“Les clans au pays des Bashi (Bunyabungu) par le R. P. Colle, des Missions d’Afrique. Extrait de la revue "Congo." Vol. ...

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
“Les clans au pays des Bashi (Bunyabungu) par le R. P. Colle, des Missions d’Afrique. Extrait de la revue "Congo." Vol. III (1922), Tome I. Typescript. 12 pages. Jean-Marie Derscheid Collection
Physical Description:
Mixed Material
Creator:
Colle, R.P.
Publication Date:
Physical Location:
Divider: Reel 4

Notes

General Note:
pp. 337-352
General Note:
Image digitized from microfilm. Best quality available.

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
System ID:
AA00002617:00001

Full Text

xCtralt de la BevNe '00o00
Vol.XII (1922) Tome I, pp.337 8 -



LU CLAN8 AU PAYS DS BA-SIT
(BUTYABUONU)
par le R.P. COILB, des Missiom d'Afrlque.



Le not olan a 6t6 interp6t6 dams des sem bie ditff6wqmt.
II oera d&on utile de chercher A 1e d6fini tel quI l set eO
let am Baushl.
Le elan ne poeut tre confondu avec la famille au sm was.
treint (ehinyamilongo ou chinyabta~ma) L' enfant appartlent A la
famille do son pbre et de 8a mAre et de leour aacendant 11
a'eot du elan que de son pre et see aleux masealine d f ta6 pn
ternel.
Le elan est moins encore une peuplade ou ne zaoe. Celleea
ol,en effect, se coroposent d'indlvidus appartenant & Ae aIttae 4t-
vers; bien plus, un soul elan peut s'tendre & pluaaiuws pewp1M
des part is fort &loign6ea. Tel le elan des banammeha qul get
reprisent6 ehez lea bashi, lea bahavu, lea bat*l e 1e ls :l ,
lea banyawanda, etc.
Le elan, tel qu'il es esteonstitu au Bushi, pl rrait s 446-
finlr le group de tous les individus qui ase eIlamentt dONa a.
e8tre eommun, don't 11s descenennt dieetement par la I1gm.f 1W04
line soulemnent. La femme ne pout traasmettre lo neo doe as I
A sa descendane; bien plus, elle pre*d place anIs elei do
maria 46a qu'elle lui a don6f in infant. Deox mota set
poWr le designer : iahauja est le elam *esi*d6 -
de plusieus r slamns; alaa d6signe le olan isa lo mn satre. Oe
dernier peut tre lui-aao tige d'autres ema -elaasM 4 srte qMue
la plupart des clans sent on mme temps ishaja et imala.
L' exitense des elans eat duo au besola de oe rappel- &4#W
manibre praise le noim ou surname du premier auStre et lt l
oeimune qui wnit entire eux les descendants. Aueuno idt*e Wllj
IeNae, semble-t-l1, n'y prAside. Lee asarifliee, los poJe Aes *t
ole auesa mantfestatians du elte fo t abswtisem eaplt dliA
olan. Le am du elan eat pour m Noeis m e sIple eaa t Pe
titt. I1 serrespond asses biea A e ano de famille,
Le m m du elan eat parfois oelul de l'amtw qul le I
le *lus a owveB o't eaftson suaroAm ou elu de ses premiss mMA
oeneaxat. Volel quelques exemplesa t Wak ,the d_ a sea Ome t
baohike (I), Namwaqo feda lea b mMa, de s fts i

(I)- Ba, banya, bene, mis an dbbut du neo des elm, *asgI
"gens de....., infants de .....'





2.


qul faisait roti (koeeha) la viande pendant la s weih X*sM
*ra le elma des badaha; On l'avait s s bs pae q%'l1
avalt sans peamissionl vid do leur eentem (kaba) plitews
gremi. s; K i egenra le elan basrale, qui prit le de
la eelline Z o quo leur aanctre oeeupa au BNtee ~at de
venir an Busbh; lea bazsra&du furent alai 46s a paSeo qV'
l8 no mangent pas (kasira) la chair dt towma ( ),*to.
Chaque Noir, e' est evident, appartiet A n aus Ma e
elan est-al aneBssalrement eelul de son p6e T II wriv q~t',e
nmre d6aire pour son fils en elan plus neble que o it doe sa
marl. Pour y runsir, elle @ eomrra A w sumbterf.ge Q ma ell
aura ooniu par vote lgitimv, elle Ira tlwaoyer hoeame da eol
d6slr6, vivra un jour ou deux avoe lai et eriowle-ra f7 ~ta
ter see processes, de mani6re A domner Ie change. Le eas eat fv4
quent aTve lea hcmnnes de la famille des grazds eohef, qul s'y
pr4tent d' a111eiris bien volontlews. Le mari tromp& peut sea&s M
t* porter 1'affaire au tribunal IndigAne, mais lee S ges adut.-
tent en principe oeere infraction aux lols du marriage; la t me
sera rarelent puine et son complice quasi jamais. De ee fault,
1'enfant qui naltra fera de droit partle du elan du plre supp4e6.
Que si plus tard la mIrre d'voil llt vrla ito A son fila, oeloui4d
pcourait demander do rmIntrgrer son Tral elan en eprAse*ase ua
qui s'en rapporte pour lots au temoignage do in mAre. e ae so
pr senate surto'it quand ea fils desire Apouaer une fille du *ela
du p6re putatif; marriage non admis par la coutuwm. T, is .V U S
la m~re d6voilerait sa faut~, le flls rep"-1."ai;t son viai olas,
different de celui de sa future et 3- rriage pour ralt atolr
lieu.
Une f'emre, com te ~: A. i iu quite toujours son olan pater*
nel pour entrer dan colul de son marl dbe qu'elle a ou un en-
fant. Elle entro-, d mren dans le elan de son doMilame u tvei
si)-me marl et < trouvera par le fait astreinte aux re'orlpti
et dAfcnser" inh'rentee au clan do Pon marl aetuel. Mait aM s e
elle n' e- d'aueun elan; la femme sur *e terrain set es e
peu de 'iAose.
Un elan peut se seetionner. Un membre le quitte pour d
wsu-ifs divers qui sont ordinairement l'Iineste ou le ns*tus ap
Sn aembre du elan. Personme de ee elan nse useatntit A reor
aveo l' isetuoux ou le maurtrier des rapports d'4amitiL6, Le Ol
bany ha sortit du elan banyints et se forma A la *ilt d4wn
double aineeate des fllles de Nalwirndl, chef du olaal le lan
baelwo et eelui des bahana sortlrent du elas banya'm~mpo sa as
que DeS deux aneatres, Kacheo et Eahanga eurent tub li fTh w,
le Mei gingi a, ehef de b~apaoeha du md. CO A4mnw Do
d4tacha ldu!- du elan de Kabare par r4voite dfu sreeor.
x shue centre Kabare son free & la site Aa .t r. A st
ehisa. Le plus anelen elan eonmma, eelui des beajra o nw .
eeMa.ea & la suite de l'ufnin oonsidAroe eowne setJ At
chef Mushingi aveo sa oouaine germalae, fille de sea Ote ~-.
teo-el. Parfois eonore la division a lieu pour oherohbe tea t
res fertiles, eose firnt les entants de ChiAm, t~wrenMl sh
des olans baMyint et baaoibula; o bion pw "leo aTp i.
mnF dtPm iadigMne qul suit un ehef do olan a utr quo le 1*t







sur une terre ,trasngre et devient ainai la souohe d'wi elas
quo ses deoeendaats apaser w.w t da elan origiel, eeme f*ty -
les badaha, issue du olan bagesser an udwa.
Hats eement so reeumattre entire we ? T Ceament a
s'ty prennt-ils pour tenir unieos les aMim bles 1ig1e, Ia-
sues d4' aaoMSte eomma ? las ont imagIn6 pour oela unM ert
do blasoa et mr devise. Tout h1C en e1t ino*at'uit masort
de 1'adelesoenes; see sont es ttres de noblesse, la puwe d.wm
powoir perdu, le noyau autouz duquel so groupeat lea pste 4
see sametres, les falta historiques qui souls 93'intreasoeatI
Ce blason, qu' o appelle habituellement "oetueu o t 1 03IMs
sowvent un animal, quelquefois une plant* o un ebjet IetA,
Parent une pratique on un geste. Jo feral remarquer ew pa
quo le mot "totem? no semble pas pleinement r*poudre hes
bashi A la definition qu'en deoment leae avants d'Euwrp. Al
le elan porte rarement le nom de I' animal ou de l'objt tot6-
nique; le cult que nos Noirs lul rendent so w dult & u sfaplbq
honneur qul so manifesto par le respect et 11interdletion dle *
d4truire ou do s'en server dans un but utilitaire;11 ils'eadmt-
teat aucune parent rnelle entire les membres du olan et le I, m6
Ila ltappellent, i1 e3t vrai, "meone wiru" notre parent mait
demandes-leur la raison de cetto appellationila vous diront
"nous l'appelons notre parent paroe que notre anotre lta aoelai
lul-mame et au'il nous rappelle la parents qui nous ait **eet
pour e sr me motif que nous lui doWzmsm le noam de tno doelaV0NO"
l'hanorons un peu comma les chr6tiens rfv6ront 1 mt e dftEa l
et 1'appellent Jfsusparce que cette image lour dit q"tila smar
fils ot suiets dtun m8me Sauvour. Laniml tOt6iqu des o l
(arat) s'appelle, lui aussi, namii, rot, et l'indigao n d2
pas de lui1, e'est notre parent" maisa "~est notre roi (tw
wiru)"* car lUs s figurent quoe I'o du premier rol so plat
parfols A rentrer dans le corps do cot animal pour ventr 4Tl
des hommages "spciaux".- Mais s'ils refusent ost6gwriquonm 6 t.4
rapport de parents r.elle avec Ie totem, 11 nen eat pea doe
do la similitude de caraotbre. Fr6queaomnt Ie totm *wible* "t.
to similitude. Les banyamwoeha attaqu'rent les chefs qu'Vls s
plantkrent avee la veoraeit du 16opard, leur animal totAwiqae
les badaha ailment leamuttos des chefs comme la bergereumtte sa*r
lo* toits doe chaume; lea pygaes a attaehent A leure fett s t
le chlen A son mattre, etc..
La lol d(exogaxie qui d6eoul du totem n' interviat q. pr
enforoee l'emphement matr4mOnial & a erted deg a di mem
guinit6 oollat4rale sans ls emap"hor tmus. C*st atasi qu Ie
enfants issue de frdro ot aoeur (basala) peuvent a arer o aer
eux; qu'In ha me peut marior une femme de son elan dhs qwtU
ent perdu le souvenir de 1' anctre autre quoe la s ahe d
d' e sent sorties lea lign6ea de lun et de 1autre,.
Puisque le tdbm rappelle I'ancltre du ela,1il y 7au dB
Xe totem du clan propresent dit, Ie t dteua d elaa dent 11 0t
lssu,et qualquefoisa nm le totem de la pr.mis e tip qti 3*ws
a deoa naissace A tons. Bien plus, les ltaigbnee a eauo es
de respeooter le totem du elan de leUr ehef et d'eim faire qwast
le leur propre. I1I suit de 1A quo ehaque loet peut roet pla.




4.


*I tero tot~;n et o' eat & ce fait sam deate qu 1 t ati
bueT 1'xisteaee des nombr.ux saimau qui pmtelpeat 4e .-
16g#s totemnstiques. Toels snt t le h0e les 0t W (Olt
l1 pard., shat sarvages, t2aes), ) lo ibbeae, I gre IwO NI
6,o l fbibs, le pique-beef, 1thl e1!e. Ia b2--oe 1 UMtte, *
serpent, 1e 16sad, loe oa6I6an, le wpa~M, l.agal3M I.M
a luwre. Dfense g6n6rale eat faito de o Mau0ger Oea nl q -
uefois aime de lea tueo, sou p lne de faeires r ltt "W
?(t-t-anan) e- do a 'en purifier de suite pay 1'Tbswptlk A
Mbans, *espce de panao6 comp oa6e dun tfinit6 des pla
et objets lea plus disparates8 nglob64 dana une pte dagVtle
s*6oh6.
Ce sa**it un abuse quo d4' 6m6rr tei e totum dAw *a
et quelquW eaa repr6aent6a an Buahi. Qau 11 uft** as4d o b
sp6afofit lea totems propres ax clans des ohefs dent 11 mam
parl6 eie-dsso.
Los cllns ius s du pyBu6o aushai he-wte 1. ahiea. ea
oet de m$me do tous le autes clans, tous originair s d WW *E
meant enu iA reootement du Rwanda, Les anoStres 4 Mbi
zmes d6ja plus ou moins oroias6, 6tant vems x M aussti a-
Esat, on peut supposed quo pygam6s et non pyp6ea 4doesxoeet
dtun olan plus anelen dont Ie ohien 6talt le teteAm. e
brans semblent bien Stre, en effet, un a6laage de pyo a e %r
petits aveo une race plus forte. Les balegs out poea tat
munm 1'oiseau ifuni. Los barungu esapeotent leo peUs 4 *to
miammif6e (mahaha) et I' insect.e o hA ast. Lea basliMala M Ua
gent pas du agabi, (grande antilope). Lo beLltos h nset I1 .e
ira.d*, esp&*o de chat tigre; (d autres disoat qua o'est .1
rat dose roseauz). Lea banyawooha oat per totem 3* 164 p I
gr"e couenme eat le totem dos basamb !e o ewb es at eelt
des b j ae;a la chavr osat heno6e par lea ola*I appaw"a-t- ..
pygnmes (badwakazi) par union A des femmes de leourw la Les
banyumbirii no peuvent lancer avec la main le frtit (imat*)
dm s.ty17tm. Les banyalugono v6nArent I ilseete m en 't
S* abstle agent de regarder la plante do lewes plos ad. Let bw
out la Am& e prohibition; de plus w taoan mar16 dolt tm ews
ortir dx lit exaotement *an ao temp que asa tenm et dai
ay9e *ole le dernier soup do pioohe aux eolturos, *le s t a& Uo
moet do quitter le travail.
Contrairement A 0o qui ** fait ailleo m, -ss Metee aMt-
oune esp.e. de reor6sentation de leros totem sm aoto *
tatewages, ni rien de materiel qui puisse lee rappeley. ZI U
11 eat Vral, des huttes, des arbres, des pierrea et n 6k11
Jets deastlne aa eulte des x ftnes mai i. aI vTmweae
iMage tot6mique. L' antre y reotlt par~oi les b a us
ed o ladupar ememple lo aacrifiee des heoftS t
Igreshe, eon I1 du 16opard e**6 u pv Ml aui o.e
sagrifiee eat n hnammge des eheft on tt quo pi d
*t amsam embl6 e n'7 rappelle lapr6senao e tAteallX a. eS.
tenten d'effrir de la bi&re et da adLel dame la I tte &4Isy ow
la tombe du foiateur de la dynastie.






Leos branches faailales qui omposent le elsan ntlat pas
quoe Je saho, des tote spAp6o e non pls que les ilaivtU Ai
Ltenfant ne reuolt pas, au sortir do ltadoloseenee, oe *elt
so pratique dans d' autres peuplades beating, Um tute Sm U **
ae. n na et ntuaura Jamais quo e oux t elan det 11 flt ~t4
*t dos cleam qui oat dona4 naissanse au ses.. Coest AMMI i
1' alder A mieux retenir origin de osn ela qut Oa NI" apmp*
dra &As son june Age Une for'mule qul emW o n qulqes a
breft le am du fondateur de on olan. eo, latl appewtlmA &
s su-elola, le nom de 1' anwtre qui le er6a et oelt da el*sa wit-
ginel, ainsi quoe Ie c les totem qui leou sent pWpr e- t 21
paym eI 1* elan comnenqa son existenoe partmulley. 1 vetAl
quelques examples 1 Un malega du a ous-elan 'ba e.qW
dira Shamulega wa e ohanya, eralya ifsi tealya Ma maSbi
(p6re mulega, venu de Chanya montagee du BIahi) tel qul
manages ni oisean ifunzi ni 1e earmassiler MslI). e5a lol*
du sous.-lan "ba chime" dira t Shameluga was s oi n m s hie-
laua, ea lya 1nzi na nas imbi (phre anlega de ohIe ot ehi-
lamba (nam de d ux pays du Kivu*...) Lea bone Nakakhibae ot la
devise t Shamlega wa Chisharl, ialaaa r yamsiba m ,
oralya i zit e Talya a alubi (p6e uale de Chalha t (
A 1reest des voloans), phre I tamgu, files de Nyabu, ma w,
toe qui no manges ni...). Les be o Chlahkf disoet NdW i
wa s nWa Mpekera na wa Bukanda wa Mpekera, eoalya l It fy
mAualbi, oralya lubaka (je sui malega de ohos lewa et d
Etkaeada, file de Mpekera, qui no mange Ms 1'oiseas luf l II
le earnassier musitibi ni le milan lLabaka. Les ~a e4as1wm dies
asmunlega wa Ka iru oralya....(pAre mulega d ehoz Kaotl q
a* mange at.. ). Tous oes a ous-olans out le totem du elan Bflega
dt u ils sortent.
20-Le a membres du clan Basibula ont pour 16gemie t ta-ba
a ibala ou Shamuhand wa Buhunde wa e KaMehuah :m Maa Bt-
manda, oralya agabi na njusi (pAre des basibula doe ltmu~a ..
qui ne mange ni 'antilope ugabi al le ehat tigre a Jui. 0 (t
devise rappelle les pays suecessivement oeup4n par leg aI~ps
du elan, tous pays s itus au Kivu. La devise du elaMn pfA6e qWl
s'eat allit au pr6o~dent rappelle son origin t &aby- a.
Nabusiango (p1re Bunybya (pygn6e) maltre du Dukage (mmtaeB
au Buxndme);
30 )Le clan Bashoho dit t Shabashoho ebae Maula, ttalqa
hi a hikeoe orene wiru (pAre des Bashoho du Neadta (pays)
Se no mawgo ti la grue couro nme ni le orapatud, notr pa;est)o
4)Le elan Bishaza dit : Staiohasa wa e Ite a m
gba as Nakabej, e mmBa mara gavimaa miyse man M l
mduIgI (pAre rishasa du pays Mpe o (a Amana) d t e)
et NakaedJe (deux aliens rois du Dasa ) do 1 eX 1-
16 bruise a spatale t le bromet brise la oulllAe o'et-&.43i
irheas deseendant de rols et d'u pays ries e a an tl et e*

Ceo devises sont done par rapport am ttem J peA jg e g
qu'eat la lgende par rapport au blasos de la a eo el Ase 'A ms
e' eat en m$eM temps pour ohaque Noir w. tr&m owi*t Aba jm 9 .
toir.e elanique. Cette histoire, noS intig6aes daltes oereb ee


5.





6.


A en conserver jalousement la tradition. Maluweuseemat, taste
d' oriture A measure qu'on s'tloigne doe 'origiae, le t
lea gestes des anoetres se oonfo dent, @'eUe*ffo 1o le g6Mal.-
gies so percent; on attribute A un aou aee qui est le fait d'w
autreWparee quoe tous devx ont porter le 8me amof bless plus a
finlt par grouper sous an sul persenage les fails d teufs stU
qui eurent un mom aemblable an ain. 11 ena swit que 1 & tA
indiganes so rattacheant A leur premier amettre per ae di1a"a
de gKnArationa,il faudrait parrois dtobler le aUa U. La gi am-
logiLe du ro du Rwanda eamble avoir t6U la uieux eeirv6eap
& I existenoo dune oaste sapoiale, Ia eastoe de Baeura .
qui oat pour mission sp6ciale de tranmettre de po en file s
umn de tous le rois aneatres du roi Agnant. Cotte g6maaleo
permt do d'tormlner ave une certain apprIziatlon l*1ort
des clans au Bashi et au Bahavu.
11 semble aequis aoteellement quo tous lea ola s sa wi.
ginaires du Nord-Est.- Aus al loi aqu' o u pout I.eaj;1rttes e3
immigrations o t pour point de depart le Nord d Rada la~ w
wa on le Karagwe. Leas amrux olans vesme du sd-O4uat as aek
rAellement quo des elans issues de la tig.e ura KaIaItu (oe
Nalwindi) et dtautres enicorequi sont venue s t6tablfr par la nt-
to des ges,dans les territoireset sous lfautorit4 de aiau .Itl
Je vais essayer de donner ioi une idte du dvoeloppemnt dt dt la
marhe des prineipaux.
Dans le lointain des ages, disent aos Noirs, 1 ~mbi 6Btrt
quasi desert. Bien peu d'hommes habitalent oes s 6gienRMS 'l
de fe4ts. Les premiers homes don't on alt conser v sawmil
s'appelaieat Eanja et Chilenge, tous deux do raee ~pI6e o
eagendra Nyabuholo, qui fut le $pre de MauhigI,1e pluM e4l
des pygm es. Mushingi prit Pour femon m a ousine ngeaawmla Wak
wiguraowahole, issue de on onele maternel Chilealge fte to
sa mare Ngaajakafeke, union cons idArAe partout Oemn taOsatI.
C'est pour ee crime qu'il dut quitter son elan. 1 put 1 34i
de Nabunyebya, de la colline Nyehya lgan o 11l 6talt tablU.
D' *t veionent Kaaja et Chilenge ? Probablement du Kord*-bt! P-
foul2s qu 11s furent evee leurs families sous la poussge 6* aa
raee plus forte. QUoi qu'il en s oit, lea desaeenatts t G
allre1 t meupeI r les elairiAbre des forts siatue sa W a
(N.W.du Kiwv). Un premier sous-elan en sortit *t ee epa le B-
@h A 1'Oueat des loans Viruaga; un deuiMe lan alla a
Buhi Nord; un troisi6me au Bushi Sud, Les austr ew
issuE d*e ee mme traM, se Prpandirent dans les fa to de M
au Bte.Se et au abebe*o Le chef de ohaque olan 4talt alera s
petit roi ialApendant, pun aux autres ~Wr lea seuls lis~m di4ne
rigine coimmne. L' ensemble formait la tribu deos Ba
Batwa,et oueepalt tout le pays situ4 & 1 'Owest d a ns i vaf M
la pousase de nouvelles invasions, lea pygeas d w4et ms wgi
dam lt1paisseur des for2ts don't ils devant lea matte OB
domain qu 11s oat conserve' &e aee armament juaqu,& me .
Do leur aaiten poaoir Ia a 'ot gard6 qu'un eewtala d"Ielt ta
voestiture. Chaue annme, A la f~te appel6e buaei, la d%-a'rt





7.


authetique de ochaque ao~aolan py3e traannet au a af a
pays eoeupA jads par son aesttre le droit dt eupittel. IA B
1'avoir b niil lul dit en eoffet S lakda uk1 ta wmr,
e _rai"r (Jo to dorme ta grandeur# tu peasAde le sew alapU
voir). 1e roi du EuMnm regoit son powUir des e MP v
Jtir et Ngmwa; le vol du Buhavu le reolt e p doe.e. e
pYp* o Xah ae lwestt le roi du Bahip ra $e) le 1.pyt"
Kaba a fait le mNme ohes Ngwehe. Joe s oanais pa le I
py oBes qul do nent I' investituWe aux role da Bbmbe et A B*
tomb*. Le8 chefs do ees elans pyb6es resident habitue1lemnik
pr1s des rois qu'ils nlesatissent.
Pendant que les clans pyp7 es otepalent le pay&3, 0 &1
le ehef du olan Balega, vint *'6tabllr au Buahi, paysjde 47K*h
et Ngweshe aujourd'hui; Nalwiga, obef du elan Baruag,
le Sud du Lao Kivu (S.-E.dd pwroedent). Tons dex venmetala
Word du Rwanda, ehasa6s dit-ea, par Chihasga, rol da udW.
Leurs descendants ocouperent bient8t toute la rive OUest 4
Kivu. A ce moment part 1'invasion du petlt-ftla do CQb I-Mh
auttre du rol Musinga an Rwanda. Chlhauga, diseat leas Vwi
Atait issu d'un anSctre nomi~ Kashenda et de oa femeL
habitalent les rives d'un lao au Karagwe ka bah Ui .
avalt eu une origine eCleste. Dieu le fit sn jo a~u sewtly A
ous l a forme d' un beau eune hammo, en m&ue teaps quat teM
peau de vaches. Peu aprns elles disparupmnt:11 as re sta qu-M
vaehe pleine qui donna Ie jour A un tawr0llon. A quelque tCmpe
de 1A. le Jeune home vit reparattre le trovpeau conMut per
une belle jeune fille. Le troupeau disparmt, la eune filUe Iew
ta. Le Jeune Kashenda soe l'unit en marriage et appela la jem*m
fille Londo, o est-a-dire limon,paree qutelle 6talt o nms tI
sortie du llmon du lae. Dieu leur fit eadeau d'ma vae & lait&
d'une *ruche, d'une baratte indignne, dn are, de oufli a,^
los b~Ant. Telle est la tradition de Itle KwiPis. 0^ a Osem
vk le souvenir de vingt-huit g6n6rations qui e par'e~-t 1 %.
de Musinga, oe qui report 1' invasion do son descendant V_4
1'an 1300. Ce petit-fils, appelU Chihanga lul aOusi, tsam d
son ancItre, traversa la region des velean, leo3a 3 04 & a
1'Ouest, et repassa au Rwanda par le point de pienaes & quclque
lieues au Sud du Kivu. Ii laissa au Nord sen file WUhaux: a
Xaiirambit, devenu chef du olan Bahande ou Basa lula$ seon 5e
flls Kauyinds le quitta au Sud et alla occuper la valley de 1*
haute Lalindi (ou Lundi ou Lrindi); ilyprit le n a de aldait
et devint le chef du clan Banyindu. e.s file HNanja oet
ptfrnt possession, le premier de la clairlre slie au n iy to
seeend des ontagne a u Nord-Ouest. Ila devianent les f-aitatebo
des clams Balinja et EAf.adia. Sen aln, Eab&gae, re.ta sw r
reteuvoe awuourd' hi eneore sea deseenlaata.
Le elan Barunga, du chef Nalw4iga, prit pe de dt*e2iepp.
umett. 11 ft facllement aspplant6 par eelui de abae, w~MM
l'a vu pr2*demment. Le elan de Nashi, le ebef des Balt a, at
6tonit davanta n so esubdivisa en eoin aq ashebs lee *a
e aa, tigre bre, *coup6rent le Bushi eentralj le W .
6tablis au Bushi aoed et quelques lie. du lac (akm.)4ag
bakaohuba du laee Mokoto; lea baohisahok ou bean mNhih 1
baao de 1 'radl; lee bakasiv Au pays detes baloe t 1M tii la9
vela in des balla. .





8.


Leu peuboir fat enlev6 par le* eolam Baasib la et BD
nl dauent so fair le asujoet deo va taquewWV sewmwwa
0eeu d oeo dernlors une digait6 queloenqua.
L* elan Bahande so d6veloppa suw pla*ee. a dem aat 4d
fahaide, le premier aneStre, le roi 8ibula lyebuauj vaj l
ejou alley guerroe r au Rawadla 11 y fNt t6. Un ie ( s)
dit la lAgence, prit son eoe. et son diadhm 5m m "R be t 1.
ramona & sa mare, qui habitait au UaWsmduN, aur V110 I.
Depuis oe jour, *e elan prit le m=n de baialma (I). bM bes
rot aot ol dt Buhavu en eat le ohef. Sea eaottnes eepat &
un moment doen touted la Ste onest a lae, dau ard am m
quo la plupart dens les.
Le elan des bahande s'allia d6 le* d6but au olan de8 bIe
hya. Do NabuWrehya, on effet, nanuit Barwa, p6e do Eallfta *i
Luchisa. Barwa a 'unit a une femme des bahande,et me a dna
lore an elan des pygmAes. Son fils Kalinta devint l *W.I d"
basibula on bahade bone mWnyi au Bh&adu; de lmih sa se1ttt
lo elan 3wega. Kalinta fut tu6 au Rwanda par Itagaum I vws )a
flu du XVe a i6*le.
Le elan des Baayindu so d6veloppa fortement o r lJ Ivses
de la uIlindi. II ne tarda pas & se diviner et A enV-yAr .a
families ver. l'ouest at le nord-oaest,ters lea gs rgie *l
entry l* Kivu la Rusisu et la ohalne foresti.6w* Eil1ti~,
descendant do Kanyindu, envoya son fils oadet hsa~we p.4l 4*
la LuwungiS son petit-fils Kahamba donna son mam an *1 B
ba,du chef Kabvika actuel. Un petit-file de Kahaba, IIIpme u ,
le elan Banianbala (chef Nyamagira) au Bufel ero loe
do Lwame devint le pbre des Bachlvula (chef Iakasi )
baziba. Lea deux f illes de Kiligseohe (Nalwindi) aelm**-
la er6ation du elan des Banyamwoeha* On ignore d'e*i v6Sae 1
nuc du elan. C' etait peut-tre le surnom de Kiligi metl,
de Namaheye l'une de see filles,mais plus probablement ole u
do son neven et marl. Kabare, fils de Nali y, quitta a I
11ndi avee Ba aUre, pass a Kad ab, o elle-e01 1
vint oceper le Bushil plus ieurs famillea l' &a* e1ieyM.Ws.>
ftrent Ia ouehe des clans Bishasa, Bamp3gaam, .Ba -
wlsl,ete. II supplanta les efforts des elans Bawg,
Bashobo Banyiganda, Bany~baa, aetc. ne r6vlote d. o a
petlt-fils Ngwohe Ewlibuka oOcasionna W seles ion. Cela as
passait vers le debut du XVIIIe ai&ole. Deputn ee 3er le ]A
eot r6gi par deux dyuaatlea, oelle de Kabare et #*llo do e
De Walvindi aorternt asaia, on no sait qand, le fa..11e *.
gnatie de l'Urundi,et probablement le elan des Bga in BeA"
dent le ehef aetuel eat Naluhawr a, roi den Bsahat a.
Les elans dent 11 vient d'Stre question fwent e eit J4~
core le. elanr des chefe. A cti d'ew eont Tevui so pdlasr 4t
nezabrei elanl aecondaires, issue des pr e6dents em K

(I) *.-Plu ieurs 14gendea raeontent que Sibula Nyebp eat ms d4e
1'ume inseatueuse du ehef de oe elan e*me e& dea *e .grOest
-8tre topour so motif quo Ia Banawada 1 1e e
e*Lu de flls d'ineeste.Cete eew e o pat iq -eIm de
apoe4e mumba nee s our. eshe lea ehefe de plimleirw elasM an Bteg et B.
apnele muma. bme. I succeasseur est R4nbralement a6 dune tell ximt,<





9.


Rwamda. II seomit trop long et fastidieim d'en parlor leI. Jo*
rat seulement remarquer que le descendant aetuel de la tig& e P
des lan supplant6s dans le powoir par les ontf aet1els,1i
de droit eertaines fmatieos a cour' de oes npss .ts e 3*
e peut s'asseeir sur le trwne royal, tes r dami la pipe du wl
tomche & son diad6me (wbhahi); selut-lA li demera sa
fenna (basambiriri); d' autre poLuront traiwe leaU v.Ahs A we
Sbamaltgooo basheker bishasa); se nJt n *em o Iers n ut~ie
italeg ba ohlshr) front lea taboums, p4we o nt 3 le t
de 1t'a e *tre ou sa lance, 0se perles, se* braeoletu (bMst),
enutmrFont la d6peouill du ohef d46fut (bmjo ta), plal&aewi
narteau saer6 (banyiganda) eto. Bref, t3s h4Altent de la KteSw4
remrlie & la eour par le fondateur du elan. 11 en a at6 par16 &
propos de la f8te de l'investiture (1).-
Une parties des pygm9es don't 11 a 6t question plus ha fte
allia a u noureauz clans et forma lee pyga e. owrols6 (batwa bi.M
daha, batva baloho, batwa bakanga, eto..) plus gean et pl3us
imoinu adonn6s aux cultures, et moins sauvages quo lea pyF1e

Le besoin de solidurit6 a poussa lea elans A so o eer 4e
alliances (buaklubi). DIs le d4but des imigratiorns l en fIL t on
Chlhega en venant par ici et en envoyant sea file (eta-ft&-4le
les elams is sus de lui) oocuper le pays, leur m6nagea des all111
oes dans lea elamn pr6existaats* A mesume qu'ean aoweas 4lat ao
former, 11 fait de oIme.
L'allianoe so oontraete par la bEnedition (m ishe) da taf
des prineipaux olans. Quatre chefs peuvent an Bwi-l -b6a w
e*tte alliance s Iaslhi, ehef des Balega, NalUaigp, chef eAS B
wmNgu, Nalwindi, chef des Bauyindy et tKa ae, eshef des Ba.tAbUl.
Eux aulm sont, on offet, considkr6s eomm chefs dos eXas -
naires (mashafxJa) o'est-a-dire des souohes don't tours bs aute
cla indignes s ont issues. Un ehef de elan demarnde eette a.fl ie
pour sea deseeadants afin de leur obtenir aide et preteettas.I
eherchera donc de pref6rence 1 alliance des elans les pltu a -lft
santa et les plus repandus.
La selidarit6 qui en r-sulte so manifested s8pealement
lea eiro nstanoes suivantes :
L'alli6 aide son alli6 dans toute ireanotano p6uMlle, X
volt-11, par example, ecras6 sous le faix dmune lourde Matp a
d'ue aende nrense,il 1 assistera; ee qutau hBas e tud el
amo allies no ferait pas. I1 n'h6sitera pas A preonre a d
wn ou plus ieur enfants laissf.s sans ressoures par ler pau -
tnt ou dovem impotent.dbs qu' il est de son elan ou d4#m elis
alli6iet qu'l n'y ait pas de proches parents pour le fa t0e.
Indigne ayant abatt une bate et voynnt venir un hemme ta elm
alli6, lul donnera une part avant Mme d'en done A a, paw 6
u A oee do son propre elan. Veut-il eonstutrue une ease t1 4..
vra payer A ses aides une ou plusiews ja arres do bi6 at ul u
eu se trove un mermbre d'un olan alli6,il reee wra sa paat -m
m~me d' avoir termin6,et avant tous les autres, Q aM ftle st


(1)- oi r VeCog, 1921, n* de d6eembre, pp.669 et as.





IO.


ia offioalelement en poassessioe de h6ritage patemol pay la
rUemis des bieau, o'eat un ali16 4e sn olan qua lo luin anU
tra (kqabika bigule) eanjointament avewe 1'ele mateel 4&.
fils. Uon oir va-t-il on voyge, 11 tevetat r t faolem lo V A
at le wovret ohzs les m-br-as des olanm all16 ane smia. 'at
pour oae mse motif quoe 1' on trouve priaseats 1' 1weeIstt do
chefs suprboes leehef do ehaque elan 1116 qui lui -iila t llN
le diadt&m, 1' atre los ai&ge, la pipe, le 1sar-tea sar,ete..
als1 qui 'a l' vu plus haut. L' alli6 wemplirs ea ee 18 mWiti-
ples offiees de paraniyphe aux noees d'aun euna h RmeM ft hbum
est-il mort danm une case, la ooutm vut qu' e oalAoe Au tett
la pointe d'herbe qui le domine; asot see o *ea e em A m
alliA. Bien plus, 11 eat d6fendu do vewser lo Isg d'w ewbA
queloonque d'un olan a 1114 mamo A la gerwe, o des elass al-
1is dissAminAs dans les guerrierd adveoes viennent n eosaIve-
ment en contact. Le guerrier vitera done do torasser toes eOe
qut'l reeonnatt Stre de aon olan ou des clans alliAs. Que '11
le falsait volontairement, 11 commettrait une faute grave eate
lo olan; ot I' tco de I' anotre, qui en eat le prot~eteur att1iti
le lui ferait sentir en lui envoyant waaladie nowtlle (am-
hm6ana). fI est bien d'autres eas enoore de la solidaritA qui
dAeoule do cette alliance olanique, 11 serait trop Img d4 12s
speifier loi. Une conm quene eurieuse qui en Aeeoule est 1*ta-
punlt6 domene A un alli& queleonque qui insulterait *a udait
la famlle de l'un des quatre o efs do elass dent 11 a 6t6 qa-
tion oi-dossus. Alors qu'un autre onoeurrait un ohttiuK, il
on serait exempt L' insult lui e*t prise A& titre A al416.
Qu asi l'on so demand A quel eyole 11 faut reler l s
clans du Kivup on peut r6pon.dr, semblem-t-il, que e s ge .**ale
appartimanent en Ame temps au oycle atMriareal et an e7Xle pa-
triareal. Le oyole matriareal pourrait so prTvaleoir
1) do I' existence do la soe6it4 serote dos lma tsa au
Rwanda aveo une oertaine extension au Bushi et au Du a u1 J
2o) du oulte des anetres qui form la base a$me du eulte
indig&ae;
30) doa honneura donna au or ima dt grand ohf daba s;
4) do la presence dans la e6r4onie d'atro"nisation do la
tiger arqu6o on cuivre appel6 i alinga
50) do 1'exist me do la serpette qui est po r al"ai s4i
1 ams propre des habitats du Kivu et le tatmags da common
an formal do oreissat j
6 ) da rospeot don't on ontoure oertainss .aaau prqros &
o e yele : s la16sar, la granouille, le oamA16i at sato 3
btoes & cormesI
7) do la oroyanoe quo loe miaoa do la rein--bre qi a
don6 le jour au ohef actual du elan ryal, aso U6igou u osy
sous former de ver oadavTitque d' abord et de srpent auitoep







8) de e qu le oadare da u a ohef deat tre -t.6
4ams ue barqus.
Le oyqle patri al a Imi assai laiss6 bleak d4s t*a0es
10- la ftI t d rbaa, sorta do fte de pri --u ps, *1 ISa
vlwit reaowvel laur autorit6 au W da4* pItmL M
et d la vTOi des auwpi*oa doit die quo e*tte *o iA l* aoi
ro sera footeo ou noua
2) loe titre du chef appel6 lo "wS smoo es8 r o plus Ua-
tement e desoedant. I eout an effet l. s prstantat *t -
ris6 de touted f6ocodation; eoest lul qui antqr teri M'm1
ement des cultures vivrl ree par son ordre ls ** pe" se
s4parWat "a tore" A oertaines 6poqe8.s
3- la ~aooeesson paternelle est absolve danm tous lea TUs
4- 11 s1ebiste quelques rites p allquoe, tel oe e0*e mftem
da demx osourgos NmOueuales A g.ulot tt4jouws Jmtape.s6,
que 1.s hames mari6S powe ntk suel employer
50- 1* toton olanique eat g6n6ral, Malgr l absme de la *el-
oeeision;
6- il a'y a pas d'initiation propre amix garqi, el*s8 1s
fills y sont soumises en quelque sort* ea n trn-k d4as .Ia
se ftAt des immatdwa
7- le solely eat oonsidtp6 par tous o.mns le wttre (Msl.)
do la lawe.
On relAverait sans poine d'autrM indloes pour eOben As.
do4x eyeles. Lequel pr6demin 11 s it mla s46 d# Ie d41w.
On powrrait peut-8tre aspposer que lora des tnaslens, .le lium
venant du nomd-est apparteaient davantage au eoele pat iranalp
leor contact avee los peuples venms dn ndA oa l t6 A61eut a
triareal semblait pr6domineraura auigmot6 ore** qu i 2leoP
manqualt de oe oyole et aura produit Ie molang eotwuel Ona V
troeve plusioes traces de action des elana du Sd w IS
olans du lord. Sas approfondir beauooup la questiem ona
que qut aps 1' dInas ien *. sr lea oenxtAIM, s l 1;A
oap6 par les elas du Sud,- ee ft ume foim apl llmse
beade dwivuat, au &dir de pdluo iur 16ue la
tefse t pouwrooee qul la Ifit Lani la faie- to uMl
Nbabt d 'est eoor*e deux fa me Xt- a re ot udWS
l'en trI & A la seouoe du olan Bayamesh. elm Baia
dto -i- esOt sorti du olan Ba~yuha paer ua ll*e da fotl
Sibula L ouvmndi d- la pmrieiie awe da eOlm B mAM lAma .
a elaa Bishasa, do la premiAe mA. da elam Bd ii i
4., Banglgiaf do la praibnir abre tof wd ql
ammo au elan Babishi, sorti .es B.at atrwes em
fiims m *tte hypothAs.. C'east pe4tPt. A la site de e i
quoe la llo d'exogamie a pertu d4 sa rigidit6.
Par tout o* qui prw6ode on a pau voir quae ls minyw .








-,6a par nos noire fuarnt des plusa ofTflas8 pear oes rw I*
oewenir de leur origin et de lor pa 'ath 61os ep0 por
tir le lien sootal suw la base doe la ta Lle t pemr
Tve le asoutieUs si Viles as uih d'm4 baaw"uie qual, sm
await b1ma vito ruta e states oen pepulatiem. Pawisew -tls "i
tst so groupea toMu daMa la g raeo famillo ewArtime es 1o i
6gide d4 la Croix.

P. COLLE,
des PAres Blames.