Extrait de R. P. Pages, "Un Royaume Hamite au Centre de l’Afrique," “Chyilima II Ludjugira.” 1933. 3 pages.

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Extrait de R. P. Pages, "Un Royaume Hamite au Centre de l’Afrique," “Chyilima II Ludjugira.” 1933. 3 pages. Jean-Marie Derscheid Collection
Physical Description:
Mixed Material
Creator:
Pages, R.P.
Publication Date:
Physical Location:
Divider: Reel 1

Notes

General Note:
pp. 141-143

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
System ID:
AA00001751:00001

Full Text
31. Chyilima II Ludjugira prit les rnes du gouvernement aprs la mort de Ynhi. Ce prince est de ceux qui ont laiss le plus de traces dans l'histoire : 1 On lui fait l'honneur d'avoir sauv le Rwanda des horreurs de la famine; 2 Il eut l'heureuse fortune de repousser l'invasion dite des muets; 3 11 runit la couronne le pays de Ndorwa. Parlons de chacun de ces trois faits.
Eutour de ses quatre fils : \dabarassa, Gihana, Binama et Sharangabo, qu'on a surnomms les Batangana (ceu\ qui ne se dtestent pas), tant la chose est rare dans les familles hatutsi, Chyilima rgnait en paix depuis plusieurs annes, quand survint une scheresse qui menaait de ruiner le Rwanda. Consults, les oracles dclarrent que les Barundi taient les auteurs du flau et que Gihana, fils du roi, devait se sacrifier pour le bien public en allant se faire tuer au pays ennemi. Il fallait une mort amene par une main trangre. Cette victime de substitution dtournerait le mal sur la contre voisine et sauverait le royaume des Hamites. Le jeune homme russit, en effet, vaincre les Barundi et ramener par son dvouement la pluie dans son pays. Ses derniers moments ont t dramatiss. Gihana, ajoutent les chroniqueurs, avait t bless tratreusement par son adversaire le roi de
C) Cf. Livre quatrime. Honneurs posthumes rservs aux mnes royaux.
Ce que le roi fait pour les mnes de ses prdcesseurs, les grands chefs le font aussi, mais sur une plus petite chelle pour les leurs. Les huttes dont se composent leurs habitations particulires sont consacres des esprits de leur famille en l'honneur desquels et pour lesquels on pouse une femme qui doit dsormais habiter la case. Ce sont habituellement les propres femmes du chef lui-mme. Quelques-unes d'entre elles n'ont que le titre de servante ou d'esclave (umuja) et sont dlaisses aprs leur premire entre dans la hutte.
Pour honorer ses morts, le Muhutu se contente de leur btir de petits dicules (indaro) ou mme des semblants de huttes dans lesquelles il fait des sacrifices en rapport avec sa fortune.


6
l'Urundi, Mare. Avant d'expirer, le prince porta une premire fois la main sa blessure, pour en recueillir le sang qui sortait : Maudit soit l'Urundi, s'cria-t-il, en le rpandant du ct de ses ennemis. Puissent-ils n'avoir traire que du sang (c'est--dire 'en tr'gorger) Puisant une deuxime fois sur ses flancfc entr'ouverts, il en sortit du lait qu'il rpandit du ct du\Rwanda en prsage de prosprit, d'abondance et de paix.
11 mourut en assurant les siens qu'il ne les abandonnerait pas. Les conteurs prolixes en dtails de toute sorte ne tarissent pas sur un pareil sujet.
Gihana, comme Kibogo, son autre mule en hrosme et en gloire, est rest populaire parmi les Banyarwanda. On l'honore et l'on ne cesse de lui offrir des sacrifices Muyange prs de Butare sur la route de Nyanza o il jurait habit et Mututu aussi (ku Mayaga) o se trouvent ses descendants, une fraction importante des Banyiginya (*).
C'est encore sous le rgne de ce Chyilima 11 qu'eut lieu dans la province du Bugoyi l'expulsion des fameux Bi-ragi ou Muets, ainsi appels cause de leur langage inintelligible. Venus de l'intrieur du Congo, ils s'taient installs dans plusieurs endroits au Nord-Est du lac Kivu. Ces trangers ne ressemblaient nullement aux autres Noirs et couvraient leurs habitations de mottes de terre, d'o leur deuxime surnom de Couvreurs de toits en terre La campagne s'organisa sous l'impulsion d'un Munyar-wanda originaire de Sut!, qui avait migr dans le Bugoyi.
Il s'appelait Macchumu et ses descendants sont aujourd'hui connus sous le nom de Bagwabiro Les dbuts de l'expdition ne furent pas heureux pour les assaillants.
Il fallut faire appel au roi et aux gens de l'intrieur qui leur vinrent en aide. Les intrus furent enfin taills en pices et jamais chasss du pays.
f1) La lgende de Gihana n'est qu'un des nombreux pisodes de guerre que se firent frquemment les deux peuples voisins.


Huit gnrations, disent les historiens officiels, se sont coules depuis cet vnement mmorable. Si l'on compte de 25 30 ans pour chaque gnration, on peut situer le fait en l'an 1700 environ.
Chyilima runit encore la couronne le royaume du Ndorwa dont le dernier titulaire s'appelait Gahaya. Les prdcesseurs de ce prince sur le trne, dont l'histoire fait mention, sont en remontant vers le pass Mulori et Ka-Heja. Ces roitelets appartenaient au clan des Bashambo fortement apparents aux Banyiginya du Rwanda. Bien que nominalement soumis, les sujets des Bashambo demeurrent longtemps rfractaires au joug des Banyiginya. Aussi, voit-on les rois hamites faire de frquentes incursions dans le Ndorwa.