Territoire de Muhinga. Enq. Adm. generale, 1929. 17 pages.

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Territoire de Muhinga. Enq. Adm. generale, 1929. 17 pages. Jean-Marie Derscheid Collection
Physical Description:
Mixed Material
Publication Date:
Physical Location:
Divider: Reel 2

Notes

General Note:
Image digitized from microfilm. Best quality available.

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
System ID:
AA00002269:00001

Full Text

oTiritoire de MUHINGA.


Enquete administrative G&enrale 1929.


2/ NOTICE ANNEXEE A LA CARTE IX TERRITOIRE LE MUHINGA.

a) La rivibre Ruvubu formant la limited avedqe territoire de RUYIGI et une parties
de la frontiere avec le Tanganyika Territory nest couple d'aucue chute ni
rapid. Seuls a certain endroits des rochers affleurent ens aison s che et
rendent la circulation dangereuse en saison des pluies pour lee pirogues.

La Kagera formant la limited Nord avec le Ruanda, eat navigable our ce bief.
La parties de 1'Akanyaru formant la limited Ouest du territoire 6tant encombriS
de papyrus nest pas navigable et nest couple dtaucune chute rapid.
Il n'existe aucune possibility d'etablir des barrages permettant 1'irrigation
grande 6tendues de terrain.

b) Le d6bit de la Ruvubu varie de 70 a 120 m3 a la second suivant lea saisoas.
Pour la Kagera at 1'Akanyaru, il n'a pas 9te possible de calculer mime appro-
ximativement leur debit a cause des imnenses banes de papyrus qui lee bordent.
Par ailleurs, dans le territoire, lee petite course d'eau renseignds sur la
warte, ne sont en some que de grands marais a papyrus.

c) Dans presque tout le t6rritoire, la terre est aigileuse et de couleur rougeStre;
sauf dans la vallee de la Ruvubu et du Lac Ruwero oi' la terre est plutot nol-
ratre et fertile.
Sauf la region des Lace Ruwero et une petite parties du Kanz~iiri oh se rencon-
tre la savane legerement bois6e,principalement en 4pineux, le Territoire eat
situe en pays de savanes.Dans les endroits non habits, cotte brousse est prince
cipalement compose de hautes herbes. Lee meilleurs terrains sont ceux oi se
rencontre la petite laterite. Dans lee terrains sablo-argileux, la couche arable
varie de 0,20 & 0,60.

En certain endroits peu 6tendus, des bancs de quartzite affleurent ce qui nsQ
peche pas l'indigene de cultiver le terrain et de faire de belles rdcoltes a
temps normal.

MUHINGA, le 14 novembre 1929
Le Delegue du R6sident Hendrick,
se/ HENUDICK.


B. ORGANISATION POLITIQUE ET POLITIQUE INDIGENE.

5/ Le territoire de MUHINGA fut cree en 1917 et comprenait les chefferies
Nkinzo (actuellement Riragonya), Kiburugutu, Kiraranganya, Mbanza et Busolkosl
En 1919, le post de Kisiba transport a Chohoha duquel dependaient les chtt;A
ries Choya (actuellement Nyandjwenge), Mubini (actuellement Ntware), Baujigly
et une parties de la chefferie Bishinga fut rattach6 au territoire de M IMudaga.
En 1922, la chefferie Kinyamazinga (region du Bugufi) fut remise aux autoritde
britanniques.
Vere fin 1921, les chefferies Nkinzo, Kiburugutu et Kiraranganya furent d6-
tachees du territoire pour dependre du nouveau posted fonda & Mishia (actuelle-
ment transported a Ruyigi)




2.


Vers la mi 1922, la chefferie Bujiginya, et la parties de la chefferie Bishingr
furent rattach6es au poste de Ngozi et le territoire devint ce qu'il est acum
ellement c-l-d. former des chefferies Mbanza,Karibwami, Ntware et Nyandjwenge,
avec en plus la province du Buyenzi passee au chef Mbanza le 21-7-.8.

4/ Non

5/Semblable a celle qui existe actuellement et a la tete des circonscriptions
indig'enes lee chefs Mbanza, Busokoza, Muhini et Choya (ces trois derniers pre-
decesseurs des chefs Karibwami, Ntware et Nyandjwenge. Ii ne semble pas quo
lee batutsi jouaient un role politique plus important que maintenant. C'est une
classes sup6rieure a celle des bahutu et qui possede avec lee baganwa la plus -
grosse parties du b6tail. Certaiens commandaient une ou plusieurs collins mals
il y avait des bahutu qui commandaient au meme tire.
11 y a beaucoup de batutsi qui sont pauvres c-a-d. ne possAant que leur
champ et n'ont d'autre consideration que celle de leur origin.

6/ Le sel# changement politique important est la soumission a l'autorit6 du
Mwami faite en decembre 1921 par les chefs Mbanza et Karibwami.

7/ Le territoire fonde en 1917 fut administre par:
a)Mr. le s/Lt. de Ruyck jusqu'au 50-11-18
b) le Capt Lambert du 1 -12-18 au 20- 6-19
c) Limbourg du 20-6 -19 au 21-7 -19
d) de l'Epine du 21-7 -19 au 1-7 -22
e) Van sinay du 1-7 -22 au 10-7 -25
f) Limbourg du 10-7 -25 au 15-2 -25
g) dd 1'Epine du 15-2 -25 au 1-10-25
h) Keun du 1-10-25 au 15-5 -28
i) Hendrick depuis le 15-5-28
Le nom du Capt Lambert est rest attache a la soumission du chef Miuhini.
Le nom de Monsieur de 1'Epine rest attached l'1operation qui eut lieu contre
le chef revolt Senyamurungu.
La plupart des constructions du Poste rappellent le nom de Monsieur Limbourg
tandis que celui de Monsieur Keun resteaux distributions de vivres pendant
lafamine de 1926. C-a nd

8/ Arrive a MUHINGA le 11-11-27, administration du territoire fut reprise
par le soussign le 15-5-28

9/ Le territoire eat divis6 en quatre chefferies qui sont: Mbanza, Karibwami,
Ntware et Nyandjwenge.
La chefferie Mbanza comprend les provinces suivantes: Bushauzi, Butalugera,
Bunyalukiga, Buziraeugayo, Busumanyi et Bulemera (Buyenzi)
La chefferie Karibwami comprend les provinces du Bushauzi, Butambuka et
Bwambarangwe.
La chefferie Ntware comprend les provinces du Bunoge, Bukakwa, Busigo, Buga-
bira et Buhuramutwe.
La chefferie Nyandjwenge est comprise tout entire dans la province du Busoni.

10/ La base de ces diff6rentes circonscriptions repose sur la possession du
pays par les differentes families regnantes.

11/ Oui, au Nord, par la limited avec le Ruanda; a 1'Est par la frontier avoe
le Tanganyika Territory et lariviere Ruvubu (territoire du Ruyigi); au Sud per
la chefferie Bakareke (territoire de Kitega); a 1'0uest par la collins de MuN
rukongwa (territoire de Mwambutsa s-ch. Lutuna) dependant du territoire de
Kitega, la chefferie Bujiginya (territoire de Ngozi) et le Ruanda.









12/ Oui, limited come ci-dessus. --
Pour les quatre alineas: neant.

15/ Les grands chefs a la thte des chefferies sont: Mbanza, Karibwami, Ntware
et Nyandjwenge.
Ces chefs sont aides de parents plus ou moins eloignes qui sont les grands
s-chefs; leurs terres ne sont limitees a une province et presque tous ces
s-chefs ont des collins en deux ou trois endroits de la chefferie. Actuelle-
ment les efforts tendent aregrouper les s-chefferies en profitant des circons-
tances; d4ces, destitutions et relegations de a-chefs incapable etc. Oes
s-chefs ont nom: Chefferie Mbanza: Sematu, Bikobe, Chiza, Bweso, Bitwi et
Bonyingingo.
Chefferie Karibwami: Rutamo ot Nyabubwa
a Ntware Rwakanyana, Misigaro, Maria Nabigendera et Zilatetse.
NyanJwenge :Rwamulango, Nkurunziza, Kayitana, Kanyinamula, Lushikama
et Bilashonga.

14/ Ci-joint en annexe.

15/ Neant.

16/ es chefs Mbanza et Karibwami ayant fait leur soumission a l'autorit4 du
Mwaml en d4cembre 1921, 1'unite politique de 1'Urundi a pu etre r6alisae par le
Gouvernement. Toutefois, pendant la minority du Mwami, les chefs du territoire
sont en some ind6pendants du pouvoir royal.

17/ Le Mwami n'exerce pour le moment aucune influence sur les chefs indighnes
mais il est a e sperer que plus tard, quand le Mwami gourvernera effectivement,
son autorite nous sera une aide pr6cieuse pour secouer I'apathie de certain
chefs.



C. ORGANISATION SOCIAL ET FA:,ILIALE
REGIME DE LA PROPRIETE FONCIERE.

18/ Ii y a dans le territoire environ 5802 batutsi pour une population de
59.915 homes soit 10.5%

19/ L'influence des chefs repose k la fois sur des considerations d'ordre po-
litique et d'ordre economiquet a) d'ordre politique en heritant de leurs pres
du pouvoir et de la possession du sol; b) d'ordre 4conomique en hdritant de
leurs biens qui en font de gros pr6prigtaires de betail allant a mille tetes
et plus. Par suite de cette richesse, beaucoup d'indigenes dependent directe-
ment du Chef et renforcent air i leupxuissance. Si pour une raison quelconque,
ces chefs devaient etre remplaces par d'autres ne poss6dant pas cet advantage,
dans l'1tat actuel des choses, toute la vie social en serait 6branl4e et cos
nouveaux chefs, pour affermir leur autorite, ne pourraient qu'imiter leurs pri-
d4cesseurs en tachant d'acquerir le plus de betail possible. Plus tard, ii
faudra une evolution profonde de la mentality indigene pour envisager la pos-
sibilit6 d'avoir des chefs qui devront leur situation a leur intellectualite et
a leurs merites personnel. Dans ce cas, la remuneration a leur accorder de-
vra 9tre envisagee sous une autre forme que cell actuellement en vigueur au
Congo Beige.


L~r~-rer~PL.V-L4LIIIULCL~rlF~'~-'
3-




4*


20/ Lee prestations coutumieres dues aux chefs par les indigenes sont, en g&-
neral, acceptees sans difficult par les bahutu et pour autant qu'elles ne d-
passent pas les limits admises de tout temps. Toutefois, dens ce territoire,
ob la diskette regne depuis plusieurs annees, certain chefs eprouvent des dif-
ficultes pour fair executer certaines corvees come p.E. la construction d'un
boma. Des indigenes qui n'avaient rien dans a]urs champs, se refusaient ou
se soustrayaient aux corvees pretextant la famine. Ces cas, en some rare,
4taient due a la situation vivriere precaire qui nous fair dire que "Ventre
affam4 n'a pas d'oreillee". Depuis la famine 1926, les prestations en nature
appelees "chimburo" ne sont plus pergues. A la reunion du 21-7-28, la durge
des prestations dues aux chefs ayant 4te ramenee a 15 ours au maximum par an,
ce chiffre n'est meme pas atteint pour les regions envisages.

21/ Pour traiter cette rubrique, ce travail demanderait de nombreuses pages et
ne serait en some qu'une repetition des sujets traits dans le rapport annual
de 1925; toutes ces costumes en usage dans le territoire s ont les memes que pour
le restant de l'Urundi.



D. IMPOTS ET PRESTATIONS COUTUMIERES.

22/ Dane les chefferies nous avons:
Mbanza 16.495 contribuables et 5.971 tetes de betail
Karibwami 7.815 a 4.849 "
Ntware 11.762 10.666 "
Nyandjwenge 3.845 a n 9.250 a
Totaux 59.915 50.756 "

25/ Les diffdrents imp8ts sont toujours pergus de fagon individuellet chaque
indigene venant lui-meme porter son argent contre remise immediate de l'acquit.
II arrive assez frequemment qu'un contribuable apporte avec son argent, l'im-
pat pour un parent ou pour un de ses serviteurs mais pour les perceptions col-
lectives, il faut remonter aux premiers annees de l'occupation: c'etait 1'1po-
que ou la valeur d'un chef 4tait basee sur le rendement de limp t et ingvita-
blement il dput y avoir des abus. La perception individuelle a amene la sup-
pression du paiement de l'impSt par des enfants, vieillards, infirmes etc.;

24/ La legislation actuellement en vigueur etant rudimentaire et ne prescrivant
pas de regles pour les exemrions, ces derniBres sont acoordees aux vieillards,
infirmes et malades sous forme d'un billet leur remis et specifiant le motif
de l'exemtion. Le nombre de billets d'exemtion remis est dlenviron une tren-
taine par an.

25/ La seule prestation faite au Mwami 6tait en betail; cette prestation etait
de 2, 5 ou 4 tetes de b6tail. En retour, le Mwami rendait une ou deux autres
tetes d8 b6tail. Ces prestations coutumieres furent toujours en raison de l'6-
loignement limitees 'a la remise de betail et n'ont qu'un caractbre occasionnel.

26/ Ii n'est ajoute aucun cadeau supplementaire et au cas ou une demand serait
faite par le Mwami, satisfaction sera donnee imm6diatement.

27/ Non, depuis plus de deux ans, les chefs Karibwami, Ntware et Nyandjwenag
n'ont plus rien fourni n'ayant regu aucune demand 4crite. Soul Mbanza envois
annuellement une tate de b6tail au Mwami et declare ne rien recevoir en retour.


28/ Voir ci-haut no 25 et 27









29/ Ndant.

50/ Non,vu les distances, aucune prestation en mind 'oeuvre ne fut jamals
fournie.

51/ La limited fixee a 15 jours par indigene et par an la reunion du 21-7-28
nest en general pas atteinte, pour certainas regions il y a des annmes ou ad
cun travail n'est impose par le Chef ou le s-chef. En raison de la situation
vivribre, ces deux dernieres annees, les chefs ont limit leurs demands a un
strict minimum. Depuis l'occupation europ~enne, l'entretien des routes eat
venu s'ajouter. Ce travail est generalement impose aux ind-ignes des c6llines
environnantes. La construction de nouvelles routes 6tant ihterdites, ce tra-
vail collectif ne demand pas plus de trois jours par an et par individu.*

52/ Lee prestations consistent principalement en:
construction et refection des bomas.
Les travaux dens les champs du Chef.
Concourir a l'entretien des voices de communication.
Quelques indigenes demeurant press des bomas, sont a l'occasion employes come
porteurs de hamac mais alors ils sont exempts des autres corvees.
Dans les chefferies Mbanza et Karibwami, les corv6es de bois sont limitees
a l'apport de deux ou trois bottes de bois par an. Chez Ntware et Nyandjwenge
des indigbnes voisins des bomas se chargent de la furniture du bois et ils
sont exempts d autres corvees; ils regoivent en retour, un peu de lait, du beur
re et au bout d1un certain temps une vache leur donn6e en d ptt.
La surveillance du b6tail est assure par des indigenes qui sont au service du
Chef. Ils regoivent en remuneration, le lait necessaire a la subsistence de
leur famille et a l1occasion une 6toffe leur est donnee en cadeau.
Pour la garde de nuit, la prestation varie suivant la region.
33/ La garde de nuit appelee "kularira" et impose 'a la population n'existe
pas dens lee regions peu peuplees come la parties Nord du territoire c4a-d. en
chefferie Nyandjwenge la brousse du Busoni et en chefferie Ntware, la region
du Bugabira; la surveillance de nuit est assuree par le personnel r6gulier tan-
dis que pour ailleurs, cette garde eat assure selon la regle suivantet pour
un boma donned, lee s-chefs des environs fournissent, suivant la population,
chacun un ou deux lommes par jour pendant un mois et ce tous les 5 ou 4 mois.
Ces homes arrivent le soir, font leur nuit de garde et retournent le matin chid
eux. Rarement un meme individu designed a son tour par le a-chef vient plus. de
quatre fois par an pour assurer cette corv6e.
En dehors du "kularira" il n"y a aucune autre corv6e particulibre$ impose.



E. TRAVAUX PUBLICS.

54/ -es depenses sont engages dens les limits des credits accorde6s Aux
d4penses ordinaires nous avons le salaire mensuel de 50 frs a un cantonnier et
ie-eaiie le salaire de 15 frs a un passeurd 'eau. Si, du crAdit accord 11
rest ue certain some disponible, cette some pourrait etre utilisee au
paiement de saldre pour uh travail special p.e. came la refection d'une digue.
Conne depense extraordinaire, il n'y a que lee credits accords pour la construe
tion d'une habitation qui eat sur le poitt d'Stre termin6e. Le credit 6tant
pour le moment epuis6, un credit supplementaire a ete demand.

55/ Faute de credits, il n'y a aucun indigene employed a la construction de rout,
tee ou autres travaux d'utilite publique. Un elargissement de la route do
Muhinga vers la riviere Ruvubu fut execute sur une distance de 400 matree envi-




6.


ron et lea travailleurs furent pays 1 fr. par jour aux frais de Monsieur
Fierens.
Le salaire minimum d'un franc a payer aux travailleurs ordinaires ayant 66
fixo par la Residence, ce salaire est sensiblement dgal a ce que regoit en
nature un indigene qui loue sea serviteurs chez un autre indigene.
Quant aux entreprises privies, chez les Asiatiques install6 a Muhinga, les
travailleurs regoivent 1.20 fr. en moyenne par jour. A la concession Fierens,
le salaire offert est de 40 frs par mois plus la ration.

56/ Les travailleurs demands pour le Poste et fournis par le Chef Mbanza
viennent sans difficulties: actuellement les besoins etant limit's a 24 homes
par jour.
Lea travaux de route etant suspendus, seul 1'entretion des voies de communica-
tion est limited au grattage des herbes et nettoyage des caniveaux et est im-
pute sur les prestations dues aux chefs. Annuellement, la Residence envoie une
certain quantity de sel qui est distribute aux indigenes les corvees executdea.
Certains travaux de refection de caniveaux furent executes et payee en semences
de haricots.

57/ Un recruteur de 1'U.M.H.K. est venu deux fois cette annee dans le territoi-
re sans grand succes; la premiere fois il y eut 70 engagements et a la second
fois 40 seulement.
L'aide apportee a l'Administration fut l'annonce aux indigbnes que 1'engagement
6tait libre et sans que le Chef puisse soit y mettre opposition soit obliger
gu&lqu'un a partir.
es contracts 6tant conclus *a Kitega, apres visit medical, aucun d sa ne fut
demanded a Muhihga.
Un seul employer etant installed dans le territoire, lee prescriptions lgales
sur la matibre sont observers.



PERSONNEL INDIGENE.

28/ II y a au territoire un interpreted indigene qui donne satisfaction.
es attributions de cet auxiliaire qui remplit plutot les functions do clero
sont de traduire de Kirundi en Kiswahili pour le reglement.d es palabres et
d'autres petits travaux de bureau els que feuilles de routes etc.

59/ En general les policies affects au territoire donnent satisfaction. La
plupart ont 4t6 recrutes il y a quelques annees dans le territoire meme. Qette
annde, six nouveaux policies sont venus du Centre d'instruction de Kitega.
La formation professionnelle des policiere engages au territoire fut trIs soma
maire et pour ceux provenant du C.I., insuffisante. Leur mission principal
consiste a assurer le service de garde 'a la prison, a accompagner lea Europ6ens
dans leurs d6placements, escorter des envois de numeraire et a ex6cuter de pes
tits travaux au Poste. Quant aux arrestations, ordinairement celles-ci sont
confiees a des policiere qui par leur conduit et leur bonne tenue m4ritent
notre confiance.
En outre, il y a au territoire, neuf douaniers qui font le service a la froa-
tiere.



G. ENSEIGNEMENT.

40/ Leas tablissements d'enseineameht d& territoire sontt a Muhinga, & Kanyginy







et a Rugari, ainsi que dans les succursales des deux Missions.

a) le nombre d'1eTves inscrits au course est:
a Muhinga 12
a Kanyinya 200
a Rugari 125
succursale de Kanyinya dans lesquelles on apprend lire 1500 61Zves et
pour Rugari 1160.
b) Moyenne journaliere des presence:
Muhinga ferme provisoirement 'a cause de 1'abstention des el0vee & aui-
vre les course par suite de la situation vivribre. Lee course
reprendront le ler decembre prochain.
Kanyinya: 200
Rugari : 125
succursales de Kanyinya: environ 750 ( cause famine)
S n" Rugari : 5-600 n "
c) progranne des course:
Muhinga: lere et 2,nee annees primaires
Kanyinya: ler degree : 2 annees
Rugari : 2e n : 2 "
d) formation des moniteurs: 1'instituteur de Muhinga n'a regu aucune formation
sp4ciale'( sait lire et 6crire et connait lee quatre operations).
Les moniteurs de Kanyinya et de Rugari sont d'anciens seminarist-e ayant faite
leurs humanites jusqu'. la rh6#orique, un peu de philosophies et de thdologie .



H. INSTITUTIONS RELIGIEUSES.

41/ II y a deux missions catholiques dans le territoire:
La Mission de Kanyinya avec 15 succursales confines des cath6ohistes at ina-
tallees as 1)Kisanze 2) Kasura 5) Chumnva 4) Chendajulu 5) Muramba 6) Kisez i
7) Rubaga 8) Mugendo 9) Sasa 10) Murungulira 11) Yaranda 12) Chewe 1.) Muutar'
14) Nyakibinga et 15) Kanabugiri ( ces deux dernibres en territoire de Ngosi)
La Mission de Rugari avec 11 succursales install4ees a 1) Butibinda 2) Kanrohy
3) Ilabiro 41 Kavumu 5) Kimeza 6) Kiteraniye 7) Kasorwe 8) Kwibuye 9) Murasaa
10) Kihinga et 11) a Rusenyi.

a) La Mission de Kanyinya fut fondue en 1904(&t4c*o )
| 9 9 Rugari 9 1909 (4a.)
b) Ces Missions furent fondees par les Peres blancs don't le Suprrieur &
Iagyinvale R.P. Launay assisted de deux Peres, un Frre, 6 moniteurs et
15 catcibhises' 'es .I .... L^.^..
Rugari le Superieur est le R.P. Schultz assitte d'un Pbre, 4 moniteurs et
-. .......... ..... .. .catechiste
c) lactivit4 actuelle de ces i 6esion"'e8 t limits a I1'vangelisation et a
S'enseignement. L'arrivee proch. ne a Kanyinya des soeur permettra, sans
doute, la creation d'un dispensaire, maternity etc.

42/ Neant.



I. TRIBUNAUX INDIGENES.

43/ II n'y a pas de Tribunaux indigenes officiellement 6tablis; les palabre
entire indigenes sont tranchees par les Chefs qui ont fix6 un jouw d'laudioe.
Ordinairement les affaires qui leur sont prseentees trainent en longueur a








fait des nombreux d4placements de ces chefs qui voyagent de bcaa on bomas; a
suite, beaucoup de cas ne sont pas solutionnes parce que le defendeur est tm
s-chef, un mugendanyi ou un intore centre lesquels lee chefs ntaiment pas
prendre de decision. Pour le reglement de ces palabres, les chefs sont as-
sist6s de conseillers (bashingantahe) qui frequeaient exigent un paieaaent solt
en pombe soit en houes etc. COest pourquoi, lee palabres pr6sent&es a l'Euaro-
p6en sont tellement nombreuses, que la solution de ces affairs absorb la phw
grande parties du temps que le Delegue dispose. Auc ours des d6placements, le1
palabres sont examines avec assistance des Chefs et lee affaires sont e i-
vies jusqu'a execution complete des decisions rendues.
Ces palabres-concernent presque toujours du betail ou un champ ne donrent ja-
mais lieu a incarceration.
Lee affaires concernant les destruction de plantation indighnes par le btafil
sent ordinairement jug6es par le Tribunal de Police qui statue sur lee domages~
int6rets a accorder. Lee affaires de vols de b4tail sont d6fer6es au Tribillt
Territorial.


J. ETABLISSEMENTS COMMERCIAUX.


44/ Les etablissements commerciaux 4tablis
Poste de Muhinga, a savoir:
Propridtaire
Nam Nationalite


dans le territoire, sent situds au


Nam


Grant


Nationality


Nathu Hassan

All Hassan
Habib Ali Ladda
Abdul Gani All
Dada Juma(d.c.d.)


Abdul Karim
Salim bin Masud
n


Indou


Mohamed
bin Nona


Indou
Arabe


Said bin Hamed
Mohamed bin Jundpb "
Abdallah bin Mahemdi"


Tous ces commergants vendent des articles
de gros et petit b6tail.
Pour m6moire, Mr. Fierens, install comme
plantation de caf4iers.


Swahili


Mohamed b/Amer Arabe
Baruani bin
Selemani Swahili
Faraji b/Hussein
Nassor bin
Mohamed Arabe
Mahomed bin
Shabek


Salim bin Rachid Arabe


de traite, achbtent les peIau

colon & Nyabibuye so livre & Ila


45/ Aucun de ces commergants ne pratique le commerce d'importation et d@*xi -
portation.



K. AGRICULTURE -POSSIBILITES D'INSTALLATION POUR 0ES
ENTREPRISES EUROPEENNES.

46/ Dans trois regions peu peupldes, il existed d'assez grandee superfiiesi0al:
terres inoccupees qui pourraient Stre c6dees et don't la mise en valour a:r-i
indigbnes n'est pas a prdvoir du fait du peu de population qui lea habets.


dm~--Cqma 4m ftw dmw.I~))~~ ) ~ II LII II


.6 Vx -W AW -1: CQIlZ l


*_ 3




9.


Des concessions a 6tendue limitee (500 Ha) pourraient Str6 accord6es dans
les regions:
a) vallee de la Ruvubu, comprise entire Usumanyi et Sanzwe.
b) les boards des lacs Rwero et Chohoha (provinces du Busoni et Bugabira)

47/ L'1tendue approximative des terres cultivees par lee indignes est de
27.900 hectares soit une moyenne de 0.7 Ha par indigene. A part lee regions
de brousse du Busoni et du Bugabira, oi il y a beaucoup de btail et peu de
cultures et lav allee de la Ruvubu peu peupl6e par des indigenes ne pose-dant
pas beaucoup de b6tail, tout ce qui n'est pas cultiv6 eat k'eaerv6 aux trou-
peaux mais en tablant sur quatre hectares par tote de betail, une surface to-
tale de 120.000 hectares suffirait.
Theoriquement, il rest 144.560 e ctares disp-nibles, desquels il faut d4-
compter les cr&tes rocheuses, les terrains incultes, les grands marais et lee
lace qui se trouvent au Nord du territoire. Il y aurait possibility pour lea
indigenes de doubler 1'6tendue de leurs cultures, mais pour certaines regions
come le Bukakwa, ou la population d6passe 90 habittes au Kn2, pratiquement oe
ne serait pas possible ou necessiterait le d6placement d'une parties de la po-
pulation.

48/ Lee cultures indigenes sont:
a) haricote 2 recoltes. La 1ere plantation en septembre/ octobre pour r6col-
te en decembre/ janvier.
La 2me plantation en fevrier/mars pour r6colte en
mai/juin. Une nme r6colte peut se fair dans lee
marais en saison seche.
b) pois 2 recoltes. La lere plantation en octobre/ novembre pour r4col-
ter en janvier/ f6vrier.
La 2me plantation en mars/ avril pour r6colter en
juin.
c) 6leusine 1 recolte plantation en octobre/ novembre pour f6colte en mai.
Une 2me r6colte peut etre faite pour les graines
plantees dans les marais.mis en culture depuis plu-


d) sorgho r ercolte
d) ma s 5 recoltes
f) arachides recolte

g) patates douces

h) manioc


sieurs annees.
plantation en novembre pour recolte en mai/ juin.
come pour les haricots.
plantation en octobre/ novembre pourr 6colte vers
Se mois d'avril.
se plantent pendant toute la saison des pluies et en
saison seche dans lea marais.
se plante pendant toute la saison des pluies. Le
manioc devrait rester en terre pendant un minimum de
12 mois et meme mieux pendant 18 mois, malhoureus.-
ment, et cause de la situation vivribre, lee ca-
rottes sont d6terrees au bout de quelques mois seu-
1 ement.


La colocase et l'igname sont tres peu plantees dens le territoire.
La jachere est tres peu pratiquee et pour uh temps trbe court equivalent
a une saison.
Lee pourcentages moyens des differentes cultures sont les suivant a ( oes poWur
centages sont presque constants en saison normale;
haricots 50.40o
pois 14.40W
'leusine 5*52%
sorgho 4.68%
mals 1*.2%
arachides 0;18%
patat s douces 25.20%
manioc 0.50F pourcentage encore faible pour le







moment qui ira en augmentant par suite des efforts d4ployes par l'administra.
tion pour prepager cette culture. De grande distributions de boutures Wde u ::
nioc ayant ete faites au debut de cette annee et d'autres ces jours derniaers
si les pluies nous favorisent quelque peu il y aura d'ici quelques toi bs bte
coup de manioc dans le pays. Toutefois, cette culture, qui peut mettre lea
indigenes a l'abri de la disette, devra etre surveillee pendant tout un long
temps.
II serait desirable qu'une notice tries sommaire decrivant les avantages et l
tilite de manioc soit imprimee en langue Kirundi. Deux mille exemplaires d'
cette no ice qui serait distribute aux indig'enes parmi lesquels maintenant L.
y a assez bien de chretiens sachant lire, seraient un excellent moyen de po
pagande.
Moyenne de r4coltes dens des conditions normales:

Haricots : rendement 'a 1'hectare: environ 2500 kgs
pois : n : 2000 n /
eleusine : n "n 2000 I
sorgho 4000 "
maIs : 2500
arachides: n n n n 1000'
patates douces n" : 0
manioc : :donnerait un bo
rendement a l'hectare si les indigenes laissaient le temps aux plants de se
developper. Comme l'arrachage des carottes se fait au bout de quplqttes mois
seulement, le rendement ne peut exceder deux mille kgs a 1lhectare.

49/ En periode de pluies normales, les rendements obtenus sont trbs beaux. j
Pour le manioc, il y aurait une education a faire c.a.d.: en amenant leseindi-
genes a planter les boutures sur buttes d'apres la fagon en usage dans la
plaine du Tanganyika et au Congo. La collaboration europeenne arrivera certain.
nement a augmenter les rendements: le fait ayant 64t constate a la concession
de Monsieur Fierens, installed dens le territoire.

50/ Le seul outillage 'a la disposition de l'indigene eat la houe. M0 istrl.i
ment de travail est facile a se procurer aux prix de 9 12 frs. suivaint la
grandeur et la provenance.
Beaucoup de houes sont fabriquees par lee forgerons du territoire; les barnes
houes, type indigene, proviennent de Bukoba (Tanganyika Territory). rCome
demand a plusieurs reprises, il serait utile que le Gouvernement fasse 'tVyW
de l'outillage indigene don't le prix de revient sur place soit sensibloment
inf4rieur aux prix locaux. A cet effect, un envoi de 2000 houes type Baluba
devrait etre fait.



L. PROTECTION DES FORETS. -

51/ II n'existe pas de forkts dans le territoire, sauf, la parties de savaneo
boisee, principalement en 6pineux, qui coutourne le lac Rwero.
D'apres les vieux indigenes, il y a bien longtemps de grgndes 6tendues d2u 1
pays 6taient boisees. C'6tait 14poque oh l'14ephant et'le rinaocerose vivaien
dans le pays. La disparition des forts semble provenir des feux ananuel et
de deboisements faits par lee batutsi peu apres leur ariive idane le-pa~s, i;,
voulaient assurer 'a leur betail lee p&turages necessaires.

52/ Ces deboisements remontant a des temps immnmoriaux, le reboiseoent du pa-
entrepris depuis notre occupation s'effectue progressivoment par la plantatioa
de champs d'eucalyptus et de Black wattle. La s6cheresse qui n'a cessd de




llp.




regner dans le pays ces dernieres ann6es a empech4 la realisation et la rdum-
site d'un vaste programme.

53/ Situation desforkts existantes:
a) Pr's du lac Rsero, une parties du pays est l4gbrement boisde principale-
ment en epineux. Lee quelques essences qui se rencontrent dans cette region
et qui pourraient convenir pour les travaux de charpente et de menuiserie sont
rendues inutilisables par les feux de brousse annuels. Cettesurface bois4e a
environ 50 km2.
b) noms de quelques essences rencontrees et proprietes qui lee caractdrisentt
Munyegenyege se rencontre dans la chefferie Nyandjwenge. Pousse dans tou.
les terrains convenant au sorgho. Les arbres rencontr4s sot
tous deformes par les feux annuels et sont inutilisables,
Umusave Arbre bien connu. 1es troncs sont toujours coupes alors
qu'ils n'ont pas encore lOoms de diametre. Prf'ere lee bas-
fonds oh se rencontre la petite laterite.
MUVUGANGOMA Donne des pirogues durables, bois dur convenant pour lee
charpentes. Tres rare a trouver.
Mugunga qui pourrait servir pour pirogues mais est impropre pour
boiserie 6tant attaque par la vermine.
Mussiya arbre a tronc long et dtroit servant aux constructions 16gb-
res et bois de lances.
Milinzi les bons morceaux servent 'a fabriquer des sibges indigboes
et des mandolines (vinanda) Quand on rencontre un trone
assez grand on s'en sert pour fabriquer de petites pirogues.
Rare t rouver
Mutobod ne done que des bois de lance. S'achbte dens la chefferie
Nyandjwenge.
Musongati est un epineux nonoutilise.
Mulemera est l'arbre a saucibses Existe dans le Nord du territoire
et sert parfois a fabriquer des sieges indigenes.
Mukugu epineux employee pour les constructions lg'eree.
Mubula les bons morceaux servent a fabriquer des pots I lait (vya-
nsi); disperse dans le territoire.
c) fs arbres qui pourraient convenir 6tant trees rares, il nest pas possible
de fournir des chiffres relatifs 'a leur density.



M. INDUSTRIES INDIGENES.

54/ Les industries indigenee dut erritoire sont les suivantes:
1) fabrication des houes, haches et fers de lances.
2) la poterie indigene
S5) fabrication de nattes en papyrus
4) preparation d'4toffes en ecorce de ficus.
Fabrication des houses etc. des forgerons sont installs dans la vall4e de la
Ruvubu dans le Buhuramutwe et une parties du Busoni ou on trouve du mineral de
fer. -es procedes de fabrication sont bien connus et peuvent se resumer en orn
ci: pendant 2 ou 5 jours, on cherche le mineral; 2 ours sent consacras a la
recherche du bois necessaire pour alimenter la fo ge. Le forgeron et see ai-q
des chauffent alors la forge pendant 2 jours et de la fonte obtenue, lee houws
haches et fers de lances sont fabriques. Un bon forgeron peut faire jusque -
8 houes par jour ce qui donne un rendement moyen d'une houe pour un forgeran
et deux aides.







Poteries Les Batwa tirent leur subsistence de la fabrication des pots ordi-
naires destines a la cuisson des aliments. O& ces batwa sont installs Ais
trouvent llargile IIcer-~ire a Tiur industries. Ces pots Ent fabriques a la
main puis mis secher au soleil et ensuite cuts a feu doux. Ces pots nont
presque pas de valeur et les prix varient entire 0.50 et 2 frs.
Nattes on papyrus Led grandes nattes se fabriquent dans la region du Bushauzi
au moyen de tiges de papyrus qui ont 4te laissees secher au soleil. Ces nat-
tes sont tries 8smples et servent principalement pour les plafonds. Ne sont fa-
briquees que sur ccmmande des Europeens qui actuellement patient 2 francs la
piece.
Etoffes dtlcorces:L'6corce de milumba est battue avec une sorte de maillet
jusqu1a ce que les dimensions voulues soient atteintes. Plusieurs morceaux
sont cousus ensemble pour en faire le vgtement porter par les indigenes. oes
4toffes peuvent 9tre teintes et parfumdes. Un de ces vetements peut cofiter
jusqu'a 15 frs. ees debouches de ces industries sont limits au territoire et
aux regions voisides. Ces industries ne semblenB pas etre appelees a un plus
grand developpement dans ltavenir. '
Les objets de vannerie ordinaire sont fabriques dans tout le territoire mais ir
donnent pas lieu a commerce.



N. R-GIME PENITENTIAIRE.

55/ les detrnus sont soigne$ par le personnel territorial. Dans lea cas gra
ves ( tries rares) les malades sort diriges sur 1'Hopital de Kitega. Faute de
~decin ou dlagent sanitaire, cette vidite n'a pas lieu.



O. RAVITAILLEMENT DES CENTRES EUROPEENS.

56/ Les vivres n6cessaires au ravitaillement des quelques soldats et prison-
niers au Poste sont fournis par les indig'enes de la chefferie Mbanza qui sont
pays au taux des vivres mis en vente au march.
II en est de mome pour les Europeens qui achetent les vivresLfrais que des in-
digenes viennent leur offir A domicile.

u

P. COURT DE LA RATION.

57/ Le coit de la ration reglementaire depuis -le debut de l'annee n'a pa
presque pas varied et s'dtablit come suit:
farine de sorgho 5000 gre a 0,75 le kg = 5.75
arachides 500 2,50 = 1.25
haricots 1000 n 1,- 1-
beurre indigene 100 4,- 0.40
viande 1400 2,- 2.80
legumes frais 1000 0, 0.50
Total frs. 9*70
Le coit de la meme ration a la date du Ler janvier 1928 4tait de:
trois francs quarante cinq centimes.

Muhinga, le 14/11/1929

s Le Delgue du dRsident MENDRIOK
(ae) Hendrick







FICHE BIOGRAPHIQUE DU CHEF M B A N Z A.


est un Muganwa de la famille des Abatare, descendant du Roi Ntare par la
branch de Ndivyariye
est un arriere petit-fils de Ndivyariye, frere de Mwezi ( grand phre de
Mwambutsa) done tous deux descendants de Ntare, file et successeur de Mwambutsa
i'ancien.
salt lire et 4crire. Aurait te'b a l'cole a Kitega du temps des Allemands.
faux et ruse' see actions, see paroles ne reflbtent jamais sos sentimental les
plus intimes. Bagage intellectual excessivement restraint. Quant a see disp6n-
sitions a 1'egard de l'autorite europeenne, ce Chef ne fait que ce qu'il ne
peut 6viter de fair.
doit avoir une quarantine d'annees; est un polygame convaincu et a pour le .
moment 12 femmes don't il a 10 gargons et 7 filles en vie (17 autres morts). '-
a succede a son pere Kanugune en vertu dud roit de succession
a hiritt de son pere Kanugune en 1907 (?)
ayant herite de son pere, la situation fut r ee nnue par les Allemands.
eat encore tries attach aux pratiques de magie et de sorcellerie quoique mnins
,que dans le temps.
ne manifesto aucun desir de se convertir bien que deux de see enfants frqua i -
tent 1'ecole de la Mission de Rugari ou il se rend de temps a autre les voiri ..
Son attitude a l'agard des indigenes qui desirent se convertir eat ue pasoiivi
-vit6 qui est loin d'un encouragement.
Mbanza ayat fait sa soumission au Mwami en d6cembre 1921, il fait parties du.
Conseil de Regence depuis 1922. Depuis ce temps des relations se sont 6tabliu
entire eux mais de caractere plut8t occasionnel. Chaque annge, Mbanza envoei
une tete de b4tail au Mwami ainsi qu'une petite lettre et regoit une r6ponse ou
retour. Lee homes qui sont charges de cette commission font parties de sa suite
habituelle et sontonnus.
En de ore de cela, il ne semble pas que d'autres communications soient faite s;
mais dans l'avenir, il est certain que des relations plus suivies a'6tabliro t
entr le chef et le Mwami
depu environ 2 ans, les relations entire Mbanza et Nkundabagole Mwami de 1I
Ussuwi sont rompues parce que ce dernier chassa lee gene que Mbanza envoya au".
prbs de lui pour demander des mouton mais leaindigenes de la chefferie et oeux
de l'Ussuwi entretiennent des relations suiviea cause des liens de parents qIdL
les unissent.
son pays ccmprend 48 collins don't la superficie total est d'environ 116 b;.:
Le nombre des cohtribuables semble 8tre de 16.495 mais a cause de la situation
vivribre a ce tour 9.857 homes ont pay6 1'I.C. 1929
possede 2525 tetes de b6tail et a un train de vie d'environ 2500 frs. par ~gis
argent employee principalement a lachat dt6toffes, sel etc. Occasionnelleiflt
achete de essence et de l'huile pour sa moto.
ayant fait sa soumission a l'autorit6 du Mwami en decembre 1921 et 6tant entr..
dans le Conseil de Regence en 1922, Mbanza semble dispose a executor lea ordra
qu'il recevra dans l'avenir, mais en fait son obedience s'est borne jusqutx'.
present a l'envoi d'un present annuel. .
Comme Mbanza est tries oraint de see sujets, il peut fair tout ce quton luA d
made; mais de la fgon don't il execute certain des ordres re-us, laisse -sb.
sister 1'impression que ses vues ne soet pas en parfaite harmonic ayves les a$tre
lea crautes et abus commis dens le temps par ce chef, furerrt nombreux mals 1a
plupart des affaires furent engagees centre lui le rendirent plus prudent; wi-
to annee, pourtant, il fat condamnn par le Tribunal Territorial (29-5m-9) .
50 tees de betail de dommages-inter/ets pour avoir fait expulser 21 personmes.l
/:








Toutes les amendes en batail que ce Chef a reques, de meme que pour lee autres
Chefs, no sont pas des sanctions suffisant6s et n'atteignent pas efficacement leur
but car il est presque certain que meme dans le cas oh le betail provieht du trou-
peau du Chef ( comme pour les 50 tetes de betail) il parvient toujours a so r6ou-
perer d'une fagon ou d'une autre sur ses administres sans que plainte soit d6poa'e
ou que administration en soit mise au courant.
r) come dit ci-haut, ce Chef est tres craint et a de ce fait uine grande autorit4.
Toutefois, il semble que depuis deux ans, cette autorite ait un peu diminu6, mais
je pense que la raison principal provient de la situation vivriere deficitaire quil
done aux indigenes le motif de crier famine a propos de tout et de s'opposer .aux
prestations coutumieres et corvees imposees aux populations.
s) ffquemment il a 6te constate que lesindigenes sont peu enclins a aller presenter
leurs palabres au chef qui laisse trainer les affaires en longueur allant plu'--
sieurs moist. Ensuite, il est une categorie d'individus (ntore, bagendanyi4, smchelir)
contre lesquels il ne veut ou ne peutprendre une decision.












/)




I'i




15.


FICHE BIOGRAPHIQUE DU CHEF KARI B W A MI.


a) est un muganwa de la famille des Abatare, descendant du Roi Ntare par la
branch de Ndivyariye.'
b) est un arriere petit file de Ndivyariye, frere de Mwezi ( grand pere de Mwrambl-
tsa) done tous deux descendants de Ntare, file et successeur de Mwambutea l'an-
cien. parentse identique que Mbanza.
c) sait lire et 4crire. A fr6quente l1'cole de Rugari a la foundation de cette
Mission. A suivi lee course pendant trois ans.
d) eat certainement le Chef le plus intelligent du territoire. Se montre devou6
a l'Europeen et a de l'autorite dans sa chefferie. Rendrait de plus grands
services s'il 4tait stimuli par l'exemple de ses voisins.
e) eat age de 55 ans et polygame. A pour le moment 5 femmes avec lesquelles il
a eu 6 gargons et 6 filles encore tries jeunes. Est intentionne de devenir mo-
nogame
f) a ete d sign par son pere Busokoza pour lui succeder.
g) devenu Chef en 1920 a la mort de son pere.
h) ayant herite de tout, son autorite sur le pays fut confirmee par la Residence
en 1920.
i) precedemment 6tait attache aux vieilles croyances et dans les pouvoirs des sor-
ciers mais depuis plusieurs annees semble sa'tre degagd petit a petit de ces
croyances pour se turner vers le christianisme.
j) apres avoir quitter l'ecole des R.R.P.P., stest montre indifferent a ltaction
des Missions, mais 6tan* maintenant intentionne de vivre en monogame, il est
possible que dans un avenir prochain ce Chef se convertisse. CWest dans cette
chefferie que la Mission de Rugari a le plus de chr6tiens.
k) Apres la soumission faite en 1921, du b4tail fut envoy au Mwami. Cee trois
dern'eres annres, sur les instructions donnees parles Europ6ens, du betail
n'est plus envoy parce que Mwambutsa n'a pas fait de demand ecrite. De part et
d'autre aucune correspondence n'est echang6e ni de communication verbal faite.
1) n'entretient aucun rapport d'amitie avec les autorites indigenes du Tanganyika
Territory.
m) son pays comprend 25 collins ayant une superficie total d'environ 568 Km2.
Le nombre des contribuables est de 7.815 don't 7.719 ont d'ja paye 1I..01929.
n) possade 940 tetes de b6tail et son train de vie ne d4passe pas un miller de
francs par mois.
o) ayant fait sa soumission a 1'autorite dtt--wami en 1921, ce chef ex4eutera lee
ordres qu'il recevra dans l'avenir.
p) 4tant un des premiers chefs qui se soient rapproches des Europnens, a eu a
plusieurs reprises des difficulties avec ses indigenes qui l'accusaient de lee
avoir vendus. Ce chef est dispose a marcher dans la voie du progress mais nest
pas encourage par l'exemple de ses voisins.
q) les plaintes contre ce Chef sonttres rares et presque toujours elles concernent
des palqbres de b6tail vieilles de plusieurs innAes.
r) son autorite sur sea sujets est exempt de brutality et, se d6plaqant beaucoup
dans sa chefferie, parvient quand meme afaire executer lea travaux prescrite.
a) s'occupe des palabres qui lui sont pr6sentees et rares sont lee affairs don't
appel est interjete aupres de 1'Europeen.


mmmm- mmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmm






FICHE BIOGRAPHIQUE DU CHEF N T W A R E


a) eet un muganwa de la famille des Abataga descendant de Ntare Ler par la
branch de Musine.
b) est apparent au awami de cette fagon: Mutaga, petit file de Ntare ltancien
eat le quadrisaleul de Mwambutsa et de Muhini, pere de Ntware.
c) est illettre.
d) sous son aspect lymphatique cache un caractere t6te et mauvais. Etant trbs
sensible aux cadeaux lui faits par certain indigenes n'ose pas agir contre
ces gens ou se montre dispose a arranger les affairs pour une tate do b6tail.
Ctest un ignare entoure de gens qui gravitent autour de sa personnel et 'qui ne
le conseillent pas toujours bien, abusant de ses superstitions.
e) est age de 55 ans environ. Etait un polygame mais depuis environ deux ans ne
vit plus qu'avec unef emme. De sea differences spouses a eu 5 filles ot 2 gar-
gons don't l'alne peut avoir 12 ans.
f) a 6te d signed par sorere Muhini pour lui succecer.
g) est devenu chef a la mort de son pere survenue en 1920.
h) la succession fut accepted par le Resident en 1920.
i) croit encore beaucoup en sea sorciers qui, dans lee recentes palabres qu'il a
eues avec son frere Kimama et lee s-chefs Serwenda et Rugoganya ( qui ont quitter
la chefferie cette annie) le pousserent a se debarrasser d'eux. Son grasi sor-
cier Senkezi vient dttre relegue dans le territoife de Ruyigi.
j) see rend frequemment a la Missiond e Kanyinya demander conseil avec l1intention
de ne pas les suivre si ces conseils ne r6pondaient pas a see sentiments. Etant
inscrit come cat6chnmene ne s'oppose pas aux conversions.
k) n'lchange pas de correspondances ni de communications verbales avec le Mwami.
Depuis deux ans n'a plus envoy de b6tail parce que non sollicite.
1) n'entretient pis de rapport suivis avec lee autorites indigenes du Tangqnyika
Territory.
m) son pays comprend 57 collins don't la superficie total eat de 699 Kn2 environ.
Doit avoir 11.762 contribuables don't 6.557 ont dj'a pay 1'I.C. de 1929 ( ce
chiffre pourrait 8tre plus fort si, malgre la situation vivri'ere, ce chef sloc-
cupait moins de ses interets personnel et un peu plus de sa chefferie.
n) est le plus gros propri6taire de b6tail du territoire et peut etre de l'Urundi
ayant au minimum 2.500 t&tes de bgtail a lui personnellement. Tres peu d6pensier
son train de vie ne depasse pas mille francs par mais.
o) ne regoit aucun ordre de 1'Autorite indigene superieure mais s'ex6cutera come
les autres chefs.
p) probablement bon chef en temps normal; ne s'est pas montr6 a la hauteur pendant
les p6riodes de crises vivrieres que nous venons de traverser. Subissant lase-
cendant de sea sorciers, n'execute que ce qu'il ne peut eviter de fair et tou-
jours apres de nombreux rappels.
q) lee plaintes des indigenes contre leur Chef sont assez nombreuses parce que ce
dernier leur confisque sans scrupule, du betail pour des raisons quif requemment
ne sont pas justifiees. Lors du reglement des palabres, le b6tail st rendu et
rarement une sanction eat prise contre le Chef dans le but de a (inir son pres-
tige aupres de ses administres et en outre, des amendes en b6td: n'atteindraein
pas leutbut.
r) 6tant le plus gros proprietaire de b6tail, ne s'interesse gubre des intdrets de
sa chefferie, quoique a l occasion il sache faire montre de fermet6 v vs--via de
see sujets.
s) lee palabres qui ne presentent pas d'inter-t pour ce Chef sont trainees en lon-
gueur et a plusieurs reprises il a ete constate que des plaignants attendaient
des mois avant d1 tre entendus.


am --- m4-0 O-dma. ~




I
17.,


FICHE BIOGRAPHIQUE DU CHEF N Y A N J W E N G E


a) est un muganwa de la famille des Abatare descendant du Roi Ntare l'ancien par
la branch de Ruvana.
b) apparent au Mwami par leur ancetre common Ntare Ier, Ruvuna, frere de Mwezi
l'ancien) fils de Ntare, 6tant le quadrisaleul de Nyanjwenge.
c) est illettre.
d) est tries ruse, railleur, tout en se montrant parfois insolent a l'4gard de cer-
t aine Europeens. Pretend toujours avoir la bonne volonte mais ne fait rien ou
n'execute un ordre qutapres de nombreux rappels. Possedant assez bien de b6tail
il ne se soucie nullement du bien etre de la population de sa chefferie, et oeto
to annee, pas plus que la pr6c6dente, ne fit aucun effort special pour 6viter
la disette en vbillant specialement 'a la mise en culture complete des quelques
marais se trouvant dans son pays. Son insouciance eut pour resultat le depart
d'unepartie de la population qui emigra vers le territoire de Ngozi. Ce chef
ne m6rite certainement pas de rester A la tete d'une chefferie.
e) est age de 35 ans environ, polygame convaincu ayant cinq femmes ethuit enfants
en vie don't 5 filles et 5 gargons don't l'alne a 10 ans.
f) a succed a son pere Choya en vertu du droit de succession.
g) devenu Chef en 1920 a la mort de son pere.
h) c-tte succession fut agree par la R4sidence la meme annee.
i) gWrde encore beaucoup de vieilles croyances, mais 6tant tries avare n'attache
plus autqnt d'attention aux sorciers preferant a l'occasion examiner lea en*
trailles de poulets lui-meme: art dans lequel il fut instruit par son pere.
j) sans manifester d'opposition 'a installation de catechistes dans son pays,
ne faith rien pour faciliter l'action des Missions aussi, clest dans cette chef-
ferie qu'onr encontre le moins de chretiens.
k) il n'y a pas d'4change de correspondances avec le Mwami. La derniere lettre
envoyee remote 'a deux ans et accompagnait l'envoi de deux tetes de b@tail.
Aucune communication verbale nest faite.
1) entretient des rapports amicaux avec le Chef Kinyamazirga du Bugufi et le Mwami
Nkundabagole de l'Ussuwi (Tang. Terr.) De temps a autre des cadeaux sont 6chan-
ges de part et d'autre.
m) son pays comprend 49 collins ayant une superficie de 850 Km2. Le nombre de
contribuables est de 5845 don't 2676 ont paye l*I.C. cette annee.
n) possede 1550 tetes de b6tail en bien propre. SoZtrain de vie ne d6passe gubre
mille francs par mois consacres presque exclusivement 'a l'achat d'etoffes.
o) ne regoit pour le moment aucun ordre de l'autorite indigene superieure; mais
6tant en bons terms avec le wami il s'ex6cutera comme les autres chefs.
p) 6tant indolent, ce Chef n'execute jamais un ordre qu apres plusieure rappels
a moins qu'il ne se senate serre de pres par l'Europeen. Parait peu dispose
a marcher dans la voie du progress preferant se laisser vitre au milieu de
sea troupeaux et dans les vieilles traditions.
q) les plaintes centre ce Chef scntrares et concernent des palabres pour du b4tail
pris. Fr6quemment ces plaints sont de vieilles histoires qui sont repr'sentese.
r) pourrait se faire bien obeiros'il le voulat mais 6tait apathique, les indige-
nes en profitent pour faire un minimum et la responsabilite de la situation vi-
vriere precaire de cette anneelui revient pour une bonne part pour n1avoir pas
exerce son ascendant sur les s-chefs qui sont ses propres freres ( un d'entre
eux vient d'ptre relegue dans le territoire de Ruyigi pour inaptitude).
a) s'occupe assez bien des palabres que see indigeneslui presentent sans toutefois
oser prendre une decision contre sea nombreux ntore.


~~~~~~CIIIIIIIII~CIIIIIII