“Résumé de l’Histoire du Gisaka.” R. P. Pages. "Un Royaume Hamite… ?" 1933. 9 pages.

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
“Résumé de l’Histoire du Gisaka.” R. P. Pages. "Un Royaume Hamite… ?" 1933. 9 pages. Jean-Marie Derscheid Collection
Physical Description:
Mixed Material
Creator:
Pages, R.P.
Publication Date:
Physical Location:
Divider: Reel 4

Notes

General Note:
pp. 612-626
General Note:
Manuscript title page followed by printed matter reproduced?.
General Note:
Image digitized from microfilm. Best quality available.

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
System ID:
AA00002732:00001

Full Text



E?4b
do==.


&^4'


94








Q12


UN ROYAUME HAMITE AU CENTRE DE L'AFRIQUE


CHAPITRE VI

Le petit royaume hamite du Gissaka. Court r6sumt d'histoire.
Conqu6te du Gissaka par les Hamites du Rwanda.

Pas plus que pour le Rwanda, on ne connait l'epoque
exacte ou commenca le petit royaume hamite du Gissaka.
Bien que les deux monarchies semblent avoir debuted a peu
pres en mnime temps, inous ignorons tout des premiers rois
du Gissaka. Les onze derniers de la seric seuls sont connus.
En plus du Gissaka propreient dit, divise en trois dis-
tricts, le Mirenge, le Gihumya el le Migongo, compris entire
le flceive de la Kagera a l'Est et le lac Mugessera l'Ouest,
cetle principaute" hamite renfernma encore dans ses limits,
pendaInt assez longlemps, la province diu Buganza an Nord
et iine lboinie partic du Bwana-Chamnhge a l'Ouest.
La plupart des villages el des collins situes dans le
Buganza cl in peu au delay portent encore aujourd'hui le
nom des chefs Banyagissaka qui en furent autrefois les
possesseurs.
Tel est le cas pour les villages de Kamuzizi (Intsinda),
Nyamaliinde (Iruhunda), Igichacha, Igikomero, Bitsibo,
laniijagiro, Lwam agana (de Nyamagana), Inyarusange
(de Lusange), Kalitutu, Gikaya, Fumnbgwe, Nyarubira (de
Rubira), Sasabirago (de Birago), Sovu, Sibagire, Munyaga,
Rubona, Mabare, Shenga, etc. Les deux personnages sui-
vants : Gakira, fils de Kimenyi 1, et Kirenga, fils de Kime-
nvi II, ont donned leur nom aux villages qu'ils ont habit
autrefois et qui se trouvent prbs d'lkawangire et Kalange.
On n'en finirait pas, ajoutent les Banyagissaka, qui parent







UN ROYAUME HAMITE AU CENTRE DE L'AFRIQUE


du passe avec orgueil, A vouloir citer tous les autres. Le
petit royaume avait deborde au del de ses frontibres et
s'"tait Atendu meme jusqu'aux rives Nord-Ouest du lac
Mohazi.
Les lignes suivantes ne sont que la traduction d'un petit
travail fait sur ce sujet par Joseph Lukamba, de la mission
de Zaza, dans le Gissaka. C'est l'arriere-petit-fils de Bazi-
mya, tn des anciens rois du Gissaka et contemporain de
Kigeri II Ndabarassa, qui gouvernait le Rwanda.

I. LE REGNE DE KIMENYI II GETULA.

Des liuit premiers rois de cette serie dont les noms sont
arrives jusqu' nous, 1'histoire n'u rien conserve. Le pre-
mier d'enlrc etix, KiniuNi, regnait a la mnie epoque que
Ndahiro, le p're dtl cdlebre Rugaiiz I1. On ne se souvient
pas d'aticiun fait notable de leur vie et de leur regie. 11 faut
en arriver a4 Kimncnyi 11 dit Getula pour avoir q(elquil's
precisions.
Le silence de 'liisloire at sujet de cos moniarques petit
fort hbieni s'expliquer par le fail que rien de saillant n'est
venu trouble letir repos habitutel.
Son contemporain ati Rwanda (tait a, ce moment-la
Mib)amhgbe III Sentabyo. IJn des parents de celui-ci,
Lwamaher%\a, petit-fils, croit-on, du roi Ludjugira, reunit
iune armee pour aller attaquer le Gissaka. 11 s'etait faith
donner la charge de general ,, porte-bonheur ) (umutgaha),
ayant et r6unissanl eni l i tout ce qu'il fallait, c'est-a-dire
amulettes, charms, sortileges, pour vaincre les ennemis.
Ses troupes 6taient a peine arrives a Rundu et a Gasetsa
qu'il tomba subitement foudroy' (akubitwa n' inkuba
arapfa).
Les Bavyarwanda, y voyant un nmauvais presage,
rel)rousserent chemin et rentrerent chez eux sans aucun
butin. Quelque temps apres, Mibambge III faith lever de
noutvelles troupes, se met lui-meme A leur tete et se dirige


018






8 '4 UN ROYAtME HAMITE AU CENTRE DE L'AFRIQUE

vers le Gissaka, pour venger la mort de son general et
parent. II accuse Kimenyi II de 1'avoir ensorcele et d'avoir
ainsi provoque la foudre. Kimenyi fut vaincu, mais il put
echapper a la mort et le roi du Rwanda dut se retire sans
avoir savoure sa vengeance. 11 s'empara toutefois de la
province du Buganza. La frontiere du Gissaka etait alors
au Nord dui lac Mugessera, a Kabirizi, don't les habitants
furent charges de veiller a la security du royaume.
Les Banyarwanda s'etaient a peine retires que Kimenyi
fit aussitot irruption dans le Buganza et s'empara d'un
grand nombre de troupeaux qu'il ramona chez luii. X cette
nouvelle, les Banyarwanda se rassemblerent de nouveau
et marchcrent stir le Gissaka. Craignant pour lui et pour
son pays, Kimenyi fit appeler Miihutui, Ie g'ndral qui'il
avait mis I la tele de ses troupes, et lui (lit de se faire tuer
(ngo atabiire) pour saiiver le royanme. Muiliutiu sc met en
route avec son fils Sekaimana et gagne Kal)irizi ou il avait
donn(u relndez-vouts auix guriiriers. On en v'int autx mains
avec les Banyarwanda. MIliutdt se jetle an milieu des
eninemis et. tomba perei de coups, avec son fils, quii avail
voulut le suivre. Letir sacrifice toutefois demeura sterile,
car les Banyarwauda furent vainq ieuirs. Kimenyi du(
s'enfiir Nyamuganda. De la il envoya dire Mil)ambge :
,, Ti m'as vaincl, It m'as reduit a un ttat tel quIe th ne
m'as laisse len tolite proprite q(pie des singes, don't j'ai
pourtant une crainte superstilieiise come 0tons les Bages-
sera (clan de la famille royale dui Gissaka). Je suis ton
oncle maternal, Wi rn'as depouille de tout, ne crains-th
pas quu'il ne t'arrive malheur? (Ko wantsinze, ukaba
wauyangiri.e, uikangalhiz' inkende zikanyarira, kandi
nzizira, nd' Inmugessera. Ndi nyokorume, ko wanyaze,
ntibizakugwa nabi?) Mibambge lui fit tenir la reponse
suivante : Si tu veux que desormais nous vivions en bons
terms, consens A ce qu e je conserve le Buganza et le
Bwana-Chambhge. C'est entendu finissons-en et reconci-
lions-nous, puisque nous sommes parents: considbre les







UN ROYAUME IIAMITE AU CENTRE DE L AFRIQUE


provinces que je t'ai prises comme la valeur representant
I'habillement et les ornements que tu devais donner a ta
seur (ma nmere) quiand ti l'as fiancee ('). Kimenyi accept
ses conditions. Les Banyarwanda quitterent le Gissaka et
le roi, qui avait (du passer de longues journees dans la
petite fort de Nyamuganda, put reintegrer son royaume.
Les derniers jours de Kimenyi furent remplis de cha-
grin. Ses enfants Ie firent grandement souffrir. De ses
nombreises femmes il eut beaucoup d'enfants. Celle qui
lui eni (donna le plus s'appelait Nyabarei a: cY'(tait son
epollse predf're (ink undwakazi). Or, cette derniere ne
cessail de lIi dire : D6signe-donc ton siiccesseur pour
qt'on le connaisse (ITlang' urnwami, amenyekane) ,. Le
roi choisitl nfin cclii de ses fils quii se nommait Lwan-
jacra. Mais la reine n'en voilait pas, bien qu'elle fuit sa
propre mere. Elle hai'ssait sotiverainement la femme de
son fils : Prends on autre stccesseir, disait-elle a
Kimnyvi, parmi tes nombreux enfants et laisse Lwan-
jara ,. Le roi s'y refhsa, il tenait ai clioix qu'il avail faith.
Qi14lqu s joirs apr's, Ny alhare(a pr)patre d(,lnx petites crll-
clhes (inywero) d(l biire, don't l1'ine tlait legerement
hbr'cl'ic (luhongolse) et l'antre tone neuve. La premiere
contenait (Iii poison mdlan.' an vin de bananas. Appelant
uin de ses serviteurs, lle l ii confie les deux criiches pour
q,'il les porte de sa part a4 son fils Lwanjara et A sa bru.
, La criche 6brech6e, lii dit-elle, est pour ma belle-fille,
I'antre est pour son maria. Le domestiquie remplit la
commission, arrive chez Lwanjara, qni etait alley surveiller
la culture d'un champ. T11 remet son dp6t A la jeune

1N Mibamhbg faith ici allusion A la coutume des Banyarwanda qui
vent qpie tonte jeunp fille repoive A l'occasion de son marriage, soit de
ses parents, soit de son fr re aWn6 (musaza), in habillement convenable,
c'est-A-dire une jupe faite de peau de vache, dp nombreux bracelets et
autres orneinents (inilinga, imnihama, uul)tega). C'est ce qu'on appelle
(gutang' uluhande rw' inka chang ukuboko) donner un c6t6 ou uine
6paule de vache ), ce qui repr6sente A pen pres la valeur d'un taurassin,
prix habituel de* cP que coflte uine toilette de jeune marble.


615








616 UN ROYAUME HAMITE AU CENTRE DE L'AFRIQUE

femme : << Ta belle-mere m'a charge de te dire que la
cruche ebrechee est pour toi et I'autre pour son fils ",
ajoute I'homme qui se retire aussit6t. C'est apres tout
la meme bhire, se dit la femme, peu imported que je boive
de 1'une ou de l'autre. ) Et mettant de c6te la cruche qui
lui etait destinee, elle se met "a boire de 1'autre. Au retour
de sol maria, elle lIi present la crutche qu'elle avait mise
de cotd : << Voici de la hire qui vient de chez ta mbre ).
Lwanjara la prend enitre ses mains et boit. Mais "~ peine
a-1-il fini qu'il se sent trebs mal. Les vomissements ne lui
laissentt aucun repos. Le roi Kimenyi est mande en toute
hate. 11 arrive el s'inforrne ai)prs des personnes presents
de la calseC quli avail provoqud i 1111 aulssi grave malaise. On
lu1i rnpond : < C'esl apres avoir liti d la hire envoyee par
Npaharega Vqu( ton fils a -1prouiv( cotte violent indisposi-
I1iou .
.IC co 'prcnds maintentant, s'Ccrie le prince. .e con-
nais l'antipatllic de la ieine et je sais ce qu'elle a machi-
nd. )> Sulr-c-lthamp i fail dnner ldes mddicaments an
malade qui fill hiclol sii-r pied tout eni ayant perdu pour
la vie I'usagr de la parole et de I'ouie (agohy' trurimi.
apftiy' anmatai). Poour pmir sa femnnim, Kimenyi la manidit
et la Ivoua Ilo Is les malhetrs, ainsi qiue les enfants qu'il
ni avail c ns. Les g C''iielers viiit'cvll etlourer la d(temelir
qu'elle h abitail et mirent 1 inort tons ceux qu'ils 'rencon-
In'trelntl sulr lJIrs pas. Les fiIs de Nvahalega p'rent s'esnfuir
pour la plupart et se rvlbterent contre leurn pre. 11s
revin renlt I)int6t Ile narIgciuer et se vantaient publiquement
qui'ils n'avaient rien a craindre de lui, qu'il etait vieux
(ngo ntachyo azahatwara, arashaje). Dans son malheur le
souverain manda un Ide ses neveCx, Sebakara, un des fils
de Muihutu qui avail donned sa vie pour le pays : Veng-e-
moi, lui dit-il, mes fils se sont revoltes: ils m'ont depouillI
de tout ce qui m'appartenait ).
Sehakara 6tait le chef du district connu sous le nom de
Mirenge. T11 avail pour voisin Lwamigongo, son prot"eg,








UN ROYAUME HAMITE AU CENTRE DE L'AFRIQUE


auquel il avait faith donner autrefois par le roi le pays de
Rubago et le Bgiriri, au Sud du lac Mugessera. Les deux
chefs amis s'entendirent pour subvenir aux besoins du
malheureux roi. Ils lui fournissaient des vaches et du
miel, pendant que les autres chefs du pays se desintl-
ressaient completement du vieux monarque.
Les fils du prince infortune s'en apercurent bien vite.
lls firent garder les chemins qui menaient a la capital et
leurs gens s'emparbrent des vivres et des cadeaux adressds
au souverain. Us ne cherchaient rien momins qiu'ai le faire
mourir de faim. Sebakara dut envoyer d6sormais de nuiit,
pour d6pister les pillards apostes sur la route. Cette situa-
tion se prolong'eait depiuis longtemps, quand Ie roi
Kimenyi prit la resolution d'envoyer A IFlTrundi l'autre
reine Nyiramageg(iv, (di 6tait sur le point de donner
le jour 1'ldritier diu trone, celui quii devait s'appeler
Rogeyo (lit Zigama. Le .jeunc prince passa done dans
1'exil son enfancI evt sa jeoiiess(. Quiant a Kimenyi, s(
vo)yant prIt a mourir, il manda son fiidle suijet Sbchakara
ti luii adressa ses derni i(res rrcommandalions : <( Mon suc-
c'(sseIIr viendra I)ientot. Reste-lui soinmis ct offre-lIi le
secours de ton bras, afin que lui atssi puisse me venger ).
Le viCiix roi disparut b)ientAt dans la tombe. Ses fils se
proclambrent aussitot rois et se partagbrent le pays.
Licgeyo-Zigama, l'hdritier nomm6, quite a son ltour"
I'TIrindi, on il avail etc eleve, et vient rcclamer le trAne
de son p're.
Lwamigongo, dui Bgiriri, I'ami de Sebakara, alla h sa
rencontre ( Mazanc. Sebakara les rejoignit ," Musutmba,
pros de M11nege. Ils se rendirent ensemble a Kabale, la
capital du petit royaume di Gissaka. Le jeune roi ful
ensuite conduit a Rugazi, A la fontaine sacree, pour y
puiser neuf fois, selon la conultme. De lU il alla se faire
proclamer A Murarama. Ses sujets ne tardbrent pas a faire
leur soumission (baramuyoboka). Le roi qui regnait A
cette 6poque sur le Rwanda etait Yubhi 111 Gahindiro. Les


617








618 UN ROYAUME HAMITE AU CENTRE DE L'AFRIQUE

deux princes vecurent en paix. Le jeune souverain n'eut
done aucune difficult de ce c6te-Ia. Par centre, ses freres
consanguins, ceux qui avaient cree tant d'ennuis a leur
pere, n'avaient pas voulu le reconnaltre. Lugeyo leur
declara la guerre et se mit a leur poursuite. Quelques-uns
d'entre eux furent atteints et tuts; les autres durent s'en-
fiir avec letirs partisans a l' 1tranger, ce qui rendit Luig ey
sell maitre dans son royaume.
Arrive h tin a(ge avance, il connut quelques-uns des
ddboires qiui avaient attriste la vieillesse de son pere.
D1vcnt nmalade, Mu\shongore, in (le ses neveux, qui 6tait
soTcier-devin, s'offrit pour consilter les sorts (kunmila-
,ri'iza) el t'rvir n remi'de ;'ses infirmitIs. Voyaiut
(iice son on(el n'en reviendlrait pas, il profit de son ed' dit
4\ la Co(or 1)1our s'ernpai),r de deux ,.rands troupeax (de
vachels (I s'enfulit aii Migongo d'o, il (ltnit venu.
UnT' aiutnr ncenIii d(I roi, Nlamwcle, apprenant le fait, prit
Ce q(ui restait. iilgeyeo motnut s lns avoir desirgnt officiel-
l'nic, t 'lhdr'ilier.
Le1s mnembreds (dt, sil famille, mnpriscs et abanudonnis (,d'
tosll, (dI'relt quitilr ler I r ullme et 1'nm ignore ee qu'ils
sont devenfus.

II. LE RI-:FI: G 1): NI'TAM1IETE, LE I DERNIEIR ROI DUI (ISSK \.
1\ FIN IIT PETIT ROYVAIME.

\prCs la 1iort du roi Lutgeyo, les habitants des detix
districts, dits de Cihumya et de Miirongo, se donnerent
pour roi Ntamwete.
II ('ait le petit-fils de la fameuse Nyabarega que
Kinwnyi avail livr6e amu bhorreaux pour la punir d'avoir
tentl d'empoisonner l'heritier dii trAne. Mushongore, son
cousin germain, refusa de le reconnaftre eti ne guerre
acharn6e s'Mleva entire les deux parties (bashyamerana).
Cette lutte fratricide (les princes etaient cousins germains)
n'eut d'autre resuitat que d'ouvrir le pays h l'invasion des
Banvarwanda.







UN ROYAUME HAMITE AU CENTRE DE L AFRIQUE


Ntamwete avait trois favors : Nshikiri, Ntamavuga et
Gasabo. Les deux premiers etaient originaires du Gissaka
et le troisieme venait du Rwanda. Ils en voulaient a
Rushenyi, le chef dui district de Mirenge, qu'ils jalou-
saient. Aussi poussaient-ils le roi a le depouiller a leur
profit. Tu vois bien, lii disaient-ils, qu'a Galare (un
village) le chef Rushenyi troutve tine biere sans eau (inzoga
y' impang'a) que Ini prpare in nomme Bangababo et toi
tu n'en as pas. Tu n'as pas davantage de ce fameux tabac
de Cliyizilira qtue cultive Rlikeri (tin autre indig'ne). Et
la bi're de cliez Nduzi et totes les autres bonnes choses
don't Rushinyi dispose et donl il ne te laisse pas profiter! ,
Gatgn6 par levirs discotirs insidieux, Ie roi Ntamwete fit
appeler Rusliyi, qiui vint le triover an village de
Bireng'a : J .e t'ai appeal, li dit le prince, pour te signi-
fier qie je veux prendre possession de ton pays, lc
Mirenge n). Des liomrmns etaient posties l'entree de la case
pour s'c Mniparer de Riisli(nyi dans 14' cas ol' il refuserait
de se sounwmctre. Sc voyant victim des intriguies des coln-
seillers intinmes du] prince, le chef du] pays de Mirenge
repondit par les paroles sijivantes: Laisse-moi chercher
un arbitre pour faire tin partage ia l'amiable R. .Tc
(disio-ne Nshikiri, ici pr6seint, reprend le roi, po11r, aller
nii mon nomr chloisir parmi ves villages n.
Nslhikiri tait l'nenemi personnel (de Rushnyi. 11 pril
ce qi'il y avait de plus avantageux dans le pays, e'est-
a-dire les villages de Gatare, Kihare, Nyaminaga, Zaza,
Chyizihira, Bare, Sanigaza. De plus, il sonstrait a l'auto-
rite (hi malhciireu x chef les detenteurs de ru ches (aba-
vumvi) du Mirenge : Ce ne sont pas quelqutes collins
que tIi m'as prises, vint dire an roi iRushlnyi, II m'as
depouille de tout n. Telle est ma volonte, repondit le
monarque, va-t'en, tu n'as qu'a faire ton deuil des vil-
lages qui ont Rte choisis agenda ahongaho utowe uha-
hebe) ,. II1 ne restait au plaignant qu'A se sonmettre. II
prit conge dii prince et se retira.


619








610 UN ROYAUME HAMITE AU CENTRE DE L'AFRIQUE

La mere du souverain, ayant appris ce qui se passait,
made son fils et essaie vainement de le faire revenir sur
sa decision.
Elle eut beau se servir des arguments les plus frap-
pants, le roi n'en fut pas ebranle : Si c'est pour cela que
tu m'as appele, c'est inutile ,. Laisse done, reprend la
mbre, Rushenyi en paix, ne t'attire point son inimitie '.
Ntamwete ne voulut rien entendre, il resta sourd aux sup-
plications de Gishagira, la reine-mere ('). Et sans perdre
de temps il en voya une armee au Mirenge pour en pren-
dre definitivement possession.
Les liommes vinrent camper dails les villages de Zaza,
Saiigaza, (alare, Kibare, Chyizihira, Nyaminaga et Bare.
Leirs chefs allcreut Irouver R1uslihnyi, a Ntaga, pour se
fair donner des logements (iigo albacuiinmbikire). Rulshin-
yi (ldsigne sou01 fr"r (dGwiza et tn autre home nomme
Kirangwa, pour les coiduiire sur les collins de Kibare,
Bare et Kalemba. Arrives aux villages de BRuiira, Mafubo,
1Bliabl)ra, les chefs de I'arine refuisent 'aller plus loin :
Nous sommes libres de camper oh notus voulons n,
s'crient-ils. El su:-le-champi), la lutte commence entire
les deuix parties. Ce futreit les Barassa, c.'est-a-dire les ogens
de Ntamwete qui ftrent vaincus, ce jour-la, par les Bada-
Iiigwa on habitants du Mirenge.
Les vaincus font aussittl demander d(i secours au roi
qui les avail envoy(': r Tout va mal, lui mandent-ils, viens
vitle h utotre aide ). Ntamwete se mit en route avec sa suite
et lit passer la nuit t Mpembge, pris de la frontib're du
Mirenge. 11 commerce par s'emparer des troupeaux de
\aches que Riishlnyi possedait non loin de la, dans le

C() Nyina aiiubgira ati : Ngwino turyamane u.
Ntamwete aratangara, ati Umpamagaliye kuntuka'. Hal' ubgo wabo-
ny' umnwana ulala na nyina ? Nyina Gishagira aramubgira ati
t ITtinye kulala nanje ? v
Ntamwete ati : iyaba wasaze! Ibyo ntawundi wabigize ,.
Maze Gishagira amubgir' ati : ITk' untinye, ukanga kulala nanje, ab'
aliko utinya Rushenyi' s.








UN ROYAUME HAMITB AU CENTRE DE L'AFtlIQUB U

Bgiriri. II tablit ensuite son camp A Kalemba, puis A
Sangaza et, enfin, A Zaza. L'habitation que Rush~nyi avait
A Chyizihira fut brlele. Le demi-frere du precedent, qui
s'appelait Muhoza, vit aussi ddtruire la sienne.
Rushenyi, comprenant qu'il n'y avait plus de salut (nta
makiriroye) pour lui dans son pays, alla reclamer la pro-
tection du roi du Rwanda. II traversa le lac du Mugessera
au passage de chez Rugaju et se fit conduire par deux
grands chefs Banyarwanda (Nyakahinga et Rwihimba) A
la Cour de Lwogera-Mutara.
Admis en sa presence, apres l'avoir salue : Viens A
mon secours, on m'a depouille de tout ), lui dit-il. II
raconte longuement au prince ce qui s'est passe entire lui
et Ntamwete.
Lwogera l'ecouta avec beaucoup d'intehrt et designa
un de ses hommes, Giharamagara, pour aller lui faire
rendre son pays; il retint aiipres de lui Rushinyi. Les
Barassa otn gens de Ntamwete, ne voulant pas en venir aux
mains avec l'envoye du( roi Mutara, se retirement du
Mirenge.
Quelque temps apris Lwogera fit partir line armee
qu'accompagnait Gwiza, frbre de Ruishinyi, que suivaient
quelques-iuns de ses gens, Lwanmulihumuza, Kirang-
wa, etc.
Uls vinrent par le village de Karwimo.
Ntamwete, le roi du Gissaka, apprenant qiue les Banyar-
wanda approchaient, s'enfuit de sa capital et se rendit an
Slid, a Murwa. II avait 1'intention d'aller A l'Urundi,
mais en course de route il rencontre un elephant. Cet
animal lui inspira tine telle frayeur qu'il revint sur
ses pas. L'idee le prend d'aller, lui aussi, trouver le
roi du Rwanda, pour lui faire la court et en obtenir
sa protection. I1 etait dejh arrive A Kirwa, an Nord du lac
Mugessera, quand il se trouva en presence de I'armee des
Barnyarwanda. La bataille s'engage aussit6t entire les deux
troupes et Ntamwete fut tue durant le combat, avec beau-
coup de ses gens.









tMJ UN ROYAUME HAMITE AU CENTRE DE L'AFRIQUE

Rushenyi revint aussit6t pour reprendre 1'administra-
lion de son pays, sous l'autorite du roi du Rwanda.
Un mois apres, les Banyarwanda continuerent leur
march en avant et penetrerent dans le pays dit de
Migongo, que le cousin de Ntamwete, Mushongore, goi-
vernait en son propre nom. Mushongore n'attendit pas
I'ennerni et s'enfuit a I'Ustii, oft il ne vccut que quelquies
rnois.
Ses fils revinrent dans la suite et allerent fair leur so -
mission h la capital du Rwanda, chez le prince Lwogcra-
Mutara.
Ainsi finit Ie petit royaume dui Gissaka. Le roi Lwogcrn,
apres s'ctre crpare de tout le pays, n'evinia nuillemnent de
part i pris les chels Banyagissaka, qiui contain twrenit t-
admiiinistrer le pays soi s la haute surveillance des hautls
cornmiissaires IBanyarwanda auxquels ils payaient les
implts en nature. Lwogera nc vint jamais aun (issaka (').
in des inmlbreuix pctits-fils de Kimenyi II, apple
Luikura, essaya "a deux reprises, centre 1900 et 1903, de
,agier a sa cause les Banyagissaka. Ses efforts eclhoucrent
coinplcleient et il (dit retourner dans le Kizilb, non loin
(II lac Victojria, oil il avail Irouve uni refuge.

ISTE (;IJNIEAI)0(;IQl:E DES ONZE DERNIERS ROIS DU (ITSSAKA.

Rois (III (issaka (2). Rois (ld Rwanda contempo-
rains.
Kimnnvi I Kimeni (3). Ndahiro.

(1) On ne sail pas exactement l'ann6e of se fit la conquete du nouveau
fief. D'aprs les donnees obtenues, on estime qu'elle put lieu entire 180S
et 1850.
La mnre, de Mutara-Lwogera etait encore en vie, le roi Ialmite, qui mtait
atteint de la t&berculose, n'eut pas le temps (de visister le domain que la
division de ses maltres venait de lui donner. II mourut aprbs un r gne
assez court.
(2) On ne connait pas les premiers rois de la dynastie.
(3) Kimenyi-Kimenyi. On redouble son nom pour attirer l'attention sur
lui et le distinguer des autres de meme nonm.
C'ktait le a rot par excellence, c61ebre par son savoir et son habilet6.
Kimenyl vient du verbe kumenya, savoir.









UN ROYAUME HAMITE AU CENTRE DE L AFRIQUE


Mukanya.
Mutwa.
Mutuminka.
Kwezi.
Liilegeya.
Muhoza (').
Bazimya.
Kimenyi II Getula.
L~igcyvo-Zigama.
Ntamwete.


Chyilima II Liidjuigira.
Kigciri II Ndabarassa.
Mibamhge III Scntahyo.
Yulhi III Gahindiro.
Mlutara II Lwogera.
Kigeri III Lwabugiri.
Mibalmbge Riutalindwa.
Yiihi IV Musinga.


0o)ms DES CHEFS BAN.AlWANDA QUI SE SONT SUJCCEDE
lI (GASAKA DEnP1IS LA CON QUETE JUSQU A NOS JOURS.

I. )ans le Mirenge.

1. (;talclin-a, petil-fils d(I roi (ailindiro. Tres popII-
laire el (d'n plhysique agreablc, il fuit n Ibutte a la jaloiu-
sic de Lwabiiugiri, son cousin, qui lui perca la poitrine.
Ruslhenyi administrait la province an nom de Gat-
chinya.
2. Nkundakozera f.it simrltanement chef du Migongo.
11 flit tud, lui aussi, par Lwabugiri.
3. Sharangabo, fils de Lwabugiri et demi-frere de
Musinga, le roi actuel. 11 ne conserve que quelqies mois
le gouvernement de cette province.
4. Gihana, fils de Gatchinya, fut depossedd. 11 vit retire
a Idjari.
5. Lunyange, simple Muhutu que sa bravoure a la
guerre avait fait lever A cette dignity. Mort depuis.

(1) Muhoza donna sa fille en marriage au roi du Rwanda, Chyilima II
Ludjugira.


623








62R UN ROYAUME IIAMITE AU CENTRE DE L'AFRIQUE


^utiy ). __6. Mugugu, se voyant disgracid, se brile dans sa hutte.
S, 7. Lukagirashamba, mort A un Age avance.
8. Gashamura, fils du precedent, vivait tant6t au Bum-
bogo, tant6t a Nyanza. 11 faisait administer sa province
par un subalterne. II dut Atre deported A cause de ses agisse-
ments, a Gitega (Urundi), ou il mourut d'hydropisie,
en 1927.
9. Kagango, fils du precedent.

II. Dans le Gihumnya.
1. Nyamwesa, fils de Mutara-Lwogera, demi-frere de
Lwablugiri, qui le fit tuer, craignant qu'on ne le fit roi a
sa place. Balema, fils de LwamigoIgo, un Munyagissaka,
administrail ajn noin de Nyamwesa.
2. Kalaka futt une autre victim de Lwabugiri. Ses
deuix fils, Muyogoma et Muirulngainwa, vivent (i RIukoma,
prI's dui lac Sake.
3. Mugugu administrait egalemeint le Mirenge. Depos-
sedd par Mibaim ge-Ritalindwa, il se suicide a Bulima,
dans le Nduga.
4. Lutishyereka fut iiliimainenent. tu6e Mukingo
avec son fils Ruttalindagira et son even Luzindaza, lors
de l'avenemineit du roi actual.
5. Luihinangiko, onele de Musinga et fr"Tre de Kabale,
qui le d6posseda. II1 vit atujourd'hui (1929) a Rtubona, siur
un petit terrain.
6. Kanuina, le chef actuel, qui admini.stre par l'inter-
mediaire de son fils Lukara.

III. Dans le Migongo.
1. Nkoronko, fils du roi Gahindiro, ful tue par son cou-
sin Lwabugiri.
2. Nkundakozera, le meme que nous avons vu au
Mirenge.









UN ROYAUME ITAMITE AU CENTRE DE L'AFRIQUE 625

3. Nzigiye, fils d'un certain Lwishura, des Bashambo,
mourut de mort naturelle. Son sous-chef fut Sheramanzi.
4. Lwatangabo, fils du precedent, mourut en 1917,
comme son pere de mort naturelle. Mpiga a succdde a
Sheramanzi, son pere, comme chef subalterne.
5. Mpetamacchumu, des Bega, est mort en 1918.
6. Mulingo, son fils, ne fut chef que pen de temps.
Revolte contre Musinga, il est passe au Karagwe.
7. Lukarakamba a pris la succession en 1923.


DESCENDANCE CONNUE DE KIMENYI II GETULA.

12 3 4 5
Gakira Lwangara Mukerangabo Seburiri Bigondo Lugeyo (
II I I
Mugotanyi Lukura (3) Muhangu Mutaga Mutahembya
I I I I I
Mushongore (2) Magato Fumbeje Lukikamplunzi
1 2I I
Ntamwete (4) Ml).akazi i
SI I
Lwagajii I Kaba ka
i Cliamlwa Mpumbika (5)

Kadogo -
Isliaiunda Lwakariiiili Lwagaterura
1 2
Mwambari Musine

(j) Liigeyo est celii qui succe6(a a son pere Kimenyi et qui miourlit
sans avoir design de successor.
(2) Mushongore se posa en rival de Ntamwete et garda le Migongo.
L'un et l'autre furent vaincus successivement par les Banyarwanda.
Ntamwete fut tu a la bataille de Kirwa; Mushongore s'enfuit dans
l'Uswi. Chamw a, fils de Ntamwete, fut tu par Lwabigiri. Ses deux
petits-fils, Mwambari et Musine, habitent, le premier ai Birenga, le
second a Kibare.
(3) Lukura a essays, en 1900 et 1903, de reprendre le Gissaka; ses
sujets, instruits par les leo.)ns du pass(, ont prefer6 demeurer sois la
domination des Banyarwanda. Son fils Magato recut., en 1921, l'admi-
nistration du petit pays de Mutara.
(4) Ntamwete se fit Mlire par les habitants de Gihumya et du Mirenge
don't il devint roi.
(5) Mpumbika, qui vient de mourir, s'6tait enfui A l'Urundi, chez
Busokoza, ainsi que Lwakarundi, le premier de .ses fils. Le second,
Lwagaterura, veghte h Nyaminaga dans le Mirenge.
MtM. INST. ROYAL COLONIAL BELGE. 40











626 UN ROYAUME HAMITE AU CENTRE DE L AFRIQUE

DESCENDANCE DE MUHUTU (1), FRERE DE KIMENYI II.

Sebakara
R
Rushenyi (2)


1
Lushababislha
Karakawe


Lukainba Joseph Sekaziga Charles


2
Rubambana
Kagenza

Gatamba


Kimanuka Lwabagabo


(') Muhutu fut designit par Kimenyi pour arreter les Banyarwarda
qui marchaient sur le Gissaka. La bataille eut lieu a Kabirizi. Muhutu,
accompagn6 de son fils Kamana, se jeta au milieu des ennemis et mou-
rut en brave.
(2) Lushenyi, 4tait chef du Mirenge quand Ntamwete, pouss6 par un
mauvais conseiller, lui enleva la plus grande parties de son domaine.
Mteontent, il alla trouver Lwogera, qui fit la conquite du Gissaka.