Territoire d’Astrida. Rapport etabli en reponse au questionnaire adresse en 1929 par M. le Gouverneur de Ruanda-Urundi a...

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Territoire d’Astrida. Rapport etabli en reponse au questionnaire adresse en 1929 par M. le Gouverneur de Ruanda-Urundi a l’Administrateur du territoire d’Astrida. Manque partie C, organization sociale et familiale—Regime de la propriete fonciere. 59 pages. Jean-Marie Derscheid Collection
Physical Description:
Mixed Material
Publication Date:
Physical Location:
Divider: Reel 2

Notes

General Note:
Image digitized from microfilm. Best quality available.

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
System ID:
AA00002258:00001

Full Text




















Rapport 6tabli

en r6ponse au

Questionnaire adress6 en

par M. le Gouverneur du

Ruanda Urundi

& 1'Administrateur du

territoire d' ASTRIDA.

mQwswdm -mem


1929


I.


S/It




ik ,"fV -,


i 90
ij



- 1 "


Territoire d'Akanyaru.

2 AfRNEX A LA CARTE IX TERRITOIRB.


a) Possibility d'utilisation des chutes et rapids.

Les rivieres du territoire sont en general d'un course assez
rapid, mais aucune, sauf 1'Akanyaru dans son course sup6rieur, ne
forme des rapides.
L'Akanyaru, h son course superieur, est h certain endroits,
tres encaissee. La, il y aurait moyen d'6tablir un barrage et
d'accumuler une grande reserve d'eau pour la production de force
motrice.
La riviere Akavugutu et la rivibre Gatebge pourraient 6gale-
ment btre barrees et constituer des reservoirs don't le debit pour-
rait actionner des turbines.
Pour l'irrigation de grades etendues, les rivibres ne con-
viennent pas. Elles coulent gq~iralement dans des vallbes tr&s
basses, entire collins aux flancs abruptes. La source mime des ri-
visres est toujours a environ 80 mbtres plus bas que les plateaux
environnants. Pour pouvoir amasser de l'eau destine ~i l'irriga-
tion des plateaux il faudrait etablir des barrages d'une hauteur
de 80 h 90 metres.
L'Akanyaru, dans son course 6ud-Nord, coule dans une large val.
lee marecageuse. Pour rendre cette vallee utilisable h l'agriocl-
ture, il faudrait rectifier le course de cette riviere, l'approfon-
dir et drainer la vallee. Travail qui coOterait plusieurs millions
et des milliers de vies indigenes, car la vallee est infest6e de
moustique et la malaria y regne.
Nous avons dans le territoire trois rivieres qui se jettent
dans l'Akanyaru, a 1'Est du Buhanga, lh oh la vallee de 1'Akanyary
est la plus large. Ces rivibres ne parviennent que diffioilemeVt h
evacuer leurs eaux vers l'Akanyaru. Les vallees qu'elles traverse
sont mar6cageuses comme c elle de c'Akanyaru et les papyrus y pouse
sent drugs.
Ces rivibres sont : la Ljwigira, la Kamana et l'Ishuma. Les
vallees de ces rivibres sont incultivables. En outre le pays eat
infested de moustiques et la malaria fait annuellement de nomoreu-
ses victims parmi la population.
Quatre petites rivieres forment des chutes, mais oelles-ci
sont situees prbs des sources des rivieres, ou le d6bit eat encore
insignificant.

b) Toutes les rivieres du territoire debordent au moine une fois
par an, b la fin de la saison des pluies -fin avril, d6but mai.
Lorsque la saison des pluies debute par quelques fortes averses,le'
rivibres d6bordent egalement,celh se passe fin septembre ou au d&6
but d'octobre.
Aucune riviere ne se dess6che completement pendant la saison
seche,
La vallee de 1'Akanyaru (dans son course Sud-Nord) est inond4e!
partir de fin novembre ou d6but decembre, et k'inondation dure
jusqu'au nois de juin.

1.




- 2 -


Dans le territoire


de 1'Akanyaru,


11 y a, au point de vue na-


ture du terrain, six regions bien distinctes.
Le Bwana Mukari: dans cette region la terre rouge est predominan-
te. Aux abords de l'Akanyaru courses Sud-Nord), la terre eat noire
et sablonneuse.
La couche arable varie de collie h colline et ne d4passe pae
0,40 m. d'6paisseur. Le Bwana Mukari est la region la plus fertile
du territoire et par consequent la plus peup;6e.
Le sous-sol se compose presque partout d'une couche de limoni,


te, a certain endroits, dure et impenetrable, a d'autres endroitfq
friable et permeable.
Le terrain ne convient pas partout pour des cultures de plan-
tes a racines pivotantes (cafeiers).
Il n'y a pas de pierres dans la couche arable et la charrue
peut Stre employee partout.
Le Buhana: la terre grise, rocailleuse est predominante. Quelques
collins ont encore une legere couche de terre rouge, moins rocail4
leuse. Region peu fertile, pays traditionnel de la disette. Le texr
rain est libre de gros blocs de piettes, sauf sur les collins bor-
dant l'Akanyaru, ou la cnarrue ne pourrait passer.
La couche arable ne depasse pas 0,30 m., lr'paisseur, en g6-
-'


neral, nest que ae U,z2
Le Busanza: Dans cette r
leux et parseme de gros
avec la terre grise, tou
est peu epaisse : Om30 b
rocailleuse ou de terre


m.
6gion
blocs
tes d
Om40
jaune


, le terrain eat, en general rocail-
de pierre. La terre rouge alterne
eux rocailleuses. La couche arable
. Le sous-sol esr compose de limonite
(sterile) ml6e de quartzite.


Le Bufundu : La terre est rouge et tres rocailleuse, sauf dana la
parties ouest (anciennement fortt, oi elle est noire et sablon-
neuse. Terrain peu fertile, tres accident la ou la terre est rou-
ge; plateaux dans la parties ouest.
La couche arable varie de Om05 Om50 Dans la parties ouest
la charrue peut 8tre employee. Le sous-sol est compose d'une cou-
che epaisse de limonite triable et dans la parties ouest, d'une
couche de gravier.
Le Buyenzi: Cette region 6.ait anciennement occupde par la grande
forSt. La terre predominante est noire et sablonneuse.
La couche arable varie de 0m20 d'6paisseur dans 1'Est & Om60
vers l'Ouest (bord de la fortt.
Le sous-sol est compose de limonite friable ou de terre Jaune
dans I'Est, et de gravier dans l'0uest.
La region est tres accidentee et offre peu d'endroits oh une
charrue pourr&it utilement atre employee.
Le Bunawe: Cette region se compose de la chalne de montagne Mbissi
et d'une multitude d'eperons descendant de cette montagne.
La cnalne mbme est rocneuse, mais content quelques poches oh
la terre arable est noire, tres fertile et pouvant atteindre OmWO
d' paisseur.
Sur les eperons, la terre eat rouge, rocailleuse, peu fertile
Les indigbnes du Bungwe sont obliges de fumer la terre & chaque
labour. La bouse de vache est soigneusement r6pandue sur les onapp
La cnarrue est inutilisable dans cette region. Dans la parties oues
du Bungwe, il y a- quelques plateaux d6taches de la chatne des Mbiel
si, mais les blocs de pierre b fleur de sol ou & peu de profondeur
ne permettent pas d'employer des moyens mecaniques de labour.


U

I
it




S3 -


Toutes les vallees, sauf celles couvertes de papyrus, cit6ep
plus haut, sont oultivables et cultiv6es.
La terre des vallees est noire et sablonneuse. Le sous-sol get
compose d'argile. En labourant, l'indigene m8me un peu d'argile & 1-
terre sablonneuse et compose ainsi une terre trbs fertile.


mmmmm *m





Territoire d'Astrida.

B) ORGANISATION POLITIQUE ET POLITIQUE INDIGMZE.

5) Le tgrritoire de 1'Akanyaru fut cree le Ier d6cembre 1925.

4) Le territoire de 1'Akanyaru fit parties avant le Ier d6cembre 192.,
du territoire de Nyanza, ce territoire 6tant trop 6tendu et trop
peupl6 pour %tre administer convenablement par un soul administra-
teur, ii rut decide de le scinder en deux et on cr6a le territoire
de l'Akanyaru. Pour creer le territoire on tint compete des limits
des chefferies qui devaient le composer. Ces chefferies sont : le
Nvejuru, le Nyaruguru, le Buhanga, le Busanza, le Bufundu, le Ba-
shumba, le Ndara, le Nyakare et le Buyenzi.
Les limits du territoire sont presque partout naturelles: rivibree
line de crte, au Nord une petite bande de terrain: une sells en-
tre deux collins, relie le territoire de 1'Akanyaru B celui de
Nyanza, mais a1 aussi les limits etaient faciles B indiquer.

5) Le territoire n'ayant et6 cree6qu'en 1923, 1'organisation indigbne
6tait tell qu'elle existed maintenant.
Le pays eat divis6 en provinces, les provinces se component d'un
nombre variable de collins.
Les watutsi commandant le pays et leur autorite est librement ac-
cept6e par les wahutu.
A la tte de cnaque province se trouve un chef mututsi. A la ttte
de chaque colline se trouve egalement (sauf quelques rare excep-
tions) un chef mututsi. Le cner de colline depend du chef de pro-
vince, celui-ci depend du roi.
Les bahutu, qui forment le fond de la population, (90 95 %), Ad-
pendent des watutsi chefs de colline et de province.
En dehors des bahutu il y a encore quelques batwa, vivant aux
abords de la fortt ou en petits groups sur quelques collins. Ile
vivent en dehors de la society. Pour les Datutsi et les bahutu, .c
ne sont pas des homes mais plut8t des Dbtes. ls diront par exam-
ple -"deux homes et un mutwa"- au lieu de trois hommes si un mut-
wa se trouve parmi les trois.

6) Autrefois, avant l'arrivie des europeens et mame pendant lloccupa-
tion allemande, le roi 6tait le maitre absolue du pays et de poe
qu'il contenait. Il avait le droit de vie et de mort sur tous see
suj ets.
Les chefs de province exercaient ces m~mes droits sur leur province
Les bahutu 6taient de vrais esclaves corveables merci et n'avaft
aucune propriety. Tout appartenait au roi ou aux cnefs auxquels le
roi lguait ses droits.
Les cnefs exercaient la justice (?) dans leur province, le roi
Btait le juge supreme.
La vie d'un home n'avait dans ce temps aucune valeur, surtout du
regne de Musinga, jusqu'. l'occupation beige. Le roi .n'avait qu'un
mot a dire pour enlever la province h un chef et trbs souvent le
chef pill6 perdait ses biens et sa vie. Sur un mot du roi les trou-
peaux d'un chef passaient dans les mains d'un autre. Dans les pro-
vinces les mmes abus se presentaient. Le chef enlevait h des sous-
chefs leur colline et leurs vacnes pour les donner & un autre sans
autre raison que son Don plaisir. r
Pour les watutsi il y avait encore un semblant de justice. Un chef


Questions 544,5 et 6.


- 4 -




- 5


ou un sous-chef accuse parvenait parfois & sauver sa vie en tra-
hissant un autre. Le mututsi spolie pouvait quelquefois reprendre
une parties de ses biens a force de cadeaux offers au roi par des
amis. Mais pour les bahutu ii n'y avait aucune justice.
Le muhutu avait-il une chevre, le chef en passant la faisait enle-
ver. Possedait-il un champ r6pute tres fertile, le chef chaesait
le muhutu et donnait le champ a un de ses suivants. Le muhutu
faisait-il mine de protester, un coup de lance et tout etait dit.
La coutume fixait a deux jours sur cinq le travail a fournir au
chef, mais ceux-ci n'en tenaient aucun compete et faisaient travails
ler les bahutu autant de jours qu'il leur plaisait. La situation
est bien change depuis l'occupation belge. Le droit de vie et de
mort fut enleve aux rois et par consequent aux chefs.
Le roi est toujours le maltre du pays mais ii ne peut plus, come
par le passe piller ses sujets et distribuer leurs biens & ses fa-
voris. Aucun chef ou sous-chef ne peut Stre destitu6 qu'apres avot
6t6 entendu et apres qu'il est bien prouve que ce cnef est un in-
capable ou un homme de mauvaise volont6.
Les tribunaux indigenes, sous la surveillance d'un europ6en, ont
Ote installs dans tous les territoires et examinent les diff6-
rends qui surgissent entire sous-chefs et leurs chiefs ou entire in-
dig6nes et leur sous-chef.
Aucun sous-chef ne peut plus piller ou chasser un de seae u-
jets du moment que celui-ci remplit ses devoirs via h vis du chef.
Les devoirs de cn-cun vis a vis de ses sup6rieurs ont 6t6 bien
6tablis en sa basant sur la coutume indiggne et en modifiant oet-
te coutume 16 oh elle etait trop exigeante. C'est ainsi que la
corvee du buletwa qui prevoit deux jours de travail sur cinq
fournir au chef, fut d'abord reduite deux ours sur sept, puis
& un jour sur sept et finalement fut fix6e h un jour par mois lu-
naire, pour chaque individu mfle adult.
Les r6colteurs d'imp8t, bande de voleurs organisee par leDi,
sont supprimes.
Le muhutu e1se par son chef s'adresse volontiers au tribunal
iqdigene pour obtenir justice. Si la propriety n'est pas encore
definitivement etablie, le muhutu sait que personnel ne peut lui -e
lever quoi que ce soit de ce qu'il a obtenu par son travail. Il1
soqt par milliers ceux qui possedent actuellement en pleine pro-
priet6 une ou deux vaches ou quelques chbvres. lls cultivent en
pleine confiance leurs champs car ils savent que le chef ne peut
plus venir dire au moment de la r6colte:-tout oela m'appartient.
Les watutsi, le roi en tbte, continent & commander le pays.
Les oanutu doivent toujours obeissance aux watutsi, mais dans des
measures que nous avons imposees.
Chacun peut se considered propri6taire de ce qu'il posesde
pour autant qu'il soit honnete et remplit ses devoirs enverse ses
sup6rieurs coutumiers et envers administration europ6enne.

Question 7,
i) Le territoire de 1'Akanyaru fut administer de d6cembre 1923 no-
vembre 1927 par M. J. Dardenne, agent territorial de Ire classes.
C'est M. Dardenne qui construisit le post de Butare. 11 fit de
belles plantations d'arbres autour du post.
II construisit la route automobile Astrida-Kansi et Astrida-Lubo- :
na. Dans le territoire il fit construire plus de 500 km. de pisi
tee cyclables.
'S!.




- 6


1ls install la laiterie h Butare.
Monsieur ardenne Btait un homme energique. II veillait a la
strict execution des ordres emanant du Gouvernement et qui
avalent pour but I'aml6ioratidn de la vie materielle et morale
des indigenes, Son nom indigene 6tait Bwana Josephu et resters
longtemps encore dans la memoire des indigenes.
De novembre 1927 hjanvier 1928, Monsieur Dardenne fut remplaod
par M. l'administrateur territorial Stoffin, en attendant l'ar-
riv@e d'Europe de l'administrateur actuel. M. Stoffin se born
h liquider les affaires courantes.


question I
8) L'administrateur actuel est entr6 en ronctions le 20 Janvier


Les grande


lea provinces


En dehors
des petit


composant


divisions cot


: Nvejuru.
Nyarugurt
Bufundu.

Basnumba

Nyakare
Buyenzi.
Ndara
Buhanga.
Busanza.


de ces grandes
s cnefferies nc
ces chefferies


28.


Question 9.
atumieres du territoire sont:
S.. cnef Semutwa,
S. Sebagangari.
S. qhef yMusinga represents par
Lugambarara.
Kabera repr6sent6 par son file
Lutamu.
S. chef Segikeye.
Lyumugabe
S. Rwasamanzi
S. Senyamambara.
S. Kayondo represented par
Semugeshi.
divisions ii existe dans le territoire


on
s


unies, c'est-h-dire,
ont eparpillees dans


que les collins


les grandes


cnnef-


series organisees.
Le chef Mikandap possede
(repr6sentant "
Niringango) ( "


Le c
(pas


nef
de
tant


Le chef
(pas de
tant


Lwabu togo
repr6sen-





Kitatire
represen-


Le cnef Nturo
(pAs de repres
tant).


Les diffdrentes


dans
W


(


(


(


(
(
en-(
(


circonscriptions


le Nyaruguru
" Bufundu.
" Nyakare.


Bashumba.
Bufundu
Nvejuru
Ndara
Buhanga .


Nyaruguru
Busanza


Bashumba
Bufundu


telles


2 2 collins
.4 "
, 1
7 collins.
S1 Colline
. 2
. 2
. 1 "
3
9 Collines.

. 2 Collines
. 1

3 Collines.
. 2 Collines.
. 1 "
3 Lollines.


Question 10.
qu'elles sont denomm6es


ci-dessus ne reposent sur aucune base ethnique, Ce sont des cir
conscriptions militaires.
II est probable que ces circonscr option etaient dans le temps d
regions don't les limiles etaient haturelles: rivibres, lignes d
cr8te etc..
Actuellement il n'existe plus de chefferies ou diroonscriptions
militaires blen delimitees.
Le Ruanda, royaume des watutsi n'etait & son origine qu'un pays
peu etendu -probablement le Marangara et le Nduga actuels.


@8
e


e


i
I


I


%# A.& WJ


i
I
I
r
i
i
1



'1
f
i




- 7


Par suite des conquetes faites par les rois guerriers, le pays
s'etendait de plus en plus et les chefs militaires obtinrent dans
les pays conquis de grandes circonscriptions .militaires. ueilquei.
cas de r6volte et de d6sobeissance causes par certain chefs deveb-
nus trBs puissants, imposerent aux rois une politique de division.
-diviser pour regnerl- Ils enleverent aux chefs trop puissants uae
parties de leur circonscription et dans la parties qui leur restait
ils introduisirent quelques chefs de colline et choisirent pour ceO
commandement des sujets tout devoues au roi ou appartenant & un
chef du clan oppose celui qui detenait la circonscription. Ces
petits sous-chefs avaient pour mission de surveiller lee agisse-
ments du chef et les indigenes des collins qu'ils commandaient ne
devaient ob6issance qu'au roi ou au grand chef auquel les collins
furent donnees.
I1 est evident qu'apres deux siecles d'une politique pareille (el-
le ne cesse qu'en 1921) il ne reste plus beaucoup de grande cnef-
feries ou circonscriptions militaires bien unifiees.
Le nom donne aux chefferies actuelles est tr6s souvent le nom de
la division militaire qui occupe la region (done un nom qui se rap-
porte aux individus et non a la terre). Quelquefois, loraque lee
limits de la region correspondent avec celles de l'occupation de
lacdivision militaire (Ngabo) on emploie le nom de la region et
rarement celui de la division militaire.
Le territoire de 1'Akanyaru comprend six regions :
Le Bwanamukare,
Le Bufundu.
Le Busanza.
Le Buhanga.
Le Bungwe.
Le Buyenzi. (voir sur la carte).
Ces regions ont des limited naturelles presque partout. Comment
ces regions regurent-elles leur nom et sur quoi se basent lee li-
mites, je l'ignore. Une base ethnique est difficilement admissible,
les populations sont les mimes partout, les moeurs et coutumes aus-
si.
Ce qui m'a frapp6 en parcourant le pays c'est que la nature du sol8
diff&re d'une region a l'autre. l est probable que le pays fat
divis6 en regions d'apres la nature du sol.
Trois chefferies actuelles ont des limits correspondantes h cel-
les de la region. Ce sont :
Le Buhanga:circonscription militaire Nzilabgoba.
Le Busanza: UMpamakuitsha, etc
Le .Bufundu: une parties de Bashahoza et de
Mpamakuitsha.
La region Bwanamukare englobe quatre circonscriptions militaires:
le Nvejuru, le Ndara, le Bashumba, le Nyakare.
La region Bungwe comprend la cirponscription militaire Nyaruguru
et une parties des Bashumba.
La region Buyenzi comprend les circonscriptions: Ndirira, Bashoho-
za et Abadajemuka,
Lorsqu'un chef recevait quelques collins en dehors de sa propre
circonscription, il considerait les indigenes de ces collins coilUme
appartenant a sa propre circonscription et les designait du nom du .
ngabo de sa circonscription. C'est ainsi qu'on trouve des Nvejurnu
dans le territoire de Kigali, des Inzilabegoba dans le territoite
de Nyanza, des Bashumba dans le territoire de Gatsibu, des NYakre i
dans le territoire de Nyanza, des Mpamaiuitsha dans tout le Ruanda.







Dans le territoire de 1'Akanyaru, nous avons, eparpilles dans les
differences circonscriptions, des Ruyange (chef Lwabutogo)dont la
circonscription d'origine est situee en territoire de Kigali; des .
Imbanzamihigo, du territoire de Mushao et de Shangugu des IndaganshWa;
du territoire de Nyanza et de Mushao etc.
Par suite de la politique de division la situation des cnefferies
actuelles est la suivante :

TABLEAU DONNANT LES DIFFERENCES DIVISIONS DU TERRITOIRE AKANYARU.

SRgions, I ICirconscriptions militaires qui posse-
ICirconscriptions Ident des elements dans la circonscrip-
I militaires. Ition ci-contre (par suite de la poli-
Itique de division).
w m me meAn" m m 4"mm m m m -w m 4 mm mmmm m mwmmmmm mmmw
11 Nvejuru 110 Nyaruguru, 2 Bashohoza
BYana Mukare IIt 13 Nyakare, 40 Ruyange, 50 Mpamakuit*-
I Isha, 6 Ndara4
12 Nyakare I Indaganshwa,
15? Bashumba 110 Mpamakuitsha, 2 Indaganshwa.
140 Ndara !10 Nvejuru. 2 Nyaruguru. 30 Ruyange.

Busanza Mpamakuitsha Ibmbanzamihigo,
Sm ----m .... -- m--m 4- m m. -s ...... ......... m m m- ..
Buhanga I Nzilabgoba 11 Ruyange. 20 Mpamakuitsha.
..mm mm m m .......m 4 "omega mm.. -m- m--m in -- -- ---...i
Bungwe I Nyaruguru !1I Nvejuru. 2 Mpamakuitsna.
I !o0 Ruyange. 49 Bashahoza.
as mm me m m4 m o as m m m sm 4 mwm mm m G GP mN m -MM m m @new m m m m m m om m m w mm *m
Bufubdu I A son origine nell Mpamakuitsha. 2 Indaganshwa,
I comprenait aucund30 Imbanzamihigo. 40 Bashahoza.
I circonscription 169 Ruyange.
I militaire. I

Buyenzi I Abadahemuka 110 Ndirira. 2 Bashahoza.
I 139 Nyaruguru.
,ID
;3


En dehors de ces
criptions furent enco
grand nombre de sous-


divers commandments militaires, les circons-
re un peu plus divisees par introduction d'un
chefs de collins d6pendant directement du ooi.


Signifi cation


au cnei actueiL ae


~- ~ A


ces


i titres donnes aux divisions
divisions :


militaires et


Baphahoza : mutileurs de cadavres.
Ruange : les giants (de haute taille)
Mpamakuitsha : Les tueurs (qui aiment tuer)
ndaganshwa : Les invincibles.
Imbanzamihigo : Les attaqueurs (ceux qui com-
mencent le combat).
Pathumba: les vachers titree tres apprecie au
Ruanda)
Hzilabsoba :les intrepides (qui n'ont pas peu


ch


r)


ief Njringango.
" Lwabutogo.
S Kayondo.
" Nturo.

U Rwidegembaya.

" Kabera.
SS enyamambara.


S


neAUJUI


des


In vn


L







tka: les susceptibles (qui
perdre une bataille et
diculises).


ont peur de
d'Stre ri-


Chef Lyumugabe.


- 9 -


Nyakare : lee premiers sesikeye.
NveJuru : tombs du ciel Semutwa.
Les Nvejuru firent parties d&abord des Uburunga. Ceux-ci firent la
guerre au Kisaka. Tbe parties de Uburunga furent depignes pour atta-
quer l'enceinte du chef Mudigiri bin Karemera. Le boma de ce chef
etait bien fortified, entoure d'une palissade tres blevee et ext6ri-
eurement entouree d'une bonne couch d'6pines. Le cnef consid6rait
sa position come imprenaole. Lee Uburunga firent le siege du boma.
La nuit ils firent apporter de longs arbres, les plant~rent l6gbre-
ment inclines vers le boma. Au matin les guerriers grimpbrent le long"
des arbres et arrives au sommet sauterent de 1I dans leencelnte.
Mudigiri fut tue avec presque tous ses gens% Les survivants racontb-
rent partout qu'ils furent vaincus par des hommes tombs du ciel et
depuis ce jour les Uburunga qui participerent a ce combat regurent
le nom de Nvejuru.
Nyaruguru : ? Chef Sebagangari.
dirira : les envieux emutwa.
Ndara : ceux qui restent Rwasamanzi.
Les Ndara existent seulement dans le territoire de 1'Akanyaru. Oe
ne sont pas des anciens combatants mais des prisonniers. Pendant le
regne du roi Mibambge, les Banyoro-du Bunyoro- attaqubrent le Ruanda.
Ils furent repousses et subirent de fortes pertes. Un grand nombre
fut fait prisonnier Les banyaranda voulurent les tuer maia le rol
Mibambge leur fit grace et leur donna des terres dans la region de
Bwanamukare et mit a leur tate un chef Munyarwanda. On appela cee
Banyoro les Ndara -ceux qui restent- (ceux qui survivent & la ba-
taille des Banyoro).
Question 11.
11) Les limits du territoire sont determinees d'une fagon precise
sauf h l'Ouest. Les limiLes du territoire du c8te Quest ne furent
jamais definies d'une maniere precise parce que traversant la fortt
II fut bien stipule que ces limits suivraient la line de crate
de la chalne du Kibira. Aussi longtemps que la fort couvrait cet-
te ligne il n'y eut aucune dirficulte, mais les indigenes ayant
d6friche une parties de la fort, dans la region sud-ouest du terrf.-
toire, et ayant occupy peu A peu les flancs deboises, une contes-
tation de frontiere s'est soulevie. Le chef Baranyanka de l'#Urundi
revendique la possession d'une parties de cette region.
Une premiere reunion sur les lieux de Messieurs les Residents
du Ruanda et de l'Urundi ne donna aucune solution Une second en-
trevue au mois d'octobre reglera definitivement cette contesta-
tion.


Abadahehmu




- 10 -


Les limits


partout les lij
II y a de nomb
coutumiBrement


du territoire
la chefferie


admini stratives


mi tes
reux


du territoire


des circonscriptions


sous-chefs


de chefs


Question
de 1'Akanyaru


indigenes,


dans le territoi:


d'un autre territoire,


mme possedent en
de leurs voisins.


general


rc

e

"t


quelqu


12.
6pousent


e qui dependent
mais les chefs
s collins dane



bogo IA^t


(le
le
Dans la Provin-
ce Bashumba, le
(chef Kabera) le
representant le
Lutamu, fils (le
de Kabera, (le
(


sous-ch

depend:
sous-ch




d6pende


ef Rwab iene: colline w~

nt du hef Kayondo.
ef Rukemanga~~n colline
" -ajanja :
Sa :
nTshy atbatwa : *
SNyamasa
nt de Musinga,
a andmn a riin i ;-


Dans la

Province

Nyaruguru

(chePf S4FA f R9


UpMIuA Sendasnonga


) F


1e
le


le
,le
le
le
le
le
ile
1le
le
ile
le
le

j-
le

)1e


sous-chef

dependent


sous-
if
"
H
if
if.
I


n
M
a


de
so
d e
so
-dd


chef
'9
'9
if


n
"
"t
if




it
if


d chief Ksyondo
Mulimo :
amwasa :
Sq a-ate ra
iU imo a
Nyamurniga :
RHtgoi.wa :
Ny iraromba :
_yaramukwono :
peidnde *
Sttayra :
41iira :


e atwa :

i w" ru'zamba :
pendent dB' iSi '' a.
us-chef Kalirmvumba
-pend du chef 'ii3.
us-chef Euhigf r-a
*pend du cf Semutwa.


colline


colline







if


7huna,


i Mata,


Province
Busanza.
chef Kayondo/14
representant
Semugeshi. (




(
%^ "


le _sous- chef ranra n-- u
e~md du chef Rwidegembya
le os-chef Nyamabo : R
dep~ind du chef Kitatire.
le so~'-"clhef u tare Tare.
le : Kara"ng : n
le k+.a : "ra
i e a :a
le ifI';Z uunda,
le '9 Nyabtusb.o : _
le ng
le unda
le emarika
le Lutges a t
le aaa ".
le ilfn" ,R A t
le "


12)


6rou


r.!


*i '
k p p z

I* ^^^L


e
-*b


BICha
Pk~.kiXF


1
i
I
i
i
i
I
1
i
1

I
i
i
i


(tAdt




- 11 -


Province
Busanza,
chef Kayondo,
representant
Semugeshi,.
(suite)


--~ il


le
le
le
le
le


sous-ch



it
W
W


1i "
le
le "
le "
le
le "
Dependen
le sous-
depend


ef Mitaie :

S asa ana :

T ambandan :

Kat eja :

y ny-aiuanage_

Kanmaari
Gasana


t de U' ga.
chef Kabahiizi :
du chef iehagahapga.


colli


Province

Bufundu

chef Musinga

repe4entan-t
XePT4&ellln3


le
le
le
le
le

le
le
le


sous-chef b fiafM-
" "r


depende
soustch
if


nt
nt


colline


Rwidegembya.


Lef Sakabaka .
* T~arambTiz :
RW as amIe ra :
u w


le VP- 0
"
dependent .au cef Mijhanda,
le sous-chef Murag

le sous-chef Ngangy'.

le 4 kayiada :
' t oII w


colline

'W
t(





if


augasaka,


e.
le
le


S'it-. bn....- ,- ., '" ***' **P: "' Wh
w Sebahutu
i N


u ambarar le "i :
) dependent du chef Kayond .
^ ygScher E Lukeman unt- :
le Ga_ -
1deendent A,""mf butog


Province
Nyakahe
chef Seyikeye
l


le sous-chef iaraga :
le :
le "
dependent du chef Nturo
le sous-chef Bgwakwe.h :
le TfibTIma :
dependent d~ie-uTXng.
^ ..t ."-" : .... -. -. -',.- :


c olline B a
I
i..f "
p
if-,n


p
0;


-------- --~,~---------- --- --N---l


--- ------- ------- -


P


I


1
i


t


Ngeger,,
du MchefI


I




- 12


Province

Avejuru

chef

Semutwa Aloys
1,LINWTlrTE ()
"AL,& anre tEM
1 0 O X "


Province Nda-

ra chef

Rwasaanzi.

(/6 )


le
le
le
le
le
le


le
le


le



le

le

le




( le
le


(






(
(
I
(
1

(


le
le
le


Ssous-chef
..- .. -- p

f n n
Sw n

dependent

sous-chef

d pendent


Hyarawaya
Senyana :
Semugeshi
Serutaburi
Rugoge :
Ngurunziza
de Musinga


: olline
if


Luhanamilinda
Singa :
du chef Sebag


sous-chef Kanuma


depend


du chef Lwabutogo .


sous-chef Kabega


depend


sous-chef
depend du

sous-chef
d pe
dependent


zenga,
~Yyheneri1
Gihisi,
f.tanda,
Kibabara, fffwa. S


Tumba,
" S--'gai


colline


Gisanze,


v Ngoma,


du chef Senyakazana.


Semwaga :
chef Sezikeye.


Sesonga
Bentanma


colline


coiline


du chef Rwidegembya.


sous-chef Nzikamabare


depend


sous-chef
endent
dependent


sous-ch


d6pende


le sous-ch
depend

le sous-ch
depend


le
le


le
le
le


sous-chef
M w
dependent

sous-chef
n n
# n
dependent


du chef


Rwasamanzi.


Nzaramba :
Niiihnkwvaya


colline


col


du chef Kayondo.


Lef Gatsiromba :
" Segitshondo:
" Ntusa :
nt de Musinga.


col


-ef Gashugi :
du chef Lwabutogo.

ef Lingweneza :
du chef Kayondo.


.iebahara
Runyange
du chef


Sebaganga


Muleganshuru
Mubirigi :
a


: co


du chef Semutwa.


Ubazi,


ti t )
)d ''Q .f


Kumuhi ra JP 4)-
Kininya,


Tamba,


line Karame,
* Nzivu


line Kirembwa,
"t Nkinda,
" Ndanwe,
,ft.. .. p


Mugombfa,


S Mutwarubona,


T gyumba,
~cmera,
ri.

llinesinda,
a Ifirbiasagara,
" Ibazir u,


113.~sz~~,~


.


angar.
i.-


--- -- -.R




- 13


Province

Buhanga

chef

Senyamambara
I ^W


Province

Buyenzi

chef


(le
( 1
(le
(le
le


(
(le
(le


(le

tle
Ile



i
(le





le
*10

le


le

le
le
.!e

.le

le


le
le
le
le
le
le
le
le
le
Ile


I
r


sous-chef
e N "
eN n
w *6

W "'
pdti

Idpendent


Ishyabukombe
Rulemesna :
XaWdakikwa :
Rwanketany e
Segitshondo
Rugusha :
Rutabangamo
de Musinga,


sous-chef Bikundagahena
S *" Gashugi
dependent du chef Lwabutogo.


sous-chef Lwingweza


dependen


-d


" Murasandonye :
" Semyaga :
t du chef Kayondo.


sous7chef Lugwisango :
dependd du chef Senyagahanga.


sous-chef


depend

sous-c
depend


Rulemesha


colline -yakabuye,


Kirivuga,
l Seanzu,
"U Bulemera,


Nyabiduha,
ii' ....


Gibinga,
Kibirizi,

Gakoma,---
Gaioma,


Rambyanyana,


Gibimvu,


iunkomero,


colline


du chef Kayondo.


I A &_P a


hef Niafminanea
du chef Mihanda.


sous-chef N'iragakoma
# -


dependent

sous-chef

dependent


du chef Semutwa.

Gahima :

du chef Kitatire.


sous-chef NdabgobR

" Rwagitare


"Nshiitilagumu
k lamanzi
" Gaho :


L& w PI GLAA wi i,

le sous-che;

de pendent

les collinei
. Baranyanka


Seruhuga :
Nyaramurugo :
Kayonga :
du chef Sebagan

f Bigwabishinze

du chef Kabera.


Musumba
de 1'Ur


et Urugwiza


grhel-&,
" G"fI wvu,


S Nyotehondo,
" Kurulembo,




.a.
SKuimrAnini,

haoro & )Ieganv.

' R unyambya,
S Kirrararangombe
" Mutunmba,

" Mugi eo,
* Musebeya,



Waseru-zangara &
Muryagasesero.


dependent


undi.


du chef


I
>
I


t


k
(
I
t
I
t


1 A -np mA an +


a


&tyiNgabe.
id^Jl~lt'd




- 14 -


Parmi les
terres en


chefs du
dehors du


territoire d'Astrida,
territoire :


plusieurs possadent des


Le chef Sebagalgari,

possede


Le chef' Semutwa
possbde

Le chef Kabera,
posasde

Le chef Sezikeye,

poassde


(en
t .


(en
(
(en
(
(en

(en


territoire
N


de Nyanza lee collins :
&arehe, Lugendabare, Mutimo.
de iateibu la collins :
Gishikiri /{ki Jcua^ T. 4 3,uitil)


de Kigali,
Gasagara,

de Gatsibu
Mubijina.


la solline :


la chefferie


\ de Nyanza, les collins :
Mahembe, Mukabagali, Mumisan-
dagiro.
de Ruhengeri, la colline :
Bigogwe.


Le chef Senyamambara possede en territoire de Nyanza, la collins
Ngoma.
Le Lyumugabe possede en territoire de Nyanza, la collins :
Murugondo.
Le Semugeshi possede en territoire de Nyanza, la colline :
Musaraba,
Les chefs Nturof/,Kayondo,Rwidegembya, Lwabutog8, Kitatire, Senyaga-
hanga et Senyahazamay, possedent leurs terres principales en dehors
du territoire de 1'Akanyaru, Ils sont par rapport & Astrida des
chefs rangers.


Le sous-chef Nsoro de
Nyanza les collins


Le sous-chef
Nyanza les


la colline Gikongo, possbde
iubihana et turuyenzi.


Kambanda de la colline itzi, possede
collins Kinyana et Mugote.


en territoire de

en territoire de


Lee chefs strangers visitent rarement leurs terres en territoire
d 'Astrida.
Le chef Kayondo vient assez souvent h Astrida mais il ne visit ja-
mais sea collins, Il a un reprBsentant au Busanza, le mututsi Se-
mugeshi. Celui-ci est un homme tres precieux, c'est le meilleur
chef du territoire d'Astrida.
L'annBe passee le cnef Lwabutogo visit ses collins. II en profi-
ta poui examiner le betail qu'il posskde sur ces collins. La visi-
te de ce chef a eu pour effet la designation d'un nouveau sous-chef
sur la colline Murukondo. C'est tout.
Lwabutogo est en pourparlers avec certain cnefs pour changer lea
collins qu'il possede en territoire de l'Akanyaru avec d'autres
collins que ces cnefs possederaient en territoires de Kigali et de
Gataibu. DBjh il a pu operer trois ecnanges, mais si Lwabutogo par-
vient peu a peu & unifier les possessions qu'il a h Kigali, lee
changes faits par lui n'ont pas le mtme r6sultat en territoire de
l'Akanyaru, Ainsi, il ceda aa colline Nzivu, en province Nvejuru ta
chef Kayondo, lequel est cnef du Busanza. Il ceda 6galemeht au miae
chef la colline Musha situde en province Buhanga don't le cnef eat.
Senyamambara.






Le morcellement des provinces a de grands inconv6nients.
Nous avons vu dans le cnapitre precedent que les rois, pour briser la
puissance d6 certain chefs, enleverent h ceux-ci une parties de leors
biens en introduisant dans leur chefferie des sous-chefs appurtenant
direatement au roi ou bien A d'autres cnefs ennemis. II se fait qu'un
chef de province actuel command h peu pres h la moitie de sa cneffe-
rie. Le rest appartient a Musinga et a des chefs trbs souvent 6tran-
gers au territoire. II n'y a done pas unite de commandement ou d'ad-
ministration.
Le D61eguB qui perd de vue cette situation au moment ou il s'adresse
aux chefs de province pour ordonner un travail ou demander des tra-
vailleurs s'expose a des mncomptes. Le jour ou il estime que le tra-
vail doit Stre fini il constatera qu'ile est a moitie fait : 8es tra-
vailleurs demands pour tel jour, arriveront en nombre insuffisant
parce que les sous-chefs de Musinga ou d'autres chefs n'ont pas repon-
du & l'appel du chef de province.
Le mSme inconvenient se present lorsque nous nous adressons aux
chefs de province pour introduire dans leur paus une amelioration au
point de vue agriculture; ou encore lorsque nous voulons modifier cer-
taines coutumes etc.
II faut que le D6legue, en mme temps que les chefs de province convo-
que les nombreux sous-chefs appartenant au roi ou aux chefs strangers
pour leur communiquer ses ordres. Il faut encore qu e l DBl6gu6 sa's-
sure personnellement de l'ex6cution de ses ordres ou de l'application
de certaines nouvelles methodes chez tous ces sous-chefs. Comme il
arrive tres souvent que le D6elgue n'a pJs le temps n6cessaire pour
parcourir son territoire dans tous les sens et de visitor en detail
les cnefferies, nous pouvons dire que le progress est serieusement en
retard dans ces petites chefferies.
L'ann6e passee, pendant la lutte centre la disette, visitant collins
par colline, je pouvais designer de loin les collins appartenant A
Musinga ou b un chef stranger : les cultures y etaient moins d6velop-
p6es que sur les collins du cnef de la province, J'ai la conviction
que si cnaque province etait sous le commandement d'un chef unique, la
disette, dans lee territoires du Nord-Est n'aurait pas revtu un ca-
ractere aussi grave et aurait ete combattue plus aisement.
Lorsqu'un travail important doit-ttre execute dans la chefferie lee
petits sous-chefs strangerss) en sont bien vite mis au courant et
dans ce cas ils ne manquent jamais d'aller rendre visit & leur chef
qui se trouve au loin. Aussi lorsque la convocation du Dl16gu6 arrive
& la colline, le sous-chef est partial Les homes du chef de la pro-
vince executeront le travail seuls.
Il arrive qu'un chef stranger permet au cnef de la province de donner
des ordres A ses sous-chefs en ce qui concern le travail A effectuer
pour administration. Ce system donne souvent lieu b des palabres.
Le chef de province, pour manager ses hommes essayera de fair ex6cu-
ter le travail par les hommes de son sollegue.
Ces inconvenient pourraient %tre attenu6s si les cnefs strangers
voulaient bien designer un representant pour administer leura colli-
nee en dehors de leur propre province. Mais ils ne desirent pas le fai-
re, ile ont trop peur que le representant execute trop bien lee ordres:
du D6legue, qu'il fasse du zele et qu'il gagne ainsi l'estime de 1'ad-'.
ministrateur. Le cnef veut avant tout btre consid6r6 comme indispensa-
ble et aime beaucoup que le D6legue fasse appel a lui pour venir mettre
i.




- 16 -


de l'ordre dans ses possessions. Lorsque le cnef est mis en de-
meure par administration de designer un representant, neuf fois
sur dix, c'est un incapable qu'il designer.
Dans le territoire de 1'Akanyaru nous avons une exception & cette
rbgle. Le nommi Semugeshi,-representant du chef Kayondo est un
home tres devoue h l'europeen, adoptant nos idees, imitant nos
methodes, executant promptement nos ordres Aussi le chef aayondo
n'est-il pas satisfait de la fagon de servir de 6emugeshi et de
l'estime don't il jouit pres des europeens. Semugeshi m'a dit que
Kayondo cherche des pretextes pour lui faire des misbres et pou-
voir lui enlever son commandement Pour parer a tous ces inconv6-
nients, il faut, a mon avis, rendre aux provinces leur commande-.
ment unique.


Les raisons
cellement, n
du pays par
chefs contre
elle serait


qui, dans
'existent
une admin


leur
vite


roi


le temps, ont pQ rendre n6cessaire ce mor-
plus maintenant. Par suite de l'occupation
istration europeenne, la revolte de certain
nest plus A craindre et eventuellement


reprimee.


13) Les grands chefs du
Semutwa Aloys
ebagangari
Lugambarara
Semugeshi
Kabera
Sezikey
Rwasama zi
Lyumugabe
S enyamambara
14) Voir les fiches,


terri toire
: province
: N
* *




* if


de 1'Akanyaru
Nvejuru
Nyaruguru
Bufubdu
Busanza
Bashumba.
Nyakare.
Ndara.
Buyenzi.
Buhanga.


Question.
sont:


Question
Question


13


14.
15.


15)A la question 12 n'ai indique les groupements strangers qui so
trouvent dans les chefferies.
A mon avis ces groupements devraient faire retour au chef coutu-
mier de la province.
Pour ls collins appartenant A Musinga une measure gen6rale s'im-
pose: abandon complete de son commandement sur ces collins. Le roi
pourrait, au nite titre que les chefs de province poss6der une r6-!
gion 6, il placerait ses wagaragu et ses troupeaux auxquels il
tient specialement, et ou il se gerait representer par un chef s6i.
rieux, x
Pour les coilines appartenant aux chefs strangers, des 6ch&nges
pourraient Btre oper6s. La oh les collins faisant l'objet de
1'4cnange n'ont pas la mime importance au point de vue population,
le chef favorite par l'4change donnerait & son collfgue un d6dom-
magement en betail. Si le nombre de collins L ecnanger d'une chef4
ferie & l'autre ne correspond pas, le chef favorite pourrait enco-1
re indemniser son college en betail.
Question 16.
16) Deux chefs du territoire se trouvent en mauvais termes avec le roi
Les autres sont en bons terms avec lui.
Rwasamanzi, Sezikeye, Kabera, Senyamambara, Lugambarara et Lyumug-
abe, sont en bons terms avec le roi.Leur amiti6 mutuelle est rd-
elle.
Le cnef Sebagangari fut en bons terms avec le roi jusqu'. 1'ann6e
1924. A cette 6poque Musinga maria une de ses filles au nomm6 Kam-
banda. Celui-ci regut la garde du troupeau-akarema- du roi. Ce
troupeau se trouvait au Nyaruguru, province appartenant & oebagan-


0


i

I
t




- 17


gari. Ce chef ne s'opposait nullement a ce transfer mais le roi
avait egalement permis a Kambanda de prendre la moiti' de cheque
colline du Nyaruguru. Musinga avait pris cette decision & l'insu
de administration europeenne. Sebagangari s'est plaint au D416-
gu6 du Resident d'Astrida et celui-ci a prevenu le Rdsident. La
decision de Musinga fut annulee et le roi n'a jamais pardonn6 (et
ne pardonnera jamais aux fils de Sebagangari ) de s'8tre adress4 &
l'autorite europeenne pour eviter le partage de ses biena,
Le chef Semutwa Aloys, fils de Kitatire, a herite de la haine du
roi en succedant h son pere.
Kitatire etait le frere de musinga. Lors de la guerre de Niyrayu-
hi et Kabare contre Mibambge Lutalindwa, Kitatire n'assistait pas
& la bataille. Niyra yuhi en deduit que Kitatire n' tait pas par-
tisan de Musinga et decide de le faire tuer. Kitatire s'6tait sau-
v6 dans 1'Urundi. Mais le nomme Luhindangiko parla en fayeur de
Kitatire* Celui-ci fit sa soumission a son frbre Musinga et eut la
vie sauve. En 1900 les Peres Blancs vinrent s'installer & Isavi
dans la province de Kitatire. Nyirayuhi design Kitatire pour ac-
compagner les Peres et aurait donned ordre h Kitatire de tuer les
Pfres. Ce chef au lieu de tuer lee PEres les aida s'installer.
Nyirayuhi 6tait furieuse et Kitatire aurait 6te tue s'il ne s'6-
tait tenu sous la protection des Peres. En 1916, lors de loccu-
pation belge Kitatire fut tres devoue aux Belges. Le chef Sezike-
ye, du Nyakare, et qui aurait bien voulu joindre a sa cnefferie
celle du Nvejuru, en profit pour aller raconter & Musinga que les
oelges avalent l'intention de le d6mettre et de nommer Kitatire h
sa place, Musinga n'a jamais pardonn6 le devouement de Kitatire.
II a essay de lui enlever son commandement. II n'a pas r6ussi
grAce & notre intervention. Toutefois il est'parvenu & enlever 6
Kitatire trois blles collins: Mwulire, Gihisi, et Kami qu'il don-
na h trois sujets de Kitatire, qui avalent espionne et trahifleur'
mattre. Lorsque Kitatire fut tue par la foudre il y out & Nyanza
une grande ftell Semutwa, qui succ6da a son phre volt reported
\sur lui toute la haine que Musinga avait voude 6 son pare.
Question 17.
A mon avis le mwami n'a plus que tres peu d'influence sur lee
chefs indighnes.
Depuis que le Gouvernement lui enleva le droit de vie et de mort
sur ses sujets; depuis qu'il n'a plus le droit de piller 1lf chefs
pour distribuer leurs biens a ses amis, depuis qu'il ne peut plus
exercer la justice qu'assiste d'un europeen, le prestige du roi
est devenu presque nul et son influence sur les cnefs a diminu6
dans les mames proportions.
Il y a encore dans le territoire d'Astrida quelques vieux chefs:
Rwasamanzi, Sezikeye et Kabera qui restent devoues au roi. 'es
vieux chefs croient ferme a la puissance occulte du roi, puissance
qu'il exerce par l'intermediaire de ses sorciers. Pour eux Musinga
est toujours un dieu, l'occupation belge n'est que passagere, le
bon temps du pouvoir absolu du roi reviendra. Les sorciers l'ont
dit et le rephtent cnaque jourl
Si le roi avait voulu, au debut de l'occupation marcher loyalement
avec nous, on aurait pu lui laisser l'exercice de certain droits.
Il prefbra ecouter ses sorciers et ses vieux conseillers. Ii eat
evident que le Gouvernement ne pouvait laisser que peu de pouvoire
b ce roi adonne a toutes les superstitions, a tous les vices, com.
plbtement sous l'influence de ses sorciers, prStant l'oreille k
toutes les intrigues, voyant des ennemis partout et toujours so80-
cieux de satisfaire ses vieilles rancunes. i




- 18


C'6tait 1'anarchie en permanence, la course aux b
faveurs, aux vaches, C'Btait la justice violse, 1
flatteurs, aux plus offrants.
Nous avons done bien fait d'enlever Ie pouvoir &
fluence sur les chefs en fut fortement diminuee,
L'influence emanant d'un roi pareil ne*peut 8tre
La dependance des groupements indigenes du roi n'
tage.
Les inconvenients ne sont pas graves non plus lor
groupements (provinces) ayant leur cnef, mais les
sont sarieux;lorsqu'il s'agit de groupements depe
du roi. Toutes les collins dependent directement


tant de centres d'espionnage ou l'influence d
ponderante et par consequent la civilisation
Au point de vue administratif l'inconvInient
sous-chefs de ces collins sont le plus souvei
sur leur colline un muhutu pour les remplacer
Il est un fait, constate je crois, par tous l
les collins du roi tout va mal; l'imp8t rent


ne sont pas aussi etendues que sur les a
ce de ces sous-chefs laisse a desirer.
Dans le territoire de 1'Akanyaru un seul
demis pour mauvais service : c'etait le
province du Bufundu.
Deux chefs furent punis pour resistance
torite europeenne, c'etaient deux amis ii


utres


)elles
ivr6e


places, aux
aux plus


ce roi. Son in-
mais tant mieux.
que nefaste.
off re aucun avan-

:squ'il s'agit1 de-
inconv*nients
ndant directement
du roi sont at-


es sorciers eat pre--
en retard.
est aussi grand : lee
nt h Nyanza laissant

es d6l6gusa, que sur
re mal, les c ultures


collins,


chef de province a
representant du roi

passive aux ordres
times du roi.


1 'ob4issan-


et6
pour la


de


1'anu-




- 19 -


Territoire Akanyaru.


14)


FICHE BIOGRAPHIQ.UE DU NOTABLE KABPKA.
chef de la province Bashumba.


a) Matttsi du clan des Banyeginyai )
b N'est pas pa ent avec le roi. Son frbre Sahaha est chef de region
dans le terriEoire de Gatsibu.
c) Illettr6 Se fait beaucoup aider par son fils Lutamu, lequel eat
flr'tTierr U^J^&^fQuanta~Cic de Nyaniza""''
d) Kabera est tries autoritaire, came, peu intelligent. Nous avons
peu de rapports avec lui. Son fils,, Lutamu le represented le plus
souvent. Celui-ci est intelligent, energique, sans brutality en-
vers lee indigenes, tries flatteur et ruse. Bien dispose ever s l'a
tarit4 europeenne. Kabera etait moins bien dispose envers 1'autorli
te europeenne.Il a bien fait de laisser le commandement ~ son-file,
e) Kabera a environ 50 ans, marl6: polygame: une femme est dec4d6e et
actuellement il n'en a qu'une : 2 filleset 3 files.
f A h6rite la charge de cnef de province de son pbre Lgggugg
g Succeda a son pere en 1910-11?
h Fut nomm6 par le roi.
i Est entoure de sorciers et ne fait rien sans les consulter.
j Se montre indifferent envers les missions et ne fait aucun obsta-
cle h la conversion de ses sujets.
k) Est ami intime du roi et de Nyirayuhi. Tient compagnie cellh-ci
lorsque Musinga doit s'absenter. Regoit souvent des nouvelles du
roi par emissaires. Je ne connais pas ces emissaires. Kabera an-
voie des messages au roi par l'intermediaire de ses wagaragu. 11
n'a pas de message specialement destine a transmettre ses commn-
nications.
1) Est tres lie avec Baranyanka, chef murundi.
m) La province Bashumba compete 33 collins d'une etendue de 15000
hectares et compete 3360 contribuables.
n) Kabera possede 31 vaches pour ses besoins personnel et il a 2000
vaches placees chez ses wagaragu. 11 a un rugo A la collins SEl~ie
.11 a 12 boys et gardens de betail. Sa femme a asa disposition
13 servantes. Est toujours bien habill.e
o) Kabera est tres soumis au roi don't il eat l'ami.
p) I se soumettait dirficilement aux ordres de l'autorite europbenne,
come tout vieux chef entoure de sorciers. A ce point de vue, son
fils Lutamu, bien que vivant comme son pere et pratiquant la sor-
cellerie, est plus diplomat et comprend que l'autorite europ6enne
est la plus forte, il s'incline et execute bien nos ordres.
iq) Kabera fut puni de dix genisses d'amende au mois de septembre 1928,
pour resistance passive aux ordres du Delegu.e C'eat depuis qu'il
a donne certain pouvoirs a son fils. Les amendes en b6tail n*at-
teignent pas leur but, un chef puni s'adresse ses wagaragu et
fait fournir par eux le nombre de tttes & livrer.
r) Kabera etait bon pour ses indigenes. Lutamu est plus exigeant et
plus ferme. Kabera etait tres consider et craint parce qu'il
etait l*ami du roi. Avant que Lutama s'en occupe, le Bashumba ni-
tait pas tres bien administre.
s) Kabera ne siege plus au T.I. Lutamu le replace et ceaui-.i eat


bon juge. Tres intelligent et bien au
tranche parfaitement les affaires lui


courant des
soumises,


costumes,


Cln^ CM-?! '. t* 5 .^ '-


11




20
Territoire de 1'Akanyaru

14) FICHE BIOGRAPHIQ.UE DU NOTABLE SEMUTWA ALOYS
Chef de la province nvejuru.

a Mututsi du clan des Banyeginya.
b Saemutwa Aloys est fils de Kitatire, frbre du roi Musinga.
c Sait lire et dcrire,a frequent l' cole des Pares Blancs & Isavi.
d Peu autoritaire, enclin a une bonte excessive, done faiblesse en-
vers ses sujets. Intelligence moyenne. Est tres bien dispose &
l'egard de l'autorite europeenne.
e Marie, monogame, a 29 ans, deux enfants; 1 fils et 1 fill.
f A succede a son pere decede en 1927.
g A et enomme au mois d'avril 1927.
h Monsieur le D641guB du Resident a propose Semutwa Aloys come cnef:
de province de Nvejuru, apres que semutwa avait et6 d4signe par
son pere come chef de famille. La proposition fut soumise B Mone
sieur le Resident lequel, d'accord avec Musinga approuva le nomi-
nation.
i) Ne pratique plus la magie ou la sorcellerie.
j Est tries bien dispose envers les missions et les indighnes qui
veulent se convertir.
k) Le mwami 6tant tres mal Aispose envers Semutwa, il n'y a entire eux
que tres peu de rapport. Les communications de service se font de
part et d'autre par correspondence. La teneur de ces lettres n'est
pas communiquee l'administrateur.
1) Semutwa est en bonds rapports avec le chef Baranyanka de l'Urundi
avec lequel il visit le Katanga et les installations de I'UJ.MIRg
m) La province de Nvejuru compete 49 collins, a une ttendue de 27 .000
Dectares et compete 12.470 contribuables.
n) Semutwa possede 400 vaches dans son rugo et en a environ 4500 pla-
cees chez ses wagaragu. Il possede une maison en briques couvertes
de tuiles a Isavi et un rugo a Lusagara et un autre h Munazi. 11
possede un beau champ de cafeiers a Munazi, Il n'a pas de person-
nel fixe, seulement des jeunes gens qui viennent faire la cour et
sont renouvelles chaque mois. Sa femme a cinq servantes,
o) Le mwami ne donnant d'autres ordres que ceux ayant trait h la
fournitire de 1'imp8t, Semutwa execute ces ordres avec la lenteur
traditignnelle propre aux watutsi.
p) Obbit bien aux ordres de l'autorite europeenne dans toutes cr-
cons tan ces,
q) N'a pas encore ete puni.
r) Est beaucoup trop faible vis a vis de ses sous-chefs. Sea ordres
sont executes avec lenteur. Est tros aimed de ses sujets & cause
de sa bont6. Un peu plus de se6vrite et df6nergie seraient n6oes-
saires.
s) Bon juge, tries prudent, inthgre. Dans une affaire de quelque iam-
portance, ne Prend jamais de decision sans avoir soumis cells-al
au Delegue. C est, a mon avis, encore une marque de sa faiblesse.




-21

14? F ICHE BIOGRAPHIQUE DU NOTABLE SENYAMAWBARA.
Chef de la province Buhanga.

a) Mututsi du clan des Banueginya.
b) Est parent du roi mais tres eloigne, ainsi que du chef Sebagangari
Kahindiro _(roi)
Rubeka Ngorongo Rwo era (roi)
Rumuira Ndanganvambi Lrabujiri (roi)
Sebagangari Lugerinyange Musinga (roi)
senyamambara
c) Est lettre. Frequenta l'6cole de Nyanza et fut secr6taire indig&ne
Astrida.
d) Est encore tres jeune, est 6nergique et intelligent. N'est en
functions que depuis le mois demai dernier et fut absent pendant
plus de deux mois pour regler une question d'heritage Nyanza.
Je n'ai pu le juger encore sur ses qualities et aptitudes come
chef de province.
e S'est marie il y a six mois, a une femme, pas d'enfants.
f fut designed par son pere comme chef de famille.
g Fut nomne le 29 mai 1929. Succeda a son pere Lugerinyange (d6c4db)
h 6enyamambara ayant ete designed par son pere coine c 6f W famille,
le Del6gue du Resident, a Astrida en a fait rapport i Monsieur le
Resident qui, d'accord avec Musinga confirm cette designation:.
i) A repris les ancient sorciers de son pere et est trbs attache & la
pratique de la sorcellerie.
j) Attitude d'indifference a l46gard des missions, mme attitude en-
vers ceux de ses sujets qui desirent se converter.
k) Est en tres bons rapports avec le mwami: envoi de lettres de part
et d'autre. Le contenu de ces lettres n'est pas communique h l'ad-
ministrateur.
l) N'a aucui, rapport avec les autorites indigenes des colonies voisi-
nes.
m) Le Buhanga compete 26 collins d'une etendue total de 16.000 heo-
tares et compete 2915 contribuables.
rn) Senyamambara possede 170 totes de betail sur sa colline et il a
1200 t~tes placees cnez ses wagaragu. 11 ne possade en ce moment
qu'une simple hutte A la colline Gurgwe mais s'installera bientSt
comme chef de province dans un beau boma sur la collins Ishayi.
Comme sujet fiddle de Musinga, il vivra l'anci-enne moae, en.-
tour6 de ses sorciers et aura bient8t deux femmes,
o) Est trbs soumis au roi.
p) Senyamambara n'est chef que depuis peu de temps. Il a l'air de vou-
loir prendre ses functions au serieux. Pour fair plaisir b Musinga
il vivra d'apres les ancAennes coutumes mais fera son possible pour
conten'ter l'autorite eufopeenne.
q) N'a pas encore ete puni.
r) Concernant la maniere d'exercer son autorit6 sur sees suets : je
ne puis encore rien dire. J'ai l'impression que Senyamambara sera
assez dur. Son pere fut tres souvent malade et negligea un peu
l'administration de sa province- Dans le Buhanga, ii n'y eut, ii y
a huit mois, aucun sous-chef lettre. Il y en a un depuis. Seny-aman-
bara m'a exprime le desir de remplacer quelques vieux sous-chefs
incapables par des jeunes 6lments instructs et intelligent. Je
ferai des propositions dans ce sens. Il est urgent de donner &
cette region arrierde quelques sous-chefs serieux.
s) Senyamambara n'a pas encore siege au Tribunal Indigene. DBs qu'il
aura bien organism sa cnefferie il fera parties du jury.




- 22


ICHE BIOGRAPHIQ.UE DU NOTABLE RWASAMANZI
chef de la region Noara.


a) Mututsi du clan des Mwega.
b) 'a pas de parents avec le mwami ni avec aucun autre chef du Ruan-
da.
c) N'est pas lettre.
d) Vieux mututsi tries autoritaire, il est bon pour ses sujets. Regard
fuyant, hypocrite. Depuis deux ans semble bien dispose envers lsadn
torite europeenne, c-a-d. qu'il execute bien les ordres qui lui
sont donnes par cette autorite. En reality il ne nous aime pas et
fait parties du clan des vieux watutsi, fiddles de Musinga, qui es-
parent toujours la fin de l'occupation Delge.
e) A environ 50 ans. Marie: polygame, a deux femmes, une fille et
trois files.
f) A regu la region Ndara de iusinga avant l'occupation belge. Rwaea-
manzi etait chef de la colline Kumuhira lorsque Kaningo, chef du-
du Ndara fut depossede par Musinga. Le roi donna la region b Rwa-
samanzi lequel etait son client et lui fit la cour assidument.
g) Put designed par le roi en 1910-11. N'a aucun lien de parents avec
son predecesseur.
h Le roi nomma Rwasamanzi.
i Rwasamanzi continue A pratiquer la sorcellerie.
j L'attitude de ce cnef envers les missions est absolument indiff6-
rente. Il ne fait aucune difficult et n'a jamais montre de l'ani-
mosite envers ceux de ses sujets qui desirent se converter.
k) Est en tres bons rapports avec le mwami. Losque ce cnef veut com-
muniquer avec le mwami il le fait par emissaTres. Je ne connais
pas ces emissalres.
Egalement, lorsque Musinga a quelque chose a dire au chef, il
envoie un homme de confiance pour communiquer verbalement ses or-
dres ou nouvelles. Je ne connais pas ces emissaires,
l) N'a aucun rapport avec les cnefs des colonies voisines.
m) Rwasamnanzi est chef du Ndara, region comprenant 24 collins et
5183 contribuables et couvrant une superficie d'enviroh 10000 hec-
tares.
n) Rwasamanzi possde environ 180 vaches pour ses besoins personnel
et en a places environ 780 chez ses wagaragu,
Il a un rugo a la colline Isaga et un autre a la colline Kumuhi-
JSi. Son personnel se compose d'une douzaine de gardens de vaches
et neur hommes cnarges de l'entretien de sa hutte, et de la prepa-
ration de sa nourriture. Ses femmes disposent de cinq ou six ser-
vantes chacune.


Rwasamanzi est toujours oien
o) Est tres soumis au roi don't il
p) II fut un temps ou Rwasamanzi
ordres de l'autorite europeenn
mon arrivee au territoire) il
servir, et actuellement il semr
enne et execute spontanement 1
q) Rwasamanzi fut puni d'une amen
bre 1927, pour resistance pass
peenne,


S
e
a

e
d
i


habille.
est l'ami.
e soumettait tres difficilement aux,
, mais depuis qu'il fut puni(avant
complement change sa fagon de
le bien devou a l'autorite europe-
,s ordres qui lui sont dqnn's.
e de quinze genisses, le 30 novem-
ve aux ordres de l'autorit6 euro-




- 23 -


Territoire Akanyaru.


11 e
but.
ver
monr
te d
Le
ragu
leur
est,
r) Rwas
par
J'ai
nes


st difficile de dire
Je ne le pense pas,
le contraire. Le res
avis, dQG h l'aeende
e se voir enlever so
s chefs punis d'une
pour reunir le nomb
propre betail. Un d
en effet, de 1'aide
amanzi n'est pas un
eux. II administre t
pu constater que pe
qu'ils dralnent et c


que les amendes en betail atteignent leur
bien que le cas de Rwasamanzi semble proua,
ultat obtenu chez Rwasamanzi n'est pas, .
qui lui fut infligee, mais bien Ila crain-w
n commandement.
amended en betail s'adressent a leurs waga-


re de ta
es devoi
r A paye
imauvai s
res bien
ndant la
ultivent


tes a payer. Ils ne touchent pas
rs du mugaragu envers son patron
r les amendes encourrues.
chef pour ses sujets et ii est o
sa province, d'une maniere ferm
disette il a obtenu de ses indi
des marais jusqu'alors rests i:


b6il
e.
gh-
n-


cultes.
s) Bon Juge, connaissant parfaitement le droit et les coutumes indi-
genes.


~~~I~~I~L~Il~~~~


&




- 24 -


FICHE BIOGRAPHY QUE DU NOTABLE SEZIKEYB.
chef de la region Nyakare.


a mutu.t.Es. du clan des banyiginya.
b N'a pas de parents avec- ile mwami ni avec un autre cnef du Ruanda.
c Sezikeye nest pas lettre.
d Sezikeye est un home tres fort, tres 6nergique, rude avec ses in-
digenes, rancunier, tries flatteur a plus fort que lui. Ob6it tres
bien & l'autorite europeenne don't il a une crainte salutaire.
e) Sezikee a environ 45 ans, est marie: polygame, a 4 femmes, 7 gar-
gons et es
f) A requ la region Nyakare de Musinga en 1900. Le predecesseur de
Sezikeye, le nomm6 KanyangeMwa, s'etait enfui en Urundi. II regut
cette region parce iqu i a~ptva-t fait la cour a Musinga.
g) En 1900. II n'avait aucun lien de parents avec Kanyangewfa.
h) Fut nomme par le roi.
i) Continue a pratiquer la sorcellerie.
j Se montre indifferent envers les missions.,Ne s'oppose pas h la
conversion de ses sujets.
k) Est en bons rapports avec le mwami et surtout avec la mere du mwa-
mi. Lorsque Musings- doit s'absenter de Nyanza, Nyrayuhi ne manque
pas d'appeler Sezikeye pour venir lui tenir compagnie pendant 1jab1
sence de Muusinga. Les communications entire Bezikeye et le mwami et'
vice versa se font verbalement, par emissaires. Je ne connais pea
ces emissaires.
i) N'a pas de iapports avec des cnefs strangers.
m) Sezikeye est chef de la region Nyakare comprenant 23 collins et
4595 contribuables et couvrant une 6tendue de 14.000 hectares eh-
vi ron.
n) Sezikeye possede 414 vaches et 2000 vacnes sont places chez ses
wagaragu. Il a deux imago, l'un a la colline Nyanza et l'autre h
Buvumu. Son personnel, gardens de vaches, boys we compose de 47
homes
o) Le cnef est tres soumis au roi. o


p) Le cnef
et les
qu'il s
qj Le chef
aucune
r) Sezikey


Sezikeye a une c
ordres 6manant de
'agit de modifier
Sezikeye n'a pas
sanction n'a 6te
e est tres autori


rainte salutaire de
celle-ci sont bien
certaines anciennes
6te accuse d'avoir
prise contre lui.
taire, mais pas brut


1 'autori to
executes, m
coutumes.
commis des

al. Ses ind


obeissent bien et je pense qu'ils aiment leur chef. Sa
est bien administree.
s) Sezikeye remplit bien ses functions de juge au Tribunal
Toutefois il n'aime pas de singer. 11 a peur, je crois
prononcer une sentence contre des gens qui.pourraient 8'
bagaragu ou amis de Musinga. Avant de so prononcer il p
de tous les assesseurs et s'il a le moindre doute il s'
Dl16gue pour prononcer 16 decision.


europeenne
Ame lors-

abus et

igenes lui
province-

Indigbne.
de devoir
tre des
rend l'avis
adresse au


14)


j
F






14) FICHE BIOGRAPHIQ.UE DU NOTABLE SEMUGESHI.
representant du chef Kayondo pour la province du Busanza et
representant du chef Rwidegembya pour quatre oollines dans ie
Bufund it.

a) Mututsi du clan des banyeginye.
b) n-est pasparent dd Mwami ni d'aucun autre cnef.
c Salt lire et ecrire -ne frequent qu'une cnapelle ecole dans le
territoire de Shangugu.
d) Semugeshi est un home tres 6nergique, autoritaire. 11 est assez
franc, quality fort rare chez les batutsi. C'est le cnef le plus
intelligent du territoire de 1'Akanyaru.
Est tres bien dispose l'egard de l'autorite europeenne.
e) Iarie: polygame: deux femmes, a quatre fils et une fille.
f) Lorsque le territoire de 1'AkanyM u fut former, en 1923, un nomm6
-Gashui etait representant de Kayondo pour le Busanza. C'4tait un
r. incapable, et, en 1920, Semugeshi fut propose par le chef Kayondo
pour prendre le commandement de la chefferie Busanza. Semuuesniifu.
cnases du Kinyaga par le chef Rwagataraka, ennemi mort'el de Kayondof
Cette circonstance seule lui valut la sympathie du chef Kayondo.
g) Fut nomme au d6but de l'annee 1924, n'a aucun lien de parents avec
son predecesseur.
h) Monsieur le Delegue du territoire de 1'Akanyaru transmit la pr.opo-
sition du chef Kayondo a Monsieur le Resident et celui-ci approuvt S
la designation de Semugeshi.
i) Continue la pratique de la sorcellerie.
j) Est bien dispose envers les missions catholiques et ne fait aucune
difficult i ceux de ses sujets qui d4sirent se convertir.
k) Semugesni n'a aucun rapport avec le Mwami. 11 depend directement
de Kayond6.
1) N'a pas de rapports avec les cnefs des colonies voisines.
m) Semugeshi command le Busanza au nom de Kayondo et cinq collins du
iTi~uafau aunom de Rwidegembya. .--
Ir- c" e61Tiihes du Bue'undu competent 566 contribuables et repr6-i
sentent une 6tendue de 3500 hectares.
Le Busanza compete 37 collins d'une etendue de 19000 Ha et compete
5897 contribuables.
n) Semugeshi possade 130 vaches (pour son usage) et en a place 650
chez ses wagaragu. Il possede une maison en briques a la colline
Mukoni et un boma indigene a auakamia,.
-"m" egesh, vit a l'europ4ennT-cf' un cuisinier qui lui prepare
sa nourriture a l'europeenne. I1 a des boys de table et des lava-


ders. Plusieurs europeens, passant par Mukoni ou par Rukamira, y
furent reeus come chez un europeen et y dinerent come cnez eux.
A Mukoni come a Rukamira, oemugesni possede une belle fort d'euca.
lyptusf fflao et flack watles, quelques kapokiers. II a des man-
guiers, d ;citronniers, de la canne a sucre. II possede une belle
plantation de cafeiers ; plusieurs hectares de manioc (champs d'es-
sai); cultive le bl4 et possede un moulin A farine. II a un jardin
potager.


o) II est tres obeissant h son cnef, Kayondo.




- 26


p) En toutes circonstances, Semugesii ob6it promptement aux ordres -
de 1'autorite europeenne. N'6tant pas le cnef absolu de la proving
ce, il doit manager certain .wagaragu important d6pendant direc-
tement de Kgyondo. C'est dommage que ce chef ne peut avoir le gou-
vernement integral d'une province.
q) Ne fut jamais puni.
r) Semugeshi est tres energique, un peu rude avec ses indigenes. II
est tres obei et les ordres qu'il donne sont executes. A un euro-
peep qui sajourne cnez bemugeshi et qui lui demand s'll n'avait
pas de danseurs, ce chef repondit chezz moi l'on ne danse pas maia
on travaille".
a) Semugeshi est probablement le meilleur juge du Tribunal Indigrne
d'Astrida. II prend tres a coeur des functions de juge et ne pren-
dra jamais une decision qu'aprbs avoir examine a fond l'affaire
don't il est saisi. 11 se derange tres souvent pour aller voir sur
les lieux l'objet de la contestation (champs, etc.).




- 27 -


t-.


FICHE BIOGRAPHIQUE DU NOTABLE LUYMUGABB,
chef de la region Buyenzi.


a) Mututsi du clan des abaeessera.
Db N'a pas de lien de parents avec le mwami. II est le frbre de Luka-
rakamba, chef du Buganza, dens le territoire de Gatsibu.
c) Est lettre, a frequent 1'1cole de Nyanza.
d) Luymugabe est encore jeune, mais il fait preuve de beaucoup d'6ner-
gie, Il est tres came, ne se met jamais en colere. Tres bon mais
ferme envers ses sujets. Il est bien dispose a 1'gard de l'autori-
te europeenne.
e) est marie -monogame- n'a pas d'enfants (s'est marie en 1928).
f) Luymugabe est frere de Lukarakamba, auquel avait appartenu jadis la
region du Bu nzi. Le nomme L jhama, mugaragu de MusLn &, lM8
Avait rep ri1 e Buyenzi & LTa~E amba, nT 6us donna pa& "a=8 sac-
tion. Sa destitution untnLemdnde par moi au debut de 1928. Musings
voulu rest tuer le Buyenzi a Lukarakamba, ma's ceTlu i n 'y tenai t
pas et fit une proposition ennraveiur dEon fr6re Luymugabe. Celui-
ci'tait 6lve a l'6cole de Nyanza, gargon trbs intelligent.
g)N'a aucun ien de parent' avec son predecesseur.
SMonsieur le Delegue du Resident prbs de Musinga, d'accord avec ce-
lui-ci, firent la proposition h Monsieur le Resident qui l'approuvai
Luymugabe fut nomme au mois d'aopQ gQg,.
i) Ne pratique plus la sofr ell eriTe-est catechumbne chez les Pbres
Blancs.
j ) Est trs bien dispose envers les missions catholiques et favorite
la conversion de ses sujets.
k) Lyumugabe a peu de rapports avec le mwami. Rien que des rapports de
service. La seule communication qu'il regoit de Musinga a trait &
la furniture de son imp8t. C'est ub home quelconque du roi qui
vient le prevenir. Lyumugabe accompagne l'imp8t et dbs qu'il a re-
mis celui-ci au roi, il revient dans sa chefferie.
Aucune correspondence.
1) N'a aucun rapport avec les chefs des collins voisines.
m) Le Buyenzi est une grande province mesurzant 36 .000 hectares, mais
elle est partag4e entire plusieurs cfefs d'autres regions. Lyumugabe
a le commandement de sept collins seulement mesurant environ 4000
ha. et comptant 1526 contribuables.
n) Lyumugabe est un mutttsi tres pauvre. Il n'a pas une seule vache,
mais compete en recevoir bientSt de son frere Lukarakamba. Il poss9-
de un rugo a la colline le ra, il a trois boys et sa femme a qua-
tre servantes.
o) Est tres soumis au roi.
p) Lyumugabe obeit tres bien a l'autorite europeenne. Il execute spon-
tanement nos ordres. Le Buyenzi, region forestiere est occupy par
une population de bakiga ou lqs clans sont encore intacts et de


moeurs encore primitives. Lyumugabe avec beaucoup
s8v6rance, parvient a fair adopter par ses sujets
nous avons apportees & certaines coutumes.
q) Bon serviteur, n'a jamais 4te puni.
r) Est tres ferme, sans la moindre brutality envers s
ent d'eux tout ce qu'il desire et est tres aimed de
s) La region Buyenzi ne fut commandee, avant 1'arrive
par des sous-chefs peu interessants et qui ne s'oc
et des gens que pour en tirer l'imp6t.
J'ai decide que Lyumugabe devait rester le plus
region,parmi ses indigenes. II vient rarement au p
exempted pour deux ans de singer au Tribunal Indige


de tact et de per
les rdformes que


es sujets.11 obti-
ses indigbnes.
e de Lyumugabe, quo
cupaient du pays


possible
oste et
ne.


dana s&
je 1'ai


S


-




-28-

14) FI CHBE BIOGRAPHIQQl:E fD NOTABLE S8BAGANGARII
chef de la province Nyaruguru.

a) Mututsi du clan des Banyeginya.
b) Sebagangari est parent du Mwami, mais a un degr6 dejh 6loign4.
Kahindiro (mwami)
I I
Rub ga Rwogera (mwami)
I J I
Runanira Lwabugiri (mwami)
I I
Sebagangari Musinga (mwami)
N'a pas de parents avec les autres cnefs du Ruanda.
c) Illettre: il est aide par son fils 6ondashonga, ancien 6ibve de
1'ecole de Nyanza, ancien secretaire indigene.
d) Calme, peu intelligent, tres bon pour ses sous-chefs et indigines.
Devoue l'autorite europeenne. N'est plus directement en rapportsd
avec l'autorite europeenne, son fils Sondashonga le replace.
Celui-ci est intelligent, ponder, ferme sans aucune brutality pouv
ses sous-chefs et indigenes. Bien dispose a notre 6gard.
e) Sebagangari a environ 60 ans -polygame : 2 femmes. II a quatre
filles et sept gargons.
f) Etait tres ami avec Musinga au moment d6 l'occupation belge. A re-
gu son commandement de Musinga en 1917.
g) Investiture en 1917, la date exact n'est pas connue. Sebagangari
n'a aucun lien parent avec le chef Rwamangwa son pr6decesseur..
h) Rwamangwa ne donnant pas satisfaction & l'autorit6 europ6enne, Moni1
s1Teu'Te R4sident du Ruanda a demand a Musinga de ie destituer
Rwamangwa et de nommer un autre chef pour le Nyaruguru. Musinga
nomma Sebagangari.
i) Sebagangari est tres attache aux anciennes pratiques de magie et
de sorcellerie: son fils Sendashonga beaucoup moins.
j) Est tres bien dispose envers les missions et ne s'oppose nullement
h la conversion de ses sujets; au contraire, il favorite l'instal-
lation de cnapelles ecoles dans sa province.
k) N'a pas de rapports avec le mwami. Celui-ci halt Sebagangari parce
qu'il s'est permis de s'adresser a l'autorite europeenne pour 6vi-
ter le partEge de sa province.
A 1'epoque de la furniture des imp8ts le mwami envoie un mutut-
si quelconque pour prevenir Sebagangari.
l'imp8t est conduit a _Nyanza sous la surveillance d'un des file
de Sebagangari.
Pas d'ecnanges de correspondence.
1) N'a pas de rapports avec les cnefs des colonies voisines,
m) La province Nyaruguru compete 104 collins, 10466 contribuables et
measure 36000 hectares.
n) Sebagangari possede plusieurs troupeaux comptant 600 tltes de b6-
tail, il a en plus environ 10 .000 ttes de betail places chez see
wagaragu. Il a deux boma: un a Kumunini, un a Shororo.
II est toujours bien habille dea s belles et'~.'W-
Il a trente homes a sa disposition pour garder ses troupeaux et
entretenir ses Domas.
Ses femmes ont cnacune huit servantes.






o) L'autorite indigene superieure ne donne aucun ordre a
sauf lorsque l'imp8t du roi doit %tre fourni. Dans ce
est immediatement execute.
p) Sebagangari a cede, depuis un an, une grande parties de
dement & son fils Sendashonga. Avant il 4tait tres d6'
torite europeenne et executait promptement les ordres
cette autorite. Son fils endashonga a les mnmes dispc
ordre, mame quand il tend A modifier l'ancienne tradit
cute sans retard.
q) Jusqu'I present ni Sebagangari ni Sendashonga ne furei
d'aucun abus et aucune sanction n'a dQ *tre prise & lI


r) Sebagangari et
dashonga, plus
sent jamais leu


regne une bonne
dues, les routes
sont peu nombreu
fournit presque
peu de mecontent
a) Sebagangari ne s
place. Celui-ci
ance come juge


sendashonga son
jeune, est plus
.rs indigenes et


t tres
ferme
sont


bons
que
aims


po
son
d'


ur leurs
pere. Ile
eux. Dape


Sebagangari,
cas 1'ordre

e son comman-
you6 & l'au-
donnes par
positions. Tout
tion est ex6-

it accuses
sur regard.
3ujets. Sen-
3 ne brutali-
le Nyaruguru


discipline, les cultures sont nombreuses et
et les camps sont bien entretenus, les pal.
ises. Cette region, tres grande et tres peup
pas de recrues a 1'Union Miniere, signe qu'
as et que le chef est respect.
iege plus au Tribunal Indigene: Sendashonga
est trep just, integre. Il a notre entire
du Tribunal Indigene.


6ten-
abres
l6e ne
il y a

1e rem-
confi-




30 7--
Territoire de 1'Akanyaru A-A
14) PICHE BIOGRAPHIC UE DU NOTABLE'LUGAMBARARA,
representant de lusinga pour la province du Bufundu.

a) De pare muhutu et de mere mututsi,clan des Daakobga.
b) N'est pas parent du roi test neveu du chef Manzi,"de 1'Unyambiri-
rJ (territoire de Nyanza); et de sake, petiT"Thef dans le Bulisa,
territoire de Kigbli.
c) Est'lettr', a frequent l1'cole de Nyanza.
d) Tres peu energique, intelligence moyenne, impulsif, rancunier.
Bien dispose envers l'autorite europeenne.
e) Celibataire 26 ans.
f) J'ignore les titres qui lui ont valu d'etre charge de 1 direction
.dPune chefferie. Ces designations se iont & Nyanza.
g) Fut nommr le 18 juin 1928 an replacement de son neveu kuba.
h) -Jignore par qui il fut propose. A 6te nomme par MonsieTr lTJRf6si-
dent d'accord avec Musinga.
i) N'a paa de sorciers et desire se faire instruire dans la religion
catholique.
j) Est bien dispose envers les missions et envers les indigenes qui
desirent se convertir.
k) Est en bons rapports avec le mwami. Ils ecnangent des correspon-
dances don't la teneur ne m'est pas communiquee.
1) N'a pas de rapports avec les autorites indigenes des colonies voi-
sines,
m) Le Bufundu compete 43 collins : a une etendue de 45.000 Ha et com-
prend 10.966 contribuables.
n) Lugambarara nest pas tris rice: il possede cnez lui 40 vaches et
en a places 182 chez des wagaragu. II habite un simple rugo, maes
construit actuellement un boma a la colline .j .
I1 n'a pas encore de personne-I' fixe, iT ..est servi par ses wagaragut
o) Est tres soumis au roi.
p) Il est soumis a 1'autorite europ6enne. Fait tout son possible pourj
ex6cuter tous les ordres emanant de l'autorite europeenne. II ne
r6ussit pas toujours car il a a faire A forte parties. Dans le Bu-
fundu resident de nombreux wagaragu de Musinga. Lugambarara n'ose
pas se montrer tres severe envers ces gens qui iront le d6nonc.er
au roi.
q) N'a pas ete puni .
r)Lugambarara ne peut montrer, s'il en a, ses vraies qualities de ohe
de province. 11 doit manager le chou et la chbvre. Il est repr6-
sentant du roi et doit commander a des gens plus puissants que lui,
et tres amis dutroi. D'un autre co8t administration europeenne
reclame son intervention pour faire .ex4cuter ses ordres. Lugambara.
ra s'en tire difficilement. Heureusement, plusieurs elements,: Jeu-
nes, venant de l'cole de Nyanza, sont venus remplacer quelques
vieux sous-chefs retrogrades. Ces nouveaux sous-chefs ob6isent
bien Lugambarara.
s)Lugambarara est encore jeune et ne juge que des affaires peu impor-!
tantes. Je le crois integre. Comme assesseur il est tres bon.


N>





Territoire d'Astrida


D IMPOTS ET PRESTATIONS COUTUkIERES.


Question 22.


22) ImDot peru en 1928- (par circonscription indigene)


PROVINCE


IMPOT CAPITATION~
(nombre)


IMPOT BBTAIL
(nombre)


NYARUGURU
NVEJURU
BUFWTUNi
BUSANZA
NDARA '
BASHUMBA
INYAKARE
BUHANGA


Recensement
teindront :


TOTAL
presque acneve
homes 57300,


10466
12470
10966
5897
5163
3360
4595
2915
1351
57183
: les chiffres
betail 77000.


17572
11963
14780
7486
7864
3786
4986
6950
852
75899
du recensement complete


Im sm a o am a* am a m m mw o go


Question 235.


23) Jusqu'en 1927 1'imp6t capitation et 1'impot b4tail furent pergus
par les chefs de provinces. Les jetons leur furent remis en bloc. A
partir de 1928 l'impot fut perqu par les sous-chefs de colline de la
fagon suivante :
Chaque souscchef de colline possede le recensement nominatif de tous-
les indigenes mtles, adults et valides de sa colline. Ce recensement
fut exige par moi au debut de l'annee 1928.. Les sous-chefs de collins
lettres le fireht eux-m~mes, les sous-chefs non lettres recevant l'ai-
de de nos secretaire indigenes ou se faisant aider par les 41lves ldes
ecoles de Kansi et d'Isavi : le registre de. recensement est du modleo
ci-dessous :
page gaucne page .r.

I An.1928 MAfI99 An tg 9 I
N OM du RACE NOM FEMi infants (BE Node l'Bt em lenf No B~4t 1930
Scontri I I du ME t MI F IAI acquit lailtme IFfcqaiTl ltc.
-buable I I pre i t t I
i u b l- I -II p! \ I I I I
S! I I I I I
S1 t I I I I I
Aux dernieres pages du registre *e trouvent inscrits les m&les invali-
des et les vieillards, une autre page est reservee aux veuves.
Le sous-chef qui a fini le recensement se present au D616gue avec
son registre de recensement et accompagne de son cnef de province. II
re9oit un nombre d'acquits pour impot de capitation et pour impot de
betail egai au nombre de males adults et valides et au nombre de b8-
ees inscrits a son registre. Il retourne sa colline et pergoit 1'im,
pot. Le numero de l'acquit delivre au contribuable est inscrit dans la
colonne ad hoc du registre.


at-




- 32


Lorsque le sous-chef a fini de percevoir l'impot,
qu'il a perqu une parties de l'impot, il apporte 1
table du territoire. Celui-ci possode une feuille
pour chaque colline, du module ci-dessous


ou bien
'argent
compete


lors-
au comp-
courant


Chefferie Chef .
Colline. cnef de colline .
ftol I m I m W 40 eM ... a m .w w -i 0 .0 08 4M A I-w-w ,m I40 M-o ..Im 'Mo qm 0 4M aM I
CAPITATION RETAIL
Jetons regus., Sommes versees Jetons. reQus. Sommes verses
Dates Montant Dates montant
-.M .Wfo m w o w W .m -Q 0a o o W. W m qo0 466.


Le oiXd coknptable insc:
versees par le sous-ch
derniere feuille du re,
session du sous-chef.
L'imp8t de polyga.mie
ci sont inscrits dans
peles chaque annie au
et regoivent un acquit


rit
ef
gis


sur ces
et repete
tre de re


n'est
un regi
bureau
paper


feuilles le
les mmes
censemrent,


dG que par les
stre d'immatri
du post ou il
Sdtache d'un


24) Les exemptions accordees en matiere d'impot de
chiffrent a 5801 vieillards et infirmes
584 61ves reguliers des ecoles d'
9 chefs de province


montant des
inscriptions
lequel rest


non autochtones.
culation. 11s sont
s patient l'impot f
registre & souches
Question 24.


capitation as

Isavi et. de Kansl


TOTAL


6394


Question 25.
25) Oui, les prestations en nature faites au Mwami sont justifies
par la coutume.
Question 26.
26) Aucun chef n'ajoute des cadeaux supplementaires aux prestationa
prevues.
En general les chefs sont peu presses de fournir l'impot. Le su
tan est toujours oblige de leur rappeler les fournitures b fair


l-
e.


Question 27.
27) L'adninistration intervient dans la furniture des prestations /
lors'que les cnefs se font tirer l'oreille. II arrive que Musinga,
s'adresse A Monsieur le Resident pour signaler un retard dans la
furniture. Dans ce cas nous prions le chef en cause de s'executea
imm6diatement. L'administration intervient encore pour delivrer
le bordereau accompagnant la caravane transportant-l'impot a Nyan.
za.
Le nomnm Mudakikwa muhutu recoltant 1'impot indabaganise n'a la-
mais sollicite un bordereau et fournit i 1m ipot Musinga sane --
P^ ^ SLJ a^ n..4i ^is t ra ti on .. --- ..--*- .. ...- .-.-* ..:;.'..-- ..-.-.--- ..
<- -- BI^" ^^^^ .f. t^ -._ -. ft -^ *A Aft.


28)


Plus loin
diverse


question 28.
le tableau des prestations en nature fournies par.lea
chefferies:


sommes
sur la
en pos-


Ceuxt
ap-
ixe






Chefferies Taurillons.Lait Vaches.Taureaux.Etoffes
litres de
Ficus


NYARUGURU
NVEJURU
NYAKARZ
NDARA
BASHUMBA
BUSANZA
BURAWGA
BUIUNDU
BUTfEZI

Ma
P,


NYARUGURU
NVEJURU
NYAKARZ
NDARA
BASHUMBA
BUSANZA
BUHANBA
BUYUNI 1
BUYE3ZI


130 7000 1
25 1
18 -
20 -
15
5
10 -
me


iel Fleches Fer de Bracelets
ots Lance dn fil
de fer

12 10 5 5300


Peaux
d'anti
lopes


20


sorgho Haricots .
Ko Kos
S1 08
m] m


5000
700


500


LO
10


?ots

Lait


Bibre

pots.

SOt
pd. mm dm -




10

10
10
MM m mm m fri
Valour
to tale.


1 37933
14750
6900
6000
375
- 1400
- 26850
350
550
- 150


les carts tres sensibles entire les prestations fournies par lea
differences chefferies sont dues a la fantaisie du roi qui fixe
l'impot a payer. II y a aussi des raisons d'ordre ec onomique;ain-
si, dans le territoire d'Astrida les deux chefferies trbs fertile
Nvejuru et Nyakare donnent du sorgho et des haricots; les autres
provinces ne doivent pas fournir de vivres parce que moins fertile
Le Nyaruguru doit fournir plus de taurillons que les autres provin-
ces-parce que plus rice en betail. Le Bufundu ne fournit presque
l ne~parce que cette province appartient au roi.
Question 29.
29) Les chefs se procurent les taurillons a fournir chez leurs wagara-
gu-c"est normal et admis par la coutume. Le lait a fournir au roi
Srovient egalement des vaches-que detiennent les wagaragu. Ceux-oi
ont redevables envers le chef d'une furniture d'un pot de lait
tous les deux jours. Sur cette quantity le chef prel1ve le n6ces-
saire pour payer son impot au roi.
Les taureaux sont encore pris dans les troupeaux des bagaragu. Ja-
mais un chef ne fournit au roi quoique ce soit de ses propres
troupeaux.
Les fleches, les fers de lance, les bracelets en fer et les pots
a lait sont fournis par des artisans specialists. Ces artisans
sont exempts de corvees chez le chef et de travail au poste, mais
11s doivent fournir gratuitement au chef, chaque annee, un certain
nombre de ces objets. Le cnef preleve sur la quantity qui lui est
due, le nombre d'objets qu'il doit fournir au roi.
Les peaux d'antilope sont fournies par les batwa chasseurs. Chaque
chef a, a son service quelques uns de ces batwa.


-


- m


em


-




- 34 -


Les etoffes
fabricants


de
de


ficus
cette


sont
espece


fournies par les indigenes reputes bone
Sd' togge.


La bibre est fournie par les indigines proprietaires de ruches.
La biere qu'on fournit au roi est de la bibre de miel. Les four-
nisseurs de cette biere sont exempts de certaines corvees.
Le miel est fourni 6galement par les proprietaires de rucnes;
Les chefs se font apporter de la biere et du mielpar tous leurs
indigenes qui peuvent en fournir. Ils envoient au roi les quelques
cruches prevues par l'impot et gardent le reste pour eux.
Le sorgho et les haricots sont fournis par tous les indighnes de
la chefferie. Lorsque 1'6poque de la furniture est arrive, les
chefs previennent leurs sous-chefs de colline de rdunir l'impot de
leur colline. Ils fixent A cnaque sous-chef le nombre de charges
h fournir. Les sous-chefs de colline se font apporter par chaque
chef de famille (menage) un panier de haricots ou de sorgho. La


measure
a6de le


de ces
muhutu


quatre charges
au chef les cn
Le chef de so
nombre de char
tan et garde 1
Si le chef fo
mnme au moins
L'impot du ra


fournissent
la location
les charges
l'irapot qui


de
qu
lu


) En denors des pr
cription militai
a) Les travaux nec
Les Nvejuru
Les Nyakare
Les Mpamakints
Les Nzilabgaba
Les Nyaruguru
Les Bashumba
Les Ndara : 50


paniers varie suivant l'6tendue des terres que pos-
SEn tous cas le chef qui est impose de trois ou
en reunit en moyenne une quarantine. Il fournit
arges qu'il doit livrer et garde le rest pour lui.
n c8t6 ayant requ de cnacun de ses sous-chefs le
ges fixed en preleve la quantity qu'il doit au sul-
e reste pour lui.
urnit 200 charges au roi, il lui en rest pour lui-


500
i n'


charges.
est pas pour


les bahutu


un impot special.


leur chef de colline la redevance qui
leurs terrains. Le sous-chef pr6leve
'il doit au chef et le chef lui-mbme
i est remis la quantity due au roi.


est due
sur cet
pr6lve


Que


stations en nature chaque chefferie
re fournit encore des prestations en
essitent une main d'oeuvre important
200 homes pendant un mois
100 homes pendant un mois
ha : 200 homess pendant un mois
: 100 homes pendant un mois
: 200 homes pendant trois semaines.
100 hommes pendant trois semaines.
hommes pendant un mois.


Ile
pour
impot
sur


stion 30.
ou circons-
main d'oeuvre
e :


b) Ces trsavaux sont executer tous les deux as .

c) Les travailleurs ne restent qu'une semaine h Nyanza:
places par une nouvelle equipe chaque semaine.


ils sont rem-


) Les Nveuru : chef Semutwa :
Construction et entretien d'une parties du rugo enceintee) du roi.
Construction et entretien de toute l'enceinte et de quatre huttes
du fils de Musinga : Lwigemaho.
Les Nyakare :chef Sezikeye :
Construction et entretien d'une parties du rugo du fils de Musinga
Lwigemera.
Construction et entretien de 1'enceinte de la hutte dite "Kwa
Munana"


I




- 35


Les Mpamakuitsna : chef Kayondo.
Construction et entretien d'une parties du rugo du roi.
Construction et entretien d'une parties de la hutte dite "Ka
Construction et entretien de 1'enceinte dite "irwimilinga"
Lee Nzilabgaba : chef Senyamanbara
Construction et entretien de l'enceinte dite "Kwa Ndabarasa
Construction et entretien de la hutte dite "Kambele du rugo
"Kwa Rwabugiri" .
Les Nyaruguru : chef Sebagangari .
Construction et entretien d'une parties du rugo dit "Kwa Rwa
Construction et entretien de la hutte dite"Kambele" du rugo
"Kwa Rwogera""
Les Bashumba: chef Kabera.
Construction et entretien de l'enceinte et hutte dites "Mub
Les Ndara: chef Rwasamanzi.
Construction et entretien de la hutte dite "Kambele" de Lwi
Construction et entretien d'une parties de 1'enceinte dite "
bugiri".
Les Bufundu n'6tant pas circonscription militaire n'a rien h
construire.
Les autres fractions de Ngabo se trouvant dans le territoir
participent pas a ces travaux.


mbolel"



dit


bugirl
dit


ozi"


gemera
Rwa-


e ne


e) Les travailleurs emportent leur nourriture pour une semaine, Uls
doivent se nourrir eux-ammes.


f) La repercussion
des cultures n
semaine et les


qu'entra'entp ces absences sur le developpemeit
est pas grande. Les homes ne s'absentent qu'une
travaux sont ex6eut6s pendant la saison seche..


g) La mortality est relativement grande-parmi ces travailleurs; ils
logent chez l'indigene, dans des huttes sales et m8me dais les
petites huttes destinies a recevoir les offrandes aux mfnes. La
region de Nyanza est infested de kimputu et nombreux sont les-
travailleurs qui meurent de cette fievre;
Gr&ce A la proximity de _Nyanza, les travailleurs du territoire
de 1'Akanyaru peuvent Stre remplaces chaque qemaine, mais ii
paralt que les travailleurs venant des territoires eloignes res-
tent jusqu'a l'achbvement des travaux. Mal logs, mal nourris,
il paralt que la mortality parmi ces travailleurs est effrayante.
Question 31.
31) La limited admnise par le Gouvernement pour les prestations en tra-
vail A fournir au chef n'est observe par aucun cnef. Ils conti-
nuent, come par le passe, a fair travailler un indighne par fo-
mille un jour par semaine.
Malgre que nous prevenons les indigenes a chaque occasion (por-
teurs venant cnercher des charges au poste; le lundi, a l'appel
des travailleurs-requisitionnes pour les ( T.P,) qu'ils ne doi-
vent qu'un jour de travail par mois, nous ne recevons aucune rd-
clamation. Il faut croire que les families sont d'accord pour
prester un jour sur sept au chef.
Lorsqu'un indigene se trouve isole de son clan, les chefs ne le
font pas travailler un jour paf semaine, mais un jour par mois.
Lorsque plusieurs indigenes se trouvent dans le cas susdit, ils
viennent cnacun a leur tour trivailler un jour sur sept pour le
chef. Nous. pouvons done dire que 1'indigene mfle, adult ne tra-
vaille en reality qu'un jour par mois pour son chef,




Question 32


32) Les indigenes fournissent la prestation en
de la colline. Le chef de province prend d
colline ou il a son rugo.
Le travail des indigenes consist labo
cnef; construire ou reparer les huttes et
les mat6riaux pour ces travaux.
1ls commencent le travail h 7 heures du
jusque midi. Dans la region forestibre ouh
se trouvent eloignes de la colline ou de 1
indigenes emportent la nourriture pour la
lent jusqu'r midi, prennent leur repas et
qu'h cinq heures.
Pour pouvoir exercer un contr8le efficace
il faudrait que tous les cnefs soient lett
hier de travail, jusqu'h present j'ai essa
plication reguliere de cette prestation en
digenes, Ils repogdent tous qu'ils travail


33) Dans le territoire de 1'Akanyaru il n'y


travail au sous-chef
.es travailleurs sur la

urer les camps du
1 enceintee; rassembler

matin et travaillent
les champs des cnefs
a demeure du chef, .las
journey ; ils travail-'
travaillent apres jus-


sur
,res e
iye de
Sques
lent


ces prestations
t tiennent un ca-
contrbler I'ap-
tionnant les in-
un jour par moist


Question 33.
a aucun imp8t special


- 36 -




-37 -
Territoire d'Astrida.
E. TRAVAUX PUBLICS.
Question 34
34) Pour les ddpenses ordinaires nous nous basons our la delegation
octroyee au poste. Pour le pavement des salaires et indemnites
de nourriture, nous suivons les instructions qui nous sont don-
nees par Monsieur le Resident.
Pour les d.penses afferentes au budget extraordinaire nous nous
conformons aux instructions donnees par Monsieur le Resident.
35) Question 35
Le salaire actuel des travailleurs employes aux routes ou h
d'autres travaux est de un franc par jour. Le mbme salaire est
paye par les commergants et par les missionnaires installs dans
le territoire.
Les chefs indigenes patient un franc A leurs capitas et 0,50 aux
travailleurs, mais ceux-ci ne font qu'une demA journee de travai


Le re crute men t
chefs. L'admini


des travailleur
station fixe 1


Question
s se fait par l'intermedi
e nombre de travailleurs


36
aire des
a fournir


pour chaque chefferie. Les travailleurs font une semaine de
vail puis sont remplaces par d'autres.
Ii faut intervention de administration pour obtenir ces
vailleurs. Sans cette intervention on obtiendrait que tres p
travailleurs volontaires .
Seul l'entretien des routes est impute sur les prestations
tumibres dues au chef. La construction de routes est imputee


tra-


.


tra-
eu de

cou-
h


un budget.
Question 37
37) Les commergants indiens installs dans le territoire trouvent la
main d'oeuvre n6cessaire sans l'intervention de administration.
Cette main d'oeuvre, tres peu nombreuse, se compose d'elements
peu recommandables: strangers ayant quitter# leurg territoire sous
le coup d'une poursuite judiciaire, peut-ltre, ou a la suite de
difficulties avec le chef.
Les missions trouvent aussi de la main d'oeuvre volontaire,
mais insuffisante. L'administration intervient en exemptant de
corvee (portage ou travail au poste) deux ou trois collins aux
environs de la mission a condition que les indigenes aillent tra-
vailler a la mission.
En dehors de administration, aucun particulier n'emploAe de
travailleurs a contract.
Pour les travailleurs a contract au service du Gouvernement,
l'observance des prescriptions 16gales en matibre de louage de
service; en matiere d'hygiene et security des travailleurs, est
exercee par le M6decin et le De*1gu d'Astrida.
L'Union Miniere recrute des travailleurs dans le territoire.
Tous les deux mois un agent recruteur de cette society vient se-
journer a Astrida pour trois semaines ou un mois. Ce recrutement
se fait dans intervention de administration. tepuis le ler
janvier, l'Union iiniCre recruta 300 travailleurs dans le terri-
toire de 1'Akanyaru.
Ce recrutement, en donors de toute intervention de 1'Adminis-
tration, presente certain inconv6nients : les desertions sont




- 38 -


nombreuses, et le Delegue saisi d'une plainte de 1'Union Miniere
centre les deserteurs, parvient rarement a retrouver ceux-ci. Je
suppose que certaines recrues donnent une fausse identity 1 l'a-
gent recruteur. Lorsqu'lls sont en possession de leurs effects
d'tquipement ils desertent et vont chercher upw autre engagement
dans un autre centre de recrutement de 1'Union Minibre, toujours
en donnant un .faux .om et une fausse identity.
Pourparer ces bus il faudrait que 1'indigine ne puisse s'en-
gager que dans son territoire d'origine. Apres chaque operation
de recrutement, l'aget recruteur devrait presenter sa listed.
1'administratbar, lequel s'assurerait, avec l'aide des chefs et
des sous-chefs, de l'exactitude des renseignements donnes par la
recrue.
Le system de donner A ces recrues une femme don't la dot est


payee per 1
engages son
me et enian
accompagner
Ztre defini
En cas de
laire et 1'
sur la coll


'Union 3Lini&re n'
t dj a marines et
ts. Ils recoivent
au Katanga. Comb
tive.lent disloque
deccs de travail
indemnity de d6ce


est pas moral. Certains travailleurs
laissent souvent sur leur colline fem-
une femme 1l'Union Miniere pour les
ien de manages, mimes chretien.s, vont
s par cette m4ethode.
leur au tKatanga, le reliquat de sa-
s sont-ils pays & la veuve rest e


ou i la felie qui a accompagne


ine,


1 home? !




39 -
Territoire d'Astrida.
Y.. PERSONNEL INDIGENE.
-


Question 38.


381 Les secretaires indigenes nous donnent, en general, satisfaction.
un zecretaire indigene e3t c:arg6 des plantation et du reboi-
sement aut-our du post.
Un secretaire indi ene est charge de l:acnat du lait et de la
surveillance e de la literie.
Un secretaire indigene est charge de la surveillance de la scie-
rie a la fort.
Un secr6taire ndi&ne est cnarg6 du transit des bois venant de
la fort, a la colline Kizi.
Un secr6taire indigene est employee en quality d'interprete et de
planton.
Un secretaire indig.ne est charge de peser les vivres disette a
l'arrivee et de preparer les cnarges pour le depart. Lorsque la
disette ser terninee, il sera employee au recensement.
Un secr4taire indighne est cnarga de la reception et de la reex-
p'dition des vivres disette 1'Akanyaru. Il sera ulterieuremest.
employee au recCesement.
Trois secretaires indigenes sont charges du recensement. Ils sont
envoys sur les collins ou le sous-chef est incapable e faire
le recensement de 'ses indigenes.


Questio
Parmi les policies il y en a tout au plus une dizaine
donnent satisfaction. Les autr.es sont mauvais.
Nous avons 18 policies originaires du Ruanda et 18 pol
originaires de l'Urundi.
Ceux du Ruanda furent engages en 1924-26527-28.
Ceux de l'Urundi furent engages a Gitega je pense, ou i
rent une instruction militaire pendant quatre mois.
Les policies wanyaruanda engages sur place me reguren
formation serieuse.
Les policies restent de garde a la prison et aux bureau
te.Pendant la journ6e ils surveillent leo prisonniers e
divers travaux.
Pour les arrestations ou pour une autre mission delicate
tout au plus cinq policies auxquels j'oserais confier
sion pareille.
I1 est trEs difficile de trouver de bons elements pour
En g6n4ral les candidates policies qui se presentent sc
"hors chefferie". ls ont dG quitter leurs chefferies
raison quelconque vols, faineantise-. Les travailleur
nant du Katanga, en general, ne veulent plus cultiver 3
et cherchent une place dans la police. A Astrida ils sc
net car il est impossible de leur inculquer la moindre
discipline.
Les conditions d'en gacLnt e sont nas assez avantageu
attirer Jes i .aents serieux. La police ne possede auct
ge sur l'indigine. Leur thnue Ie Kaniki (une par an) dd
us6e au bout de deux mois, les rend ridicules aux yeux
genes.


n 39 .
qui nous

icitrs


:s regu-

lt aucune

Lux du pos-
maployes b


e,
une


il y
mis-


la police.
)nt des
)our une
8s reve-
la terre
nt refuses
idee de

pses pour
un presti-
Schiree et
des indi-




40 *

Territoire d'Astrida.

G. ENSEIGNEMENT.


Question 40.


territoire de 1'Akanyaru
des Peres Blancs d'Isavi
ancs de iansi .


il y a deux
et l'autre h


ecoles : une
la mission


A Isavi le nombre
de 614 gargons et
A Kansi le nombre
filles. (plus les


d' leves
826 fille
d'l41ves
succursal


inscrits est
s a 1'lcole
inscrits est
es de Linda


de
des
de
et


324 chez les
SDeurs.
1326 garcons
de Nyanza).


La moyenne des pr6sences journalieres est de : 250 chez
et de 1180 chez les soeurs, a Isavi,
Elle est de 1200 gargons et de 900 filles A Kansi (plus
cursales de Linda et Nyanza).


P6res et

et 1091


les Pares

les suc-


Le programmejdes
vincial, done le
gnement au Congo


course est
programme
Belge.


Les moniteurs sont des
Quelques-uns sortent d
plupart sont munis du


celui prescrit par l'inspecteur Pro-
de 1'Inspection G6ndrale de l'Ensei-


anciens e41ves <
es 6coles de Kan%
diplSme official


du
si
du


seminaire de Kabgaye.
et d'Isavi mimes. La
Gouvernement.


Dans
miss
Peres


le
on
Bl


la


des




Territoire d'Astrida.


H. INSTITUTIONS


RELIGIEUSES.


le territoire


vies par les Rever
mission de soeurs
I. mission d'Isavi :
) on ee en fei vti'er
) WsDu rTeur acfuel :
et'21 auxiliaires
Chaplles coles :
) Catmission Dosscde


du R.P.Hurel,

SMission des


dipl8


soeurs


'ond e een mars 1909.
Sperieure actuelle:
s~eurs Blanches,
Nviciat pour Soeurs
Fonde en 1919.
Superieure actuelle:


soeurs Blanch
I-ta1li s emen t


de


Communaut6
AKotvite tp


tent
1l Un


es.


de l'Akanyaru


ends


P re


blanches.

1900.


s Blancs


il existed


le Reverend Pere H
noirs (catecristes,
48.


un dispensaire
m6 de l' cole


Blancres


Rev6rend


indigenes:

R4vorende


secondaire:


soeurs


indigenes


hilan trophi qe:


dispensaire


lades,
20 La Goutte
jour.
30 Ouvroirs:


Chez les


oh sont soignes


de lait: plus


plus


la tapisserie.
40 Ecole Menagere
5.Refuge pour en.
60 Refuge pour fei
70 Refuge pout en


de 30 jeunes

: 25 dl1ves.


fants
mme s
fan ts


Question


trois missions


du Cardinal


urel,


assis


mattres d'


laboratoire
de Medecine


41.


Lavigerie


deser-
et une


t6 de quatre
cole )T.


Peree


sous la direction
Tropicale.


a Isavi.

e M~re Marie Florence, aide de
: : .


Soeur AMarie


: neuf


soe


Bertha aide de deux


soeurs.
urs ETanches


annuellemen t


de cent enfants


filled


mul tres :
veuves et a
abandonnes


d'Isavi


environ


sont examines


y apprennent


21 enfants.


bandonnees:


: 50 enfants.


60.00


exis-

0 ma-


chaque


la couture


et


24 femmes.


Mission


Fondee


de Kansi:


en d6cembre


b) gSuprieur actuel :
Peres ... Iancs et un
c) ta mission possede
.la mLission possede


1910.
le Reverend Pere
PFrre Coadjuteur


un dispensaire.
13 chapelles ecoles,


Desbrosses,


assisted


et dix catecnistes


de deux


moniteurs.


d'Astrida:


a) Fondee en avril 1928.
b) Superieur actuel : le
iua're ca t chist es
c) LSa mission est encore


MLa mission


possede


R.P .Lecoindre,

en formation.


12 chapelles


assisted


ecoles,


il n'y a que des missions


de deux Peres


et


Question. 42
catholiques.


41) Dans


SMission


Dans le territoire


% -- 11 -* 1m 1 -*-i -- -


-.-


I


-


ml ... .. mll ii ii ..


WI-


- 41 -


GM a m 4w ts am4w w 4040 w m4m o e


I X. -- -


.




Territoire d'Astrida.


I. TRIBUNAUX INDIGENES.
- se Gft NrO 604Wm


Question


Dans
don't


le territoire de 1'Akanyaru il n'y
le siege est a Astrida.


Les chefs de province
Chaque cnef dy province
du chef lorsque celui-


a qu'un Tribunal Indignol,


sont juges et Assesseurs de
e designe un remplagsnt qui
ci est emppche.


ce Tribunal.
siege & la place


c) Le siege se compose d'un juge, de
fier. Lorsque tous les cnefs sont
un juge et 7 assesseurs.
Chaque chef est juge pendant un m
a singer lorsqu'une affaire en cou
du mois.
Depuis 1928 il n'y a plus de jour
economique du pays n'6tant pas nor
vent absents du post. Leur present
vince, ou ils doivent surveiller 1
tion sera redevenue normal, le Tr
semaine.


trois assesseurs et d'un gref-
au poste le Tribunal siege avec


iois, i
rs n'e


1 doit to
st pas tr

d'audienc
les cnefs
n4cessai
tures. Db
siegera


utefois
ancnee


continue
A la fin


e. La situation
sont trbs sou-
re dans leur pro-
s que la situa-
trois jours par


Autant que possible le D61~gue ou son adjoint assisted aux seances,
En general une palabre est presentee d'abord au Delegu equi ecoute
plaignant et accuse. AprBs, l1'affaire passe au Tribunal Indighne.
Apres jugement, si le De16gu ou son adjoint n'ont pas assisted a
1'audience, tout le dossier est soumis au Delegue. Les declarations
du plaignant, la defense de l'accuse et les declarations des t6-
moins sont actees.


e) Apres le prononce du jugement, le
demand aux parties en cause s'ils
la response est negative, mention e
sque 1'un ou l'autre desire aller
celui-ci est envoy au President d
Pour l'execution de la sentence
delai de 8 B 15 jours. Si, ce dela
execute la sentence, il est denonc
en sa quality de Juge de Police.


greffier du Tribunal Indigene
desirent aller en appel, lorsque
n est faire sur le jugement. Lor-
en appel on reunit le dossier et
.u Tribunal indigine de Nyanza,
le Tribunal accord toujours un
i ec&ule, le condamne n'a pas
e au Delegue, lequel intervient


Des incarcerati
plus prononcer
Tribunal pouvai
de 7 jours. Les
la prison du po


ons ne sont plus prononcees. Le
qu'une amende maximum de 200 frs
t prononcer des peines d'incarce
condamnes purgeaient leur peine
ste,


Tribunal ne peut
. Precedemment le-
ration d'un maximum
dans les locaux de


43
a)


b)


43.


d)


f)





Territoire


43
d'Astrida.
J. ETABLISS~LETS


COMMERCIAUX.


Question


44) a)


Liste des etablissements


commerciaux


du territoire.


FIRES


NATION. NOM


du GERANT.


NATION.


ES TAF
SOCOFINA


HUSEIN


ALI


HABIB GULAM H.
ISA KARA


YUMA OSMAN
REHEITALLA


Pardan


Manj i


M0ZGHJI


Nassor bin Salim
AZIZ BIN NASOR
SALIM BIN ALI
ABDULLAH BIN HAMED
MOHAMED BIN HAM3ED
SALIM BIN AMER
SALIM BIN SAUD
MOHAMED BIN RACHID
ALI BIN AMER
HAMUD BIN MOHAMED


Belge.


Iindou


H
Arabe

(t




((
"
"


KEIM
VAN POUCKE
HUSEIN ALI
HABIB GULAI
ISA KARA


Frangais
Belge
Hindou
N


HUSEIN


BACHU ABDULATIF
capitala noir)

Sef bin Jimer Elsig
ABDULLAH BIN HAMED
SALTM BIN ALI
,SAID BIN SAUD
MOHAMED BIN HAMED
MAID BIN SAID
SALIM BIN SAUD
SAID BIN MOHAMED


SEF BIN


SALIM


Arabe
rt
if




'4


capitala noir)


Suridi ue


Estaf: Societe congolaise
Socofina : idem,


La succursale de la Soci
ce en ge4nral. Vente: de
billement et de toilette


cles de traite


vres, moutons


po
et


ur


6t


indig


fourrures.


La Socofina, h Astrida,


de vivres,
nuiserie,


vins et
machines


a responsabilit4

,e Estaf V Astrida


vivres,


limitee.


' occup


vins et liqueurs,


pour europ6ens;
:nes. Acnat: de


a un comptoir


liqueurs,
a coudre,


element des articles pour i
ments,savon de traite,etc.


te
Les


pas.
asiati


toutes sor
cuivre, du


rie de traite
Ils achetent
la cire, du t


des


Les prix


est insignificant.


d' acnats


peu


e du
obj et


CO
S


quincaillerie et
peaux de bovides,


de,vente


objets de toil
quincaillerie,


ndigenes, pagnes,
La Socofina n'ac


ques font le commerce avec les
,tes d'etoffes et de pagnes,des
fil de fer,des vetements pour


, sav


o n,,


sel, etc.


des peaux de bovides,
abac, qu'ils envoient
peaux etant fortement


La disette


en 1928


En 1928 les commerran
127441 kgs. de peaux


50880 kgs.
1614 kgs,
1566 Kgs.


545 tetes
Importation


cles pour europeens
La Socofina import


peens


et d'outils


e


mmer-
d'ha-
arti-
che-


d'un grand choix


tte, outils
etc. Elle ve
couvertures,


;h6te


de


nd 6ga-
v8te-


rien et n'expor.


indigenes,ils
couvertures,d


noirs ,(


de chevres,
a Usumbura.


baisses,


seviscant


et en 1929.

ts d'Astrida
de bovides


peaux de chevres .
de cire .
de cafe.. .


e


de betail de boucnerie
: L'Estaf impo tait en


et 400.000frs


it


d'


vendent
u fil de


de la quindaille.


des vivres,


en 1929 le


toujours


xportaient
valeur
if
if
n
N



1928 pour
articles


en 1928 pour 1.000.


divers


et pour 200.000


il n'y


eut


Question


2332285
528128
25040


que

45.


frs.
frs.


14690 frs.


206584
600.000


pour noir


000 d'article
d' arti cl e pu


Les commergants asiatiques importerent au total
3.000.000; de francs de marchandises pour noi.s.


I- *


frs.


pour plus de


44.


Statut


b)


c)


me-


45)


de


commerce


frs d'arti.
'8 ,
s pour eurc
r noirs.


-L -


_ __


- --


I


A:- -- -




44 -
Territoire d'.Astrida.
K. AGRICULTURE.
Possibilities installation pour des entreprises europeennes,

Question 46.
46) I1 n'y a pas de terres libres de tout droit dans le territoire.
Le/terrain qui n'est pas cultiv6 sert de p&turages.
I1 serait possible de diminuer l'etendue des phturages en les
ameliorant.
En ameliorant le betail par des croisement avec du betail cnoisi
d'Europe ou avec du b5tail de colonies voislnes d6jh ameliore, on
pourrait penser a diminuer les troupeaux et par consequent les
pAturages.
Le terrain rendu libre pourrait alors Stre cede des entreprises
europ6ennes. Mais ce terrain serait de quality mediocre.
En effet, actuellp.ment tout le bon terrain est cultive par les in-
digdnes. Seul le terrain de moindre quality est rEserve aux p&tu-
,rages. Dans le temps, les vallies 6taient, en grande parties, r--
servees au b4tail, mais depuis deux ou trois ans les indi.gnes
empietent de plus en plus, pour leurs cultures, sur le terrain r6-
serve aux'vaches, Donc le terrain qui pourrait %tre cede plus tard
aux entreprises europ6ennes ne serait pas de tr6s bonne quality.
toutefois ce terrain pourrait %tre amrlior6 par l'application.
d'engrais chimiques inport6s d' urope, ce qui cotterait trbs cher,
ou encore, par application d'engrais verts.


L' tendue


Question
du territoire d'Astrida (surface horizontal) est


mee a 265.000 hectares.
Tenant compete de la topographie de
cette 6eendue un dizieme: les flan
abruptes servent a l'agriculture o
La surface utile serait done de 29
ficie il faut retrancner :
superficie de la fort .
concession de Lubona .


la region, on
cs des collins


u a 1
1.500

. .


mission Kibeho,Kansi, Isavi
chapelles 6coles. .
superficie d'Astrida (actuellement).
routes et pistes cyclables .
emplacements des huttes et kraals, .
marais de papyrus non cultivables et
pouvant servir de paturages. .


' levag
hectar

. .


. .
. .


ne
ne


e.
es


47.
estji-


peut ajouter
, mome tres


. De cette


15.000
220
356
129
800
104
150


super-


Ha.
Ha.
Ha.
Ha.
Ha.
Ha.
Ha.


. 5.000 Ha.


reste done :
1928 les ind
jachbres 37.
1929 les cul


291.500
igenes av
520 Ha.
tures sur


- 2L.8
aient


49


To tal :
: 269.651


Ha.


21 .849 Ha.


cuitive 134.075 Ha. et gardaient


les collins


ont ete tendues


et dana


vallees chaque indigbne a acquis une parcelle ou augmented I'd-
due de sa parcelle. Le terrain conquis represent 20.317 Ha,
cultures,
indigenes ont au total cultive 158.992 hectares bt conservat
520 hectares en jacnires: an total: 196.512 hectares.
cniffre de 196,512 hectares represente le total des 'tendues
diverse cultures faites pendant l'annee et le terrain laissaj
repos.


Il
En
en
En
les
ten
de
Les
37.
Le
des
en




- 45


Comme 4tendue total des cultures nous trouvons le chiffre de
158.992 Ha, Mais les indigenes font deux cultures decertaines es-
peces la mame annee'sur le mrme terrain, ils ne disposent done an
r"alite que des deux tiers de la surface indiquee ci-dessus, soit
103.328 hectares, plus 37.520 Ha. en jach"res : 140,848 hectares.
Le recensement de 1928 done, pour le territoire'd'Astrida enviia
57.000 mAles, adults et valides. Nous pouvons, sans exagerer es-
timer le nombre de mLles, adults et valides h 60.000.
Chaque adulte disposerait done d'un terrain de deux hectares,
areas.
Pour les paturages il rest : 128.803 Hectares.
Question 48.
Les indigenes du territoire cultivent; haricots, pois, sorgho,
mals, eleusine, patates douces, manioc, pommes de terre, froment.
Haricots et nois.
Sont semes deux ois par-an. Premier semis: fin janvier, debut
fevrier; recolte en mai-juin.
Deuxieme semis: fin septembre d6but octobre; recolte en d6cem-
bre-janvier. 4
Dans la region forestiere il y a un troisi&me semis de pois en
mai-juin, don't la r.colte se fait en aott-septembe.,'
Le sorgho famaka) et le Ma' s:
sont seins en janvier-f.vrier et la recolte se its en juin-
juillet.
Un second semis de sorgno (amahore) s'est fait ur la premiere
fois dans le territoire d'Astrida fin septembre, but odtobre -
la r colte aura lieu fin janvier, debut fevrier.
Le mals est se.e une second fois la mntie poque et recolte
en juin-juillet.
L'Eleusine:
est seme au mois de janvier dobut fevrier, en petites quantities,
la recolte se fait en juillet. Le second se:ais d'eleusine, semis
tr.s important, se fait en septembre et au d6but d'octobre; la
r6colte est faite en janvier et f vrier.
Les patates douces:
sont plantees a n'importe quelle 6poque: en saison des pluies-
sur les collins, en saison sbche dans les bas-fonds. Les patates
sont mGres quatre nois apres la plantation.
Les carachides:
sont plantaes en septembre-octobre, la r6colte est faite en
juillet-aoGt.
Le manioc :
est plante au mois d'octobre et en novembre ; la recolte est ir-
rdguliere, les indigenes commencent la recolte a partir du mois
d' aoGt.
Le from nt:
est sepmi (par quelques sous-chefs et indigenes) au mois de f4-
vrier etils font la recolte au mois de juillet.
Les pommes de terre:
sont plantees (par quelques sous-chefs et indigenes), a des
3poques irr6gulieres. I1 n'est pas possible de fixer pour ces
plants uine 4poque de semis et de recolte.




- 45


jachere
terrain


est
en


pratiqu;e
jach ress,


vient trop pauvre, ce qui
les bons terrains, il la
alors la oarcelle laiss4e
Dans les terrains de no
annees de cultures. Dans
inculte pendant deux ans,


chaqu


Haricots
Pois .
Eleusine.
Patates .
Sorgho
Manioc
Bananes .
MaTs .
Caf4iers.
Pommes de
Tabac .
Arachides
Froment .
Ce pourcentage n'es
etait de 11.188. Po
Pour l'ann'e 1930,


c) Pourcentage de


t
u
1


supri eur


a celui de


. Chaque
Lorsqu'


indigene
une autre


garde une
parcelle,


arrive apros cinq ans de ci
laisse en repos pour un an
en jacheres depuis l'annee
indre quilite le sol s'6pui
ces regions 1'indigene lais


e culture relativement a 1'ensemble
S. 34,328 %
21,374 %
14,897
S .. 13,925 %
12,370 %
1,684 %
6,980 %
0,388 %
0,019 %
terre 0,013 %
. 0,013
. 0,009 ;
. 0,005 %
pas stable, ainsi pour le sorgho,
r le manioc il 6tait de 0,455
e -ourcentage de ces deux cultures


cette annee.


parcelle
(t- b .i VfRA


de
dae


La
son


en 1928 il

sera encore


Le rendement moyen
Pour le mals .
S 1'6leusine.
le sorgho .
le froment.
le manioc..


les
les
les
les
les
les
les


S le
Pour les
quan tit


A l'hectare


800
1000
2500


. 2000
S. 5000
. 6400
. 10000
. 9000
. 7500
. 7500
S. 2000
S. 6000
. 80000


melange


les


. .


bananes
patates .
pom.de ter
haricots,
pois. .
arachides
cafeiers.


*

re
0
*
*
*
.*


tabac. .
semailles on


gale


de sable,


de recoltes


kgs
kgs
kgs


kgs.,
kgs.,
kgs.
kgs,
kgs.

kgs.,
kgs.,


feuilles


* 6
* .
* .
* 6
* C


diverse
semences
it
"


est
15
20
450
50


200
60
50
40


p


semences


49) Les cultures faites par les indigenes i
lls appliquent la culture de rotation,
dans un mxme terrain, du sorgho, apres
terrain et y sBment des haricots ; apres
des patates. L'ann~e aprEs ils resement


Lorsque le terrain
ans.
Comme engrais le
heroes bralees sur
le terrain avec de


est epuise,


ne
c'e
la
le
au


ils le laissent


d


'l4eusine


de
kgs.
kgs.
kgs.
kgs.



kgs,
kgs .
kgs.
kgs.


3 kgs.
avec une


Question 49.
sont pas ratlonnelles,
st-A-dire qu'ils sbment,
recolte ils labourent le
s haricots ils plantent
mlme endroit du sorgho.


reposer


terrain ne regoit que la potasse
place. Dans la region Bung~ules
la bous6 de vache.


un ou deux


provenant
indi 6nes


des
fument


% -
ulture, dans
et cultive
precedente.
se aprbs trois
se la parcelle


. .
. .
... .


4


.9




- 47 -


L'intervention de i'autorite europeenne competente pourrait ame-
liorer considerablement le rendement de agriculture. I1 faudrait
dans cnaque territoire un ou deux agents agricoles pour apprendre
aux indigenes nos methodet de culture rationelle d'Europe :choix
du terrain, selection des semences, semis en line, alternation
des semis, composition et emploi des fumiers, irrigation et
drainage, etc.
Question 50.
50) Les indigenes n'emploient qu'un outil: la houe. ls n'ont aucune
difficult a se procurer la houe. Au march d'Astrida on en vend
chaque jour.
Dans le territoire d'Astrida nous avons de nombreux forgerons qui
fabriquent des houes neuves avec de vieilles houes. Celles-ci
sont brisees et fondues. Avec la fonte on refait des houes. A la
colline Butare il y a Cgalement une famille fabriquant des houes
avec du fer provenant de la fonte de mineral de fer. Des indige-
nes de Shangugu et de Lubengera (Budaha) viennent nombreux au mar-
che d'Astrida pour vendre des houes. La quantity ne fait pas de-
faut mais la quality laisse .e dsirer.
Le Gouvernement pourrait rendre un precieux service a l'agricul-
ture en introduisant des houes d'Alger et en les vendant aux in4
digbnes au prix de revient. Actuellement seuls les missionnaires
ont de ces houses et les indigenes les appr6cient beaucoup. La
petite houe de Ceylan introduite par le Gouvernement et qu'on.
trouve 6galement dans le co,:merce n'est pas bonne. Elle est trop
legere, s'use vite. La houe de module indigene, de provenance al-
lemande est moins bonne que la houe indigene Ce sont des houes
de bonne quality qu'il faut introduire. Les houes d'Alger content,
dans les missions 25 francs piece et les missions ne peuvent sa-
tisfaire touted les demands. Le Gouvernement, en les acnetant en
gros pourrait les vendre 20 francs piece. J'estime que le terri-
toire d'Astrida pourrait ecouler chaque ann6e environ 5000 t'houes
algeriennes.
Comme autre instrument aratoire, nous pourrions essayer 1'emploi
de la fourche, pour la recolte des patates et des pommes de' terre.
De ces instruments, il ne faudrait, pour commencer, qu'importer
quelques exemplaires qu'on emploierait dans les fermes du Gouver-
nement et dans les posters. Quelques-uns pourraient Btre cedes aux
chefs.





Territoire de k'Akanyaru.


L.PROTEZ'TIONT DES FORETS.

Question 51.
51)La forget du territoire de 1'Akanyaru fait parties de la grande fo-
r.t couvrant la crte, Congo-Nil. Cette fort n'a pas de nom en
territoire de l'Akanyaru. Dans le temps elle couvrait une grande
parties de 1'Akavugutu, chaque inondation, des troncs d'arbres
enromes sont mis a nu. A la colline Kugasaka, a plus de 20 kmI
de la lisicre actuelle on trouve encore quelques gros arb3res.
Question 52.
52) Ayant question 1 plusieurs vieillards de la region forestiere,
qui, au moment de la mort du roi Lwogera, etaient des jeunes gens,
je puis dire que la forget a recule, depuis 50 ans d'environ 10km
en moyenne. A certain endroits, vers le sud, dans la region Ki-
bati-Kuruheru, ce recul fut de 11 km. Dans le nord: autshabarara-
Muse, la fortt recula de 9 km. Au centre, region devant Gaharo,
le recul fut de 12 km,
Au mois de juin dernier,ayant fait un voyage dans la region fo-
restiere, 'avais defcndu aux indigenes de pen4trer encore dans
la fort et "'avais fixed des limits, un peu en avant de la fo-
r8t existante, qu'ils ne pouvaient pas d6passer. Depuis, au rois
d'octobre, nous avons fait un nouveau voyage dans la region et
avons fixed, definitivemenit, un kilometre environ de la lisiere
de la fort, la limited que les indigenes ne peuvent depasser.
Pour que cette measure puisse Ztre appliquee avec efficacite il
faudrait des gardes forestiers pour nous signaler les infractions
Ce n'est qu'apres quelques condemnations que la measure sortira
ses effects.
Autour d'Astrida, nous avons, depuis 1928, fait du reboisement
sur les flancs des collins environnantes, et sur les grands mas-
sifs nus, a l1ouest de la ville. Pour la fin de la saison des
pluies (mai 1930) j'espire avoir 300 hectares d'eucalyptus,black
wattles et misavi.


3) Question 53.
a) Sur le territoire d'Astrida la fort couvre environ 15.000
res,
b) Concernant les essences forestieres, tMonsieur l'agronome d
classes, Everaert, a fait une tude dans la fort du territ
de 1'Akanyaru.
1I est difficile de donner exacterMent la density h 1'Ha, C
nes essences sont tries eparpillees et sur plusieurs hectar
n'en rencontre pas un seul specimen. D'autres se trouvent
ses ia cert-ins endroits, tries espaces, sans constituer tou
de peuplements.
Pour pouvoir indiquer la density, mme relative, de chaque
ce, il faudrait pouvoir sojourner plusieurs semaines a la
et la parcourir entibrement, car un calcul fait h un endro
vaut que pour cet endroit et ne peut pes servir A %tablir r
moyenne.


Nor des essences


Umuhurize. .
umunazi(inkungu
umunge. .
umuwande. .
umurenzi .
umukeni .
umurangara. .


indigenes :


..umusekera.
) .umugeti.
. umushyika.
. umutake. .
* umukereke.
. umushaishai
* intobe.


. .umushwati.
. *ingongo .
. .umwumta. .
. *umukeri. .
S. ,.umubaribari
. .umukunguza
. .umushakavu


hecta-

e Ire
oire

ertai-
es on
nombreu.
tefois


espe-
forkt
it ne
une


. unuyove
.., umufu
. .umuneke
* umushabarara
. umugote
S. u.musivya
. umusebeya.


5


I~ _--




- 49


c) L'umuhurizo

L'umufu .

L uushishi

L' umuskwati


1L'
L'
L'
L'
L'


umushyika.
umunazi .
umwurmb a..
umukereke .
umusivya .

umugote .
umutake. ,
umungz .
uriunwad e
umubaribari


, : Errnd!

. : arure
tris p
.:7el arbre,
Lois.
* artre


aricre, I
an c dc
tris dro
eti tes,
fleurs


euilles
'onne qu
it, c.evi
Lois blr
L 0 S l.),


vertes, luisantes, allongeee
alit+.
ent tres Gros, feuilles
nc trcs bon.
rcssemble au chene, Lon


;etit, tronc irregulier, beau Lois, espece


d'acajou,
bel artre,
beel arbre,
bel arbre,e
bel arbre,
bel ar.re,
qu par les
arore peu g
bel arbre,
bel arbre,
bel arure,
bel arfLre,


con bois brun


trs
bois
tres
ress
ins
ros,
bon
bon
bon
bon


gros
blan
bon
emble
5ectes
donn
bois
bois
bois
bois


IC
b


bois blanc tr s bon.
peu resistant.
ois bland.
au hitre, le bois est


ke un bois jaune tr6
ulanc.
blanc.
blanc, tendre mais
blanc, tendre rais


atta-


s dur.


resistant
resistant


Les essences
arbres ne dev
taretc et peu
L'umuwande,
l'umukoni, 1'
gongo, l'umus


ci-aprs nte
iennent pa.s
resistant.
1' urn'neke,
umu ranlaTra,
haishai.


cont
cros


pas
et


bonnes a exploiter parce
que leur bois est attaque


1' umusbkera,
I 'umusebeya,


1'umugeti,
S'umurenzi,


qu e
par


les
les


1'umushabarara,
l'intobo, .'in-


w V L I LdV J6 w


I




50 -
Territoire d'Astrida,
M. INDUS TRIES INDIGENES.


4) Dans le territoire de I'Aka
industries indigines.
1) L'industrie de u Lois.
a) Cette industries produit:


Question 54
n:aru nous trouvons les principals


les pots t


les assiett


les
les
les
les

les
les


lait:inkongoro (petit)
:ikyansi (moyen)
:igitshuba (grand)
,es : imbehe


pots graisse: imikondo
gaines pour couteaux: urgubati
imnc:hes ce houes: imikini
sieges: intebe
Lu-es : imivuli
instruments de musique:inanga
tuyaux pour soufflets de forge:


imivuba
lts bois de lance: isiti
les bois d'arc: umuhetu
les mortiers: isekuru
les tambours: ingoma.


Tous ces objets sent indispensables a l'indigne, soit pour le me-
nage, soit pour sa sacurit6, soit pour son amusement ou pour son
travail.
b) Les matieres premieres proviennent en grande parties de la fortt.
Le bois necessaire la fabrication de ces objets est en general
un bois blanc, se taillant facilement. Divers arbres donnent ce
bois: le misavi, le mbirizi (espece de sureau), le mivumu (ficus);
qu'on trouve sur les collins: l'umulehe, l'umuko, l'umuhurizo,
l'umuyeve, I'umungo, l'intobo, l'umushishi, qu'on trouve dans la
fo r^t.


c)


Les travailleurs


se compose
ont 1'extre
F tambours,
sait fire
fabrication
La.fabrica
f fire on
le trongonn
l'ecorce et
lance, d'sr


du bois s'appelle


nt "ababaji". Leur outillage


d'une hache et de divers couteaux. Certains couteaux.
inite de la lame recourbe pour le creusage des caisses
les auges et les mortiers. Bien que chaque "ulmubagiji
n'importe quel objet en Lois, il se sp6cialise dans Ii
de deux ou trois objets.
.tion de tous ces objet& est uniform. Suivant l'objet
choisit un arbre dc 1'6paisseur voulue, on l'abat et
e en trongons de longueur voulue. A la htche on enlev
I'on donne l'dbauche e l'objet (sauf-pour les bois d
c et les caines de coutepux) Au couteau on continue 1l


I


On
e
e
a


creusage jusqu'achevement. L'exterieur de l'objet est poll en.le
frottant avec des feui lles d'umusena qui remplacent l'emeri.
Certain objets ne sont pas entierement acheves par le mlme fa-
bricant.
Ainsi, les gaines de couteau qui se composent de deux lamelles
de bois, creusees a la profondeur correspondent exactement & 1'e-
paisseur de la lame, sont assemblies par les tabararitsi" qui font
sur la gaine certain dessins sculpts en relief ou graves,
Ce sont aussi les abararitsi qui preparent les nerfsode bocufs
et en font es ccrdes qu'ils met-tent aux arcs et aux instruments
de musique "inanga".
Les abarsritsi achevent aussi les fleches et y fixent les ailet-
tes (plumes).


A


Am a






d) Les objets faits par les ababaji sont vendus aux indignes du ter-
ritoire memes. Lorsqu'un urubaji a quelcqes objets en reserve il
se rend parfois au merche du post ou du post voisin pour les
vendre.
e) L'industrie du Lois perdra de son importance au fur et a measure
que la civilisation s'accentuera dans le pays, et que le commerce
europeen introduira des articles pouvant remplacer avantageuse-
ment les objets fabriques sur place.
Des petits moulins front disparaitre les mortiers, les houses
importees par le gouvernement et les commorgants n'exigent qu'un
manche ordinaire que tout indigene peut se fair.
Les chefs et certain sous-chefs, quelques wahutu riches
s'achetent des assiettes emaillees et negligent l'assiette en
bois, etc.


) L'industrie du fer.
a) Cette industries fournit 9 1'indigene : les fers de lance.
les couteaux
les sepettes
les houes
les fers de fleche
les h-ches. <
b) Le mineral de fer existe en grande quantity A la colline.
et environs, dams la province du Bufundu.
c) Les forgerons s'appellent "abachuzi". Leur outillage se c
soufflets, d'une pierre trs dure servant d'enclume et de
trois marteaux.
11 y a tres peu de fcrgerons dans le territoire qui empl
mineral de fer come nmatiere prermi're. ,Aa colline Butar
le bufundu (Eutere signifie minerai de fer) il y a quelqu
genes qui font la fonte de mineral et fabriquent houes, 1
couteaux etc. avec le fer qu'ils ont fondu eux-memes.
En general, les forcerons du territoire n'emploient que


objets en fer,
trois objets us
eilles houes il
ferrant fait un
clients. M me p
Ils travaillen
La fabrication
dans les rappor
d) Les products
toire mtme. Ils
nes se procuren
trida ou les ve
e) L'industrie du
houses d'Europe
Les forgerons q
occupation.


s

Butare


ompose de
deux ou.

oient le
e, dans
es indi-
ances,

des vieux


uses, et quiils reforgent en y ajoutant deux ou
es de rdme espece. Ainsi, avec troi8 ou quatre vi-
s refont une houe neuve, come chez nous un marecha
fer a cheval avec de vieux fers laisses par see
rocede pour les couteaux, fers de lance etc.
t sur command seulement.
des objets en fer a et6 decrite plusieurs fois
ts annuels.
des forgerons de Butare sont 6coules dans le terri-
ne peuvent satisfaire h la demand et les indigb-


t b
nde
fer
ou
ui


La vannerie:
La vannerie indigene
ficilement remplac~e
main d'oeuvre europe
La petite vannerie,
t&re utilitaire Pt n


eauc&up les ob
urs strangers
perdra beauco
d'Alger seront
reforgent les


est
soit
enne.
fai te
'est


jets
vienn
up de
impo
vieux


necessaires au march d'As-
ent nombreux.
son importance lorsque des
rtees en grandes quantities.
objets auront toujours leur


indispensable et ne pourra
par des products d'Europe,


par les
pas une


femmes watutsi, n'a
industries proprement


etre
soit


que
par


dif-
une


aucun carac-
dite.


- -


.V






b) Les paniers sont faits de lamelles de bambou. Les bambous sont
tres rares dans le territoire et les fabricants de paniers sont
peu nombreux,
Les vans et les nattes sont faits de papyrus que l'on trouve
dans quelques marais.
Il y a encore un panier assez grossier, que chaque indigene-
salt faire avec des branches d'umutshundula et don't les intersti-
ces sont combles avec de la bouse de vache.
c) Pour la fabrication du panier en lanelles de Dambou, le plus soli-
de des paniers indigenes que j'aie vud jusqu'a present, les van-
niers coupent des bambous bien verts. Ces bambous sont fendilles
en Iamelles de 0,01m de larger.
Les vans et les nattes se font en .corce de papyrus. Ces ecor-
ces sont coupes en lamelles de 0,01 & 0,02m de larger pour les
vans, et de 0,02 h 0,03 pour les nattes. Le tressage doit se fair
pendant que les lamelles sont encore vertes et tres flexibles.
d) Les fabricants de paniers et d.e nattes sont trop peu nombreux
dans le territoire. Ils ne peuvcnt satisfaire a la demand et les
indigenes du territoire se procurent ces objets dans 1'Ulrundi.
e) L'avenir de ln vannerie est assure, je pense, pour toujours. Pa- :
niers et nattes sont indispensables % l'indigene et & l'europeen.
Si des colons ou des societes agricoles s'installent dans le ter-
ritoire, cette industries est appel6e a devenir reellement impor-
tante,

La Poterie :
a) les potiurs fabriquent des recipients pour l'eau, la biere indi-
gEne, la preparation de la nourriture, et les petits vases dans
lesquels les 7atutsi boivent le lait et l'eau frais,
b) La poterie est faite d'argile (ibumba) melangee de sable (insibu).
Ce sable provient d'une pierre (grbs tendre) ecrasee.
L'argile se trouve dans presque routes les vallees et la pierre
(insibu) se trcuvc sur plusieurs collins.
c) La fabrication des pots est bien simple. Leo batwa, vivant sur les
collins au milieu des bahutu, sont presque tous potiers. 11 y l
aussi des bahutu fabrianants de pots: ceux-ci s'appellent les
"abayovu".
L'argile melang6- de sable est bien malaxee et roulee en forme
de boudin sur le fond d'une vieille cruche cassie en commence
operation en y posant en partant du centre et en spiral, les
boudins d'argile. Lorsque le fond est place et deja trois ou -qua-
tre centi;gtres du corps de la cruche, le potier applatit avec les
doigts mouilles, les boudins, a l'epaisseur voulue. Pour remplir
la rigole qui subsiste entire les spirales, il passe avec un cou-
teau obtus, espece de petite truelle, sur les bords de deux spira-
les superposees. Apres, ils continent le placement de leurs ban-
des d'argile jusqlu'a la hauteur voulue, non compris le goulot. Le
goulot est fait a part eti~est ajuste sur la cruche que lorsque
celle-ci est sechel'
Les poteries vendues dans le territoire sont legerement cuites et
sont peu solid-es. Pour la cuisson on creuse dans la terre une cu-
vette de lm50 h 2 metres de diametre et d'une profondeur de 0,20m
au centre. Une couche d'herbes seches (ingorogoto) est place dans
la cuvette et les c uches sont couches sur cette here. Sur lea
cruches on d6pose une autre couche c'e ces herbes et on y met le
feu. Quelques fois on replace la couche d'herbe superieure par
une couche de bouse de vacne scche.






d) Les poteries sont venues au:: indigenes du territoire,
e) La poterie n'est pas appelee a un grand avenir. Les cruches & eau
et a biere, les crutches pour l? cuisson des aliments seront rem-
placees petit i petit per des recipients et casseroles plus soli-
des. Quelques potiers qui voudront perfectionner le systtme de
cuisson trouveront toujours un ddbouchQ pour leurs products.

L'inaustrie du cuir.
a) Les tanneurs "abakanye" et "abahazi" preparent les peaux don't se
revitent les fencnes et les jeunes iilles indigenes.
b) L'umuhazi fait la prermire preparation de la peau. La peau est
tendue verticalemnnt entire deux piiluets. Le tanneur, au moyen
d'un racloire, enl6ve, du c8te chair, les petites parcelles de
viande qui adherent encore E la peau. Apres le raclage il passe 1l
la peau h l'umukanye qui acneve la preparation.
I1 gratte la peau au moyen d'un grattoir qui est fait d'un man-
che evide a un des bouts et fendu; dans la parties evidee Ic tan-
neur place une quantity de ZazaglousA, les ;Ipointes vers l'exte-
rieur et dipassant le manche de 1/2 cm. AprBs avoir place les
clous il lie fortement le manche au moyen d'une corde, pour mzK
emptcher les clous de bouger.
Apres le grattage, la peau est 6tendue horizontalement & 20
centimetres du sol et l'umukanye la couvre d'une paussiere rouge
provenant d'une pierre rouge "ingurgwe" ecrasee. Aprbs avoir mis
la poussiere, I'umukanye recommence l'operation de grattage pour
faire penetrer la poussi're drns la peau.
Les peaux de veau, destinies E. l'habillerment des jeunes filles
sont preparees d'une autre fagon.
La peau est d'abord pietin'e jusqu'h ce qu'elle soit bien sou-
ple. Aprec elle est 5tendue horizontalement 20 cm du sol. On la
couvre d'une couche de gravier (amasarabgeye) et avec une grosse
piere on frotte la peau couverte de ce gravier. Cette operation
replace le grattage qu'on applique la peau plus forte d'une
grande bate.
c) Les tanneurs travaillent sur cor n.nde. La preparation d'une peau
coQte une houe.
e) Les tanneurs indig6nes verront leur industries pericliter avec le
temps. L'importation des etoffes, lesquelles sont de plus en plus
prisees, par les femmes indigfnes, font une concurrence serieuse
aux tanneurs,





Territoire Akanyaru.


- 54 -


.T. REGIME PENITENTIERE.


55) Lorsque les prevenus tomoent nalades E.u
ils sont soumis &. la visit du medecin.
Les d'tenus qui se declarent malades
malades et sont conduits s 11hopital de
cahier des maledes, le medecin indique
sergicp ou ne peuvant etre soumis qu
Au moment de leur incarceration les d
medecin.
A la prison mime il y a un local infi
te au logement des malades.
Bientit l'hopitai des noirs a Astrida
des malades.


Question 55.
course de leur detention,


sont
s noi
ceux
'a un
etenu


inscrits au livre d
rs pour la visit.
qui sont exempts de
travail leger.
s sont visits par


es-
Au


le


rnerie specialement affec-

sera en etat de recevoir


/





Territoire d'Astrida.


0. RAVITAILLEMT NT DES CENTRES EUROPEENS
------------------------------------------------


A Astrida le Icit et
lait est oLtenu par
lait est paye *,40 f
vaches fourni ssan t
chefs, sur demand d(
l'administrateur nou.
Pour les besoins de


a
r
e
e
S


le 'eurre sont fournis
chat aux watutsi propri
l. e litre au moment de
lait sont fournies par
l'administrateur. Sans
n'aurions ni une vache
'administration :


La nourritu.re des noirs est ac
Le bois de chau'fage est fourn
vention des chefs -ceux-ci sont
fournir, chacun pour leur cheffe
bottes. Nous payons le bois comp
0,15 frs. la petite botte, soit
r6unies, pesant environ 10 kgs.
Les materiaux de construction
des, sont obtenus de la mrime fag
Ifr a 9 frs d'apr.s leur grosseu
roseau;x de 0,25 fr t 1 fr. la bo
Les bois et les met riaux n'6t
quantity au march, il f ut l in
pour se les procurer. Pour les m
ti-on de prix, les quelques rares
offers au march et achetes par
pays au mem!, t&ux que celui off


Le bois
spon tan mr
est paye d
Pour les
Lait et
t s au mar
su'f i san t
Le prix
les indigo
La demande
demandent
aott, sept


d
n


Ic
e
e


moyen est al
Les poules
que jour un
i n'y en a
demandons au
Le prix de
ne, est de 1
demand 4, 5
on lui laiss
La viande:
quelques bt
et prisonnie
rer un peu d


b
e
h
t


hetee
i par
solli
ric,
tant
lfr 5(


dan
les
cite
une


:sticks,
on. Nous
r, les ba
tte., les
ant pas o
terventio
ateri ux,
sticks e


Question


$6.


par la laiterie. Le
etaires de batail.Le
l'acnat mgme. Les
les chefs et sous-
intervention de
. ni un litre de lait.


,s le commerce,
indigenes, sur inter-
s par administration 6
certaines quantity de
indigene, a raison deo
paquet de dix bottes

bambous, roseaux et cor-
payons les perches de
mbous Ofr 50 piece. Les
cordes atummes prix.
rferts en assez grande
n de l'administrateur
ce n'est pas une ques-
t les bottes de rosesux


les commerqants de la
ert par l'administrati


cnauffage (bQches pour four a briques) es
par les indigines du Buhanga et du Ndara.
0,50 fr 1 fr. la bGche.
)esoins des europeens:
turre sont obtenus ~ la laiterie. Les oeufs
ie nais, certaines epocues, il n'y en a pi
l1crs nous nous adressons aux chefs pour


des oeufs varie suivant la sa
nes enferment leurs poules et
6tant sup6rieure en ce moimen
un franc par oeuf. A la bonne
,embrc- l'offre est sup6rieure


ors ce
s'obti
certalt*
pas tou
che.-i c
la pou
a 2 fr
ou 10
e sa po
il y a
es pour
rs. Ce
e viand


place


sont


on.
t .pporte
Ce bois


sont ache-
as en nombre
en obtenir.


,ison. A l'6poque des semis
celles-ci pondent tres peu
t a. 1'offre, les indigenes
saison -$juin, juillet,
a la demande et le prix


O,10fr piece.
ennent de la mrnme facon, c'est-?-dire que cha-
nombre de poules sont vendues au marcne, mais
.jours en nombre suffisant et dans ce cas nous
e nous procurer une poule.
Lle g~neralement admis et demanded par 1'indigb-
s piece. 11 arrive toutefois qu'un indigene
frs pour une petite poule indigene. Dans ce cas
ule .
. Astrida un hindou qui abat chaque samedi
le ravitaillement de la troupe, travailleurs
jour, les europeens d'Astrida peuvent se procu-
e pour la journ.e du dimanche.


-- --


- -




- 56 -


L'indou avait, sur ma demand, consent abattre une petite
b'te trois fois par semaine. 11 a du cesser cet abatage aprbs
quelques essais ou il perdait chaque fois de son argent. En effect,
la bete abattue donnait un minimum de 60 kGs. de viande, les euro-
pcens se fournissant pour deux jours enlevaient environ 20' kgs, 11
restait a 1'Hindou 40 kgs de viande a vendre, or, jamais un indi-
gene du territoire n'acheta un kilo de viande, et, le lendemain
soir, la viande, sur le point de se gfter, devait 6tre enterree.
Le march d'Astrida est probablement le seul du Ruanda oi il n'e-
xiste pas de boucners indigenes.
Pour se procurer de la viande pendant la semaine, quelques euro-
peens se mettent d'accord pour 1'achat d'un veau male et se par-
tagent la vicnde. Ces veaux sont demands aux cnefs. On paye 50 &
61 fr. le veap et on rend la peau au proprietaire,
Le bois de cnauffage est tres rare au mrarche. La fort est h 11
ma heures d'Astrida et la savane a 7 heures d'Astrida. Ne pouvant
se ravitailler au march, j'ai permis aux europeens d'Astrida de
s'adresser aux chefs de province pour obtenir du bois. On paye 80
a 100 frs par mois suivant une furniture de trois ou quatre bot-
tes par jour.
Le prix du bois au march est de deux francs la botte. Aucun eu-
ropeen n'est oppose a payer ce prix, mais la quantity offerte est
minime et il est impossible de se ravitailler.
On pourrait attirer plus de vendeurs de bois en fixant le prism
de la botte a, cinq francs.
Les pommes de terre s'obiennent au marcne, dans les missions et
chez les cornrnercgnts hindous.
11 arrive toutefois qu'un europeen se trouve depourvu a l'impro-
viste. 11 s'adresse alors h un chef quelconque et ceux-ci ont
presque toujours une petite quantity en reserve chez eux.


A A A.




- 57 -


Territoire Akanyaru.


P. COUT DE LA RATION.


janvier


chez les chefs e
A cette date n
travailleur cuu
En 1929, la ra
en janvier
en fevrier
en mars.. .
en avril .
en mai.. .
en juin. .
en juillet
en aoQt.. .
en septembre
en octobre .


tait
ous
ri so
tion


1928 le syst~rme


encore en
payions po
nnier, l
Shebdomad .


0


* 0
. .


* 0
* .


vigu
ur la
so m li
ire ci


. frs
. frs
. frs
. frs
. frs
S. frs
. frs
. frs
. frs


* 9 0


Question 57.

des requisitions de1ivres


eur.
ration
de 3,50
ottait :


16
16
16
17
18
17
17
17
17


023
023
795
416
606
136
136
136
136


id.


hebdomadaire
frs.


d'un


57)


Au premier


*
.*