Territoire de Kigali. Rapport Annuel politique, 1931. Schmidt. 8 pages.

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Territoire de Kigali. Rapport Annuel politique, 1931. Schmidt. 8 pages. Jean-Marie Derscheid Collection
Series Title:
Rapport Annuel
Physical Description:
Mixed Material
Publication Date:
Physical Location:
Divider: Reel 2

Notes

General Note:
Image digitized from microfilm. Best quality available.

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
System ID:
AA00002248:00002

Full Text

















RESIDENCE DU R U AN D A.




TERR ITO IRE DE KIGALI.










1 9 3 1.







RAPPORT ANNUAL POLIT IQUE.
mm m mem mmmmmm memmemmmemmmmmmemmmma mm a


a- _-_- __*-* -. m


f .


/
(,




RESIDENCE' DU RUANDA.
RAPfORT ANNUAL 1931.
TERRITOIRE DE KIGALI.




RAPPORT POLITIQUE DU TERRITOIRE DE KIGALI POUR


L'A1NEE 1931.


SITUATION GElIERALE DU TERRITOIRE :

in terminant le rapport sur la politique indigene en 1950
nous crivions : "Nous sommes trop peu n&mbreux au Territoire, en fait
C' le DelguA et un seul adjoint s'occupant de la Politique Indigene, et
encore il conviandrait de dire, tachent de stoccuper, car combien leur
activity est diminuee par les differends, la surveillance d'une popula-
tion asiatique sans cesse croissante. Dans ces conditions comment saas-
surer de llex6cution des measures, des reglements, des ordonnances qui
nous viennent de toute part?"

Je suis heureux de pouvoir signaler quo la situation eat
toute autre et que la nomination d'un adjoint supplementaire A Kigali
nous a grandement facility llexecution des multiples travaux. C'est dire
que nous avons donned toute notre attention et une bonne parties de notre
activity' A cette question delicate quest la reorganisation des provin-
ces indigenes. Nous poursuivons le programme que nous nous etions trac6
d6s la reprise du Territoire.

La situation general eat beaucoup meilleure et nous mar-
quons un reel progress au point de vue administratif.
Le Territoire de Kigali 6tait tres handicap par le nom-
bre vraiment eleven des subdivisions coutumieres. La suppression de la
' majeure parties de celles-ci a eu un heureux effect, tant au point de vue
indigene qu'au point de vue administratif. I1 est beaucoup plus ais
pour un chef de Province de corraander et de surveiller vingt sous chefs
qu'une centaine, tel que cela se presentait il y a un an. Pour le muhutu
c'est egalement une bonne chdse; les corvees de l'ubutaka ayant pratique-
ment diminue, car, un munyaigikingi, de par son nombre restreint de cor-
veables, devait faire appel A beaucoup plus de travail de 1'ubuletwa,
qu'un sous chef de 300 contribuables par example.

Les resultats se dessinent. Ces derniers temps les sous
chefs ont et6 appelles A faire des travaux multiples et nouveaux. La ma-
jeure parties d'entre eux se sont acquittes de leurs tfches rapidement et
avec exactitude. Ce resultat est tres encourageant et nous montre que
perseverer dans la politique actuelle adoptee pour le Territoire nous
conduira A un resultat heureux et fecond.







Durant 1'ann'e en revue nous avons tenu plusieurs reu-
nions de chefs de Province, au course desquelles chacun d'entre eux don-
nait ses avis et considerations sur la march des travaux en course.
C'6tait egalement l'occasion d'encourager les uns, de reprimander lea
autres, de donner des directives et d'expliquer les measures prises.


egalement


Des reunions avec le
lors de nos tournees dans


Chef et ses sous chefs ont
les provinces indigenes.


eu lieu


Ces reunions ont le merite d46tablir un contact permanent
entire nous et nos notables indigenes,de sonder la valeur de chacun, et
de le suivre de pres dans son travail administratif. Souvent, faire ap-
pel 1'a amour propre d'un notable, de lui montrer ses defauts vis-&-vis
de ses- colleagues, a plus de resultats pratiques que de sanctions repet6es,
celles-ci souvent mettant fin au contact avec le delinquant. Est-ce .
dire qu'il ne faut pas svir? No1, c'est une necessity, les examples sont
necessaires et salutaires. Pour certain elements irreductiblement op-
poses A l'Europ6en, seul la punition peut araener quelques r'sultabs.O


en existed


Presque tous ies 6l-;ents
encore quelques uns, mais ils


Vvieux style"
disparaissent


ont
petit


disparu,
A petit.


Le debut de
toire de Biumba.
furent cdd6es a
de bitail.


S'annee
La rrov
celui-ci


fut
since
soit


marque
de Ruki
S8.890


par la creation
ga et quelques
contribuables e


du nou-
collines
t pres de


LISTED DES PROVINCES DU TERRITOIRE.


-mm mmmmmmm---- -m -m mm -mm m mo G mm mmmm mm m ------m--------m-m ----------------- ----- u
PROVINCE : CHEF : NBRE DE SOUS
: CHEFFERIES


: CONTRIBUABLES
: RECENSES.


00 m 00 -M 40 000 MMmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmm mmmmm Mem am ale me mm mm me m m m a mm o n m o w n o m m -M oe m misa


BULIZA

BUGANZA

BUMBOGO


BWANACHYAMBWEE


RUKARYE


BUGESERA EST

BUGESERA SUD

BUGESERA OUEST


: LWUBUSISI

: LWUBUSSIS

L: LWAMPUNGU

: BASOMINGERA

: MUfYERAGWE


19

15

20


54

9

14

14n


: IBAMBAZI

: NDOLI

: KEINYEIIERA


11


: 8.850.

: 2.230.

: 11.714.

: 7.477.

1.796.

: 1.908.

: 1.603.


613.


0 .
: 156 : 36.191.
------------------------ ----.----.--....-- R.non termin6.


veau
du Bu
400


Terrl
liza
t8tes


ii




in3


PROVINCES DU BULIZA ET DU BUGANZA : Chef Lwubusisil


LWUBUSISI : C'est
sea annees eat l'un de no
ascendant sur les jeunes
rable.


un grand chef umwaga, qui, depuis de nombreu-
s plus grands notables et de nos meilleurs. Son
chefs batutsi et sur les bahutfi rest considb-


Possidant
r6elle aisance qu'il parvient
administres. Sans abus et sans
sous-chefs dtune main de fer.


fond lart (
se fire ob
outre-passer


de
Sir
se


commander, clest avec
par le dernier de sea
s drotts il dirige les


Lwubusisi a travaille avec ardeur au reboisement et
aux plantations de manioc dans ses deux provinces. Il est surprenant
de voir le resultat auquel il est arrive en un laps de temps aussi court;
voila A peine un an qu'il dirige ces deux provinces. Ce chef se montre
6galement tres enthousiaste pour les essais de nouvelles cultures et pour
la propaganda de cafr.


un auxiliaire


C'est un bon chef dans toute
precieux pour l'Administration.


1acceptation


du mot


gnent & une
sir r6el de


Lvwubusisi est second
comprehension rapide de ce qu
bien faire et d'arriver a un


par de bons -lements qui joi-
.e nous attendons d'eux, un d6b-
resultat probant.


Tous les sous chefs du Buliza peuvent Stre cites codma
me de bons elements, mais certain doues d'uhe intelligence tres graride
sont A mentionner specialerlent : il s'agit de Karega, Haguma, Ndamage,
Nyamuchenchera, iduhama et Cervantes Bikuramuchyi. Ce sont des travail-
leurs pleins de bonnes initiatives et qui s'interessent & leurs sujets.
Heureux changements avec leurs predecesseurs pour qui la seule raison
d'6tre du muhutu etait de servir et d'enrichir le mtutsi par ses corvees
et ses prestations souvent extra-coutumieres.


KAREGA.


Jeune sous chef, tries intelligent et perspicace, command aveo
energie et autorit e plus de 1200 contribuables. Entibrement
acquis a nos ides de progres, il accepted avec enthousabs e tou-
tes nos innovations tant dans le domain politique qu'6conomique.
Remarque par Lwubusisi, ctest Karega qu'il designe pour le rem-
placer lors de ses absences. C'est lui, qui, A la mort de Bileage
en prit la succession politique, et\se vit ainsi a la t8te du
group le plus important de la Province.


LUHONGEKA: Jeune fails de Kayondo, il command le group Ruhanya avec 500
II n'est pas tres doue, pourtant plein de bonne volont6 et du
plus grand desir de bien faire et donner satisfaction. Il se
trouve dans une situation des plus difficiles,fils dtun des plus
puissants et des plus riches chefs du Ruanda, il est absolument
depourvu de toutes resources. Kayondo se refusant lui donner
quoique ce soit, il ne possede ni abagaragu ni une saule t8te
d'inyarulembo; il a ete oblige de demanded aide et assistance
a ses sujets. Jeune encore il subit enormoment influence n6-
faste de sa mere, femme repudiee de Kayondo. Ses deboires ne
sont pas de sa faube, mais bien la resultante de la haine voube
par son pere a sa mere.


Une


et







NTUTRO


Au BUGANZA la
Come sous chef a citerhors pai
sont Nyiringabo et Kayitare. Ce
busisi s'occupe de la gestion de
il possede de la m6thode dans 1'
avec promptitude les ordres qui


situation n'est pas aussi brillante.
r, il n'y en a que vraiment deux; ce
dernier pendant les absences de Lwu-
la Province. Homme vif et courageux,
execution de son travail et accomplit
lui sont donn6s.


Gashanana neveu de Lwubusisi est un notable
peu devou6 et tres enclin a la paresse. J'ai
hous est francherient hostile*


d'une valeur mediocre, tres
la ferme conviction qutil


Cette Province n'est pas encore completement reorga-"
nisee, les propositions dernierement faites n'ont pas encore et6 ap-
ppouvees* Dapres ce project, le Buganza est debarrasse des tres mauvais
elements qui y sont, je veux dire les Iaafene, Rwakagabo et Segafiri.
poids mort don't les collins se trouvent dans le marasme le plus complete.

Tres 6prouv6e pendant la famine la majority de la po-
pulation avait 6migr6. Le recensement recent ainsi que les dires des
chefs nous demontrent que nous poucons enr6gistrer un accroissement
serieux sur les chiffres de l'annee passee.

PROVINCE DU BUMBOGO.

CHEF LWAMPUNGU.


..--.- Cest le chef de farzille du puissant clan
Age d'd peine une trentaine d'annces, il eat doue
vive intelligence. Ancien secretaire indigene i1l
fond nos m6thodes, nos id6es, et acc,epte aisement
empressement nos directives.
Chef d'une region particuli recent difficile, hab;
Kakondo, gens belliqueux, qui hier encore vivaient
et de rapine, il a eu le grand m6rite d'avoir pac;
soumis ces gens qui aujourd'hui lui obeissent et
tent.


des Abatsobe
d'une trbS
connait a
et avec

itee par lea
t de pillage
ifiquement
se soumet-


Ne possedant pas experience d'un Lwubusisi, il en possede
la valeur et les qualities de chef. En outre il s'est beaucoup
plus detached des coutumes vieilles et nefastes que ce dernier.
Chef coutumier de grande famille il est ecoute, respect et
consider par les populations qu'il administre, ainsi que par
ses sous chefs don't la moitie sont de sa famille. Lwampungu
a 6te tries oppose a l'Eur6peen, ce nfetait d'ailleurs que na-
turel, son pere est mort en exil, et lui 6tait un "umwiru" i
tres bien en cour et tres prise par Musinga. Depuis qu'il s8teat
declare catechumene les choses ont change. Oblig6 de rompre
avec la tradition il se rapproche de nous et y cherche uf' ;
soutien.


:Sous chef de la famille des abega, c'est le moins interessant
des sous chefs du Buliza, il ne comriande d'ailleurs qu'une peti-
te sous chefferie. Il ne montre que peu d initiative et d'em-
pressement, et, est singulierement depourvu de moyens intelleo-
tuels. Cela n'emp@che qu'il n'ait un tres grand effort dans le
donaine du reboisement, il posshde plus de cinq fois. a superfi-
cite imposee. Plein de bonne volonte, il n'arrive pas & avoir de
I'autorite sur ses homes.




5


La reorganisation du Bumbogo, oeuvre recent, n'a pas encore p1
donner de resultat. Toutefois crest avec confiance que nous
pensions a ltavenir, car les sous-chefs administrant lea mas-
sifs sont pour la plupart experiments et connaissdnt tres
bien la population qu'ils administrent.
Crest dans le Burabogo que nous rencontrons un des plus bril-
lant sous chefsdu territoire* II s'agit de KANYAMUHUNGU, c'est
un umwega, le seul dans la province d'ailleurs il estTdou6
d'un bonsens remarquable et est un travailleur infatigable,
il s'occupe activement de plantations de toutes especes. II
a labor toute une petite administration chez lui, des r6-
gistres bien tenus renseignant toute l'activite du massif;
les diffirends entire bahutu etc. il possede mgme un registre
des ind6sirables, et des 61mrents perturbateurs de la tran-
quilite publique.


PROVINCE DU
BWANACHYAMBWE.

CHEF BASOMINGERA.


A signaler commee
RABO KAYOIIGA -


bons 61e:eents : NKARURANGA
KABURAIIE et NGABOYISONGA.


- BITEGE


Chef de fanille d'une branch abachyaba, est d'origine muhutu
et d'une famille peu influence.
11il possede les n6,ies qualities que Lwubusisi il n'en fit
pas toujours preuve durant cette annee. Tres flatt6 de sea
divers voyages a Usumbura, il crut qu'il 6tait devenu indis-
pensable et tout puissant. Cette attitude eut come r6sultat
de diminuer son render:ent et de creer des froissements avec
certain de ses sous chefs.
D'une activity6 trop tapageuse il manque souvent de doigte et
de tact dans ses rapports avec ses administres. 06 nest pas
sans heurts qu'il dirige Isa province. Depuis deux ou brois
mois Basomingera s'est montr6 plus travailleur, son attitude
hautaine et son assurance en son omnipotence, ayant quelque
peu diminue, il se montre nouveau le bon chef qu'il 6tait
ltannee passee, redevenu tres obeissant et respectueux de
l'autorite europeenne, il travaille fermement, et a le d6air
de surpasser chez lui les resultats obtenus par Lwubusisis
dans le Buliza.
drfce a l'intelligente initiative de Basomingera clest sa
rpovince qui possede le plus de cultures de manioc et qui a
fourni le plus de boutures lors de la r6cente champagne. Clest
un bon chef, mais don't l'.1.e liuhutu se revvle nar moment at


le
il:
que
de
tre
tit
Tou


rend
a ete
lques
cette
tous
uent
s ces


peu souple et
mal second
exceptions.
province ont
ces elements
la principal
elements, a


chefs coIiLiandant moin
ce de chacun est peti
ensembles la majeure
que sur 2/3 des colli
ou sont mal execut6s.


haut&l-n avec ses sous chefs. Jusqu'ici
par les notables sous ses ordres, A part
Des propositions pour la reorganization
ete faites et tentent A fire disparat-
r6barbatifs et r6calcitrants qui cons-
armature politique du Bwanachyambwe.
part une exception, sont de petits sous
s de 100 contribuables, et si l'importan-
te leur nombre fait qu'ils commandant
parties de la population. Le r6sultat est
nes de cette region, les travaux trainent


- GASI-










Leo sous-chef


Corame bons 614ments nous devons citer : SEfMBWA NYARWAYA -
KALIMBA RUHORAHOZA et KAYlIiURA.

SEBWA eat sans doute le meilleur sous chef du Bwanachyambwe.
Je le crois tres attach" et sincerement devoue 1'Europeen.
-1 est intelligent et travailleur, avide d'apprendre du nou-
veau.
Jamais en defaut, en rien, sa colline est un module et peut
8tre iaon'ree en exeiiple A beaucoup de sous chefs. Ob'i par
ses sujets, il en obtient un rendement maximum. Il a touted
notre confiance, la mbrite; s'en rend digne. Sembwa a remplac6
Basomingera pour la champagne de manioc pendant l'absence de
ce chef; et s'en est tire tres habilement en obtenant un ma-
ximum de rendement sans heurts ni froissement.


KALIMBA. Tr-s bon sous chef, tres intell
ment les ordres donn~s, mais ne fa
initiative de Sembwa.
Sur sa colline tout est en ordre,
mais nous n'avons eu a enregistrer
I1 cominande avoc fermete rmals sans


igent,
it pas


Execute ponctuelle-
preuve de la m6me


et il y est respect.
des plaintes de ses
exactions.


KI iOiOYO et ITDEiGO bons sous chefs auparavant, ont considera-
blemeot baisse ces derniers temps. Ils se sont mis en oppo-
sition ouverte avec leur chef Basomingera et ont intrigue
centre lui.
Le plus mauvais sous chef est IMulegerantozo, de qui nous ecri-
vions dans le rapport de lannee passee : "Chef jeune de gran-
de aki ii famille, assez intelligent suit une politique qui
se resume a une resistance passive* Jamais rien ne peut 8tre
obtenu de lul sans rappels, et alors le resultat en est encore
defectueux. "Je maintiens cette appreciation sur 1thomme in-
dolent, paresseux et nonchalant quest Mulegerantozo. Dans
mon project de reorganization j'ai demanded sa destitution.


PROVINCE DU


RUKARYI.


ClO MUNRYERAGWE;
-- --


Chef de la farille dos abachamba est jeune encore, (25 ans .
peine) il a un caractere renferme et peu franc. Doue d'une
bonne intelligence, il Ita met surtout au service de l'intri-
gue qu'il manie de main de mattre.
Ennemi jure de Basomingera il ne cherche qu'a pouvoir renver-
ser ce dernier. Ce sentiment est d'ailleurs reciproque, et
Basomingera voudrait galement son ennemi en disgrace.
Munyeragwe fut nommne chef de la province du Rukaryi fin mars
1931. Il ne nous y a pas rendu les services que nous etions
en droit d'attendre de lui.
Miunyeragwe s'il n'est pas un chef brilliant, ne peut pas 8tre
considered come mauvais. Son principal defaut etant le manqu
d autorite.
Les sous chefs de la province sont en general peu interes-
sants. Il y a Hwakaravge et Gabatsi, deux nouveaux, tous deux
lettres et nonv6s cette annie, qui font leur possible et
arrivent A quelques resultats.


Le sous-chef


0


Ja-
sujets


S


._JUJ | -- I I


I -






PROVINCE DU BUGESERA

Situation general de,la province.


Cette region dune Btendue considerable, 1/3 du territoire
est habitee Par une population clairspmee. C'est a cause de
cette situation qu'aucun chef n'a e6t nominee pour diriger cet-
te province. Le pays a ete divise en trois chefferies don't
les titulaires sont IBAIMBAZI, DOLI et KAINYEMERA. Cest une
contree arrieree, detestable au possible, tres marecageuse,
climat peu clement, et une seule source d'eau potable pour
toute la region. La population resemble au pays, elle eat
peu interessante et mefiante,80 sont des batutsi pasteurs,
gardant jalousement leur normbreux betail et leurs vieilles
coutumes. Par excellence crest le pays du vice, de la sor-
cellerie, de l'ignorance et de la superstition. C'est dans
ce pays que nous rencontrons le plus de partisans de lIex-
mwarai Musinga.
O Toute cette population batutsi nous halt, nous deteste elle
s'oppose systematiquement A toutes nos directives, A toutes
nos innovations, et trop attachee a son betail, ne veut obeir.
Peu reconnaissance, cette population semble avoir oublie
qu'elle dolt son existence a l'intervention humanitaire du
Gouverneinent pendant la famine.
Neanmoins, les nombeux deplacements du personnel, dans cet-
te province durant l1annee en revue, ont eu un certain r6sul-
tat,les cultures ont ete incontestablement etendues et cer-
tains marais cultives.
L'entretien d'un contact permanent est malaise par la dis-
persion de leurs habitations dans la savane dense et par


leur repugnance


CHEF IBAMBAZI.


de venir chez le


Blanc.


d'origine mlodeste, c'est grace sa tr's grande intelligence
qu'il monta rapidement les echelons politiques. D'une ambi-
tion insatiable, d'un caractere souple, ruse et peu franc
il arrive A se faire valoir come un lament dtrlite. II ne


craint pas d'app
pour arriver A s
nir un jour le c
dispute ouverte.
Homme dangereux,


imnaediat
A quel r
Resultat
r&sum~e
plus dev
sont pas
Faut-il


Non,
lant


mai
et


; et ne n
besultat
guere p
peu de
'eloppees
plus ab
en concl
s il ne
qui nous


'eler A son aide la flatterie et Intrigue
tes fins qui se r6sument A un espoir de deve-
hef de tout le Bugesera. II eat du reste en
avec ses colleagues.
en ce sens qu'il ne volt que son intr@tt
.ous est soumis qu'apparemment.
est-il arrive chez lui?
)robant. Le reboisement a et6 mal faith et se
choses, les cultures de manioc ne sont pas
qu'ailleurs, et les cultures vivrieres ne
ondantes que chez Ndoli p. ex.
ure qu'Ibambazi soit un mauvais chef?
faut pas le consid6rer come un notable bril.
donne entierement satisfaction. Guid6 par


son arrivisme nous le voyons ca
teurs, aussi nous le surveillon
Est-ce-A dire qu'il ne rend plu
Non, il en rend et continuera a
actuellement son inter8t de le
tude doit etre prudent et nous


pable de trahir ses
S
s de services?
en rendre, parce q
faire. A son 6gard
devons l'employer


bienfai-


ue c'est
notre atti-
comme un


.











CHEFFERIE


NDOLI.


-a ame- am- ----- s- ---


CHEFFERIE


instrument utile pour le moment dans cette region en retard.
La mefiance et la surveillance doivent tre le mot dtordre.
Dans la chefferie d'Ibamrbazi nous avons une quantity d'616-
ments de vieux style appeals a disparaltre en 1932. Deux
nouveaux sous chefs, LUCHIBIGANGU et RUKAKAZA ont te; nomm=6
tout r6cermment. Il est trop t8t pour les apprecier .

june chef, proche parent du mwami, est le meilleur des trois
chefs du Bugesera, ancien secretaire indigene, connaissant
nos methodes il les applique. Il a pourtant une tendance a
retourner aux vielles traditions. Ancien confident de Musin-
ga il lui etait devoue; et clest avec un mutisme comprehensl-
ble qu'il apprit la destitution de son maitre.
Pourtant pas mauvais chef, travaillant bien, il n'a pas cet-
te ambition d'un Ibambazi, ni la ruse. Dtun caractere plus
franc et moins flatteur, il est plus facile a guider, et
malgre son origine peut-6tre plus soumis.
Il possede trois sous chefs important.
1) Simbaburanga : pure nullite, intriguant et palabreur.
2) Rugurira : jeune, travailleur, mais faible de caractere.
3) Byimbga : S.I. noamme recemment.


KAAYEIMIERA.
C----- hef urnunyiginya, parent de Chyitatire, est de loin le chef
le moins important. I1-a beaucoup change a son advantage de-
puis l1an passe moins recalcitrant, plus soumis, il arrive
a des resultats que nous n'attendions pas de lui. II a beau-
coup travaille au manioc et aux cultures.
I1 a eu 1'heureuse idee de cesser ses differends continues,
et d'enterrer quelques unes de ses vieilles querelles.
II reste neanmoins le chef le moins intbressant du territoi-
re. Il n'existe chez lui qu'un sous chef presentant quelqu'-
inter~t cest NGOGA, un umwega, d'une branch cadette.


FI N.
ts owI ewc


Le chef de post


Schmidt.R.
I