<%BANNER%>
  • TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Half Title
 Table of Contents
 Preface
 Atibon Legba
 Ayizan Velequete
 Loko Atissou
 Damballah Oueddo
 Ayida Oueddo
 Maitresse Ezili
 La vierge caridad et ste....
 Grande Ezili
 Agoue T'arroyo
 Maitresse La-Sirene
 Agassou Gnenin
 Table of Contents
 Back Cover






Mythologie vodou (rite arada)
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/AA00005044/00001
 Material Information
Title: Mythologie vodou (rite arada) Volume 1
Physical Description: 2 v. : illus., port. ; 24 cm.
Language: French
Creator: Marcelin, Milo
Publisher: Éditions haïtiennes
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1949-
 Subjects
Subjects / Keywords: Voodooism   ( lcsh )
Folklore -- Haiti   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000707349
oclc - 05886124
notis - ADP9210
lccn - 53021569
sobekcm - AA00005044_00001
Classification: lcc - BL2490 .M28
System ID: AA00005044:00001

Table of Contents
    Front Cover
        Page 1
        Page 2
    Half Title
        Page 3
        Page 4
    Table of Contents
        Page 5
        Page 6
    Preface
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
    Atibon Legba
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
    Ayizan Velequete
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
    Loko Atissou
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
    Damballah Oueddo
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
    Ayida Oueddo
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
    Maitresse Ezili
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
    La vierge caridad et ste. Elisabeth
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
    Grande Ezili
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
    Agoue T'arroyo
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
    Maitresse La-Sirene
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
    Agassou Gnenin
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
    Table of Contents
        Page 133
        Page 134
    Back Cover
        Page 135
Full Text








^tcd-t- .^c^A^C^L ^- (c^
<^-^ / - /' '
/ /&










MYTHOLOGIE VODOU

































































Tous droits de traduction, de reproduction et
d'adaptation reserves pour tous les pays.












MILO MARCELIN





MYTHOLOGIE VODOU

(RITE ARADA)

I


LES EDITIONS HAITIENNES
36, RUE AMIRICAINE, 36
PORT.AU-PRINCE HAITI


ATIBON LEGBA
AYIZAN V'LEQUETE
LOKO ATISSOU
DAMBALLAH OUEDDO
AYIDA OUEDDO
MAITRESSE EZILI
LA VIERGE CARIDAD
ET
STE. ELISABETH
GRANDE rZILE
AGOUE T'ARROYO
MAITRESSE LA-SIRINE
AGASSOU GNiNIN









LATIN
AMERICA
AUTOGRAPHED


Pour paraitre prochainement:


MYTHOLOGIE VODOU

(RITE ARADA).

II



LA FAMILLE SIMBI
LA FAMILLE OGOU
AZAKA MEDE
COUSIN ZAKA
AGAOU TONNERRE
SOBO KESSOU
BADE




III


LES MARASSAS
LA FAMILLE GUEDE
LES MORTS














PREFACE


Ce livre est le premier train du d6pouillement du mat6riau vodou
entrepris par Milo Marcelin. Deux autres volumes sur le seul rite
rada sont d6ji pr6ts pour l'impression.

Le vodou, religion populaire Haitienne, comporte trois rites: le rada,
le congo et le p6tro. La mythologie complete ne comptera pas moins
de mille pages 6crites de la m6me encre pure.

L'organisaton, la selection et la classification de l'ensemble du mi-
nerai don't dispose le jeune 6crivain occuperont toute une vie d'homme.
Je r6v6lerai tout de suite que le travail d'6laboration d'un volumineux
vocabulaire destiny a faciliter consid6rablement la t6che des ethno-
logues est tres avanc6.

Les trois freres Philippe-Thoby, Pierre et Milo Marcelin, fils de
l'6crivain Emile Marcelin, se sont entierement consacr6s a I'6tude du
folklore Haitien et sont arrives par une rare chance ou par la force
de leur personnalit6, a ne pas se neutraliser, mieux encore, a se com-
pl6ter, vu la difference de leur esprit et de leur talent. Ils auraient
pu se contenter de discuter a longueur de journ6e sur le m6rite et
I'inconv6nient de telle maniere d'aborder chaque question et n'au-
raient pas accompli l'importante contribution qu'ils sont en train de
faire a la Litt6rature et a la Science Haitiennes.

Au contraire de tout cela, ils parent dans des directions opposes
et se rencontrent & un carrefour o& chacun tale aux yeux des autres
des joyaux sur lesquels toute la discussion ne consiste plus qu'i
parler m6tier.

Philippe-Thoby et Pierre Marcelin, co-auteurs de
premier prix 1943 du Roman Latino-Am6ricain du concours organism
par Farrar et Rinehart, de La B6te de Museau> et de de Dieu) sont sans contest, les 6crivains haitiens vivants qui jouissent
a l'heure actuelle du plus grand succds international. Leurs oeuvres
n'ont pas seulement retenu attention de la critique litt6raire profes-
sionnelle mais encore ont suscit6 un vif int6ret dans le monde dest
6crivains, des artistes et des scientists d'Am6rique et d'Europe.










8 PREFACE


Milo Marcelin apporte au s6minaire des trois frdres une quality
exceptionnelle: le don natural de sympathie et de simplicity qui
fait de lui le bienvenu dans toutes les reunions populaires et l'his-
toriographe fiddle des rapports du people avec les dieux. II n'y vA
pas en reporter, en savant ou en demagogue en qu6te d'informationd
sensationnelles ou de suffrages suspects. II prend in plaisir qu'il ne
trouve nulle part autre A causer, a manger, a boire, A chanter, a
danser avec ses amis, les pretres et fiddles du vodou, qui reconnaissent
en lui le veritable artiste capable de s'identifier avec le people.

Or c'est justement dans la fraternity de la souffrance et de l'espoir,
de la r6volte et de la victoire que sont nees et que continent d'exister
les personnalit6s divines don't les traits et les attributes sont d6crits
dans ce livre. Ces divinit6s familieres ressemblent beaucoup plus au
people que le people lui-meme. Si elles portent comme tout individu
charnel ou mythique des h6erdit6s 6parses ou lointaines, elles ne sont
pas moins des products du sol et de 'air Haitiens combien mieux accli-
mates A lIambiance psycho-sociologique que les pauvres mortels, vic-
times de la pression de bas et de haut d'un perpetuel refoulement.

Done depuis quelque dix ans Milo Marcelin jouit de Ia confiance
affectueuse d'un grand nombre de houngans (pr6tres), de mambos
(pretresses) et de servants du vodou. II entretient 6galement des rela-
tions civiles avec les loas (dieux). Et comme il ne fait apostolat de
vodouisme ni d'ath6isme, il professe le plus profound respect pour les
croyances qui font parties d'une conception populaire coherente du
monde. Telle doit 6tre I'attitude du penseur libre qui considere la
religiosity comme une propri6t6 g6enrale de l'esprit humains.
Cet ouvrage rivdle le systeme qui pr6vaut dans le rite rada.
Au sommet de la hi6rarchie vodou se place le Bon Dieu des chre-
tiens, < (dieux) .

Puis vient Atibon Legba, chef, souvent d6bonnaire, parfois severe,
d'une organisation clanale, patriarche extremement jaloux de l'auto-
rit6 que lui confere l'age.

Les autres dieux et dresses du rite rada repr6sentent diverse id6es
morales et qualit6s vitales, complexes: la force, le travail, le cou-
rage, la bont6, la beauty, I'amour, l'enfance, la mort.









PREFACE 9


Tout en d6gageant l'expression rituelle des croyances religieuses
Milo Marcelin 6crit une bonne parties de l'Histoire Sociale du pays et
laisse son r6cit emprunter les formes subtiles, natives, dramatiques et
comiques tour a tour de la vie der hommes et des dieux.

La plupart des vev6 ou symbols des dieux ont 6t6 dessin6s par le
grand artiste populaire feu Hector Hyppolite qui exergait aussi, a
titre gracieux, le m6tier de houngan et que le Centre d'Art a tirt de
la misere pour le porter, et avec lui, la peinture haitienne, a la gloire
international.

Je pr6dis le plus grand succes au premier livre de Milo Marcelin
et je suis fier et heureux d'y avoir 6te associ6 par la faveur d'une
amiti6 li6e au course des c6r6monies oi nous avons communi6 dans le
respect des traditions de graces, d'art et de haute spirituality du people
Haitien.
F. MORISSEAU-LEROY


























ATIBON LEGBA

















S. + 0
0 c"'o


L


Sde Atbon Legba par Hector Hyppolite.
Veve de Atibon Legba par Hector Hyppolite.


-tY



















ATIBON LEGBA





Atibon Legba, qu'on appelle aussi Alegba, maitre (ou dieu) des car-
Tefours et des routes, garden de toutes les entries, est le loa le plus
important de la mythologie Vodou. C'est lui qui permet aux hommes
d'entrer en rapport avec les autres dieux.

Aussi doit-on avant d'ouvrir toute c6r6monie, toute danse rituelle,
lui en demander Fautorisation:

Atibon Leba, I'ouvri baye pou moin ago-4!
Papa LUba, I'ouvri baye pou moin,
Pou moin pass,
L6 m'a tounin m'a salu6 loa-yo!
Vodou LUba, 1'ouvri baye pou moin,
Pou moin ca rentr6,
L6 m'a tounin m'a remerci6 loa-yo
Abobo!

Atibon Legba, ouvre-moi la barribre, ago-6! (exaucez-nous) Papa
Legba, ouvre-moi la barriere Pour que je puisse passer, Lorsque
je retournerai, je saluerai les loas Vodou Legba, ouvre-moi la bar-
riere, Pour que je puisse entrer Lorsque je retournerai, je
remercierai les loas Abobo! (Amen).

Chaque divinity Vodou, qu'on appelle loa ou myst6re, est identified
Sun saint de la religion catholique. C'est d'ailleurs le Bon Dieu
des Chr6tiens, maitre supreme du ciel et de la terre, qui les a tous
crees.

Les principaux loas qu'on invoque dans les c6r6monies Vodou du
rite Rada (Arada), sont: Atibon Legba, Loko Atissou, Ayizan V616-
qu6t6, les Marassas (Jumeaux), Dar-ballah Oueddo et sa femme
Ayida Oueddo, Sobo K&ssou et son frere Bad&, Agassou Y6m6,
Agou6 T'Arroyo, Agaou Tonnerre, Azakd M6d6, Maitresse Erzili,










16 MYTHOLOGIE VODOU


St.-Jacques le Majeur (pere et chef des Ogou) et sa famille (Ogou
Badagris, Ogou Ferraille, etc...), les Gued6s, etc...
Ces loas ou mysteres sont f&tes au jour anniversaire des saints
auxquels ils sont identifies. Certains d'entre eux n'ont pas d'autre
nom que celui du saint lui-meme, tels St.-Jacques le Majeur (ou loa
St. Jacques), la Vierge Caridad, Ste. Elisabeth, etc...
Legba est g6neralement identified A St. Antoine l'Ermite (a cause,
dit-on, de sa frigidity sexuelle) ou a St. Antoine de Padoue (entour6,
dans ses chromos, de toutes sortes d'animaux domestiques). Mais
d'apres un houngan (pr&tre Vodou), de qui je le tiens directement, pour
repr4senter Legba, on se sert de l'image de St. Antoine 1'Ermite dans
le rite Rada, et de celle de St. Antoine de Padoue, dans le rite P6tro.
Toutefois, certaines personnel pensent que Legba doit 6tre 6gale-
ment identifi6 a St. Pierre, car, disent-elles, s'il est le garden de
toutes les entries, il l'est aussi de la porte du Ciel. Mais les jours de
f&te, cependant, quand les adeptes du Vodou allument des bougies
noires a l'entr6e des Eglises, ce n'est pas A l'intention de St. Pierre,
mais bien de l'un ou l'autre des deux St. Antoine.
Legba est un vieillard (d'o sa frigidit6 sexuelle):
Atibon Leba riv4 lan bay6-a
Nou vi6, oh!
Papa L.ba riv6 lan calfou
Ou pa ou6 nou vie, oh!
Papa Leba, nou vie!
Atibon riv4 lan chimin
Nou vi6!
Atibon Legba est arrive A la barriere Nous sommes vieux, oh! -
Papa Legba est arrive au carrefour Ne vois-tu pas que je suis
vieux, oh! (Nous), Papa Legba, nous sommes vieux Atibon est
arrive sur le chemin Nous sommes vieux!
Et Legba est si Age qu'il ne peut plus marcher. On est oblige de le
porter:
Alegba, machO, non!
N'ap6 p6tg Atibon Legba,
N'ap6 p6t6 poteau-mitan!
Alegba, mach6, non!
C6te'n bouqu6, ce Il n'a pose,
Poteau qui lan dos'n.









ATIBON LEGBA 17


Marche done Alegba! Nous portions Atibon Legba, Nous
portions le poteau-mitan. Marche done Alegba Ou nous serons
fatigues, li nous d6poserons Le poteau qui est sur notre dos.
Le <(poteau-mitan ou <(poteau-zains> est le pieu qu'on fixe au
centre du p6ristyle (parvis en terre battue, couvert de palmes de
cocotier ou de t6les ondulees, oi ont lieu, A l'entr6e des hounf&-rn
(temples Vodou), les ceremonies et les danses rituelles). Avant de
mettre en terre le poteau-mitan, on jette dans le trou des feuilles
d'assorossi (momordica charantia L.) et du sel, pour 6loigner les
mauvais esprits. Ce pieu est ordinairement appel6 poteau de Legba,
bien qu'il soit aussi celui de tous les autres loas.

Les os de Legba ont si peu de consistance, qu on les consider
comme inexistants:
Vie-zo, oh! Vi6-zo, oh! Papa Legba!
Ou pa oue nou sans zo!
Viezo, oh! Viezo, oh! Papa Legba!
Ou pa oue nou san zo!

Vieux os, oh! Vieux os, oh! Papa Legba Ne vois-tu pas que nous
n'avons pas d'os Vieux os, oh! Vieux os, oh! Papa Legba! Ne
vois-tu pas que nous n'avons pas d'os.
Legba est figure par un vieillard courb6, coiff6 d'un grand chapeau
de paille a large bords, qui s'appuie sur une bequille et un baton;
comme nos paysans, il fumne une longue pipe au fourneau en terre
cuite et porte en bandouliere une macoute (sac de paille de latanier):

Moin ta prend macoute Alegba (bis)
Croqu6 li lan d6 moin (bis)
Eh! eh! eh!
Macoute Alegba
Croquet li lan dos moin
E6eh, 66eh, 6eh!
Macoute Alegba
Croqu6 li lan d6 moin.

Je prendrais la macoute d'Alegba Accrochez-la a mon dos -
Eh! eh! eh! La macoute d'Alegba Accrochez-la a mon dos -
E-eh, 6-6-eh! 6-4-4-eh! La macoute d'Alegba Accrochez-la A
mon dos.









MYTHOLOGIE VODOU


Son grand chapeau, nous dit la chanson, sert a prot6ger les autres
loas du soleil:
Papa Legba nan hounf6(r) moin!
Atibon Legba nan hounf6(r) moin!
Alegba Papa nan hounf6(r) moin!
Ou min' qui p6t6 drapeau nan Guinin!
Ou min' qui p6t6 chapeau nan Guinin!
C6 ou min' qu'a pare soleil pou loa-yo.

Papa Legba est dans mon hounf6(r) (temple Vodou) Atibon
Legba est dans mon hounf6(r) Alegba Papa est dans mon hounf6(r)
- Toi qui portes drapeau en Guin6e Toi qui portes chapeau en
Guin6e C'est toi qui protegeras les loas du soleil.
Pour certain adeptes du Vodou, Legba s'identifie aussi a <(St.>>
Lazare, car ce dernier est repr6sent6 dans les images catholiques
par un vieillard A barbe et cheveux blancs, s'appuyant sur une b6-
quille et un baton.
Atibon Legba est invisible, et c'est ce qui lui permet de surveiller
excellemment les routes, les sentiers, les jardins, les course, les habita-
tions, les carrefours. D'ailleurs, rien ne lui 6chappe. II voit tout ce
qu'on fait, il entend tout ce qui se dit:
Alegba rete l'ap gade'm
Nou pa ou6'l, li oun'n
Gide nou pa oudl
Tout 9a qui dit bien,
Li lI, I'ap6 cout6,
Tout ga qui dit mal,
Li 1~, l'ap6 cout6,
Yo signain nom moin Alegba.
Yo pa signain pied'm
M'mand6 c6te ya ou6'm.

Alegba reste 1l, il me regarded Nous ne le voyons pas, il nous
voit Nous ne le voyons pas (Pour) tous ceux qui disent bien, -
Il est la, il 6coute (Pour) tous ceux qui disent le mal, Il est la,
il 6coute. On signe mon nom Alegba Mais, on ne peut comman-
der A mes pieds. Je demand oui l'on me verra.
Chaque loa a son reposoir, c'est-a-dire une plante de predilection,
dans laquelle il est cens6 demeurer. Celui de Legba est ordinairement









ATIBON LEGBA 19


un m6decinier b6ni (Jatropha curcas L.) situ6 dans la cour d'un
hounf6-r, pres d'une barrriere ou a une crois6e de chemins. A l'une
de ses branches est suspendue une macoute, ou les fiddles de Legba
viennent d6poser leurs offrandes: 6pis de mais grills, cigares, tabac
en feuilles, pipes en terre cuite, allumettes, etc...
On rapporte qu'un maitre d habitation (fermier), qui faisait la cl6-
ture de sa propriety, ayant ordonn6 a son grant (valet de ferme)
d'abattre un m6decinier b6ni qui se trouvait pres de la barri6re,
celui-ci fit observer:
Maite (maitre), je ne veux pas vous manquer de respect, mais
c'est le reposoir de Legba, oui!
Reposoir de Legba ou pas, je m'en fous: tu dois me l'abattre.
Maite...
II n'y a pas de maitre. Fais ce que je te dis. C'est moi, qui com-
mande ici, ce n'est pas toi.
Le pauvre grant, qui avait femme et enfants, comprit qu'il ris-
quait de perdre son emploi, s'il refusait d'ob6ir a son maitre. II se dit:
N'est-ce pas celui qui crie: < qui la tue en
reality? Le maitre m'a ordonn6 de couper le medecinier de Legba,
c'est done lui qui aura des comptes A rendre au mystere.>
La conscience enfin tranquillis6e, il abattit l'arbuste.
Plusieurs mois passerent et, un matin, en se r6veillant, le grant
constata qu'il rendait du sang par l'anus. II fit venir tout de suite une
bonne femme (rebouteuse) qui lui administra, en lavement, une in-
fusion chaude d'6corce de bois d'orme (guazuma ulmifolia Lam.) et
de feuilles de pois-congo (cajanus indicus Spreng.), additionn6e d'une
pincee de bicarbonate. Ce traitement parut efficace au d6but, mais
apres une semaine, I'h6morragie reparut et prit des proportions alar-
mantes.
Alors, le chef de section officerr de police rurale), qui avait nomm6
un des fils du grant, lui dit:
Mon compare, veux-tu un conseil?
Oui.
Va a l'h6pital. On te soignera bien.










20 MYTHOLOGIE VODOU


-A 1'h6pital m&me! fit le grant, ahuri. Mais on me tuera IA.
Non, r6pondit le garde, ne repete pas ces betises. On ne tue pas
les gens a l'h8pital. Ce n'est pas vrai.
Il r6ussit a convaincre le grant, qui avait une grande confiance en
lui, et il fit venir l'ambulance qui emmena le malheureux.
Jugeant le cas grave, les m6decins intern6rent le grant. Ils diagnos-
tiquerent une h6morragie intestinale. Mais ce n'&tait pas cela. Et
1'6tat du malade empirait. Alors, ils jug&rent prudent de renvoyer le
malade dans sa famille. (Ils ne croyaient certes pas au surnaturel, mais
ils n'ignoraient pas non plus qu'a la champagne on provoquait des ma-
ladies au moyen d'empoisonnement et que, dans ce cas, seul l'em-
poisonneur peut gubrir le malade, en lui administrant le contrepoison,
connu le plus souvent de lui seul).
Rentr6 chez lui, sa famille fit venir le plus habile houngan (pr&tre
Vodou) de la region. Le grant lui raconta sa maladie et son passage
S1'h6pital. Le houngan lui demand:
Quel est ton mysiere?
Marinette-Bois-Ch&che (un des loas les plus redout6s du rite
Petro).
Y a-t-il longtemps que tu ne lui as pas donn6 a manger (fait un
service ou une c6remonie)?
Un an pass, r6pondit le grant.

C'6tait une faute tres grave. .Aussi le houngan ordonna-t-il un ser-
vice P6tro, au course duquel le grant ferait a Marinette des offrandes
propitiatoires, afin d'obtenir d'elle sa gu6rison, car c'6tait d'elle,
sans aucun doute, qu'il tenait son mal, et dans ce cas, elle seule avait
pouvoir de le guerir: celui-lA qui a amarr6 Bouqui (personnage l6gen-
daire qui symbolise la sottise), dit le proverbe, c'est lui qui doit le
demarrer.

Le grant se mit done en quatre pour donner satisfaction a l'exi-
geante Marinette. Mais lorsque, au debut du service, le houngan de-
manda a Legba 1'autorisation d'invoquer les mysteres, le vieux loa,
poss6dant quelqu'un de I assistance, refusa tout net. Et pour motiver
sa decision, il rappela que le grant avait abattu I'un de ses reposoirs.
Le lendemain meme, au petit matin, le pauvre homme expirait...

Cette histoire montre toute l'importance que les mysteres accordent
a leurs reposoirs.









ATIBCN LEGBA 21


Legba pretend que parce qu'il est roi, tout le monde lui porte envie:
Papa Legba m'pa c6 rive,
Yap' nonmin nom'm!
Enc6 m'ce roi,
Jalousie-a p6ft pou moin!
Enc6 m'cd roi,
Enc6 m'c6 roi,
Jalousie-a p6td pou moin!
(Moi) Papa Legba je ne suis pas encore arrive, Que l'on cite
mon nom! Parce que je suis roi, On est jaloux de moi Parce
que je suis roi, Parce que je suis roi, On est jaloux de moi.
11 se plaint aussi, et c'est sans doute pour la m&me raison, qu'on
se met toujours en travers de sa route:
Alegba mi yanvalou moin
Ago-d!
Moin pa c6 rive Ii
Min l'innemi bard moin
Alegba nou pa c6 riv6 14
Min l'innemi bard moin
Ago! Ago! loa-yo
Moin po c6 riv6 I~
Min l'innemi bare moin
Alegba mon yanvalou Ago-6! (exaucez-nous) Je ne suis pas
encore arrive 1 Voila que 1'ennemi me barre (la route) Alegba
n'est pas encore arrive 1l Voila que l'ennemi me barre Ago!
Ago! (faites attention) aux loas (dieux) Je ne suis pas encore arrive
la Voila que 1'ennemi me barre (la route).
En consequence, Atibon Legba profere des menaces:
M'dit: lan bayd-ga-a,
Pouqui yo nonmin nom'm?
LAn bay gca-a,
Pouqui yo nonmin nom'm?
Quand moin riv6 lan bay gca-a,
Alegba, m'prall6 r6gl6 affai ci la-a.
Alegba Quignan, Quignan
B6 I'image Toto
0 bient6t n'a oud-yo
Caque chech6 va trouver.









22 MYTHOLOGIE VODOU


Je dis: a cette barri&re-lA Pourquoi a-t-on cit6 mon nom? A
cette barri&re-l Pourquoi a-t-on cite mon nom? Quand j'arri-
verai a cette barriere-la (Moi) Alegba, j'irai r6gler 1'affaire.
Alegba quignan, quignan (mot language: langue rituelle) Baise
l'image de Toteau (dimunitif de poteau, surnom de Legba) O bien-
t6t nous les verrons Celui qui cherche, trouvera.
Les services cC6lbr6s en l'honneur de Legba d6butent toujours A
1'entree de la cour. A peu de distance de la barri&re, on allume un
grand feu de bois, qu'on entretiendra jusqu'A la fin de la c6r6monie.
Ensuite, le houngan (pretre Vodou) se dirige vers I'entr6e de la court,
suivi de la-place (maitre de c6remonie) entour6 des deux hounsisl
porte-drapeau, puis de la troupe des hounsis-canzo et des hounsis bos-
sales (Hounsi: serviteur du temple; canzo: initi6 au second degr6;
bossale: initi6 au premier degr6. A noter que ce sont presque tou-
jours les femmes, principalement pour les porte-drapeau, qui exercent
la function de hounsi dans les c6ermonies), des tambouriers et de
assistance. Le houngan trace un grand cercle sur le sol, et on en-
tonne le chant de Legba par quoi commence toutes les c6r6monies:
se rend devant le reposoir du mystere. Le houngan, semant de la
farine prise d'un bol entire le pouce et l'index, tire au pied de l'ar-
buste sacr6 le vev6 de la divinity (autrement dit, il dessine son sym-
bole), puis plante au milieu de cet embl&me une bougie noire, qu'il
allume aussit6t, et tout le monde se met A genoux pour baiser la
terre par trois fois.
Le chef de la famille se d6tache enfin du group des fiddles, portant
une cruche emplie d'eau. II s'agenouille devant le houngan, qui lui
prend la main, le relive, le fait turner par trois fois sur lui-m&me
(un tour a droite, puis a gauche et enfin A droite). Puis il donne la
cruche au houngan. Et d'un geste ample, l'air inspire, ce dernier pr6-
sente la cruche aux quatre points cardinaux, apres quoi, il jette de
l'eau sur le veve. Alors, A tour de r6le, les hounsis, portant chacune
une poule ou un coq A chair noire, viennent se prosterner devant
lui, et de meme que pour le chef de famille, il les relive et les fait
virevolter. Apres les avoir aussi pr6sentes aux quatr' points car-
dinaux et leur avoir cass6 les ailes et les pattes, le houngan sacrifice
les volatiles en leur arrachant la tfte et verse ensuite quelques gouttes
de leur sang sur le veve.









ATIBON LEGBA 23


Emport6es a la cuisine, les victims sont ouvertes par le dos, assai-
sonn6es avec du sel, des spices (sauf 1'ail, qui est tabou, car les gui-
n6ens, dit-on, ne font jamais usage de ce condiment), arrosees de sirop
de canne et d'huile d'olive, puis grilles, sans beurre ni graisse de
pore (tabou 6galement).
Cette nourriture n'est toutefois pas destine a Legba. Pour lui, on
prepare separ6ment un koklo (coq), et cet office est rempli par un
vieux c6libataire choisi dans l'assistance, et qu'on appelle a cette oc-
casion Vi6zo Alegba, ce qui veut dire: Alegba aux vieux os:
Ou mange poule-la (bis)
Ou pa ban moin (bis)
Poule-ci la-a (bis)
Poule Alegba (bis)
Ou mange poule-la
Ou pa ban moin
Ou mange poule-la
Ou pa ban moin
Koklo cila-a, ce koklo Alegba
Legba-si, Legba-signangnan
Abobo (ter)
Vaillant Legba
Les sept Legba kataroulo
Vaillant Legba
Alegba-se, ce nou de
Ago, y6!
Tu as mang6 la poule (bis) Tu ne m'en as pas donn6 (bis) -
Cette poule-la (bis) Est la poule d'Alegba (bis) Tu as mang6 la
poule Tu ne m'en as pas donned.
Tu as mang6 la poule Tu ne m'en as pas donn6 Ce koklo
(coq) 1a, est le koklo d'Alegba Legba-si, Legba-signangnan- Abobo
- Vaillant Legba Les sept Legba kataroulo Vaillant Legba -
Alegba-se, c'est nous deux Ago-e! (Exaucez-nous).
On offre en outre, au divin vieillard, des legumes boucan6s: ba-
nanes (plantain), patates ipomoeaa batatas Lam.), ignames (Dios-
corea L.), malangas (Colocassia esculenta Schott.) giraumons (Cucur-
bita L. moschata Duch) et des mirlitons (Sechium edule Sw.). Et tous
ont pour la circonstance un nom different de leur appellation vul-
gaire: la banane est appelee s6c-massoc6; la patate, le malanga et









MYTHOLOGIE VODOU


I'igname, courant-te (courant-terre); le mirliton christophine et le gi-
raumon joucou. On sert ensuite come dessert A Legba des g&teaux
secs, du kola et du sirop d'orgeat.
Dans n'importe quel service, Legba a la priority sur tous les autres
loas. Les trois premieres chansons et les trois premieres danses, lui
sont obligatoirement d6di6es. 11 doit 6tre aussi rassasi6 le premier.
I1 apparait rarement dans les services. Et quand il monte un jeune
cheval (quand il possede une jeune personnel celui-ci pr6sente, meme
sur le visage, tous les aspects de la vieillesse, boite et march a l'aide
de la b6quille et du baton.
Pour invoquer Legba, le houngan place sur le bagui (autel) la
pierre qui est consacree a cette divinity (g6n6ralement un fragment
d'aerolithe ou une hache pr&colombienne). Sur le sol du sanctuaire,
et devant l'autel, il dessine avec de la farine le v&ve de papa Legba.
II recite ensuite cette litanie: ( de M. Avadra Boroy, d'Atibon Legba, maitre des grands chemins et
des carrefours, de Legba kataroulo, de Vaillant Legba, de Legba-S6,
d'Alegba-Si, de Legba-Bois, de Legba-Caille (Legba-Maison), de
Legba Zinglignin, de Legba-Clairon-D6, de Legba Signangnan, des
sept Legba kataroulo, vieux Legba, ago, ago-ci, ago-l! >>
Comme la plupart des loas, Legba a sa danse, le crabignan de Leg-
ba, danse boitillante et tres gaie. Cependant, pour le saluer, on
execute, comme 1'exige le rituel, deux mahis et un yanvalou (avant
l'invocation du dieu, on danse un mahis; en sa presence, un yanvalou,
et avant son depart, un autre mahis).
Le jour consacr6 A Legba est le jeudi, et sa couleur est le noir.
Ce loa, comme on a di le voir par la litanie plus haut citee, a plu-
sieurs personnifications et il change de nom suivant ses attributions.
II s'appelle:
Legba-Calfou (Legba des carrefours) ou Grand-Chimin (Grande-
route), quand il surveille les carrefours et les chemins;
Legba Mait'-bitation (maitre des habitations), quand il preside aux
habitations;
Legba lan Bay& (Legba qui se tient aux barrieres), quand il garde
1'entr6e des enclos;
Legba Avadra, qui sait tout ce qui se passe, car c'est un vagabond
qui flane continuellement sur les grandes routes;
Legba-Pied-Cass6; parce qu'il est tr&s Ag6 et que ses membres sont
perclus.























AYIZAN VELEQUETE



















) 1:


4-~
3 \\ )


h I3)


>)c

26
''4


, -


VWvB de Ayizan V61lqu6te par Hector Hyppolite.


i~b



















AYIZAN VELEQUETE




Ayizan V616quetd, spouse de Atibon Legba, d6esse protectrice et
ddesse des eaux douces, preside aux marches, aux places publiques,
aux portes, aux barrieres, aux routes, etc... Une couleuvre, connue
sous le nom de couleve-nadeleine, la repr6sente. Elle a ordinaire-
ment pour reposoir (arbre servant de residence a un loa ou dieu)
un medecinier b6ni (Jatropha curcas L.).
Ayizan avait autrefois, dit-on, son culte propre qui 6tait rigoureu-
sement observe par les ancetres. Avant de donner a manger aux
dieux Vodou, on s6parait la nourriture en deux portions egales: l'une
pour les loas Vodou et I'autre pour Ayizan. D'apr&s un houngan
(pr&tre Vodou), Ayizan est le plus ancien des 1oas. Par consequent,
selon lui, on devrait le servir le premier.
Ayizan est une n6gresse tres vieille et parfois m&me elle est appelee
Grand'Ayizan:
Grande Ayizan
Saluez Legba-6!
A l'he qui le,
L'agent cass6 roche!
M'ap6 mande coument nou ye?
Saluez Legba-d!

Creoles sond6 miroi Legba!
Ayizan vi6, vid!
Creoles sonde miroi Legba!
Legba vi6, vid!
Creole sond6 miroi Atibon Legba.

Grande (grand'mbre) Ayizan Saluez Legba, eh! Maintenant,
- L'argent brise les roches (avec de l'argent on fait ce que l'on veut)
- Je demand: comment vous portez-vous Saluez Legba, eh!
Les creoles sondent le miroir de Atibon Legba Ayizan vieille,










30 MYTHOLOGIE VODOU


vieille Les creoles sondent le miroir de Legba Legba vieux,
vieux Les creoles sondent le miroir de Atibon Legba.
Quoique' tr&s vieille, Ayizan est une grande marcheuse. Elle se
prom&ne sans cesse, sans doute pour surveiller, cbmme son 6poux,
les routes:
Ayizan! Ayizan! Ayizan mache!
Ayizan mach6, Ayizan prominnin!
Ayizan! Ayizan! Ayizan pronminnin!
Ayizan machi, Ayizan prominnin!

Ayizan-D6
Ayizan alley pronminnin!
Li mach6, 1'all' pronminnin!
Ayizan-De!

Ayizan, Ayizan B6l1kou-6!
M'dit: Ayizan, Ayizan B61ikou-6!
Ou c6 y6, oh! ce Ia nou ye!
Ayizan B6lkou mach6.

Ayizan! Ayizan! Ayizan march Ayizan march, Ayizan se pro-
m&ne Ayizan! Ayizan! Ayizan se promene! Ayizan march,
Ayizan se prom&ne.
Ayizan-Deux Ayizan est all6e se promener Elle march, elle
est allee se promener Ayizan-Deux.
Ayizan, Ayizan B1eekou, oh! Je dis: Ayizan, Ayizan B616kou,
oh! C'est toi, oh! c'est 1l que nous sommes Ayizan B6l6kou
march.

Les poss6dees d'Ayizan ont gen6ralement le dos voft6 et haltent
comme des vieilles:

Mache, machd!
Ayizan mache!
N'a ou6 qui jan Ayizan mache!
Ayizan mach6, n'a oue qui jan, ago-6!
Ayizan mach6!
Ayizan mache pou oue qui choye!
Ayizan mach6!
Mach6, mach6, mache Ayizan
Aoch6-Nago.









AYIZAN VELEQUETE 31


Marche, march Ayizan march Nous allons voir comment
march Ayizan Ayizan march, nous verrons comment, ago-6! -
Ayizan, march pour que nous puissions voir quelque chose (ou te
voir marcher) Ayizan march Marche, march, march Ayizan
- Aoch&-Nago.
Un serviteur de Ayizan se plaint de ce qu'on lui fait du tort.
Le loa lui r6pond qu'il ne peut rien pour lui, puisque ses ennuis lui
viennent de Dieu:
Eh Ayizan
Santayi laiss6 yo fait
Santayi papa, yo contrarie-nou
Ayizan papa, yo contrarie-nou.
Ayizan laiss6 yo fait (bis)
N'en point engnin 1 pass Bondi6
Ayizan ou pa oue creole contrari6-nou
Santay6 laiss6 yo fait (bis)
*N'en point engnin I1 pass Bondi6
N'ap' gad6 oh! n'ap' gade mambo Ayizan
N ap' gad6 yo la
Ayizan Gweto laiss6 yo fait
N'en point engnin li pass Bondi6, oh!
Creoles contrarie moin
Apr6 Di6, m'ap' rang6 pou moin gad6, oh!
Moin gad6 la C6te Guinin
Apr6 toi note Seign6 sipreme
F6c nou gade 16 saint
Ayizan ca, c6 loa Guinin
Nan Guinin la c6te Guinin
Nan Guinin, ooh!
Abobo!

Eh! Ayizan Santayi laisse-les faire Santayi papa, ils nous
contrarient Ayizan papa, ils nous contrarient Ayizan laisse-les
faire I1 n'y a rien d'autres (dieux) ici que le Bon Dieu Ayizan,
ne vois-tu pas que les creoles nous contrarient Santay6 laisse-les
faire I n'y a rien d'autres ici que le Bon Dieu Nous regardons,
oh! nous regardons mambo Ayizan Nous les regardons Ayizan
- Gw&to laisse-les faire Il n'y a rien d'autres ici que le Bon
Dieu Les cr6oles me contrarient Apres Dieu, je m'arrange pour
regarder, oh! Je regarded la C6te de Guin6e Aprbs toi notre









32 MYTHOLOGIE VODOU


Seigneur supreme II nous faut garder les Saints (loas) Cet
Ayizan est un loa de la Guin6e En Guin6e de la CBte de Guin6e -
En Guinee, ooh! Abobo!

Ayizan procure aux d6vots la puissance, le pouvoir et l'autorit6.
Son embleme est le palmier royal ou palmiste (Oreodoxa regia H. B.
K.), symbol de puissance et de liberty. Son veve, trac6 sur le sol,
avec de la farine de mais ou de ble, represente une palme. Elle est
dessinee au milieu des initiales de la d6esse: A.V.

II est interessant de noter que dans les Armes de la R6publique
d'Haiti, dessinees par P6tion, figure un palmiste surmont6 du bonnet
phrygien et encadr6 de troph6e militaire, avec cette devise: fait la forces. Avant I'occupation par les ambricains, et meme apres,
le palmiste figurait au milieu de la tribune denomm6e < Patrie> place sur toutes les places publiques.
Ayizan est un loa exorciseur et purificateur. C'est pourquoi, me dit
un houngan (pretre Vodou), on choisit toujours les feuillages de pal-
miers pour recouvrir les p6ristyles, oi se d6roulent g6n6ralement les
services et les danses rituelles. Parfois ils sont aussi recouverts de
t6les ondulees; dans ce cas, on place des palmes dans l'enceinte. Car,
ajoute-t-il, tous les services doivent etre purifies et exorcises, sans
quoi ils ne peuvent avoir lieu.
Dans les services en 1'honneur de Ayizan, les fiddles portent, atta-
ch6 au c6t6 gauche de leur poitrine, un morceau d Ayizan' .(rameau
de palmiste). Les gens malades, les femmes enceintes ou qui ont leurs
regles, ne peuvent participer A aucune c6r6monie Vodou, s'ils n'ont
sur eux leur Ayizan car, 6tant impurs, ils gAteraient le service.
Un serviteur de Ayizan declare que c'est le Bon Dieu qui lui a
donn6 ce myqtere a garder (servir, adopter). Il ne peut done que se
soumettre a sa volonte:

Qa m'a dit, oh!
Qa m'a dit Ayizan (bis)
Ca m'a dit?
Ce bondi6 qui ban moin 16 Saint-a quimb6.
Ca m'a dit 16 Saint, oh. (bis)
Ga ma dit?
C6 Bondi6 qui ban moin loa-a quimb6
Qa m'a dit loa-a, Ca m'a dit, oh!









AYIZAN VELEQUETE 33


Ca m'a dit la Vierge Marie, Dossou, Dossa
C6 Bondi6 qui ban moin loa-a- quimb6
qa m'a dit la C6te Guinin
Ca m'a dit-yo? Abobo!

Que dirai-je, oh! Que dirai-je a Ayizan (bis) Que dirai-je? -
C'est le Bon Dieu qui m'a donn6 A garder le Saint (loa) Que dirai-
je au Saint, oh! (bis) Que dirai-je? C'est le Bon Dieu qui m'a
donn6 a garder le loa Que dirai-je au loa, que dirai-je, oh! Que
dirai-je A la Vierge Marie, Dossou, Dossa (jumeaux) C'est le bon
Dieu qui m'a donn6 a garder le loa Que dirai-je a la Cote de Gui-
n6e Que leur dirai-je? Abobo.
Grande Ayizan porte une couronne de lauriers blancs:
Rh6l6 Ayizan pou moin!
Ayizan ou min'qui p6t6 laurier blanc!
Rh616 Ayizan pou moin!
Bad6 Awannin'm, Wannin'm, Ayizan-6!
Sobo Awannin'm, Wannin'm, Ayizan-6!
Ayizan ou min' qui p6t6 laurier blanc!
Rh616 Ayizan pou moin! Abobo!
Appelez Ayizan pour moi Ayizan, toi qui portes le laurier blanc
- Appelez Ayizan pour moi Bad6 Awannin'-m, Wannin'm, Ayizan,
oh! Sobo Awannin'm, Wannin'm, Ayizan, oh! Ayizan, toi qui
portes le laurier blanc Appelez Ayizan pour moi! Abobo.
Ayizan 'est identified, par les fiddles du Vodou, au Christ, particu-
librement a celui don't les chromos populaires catholiques repr6sentent
le bapteme par St. Jean Baptiste. Pour beaucoup d'adeptes le Christ
6tait une n6gresse et portait une couronne.
Ayizan est une grande mambo (elle danse ordinairement dans la
t6te des pretresses Vodou):
Mambo Ayizan hounsis la-yo dos a dos!
Hounsis-canzo, hounsis-bossales,
Pale hounsis creoles!
Mambo Ayizan, hounsis la-yo dos a dos!
Mambo Ayizan, les housis (membres du corps sacerdotal Vodou)
sont dos a dos Hounsis-canzo, hounsis-bossales (canzo: initi6 au
second degr6; bossale: initi6 au premier degr6) Disent aux hounsis-
creoles Mambo Ayizan, les hounsis sont dos a dos.










34 MYTHOLOGIE VODOU


Mambo Ayizan est parfois appelee Ayizan-complot. Dans les deux
chansons suivantes, on dit qu'Ayizan est plus forte que les ouangask
(charmes mal6fiques):

Ayizan-complot pi f6-r pass ouanga!
Gid6'm chita, mezan-mi,
Yo vie mange raison moin!
Ayizan comply pi f6-r pass ouanga!
D6chouqu6, yo vl1 mange raison moin!
M'dit: Ayizan compl6 pi f6-r pass ouanga.

Moin dit Ayizan-compl6
M'pan c6 rive,
Pou'm pal parol' Ia,
Cr6ole mang6 raison moin!
Ca nou ou6 1a-a,
Nou pa ga pal-o (bi)
Ayizan-complot,
Nou pan c6 rive,
Pou'm pale parol'li,
Creole mange raison'm!

Ayizan-complot est plus forte que le ouanga Voyez mes amis,
comm'e je suis assis On veut m'6ter la raison Ayizan-Complot est
plus forte que le ouanga D6chouqu6 (d6chouqu6: d6racin6, surnom
d'Ayizan) on veut prendre ma raison Je dis: Ayizan-complot est
plus forte que le ouanga.
Je dis: Ayizan-complot II n'est pas encore temps pour moi -
De vous raconter cela Les creoles ont pris ma raison Ce que nous
voyons 1 Nous ne pouvons le dire Ayizan-complot II n'est
pas encore temps pour moi De vous raconter cela Les creoles
ont pris ma raison.

Legba, Ayizan et Loko marchent toujours ensemble. Au d6but de
toutes c6r6monies, il est obligatoire que ces trois loas soient invoques:
Legba d'abord, introducteur indispensable aupr&s des autres dieux;
Loko ensuite, maitre des hounf6(r) (temple Vodou) et chef de 1'es-
corte de Legba! puis Ayizan, loa exorciseur et purificateur. L'invoca-
tion d'Ayizan se fait par cette formule:
Par pouvoir Grande Ayizan, Mambo Ayizan V61lquet6, Ayizan










AYIZAN VELEQU~ TE 35


Poumgou6, D6chouqu6, Ayizan-complot, N&guesse (N6gresse) cissa-
fleur-vodoun, vi6 (vieille), vi6, vi6 Ayizan. Ago, agocy, agola.

Pour la c6r6monie de <(rhele loa en bas d'leau>> (appelez les dieux
sous l'eau) on s'adresse a Ayizan.
Le jour du service, les femmes de la famille et les hounsis se v6tent
de blanc. Dans le hounf6-r (temple), on place un canari (jarre de
terre cuite) rempli d'eau, devant le pe (autel). On habille d'un drap
blanc deux chaises et, sur leur dossier, on place horizontalement une
fleche de palmiste. Les hounsis se rangent autour de cette fl&che. Le
houngan (pretre) assis sur une petite chaise, devant le canari, agite
son asson (hochet rituel compose d'un'e calebasse recouverte de grains
de verroteries ou de vertebres de couleuvres entrelackes). L'assistance
entonne alors cette chanson:

Rhel1 Ayizan pou moin
Ayizan nou prall rhel6 loa en bas d'leau!
Rhel6 Ayizan pou moin
Nous pral' rh16 loa en bas d'leau!

Appelez Ayizan pour moi Ayizan nous allons appeler les loas
sous l'eau Appelez Ayizan pour moi Nous allons appeler les
loas sous Peau.
Une hounsi tient la fl&che; les autres d4chiquettent & coup d'6pin-
gles les rameaux jusqu'a ce qu'il retombent comme une longue che-
velure (cela s'appelle en Vodou chir6-Ayizan).
Le houngan agite de nouveau son asson. Alors on entend un remous
dans le canari. Le loa arrive: mais il ne possede personnel. Seulement
une voix caverneuse dit:
Tout le monde bonsoir.
I1 s'informe des nouvelles de chacun, puis il demand qui veut
I'adopter. Celui qui le veut, r6pond:
C'est moi, papa.
Merci mon enfant.

Le houngan met le loa dans une cruche de terre cuite. La cruche est
ensuite recouverte d une toile de satin blanc puis d6posee sur le p6
du hounf6-r beaucoup de loas peuvent venir. Dans ce cas, il faut
plusieurs cruches, car deux loas ne peuvent &tre introduits dans une
m&me cruche.










MYTHOLOGIE VODOU


Huit ou quinze jours apr&s, on se r6unit de nouveau dans le houn-
f6-r. Comme pour la fois pr6c6dente, les hounsis et les femmes de la
famille sont v&tues de blanc. On place devant l'autel une bac (grand
plateau de bois) contenant du pain, des cassaves (galettes de manioc)
et toutes sortes de bonbons.

Le houngan secoue son asson, en disant:
Adorez les loas.

Chacun prend alors quelques choses dans la bac et y d6pose cinq
centimes, en pronongant ces mots:

-Adorez la madeleine (couleuvre). La madeleine est sortie d6-
shabill6e.

Une hounsi prend la cruche, la met sur sa tete et se rend A la caille-
myst6 (maison des mystbres). Tout le monde la suit en chantant:

Yo ba moin zin-a,
P6t6 tout mar6!
Yo ba moin zin-a, 1
bis
Zin-a d6ji f616! !
Yo ba moin zin-a,
P6t6 tout mar6.

On m'a donn6 le zin (cruche), A porter tout amarre On m'a
donn6 le zin Le zin est d6ja f616 (bis) On m'a donn6 le zin, -
A porter tout amarr6.

Arrive a la maison des mysteres, elle d6pose la cruche sur le p6.
Maintenant, si un membre de la famille est malade, on n'aura plus
besoin de recourir A un houngan, le loa fera lui-m6me le traitement.
Et, dans toutes les circonstances de la vie, on peut lui demander aide
et assistance.

On offre a Ayizan des bananes (plantains), des patates, des igna-
mes, des malangas (colocassia esculenta Schott.), des giraumons (cu-
curbita L. noschata Duch), des mirlitons (sechium edule Sw.), des
salaisons, du riz blanc, des gateaux, du sirop de canne, une cruche
d'eau, des liqueurs sucr6es, etc...; on lui sacrifice des poules cannelles
(couleur de l'6corce du cannelier). Ordinairement on d6pose les of-
frandes dans une macoute (sac de paille de latanier) et on l'accroche
ensuite a l'une quelconque des branches de son arbre favori.























LOKO ATISSOU

























































VWvB de Loko Atissou par Hector Hyppolite.



















LOKO ATISSOU





Loko Atissou, dieu des arbres et des forts, est identifi6 a St. Joseph.
On le d6peint comme un loa (dieu) sympathique, un vieux griffe filss
d'une noire et d'un mulAtre ou d'un noir et d'une mulAtresse), qui
s'habille ordinairement en grand uniform de g6n6ral. I1 a toujours
un gros baton A la main et une pipe en terre cuite au coin de la bouche.
Ses diff6rents symbols sont la figue (banane), l'agaman (cam6l6on),
1'anolis vert et le papillon jaune, et dans les hounf6-r (temples Vo-
dou), c'est g6n6ralement une grosse pierre qui est cens6e le repr6sen-
ter. II a pour reposoir (arbre servant de residence au loa) un m6deci-
nier beni ou une verveine (Stachytarpheta jamaicensis (L.) Vahl),
son jour est le mardi et sa couleur le jaune.

Loko est aussi, probablement, maitre du soleil. Le major goitree) de
l'anolis vert a la forme et la couleur du disque solaire, et c'est, dit-on,
pour cela qu'on a fait de cet animal un emblme du dieu. Par ailleurs,
le nom de Loko est souvent associ6 a celui de l'astre, comme, par
example, dans ce chant:

Soleil-6! Ati Dan, Ibo Loko! Soleil-6!
Soleil-6! Ati Dan, Ibo Loko! Soleil-6!
Papa, moin pa moune icite
Atchango, moin s6ti loin
Soleil 6!
Papa (Loko), m'pa t6 vin' pou r6t6
At6 m'pa cab' trav6s6
Solcil-6!

Soleil 6! Ati Dan Ibo Loko! Soleil 6! Soleil 6! Ati Dan Ibo Loko!
Soleil 6! Papa (Loko) je ne suis pas d'ici Atchango, je viens de
loin Soleil 8! Papa (Loko), je n'6tais pas venu pour rester
Maintenant, je ne puis m'en aller Soleil 6!









MYTHOLOGIE VODOU


Autrefois, Loko 6tait un loa souverain et qui r6gnait sur sa propre
escorted. On pretend m&me qu'il aurait jou6 un r6le important dans
les guerres de l'Ind6pendance. En tout cas, cette 16gende ne serait
pas d6nu6e de tout fondement, dans la measure oui l'on pourrait inf6rer
de la chanson suivante que Dessalines aurait 6t6 un serviteur de
Loko:
Loko-De, abobo!
Loko-D4, ah Loko-De, roi D6
Loko-miroi, o Loko-D6
Ah! Loko-D6, roi D6
0 Loko-miroi, oh!
L'empere Dessalines, oh!
CI hounf6'r-a lan main nou
Loko-De
Ah! Loko-D6, roi-D6, Loko-miroi
0 Loko-De
L'empere Dessalines, oh!
0O cl hounf6(r)-a lan main nou
CIM hounf6-a lan main Agassou-miroi
C16 hounf6-a lan main nou
0 nou dija Guinin dija
Nous pa sa gat6
0 creole yo dit conga
Yo va gat6 Loko
0 z'aute menti Agaza
Nou dija aye nou dija
Nou pa sa gatd
0 crier: Abobo!
Nou cri6: Abobo!
Ah! Loko-Atissou
0 mangnanva
Abobo (ter)
Loko-Deux, abobo! Loko-Deux, ah! Loko-Deux, Roi Deux -
Loko-miroir, O Loko-Deux Ah! Loko-Deux, Roi-Deux O Lo-
ko-miroir, oh! L'empereur Dessalines, oh! Les clefs du houn-
f6-r sont entire nos mains Loko Deux, roi Deux, Loko-miroir -
D Loko-Deux L'empereur Dessalines, oh! O les clefs du houn-
f6(r) sont entire nos mains Les clefs du hounf6-r sont entire les mains
le Agassou-miroir Les clefs du hounf6-r sont entire nos mains -









LOKO ATISSOU 43


D nous sommes d6ji des Guineens Nous ne pouvons nous gAter -
O les cr6oles disent Qu'ils gAteront Loko O vous mentez vous
autres, Agaza Nous sommes d6ja d'hier Nous ne pouvons nous
Yater O criez: Abobo! Nous crions: Abobo Ah! Loko-Atissou
- O mangnanva Abobo (ter).

Aujourd'hui, Loko n'est plus que le chef de Pescorte de Legba. Et a
ce titre, comme le vieux mystere, il garde les routes, les sentiers, les
barrieres, les habitations, et les maisons:

M'te quite Loko veill6 caille pou moin!
Loko rh616 Dahonmin!
M'te quit Loko veilld caille pou moin!
Loko rh6ld Dahonmin!

J'avais confi6 A Loko la garde de ma maison Loko s'appelle
Dahomey J'avais confi6 Loko la surveillance de ma maison -
Loko s'appelle Dahomey.

II arrive souvent qu'un arbre situ6 A une crois6e de chemins soit
consacr6 a Papa Loko. Une macoute (sac de paille de latanier) est
alors suspendue A 1'une de ses branches, et le matin, quand les paysans
passent par 1A, ils s'arr&tent toujours pour y d6poser des offrandes.
Ce faisant, ils adressent au loa une court priere: < sommes dans tes mains (sous ta protection). Fais que notre journey
soit bonne.)

Quand on est malade, ou que la d6veine vous pursuit, on fait un
sacrifice au pied d'un reposoir (arbre sacr6) de papa Loko, afin qu'il
remette .tout en ordre, car il est A la fois gu6risseur et houngan. Mais
s'il faut en croire la chanson, on ne le d6teste pas moins pour cela:

Min Yanva Loko!
Yo rhai houngan moin
Yo rainmin owingal'!
C6t6 servante.Loko?
Vin' salue'l!
Yanvalou c6td servante Loko?
Vin' salu6'l!

Voici mon Yanva (lou) Loko On hait mon houngan, Mais on
aime son ouanga (charme) Oiu sont les serviteurs de Loko? Ve-









44 MYTHOLOGIE VODOU


nez le saluer (Mon) Yanvalou, o sont les servantes de Loko? -
Venez le saluer.

Bien qu'aujourd'hui il fasse parties de 1'escorte de Legba, Loko a
encore une assez grande puissance. Comme dieu des arbres et des
forces, ses pouvoirs sont meme tres 6tendus. C'est ainsi qu'il a intro-
duit dans certaines plants des esprits qui leur donnent des vertus
curatives et qui sont efficaces a la fois pour les maladies naturelles
et les maladies surnaturelles. Aussi, avant de cueillir des feuilles m6-
dicinales, doit-on lui adresser cette priere, en se tournant d'abord
vers l'orient:
Par pouvoir de St. Joseph,
Par pouvoir de papa Loko,
Par pouvoir de Loko Atissou.
Ensuite, vers l'occident:
Au nom de Loko Azamblou Guidi,
Au nom de Loko Dahomey,
Au nom de Loko, roi Nago.
Puis, vers le sud:
Au nom de Loko Deux,
Au nom de Loko Kissigw6,
Au nom de Loko Yai.
Enfin, vers le nord:
Au nom d'Azagon Loko,
Au nom de Loko Dan Yiso,
Au nom de Loko, pomme d'Adam (ou d'Amour).
Ago, ago ci, ago I!

Ceci dit, on pr6l&ve les feuilles en se plagant face au soleil levant,
et avant de partir, pour paiement, on depose au pied de la plante un
cob (monnaie de cuivre: un centime de gourde).

Chaque annee, a la fete des arbres, on fait des c6r6monies en l'hon-
neur de Loko. On entasse au pied de ses reposoirs toutes sortes de
choses cass6es ou d6t6rior6es, ayant appartenu A des malades qu'il
a gu6ris, assiettes de faience, verres, tasses, cruches de terre cuite,
bouteilles, canaris (jarres de terre cuite), vases de faience, couis (moi-
ti6s de calebasse: crescentia cujete L.), pots de chambre 6maillks,
etc; on y allume des bougies, et on suspend aux branches de l'arbre
des lambeaux de v6tements ports pendant les maladies.










LOKO ATISSOU 45


Il convient aussi de noter que lorsque un malade s'est baign& dans
une source a laquelle on prate, A tort ou a raison, des vertus curatives,
il suspend a un arbre avoisinant une parties de son linge, afin que
Loko favorite sa gu6rison.

En tant que houngan, Loko est le garden des hounf6-r. Aussi,
quand un loa (dieu) va entrer dans un temple Vodou, convient-il tou-
jours de 1'annoncer a papa Loko, comme on le faith ici pour Guede Ti-
Wawe divinity6 de la mort):

Sonin cl6che-la, papa, min Gu6d6!
Sonin cl6che-la, pa-pa, min Gued6!
M'ape vini tout en noi join' Papa Loko!
Ti Waw6 vini tout en noi join Papa Loko!
Ti Waw6 vini tout en noi join' Papa Loko-Atissou!
Ti Waw6. Abobo.

Sonnez la cloche, Papa voici Gu6ed Sonnez la cloche, Papa,
voici Gu6d6 Je suis venu, v6tu de noir, pour vous saluer, Papa
Loko Ti Waw6 est venu, habill de noir, pour saluer Papa Loko -
Ti-Waw6 est venu, v&tu de noir, pour saluer Papa Loko Atissou -
Ti-Wawe. Abobo.

Veut-on placer des drapeaux dans un hounf6-r, il faut en demander
la permission a Loko:

Mait' Loko Atissou,
Hounf6-r-a mandr drapeau!
Maitre Loko Atissou, Le hounf6-r demand des drapeaux!
Dans certain cas, n6anmoins, une autre divinity peut avoir la garde
d'un hounf6-r; mais pour qu'on lui confie cette function, sa puissance
doit ktre, pour le moins, gale a celle de Loko.

Loko aime les jeunes femmes. Pour justifier, sans doute, la cour
qu'il leur fait, il dit que son spouse est vieille. Ses serviteurs protes-
tent. Ils declarent qu'elle n'est point vieille:

Papa Loko, fan'm vi6, fan'm vi6
Fan'm mand6 pr6pet6, fan'm pa jan'm vi6
Kadiamisou dit fan'm Loko vi6
Fan' m pa jan'm vi6
Douvant r6be fan'm mand6 pr6pet6 (bis)










46 MYTHOLOGIE VODOU


C6t6 fan'm Loko connain vie?
Douvant r6be fan'm mande pr6pete
Dimpi fan'm mande pr6pete Ii pa jan' vie
Moin dit vie, Kadiamisou dit fan'm Loko vie
Fan'm pa jan' vie, la rin'n ho
Ayayay la rin'n, n'ap' pale
Fan'm pa jan' vie
Fan'm vie, fan'm pa jan vie
Dimpi fan'm, gaignin pr6pet6
Fan'm pa jan' vie
Loko Atissou dit madam Loko vie
Li pa vie
Fan'm vie, fan'm pa jan' vie, la rin' ho
Dimpi-ou fan'm gain pr6prete
Li pa jan'm vie.
Papa Loko, papa, les femmes sont vieilles, les femmes sont vieilles
- Les femmes demandent a& &re propres, les femmes ne sont ja-
mais vieilles Kadiamisou dit que la femme de Loko est vieille -
Les femmes ne sont jamais vieilles Le devant de leur robe demand
a etre propre (bis) Oh prenez-vous que la femme de Loko est
vieille Le devant de leurs robes demand a etre propre Des
qu'une femme demand de la propret6, elle n'est pas vieille Je
dis: vieille, Kadiamisou dit que la femme de Loko est vieille Les
femmes ne sont jamais vieilles, la reine, oh! Ayayay la reine, nous
disons Les femffhes ne sont jamais vieilles Les femmes sont
vieilles, les femmes ne sont jamais vieilles Pourvu qu'elles soient
propres Les femmes ne sont jamais vieilles Loko Atissou dit
que Madame Loko est vieille Elle n'est pas vieille Les femmes
sont vieilles, les femmes ne sont jamais vieilles, la reine, oh! Pourvu
qu'une femme soit propre Elle n'est jamais vieille.
Dans les services que 1'on fait pour papa Loko, on lui offre du
mais et des pistaches (cacahuetes) grilles, des gateaux secs, des vivres
crus et haches menu, des galettes de cassave (manioc), de l'accassan
(bouillie de mais), etc... On lui sacrifice des poules et des coqs jaunes,
ou encore, si on en a les moyens, un cabri, mais jamais un pore (cet
animal est d'ailleurs tabou pour les divinit6s Rada).
D'apr&s la 16gende, aux environs de Furcy, il y avait une source
qui 6tait habitue par trois mait' dleau (maitres des eaux): Agou6,










LOKO ATISSOU 47


Damballah et Simbi. Chaque annee le propri6taire de l'habitation
(ferme) oh se trouvait la source leur donnait & manger (leur faisait
un service). A cette occasion, prbs de la tete de 1'eau (source), it
dressait trois tonnelles (une pour chaque loa) et faisait appel a trois
houngans (pretres Vodou). Et jamais il ne lui arrivait de manquer a
ce devoir.

II advint toutefois qu'une grande s6cheresse s'abattit sur la region.
Le propri6taire de l'habitation, qui subissait comme tous les autres
fermiers, les consequences de la s6cheresse, pensa qu'il convenait de
faire un service suppl6mentaire pour les maitres de la source. Mais
comme ses moyens avaient consid6rablement diminu6, au lieu de trois
tonnelles, il ne put en dresser qu'une seule, et il ne fit venir qu'un
seul houngan. C'6tait tout ce qu'il pouvait faire, et pourtant les mai-
tres de la source en furent mecontents. Invoqu6s, ils firent la sourde
oreille et ne consentirent a monter aucun de leurs chevaux (a poss6-
der aucun de leurs serviteurs). Le fermier commengait a se decou-
rager pour de bon, quand un membre de sa famille tomba sur le sol,
secou6 de convulsions, comme s'il 6tait pris de malcadi (6pilepsie).
I1 etait poss6d6; mais, h6las, quand le houngan parvint a remettre le
cheval sur ses pieds, il vit par ses allures qu'il n'6tait point month par
un des trois maitres de la source, qui done: Agou6, Damballah
Oueddo ou Simbi.

Quelle est ta nation? demand le houngan au mystere.
C'est moi, Loko Atissou.
Mais, voyons, papa, le service n'est pas fait a ton intention.
Je le sais bien. Mais les maitres de la source sont fAch6s, et
voyant que mes enfants sont dans une mauvaise passe, je suis venu
les prot6ger.
Et que faut-il, papa Loko, qu'on te donne en paiement?
Le service que vous faites aujourd'hui.
-Comment voudrais-tu Ca, papa Loko? Nous ne savions pas que
tu allais venir, 'et nous n'avons rien prepare pour te recevoir conve-
nablement... Mais qu'A cela ne tienne, nous t'inviterons un autre jour.
-Non, je ne veux pas, dit Loko avec humeur. C'est aujourd'hui
meme que vous devez me donner A manger.
Comme il ne fait bon se mettre papa Loko sur le dos, on fut bien










48 MYTHOLOGIE VODOU


oblige d'acceder a son desir. En retour, il dit au fermier, avant de
sortir de la t6te du cheval:

Tu planteras une verveine pros du hounf6-r (temple), et A partir
d'aujourd'hui tu me serviras comme maitre de ton habitation.

Et le fermier fut bien oblige de se soumettre a sa volont6. Mais
il arrival que dans la suite, outre d'avoir 6et supplants par Loko, les
trois maitres de la source, Agou6, Damballah Oueddo et Simbi, la
dessecherent entierement. Et sans doute auraient-ils envoy la ma-
ladie, et meme la mort, tant au fermier qu'a tous les siens, si le dieu
des plants, n'avait pris tou'e la famille sous sa protection.

On dit, d'un homme intelligent et instruit, qu'il est < Loko>, et c'est assur6ment A cause des pouvoirs 6tendus que lui con-
ferent sa science de m6decin et sa quality de houngan. Mais il est
indiscre:: e'- bavard, parait-il, et on ne se fait point faute de le railler a
ce sujet:
Ah! Loko dit-yo!
Papa Loko dit-yo ga, eh!
Loko, qui s6ti lan Jacmel,
L'ap' gaill nouvel ba-nou!

Ah! Loko leur dit, Papa Loko leur dit qa, eh! Loko, qui revient
de Jacmel, Il r6pand des nouvelles parmi nous!

Loko a aussi des exigences s6niles et capricieuses. Il a chaud et
demand qu'on 1'6vente:

Vent, vent, vent Loko!
Loko mand6 vent, eh! Loko!
Aleba Loko mande vent, eh!
Aleba Loko mande vent, eh!
Vent, vent, vent Loko!
Loko mande vent eh! Loko!
Al6ba Loko mand6 vent, eh!

Vent, vent, vent Loko Loko demand du vent (qu'on 1'6vente),
eh! Loko Alegba, Loko demand du vent, eh! Alegba, Loko
demand du vent, oh! Vent, vent, vent Loko Loko demand du
vent, eh! Loko -- Alegba, Loko demand du vent, eh!









LOKO ATISSOU 49


II declare qu'il va chercher sa famille:
Loko, Loko di-yo
Papa Loko ca ye
M'pral chech6 fanmi moin-yo
0 mi owa, owa (bis)
Loko enh6 (bis)
M'pral' chech6 fanmi moin-yo

Loko, Loko leur dit C'est Papa Loko Je vais chercher ma
famille O mon roi, mon roi Loko enh6 (bis) Je vais chercher
ma famille.

Un de ses enfants se plaint qu'il l'ait d6rang6 inutilement:
Ah! Loko v6ye chachg-m'
Papa ou v6ye chach6-m'
C6te m'te yie-a, m'6t bien 1i
V6y6 rh616'm Loko Atissou
Loko Atissou ou v6y6 chach6'm
C6t6 m'te yie-a, m'te bien l1.

Ah! Loko m'a fait chercher Papa tu m'as fait chercher J'6tais
bien IA ou j'6tais II m'a faith chercher, Loko Atissou Loko Atissou
m'a fait chercher J'6tais bien l1 oui j'6tais.

Mais ces petits travers n'emp&chent pas qu'il soit toujours fet6,
oiu qu'il paraisse. L'enthousiasme que suscite sa presence parmi les
fiddles, resort clairement de ce chant:
Min Yanva Loko
Loko, enh6!
Min Yanva Loko!
Loko, enh6!
C6 Yanva Loko!
C6 pa Loko ga?
Quite m' chache fanmi-moin!
Min Yanva Loko!
Loko, enhe!

Voici le Yanva (lou) Loko Loko, enh6! Voici le Yanva Loko,
enh6! C'est le Yanva Loko N'est-ce pas Loko? Per-
mets-moi d'aller chercher ma famille Voici le Yanvalou Loko -
Loko, enh6!


























DAMBALLAH OUEDDO













A. (3. A
P. ft J




/^ /^V^-^Y ^
//f~f-Gn^b` b


Vev6 de Damballah Oueddo par Hector Hyppolite.



















DAMBALLAH OUEDDO




Damballah Oueddo, dieu de la f6condit6 et de la force, est l'un
des plus important et des plus anciens des loas (dieux) Arada. Il est
le g6nie du bien et personnifie la bont6. II preside A tous les pheno-
manes celestes et est repr6sent6 par une couleuvre grise ou par une
couleuvre verte. Voici une chanson oux Damballah est identified A la
couleuvre:
Coul6ve, coul6ve-6!
Damballah Oueddo, Papa,
Ou coul6ve-6!
Couleve, coul6ve-6!
0 Damballah Oueddo,
Ou coul6ve-6!
M'ape rh616 coul6ve-6!
Coul6ve pa Ca pal6!
Damballah, Papa, ou ce coul6ve-6!

Couleuvre, couleuvre 6! Damballah Oueddo, Papa, Tu es une
couleuvre 6! Couleuvre, couleuvre 6! O Damballah Oueddo, -
Tu es une couleuvre 6! J'appelle la couleuvre 6! La couleuvre
ne peut parler Damballah, Papa, tu es une couleuvre 6!

A Ouidah (ville du Dahomey, pros de la c6te de l'Atlantique) ou
elle etait en honneur, la couleuvre, dit-on, 6tait regard6e comme le
dieu de la guerre, du commerce, de l'agriculture et de la f6condit6.
Elle 6tait enferm6e et nourrie dans un temple construit autour d'un
6norme cotonnier. Des jeunes filles trBs chastes lui 6taient sacrifices.
Comme au Dahomey le Vodou 6tait le culte du serpent, Damballah,
le grand dieu couleuvre, 6tait ador6 par les initibs haitiens comme le
maitre du ciel:
M'dit: Ciel, 6, salu6 la-td, eh!
Osso, eh!
Damballah Oueddo m'grand moune, oh-h6!










56 MYTHOLOGIE VODOU


Je dis: Ciel 6! salue la terre, eh! Osso, eh! Damballah Oueddo
nst une grande personnel, oh! eh!
Damballah 6tait represented dans les hounf6-r (temples Vodou) par
un petit boa (uromacer catesbyi) qui resemble, dit-on, a l'espice
sacree du Dahomey enferm6 dans un canari (jarre), d'oi on ne le
faisait sortir que les jours de ceremonies.
Aujourd'hui, le Dieu chretien, adore par les adeptes du Vodou
comme le createur de tout ce qui existe, a remplac6 Damballah.
L'adoration de la couleuvre dans les hounf6-r a presque disparu, sinon
entierement. Le reptile est remplac6 par un oeuf et par une couleuvre
en fer forge, places sur le bagui (autel) des hounf6-r Rada (temples
Arada).
Damballah preside aussi aux sources et aux rivieres. On dit qu'il
travaille ordinairenent dans 1'eau et parfois on l'appelle mait d'leau
(le maitre de l'eau), surtout quand il demeure dans une t6te de 1'eau
(source) qui fort souvent abrite une couleuvre:
Damballah Oueddo, c6 couleve d'leau!
Chech6 Damballah, qui b6 oua oue-li?
Papa Damballah, c6 couleve d'leau,
Li plong6 en ba d'leau!

Damballah Oueddo est une couleuvre d'eau Cherchez Dam-
ballah, oiu le verrez-vous? Papa Damballah est une couleuvre d'eau
- II plonge dans 1'eau.

Les sources habitues par Damballah lui sont consacrees et parfois,
les jours de ceremonies, ses mets lui sont servis sur place. On lui
dedie souvent cette chanson quand il preside a une source:
A la loa mach6 nan d'leau,
C6 Damballah-6!
A la loa mach6 nan d'leau,
C6 Damballah-6!
Papa Damballah c6 tete d'leau!
Papa Damballah c6 tMt d'leau! Abobo!

Ah! voila un ioa qui march bien dans l'eau C'est Damballah, oh!
- Ah! voila un loa qui march bien dans l'eau C'est Damballah,
oh! Papa Damballah est la t6te de I'eau (source) Papa Dam-
ballah est la tete de l'eau! Abobo!









JAMBALLAH OUEDDO 57


Damballah Oueddo est figure aussi sous les 'traits d'un blanc a
longue barbe blanche. Beaucoup de fiddles l'identifient a St. Patrick
(ou St. Patrice) repr6sent6 dans les chromos catholiques avec deux
serpents sous ses pieds et deux autres A c6t6. Pour d'autres il n'est
pas St. Patrick qui, selon eux, serait son fils, Odan Damballah Oueddo.
Ils l'identifient a (Saint) Moise, sauv6 des eaux, car disent-ils, Dam-
ballah b6gaie comme lui. Un houngan (pretre du Vodou), consult&
A ce sujet, m'a affirm que Damballah Oueddo, loa Rada, est Saint
Moise et Damballah La-flambeau, appel6 aussi Saint-blanc, loa P6-
tro, St. Patrick.

Les jours consacr6s a Damballah (mardi et jeudi), ses serviteurs
pr6parent leurs couches avec du linge blanc, bien propre. Prbs de
leur lit, sur une petite table couverte d'un napperon blanc, ils lui
dressent un rogatoire: une petite boite carr6e en bois. Au fond de la
boite, ils 6pinglent l'image du saint qui le repr6sente, et sur les c6t6s,
les chromos des saints correspondents aux loas qui marchent avec
lui. Devant son image, ils allument une bougie de blanc de baleine -
symbole de sa puret6. Ils placent dans la boite une soucoupe blanche
contenant de la farine france (de froment) surmont6e d'un ceuf, un
paquet de sucre blanc, une bouteille de kola, une tasse de caf6, un
savon, un peigne, une brosse, une houppe, une boite de poudre de riz
et un flacon de parfum. Maintenant, si la personnel qui le sert est
une femme, son mari doit s'6loigner de sa couche, car, dit-on, le loa
qui est terriblement jaloux, peut la tuer; si c'est un homme, sa femme
ne peut dormir dans la m&me chambre que lui.

Le hounf6-r de Damballah Oueddo est une petite case ordinaire.
Sur le p6 (plate-forme en maconnerie qui sert g6neralement d'autel
aux loas Rada) sont ranges: un crucifix (il indique que le hounf6-r est
consacr6 a une divinity bienveillante), une couleuvre en fer forg6 (son
embl6me), une cloche::te, un asson (hochet rituel, compose d'une
calebasse recouverte de verroteries ou de vertebres de couleuvres,
don't se sert l'officiant pour appeler les loas et pour diriger la danse),
le pot habitat des divinit6s, le pot bleu de madame Travaux, le
govi (cruche en terre cuite servant A invoquer les loas), le pot rafrai-
chissoir, le pot arc-en-ciel d6nomm6 ainsi a cause de ses diverse
couleurs -, les calebasses et les plats-marassas (plats-jumeaux), des
canaris (jarres de terre cuite), des bouteilles de liqueurs sans alcohol
(sirops), des tasses, une soucoupe contenant une petite hache indienne









58 MYTHOLOGIE VODOU


ou une (fragment d'a6rolithe), symbol de Dam-
ballah, etc...,; sur le sol sont places une lampe a huile d'olive et une
bougie de blanc de baleine.

Damballah aime la fraicheur. On lui construit en consequence,
sur le p& ou devant son autel, un petit bassin Ce petit bassin est
appel6 Bassin-Damballah:

Papa Damballah
Moin besoin baingnin la-a
D'leau-a lan bassin moin
0 Damballah Oueddo
M'bssoin baingnin la-a
D'leau-a lan bassin Ioa-yo

(Moi) Papa Damballah J'ai besoin de me baigner la L'eau est
dans mon bassin O (moi) Damballah Oueddo J'ai besoin de
me baigner 1l.- L'eau est dans le bassin des loas.

Le reposoir (arbre servant de residence A la divinity) de Damballah
Oueddo, ordinairement un pied de coton soie (calatropis procera
(Ait.) R. Br.), est toujours en'tour6 dun rond-point en magonnerie,
blanchi au lait de chaux, qu'on remplit d'eau le jour sacr6 du loa.

Dans la maison des mysteres, appel6e caille-mistf, qui n'est pas A
proprement parler un hounf6-r (temple), on voit parfois sur le p6
(autel), a c6te des couis (moiti6s de calebasse vid&e et dess6ch6e)
consacr6s aux loas-creoles (dieux qui sont nes en Haiti) et aux
loas-Guinin (dieux venus de la Guinee), un plat blanc, une tonnerre,>, un collier maldioc (collier de grains noirs et blancs altern6s,
qui protege centre le mauvais ceil) pour Damballah et, sur le mur
de la case, des dessins representant des fleurs et une couleuvre.

Damballah n'accepte pas que ses serviteurs invoquent les esprits
qui font le bien et le mal a la fois, excepts les marassas (les ju-
meaux), qui occupent une place toute sp6ciale dans son hounf6-r,.
car ils sont considers comme de v6ritables protecteurs. Les maras-
sas sont servis depuis des g6n6rations et personnel n'oserait les rejeter,
sous peine d'encourir les pires malheurs.
D'aprbs un houngan (pretre), de mes informateurs, Damballah
Ou'eddo est un loa convert. Quand il a besoin de communier, il de-
mande a un de ses serviteurs de le faire pour lui. Celui-ci va alors a









DAMBALLAH OUEDDO 59


la Sainte-Table, soit poss6ed par Damballah, soit avec sa pierre dans
sa main.

Le fiddle ne peut communier qu'aprbs en avoir demand la per-
mission au loa qu'il sert. Si c'est Damballah, il fait des libations d'eau
devant 1'image du saint qui le repr6sente ou devant sa pierre et il dit:
Papa Damballah, avec ta permission, je vais communier. Fais
que cela se passe bien pour moi et que j'en tire le plus grand profit.

A ce sujet, une femme m'a racont6 les faits suivants: < nuit de No0l, ma grand'mere allait communier; elle avait oubli6 de
demander i Damballah, son mystere, la permission de le faire.

Comme elle s'approchait de la Sainte-Table, elle fut prise d'une vio-
lente crise. Elle gesticulait, ses muscles se contractaient, sa physiono-
mie se changeait, la sueur coulait abondamment tout le long de son
corps et elle marmonnait des mots incomprehensibles. On la trans-
porta a la sacristie. Ma tante, reconnaissant qu'elle etait poss6d6e
par Damballah qui, sans nul doute, 6tait furieux centre elle, supplia
le loa de ne pas la punir dans l'6glise de Dieu. Damballah, jugeant
qu'il avait puni assez son cheval (le cheval d'un loa est la personnel
qu'il possede), se laissa accompagner a la Sainte-Table et communia.
Tous ceux qui avaient vu dans quel 6tat etait ma grand'mere cru-
rent qu'elle allait mourir. Mais le lendemain matin, a leur grande
stupefaction, ma grand'mere etait completement remise et, chose cu-
rieuse, elle trouva sous son oreiller la pierre de Damballah qui etait
dans la caille-mist6 (maison des mysteres), trbs eloignee de sa mai-
son.>
Comme je lui demandais qui avait plac6 la pierre sous l'oreiller
de sa grand'mbre, elle me r6pondit qu'elle y 6tait venue toute seule.
< communier, mais cette fois-ci, avec la permission de Damballah qui
lui avait m&me demand de porter sa pierre sur elle. Comme elle
l'avait oublice, elle pria une de ses petites nieces, qui l'accompagnait,
d'aller la chercher.
La petite lui obit.
Au retour, elle rencontra sur son chemin un houngan (pretre du
Vodou) qui connaissait ma famille. Le houngan lui demand oiu elle
allait. Elle lui r6pondit qu'elle apportait a sa grand'tante la pierre










60 MYTHOLOGIE VODOU


de Damballah qu'elle avait oubli6e chez-elle. Alors, le houngan, qui
6tait a cheval, lui offrit ses services, disant qu'il irait plus vite qu'elle.
L'enfant lui remit la pierre.

Ma grand'm&re, ne voyant pas venir sa petite niece, 6tait inquiete
et faisait toutes sortes de suppositions. Elle se demandait si une auto
ne l'avait pas 6cras6e.

L'enfant arriva enfin. Ma grand'mere lui demand:
Oh est la pierre?

L'enfant lui raconta ce qui s 'tait pass. Ma grand'mere attendit
en vain le houngan jusqu'a la fin de la messe. O1 6tait ce dernier?
II prenait des grogs avec des amis dans un petit caf6 et il lui arriva
qu'un gendarme l'arr6ta, sans raison. On le fouilla et on ne trouva
pas la pierre qui 6tait all6e se loger dans la poche du caraco de ma
grand'mere. C'6tait done le myst6re qui avait fait arreter le houngan
pour le punir de son ind6licatesse.>

Les houngans qui servent Damballah soignent parfois leurs malades
avec sa pierre. Ils disent que cette pierre a des vertus miraculeuses.
L'un d'eux m'a rapport le cas d'une jeune fille qui souffrait a'troce-
ment d'un abc&s au pied. On avait essay toutes sortes de feuilles
ayant des vertus calmantes, mais la malade continuait a gemir de
douleur et elle ne savait plus A quel saint se vouer. Un jour, la pierre
de Damballah, sortant d'on ne sait ou, tomba sur son pied et aussit6t
elle fut entierement gu6rie.

Les services en l'honneur de Damballah se font g6n6ralement un
jeudi (jour de la divinity). On lui dresse dans le hounf6-r, une grande
table, recouverte d'une nappe blanche, sur laquelle on trace une pe-
tite circonf6rence avec de la farine de mais et de la farine de fro-
ment melang6es. Au milieu de la table, on place une grande image
du saint qui le repr6sente et, devant l'image, on allume une petite
lampe a huile d'olive. Sur la table, on dispose des fruits, de la patisse-
rie et de la confiserie; des bouteilles de kola, de sirop (orgeat, etc...
appel6 liqueur sans alcohol) et de vin blanc (seule boisson alcoolis6e
qu'il accepted, comme, d'ailleurs, toutes les divinit6s connues sous la
denomination de <); deux tasses blanches: l'une pour le
cafe doux et l'autre pour le caf6 amer. On y place aussi une soucoupe
blanche contenant de la farine de bl6 surmont6e d'un ceuf symbole









DAMBALLAH OUEDDO 61


de Damballah), une autre soucoupe blanche contenant un morceau
de pain impr6gne de vin blanc, une tasse blanche remplie d'eau
benite ou nage un rameau de basilique (ocimum micranthum) et un
verre de vin blanc. On lui dresse aussi, dans une assiette A soupe,
blanche, son dessert, dit . Il est compose de riz,
de vermicelle, de farine de ble (ou de mais) cuts au lait, et de bananes
mrires (plantain) frites et saupoudrees de sucre blanc.

Au bas de la table, sur le sol, on place une assiette contenant du
mais et des pistaches grills, une soucoupe remplie d'huile d'olive oil
flottent des meches de coton allum6es, etc...

Dans les services en son honneur, Damballah, communie parfois ses fiddles, par l'intermediaire du houngan (ou de la
mambo) poss6d6 par lui. Le houngan, alors vetu de blanc, trace de-
vant l'autel, sur le sol, avec de la farine de bl6 (ou de mais), le v&vb
(embl&me) de Damballah: une couleuvre. Puis il recite une priere
et une oraison, et invoque Damballah par ces mots:

< vantior Passa Wilibo Wilimin, Odan Coci-Cossa, Odan-Aica-Siucan,
Odan-o, Oueddo Y6nin, Odan-Missou-Oueddo, Damballah-Oueddo-
Dienqu6, Damballah-Tingui, Negue-Arc-en-ciel fil6 (Negre Arc-
en-ciel qui file), aprbs Dieu, apr6s Dieu, apres Dieu.>
Ensuite il chante cette chanson:

Damballah 6, signal 6!
Signal 6, loa-moin 6! -
Papa Damballah 6,
Signal 6, any6 6!

O Damballah! 0 Signal6! 0 Signal6! O mon loa! -
O Papa Damballah! 0 Signal6! An-hid, oh!

Poss6d6 alors, il se dirige vers l'autel qu'il baise par trois fois, en
r4citant une autre oraison. Et saisissant un rameau de basilique, im-
pr4gn4 d'eau b6nite, il asperge les membres de la famille, les assis-
tants, la maison la maison est asperg6e aux quatre points cardi-
naux.
II retourne a l'autel qu'il baise encore par trois fois, puis il prend une
soucoupe contenant du pain, et une bouteille de vin blanc. Le choeur
entonne, A ce moment-la, cette chanson:










62 MYTHOLOGIE VODOU


Damballah-6!
Damballah nou sacred!
Damballah nou sacred!
Damballah-d!
Damballah nou sacred!
Damballah Oueddo!
Damballah, eh! Damballah, nous sommes sacrbs Damballah,
nous sommes sacr6s Damballah eh! Damballah nous sommes
sacr6s Damballah Oueddo.
Ensuite, il offre a chacun, en commengant d'abord par les membres
de Ia famille, un morceau de pain et un peu de vin.
Lorsque Damballah se retire, il salue tout le monde en leur distri-
buant de vigoureuses poign6es de main. S'il est satisfait de ses enfants
il leur donne de sages conseils, car il personnifie la sagesse. Cependant,
m'a dit un informateur, Damballah sait se venger terriblement quand
on ne lui rend pas les 6gards qui lui sont dis. Ii me fit ce r6cit:
< trouvant qu'il avait 6et mal regu, se facha et se mit A chanter:
Lheti yo b6soin-m', yo rh6ld'm' papa.
Jou yo pa besoin'-m', yo dit m' c4 couleve-6!
Damballah Oueddo ca'm fait yo?
Papa m' ce mauvaise tete-6!
Quite'm navigu6!
Papa yo salu6 toute moune,
Pou qui yo pa salue moin!
Papa yo salu6 toute moune,
Pou qui yo pa salu6 moin!
Papa m'c4 mauvaise t6te-6!
Quite'm navigu6!
Quand ils ont besoin de moi, ils m'appellent papa Quand ils
n'ont pas besoin de moi, ils disent que je suis une couleuvre, oh! -
(Moi) Damballah Oueddo, que leur ai-je fait? (Moi) Papa (Dam-
ballah), je suis une mauvaise tete, oh! Laissez-moi naviguer.
Papa, ils saluent tout le monde Pourquoi ne me saluent-ils pas -
Papa, ils saluent tout le monde Pourquoi ne me saluent-ils pas -
Papa je suis une mauvaise tete, oh! Laissez-moi naviguer.
Puis le mystere grimpa sur un grand arbre et se mit A faire des
acrobatics sur des branches qui, normalement, n'aurait dil pouvoir









DAMBALLAH OUEDDO 63


supporter le poids de son cheval (de la poss6dee). Les amies de la
femme la regardaient, le coeur a la bouche.
Une vieille, qui connaissait beaucoup de choses, leur dit:
Mais mes amis, faites quelque chose pour elle. Si le mystre,.
I'abandonne oui elle est, elle tombera et se cassera le cou, oui.
Elles repondirent:
-Nous voudrions bien Grande, mais nous sommes des enfants.
Comment pourrions-nous savoir ce qu'il faut faire? Toi, qui as beau-
coup de connaissance, sauve-la pour nous.

La vieille demand un bol blanc, en faience, rempli d'eau. Elle y
mit une poign6e de sucre blanc. Au pied de I'arbre, elle traca une large
circonference avec de la farine de b16. Au milieu du cercle, elle plaqa
le bol d'eau sucr6e et un oeuf. Puis elle chanta:

Damballah Oueddo,
Toute moune content,
Ou min-m' fach6!
Damballah Oueddo,
Toute moune content,
Ou min'm fich6!
0 si nous oue Damballah passe,
Caress6 li pou moin!

Damballah Oueddo Tout le monde est content Toi, tu es
fich6 Damballah Oueddo Tout le monde est content Toi,
tu es fach6 O si vous voyez passer Damballah Caressez-le
pour nous.
Les amis de la femme reprirent la chanson en choeur. Le mystere
r6pondit:
0 mirois6!
Damballah c6 grand moune-6!
Ou pa oue nou pral6!
0 mirois6!
Damballah c6 grand moune-6!
Ou pa oue nou prale!

O mirois6 Damballah est une grande personnel, oh Ne vois-
tu pas que nous nous en allons O mirois6 Damballah est une
grande personnel, oh! Ne vois-tu pas que nous nous en allons.









64 MYTHOLOGIE VODOU


II descendit de l'arbre, la tete en bas, en ondulant come une cou-
leuvre. Ayant atteint le sol, il rampa jusqu'au vev6 et ne s'arr&ta que
quand sa bouche eut touch le bol. La vieille lui couvrit la tete avec
une serviette blanche. Aussit6t, le corps de la femme se raidit et elle
eut quelques spasmes. Le mystdre venait de se retire d'elle. La vieille
lui d6couvrit la tete. Alors, constatant que Damballah avait accept
les offrandes il avait bu I'eau sucree, ainsi que le jaune et le blanc
de l'oeuf sans, cependant, briser la coque elles respirerent. Le
myst&re n'6tait done pas parti fach6, grace a la vieille.>
A un service, je vis la mambo (pr&tresse) poss6d6e par Damballah.
Le loa se mit a parler, mais il 6tait si begue, qu'on le comprenait a
peine. Il expliqua par des signes qu'il mangerait. On le conduisit
devant la table sur laquelle 4taient les offrandes. Il ne se servit pas
de ses doigts. Les mains croisees derriere le dos, il se pencha vers
la table. On lui couvrit la tete d'une serviette blanche. Il goita alors
a tous les mets qui lui 6taient destin6s. Puis il se dirigea vers son
bassin, se lava la tete, se parfuma le visage. Ensuite, il fit venir, un
a un, les membres de la famille et les invites. .II leur donna des con-
seils (toujours par des signes), leur lava aussi la tete et leur parfuma
le visage. On lui apporta des poules et des pigeons blancs. II les prit
par les pattes, dansa un yanvalou, puis leur arracha la t&te.
Les poss6d6s de Damballah se montrent, dans les danses, d'une
grande agility, Ils se trainent sur le venture et sur le dos, d6crivant
ainsi, par les ondulations de leurs corps, le movement rapide du
reptile.
Damballah, come certain loas, a aussi sa danse. Mais contraire-
ment aux autres, la danse de Damballah ne peut 6tre dans6e que
par lui (ses poss6d6s) ou par le houngan ou la mambo. Cependant,
il peut se contenter, comme les autres loas, d'un yanvalou, d un Rada,
etc...
Le bleu pale est ordinairement la couleur consacree a Damballah.
Parfois on lui consacre le rose et le blanc le blanc, A cause de sa
puret6. Pour ses services on n'utilise que des assiettes, des tasses, des
nappes et des vetements blancs, des bougies de blanc de baleine et
des mouchoirs bleus; on ne lui sacrifice que des poules, des coqs et
des pigeons blancs.
Damballah est connu sous plusieurs noms: Damballah Oueddo,
Pierre Damballah, Damballah Siligwe, Damballah Kato, Damballah
La-flambeau ou Saint-blanc (P4tro), etc...























AYIDA OUEDDO





























































VWvB de Damballah Oueddo et de Ayida Oueddo,
dessin6 par une mambo (pretresse Vodou).



















AYIDA OUEDDO





Ayida Oueddo, invoqu6e parfois sous le nom de Tokan Ayida Oued-
do, spouse de Damballah Oueddo, est d6esse de l'arc-en-ciel et des
eaux douces. Elle est identified a Notre Dame de 1'Immaculee Con-
ception, repr6sent6e, dans les chromos catholiques, couronn6e et aur6o-
16e d'etoiles, v6tue de bleu et blanc, debout sur un globe terrestre,
avec une couleuvre sous ses pieds et devant un croissant. Des rayons
illuminent les deux c6t6s de la Vierge selon les adeptes du Vodou,
ces rayons repr6sentent 1'arc-en-ciel. Ses jours sont le mardi et jeudi
et sa couleur, le bleu et blanc.

Comme Damballah, Ayida est aussi une couleuvre:
FilR, m'ap' file
Fan'm Damballah Oueddo,
Ce couleve-6!
File' m'ap fil6,
Fan'm Damballah Oueddo,
C6 couleve-6.

-Je file (je rampe rapidement), je file, La femme de Dam-
ballah Oueddo, Est une couleuvre, oh! Je file, je file La
femme de Damballah Oueddo, Est une couleuvre, oh!

L'arc-en-ciel, d'apres les fiddles du Vodou, est une grosse couleuvre
(c'est pourquoi ils appellent parfois Damballah et Ayida Arc-en-ciel
fil6, c'est-a-dire arc-en-ciel (Damballah et Ayida ou la couleuvre) qui
file). Sa parties sombre, disent-ils, est Damballah qui, jaloux, se dis-
simule pour surveiller sa femme.

Quand l'Arc-en-ciel touche la mer, a l'horizon, on dit qu'Ayida s'ac-
couple avec Agou6. Sachant que son mari ignore pas ses amours
avec le puissant dieu de la mer et qu'il la surveille, Ayida 6vite tou-
jours de rencontrer son amant au meme endroit.










70 MYTHOLOGIE VODOU


Un jour, Damballah d&cida d'aller lui demander compete de ses
rapports avec sa femme. Mais Agou6 6tait sur ses gardes; le voyant
venir, il point bravement ses canons dans sa direction. Damballah
eclata de rire et demand:
Que fais-tu Agou6? Tu ne reconnais done plus Damballah?
Alors, rassur6, Agou6 dirigea ses canons vers le ciel et tira plusieurs
salves en I'honneur du grand dieu couleuvre. Damballah causa cor-
dialement avec lui et ne lui fit meme pas allusion a Ayida.
On dit qu'avant d'6tancher sa soif a une source ou de s'accoupler
avec Agou6 au bord d'un ilet, Ayida (l'arc-en-ciel) enl&ve toujours
son diademe et le d6pose par terre. Si un jour elle l'oubliait et que
quelqu'un le trouvAt, il serait riche. Alors le chanceux semera des
graines de roroli sesamee) jusqu'a un carrefour pour que la d6esse,
si elle retourne chercher son diademe, ne trouve pas la route qui
conduit chez lui. (II est a remarquer que Notre-Dame de l'Imma-
c416e Conception porte dans ses chromos un riche diademe.)
Voici une invocation aux dieux de l'arc-en-ciel:
Vodou 1'arc-en-ciel
0 Vodou loa'm
0 Vodou 1'arc-en-ciel
L'arc-en-ciel Vodou loa'm.

Vodou de l'arc-en-ciel O Vodou de mes loas (dieux) O Vodou
de l'arc-en-ciel L'arc-en-ciel, le Vodou de mes loas.
Dans les danses, Ayida Oueddo et Damballah Oueddo apparaissent
parfois ensemble. On les (leurs poss6d6s) voit alors ramper c6te A
c6te. Des fois, les deux sont repr6sentes dans les hounf6-r (temples
Vodou) par deux couleuvres, dessinees sur le mur, ayant leurs tktes
plong6es dans un petit bassin appel6 Bassin-Damballah:
Si nous oue couleve,
Ou oue Ayida Oueddo!
Ayida Oueddo ce gnou coulve-6!
Si ou oue, couleve,
Ou oue Damballah!
Ayida Oueddo c6 gnou couleve-6!

Si tu vois une couleuvre Tu vois Ayida Oueddo Ayida Oued-
do est une couleuvre, oh! Si tu vois une couleuvre Tu vois
Damballah Ayida Oueddo est une couleuvre, oh!









AYIDA OUEDDO 71


Lorsque deux couleuvres habitent pres d'une riviere oiu il y a deux
bassins, 1'un pres de 1'autre, on consacre ces deux bassins m Damballah
et a Ayida Oueddo et ils sont tabous:
Nou tout bleu, bleu
Damballah Oueddo
Damballah Oueddo rhel Ouanky
N'ap6 rh616 novigu6 papa
0 nou tout bleu-6!
Bassin ca, bassin Damballah Oueddo
Bassin ga, bassin Ayida Oueddo
0 nou tout bleu, bleu.

Nous sommes tout bleu, bleu Damballah Oueddo Damballah
Oueddo crie Ouanky Nous crions novigu6, papa O nous sommes
tout bleu Ce bassin est le bassin de Damballah Oueddo Ce
bassin est le bassin d'Ayida Oueddo O nous sommes tout bleu,
bleu.
Damballah et Ayida Oueddo demandent qu'on les conduise dans
leur hounf6-r ou temple:
Fignol6 pou Damballah
Ayida Oueddo fignol6
Condi'm a1 lan hounf6-r moin
Damballah Oueddo fignol6
Met6 moin lan hounf6-r moin
Damballah v6y6'm all lan hounf6-r moin
Fignol (ondulez) pour Damballah Ayida Oueddo fignol6 -
Conduis-moi dans mon hounf6-r Damballah Oueddo fignol6 -
Mets-moi dans mon hounf6-r -(Moi) Damballah Oueddo, envoie-moi
dans mon hounf6-r.
Damballah et Ayida Oueddo se plaignent qu'on les persecute:
Pousive-6! vivant ape pousive moin
A la pousive-6! (bis)
M'chita-li, m'pa fait p6son'n engnin
M'chita, m'pa dit p6son'n engnin
Ya p6 pousive moin
C6 moin min'm Damballah Oueddo
C6 moin min'm Ayida Oueddo
N'pa jan ou& c6t6 m'tounin couleve-6!










72 MYTHOLOGIE VODOU


Poursuivent, oh! les vivants me poursuivent Ah! comme ils me
poursuivent, oh! (bis) Je suis assis lI, je n ai rien fait a personnel -
Je suis assis, je ne dis rien A personnel Ah! comme ils me poursui-
vent C'est moi Damballah Oueddo C'est moi Ayida Oueddo -
Vous n'avez jamais vu o0 je me change en couleuvre.

On offre A Ayida des fruits, de la patisserie et de la confiserie, du
riz blanc, du vermicelle et de la farine de blU ou de mais, cuts au
lait, des bananes mfres (plantain) frites et saupoudr6es de sucre
blanc, du kola, du vin blanc, du sirop d'orgeat (comme son 6poux,
elle ne pfend jamais de l'alcool), etc...; on -lui sacrifice une paire de
pigeons blancs ou une paire de poules blanches.























MAITRESSE EZILI

















































Vivi de Mattresse Ezili dessin6 par un houngan (pretre Vodou).



















MAITRESSE EZILI





Maitresse Ezili, d6esse de la beauty, de la coquetterie et de l'amour,
est figure par une mulAtresse don't la chevelure est longue; elle est
pale, voluptueuse, s6duisante et richement vEtue. Elle a pour sym-
bole un cceur et ordinairement pour reposoir (arbre servant de r6si-
dence A la d6esse) un cirouellier (spondias pupurea L.); ses jours sont
le mardi et jeudi et sa couleur, rose pale ou blanc. On lui sacrifice une
paire de poules blanches ou une paire de pigeons blancs.

Maitresse ezili est identified A la Mater Dolorosa, repr6sent6e, dans
les chromos catholiques, sous les traits d'une jolie femme qui porte
des colliers en perles et en or, beaucoup de bracelets et de bagues en
argent et en or, et qui a le coeur transperce d'une 6p6e en or. Elle est
aussi identified a ces deux Vierges noires: AltagrAce, appel6e aussi
Vierge d'Higuey (nom d'une ville Dominicaine), et Notre Dame du
Mont-Carmel.

Maitresse Ezili n'a pas de chance. Sa vie amoureuse n'est tissue
que de malheurs. La seule enfant qu'elle avait de Ogou Badagris,
dieu de la guerre, a disparu en mer. (On notera que parmi les objets
qui entourent Mater Dolorosa, dans ses chromos, figure une petite
photo. Pour beaucoup de fiddles, elle est le portrait d'Urzule, la fille
de Ezili):

Moin pa gangnin chance, mezan-mi 6!
Moin pa gangnin chance!
Moin pa gangnin chance, m6zan-mi 6!
Moin pa gangnin chance!

Gnou sale ti pitite moin gangnin
L'all6, navigu6 lan la m6.
Can-note chavir6, av6 Ii!
Lan la mB, cannot chavir6!










78 MYTHOLOGIE VODOU


Je n'ai pas de chance, mes amis-6! Je n'ai pas de chance! Je
n'ai pas de chance, mes amis 6, Je n'ai pas de chance!
Une seule petite enfant que j'avais, Est all6e naviguer sur la
mer. Le cannot a sombr6 avec elle! Dans la mer, le cannot a
sombre!

Ses amants la trompent. Mais elle ne peut se passer d'eux:
Ezili mari-ou d6mi deh6!
0 Maitresse Ezili, mari-ou d6mi d6h6!
Ezuli mari-ou d6mi dhh6
C6te ca li p6t6 pou-ou?

Ezili ton mari a dormi dehors O maitresse Ezili, ton mari a dormi
dehors Ezili ton mari a dormi dehors Qu'a-t-il apport6 pour toi?
Nombreux sont ses amants. Ses favors sont: Damballah Oueddo,
dieu-coulouvre, Agou6 T'Arroyo, dieu des mers, Ogou Badagris et
Ogou Ferraille, dieux de la guerre.
On dit ordinairement que Maitresse Ezili est la matelote (femme
ayant le meme mari) de Ayida Oueddo, d6esse de l'arc-en-ciel, et que,
parfois, elles se disputent.
Selon un informateur, l'enfant qu'on voit dans les bras de Sainte
Anne (assimilee A Grande Ezili, doublet de Maitresse Ezili vieille et
repentante) est la fille de la deesse de l'amour et du gnd.ral Ogou
Badagris. Elle resemble, dit-on, a son pare.

Nibo, dieu de la..mort, courtise Maitresse Ezili. .II apparait parfois,
dans les services, apr&s elle. Il renifle alors bruyamment l'air satur6
du parfum de la coquette deesse et dit, en nasillant:
Mes amis 6! Je sens l'odeur d'Ezili. Elle est passe par ici...
Puis il la cherche des yeux et, frappant du pied, il s'exclame:
Foutre tonnerre! J'aime cette femme... Mais elle ne veut pas de
moi...

Comme son amant, Damballah, Maitresse preside aux eaux douces:
Ezili Fr6da-6! c6te-ou ye?
M'pa ou6 ou lan d'leau
Si ou besoin'm
Mach6 la caille
Ou-a-ou6'm Ezili










MAITRESSE EZIL1 79


Ezili-6! c6t6-ou ye?
A la ou lan d'leau!
C6te ou ye bel' fan'm?
Mach6 la caille!
Mach6 la caille-6!
Mambo Freda Dahonmin.

Ezili Fr6da 6! o0 es-tu? Voici que tu es dans 1'eau Si tu as
besoin de moi Viens chez moi Tu me verras (moi) Ezili.
Ezili oui es-tu? Voici que tu es dans l'eau Ou es-tu belle fem-
me? O viens chez moi! Viens chez moi Mambo Fr6da Da-
homey.

Maitresse d'Agou6 T'Arroyo, Ezili est d6esse de la mer. Un p6cheur,
en danger, s'adresse A elle:
M'engage-6!
Ezili v6y6 rh616 loa-yo,
Pou'm oue si m'a sauvg!
A la un an six mois moin sou lan md!
Engnin pa ca fait'm!
Ezili v6ye rhel6 loa-yo
Pou'm oue si m'a sauve-6!

Ezili-6! Ezili ga!
C6 sou lan md can-note moin t'ap neye!
Nou pa gain chance Ezili, nous pa gain chance!
C6 sou la-md, can-note moin t'ap neye.

Je suis engage 6! Ezili, fais chercher les loas Pour qu'ils me
sauvent, si possible Voici un an et six mois que je suis sur la mer?
- Rien ne peut m'arriver Ezili, fais chercher les loas Pour
qu'ils me sauvent, si possible, oh!
Ezili 6! Cette Ezili C'est dans la mer que mon cannot sombrait -
Nous n'avons pas de chance, Ezili, nous n'avons pas de chance C'est
dans la mer que mon cannot sombrait.

Le fiddle du Vodou spouse parfois Maitresse Ezili. Au course de
la c6r6monie, il lui passe au doigt une alliance d'or, sur laquelle sont
graves ses initiales et celles de la d6esse. Apr6s ce marriage mystique,
le fiddle ne peut plus se marier, ni placer vivree en union libre) et s'il
1'est d6ja, il doit 6loigner sa femme de sa couche, les jours de la










80 MYTHOLOGIE VODOU


d6esse (mardi et jeudi), sans quoi, Ezili, qui est extr&mement jalouse,
la portera, par tous les moyens, A l'abandonner et le contrariera aussi
dans toutes ses entreprises.

Quand un fiddle se met sous la protection de Ezili, il doit s'abstenir
de toutes relations sexuelles, le mardi. II faut en outre qu'il ne prenne
d'alcool, ne fume, ne joue et ne danse.

Depuis mon marriage avec Maitresse Ezili, me dit quelqu'un, je ne
bois plus et Dieu seul sait si j'aimais la boisson: je dormais chaque
soir saoul. Un jour, Maitresse, montant (poss6dant) quelqu un, m'a-
dressa de vifs reproches. Elle me dit:
Tu n'as pas honte de t'enivrer ainsi. Vois dans quel etat tu es.
J'Btais ivre, ce jour-la. Un pan de ma chemise, sorti de mon pan-
talon, pendait le long d'une de mes fesses, mes cheveux 6taient ebou-
riff6s et la salive coulait abondamment de mes levres. Je grognai:
Ce n'est pas de ma faute, Maitresse. Malgr6 toute ma bonne
volont6, je ne puis quitter ce vice.

Maitresse eut piti6 de moi n'6tais-je pas son amant? Elle de-
manda qu'on lui apportAt trois bouteilles de rhum. On les lui donna.
Alors elle me dit:
Cochon, je vais te faire passer le goit de l'alcool.
Et saisissant 1'une des bouteilles, elle la deboucha et en porta le
goulot A mon oreille. L'oreille but, but, elle but les trois bouteilles
de rhum. Je ne pouvais plus me tenir sur mes jambes. Maitresse me
dit:

Va te coucher maintenant, malpropre.
J'allai m'6tendre sur mon lit et je dormis pendant trois jours et
trois nuits. Depuis, je ne bois plus.
Et tu n'en as plus 1'envie? lui demandai-je.
Non. La boisson me d6gofte.

Un fiddle qui a mal agi envers Maitresse, lui demand pardon:

Moin mande-ou padon
Maitresse Ezili Freda
Moin mande-ou padon
Maitresse nou c6 pitit bondi6 fait
Nou p'ap' m6dd-ou joust Ian zo.









MAITRESSE EZILI 81


Je te demand pardon Maitresse Ezili Fr6da Je te demand
pardon Maitresse, nous sommes des enfants que Dieu a crees -
Nous ne te morderons pas jusqu'aux os.

Les serviteurs de Maitresse Ezili lui dressent g6ndralement dans
leur chambre, sur une petite table couverte d'un napperon blanc ou
rose, un oratoire (petite boite carr6e en bois). Dans la boite, ils dis-
posent des objets de toilette, des bouquets de basilique (ocimum mi-
cranthum Willd.) et une petite lampe a huile d'olive. Au fond du
rogatoire, ils 6pinglent les chromos repr6sentant Maitresse Ezili. ses
amants et autres divinit6s. Sous leur lit, ils placent une cuvette rem-
plie d'eau oi baignent des feuilles-a-coeur (pothomorphe umbellata
(L.) Miq.), des feuilles de basilique (le tout froiss6) et une poignee de
pistaches (cacahuktes) grills.

Les objets de toilette figurent toujours dans les hounf6-r ou temple
de Maitresse Ezili. Ils sont considers, par les adeptes, comme des
objets de luxe: <>

Le jour des services en l'honneur de Maitresse Ezili, sa maison ne
doit pas 6tre balay6e. Ses serviteurs arrosent le parquet de lotion)
(parfum) ou d'eau:

Ezili-6!
Ezili-6!
Caille-ou mand6 rouse!
Si n'en point lotion,
N'a rouse av6 d'leau.

Ezili-6 Ezili 6! Ta maison a besoin d'etre arrosee S'il n'y a
pas de parfum Nous 1'arroserons avec de 1'eau.

Et, A la tombee de la nuit, ils allument, a la barriere d'entr6e de la
cour, une petite lampe a l'huile d'olive. Les fiddles n'ont pas le droit
de fumer ni de boire de l'alcool dans son hounf6-r.

Dans une chambre de sa maison, un autel est dressed, sur lequel on
dispose des mangos (mangues), des melons d'eau (citrulus vulgaris
Schrad), des figues-bananes, du jus de grenadine (passiflora quadran-
gularis L.), du sirop de canne a sucre, de la godrine (boisson rafrai-
chissante resultant de la maceration, pendant quelques jours, de pe-
lures d'ananas), du vermicelle au lait, de la farine de blW, des oeufs,










82 MYTHOLOGIE VODOU


de la farine de mais au lait, des ceufs frits, des cannes a sucre, du
riz au lait, des bananes (plantain) mrires frites, du mamba (beurre
qu'on obtient en broyant les graines du pistachier (arachis hypogeae)
et en y ajoutant du pimen't et du sel), des pistaches grills (cacahu6-
tes), des tablettes de pistaches, des cassaves (galettes de manioc),
des oeufs durs, du poisson frit, une paire de pigeons blancs r6tis, du
pois et riz m&l6s, du caf6 et du chocolate, des trenches d'ananas sau-
poudres de sucre blanc, des gateaux et des drag6es, des tasses et
des verres d'eau, un lumignon A 1'huile d'olive, des roses artificielles
et un bouquet de feuilles de basilique; a terre, dans un vase, du sirop
de canne et du mais bril6 pour Legba, introducteur indispensable
aupr&s des autres dieux. Sur une table, recouverte d'une nappe blan-
che et don't les pieds sont drapes de toile blanche, on place un peigne,
une brosse, une boite de poudre de riz, une houppe, un miroir, une
boite de fard, un b'ton de rouge a l&vres, un onglier, une bouteille
de lotion (essence de rose), une fiole d'odeur (parfum) et les vote-
ments d'Ezili.

Avec un rameau de basilique impregn6 d'eau b6nite, le houngan
(pretre Vodou) baptise les offrandes; il recite un pater, un ave, I'acte
des ap6tres et une litanie de la Vierge; le choeur entonne des canti-
ques: ((Le voilA le roi des anges, etc...>>

Le houngan brile ensuite de l'encens, tire (dessine) avec de la fa-
rine de froment prise d'un bol, entire le pouce et l'index, le vev6 d'Ezili
(un cceur), ceux de ses amants (Agoue, Damballah Oueddo, Ogou
Badagris et Ogou Ferraille) et des autres loas qui seront invites au
service, puis il jette de 1'eau sur ces emblemes et recite la pri&re des
loas (priere catholiques et africaines). Les membres de la famille, la
mambo (pretresse Vodou), les hounsis (membres du corps sacerdotal
Vodou), etc... s'agenouillent et baisent les veve par trois fois.

On entonne alors le chant de Legba, par quoi commencent toutes
les c6r6monies: <(Atibon Legba, ouvre la barriere pour moi, ago-6!
etc..., puis deux autres: ,
Atibon est arrive a la barriere, etc...> Le houngan fait des libations de
sirop canne pour la divinity. (Les autres dieux seront invoques ensuite
dans l'ordre g6n6ralement fix6 pour les services et, comme l'exige le
rituel, on ex6cutera trois chants et trois danses pour chacun d'eux.)









MAITRESSE EZILI 83


Le moment d'appeler la d6esse arrive, la mambo entonne cette chan-
son, que les hounsis reprennent en choeur:
Ezili Freda Dahonmin
C6 ou qui belle, c6 ou qui bon
Ezili Ayida Oueddo
Moin senti m'ap6 moutg
0 belle maitresse caille moin.

Ezili Fr6da Dahomey C'est toi qui es belle, c'est toi qui es
bonne Ezili Ayida Oueddo Je sens que le loa me monte (pos-
sede) O belle maitresse de ma maison.

Ezili chevauche alors la mambo. Tout le monde chante en s'ac-
compagnant de battements de mains rythmes:
Ezili-6! apa Ezili Ca!
Ezili-6! apa Ezili ga! Abobo!

Ezili 6! n'est-ce pas Ezili Ezili 6! n'est-ce pas Ezili! Abobo!

On invite la deesse a s'asseoir dans un fauteuil en paille du pays.
Sur une chaise, on d6pose une cuvette remplie d'eau et, a c6te, un
savon, une bouteille de lotion (essence de rose), une brosse A dents et
de la pate dentifrice; au dossier, on accroche une serviette blanche.
Ezili fait sa toilette: elle savonne sa figure, sa poitrine, se lotionne et
se brosse les dents. Comme elle est une mulatresse A longue cheve-
lure, on d6fait ses cheveux. Coquette, on lui fait ses ongles, on la
farde et la parfume ses seins sont poudres et parfum6s abondam-
ment. On la rev&t ensuite d'un jupon brod6 et d une robe de satin
rose orn6e de dentelles; on la coiffe d'un madras de soie rose pale; on
lui met des boucles d'oreilles et des bracelets; a l'index, on lui passe
trois bagues: la premiere indique son union avec Badagris; la second,
celle du milieu, son union avec Agou6; enfin, la derniere, son union
avec Damballah Oueddo. Sur sa poitrine, on attache avec une broche
en or (ou en argent) un bouquet de basilique.

Tout le monde danse et chante en battant des mains:
A la gnou bel' fan'm,
C6 Ezili!
A la gnou bel' fan'm,
C6 Ezili!
Maitresse f6'm fait-ou gnou bel' cadeau
Envant ou all6! Abobo.










84 MYTHOLOGIE VODOU


Ah! quelle belle femme Est Ezili Ah! quelle belle femme -
Est Ezili Maitresse, il faut que je te fasse un beau cadeau Avant
que tu t'en ailles! Abobo.

Maitresse Ezili se leve. Altierement, elle fait le tour du p6ristyle.
Sur son passage, elle salue dedaigneusement les femmes, en leur al-
longeant deux doigts; aux hommes, elle sourit et, les yeux mi-clos,
elle leur tend la bouche et les 4treint fr6rintiquement. Puis, aux bras
de deux dentre eux, elle se dirige vers le hounf6-r, entrainant tous
les autres A sa suite. Toutes les femmes de l'assistance s'exclament, en
battant leurs mains:
Quelle femme putain est Ezili!... Regarde comme tous ses amou-
reux la suivent..
Dans le hounf6-r, le houngan regoit royalement la deesse. Au mo-
ment oui elle prend conge de ses serviteurs, ces derniers chantent:

Ezili Ayida Tokan,
Toute pitite-ou yo lan main-ou!
Ezili-6! Maftresse caille-moin!
M'pral6, m'prale, quand m'a tounin,
Ca qu'a recevoi moin?

Ezili Ayida Tokan Tes enfants sont en'tre tes mains Ezili-6!
Maitresse de ma maison Je m'en vais, je m'en vais, lorsque je re-
tournerai, Qui me recevra?
Au course d'un service, Maitresse Ezili, trouvant un homme a son
goit, le fit entrer dans la chambre de son cheval (sa poss6d6e) et se
donna a lui. Satisfaite des caresses de l'homme, elle lui donna trente
dollars. La femme, le lendemain matin, ne trouvant pas son argent
dans sa malle, aler'a ses voisins. Une amie lui confia que la veille,
elle avait vu Maitresse Ezili entrer dans sa maison avec un jeune
homme. Elle lui en dit le nom. La femme alla trouver l'homme. Sur
le refus de celui-ci de lui remettre l'argent, elle deposa une plainte
devant les tribunaux. Le juge les convoqua. I1 somma l'homme de
restituer l'argent. Mais ce dernier refusa cat6goriquement, d6clarant
qu'il ne connaissait pas cette femme et que c'6tait Maitresse qui lui
avait donned 1'argent. Le juge, alors, demand a la femme si elle se
souvenait avoir 6t6 poss6d6e, ce jour-la, par Maitresse Ezili. La femme,
embarrassee, ne r6pondit pas. Alors, le juge donna gain de cause au
jeune homme.










MAITRESSE EZILI 85


Un fiddle, dans le malheur, invoque Ezili:

M'ap6 rhe16 Maitresse Ezili-6!
Prte&'m gnou chaise,
Pou'm racont6-ou mis6'm!
M'ape rh6le Ezili Freda-6!
Pret6'm gnou chaise,
Pou'm racont6-ou mis6'm!

J'appelle Maitresse Ezili, oh! Pr&te-moi une chaise Pour que
je te raconte mes miseres J'appelle Ezili Fr6da, oh! Prete-moi
une chaise Pour que je te raconte mes miseres.

Pour invoquer Maitresse Ezili, on emploie souvent cette formule:
Par pouvoir Maitresse Ezili (ou Azili) Fr6da Dahonmin (Da-
homey), Negresse Mannou Lade, N6gresse Fr6da Si, N6gresse
Fr6da-Dahonmin, Negresse Fla-Vodoun Fr6da, N6gresse-Sisa-Fleur-
Vodoun, Negresse Tabor Manyan, Negresse-Cibracan. Ago. Agocy.
Agola.

D aprs un houngan, on peut invoquer Maitresse Ezili sur le vev6
d'un de ses amants; la couleur d'Ezili est ordinairement le rose pale.
Cependant, dit-il, quand elle apparait au course d'un service, en I'hon-
neur d'un de ses amants, la couleur de ce dernier peut lui ktre con-
sacree (seulement pour la cerrrionie). Le veve d'Ezili est toujours
encadr6 de ceux de ses amants.

























LA VIERGE CARIDAD
et STE. ELISABETH




















LA VIERGE CARIDAD
et STE. ELISABETH





La Vierge Caridad, d6esse de la mer, est probablement un doublet
d'Ezili. Elle march avec Agou6. Son jour est le mardi et sa couleur,
le blanc.

La Vierge Caridad se d6place, dit-on, souvent en bateau. Les fiddles
pretendent qu'elle peut 6tre vue. Un jour, un de ses d6vots l'a vue
merchant sur la mer; elle 6tait vetue d'une robe blanche a manche
longue, elle portait des bas blancs et des sapates (sandales) neuves,
elle 6tait gant6e de blanc et tenait un mouchoir blanc qui flottait au
vent.

Son jour sacr6, ses serviteurs placent sur son autel une cuvette
blanche, un savon Cashemere-bouquet, une bouteille de lotion (par-
fum) cachet6e, une boite de poudre la creole, un bouquet de basilique
ti-feuille (ocidamur basilicum L.).

Dans les services qu'on fait pour la Vierge Caridad, on lui offre de
la bouillie de farine de bl, de riz et de mais, cuite au lait 6vapor6,
du phoscao, des ananas pain de sucre, des figues-bananes, des gAteaux
secs, des dragees et une bouteille de sirop d'orgeat.

Un fiddle, dans la misere, a Cuba. appelle Caridad A son secours:


Yo t6 v6y6'm Cuba,
Pou moin t6 mouri!
Vierge Caridad dit non,
M pa p6 mouri-6!
Caridad qui c6t6 ou y6?
Caridad qu: c6te ou y6, manman?
Cou gnou par6l pale yo di c6 moin min'!










MYTHOLOGIE VODOU


On m'avait envoy a Cuba Pour mourir Vierge Caridad dit
non Je ne mourrai pas, oh! Caridad oi es-tu? Caridad oui es-
tu, Maman? Quand on entend une parole, on dit qu'elle vient de
moi.
A Cuba, la Vierge Caridad (Ntra. Sra. De la Caridad Del Cobre),
patronne de Cuba, est identified a Chun divinity6 afro-cubaine). Chun,
me dit un cubain, est une mulAtresse A longue chevelure, souple et
reluisante.
xxx

Sainte Elisabeth, comme Caridad, est une d6esse de la mer et
march aussi avec Agou6. On la sert comme Maitresse Ezili pro-
bablement elle est, elle aussi, un doublet de la d6esse de 1'amour.
Son mari s'appelle Nouvelle. Ce loa fait parties de l'escorte d'Agou6.
I1 n'est pas tr6s connu A Port-au-Prince. D'apres un informateur, il
est originaire des Cayes (ville du D6partement du Sud) et il n'y a
pas longtemps qu'il a fait son apparition dans 1'Ouest. Il s'est mani-
fest6 une seule fois, A P6tionville, en chevauchant un Cayen et, depuis,
il n'y est jamais revenue.

Chansons d6di6es a Elisabeth et au loa Nouvelle:
Elisabeth loa moin
Nouvelle voy. rhel6-ou
M'pa con'n ga pou'1 fait-ou
Rh6l6 Saint Nouvelle
Rh6le Elisabeth
M'pral prend point d6pa
Nouvelle, oh! Nouvelle, oh!
Tambou Vodou'm rh6l6 Nouvelle, oh!
Nouvelle, oh!
Nouvelle all1,
Nouvelle tounain!
Oh! Tambou Adja rh61 Nouvelle, oh!

Elisabeth mon Ioa Nouvelle vous appelle Je ne sais pas ce
qu'il vous veut Criez Saint Nouvelle Criez Elisabeth Je vais
prendre un point (charme) de depart.
Nouvelle, oh! Nouvelle, oh! Mon tambour Vodou appelle Nou-
velle, oh! Nouvelle, oh! Nouvelle est parti Nouvelle est re-
tourn6 Oh! Tambour Adja appelle Nouvelle, oh!























GRANDE EZIL1




















GRANDE EZILI




Grande Ezili, deesse des eaux douces, protectrice des foyers, est
identified a Ste. Anne. Elle est figure par une mulAtresse pale et
pleurante, courbee sous le faix de 1'Age. Les fiddles la v6nerent pro-
fond6ment. Ils l'appellent Grande Ezili Fr6da Dahomey Maman
Vodou ou la bonne Ezili pour la distinguer des autres Ezili qui, pour
la plupart, sont de mauvais loas (dieux):

Ezili Frd, Ezili Freda,
Dahonmin corp-a- li yd,
Ezili Fr6da Dahonmin!
Ezili Frd,
Ezili Freda,
Dahonmin corp-a li yd!
Ezili Frd,
Ezili Freda,
Grande Ezili corp-a li yd!
Ezili Freda manman Vodou, oh!
Dahonmin corp-a li yd!
Ezili Fr6, Ezili Freda,
Dahonmin corp-a li yd.

Ezili Fr6, Ezili Fr6da Elle est Dahomey Ezili Fr6da Daho-
mey! Ezili Fr& Ezili Fr6da Elle est Dahomey Ezili Fr6 -
Ezili Freda Grande Ezili, elle est Dahomey Ezili Fr6da maman
Vodou, oh! Elle est Dahomey Ezili Fre, Ezili Freda Elle est
Dahomey.

Grande Ezili est si vieille qu'elle est constamment malade. On
I'appelle. Mais, malade, elle ne peut manifester sa presence en posse-
dant un de ses serviteurs:










94 MYTHOLOGIE VODOU


M'dit Ezili, oh!
M'pra!l' rhele Grande Ezili!
C6t6 ya oue'm?
Ezili couches sou dos!
Mandd c6te ya oue'm?

Je dis: Grande Ezili, oh! Je vais appeler Grande Ezili Oji
me verra-t-on? Ezili est couch6e sur le dos (malade) Je demand
oi l'on me verra?

Son corps n'a plus d'os:

Ezili, oh! m'san zo, eh!
Ezili m'san zo!
M'san zo lan tout c6'm!
Ezili, oh! m'san zo, eh!
M'san zo lan tout corps'm!
Ezili, oh! m'san zo.

(Moi) Ezili, oh! je suis sans os, eh! Ezili, je suis sans os Tout
mon corps est sans os Ezili,oh! je suis sans os Ezili, oh! je suis
sans os, eh! Tout mon corps est sans os Ezili, oh! je suis sans
os.

Papa Agou6, dieu de la mer, la soigne parfois:

Moin tend gnou can-non qui tire
M6zan-mi 6! m'ape mand6 ga li y6
Batiment Agoue T' Aroyo d6rap6
B&timent, coqui lan mB, derape
Ezili malade-6!
Papa va traiter li.

J'entends le bruit d'un canon Mes amis, oh! Je demand ce que
cela signifie Le bAtiment d'Agou6 T'Arroyo a d6marr6 Le b&-
timent, cette coquille de la mer, a demarr6 Ezili est malade, oh! -
Papa (Agou6, maitre des oceans) la soignera.

Les personnel poss6d6es par Grande Ezili ont leurs membres recro-
quevill6s et marchent sur leur train posterieur. Parfois elles sont frap-
pees de paralysie (ces faits sont probablement dus A la grande vieil-
lesse de la divinity).









GRANDE EZILI 95


Grande Ezili est Maitresse Ezili dans sa vieillesse. Songeant A sa
jeunesse, elle se dit:
Moin pa gangnrun chance, mezan-mi 6!
Moin pa gangnin chance!
Moin pa gangnin chance, mezan-mi 6!
Moin pa gangnin chance!

Ezili-6! apa Ezili ga-a!
Ezili-6! apa Ezili ca-a!
Ezili marine, li pas gangnin chance!
Ezili fait jenesse, li pa gangnin chance!
Gnou sel' pitit' li gangnin,
L'all lan la m6,
Can-note chavire av6 li!
Lan la mB, can-note chavire ave li!

Je n'ai pas de chance, 6 mes amis! Je n'ai pas de chance! Je
n'ai pas de chance, 6 mes amis! Je n'ai pas de chance! Ezili, oh!
n'est-ce pas Ezili Ezili, oh! n'est-ce pas Ezili Ezili s'est marine,
elle n'a pas eu de chance Ezili s'est prostitute, ga a mal tourn6 pour
elle Une seule enfant qu'elle avait Est all6e naviguer sur la
mer, Le cannot a sombr6 avec elle! Dans la mer, le cannot a
sombre!
L'enfant don't parole Grande s'appelait Urzule. Elle l'avait eue du
grand dieu de la guerre Ogou Badagri. Depuis sa disparition, elle est
inconsolable et sa conduite esftirrBprochable. C'est pourquoi on I'iden-
tifie aussi a Mater Dolorosa, represent6e, dans les chromos catholi-
ques, sous les traits d'une femme pleurante.

Grande Ezili personnifie la sagesse et reproche parfois A ses enfants
de ne pas suivre ses conseils:
Grande Ezili d6s-bas ye
M'ap6 pale, yo pa vie coute'm
M'ape pale zenfant la-yo
Yo pa vie coute'm 1M
Ezili dos-bas ye
M'ape pal, yo pa vie coute'm.

Grande Ezili est dos bas (courb6 par la vieillesse) Je parole, ils ne
veulent pas m'6couter Je parole aux enfants Ils ne veulent pas
m'6couter Ezili est dos bas Je parole, ils ne veulent pas m'6cou-










96 MYTHOLOGIE VODOU


Elle exige a un fiddle d6sob6issant de faire des libations d'eau pour
elle:
Jetd d'leau-a pou moin
Ou-a j6td d'leau-a pou moin
Grande Ezili Freda
Ou-a jet6 d'leau-a pou moin
Grande moin t6 pal1-ou assez
Ou-a j6t6 d'leau-a pou moin.

Jette de I eau pour moi Tu jetteras de 1'eau pour moi Grande
Ezili Fr6da Tu jetteras de 1'eau pour moi (Moi) Grande (Ezili),
je t'avais assez parle Tu jetteras de I'eau pour moi.

Beaucoup de prostitutes se mettent sous le patronage de Grande
Ezili, car elles esperent qu'un jour, la bonne deesse les portera a se
repentir:
M'dit: Ezili ou grand moune-6!
M'dit: Ezili ou grand moune-6!
O long main, long main baille zenfan -yo!
0 long main, long main baille zenfan -yo!
Moin dit: Ezili ou grand moune-6!
Ezili-6! ou grand moune-6!

M'dit: Grande-6! m'apd rhl66 Grande-6!
Grande Ezili, Grande d'antan!
M'a long main baille zenfant la-yo!

Je dis: Ezili, tu es une grande personnel, oh! Je dis: Ezili, tu es
une grande personnel oh! Oh! tends la main, tends la main A tes
enfants Oh! tends la main, tends la main A tes enfants Je dis:
Ezili tu es une grande personnel, oh! Ezili, oh! tu es une grande
personnel, oh!
Je dis: Grande, oh! J'appelle Grande, oh! Grande d'antan -
(Moi Grande Ezili) Je tendrai la main aux enfants.

Un fiddle dans la misere appelle Grande Ezili a son secours:

A la un an six mois moin pa mang6!
M'ape mand6 Ezili qui c6ta ou y6, oh!
Ezili qui c6t6 ou y6, oh!
Grande Ezili qui c6td ou y6 manman?
Cou gnou par6l yo dit ce moin.









GRANDE EZILI 97


Voici un an et six mois que je ne mange pas Je demand oi
es-tu Ezili, oh! Ezili oui es-tu, oh! Grande Ezili oi es-tu maman
- D&s qu'une parole sort, on dit qu'elle est de moi (sans doute craint-
il qu'on ait rapport & Grande Ezili de mauvaises paroles qu'il aurait
prof6rees & son adresse).

Mais le mystere ne r4pond pas a son appel. Cependant, il a con-
fiance que Grande Ezili le sauvera et il le dit A Sobo, dieu de la
foudre:
Moin dit Grande bonjou, bonjou Grande
M'ape mand6 comment ou y6?
Moin dit Grande bonjou, bonjou Grande
M'ap6 mand6 comment ou y6?
M'ap6 chech6 Grande
Sobo moin pa join' Grande
M'ape chech6 Grande
Sobo moin pa join' Grande
Min Yanvalou moin, Sobo, m'a sauve.

Je dis: Grande, bonjour, bonjour Grande Je demand comment
es-tu? Je dis: Grande, bonjour, bonjour Grande Je demand
comment es-tu? Je cherche Grande Sobo, je ne trouve pas
Grande Je cherche Grande Sobo, je ne la trouve pas Mais,
mon Yanvalou Sobo, je serai sauv6.

Grande Ezili aime la propret6:

Ezili-6!
Ezili-6!
Ezili-6! caille-l$ mande rous6!
Ezili, si pa gangnin d'leau?
Vin' rous6 lan pied'm!

Ezili, oh! Ezili, oh! Ezili, o la maison demand qu'on l'arrose
- Ezili s'il n'y a pas d'eau? Viens arroser a mes pieds.

Grande Ezili march (va de compagnie) avec Damballah Oueddo.
Comme tous ceux appartenant au group de ce dernier, Grande Ezili
ne prend jamais d'alcool. Un jour, dans un service, un fiddle, par
m6garde, servit A Grande Ezili la boisson favorite des Gu6d6 (divi-
nites de la mort): du piment zou6zeau (piment d'oiseau: capsicum
baccatum L.) et de la muscade mac6rbs dans du clairin (rhum blanc).









98 MYTHOLOGIE VODOU


A peine avait-elle goCte A cette mixture, qu'elle entra dans une
violent colere et menaga d'exterminer son cheval (le cheval d'un loa
est la personnel qu'il possede). Heureusement que Damballah 6tait
present. Pri6 par les fiddles, il voulut bien calmer Grande Ezili et
l'emp&cher de mettre sa menace a execution.

On offre A Grande Ezili, dans les services que l'on fait pour elle,
du pain, des galettes de cassave (de manioc), du mais et des pistaches
(cacahuetes) grills, des trenches d'ananas (Ananas comosus Merr.
type red spanish) sucr6s, des figues-bananes, des bonbons, des gateaux
sees, des oeufs, de la farine de blW, du sucre, du riz au lait, du caf6
doux, du sirop d'orgeat et de l'eau de rose (pour sa toilette). On lui
sacrifice une paire de pigeons blancs.

Les jours consacres A Grande Ezili sont le mardi et jeudi, et ses
couleurs sont le blanc et le bleu. Dans les services, les poss6d6es de
la d6esse portent ordinairement une robe bleu marine et un voile
bleu sur leur tate.























AGOUE T'ARROYO







University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM