Janvier,dans10fralemilelerribledescoupsdemaoIepellpleIwilien,sailsau.IreSquesosonffrallceetar/leurdrolutiOl/lUlire, adoubleelluneSGmaille IeClipdangerclw;duilfanoirdesLouriers.AinsiIe bon'peupledemOil paJ'sc(mlinnclediaLogue etel'lleldeslurieuxdechafnelIlcnlsdel'his/.oire.1lresteit1ahantenrdesgrandsemJl1emenlsqnioIU;sonapparilionretenlissonle.surlasCe1le des 1Iali01ls lib reS. Cencndcll/lcommelasfaitsquil'existencedespel),pIes,'l erelwersellwntdndiClalellrigllOril1/r,EliaLescot,a 1I1ISenS, IllIeporteepolilit[llecollsiclerables./lIlia'1Iifesw pal"desslJsLOul,lavolonledllpeltpled'accederii,linllollpeaumodede'uie,destfaunpointilllpol'Will"eli1101IS(III/resdansceojallflwl,IlOilSte1l0nsiiIe sOlllig1ler 'ardellL' melli, Jlonr qllecerlCiillsgrau.pe.111(!1IlsllCroublhillf: pas.Celleco lereclupeupleetsesI"11cinesprofon.de., tiaJls fes ljuillze derlli;'resa1lJleeS,qui0111elCsurloutde.s(/II/leesdeLESPEAKERHERARD50.obodolIars. IIae"gitcecreditdit-ilpourfraisdepolice.* **...Q::'i1aimaitles/auriers,ceMonsieurLescot,commentva-toil faire puisqu'il11'amaintenantquedesepines.**.*Lesmanifestat.'liSqui!!esontderau. lees1asemainedemiereaPort-au-Princeontpermisdevoirplusd'unsousleurvraivisage.11yaeudesamores,deslachesaI'ecole,dansles bilrellUx publicsetsurtoutparmilesontessayedeparalysernotremouvemenLNousattelldo.ns16momentopportunpourlesdenonceralaoconscience publique.* *.".avonsapprisque1a maIsondeLou-louMarcItand.'cetanimateurdumar che noir,aetepilIee parunefoule ivredevengeance,specialementdelJOmmeePeupleCSouveraim),* **.., avonsapprisqueles detective!JLa-fleuretl\!lagnanontetearreMs.** *.Noussavonsquedeuxjoursavant,sadecheance,Lescotvoulails'enaller,avec**...avonsappris que l'atelier deL3.-fleurundes",chiem!:>de?MonsieurRouzier11 eteCIemoli.I1'11'enrestepas une pierre. IIestdiftici/e,auIendemaindeslourssansla participationherai"que desetuinoubliablesquenousvenotl.sde.vivre,diantsalal1rtJve,11"destindupayselit'deserappelerles cOmPortement!!Metout autre.dont1agrandeur temoignedidavitalite*.spirituelledenotrenation.cependanl,*'".LesetudiBnts haltiens, viennent par s'il [aUf,parmilestemperamedsquiontleurconduiie, quiaefeadmirable,deetapendantlespeouver aumondequ'ilssaventCequed'llOmme>tciter, unnom,nousparlerons;eestque d'apparteniraun'organismeaurisquedefroi!!ser sa,modestie,dupo,oulapenseeregneindependante,au pulaireAntoineROdolphe Hi!rard,quidessusdeladietatureetaU.machiaveUs-desles premiersmoments,acnantclesmepo/itique,alamaniet'i!de!!bandits (uneraillesduJameuxN6ran,Lescot,efcommeLe!!cotetsonamissapuissantevoixauservicedelaC*liberferet!,ouvaeetdela democratie. **UnbanentbousiastepourA.R;.'ierard,Nousavonsapptisqu'apeinedescen'un.'raifilsdupeuple!SalutaFrou_dude I'avionaCUba,l'Ex.;sousSecrefroll)'quidoit reparattre.faired'Etat,Gonttan'RouziE,r futacc1a-I=::::::::::==================:::::::::::::::::meRoides Carnavals.****Liredansnotre prochain numeraIecompte-rendu, pourIemoinscocasse,d'une entrevueenlrel'ancien Soits-Se eretaIre'deCarnaval,GontranRouzier,etdeuxmembresdenotre Journal.**'"etudiantsdifterentes[acullesjettentles basesd'uneFederationdesetudiantsdelaCapita/e.IILaRuchepeomeftoutsonconcotirs,pareirque***Len('uveau bureaudel'associationdesEtuai.:.ntsdeI'Institut d'EtIllIolot1Jeestainsiforme,President;Aubourg,Se ctetaire General,ReneDepestre, 'Secre taire Adjoint, Martel, Tresoriet, JosephBaguidy'RegnorC.Bernard,Iepoete d'inspira tion negreetprolMarienne,,sepresentecroyons-nolls,commecandidatalac(rconscriptiondesaville natale Jeremie.Bonnechance.**BientOt para1iraRythmesNegres>mcueildepoemesdeClementBenoit.GOllJ.'l1eonIecomprendbieT,l,cespoemesneplairontpasaune'categoriede.gens, mais,noussommescer/ains qu'i/s trouveront desresonance/>pt%ndesdans/ecoeurtIe tous ceux'quipartidpentdela brulan/e tragedie de notre t::llecfiv.ite negre.Et['auteur auraat.teini:sonbut.UNENOUVELLEEXPERIENCEIl)uitc,IeInassises nouvellessurles f('lndationspermanentesdes for.:es populaires. Jeunesses sociaIlstes, Jeunesses de mocratiques forcejeuneetvivedupays,runionsacreecontrelabourgeoisie, con tre la conception bourgeoiseoupetitebourgeoisedupouvoir, est indispensable poursauvernotreHaYtideI'anarchie.L'oeuvredereconstruction exigedechacunnousplusdecourageetunsensdudevoirpatriotiqueau-dessusdetoutes compromissions.LeBourgeoisdoitetrepoursuivi, terrasse, valncu_Pasdetrevea l'en:Jemi.MortaI'EspritBourgeois!LePaysi,ltrop <;ouffert de ces salopes superbes,deces messieurs it faux cols, quidilapidentI'avenirdenos enfants. NOlls J'e voulonspasrecommencer I'ax perienceduBourgeoisaupouvoir:Nousn'entendons plusetrelesvic timesdelarapacite,duluxeindecentetciniqued'unesoixanttlinedefamilIes. LePeep,enaltiendoittriompher; Sesinteretsdoiventtriompherjils triompheronb<;?uenotreRepubliquesoitpermanente, t6tale!L'Enllemi'<;tpuissantetnous sUiv.ellie. Unissorts-Ilouspourunevietoire totaledelaCausedl.1Peuplel'Quelanouvelle E}xperienceduvoirsoitceiledupeuple!VhfeIePeupleHaitien!,VivelaDemoCT;1tie

PAGE 18

Dli eteu; flIEODQrn BAKCR en (if RENE DEIFSTRE Ruelle Ry No, 32 PoI-an-Prliic, linRi, PItEMIEItF NNEE No. 5 3' :' k., 4UI i 4'W.iJSAMEDI 21$ JANVIEK UWI '3 Orge de a Jeme Giatkrn Cnpitale G. lift) pu' nios t. L50 par HEBDOMADAIRE POLITIQUE ET LITTERAIRE Sourent la tte qul iecle le feu bonillant de In Jeunesse confribue plus cflieaceineiit an bonheur de son pays que In tte froide ci. exprimentc dci vicillard qui teniporise dans Ics moments o 7i tnuh'it seule est de t,ise. A PRUPOS DE LA QUESTION UE GOBLEUR Par Max 1ENA1B EN GA.i?iDE PROLETMRES HAITIENS Par JXlber L. ROWE Par Tli&odoe F,MER Le genUeman-CanthriojjOSWALD JO JiN I3RANDT, rec)eur et compj,c d Lescot Dani (IUCI(1L1CS moi.s, Ic peuple 1iapenpip. C Eont eux qui out onvert a thins le vol classique des biens aI1emands doit Eviter Taborder Ia question de ecuprocdera UL elections t1e sos ticux battants les cofIre-ojts publiques tr mis en accusation et dctou aux ordres de In ation leur consUtue Un acte de 1lchet uric inancat-ajrcs. n s'agit maintenant plus a Lescot. attitude aaD-patriotioue. C. a'est pas quc jainais cm in inettre en. garde core Ce TI'est pas ui politjcien mais cm nne question de bas etage, n'en dplthse tai's ses ennemis d'ljjccqni3 camoufls JO SUiS Ptirtian duii nettoyage mdi.simple Pre de fanijile patotc qul vous aux thonntcs gnsD. A la Iumii-e d'une derriere Ic pOraver3t commode de In cal. Le pQchahi gouveruement dcvxa pane3 et quand je vous dis que je suis doctrine devzit !iiquelle ne rsiste on'Doeral, veulent encore avoir cm couper los pouts i In traditjo' In. coT Pi'e de Six Garon; e'est--dire corncu_ne gymoostique ictellecW&Je hourIa Cbambte pour jeter h Pcrrive do 1,0 .Jipation bien Jo me ttouve directement intress geoise, anus essayerons d'tudier mcpa3s dans 1e bras d'im auti Lcteot Ancricaine, ci rcitrer (jflnjtjvel)ie))t dans Ic DEVENIR ds gulrations qui cincement cOtte cp.Zettmon o no peRt en c'andidat i Ia prsj: JCS VOiCS de Ia Duocrntie 11.6db. montent. reconnaitre quiia rnW$isth hltgrat Les que Jo dnonceral en teinps opCe n'est ias ur rien quo In jeunesse Proltare haitiens, tes-vous bien politiciens, lee tcns par une ignorance poxt avee tlerrire cue Ic pecipIi baYticu tout stirs que In RhVOLUTION que vous ngressive, les autres par un cynisme dL coupaJle envcrs in Na (I'3lici, a mit Ia ri'nIution ilu 7 Janvier. venei de realizer si dignement ce 12 goltant, ot trop abuse de cette arSoi'3t pas tacit Ics cornpre, do Lescot ne (lOiVCflt picis Janvier en cours ne l'est pas en vain? Iue oxcellente, manatee de perdre son dchti. Le Gontrais Ron-. mottLer tur In scene piitiquc dii pays Proltaires haTtiens vous croyez .DE efftcacit&, pour qu'oa ii'en pane pas a Abel Lacroi Vly Tiibaud of il faudrait desesl)rcr 4u sauvetage ONNj FOl ivoir dtrnt in tyran gcieule ouerte. consorts ifont que les valets d. nationl si culeiuent an dput ou un fasciste pillard, vous pretender 1avoir Pour uou, Marxistes a question de In cause dir vol. Lescot, ii fnt de I'mieienne Clianbrt Sort bouscul hors de cette terre sacre do coflldqr no conduit pas, ina1gr toutes le Sziit ehosir sos collaboratenrs victofleux aux prochaines elections lDessalines; mais vous comxzettez l apparences du contraire, au conur des Jaina thins Ic )non(ie na cxist unc Vis1atjve. Un dputc pourri pout. pour. votre pius grossire erreur, c'cst pour,'ir toutt une Chrnnbrc. En dflnItif ii quol je suis rena vous affinner Id que problmes soclaux en Haiti. La plale est gangsters u$si parfulbien plus profondi. Quo 'on ne so me, Lacroix, Dartigite pat & fUtt aux idtes nouvelles (lOS iioxmncs LESCOT ET TOUTE SA BAIrDE Soit prenne. Nous ne perdrons pas tie pi1lae tic in caisse publigue de nouveau encore parmi Vous. Oul, lui et in bande vue que Vnspect de notre socit offre et actits fonctionnaires. MaIn les (cLa Rue1iOft porte-parole do Ia JejisOnt encore pIants au scm aame de des difficuits d analyse uo nous no enisailies dj meutries3 sous Ia forvriuS coupahies, cecc qui oat permis, nesse, enend continuer a dfendre Ic rencoxitrons pas gnralernent. La plus sacictifl lea exactions cia chef f'eupie. II Ic dfeadra fouours. Ct Si Un' me Ia ius daugereuse et Ia plus cynigrande partie do In classe privilgie so pendrnt plus do cinq aus, cccix gui autre Lescot arrival. par inniheur trouve couverte par relement multre.. pour devoir do crier gore, ceux pouvoir, cette lois-cl Ia Jeunessa ci. ic Oui, Lescot, sa famille at toute sa Sur notre problrne de classes neat so dcvaicnt dnoucer Ic monstre ci. s.s Feuple iie sortiront plus clans Ice rues Suite Seront princirernent entretenus effer Ia questicn do culeur. Aussi, accolytes des leur premier pas, cc avec los mains rides, et en lieu ci p1ac l'tranger pendant longternps encore comprenons nous aisment, quo des loiit sans conteste, los dputs et Ics des pancartes liriscs, on raniassera et PAR VOUS Jeunesse et Masse halment do Ia classe mayenne ds fascistes siters. Cc sont ccix les viais, los pcut-tre ties cadavres sur i'as3)halte. 11CflflOS3 Si VOUS otibliez un initant qu'il qui s'ignorent confonderit le terme boutjltis coupabics. Et quaiid aprs l'arriLhetcre n'est plus nux phrases, Ii faut importe de DENONCER 11 diaboligeois avec celui do multi e. Le bourvec an pouvoir tVun gouvernenicut ciagir. En taut quo journaliste ci. quo et non moms scandaleux monopole geois n'a pas do couleur propre. Qu'iI procdera en octobro piochain citoyen bulLion Jo cliioncorai i In consde Ia fabrication de Ti.sus de Coton soit vert, mauve3 bieu3 gris, ii dmeure LESCOTdRANDTBouEz, at dtruiall jugernent dc Lescot ci de son cabinet cictie nationale tous lea ennemis clu une lol historique ifaii1ibIe dans ic'ddo filon; je croig qu'il faudra aggran. pays quels qu'ils oicnt. te i'cuple re A TOUT JAMAIS tons 1s vestiges, veloppernent du processus ticonomico-sodir la selette pour faire un pen do place m'approuvcra ci. j'aurai Ia satisfaction cc qtii est souvenir. tout cc qui est, cial, que ses intrts sont irrconciliablea Ces messieurs los dcputs ci. i snad'avoir rcrnijli moo devoir de journalis. dis-je, reprsentatif de ce rgime infermont bpposs ii ceux du proltaire cot tours. Cc coat cc. inessicuis qui ont to ci. do incinhrc do cette coinmunaut aol LESCOT-BRANDT-BtDUEZ; l'un tre abject quI n'entend pas rester a la commence ics pc emiers a bafoner Ic haltienije qui no doit point p&ir. n'allant Jainais sans i'autre ci. vous saplace quc iui a t& assign4e par Ia provez peut-tre plus que xnoi, l'un est son vidence Que le Ills du proletariat corn Agent et Associ, l'auh-e est son Prteprenne done que le bourgeois noir n'est norn, associ at encaisseur. pas plus son frre quo Ic bourgeois muProltaires hatiens, toiis -les biens de ltse, et qu'aprs tre bombard a Ia Lescot & Co. sont confis(1us; mais estChambie avec les doux et gentii.a Ce que le Gouvernen-ient Militaire do Ia luments de deux cent cinquante dollars, le bourgeois noir no pensera plus Revolution a bien pens C dnoncer imrndiatement le scandIe du MONOPOa 1w La peau reluisante comme un LE DE FAJRICATIQiT IDE TISSUS DE CTONLESCOT, ERANDT et chapeau do soie, ii roulera clans sa somptueuse limousine, insuitant indJa EOUEZ Est-ce qUii a pensC C Ia sCcemment Ia misCre abominable du peuquestration do In FABRIQUE IDE TISpie Non, le bouigeois noir no pensera SUS IDE. COTON LESCOT. BRANDT pas au fils du proletariat, ii embrasseC ) DOUEZ. Est-ce qu'ii a bien pease a lapra comme toujours ses complices roses porter I'arrtC autoriant Ia Socit, ot f paldrits de monopole, cede PABRIet syphilutiques, il entretiendra avec l'areflSuite confisquer le mtCrlel, puisque gent du peuple, des maitresses Cdentes, des mulCtresses dfraichies do seconde main. Lorsque le monstre noir bourgeois QIJE DE TISSTJS DE COTOI\ devia VETIR TOUTE LA MASSE DU PEUElicLescottranglaitlaNatfon a coups LE ILo \rtkiL do contrats ot do dcrets, qavons-nou hi cou. A PLE, Soit 99% de TROIS MILLIONS d'Ctrs, livj-s piecis et mains liCs au cynisme de CES GAI'GSTERS de noto vu? Des ilotos de toutes los couleurs dana' LE FL4IP dE c,hle&.s. j riet publique. ser in dense macabre do Ia flagorrierie )3c,i' autour du grand BSudha. Qu'avonsEst-ce que Fun do Vous, concitoyens, a noc' vu em.ore? Les bourgeois de touLtJCIEN MARCHANIT, alias LOULOU djC pease3 quo tout ce quo Lescot & Co (Vofr 35i15 pagC 4) coniiilice de Gontran ROUZIER, Sons son viai visage do voleur rCcidiviste. ont dft rCahser do biens et d'argent au '-3 Jcsulsparti!.un d'ullndto;yngcrtldi cal.Lcprochuingom;CrllCl11CntdevracouperlesponLsnIa iradiUm'UtIcolinaugurcea'I'arrivccdel'O..upatioll"Amih'icaine,cfl'cnirerdcfinitivclllelltdUllSles"oiesdeIaDCI110Cl:"LicRCclle.Cen'esipas!Hiurricn.q,ucla jeuncsscavecderriereclIeIePCUII},6lIamclltOlltentier.u faitIarCYllluHoiJdu7 Janvier. Lescompcrc!,deLescotHedoiventplusmonterIasccnepolitiqtle dll)lU;YS,eti1f.uudtaittleseSjJCrCl'flusauvetagellatiollul siseulementundepuieou"tillSC'!l;lteurdeI'rUJdenneC:lmm1ll'csariUltxprochaiiJcs. elections Ie-pen pic.CeonLIJlL'Cquiontouveri11deuxbatiantsles cofl're-fods IJlll,liqucs11LCSCQtPar'l'lIeodoreDNGAI:->DE'......:.-"".,c."PREMIERE ANNEE -NQ.5SAMEDI26JANVIElt194.6Dh'(,'Clcut;ellCllef:UENC DlWHSTHl'; Adresse:RuellcnllYNo,32]'llrl-all-l'rillcl', Halti.DAReRCllpilnlc.. .G.l.01lparl'rO\'illCC -_G.1.50POl'ParMaxl\lENARDPEqJPrLEHARTHEN,SOU1ENEZ1.COAPROPOSDELAQUESTIONDEOOULEUREviter <:l'ahorderla'questiondecou leur constitueunactedel.)chete,uneattitudeanti-patrlotique.CE.n'estpasune question debasetage, n'en deplniseauxnonnetcsg,msl>.Ala lumiered'unedoctrinedevoutlaquelteneresisteaUcune gymnustlque intl"llectuelle bour geoise,nunsess(,\yerdnsd'etudtersuccinctement cclteQ1.l.e:ltionoil.nepeutsereconnaltre qu'nn-rnnr-,cisteintegral.Lespoliticiens,-lesnusparune ignor.ance agressive, les autreSpnruncynismedegoutant, -O:;lttrepabuse decetteatme excellente, menacee deperdreson efficacite,pour'lu'onn'enparlepasitgueule I)u',terte.PourMarxistes,laquestiondene conduit pas, malgre touteslesapparencesducontraire, au coeur des problemes sociau.xenHaiti.Laplateestbien plus profonda.Queneseme-__.._'..l..

PAGE 19

Pue 2 e L A It U C Ii E Coors des cinq longues unaes do P.dlago ot do March noir, n'csl qu'uno goutte ett do cc ue dera personnellernent lul rapporter rnuiuelleni t'fl cOtte con ,inaeon n chinelicpie d iVlnnopole Lescors)Bmadt I3oue to p1u cruel et lo phor seand4deux do tuu los crtaes et scandoles do r gune Lesce3rsndtI3oe sans fturu mcntion dun multitaL Lutrci sghs non puhhts, tel nopule oCtoyd a tous les ttehteurs & Cal Cerise pour compto d'u Oswat J. I3randt par oio d'mstIucl3Ons is dwectemeat aux Agents agricole doe diircrs"e regions a-oduotrices (T.rimgages doe spctdnteurs de Fetionvdls. ICenieoff ceO.) l'ibnii rous quciqeic rubnqu': br' no. tr.o.rt cm pr)tc-noln que cc soit. votrc kiIVOLUTION do 12 wr en or aura etC coriipLtcment VAE. ot .is fii do coinpte vou aurez bol cc bien pordu L txrtie ci Ia sc-andaleu et macCclique :onople LESCOT-LRM'IDT-I2OVEZ pour s Isbn. caPon Ct ente des Tissus do oston en cc CANCLR lzdssC clans lee eniradlei do PEUPLE RAITIEN IOUT ENIlER. doit Continuer a rortgei' Joequ'502t os cette masse dja avilt t dsesprement pnuvre ccix souls profits do LESCOT-BRANDT-BOUEZ. Prolotan as Haitiens, en attendant quo Is NATION soit pr&e a mattrtt en tat LE GRAND PROCES DR LA LIQUIDATION do rgime nlaste ot barhrire LESCOT, ii importe quo le Gouvernemcint Militaire issu do Is REVOLUTiON prenne toutes les dispositions conservatoires ncessaires divant rduire nant tdutes le actirits :nfastes des Agents puissants du rigime LESCOT, los conserver TOUS en lieu sin pour quo Ia thehe do prochain Gouveinement dci PEUPLE soit griindemeat facilitc ProlCtaires haltiens, vouloz-vous un SIMPLE ECHANTILLON d cette vastci cultui e bien organisc do SCANDALES ET GRANDS VOLS CLASSIQUES? Eh bien! tenez l'tlsine do Saint-Marc pour Ia fabrication d'huile do cuisine, mantque et savon de lessiwe qui valait AU MINIMUM DEUX CE1TS MILLE DOLLARS (200. 00(1.30), estimation dont l'eeaetitude pout facilement tre contrlc par to Gouvemnement M ttafre Roiutinnnaino auprs des gens totalement rioutres et 'y connOissant, tels Ingnieur Claude, Ingnieur Miranibeau, M. Woolf gui habite a Saint-Marc et connait bin 1'Usine, M. Joanny Cordasco prCpiitaii-o d'usine, cette USINE DE SLMARC vous cbs-ic, a t achete par l'AssociC do ELIE LESCOT, un nomm OwaId j. Briindt, pour combien pensez-vous.. mais vous atlex nire, bien sftr.. pour Ia scandaleuse somme do TRENTECINQ MILLE dollars ($35.000.00) d'apr cine information du Nouvelliste ciont Jo dens une coupure, alote qua Pnventaire des outfis seulernent cusOit dnq mile dollars ($5 000), quitte a cetis Maste en guenille do rembourser le solde en temps opportun a qui de dtoit pour tes beaux yeux do cc CRIMINEL d'Oswald John Brandt, at, VOIJS CONCITOYENS HAITIENS woos ayes le courage de nrc2 mais 11 no suffina qu'une petite enqufite do 5 mir tee pour constater que Les USINE CAFEIERES do PETIT-GOAVE lid sont acquises peut-tre dons do pues coiditinn et Ia 1'Xasse, devra peiner longtemps encore popr cc VOl classique do biens al letnands squestrs au mortanc do plus do Detix Millions do dpllbrs; car no Lie Pays n'a aucuna reclamation officielle contre t'Allernagne veit0000, et cette valour rec eat at' comlite du Bureau inter-alll des Rr'p.irtions do guerre contre l'A1lPar Joseph L. DEJEAN milgac. Prolotairos hitiens, vous osez adIl cit imposihle do priL t ICc qtfun individn pareil circule ennoun cii & se5pnimer li.i, onisi's Cronomiques toOt en are thus lee Rues de Pqrt-au-Pnince, nestaut duos cudret do t e payer Ic Itixo do so frotter les cooetipitalisiues, STALl NE ly .wc la HONNETES GENS? Sans, aucun doute, Oswald Jshn Lrsque, vens Ia fin do inai 1930, Joheunter lit pierre d'achoppeinent: Jo 3i ancit, pour participer It ces GRANDS seph Staline prononca son premier cbsprofit gCnirneur do tous le maux. aLa vOLi CLASSIQUES comme mecCleur, cours cur Jo plan zuinquonnal et qu'II eut cause des crises Cconomiques, a dit StaI do .0 prslable oorrompro to Chef do fl l'occent suiLa contradiction morbiline, lout' earse initiale, reside dons Ic 'Etat dm lo ploin Oxercice dO SOS baadO gisant aU coecir do l'conomie caitaey.stme memo dci ctipitalism. Les on.s functions Dr cot itne sOns ectuInto, le moms intransigoants'des advergines profondes de Ia once i) "e troui1e en 3' partic.isnt. sot so doutcit saines du socialisme, comme Is paitivent dans Ia contradiction qui existo uor q'ii ;'C5t icdti coupgble do beux oe los plus tonvaincus tie cette doecairo ic caractCre social do Ia produc:ic. F'imi.:b's per lee Lois Haitiantrine no s'Ctaiant pits reprCsentC pouttion ot Ia lorme capithilsie de l'appro. 'cc: 1 ) U'LtvOir corrompu no Grand tout Is pOrtCc do Ctte observapriation des bCnficos do catte produc. .. -, icL .nmt' Public risee leplein exer$O L5 deralre guerre, prCdlto d'ailtoit. Voile qu! est net C absolumnt .1i,OS iuUtc fonctions (2) clii s'tre lour dens Ia mnic circonietance par :t .bJi. 'i'ioLitu Cospike ot Racdleur. I 15 l'tSder soviCtique cornme I'une de Quo des grves Celatent a present un Pi clatnirce haItkns, d'une scale pierre, I oouciquences inlttctables des contrapeu partout, dies n'expriment que les :tttu 'p-:r tcCe DUX GZB1ERS DE I tOttCiiS du capitalisme, a prCsent dCfiprendres manifestations d'une cnise qui .UXE, Rile ous dCbarrasse do 'Fyra I nitivemoni Ia dialactIque du lninisme doviexsdra plus aigua. Et Ia rsistance -Chard LESCO1' ct vous 'rocure votre CaIIiIIen Comme Ic ia&ileur instrument do patronat aux lgitimos sevendica3EULE CHANCE LEGALE do mttre I qui pormette des previsions infaillibles dons ouvrires, bien qpo celics-ci soient a main so collet do son ruse Compre I dOSIS to gouvorniement do ociCt hu-J modrdes, no s'appuie, en definitive, qu' )SWALD JOHN HRANDT le mainsJfl05. 10 conflit dont nsut no somj Ia structure d'uni systme supnieurelane to sac. nuts pas tout a fait cords, a tC on no meat injuste et inlumain. I.e conflit do Eb! bien aViC metres, votre. Ctoile a I O rCptera jamais assez l'aboutisIa main d'oeuvre et du travail menace ,li, et OSWALD JOHN I3RANDT doIant normal do In crise Cconomique I do s'tendre ct jette dj dans Ic dcrc Ctre jug comme tous fec autres sogui confronta Ic monde occidental clans sespoir Io gouvornement yankee qui dCours ot coupables danis Co GRAND les anneos tie 1920 et cellos do 1930. Ii sine hter sa eReconversion industriel'ROCES DR A LIQUIDATION Di) ma apport aucune olutin. Au conIe.s EGIME i: tSCOT-RRANDT-BOUEZ I traire, problmes rsoudre sont doM. Truman tait certes bien loign joe Ic1 Gouvarnemont du Peuple me-1 VCflI4S plus urgents at plus tragiques. do so douter do pareilles difficults en so mera avec toutes lea nigueurs en see poliCar In guerre n'a etC qu'un effet d'une laissant substtuer M Henry Wallace no's constitutionmnols. I Cause qui .o I survcu: Ic systme capiI Is vioc-prsidence des Etats-Unis du taliste do l'Cconomie it quoi s'accrochent Nord. Cette ordination lactoralo a IaPrcilCtaires hpItiens, vous oublioc d.eI a ce cynique rejcston d'immigrantc dsesprCment contains pays. quelle des politiciens bourgeois ne fuL'Cvolution da I'cc.nomie bourgeoisa. I rent srement pas trangers, a valu chou cur notre Terre hospitallre, l,ar l'strulification du profit insatiable l'actuel Chef d'Etat smnicain une bian lusux, cc nianier a ctte fine fleur halI ienne d'uno de nec plus anciennes faIa technique des mochines) par I redoutable chance cello de succCdor a nilles, pour, de'.'nu riche, l'chanmger l'extonsion iinprialiste (corollaire nCI'un des hommec public les phi luci. ontre une Blanche..,s O'alcI John cossaire du dCveloppement illimitA do Ia des et Is plus considrables de n&re 3rcrmdt a emplciyC so vie ii l'acssement production), coitta, de 1914 19 15, Ia temps: feu le Prsident Franklin D. nCthodiquo do cc grand titre d'aHaiIa Jouissance entira de Ia vie Roosevelt. de millions de proltaires. La malaise I Sans doute, M. Harry Truman fait-il ion)> tant au point do woe public qua alla s'accentuapt aprs Versailles et le I montre dj de parspicacitC ct do seas mice. I phanisimsnisme ou Ia mauvaise "clun i politique en cherchant de bonnie foj des ProlCtairas }IaItiens, cc pensonnage ds homrrmes d'Etat conduisi'. ii Ia ccssIutions nor problthos ouvniors qui so )*zarre et ros, enthnt qu'il est inattentastrophe do 139. I posent decant Jul. Mimis ii y a, en vnit, tument bel at bien pris, conime dit Le chmage tie l'entre-cieux guerres I on honrzeur pau enviable e auJour'anglais oAf the end of his ropes, et ronaitra beaucoup plus a gu dans ces d'hui 10 chef d'un pays capithliste, La levant 'oien jquemsa DERNIERE CARjours prochains. L'habile des bourIgiuialon du travail qi"! propose rE essnyeridais en vain bion siir I l'chapper Ia Justice vengeresse de la geois OflS qul no sonml ja,nais a court soulve de vices critiques; ses do mossoum-ces leur suggre:' d'insitions cl'nugmentatioa do salairec coat 'atOn dobout qul I'nttend, dCfie cc peur.ombralles movons pour retarder l rejetes par des patrons. Ii act certain 10 indCfiablo quant a present, en prof tm-me fatal: I revolution mondale vors que lee ouvriers, persuades de Ia lgmtmlamant avec toute cette arrogance cynilaquelie nous marchons, pousss par I mite do buns revendicatioi ne ramjue qul l'a toujours caractris, qu'il fatalit& irrsistijile et libratrjce. La I neront pOs le pavilIon do Ia grve do. 'engera Jo rgime LESCOT-BRANDT capitalisme doit ou so suicider en renonVflnt I'intransIgeanco do leurs exploi3OUEZ en nous imposant par Ia puiscant flu profit, ou so rendre. I tours. Le niouvement de suspeismon du ance do son argent, Ic rgime LIAUOn souvient que Ic sentiment, Ia I travail fera tacho d'huiie sm Ice dinrAUD-BRANDT-BouEz pine que certitude memo do l'invitable dfaite I geants des onfreprises imnienses S'ent'autre. do l'Axe fasciste, a permflis aux princiI tent a gander par dever eu Ia pci Proltaires haitierms, serait-il possible paux Etats capitalistes, en considrant leonine des bCnfico5. ue Trois Millions do Petit-Fits dos I'avenir, d'onvisagor une rCforme evenJ Quo sortira-t-il immCdiatomiiant do Dossalines so rendent indignes du tuello do tour systme d'conomio. NaI cette situation? On no peut Jo dire d'une cm-and nom ciHA1TIENs on ayant reI. turellemnent 11 n'Ctatt point question d'afacon certaine. Il oct permis copendant omont pour do to PUISSANCE DE bandonner los privileges. Loum-s tlinicia rCaffirmer, aujourd'hui plus que ja.ARGENI' de cet Ennomni Public I dens so soot puiss C chercher uno I mais, quo le capitalisnie est condamnC. umnCro Un? Nen, l'argent dc cot Ctra economic sans chmage, distincto du I Toutes sos mnafloeuvros, toutes sos argume pout avoir do puissance pour nous socizulisme, c'est-C-diro on respactant I ties no 1w serviront de rico. Cam nien no maItieris; i'argenl do cc cniinbmol 5TT0 roligleusement I'intouchablo otabem, lie movers d'uno dCfaite fatale, La paix cant est entmLchC do SANG ROUGE du qu'ost Ia aptus valuo,a Los tantotives I do monde est d'i1leurs a Ca prix. C'est Ia ?EUPLE TOUT ENTIER ot cui devra faites dans cc seas aux Etats-Ijnjs du I seule solution. Le proltajro la prondra Jaillir cur Jul ot sun tous sos Enfants Nord oat t amissitt ontrepnises qu'a.. 11) Cello d l'cmitte-cleimx glories gui cit usqr". Ia quatm'iCtne gCnCration. bandonnes pusqu'on n'a pas tardo a so I k mm,s,uu, ,,,,tn,,a'I,.,; Pnoltaires Jialtions iii vous hCsitez, eul ja me charge do rduine C zero co oIoe do rien-del-tout, dussC-je en vor;u do mes droit do citoyon, presenter Lox nouveljee Chambi cc Lgislativos Inc roquete dons on cons junidique pun t los obliger C agir au norn de ma Pario viLie, saignCo C blanc, Pnoltaires, e vous Jo rCpte tine fois ncore ot trCs smncCrement; cam j'en ais tm-Cs long: Si cc porsonnago myscaI riaux Oswald John Brandt n'ost pas mis immdiatement en tat d'accusation ot sos activitCs louchos totalemont rduitos C zero; si to muonopole do Ia Fabrmquo & vonte do tissue do coton LESCOT-BRANDT-BOUEZ dolt fonctionnor coos quelque rubniquo quo cc soit, atom-s vous n'auroz plus RIEN a esprer do notre Pays. SUICIDEZ-VOTJS, ENTRE NOTJS LCo Pierre, dtudif halt ion do l'his&tut cl'Hamplon vienf do IecegQir d'tmn ,ouvernemormf dtran gemdorif 10 item n's st dt CUIi Jo sOnmme de 25OO,0OO do!art pour troj.s rdccn j inventions qul oermottent de perfect loaner Jo mitral!reuse On croit quo Jo cornpjrjofe renfrero ientdt en Haiti. i, COUI'Sdesdnqtonguesunne<:sdePillaglJetdeMarchenoir, n'cstqU'Ul'll! gouttl!d'eauii<:ilt';deCequ(;'pn!Sonnellament lui mpPol'tt'1'nnnuellemtmtcette com;)illa:son1l1:I{'himtHiqul.'deMt'lnopoIeLcscor;,BI'afldt,Boue "1c'plus: {'rueletIe;phl>lsc,lllda!<,Ul,deIuusles ,,-runt'setscnndnlt'Sciurq:;;ime Lescnt-Bmndt Doll"":$,11Sfuin:mentiond'unqmultit1,.l(1"scmuhl"snonpld1!i,>s,tel1em.llflflO!','Qc/oyeatollSIe!'dt.'Cafc-C!.'r1s'.'pourcompted'u:'lOswaHJ.Brandt,pal'voil;'d'insf;,uctionsp:,lSdirectt'ment au." AgentsIe:>des:n;(;:"ms\'l'oductrices {T,:r,1oignagf;s des sp;'c\.lIuteursdePi".tionvHle,!{",ns<'Ofi('11".)Protetaires Ha'itiens,enIaNATIONsoitpreteamettreenetatLEGRANDPROCESDELALIQUIDATIONduregime, nMnste 'It bllrh:1reLESCOT,ilimporteIeGouvcrl1ement Milituire issudef1aREVOLUTION' prtlnne toutes lesdblPiOSitions conservatoires m'icessaires dl!vant reduireaneanttoutes les actilritEls:nefastes des ,Agents puissants tiuLESCOT, les conserverTOUSenlieusurpourquelatacheduprochainGou vernementduPEUPLEsoitme!l1tfacilitec. voulez-volisun

PAGE 20

LA ThUcIrE> Page 3 1ar Jacques LA COLERE III Par III1ji4F Messieurs, nous vous demax,dons do nous ceder Ia h:tJN:Ess] au oij1 do cette tombo entr'terre. Los bogeois percient plod ii fauf le ouverte de ROGL CATjv1Jq jurolis do re. Au cbn UI de voix casses quo vous Jo vous accuse tie paurlture nora1e, dire. On serait tent do croire quand je Ic faite,, r'pond Fdlrarn vengeur du cr des je chancn's dvotants, d'ulcres sumdS bourgeois qu'iI s'agit do cette ca. JCUI3&S floirhues: Non... Non,,, Non... so trnt. niar1Ia d'horrmes aux sol-disant goi La Jeunesse Hatenne, comrne un rtp2rcutant au quadrflI des villas. ac j VOUS accuse 's vols. de rapines, do et-sprits d1icats. Ls bourgeois ou bloc inrestructibIe, s'est lancc a l'nsdo (IC" muntagnes, au ventre gnreux jncu,s,ons, de crnie enfin, plus rbpucapitalis0s sont ceux qui dliennent les sau de Ia CtadeI1e de brigandage at des plAnes -xNon... Non,,, Non..j repond nans Pun qua 1'autre, tflOyCflS do production. Cette elasse niid'esclavage difie par Elie Lescot. Et rlio nouveai des dtermi"ations hisJo vous accuse d'trc de rodqvres. noritaire do cc pays vt aux dpens d'un partout, dars Ia monde, on est d'accord toriqrrs. L'horloge1 In vioute horloge dts znanstres mouvants, des macchab&es e0 cia nairs purs, affams at oppripour reconnatre qua c'est Ia plus belle iu rao,d nj onne plus, son ressoit est qur no comp ennent pas qua le temps P" citer tine voix am&icane. lcon de courage civique efde volontb ttedu, vou avtr beiu ecoitir1 reul le rt'eSt plus de$ Infrnies, des vjlene ilas classe bourgeose authentique. ftllCbie qu'elle pouvait donner aux dic:SI)Ufie IiaeLm. des jcunes hnimes tranaction. 11 est un fait qu'on no pout eentester La trteurs. bh' Ia sner t1ti silence. Nous. es jeunes Hommcs. nQUS xiaus monde ntier marche vqrs Ia gauche. In Mais inaintenant qua Ia premiere P1u rica pour vous. messieurs, lee onims icvs l y a quelques Jours, dbrCvoiutot st fatale. Rvo1utLn prolmancbe est gagnCe1 ournons Ia page. beaux jezms hommes rnt a forger Ia ayant tout sacrUiC, prets e trienae rbvolutoa cominuniste, rvoPrpnions l'avenir, ar l'ennemj est ennouve11 hnrlogo und cUe se 'rttra flQEr pour quo Ia libert vve Et ii,.us uton pour in 1ibrt conmie celia' que tore thns is niurs. Sans rCpit lea tera carillonner jaycusement, lea peuples triomph, alers ious ovens vu In nes venons de vIvre, at mtp ryluads embusquis guettent toute fissure sou!Cvernt icure anes, Its paysans fcjuiI. des pksinusauros, dea mastodontOfl nest Jamais dclenc1iee par lea nildais la Jeunesse pour &infiltrer at moianceront rians l'aube rouge, 1eur hide mamrnouths prihistoriques norits hailtalnes. Le chambardement culer Ic venin du doute et do Ia defiance. mir*uses fauelha, 1e otw' ers leurs trler leurs tronipes, leurs pattes at qua ae Ia CvoJutjon est toujours Partoui, on observe les moindres gestes1 tineelants rnatte>uL $'us In 1ucu1la at lcu xageoires pour iojs conqubrlr par une Victoire. VThtoire d'une majritfi las moindres paroles, les moindres attm1 martcar I horames nouveaux d'un gce. sur una mftioritr'. Victoire los foules Et d'aucuns, avec Un sadisme stronde nouvem referpnt t'histoire. Nous commas l'espoir du monde, et oppms, frustres cur le rmcanement vramnient bourgeois voudraiet perpAh! Mesieurs lea hommes vieu Vetok rouge qui luit au del d'oracle luxe cIa faste. tuer le scandle social at poirtique insd'Hnti, si vous aaviet comtho nous nous et nr cr seule boussole. Messieurs les AprCs Ia victoire zle lie noblesse sur Ia taur id avac l'assassinat do Dessalines. uoquQas do yes derniers soubresauts, cia Hommes Vicux, vous tes des descens'stCme feodal, la bourgeoisie franaise, La )eueesse, heurausemen; a compris ys dernien. mensonges, de yes derniers dants, vans navez plus rien C esprer regards btonns des royaumes t quo seule l'ljnion pouvait assurer la pesourires. 0 mon pays, vojiC de ceux qui nous sornmes des anctres et nous refeempires occidentaux a fait saucer Ia maerennitC de l'Oeuvre grandiose entrejrioat CtC ton opprobre at qui aujourcVhui rons le monde que vous ave,z cr64. qua des sentiments avaris h plus d'un 50 avec Ia marouche dterminatioi de espbrent encore quails dauseron. srnton Sur Ia route, C cheque fois que 'ous Mrquzs rumne et do comtes dchus, et Vaincre ou de riouur. Ii faut l'Uniori crne, glorieusement rCgnants et explolviendz un echo roulera cc vous endepuis lors elle s'et arinC du sceptre pour parlaire l'OCuvre. tents. tendrez clatanl cC et l rNon.,. Non.. a prCent au peiple sons une '1 faut qua thacun, sans considraPourtant lee jeunes homines dans mi Non...s et no poitrines font haie, vous autre forme. Touteles gueules taient tion personnelle, continue a sacrifier sursaut de dgot vous crient leur cono passerez pas. ouvertes, les gueules bourgeoises bien Pour que demarn nos jeunes 1rres nos lre. Messieurs, pour Ia dernIre fois eNon... 1S;n.. Non..,, eflt51X1u. LCS mains en conque, ii tait future fils soient fiers de none et puissenr =------.question de la misre du peuple, des voluer dens une ambjauce de puret droits de l'hon)nie et de tous les grands et de Patriotisme et ainsi nOus aurons mets de l'histojre. En ralit, ls forces rCalis un travail efficace. p RES II'EPIN GLES AVE RTSSEET hourgeoises taient dchainCes. Forces En abattant' un gouvernenient, au Cconomiques contra Ia noblesse. Ses Om d'un prncipe, nous n'avon fait que Charles P... art paraif-Il candidat bM Des rumeurs circalent que ties pollpn'ileges ne se tenalent plus sur une commencer Ia tche Ia plus colossale e Prtsidence. Laissez-nous riro! Lee lamticiens dCsabusCs et perfides, dont les rnlit sociale, historique, mais sur de Ia plus grave de notre Histoij-o. Sur le bis dont ii fut couveri aux Gonaives en maiuuuvres ont cousues malheureuse. viilles lgendes: lCgendes suranres, dos de l Jeunesse retombe une respon1930 sont prts. Nous t'attendoris petit do Ill blanc, rturaient encore jude dsutes, sabilit plus qu'euirayante et que des Charles, cette fois-ci c'esf foute Ia RePCtIPk C 10 rCvolte pour crCer l'anarLe inonde entier marche yers Ia gnuunites isolCes ne pouriont jamais endospublique qul prepare pour toi ses lambis. chie dans Ic ja's. Dc lois individus che, Ia revolution est fatale, c'est une SCI. Seule lUnion sincere et loyale, l eritent d'Ctre ,uis hors In loi, Ca; C cc j historique. conflance rciproque, Ia respect de tous 'K moment ofi Ic CoitritC ExCcutif MilitalL'Angleterre, le poumon du monde par chrrcun at do chacun par tous peu** re a besoin do l'appui tie thus les CJCcaptaliste a obi fatalement a cette lol. vent crer l'ambiance indispensable pour Ce chouclrou do rn6dccin qui await, ii 'raiieiit patriotes pour al,attre ,v a tantt queiques annes donna le SL besogne qui est considerable, ii n'cs La perti consevateur jusque ib puisIa rnthation du pays. blanc-seing do 1'affire de I'arsbnic OSt pat possible qu'unc poignCc do sent a cCdC Ia place au arti travailliste: Nous jouons une chance unique, cello parait-il prt a entror dans VarCrie lecviennent icier Ia panique an scm du parti socialiste. L'Angleterre marche d'intgrer effectivernent Ia Nation dens torale Pauvre coco! peuple qui attend dans Ic caime, les aussi vers Ia gauche. Dans la Russie les normes rellement dCmocratiques. fruits do sa revolution. Si ces polititsariste, le servage, l'escIavag taient Si .iamais, les vCreux arrivajent jeter .3* dens persistent dans leur criminels choses communes. Mais un grand soir, brandon de discorde dans les rangs Lo qistrlla tour a ia Jacquelle nus desseins, Ia portion same du pays deUn soir d'octobre, une foule houleuse de Ia Jeunesse, on pourra dire que le mandera aix autoritCs do Icur infliger jusque l tapie dans l'hscuritC des caPays eat perdu Et c'est l'IdCal carssC felt to plaisir de no pas nOus donner tin chAtiinent eeinpIaite. Le jays scm yes et des couloirs, cette marCo Eumaine par tous ces embusquCs lmpCnjteni-r ces comme promLi pour ce mors sa derniCdCbarrass de quciqucs crapules dc s'Clevait on ci ombe, coinme la prise do opportunistes vrolmenr cyniques, atm to limonade, to tome doux de Toussaint plus. Vous Ctes averfis, messieurs lOS Jericho, conire Ia coul'onne. t U-d. de rCCditer 1915. Ferineture. Le koI pharmaceutiqne :10 agilaleurs. sus des casques trouCes, des panaches Qu'nnporte les heurts, los froissepout lcn rafraichir sd gorge chaude dIoc4.nsanglantCes, sur le tee des sabres ements ci toutes ces contingences misCtorale I b.dchCes so eampa Ic Ills d'un paysan rablos do Ia nature humaine puisque EN IRE NO U S do GCorgie. Le peuple russo avait pris flour luttos pour Jo Pays, nous lutton -4. Nofre cher candidat b Ia prCsidence, M. Emile St-Lot ost Jo Directeur du Ic pouvoir, Ia bourgeoisie en furte. pour une idCe avec des mains puree, auguste potiron pourrissant, tie craint-iI journal eFlambeaus peru mardi derFont-il dire des maintenant que lo casine conscience droite et une intelligence pitaLsie haYtien est battu. II est plus lucide, pas do redevenir lou? Les guCpos s'en nier. Flambeau prend position, a gaucho puissant quo janiais, aussi devons-ous Efi tant qu'unitC C existence particuchargent abandonne ou tu redevions daz's Is bat aillo La Ruche s'empresse rassembler nos forces pour Ia lutte. La l,re nous scions balayCs par Ia tourbe lout Premier evertissement. de lui adresser un sa'ut fratornel, car Los rvolution est fritale, c'est une nCcCssi(C des vendeurs do paie En tent quo rddacteurs de oLa Ruches pour avolr .. 1 Procusfe, paroif-il (ait c!ientle nouvelie. MaTh no craignez rien 1 poison poison et derni. Nous attendons. On raconte quo Pierre but urte fois of fut Patil qui fut lyre.. Charmante hlstoire! DERNXERE MINUTE to garisIsir LESCOT et sa fanrille qui espCraicat tiouver un aile au Canada out rcgu ins dClni pour p11cm bagages; Aucun gouvernemcnt VPaiinent dCmocratique no peut acceptor C hCberger me tascisi de cot acabit!,,. rite los Chives de M. St-Lot savent bion iIswr1que. Los evcnernent obCissent smonomes,, noire serons une force unique son journal dCfondra avec acharneau clveloppement dialectique de i'hisfiCe, indestructible au service d'une Haltoira, ti rCellement dCmocratique. mont Jes masses exploitCes. Car C I'heuro actuello nous assistnno Qu'on no perle pee de vote rest reint au moment on Los masses prennont conscience do leur condition et do tours intdrrts, Nous evens rou une lettrZ. d'un citovon ties Anglois qu! dCnoice los adl is'itCs 10 'l'ex dCputC Hugues flotn-jo!Jy, eLa Ruchoa so propose do dnner publicitC I cetfe lettre. C on Cvnemoni. important do l'histoir mission Nous aliens croiser rios Cpes des iv-ilisations: effacement d'uno clase Nous sacriliorons Ia minoritC quel qu'en dcmgereuse traitresse: Ia petite boursoit Jo pti; C Ia grande majorit. geoisie, Los C1Cment s'en effacont, dispaA cette heure tragique o lee intrCts reissent ou vont comme Un grand affludes classes s'ontrechoquent, urrissez. nt grossir les range dir prolCtariat. La vous prolCtairos noirs ot mulCtros contre ligne tIe dCmarcati ye so determiner, les bourgeois nOire et multres, Formons on en tout 'u do cette intermCdjaire Un front rCsjstat, soyons anti-bourgeois. qui circule dans les ouloirs des peiqis Tk mainten0nt Messieurs lee buurct des inanoirs avc'c dnns lee mairi Ia gcois, nous avOns fthm. Le monde entier fiatterie et Ia ti ahison, inarche ver' Ia gauche. La Revolution PIuS do marchC noir, plus de comproProlCtririCnno inirxiinenlo. 'I 1':11.'.TacquesLACOLmmMeSSIeurs,Aucho('ur devoL;:casseesquevous faites, rL'pond rairail! veugeut.<1ucri des .. Ajeum:shommes:LNon,_NOllmNOll ...llsCTepercutant un quadrille d?s "illes, au d(,s des montagnes,auventre g6nereux des",Non,.Non...flummldc-I!o;!sonne plus,sonressortesttordu,voUsuvezbeauecout.t::r,seullesouft1"haletantdes jell."les hommes trouhI.' la mill'ausilence. Pluspourvnus. messieurs,11$bf'anxjeun"shommes sootitforgerInnouvellp harIog!',<'1.1.10Se. acarillonner joyeusement, les peuples souleverrmt leurs chaines, les paYsans lam:eront dans l'nube rouge, leurslumilwuses f:;udllt'tl,11:'>Ou:ll(iet'Slours etiul,'elants mattC'lUg.S.,usInIaucilleetIemartMuJ)Sllommes nouveauxd'unmende neuvelm referont I'histoire. Ah!Mcssieursleshammesvien...:d'Hniti,8ivaus.Il!lviezcemme nous nous moquons'CIevosclerure,:s soubresauts,devos dernie!''mensonges, de yas derniers soudres. 0 tuonpn:ys,voiladeceuxquiantutetonopprobreetqui aujourd'hui esperent encore qu'ils danserontsurtoncrane, glorieusementregnant;etexploitents. .Peurtantlesjeunesho:nmes dans un SUfsautdedegout vous crient leur ca:Messieurs,pourInderniere fois

PAGE 21

, Pa 4 (( L A B; U C II E _____________________ *-*-. NOIRE POSITION RALLIEMENT : Par G. A. BEAUFILS PJus que jamais ii est ncessiire de pousser Ce cri parc que certain grauOn se dernande av'c une graade irnpemei poIitques se rjouiraicnt ou ne pa1ience queUe esr Ia position que pren peut plus d voir a jeunesse se di'iser I dra La Ruche dana Ia bati1Ie lec. les grandes chosc quelle vient torale. daccompIfr. Mais nous soanThs 1& viAu hmthnafii cks flIo1flrII!S inousiPg( mi Pith,is Lgislalif. dolt nrnts De mauvases Iangues oat dj jet gilants, et nous Eaisons un appel enthou1)1kI13/e (JzU' le jays vknt de vivre, ii ss'rvir conime unc lzeurcts passib1ur bves ina1fasantes sur quelques jte I tov les I?nnts conscients de NC J(ZU( J)(s (JXe flous laissjons iwlre tiu (l(*fl'T IC pnq)1e, (1 lui (k. nembr de notre jGurnal. i Jenesso prolthrienne, pour qu'il.s (IJ)IUWk (a' (Ip(:sscflut1t Ct l'1upo,trer Cr!aiiz znulfazIeA qul, Een heureusemeat pour nous et fort se serrent los coudes dens une attitude roisue. SCJ2ifl(1r13 conune in foy2i' prss lre. J)C1U1WZi lies 'JIUZe V(ffiiTlaiheuresement pour e11es nous forcabre, conrre 1e manoeuvres renverhUll dnIr'1cn:L Au co,Urqirc Hous dc. tres dwi hi lunge (ICe cosupromis "' Ufl BLOC INCORRUPTIBLE et santes d'une bourgeoisie traque et disroiis ncherc/zer le clunat de la lutta, c(lIda1Lz1x L dt's iol re!c:z/ssan1s. '0 dMendrons avec tout la vitalit pose djt a partager entre une soixanea,llflw le St!ld caprble th maintenir wit hi ioups da ionloir 2t 7zOUV(au 1OtC jeunesse, les principes pour 1es tame de families les 1urier de Ia basuotre jerflJ)&(flZWflI ii prj;!zcJ c!it obZpnir ks toix des hwisitcs guns. quels nous avons toujours combattu. tine Lescotieane. Jeunes d'Hait, plus (1'(lk, ie t (1'(zgresswite... C'cst l le Le peupk ciurii les reconnoitre et se La ralit hitienne prsente un asque jamais soyez purs, conscienciewc CotflJ)DrIeflu'Jlt 1101111(l1 (In 1U1!1((I1I cIzorgcra lnt-iiztizc de hxzr iiifiIgcr pect trs sr1euc: Des grcupes des paret avant longtemps encore, s'il le faut le rvnlz,tion:zaire qul n'a pas ,xzbrashi iwle leoz:. qu'iis mritcnl. tous politique' se fornient On prsente faisceau fraternel des bras s'lvera pour s( SO V()COIIQIi par ii.ystIcisiiic oit par ciiis exrepLioii Junes ck mon pays des mamfestes. On lance des journaux. construire una Haiti prospre oii tous blue attire (Mformaliolz ,ne:italc former dcs quipes d'apoires, ci J)cOn agite les questions les plus pineules citoyens bnficieront de l'instrucritais daiui le bui (IC pQser Ms actcs n.6trz dms le q:rnrticrs popular3s, Oui, c'est Ia Libert. ti et de l'ajanee. !s.es praliqiws. A'ous iiwnotzs de (lelidons !& sctzIers tjui aboutissthzt nu Mois qu'on n'oublie pas qu'iI y a uric Vive Ia Jeunesse Unje d'Haiti. vJ er Ic peupla d'u monstrc qu vondlabrcnw:ii des C/l(Z11lIi)eS. pOU" chose par dessus tout qui rclame th tati liii raVr cs (lroiis 1 la lihcri, apporter aux ozwriers et (ZUX paysanS tres grands efforts et une endurance ENTRE NOUS SAUVER cepelz(Iant. CC!1X qUL sont (OJ)iS dwu ie n:e.soge (IC ii&iL., qu'iLs oucnsoutenue: UN PAYS? DES 10 7iitji (zJ/reiL (les bougs at des deni. l)itcs-k'ur, dans ,oire briulant MILLIONS D'HOMMES D'UNE AF. Vraiment iL y a encoz des vaadutui,ilr's bnficiei:t-iis dt' to Ii.croL. tjue lcur iiitris et ceux des FREUSE MISERE bonds qui refus.snt de se dmehra. Beb'ri (IC' izzaiger et do sausfaLrc a 1;ozreois soul !zit a fail coniradicQu'on nous pat-Ic de aoirs, qu'on nous nikiaires maipropres du rgime Lescotliurs basoins ks p1u urgeizts? NOI I toir, et qua Ia izzite des classes est parle de inulMres, questions des plus Rouzier-Thbaud, ces filous sont los resAToiis OVO1ZS (ju CC/IC cinquimc iivne lo mnInrezite i Ia struc!ure de ntressantes, nous rpondrons a tous ponsables de l'onarchie admithsfrailve,, l)crt qd c$L au4si si cc i'cst pa.' la socll captaiit. Duos Misr quc '' qui veulent l'entendre que: ci march noir at des autres scandales phs JZ('CCSS(flfl3 cello d.'expridw des piys oft /'irzjus!iC? us!. ci NOTRE POSITION DOlT ET1E quo nous aions au tur at mesure cMme sa pensc, d$l reJusc a (a ,,taSe, Criante ?! i''xp1oiiatiou th? l7iownze PROLETARIENNE OU NOIJS DIS noxwer k Ia c'nscience nat!onale. En at7fflI WZC JHiflOfltJ qui fonne icr bourpar l'7zo,';i si dsesprrxei'zi ILO7IPARAITRONS), car nous savons que tenda cas trzstes indMdzzs qui ne yea. geolsic IUtuIiC:?1ZC, sitppt C/C lu granI 1euse 13s lw:niie, (bat Ia COfl(litiOfl 10 valeth d'un homme ne se mesure pas i&nt pas ksitre ic camp sdnt averti zme (IC flOUl7COiSU' 1flier?UZiOflOh'. Jutmain cs s jreiilre. c,:treiienSOIl degr de pigmentation. Nous n'adernre foig. II ?:L done (IC iiotre chwoir dc dtei,t quelijac part en CILt-flt!1U3S ?LflC V0fl5 qifun seul but: La victoire de e I cadre. nriiie au periI de io1ro v hczirze froide qn'ils foul klateiinc ** coiinaissance sur lignorance, du vrai sur Jean t. Ejj cof)nue-t-jl a exprter IC proletarwt hwtit'ii. vu1ii?ne scuofr un de niultiples colres, laissont le faux du juste sur linjuste, LA VICles vwes aiimentaires aloi-s qae ic peu leirc do a :zclazzccL* bouigoi! de longs siI1ois da sai sur tout Ic DU PROLETARIAT SUR LA pie a fairn EL aujou, (!'1t7ii plus gzJe jamas Z in pereours de icur wigoissante 1iLtiBOURGEOTSIE. veilic des LCCjOnS, pendanI ciia ra Dits-1eur. qzw e1wqie Js qi:c' Notre journal est maintenant un jour* cwnJxzgn electorate qul baf on l'xtn d'eux aura rcjus de voter pozzr politique. Nous kiisons Ia politique. Cnfloflce qua Ic Comrnissaire plehi, act inonsc'nt oi les nnsses soul viz borngevis nwlgr zortes l oJJrc. noire politIque n'est pas faite de Gouvetflement d Port-de-Pah, quj eXpoSeS a la rapzciu dvotanie de ic dernkr. (wgmeIucwa las basses intrigues iii de r uiouflages. efle a Je maIhrur d'&z Xe neyeu du Brigand brgands da la busse poliiiquc, ii chances d vilr s'trthiir tht'z nou. est uiie prise de conscience de classe riJivre ces louts-cl a des mainnis TCVWI1!, J1OU$ qu avo:is pr!s po11112 diswcratie scicia1 re1le, cczpae a Ia vie de ehaque jour. cuves tres Iouches, bient& las cMsifioti avec logiquo et Iucidit de hl de fzira de toute Z'iuziduc dc ia Nous. savons trs bien que nous dethils. trw:oiller l'espr des futius voWii1s ('rre d'1I(tU un chant vthra!?f de VflS avoir Un gouvernement srieux -4, (laflS IC sens (10 bars vritablcs i,i travail, d ci:ltzire et d?a,nour. COflSCCflt qe ses devoirs enves la collecD'eufre part Jo magistrat communar tl &S. La campugna lcciorale, cnt tivit clout 11 dirge les death-is. que nous de Grand-Gojer et sczrbJa-t-il im petit heit rI'ti e Un terrible (iliel J)0111 tim Re11 DEPESTRE tertoas avoir un gouvernement qui n's seigneur Modal qui commet des exacjamais Tcni ses anctres ni trahi sa paLions inqualiliablas, at abuse de la ljonne A propos de Ia question de couleur trie et nous ne l'aurons qu'en choisissant foi des paysans de Ia r2uz. Nj !'ii les lomrnes sucieux de 1'intit du peuconseillons de changer au plus vite de hi 1rc i,tuc) pie. procds dans Pintrt de sa propre states les couleurs rivs aux intrts de nous cojitatons quo les portes de cerOn ne jeut plus cornpter avec les mebilitd. leurs classes garder un silence eloquent. taine families multres bourgeolses I mes valeurs bourgeolses abruties, dt. Non, Ia plaie d'HaIti ne rside pas restent irrductiblernent fermes au riorees qux se Sont r6vles francheA -1'occasioz de Jo mort surveaue a de cc ct Politiciens ignorants ou cybourgeois noh queie que sot sa fortune meat incapables dans ces derniers vingt /cmel de Mme. Vve Solon Orb!, niques, au nom de Ia Patde, degagez Ia OU sa cultur*, qua Ic proltaire, multre, ans. II faut recourir a une source nouGrand'Mre de notre Redacteur ez voie! Nous savons nous autres, qu'il y a Ia coueUr de son picierme dominant velle de pense forte et lucide. Ii faut chef, La Ruche 'tait fajt reprsenter les Haitiens noirs et muitres, exploldans les hauts degrs de l'chelle soda'i" gouvernment qul connaisse Ia vie par les rdacteurs Marcel Boni et Pierre teurs et des HaItiens noirs et rnultres l, nourrit secrtement des aspirede otre peupie et qui chassera dfinitiSt.-Fort Colzn qul furent l'objet des exploits Vous ne ferz pas, imbcitons bourgeoses et des prjugs inhvement Ia misre de notre socit. plus dlicates atten!ions des' families les ou mchants, d'un problme rents Ia structure cohomicO-sociale d iprouves. sLa Ruchea les remercie cond, un problme premier. Vous 'innotre pays. Mais vous me permettrez ENTRE NOUS avec emotion cc les prie d'agreer taurerez pas une bourgeoisie a votre de vous dire qua cc n'est in qu'une reDepuis quelques jours le quotidian veact l'evprassion de ses condolancer convenance, une bourgeoisie dondance do Ia demarcation entre lee aLa Phalanges pourruit one campagne s,ncres. serez plus a 1aise et qui ne sera ,pas classes de notre socit, redondance qui de dnigrement de certaines valeurs. ________________ moms cruelle, pas moms pourrie qie s'explique par a majrit de l'lrnent Thus promet tons de lui dire cc que Remerciements celie dont vous r&vez la disparition. multre dans Ia classe privilCgie. flour pensons de toot cela, trs bientdt. Les families Oriol, Dpestre, Gousse, Bourgeois noirs, vous tes jugs, vous Le noeid du probithe, nous Ic vuLeblanc maci que tour las autres pz-ents serez avec 'os frres muitres poursuiyons, nOus autres dens Ia repartition innos moyens d'action Nous entendons et all is atteints par ce deuil remercjent vis dans vos derniers retranchements,, juste des richesses qul nous vaut cette nourrir mthodiquement, scientifiqueXe Comit Excutif Militaire, La Garde L. problme a t jusqu'ici tudi structure sociale monstrueuse L,conomeat Ia lutte des classes, combattre Ia d'F%a'ti,, les Trihjnaux de Jacmel, seulenient dans ses grandes lignes, ii nile tant planifiCe, Ia question de coureconciliation des classes que prche Journal rTa Ruches, ainsi que tour ler nous reste encore dt4ceinr certaines fl. leur sara frappe infailliblement atix Ia gueuie puante des ractionnaii-es. anus Lant de Is Caipitale que de Ia Pronesses qu'il nous cache et dont nous reins. Les soubresauts de Ia bCte, les Que je vous le dise donc, une fois pour ymca qui, !'occa$ion de a double perte avons dj donn, malgr tout, par enavocats persistants "d'uae ciuse agonitouter apbtres de Ia reconciliation des qu'ils vieumet-ut d'dprohver en Ia person ne droits, tin aperu evident. Nous pai tisante, la r4ducation s'en chergera. classes, conservateurs immmoriaux Iado Mine. SOLON ORIOL rons, e Voccurrence de l'opinion du caLeaders purs, mais trop impulsifs, p0yonnant sur toUte Ia surface dii globe, at do MARI'SE OR1OL marade ain, de fegrettCe memoir; liticiens vreux rtiultres t noirs, petits bourgeois mdtrer e noirs, qua vous leur oat tCmoignd de lear rib conf ortante Christian Beaulieu, sur notra socitC. bo ireois en transfert de classe, bourCtes trop btes pour rn'amadouer, qua syn-ipathie. lYaprs le camaiade Bealieu, Ia socitC g ais authentiques, vous ne noue fares vous Ctes plus repoussants que Ia chaus Jes puiant de crojre toute Thur ha'ttienne se trouve a clieval cur Caste pas dCvier de notre hgne de conduite. rogne. Vous me donnez la nausea. J'ai gratitude. et Classe. Rica de plus exact. En efmet I'ous eniplolerons htelligemment Tous envie de vomir Je vous hai Jacrnei -le 21 Janvier 1946 .,flick I'o,t.,u.?tip tIojtl, / lmpthnrii ,J i'CL,t Ito, ibmrn,,ton 0 NOTREPOSitIONR UCUE"((LAAu [t'l/dl'lllain dt's111011-11.<'lmu])(ISquellOUSIn1sSil'JIISt/olrea]Jfitwlc(Ill JUp(/ssel7/Clltc/l'lu'}rOISlJl.c,s'i!teimlracamillelin/oJerilidentri![cnil.AucOI/[Taim1I0USde:vOllsreche.rc!wrIeclimatdelalulU!,camilloIesell]ctiJ!(,blede11lail1LellirnoIreIcmpr.rOJ11(!1lI,enperpet:wl(iUlLd'alei'feet,(ragressivI[e.:C'estIiiIecomportement normaldnmilitalltrevolu.tiOlwairequin'apasembrassesavocationpur11lJstici.smeonpUTtOUIeaulrede/ormation m.entale,maisdallsrebut.deposerocLesi,I'esjJrn[iques.NOlls'vl.'nol/sde delim'erIepeuplC'.d'lI/l'11l0nslrequivonlaii,lui ravlrscsdroit,s(/la liberle,cependant,:cellxglli.sOllttapistllmsla,nlll!.af/relU;(ldesuougesC[,desClwl1mieresf}/>ll{>/icieJ/[z'lsdefaIidel111ingeretdesfltisjaireIileursbesoil1Slesplu.5urgents?NOll!NOll,5sat'OIlSfjlll;ce/.tecil/fjuieineli.bertequi-.sicen'est,paspllls -Jl(>cessairequeccUed'e:cprimercst(Ilamasse,