Province Orientale, Territoire des Banya-Bongo. District du Kivu. Rapport d’enquête par Fr. Corbisier, Admin. Territoria...

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Province Orientale, Territoire des Banya-Bongo. District du Kivu. Rapport d’enquête par Fr. Corbisier, Admin. Territorial, 1933. Typescript. 14 pages. Jean-Marie Derscheid Collection
Physical Description:
Mixed Material
Creator:
Corbisier, F.
Publication Date:
Physical Location:
Divider: Reel 4

Notes

General Note:
Image digitized from microfilm. Best quality available.

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
System ID:
AA00002609:00001

Full Text


PRO VIN C E O RIENTALE.


DISTRICT DU KIVU TERRITOIRE DBS BANYA-BONgO


RAPPORT D'ENQUETE.
A44 7Ft. CO)WS/EA, A4oim. Te 76-4 "433.

CHEFFERIE : LW IND I N du P.V.

TRIBU : BANYINTU

LANGUE : KINYINTU

RACE : BASHI

NOM des CHEFS: NA LWINDI

CHEF ACTUEL: BUGOMA, appele Mubesa par les Europeens.

invest le 12 avril, 1929.




1. HISTOIRE DE LA CHEFFERIE ET DES POPULATIONS.

(Cfr. Historique des Bashi, dits Banya-Bongo.)

11 a 4te explique dans cet historique que Na Lwindi est issue du m6lan-e de sang
5
batwa et bantou ( voir pages 2, 4,et 6 de 1'historique).

II existait au moment de 1'invasion hamite, trois petits royaumes dans le pays

avoisinant le course superieur de 1'Ulindi.

10 Celui de Na Muka (Kalenga)

2 Celui de Na Lwindi (Kngere)

5 Celui de 1'Itembwe (Luala)

Nous verrons ci-apras, comment Kangere fonda le royaume des Banyintu et prit le

nom de Na Lwindi.

Kangere et sea successeurs firent alliance avec lea Hamites de Ngabwe.

Ngabwe donnera naissance aux diverse dynasties Hamites, pendant que des Banylntu

iront s'imposer dans des pays lointains en son nom. Kangere eat l'ancStre du clan

des B~umba qui est celui de la famille r6gnante chez Na Lwindi.

"BATUMBA 9 serait drive du verbe kutumba'. Voici comment on s'exprime encore

chez les Ba nyintu: "Badesire Kukune baderha Na Lwindi, wak aya kitwe kictuatre





4/ed ^6& )ud.'
^>^U4^)


MA -RW/PO/ .ZC


(^ec
W^ cei


#W Nq/tRF


6~Jr
RkivL'af d
C4 H^/4.


//


KRI /ISH


RfARONry


S41/3H'KR Z x


wA ~SH1AV

~vfg


(\~ ffO~'-4v2A

kt'K,1AMA'/~f'A


KdJHYAt Rv/'Ad2A v BO IW


41U-c RW-r
htl00 r MRu4'fq~pAsv/*


Ef I


P(A'AZ4kM


^1


(~/~/ Aktfe~efr~~v/f2O


MA-RfWi/NPD/ Z u B D FA


J

A)


xr

XL?


JEo


.BoA
/


aI, r.,ra


v 0 -RI/I.pI


h UkA. -T--


4- .00- -


*




2.


watwangu bandu wetu kula KUTUMBA kitwe kiabe"

"Kutumba" signifie: enfler, grossir Kutumba kitwe"; enfler la tfte, se grandir.

BATUMBA voudrait donc dire; ceux qui so sont enfle la tete, ceux qui se sont

imposes par leur prestige."

Voici lIexplication donnee par les Banyintu:

NAMUKA MUBONDWE et KANGERE, parties avec leurs sujets de 1'ITEMBWE 4taient arrives

& KITUMBA -NYAMUNYAGA, lieu situ a la limited N-E de l'Itembwe. Kangere sly arrSta

et laissa continue NaMuka vers KINGUHU. (Kinguhu est un village du pays de KALENGA-

Kalenga porte encore le nom de Namuka. Ce groupement a 6t6 incorpor6 dans la chef-

ferie actuelle des Wamuzimu de Lengangi chez lee Warega.)

Un jour, KANGERE etait alley chasser avec see huit chiens dans le bassin de la rivibre

BELAHELI; Etant mont6 sur un arbre, Kangere vit une fum6e. II s'y rendit et d6cou-

vrit le village MUHUMBANO, don't le chef etait NA MUHUMBANO.-(Ce village 6tait situ6

entire les rivieres Belaheli et Ulindi, press du mont KALUNGU, non loin du confluent

des deux rivieres.)

NAMUHUMBANO dtait chef de la Lwindi. Kangere, avec ses chiens, tua beaucoup de gibier

qu'il distribua aux indigenes de 1'endroit. Son influence grandit et quand il s'ins-

talla ) KALUNGU, il n'eut pas de peine a se fire proclamer chef de la Lwindi en

supplantant Namuhumbano. Kangere se'tait grand, impose6 par son prestige, d 'ot le

nom de BATUMBA donng aux gene de sa lign6e.

Na Muhumbano 6tait de race Bantoue et plus exactement d'origine Warega.

KANGERE prit le nom de NA LWINDI, fonda ainsi le royaume de la Lwindi ou du Buzyinth

et see sujets s'appelerent les BANYINTU.

Diff6rents groupements, venus de l'ITEMBWE, a la suite de Kangere, vinrent chercher

des terres dans le pays Lwindi:

a) Leeos BANAMUGANGA, venus de KAKANGA, non loin de KITUMBA. Ile s'installbrent danes

le pays, a KASIRU d'abord ( press de Kalungu) puis dans la region ILANGI Le repri-a

sentant actuel est NILANGI.




N*


b) Les BALINZI, venus de Eakanga avec lea precedents. Ils se fixbrent dans

1'Ijembwe, non loin de Kalungu. Leur reprdsentant est NIJEMBWE.

c) Les BASHIMBI, venus de l'ITEMBWE, ils s'installerent a KITUMBA, puise

LWAMBA, pres de Kalungu, puis a KASAKA. Leur repr6sentant est NASHIMBI.

d) Les BAFUMBWE, venus 4galement de 1'ITAMBWE. Ils s'arreterent a KITUMBA.

Une parties se dirigea vers itEst avec NABURINYI (chef Moganga). Le rest

slinstalla pres de KALUNGU, dans le bassin de la Belaheli, press du tombeau

des chefs de la Lwindi. Actuellement, ils sont represents par deux petits

notables: Na Luhoho du village Luhoho et IlNa Luvumbe du village Luvumbe.

e) Des BAFUNDA, de meme clan que NABURINYI, restes en arribre, venus do

LWAMBA et avant de 1'tembwe avec Na Muka, sont installs, neu nombreux,

chez lea notables KATIMBO et KIGOGO ( village Kalala). Le clan des Ba Funda

eat issu de celui des Banya Mocha.



Le Royaume des BANYINT7 eat donc, deas l'origine, un amalgame de populations

idaparates: les clans Banamuganga, Bashimbi et Bafumbwe sont BANTOUS, non

Warega. Ils semblent avoir accompagne les Hamites dans leurs migrations.

Le elan des Balinzi se dit BATWA. Ils ont 4galement accompagnd lea Hamites

lore de leur arrive dans le pays.

Lea BATUMBA sont d'origine BATWA et BANTOUE. Les Ba FUNDA sont d'origine

Hamite, mais ont et6 fortement meila~ga de sang Bantou.

Les gens de NAMUHIMBANO 6taient Waregat ils furent complitement assimilds.

II nest pas parlg, ches Na Lwindi, de Batwa autochtones.



Du royaume des BAJIYI.ITU vont se detacher des groups de conqudrants, conduits

par des HAMITES:

a) MUHANDE ira fonder le royaume des BAHAVU.

b) Un group ira organiser celui des BAFULERO.

o) Les Bafulero etaient accompagnes par les BANYAMBALA des Batumba qui obli-




4.


querent vers le Nord pour etablir le Royaume de NA KAZIBA.

d) Un quatribme group s'impose dans le royaume des BARUNDI.

e) Enfin, une branch cadette partit dans le Ruanda, puis revint slinstal-

ler dans le pays LUHINDJA

KANGERE eut come successeur KIMA lequel etendit le pays et fixa les limits

telles qu'elles existaient enfait avant l1annee 1926.

KIMA, second roi de la Lwindi, intronis a KALUNGU, prit le nom de Na Lwindi et

etendit son autorit4 pacifiquement sur lee populations warega de l'Ouestt 11

stallie ainsi les groupements actuels de Mwenga Sanza Mongombe Tehopo -

d'origine Banya Nkoima et le groupement actuel de Birembo (clan des Banya hA-

gela, group de clans des Banya Kigamba, sous-tribu des Bamuguba) briginaire

de la tribu Warega des Bakisi, chef Mopipi.

La limited Est du Royaume etait: la riviere Zizi, depuis sa source jusqu'au

confluent avec la Zalia ( limited avec Na Muka), cette riviere vere l'amont

jusqu'au pays de Tshopo. Le pays de Tshopo jusqu'a 1'Ulindit 1'Ulindi jusqulau

pays de Gandu ( clan des Balobola des Bakisi), les limits Sud des terres do ce

clan jusqu'a l'Ulindi, de fegon a eng ober le pays de KALUNZI. -Kalunzi est

Hamite, issu du clan des Banya Mocha. Vers W'Ouest et le Nord, les limits

du pays de Lwindi 6taient celles que nous admettons aujourd'hui. Au Sud, lea

BWnyintA ont fait reculer la fort, petit a petit. Lee terres du pays s'arro-

tent a l'Ulindi.



Actuellement, il existe des membres de deux autres clans Bashi, soumis chez Na

LwiAdit

a) Des Banya Njoka, issues des Barongeronge ( de Nakalonge). Njo a 6tait "muluzi*

(de famille nbble) chez Nakalonge. II y eut une brouille et Njoka partit aveo

sea partisans chez Ngweshe, par la route de Na Nindja. II put esinstaller a.

NDONDO. Nakalonge ayant faith amitid avec Ngweshe, Njoka dut partir verp la
Lwindi. II laissa son file MARANDURA a Ndondo, o sees descendants sont enoore




5.


installs. Njoka fut accueilli par KIMA qUi le nonna mugingi" (mujinji), on

quality de sorcier-medecin ( group actuel de la famille de KILALUKA).

b) Dee BALINDJA, habitant chez Kilaluka, ils se sont joints aux Banya Njoks

lorsque ceux-ci sont allies s'installer chez Ngweshe.

Voici la liste des chefs qui se succederent depuis Kangere:

Kangere Kima Kiligishe Muhoye Famonyi Kashema Kabuka Bombwe -

Luganza Lukandamira Bugoma ( dit aussi Mubesa, nom erronn6 donn6 par lee

Europeens. Chef actuel).

Cette liste nest pas une genealogie des chefs; presque 'a chaque intronisation

il y a eu des guerres de succession. Le plus fort dtimposait. A noter, cepen-

dant, que le successeur est toujours issu de la famille proche du chef dgcd6.

Toujours, les adversaires parvenaient 'a diviser le pays en deux camps separds

approximativement par lIUlindi. La plus ol'ebre de ces luttes eat certainement

celle qui cut lieu lore du reglement de la succession de Kabuka.I.

A part ces luttes, il reste le souvenir de deux guerres contre les voisines.

La lance de Na Lwindi slappelle: "Namwita bataligwau., c e qui signifiest Je

tue et ne paie pas de compensation".

I. Guerre centre Moganga.

Vera 1860, Moganga voulut envahir le pays par lIEst. Il rencontra lea forces

do Kabuka I reunies en hate pres de la riviere Kifutefute, a l'Ouest de la

Kilengutwe, o'u out lieu un combat. Dans chaque camp, un home fut tud et

Moganga rentra chez lui.

II, Guerre centre les Warega.

Sous Bombwe, vers la fin du XIXe siecle, les Warega de Longangi, conduits par

le nommi KATAMBA des Beaoma, firent irruption dans le pays de la Lwindi. Ile

6taient arms de fusils a piston et tuerent beaucoup d'indigenes. Ils stavan-

cerent meome juqu1' Lubona, chez Ngweshe. Au Sud, ils furent arrSt6s par lee

guerriers de Moganga.

Ja lutte durait encore sous LUGANZA, lorsqu'un Europden, que lee indigenes







appellent "Ngezi" arriva dd 1'Est, accompagn6 de soldats ( vers 1902). Clest

cet Europeen qui mit fin "a la guerre. Katamba avait e6t tu6, vers cette 4poque

a LUKANGA, non loin du village Sanga, par le notable Mwenga, sujet de Na Lwindi.

Lee Banyintu retrouvbrent ainsi leurs limits premieres.



SUCCESSION DE KABUKA I. Lutte pour le pouvoir.

Le Mwami Kabuka I avait eu neuf file, don't notamment KASHEMA, LUGANZA et BOMBWE.

A sa mort, BOMBWE lui succ6da. Lorsque celui-ci mourut, apres un regne trbs court,

illaissait quatre fils don't LUKANDAMIRA qui devait lui succ4der.

Mais KASHEMA, candidate des "baluzi"(nobles) voulut s'imposer: il fut chase par

LUGANZA qui prit la tutelle du jeunt Lukandamira. Pcr apres, ii supplanta- son

pupille en intriguant press des Europeens. Luganza eut come fils KABUKA II. -

Quand Luganza mourut, Lukandamira se remit sur lee range pour reprendre le pou-

voir. Mais il se heurta 'a KaXuka II, Celui-ci, qui avait commis plusieure cri-

mes impunis, par see intrigues, arrival a faire releguer Lukandamira par l'auto-

rit6 Europeenne.

Occupation militaire. (Mai 1920) -Seulement, la parties du pays, situde l1'Est de

la Balaheli et de l'Ulindi, y compris le clan de Ealunzi, reconnut come chef

le seul file de Lukandamira: Bugema, candidate du people, appel6 erronn6ment

Mubesa par les Europeens. Celui-ci, encore un b6bd, fut cachd par sa mbre MAMU-

KENGE chez Ialunzi.

Kabuka II avait c@mme partisans les Banyintu habitant *a l'Ouest de l'Ulindi.

(Kabuka n'avait donc pas "voll" un pouce de terre a Lengangi...) L'intervention

Europeenne mit fin aux hostilities: une occupation militaire fut d6cidde en Urega

et en chefferie Lwindi. Kabuka II fut arret4 et d6port4 (1926)

Lee autorit4s de 1'Urega s'etaient fait aider par le chef Lengangi qui profit

de cette circonstance pour faire incorporer dans sa chefferie la moiti4 du royau-

me de la Lwindi... II s'adjugea, en mnme temnps, le clan des BALOBOLA de Kienda.

mina( Gandu) qui doit se mattacher aux Bakisi de Mopipi,









Le group de Kalenga ( Na Muka) devrait 8tre independent de Lengangi. II admet-

trait beaucoup plus facilement la suprematie de Na Lwindi, don't il east parent par

la race d'abord et par de nombreuses alliances matrimoniales ensuite..

Cet expos est precis. Ii met en lumi'ere une situation parfaitement anormale

et 6claire, sous un jour nouveau le vrai- deux faces interessantes de la poli-

tique actuelle:

1 Lee pretentions du chef Lengangi sur la chefferie Lwindi.

Je ne veux pas dimrnuer la valeur des services r6els rendus par cet excellent

chef. Cela ne peut m'empecher dtattirer I'attention sur son caractbre ambitious.

II Best d6ja attribu6 la moitid de la chefferie Lwindi, en 1926, done rdonmment,

Avec l'appui de l'Europeen,-il compete peut-etre sur le concourse de la M.G.L.(quee-

tion main-d'oeuvre)- il voudrait faire passer les Banyintu pour des Warega pure

et 4tendre son autorite sur le restant du royaume. II ne lui sera pas difficile

de trouver des liens de parent6 et des coutumes similaires chez lee Banyintu de

l'Est et de l'Ouest... De 1 a forger de touted pieces un nom d'ancetre de cir-

constance, il n'y aurait aucune difficult5...

20 Les fuites de "Warega" en chefferie Lwindi.

Ces fuites s'expliquent parfaitement au point de vue racique et au point de vue

de l1histoire. Les pretendus "Warega" sont d'anciens sujets de Na Lwindi. (Mwen-

ga Sanza- Bire be Mongombe) --

Lee gens de Kalenga sont Bashi; l'insoumission de Kalenga au chef Lengangi et le

geste qu'il eut en venant chercher asile chez Na Lwindi prouvent bien quo ce

group de non-Warega nea pas encore 6t6 assimile...

Le clan de KAYA, dans ltItembwe, no voit pas d'inconvenient au fait que lee

gens de Kigogo et de tout Na Lwindi, d'ailleures, aillent chasser l'ivoire our

leurs terres. Et vice-versa. N'oublions pas que NaMuka et Kangere sont venus

de cette region. Des unions matrimoniales nombreuses existent entire lee indi-

genes de Kaya et de Na Lwindi. Ii est possible qu'un lien politique existed

centre eux.








II. CLASSES DE LA 80GIETE des BANYINTU.

A. La classes noble, descendant de Na Muka et de Kangere.

Ile s ont appel6s "BALUZI" comparer avec Watuzi, qui a la mmne 6tymologie)

Ils sont repr6sentes au conseil du Roi (Mwami) par les BATWALI.

B. Le people, descendant des clans bantous divers don't il fut question ci-avant.

Leurs repr6senta-its sont les BAGINGI ( Bajinji)

0. Les BATWA, allies des clans nobles.



III INSIGNES COUTUMi ERS DES CHEFS.

Ces insignes tambent de plus en plus en d6suetude.-

Anciennement, les BAMI de Lwindi portaientt

1. deux bracelets en ivoire: "ngore"

20. trois bracelets en cuivre: "miringa"

3o. un bracelet en fer avec la face exterieure creusee, bouch6e d'une r6sine

indigene, incrustee de morceaux de cuivre et de fragments de coquillage na-

cr6s: "mugarha'.

4*. Une peau de 14opard "ngwi" porter sur le dos.

5. Un collier de grosses perles blanches et ovales "Malenge"

60. Un collier de perles longues, cylindriques, blanches-bleues et noires "mukangl

7. Une ceinture 6troite en peau d'antilope "nzugu" ('pongo3) appelde "mikoba gwa

nzugu".
80. "Sembet:calotte en peau de chevre recouverte complbtement do cauris.

Actuellement, le chef a reduit cet insigne a une enfilade d'une dizaine de

cauris, qui sont attaches a une laniere. Ce chapelet est port sur la tSte,

attach aux cheveux pres du front et aux cheveux au somnet du crane, come

une crkte. O'EST LE SEUL INSIGNE QUE LE CHEF PORTE CONSTAMMENT A L'HEURE

ACTUELLE.

9*. I'Ishungwe, place sur le bonnet "kidasa". (Kidaea- bonnet en peau de furet

brun) 1'Ishungwe est attach au "kidasan. L Ishungwe 6tait un insigne prinil-









pal, compose d'un morceau dtarbre provenant de chaque colline ou le ohef

avait souverainet4. On y ajoutait: une dent de leopard et une bague en cut-

vre. Le tout 6tait entoure d'une rpeau de leopard.

10.Trois grelots "midendere" en for attaches au coutbau de ceinture "kere ka

kuhagarira".

11.Deux grelots en fer "midendere" attaches aux deux petite couteaux que 1'on

porte au bras, au dessus du coude.

12 .Une grande hachette indigene (muholo) dite "mugushun

15..Une grande et une petite lance (matumos lances)

140.Des bracelets en fil de cuivre mince tress6s, aux ja ,bes "bitale3 ("sambe3

en kiewahili).



IV. DROITS DU CHEF SUR SES ADIINISTRES IMMEDIATS.

1 Nomme, confirm, revoque ses "BATAMBO", notable qui administrent une region.

Doit prendre 1'avis des conseils du people et de 1'aristocratie.

2 Est propri6taire eminent de la terre et de la forSt.

o. A droit au tribute coutumier:

a) en travail pour ses champs personnel (4 jours par an)

idem pour la construction de sa mason.

b) en nature: une dime sur les bananeraies et sur les r6coltes.

40. Rend la justice, avec ses nbagulan"



V. MODE DE SUCCESSION AU POUVOIR. -NAISSANCE DES CHEFS.- DECES DE8 CHEFS. -

II existe deux modes de succession au pouvoir:

1 Par heridit4 et confirmation par la c6r~monie d' investiture appel6e "MPEALA

COest le mode regulier.

20 Par la ce6rmonie "MPARA" seule, la question d'h6ridit6 6tant mine au second

plan. II faut cependant que le successeur soit un parent rapproce2h, par le1

mrl1e, du chef ddecde.




10.


Le successeur regulier est celui qui natt "nkebew ou "bukebe". Est n6 "bukebe"

1'enfant mnle qui vient au monde avec les points ferm6s.- Cet infant s'appelle

"BOMBWE".-

Lorsqu'un enfant natt ainsi, la"mukikulu" (vieille femme) accoucheuse, lui met

en mains deux "sembe" (cauris) et deux perles "bikwangali" comee les perles

"mukengen, mais plus courtesy. Les Bagingi sont appeles et chantent le a.ibhae3a1S

"Natora yani senge, (J'enfante mon phacochere
"Natora yani rrama (J'enfante ma viande
"Natora yani njogu" (J'enfante mon 6l6phant.

Ce qui est 1'6quivalent de: "Ltenfant qui eat ne est riche, fort, puissant'.

La mere et I1enfant ne peuvent plus revoir le Roi.

Quand le Chef MEURT, voici comment on procedes

Les Bajinji (bagingi) se reunissent avant le deces, dans la hutte ou le Roi

agonise. Ce sonts Nabuhanda, Nakabumbano, Nakilinja, Nakihinga, Nabulinzi,

Nakikange, Nijembwe, Nilangi, Nasimbi, Kilaluka et Namishungwe (grand mugingi,

garden de l'ishungwe). Ils frappent le tambour. Quand le chef sera mort, ile

continueront a battre le tambour. Ils aurnt cart les femmtes, les parents

lee domestiques... Eux seuls sauront quand le chef mourra. Ils so front a.p.
porter deuxvaches, pour leur nourriture. Des que le chef eat trdpass6, ile

lui couperont la tete qu'ils mettront secher au-dessus du fbu. Aprbs trois ou

quatre jours, lorsque la tete sera presque shche, ils vont annoncer la mort

du mwamit du cou en signed de deuil, en arrate tous travaux. Colui qui culti-

vait son champ, 4tait jadis, possible du "kunyagal (confiscation do tous sea

biens).

Puis la sapulture sera faitet les bagingi transporteront le cadavre EKALUNG ,

entiree I'Ulindi et la belaheli). Le trono sera mis en terre et la tate plaode

dens une petite hutte indigene, sur une tablette en roseaux. Toutes lesa teo

des chefs Na Lwindi se trouvent encore a Kalungu, sous la garde du mujinji

Naluhehe.




Xi.


Quatre semaines plus tard, les Bagingi reviennent au village du chef et ce sont

eux qui vont investor le successeur ne "nkebe". Si lee "batwalim, reprisentants

de 1'aristocratie, ne sont pas d'accord, il y awra competition et une guerre. Le

plus fort sera invest.

Ltinvestiture "mpara" se fait toujours a Kalungu, pres des tombeaux des chefs

disparus.



"MPARA'.

Le pouvoir est appeld "bwami (trine)

La "mpara" commence par 1'levation du nouveau chef au grade de "KALEMBA"I, par

la cdrdmonie dite "BUGIRA" qui consiste a coiffer le chef de la calotte "kalem-

ba', faite d1herbes tressees et enduite d'huile et de terre rouge (3nkula ).

Cette ceremonie, come celles qui vont suivre est faite par lee bagingi. Pour

celle-ci, le chef leur donnera: quatre colliers de perles "bikwangali, deux-

ch'evres, 20 poules, 20 pots de biere, un pot d'huile de palme, des feuilles de

colocase (mahole) et un plat de "bule" (bulesi en kiewahili -1leusine)



Deux semaines plus tard, le 1klemba est enlev4. Les bagingi le remplacent par

l'insigne "sembe" (dit aussi "mukuba"), surmont6 de la calotte "kidasa' et sur

lequel ils fixent 1'ishungwe. (voir ci-dessus, lee insignes des chefs). Cette

ceramonie stappelle "bwami".

Cette fois, le chef donnerat ( aux bagingi) deux vaches, deux charges de sel in-

digene, dix chevres, trente pots de bibre, six colliers de "bikwangaliw.



Des lors, le notable NAKALAMBI, appele "Bitandaho" (ce qui implique que le chef

ne peut pas passer dans son village) invite le nouveau Mwami a venir chez lui

et lui offre un pot doe b iere. Ce pot est orn= de quatre lignes: deux rouges et

deux blanches, alternees sur les quatre cotes. Puis Nakalambi se coiffe de son

"ishungwe", compos6 d'un morceau de quartz. II dit: "Toi chef, ne passe plus




12.


jaiais chez moi. E il frappe par trois fois son "ishungwe' avec le ddgt.

Ensuite, le chef retourne a Kalungu avant de installer dans son village.

Jadis, il tait d6fendu qu'un policies ou message du chef, ou un membro

de sa famille, assent chez Nalalambi.

Mais il pouvait se faire que le "nkebe" accepted par lee "batwali' et invest,

n' tait pas 1'6lu des "bagingi'... Des le retour du chef a Kalungu, ils

presentent leur candidate. ls pretextent que lea cadeaux faits par le nouveau

chef, pour son investiture, furent insuffisants...

Ces era la guerre et le plus fort sera chef. Si 1'intronis6 est battu, il fai.u

dra introniser le nouveau candidate.

Jadis, ce n'etait qu'au moment ou la situation 6tait definitivement rbgl4e que

llon pouvait recommencer a travailler....



NOTE. Une c6r6monie analogue 'a la "mpara" des chefs so fait aussi pour des

indigenes non chefs. Il existed trois grades qui sont h6r6ditaires par voie

de primogeniture masculine

1 KALEMBA ( voir chefs) Ceremonie "bugira" par les Bagingi.

2 INZO : remise d'une calotte en peau de chevre.

cer6monie "bwami ba mujinji".

5 KIDASA. (voir calotte des chefs, mais dans les "sembe', pare dtun petit

"ishungwe"). Tous lee "bagingi" portent le "kidasa et le petit

"ishungwem,

Notes.

Birembo (chefferie Longangi) porte l"ishungwe sans droit; il sten eat coiffN

lui-eme

Mwenga. (chefferie Longangi) peut porter i'ishungwe parce qutil etait hMaahandjaF

(Nom d'un groupement Warega, issue, parait-il des Bakisi de Mopipi) II avait

reconnu Na Lwindi comme chef au t emps de Kinma.




15.


Mongombe Sahza et Birembe, ont recu, -,e Na Lwindi, un bracelet en ivoire,

qui est 1'insigne de chef de region, autrement dit "mutambe".

-La c6remonie du "Mubande" n'existait pas chez Na Lwindi.-



VI. ORGANISATION INTERIEURE DU ROYAUME DES BANYINTU.

Le royaume est divise en regions (9). Ces regions sont dirigees par dea

"batambo". Celui qui est invest de la charge, regoit un bracelet en ivoireo.

Lee "batambo" sont choisis par le chef parmi

1 les baluzi, qui peuvent en meme temps 8tre "batwalil

2 les descendants des "batambo" decedes ou revoques.

5 les "bagingi", representants du people.

4 les indigenes qui auraient rendu des services au chef.

Regions: batambo.

MAKANGALA dirig4e par Na Lwindi, lui-meme.

KASHAKA Kishali et Lultfu.

KIHOMFU Kiraluka et Kahambwa

KALAMBI Naka lambi

ILANGI Nilangi
7
KILIBA Kigogo

IROGWE Kirande

LUKERO Ruhire

IHANGA Mulindwa.

Ces regions, grands villages, contiennent plusieurs hameaux, ayant a leur

tate lee "bashamuka", nommes par les "batambo" parmi lee chefs de grandees

families.



VII.SUCCESSEUR EVE.:TUEL.

Le chef actuel est un enfant d'environ treize ane. II n'a pas encore ie film.

Des qu'il en aura, le successeur regulier sera celui qui nattra "nkebeo.




IA.


S'il nly a pas de successeur direct, le nouveau mwami sera pris parmi lea

descendants de LUGANZA (Un gamin, fils de Kabula II, appel EKumanda, habitat

a Kalungu, en chefferie Longangi.

S'il nly avait personnel chez Luganza, on irait chercher successivement parmi

les descendants de KABEMBU, de MALEMBU, de FUMBA ou de NALUBASA, Tfis de

Kabuka I.



VIII. ORGANISATION DU TRIBUNAL DE NA LWINDI.

Le tribunal etait compose come suit:

Le chef Na Lwindi, president,

Les "bagingi" appeles pour la circonstance "bagula'. (Juges)

Le demandeur expose sa plainte. Le defendeur donne sa justification.

Puis le chef designe l'un des juges et lui dit de trancher le diff6rend.

Celui-ci donne ses avis et propose un verdict. Si les juges sont d'accord,

l1affaire est jugee. Sinon, ils proposeront des amendments a la solution

donn6e.

Si le perdant ne s'executait pas, il tait possible de la confiscation total

de see biens. Meme, le chef, pouvait tuer ou fire tuer celui qui n'exicutait

pas une sentence.



Route LWINDI, les 2, 5,4,5,6,7,8,9 f6vrier 193.

L'Administrateur Territorial des Banya Bongo,

CORBISIER.