Generalites, 1890.

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Generalites, 1890. Jean-Marie Derscheid Collection
Physical Description:
Mixed Material
Publication Date:
Physical Location:
Divider: Reel 2

Notes

General Note:
Image digitized from microfilm. Best quality available.

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
System ID:
AA00002311:00001

Full Text
-I 8o


Sc~uo


ryoww



oule~~ A aa 1e


)kgA4A e( .



fi r4A J & ;
Kf~~Lc CSt^ ^


^^-^9.(v^A -

fit ILr^


;La
Bhi
AIT- "
T~u>^*<^ c N-^ ^-





^^'^*<^ iiSuw4. 'Swbn*w j


S111 6(ft44 ^J4d Mf4*


Kagdl bML iuuM--^

9)t^A.f^ 1 .. ,, -,

S 9H4. Za~ttt*0 ^-tt
tIILCA3 & ^^
f nuc key~JSt


KRIEN.; AuO
~RL-e .~o


! ii i Ill .,u i~i i uu _
.duo


.. 1 0.-
blY ~i3 ~0
oc~e~o ~MU~C4A 4BDr8d


I




e i

a .------

4W~~~. fLet
.j^rui;.~jtne. let
dc'trSai~uuu^.^V





I~k i(


Vcda


2ty4A


I gDO (Z.&)


"S'4


9fyd.. e. ( U^Gw
w'ai /we
~to IA and ks


1 I &.A, & &i&
'u. abi>^A~cr


eT & Ft.dma
f SA&4Ate:


i 4oj.Jo~TAW


iltto A cea-0 i
; > essD
o~r~q rA


e4j(^&fd oAcwiEou-
g' 4u dM^ Acao^
*/& daFf.4 AeAAW




Gandr.
1890.


Lee annges 1890 et 1891 furent marquees, pour touted
1'Afrique oriental, central et australe, de la plus
6pouvantable calamity qui se soit abattue peut-etre
depuis des siecles sur ce continent. Nous voulons
parler de la grande peste bovine qui sevit a cette
6poque. Cette epizootie est probablement a notre
avis la premiere de son esp'ece en Afrique, et bien
que d'autres infections, de caractere plus ou moins
analogue, ait sevi de temps a autre, aux diverse
epoque de l'histoire dans le b4tail des populations
africaines, il semble bien qu'il ne s'agissait pas
de la peste bovine proprement dite, comme on peut
en trouver la confirmation dans la virulence avec
laquelle ce fl4au a en deux ans de temps parcouru
les deux tiers du continent, ce qui d4note un ter-
rain vierge a cette contamination.

L'importance des ravages de la grande peste bovi-
ne de 1890 depasse touted imagination. Le capitaine
Frederic Lugard, qui dans l1automne 1890 remonta de
la cote orientale (Mombasa) a pied jusque dane 1'U-
GANDA en suivant a quelques semaines de distance
l1avance de la peste, et qui par consequent mieux
que tout autre fur A meme d'en decrire lee conse-
guences immediates, s'exprime a ce propos come suit:
"ost of the tribes possessed vast, herds of thousands
on thousands of cattle, and of these, in some 16Aalities
hardly one is left; in others the deaths have been
limited to perhaps 90 per cent. In the case of the
Bantu (or Negrold) tribes, the loss, though a terrible
one, did not, as a rule, involve starvation and death
to the people, since, been agricultural, they possess
large crops as a resource. But to the pastoral races
the loss of their cattle meant death. The Wahuma,(+)
I was told had perished in vast numbers with their
animals. Everywhere the people I saw were gaunt
and half starved, and covered with skin diseases.
Not only had they no crops of any sort or kind to
replace the milk and meat which they formed their
natural diet, but ma ny were unable to accommodate
themselves to such a change, and all were completely
ignorant of agriculture. The Masal are the same.
I have seen no reports from the Somali and Galla
countries but they too must be in a similar case.
The "North-end Waikonde" on the north of Nyasa,
though a negroTd race, .*.. owned enormous herds
of cattle .... They are reported by Mr. Sharpe to
have lost 95 per cent of these" (about July 1892)

Le capitaine Lugard donne en outre quelques in-
dications tries interessantes sur la march chrono
logique du fleau. Celui-ci, come bien d'autres
infections, doit probablement son importation di-
recte ou indirecte en Afrique & la penetration Eu-
ropeenne, et il n'est pas improbable a notre avis
qu'il ait 6t6 transportA l par des navires venant
de l'Inde ou du Levant Toulours est-il que son
(++ o est a dire lee tribus dites Hamites de tout le plateau
interlacustre( Bahuma, Bahema, Bahina, Batuts i. )




Gdndr.
1890
(suite)


centre de dispersion sur la c8te africaine fut
quelque point situe en face du port d'Aden, ot
la peste eat signalee a la fin de 1809. L'pi-
zootie semble dans la zone cotiere de l'lfrique
oriental n'avoir progress6 d'abord qu'avec
une lenteur relative, sans doute par suite du
peu de density du b6tail et du gibier dans la
region du littoral. A, printemps 1890, elle
n'avait pas encore affect6 les troupeaux des
Wakamba et des MasaT, region ot presque tout
le b6tail, ainsi que pratiquement toutes les
bandes de buffles y succombbrent vers le mi-
lieu de l'ann6e 1890. Ap mome moment, Mr.Jackson
signalait son apparition chez les Kavirondo,
dans le BUSOGA et dans le BUGANDA. Le capitaine
Lugard, traversant les memes pays en novembre
1890, ne rencontra plus, la oh Mr. Jackson
avait encore vu de grands troupeaux, une seule
ete de b"te be comes; partout des carcasses
de buffles et d'antilopes achevaient de pourrir,
empestant I'atmosphere.

On peut fixer auxrderniem mois de 1890 et au
debut de 1891 la destruction par la peste du b6-
tail Iknombrable du BUNYORO et du NKOLE. NTALE II
roi du JKOLE a qui le capitaine Lugard avait
announce sa visits alors qu'il etait en route pour
le TORO et le lac Albert, fit savoir en j in 1891
a l'explorateur britanrinue qu'il s'excusait de ne
pouvoir le recevoir, car l'extrSme pauvretd la-
quelle il venait d'atre brutalement amen6 par la
mort de plus grande parties de son b4tail, l'aurait
empech6 de lui r6server un accueil digne de lui.
Les Banyankole mouraient lit6ralement de faim a
cette 6poque.

Lugard signal enfin qu'a l'ouest du lac Albert
la peste avait tu6 literalement le dernier boeuf
quelques semaines seulement avant son arrive a
Kavali (septembre 1891).

Le fl6au ne s'arrtta malheureusement pas lha il
d6truisit plus au nord la plus grande parties du
gros b6tail et du gibier chez lee Lugware, lee Logo
et lee Azande; les indigenes Logo disent mnme qua
c'eat depuis cette 'poque quo le rhiniodroe noir
a compl'tement disparu de toute la region de 1'UELE.