Ruanda 1900. Arrivée des Pères Blancs au Ruanda. Typescript. 3 pages.

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Ruanda 1900. Arrivée des Pères Blancs au Ruanda. Typescript. 3 pages.
Physical Description:
Mixed Material
Publication Date:
Physical Location:
Divider: Reel 3

Notes

General Note:
Unattributed notes
General Note:
Image digitized from microfilm. Best quality available.

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
System ID:
AA00002344:00001

Full Text
;* RUANDA
---- 1900




Arrive des Peres Blancs En janvier 1900, les premiers Missionnaires destines au
au RUANDA. Ruanda pn'etrerent dans le pays par la valley de la Ruzizi.
C'1taient Mgr. Hirth, les Peres Brard et Barthelemy et le
Fr're Anselme, qui, venant de la Mission de MUGERA (Burundi)
etaient passes au poste allemand d'USUMBURA oh on leur avait
fourni une petite escorted de soldats chartgs .i. surer leur
rtection; ils traverserent le Kinyaga, puis se rmirent en
route vers le Nduga en passant par la grande fort du Rugege
souvent appelee simplement le Kibira (kibira = fortt.

Pendant cette parties specialement penible de leur itineraire,
leur caravan fut disperse et presque detruite par un violent
orage qui tua pl hsieurs porteurs.

Les voyageurs atteignirent enfin la capital NYANZA oh ils ne
furenb pas regus avec beaucoup dtenthousiasme. Les oncles et
tuteurs du roi MUSINGA soumirent les Peres a un questionnaire
serre, et ne furent satisfaits que loraque Mgr. Hirth cut declare
que leur but principal 4tait de soigner les maladies et de fair
du bien aux ralheureux. Finalement le roi daigna accepter lea
nombreux presents apportes par les Missionnaires et leur permit
de s'ttablir dans le pays 'a condition qu'ils allassent quelque
part vers le sud, assez loin de la capitale.()

Essai d'6tablissement Les Peres se mirent donc en route dans la direction du Bwana-
a MARA; foundation de Mukari, ce qui no leur d6plaisait guere car cette region est une
la mission de SAVE des plus fertile et des mieux peuplees de tout le Ruanda.

Parvenus bient$t dans la province du Busanza, ils firent choix
de la collie MARA ou ils planterent leurs tentes dans les premiers
jours de Fevrier 1900; ce choix n'ltait pas heureux, la colline en
question jouant un role important dans certaines superstitions in-
digenes; une pluviatrice en renom a la Cour y residait presentement
Les chefs Banyarwanda vinrent signifier bientot aux Peres qu'ils
avaient a vider les lieux, et sur leur demand, leur suggererent
d'aller s'etablir sur la grande colline SAVE(generalement appel e-
ISAVI ou ISSAVE), a l'extreme nord de la province du Mvejuru. es
habitants de cette collins avaient aupres de leurs compatriotes la
reputation d'ltre un ramassis de gens turbulents, voleurs et saditieux
et c'tait un moindre mal aux yeux des chefs de voir lees rangers
"les betes sauvages d'Europe" come on les appelait, s'6tablir- l
qu' ailleurs.

Le 8 f6vrier les Peres plantaient donc leurs tentes en un endroit
de la colline SAVE qui avaient longtemps servi au cult des ImandW..
Le roi fit don formellement de la colline au R.P. Brard, premier
Sup-rieur de la nouvelle Mission. Celle-ci regut le nom de "Sacre-
Coeur du Ruanda". La capital avait charge entretemps le chef
STSHYITATILE, d emi-frere du mwami dtaider les nouveaux venus ka sine-
taller; sous sa direction, une centaine de Bahutu eurent vite fait de
batr deux grandes huttes qui servirent d'abri proviseire aux Missiox
naires.
(o) Notons que le roi MUINGA ne se montra pas en personnel aux Mi.-
sionnaires et que l'on presenta come roi a ceux-ci le petit chef
MPAMARUGAIBA (tout come on l'avait fait orec6demment pour le oapitain
von Beringe)









Hostility des La tache de la Mission de SAVE s'a nonqait pleine de diffi-
Populations et do cults.
la Cour.
Les habitants du pays, et specialement les Bahutu, les voyaient
d'vn mauvais oeil, les pregnant pour l'uwant-garde de nouveaux do-
minateurs dans le genre des Batutsi.

Quant L l'aristocratie la presence de ces individus suspects
et d'aspect monstrueux 'a leurs yeux, etaient une veritable souillure
sur le sol sacred du pays. On comptait bien d'ailleurs a la Cour
que les strangers ne tarderaient pas 'a succomber ou tout au moins
a se decourager et %a repartir l d'ot ils 4taient venus. Get espoir
ne se realisant pas assez vite a leur gr6, les grands chefs Abega
et specialement la reine-mere NYIRAYUHI firent parvenir a TSHYITATILE
(qui 4tait chef de la province du lvejuru) 1'ordre de mettre les
Missionnaires a mort. Le munyeginya, pr6textant de son impuissance
n'obtemp4ra pas, mais eut soin de se tenir pour un temps a 1'abri de
la fureur de la reine-mere, tout en se mettant lui-meme sous la
protection des Missionnaires On dit que ceux-ci, mis au courant
de la situation, auraient laisse planer la menace de represailles
par les troupes allemandes s'il arrivait malheur A leur nouveau/
et allied. Tout en ayant la vie sauve, le chef se vit desormais en
butte a la rancune des Grands de la Cour.

NYIRAYUHI, de6ue du cSte de TSHYITATILE, crut pouvoir mieux
computer sur les services du chef KAYIJUKA (Abanyeginya) auquel on
venait d'accorder le commandement de la province du Nyaruguru, peu
distant de SAVE. Plutot/que de recourir %a une attaque brutal ou
a un assassinate qui aurait attire sans doute la vengeance des Alle-
mands KAYIJUKA resolut de faire perir les Missionnaires au moyen do
malefices. Divers sortil'ges furent employes par les sorciers du
chef, ce qui valait aux Missionnaires des surprises parfois desa-
greables come celle de trouver sur le seuil de leur porte le bras-
d'un nouveau-ne, ce qui est sense porterimm6diatement malheur.
Toutefois les magiciens connaissaient sans doute mal leur m6tier,
car les Peres continuaient A parfaitement se porter, ce qui valut
au malheureux chef KAYIJUKA les reproches, les soupgons et la haine
de .a reine-mere.

D'autres Grands de la capital essayaient d'ameuter opinion
contre les Missionnaires, notamment en faisant courir le bruit qu'ils
cachaient chez eux le jeune BILEGEYA, pretendant au trone. Enfin
l'evangelisation etait rendue particulierement difficile par suite
de 1'ignorance absolue otu les nouveaux venus se trouvaient de la
langue du pays. Un premier essai de traduction en Runyarwanda du
catechisme, du aux efforts d'un catechiste Muganda que les Peres
avaient amene avec eux, fourmillait de non sens, d'obscurita et de
contradiction. Comme toujours, l'assistance m4dicale aux 641ments
les plus humbles de la population fut pendant cette period de debut
la voie la plus sure pour m6na er 'a la Mission la confiance des
indigenes; dans cet ordre d'ideos, les Peres se progiguaient avec
un devouement inlassable. es populations affluerent bient8t,
attirees par l'espoir des guerisons, des menus presents puis enfin
de l'enseignement qui leur 4tait donn6 a la Mission; aux fetes du












Fondation de la
Mission de NZAZA

















Difficulties qu'elle
rencontre.


premier anniversaire de leur etablissement a SAVE, les Peres
etaient recompenses de leurs labeurs par la presence autour d'eux
de Trois Mille indigenes

Sans s'attarder 'a la nouvelle Mission qu'il confiait au Pere
Brard, Mgr. Hirth -t-it i tLL: tr:.^ct reparti par la route de l'Est
vers sa base, la Mission de KATOKE (Usuwi) pour chercher du renfort.
Le pr6lat avait comprise tout l'interet que presenterait la creation
d'une autre station, situee "a mi-route entire sa residence do KATOKE
et la premiere Mission du Ruanda. Son plan d'evangelisation, arrit6
d'es cette epoque, consistait A garnir de Missionnaires touted la peri-
ph'rie du Ruanda, avant d'etablir une station principal au centre
mIme du pays. A la fin Octobre 1900, sous la protection des soldats
et des mitraill uses allemandes, il' revenait au Ruanda, cette fois
sans fair de detours et en franchissant la Kagera pour traverser le
Gisaka. II amenait dans le pays les Peres Zuhmbiehl et Paul, et
le Frere Alfred, et choisit pr's d lac Bugesera, au coeur de la pro-
vince du Milenge, la colline de NZAZA pour y jeter le premier Novembre
les foundations d'une Mission appelee d'abord "tissibn du Kissakka";-
Les premiers occupants de cette Mission furent le Pere Barth-lemy,
veni/de SAVE, le P're Zuhmbiehl et le Frere Alfred .

La Mission de NZAZA, des cette foundation, eut a lutter, non seule-
ment contre les difficulties d6ja signalees plus haut, mais aussi
contre les obstacles resultant des mauvaises conditions generales -
du pays. La famine en effet regnait 'a ce moment au Gisaka.