Regne de Rwabugiri [Kigeri IV] (1850-1865-1894; 1860-1876-1894). Essai (notes) par J.M.D[erscheid], 1929, pour une confe...

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Regne de Rwabugiri Kigeri IV (1850-1865-1894; 1860-1876-1894). Essai (notes) par J.M.Derscheid, 1929, pour une conference aux etudiants de l’Universite Coloniale de Belgique. 5 pages. Jean-Marie Derscheid Collection
Physical Description:
Mixed Material
Creator:
Derscheid, J.M.
Publication Date:
Physical Location:
Divider: Reel 1

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
System ID:
AA00001718:00001

Full Text



REGNE DE RWABU GIRI



Essal (Notes) par J.M.D. ,1929

An Ruanda, la amre d'un Rei a toujours, de par la tradition, uae

puissante influence* sur les destinies pelitiques du pays,pendant %

teute la durde du rigne de son fils. Aussi les grands elaas me

sent 11s toujout disput aprenent l'henneur de dinner an seuve-

rain &le pauses principals. La puissante faaille des ABEoA

pendant lee rbgnes des trois predeeesseurs de RWOGERA, avait eo

do cette fagon beau jou; les trois reines-meros aueeeslives on

talent on effect issues.

MUTARA IV RWOGERA, par eontre, appartenait par sa amre, & W

autre clan, lea ABAKONO; *t 11 prit come 6poase principal une

feame de *e mmae clan, femme qui lui donna bientSt un file ne om

RWABUGIRI, n6 vers 1850/) Des intrigues de our, trbs vraisembha

blement tram6es par lea Abega, amenerent alors la defaveur de *eet

femme,qui du s'enfuir de la eapitale *n empertant son infant daas

ess bras. eusa deux furent recueillis, meurant do faia, par an

certainn SERUTAGANYA, qai fut le pere nourricier du petit prince.

Celui-ei dut eertainement Stre prefondeaent iapressiennr

par les dangers qui avalent enteurd' son enfanee. J'ignere & la

suite de quel retour de fortune 1'enfant abandennd fut appel6 &

suceeder A son pere, aort do la tuberculeseoprbs de Kigari, et

menta sur le trene en pregnant le neo de KIGERI IV.

KIGRI RWABUGIRI, parfeis surnemra SERIDZONI, eat ane des

figures les plus marquantes de l'histeoie du Ruanda, et Je me

rains pas d'affirmer que,de taus les rels qui se sent sueedd

& la tite de ce petit pays, aucun n'a fait centre d'an seas pell-

tique ausei profound quo he sien, ni de qualitis militaires vYeti-






ane de e*lles dent il fit preuve touted aa vie.

Le earaetere de RWABUGIRI a 6te fort diversemont, et parfeis

fort se8vrement jug.B. erb&ABpersonnes,4%A influeneode par lea

petits ete(s de sa vie aventureuse, l'ent depeint seus lea

plus noires couleurs, et n'y aet vMq qu'um menarque golste, cruel,

assoiffl de sang, vaniteux, trattre, mbrageux, perdant de Yee

l 'euvre politique 4tonnamment profonde et large que lo fila de

RWOGERA realisa


Cette erreur d'appreciation

heurtent le plus facilement ceux

historiques on Afrique, *t je ti

plusieurs d'entre vous seront ame

regions bien oleienes de cells

d'hut. Les seules sources histA

traditions orales, dans lesquelle

prennent une importance oxagerce.

aur de semblables bases, 1i est t

do ees menus Inrid.ents a sna val.eu

part de ddgager lesgrrtnds traits


eat an des deuells auiquels me

qui entreprennent des rechereheo


h insisted a

I. verifier,

t fritus nous o

ueM dont en

los anecdotes

6tablissant

difficile de


istorique r6dll,

l'dvolution des


ur ae point,que

meme dens dos

eP C-orns aujeur-

dispose sent lea

, les details,

sa. doeuxentatieo

ramener ehaeun


et d'autre

peuples quo


I'en vtudie.

Les earacteristiques essentielles de la politique de RWABUGIRI

sent les suivantes :

Renforcer la puissance militaire de la Nation

Asseoir *l pouveir central sur l1s 6lnments agraires de la
population, done sur lea ple6bits.
Saper la puissance de8 elans, d~L grands vassaux at des shefs
de province 4au point de vue do la politique intdrleure, e*
d4teurner 1 activity des Batutsi vers les expdditina aso
dehors dos f--ontitres.

U X4/M^A6MAXM$ AIAM/Mt%/XMI Jo ereis no pas purveir aueux
aettre on lumibre les tendaneea do RWABUGIRI qu'on **mparant o*

rei k Louis XI, au point do vue de la politique intdritureo,.

Chrles 1le TAmaraire suas le rapport des relations extdriewres.
," ,, 1 : ,. ., :,-,^






1gr CLASSE trace du RWABUGIRI 1* portrait sulvaat:


SKIGERX IV a etC un roeiguerrier, ben pour le people, terrible
peur lea Batatai. Le people 1'aimait, paree que tea8 psevaLeat
1'appreoher, lai exposer lears preoas et leurs revendieatieao
et sa justice etait terrible
Lee Batutsi le redoutalent, ear 11 ne ce ptait pas avee la vie
hamaine. Gette erainte n'exeluait pas l'attasheseat, ear RUAM
%iBI, lersqm'il avait eendamnd les phres, adeptalt et 61evait
lears infants, ea leur eonservant learrs bieas. Chose totalemt
ianennue seas le rbgne du rei actuel.
Rei aass eesse en guerre, RWABUGIRI avait **aduit les Banya-
ruanda un peu partout, leur preeurant d'abendants butins; et 1i
avait reele les frontibres du royauue. On dtait lein dm teups
ei lesc wami du Ruanda 4taient confines dans *e Ndu6a *t 1 KNarar-
6ara.
L'Exploratour -lleea.nd VON GOTZEN, A 9t le seulESrepdea qua
alt 4to en rapports aves RWABUGIRI, qu'tl visit en 1894, me s em
a laiss6 une brbve description, ainst qu'an portrait, que Je e*re
int4ressant doe ettre seus yes yeux.
II eat int.rossant de r.mnrqquer la jeuaesse 4 e diaetent 0le
traits de ee portrait, fait pourtant quelques eols avant la Iert
du roi. Ce qui !semble en opposition avoc l'hypethbse du R.?.
PAGES, qui place vers 8a50 1'avanement do RWABUGIRI. R supfppsaLt
qu'll tait ag' de 16 ans iarsqu'll prit le pouveir, *ol meaoe
foreeralt & adnettre quoe I portrait donna par V.GOTZEB soralt
**lui d mwasmi ago de 6Q aaa. D'autre part, aesroas*inmenats
que j'ai receaillis auprbs des indig~nes de KINYAGA sent unauais
4 affirmer que RWABUGIRI 4tait ondre relativeaent jeune loreqqa'
traversa eette ppovinee eon 894,pour attnquer lea Banyabunau.
Le rbne de RWABUGIRI dolt done prendre place ontre 1865-
1870 et 1894.
dtablit
La slid organisation militaire qu'il % 4 1tait baudl mro
la creation d une trentaine de rgiiments ou serps d'arambe plUE
eu aoins permanent, appel^s INGABO, qui tenalent garaiogea da
lea marohes du reyauni et dtns lea provinces les plus turbuleates.
Chaeun de oes corps d'armee so recrutait dans Une rgie du-
torminie, u e talt fourni par un ensemble de cellinme da4igaies
sp6cialement; eel&,sans tenir compte des subdlvisiens territeria&
les preexistantos. Un *ommandant, ohoiai parni le Batuti eI**
plus 6minents, 4tait reaponsable de ehaetn do esa INCABO. Do pls,
e*rtalaes fouetions militatres talent confides,ena vw d'wa exp4-
ditin spcilale, aux prineipaux chefs des grands clans.
II en rdsaltait,entre ceux-ci, une rivalit4 *t une dl*la aes
qui lea d4teornateat de leurs oreeceupatieas pelitiques partieu-
laristes, pour Ie plus grand bien du pouvoir central.
Las commandants qui avalent conduit des expdditleas salb~e
r.uwses, etailet punts ct seovent imMRels sans piti6. D'autre poe
aU eours de es auerres, aembreux talent les vassaux qui tren-
vaient la mert, lib4eir ainsi 1* menarque d'adversalreas dveaels.


Chaque
orgaais6*e


ann6e, ane e plusleurs promenades milltairte s ta e6
dans lse rdgieas pdriphdriquea du royaune, afia ,r





rappeler aux ehef a
%tout vyll6it64 do
vereat vlsites le
1*
le1
lo
resent remaniee,


le1
1e
Ie


rdgioaaux la puissance du
s6paratisne. C'est ainsi
Basese *t le Bukunti,
Kinyaga,
Bugesera,
Kisaka,dent I'or6anisation


Nderwa et
Mutara et
Bufumbire
Bushiru,
Bugeyi, 14
Bumbege,


L


MWanl et d'ifeuffta
que fureat asee ea-


pelitique


le Mporore,
le Rukiga,
le BuMkauba, *l Mmlera,
* Buhema,
Bw ishasha, le Tshingog
* Buberuka, etc.


fut


Dans plus curs .de oos provinces, 1'erganisation pelitique
aotuelle date de cette 4paquo. Ia Mulera, par exeuple, pays do po-
pulations bataillsUseis ot Jaloses de leu.r autenwmie, dt peur o a
proaibre fela, 5%A as souMottre offeotivoea nt au Rei du Rusada,
et les prestations y furent desormais pergues de fage rd5ulibf,
s* qui n'dtait ja~mls arrive auparavant.
Goemm.n araetbre ap6ieal do la pelitique de RWABUGIRI,AFUl U A
11 astble que oe tri nomailt vl3ntiers & des fenetiots territe-
riales des hoefs do race bahutu, seventh choisi dans les families
des anoin:s chefs autenomes. Le rused utusA pr4f4rait sans deute
les rils de *ses nneats aux seas de sa race, dent 11 avait lul-
mae 4preuvd,durfant sa Jeunesse, la nature perfide.

See ara.es, *u rJ n it ane discipline do fer, et,4laolt, tenues en
haleiea par Je frriquentesS uerros de frentiBres, qui aug5metaieat
& la fois son prestige at sa peoularitt", ear lea abenodcnts butias
qu'll en rapportalt talent distributes au people. L'htsteire a
retenu le souvenir de plusieurs do coe guerres. Dbs e1 d4but de
son ge6n*, 11 conduisit lui-maie trois expeditions centre les Ba-
ayabunma, avec qos fortunes diverse. A eette aimre pequeo les
BaAyabuanu de 1 ile Idjwi furent ;ttaqu4s ot vainous, et 1 i le
fit dtasermis parties du reyaume du Ruanda.
E-suite vint une guerre centre le roi de l'Urundi, 1'lnnemi
he'rditaire des Banyaruanda; putis une exp4dltia dans l'Aakele,
roylure hanito site au nord du Ruanda (Cette guerre e*t,paralt-l
liou *An I84)
Six ana plus tard, RWABUGIRI ramona ses aarues dana 1'Aa0l*i,
puis redescendit attaquer les Banyabungu. Cette e*p6ditlen ftt la
dernibre,eab le belllqueux Mwaal y treuv"a la asrt, dans des r-
*e stances dent neus reparlerons plus leln.


Le r4gian militaire instaur6 par KIGERI RWABUGIRI ext 4v1-
deaannt peur resultat4 la porte de 4lj~Clf 4f vies huaaese par
dizaines de milles. Par ailleurs, 11 deta le pays d'ure ferte auuL
pelitique, en teimentat ses diverees parties jusquvalors asses
liehement uniese t anitmes do astrilisantes toedanees a aemoroUt -
neat. 11 suffit, pcur so rendre soepto des inapprdeiables sefr ee
qu'i1 rendit au Ruanda, doe saparer 1'4tat social de roysau ,
& 1 anarchiL dans laquelle ol d6bat de?uis un deai ssielse erT vL-
sinl','Urrudi, dent la *epes itien et 1 evolution seat fort eempam
blues, mais auquel a manqud sett* pdriede de *entralisahtenm aebrz-
que du peuvoir.


eatib-


;**






De plus, la puissance guerribre du Rei da Raanda a t fsn 9pTi
& 1 abri des attaques des eselavagistes, qui d6selaieat &arW 1i*
regions du Tanganyika. Vera 1* milieu da rbgne de RWABWEUS,
Ie grand traltant arabe d'UdJji,RUMALIZA, 6tablit .Ma#1APl
centre d'action a USUMBURA, et peussa amma jusqu' BDgarama, at
portes da KIYiAG.A, e asejo-rnait pr6ilsement le Mwami.
Use rapid entrevue de6ontra au chef eseglvagiste les risquos
qu'll y avait & oe frotter a un monarque qui transformait er
pays en veritable citadelle-, ot ii n'insista pas.

RWABUGIRI senble avoir 46alement va d'un mauvais sell l'arri-
rie des premiere Europens sur see terres. II savait sang deate
d'ex--dire que *l ou lea heames blanes s'4tablissent, le pevlrwr
ethappe tot ta tard aux autochtenes.
L*rerque l'*xpdditinz du Ceate Von G0t2en arrival au e**or du
Ruanda, L* feugueux.Mututsi dut so fire violence peur me pas
lancer irammedtement ses guerriers centre *1i et l'anwantir.
Voa GOTZET fut requ, assez eivilement d'ailleurs, & KAEYO,
alors enritale, prr le Rei. L'~talsce de ferees fait par lea Alli
mardr no fit que confiruer lc mcnarque dans ess apprdhensloms,et
il r2rclut de ftir, .arssLcrr rr los pions d'Europe avant qu'lls
n'alent quitti le sol du Ruanda. L'attaque out lieu de nuit,
pris de Kisenyi, Msis sanra la solution eper6e. Quelques bemreo
salves en eurent r,-isnuA cstte cpo:quo ou lee ar.*es feu dtaALal
totalewrnt iSc.onfue s deis Dzyaryaruarda.


Ln peliti~ue de centralisation suivie par RWABUGIRI ruitatt,
comme neue 1 avers rnontrC, lP. puissance dea grand elana..
Plus que toute autre, la famille des ABEGA supportait ral e**te
d6eh6ance. See chefs. t.1ient alers RWIDEJE:MBYA et KABALE; ee
dernier, hotr.t' egxc(ptiornrclltr'eflnt intelligent et atuaieux, 1tai1
en fait le chef secret de I'oppesition, RWABUGIRI nx l'igerrsit
pas,-*t dielda rnoe,en 1994, de le fire mettre aRert Le fil
prefere du Mwami, RUTARINDWA, qui appr~ciait fert l'intelligeaee
de KABMALE, et qui voulait suivre vis k via des ABEGA ane pel*ft
de co.ciliation, interced, pour lui et obtint mane que 1 anaes
de sa f'aille alt !e commancement c un rgi.nent d&as l'arm6e que
RWABUGIRI stapprbta it A conduiro alers centre les Banyabuagu.

Cette expedition, d'abord hureuse, fut fatal pour le Rei,quJ
ne tarda pas i y succamber dJ'u rmal myst6rieux. De ses Je ra
nceore, les Banyarn.andc(lI (Ient aous le manteaa que RWABUGIRI y
fut eopoisenne par KABALE. Le Mwa&i, mourant, fut ramean ea pir-
mue au KINYAGA, pr'e de Shangugu, et s'y 6teirit, aprbs &eLr
e*nfid le peuveir 4 sen file 153A15 1,aidd d'am senseil de KBIR8
eemprenant les Ahefe Abanyeginya BISANGWA,SENENE et UGUG.
Lee fila du rei defunt, runis s KINYANDJA, voelurent alers
la errt de KABALE. RUTALINDWA, qui venait de prendre le peaenTr
meos le nea de MISAMBWE IV, s'y eppesa de nouveau,
La fdedalit6 prdparalt m. revanche 6erasaxte.


aNoam0 a*w. a a. m.0 .