Territoire de Kigali. Rapport etabli en reponse au questionnaire adresse en 1929 par M. le Gouverneur de Ruanda-Urundi a...

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Territoire de Kigali. Rapport etabli en reponse au questionnaire adresse en 1929 par M. le Gouverneur de Ruanda-Urundi a l’Administrateur du territoire du Kigali, M. Sandrard. 86 pages. Jean-Marie Derscheid Collection
Physical Description:
Mixed Material
Publication Date:
Physical Location:
Divider: Reel 2

Notes

General Note:
Image digitized from microfilm. Best quality available.

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
System ID:
AA00002252:00001

Full Text











Rappo r t tabli

en r 4pon e

u e ti onna re r a en

par l. e G o uv e n eur

u nda-Uru n d

i n i a t r t u r du T e r r i t o i r e


d198

d u


de


(Mr 8krBArIT)


me -W so A aamoOm go Ima 'm


hk r Ad


Kg~ga IL~


r~SI




-2-


RApons eh
Question N* 2
(eosmentaire au cujet de la carte).
a/Poselbilit6 d'uitlisation dee chuteo et rapidon pour la production de
la force motrice ou pour l'6tablismetnt de barrages perm*ttant 11lr4W-
gatlon de grandeea tendues. -
4
Rkponse :
Lea possibilitea d'utilioation dea chutea et course d'eau come houll
le blanche sont inexista~ tea dane le territoire de Ki(ali.
Aucune cascade en effet ne poselde une nrctirite susceptible d'ea--
plot h but indbutriel, si ce n'est 4veatuellament la transfornatien des
forces dea riiires ryawarongo et Nyabucog-j par 1'aemplol de turblies.
Leo crues Br trop brutnaes qui caracteriaent le regime de coa rim.
vibreo devenued eubiteient torrentueusea permettent difficilement d'a-
voir r4cours k une irrigation artificlelle sane courier 4ea risques fr6-
quento de submersion.

b/ Ddbit dees rivibree aux diff6rentes salons; cruse pSriodiquee, 6ventu"
element, dsaobchement complete de leur lit h certainecs poqueo.

nTponse :
Le d~bit des principalea rivi6res tells que la Iyawserong6 et 1'-
Akanyaru eat r6duit de moiti6 durant la saison aschoe, .articuli recent
au course des iois de Juin, Juillet, noft et septembre,' pour rep'endre j
partir d'octobre sa courbe ascendant et atteindre son paroximme durant t
lee mois de Mare et avril. Ce regime eat consrquent d ddu d8O choment a- JI.
aadiat des torrents n.s ces creux dfik h l' erosion et qui collecteure sna
turels des pluies des eorzets naisaent et meurent avec une m8ne rapidit,
Lea coura d'eau de moindre importance alinmnt4a eux-aim~sa par aee
affluents occaaionnels disprrnissent pormoie compl6teiment au course de 1f
season a&ohe. )

o/Axposa de la nature d i terrain au point do vm e de son utilientlon pour !
des fine agricorlas (4pai.se- d'1n. l couche nrable pour lea surfaces cutl i
tivables et obstacles divers:/pierrea ou blocs de lave, qui loopposent &
la culture du sol).
-i
!o6ponse : -
La nature gdn6rale du terrain est Bsblo-argileuso dates nla ajoure
partly du pays : le sol est d'une teinte rougeatre et maal prOtdg4 dan
lea regions savant par des buissons trop clairoem6s et par une herbe
trop court. 11 eat constamient rodp auperficiellemnt par lea pluies
et le terreau qui devrait s'y former eat entrainm per les eatx de ruas-
sellement pour conatituer des dep8ts humifres an pied et an bordure dea
collines.
L'4paieseur de la couche arable est n6cesseirarnent variable, aas a
g6neralement suffisante drnn la majeure parties du territoire y comprei
lee terrea couvertes de nrarvnes. Certain flance de mnsifas sont natu.
relleament impropree h une rnioe en culture car lis continnet un fort am4
lange de gravier ou un lit rocheux de grant, preoqu'? fleur de aol.

F t i
1if




.5-
Section B
Q question 3

1) A quells Apoque fut cr6 ce territoire 7

t6ponae :

Le territoire fut cr45 dia occupation militaire de KIGALI op4
r6e c'eat-h-dire vraiaemblablement vere mai ou juin 1916 date & 16w
quelle lee troupes belges firent leur entr6e h KIGALI et prirent poea
session du'pays abandonn5 pnr l'ennemi en retrAite.


Section B.
Cuoation 4.


Le Registre des
sur lee raisono


renseincaaents politiques contient-il dea indications
qui ont -dtermine l'adoption des limited nctuelles?


.6ponse :


Le territoire submit quelques transforrmtions au course deodi1n-
ndee qui ouivirent l'occupation du pays qui rut tout d'abord dAvied
an eecteure. Centre nutre la region de LMINMlDO relevnit durant iea an-
n6ea 1917-18 et une portia de 10 du territoirc de 1NUATSHIrTA. 'est
on 1919 que cette partle du pays fut rattachAe au territoire de KIGA-
L1. Le Bugesera sous le syotne d~e secteurs relevait du territoire
de NT AWZA mais per euite de lm creation d e territoirea et de Ila r4i
or&anisntion qui s'ensuivit cette province releva A96ormaij du terr-
toire de KIGALI. Cette tranafor.r tion dut se fire en 1919 galemant.
Lore de le r6trocession ntux nG1l~i dCe territoires du KISAKA, la 11-
mite du territcire fut 6teniue ? la mission de ANACGrA1A et 'arr*-u
tait la collins XKASI ou se trouvTit lr- bureau frontibre (confert
Ordre de service 45S/Org.40 du 27 Avril 122 qui determine le 1.1-
mites 6tablies par le protocol intervene). En fin d4cemb2e 1928, l1
TISAKA nous z'fisent retour, cc der.ier territoire iut reconstitu et


reprit sea
MAGAWA et
terri to i re


anci ennes
6pousant 1s


liaites comprenant h nouveau la
frontiere actuellement admise


risaion
entire ces


de B0A.
deux
d RWA, AM:,
i do=


Ce sont 1I tous les renseignemente que l' n pout actuellement
encore recueillir au Jujet des avatar qub submit le terrMtoire de
KIGALI vu 1'indigenceidcs sources et le laconisme des donnmes que
posabdent actuellement les raissionnaires de KIGALI .





BcsTIOtIf
Question 6


Quelle organisation indigene e-t-on troutr5e lorZ
terry tore?


Lee BatutsUa
1' uatoritd Btaitt


de la creation du


4talent-ile A cette 6poque des chefs politiquesa dont
librement accepted?


Reponee.
L'organisation politique et territorial propre la g6n6rlitd du
Ruanda (eaur pour lea territoires du Nord ou la domination mtutal appa-
ratt plut8t recent) c'est-f-dire au point de vue politique une monarchil
hdrditaire h forme f6odale, de16gu?.nt sea pouvoire A des vS8aesux plus QO
moins important, mani par centre assurant la centrslisation et la stabi-
lisation du pouroir entire 3es maine, pr une comptn4tration mithodique
des chefferies entr'elles.


Au point de vue territorial, le pnys est divia4 en
de chacune dasquelle s .'n troitav gi n ra element un c
royal, d'ordina-ire tutsi et m8e d'ori.line mihutu.


provinces k
hef, pearfois


Un nombre


plus on


-moins -grrn.d le


collins est sous


chef de province, mais ces collides 3m'nt confi ee cinq, huit et quinza
autres souo-chefs, p3rfois rxce drvatage, iul compl&tement indrpendants
de lui, demeurent en quolqe sorte ea a urveillrnts, toujours pOts h d-6
noncer aee moindroj cn6rts h la vindictn royale. A c6td de ce chef de pro-
vince, (appelo chef :e l'ututaka) on retrouve un autre chef de province
4galement it qui lui Aussi ne dipand que du roi, mais don't l'autoriti
o'exerce sur lea troupeaux, les paturages, lea batutsi. Lul aulsi a sesa
survreillants, ses d1lrteurs: c'est le chef de l'umukenke.


Cette duality de ccammndement provoque inevitablemen1t une situation
chaotique.

Surgit enauite, parallble~ent aux deux premiere un troisibmae coimpre.,
le chef de l'ingabo: en th6)rie ce'et un chef guerrilr, un commandant de
formation iuerrire ; en fait, c'est un patron de prlus qui oexiera des pres4
tationa et qui moyennant des cndeaux servira danu lee procis d'introduo-
teur et d'intermnldiaire pros du roi.


Telles est
trase la vieille


1'organisation indigIne oih 1'on retrouve appllqu4e 1 I'ex-
foroule : "diviser pour rgner".


II paralt paradoxal de pnrler au Ru-lnda "de domination mututsi libre-
ment accepted" "Juhutu" signifinnt en effet 1' quivalent d'escltve; race
d'origine bantu, h activity' esscntielluient ncricole et incapable de ooh44
alon faute d'un ciment oor;z.rtn, le nluhutu a ,( ncessairenent plier derant
Ia puissance d'une organization militaire ot politique homog ne et le1 rli
eheosea en botail d'un people prnteur dent l'origine et la valeur lui
4taient nettement superieureo.


la
de


la domination


- -- - -- F


- c




Section B.
Question 6.

D) Pourez-vous donner des renseignements sur lees ch~iaements politiqUle
Ssurvenus avant 1'$tablisszc.ent de la situation actuelle et sar lea
reasons qui ont motive l' tablissement du regine noutveu?
I
R1ponse :
Lee derniers chngemenwts politiqtues profonds survenus remontenlt *a
moini & une trentaine d'ann6os c'et- 4-di re aprs3 le coup d'teat de Ra.*
chunchu qui uarque l'1clipae momntren ie de l puiea nce "Banyigintyaf aSu
profit de la regence "Abega'. Un bouleveraement 'gn6ral a'en suivit dans
le co=ma.ndement polltiqu A de tout le p.ays don't chnque parties en ~eseentit
la repercussion. Tou3 les ;ianiginya furant aupprimas et d4poseadia lee
Una nprbs lea autrej et il ne fallout rien afoinml que I'occupation treap4-
enxe pour auver les iernier jreoc:ap et stabiliaer une situation qu
risquait de a'6terniLer mn de sourdes intri7, ues nyant pour epilogue dte
drarms asnglnnts. Les B33nyiginya ne manqurrent pas de profiter de cette
stabili~ttion pour reprendro peu ,. peu leur ancienne puisance rmais au
lieu d'employer la force ils se contentbrent de l'arme qui leur r4ussit
toueours, ce le de l'intrigue. La majority du jeune souverain-la mort de
Kabare, lapierre angulaire de l'4difioe Bega- l'apostsin d4e la reine
mare YIfTAI-YUHI qui habilement "l&cha" aes vieux araio kOgn pour passer .
nouveau aux c8toa dees J nyiginya (les BIega 4taient devenue trop puisaents
d'oi le danger pour la souverainete h laquelle leurs bieno et leur force
portniant ombrage) leur permirent de fire peu ? pou pencher h nouveau en
leur f avur 16f 1fau de r bal~n.ce, Ii en resulta quelques chittgemen t
dana la fortunede o different chefs influcnts qui pardirent une bonne par-
tie de leur patrimoine mais cela ne rovolutionna en rien la peys habitu6
h ne plus '6tonner de l'inconstance de In faveur royale.
Les modifications partielles qui aurvinrent dan Ila suite furent
cone6quentes du progr-rme d 'amlioration politique que 'eitait IwpoOe Ie
Gouvernmetit et qui consistait dans le remplacoment progressif et mmdthodi-
que dee 416ments inds8irpables et non susceptible d'1mendemePnt par dtau-
tree mieux adapts en vertu d'une initiation pr6alanle h la t&che que I'on
r4claonfit d'eux. II seritrfastidieux de lis 6nudm6rr tous car il y aut
Sn6cessairement une e6rie '5 successions prr suite du d6c&a du titu2lje re,
d'tatre part des d6poseessions furent opr6es our proposition de diff4~
rents De)l6gusa et avec ratification de la ~1~idence et du Sultan. Ceo
chantements font d'illeurs ~'o~Jet d'une rubrique -:taillee nu d4but de
chaque rapport politique annual. Au course des dern irea rinnnes, il y a
lieu de si3tnler lee asvtrs politiquee important euivants : Ba succeC-
sion 'de la chefferie GAS2lAJlfA remise l. son file LA~tTCtGUT- Tla dpOsses-
8ion de KANAMULA don't 1t gestion des blen desdut confiSe au notable NEOLI-
la mort de Bandore auquel aucc5dr^ son file ST1IGAB1FRO- luui-jmme reprsenr-
t4 p*r son propre fils UL ~GM-TTOZO- Ie mercel3ement de le ohefferie
BIGANDA ci-devant d~fectuuucement gerie par KAYHSA et don't ne parties
fut confine au filo du sultan, LiIGIMERA et 1'1utre a GAPRYSI, file de
Biganda.




A-6


Section I3,
Question 7.


Squi fut succeasivement
adlrinistrateurs ont-ils
leur ,pasaage?


adnini s tr o
latisEd rpami


territoiraZ
les populations


R4ponse


D'aprbs lea rencei-, .wnts q
Cuaentation plutSt aommaire, I3Cs
qui dlrighrent le territoire sent


'ui ont pf, %trr recueillis dans une do-
n:a dess di'fftrente adtiinistrateurs
les asuivrnts :


G&ZRTS en 1910
COLLARD de fin 1918 au debut 1919
DALd du debut 1919 au 12-7-19.
ROLLAND du 12-7-19 au 1-11-19
VA BECKfEPORT du 1-.-19 au a 0O-9-20
EMILEERS du 30-9-20 au 28-4-21
THIELJ3iA3S du 23-4-21 au 1-5-22
BEER du 1-3-22 au 1-6-24
T~IELTI'LANS du 1-3-24 au 10-3-25
IP~3R du 10-3-,= au 31-10-26
4MO'fTSTZ du 31-10-2. au 1-5-27
3SRVRANCK du 1-5-27 au 15-8-27
0RGERtS du 1I-8-27 ay 1-8-38
3ADhART du 1-w-28 h ce jour.


Lea indigenes se ouviemnent du passage de cea aurop9ena qu'ila a%
conniasnietnt auxtout lee pre.mlrsa ue pri leur erom inigp&ne, ieuZr oma
ne paralt pas Itre rest,. attach. soit un1e :.*f:Or-tm particulibre ou Ih
une entroprise d~termlin 1 e1at certain que l' indigdne connatt celur
qui a construit tell route ou qui tranc~ 4n pnlabre,cq qul indlque
qu'll n'n retenu le non de ce blanc quee rarce' qu'il a itd lui-m4me per-
sohnellement a. cause ou tr=oi.n de tel trwvmil.


Section ?,
OQuestion 8.

D) Qumdnd eat entr6 en functions d'adrinistrateur actual?

Jepons e :


Le lor Aott 1928.


Par
Ceo
de


des trees






SueSCTIon n
Question n


Quelles


sont les r3nCdes divilons


coutu t eras


du territoire?


"R4?ponse


Le territoire comporte


Province
Province
Province
Province
Province
Province
Province


sept provinces


du Buliza.
du Buganza.


du
du
du
du


Fucgeesra.
Dumbogo.
Bwanachyambge.
Rukaryi .


du R:ukiga.


Leo principalea chefferiec sont


alu nombre


de dix neuf :


Chefferi e


*
*


I,





QI
"

p


BAS3CrGERA.

GIHANA
L7ARYABUIGI GIRA
L AMPU4NGU
L,7.-A)U.TO GG
NR-.I-.Gbs TYA
IRT17AA
KAr 1YAGI TT
GA 2FY3I


U3g-r I ; r -"Z I T U-
1.JGEM A5HRO

KYITA TIRT

MAF EDO
KAYONTDO.,


IM mma IM AM m-M wlmr "a 4 im dodo ON m* gom




-8-


section B.
Question 10,


quelles bases reposent lea diff*rentea
des bnfse ethniques uniquenent ou sur
coonomiques en mime tenpe?


circonscri ptiones?
des contingenceO p


ol tiques


~hApons .


L'letment nmhutu et son bien tri 4tanlt
dominateur mutuzi et n'entrant en lign~r
et coryvablee" souhi t, il est lc:iqvt
ou Sconomique soirnt pour fort peu das13
determination deas circonscriptions ains
d'ordre purcnent politique compsti1ulos
aires. Le vieux principe "Diviose pour
oule extreme afin dio -ouvoir assurer at
on m(ithodique des c. 'feri s entire ;11
entire lee nmins royal& es.


Squantitd nrSgligeable pour le
u dt c*opte que comme "tatllable
que, lea base d'ordre ethnique
Slea cauisea qui prisidhrent h 1&
Ssiplement des contingences
avec leo int6rfta des bingfioi-
r noer" est appliquai dansa a fotr
stabilizer pnr la comp6netratl-
s la centralization du pouvoir


Question 11.


D) Les limited ndfinistratives du Territoire sont-elles determines
faqon pr-cise?
M6ponse :

Oui, alles sont c tem.rinnes par des limited natukelles.
question 12.

D) Epousent-elles les limits des circonscriptiona indigbnes?

{dponse :


de


Oai, sauf pour les provinces du I UGATZA et du
cune de trois territoires difftrents: la Ibre
KIGAL I et RtKIPA- la 1 ibme: des territoireu du


N'y a-4-il pfis de chefo
dent coutumierement des


ch def
chel Z


adoun-chofut
d'un autre


de vo
Terri


TUKIGA qui dependent cha-
des territ. de OATSII-.
L TLERA-EKIIGALI et GATSIBUTW

tre territoire qui dlpen.
to ire?


dpc.one :
NTcessairement commae 'inc7ique ea tableau dttaill6 ci-joint. Le contraid
re aerait d'ailluurs rller 'encontre du systmae politique auqual 1
6td fnit allusion au -r 5 de In Section et du vieux principle de 1'oia
nipotence royale don't la fPntaiaie sa donnait lilwre course en accordant
dea Rpanages politiques au gr6 de sa favour ou doe Avnneame'tA.
Les causes du chaos sont sous leur appnrence paradoxale nettement logiel
quest elles d6coulent de sources multiples qui trouvent leur origin da
10 Une monarchie nutocratique puiosante anis voguanth la merci d'une bandO
de courtisana sans foi. Ie pouvoir royi. actuel a flott6 ind4cia aux "
mains des favors qui l'enserraient 6troitement et our qui aa faveur
s'6pandait avec profusion sous la permanent preasion don't il rtait 1'ot
jet. Prsa des yeux, pr;a du coeurl aussi, celui qui tenatt A gnrder c.-
qu'll navit p& attraper h force d'attbntion et de vilo courtisanerie,
4vitait avec le plus grand soin de s'l1oigner du aoleil in reux moat
fort inconstant dans aes amities.


D)


Baur
Sur
at


a)




-9-
Section B.
question 12 (3ulte)
L'absence donnait libre oours aux 4olations et anx calomries dont 1a
coin6quence immndinte n Rit la spoliation eouvent suivie de la oupprea
ston de l'intaressc. Isaultat3: une "caaX~riIlla" de grands chefs vitant
av c soin d'bandonner la Cour et y s6journant en permanence, 11 con-
fitient In geation de leurs terres A des intendants conousBaonnair M,

(Voir talbeau des collinme on annexe)
2* la viillle querelle historique des deux puissantes fa~till.e noble: Lee
BAYIGfYNIA et les BEGA. tDiff4rend n6 des intrigues qui se trament daio
les deux clans au suJet de la succession roynle qui entrmtne automatU-
quement une minority r A rgSence "BJGA" qui se uerr 'h la mai4orit4 du
june zonarque en une souverainete des MBIANYIGIfNYA". Par un brutal re-
virement, la branch m~le a reprise pied et l'5toile "*3oGA" 0'clipse &
nouveau jusqu'h1 Inube du prochain regne. Mais 1'5clipae dea grosses
planbtea au firmament du pouvoir a pour consequence d'entramner In rd-
aorbaion des satellite qui juaqu'alore gravitalent de na lour orbite.
Le nouveau chef n aussi des "clients" 4 placerl

Telles sont lea deux causes directed de l'organisation politique du pFS

b) Lea oollines situdes dnns votre territoire et qui relevant de chefs In-
digBnee rslidant horse dea liiites de I. cairconscription quo vous addmi-
nistrez sont-elles visit6es r gliirnment par cos chefs?

L6ponse :
Par suit e de occupationn europicnne, une uoto de stnabiliation r 'est
opbre progressive~ut danna ce do ?inc aoft pcar des i utations o0 des
6cl)anges cependnnt In ;-ultiplicitJ et le mircelli-*ont des biena de cey-
tnins grand no tnblos tells aqe KAYO",TD-N TIO-: par leur 5loignoment mun cnuhe 'eupSchi-.ont h une bonne et valable
gestion politique. II li~r est matlriell~went impossible de se multi-
plier avec le mtme succta daun lea differences r6giona confines h luar
geotion.

c) Eventuellement indiquea. lea fr5quences de ces visited?

Rtponse :

En g4nSral, ces visits sont fort peu fr6quentes ast u. se pr sentent
que our dezandes souvent r4pit6es du D1].Agud et encore le notable int4.
ress6 eosaiera de fire intervenir toute sorte de pretoxtea pou3) ne pao
y obtemperer ai ce d6plncement risque e lui %tre prd3udiotable ou com.
porte certins ennuis.
I1NTW1AZA: o'abbsentc fort difficilement du KISAKA -ses visits sBnt,4exea84
sivement br vea- farcies de proaeoses m ai vides d'exd4ntion.
WTURO : n'a plus fait d'rpparition depuia mnrra 19f28.
KAYONDO: n'a plus paru depusa juillet 1927.
WIAr~U SKiUO:: n'a jamaai paru,ses biens aont ger6a par son file RUSHO Y8I
KARYABGITI :esat venu durant une emnaine en fin 1902C mnit depuie lote n's
plus reparu-saon prssnge cut une influence heureuse aur la mi-r-
che de In chefferie m.ii Son ofn'fet a'P.ttnua h la longue. Lfab4
sence de son once T3JTKON() (qui cat cht:rg4 de la repramentor
nais prfiro g.,ror soa Liona propraes A YA? ZA) n'eat pas fait-:
pour andliorer .n situation.
KYITATIRE:n'a plus pnru cdep1is juillot 1937 mralgr les nombroux rappel.,
du l14~gul4 .at pnraTt-il contin:ullrenot rnlade et ne poeut sa
d4placer???





SqUTtION
Question


d) Dana le cas
fates les
oet. 4tat de


oh la situation envisag4el
conrmatre en m% ie temps que
chose?


comportermit des
voO auggeotiUons


B3,
12 (auute)

inconvb ients, -
pour rea4dler &


Ieponse :

Cette situation a pour inconvTnient l'o^ligation pour 1'autoriti adatain
trative de devoir traitor directement 7vec tous lee reprisaentaots h tiow
lea degr4s do la hicrrrchie indicgne at de lea~ tteindre bien imparfat-
tsient par suite de la-ur iultiplicit4. TToesairement, il ein Bet pasrm
eux qui chappent plur ou moins nu coatSct permanent indispensable pour
asaurer la r gulrrit6 de lI'ction. Le reprisentant official dujnotable
abaent n'eat souvent qu'un hutuzi s-ns fortune et ane prestige moral
ou mat4tiel et qui n'a accept ses functions que sous In pression do
eon maitre ou pnr Ia force des chores. Ces faibslf 6paul.e prrviennent
difficilement N maettre on branle la Jourde mnsse d'inertie que consti-
tue In coalition tacite des petits notnbles.
Le rembde consiste dans I'unification progressive des biens do
chacun en lea ramennnt au coura id'changc successifa aous an aceptr
unique danu cheque province ou rooiderait 1'int6resS. Ce procesaus eot
nceassairement un peu lent car il necessite une a~rie de negociation
at d',ch-nges8 de rues avant d'arriver h une solution qui sntisfaase le1
intdr8ts dss parties tout en concilient le but recherche.


section B.
Ques tion 13.


aont les grand chefs ctuellement
et des chefferies ?


province;


R1ponoe :


Lee grands chefs n .ctuellerent


BASORU7TGiRAA
GAPJiYSI
GIIANA
IPTWAZA
KAAYAB]GI TI
KAYOOrX)
Ky TATIR E
LABUTOGO

LTATYABUGI GI RA


11.
12.
13 .
14.

IC .
17.
18.
19.


JTURO
NYiRI NKINDR
'SBIGABIRO .


9Luela
gbnes


indit -


1



8
5

7
8
9
10


sont t


la tSte dea


h la t te des chefferies3




-11-
question B.2
Annexe,
-M --- -----M"- -a*m m- m "m g o t g g m e m M -4M -M m --- m- m* m a- m, m ) m m OW m mm mm mme ss o w 04 M


Nom du Chef
ou sous-chef


Nombre
qu'il


de collins
posabde.


mIl.nm AmI6 0Wm mm A mml 4o, W I mm & m m m m m m mmeof40&e6 4MW0000041l e dL I I100 O ,g 4*l0Mb*UltlOO IIa& mrmqmlll-imm


INAZA


I


GARHOMBOGO


GIHA1WA


miKIRA
MYJAZA

NYAWZA

NYANZA

WYANIZA

!TAWZA

ASTRIDA


KAK]MTEDA


fABEJA


KARYALOG TI


KAYO)W


94


/ RENCGRI
NTANZA

NYANZA

A-TRIDA

GATSIB
IRM1f lTA


KYITATIR i


45
Z5
16
3


I

81
59


IS


LUKA AK~AM


NYA ZA
GATSITAT
RCHENGER
ASTRIDA
ROYMIA

RUKIRA
GATSIIV
NYAWrA

GATSIBW
ASTRIDA
MYANZA


RHDKRA
GATSIM&


RKT1AkPUNzi


KAMDBANTA


RABUTTOOO


I
I


23

13
7


WYA1ZA
GATSIMF
Rt31RA
ASTnIDA

WYANZA
TAW2EA


RWAMA1tYIU


D3n le te ritoire
de.* *






Ann exe


- ^ueation B.12

(suite)


4Mob M dM 4 4 4 4 SAM4WW G 4 -000 f N- M4W4 Wd d 84 W004b0 0 0M4 M 0.4 m 0 ma a w40"dooi 4 ow 4 n4 0IM4 W04


du chef
s/chef.


Nombre
qu' i.


de collLnea
possede.


Dana le territoire
de ..


t o 4 m. 4, -d o w-. -a0 M- o.a& d..V .a, an do- 0, am- M m, & d ao I M 00 MI *. m am g MLmnll -4 0 MW -f4W ,g 40 WM W O 0 40 M0


LWA MPUrGU


30
538
26


RIWIDEGEliYA


RWiBt3 SIS


MAFWE


10
I
rQ


MASOZERA


CATSIBU
RUNENGERI
UKi RA
NYAWZA

XIBUYE
ASTRIDA
NYA'ZA
RUKI RA

GATSISU
NYANZA


,WYANZA
RUKI RA


NIYAITZA


KIS3NYI
ROHETGEPR
XYANZA
MM A


Y-'AWZA


NTURO


S6


WYAOAZAZA


MANZI


17
7

30
13


'4g,


SEBAGANGARI


8 3X;.Ug~rgYI ~rK~;iAfii


WYANZA
GAT3UIU
A3TRIDA
RUHENOERI
CHANOGUG

GATSIBU
NYANZA

ASTRIDA
SYAWZA

WYANZA
RUKIRA
GATSIBU

ASTRIDA
NYANZA


I YAWZA
A3TRIDA


NYAVWZA
WYANZA
ASTRIDA


99
II
15

I


SEMUGENHI


Nomr
ou du


82
72

4
I


MtUYAKIGERIl




-13-
question B. 12

Annexe (suite)


Noa du chef Nokrbre de collines Dans e territoire
ou du s/chef. qu'il posebde de.,...
***************A M* W AM 41* W *0*0gsw awmp W w a& 4W aft *e on Am mw 4a 0 *M Nadu*M40 If****am*< aw*****a* 904M AM AM ftd M P 4W GO 40 0 MO 46410401


BSMUTWA


S8EYAGOARAGA


S3BI3AB7IRO


LWXT 1OEMRA


BUZIZI


II
IX


AS TIDA

IqYAlZA
ASTRIDA

RUKIRA
NYANRZA

WYANZA

!NYANZA
GATSIB
TmnI RA




-14-


Question B.14


Fiches biographiques es Chefs.
40 4w w 40 4 ago& W am40 to t so so d 4m soow -M o va Ift 4''Wb W m 4


nilchoA Chef Bae0omingra.


4


a/mtuzi (de tveille deacenlance muhutu) de l famille des ABACRYABA-ohef
de famille,fil de Ndongozi-lutibunza-ushatsi-Bichyoza-ytta..**..

b/I6ant.

c/All ettr.

d/Caract7re dissimul6-rusme, couple et amoitieux,affecte un faux air de *. o
mission trop entire pour ttre sincere -IntiressS arec une certain poit
to d'avarisme flatterr habile, ne manque pia d'tun certain psycholojita


Extr~Iemen t
niste qu'il
de r4colter


favorable
est, raaia
une f vet


en surface, h l'autorite europeonne n boa
ne lui lache r4gulibrement qu'un poise pour


pportur-
tacher!J


/ de 37 h 40 an s.


polygame, a
1* tabatayi
toire de
A d'ells2

2* aosalenzi
terri to i
A d'elle


deux femme s a 5gties,
itablio 4. In collins iRaerm province du
Kigali-zfille de6 vnanwa r if le fSille
dtux g^rg0one et deiux Iilles,


tn.


'tntblie u..r
de KIgali,f.
gargor et


ille


collie yaunaraa,province
de .istnde:na de la famille
" i]].e a


Bwanachyambwe,
des Abatsobe.


terrij


du BwanaebyhaIbwe
des Abanyiglvya


f/ l'hir5dit4.


g/Vera 1910 h la mort do son pbre.

h/ l'autorit, coutumirre dimns les deux cas.

1/ Souo lee aspects d'un scepticisme de bonne
moins attache aux vieillea coutumes.


poli tique,


n'en rest pas


j/Bienveilln te
S'opportunisme
'1 r#4 d a ir ea ae


pour touo
.3on atti
r nn t~ nreirt:i


lea
tude
r est


cul
en 1
en


tes, mai en.
' guard de a
n ro nence


r4alit6 n'a qu'une
es subordon as qui
indi ffrente


religion
manif extent


k/ relativement bona,quaoque suivant son habitude de la co~IdIeil sit te-
dance h nous fire croire souvent le contraire.11 faut mAnager la chivrr3
at le chou.Il a n6cesoalre:ent dos rappots avec le tavi -maie s118 40o
vert Stre par prudence plutSt verbaux qu'4piotolaires,et expddi4ea o u- m
vant des n4cessitts urgintes ou particuliresa Lur caractbre confi4emtiQ.
el et verbal nR leo rend pas asuceptiblea de nous %tre comoauni1udes.

1/ nrant. -


a/ Province du Rwanachycabwe.


calline:ssyaab kefne*-iraand--Gi kto ^ayu rama4Ktbagb
Ki~li-:Kiaram-ningatbe-Ki ta igurwv-angiia-u rambi-NygiTga r!amera^
Ru goh-ya ircao--uab--ego-OCiso zl-Gachuri rouanto
uler yarurenge-Wyax rambae-Ga Gura. -






Province du RUKARGYI.

CallinaD: Bihembe-Gatare.

Province du -?uagansa.

Salina : tungt a.

Province du Bugeaera.

Calls : Kagunga-Kana si-Mayange-Nyagihun lka.


La recenoement du territoire 6tant en course,
ble do fournir des chiffres precia sans que
par suite de la disette, qui a provoqud de n
ceneerent 1928.


ii est ctuellement impoessi
ceux-ci client fintalsistes
ombreusea m~odiaications asu rt


Auant h la superficie i eat impossible de la determiner nctuallament.


n/ Co chef jouit d
lua assurent sa
Son train de vi
maiine parfoia

o/ Avec habilit6 e

p/ Avec ~n mme so
rence pour tent
hatbile combinai


'une situation relativement aisae p.r les redevaneo i q
gestion politique et l'usufruit de 11890 tVtea do b4t1a
e est en rapport avec as situation social, a eila Li t4..
d'une tendance h l'avariee et d'une certain parcimonre. .

t suivant les cas, et see intdrlto du moment.

uptesee* int6rese6e quite h noe le accepted quc'an apj .
er psr la suite d( lees ntti~nuer ou de lea luder pr par ~

t


.1 itraant.


Leo amendes en brtail atteig nt rarertsnt leur but, aurtout chesz un h.
qui jouit d'un uufru.it important en b6ti.T. Loin de s'attaquer Z son
capital propre, il ar content d'en prlrever le montant chez leurs s-.
Jets. 11 eat d'ailleure coutumiBrem~snt prSvu, il s'appelle 1"nguran.
C'est une entr'aide du sujet au mattre en retour de ca protection.


'De par sa puissance politique et de
que par lea qualit6s naturelles de
ascendant r6el prbs de ses sujets.


"/NRe fait
prit de
no eont


pas exception h
justice que pou
pas en Jeu. tses


la rbgle go
r autant que
verdicts so


par les bieno qu'il d46tiet, Rtain
commandment, Pasomingern Jouit 4 1'.


norale et neat susceptible d'ra e-
sea intir8ta ou ceux de oas clients
nt aujet h contr8le.


- I

I'

1$'

'I'


i

i:


.i


w




-1G-


Miohe du chef LIAMPUOWU.

A/mtuzt fils de GashasmaiaLungangirmshyamb Kanyamy hungu-Uugarnras
debako ta-VuEga ru a 1l-yunga-L rcge-tyfrungzra-LLutsobe
.....de 1E famille deo ABATUOE1K-che f de famille

b/ i6ant.


e/ Sat

a 1/e


lire
les
ana8


et 6crire, arle et "crit le Kiswahili ; a suivi dutrant 8 f ai
course de 1'4cole de Nyanza et fit secr6taire indigene durent
dans ler postes de Changogu--Gatsibu et Kigali.


d/ Intelligent-ferme-reletivement
Conseient de sea devoirs m.is2
ne franchise diplomatique.


Suitable.
Ausoi de sea droits, possede une certal-


e/ AO6 de 29 ans.
Polygae., Poss&de 4 femrmes lgitimes,
1i ~ukankuoi, 6tablie la colline Ruslhad, province
tore de Kigali, fille de KavumYuri de la famillo
a d'elle un gargon et une fille.


2" NyCamuleawye
ci-desauo.
Pugoba. A


(rrpudide) 6tait ttablie
Umuaakazi(servante) rille
eu d'elle deux gargon8.


30 ttknkakbanda, tablie sur la colline
ritoire de Kigali, fille de Kagenze
A eu d'elle un garqon.
iat actuellement rcnpudie.,


our la colline Ru
Sde Kanyandelwe d


Tugoba, province
do Is. fanille dee


Yumbogo, terri-
Abanyiginya


shaehli, cited
e la colline


du Buabogo, ter
Abanytignya


4 Mutkambana,
de Kigali,


tablie Ila collins
rillet de noamparage


Va, province
de la fmquille


du Bumbogo, territoilr
deo Abanyiginya.


f/ Etait file de Ganhamult.


a/ a succa4d
rel4gu6 en
lea biena
par la aui
d4poBsaSdd


h son p're Cashamula en juillet 1925, ce dernier ayant 4t4
tHUlqDIOl en ra.rs de In nmme ann4e. Son grand pbre avait reFq
de Karaaira que L71ABUGOIYI avait d6poased4. Gashamala regut
A. A.-u -ft -)3, f8 cia LUt % q4 q w --A -- --- n ib A -caAm -


te au mon
pour avoid


i/ L'autoritt europoen


l/Saeptique, mai
culte des ane

j/ eutre, sann
Indiff3rentes


s stad
trees .

aucune
maia


k/toin d'etre empreint
favor d4porti et d
cendance.


le souverain les olenSa e uGI~RAWA qui venatlt da'ltfe
r refuse( de construire un boma destiny h LWabugif~ i

me avec ratification du Mwami.

lonne santa coute encore h certainei cdr6dmonles du

bienveillance.
sans pouvoir parfois 8e d6fendre do certain sotur

s d'amenLitd car a i usainga noublie pas son a naI .
c4d6 en exile, il oublie par contre nis4mLent sa desl
? I *


1/ 6vdant, oar Musinga le aait capable de liver toute communication qu'!i
lui ferait.


I.


i.


question B.14 (suite)




-17-


I/ Wdant.


a/Proavinc au miat=a.

Ckij NR: u tUngaampUdo-Gitamba-Kay inyy-Mbo zt-Nyabutna -oo-

Pr6ovinfc di Bima0gso.

Coll ne s :heta-Bukia-hBul mba-Bumba-Bupran e- hnke- O ii a
aGiaho-Gata&gra-GatMre-Gi chaba.Ghand-Gibho ro ro*i


abi yjna-IMugra-Muhgnde-Manantra-aggthe-M
GiMuagabsozir-GMutbajMaandat-eGi nw-M.E r oaw
W ubankare-Ny agakona-RgaIndaaRu raw-RliRtau hi. tidet
SSangi ro-3Syomibwe-V&a. -

Province du Rukigt.

goZlines Bubi ra-audaha-Drugerera,-uhande-B-e;-ukinga-*3leoera-t uareaidao.
Buihigars-Behoke-Chyi ri-ar-Gar ateratet-OGilyi ta-i twGi aba-a i
gati -Ki gaba&-Lukore-r gend a-luoMt raturazabi 4tars1
Nkanga-Ntara bf-na-tonde-Rem em 1. er a I -11 Aj*RuotoWEking
Rusharira-R~uesigaRau ra-RwanyannnTar .

Province du Bwanachyaambwe.

Coline : oasogi


k/ Lwampungu possede une richease conaequ4ate en b6tail
relativement con3id6rables par suite dc 1'4tendue do
Train de vie moyen, mbame inferieur hses revenue.


et doe revftaS
sea biens.


/ uEst extrfSement soumiss,
ment sous tous lee rappo
rieure indig4ne et pour


p/Lwampungu se
1I elles ne
d'aill urs


travaille avec ardeur. >.it
rts. Trbs respectueux pour
lea autorit4s europdennes.


soumettrait compl6etement aux instructions r
as concilient pas avec les rieux prinoipee.
un ferme partisan de 1'1volution.


un Cexcellent 41
1'autorit4 SUpd*


egtues ao-
II eat


q/ Pas de sanctions. I1 done complete satisfaction,


r/ Perme mais
Exeree un
touia .


s/ Avea
tre


1uste, Assure
ascendant r6el


pond coneeille dane certain


sve* justice les fonctions lui ddlues.,
sur sees euets qui lui sont entibreia t


clairvoyance. II soit naturellement
can particulLers.


i
i
1 :
1..
.i
: -
`I--,
c
I: I::
-. i
u






It fh 4Le I. eAf mLAPXLM.


a/ tusi,


de la famille des ABASTYTE,
file de Bianda4-Lw~a hunga-OGatabira-3 ugira-soeatmba-Bv ete
do descenda'nce mahutu si pas autwa.


A come chef de fxaille Raingangabo.


b/H on .Apparti ant
(noble) par la


h la eouche de Tisyste, !muiti ,
fantasies du rot CytLIMA.


au rang d'lattr


0/ lllettr4, sait cependant signer,


Carectbre faible-hdaitant-souvent ao rphle- oraintif -capable
inverse rvisvis de seo sujets.
Subit malgrb tout influence do as a bre Banyana qui a gard4
prinsipe d'ascendance chbre aux femmes watuzi,qui oritendei
Iter.
Favorable l i 1 autoritt europtenme.
t


4de r4#4tie
& I.n. 6- "

nt toat z4as
i
,


*/ &Ag d'environ 23 ansa
monogame (ru son june &.e)
1 ukamsabano, 6tabliea sur la
de Kigali, fille de Gakwisl
ane fille.


collins uchyinzuzi
de la famille dee


4d-attkg terri tire
Abanyiginya, don't t1 a


i/ file de Biganda aobtanu le commandment de son phre.

g/Comiande les anciennes collins d. Kanyonyoaba qui fut


d4poua116 -par


'auterit
Sau tarit t


europS6enn
ind igne.


?rop1O~fS1


Is nomination aui


rut ratified


1/ ltBI


cat lore de see a Jour3 en chefferie.


cachette lee vieilleo croyaa4


j/ lavorables.
T.rorabies car


cat.chum2n e.


k/lirecte~ent non, rmais par l'interm5diire de Bazyana certalnement
tempsa autre doit lui d;pScher des instructions.
Ceo instructions ne Sont naturellerment pas communiques,


qial d*.


1/ ~rQant.


m/Province du Rulkiga.
Qnlhiane: Gi tuba

Province du Buliza,
Cllingse: Zhyinzuzi-Kanyoni-Kirwa.

n/Mtdiocre car ii posasde peu de bitail,
Vit de aes redevance3-main-morte et petits
eat maoye et en rapport avec ses revenue -

o/Avec empreseement, car eat plutSt craintif.



I


revenue. 3on train
Sans exagiration.


de vie


-18-


Q**u tio- .14


* .


d/







Niche du Chef GAPPYISI (suite)


I


p/ n'osera pas rosister ouvertement, males oomme tout bon mtuist *w**mer
d4y pallier en sous-main.

q/UomMe tous, ii tentera do ne payer que le moins possible et taehel- d
Se rabattre sur sea sujets.

r/ Par tendance naturelle: manque de fermet6-se trouve ea buteh s-a a8r&.
Son action administrative est moyenne et souvent faible .
Son ascendant eat purement artificial et ne provient que de on
hsr6diti; il n'est du h aucune influence personnelle. I

s/ Manque de feoreti, done de sens juridique.


I

i




... -. : ...;*.



riti
f^





'. l *. < :'



-* *?
!! ';:



r
*:h,


. r-. ..






Jieh3 -.tA chef _AUABUTOGO.


QCuestion B.14


a/mtuit de la famille des Abega.
file de aib&re.-Lwakagara~Gaga-Muteyintare.Sesongao.xakar-G is h i
Neoga-Gashi ra-Bugirande.......


Tuteur de son neveu
Cet enfant eat fils
de Kabare.


Bangambike chef de la faamlle das
de Nyantabana, frfre de Lwabutogo


tAbpif
.t e1.


germain de Musinga par la mSre de ce dernier,


c/lettr-esalt lire, #crire et cause en kiswahili
langue maternelle. A fait six annes d'tude de
chefs B Nyaniza- Ancien secr4taire indiigne.


et ncaturealliement
1'doele pour file


d/Caractbre renferma, taciturn .West pas dSnu d'intelligence mait deip*l
Sa oonversion au catholiciasm eat hantd de scrupulte nua d'une c.pr-i
hension trop strict de sea principle religieux.Par une application t
rigoureuee des devoirs d sa charge,11 tombe dana l'xsagration mp;~ty


e/Age : 27 ans environ.
Monogaa .
Est dt'bord come femne uka dange,fille de Shoasaihigo,dont
deux gargons. Cettef famefut rKpudiSe pour inconduite.


il out


Lukeaueoni,dite Plisabeth, habite
province du Duganza, territoire dci
de la famillo des Aba-yiginya. 11


actuellamout la coll
Sigali :Tle e at fil.
a d'ollc un gargon.


ine
10


f/%et file de Kabare et frre de Nyantabana d4c4d4.


g/Uai 1926. BFrbre de lyantabana qui avnit
comae chef de la famille des Abega,


t

par aon p4re KabB


h/L'autoritd europyenne avec ratification des autoritds indigbnes.

1/Les n complbtement abandonnm s et reni4s.


3/Pro fond men t
Suscite des


dcvouer i1
eonveraions


6gard de ceux qui veulent
parmi eux.


ee convertir.


k/Sntibremen t inexi stan ts,us inugs
Aucun change de corresapndance


I exbore.
natu-rol tenant.


1/tTant.

avTrovince du Buganza.
Collne: Bwana-Kabacu l iMunyi ginya-Nyarubuyo -3Sarbi rag -yIpyAl.
Proince du iBueaera.
llinea :Bukuama-Chyngaro -Gakanba.GaakQoye-G oke-KagaeaaKiginaa-uga -
....Lub a-Mreba-Masane-Murambi-lu sanyi-Uwendo-Mngo-*gends-
NgerukaeHkangeNyarruenge-Rurindo-Shi to-Rugarama-Teoral.
Province du Bwanachyambwe.
allin s :OGasagara II.
Province du Rakargyi.
Ga~llina GahengeriOi ten a 1I.


b/cousin


e sa
de


do tanylginyai,
de KavanrtrA


1i.
:ii




14


(UL ite)




-31-.
question B.14 (rote )
lCehe dua Chef Rwabutogo (auite)

SProvintce du Buliza.

CAl2tae;s B ugaraa-Gi tenga-Kiboha-Kinungu-agaru-Nyansa-


naTrts riche, par suite des nombreux troupeaux qu'il posabde
tutlle qu'il assure.
IZno un train de vie en rapport avec sea rvewnua.
Vie relntivement relevee-posasde amoublement ouropeen eomm
ayclette-batterie de cuisine et service de table-tente-mace
crltre etc..


at de la

aire-awto
line


o/Ust tr-s oumis-ob6ias"nt-
8'applique i lee satisfnire le plus possible.

p/Aove bonne volonte ct tente de a'appliquer en toute ainc rit4.

q/Wfant,
Lee amendes en b'tail cont pay es par sea sous-chefs ddf illsnt .t
proviennent de leurs proprea troupcaux. Sinon le muhutu se polantr
imaBdiateent pr&o d seon chef.

r/ornae. Jouit d'un grant prestige moral.
Dirge avea intelligence a getstion administrative de ea chefferie.
Poose4e dea registres de ses biena. Tient une petite ccmptabilit de
sae revenue.
Posabde la confiance de sea aujets don't ii tranche 6quitablwaent
les diff4rend.,


4/Jouit d'une
Impartial et


tr s grande autorit4
incorruptible; juge


en tant que juge
avec bon eens et


indigo hne.
an tout* justice.




-22-


nLMahLg A e.. E In9a


4d la fauille des
file de Rw~bugiri
Chef de famille.


Ab ayiginya, file do Shrangeab, *luimi- e
(roi)


b/Weveu du roi llusinga-petit-fils du roi Lwabugirl.


rz/ajtt r4.'


A suivi pendant 3 ana lee coura de i'cole de yunssa.
Ecrit, lit et cause le kiswaeili.


4/Caractbre ind4ciamPaqu e de suite dans l'action-smans aucane UUtritt
maim cependant asuceptible d'une certain activity la its catition 4'4
tre continuellement surveillA .intelligence trbs relative.Asailmiation
lento.


e/Age : 25 ans environ.
Monogamy.
A coomue fmeame In noma S Nlyira rhanga, 6tabli$e h la collins
fille de Kanuma de la ifaille des A bagung (Abanyiginys).
A d'elle un gargon.


de oibagire


f/ret rile de Sharengabo.


g/t6oign4
torit4


par son
indigene


phre come successeur. Dseignation ratifide par I'ea.
et europ6enne.


h/l 'atoritt idigne gvec ratification europSenne.
i/4st lui m&me cat4chum~ne de la mission de Rwamt.ganes e
est favorable h ceux de ses sujets qui manifestent le
eonvertir.
J/fhaul. 3on pbre ayant 6t6 continuellement mal en court.
correspondances doivent 1tre inexistants.


t


son attitude
d4eir de ae

Lea ichangeao


k/3* ant.
liA/4nt,


r/Province du mkargyil.
Cllinna: Bi chyuabi-IMame-Zig
Province du Baganza.
C=line: Cbyimbazi4Kabuya-Mw


n/uossbde 1'usufruit de
ne Lui suffisent psa


nombre
toujour


oe/onictuellement, car craint I


p/?asibbleent vu
ne parvient pes


s80 m&nque d'
ou p4nibleme


q/Voir rapportJukira don't ce

r/bon manque d'envergure nous
ne peut dire pour celk qu'tl
re b. I'europ6en,au contrlire
fort faible.
*/Ind6cision de caractkre mais


AKulehe-
i .
l ri e-koman(wa-Cbyarza b ba. .

?ux troupeaux. Etat dipensier. Sea revenue

es ennuia.

autoritU. Est plein de bonne volmontd mate
mt se frrire clouter.

chef depend surtout,

oblige la taxer d'ineuffiisanoe,assi 1N* I
soit mauvais chef,dane le sesa d'ayersehi
; son ascendant eat come son caraothroe

defend se int6rt
ddfend ase int6rete.


d4


question B.14 (suite)




-23 Question D.14 suitet)
iobhe .A Chef GIHAINA .
a/matil de la famille des Abanyiginya, i-
file de Gaehinya-Lwabika-Gahindiroe-iltaawe (IRot)
Chef de faille.
b/petitmcousin du roi sctuel.

e/lle ttr.. .i
d/type Yjeux atuzl.Eat rested, vuson grsnd Bte,attach1 A 1'aneien regim4U4.
11 partage ses cr-intes entre celui-ci et la puieeance europenne.Wdi*f
pas d nu d'une certane intelligence-enttt' maia pas mchbant.
e/Age 55 & 60 ans environ.
Polygame.
l KAmulenzi 6tablie & la colline Jari,province du Bliaterritoir dei
Kigali, fille de Rvema, famille des Abatsobe.
A eu d'elle trois gargons et une fille.
2* abanyana,6tablie la collins Jari, province du Ehlizs, territoerle
de Kigali, fille de Sebachazi de la famille des Abaeono.
A eu d'elle une fille. s
3*ylirantaa,6tablie h la colline uncthengeri,province du 'Iulitsa tewrsI
toire de tKigali,fille de Rwerinrangabo de la faille dee Abakno. ".-
.?'a pas d'tenfants.
4b*K abibi; 4tablie i la eolline Jari,province d a Bulizasterrltoire d e
Kigali fille de Biligeya de la famille dea Abakono.
A eu d'elle deux gargons,
f/Son p&re regut lea biens de Muvunandinda qui s'Otait enuai soue 1lwabail"
gi rl.
tly. ";
g/R4iita de son pbre ? la mort dee dernier, sous le rgni e de LwabagIri,
en 1890 environ.
h/Regut l'investiture de Lwabugiri.
i/Profond4ment dana lee ancincanf pretiquos ets de gie et do eorcellerot.
j/%n apparence indiffi-rente en r6alit6t pgline de suspicion.
Indifferent vis-eh-vis des sujeta qui d6sirent ee converter eanai openma i
dant lee favoriser.
k/Uapporta suivis et blenvellants. 11 y a nb~easairement change de
corroepondances frdquentee bt leur caractrre amical et eonfidentll
font quelles 4chappent notre contr8le. Son biassaire habit*Ie est Ill
neaomd yagakakwa de la colline Jari. C'eet un Xtuzi.


/ rovinaee du Bulisa. ,
Collinet :Jari-Ruhongeri-Nyamwe ru-Rutete-Jabana-Gghogwe-aRbinRgone-Muya 2:if
ai -Bwaravura-tyaba-Bulega-.Mbo si-lura mbiKaboye. "f
n/Poo bde as~ez bien d~ revonus en bdtail et redevancea qui li persi.ete-.
tent de vivre a son raise. V'est pas avare. .
o/Aveo aEpressement. i





ue.stito8 .14


ic he de


Gihana


(suite)


p/at assez soumias tant trbs craintif. So apparence souatslton abeitt.
maiA en rialitd, si ces ordres ne sont pas en parfaite harmoni* a r4
s*e int6rtse peroonnels ou lea principles de la vitelle tradltios, n t
trouvera une arie d4 subterfuges pour tenter d'a n att4auer 1'effe t *O
les 6luder purement et implement s'il lul est possible.

q/kant.


-aion, comme
rien.


partout ailleurs 1'usufruit


du b6tail


n'existe o* s


r/Zxerce r6gulibrea ent son autoriti sur see aujet
de la coutume. Ses qualitai de rieux mtuzi auto
forumet d'action Bur aes ndainistrd6. Sa grande
comble lea lacunes qui pourraient naltre de son
chtoa t...,


8
C


suivant
rate lut
ri cheese
caracthre


lee prio$pea
as sa reht ae,
on bitaoi,
San pea. nOa-


s/Coame la pl part de
Itre un protecteur,
raoent paraltre hla


see congenbrea, cest-h-dire q I'tre un chef
at par le fait amoe favorteer les aujet. qul
barre.


-pour


oat
pour-


. r
.. .;
-~. .


., : .,
..:,-,.
. -" i .-"


(ouite)




m-25


Jicbs~l* ~~u.lrcr GRrspef LWUUXl


b/Aeveu


de la fami lle des Abega.
file de Chyigenza-Lwakagara-Gag-Muteyintare-SeongaM-aka'p-
Gibini ra-mgoga-Gashi r-Bag raide.......
A eomme chef de famille Bagaabik e (4tutell RWabUtogo)

de oYIRAtUHI


,-. $


e/Xllaxettre. / i

d/lWaoprototype a moral et aa physique du grand noble,profondt obse*rW
tear servi par une perspicacit* pr la quelle il crait awair pat4trd Sul.
bone parties de I'3ae du blanc2ai3 l'rayant malhoureusement jesr4fk 1* '
1a*ae de san orgueil mtuzi,n' renn 14dutit de bien relOv4.Chef il ad
il saat coaamander at se fire oQteir.aue,8ous des apparences d'une tWrr
chise qu'il sait parfoia fire parattre assezrude,pour mleIx disaimnalt
son jie,

*/%lo 47 h 50 ana.
polygame; a troi8e tfaes,


lryiraalgwera,Atablie sur la collins Rukaragata de la province dUt
wieshazapterritoire de Rubengerafille de Bushako de la famille dea
Abanyiginya.
A d'elle un file et une fille.
2lttakankusl,dtablie our la colline Mutandi, de la province u Rukiga,
territoire de Kigali,f4lle de Budigiri de sl famille des Aban~yigi*
A d'elle un fils,
S~1tkotbyankandauzaJakazi, table ur Ia colline Rwamashyonrebyo .
A d'elle une fille.


I


f/bitieat ses biens de Musinga qui lui en
tion allemiande,car neveu de sa mbre et m

g/Le roi ayant d6pouil16 Ie noamn Kyaka,ce
OrDteMutara.11 avait come seul p chM d
glnaa alore ex6cr6. Ce atuzi possederait
LwEabuais regat sees iens.

hA'autoriti coutumibre dans lee deux cas.


fit remise au d4but de
eebre important du clan

dernier stenfuit et se
'apprttenir a clan de
encore deux enfants at


t lAboswo.
tit Iwo.
AbsNyfl
low-,


1/Par habile politique, en apparence semtle un aceptique et ne caua*e jI
mais X l'europgen des vieux rites sans real diesimuler un seurire qulil
oroit Stre de bon ton:;mas en rdalit dans le priv6,ne refuse pas de
saadonner aux vitilles pratiques de magie et de sorcellerie.


j/Politiquevisa--vie des catholiques mais t4moigne d'ane certain
pr4 ension via-B-vis des protestants.
Indjff6rent & l16gard dees gen qui dsairent se converter.


k/Jadisdes mieux en cour vit son 6toile palir au course des temple sots l
coup des d4lations constantes dent il 4tait l'tbjet h Nyanaa par natti
des tendances qu'il professait h fire oatensiblement ieontre d'ttre ft
rorable h l'europien.
d cessairement parfois il y a Bchange de correspondence ais o'es&t ez
cessirement rare depuia ces derniers temps car Musinga le sait pable
d'en d6voiler la teneur. D'autre part Lwubusial smble 1 tre tried i.e'
documented sur lee faits et gestea de la coar grace a=x aomabrnox Yvoya
geare Qu'ti y possBde parmi ses partisans.


S.~


question B.14 suitee)


b,


i..,
rl
;.


^ \

'*- '*.






fAche do Lrbuasist (uite)


question B.14


1/IFot,aiis
indigbnes du


h des rare
t Tanganyika


intervallee,certaines missives de notable
territory. Leur contenu nous est infonanu


a/?ovilnce dua wuanacbhsabw .

.gMRKa ya.KicyaseKio ahabefXa-Lu S4O S-
GWaga IC II-Mao
Cnllne:nrarbi-I~ rr~,k-l~mgo 40~


Province du Rukila.
Calling :Mbogo-Ruhanya-Buso ro -m.tand i -Lubona-Bauko o*-1iaho~-aGi
Mmwaba .

Province du Buliza.
Colin :Ki sigi ro-Maso ro rzoko-gi taambi-Kayen zl -Muenyi-giL riy.*aGeArr
Starebama-Bweramvura-Chyuga-Kanyoni-Rusasea-

Province du Rukargyi.
QCtlinaedaua Bhyongo y .Gabhtreri.

'Provinoe du Buganza.
Co llt ea :IDuha-Ry esabss o.


I
'

i

i
I
;
i
t -r
1..;

1.


Prvoviee du Bugeeera.
Collia: % xgaria a ufnd Ka-Ky gi -ltpi ra-ChyaE brnbl .


n/aPssade de sarieussa richesees pereonnelles; ddtenteur de 1'u.utrutit
de 17T50 tltes de b5tAil rp rarrties permi see; tra nombreux clients,
Les redevances qu'il en retire lui pernettent de mener un train de vie
assez large ce que Lwubusisi ne manque pas de fair.
Come son coll2bue Basomingera;toujours proprement v6tu i1 estate ge
la distinction du vZtement eat indispensable au prestige dctun chefr

o/t'y soumet dana les limited prescrites par la coutume sann rion de plfu

p/Wivorable h l'autorit4 europ6enne don't il a comprie toutle lat uisaasee
gr&te & sa clairvoyance des 6vbnement (Lwubusisi n!a pas hPsith & 0:
rendre A alisabethville l' invitation de l'Union jinibre ot ce deas iti
seul but de se resaeigner sur la v6recit4 des r6cits qu'on lui fai.isait
do nos moyens,car il croynit A ce moment A une venue asses possible
des anglais)I


qA/trat.
Un grand chef nest
subordonn4s.


Jan~3li;LRai


r/On peut dire quo Lwubusiei
le" principea g~ndralemat
ot ill s'adonne parfois h
aous un angle moins brutal
ear sea administr4s de par


en d6faut tl retombrs touJours our see


exerce son &utoritd sur see aujetet suivn~t
ad mi par la coutamae; on action eat feom
des exactione i1 a l'art de lea pr seatez
et moinse ptre;:1 exerce un r&el *efasCeat
sea qualitds de ebhef ritable,


b/ATee habil4tde
pernaettent de


et ne manquera
tenter d' aider


pae
per


si le respect des apparences
toue lee myens un c lient on


l1+l~ad


. "
r
'^
: '
-P'.
iv i"


i

i;. ~c


(Souit)




question E .14 (suite)


s/~aWzei


ds la famille des Abega.
ftil de Chyigenza-L akagama-Gaga-4u ttyintaLre-~ouSa&-Xk w
Glhini ra-ehgoga-Gashwi r&-Bu~i ran ade .....
A come chef de faaille Bagambike 4tutelle Rabutoge)


b/jev~e de Tyirayubi, cousin de Kusinga, fr&re de LwIbusisai.

c/Illettr4.


dl/rototype du mturi ancr~ dans lee vieux principles en course & WyarsUat
gread Age a singuli&reaent affaibli lee qualitta qu'll devait easi-dOa .
t* pos dder jadia puisqu'il assurp, a vee Kware* son once la rtgease .t
le triomphe du elan Abetga Sombri actuellement dane une sorte de gltteA
ma sanile,il se content de se' r6ps.ndre on paroles inutiles pour 4Afena
dre p4niblement ce qu'l crolt 8tre umne attetnte see droits. Eintht .
et toUjours convaincu de la puassanc die son cltn,il a croit oblig 4
continue h adopter une r*gle de conduit qui lul a jadis 8a biers rA-w.
ase.Avare jusqu'A la sordidit 11i morcelle 1'inflai see biens paesa
Ies bahutu pour en augmenter les revenue.Naturellement sale et 6s* piw
fumant encore su beure indigbne,pour atteeter par eette felon son t-
taehement au passeB.


e/ie : 650 ane environ.
polygame,
1*Rylraftkomari,6tablie A ila collin
fille de Rlwampabge e d la faille
A d'elle deux gargone.
20eyirabutunda,6tablie h la colline
fille de Hlak:izUmwami de ls famill1
A d'elle un gargon.
S'Nyir&bugamba,6tablie a la collins
tire de Kigalifille ie S~rutaiu
Sana infants.
4*MxakarwesaiStablie A la colline Mu:
toire de Changgu,ufille de Mbands
A d'elle un fila.
SElvkadanga,6tasb.ll sur la colline
fille de Rwandter de In f aille d4
A d'elle une fille.


e Kinuu, terri to ire
des Abanyiginya.

Ibu teobe, terri t i r
e des Ab ahasmba.

Rwahi,province du
de la fsail2l des


lamba province
dei la f nille


Kiyumba en
4e Abangyigi


f/te eont assurda lui et Kabare apr'Is 1e coip d'
nifices de la rigence du june rol xusinra qu'
ear le trene.


gLhTyigenzsa, p
doe Lwabugiri
A sa mort i1
Abega.


de tibhre


ae de ryansa


Buli a du t*erri-
Ablanyiinya


du bwisha9a da terr.t
des Abanvlri nva


territoire d'Astrid*A,
nya.


tatt de R'Cd oC) le- b4-
lia venatent de placer


re de Rwidegembya regut lea ti ns de Nt1isaire sous le V
,enauits sou 2iuaeinga 11 requt les biene de Lbirinda.
dsaigna Lwidegembya come chef de fsaille de sa brtaehe


Jt 'autorite coutumi&re dans lee deux cas.

i/Etier,profond .Croyant convaincu de toutes lee ratiqua de asgie et e
s~rcelletie,lui m&me sorcier effectif(umragngza) du roe pour leq alti
italt charge de consulter les entrailles des taurlloaeJIt parties Il a
1911 du college des mages charges de reehercher les philtrea Ps iigI
ou lea moyena occultes qui pourraient 6loigner Jasais do la tt t
oMusings lea dangers n6e de I'existence probl6matiqu e d B1ileetv t *
4Fungate ae. Conatell d'amulettea, 11 so garderalt soignessemant a4ett


-827-


~I
j

1.1






I
.-3




SQestionS .14 (suite)


iR she dhuCher Indtessmass )


presdre q
Tost see
tonae Mys

j/De ce qui
gard des
soutenues
co aae usne


.4


L1qu'setion important sars consulter a pr4alable le sort,
actes sent ixpliquis dana un raseau de participatiors St do
tiques;ce sont alles qui en feat la contexture e t l'ordre,

pr4chde 1'on peut dbduire quelle doit tre son attitude k i'k1i..
croyances nouvelles:i1 accepted lea missions, ear 11 les1* erit
par la force et ignorant la liberty des cultes, lea COmaidaPUit
6~antaion'officielle.En un not ii lee craint sans les Matttreil


f La conversion h des croyances nouvelleesest pour lui une apeatasiae ,t -n.i
, trahon envere le d"p8t sacrd que lui out 16u6 see anettre-;ll nsroa
ouvertemeent lee combattre mais son attitude t6mtigne maAfifetsteant @e a
1 ean pense.
kaSe rapports avec la cour ont fortement faiblia,cons qieaoent eaux. in~lt
gute do sorciers,particulibrement Bandora et OashawIla (tous deux: dd440*
d44) qui jaloux de la prepond6rance aocord~e au A'bega en a.tli&re d'6i'
ses du sultan tournmerent habilement par une prediction lataveur d eett
coutuae en 1'I4argissant h leur propre clan. Sous yr6texte d'empoilonani
ment poasible,que lea augurea attribuaient h des femmes d'origine Abesa*
ile lea firent rdpudier et 6tendirent le pririlbge leur propre famollel#
de fournir des epousee u roi. C'6ttit marquer le d46cln de 1'6toit de
Rvwidegabya, agent matrimonial de son clan.


1/Waturellement main tououors
gibo tel quo Lwidegembya et
magique plein de danger.


verbal es
pour qui


esrtoat avec un
Ie paper remote


illettr6
touvours


ria ex rd4
un objet


Waaovince. du Bugasnaa
Crallines :Si a-Mununu-olyantoke-


Province du Buli
Callna.m:Rvaht .


(Z*.ieg y
(Lwidegemtya


habitat


Rwahi).


Province du Bvanachyambwe.
Ca11jfljnes: Chankonge -Tabuga-Kavya za-Masakta-Mbab e-Nyabugo goSNyspim&
Ruasoro-roiiausa ha. ....

/De cheaf jouit d'une situation trbs aisSe 6tant la tate de plusieure
provinces dans 4pluaieurs territoires: gros usufruittire de b4tail ii
de redevances rbae leryee. Son train de vie n'eat cependant pas an r
port avec sa aetuation social: 6tant de la dernibre avarice.

o/De par sse principle entibrement ddvoue mBais ausas int4ress4.


p/Avec reticence emai een -vitant s(
nettaeent antieurop6enne mais cr
suite aux ordres de I'europAen qi
q til ne puisee leas luder sans
hac~a re no le excute ra-t-il ue


oigneuseaent de la montrer. De poltiitLi
aignnit 1'autori t6Rwidegenbya no dnanea
ue 'il se trouve da na ne tell poettr e..
courier le risque de ae fair pincer.
bi n ima rf&aitemra.ent.


q/o-scite habilement certaines cabalea centre ses vieux ennean= s asAl d4ia
faon tellement puerile et cousue au fil blanco qu'ellea appara ta t *iM
atdiatement & 1'observateur un peu averti.
CG n'est pas chez n vieux mutuzi du genre Rvide4gembya qu'*i %aut e.pa$i
qao lee amended en bitail attelgnent leur cut, ii ne peut m&al de la*b
quoique ce soitt oe os nt lees clientsl qui paieut.,
0' '.


iOsd/:;
Il~pl .




-29.


t phof ltwidom1~ (aui teo)

r/Couprtemeat iabu des prerogatives de sa
geabya exerce son autorit6 dans touted I
tume et qui Sont consiquantes de la fanta
chef, leqael n'a rien h se refuser. 11 Ca
de femet6 dane 1'notion administrative d
eontinuellement bslancee centre le favorite
ennemis payment pour les amis. I1 lui raet
r6sidu de sa puissance anttrieure, pour I
geabya eat toujours un grand noble, parent


paissant


ii reste toujours


t. craindre,


a/Les diff6ren4t tableaux de lui ne permett
prit d'4quit6. Swidegembya sider par tou
clients en cause. De pnr ses functions et
Ua fort bg~age de codntlssz~nces en droit
de tourner subtilement lee difficulties et





\


Question B.14 (suIte)




cftst et do son r ngg, Al.Wa
Sr&gles prdivua pA la ee-
4sle et de l'arblttrere Ao
t fort difficile de pare r
e Rwidegembya oellcelc 4tant i-:
iBme et le ressentiment. Le
e encore un certain eaBndltst
e commun des behutu, RvIde-
it et intime du souverain;


ent gubre 4e d4~uire un e *
s lee oyene colui de see
son grand Ige, 11 a aeqfis
couturier, ce qui lui pertet
lee 4cueile d'~one affair.
/ i.


jl -
1.:


.1 '
:~
k
1 `"
.j .
: :
I.:::


!h
;~


:
_i.
:t.




-50- .P
question B.14 (stnte)

l A4t Chi fMULGDRANTOZOQ (reprsdentant de son phre S~BOAbIRK).
a/htsit de la fomille des Abanyiginya
file de 3ebigabiro-Bandora-Luburik a-Biraboye-Kigeri -t
A coime chef de famille son pOre.

b/Arribre petit cousin du rol actual.

e/cAt lire et 6crire et parler les deux lanes.
A suavi durant 3 & 4 ans lee course de l'ecole de *yansBa

A4te/~?t d'sssimilPtion lente-& l'h~eitotion propre aux jeaunes-earPtbe
d'apparence asaez dur pour ce qui concerned see osujen VYlf i part
eaelin & la violence ;son .ngrage eat convent tint u d'r~a roganee toWit
on conaervant vis-avis die 1'europken, Uc faux air. do eroumialsfn. S41
origin et la certitude de se sentlr soutenu ? la cor., lul done wt
certain prsomaptian. Mfnque e asvtrit6 avee lui-ma~et


e/Ag6 de 22 ans environ.
Actuellement monogaae.
uatfasonera, 6tablie A
toire de Hyanza, fille
d'elle tun gargon.
f/Sat files de Sebigabiro.


la colline Indora,
de Kanyamiganda de


province du Kduia du
la famillo des Abega.


g Le 30 mars 1929-est
biene qu'lt poseade


charge de .reprdsenter
dans le territoire.


son p;ire


dens la gestion


hA~'utoritd europ6enne et indigbne.

i/de par sea antdc~dentas.este n.ceesairement
pratiques de sorcellerie, mais svitant d'en


iLrt attach
fai re montre
d


aclntisee


J/TSt naturellement empreinte de pol tique mais manque d'enthousiau se.
13a41ifft4ret.


k/WPceasairement fort
addiaire de son pire
tion confldentielle
Eles n e nous sont p


bien en cour-wmais tout doit se paeser par lintelr
qui se charge de lui tranomettre toute commaniia#
ou intiresaanre.
as naturellemieTt oomwuniquies.


1/ isant.


S/Province du Bvanachylarmbe.
pol ine.: Gaesogi-Gikoro-4an? i-Muyu -
Province du Rukargy.i
ColllJoes: Bichyumbi-Lubona-Mabare-Murama -awe-Zige-


Ae/eventu amdiocres-touche lea redevances et l'usufruit que lul a essr
sa gestion politique et cell de 6998 t&tes de bttalI.
Coae tous lea jounes a tendance h la d6pense facile et e ooapt. ps .

o/Avec empressement sans doute afin de s'attirer see bonneas graces a
ul tan.


tenr
A


di




-31- .
Question B.14 (ulte)

cth1 01A Chef lQNIJIRANTOqO suite)

p/gl aitante, se trouve entire I'enclume et le marteau- n0ose proudre ba
cone decision importante dIna la crainte de d4plaire A saon pre qu'11-
repr6sente ou d' tre en contradiction avec la lont4 royale.
S& situation est n6cessairemaent difficile car 11 cratint crtaineant t
lteuropden et ne sachant comment concilier le coutuarer atec lea orx
dres de 1'administrtio1, se content de l'inertie. De IA. obligatiti
pour nous de le suivre attentitement dens l'ex6cutlon dea ordrs.

qA/dant.
N6cessairelent non come toujours; trop habile que pour payer lui-naotme
la fate retombern toujours aur sea a8 ets,

r/indubitableaent de ppr la violence naturelle de son caractbre et ata
inclination h emportement, il ne doit pas fair preuv~,de patience
ni d'esprit de conciliation. Seule la crrinte du blanc, doit tre wa
frein au tendances e xg6rees de son caractre.
L& former ie son action administrative ne rcsulte que du prestige
qu'il dttient de son once et de son p6re.
sA/ort Jeune et par sa lenteur d'eaprit n'eet pas pr4cise6ent qualifi6
pour accutrir dca connai3sances juridiques coututires trbe poiasaes,
Cellee-ci ne semblent d'ailleires 1'iet*resser que pour autant qu'aels~
eadrent avec sea int6rlts.





nezstion 8.14 ( uite)


ftn -hae -u c t LWImABA.


de la famille des Abanyiginya.
Pour. see ascendants voir rgondalogie S3INlGA fournie on 1924.


Le Mwanm eat chef de famille de
de par son essence asne de pbre
divine.Chaeun doe as file et de
qug'l procrie.


routes lea families du LMa4A
du peaple at son origtin*ne pM4
fait chef de la descetdanoe


b/file de Yuhi Musinga et de NtyirLca~bueg (de la famille des Aba)


e/Lettr .Lit, r crit
bien en frangaie


et
et


1 'crit


lde
de


duex langueas s*exprime relatiVemant
mime.


d/Caractbre foncibrement bon,parfois mime -un peu naTf. Sa aimpliciti Xs w
turelle -lui done unc tendance exagor e h la dlimcratic (il 8'e"t lr*a*i
temps complu pour sea jeux d'enfant persi lea bahutu).
Sons un aspect parfoie un peu h6b6t6 et dc principalement h sa trtb
mauvaise vue,Lwigemera dissimule indubitableaentt n fond s4rieux 4*4u.
telligenoe suWceptible d'a~Slloratlon progressive par. une diroeetiol
4clair6eDocile et d6sireux de program, il s'*vertue'.J ex*cuter p.ato
element lee instructions qufi lui sont donn~ea. De par soI in epsriuo
11 subi partois trop facilemeat -l'nfluenee de. ceix qul 1'entourewt.
Soui dea dehors assez calmes,peut fire preuve d'un certain eapor
et defend avec conviction entetee ses revendications.minti rwe"t 4
SI'europ6enson pZre no lui ayant r6eervr qub'huiliatiom et d4botrieE."

*i g de 17 ans environs.
c ibatair .. '

/es Qualit de file de roi. .
8g41 13 Mare 1929.


h/s'autoritd europ.enae avoc ratification de
at une certnecertane rumaltance).


1/i^ les contemple plus qu'aec
fagon de voir lui avalt fait


sceptictame, V*s son Jeun
encourir Is colbre pattern


indigAne(QMAsaige

* Se 4dJ&, *tt


Ji/avorablt-,Lwigemara tatonne cependant encore et cherche as voit, e -
11 y a chez lui hesitation pour l'avenir et earessant de secrets -'*
poira,il se demand si en rompant dbfinitirement ave la tradition ii
n'andentirait pas ses chances de succe.,
Ayvorable envers ceux qui veulent se convertir car plein de ttolUraa.


k/apports trbs tendui avec le wami.-D6f4rence de
de son phre,qui voit an iui l'houmme du blane et
munications ne sent faites sans I'intera diaire


$a
un
de


part, indiffereaqe
aportat, Auouwa e
Sautoriti oftl4eo1|


1/~6anit.

m/Province du Rukiga.
QCalineg: Chyansa-Gihi nga-aramxaLunoga-Mwi rl RvuabaTuas.


&Aktusi


1 eu to ri ti





Question B,14


(suite)


PcMe cu Chef Lwigem er (saute)
n/tichesse personnelle plut8t zadiocre-rit des quelques revenue de *md
b6tail et d'une petite pension que lui alloue parcimoniousement et
Irr guli&rement son psre.
Cela ne l'tenpche pas suivant see tendances.trs modernes de possdder
Une motocyclotte et une machine ?L crire.
I/Areo docility, car respectueux.
p/1f0ant


qA/6ant


4galement car donne toute satisfaction.


r/Au mieux des moyens don't il dispose.
Son action administrative eat frame sana exagorttion. Ltascendmaln
qu'il exerce sur ses administres semble sans cease grandissant c a a
suc6cd ti un prddocesseur que lea excst l'avait fait francheuLet d-
teater.


*,Arend aon rble de jue trs au
aux hisitations consequentes de
porr~ s y mettrE un terx.e.


sdriezu mxais eat naturellement ea but
son 4cune Age. La pratique oeulo


-IS-


i'




*34-


a/tuzl


de la famille des Abasbarangabo (Abtasylgisya)
fils de Sealhareo-yagashi-Kabaka-Kav tw.-Sha Bl-P.
Ohef de famille.


b/1640nt.

e/lllettrE.
d/Ab tit par l'abue des boissons alcooliques a vu sombrer Ie pu d'int lm
ligence qu'il possedait, incapable notoire partage son temps entraoi l
bibre,les femies et lee procbo.Inertie massive qui en ait an tiap1t..
anntua politique presqu'inoensible 1'% impulsion europ.eane. 3a iMlk
chalance profonde en fait un sujet peu Intgressant.
e/Ag6 de 40 4 45 ans environ.
polygame :
l-MLukakundiye,4tablie h la colline Rugandoprovine du Beae**ra,terri-
toire de Kigalifille de Kalemera de la famtlle des AbauLyiginyg,
A un fila Spileptique.
2-MKkalkdende,hsaite la collins Kibara,province du Bou*eertaterr1t ir
de Kigali,fille de)Ayabashi de Is f2.rlle deo Abesha abo


f/r 'dr6dit.
g/a eucado, come chef de fasille ?v sonl pre Semihare.
hA'aatoritc coutumibre dans les d1eux cas.


i/nt' ppe 6volu6 et par I'abrutiecement dena
reat6 fermement attach6 an~x vieux rites.


j/oup9onuneuse-tl n'aime pas
cieors oar il eat incapable
de la religion chr6tierne.


lequel il se compl*it


le blanc et &k plus forte raison **a *r
de concevoir autrement les reprioeetante


N'eoe ouvertement leur en fare grief,most done son fort int4rieur n a
lee aime paBs pr4cisiment.
k/bea rapports avec le mmwami ont bone,tout ennemi du blane,, 4tant g~4ka
ralement 1laian du mwamiat
Doit recevoir et envoyer de temps h autre et m&t asset fr qrmmfent- 4il
aisseaires de Nyanza car il est toujours ton de se rernaorer k a rn
noire un peu court du mwami .Lea 6missairea sont gnIr6lement I*t fM
mee de confiance do Laftene qui see garderait bien de nous lee failure a-
na~tre.
l/^rant,

mVrorvince du Bugeeera.
gColUeAs :Shyra-Gako*-Gkon- Gateko-GihingFEindmy yakabu
.ma-Tynami ram-. zi reanbi-Rugand o-uhuha-u uso reeo.


Province du Bwanachyambbwe.
Clineafs : JarireaKaai.


Province du Bugtana.
fl1l~t4d 'Tr-ibars.


~l~f~:_afba~ ~u .C~te~' flWt~F~f~i~~


question B .4 (ralth




Question B.14 (anult)


1iche du Chef MAPE]S


(suite)


/hicheose asses iziportante: 4255 tttes de b6tail.
Train de vie terre terre et essentiellement indigne-e6 contentsmt
d4e atiofaire see app6tits et sea plaisir.,
~nene n'ayant en rien 64olub, ase besoins sont coux du vienx rgimt.


o/AVeo empresseaent car il e'agit
S1 parfois il oe laisse quelque


rxliaetnce que
p/Aveo une p4nibl
44une conatante
UttE.Si une d5c
noe e hfterait


de maintenir aa r putationn Ah fyam
peu tirer l'oreille,o'eet moins pa


par noncnnlance.
e ine-rtie;c'est peaine ai sous lsa session qUoti:diaS m
surveillance 1'oo) peut obtenir de blen m.rigwr ra~s .
vision devait %tre Frise contrairement I a coutuane isti
d'en /rif4rcr d'abo Nyanza avwnt de l'ex4QutOr.


q/Lafene eat coutuxier des abus inrrnnts aux batu T viaux systamea, 11l aI
suocie fort pou du bicn-ttre d nos n sujetsadu momentt quoe o1 lren Rt.
asaur6,ais 11 eat fort difficile de fair la prouve deo patit1t It#SI
tons quo journelleent il comet; see ujeta as gardant blen 4 ~drAiW
sien plaindre, le betail wtant en jeu.
Maturellement lea imendes en b"otail n'atteignent pas ler but, 0taalem
ayant toouurs recourseo A l. a gnrosit. die see abagarnagu.


r/A peut- tre de
lee prestations
qu'll e'agit de
ministration. ,
en g4ndral tous


I'autoriti sur :sea indignes pour tout ce qui *onomaOS
cautumitres toujoura est-il qutil n'y eat plus los.
fourir 'imp$t ou des prostationa quelconqueC h A 1a
1 commianda d'ailleurs dnns I~ province du BSgesera Ot
Slea travaux pour l'1ndinistration nont ral exdout6s.


e/Ancapable d
sent saujeta


'esprit d'4quitd
h caution.


la plus 6l6mentaire;


tous see verdiotIs


1
i




question B.14 (au te)o


~aahe du AChtE .


a/Mtusi de la famille des Abanyiginya
fils de Glh-anaGac hinra-Lwabik~aGainudi ro


(Mibatabdo)


A oomsre chef de femille son pbre Gihana.

b/Ariyire petit cousin du rol actuel.

e/Lettr6;a esivi les course de 1'cole e fymnza et eat c ncion
A *h __ -^ -


secrdtaire


i:al gea
d/tl eat fort difficile de d6teminmer lee traits saillents du caraetiee
de Wdeori ;a personnaliti r6el]e ee d6gageant fort peu.Peu d4e caraet&
ppapraisent chez lui,'on peut dire qu'il posabde une intelligence
moyenne,quil a une certain tendance h la duplicity t I'on oset points
dre chess lui,oertaine vieux reletna d'atarinsme.
La mentality mtuzi porce de temps h utre la cuirases d'4o16mnt meo
dene dont il semble sSaffubler.II eat certain que ei Ndori de par la
formation qu*il a regue appartient h la faction dea jeune ean faeon
d'aeir trait malgrd tout quelques tendanees au vieux eystee atual,
tendance qu'il a fort difficile h r6primer.


e/ag4 de 25 ans environ.
aeaaoegam.
1 ritrakogera table h la
Rigallifille de Kabuchi


colline oaehora
de la faaille des


du Bugeaera,territoire
Abazigaba.


f/iles de Gihana il fut prseent6 cocmma remplaant de Kananurm dlpos ed4

gAe 24 mat 1928.
h/L'autorit6 europSetme d'accord \vec 1'autoritt indigene.


t/olrt difficile b d6finir-porte
we mono prove quWa d'un autre
l'art de la devlianation.


uns dimille deo
cit. 11. no t&te


cat4ct n;t ne
pas de temwps


m~.al rtie
S& atre


j/Un apparmnce bienveillante car ~ arnation du blano.


k/es reports ovec
qu'il d6tient sea


b ens du
biens du


sont inexistant ;Musinga n'oublie pas
blanc.


1/A6ant.

m/Pirvince du Bugesera.
QCllineS :Ba ene-Lu to nd e- Shami -Choma-Gasho r -Julu Kinyange*.MeJ3 J a
alfye'MutoYu .


n/Jart amyenne;
fruit de 5217


vie des redevances de a gestlon politique
tates de b6tail.Son train de vie n'f rien


et de I'usu-
d'xag&rg4.


eA3e soumet aux ordres de l'autorite superieure dana la moaure d4teazl-
a6e par la couture.

p/Ave. doeilitt.car il a tout int'rtt h eervir ceux suxquels ii dolt
son oomnandement.


roa


de


-538.




-*7-
Question 1.14 (ouit)

lthe Atd.UCheL 2oi (auite)
q/VlUat.
W4dr1 'aait qu'll a h payer lui-mSzae lea amended en b6tail et prdfbro
*'en acquitter que d'avoir des ennuie par la suite as Jnaaio 1'o@n vh-
ralt h d4ootrir qu'il abuse de ses droitsa

r/Ns4ri semble en general soucieux de n'exercer son autorit6 qce dsft
le" rhgles d6terminmes par la couture et approuv~es par 19autorit4 ew-
mopernei,.1 semble on gCniral fire preuve do 'eoretd cann on t4Mwi-
gn tt curtains rsaultats obtenus par lui danme l'&olutin de cette
obefferict qui auparavant Be dabattait dans une situation assea p4niblob
11 posaade nacessairement un certain ascendant our see admainietria.
U/Da par instruction qtu'l a reque et Ia connnisaance dea oblitat.lonaU
do sR charge,Ndori est susceptible de rendre des jugements d'une core-
taine 4quit,mrais ilf ne faut cependant pau que notre confianoe aille
Juaqu' croire qu'ilne soit pas susceptible de faillir as oeea nt4rfte
personnels sent an J4t0.






.-




Question B3.14 (sait)


41she de Gher RwanY henistra.


a/Amtui d4 la fiaille des Abashaabo (Abanyigtaa)
flIs do Sa~ahaLuasil-Biheabe*-Vtmttizoa-Layunb-Cbatti-
/ Chef de famillne
b/iraet.

o/ftlettr6.
d/Bon chef quXoiqu'tl sache difficialerint nous suivre.
11 nous observe dans son indecision ne sachant trop de quel O ltd r
-ptcher 1n balance;sous dee dehore timides et-un aspect exterFiUr 4*
doeilit@ Rwanyabugigira dissimuAe des qualitts rielles d4 chef.lt.l *e
peut-%tre un des rare batutsi qui malgre Con *ee av~ed et son y
rience acquise h tie 6poque oh la n8tre 6tait loin d'ttVl r4$~le a iet
a pas monas 6volu6 h notre advantage. Peureux par naturell rait son p0a0
eible pour assurer l'accomplissement t l'exicution des efforts qu*
nous reclaonae de lui, ce qui tmoinse toutu pa bonne volonlta naO
satiofaire,


e/le d' environ 50 ans.

IMKbandyana 4tabli e aur Ie
territoire de Kigall,fill
don't X1 a un ftis 1 t une
.21yagAfkobgadtablie h son
akatasi de la famille dec


collins ilurugarama du lanafchyanbwe du
e doe Ninya de la famille dee Abait~gba


fille.
campemint A Kigali
Abanyiginya.X1sle


est
a de


une
lui


servants ftill
un file.


d4


A I'hiradlit 6 .


g/Aegut lea ticns de Mubhmzang abo qui fut
Musinga lors de l' v~anement nu tr8ne de
des partia no de Rutarindwa-wMlbaibge.


depoutilU6 par
ce dernier et


led rigen ts 6
de 1I adfaite


h/hReit bes biens du roi.


1/Sano %tre fanatiqueRwanyabugigirn eat cependant attach auRp, vtiel,
eroyances, 11 eat ce'pendant tlb6rant en matikre religieuse pualaque so
unique file se fait instrulre h la Mission de Kigal.


J/tndiff4ren te
LateSa toute


sans a'sopposer
latitude h see


au prosdlytisme des miasionnalres.
sujets au point de v w religieti.


k/.tetn excellent termes avec le mwali ce qui ne. out psP dire q4arU
seientt intitaealRwaayabugigira manage la chbvre et le chOa et trahe do,
n'avoir d'*euits nulle part.Payant r auliberent aee prestationas
.iweeit u eelu4lci n'a en some rien A lui reprocher.
II doit certainement recevoir des 6missaires du mwei mais leoe et..-
erors na nous sont pas conrns.


a/Province du 3Bwanack amnbwl .
:lB go-aGatenC*-Ri chbk o


Provincee
Callinge:


du Rukargy1.
KaiJuju-jre a.





Question B.14


(satte)


Iuam chaf _Rsngabuat ira (auito)


u/Ayant dces revenues modestes,
d4peneier et se content de
S** revenues.


Rvanyabugi gi ra
vivre un train


sanea tre avar't net pas
de vie proportioenel b


o/Avec soumission et sens que l'on puisse


lui reprocher doe


mnrraqumW.r~~Bi:


p/ASsez peureux de l'europden 11 ttche de le
de vues. 31 lea demanded sont extracoutumi
ma SI inira quand mime per lea ex6cuter.


satifsaire seao
bres 11 h6slterr


q/aramraet coupable de grosses fautes l'adlniatrat'ion n'as jami 4a
prendre h son 6gard deoe seureso aevvres
Lee amendes en bitail n'atteignet peut-~tre pan leur but maleo Jamai
notu n'Avons renu de reclamation h ce su jct

r/Ut forme et autoritaire. A beaucoup d'ascendant our oes ae o ta


/OChef deputis
tuwe et eat
Jugements ou
>


de tr&s nombreunes annSes est trbs au courant de
douA d'gn esprit '"Squit*. L'on aura h contr8ler
son inttrt t cu elui de see clients eraient on


la co3 -
que le*0
Jie.


SNz


-309-


tone platf
pa tt





quaes tion B.14


1 ches


signal tiques des chefs Kayondo-!turo-yt, tatire-syirinkindi
et Karyabgiti.


Yoir lea rapports des d4lguAs de nyansza et Ruhenger,.
Les quttre p;wniers de ces notables demeurant en permanence nants Ie
territire de Nyanza et le dernier dans le territi6re de RuhangerL.


-40-




V
i.


ieeUtion B
Queaastion 15.


D)w'ys aot-i
criptions
d'autreo


1 'pas opportunity de
indigmnes auxquelles
ciroonscriptions?


d6tacher
ils sont


certain groupements
Srattachas pour lea


-qomw w W4=,w 4a


Rtponse :


Itn ue de rmeodier aux inconv6nients rsdultant de l'abs
dea chefs VGritables et pour arriver progressivement h1
4e 1& chefferie unique, ii y aurait lieu d'envisager de
notables possadant dea biens dans territoires 4trangere
r4sidenc. habituelle.
CiG-esaoue quelques possibility inme didates d ehane :


ence prolong6e
un "aoyWntage
a chftmngeos entre
h calui de la r
,


AtGlT: r4aidant en permanence dans le territoire du WERlA pouroEl1t
neglcier change des 4 collins qu'll posa~ de ti contre oellnf qae
poeardent dans sea environs le notable IlWAIlMEGU (ces ollines sent & i
frontibre dau uderuka).
IAvm-u~ : : residence habituelle h GCA1IBU
poturrit 6ohanger la colline .DUHA centre une de NTUR O GATSIW
la colline OKGO eontre ln colline TUTAL d4 LVAMPAaS
OAK~5 D residence habituelle & NYANZA:
peoigrrat o*hanger eon unique colline de ce territoire oontre une do
IM daaas le territoIire de Wyanra.,
AYMRMQ: residence habituelle h& YANZA:
pourit fire abandon dea deux collins qu'il poesade au BUa3ESSA RU 4n-
table GIRARA qui lui en retour lui aband~iAnerait cells qu'il posAbde a-
territoIlre doe NAZA.
~ ....: doit sojourner d4finitivement dane le terh+toire do WTAMZA, 11
y aurait lieu de lui suggdrer d'6tudier lea possibilit6s d'6ohange desa
oollinea qu'il posasde dans ce territoire.
88BA9AMA : et 3 Ty:t~'A ne possede chacun qu'une colline dans ce te*l-
tire et iadent tous dejix en permanence dans le territoire d'AstriAa,
PFOrraSwrn t tudier un change avee un notable d'ioi ne posa44dat que p~ S
de biens dana celui d'Astrida.
RIROff j:posasde 4 collins dans le 'lDUGA poerrait envisager 1'4ehf.ng*
ae eA Eolline dans le territoire de KIGALI avoc LUWAPUMIG qui pose4Mde de
blen~ dane le ITDUGA.

D'aatre part, une asrie de petite notables -LKABUCRI-LTOG ZASIOAA-NDAA if
IASOZRRA-ne possidant chacun qu'une colline dane le territoire de 6L i ga
et r4eidant dana diff rents territoires pourraient envrisager un ebfhata -
dans leur territoire respectif.
A MA* 0o 4MI 4


-41.


Sdes tm -i.
dea strowne
analgamer dao
}.j


i .

t






question 1cm

D) Dans quels termte sa trouvent les chefs de votre territoire Viowu-virt -
de l'autorit6 indig&ne dont ils relbrent directemaent?
/--'^' *'
i.rponse :
i.
Toir fiche aignalQtique de chacun des chefs. |Co
Question 17.

D) Expose votre sentiment &ur influence qu'exerce aur lee chases de 1.
Tetre territoire, l'autorit4 indigEne suparienre dent ilh relibrantt
... ..eto .

R6ponse :
Lea rapporto entire l'AdBinistration uuropdence et 1'autorit& Upae~afl i
indigene que ce soit .s sultan ou lee ttliurv" gxrpnd nobles ble qu ew
rce4tant un aspect extqrieur de politesse et de courtoifle sont li1eR
dAjtre toudours easpreinta de franchise et da cordialitb Cet 6tst 4n
Choae nie manque pas avoir unse profound influena-e ur I'orientattis
g~nurale des rapports ou'entretisnnent lee notables a veo 'asutorit
indigBne sup4rieure. L'on n' a pas encore oubl1 h Niyansna que i'eOmra
hiseaer a mie un tereA la ttyrannie et au despoti~me de la fa&t teit
royase. Lton ne peut plus tuer come on 1entendait; on ne pent pitj
cpolier come on le voudraitit e tout cells, r6sulte cette hainoe sa
disimaul4e, cette inertie d' "a prior" centre tout ce qui eot eirp6-
en. L'influence (bien faible encore) eu'exerce et qu'exercera tojoeare
le sultan actuel ne peut que difficilement nous 8tre favorable n*D Tva-
to mn1me de ce qui Q st expoe6 ci-desus,. 11 y a oise inemapatibilit 1
maueure d6coulant de la mentality acqurle au course ,de sou r&rn. fSo
despite no peut tolDrer une tutelle et une barrifre h oa fantaikiesl
urearusement pour noue, le Mutuzi se resent de son oriiene prote.
adaitique; il eat et test un merveilleux opportuniate pour qtul liat4-
rtt prime tout et qui ne se soucie plus que fort relatirement dee tfo- I
drbsa thdoriques d'une souverainetb paralys6e et deadentt et dont la
capacityd de nuire" tient plut6t de l'6pouvantail i moineau que da 4-.
maine de la rdalitb agissante. La consequence de cette psychologie est j
que lFinfluence royale ne reete volable que pour autant qu'elle andre
aes le intrrSta ou lee espoirs de ceux qui l'acceptent encore aiae
quc de min sont tous disposes A en fire fi 81 tel eat leur blnioe,.
Rn rasua~, la souverainetd actuelle eat un manteau de pourpre fort 4U11:-
ad qul tente de catcher pudiquement lea rested *quelettiques d'une itl
fluence que les carts et les cruautba du pouvoir ont tude.


4 m u- aft ab Nog ..4




SSection C.
tQ.uetion 18.
D) Faites connattre la proportion numrrique des B atuti et des i Ba~ta
de vetre territoire?
Rdponse :
lombre de Batutsi : 3.128 contribuables.
Sombre de Bahutu : 46.171 contribuables,
Proportion dea Batutsi vis-a-vie de Badhutu : 6,7 %. 1G
C'ette proportion n'est pae exacte pour le Bugesera et le k~UmuI Oh t
les Bstutei sont plus nombreux et oh la proportion atteint 12 12 ,
Question 19.
D) L'tnfluence des chefs Batutsi repose-t-elle sur des conaidbratdonU
d4ordre politique ou ur des considerations d'ordre &oonomique (ptno
prl4td du sol..etc)? -
Rdponse :
Le principle d'autorit- politique eat Ctroitement uni ru princlpe do
propri6tt foncibre, le Munyarunnda comprendrlt1 difficilement notre *9
exception de l'exercice d'an pouvoir politique sane apanage fancier oa e
boiler (betail). La chbae eat ai Trnise qu'ua chef arfgbeerait f rt pe
une lib4ralit6 du .iw-Ami lui accordant un commandement politiqnae so" j
droit aau b6n4fices de le terre-des ho-bmes ou du b6tail .Le fatit aer4tt
d4ailleurs en contradiction arec lee obligatione que coutuPibreaeant i 1
contract car Ie notable eat astreint k des devoirs d'alla6ea"nc dat#
lesquelo ltimpat au sultan entree en premiiSre line. Du chef dee peA i t4
qu'il exerce, le notable est forest de fournir au Sultan des redevanoe
et prestations tent en nature qruen main d'oeuvre. Mai& le bn dfitS
ne joutt pas en fait Sur lea terree conc6dd4e du drolt de proprdtd; i i
no la peut vendre ni donner sauf consentement exprbe dau nu-propritair6t
en 1'occurrence Ie sultan.
11 y a lieu de distinguer au point de vue de la nature et de 1'6tesdn i
des droits fonciers entire ceux qu'exercent lee chefs et leur s ejet: .
pour les premiers,ils comportent des droite politiques et d'exploltati
on:pour lee seconds,le chef jeur d6degue coe dernisrs eeuale sent.
1 east naturellement desirable que nous tendions h Aarantir a iUhut ta -
drott de Jouissance perpEtuelle do tell fagon B nous rppr~eher aeBSrt1
blement du droit de propri6td paysanne tel que Ie pratique notre Dritt
et dyiter einsi la limitation force de de exploitation et de la profWle-
tion agricoles. Cette limitation eat logiquement engendr4e per lee diai
poeitione actuelles du droit foncier-indigbne qui par certalnes ct&8
pr4csires de leur caractre tele que: lsa j onsance unstable du to- o :-
la menace l~tonte dSattribution, de spoliation, ou de partage des tarret
-irritant t inquidtant le d4tenteur actoel,at rilisant on lui teati
tendance h une plus large activity. S'il e'agit d'elvteager ce que je
qualifieral de revolution a~raire" en drerbtant le droit pour loa iaglot
tu ~ la propridt6 indi-idualle fonci&re,tl importerait avant tout qw
noal soyone suffcisament orLgni s et outill~rs pour opdrer cette trae..
formation ndceasairement brutale avec totes les garanties do4irebles
pour vrter I'4cueil du chaos et de l'anarchie consequent. des grnds --
chose sociaux particulibrement chez dee triess eal polie s. T
/ '"**:




*44-
4m 4
section C.
question 1 (asit.)

L'ariculteur muhutu eat accoutume depuis des g6nirationa k trrSflet",
la terre aseo et pour lui aeul (sauf bien entendu loraqu'tl 'agtit 4
preatations coutumiBrea) 11 eat individualiste par astureo. Or, le talto
de l'individwu-ans lien coh6 if puissant-enlendre I'anarchie. Le ftit
de proclaaer par trop brut.lement le "droit h. la terre' n'etatratnSl*at-
il pas pour le primitif 1'idle excessive de liberty et du drolt do 4 .t
position? He serait-ce pase ne rube insens6e vera I droit de preprit
Ot une "pagaille" monstre pour la ddliaitation de In perocelle ladiT 44de1
Ie? D6jh dana un pays ? cadastre orgesnis poasedant de asoyeas d'iwTeat*
nation et determination wmderniaese aous assitons h une situ&tiosa e -l
tiqte fort difficile h d malerl ue serait-ce ici?
Peut-4tre sora-t-il proe-sssive.nt eposetble de 1 cher du lest pear AtHQ,
tir finalament h consentir h chacun la pleine propri4t6 des torte q. ;ilt
aura miese en valeur t4ut on conservant our chaqui calline Tne toerr
bien d4termin4a et dite "domanirle" qui serair accord6e en guias da'pa-
nage fancier a celui qui exercertit le pouaoir politique et 4uquel 11
tirerait une parties e C sn subaistarce. Dana un aae but, lon pourrait
rdserver au sultan quellues domaines fanciers.
lo compensation des pertes aubies riaultant de la suppresaion doe oa
sources de revenues, lea notables en causc toucheraient une rhmnmrsthon
ou 4as Aoluements fix.e basa6s sur leur valour personnelle et #our 1f
fagon don't 11a s'acquittent d2es charges leur d~vIluoz.
AM eMW W M W4W 4W















SI
e




-43- Section C.
Question 20.
D)La furniture des prestations coutuaihres et-elle acceptor sans diffi-
cult6 par lea bahutu?
Riponse:

Las bahutu-victime de la force des chose, de l'habitude et de la traditita
ont fini par accepted Ir furniture dea preatations coutuaibres et lear
bonne Telont6 va mZme parfois jusqu'A intervenir dans lee contributions
moins orthodoxes nese soit de 1'occupation europdenne (mnendes disoiplinsi-
rea)ou d'v&bnementa impr6vus (accident-6pid6mie-cataclysea).Ceux qui s8-
raient tendance oublier leurs obligations fiscalesa nauraitnt qu'" s8e
souvenir des examples f its jndis par leurs dominateurs via-h-4via des gens
oublieux de leurs devoirs d'all6geance. Depuis 1'occupation europ6eane,
ceux-ci ont 6t stingulibrement diminu6s surtout par la reduction des presa
tationB en main d'oeuvre. La venue au pouvoir des BEGA avait eutratni ae=0
recrudescence de corv6es et d'imp8ts, le nouveaux chefs instaflls par eax
no songealent qu'l a'enrichir nux depens de leurs eujets. 11 eat certain
que le muhutu subi plus qu'il ne l'accepte ce regime fiscal quelque pea pe-
sant et la preuve reside dans l'accueil enthousiaste qui fut rdaervd aux
processes doe IUNGUTSE lorsqu'il menaqa en 1312 d'envahir eI pays don't IZ
soulava toutes lea populations du Nord B la seule promesse de la suppres-
ston de l'Ubuletwa.
Come tout chef dolt vivre d:3 redevances de 8s charge,une bonne partie de
1'imapt versd par le contribuable passe dans son escarcelle si blen quO la
portion rSelle versee au souverain s'en trouve singulibrement diainaue.
Section C.
Question 21.

D)Votre territoire prIaente-t-il de s articularit5a interesesates au point
de vue des coutures sociplesa-familitle ou religieusee.....ete.....
R1tponse :
Le territoire ne posode A vrai dire nucune pnrticularit6 intdreseante au
point de vue dea couture sociales-familiales car ii eat r4gi par cello
eomaunes au centre du pays,l'lnduga,par suite de sa proxiamt6 avec cette
dernibre province et 1 identit- dea populations de cos rdgione, vieux een-
tres et foyers communsa 'occupation mutuzi.
Cepandant au point de vua religieux,il y a lieu de sig3iler l tentative
quo fit pour naltre une nouvelle croynnce qui obtint rapidement dea adeptea
parai les jeunes filles auxquelles s'adreseait tout particuliBrement cette
nouvelle religion a laquelle des esures nergiques airent fijn.I1 'agit
d'une dde3se que le populnirc affubla du nom de d YIRB IUMIPT .L'originB
de cette deification eat quelque peu burlesque et sersit invrrisemblable
si l'on ne tenait compete de l'engouement ridicule que t4voignent lea primi-
tifa pour tout ce qui appartient au domaine de loccultisme.11 est fort dif1
ficile d'dtablir avec certitude lee sources de cette croyance,1learveilleXa
lgendaire en ayant-pnar son imagination d4bordante-e chevttr 4~ plaiair
lee fil1.
Ci-dessous un' version qui aeable vraiaemblable rlsgr4 sa grnide
natlret :




-468 SectioU C.
Question 21 (suite)

Renseignemtnts sur 1'oe'gine de TYIRAMKBl UMU .

Yin de I'annz e 1923-d6but de 1927 h 1'dpoque des setaillea do eowfhM,
un certain mauhutu du nor de RUGIRA, habitat la colline Gakoi t StaUt a8
au lac 2L01AZI our y puisser de I'eau N l'aide d'un grand aeau-de bols Sp-
pe*1 "Igiohuba S3'tant attard4 o 'endroit oth i puisait l'esu,i lper-
goit des femmes qui deacenlent vere la rive afin dy puiser igalement e '
1'eau et l'id4e de leur joue u bon tour lui vient aueosttt h l'idoe. I1
e* dissimule hftivement parm les hautes herbes de la rive,le corps eatfo-
c6 dane l'esu jusqu'" la poitrine.DEs que lee femmes out atteint la rivn,
11 leur crie de sa cachette:"C'est moi,YIfRAMaURkJBUKSl,a reine de ce 1o .
Je via dans Ireau et non pas nur la terre,j'ai un frbre qul s'appelle m-
HUlURIZA,il vient pour sauver le Ruanda,il d6livrera le Ruanda des Euro-
poens,il lee chrsaers chez eux et le Runnda redeviendra ce qu'll 6tast j8R
dis.lon fr;re vous apporterA galement lea grnines de sorghon 'nsemencoze
pae ves champs noant 1'arriv6e de omn frbre,il sortiro avec to0 d mmilieu
du Mohazx ;vous viendrez h sa rencontre et vousa 'introniserez danae e rfanw
das.En attenant sn. 7enue,dansoz et cha-tez en mon honneur car c'est moP
WYIRABSUMOARE,1a soeur de RUMXWDRIZA, 1, sauveur lea sanyaruanda*.
A ces paroles,les femmes cr*dules se mirent en branle et commeienut
h danser.D'nucune qui ne vsnque d'esprit I'improvisation se met k entenner
un chnnt en 1 onneur doe X1iRAUr BUR. .
Le lendomain, l'hLstoire saest r6panidue sn twande de poudre et lea
filled do Gakoni accourent dnnsr sur lea rivea du lac en l'honneur do la
future reineet puis peu peu toutes les collins des environs sont ga-
gn6ed par la contagion et lee femme3 d'accourir pour venir voir lee prodi-
gee de WYIRAiMUIrf3LtMU et de son frbre qui devaient surgir au Ialiou du-
la1 et tout le monde sd'1n 1'attente du rol lli*'rateur n'osait coaanocer loe
semaillle du o3rgho1L'imagination des fenaea et particulibrement des jeu-
nes filled ae donnait libre cours.Les vielonnaiires abondbrent.L'une d'el-
lee prVtendit avoir aperu deux t~tes au ailieu du lacc'6taient cells du
roi et ae s a oeur:d'autreb pr6tendirent que c'btaient de aimplea crouches
surnageant h la surface du lc maia contenant naanmoina lea titee dea deux
liberateurs attendus.Dea groups pasabrent mtme des nuits en veille sur
lee rives du lac de crainte de rater 1'nrrivde du roi et doe as aoer.
Cependant l'auteur de la plnisantericnouveau proph&te malgr6 lui,
commencait h regretter la tournure que preiaient 3lea 6v&neaent et leo con*
sequences qui pouvaient en r6sulter tant pour lui que pour le pays.Surtout
que nmayant ps ee retenir de center h des amis la bone fsrceil commen-
gait par tre connu et que LWABUTOOO lui avait fait dire que les europhens
nis en 6veil allaient vraiaemblblalement o'en mPler et punir a4vbrement
l'inatigateur de cette pr6turbation. nUFGIRA, envahi par la crainte et *l
repentir, eut beau venir haranguer lee jeunes filled et leur confessOr pa-
bliquement sa nratification,celles-ci ne voulurent poi#t l'1couter et le
traitrent d'imposteur.Les raseemblements continubrent do plus belle. GCer
taine chefs appeurds voulurent s'enx mler,ils essuybrent le plus dcavernt
desa chece.
Ce fut alors que profitant de l'atmosphlre surchaufff e de 1'entheo-
siaame populaire appartt a$ns doute une jeune fille qui frrquentant oe
attroupaiments en profita your ae proclamer elle--*a e NTIRAYiMUMEIrS ot
omne mnul n'eat prophte en aon ?Lys sten allS tenter fortune au X8isak
d'abord pour revenir 4chouer au bord d'una sutre nappe liquid, blrceau
indispensable de cette divinity& marine, le lac OUGESSRA.Alle y rencontra
naturellaent le mzna~ auochs male lee details aou manquent sou lee d4if-
farents avatars de son proa~lytieme naissarit.
ax fait eat certain, les adeptees e cette 2ouvelle divi itE so boe-




.47-
Seotion C.
Question 21 (talte)

caient de 1'rternelle chimbre des races asservies, la venue imalnnte
d'un Mesaie-d'un souverain des temps nouveaux don't le r&gne maarqerit
la renaissance du vieil *Age d'or*. Lee chants composS e n 1'honneur do
de fantomatique souverain tm~ognent per leur allure proph tique asiat
que par l'amalgame douteux de n4taphores pu4riles et de lourdes alligo-
rles qui lee constituent de la crddule naPvet4 de sea sectateurs.
Lea measures prises par I'autorit eauroppenne mSrent d4f-inititement
fin aux MnBnifotsations exterieurse et la oecte ounrt dans l'oeuf.
--- o--- m-M- as go n. iIo,,





Questla D.22


Itmpt de capitation et de b6tail
C-ffe-re, nombre d contrlbu.sble. -o m-bre
Chefferie. 1Nombre de contribuables. Nombree


do tOtes do btadll.


Sebltabiro
iro


Gaptyla






Karyagite

laypando

Xyltatfre

Lmabutogo


Ildsexembya

irubusisi






NylrinkindiL
Rwanyabu igira


to ow solo 4w


I


4.503 .1464

1.400 7.851

801 590

801 891

2.092 53266

1.2 02 4.119

1.0350 5.000

1.630 471

2.780 6.829

1.445 6.574

2.516 13.517

12 349 12.227

1. 03 4.454

9,250 16.011

1.129 4*258

761 827

1.50X2 3 8G2

2.k.04 5.140

1.111 1. 600


49.799 10.628


--c----I-,-- --




Section D.
Quuetian S3.
D) De qjel nniore a 6t6 jusqutici pesru lianp8t de capitation tmlapt da
polnamie et It rmpt sur le b tail?
R4ponae s
Lilmpt de capitation est perqu individuallement. Chaqe indg&e est
nrit dena le Registre de la chefferie qui eomporte des subdivisiwCs po
faqme colline, Le eoIntribuable y rest port ave In regard Ie n dOe Ir-.At
dawt 4 vent de vreerr le montant an secr6t~Sre indighene oharg de o la
tdi de t'impft. Th double de cc registre eas d6tenu par ie chef q an e lN
lti4aDee la tenue sill eat letter; dans la negative, 11 atm uns ta~f iuMiL
gka peromanel o ni u message lettre qui se charge do oette beasoga e 1Ta oq
trie6e entralisateur des jetons distribu6s aux secr6talres Iandiges ot reaw
t;wi par rIexamen des registres d inscription lors de le=r rentrxe au t~rrl-
toire prme t de stassurer de la r6gularit6 des operations.
Llamptt sur la polygamie no stappliquent en verti de l'0rdonnanoe N 85
Ol d 12Z~II-24 qu'aux non-autochtones ou aux r6sidants des agglocoratiwon osM -
ventlouselles, 11 est individuellement pergu, dss le d6but de l1texerleeB as
tervitoire sur dblivrance de la quittl.ace Modble 2,
Limptt sur le b6tail eat peri en chefferie et eat payable per le dh
tentewr i nn6dlat du b6tail.
Section D.
Quetion 24.
D) aites connattre lo nombro d'txrmptions en matire d'zmp8t de capitatioMn
jatiflez en le bien-fond6?
Reponse :
Sant exempt de o1imp8t de capitation;
a) Lea males val2des qui ntonnt pas oncore atteint 1'##e de 16 ane asu "b
de ltexerciee en cours.
o b) Lea 616yea Ag6s de plus de 16 ans et qui frequentent r6gulilrement et
assidtdoent les course dune cole adopted
O) leo vieillards indigents lea aaladea chroniques les impotents.

Toutes ces exemptions, comne' II est aia6 de ia constater, repogsnt sW
le ban sens ou les n6eessit4s particulieres de la vie;
a) L'enfant m.tleo ftg6 de aoins de 16 ans eat sensa ne pas travailler -gali-
ZmePnt et de faqon telle A assurer sa popre subsistance par une arm8 a ti
~uTflsante a ses beaoins; i1 relive encore souvent de la famille oa 1 pl=tao
la nourriture ot le gite.
b) Notre politique tend A d6velopper par tous leo moyena s1instrmctiac dn e
mueae indignes oar les n cessit6s materielles force 1'individu A tWiter do
*ribenir A see beasolns de ce fait tout bl6ve devlent une charge pour as fth
mille A laquelle 11 ne rapporte rien main bien au contraire cotteo. XeBr as$O
tar le poid d'un lmp t serait illogique et docourageant.
e) Les impotents-les malades clroniques-les vieilall da sont dans 1lizeo.4-
bilUt6 mat&ielle de gagner leur vie et sont dana la maJeure parties & haumrp
da lears families,





QSett0 25.
D) eI~ preQtationm en rnature tfatse an au rd sant-elles pros6ede pep 2S

R4ponse :
1"a pestattlos on nature ftles au rni sent nsttemnt d6trdnlee p
1a eoutasM coase lmndlquint lea tableaux 6tablie au r 28. Dasutre r 2U
ijut poesBdo umx Sric dc tcrzcc d6torminant ezxatOa;9t l; at
0ola% et atoB les obligation corollalres qu i69entU llemt oo oBq t
Sootlon Do

D) Certain chefs ajout nt-ils spontan6aent aux prsetations p-paRvUs dee -e-
&eaus auppl&entaire8t


Oui, certain d'entre eux ajoutent dans le but doe attirea le bulano
gerte d sultan que1ques wadeax a suppl6n&ntaires. fl eat natural quIa o
ardewraent bion de le fare sans calcul ot cotte o c fre apo=tan6e ot gFpatu-
t a rol x no pout manquer dtavoir une influence de plue favorables pour M 2
ai~nateur Lour Uviux proverbe no dit-il pas $ =Qui pale I richer achate r
Ohama.. II existed d'aillourns we oxpr ssion qui stappllque A 1 t It
"OWtcERA" ont dire aU~ scurk'rogatison tuic ajoute gratuitc au del ]l du
oseat la "rawette" do chez nous.
31 certalns d'ontr oux t6raoif ent au contraire une cert ak Inerties
eelloe 6~ provient ordinairement d'zmo n6gli3encw voulue qui exoz se pr it
a*a tin partLolleo center ou lorsqu'elle pout renforcer la thase d dme as
ti cvile on couLr centre un chef duquel an d6tlent du b6taile
Section D.
Question WT7
D) LtA' alnsiatration Intervelnt-elle activeenrt dans la focrnituro des p'ei
cartons on natw e et de quello fagan?
SItporhe :

Letatimn sm a n atatve ntlnter~ovit que pour user zvoentbollement de ma
Influence audpro des rcalcltrents qu t&moignent Triment trop de mrvate
volonta et our la deiuandos epreose du sultan.- Dautrto part, e.ll oare de
per on visa sur la feuill3 do route le cpntr8le au d4part du convoy des
prtations -et la ralit. do lour oxp6dltion an exigeant on rotour' Ie d athb
de. 1inventaire dre-sa3 et dirtet slgn6 pour vu par lo D6l6gu A mYANZA,.




Qwati L Do S,


D-amnde $ -2 Quelle


eat 1' mportance de oes p restatioia?


.~ ~m~u~mmmm ~ ~ mm~~4EW4S~US


bJet de o.
pre statioe


INon
indigine.


Quantity


Valew
oancaerciale


ab@rmtiawu


- II~~W IC*1l)~ LIJIW lk


Thb- iohub-a


12 fra.


L'igichaba a vme oonte*
nace sdo10 lI tre, OstW
corv6e eat jo0mnal eA1
martin et le soir solt SU3
jo-rs par 12 from 4390 Uft


Vache a


a is.tt ihhl~


O. 0 Fs


Solt 565
292 Fie


jouwe & 0.80 0


Tawueauz de
scrifices

Panlers do
sotgho


Pots do
miel

Peaux do
gibler


Nattes


Ammana

Urutete
smasaka

Imi tzarma


Impu


Iairago


Bi&re de
miel


Omrges de
haricots

Braeelets
de pieds

Paravents

Paniers &
hamtacs

Panlers

Carquols

Hamaco royal


Houes


Trutete y'
Ibishrmbo


Ubutega


Insmugi

Ingobye

Ingangara

Imitana

Kitabashwa


lasuka


70


' 80


100.


20

30


110

100

900

200

250


50000


Fas 7000 Fas

FRs 1600 FE


15 Fw 1500 FF<

3 FR 2700 Fr

20 rF. 4000 r


75


Fa 18750 Far


100 Fs
lo 00/00


100

80


50

40

10


50
30


4 r.


50J
IM .1


10000


16


5000 fr


.^ 5000 o

Fb S3200 rk

Fas 500 f


120 li


Fa 500 Fa

FS 160000 Fg


Coquillages

Serpettes


Ibiru gu 5000


4 Fs 20000 Fx


Inlhorb 80 5 FR 400 -F


Ml a ~ O--


RV2Eab(XBKBZ


Lait


0


Q




57f


Question D.28


(sauit).


-r)~ __ _~ s l IIrr~rr-- ~ ~ ~Y


O jet do la
prestation.


Ik Indigneo.


fa~ntit


Valowl
eOmoercal 4e.


OlllCIBaei'y3tiOin.~


Lanee o
i tboae8
fsmng~


Bracelets do
fll do for


Inbtore o

Ichyarm

AmIfr ri

Irnyreri


VAchlas


Co'resa &
baratter

Bots do
senteon


100


10 1


Ibisabo


100


10'0 F;

480 rF


a:30 Fs


va1elOvr


conr r ci ale


40m$ Ahml-l A 4W 4 M amfv OW WW &W


0


/


(euitoe


10


100


40 Fa


0


20 Frz


51>CY)


800 ra


(~i~ 4C~It5


- I -- I ~-r----- )- 1 I r r~-r--~-----L-


pher,


:. ..
blr In


100 pr.16 Fn


Solt au total MaOe


J~f3P&~EC8










- __ -4 -O -IMI- -l w e -" ---... ..

......am e a I M p g


: da Cro. bjet de la
Xwestataio.


ondogw
3willool.


- 41I


5IAII~.


Tfc a & flat. Inkuk

madrex de kmtoan
surancr ce.

Pots de a~Bel. Zmltaa

PNam de gi<4 Impu


Nattes. mirgr

tBlre de mdelos. U bkl.

Petits panier UbuLWr
dt61euine

Paule fine & Ishing
6te-dre daan
la haste r.yale

Bolas do chaufr Inkvi.
fage (charges)


mar.





I.+


2

40


25

160


200

109
89


0.80 Fsr

100.00 Frs


30.00 Fas

15.00 Fe


3.00 re
s.oo r


25.00 Fa


1.00 fr


31


4000) r



8400 -0f
MOW Fe



210 F

225Fat


uro Fe


eo F


8oit un valeUr total de 12850 francs.


fp" O I aOW4 a 0 ln0 0 II| IMIIIiM


I ~-'Y~-' ~ LUL--.~t ---- -~-r 1,1 -1 .~- I -- '------ r---.L I I-_


~--- -


o.


^^iYLr I^t o)*&
{*uif+)+






Qeastm D.a (suite


-~ L -


oemn a


a1o.


Objet da le
prestatianm


armn rdigdSno.


QuantltF&


Valeur
eooonerealeo


2:I 2: -- )- ---- -)


Vseohs A


lalt. Inknkrce


Taw eaon &
saorifioes


0.80 fe

100.00 re


Me valenr


total


de 792 Prances


3WALY3~IGR


La t.


Iblchuba


12.03 r


& lait. InkuWke,


Taureaux A
sacrifice s.


Amamana.


Peaux de
bier.


30


100.00 ra

15.00 r-


2980 Fle

292 fk

L50 Fk

450 Fs


mne valeurt


total


Nattes


BIJre de
bananes.


de 38,2 f Rancs.


Im"rago

lsagwa.


40

20


3.00 "0


Solt ne


valor


total


de 320 Francsa


INI Wllfll~rSISZ.


Lalt.


Ibichba.


Vache A lait. Inku ke.


Taureaix de
sacrifices.


0 80 FrI

100o00 ir


8780 00 Fm


292. Ft

LOO. ra


Solt oew valour


total


de 9152 Prancs.


T~rmeaux A
sacrifice s.


Carquoia.


Arcs


Amanan rl


Imitana,

Imiheto.


10


100.00 as


4700 r

12,00 FE


400.r F


Soit


292 Fs

50CFrd'


Soit


120 Fi

200 Os


- P-- -' ~L-- I -- --i-- -II_-_-----.^- II ---I ICll-Y -- -1~


Obemal -sr,.


Vache


c


DA. W 0TINGERA.










Gu t ..aO. jet de oa oan indg~e Quantit6. Yaloew OQbt ssas
pua-tatim- toIe1.


WA 0
.0


lait.

Vaches A laito

Tamwoaux &
sacrifices*

Pots do aiel.

Peaux de gim
bler.

Char oes do
haricotea


Ibichuba,


AmBianan.

Imtzsama,

Impu.

Tz*utete 7t
ibilshlimbo


109

3

51

50

1

50


IS4* 90

0.80

100.00

30.00

15.00

75.00


21oo
8'?6e

5100o


1500 rF

186 4

8750 Fme


Solt zune valour total do 44 25 francs.


K!ZAThKli~


ait.: Ibichuba.

Vaches lait. nluk~e.

Taureau1 & Amanana.
sacrlfieea.

Pots de mtel. Imlntzoa=.

Poe~r de gi- !mpu.
bier.


2


50

50
50
so


12.00

0.80

100*00

30 00

15.00


total de 10514 Francs.


ns
ra

Fm


584

5000

1500

450


Fa
AsD


BurM~ ]P*~l~~ ~ILl~b1~)9


Soit mer




7 '

Qastmi D.28, (-if)*


laMm dm Chef.


Ob et de la
prestation,


orno
Indisgne.
ROM~
J .AA.M.rra


Q tantit6o


Valeur
oricltalo.


441sa im (M


wm -w 60Sao- ~ -


Ibichaba-


Vacheba


& lalt.Inkuke,


Taureaux A
saerifiees.


AmmBzana.


Pots a md iol. Initzana


Peaux de
gibler.


Iwpu.


12 Fi


2

40


10


300


0.80 Fr

100. re


30.1 FI

315 rr,


4800 rs
884 Fr


A liror me
fois tousl 2e
3 ans 4500 ts


Pots A lait. Ibyanzi,


Carquol s~

MB1 fe do


Biare de
bnaanes.


Imitana,


Izagwa.


70

20


20


idem a20 Fs

Idem 80 RFr


20. Fes


lo. re,


200 Fi
" 200 rFs


Solt Tune


val~eur


total


de 14854 Francs,


wIa w -alNm .m am op am- mo


-~l)rJ~~~rYr~hpl)t~~-r I r a r I~-- ----e ---------rrrrr)' r*MIILirC~


I-- ----- ~--~---- (I~rr ~I~ )~~tll)~C .'~~~c(ll) ~CII1 r~rli~






MAtall de eho appel6 'a ao

Au Olse 1'r n meante qurawnt le rol Zwubtri 11 n1sitaiSt P
dtluyJnbio dans le psys.





Ittv
CLdst an ouars do sea canpades a ldloIra ontglala *t t& 1 3* tS !
fit prendre dx btals aux babitants do oe pays, b4tail aqu donma alMan


Los ppanda coefs posaddent tous quel.qu troupeaux de oe bmtall 9i53
tfot paitre ont sw lea 1erds dma Ic aNohzwi, oit sur w es bw4s as as


Les different troupeaux patent dea noam dant twd4aou l ta t


Wme dman


Noqa ds toupea~3sa


SiShm-oanmta barglaAx gaxnwalgt

I-Gnu* T"_fi Smlm-b Iteoro zizljatolp I.
ndano -b-Andhe ^an-n"re~a- n


4wna1zralbR nA.A
AW~GIRA.




.nlueb Msi zabbabmbArls
-2 1 41mVnoomdoo
% maattaeU-u* s W 4m


0


S-- i- i Mto^






) A ~ rar e t dt3tiaon d eea ~statm, n t t I, i -

2& 9a2U.o t.


zap msalmement mal do hefs abtueut do 3a altcuation cOW DOM 2
vims jlP*tj qSBtLe c1r nteosht peas sesmeant Xtowzar V' *
) p We a 2rdo t 0d e a 14vceent obaqu e he I4 aw atle eM mil t mI aut0
bwl. Or kns la cbefferie est imprt p a reatns p% 3M *
6et plus ii fat pareael r le iatran poured 1& afhl wr ?Uht UI Ia
l x 1 a8 numorittwe mals un a train do vie en rapport Wavel IL ;ow ttaI
tarei pmrticulibrement a1 1'an no posad&s aucune fortune poraBane l tll
SHls ee dnerler caa, l2e ahef fera Joter leas mle at I=e p 1tites fteiaMse ,
ablgton s dall4geanxce don't les resosuwoes sai t ir Ltees per gw aamt
iWbe babile.aent a en server. Coame exposed pcrednmEnt le 0tratn p U la
def tos5es, so laaseo exploiter et considare saouvnt commo Eoutuadmr l
1d1t 1origine repose on rne sait trop sur qulI mal. que 1'OCn f
g9Wn que la eoitume l a toujours admis sinal. iExnpleI IBrNGRArO, tan obWbf Ws
tSaie aaade diSeciplinst at re, 11 fait limmdiatemernt appel & la nr4 3u lit
sM -ea agents et la asuseriptlion eat tourvtaw, LtW O Ma : luti r -co eatt
l pPWaler a petits pols on les 6cosse et lton oourt en porter a ol
s SW patron de fagonm A tre blen vu. Do temps & antre si-r IroltItete ido ers
l ntaire n aoubliera volontaireoient s ne houe neuve, eela no pent jp
ib Iienm, etest le "Ousoklera
Do trot co qui pro6de on on &d6duit quo ce le qut abuse neat e i
jirP 3e chef qul abuse males bien la victime, qui par sa passivitig, od ;Bzu^
iam propre campllce,








1*





*.rrt1A D.S.Zllli


tw) g importance n iqIe do e cosrv6eu.


nut
ent


da CCeats quia
ourniseiatt la
wSe. kXarici


te A Enoeinto &
etenlr. entretenir.


~)-~-- ---I _- **- -


I*C~C(**'Ls---*-*** -a---~---14 -----




I-




41CHIIKA
uAS0 X -%


RWO-G RA-RUGENDO

MUBOZI

EWUNGUaIS>


MuNKURAsfea en a
de Muslna.


4"004 mo w 4s 4w a- A -MOam n ow Am mom


Qu&etion DtSo*


b) p6riodicit6 des prestations en main-o'oeuvre an M am.

En ragle g6nbrale les travaux doivent saeffctuer rme f ols pr a

mals certalns endri ts des enceintes et maisons sont mli-n per lee 1r~w

mia blanche et les chefs qui sont clhargs de ees endroits s~nt l ,a

do les entretenir deux fois par an.

aLe travaux se font doadlinaire pendant la aaison 8~he.


e) la duwed doe absence de ces travailleuru

11 faut computer que pour un matre dtenoente 11 faut himt A dlax J

A un homme, mais comane le chef ntam5ne paa tnoujour~s i~ notaab s~ffM

de travailleu~r ceu qui y sant restent bien plus longtmps, Dfltardl

las traTAlleursa restent absent pendant in oPis.


d) la nature des tAches qui leur sont ap6oa6e3.

La r4paration des masons, ou st elles sont par trop vibtLss r

rieno~vllement e mple 2Ie renouvellboent des enceintes, Au dL~jpm, be


man. '-L----- L~- -I-


~n~




I
I
I


i
r


0







tRvaillemre sont dbligas de predre avec eus tous lea matIras~u de om
t~rtian comar batoius, rondins, codes etc., 11 sB feit ainai que leI
tmr ltrier n'ayant plus de mat6reim do co~atruction l so la.int
A attendre que leura frfres de race lea apportent du pays at quittant
lea travaux rentrent chez eux avant la fin des trava~, Dom& doe
rWppels de la part du MirawS qui voit 3ea travaux abnnntmn
*) la fagon don't lls sont traits pendant la dur6e des travaux (qul as*
sure leur ravitaillement, leur gite).
En rPgle g6n6ralo pour co qul caenceie le gtte 1o mulutu doit "tislr
son plan"; tous les grads c~efs ayant autour de PIyanza des ~olllnes,
las traailleurs vonat chercher hospltaltt chez lea habitants de leur
chef. II est Andubitable que beaucoup dorment dehors.

Pour le ravltaillement le anhutu dolt encore "t~Lrr ao plan' t
ommne 11 part chez lul avee des mat6rlaux de construction# aa femme ou
ses infants on ses parents vont viennent entire la mason et la capltal
pour apporter le ravltaillement de celoi qui est au loin, Pour peu quer
eirconstanee ou 1'autre emp6che la famille d'apporter le ravltalRlleMae
de colul qui est au loin, celui-ci sent la faim le tirailler et I*ual
va 3A, et sans ieon dire Iret-e c&ez lui,

f) la ripercussion qutentralnent ces prestations on travail srar l d6
veloppement des cultures?
Oomne lea travaux ant g6nbralemant lie aon season s&ohe le mal
n*est pas blen grand, ais pour pen qtu les travux n ont pu atre tS~a.
min6a on salaaa svche, le am-sam no nmnque pas de les fire contlnr6C a.
salon des pluaes ce qui esat videmment ntfaste au dveloppoamnt des
cultures.







g) Isa rpereoaa n qutelh2s entraoinnt a polat de wns umpbSdit6
meatftlltS des taaurmil.lews C4 sgn paor es orv.se.
I d1gau6 du 4fiGstnt & yansa dolt tre plua A A do e lI
r~e lgnaenents qul no noun pervmernent jfmalisf qu =e O4W p-sevntt di.
be em amnn passe. pai u decent n t rt e tvnYt nsde Iw ehBem e di
qaI ous le sachlons. Jeia enmirne r6.almtitam ne nouw eat prane.



1) La aoalte admiom pr la OIa ornement- e lPd Pst leupe uB *
e,m~n le pIbstations eoutmlai0re, On trowaMll dAo3 s aUx Qerti
R6pxgaf t 1
Vouletr aawIrl quO Ia ldt atdmise par le GousWrnaent eat .
ralement respesote srait ambolTnent iuapta eu ias tnou d6evos iI
mat aIomeNr qWl Mea Bohata qui x pdtananent fatntaat veow Alut108 0T
A IA a4t oouatmlde, .l font on d4pit de la lfres pbllc~t4t qil fat d
ptr toat o l2s voles um nouvellees amure en ven eur (m mLl
pmxt eatwi sm t on a ml r li porance) et de IBlis qunill.s oc
Itobtenr Jurtiee au crs de oluro reslamtis (oes pro6Adent I 4W.-
t), Ila acnmt donea loe victImes rol3xontal do tl Iwr p a Ir
st ienoe copable qo nous epSoh ~e e savnr e i2ee ,, nf"
Sest certain quo nanobe d entire o emu t aetm f
k Iertalt des reprsaailles qui marircant courntlaement epaaeer eas
rtm fort sentoneme nt n mrant miOas 1e. cbin poup ares mfws
poer em mat, te*" deans e*ete Joute qwrsld ca.eppiae Bset npluada
I dlxw ewr 11 passa et puol e = at lon tannle que Ie hobf detm
tSo II ftUt eopber et virre oed I o8te aveno lxiy 11 eat le o

Setlom a-

9) IEf quotl eomlstent oes prOctati*onat0..etc0...
Htponse
Jada csta-Qe f Uea e "thourytaego" forwniSeasit tins 2as caiq imas
mawmne drabord razmende ft deo:u Jours our wefir f as pai trwe*
iwr qu12u som2a J3ourae. ile eatSlatalit st1ansgiu'smt 3t Wrt a 6
fPaot ee twallwxt es inail recruited el so e6 l Inifl t
lott doae rider -a "IntiSo j saoi 5 diwaen s r ew- boe n pwernm2i
&o rsete ftat t ti.s & Is dispOmtim du chef da pqovnei, e, euM








Ua r6partition solt pour la reparation on la construction dese bomaa'
du sultan soit pour les siens propresa pour d'autres travaux (trava
des champs-garde du boma-porteurs du cheW lrsa de sea d6plaet~nts4 p
fa bels de hauffage-travaux domestiques.,* etc...) s e h aMone n ent -fm
rwlement bien traits mais 11s dolvent apporter leaur propr ncwrit$ue
pou' suffer A leur s6Jour et seila provlennent de colllWens qlMqu pt~
6*lign6es, als serpent h6berg6a ehez I habitant qui ne loe asrswra q a
le lo Ament,
La base de eette prestation est un haome par fO ar at un jFr par
semaine mali il faut tonir oampte que si je slet soul, Je no foWUnlira
quhna Jour par semane tandia que a8 ma famille ecamnrend de nambraa iIl
adultes, le chef se httera de demander A chaoum d*eux son jour hebda-.
dairenent de tell faqon quo ma famllle caneonrera dwnie fagan pl' f( ,*
tiTe A la prestation.
L'autoritt europ4enne opbre w contrtle par eooups de sonde" A 1aid
dea secr6taires indigenes en fonction dans les diffdrentes province eI
course des progqs relatifs aux prestations eoutimireso -soit on se dlti* .i
tant de temps a autre aupres des diff6rentes sources indlignes perfeoi
atlprs do travaillears ou de porterss. etc...

Seetien D.
Qweatian s3s

D) Paxml oes prestations coutmat eres en est-11 qui sent spleiales A vo
tre territoire oa seulement A certaines regions de vote terrwlitoS

R6ponse t

Parmi les prgetations coutumieres exig6es par la eout1ne 11 ampprt
de renseignements reonaillis aupris de diff6rents notables du tww
que elui-ev noe omporte aucune preatation qui lui solt propre OU
le. outoe prestation r6clam6e dans le territoire de Kigall troupe a s
plique identique dans dtautres territoiresa
Seetien i R.
Question 34.

D) Sur quelles Instructions on suivant qelles deetives baseorz..vs aW
tuellement les d6penses en distinguant entire d6penses ordinalres t er
traordinalrest

R6ponse a

Touto d6pense Tefeta~6e eat bas6e au des instructions expreaea de
la R6eidence du Ruanda qui a seule quality den -ac E"rder 19 tOr aat ,
Tru les, travaux drentretien des routes relavent du budget vordnar .ts
diA qoe celiu deo cnstruotion des routes relvant de lextraerdnal







Q4 ypowr la pert relative aux tavaux tpublics dot st tr-iw toi*re
'teneo dm un service TpOSat des TOP. I r It eMtasMwe Q a
qustioB constructive et entretion du r4isau rosutler
Quant oaux dpensee aff wenltee & IlentretAlen pewiwr ~l clille *O
ls saont Imput6s au u fadQet eard&i.,



Qastim 85.


D) Q&al eat le alalr3 e journalier des travailleros etployba A la
tlon des routes ou autre travaux dtutilit4 pubAlque t.....ete....

R,6ponse -

Le aalaire actuellement consent aux travailleurs employ 8 a
routlers eat I fr 50 ou blen 0,50 plus la ration quotidienne qui
a tirdlna1memnt 1 kXig de pois ou de haricots. (cette derrire AIenI
dans les r4gions ayant souffert de p6nurie vlvri~reas)
Loraqu.un indig&me loue spontanwment sea services chez un de a-
ooi4nBres 11 touihe quotidlennement an panier dit "Kamuh1lnzs djMadI
ooatenance de 2 kga, environ de haricots ou de petits polI. COtte qaMl .
tU eat double stil s'agit de countenance on sorgho. Mals la pPr 1
viTres a entrafn4 n6cessairement nu surenchrlsaement de ces desarema
a~ aetuellement un Indlgune est forc6 de s'employor quatre Jo ,* poo~
tougher la moaae quantity que colle qui 11 itait allouoe on temps m M-E
Les entreprisce priv6es sont plus large et parent & leums t;lra
leu4r iournalier un salaire quotidien d'un franc plus la ratiion qu 4h
port Joursellement 800 gr. de pols ou de harloots (ou le double ent
ou le triple en patates deuces). 10 gr. de sal 4200 Sr. do
moltl6 de cotte ration eat accord6e ordinairement aux femrtmsa at n 4 .0t
fants de ces travaillelrs.
N.B. La viands est parfois remplag6e par ~me quivalence e~ Opn
animaIe ou v6g6tale.


Quewt iomn 5. j
i6
D) Le recrutement des travailleurs nocessaires A oes travaux ase ft~t.4
sans djffTicult6s? Ces travaux sont-ils imputae zur les prestati;os
coutitmires dt.os aux chefsa?

R4ponse #

Le retruteoent des travailleurs nbcessaires aux dift~ renta bw^.ma.
routiera as fait dune faaofn rolativeaent ais6e pour autant qtil i
afadrease quataux populations riveralnes du tarag* 11 asastt d~tai taglagg







-r place ui plait advantage & Iindigane ear 11 ne l41loigne g a-
aiblement dson habitat et ne le force pas & emapwter tout n rmatnr6i
do ouehage et dos vivte pour une absence non soulement n~-e an
seumwt paVjudielable & la bone maroe diu bienm tre familial
Las travailleurs employs ces travaux sent gr6agll P b ent r4wMa4-
rw4 et ees travaux nentrent nullement an ligne do etpte pour lesa o ea
stations dtea au chef mais blen cOmne travail fait pour Itrurop4tn


SSection .
4eQustion 3S,
D) Lee recrutements pour le compete dtentreprises priv6es aont-lila ns a -r
qtelle aide y apporte liAdministratiom?

R6ponse s
Les recrutements pour le compete d'entreprises pziv6es sont on rw"lati
aetuellement peu nimbreux, le territoire ne comptant pour le moment
deux eompagnies de recherches nminiros (installtes et & leurs d6buta
4 exploitations agricoles et quelques nommergants europeens et asb-
qna A IGALZ. A part, une ou deux exploitations agricoles o* Ie lg. be
6 travailleura (Journaliers) atteint plus de la eentalne, lea autres 4,
ploitations n'emploient actuellement chacune que 30 A 40 hmunms par Jedl
LtAdrlnlstration ntintervient en aucune fagon pour le retmatement
de la main dtoeuvre, l'entreprise privee se suffisant A elloewnaae ".ar
Sour la construction et l9ach3vement de la route BJUMU-R~TENGBRI oft lI
rritoire fournlt une moyenne quotidienne de 600 travailleurs.
Aucun contract de louage et dvengagement nta 6t6 juaqu viet l aol &
la formality du visa saute pour pertains clerks de factorerie. (swablit
nu baganda) cela provient surtout de ce que la majority des travailleuar
employs actuellement sont des gens travaillant A la Journbe ho & la -a
maine et que lfid6e dtune contrainte contractuelle ou dtune obligatt I de.
temps de louage de service suffirait A rebuter. Le Munyaruanda doit emd.ol
re dans ce domaine faire son education, et il suffirait dune omntrat~1r
poer efTaroucher encore longtemps l'oiseau qui peu poun sOmmane A s
privolser. Pour ce qui concern les travailleurs permanents (oapita.l4 *- i
longoze.. etc...) les employers se soumettent spontanm&ent aux pm~pEij
tions du D6eret du 22 mars 1922. Ls salaires sort r6gulibrement Ip--I
le logement le v8tement suffisant la s6curit4 et l lygine as si .
Aveme plainte ne nous eat parvenue A ce sujet et cest IA une j
qgo les devoirs de chacun sont respeet6s. Au course des diffTrentea .i,
tea faites dans eds exploitation, 11 nous a te6 permis de censtatw qM
les camps sent propres, suffisants et lea travailleurs se daolaralent 9A9
tiafatat du traitement subi ainsi que de la ration leur allouse.





J4
.- 3&
aQutssn sa

D) tea seaortairos indigfnes vo~z doanent-lls satlfaetten?
En quol consistent leors attribute on ?


Rponsze :

LWon pent dtr qgen g&indl ea e asreS tedigtnM -g
t~llenent satisfaetton. ?u le~ Jeue atge et a8ssti vua mw orldgne
@e1ea 11s r6clFment naturetllrant de la todo*tlla t Vt emta
Ee a dirotlon et de canstants conseila eant adlspeob psl
ieteesntr os awemuxtlatre dans la voleo lar3Urll nous l2a deat lam P
la suite Certals daentam etUx, oins blen douat nature ament MaIt I *
Jeto A e formation plus lnte et 6clame mne attention plus pa~ttawBleii
re a patience et En Jouent un rmle aaa I Z Pa uI
pl t de 4I r A nmet beson.ne quoi oadt R F!am ee !
11tblit6b et de no les lIccer au loin de la trt le que our d3 i
2le avons recounis apteo a po voir ae guilder sans u supervioima
ente. Nous devons les drll er avec fermet6 ma1s non aweo ae dipe
exaAr qe qui froiseeralt leur Camor propro u lea0r entatllt un pen apw
aelta Ia pscyhologie de lnIdiviLdu intervient pot n chacm* Ant'& uwem
et in attention dolt 6tre port6e iur la destination de chaonn. Lt im
dea co~i6tence slimposent partiellement asrw esaMg o rational asci
vrterw lAcuell do so eaoire indlespnsables, pgroenti qui neat p p aU)
marque che: eot et cone6quento de Iorrgueo nattrI1 prope & Io'uwbA 9m
II eat bma de se mofier de ce polrtclp lo- 1r eaetaCrte qui leas initlt
trop facilearent tout eacrifler &e"or ambition enn eto;tuw t dana 2S
vrlelllo habitade qutilsa o nrt contract aun cotre des e~icles I la Ila tma.
rle et la d61ation nt&resseon.

Le dBtail de lers attributions est expos~ d ans Ie table-an elm~ta










ZMtd 4dea s ecrtafres Samdci s avec 2wer afftetasten.


Seaviee eautuel 11 est a1tot6.


NO-,S
Inbmqp


Ces trols secr4takeos Indmunes taralllat t sta bure i d Wi
ritare, pour l46tabl2lssmenf das fotules do route
tin de vrl a rwoeption et waIa do vLw7 e, olSf *esl
trava-lllws porters etoa,


z -- -C-L -WI CI~Y~ll(11? 1-~~ -I- ----~-~---~, ,r----I '-y r---- l-- ---. .-C~`4- -~l- -~u- L---~'- -~--l~--


Oet attach & la province du awanachyorbwe pour l*. tWSaUa
dui re&b-W-atment, la s UrV ailanwn dea cultlregat la et t d
19tpt, re = r monaeweint etac


U-lMat


idAa pour ce qui .cncerno la province du "But3a1,


:I-'~L"ZC-1. .--- -_IC~-I(I I -I--C--L- -_2: -~ C-~--


Idea pour ce qui


concorne la province du kBuaboo at du Rila .


Idem pow e8 q~at


I6M- -


idam pow ee qul concirne la province dui Dugan~


'~ YPIQ C ._~U~L '-.---_ _~)I) )PII) I h -.. C.~LII1-L ~ -. --~- -.~--2. I -l-^ri


iden pow ce qui con ocemf la province du Bugesers,.


--,--, ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ u us----- -~---u mlr-- -I- IC 1 1C~~~-'' ~-L--~-'1~~l II~' -I- -~I!~k~ 6~C


L


eat attach & orseleOrE l'Ant territorial Daeot po lapp
des priscn~ern, entretlen du almctiare eotr


.~WLCIC*1L ~ iwrr II am~ .lll a J uss~p ~r ,*~' -l~..~~~


sto~CCup du o@ntr8le du marc~P et de la perception dQe anp
-r ao b1te ete.


mI


-M6


)hngmshf ast4moqpe de la percept1i do taas 4 psage de fa 2WMM
so pr& do Kiga1i et do la sawvnllane doe pega e.

----L -C -~ ~ -. -Y I-_1) --- ~~~----YI ~~L Ily C-11 -40 woo "fa' -'-m"


-1


CZ--` --C-.- -- .11-.-I I.-LI~~YI.I'.IC"I C-^I_L--- --^---I--~----:I-


~CC-. --1~ZI I------ ~ -- --


II -" ~~ '- -'---~--L' L --I -1Y --


I)~brr ~ lowe "I-' a F- w twwlm --- -- -I~


Y -~Ll-- --Y.-----~-41- -Lt ~LL1 --.L*l--.


_~ __ ~ 1 C-L -- II) -_ ~ IIIC~LI*L---l ~ II I ~~ -- I~-YI- II.C---*Y-~- -AN


Y-Lf -I LIL- -- 1 -- C- -L W-6940,40 "=wage VWO 0LL4040mo womfoomm ooWLIl)lllC -L~


~---- --i----
6,


concerned la parov~nesI du inaarrat.


C--L


ItodiWAN


L


a^rwen


(jll)rgirJr~SJPClplli~it~






Sectin Pn.
S*Qmotian S9.

D) les po1iciers indrgine=s vjs donnent-le saatisa;ctoan?

lRpeimse t


OtSt ti pis allr', 11 rnta lee asoopter tau de a p~uair **en r
A part quelqoes viersz 6l&ente -eceptiona qui confirment 1 wgt ga S
5et psr urn s4jour wantrIew A la 'orce Pdblique on pr x OIaPg "Jwt? M
service de 1tEuropien (beaucoup sont des congolais) la masse tes reenev s
ne vaut gumre lourd. Cos riieux 616ments afor-ment le cadre, maalhaoeP u l
certains d'entre eux, sont d6JA pollubs par le contact et let temple de
ltura ihomaes-banyarunda A tout crin que le "matabish" est loin de In nar
insensibles. Le corps do police de KIGALI est constitu6 d'616enta d4etl
ie locale Uarwhutu ou "d6rac in6s" qui ntont que pomr seoulo quality a a&is
e et la force physique reqdlsesi. Ie m6tier r6pagam deailleurs Oen
A Ia r6ritable mase indig & la Iquele i apprafst coa one emea~ latre
redoutablo et une profession pleine do dangers; seils, les 6l1&enta bhaAs
tents lea routes et les march6sanciena serviteurs sans plaeo -anciens Oa
pitas en nal de situation acceptent de sternfler dans cette milice. OeI
policies actuellement en service ont requ par suite du manque d'tastw
tersa une formation plut8t rudimentaire ce qui ne sera plus vry dal ibPC
pour les nouvelles recrnues qui subissent un entratnen ent r6gmulie an u mp
de la Compagaie du Rvyanda et so-n. la direction de grad6s des Troupes Col~a
nales, U.nc lacune cependant persisted. Ctest la fnibleass des IaynS d4
coorcition don't dispose la discipline do cos corps; faiblesse qui d4imin
sensibler-rt la valeTr agisseante de la formation que recoivent oes recar0a.
L'obligation de les rendre jistifiables de JiTidiction ordinairo et noa d
la discipline militatre imprI noe la r'gloe d'un ton paterne qui sent le
*bon garconnisme" dtune police mmunicipale europ6enne et non la v&Iitable
tradition militair qia r doit r.gir une police indi'fne colonial qui em
rzalit6 devrait 8tre nme oendarimerie coi :e nous la poss6dons dans lee eaXw
tres du Congo. Uhne a-utro lac~me est Ic taux dui salaire consent i ee am
xiliaires, il est un pen dvrisoire et laisse largernent prise aux o~fft
spontanbes des d6tenus ou des dz611nquants.
Vu ce qui pr6ecde, la mission do cette police et forc6Cmnt 1ita~te
aon are dactivit6 peut difficilement stexercer au del& d'.t contrlW
constant de IfEtrop6en. Elle coimpo-rte la surveillance g6n6rale di pout .
l9eacorte des d6tenus (et les 6vaieons sont relativement fr6quenl t) Ie
service d ordre -la garden nocturne des locaux officieis et des mprastm
les rdodes dans le poate... etc... Des arrestations peuvent Stre covfi0
A certainas 61ments rep6r6s et munis d'inttr'utions et de reomuamdat4m
d6termin6es de fagon A diminuer les chances dtabus et d'exactiman A"m
mlasion de confiance autre que celle-ci; cell des renseiegn~ en *t Ri
confidentielles sont le plus sorvent sans valeur et tr&s aujettes & in tr


wam m ~ 4 W4m -oamam m a






Rptm 0I

D) Qcul et ne noear( d'6tablls eents d'naeg ement doe wtee territato




La itsoian d doe ALI, drt cok d avew e 1 GouPerna nt a 6t6 charge do
1aLtrsufctic des file do notables ainsi que do 1'ensaei~aeo dan ton a
Ia rgson relevant de In dite Mission.
L'Eco3e prinepalp e at situ6o A la Mlsiasn arie. t six sutree L teol
pnt rpblorti o dans Ics dlfT~rentPs provinOes Ind1s~tne entowant et*F
xasze. Tuteta cos 4coles atsnt dirig6ea par den intituteiws notra oltj> 3
iaEms des 6colos do cot ordre miiaionnare. D auete 4part, 2-2 6&uol Wii
dites do "soctuire" eot t~ablies danrs les dCSf6rztes pWrtlei do pB
L~Ecole de la risalon de ICIGALI cMaptait am rwent 225 1&ves e te
oellfS d ltintatrieuw : 10, o.t les coles tde lecture s 1978 Ave s au tO.
tal. La lisaat n doe niUndo posa dent 6gale-ent do 6eol2ea dGe loctae qi
tr4quintent 1468 gr4azis et flles
Pour I es eoles riwales lo a mu yoe de prci5o 4 bhe B am r e exiSg6 ml
de tei et de cinq M 1'tcaole I principal de AL~all.
I y a linu do si raler ine forte dijmiution ana leas p~ Mene a
c~ua oelle eat ttribuable di f&fenteas aemuse
10 Los clxfs IndlGmsh voyent idans coas Boolea rrs plut desa euturew
proa~~~1tae que deas contres dinttriaticn ne plant dissoeael Ia rel
gloa deo 1eruiRelgnoent. Lee mourm sont dmXnda par wn hbonsao doe Pare"s d4*
Went4ils, done clest leur S eolo et c'est pow ~ux qa noe hoeSAia vnt Ie ra +r
trulre, Les parents penc-halent veras la amo tha-oxdc ct ae daetr ant blm
dfinci.tr lours enfants A asy rendro au contraiires 11a esaayalent iso~ toom
to sorte de ~~pr4ttes de los on o loirgerA
S A 19Ecole princpar~e1 1o rrqu e do logaent pourtleS 61v s ut "i ear1
Sde dortlon.Te, clamp construult par LUIJBUSIIS pr seaiA "antore" tu Ja
tlollement dctari.t et no put 8tri recor.strult on attendaut lt#.9tprobatesi 4
plan wbaln du post. eLos Jomtos Sor durant as lower~ z des den s a t fEM
nratsances et en profitbrant a~ilemont pxr fair l136ole bmtsremnIPe e
la poprtant srot atlade soit en objectani le mauvail temps lee a8.p nha do
artfr
Ll ddia~ tto Joua 6galemont un rzl8 pripandbrant, jeunes rns et Jea.
oft seen ucenut au loin on cnt8to de vivroa pouir lfa leua oa dbu t
pli6r pour assurer lea travaux do estiques fraST1iA=l3 poedant 'abasnm e
afnrA Cartelna dventr eur, z Cr~rfrontr Jour ie l* ~61 de pauvrnes t"Oma0-
4awtout par i lea batuzal oat 11a sa"n frcenbt qui.and* lnr p1 itanoae ms d
nobtatles aiis, t7eaute sollicitC rent des esGploiz dans les di tfren
plains de MTgali on auipr dee co ;a'ergants.
LIoole principal c&apporte3 actoTlliemnt 95 862ws qui aduivent P
recent laf cWura avoc 1=ne mnayzme do quat3re pwraeoe paer iamn g27
6lkves sortid do ette 6cole t~rent na6 an quAlltf dO sea-r6talre
epa su Gouv erx nment t t a Ilsizon tint a raorew publiquomet lAIterpi
tfai pour la ontflance anol teioign~6o & valew do e. n
E eI 6boles de lot1e les d feootitn twnt plaus zPandea er ^ -
~oqu de baeatu aycnt f saoccupor soit aux cultures solt ta rIa <
vlwea an loin.





Qaweu 40 (aIMO i
Ie programme pratiqu dans cette 6cola est -besaa r cold du 9u 9M
ents 1 aheItos'sm Ient la eMissaon ne fmt rtellement doewsenti e wnc
uten septeibre 1929 alors que le Vicariat le r4elamrt e epu O*
dat elle fit des premiers essays par I'organIsatiot de 3 Ola*o (p
amBno -ler degbr) .2 clams *2&nem anne (2Ae deg)o gM"ans les
11 ex~te d deas n uxA anm 6s de eours.
Dtes disertions s firent dans les cadres des isttrtuteW s pe inult
aIa Mv de -rot -per l' Goarnaant a-- Ieles&OA s 2a ftt ppa l t i
T1Ald TAs Mssiaon na purenit tenir lemas ena ntis via A dr o Vi Ke 0
llA Indig es et cem- a sa'en furant a mplt yer soit oear 0-
re ioit e me eapitas dans Ie coaneree.
Les misasios easprent quten 129M ealles obtaendront an pe de foe0&
afin de ne pas devoir abandinner lamentablerent une oeuvre dont 1'ut.3lt6
apparait primordiale et indispensable A notre action civilisatrices
Section H
Question 41.
D) huels sont les 6tablissements des Missious du TerritoirP?***...e*t
R6ponse :
Le territoire de Tigali omprond de~.oix Missions : l'ueio situAe &
mtma et Itautre A RUTLTDO d.ans Fl province du u Bubogo.
La missionn de Kigali fut fond e le 21 noveobre 1913.
Les dirigeants actuaels sTont : Le Ic.P. VA~DRZ TEiSCII Sup6r1ioy e
Le ,"P. De VOS.
Lo R. frre PAUL (Marcel GALLOO)
Elle est assist6e de 39 auxiliairo. indtlgnes don't le numbre sera auge
ment4 d s qeu la situation vivrlire du pays le permettra.
La Mission ne peut activve~ent s'occuper assistance m6dicale va 2a
presence A KIGALI d'tun hospital et d'un m6decin dipl&m6. Elle reported aX
activity philanthropicie .sur les indigents et les d6sh6rit6Q do la vUe l
en recueirlant les enfants abandoinm6a ou lea orphelins qui aont tconfi4
dee fartilles chr6tiornnes indg3hnes onorablezeint comnues, Au co'uT d ei
vialte saeur les difffrentos collins, los Pires atoccupent de distawFU"u
remades aux diff6rents mnalados qu'ils rencontrent.
1I existed 22 succursales d6pendant de la dite Mission et conftei ee f
cune A un catechlste.
La TMision de RTT.I!NDO fiTt fondue en 1909 -elle est actuillemaat as '
tiellement g6rbo par des prttres indig6hes :
l'Abb6 AL1RBT Supfrieur
1tAbb' JOVITA
1#Abb* ISID6RE
Cette Mission est assist6e do 35 auxilaires indig&ne dont 22
la gestion datautant do sucitrsales. Elle possbde un dispensalire q a
#acttlc mrdicale Dinrant cette ann6e 3060 malades y ont 6t6 sofJn.
Son action philanthropiqf e se traduit par des distributing dCe w i-
aux, indigents des environs ainsi quexaux maladies,





Qettiton 42.

I) t a -t-il un inconvenient & la coexistence d'4tabliasements des MisaB
.a dtff&rents cultets

Rkpconse : "
Actuellement non mats 11 semble que des dAff~iult6s ne man~qiwst
de surgir par la suite. Le droit d'installation 6tant libre, 11 est a.-
emblab le que les Misalns Protestantes et on erdre prinicip a ~isaee
zislonary Society oaraissent dcfid6e a exmcuter im plan d action tfeadst
tndmat A rattraper le temps perdu Jadla faute de fends pour les es-
et parignorance pour les Anglais. Ces derniers possdant des ognains
Ors~nquents et outillage supprieur sont bien d6cld6s A sz servi-r (o4M
Itindique la publicity qutil prepare soigneusement\les an) territoiroe *i
19rOANDA o& nos deux provinces font l1objet dtune description 6logieuse
qul ne peut manquer de leur attirer sympatlie mais aussi convoitise '
Section ZI
Questioxi 45

D) Oamment fonotionne l'Institution des tribunaux indigenes dans votzw Ho
ritoire?...etc...
R6ponse :
II existe A KIGALI, un tribunal indigine qui y a son sige.
11 se compose d'un iuge -cinq assesseurs d'tn greffier et dtai gtir
fier supplant.
Un r8le bi-mensuel rgit la designation des Juges et assesseurs rOe"r
t6s parmi les notables du territoire. Chacun d'eux remplit tour A tour aft
course des diff6rentes audiences les functions de Juge et dcassesseur, La
greffier et son supplant sont recrut6s parmi les enciens (1aves sortant
de 1t cole de NYANZA.
Les audiences se tiennent tous les ours ouvrables de 9 H. A 12 3S .2
de 14 A 16 H., dans le local affect au sirge de cette jurisdiction. 1EIzwmh
cription des affairs au r8le du Greffe se fait tous les jours ouvrab3je
de? H. o 8 H. 30.
La competence du Tribunal est r6gie et determine par les instructed
en vigueur sur la matiare, .
Llappel se fait devant le DB:egub, stil stagit de moins de 10 4ttbf
de b6tail sinon le diff6rend est port devant le tribunal de Nyanza, -.
du prononc du jugement, le perdant est tenu de r6gler le droit dt8rinal
tion de I'Affaire jug6e. Ce droit s'610ve A 2 francs.
Lors du prononc6 du jugement, le greffler invite les parties & ma w
leur accord sur le verdict intervene et dans affirmative, menti de o
ceptation est faite au bas de chaue Jugemebt et copies.
Ltex6cution du verdict intervene nt~tait assure par la vole adia1g
trative que lorsque celle-ci se heurtait A la mauvaise volont4 de la pa~
suceombante; come 11 etait dvailleurs pr6vu dans les instructions on vi ".
depuls le 5 f6vrier 1926 (lettre 1 86/CRGAN, de la Residence du Ra,.k
modifies par la suite par rlordre de service N 5084/ORG. ne raserwwat
plus A cette juridiction que la seule competence civil) et stipulatt #I
eas de non execution dans les dalais normaux des condamnations nivile1
proan&nees par les tribunaux inclignes -ceux-ci auront recourse au 2D4nI4i
competent pour obliger les d6faillants A saexacuter. "De plus les n^sI,.
instructions ajoutaient;" Tout jugement du T.I. comportant une sancttLs
p6nale eat sujet A revision chez le DI16gu6 uniquement en ce qui c1nea1i
la sanction penale". Par son ordre de service N0 4231/ORGAN,.I, MNnsae i
le Resident du RBanda signalait le danger que pr6sentait 1e peguorr peas
s '*'






2.w jur.ciatim Sadg6Maa d annamnar ta 2a d b- A.dmes .tedl g& a wbw
tZa'te devant eux, e jmuwidetiotte s nayqrnt pa eesw m tal a Mwu
aSesI iipeCeabl4e po1r ncos perzettre d*avoir torm nws f alemites &b Mt
XOa-de Juridiction olvile lui 6tant r6aerv6, 11 ypprrtient A laJ ju
tlon etr'opennme Im-t6diatement srperiweure do se saisir du tltige %ii /
1wr l3a Uquilditial per le s voes 1egale., De ce chtf rames touted I
fprononcae relare des trinbumaux owrop6ens et lea aa eatt 46.
Itfna d4ns les loefws p6nitentlers offliciela.


I lp I vw ma 4~


Qr&ation. J. 44.
*- -m i r r 4-


Sde la Nationalit. Non du Stat
itoLm grant. diqu


ut jarl-
o de la
cit6.


Aperqu saalre des
trait&es.


~~tai


iatr fI^Tra-
Gtzir~0..,


Belge
B. l


Tehsco-.
s lova re.


Chef do Goc.
.r, P6cher.
Grant
r, lansekr.

'r. Pranokz


ic 0.


idonm.


Cormarce d'articles et
porr -iurop6ens ot noirs
de peaux.

Coan erce articles et
pour Europ6ens et nolrs


kCoaanerwi .

VlWi


Achat de peatx *Vente d'esseom e
huile, autos et matbri61 s ei
bile.


I hP Pl3an- Ang2laiso. Mr. Monti
* cfl


Conm-serce
p&ouis et


d'artlclos
noirS,


pot~~a' ~twotl~


Parftic:llic Co:i erce
rop6cns ft


c'cartiles pour Eiu
noirsl transports


id. Anglalis

Com- Delge



Asaltp e radin n
St a. Indien.,


St otUbwha


idem.


10 cn.


>Tr* TJasto~r~oc:


idem.


Barakat All.


cj~rati oma bt~ncazirs.e8


Transports.


Particullor. Transports, Vente et cahat d
peaux; commerce dearticles at
vivres pr~oir noirs; marchand de
'b tall,


i8am bt o- Arabe.
teMlr .t C@o


'aitUi et C

m.r mn


Abdallah bin
amoihamed,


Indion,


idea.b IAx~.0fe


Socit6f


Soci6ts


Particuier.


Vente et achat de peax;
dtarticles pour nogirs


el~~mmsui(~j


idem,

Ideme
Ida=*,

*dW.4r


Idem,


affairve


Belge


Il~r~rr rrr, c l-L ~1 I 1L_-~ L ~L~~CII)I~)~I~IC ~ I ~ICI ~ ~ ~~ ~~--L~L1IP#CI


|


"r, Pollefoort*


Lui-mwi-e
frt22~L ~L


Transports.


idem,


idem.











l I SNatlonalit. Noa du Statut turi- Apergu ~marve deo aafta s
i gdraznt, dique de la trantdes,
soci6t6. -1


Ntsar MIandji.


RIO
:. ma .


Vente et aohat de pet <-1L
eree dearotle n1aW
trmnspwts.


It.


K3aruma l.


Jafer.


I* .
,.IIU^HU k


Itpb
iw




i bl
;; H^^^^i '^ ^^


;' *te s^L
r ^^^^^I^lj
8i .


Arabe.


Id,


Ateb..


a


Sultarn tin
Rashid.

Achmed bin
Seli.man.,

Lul .v8me.


Id.


id.


idem,


idema


Idem.


ideim.


idem,.


idem.


idem.


Vente doartclee
Achat de peaux,


po1w n~S~1Do~W


idem.



idem.


-t.~rI~r llrrr~~rc


0 oma-- 40


I m ""I1 4-W0 aft ~Nw w Wq w~m ~4. w 0,000OEM l u ii I a a i y p ~


1800OIETES :ilNIERES, .. -



-~ Na
i: nalitb N m d D te.
t~ fj- Ajk r^t^* ^t** T -r %"n <41 tr.^.-i i )^^<^^ *


4&r 4 c/lJp4 MA~@


Xi& L .JL VJ. ,& i-LZo L. o *


IL VA .b'. 1.> S V

m -S ob m*i-rn m -em p maWm m


no4 .0 --- -


du


d 4



iMMMaiit A41
r \' Bt WNW,


la Kagera


la Tangarfyika-


]3elg.





Be ige.,


JP. Shellinekt


0'*, Smith,


fr, Deltovrr,


41WOOMM owWSWXM 40S A e I--- move---mI vMlrlp* -4 I- mem .|-0me -6 m |||r


idem.


Ide

idema


------------L------------ -


I


Particu oier,


[ rrWll~u

c


,,J~L~P~llrl~PI4 ~bl~n~~trt)





latest S "


|) Indiquer la nature des operations earnerciales dmune ertair pet .
ee I ltxportation et & ltinportation?
R6pOnse 3
a nature des opratiosa caoreiales Ge quluraPopert e amb
eunlrarenent 1achat et 1'exportation de peaux de petit et roe betailr i
tnns de reaux rent eportrea & 1tiaA par la Sooti t "Old BEast
'aEdLng C, tandis que 1'ESTAFP a exp6d4i per la voie dT7a inbIra 1 1201
Kg, de peaux do gos bftail durant 1'annme 1928, Ie prix dvacht vewb a i
12 22 fracs au course de t'ann4e 1928 mais on r&allt6 la moenne d*W' i
fat de 15 flranes lo Ki log. Une baisse briutale et Lmprfvue ae p'roduisit It
dee^mbro 1928 et lse log rtc~iba a 12 ft cs. I y out prog~essi3~n marrl
dans ce commerce dnrawnt le coura de l'ann6e 1928 par suite du prax 6ei.
pratiquP mals an ralentisSement srieuxB as preoduisit aA d6but de eett*
Actvellement la situation a tendance A se stabilizer, Leas eaux de petit
b4tail so parent 7 fros la p ce on moyenne. 37965 peautx fvrent exports
par la vce d'Usa durant Iann6e 1928.
La soci6tZ ESTAF a vendu au cours de cette annIe pour nn pen pins idUI
million de francs d'articles pour europnen de provenance anglalse-belg,
allemande et hollandaise, Les co~i:iorcants de coileurs qui s'ooeupent on I$
nkal de I'achat de peaux pour les connercants europ~ens de la plaoe at
Ia vente d'rtoffes et d'artacles de traite pour indig~ne ont trait pw'ar
pras de 5 millions dtaffaires dans Il courant de cette annre.
Le d6veloppement et l'am6lioration progressive des votes de e
tlon o pt part ullrement Stendu l'esso- des transports m6caniques sgeI
element pour les vivres qui furent jzsqu'ici lwur principal aliment. 2*
devient tn veritable engoue~ent et c.acot=m veut fare du transport. Lt OIA
East Africa Trading C a emc~rt6 Juciqutici ume quarantaine de eamions et
voitwres automobiles, toutes d'origlnc ario~tlne (General M oors a C). J$t
crolssement des voit-ures & entratne logique:2ent e-lui des beseens en dcsasbo
'ent et Iltmportation par la vole do lEst devient chalqe jour plus cor)L
quente. II serait int&ressant de connattre les chlffres de la dousne 46
EAKATALE, !a disette quo nous avons imentan&nent subtle a paral~s6 tl
Ahbats de vivres dans Ie torritoire de la part des cormnercants de ILredpdot
(l'tndigine les liquldant par transactions locales A sea cong4nfres) adL i
par centre A provoqu6 la vente des products en provenance des r6gioM a
ried at de IUrmndi. La demand depaszent de beaucioup l'offre let"r psn rtx l
tiques ont subi une hausse formidable et les haricots vendus enew e 1W
le kilog, en aott 1928 atteilgirent 4 fr. 50 au cours de la phase Ima p t
critique de la cruise vers Mars de cette annme, le prix actual est 5 frt
IA eaf6 actnellement product et qui sol6ve A 6 ou 7 tmnnes anmuv
aint suffit & peine pour les besoins locaux aussi n'y a-tl pas t~e~ i
tion.






Qstion 46.

SBRxiste-t-11 dans le territoire des terres 1bres do tout droit dant 3* j
adLe en valeur par les indigbnes nest pas p& pr6voirt,.. tet..

R4ponse s
AU sern r&el du mot, des terres libres de tout droitw ntexistent pt .:
etest A dire qu*il nest de terre qui naie son proprltaireto onu si
tioanaire usufruitier. II existed en r4alit6 des terres llbres do to e U ea.ew
ifpation r6elle et que l'ndighne nvoeeupe pas et noccupera pent-4tiP .ac i
eais ear inhospitallres et h6riss6es de difficult6s nature lles, tel et i
eas pour les savanes de ltIchanya et celles diune grosse parties da BSer!O
Les difficult d'exploitation resultant de l'asolement -du manque dteai a
de la pauvret6 apparent du sol lea fauves sont autant de facteur qul
ant rebut6 1'indig6ne et auxquels seule ltoecupation europ6enne peut paliteri
LtIchanya comportait 4500 hectares de brousse susceptibles dt*tre mise a
valeur par des entreprises europ6ennes disposant do capitaux et de JnsaWya
plus piussants. Le Bugesera pr6sente 6galement plus de 20,000 hectares d
trres similailes. LzIchanya a cependant Itavantage sur cette dernibre I6
gion. dtr'e situ6 en Bordure de la dorsale routl6re KIGALI-Frontibre Nord
et de poss6der quelques course d'eau (& d6bit plus ou iins irr6gulier et
souventfbrt fbmide mais dtam6lioration possible par la creation danun -i
central canalisateur) ainsi qutun s4 l sablo-argilemx friable, ,e sont'i i
Oessairement 1A des facteurs qui en font une region susceptible dtun~ a mi
florissant pour ka colonisation europ6enne qui dispose de mayens pItU s
des et de m6thodes plus ad6quates pour la lutte que llndigBne. 1 caf6
le bois les cultures vivri(res paraissent devoir y trouver un avenir bn
t6ressant t r&mn6rateur. Avenir qui ne peut avoir quIune r6percutien tu a
vorable sur l6conomie generale du territoire ainsi que sur l'indigne qut
y t~otvera non seulement des resources nouvelles en stemployant mais y
puisera en meme temps un enseignement agricole qui progressivement 6erindr
sea moyens par trop insuffisants pour les besoins que chaque ann6e notre
occupation et notre example lui cr6ent.

Section L
Question 4
D) Quelle est l' tendue approximative des terres cultiv6es par les ind3g -l
Des terres reservees aux pfturages?...etc,...

Reponse :
L'Btendxe approximative des terres cultiv6es par les indigenes ~arl-
Cultures vivrieres : 68.200 hect,
Bananeraes : 74.400 heot.
PAturages : 195.400 hect.

Surface don't dispose chaque indig ne adult valid pour ses cult eb t
2 eect. 74 a. par contribuable.





qmwrLaim I:i. a


Ma : kapo4 da eultureas 2n tecrritoIre
Pour chaCea def elles, indiquver
a/ lt6poqu. dtnseencement et do re6olte.
b/ la jachbre est-eolle pratiqube et 6ventiellmnant, quel *et lXtfli
valle entire deux mises en culture?
o/ son importance relativement A ltensemble doea ltus (pnaRi 0tn-eWI
doe obaque ar6t6 celutlc-1 est41 oattt )
d/ la yarea dea r6coltes dans des conditlome n IW en1 (a ...."*d
agnm A 1.eotare e paoportian entre a quantity d+ as or
6ea au aol et celle recoltte,)
*W~,L&;ii ^ijPoqueSdS' ps ige-"- mnis
Atae somesncement. r6olte4W 1tnterm tage8 daw1 a
eruption, portance, roooltes 0

ysVI*ts Octobre n e iee 63 mois 60"o 800 3 0
Mars Fin Juin 70V


fatatcea.


imtlo,


Bont inmio element
pendant loe
nl9ies.


Id.


id.


Continue


id.


~i 1~y'


ia4'






1I 11/ r2
tonno.,


2z 21/8J~
t;onr ez.


id. b,
taw', .^



be *



par *
OMk,


SIde


*1~~l~


#llCE183 4'


XSe alnen.


Fin d6cembre.


Get obre -Mar s


Juin & juillet.


1D6cembree- Juin.


30%5


20


50000%ll


Octobre.


4~ala~~a0


n~est pas
rale,.


culture ra
Mtars
aotobreF


Fin d6cembre,


g6n<. Annual.



re- Aoft.t

D6cembre.


IrtrO~ca-
laire.

Tout in.-
dighne nt
en possade
d.a
3S.A.


1 a i 1/S
tonnes

I r6gaie
annual,


inera~ie


b.uw..s~~e Otiobr E.M~lar~s


Animlo


Continuellement.


id.


id.


id,


L
'L
r -


As"0


ParaS r


trea srare.


Tgiaa s-.






e ti3m ol
Questicmn 4


D) Les culttures fates par 1'tindigne sontelles rationaelleet
La collaboration europmene peutwelle ambliorer la situatiEt ei aupel
t+=it Ule redaentt


R6ponse t

Les cultures faites par 1'indig'ne ne sont pas rationnelles car ellM
restent baades sur n empnfrisme perim` que pEralysent encore la fataPla 1I
la nonchalance naturelle. Les rg1es aencestrales-emalgae d6auet de tPa
dents fortement telint6s de talisLme -ant provoqu& la stagnation q De n~os
constatotma actuellement et don't nous subissons en art ie les lowrdea olb4.
quenbs. La muMgral des r6sultats obtenu, s ont d A une quasi IgAniaiWp
d miithodes de future -d irrigation ou de drainage rationnels -en g6n6W
la non pratique de l'as~ olement. Autant do lacunos qui confirement Ie man
do rationnel dans les method en vigour. Get 6tet de chooses 6talt en0LO
renferce par la liritation des terrains marecageumx & lagrpiculte ur ls
le muitu5 craignant manquer do pftriage pour son b tail.
tne collaboration ouroop6enne doit indtbitablement ouvrir de pshorisot
ouiveaux & 1'aUgriculture indig-ne et amener progreselvement -me saBm6lift w
tlon du rendeoment par 1'introductior et lr'nitiation & 19assolement f
df tumier natruol el b1i7d6s ~c-de fte~nros vertes; tout ceel pour le
Vivrier. D'a~tre part, Ir introduction zr ime large 6chelle des cultwiea
tea do rapport telles que caf6sisal-eventuellemonti le coton -sont a t...
do sources pr6cieuses qmi assurent dans 1'avenir a l'tndigfne nne amEIUl.
tion mat6riele don't il a pr6sentenent lo plus grand bosoinm
LXnittiation an drainage ct l'irrigation ratiomnels pertnettra to Vs`
large dbveloppement des 6tenlues cult:vables demeures jusqu'ici on 'iefr t
et don't la nise on tvaorr teod I& Acsurer la toudare indispensable entsr
fin de la saison des pluies et le d6but de la s ivante.De- plus, Iodatl
et ie d6frichenaont des regions libres de toute occupation indisg3 ~ne lt
front l'agriiclteur .nTyar~arda A vaijcre sa nonchalance naturelle. ,ewg
des picnniers europeens -de luirs efforts et de leurs sucoes entraiF.
dig&ne & i installer spontan6ment dans les environs de cos terres qu t
avait jusqux'ici ptpris6ez par Tvane crainte on par repugnance pour le4P
<







Section K.
Qsrtlpi 50.

9) De quel outillage dispose 1ITndigene pour sea enltw~ues
Sb le procure-t-i ais6ment? Qul le eat son originhT... ete ..


R6ponse t

L'outillage don't dispose l'agricultmur Indigene eat en r llt6 dos
plus rudlmentairem et se r6duit en fait & la hone de fer de 0O A 30 oInatS
Atres de long, forge en forme de coeur. DIauounes sont plane, d'autawi
16grement ineurv4es et ne portent aucune ornementation special. Nile WM
rattaehe au manehe par Tne sorte detarribre pointue que l'on introduit d an
leextr&nit6 dortement renfl6e du bois. Pour le d6broussement, 11indigA&R
emploie cependant la serpette et la hche. .
1I se procure en g6n6ral ces instruments chez les diff6rents "AbachnVKM
du pays (caste de forgerons qui exercent seuls ee m6tier fort Intrati1 et
don't ils d6tiennent jalousement le monopole), ou sur les maroh6s Indig&~n
ot des interm6diatres viennent les 6couler. La rusticit6 des moyens amp2*
y6s entratne mne lentetur de production qui parfois fait courier des riqwupi
de p&nurie et provoque des hausses brutales. Le cott relativement 6lev
de la houe indigene (158 16 A KIGALI et jusqu'A 20 Francs dans le eIkLgf)
permit d'envisager avee quelques chances de succ~s les possibilities delta
troduetion de ltoutillage europeen & la condition cependant que lea ispote*
tours pr6sente un produit poss6dant des qualities de solidity sup6rieure A
eelui d'origine locale tout en lui conservant une certain similitude do
forme. La grande erreur coamnise jusqutii ffut 1 introduction d'outils dits
"de traite" dont la fragility A 1'usage d6goutant ltacheteur des les dd6btH
et eut pour tort r6sultat dC'tabllr la sup6riorite du vieil outillage anm
eestral sur I'europ6en, Aitnellement, ii stagirait de reliever le nivau do
notre r6Dutation en introduisant des houes solides et non de vieux d6cheta
de t8le "made in Germany" et sans valeur pratique.
11 y utility pour notre Administration de pr6voir une intervention
dans ce domain. Les premiers et timides essals entrepris Aneurent pas t@up
jours le succs d6sir6, 11 faut impliquer ce petit 6chen A la suspicion q011
t&noignait A just titre l'indigene vis A vis de notre outillage. te.al
duction de houes slides mnimes de forme rectangulaire (type ceylan) et .. .l
les prix de 20 francs la piAee rencontrerait un succAs certain A la eoad
tion de presenter des qualities de solidity, Un premier envoi de 5000 1a
pour l'ann6e puffirait pour les besoins actuels quitter par la suite de I"
au~genter ou de les supprimer si le oomierce local en introduit suffiasI-
ment,




7
Quetan St


D) WiatrIqtw amm fde dea fteta do terAtoLrnt etep.m

R&p0nme e

I t am gen un table d m~t eat tne~tsitae domn e t rStot w
SXinRlI n nutest pus peosllble d'affatblor do ee man oe qalq W
StS. et doe amrsav qui oaewt la m3jewo pearte du O Ml atnat p
12~BtAZFA LT ftru2te du ~UHTIA a fTlne de uT1RoO KN(E eat orn x6a:tli:4 t
dWte d"ebois swaor desatn 1 ca raor laa ldfatte doe Bidyer, II 1 we
d4al1e1oe on vft de dipaarition, sans reget dralleouw ea 11 6tf. st an
nttit4 naan e et ne servalt que de repafre aux hy&ea et A certa~sla fm
Lmn r&tro-vH deatre purt mssese clair.eeem d*4ailleras oetaita W j
qjtai set aent les labe*dux dt*un faormt dispar ana etc des to e-m
t aPtlibtpreAnt dans lea environs do Rulindo et en bordaue das rithi
W BS ot BahMfA, L~t 16cndle do BErYsma a attrbu A mIdSl~ 46Iu pate
t dltpriLti brtatle dpo riieaesen sylvestres, elle la d6orlt an oas
,a* temps dAe AIKEC-, bImteilde de NMIARUOBRA Itf actuael pbllater
tout le paya aftait qutine marenoe Fart of I rn h6assai~t 114phmnat ot
2e Utmu Le; habitsnts refustient de recannattre r1tautorlt de d'YA,_Tf.o
a aar*s eoa deans le pi m ey et ypIo cable de :a 1ewa, qa Ud Ie asoedr
orulat se fare antendre tois les Rani max se mettalent & hbuler et eo
waiI-at s o ir.oB i neA ttair at eonble de lexasp6ration le bTr a 'ff
t1' quii appel A somn aite les quatre vents du del (asesz 6trman qI oeqt
p4oaiaon den qua~t vents qut se9ble symbol1ser les quatre points Owd~l
m=tt~pt In BaryarjManda aurLaent-ils eeUEIl Ot te tatkltioL q ow ae n ,
Ccn dane le2 de bemueiup do nations?) Almre q BAeR TA I rLtJa
oi u alen tn d deo a valloea apparut mrn gres nadee venant de loQ tt
Ma oeond courM a les hautetrs de KAYI:ZI sa~i w or; mn troi ~si&-e 8o le
a BA A 1~eot; eontf tn quantri~me at d6esus de RUiAGA oe olgnat a
amtrel o Soudein Use cata actes dt ciel s rrirent; des twren ta pt
fitrat~arnt lea aburea de la fort au fond de la vall6e; eI eCux a~IVri
mt psae amtagnea. Btenttt 1e pays no fut plIm qutcae jarense mase M1e0m
oA06 Iese ~norq~t Ia collin R~TIIND)O foamntw~ tne e an alt5en deo ettu
lgtesfqu inorndatlon strangee contradiction er la roUlU i RLIUDX) oat
jdW Ute a reit dn3Tinant de la r gion???).
lsrqu leeW eaum e f@ tet retfr4es 12 pa7y apparat tel qeonaI e *i tt
iMardhalt et 3a Bahtata ano ean do dotler as seae8 p l aibles A tsrmA p
1. 2A ltle. V eUtI.mt m prwm doe tout eela, ICent lea ndCl Anes' 3L
t aIw es dane lea befb foods que vm7s y voyea et vowu y troiuverew de oer.
tmai de abres dV' weo feeprgBSs tirent lahu oharban do bta'*,
a w-sellt r t t toute Are. Ce pays await &t6 oecpp6 pr a
aininbl d8ms inre et sppela Btissii et orlgt iw tu o o da a at 4
H S e dtex betabtnts no fwrnt JmaiBs blen cygP~i tS A. tx ae eo
gapi fc'~Ley~ pt n Rtainda wproerzwint Cit n adop ent f If lega tes u
tt 3Ia m e ts eas -souBApnt wu1x 1eft Asstes bof Mn
1f tfwat a soft Imp tait gaSre d&vantages, an conteas re ft2te enhan tw
66$pf qsftiaot det &em saltttres at de lexrws o rE auesl Mt anemo djai
boAg eement disaItts et dau tsw4w
IM Yl&es s 4 e ba et tfep anusarantes deo seea c0erutes aettallM da
MMtae de bots fosrlleoT .





Section L.
Question 52,

V) Indiquez importance des dkboisements effeetuus et les mestures du j a
prices en rue de la reconstitution des forts Indispensables A la prtapfr d
et A la consommation normal dii Days?

Rgponse :

11 ett fort dificile de determiner avec certitude Itimportance des d i
boisements effects jusqu'ici Si loni saertient A la disparition dt~ne
vaste forft dans les environs de RULINDO ce dbbatsement qui dut tire
tant s'est ep6r6 11 y a certalnemient plus d-un siclo au moment de la
tra2ti des gens diu B~SSIGI venant du Mpororo et du Ndorwa, Encore la T.
t6 historique de ce r6cit est-il fortement sujet & caution car les primit .
ont we tendance A approprier pour leur propre clan des .6vnements qutild
Jugent flatteure pour celui-cli rime si ces faits ce sont passes ailleuoar
Seuls les vestiges de bois fossiles signals plus haut semblent devoir nou .
darner qugargtnents susceptibles d'ttayer l'hypothse de Ilexistence dfan-
eiennes folrts dans ces regions,
Pour les savanes, iV est certain que lindigSne a de plus en plus afli
pi6t6 sur celles-ci pour 6tendre sos cultures et les temps ne sont pas fort
6leign6s oc la savane aboutissait aeu environs rim~ndiats de la colline 3tAw
RGiHOSE (Kigali) alors qutactuellenent elle est d6& en llsire des ,4l13zM
BMSRA et KACHIKIRO A 4 KEas A& 1cst de ces dorhir s. Ces savanes ne contuE
nant aucune essence de r6elle valour et susceptible drutilisation quelo i
qua A part pour la construction de huttes indigAnes, ltrmportance de leuri
disparition est pluitt relative, Deailleurs les vastes 6tendues qui s6-tal-I
danas la vaste boucle de la NYAVARONG0 (Magegegele Ichanya) ainsi que dans
la majeure parties du Bugesera nous sont unee garantie centre une pnnurie de
bois de chauffage.
Lees measures prises pour 6viter un d ois ement par trop rapid et irrawM
tionnal] sont les suivanues :

al Irattention des notables indirtnes et de leurs sujets a 6t6 attire
par vole de proclamation sur la in6cessit urgent de proc6der par touted
Votes possibles au reboiseient du pays. Grtce au credit de 4000 frs 4l@tenxag
lVan dernier des contracts de reboiseiment furent passes avec qtxarante notap
b3le des diff6rentes regions du territoire. La secheresse a faith quelque)
coupes sombres parmi les essais entrepris mais ils seront continues cett
ann6e.
Au post A bois de ItTMULINDIT ulne band de terrain est pr6vue pos w
y op6rer un reboisement syst6matique des que le d6brousssement le permattra
Les obligations contractuelles dos colons possedant des concessisab
aeaportent les obligations au reboisement que nous c~ninaissons,
aI les besoins dtexploitation ont 6t6 linit6s au strict minimum indis.pa"
2ible par une surveillance co state de application des prescriptions d
Te'wd, lol N0 26/118 dt I19.12S81 relative ltautorisation de coupe de boti
Dlatie part, les notables indigenes ont par voie de proclamation fait
naitre A ler subordonn6s ltobligation de debiter tout arbre & plus deo
centimatres du sol.
Les pluies ayent recoanmeng q ii sera permis d'entreprendre & nouveau rt
asmpagne 6nergi~qu pour le reboisement celui-.i ayant naturellemtn sadl,4
oatre&u oup par suite de la concentration de tous. les efforts pour le Id
lEppement des cultures vivriAres au detriment de toute autre activit& 1





Section L.
Question. 5s


1~imr~de :~


Sitmtion des


forts existantese


a/Supernfeie des
des
b/nams indigimnes
c/proprifi6tis qui


Oavanes 237 kilom&tres oaw.r6as
savenes boia6ea 58 kiloabtreas carmr6s
des essences et leur danslt4t relatives
caract6risent chacune do cos es~encoes


w w- WW lu lr )I~~l r Is r


U I ndig&noedes essences. Densit6 de ces Propri6tas de
Se so ncesO
Pi: p~i *pwa -S -~" 3~ ,-- ----~-


eeas essence,
alPw n ......


rare,
id
id
id
id
id

id
i
id


asse nor
id
tris nonbroux.
rare.
id.
id
Snocibreux.
id
id
Xas se no-":ibr. ~

trs itombrcus
r aie.


t2S~ik~ra W


bois de construction.
idem.
idoem,
idea,

ideia
S idOe. *




boir do chauf~fage,
ide~m
ide~.
ider..

ido.
idcii.a


ide-o'.

iderm.


4w i 1 ma MP ow am vw oa f OW m -C m w c r -


oto (bo


Yf


pim -MWWAWAM 4w Am aow IamM M~womosovw dw avow Am m awmw amaw .00 ow wlk vmam 4w'"m am ft oftwm awZm ",Aw IN44WMdwwolm





Qusttlw V. *
QMelles s2nt "lea nladtrles indig nes de vetre terri~tAorl
rdiquer t a leur caractAre utilitaire on autre
b 1lorigine des mati(res premiarea
) les proe6d6s de fabrication expos ea ) I.
d) les d6bouch6s
8) ~Iavenir qui parait r6serv6 & chacnme do oe I&-dsttia i.

S o mineral e fer, abundant sur certalnes eealines du territare- pel6 '3owutare" est recueilll par creusement et brisa au mayen de groses -
ierres, RBduits en fragments, les forgerons disposent cos moreeaux dans Ir a i
our fait d'argile et superposent alternativement des comuhes de amnerals i
des eou hes do carbon de bois,
Des chemnn6es d-*aration sont pratiqu6es sur les flanes et A la base ...
four ef l'on disposera des soufflets de forge destines & active la
des soufflets sent constitutes de peaux de chbvres et dtun tuyau dt
d1air en terre argileuse sch6e.
O Le mineral en fusion, de par sa density se fa file au travers dnu earl
incandescent pour se concentrer dans le fond du four, o6 il sera reeneiol
apr6s refroidissement et d6moulage.
II rev@t alors la forme d'un lingot rond que l'on solve au moyen d*a
lever constitu6 par un slide b&ton,
Pour Itemployer 11 est a nnuveau bris6 au moyen de grosses pierres.
Les Banyarwsanda ne connaissent quasi quunm soul et r6el instrument de
labour : ctest la simple houe de fer de 25 A 30 centimetres de long et TIwg )
en forme de coeir : test lt"isuka".,
Dfaucunes sont planes, dfautres l6gerement incurv6es et ne portent a01oMg
ornementation sp6clale.
Elle se rattache au manche par ine sorte de tarribre pointue que lVinR
enfonce dans l'extr6mit6 fortement renfl6e de ce dernier. Les forgeronS ci:
feetionneAtt 6galement des serpettes "umuhl-oro" des fers de lance "ichamiu'" et
de flIches "imyambi", des tarrieres grossieres "igisomyo" des sorts de rapes:
"ingwaruzo" des herminettes "intorizo" ou "inchawmuro"; un autre outil pa?
travaux incurv6s, comrie des pots A lait, outil appel6 'imbazo", un aiztre a
pour m8me usage, "uruhoro", des couteaux appeles "ichuma" ou "ingongo", An
outil A percer "umittwero" ou "i'isoTro".,
Le fer ayant 4tA retire du "haut-foulneau"l et pr6alablement brias, le
"- forgeron, pour en confectionner une houe; par example, spumet le for & Pn fL
violent et continue; au moment de son incandescence, l'on introduit dans 3e
feyer une tige plate confectionn6e au moyen de la tarrire d'une vielle
houe hours d'usage; le fer en fusion stamalgame autour de la tigee et so Sa-
sit, Le forgeron retire le tout du feu et le martelle sans relache sur eu
grosse et solid pierre faisant office d'encliue. De par son mart-lement eofto
tiFn, il faith epouser au fer la forme qu'll lui destine. Le brunissage se *t4d
en brtlant de la crne sur le fer chaud,
Les forgerons eannaissant la trempe sont trs "8 is rares, ou plutSt to*k
la eannaissent mais peu savent ltexecuter; la plupart trempent "trop see* .e
de ce fait le fer ainsi tremp6 est trop cassant,
Le marteau des forgerons est assez curieux : il se compose dtwune loari
pla~tue de fer nantie dtun manche de mm#e nature et don't ltextr6mzit- est n-rA
tie. II rev@t dans son ensemble aspect d'un loud burin europben, Tel eat
le travail des forgerons tabachuzi", caste qui exerce seule ce m6tler 3wa9we
tif et dont i1s maintiennent soigneusement le monopole en se le transisettsi
de pare & fils et en refusant de l'enseigner aux "profanes".
U1s jouissent daexemptions de corv6es coutumi~rement et pour t'admaia1.
tratloi n .








LM m'rs so servant du fer et fa t plc muorp6 ou di 3Ltti.
Outila dOt ils se servant : i:
Io t1w masse on for on uarteau (mIy m6).
S-Plncese (Igitasht) de grandcurs adff6rentea.
3-Amea ia w turgora) fizxant les pBines eIR te r.
4-Jbforcan de Ter oval et trou6 (budigi) pour fare passer 1e frt1 et 2l
donesr la grosse-r exig6e*
5-Petit fer an forze draiguille (trmagera) seYvant doImer la dE t
voulea I l'uver%#ttre par om dolt passer lo fil,
6.Petite corn de chve dch e on dtantilope (atkahemBbe) contenant 6e la rb4.
so de boeuf pour gralsser les o tilsa.


Le travail assez simple en a'
once : un ahore tient le f il
passer uir le fil le "7Trdigi
consist A arrIver A obtenir


nparence demand
rv mimncir avec
n 1'o ration
19epaisst'jr de


le cependant une certain eAs.
mse pinee, tandis qut an i Ca
se rZpfte plusicnsu folty. S.2
Sfil exigr6e sans loe triser


Ies tfr6&eltrs fabrciqent des fils de diff6renten 6psissaedrs, des arg
en for, cuivre et laltm ot den bracelets don't se servent pour sten parer ~Ia
indigines d'-1,n dou.mx eE5R sugg distl.ctiorn ce rate,


II. Tointvrterie.
ij laneb c provient du kaolin;
pierces rcriges; -o noir prov.ent d
Jatre d1tune terre do cotton coulo'ur


Lc rctige (ingurgvre) pIrovient
Iterbes (iahine) et de noir
( id glshonyi)


de petites
de fmx6e 2


IV L'A culur itre .
Id encor-e-, conr: dans los antra p:rofesr ons sp4cialis6es, le monamoB.
th6oriqTf de ltart deo 1'aic-,lteur eat d6tenu par les "abav-tmv". Rien ntaGi
pSche copendant tn pz rtic -iK er do d6to ir des r chess et de so. lirer AL1'46 w
vage doe abeoilles, maic 1i no Jct o.- ra dz'n.ct n des privilgc spciafx et et
faetitres attchest A cette profession, o1 porter sirmplement le runn, qul ~09Ya
que 1' Iconv6ert 4te copliq.t : d"b.tyegeera-ehike". .
Lee connaissances rcllcs ot otivs de rte ctives ar de l'apicultetr sontr
comTe tomJoirs fort rtndifentaircs. Les "abam~'s' sont loin dP'ttre fort' s I
atimire de connaisrance odes moc z s de .ors roti &ees et lors de la rrcolto
dui mi1&, dOs ?i:lier dabeinlcz conti. dJetr-te par le feu, victims de 13t
orxane den apiculteirs ind., .c.. S.app -ant, ainsa svtr le syst6? vme t v'i
e d6triire por a mazser, ces 6to:~i;frii dftr..sent in tilerent de
et vigoirenseso ovriiores, richesso et prosperity de la ruche,
LoTrsq ime jcr.one reine entroprenante quite la rcmibe-mAre et que 91Im
nxosade est oaorru par les apiculteurs, cex.-ei tentent i mbiBatteent de b
capturer : des Cris sent toutt dsabord pous'6s ltimisson po r irrviter 3
voyiaguses hA doscendrc"t i 'r~s prsp icaoe, !ndis6ne n'a pas 6t6 sanas reup
qwpr que lea abellles 6ssaiunanmt no sont pac dangereiesi et ne piqtent pia &l
ce moment. Tout en oria~t 11 .jette sur les abeilles de la potssibe et UIs
aspere deeau poXi les fire choir plt~ps vite.
Aussitft que l'assaim s'est pos6 les sp4cialistes 1lentoirent et atmlp
enoere los abeilles avee de 1'eau qutais ont-en bouihe
Le plus vienx drnnas Ic metier stap:-roehe alore de I'essaim qui e tn bau
entoae la reine; 11 cherehe ellleoci et dms qutil 1~a d6couvert 1i sai ten al
alt avec dlrnfinles precautions; les abeilles sont aecou6es dans on ~ntm
vife apport6e A cet offet et dans la ruche est attache la reine.
La ruhe est alors installed, les abeilles lib&rent leur esouve~ataS m-
l#tnetallent dfrinitivement.


p6irli
talt
tout





.Melnat-p M....a. onestn B^ 94 (eJ jI
a Ea XIs 33real se aietnies les abeillea rgoivent am pen do hael fassmuze traos uaf ..
Api&a quelques maiss de travail de la part des abeilles et au m mAe t 4tE
la 6eolte du miel qui se fait en juin et en jenvier, la ruche eat d4tas
mLitaimment et conseiencieusesment entraIe; lee abeilles suffoqu6Os alorehebau
efuge dans le fond de la ruee et l'on dbtache d6lieateennt 1es ray araibi
a r 1e s ue 1 cn coupe an moreeaux et le tout est soigneusermnt d6pose dans mli
w3reas La rbeolte eat faite en d6pit du ban seIn car l1antdig Ane di TnoQTd M
j le rayons lel des Avaons A ermt et do ce fait compromet fortamant
Seaatenee do la eoci'sunaaute1
Lee r'wbes sont on fimnoton dirtoete de la rsticit6 des procm6d6 d0'4lt
1TgR et sont oonstitu6es apr un paler rllindr~Tqi fault de reseaux on dMaer
Aeovee d'arbre don't tus lee interstices sent arveutl,4 ai myon du plate Mx
tilonl la bouse de vache. Les deaxd extru!itt6s du "tnbe" eont hez~2 ntiqE
closes; dana l'une dtelles, unte;etite oivertu-re destin&- A poerettre l18 anS
eat habilement m6nag6e. Poi-r les preserver des interi?6ries, les indig&nes r4w
eouvrent les ruches d'un toit mobile en roseaux et pail]o.
Tous lea banyarwand a sont fri.ands consommteurs de niel; rnlheureutemrmnt
ese sont le plus souvent lee riches qti en profitent de par leur puissance P1
leU "abavuavu" qui sont pae ex exemrptos de tote autre corv6e qmie cell da
leur fournir du miel pourv la fabricationA de l'h7dromenl,
V, POTERIE.
.L fidstrie de la 3otori-e e0t excl*sivement prati i e par les bahutut
ou lea batxnas.
Ignorance du tour clarssique do otier &t tecImninuem rdirentaire yar la
factree, tells sont les caroct;ristiques de ces potierm priritifs. Co sont
principaloiiont lets fe:i"ies et les jeunes fil.les qui assaurent la confection do.
Sa potorie, les hom, e se conteontant de stocacper die taapport 8 pied dtoe~wWI
de loaigile tl du Ibols n'cessai-e i IP c.uisson. Ta terre provien-t le pltus
souvent d1una imarais oroch et ren.el pirs nal'ablo apr leaddition dtim peua
dtueau. Larti*e ainsi obitene est place sur .un tesson, qui fera fonetian.d
tour tandils quo les uoif ;s fa,)onnm.ronult lren;teien't I'e_'r)yon qui peo & pe
prend fornme
Le pot grossi-re-lent facon.n est poll et arrondi a mroyen drufe spatuil
en bois. Les 5vros sont !nolves ;t lise6es a~ nnyen dltune fei'lle tenie eus1
lee doibts et entire leaqruels~nt fait lenternent passer le Ireord dii vaea.
0 Ce dernior eat ensiite eoos4 aur< etfiets de la chaleur solaire qui i0
dcurera su'xiisJaiment nour rnbir u n d(erhierr poliansa!e obtenii au noyen d'tmi
4coree dtarbre.
Cette operation sst paraci-ev4e par le lstrage au mrren dtxne petite pl
re ronde qui lui donnieia le ;?..tisat n6cessaire. Quelgues wrtits ornaments .
rayes et triangles -sont ajo~tts. Ils sont trac6s par .T.r styilet faith d1OBn
b&teniet, croux a son extr& 6it6. The procdlit aliis ob';ren et sehriia A nosIw
A la chaleur du solely avant sa ctisson;
Le fo 0 est costituo zu a :o-ven de port, criit eot wqi sont renvwrs6s( lat"O
overture e i bas) et qui a erviront dt somtien A l'entablerent_ comnoas de *tad
entreeroisAs at osur lesquels re oseront les pots cuiret lTe deseoTs Isera QaE
b3 1 par do l paie et des herbes sAc hes auxquelle on met le fet. n e tso
eat recouvert i-~,t lati ~t pa. d autires paillesa do tell faqon qur lees Dp
aeient entireoxint environn5s de e.o Par la comwuietion les bois dut sua~p%,
central s'affaioSent lentement entrainant a 1 our suite leo pots cqi peen A Ligt
repoaoent 3ur los Condres changes au ce ctre duc foyer .
Ils sont A nouveau recouverts de paille enflai mne. Oe derbier feru- Nre
et les condres 6tant entirewent refroidies, 'oin retire les nots qui 8 ab.
prita sa 8tre employs,


I--~ ll ;11 I1 II ---r






V*a* ** gs we bian ft Ues nettoayer n dean eauyrI la eendre qug y editw
it rt indispensable qte la poterie porte les traces de la cuisson fani mdat
Ia lUvraison & 1tacheteur car vu le m6pri~a profesa6 A l16gard des podE~ i
taremr, Mlon ne purrait se servir du recipient s'il Btait Suppoe quae e j
d~tbers s'en solent serves. Les potiers s'oceupent de fabrloation e pipo
I atier, Ost pipes uont comfectilon:eB au moyen d' ae torre spcle01 f for
-A rIr formeS varient depiuis oelle A culot simple des ~tbahtu qutl llffI.-
O et gracieuae corolle du mtuzi,

S existed dans le territoire quelques spicialistes travaillznt le bols *
Xs eaiploient pour leurs divers travaux le bois des essences sumvanite;
tiusave, fmulk et /i'Umurangara,
Les outils d::t is dispo s.nt sCo't :
1'Intolezo ospZce do hche
1t InchIamuo id d horminette
1tImbazo id do c1gn60
SltUhnuWoro id lo sorpo
L' tCclhuaa, l'ingonlo, 1autarazo sout des esp'ces de couteaux;
1'ingoto est uno caspco Cdo. plane;
yl'iinera-ro id de rape oul uroso lie;
l'igosomyo id de tarriaro ou forest;
lurmutwaro id do percouse.

Objets fnhriqu6s : uburozro, cvpice doe guitare, t'umn1heto, arc; ''UBatli. a
tarquoio; lioC LuaI mortier; l'ulTxmlvlle, a-ugo; lc.'hyanz ot r'imlkondo,. [."
A lalt; It-tmuko et l'1 u"aho ixlllors; inl-ebe, c>aiso; l'iiperi L, s'ateg
legbisoro, jouJ; I'.ichuha, eBeaut- i1 -b!:ni', Tmancho d.o hJo.; I'umuutrsrany I
pIlon A" faritno, En plus dC cela cos artisan-s fabrq- ient line vari'.t dtastT.
objets on bois,
I. VA~il ERIE.
5 vannHIrl s ut'llisnj-t Ic babo9' ct doc E'be i arnai, rIs fabrlqaifnt
diversee esp'ces do an'rcr of o comboills : o
kangamrar, rturuto tei isacre, ik lcibo, ti,~a:a'ra, ilsobaie,; des assiottee 1w
s (inroko),es annear o sports 0d po-ts (u nraaa) rCs co'verclesa pam
pG pots a lait (r(u~:r.toe:rc); dec ravC~;ts ( .nsitra); dc. potoes (mlya o)
nattes de diverscs qialit6 (ql_-ilato- i6i-i7o)- le muiotler, sorte de bot ..l.MF
qti d6o'oe ar-.x regard le dc.cssous du lit: 11t1*itasesa, sorts do corbeif~lt
plate ioersant fairtc sclcr 10l cfrainos do or ho o Cc a'te-roGi cfr6ales* Ie
Vt0n (c !'t, o t I':L r4 m -
van (urItro); 1 ;',ac, Srto C prler (in obye); dos 6til.a (ibiteibo) e

.IX TI SAO G E. ..*.,"
1e t-isa est i coLntau n.c;a.
L'6ccrce de ccrtair-.c. es-,ces c fi.c..s, ofrr '. l.rndig.no lea nyotn
de fabricquer ie 6toffe grossiz:ro' don't beaucoup Se comvr:ont encore et quq
fait surtout f.r el dand lTTlriiudi. Tfirtrod-ictio dcs ftoffos oeroopenne op6nWo
triwbu chaecue joir dlavcaitage & la disparition xo ceo ,toff.,es dsailleus tf C
peu solides,
La pr payration de l'inpuzu se fait de la manire suivante :
Lt partle do lI'corcc ars-nt 4t6 d6limrit6e, on la race soiinuserf et a~
myesn d^to ecatenu de faeon ,A enlever les ruposit8s natirellees, L'4eorc* ti
aenrsi ii.se r: nu. Des incisions circulaires et parallbles asot ensttit4 ftmLtp
de faaon circonscrire exactcment le morceau d6sir~; 1ne incision faite ea
tr~calovner.t pe:rot al2ors d'op6rer ais ient Ie d^tachage de la parties nd"B








S aa-lI se fait au s en dtun couteau ou d*une ahaoltte tras fine at e
s.r. ~zprcauti asnx fins d'6viter do trouer on de d6cWAhrr la
SaUp St 1r. L'coToe ainsi arrach6e eat imadiatement battle ave M a
Iaateto par nme came de boeut enmancihe; le battant du marte t est
d Mttrrltni M M losanges, come noe marteam C servant a battle la vlaah
M itw weean e llAie nUtest pea t2raitee aussitet le dta1hnent fait, 1
a 2!"P l ars doe as traitement de la mettre pr'alablement dans lea Indat
ptSl S temps aOx flam de la reanlt.. Le pan dtcorrce eat consolens r ause
maat bttt pun, oette operation tortlin6e, 11 est pl~d en daux partieO 4alBS
SIt A noweau aptel6,. 1 sItI ra des pliages stmcesslfs jta qutA c0 qtil
rs i pB'li qu-me petite masse. Bien martel6e, Hle eat salso at ar
b r O3men wcxtirpe le sue et l'eau qai potrralent y Stre rests. a
.he 6ttr6e en toees eeno de fagon A 6tendro sa surface. Ie tout eat
btre e 'lains afin de bien assouplr 1'9tc~fe. Devenue blen moelleusea e010
*at 6teneta au solel pour se6hage. Sauvent loan aluste plusieoes morces&u ra
m1lble on les cousant~
~&a OI sulter mntAelle de l'pmpuzu est roug-e.brunt on les taint parfoia an
en les falsant mao~ er dans de la terre de marais dilu6e dana de lemu
afrsoam, mai plu rayement elles eont agr&ment es de dessins rnds ou tri
owr ee qul en~Onera le caraetire utilltaire de cos industries indigMe3
51 eat certain que plutieeur sent appeals & disparastre grtee a 1introduo.o
ttn de products de fabrication europ6enme plus solides et pouvant ame lea
eo uWtOrrener quazit au prix. uant aux d6bouch6s 1 1 soont entibreient au aeviSi
o0 des alteteur loeaux et aucum de lexs products nta Jamaie fait l'objet
espmtatlion.
Tat au plus, la varmerie pourrait-elle produire quelques petite ypaneJL
equ panrra t nt 6nteasr des collectionmneutws

Section RN
Question 55.
V) Do quels seins m6dieaux les pr6venus sont-ils l'objet lorsqutlls tombe~nt
milades au co~wrs de letur detention?
<> Sqnt4ils visitt6 par un m6decin ou par un agent sanitaire au moment de
to aeoaretration?
R6ponse
11 existed A Kigali un rapport quotidlen pour l> e d6tenius. 1 a lieu teaW
loa matins A 6 H. 30. Les detenus se pr~sentent librcment & I'inscription au
brother des malades et sont dirig6s t la vislte madlcale sous escorted. tea d44
St*na font 1,objet dtun examen dt docteitr attache A Ihopital. Its sont 6hgar
talltement hospitaliasa sulvant la gravlt6 de leur 6tat e'- s6jJounent A !36*t
ptal ~ pw u' complete r6tablisaement. tes d6tenue reonlus semulatet.ur par l.
__tio sont proposes potP une sanction disciplinaire par le praticien oanA6
Lea d4tenusne sent pas exaowins par le m6decln lors de lebir entire en
Bison,le r~glement sow les prisons 6tant must sur ce sujet.
Le Garden de Priso n
(s) R. BACOT,




cP5i:.j


seetin 0.
Questaon 58.


, a 3s quelles condition les
lilfe, soit pow 3le beao-ir:
mSias persondnels. etc...?


indi4gbhes fournissent4ils aux
de 'AImirist"iaVon/rf. etc.^


asoi paritA A m
soit pooW iaw


Reponse

Le raviftaillaoent ordinairo du personnel civil indigne du territqal
re est assur6, los achats do vivrce en provenanee des territolres di Wmrwet
et rien n est fournl. pr les idligpineo an cette maatire sauf pour le o*ao
bustible n6cossaire au personnel civil do la troupe et Ide l'hopltal
lul est pai (0'20 le pctit fagot. i bois de chauffage neessairAe a I
Briqieteiele est 6galemeont fouanAi concur-.enco de 203 2 stores par i oi et
pay6 au prix de 20 francs le stOre. II y a copen~ant lion do signaled
que ce chiffrc est an !3alit; rirae. exi.. et que la briqueaterla t4MI :
Rson principaal alrent au posto A bois 6tabli lt'Umulindi et admin sitw
dlrectemoent par lt'Aidnistration.
Tx ravltaillement pcrur les beaoins personnels des aiuop6ens de 2ig.h*
eat librrment assure spontanGs de products quo presentntt les indig$nes ou les w-ahillas 3es
prix partictUlireicPnt r nomanrate ;rs actuellercont pratiqus axr la place
(leo ocuts sc ve:ndcnt 0,50 .I p'-ac ot ont atteint uin franc un certain
moment), une poule indigno. ; 4 fr ice,- unc b.te ee Vile : et 3 f
poxres do terre jusqut A franc; 10 !-EC) t6 roin.Ont p"reiptoirement
qu'il n'y a nullo corTnusion dcrs ltosprit dc 1'indignt e et qu les prIx
sant loin dt8tre iniicuras .;i.. bioZ suffinnts-
La viane de ou. *orit; c It quotlne ent di61 t6c au 3marcl h paer fflUM
vouchers gaton4t-. Sn i)rl:. o,- -, o 3. fres ,, Itlog oCt 1 f'rajIe pour 10 w
La gjraisse ncast pas vencho c-ar r:so rvce pour la fabrication dr.un priqo
aapenoux venldu 5 !I'U-.v Fc on .inse do savon. Les potares rs psreorxell ;
eeux des o i'ssions et d'u~l colon inii.tall.6 d&ms 1Icha nwra assurenCt 1ltad i


naire en l6g'mies frais. CL-aciun aCIr% o sN
tetus touchant un salaire quotidei n do 1
Les I'o~nituroe on lait ct on bco.rre
de KAgali don't .l'approvislonne:-lent ost li
Le lait eat paye au dto;nt( :r c- d bd;.tail &
vendu au cornsam amateur sous la c-.talficati
tre; le lalt crtm- ot le peoti lanit rcont
tre -le bcurre coCite 10 frrjnc le kilo.I
eode aucimc intervention nf'st fate dans


taillement Aet Iindl&nc
sokt direletaint chos sess


o)JPf3'r~ 3 ~Rta r t~~io


Sbosolns on ean au : ioyen de potF
fr. 50,
sont anssros par la Laitterl
q-iide par le bBtail irvCig~~o
raison de O,50 le litre at sq
on de lait entire & 0 40 '10 11
d.6bit6 au prix de-0,25 le 1ls
Conr-e 11 appert de ce qui pth:
les fournitures pour le a4b.
nt ses prodtits soit au swbi
Is,


~ftom ~ANmo m an 4-mm w










B) hthe aoaltpe Ie oott de la ration depots Ie sdbat da l a f
qI dfpenae out renbsment6 la mate t& date an 0 nbeM


R6ponse a

Codt de la ration alloude quotidionenanct aux a.a~gi a d Pe #- -mMa ..L-
adlgs&ne a
Ann6e 1929 : j
locan9e t 3, 40 fcs par jour.

e]onnae a 2,34 "
Enfant 1, 30 "

Cott de la mn~e ration on Janvier 1928 a

Hoine m 0, 74 fr&cs par jour.

Pemt:e o 0, 48 "
Enfantl 0 O26 "

Lt tableau coxmparatif cl-dessus d&iontre combien le ext de la vie A
aigpent6 pour l1'indigSAe, i est largement quintuplU. La disette y oat s~ad
ae.sairemont pour beaucoup m&ias i11 a lieu do tenir 6galeasent ~p
L64volution 4conomnique du pa-z qui se trouve dans ce dmaloa au touOnC t
de son hstoire. Lessor d o ltinde trie le d6veloppement progreeaos i d
ment"e ont entratin un renversenent d- la balance de It offre at d la il
do aurtout dans le domaine du ravitaille~meit oZ la demlande devient chai
jorx* plus important. L'obligation de so fo-urnir & league distance noe 1'
paa prcisiament baisser le co t des vivrea, bien au contraire.

.k -


FEJIN.