Territoires Ruanda-Urundi. Résidence du Ruanda. Territoire de Kibungu. Rapport de sortie de charge de Monsieur Sandrart ...

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Territoires Ruanda-Urundi. Résidence du Ruanda. Territoire de Kibungu. Rapport de sortie de charge de Monsieur Sandrart G.V. Administrateur territorial du Territoire de Kibungu. Kibungu, le 30 novembre 1933. Typescript. 20 pages. Jean-Marie Derscheid Collection
Physical Description:
Mixed Material
Publication Date:
Physical Location:
Divider: Reel 4

Notes

General Note:
Image digitized from microfilm. Best quality available.

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
System ID:
AA00004184:00001

Full Text
TVRRIIRb Ust ANMU-MONDiL
T ItDMQ do IIM U.
TcnagotU i Qde QK


RAPPORT DE SORTIE de OtARGE
de Monsieur SANDRART G.V. Admainitateur territorial du
Territolre d B U N O U.


SA P I TRE R .
D8CI TIION GENERALE.

BS ndtant entre lee mridians 53015 st 50SS I' Est de Or -wioh et lea panll"
1W0 et 2*29 do latitude ud, sur mes supertfios doe .700 sw 2 environ, Is
de IBUN GU mprand la region 8. do 1 actual royaume du Ruanda qu o me I_
dano la vast bouolo qu'elle dderit vers le Bud awnt do 8a jetot dans l.o Vttt k

Oeaa soua le noa d'anciLn "royaume du Kiseakla, il set divide~ on quatre prvonee
IndAigwnt 1' le Mirenge
2' le Gihttya
2 le Migongo
4 le baganca Sud.
Lee trois preamiree constituatent le Kiseake propreaent. Son altitude oue ituIWMI e
entfe 1500 et 1600 m. dans le eentre At vera 1EST pour s'raias sr jeq IX) 00
to fonds marageuz de la pdriphriie oL la Kagenra traeo son tourWs a N-- t t
e4tt. dbfldtimn nouw fournit la clef doe son olkat. La taepratore Ci10 4al .t
de 50entigrades dana le centre (26de moyenne) pour w*stLvorr i 2 ot4 ent
onas Ia parti base (28' do aoayune). Lea nuit y sont plutSt fratohee.
On y enregiAtro deux alisone dos pluies et deux eatona s saoehes r 3a1. t.r. vr l e=
K i oonstituent la 'maseital! octobtr-novembre oa ddoe bre, la petite aaeon dee pt"Dll
0* deormiree y sont trbi irrgulibres et souvent mal repartiee, ce qut justIfte Ua
savatio reputation don't joult le Kisaakla & oe point de ve.
aidrographiqumelnt le pays oomporte quatre 'bassinse*
i oelui du MW BEtA qui dmtie lee eaux de lOuest.
28 eelui de la KIMAf qui regoit lea eaux du centre.
eelui des laCo de 1'INGHEZI (aSnee d'4pandg de la KAGeRA & I'lt), qu olleste
leo maltiples avesB issue des flanes abrupt de la curette oritntalOe
4 oelut du iOHAZI, qui a0 oonte to des migre filets d9vaant des wateo pla4Um
herbe m du Nord.
Tous so derosent dans la KAGERA qui, souls, reprfsente un ouor date doe qE1terd
portane, osindtl on deux biofa par la chuto de RUJMU (45 U 4.e 4 aubau)gl l rowl d
e~ sa rr iei tim oheanin ioane il peut oeest a dire le plus sarvant a tnfo znt, dams
pOohs des vallsod, de vastee nappee stagnantes et mardsageueo eanftbus esou im
papyrus.
La pr4senoe de ooe bas-ftnde mardegoux a pour oonsiquenee doe fvarier le pw in eaI
atfeolton qui atteint tm grand nombre d indigines et qui ftit eutout doe e rlrV Ip
a lee rivorinr de la hagon. Lee ulobreo fournillent 6galeaent chess ea m-e'lt m
eseblablament par suite du s ntast quotidien aveo doe eaux patridosa Le plan oet e-I
twrat fvrqunbt et atteint prbe de 60d de la maxee. D'aautre atffe4toea bdispt
se t -com -sm teller quo la oonjonetitite, la warielle. La tubefoulose y eI II 4
n'atfet. ordinairemant quo lea atia4L
il praeneO dwiUn rand nombre de mouchesa %te-te" dans lee valley boie$c et
age ee de la aWgsa et dans lee ana du MURWETA entmtne la propagation Aes ~d i
mnesMi*e aa lo don't souffre preoindument lo g ee b tail.
Lee rEdgeam de 1 toat eont thre giboyease e eon y renontre diver~ee eapbees do erI
gibler e do grand4s ftuves.




s.


LA POPULATION.

DogmgraphiqueMet, .e territoire agloeboe touted la population du vieuw rgyammu t f .
LI y a quatre gdrations pienes conquis dfinitivaren par let BmyaJnra -0
iapertanee atuell eat te prb de 10i.000 bes (24.500 MA.V.) qui propertlelle-
nt soe rYprttisenet come sutts
T84%LI oeniron.
MNTAMIO 264. eniron.
ATOVU N*.environ.
II nouxist pas de MT (wpitformoe) au KisLat proprmnt dit. ni sut rnepa
par dos 'AMbTOT? ( honame do 1'l4phant) -chasaeurn venus jadis du NWUep, et q4 jr
exeroent Ia profession do obasiurs At de potie~ .t si e nqantaine do atWA M Allo
ptes dans le BUGANSA SUD y exergant la dernibre dee porofeeolns plus hat etI%*
BUlktklsaas et B4 larnda sont do rae ocomniae et parent aun mbe lanpg ke I W' w
idiotismes prbs.
Lee buMaaMbo ( do ImboOueost, gone do lOueot -sobriquet dean pIa le BaeaL) trL
la langue du Isagwe don't ils eont originairse. Obes eu, le Ia tar s esappelloe ir
au pluriel Abay.-ira. !e mutual sfy appelle parfois Muht, au pluriel MJ .
M%0 de la population du torritoire people lee terrea de l'Oueis e4 du senate Utand
qu lEst et quea-ddaertique par suite doe conditions dftnvorable qu'ettre OUee
rildon do savanes hoetUles au sol aride at ingrat.
Los Bh ki aitsaa et lee Bfta~~ and eomprennent doe Batual, des Bahutu, dee BrerS.
Le stata set oate part, oest un parwia
Lee Bazqabo dee *bayiru" et quelques rare bah1ma.
W- INMO I ou MUTUTZs
Noue ne le dderirons point au physique, 11 eat par trop .onnU, Contentonew-ous dO doe4
eonme le prove son aspect eeomatique, que o'eat Traiseablablaeent ua wa-itemehua I
paeteuar prooho cousin du Galla et du Peuhl, venu jadls du eeptentrio n ae pouoeanma di
rant lui sa eahe aux longuos ornes, que nous avaient rdvgine lee bti-reolit dOe
borde du Nil. Pastour, il ll eat essentitllaoent t rion de plus. A~sLi teo Aun qu
eela puisee parattre ii n1a pas. td un oivilisatour ear it est un exmolut et 4i *
ouffit k so.-baoa. Cesat a cot orgueil qulil deit davoir gardW mnlgid e4e lon1es
tribulation parit lee tribus bantouee, asses de pures a son sang pour avttew teut
coa~aion do race.
Ieolf dane son kimal .1pa i see troupeaux, il viait la vie pabrtanrhalo dAerlt pf a
la Bible. Le hazard do see pfr4griationa or lee haute plateaux interlaestree di
lIAfrique oriental l'amena & opelrw doe troufes paftii les populations antOuens le
oeoupaient, prit subtil, il out tt t fait do aieir tout l'intrt~ que pareelYait
ltalliance do eea payeana frusts ot doux, are pour le serva 11 le told 1 d et
son village en leur inspirant Itenvie et le oulte de son ditas la vase a Uo lengi
eoorm! Pria au pibge, le nalt tantu iit par tomber eouse a coupe au point do 4ag
nir ea bhose. n1 antintint rigMe la eloison ftanh e qui aeparait ea rmoe doe **1* d
ia aletaille. Superbe et arrogant, i eso fit ddBoern le sobriquet pe-peux o dBesda
Pbro des "serviteures XI domina eonsute par 1'ergueilloeue amarehl e Oi* enl(lre
dane lee lbtte doe a race ohes laquelle, d tailleure, iU ldtait hWd dotleve dos
barriwree on hlerarchisant lee ftillee. On y trouvalt la noblesse e .........
return!
Lor~ieq n 6tudie lour organization un point appawrtt troublant. II a'agit du p l
litee des nous do ft~ille ear ohaque amille mutual a sa corrlative du ue n lt
eauvent diu fse otetea ebhe lee autoehtonee et tnverment.s Labne qui edpa, l
doux raee euff it I nous interdire touted ides d' ideutit6 orig lnole. II ftau wm!a"oa
blablenoiet eherheh 1' origine do ee paradoze dans le saermage? Le elrlet arboYI
par la gene1 finit par on prendre le nea patronraiqte. Oeot expltque l httmtMd do
na umalrgi la disparitf des bereeaux.
Plaut4t onogame ( car la polygamie y 'tait restreinte et souwIt daote. par des oa eeo
.i*4s politique ou do conventions) le aiutuai noe 'allie qu'avoe e*lle de eon ranfg.







viUe soiagnusaaent do so deohoir par une msallanoe. St now trourmno dos aflange
do sang lits sent laputablse des "Maeideni de ubli da dbli d tduM dt jermo-A
*ee oar ea rigid onvrentior toldrait cepedant que loe jMeoest ti etiut & Iat Ve
*enaFole mo pregnant provisoirteent pour ooneubine us tille de eolSat
VUe fois warie, la stabilitE do a1i ft e au foyer d4pdI-de a i JanoM dtI*. 8e y 0
It d4ailleu1ri daww station st d'Iun eonsiddratitn quienvis l t- neaOm o s
Osems afrianios. Lo rot ait .olygaem -question de prestige ot d'allt u&ne 4
lame t afin daasutwer & La dynatle ai ohoix de suesooreur. Oette nt t
pas ianT inLooni atnt, elle ouwvrit touto large 1t porte aux intrigue a envies
aux tpree oopdtitionms.
L* doit d'alneese nest guwr reconn at la nrdndiotien patriatales *e onte
tion indispensable au suaeesear auquel le moribond fera reamir des arse des ob-p
jets prdeltux proveant dee anotetre.
Au eortit des terrea rides du Nord, aux maigreo paeaves ot au ltaLt *en, o *_t
enoenteure de haute plate &uaux rlhes herbagoe et aux eaux tNStehe. pe 1-
tre h ce pastour une nouvelle tore promise. In odduistrent 0e neade a
d'autant plus dtaieanoe qu'ils talent peupls par uno rao agri1ole, ,An prur l
Suriessaent et inoeapble do r4sistane* opinitiwe. Leur prnetMj4 t fut lent patf
&1r6al*, pareppaa'llable (par suite du besoin do pituftras et d'au) ei dat n soltlM
etas i1u durent avoir reoouri & la llute. Leurs migoratten p tamisOent op0-4n n8'
voir gubre 4td trop entravdes. Leo preaiers eontaets ave leea bntousn blent aovO .
d4but par does etanges d onctnques qui aboutirent peu I peu & ute "a wgaglitation' qu
se a graduelleant en 'olientBles. Ils s hftbrernt de lui oonfier les dur s ft.
Geo 'treks" b l1itat de horde minuscule eurant pour eonsrquenoe (doe d'ailletMl
quo l'obliration de eontaot doonaomiquee) de les forever h adopter la ltu a m d4e W-
atles oeupantel leur minority flagante et leur rparpillemtnt leo riant aICPtCle
dSiaposer lla leu. ns fn rent par loublr notibrament au point de trdulre lo nm
4A liurs anottreo, qui sont bantous et qul, danes ortains eas, ramtentt jweqtn pt
do trento ggnrations.
thb feote fixdo des ftmilleo importantes so erdbrent doe allianoe *s *t rrogs w
dg seone. d'influ~oen territorlales, lo plus souvent limit par des asooidal aNit*Ur
Wels. lle finirent par he hisser jusqulk la royautf, ellee stndrwt des dyam$le.
Atin d'atgmenter lour restige *t rapper dfavantage la rainto supetstotUeoe do lela
e.oetsm inprEgn s de maniaren elles s orebrent dee gQnalogito deorigine liv*n oa e
baleis, eell*o dee shoe divinieds, desendants direets du er ateur A emo pr ert
tondate~r* le awnt ll allait r redevable do la U seonditi do son *ol a t do Iaarefl
oration do son bien-4tre materiel! D'a c noon de GIROLA donnm & 1'anfotre (dI Vstb
t*ng~-m auseciter une hose pour la praemire fbis -errdiers ft Die4.HUREL). Les tawUl
royals rallibrent lears partisans at laurs subaltern autour dwan smbo r, sorto 4d
palladium don't le nos dtait lui-a&oe une devise. Ellos e proolambrena proprtiolfa
absolu dea terres, dos hbmnoe, des b3te t at e des chose. Elle en r 4partirent t
gostion et 1'usufrait & doe familiere et des oourtimann, qui t s bftbrt de l xs cp1X -
tosr La structure politique embryonnaire des autoehtones allait lower tbrunm doe demo
soe qu'il ano e oonte.tbrent pas dtadopter, Au fur ct & aeeure quo 1'auteorlt trac-
ra doe aselee plus solid, ile odifieront et alourdiront l os rges esout uan
Nous verWns au Mhapitr des Pouvorer politiques' quell.e volution its loar fitawt
subMr.

Ame lourde e passive do 'payeanr n oir do laquelle sont absents la prwEyaneo eSt
sM d tlendeeat.U La aitisftetion; plus oun noae *omplbto doe beolas eait&is
lult uffit. C1ti un rustiqua, un *UOlee'J Si nous en oroyens I tableau, natw ulU4
aet enehtt dtenwagrition, qtra's d4m l&a tndition asitu sa S a&ttentnt a lSEte
i l.arrive du pasteur nt'tait gubro brillantea
A son arrive dans lo I~tabri, IOWA troura leo Abanybtattsh' dans un 4tat tfrisat 1a
soug rie. s so repridmaent de Ia chtir oum d anlzaux prnLbl emet abatws au eaW
de easen ardue amntsEo & l'a id d'almse plus que priaitives. Xrs so hAeL t de p0Bi








do btes sauvageo ou d4coroes dlarbre battuee. 11e poseddaient quelques maigtro
Oulturee rslieees au moyen dlun gro L-ois recouorb, sort de heyau grossler appeld
l*nkenso". 'arm ment no valait rure aieux. O'tait unme ouwre et paiase anIaI
de boxes appoele "njuguto* don't on so servat sooe arma de jet.
En rdalit, o'tait ime race de payansr montagnards bante u, fraetiome e en oaelns
faaillaux sous l'dgide dunm chef do famille-propritaire do I'aire agriooloe e de4e
1 rdpartisaait lee lopina et r4gissait l1exploitation ooanmautaire. 1i e e'adoealftB
aux quelquese ultures vivrivree indipensa l le e a lur be distance prtiquatent l *he
du petit b6tail (oaprin, sane douteT) et accidentellement la classes oat peTl Aam
kylo9dd dane run routine anesetrale don't iUs subisalent, enrdsign b ae plke, ls
* en remettai~tt & la reproduction servile des ptrneipe empiriques don't 1n t^ptLtti n
par des g~/a limas sucesselvs avait garanti l'effioaoit,. Ite disputatlat pibt
mat leur r aitence, attendant passive mt lasoca plissoment do leor detino Rim as
vint lee stimualr. Aucune tentative & 1' invention ou k l'ae~mloratito no viAt rraprt
I 'envouteaent qui poeait our eux. Ceoi nous expliqus 1'indigenee do lar oteoatq
indu1t1.elle et artistique.
Ler o*prit do solidarity n'exoadait gure lee limited Etroits de loure proolb ot
lUs ooin justiflatent par un dieton d'un rialiame digne d'euxt "Uhitm ntaft utpirt
Qui a la diarrite no soutient pas celui qui vomit!'
Lee mathode d' exploitation diet4e per lee conditions d iu mil eu Ia scltrit rTl-.-
tlre qu'elles entrainaiett susoitbrent l4closion des habitats dispersds a oL p teoe
l1e.
C0e *lans fmillaux, guiddr par desw d uois d'entr1aide et do self-drf.e e*, tftim~be
de4 groupeent4 & liens domestiqueos-uqtiques et meao politiqueO sotas 19utr4Wit pi*
oul ainsohe ef tiv d'n maoneur. Go dernier, si nous on droyons toujours a fr tdiat
natrltm, it une sorts doe hshan' a la fis chef et sotler aet qui satftbl3ALt d
EOw do ts lorsquo as domination e1ttendait aut uno confidration asses imnpWtrnt.
(Allusimo & kGat at Oakmr, cheft du elan sAbazsiabas ainsi qu't Machia, ob~h du *Un
Il Naprtmatie du pasteur ne fut pas ace9pti darembleo, la tradition ajciUats XIMA no
ft nreoemo coneisa 'attre' par lee Abkanyabutka" (posseesseurs du ol) so tUbukam
(Ie 'noire') que lorequil eaut enftant douse enfants (11sest que l ta Btustl f ta
dfeau noebrumx). Com i oomiieaistt l art do taritt et d gelanem 10 tor, *I
Antfeti*na des outils St des armes. hans lees dbuts, il prita dae houe aux Alm k-
b ucal' (Oucwl k Iuka e.a.d. e rancher la bou ) & la condition quite oft~U aseet
peu lui & eartais momntents Entrntamps ie pouvaient tair usage d o la hbo pour 1--
p ropre oulturs sia devaiment oependant La t ire voucherr une anut' (wimrt1ruk) ara
Ihabitation du dornateur & a fin de eo lus eemaine coutumnire. O'est la niaeimane do
l intiLse prenier pae vernl 1 *linttle .
Soaus e signe ds intrSti r4oiproques lee reesourees de loun compl4tant selle 4d 1'tM-
tP, lee relations sat ermirent pr l ooeroi, a la lon : u, de lusaufrVit 4dlm teUr.
4dui$ par 1appft, le ~Mhutuh ne pourra .t ne voudrn en srrawher, inoapble qu ALAt a
dTewnu do vivre Wns l'appuit t la protection de oee attree auaquels dne e s re umte
eanee it d4eerne le na de pBre et do mbre (dsda d t s an mbaja). Tout son id4l w tes
dre lee servir et m&ae, si possible, & lee imiter. Le %laln' prendR leur nrm is
le taptam oeampltant ain e l'effaoaeent de son paset. I tVe auv danp leow trtlu
lationea au laard de leaur rtiue. Con~aquenoee parallelisma et dprpillemnt dees
deofas le. La eOlientble" eat rde! O ltivatewu n A, i1 subin aalgr taut ltInflttene
de eeo maltre qui nt pour la glibe que du 6npris. Et d e lore, aee effort tendr a.
i y 4 wapper on as'levat o'est a dire en poseddant du groe bdtrls g4nlrateur de 5l4t
enttle*. Certain y rAfeerent si biea qu'aide par I fantaisie royale, Ile deOwiar-
leo fondature de famillee qui, par lee temps, #4orocharent le s ervet de Batut. Le eo
des *Absteebe eat de eeu -1k.
XIt furent lnonseleaent lee plus dilig ts artisans d a conquthe U tu Ouemrie
aintUiredt ou totaufbrent rmpidea@int grtee h leur aide, touted v4ll4ttd doe reetslan
o da anc ipatln don't firent narfa montare eerta ine de loeure ems minO preQomL &
se laisser asservir sott qu it fussent mieux orLnieses et plus nombreux, seNt qs'UJ




I.


ru~esen atigue de la tatelle.
Ltautorit dlo I' l titution de la eclienttle' i ra oroimante oame le pronvtt
1' la puisan eat la profondour do ss influences ur lo institution eeO le eOa
ftilUal4ee L'eprit d'itpndapendance affiL par la elientble vie-4-Vii du pouipb
politique et reoiproqumenat la large tolranoe oonsmtie par e dern wier e
atiquee. Ella oonitituar un itat dane 1 dtat.
2 l&a mtutiplieit de asa oonvmetions et la riedo e dee prineipso qui la rigefast
tiaPiestn de l'anoiearmtd do sae original ds aban que s OsemMnt qut n'est p"a
elui eonsenti a un autorite politique aaia bien au 'she ba.a.. au FMptoun.
om se arwdi4t qui, par la suit., abara oertainee tmilIes iniLtea I L dIAtm Sa
ur lee autres qui, ultArieureant, 1i. loweront h la royugatd

LkM*OM O ou ABATIRU du aragws.
OQam nous lavone dit plus taut leur non vient do sinboe qui salnirf Otie t at d4A
lou avoir tA4 ddo~rn par lee Bjanda. Co sont leo Bait du du rKarge, q tpll *s t 1'
rigine du olan qui a eesai"a an long do la AGKERA? D'prbs louse notable t Us sOXIt
veam du Nerd, 1i y a un peu plus de 75 ans, pour dahapper aux attaques rapdItde t
lI* itaient l1objet. Sous la direction d'un patriarohe nam. NITAUSI (~luti qtl ~tanly
deait roncontrar pou aprbs dans little IUBARI et don't il sera l1hSt durant unO imUt)
deeendant& de NDU M fils do KARAMA, ita suivlrent les rive de la KA IBRA ty & MO-
'ln gprogros siver nt pour finir par atteindre derniOrment lea chut&t do RtUPIM. 4 L
oenditnisn partioulibre des rivea de la rivibre les inct&brnt 1Ta l f lear I to i
lit A d'eb4)rt Ulsta aes4donnbrant dsonmaia d avantage & la p1ohe at la l a .I
L isolement et la stdrilitA do lour refuge lee mirent h lIabri das oonowitisee et d i
tUeWrtion. do laure voistns. Tribu do gens simple et doux, iae soot eouragew .a-
ear at efallenta phehours nalgrd lee armes et engine rudimentaire dent 5i diApeaos
Ils orira ent l4tranger male colut-ei a t8t fait de lee conquDrir s'1l it pre ou wd
doucmwr et do doigt6. Ils sent serviables ntis jaloux de leoI ind4pendanae.
esadbdant dea fSyee ou do ia parent sur lee deux berges, 1s passent lSdit tr
d euno m lautro h la moindre alerted ou lorequil verulent so eountraire & des ebtliSfim
Oe cont done des indithnes qu i ebappant au contrtle de la chefferie, n I utat C*paIt
rlueoan ttre qutles patent asses r4gulirement lour impSt,
madogames, la p*nurie de fames lee force a chch her dpouee au Magwo ou prti -les 1
Veqinae de la ouwette des lace. les ent une forte tendance la polygateO lU, rli
1 language du itagwe, proche cousin du Rwe arwanda, iais plus guttural. Lemur alt
mon eat du type courant au pays auf dana certaines regions retirees oh e l euastruw
aent dos cnes en tronee dsarbree qul ha capautent do chabame Les vPitablee A as
ignorant le foyer sur trose pierres et font ueage d'une petite tnrnob e ui lee rke er
de laquelle on dispose lee reipiente. ls se no uriesent principalement de poLsteen
d4hippe (en temps de diskette, lsa en coneomant mSae le cuir), de gibier ( y sopi "1*U
abbe), de sorgho et de harioots. La pche so pratique & l'aide doe nao ew at 40d i
do fondas hhaeqons grosslier. Oabotant dane des pirogues 6troiteo et tnstablei i3
naleitont pas & attaquer l'hippo en lut langant des laices & flotteur (la ampe est
engage dana un itui en papyrus ou bole '1ger) du type ploy .par lse rive~rain d
1'Edouart et du ivvK,
Izxtroaaent superatitioux, iae raignsnt par dosu mstoutJ les mal6fioee-les sor ia
ea la joettator*. Atssi, las eoroiers et marohands dtawulettea abondentile paod e
Le uarwnkbo prise tout partlculibrement dee dernibrea et il an eat littAralml nt ~woel4
14. ee arm*s ellesoieoe no d6tiennant lear puiaeanoe et laur effieaota4 quen vegr d
4 talisansi Oroyant a la survivanoe de a NnealO fillmux, il et r Elet des tattee
mtaseule (sabl blese oell* e du Ruanda 'Indalo"' la a oIrre do cblacu dt eu. yt
epse des offranda eon nourriture ct mame des radd~ctions dlengine do cbhaee eu de.4
lorsqu'on eotime qu'ile pourraient en avoir besoin, c tr les dftnta vivenit dane 14U
Iu5alaum et, ce qui eat plua dangereux, ila revionent hunter l1- lewoua, Iauin, 11
a u ftre Supr$a4 qutil appelle KAZOBA' (de Islba-Soleil d'oh le GRAND SOLEIL e KMA~65
file direct de RUtlHAn (notre GIHAN:GA du Rutnda) -le Orateet ea ohargd par Oel@ i4St d4








ve.llrI & la pseepdrit de 1'eneamble de la Crdatio; o'eat la Providenmc Divine. O
eitO eet origimnIre do Il'UYORO h las nae divinit& at reeomt es hebononre. On
luI rend auum oult. rdel mais on so content do lui randr un homage platonique a
l'tawmquant e e 1 itant & tout proper.
La eeiffure dee fem *Abanpabo* e t extrb ent original. Lee he8w sux ant taDl
ea Oareml oneentrique du plus bizarre effect. Le honaes ont le etnhr re MtN al
tain dentre oi tolbrent au saonet deux petite. mbhos appeAs tWDUM'( ouriouW
amalgie aves le nom du chef do clan fondatour) afin, disent.-ls, do pe*voir rleW
ea sipe do deuil lore de la mort du rot du Ruanda.
t* e e tent ordlmirement de peaux dhaniudux (antilopee de prf4trence tou seral) A
peroit des sandalo groseibree hits de peau de rbbre. Cette protection du pied *a1i
pese par suite du grand nombre de'pines aodre s qui jonchent Ie sol doe sawtne qu'ils
parearent journellement. Deputs que certain d ntr e eux se sont risqui~ e s'aventwO r
dane 1' kntrieur du Klragwe, lo vt'taent long dtt IhanauU oet devenu de amde et leI i-r
ohes aiment b rer'n revetir.
Le ealut dQ au chef eat emblable k celui de 111'UANDA. L howe stagenouUle e eSta t
reepoetuweusaeme des deux mains le -enou de son anttre.
Lee Absabe ont Jadie posed46 g#u roe b tail meai la presence do lu %(-t.*4i', agon
prepagateur do la trytnoesomtaseo, 1a copltemea t dioiar. 11 no leur reete plus (
quelques tite e fWliquese
Lee elans reneontr4 parmi eux sent les suivtntet

Noe du CLAN. Ues1e. T ubou ou interdiction totbmipu.

AMuE Un membre des Abazigaba rariaser quelque chose en chemta

ABASHAMUB Un membre dos Abachtba l'6pine de l'arbre *~'tle

ABASITA Un membre des Abagahe le coeur de n' mporte quel animal d
du groe b4tail
ABASINDZX Un mnmbre dee Abachytba 1'"lImpwi des Bany igqayAbasha%.i

ABAZIGAM Un moabre dee Abagahe lee trips do n tiprte qutel Maj1 (At
Ruanda- du gros b6tail esulamet)
ABAOiXA h Un masbre dee Abazigaba la vache dite Igidbambatl oest a dire
portant des teaches qui cointurent le 4ee.
swa .----- --~--~ ..- -~C I- _________-
Toue eee olans nous sont connus puitqu'ia aornt identiques a ceux rencontr4i au Ruad ,
5Lee a~rambo' eont peu nombreux danr le territoir e ot tr naobret n'etode past0 *
aee. ( = peu plus do 500 M.A.Y.). Its ont rigis par des chft de clans qui =l
reonrvisaent l'&utorit4 politique deo chefs Abagesera* sur les terres desqti~els I
ewot oblmsent.
:! Lur piment un tribut en peauxdents d'hi po' ... etc... e asis no fournisreat at
S tw lie rel~rnet done plus du "Ngabo quo de f* butat&a, oe qui et ditallelW
-- --:-- -" -.




7.


CHAP I T R E I.

LES INSTITUTIONS POLITIQUES.


Le dOVeloppeeant de la colient~l at la force de domination toujours oroisasnteO qielle
angendrait aenbrent ineensiblement lee Batumi l a hi arshisation du pouvoir et la eO-
tralioation finale. La stabilization entratna la concentration dec famille fino par
les ftailitts do cette terror. Leo plus faibleo aoceptbrant la tutelle d plus fortes,
tout on -o r~servant oertaine* prerogatives. Elles concennt ont Ie pouvoir eotif 1O
mains d'dm chef, eseet la naiseaneo de la royautd & rgin e iodal.
0'eet aux "Abar gipnya' que reviandra l'hbnneur d'aseepter le tambour.
Tentons dlarraoher au foiulli do la Tradition lea quelques vdritA qu'elle dolt ndeo-
ma irement oontenir.
KIGWAdit-ello, apparut au MUBRI roset a dire dans la rWgion I.E. du Ruanda actual.
Sous *es dix succeseure, q i sont tous 14gendaires, lon ee contests de rigir ler pe
rents et lurs olientbles respective@. Pour le moment, 11 n'est pas encore qauotion 4
royautA maia tout iimplement d'autoritd patriarakle.
Qui 4tait oe KIGWA? Lee reoherihee men6es depuis plusiours annre nous permettent do
jetr quelque lumiiBre sur le fondatur fabuloux doeys "Abar~iginl.
La similitude des noms, Itanaelogie dee stotemsa et doe "tabous" du Ruanda aves eeux des
divers habitants des regions du Iord, de 1'Est et du Sud pont autant d o aloen perat4 x
pour suivre lis tribulations do notre h ros et de oes ancstros avant sa fiJation aM
Ruanda.
PfIons dabord le terms 'UIJNYIGINYAM ce n est pas un noa do clan maise otplaeent 'lr
tere prie h I 'UIYORO et don't on ee sort dans ce pays pour d4digner leas prinooe do eaag
(OMONIGIUAiA on kinyoro) come on ~ploin Ib tarac "Abaganwa" a l'Urundi.
Pour autant que le comput des diverse dynasties, qui regnant encore actuellament dane
lea regions des bauts plateau, nous peorietto de le fixer, i1 seablerait que do paleeSin
tea migratioao de BATULI3-B~ILIA so produisirent ve.rs la fin du XVII iate eikele pour V-
gner lee terres nouvelles du SUD. Ellea se ddolanciant sous la conduit d'a ohbef do
band, RUIINDA (fondateur de la puiesanta faniille princiere dos Abahinda) du totem du
rodeo" (einge vert commun) ae distant lui-mwee descendant du Dxzmeux auchweli %AMULA
ot d'une concubine nonrae NAUL;AKI. Co conquerant et soo hordee familiales quittet le
BWERA entreee 1'Ankole st le lae Victoria-Nyana.4 et envahissent suooeesivement l MUBMtA
et le KIZIBA oh ils fondent de petits ro aumes Nkande'. A la hauteur do 1'AaeMle, I
branch la plus important du clan, lee Abao.ambo" ( de lour fondateur CASAuB O) ObUI
on direction Ouest-8ud et fonde le royaume "Umushanbo du Nkole et du Mporor et N) de
Ndorm. Totem-interdiotion la butte brilo (d'ota vraisemblablement la eo6rmeaio puri.
ficatrice faito au Rumnda aprBs un incendie). ioue voila bien prls do 0notre KIOWA3.
Celui-oi eat sans doute un descendant de la dynastto rbgMnnt au MPORCRO, votein do son
point dLrattorfesapage, l i.UBARI. La tradition lezenrdaire, or6e aprbe ooup, lo vout
toubd du oiell la tradition historiquo nous le montre oblige d'abandonner le aemla pjr
suite do la disernoe do ea b'ere rdpudide. 11 f tenva vers le Sud la conqumft do torroe
at do gloiroe nouvellee. Au ta -ou de la hutte brule, ii substituera raduellemienm olui
de 10IFUTI* (tout Stre naiseant lea maembree infQrieures a avant) de l'1pwi (petit
animal neoxistant plue ou ve au Ruanda) -IltIryan.e-le faux pique boeuf (eymbolo doe Ifla
td ear oet oiseau eat reconiu come roi de la rent ailo). Autant d'intordietieon tot-
aiquos glaadee rtr 1'aboorption de farilles parrllbles plus files.
Fatiteent pendant dix suoesaeours, lea hautains 'AbanyignyVs' loa rllieront leur
naigro tambour car ile ont momentanremnt perdu contact aves une branch parents qui, pes
obdir aux rbgles de l'exognie, g r~ le'autre e9t4 de la rivi&re mais qui, par ai suite
s14tant eouvenue do see droits, roviendra exiper as part du gateaau. O'et eo elan do
la 'grenouille otu 'erapaud" lee 'ABEGA'. lhie i letmble combimneison sauvegUdetsa lfa
pa rogativee doe deux tfhillee.
Le sueooseour ohoisti ere toujours en bae- ge ce qui aeeurera un fructuwux interroine
aux "AB3GA' qui assumeront la rdgence vu qu'lis ont 1exclusivt)~ do la fournituwr de
reinee-mreoa.
KIG A n'eet vraisemblableaont qu'un sobriquet, ii signifiet "tombe ? terre'. Noua verw
rone, par la suite, cornent it eat nd.




6


Le lsoein de terrre et do pturtages et peut-Stre Ia soif de eonqutes ( oar l'appdtit
i families e est aetru en fbnetion de leur puissane) incitent nos Abaigaglal & d6-
plAe leur centrM e d gravity. O'eet iat qu'apparait GIHANGA ( d Ou htge ooso dit pt
odd-aimt). Ce noe est loin d'tere une indication car olest, hlas, Ie s- peeUdoIe cournat
qu'on ddt ne dane touted lee dynasties haaite pour qualifier un fondateur. II voile ta
rdaliti historique qui dev it porter un autre non et A'a d'intlrtq que pare quil ltmit
Mae ident i de sdthode dans 1' attribution du patronyme. Eno e* et, nous retrouvens la dlm
qualification a I'UNYORO et au NKOLb Ah it dsigne le t ondateur initial de La "gene as
mose RUrAHGA, sott omoe HANGI; au KARAGWB, il eat phre du hdroe diviniear, ZOM, quw
nos avonea v Providenee des "Abaryambo; Eh a 'URUNDI, oeat KIGANGA, pbre de KANdABLtUDI
et oh 11 rennte au etel come dane lUNYORO et Is NKOLE du reste. Alore quau RUANMI
oa aa quality divine est mobin aceuade, il emurt paisiblement au BUBERUA. I1 st es-i-
pr34ent malgr quoe I listed dee diverse dynasties nous r ltt des ioart chonolopiques
variant entire huit et quinze g4nirations. II taut bien s'arrater, faute d'eutre pt 4acitas
& la eonelusion fiite plus haut. Son rbgne marquers laube de ltmnifiattion et de la e-rO
tralisation du pouvoir, e'eat la stade embryonmire. GIHANGA quite le arele trop bwiEb
du MUSARI et marehe direction O.N. d'abasw puis appuie au 8. pour rovenir ensuito au WU
GANZA et passer dans la terre qui prendra son nom 1' IJUANGA. Leos AbaeyrV urabgage' f-
nissent par Ie fire mourir & la oolline WUKLBUY au Buberuat?
Le servilletx populaire va s'appeeantir a plaisir se it et geotee et ii vraM
ae 1 le Igniteur de touted lea dynasties voisinesL KANTARWANM -WATAJBRUNDI -rKANAlBYI-
EKATANDOITA -GASHUBI (Ondateur de I'USHUBI) -MoorNDO (fbndateur du BGOESRA) et, o*pale
diaoutie et quo 1'hiateire controuvera, de KANTAKISSAKA. A otte abondants deaseoendan -
e t sened avoir abandoned la gestion dee terres qu'il avait httivemnt pareouruest U f#i
Oft aequie, la royaut4 eat nse. Elle apparattra comme la aynthee viwvnte d* touted 1se
dnergieo, de touted les capacitis et de tous le rroits qui gisaient & 1'rtat latent et
diffst dans les famillee. Le ron asesiilera en lui force-religion et proprietU. Lobeuew
aurere dwun ohef heureux no lui suffit plus, son people lui-aSme exige pour lui de searo r
oo* plus sublime. Oeost la naissance d'une thEogoniet KIGWA sera le descendant direfl
d'MANA et lo eya clique NKULA (la Foudre) son pbre putatif! L'indisor tion de 1'eve OA' I
va l preeoipiter en oe bas-monde en oompagnie de ao soeur NYAMPUNDU et de MUIUt I, Le tode
ree divinies eat ored et son origin oupra-terrestre aoorddittera avee d'autant plus
de vimubar qu'elle eat un fruit epontaOd des viilles lgendea ab oures deso dbuts do
l'Hu~ nit4 et don't e0e pasteurs so transmettaient encore pr4oiesla ent lee derniie bri-
beol L'heom-dieu sera a suree et le mattre de toutI, le snant na qu&k seen souiveni
Oeet, ous oe r"gne, enjolive a souhait, quo se plaee la dIlicieue 16gen s do l'appar
tion de la premibre vashe Oetto historiette, httone-nous de ldajouter, tit plu hoameM
& 1' gination de nos braves Buayaruanda qu'a leur esprit de logique ear seux qui vop
la Mtrrnt, oublient quo lorsqu'iTl vous ont oont' la "shutes de KIGWA' ila n'ont pas e s
de voua dire qu'il Etait d ja nanti de bltee ocornesa Nous rebrouvons d'allere 1a &
no lQgende a I'URlUNDI ayve lee mnaee hros *ais, si on compare lout hronologie, l e ito
valent wre de la trenpe du Pire Ada ocar ..........il vivtent encore plus de neua
nations aprbs 1'poque oitde au Ruanda. Qutn conclure? Quo raisemblableant f *s'agt da
rieft d'un oup-de-cain houreux eocutu centre un elan riche en bitail et qui rasbga le
oheptel ,eorng des 'Abhrayigia1'. Leurs d eendanta, pbnetrant dane 'lUrmdi, en iapeortb
rent le aosen r St dtelarbrent law ebndatur contemporain et asteur doe l atima
A OIHAK a suooeder un autre peeudomne, KANARWANDA, le noa eot a noewveau san sle
oar, oame nous le voyons plus haul, tous ses voisins on porteront didaetique, tir. s des
appellations d enneo aux regions qu'loe gouver ent. A l1obsour tambour de KIMLAs je .
GIhANLU a eubstitu I' orgwilloux "ITIMUMUGIZIl o'eet a dire qui tit la royal ui peV
Una
Do KISYARWANI a RUGANZU NDORI, autre guerrier redoutable, o'eat a dire sous le ragne i
qutoroe euaseoeaurs au tambourr, lee base encore freles de la Jeune rate-to eeeorll
ueevent sous laesaut do multiples tourmentes. A 1'intiriour, elle auram I8 Nir, 5a
ve, face aux intrigues, aux rivalit~a et aux competitions qut quotidieneaent 1'aeaiitli.







L1 teda t~4quint orbtatro et 4touffor a aditiita qui, tel un feu sour lsa o snd
aurve latat e4 a'attend qu'un ooeasion our s'eabrasrw. A le'xtriur, Ia etwlte
n'Sn ot poa moi no intense. 11 taut an ossao guoeroyer pour nmintanir Ilant66gart
froeatior bion -eaire oear la pluprt des expAdittins entrprio pour lee AMo a'e*
4 o aowa4 que 1 pIMabreo rassias plutSt quo do vrritable eonqueSea.
Oo4t dwant. otto pZtfode quo nous entendron parlor pour la pruitr= e fto du 1IM88
a la s ematLque royal dut Randa. I1 no osagira pas enoor do oobto ManI dta oipOlu e
rivalitE. RWAM U loT BIBMM, don't la **our a pouse un *lmnde' dolt, olona ltoracli d
devis rqoux, donner lo jour & un hdritlr qui "angera l tanbourw de Baigqg 't .
BSIMM, obismant aux ordre ds aruppices&, ira volontairm4mnt *otti r on holofeavet
pou saurer deotidge do la dystito. Apprpnant son s aritfiS, e sou Ns Motlfdg
~ut aTve *e le ta niftaste!
Sous le deax r gnes suvlvntm, z e pays ra oourir l plus terrible des dangCrs 4 u
te de rud 4dproeurv. 0st l'invasion does Bayorose vritables vandale quts, X 4d
re dee rch iqueurs, ditruis lrent leo hoomeso, Ios rdIolte, les ar br e .4 at Ie oo M i
On dit qu'11ailsf an an tout l Ie obees jusqu'aux arbrws vert et leo arbrs a*ew d
SSW que 10l herbes verte e4 lee eboheet Ineerrigible plUrlard, leo Barneo awka t
pIede bien loin au Sud loutr raids qui en faitaient la terrour de pasterns a&uxp stO
amvient sousedd dans lfUnroro prbs quo cotte region out Qti brutalemonst 4 qt wrtl.s
sent abandonnde par lurs anettroe. La ohroniquo reconnalt quo tous le* *ffbr4 dpll~'
par B'nqigr inr pour les dloger du pays turont vains. Ils no so reotrbret qu'tprb+
avoir dpuite toutes les ressouroo locales et sou la prestiond 'Wne terrible ftalt. LeI
vainous tmporairee an profitbrent pour tiller an piboes los trathards. L' tagkrntion p
pulire iLputa naturellement cotte victoiro aux sortiltgos dmun sorer Vataur MaiRA
(1e mse don't on parlera ensuite dans Ia lgende de loUrmnadi t qui enftnter RIITOTA dent
on attend le retour qui doit marquor leaube dea tempo nouveau).
Lee deux rbgneo suivants ont sans evbnements s illants a part la ouaisolen d aun vat
Ohef do olan du pays do Oateibu. Au troisibme surgit un hro. national quo aso exploit
went me 4tr our un pied d'galit aveo les KIGWA ey leo GIHANGA, eeost RUGKiAU NDOLX
me pour noo illustres pr~4~4ooeaurs, le moereilleux 16gendaireo brodoma X pla i r 4
U nat movecille qui no solt attribute & RUGANZU.
UIem antanf nt l4 ine du "tambour" par un rival puissant, RUGAMNU tlp d ot fu r ot an
dt somn salt qutaux prodiges do rusea t de courage d4ployi par deax fidblos un m at
04t .....* n eynogEphale. Le roiit de aventuree aussi abs*rodabrants queo imn magl
do o o trois hdroes ot digne du genre Epique et oonatituoe un doa parties le plus ini6m 0
ddanto d l'hitoire 14gndaire du pays. La satArilitA *Stant abatte o ur o Rad (1M l
i etm uwantalent plus), RAUGAU roeint, & la dwende gdIralo, roprondr o le opt.l
DU san retour son intrEpiditU et son audaoo dowinront proveObialo. WNuo dies O Ipent
dant rsonnattrm quo leo methode don't ftisait ooaumundont usage oo onqudnat t Ml
plutt do oolles du oondottiere quo du prou! Los artiflieo y temant me plUao pII
quo lo eooourag
R 9S1 a ateondro d rieussont l s rons tibOr du jemunew o sehbt r"yame. 11 los psO
an Bdu jumqutau WANAMUKALI tandis qu'k lOuest, i stoavnturo dane le BOMQS t .U1-e4 1
PMui, i1 so retourne vetr lI MUWNAMBIRRIR alors aux mains dfun elan autoehtone ipri
seua I'autorit 4d6n chef du now do GISURERE. Celut**i fut t -k & ooupe do hteou patr
qui *4ta it, la logendo l'assure, traveeti n labourour? Coci nou dolair. ow Ie 16e Pq1
d quaxquals talent forode d avoir roourse lea Batun pour trilapher do leuo r ritet
*Oe4t la ruse, 1 U bgngeo, qui triomphe du nombro. Sous loeo oueoosea de RtAJ tI
en aea beaucoup ainse question et e'~st la tbreo qui tr t hra d~aantago. Indie d;ae
Ivelut1on do la plstiso a et de linfluenoo ralliennos.
I1 tapertait do tranmrattre aux ge6nrations futures la Idnnire dumw ra* auseli tll
oa paemuosme qu riohe on conquts. Aussi, voyone-nous Ecloro le tambowr rALIQS1MA pOy
pol & une roemnume gloriouse. ISALINGA ibuse, ta IuatL dit ladago du pays ALIM
- in-qat, pao do Rot1. La co~mn oration par un auoe itpeortant aonmament doe 6tei 04
gestee de RUGANSU nous invite i oroire que oe monarque donna un vigourerue a t oalOe l.
blo impulion asu prestige royal. Lo ftrontibroa do la june nation ont EtE4 non solm--d
1tabilia.de. aia 6laemont Etenduos. La renoanee insigne deM "Bhuignlg n'oet pla 0tb




34A


fine dane lea bornes troites oh ils exeroent leur autorite, ell a franehi le limi-
tee do leurs terree pour es'tendre au loin parmi lee nations qui les entourenft
En voyant s'dpanouir l'autoritd souvewine, on aimerait 9 ^tre rnseign sur la condition
dee hwmaes vie vie de leur suzerain. Malheureusement la Tradition n'est gua i loqtM
ur ee point. L'autorit6 royale revetit toujours pour lee Banyaf rnda l'apparenee due
doaef rdvto r par IMANA (allusion a Is lgende do la distribution de I'ntelligene an
huaine) et ii n'appartenait uas au oo mn dee mortels d'en sollioiter le pourqueit *0
liio wibutmi wicha ntiawake@.* "Le travail la cour, tue solui qui ne 1'a pas aeeomplit
Avertissement salutaire pour eelui qui aerait enclin A l'oublier.
Les anralistes so ontentent do nous dire quo, sous KIGWA et ses seeeesesurs, leoe n b-rse
de la famille et leur clientble leur payaient rbgulibrement tribute. En quei conttJbAit
oee $servitudeso? Vraisemblablement en uwe sort de dtie peu lourde pr41evie our les pre
duits de l'levage-de vague cultures et de quelques m6tierse Elle dvoluerfa pr la fste
euavant 1 taportanee et la caracteristique des resources locales. Une 4valuation soeNiA
re dtablira l'assette de ltimpSt et des oorvees dds au roi. Oreat l1apparition doe 1' -D
RO. Le Mwiai e'dtait d'ailleurs taill6 des 'domainese rmi lee moreeaux de ohoia tout on
rtervant naturellement see droite sur tout le rest. 6e rested, il on oonfresr a ls ouli-
sanee, l'usufruit des parents, dee families des partisans. e seront lee chefs do
province (fatUale ntebe- little chefs de sibge) et de collins. En sas de conquer it
entrrinera parfois lee pouvoirs des ohefs autoohtones qu'il mainttdt a nmais le oae n1e
gubre frduent oar le roi "wmnge" la terre de see adversaireo quite & la leor rendre par
a suite (ext le Kissake at lee Bagesera). Lee "watwale' eux-amees moroellerent leaur wsM
pour satisfaire soit aux sempiternelles requates de leurs satellites, soit la IsprieiW*Aw
so g nroeitA de leu eigur einr et mattre. Cee attributions donnant naissanoe ams duteau
tour dtalbiktlgi' et d'"Ingobye.
A ntimporte quel d6helon de la hi&rarchio qu'il appartienne, le b6ndfeitaire dwun poroir
politiquo qualeonque nly verra quiun moyen do eslnrichir rapidement t do meaner use vi
fteile. Abus e eaextions y eeront de r9gle ear oonmMe le proclamse mlicieuseane le pro4
verbe'tyb urugo rwa undi ntarwara inaolka! -Avaler lea blena dtun autre no done pae sI
colique Leour contr$le etavirera raduellement de plus en plus rigoureux, de plus en plus
exigeant soue pretexte quo sol, totes at homes sont proprdtE royale. lie no e eeonen-
teornt plus come au bon vieux taeps des chefs de olan, d une quote-part des produits
do la terre, 1'BIHUNIKWA, l1s y ajouteront l'obligation aux "oorvees -l'Ubulaeta qui
marquera du oeeau avilissant du servage coux qui y seront astreints. COllee-ci no feroat
quo erotre t e mbellir et le serf dera consacrer eux jours de labour sur ainq au att4e.
Afin de atffranehir de eette condition servile naquit une institution qui offro doe swri
eusee analogies avec oelles dee "leudes' germaniques, o'eet le 'NGABO. O*ux qui on ~St-
eaient parties so llt4rait do la corvs o'est a dire so soustrayait a l'emprise du hef e
l'UMJAKA (iaph foncier) et se mettalent en m"ae temps sous la protection d'un patron
influent En retour, fil lul acquittalent une redevance on nature ( produits de oultueo,
bihe et objete manufteturds) et lui consentaient un mbouclier' c'est a dire un home on
armee par ftmille lorsqutil y faisait appel. Nombreux furent eeux qui s'y enroltrentt
artisans et espelalistee, appelas par lee exigencees de leur professions Batusi de oonditiem
modest qui bien qu'lohpant, de par leur statut social, au servage, oherohaient un d4fen-
swur qui lee mit & labri doe pr6tentions souvent exorbltantes du chef.politique. Si eo
dernier uegAlait lee deux fonotions, o'6tait une raison de plus pour so eompter au noAM re
de see wtidblee'. ee cohorts que oee groupeanents oonaituaient prirent pour oohaoun d4'es
tre ellee un noa de ralliement -titre le plus souvent prttentioex et qui ealtait selt
leur bravoure soit um quality partioulibrei Ext Lee Abarasa' du verbs $urasa -tirer a
Ia le d'oh lee tioure 1'are; lee "AbahirUak du verbe tlhirt+ fire teaber, d'ot
oeux qui ftnt tnaber .... eto... ete...
an a e n6, fire parties du I"MABO" c'eat eKo4ver au deasus do la condition de serf, 'eest
aaqud ri la nature de ovir*, d'hoaxe libre. Ceci pourrait vrisemblablement expliqut
lee raisons do eette institution confuse et sparse dont les aspects militairee noue 4ga-
taient et dont la ndeeeeite ne so justifiait gubre dana un pays qui connaissait le pri ei-
pe de la "nation rarie*. Dlautre part, e11e coantituait un danger pour la roysut do par
la puissanee et lees bMnficee qui en ddeoulalent aussi, lee role avalent solar d'en awnget
asses frdqummsent lee chefs. Lorsqu'une foration riequait, de par ea vietlseese, de







Alp tik f, on bM atftoaire as fnit do la ajmwmir an Zui t fflar at n U aU nSouVn
I a g tau*i a] l ae aft 1. NAbwaalr s oat saoedd au z apnMie ad.ari Loown
A fir w4 & arMsre qI ltianflusn do* psuroir pol*tque Ia in re-sanU*. a *o rPad
Utiat sAt rgsat de ptroWgatives nfe de 1 arbitra ir et du despotic e4 eevenst t-r
m d4es e ipl-e O urts par lee obligations oentnetuollse d4 la oli.atL Telo emi
llUhlfM M -imroaN -loe usekes lthIt arsv i'Ubrtri- 1!tatIh 18
.I'Wn my (fthaltftif) 1'Itur et 1lIngmlet......te....e. .....
lA ftIlai e t despotiss du prince otont onuamse de quatidienir rt ASMogasnt
appls atu Gmationsr t aux abuse. Entretemps, la claiesbe a va vu fleurir im rie ges-
blo d'obliiraensM 1'XNKUDSE '-Inka z'~lnqukaruk uIslma 1'lmponoks- I~I-
1 usnr..rm*. ote. ts, ...
Ilvoquat 1o droit do la for, le 1 attre a ajouth aux contributions initiale rIse
Vanee poronnelles ct les services arbitraire. Le Brtusi ax tbe n fy hcapp lmb pU.
Ia soit de p rbendoe fait mettre l'ebargo sur les ptturage, source nouvolle do balft"
oeos oeost IMYURENKE.
DaIns o aquids, l'ahmir royale so donne libre course taillant ot retaillant sans oes
afin iiph u 1 d'appliquor la formuloe Divisoer pour rgnSer!

Lw qgutr premiel sumeesseure de RUGANZU vont s'att aher & onsolidwe e d4r o 4 dVt Io
trottitre du royane. Seoessivsment e Itryruguru le BUsansa le a mdua le D KM
seoort rai s' par lee Banzygi~sn I n arohe dos oonquites va 1 amener otiQVT lo
fot ave lear vtiux cousins du Sud, lee Brunmdia. St on oa roit 1e J 4ott dee 'abtaIV
palbIt- on dehangeo do vns no tournrent jamots i lavantagO do see detTion t9 lwM
.ri BTALI 0esq plus d'tue df4tite. algrE oeo reveos suoeses e e soUs deau r4g0w,
Jamie laIURDI no fut oonquis. Nous dovons an ddduire qutil etagit do simple een mrre
hbe do frontiA e o4 non de vdritables combats.
Seos le inquthiem uoceseur dibutoront los priMes do contact ave 4 1e deatnftW du
KISSAKA. Sota l'aiguillon do beooins nouvesux, lee vieux tottem dO 1' 1ange s t du Ubsai
wvet eub lea leintaine rarent originolle et teaffrontor an un duel sans mWlri.
Sutiwu t lo Baen aLndi, le r souveoain d'alors CHYLIMA LUUcIRA aurait tapOmpe rl eit
r tWli au KI88IA pour ot bir un M oeu Id *A'lP t aumi aiut i omnn payet s t it
ie" allakoLth., so d4 ir do oonquite await dN oourOes plus 1o dv lss *n jour qut't
avaMt plu et quo 1'horisLen tait d'unr luaianoit raemarquable, OHYaLMA, ayant giar Ieo
sawnt do Ia oolline KIGALI, oontaepla leI mrrveilles d4' puanoea tendu. tuearan t Ii
Wrprto es 1n cues do GASANZE (en dseasou de NDUB -dirention de lBOt) i pMn
do alsaes ooloane do ft E provemant deo feux allwnds pour le b1tail -=..eP oaduibtL b
dE rit~eaes du ohbptel. 11n Qtateges oeux qui lentourtient. Its lui rpaldmr
oedtait les te res et 14 waleo h de Banykissoka do KIMWYE! OHYILIMA e arthA IddiA
tMeIt 1a oonqueto. Son fil e HARANABO reut pour mission doe ensr eettoe a spagnr


-*-lg-t wltwtl 01Ws --1 t'O*-t- --*t-t -:-!-




04


S1A P Ilz l .
LE ROIYAUE du aISAIA,

NMlou avonu abandoned le chef des hordes du NKENDEB au moment oth ellee-o-i tfndent le
petitS royautte de o IBINJA et du XIZIM eS qu'twe d leurs rifieafte tionsl Ie' I t *ake' 1
oblque aen direction OUEST-SUD pour donner naissanae aux ftndations doe '1'ANOL^POtO-r
NDOMWA e* ensuite RUANDA. Voyone ee qu' il adrnt de la eouohe ubre. Le deeaadantd 4
RUIMA stavewntarent aussitSt vers le Sudmarchant parallblment & leue eousine, 14
AbamhaatW et establissent dans le. RAGIB oh iIU drigent & leur tour wa puiniaat WM
ha don't le fbndateur sena un RUHINDA ( pas le premier) allid par a mbre, ua ime
& 1a dymnatie du Randa issue, oomoe nous l'dones dit plus haut, do ottoe Ihiw aIl *i4
dot le fbndattur prauE seranit KAHAYA, fils de ISHEBUOABO et do IZTAUM (Ie amsit do
'eett detnbreo cnnesm na isanee au euate dee t abingi) ooae lkindique un semamt mee
fort en honneur ches le roit *Ich^ K4AIYA umushambo wvIndorwa !" Que je tue IM2wA, mi"
*Ihabo du Ndorw!
Aux envron dem rgnes de SAIEMd ou de NSORO SAMUKOJDO, ie noanre NYIRAIAKENDI, *e dL-i
Gant fille do RU~INDA, traverse la KAGORA la hauteur des collinee RUM&A et IMIPARAG
(Migongo-Sud) pour p4nitrer au KISSAKA. De relations ave un ineonnu, elle aurait dAlm
le jour & un file qui re"ut le non do KAGESERA et qui 4tatt appeld t devenir 1e ftadtr
do la dynastic qui devait rb ner our le KISSAKA sound le nom dAtageseri 4ote diu itilM .
ous saevns fort peu du premier rbgne. La tradition *pscifie oependant quo eU leeo ias-
tir etiquee inhospitalibres des rIgione oh apparut NTIRAKAKEE, c elle-oac ta ta
gnr lee rgions eitutee plus h ltOueet. Le pays 4tait occup6 par dee autoobaht **A
sigtb nmturellement. KAGESERA put affermir on autorit. et rbga ap le uMIO0O-. le
GIHUNA St le MIReCGO; Son file, KAVUNA KABICHATSE ( do oAshtfa d~ddeirer), eeable avoir
ou un rbgne paisible et avoir port touted son aotrivit vers le drelopposent de 'ladueMf
4ti matallurgique ( oomne lea premiers souverains du Ruanda 4'aillews).
KIMWEE RUHASHA, son file, lui sucoeda. Oe fut un guerrier ftawx qui eonquit tout & teI
le MWANMA jusqu'aux environs de KIZIOURU et qui 5tait aux mains dee BAIWSAI le WAU -
I$3E alors seou la suserainet du vague rottelet du BUGEBERA, un RO9RO, ( de la faalle
40 Atbuasabo, soue-branohe de oelle du Ruanda) de ose. qutue parties du RUXABGTI.
Sous 1le quatre r*gnee suivants, le royaute du KISSAKA oonatt a Ume b o pa gix e4t do
properi A KIMENIE RUHAHA ont soeeee t suoeod4" au tambour MLUtDiMIr -WItAMo
XWiX t'Sruagve ( de la colline Rusagwe) et RULEGSYA. Les Batustl sent oen tfnle dase
lee terres riche eon tturagee du BGANZA et ont abandannd les brouesse du Sud et de lb I
aux ineultee ht stu.
A RULEOGEA eucede BASIMYA SHWBUS~U. Le tambour va courier de eirieux dangerel De
brouso de 1 '1Bt vient de surgir un sanguinaire chef doe lan '*LbazSigaba noel MiAM3TCI
irritable monstre de f rocitA et de perersion. La l6gende no conte-t-elle pas que, po I
so distraire, il fed ait le earne des janes enfants eur e pierrej tsieait dansre a
hbmece sur des pierres chauff4oee blanco ou ordonnait de pourfendr le etrv e d fmwe
ene*Intee afin de ee rendre oompte de oe qu'il contrenitt BA1MIA lattAque et ....... ae
vaineu NOTAuYOCMBI sempare de REER-GAHOORORO ot sa'sanoe m0e jusqu'i WMRIA. MZIrM
fait appel a son beau-frbre, le rot du Ruanda, (CyillIa LUWUGIRA qui a 4pous wm 1a
RWMIO. Celul-ei lu envoie des renfort*t NTABAYOMBI eat eeois & la sol0et RIMIm
au ament oh il rentrait tranquillaeent d'une tourne syn4gdtique.
/BAZITA oet done contemporain du OBYILMA LUDJUGIRA que nous avoem alsadaea entnsplnt
I$e beautCs du panoama deo rFgions de 1'Est. A BAZIMNA suoebde peu aprbe son files
XIr T '*IK QIMENTE, Son rbgne orquera l'aube dee luttw et des revere eu eois qua en
aolne de quatre gfndratlons abnernt la dynastic au toabeau. aIj coUe eons tambour la
reatub tombera on queaoulle, deahirde par 11tpref 4 dle rivalite qui divlsrint .e t"
Lee hmaeo doe IMENTI sent attaque psar eeux do OrTILMA LUD.lUG IA oue la eaondult dIu
ohel d'expddition SHARA:~ABO ah la collaine KRAAMM danes le _iam_ -a- eo. I1W14R ert
vlan et doit reporter la frontibre de es Ebata ~ FUNWA ( prwb de MUSHA) perut alasi
la province indigte du WANAOHYnAMGE. Peu aprbs, i1 et a wnmeut at S, s e eM
Seront amputd de tout le BUGANZA et de la parties du RUKAROTI. KIMEI t etr4 br.t u
& REUERA tandis que e obef d'expddition SHARANGABO install une aswhe k a Nrl Aa*







ti Oreillea *t menoemra eonetamenat l'adveoraire. La frontibre Nord du tiallt *i
tend oome suits *oil part de la pointe N.E. du lao ~4GESERA pour aboutir h brouase
dL A en pael passat pr KIRWA-GASETSA-RUNIU-RUBIRA-OHNOVU- KABARONDO -RUSMRA .
RIWA-OTA. Rigioa & l poque hnL4e par les a 1phanta 4t le grand*s flins.
OHULIUA LUDJUGIRA mr*W et son fil IDABARASA lui suobde au iaLdtw r du Ruanda, 1
*eneuit une trSve entire KIMENTM et le nouvel dlu, lea 'BayiginW' ont d'ailloeur o
qu'il d4eironts le BUOAUZA, terri rioha en piturageo et an eau et lea no soucient guabr
pour 1'heure de seaventurer vere lea terres hostile du Sud.
On revVreent ooaplet 'seet opdrd et MDBARASA va jusqu'o confier I rEN~E a garde do
tout le bdtail qu'll posebde en frontibre .t qui eat tributaire de l'abrewuiro to du ed
HRABISHUNZI (Sovu) tandis que lui a me dirige une expedition ver le NDORWA. eL'oMeaite
*ta trop belle pour Ila aiser passer! Banyakissaa soe rent a 1'tiprovisae our leur
iaWth allide du moment .4 emportent tout 1e bdtail dans ~ 1ntArieur du royaume. A sett
nouvelle NDABARASA dpteahe auesitSt un ngabo du Buliaa ommaandd par KALISA pour rep e-d'
lee btes enlev~se et donner une erieuae leon aux $mpudents. UILISA eat ut mta beLna
taili o en pios eat fbrord une honteuse retraite, SHARAiGABO tait mort, son fil
ROBAMBA lui avait sucodd & MiUTAGA. II prend la &tee dtune nouvel.le expedition T ?
rieuxa il reoupere non aeulament tout Ie b6tail ravi mais traque sane merei eKIM~nIE qu
nr d son n alu qu' cherohant refuge au dmeert du AtRwEYA. Fatigue io oct exil sh it
eat malgrd lui soumisa un r inme d'ananoorote, KL4t XI1 se railanmnt de sa parenlfti av
NDABARASA, h to un r riesaire supr~s do oe dernier aves le savoureux moesage nuuvant "Le
Onbmarde (sing vert ormnd e*t qui ost Ie totem des Abagesora) me piesent (alot) etr I&
tto e. ton nevou me tramue come mn ? i;vre de orousae, laisso-moti! NDABARASA o~Horde I
paldon I ton oncle maternel et done ordre a RUSA/ABA de so rotirer vrs MUWIAGM. Oeu 0 1
#4 n'ebtempbre pas et aintient le Pibge de la region ineastie. NDABAHASA, furieux te m.
pride de lonele maternel e RUBAM A, j'infortund KALISA st mensoe de le liver au toertIw
Iratr at RUSA'rBA n'obtempre n pas irmmdiate'ent a aee ordree. Oe dernier aly f 4eud mdla
e4 Ovrae le KISSAKA, qui va oonriattre une re de yaix avee llextrieur. tilas, &a I1f-
Pieur,, il va Itre aussitt livtr aux horrours d'ue 'uerre civil qui aura pour eaio0
qumsoe d lui fire perdre son autonomic.
KtMel S avait jadis d4sign eormms sueesseur dventuel au tambour son file KIRk~GA 44d
5I&OAMA malheureusement oelui-ci dtait mart d'puiseacent au oours do la anrpagne d Bo
OANZA lore de la poursuite faite par SHIRANGABO,. KIRTROA, luiul- e, avaitt rea s e os
tata d'ob auun successor n' av. it et dteisgn permi oeux-ct. D'autre part, XNEMR,
aeeable par le grand &ge, avait perdu toutc autoritd et ee trouvait balotte au gt4 de
Intrigues de oour que suseltait il rival it frooe de see enfants. 11 avait, sous Ia
preesione d'une favorite norrIoe NYAfARFGA, doigng un nouveau suceeseeur, noes RIANIAMAA
OCe hoix n'eut pas don de plairo lt'intressde car elle soupgonrait l'pouse 4d lt'dl d4
Stre au mieux avec le sDnile KIMtNL~T. Elle fo.lenta un complot pour mpeieoner RWANDtWARU
gteS a un corntre-poison Energique celui-ci survicut maie en perdit la parole et -lt^Seo.
KIM I E audit NYABAREGA et tout son clan, qui dut choroher refuse a l4traneri, Ot &a1
lee file issue de NYABARtGA jurrente do ee venger de leur phre et do reconqutrir, A l
prelibre occasion favorable, lo tambour. Abusant de l'effaibliseament du vieaux maoarqu
le le sequestrbront littdrale.ent et l'abandonnArent dano un coaplet d46EQerat afin do
htwr sa fin. KIEi'rrE, e lon la 14gendie serait parvenu afirs fuTzr 1'UUWDT, IgP*
Sla ooomplicit. d ddoux fid'les, une feaau nommoe I IIRAMABEBWEE st qui enoeinte de ee
oeuree donnera le jour au pritendant RUGEYO qu i saffuhlera du sobriquet de ZIGAMA e.
tenmew daceriditr la fable de la survivance de KIRE GA. A cette oceaeton 'n emUto
au Kissaka unS bien piquante arneodotet "Au course de sa questraticn, KIMENTs sentua
as fin proochaLne, fit soorgteoent wodeler 1 sa roeeemblance un mnnequin d~argile gqtt5
ddpeeha en Stypoete & NTALE alors souverain de 1URUNDI avee le nieaage suivtea1btioi
Men mage 8 t Su vois plus tard un hOTimo qqi lui resemble, cest mon desoenmdSt. gQis1
vienne reprendre :;es biens et aide-le a le faire1o
Avse KIME]TE-deaniow ptlier l6zardd d'un Edifice croulant- aseffondre la dynatie. O0
ft11 ea urde, ochact dee file so croyant autoriatd se taller un fief dan lbe vLssruYH








MKUAnA"NO sattribua lo eommandament du G1HUNYA son frbre KAKIRA s'adjug~ 1 1 MI001O
atai s quo SEBAKARA s installed en mattre au MIRENGE. Un autro file RUSUWBANTVWAR profit
de a quo le sud eat mIins price pour amputer le. GIHUIA du BUTAM at s'y 4tabltr an p4
a4. OChacun s ddelar. ind4pandant mai roeonmntt ependant t LURANGABO eomo What d
tmlale. C1eet l'4mittement et 1'anarchie rbgne en mattresse dan le pay 4 dsapard.
Le tambour RWUURURA"(du verbs Gu-kurura -trainer sous prdtexte qua la dnsti 4ttit
taue d'une faewa, IRAxKAKrEN, qui portant ceinture la laisae Iner" Ut r Is l.)
pseara ux mine do MUKERALNGABO, i1 avait rerdu toutse a puiasance et no sea plus ~4sl
bate qu'u symbel asans valeur.
MUKERANGABO rt et laisse la primautd de la ftille b son file, MUHANGU. 0oltuitlt
Ju.att tmaporalraenat a tuscitor une f duration dee provlnces sous son autoriti plua
aotnilie qu'ieffetive. On lu roeonnait un certain orddit et as tNf lle lul enseat do
tamps ) autre V In4ger tribute en tdmoignag drall&geane. Jamais 11 no prit oasu po
le tittr d* rob. Le pays vg ites le d4sarroi st lea pertubations. MUHANOU disparatt
eana avoir pi ralisar une union solid et d4tinitive. Son file NTWAMWETE lui sauoebW*
La aonfitsh ddu moment est propice aux troubles et aux luttes. A l'UWUNDI aun obebr
praendant prepare leteament le role qu' 1 e'apprte a jouer s souvenant do I'ultl
V o 1tmit par KIMENl E k 1'article do la mart, o'ert RUGETO! I1 so' presents au Vrot
110UNDI comne file de KIMEN= et candidate au tambour. Le roi an rit at lul con.solle do
as tenir coi col i 1 sera indiatenent ddmasqur 11 n'a rifn pour dtayer sea prptentLa
pae oame la maindre reesemblanee pWstque aves oelui don't il o prdtand 1l desoeadant.
Pes lui import*, rdpond-il, oelut qui me connaltra seaa abattu, qui m' ig oreaTs vir~v
It as pare du peeudorymd de ZIGAMA pour aoordditer la l8gende do la surlvi do XKIRkZ.
Coms 11 set borgne, il n'apparattra quo Is chef voil d'fue t4toff do fieusa ao qui as
jautera une aureole do mystbre cet tre dMjh si strange.
II penbtre au GIHU:YA -rnllie des partisans ( co qui lui 4tait atd dans wa terror auewl
d4oorganisoe) st Stend son influence vers le MIREG et le MLIGONO. 1 tsue teas oe0ux ~gt
avalent le I auvais ton do center qutile avaient connu le veritable KIREINA. Avesa II&
de oea quelques fidbles, l orga lise administration dp pays aprbe avoir rapidemont sUap&
prit lees quelques fantotatiques chefs Abagesera ou Abazigaba qui prdtendalent ensoro
*xeoreer quelq pouvoir. NTWAMINET, dent l'influenoe e'avbre d'une ftibless reoarqUal,
a eubrepticeaent abandonnrl e place et prit bhtivement le ehemin do l1 *xtl 11 a Ils1
l BUGANZA oh la protection du roti u Ruanda, TUHI GAHINDIRO, lul est aequise.
RQYTO no joult pas lonrtemps do son triomphe. Son prestige avait d'aillurs eit qt qu
pau entan! per uie r4vlation faita in extremist' per un de sse suivante Barmdt qui,
aigd au supplies our 19ordre du miatro auqul il avrit d4plu, lui cracha & la ftee s e
mdpil en I'appelant file de SAMAITDARI, rdv4lant ainsi 1' becure aurora do colui au as
dieait ZIGAMA. 11 ourut peu aprms d'une ffaon un peu m nignatique et 11 eat B praemrw
qut aa mort fut quelque peu provoqude. A cette nouvelle, NWALWETI so hit%* do r gapin
aa patrie, 11 reprend le GIHUNYA, son once MUSHONGORE as dolare mattro du MIoOlSO
andia quo lVautre, ns on MUSHEiE s'adjuge le MIRENGE. NTWAMWETB conserve le titr1 dA
ohae d famile. La concorde ne pp uvait durer. Ohaque province pretend arssoerr ltra
et Lt s'rnsuit u asuoaession desearnouches. Le vioux tambour finit par tomabo aux ~1uw
do MUSHONGORE qui I'emporte & KfIMPARAGI, la colline d'oh partit L'anoetr pour la eaun
to dua ISSAKA.
ee aSflprxandi, quo des suceea inintcrrompus ont enhardis, aprbs une rapid oenqu ta t
VBGSEUA, tournent a nouveau les regards vera le S.E. sous le rbegn de AUTARA,LOGI A.
L4on ddride ume nouvelle incursion dans le vitaux roynaune do KfMENYE. Ell esat *euf&.e k
I'abe' HTRAMAKUZA. Pour tromper 1o'nnemi, les priparatife so fbnt oatsnttbl 0
aux aborDt do MUNTAGA alora qu'en marchee forces, lo groe des aff t eift a appe rUtlT-M
usnt I Nored on longeant le MOHAS X t tombe a 1improviste our lee troupes de Wo AMTi,
qul. surprised, laehent pied. Leur chef lu-"enae senfuit & BIRENGA. hiaa ra med
retiraet apreb avoir oopieusanent razsid touts la region parourue. Une beone part d1
oheptel paio lee frais de la guerre.
SOete eas~pg ouvre 1'bre de la oonqutte dEfinitive qui comportera roie phj*ae.
Allehds par le riche butin ramen6 d'ne expEdition aussa aisle quo fructueuse, lee




00.


l, diriges oette fois par lasugabe OGUARAMAGARA, parent do MUNYAQ et en a
dMU dpide tondent le betail de oTMWETE, qui, pris do panique, a trouvp plus prudent da
sa terror dans le ba--fbnd de MUSYA plutSt quoe d ddfendtmr se people ot leurs blee.
Ltaudaoe t l'aisanoe ave lesquelles l1'nnmeunt am e aes esagoo ont sad la tOrreI& r&M
le pays et ina4euritJ qui y rAgne engendr* l'angI p o e4 le ad oont ntare. t be-
peOple st ftigu a et aspire ard aent Mune autorit fbre o capable do fdtabltr 1'ora0
aso pi x.
TAMWf~TI, inapable do lutter pour reprendro son bdtail, tromv plus al i do eso preadn
&i sn enle RUSMfNYT qu'il dipuilll do son tail et des oollineslA AZA-BMR-KARBKl
KABIRIZI-KUABUTE -ISHWA-KIBRE -GATARE et KIMUGA qu'll liv.r & e "Ab a n.o O'SiUat
so rd2er au evnem irrdducible qu sein d'un plaso ddja profondmaent mindo. RUSKENTE,
qut n'a plus quo sept oollines dsertes, gagne le BJGA07ZA pour y suscitte des psFrii as
Ayant oonotitu mune troupe asses iportante, 11 slattaque & NTAMWETE t ........
taill en pices par lea "Abarasa & NYARUBOIM~ dans 1 troite vall do NGARA. RUHeRY
et ss fuyards regagnent Is BUGANZA. Averti do cet dabee, LVOGRA, qui suit attelsUo-
snst tout eo qui es passe au S.Ep ftit wander RUSHNTE. Ils oonalient Un accord se
LWOGUEA lui oetroie un regiment, les *ABAKEMBA* sous lea ordrea do RWIHIMBA. Av-rtis des
aanotovres do RUSRENTE, lee *Abaraesa n'ont pas perdu leur temps. Ile ont eonntroii a
vaste samp retraneh aves palisades on tronea d'arbre at y oont conoentr la uj aur
parties do lour btail. Oat endroit appeal 4VIANIGO ffre tau nerveilleuse Ntenoe natow
rolled oar ensrr4 doe at iagos.
A* ba raruanda contournant par l'Ouest du zIRENGE et gagnont MUANIO0 qu'ile tnvestosal
L4 sit g menaeO de slterniser tant lea assibg4 sent fort enat abrit d at xat tir t
sans rdpit par lee meurtribres our tous ceeux qui tentent de les approOehe. .It raid ao-
turnm pormet la surprise d'un posted do garden et ontratne son gassaero tUn brbhe eeat
ouvorto, les BDarartanda s'y ruent tandis qu'tu assault oonoertd tohbre do sener Ie dl rs
rot dane le fortin. oes yakissalat s' illent et RWIHIKMB et son alliU RBMIIIIE eg1go
parent de tout le b6til.
Satiaetit de sa vengeance, RUSHE interebde auprBs de LWOG O A en favaur de oon mliini
reux pays. Le souverain du Rusnda aoobde & son ddstr et dpSoehe NImANIDO en parl~samettal-
pour aaro*r e s nrgooations. II arrive & MUNYAGA avee quolques howsea porteure doe bb
re et de tale. On h le lee Bnyakisaasa qui oonsentent & d6L1guer troas chbft rdpu
avee pine pouvoirt pour traitor, es sont KABAKA -MAFUiO et MAZURU. Aux proposittma
qui sont faits KABAKA laisso implement tomber oes motst "Lorqu'll n1y ara4 plus Mdtap
broe dane le Kiasak pour me fire dos fl$hes, j'irai fire la ootur LVOGNPfU A eA
Mooset intiervint SHUMBUSf B arrivant do la oour avoe le ravitaillaesnt deatinl a ;ux r
luada. Vexe dee paroles du KABAKA, it dit aux d4puta Bnanruandas 'Le roi vou a a rd
pour balayer *otte vermine et je vous trouve occup I psarlementert Oettoe inrta~o intt
eufftt k d&olencher un nouveau combat qui durera dux jours eans r6aultat app3Pl abMU
pour auoun doe parti, OChaeun so retire sur so positions. NA NKIKO rentre an o sehet
LWOGERA pour sollieiter dee ronforts at entreprendre um expdditmon d4tinitve,. ah ai-
Sae sot levhe. Elle engage au MIRENGE, Srgion dejJh virtuellament oonquiso at slla~
et s rue sur le sWlRRII ota NTAMWETE a oac.4 le dernier b~tail qu i lul rete, sl e1
eapturoe t le ramane par le a ollines AZA- KABIRIZI et KIRWA. MAMWiETB, qui sot rad
eorpto de i'inutilit4 do la luttej on profit pour gagner MWRWA avea l1intentimA do >W .
sher refuge & I1URUNDI. Chemin faisant, 11 rencontre tun dlphant, prend pear e at ne
asr6 er son project. C'est 1agonie do la dynastie WAbagosoa! DOWa-raliead it prepare
ea reddition. A ee ioment part WJMSHONGOLE avo son l~aboa1 leso AbasaeO so rso al
sent sur se intentions qu'ils cetolnt hoatiles et, au lieu do 1'aeuelitr n a wll
quol itait I'attaque vigoureuseaent e le msttent an ddroutea. Xls pounrsvat lee a-*.
easta dispere.a jusqu't KIRW (Gil hS a). etretempaps AMl TB a 4l4gl4 M troise Ute,
ROOARAMA NYAMUBARIX t MARAA pour traitor a setasision & LOOGUA. &1e st rtIl &
M"WeAGA. NTAMWETb avanoe dana sette direction & pletitea 4tape& ave as %aisoa 0t eon
bttail. Prbs do MUNYAGA,. 1 lea laieee et plane aveo quelques d dniers v le qoa.
tier ginnral anneai. Arrif e au oamp des Banyaruanda, leo vainaes ont 1* eiet des qI
beta do la fouled. PIqut~ au vif, ils ra~aasent de l ous do vohe e la e laneesit




t *-


viap d4 taosolmnUe. Gomuoi ripeatmet aumitt par des "boulette*s do la slte mtiW
Smir qui contiennent des pierre, FPimx, *le Banyakissma pripanmt lerm &l s et 1O
bandrt. Lee htmrarnd tirnt t u a rixs seneuit. MTAiWBT prif u amiliaou de ltdo
*batl rer e set massemae parmi sees vtrans, lee *IMPA1I't! La dymastie du "ei' a
HTAMWT1M tobas sous lee coupe d'un mutusi, nom NDAGIHANGWQ amis eo peurtre malheuratM
fui ifpuLt & un muhutu de sa suit, originair d .KINYAG afin de puoaettre & N IMGASIAW
4* pattre noore devant 1o roi ear tout r4gioide eot priv4 doe state ftAvur. Los
AbarMSa attfndAtlnt & KIGARAMA 1 rreultat des d&marahsd de NTYWTLs A Ia nowuelle
d seem masse~, o fut la imiquoe Tous les chete Asbasora* et ftami ters ramsembiirO
en hte lear quilqtae biens et prirent le chesin doe 1exil. Le une, egagnbront L'UORV
*t I, BUUPI$ lee autres, le KARAGWg, et arme le NDORWA. L'enneai put ocuper le pays
anu eeup frit.
LWOMGA5, eulvant les principee an usage, confia iaeddiatement le gouvornr nt des nroi-
l "mar.ehes & soa file, car lee ernfnts royaux obtennient ordinairement une Igimn fron-
tibe en guise do fif'. Cltait lom w noyen ngkgant de le eoigner du fSyMr pW lram
diatrigngu quo oonetitmtt aloro la sour ot 6h tle auirent t4 infailliblement appl*1
e& m pirer sous la presieon do fetitoux, avides do pouvoire nouveaux. e*ur prieenseo a
OeMlM ohfratt, daulto part. la garantie dune defense solid des frontibire ddla4mi
l 1'sbri A't e trahison toujoura possible lorsquoIlles Atitnt xonfiAes h un vassa
asbitltex.


-*-- t- t--t -t l-t-a-t oI-t- -t -aIt-




?*7


0 rAP I R P-.
L'COGANISATION aprbs la COQUETE.

Lee troic provinces conquises furent confiOe commae suite

tsle REMXS e t on n abo mAbadahikoa1 i GbOHINYA
le OGlHUSA t eon napbe "Abarea' a NYAMIESA
le MINGO0 O et son nabo "Abahiria* b NKORONIO
RUSHENTB no retirait done aueun fruit do Ma trahison ar toue les gouvernoue do provriau
avatent it6 ohoisis p-rmi lee Abanyiginya'.

Lee 'Abageseras, une fois rerais de leurs motions, songbrent a rdcup4rer ia poseibe
une partie de lours ancient domines. Aussi vit--o nombre d'entre eux risquer doe IaIde4
d4iitarchs uprba du nouveau souverain aveo I'appui do puitsants patrona dont l'infIuesm
avait r4ft aohet4e pnr force cadaaux. Plattd, le souvorain voulut s mnontrW bon ptprIM
e roetitua progressivement de nombreum cohmnandoments. Le KABAKA luui ter n'hb~ita pa
xrpondre h une convocation do la reine-mbre et & accepter do reprendre la direetia df'U
parties du OIHUNYA. I devait, hrdas, prir misdaiblement peu aprwe, sous l* rbAgn do
LWABUGIRI qui le fit propresent ocoire sous pr4tete qu1il l* glnait.
Le 0 Abageaera' n' urent pas longtemps & *s louTQ do la manrautude royal! W Lo dfa
ohee offestu s & la cour par nom~re d'entre eux avaient 6veil1 lee oonveotieos do t4hX
tiples courtisans toujours on qulte de b4ndficse nouveaux, _L province oonquise appeal
e cee requinsr ooOm un chemp fertile pour leurs exploits. Lee "grndse y virnt Ur
noyen aie4 do eatietair e h ben compete aux inntnnoe rte pt4' t et pressanAt dtobsoeu prYw
ti4go et do so ddbarasser dos gineurs, en lour obteant une prdben4e d s ne ott tota
loantaine. rofitant dtun prdoddent erngrtd per 1' tat anarchique qui aw~it longtQ
pr~rlu au Kissalkn t await entra in un imorollemetnt ntenf du poys oaar esohaesn
Vait profit pour eo d4clarer mattre chess lui, lee tAbarigi+yal otrtrwoybtea des 'A
lmbeo, atest a dire, un nombre X de ofbyers' A lours ftvoris. G0e ystte awtit ls tr
gross advantage do no pas apparattre ooane une spoliation brutal. 11 amputait mis na~
gorgiel pas. Le chef local, atteint par aette entaille, n'avait gar~t do reglabor o*
elant combien tl tait imprudent doe mattaquer au nouveau venu, eapion & la ea sIdo dua i
ve*r e qui n'avait qu'un dairn celui d'ngrandir son fief au detriment do se volisf .
Neabre doe nouveaux bdn4ficiatres ripondaient direotament du ro e4 lour outroa afta
no oonnalosant pas de bornes. Lorsqu'on s*aperqut que la so ro# tarissait, l'en so e*
tenta do rtoreeller oe qui avait 4t+ accord. L indigne payait les frais do oe4 fo
tables, livrd & la voraoitd de petits hobereaux d'autant plus exigeants qulji atal t
beogneux. Lorsque notre Administration part au Kissaka, elle y trouva des oollineeo
ooaptant 400 M.A.V. a pine, livresh & la rapacity do 50 35 ohefs. Les redevan
*a titre personnel1 e'y talent multiplies h couhait auiant liaimgination ou 1lavi4tl
da iatro. 11 important do mettre un term e oette exploitation sans cpendanrt bar~hM do
trit me organisation don't la bass avait ftit ses preuvoe. hUn reaniamnt profbl 4d
babilo de l'arature politique permit d'atteindro le but onvisag. tm sentitAd poe.ittu
ooututnklro intrleures 100 M.A.YV. furent systedtiqueumt ouppr ial l ear d4twh
pardirmnt tous droits au oomnandment et atux prestations et eorvres n ddtoulaa & l
gardaiont A titre do compensation leur bdtail et leur o1ientle. Le mu)ahtu p r
ear plu s dorai events parasites avalent disparu dans la tournament, auteritof eeo-wl
ftt ramene on un cadre solid et bien homoghne auquel un sang nouveaia avait d gb ini
OonAtitude par des 410 ent obeisi, nantio dapanages qui lee m-etent & 1latti des de -
tations, *11e iut apWt 1 repondre efficamement aux efforts quon attondait doelle dami ia
vOiOe 4 progrs et doe l'Aanoipation graduelle de la masse.
Lee orr ee furent renoendee 1 jaour par an molt 10 jourm pour le het o e ollaoliSe
) jeurs pour le chef de province. Oelle eonsontieo au te furent conertieej~ M as
retodaneo armuallo et uniforae do un franO par M.A.V. mettant ainsi fin aux d4plae-ms- t
leoitan8a ot prolongde qu'sntrainait aseeesairement la fourniture; la oour me troweat
diamitrement vere le NDLUA soit a prbs de 200 kilombtrem du KIBAKMA.




1a.


khuo do fbraulo neovllo, loe "IAB* fut mintenu oais son b6nfioeo ftt i tendu au hb
do oolluno qui on perVut lee doux tiers.
*.lltl % o'oeet a dire la pr4lbvement eua Ie product doe l terr. ft faaet o ha
taux raisonnabloe t fti da ftgon & coupor oourt aux aas qu'engendrait 'LbeaQ I dtte
diluation quitabloe at* gnralo. Ootto unification aettat un teio aftux re N ---
ytAtol ets a aarux sorri arbitraires.
o* sbf do province fui admis a perovoir amuellatnt 1 g. do polt ou dde MrlWU k
2 kg. do sorgob tandis quo Ie ohst do colline resovalt 2 kgs. do pois ou doe lartto ot
4 kg. doe o~serg
se *mdifioation. produisiront aun oulngmrent gnral dane l o de ll11ndigbS% OheS
loquMl a sentlmnt progroeot do liborta individuolle so fit jour, 11 so eat t &tall
at put enfin produire plus ailemant pour lui et o4 slns.
11 mporltat lout d'abord de pallier loe alas et leo instabilitAs do la production
allmentatro, cona6quente do l irrEgularitA eolatiquo, an orientant lee dfforts du pnt
eotur ver tauo extnsion et une .iajoration du randement des culture tradittinnellooJ
de oorrigr dtautro part, leur insuffinanoe par 1 introduction et la propagation doe Sa-
turo vivribreM nouvelles moins soenibles aux irr6gularito pluviales do mat doG
produits do conservation prolong6o.
Oo programma put #tro int grala ant et officasuemnt rdalied au course doe troti deonif
anrano oould Lo miniman dos cultures tradttionnelles pqr M.A.V. fut port & 5 "9 a
ot celui des cultures non-saisonnibree & 15 areas Grtoe o a os superfloioes losIe otr
toujoure nagant do la disotte put Stro dloign. du foyer maa klsakia. O tait ame
victoiro formolle ramport4. sur lo passes. L introduction du manioo fit prtmintlelo e
sen susete toujours oroissant nous permet dtenvisag~ r lavonir avoOe. srnl4 e ar pr* do
2.800 heotares oont maintenus on culture par l'indigne.
Le riseau router vioinal a 4tA non soulement ontrotenu mais sdritouseent ddvolopp* ant
do faciliter loe relations entree lee diverees ohefferies ot d'tendre la p4ndtration d
notre influence. ensemble doe pieteo vieinales atteint aotuellement prts do 860 mso
t amura pour oone4uenoe oe faciliter l'acobs dos divorlos regions do production dua oa
no pdriodoe do rioolto. *o voles faclitbrent igalement l1aetion andiaale a st alutaif
dane o* pays arridd oh fluiet la malaria et lee maladies eutaneree.
Deaoaris rogi par une autorit formo douo d'*6ments posedadnt lee qualities requiloo
affanehi d'entravoc politiques superflues, stabil e saur le laptn don't it eot assg w
do Jouir dsormasio on touto quietude doe produite, lIindiptne set apto L faiNr lto ffWils
requ~ pour progresor dans la voto qui intsnsiblement soit le manner VsrW l bion-HM !
mtal ot matOrlol, qui ost notre But.
La oU w oot largo trade, 11 suffit pour nous do ly &ger jLiatoustesmenat


-s-a-(-I s-I-t OIS -01 -m- t -a -1 --




19.


LE POIT W vE u0HsOUiQUz


Sa situation exoentrique 1'tloignant des grandms line de oommunication, sa rpe
atiao d lantienne terre hostile peupl4e distros dent 1'indolenoe et la sottise lt'alt
proverbialos, 1'absonee de ressouroos naturelles et la pnurtie de d6bouechbs)s a a"-
tant de oause qui ddtemtinbrent 1'isolement du Kisaee. st ftvorisrent son ngolrdli-Am
aanto ent raant profondmaent son essor soaonomiqu.
Toabmeh pendant das lee debuts, et bien avant le Ruanda, per les ttiidoe soupe d
Oonde de 1linfluence arabo, le Kiasaka, prisonnier & l~at de la e*inture natwelle qet
aenerselaitt no put orger un courant oomaeroial f4oond. "'Arabe HAMED, install au
kagp (KAFOURO) our les boards do la A gea dUb 188, n'avait p rdussIrj, algrd tou%
son d4sir, a nouer des relations oonmeroiales avsee ette terre fabuleuoe domindW pay aM
oousin de see anoetrest n effect, ne radentait-on pas quo le roi du Kissaka avait jadi.
pose$dt un grand sabre identique h celui qu'il portrait et que see Meoendants le rVinbnt
ent encore come une relique preteuse.! Mah'Allah, sr'orio-t-il en content son dipit I
Stanley, donnar-moi une femae de oe pays t je oonsens & ne plus prendre ppousOe & Maea 1 t
0ett te rre regorge d'ivoire st Ai 1'un do nous pouvait s'y aventuror, il rovindralt
eouvert do richossee. J'ai essayd do nouer des relations aves la reine du Ruanda (allu-
sion h la reine-abre) et lui at ddpech4 deux enclaves nantia do oadaux, tUn soul eat
rrvemn pour me dire qu'on avait empoisonm 1 'autre, aprIs av aooeiptd le oadaaus. aI
reine 1'a renvoyd pour qu'il puisse me dire qu'ui mo*a sort a'taitt risry atl jao a wte-
quats a traverse la iAGERAM Cette conversation nous dolaire our la politique do supoa
be isolament qui talt alors cello des petits royaumse hamsime. es terres des 'Abai-
gingya jouissaient au loin d'une r mutation d'hostilit6 redoutabl6. L'on disait, s a
just titre, quo tout stranger y tait impitoyablement massaoer et torture aves un raftl
finemOt dO orautA rmraquable. Cette notoriit4 un peu s.pdiale no pouvait quaugemnter
1e obstacles qui so dressaient a eettes poque sur Ia route dos audaeieux marohand6.* I
trigu6 par lee oehoa des rieitn do curtains aventureux revenues d1incursions hasardewao
vere 1'e1t et qui narratent avoir vu des homes aux olaire visages, vtus d'iapus\u a ol
des st aux jolies tointes, LWAUSUIRI ddcida do so procurer cos chooses ei belles. Lo
KISSAKA fut ddsign6 pour eotte mission et une oaravane a'organisa pour gagner lee aborda
tristement od lbres de la vote de l'UJLIJ. Quelques esolaves turent troquia pour qual-
quee pans d9dtoffes- quslques raeades de pwles et .......... quelques bouteillee blanshos
Conquis par tent de chose nouvelles, LWABUGIRI ddeida d'4tablir des caravanes frdquants
vers eette voie dn recomaondant toutefois ceux qui la composaient de reoomnander arx
fburnisseurs do no pas tenter de oiaventurer our see terres sinon qu'il y seraient ians-
diatement livrds au bourreau. D'oh, fort de set avertissement, auela trafiquant no ten-
ta dae eavancer dans la a Sn interdito. Stanley lui-ma' e, arrive en ai 1875 aux frontib-
ree du KISSIKA et dsdirsux de la traverser afin de g pgnr si possible la rEgion dee lees
ueprieurs, dut renoncer & ee project dovant l'hoetiliti docidde do Mr qu'il appelle air
raantoe oec ohions hargneux.
e choeaes en taint I loreque ............ aurgit VON GOTtEN, a la hauteur do la s e
line RUfBR (Bagansa) venant de la KAGERA. Oertains Batuzi parties pleins d entrain et
de aergua pour narguer oelui qu'on appelait loereille rouge ( terms de nroprt dnam pta
ne viotlle femme du Kisseka qui avait vu Stanley a 1tlia '9,'BARI si l1le itait alle Ober
eher un veau) tombbrent .............. de peur en voyant argir l:g':, atmur alleand
et sone seorte. Cette motion eut pour oonaequenoe dassagir nos haousme *t ll* lear
apprit a fire montre de mnine de prdsomption at de suffisanee. Ceoo nous explique par.
tiellement pournjui la terre fermde du Ruanda pit Rtre progressivement pendtrde quaes
paeifiquement & 1enoontre do oe quo nous lo ftisait prevoir sa muvaisoe r4patationm
Contre lee fusil la force slavrait inutile, il raetait ? employer l'arme invisible
imit ausmi profitable la ruse.
Aw environs de 1901, Ie Kisgaka devint, faute dtautree voice plus oommodes, 1e jalea
natural de #ndtration au Ruanda par l'Eht. Lee miessonnaires, nouvellMenat nt de en
avant gatre par l1Ouest, y installrent use base do revitaillement pour leaur oeofrtrae
amen s en renfort par la vole de TABORA eu de BULOEA. L'ouverture de relations rEegttla
ameal la pEnEtration de nombtr de petite traeiquante venus du BUWUFI st do 1'UWA. L1aste




o80,


rlt Allemande sleooupa relativemmt pen do la region, ele eontsnta de qpIlquts
Sveage do vnmaieasneoe on vue du proJet do hgian de far enrvris pour refir TABOr
aux ehmtaa do RUUMU dent on coaptatt exploiter la forO hydraulique. Gette v* e rotw
pro10ane le r seau fluvial du bief suprrieur do la OtA ostt & dire do RWMI
KIIAL, eut era s do drainer rapidement la main d 'oeuvre et iventuelleamen 1 pldC htlfO
andwtrielle de la rd ion.
Ia gw!mS vint et rendit au Kissaka son rled do 'oouitrs pour le transit Impertant quexlm
geait le d4veloppement des operations vers TABORA. Oes tribulations favorls=itnt sag
irement Ia sonnaissanoo doe regions du Tangayim Tearitory et provoqu'rent ohes ltdtad*
gOne la naisano d un courant r4gulier d'6migration aionnomire. ainquant dan aon prtn
pro pays do resouraee naturelles nrgootablos, allsehf par lee oalairoe ainsi qua par la
vue d&o w taffee rapportes aprb six ou sept moist par sees onlgnbres, i1 a sha do ttIr
do aette migration saisonniCra d autant plue temtanta quo la route -am AbA- A
*bat a- .-- xaat tcopal en 6tait oonnut, quo le a6jour y tait do ourto dure ( 6 &
7 wai) et quoe l labour y tait exempt do oontrainto (chaca ehoiselt libroment leg eur
do trail qu'll pfBre,. ,. B. La rise a change la fs f doe choses.) Ltooupation ta-
portire du Kiedala par lee Britanniques no fit qu'aooentuer eatte tendanoo que noa voi-
*inh d Outre-Uianchae a httbrent oe cultivr aoigneusemente. Go rendant compto, tora do
leJ occupation, de s ffbrts et dee lourds ddboireo qu'entratnorait la tentative dia
d toreppemeat doonomique d'uen region naturellement peu otete at livrdo aux innOettiMIS
d ia olitat tantaisiote, ila prgfirent la oonsiddrer comma un reservoir de main dediU9W
d'ot l'on pouwit tirer beauooup et B bon compete. Ayant constatf que, vU i'Lir gulatri
olimtique, la e tisfketion dee besoins alimentaired do cinq homea trvaillant au oh an
tiar oxigenit la prdoonOa aux ohamps do trois autroa, ies so rendiraet e ompte qua o'4Ujt
1 uns a riouse entrave a 1'migration quils priconiassant. I fallait trouvr UtMe s~*aL
tion au problbao. Ayant 6tabli qu'en so nourti sant exolusiveeant do bananoe tiMst hf
maa pouvatent tre ravitaillis par une f~ome, le diortbrant lo drveloppeent i& am.a..
doa atte culture qui avait 1'avantage do no plus oxiger 1 intervention de bfte oa altle
Lea bryakis aka, dJ n naturellneant onoline h la paresso et grand amateur de bibas naO
a lo firiat pae rdpbtor ot aufoentreont considArableasnt lowas banaraoiao qui eatinti-
neat naturollement, prea da 860 de bananes ........ A bi~e.
La aonyann aetualle des prBsences outroe-agera atteint environ 1500 homeae aoit %mas aib
senSe pertrannte on chofferie dao S do la population valid*, sasaeuino.
Par latter contra o tte incliation grandissante Yore l'Emigration ii iportatt do tloas
ve 'a lion qui fixt t plus solidement 1'irdigsre & son sol toutn on lu nant mi n maeas
d afoqurJt les ressour"as indispensable a la satisftition do sos besotoas
8mn orientation vers le paysannat indigent somblait 8tre la tforlw le addqut a, neor
ftilaitol lui trower une culture apteo so souIettrO aux conditions spdaetale do a ad-
ita et fourniesant un product d'une valur raisonmnble et d'une daand3 assure. BDea 0,
wrienose rudinentairas entreprisee jadis avaient rEvld~ quo la majaure parstl du pas
aaffiaUWit faorabl*e & la oulture du cafI. Lee premiers osaal enttropri iaoer do Ia Ia
so Ioadeution du plan dud dveloppement 6conoaique do 19"1 oonfirawreat lee pri tlaws
lea ohbft et notables furent suooseeoivsant dotsa suivant lour t portane da o100000 a ,
250 plant do eaft arables. Pour la oamapage suivante des soetaurs furent shoite peas A
btaar dans lee diverse provineaa indigines, lee ppitnrbreo y asiM. pjaret ibu'n r fpw
de 6.000 plants qui furent plants rationnellement et soua ourwiiaL:e e.r-op-e-a- 4*a d
to daa lee divers heamps individual prdpar4s soigneuement par lae p i eoulttwate
bdar~Osaires. Au eour do la campagne en oours, lee pepinibree seret & alias do tiwiio j
prAu do 2480600 plants aux oeetours du MIREING, du GOMIHY Ouest t du BMGAMA 80.. <-
queo indigbne tant ainsa anti dans ootte parties do 54 eaftiere qui sent as prop~rt
personnelle.
Ddorais attachr & son bian par une culture don't le rapport lut aasurera rds revenue ap
prMetabeIA il oat 4 augurer quo 1'indighne no resoentira plj le beeotn daller h
an loit 1 argsnt indispensable et 1 'migration diinnuora dana des proportions seunaibla .
aa aison fondamentale ayant dioparu. Nul doute que nous verrem s li petit pysan, plod4.
taar dO s o t a substituera graduellinent a l'migrant. Leo iat possWdla estla a
arses pour dohapper au marasae Eoonomaiqu dana lequsl il gtt depute toujours,
KIBUNGU, 1s 50 novemabre 195. L'AdminiotratSur territsrial
G. SANDRAR?.