• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Matter
 Cover
 Title Page
 Table of Contents
 Discours preliminaire
 Livre premier: Des moeurs
 Livre second: Du gouvernement...
 Livre troisieme: De l'administration...
 Livre quatrieme: De la legisla...






Considérations sur l'état présent de la colonie française de Saint-Domingue
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/AA00004190/00002
 Material Information
Title: Considérations sur l'état présent de la colonie française de Saint-Domingue ouvrage politique et législatif : présenté au Ministre de la Marine
Physical Description: 2 v. : ill., tables ; 20 cm.
Language: French
Creator: Hilliard d'Auberteuil, Michel-René, ca. 1740-1789
Sartine, Antoine de, 1729-1801
Publisher: Grangé
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1776-1777
 Subjects
Subjects / Keywords: History -- Early works to 1800 -- Haiti -- To 1791   ( lcsh )
Colonies -- Early works to 1800 -- France -- Haiti   ( lcsh )
History -- Early works to 1800 -- Haiti   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Statement of Responsibility: par Mr. H. Dl.
General Note: Title vignette; head- and tailpieces.
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 02707879
lccn - 02000100
ocm02707879
Classification: lcc - F1923 .H55
System ID: AA00004190:00002

Table of Contents
    Front Matter
        Front Matter
    Cover
        Cover
    Title Page
        Title Page 1
        Page i
        Page ii
    Table of Contents
        Page iii
        Page iv
    Discours preliminaire
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
    Livre premier: Des moeurs
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
    Livre second: Du gouvernement militaire
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
    Livre troisieme: De l'administration civile
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
    Livre quatrieme: De la legislation
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
Full Text

















This volume was donated to LLMC
to enrich its on-line offerings and
for purposes of long-term preservation by

University of Michigan Law Library









CONSIDERATIONS
SUR L'h TA T P RESENT

DE LA COLONIE FRANCHISE
DE SAINT-DOMINGUtE





CONSIDERATIONS
SUR L'ATAT PRtSENT

DE LA COLONIE FRANCHISE

DE SAINT-DOMINGUE.
.OUVRAGE POLITIQUE ET LEGISLATIF,
Prefente au Miniftre de la Marine,

Par M.' H. D.L
T'OME SECONDj








A PARIS,
Chez G R A N G Imprimeur Libraire rue de la
Parcheminerie; & au Cabinet-Litt6raire,
Pont Notre Dame.

M. DCC:'LXXVIL
Avye Approbation & Privilege du 1Roi








APPROBATION.
JAI lu par ordre de Monfeigneur le Garde des Sceaux,
un Manufcrit intitu6 : Coniddrations fur l'dtat prdfent
de la Colonie Francaife de Saint Domingue, & je n'y
ai rien trouve qui m'ait paru devoir en empicher
I'impreflion. A Paris ce 29 Mai 1776.
COQUELEY DE CHAUSSEPIERRE.


PRIVILEGE D U RO.
O U IS PAR LA GRACE DE DIEU, ROI DE FRANCE
ET DE NAVARRE, a nos ames & faux Confeillers,
les Gens tenans nos Cours de Parlement, Maitres des
Requires ordinaires de notre H6tel, Grand Confeil,
Privbt de Paris, Baillifs, Senbchaux, leurs Lieutenans
Civils, & autres nos Juficiers qu'il appartiendra: SALUT.
Notre am6 le fieur PRAULT, pere, Imprimeur, Nous
a faith expofer qu'il defireroit fair imprimer & donner
au Public un Ouvrage intituld : Confiddrations fur l'etat
present de la Colonie Francaife de Saint Domingue.
par M. *** *, s'il' Nous plaifoit lui accorder
nosLettres'de Privilege pour ce neceffaires. A CES CAU-
SES, voulant favorablement trailer l'Fxpofant nous lui
avons permis & permettons par ces prefentes, de faire im-
primer ledit ouvrage autant de fois que bon lui femblera,
& de le vendre fair veridre & dibiter par-tout notreRoyau-
~- me, pendant le tears de fix annees conf6cutives, i computer
-J du jour de la date des Prefentes. FAISONS defenfes a
tous Imprimeurs, Libraires & auttes -perfonnes, de
Squelque quality & condition qu'elles foient, d'en in-
.troduire dfimpreflion' trangere dans aucun lieu de notre
obeiffance: comme aufli d'imprimer, ou faire imprimer,
r- vendre, faire vendre, debiter, ni contrefaire ledit ou-
vrage, ni d'en faire aucuns extraits fous quelque pr6-
texte que cc puiffe ktre, fans la permiffion expreffe &
par ecrit dudit Expofant, on de ccex qui auront droit de
Sui, a peine de confiscation des Exemplaires contrefairs,
S de trois mille livres d'mende centre chacun des contre-
venans dont.un tiers a Nous, un tiers a l'H6tel-Dieu
Sde Paris, & l'autre tiers audit Expofant, ou a celui qui
aura droit de lui, & de tous depens, dommages & int6-


I945






fets; A LA CHARGE que ces PrTfentes feront enregifltr-
tout au long fur le Regiftre de la Communaut6 des Imprit
mcurs & Libraires de Paris ,dans trois moisde la date d'i-
celles; que l'impreffion dudit ouvrage fera faire dans notre
Royaume & non ailleurs, en bon paper & beaux carateres,
conformement aux R6glemens de la Librairie, & notam-
ment a celui dudix Avril mil fept cent vingt-cjnq, a peine
de d6ch6ance do prfrent Privilege; qu'avant de l'expofer
en vente, le manufcrit quiaura fervi de copic a l'impreffion
dodit ouvrage, fera remis dans le mime ctat od I'appro-
bation y aura &t~ donn6e, es mains de notre trts.cher &
fial Chevalier Garde des Sceaux de France, le fieur HUE
DE MIROMENIz ; qu'iten fera enfaite remis deux Exem-
plaires dans notre Bibliotheque publique, un dans celle
de notre Chateau du Louvre un dans celle de notre
tris-cher & f6al Chevalier & Chancelier de France, le fieur
DEMAUPEOU, & un dans celle dudit fieur HUE DE
MIhoMENL le tout a pine de nullitC des Pr6fentes:
Du Col TFEN defquelles vous MAT~DONS & enjoignons
de fire jouir ledic Expofant, & fes 4yant causes, plei-
mement & paifiblement, fans fouffrir qu'il leur foit fair
aucun trouble ou empichement. VOULONS que la copies
des Prefentes, qui fera imprimde tout au long, au comr
mencement ou a la fin de cet ouvrage, foit tenue poi-
duement fignifiec & qu'aux copies collationnees par
I'un de nos ames & faaux Confeillers, Sccrtaaires, foi
foit ajoute comme a 'original. COMMANDONS au premier
notre Huiffier ou Sergent fur ce requis, de fair pour Irex6-
cution d'icelles, tous atces requis & neceffaires, fans de-
mander autre permiflion, & nonobftant clameur de haro,
charge normande, & lettres i ce contraires: Car tel eft
norre plaifir. Donn6 i Paris, le dix-neuvieme jour du
mnois de Juin, I'an de grace mil fept cent foixante-feize,
&de notre Regne le troilieme. Par le Roi en fon Confeil.
LE- BEGUE.
Regirire' fr le Regiftre XX. de la Ckambre Royale 6'
'Syndicale des Libraires & Imprimeurs de Paris NO. 773.
folio zz42 conformiment au Reglement de 27a3.
A Paris, ce Ic Septembre zyy LAMBERT, Adjoint.
J E fouflgn reconnais qne le privilege obtenu en mon nom a la
Chrncellerie, le r9 du present mois, pour un Ouvrage intiruld .
Ccrnflratiotnsfurletat prefent de la Colonie Franyafiede S.Domirque,
appartient M. * *, & que je n'y prdtends ricn, enfoi de quoi j'ai
fignd Ie prdfenc. A Paris, cc zo Juin 776. PaAu.r, pere.









TA BLE

DES D1SCOURS DE LA IIe PARTIES.

Du Gouvernement de la Colonie Frangaife
de S. Domingue.

~D SCOURS PRELIMINAIRE. page I
LIVRE PREMIER.
Des Mceurs.
DIs c. 1.er Du climate de S. Domingue en
lui-mCme, & dans fon rapport avec Ics
maurs. 19
D I s c. I I. De la Population. 49
D I s c. I II. Des Affranchis. 72
DIs c. IV. Du luxe. 97

LIVRE SECOND.
Du Gouvernement militaire.
D is c. I.r Des Commandans & des btats-
majors. 114
D I S II. De l'trat militaire Ix39
-'D I S c. III. Des Ailices. z52
Dis cI I V. De la Guerre. 167







LIVRE TROISIEME.
De 1'Adminiftration civil.
DI s c. I.er Des impdts. 193
D Is c. II. Du foin de la iuflice, des Gens
de loi& de laMagiflraturefouveraine. 123
D s c. II I. De la Police general. .266
D I s c. I V. Du pavement des dettes. 286
LIVRE QUATRIEME.
De la Legiflation.
D i s c. I.e Des Ordonnances du Roi, & des
reglemens particuliers a la Colonie. 3o1
D I s c. I I. Extrait des Loix du Prince, leur
infuffifance ; ce que I'on peut tirer du
Droit remain. 326
S D I s c. I I I. L'aggrandifement d'une Colonie
amene ndeeffairement un changement dans
fes Loix. 349
D I s c. IV. De la formation des Loix. 360

F I N de la Table.


CONSIDtRATIONS












CONSI ERAT ONS
SUR L'iTAT PRESENT

DE LA-COLONIE FRAN(AISE
DE SAINT-DOMINGUE.


SECOND PARTIES.
Du Gouvernement de la Colonie.


DISCO URS PRELIMINAIRE.

LE GOUVERNEMENT des IfIcs Franqaifcs
de 1'Amdrique, vicieux dans fon commen-
cement, n'a pu jufqu'h pr6fent approcher
du degree de pcrfeCtion neceffaire h la ffircte
publique & au bonheur des Particuliers. La
Colonie de Saint-Domingue ne s'itant le-.
Tome II, A





2- DI S CO U IL
vie que long-tems aprcs les Colonies des
Ifles duVent, femblait devoir &tre autrement
gouvernee; mais les mauvais principles de
politique s'dtendent avec une rapidireincon-
cevable, parcel que Ics homes puiffans fe
croyent fouvent int&reffs 'a les accrtditcr,
L'adminiflration etablie par les Compa-
gnies proprietaires des Ifles, ne valait rien ;
& malgre 1'approbation que Louis XIV
paraiffait y avoir donn6e par fon Edit de
1674 le miniftere s'eft cru oblige d'y fair
des changemens qui ne Font pas rendue
meillcure.
Des les premiers moments de fon exif-
tence, elle avait port dans les Colonies l'in-
certitude, le trouble & la confusion.
Les premiers -Adminiftrateurs des Ifles
etaient appellis Capitaines g6neraux : leur
pouvoir 6rair, pour ainfi dire, fans bornes; ils
pouvaient commander aux Officicrs, gens
de guerre & autres habitans, tout ce qu'ils
jugeraient utile pour lefervice du Roi i'eta-
bliffement des Colonies, le bien 6& advantage de
la Companies des Indes.






SR I MINA R E. 3
Le trop grand pouvoir de ces Capitaincs
aurait rtc moins dangereux quc l'autorit6
ind6finie des chefs qui les remplacerent. Le
Roi ayant nommi, en I638, un Gouverneur-
Lieutenant-G6ndral fur toutes les Ifles, don't
les pouvoirs s'dtendaient a veiller fur le com-
inerce, & 'a fair rendre la Juftice; le foin
de la Juftice & de la Police, ne tarda pas 1
etre r6uni au Gouvernement des armes. La
Compagnie 6tablit dans chaque Ifle un Sene-
chal, qui, a limitation de i'ancienne former
du Gouvernement Francais, rempliffant la
premiere place de Magifirature, nommait
aux Charges & Emplois militaires, & pr6-
fidait en mmie-tems dans les Tribunaux de
Juftice. Les Jugemens etaicnt intitulds en
fon nomr, & les Juges ordinaires etaient ap-
pelles fes Lieutenans; on ne confiderait pas
que la trop grande autorit6 du Sdnechal pou.
vait les forcer fouvent h commettre des in-
juftices.
On 6rablit, en 6435, un Con feil Souverain
dans chaquc Ifle; mais ces Confeils &tant
composes d'Officiers de milice, a d6faur d2
A :j






4 DISCOUR
Gradu6s, & Prdidds par un Commandant
militaire, ni la science, ni la libcrte des opi-
nions ne pouvaicnt s'y introduire.
II dtait impoffible que l'anarchie des Licu-
tenans G6ndraux, des Senechaux & Com-
mnandans, ne mit pas le trouble dans les
Rifles. On vit, en 1646, un Confeil de guerre
etabli a la Guadeloupe pour balancer l'au-
torit6 du Confeil Souvcrain, & la Compa-
gnie des Indes, en blimant I'entreprife du
Lieutenant General, ne prefcrivit des bornes
a l'autorit6 de ce Confeil de guerre, que pour
cn maintenir l'etabliffement.
Les reftrictions ne peuvent pas rendre bon
ce qui eft mauvais par fa nature; en vain
on rogne les griffes d'un monftre fauvage,
elles renaiffent bientot, & deviennent d'au-
tant plus dangereufcs qu'elles croiffznt in-
fenfiblement.
Les Confeils de Juflice & les Confcils de
gu:rre, prdfides par les Gouverneurs & Com-
mandans, compofds prefqu'cntierement des
Officers dc milice, ne firent bicnt6t qu'un
mcme Confeil.






PR LIMIN AI RE. '
L'adminiflration des Ifles 6tait boule-
vcrfec des 1663; les Efpagriols, les Hollan-
dais & les Anglais, les Caraibes m6me fe
prcvalaient de la faibleffe d'un'Gouverne-
ment livr 'a ces diffentions, 'a cette defu-
nion des corps cent fois pire que le defpo-
tifme.
Croirait-on que le miniftere, perf6v&rant
dans le parti de l'errcur, ne trouvat d'autre
remede que d'envoyer dans les Ifles unGou-
verneur Lieutenant General, avec le pouvoir
de faire la guerre & la paix? Ce moyen dan-
gereux ne pouvait avoir que de mauvaifcs
fuites.
L'inflant eft enfin arrive. II fallait que le
Gouvernement de la Colonic devint muni-
cipal ou tout-'a-fait militaire, il n'y a plus
a choifir, & le Gouvernement eft deformais
militaire, fi l'on ne vcut pas reconnaltre une
crreur dans laquelle on a 6it entraind par de
faux prejuges, par des declamations frivo-
les, & revenir aux principles falutaires de la
feuleadminiftration qui convienne a des peu-
ples agriculteurs,
A iij







&6 DISCOURSE
II eft encore poffible de prevenir pour Ia
fuite les defordres & les malhcurs politi-
ques, qui, jufqu'a prefent, ont afflige la Co-
lonie; mais Ic terns eft precieux, it faut fe
h.ter de mettre h la place d'un Gouvern-e
ment violent par lui-m6me une legislation
fixe. & independante des volontes particu-
Jieres. Tout cet ouvrage tend h faire preffen-
tir Ics objets de cette Idgiflation; cepen-
dant tant de gens ont intrert de s'6lever
contre ce qui peut diminuer l'infortune des
Colons. Leurs ininuations dangereufes ont
cu jufqu"a prdfent un fi grand credit, que
c'eft fe devouer a la haine & h la perfrcution
que de vouloir attaquer Ics abus en ce
genre.
Mais pourquoi craindre ces entraves fous
un regne annonce par les plus heureux pre-
fages ? L'amour du Souverain a gagn6 tous
les coeurs, chaque jour il y faith des progrcs
& fe grave, pour ainfi dire, plus profondc-
rnent; chaque jour ajoute a cet amour des
riotifs de reconnaifiance.
-Le premier afe de reconnaiffancc don't un






P. R L I M I N A RE. 7
fujct foit capable envers le Souverain, eft
fans doute d'offrir a fa patrie la fomme de
fon travail: je remplis ce devoir.
Avant d'entrer cn matiere & de traiter du
Gouvernement de la Colonie, ii eft ndccf-
faire de d6finir exalecment ce qu'on appelle
en general Loix & Gouvernement, force
lgiflative, autorite militaire; c'cft Ic prin-
cipal objet de cc Difcours preliminaire.
En obfervant enfuite dans le corps de 1'ou-
vrage, les mouvemens de ces refforts poli-
tiques; en confiderant leurs effects, j'6crirai
fans fiel & fans baffeffe (I), cc que j'ai vu,
cc que j'aurai penfe.
Les Loix, & fous ce nom j'entends les
bonnes Loix, ont en general pour bafe
Ie droit natural, qui n'eft autre chofe dans
1'6tat civil que le droit de propri6ti & la
liberty de l'exercer. Chacun cependant dans
la focidte facrifie une portion de cette li-
bert6 pour conferver le refte, & c'eft dans


( I) Sine ira nec flu'I.o quorum caufas procul,
fabAieo
A ir.






8 Discou Rs
la conservation de cc rcfte pricicux que rc-
fide la Juflice.
La force eft aveugle : auffl ce qu'on ap-
pelle la force militaire, lorfqu'elle n'cft pas
elle-mmec foumife aux Loix, dirigde par
les Loix, inftitude enfin pour affurer & main-
tenir l'autorite des Loix, ne peut jamais
s'cxercer que pour les d6rruire : & quand fes
efforts Cbranlent Je monde, elle r6duit au
silence la propriety elle-m6me, qui, comme
nous l'avons dit, eft dans 1'6tat civil le prin-
pice facr6 de tons les droits.
L'idde de force exclut abfolument 1'idne
de Justice (i); & l'rudition des anciens po-
lhnques & les tentatives de quelques Auteurs
modernes n'ont fervi qu'. ddmontrer de plus
en plus l'incompatibilite de ccs iddes.
La force, ou fi I'on vent I'drat militaire,
n'a d'autres forces que 1'ambirion qui veut
tout ravir, ou que l'orguell qui ne veut rien
ceder; de femblables caufes ne peuvent en-

( ) On pcut s'en ficr a cet fgard a la maxime
de La Fontaine:
La riifon du plus Fort eft toujours la mcillenre.






R L I M IN AI E. 9

gendrer que de funeftes effects: heureux fi, en
caufant I'engourdiffement des Loix, elles ne
pr6paraient pas l'oubli de leur fantion &
leur andantiffement total !
Quelques Ecrivairis que la rouille de leur
antiquity a rcndu fans doute trop fameux
(i), ont ccpcndant cru qu'il 6tait poffible
d'allicr la discipline militaire avec les r6gles
imprefcriptibles du droit & de la Juffice;
mais quand on lit leurs ouvrages, on n'y
trouve aucunes preuves, aucunes d6monf-
trations de leurs pr6tendus principles; fans
ceffe ils veulent combattre la raifon par I'au-
torit6 des examples, & de ce qu'il y a eu
de teams en teams a la terc dcs Empires, des
homes injuftcs, fourbes & fcclcrats, ils


(x) Puffendorf, Grotius, &c. Ils ont (tW, a jufle
titre, les pr~curfeurs de Machiavel; mais cet homme de
g6nie, au lieu d'errer come eux dans un abine d'ob-
fcurites, de parler ala fois & fur le meme ton, de bon-
heur & de force, de violence & de juflice, & de conci-
lier les inconciliables, apprit aux Souverans l'art d'etre
barbares avec methods, & abufa de fon efprit & de fa
raifon pour perfuader aux peuples d'etre ma!heureux
fans gemir, & vicime fans offer fe plaindre.






o0 b I D sco R
concluent que l'injuftice, la fourberie & les
crimes, font de 1'effence des Gouvernemens.
L'injuftice, difent-ils, eft quelquefois nicefi
fire : ce qui ferait injufte dans un pere de
famille, ne I'cft pas toujours pour un Prince.
Ainfi l'injuftice devient le droit de 1'homme
puiffant, 1'anarchie qui eft le bouleverfe-
ment de l'ordrefocial, eft, felon eux, un gou-
vernement vigoureux; la tyrannic & 1'cfcla-
vage combattant empire des Loix 6 .des
vertus, forment la balance des pouvoirs;
cnfin, a Ics en croire, la ffirett de 1'ctat ferait
dans l'infortune desparticuliers; lcs cris dela
terreur, les plaintcs, les fupplices prouvce
raientmieux la puiffance du Gouvernement,
que la voix paifible du bonheur.
Tous les Ecrivains de toutes les Nations,
de tous les teams, leur fourniffent des cita-
tions, & leurs Livres ne prefentent qu'une
erudition aufti fauffe, auffi deftruffive de la
th6orie fociale, que rebutante & deplacce;
c'eft le ramas difforme d'une infinite de feuil-
les arrach6es par lanmbeaux dans les ar-.
chives de tous les peuples & de tous les lie-






SPR L ti IR A ItI
cles: Phiftoire & les fables, les 6critures pro-
fanes & facrecs, tout y eft mis a contribu-
tion; on n'y trouve pas une solution plau-
fible.
La raifon s'6claire, mais les erreurs poli-
tiqucs font cells qu'elle diffipe le plus len-
tcment, parce que ce font les erreurs qu'un
plus grand nombre d'hommes croit avoir
intiretde perptuer. Elles font profitable,
a dit un Auteur moderne, en cela mnme
qu'elles front des erreurs : des virites du
meme genre fixeraient tout, & ne laifferaient
rien au caprice, a l'iniquit6; elles ne produi-
raient rien a ces ignorans titres, 'a ces am-
biticux cruels, a ces hommes dangereux, qui
ne paraifcfnt puiffans que parce qu'ils font
loignCs du Souverain, & que la fervitudc
d6core du nom de gens en place.
Dans les fociets mal conftitu6es, l'etat
civil & l'Ftat militaire, font dcux grands
corps qui fe hcurtent fans ceffc.
Dans la Colonie Francaife de Saint-Do-
minguc, i'Vtat civil comprend les Magif-
Yrats, lcs Jurifconfultes, les hommes pre-






2, DIS C URS
pof6s pour faire ex6cuter les Loix civiles,
les Cultivateurs & les Commerqans exempts
de la milice. L'Ctat militaire embraffe, depuis
le retablifTement des milices, toute la maffe
du people; il obit aux Commandans, aux
Officiers Majors, qui ont a leurs ordres des
Rdgimens toujours pr6ts 'a le forcer a cctte
cette obdiffance. La balance n'&tant point
gale, 1'atat civil eft vex6 dans routes les
occasions par l'Etat militaire, & dans le fait
celui-ci conflitue le Gouvernement. Ce
Gouvernement &rant violent par eiTrnce,
ne veut pas qu'on lui r6filte, & l'tat civil
n'a pas mnime la liberty des repr6fcntations.
Si-t6t qu'il ileve une voix tremblante on
I'accufe de trouble, de fedition. Alors tous
les citoyens murmurent, alors plus de paix
intericure, & par confequent plus de har-
dieffe dans les entreprifcs, plus de perfiv6-
rance dans les projects, plus de fliret6 per-
fonnelle, tout fait craindre une decadence
prochaine; & s'il y a de la profpdrit6, c'eft
une profperit6 forcee qu'on ne doit qu'a la
richeffe du fol, qui 6trangere au Gouver-






P R L I M I N A I RE. 13
nement en eft n6ceffairement ind6pendante,
& fi l miniftere, rejettant les defirs des Co-
lons, continuait d'appefantir fur eux le joug
militaire, il ne ferait que hater la perte de
la Colonie.
Lcs malheurs qui accompagnent niceffai-
rement le Gouvernement militaire, ont en-
train6 celle de toutes les Colonies Francai-
fes, ouh la nature a it6 moins prodigue de
richeffes qu"a Saint-Domingue. D6gages des
influences de cc Gouverneur; quel hrroifme
patriotiquc ne trouverait- on pas dans une
multitude d'habitans, qui prefque tous peu-
ventdire: c'elt moi qui ai d6frichM cette terre
que j'habite & qui I'ai rendue fertile; c'eft
moi qui I'ai applanie, qui l'ai tire de def-
fous les eaux; ce font mes travaux qui at-
tirent ce vaiffeau don't je vais faire le char-
gement; les fruits de mon terrein vont fe
rdpandre dans les marches d l'univers, pour
me procurer la jouiffance de tout cc qu'il
produit!
Mais autant un citoyen libre cft paf-
fionni d'amour pour la patrie, autant cclui





F4 S C 0 U S
qui eft efclave eft indifferent au bien public;
il eft fans talens & fans vertus, il ne pent
meme pas maintenir long-tems les travaux
de 'agriculture: ce n'eft point ides mains
ferviles qu'il apparrient de fertilizer la
terre;
L'attachemient aux propridtes eft la force
de la paix & de l'induftrie, cet attachment
ft ndceffairement le plus grand poflible
pour les propri6tis les plus riches poffibles ;
il faut done que cetix qui s'eloignent de ces
propridtes ayent de grandes raifons pour
les abandonner, fur-tout quand il eft certain
que leur pr6fence en accroitrait la richefie
& la fecondite.
On a voulu fe perfuader que c'etaient les
vices du climate de Saint-Domingue, qui en
chaffaient les plus riches habitans, mais 1'er-
reur eft reconnue on trouve a St. Domin-
gue la fant6, les richeffes; tout appelle les
plaifirs, il ne manque que la fecurit6.
Sans elle il ne peut y avoir d'amour pour
les plaifirs & les agremens de la vie; rant
qu'elle fcra exile on ne vcrra point de jar-





f L I IMINA I E. i4
dins embellis des-nains de I'art, ni de fpec-
tacles admirables. Les arbres, les plants &
Ics fleurs front r6putes ne point convenir
au fol, s'ils ne croiffent pas fans culture; il
n'y aura point de foci6te, & le coeur s'en-
durcira par I'habitude de voir des hommes
malheureux; .on fuira jufqu'aux marriages
rint6ret feul pourra les terminer, parce que
chacun aura raifon-de eraindre de s'attacher
par un nouveau lien 'a, une peuplade o' rd-
gne une tyrannie, qui fans reffembler enti6-
rement an defpotifme Afiatique, eft plus
cruelle encore.
Mais depuis le teams que fubfifte ce Gou-
vernement monftrueux, comment ne s'eft-
il pas encore trouve des hommes publics,
inftruits par l'exp6rience, qui aien entrepris
d'Cclairer la M6tropole & la Colonie, fur
leurs v6ritables interEts? La r6ponfe eft faci-
le : le bonheur public & la liberty ne tou-
chent que les coeurs vertueux, l'efclavage ne
cofite rien aux autres, pourvu qu'ils en puif~
fent appefantir la chaine fur leurs inf6rieurs.
Quand les Chefs de la Colonie ne s'ac-






i6 DIsco URS
cordent point; quand les Magiftrats font
contraries fans ceffe par les Commandans &
les Officiers Majors; enfin quand tous les
gens en place fufcitent contre eux-memes
le murmur du people, on ne doit trouvcr
dans toutes les operations ni union, ni ce-
lerit6 : ce n'eft jamais quc de la faibleffe mu-
tuelle des Puiffances, que pent naitre alors
cet 6quilibre momentan6, iou plut6t cct
engourdiffement que l'on appelle tranquil-
litd.
Des hommes qui fe piquent d'une politi-
que rafin6e, pretendent qu'il eft tres-fage de
multiplier & de diviifr les pouvoirs dans les
Colonies pour les balancer l'un par l'autrc (i).
Un gouvernement table & modern, difent-
ils, une 16giflation aufli simple dans Ics
moyens qu'invariable dans fes principles, ne
maintiendrait pas toujours le droit que les
Nationaux pretendent exclufivement aux
products des grandes cultures, & la Colonie

(I) Divife pour rigner. Maxime funefte qui replace
la juflice du Souverain par la tyrannie des fous-ordre.
obeitait







P R L I MI N A I RE. 17
obeirait moins exa6temcnt aux impulflons
de la M6tropole. Comme fi les ordres de la
Cour adreffis h un feul Magiftrat, & mani-
feftes par le Tribunal don't il ferait le chef,
ne feraient pas ex6cutes plus promptement
& plus fiirement, qu'en les faifant paffer
entire les mains d'une multitude de fous-
ordre, qui peuvent en retarder ou en em-
p1cher 1'ex&cution fuivant leur intre@t par-
ticulier, & d'autant plus facilement qu'ils
ont a fe rejetter fur le silence oi les difpo-
fitions d'une foule de R6glcmens contraires,
qui alors feraient d6truits.
Dans l'erat prefent, ceux qui fe refufent
aux ordres du miniftre, ceux qui veulent les
faire accomplir, s'oppriment mutuellement:
on 6crit de part & d'autre au Miniftre ou a
fes fucceffeurs, qui condamnent, approu-
vent ou fe taifent, & toujours d'une ma-
niere tardive, c'eft-a-dire, nuifible pour la
Mitropole & pour la Colonie, ou du moins
infrudueufe pour le Gouvernement de I'uns
& de I'autre.
En general cette administration, a laquelle
Tome II. B






D I.S c0o U R S


on donne le nom de Gouvernement, mi-
parti Civil & Militaire, a eu Ic malheur de
degendrcr en un melange affreux de tyrannie
& d'anarchie. Son effect infaillible alors eft
d'immoler un people cnticr aux haines, a
1'avarice, aux intr&ts d'un petit'hombre
d'hommes.
Rien ne doit empecher l'dtabliffcment
d'une bonne 16giflation a Saint-Domingue;
c'eft d'elle que depend la profpirit6 du com-
merce national & la felicit6 des Colons.
Pour faire reuffir le commerce & l'agricul-
ture, il faut la tranquillity au-dedans & la
paix au-dehors. C'cft done avec confiance
que je vais propofer mes reflexions fur le
Gouvernement afuel de la Colonie & fur
]a matiere des Loix par lefquelles on pour-
rait le retifier : Les ouvrages des Ecri-
Svains ne font vraiment precieux que. quand
Sils s'occupent d'objets qui ont une utility
Sreelle i!s ne fervent 1'humanite qu'en re-
, pandant de nouvelles lumieres fur tout
ce qui peut fair fon bonheur ,.
** ~'fg1^








,. :: -. .. -.---




CONSIDERATIONS
SPUR !L'ETAT PRESENT

DE L!A COLONIE FRAN MAISE
DE SAINT-DOMINGUE.
Sa^;...-------- -.^y-.- i ^--
LIVRE PREMIER.
D E S M A UR S.


DISCOURS PREMIER.
Du Climat de S. Domingue en lui-mene,
& dans Ion rapport avec les mceurs.
L Achaleur du climate de Saint-Domingue n'eft
pas excelfive, parce que l'air eft fans cefle rafrai-
.chi par des vents reglcs : elle augmente depuis
le lever du Soleil jufqu'a une here apres midi,
13 ij






20 CONSID R A T IO N S
elle eft alors 'a fon plus haut d6gr elle diminue'
pendant le refte de la journey ; des nuits fratches
fuccedent aux jours, & ce n'eft que dans la faifon
des pluies que l'on refpire un air tiede don't I'effet
eft accablant.
Le climate de Saint-Domingue eft vari& a pro-
portion de l'elvation des lieux & de leurs expo-
fitions ; plufieurs vents y regnent tour a tour,
ils ne font pas tous 6galement frais; le vent du
Sud eft brfilant, celui de l'Oueft eft chaud mais
le vent d'Eft rafraichit (i) : ce vent fe fait reffen-
tir tous les jours mais non pas dans toutes les
parties de 'Ifle. II croit a mefure que le Soleil
s'e6eve fur l'horifon, & tombe tout-a-fait vers
le foir, enforte que plus le Soleil darde vivement
fes rayons plus le vent eft fort & plus ii a de
fraicheur. II fe faith fur-tout agreablement fentir
dans les mois de Juillet & Aoit. La nature, fage
dans fes mefures, n'a pas voulu que le Soleil con-
fumAt les regions qu'il claire; en agiffant vive-
ment fur l'air, il le pouffe vers 1'occident, & fon


(i) Le vent d'Eft qui regne dans les Antilles, eft,
come on fait, un effet du movement diurne de la terre,
qui eft niceffairement trhs-rapide fous la ligne equi-
noxiale, & de la chaleur du Soleil, qui, en rar6fiant I'air,
le porte au couchant a mefure que la terror advance vers
I'orient.







SUtR A COLONIE DE S.DOMINGUE. 2T
ardeur elle-nmime fert a rafraichir les pays fur
lefquels il a le plus d'empire.
L'air qui reflue pendant la nuit vers l'orient ;
ctaufe le vent de terre, & la rofee abondante qui
donnent de la fraicheur ai d6clin du jour. Dans
aucun moment ia chaleur n'eft infupportable, on
ne refpire prefque jamais qu'un air temper (i).
Dans les montagnes ou les vents ne parvien-
nent pas toujours egalement ou les niages fe
brifent & donnent plus fouvent de la pluie, le
degree de chaleur change, pour ainfi dire, d'une
habitation 'k 1'autre, felon la difpofition du ter-
rein; mais on ne rencontre nulle part tne fral-
cheur trop a&ive, ni des chaleurs dangereufes.
Ce climate eft en general bien preferable ka celui
des z6nes froides, parce que le changement de
faifon n'y faith jamais 6prouver ces fenfations op-
pofdes, qui font nuifibles par leur in6galite me-
me. On n'y connait point les maladies' affrcufes
& multiplies que l'hiver train 'a fa fuite dans les
cantons Europecns; quand on eft accoutume au cli-
mat on eft affure d'y vieillir fans aucune des in-


(i) Si !a chaleur efi accablante, Ies m6yens de s'en
pr6ferver font doux; ccux qje 1'on emploic centre Ie
froid font difegreablcs & impuiffans ils dvceloppent
les germes d'une infinite: de maladies.
B iij







t2s C O N S I D E R A T NS
commoditks, qui dans des pays moins chauds affie-
gent la vicillefle (I).
Le fec & la pluic font, pour ainfi dire, les
feuls changemens que l'on remarque dans la tem-
perature de Saint-Domingue ; la terre y eft tou-
jours couronn6e de verdure, toujours eit le prin-
tems. On peut y recueillk -oute l'annee les fruits,
les I6gumes & les fleurs des quatre parties du
monde : des oranges, des ananas, des melons,
des pommes, des cocos, des fraifes, des citrons,
des afperges, des grenades, des poix, des arti-
chaux, des oeillets & des rofes ; tout ce que le
nonde prod uit en fesdiverfes contr6es y feraitraf-
fembl fi la cupidit6 ne d6tournait pas des hom-
ines avares du teams de tout ce qui n'eft qu'a-
greable. Les volailles de toute efpece y croiflent
a pen de frais : la chaffe & la peche y font abon-
dantes; on y trouve beaucoup d'herbeS aromati-
ques & falutaires; les plants malfaifantes y font
rares, & les femmes font dans l'ufage de faire


(i) Reaucoup de Frincais font cepuis trente ans I
S;. Domingue, fans y avoir dprouve une feule attaqce
de maladie. Les maladies que V'on redoute ne font que
rTe trois ou quarre efpeces, ii y cn a fi peu d'autres, qu'a
Fine les Medecins & Chirurgiens s'en rappellent les
nooms & is fympt6mnes.






StR LA COLONIE DE S. DOMINGUE. 23
houillir & de manger indiftinaement toutes fortes
d'herbes & de feuilles d'arbres (i).
Le climate de Saint-Domingue n'6tait pas auffi
fain lors de l'itabliflement de la Colonie qu'il
Pefl devenu depuis. Les pays converts de bois ne
font pas propres a conferver la fant6 parce que
les arbres attirent les pluies entretiennent l'hu-
midite de la terre, & lui derobent les rayons du
Solcil; mais quand ine fois ces arbres, qui par
1'6tendue de leurs branches, attirent de nouveaux
fucs, a proportion qu'ils en abforbent une plus
grande quantity par l'immenfit6 de leurs racines,
ont 6td detruits, I'air fe renouvelle, & it ne refte
plus iqu'une agr6able fratcheur.
Accoutumr 'a vivre a Saint-Domingue, on y
jouit ordinairement d'une fant6 parfaite; une tranf-
piration peu fenfible, mais continuelle rend les
membres plus agiles & plus liants, elle d6oigne
beaucoup de maladies, aide a supporter & a gubrir
les autres mais elle abrdge les jours de ceux qui
ne font pas affez d'attention fur eux-mimes; parce
que ti l'on n'a pas foin de r6parer les parties aqueufes
du fang, que la chaleur attire & dilfipe fans ceffe,
il ne tarde pas a s'6paiffir. Dans cet 6tat, fi i'on

(i) Ce mit s'appclle un Cantalou, on le mange avec
on mi, Con amant; c'elt une faveur que de manger ul
Cantalou avec une jolie femme.
B iv






24 CONSI D RATI O N
s'abandonne h quelques exces ce fang qui eft d6jai
enflamm6 & difpof6 a recevoir toute efpece d'im-
preffion, contra&e une quality vicieufe qni fe ma-
nifefte d'abord lentement; mais fi l'on attend pour
y rem=dier que les incommodites fe d6clarent, it
elf difficile de guerir.
Pour "loigner route efpece de maladie croni-
que, il faut boire habiruellement beaucoup d'eat
naturelle, prendre peu de remedes violens dans
les maladies imprevues, fe procurer, un exercise
prefque continue & rarement force, fire un
ufage regl6 de routes fes faculties; des plaitirs mo-
dcres, en prevenant la triflteffe, aflurent la fant.
Le f6jour de Saint Domingue n'eft point dit
tout nieurtrier; ce font nos vices, ce font les
chagrins d6vorans qui nous tuent.
Nous pourrions fans trifleffe & fans ennui nous:
livrer a une vie douce, & nous gemiffons fous le
poids de nos maux : remontons a leur force; elle
eft dans l'orgueil & l'avarice des uns, dans la
folie, dans l'indolence & dans le d6fordre de I'i-
magination des autres.
R1pportsdu Celui qui ne fait pas mettre de frein h fes paf-
Climat avec
les mcurs. fions, trouve une mort certain dans les pays o'i
elles ont le plus d'a&iviti : celui qui eft avare &
emporte empoifonne fa vie, & la perf6cution qu'it
faith fouffrir aux autres l'attaque lui-meme auffi
cruellement. Les richeffes augmentent fes foins,






SUR LA COLONIES DE S. DOMINGUE. 2-
la crainte de les perdre abrege fes jours en le ren-
dant plus malheureux.
Accabl6s par les embarras & les travaux, fi les
Colons fe livrent encore a des vices, la mort les
attere comme la faulx renverfe les 6pis. Prefque
tous abreuves du poifon de 1envie, ils font 6cra-
f6s fous mille jougs; rien n'eft fi douteux que leur
fort. Ardens dans leurs defirs & furieux dans leurs
pertes, loin de s'aider mutuellement, ils font tous
ennemis femblables 'a des tigres, qui fe d6chirent
entr'eux, fous la griffe des lions.
Pourquoi leurs paffions ne font-elles pas mo-
derees, leur fang ferait pur, leur efprit fans nuage
& la maladie ne les connattrait pas : mais cell
qu'ils 6prouvent eft la plus funefte de toutes, fa
force en eft dans le delire de la raifon dans le
d6couragement & le chagrin.
Les Creoles de Saint-Domingue font bien faits, Dcs Crioies.
vaillans, vifs g6ndreux mais avec oftcntation.
Les foupcons entrent rarement dans leur ame; ils
auraient eu 'cfprit focial, fi la nature du Gouver-
nement n'avait pas nui an lien de la focift6 : in-
conflans dans leurs gofits, ils facrifient beaucoup
au plaifir, ils ontde la penetration & de I'61-
vation de caractere, mais indolens & 16gers (i),

(i) Leur incofiflance dli une fui:e de l'i.nfabilit6 du
Gouvernement.






26 C ONS -TI n t A T IO 0 N S'
il eft rare de leur voir entreprendre de grande
chofes, & de trouver en eux de grands talens '
ils font pleins de candeur & de bonne foi; ils
font trop confians, trop faciles a tromper; ils au-
raient beaucoup d'excellentes .qualit6s s'ils pou-
vaient toujours vaincre leur temperament; mais
le temperament eft ordinairement le plus fort:
leurs vices ne font que les vices du climate accros
par des d&fordres politiques.
Ils n'ont point de penchant au crime, il eft rare
de les voir s'y livrer; mais de douze crimes corn-
mis depuis cent ans par les Cr6oles de la c6te
Francaife de Saint-Domingue il n'en eft pas uri
feul oi la- brutality la colere & la vengeance
n'aient guid&la main du coupable; ils ne font jamais
barbares a demi. Un vent fougueux dechire les
arbres & ravage la nature; la foudre 6crafe les:
toits & les engloutit avec fracas : tell eft la co-
lere dans fes accs ; elle porte en tous lieux le
peril & la ruine.
Ils font humans & biehfaifans envers tous les.
Blancs; la vertu qui embellit le plus I'homme,
c'eft humanity6 : qui ne plaint. & ne fecourt per-
fonne, ne merite pas qu'on le plaigne, ou qu'on
lui donne du fecours (i); mais avec les Negres its'
oublient fouvent toute efpece de vertu.

(i) Les Habitans de S. Domingue font cn gden.rak







SUR LA COLONIE DE S. DOMINGUE. 27
Les Cr6olcs chiriflent la danfe les armes, 1'6-
quitation, tous les exercices de la gimnaffique.
Ce goutt eft dans leur caracere & vient de la
nature du climate, qui, favorable 'ala population,
les fait tous naitre grands & robuftes, & les rend
fouples & adroits. 11 ferait etonnant qu'ils ne s'a-
donnaffent pas aux exercices du corps, ayant tou-
tes les difpofitions qu'il faut pour y r6uffir. Ils
ailment au!fi la mufique : l'air embaum6 de leurs
campagnes, la douceur des faifons, les vents qui
ne font fentir nulle part de plus douces haleines,
ce temperament. facile h cmouvoir qui les rend
egalement fenfibles a la piti6 a la tendreffe, an
doux plaifir, preparent l'impreffion que des fons
ha:monieux font fur leurs organes.
SJe rie fais fifr quel fondement on a cru que le


moins prompts qu'ils ne l'Utaient autrefois a rendre des
services,' parce qu'ils ont etr trompes trop fouvent &
trop cruellem2nt; il y en a mime qui ne donncnt plus
l'hofpitaliti fi ce n'eflt des voyageurs qui leur font
recommends ou a des gens donit le nom eft connu;
parcel qu'il a &te fair chez eux des filou:tries des vols,
par ceux qu'ils rccevaient avec bonte. Maintenant un
home 4 pied n'a guere d'acces a la cafe principal d'tn
iiche Colon, on lui fait donner a manger & un lit dans
in appartement fipare. Mais un home honnEte, connu
ou recommande', pent parcourir toute la Colonie fans
frais & avec agr(ment.






28 COIS Ibi R A T i
climat de l'Amerique n'6tait pas propre k exciter
Ies arts & 1'6loquence, a fournir des matieres
aux belles Lettres & a la Philofophie. N'eft-ce
pas danis les pays fdvorif6s des regards dut Soleil,
que les arts ont pris naiffance? Toutes les fciences
n'6nt-elles pas et6 cultiv6es dans la Grece & dans
I'Italie, avant d'tre coinnes dans le Nord de
rEurope? La nature plus avare dans les pays fep-
tentrionaux, ne leur a-t-elle pas long-tens refufe
fes produ&ions du genie qu'elle prbdiguait anx
Afiaticques ? Locke s'eft-il trouv6 moiris ing6nieux;
fnoins paflionne de 1'amour des hommes a la Ca-
roline du Sud, que dans les brouillaids de l'An-
gleterre ? Waller n'a-t-iI pas, avec fuccEs, c616br6
fes campagnes Bermudiennes ?
'On ne petit etre conduit aux charmes de I'E-
loquence & de la poefie, par de plus douces in-
fluences & par des payfages plus beaux que ceux
qui fe trouvent dans les Ifles de 1'Amerique &
dans le continent. Que des hommes expatries r
aigris par les chagrins, qui font, pour ainfi dire,
une fuite inevitable de leur tranfplantation, &
entierement occupies d'affaires d'intere n'apper-
coivent rien, foient infenfibles a tout, & n'afpi-
rent qu'au moment de leur retour en Europe, on
n'en doit pas etre furpris. Mais vous qui etes n6s
dans ce pays que le Soleil Cpure, & quedes vents
regles rafralchiffent toujours, qui entr'ouvrant les.






SUR LACOLONIE DES. DOMINGUE. 29
yeux pour la premiere fois, avez vu 1'aurore fans
nuages banniffez 1'erreur fatale qul vous eloigne
de vos propri6tes, & vous arrache du fein de vos
families, qui vous enleve enfin a tout ce qui vous
doit etre cher, pour vous porter au fdjour da
tumulte & de la folie. Un ciel pur & ferein veil-
lera fur vos jours, & vous trouverez dans vos
habitations embellies, la paix & la fant&. Sacrifiez
quelque chofe a 'encouragement des Arts, ils
naitront autour. de vous vous n'aurez plus
befoin de les aller chercher h traversles dangers
au milieu de la France. L'homme utile & ver-,
tueux voudra paffer les mers pour partager votre
bonheur, & la Colonie fe purgera peu a pen de
1'rcume qui 'infee ; elle fera delivree des hom-
nes injuftes meprifables, odieux, qui en rendent
feuls le fijour langereux (i).
L'oubli des sciences & des arts eft le principle
ileftru&eur de toute fociet6, ii faut en preferver
les Colonies; en vain voudrait-on arreter 1'rmula-

(i) Outre les causes phyfiques qui doivent attacher
les habitans de S. Domingue a lears propridtds & I'in-
ter&t de leurs fortunes, ils font encore engages a ne l
point abandonner par une infinite de caufes morales:
il faut de puiffans motifs pour leur faire rompre tant de
liens & leur faire pref6rer le fejour de la France, don't
Ie climate leur eft ordinairement contraire, oh tout leur
9fi pour ainfi dire stranger.






30 CONS I D RATION S
tion de leurs habitans, en difant qu'il n'eft jif-'
qu'a prefent forti de 1'Amerique aucun home
fuphrieur dans les arts & les talens, qui condui-
fent 'a l'immortalit6 : ce reproche doit au contraire
exciter leurs efforts. C'eft dans les pays chauds
& fertiles en produdions varies que s'eleve le
g6nie; la nature feconde en grands fpeaacles, eri
6venemens merveilleux embrafe l'imagination : on
obferve, on invented moins dans les climates tem-
per6s.
Que manque-t-il aux Cr6oles de Saitt-Domin-
gue & aux Francais, qui font venus dans cette
Ifle avant l'Age des paffions? N'ont-ils pas en ge-
neral de l'efprit & mnme du genie ? Mais ils n'ont
point cet ordre, cette raifon necei aire pour d6-
velopper heureufement ce qu'ils penfent. Ce vice
provient de la mobility du Gouvernement de
l'incertitude qu'elle entrance; elle trouble leurs
idees & les engage trop fouvent a repaffer les
mers. Le defaut de liberty dans les efprits refer-
rant les entreprifes relatives a leur inthr&t per-
fonnel & pr6fent, ne leur permetpas, a plus forts
raifon, de rien entreprendre pour la gloire & I'in-
t6r6t public. Les progres des lumieres qui cuvrent
au genie la carrier des arts, eft naturellcment
infenfible; les peines, le m6contentement, & 1'emn
barras l'arriteronttoujours fous un Gouvernemenr
corrompu; mais tandis que fous une adminitiraton






SilR LA COLONIES DE S. DOMINGUE. 3
conflante & moderee la Colonic de Saint-Do-
mingue pourrait oifrir aux Nations des chores
utiles au commerce & aux agremens de la vie,
& encore des lumieres & des arts. Mais les Artifles
ne font point de grands ouvrages quand ils ne font
pas guides par des hommes eclair6s & favans, &
les sciences languiffent par tout oi il n'y a point
de liberty (i).
Le clirnat de Saint-Domingue infpire l'amour.
L'homme le plus f6vere peut y devenir lafcif:
I'occafion, la chaleur continnelle, tout jufqu'a la
difpofition des organes conduit au pi6ge & les
plaifirs deviennent des befoins. Des femme,
Les femmes cr6oles font f6condes, paffiones creoles.
& jaloufes; aimables mime fans art, timides avec
ceux qu'clles ne connaiffent pas, fieres avec ceux
qui leur font inf6rieurs, elles font familieres 'a
1'exces avec ceux qu'elles connaiffent, s'ils font
leurs egaux : les defirs en elles furvivent ordinai-
rement a la jeunefle & a la beaute elles cher-

(1) c Les Maiures, a dit un Autxur AnRlais, on: l'ef-
z prit d eli & meme du genie ; s'ils ne s'appliquent
point a 1'etude des Scirnces, c'c-f qcu, fears motifs.
d'6mulation, leur rouvern'-r ent ne Icur failfe ni la
) liberty ni le repos n'effaires ;'our les cu'ivcr: nis
dans l'ecclavage, ils font ennemis de ton travail qui
3 n'a pas d'refement leur interet personnel & preif-r
pour objet ,;.






32 C ONS I D t R A T ON
cheut encore la volupt6 quand 'Page advance & que
le plaifir fuit : compitiffantes pour les Blancs,
elles n'en ont pas moins de rigueurs pour leurs
efclaves.
Elles font ordinairement jolies & bien faites;
elles ont meme plus de force & d'aifance dans
leur port que le climate ne femble le promettre;
cependant leur air n'eft point anime. La joie in-
nocente & 1'aimable modeftie brillent rarement
dans leurs regards, leurs joues ne font point char-
gees des couleurs de la rofe : mais couchees mol-
lemnent entre leurs efclaves, elles modulent des
chants gracieux; leur air eft delicat, leur fourire
elt tendre ; elles ont une naivete touchante, leur
parure n6glig6e ne manque point d'16gance ; la
volupte eft dans leurs yeux, & la f6du&ion dans
leurs coeurs.
On carreffe leurs charges fans etre retenu par
1'enchantement de leurs difcours, qui pourrait
s'en defendre? Content de leurs attraits, on ne
fait pas defirer ceux don't elles manquent; leurs
regards enflammes, leurs poflures voluptueufes
font pafler dans tous les fens I'ardeur qui les em-
brafe.
Cependant le cercle de nos jours eft etroit,
celui de nos jouiffances eft encore moins etendu,
on le parcourt en peu de items, mais le cercle
des peines femble n'avoir pas de fin. On cherche
en






SUR LA COLONIE DE S.DOMINGUE. 33
en vain cette habitation riante que l'on s'&tait prc-
mife, on ne voit plus qu'un petit ef;ace entire ces
montagnes qui percent les nuages; dans ces valons
obfcurs recouverts d'arbres 6pai entrelac6s de
liannes, denmeires de 1'affliAion.
A des heures coulees avec rapidity dans le fein
des plaifirs, fuccedent des jours d'ennqi, de peine
& d'abattenmcit. Le goft blaf6 s'amoitit galement '
fur tout ce qui nous plaifait le plus; c'ef7 la nature
de tous les piys chauds, d'abreger la vie dans
I'excds des plaifirs don't I'ufage mo de'r pouara t
hi conferver & la 'tran/mettre.
Les moeurs des Europ ens qui font dans la Co- Europic~
tranfplante's i
lonie, ne reflembleiit point a celles des Creoles : s.Domingue.
qui font ceux qui palTfnt a S. Domingue ? ce font'
en grande parties, des jeunes gens fans principle '
pareffeux & liberties &happes h la main pater-
nelle qui voulait les corriger : d'auites font: es'
frippons ou des fc6lerats, qi ont trouve le
moyen de fe foufiraire a a feverit de la Jutfice;
quelques-uns fe font honnctes gens: que devient
le plus grand nombre ? ... On y voit des Moines.
d6guif6s & fugitifs, des PrCtres ennuyes de leur
etat, des Officiers r6formes, remercies on cafles,
des laquais & dles banqueroutiers; que dire de
leurs mceurs ? .... Cependant les grands crimes
font rares dans la Colonie : le people chiez qui
regne l'abondance ifcele peu de meurtriers &
Tome II. ,C





34 CONSI D RATIONS
de voleurs publics ; mais il y a deja beaucoup de
fiippons, & le d6faut de Police & de Juflice, faith
croire que dans la fuite il y en aura d'avantage.
,On y trouve beaucoup de jeunes gens laborieux
qui viennent chercher des reffources que le lien
de leur naiflhnce ne pouvait leur offrir des ou-
vriers & des marchands, tous charges d'abord des
prejuges de leur Province; mais n'entendant plus
parler de l'enfer que l'imagination 6chauffIe de
leur Cure ne ceffait de leur peindre, & confide-
rant les punitions civiles dans un 6loignement qui
les leur rend moins a craindre ; livres d'ailleurs
da ;s les Villes de la Colonie 'a une fociet6 per-
verfe, il n'y a point de vices auxquels ils ne puif-
fent s'abandonner. Leur tyrannie envers les efcla-
ves leur parait un droit; leur injustice un ate
de puiffance; ils tirent vanity d'une fripponnerie
adroite, ils n'ont point de moeurs. II y en a qui
font regner dans leurs aoions tin melauge eton-
nant d'avarice de debauche, de baffef'e & de
cruaute : ils ont plufieurs filles efclaves don't ils
font leurs concubines ; ils les font travailler avcc
rigueur tant que dure la journ6e; il les nourrif-
fent 'a peine; ils ne les habillent point, & letH
arrachent encore l'argent que dans le filence de
la nuit elles acquierent par des proftitutions.
I1 eft cependant quelques honi tes gens, me-
me dans les plus grandes Villes, mais ils ont bien






SUR LA COLONIE DE S. DOMINGUE. 3$
de la peine a conferver leur probity au milieu de tant
de gens qui n'en ont point, & 'a fe foutenir entire
le people & les gens en place fans etre tromp6s'
ou opprimes; 'ai '6gard des gens de guerre & Sol-
dats il eft rare, dans tous les pays, qu'ils confer-
vent des moeurs ;& ils n'ont nulle part plus qu'a
Saint-Domingue d'occafions de corrompre ce qu'ils
en auraient conferve.
Les Francais envoys de la Cour pour remplir
differens emplois dans la Colonie, forment, pour
ainfi dire, une claffe a part : ils fe perfuadent que
les Negres, mechans par inftin&, plus que par ef-
clavage doivent etre conduits comme des ani-
maux mal-faifans don't on veut tirer quelque uti-
lite. Le d6faut d'intelligence des diffrens idiomes
que les Negres employment, contribute 'a leur inf-
pirer une defiance cruelle; & c'eft cette haine des
efclaves qui fait naltre dans les efclaves la haine
de leurs maitres. Ils ont encore un autre pr6juge
qui influe beaucoup fur leur conduite, ils fe per-
fiadent prefque tous que le climate qu'ils habitent
eft mauvais, parce qu'il ne reffemble pas a celui
qu'ils viennent de quitter, & que des homes
n6s ou forms loin des focie6ts de Paris ou des
Provinces lcur font inf6rieurs. Aveugl6s par
l'orgucil & la pr6fomption, ils croyent tout favoir,
& au lieu de s'inftruire avec docility de ce qui eft
particulier a la Colonie, ils s'erigent en petits
C ij






36 C o N S I ~A, A T I 0 N S
tyrans chacun dans leur place. Comme le climate
eft naturellement beaucoup plus chaud que celui
de& 'Europe, leur corps nerve par la tranfplanta-
tion, laife pen de force a leur ame ; enfin dans
lm pays ou ils fe regardcnt corrnme dcs strangers
exiles pour s'enrichir, ils ne fe reilouviennent
point d'dtre jlftes.
Maltres avant de reconnaitre les objets fur lef-
quels ils veulcnt doniiner it eft difficile qu'ils
n'abufent pas de ce qn'on Icur a donn6 de poc-
voirs ; ils ont devant eux l'exemple du mal, ils
s'accoutument h le croire permis. Ces vdritcs
afligeantcs prouvent qu'oi ne devrait adrnettre
dans les difii6entes places qui peuvent fc rappor-
ter a I'a'dminifftation on au maintien de la Colo-
.ie, que des Crdoles ou des Sujets anciens dans
le pays; & pour cela il fiudrait que les Creoles
puf~ent fire des etudes fuivies fans fortir dc leur
Ifie, il fahdrait y fonder des 6coles publiqucs. La
science des vertus morales & politiques pourrait
Ctre la bafe de l'Mducation qufils y recevraienr.
L'ufage conriire entramne trop de maux; outre
ceux que nous e-nons de fire envifager, n'elf-il
pas Iralhetireux de voir des homes nouveau,
kcv6s par des brigues & quelquefois de mau-
vaifes acIions,. aux diffirentes places de la Colonie,
inlfuter bient6t par un fafte infolent an Citoyen
inf:ntune, done ils fe font approprics les biens,






SUR LA COLO'NIE DES. DOMINGIE. 37
deo'cnir plus puiflans- forces d'inj"ifices, & s'ei-
iichir fans travaux & fans peine au detriment des
:Colons laborieux.
Si les ;Loix.doivent s'accorder avec les mours
-des Nations, & .fi les mo2urs ont prefque tou-
jours beaucoup :de rapport aux climats ;on ne
-peiut e.refluer a 'cctte -v6rit, que Ia' Colonie de
Saint-Domingue .exige dcs loix tres-~renducs '&
.trispr6voyantes. En g6n6ral les-habitans de cette
'Colonie font -violens & irafcibles; ils 'font tour-
ment6s par tonts fortes de paffions; il fat diri-
:ger ces paffions ha 'ntilit6 pu.blique il faut les
1primer par les reglcmens les plus fages & oh
-ne doit ricn laifler au caprice de quelques hcm-
;mes fans experience que 1'eloignmeint de leu:s
fupl-rieurs & l'cfpoir de l'inmpuniti6 read toujours
inconfider6s.
II n'eft pas vrai que les pays chauds foient faits
pour le defpotifme, & que la chalcur dcs climats
faconnc les ames a l'efclavage, ni leur fioidcur '
Li i ert. Montefquicu qui l'a dit, a prefque tou-
jours jug6 le droit par Ic faith, il a vu le defpo-
tifmcw cilcve fur lIs Tr6ncs de I'Afic, & ii en a
conclu que c'Crai le client, qui par fes influences
r.elaiffait pas aux homess la force '6'tre libre ;
n-ais il s'eft 6galemcnt troimp dans ic fait & dans
le droit. Le defpotifme, vainqueu'r dcs habitans du
Nord, s'eft stabli dans-la Suede ie Dannemar.ck
C iij






38 CO N S I D t R A TI O N S
& la Ruffie, &, s'il eft certain comme on n'en
pent pas douter de bonne foi, que le coeur &
l'imagination ne s'enflamment plus promptement
nulle part que dans les pays chauds, on peut oppofer
au c6lebre Montefquieu l'autorit6 de fes propres
principles, & le r6futer par lui-meme : plus on efl
fortement & vivement frappe dit-il, plus il im-
porte qu'on lefoit d'une maniere convenable. Il
ne faut done employer pour contenir les paffions,
que le pouvoir 6ternel de la raifon, & dans les
pays ou elles font les plus vives, il faur y affurer
d'autant plus 1'empire de la Loi: ces pays ne font
done pas faits pour le defpotifme.
Si les habitans de Saint-Domingue talentt gou-
vern6s par ces principles, ils feraient plus adifs
& contribueraient beaucoup plus au bonheur de
la patrie ; le travail ferait leur plaifir, leurs fuc-
cos entretiendraient leur induftrie, heureux d'etre
encourages par les Loix.
Mais il femble que pendant nombre d'ann6es ,
ceux qui les ont gouvernes, aient voulu les traiter
comme ces peuples de l'Inde, qui, felon quelques
hifloriens, ne peuvent 6tre portes aux devoirs de la
foci6te, que par la crainte; oi le maitre eli auffi
lMche a 1'6gard de fon Prince, que fon efclave 1'eft
'a fon gard; qu'ils aient voulu joindre l'efclavage
politique 1'efclavage civil.
De la le renverfement de la Juflice & des






SUR LA COtONIE DE S. DOMINGUE. 39
moeurs; on prefere le gain a l'honneur & des-
lors il exifte une confufion d'id6es & de rangs,
une multitude de faufles confid6rations que don-
nent le pouvoir & les richefles fans la vertu, fans
Ic travail, fans le m6rite personnel.
La Tuflice & la morale ne peuvent s'etablir que
par de bonnes Loix; c'eft-a-dire par des Loix
propres au climate, aux penchans & aux entre-
prifes de ceux pour qui elles font faites. L'edu-
cation publique, dirigee par ces Loix, doit enfuite
veiller a la conservation des moeurs.
La police gen6rale, don't elles font egalement la
regle, doit punir feverement l'oifivet6 que l'on
peut regarder comme le plus grand des crimes,
parce qu'elle eft la force de tous les autres; &
fournir a tous les homes l'occafion d'un travail
utile.
Quand les Loix auront ainfi re&ifies les meurs,
les mceurs elles-memes maintiendront les Loix.
Les hommes font ce que le Gouvernement les
fait; il peut tout s'il s'attache a fixer l'opinion
publique, & 'a ne regner que par elle.


CQ^o3


C iv







40 C .N S I D t -R A T I O N S


DISCOURSE II.

De la Population.

N ou s avons k confid6rer h. population libre
de la Colonie & celle des efclavcs, arretons-nous
d'abord k la population libre; elle comprend en-
viron quarante mille perfonnes de tout age & de
tout fexe, don't quinze mille Mllatres, Mulatreflts,
Negres ou N6greffes libres, & vingt -cinq mille
IBlancs (I .


(r) IDEE GENiRALE ;DE LA POPULATION LIBRE
DE S. Do'i'NGv'E.
Des Campagnes.
La propri&t6 de 1830 Habitations, eft divifle
entire 500oo propridtaires Blanes ou Mulfares,
don't 3000 feulement r6fident ordinairement,
daris Ia Colonie . 3000
Propridtaires des Guildiveries, Fours a chaur,
Briqueries & habitations en vivres. .oo
RMgiffeurs, Economes, Rafincurs, Ecrivains,
Charpentiers, MScons, Chirurgiens, employs
fur les Habitations oca
Magafiniers- Entrepbfeurs, Faifeurs de char-
rois, Ouvriers de guildive & Cabarrctiers ooo







SUR LA COLONIES DE S.DOMINGUE. 41

La maniere don't eft compof6e la population
libre de la Colonie peut aider a juger de fes


Ci-comre . .. 7500
Maitres en fait d'armes, Maitres de danfe, de
Mufique, Pr'cepteurs & Maitres d'Ecole 00
Pacotilleurs, Brocanteur & petits Marchands. 15oo
Femmes blanches marines 2000
Femmes ou Filles blanches vivant concubinai-
rement .. 1200
Mulitreffes ouNegreffes libres, marines 000
Mulatreffes 'ou Negreffes vivant concubinai-
rement 30oo
Economes fans places & gens errans dans les
Campagnes pour y chercher da travail 1200

Campagnes 1800


Des Villes & Bourgs.
Facleurs du Commerce de France & Commif-
fionnaires .. 400
Leurs Commis 800
Ndgocians-& Spdculateurs travaillans pour leur
compete oo
Leurs Commis .
"Agens du Commerce stranger 150
Officers de Juffice, leurs Clercs & Adjoints. ooo000
Marchands, Agioteurs, Revendeurs & Cour-
tiers z5

5200







42 C 0 N SID R A T N S

mocurs. Les Villes font beaucoup trop peupl6es,
& les campagnes trop pen a proportion des be-


De l'aucre part .... 5200
Goivernement, Adminiftration, Prepofds &
Commis. 300
Blancs, Miulitres & Negres libres; Artifles,
Ouvriers & Artifans de toute efpece. 00oo
Me'decins, Chirurgiens, Apothicaires, Dro-
guifles, Charlatans & leurs Aides 400
Conidiens, Muficiens, Maitres d'ecole,
Maltres de danfe & Mailres d'armes. 300
Cabaretiers, Teneurs de billards & de jeux x5oo
Blancs & Mulatres vivans de leurs rentes &
oififs qui envoient eurs Negres travailler a la jour-
nme & en recoivent le paiemenr. .. 1oo,
Gens nouvellement arrives ou fans cmploi ooo
Pecheurs & Caboteurs domicilis. oo
Mul.irres ou Negres libres, non proprietaires,
Valets ou travaillans a la journee oo
Aventuriers, joueurs de profefion, gens fans
etar & fans aveu oo0
Femmes blanches marines 2000
Proflitubes ou vivant concubinairement. zoo
Mulatreffes ou N6greffes libres marines. 10ooo00
Mulitreffes ou Negreffes libres proflituees 2000
S IIOO
On ferait, fans doute, furpris de voir qu'il y a dans les Villes
quinze cents Cabarets ou Billards,'fi l'on ne favait pas combien
dou e mille Navigateurs & gens de iner, qui font dans les ports &
rades, contribuent i les faire valoir.






SUR LA COLONIES it S.-DOMINGUE. -14
foins de la culture & du commerce : cela vient
de ce qu'il y.a beaucoup d'hommes qui ne font
point a leur place, & qui ne pouvant trouver d'oc-
cupation dans les planes (foit'a caufe du pen de con-
fiance qu'ils infpirent, foit 'a caufe de la faufle po-
litique de quelques Colons, qui s'attachent a di-
minuer autant qu'il eft poffible le nombre des
Blancs fur leurs habitations), fe livrent dans les
Villes 'a toutes fortes de metiers pour fuir la
mifere & l'oifivet6.
SLes Blancs s'6tant multiplies dans la Colonie
au-dela de ce que peuvent exiger les entreprifes
acuelles, il faut leur affurer les moyens de vivre
heureufement, & d'une maniere avantageufe pour
la Colonie & la M6tropole ; il eft toujours d6-
plorable, de voir des Cultivateurs fans terre, des
ouvriers fans travail des hommes eclaires fans
emploi. II faut s'occuper du' foin de les placer,


Ci-contre. 2110
De cinq mille Crtoles, de l'un & 1'autre fexe,
au-deffous de dix-fept ans, 2000 ou environ font
dans la Colonic. 2000

Villes & Bourgs. 2 100

On pourrait encore computer les Regimens 1 pole
fixe & autres troupes, qui font cazernues dans les villas
de la Colonie.






,44 0 -N S rIo D .R. A T I o: N 'S
-autant qu'il s'en trouve; mais ii l'on eftenibarrajf
pour fire fubfifler -urilement des Francais labo-
,rieux ,ui demeurent depuis long-tems :a Saint-
Domingue ,' combien plus :forte raifon -doit-o
empecher que d'autres fujets qui ont moins d'ap-
.tiude .& qui ne connaiffent 'point 'e :pays, s'em-
bairquent inconfid6r6ment.
SCestfujets pouvant tre -dtruitspar;le change-
rnent de climate, -on vgiter inutilement pour la
Colonie, il faut fe borner 'a encourage Saipopu-
Jation interieure, ,& faire beaucoup de Cr6oles.
:La multiplication des hommes depend toujours
du .Gouvernement. Les 0Romains avaient portere
.des Loix penales contre ceux qui voulaient jouir
.d'une liberty contraire 'a 'arradinim, nt ,de la
.RWpublique, .& fe reftfaient aux .lix-du marriage,
on pourrait imiter .ces Loix (i).-
Rien ne prPuve mieux l'influence du Gouver-
nement fur la population que .les Ctabliffemens
dcs Anglais dans 'Amiique ; ils ont fix6 depuis
Ie Canada jufqu'au Mi~Niffipi des peuples agricul-
teurs, navigateurs & commernans, des Nations.


.(r) Faire un.enfant,-planter un terrein ncuf, &
Sbktii une maifon, font trois a8ions agr6blesaJDier. n
.C'eft par ce prdcepte:qne:la Religion des Mages encou-
ragea; :les;anciens Perfans la population : il convien-
td air de 1'adopter dans les Colonies.






SUR LA COLOIIE DE S. DOMINGUE. 45
formidable : au lieu de s'aflaiblir pour, former
ces Colonics, la "M&tropole en eft devenue plis
puiflante & plis hardie (ti), taidis que l'Efpagne.
cpuifait f fis fiit, fur la c6te meridionale, les g '
n6rations de l'Eur-ope 8 de l'dnd'e.
L'Ifle de Saint-Domingue eft favorable" l'a
population-, les homes y naiffent grands &-ro.
bufles; 'enfaint de fix inu huit mois y 'eft. auIf'
grand que celui qui eft ne depuis un an danis le'
fein de Ia Fiance; les Creoles vivent ordinaire-.
ment long-tems & font encore.vaillans .dans. la
vieillefle ?
Mais les marriages font rares 'a Saint-Domingue.
Les Francais laborieux qui viennent y chercher
fortune, ne fe marient prefque jamais; le concu--
binage ne les attachant aux femmes blanches ou,
noires que par des liens tris-lgers, convient mieux
a leurs projects; ils font moins genes dans leurs
entreprifes, its ont moins de foins.'a remplir ; ils
font d6barrafiis de toutes ces complaifances, de
toutes ces tendres inqui6tudes, qui pour les bons
maris devienfnent des devoirs'; ils n'ont point a
s'occuper de toutes ces hienfeances, qui entral-
nent la fois les depenfes & la perte du tens.
S'il fe fait quelques marriages c'eft 'interet qui

(2) PlIt au Ciel que le sentiment de la force ne I'et
pas rendue fi injuife.





46 CONSID RAT IO NS
les conclut. Souvent ils font bifarres; de vieux
Colons 6puif6s par le libertinage, font h de jeunes
filled ioins riches qu'eux, 1'offre d'un cceur blafe;
de 'ieilles femmes que' leurs appas ont abandonni
plut6t que leurs defirs, fervent de reffources a des
adolefcens.
La june femme &. le jeune mari, chacun de
leur c6te, voudraient bannir une parties de 1'ennui
qiuils -prouvent dans 1'union qu'ils ont contra&6e;
le6limat eft chaud, leur temperament eitvif, ils cn
alufenit.
"Qulind les mariages one paru d'abord mieux af-
fortis .la paix n'y.eft gueres plus durable; les
femirnesgalantes rendent toujours les niaris jaloux.
Des changes aufli pefantes que celles de 1'hymen
ne femblent pas convenir' au climate; & fi F'on
n'employairt'as des moyens prompts pour y em-
pecher le divorce, les hommes s'accoutumeraient
aif6rnent a le croire permis : deja de riches 6poux
nous en offrent 1'mage; ils font alternativement,
fous prftexte d'affaires ou de fante, des voyages
en France, enforte qu'en vingt annFes de marriage
ils ne fe rencontrent jamais.
La tyrannie que quelques hommes ont exerc&e
fur la Colonie, s'elt toujours oppof'e la popu-
lation : ceux don't l'ambition eft borne & qui
poilrTaient fe marier focus un gouvernement plus
heureux, ne cherchent qu'h realifer une petite





SUR LA COLONIE DE S. DOMINGUE. 47
fortune pour aller vivre tranquillement dans quel-
que pays, que le pouvoir arbitraire n'ait point
encore opprime : de tels fujets font perdus pour
la Colonie, leur-.gienration'eft devoree d'avance
par la crainte de s'enchainer dans une Colonie oLi
l'injuftice a paru vouloir fe fixer. La crainte de de-
plaire & 'le befoin de fe concilier un pouvoir qui
s'tend fur tout, ont fouvent forc6 les peres a'
donner en marriage les filles les plus riches, aux
parents, aux amis, aux proteges ,aux S6cretaires
des Gouverneurs & des Intendans; cependant rien'
ne doit tre fi libre que le marriage ; & riei de fi
refpedC que l'autorite des peres. Cette autorite ne
doit etre que perfuafive & ne doit pas allerjufqu'a
forcer la volonte de leurs enfans mais il faut la;
laifler agir lorfqu'elle fe borne 'a furveiller les in-
clinations; c'eft'a la prudence des peres regner
fur les paflions tumultueufes de la jeuneffe; elle;
feule doit etendre fur les marriages f6n pouvoir tu-
telaire.
Pour encourager la population & retenir dans'
le pays les particuliers riches, & en 6tat de for-
mer ou de foutenit de grandes entreprifes, on
pourrait reputer Creoles ceux qut auraient bien
m6rit6 de la Colonie, & ne donner entree dans
les Confeils & dans les Chambres d'agriculture,
d'acces aux places de Magiftrature, aux places de
Comrandans ou de Syndics des quarters, qu'a des





48 CON S.I D f RATI O N S
Crdoles, ou ceux- que leur probit6 & leur bonne
conduite auraient faith r6puter tels. Par example
un Avocat ferair reput6 Cr'ole apres s'tre diftin-
gu6 pendant dix annces dans la profelfion du Bar-
reau & pourrait pr6tendre a s'affeoir au rang de
Confeiller, qui jamais ne ferait accord qu'a ceux
qui Fauraient mirite comme lui, & a des Creoles
propietaires de grandes habitations (I).
Se befoin des femmes fe faifant reffentir for-
tement a Saint- Domingue, on pourrait, fi la
Religion ne s'y oppofait pas, engager tout homme
libre, Cultivateur ou autre etabli dans la Co-
lonie, ,a avoir chez lui une femme ou une concu-
bine libre; ce ferait le moyen d'arreter les progres
du libertinage; la fucceflion de divers accouplc-
mens eft nuifible a la population, les exces ne
produifent rien; d'ailleurs le fcandale de la profti-,
tution, publique eft plus grand que celui d'une
union ill6gitime a la verite, mais habituelle &
paifible.
Le travail doit &tre en honneur (i), & il ne

(i) La m6thode contraire a mis dansles Crlonies
Efpagnoles un3 division fourde, mais da=gereufe, &
qui peut clatter a la premiere occasion favorable.
(i) Je ne veux pas dire que pour augmenter la maffe
du travail, il foit niceffaire d'entreprendre de g-anies
dglifes, de fuperbes palais; par example, on a pc ra
pendant trente-trois ans un droit de 3 pour 1oo, fir
doit






SUR LA COEONIE DE S. DOMINGUIf. 4q
doit pas y avoir eiitre les h6mines bmaics d'autre
diflindion que celle qui ri-fulte des emplois & du
m6rite perfonficl; ii ne fant dans la Colonie ni
grands, ni nobles ni corps de pcuple; il ne faut
que des ing6nus des affranchis, des efclaves
& des loix ; il n'y faut point de preference dans-
les families, point de droit d'ainefl ; rien n'eft

toutes les maifons du Cap, pour liarir une 6glife &
ce n'efl qu'en 1772 que ce droit a etc enfin amorti &
change en une taxe perforinele fur tois Ics paroiflefis;
pluficuts ont e: '-itmpofes a z4oo liv. il en a cofttt par
confiquefir des' fomrmfes iimenfes, & 1'eglife n'ef'
pourtant qu'un villain edifice : c'eft un corps de batimene
immenfe, mais fans proportion, fans regles. La vote,
faite d'abord en pierres de taille, s'efl 6croulde avant
d'"ire fine; on l'a remfpltcee par und charpente ceintr6e,
qui, malgr6 fon e'tendue, parait affez bien lide ; maiz
comme cette charpente ne charge point les colonnes
& pilier d'un poids affez grand ni affez legal, l'edifice
n'eft point folide.
La conffruLfion des edifices publics efl avantageufe
en France,. parce qu'elle enrichic le people, elle occupe
beaucoup de manouvriers; mais a Saint-Domingue,. de
femblablei entreprifes n'enrichiffent qu'un petit nonlre
de particuliers, & de'tournent beaucoup de Negres did
la culture des terres; elles font politiquemenm dange-
reufes, parce que les millions qu'elles abforbent etaient
nceffaires a d'autres cmplois. Quant a batir means la
d4pendance du Cap, it fallait faire des ports, des
chauffles, enfin des 6tabliffemens iitiles a la population
& a I'agriculture.
Tome II. D





50 CONSID RATI NS
plus nuifible a agriculture & a la population, que
des diflin&ions, qui attirant toute attention d'un
pere fur l'un de fes enfans, s'oppofent h l'etablif-
fement des autres (i).
Des Lettres patentes donnees en 1707, ont
permis aux strangers de cultiver les terres des
Colonies Francaifes ; mais cette loi qui avait &t6
portee fans doute dans la vue d'accroitre la popu-
lation, n'a pas attire beaucoup d'etrangers dans la
Colonie. L'inexperience du Legiflateur ne leur
laiffait point de confiance parce que fi, par une
erreur nuifible aux Nationaux, on permettait aux
&rangers de pretendre a la proprift6 des terres,
on pouvait, deux ou trois ans apris, par une autre
erreur plus injufte, les chaffer du champ qu'ils au-
raient fertilif6.
Si 1'Etat cherche des fujets fideles, ce doit
6tre fans doute parmi les cultivateurs il fallait


(i) La Compagnie des Indes avait le pouvoir do
fire 6riger des Comtis, des Marquifats; heureufement
cette clause de fes conceffions n'a point ete executee:
a & au cas qu'ils defirent avoir titres de Baronies,
v Comtis & Marquifats, fe retireront par-devers nous,
: pour leur 8tre exp6di6 Lettres A ce niceffaires... .
( Edit du mois de Mars z 74. )
Un Auteur inoderne a propofe le droit d'aineffe pour
eviter le partage des habitations; il faut attribuer cette
erreur a desMImoires peu exafts quilu. ont et6 fournis.






SURLA COLONIES DE S. DOMINGUE. 51
done choifir ces cultivateurs parmi les Francais
& non pas parmi des strangers, que la diverfit6
de leurs opinions & de leurs principles rendrait
toujours difficiles a gouverner.
A prefent que les Nationaux font dans la Co-
lonie, en nombre bien plus que fuffifant pour
entreprendre la culture de toutes les terres, que
la population s'accroit journellement, & peut
s'accrottre d'avantage par les influences fortunees
d'un gouvernement modern, il parait neceffaire
d'abroger cette loi, & de ne plus permettre que
des strangers deviennent propri6taires des terres,
a moins qu'ils ne deviennent hommes nationaux,
en pregnant des lettres de naturalitbs; auquel cas
il leur fera permis d'acheter des terres an nom
de leurs enfans n6s dans la Colonie.
Les Lettres patentes de 1727 offraient le con-
trafte le plus fingulier; car en meme-tems qu'elles
permettaient a des strangers d'envahir la propri&t6
de tous les terreins de la Colonie, elles d6fen-
daient (art. I, 2, 3 & 4) aux strangers meme
naturalifes, d'y faire le commerce, & aux Ne-
gocians de les employer pour fa&eurs ou commis.
Les Marchands ou Negocians, leurs fa&eurs
& commis, ne font que paflagerement dans la
Colonie; ils ne font point comme les propri6tai-
res des habitations les Seigneurs du pays il n'y
a done point d'inconv&iiens i permettre a tous
) ij





52 C N S I D R A T O S
les strangers naturalif6s d'y etablir des maifons de
commerce. En leur accordant cette permiflion on
ne ferait qu'approuver ce qui exile, parce que
les Lettres patentes de 1727 font a tons 6gacds
reftes fans execution.
D'autres Loix tcndaient h exclure les Francais
de Religion proteftante, & I'Edit de I685 me-
nacait de la mort les Juifs qui viendraient s'y ta-
blir : tous ces R6glemens font refl6s fans force,
ils ont tojours -t6 enfreints & l'on trouve dans
]a Colonie des hommes de tons les pays, de tou-
tes les Religions, on s'informe pen du lieu de leur
naiffance & de la nature de leur culte, quand ils
ne font ni m&chans ni trompeurs ; tous peuvent
jouir de 1'eftime qu'on doit a la probity & 'a l'u-
tilit6 (I).
Les rapports qui exiftent ordinairement entire
le caraclere des hommes & leur fubfifiance, font
moindres a Saint.Domingue qu'ailleurs, parce que
la plus grande parties des Blancs & des Noirs s'y

(I) S'il eif uns portion d'honmmis qut I'on doive
exclure des pays floriffans de 1'Amerique, ce divert
&rre les gens oififs, les malhonn6tes gens; nais dans le
fiecle dernicr, on defendait, par un prtjugd auffi dan-
gerebix que barbare, a un Francais Proteflant, homme
laborieu.x & tile, de pafTer A Saint-Domitgue & d'y
riclamer tI droit do citoyen que I'on accordait a un
Catholique foui-' de feoraits & chappi ; Ia rigueur des
Tribunaix de la M.;ropole.






SUR LA COLONIE DE S..DOMINGUE. 53
trouve tranfplantde : les fiitcs de cette tranfplan-
ration font toujours malheureufes.
Les maladies font des effects in6vitables du chan-
gement de climate. Les exhalaifons de la terre font
diffcrentes dans tous les pays fiivant la nature du
fol. L'air de la mer eft fort & aaif; quand il eft
mi16 avec les particles nitreufes & fulphureufes
des terres de Saint-Domingue, & embraf6 par les
feux du Soleil, il ne peut pas convenir a ceux qui
ont long-tems habit des pays froids: c'ef la na-
ture de l'air que nous refpirons qui fixe notre
temperament, & le moindre changement d'air pent
caufer les plus grandes revolutions dans la fante;
ces revolutions deviennent a plus forte raifon dan-
gereufes quand l'air que l'on vient refpirer eft fi
different de celui que l'on quite & influe tellement
fur les organes qu'il oblige h changer enrierement
de temperament : il ne faut pas demander lequel
eft le meilleur des deux climats ; pour devenir
malade il fuffit que l'on change: il eft done ab-
furde de dire que le climat de Saint-Domingue eft
mauvais, parce qu'il y p6rit des arrivans. Si ce
climate avait et6 long- teams d6fert, ce ferait un
prejug6 ; mais il part au contraire avoir 6te ha-
bit6 dans tous les terns, & les Efpagnols en l'abor-
dant le trouverent tres-peupl6.
En g6enral la depopulation ne ferait pas fi con-
fiderable dans la parties francaife de Sr. Domingue,
D iij





14 CoNSIfD RATIO S
& il y p6rirait moins de nouveaux arrives fi la
situation des Villes avait et mieux choifie ; tou-
tes, hors celle de Leogane, font au bord de la
mer lair y eft plus charge de fels & plus corrofif
qu'il ne 1'eft dans les terres. Aux Cayes, des La-
gons renferm6s au milieu de la Ville; Saint-
Louis, des marriages peuples de crabes, couverts
de rofeaux, de mangliers & de jones marines; au
petit Goive, les eaux infedes de la riviere ; au
Port-au-Prince, la situation du port, la quality6 du
fol, les brouillards frequens, la difette d'eau
potable ; tout confpire contre la vie des hommes.
I1 femble que dans chacune de ces flades la conta-
gion ait voulu fe fixer qu'elle les ait choifies elle-
mnme pour y exercer fon empire. Le Cap eft trop
refferr6 entire la mer & les montagnes, le vent de
terre y parvient rarement les rues font trop etroi-
tes, les maifons trop elev6es, les appartemens trop
petits le nombre des habitans trop grand, & la
chaleur y eft infupportable pendant un tiers de
I'annee. Tous les obfervateurs out remarqu6 que
les Cr6oles y font ordinairement moins grands
que dans le retec de la Colonie, que les marriages
y font moins ficonds. Le Fort-Dauphin, eloign6
des montagnes, n'6prouve point la double rever-
b6ration du Soleil, don't on eft frappe dans le
Cap, mais il eft environni de marais ; le Port-de-
paiX n'efl guere phus heutreftement fitu6 it n'r






SUR LA COLONIES DE S. DOMINGUE. ~5
a d'azyle pure, d'air falubre, que dans les Villes
de Lcogane, de Saint-Marc & du Mole Saint-
Nicolas; mais il faut que le climate de Saint-Do-
mingue ait bien des avantages fur celui de la
France, puifque malgre la mauvaife situation des
principles Villes, on trouve qu'il y meurt 'a pro-
portion moins d'hommes, en ne comptant pas les
nouveaux arrives que la tranfplantation fait perir.
Cette defirudion des arrivans fait voir combien
il eft important de repeupler toujours la Colonie
par elle-m6me, en encourageant les marriages,
en fixant dans le pays les hommes qui y font main-
tenant habitues, & de ne laif'er embarquer pour
la Colonie que la moindre quantity poffible de ces
hommes inconnus, fans talens, fans etat & fans
deflination qui jufqu'a prefent y ont aborde fans
obflacles (I).
Une foule de vagabonds & d'aventuriers vient
fe jetter fur ce rivage; on trouve parmi eux des
fils de famille abandonnes fans metier & fans
biens, rarement fans r6commandation; mais n'e-
tant affez bien connus de perfonne, aucun citoyen

(i) Si l'on a d6fendu de laiffir venir dins les Colo-
ries des Proteflans & des Juifs, c'efl fans doute pour
empecher que ces homes ne corrom-ent la religion des
Sujets du Roi; ne doit-on pas, a plus forte raifon, em-
pecher qu'il y vienne des malhonnetes gens ou des
bommes inutiles, de peur qu'ils ne corrompentla probity,
D iv






56 C O N I D E RA TI O NS
ni aucun habitant n'ofent avoir de confiance en
eux; leur fort.eft de vaincre le tyran le plus cruel
des hommes civilif6s la honte de la mifere. Les
uns vont implorer d'un quarter ha 'autre ces fc-
cours amers que 'on done fans inthert, que
l'on refufe fans crainte, & que la plfipart des
homes ne prodigue jamais fans m6pris. D'autres
mennent dans le fond des cabarets, dans des tri-
pots obfcurs, ou parmi !es efclaves, une vie pire
que le tr6pas : errans & fans rclbources fans
guides, dans 1'ge .oi l'on en a le plus befoin ils
doivent s'6garer ; s'ils confervent un refle de ver-
tu, le chagrin d'une firuation fi trifle les accable,
& le nombre de ceux que la mort prend ei pitit
eft tris-confiderable, La paitie militaire du Gou-
vernement qui pretend fe mdler de la police, ne
parole pour eux que de prifons & de f6verit6. Le
refie de la Colonie les regarded en filence; mais
ne devrait-on pas s'occuper I les rendre utiles,
a les fauver du malheur & du vice, i mettre
pour eux a c6to du chlitimcnt l'occation du travail,
& des encouragement pour l'avenir ?
Si Ic Gouvernement de la Colonie 6tait bon ,
les mauvais filjets qui s'y introduiraient dans la
fuite, contribu:raient utilement 'a fa population,
& ne changeraient point fes momrs ; ceux mnme
qne des foci&tes policies ont repouffe de leur
ftin, peu.vent encre Cre utiles, C'eif bicn fon-





SUR LA COLONIES D S. DOMINGUE. 57
vent 1incertitude des loix & l'iniquite des riches
qui fait des criminals : ces malheureux etant tranf-
portis dans une focie6t bien ordonnee, conduit
par des homes ages, a&ifs, genereux, eclaires,
deviendraient honnetes humans, laborieux &
raifonnables.
Un Auteur moderne a cru qu'on s'6tait occupy
firieufement dats la dependance du Cap, des in-
fortun6s qui y arrivent en troupe; ii a cru que la
Providence leur offrait un azyle & il i'a publiC ;
mais port natureliement 'a croire le bien il fe
fiait trop a des relations menfongeres. La maifon
qu'on nommait au Cap la Providence 6tait un
hofpice fonde par un vieux Colon, qui avait con-
facr6 a cet htabliflement une fortune trop petite,
helas! pour le nombre des malheureux qu'il voulait
fecourir; tout eft reftl dans le meme 6tat. L'hum-
ble toit qui lui fervait de retraite, & qui main-
tenant tombe en ruine elt cet hofpice tant c616-
br6 dans l'Hiftoire philofophique & politique du
commerce Europeen. On n'y recoit plus les jeu-
nes fujets qu'il eft effentiel de conferver ; il ne
reflair en 1775 qu'environ trente lits qu'on don-
nait 'a des malades; le fondateur n'avait laifle que
Je project d'un htabliffement pr6cieux 'a l'humanit6.
Ce project n'a point tt6 fuivi, & l'on parait
!'abandonner pour toujours. Il ne faut done
plus rccourir a des H6pitaux pour faire vivre la






58 CONSID fRATI ONS
parties des-hommes libres qui refle maintenant
dans la Colonie, oifive & fans reffource. Nous
nous occuperons en traitant de la police gene-
rale, des moyens de l'employer utilement.
II nous refle a parler de la population des Negres.
On n'eftime pas le nombre des Negres creoles
a plus de i40 mille, plus de la moitie des Negres
de la Colonie a done ete apport6e de la Guinee ?
Les vivres don't ils fe nourriffent ont e6t en
parties trouves dans 1'Ifle lors de fa decouverte :
tels font la bannane l'igname, le choux, la patate,
le mahis & le millet. Ces plants viennent par-
tout, & reufliffent mieux dans les endroits frais;
elles exigent peu de foins apres la plantation &
produifent en route faifon : d'autres font venues
de Guinde avec les premiers Negres; favoir,
le manioc le pois d'Angola & le riz : tous
ces vivres font fi favorables 'a de grands peuples,
qu'un efpace de terre de cent pas en carr& cultive
cxaaement par un feul Negre pendant deux heures
dela journde, peut nourrir plus devingt Negres (i).
(I) II no faudroit done que x6ooo carreaux de terre
pour nourrir 29o mille Negres, ce qui eft I peu prbs le
nombre de ceux qui font a prefent dans la Colonie. Ce
calcul n'efl pas 6loigne de la verite ; car en comptant fur
3000 habitations en grande culture, & fuppofant
les places a vivrcs a quatre carreaux bien cultives pour
chaque habitation, elles comprendroient 1 5000 carreaux
de terre; ii faut joindre 1 cette 6tendue celle des petits





SUR LA COLONIES DE S. DOMINGUE. 59
Le climate de la c6te de Guinee n'eft point
femblable a celui de Saint-Domingue; les jours
y font plus chauds & les nuits plus fraiches, les
pluies moins abondantes, mais plus fr6quentes.
Les Negres ont en Guin e un caradere parti-
culier felon leur Nation, leurs befoins, leur com*
merce; mais ils prennent a Saint-Domingue un
caraeare general, qui les rendant a la fois ardens
& paffionn6s, craintifs & patients, les faconne '
l'efclavage.
On voit dans la Colonie peu de Negres des
bords du Niger, ils font plus communs 'a la Ja-
mai'que; ils font grands & bienfaits adroits a

terreins oil on cultivedumanioc & d'autres vivres, pour
vendre dans les teams de fichercffe: ccs terreins ne doi-
vent pas former la valeur de 2000 carreaux bien cultivis.
Les Ifles Anglaifes, & mime les Ifles Francaifes du
Vent, confomment beaucoup de harengs, de more &
de poiffons fales, pour la nourriture des Negres; on ne
leur donne a Saint-Domingue que de la terre a cultiver.
On y joint, dans les habitations bien dirigees, la per-
mifflon d'elever de la vola'lle& des animaux; cette m6-
thode vaut mieux que celle des Anglais; elle excite, parmi
les efclaves, l'ambition de travailler beaucoup, pour
retire bien du produit; elle les captive par I'attachement
que les hommes ont naturellement leurs proprietes. La
distribution du poiffon fale, en augmentant la d6penfe
des habitations, ferait nuifible, parce que les mauxvdn6-
riens font frequens parmi les Negres; ils font fujets
4 fe faire aux jambes des bleflures difficiles a guirir,






60 C ONSID RATIONS
donipter les chevaux, & hardis dans le danger,
mais ils n'ont point d'aptitude a la culture. Leurs
femmes laboricufcs & fedentaires, font propres a
la domeflicitc.
Les Negres de Congo, don't le nombre eft le
plus grand dans la Colonie, font adroits & faciles
. conduire ; its apprennent fur-tout en peu de
teams tous les metiers qu'on veut leur montrer, &
font intelligens dans la culture des terres, mais
enclins au marronage. I1 faut pour les fixer leur
donner des femmes les encourager 'a clever des
hefliaux, les retenir enfin dans les liens de la
propri6tc : il faut les mettre dans le cas de fe
paffer difficilement de leurs maitres & par con-
fequent augmenter Icurs befoins, leur infpirer me"
me le gout d'un luxe proportion 'a leur condi-
tion. Des qu'un efclave peut fuffire fes befoins,
ii n'y a plus pour lui de d6pendance, la nature re-
prend'fes droits, elle l'affranchitdujoug fous lequel
ii ntait oppreffl, & rend vaine la loi du plus fort (i).
& qui feraient plus malignes fi leur fang dja trop
ichauiff 'e'tait encore par les alimens.
(I) c Comment contenir un efclave qui n'a point de
* befoins ? qui ne poff-de rien ? En vain fon maitre fe
a fi rvirait d'une force fuprieure a la fienne, pour le
a contraindre alui ob'ir, a travailler, a demrnurer avec
, lui; ii fautqu'il redouble de vigilance, qu'il ne perde
a pas un moment fon efclave dc vue, qu'il le renferme
P danq un cndroit bien enclos, de pcur qu'il ne s'e-





SUPR LA COLONIES DE S. DOMINGUE. 61
Les Negres de la C6te d'or font robuftes ; ils
ont de l'efprit, de la droiture & de 1'humanit ;
leur emulation fiurpafle celle des autres Negres,
meme Creoles; leur cara&ere eft joyeux ils font
foumis a leurs maitres, mais fans leur etre beau-
coup attaches; tous les travaux leur conviennent;
ils font indiffiremment ouvriers ou laboureurs
mais ils ont des pr6jug6s qu'il ne faut pas choquer
tout d'abord; ils fe perfiadent que quand ils front
morts, ils retourneront dans leurs pays. Plufieurs
out le courage ou la faibleffe d'attendre la mort,
d'autres fe la donnent promptement; on doit fe
garder de vouloir detruire leurs erreurs par d'au-
tres fuperflitions : rien n'eft plus r6voltant pour
eux que le profelitifme ; il faut done que la dou-
ceur & les bons traitemens commencent k leur
perfuader que ie retour a leur patrie ne doit pas
etre pour eux le feul bien defirable ; le teams &
la fr6quentation des Negres Cr6oles, les aideront
enfuite a fe d6tromper eux-memes:
II n'eft pas aif6 de favoir de quelle Nation font
les Negres, que les Capitaines des navires Fran-
cais vont chercher en Guinee. Depuis que le nom-
bre des acheteurs s'eft accri & a d6peupl6 le

chappe ou qu'il ne fe tue s'l ne peut s'ech'ppcr : fi
Sfa fiveritd, fa tyrannie fe rrclchent un moment I'ef-
a clave gagne les bois, & fes fears font briffs .;






62 CONSID RATIO NS
bord de la mer, les courtiers les prennent cent
lieues k la ronde, & chaque cargaifon eft compo-
fRe de Negres de tous les cantons: on en va pren-
dre dans le milieu des terres parmi des Nations
jufqu'a prefent inconnues aux Europ&ens ; il n'eil
done pas poffible de caral6rifer les diff6rentes
fortes de Negres que l'on apporte a pr6fent dans
la Colonie, & d'indiquer ceux don't la tranfplan-
tation r6ulTit le mieux. En g6n6ral les cargaifons
font compof6es de Negres faibles & qui ont fouf-
fert, foit dans les voyages de terre pour fe rendre
aux Comptoirs, foit dans les traverf6es. On vend
pour h'ommes & femmes tous les N6grillons &
N6grittes, don't la taille eft au defflis de quarante-
cinq pouces, & il en meurt un tiers dans les pre-
mieres ann~es de la tranfplantation, foit du fcor-
but, de la fievre putride ou de '6tifie.
Avec plus de foins & d'attentions, peut-etre en
fauverait-on un grand nombre; peut-etre qu'en
les faifant fkjourner 'a leur arrive, dans des lieux
bien expof6s, & les accoutumant infenfiblement
au travail, on n'en perdrait que tres-peu ; mais il
eft certain que la traite des Noirs ne peut pas fe
foutenir long-tems; plus on pne'trera dans les
terres interieures de la Guin6e, plus les efclaves
rencheriront : il faut done encourager la popula-
tion des Negres, & defendre aux maitres, fous des
peines fveres, de maintenir dans leurs habitations





SUR LA COLONIES DE S. DOMINGUE. 63
une economic deflru&ive; il faudrait meme exemp
ter chacun d'eux d'une certain portion des impo-
fitions publiques, 4a proportion de la quantity des
N6grillons nes dans fes atteliers, & doubler cette
exemption quand dans une feule annee le nombre
des nouveaux-n6s ferait au-deffus de dix.
On a introduit dans la Colonie depuis 1'ann&e
S680, plus de huit cents mille Negres : une pepi-
niere auffi forte aurait du produire des millions
d'efclaves cependant il n'en exifte dans la Colo-
nie que 290 mille; ce ne font pas les maladies qui
ont affaiblijufqu'h ce point la population desNoirs,
c'eft la tyrannie des maltres : elle a triomph6 des
efforts de la nature (i).

(I) Les feules maladies qui foient i craindre pour les
Negres faits au pays font 1'4piau & le mal d'ellomac.
Le mal d'eftomac eft une efpece d'dtifie, qui ne vient
que de la mauvaife quality ou de l'infuffifance des ali-
mens: on n'a done point i craindre que cette maladie
s'empare d'un attelier, quand on veille a ce que les Ne-
gres tiennent leur jardin en bon etat, & aient toujours
des vivres a recueillir. L'epiau eft une gale malignequi
n'attaqueque les Negres, & a laquelle ils font tous fu-
jets comme a la petite virole. On la guirit pour tou-
jours en adouciffant la maffe du fang par des tirannes
fudorifiques & des purgations. Le traitement n'eft ni
difficile, ni dangercux, ni relatif h celui des maladies
veneriennes quoi que puiffent publier I'avarice oul'i-
gnorance des Chirurgiens de la Colonie.





64 CONSID RATIO N
Quand meme on ne voudrait regarder les Ne-
gres"que comme des etres phyfiques utiles a nos
jouillances il ne faudrait pas les d6truire fans ne-
ceffite; pourquoi done les faire perir on languir
dans des traitemens barbares ? II faut placer leurs
demeures dans des terreins falubres & elev6s; la plu.
part fe couchcnt fur des claies, des nattes, ou des
cuirs pof6s a plate-terre dans des cafes etroites &
mal-faines : il faut leur montrer a fe faire de mei!-
leurs lits, & a les exhauffer de maniere que les
vapeurs de la terre ne leur faflent pas trop vive-
ment reffentir ni la chaleur du jour ni la fratcheur
dangereufe des nuits. Si 1'int6rft du mature les
condamne a des travaux, le meme int6ret veut
qu'il s'occupe h leur affurer au moins quelques
moments d'un repos falutaire.
On dolt faciliter leurs amours & recevoir avec
joie les enfans qu'ils offrent 1 la Colonie : les
pr6fens de la nature font touj'ours pr6cieux.
Mais des maitres avides n'aiment pas 'a voit
leurs N6greifes enceintes; on efi difent-ils, prive
de leur travail pendant les derniers mois de leur
groffeffe, & 1'on ne pent en retire que de l6gers
services jufqua' ce que 1'enfant foit fevr ; le be-
nefice des cries ne fuiffit point a r6parer le teams
perdu.... II y a des hommes barbares, en qui Ia
cruaut6 eli fortifi6e par 1'avarice & l'avarice ne
prevoit rien.





SUR LA COLONIE DES. DOMINGUE. 65
SSi le travail d'uneNegreffe pendant dix-huit mois,
c'eft-a-dire pendant les trois derniers mois de fa
groffe!fe,& pendant les quinze mois qu'elle allai-
tera fon enfant, eft eflim= 600 liv. & qu'clle ne
faffe pendant cet intervalle que la moiti6 de fon
travail, il .eft certain que le maitre perdra 300
livres.
Un NCgrillon de quinze mois ne vaut pas a la
v&rir' cette fomme mais a l'age de dix ans it
vaudra i oo liv. il commencera alors a tiavailler
utilement pour fon maitre ; il aura gagne pour ce
mattre, avant fa quinzieme annee, au moins 11200 1.
& fa valour cet age fera de 2000 liv. voila le
produit des 300 liv. don't le maitre aura fouffert
Ia perte par la groffeffe de fon efclave. Peut-on
placer de l'argent k plus haut inter&t?
D'un autre c6te fi lors de fa naiffance un N7-
grillon n'cft eflime que i o 1. quoiqu'il coite 300o.
' fon ma!tre, il ne faut pas s'en rapporter a
cette eflimation arbitraire parce qu'il n'eft
ni permis ni poffible de vendre des Negrillons fe-
pares de leur mere, & par conf6quent de s'en
procurer. a. ce prix ii eft done plus raifonnable
d'eftimer en g6n6ral les Negrillots a 30o01. parce
qu'ils cofltent a .peu pros autant & qu'il n'y a
point d'inconv~aient a les efliner trop cher. If y
en a au contraire h les eflimer trop pen, car fi les
propri6taires 6clairds h qui cette eflimaticn ne fait
Tome II. E






66 CO N S I D A'TI ONS
point illusion, n'en excitent pas moins la population
dans leurs atteliers; il n'en fera pas de meme de
ceux qui tiennent des Negres a bail a ferme ; fi les
N6grillons leur coiltent 300 liv. & qu'a la fin du
bail on ne leur en tienne compete que fur le pied
de ido, i 5oou 00o liv. ils doivent naturellement
defirer la ftrilit6 des N6greffes (i).
Si les N6greffes fe font fouvent avorter, c'eft
prefque toujours la 'faute de leurs maitres; ils
n'ont pas le droit de les en punir, parce qu'il n'y
a que l'exces de la tyrannie qui puiffe 6totdffer en
elles les fentimens maternels : dans qielques habi.
stations les maitres font des prefens toutes les annies
A leurs Negres; le premier jour de Tan eft un
jour d'amniftie, fi quelqu'efclav'e s'efl rendu marton,
i! attend ce jour pour venir fe better 'a leurs picds;
ils veillent a ce que chacun ait une feiirfie ,'ils en
achetentde nouvelles quand le nombre des mrles eft
grand; ils les encouragent a cultivei 'beaucoup de
grains, a clever beaucoup de volailles & d'inimzux,
pour qu'ils aient un petit revenue qui piifle adoucir

(r) II faut favor que dansles baux a feime de Negres,
le Ferniier r4pond'da leur mortality, :& qiic par conf6-
quent les Negrillons qui haiffent pendant le toirs *du
bail lui apparriennent; mais comme ils nepetivent'pa;
tre fpparrs de leur mere, Ie propriraire s'en empare I la
fin du bail, & n'cft oblige a en tenir compteau Fermier,
que fuivant l'efrimafion qui-s'en fait lors de'la remife.






SUR LA COLO.NIE DE S. DOMINGUE. 67
.Icur fituarion, & lcs aider dans leurs befoins; its
Sprennent.foin des NMgreflis pendant leurs couches;
ils honorent Icur f6condit6,, en leur dominant un
;rechange neufioud'autres ch6fcs, qui, fans etred'un
grand prix font aimer Icur domination. Quand les
enfans font fevr6s, il les attirent & les nourriffent hla
cafe principal pour qu'ils foient mieux rrair6s, pour
foulager lenrs meres & les mettreen 4tat-de fe liver
fans inquietude :au travail. Tout iprofpere chez de
tels habirans, & its riauront pas 'long-tems bebfin
des fecours :aflig'eans dn commerce de Guiniee.
Ii ne faut que de faibles encouragement podr.
porter au plus haut degr6 la population des Negres
de la Colonie ; il y a de grands atteliers entiere-
ment compof6s de Cr6oles. 'ai vu cinquante-trois
Negres N6greffes Negrillons on N6grittes de la
mrme famille ; le pere vivait encore ii 6tait ne
dans le Senegal, : il avait quarrc-vingt fept ans d'ef-
clavage; il -avait leu'vingt-deux elifans de trois N6-
greffss qui toires'6taimnt mortes, & commnmniait
a voir fa -qatrieme generation.
En execution de 1Edit de 1685, les MiAlion-
naires Jefuites avaient entrepris de marier lcgiti-
emment tons les Negres efclaves; mais cette mr-
thode qui 6tait au maitre la faculty de divifer fes
efclaves, nuifait an droit de propriety & a lfo::-
million n6ceflaire. Un mauvais Negre corromnpait
une farnille, cette famille tout l'attelier, & la conf-
E ii






68 C o0 s lS D t AT o N S
piration de deux ou trois families pouvait detruire
les plus grandes habitations, y porter.l'incendie,
le poifon, la r6volte.
Les Negres font fuperflitieux & fanatiques il
faut autant qu'il eft poffible ne-point leur donner
d'occafions de fe livrer a ces vices dangereux. Les I
J6fuites ne fe conduifaient pas dans cette vue ils
prechaient, attroupaient les Negres forcaient les
mattres a retarder leurs travaux faifaient des ca-
techifmes, des cantiques, & appellaient tous les
efclaves au tribunal de la penitence ; depuis leur
expulsion les marriages font rares, il ne s'en fait
plus parmi les Negres des grandes habitations. On
n'y permet plus 'a deux efclaves de fparer pourI
toujours leur interit & leur falut de celui de l'at-'
telier; plus de prieres publiques, d'attroupemens,
de cantiques ni'de fermons pour eux; mais il y a
toujours des catechifmes, & les Negres peuvent
encore en payant fe faire baptifer trois ou quatrei
fois (r). Ils font dire des Meffes pour retrouver

S() Par example, s'il lenr furvient un accident, ni
malheur ils imputcnt cela k leur premier bapteme: Ma-i
raine a moi la pas te gagne' bon trte ;jour-l moi tr bap'i
tifnmoipas t levi bon pied. Ils concluent de cc raifonne-
ment qu'il faut une feconde fois fe faire baptifEr. En flipi
pofant a tons les Mifionnaires les meilleures intentions
& le plus grnad- dUfintrref1emcnt, iTs previendraici !
difficilement cct abus, parce qu'on r.a tient point de re'





SUR LA COLONIE DE S. DOMINGUE. 69
ce qu'ils ont perdu ; il y a tel Capucin qui recoit
jufqu'a vingt mille livres par an pour dire des
McfTes (i).
Des hommes a qui il ne faut peut-etre pas s'en
rapporter entierement, pr6tendent qu'il n'eft point
poffible d'allier dans la maniere de gouverner les
Negres, la politique & la Religion; c'efl aux Jc-
fuites qu'ils attribuent prefque tous les crimes qui
ont et6 fi pernicieux ka la culture & a la popula-
tion, dans la d6pendance du Cap. Angelique &
Pomp6e n'ont &6t, felon eux, que des martyrs de
la fuperftition; c'efl en diflribuant le poifon, difent-
ils, que les Negres chantaient des cantiques. Trem-
blons ajoutent ils de voir des Negres trompes


giftrcs des baptemcs des Negres, & quand mmme on en
voudrait tonir, il ferait foujours difficile de reconnaitre
ceux qui auraicnt etd baptifls, moinsqu'on ne fefervit
dui baptrame de feu, & qu'on ne les baptifit avec une
erampe.
(i) Le prix fait de chaque mcife eft de quatre efca-
lins; mais on ne taxes pas la g&inrofitd des fideles, &
S'on pent donner une piaftre fi l'on vent. Un Pretre, qui
ne pcut jimaisdire dans 1'anne plus de trois cents meffes,
recoit le prix de cinq ou fix mille, parce qu'il eft fous-
entcndu qu'il fait paffer en France de quoi fire dire cells
qu'il ne peut pas dire lui-meme.
E iij





7* C O NSID R A TIOON S
par les chimeres d'une autre vie., empoifonner leurs
mares, leurs peres, leurs amis & leurs ennemis,
s'empoifonner eux-m'mes; que n'a-t-on pas a
redourer d'une folie qui peur prodtire de fi d6plo-
rablesefFets, qui conduit k des crimes atroces par
des fentimens vertueux ? a quoi fervirait-il que les
Negres fbient attaches 'a leurs maitres reconnoif-
fans, fenfibles envers leurs anis pleints de refpca,
pour Iturs pere & mere Icurs parents, & tous les
vieillards ?... S'ils regardent la terre come, un lieu
de peine & de tourment, les objer-qui leur fotn
Ics plus chers, ne feront-ils pas imnmols les pre-
nuers h leur compaffion meurtriere?
Ye ne penfe pas ainfi, & je confidere les v6rit6s
de la Religion, come le plus grand flein que
1'n puifie donner aux crimes & aux vices. Mais
jL tiens qu'en tout pays le culte extrieur doit tre
fubordonn6 'a la morale & 4 l'utilite publique; fa-
vorable a la population, i! Joit rendre les homes
plus attachbs a la vie ph:,; jaloux de Ia donner 'a
un grand iombre d'enfan;, d'cmbcllir & de fer-
tilifer les lieux qu'ils doivent habiter eux & leurs
demcendans. Il efdoncefi ntiel de rendre les efclaves
rcconnail{ans envers le Createur, amis de la nature
& de I'humanit6, de leur donner lesmoyens d'etre
heurcux autant que leur condition le permit, & de
rne point acc.bliei la faiblerfe de leur efjrit de dog-





SUR LA COLONIE DE S. DOMINGUE. 71
J~es furnaturels. La contemplation d'une vie future
ne peut que les rendre indociles, inattentifs enne-
mis de leurs travaux, d6truire les attracts de la
vie prefente, les engager cnfin a fe donner la mott
& a enfevelir avec eux une poflIrite, dout la Co-
lonic, l'Etat & le Commerce, ont 6galement be-
foin. Le renoncement 'a foi-m^me eit fatal en
touted foci&t6 & c'eft rcndre hommage a Dieu
que d'Xcouter la voix de la Nature.


E iv






72 C 0 $ DS t A T I z o ---


DDIS C 0 U R S I I .

Des Aifanchis.

L A claffe interm6diaire de la Colonie, celle dcs
efclaves qui ont obtenu ou achet' leur affianchif-
fement, eft trop confiderable; & le Miniflcre a
eu plufieurs fois l'intention de la diminuer II a
autorif6 en diff6rentes circonflances les Adminif-
trateurs de la Colonie a vendre les libert6s a prix
d'argent, mais cette m6thbde htait mauvaife elle
a & t profcrite.
Le Confeil fiip6rieur du Cap, par uri Arret de
reglement rendu en 1767,: a d6clar6 nuls tous les
aifranchiffemens qui feraient h I'avenir donns 'par
teflament, &: 1'ainnlnefuivante-urie Ordonnance,
confirmant ce reglement., a voulu qu'on ne pit,
non-feulement donner h 'avenir de liberty par tef-
tament, mais meme affranchir aucun efclave fans
en avoir obtenu la p'ermiffion prealable du Ge-
n6ral & de 1'Intendant. II en efi rfuiti que beau-
coup de femblables pcrmiffions onr ct6 vendues on
donnees I la faveur, & quc les affranchilffmens
ne font pas devenus plus rares.
On a renouvell6 le fyfitme de vendre h prix d'ar-
gent, les permillions d'affranchir routes fortes d'ef-
claves; ce fyfl~me eft maintenant plus accrcditr que






SUR LACOLONIE DE S. DOMINGUE. 7
jamais; les peimiflions font taxees & 1'objet
de cet imp6t n'elt pas encore bien connu : on:
difait an mois d'Aouft 177 que c'etait pour reba-
tir au Cap, 1'hofpice appeal la Providence; mais ce
project ayant ht6 abandonne, il faut fuppofer abfol u-
ment une autre destination: ferait-ce de diminuer le
nombre des affi-anchis ? on fe tromperait toujours.
Le premier motif qui puiffe engager un maitre Abus de
vendre les
a afFranchir fon efclave, c'eft la'reconnaifaince des affranchife-
fervices qu'il en a recus : ce motifdevrait etre le mens.
feul; cependant il y en a acux autres; favor, les
liaifons ill6gitimes du mactre & de 1'efclave, ou
1'attachement qu'il a pour les enfans provenus de
ces liaifons, & l'argent que l'efclave offre 4 fon
mattre pour fe racheter lui-mime. Dans le pre-
ir.ier cas, un homme opulent ne fera point retenu
par la crainte de payer I'amour de l'argent ne
l'mpechera pas de fair nne action ge'ireufe;
dans le second cas, il ne balancera pas h faire k
fa pafFion un facrifice de plus; dans le troifieme,
il exigera de fon Negre une plus forte rancon.
Chez tous les peuples qui ont eu des efclaves,
les fils ou petits-fils des affranchis, 6taient reputes
ingenus; mais a Saint-Domingue I'inthrft & la
fuiret6 veulent que nous accablions la race des Noirs
d'un fi grand m6pris, que quiconque en defcend,
jufqu'h la fixieme generation, foit couvert d'une
tache inufacable.





74 Ce o, I: P t a tA T- Iq Ns
Les MulStres, Quarterqns ou Mitis, font refpec-
tueux & foumis envers les Blancs, & les aiment
tous en g6enral; ils ne fe permettent de hair que
ccux qji leur ont faith beaucoup de mal. S'ils ofaient
frapper tin Blanc, m.me quqnd j1. en font frappes,
is feraient punis avec rigueur; telle eif la force
du prejug6 contr'eux, que leur mort, en ce
cas, ne parattrait pas 4n. trop grand fupplice:
cette f&vhrit6 fera peut-6;re trouvee injufte, mais
dle eit niceffaire.
Jufqu'a ces dernieres annies un Blanc qui fe.
croyait offenfe par un Mulitre le maltraitait &
le battait impun6ment; mais a prbfent les Com-
mandans militaires ont recu du Gendral lordre
de ne plus fouffrir que eIs Blancs fe rendent
juflice a eux-memes d'une maniere auffi violcn-
te (i); & quiconque frappe un MulAtre eft mis
dans les forts ou prifons militaires, pendant le
terns qu'il plait au Commandant de ly retenir.
S'il eft jufle qu'un Negre battu par un autre
que fon maitre, puiffe fe plaindre de cette violence,
a plus forte raifon les Mulatres ont-ils droit la


(I) L; Roi, dit- on ne veut pas qu'aucun de fes
Sujets foit maltraite On ne fe trompe point dans le
principle, mais on 1'applique mal. La furct6 & les boris
traitemens ne peuvent exiffer fans le maintien de 1'ordre
& la confervation des rangs.





SUR LA COLONTE DE S. DOMINGUE. 7
Smme juffice; mais it faut faire cette difference
qu'un Blanc offenf6 par un Negre peut fe plaindre
au maitre de ce Negre, & qu'en ce cas le mature
doit punir fon efclave, au lieu qu'itant infult6 par
un Mulitre, ii n'apas la memevoie : s'adreffera-t-il
aa Juflice, a la Police pour avoir reparatioi
d'une infulte 16gere que cependant il ne m6prife-
rait pas fans danger? ne pouvant pas faire donner
vingt coups de fouet an MulAtre infolent, il ferait
trop cruel d'arracher ce Mulatre 'a fon travail pen-
dant huit ou quinze jours pour le faire mettre en
prifon d'ailleurs c'eft toujours t. trrs-grand mal
quc d'avoir de grandes prifons & de les remplir. La
pine de prifon afflige, endurcit, r6volte; elle
ruine le people pour cnrichir des geoliers : c'ef
ine invention barbare qui nuit a tout, & ne
fert a rien ; la filperiorite.des Blancs exige que
Ie Muiatre qui leur manque foit puni fur le
champ & ii y a une firte d'humanit6 a per-
mettre qu'ils puiffent I'humilier par un chatiment
prompt & proportion 'a l'infulte (i).

(i) A Paris, oli le manquement d'un home di bas
people envers fon fupdiieur eft toujours puni de prifon,
y a-t-il un fePl cocher de fiacre qui ne prefdrAt dix
coups de canne a dix jours de prison. Et combien de
fois fibit-ll l'un & l'autre? II y a cependant une grande
difference politique entire un cocher de fiacre & un mu-
lire des Colonies.





76 CON SID ERATI ONS
D'ailleurs il ne faut pas que la plainte d'un Mu-
litre puiffe fervir de pretexte 'a la hatne, au capri-
ce, a l'injuftice : il faut encore moins que I'appui
qu'on lui donne l'excite a 1'infulte dans 'efpoir de
fe faire battre, & de fe venger enfuite en faifant
mettre des Blancs en prifon, il y va de la plus
grande conf6quence. Lorfqu'un MulAtre fe plaint a
un Commandant, a un Major a un Lieutenant de
Roi, & que le Blanc accuf6 nie le fujet de la
plainte en croira-t-on plutot 1'accufateur que
Faccuf6 ? dans un pays conflitue comme celui de
Saint-Domingue, la quality de Mulatre, jointe a
celle d'accufateur, doit-elle balancer la den6gation
d'un Blanc? Ira-t-on chercher des temoins? Dans
quelle claffe pourra-t-on les prendre? II y a dans
la Colonie vingt efclaves ou affranchis centre un
Blanc, on trouvera done toujours des t6moins
dans la claffe des affiranchis ou dans celle des ef-
claves; or les tins & les autres ne doivent etre
admis en temoignage contre les Blancs que par
neceffit6, & dans le cas de crime capital; d'un
autre c6te, ils feraient en quelque forte parties dans
le fait don't il s'agirait.
11 ferait done plus convenable & plus jufle que
le gouvernement de la Colonie continuit a garder
comme autrefois le filence fur les infolences parti-
culieres des Mulitres & fur les fuites qu'elles au-
rmient fauf a punir les Blancs, qui en les maltrai-






SUR LACOLONIE DE S.DOMINGUE. 77
tant fe rendraient coupables envers eux d'une vio-
lence dangerenfe, & a les pourfuivre comme meur-
triers. L'exp6rience eft en tout un bon maitre,
croutons fes lecons; elles nous apprennent que
les affranchis ne font point trop audacieux envers
les Blancs, & que les Blancs n'abufent point de
leur fuperiorite, puifque depuis cent ans il n'y a
pas d'exemple qu'iinMulatre ait infulte grievement
un Blanc, de bonne reputation, ni qu'aucun Blanc
ait exced6 de coups aucun Mulitre.
Les Mulitrefles font en general bien moins do-
ciles que les Mulitres parce qu'elles fe font at-
tributes fur la plipart des Blancs on empire fond6
Sfur le libertinage; elles font bien faites, tous leurs
mouvemens font conduits par la volupti ; I'affec-
tation qu'elles mettent dans leur parure ne leur
fled point mal ; dlle obfervent une grande pro-
pret6 elles font fobres avares orgueilleufes ,
elles aiment les Blancs, & dedaignent les Mulatres:
- tel eft l'effet de l'education, quelquefois elle
change la nature.
Quand elles font v ieilles, elles s'adonnent au
commerce des toiles on 'a d'autres petits travaux,
dans lefquels elles reuffiffent ;elles ont fur-tout
le talent de fe faire obeir pon&uellement par
leurs efclaves, elles font charitable & compa-
tiffantes : il y en a qui rendent de grands fer-
vices aux jeunes gens qui viennent chercher *for-






78 CONS IDER NATIONS
tune 'a Saint-Dominguc fur-tout dans les mal-
dies qu'ils 4prouvent; eldes achetent par toutes for-
tes de foins les droits qu'elles veulent avoir a leur
reconnaiffance.
Les gens ae fang nele, ont comme les Negres
beaucoup de pi6te filiale.; ils ont un refpe&t fuperf-
titieuxpour leursmaraines,ilsconfiderentbeaucoiup
les vieillards & niofent jamais les cdntredire ; ils
font en g6ncril tres-fideles & par confdquent
tres attentifs a conferver ce qui leur appartient.
Celai qui neifait pas conferver ce qu'il a, ne ref-
pe&e gueres Ia proprite6 des autres :ilsfe fecou-
rent etitk'eux avec generofite, & 'on a vuides Mit-
lThteffes'retranicher 'fur leur luxe pour acheter des
"enfans iMulatres gque les peres n'Avaienr :pu affran-
chir avant de'miurir, fireie 'a ds enfansde!aifls,
le don le plus 'precieux, cdlui Ie la liberty.
Ils forit 'devots, mais 'leur religion ,eft borne
Sla croyatie ,d'un Dieu fuprdme. 4run paradise
pour les bons, d'uhtenfer 6ternel pour les me-
chans, d'un jugement dernier ouh chacun rendra
compete ; ils prononcent machinalement e 'nom de
la Vierge & des Saints & ne connaiflent point
la Tranfubftantiation, la Trini ,!tluniite de l'E-
glife, 'efficacit6-des Sacremens &c. Les JCfuites
qui ont voin uleur erifeignervtout cela, n'ont point
triomphe de leur ignorance.
Un Blanc qui '6poufe lgititnmeent unerill-





su i L A C 0 L 6NE DE S.Db IrGU'E. "If
treffe, defcend di ra~'g des Blancs & devient
' 'gal des affranchis, 'eiux-ci le Tegardent meme
comme leur iiffrieur en effet cet home eft
inEprifable.
Celui qui eft a f z -Ikhe potr :'f manquer h lai-
meme, eft encie plus 'capable 'de iinifiitlueV ait
loix de la focit&6; & T on a raifon non fedulinent
de mrprifer, itikis endofe de fonpconner la pro-
bite de ceux qui :par i'nttrit "on par oubli, def-
cerident jtifqu''a fe Ynrfallier.
II y a dainsla Colonie environ irois cents hort-
mncs blancs mafties h dds -fillesde fing nimle, plu-
fieurs fonit i ns gentilshomihes; its rendent mal-
lieureifes ces femmes que la capidite.leui: a fait
6poufer ; ils font eux-mrmes phius milheureux en-
core quoiqOte-ioi's dighis'de pitied. Tout:cequi
les entoure deiient pbutbux -des bbjetside'regret,
tout Ce qdi ddiiconf6ler'les autfes hommres:,,es
plonge dans la tiifteffe : ils eproilvent. fans ceffe
les fupplices du coeur. Eft-it :rie de:plus acca-
blant, pour des!,perest, que'a honte de donner
l'tre 'a des eltfans incapable de remplir .aucunes
fonfions civiles, & condamnes 'a parrager I'humi-
liation des efclaves,(;).. .

(i) Des enfans procrdes de femblables. marriages ont
cependant quelquefois fervi en quality d'Officiers dans
la Maifon & danslles Troupes du R.i;'mais a prifent





So C-o N 5'I D A R A T 'I 0 N S
II devrait Stre d6fendu fous des peines f6veres,
aux affranchis & filles de fang meil, de fe marier
a des Blancs, ou du moins, de tels marriages
devraient etre nuls, quant aux effects civil;
*la police -& les loix de la Colonie-ne doivent
point avouer de femblables unions.
En France F'in6galit6 des conditions eft un obf-
tacle aux marriages : fi les peres & les tuteurs
peuvent s'oppofer.ih i'hymen de ceux qui font en
leur garde fans autre raifon que cette in6galit.,
- la loi ne doit-elle pas:devenir la tutrice des jeunes
-gens qtii veulent' contrafer 4 Saint-Domingue des
* marriages, que' non-feulement leurs parents, mais
tous leslhommes. blancs ne peuvent approuver?
ne doit-elle;:pas leuriniontrer que t'eft dans le
travail;: qu'il.faut cherchei les richeflfes, &, non
pas dans'l'avililfement, dans la confifion des rangs,
dans l'interverfion de l'ordre public. Les Romains
& leurs loix font pour nous de tres-bons exem-
pies fur ce& objet. -.
Il 'efftrai que i'Edit de r685 vulgaireineit
appelle Code Noir, permei aux -Blancs d'affianchir
leurs -Ngreffes en les 6poufant, & de-legitimer
ainfi les enfans naturels qi'ils een auraient eus;


il y a trop de Cr'olcs en Frarice, pour qu'ils puiifent
confrere 1'efpoir d'en impofer Il'4venir fur Ieur origin.
mais





StYR LA COLONI DE S. DoMINCUE. 81
mais cette loi eft fujette a de grands abus,
combien de Ngreffes n'en ont-elles pas profit
pour s'approprier toute la fortune de leurs maitres
abrutis dans le libertinage & incapables de fe
foufiraire a l'empire quil donne fur les ames fai-
bles & fiduites, qui s'y font liviees fans rougir?
Les biens des families ont et6 facrifi6s a la paf-
fion, font devenus le prix de la debauche, & des
noms refpetables font echus, avec les plus belles
terres, a des Mulatres 16gitimes. II faut prevenir
pour la fuite un abus auffi dangereux & fi contraire
a l'efprit des anciennes loix, qui ont toujours eu
pour objet la conservation neceffaire des biens &
des rangs.
, On a deja voulu reprimer cet abus, & l'on a
defendu (i) aux affranchis & gens de fang mr1,
de prendre les noms des Blancs, On croyait eviter
par ce moyen la confufion des rangs & des famil-
ies ; mais eft-il quelqu'autorit6 capable d'empicher
les mulatres & leurs defcendans de porter des
noms qui leur appaitienent par le droit de la
naiffance qui leur ont 6t6 tranfmis par une fuite
du marriage de leurs peres? II faut done empicher
qu'ils ne puiflent ha favenir fe prevaloir de ces


(r) Reglement rendu en 1773, par le Gineral & 'In-
tendant Valliere & de Vaivre, & enregiflrd dans les
dcux C nfeils Supirieurs.
Tome II. F





8z CONSI D R ATI ONS
droits, & ne point fouffrir que des Blancs fe d&-
gradent eux-m6mes, en 6poufant legitimement des
Negreffes ou des filles de fang ml6k.
L'obftacle ne doit fubfifler n6anmoins que juf-
qu'au fixieme degree parce qu'il eft n6ceffairement
un terme auquel il eft impoffible d'empecher la
race des Noirs de venir fe croifer avec celle des
Blancs. Ii y a d6ja tant de perfonnes de fang m6le
parvenues a ce degr6 de nuance difficile a difcerner
de la couleur des Blancs tant de families don't
1'origine eft oubliee & don't les filles ont 6t6
marines a des gens en place & a d'honnetes habi-
tans, qu'il n'y a point de Quarteronne, qui fur fes
vieux ans ne puiffe promettre un pareil fort 'a fa
petite-fille ; comment previendra-t-on l'effet de
cette promeffe, quand elle fera foutenue par 1'etat
d'opulence qui procure la bonne education, & l'-
conomie qui maintient la richefle?
Les gens de fang m6le qui font devenus riches,
ont meme un moyen pour ainfi dire, infaillible
de s'elever au rang des Blancs, quoi que des te-
moins oculaires depofent de la couleur bafanee de
de leur mere ou de leur a'eule. Ils foutiennent
etre defcendans des Indiens venus de S. Chriflo-
phe en 1640, lorfque les Anglais chafferent les
Francais de cette Ifle, & s'appliquent l'une des
difpofitions de l'Edit du mois de Mars 1642 don-
n& en faveur de la Compagnie des Indes : cet Edit






SUIR LA COLONIE ,D S. DOMINGUE. 83
ne laiffe aucune diflinion entire les Sauvages &
les originaires regnicoles (i).
Mais s'il eft impoflible d'empecher entierement le
nilange des families & des races du moins faut-il
faire enforte que ce melange n'arrive qu'a des de-
gres eloign6s, qu'a ces degrees enfin oi Ie difcer-
nement Ic plus aftif ne peut trouver aucune dif-
ference ; c'et le moyen d'eviter la confufion des
claffes & des rangs, depuis fi long-tems reconnue
pour htre dangereufe dans le fyfltme politique de
la Colonie.
Non-feulement il ne doit point etre permis aux
'Ngrefies, MulAtreffes & Quarteronnes de fe
marier h des Blancs, il eft neceffaire qu'a l'avenir
rous les Negres, Griffes & Marabous reftent dans
1'efclavage (.).
I Lefpoir de la liberty engage les N6greffes R,;iron de
fe prefer aux faibleffes de leurs maitres & b les ifcre da~'~
1'efdclavage
augmenter; cet cfpoir les excite au libertinage, -& o nifdgr

(i) u Nous voulons que les defcendans des Francais
a habitues aux Ifles, & mrnme les Sauvages qui feront
') convertis 1 la Foi Chr tienne, & en front profeflion,
o foient fenf6s & repute's naturels Francais, capable
Sde routes Charges, honneurs, fuccefions, donations,
ainfi que les originaires regnicoles, &c.
(2) Grif, Grife,, fils ou fille d'un Mulqtre &
d'une Ndgreffe : Marabou, fil d'un Grif & d'une
Negreffe.






84 CONSI D R AT ON J
une cafe auffi abjeae ne doit pas 6tre celle de leur
filicite (1).
at. Le fpeclacle des Negres affranchis eft dan-
gereux pour ceux qui font efclaves; il n'eft pas
poffible qu'ils puiffent tous efperer de partager
le meme fort, ce fpe&acle ne peut done leur
infpirer que de la jaloufie, les irriter ou les porter
au decouragement; quelquefois mime il leur fait
trouver m6prifables les maitres qu'il eft neceffaire
de leur fire refpe&er: qui pourrait mieux que
les Negres efclaves s'appercevoir que ceux de leurs
camarades qui ont obtenu la liberty, font fouvent
les moins dignes d' en jouir ?
3. Les maitres mettent h prix la liberty de leurs
efclaves & il en r6fulte beaucoup de defordres;
car rien n'6tant fi precieux que la liberty il n'y a
forte de mauvaife induftrie que les efclaves n'em-
ployent pour fe la procurer, & leur adreffe en-
courage l'avarice des mattres, qui exigeront tou-


(a) Cependant la proflitution paralt de touttems avoir
caufe parmi les peoples l'affranchiffement des efclaves,
foit a titre de liberalite de la part des maitres fit I
tire de punition envers eux. Chez les Lombards, quand
un maitre avait debauche la femme de fon enclave, tous
les deux etaient affranchis. C'eft par une imitation bien
imparfaite de cette loi, que 1'Edit de 1685 defend aux
habitans des Ifles d'abufcr de leurs efclaves, a peine d'a-
mende & de confiscation de I'efclave.






SUR LA COLONIE DE S.DOMINGUE. 85
jours d'autant plus d'eux, que plus ils pourront
offrir; & il ny a meme aucuns moyens d'empecher
ce commerce odieux, k moins que 1'on n''tabliffe
une efpece d'inquifition, qui ne peut jamais avoir
lieu dans un bon gouvernement.
Il y a maintenant dans les Villes, des Mulltres
& des Negres, fe difant libres, qui n'ont pour
fubfifter aucuns moyens connus & qui font ce-
pendant desdepenfes don't on ne recherche point,
affez la force () : il parait qu'elle eft principa-
lement dans leurs intelligence avec les filles ef-
claves entretenues par des Blancs. On a propof6
d'enr6gimenter ces hommes, & de leur donner
des corps-de-gardes dans les Villes & Bourgs, do
leur faire faire des patrouilles; mais je ne penfe
pas que l'on puifle adopter ce project: quand la,
tranquillity publique eft affure e, pourquoi vou-


(i) La plupart ne font ni libres ni efclaves its n'ont
point en general rempli les conditions exigees pour la
libertY. Si on recherchait leurs affranchiffemens, ils fe-
raient prefque tons de nulle valeur. Le General & l'In.
tendant de la Martinique ont vonlu rendre efclaves tous
les gens de couleur de ces Tfles, don't les alqes d'affran-.
chiffement n'6taient pas reguliers; mais come la bonne
foi & la poffeffion delongucs annees rendaient cette tenta-
tive injufle & dangereufe, elle n'a point reuffl; on s'eft rd-
duit taxer chacun des Affranchis a une certainefomme,
moyennant laquelle on lui delivrait;un afe plus regulier.
F ij






86 Co N S I D t I 'A TI ON S
drait-on armer centre les citoyens les feuls hom-
ines qui pourraient la trouble ? II vaudrait mieux
Sales employer a des corv6es ou 'a des travaux pu-
blics, a conftruire des points, a paver les rues &
les places publiques, a entretenir la parties des
chemins royaux que 1'6loignement des habira-
tions ne perret pas aux Colons de fire par eux-
memes, & qu'on eft oblige de fire fire par en-
treprife.
Quan pour Si la liberty eft pour un efclave la plus grande
iT e recompenfe que l'on puifle imagine i faut con-
id.e la venir qu'il eft peu d'aftions dignes de cette re-
compenfe ; il ne faut done pas multiplier les af-
fianchiflemens, donner la liberty a un Negre pour
avoir bien fait la clifine ou frotte les meubles pen-
dant dix o6 vingt ans; c'eft un abus bien plus
ridicule que de faire affeoir a l'Academie des Scien-
ces un homme qui fait &crire exadement les lettres
de 1'alphabet, parce que la liberty & les jouiffan-
ces qu'clles procurent, font d'un prix infiniment
-lus grand pour celui qui en a et& long-tems pri-
v6, qu'une place d'Academicien & les jouiffances
qui y font attachees, pour un mattre d'ecole de
village.
11 faut garder des mefures dans les rcoropenfes
come dans les peines; fi l'on s'ecarte de ce prin-
tipe, elles ne peuvent plus infpirer ni encourage-
mient, ni crainte, I'homme eft pour ainfi dire fans
reffort,.






SUR LA COLONIE DE S. DOMINNGUE. 87
Les feuls Negres affranchis doivent etre ceux
qui dans des occasions urgentes auront donn6 de
grands examples de refpe& & d'attachement pour les
Blancs; celui, qui par example, aurait fauve dans un
peril evident la vie d'nn homme blanc aux rifques
de la fienne, ferait digne de la liberty. Le prix d'un
tel efclave ferait rembourf6 h fon maitre fur les de-
niers publics il lui ferait permis de fe marier I6-
gitimement h une Mulatrefle (i) & on lui affi-
gnerait une gratification capable de le faire fub-
filler dans l'r6at de liberty. A l'6gard des Negres
qui auront bien fervi leurs mattres, ne font-ils
pas affez recompenfes par la vie douce que Ia re-
connaifance, qui aurait tC le motif de leur affran.
chiffement, leur fera trouver chez ces maitres ? II
ne faut done pas que fous aucun pretexte ni k
quelque prix que ce foit, les mattres puiffent, pour
r6compenfer des services ordinaires, & don't tout
homme eft capable, obtenir la permiffion d'affran-
chir des Negres encore jeunes, qui fe mariant avec:
des N6grefles libres, ou abufant de l'Edit de x685

(I) En faifant confidirer la permillion de fe marier
legitlmement comme une rcompenfe, ce lien, trop pro-
phand de nos jours, le Mariage, deviendrait plus ref-
pe&able, il deviendrait l'objet des defirs de prefque tous
les jeunes amans; mais il fera dans I'aviliffement, tant
que l'on ne joindra pas les efforts politiques aux com-
mlndemens religieux.
F iv






88 CO N SI D E R A T 1 ONS
rpou acheter des Negrefles efclaves & les affran-
chir par le droit du marriage, forment line popu-
lation d'hommes libres femblables en tout la
race des efclaves.
Mais la Colonie ne pouvant pas etre bien conf-
titude fans conferver une clafle intermediaire entire
les efclaves & les ingenus, il faut que cette claf'e
foit abfolument diffincle de celle des efclaves, par
les fignes exterieurs_ & individuals come par
les droits civils. 11 faut done que cette claffe foit
jaune, c'eft-a-dire, entierement compof6e de Mu-
litres; & pour la rendre telle, il faut commencer
par marier tous les Negres libres a pr6fent exiflans
dans la Colonie, a des Mulitreffes, & les Mulatres,
a des Negreffes libres; il faut enfuite afuirer les
avantages de la liberty a tous les MulAtres enfans
de la faibleffe des Colons, & qu'ils doivent aimer
puifqu'ils les ont fait naltre. En les laifrant en ef-
clavage, c'eft affaiblir dans 1'efprit des Negres le
refpe& qu'il faut leur infpirer pour les Blancs: tout
ce qui procede des Blancs doit leur paraltre facr6.
Tons les affranchis etant ainfi MulAtres ou fils
de Mulitres, on ne pourra plus les confondre avec
les efclaves, & les Negres qui front en marro-
nage ne pourront plus fe dire libres. Les deux
claFes front diflinces & f6par.es, & il ne peut
en refulter qu'un grand bien. Jamais aucun Mu-
latre n'a (t~ accife rLi complice du crime de poifon,





SUR LA COLONIE DE S.DOMINGUE. 89
L'attachement des Mulatres pour les Blancs ne
s'eft jamais relAch ; ils conferveront a plus forte
raifonles memes fentimens quand ils front en-
core plus d6tach6s de l'efpece.negre, qu'ils ne Font
et6 jufqu"a pr6fent.
II ne peut done pas y avoir d'inconvenient k d6-
darer tous lesMulrtres affranchis par leur naiffance
mime a la charge de fournir des hommes pour
fervir dans les companies de Mar6chauffe, & de
Police, c'eft-'a-dire, d'y fervir chacun a leur tour
pendant trois ans, & de fournir dans chacune des
parties du Nord, de l'Oueft & du Sud, une compa*
gnie de chafleurs compof6e de cinquante hommes
pour donnerla chaffe'auxNegresmarrons, & garder
fous le commandement des Prev6ts generaux les
frontieres qui nous f6parent de la Colonie efpa-
gnole.
On fait plutieurs obje&ions centre 'affranchif-
fement natural des Mulatres ; la premiere eft que
le nombre des affranchis deviendrait trop grand;
la feconde, que ce ferait exciter entire les Blancs
& les femmes noires des liaifons fcandaleufes dans
nos moeurs ; la troifieme, que fi les Mulatres
etaient libres des leur naiffance, on perdrait en les
voyant 1'idee de 1'efclavage ils formeraient une
race libre 'a l1'gal des ing6nus, le m6pris que les
Blancs ont pour la race des efclaves ferait dimi-
nue ; la quatrieme, que files Blancs pref6raient,






90 CONSIDERATIONS
come il eft bien probable, d'avoir pour concu-
bine des Mulitreffes plut6t que des NMgreffes il
en pourrait refulter en peu de teams ine attenua-
tion du fang original qui mettrait dans les rangs
cette confusion que I'on veut 6viter.
La reflexion ditruit totes ces obje&ions.
z". Le nombre des Multres efclaves eft dans
'&tat acluel moindre que celui des Negres libres,
I n'y aurait done pas d'augmentation, au contraire,
i! y aurait une grande diminution dans le nombre
des affranchis.
2.0. II eft natural aux hommes' hardis, inquiets
par inftind, de s'expatrier pour fe rendre plus uti-
les, ou pour chercher un meilleur fort; mais ii
ne convient qu'k des filles perdues d'aller chercher
fortune au delay des mers. Ce principle moral
fair qu'il vient a Saint-Domingue beaucoup de
jeunes hommes & un petit nombre de filles pu-
bliques. Quelques femmes plus honnetes fuivent
leurs freres leurs maris dans cette Ifle; mais
outre qu'elles appartiennent fans doute a leurs
families, a leurs maris. & non pas Ila focit' ,
il en vient en trrs -petit nombre. II nakt a
Saint-Domingue plus de garcons que de filles,
mais en fuppofant que les Creoles fiffent
en nombre legal dans les deux fexes, les trois
quarts des hommes jeunes & vigoureux qui font
dans la Colonie refteraient pourvoir. II elf des






SUR LA COLONIE DE S. DOMiNGUE. 9i
befoins phyfiques qui fe font fentir dans les pays
chauds d'une maniere trs -preflante, le befoin
d'aimer y degenere en fureur, & il eft heureux
que dans une Colonie conflitude comme 1'eft celle
de Saint-Domingue, ii fe rencontre des femmes
noires pour aflbuvir une palfion, qui fans elles
pourrait faire de grands ravages. Or s'il y a une
n6celiit6 phyfique & politique a fouffiir l'alliance
ill6gitime des Blancs avec les Negreffes, fi la cer-
titude de cette n6ceffiterefulte de l'exp6rience, vou-
loir en meme teams l'empecher la diminuer ou y
mettre un frein, c'etl mettre l'ordre natural &
& civil en contradiction. L'Edit de 1685 defend
aux maitres d'abufer de leurs efclaves a peine de
30ooo liv. d'amende & de confiscation de l'efclave
iu profit du Roi ; cette prohibition at-elle produit
qtrelqu'effet? Ne s'eft elle pas aneantie d'elle-
mnme devant l'imp6rieufe neceffit6 ? D'un autre
c6te, la crainte de faire des enfans efclaves come
le1ir mere, eft dans l'Ctat aCuel un frein tres-
impuiffant; car chacun a I'efpoit d'obtenir I'affian-
chiflement de l'efclave qu'il ch6rit & des enfans
qu'il a d'elle; & cet efpoir eft rarement trompe.
Toutes les difficulties qu'on peut faire, quand it
s'agit d'affranchiffement font faciles k lever, fur-
tout avec de 1'argent; & fi quelques Mulatres ref-
tent dans l'efclavage c'eft qu'il y a des homes
mauvais & fans entrailles qui oublient au moment






92 CO N SID RAT ONS
mnme les fautes qu'ils ont commifes,, & cherchent
1 en commettre de nouvelles, fans jamais s'inquid-
ter des fuires qu'elles peuvent avoir & fans les
raparer. N'eft-il pas du effort de la loi de reme-
dier a une negligence fi coupable, & de venger
en quelque forte du crime de leurs peres,.des en-
fans malheureux?
C'eft fur-tout pour de femblables hommes que
le frein qubon croit trouver dans 1'efclavage des
Multres eft toujours fans force : h quoi fert done
une loi qui ne pouvant contenir les mechans,
neft puiffante que centre les hommes fenfibles &
bons, qui m6ritent routes fortes de faveurs, &
don't les faibleffes ne peuvent jamais caufer un
grand mal ?
Enfin il n'eft point vraifemblable que la loi qui
prononcerait en faveur des Mulatres l'affranchiffe.
ment nature, pit rendre les unions des Blancs.
avec les NMgreffes plus friquentes qu'elles ne le
font maintenant, parce que 1'efclavage des mul-
tres n'apportera point d'obftacles h ces unions, tant
qu'il y aura des moyens d'affranchir ; & quand
mime on reflreindrait les moyens d'affranchiffe-
ment, il ferait toujours douteux que la prevoyan-
ce pit ralentir le defir : les combats interieurs du
fentiment & de la delicateffe ne feraient au con-
traire qu'augmenter les attraits violens de 1'amour
pbyfique; c'eft un torrent qui rompt toutes les.





SUR LA CoLoNIE DE S. DOMINGUE. 93
digues, & qui fe ralentit auffi.t6t que rien ne s'opO
pofe a fon course.
Et quand on vent perfuader que la loi qui affian-
chirait tons les Mulatres, ferait fcandaleufe & con
traire aux moeurs, il ne faut pas voir que tout
fyfteme contraire a cette loi fe trouve d6truit d'a.
vance par la raret6 des filles on femmes blan-
ches, par la quality & la conduite du petit nom-
bre que l'on en pourrait propofer, par 1'6tat a&uel
des chores & par la nature du climate, qui prefide
aux moeurs & dirige les loix,
30. Les Mulatres ne perdraient point par l'af-
franchiffement natural l'idee de 1'efclavage. Dans
I'tat pr6fent la vue d'un Mulatre efclave inspire
fans doute aux Blancs peu d'eflime pour les Mu-
latres libres; mais quand les Mulatres,quoique de
tines d&s le moment de leur naiffance h l'6tat de
liberty, front fans ceffe rappelles a la foumifion
par la vue d'une mere efclave a qui ils devront des
foulagemens envers laquelle ils auront des de-
voirs de pi&te a remplir, fera-t-il n&ceffaire d'en-
tretenir ce mepris des Blancs envers eux? Ce que
l'on doit fe propofer fans doute, c'eft d'infpirer
aux Blancs de l'urbanit6 pour les affranchis, &
de voir ceux-ci p6netr6s du sentiment de leur in-
firioritE.
40. II elt a croire. que le nombre des Mulatres
diminuerait a proportion des Quarterons qui nai-




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs