<%BANNER%>
  • TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Half Title
 Frontispiece
 Title Page
 Papa Simbi
 Les Ogou
 Saint Jacques le majeur
 Ogou Badagri
 Ogou Ferraille
 Autres Ogou
 Chango
 Azaka Mede et cousin Zaka
 Agaou Tonnerre
 Sobo Kessou et bade
 Les Marassa
 Les Guede
 Les Baron
 Grande Brijitte
 Guede Nibo
 Autres Guede
 Table of Contents
 List of Illustrations
 Back Cover






Mytholgie Vodou (rite arada)
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/AA00005044/00002
 Material Information
Title: Mytholgie Vodou (rite arada) Volume 2
Physical Description: 2 v. : illus., port. ; 24 cm.
Language: French
Creator: Marcelin, Milo
Publisher: Éditions haïtiennes
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1949-
 Subjects
Subjects / Keywords: Voodooism   ( lcsh )
Folklore -- Haiti   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000707349
oclc - 05886124
notis - ADP9210
lccn - 53021569
sobekcm - AA00005044_00002
Classification: lcc - BL2490 .M28
System ID: AA00005044:00002

Table of Contents
    Front Cover
        Page 1
        Page 2
    Half Title
        Page 3
        Page 4
    Frontispiece
        Page 5
        Page 6
    Title Page
        Page 7
        Page 8
    Papa Simbi
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
    Les Ogou
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
    Saint Jacques le majeur
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
    Ogou Badagri
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
    Ogou Ferraille
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
    Autres Ogou
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
    Chango
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
    Azaka Mede et cousin Zaka
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
    Agaou Tonnerre
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
    Sobo Kessou et bade
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
    Les Marassa
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
    Les Guede
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
    Les Baron
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
    Grande Brijitte
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
    Guede Nibo
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
    Autres Guede
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
    Table of Contents
        Page 199
    List of Illustrations
        Page 200
    Back Cover
        Page 201
Full Text
















MYTHOLOGIE VODOU



























































Tous droits de traduction, de reproduction et
d'adaptation r6serv6s pour tous les pays:
Copyright By Milo Marcelin, 1950
















































MIOI MARCELIN











MILO MARCELIN




MYTHOLOGIE VODOU


(RITE ARADA)

II

ILLUSTRATIONS DE HECTOR HYPPOLITE


EDITIONS CANAPt VERT
7, RUE D A R G U I N, 7
P'TIONVILLE H A I T I

1950


PAPA SIMBI
LES OGOU
AZAKA MEDE
COUSIN ZAKA
AGAOU TONNERRE
SOBO KESSOU
GENERAL BADE
LES MARASSA
LES GUEDE





13.O cl
.-nI3 / L/ rn


LATIN
AMERICA







DU MEME AUTEUR


Pour paraitre prochainemenf:

Mythologie Vodou (Rites Congo et Petro), tomes III et IV.
Etudes Folkloriques Haitiennes, tome I (Coutumes fund-
raires, Dessounin et Boul-zin, les morts, croyances ou supers-
titions).
Vocabulaire du Folklore Haitien.

En preparation:


Etudes Folkloriques Haitiennes, tome II.




















PAPA SIMBI



































4-1





Sde pa r Hector Hppote
Viv de Simbi par Hector Hyppolite

















































































































































i










PAPA SIMBI


Papa Simbi est identifi6 par beaucoup de fiddles a Saint Chris-
tophe, repr6sent6 dans les chromos catholiques traversant une rivi6re
avec 1'enfant J6sus sur son 6paule. Comme le saint, Papa Simbi est
le patron des passeurs. Avant de franchir un course d'eau, on doit
lui demander sa permission et sa protection, et lui jeter une menue
piece de monnaie. Les anc6tres le v6n6raient, dit-on, comme le
maitre supreme des eaux douces.

Simbi La-souce-6! Wayo!
Simbi La-souce-6! Wayo!
Simbi La-souce lan pays mouin!

Simbi La-source, oh! Wayo! Simbi La-source, oh! Wayo! -
Simbi est la source dans mon pays!

D'apres la 16gende, Simbi capture les enfants qui vont seuls pren-
dre de 1'eau A une source ou a une rivi&re et en fait des demi-dieux
qu'il emploie a son service. Dans la chanson suivante, il invite un
enfant A venir prendre de 1'eau et cueillir une feuille. L'enfant a
peur. Cependant il lui ob6it:

Simbi rh616-m',
Pou'm vini prend d'leau!
Simbi rh61-m',
Pou'm vini cueilli gnou feille!
M'prend d'leau-a,
0 d'leau-a tomb6 lan main-m'!
M' cu6illi feille-la,
0 feille-li tremble lan main-m'!

Simbi m'appelle Pour que je vienne prendre de l'eau! Simbi
m'appelle Pour que je vienne cueillir une feuille! Je prends
1'eau, O 1'eau est tomb6e! Je cueille la feuille, O la feuille
tremble dans ma main!

Simbi pr6f&re, dit-on, les enfants mulAtres; c'est pourquoi il n'est
jamais prudent de les laisser seuls pres d'un canari (petite jarre)







14 MYTHOLOGIE VODOU

rempli d'eau, d'une source ou une riviere pr6sidee par ce loa (dieu),
car il peut les prendre.

fils d'une negresse et d'un blanc, alla se baigner, seul, A une rivi&re,
sans pr6venir sa mere. Celle-ci, ne le voyant pas, Btait au d6sespoir.
Elle alerta les voisins.

-( dit-elle, car, hier soir, le mystere m'apparut en songe, encapuchonn4
et habill6 d'une soutane blanche qui avait une grande croix noire
tracee au milieu. Il me dit qu'aujourd'hui ma maison serait pleine
de monde. Puis, il prit mon fils sur son 6paule et partit avec lui.
( ques metres de la tete de l'eau (source), ils rencontr6rent des lavan-
di&res, a qui ils demand&rent si elles n'avaient vu 1'enfant. Celles-
ci r6pondirent:

-((Non, personnel n'est passe de notre c6te, mais a la source,
il y avait quelqu'un qui se baignait. Comme nous sommes a un
tournant, nous n'avons pu le voir. Cependant, nous l'avons entendu
qui chantait:
C6 mouin Simbi d'leau!
C6 mouin t~f d'leau!
Bel' ti moune coument yo rh616-ou?
Ou vini ou6 Papa Simbi?
Simbi va rec6voi-ou bien, enh6!
Enh6! Simbi va rec6voi-ou bien!
Ti-milIte vin' oue Papa Simbi!
Enh6! Simbi va r6c6voi-1 bien, enhe!
Enh6! Enh6! Enhe!

C'est moi, Simbi de 1'eau! C'est moi, la tete de I'eau (source)!
- Bel enfant, comment t'appelles-tu? Tu es venu voir Papa
Simbi? Simbi te recevra bien, enh6! Enh6! Simbi te recevra
bien! Le petit mulatre est venu voir Papa Simbi! -Enh6! Simbi
le recevra bien, enh6! Enh6! Enh6! Enhe!
-- veg6tale) qu'on d6semplit.







PAPA SIMBI .15

< . un revenant, ensuite, pour un zombi (etre human priv6 d'une parties
de ses facult6s mentales). Mais il 6tait .bien en vie et avait toute sa
raison. II connaissait le pass et pouvait predire i'avenir, donner de
la chance, gu6rir toutes les maladies, mn&me cells q.u'on dit etre
incurables.
grand houngan (pretre Vodou) et il eut par .la suite une belle clien-
tble. Des gens venaient de tous les coins du pays et meme de la
parties de 1'Est 'le consulter. Il op6ra beaucoup de miracles.
Maman Simbi ou Grand'Simba (Grand' mbre Simba), spouse de
Papa Simbi,, habite aussi les sources:
Grand' Simba, Wayo!
Grand' Simba, Wayo!
Grand' Simba, s6ti la souce,
Li tout mouilld!
Grand' Simba, Wayo! Grand' Simba, Wayo! Grand' Simba
sort de la source,- Elle est toute mouil'l6e!
Selon un informateur, Maman Simbi serait une belle femme
blanche don't la chevelure est longue et dor6e. Une fois, en rave, il
la' vit sortir d'un puits avec quarante petits enfants blancs. Les
serviteurs de Maman Simbi ne doivent pas prendre de l'alcool, ils
ne doivent pas etre libertins.
Papa Simbi preside aussi a la rose. Cette chanson en temoigne:
Simbi La-rousee!
Simbi La-rousee!
Negue s6te mare choual'-li lan saut!
Negue l'esprit mard choual'-li en bas saut!
Simbi La-ros6e! Simbi La-ros6e! Le negre sot attache son
cheval A un endroit dangereux, Le nbgre intelligent, A un endroit
sGr.
Papa Simbi et sa famille ont leur temple. Mais on peut leur con-
sacrer une chambre dans les grands hounf6r. Cette chambre, g6n6-
ralement d6nomm6e , est pourvue de petits
autels. Comme ils sont des loas (dieux) aquatiques, on y construit







16 MYTHOLOGIE VODOU

tqujours un petit bassin qu'on remplit d'eau, ou bien on y place une
cuvette blanche pleine d'eau. Papa Simbi y est represents par la
cliromo de Saint Christophe ou de Moise (sauv6 des eaux), place
sur son autel. A sa droite et A sa gauche sont placees les images des
saints reprbsentant les loas de son escorte-II est a noter que les
chromos doivent 6tre b ries a l' glise, par un pr&tre catholique, avant
d'etre places dans les hounf6-r. Sur I'autel sont ranges une soucoupe-
blanche contenant une pierre blanche (son symbole, une lampe i
huile d'olive, des govi (cruches de terre cuite) et le paquet des Simbi.
Les paquets sont des talismans destin6s a la th6rapeutique. Ils sont
composes d'encens, de poudre a canon, d'6corces, de tiges, de vivres,
de feuilles don'tt la feuille trois paroles: allophylus bccidentalis Sw.
Radlk, indispensable pour toute gubrison, car, sans elle, on ne peut
obtenir la protection du PNre, du Fils et du Saint-Esprit), le tout
pile, parfum6 et mBlang6 ensuite avec une pate faite avec des ani-
maux sacrifi6s. Leur confection se realise au course d'une cer6monie
en I'honneur d'un loa-gudrisseur et, a la p6riode de la nouvelle lune,
on les amarre et les envelope de tissus de satin ou de sole aux
couleurs consacr6es aux loas int6resses, par example le noir est
pour les Gu6d6, le jaune, les Congo, le rouge, les P6tro, etc. Ils sont
ensuite parfumbs et d6pos6s par paires (paquet male, confectionn4
par le houngan ou pretre et paquet femelle, par la mambo ou pr&-
tresse) dans des assiettes de faience blanche ou dans des sortes de
gourdes en terre cuite.
Papa Simbi est un loa-houngan et gu6risseur.
Une famille devait un service A Simbi, raconte-t-on. II envoya A
l'un d'eux, Ti Joseph, un jeune homme de vingt-deux ans environ,
une plaie au pied, qui le faisait souffrir beaucoup et qui ne pouvait
gu6rir.
Une nuit, le mystere apparut A Ti-Joseph en rave et lui dit:
-Cette maladie que je t'ai envoybe n'est qu'un avertissement. Dis
A la famille que si elle s'obstine a ne pas me servir, je lui enverrai
de grands malheurs.
Et la famille fit une c6r6monie pour Simbi. Devant Ie poteau-
mitan du peristyle furent places trois drapeaux (un blanc et jaune
abricot pour Damballah Oueddo et sa femme Ayida Oueddo, un
vert pour Papa Simbi, un rouge pour Ogou), un gobelet d'eau et







PAPA SIMBI 17

une bougie de blanc de baleine allum6e. Dans la Chambre des Simbi,
sur une table recouverte d'une nappe liseree bleue, marque Simbi
Dant6-r Pierre*, furent disposes un bouquet de fleurs et un gros
g&teau entour= de bonbons, de sucre en boule, de mais et de pis-
taches grills, de bougies de blanc de baleine, de bouteilles de kola,
de liqueurs (non alcoolisees), de vin blanc et rouge, de maddre et
de cinzano, des assiettes de riz blanc, de tiaka (toutes esplces de
viande pour les loas guineens), de patates, de bananes mires (plan-
tain), d'ignames et de malangas, de pois et riz m6l6s, des bols de
bouillie de coeur-mais (farine trbs fine), de riz au lait et de la farine'
de froment. Sur un plat 6taient places deux poulets (l'un avait 6t6
un coq A plumage jaune et l'autre une poule zinga, c'est-a-dire a
plumage gris cendre et blanc). Sous la table, il y avait une sou-
coupe d'huile d'olive dans laquelle flottait une meche allum6e.

Le houngan qui officiait le service 6tait v&tu de blanc, et les
hounsis-servantes 6taient en peignoirs bleus, coiff6es de madras
bleus et portaient au cou de longs colliers maldioc (colliers de grains
noirs et blancs altern6s qui protegent contre le mauvais ceil). Ils
p6n6trerent dans la Chambre de Simbi. Apr6s en avoir demand
I'autorisation a Atibon Legba, introducteur indispensable aupres des
autres dieux, a Loko Atissou, maitre des hounf6-r ou temples, et A
Ayizan V61qquett, loa exorciseur et purificateur, le houngan dessina
sur le sol le veve de Simbi et l'invoqua. Le mystere le poss6da et
chanta:

Mouin s6ti lan d'leau!
Mouin tout mouilld!
C6 mouin min-m' Papa Simbi,
Mouin tout mouill6!
M' pr'ale-l,
C6t6 yo connain mouin!
M' pral' rh6ld Papa Simbi-6!
Mouin tout mouill6!

Je sors de l'eau! Je suis tout mouill6! C'est moi Papa Simbi,
-Je suis tout mouill6! Je m'en vais 1l, Oh l'on me connait!
Je vais crier: Papa Simbi, oh! Je suis tout mouill6!







18 MYTHOLOGIE VODOU

On lui dit:
Simbi, nous savons que tu es un bon papa, tu ne nous mordras
pas jusqu'aux os. La famille est a tes pieds et te demand 'une
grace: gueris pour nous Ti-Joseph. Voici ton koklo (coq), voici les
mangers et boissons que tu aimes.
La famille s'agenouilla devant le loa:
-Papa Simbi, dirent-ils, a genoux, nous te demandons grace pour
tes enfants.
Simbi r6pondit:
-Moi, Simbi, je suis un gros negre, je suis un n6gre de l'eau. Oh
est mon bassin? Pourquoi l'avez-vous laiss6 sans eau? Le crapaud
qui y coasse, chaque soir, c'est moi, Simbi.
Puis il chanta ce chant6-point (degr6 de puissance):
Simbi mouin c6 gros negue,
Ou pa oue mouin c6 gros negue assez!
Simbi mouin ce gros negue,
Ou pa oue mouin ce gros negue assez!

(Moi) Simbi je suis un gros negre (ce terme signifie en creole:
homme prestigieux, ayant de grands pouvoirs)-Ne voyez-vous pas
que je suis assez gros ndgre Simbi, je suis un gros negre Ne
voyez-vous pas que je suis assez gros negre.
Le visage de Simbi exprimait la colre. Ii dit:
Je suis un Congo. Apres avoir quitt6 la Guin6e (pays des loas),
j'ai beaucoup souffert: les creoles ne m'ont pas 6t6 reconnaissants
de ce que j'ai fait pour eux. C'est a nous que le bon Dieu avait confi6
le soin de les traiter. A cette 6poque, il n'y avait pas d'autres doc-
teurs; en dehors des trois rois (mages), personnel ne pouvait donner
des points (charmes ou degres de puissance mystique) aux gens.
Tant pis pour nous si nous souffrons! Songez toujours a Gros-roche
(un des noms l de Simbi). Quand vos enfants seront
malades, c'est A Gros-roche que vous devrez songer. Les docteurs
d'aujourd'hui cueillent des feuilles dans les bois, et puis, ils font
leurs affaires. Mais avant, nous seuls 6tions des docteurs. On dit qut
nous sommes des demons, nous ne nous d6fendons pas. Vous nous
dvez tromp6s, mais vous ne pourrez nous laisser tomber, car seuls
les Congo font le bien. Les Congo sont des n&gres d'Afrique, ils ne







PAPA SIMBI 19


sont pas ml6anges, ils habitent la Guin6e, dans une grosse roche
qu'on appelle Nous renouvelons cette eau tous les sept ans.
II se tut un moment, puis reprit:
La maladie de Ti-Joseph ne lui a pas 6t6 envoy6e par moi seul.
D'autres loas sont m6contents de vous. Dites r toute la famille de
s'assembler autour de moi, dites a tous les creoles que je suis la.
On lui r6pondit:
Toute la famille est la.
Et on lui dit:
Bonjour, Papa.
Bonjour mes enfants. Comment 6tes-vous?
-Nous sommes 1, r6pondit la famille, nous sommes dans tes
mains (sous ta protection), nous regardons ce que tu vas faire pour
nous..
Simbi appela:
Ma famille.
Plait-il, Papa? lui repondit-on.
Combien de fois m'avez-vous r6pondu?
-Une fois, oui, Papa.
II appela encore:
Ma famille.
Plait-il, Papa?
Combien de fois m'avez-vous r6pondu?
-Deux fois, oui, Papa.
II appela encore:
Ma famille.
Plait-il, Papa?
Combien de fois m'avez-vous r6pondu?
Trois fois, oui, Papa.
Alors Simbi leur demand:
Si je vous parole, maintenant, m'6couterez-vous?
Oui, Papa.
C'est par parabole que je parole, oui. Tant pis pour vous, si
vous lAchez. Tant pis pour vous. Oui est Ti-Joseph?
Me voici, Papa, dit le jeune homme.
-Ti-Joseph, assieds-toi. Donne-moi le pied malade.







20 MYTHOLOGIE VODOU

II saisit le pied de Ti-Joseph et cracha sur la plaie. Puis il dit:
Ti-Joseph, ne touche pas a la plaie, meme si elle te d6mange.

II cria ensuite:

-Abobo! en has bila Congo (Abobo! sous la table ou autel des
dieux Congo).

La famille chanta en s'accompagnant de frappements de mains,
en cadence:
Bi ale Simbi, bi al6!
Bi al4 Simbi, bi ale!
Simbi And6zo s6ti en bas d'leau,
Aque toute Dossou-marassa, bi ale!
Pal langage-ou pou mouin tend!

Bi all6 (formule rituelle qui 6quivaut a signaler) Simbi, bi alle!-
Bi all6 Simbi, bi all6! Simbi And6zo sort de l'eau, Avec les
Dossou-marassa (les enfants males nes apres les jumeaux), bi all6!
- Parle language pour que je puisse te comprendre!

Simbi alluma une bougie de blanc de baleine, agita l'asson (hochet
c6r6moniel compose d'une calebasse recouverte de vertebres de
couleuvre), puis renversant la tkte en arriere, il dit:

--P&re Eternel, je vous demand la permission, oui, de faire un
service.

Et il recita un < et un vous salue Marie>. II dit A la famille:

Nous allons dire bonjour a Papa Legba, car il est le chef. Nous
allons lui donner a manger, le premier, pour qu'il nous permette de
faire le service. Bien que je sois moi-meme un Chef, si je ne donne
pas a manger a Poteau-mitan (un des surnoms de Legba), d'abord,
il gAtera le service.

Puis Simbi demand:

-Oh est la-place (maitre de c6r6monie) de la maison avec son
sabre? La-place apporte-moi du sirop de canne, apporte-moi du
mais moulu.







PAPA SIMBI


La-place lui donna ce qu'il demandait, et devant le poteau-mitan
du pdristyle Simbi traga sur le sol le vev& ou symbol du vieux
Legba et fit des libations de sirop de canne. 11 chanta:

Legba papa ouvri baye pou mouin ago-6!
Papa Legba ouvri baye pou mouin,
Ouvri baye pou mouin papa,
Pou mouin passe.
Quand m'a passe m'a remeci6-ou.
Legba, papa, ouvre moi la barriere, ago-6 (exaucez-nous)! Papa
Legba, ouvre-moi la barriere. Ouvre-moi la barriere, Papa, Pcur
que je puisse passer.-Quand je passerai, je te remercierai.
Ensuite, il cria:
Ou min f6-r Unada Dahomey (mots languages > significant
d'apr&s un de mes informateurs: nous sommes unis)!
Et il dit:
Bon. Mes amis, Legba m'a ouvert le chemin. En avant, les
hounsis-porte drapeau.
La famille chanta:

La fanmi sembl6
La fanmi sembl6
Si ou b6soin bon gangan
Cd caille Gros-roche pou ale.
La famille est assemble La famille est assemble Si vous
avez besoin d'un bon gangan (dimunitif de houngan), C'est chez
Gros-roche (Simbi) qu'il faut aller.
Simbi dit a la famille:
-Allez dans les bois. Vous cueillerez des feuilles en chantant:

Feille nan bois nous assir6!
Feille nan bois nous assir6!
L'innemi bare mouin!
Feille nan bois sauve-nou!

Feuilles des bois nous sommes assures! Feuilles des bois, nous
sommes assures! L'ennemi m'a surprise! Feuilles des bois, sau-
vez-nous!







22 MYTHOLOGIE VODOU

Simbi dit encore A la famille:
--Arriv6s dans les bois, vous direz: c'est Simbi qui nous envoie.
Vous direz: nous sommes venus prendre des feuilles. Vous direz:
avec trois feuilles, nous avons un rem&de.
Trois membres de la famille allerent cueillir trois feuilles qu'ils
apporterent a Simbi.
Le myst6re chanta alors:

Nan hounf6-r 6!
Troi feille tomb6!
Nan hounfd-6!
Simbi Moyo, troi feille tomb6!
Mouin nan d'leau-6!
Troi feille tomb6 nan hounf6-a'
Feille yo s6cou6 nan hounf6-a!
La fanmi sembld nan hounf6-6!
Zila Moyo, a g6nou nan hounf6-6!
Troi feille tomb6 nan bassin!
Dans le hounf6-r (temple), oh! Trois feuilles sont tomb6es! -
Dans le hounf6-r, oh! Simbi, Moyo, trois feuilles sont tomb6es!-
Je suis dans 1'eau, oh! Trois feuilles sont tomb6es dans le hounf6-r!
- Les feuilles s'agitent dans le hounf6-r! La famille est assemble
dans le hounf6-r, oh! Zila. Moyo, a genoux dans le hounf6-r! -
Trois feuilles sont tomb6es dans le bassin!
II pansa Ti-Joseph. Puis, il demand a la famille:
Etes-vous contents de moi?
Oui, Papa, r6pondirent-ils, nous sommes contents de toi. D'ail-
leurs tout ce que tu fais est toujours bien.
--Lorsque je vous quitterai, songerez-vous A moi, Simbi?
Oui, Papa, car nous aurons toujours besoin de toi. Tu nous
visiteras souvent, n'est-ce pas?
Simbi fit un signe affirmatif de la t6te. Puis, il dit:
Je m'en vais, je m'en vais. Moi, Papa Simbi, je m'en vais.
II donna a chaque membre de la famille une forte poign6e de
main et se retira.
Peu de jours apr&s, Ti-Joseph 6tait entierement gu6ri.






PAPA SIMBI 23


Ooinme Damballah Oueddo et autres loas aquatiques, Papa Simbi
aime la fraicheur. En corisquence, son reposoir (parfois un pied de
pomme rose: eugenia jambos L.) est ordinairement place devant une
mare. A proximity de la mare, dit-on, il existe toujours une source,
m&me si on ne la voit pas.

< a-dire qu'il avait I'habitude de le poss6der). Un jour qu'on faisait un
service pour tous les loas, Simbi monta (poss6da) mon oncle. On
1'emmena devant une petite mare, dans la cour. Le houngan lui servit
du kola, de 1'orgeat et des drag6es. Simbi manifesta alors une grande
colre. II d6clara qu'il 6tait, lui Simbi, un grand houngan et qu'il
ne pouvait admettre qu'un pietit houngan, ignorant, officiAt un
service en son honneur. II sauta dans la mare et en sortit
covert de boue. Puis, pregnant les presents qu'on lui avait apport6s,
les jeta dans la mare. Pour 1'apaiser, on chanta:

Simbi-6! 0 gangan ou y6!
Simbi-6! 0 gangan ou y6!
M' s6ti la rivi6-6!
L'innemi bar6 mouifn

Simbi-6! O tu es un gangan (diminutif de houngan)!--Simbi-6!
O tu es un gangan! Je sors de la riviere, oh! L'ennemi me barre
(la route)!
(Simbi r6pondit:

Simbi d'Ieau, ya y6!
Sirnbi d'leau, ya y6!
Simbi poc6 connain mouin!
Simbi poc6 connain mouinr
Simbi d'leau, ya ye!
Simbi d'leau, ya ye!
M' mandd c6t6 yo connain mouin?
Simbi d'Ieau, ya ye!

Simbi de 1'eau, ya y6! Simbi de 1'eau, ya y6!- (Moi) Simbi,
on ne me connait pas! Simbi, on ne me connait pas! Simbi de
1'eau, ya y6! Simbi de l'eau, ya y6! Je demand oii me connatt-
on? Simbi de l'eau, ya y6!







24 MYTHOLOGIE VODOU

Puis, Simbi prit une pierre dans la mare, sa pierre, et alla la
placer sous un pied de pomme rose (son arbre sacr6), en disant:
xDevant ma pierre, vous allumerez, chaque jeudi (son jqur
sacr6), une bougie de blanc de baleine.
-(Oui, Papa Simbi, r6pondit la famille.
-4cEt puis, vous ferez un service pour moi.
-Oui, Papa Simbi.
- tiendrai I'asson (hochet c6remoniel), ce jour-la.
mandait. Mais Simbi, avant de se retire, sauta a la gorge du houn-
gan et n'6tait intervention de plusieurs hommes, il I'aurait etrangl.
Simbi est malfaisant, dit-on.
Un apres-midi, j'y allai fare une promenade avec une amie. Je no
sais pourquoi, nous nous engageAmes dans le lit dess6ch6 de la ri-
vibre qui passe devant la propri6t6 et nous y marchAmes pendant
plusieurs heures. Au retour, la nuit nous surprit, une nuit noire,
6paisse, qui ne nous permettait pas de voir a deux pas devant nous,
et il y avait menace de pluie, ce qui aggravait notre situation. La
peur envahit mon amie. S'accrochant A moi, elle me dit:
--,J'entends des bruits de pas derriere nous.
Je m'arretai et 6coutai. Rien.
-< cessent. Rebroussons chemin. J'ai la t6te forte (elle a un puissant
loa protecteur) et une id6e me dit que nous avons d6pass6 le sentier
par of nous sommes venus.
< A peine y 6tions-nous entr6s que la pluie se mit A tomber. Nous
nous mimes A courir et mon amie glissait, tombait. Arrives A un
endroit oi un autre sentier croise celui dans lequel nous 6tions et
oil il y avait un mbdecinier b6ni (jatropha curcas L.) consacr6 a Papa
Legba, nous vimes de la lumiere dans une petite case. Nous y en-
trimes et un homme nous recut:







PAPA SIMBI


--N'est-ce pas un Tel? fit-il, le fils de un Tel, propri6taire de
la terre qui se trouve de l'autre c6te de la ravine?
(Oui, r6pondis-je.
dl nous invita a nous asseoir. Je lui racontai notre venture. II
nous dit:
-<(C'est Simbi, le mystere de la source qui vous a fait Ca. II est
malfaisant. Vous n'6tes pas ses premieres victims. Si madame
n'avait pas la tete forte, il vous conduirait a la source, et Dieu seul
sait ce qu'il adviendrait de vous.
--I1 arriva A un homme de se perdre par ici. II connaissait bien
la region, cependant. Comme vous, il suivit le lit de la riviere et
arriva jusqu'A la source. Mais lui aussi avait la t6te forte. Son ange
garden (loa protecteur) lui dit de se laver la figure dans la source
et de retourner en arriere. II lui obit et retrouva son chemin.
Simbi. Un jour que je rentrais chez moi, mon esprit se trouble et je
me perdis dans le bois. Je marchai, marchai; finalement ext6nu6, je
tombai au pied d'un mombin (spondias dulcis) et m'endormis pro-
fond6ment. R6veill6, 1'id6e de fumer me vint, sans doute envoyee
par mon ange garden. J'allumai une cigarette. A measure que j'en
tirais des bouff6es, mon esprit s'6claircissait et, la cigarette achevie,
j'6tais completement r6tabli. Je me levai alors, me remis A marcher
et retrouvai sans difficult le chemin de ma maison.
(Mon amie, se penchant vers moi, me dit, a voix basse:
--Rentrons. Je crois que c'est plus prudent.
La pluie n'avait pas cess6. Mais ne sachant quelle force poussait
mon amie a s'en aller, je me levai, remerciai l'homme de l'hospitalit6
qu'il avait bien voulu nous donner et, malgr6 tout ce qu'il fit pour
nous retenir, nous partiess.
Simbi march parfois avec Damballah Oueddo.
Un fiddle me fit le r6cit suivant:
- au-Prince dans quelques mois. Alors, tu seras 6tonn6 de me voir.







26 MYTHOLOGIE VODOU

( -- Pourquoi serai-je etonne de te voir?
< mon retour, je serai riche.
(II ne me dit que cela et partit pour le Sud. Plusieurs mois pas-
serent. Et, un apres-midi, comme je rentrais, ma femme me dit:
-< - -( -< --(Oh! ce n'6tait pas un malheureux comme nous. C'est un hom-
me qui a sfirement de grands moyens, car il est venu dans une belle
auto.
( moi. C'6tait mon ami, v6tu d'un costume de prix et portant au poi-
gnet une belle montre en or. Voyant que j'avais la bouche et les
yeux grands ouverts, il me dit:
-( avant mon depart, que je reviendrais riche?
((Je fis oui de la tate. Mais, je ne pouvais en revenir. Mon ami
6clata de rire, me donna une tape sur 1'6paule, puis me raconta ces
faits:
Grand' Simba, monterent (poss6derent) un homme et une femme.
Simbi me dit:
--(Donne-moi o boire.
--Je boirais du vin aussi.
< -- partiras pour le Sud. LA, tu trouveras un emploi, mais tu n'y passeras
que cinquante-deux jours, et ces jours seront pour toi des jours de
misere. Un papillon blanc se posera sur ta mallette et tu rentreras
tout de suite chez toi, a Cavaillon. Alors, moi Papa Simbi, je te
ferai riche.







PAPA SIMBI 27

effet a travailler. Dieu seul sait les miseres que j'y endurai. Mais
au bout de cinquante-deux jours, comme 1'avait dit le mystere, un
papillon blanc vint se poser sur ma mallette. Je rentrai imm6diate-
ment chez moi, a Cavaillon, et trouvai mon oncle assis devant la
porte d'entr6e de la maison. Je lui allongeai la main. II me consid6ra
un moment et me dit:
--Comment, c'est ainsi que tu me sales! Je ne suis pas ton
camarade. Je suis Damballah Oueddo, apres Dieu. Mets-toi a genoux
et d6pose ton chapeau par terre, a c6t6 de toi.
:*Je lui ob6is. Le mystere me prit alors par le petit doigt, me re-
leva et me fit turner A droite et A gauche, puis me demand:
-- --(Rien, Papa, lui r6pondis-je. Je ne savais pas que je te ren-
contrerais ici.
cII me dit:
--(Donne-moi une bouteille de kola.
Je m'empressai de le servir. II me remercia et me dit que j'au-
rais bient6t de ses nouvelles.
c(La meme nuit, je vis en songe quelqu'un entrer dans ma chambre.
11 me dit:
--(Suis-moi.
((Je me reveillai aussit6t. La personnel avait disparu. Je me
rendormis. La m&me personnel revint et me dit:
--(Comment, je t'ai dit de me suivre et tu restes couches!
((Je me r6veillai encore. Cette fois-ci, je m'habillai et sortis.
Dehors, je vis deux blancs qui avaient, chacun, une longue barbe
blanche. C'etaient Damballah Oueddo et Papa Simbi. Ils me dirent:
-((Suis-nous.
( droit, ils firent halte. Damballah Oueddo se tourna vers le levant
et Papa Simbi vers le couchant. Damballah me dit:
--(Nous te donnons ce tr6sor.
S(Je regardai entire les deux loas et vis un large trou dans la
terre. Je me jetai & genoux:
-((Merci, Papa, dis-je. Merci. Mais sous quelles conditions?







28 MYTHOLOGIE VODOU

--Nos conditions! fit Damballah Oueddo. Mais elles ne sont
rien! Tu feras pour nous, chaque ann6e, un service. Tu tueras un
bceuf, un mouton, un cabri gris, mais pas de porc, car nous ne man-
geons pas cette b&te. Et puis, tu nous donneras nos boissons et nos
desserts. C'est tout.
--Merci, Papa, dis-je. Merci.
< et je vis dans le trou trois jarres pleines de pieces d'or.
< --Apres avoir pris le tr6sor, brise les jarres et quite le pays. Tes
parents sont des envieux. Ils te front du tort, s'ils te voient mieux
qu'eux.
puis deux couleuvres (Damballah et Simbi) en sortirent et s'enfon-
cerent dans le bois.
et de doublons, puis je brisai les jarres et partis... .





















LES OGOU












































/


Vvev des Ogou par Hector Hyppolite


s~:










LES OGOU


Les Ogou, appel6s aussi Ogoun ou Ougon, sont tres nombreux et
constituent un group de loas des plus puissants. La plupart sont
des dieux de la guerre et des forgerons. Ceux-la, en temps de guerre,
apparaissent rarement dans les c6r6monies, car, dit-on, ils sont occu-
p6s sur les champs de bataille. Leurs emblemes sont le fer, le feu,
la machette, 1'6p6e et le sabre, leur jour est le mercredi.
Le rouge est le symbol des Ogou. La pierre rougeAtre et le fou-
lard rouge de ces grands dieux protegent, dit-on, les guerriers et les
rendent imp6tueux. Aussi les cacos bandee de gu6rillas) se mettaient
souvent sous leur protection en portant A leur cou un foulard rouge.
On raconte que Desorme Joasar, un grand chef caco, plagait son
fils, v6tu de rouge, A la tete de son arm6e. Au plus fort des combats,
1'enfant n'eut jamais peur et jamais il ne fut touch par des balles.
Au matin du 6 decembre 1897, lorsque la < et le < deux navires ecole de la marine imipriale allemande, arriverent
dans la rade de Port-au-Prince pour appuyer les r6clamations du
gouvernement allemand au gouvernement haitien, qui consistaient
en une indemnity de vingt mille dollars pour Emile Luders, des ex-
cuses au Kaiser et un salut de vingt et un coups de canons au drapeau
allemand, un journalist tres connu se v&tit de rouge et parcourut
A cheval les rues de la capital, incitant le people A la resistance.
Cinq ans plus tard, le m&me geste se r6p6tait, mais cette fois-ci,
aux Gonaives. Un citadin s'habilla de rouge et parcourut aussi les
rues a cheval, poussant les Gonaiviens A se d6fendre, au cas oh le
( pendance.
C'est peut-&tre en l'honneur des Ogou que Dessalines se couvrait
la t&te d'un mouchoir de madras rouge.
Les Ogou qui sont des dieux de la guerre, sont tous des Ioas Nago
(nom par lequel on d6signait en Haiti le people Yoruba). Dans les
chansons, on les appelle parfois Nago:
Nago, vini ouais c6t6-m d6m6r6!
Si ou ouais c6te-m dem6re,
Ou-a troqu6 dolla pou qa!
Nago, Nago, vini ouais c6t6-m dem6rd!







34 MYTHOLOGIE VODOU

Nago, viens voir oui je demeure! Si tu voyais o~ je demeure,-
Tu troquerais des dollars contre cela! Nago, Nago, viens voir oi
je demeure!

Les loas Nago sont pr6tentieux et tr&s vantards:
Mouin c6 ndgue Nago
Tout temp tambou-nago pa batt
La pli pap' tomb6!
Moin c6 negue Nago!
Je suis un negre Nago Tout le temps qu'on ne battra pas le tam-
bour-nago, La pluie ne tombera pas! Je suis un negre Nago!
Nago, Nago, eh!
Vin'ouais c6t6-m' demel6!
Si ou ouais c6t6-m' de6m16,
Ou-a pay6 bonbon pou ga!
Nago, Nago, eh!
Nago, Nago, eh! Viens voir comment je me tire d'affaire! Si
tu vois comment je m'en tire Tu achkteras des bonbons pour moi!
-Nago, Nago, eh!

Les Ogou sont de grands buveurs de rhum (leur boisson favorite).
Leurs poss6des peuvent avaler plusieurs bouteilles de rhum sans
ktre ivres:
Mai' Ogou bou6, li bou6,
Janmin sou!
Ogou F6raille boue, li boue,
Janmin sou!
N'a rh616 Olisha-6!
Ogou boue, li boue,
Janmin sou!
Ou-ouais si nous mar6!
Sobo m'a lagu6!
Maitre Ogou boit, il boit, Jamais (il n'est) ivre! Ogou Fer-
raille boit, il boit, Jamais (il n'est) ivre! Je crierai Olisha, oh!
- Ogou boit, il boit, -Jamais (il n'est) ivre! Tu vois comme
nous sommes mal6ficis! Sobo (dieu de la foudre), nous nous
d6livrerons!







LES OGOU 35


Comme les Ogou sont terrible, leurs possessions sont extremement
violentes. Parfois leurs poss6d6s rugissent comme des fauves, parent
d'une voix tonnante, tremblent de tous leurs membres, caracolent
comme des chevaux. Ceux du rite P6tro mangent avec avidit6 des
bouteilles et des verres a boire; ils peuvent marcher sur des brasiers
ardents, l6cher des tisons et jongler avec du fer rougi au feu.

Les poss6d6s des Ogou s'habillent souvent d'un costume de mili-
taire, g6neralement constitu6 d'un dolman de drap bleu et rouge,
orn6 de boutons de cuivre dor6, d'un pantal6n de drap rouge avec
passepoil dor6, d'un k6pi de laine bleu et rouge et d'6paulettes ga-
lonn6es d'anciens g6n6raux haitiens. Ils portent a leur cou et atta-
ches aux bras des mouchoirs rouges. Ils ont en main une machette
(une 6p6e ou un sabre) et un bAton chapelet envelopp6 d'une 6toffe
-ouge. Les femmes se vetent d'un jupon rouge et d'une court ja-
quette rouge, ou d'une robe rouge serr6e autour des reins avec un
:arge mouchoir rouge; elles se coiffent d'un k6pi rouge ou d'un mou-
choir de madras rouge, a laquelle elles donnent une forme.

Le baton est le plus souvent 1'embl&me d'un loa, comme par
*xemple: le baton rouge des Ogou, le trident peint en vert de Agou6
T'Arroyo (maitre supreme de la mer et de toutes les iles), le baton
coco-macaque (geonoma oxycarpa Mart) de Azaka (dieu paysan),
;e baton noir des Gu6d6 (divinit6s de la mort), etc. Parfois il sert
Y'appui aux poss6d6s d'un loa Age: le baton recourb6 du vieux Legba
"maitre des carrefours et des routes, garden de toutes les entrees),
etc.

Le baton peut servir de talisman. Un grand Chef militaire, servi-
'eur de Ogou, avait la reputation d'etre invulnerable. Sur les champs
de bataille, rapporte la l6gende, il 6cartait de lui les balles avec son
2oco-macaque. La pomme de ce baton 6tait toujours enveloppbe
d'un morceau d'toffe rouge.
























SAINT JACQUES LE MAJEUR









t


SC


C:


Wvev de Saint Jacques le Majeur par Hector Hyppolite











SAINT JACQUES LE MAJEUR


Le pere et chef des Ogou est Saint Jacques le Majeur, appeal
aussi Papa Ogou, General Maitre Ogou ou loa Saint Jacques. Ii est
represent6, dans les chromos populaires catholiques, A cheval, bran-
dissant un sabre. Cette chanson lui est souvent d&di6e:
Negue Saint-Jacques,
N'a moutd choual' nou
Ogou Badagri,
N'a moute choual' nou,
N'a mout6 choual' nou d6vant dey6!
Si'm manqu6-ou m'a prend-ou! f
Negue Saint-Jacques nou-la!
Ogou Badagri nou-la!
Negue aroyo,
Si'm manque-ou m'a prend-ou!
Negre Saint Jacques, J'enfourcherai mon cheval! Ogou Ba-
i:agri,- Nous enfourcherons notre cheval! Nous enfourcherons
-otre cheval devant derriere! Si je te manque, je te prendrai! -
Ni'gre Saint Jacques, nous sommes 1.! Ogou Badagri, nous sommes
il- Negre arroyo (terrible), Si je te manque, je te prendrai!

Un chien accompagne souvent Saint Jacques. Dans les deux chan-
sons suivantes, il est question de ce chien:
Sim' t6 gain gnou bien pou'm fait,
Mrain ta va-l' fait-Ii aque chin moin!
L6m' gain gnou bien pou'm fait,
M'va-' fait-li av6 chin m'rain!
Ou mt' oud chin m'rain enrage,
Li pa p6 ca m6dd-m'!
Mait' Ogou-6!
Conga yo ye moune ga yo!
M'a vive aque yo!
Si j'avais du bien A faire, J'irais le faire avec mon chien! -
LorSque j'aurai du bien a faire, J'irai le faire avec mon chien! -
Meme si vous voyez que mon chien est enrag6, Il ne pourra pas







42 MYTHOLOGIE VODOU

me mordre! Maitre Ogou, oh! Ainsi sont ces gens! (Mais)
ie vivrai avec eux!
Saint Jacques pa 1a, papa:
C6 chin-an qui IA.
Saint Jacques pa I
C6 chin-an qui IA.
Saint Jacques pa Ia:
Chin-an m6d6 m'rain.

Saint Jacques n'est pas 1, papa,- C'est son chien qui est 1. -
Saint Jacques n'est pas lh, C'est le chien qui est 1. Saint Jac-
ques n'est pas lA, Le chien m'a mordu.

Au Cap-Haitien seconde ville de la R6publique), oui il compete
beaucoup de serviteurs, Papa Ogou est identifi6 aussi a Saint Jacques
le Majeur, mais a celui qui porte, dans les chromos catholiques, un
costume de pelerin, le chapeau sur l'6paule et un baton en main

Une capoise, qui le sert, m'a dit que le G6n6ral Ogou n'habite plus
le Cap. Aprbs la formidable explosion du Palais National, dans la-
quelle le Pr6sident Cincinatus Leconte, qui Btait du Nord, perdit
la vie, Ogou, indign6, a quitt6 le Cap, sa ville de predilection. On
ne salt pas s'il s'est install autre part dans I'ile, ou s'il est retourn6
en Guin6e. Cependant, les capois continent A le servir et lui, de
temps a autre, chevauche ses d6vots.

Papa Ogou, Ministre de la guerre, est un grand guerrier:

Ogou-6! Negue gu&!
Ogou-6! Negue gu&!
Can-non tir6, fisi tire!
Nou pa p6 Ia gu6!
Ogou-6! Negue gu6l

Ogou, oh! NWgre de guerre (guerrier)! Ogou, oh! NAgre de
guerre! -- Le canon tonne, le fusil tire! Nous n'avons pas peur de
la guerre! Ogou, oh! Negre de guerre!







SAINT JACQUES LE MAJEUR 43

Un serviteur de Saint Jacques qui va A la guerre, sollicite l'assis-
tance du myst6re:
Saint-Jacques-6,
Pass6 oud m'rain!
Gacon la gu6,
Saint Jacques Maje,
Passe oue m'rain!
Gagon la gue,
Saint-Jacques-6!
Pass. oud m'rain!
Saint Jacques, oh! Passe me voir! Gargon de guerre, Saint
Jacques le Majeur, Passe me voir! Gargon .de guerre, Saint
Jacques oh! Passe me voir!
Saint-Jacques-6, vini ouu m'rain!
M' gagon la gud!
Saint-Jacques Majd vini ou-m'!
M'gagon la gue!
Saint Jacques ou-a v6y6 dit yo,
Saint Jacques vini quimb6-m'!
Saint Jacques, oh! ou-a voy6 quimbe-m'!
Saint Jacques ou c6 ndgue la gue!
Saint Jacques, oh! venez me voir! Je suis un gargon de guerre! -
Saint Jacques le Majeur, venez me voir! Je suis un gargon de
guerre! Saint Jacques, vous enverrez leur dire, Saint Jacques,
oh! vous enverrez me soutenir! Saint Jacques, tu es un negre de
guerre!
Un fiddle appelle Saint Jacques a son secours:
Saint Jacques-6, m'bless6!
0 Saint Jacques, 6 moin bless!
M'bless6, m'pa ou6 sang an!
Ogou Badagri, papa, ou oud-m' bless!
Papa Ogou-6, m'bless6!
M'bless6-6-6, m' pa oud sang an!
Saint Jacques, oh! Je suis bless! Oh! Saint Jacques, oh! je
suis bless! Je suis bless, et je ne vois pas le sang! Ogou Ba-
dagri, papa, tu vois qqe je suis bless! Papa Ogou, oh! je suis
bless6! Je suis bless6-6-6-6, et je ne vois pas le sang!







MYTHOLOGIE VODOU


Saint Jacques le Majeur est un loa-guerisseur. On dit que s'il vous
envoie une maladie, lui seul peut vous soigner:

Saint-Jacques 6!
Trait6-li pou mrain!
Ou min'm ba li v6,
Traite-li pou mrain!
Ou min'm ba li maligne Ian dos,
Traite-li pou mrain!
Li met' gaingnin v6,
Li m6t' gaingnin maligne lan dos,
Traite-li pou mrain!

Saint Jacques, oh Traite-le pour moi! Toi qui lui as donn6
des vers, Traite-le pour moi! Toi qui lui as donned des places
au dos, Traite-le pour moi! M6me s'il a des vers, Meme s'il
a des plaies au dos, Traite-le pour moi!
On rapporte que sur les conseils d'un ami, un homme de grande
famille qui 6tait plonge dans la misere la plus noire et qui etait
d6sesp6er, s'adressa A Saint Jacques le Majeur. I1 alluma une bou-
gie de cire rouge devant la chromo du Saint, fit' des libations de
rhum sur le parquet de la chambre, puis dit:
Papa Ogou, j'ai grand besoin d'argent. Si tu m'en fais avoir,
je serai ton meilleur serviteur.
Et peu de temps apres, il raalisait une fortune, mais il ne tint pas
la promesse qu'il avait faite a Ogou, il ne fit meme pas un service
pour lui. Il se disait:
Comment un loa pourrait-il donner de l'argent a quelqu'un?
Des blagues! C'est A ma veine et a mon intelligence que je dois ma
fortune.
Bon. Sa fille, I'unique enfant qu'il avait, devint folle. L'homme en
congut un profound chagrin, car il l'aimait beaucoup. II voyagea avec
elle, la fit soigner par les plus habiles psychiatres d'Europe et d'A-
m6rique, mais ce fut en vain: la jeune fille ne recouvra pas la raison.
On lui dit:
--Vois done un houngan. Qui sait! Peut-etre r4ussira-t-il A guerir
ta fille, car ces gens-la ont de grands pouvoirs, oui...







SAINT JACQUES LE MAJEUR 45


Il suivit ce conseil, il fit venir un fameux houngan de L6ogAne qui
reclama cent dollars d'avance. L'homme les lui donna. Le houngan
lui dit:
Monsieur, la maladie de votre fille n'est pas naturelle. C'est
Ogou Saint Jacques qui 1'a frapp6e, parce que vous n'avez pas tenu
l'engagement que vous aviez pris envers lui...
Ce n'est pas vrai, fit 1'homme.
Comment, vous ne me croyez pas! Dans ce cas, je vous rends
vos cent dollars.
Le houngan les jeta aux pieds de l'homme et se retira. Arrive a
la barriere de la cour, il passa a son cou le foulard rouge de Ogou,
agita sa clochette et dit quelques mots languages. Aussit6t, la jeune
fille, qui 6tait A l'6tage, dans sa chambre; fut poss6ede par Saint
Jacques le Majeur. Le mystere alla trouver l'homme et lui dit:
-Le houngan a raison. C'est moi foutre! Moi, Papa Ogou, qui
ai d6rang6 l'esprit de ta fille, sale ingrat. Comment, tu 6tais dans la
misere la plus noire, je t'en ai tir6 et je t'ai donn6 une fortune, a
condition que tu serais pour moi un bon serviteur, et maintenant tu
te crois trop superieur pour me servir!... Ne vois-tu pas que tu es
enrag6?... C'est bien... la maladie de ta fille n'est rien, compare
a ce que je te reserve...
L'homme se jeta A genoux devant Ogou, lui demand pardon, lui
jura d'&tre A l'avenir son plus fiddle serviteur. Et il tint parole par
!a suite. Satisfait alors, Ogou redonna a la jeune fille sa raison et
accrit la fortune de I'homme.
Bien que Saint Jacques le Majeur ait son hounf6-r, il peut 6tre
repr6sent6 dans les temples d'autres loas (dieux), et sur le grand p6
ou autel Rada. Dans son hounf6-r, devant son autel, est fich6 dans
la magonnerie son sabre ou sa machette. Sur son autel, on voit un
plat en faience, contenant sa pierre et celles de ses satellites, une
bougie de cire rouge allum6e, sa clochette, son asson ou hochet rituel,
trois cruches-marassa-guinin (pour les jumeaux de guin6e), une chau-
diere a trois pieds ou tripode monte sur point ou degr6 Nago,
un morceau de fer forg6, son govi, dans lequel on peut invoquer les
autres Ogou, ainsi que les loas qui marchent avec lui, tels que Loko,
Sobo, Ezili, etc.; sur les panneaux, les chromos de ces dieux et






46 MYTHOLOGIE VODOU

des drapeaux (insignes de la Societ6 ou confr6rie Vodou et celui
du mystere).
Le jour de Saint Jacques le Majeur est le mercredi, sa couleur, le
rouge de great, et son reposoir, un grenadier (punica granatum L.).
Pour saluer Saint Jacques le Majeur, dieu Nago, on chante cette
chanson:
SaluB Nago-6!
0 Nago riv6-6!
Salue Nago-e!
''' 0 Nago rive-6!
Li I'h6, Ii temp
0 Batala!
Li I'h6, li temp-
Batala!
Salue Nago jodi-ga-e!

Saluez le Nago, eh! O le Nago est arrive! Saluez le Nago,
eh! O le Nago est arrive! Ii est l'heure, i1 est temps O Batala!
- II est l'heure, il est temps Batala! Saluez le Nago aujour-
d'hui, eh!



















OGOU BADAGRI
























J ,.,






OGOU BADAGRI


Qgou Badagri, identifi6 A Saint-Georges, le. vainqueur du. dragon,
est comme celui-ci le patron des guerriers et guerrier lui-m&me. On
le represente toujqurs en habit militaire etun-sabre en main.
Ogou Badagri, comme d'ailleurs tous les autres Ogou, est un mu-
lAtre et un grand maitbitation (grand propri6taire terrien). Ii se dit
le pare des mulAtres haitiens..
noire), je rencontrai dans la rue une femme noire montee par Ogou
Badagri. Le mystere me consid6ra un moment, puis me dit, sur un
ton de reproche:
--C'est ainsi qu'on agit envers moi!
-< -- - ma fille et que c'est moi, ingrate, qui t'ai d6livr6e du venture de ta
:nere! Je suis Ogou Badagri, Negre Nago-Royo.
Le loa 6tait hors de lui. Pour l'apaiser, je dus lui demander pardon
e: lui assurer que jamais plus je ne lui manquerais de respect.

On craint beaucoup Ogou Badagri:-
SM'crid, m'crie:'
M' sevi Badagri!
M' dit, .eh!
A pa mouch6 Ogou ga?
M' pa vli loa touy6-m'!
Je crie, je crie: --Je sers Badagri! Je dis, eh! N'est-ce pas
Monsieur Ogou ga? Je ne veux pas que, le loa me tue!

A une ce6rmonie en l'honneur de Maitresse Ezili (d6esse de
l'amour), inyit6, le G6n6ral Ogou Badagri possda la mambo (pr&-
tresse). On lui servit du rhum. Ii en but abondamment. On lui offrit
un gros cigare. I1 l'alluma, en tira plusieurs bouff6es, puis r6clama
sept coqs rouges.
Sept coqs rouges, m&me, G6n6ral Ogou! fit le maitre de cans,
en quvrant grands les.yeux.
Oui, sept coqs rouges.







50 MYTHOLOGIE VODOU

-Je ne les ai pas aujourd'hui, G6n6ral. Je te les donnerai us
autre jour.
Badagri renifla bruyamment. 1I bomb le torse et ses yeux prirent
une expression menagante. Il chanta:
Jou m'en cole!
Mouin dit: jou m'en cole,
M'a vomi sang sou yo!
Le jour ou je serai en colere! Je dis: le jour oi je serai en
colere, Je vomirai du sang sur eux!

Puis il dit:
Moi, Ogou Badagri, G6n6ral sanguinaire, je r6clame sept coqs
rouges et qu'on se d6p6che de me les apporter.
Les hounsis (serviteurs du temple) et le maitre de cans trem-
blaient comme des feuilles. On chanta plusieurs chansons pour apai-
ser le loa et le renvoyer. Mais il s'obstinait A r6clamer lea sept coqs
rouges et il devenait de plus en plus furieux.
--Vous ktes une bande de saloperies, dit-il finalement. Quand
on n'a pas de moyens, on ne fait pas de service et si on en fait un,
on n'y invite pas le G6n6ral Ogou Badagri. Pour qui done me pre-
nez-vous? Pour une vermine de votre espkce?
I! frappa du pied, d6clara qu'on aurait bient6t des nouvelles du
G6n6ral Ogou Badagri et se retira.

Badagri protege bien ses fiddles serviteurs. L'un d'eux me fit ce
recit:
Zul6ma servait bien Ogou Badagri et celui-ci, en retour, lui avait
donn6 beaucoup de chance. Une voisine qui 6tait la d6veine en
personnel, l'enviait et la haissait. Cette femme, ayant d6cid6 de jeter
un mauvais sort A Zul6ma, alla trouver un b6c6 (sorcier, rebouteux,
devin) qui lui remit une bouteille noire, en lui disant:
- de Zul6ma. Le lendemain, a la m&me heure, tu iras la reprendre et
tu me l'apporteras.
--cC'est bien.
Et a minuit, elle alla enterrer la bouteille devant la porte de
Zul6ma.







OGOU EADAGRI


seda. II 6tait furieux. Frappant du pied, il dit:
-( ( pondit:
-- mon cheval (sa poss6d6e) pour prendre son Ame. Mais foutre, elle
aura bient6t des nouvelles du Gen6ral Ogou Badagri, negre san-
guinaire.
< M'-rain pral' pile ouanga m'rain:
C6td ya our m'rain?
M'-rain prale fouille mazi m'rain:
C6t6 ya ou mr'rain?
C6t6 ya ou6 m'rain:
Rh6le: Ogou-'! rh61e Ogou-6!
.Sauv6 ya sauve,
C6te ya oue mouin...
Je vais confectionner mon ouanga (charme malefique): O me
trouveront-ils? Je vais d6terrer mon mazi: -O me trouveront-
ils? Oh ils me verront, Ils crieront: Ogou 6! ils crieront Ogou 6!
- Et ils se sauveront,--Oh ils me verront...

< aussit6t, la voisine, qui assistant A la scene, tomba raide morte.
Autrefois, Ogou Badagri etait un des loas les plus ch&ris des fiddles.
Maintenant, il se plaint d'6tre d6laiss6. II apparait dans une c6er-
monie et, trouvant qu'il n'est pas accueilli avec enthousiasme, il
chante:
change: Dpi temp m' Ia!

D6pi temp m' Id!
Ogou Badagri!
M' dit n' ap' lagu6-m'!
Depi temp m' I1!
C6de mar6 c6de!
D6pi temp m' 1~!
Yo pa connain m' c6 Ogou!
D6pi temp m' Id!







52 MYTHOLOGIE VODOU

Depuis le temps que je suis 1h! Depuis le temps que je suis 1a!
- Ogou Badagri! Je dis que vous m'abandonnez! Depuis le
temps que je suis la!--La corde attache la corde!-Depuis le
temps que je suis 1! On ne sait pas que je suis Ogou! Depuis
le temps que je suis la!

Mouin bless, m'bless6-6!
Jodi yo content ou6-m',
D6main ya fache!
Ogou Badagri,
Nlgue Nago Royo!

Je suis bless, blessed 6! Aujourd'hui on est content de me voir,
- Demain on sera fach! (Moi) Ogou Badagri, Negre Nago
royo (enrag6)!
M' c6 z6be & t6,
Yo pa connain 9a qui lan coeit m'rain!
Pile Badagri qui s6te lan d'Ieau!
Ogou Badagri qui s6te fan d'leau,
Yo pa connain ca qui lan coei-l'!
Pil 6, yo ou6-m, yo pa connain'm!

Je suis l'herbe a terre, Ils ne savent pas ce que j'ai dans le
coeur! Ils foulent (au pied) Badagri qui sort de 1'eau! Ogou
Badagri qui sort de 1'eau, Ils ne savent pas ce qu'il a dans le
cceur! -Foulez, oh! Ils me voient, ils ne me connaissent pas.

Un jour, Agou6 T'Arroyo c6lbra un grand barbarco aux trois
Zilet', sa demeure, et Ogou Badagri y vint sans son escorted. La table
6tait somptueusement service. Le peppermint, l'orgeat, le rhum cou-
lerent a flot.

Au beau milieu de la f&te, Agoue reprocha a Badagri de lui avoir
ravi sa maitresse, la belle et pimpante Maitresse Ezili. Ogou se
fAcha. II d6clara que Maitresse Ezili 6tait sa femme depuis long-
temps, qu'elle 6tait la mere de sa pauvre enfant, Urzule, disparue
en mer. Il alla m&me jusqu', accuser le maitre de la mer d'avoir
enlev6 et s6questr6 sa fille.






OGOU BADAGRI 53


Agou6, comme on le sait, est col6rique. Son sang ne fit qu'un tour.
II ordonna A son escorted d'attaquer Badagri et, pointant ses canons
dans sa direction, il ouvrit le feu. Badagri, forgeron, fondit les bou-
lets et, passant A la contre-attaque, sabra sans merci ses assailants.

Le combat fit rage pendant plusieurs heures. Badagri se d6fendit
vaillamment. Mais l'escorte d'Agou6 finit par l'encercler. Ne pou-
vant plus tenir, il appela A son secours, son cousin germain, Ogou
Ass6t6-r Micho. Aussit6t, un 6norme tambour-ass6t6-r accosta aux
trois Zilets. Badagri, op6rant une perc6e, r6ussit A 1'atteindre. II l'en-
fourcha et, s'6loignant, ii se mit a agiter son foulard rouge de great
et a chanter:
Ogou Badagri, c6 negue politique 6!
Ogou Badagri, c6 n6gue politique 6!
L'hM-ou entrav6, c6 laiss6 could!
Ogou Badagri, c6 n6gue politique 6!
Pa quit n6gue touy6-ou!
Temp6te mar6, lan m6 mauvai!
Ogou Badagri 6! c6 negue politique!
Glissg could, gliss6 all6 fait route-ou!
Ogou Badagri, c6 n6gue politique 6!

Ogou Badagri est un negre politique (un politician), oh!- Ogou
Badagri est un negre politique, oh! Lorsque vous ftes dans une
mauvaise passe, c'est laissez faire! Ogou Badagri est un n6gre
politique, oh! Ne laissez pas les negres vous tuer! La temp6te
est d6chain6e, la mer est d6mont6e! Ogou Badagri, oh! est' un
negre politique! Glissez, coulez, glissez, poursuivez votre chemin!
- Ogou Badagri est un negre politique, oh!

Agou6 6cumait de rage. II se langa a la poursuite de son rival avec
sa flotte. Mais Badagri est associ6 au feu. II fit bouillir la mer et
s'6chappa A l'abri d'un rideau de fum6e.

Dans les chromos de Saint Georges une jeune fille est repr6sent6e
debout, aupres du saint cavalier, v6tue d'une longue robe blanche,
la t6te ornee d'un diadbme, les mains jointes. Cette jolie demoiselle,
disent les fiddles, est Urzule, la fille de la d6esse de l'amour et du
dieu de la guerre.







54 MYTHOLOGIE VODOU

Reproches qu'un serviteur de Ogou Badagri lui adresse:

Ogou Badagri,
M'ap sevi loa m'rain, (bis)
M'pa gain aide, oh!
Pa c6 m'rain p'ap' pald, (bis)
Yo dit m'rain pa Ia, oh! j
Ogou Badagri,
M'ap, sdvi loa m'rain,
M'rain pa gain aidd, oh!

Ogou Badagri, Je sers mon loa Je ne regois aucune aide, oh!
(bis) Parce que je ne parole pas, On dit que je ne suis pas 1,
oh! (bis) Ogou Badagri, Je sers mon loa Je ne regois aucune
aide, oh!

La couleur de Ogou Badagri est celle de la flame et du sang.
Dans ses services, la mambo ou pr&tresse et les hounsis-femmes
(membres du corps sacerdotal Vodou) s'habillent de caracos rouges
et se coiffent de madras rouges, on se sert d'un drapeau rouge frang6
et paillete, on lui sacrifice des poules et des coqs au plumage rouge.

Le reposoir de Ogou Badagri est gdndralement le laurier rouge
(nerium oleander) -ses feuilles ressemblent, dit-on, A celles du lau-
rier des anciens: (laurus nobilis L.). D'ailleurs lui-meme s'identifie
Scette plante et declare &tre reconnu pour tel au Dahomey:

Eh! laurier, c6 m'rain Ogou 6!
M'rain laurier (bis)
Dahonmin d'acc6, eh!
C6 m'rain Ogou
Cd m'rain, c6 m'rain Ogou,
Cd m'rain laurier,
Abobo!

Eh! laurier, c'est moi Ogou, oh! (C'est) moi laurier (bis.) Le
Dahomey est d'accord, eh! C'est moi Ogou C'est moi, c'est moi
Ogou C'est moi le laurier Abobo!




















OGOU FERRAILLE

































































t ;' '
















O.


Copie d'un VWv6 de Ogou Ferraille dessin6 sur un tambour sacred












OGOU FERRAILLE


Ogou Ferraille ou Ogou Fer, dieu des armies, est identifi6 a Saint
Philippe. C'est un beau mulAtre, sympathique, qui porte toujours
uniformre de general. Ses diff6rents symbols sont 1'Mp6e, le fer et
le feu, et sa couleur est le rouge 6carlate rouge de feu et de sang.
Ogou Ferraille est le protecteur des braves. II conduit lui-m&me
les guenriers au combat et les rend imp&tueux:

Ogou-6! Feraille-6!
En al1 ave-m!
M'dit: Ogou-6! Feraille-6!
En ale ave-m'!
Can-non t6 met tire,
Fisi t6 mt' tire,
Pinga-ou vini ggdd!
En alI ave-m!

(Moi) Ogou, oh!, Ferraille, oh! Venez avec moi Je dis: (moi)
Ogou, oh! Ferraille, oh! Venez avec moi! Meme si le canon
tonne, Meme si le fusil tire, Ne vous en occupez pas! Venez
avec moi!
Ogou Ferraille est associe a Saint Jacques le Majeur:

Ogou Feraille-6!
Ou ce negue politique!
Coument yo rheld-ga?
M'pa m6l1 Saint Jacques!
M'pa m616 Saint Jacques!

Ogou Ferraille, oh! Tu es un negre-politique (un politician)! -
Comment appelle-t-on ga? Je ne me m&le pas des affaires de Saint
Jacques! Je ne me mele pas des affaires de Saint Jacques!
Le cavalier qui porte une armure dans les chromos de Saint Jac-
ques le Majeur est, dit-on, Saint Philippe (Ferraille). La visiere de
son casque est, pour certain fiddles, un bandeau que Dieu le Pere
lui a mis sur les yeux pour l'empc.her de voir, car, disent-ils, si






60 MYTHOLOGIE VODOU

Ferraille voyait, il serait le plus puissant des loas et abuserait de
sa puissance sur la terre. Pour d'autres fiddles, et ceux-lA ne sont
pas nombreux, Ferraille est le fils de Badagri et c'est son pere
qui lui a band les yeux pour le punir d'avoir courtis6 Maitresse
Ezili et obtenu des faveurs de la d6esse de l'amour.
Saint Jacques le Majeur et Ferraille (Saint Philippe) sont fet6s le
ler. mai (probablement est-ce parce qu'ils confondent Saint Jacques
le Majeur avec Saint Jacques le Mineur, f6t6 le ler. Mai). Cepen-
dant, le 25 Juillet, date de la fete de Saint Jacques le Majeur, Fer-
raille et Ogou Saint Jacques sont f&t6s aussi.
Ogou Ferraille raffole des belles femmes, aussi travaille-t-il beau-
coup pour avoir de quoi leur payer de jolies robes:

Ogou travaille-6!
Ogou pa mange!
Ogou travaille-6!
Ogou pa mang!
Toute 1'agent Ogou fait,
C6 pou Ii p6to baille bel' fanm'!
Hi& au soi, Ogou d6mi san soup!

Ogou travaille, oh! Ogou ne mange pas! Ogou travaille, oh!
- Ogou ne mange pas! Tout l'argent que gagne Ogou, II le
donne aux jolies femmes! -Hier soir, Ogou a dormi sans souper!

Ogou travaille-6!
Ogou pa mange!
Ogou passe jounin dWh6-r!
Li achet6 bel'robe baille fanm'li!
Hi6 au sof, Ogou d6mi sans soup!

Ogou travaille, oh!- Ogou ne. mange pas- Ogou a passe la jour-
n6e dehors! II a achete de jolies robes pour ses femmes! Hier
soir, Ogou a dormi sans souper!

Ogou travaille-6!
Li pa mange!
Li sere l'agent,
Pou-1' d6mi caille bel fan'm!
Hie au soi, F6raille d6mi san soup!







OGOU FERRAILLE 61


Ogou travaille, oh!- Il ne mange pas!- I1 serre son argent, -
Pour coucher avec de belles femmes! Hier soir, Ferraille a dormi
sans souper!
Ogou Ferraille est le loa (dieu) qui compete le plus de d6vots. Ses
servantes lui dressent dans leur chambre un rogatoire (une petite
boite carr6e en bois), oi figurent les chroios catholiques de Saint
Jacques le Majeur, des saints correspondent A Damballah Oueddo,
a Maitresse Ezili, a Ogou Badagri, etc.; elles y placent des tasses de
cafe douxx et amer), de baume tranquille, d'huile de palma-christi
ou ricin, du coton et une bougie de cire rouge; elles y mettent des
bouteilles de rhum et d'orgeat, un cigare, un rameau de basilic na-
geant dans un verre d'eau, et un bouquet de basilic (cette plante
donne, dit-on, de la chance). Son jour, le mercredi, elles s'abstien-
nent de relations sexuelles.
Un serviteur de Ogou Ferraille me dit un jour:
- Et il me conta:
l1 6tait vetu d'un riche habit de g6enral et montait un magnifique
':heval rouge. Mettant pied A terre, il s'avanqa vers moi et me dit:
-- viendrai et te ferai un cadeau.
< lendemain, je racontai le rave a ma mare qui 6tait une personnel
(i'experience.
Mon enfant, me conseilla-t-elle, n'en parle a personnel. II y
a tant de jaloux de par le monde, qu'on peut te faire du tort, oui.
< Ferraille et quinze jours apres, Ogou revint, mais cette fois-ci, en
montant ma mere. Il nous salua tous, mon pere, mon frere et moi,
puis se dirigea vers le bois voisin oui il d6terra une pierre rouge (sa
pierre). Il me l'apporta et me dit:
-(Mon enfant, volci le cadeau que je t'avais promise. Cette pierre
te fera trouver un tr6sor enfoui dans le bois.
< s'abattit sur le sol.







62 MYTHOLOGIE VODOU

( gens du voisinage eurent vent de l'affaire et se'mirent a me perse-
cuter. Il n'y eut rien qu'ils ne mirent en ceuvre pour me faire du
mal, ils invoquerent les loas les plus f6roces du rite Petro...
< cochon. Je ne sais pourquoi, je l'enfourchai. I1 se mit A voler avec
moi. Combien de temps cela dura? Je ne puis le dire, car je perdis
la raison et lorsque je la recouvrai, j'6tais dans mon lit et mes pa-
rents 6taient A mon chevet. Je leur racontai ce qui m'4tait arrive.
Ils me dirent que ne me voyant pas rentrer, ils me chercherent partout
et finirent par me trouver 6tendu, sans conscience, au croisement
de deux sentiers, ce qui indiquait que j'y avais 6et port par quelques
esprits malfaisants. Aussit6t, une id6e me traversa la tate:
-< < disparu...
Ogou Ferraille, dieu du feu, est patron des forgerons et forgeron
lui-m&me. II preside a la fabrication des a:mes et des instruments
aratoires c'est ce qui explique la part active qu'il prend au manger-
yam ou sacrifice agraire. Tous les mercredis, un feu est allum6 au-
tour de sa forge, toujours representbe par deux tiges de fer fichees
en terre cette forge peut ktre place dans le hounf6-r ou temple,
devant le pe ou autel, ou bien sur le p6ristyle, ou encore dans la
cour, non loin du temple. Le feu est aussi allum6 et entretenu le
jour des ceremonies en son honneur. Il est int6ressant de noter que
1'arbre-reposoir servant de residence a Ogou Ferraille est ordinaire-
ment le pin ou le bois-pin (pinus occidentalis Sw.), exceptionnel bois
A brCiler.
On c6elbrait un service en l'honneur de Ogou Ferraille. Le peris-
tyle du hounf6-r recouvert de t6les ondul6es, ou se d6roulait la c4-
r6monie, 6tait decor6 de palmes et pavoise de petits drapeaux de
paper aux couleurs nationals. Au milieu de l'enceinte se dressait
le poteau-mitan peint de bleu et rouge, en spirale, et orn6 d'un bou-
quet de feuillages et de fleurs rouges attach avec un morceau de
toile rouge. Un rond-point en magonnerie blanchi a la chaux entou-
rait le poteau-mitan; sur ce rond-point 6taient poses un gobelet d'eau,
une assiette de faience orn6e de fleurs bleues et rouges, qui contenait







OGOU FERRAILLE 63


de la farine, une sonnette m6tallique, un asson ou hochet rituel, fait
d'une calebasse recouverte de vertebres de couleuvres entrelacees
et emmanch6e d'une tige.
Le houngan qui officiait ce jour-la, 6tait un griffe mince a barbiche
grisonnante. II portait un complete et un bonnet de kaki jaune, un
foulard rouge au cou, des guetres jaunes et des lunettes noires La
c6r6monie, comme toujours, d6buta par des chants A Papa Legba,
puis les autres loas ou dieux furent invoqu6s dans 1'ordre g6n6rale-
ment fix6. Quand ce fut le tour de Ogou Ferraille, le houngan, avec
de la farine de mais prise par petite quantity entire le pouce et l'in-
dex, tira au pied du poteau-mitan le vbv& ou symbol du mystere.
Ensuite, il fit des libations de rhum sur le dessin et, A 1'aide de
I'asson et de la clochette, invoqua le loa au course de cette invo-
cation, les noms de tous les Ogou furent cit6s. Les membres de la
famille, les hounsis (serviteurs du temple) habill6es de caracos rouges
et coiff6es de mouchoirs de madras rouges, formerent un grand
cercle autour de la forge du dieu et allumerent un grand feu de bois.
Le chef de la famille qui tenait une poule et .un coq au plumage
rouge A chaque main, se d6tachant du group des fiddles, alla s'age-
nouiller devant le houngan. II 6tait v6tu d'une blouse de cotonnade
rouge, d'un pantalon de cotonnade gros-bleu retrouss6 jusqu'au bas
des genoux, et avait un foulard rouge nou6 autour du cou. Le
houngan lui saisit les mains, les croisa par deux fois 1'une sur 1'autre,
le releva, le fit turner par trois fois sur lui-m&me (un tour a droite,
un tour a gauche et enfin un tour a droite), puis lui prit les volailles,
les brandit au-dessus des membres de la famille, leur passa les
oiseaux sur le corps ce rituel est appel6 en Vodou: ventaill. Ogou
chevaucha un membre de la famille. < cria
l'assistance.
Le possed6 fit plusieurs bonds, caracola, trembla de tous ses mem-
bres, puis gronda: WM'hou! M'hou! M'hou! C'est moi Ogou Fer-
raille. M'hou! M'hou! M'hou! Maitre Ogou, eh! C'est moi Ogou en
bas lo&. M'hou! M'hou! M'hou! En bas lo6, c'est moi, Ogou, oh! le
Dahomey est d'accord.
Aussit6t les tambours saluerent la divinity par un au-champ (es-
pEce de priere-louange A l'esprit qui s'est manifesto dans la personnel
du poss6d6). Le houngan, les hounsis, le corps-des-drapeaux l'entou-







64 MYTHOLOGIE VODOU

rerent. La-place (le maitre de cr6rmonie), en jaquette grise et
portant des verres fumes, s'agenouilla devant le loa et lui pr6senta
son sabre. Ogou le baisa. Deux femmes hounsis-porte-drapeaux firent
la r6v6rence devant le myst6re et lui pr6senterent le drapeau de la
Soci6t6 ou confr6rie ainsi que le drapeau frang6 et paillet6, aux cou-
leurs nationals bleu et rouge, du dieu. Ogou embrassa les emblemes,
puis fit une r6v6rence en disant: o bonjour>.
Ogou Ferraille fut ensuite rev&tu d'une chemise rouge et coiff6
d'une calotte rouge parfois on l'habille en g6n6ral de l'ancienne ar-
m6e d'Haiti: dolman bleu, pantalon rouge, k6pi rouge. On lui noua au
cou un foulard rouge, on attacha A ses bras des mouchoirs rouges,
on le fit asseoir dans un fauteuil en jonc don't le dossier 6tait recou-
vert d'une petite draperie rouge, on lui mit en main un baton enve-
lopp6 de toile de satin rouge. Puis les membres de la famille, a ge-
noux, lui pr6sentr.ent une bouteille de rhum, un cigare et des allu-
mettes. Ogou but une grande quantity de rhum et alluma le cigare.
Le houngan plant devant le rond-point une 6p6e et une bougie
de cire rouge al-lumee, il flamba le poteau-mitan au rhum, secoua
l'asson et la clochette en pronongant des mots-langages (formules
rituelles), fit une libation a sa droite, a sa gauche et par derriere lui,
puis avala une bonne quantity de rhum. Prenant les volatiles par les
pattes, il les agita aux quatre points cardinaux, les fit tournoyer au-
dessus de sa t6te en dansant et en chanfant:
Ogou F6raille-6!
Min ca n'ap6 ba-ou!
San ranquine,
San ranquine,
San ranquine,
Papa Ogou!
Ogou Ferraille, oh! Voici ce que je te donne! Sans rancune,
- Sans rancune, Sans rancune, Papa Ogou!
II se prosterna ensuite devant le mystere et lui tendit la poule et
le coq. Ogou prit les oiseaux, dansa, les fit vire-volter autour de sa
t6te, puis leur arracha le cou d'un movement de torsion rapide et
violent. AprBs quoi, il leur suga le sang a m6me la plaie et les jeta
sur le sol.







OGOU FERRAILLE 65

Le houngan ramassa les animaux, il laissa s'6couler, de chacun
d'eux, trois gouttes de sang dans la forge du loa, puis il fit exploser
sur le sol trois petits tas de poudre A canon, tandis que tout le monde
dansait, en chantant:

F6, Ogou F6, Ogou F6, Ogou Fe, oh!
Fe, Ogou F6, Ogou F6, Ogou Fe, oh!
Fe, Ogou Fd, Ogou F6, Ogou Fe, oh!
Damballah m'ap' tir6 can-non, oh!
F6, Ogou F6, Ogou Fe, Ogou F6, oh!
Damballah m'ap' tire can-non, oh!
F6, Ogou F6, Ogou Fe, Ogou F6, oh!
Damballah m'ap' tire can-non, oh!

Fer, Ogou Fer, Ogou Fer, Ogou Fer, oh! Fer, Ogou Fer, Ogou
Fer, Ogou Fer, oh! Fer, Ogou Fer, Ogou Fer, Ogou Fer, oh!-
Damballah, je tire le canon, oh! Fer, Ogou Fer, Ogou Fer, Ogou
Fer, oh! Damballah, je tire le canon, oh! Fer, Ogou Fer, Ogou
Fer, Ogou Fer, oh! Damballah, je tire le canon, oh!
Se frappant la bouche avec deux doigts, Us crierent:
.
Le mystere r6pondit:
Fdraille-6! fait l'hd-6!
Ogou Balindjo,
Nou p6c6 rive,
Yo tir6 can-non pou nou.

Ferraille, oh! prends ton temps! Ogou Balindjo, Nous ne
sommes pas encore arrives, On tire le canon pour nous.
Dans un bol de faience blanche orn6 de fleurs bleues et rouges,
une hounsi recueillit le reste dil sang des victims sacrificielles, et
elle s'agenouilla devant le houngan, qui la releva, la fit turner par
trois fois sur elle-m&me, puis lui prit le bol. D'un geste solennel, le
houngan l1eva le bol de ses deux mains vers le ciel et, 1'air inspire,
1'orienta aux quatre directions cardinals, en marmottant une priere.
Apres quoi, il le d6posa sur le rond-point. Les membres de la famille
et les hounsis tremp&rent alors, chacun, le bout du doigt dans le sang
et se signerent le front et la bouche.







66 MYTHOLOGIE VODOU

Les victims furent emport6es ensuite a la cuisine pour 6tre as-
saisonn6es avec toutes sorte d'6pices (sauf 1'ail et le persil qui sont
tabou), puis pr6par6es au rhum. On avait d6jA cuit pour le myst6re
des patates, de grosses bananes (plantain), des ignames, du mais
moulu aux haricots rouges, du riz-cajou (riz non d6cortiqu6 qui a
la couleur de 1'acajou), des pois rouges en sauce aux dounboueilles
croquettess de farine de froment), du chamcham melangee de rorolis-
s6same, de pistaches, de mais et de piments-oiseaux grills et pil6s).
Les membres de la congregation danserent en tournant lentement,
1'un derriere 1'autre, autour du poteau-mitan, et en chantant ce
yanvalou:
Feraille-6!
Lan main qui moune ou laiss6 bagui loa-m' yo?
Feraille-6!
Lan main qui moune ou laiss6 zenfant la-yo?
Cou ou6-m' m'a rit6 m'songg Ogou F6raille,
M'a console, m'a prend courage 6!
Rh61e AlMman, L6man, Sobagui n'assir6!
Lan Guita-6! Guita-Sobagui!
M'a rhld6 papa Ogou, Sobagui n'assir6!
Ferraille, oh! Entre les mains de qui as-tu laiss6 le bagui (autel)
de mes loas (dieux)? Ferraille, oh! Entre les mains de qui as-
tu laisse les enfants (fiddles)? D&s que je me mettrai a songer a
Ogou Ferraille, -Je serai console, je reprendrai courage, oh! -
Criez Aldman, Leman, notre Sobagui (hounf6-r) est assure! Dans
le Guita, oh! Guita-Sobagui! Je crierai papa Ogou, notre Sobagui
est assure! (Ogou Ferraille est gen6ralement le garden des hounf6-r
ainsi que Loko Atissou).
Soudain, Ogou Ferraille saisit 1'epee fich6e en terre devant le
poteau-mitan, il la fit player sur son ventre et dansa. A un moment
donn6, il fonga sur un assistant et fit le geste de lui piquer la poi-
trine c'est un honneur qu'il lui faisait. Le houngan s'arma alors
d'une 6pee et croisa le fer avec le mystere.
Ogou Ferraille entra ensuite dans son hounf6-r. C'6tait une petite
case en magonnerie blanchie au lait de chaux a l'int6rieur comme
A 1'ext6rieur et couverte de chaume. Adoss6 au mur du sanctuaire,
face A 1'entr6e, se dressait le p6, sur lequel on voyait un bouquet de







OGOU FERRAILLE 67


fleurs artificielles, une soucoupe contenant une pierre rouge em-
bleme de Ferraille, un crucifix, un govi ou cruche en terre cuite
servant a invoquer les loas, une lampe-4ternelle ou lumiere 6ter-
nelle cette veilleuse, faite ordinairement d'une soucoupe ou d'un
morceau de noix de coco et d'une m&che flottant sur une couche
d'huile d'olive, de coco ou de palma-christi, est allumbe d'une fagon
permanent dans les sanctuaires; il y avait aussi des pots de terre
rouge, des plats de faience orn6s de fleurs rouges, des canaris ou
vases de terre cuite; trois cruches-marassa-guinin ou cruches des ju-
meaux de guinee, un zin-nago d6pose dans une assiette c'est une
petite chaudiere en fonte, a trois pieds, qu'on brCle g6n6ralement en
1'honneur de Ogou Ferraille, dieu Nago. Sur le mur, au-dessus du
pe, 6taient dessin6s des emblemes et on y voyait des chromos de
saints identifies aux loas servis Iar la famille. Devant I'autel 6tait
plant6e une 6p6e, symbol de Ferraille. A l'un des coins de la case,
sur une petite table recouverte d'une nappe rouge et don't les pieds
6taient drapes de toile de satin rouge, on avait dress le manger
du loa.

Ogou Ferraille fut salu6 par cette chanson:

Ogou-6!Iaiss6-n' salue-ou!
Ogou-6!Iaiss6-n' salue-ou!
D6vant bagui-a n'ap' salu6-ou!

Ogou, oh! laisse-nous te saluer! Ogou, oh! laisse-nous te saluer!
- Devant le bagui (autel) nous te saluons!

Puis on 1'invita A se mettre a table. Ogou mangea la t6te, les
cuisses, les ailes, le foie des volailles, ainsi qu'une bonne parties des
autres mets qu'on avait prepares pour lui, il avala un gobelet de
caf6, vida tout d'un trait une bouteille de rhum, fuma un gros cigare
(cube). Satisfait alors, il donna des conseils A la famille, leur promit
de les visited souvent.

L'on retourna sur le p6ristyle, et le houngan tira un vev6 sur le
sol, devant la forge du loa, les membres de la famille y creuserent
une fosse, dans laquelle furent jets le contenu d'une bouteille de
rhum, un foulard rouge, des pieces de monnaie, un morceau de fer
forg6, des cigaires, des allumettes et les os des animaux sacrifice.






68 MYTHOLOGIE VODOU

Apres quoi, les hounsis firent une ronde autour du trou, tout en
chantant. Le houngan le combla enrsuite de terre, puis plant just
au milieu trois bougies allumees, don't l'une rouge.
L'on dansa et chanta:

Ogou-6! Feraille-6!
Feraille en n'al6!
Mande c6t6-ou quit Nago?
Mand6 c6t6-ou quit Nago?
FignolM pou loa-m'yo!
F6raille-6!

Ogou, oh! Ferraille, oh! Ferraille partons! Je demand oix
as-tu laiss6 Nago? Je demand oui as-tu laiss6 Nago? Fignolez
(ondulez) pour mes loas!--Ferraille, oh!
Ogou Ferraille distribua des poign6es de main a bon nombre de
fiddles, leur croisa les bras 1'un sur 1'autre, puis se retira de la tete
de son cheval, qui s'affaissa sur le sol, bris6 de fatigue.





















AUTRES OGOU














AUTRES OGOU


Ogou Ashad6 est un b6c6-r (devin, rebouteux) puissant qui con-
nait, dit-on, le secret des plants m6dicinales. Son arbre-reposoir est
parfois un avocatier (persea americana Mill.).
Chansons de Ogou Ashad6:

Pit6, pit6 rh616 Ashad6!
Pit6, pit6 rh616 Ashad6!
Ashad6 c6 grand moune, oh!
Mouin pa v16 loa-yo touy6 mouin!

II vaut mieux, il vaut mieux appeler Ashad6! II vaut mieux, il
vaut mieux appeler Ashad6! Ashad6 est une grande personnel (qui
a beaucoup d'exp6rience), oh! Je ne veux pas que les loas (dieux)
me tuent!
Ashad6 6!
Ashad6 m'pa gaingnain parent icit
Qui pou pal6 pou mouin!
Ashad6 mouin pa gaingnin parent icit
Qui pou pale pou mouin la-a!
Ashad6 6, Ogou mauvai 6!

Ashad6, oh! Ashad6, je n'ai pas de parent ici Pour me de-
fendre! Ashad6, oh! Ashad6, je n'ai pas de parent ici, Pour
me d6fendre! Ashad6, oh! Ogou m6chant, oh!

F6raille pa la,
Yo dit yap' touy6 mouin!
Balindjo pa la,
Yo dit yap' mang6 mouin!
O Papa Bakousson Ashade!
Oh! sauv6 mouin!

Ferraille n'est pas IA, On dit qu'on va me tuer! Balindjo n'est
pas 1, On dit qu'on va me manger! O Papa Bakousson Ashad6!
- Oh! sauve-moi!







72 MYTHOLOGIE VODOU

Salut Papa Ogou Ashad6!
M'p6 salut Papa Ogou Ashad6!
Li l'h6, Ii temp, Ashad6, oh!
Li 1'hM, li temp, Ashad6, oh!
Papa Ogou pa t6 1M,
Min ii rive!

Salut Papa Ogou Ashad6! Je te salue Papa Ogou Ashad6, oh!
- II est l'heure, il est temps, Ashad6, oh! Il est l'heure, il est
temps, Ashad6, oh! Papa Ogou n'6tait pas 1, Mais il est arrive!

Ashad6 m' c6 grand moune 6!
Ashad6 c6 grand moune 6!
Ashad6 ce grand moune 6!
Gidd m' chita la caille mouin,
Ti-moune yo ap' emb6t6 mouin!

(Moi) Ashad6 je suis une grande personnel, oh! Ashad6 est une
grande personnel, oh Vois, je suis assis chez moi Les enfants
viennent m'embeter!
Cou yo malade 6,
Yo rh616 Ashad6.
0 cou yo gu6ri c6-yo,
Ashad6 c6 d6mon.
D&s qu'ils sont malades, Ils appellent Ashad6. Oh! des qu'ils
sont gueris, Ils disent qu'Ashad6 est un d6mon.


Olisha, identifi6 a Saint Raymond, est malfaisant, cruel. C'est un
fameux magicien qui, dit-on. a une vaste connaissance des plants
qui tuent. II sait preparer aussi des bains aromatiques.
Chansons de Olisha:

Olisha ca fait m'rain la pein-n!
M' ta cri6!
Olisha ga fait m'rain la pein-n'
M' ta rh616!

Olisha, cela me fait de la peine! J'ai envie de crier Olisha,
ga me fait de la peine! J'ai envie de h6ler!






AUTRES OGOU 73

qa' m' fait pou yo rhai m'rain?
Enhe! Olisha!
"a' m' fait pou yo rhai m'rain?
Olisha, m'rain mauve!

Qu'ai-je fait pour qu'ils me haissent? Enh6! Olisha! Qu'ai-je
fait pour qu'ils me haissent? (Moi) Olisha, je suis fich6!

Saluez Nago-e!
Nago riv6-6!
Li 1'hM, Ii temp (bis)
0 Batala (bis)
Saluez Nago jodi-a, aibobo!
Li 1'he, li temps (bis)
Olisha (bis)!
Aibobo!
Crie Abobo pou N1gue Olisha Baguita Wanguita!
Ashade Negue boc6-r Olisha!

Saluez Nago, eh! Nago est arrive, oh! -Il est 1'heure, il est
temps (bis) 0 Batala (bis)! Saluez Nago aujourd'hui, aibobo!
-II est 1'heure, il est temps (bis) Olisha (bis)! Aibobo! -
Criez Abobo pour le negre Olisha Baguitta Wanguitta AshadB
negre b6c6-r (devin, rebouteux) Olisha!

L'ale, I'ale, li pa dit m'!
Ogou F6 qui monte Ian me, li pap' tounin!
L'al6, I'ale, li pa dit mouin!
Batala qui monte lan m6, Ii pap' tounin!
L'ale, I'al, li pa dit mouin!
Olisha qui monte lan mB, li pap' tounin!
L'al6, I'ale, Ii pa dit mouin!
Aoch6-Nago,
Papa Ogou, oh! Papa Ogou, oh!
Moin pral6 la caille mouin,
Choual m'rain s664!

Il est parti, il est parti, il ne m'a rien dit! Ogou Fer s'est em-
barqu6, il ne retournera pas! II est parti, il est parti, il ne m'a
rien dit-Batala (Ogou) s'est embarqu6, il ne retournera pasl-






74 MYTHOLOGIE VODOU

Il est parti, ii est parti, il ne m'a rien dit Olisha (Ogou) s'est em-
barqu6, il ne retournera pas!- II est parti, il est part, ii ne m'a
rien dit! Aoch6-Nago Papa Ogou, oh! Papa Ogou, oh! Je
m'en vais chez moi, Mon cheval est sell!



Ogou Balindjo, Balindio ou Balignedio, est identified a Saint Joseph
ou a Saint Jacques le Mineur. Il est un loa-gu6risseur et aussi un
grand g6enral d'arm6e. Son emblnme est une machette.
Chansons de Ogou Balindjo:

Ogou Balindjo
Li dit Pap' s616 choual'-lai
S616-6! bride!
Balindjo dit Pap' pil6 passe!

Ogou Balindjo Dit qu'il selle le chevall Sell6, oh! brid6l -
Balindjo dit qu'il pi6tinera tout et passera!

AI1, a16 Balindjo,
Al6, mouin pa p6 tounin
Al6, ale, Negue-Nago
AIe mouin pa p6 tounin
Mouin c6 negue nago,
Mouin c6 n6gue-manchette.
Quand m' quimb6, Balindjo
Mouin pa lagug.

All, all, (moi) Balindjo-All,6 je ne reviendrai pas.-All6,
alley, (moi) negre nago, All6, je ne reviendrai pas. Je suis un
n&gre-nago, Je suis un negre-machette -Quand je tiens (quel-
qu'un), (moi) Balindjo, Je ne (le) lAche pas.

Balindjo, Ogou roi, roi! (bis)
M'pa mange manger,
Qui pou touy6 choual en mouin.
Balindjo, Ogou roi, roll
M'pa boue bou6sson,
Qui pou touy6 choual' en mouin
Balindjo, Ogou roi, rof!







AUTRES OGOU 75


Balindjo, Ogou roi, roi! (Bis) Je ne mange pas le manger, -
Qui peut tuer mon chevai (son poss6d6)! Balindjo, Ogou roi, roil
- Je ne bois pas la boisson, Qui peut tuer mon cheval! Ba-
lindjo, Ogou roi, roi!

Balindjo, Ogou roi, rof! (bis)
C6 pas manger range,
Qui pou touy6 choual en mouin.
M' grill mai mouin, c6 pou Balindjo!
M' grille pistache mouin, c6 pou Balindjo!
Ce pa manger range,
Qui pou touy6 choual en mouin.

Balindjo, Ogou roi, roi! (bis) Ce n'est pas du manger arrange
(soumis a une preparation surnaturelle en vue de faire du mal), -
Qui tuera mon cheval (possed6).- J'ai grill mon mais, c'est pour
Balindjo! J'ai grille mes pistaches, c'est pour Balindjo! Ce n'est
pas du manger arrange,-Qui tuera mon cheval.

Balindjo, Ogou roi, roi! (bis)
C6 pa manger range,
Qui pou touye choual' en mouin!
Choual' en mouin bien poudre,
Choual' en mouin bien baingnin,
Choual' en mouin senti bon!
Cd pa manger range,
Qu'a touy6 choual en mouin!

Balindjo, Ogou roi, roi! (bis) Ce n'est pas du manger arrange
Qui tuera mon cheval! Mon cheval (son poss6d6) est bien
poudr6, Mon cheval s'est bien baign6, Mon cheval sent bon!
-Ce n'est pas du manger arrang Qui tuera mon cheval!

***

Ossange ou Ossangne est un loa-gu6risseur. II porte plusieurs
noms: Ossangne-Agublingui, Ossangne-Agu6nit6, Ossange-Gu6gui-
mA16, Ossangne-Batagri, Ossangne-Batala, etc.







76 MYTHOLOGIE VODOU

Chansons d'Ossange:

Ossange-6! Iaiss6 couler Mait Ossange.
b laisse couler!
Yo prend asson Ossange sevi gudrison
0 Iaisse couler!
Yo prend bagui Ossange sevi guerison
0 laiss6 couler Mait Ossange!
Ossange-6! laisse couler Mait' Ossange!

Ossange, oh! laisse faire, Maitre Ossange laisse faire!--On
se sert de I'asson (hochet c6r6moniel) de Ossange pour gu6rir -0
laisse faire!- On se sert du bagui (de 1'autel) de Ossange pour
gu6rir -O laisse fair Maitre Ossange! Ossange, oh! laisse faire,
Maitre Ossange!

Ossangne-6, ou ba mouin ge-a
Pou mouin gdd6-yo!
Ossangne-6! ou ba mouin g6-a
Pou mouin g&de-yo!
Yo rhai Ossange,
Yo rainmin ouanga-l'!
Yo rhai Ossange,
Yo rainmin ouanga-l'!
Ossange-6! Pr6te-m' asson ou-a!
Ossange-6! Prete-bagui ou-a!
Asson pa pou mouin, asson Balindjo!
Bagui pa pou mouin, bagui Balindjo!
Qa qui dit Ca? C6m' ssi6 Ossange!
L'agent carreau tu ou 1l.

Ossange, oh! tu m'as donn6 des yeux -Pour que je les regarded.
- Ossarge, ch! tu m'as donn6 des yeux Pour que je les regarded.
- On hait Ossange, Mais on aime son ouanga (charme mal6-
fique). On hait Ossange, Mais on aime son ouanga. Ossange,
oh! pr&te-moi ton asson (hochet c6r6moniel). Ossange, oh! pr6te-
moi ton bagui (autel).- L'asson n'est pas & moi, il est a Balindjo.
- Le bagui n'est pas A moi, il est A Balindjo. Qui r6pond ga?
C'est M'ssieu Ossange!- L'argent de ton carreau (ancienne measure







AUTRES OGOU


frangaise: 100 pas de 3 pieds et demi au carr6, ou 12.939 metres
carries) de terre est l1.
Mait Ossange, oh!
Yo rhai oue mouin!
Yo rhai oue mouin Ossange
C6 mouin ya oue!
Yo pa vlW oue mouin
C6 mouin ya oue!
Apr6 Bondi6 lan ciel,
M'a vive aque yo!
Maitre Ossange, oh! On n'aime pas me voir! On n'aime pas
voir Ossange C'est moi qu'ils verront! On ne veut pas me
voir- C'est moi qu'ils verront! -Apres le Bon Dieu dans le ciel,
-Je vivrai avec eux!
Ossange Batala casse feille
Couvri canari loa-yo.
Ossange cass6 feille
Couvri canari loa-yo.
Ossange Batala casse des feuilles Couvre le canari (jarre) des
loas (dieux). Ossange Batala casse des feuilles Couvre le ca-
nari des loas.

Les Ogou suivants ont moins de serviteurs que ceux don't nous
avons parley plus haut:
Ogou Bacoul6 ou Bakoul6.
Ogou Baba.
Ogou Balissage, identified A Saint Florian.
Ogou Balot6.
Ogou Baltazar.
Ogou Barth6lemy, identified par certain fidbles A Saint Antoine
1'Ermite.
Ogou Bay& (barri&re). I1 est le garden des enclos et de la porte
du hounf6-r (temple).
Ogou Batala ou Obatala.
Ogou Dodd ou Lod&.
Ogou Galonnin (Galonn6).
Ogou Jenison ou K6nison.







78 MYTHOLOGIE VODOU

Ogou Kankannikan ou Zancannican. II est comme Ogou Badagri
un g6n6ral sanguinaire. II boit beaucoup d'alcool et de sang d'ani-
maux sacrifi6s. Les militaires recherchent souvent sa protection.
Ogou Mil6ni.
Ogou Panama. Gardien des champs de latanier. On le represente
toujours tressant un chapeau de paille de latanier.
Ogou L616.
Ogou Yaba.
Ogou P6.
Ogou Sabaho.
Ogou Ti-male ou Ti-male D6de.
Charles Ogou.
Ogou Bakessou ou Obakessou.
Ogou Charlod6. I1 est peu connu A Port-au-Prince. Aussi un fiddle
est 6tonn6 de le voir A la Capitale:

Ogou, oh! Ogou, oh!
A la longtemps m' pa oue-ou.
Ogou Chalod6
M'gain dix ans depi
M'pa ou6 bel' ch6 ti-papa.
A la longtemps m' pa ou6 Ogou cila-a.

Ogou, oh! Ogou, oh! Comme il y a longtemps que je ne t'ai vu.
- Ogou Chalod6 I y a dix ans depuis Que je n'ai vu mon
beau cher petit papa. Ah! comme il y a longtemps que je n'ai vu
cet Ogou.

Il y a aussi Ogou Laflamb6 (La-flambeau), Ogou G6-rouge (Ogou
yeux rouges), Ogou Djamsan, Yamsain, Yansan ou Yam'sang, etc.
Mais ceux-ci appartiennent au rite P6tro.




















CHANGE






















































i







CHANGE


Change est tres puissant. II est associ6 aux tempktes et a la foudre:
il gronde l'orage et crache le feu. Son jour est le mercredi et son
arbre-reposoir, le coq-chango (lobelia assurgens L.).
Change fait parties du group des Ogou et est appel6 Ogou Chango.
Souvent on l'associe a Ogou Ferraille:
R6y, r6y!
Ogou Chango, negue-fMraille-6!
Sang vse6, Feraille-6, sang vsed!
Ogou Feraille touy6
Koklo Feraille okon-6 (bis)
N'a p6 baille-ou donon (bis)
Fdraille-6!
Sangnan, sangnan, sangnan,
Gad' jan-n' touye koklo-la!
Sangnan, sangnan, sangnan!
R6y, r6y (cri pouss6 en frappant en m&me temps la bouche avec
deux doigts)! -Ogou Chango, negre-ferraille, oh! -Le sang est
vers6, (Ogou) Ferraille, oh! le sang est vers6! Ogou Ferraille a
tue Le Koklo (coq) de Ferraille okon (est tu6), oh! (bis) Nous
gallons te donner a donon (diner) Ferraille, oh! Sangnan (saigne),
sangnan, sangnan! Vois comme nous avons tu6 le koklo Sangnan,
sangnan, sangnan!
Change est une corruption de Shango, le Ogou des Yoruba (ce
people est g6n6ralement appele ici Nago). A Cuba oii predomine le
culte Yoruba, Chango, identified Sainte Barbara de la religion ca-
tholique, est un orisha (loa ou saint) hermaphrodite.
Change est un grand g6enral. Le houngan ou la mambo (pr&tre
ou pr&tresse Vodou) qui office un service-vodou en son honneur,
porte au cou un collier appel6 collier-g6neral. II renferme, dit-on,
21 loas (dieux).
Change donne de la chance, carte 'les maladies et la d6veine,
arrange les affaires des gens quand elles ne sont pas bonnes, les
corrige de leur d6faut.
Un jour, dans un service en l'honneur du g6enral Ogou Ferraille,
Change monta un jeune cheval (poss6da une jeune personnel II







82 MYTHOLOGIE VODOU

roula sur le sol, imita le roulement du tonnerre, fuma, jongla avec
des tisons, enfourcha un manche a balai et brandit une 6pbe en bois
On lui demand:
-Quel est ton nanchon (nation), papa?
Change r6pondit par cette chanson:
Change nou rh616!
Ogou Badagri, nou Chango!
Nou rh616 trois fois
Nou Chango nou rh66!
M'rhl66 m' Chango!
M' rh616 troi fois, Ogou Badagri,
Nou rh616 trois fois, nou Chango!
Change nou rh616!
Change nous nous appelons! Ogou Badagri, nous sommes
Change! Nous crions trois fois Que nous nous appelons Chango!
- Je m'appelle Chango! Je crie trois fois, Ogou Badagri, Nous
crions trois fois, que nous sommes Chango! Chango, nous nous
appelons!
Change s'approcha d'un fiddle, prit sa main et en examine les
lignes:
Tu es d6pensier, dit-il.
Moi-m&me! fit 1'homme.
Ne cherche pas a me tromper.
Change demand une bouteille d'alcool. On la lui donna. Ii versa
le liquid sur le sol et I'enflamma. Puis pregnant la main de 1'hom-
me, il lui passa la paume sur la flamme. Elle s'6teignit:
Tu vois, fit le mystore, j'avais raison. Comme tu es mon enfant,
je vais faire quelque chose pour toi.
Et il lui frictionna la main avec de l'alcool chaud (Chango se sert
parfois de sirop de canne A sucre). Apres quoi, il lui dit:
-- Tu ne gaspilleras plus ton argent.
Pour avoir une bonne clientele, des prostitutes qui Btaient 1a lui
demanderent de leur arranger le venture. Change prit deux moitibs
d'orange, ies imbiba d'huile de palma-christi, y introduisit deux
m&ches de coton et les alluma. Lorsque 1'huile fut bien chaude, il
frotta le sexe de ces prostitutes avec les moiti6s d'orange.





















AZAKA MEDE ET COUSIN ZAKA














AZAKA MEDE ET COUSIN ZAKA


Azaka M6d6 ou Zaka M6de, dieu de l'agriculture et protecteur
des voyageurs, est identifi6 a Saint Charles Borrom6e. Une soude
(petit 16zard domestique: h6midactyle) le repr6sente. II a pour
rep;osoir (arbre servant de residence au dieu) un cerisier (malpighia
puiicifolia L.) ou un pied de laloi (aloe vera L.). Ses jours sont
le vendredi (ou mercredi) et samedi, ses couleurs, le bleu et le rouge.
Zaka M6d6 est probablement dieu du tonnerre aussi. Son nom
est souvent associ6 a celui de ce m6t6ore, comme, par example, dans
son invocation:
-- Par pouvoir M. Azaka Mede, Azaka-Tonnerre, Azaka-Si, Azaka
Yombo Vodoun, Azaka-Cola, Negre Arombla Vodoun. Ago. Ago-ci,
Ago-l.
Azaka Med6 est Ministre de 1'Agriculture et de 1'Economie
National:
Minisse Odan mache-6!
0 Minisse Zaka mach6-6!
Mach6 pou n'al conill!
0 Minisse Odan n'ap' conill6!
Odan n'ap' conill6!
Odan n'ap' conill6! Azaka n'ap' conill6!
Ministre Odan march, oh! 0 Ministre Zaka march, oh!-
II march pour aller coniller (dans6 en ondulant comme un reptile)!
-- Ministre Odan, nous sommes en train de coniller!--Odan,
nous sommes en train de coniller! Odan, nous sommes en train
de coniller! Azaka, nous sommes en train de coniller!

Azaka Mede m'ap6 di-ou bonjou!
Mouin di-ou bonjou, 6 Minisse, oh!
Azaka Med6 c6t6 ou pral6 lM-&?
Azaka M6d6 m' pral' lan pacoti!
Azaka M6de, je te dis bonjour! -Je te dis bonjour, oh! Ministre,
oh! Azaka M6d6 oi vas-tu? (Moi) Azaka M6d6 je vais paco-
tiller!







86 MYTHOLOGIE VODOU

Papa Zaka qui c6te on pral6?
Minisse Zaka qui c6te ou pral?
M'rain dit: oh! Minisse, oh!
M' pral' lan pacoti!

Papa Zaka, oiu vas-tu? Ministre Zaka, oi vas-tu? Je dis, oh!
(moi) Ministre, oh!- Je vais pacotiller!
Tant de gens viennent solliciter des faveurs de Ministre Zaka -
car il est tres populaire qu'il se plaint qu'on ne lui laisse le temps
de se reconnaitre:

Minisse Zaka-ci, Minisse Zaka-ld!
0 Minisse Zaka-ci, Minisse Zaka-ld!
Minisse Zaka M6dd!
Laiss6-m' ch6ch6 raison'm!

(On appelle) Ministre Zaka par-ci, Ministre Zaka par-l! --
Ministre Zaka par-ci, Ministre Zaka par-la! Ministre Zaka M6d6!
- (Mais) laissez-moi donc le temps de me reconnaitre!
((Un jour, je faisais a manger, raconta une femme. J'avais sur le
feu une chaudiere de pois et riz (plat national des Haitiens), que je
venais d'6touffer avec des feuilles de bananier. Soudain, je vis arri-
ver un paysan ventru, v&tu de gros bleu (costume de cotonnade
bleue), coiff6 d'un grand chapeau de paille A large bords, qui portait
en bandoulibre un alfor (sacoche en paille de latanier), et, a la
ceinture, une machette et un couteau-digo (serpette). Les jambes de
son pantalon 6taient retrouss6es jusqu'au bas des genoux, ses pieds
6taient chauss6s de sapates (savates). II fumait une longue pipe au
fourneau en terre cuite et tenait fermement un gros baton par le
milieu. Otant son chapeau, il me dit, apres avoir .lAch6 un petit
rire niais:
--Hein! Hein! (il se gratta la tate) je suis un n&gre des mornes,
mais je peux te donner un petit conseil, oui. Tu vois ces feuilles de
bananier avec lesquelles tu as 6touff6 ton manger, ne les jette pas
n'importe ou, non.
<






AZAKA MEDE 87


--Parce que si de mauvaises gens les ramassent, ils peuvent te
faire du tort avec, oui...
--Comme ga meme!
--Comme ca, oui, Madame...
II se gratta la tate, lIcha -encore un petit rire niais:
--Hein! Hein! Tout travail doit ktre pay6, Madame: je t'ai donna
un petit conseil, tu me donneras en retour un morceau de ton
manger...
-- ne te dois done pas.
ii frappa le bout de son baton sur le sol:
--Vous autres, n gres haitiens, dit-il, c'est ainsi que vous etes.
Vous ne savez payer les services qu'on vous rend qu'avec de 1'ingra-
titude. Mais c'est bien. La parole vous dit: Jour va, jour vient...
Et il partit. Je courus apres lui, l'appelai, mais il avait dejA
franchi la barriere et, arrive dans la rue, je constatai, avec stupe-
faction, qu'il avait disparu. Une id6e me vint alors:
-< 4Et la peur m'envahit. Je ne mangeai pas le manger, par prudence.
Puis mes parents vinrent a fire un service pour tous les loas. Papa
Zaka parut ce jour-la. II ohevaucha quelqu'un et, me voyant, il me
demand:
-- Je me jetai A genoux devant lui:
--Pardon, Papa Zaka, pardon, je ne savais pas que c'6tait toi.
--Mais oui, r6pondit-il ,je suis un habitant, un negre des mornes,
je suis done chose m6prisa'ble. Si c'etait un autre, tu ne te permettrais
pas de lui faire cela.
cVoyant combien il 6tait mont6 contre moi, je me trainai A ses
pieds, les lui baisai, et on lui apporta a manger, on lui donna une
longue pipe en terre cuite, du tabac en feuille, des allumettes passe-
partout et du tafia, puis on chanta et dansa une martinique pour
lui: ce qui 1'apaisa. Il me releva et me dit:
-(Je vois que tu es encore une enfant. Tu ne connais pas la vie.
C'est pourquoi je te pardonne. Ecoute-moi bien: ne meprise jamais







88 MYTHOLOGIE VODOU

celui qui est au-dessous de toi. Qui sait! tu peux tomber un jour,
et lui seul sera, peut-6tre, en position de te reliever.
Un serviteur de Azaka M6d6, eprouv6 en mer, s'adresse A lui:
Azaka Grueli-6!
0 enh6! enh6-6!
Azaka Gru6li-6!
Can-n6t en mouin chavir6!
Azaka Gru6li, oh! O enh6! enh6-6! Azaka Gru6li, oh! Mon
cannot a chavir6!
Azaka Gru6li-6!
Can-n6t en mouin chavir6!
Mrain s6ti Miragoane,
En arrivant mouin lan L6ogane,
Can-n6f en mouin chavir6!
Saint Azaka Gru6li, ohl
Azaka Gru6li, oh! Mon cannot a chavir6! Je sors de Mira-
goane, En arrivant A L6ogane, Mon cannot a chavir6! Saint
Azaka Gru6li, oh!
Azaka M6d6 compete parmi les loas qui sont le plus souvent int6-
ress&s au manger-yam (manger-igname). Les autres sont: Damballah
Oueddo et Ayida Oueddo, dieux de la fertility et des ph6nomenes
atmosph6riques, Ogou Ferraille, dieu forgeron qui preside a la fabri-
cation des instruments aratoires, Ezili Fr6da Dahomey, d6esse des
eaux douces. Cette c6r6monie a lieu une fois l'an, principalement A
l'automne, avant ou apres la Toussaint. C'est le repas des ancktres,
car il est obligatoire qu'ils mangent les pr6misses des products du
sol. Le repas consiste en deux mets: I'un appel6 gombo, qui se com-
pose de farine de mais, de haricots rouges et de calalou-gombo
(hisbiscus esculentus L.); l'autre, le moussa, en pure de patates, de
bananes (plantain), d'ignames (dioscorea L.), etc. A ces mets on
ajoute du poisson sec. La veille du jour oui cette c6r6monie doit se
faire, on d6pose les mets devant les autels des dieux ce qui s'ap-
pelle en Vodou: coucher-yam.
Le vev6 ou symbol de Azaka M6d6, trac6 sur le sol avec de la
farine de mais, represente le plus souvent un champ, entour6 d'ins-
truments aratoires: houe, piquois (pic), couteau-digo (serpette), ma-
chette, etc.















































Cousin Zaka dessin6 par un initi6














*
* *


Cousin Zaka, frere du pr6c6dent, dieu paysan, est un houngan des
mornes. On le repr6sente par un mabouya (gecko). Son embl6me est
g6n6ralement une machette dite couline (collins) et son reposoir, le
plus souvent un pied de laloi (aloe vera L.). Ses jours sont: vendredi
(ou mercredi) et samedi.
Cousin Zaka est un noir. Comme nos paysans, il est toujours v6tu
d'une blouse et d'un pantalon de cotonnade bleue retrouss6 jusqu'aux
mollets. Un foulard rouge est nou6 autour de son cou. Il est chauss6
de sapattes (sandales), coiff6 d'un foulard rouge et d'un grand chapeau
de paille orn6 de deux minces rubans, 1'un bleu, l'autre rouge. Il porte
A la ceinture, dans un 6tui de cuir, une machette; accroch6 a l'Apaule,
un alfor (sacoche carr6e en paille de latanier); au coin de la bouche,
un cachimbeau (longue pipe au fourneau en terre cuite); en main,
un baton cocomacaque (geonoma oxycarpa Mart.).
Cousin Zaka est identifi6 par beaucoup de. fiddles du Vodou a
Saint Isidore, le laboureur, qui porte aussi dans les chromos catho-
liques une vareuse bleue et une sacoche au c6t6. Ce dernier est ordi-
nairement repr6sent6 a genoux, faisant sa priere, au lever du soleil,
avant de commencer le labourage de son champ.
Comme son fr6re, Azaka M6d6, Cousin est riche et avare. Parfois
dens les chansons, on fait ressortir son avarice sordide. Dans celle-
ci, par example, une cousine-les paysans s'appellent mutuellement
cousin, cousine-repousse Cousin Zaka qui ne lui offre que cinquante
centimes (dix centimes or am6ricain) pour faire M l'amour avec elle:

Cousine n-6! Cousin 6!
Cousine, m' pap' prend Cousin moin, tend!
Cousine n-6! Cousin 6!
Cousine, m' pap' prend Cousin moin, tend!
D6 goudin pa 1'agent!
Cinquante centimes pa 1'agent!
Cousine n'6! Cousin 6!
Cousine, m' pap prend Cousin moin, tend!







92 MYTHOLOGIE VODOU

Cousine, oh! Cousin, oh! (Moi) Cousine, je ne prendrai pas mon
Cousin (Azaka), tu entends! Cousine, oh! Cousin, oh! Cousine,
je ne prendrai pas mon Cousin, tu entends!- Deux gourdins (cin-
quante centimes de gourde: dix centimes or), ce n'est pas de 1'ar-
gent! Cinquante centimes, c'est pas de 1'argent! Cousine, oh!
Cousin, oh! Cousine, je ne prendrai pas mon Cousin, tu entends.
Cousin Zaka fait tout pour qu'on le croie pauvre:
Zaka qui I'id6e-ou 1?
Tonn6-boul!
Cousin, qui I'id6e-ou Il?
Ton-ne boule!
Ou pit6t mand6 charity,
Pa-ce ou v616!
Cousin Zaka qui I'idce-ou IW?
Ton-ne!
Zaka, quelle est ton intention? Que le tonnerre me brfile! -
Cousin, quelle est ton intention? Que le tonnerre me brfle!-
Tu pr&f&res demander la charite,- Que de voler! -Cousin Zaka,
quelle est ton intention? Tonnerre!
Cousin Zaka est toujours ridiculis6. On lui dit souvent qu'il est
un habitant (paysan) qui vient de descendre des mornes. (Dans les
villes, quand quelqu'un est mal fagot6, on dit qu'il est un habitant.
Ce mot est considered come une injure):
Habitant ledv non!
Coui mai-m' tomb6!
Habitant lB6v non!
Coui tchoca-m' lan soleill!
Habitant, 1lve-toi done! Mon coui (moiti6 de calebasse) de mais
est tomb6! Habitant, leve-toi donc! Mon coui de (caf6) tchoka
est au soleil!
Cousin couri non!
Vin' prend mat boucan-nin!
Zaka couri non!
Vin' prend mai boucan-nin!

Cousin (Zaka) course, non! Viens prendre du mais boucane! -
Zaka course, non! Viens prendre du mais boucane!







COUSIN ZAKA 93


0 pinga mai-m' boul6!
Ou oue mai-m' pilI
0 pinga mai-m' boul6!
Ou ou= mai-m' cass6,
Ou oud mai-m' pile
0 pinga mai-m' boul6!
O que mon mais ne brule pas! -Tu vois que mon mais est pil6
- 0 que mon mais ne brfile pas! Tu vois que mon mais est cass6
(cueilli), Tu vois que mon mais est pile 0 que mon mais ne
brfle pas!
Zaka, W6ya, W6ya, paille mai-a bould!
Paille mai-a boul6!
Zaka, W6ya, W6ya, paille mai-a boul6!
Zaka, W6ya, W6ya, la paille spathee) du mais a bril6! La paille
du mais a brGil!- Zaka, W6ya, W6ya, la paille du mais a brile!
(Les paysans ont coutume de boucaner les 6pis de mais avec leur
envelope ou spathe).
Parfois Cousin Zaka se ffche et r6pond par des menaces:
Hounsi fa-yo prend courage-6!
N'ape pass Zaka lan b6tise-6!
Hounsi la-yo prend courage-6!
N'ap6 passe Zaka lan b6tise-6!
Sip6t6, n'ap' sip6t6.
Sip6te, n'a pral6 sip6te.
N'ap6 pass Zaka lan b6tise-6!
Hounsis (membres du corps sacerdotal Vodou) prenez courage,
oh! Vous ridiculisez Zaka, oh! Hounsis prenez courage, oh! -
Vous ridiculisez Zaka, oh! Des miseres que' vous endurez. Des
miseres que vous allez endurer.- Vous ridiculisez Zaka, oh!
Cousin Zaka a sa danse, mais il aime aussi le djouba ou marti-
nique qu'il ne manque jamais de r6clamer. Ses poss6des, en dansant
sa danse, miment le b6chage de la terre. G6n6ralement, ils imitent
le parler et les gestes des paysans. L'un fait le paysan, l'autre, la
paysanne:
Bonjour, oui, cousine.
-Bonjour, oui, cousin.
-Et tout le people (des mornes), cousine?






94 MYTHOLOGIE VODOU

II n'est pas plus mal que 9a, non, avec le bon Dieu. Je suis
descendue vendre le peu que je porte dans mon panier. Les temps
sont durs, cousin! (Les paysans se plaignent toujours).
Ils s'embrassent sur la bouche. Cousin Zaka, d'un geste brusque,
rajuste son affor et, tenant son biton par le milieu, fait quelques pas
pr6cipit6s, car les paysans sont toujours presses: habitantnt pa mis6
la ville (les habitants ne s'a-ttardent jamais en vilte).
Les paysans ont peur des gendarmes. Des fois, pour taquiner Zaka,
on lui dit:
Voici un gendarme.
Alors, ils (ses poss6eds) quittent la danse, courent se cacher, et
rien ne pourra les faire revenir.
On reproche parfois a Cousin Zaka ses mauvaises fr6quentations.
On lui dit qu'il laisse les femmes de bien pour courir aprbs des
d6voyees qui ne cofitent pas cher:
Cousin Zaka ou-enrage!
0 diable 6!
Cousin ou-enrag6!
0 diable-lM!
Ou v16 quit fan'm' d6 bien,
Pou al vive aque vagabond!
Cousin Zaka ou-enrage!
0 diable 6!
Cousin Zaka, tu es enrag6! O diabie, oh! Cousin, tu es enrage!
-0 le diable! -Tu laisses'les femmes de bien, Pour aller vivre
avec des d6voy6es! Cousin Zaka, tu es enrag6! O diable, oh!
Cousin se plaint d'etre m6pris6 parce qu'il est un paysan. 11
descend en ville. En course de route, il a soif et demand un peu
d'eau. On refuse de lui en donner, sous pr6texte qu'il n'y a pas de
gobelet:
Cousin Zaka s6ti en haut,
L'ap' descend',
0 ti goutte d'leau Cousin mande!
Cousin Zaka s6ti en haut,
L'ap' discend,'
0 ti goutte d'leau Cousin mande!
L'estomac-li fai-.' mal,
Lan point g6det pou Cousin bou!







COUSIN ZAKA


Cousin Zaka sort de lA-haut (de la montagne),--II descend (en
ville) -0 une goutte d'eau que Cousin demand! Cousin sort
de lI-haut, II descend 0 une goutte d'eau que Cousin demand!
- Son estomac lui fait mal, Il n'y a pas de gobelet pour le servir.

arriver un paysan portant son costume habituel: blouse de cotonnade
bleue, pantalon bleu retrouss4 aux mollets, chapeau de paille de
latanier, etc. Une de ses jambes 6tait recouverte d'un pansement,
et il boitait sans doute avait-il un java (maladie courante chez
les campagnards). Il me demand de lui servir un petit coup de
clairin (un petit verre de rhum blanc). Voyant qu'il ne tatait pas
ses poches -geste que font habituellement les paysans en cette
circonstance, pour montrer qu'ils ont de quoi payer, je refusal.
C'est un petit commerce que j'ai, je ne puis done faire des largesses.
Quelqu'un m'appela dans la piece voisine. Je m'y rendis et revins
imm6diatement. Ho-ho, le paysan n'6tait plus la! Je demandai A
des gens qui 6taient dans la cour, ce qu'il Btait devenu. Ils m'affir-
merent n'avoir vu aucun paysan entrer ni sortir de ma case. Alors
je compris que je n'.avais pas affaire a un 8tre ordinaire.

Un ami qui habite non loin de chez moi, arriva. Il me dit:
- refuse IA un petit verre de clairin, dit-il, en indiquant ta case du
doigt. Que le tonnerre m'6crase (et il frappa son baton par terre)
si moi, Cousin Zaka, je ne leur montre pas quel Homme je suis!
<(En effet, il se vengea, en nous jetant un mauvais sort. Le jour
meme, nous tous de la maison fimes pris d'un terrible vent passe
(colique et diarrh6e).
Cousin Zaka se lance dans la politique:

Minisse-6! Enh6 nou-ld!
Azaka yo pral' nommin-m' d6pit6!
Azaka yo pral' nommin-m' s6nate!
Enhd! nou-la!

Ministre, oh! Enhe! nous sommes lA! (Ministre) Azaka (MWd&),
on va m'l1ire D6put6!- Azaka, on va m'61ire S6nateurl Enhe!
nous sommes lI!







96 MYTHOLOGIE VODOU

Zaka triomphe aux elections:

Minisse-6! Enh6! nou-&l!
0 Minisse Zaka-6! GAd6 nou 14-6!
Zaka yo nommin-m' d6pit6!
Enhe! nou-la!

Ministre, oh! Enh6! nous sommes 1A! 0 Ministre Zaka, regarded,
nous sommes 1, oh! Zaka, on m'a l6u D6put6! Enh6! nous
sommes 1W!
On offre g6n6ralement a Cousin Zaka, dans les services, du mals
bouilli et du mais boucan6, du pain arros6 d'huile d'olive, un paquet
d'afiba (tripes de boeuf s6ch6es au soleil), des cassaves (galettes de
manioc), du rapadou suree des paysans, envelopp6 dans des teaches
(p6doncules de palmiste), du hareng saur et du hareng sal6, de 1'ab-
sinthe (clairin aromatis6 avec cette plante), etc.




















AGAOU TONNERRE


















. ~~iI~13


cp-.


& 0


VBVe de Agaou Tonnerre par Hector Hyppolite







University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM