Territoire du Ruanda-Urundi. Résidence du Ruanda. Territoire de Kamembe-Shangugu. Rapport Politique 1932. Typescript. 6 ...

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Territoire du Ruanda-Urundi. Résidence du Ruanda. Territoire de Kamembe-Shangugu. Rapport Politique 1932. Typescript. 6 pages. Jean-Marie Derscheid Collection
Physical Description:
Mixed Material
Publication Date:
Physical Location:
Divider: Reel 4

Notes

General Note:
Image digitized from microfilm. Best quality available.

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
System ID:
AA00002828:00001

Full Text
Territoire du Ruanda-Urundi
MRaidence du RUANDA
Territoire de KAEMBE-SHANGUGU


RAPPORT POLITIQUE 1952.


I. SITUATION GEIERALE DU TERRITOIRE AU POINT DE VUE POLITIQUE.

La situation peut Stre consid6ree come 4tant bonne dans sonensemble.

La supprezsion des sous-chefferies de moins de 100 contribuables, le groupement
des commandments politiques, et la destitution des chefs et sous-chefs incapable
sont des measures qui ont 6t6 appliquees en 1951.

Lee bons 6l6ments ont 6t6 rdcompens6s par l'cotroi d'un commandment plus impor-
tant, les mauvais chefs ont 6t6 6cart s.

Dans le courant de l'ann6e 192, administration du territoire a pu constater
lea heureux r6sultats de ces mssures. Un changement total a 4t6 remarqui dans 1'ltat
d'esprit des notables. Tous les chefs et sous-chefs, sauf quelques rare exceptions,
ont une saine comprehension de leurs devoirs; lee abus d'autorite sont devenus des
exceptions, aussit8t sivbrement r6prim6s.

L'orientationdconomique qui a 6t6 donn6e au territoire, est un facteur quo e jolas-
se en premier lieu, parmi les causes qui ont contribud au changement favorable quo
je constate dans l' tat d'esprit de mes chefs indigBnes. Ceux-ci comprennent oette
orientation; nombreux sont ceux qui, de leur propre initiative, proclament dans
leur chefferie que l'autorit6 n'a d'autre but que l'am~lioration de la vie social
de 1 indigene.

Les chefs IcoIltbboefltau d6veloppement du pays; ce ne sont plus les ex6cuteurs au-
tomatiques d'ieres axuxquels ils no comprennent rien; ce sont des collaborators qui
sont conscients de leurs devoirs et de leurs responsabilites. Ils sont fiers de cetw
to collaboration et saisiesent toute la port6e et le but du prograrme de travail
'apporter par la culture de la terre, et 11'evage d'un cheptel amelior6, le bien-
Stre a une masse de bahutu, sous '1gide intelligence de watusis choisis".



Je suis satisfait de pouvoir, en cette fin d annee, faire 6tat de cette evolution
dans les cadres de l'autorit6 coutumibre.

Le maintiend'une situation politique saine et solid eat la base du Cdve8lppenant
du pays. Tous les espoirs economiques sont permits, a condition de permettre au -T?,
ritorial" de s'occuper, come il convient, de la parties politique de son territoire.
La parties politique devrait dominer toutes les autres preoccupations de l'Adminiatraz
tour territorial, mais, dans la situation ctuelle, elle doit malhoureusement, Stre
mise souvent en second plan, 6tant donn6 la multitude des autres travaux, certaine-
ment important aussi, qui sont imposes.




2.


II. AVANCEMENT DE LA REORGANISATION POLITIQUE.

Mon rappott de fin 1951 expostit deja que la reorganization politique du
Territoire pouvait Stre consiit6re come terminde. Le mee rapport signalait
cependant, que certaines propositions elabordes et expedides durant les mois dlOo-
tobre et Novembre 1951 n'avdAent pas, au moment de 1'6tablisanment du rapport poli-
tique ( ddbut decembre) regu votre accord et celui du Mwami. Toutefois, dtant donr
que ces dernibres propositions visaient, dans la plupart des c3as 1L suppression de
sous-chefferies de moins de 100 contribuables, et des changes, en vue de rdalisor de
groupements, j'avais dans 1'6tablissement des lists annexes au rapport, considdrd
ces rdorganisations come un fait accompli. Je suppose que vous en faisiez autant
1'elaboration de votre rapport g6n6ral de fin 1931.

Toutes ces propositions ont 6t4 acceptees par vous et ont 4t6 realis6es au d6but
1952.

II est done inutile de vous fair un expose de ce qui a etd consider come ayant
dtd ex6cutd on 1951.

J'attire cependant votre attention sur la Province du Busozo. Mea rapports spa-
ciaux vous ont informed de ce que j'estimaie devoir soumettre cette Province a une
administration plus intensive. Des propositions vous ont 4t4 faites dans ce but,
mais elles sont rest6es sans suite jusqu't present.

Je classes done la province Busozo dans la cat6gorie de cells des Provinces don't
l'organisation est 'a parfaire.

Lea autres provinces du Territoiret

1 Impara
le Biru Nord
le Biru Sud
le Bukunzi

ont requ leur r6organisation politique en 1931.


~~~~~~I~~ ~~~~ ~~




3.


III. NOMS dea PROVINCES REORGANISEES.

Le regroupement et la suppression des petites sous-chefferies sont terminus
dans lea provinces suivantes:

Impara
Biru Nord
Biru Sud
Bukurni.

La Province du Busozo de trouve sous un seul chef, mais 1'organisation int6rieure
du commandement dee sous-chefferies rest a fire. Lee propositions ~ ce sujet ont
6t6 faites.

Mon rapport politique de 1951 signalait 4 collins de moins de 100 contribuables
qui n'avaient pas 6t6 groupies sous un autre commandement.

1) Shangugu, 93oontribuables
II eat project de r6unir Shangugu et Murangi, collins attenantes, de destituer
Rumashana, de Murangi et de placer ce groupement sous le commandment de Qmasmini
file lettr6 du chef actuel de Shangugu
J'hsaite cependant car Gasumini n'a pas travaill6 comp j'aurais 6t6 endroit
de l'attendre de lui. D'autre part, Rumashana, reete mediocre qu'il a toujoura
6t6 mais je ne puis r6unir a sa charge, l'ensemble des 616ments qui me permettrai-
ent de demander sa destitution.
Gette question est a tenir en suspens jusqu'a ce quton soit d$finitivement fix6 our
lee aptitudes du jeune Gasumini

2) NyamUhUnga: 96 M.A.V. ( au lieu de 93 en 1931) Cette colline eat cozmand6e par
Buran1g, le sous-chef qui perdait 7 autres collins pour incapacity. Nyamuhaun
eat le sibge de la famille de Buranga. Les collins attenrntes de Nymuahan
sont commanders par KaRonge, le neveu de Buranga.
Un frbre de Buranga, le nonme Munyarabatmale, est karani au bureau de o emaabe.
Ce munyarabatwale s'il donne satisfaction, devra plus tard commander deux colli-
nes de Kajonga ( prescription e votre no 946 du 23 avril 1932) A ce moment-lk
seulement, il pourra etre d6cid6 sur lee groupements a placer respectivement sous
lee ordres de Buranga Kajonga et Mnyarabatlale.

5) Muhana comptait 90 M.A.V. en 1951. Ce chiffre est port6 a 110 en 192. Cette
sous-chefferie peut done rester dans sa situation actuelle, son sous-chef Nyangore
y dormant satisfaction.

4) Mbari: 64 M.A.V., est la colline attenante Ka manbe. Je disais dans mon rapport
politique de 1951 que la colline est destine a Stre groupie sous sle omAnd.ePt
d'un des file de Mugenzi. L'un de see file a 6t6 plao6 sur le grouponent de
"Mukona- Gafuba' C'est le nomme Murasandonie.
Le second file, Gatana est toujours en service a Kisenyi.
II convent d'attendre l'arrivee de ce Gatana avant de prendre une decision.









If Par Province. ACTIVITY DES JHEFS et SOUS-CHEFS.


RWAKATARAKA : Chef desProvinces
IMPARA
BUKUNZ I
BUSOZO

Le chef RWAKATARAKA ne I'a pas rendu beaucoup de services cette ann6e.
De janvier a fin mars il tait convalescent d'une maladie contracted en 1951
D'avril a fin juin a sdjourn6 l'hopital d'Usumbura. Durant lee mois d'aoQt et
septembre s'eet trouvd a la cour de Nyanza pour fair le "Kuhakwuf. si octobre
accompagnait Monsieur le Gouverneur du Ruanda-Urundi de Kamembe a Kibuye. En novem-
bre, r6unit les retardaires au paiement de l'impSt sur le b6tail. En d6cembre, '**o-
cupera du control de la situation cultural.
Mon action a done du atteindrb sepcialement chacun des sous-chefs de l'Impara.
Cette situation n'a pas et6 sans porter prejudice au prestige de RWAKATARAKA.
On ne 1lignore pas, le prestige de ce chef et la crinate qu'il inspirait so mnin-
tenaient notamment par les iniquites qu'il commettait. Son absence, et d'autre part
aussi une surveillance plus etroite de see agissements, ont donn6 aux sous-chefd de
1'Impara ltoccasion de slaffranchir de l'autoritd de RWAKATARAKA, ia oh cette autori-
td se faisait sentir sous des auspices arbitraires. Lee diff6rents sous-chefs, s'ils
sont devenus plus conscients de leurs devoirs, a l'dgard de l'autorit6, ne pernet-
tent plus que RWAKATARAKA intrigue a leur prejudice; ils tiennent I'autoritA au cou-
rant de ces intrigues et 4ventuellement cherchent refuge aupres de oette autorit6.
RWAKATARAKA se rend compete de ces changements mais il lui eat impossible de s'y ha-
bituer. II a le sens de l'intrigue inner et je ne pense pas qu'on parviendra a rdfors
mer son caractbre.
Ce n'est pas un mauvais chef quand il s'agit d'aider l'autoritd europ6enne dans
l'un ou l'autre travail determine, mais dans chaque cas, il ne pput s'empacher de
conduire lea travaux dans le sens qui lui sera dict6 par ses sentiments personnel
suivant qu'il dprouve de 1'antipathie ou de la sympathie pour l'un ou l'autre de ses
sous-chefs. Est a surveiller etroitement dans tout ce qu'il entreprend.
Au Bukunzi et au Busozo les remplagants de RWAKATARAKA, lee chefs Kigwira st
Rukoro ont bien travaill; je n'ai eu qu'a me louer de leurs travaux et de leur so-
tivit6 en general.

BINIGA: construisit en 1952 une habitation de 5 pieces en materiaux durables (bri-
ques et toles). MaLind'oeuvre "buletwa" idem pour les briques; la maison revient a
25.000.-
Chef trbs actif et intelligent. D6voue A l'autorit6 parce que form par elle.
A rdussi-a bien faire accepter son autorite.

NDUMWA: n e command que 4 collins. Est un excellent chef: peu intelligent mais
est bien assist6 par ses deux fils issues de 1'6cole de Nyanza.

Activity des sous-chefs.
Trbs bonne et grade en general. Sauf trois, ou quatre exceptions, tous sont
animes d'un at d'bfrit tres favorable. Ce sont des sous-chefs d6voues. Je suis
satisfait de lurs travaux.








V. Par Province, TABLEAU DES M.A.V. et nombre de SOUS-CHEFFERIBS

IMPARA: 17.556 contribuables
50 sous-chefs

BUKI~ZI: 2.887 contribuables
9 sous-chefs (y compris le chef KIGWIRA, remplagant de RWAKATARAJA)

BIRU NORDt 5.272 contribuables
8 sous-chefs.

BIRU SUDs 1.011 contribuables
8 sous-chefs.

BUSOZO: 1.102 contribuables
1 sous-chef (RUKORO le remplagant de RWAKATARAKA)

Soit pour le territoire 26.128 cintribuables pour trois chefs et septante et un
sous-chefs ( ou une moyenne de 568 M.A.V. par sous-chef)




6.


VI. LISTED DES CHEFS et SOUS-CHEFS AYALT FERDU LEUR COMMANDMENT.

a) D6mis : RUKAKA chef de la colline Ruhoko, du Biru Sud, a egt destitud en
Juillet 1952 ( votre n 1543 du 6 juillet 1952)

b) Supprimns: n4ant

c) Autres motifs: neant.



VII. ECHA, GE DE COLLINS AYAITr EU LIEU en 192

En aout dernier, lee notables interesses se trouvant reunis a Nyanza, il a proc6dd ddfinitivement a 1'chance des collins suivantest

1) entire RWAKATARAKA et KAYONDO:
KAYONDO cedait a RWAKATARAKA lee collinee SHAGASHA, NYAMUGARI et BIGUtI de
11Tmpara.

RWAKATARAKA cedait a KAYOINDO les collins KYUMBA, BUSORO, TSHINGANGA, MUSASU et
KINGA en territoire de :Iyanza.

"es changes ne concernent que les benefices du "butuka' La question de 1-
cange dee "abagaraga" est reetee en easpens.

2) entire RWAKATARAKA et NTURO
La colline KABUTEMBO, et tous lee abagaragd de NTURO ont 4t6 c6dds a RIAKATARBAA
en change des ibikingi et des abagaragu de RWAKATARAKA au Bakagali (territoire
de Nyanza.