Territoire de Gatsibu. Rapport etabli en reponse au questionnaire adresse en 1929 par M. le Gouverneur de Ruanda-Urundi ...

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Territoire de Gatsibu. Rapport etabli en reponse au questionnaire adresse en 1929 par M. le Gouverneur de Ruanda-Urundi a l’Administrateur du territoire de Gatsibu, M. Stoffin. 27 pages. Jean-Marie Derscheid Collection
Physical Description:
Mixed Material
Publication Date:
Physical Location:
Divider: Reel 2

Notes

General Note:
Image digitized from microfilm. Best quality available.

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
System ID:
AA00002257:00001

Full Text





















Rapport 6 tabli

en r6ponse au

Questionnaire adresed

par l. le Gouverneur

Runnda Urundi

& 1l'Adminiatrateur

Territoire de GA A T


en 199

du



du

3 I B

(xr SrmI)


AM ~ wmw m m -o a* s*mem




Gataitbu.


A; Documentation Cartographique.
.. ..... .. L ..

QAnt:ion.0
Le territoire de Gataibu pout %tre nad en valour par 1'Ilstatla-
tion d'organismes agricoles principalement au Mutara oit deo gFradn
6tendues de terres sont inoccupbes pour le moment. Lee culture* de
caf6, coton,eisal reussiraient bien dans cette partie du terrltoire
on y rencontre la savane bbisde. Des pfturages s'y rencontrent 64te
ment. L'61evage y r6useirait certainement en employant lea m6t;AMeM
europeennes. Le soul obstacle qui pourrait intervenir eat le =an0q
d'eau au Mutara, lee rivibres qui s'y rencontrent 6tant 4puitae pna-w
dant la eaison shche.
Le Rukiga, Ndorwa, Mubari, Buganza pourraient Stre mis en valeur
d'une fagon plus rationnelle en y crbant dea sones de protection are*
en certain endroits des fermes modules (agriculture, levage) 64du.ae
tion de 1'indigbne. La province de la Kagera conviendrait aux cultetWS
de manioc et de sisal. Le climate y est assez maleain h cause dee ar
breux marais et moustiques. Le reboisement eat possible dans pliarba
endroits du territoire.
Industriellement: Le territoire est exploit industriellement par ,
Symiru et see diff6rents groups, par des recherches de la cassit4rite
Aux mines de Bujumo et de Bugalula: des galleries sont ouvertes dar*
lee collins et le minerei 6'Ltain sera bient8t extrait de fa.o me&,
derne.
a) Plusieurs chutes et rapids d'une cert4ine importance se truveent
en twrritoire de Gatsibu et pourraient %tre utiliaba pour la prd*4c-
tion de la force motrice ou 1'1tablissement de barrages permettant
l'irrigation de grades 6tendues.
Principes chutes et rapids :
1) Riviere Gisuma prrs du gite de Bulimbi: 3 chutes don't une de 30
matres de hauteur environ. Dbit de plusieurs metree cubes h la mlautot
2) Rivibre k~tange: colline Mugina: 1 chute d'environ 7 aatres de h a
teur: debit quelquee mitres cubes a la minute.
3) Rivibre rMuvumba: entrb lee collinee Bushara et Ndogo au 1dorwa:
anviron 2 mntrea de hauteur: debit plusieurs mbtres cubes b. la minute.
4) Los rapides de la Kagera press de l'embouchure de la Kakituaib&
cos rapids se trouvent plut8t dans le chenal anglais.
b) Les seules rivieres ayant un debit valiant la pine d'9tre enregisr
tr4 et qui deversent de l'eau en toute saison sont:
La kuvumba-Kakitumba-Kag era-farafu-Ngonma-Gisumaa-Ewange et Ntarua .
Lee rivibres qui ddesbchent complbtement pendant une parties de I'anm6e
*ont : La Kalangaza-Rwagitima-Uruwindi-Nyamweru(au Mutara ) Tahinsiaa
(Ndorwa).
Ces premib es rivieres ont un debit assez important qui oet plus grad:
pendant la saison des fortes pluies que pendant la saison abahe. C9s$
ainsi qu'au Pont Lopold (Poste douanier) la difference de niveau d6 lb
rivibre (fortement encaissee) est d'environ 4 matres (fortes crune
mnars-avril).
e) Le tiers du terrain du territoire eat de composition granitique. LeB
bas fonds composes en grande parties de laterite en grenailles:peu fi-.
tile.
Lea sommets des collins sont g6neralement composed de bonne terre ar-
gileuae. L'dpaisseur de la couche arable eat faible et variable. Une
grande parties des terres du Miutara est de composition peu fertile et
parsemne de termitiZres; une bonne parties des marais eat euaceptible
de drainage simple.




Gatsibu.


B. ORGANISATION POLITIQtUE XT POLITIQu INDIGOBE .

3. Le territoire de Gatsibu a e6t crb6 en 1917 et peu apres l'oogup-
tion Belge.
En 1921 une parties des provinces du Mutara, du Buganza, du Xunrm
et du ~aubari sont passes aux nutoritse Brithaniques.
Fin 1923, le territoire de Gatsibu a acquie soen tendue et lialte
actuelles, suite h le r.trocession des territoiree c&d6s en 1981
aux Anglais.
4. Un cahier de renseignements politiques Eat trouvnt ax arxhivres '
post de Gatsibu donne quelques indications concernant lea Chefs da
territoire en 1917 .Aprzs cette annn6 ce registrF n'a p lua 4t tli .
Vous ne trouvons que les rapports annue2ls pour nous guide.
5. Lore de la creation du territoire la m.rm orgnniisation exiltelt < M,
celle de ce jour, anut que lee pouvoirs du Sultan ont 6t& liamit6.
Lore de In creation du territoire, les Batutsi Stnient lee Chefi
politiquecs dont I'autorit6 ta.it acceptie.
6. Leo principaux changementa politiques survenue avant 1'StablioseenI
de la situation actuelle sont: Reduction dee *ourn6es de I'CUMTAlA,
cr6 tion de trituntux indig5nea, auppr4esion dea "IBIKIN3", dialuut-
tion des preetations. Ces~ changeents ont fte fzita danse 'intentie
d'am61iorer la ituctiorn jadia peu enviable des iAHUTU.
7. Lee Chefs de Poste et Administrateurs se sont succe6d4 come suit
depuis la creation du territoire dc Gatsibu : Le soue-officier
Bedoret, le Lieutenant MIasy, 1'Agent militaire Van Teaae, m Lonas eur
aaseart, 1ionsieur Deben, Llonsieur IEardekena, Monsieur Wouters, n*E*
aieur kassart et Stoffin.
Rien d'int6ressant h signaler pour le 2e et 3e alin6a.
8. Liadministrateur nctuol e*t entr oen functions au territoire de
GAtalbu en fovrier 1923.
9. Le territoire eat divie34 en sept provinces qui oont :
Le Buganza, le Mutara, le Iukiga, le Buyaga, le Ndorwa, 1i MubarA ei
la province de la Knaera,
Cos sept provinces sont leur tour diviu6oos n douze cheCferles
i'iportnntes plus une quantitV de collins appartonant des gene tc'
SutanMusainga., armi cea chefferias quatre sonlt fornaeo *'un cer-I
tnin nombre de collilneu re:unies, ce sont lee cheffecries 4e Lutinsrm-
goca-Buzizi-Lutayaswaga at Gahuka.
Leq huit autres sont compos es de collins diuperadeeasdans le terri.
tire de Gatsibu t qui aont, ls clhft'ePrina de: Lulcarakaaiha, flar
eisi, Kitarire, itur_, Lwabuto-o, Kaliza, rannanula, et Lwaapunag.
10. La chetfferie de Gthuka ou de 1a fagera est oomposoe desa eaPyaabo,qu
sont originaires du Karagwo-autre lanque et autres moeure que les
Banyaruanda, done reposant aur deo bLnseo uthniques.
Lea autres cheffer!oa sont composdes de clans Banyaruanda at dam
leo chefferiec de Lutnyas~aga, Lwanpungu, NTturo et Lukarakamba e1
trouve les Bahi-inv habitant le long de la frontibre de 1'Utand tan
Ndorwa, don't ila bont oririnaires. Ces chefferies reposent done at
zaime tempa, en pnrtie our les bases eBthniques et sur des conting-ne
ces politiques ou 6conomiqlues. y
11. Les limited administrative du territoire de Cateibu no sent paA 44.
teraAndea de faGon precise. 11 en r6aulte que l'nadinistrateur rea
contre beaucoup de difficult dans l.'exercice de ese fonotiots, am-
tant politiqulement qu'&conomiquenent. Je suppose qu'Al y a moyen i


-2-





remadier A cet 6tat de choose en essaynnt de ferner de cheffe4iL-
plac6ee chacune 3oua 1'autorite d'un m=me chef et exergant ***
fonctiooasdans un seul at mrme terri'oire/i R68ultat pouvant ItSy
oibtenu a au oyen-dea .chan ,es de dcoJllines entire dlifftrents terrt -
toires, systme as ptraiqunnt daih pour le omentt. IX eat tiner4a
testable que cette t:4thode demandera du teapR avant son *exruUtis
coiplbte et ser.; rccompait6e de certainee objections de part et
d'autre.
12. Lea limited acndrnistrirtives du territoire n'Spouaent pas toulours
les limited dea circonscriptions indic~nes. Un certain noabre dz o
sous-chef dut territoire de Gatalbu, com e ~dnbralement le o e se
pr6sente dans tout Ie rusnda, dependent contuuigrament de o4 el.:
d'un autre tcrritoire. Auesi certain de nos chefs posadent 4de
ollin.e ou des terres cn dehora de notre resort. Leo collines
situ6es dnns le territoire de Gatsibu et qui rel&vent de l'auto-
rit4 de chefs indicGnes r~sidant hora de sea liaitae ont rarewatt
1tM vioittSeS pnr ceE chefs. C'est ainsi que depuis notre pr4senoe
en terratoire de CGttibu (Ifvrier 1928) Juaqu'C, ce jour, naus.


n'avons pan encore eu I'occasion de
katire et Rwabusiai et qui poseaden
de collins en territoire de Gatsib
tnble, que ces cnefs viaitent r6gul
par an, leurs propridtds, ceci pour
trees, pour des raisons politiques,
differends important 3urgis entire


Svoir ici lea chefs NtiuS, K.-
tt pourtant un nombre mpeorfant
mu. 11 serait cependant. ubolmU
i.~rament et au minimum ne toie
plus d'une raiaon, entire liSn
6conomiques ou pour f4ler dee
deo sous-chefs,


13. Lea grnnds chefs
indig;nes et des


important
c;effer res


adtuellement
sont :


n la tbte


des province


a Luknraklsmaba r6sidnnt
b Lugvwisangoka *
c Lutayawavga
d Gahuka
e Kalisa
f Kananula V
g) Bu tai iz
h) Lwabusisi
I Ki tatire "
j) mturoe
Sk) Lwa&butogo
14 Lwampuneu


en territEire
*


de Gateiba
*
S
V
U
'p
*


WyaMfa
Nyansa

Kigali
V


Kigali


M 4 0 u M IA 4MdWWb -M e m.




Ca tsibut 4
question 14.
nICHE rIcnTA*rues I cj IDuT:AAAA BA .
repriZsentant de eMusina en territoire de Gataibu.
a) MUtutei, nfmille cde Abagesera
b) Lukarakamba eat descendant d'un ancient "iAmii qui rmgnalt au X i I
ka (fukira) du temps que le noiaz4 KLigeli .abarasa rbgnait corme
mwAmi du Ruanda (534 roi du Ruanda ).L aimre oe Kigell Wdabaras
6tait Abagesera,done de I. meme famille que LukarakAaba.
Une fille du chef Lukaraknmba, nomase Owamana eat une des fasM Q':
mavimi nctuel Jusinga ,une soeur de Lukarakaamba 4tait une des faane.,
de guoinga:cette femae noi=6e Gikwandzi eat morte at a laisre b u(.o
singm un fils &gi d'environ 9 anc et qui se trouve pour 1e moment
chez son ppre ,ius8inC.
) Lukar~r amba nnest pas lettre -il ne oait pas lire ni 4crire.
d) caractere noraral:vieille 6cole:asaez devoud: execute regulAirae~nt
lea ordrea donn6s: a assez bien d'autorite sur see admnnistr6s:tprt
observateur:bien dispoa6 envers l'autorit6 europ6enne.
e) ft6 d'environ 45 nns: polyg~ame: a 3 femmes 4 file et 2 fillsr.
f) Le pere de Lukarakamba, le nomm6 Rusekamondji ayant t" d6posd444
de se blienas h la colline Gitebwe en territoire de Gataibu par le
chef Rtwatancabo, eat an 1 s'installer auprbs du roi h Nyana. lm:-
tangabo n'ayant pas d'enrants eat remplr.c6 aprn e sa mort par un IeO
m4 Petamatahumu, eulvant de .uasing-, e;t indioquc par co deraier pei
prendre 1. succession ce RY~vtnngA.bo. Aprce Ian ort de Petmaastdfr
le nonmrm Mioligo, eon filj lul succde. iEn 1921 Auligo '4tanrt reti-
r6 dane le Kinsak aprns avoir r.bandonn eon commnndement en terrt-
toire de Gtaibu, Lukarraknmban fut enroye par e roi Musinga do:B pa
sa pour prendre le coQ .mndeLerLt les collins dt Muligo en territei-
re deC ntsibu. DepU;i lors, &uligo se trouvc au Karagwie hes let
Angl, ts.
h) Lukaraknamba a tt6 noorimm pnr LIonrieur le R6aident M ortehan eut prwi.
position de !yanza.
i) Tout Inisae supposer que Ic cihef I.ukrx.-rkabe tet encore atta*h6
aux ance1nnes yrati q..s de ciaCie ou d1e ;sorcellerie.
j) Attitude envers lee Miseions des different cultes: Lukarak sba so
'int-rease cu v peu dans cee questions. 11 vit aur le mae pie.
avec les diverseaP missions: prtrat ttre cependant peu partisan de
3.a conversion de ser siminiftre.
k) ~lt en bon rapport avec le wami:est ien vua T Nyanz.. 11 doit
avoir des coCiiunicntions avec Ny nz:, parties verbaltemnt, parties
par correspondance (j:-maiO prr VGce postale. 1 des correepond-n
ces sont 6ctrangdes rjeraia 1 adainistrateur n'fe renoit col~tiamcati*
on. Les communicntiona 6crites ou ve:lbales sont denc 6hang6es per
1'intermiediaire d'hommesc de con*'iancea de part et d'autre. CU* ldai
Oairea cont inconnus de administration.
1) LukarAko-naba n'9 pas de rapports, que je sache, avec lesa attoritis
indijcnes des colonies voicines.
m) Lukaralckba eat le chef qui conrmnnde le plus crand nombre de *clli-
nes en territoire de Gntsibu. 11 a sous son comraRndament direct 86,
collins. Les sous-chefs de Lukarrkamba:Kakonycvir et Muslulu diri-
gent chacun respectivc-ent 17 et 31 collins. I=onc In chrff.ri 4Ae
Lukarakamba eat cemposde 5e 103 collins.
Ces collines aont dispredes sur tout le terr'itoire de Ontasiba. II
ne cerait pas possible de donner nla superficie nime approxlmativ
de cbs 105 collins.
Contribuables en 1928 : environ 1C :,50.




Gataibu


n) Ricnesses personnelles: possIde personnellement 459 ttto d4 bJ*
tail et 200 inyamxbo: 6 collines lui appartiennent 6galAemet im
pleine progridt6. Vit d'une fagon rnngoe,aSan fire des 4peorrn
inutiles.
o0 Lukaraknmba se so-imet d'habitude de bonne volontA aux ordres de
l1autorit4 indigane superieure: c'est au moins notre oonwictiu
Scce sujet.
p) eS soumet sans trcp de difficult. e aux ordres divers doun6s prW
l'-.utoritt europdenne.
q) Lukarakamba n'a jusqu'A present encouru aucune cenction. De temaq
i autre il encourt un avertissement qui gfndralement suffit,
; Qunnd une amende en btaill eat irfllgAe, 1'administration *s'etofu
re, ceci dans lIn c~eure du possible, de la certitude quoe laedt
S*eat payee par le chef puni. Ler amendee infligdes en b6tall stt.et-
pnent g4ndralemenrt leur but.
r) 11 exerce son a.tori.A d'ane ftaon ssaez r4gulibre sur see asuet-.
Lea r6eultats oztenus vec le chef Lukarnkcamba sont trbs atisfai-.
saants., Le chef Lukarekl~mba qui ntteint un certain Age a parfoal
dea difficult avec Bs BSututai de nl june 6nadration. CeOi natwlm
rellem~nt suite au adec r rd dveloppement intellectual qu',tt~t.
gnent les jetutes Bat :te qui ne auivent plu en Q&n4rl be agC~*Le
nea coutuaes et croynnces en vigueur avwet l'arrive dea Europ4 d
e),Lukaraktaiba est esae: consciencieux dans l'exercice de see fonotio
de juge des tribtunnux indigtnes. Commae tout 0 atutai il eat caepar
dant t aurveiller en certain cns.







1 .




Gateibu.


N1IH ER10GRAPI )U INJ CHE KA.ArNUIA.
a) Mutusi, famille dea Abayiginia.
b) neveu de Saahaa qui descendait en line directed de oNdarasa ((4r
roi du Ruanda). Sahaha devenu trop vieux pour g6rer sea ooll'nes-
en territoire de Gatsaiu aurait cdde son commandement h son fil
Seniarigandd pour le moment inapte de gerer. EYananula a 6tA d ei-
gn6 provisoirement depuis avril 1928 pour g6*er lees ollinos de
son o_.cle Saahah.
c) Kananula est illettr6: ne sait ni lire ni crire,
d) CaractNre fier, type pur du ututsi, asesz lent dane 1'ex4cution
des ordres donr4:. eat cependsnt de bonnie volontd A asee bils
d'autorit6 sur see administr6a. DcvouEs h l'autorit4 europ6anne,
Doit Stre en bonnes relations avec Tyanza.
e) Ag4 d'environ 0o ans: emonogame: 1 femme e enfants.
f) Son d6volment h 1'autor*t5 europ4enne en renpplaCant son oncle Sa
haha dans I'administration de aa communaut".
g) a 5t4 mais % l'essai pour diriger la communr-ut6 de son onole ahahb
en attendant qu e Ie fila de jahahe., le nom~ra oniamiganda asit
capable de diriger.
h) a 4te mia.proviecidroeent au commandenmnt de 1F chefferie en avrl3
1928 lors d'Sne inspection en territoir de Gats.bu par Monseie*
le RAsident l1ortehen, et ce apirs que Seniamigand, avait dt0 oo.-
damun h 7 Jours de servitude p6nale et 200 fro d'amendo pour r*efus
do convocation officielle.
i) Paramt Stre plus moderne que le chef Lukarakamba et avoir abandonA
n6 son attachment nux anciennes costumes.
j) Paratt tre en bonnes relations avec la Mission rrotestcrte de la
C'I de,Gahine, anna ccpendant exercer de influence sur esa adml-a
nistrse.
k) Paralt 8tre an bonds terms avec 3e Iwami et en eat Lien vu.
J'imgore s'il y a 4chnnge de horrespondnnceo aveo Nyanza. En tout
cas In teneur n'en est Jrmnis communiouce h .1'Administrateur. 'en
voie Jranis rien pr o a voie posatle. Len acomunicationa se font
cert*inement pnir 1intermtdinire d'hornees de confiance qui sont in
collus h l'tutorita europeenne.
1) Paratt n'avoir aucun rapport nvec lea autoritne indighnos des co-
lonies voisines.
m) command 9 collins deont I aituesa dana le :uters. et dans Ie Ra-f
kiga: collins rmssez iisperes e t t donc difrficile dornnr l&a *su
perficie exact.
Contribuablee en 1928 : environ 1600.
n) Richeeaes personnellec: betail: 102:une bicyclette./Possede la o1
line de Gabiro. Train de vie ordinsire.
o) Parart st6 oumettre r4culibrement tx ordres de 1'autorit6 indigh-
ne suporievre.
p) a g4n~rleiment besoin d'uin vertissemeunt avant l'ex4cut'on des or-
dres donna ptr 1'autcrite europiennr, eane cependant trt doe .e-
vaise volont6.
q) au movie d'a~ct dcmir r a 6te puni d'une amende d'une goniose pear
negligence dans la furniture des porteurs et de travailleurs d
la route. Autrement rien a si:gnPner pour cette rubrique.
Leo amdndes en betail atteignent g6n6ralement lear but. La tOte de
bItail donn6e en a~ende Appartenait au chef Kananula.




l o
Gataibu.

r) Kananuir. exerce so"r nutorit6 avec lienucoup de bont4 our s0ee OjOtt
et obtient d'assez L;ne rAsultats: &i:cune rplainte d'abus n'a 6t
portie jusqvu' present 1 son eujet. 4 at treo servible pour tas
les europdens en O nrrIt .. Etsnt assist et conseill4 par l*au rit
europoe~ne peut evenir un bon chef.
s) Reiplit covenacLl ,en8t a mission de juge au triLunal indigane.





































I




Oatsabu.


IffS BIOGRAPH1IQvU DU CVFE LUTTAYASj AGA:

a ]ltutat : famille des Abatsobe.
b Parent du chef L wcspungu rdaidant Fig.al~t.
e est illettre4 tit ni lire ni 4crire.
d tout en etant e carnct&re doux,eot 4nergliue. I1 s'est bien Cme-
porte lora de la recent revolte des FahimaV au Rukiga. LutayaWg
a subi le premier choc a 4t6 bleesa par une i flche, a oU Uon rg$ I
incendi6 i deux reprises different, use partie de son b4tall *t
effetB mobiliers volrs. 11 est trb? ~rsvoud I'europOen, a de
l'autorit eaur seE administres qui en grande partie c omtpohAI do
salima sont eosez difficiles h guider.
e) Ag4 d'environ ~5 ansl polygarme: 2 rfetmes, 3 files et files.
f) son d6vouement h Ia cause europ enne. Le bon travail fourni oam
assistant de son once le chef lifanda (rel6gue)et du tile de o*
dernier Zingiza enfui dana l'Uganda hAdux reprises diffdrentes,
Zingiza se troupe pour le moment install pras du lac douard n -
territoire de Kabale. Lutayaswaga avait ddjA. g6rd la chefferie
avant 1923-Fin de la tcmme annee son once Biganda lui en avait ea~
ler le commaRndement pour le passer A son 'iles Zingiaa qui 4tait
inncpable d'en tenir la direction.
g) Date de la deuxiEme investiture:28 decembre 21928 Jutyayaevaga eat
le nevou (c6td maternal )du chef Biganda qui eat de In fCmille d4e
Abagesera.
h) Lutaya3waga a 4te propoap par le ;oledg6 du Rd6ident de GOntaib 8-
prEb Il fuite de Zinlgia en 1.92ZI pour gjrer la chefferie de son on
cle Biganda. "onsieur le resident d'accord ivec le mwiaii Musingr a
nomr6 lIutayyaswag cocaie chef dependant directeCent de tMusinga,
i) Lutaysewaga quoique non lettro eat intelligent et paralt s*occuper
peu dee anciennea pri.tiques de ;.gie et de rorcellerie.
j) Pffrtt se dcaintbresser de la question de religion: se trove Sur
le mmae pied avc lea;4 niizssions. Son attitude eat indiff4rentee via
P. vis de ceux de ese administres qui .nifastent le d4sir de ae
oonvertir.
k) 11 eat h supposed que Lutayeesaga ect en bones relations avec le
awasmi et qu'il y ~ change de corr~cnpondencea entire Nyanza eat Lta
yaewaga qui est un des. ardien de frontihre du roi .La tentur n'eo
est pas communique h. 'Administrate~ur come 11 eat le cAM avse tI
les chefsa. Les commlunication8 verbless ont certainement 6clrng~Nb
par 1'inte'rmdiyire d'homme de confidence: ce= 6Sissairea noua taat
inconnus.
I) Lutaynwaga de par an situation doit ftre en rapport rLgulier n mo
les autorites indigones des colonies voisines.
m) Lutntyawaga comr :n de 21 collins u Ruiukig don't la aupern'ice eat
d'environ 170 kma2 e.vc 14b contribuables.
n) Lutayaewmga possesde 60 tstc de 'b6tail et la collins de Kanigma:en
train de vie eat rdgulier:oe prbsente toujoure en tenue correote
devant europden.
o) se soumet aux ordre reoga de l'autoriti indig6ne. Aucune plainta
h ce sujet.
p) se soumaet toujoura aux ordres de l'autorit6 europ6enne: ne merite
jamais d'observationos ce aujet,
q) auoun abus de sa part n'a etd port a notre conraissanceeucune -s
mrnde ,n bvtail n'a dgQ tre infliIe 4uaqu'?. pr ennt ?h ce chef.
r) exerce son nutoritC avc Lont6 et fercetd aur ses aujets. Les r4am
tate obtenus de cette raqon sont excellcnts. Son prestige *e'a l nA
to graduellement.
a) re split consciencieusement ses fonctione de judge au tribunal inti-
gBne.




Gatstibl,.


C -i.US3 BIOBAP2ICUS PU CUH F ALI4A:


a Mututsi, famille des Abanyiginy.
b) frbre du chef precedent Nyagasase et fila de Gasana, chef A Nyansa
tous parents du chef LIuslnga.
c) Kalisa eat lettrd,sait lirc et ecrir- I1 larngue kinyorlwmeda et lA
langue kie~ahili et mgme quelque peu le frang.is. A Outvl le0 Q W
de 1'4cole de Nyanza et a 6t4 clerc au service des TraYBux Publial
de Kigali.
d) Par suite d6 aea relations avec lea europ6ens, Kalisa a aoquis aine
certnine fierte:est n6anmoins trls devou' et fPLit tout gon possible
dane lea services qu'on dcmnnde d'un cnef. 11 ponstde des qtualit6q-1
permettent d'esp6rer er'en former un excellent dirigeant. 11 est
trbs bien dispose envrrs Il'-utorit- europAenntpt pourrnAt %tre em-
ploy nvec intelligence iont 1l est dou6, com-iCe chef de Provine,
e) A0f d'environ 20 ans et est encore cl1ibata.re pour le umomenmt
En can de changement de son tnt-ciTil, Kaliaa restern certainement
monogeme,Vu sea dispositions enveres l. religion catholique.
f) Son intelligence, ses qua~ it~s, intellectuelAes et lea bone servi-
ces renliu comma be::ritairi indifrAne.
g) D6but aai 1929 AtRsrelco son frcr c yagnansa d dse see fo"o
tiona en territoire de tat.eitu, potu incapacit. et s'"tre mequb d.
la justice europ,6e ne.
h) "onsieur le Rdcaident du -u1rud- r nomi 1e chef Kalisa.
i) 11 est supposer :ue le cref .liar r.est plus attachS aux anciema
nes pr.t.ique. e r..ie it de e re orcelleri .
j) vonine dispoeiticrs enver lE 1s ei(.ios Catholiques:moina lean dis-
po8~ envere lee 1 issione rrotestantct Iaisre touted liberty L. ee
administr.s aui 'sirrpt se convert ir
k) Doit Stre en ianr r'pports avec le mwami. Doit changer des correa-
pondances nvec ITyanzr. L, teneur n'en est jamais comr~aniqude t. l'A
ministrateur. Lea couLwunications se font certainoment par l'inter=
di-ire d'hommles de confiance. Ces 6mis8aires rous sont inconnus.
1) I'eat pas, que *e Eache, en rappcrt nvec lees utorites indiganes
dee colonies voisineo.
m) Kalisa command 15 collins en territoire de Gatbibu:diaperaeo aee
Mutara et Buganza,leur superficie en eat difficile h dtenrminer.
Contribuables en 193g: 757 (ce chiffre aura diminue A course de la
famine).
Posabde 100 t;tes de betnil.
n) Vit d'une faqon trbs r. iliEre. Ne fait pns de di4penee8 inutiles.
o) Paraft se coumettre rigulirement aux ordres de l'autoriti indigbne
suplrioure.
p) Se souret de bonne volonte aux ordres de l'autorit; europ6enne.
Psas i'a.bus commie par le chef Krlisa, du moin W"a 6t porti a mt
conndissance. Pae d'1nendes en r'btail lui aynnt 6te inflinie.
r) Exerce son autorit6 sur f'es (dministroes vec teaucoup de tact et de
b>on sens. Son autorito s'nccrott re jcur on jour.
s) Sora sous peu. ppzlP 1 remrcir )ee fonctions de judge au tribunalln-
disrne: ces fonctions ont 4 S tre retnrdtev p.r suite d travail
qu'il dolt fournir pour le diveloppemenrt ole cultures au uganrxa
regionn atteinte par 3~ faminee.




Gat ibu.


RWT12 1iOGRAPII0UZ iw1 sEW IffuG1iSAlKQQA:
a) 1ututti: famille des Abanyiginya.
b file de Lukemapuntzi, dec4d6 en e vril 1928:frbre de Lubwedlrans,
chef h Butare et de c sindsa cnef Wyenzi:est parent de Musinga.
c) Le cnef Lugwiaangok neat pas lfttr6:ne sait ni lire ni oerire.
) A bon caractere. Leeu type de Mututsi. E t trsf correct dans a tOt
letter. A de tros bonnes dispositions e 1'gftrd de l'autoritv eoaro
pOenne. Paralt ~eladif.
e) Est mAri, &*6 d'environ w- o0en: 'polyganf-: posabde 2 feamcS et 7
rnfanta (4 file at 3 filess.
f) A 4t6 nis come r irigre'nt des collitne qu'il gbre dan leI territi;
de Gotoibu par con p-re Lukemapuntzi. Lugwirangoka venait de oy ra
oil 3i navit t ee eson enrfnce.
g) 11 a t mai au com andemnet de s. c.efferiE fin 1916 alore que le
soue-officier I1edoret Cta" t chef de Poetes Gateibu, done udfbut
de notre occupation. Avrent cette ditvc, an urtagaragu:le nOwmm4 Wyvka-
dja ten-it les collinee de Lukemawondzi Gatsibu.
h) Sur proposition een pore Lukemspuntzi et 'accord avec le *sultS
luesinsa.
i) Doit encore avoir un certain attachment aux anci.nneu praticqAe
de magie ou de acrcellerie.
j) Zon attitude eat In mrme e, 1'6ggnrd des ciAslons des different e~l-
tee. De temps h F-utre il se rend cependant I la !isasion CM 3 Ghabi-
no. 11 me semble qu'il n'exerce aucune influence our ceux de See
eutordonnsa qui desirent seconvertir.
k) Ist en bonnes relations avec Nyanzr, ceci par cuite de s situation
familiale. II doit ^etre en co~tmunication avec fyanzn, soit par cor-
respondance, eoit par raessoges verbaux. Aucune correspondence passe
par l'intermdiaiMre de 1'Administration. Lee 6amissairee nou sent
Inconnus.
i) Pas de rapports nvec les rutoritce indigcnea des colonies voisines,
du moinas que je snche.
m) Commrnde 10 collinrc en territoire e CatoiLu, d'une superficie-to-
tale d'environ 120 km2, comptant en 1928 environ 2600 contribuables.
n) Poass.de personnellemnnt environ 300 tates de b6tail. Son train de
vie est r6gulier; a'habille de tens ? E.utre evoc un certain luxe
de Mututsi.
o) 11 eat \ suppoter tque Tuwisengokt se sotuit rguli1rement rmox orE
dree de 1'autorit idigrne supAricure, vwt see bonnes relations
tvec Nyanza.
p) Se soumet r6eSlibre-ient aux ordrea de I'autorit6 europ6enne e
temps h 'utre 11 ]ui frut un avertijZsenmnt, maie ceci se pr6eente
g~n -raelerint quand son itnt de snnt,3 Plisa8 dasirer.
q) Aucun abus ou nturnit p-ftetre comania par 3e chef Lugwisangoko na'
4t6 porter r. ma connhisn.ence. N'r, p6.s encore requ d'nmendee en b6tAt
r) A de l'sutorit. stur seez dratinitr4e, utorite qu'il exerce avec
tact et qu'i artnctiernt ru'gulirerent Jusqu'. ce jour.
s) Resmlit sea fonctions de judge nu tribunal indi~bne auasi consiel-
cieusement que possible.


- 10 *




11 rf
Gatstla.
2CalfB.IDG.RAPFEQiUrs 9 CHK2 mAH2KA (chefferie Ianyaso)
a 21t atu, fami e des AbungMra.
b) &ucunuTT-Ie parenVt avec le wai ou atvtrea chefs du territolre
de Gatsibu etu u Ruands.
Geahja-Umany"bo-Abtnigura t des liens de parents avec dee cheft At
Varagwe, entrS autre avec le chef Eaytira de Nyoshozi.
Gihanga:XII roi du ut.inda aurait envoyS un de ses file:Kanyarb ra
SKragwe pour y ~naer. ,sanya mo a pris femme au Karokarungi (AnU-O-
le) qui lu a--donn6 un fils: LIuhinda.
Les Banyambo rasidant h la Kagerrr et au Karagwe descendraient de
ce file Luhinda.
c) Gahuka est illettre: ne sait ni lire ni $crire.
id) Caractre 6nergique: d6vou 4 'l'europeen: execute rigulibreannt
les ordrea tranamis ; a beaucoup d'autorite sur see admainistrAs. Le
europ6ens ayant voyage dans salchefferie ont toujoure ati atiasit
itt 4e petite taille, mais de corpulence asses forte.
e) E t marid: polygnzme: 2 fenmme et 5 infants dent 5 files *t 2 fille
Parait > d'environ 40 ans.
f) A 6t6 choice par lee Bnnyambo come auccesseur du chef Lakanyozag,
re d6c"d* en 1925 et dont Gahuka Ctait I'Iide directed.
Le cnef Lwakanyongore en rmournnt ns 1 isrcait pna de file(juin 1925'
g)-r~E eI"n ".... 'bncjtions en 'l?5. N'n pFa de liens de parents avec ee.
pr4decesseurs.
h) lonsieur Ile D 614gu6 easart sur d sir dos Bnnysmbo a propoSa Gahtlu
come auccesseur de LwakLnyongore: :lonrieur 2e R1eident a marque,
son accord.
1) Gahuka eat encrre ccrtnIini0met attech4 au4: anclennes prrtiques de
S agie ou de so'rcellrie.
S) Khe s'intresse pc0 de ce-3 Qud tions. 11 y a une chapelle-Bcole de
la CSoi de Gahine dausa Ir cheff~ri e Ie Gahukt. n la colline Wkelene
k) Aucun rapport Avrec le nrwami. II est ? supposer que vu la situation
S existante a.ucune correspond-nce n'est charn{;. 6 entire la Kagera et
S Nyanza. I. doit en ftr e e m ame concernnit Ies communications vee-
bales. an tout cs P.cun ii8ss.ire nout est connu.
1) Doit Utre en rapport Tvec lea autoritfi indighnes du Karegwe.
mi' Gahuka oonmmande EC collines: superficti difficlle a eatimer suite
region martcageuaf~ tet irLabitee. 1014 contribuables en 1928.
; n) Gaiuka possde 29 t~teo de b6tail: 20 chbvres:tr"in de vie noralS;
s'habille .i 1'eurcp6enne.
o) ne regoit aucun ordr. dd l'autorit6 indigene sup4rieure (Nyanaa)
p) s6 Boumet rgliu.riemrnt et de bonne volonte aux& ordres requs: aciUZ
grief nest a porter h ce aujet h la chefferie Gahuka.
q) Aucun abuse qui aurait e4t com-ais par le chef a et6 port h notre
connaissance. Aucune sanction n's dQG tre prise centre ce chef;
aucune amende en batail.
r) exerce son autorit" avec beaucoup dc tact sur ses Eujets. Obtient
lea meilleurs rdsultats. Son autorite'est grande.
I a) Jusqu' present Gahukn a drl~6gu de sea homes pour le repr6deater
S au tribunal indigene. Ses homes cnt toujcura tion accompli leur
! vision.; nous avcns dc;,*rind6 h Gahukn de venic- resplir sec fonctions
| come juge indigfnc.




-12-
Gatsibu.

NO I E.



Nous fournissons la fiche biographique des grands ncefs & la

tate des provinces et des chefferies et qui ont leur residence an

territoire de Gatsibu.

Ce sont : Lukarakamba, Lugwisangoka, Lutayaswaga, Kahuka,

Kalisa, Kananula.

Lee chefs Buzizi, Lwabusisi, Kyitatire, Nturo, Lwabutogo, Lmw-

pungu ayant leur residence fixe dans d'autres territoires, lea fiches

biographiques de ces chefs seront etablies respectivement par Messi-
eurs les Di16gue' de ces r-gions.
I WA M .M4OWW 0M 4Wt- 40




Gataibu.


uReation 15
I1 aerait souhaitable de pouvoir regrouper les chefferies existantet
an formant dee circonscriptions indic~nes composbes de collinea rnit-
es, et ayant come limritc certaines rivibree, miarais ou routes offi-
cielles.
L'c6hange des collins entire les di'ffrents chefs de collins eat la 's
lution pour orriver nu resultat proconia5 ci-deasue. Cette orgsniea-
tion ne pourrait qu'apporter des fncilit6s 4 1l'odainistration et aS
rendement du territoire.

Lee chefs parainsent 6nraleeent se trouvor en bone termed avoc la&.
torit6 indighne oup.rieure cont ile relvent. 11 eat un fnit certain
qu'. des moments donnes, certa.ins chefs se trouvent dans une .ituatiot
difficile, suite aux intrirues dcautrep Batutai jaloux de la situattis
d'tm chef, et qui en fat. ant 1a court oit ?. Nnyrrna, soit ailleurs, *s*
parent arriver h leur but, ]'Le pprernces ne sent certainement yar
toujours le reflect Ine 1 rdalit6.

L'autorit~ indi,-ne euporilure don't re~lvent les chefa du territoire
exerce eur ces derniers en gindral une influence sorieuoe, tant aU
point de vue de Irduro relations avec l'utoritV4 curoptenne, qu'au
point do vue aadiniatration des indic':nes.
Concernant la d6pendance des groupeanents indigi-nes vies via does lad
A qui g6ndraltnent Tr. population ect trU dCevouee il y a des avantagell
si le chef est divoud ? la cause europenne et qu'll visit.e rigulire-
maent sea terres et see administres.C'est alors un aide pr4cieux poFr
1'administration.Si au contraire le clef eat 61oifgn de see adminizabf
en r5aident rguliEremenPt h Nynnza ou dann d'autres territoire,et no
visit que rarement ou jr-nais ses collines,1'admuinistration des choffe
ries de cstte categori n'est pas toujoure chose aiase pour 1'4utoritt
europtenne.Dana ce cas lee repr6sentants en g6ndral ae sacrifient pluUi
. leur int6r3t personnel qu'h celui de leur chef ou des indig6nes.

C -ORGANISATION SOCIAL-1 ET AI ~ LIALE REGIrL' D' ULA PROPJIMT- riNCIER1


Ques tion. 18.
Lea Batutsi frmnent environ 15d de la population du territoire, lea
Bahutu y entrant pour 851%. Cette proportion sern revise jprb-s quo
le recensenent nomirntif de tout le tcrritoire eera achev6.
ea lt on 1a .
L influence des cnefa repoe en Fgrnde partie Sur ItCornnisatlon poli
tique des Batutsi qui incontestablement en et solide;en second pfrti
sur des consid6ratione dtordre 6conoxique (leur richeases).Si parsd
dee chefs ay-ant un cavoir, certain 3devrnient tre remplscts par d'aua
trees ne poss6dant -as cet avrntaFe, il cat cerindre que 1'4tat s*oci
du groupement en socffrlrait to menta(ntent,comme chez tout people pri-
mitif qui ne resepcte cue Ir. prison du plus fort et le possesse.si
dans certain 8ss, des chefs ne poaedanit pas& d.avoir personnel,4taiei
appelFse dirir7er dec commruneutes,il Verrit ntcessaire quo le ouverne
ment applique le eysttme en vi.ueur au Cone rf s attribuant certainty r
muanrations aux p6ritanta, ceci pour leur procurer un certain bien-ttrz
cequi lea relVversit dsne leur prceatifc via via de leuIr adCiniaet
9aeration ._0Q.
2= g6ndral la furniture de prestations coutumibres eat ecceptde sama
difficultse par les Bahutu : ilo s'y soumettent come nous aux impols-
tions dles.
Question 21.
La population ne diffcre guire de cell des autres territoirea du KTUO
da en ce qui concern le coutumes sociales,familitales et reliieu ew.
a) La famille est g6neralement tres unie chez lea banyarw~ada. La fll
y joue parfoie le r6le important.


#


L




Oatsibu .


b) Le mnrise eal t celui coas;e 11 at an 6ral3.l t compr'i c ho toa* 11
peaples de race noire. Ls atir*lit{ eat ca se de divorce. La ecoatU
pernet chacune des parties lia divorce sli A caOue Ie juOtifle. La pe.
ly;Saoe est nsaes r.re ch. ies Banxyar;.nde, plus frkquent1 ehe 10es
cihieS du Odo wBa
c) L. dot consiate g&ir~elemet en un pirt mwt d'une ou pluslPara to-
set de b4tail (pI rms lea Bs attsi); chbvres,settons, houes, ar-ae ouI
potr d bte bre chez loe eThutu. LI.d dot est .u5rs rleent raibour6e A
oat de aeparaticu, eial m cm a d'tadult re.
d) DI l'g-e de o 7 rnse, lee 18 fant4 ajsiLtent lauzr parents deu
le trnaaux aux onmip.s 1t l 6'dlevage, ceci pour les Patutaii pau re
et lea Bahutu. Lea enfnnta des Datutsi aie8es ont tenure s n~raleimen
dens l'oiaivet6, aauf lorasqu'ils frCq:.ntent une to le; il1ia ont biUa
alimenrtd en lait et esot products.
En cas de marriage, ltas il rtcoicent gnnralemtent des terr~e et 4t
bbt^il de leur pbre, de qui ilo restent d6pendante. Lee filled dot-
ni as n marriage apportent la dot leurs parents t regoivcnt 6vetu-i
element un petit avoir.
Leo enranta d;a Qu'il peeuvent Stre aipar6s de l.ur ieLmre, r3aident
au domicile du p re.
e) Le file uccde au p(re. l31 le diftnt ne isela pas d'enfanta8 la
succession revient en partie h la Ifcmmie, pnrtie aux process memlbrea
du d4funt: frires, neveux, etc.;ceci pour le bitaul ou erafetta mo'Xi
ere s.yant appartenlu en pleine proprfito* u dtfunt. Le b6tal at trCw
reao ynot tV- lou6b ou confias jadis nu d6funt revient ou propri6tadre
ou rete -d raiment en u oage .ux ;ritterG du dUffunt.
Z) n!gir e i de la propri:tS fonciBre et. .e IF. proprift6 du bItail:
Le& terrea,propriftV du minwEi, sont donned sn cfj uisasnce anx Bv.tata
qui a lour tour lea cdent eux 1z hutu contre cerrtxsine redevances con)s
e4Ar'es commae prix d- loc tiovvi it loctrdrt manque Fh cea raod eTa4
le terrtuin peut Stre r.prqi pr le pror.t 4.irCe sane la rdcoltae our
pied. Lo terrain Ipet Stre i < 1 'exploitti.Uonm, zaia non Ia fo nds;
lee preasttions Ceot des as 1'acqudraur.
Le b6tail .apartient thoriquskent o ser* i: t Cutercia le tall fl
par nt indiZ- ne, a. l.'de1 e de propree eIn.er, .devient ea pOpraiUt
absolute. Lee gr n s chefs eont lea egrdlers dt troupeaux du ro~. I s
confident lea solns rX leurs osba-gar-agu centre csrtsines red.evance (l alt
beurre, etc.) Le petit b6tail et les pales pent la propridt. dee o ta
t qui en diapoaent l 3tr 4gr4,
g) L'influence dbLa ~rcier et des gurrieoeura eat encore at8seZ gr And
chez lee lanyarwanda. X1 eat cependant ? noter que parmi lea jene g04
ration cea anciennes coutui.eas rdent visiblemcnt de leur inportanis.
La eects des "*yabinei" trouve encore des adeptoe par.d certeinese eat
gories de la population, en g6nrral chez lee Bahatu et les a ei a.
d) 3a Xt', On imN=ZgXMni AC= ICfl mPoTS & PRnsTAT1OfS TOWrtMZatIUW:
Q t Recensement avant la famise.
con.tribt able lited
L amba .10501 1....
Lugwaloangoka 2617 1817
Lutayaswagl 1345 6
Gahuaka 1014 444
Kali1a 737 X34
Krananla 14 4145
uait t- 2E01 171.
Lwfebu tust 2708 6970
Ki tatire 2557 752S
tulro S3f6 5141
Iwbutogo 240 87X4
Lwam9pungt 5922 2948
Gena de Musin~ 2497' 12000




Gattbga


L`Gtdecaplte.tion et 1'impt sur le 1Z4til cont ~argue en Iprtei
au PoSte de Gatsail, .n p,-rtie da-is lee che~s rie~ meMb, par 1interw
m6dinire des chefs et der av retnirea indigenes, ei possible on prd-
$once d'un Agent de 1'Itat. L'imp8t se Crit individuellement par 1'esl
ropyen+ ou lea chefs an ist6s6 e secrtaisrea indil6n.neo, I. onJflanc
qu'on punt nccorder rur cheek's assisted de collecteursa dimpt eat 1i-
mit6e. Pour ce potif un control est exerc6 par lec Aegents dU tOUver-
nement, et ce le plus 'frqueamcent possible .














\






Territoire du
Residence du
Tefritoire de


ir-

Ridtatr~urnd j
Rurfnda
Is ?Vib8A.


question


n* 28.


Tabl eau


deo preasttions


fournir par


lee chefferies


du territoire


au sultan -Lusings.
40404M am MOD --wW M M Oft Oft M MOM 4M~ -oft -0&#M on 4W-A


A fournir
i'~Th1Th
ICTIXK


par le chef
18 vaches 11


Lukarkasdba" :
&i ti res-val eu


1 taureau pour le sa4
X0 travailleurs pour


bomra du Sultan


crifi
le t


mes e6journent environ
za et sont renmplnc6s ji
vement du travail (f2 S

PUTr Ie o Viursch s f Rkronera:
11:1 TIBA (7) Vivrez pur 1 lngaLo


INT-STE
18O0


paniers


id


eor gho


40 peaux d'r.ntilopes


ir du lait
ce
travail au
Cea homr


Valeur


400


15 aj Nyan-
usqu'i l'achO-
ois enciron).


~Foise


80

80


V&l eur


2000 7
400 Py
Soo. Jy


1~ar le 33ol~1s-kC1~c ~biki~UndrWLVkVE


Vivres ;r lee .esE
U luT1 l-: 309 p71


du Sul tn


I1TTOno
itT1ITA0
1x:0n0


i e rs


Se so rrho


3c-s AgCs u sultan


UiTTJT KA: ZiC' paniervo
*t npois
15 peslux d an ti lopes


h' h.ri co ts


Par le ,soa s-chcf V us~t~
AEAIAWA 10 tanurillons


V\alur


Valeur
Valour


Valeur


1600 7


5000 y
300


2000 F


2/ CHER;aRIE YIyTATIREl.


: (reprdsentant Ngwabira)


INtKUIKU
IKODO
AMAMANA
AltAYWTAS~


12 vabhese
50 peaux
15 tauril


Iri tibresaValeur
d' antilopes
Ions


du lalt


Valeur
Valeur


t A.FIZ


1/ CHigasm


N ~3T


(repr4sentant


Gasoga


et Rwamulinda)


I WKUK2E
A"JATJXA


10 vaches


Valeur


2 taurillons


du laii
Vftleur


at" RI' KA1AN1KULAA


AlAMAIAlA
INUaHaE


5 tourillons
15 travailleur
au Bomo d- 4ulta


pour le travai3


? EyFnza.


sAj ournent


15 jours. ? ynzs.


Valeur


Cee


envi ron


;4:'- ., ;


1000
3000


4/


400 A


1000 f


-- -~ -- i:-- -- --- -- _- --- i; -- ir_-


Si A3~


1/ CE.EIBRI" LUARACKAIATE:


& Nyanza.


de haricote ct


.1


(20) VivrT:e pour


I.i tibres


travail leur&,




Gatsib 17 -

5/ CiEiRUViR LABUISIS (reprdsentant Kanubano).


IhKUKE
AMIAXAWA
i MtiKI


8 vaches laitirres
2 taurillons


Valeur du lait


28 travailleure pour le travail au
Boma dusSultan h Nyanza. Ces hbon-
mes sajournent environ 15 j. Ny-
anna at 8ont renpl-c6s juscqu' 1' e.
chivemient du travail (2 aoie enviro


VAIOu?


n)


6/ Gulll^^iLUTAUYASAGA


''antilopes Inlobe
de t outre


Valeur
valour


7/ C0IEygMTgIR .,,ZI (repreaontant ~;uyan )


Cette chefferie nr fournit
Sultan. Les prestat ones fo
collins du chef I uzizi a n


pas de preetttione
nt fournieu p.r lee
Sduga (Nyanza).


Cette chefferie ne fournit pas de prestrtions au
Sultan. Lee prestations eont fournies par les
collines du chef Lugwisangoka, des territoirea de
Butare et de Nynnza.

^^*W^^^^^9. FIt,ft:~E


Q/0CET:1} Y KALISAl


INYKtTTY
IKO'HO
AMAARNA
ING1arBA


5 vabhes Initiores '
10 peaux d'antilopes
3 taurillona
1 vache st6rile pour


Vtleur du lait


1'aba tage


Valour
Vileur
id


D,. I.f AG _RAL ct. aambo)_ Chef KaBhuk


Cette chefferie ee trouv~nt 1 lonl de l Feer aet compoS6e
Banyaambo, ne fobrnit prs de prestations au 3ultan.


400 9


XEORO


I
P


180
180


au


200 1

400 1


-ri---- P---- -~ -1- ---- -- --- ----- ------- -----I -- --- -


peaux
per.ix


o0/ AHEPxFnz ,


aw o




Gataibu.


11/ CIUFILB'RA LIPACU=a


Colline Lutale,


sous-chef Lu4geruk


AMARAGWA:
I WTeKI1


pots de bitre de sorzho
vacjes laititres Valeur


Valour
du la t


Sous-chef Rukeratataro


40 peaux d'antilopee


5 pote


de biire c sorgho


Valeur
Valeur


? &A- e;p .I?


a1) Pcllines
A) sous-chef


(ret3Tent5


pert


soC neveu 'yangabo)


6 taur113cns
12 pcaux ^'Vantil6pes


Valeur
0


B) eous-chef


MACHARI


AUHIKAJTA
XHIIKS 1


2 tnurillcns
5 travailleure
Boma du Sultan


2 semaines


pour le t
h Nyanza.


ravail


Re tent


Ys2leur


au


&&&& t 8JFE~.c~- r ~'-Y lf


Soaes-c


-hef GETDAS1i'TGA


2 vnacYe


3.iti tres


Valeur


du lait


S ns- cher


RUSAG*LUTIM GO


IMATTA


1 vache laiti?'re
I taurillon


Valeur du


1ait
Val tur
Valeu r


V.U -FP5 P N t L YAf TOG
CH~igyERIB L^AP^O


IKORO
"AAYINTA


laAlt&.res
d' ntllcpes


4 taurillons


Valeur d'.
'Inzobe"


lai. t
Valour
Valeur


A)


E)


AiARACIA


30 P


IKORO


800


I
f


1200
240


c)


400 S


23 vaches
e? peaux


200 P


1720
800


OVANA


;----- --.--- ..


- ------- -- ----- 1-i c--~- ---- -----


-18-


Zdu ultndt
timulinda


, NTyanza.




Gataibu


Question 24
Lea c&s provuo sur 1'exemption h 'imp8t de capitation, en concordanto
avec l'article 5 dp Decret .u 17/7/24, n'Otant pae application dam
le Ruanda-Urundi, les carnets de certificate d'exemption n'6tant pV
d'ustge, une comptabilite r6guli-re n'est pas ten.ue ce ace et. Tou-
tefoie lea vieillards et )cs infirmes sont exempts d'office.
Question 25
11 est 6 auppoeer que l s prestaticns en nature faites au mwami sent
pr4cie6es par la coutu-e eprrai lea &ya rwalnda.
AUMe tion 36
Certain chefs pour %ttr. bien vus du nwnaii, naoutent certainement de4
ce.deaux supply ientalres aux prestations dues. Lee Banyambo de la .K er
chef Kahuka remplarant de Kahlnamula enfui chez e s Anglais (Karg.)
depuia plusieurs ann6es et cola suite e dct differends avec le miaMi
auquel ii refuss it de fournir quao que ce soit, ne font pas de preati
tons au Limwami 7A yT.nZa,
9tuestion 27
L'administration n'intervient pas directement dans la furniture des
prestations en nature. Elle ze contcnte d'enregistrrert e mcntant et *l
nature dee prestatione envoyees Ah Tyanza, ceci a la demande de cer-.
tains chefs.
Question 28
Yoir tableau ci-arnnex.
II eat h renarquer que les cr6aunautes habitant le long de le froantl-
re 'ord-Ouest, sont taxes moins en preetations que cells peuplant
1'int6rieur du territoire. Ceci d6coule de la presence de la Iribu des
Bihirmaa en ces endroits, et qui semble moine dispose A reconnattre. 1*
mwami du Ruanda. Pour lea Banyambo de la Kagera: voir rubrique 26.
g.ueetioP 29.
L'ad&inistration snurit difficileIme-t contrciler efficacement lee abua
qui s3 conmmettraient dr.ns 1. certralisation de ces prestationm en nap*
ture. Ces derniicras ttant r&nr6leamet fournies A Nyanza sans interven-
tion directs de 1'adpinistration.
Question 30.
11 y a certain groupemente qui fouriiassent annuellement des precta*
tlone en main d'oeuvre pour les constrretions et I'entretien du bomn
du mswami ?. ,-"yanza,
Pour lea lettres a-b-c & d, voir au tableau des prestations ? foumrirt
(question 28)
Leo renseigneaents maendc6s sous la lettre e, peivent %tre fournis
utilement par Monsieur le D 'ilgu6d Tynzn .
f)Vu le nombre iriignifiant d'hoes fournir, ces prestations on.
travail entrainent une repercussion eans importance our le d6Yeloppe-.
ment des culturrc, auxquelles ausai bien homes, femmes et infants ont
employ6a.
g)Aucun cas de mortality o;rvenu parmi cea travailleurs n's 6t6 port h
notre connaissance.
Question 31.
la limited adnise par Ie Couvernement, soit 1 Jour Ie travail "ubutakia
par maol lunaire (13 jours par nn6e) par home velide, eat gfa4rajemen
respected, la plus grande pub2icit6 ayvnt 6t6 faite per l'alministra&
tion h ce sujet et ce parmi les ibahutu du territoire.
&Us tkol 32. %
Lea preetations coutumieres en travail, dues aux chefs indigenes con-
sistent dans le travail aux cultures et entretien dee bomb.
Lea travailleure aotreints A fournir ces travaux asct nourris par r10
chefs (faaricots-lnit-farine-lait ou viande). La rdpartition Ca ces
chergee se fait proportionnellement au nombre d'homies valides d'aun
famille, avec un maximum de 52 journoea do trail. per annie.




20-

eqsation 52 (suite)
L'autorit europeenne oxerce le contrale & i0 measure du
en interrogeant de tempas 6 autre les cehutu et on publiant
admise par le Gouvernemew.t.
Question 33
n& Ie ter ritoire de CatEibu noua notone patrm lee prestat;
tunirreo dues par les "abngaragu" h leurs cnefs:
a) kularira: corvye de rarde au boima du chef:ap:ciale ent c(
vol de b6trl
b kubaka inkeke : trav~ux au bozy- du cnef constructionn t
c kugemura : fourniturr du lait et beurre
d gutumwa : messages verbaux
e gufatigiye : accompagner le chef dans ses d6plecemento
f gauhlka: portage des beUages du chef pendant see d6placem
g atmushumba : Ccrde et ooins du b6tail du chef.


pos sile
la liSite

ion. cau.

ontre Ie

entretiea


en ts .


S- ^ TRAVAU3X PUhLCS.

.juedtion 34
L'e ngagement des dp'enses est basC &ur lea instructions et diroctUi
dictbee per le r.glement en vigueur.
) pour le budget ordinaire concerns.nt lt march normsle dea service
publics autorisant les frgis g.ndraux de administration, lee d6apemu
seo cont eoumises au proalable L:ornletur le Reaident.
2) Pour e budget etraordinire cot e n ur buget ect diire conct I e on du 4do
maine colonial les d penoe7 sent sour~.ives h lkonsieur le ResidAnt qet
attend l'approbation euppripere.
uestino 35
Le unlaire journmlier pryo6 aux travailf2urs de route et autree trA-
vaux jl'utilit0 piublique est de l,5 ou dc O,Q50 iF plus la neurrlture,.
L'indighne qui loue spcntanment aee services p~our le compts d'tun *au
tre inrdifne gagn~e environ 1 par jour, e.n-ra3ement represents per
du Init, beurre ou autre nourrit re. L'indilgne qui eat employi6 a b e
entreprise priv6e, par example le Gymiru gagne en moyenneI 1 50 par
jour plus la nourriture, loe lgcent, habillement, soine mddioaux,
,u e.tion 36_
Le recruterment des travaillours n6cessairea aux travaux reprise sous
le TO0 35, se fait sans trop de difficult tiS.
Lea travaux de construction et d'entretien dev, routes carrossable
eont r mundrs :; l'entreticn des pistes reliant les diff6rentes colli-
nee tombe a charge des cootriunaut6e (preatations coutuminatieB).
rnues ian a7_
Les recrutemento pour compto d'entrepriees priveas eont peu onbrtox.
Lea indighnea ae prdsentent cpontannment aux chantiers. L'adminmtrS-
tion intervient seulement dans la furniture des travailleur1 aplo.ye
h ltr construction des routes pour autos et entreprise par le Symirt.
Ceo travailleurs sont fournis par lea chefferies que ceo routes trave:
sent et ce h raison de 1 hosnue sur 10 hcmmes valides recensis d4aa lee
chefferies.
Jusqul'. present les contrxta 4:'engagement des travtilleurs du SyrLg
aeul organiarsce amploynnt rgulicre:aent des indigbnea t *e5 *xploitta
tione, ne sent pas soumis au virn, ces installations n'ltant quo pro
vieoires at la plupart des indii nes no restant que deux A quatre s e'
aux travaux: gnderalement ile rentrent denc lee chefferies pour e1e
travaux de culture.
Lee travailleurs sont eoumir h : n contrle amdical, mai l'inspeocteu.
du travel et de 1'hyg"ire rn'est rto encore: c vigueur dane la r$gin,




Gatsibu


P r1sJri1 EL .iVDIG.rT.
Q.u es ti on 3a
Lee secr4taires indigenee donnent parfois satisfaction: cependant S1
ont gindralement une formation tout h fait insuffisante pour pouvwir
rendre lea services qu'on pourrait esp6rer d'eux.
Leurs attributions consistent dans les travaux de recensement, percep-
tion d'impt, petits travnux d'1criture au post, greffiers des tribul
naux indig:nes, comptabillt6 de.a la eiterie, etc.
Msatetolen 5r .
Lee policiere indigernes n'^y.ant ucune formation spa5ciale Jusqu'l prdf
eent, pourrnient rendre pluv de services oi leur formation 6tait *p-
claliade. 1ls furent recruit c"'n lan r4. icn de Gatsibu mm~e. Pour le
moment des candidate poaiciers sont formni au centre instructions de
Tigalli. Ceux actueller:ert en a-'vico dans le territoire n'ont regq
Sucune pr6parattion spcile.
Leur mission consists .::, -x-rle:.nt dlns 3e port de messages, oeurriers.
epieciaux, escorted c crv-e:e eCt tra.v.nu n)loues.
Jusqu't. present ile :canquent d~ formation pour proc6der avec succs -
des arrestations .ver-u1.lles ou pour lIrur confier des tAches d4lie&tA*t


1) fIIy a une 6cols pri:&ir- jt.blie GetsiLbu, pour jeunes Batutil:
cette cole apparti.-nt b 1'-tat.o
2) En plus la tLicicn rotestante de la C rS h Cnhine une cole pou
Batutsi et Bahutu a :S't cr65e et est frequent6e assez r.Lgulibrement
par deos carjons et dec filles du rugenza,
a)Ncmbrc d'cliveo inecrits l1'cole de 1'itat de Gatsibu : 150
A 1'1cole de la C2, G ahine et cez succursales: 1Q0 gargonas t 50
fill.es.
b) Moyenne journal re& dec prisences de I'1cole de 1'Etat: 96 (priae
ces r6guliires h cause de 1 7faine)
1oyenne journamlicre de presence ,; l'6cole de Gahine et de see auccur
lea (chiffre'inconnu anis qui doit %tro peu elev6, cause situation f
adne au rBuganza).
c) Progrtm=ie deo course '. l_'cole de 1'Etat h Gataibu: quatre ann4es
d'ttudd. A 1'~ ole de Gahine: instruction -16ementaire.
.) L'6cole de l'Ztat die Gtsibu est dlessrvir pr.r deux moniteurs oer
de l'4cole de Tyanza.
L'icole de Gahine et ses cv'ccurenlso sont tenues par dee moniteurs"g
nor'l.'nrment venue de K.able "Ugande ) oU ils ont requ une certain inr
traction & In CES de cctte localite.


r


f-

s.'





6-
*~


1 )A Church icissiona.y 3oci5ty, .isaion Irotestante
2) La Sission Catholique d.cs -..?2 .3 lancs a dziemnd un
superficiee de 7-e i IS collie Kizigulru avt Jtuana,,
tion d'une lisioSn.
Clihpellea ~coles dc lia Jt des ;irionnairi 'o 'Afrique
Chapelles coles de l CM oen territoire d. G"ttilu, 2
a/ I) Church Flisoionary Society a Gahine venue en 1925
Geatsibu
2) mission Catihlique i es Ji.Pj.ilancs: h 6tabl.ir en
b/ La ClS, eat dirig6e p lr le r<-vrrend Pasteur Jackson
cuse, assist d'une Dame missionnaire ct de 50 cat*echi
Docteur Church o'occupee le l parti sanitaire ild6 de
noirs.


Gahine (Bufansa)
terrain d une
pour I'installas

*Pbres lluncs?24
4
en territoire de


19C0 h KisigUtr ,
partiese religi-
etee noire. Le
15 infirmiere




-mo


c/ Lea membres de la C*3 de GChlne ont felt preuve d dd6vouemn t peP4o
dent la pIriode de fmirne.
Le diopensaire et 'lqAiital e ahirne donnent leura points de n~a-
breux malalde de l1 r 'ion du uPanzza. In 1926: 28045 consultation
enreglstries I~'hSpital de Gahilne.'Le disprensrire 6tabli par I3 CM
de Gahlne au Poste de 3eatsaiu a 3tt supprir,' suite l'arriv6e d'um
xmdecin de l'Sta.t L .tsibu. I'oeuvre de la soutt e lait fonctiona e
jutaf d'c jId? erie eat cr6.

LA coexistence d'tabl ents d es missions des diffdrents cultes a
peut quo servir au bien-4tre de la population auesi Lien qa'au point
de vue eoral et itriel. 11 a'agit ent o antet de travailler av*e bl-e
coup de tn.ct et d'impartialiti via via des diff6rentes uisaBlopS *
trourant dan3 un mCec tcrritoire,ce qui n'est pas toujours choae ail*l

i TRiB'tAUX 'IG -S


Qeaglion 45
Le Seige du tribunal indi
cial eat 6difi6: ce local
ce tribunal. Deux greffie
et sot ~galement pays
ai/ 11 y a un tribunal ind
fois le tribunal ingdigne
b/ Lea juges et assesreur
Ila sent chnngd6 tous les
c/ Le aiboe du tribunal i
d'usn reffier et d'apras
D415gu6. Des audiences or
de la sez-aine. eso aumdicn
di LIt.ctivit4 du tri"Ln1
1ble pe.r le persoCnne? et
repriaea des nff irS. Lr
*/ Lee jugerments qui n e s
renewiGn5s au Dlelud qui


gIne
eat
r3,
ur 1


en
sec
es


trouTe
tretenu
ritaires
recettes


h Gatsibu ou
par la caisse
indigensa, y
effectueas.


un bitiment ep-,
des recettes de
sont attacks a


igine dans le territoire de Catoib. Toute-
e-t itin eat.
a sent d6sign s permit 3ee chefs et notables
f jours, vaivant le rSeoI vtabli .
ndlhne eat co:ipove d'un jnug et 5 nAsssseeule
le2 pocsibilit]3o du service priaid4 par Ie
dinairQe3 8 tiennent touch lea jours ouvrable
ceZ de revision, mrnauelleoent.
i ,:i'ne est cc ttr8cf1 1o plus ouvent poe-
rp'... L:e 0'41^;uCd s.assite comame juge aux
calsae cEt a oldce tri3ceatriellament.
eraient pan etimcuts5 en temps voulu seont
inttxrvien-t de .o n pouvoir d'aprb~ lea rbgle-


mental en vigueur.
f/ Les juges indirgne ne pouvent prononcer In detention centre lee
indiO:nes attracts d(vant cux, suite nux instructions de la letter
42 1/Org.I ,e i~:onsieur le R~sident.
Avant cae inatructionE l1 tribunal indigine pouvait 6dicter des pein"
de un npia tde servitude pale et 7 joxra de servitude p4nale subsi4dt
aire Les peinea sontasubies. dran-a Is locaux de detention du Couvernme
ment.
\J LIAQL:.0 LT. C1OLt LIAUXT.


questionn 44
11 existed un centre commercial -. Gatsibun c
a/ Y.ationnlit:. de la firr.ms et du G~rant
1) Sharif Guliaalisha Indien
2)Aziz-bin-NTassor Artbe
3 Pardhan 4::andji Indien
4 i r ~ga Djano Afghan
5 3ul tan- bin-!Rashid Arabe
6 Ytma Osman Indien
b/ 11 n'y a prs de ooci6t s co:lfercinrles Bt
Catsibu.
c/ Genre de cormIerce: con.arerce deo peaux de
pour noir : comrinerce de bLtP.il : cor.;cerce de
WI.s Ition 45
Le commerce de p~aux est assez i)portP.nt (a
Comzaie coraerce d'omportation citon.s les c(tc
da, I'e=sence pour ra;tos ct Ic pitrole.


omposa de firms


indi enne.


Propri taire
GOrant arabe
lagEbsin ferai
Pro pri tnire
Grant swahili
Swnhili.
ablies en territoire

bovides articlee de
vivree.


de

traite


rtlcle d'exportation)
ffac, les vivres de l'1 gam


I -- -_j




Catsibu


&K-AOGCULT DR PS ILITI P'iSTALL ATIO,
NES .


POtR ERTREPRISS Uf$SmaH


uts ti on 45
Dane le territoire de CGatsibu 11 existed dnns 1~ province du Mutard 4e
grades 4tendues de terres libres et dont la mise en valeur par le*-e
digneas 'eet pas h irb6oir, la population Stant tros clairoc6ae 4daI
cette region. Des entrepriser europeenes iispoeont de moyene d'actiot
puissants pourraient y crier des cultures de cafe-coton-kapock ou da
culture vivrires, et y fire avec bon r6sultat du reboisement. Po'ur
le moment 10 concessions destin6es h usane agricole ont gti demandeba
par divers organismes europens. Ces con sessions mesurent environ 000
Ha chacune.Aucurne de ces concessions r'eet exploit6e pour Ie moment.
anW f ga 4n *7
L'6tandue approxirative des terrea cult ves actuellJtent par lea in-
dighnes est de 575 km2 e'nviron.
I.'ttencue approximetive loo terrea riase ~ 1s acux pturges:s pent *tre
estime 32000 km2 environ. /
n6gion boi~ee et quasi inr it.~e e-iron 1400 ki:Z
aurfice don't chaque indi~r~ne pour ait diaploser pour iese culture~: 1.2
aros (chiffre moyen pour le territoir.e "~chrer comprites) et ci an **
basant our le recense-et d':vrant in famine. 11 eat int6resaant de no-


ter que lea populations our-t mI~aZ c ans ccvrt.i;ne rdeions et cqut par
contre certaines autres p rrt,is- du territcl>re ne comaptent qu'-ne popa0
nation clairoemcne.
fpesation 48.
Exppo6 des culture indignee du territo.re.
Leo culture ITs plus praticquies Tne Ie territoire de Gatalbu aont :
le sorgho, les h'ricots, l';l.eu.ine, esf petits pois, lea patates dou*
ceso 8suivent .pr Is 1f: I:ls, 4ea be1rnies at 3.e rienioc.
a/ Epoques ensemence -ent :
In rBgion A haute &tit tde:pois,haricote, m~nsa, 1leusine: d'octobre h
decertl re. Sorgho: jr.nvier %. f6vrier. Lea patatea douces, ,bananes sent
peu cultivees en r.rion det haute altitude. I.ea pntAtee d'Europe sont
planties en octoLre.
En rion A. faible altitude: l'l4eusine en septCabre-pois 8. haricots
en octobre et novetbr- le corgho et le r ala en janvier et fr6rier.
lea patates douces et anioc pendant toute l'annn6e.
Zpoques de r'colte:
En region de haute altit:ide: poil, haricots et 61cusine: janvier .& waM
Sorgho en juillet et about patates d'Europe et patateo deuces pendant
toute 1'ann e.
En region de faible nltitude: pois, haricots en fivrier 41euaine e
janvier sorg no, mr ls en juilleet t naot patates douces, manioc et
bananes pendant toute I'rn'n6e.
,n -mze tomps queo 1 rocolte de sorgho e lieu une deuxiVme de po1s et
haricote qui ont 4t eeme s nu ::iois de mare et qui servant an parties
come semences pour les s.rmitS 'octzbre 7. d6ceribre.
)/ la jachbre eat pratiqu t apres 6puisement complct des terres,oltt
aprfB trois ans environ, puis laissceas tv. ropes pendant 2 ans environ;
l'intervalle entire deux nAies en culture eat g&niralement de deux FL
troi s moia pour lea hric)ts at petitij poic; d fnviron 4 mois pour 1*
sorgho et 1 'leusine. L- pEtates douce s e plantent pendant touted -
1'anneo: pendant It. asnlsorn o c dons ,les vallles, pendant l a saison
des pluies our l .Ie coll]incs. Leo mmraes proc6de& ont 6t4 employee pour
lea hliricota pen~-i t 3, p rio.de de ln disctte cci avec un r4sultat
satlsfaise.t.
c/ Echelle d'iTportence relttiveY.ie.^t 1'f'en.eblIe des cultures :
3Pyh 0ilaricotS antat1s .0l-uc lee o -s 3lcuSAie al8 B4ie
20 30 15 10 20 2


I


----~-~~--


I


AP A




Gatl bu.


11 eat cependant ah ster que cette 6chelle peut varier
Ssaisono plus ou moins Lonnee. Le rrigme irrTulier des
cause des frdquentVe disetten dann le Ruanda.
1/ La moyenne de la r-colte par hecte.re peut #tre 6valu
normal :
Patntes douces: & 100000 Kge.
So rgbo 1800 K
Haricots 1800 K
Pois 1600 K
1 eusine 1800 E
2ia-s 1800 K
Bananes 5000 K
Patates d'oropeai-mnoc: cultures A 1'easal
Pour 100 K de 3Cmences miAes en terre on rdcolte:
Haricots-pois et mals : 750 0
sorgho-4leusine done a peu pr8s 80 fois lee oew
terre.
QceutIon 4.
Lea culture indic&nes pourraient %tre faites d'unc fag
nelle : en gun6ral l'indigene du territoire de Gatsibu n
aseez la terre, il la grette plut8t. Assez bien do terr
le fagQn don't ils exploitent leurs terres, qui mnnquent
d' enrais.
Ln collaboration des Plancr peut certainer.ent am6liorer
le rendcment des cultures sugmienterre. Les zones de prot
un r'elet salutaire dans 1'exploitation des cultures par
guiddS den~ leurs travaux par 1'expirience euiropAenne.
Zuestion 5Q
L 'indigne se esrt -e 1- houe et det la serpette pour le
cultures. 11 se procure ,is-ment ces outlE dCPans le com
chez 3le forgerons Jindi:nes.
L'origine de la ;hoc dlot se sert I'indiigne eat en gin


cation africaine (Ruev
dans le commerce e t
11 permit trse utile
Gourvrnement, d s hou
meint Inf6rieur celu
dOns ce sons ont donna
est Ia bone qualit'-
dre A la preireir ren
Un outillage plus Sod4
se trouvant dans une
veill.nrce d'un ,%ur-op6
II serait souhaitable
houes pour %tre mises


o
ri
pr

n
r


'ta8
count
erne

en s
de.
en


JB Le commerce local sait
des indig.nes du territoi


auivant le1
pluies set la


6e


en temap


ences


mi sea m


on plus ration..
I~boure pa,
ain ue perd e.
d lleeur

la situation,
section auront
lea indlignee,


travail de *mi
merce local e*

eral de fafbri.


u Urgnda): une partie de l'outillage achete
Cine europtenne ou provient des Indea;
ocurer nux indi-snes par l'interaddisar dia
bonne quali.t, Le prix en serait certatje-..
vigueur d bon rdsultat. Le point eseenti1l A envisage


outila qui ne doivent pas se casser ou s8 fe-
re avec un corps dur.
pourrait 9tre smis h na disposition des cheft
de protection et ou la direction et la b Sur
ernit r6~ruli-re.
pouvoir recevoir annuellement environ 10000
vente nux indi&gnes.
fournir les houes ndceassnires aix cultures
re. i:e soul motif pour equel los houesg s*ot


demand~es au Gouvernement serait la question du prix. La riotue indigSe:
se vend %? 10 F dnnse le commerce. La houe dite de Ceylan ca vend de 18
b 20 'francs.

Jusqu'. present nous n',vons pu obtenir dre donndev prrcises mawl'hi .
toricue des forata. Le to:t fait supposed oue la fortt c'eat-h-dire oee
qu'on peut appeler fort, r'a Jamaic exist en tcrritoire to Gatai b;
suicune trace de tourbt ni de charblnr n'n 4t5 rclevie ? ce jour. DeO
Mliaionnaires aynnt adjourne de nombrousese arnnee dane la region noas
trouvent pao en territoire de Catsibu: nous n'avons pas f nous rewiet:
gner auprfo d'eurx ;. ce a.ujet.
essaieurs lee Ing.niCaure du yrymiru n'ont prs as. noua renseigner A ?*
suJet.
Lea indignnes d"-clarent ne svcir nous renseigner, laura phrea noe I.
.'/;


- 24 -


ade
d'o
de ;

i e
6 u^




datoibu


ayant amaias parl6 de grande forces.
D'aprbe ce que lea indigenes nous d6clnrent, la region de Gateibu, as
principal 12 r gion du !Autara etait moins boisee auparavant; avant
l'arrivde deo curopEens le u;,tara format de grand p&turages.
question 52
Le doboisement effectua h ce jour eat sans importance, 1'indi:gne an
coupant que des arbustes ipineux pour le chnuffage. Le d6frichement-
pour la creation de plantation se pratique trbs peu en territoire d
Gateibu, l'Indigbne diopossnst d'pssez de terrors non boi8ees pour le*
cultures.
Le programme pour le reboiserent (eucalyptus et black-wattle) est ea
execution dans une parties du territoire: c'est In region du Rakic,7
(haute altitude) qui aemble se prAter 3 A mieux h ces essais. Le B ftg-
za ne danne pas de r8isultats concluants, lea termites se rencontreat
en grande quantit-is et 6truisnt 1a plue g~vncde partie des jeuntm
plants.
Question 5-
11 n y a pas de fortts proprement dites un territoire de Gatsibu:onoU
y rencontrone a1 saevne boisde: ce n'e*at cu'ern sorve dans lee galeriFe
ae trouvant l llon de certaine~ rivires ('.uvu-ia, KLakitumba et Kag8
ra) que l'on rencontre certanines esosncea qu'on pourrait qualifier


d'artre, essence qui
certaines collins on
d'une certain 6palss
foio A fbriIuer des
met tA-utefoia pas de
Au posted de 'atsibu o
ques centr.ir.es de bla
date de plusieurs ann
bois de construction.


d'laillouru ne conviennent qu'au chauffage. SUr
rencontre oder, rbree d'uve certnine hauteur et
eur appel4e "3ilumLba" et dont I'6corce sert par~*
tissues indigtnes. La forme de cea arbres ne per w
les e employer coIume Lois de constivction.
n trcuve plusieurs miilliera d' ucalyptus et quel-
ck-:attle qi oat on aspect et don't une parte
es Ce bois peut Str'e utileEnt employ come@
Sur plasieura collins du teritoire on rencon-


tre cquoliue eucalyptus et black-wattle.
a/Superrici4 de la region boisie: environ 1400 km2 de savane b4
(paz de for ts).
/Aomra indigenes des esseeces comiunes au territcire doe Catlbl
sit6: Umugo (80,) umuniania (10o) umukinga (Z)- uaugmen
umugunge, umueaoara, umuduhn, umuvi'nu, umuenzi, umucviehis,
(au total 5%)
c/IPropriit6 qui caract~rise chacune de ces ets encee:
Umugo-umu~iai a-iumukinpga-umagenge-umugunga: arbustes 6pineux
Umusagara: arbtste feuillel de rea emblance au cafIier
rtuduha: latex bLanc-pur;;atif.
Unuvumu : (milumba) norre 6corce pour tissus indigbnes
muenzi: euphorbe: artbute e. Istex blanc-racine purgative
Utiushaesi: arbuste h xroprirtes ,;(6dicinorle (szantl).
Umunionzo: arbre flcure rouces- (nom ccv-un: flamboyantt.


Au t den-
e (20) -
nunionp


Qgue tlo 54
Lees industries indiFcnes du territoire sont:
La corderie
a/ Lea cordee et ficellea sent employees gn.4raleiment pour la
tion d'e-uins de chasse-attrapes et filets.
b/ Lea %aticrea premriree e.ploybes aont: leo fibres du gros
support le rgilme des f -rits du bnnanier; liumugwegwe ou sen
cette plnnte grasese e e trncontre nssez frequemment dans 1'dst
toire.
c/ Les fibrca es gs gro r eeaux provenant dea banaiiers eont tV
sans autre preparation. Lea feuilles ou ti-es de l'umutwegwe
tues bur une pierre a l'aide 'tun morceau Je bois; lea fibres
obtenuco aont s6chees et treseeae en ficelleo.


rameau quL
seribre,
du terrt-
rcsa6es
scnnt beat
ainei


- 25 -


,ho~g~s


facL1~ c;l~




ueb 4WAuIm LU


d/d6bouchds aur place perrmi les indi-genes .-----
Laf vrtnnerle:
Vannerie grosiibr faibriqud6 par les BEthutu et compoase
assiettes, nattes.
Vannerie fine fibri.que par les femmes fatutsi: petits
tiettes, -nttes, corteilles rvec couvercle p.rfois recot
perles.
;----.e/ Les fivres de Ir e.eeevirre ou uugwegwe pourra:
element export-es si ls-qu.ntit's e-istrntee sont conadl
le prix e rrevint sont avantageux.


Vannerie (suite)
a/ usage domestique et
b/ textiles indirgnes (
c/ Trmosage des fibree
d/ pnrmi la population
e/ aucund avenir.


de paniers,

pani er, Mae
uvertes Ue


tent ttre
quentes ot


til-
que


Sornementation
fibres) "utrma.-ru et urufurndzo*
soue diff6rente former
et vcnte nux europiens t(objet de collection)


La yPoteriFa
a/ Pour lee besoina m4nngers: recipients e ea,, V. lait, a bibre, etc.
Wases pour l'ornementation, pipes pour les indaicnee.
b/ Terre glaise se trouvnnt prZs der mernis dsrns tout Ie territoire
c/ se fbriquent complIter ent h I ain en superposant des rouleaux do
Argile I'un sur l'autre. L'objet eet poli lI'aide d'un morceau do
gourde indigEne (coloc-sse). Apr^ S.tre rest ? Jours lI'mbre 1'ob-
Jet est repoli une econce foiEis vec de 'eau puio sloise un jour expo
ad au soleil, nosuite un jo'ir V'- l'mbre et par pr?-. soumis h la cula-
son,
d/' Vente parmi les indikrres : petite vr:.esr artistiques pour Ir. vent*
Aux europ oens,
e/ Aucun nvenir pour 1'e-portation.


Indusatrie du fer:
&/ fabrication des
b/ jinersi de fer
toire de Cataibu.
c/ Le minerai de f
soufflet de fore.
ensuite forge, sur
d/ Parn. la rpopui a
e/ Avenir- limits a


haches, Inaces, points
co1.nI c Lu tumabi u luta


er
Les

tit
s p


eat fcadv d'nne rngon trbs,
combustibfle ect IT chirlrn
fozreo voulues,
n indi.:ne duV territoire.


primi tive
de bois,


de fl chea.
rit, n terri

Sl'aide- du
le for est


-auesaign 55 _^ j .iAis
Lea prevents en cas dic rmalndie sont trrit6s par Ie iddecin de Gataibu
( tat)
Ils aont viaites pa.r le nm!Me .:decin au moment dc leur incarcnraton.

Q \AVITAILLdRT DS.TES EUROKS. .
nation0n on
Lea indiphnes fournissent les vivrec aux autoritb- europ6enneo soit
pour les besoins de l'ndmrinitration, soit pour lea sbeBina permonnels
centre remuneration b.so6e -sur le prix en vigueur dina le comrzerce 3-1
bre (cecl en tnepe norr.l ).


* 26 -


houes, serpes,
see tro.uvant i. I a




Gataibu


sn temps de disette les prix rariaient d'aprbs les
cult6s pour se procurer ces vivres. 11 eat h noter
le prix d. llit, Leurre, oeufs, viande, etc. a te
pl6 sur les enn4*s 1927-1928.
Vom=re 11 eat dit ci-deosus, en temps normal, les p;
:lnistration pour 1'ecqulsition dee vtvrec sent le:
(n6rvlement en vi.7ueur dens les tr~n&?ctions 8'op0
Ia ce temps de disette les prix varient du jour au
trdnanctlona liLres. 11 ser.it difficile h 1'adlmin:
ce mouvement. Pour ce c tif 1'ad:-linistration ach-t<
A. tindri-I:ne, le3 rAticrnnair-s relevant une pnrtic


des vivr


es importlo Cd'ntreS r-cions (riz et V


facilit4e ou dff4tft
que pour l moment
double, voir trli.

rix pay6s par I '.a
zs rgSes que coux
rant libreaent.
lend1iarin danas *
iatration de suivrr
L le noina possible
de leur nourriture
arinc de manioc).


Y COURT D6 LA RATIN.

Cort de l ration r glemeintaire depuis le ddbut
Le prix moyen de la ration pendant l'ann6e 19Z9
Cormmenc6 en jnnvior ? 1,24 I pour atteindre en
2,45 F.
A Ia date iu I Innvier 19"If le nrix de In mrfme


Gntsibu,
Le (.
(8d)


de 1'ann6e: 1929 :
A 6t:!4 de 1,40 ,F
octoLre lf p ix de

rntion coutRit ,655 s,


no vembre
STOFFIT.


1929,


- 27 -


v


MOM 4M VW