Territoire de Kamembe. Rapport etabli en reponse au questionnaire adresse en 1929 par M. le Gouverneur de Ruanda-Urundi ...

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Territoire de Kamembe. Rapport etabli en reponse au questionnaire adresse en 1929 par M. le Gouverneur de Ruanda-Urundi a l’Administrateur du territoire de Kamembe. 24 pages. Jean-Marie Derscheid Collection
Physical Description:
Mixed Material
Publication Date:
Physical Location:
Divider: Reel 2

Notes

General Note:
Image digitized from microfilm. Best quality available.

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
System ID:
AA00002254:00001

Full Text





















Rapport etabli

en reponse au

testionnaire adresse

par M. le Gourerneur

Ruanda Urundi

S1 'Administrateur

Territoire de K A M


en

du


1929


du

EMBE


Qu


W nm mo m e 0 4m w4mumoa*"




shangugu.


A.- DOCUMENTATION CARTOGRAPHIQUE.

2) a) La riviere Ruzizi depuis aa source dans le lac Kivu jusqu'en
aval de Bugarama, present l'utilisation de chutes et de rapides
pour la production de force motrice.
La riviere Lubiro dans la vallee de Bugarama, durant six mois de.
l'annee, et specialement en saison des pluies pour l'btablissement
de barrages permettant l'irrigation de grandes etendues,
b) Les rivibres Luha et Lubiro debordent en saison des pluies sur
de grandes etendues: la difference des niveaux de ces rivibres de
saison seche a saison des pluies est de 4 metres environ.
Les rivieres Kalundura et Kamiranzovu sur les petites Btendues
et A proximity seulement de leurs embouchures pres du lac' Kivu.
c) 11 existed deux varieties de terres arables: la region de Bugarama,
terre noire sablonneuse et dans les autres regions du territoire
de la terre rouge grasse. Ni pierres ni blocs de lave.

B.- ORGANISATION POLITIQUE ET POLITIQUE INDIGBEB.

3) Le territoire de Shangugu fut cr6e au d6but de l'occupation belge
en 1916. Shangugu dependait du cercle de Kisenyi.
4) Le registre des renseignements politiques n'existe pas aux archi-
ves du Territoire.
5) Le Territoire de Shangugu se composait de quatre provinces,& sa-
voir : l'Impara, le Biru, le Bukunzi et le Busoso.
L'Impara etait commander par Rwagataraka, le Biru par Rubago (d6c6-
d6),le Bukunzi par Ndagano (decd6e) et le Busoso par Buhinga (d6-
ced6). Les provinces du Bukunzi et du Busoso etaient des provinces
insoumises.
Au debut de l'occupation beige le territoire de Shangugu, specialeo.
ment la province de l'Impara etait sans chef politique, Rwagatara-
ka,ayant ete mobilise de force par les autorit6s allemandes, se
trouvait dans la region de Nyanza. Rwagataraka s'ltant spontan6-
ment presented aux autorites belges B Nyanza, en l'oocurrence au tMa
jor Muller, Commandant le premier Regiment de la Brigade bud, re-
Sgut de lui une feuille de route pour reprendre administration de
Isa province. Il trouva le Capitaine Le Docte & 6hangugu, et W'est
sous la direction de cet officer qu'il reprit sa province en mains
A cette epoque les batutsi 4taient les cnefs politiques acdeptAs
partout.
6) Le Biru et l'Impara n'ont pas varied de situation politique, sauf
cnangement de chef pour le Biru; Bilasinyeri, l'actuel chef du Bi-
ru, en partie, remplaga Rubago en 1919, Rubago n'ayant pas envoy
son impot au Miwami.
Le Bukunzi restant insoutis jusqu'l la mort de Nda alo en 1923, fut
occupy militairement, les fils de Ndagano refusahn e nsul-
tez documents au sujet de l'occupation militaire. A present le Bu-
kunzi est occupy politiquement par Rwagataraka, cnef de l'Impara,
lequel y a place des batutsi, d'accord avec le Gouvernement, pour
administer les quinze collins du Bukunzi.
Le Busoso dependant de l'autorite de Buhinga, un muhutu sans auto-
rit6, assisted de chefs de collins bahutu et incompetents fut oc-
cupe militairement, et & la mort de Buhinga fut annexed politique-
ment & la province de 1'ImparA.
Provisoirement le Bukunzi est command par le mututsi KIGWIBA et le
Busoso par le mututsi LUKORO:ces deux chefs dependent de Rwagatara-
ka.


- 1 -






7) Le territoire fut administre par Messieurs Le Capitaine
Le Docte dit "Djumi na Mibari". Il arrival a %hangugu en juillet
1916
II remplaga le Commandant Renard de occupation militaire.
Lamury, Lieutenant dit Mombati.
Laurent, Lieutenant dit Laurent.
Douce, Agent territorial dit Douce.
Constant, Cppitaine, dit Costa.
Van Beckfoort, sous-officier dit Kasekurume.
Hanard, sous-officier lit Kaawayawaya.
Verbeken, agent territorial dit Camilli.
Keyser, administrateur territorial, dit Lieutenant.
Fiolle, Agent territorial, dit Bihimbire.
Thielemans, Administrateur territorial dit Thielemans (en 1925)
Dryvers, Agent territorial dit Luhara (en 1927).
Servranckx,Administrateur territorial dit Kazimoto (en 1927).

Les noms de Messieurs .Keyzer et Fiolle sont populaires au sujet de
l'occupation et de administration du Bukunzi: celui de Monsieur
Thielemans au sujet du Busoso. A titre documentaire l'occupation
militaire au Bukunzi fut faite par Monsieur Neys, Adjudant-chef,
et celle du Busoso par Monsieur Benzing, Aspirant, respectivement
en octobre 1924 et dans le courant de 1926.
8) En decembre 1927.
9 Pour la province de l'Impara, nous signalons la region de Bugarama
consider comme chefferie commandee par le sous-chef GISAZI.
Les provinces du Bukunzi et tu Busoso ne competent pas de cheffe-
ries proprement dites, Elles se confondent en chefferies.
3,p..province du Biru n'a pas de chef de province unique. Cette
province est divisee e"n deux cnefferies, b savoir: elle de' Bila-
sinyeri et celle de Ndumwa. Le premier command 15 collides e1
second a cinq. Le second d'origine mushi, dependent directement
du Iwami .
10) Le groupement de toutes ces provinces, a savoir: 1'Impara, le Bu-
kunzi, le Busoso et le Biru, ayant coumme limited la rivibre Kilim-
bi, au Nord, au Sud, la riviere Luha, a l'Ouest le Kivu et & l'st
la Grande Forbt, par une droite allant des sources de la Kilimbi
b la Luha, constitute le Territoire de Shangugu, autrement dit du
Kinyaga.
La province de l'Impara est constitute sur des bases ethniques et
politiques, a savoir : l'origine du mot Impara provient des inga-
bo (guerriers) dg chef Rwanteri, le grand-ye' du sous-chef Se .-
baraga, qui fit P occupation mututsi au nom du 'mw i ifi:' "tat

De mgme pour la province du Biru, qui tire son nom des ingabo du
chef Rukoro, qui fit 1'occupation mututsi en mcme temps que Rwan-
teri.


La province du Bukdtsi
entire la Grande Fortt,
la Petite Foret dite d
me regulier des pluies
ni economique, mais bi
La province du Busoso
pendante par le mwami
- 9n qui lui a fourni
region le principal al
le miel 6tait inconnu


6st la region, qui a cause de sa situation
dite "lia Bega" autrement dit deKibai, et
e Nyamubembe, 6tait la plus expose au r6gi-
. De cT fait elle n'a aucune base politique
en ethnique.
est a base politique. Elle fut rendue inde-
Ruganzu-Ndori du fait que ce fut cette r6-
le premier miel, qui const8tuari pour cItTe
iment des indigenes. Avant cette d6couverte
come aliment au Ruanda.




- 3


11) Les limits administrative du Territoire sont determin-es de fa-
gon tr&s precise, voir response 10.
12.) Elles epousent les limites des circonscriptions indigbnes.
Le sous-chef RWAMFISI, commandant la colline de Kihango, province
du Biru, possee degalement une colline en Territoire e Lubenggra,.
dite de Muramba. Rwamfizi, sejourne alternativement sur une de
ces deux collins.
Les cnefs indigenes NTURO, KAYONDO,-KANUMA, sejournant habituelle-
ment dans les Territoires de Nyanza, de 1'Akanyaru et du Kisaka,
possddent des collins en Territoire de Shangugu. Cependant ces
collins ne sont jamais visities par les cnefs precites.
Cette situation present certain inconvenients, a savoir :
10 Que les cnefs indig&nes de province sont tents d'abuser des
prestations demandees h ses sous-chefferies. C'est le cas pour
le chef autoritaire et rice en betail.
20 Que les sous-chefs influents tiennent tate aux chefs indigenes
de province, sans autorite et de peu d'importance aux yeux d4s
batutsi tant donned qu'ils n'ont pas beaucoup de betail.
Pour r6dmdier cet etat de choses, je suggere l'6change de colli--
nes situdes en Territoire de Shangugu et dependantes de cnefs in-
digenes installs dans d'autres territoires avec des cdlines dd-


pendantes du chef de l'Impara, qui est le saul & avoir des colli-
nes en dehors du Territoire de Shangugu, en l'occurrence en Terri-
toire de Nyanza.
Ii est I noter que le Territoire de shangugu compete multes sous-
chefs dependent directement du Mwami. Je suggere que ces souso
cnefs, lesquels sont actuellement indcpendants des cnefs indigenes
de province, pour les prestations en impots, en main d'oeuvre, et
betail, pour autant qu'ils n'aient pas regu du betail d'un des
chefs indigenes de province du Territoire de Shangugu, passent sdut
l'autorite directed de chaque chef de province. A ce jour, ces souiSg
chefs, dits "abaragu bum Mwami", sont places sous l'autorit6 direc-
te du chef du Territoire. Cet 6tat de choses, amene le chef du Ter-'
ritoire a entrer en relations constantes avec certain sous-chefs,
sans grande importance, 6tant donn6 leur ingerence, et leur admn- '
nistration impolitique, du fait qu'ils sont anciens boys ou soldato
auxiliaires des Allemands.
13) Les grandes cnefs actuellement a la tSte des provinces sont :
Rwagataraka pour l'Impara, le Bukunzi et le Busoso, represents
dans les deux dernieres par les nommes KIGWIRA et LUVKQS
Bilasinyeri pour le Biru. -* 1


!




V'4


Shangugu.


Jiiche biographique du
la province


chef RWAGATARAKA, commandant
de 1'Impara.


Origine
idem


: mututsi.
de la famille des
de KYENZA. frere


iBega,
de -ore


fils
et


aine de
de mere


SRWIDEG3EBYA, file
de Nyrayuhi. mere


Sde using.
c) Degree de culture: I1 sait lire et signer. A appris h lire b domi-
cile par un moniteur fourni par la Mission de Mibirizi.
Id) A la prestance exterieure d'un grand chef mututsi. A une autorit4
incontestable sur ses sujets, tout en conservant un calms imperturo
able.
Comme tout chef mututsi est souple et diplomat.
Est d'un devouement eprouve, semble-t-il, l'autorite europ6ennp.
e) Age d'environ 41 ans. Polygame. Declare posseder actuellement deux
femmes, lesquelles ne lui ont pas encore donn6 d'enfants. D'une a U
tre femm repudee il a trois grands enfants, a savoir: (guu
Ntagandaet Pundi', lequel est a 1'Ecole de file de Chefs a y'iza.
"u~T-ne second re'pudee ii a un gargon, NNgogaPet une fille, ~augkU-
kaka. D'une autre concubine,repudiee de~ mme, il a un gargon, nom-
RV"ftwan te ri :
f) En I8... est arrive dans l'Impara, envoy par son pere Rwidegembia,
pour l'y representer. Le chef de l'Impara de ce temps fut le e~oamr
Bilasenyeri, sous-chef de Rwabilinda, du vivant du Mwami Lwabugiri4
BilasAnyeri a conserve la direction effective de la province jus- -
qu'en 1914.
g Investi en 1908 comme representant de son pere dans l'Impara, con-


serva Bilasenyeri come son home de confiance jusqu'en 1914.
h) dommande 1'Impara come rempla:gaa-nt de Rwitegembia.
i) Depuis longtemps s'est degage de ces pratiques de magie ou de so
cellerie don't il a reconnu l'inanit.t
j) Esprit tres large et liberal a 1'lgard des Missions et des sujet
qui manifestent le desir de se convertir. Ses trois fils aines,
le petit N gga se font instruire dans la religion catholique.
k) Fournit I'impot au Mwami; c'est le beau-fils de ce dernier; con-
servant tout de m~me son independence au point de vue de l'autor
te europeenne, dans ses moyens d'agir.
Il y a de rares changes de correspondances entire le Mwami et Rw
gataraka. Cependant le Miwami se mefie de Rwagataraka, pace qu'i
le juge trop gagn4 a la cause de l'autorite europeenne.
La teneur de ces correspyndances est communiquee & l'Administra-
teur du Territoire.
Peut-atre que des lettres sans importance ne sont pas present6es
& l'autorite locale.
II n'existe pas d'emissaires particuliers pour transmettre des c
munications d'ordre politique ou quelconque.
La plupart de ces correspondances ne revele que des demanded et
des envois d'impots coutumiers.
1) N'a pas de rapports avec les autorites indigenes voisines, sauf
ceux de service l'occasion des reunions en Tribunal Frontibre
Indigene.
m) Command 173 collins ; totalisant une superficie approximative d
153.000 ha. et exerce son autorite sur 18.171 contribuables.


14)


r"


et


i-

1-
1


e




shangugu -

n) Sa richesse personnelle se .chi.fre en. btail, v6tai evalu4a
twtes de gxos betail.
2IiieTe train de vie d'un grand chef. Se loge et se nourrit
1'europ6enne.
o Respectueux pour le Mwami, en fournissant regulibrement son imp68t
p Donne pleine satisfaction a l'autorite europeenne.
q) N'a pas encouru personnellement des amendes, mais veille h l'ex6-
cution de celles inflig6es a ses sous-chefs.
A ma connaissance je ne connais pas de cas ou des sous-chefs frap.
p6s d'amende en betail ont prelev cette dernibre sur lee trou-
peaux de leurs administr6s.
r) voir response d).
) Au Tribunal Indigene il tranche les palabres d'apres la coutume.
En dehors du tribunal indigene j'ai la conviction qu'il eat justel
et impartial pour les causes anodines lui presentees, b savoil ,
des differends au sujet de coups et blessures, vols prestations 4
en travail, mais en ce qui concern les palabres au sujet de ssee
abaragu (suivants) avec des sous-chefs, cnefs de colline, l'int4.
rot doit bien souvent primer le droit. C'est natural au batutsi..

i














:
..i












1 i -




6 -
Shangugu.

14) Fiche Biographique du chef BILASINYERI, 7T
c commandant de la province du Biru,

a) Origine: mututsi.
b) idem 'de la famille des Banyiginya, jAlsde SEUTABtU lequel
6tait petit fils du mwami Yili-lAKazimpaka.
c) JegrB de culture: Illettre.
d A ce jour est devenu inapte a tout commandement cause de son
grand ge.
e) Age d'environ 75 ans. Polygame. Pour le moment a quatre fem A
encore quatre eniants vivants et de son fils aine s ~~f qua-
tre petits fils, don't l'aine Matabaroest age de 8 ans, er Tr6quen-
te 1'Ecole Shangugu.
f) Chef nominal du Biru, cette province fut commandee par son file
NDABIKUNZI. A la mort de ce dernier, survenue...AnJ192 E. lasyineri ,
a dO reprendre le comrnandement 'du Biru, assist de son neveu Mui*i

JADIS, il fut un grand cnef. Sous le regne de Lwabugiri, il oomman-
da une pattie de 1'lle Idjwi ; apres lamort de Lwabugiri, vers
iT"fut sous-chef d' Rwabilinda, depouille vers 1906, I' arriveede
Rwidegermbia dans 1'r-para. Rem'plit les a:'fihi f"ictions sous Rwide-
gembia et Rwagataraka jusqu'en 1914. En 1914, il fut remerci6 et
alla resider dans les environs de Nyanza. En 1918, il._rem~i ag, u-..
bago, comme chef du Biru, assisted de son fils Ndabikunz4 precite.
g) En 1918. Aucun lien de parents avec son predecesseur Rubgo, lequel
fut un mushi (originaire du tivu, Congo belge). r
h) Musinga et le R6sident du Ruanda, le Major De Clercq.
i N'a rien abandonne des anciennes pratiques de magie ou de sorcelle-
rie, etant trop vieux pour evoluer. Parg contre, deux de ses fila
sont sur le point de devenir chretiene.
j) Bonnes relations avec les Missions et laisse pleine liberty h sea
sujets.
k) Grand partisan du Mwami. N'est pas tres regulier pour la furniture
de son impSt au Mwami.
N'a pas de relations politiques ecrites, ni par 6missaires avec le
Mwami.
l) N'a pas de relations avec les autorites indigenes voisines, sauf
ceux de service a l'occasion des reunions en Tribunal Indigene Frond
tire.
m) Commande 13 collins, totalisant une superficie approximative de
6000 ha. Exerce son autorite sur 1G25 contribuables..
n) Sa ricnesse personnelle est insignifiante. Se reduit h quelques
totes de betail.
o) Dependant directement du Mwami, de bonne volonte malgre son age,
n'a pas donned lieu -. plainte de la part du Mwami.
p) I1 donne satisfaction et imite en tout Rwagataraka.
q) T'a pas encouru personnellement des amendes, pour le bon motif que
c'est l'autorite locale qui est en rapport direct avec son assia-
tant, Munieshal.' soit avec ses cnefs de collins.
r) Comme 'aIT"Vlus haut, Bilasinyeri n'est plus apte h commander, et
son autorit+ n'est respectVe que pour autant qu'elle est soutenue
par 1'autorite europeenne.
s) Est un conseiller 6cout6 au Tribunal Indigene par les judges plus
jeunes en age que lui,


\




Shangugug 7 -

15) Comme dit a it r ponse n, 12, certains sous-chefs de colline, d6--
pendant directement u n.uiM devr-ient passer sous 1'autorite directed:
dc~ clefs de 0Tro"ince. DE plus, tous cec aLanyabikinki dependaient Jai
die de l'Impara, r t ce fut la detmnde du mwamii qu'ils regurent 1e
commandment d'une colline, en recompense de services rendus. Aussi, iV
tout semble indiquer que cs scus-chefs, d' oricine 6trangere, ont te6.
places au cor -andere nt de certaines collins liritrophes de la Ruzizizi
et du Congo ccici ~cur ieux sCervir Ics' attaches de sorcellerie gar-i:
dees par le mwami. Tels -ont TDUMWA, d'origine mushi,RUBERAlOHETO, ;
idem, MUTIJIMA, Aidem.
in ce qui concern les collins propres aux grands cnefs Nturo, V
Kayondo et Kanuma, il serrit bon de fire un change avec des colliner
d4tenues par Lwidegemibia, et Rwagatarcrka, dans leurs territoires res-
pectirs .

16) Les sous-chefs de collie d6pendant du chef Rv agataraka pour les
provinces de l'Impara, du Bukunzi et du Busoso ne donnent lieu & au-
cune plainte de la part e Rwvagataracka.
En ce Qcui concerme lee sous-chefs d6pendant de l3ilasinyeri, ils lui
donnent satisfaction, sous la pression de 1'autorit4 locale.


17) Kayondo,Nturo et Kanuna,
leurs territoires respectifs,
sentants au Kinyaga. Ces dern
a leurs chefs don't il depcnd
cnefs de province r6sidant en
En ce qui concern le transpo
du mwami, je constate des gra


de 18 a 20 joi
province de 1
de Nyanza,afi!
dependances di
re toujours m
pagn6 de 200
ravane, une c;
de vivres sur


urs, de
'Impare
n d'y
u boima
irie, ce
,. 300 p
.ravan e
place,


S4o00 a
, pour a
ro cder
du nwaui
nombru
orteurs
de 400
ce qui


0
u


0.
d


gracnds cnefs de province residant dans
laissent toute liberty h leurs repr6-
iers fournissent leut impSt r6gulierem2ne
ent, et nc creent pas de difficult6s aux
Territoire dce Shangugu.
rt de l'ikoro (impot) N7yanza, 6 la. cmul
nds inconvenients,a savoir: une absence
0 Iho mecs du Territoire,rien que pour la
tant tu ils ne soient retenus a la court
des r.foctions de constructions ou de
en les annees de disette, et je puis di-
e 400 600 porteurs d'ikoro, est accom-
e vivres pour le rsvitaillement de la ca-,


SS00 homes ne trouvant
autrement lee tenterait


pas suffisamment
a piller et voler


C.-ORGANISATION SOCIELE ET FAMILIAL.
REGIME DE LA PROPRIETE FONCIERE.


18) Le territoire de Shcngugu compete
et


20,858 Bahutu recenses.
2.590 Batutsi idem.


19) Pour la province de 1'Impara 1'influence des chefs Batutsi repose
sur des considerations d'ordre economique, du fait que la propriety
du sol, du b6tail, remote au mwami Lwabugiri.
Il n'en est pas de mime au Biru parce que Bilasenyeri est un chef
impose et pas riche du tout.
Pour la province du Biru on pourrait remplacer Bilasinyeri sans aucu4
ne difficult.
Pour la province de 1'Impara, le replacement de Rwagataraka presen-
terait une perturbation social grave, pour le cas que son remplagant
ne soit pas aussi riche que ce dernier.En effet, tous les sous-chefs'
de colline de l'Impara sont ses abaragu (suivants)et d6ti-nnent du
oDtail a lui propre.
Pour le Biru on peut envisager le cas de remplacer Bilasenyeri par
un chef impose, et pas ricne.
Pour 1'Impara,le Bukunzi et le Busoso,le conflict peut Stre r6solu, en
imposant un chef (pauvre)cn retirnnt les Batutsi. Dans ce cas, nous
nous trouverons devant un chaos ge4nral.


I




Shiangugu


20) La furniture aes
cult par les Bahutu.
celui qui serait tented
terres ou de son bitai


prestations coutunieres est accepted sans
Cette furniture est ancree chez eux. Du
a s'y soustr.ire, se verrait depossede d
l, qu'il detient du chef.


- 8 -


21) La population du
de 1'Urundi, du Bush
foncier hireditaire,
au point .d vue des


territoire 6tant unr nlange de families venues
i, et du Ruanda, Kisaka, Ndorwa, n'a pas un droit
et re present aucune particularity interessante
coutuues socioles, familiales et religieuses.


D. IMPOTS ET PRESTATIONS COUTUMI3RES.


La province de 1'Impara compete
Dukun z
Busoso
Biru


15737 contribuables
3713
998
3800


et 10850
2150
27
6380


23) Les imp8ts de capitation,de polygamie et s
pergus d'une fagon collective ou d6but de 1925
les gestions de Messicurs Keyzer et Fiolle.
D'une fagon individuelle depuis 1926.
La perception collective faite par les chef3
temps on ne comptcit que Rwagatrnlka, le chef
homes sous la conduit des chiefs de colline a
L'imp8t collectif ne fut pas pergu danc les pr
Bukunzi et du Busoso.
Le chef de province rCceve.it un nombre de je
des secr6tnires indigenes, lesquels se rendaie
collins, qui leur re'ettSient une sounme d'arg
tons livres. Ces jetons furent remis par les s
nes h leurs homes. Inscription de ces vente f
tre ad hoc.
Dans ce cas, l'autorit6 europeenne n'6tait p
qui avait paye 1'imp8t.


ur le
, 1924


betail ont ete
et 1923, Durant


'e province, de ce
du Biru, amenant ses
u poste de thangugu.
ovinces insoumises du

tons, qu'il confiait.,
nt cnez les cnefs de
ent equivalente aux je-
oins des chefs de colli-
ut faite dans un regis-

as a mreme de contr8ler


24) A ce jour, les exemptions en matiere d'i
sur simple presentation du contribuabled d6s
que cas est examine par 1'Administrateur du
une fiche individuelle pour les cas de vieil
soit impotence et en enrral tout individu
a, ses besoins et a charge de so famille.
Le nombre d'exempts pour 1929 est de : 4.
II est a noter que pour le territoire de S
bles recen3es present des travaux au Congo
quittent leur imp6t de capitation au Congo B
cet. impt soit bien superieur a celui fixed p


Shangugu.
Toutefois
du pavement
digenes du


25 ) Les
coutume,


mp8t
ireux


ce
d'


Territo
lesse,
ne pou


hangugu
Beelge,
elge, b
our le


i
m
v



e
i
t


capitation se. fail
9tre exempt. Chb&-
re, lequel remet
aladie tempora're,-
ant plus pourvoir


multes contribua-
t de ce fait ac-
en que le taux de
erritoire de
..


, administration locale de Shangugu n'est pas inf
de cet imp8t paye au Congo Belge et partant les ch
Territoire ne touchent pas les primes y afferentes.


pres stations
parce que


orm6e
efs in-P


en nature faites au mwami sont precisees par la
elles reposent sur le droit coutumier ancestral.


22)


tttes
de
betail


..


diffiq
reste,
e sese-.




Shangugu


26) Rwagataraka ajoute aux prestation
relations. II envoya une fois la somrr
une machine h .crire. Et avec l'ikoro
mwani. Ceci fut fait h la demand du
C'est sLrement par intert t t pour
que Rwagataraka a ai .
Bilasenyeri n'oppose pas une inerti
niture des prestations au mwami, mais
lui cr`ee par scs sujets, sur lesquel


is prevues des cadeaux de bonnes
ie de 1000 francs; une autre foi
de 1929, il a remis 2000 frs a
elwami.
entretenir les bonnes relations


Le propremrent dite jour le
presente une certaines i
.s il n'a aucune autorite.


6S
,!


f our-
ncurie


27 ) L'administration
globalement et que le
longtemps en route ct


uropdenne
porttAurs
surtout a


vc.ille
dc cet
Nyanza.


ip ce
imp8t


que
ne


I 'imp8t
tardent


soit envoy
pas trop


28) Voir page suivante.


29) Les chefs
station de ces
coutupiEre.


ne se livrent
prestations en


pas a des
nature,


abus
mais


, la faveur
prennent leur


de la centralif
quote-part .


Le Biru ne
r du mwami .


fournit
sulorb-W'- I w -- --


point de prestations en


main d'oeuvre


L'Impara par centre une annee sur doux doit repa
soin reconotruire l hutte, dite de Lwabuguri, d
mwami 50 travailleurs.
Tous les deux ans.
Ces 50 travailleurs y sont occupies de trois a qu


rer
ans


atre


ou 'Uien
1e borne


a la


au
du


mois.


d La hutte de Lwabugiri et le rugo enceintee) de cette hutte.
e) 11 est remarquer que la infections ou la construction de cette
hutte ne se faisait pas uniquement au moyen de la main d'oeuvre
fournie par 1'Impara, mais bien avec le concours d'autres cneffe-
ries dependantes de Lwidegembia, telles cells du Marangara'(les -
Isumu) et de Lubengera (les Basimia).
Ces 50 travailleurs se procurent leur nourriture au moyen de houes8:
de bracelets, soit de monnaie, et tout article indigene d'6cnange
qu'ils avaient amenes de chez eux, a dessein. Ces articles d'1chaa
ge 4puises, ils 6taient reduits quemander. Ils se logent dans lelt
environs de Nyc.nza, ch ils trouvaient un gite tant bien que mal. i

28) Tableau r6capitulatif des prestations en nature fournies par la
province du Biru ;

Nature des prestations. Quote-part de LIusinga et de chaque Valeur
chef. uni ta.~-
a M using valeur au chef valeur re j

Frs BILASINYERI chef du Biru,
Bracelets dits 48.000 720,00 20.000 300.00 15frs 3
Butega 1000.
T- v A ; +f100 i


Houes J uites
Maj embe
Tatrillons dits
Amamana

Du munyakikingi

Koues dites
Maj embe


60


720,00


8 2.400,00


20
-m


240,00


12frs :1
pi oe


NTURO sous-chef et client de Musinga


240,00


30
CO'
a)
a)


be-


- 9 -


D


- '


10


120,00
.,




Shangugu


Nature des.prestations.


Quote-part


SKMusinga


Du chef NDUMWA


Bracelets dits
Butega
Houses dites
Maj embe

Du chef Kajonge

Bracelets dits
Butega
Taurillons dits
Amamana


client


valeur


de ,Iusinga


60.000

300


client


900,00

3600,00


de Lusinga
chef.


au che


TTUMWA


10 .000

100


de Musinga


10 .000


150,00

300,00


2.000

1


- 10 -


Du chef Ruberamiheto


client


de Musinga


RUBERAMIHETO


Houes dites
RaJ embe
Taurillon dit
Imana
Du chef Rutarira


client


120

. 1
de Mus


1440,00

300,00
inga


1
RUTARIRA


360,00

300,00


Bracelets dits
Butega


Houses dites MLaj eibe
Taurillon dit Imana


Du chef Mutijima


client


de Lusinga


MUTIBIMA


Houes dites Majembe
Taurillon dit Imana


Du chef NTdabahinye client


de Musinga


NDABAHINYE


Houes dites Majembe
Taurillon dit Imana


Du chef Rwamfizi


client


de Lusinga


RWAMFIZI


Houes dites Majembe
Taurillon dit Imana


Du chef Binega


client


Houes dites Maj embe
Taurillon dit Imana


de Musinga.


40
1


480
300


BINEGA


,00
,00


20


Prs 15240,00


240,00
300,00

4635,00


10 .000


60
1


150
720
500


,00
,00
,00


5.000
20
*won


75,00
240,00
-s


100
1


1200
300


,00
,00


50


600,00


300
300


,00
,00


10


120,00
--s


20
1


120
300


,00
,00


60,00


." 1*'**


et de chaque Val.mt'i
unit.
f valeur re
m .



150,00

1200,00




30,00

300,00


4wI~ sm am a w r IMF a*" am 004w qmrrrr rr rr m~ m r mw I w


Frs




Shangugu


Tableau recapitulatif des prestations en nature dites "IKORO" de la
province de l'Impara au Hwami (Pour 1929)

Nature des Quote-part de usinga et de Rwagataraka. Valeur unitai-


prestations.


lMusinga


Valeur


Rwagataraka


Valeur


re au march
de Kamembe.


Bracelets dits
Butega
Nattes dites
Ibisuna
Ibikangaga
Courses dites
Bisabo
Fleches dites
Mishare
Series dites
Mipanga
Hydromel dit
Asali
Haches dites
Mashoka
Houes dites
Maj embe
Raphia tit
Umondo
Panier-assiette
dit Inkoko
Couteaux dits
Visu


Pots A lait


99.700


560
1 .285
52

100

69

7

5


1495,50


21480,00
624,00


6.000


40
200
1


20,00

552,00

252,00

40,00


2046 25552,00


2

200


dits


Ibyanzi
Bibre indigene
Pombe
Carquois dits
I mi tana
Vieilles houes


pour forger
inyerere(vo:
Miel dit Im:


30


dite 85

200

60


des
ir plus
itsama


dites


Amulettes
Birunga
Colliers


bas
38


20


de Derlesl000


dits Ushanga


Bracelets dits
Inyerere
ARGENT


1000


20,00

200,00

20,00

150,00

1275,00

400,00

120,00


2850,00

1000,00

1500,00

100,00


90,00


2400,00
12,00

--,--

--,--m
3 wou

uw am


w--, I


220


2640,00


15frs le


20frs pib
8frs -pil
12frs laI


1000


ce
ce
piEce


5 pour 1 fr.
-i
8 frs piece a

36 frs le pot.


8 frs piece-

12 frs piece


15 frs


20


11


m-m mm



300,00



--,- -


825,00

-"-,--
m-- -
e- e m


1 fr la pi&ce

2 frs piece

5 frs pibce

15 frs le pot

2 frs piece a


2 frs piece


75 frs le pot


50 frs piece


--, 100


pour 5 frr

pour 10 fre


3350,


mm mInm mI I l | | | | I I |m m |i I Im| I -o m mnim I I I I I I1 mnImm | I| on


57670,50


frs


9617,00


Considerations:

pour 1'I KORO.


gataraka.


Ajoute


eux, quote-part
Joir.


Le mwami touche done


prestation en


de cette pro
prestations


z, en plus ce q
que je ne suis


nature


de la province de 1'Impara des
valant 57 .670,50 frs. Les indi


vince parent en
valant 9.617,00


plus de cet
frs au chef


te taleu
de prove


RgneE


Lr des
ince,Rwab


Lue les cnefs de colline retiennent pour
pas parvenu a connaltre sous son vrai


frs


_ __


-. ,rl ,11 GI,- III rol I, ii, Ii e II l, rl rr 1 4l ,11 i tl t r I rr o o m s w to
--~ ~ 311111 -1 1 i -- ll i i i .. .. .. ......:.. .. .


- 11-


: :
r
I


i


- I




Shangugu -12

A mon avis, pour les collins oa un certain pourcentage des indighnes
travaille dans une entreprise europeenne, la valeur des prestations
demandees devrait etre fixee en argent. En effet, a ce jour, ces tra-
vailleurs consacrent la plupart de leurs salaires & acheter les pres-
tations en nature/ aux marches environnants de celui de Shangugu.
D'autres travailleurs ne pr6tendent pas payer et les chefs de colline
ont difficile a rassembler la p~rt qui leur income coutumibrement.
II est a noter que le chef Rwagatarak~ lme reclame pas toute sa quote-
part. I se content d'un peu d'argent; ce qui allege de beaucoup lesa
pkestations dues par ses indigenes.
x x x


En plus de 1'1
thzi d'haricots don
Nyanza. Cet imp6t s
67 mitiba (paniers
et de 44 misutu (ch

La quotb-part du ch
est de 16 mitiba so
86 misuti so
quote-psrt en plus
1 franc le kgr. ce
ter aux 67.287,50 f
50 frs come presta
maximum est de 80.9


' IbiManikwa


KORD LA province de 1'Impara env
c tous les six mois I1'IBUHUNIK
e compose d'environ
d'une countenance de 150Kgr)soit
iarge ordinaire de 25 Kgr environ


,ef Rwagataraka,


it
it
de
qu
rs
,ti
97


est four


chef de la provi:


oit
WA,


chaque recolte
a la cour de


10.050Kgr( TOTAL
)1.11OKgr(lo.160
(Kgr.
nce de l'Impara,


1.400 kgr. et de
2.150 kgr done un total de kgr. 3.550
la quantity envoyee au Mwami, soit & raison de
i repr6sente la valeur de 13.710 francs, a ajou-
comme valeur de 1'Ikoro, et un total de 80.997,
ons en nature fournies en moyenne au mwami. Le -
,50 413.710 = 94.707,50 frs. tant donned que
ni deux fois l'an.


Le mwami touche done
57.670,50 frs d'Ikoro de 1
10.160,00 frs d'Itiguniikwa
15.240,0.0 frs d'Ikoro et d
67.830,50 frs au total.
Ajoutons les valeurs des c
nes et nous arrivons au cT
prestations en nature press
indigenes.
Les quantity's rensei~e, C
pour lesquelles les notable
rement a installation de
re, et dans le district du
Les engagements de main
effectues et font de plus
quence logique de soustrai
tumiere.


L
'


nnuellemen
Impara
idem
Amamcna du


t des indigenes du Kinayaga pour


Biru


Luotes-p'rts prelevees par les chefs indigh-
Liffre de 114.582,50 frs come montant des
crites par la coutume et A ex6cuter par lesl

s aux tableaux constituent les prestations
es du territoire avaient e4t taxes antrrieu.m
s entreprises europeennes dans le territoi-1
SKivu.
d'oeuvre que les susdites entreprises ot0j
en plus tous les jours,ont eu comme cons6-
re des centaines d'indigenes ~ la vie cou-


Dans les environs immdiats des concessions de la society Protanag
par exemple,des sous-chefferies ont vu partir, leurs membres mtles,a- .
dultes a raison de 80%.Cons4quemment, les notables interesses se sont
plaints,les uns de ce qu'ils ne sont plus a mxme de fournir les pres-
tations,c'est le cas pour ceux du Biru,ne'tant pas ecout6s en general,
d'autres de ce qu'ils desirent voir diminuer la quantity et la nature
des prestations.C'est le cas pour les "Amamana"qui ne servent qu', la
sorcellerie de la cour de.Niusinga.D'autresencore,profitant de la situ-
ation un peu embrouill6e qui a ete creee a la suite des reclamations
de certains,retardent leurs envois dans l'espoir d'en retire quelque
benefice.




Shangugu


A mon avis le pri
station ne servant
Musinga devrait e
De mime pour
Et en ce qui
et "ibikangaga",
moitie fournie ac


x de la houe indigene tant trop elev,
qu't. la fabrication des "inyerere a la
tre supprimie.
les taurillons devant servir aux sacrif:
concern la furniture de nattes dites
chaque notable ne devrait etre taxes que ]
tuellement.


cette
court


de


ices.
"ibisuna"
pour la


Rien de special pour les autres fournitures.




S


32



I


)hangugu 14 -

La repercussion de ces prestations en travail et dues & la cou de
Nyanza par ces 50 travailleurs n'entrainent rien de grave dans le
developpement general Ie agriculture du territoire de yhangugu,.
Le changement de climate peut avoir une repercussion au point de
vue morbiditE et mortality de ces travailleurs d6signes pour lee
corvPes a la cour de Nyanza. En effet, la fiBvre dite "amseke",es-
pbce d'hemathurie,peut surprendre ces travailleurs au Nduga.

)La limited admise par le Gouvernement est respect en ce qui con-
cerne les prestations coutuminres en travail dues aux chefs indigb4.
nes. En effet, ce jour je n'ai pas Et6 amen6 i intervenir.
La proclamation a ce sujet est r6pet6e de temps en temps au Tribu-
nal Indigene.

) Ces prestations consistent en cultures et la r6fection des huttes
du chef. Les travailleurs astreints a les fournir sont bien trait
Ils comnmencent de tres bonne heure et a deux heures de 1'apres-
midi, ils peuvent rentrer chez eux.
Le muhutu travaille pcur le cnef de colline, et les abaragu batut1a
S, -- --- --


ceux qui ont aes vacnes) sont astreints a repair pjriouiquuemeni
les huttes du chef en tout ou en parties.
L'autorit6 europeenne exercera son contr6lo en tranchant les liti-
ges quand ils se prtsenteront.

33)11 n'existe pas de prestations coutumieres speciales pour le Terrii
toire du Kinyaga. Voir le "Kularira" cite pour le Territoire de
Ka aya, existed 6ralement au Kinyaga.-Voir mon rapport a ce sujet,
lettre no 469/Pol.Ind. du 23 ayril 1929 0 Monsieur le Resident du
Ruanda.

E.- TRAVAUX PUBLICS.

34) Les depenses ordinaires se resument au credit "Entretien poste"
et leur montant dC16gue pour l'annie 1927; et "Reboisement du Ruan.
da" et "Reboisement a Matshuza (Fours a Chaux du Gouvernement).
Les depenses extra-ordinaires se r6sument a la "Construction du
Poste de Kamembe, Art.L.A" et "Article Routes", pour la construe -
tion de la route Usumbura-Shangugu.


35) Le salaire journalier paye aux travailleurs employes
traction des routes et aux travaux de construction du
te a Kamembe est de 1 franc par jour.
Ce salsire est celui paye par l'indigene qui preste c
chez un autre indigene de la region. I1 est inferieur
a la society colonial Protanag, seul organism europ
installed dans le territoire. En effet, cette society
par jour de travail.


e

P


a la cons-
nouveau pos-

s services
a celui paye
,en important
aaie 1,50 frs


36) Le recrutement des travailleurs necessaires aux travaux de route
et du nouveau poste de Kamembe se fait sans aucune difficult. Un
r8le est instaure pour les collins environnantes les lieux d'ex6-
cution de ces travaux. Les travaux de construction et d'entretien
des routes dites carrossatles sont executegs au moyen de travail-
leurs remuneres par le Gouvernement au moyen du credit allou6, -et
par la Societe Coloniale Protanag, en ce qui concern specialement
les routes employees par cet organisme.(Route Shangug-Lusunyu, et
celle de Lusunyu a Kibasi).
Pour les pistes et routes secondaires du territoire,les prestationr
dues aux chefs par leurs indigenes, pourvoient a l'entretien de
celles-ci.




Shangugu


37) Le recrutement pour compete d'entreprises privees se 1
mite National du Kivu. Aucune aide n'est donnee h cet
pour la reussite de ce recrutement.
Les contracts d'engagement des travailleurs par les org
peeens installs dans le territoire sont soumis au vis
Le contr8le de l'observance, par les employers, des p
legales en matiere de contract de louage de services, s
l'occasion des plaintes faites par les travailleurs, s
sion de mes visits sur les differentes concessions, s
chantiers. Celui en matiere d'hygiene et de security d
leurs est observe pour tous les travailleurs; en effect
Protanag soiLgne inistinctement tous les travailleurs
organismes. En ce qui concern le loge:ent, les travai
socidt6 Protanag "tant tons originaires du territoire
et des collins voisines pour ce qui regarded les conce
tanag dans le tcrritoirc, ii est reimarquer qu'il n'e
de camps de travaillturs, ces derniers rentrant chez e


accomrplie. Les travailleurs
place de Kameroe sont loges


chez leur mal


les
tre


co naer
et ce


ants de la
come prescri


38) Les secr6taires indignes rendent des services tres appriciables
en ce qui concerned la collect de l'impSt. Je ne puis Stre aussi af
firmatif pour ce qui concern le recensement des indigenes. Bien q
le recensement soit fait nominativement par colline, il est aver
que certain contribuables y renseignes sont a exempter pour vieil-i
less, d'autres pour leur jeune age. De plus, il est possible que
tous les indigines miles adults ne sont pas recenses. Ce cas doit
exister pour certain clients de chefs de collins, soit pour leura
meimbres de famille. A la base du recensement doit exister le livret
pour chaque contrituable male adult, et a celui de la collect
d'imp8t la contrainte par corps pour l'indig6ne retardataire ou
recalcitrant.
3n cc qui concerned le recensement des indigenes, les secretaires i
indigenes ont comune directive de m'envoyer tout vieillard, tout
impotent, et tout non adulte d'sireux de payer l'imp8t, aux fins
d'exemptions. Cependant rares furent ceux qui se sont presents en
1928 et 1929 pour se fire exempter.

39) Les policies indigenes dit territoriaux donnent satisfaction,
etant donna, qu'ils sont disciplines.
Sur les vingt policiers en force au Territoire de Shangugu 17 sont
originaires de la tisidcence dle l'Urundi, et 3 de celle du Ruanda.
Les policies Barundi ont regu une formation de quatre mois au cen-
tre d'instruction de policiers a Kitega; ceux du Ruanda a Shangugu
et KCigali. Leur riission consiste mh nonter la garde aux bureau
adiministratifs (Caisse territorial) au magasin de transit et & la
prison du territoire; a escorter des prIvenus, et a porter des con-
vocations et Aessag-es.
Etant do nd que ces policies ne sont pas arms, partant ne sau-
raient s defendre pour le cas qu'ils se trouveraient en cas de 16-
gitime defense, je ne leur confie point des arrestations De plus,
ces policies non arms, n'inspireraient aucune crainte aux indivi-
dus qu'ils auraient pour mission d'arreter.


imite au Co-
organisme

;aniames euro-
a.
rescriptions
e fait h
oit & l'oooa-!
oit sur eas
es travail-
, la society
des autres
lleurs de la
de Shangugu,
ssions Pro-,
xiste point
ux la t&che




Shangugu


G. E!TSEIGNEMTLNT.


40) II existe deux etab lissements d'enseignement, a savoir: celui don t
ne par les RR,.PP. Blancs d'Afrique, et celui du Gouvernement.
Les RR.PP,Blancs possident eux missions dans le Territoire, savwe.
celle de ibiirizi et celle de Nyamasheke. 11 est prevu meme une
troisiJme r-ission et qui sera desservie A Isliangi par des Prltres
Indigenes Qui dJpendiront provisoirenent de"' a Mission de Nyamashdc
En plus de ces mYissions les RR.PP.Blancs competent encore 6 chapel-
les-6coles pour la mission de Nyamasheke, ainsi que pour Ishangi;
et 13 chapelles-6coles pour la MLission de Mibirizi.
Pour le nombre d'4elves inscrits au course, la moyenne journaliere
des presence, le progra-me des course, et la formation qu'on regue i
les moniteurs, s'adresser ', onseigngeur CLASSE a Kabgaye, qui s'es ~
reserve aupros des Reverends Peres de fournir lui-mame les rensei-
ghements A ce sujet.
L'Ecole pour Batutsi du poste de Shangugu compete 23 eleves. Si le
nombre d'l1ves parait peu e41eve, je dois en attribuer la cause
suite au depart d'une vingtaine d'iv~ves ddsireux de se faire ins-
truire dans les 4colees des Iissions du Territoire, et d'une dizai-
ne envoys h l'Ecole de NTyanza.


H. INSTITUTIONS RELIGIEUSES.


41)Les 6tablissements des IMissions du Territoire sont au nombre de
deux plus celle reserve aux PrZtres Indigenes a Ishangi, des rP'-
res Blancs. Les deux Missions installees effectivement sont cells
des Peres Blanca a Mibirizi et Nyamasheke.
La Mission de Mibirizi a et0 fondce le 21 decembre 1903.
lle compete deux Pares et un Frere avec le R.PK noll, come supe-
ri eur.
La Mission compete un di3pensaire.
La MIission de :JyamashekC e 4t5 fiondee le 15 decembre 1928.
Elle compete deux P-res et un -'irerca avec le R.P.Delmas come super
eur.
La Mission possede un dispensaire.
La Mission d'Ishangi est en nroraration deouis 1925.


I;






F .


La Mission de Nyanasheke adeinis
le moment est une chapelle-:cole
Cette chapelle-ecole a t4e fonde
Justin Semagasha, de race muhutu
Mibirizi.
Sn plus de cette premiere chapel
possNdent pour le; districts de
les-ecoles suivantes:


A la colline
de race muhu
A la colline
race muhutu,
A la colline
ba, de race
A la colline
race muhutu,
A la colline
race mututsi
A la colline
ne),de race
b la mission


Gabiro, dirigee par
Ltu e" oriinai re de 21
Gashiru, dirig-e par
et originaire de la
STTyamirundi, dirige
muhutu, et originaire
Bomaze, dirig4e par
et originaire de la
Ishara,dirig4e par 1
,et originaire de la
Muramba, dirigee par
mututsi,et originaire
de Mibirizi.


tre la L:ission
central,
e en 1925 Elle
et originaire

le-e~ole central
la Mission de N


le
a
1
co
pa
d
le
co
e


cat4cnListe
collie Muibi
e catichiste


d'Ishangi,


est
-e l


dirig4
colli }


4.

qui pour
1:.
e par
e de


Lie, les RR.PP.BUMlc
'yamsheke les chapel-,

Germain nTtwaramiheto
rizi.
Severin Kambari, d


line Mibirizi.
.r le catechiste Balthazar Sembe-
,e la colline Nibirizi.
catechiste Didace Ahirwanda,de
line Mibirizi.
catechiste Tade Bagaruka, de


colline Mibirizi.
le catechiste Kashugi(catohumb-.
de la colline de Muramba, forXm4


w,._...


L --- -. ... .. w%





- I




Shangugu


La mission de Liibirizi compete dans son district les chapelles-
ecoles suivantes :
A la colline usaka, dirige par le catchliste Basili Ndahogo,
race ruhutu et originaire de la colline de Kaboza.
A la colline Rwinzuki, dirigee par le catechiste Irmenigildi Ka-
shoma, de race :raututzi de la collie Ruhanzovu.
A la collie Gisara, dirige par le pcatochiste Mariani Maronko,
de race mututsi de la colline de Mibirizi.
A la colline Kashonga, dirig e par le cat chiste Nikandri Ndayobot!
se, de race mututzi, et originaire de la collie Kaboza.
A la colline Murehe, dlrigee par Andrea Shirambere, de race muhu-
tu, et originTlre, e la colline Kaboza.
A la colline Gihundwe, dirig4e par Roki Buzindu, de race :nuhutu et
originaire de la collie Runyanzovu.
A la colline %Tkanka, diriAee par Clempnti Ninani, de race muhutu
et originaire de la colline Mibirizi.
A la colline Biguzi, dirigr e par Servati Semigambo, de race mtutut-
si, et originaire oe la colline Muhanga.
A la colline Munyove, dirigee par Silvestri Nyamuntenge, de race
*ututsi, et originaire de la colline Munyove;
A la colline Nyakanynya, dirigee par Kosma Nkurunziza, de race
mututsi, et originaire de la colline Nyakanynya.
A la colline Mwezi, dirigee par Paulo Kinigi, de race muhutu, et
originaire de'Ta colline Runyanzovu.
A la colline ra.mube..oe, dirigr c par Salvi Xayaho, de race muhutu,
et originlire dc la colline Libirizi ;
A la collie Makoko, dirigee par Alani Sha.bara, de race muhutu,
et originaire de la colline Kaboza.

49) Il nI' a pas kIe coexistence d'6tablissemients de Missions'de dirff-e
rents cultes plans l- territoire de Shangugu. Toutes les missions
sont catholiques et le la mree Socit R.PP.Blancs d'Afrique).




Shangugu


I. TRIBUNAUX INDIGE~ES.


43) L'institution du tribunal indigene fonctionne dans un local desi
gn e cet effet au poste imtme de Shangugu, a c8to du bureau du
territoire et au g te de .uvumbano (Gataka) -galement cans un lo
cal affected dans ce camp pour la chefferie de l'Impara. II exist
un local & Bugarama pour le sul-Impara. Des tribunaux indigenes
sont pr6vus pour Cls provinces du Bukunzi et du Busoso. Les lo-
caux sont construits aux lieux dits de Kibasi pour le Bukunzi et
Kizogo pour le Busoso.
Les juges et assesseurs sont designs a tour de r8le pour 15
jours et ce suivant un rl8e d6posa au greffe du tribunal indighn
Le tribunal indigene sipge au poste de shangugu tous les jours
ouvrables.
Celui de uuvumnbano a siege une fois en 1928.
Ceux de Bugarama pour 1'Impara (sud) et du Bukunzi et du Busoso
n'ont pas encore 6t inaugure, faute de temps et de personnel
administratif.
Chaque sibge de tribunal indigne se compose d'un juge, de cinq
assesseurs et d'un grcffier. Juge at assesseurs se relaient S
tour dle r8le et ce pour un delai d'un jour.
Le contr8le sur leu'r activity se fait directement du bureau du
territoire pour lc tribunal indig-ene siegeant Shangugu. Le D6-
legue ou son Adjoint y assisted pour les diff rends dont le juge-
ment prononc6 par les judges indigenes n'est pas admis par une
des parties,
L'aide apportne par l'Administration locale pour la force execu-
toire de certaines decisions consiste dans la convocation du per
dant soit dans l'escorte des objets h restituer (betail en g@ne-
ral).
Jusqu'en ces derniers ours des incarcerations pronounces par le
juges indigi-nes, et approuvees par le Del6gu. ou son Adjoint fu-
rent executecs dans laprison de 3hangugu.
Depuis, la sanction puiale ne pouvant plus Ztre prononcee en ma-
tiere tribunal indigne, aucune incarceration n'a plus eu lieu.


,f8


8


- 18 -


L


--- --a




Shangugu


J.- ETABLISSEM~ETS


44)
1.


2. LASSOT. C,
a) Commerga-t de
Grant: Gula:a


Vente d'articl


3. Soc
a)


cle

i-t o
e 6et


commrerciaux
Santen et Vat


e
:r LOGE.


3tablissements
a)(ESTAF )Van
b) Fire belg
c) Grant : M
d Society' h
e) Vente de p
noirs,
Achat ct e
damans.


national t6
Hussein Ali

.es de traite


Belge.


COMERCIAUX.

du Territoire.
n den Broeck.


limitee.
uropeens


et articles


peaux de bovid4s,


de traite


ovides,


pour


loutres


frangaise.
Samji, metis indo africain.


pour indigenes,


et quelques


arti-


pour europeens.


Consolaise


Society
tionalit
Society
Ne fait
du Black


des Produits


belge .-Directeur
e frangaise.
a responsabilite
pas de commerce.
Wattle (essence


tannan t


's


d'Afrique, M

limitee.
Cette society
a tanin) et


Set Agricoles (:
.onsieur MOUCHBT


;e s'occupe
du cafeier.


4. Mohamed


}barak.


a)
b)
c)


Arabe grant


S 'occupe


de


5. Abdul Aziz bin


a) Arabe grant


Slui mrme

commerce

Sinan.
lui-mrame


son commerce.


de betail,


uniquement.


son commerce.


Vente de products indigenes,
Achete des peaux de bovides
l 1' ESTAF.


articles
et ovid4s


de traite.
qu'il revend


ensuite


S. SAID MACKBIL.
Idem que le no 5.


7. NASSOR BIN


a) Arabe.


SALIM.
Son grant luohamed


bin Abdulazim


de nationality arabe,


Vente d'articles


de traite


pour indigenes.


_BLNSEI;E6LT


a) Commergant
(arabise)


arabe.


TOKI .r
Son gCrant,


Selemani


bin Yuma, swahili


Vente d'articles


de traite.


9. KARMALY HANSHAY.
a) commerqant Hi


tionali te


hin


ndou
doue


Vente d'articles


represents


de traite e


par Ladha


Alidina


t acnat de products


cire, caf&, peaux, etc...


Somar de na


indighnes,


-.


responsabilite
roduits pour e

xportation de


P RTAAaO)
de na-


de la culture


-- II --


~" ---


W.-


8. ASBDALLAT


- 19 -




Shanggugu


10)
a
b
c


BBRAHIM PARDAN.
hindou grant lui mtrme son commerce.

Vente d'articles de traite

x x


A l'irmportation il n'y a rien de saillant a signaler. Les pro- j
duits imports sont de consonmation courante et general, conser-1
ves et articles pour europeens,articles de traite pour iTdiggnes.
& 1'exportation.La Soci4te ESTAF export des peaux de bovides,
ovides, loutres, damans Les commergants arabes et hindous qui
achetent des peaux l'indig~ne les revendent galement la fir-
me Estaf qui les export.
l'Hindou Karnaly Hans ray achLtie le tabac 1 1'indigene et l'expor
te vers Usumbura, Albertville et 2lisabethville.

K.- AGRICULTURE.-Possibilites d'installation pour
entreprises europeennes.


46) Au sens strict du mot il n'exi
droit deala rmise en valeur par
Cependant, .il existe des terre
le long de la Grande Foret, da
Bukunzi et du Busoso.
Ce sont les seules terres a ce
la disposition des entreprises


ste pas de terres
les indigenes n'
s inoccupees dans
ns les provinces


libres de tout
est pas h prevoir
les environs et
de 1'Impara, du


jour, qui peuvent Ztre mises $
europeennes.


47) L'4tendue approximative des terres cultivees par les indighn
territoire est de 23.500 ha.
Les terres reservees aux p.tura.es totalise t une superficie
proximative de 135.400 Ha.
Chaque indigene dispose pour ses culture de 2128 m2 environ.


es

a


- 20 -


p-




- 21 -


Shan gugu
48)
Cultures indigene


Haricots
Pois
la principal

Arachides
Manioc
Banane
Patate douce


Colocases
Sorgho
Mals
Riz
Eleusine


s Epoque Epoque
'ense:nen-de re-
c en nt colte.


Moyenne d
rc oltes
hectare.


( fvrier juin
(septemzore janvier 70 Q.
idem idem
est celle de fevrier ou 50 Q.
mars


octobre
octobre
octobre
(octobre e
mois suiv
jusqu' en
juin
de juin
dans les
marais.
sept6mbre
ftvrier
octobre
novembre
no venmbre


juillet
ao t 2i
aoQt
t fevrier 21
ants et
mois sui-
vants
octobre et
mois sui-
van ts.
juillet 21
juillet 1I
fevrier 2
mai-juin
mars


20
50
80
50


00
00
50
30
40


Q.
Q.
Q.
Q%.
%.


25 kgr.
50.000 boutures
10.000 jets
10.000 rizomes


100.000 tubercules.
50 kgr.
50 kgr.
50 kgr.
25 kgr.
-. -- ----- -


49) Les cultures faites par l'indig
ils connaissent les saisons propi
rains.
La collaboration europ4ennc peut
1'apport d'engrails ; l'indigene ne


c-ne
ces


sont rationnelles; en effpt,
a cnaque culture et les ter-


am.liorer la situation du fait
fumant que le bananier.


de


50) De la houe indigine.
11 se la procure difficilement.
E1l.e provient d'ecnange avec des indigenes du Congo Belge ( dela
region de Kamaniola, tcrritoire de l'Unyabungu).
11 y aura utility ` prevoir intervention du Gouvernement pour
ceder des outils au prix cottant par administration aux indig.-
nes. C'est la meilleure solution a resoudre le problem.
Pour les indigenes de la region, habitues a travailler la terre au
moyen de houe, je ne vois que cet outil comme indispensable pour
le moment.
Un envoi de 2500 houes par annee pourrait s'4couler facilement,


L. PROTECTION DES FORETS.


51) Jadis tout le territoire 6tait
RR.PP. Blancs a Mibirizi en 1903,
celle de Nyamubembe, dite Petite
la Grande Fortt.


couvert de
les foret
Fortt, et


forget. A l'arriv6e des
s existantes talent
celle de Kibasi, dite


52) De l'avis des RR.PP. Blancs
diminu6. Vers 1921 la c61ebro-
avoisinante de la Grande Fortt
lutter efficacement contre les
leurs cultures, se sont retire
C'est ce qui explique une band
jour couverte cle foug.res, qui


les superficies de ces forts ont pem
spinal ayant ravage la population
, les indigenes survivants n'ayant pu
cocnons et les singes pour pr6ser er
s un peu vers l'interieur du pays,
e de deux kiloipetres de large, & ce
spare les cultures actuelles de 1&


1:


es Quanti ts de semeni
par ces confines par
ha.


100 kgr.

50 kgr,


i:
i.
i-'




Shangugu


fort proprement
ne plus attaquer.
et les mat~riauxt
r


dite, et qui incite
la fort que pour y
indispensables pour


par consequen-t
couper du bois
la construction


- 22 -


5 )- suite En ce hui concern la Petite Fort .dite dX;~,
elle existe encore -.r.ce Ndan~ao.l.,^nd,.gy.'. .
eta e1 preecneseur, lesouels avaient defendu aux indigenes
soit le~ 6-uis -ode rois soit les cultures proximity .
A 1'arrivee de3 RR.PP. Blancs a Miibirizi en 1903, ces derniers
furent autorises a couper le bois necessaire a leurs construction
Vers 1921 des europeens installs au Kivu et surtout ceux qui ar
riverent vers 1925 furent egalement autoris6s a y proceder h dee


I


coupes de oois par administration locale.
En septemLre 1927, 1'adhinistration locale s'6tant apergu que ces
coupes compromettiient gravement les essences et partant 1'exis-
tence de le Petite Forlt, jeta 1'interdit sur toute coupe de bois

La petite Fortt dite de Nyamubemie a une superficie approximative
de 2000 hectares. La Grende For^t dite de Kibasi situ'e a l'est
du territoire et formant sa limited sur toute sa longueur (de la
Kilimbi a la Lua) constitute une parties de la fortt equatoriale.
J'estime sa superficie approximative en territoire de shangugu h
90 km de long sur 25 Ikm environ de large, soit 225.000 hectares.

La density des essences m'est inconnue. Idem pour leurs propri6-
tes, Quelques essences connues sont
1iumunvove Qui resemble au faux acajou:


1'

Surtout ceux 1'
employes pourl'
des travaux I1
de menuiseriele


umush~rati
umukereko 1l
umushishi bo
umu kon'ko
ungongo
mutoye


a
i


idem idem idem
nc assez dur,
s blanc


II existe des bois a la Iission de Mibirizi, au poste de Bugarama, de
Shangugu, et une jeune plantation la Mission de iNyam.sheke et.
a celle d'Ishangi.
En 1928 un bois fut cre 5 l'lat3huza pour les besoins en bois
de chauffage future.
L'arrivie de la Societe Colonial: des Produits Tannants et
Agricoles suppl4era certainem-ent i augmeater Ic reboisement
dans le territoire.


M. INDUSTRIES INDIGENES.


1) La vannerie grosi're faite avec des
industries trouve ui grand debouch6
treprises europcennes, ainsi que sur
besoins des indigEnes. Cette vannerie
est special au Kinyaga. Elle consist
4corces de papyrus d'une larger de 1
dans la plupart des marais du Territo
Les nattes fines dites "bisuna" tress
L'indig6ne s-s'en sert de literie, e
une des principles prestations four
de Musinga.


-corces de papyrus. Cette
chez les colones et les en-
le march de Kamembe pour, let
n'existe pas ailleurs ; 611e
e en un tressage de grosses
cm. Le papyrus se r ncontre
ire.
ees dans la region d'Ishara.
t de couverte de hamac. C'ea
ies par le Kinyaga h la court


I'indigbne ;
de cnauffage
des huttes.




Shangugu


Cette natte se
cette natte con
"mwaganyanja".
La coupe de ces
Done n'est pas
defaut.


fabrique
sister en


,moyen
fibre


joncs se fait deux fois
d'un avenir, surtout que


du jonc dit "btsuna". La trame
extraite d'un arbuste appelI


par an seulement.
la matiere premiere


de


fait


II n'existe pas d'autrcs industries r;munaratrices dans le
toire du Kinyaga. L,3 forcerons, les potiers, les p*cheurs
eux-a&mes leurs ustensiles et instruments necessaires & la
digene en g&enral.


terri-
font
vie in-


N. REGIME PENITENTTIAIRE.

55) Les p'r6venus dtenus en prison de Shangugu et tombant maladies au
course de leur I4tention sent envoys cnez le medecin de la society
Protanag, equel a un dispe-saire Lusunyu, territoire de Shangugu
Ce m decin venant d'arriver pour cette soci.te n'a pas encore visi-
t- les d6tenus.
Je note "qu-- les detenus "vcntuels ceront envoys cncz ce mddecin
avant d'etre incercersc, et ce suivent des instructions receutes.
0. RAVITZAILLEIENT DES CE"TTRES EUROPEENS.


SLes besoins
le personnel
pagayeurs de
constructions
Les vivres fc
et des C.ttes
du march de
S'il est proc
de rmeme lorsc
a Kamembce. rn
vend des vivid
porter ces vi
de Kamembe, n
Les besoins p
territoire sc
chefs et sous
boucherie, ce


civil ravit
la piroGue
Sa i&amembe)
)urniz sont
de boucheri
Kamembe.
d e de la s
lue le douve'


strati
aill6
postal
sont
des pa
e. Les


on pour la. prison, les policies et
(Loys-courriers,travailleur sanitai:
e, et certain msons employes aux
fournis en parties par les indigenes
states oeuces, des marines, du bois
prix p-oys aux indigenes sont ceux


orte au poste de Shangugu,
au chef-lieu du territoire


Seffet, i'expirience est
.es au mar:rche de Kamembe
vres Shan-uu, poste,
arch .
e rsonnels des Tmemi.Lrec
)nt assures suivant des a
i-chefs du territoire. En
*lle-ci prcvient en gener


sera
sera


*aS


en sera pas
transfer


faite, que l'indigene lequel
a une repugnance pour venir
distant d'une heure de march


1 'Administratio
arrangements pris
ce qui concern
al du restant de


boucherie provenant de la tete tuee pour les beso
civil et policies.
II est a noter que les prix pays sont ceux du ma
II est a remarquer qu'a ce jour aucune plaint6 d'
gard des chefs et sous-chefs pour dbfournement du
vres fournis, n'a ete deposee.
Ce mode de cession de vivres pour les europeens d
connu chez l'indigene; en effet, cheque europeen
tant de 1'Administration que particulier, procede


ins


n locale du
avec certain
la viande de
viande de
du personnel


rche de Kamembe.
indigenes h 1'6-
paiement des vi-


u
du
d


territoire e
territoire,
e la sorte.


au
une


It




Shangugu


- COUT DE


LA RATION.


57) Cotit
et co
I ffv


de la ration hebdomnadcire des travailleurs au I janvier 1929
mpare au coQt des vivres pris au march de Kamembe. (Ord. du


rrier


1929).


Marine de sorgho
Arachides
Haricots
Beurre indigene
Viande
L4gumes frais


A la date du ler janvier
pense suivante :


Marine de


sorgho


Arachides
Haricots
Beurre indigene
Viande
Legumes franis


5.000
500
1 .000
100
1 .400
1.000


gr
gr
gr
gr
g-r


2,50 frs
0,30
1,00
0,10
3,60
7,10
7,60 frs.


1928 la mtme ration representait


5.000
500
1.000
100
1.400
1.000


gr
gr
gr
gr
gr
ft


la d6-


2,50 frs
0,25
0,45
0,10
1,80
0,10
5,20 frs.


P.


- 24


,' *
-!" 'r'