Code de procédure civile

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Code de procédure civile annoté, avec commentaires, jurisprudence et formules
Uniform Title:
Code de procédure civile (1836)
At head of title:
Codes haïtiens
Physical Description:
1 online resource (<2> v.) : ;
Language:
French
Creator:
Haiti
Morpeau, Moravia
Publisher:
l'Abeille
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publication Date:

Subjects

Subjects / Keywords:
Civil procedure -- Haiti   ( lcsh )
Procédure civile -- Codes -- Haïti   ( ram )
Genre:
legislation   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )

Notes

Statement of Responsibility:
par M. Morpeau.
General Note:
Title from PDF t.p. (LLMC Digital, viewed on Feb. 10, 2011)
General Note:
"Cette édition comprends trois volumes."--v. 1, p. 7. Vol. 3 never published?
General Note:
Vol. 2, fasc. 1 published: Port-au-Prince : V. Pierre-Néol.

Record Information

Source Institution:
Library of Congress Law
Holding Location:
Library of Congress Law
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
oclc - 701362995
System ID:
AA00001047:00001


This item is only available as the following downloads:


Full Text





















This copy of a rare volume in its collections,
digitized on-site under the
LLMC Extern-Scanner Program,
is made available courtesy of the

Library of Congress









LES CODES HAITIENS


CODE

DE

PROCEDURE CIVIL

ANNOTE

AVEC COMMIENTAIRES, JURISPRUDENCE ET FORIIMLES
PA R

M. MORPEAU '
AVOCAT,
Ancien Instituteur, Ancien Commissaire du Gouvernement pres les Tribunaux
Civils de lJaneml et des Cayes,
Ancien BAttminnier de I'Ordre des Avocats de cette derniere jurisdiction.
Ancien Membre du Conseil d'Agriculture de la Commune des Cayes,
Ancien Administrateur des Finances de Petit-Goave,
Membre de diverse associations, Planteur,
DEPUTY i DU PEOPLE.









PORT-AU-PRINCE
IMPRIMERIE DE L'ABEILLE. RUE ROUX

1909







/
(

3


/7o7


~%














DEDICACE







A MON PEtRE


A MA MERE



Temoignage de filial amour et de pieuse reconnaissance
M. MORPEAU



















AVANT-PROPOS


Je livre a la publicity une addition du Code de Pro-
cedure civil haitien.
Les commentaires, qui s'y trouvent, forment le rd-
suming des lecons, que fai donndes a mon /ils aind,
etudiant en droit. (1)
Cette edition comprend trois volumes.
Le premier volume renferme les ledments, les ddfi-
nitions de la Procddure, une Notice historique sur
l'origine des Institutions judiciaires en Haiti, la Pro-
cedure devant les Tribunaux de paix et les /ormules.
Les deux autres contiennent la Proce'dure devant les
Tribunaux civils.
Ces trois volumes possedent les articles du Code de
Procedure civil avec les modifications, qui y ont dtd
introduites, la jurisprudence du Tribunal de Cassa-
tion, I'opinion des jurisconsultes haitiens et celle des
auteurs strangers sur les matiMref de droit, qui y sont

(1) Licencid en droit, JM. Emmanuel 3forpeau a 6te com-
missionnd avocat du barreaudes Cayes depuis Aowt et a pr'l,/i
serpent en Septembre 1908.








AVANT-PROPOS


traities. la conference des articles du Code haitien et
du Code frangais.
11 peut se glisser beaucoup d'erreurs dans mon
outrage. Mais qiue l'on se souvienne de la maxime:
Errare humanum est.
L'homme n'dtant pas par/ait, ses muvres ne peuven/
itre que perfectibles.
J'ai eu en cue d'inculquer a mon fils le pet de no-
tions que j'ai du droil.
Je me suis dit que si ces notions peuvent dtre de
quelqu'utileil aux autres, its s'en serviront. C'est un
champ o?' j'o/fre glaner aux amateurs du droit.
Je demand que loin d'etre severe. on se montre in-
'/u/lent et e(nel eux pour le semeur, parce qu'il est de
bonne volontd.
Cayes, le 15 Aokt 1903.
M. MORPEA U,
Avocat.








Jancivr 1910.
A
I / a, / / alu-Prince.


(Vers ri 111
L'int'r/es.,anl. i!' ,i ,
confri9re .11 .'1 ,,
bient/t p/'il a 7't'< i /
C 'est an .,. '.' '/ it i' /
por ton.S ls'. pr ,
est simple,/ /
l(s for/'tui l's liIr. 14- s 1
lais, etc. C'e.t on. 1,, 'i. Il Cm,
plus Randd .soii.
II mdritje d1c/'(ic f'c, ',
viens faire '. a i ")1r9 ,')m
publication d'un 51i I li ll/
Salut co

/ ox tiI de notre
ddu,:p 're civile, sera

:,rr, un guide str
u,. La division en
yn y/ trotire totles
('s dsi acte. du Pa-
,e, exdcute avec le

i .. cela que je
/ ,* a celltte


)OMINIQUE.


_lesi'vurs les fol
de pai. de la ('
Tribunaux.


d/ d(
Ie,


llonorabls .: i. ,
Je vio'ns c l.,' co( '0 f': i/
I11 s'ay/it du rod,( de c'(i
annold, e(c.
11o 'is es/
ni boni vad nio
barreau el rIou.- /' p
C'est moi, t1 1i ,, : ,
so"Isci'e:z a col a'
vices. Elle coitien Iet Ii /
tes judiciaires el lo/x /eNt ,n
profession.
..lleci pour colre souiscrip
Salut a//'eclitrin.c,


Jan ler 1910.
A
*7 t:i, I's tribunaux
i u fr /I' :, ele., pres ces



-W/, I : ii mituent utile.
r, ,il, /' .'i l1. Morpeau,

/0 (, ,' e vue. C'est
; .s du petit

S': nin. Colisez-vous.
I/ m /ra de brands ser-
',i. /,I 'les de tous les ac-
n itl n1cessaires it notre

'io n.
J. IL. DOMINIQUE.


Ale.s.s lurx s atb ,


















l/o)t-iiw-MIce, Ie 16ti Aoit 1910.


A
Mr le Se .'/wire ELa! (Itu Dparle(th t de- la Justice.

En celtte ville.


M i .i'r /le Se, ". 'i P E/u l,


Nous aronns ('11 f01tn
du 98 M r. 1910 ca
A' 1799. ..'t r/hmr(,I
Monsieii, i"loWfri(/ .J r
Nous rn-i]s (apjll /-
/lit.O soi/i hi ist'i/ n i o
'co /ier PI noius / / ,

fly/ Iqe f I/ wdr1 i CP> V j
c.ft u e., ./, '.
Jus lu'i< /, ti / 'i.,0 / /,

de 1,M ,i .1 1 r, > l, l'rt'w
La male/h ie (/(, ,I' ti!
un f '/ {/ipu i it i //V

isioune si i/ohe li r

dle.'(c/sl ntle !/ .


in' fe i, / i/ r ros NDpches
I t I JiiJmn expire au
n t, l/r oullloage de
i r t p re i/r )tti olllen/ion, /e meil-
it I'is ui'rz hieun voull nous
/.S ous. ;.lir.-, lujoiurd'thiui,
' .. I ~ s/ d'uie uIliite in-

/ is i .', '.u /.: ~re a(t iso i de,
/ .. 'd/ure cici/: l'ouvrrage

r ',, I d1 n er uutie /'Icilild,
' 'u.C lim se /iverpnt a l'ediude

il s- i 'ip.,s, f'r/ ire on par
S. // franca i., ou par des
If' /,l' 1', don)e iune base am-








pie *1 large 1 c' u < i '
diu Droit.
D'autre part, de .. .' / .,
avec / '" mino'dipi'/ / (r. /Is nf /
dure civil deth /u 18(',d ri/ I r/ir
facon pratique /es en s, nent..
proe- lure civil o
Le rode de pr a sa place assure e. nlon s 1ttent '
ques haltiennes. in i pat, /
Ldgis/ations qui d(ou/let ii /rn/I /r,
A ?Xusi, hnous o utl/s /
Secre'taire d'Elal, /,. c..
conditions poulr attir'r / 1M '11.
Vettillez agreer, ',, */e7, Sr, ',
pression de nos m,1 1//*,,'r-. ..' ,. ,/; <.


ENOCK DESERT. J


sevr la carrier

lde, en rapport
'e Code de proce-
f/ier, fixer d'une
e < cc Cours de

'iravia Morpeaut
ns les bibliothI-
s'interesse aux
ancais.
.',, Monsieur Ie
denit iltotes les

tire d'Etal, 1'ex-


I' ALEMBRUN.


So.ON I EN OS.


Le Prsident de b a I h'omi,,ioin d'eramrn,
IL L ICHAU D.



















IV I rin


Avant loui,/
c( m ent .s ,'. /,',.
par Son t I-/

rabilia. lj I ,

esti n al s ,A '" '(


eaIcou ie!:jp ill Iail
,votes in t n ,
Je rei'onclr I
de la Juslir, l
cCl i it i'i I
sde d'h,, .. dith
sJe p/i',. ,,/ /(
a/fecb/Inv. /4i's-
Ni/It's quil ."/ ors I 'S
utn fRvl, / ,/qi (a '
ranges, l ,ns ,'-/S ,,b//
AM J. L. Jomini',',,


t p / nl ti 7i, M tles remer-
li t Ce/0 i qui,
r i// i// iiit it air '. el fail de
o 1111 i CI i11fl]Ll8l m i-

I t u ri.es chers et
i i C'l i I nfu'. ( II uni es et le
. ~ i I /'' '. insiqlte
t / int 1 part, eQn
/ hlre rivilp par tely's

i'' '/ i e d' Elat
i i ( n rou it lrrer
Stt t./', COmp)o-

i//rr. r tf'; ./.< l/ p/ lus

Tr '. ut0 n n n iv, r oit sit faire
S / /<,, mies espe-
1nt as s f [/t rent am/nt, feu
/ '" cl I/e ,i'' n. /, tqui ne s'est


Ad


I IOS.








janmuis diamili, lb -ine une i,/ Ia/ loble cYaracti're du
'rai Port-iau Princien. Je noub/ierai pts non plus
!'hoiunnle typo.i, up/,i'. 1. C,.' 'in' qui in'a aide a
/aire parailre ce /irep.
A en.r tous, je propose /e ,'- "agt de moe n enliere
gatiticld. Je leatr dix qia /p ior m, i la 1.1 .miut '.- tanc e
est la me'noi/re di cveur. C'est t. 'c /0ler exprimer que je
s uis leur to)/piV.
Si le Maitre a cdit qau'ttn rene d'ettu dunne en son
nom ser t'(i .oo ,' ,'r cenple, / ',.' est grande
tlt reco q/uand il I l une l/aeur.

SO[R PEAU,
A rocat.






































































d.








ERRATA


Pages

16
27
33

39
43
43
G62
66
70
72
78
79
82
96
97
111
115
125
129
135
136
137
141
14.3
15-2
152
153
176
179
183

198
200
218
220
220
222


Lignej

4
36
30

2
11
2
2-2
23
16
48
39
14
15
20
27
30
9
4
29
22
2

21
16
1
11
3
1
37
4

23
41
13
2
12
9


s Aku lieu do

cessions
1110
Tribunaux milit;

Ferrieri
QuLinze
1899
a I-p' et entend

(Iroito
;i ; .lI i t '
jusqu'au
19
S;I' -,
c r llier
.se I)ouvoir
n'(tant
Jclan colitre
litig, m tit) ,
5
par Ie dOfaut

pl) otatis
l'a ant
3

Co-indivisarie
annale, des U.tl

Pass
voie de preuve.
tile
(ILl'ell
question
25
ad resses
patente
Dautant


Lire
(c -in 1
1100
ireI-s Tribunaulx criminals
ot militaires
Fe, rrier, etc.
nuatoi ze
1819
u 1,"

dL' te
fn iiit

9

s( ou rvoir
n'dtait
J.1 ncontre
litigates
25
par dcfaut

i"litis
I'layait
331
saisine
(c i nd ivisai re
u.riii annale des Mathurin
sai. ine
passe,
L'ar- Vocls de preuve, i'ar-
ticle
elle
question
45
ad versaires
)>aetelte
Dantant









Pagee
237
237
248
251
256
269
269
381
335
336

337
351
401

402
40W

409
424

427

433
433
433

441
445
451
46 .
465 2




466
472
479


16

11
24

16
39
10
18
20






20


de B
lui semble h;
pro,' --voerbal, dl'ap-
positi. '

1a t ,,i ,,' 1- 'n \
raixrt iv


requerant.



F'aclto oul I'Ol. t
ot assure sonI 011 6tat
i it p 11.-
XVIV


Lignes An lieu de
6 t i t'd (I
25 pi '"' s verlal
27 liens
13 copie.i m on \j l.it
833 p|rI ii( .s
4 orI'J-\ ,'
5 cite
29 la i lli..tnti
3 i' au g i F
16 d(.siatemoinIt pari,,
loit

11 n Iltii
8 avr
9 '," l ,
3 *L-ni'n ul. i
26 co faisaiit
31 l.. i, i 1, ll

10 1- im- le
35 iI.i i
li miagi.strat doyen,l


luii inbloe. a
1'; .o s0-\ ,1.il d'appo-
si 'i 1 U J
to' Is dI eux


1.1 i t e

Et i nton com-
paru, etc. comme a
la F iile N 195.
I '. j 1 .
et en ass-lurer l'6tat
in: 'ie
XIV


(--i te du


< : on exploit



K i ait

( -i- Id exploit

di 'ii c a. avoc


t l l1, t -
qui
ce, .t
0< ,. A restituer



le S
' -istrat


















CODE DE PROCEDURE CIVIL





TOME 1I




Faisons qne la Justice, cette Jus-
tice immanente q ni vient d'en-Haut,
Sdclaire le monde, le people haltien,
Sen particulier et save ce people,
par une sage application des lois.
MORPEAU

Beati qti esuriunt et sitiunt
Justitiam, quoiami ipsi s.atu-
rubantur.
Sermon sur la mnontagne.

















LA PROCEDURE CIVIL





CHAPITRE PREMIER.


De la Pri'o '/amre.

La Procedure est, en general, la forme qu'em-
ploient les justiciables et les juges pour, les uns,
avoir justice et, les autres. rendre jugement.
Elle est criminelle ou civil.
Dans ie premier cas, il s'agit d'un fait clue la loi
declare punissable, soit au point de vue de l'int6-
r6t g6n6ral, soit au point de vue des particuliers.
Alors le Code d'Instruction criminelle 6tablit les
voie3 A suivre.
Elle est civil, quand I'interet des parliculiers,
au point de vue civil, est en jeu.
Les rfgles de la Procedure civil sont tres-6ten-
dues.
Le legislateur a eu pour but, dans routes les
actions et A routes les phases de la poursuite judi-
ciaire, de premunir les justicialile- aussi bien clue
les Magistrats contre l'erreur et lessurprises. C'est
pourquoi il a eu soin de mettre sous les yeux et
d'empecher lesabus et la fraude. II leur donne les
moyens de chercher ia v6rit6 et, par lA, il rend








LES CODES HAITIENS


lesjugesvigilants centre les embaches de la mau-
vaise foi.
L'ensemble des'dispositions ainsi prises par lui
forrne le Code de Procidure civil.
(< La perfection dPe ('I Co. -, dit CHAUVEAU, COll-
, siste a 6clairer la ima. la justice, sans
< l'embarras-i -r. ni :ret ': rien pr 'ecrire
<, qui ne soit utitl 'e de qui est
< necessai t .t '.,- .. s. Lon-
< ner les moy ir. .' ns le moins de
n] temps et a f is p.--ible, A la
< d6couverte de qui .. i et jus-., t1l en est
le but. ,
De tout A turs des peuples
anciens et ,'i ( d nations .. nes ont eu en
vue, en ma'' p; 'di la rapidity dans
l'instruction et !'*' o t)mie dan- i -, frais.
ls ont plus ou moins r '-.i i. Aussi, la loi en
Haiti, quand il s' i-it de la pi, '' Idure, s,- rev6t-elle
de ces formessimpil -, rapid.-,. plus convenables
a un people jeune.
Quoique le lkgislal ir haiti, n ait beaucoupimit6
le Code francais et y ait pui-' les ('lVments du
Code de Proc(dure civil haitien, il ne l'a pas
copies servilement. 1 s'est appropi i' ce qui lui a
paru le plus conform aux us.;--, et aux besoins
de sou pays.
L'utilit6 de la Procddure est incontestable et
c'est de la facility avec laquelle on peut en abu-
ser que vient la n'*c:---it de l'Mtudier etde l'appro-
fondir.
L'6tude des questions de forme, jointe ft la pra-
tique des affairs judiciaires, donne la conais-
sance raisonnoe do la Procedure. Cette connais-
sance de la forme est si necessaire que souvent
elle resout les process, selon ce vieil adage : La
forme l'emporte sur le fond !








LES CODES HAITIENS


CHAPITRE 11.

Notice hislorique sur le Code de Procedure civile.

A proprement parler, avant la confection et la
mise A execution du Code de procedure civil en
1836, il n'y avait dans la justice d'Ha'ti qu'une
forme transitoire. bas':.I sur les anciennes ordon-
nances Mtablies dans, la Colonie franchise de Saint-
Domingue, entire autres, celle de 1779 et les cou-
tumes suivies dans cett, parties. Depuis I'Indepen-
dance du pays. ,n 1:-,i, jusqu'en Janvier 1836, le
Code de Procedure 'tait in, ,nnu dans les Tribu-
naux. Cependant < lui de 1825 fut redig6 et pro-
mulgue ; mais le Gou ri -,nil-nl d'H-aiti ne tarda
pas A en r.ci iil, e 1 -, 1'f.'-t -ites et, apres
l'avoirremanid, le fit publier -t mettre en vigueur.
11 est calque sur le Code d,. Pro'.-du'ire civil fran-
gais etadapte aux -, -oins du pays. Sur certain
points, il differe beaucoup du Code francais. 11
applique en certaines meti.'r une forme plus
rapide et plus exp6ditive lque celui de la France.
Par example, en vertu de l'art. 25 de note Code,
les juges de paix connaissent de I'execulion des
jugements qu'ils prononcent en dernier ressort,
tandis que c'est en 18-; seulement qu'une sem-
blabll- digp,,sition fut introduite dan6 le Code de
Procedure francais.
En France, on a suivi longtemps le droit dcrit,
le droit non ecrit et particulierement l'ordon-
nance de 1667.
Certaines provinces suivaient le droit ecrit,
d'au tres mettaient en pratique le droit coutumier.
De cette fa.on, la France Mtait divisee sur lo mode
d'ad ministration de la justice. La revolution fran-


13.









LES CODES HAITIENS


caise lui a rendu un service signaled, en mettant la
main a l'oeuvre de la codification et do l'unifica-
tion de ses lois. Le gouvernement consulaire a eu
la gloire de lui donneravec les autres Codes, celui
de la Proc6dure civil. Cos Codes forment un mo-
nument admirable, qui fera passer it la posteritM
la plus recul de le noma et l'esprit francais. UIs font,
a n'en pas douter, plus d'honneur au gouverne-
ment issue du 18 bri'umaire, que les batailles ran-
g6es qu'il a gagn'--, sous les au.-pice; du Grand
Homme, qui 1'a i' il,.
De 180th 1si., le -,,uvernement d'Haiti a effec-
tu6 d'uti!es efforts p iur etablir sur des bases soli-
des la Proc(dure W(1 vant les Tribunaux. Celui du
Pr.-id. -nt .h,-n- i i. Bi\ r, par sa longue duree,
par la paix et l'ordre qu'il a introduits clans la
1e1pul)lique, a et6 plus en m,--ure de codifier les
lois qu'il nous a transmni---. en les appropriant A
nos belsooin, a nos molurs, en les basant sur les
n', 1,---itssocitdles, les pr( r,-s accom plis. Certes,
diri,-a~ ameliorations sont indislpetnsables dans
nos Col ; mnis il n'en est pas moins vrai que
leur application a >ntri!)bu6 d6velopper d'une
maniCere sensible notre milieu social, preuve que
nos l'gi-.ateurs -%. sont inspires plutot de l'F tat,
des n e.--its etd l'avenii-de notre jeune scci6dt.
Aussi Ml. Mleyer, dans introduction A son traits
admirable des institutions judiciaires, a 6mis une
v6rit6 incont,-i;,ble, en affirmant que l'on cher-
cherait vain, tinent dans l'histoire I'exemple d'une
nation qui, sans avoir perdu son ind6pendance et
son existence n.itionales, ait adopted la Proc&-
dure d'un autre people et que si I'Europe entire
a longtemps ob i caux lois civiles des Reomains, si
plusieurs peuples les suivent encore, il n'en est
aucun qui ait emprunte leur Proc6dure.








LES CODES H.\ITILN-


CHAPITRE III.


Plan dut Code de Procedure civile.

Le l6gislateur haitien a rang6 en premiere line
la forme de procdder (levant les Tribunaux de
paix, par la loi No 1, qui se divise en onze titres.
La loi No 2 traite des Tribunaux civils et est
divisee en vingt-trois titres.
La loi No 3 6tablit les voies A suivre, pour ob-
tenir la retractation de certain jugements devant
les tribunaux qui les ont rendus et centre les.juges
et le minister public, pour manquement aux de-
voirs de leurs charges. Elle se divise en trois
titres. Le premier titre etablit la voie de la tierce-
opposition contre lesjugements ; le second celle
de la requite civil ; le troisieme celle de la prise
A parties.
La loi No4 comprend quinze titres.
La loi No 5 traite des Proc6dures diverse et
forme douze titres.
Le premier titre embrasse la Procedure des
offresde paiement etde la consignation; le second,
celle de la saisie-gagerie et de la saisie-foraine ;
le troisi6me, celle de la saisie-revendication; le
quatrieme, la surench6re sur alienation volon-
taire; lecinquieme, les voies A prendre pour avoir
expedition ou copie d'un acte ou pour le faire r&-
former.
Le sixi6me traite de quelques dispositions rela-
tives a l'envoi en possession des biens d'un ab-
sent; le septieme, de l'autorisation de la femme









LES CODES HAITIENS


marine ; le huitieme. des separations de biens;
le neuvieme, du divorce ; le dixi6me, des avis de
parents; le onzirme, de l'interdiction ; le dou-
zieme, du b6n6fice de cessions.
La loi No 6, se divise en dix titres :
Le premier t(ri' les voies 'a prendre pour 1'ap-
position des scellIs aprCs d6cs.
Le s,,'innd a trait aux opppsitions A la lev6e
des scell6s.
Le troi-iriti comprend la lev6e des scells.
Le qutntri'me, l'inx, iaire.
Le cinqlui(me. la \. to du mobilier.
Le sixi('me. l'ali,', ition des biens immeubles.
Le s lli,'r e,.li- partages et limitations.
Le huitieme, le !,' .6i d'inventaire.
Le neuvi6me, la rcnonciation A la communaut6,
la succession.
Le dixi6enc, los -,.', -sions vacantes.
La loi No 7, f:r,,im.- un titre unique: celui des
arbitrage-.
ra loi No 8 6dicte les formalit6s du pourvoi en
cassation et so compl),,- de cinq titres.
Le titre pr,'tier a trait aux ouvertures en cas-
sa ion.
Le second, au d,'l Ii course pourvoir.
Le troi.i-'rne, i ia forine du pourvoi.
Le quatrikme, au mode de proce6deret de l'arret.
Le cinquieme, a colui de proc6der A l'instruc-
tion et au jugement de la prise A parties.
La loi No 9. comprend les dispositions g6ndrales
qui terminent le Code de pricTdure.
Tout ce que le Code de procedure civil a 6dicte
content I'expos6 des r'gles at suivre, d'une part,
pour obtenir dans chaque tribunal la decision
d'un proces civil et, d'autre part, pour poursuivre
l'ex6cution des decisions judiciaires de quelque









LES CODES HIAITIENS


autorit6 elles 6manent. Loes dispositions, que ren-
ferment ces differents titres, forment toutes les
regles de la Proc6dure.
' Selon la definition de POTIER : La Procedure
( civil est la forme suivant laquelle on doit in-
, tenter les demandes en justice, y d6fendre, ins-
, truire. juger. se pourvoir contre les jugements
, et les fire ex6cuter. ,
Pour so bion rendro compete de la march de
Ia procCdure, il est urgent qu'on 6tudie le Code
dans I'ordrc selon sequel les matieres y sont
classees, qu'on etablisse les rapports d'analogie
ou la difference qu'ont entire elles les dispositions
appropriees A chaque tribunal, pour les rattacher
auxdivisions accept6es par la doctrine ou In juris-
prudence.
Cette march, qui renferme toutes les rigles a
suivre, A l'occasion d'une nflaire contentieuse de-
puis l'introduction de i'action jusqu'a l'exdcution
dii jugement, se nomme procedure judiciaire, en
ce sons que tous les acics qu'elle content sont
effects en presence du juge ou par son autorit6.
On la distingue ainsi d'une autre espece de pro-
cedure, qui s'appelle extra judiciaire
En effet, cette sorte de procedure ne suppose
point essentiellement un ddbat en justice. C'est
plut6t un pr-liminaire pour parvenir, s'il y a lieu,
a ce debat.
Les dispositions gendrales, par lesquelles se
termine le Code de Procedure civil, ont pour but
d'arreter a temps les abus qui pourraient naitre
de l'interpretation ou de I'application vicieusede
la loi et d'Mtablir la strict execution d'un nombre
considerable de di-positions particulieres par des
re'gles absolueset invariables, don't les pa'-ties, les
officers ministeriels et les juges ne peuvent se
passer.









LES CODES HAITIENS


CHAPITRE IV.
Bg/les giedrale.s de C'interpretation et de application
des lois. Leurs rapports avec celles qui rdglent
la Procedure civil.
L'interpretation d'une loi est I'art, le fait de 1'ex-
pliquer, d'en rendre le sens plus clair que les ex-
pressions qui la forment et encore d'une maniere
plus conforme a I'esprit du l6gislateur, qui l'a
dictee.
11 y a deux sortes d'interpretations : l'interpr6-
tation par voie d'autorit6 et I'interpr6tation par
voice de doctrine.
L'interpretation par voie d'autorite appartient
au l6gislateur, parce qu'il ne peut d6pendre que
de celui, qui a confectionne la loi, d'en traduire
le vrai sens, selon cette maxime du droit remain
((Ejus est legem interpretari cujus est legem conderen.
Donc, l'interprdtation par voie d'autorit6 est la
solution que donne la puissance 16gislative aux
difficult6s, qui se prdsentent A son examen. Elle
donne d'ordinaire cotte solution sous la forme
d'une Ioi.
Noussavons bien qu'en Haiti, la puissance legis-
latives'exerce par la Chambre des Representants
des Communes et par le Senat, sur la proposition
de l'une ou I'autre branch du Corps 16gislatifou
sur celle du Pouvoir exdcutif. D'apr6s la Consti-
tution imp6riale de 1805, c'6tait 1'Empereur, qui
confectionnait la loi. Sous la premiere Constitu-
tion r6publicaine, qui date de 1806, la loi 6tait
vote par le Senat sur la proposition de l'un ou
plusieurs de ses membres ou sur un expose du
Pouvoir executif. II n'y avait pas alors de Cham-
bre des D6putes. Selon celle de 1816, elle 6tait
vote par le Senat et par la Chambre des Cornm
mune, cr66e A cette 6poque, sur la proposition








LES CODES HAITIENS


exclusive du Pouvoir ex6cutif, avec cette diff6-
rence que le vote des dispositions ayant trait aux
finances de la Republique 6tait effectu6 au preala-
ble par la Chambre des Repr6sentants.
Depuis, selon les diverse Constitutions qui ont
6tW votees et la constitution actuelle, I'initiative
des lois appartient indifferemment A I'une ou
l'autre des deux branches du Corps 1gislatif, qui
peut aussi les adopter sur la proposition du Pou-
voir executif, sauf toutefois les lois de finances
qui passent en premier lieu parles filieres de la
Chambre.
La loi interpretative est ex6cutoire meme pour
le passe; car le sens q'-'elle interprite est celui
de la loi anterieure, don't 1'ambiguit6 aura kt6
relev6e, puisque 1'erreur ne fait jamais loi.
L'interpretation par voie de doctrine est celle qui
se donne par les juges, par les administrateurs,
par les jurisconsultes. Elle a pour but d'6tablir le
sens veritable de la loi ou d'y supplier, en cas
de silence ou d'insuffisance de ses dispositions.
Lorsque le Magistrat interpr6te la loi, sa deci-
sion constitute un jugement obligatoire pour ceux
seulement entire lesquels elle est prononcee; car
il ne peut juger par voie de dispositions generales
ou reglementaires.
L'interpretation donn6e par l'administrateur
peut, selon les circonstances, devenir loi pour
tous les administres, surtout lorsqu'elle vient de
l'Administration superieure ou qu'elle est approu-
vee par elle.
L'interpretation du jurisconsulte consiste a
asseoir la conviction du Magistrat sur la sen-
tence qu'il doit rendre, selon sa conscience bien
6clairee. Dans toute loi, deux choses doivent tre
considerees:
10 Les expressions dans lesquelles elle est con-
que ;
2 Les motifs qui l'ont dicte.








LES CODES HAITIENS


De la, deux regles particulieres s'imposent: -
10 I est n6cessaire que les terms en soient.
consid6r6s dans leursens propi e et nature, non
selon 1'etymologie granimaticale, mais selon I'u-
sage 6tabli ; sauf des motifs suffisants pour y
donner un sens particulier ;
2 Lorsque les expressions de la loi sont tout
autres, dans la langue du droit, c'est au sens 16gal
que i'on doit s'attacher.
Aussi, lorsque la loi ne distingue point, 1'on ne..
doit point distinguer.
Par motifs de la loi, on doit entendre les consi-,
d6rations de droit et d'6quit6, qui ont conduit le
,6gislateur A la confectionner.
De cequ'il est permis d'interpreter la loi A l'aide
de ses motifs, il n'est pas dit qu'on peut, par pa-
rit6 de raison, 6tendre la disposition d'une loi ren-
due, d'un objet a un autre, si cette extension n'est.
ni dans les terms, ni dans i'intention du 16gisla-,
teur. Ainsi, la maxime << ubi eadem ratio, idem jus n,
doit se restreindre dans les cas oi l'on peut, avec
raison, admettre que le 16gislateur a eu pour but
de statuer.j l'egard d'une cause qu'il n'a pas ex-.
primee, comme b l'6gard de celle dans laquelle
il a eu plut6t A d6cider.
II n'est pas permis a un Magistrat de substituer
au texte pr6cis d'une loi, qui command impdra-
tivement, son opinion sur l'esprit de cette loi. C'est
done a tort qu'on emploie la maxime (, qu'il faut
consulter I'esprit de la loi quand la lettre tue o
s'il est d6montr6 que la disposition en est claire,
formelle et imperieuse. Alors il taut penser A
l'autre maxime << Dura lex, sed lex. ,
La r&gle g6n6rale de l'interpr6tation des lois
tavorables est parfaitement admissible. Celle, qui
a trait A I'interpretation restrictive des lois rigou-
reuses, s'explique par plusieurs autres regles ap-
plicables aux lois de la procedure, qui sont, a-
quelque exception pr6s, des lois rigoureuses.








LES CODES HAITIENS


11 est de jurisprudence qu'en toute disposition
penale les Tribunaux doivent appliquer I'inter-
pr6tation la plus douce et, dans le doute, cette
interpretation se donne en faveur du d6fendeur.
11 n'est pas permis d'6tendre les dispositions des
lo s rigoureuses au-delA du cas qu'elles expri-
ment; sinon pour tirer la consequence d.u moins
au plus dans le meme genre. Ainsi, quoiqu'il soit
stipulI que la femme, separee de biens par Con-
tratde marriage, conserve 1'entiere administration
de ses proprietes mobilieres, de ses immeubles
et la jouissance libre de ses revenues, il n'est pas
dit pour eela qu'elle peut les aliener, sans le con-
sentement special de son maria ou A son refus sans
I'autorisation de justice
En ce qui a trait aux formalities indispensables
pour rendre valables, soit les actes judiciaires,
soit les actes extra-judiciaires, on ne peut .exiger
ce qui n'est pas formellement prescrit.
Enfin; ce qui n'est pas admis par le droit com-
mun ne saurait 6tre accept par analogie, quand
il n'y a point de similitude.
Pour les cas d'interpr6tation, il est bon qu'on
ait recours aux lois anterieures et aux r6glements
faits A ce propos et meme A la loi sur le tarif, sans
oublierles discussions faites aux assemblies legis-
latives. Ainsi, lorsque le sens de la lo! est par-
faitement 6tabli, soit par la precision du texte,
soit par l'interprdtation taite d'aprds les r6gles,
il n'y a plus lieu que de I'appliquer.
Les r6gles d'interpretation connues, il est bon
que l'on se rende compete des principes d'appli-
cation.
L'application des lois ne doit s'effectuer qu'aux
choses auxquelles elles ont trait. On ne peut pas.,
les appliquer aux cas qui en different. Ainsi-
l'on n'a pas ledroit de mettre en pratique. en ma-
tiire criminelle, les dispositions du code de procd-
durecivile, ( Argument de l'arrkt du 16 mars 1846,








LES CODES HAITIENS


du tribunal de Cassation de ia R6publique) A moins
de doute sur l'application des lois de i'Instruction
criminelle, en des cas analogues, ou encore du
silence de ce code, quand il s'agit de regler des
int6rets civils, par rapport A la poursuite en ma-
ti6re criminelle, dans laquelle figure une parties
civil.
Lorsqu'on se trouve en presence de deux lois
absolument opposees ou contradictoires, c'est la
plus recente qu'il faut appliquer suivant la r6gle
de droit. << Posteriores leges prioribus ddrogant,.
Lorsque la contradiction existe entire deux dis-
positions de la mrme loi et qu'elle n'est pas tout
A faitabsolue. on doit, en les appliquant. fire que
chacune d'elles ait, s'il est possible, un effect qui
ne soit pas lui-m6me contrndictoire et, si l'on ne
peut parvenir A ce resultat. on est oblige d'avoir
recours A I'interpretation, do maniere que la dis-
position, qui semble 6tre la plus conforme A la
matiere et A l'intention du Ikgislateur, puisse Atre
admise.
Lorsqu'il ya doute sur 1'existence d'un fait, sur
la culpability d'une personnel ou lorsqu'une nul-
lit6 propose ne peut 6tre prouv'e en vertu de
la disposition d'une loi rigoureuse, on doit con-
siderer qu'il y a dans ces cas une presomption
16gale en faveur du dlfendeur contre le deman-
deur.
A propos d'exploits ou d'actes de procedure,
l'on doit se souvenir qu'en these generale les
nullites sont de droit 6troit et ne pcuvent etre
supplies (arguments de l'article 951 c. p. c. )
Ainsi. ia disposition rigoureuse ou penale de la loi
ne saurait 6tre applique (1). D'ofi ces maximes:
,, actore non probante leusabsolvitur r < Probare
debet qui dicit ( Toulliers.)

(1) A moins qu'on ne se trouve en presence d'une omission
de. formalit&s essentielles,







LES CODES HAII IENS


CHAPITRE V,

Des actions en gendral.- De leur exercice.

L'action est la faculty, le droit que l'on a de
demander, de solliciter en justice ce qui est a soi.
ou ce qui est di. Elle est dans ia nature meme
des droits, don't elle a la revendication pour ob-
jet sensible. Les principles, qui la r6gissent, sont
6crits dans le code civil, dans le code penal et
aussi bien dans le code de commerce.
La demand est I'exercice de I'action. Ces deux
mots ;ont tellement synonymes qu'on les emploie
indiffdremment dans le language du palais.
L'origine de l'action est tant6t civil, tant6t
criminelle, priv6e ou publique.
L'action est civil, lorsqu'elle a trait aux int6-
rbts prives dos citoyens.
Elle est criminelle, lorsque l'intdret de la socid-
tdcommande au fonctionnairepr6pos6 A son exer-
cice de mettre la vindicte publique en mouve-
ment. Elle est aussi appel6e action publique,
parce qu'elle a pour but d'appliquer la loi p6nale
au fait r6put6 criminal et d'obtenir la reparation
du prejudice cause la soci6td entire.
Elle est exercee devant la jurisdiction criminelle;
tandis que, quoique le particulier ait la faculty
de demander le redressement du tort, qui lui est
caus6, incidemment devant la meme jurisdiction,
I'action civil s'exerce au principal devant les
juges civils.
Ainsi dit l'article premier du code d'instruc-
tion criminelle. ,, L'action pour l'application des
peines n'appartient qu'au fonctionnaire auquel
elle est confie par la loi. L'action en reparation
du dommage caus6 par un crime, par un d6lit,







LES CODES HAITIENS


par une contravention, peut etre exercee par tous
ceux, qui ont souffert de ce dommageo).
L'Article3exprime que 'faction civil pout etre
poursuivie en meme temps et devant les memes
juges que I'action publique. Elle peut aussi I'6tre
separement.))
L'action civil ou privde n'a pour objet que l'in-
terkt civil ou priv6 du demandeur. Elle est tou-
jours introduite devant le tribunal civil, A moins
qu'elle ne soit fondue sur un tort resultant d'un
fait punissable. ( voir Chauveau, Boitard, D. Jn.
Joseph, Mullery. etc.)
Toute action dUpend de la nature du droit, don't
on exerce la revendication. Ainsi il y a autant
d'actions civiles qu'il ya de droits civil.
Les droits civils sont personnel ou reels.
Les droits personnel ressortent de l'obligation
16gale ou contractuelle d'une personnel et encore
de son Mtat civil. Us donnent lieu pour la der-
nitre categorie aux actions, qui resultent de la
question d'etat.
Les droits r6els sont ceux, qui ont trait A Ia
propriMt6 d'une chose, independamment du
contract de l'individu, qui la possede. Par con-
s6quent 1'action personnelle est celle, qu'on in-
troduit contre la personnel obligee ou ses h6ri-
tiers et I'action r6elle estcelle, qui se forme contre
tout d6tenteur de la chose, que l'on revendique
par un droit reel.
L'action est appelke mixte quand elle tient A la
fois A la personnel et a la chose qu'elle detient.
Parmi lesactions, les unes sont mobiliires, im-'1
mobili(res, possessoires, petitoircs, hypothecaires,
redhibitoires, conservatoires, les autres principa-
les, incidents, subsidiaires, reconventionnelles
prejudicielles, rescisoires, ordinaires, sommaires,
extraordinaires, etc. Ces denominations nes'ex-
cluent pas tout a fait.







LES CODES HAITIENS


CHAPITRE VI.


Des conditions de 1'Action.

La prudence veut qu'avant d'introduire une
action en justice, on ait la certitude qu'on, ne
s'expose pas A la voir rejeter, soit par suite d'une
fin de non-recevoir, soit meme par des conclu-
sions au fond.
De lia, quatre conditions sont indispensables
pour 1'exercicc de toute action en justice:
1 Un droit,
2* Un intr-et
3 Une quality
4 Une capacity
Un droit. On a le droit d'agir en justice, lors-
que ]'Action repose soit sur une creance, soit sur
un titre de propriete ou de demembrement de la
propri6te, ou bien encore sur une succession ou
toute autre manifestation du droit.
Los obligations purement naturelles nedonnent
aces A aucune action en justice. 11 en est de
meme de celles, qui ne reposent pointsur la lei
positive, telles que les dettes de jeu et de pari.
Souvent le droitd'agir est 6teint par prescrip-
tion ou par transaction, comme aussi par I'une
ou l'autre des differentes manieres, don't s'dtei-
gnent les obligations, tells que le pavement, lamu-
tation, la delegation, etc.
II arrive des cas oi l'exercice de faction est
suspend par une condition ou par un terme.
Ce soot autant de circonstances, comme bien-







LES CODES HAITIENS


d'autres, qui se pr6senteront dans le course de la
procedure, qu'on a interet A bien examiner, pour
6viter de compromettre sa demand.
2 Un interAt.- On ditavec raison que l'inter&t est
la measure de I'action. En effet, I'intention du de-
mandeur 6tant d'obtenir soit un b6nifice, soit le
redressement d'un tort, il est evident qu'il ne peut
agir qu'en vue de ce rdsultat. Or, s'il resort de
sbn action plut6t un prejudice, sans aucun
advantage 16gal pour lui, elle doit 6tre n6cessai-
rement rejet6e et il s'expose a des condamna-
tions en dommages-int6r6ts et aux frais en fa-
veur du d6fendeur.
En g6n6ral l'interet doit etre n6 et actuel. in-
herent a la personnel, qui agit, a moins qu'elle
ne repr'sente la parties, en qui l'inter6t reside
(Bioche, tome 1*r, actions N 66. )

3* Une qualit6.- La quality dur demandeur
est n6cessaire pour rendre I'action recevable.
Par example, I'hUritier, qui veut revendiquer la
propriWt6 d'un bien contre un d6tenteur ill6gitime,
doit prouver comment il a Wtd subrogd au droit
du veritable propridtaire: le fils, en exhibant son
actede reconnaissance,qui 6tablit sa filiation pour
lui permettre d'opposer comme preuve du droit,
les titres qu'il d6tient, le ihgataire titre singu-
lier ou universal le testament qui lui a transmis
le droit A la dite proprikt6, ainsi de suite.

4 Une capacity. -En effet, la capacity d'ester en
justice est I'une des conditions sine qua non de la
recevabilitd de toute action en justice. Le mi-
neur, l'interdit, la femme marine, le failli, le liqui-
d6 et toutes autres personnel, qui n'ont pas I'ad-
ministration entire de leurs affaires, ne peuvent
introduire par eux-memes une action en justice.
Pour cela ils doivent etre assists de la personnel
appele .A les couvrir, par example, le mineur de







LES CODEU.- HAITIENS


son tuteur, la femme de son maria, le liquid de
son liquidateur, le failli du syndic de la faillite.
De I'incapacite de l'une des parties resulte soit en
laveur de la personnel capable, soit aussi quelque-
fois en faveur de l'incapable lui-meme,uneexcep-
tion, qui ferait declarer la demand irrecevable
jusqu'A ce que l'incapable ait I'assistance de son
repr6sentant legal.
Les incapacit6s sont absolues, ou relatives.
Les incapacites absolues resultent de I'ordre
public, sans 6gard a la personnel. Chaque fois
qu'ellesse pr6sentent devant le tribunal, lesjuges,
le Ministere public, sans attendre la personnel lide,
sont arms du droit de les soulever d'office.
Les incapacites relatives n'existent que dans
l'intrt priv6 de la personnel, comme l'incapacit6
de la femme marine, par example.
Dans le premier cas, la fin de non-recevoir peut
6tre presertee en tout Mtat de cause, c'est-A-dire
in limine litis, au milieu de la procedure, commea
la fin des plaidoiries, en tous cas, avant le dep6t
des pieces au Ministere public, par l'une on I'autre
des parties contendantes, par le mnme ministtre
public et par le tribunal aujugement de la cause.
Dans le second cas. elle peut I'6tre par I'incapa-
ble ou ceux qui le repr6sentent; mais non par la
parties qui aurait volontairement proc6de centre
lui (voir Chauveau Adolphe, tome 1er, page XXXV
N* 75 ).
Lorsque le demandeur a fait tout ce qui d6pen-
dait de lui, pour dviter les fins denon-recevoir,qui
sont, selon I'expression 6nergique de Boncennes,
arietes ut infringunt des barrieres qui arre-
tent, il a encore une autre obligation, c'est de
justifier sa demand par des preuves au fond, en
conformity de l'article 11 0 du code civil. La maxi-
me : ,, Onus probandi incumbit actori > lui est tou-
jours applicable.
La preuve des faits doit etre administrde, soit








LES CODES HAITIENS


par titres, soit par temoins, soit par les presomp-
tions admises par les lois, conform6mentd l'ins-,
tructionjudiciaire, par le serment ddfdr'eou referd-
I'aveu de la parties, l'interrogatoire sur faits et ar
tiles, 1'expertise, enfin par tous les autres
genres de preuves prevus par le code.
II est bon que l'on observe qu'aucun titre au-
thentiquc ou priv6 ne peut 6tre soumis en justice
s'il n'est timbre et enregistre. ( Voir la loi sur le
timbre du 10 avril 1826,celle sur l'enregistrement
du 28 juillet 1828, la loi modificative de celle sur
le timbre du 20 juillet 1904).





CHAPITRE VII

De la juridiction decant laquelle (action
doilt ere introduite.

Les jurisdictions sont d'ordre public, par con-
s6quent, le demandeur a pour devoir, apres
s'6tre assure du bien fond6 de sademande, de n'in-
troduire son action que devant le tribunal com-
petent.
Le mot competence vient du verbe latin : compe-
tere, qui veut dire: appartenir, revenir, computer.
Ce mot, quand il concern les questions judiciai-
res, indique l'attribution accord6e a un tribunal
plut6tqu'a telautrode d6cider propos d'une con-
testation judiciaire. Cette attribution est dtablie
soit en vue de la nature de l'action, soit du territoi-
re dans lajuridiction duquel un tribunal exerce sa
function d'une maniere absolue. Elle I'est en vue
de la nature de l'action, quand le 1hgislateur a








LES CODES HAITIENS


6dictM, par example, selon 1'article 69 du code de
procedure civil, que tels tribunaux jugeront tel-
les affaires. Elle 1'est en raison du territoire,
quand le meme l6gislatcur indique qu'entre les
tribunaux habiles a connaitre d'une action lede-
mandeur devra la diriger soit A celui du domicile
du defendeur, soit A celui de la situation de l'objet
litigieux. A ce point de vue, l'Mtude et l'applica-
tion de l'article 69 du code de procedure civil
sont tres-utiles A celui qui s'occupe du droit. Lors-
que done l'affaire, introduite devant un tribunal,
est de celles don't la loi lui attribue la connais-
sance en raison de la matiere. on dit qu'il est
competent rational material. Si cette connaissan-
ce lui est aussi attribute en raison de la per-
sonne, il I'est aussi rations personae. Si par con-
tre, le tribunal Mtait incompetent en raison de la
matiere, cette income petence, qui est d'ord re public,
serait absolue et 1'exception d'incom potence pour-
rait .tre soulevee en tout Mtat de cause, tant par
les parties interessees que par le minister public
et le tribunal lui-m6me. Par example, un com-
merqant estassign6 par un autre commercantau
tribunal civil en ses attributions civiles pour le
paiement d'une dette commercial. L'un et -'autre
peuvent, en tout Mtat de cause, soulever l'incom-
petence de ce tribunal, en raison de la matiere,
L'incompdtence rationm persons, au contraire,
peut etre couverte par toute defense au fond. Par
example, un 6poux a son domicile dans une juri-
diction. 11 va cependant demeurer dans une au-
tre. Son spouse ne l'y suit pas. 11 lui intent un
proces en divorce devant le tribunal de la nou-
velle jurisdiction, sans avoir fait aucune declara--
tio.n de changement de domicile ni an tribunal
de. paix de son ancien domicile ni A celui du nou-
veau. Ledernier tribunal civil est competent en
raison de la matiere; maisil ne I'est pas en rai-.'
son de la personnel. Si la parties assignde compa-








LES CODES HAITIENS


rait et se defend au fond, elle couvre l'incompe-
tence rations persons de ce tribunal et sera d6-
boutee, si elle la soulve apres coup.
Le l6gislateur, en vue de sauvegarder les int&-
rAts des justiciables, a 6tabli divers degres de ju-
ridiction, une hiWrarchie dans l'organisation judi-
ciaire.
D'abord il a institute les Justices de Paix, pour
faciliter les affaires de peu d'importance et don't
le jugement ne peut subir de retard. 11 leur a
donn6 une double competence : Une competence
en dernier ressortet une competence en premier
resort ou A charge d'appel. Lesjustices de paix
ont non seulement la connaissance des affaires
civiles et commercials, scion l'Mtendue des attri-
butions qu'il leur contere; mais encore ia connais-
sance des affaires de simple police. Toutes ces
mati res 6tablissent leurjuridiction contentieuse.
Elles ont aussi leur jurisdiction gracieuse, par
example: le preliminaire de la conciliation; quoi-
que ce ne soit plus obligatoire pour les parties.
Lorsqu'un juge de paix est appel6 dans les af-
faires delictueuses ou criminelles, il ne peutd6-
sormais agir que comme officer de la police ju-
diciaire, auxiliaire du ministere public.
Le l6gislateur a 6galement institute les tribu-
naux Civils, les tribunaux de Commerce, les tri-
l)udaux d'Appel, le tribunal de Cassation et les
:,rbitres. Outre ces difflrentes jurisdictions, il a
",tabli les tribunaux militaires. Chaque commune
possede au moins un tribunal de oaix. Le Prdsi-
dent de la Republique est arm6 du droit d'en ins-
tituer dans les quartierset autres endroits ou la
necessite s'en fait sentir.
Le tribunal Civil est6tabli pour un ou plusieurs
arrondissements et prend le nom du chef-lieu oC
il reside. Le tribunal de Cassation existe pour
toute la Republique et siege A la capital. C'est le
Tribunal Supreme.








LES CODES HAITIENS


Le tribunal arbitral est au choix des parties,
lorsque la loi permet qu'elles substituent des
juges volontaires a la place de ceux qu'elle
a institute.
Tous ces tribunauy tonctionnent selon la loi
de leur institution. Cependant les tribunaux d'ap-
pel ont Wte abolis par la Constitution de 1816.
Quoique r6tablis en principle dans toutes les Cons-
titutions posterieures, ils n'ont jamais fonctionn6
et n'ont pas, par consequent. de loi propre. C'est
une lacune A combler, en cc moment ofu le pays
fourmille d'hommes de loi.
Les tribunaux civils connaissent en leurs attri-
butions restreintes d'appel des jugements rendus
en premier resort par les justices de paix. Aucune
loi particuliere ne regle d'une maniere precise la
forme de l'appel et l'6tendue determine de cette
jurisdiction, si ce n'est quelques articles du code
de procedure civil, entire autres les articles 20,
21, 22, la jurisprudence de la Cour de Cassation
d'Haiti et celle de la France en matiere d'ap-
pel. C'est encore une lacune a combler.
Parmi les differents tribunaux, il faut distin-
guer ceux qui ont la jurisdiction ordinaire etceux,
qui ne possedent que lajuridiction extraordinaire
ou d'exception.
La jurisdiction ordinaire comprend toutes les
affaires contentieuses, en exceptant celles qui
sont specialement affectees a certain tribunaux.
La jurisdiction extraordinaire ou d'exception,
comprend toutes les matieres d6fordes aux tribu-
naux speciaux.
La jurisdiction ordinaire est devolue aux tribu-
naux civils, appelds aussi tribunaux de droit
commun.
L'autre embrasse les justices de Paix et les
tribunaux de Commerce. De 1A deux principles
important se d6gagent :
I* Le tribunal, dans sa jurisdiction ordinaire








LES GODES HAITIENS


juge toutes les affaires de .iroit commun. Sa
competence n'a do borne qu'une disposition de
loi attributive d'un autre tribunal, du moins sa
competence ne s'arrkte que IA of commence
celle d'un autre. Au contraire, le tribunal d'excep-
tion est strictement oblige de juger dans le cercle
de sa competence restreinte ;
20 La force de la jurisdiction ordinaire est de
permettre au tribunal, qui a jug6, de contraindre
a 1'exdcution de son jugement et de connaitre A
la fois des difficulties relatives a cette execution ;
tandis que les tribunaux d'exception n'ont point
le pouvoir de connaitre de ces difficulties, ce qui
vault en faveur des juges ordinaires I'application
de la maxime du droit remain (< jwisdictionem pro-
priM dictam et imperium ). Cependant, par excep-
tion, les juges de paix connaissent des difficulties
relatives a leur jugement rendu en dernier res-
soort.






CHAPITRE VIII

De. Justices de Pair.

Les justices de paix constituent le premier de-
gr0 de I'chelle, de la hi6rarchie judiciaire.'Elles
ont 6t6 6tablies pour les affairs, qui tiennent plu-
tot au fait qu'au droit, sans exclure cells qui out
rapport A ce dernier. Elles ne connaissent point
des matibres r6elles, immobilieres, mais ellas
jugent sp6ecialement les actions possessomres.
En matiere.personnelle elles connaissent des







LES CODES HAITIENS


actions depuis une gourde jusqu'h cent gourdes
en dernier resort et ai charge d'appel ou en pre-
mier resort depuis cent une jusqu'a cent cin-
quante gourdes. Ellesgardent 6galement la mnime
competence en matiere commercial. L'appel des
jugements rendus par elles A charge d'appel en
matiire commercial ne s'introduit point au tri-
bunal de Commerce; mais bien au tribunal Civil
en ses attributions d'appol.
En matiere civil le tribunal de paix connait :
1" des actions pour domni;ig-s faits aux champs,
fruits et rdcoltes, soit par des personnel, soit par
des animaux ; 2o des monmes actions pour dcpla-
cements de borne, usurpations de torre, arbres,
haies, fossis et autres clotures, commis dans 1'an-
n1e; pour entreprises sur los course d'eau et (.ile-
ment de toutes les acti ,n-, po-+s niirs; 3de colles
pour reparations locatives des maisons et fermes
a la charge dos locataires et fermiers; 4o do cellos
pour indemnitis rcelamies par les fermiers ou
locataires pour non-jouissance, lorsque le droit
nest pas contest et pour degradation alldgude
par le propridtaire ; 5 do celles en pavement des
salaires de gens de travail, des domestiques et en
execution des engngm.ents obligatoires des mai-
tres et des gens do journies, engagements qui
peuvent commencer et finirle mImejour ; Go de
celles p)ur injures verbales, rixes et voices de fait
pour lesquelles les parties no so sont p:is pour-
vues par la voice criminelle.
Pour los actions possessoires et les affaires A
charge d'appel le tribunal de paix decide sous la
pr6sidence d'un seul juge avec l'assistance du
greffier. Quand il juge en dernier resort le tri-
bunal de paix est alors preside par le jugo titu-
laire ou celui qui Il replace, assist d'un sup-
pleant. Nous avons constate que pour les aTffaires
personnelles la comp6tenceestfixde sur le tauxde
la demanded, et non sur la valeur adjug6d. k Voir








LES CODES HAITIENS


1'arrCt diu 21 octobre 1857 du Tribunal de Cassa-
tion de lIa R6publique ainsi concu :

SD'.ipris Farticle 32 do lI loi organique, lorsque
Sle juge do pnix j uge en dernier resort, il est tenu
do s'adjoindre un suppl6ani ; mais A l'egard des
< cau .- sujcites ai I'appel, hi presence de cc ma-
<, gistiat, assist de sun grCelier, stffit pour la com-
poten(ce. Or., la couip'tenice pour lo premier on Ic
dernier reS.-ort ,- (dtdernine non pmr la valeur
adjugo' IJ01- le .jugc( ; mais pi1 lh i(aux de la de-.
iiia de : et il estdc )'riInci|)e (Iu'lln 1jugI -suppl6a1nt
ne l pent cocourir avec \voix ill6Hibrative aux ju-
gCemllets (ju dans Ic cas oil son COlncouIrs deviant
Miice aCiroe pour la co rn P'te nce >n .

Cettel remrique sur iN competI'nce, sitr 10 taux
do, c ctte, om p il telnce dCes I IriiuLinalx de paix 'West
pAs -, lenient relative leI r' juriditiioun, ell0 est
g(,in rlI a t em ljbraIsso ous los trilbunnux. Ainsi
ini (Sci! r K' I1 n 'g liieont d'lune so!mme de cent
:o iNMtc t oulO-it [s par cXeNIIpi, no scrait do la
c0 1p('10)1 1 d.I tribunmi de pIix ni en premier, ni
o1in di ier r-ssot ; l010 cst plul)it de la compd-
tence dc u itri unai civil : < Quolies tie <(int/litale ad
Sj')ri.li//c p, pr /in le ',ri, ilur, sewper quantmt/ll l
S/pi alu r .. .' 'in1m esl, non quantum debeatlur )
( voir Cl(i i u \ ,. Adolphie, tome I introduction
g;iic1e h la ocedLiCre, page XL).
L0'jg, d10 paix. ;a pIart sa fonclion de juridiction
contentie -(', (,stjuge conciliaCtur. 11 concilie les
parties (li -o pr("senteiint volontairement devanit
I Gi, la n iol dresser i s" verbal constalaiit I'accord des
I)arties. Anu Cs conltaire, mention sommaire est
flaite \-u'iles n'ont pu s'entendre.
A part ect actor de la jurisdiction gracieuse du
juge de paix, il fait dresser les actes de notoriet6
.piur v 'rifier l'adir.ement des tires perdus et la







LES CODES HAITIENS


possession des proprietanires sur lours biens im-
meubles, pour perimnttre la cl66bration des
manaiages eon favoulr dls personnel, qui ont perdu
leurs actes do n;issance oni do reco1 nnai-zsance. 11
preside los consciis d( f[amille ta it pour lo0 nomni-
nations dce lit2Curs alex Ilinlcus (t a1ux inter1dits
que pour 1'e:ancipation (los ini iirs. ; lChnqime
foi que la rLi0ullion d(ls CoIc Ieils do family e st
nceessnire, le jig,, do p)aix ou Ic sup-)plant qui le
replace, la preside.
II pr(ocdt at I'appositio: ot At la Iovce des scel-
16s apros dics, et tait tolls acts tc1 c, reinlifs.
Outre ces diver.-es nttribulionlil lejuig do paix est
juge de police. 11 in-l it clia;rgP d'npp l on en der-
nier resort los aff;aires do simple police.
Dans routes slofs fiircs (qui entraiiient empri-
sonnement oln dont les restitut1ions, anme;(s on
(ldoml nlages-inllti 'lev s dr(lhil- l vingt cin I piastres,
il jige toLIjours is charge d'n( ppol (ort. 1 l c. ins) :
crii ; ) il e-t me11 nl.brel do la p')lice jutdcicinire
et conune tel, il e 1t :Iuxilinir 1 diu nininstr)e public.
11 concouL t a I'ccoinplissement de certai;,s I ctes
prescrits par !a loi, tols (Le 1 'ollvertur'e d( s por-
tes, en c;1s do ( s isi c-ox6c ll tion. quand lcs i rte
du condainn(' sont formines, I'entr'c de la maison,
en cas dC contlrainto par c orp' .
Lejuge d( I p ix (ost lc priemiei r n ii-trI t de la
cit6.. La :ntur: e ct la m ulltip cij i d( ss fOIinctions.
Ic fonllt Stll1lS:1i m n n 110 rCiiim;l uer. Quoittie lo pri-
lim inniin de i1 c(oncilinti0:; nle soiit plu, ol)liga-
loire, selon la ilj ,,dilicn;tion I)ortc t I' arti.-lc 57( dl
code de proc(ldure civil, los parties ont CCopendanti
la facultI de co(-npa nitre volontairement en con-
ciliai; ionl deva;ilt 111i. Ce lmagislrant est dol)ne l)iel
plac6 poI lrc1iC liire en premilielr do (Ito tels leh.sdif-
Iicultits qui putivie t surtgir enire lesjusliciiledcs.
I'n vo(it I)ien lu1e )1 a I'le-ondl ue dle sos altribil-
lions et le ti i e mt ime piqu'il port, il jouit do
grades prerogatives de ia part du IgisZlateCLir. 11








LES CODES HAITIENS


est, pour ainsi dire, come le lord-maire en An-
gleterre.
Mallieureousement, soit parce que lesjuges de
paix no se sont pas tous montr6s A la hauteur de
leur mission, soit parcequ'ils ont Wt6 souvent vic-
times d'exc6s de pouvoir, ils ne sont pas entourds
du respect et de la v6ndration auxquels leurs
titres leurs donnent droit.
L'institution desjustices de paix a pris naissan-
ce A l'aurore de 'notre Ind6pendance national.
L'article 40 de la Constitution impiriale ctu 20 Mai
1805, s'exprimnit ainsi :

Art. 46. 11 y aura un juge do paix dans cha-
( cque Commune; il ne pourra connaitre d'une
Affair s'6ievant au delAt de cent gourdes; ot
, lorsque les parties ne pourront se concilier ht
" son Iribunal, elles so pourvoiront par devant
" les tribunaiux de leurs rossorts respectifs ,.

La loi organique du 7 Juin 1805 6tablit les attri-
butions des juges do paix. Plus tard vint cello du
2i. Aoit 1808. qui les d6finit d'une maniere plus
contorme aux besoins du temps. Diverses modi-
flications apporties it ces attributions furent cons-
tatecs par des lois posterieures. Enfin la loi sur
I'organisation des tribunaux du 9Juin 1835, le
code de prod6dure civil fix6rent sur des bases 'i
pou pros dUfinitives les functions des juges de
paix.
Depuis les modifications servenues dans Ie code.
de prod&dure civil, les lois de 1847, 1859, 1877, les
tribunaux de paix fonctionnent d'une inaniere'
riguli'roe.







LES CODES HAITIENS


CHAPITRE IX


Des Tribunaux Civils.

Les tribunaux civils, commun6ment appeals
tribunaux de premiere instance ou de droit com-
mun, comprennent un ou plusieurs arrondisso-
ments et forment diverse jurisdictions selon les
lois 6tablies. IIs connaissent de toutes les affairs
personnelles et immobilieres au delA do cent
cinquanto gourdes, des affaires rcelles, immobi-
lieres, des affaires personnelles ou mixtes.
Ils connaissent de 1'ex6cution do leurs juge-
ments, de ceux des tribunaux de Commerce et
de Paix A. charge d'appel. Ils jugent 6galement
toutes les demanded ind6terminces, oenin toutes
les affairs de droit commun.

Le Department de I'Ouest comprend trois tri-
bunaux: 1e Celui de Port-au-Prince, qui reunit
les arrondissements de Port-au-Prince, de Mire-
balais, de Lascahobas et renferme les tribunaux
de paix de la capital, section Nord, section Sud,
ceuxde POtion ville, Arcalenie, Croix-des-Bouquets,
Thomonde, Grand-Bois, Mlirobalais, Lascaliobas,
Thomazeau, Ganthier et Belladi're;
2 Celui de Jacmel, qui content J'arrondisse-
ment de ce nom et la ligno do Saltrou au Grand-
Gosier et qui donne les justices de paix de Jac-
mel, Bainet, C6tes-de fer, Marigot, Saltrou et
Grand-Gosier. C'est une urgent n6cessit6 pour
le Gouvernement d'6tablir une justice de paix aux
Anses-A-Pitre, en raison de la population de 1'en-
droit et de son 6loignement de Grand-Gosier;








LES CODES IIAITIENS


oI" Colui 10 POI.t C('inve. (|1i corM len(d 'iiion-
disclmen nl (Io (IA g 4n ;jii t les C(lliliin es de PI til-
Goaive, de Lougne e Grandli-G(,;iLe. Le siO(ge do
cello jurisdiction iiotvellc cst oi P1otit-Go;ilve.
Le D6pa; temecnt dii Suid so compo) e do quatre
tfibnl)u-Iii!x civil on jur'idictiOc'ns :

1 Colni des Caiyos comprcind les arrondissc-
mentCIs des Cayes et des COOte nx, Iks jus.liCes do
paix des Cayes, de Torl ik, d 'lEtronc-do-Plort,
do I 'ort S:il tl, do.s CLo 'nIx, dos (' Cl i'do ni6i rc's,
do Porlit-Piml it et d(Ic Angpnais. Le qu rilier dii
C;,il) P01rriii a d cit 'i 100 ju st ice do paIix.
2 (:'lui do .JOli 0 ie. reo'-i'rmon los anrrio disso-
nicnts dc l Gr;(nd'-Anso et do 'T'ibulm. los jus-
tices d(1 pI.ix do, .lo6rmic, tosioel, Corail, des Abri-
cots, d l'Aiiso-d'illainnit, do Tibuiron, do Dame-
1M;rio. et do C( iolinne.
3' Colni d('Aqiiin forme 'iramIndissomenlt do ce
nom, et los justices doe pa ix d'Aq(lin, de Cavaillon
et de S;iflt l,ouis d(i Sud.
40 C01lli do I'Arnse- i-Vea comprend l I'.rron-
d isscincI t d( Nippos et I es j ts ic.s dc pnix de
l'Anse-it-Ven. de MirngoA oii. do Ptoit-Trou de
Niipp)os. de lIa Petitc-Rivi,re, des Barad'lres ot do
1'Asile

Le D'-parioment du Nord rcLinit deux juridic-
tions :

1 Collo du Cap-Hailion comprend trente-trois
ju -li,'es dI( plix q li snut: Cnp-Hnation, Grande-
fivii're, lPelite-Anse, Trou, Acul-du-Nord, Plaine-
du-Nord, V;illirc, linnquitle, CU rice, Terrier-
Rougo, Limlb,, Pignon, Mlilot, (uarlior-Mlorin,
Perches, IPlii- aice, Snint-Raphaol, Port-Mlargot,
Petit-Bourg de Port-Maigot, Cnracol, Limonade,
Dondon, Pilate, Borgne, Anse-At-Foleur, Cerca-La-







LES CODES HAITIENS


Source, Sainte-Suz inne, Grand-Bassin, Baie-des-
Moustiques, Mom bin Crochu, Terrier.
Cette jurisdiction embra-se noiuf arrondisse-
ments. Elle est Irop 6tendue. II faut an moins
qu'elle soit divisde en deux.
20 la jurisdiction de Fort-Libert6 contiont 1'ar-
rondissement de co nomn et les justices do paix
don't la nomenclature est. portle danns la 1oi vote
par le Corps LUgislatif en 1901. Le chef-lieu en
est au Fort Libert6.
Lo Dpartement du Nord-Onest ronfermni un
tribunal civil quii to( ne six justices de pnix : Port-
de Paix, Saint-Louis du No'd, M 1le Saint-Nicolas,
Jean-Rabl)e, Bomb;i ide, I: iie-de- Henne.
Et le D6partement d1 l'Artibonito renf,'irn deu x
jurisdictions :
le Celle des Gonnaves po.s,';-Ic common justices
de paix: GonaYvos. TIerr -N i ..-. ei 'uI ry. Mar-
melade, Hinchlie, Sniint-Micliel de I\Atnlinve, Maias-
sade. Gros-Morne;
2 Celle do Soint M ir n.nlient les justices de
pnix de Saint-NMar'c, s ( V'retc!t '. (ra doc-Saline,
Petite-Rivireo de i'Artilonito, I) -.-salines, La
Chapelle.
Ces dilffrcntes jilt idit'tion- 'onnni .. i on der-
nier resort deo toutes -les atfires civiles, coin-
nmerciales, mairitimos, ,., tionniels ot crimii-
nelles, nux terms do I'aiticle 16 do h;i (li orga-
nique et de l'appel do, sent [wcs des j oes de
paix rendues en premier i:. t.
C'est par exception qu'eliC~ ent-itld.-t les af-
faires commercials ; car une loi spOciale a ins-
litu6 les tribunaux C -nsulaires. (C'est d(one quaind
il n'y on a pas dans le rossort d'un tribunal civil,
que celui-ci petout les juger.
Ind6pendammrent des difirentes attr'ilbutions
des tribunaux civils, il y a des dispositions du
Code civil et du Code do procedure civil qui r6-
clament sur divers points de juridiction non con-







LE. (.ODES HAITIENS


tentieuse des decisions d'un tribunal entier et
souvent cells du coyen soul. Ainsi, lorsque le
mari refuse d'autoriser sa femme ai passer un
acted, la femme peut it cet effect fair citer son mari
directement devant le tribunal du domicile com-
mun, nux terms d( Particle 203 du Code civil.
Quand il s'agit du refus diu mari de I'autoriser A
ester en jugement, l'autorisation du doyen suffit.
L'intervention duI doyCn soul Cst n'cessaire pour
les rcfrds, les d(emandes en correction pater-
nelle ou maternelle conhtro les enfants ;nineurs,
pot!r I'otuverture des testaments ologra phes et
des I(--! Iments mystiques, et pour la legalisation
Ai donner ii la signature de certain officiCrs pu-
blics, etc.



CIIAPITRE X.


Des Juridictions Consulaires.

Les t'ibunaux de Commerce sont des juridic-
tions d'exception 6tablies par le lIgislateur, pour
connaitro des affairs entire commercants soit de
tcrre, soit de mer'. Lo.urs diffdrentes attributions
sont dlfinies dans le code de Commerce. Cos
jit 1'"dictions com pr'nnenent, cliacune, I'dtendue d'un
tribunal civil. Elles connaissent de toutes les
affaires commercials et maritimes au-dessus de
cent cinquante gourdes. Elles ne connaissent point
de 1'cxecution do lou'rs jugements. Les parties
peuvent par e!les mimes y presenter leors affai-
res ou s'y fire reprdsenter par un mandataire
nenti d'un p3uvoii ou constitu6 At I'audience.







LES CODES HAITIENS


CHAPITRE XI.


Des Tribunaux d'appel.

Les tribunaux d'appel avaient et' institu6s par
la loi imperial du 7 Juin 1805, organisant les tri-
bunaux doe l'empire d'Haiti. C'6tainnt plutit los
juges des tribunauix civil. qui avaient et6 trans-
formes on juges d'appol des jugemients des trbu-
naux voisins, selon les dispositions des articles
1, 2, 3 du titro 5 de cotto loi.
Plus tard lhi loi du 21i Ao'it 1808 Mtablit deux
tribunaux d'appel; I'un au Port-au-tPrince com-
prenant le department de l'Ouest et l'autre aux
Cayes, em brassant le d6partement du Sud. Cor me
le pays 6tait en guerre civil, cette loi republi-
caine n'a pu s'6tendre aux autres d6partements.
Ces tribunaux fonctionnerent selon les disposi-
tions du titre IV de la dite loi, jusqu'au 15 Mlai
1819 o0 ils furont abolis par la loi organique pu-
bliee A cette date.
L'article 1er de cette loi est ainsi continue:
L'ordre judiciairo former trois degrLs. La
justice sera rendue dans la Republique par des
juges de pai.x, des tribunaux civils et par le tri-
bunal de Cassation.,,
Depuis, les constitutions do 1843, 1867, 1879 et
1889 ont vainement institute des tribunaux d'appel,
qui jusqu'ici no peuvent fonctionner. Aucune lol
speciale n'a d'ailleurs 6tabli leur organisation et
leurs attributions.
Les tribunaux civils connaissent de I'appel des
jugements rendus par les juges de psiix en pre-
mier resort. Quoique la procedure, a cette oc-








LES CODES, IIAITIENS


ca-ion, no suit pas dci'lerminee par une loi spd-
ciale, on suit les lfo'malit.-i du code do proceed lure
civil ct la jurisprudence diablie.



CHAPITIIxE XII.


ht T7l' i,/ n/l f, e C.,,tlion.

Le tribunal de Cassat.ion a dtc institud pour an-
nuler, casser, refo rmer les ld visions des premiers
juges entaclhies de vice do former, d'excos do
pouvoir, d'incompteonce, de violation, do fausse
application, de fausse interpri'tation de la loi. II ne
connait pas du tond des affuires. Quand il casse
un jugement, il renvoie enl g6ndral la cause et les
parties au mitne et sembllable )tat qu'avant lecju-
gement cas-, devant un tribunal voisin do colui
qui a rendu la decision annulde. Cependant dans
tine meme a ffaire et suri n second recours le ibribu-
nal de Cassation, on vertu de la Constitution en
vigucur et do la loi .,; son organisation, retient
la cause oft decide souverainement de la contes-
tation, tant en la former qa'au fond, sans renvoi
ot par consequent d'uno oiian!'re ddlinitive. La
Ibrme A observer devantle 'ilounal de Cassation
est parfaitemeni drfinie d-ins la loi No 8 du code
de procedure civil.
Le tribunal de C(a-sation de la Rdpublique a
etd fondd par la Constitulion de 1816. Les lois
organiques du 28 Juillot 1817 et 15 Mai 1819 en
ont 6tabli los attributions. Le code de procedure
civil, dans la loi No 8, a determine la forme d'y
prockder. Celle en vigneur jusqu'it ce jour et qui
date du 23 D6cembre 1867 en a fix6 definitive-







LES CODES HAITIENS


ment les attributions. Avant 1816 In Constitution
de 1806 avait attribu6 an Snant de la I16publique
les functions du Tribunal Supre(me et la loi orga-
nique en date du1 21 Aont 1808, en determinant
ces attributions, avait pres'crit le mode do proc&-
der devant le Senat.
Le Tribunal de Cassation est divise en deux
sections: la section civil et la section criminelle.
Un roulement fixed par la loi se fait ai des Opoques
determindes entire les juges de I'unoe t 'ai:tra sec-
tion. 11 se compose dle q uinze judge pa'mi Ics-
quels, se tLouvent tiI) president et un vice pr-si-
dent. Clhacun d('eux preside les sections selon les
rouleinents I';ils. Lai section civil connnit do
tonics les afi'ires civiles el aIn section criminelle
do routes les aflfaire.s correctionnelles et crimi-
nelles
Les dIcisions d u Ti i buna I Su prime on t les noms
d('arri('ls ; ceOles des tribfinaux civils et do com-
merce cc dx dc jug'noili s o t cells t clls es j tices
do. paix et des arbitreis se nommien sentences.
La loi du 15 MiIai 1899 sur' I'organisalion du
tribunal de Cassaition laisait I'obligation au I le-
man'!cur do prsenter pniealableiient nu presi-
dent d( cc liil)uInal Uine rn equ('te qtli. 1par lui 6liil
remise avec ls pieces ia I'appui it un juge rappor-
tour nommr6 e ce n'dtait qu'aprs I'andmission de
ia requ',te que le demandeur poulvit trle 6con-
to et si la requ( te e1ait rejetde, le pourvoi n'tl6 it
pas admis. Mais le code de procedure civil. en
la loi No 8, a rendu la procedure en Cassat ion
plus simple en abrogeant la requnte pr6alable.







LES CODES HAITIENS


CHAPITRE XIII


Des Arbitres
Les arbitres sont des individus a qui plusieurs
parties ou en certain cas, lesjuges conf6rent la
mission de d6cider sur les contestations, en ver-
tu de dispositions p:rvues par la loi :
Quand ils sont choisis par les parties, on les
appelle des arbitrcs volontai-es.
Choisis comme arbitres forces, ils d6cident par
example entire associ6s A I'occasion d'une socit6e
de Commerce. La compelen-e de ces deux cate-
gories d'arbitres, eu 6gard aux contestations qui
leur sont d6f6r6es, est limitUc par l'acte qui les
institute.



CHAPITRE XIV


De la Science de la Procddure

Des raisons d'(quite et d as consid-rations d'or-
dre public ont constamment guid(I le Idgislateur
d(ns l'6tablissement des regles et de la forme de
proc der devant los tribunaux. A'est la maniere
de les appliquer ou du moins I'enseignement des
raisons et des motifs do ces regles, qui forme la
theories des lois de la procedure. La connaissance
raisonnie de cette theorie. cello de la loi positive
et des decisions judiciaires rendues en divers
genres constituent la Jurisprudence.








LES CODES HAITIEMS


Toutes les applications diverse des lois, les
opinions des jurisconsultes bases sur les textes
des lois, interpretationn des tribunaux fondles
sui' I'esprit des lois ct la jurisprudence admise
contribuent a 61tablir la science de la procedure.
A c6te de la science de e la procedure que l'on
peut appeler la tlicorie du droit, on est oblige de
possider la pratique, qui consist A mettre At ex6-
cution les principes dc la science, it appliquer ce
que la loi pres'rit, cc qui est communoment en-
seign6 conformement d la loi ot au droit, pour
parvenir a un resulfat satisfaisant en justice.
C'est pourquoi on appelle la pratique la tri-
ture du barrenu ( riltura fori). Ainsi la pratique
possode ses regles g6ndrales. qui servent neces-
sairement do guide aux officiers minist6riels.
Elles sont inseparables tdes principes du droit et
en foment cornme Ic complement.
Dans la langue du droit, on nomme acte, tout
derit fait, soit par des particuliers, soit par des
olficiers publics. En droit rornain, il s'appelle
instrument du mot instrumentlum et relate ce qui
a exist.
Les actes effectu6s par un simple particulier
prennent le titre d'actes privds. Ceux fait par des
officers publics ont la dInomination d'actes pu-
blics. Les actes do procedure sont des actes pu-
blics et sort par ailleurs authentiques, parce-
qu'ils sont fait par des officers publics. MAme
qu'ilssoient b tis par un particulier, ilsdeviennent
publics of authentiques par la signature do I'offi-
cier riinistdriel qui y intervient, en conformity
des articles 1102 et 1107 du code civil.
L'acto de procedure est tout dcrit, existent de-
puis In demande,.jusqu'a 1'ex6cution dujugement.
C'est I'ensemble des actes rediges pendant le pro-
ces, qui se nominee procedure. Quand on dit
qu'une procedure est nulle, frustratoire, on met
en evidence une sdric d'actesjudiciaires faits dans








LES CODES HAITIENS


['intervalle do la demand au jugeeniot ou it
I'cxecution.
En term pratique. on appelle dressed la forma-
lion, la redaction des actei solon los r'gles usit6es.
11 n'y a point dC forimule sacranmentclle. Pourvu
q(ie les fornialitis do 1ia loi se trouvent dans un
acted, on ln'a pI-s hcsoin (d'oxiger qui'elles soientnu
commencement, an milieu on it I (in (d I'acle.
Cependant il est bo: qiu'on se serve d(es terms
mimes de In loi, on au mains do ternmes 6quiva-
lents dans le 'a;.s 1 o llle nuraitl don n ii certaines
expressions un semIs autIre q(e celui d(10 I'usage
ordinaire.
Les form ules sont d'un puissant secours pomIr
'liomnie do d(roit ; car, eon ls consultant, on a Ie
moyen do so rendre coinpto si les lois quo I'on
veut appliquceIr s'y trouvent. Pour ce motif, quoi-
qin'on nie soit pis oblige' i Line forme sacrmailen-
(tll, les nmodile.s ni lent puissamment.
La date des n tes do procedure constit.ue une
formalil .e C:- ntioello, dont I'inbsc'wvation en en-
traine le plus souvent la nullit6. La (late est done
la denominations des jours, mwis et an n lxqpols
un acle a 6t`' ridigi'. ( Voir les articles 6 et 71 du
code d(, procedure. )
La designation do lI'houre n'est pas aussi essen-
lielle qlue cell doe tla ( toe et 'est exigible que
dans des cas d 'lie'minnOs pal'r a loi. (Voir entre
aintres 'article 501 du code de procedure civile.
Elle est encore nccessaire ldans les operations
instructions. La nicessilt do I'lieure petit se faiire
sentir., p' ex mple lor(squ'il s',git d'oblenir |)po(ir
tin lacle ia priorit'- i I'elnregisltrl lient. L'acte doit
otre sign par I'officier pub'ic, qui le dressed, ou le
signille et I'omission decette signature en emporte
nuIllite6 ; parce (ii'iin acole non signed stimparlait et
est it 1'itt do project. C'est done la signatilure qu'il
lui faut. Une c:'oix misc par la parties elle-menm
dans un actor ne peut Mtre d'aucune consideration,







LES CODES HAITIENS


encore moins si clle est mise par officerr public.
Si la partic no sait signer, il faut que dans I'acte
public il soit constatO plir I'officier qu'elle no Ie
sait do cc interpell(e0. Lecture doit lui etrc priala-
blement donnie. Cette signature est eligible dans
les renvois. D'ordinaire une simple paraplie do
l'officier public ou de In parties, qui sail signer,
suffit. Quant nux alilres, il imported qu'elles
suient coustatlecs. D'ail lours consta;ieeS ou lion
elles soft nulles. Dans les actes publics on n'6-
crit jamais on abr6viation la date. lcs noms pro-
pres ; ils en fornment les parties essentielles.
La copio d'uln exploit doit Ctre conforne A l'ori-
ginal et les vices de In copic entraine in6vitableo-
mient In nullit6 do I'original, des qu'elle cstjde-
nnmandoe, ot vice versa.
L'c exploit est un acle du ministire d'liuissier.
11 est r-gi oen general par les formalit6s des ar-
ticles G. 9, 7i, 73, 7i, 70, 77. 78, 79, 80 du code
de procedure civil. Plusieurs arts du tribunal
do Cassation veulent en conformity do la loi quo
les vices de forme de la copic d'un exploit en en-
trainent la nullit6. Entre autres tcelui du 23 Mars
1835 s'exprime ainsi : 10 I.es copies d'exploits
laiss6es I ux parties, leur liennonI t lieu d'original
et les vices de forme qui nurn(ient ptu annuler I'ex-
ploit, s'ils avnienlt 6t danls 1'o igilnal, I'anni ulent
incontestablemenl, quoiqu'ils no so trouvent que
dans la copie. ( Arr"t dii 29 Mars 1835 ).
60 Les copies d'exp)loits lais.-es a ix parties leur
liennelnt lieu d'ori(ginal. Or, lorsque la copie de
V'exploit sign ili e par la parties demanderesse on
Cassation aux termens do I'article 929 du code do
procedure ci vile i la d6fendleresse no continent pas
la dale du jour de la signification, un tel acte
6tant nul ie pout ~e-rvir i rigler ledc:ii prescrit
par la loi. (Arrit dui 22Septemb'o 1836 ).
On soutielit lque si In copies do l'exploit est r6-
gulitre. tandis que l'original on serait irrgulier,








LES CODES HAITIENS


Ie d6fendeur serait sans int6ret -i en demander
la nullit6. 11 n'aurait qu',a demander communi-
cation do cet original, pour que la nullit6 prouvce
puisse 6tre d6clarde par le jugo; puisque la copie
ne pout 6tro que la reproduction fid6de de l'ori-
ginal. Une contradiction existent, on effet, entire
la copie et I'original d'un exploit sur une forma-
lit6 essentielle doit entrainer la nullit6 de i'un et
de Iautre. En vain on opposernait que la copie
rdguliere 6tant en la possession de I'une des par-
ties, elle ne pout valuable nt deandeandercommu-
cation do l'original. Des qu'une piece est produite
en justice, elle deviant commune aux parties et
la communication ne saurait en ctre refuse aux
terms do I'artileo 189 du code de procedure ci-
vile. ( Voir Garconnet. nart. 188 corre-pondant :i
l'article 189 du code do procedure hai'tien; et
aux inots: exploits d'huissier, arrkts recents du
Tribunal Supreme d'Haiti, sous I'art. 189). II n'en
est pas do mcme des acts non r6dig(s par I'huis-
sier, don't il ne fait que notifier la copie. Cette
copie non conformed la minute ne pout entrainer
la nullit6 do son exploit. Ainsi le vice d'irrigu-
larit6 ne pouirrait eCntrainer la nullito de son ex-
ploit que s'il existait dans la copie de I'ex-
ploit, auvre de l'liuissier lui mn ine. Maintenant,
on n'a pas besoin que 1'exploit soit 6crit en entier
de la main de I'luissier, pour qu'il devienne son
oeuvre; pour vuqu'il Ie signed, il en endosse la
responsabilitd.
Les articles 71, 78 et 80 du code de procedure
a dit une jurisprudence du Tribunal Suprme.
, n'exigent point que l'acte d'un buissier soit derit
o en entier de sa propre mitn. 11 suffit que 1'ex-
ploitcontienne toutes les formalitls essentielles
a et qu'il soit signal de l'officier ministdriel qui en
Sa fait la signification pour qu'il soit cru ju?.qu'd
a inscription de faux. Arrkt du 29 AoOt 1853.,








LES CODES HAITIENS


CHAPiTRE XV.


Des ddelais de Procedure.

On appelle rdlai do procedure la measure du
temps que la loi, le juge et la convention d6tor-
minent pour I'accomplissement d'une chose. Les
delais sont fixes par la loi, par ceux de la cita-
lion, d(e l'ajournement, de la proemption, de cer-
tains jugrements et do plusiours procedures, etc.
Quand ils sont 6tablis par le juge, les jugements
qu'il prononce les renferment. Quand c'est par
une obligation, ils no lient quo les parties, sans
engager I'autorite du juge.
L'inobservation des d6lais entraine plus ou
moins nullit6 ou dich6ance. Ainsi quelqu'un est
assign A comparaitre au tribunal civil dans une
affaire de droit commun A un delai moindre que
Ia huitaine. S'il y comparait, il n'obtiendra pas
valablement la nullit6 do I'assignation pour inob-
servation du d(lai. Tout ce qu'il peut fire, c'est
de demander ia jouir du bcneficeu d!ai. Mais
si 1'acte ne comportait pas de (d lai, il serait do
droit nul. Cela s'explique: l'article 71 du code
de procedure civile prescrit, a pine de nullit6,
un dMlai pour comparaitre ; mais il neo 'a pas de-
termin6; de sorte que si le demandeur fixe le
dMlai de trois, de six jours a comparaitre et que
le d6fendeur se pr senate l1'expiration, il ne lui
est pas facile d'obtenir la nullit6 de 1'assignation.
L'article 82 du mrme code, qui fait connaitre le
dMlai, qui est de( huitaine franche pour les per-
sonne.s domiciliies en Ha'iti, n'est pas prescrit A
peine de nullit6 et 1'art. 951 defend de supplier
les nullites non specialement prononcies par la









LES CODES HALTIENS


loi. Done la nullit6 d'un ajournement qui com-
porterait un delai moindre que ce!ui de l'article
82 ne serait pas admise. Cependant si centre un
jugement par defaut le d6fendeur faisait opposi-
tion et soulevait la nullit6, des auteurs sont d'avis
qu'il obtiendrait et la nullit6 de l'ajournement et,
par a fortioii, celle du jugement.
D'autre pai't, le juge, par example, prescrit par
un jugement quo dans, tel dMlai, une chose devra
s'effectuer, sous peine de dchlance. Si la chose,
la preuve ordonneo ne se realisait pas, la parties
encourrait la decheance. Un autre example : Une
parties s'engage envers une autreA accomplir telle
chose, un entrepreneur a construire un edifice,
une maison dans tel delai, sous peine de dom-
mages-int6rcts. Le dMlai perim6, s'il est reconnu
en tfaute, il ne peut 6viter la condemnation aux
dommages-intvr6ts. Alais il faut qu'il soit mis en
demeure. Dans les d6lais il faut tenir compete des
terms extremes. Quand on dit, par example,
dans l'ajournement que le d6fendeur comparaltra
a huitaine, dans la huitnine franche, et dans les
citations qu'il se prcsentera a un jour franc, le
premierjour, qui so nomme dies a quo ne compete
pl,", ni le dernier, dies ad quemr ce qui veut dire
dix jours pleins pour l'ajournement et trois jours
pour la citation.
Pour ces sorts d'a.signation, il faut ajouter le
d6lai do distance, qui est d'un jour par cinq lieues.
Les ddlais ne se competent pasd'ordinaire d'heu-
re A hourc ; mais de jour A jour. Lorsque le
premier et le dernier jour du dMlai ne competent
pas, on dit que ce dclai est franc. I1 y a des cas
o0 le premier jour du delai, le dies a quo, ne
compete pas. C'est dans les cas ofi l'on constate
les locutions a computer de, A dater de, depuis,
duns, d'oOi la regle: Dies termini non computatur
in termino.
Ainsi l'article 28 du code de procedure civil







LES CODES HAIfIENS


dit que opposition au jugement par defaut des
tribunaux de paix sera former dans les trois jours.
Cela exprime clue lejugement signifies le pre-
inier Juillet, par example, opposition a ce juge-
ment sera signifi6e le quatre au plus tard. Do
meme I'article 160 du code suscit6 declare que
l'opposition d unjugementpard6faut, renducontre
une parties ayant d6fenseur, ne sera recevable que
pendant huitaine A computer du jour de la signifi-
cation h defenseur. Cet article exclut l'idee de
toute franchise du d6lai.
Pour certain actes, oi le jour f6rii ne compete
pas, si le ddlai expirait ce jour, il n'y serait pas
compris. Ainsi un acte est signifi6 le premier Juil-
let. On a jusqu'au cinq pour le presenter it l'en-
registrement, parce que le d6lai de troisjours est
franc. Si le cinq etait cependant un jour f6rie,
par exeinple, un dimanche, il ne compterait pas
et I'acte serait valablement enregistre le six, con-
formement ii I'article 123 de la loi sur I'enregis-
trement.
Le jour bissextil est 6galement compt6 soule-
ment dans les d6lais fixes par jour et non par
mois. En vertu de l'article 951 du code do pro-
c6dure civil, Io d6lai est toujours augment pour
les actes faits Ai personnel ot domicile. Et cette
augmentation so compete par un jour pour cinq
lieues do distance.
Cette disposition est exceptionnelle ; elle no doit
pas s'etendrc it d'autres cas. Quand il y a copen-
dant voyage, envoi et retour, cette augmentation
sera double sel.n le meme article.
La prorogation d'un dMlai d6termin6 par la loi
ne peut 6tre ordonnie que dans les circonstan-
ces prescrites par elle et en vertu d'ordonnance
ou de jugement, sur une demand doe 'une des
parties presentce avant l'expiration du dMlai. (Voir
les articles 268, 280, 281, etc. du code do proc6-
dure civile)








LES CODES HAITIENS


L,'abrviation du dMlai ne peut Wtre accord6e
par le juge qu'autant que la loi 1'autorise formel-
lement. Lorsqu'un jugement accord un delai
pour une operation quelconque, ce dMlai ne
commence qu'a partir de la signification du juge-
ment, que cc jugement soit contradictoire ou par
dIfaut, article 258 c. p. c.
Parmi les d(lais que les tribunaux peuvent
accorder -e trouve colui de grace, qui n'est fixed
qu'en favour de la parties condamn6e, afin qu'clle
ptiisse satisfaire au jugement, don't 1'execution est
pour cc fait suspendue. Co d6lai no commence
que du jour de la prononciation si lejugement
est contradictoire et de celui de la signification
par un huissier commis, s'il est par dl'aut. ( Voir
articles 129, 130 du code de procedure civil ).
Pour que le delai course par rapport au jugement
par d6laut, il faut la commise d'un liuissier, soit
par le jugement, soit par l'ordonnance du juge
competent. Autrement cette signification ne se-
rait pas nulic ; mais elle ne ferait pas courier le
d6lai. Cc ddlai, d'ailleurs, ne suspend que 1'ex6-
cution force sur la personnel ou sur les biens du
condamnd ; il n'empche nullement les actes con-
servatoires faits par le creancier, aux terms de
I'article 132 du mnme code.
Nous venons de voir les difforents delais pen-
dant lesquels une pa tie no peut rien effectuer.
Maintenant il y a des jours o0 il ne lui est pas
permis d'agir, i moins d'un eas urgent et encore en
vertu de l'ordonnance du juge. C'est pendantles
jours de fotes 16gales ou constitutionnelles et pen-
dant la nuit, aux termes desarticles 73, 681,958 etc,
du code de procedure civile. Les jours de f6tes 16-
gales ou constitutionnelles sont: le premier jan-
vier et le premier mai. Toutes les significations
faites cesjours, A moins d'urgence et d'ordonnance
du juge, sont nulles d'une nullit6 d'ordre public.







LES CODES HAITIENS


CHAPITRE XVI


Des peines altachees a l'inobservation des formality
des actes, a l'inaccomplissement des obligations
imposes aux parties ou aux officers ministedriels.

Aucune des nullit6s, d6chdances et amendes
prononcies dans le code de procedure civil, dit
I'article 950, n'cst comminatoire, ce qui veut dire
que les prescriptions de cc code ne sont 6crites
pour rien, que leur inobservation entraine une
sanction inevitable, soit la nullite des acts fails
en contravention i~ cos menmes dispositions, soit
une amende, soit une dechcance. On dit qu'un
acte est nul, quand il content une infraction it la
loi, qui le fait considerer comme inexistant, ou
un vice qui I'enmpecho de produire effect. Dans ce
cas il est repute non avenue et ne peut 6tre l'objet
d'aucune consideration. Cependant cotte nullit6
ne peut etre admise que lorsqu'elle est formelle-
ment prononcee, article 951 c. p. c.
Nous avons vu qu'elle doit etre prononede do
droit quand elle est absolute, c'est-At-dire d'ordre
public. Si elle n'est que relative, il faut qu'on la
demand pour qu'elle soit accord6e.
Lorsque la nullit6 tient a la substance m6me de
i'acte, le juge peut, en certain cas, la prononcer,
quoiqu'elle ne soit pas formellement dcrite dans
la loi. Par example, toute saisie-execulion, ind6-
pendamment de la signature de l'huissier, doit etre
sign6e tant dans l'original que dans la copie par
deux t6moins haltiens et majeurs. Quoique I'arti-
cle 506 du code de procedure civil n'exprime pas.
formellemnent la nullit6 pour d6faut de signature








LES CODES HAITIENS


des temoins, du moins 10 dMfaut de cctte signature
entrance Ia nullitc do la saisio, sur la demand de
la parties saisie.
La d(cheance est la port on la privation d'un
droit, qui nous 6tait 6chu, faute d'avoir rempli
les conditions prdvues soit pour l'exercer, soit
pour le conserver. Ainsi la parties, qui ne s'est pas
pourvue en appel ou en Cassation dans le d6lli
de trente jours de la signifiaetion contre un jugo-
menten premier I :-- nt d u tribunal de paix ou con-
tre celui du Tribunal Civil, est dclhue du b6n6fice
de I'appel ou do la Cassation. La decli6ance prend
la denomination de forclusion (forum, barren, ex-
cludere, e.clure ) lorsqu'elle est la pine d'une n6-
gligence comrnmise par une partic ai produire dans
un proc6s, en vertu d'un dMlai fix6 soit par le
juge, soit par la loi. Cependant nul ne so forclot
soi-mrme. Tout d6lai, ne courant qu'i partir de la
signification d'un jugementou d'un acte, est plut6t
en favour do la parties, qui a fait cette signification.
Toutefois ce principle n'est pas applicable au d6-
lai pour commencer une enque6t. L'article ?57
du code de procedure civil et les suivants sont
formels.
Lorsque les nullites ou les d6chiances sont
pronounces, c'est toujours sans pr.j:udice du droit
qu'ont les parties victims de ces nullit6s ou de ces
d6ch6ances de fair prononcer des condamnations
soit aux frais, soit aux domrnages-int6rets contre
les officers minist6riels, qui en seraient cause.
A c6t6 de ces peines., il y a cell de I'amende
qui formeune measure fiscal, 6dict6e au profit du
tr6sor public soit contre la parties, soit contre
I'officier minist6riel. Ainsi une personnel se pour-
voit en Cassation contre un jugement et n'a pas la
precaution de (1dposer la valour do cinq gourdes
prescrite pour rendre le pourvoi recevable. Elle
encourra d'embic lea d6ch6ance et la condam-
nation A I'amende. Lorsqu'il est prouv6 qu'une






LES CODES HAITIENS 55

omission ou une contravention est I'Cuuvre d'un
officer minist6riel, surtout quand la loi n'a pas
prescrit la nullitd, cet officer minist6riel est con-
damn6 A l'amende, apres avoir Wtd prealablement
mis en cause. Les formalit6s don't nous venons de
parler sont cellos qu'on appelle intrinseques ;
parcequ'elles tiennent au fond, A la substance des
actes.
Les formalities extrins&ques tiennent plut6t a
la forme ou a l'ext6rieur des acts : Telles sont
les formalit6s du timbre et de l'enregistrement
des actes.



CHAPITRE XVII.


Des citations. Des cedules. Des ajourntements.

La procedure en justice de paix forme la pre-
miere parties du Code. C'est un abrC'-, de ce lie a
suivre devant les autres tribunaux. Simple con-
cise. elle a pour but d'6viteraux parties le plus
de frais possible et d'6tablir un moyen rapide,
pour parvenir a toutjugement. C'est on vue de la
simplicity, de la rapidity de la procedure et de
l'6conomie des frais que le 16gislateur, dans l'ar-
ticle 26 du code de procedure, a consacr6, sans
doute, que le minister de I'avocat n'est pas admis
devant les tribunaux de paix, mrme sous la qua-
lit6 de fond6 de pouvoir, cc qui ne veutpasdire
que, comme particulier, il lui est interdit d'y plai-
der ses affaires personnelles, cells de son 6pouse
et de ses pupilles.
II1 est de regle qu'aucune parties ne peut 6tre
condamnee, sans avoir &6t mis en rnesure de se







LES CODES HAITIENS


d6fendre. C'est la 1e but de tout acte introductif
d'instance. C'est pourquoi aucun jugement. de-
-vant n'importo qiiel tribunal, ne peut condamner
iine parties, sans 1'exhibition de cot acte. 11 se
nomme citation ou c6dule au tribunal de paix,
assignation ou ajournement devant les autres tri-
bunaux. Ces mots sont parfaitement synonymes.
Ainsi In citation est 1'exploit par leqiiel une par-
tie cque 'on nomme demanderesse pr'sente de-
vant le tribunal de paix une demand ou y
introduit une action contre une autre, qui est d6-
fenderesse, aux fins d'oblenir contre elle tine
condamnalion ou un advantage quelconque; tandis
que l'ajournement est I'exploit introductif d'une
instance dans le mnime but devant un tribunal
civil,de commerce ou autres. Les articles, 7, 8 et
9 font savoir cc que la citation doit ronfermer,
comment et par qui elle estsignifni, devant quel
juge de paix il faut citer, le jour et l'bhure de la
comparution, b pine deo nullit6. La citation corres-
pond i l'ancienne forrnalit6 des Romains : in jus
vocatio. La citation prend le titre d'exploit, par-
ce qu'il est doe 'essence do cet acte d'6ete signified
par un huissier. C'est comme pour I'ajournement.
La citation devant le tribunal de paix n'est pas
toujours indispensable, parceque les parties
peuvent y comparaitre volontairement. Alors le
juge a pour obligation do faire constater par uft
proces-verbal la volont6 express des parties, de
faire juger leur differed sans la formality de la
citation, art. 12 du code de procedure civil.
Cependant le 16gislateur, en vue de simplifier la
procedure devant les tribunaux de paix, a 6tabli
ia forme simple de la eddule.
La eddule est done. un ecrit sign, du juge sur
un timbre de cinq centimes, pour appeler une
parties d6fenderesse devant son tribunal sur la
sollicitation d'un demandeur pour une valour, qui
n'exeddera pas trente piastres aux terms de






LES ( ODES HAITIENS 57

Particle 2 du code de procedure. Au delay do trente
piastres, la citation est obligatoire.
Les articles 69, 70, 71, 73, 74. 78, 79 et 80 du
Code de procidurec civil traitentdes ajourne-
ments, des matieres qu'ils contiennent et des
formalit6s qui y sont inherentes.














CODE
DE

PROCEDURE CIVIL




1".OI TN o
SUR LE MODE DE PROCEDER
A LA JUSTICE DE\ PAIX

Chambre des Communes, Juillet 183 f, Senat, 17
Juillel. Promulguede Ie 18 Juillet. Abrogde acec le Code
de 1834 par ddcrel d(iu 'urti ime"net provisoire du 29
Mai 1843. Remise en vigiueur par le ronseil d'Etat le
4 Aotl 1845. Modifie'e en direr? articles par des lois
posterieures: 17 Nwrembr/' 1876, 26 Septembre 1895,
20 Aoit 1897, 91 Aoit 1907.


TITRE PREMIER
Des CidIu/e
ARTICLE PREMIER. En mati're purement
personnelle ou mobilicre, lorsque la cause n'ex-
cedera pas Line sornmme ou valeur de cinquante
piastres, s'il n'y a point de titre. le demandeur se
pr6sentera en personnel par devant le juge de









LES CODES HAITIENS


paix, pour expliquer l'objet de la demand.
( Pr. civ. 15, 2-6. )
S'il y a titre, le demandeur pourra se faire re-
prsenter par un fond6 de pouvoirs. ( C. civ: art.
1748,1749, 1751,1753. )

Cet article, qui est extrait de la loi du 17 Novembre 1876,
a modifi6 I'ancien article ler du code de procedure civil. On
voit par les dispositions de l'article que lorsque la demand,
introduite au tribunal de paix, n'excexde pas cinquante piastres,
il appartient au demandeur d'aller expliquer lui-m6me devant
le juge de paix l'objet de sa demand, s'il n'y a pas de titre.
Mais s'il a un titre, il lui est loisible de se faire representer par
un fond6 de pouvoir. Cette prescription du premier paragra-
phe de l'article lerforme une exception A la regle generale: car
il est permis a toutes parties, demanderesse ou defenderesse,
de se faire representer en justice.
Le fond6 de pouvoir, commuriment appel6 mandataire, pra-
ticien en droit, est l'individu nanti de la confiance et de la
procuration authentique d'une parties pour la representer soit
en justice, soit devant toute autorit6 ou officer public et par-
tout oft ses interets peuvent se trouver en jeu. II peut 6tre
constitu6 a l'audience soit par son mandant en personnel, soit
par une simple lettre, ou un 6crit sous seeing priv6 enregistr6,
ou un mandate notario.
On a essay plus d'une fois d'6tablir des lois de r6glementa-
tion des fondds de pouvoirs. On n'y a reussi jusqu'ici.
Un project de loi present sous le gouvernement du g6n6ral
Salomon fut vot6 par la Chambre des Communes et ajourn6
au 86nat. Sous celui du general Hyppolite, ce project fut de
nouveau present au Senat. II n'a pas eu un meilleur sort. En
attendant c'est la loi N 8 du code civil sur le mandate, qui dta-
blit les obligations et les droits respectifs des mandataires et
de leurs mandants. La prafique des affaires judiciaires a 6levd
la quality de fond6 de pouvoirs A la hauteur d'une institution
semi-publique. Aussi a-t-on vu plus d'une fois des juges de paix
suspendre des fondes de pouvoirs en leur interdisant pour un
temps determine le droit de representer les parties devant leurs
tribunaux. ( Voir D. Jean-Joseph, inst. jud : page 189, Mullery,
Manuel de la justice de paix, page 36.)

ART. 2. Si le d6fendeur ne comparait pas de
lui-meme, et qu'il s'agisse d'une some ou valeur
qui n'excede pas trente piastres, le juge de paix lui
enverra une c6dule. Cette c6dule indiquera lejour
et I'hieure de I'audience, les nomsdu demandeur
et ceux du defendeur, ainsi que l'objet de la de-









LES CODES HAITIENS


made; elle sera remise par un liomme de police
au d6fendeur, ou laiss6c au lieu de sa residence
actuelle; (pr. civ. 5, 11, 12. Tarif art. 1e)

C'est en raison de la modicit6 de la demand, en vue de sim-
plifier la procedure devant la justice de paix et de la rendre
moins digpendieuse que le 16gislateur a institute la cedule en
.Justice de paix. La parties, qui ne 1'emploierait pas, en faveur
de la citation, ne verrait point annuler celle-ei ni, par cons(-
quent, rejeter sa deinande;seulemient les frais de cette citation
ne passeraient pas en taxe, c'est-a-dire ne seraient pas a la char-
ge du d6fendeur. qui reclamerait. On voit que les formtalites
indispensables de la cedule south:
1 L'indication des jour et heure de la comparution;
2 Les nomr et prnotih du demandeur et ceux du d6fendeur;
3' L'objet de la deniande.
EUe exige done moins de formalit6s que la citation. La remise
de la eddule par un home de police, qui n'en garde pas origi-
nal, d'autant plus qu'il n'est pas asserment6, pourrait exposer le
demandeur a une veritable chicane et mime a une inscription
en faux, si la cedule n'6tait sign6e du juge de paix,qui, ipso-
facto, en affirnie, par consequent, 1'existence et l'envoi.
La cedule est faite sur timbre de cinq centimes, et expddi6e
apris avoir 6t6 signee du juge, au defendeur s'ans frais A la
diligence du greffe. En vertu de 1'article 73, 8 de la loi sur
l'enregistremeit, elle est exempte de la formality de 1'enre-
gistrement.
La cedule pent Atre dcrite par le juge de paix, par le gref-
fier, ou par le demandeur lui-mime. L'indispensable est qu'elle
soit sign6e.

ART. 3. Si, au jour et t. l'heure indiques. Ic
d(fendeur ne comparait pas, le juge, apres avoir
entendu Ic demandeur, lui adjugera ses conclu-
sions, si ciles paraissent justes et bien fondees.
(Pr. c. 5, 9, 10, 27, 28, 29. )
Si c'est le demandeur, qui ne compairait pas, le
juge donnera congo contre lui.
Dans ces cas les formalitls requises contre les
jugemcents par d6faut seront les mrnes que celles
prescrites aux titre IV de la presante loi. (Pr. civ.
6, 9, 30).

Les formalities de l'article sont tres-simples. Le premier de-
voir du defendeur est de comparditre a I'appel de la justice.









LES CODES HAITIENS


C'est en reason de eettecousid6ration que nul ne peut6tre jug6
et condainns, 'lli n'a 0t appeld et entendu. Le demandeur n'est
nullement tenu de I'attendre une fois le d(lai expire et encore
T oins le Iribunal; d'autant plus que la cMdule est donnde pour
comparaltre a jour et lieure fixes. S'il ne comp-ratt pas, le
tribunal ace.)rdera d lfaut c)ntre lui. D mni&n e, si c'est le de-
niandeur qui necomparalt pas a son tour et ne present au-
cune excuse l.gitime, le j'ie donnera c mn', centre lui et ren-
vrra le d '-.i i Iur( de la denuinde.
Pourque l'affaire puisse otre intro:lnite au tribunal de paix,
il faut au prdalable qu'elle ait did mse au r61le, appel6e et re-
tenue.
La loi sur le tarif des frais N p1rcevoir dans les tribunaux
n'en pr'voit aua in pot'r la niise au r6le au tribunal de paix.
No 1 Aux termesdo 1'article 3, 20 alineasus-
vis6 du code de procedure civile, ii est prescrit
que si c'est le demandeur qui ne comp.,rait pas,
lejuge donnera cong6 contre lui. II est constat6
par le jugement que Stil Fleurimont et Pharnas
Brutus, demandeours n appel, ont fhit defaut, cc
qui fail supposed, dit le jugement, une renoncia-
tion iA leur acte d'appel du 19 DNcembre 1903.
Dans cc cas le tribunal n'etait pas saisi de leur
demanded. En donnant defaut centre eux et leur
avocat, apr's sommation et en renvoyant pure-
mnent et simplement Proplieto Jean de I'appel in-
terjetd, les juges ont sainement appliqud I'art. 3,
2me alinka du code de procedure civil ct n'ont
pu commettre ni excCs de pouvoir, ni violation
des articles 22 ct 17, procedure civil. Par ces
motifs le tribunal rejette etc., (arr't du 6 Fivrier
1908. Gaz. 1' Mai 1908. )
ART. 4. Si les deux parties comnparaissent,
elles seront respectivement entendues dans le d&-
veloppement do leurs moyens et le juge pronon-
cera audience tonante. ( Pr. civ. 5, 10, 12, 13, 14, 15,
16, 17.)

ART. 5. Dans les cas prcvus aux articles 2,
3 et 4 ci dessus, ii sera fait mention du tout au
proqes-vgrbal d'audience.









LES .CODES HAITIENS


TITRE II

Des Citations

ART. 6. Toute citation devantlejugode paix con- C.P.C.
tiendra la date des jour, mois et an ; les noms, F.
profession et demeure du demandeur, les noms, Art. ier
domicile de 1'huissier'; les noms et demeure du
d6fendeur; elle 6noncera sommairement l'objet
et les moyens de la demand, et indiquera le
juge de paix qui doit en connaltre et le jour et
I'hcure do la corn parution, le lout a peine de nullil.
La nullite ne pourra ctre prononcpe que par le
juge de paix sur la demnnde du defendeur, ( Pr.
civ. : 7, 8, 9 10, 11, 13, 1., 71. 78. 79, 81, 174, 951,
954. T. 20. 21, 22, 23, c. c. 91.)
Cet article ('ablit la forine de la citation. 11 comprend sept
fornialites distinctes :
La premiere a trait A la date de la citation. Cette date est
indispensable. Elle fait savoir si l'exploit a Otl signifid en
temps utile, A un jour qui nest pas nne fate PLgale, et si le dd-
lai A comparaltre a Wtd observe par Ia fixation du jour, a partir
duquel le d fendeur est mis on denieure de se dOfendre an tri-
bunal. Il n'est pas neessaire qu'on ajoute dans 1'exploit 'houre
A laquelle il est signified.
La second foruialit6 comprend les prdnom et noin du de-
miandeur. 11 faut que le dhfenloeur connaiFse liien, sans do"te,
celui qui le met en cause, afin que, s'il est oblige envers lui, il
puisse se libdrer, en 6vitant les chances d'un proc's. 11 faut
encore qu'il sache si son adversaire a le drcit de 'ainener en
justice. Enfin il doitotre en inesurede se renseigner sur la per-
sotine contre qui il est appe! A diriger ses defenses, s'il est
oblige de rdpondre A l'actiot.
La profession du deinandeur est encore indispensable ; elle
oontribue A le faire connaltre.
Jug6 qu'il suffit qu'on insMre dans la citation la quality de
proprictaire, considOrde connue une veritable profession, pour
qu'elle puisse valider.
La troisibme forinalitd vent que 'huissier soit d(lsind par
ses prdnom et nomi, et son domicile, afin qu'on sacho s'il a
competence, pour instrumenter dans le lieu de la citation et











64 LES CODES HAITIENS

quo la parties cite puisse au besoin s'adresser & cet officer
ministdriel, si elle ne le veut faire au demandeur.
La quatribme est ddictee, afin qu'il n'y ait pas de doute sur
la personnel du defendeur. On ne peut pas, A la rigueur, exiger
son pr6nom, A moins qu'il n'y ait plusieurs individus portant
le m6me nom que lui, auquel cas le prdnom du defendeur se-
rait indispensable.
Le demandeur n'est pas tenu de connattre le domicile du
defendeur. C est pourquoi le lgislateur n'exige que sa de-
ineure, qui 6quivaut alors A sa residence, A son domicile.
On n'est pas tenu d'insdrer dans la citation la profession du
defender. L'article 6 ne 1'exige pas ; c'est la preuve qu'elle
n'est pas nWcessaire.
La cinquiume reclaine l'expos6 sominaire de l'objet et des
moyens de la deniande. Ce libell6 est indispensable ; il permit
au d6fendeur de savoir pourquoi il est appel6 en justice et de
prdvenir le procos, s'il reconnait le bien fond de la demand,
on de preparer sa defense, au cas ott il contest cette demand.
L'expos6 doit Otre clair, concis et simple. Le vague d'une do-
mande serait cause de la nullit6 d'une citation.
A l'audieuce, apres l'dvocation de la cause par l'huissier de
service et la retenue de cette cause par l'une on l'autre parties,
le demandeur, soit par lui nmeme, soit par son fond6 de pou-
voir, s'il en a constitu<, prdsente sa demand, par la lecture
de la citation. 11 pent la ddvelopper, la modifier, en augmenter
m6me les moyens dans les termies de la competence du tribu-
nal. Mais il ne peut y introduire une demand nouvelle, qui
n'aurait pas Wtd comprise dans la citation. C'est pourquoi si la
demand est d'une somine d'argent. il faut que la citation en
fixe le quantum, car toute demand indaterminde est de la
competence du tribunal de droit common, c'est-A-dire du tri-
bunal civil. Si c'est un objet corporel on l'*svalue. S'il s'agit
d'une action possessoire, d'une usurpation de terre, d'un trou-
ble de droit on de fait A la possession, il est encore utile que
la citation donne la designation de la situation et de la'nature
du terrain ou de l'hdritage. afin qe le defendeur puisse pre-
senter sa defense en connaissance de cause.
11 est necessaire au surplus que si le demandeur agit en ver-
tu d'un titre, d'une convention, d'un fait, d'un article de loi
quelconque, tout cela soit sommairement exprim6.
La sixieme comprend l'indication du juge de paix qui dolt
connaltre de la demand. Cette formality ne veut pas dire
qu'on est oblige d'ins6rer dans la citation le noin du juge, qui
doit juger ; car A d(faut du titulaire un supplant de juge do
paix peut connaitre de la demand. 11 suffit qu'il soit mis dans
]a citation : A comparaitre au tribunal de paix de.... et par-
devant Monsieur le juge alors en siege. De cette faon le but
de la loi est atteint.
Cette indication est utile, afin de permettre au defender de
savoir si le juge est competent pour connaltre de la demand,
s'il n'y a pas en sa personnel matiere a recusation et si encore
il est celui que la loi designe.









IES CODES IIAITIENS (')

La septienie et derniere formality( de la citation conbite dans
l'indication du jour et de l'henre de la comparution, ce qui
veut dire que la citation doit 6tre donnue A jour flxe et A heure
fixe.
L'expression vague, A, comparaitre dans le d6lai de la loi,
que l'on insarerait dans une citation en lieu et place du jour
tixe entraine la nullit6 de l'exploit.
On a vuii in e un tribunal de paix annuler une citation qui
contenait, au lieu du jour fixe. expression aI comparaltre A iun
jour franc, dtlai de la loi.
II est A remarquer que P'article 6 content cette expression
formelle que ne content pas article francais correspondent :
le tout it peine de nullit,, i A prononcer par le juge de paix,
sur la demanded d(fendeur.
Done 1'omission d'une seule de ces formalities, quand elle est
prouvee, doit faire annuler l'exploit.
Les formalities continues dans cet article se nomnment intrin-
seques et tiennent a la substance mniee de 1'exploit. Celles. qni
consistent dans l'emploi dn timbre n(cessaire A l'exploit, dans
F'enregistrement et le cofit a y insurer, se nomment extrins&-
ques.
Ces dernieres formalitis, sauf I'enregistrement, ne sont pas
prescrites A peine de nullitO. 11 y a une amende centre le con-
trevenant pour dlfaut on insuffisance du timbre prescrit et
une amended 6galement pour l'huissier qui aurait omis de met-
tre le cofit de l'acte au has de l'original et de la copie.
La citation devant les juges de paix, dit Bioche, est, en gen6-
ral, dans les causes de sa competence. soumnise aux mines rigles
que F'ajournement Les nii,'in, ,n it it-, les ont fait 6tablir, sauf
quplques mo(lifications qui tiennent 1 lIa nature sp'-ciale de
l'institution des justices de paix. Ainsi la modicitti des int6rlts,
le pen de lilli.-iu tt des questions qui s'agitent en g(l.'-;r:il, de-
vant cette jurisdiction, rlclamaient des forces plus simple,
plus rapides. mnoinws dispendieuses (iue cells qui sont exig(es
devant les tribunaux ordinaires et une execution moins rigou-
reuse des prescriptions de la loi. ( voir t hlave-ii Adolphe,
tome ler, page 3; Boitard, tome ler, pagcs 5:5, 586, code de
procedure civil franqais. I). Jean Joseph, l'iai 16(2, 163, des
institutions judiciaires en Haiti, Mullery, Manuel de la justice
de paix en Haiti. pages 27, 28, 29."
Quoique l. citation soit a jour et iA here fixes, on pr6voit
dans la pratique qu'aux jour et heure indiquns pour la com-
parution, l'affaire pent ne pas (tre entendue, soit par la ,multi-
plicit6 des causes djhA au r6le, s)it par manque d'audience
Alors. aprls avoir Iix4 les jour et here de la coinparution, on
ajoute : A defaut d'audience au jour et heure fix6s, on faute
de voir appeler 'affaire an tribunal, a snirre les ui,,li. ii, ., ul
tdrieures du mnime tribunal toujoursh ..... here d .... jusq u'i.
l'6vocation ddtfnitive de la cause. D'autre fois, en vue d'Ovite."
une surprise, si l'on voit que l affaire ne peut passer an triblu-
nal au jour indiqu6, on demand et on obtient une remise t








LES CODES HAITIENS


jour fixe, le d.eItiideur et le demandeur presents ou 1'iun d'eux
dfiluent averti.
l)e cette facon la citation n'est plus consid6rce come ino-
p6rante ; parce que l'affaire n'aurait pas (td entendue aux
here et jour fix6s.
A ce sujet, nons renvoyons sous l'article 71 du code de proe6-
dure, a une circulaire du ( r ni Jug'e provisoire, Voltair%, con-
cernant. les ajourlinelens reit(r&s par suite de l'dehdance du
ddlai de comparition, sans que 1'affaire, qni a donni mnatiere A
l'Fa; i- ;,atin. ait pass au tril nii l Cette circulaire date du
1i .1 niin 1. ', N' I 1' du r. .-il des lois et actes de feu Linstant
Pradines.

1 Lorsque *1, valit le jirju de paix et Ai propos
d'une contcstatliiio relali -. it uIne operation d'ar-
pentag), Ldnns lanlul'-, la re.-ponsabilit6 de l'ar-
pent ,,r e t o: _. ,g ,., celui-ci intervient volon-
tairte ont, -,ii- citalii. pli'alable ct p)rend des
conclusions, il (st ,al vnu 1i demaInder on appel
In nulliiie du jI ii!t (IuL tlil)unaIl de paix, qui le
conldamnle pour inl ,ction tux rgles dI so pro-
fession ot .-k .-- oi'- lo I, 't,-xte cq il i 'aurait pas
tdi rnigtulievtmenl apprk'.. Ar. do cessation du 23
Juin I .6, Gaz. d(es tribunaux, l1"Sept8lU6 p. 316.)
20- I.juge (d paix, (qui annule la citation A
comphraitr' devaInt lui, don Ml.'r ;n do(Ifendeur, est
de(-sanii de la demnal- et (ne peut pins I'exami-
1101r ns exC('s do I)ouv\Oir.
l.e -u.-inent (|Ui. sur I'app)el de la decision 'en-
due en contrivention a ce principle. confirlne cette
decision, viole les rngl, -. de la com)p6tence et
comImt un e xcs de poI)voir (AI du 11 Avril 1905.
Gaz des tribune ux, 1e" fLv. 1906(, p). 11 )
8' II r Isulte des arti' I s 6, 71 et78 pr. civ. que
l'ni-i' r n'est tenu do mentionner dans i'exploit
d'ajournement que la quality de la personnel ia qui
il a remnis la copies pour la personnel absente de
son domicile et I'expr'-s-ion des rapports qui en
r0sultent. 11 est inultile de mentionner le nom de
la personnel, qui a recu Ia eopic de 1'exploit.
l.o tribunal civil de.... n pourtant annul une
citation (onn'nIe a l'effet do vider une opposition A








LES CODES IIAITIENS


arpeninge, sous le pritexto que I'lluisier n'n pas
d(lsignd noimnativemnent 1c ils do la personnel
citee nuquel copic a 6t1 hbhisske pour elle. En ['ii-
sait de cette d(,signalion la condition essentiollo
d( la v lidit6 de F'acle, les juge du tribunal ont
excdo leurs polvoi:s. fintssement intcrprclt et
faussement applpilu6 le-s articles ci-dessus vi>('s
du code dc proccidure civil.
L'arti,il 25 de la loi sur I'arpentage, en (lisalt.
que la pIarlie oppo-ante sera oblige6 de fair vider
le litigoe (dans le dilni d-es ajournlenl nis, na pas
prescrit le delni (10e uitaine e e l'article 82 pr. civ.
pour ce, fair, hi peine dc forclusion. lEn declarant
done que la panric o))posnnte nO pout plus exercer
le drnit (lie lui con'0 re' 1 'article sus-visV parce
qu'ellec a lra it in trod nit son an 'ion aprin s tI delai
indiquct e tribunal civil de.... a substitt sa \'o-
lonto I celle d Ina loi.
II n '(sl atlt ill un excIs' d polu voir pal fIuss in-
terpreltion el ( falIssO al)pli(ation do l'a" ticle 25 de
laloisur l';r)pennage. (Arrit du 1I Janvier 19,).
Gaz. des Tribunaiux, 15 Janvier 1')07, page (
An-ir. 7. En mnatiere purmenti personnelet on C.P.C.
mnobliliire, la citlntionl sera dolnine devant le jgce F;
(Iu (domicil(e d(1 (d fendeur; s'il n't pa-; de (d micile, Art. 2.
d(levant le uge de sa sidence. ( Pr. civ. 8. 12,
59, 69, 79, 5o, c 91. 430, 431, etc., 919, 920.)
A 'r. S. El le sern devani le jt ge doe I situa..- C.P.C.
tion de I'objet litigieux, lursqcL'il s'agi : 5 9. ) F.
Art. 3.
1- Desactions pou rdol m mnges b" i is a u x champs
fruits et iecolles,soit par des personnes, .oit pnr
desaniman x. P 'r. civ 6, 9, 71, 9 1i., c. c 1996,
1997, 1169, 1170, 1171 ; (c de ral 2, 7. 15 10 ,
31, 32, 33, 31. 36, 41., 47, 48. code penal 3065.36.
367, 368, 39, 370. )
2 Des d(placements do bones, des usurpa-
tions de terre, arbres, haie., fosds e( autres clo-










LES CODES HAITIENS


lures, commis dans I'annee ; des entreprises sur
les course d'ean, commises pareillement dans
l'ann6e et de toutes autres actions. ( Pr. c. 31, 32,
33, 34, 35 ; c. c. 518, 519, 521, 522, 523, 524, 525,
510, 541, 542, 1496, 1497. 1538. 1996, 1997; c. p6n.
375, 376; code rural. 10, 11, 12, 14, 18. )
3 Des reparations locatives des maisons, ainsi
que des fermes ou habitations rurales. ( Pr. civ.
9, 717. 718, 719, 720 ; c. c. 1523, 1524, 1525, 1526,
1869; c. r. 27. 28, 29.)
A1 Des indemnites prdtendues par le fermier
ou locataire pour non jouissance, lorsque le droit
no sera pas contest, et des ddgradations all6-
gu6es par le propriktaire. ( c. c. 1482. 1483, 1490,
1491, 1492, 1493, 1494. 1496, 1497, 1498. 14P9, 1500,
1501, 1502. 1503. 1506. 1512, 1539, 1543. )


Le 16gislateur, en 6dictant cet article, qui est comme une exs
ception A 1'article precedent, n'a eu en vue que l'intr&t de
parties. En effet, quel juge est plus a mame do juger avec con-
naissance de cause que celui de l'objet litigieux ?... D'abord, A
proximitI des lieux, 0tant cense mieux les connaltre, ilest plus
en insure de rendre iune decision equitable. conforme au droit.
Ensuite il y a 6conomie de frais pour les parties, de sorte que
'le but de institution des justices de paix, qui veut la prompted
expedition des affaires et 1',conowie dans les frais, se trouve
ninsi atteint. A ce propose nous citons volontiers quelques pas-
sa-es de Chauvean Adolphe, tome 1, page 16, sous 1'article 3
du 'ode de procedure civil fran;ais: Ces diverse dispositions
Stablissent autant d'exceptions al la maxime rappelee sur le
prc(ldent article: Actor'sequit rforv n rei; et commelui elles
S. ont *.l in'lij -. pour motif I int'',.t des parties.
S Les a 1.:ir'.., donit il .ait ) penvent. en effet, exiger de lapart
. dujugedes connaissances locales, pour qu'il v de l'objet litigieux, afin de decider plus 6quitablement. Or les
parties seraient (videmment exposes A des frais beaucoup plus
Sconsil(dral)les, si la loi leur donnait pour juge celui du domicile
Sde l'une d'elles. NCanmnoins la disposition du deuxiome para-
graphe n'est pas une exception a celle de l'article precedent ;
puisqu'elle s'applique a des actions qui ne sont ni purement
personnelles, ni mobilieres. ,
Lorsque le terrain litigieux se trouve situ( dans le resort de
deux justices de paix, le demandeur peut citer le defendeur
devant le juge de son choix, comme en matiere personnelle.
( voir Boitard, tome 1, section 8, sexies.)







LES CODES HAITIENS


1 Los juges de paix no connai--,.jt quc des "
actions personnelles et mobiliires do leur corn-
petence: cello porteo devant le tribunal do paix
de... ayant eu pour objet la remise d'un immnou-
ble constituait une action immobili6re de la com-
petence des tribunaux civil: on la jugo;-it co
tribunal est sorti de la limited de sa competence.
(Ar. 8 Juin 1886. Bull. A. Bourjolly, page 93, No 53.)
2 En attribuant exclusivement aux ,jI!e- de
paix la connaissance des actions possessoi ,.-, ar-
ticle 8 du c. p. civ. et de colles en nullite d'opera-
tion d'arpentage, article 40de la loi sur 'arpentage,
le legislateur los a soustraites i lajuridiction or-
dinaire, et alors il no pout pas dtre permits aux
parties de franchir la ligne d(e dnmai cation qu'il
a ainsi tric,'.c. Dans tous los ca, I'incompn tence, a
raison de la mati(er, est dans co cas absolue, puis-
qu'elle tient ,s-, tit element ta l'ordre I)ublic, le
judge 6tant oblige de d6clarer d'olfice son incom-
palt<'n:.-, art. 17t du code de procedure civil.
Dans 1'espkce il s'agissaitentre les parties d'une
action en nullit6 d'opdrations d'arentage, qui
auraient porter le trouble dans la po-,'.--ion des
dites parties, qui demandaient ai 6tre maintenues
dans cette possession avec dommages-intfrets.
Cette action ainsi former est essentiellement pos.
sessoire, et si, pour appuyer leurs droits a la pos-
session qu'elles dissent avoir, elles ont excip6 d(
leurs droits de proprited, cela ne pourrait en rien
changer la nature de F'action possessoire, qui est
de la competence du juge de paix, 6tant donn6 le
droit pour les parties de se pourvoir au p6titoire
apres le jugement de I'action possessoire. Lc tri-
bunal civil de I'Anse-a-Veau, devant lequel cette
action a k6t porter, aurait do d'offlce so declarer
incompetent, 'art. 171 du code de procedure civil,
et, pour ne l'avoir pas fait, il a viold les regles de
la competence, ce pourquoi son jugement est nul.
( Arret 19 Avril 1904; Gaz. 1er Juin 1904.)









LES CODES HlAITIIENS


C.P.C. Ai'ri icI.L. 9 l.n eitlion sera nolifl("e pnr l'huis-
F. Ci dC In justice do pn\ix du d(Vlendour ; on ens
Art. (1empllIcclelIlnpil. pr.) colti (uiii -crl( commis par
I juge: copi )ie on scrl l iss.e i In pnrtin; s'il ne
SI'L1IVO cp)Ci'somcll i SOn il s onlicilo. In copies sera
I;i-'scc. s;ivoi: dnni les vill oil lbourgi-. i I'offi-
(ic..r do( police; ot, (I;nnls Ics scctliollns urnl.S, t I'ot'-
ficiei (!i In pl) icoe (ii clliitol : ic. iu ,iS, visorollt
original Iias f'nis; ('ii cna'- (Yl InjelAiollel t, a
c(lIui {(lii r'mpi)nl;acoA c lCeo ,nltrit t( I'liuissier
fern I million d( Inl peroiSo)lii' ( ili In cillttioil niui'a
I(i 'l m1iis P ll '. civ. 10). 11. 7(. 78. 7 80, 8:1, 15',
952, 957) ., 958. 9i, C. c. 91, 92. .):, )i; T. 20(), 21, 22


1 'hAnissier de lat jus;is le l1 paix 110 porra ilnstruinenter ni
pour ni (oilitre ses iparelits en line droite. ses fr.'-res, souirs et
alli ;s mii ,inI- (plegri. Le 16tisditeur, on p)r,'cri'nnt la notifi-
cation de la citations par Luli hnissier. a vonuli laisser A la jus-
tice la certitude qn(e la copies en est )iNrvcnuie an defendeur,
p)isqui I 'hissier est un officer ass(rlnen( quni, en vertu de
]a loi, a coimp()ii fice pour i-nili .r les aotes de son mil'nstbre
dans I'dtendlue die a jurisdiction l(gale.
Etant cru jusqui'i iniscription <1( fax, il est cens avoir re-
ilis la citation, lors(hique <1nns 'exphloit se trove la preuve que
les fornaliths exi-ecs pour sa validity out 'ti' reinplies. En di-
sant qii'elle sera remise par I'hlissier de la justice de paix du
domicile dn dcfeiideur, la loi fait ressortir par consequent que
si le defenrdenr n'haiitait pas le iniie doinicile que le deman-
deur celi ei i pourrait pas employer 1'huissier de son propre
domicile, A iinoins d'exposer son acte A ktre annul(.
Aiusi q(velhu'un deiiieure aux Cayes et vout faire citer un
individii domuicili ai Port-Salut, au tribunal de paix des Cayes,
il ne pourra iso servir (l'n ihnissier des Ca yes. (qui est incoinp-
tent: i0nis hien d'un huissierdn tribunal de paix de Port-Salut.
Sil y a eimiip)elinemet, dlit l'article 9. la citation sera notified
par nn uissiier coiiiinis par le jug'e de paix. Par exemnple, les
dei\x linissiers de la justice de paix des ('ayes so trouvent dans
l'imiipssihilite de signifier un exploit de la jurisdiction de ce
tribunal, la parties intliresse n'a qlu'a prseiiter nne req(uete
an jogie de p);ix q(i coliiiiet A cet effet ni linissier dlu tribunal
civil et celuii ci, en vertu dle la cddule de comninise du juge, fera
deals actes valables
La citation sera laiss(e A la parties trouvee en son domlicile,
on ailleurs pourvu que l'huissier soit stir que c'est elle-m 6me.
S'il ne trouve pas la personnel en son domici'e, il la remettra
a, 'un leess parents on serviteurs, mais au domicile et non ail









LES CODES 11AITIENS


leurs. An cas oft il n'y rencontre personnel. il laissera cette co-
pie dans les villes on bourgs t l'officier de police, dans les sec-
tions rurales au chef de la section, on a celui qni reiiplacera
l'un ou l'autre, lesqnels viseront, continue l'article, I'original
sans frais et mention sera faite par l'huissier de la personnel
A qui la citation aura et' remise. On voit bien par la que q(nant
& la citation point nest besoin pour I'huissier de s'adresser au
voisin, au cas oft il ne tronve personnel anu domicile.
L'huissier ne doit point pour ine bonne raison instrnmeliter
ni poir ni centre ses parents an degr16 prohibW. La loi a pour
but d'6viter les faiblesses qn', ititrii... I'affection entire parents
et les iniiities qu'engendrent les proces dans les families.
Nous constatons qu'il y a tine .ilf, r i.arqu(I entire 1'arti-
cle 9 du code de procedure civil t iti.n et l'article 4 corres-
pondant du code de procedure civil fran(ais. Celni-.i n'0ta-
blit la prohibition que pour les parents, ee qni laisse entendre
que l'huissier pent instrumenter centre eux.

ART. 10. I y aurn uil jour nu moins entire C.P.C.
celui de ia citation et l jour indiqu(I pour la coiM- F.
partition, si la partli citc r- t domicilihe dlans la Art.5.
distance de cinq lin Pr. civ. GO. 61, 82, 975),
c. c. 91, 92. )
Si ell e-.ii domicili(e au deli de cette distance,
il sera ajouti Ul Jour pour cin. 1ii. ii1 (Pr. civ.
11, 72, 82. >:, 84, 151.
Dans le oC i les d(fl.is n 'au'rot point etC ob)-
servs, si i en no (: C i.1pa'nit pas-, 10 juge
ordonnera qu'il -i i 1 r(.as-_i et les frais de la
premierO italti on) ront a la cl,. ,ri du deman-
deur. Pi. civ.,3, 27, 70,. T. I'-

Le ldgislateur, en disant q Uil y aura aul moins oin jour entire
la citation et la coimparution, entelnd n jour franc, c'est-a-
diretrois jours. Ainsi le jour de la iti.-i loe :. a quo et
celui de f'lch(lance le ties 1 .i, coinptent pas. La cita-
tion est donnee le cinq i ...i. : le sept. Si le d6fendeur
deineure A la, distance doe inq I:.- du -i.:.* du tribunal, le
d6lai est compris dans le jonur franc. Done q('il deenture dans
le lieu oft -i.'.- le tribunal ou dans la distance de cinq lieues,
le delai est toujours le mnme et le demandeur ne peut l'alrd-
ger qu'en vertu d'nne ordonnance du jugoe de paix.
. Lorsque le defender demneure au delae de cinq lienes de dis-
tance du siege du tribunal, on du lieu out il est appeal, par
example, dans uno descent ordonnee par jugement, a une
.opSration d'arpentaga, ce d6lai doit dtre auginent6 d'un jour










I.Eb CODES HIIAL'i NS


par einq lieuts de distance. Si cette distance nestt pas de cinq
lieucs, elle devra toujours 6tre consid6rte conmme cello de cinq
lieues et devra comprendre un jour.
Quoiqne cet article ne parle pas de fraction de lieue, il est de
sane jurisprudence que toute traction de lieue doit 6tre sup-
putee ponr une lieue et que toute personnel aplelle en justice
doit non seouleinent avoir le temps indispensable pour comipa-
raitre. mais encore pour 6tre en mesure (de e d('eledre, la d6-
f1nse Otalnt de droit natural.
La citation peout Itrie doln(-e a un d(lai p1lus long que celni
fix6 par la loi. La bri'.vet( (:u udlai In'et et;l-li. quen faveur
du demandeur. Le mot moins d( 1Farticle 10 1'exprime suraboin-
damnnent: il nie )pent la donner a ni dulai plus court. S'il le
faisait et que le .1 fil.iir ne coniljiart pas, le jiige ordonne-
rait Ie roas&ignn-i puremeint et similm)!ient, et les frais de la
premii're citation restoraient -i la charge du demandeur lui-
li11( e, 4.1n1 f son recou lls conltr lJ I'liIuissier, sil y a lieu. aux ter-
I1e1s tdes articles ]5L 2" et' 01-. dlu code de pro i, dlure civil.
Si le (thl(fe'deur co1mparait an tribunal sIur u d(lai trop
: court, rI'sigii( ne sera pa11 ordonni p1ar( e q(n'il aura con-
vert Iar sa;i pvisence informality de la citation; mais le juge
pourra a cord'r uine rminise, sil y a lieu, suir la demnande du
dOfelndoeur.
Lor'q(u10e Ie d1ifldeillr Waura 6t trouv( an il ou sic'ge le tri-
bunal, le d(lai ne sera ips pour cola raccoireci. Si le ddfendeur
lin)itaitt au delA de dix lieies, le dltai tle distance devrait ftro
observe dans la citation; car il poirlrait bien avoir 1esoin de
se retire chez lui pour consul'or seo titres on de recourir aux
lu1iOIres d'autrui, touteC choses lqui nicessitlent du temps.
Line saine jurisprudlence a coln -ane que les articles 83 et 81
du code d(1 piroeddure civil sont applicable en justice do paix.
Lorsqu'il y aura plusieurs d6fendeurs eit6s A divers delais,
le juge n'entendra Faffairequ' l'expiration du plus long, argu-
ment de l'article 154 du code de procedure civil.

C.P.C. AnT. 11. DanLs les ens u1rgent.s, Il jiugeo onnera
F. unle c('dule iiour aI gbi+cg leFcs delais, et pourra
Art. 6. pcl nwtltre de ciler mrncie dans Ie jour et i 'lheure
itdiqt:Cs. (1 C. 6, 10 37, 73, 82, 6i. Gp5, I58. T. 1.)

Le .i'gislateur a bien fait d'avoir permis au juge de paix
d'abr(ger, en eas d'urgence, le delai de la citation ; car une
periLonne pett 6tre expose a voir des int(rkts s6rieux bien
eomircmis. si elle est oblige do subir le d1lai de la citation.
Par example, un ( bjet vendn est kur le point de perir, sans
que 1'acquereur, qii Fa pavy en soit mis en possession. II peut
lierle vendeur deNlant le juge avant la perte, par une citation
A bref dMlai l'autres motifs d'urgence sont susceptibles de se
pr(tenter. Le juge, qui est le seul appreciateur, des cas d'ur-
gence, a la fatality d'abreger ou uon le dMlai dela citation. Eil








LES CODES IIAITIENS


reconnait 1'urgence, il accord une cedul? ou ordonnance abro-
viative de dglai. I1 la pett donner niime pour un jour fNriW,
( Art. 13, c. p. c. ) et a here tixe
La cldule est dispense de la formality de fenregistroiment.
Le dcfendeur pent contester l'urgence de la cedule, demiander
un sursis. Le j oge peut mmue la rdtracter. J1 n'a pas besoin
d' crire lui n(,nme la cedule. pourvn qu'il Ia signe. Elle est ac-
cord(e sur requite a lii adriesscle par le demandeur. II est de
jurisprudence. dlit Mullery. que le juge ne pent perinettre d'a-
breger que le dilai ordinaire de e la comipari'tion et non ce'ui de
distance. A moins qne le d0fendeur ne se trouve sur les lieux.
( Voir Mullery, Manuel de Justice de pai.'. pnge 31. )

1 Le juge de paix. dans les cas urgent, qu'il
apprecie pleinement, est autorise, quand il en est
requis, A d liver une ccdule pour al)brger les dd-
lais, article 11 procedure civil. Dans l'espcce,
en delivrant une cedule pour appeler ledefendeur
quo!qu'il se f .t ag; d'une valeur n'excedant pas
trente gourdes, le juge de paix des Gonalves a
us6d'un droit que lui accord Ia loi et n'-i point,
par consequent, commis I'exces do pouvoir, qui
lui est reproch6. ( Arr.t 26 Mars 1906. Gaz. des tri-
bunaux, lcrJuin 1909, page 38. )

ART. 12 Les parties pourront toujours se pre- C.P.F.
senter volontairement devant un juge de paix: F.
auquel cas, il jugera leur diffdrend, soit en der- Art. 7.
nier resort, si le. lois et les parties I'y autorisent,
soit a In charge de 1'appel, encore qu'il ne soit le
juge natural des parties, ni A raison du domicile
du dftendeur, ni A raison de la situation de l'objet
litigieux. ( Pr. Civ. 7. 8, 17, 18, 57, 891, 892. C. C.
925, 1810), 1811, 1812. )

La declaration des pIrties qui demianderont jugemuent sera
signee par elles, on nintion sera faite si elles ne savent ou ne
peuvent signer. (T. 12.)
Chauvean Adolphe, page26, tome ler c. p). c. fr. s'exprinme
ainsi sur la prorogation de jurisdiction des juges de paix:
Si la comnpartition en justice de paix a presque tonjours
* lieu en exdcution d'une citation notifide, ndanmnoins un tel
, ete n'est pasabsolument necessaire pour introduire Faction.
S1II devient inutile et frustratoire das lors que les de'ix parties-










I.ES CODES IIAITIENS


n se pr6sentent simultanimnent an juge et lui attestent qu'elles
a consentent A lIui sonmettre leur contestation; innis, en ce
a cas, il faut que le juge on son gi-lii.-r reoive sur le champ
a et par ecrit cette declaration, qui remptlace en quelque sorte
" la citation et dans laquelle ipr citi-.'r(liiit il convient d'in-
* s6rer la d(nte du jour om elle est re;nue; les noins, professions,
, et domiciles des deux parties, I'inonciation sommaire de
" l'objet et des moves de la demandle.
a Ainsi constat6e, la dIcli ration anx ternues de l'article cou-
" vre de droit I'incoinpi'teiice rtitioet pj)JrsoXni- e,. si elle existed;
" c'est-;A-dire qu'elle rend le jugede p)nix conip>(tent pourijger
le diff6rend, encore qu'il ne sit pas leur .jiige nature. Bien
, plus la disposition dle la loi acti.-ll. plus etendue que ne
Sl'tait celle de la loi do 17T90. q(ui nie plv(nvoynit ioint Ie caIs ofl
les parties consentiinicent i (tre juig-',tes en deriier resort, les
a aitorise A. proro'er smr ce i'rapp)ort la juridiction diu juge.
* On a pens que les ai.,ir., de la i( comiitence du juge de paix
6 (tant trop considl'ral)lcs et, on gS ral, (elres, il ne suffi-
sait lias de donner anux parties la facnlt6 de s'adresser au
juge de paix, en qui cll auraient plus do conflance ; iais
a qu'il fallait encore pour iiprCvenlir Ieaaiuetop)d'appels, qu'elles
a fussent lil)res de renointetr A so pourvoir de la sorte. "
Sur la question de savoir si les parties peuvent soumettre A
un juge de paix une action persnnelle, quI excederait le taux
de sa colmp6tence, l ( 1ii en premier rpssort, lian\t>an repond
que a le juge de paix a principle de.juridiction en maititre per-
" sonnelle et mobilit're et. ipar coiis(quent sa jurisdiction est
" toujours pir, ,.2,,l'e Mais cette question est controversies
( voir ChauvoPau. toin lee, pi) l 27. art, 7 c. P. fr. )MBioche
don't l'opinion mirite d'etre appr'eei e. s'exprimne ainsi:
a Le juge do paix, devant I.,j I les parties coniparaissent
a sur un simple billet d'avertisseinent, peut dresser procis-
a verbal des conditionlsde l'arraningeient intervene, lors ineie
Sque les parties li savent figner. J.nug toutetois, ajoute t-il,
que le juge de paix saisi ('une doeinaue de sa competence
a n'a pas capacity pour constater seul, sans la signature des
l parties, ['arrangement fait entire el'es en sa presence. (Limo-
a ges, ler Juin 1817.)
,, Lorsque les parties prorogent la jurisdiction du juge de
, paix, leur consenteicment doit itre experts et constat( par
,a crit. il ne peut s'iziduire ldu silence des parties et de Ia no-
inination d'expierts. ( ('ass. 9) Mars IS57, 5 Janvier 1858.)
La declaration des parties q(ui u0111p)'raisseiCt volontaire-
" ment et deinandent jugeinent doit designer i'une manicre
" claire et prtcisp l'objet de leur litige. ((oliemar. 13 Aofut 1828.)
Elle est sign ec Ipar elies ( on patr iine's i'o itds de po1ivoir
" special, Carr6 et Cliautveau N' 31,) on mention est faite si
" elles nepen vent signer. Le juge, u e fois saisi d'une affaire.
" constate seul les aveux et reconnaissanees des parties. ,
La conmp(tence du judge de paix pent (tre prrorogee au delay
du taux sur lequel ce juge pout statuer. ( Trib. Besant;oi, 21
Juin 1844. ( voir Bioche, tome 4, pages.718, 719, t.ome V, proro-







LES COLL- IHAITIENS


gation de jurisdiction. pages 582, 383, etc., Boitard, tome ler,
art. 7, page 598 ot suiv.: I). Jean-Josephinstitutionsjuiidiciaire,
pages 182, 183, Mullery, Manuel des justices de paix, pages 32
et 33. )

1 La coMrnparution volontaire, m~imn r6gul ;re-
ment faite, ni saurait donner attribution au jLiug
de paix clans des inati('es on son incompetence
estd'ordre public. (Arret du 25 Mars 1890, Bul. des
arr6ts. D. J. Joseph. No 14.)

20 Le jugement attacIue no distant rien d'abord
qui monte que la comtnparution des parties a Wtd
volontaire et sans citation pi,',alable, vise seule-
ment, dans l'6num(iration des piji'os ((le consente-
ment des parties, dit-il, d'etre jugees par nous en
dernier r'.--ort.
Dans tous les cas. le juge de paix, il est vrai,
procidint sans citation pr(alable, est tenu desui-
vre les formalities de F'article 12 du code de proe6-
dure civil ; mais l'inui-ecr\ nation de cet article A
1'%gard de la signature ou de la mention qui rem-
place la signature des parties au bas de leur
declaration pour autoriser le juge 'a d6cider en
dernier resort, cette inob.-'\ation constituera
uno violation do la loi ou vice de forme, etant un
d6faut de formality ou de mention, une omission
de constater, A redresser en appol A l'occasion,
mais ne donnant pas ouve'ture A cassation, au
sens de l'article918.
D'autre part, do cc quoe 1 jugement mention-
nant 1'assistance d'un greltier ad hoc no dit pas s'il
a oui ou non pritc serment, le ministcre public
616ve un motif do cassation reprocliantau d(itjuge-
ment, non pas pr''i.-Hennt d'avoir 6tL rendu avec
l'assistance d'un greffier, ad hor (qui n'a pas prte6
le serment exig6, imais bien do ne pas fournir la
preuve de l'accomplissement de cette formality.
C'est encore 1A un difaut de mention dans la rela-
tion des formalities, un vice de forme, une viola-








LES CODES HAITIENS


tion de la loi, qui pourrait etre rclev6 en appel et
non en cassation; il rcsulte done de tout ce qui
precede, qu'il n'v a dans l'espece aucune des deux
seules ouvertures de cassation autorises contre
les sentences des juges de I)aix. ( Arr6t 13 Mai
1890, Bul. des arrdts, I). J. Joseph, No 33.)
' 3 Le juge de paix, saisi dans ses attributions
de police ne peut pas, sans citation reguliere prea-
lable, se transformer eon juge civil et decider
mnme avec I'approbation on le consenteinent des
parties, mimc en ecartant et servant le fait qu'il
reconnait justiciable du tribunal correctionnel,
attend, d6clare-t-il. que cette affaire pr6sente un
double chef. Dans Ic cas meme oil une question
pr6judicielle do droit de proprikt6 aurait 6tW sou-
levee, l'instance civil no pouvait 6tre valable-
ment lioe que par une citation devant lejuge civil
ou une comparution volontaire dOment consentie
et constat6e. 11 y a done exc(s de pouvoir dans la
sentence du .juge de paix de Port-Ai-Piment. don't
est presentement pourvoi. ( Arret du 8 Juillet
1890, Bul. des a'rrts, D. J. Joseph, No 50. )

4.- -L'actedu 16 Octobre 1891, improprement ap-
pel6 proces-verbal de conciliation, n'est ni plus ni
moins qu'un jugement sur comnparution volon-
taire et ce, eu regard aux circonstances dans les-
quelles il est intervene. Comme jugement sur
comparution volontaire, il devait contenir, pour
justifier le consentement des parties, la signa-
ture d'icelles ou la mention qu'elles ne saventou
ne peuvent signer. Contrairement A cc que sou-
tiennent les demandeurs en cassation, le juge-
ment attaqu6 declare formellement que I'exp6-
dition de l'acte du 16 Octobre 1891, qui a passe
sous les yeux des juges, ne contenait pas la si-
gnature do la dame DNvoltine Paul, ni aucune
mention y relative; elle n'a done pas donn6 son







LES CODES IIHAITIENS


consentement au dit acte qui, des lors, ne peut
lui 6tre opposed ; d'ou il suit que le tribunal civil
des Cayes, en prononcant, dans cos conditions,
la nullit6 dc I'acte du 16 Octobroe 191, n'a violet ni
faussoment interpretI aucun text de loi.
C'est en vertu de la promesse de vente du 10
F6vrier 1890 et non sur Line opposition ai une ope-
ration d'arpentage que le tribunal civil des Cayes
a ordonn6 I'arpentage critique et ddsignc un ar-
pentour pour le faire. 11 no peut done pas etre
reprochU au jugement attacqu6 d'avoir viol les
articles 25 et 40 de la loi sur 1'arpentage et fait
naitre, par rapport au jugement du tribunal de
paix des C^ te-aux, qui a status sur l'opposition it
uine operation d'arpentage, une contrariWtd do
jugements : il n'y a cone de co chef ni incomp6-
tence: ni exces do pouvoir. ( Cass : Arret 22 Mars
1892. Voir R6quisitoirc, Ed. tHFraux, No 10.)





TITPE I11

Des atdi( /, r' (e du juge e ppaij et de la o'ei/t/ilion
des parties.

Awr. 13. Les juges do paix jugeront tous les C.P.C.
ours, meme les dimanclhes et fetes. ( Pr. civ. 14, F#
15, 73. Art. 8.
lts pourrontdonneraudience cliezeux, en tenant
les portes Inuvertes. ( Pr. civ. 10.15, 16, 18. Tarif
11, 12. )
Le nut du 16gislateur est de ficiliter les junsticiables. La
prenve, V'est qu'il oblige les jngsg de paix A leur nceorder an- -
dience tons les jours, ii m ine les dimnanches et fates. C'est dire+
suflisamment que les juges de paix doivent s'efforcer, eu res-










LES CODES HAITIEN-S


tant dans leur role, de diatribnuer le pain de la justice avec
empresseinent, dhvouemnent, sans laisser souffrir les inter6ts
des justiciables. Ainsi, il n'y a pas de vacancies pour les tribu-
naux de paix. Cela s'explique. Le peu d'importanee des affai-
res, le pen de frais qu'elles occasionnent et la c6]6ritW avee la-
quelle elles doivent 6tre jug6es, font qu'A c6t4 de l'int6ret des
parties, les juges de paix iitlliln>nt- les r6solvent tout de
suite, d'autant plus que les plaidoiries qui se font devant eux,
sont circonscrites et ne les obligent pas aux etudes approfon-
dies qu'exigent des tribunanx civils les afalir-s de longue ha-
leine.
La disposition de 1'artiele 13, qui vent que les juges de pail
jugent les dilnanches et lrt,, est bonne en ee sens que certain
justiciables, l1oig'grs des villes, peuvent bien, aprCs avoi as-
sistJ aux ceremonies r,:ligicni.--, aller rogler leurs diffcrends
aux tribunaux de paix. Cependant il fant avouer que beau-
coup d'entre eux, retenus A bon escient par un scrupule reli-
gieux, n'en profitent pas.
Pour faciliter les justiciables, le deuxieine alinia de l'article
13 permit aux juges de leur donner audience chez eux en te-
nantles portes ouvertes. Cet article fait voir l'interet dun lgis-
lateur en leur faveur; mais il ne serait pas bon de le prendre
d'une manire trop absolue. Ce n'est done qu'accidentellement,
c'est-A-dire dans les cas urgents que l'on devra en user. Par
ailleurs, il conviendrait que les parties ne soient lies devant
un tribunal de paix que pour les jours ordinaires.
Lorsque les juges de paix donneront audience chez eux, ils
devront tenir les portes ouvertes. La publicity ( des audiences des
tribunaux est non seulement prescrite par l'ariicle 143 de la
Constitution, mais encore elles forment en quelque sorte des
dcoles de droit et de morale oC chacun est en imesure d'appr6-
cier si les juges rendent bonne justice. I)e muine lorsqu'une af-
faire aura 6td mauvaise et que le partictilier, qui aura assist
aux plaidoiries, constatera de quelle facon il en aura 6t6 fait
justice, il en tirera profit pour I'aveni.i.
C'est seuleinent en inatire civil que le jugie de paix peut
donner audience chlez lui; jiugeanten mati6re de simple police,
il ne peut singer autre part jusqu'au tribunal. ( D. Jn Joseph,
des institutions judiciaires; page 187. )
, Circulaire du grand juge Presnel aux juges de Paix de la
R6publique; Etant infi',Ihii que plusieurs justices de paix de
la R6publique se trouvent presque toujours fermdes, parce que
les juges qui y sont titulaires paraissent s'oecuppr incessam-
ment de leurs affairs personnelles, au prejudice du service os-
sentiel qui leur est confi6, pr6venons en consequence, les dits
juges de paix que les bureaux qu'ils tiennent, doivent atra ou-
verts tous les jours de la semaine et notamment les samedis et
les dimanches, jours oaf les habitants de lacampagne viennent
dans les communes pour y fair leurs affairs, depuis huit
heures du matin, jusqu'a onze et depuis deux heures jusqu'i
cinq de ]'apris-midi.
Faisons savoir expressinment aux dits juges de paix que s'ils








LES CODES IAITIlENS 79

ndgligeaient de se coniformer aux dispositions ci-dessus et que
des plaintps fussent portees contre eux relativement aux obli-
gations de leur charge, ilsseraient consid(rds come avoir don-
n5 leur admission et ils seraient en outre personnellelient res-
ponsables et poursuivis, suivant l'exigence des cas, avec toute
la rigueur de la loi. Les eitoyens qui seront dans le eas de souf-
frir de la negligence d-s dits jugesde paix. sont invites a nous
adresser leurs plaintes. R ( Recueil des lois de Linstant Pradi-
nes, tome II. 11 I-.1. N', 63. )

ART. 11. Au jour fixd par la citation, ou convenu C.P.C.
entire les parties, elles comparaitront en personnel, F.
ou par leurs )nd(es de pouvoirs. sans qu'clles Art. 9.
puissent fair sianiieir a11cunes dGfenses. ( Pr.
civ. 19. 12, 20, 6:3, 93, c. c. 1449, 1750, 1751, 1755,
1756, 1757. )

Au jour fix\ par la citation, les parties se p)ir(sentent a l'au-
dience, soit par elles inm'nes. soit par letirs fondds de pouvoirs
et a I'lieure rcglementai re, d6terminde dans !a citation, devant
l juge de paix en 'i assist on non du suippleant-juge de
service, selon q ue ., i ,i i.' est en dernier on en premier resort,
mais toujours du grellier. (,' nii,'il n'y ait pas d'huissier au-
diencier en justice de paix, it est d'usage que le juge mette de
service un huiisier Pt tour de role. I 'audience s'ouvre par la
declaration solennelle qu'en fait 'liuissier d'ordre du juge,
aprs qu'il eUt pris siige.
L'huissier de service, appele ai maintenir l'ordre a 1'audience
sur la requisition du in..i, i-t ot fait I'appel des causes inscrites
au r61e. 11 n'est rien pa2 pour cette umise au r6le comime dans
les tribunaux civils.
11 est facultatif aux parties de ne pas conimparaitre en per-
sonne. Alors iil. choikissent des liersonmes de confiance, a qui
elles donnent pouvoir de les re[)rcsenter. Le pouvoir peut-6tre
donn6 soit sous fornie authentique, soit sous seeing priv6, sous
forne de simple lettre, lieine verbalemient a l'audience, le
mandant alors present; sauf le dernier eas, le mandat doit 6tre
enregistr6.
Donn6 sous seing privet, sous forme de lettre, il n'a pas be-
soin d'etre timbrd. 11 est rdgld par la loi N' 28 str le mandat.
Lorsque le pouvoir est sous seing priv6, le mandataire doit le
certifier veritable, afin de garantir la sinc6rit6 de l'acte et la
vdrit6 de la signature.
Lecture est donnm e de la citation. La parties demanderesse
pose ses conclusions verbales ou ecrites, d6veloppe ou expli-
que sa demand,
La parties dlfeiidere,-,-, par elle-mlme ou par son fond de
pouvoir, prdsente sa defense verbale ou cerite. Bien que les
parties ne puissent se signifier aucune conclusion ou defense,









LES CODES HAITIENS


il ne leur est pas nManmoins dtfendu de faire valoir A ['au-
dience des movens merits et de reinettre au judge des notes et
mimine des milinoires.
D'ailleurs, la senle sanction a la prohibition de signifier des
conclusions o'i d 'fenses consiste dans le rejet de la taxe. Cette
prohibition s'expliq ne par I'intrft que le 10gislateur porte aux
parties, qui doivent faire Ie moins de frais possible en justice
de paix.
Le jugo de paix, dans le but de s'(elairer, pent ordonner la
coinparati on ipersonnelle d'une parties. Si eette parties ne coinm-
parait pas, alors qu'elle possde 111 fon(1 de pouvoirs plaidant
pour elle. le jui einent a intervenir est toujotirs contradictoire.
sauf an juze Af tirer telle induction que de droit de la d6sobdis-
sance de la parties.

1o Loi'osque 1'existence du mandate d'un fond6
do pouvoirs n'a pas 6td discnute par les parties, los
juges CquI dcclarent cO procIreuIr sans inandat,
commettent une faus-c interpretation do I'article
14 du code do procedure civile.
La parties intcre.='e, qui figure en son nom in-
dividuel dans les qualitis d'une cause on elle est
reprcsentec par un fondc de pouvoir oU manda-
taire, no viole pas la maxime e nul ne plaide par
procurer. ) Le jugemenl du tribunal de paix de
1'Arcahaie, en date du 12 ()ot ore 189), content
dans ses qualities et son disposit'f, la pr'euve non
equivoque qu'il a .16 rendu entre parties int6res-
sdes, individuellement nonmmies. Lors done que
sur 1'appel interjet6 de cc jugement, les juges le
(declarent nul pour avoir W6t irregulierement ren-
du entire les parties par procureur, ilscommeltent
in exces de pouvoir, par la violation du principo
de F'individualit6 Pas plus devant le tribunal do
paix doel'Arcahaie, qu'en appel devant le tribunal
Civil de Port-au-Prince, la question de savoir si
Dalzon jeune, qui representait come fond6 de
pouvoir, en vertu de I'article 14 sus vis6, la dame
Elisabeth Imbert, 6tait ou non porter d'une pro-
curation quelconque, n'a Wtc agit6e, Dalzon jeune
n'avait donc pas a justifier de son mandate, puis-
que son existence n'avait pas Wtc discutee. Cepon-








LES CODES IIAITIENS


dant les juges d'appel, pour Otablir quc Ic jugo-
ment du tribunal do paix de I'Arcahlai avait 6t6
irr6guliroement rendu entire les parties par pro-
cureur, ont d6clare quo cc procureur 6tait sans
mandate, ce, en quoi ils ont fausiemcntinterpr(t5
I'article 14. ( Cass. 5 Mai 1896. Gaz. 15 Juillet 1896.)

Art. 15.- Les parties scront tenues do s'expli- 6.P.C.
queravec moderation devant le juge, etdo garder, F.
on tout, Ic respect qui est du- it Ia justice; si ell's Art. 10
y manquent, iejugo les y rappellera d'abord par
un avertissement; on cas do r6cidive, elles pour-
ront 6tre condamnnes uLin omprisonnement qui
n'excedera pas vingt-quatre lihures; elles seront
reQues dans la ml1aison d'a(rit, sur un simple wr-
dre du juge do paix; il en sera fait mention sur
la feuille, d'audience. ( Pr. Civ. I ', 17, 9i, 95, 96),
97, 681, Ins. crime. 391, 3095, C. pen. 183, 181., 185.)

1 L'enmprisonnement fatit on vertu de I'nrticle
15. Pr. civ. n'est I)as arbitrairc et illegal ot no
pett, par suite, servir do fandemnnt a ulne prise
A parties contre le juge do pa ix, qui 1'a o(rdonne.
( Cass. Arret du 8 Mar.s 1892. Pr. civ. J. N. Lcger.)

Art. '16.- Dans !e cas ('insuilte on irr('vdrence C.PC.
grave envers Ic j ge, il en di esseor procCs verbal F.
et pourra condalmner at ni enI)prisonnrnemnt (10 Artt
t1rois jours an plus. (1Pr. Civ. 15, 17, 91, 91, 97,
Ins. crime. 117, 157. C. pen. 183. 181., 183.

11 eat de tonte n4cessit6 que la justice suit entoure du res-
pect qui lui est dO\. Lorsqu'un citoyen est revktu de la fone-
tion de magistrat. est arin6 du droit de juger, itl 'est plus un
simple individu. Quand le inagistrat rend la justice, il est
1'hoiiiie de la loi On peut dire plus : il semble Inmine qu'il
tiei. n la place de Dieu dans son tribunal. Tous les justiciables
doivent A son caractere Mlev6 la deference, la souinission. le
retpeoct. Si quelqu'un s'oublie jusqu'A nianquer aux devoirs
preserlts par les deux articles susecites, et qui sontt d'aillhurs










LAES CODE, I]AITIENS


de bonne education, la loi arme le juge des moyens de punir
le d6linquant
Quand le magistrate de paix prend une decision basee sur les
articles 15 et 16, elle est sans recours et ex6cutoire sur le
champ. C'est done aux parties a prendre leur precaution pour
6viter d'etre sons le coup de ces articles, a moins que le juge
(ui, agissant sans raison, li'aurait pas dress proes-verbal do
l'irr(v6rence grave pr6vue par le dernier article, ne s'expose
a la prise a parties pour vexation et alms de pouvoir dlinent
prouv6s.
Aussi le magistrate. convert par la loi de si grades iminunit6s,
doit-il avoir eette douceur de caraetMre, cette urbanity, cette
patience. cet amour de ses coneitoyens qui, joints a sa fer-
mete, h 1'exemple du respect que lui tout le premier il doit
donner de la justice, de la liberty individuelle, a la sagese de
sa conduite, A la connaissance des droits et des devoirs de sa
charge, font de lui le inodQle des citoyens et des mag-istrats.
En solinue, il doit toujours, dans tous les actes de sa vie pu-
blique, se rappeler ces paroles sentencieuses : Les jug-es seront
eux-mnimes jug's.

-1 Le juge paix ne peut prononcer les peines
port,'. par ces articles (15 et 16, Code. haltien)
qu'autant q ue les faits se passent it 1'audience.
( J. N. Ldger, C. pr. civ. page 11, art. 10.)

2 Mais l'art. 504 C. inst. crim. (394 C. haltien)
l'autori-'- ( -g.ili'i nt a prononcer de plano des con-
(I iiations dans tous les cas oO il procede publi-
quemrent it un acte de sa jurisdiction, loco citato.

C. P, Art. 17.- L'emprisonnement, dans les cas prt-
F. vus par les pricedents artile-, sera execute sur
Ar$.12 le-champ, en vertu du proces-verbal qui devra
fai, mention de la condemnation. (Pr. civ. 15,
16, 22.)

Copies de l'ordre d'emprisonnement doit 'tre donn6e au
condamn(d et transcription on (tre .ir.- sur le registre dirgar-
dien de la miaison d'arrot. (Art. 14 de ]a Constitution 1889, afrt.
446, C. Inst. Crim. Mullery, i-. 35. ..i'niel des justices. de
paix. ) -
Si le fait n'est pas une simple insulte on irrev6rence grave,
s'il prend le earactere d'..it qui inculpe I'honneur on la
d6licatesse du inagistrat, si ce -. nt, par exeiiple. des gestes'
ou menaces, le fait 6tant un delit correactionnel puni par les -
articles 183 et 181 du code p6nal, le juge devra eih dresser .











procLs-verbal et expl)dier l'affaire au ministtre public (hins
les trois jours au plus tard, (art. 11 et 12 c. inst. crime. Mulle-
ry, loco citato.)
Sont al)plicables en justice de paix les articles 94 et suivants
du code de procedure civil (D. Jn-Joseph, page 191.)

Art. 18.- Les parties ou leur. fondis do poli- .
voirs scront entendus c'mntradictoirement. La -o
cause sera jugce str le champ ou a la premiere Art.13
audience; le juge, s'il 10 croit neccssaire, se fera
remettre les pieces. ( Pr. civ. 4, 12, 14, 15, 27,
C. C. 1749, 1753, 1755, loi 26 Septembre 1895,
art. 1". )

Lorsque plusieurs causes sont eiga'0ee devant le tribunal a
une audience dfterniin~e et que le juge ne pent les entendre
touts, il a la faculty de renvoyer celles qu'il ne pent solution-
ner le meime jour, mais il est obli.g de fixer l'audience de ren-
voi. En droit la citation devant Otre a jotir fixe, elle tomberait
sans cette fixation. II1 est vrai que, dans la pratique, la cita-
tion, tout en fixant les jour et here de la coniparution, dit
qu'it idifaut audience ou d'6vocation de l'affaire, au jour fix6,
on devra suivre les audiences subsequentes. ( Voir Chauveaii
tome ler, pages 52, 53, questions 51, 5. )
Lorsque les parties auront plaid contradictoireinent, Ie
juge declare les d6bats clor,, s'il est sut'isanillent celair&. 11
rend le jugenient, stance tenante. Si les parties out fait 6tat
de pieces dout i'exalnon est utile, pour elairer la religion dut
juge, on bien, s'il n'est pas bien convaineu, de niaiiire qu'il
ait A rdflOchir, dtlib hrer, il renvoie le l)rononed A un jour qu'il
fixe. II est vrai que l'article 18 dit A la premiere audience,
mais nous ne persons pas que s'il prononcait sa sentence until
jour post(rieur a la preinidtre audience fix6e. il serait cause de la
nullit6 de sa sentence. Nous eroyons que ceette fixation a pour
but, selon le 1'.i- it 'ir, de ne pas laisser trop longtemps les
parties dains 1 incertitude sur le sort de leur liti,.'..
Si I'af'aire est en dernier resort, il faut pour le prone n1' d(u
jugeinent l'accord du juge et de son supplant. Aucas con-
traire, il devra ktre rendu ji,. iiiul. constatant le partauge
d'opinion et alipelant un autre supplant at les d(pri-tager,
(voir Particle 32 de la loi organique. ) L'affaire sera de nou-
veau plaidde (art. 124 c. p. c.) L'existence hlgale du jugenlent
date du jour du prononei. Avant cela, nlnime apres dt'lil)dr,
il est a l'?tat de project. 11 est, par consPquent, susceptible de
modifications. Rendu a l'audience publique, il devient la pro-
priet; des parties et ne peut etre l'objet d'aucun changeinent,
d'aucuiioe addition.
Le tribunal, qui y ajouterait ou y retrancherait, coinmet


LES (.01[..-, HAII ITIENS










LES COlI*l. HAITIENS


trait un veritable exces de pouvoir. Cependant on convient
que, sur les demandes des parties, il pourrait, lors du pro-
nonce, y faire une simple rectification (voir D. Jn-Joseph
page 193.)


C.P.C. Art. 19. Lorsqu'une des parties ddelarera

Ar4 vouloir s'inscrire en faux, deniera I'6criture ou
Sdclarermt ne pas la connaitre, le juge lui en don-
nera acted; il pai aplhera la piece et renverra I'in-
cident devant les jugos qui doivent en connaitre.
(Pr. civ. 194, 195. 196, 215, 216, 217, C. C. 1102,
ll03, 110i, 1105, 1107, 1108, 1109, 1890, C. Com.
639. T. 1. )


S'inscrire en faux, c'est declarer judiciaireinent qu'une piece
est fausse et qu'on entend prouver cett- faussetd.
Denier l'dcriture ou la signature d'une piOce, c'est affirmer
que cette 6criture ou cette signature n'est pas de celui don't le
ddtenteur dit qu'elle (mane.
Quand une parties s'inscrit on faux contre un acte ou en dd-
nie l'1criture ou declare ne pas la connaitre, le juge de paix
lui en done acte. II vise la piece et renvoie la cause devant
les juges competents. L'article entend assur'ment le juge-
ment de l'incident et non de la cause principal au fond.
Aprls le jugement de l'inscription en faux ou de la ddndga-
tion d'(criture par le tribunal conmpdtent, celui de paix con-
nait de la cause princi pale au fond.
Le jugemnint, par lequel le tribunal donne acte de l'inscrip-
tion en faux et reovoie les parties, par devant qui de droit,
est susceptible d'appel, mume que le juge serait en measure
de prononcer en dernier resort sur le fond de la contestation.
Si le jii-.'- de paix a, sur le fond, d'autres mnoyens de preuve,
il n'est pas tenu de renvoyer la cause sur 1'incident devant
les juges competents. II le rejette purement et simplement
et connait imiu6diatement du fond, en y ordonnant les plai-
doiries.
Par argument de r'article 216 du code de procedure civil,
celui qui veut s'inscrire en faux, some l'adversaire par acte
d'huissier de declarer s'il veut ou non se servir de la pi6ce,
avec declaration que dans le cas ott il s'en servirait, il s'inscri-
rait en faux. Mais en justice de paix cette sommation peut
s'effectuer A l'audience et de vive voix, ainsi que la declara-
tion de l'advermaire, si les parties sont en presence.
D'ordinaire la declaration est signee par la parties sur la
feuille d'audience, par le ddfendeur a l'insoription, le juge et
le greffier.









LES AOID' 11A I ILN-


Art. 20. Di.ns le cas oo un interlocuitoirc au- C.P.C.
rait Wtd ordonn6, la cause sera jugee (dfinitive- F.
ment, au plus tard. dans le dMlai de deoix mois,
du jour du jugement interlocutoiro; aprIs e dI-
lai, F'instance sera pcrim6c do droit; le jug:-imn nt
qui serait rendu sur Ic fond sera sujet A I'appel,
meme dans les matiores don't le juge de paix
connait en dernier resort, et sern annul6 sur la
requisition de la parties intcressie. ( Pr. ci v. 21, 2?,
398, 401.)

11 est bon qu'on fasse la distinction entire les jugements in-
terlocutoires etles pr6paratoires. D'apris l'article I',' du code
de proeOdure civil frangais, don't nous n'avons pas dans notre
code haltien l'article correspondent, sont rdputits interloen-
toires les jugements rendus lorsque le tribunal ordonne, avant-
dire-droit, une preuve, une verification, Lune instruction, qui
prejuge le fond ; tandis que sont rputts prOparatoires Coux
qui sont rendus pour l'instruction de la cause et qui tendent
A mettre le procis en 6tat de recevoir jugement d1finitif.
Ainsi lorsqu'une parties se declare victim d un trouble de fait,
que cette parties demand une descent des lieux litigieux, le
jugement a prononcer est nicessairement un interlocutoire,
parce qu'il fait d6pendre, en quelque sorte, le jugement d6fi-
nitif de la preuve a effectuer.
Au contraire, quand le juge rend nn jugement qui renvoie
la cause a nne audience deterinin(e, soit pour permnettre de
r4gulariser cette procedure, soit pour accorder la faculty a
une parties de presenter ses moyens de defense, on peut dire
qu'un pareil jugement est pr6paratoire.
Cependant l'interlocutoire ne lie pas le juge. 11 a le loisir,
quand il trove d'autres moyens de preuve, de ne pas tenir
compete de l'interlocutoire, pour rendre son jugement d6fini-
tif. 11 n'en est pas moins vrai, qu'il peut, lorsque 1'interlocutoire
a 0t6 execute, relater dans le jugement d6finitif qu'il tire telle
induction que de droit des muoyens que pr6sente l'interlocu-
toire rendu. Done, selon Boncenne, le jugement 1)r(pratoire
n'a d'autre but que d'instruire la cause ; il riglo la proeddure
et l'achemine vers l'issue de cette cause. Rien n'y fait entrevoir
la tendance de l'opinion du juge sur le droit litigieux. Pr
centre, le jugement interlocutoire laisse entrevoir cette ten-
dance, la plupart di temps, en l'attachant a un point d6ci-
sif qu'il veut eclaircir. Cette distinction est necessaire par
rapport a 1'article 20 sus-cit6. Quoique la p4remption en jus-
tice de paix ait lieu de plein droit, elle n'est pas pour cela
d'ordre public. Ecrite dans l'article 20 pour sauvegarder 1'in-
t6r4t des parties, elle peut 4tre couverte de leur propre con-
sentement. En disant qtie l'instance sera p6rim6e de droit, le










LES CODES IIAITIENS


Idgislateur n'entend pas exprimner que c'est an juge a procla-
mer la p1iremiptin'). 11 fant bien que la parties int6ressee l'in-
voque pour l'obtenlir.
11 y a cette diffdrenie qu'a 1'elicontre e Farticle 394 c. p.
civ. qui vent quielle soit deniand6e par req(ite d'avocat a
avocat on par exploit A personnel on domicile, on l'oppose
sous formie d'exception centre les actes qui seralent, 'ultriei-
remient faits. La prenve. c'est quie tout .Jjueiient, quii serait
prononcfe contraireiuent A cette exception, mnme que ]a mna-
ti(re ffit on dei'nier resort, serait amnul eon a(i.l sur la de-
miande des parties int(ressdes.
Les jueii iients interloetitoires et le:- il. -lI ntt pr)'6paratoi-
res, ,, i1-, r la difl'-reince. qui les disti,,-i.i- I iI leur substance.
se nonllneut Vt ;avant faire-droit on ivant dire droit. "
L'article 20) x *rime on son dernier ptlragraphe que si l'ins-
tance est, priiniie par la fate du.i tiie, il sera passi)le dos
dominiag'es iiir.,r'- Ces doinmaa'es ii trkts ne peuveint 6tre
obtenuis qIue par la voie prdlale d)l e la. prise A, parties.
II es't j ngi en doctrine et en jurisprudence que si ce nest
point par la fanute d demanldeur que l'interlocutoire n'a pu
Atroe 6vac( (daus le didlai de d(ux inois. la plreiemption n'a pas
lieu. Par example, le defendeur. mialgr(' le d;lai de l'interlo-
cutoire,. pr(scnte des procedures chieani'res et vexatoires qui
eniplichent son advers-ire d'ngir. Cel(ui ei fait d- son inieux
pour ex 'Tnter I'interloeiitoire et n'y parvient pas dans le ddlai.
On ne sa urait lui ilnlputer atueiu retard et le d(-fendeur chi-
canier ne saurait it bon droit lii opposer exception de la pd-
reinption, selon cette maxiiiie : nul ne pent profiter de son
propre do11.

Art. 21.- L' pp)el d'(1 j ugem0nts d(I la justice
de i)nix, rendil-i colIlt'radictoil'OilTiit, no 1 'rC pas
Precval)e10 lpi' les trento j.)a i.s. a ( dater du jour
de la signifiiation ltaite par f'lilissiel' d la justice
ic plaix, on1 tel anunto comni i pm- le jugc. ( Pr. Civ.
6. 9, 20, 39, 71, 78, 7 s, 80, 101, .i02O.

11 y a quatre voices pour attaquer les jugeinents des tribu-
naux de paix :
V' L'appel,
2" L'opposition,
3 La tierce opposition,
4" La Cassation.
11 y a une cinquitine voie sur laquelle les auteurs ne sont pas
tous d'accord ; c'est celle de la requnte civil.
L'appel est un mnode, par lequel on recourt & un tribunal su-
perieur pour demander la reformation des decisions d'un tri-
bunal inf4rieur.
L'appel des jugements des tribunaux civils existait autrefois









I.ES CO( DES 11AITIENS


en Haiti par nue loi du Sinat, coamme lnous Favons pi'63edelei-
ment 4tabli ; a is C.'t o0 o yant eti abroa~e, il ne nouis re.te
qui l'appel des senate i-; dIs rib i'. L'l\: d1 p1aix doevit le tri -
bunal civil competent en ses attributions rest.reintes d' ',! 41.
Depuis, dans toutes nosconstitutions ai comimencer par cello do
1843, jusqu'A la constitution de 1 aetuelleinent eln viIeuri'.
le principle de I'appel des jugeinents des tibunaux eivils a ,'tO
admis : imais aucune loi West venue eni r glementer la in t r I-,
Pour celni des tribunaux de paix, il n'y a que les souls arti-
cles 21, 22, 401, 40'3, 408, et suiv. d( Code de procedure eii v et
la jurisprudence de la Cour -.r ,ii I. sur ces articles.
L'opposition, comime 1. ; i,. est lne voie ordinaire de r ],r-
mation des sentences rendues par I-t ii, contre line onl plu-
sieurs parties, avec cette 11.i 'i. i** '*i I'opposition doit 5tre
pr6seintie devant le t,'..,i aI de paix qui a rendo le .i iu-oement,
tandis que' i ,' -1 doit tre ir -. I'-i; devant le tribunal supi-
rieur de la jnridietion d( tribunal de ti'
Lorsqu'on est dans Ie *o .1 de 1' ?,I --iti.n, e'est a tort qu'on
interjette .a, I (e la sentence du i ri,., I,-i de paix. La voie de
l'opposition, 6tant la, respectueuse, doit 6tre snivie.
Lorsque 1: P ,* ie est (1l iatbte stir I ";* i..,n elle interjette
A la fois .1pj i le.i j- .!., par 1. mi et de d..ln,..t d op-
position.
Elle pe it ill'im i i (il jli'einentde diboiutI d'opposition
seul;lpi-. .-i, lie eln obtient la r n o I i'o)n. lej(ui'oinelnt pard 6-
faut, i',! i i it .'orps(dI (sorinais avee lui. sier ipso fa l IIt alinnul.
La tire. iti n e ost une voie extra. rdinaire par 1 ii 11' I
une parties, qai anrait d(i tre appolle an jlgi'eient qi pri ii-
dicie a, ses droits, en denmande I'annulation devant le ni ine
tribunal, q(li F'a rendu.
On ne pent se pourvoir en eassation centre les .jugements
des triblunaux .. paix que pour deuox causes : he')lu ltpotlnce,
exces de pouvoir. et encore quand il s' i.:i! l .- -.'ntences d(lini-
tives rend es en dernier resort par Ie iin ,ii ,! de paix. Pour
les sentences A, .icives a tort A r11iti. ..-a charge d'appel. on
n'a pas A tenir icomipto de cettefausse (,11.110, .ttini C'est la
voie de la cassation qu'il fant prendre, quand on y d6couvre un
exces de pouvoir on une incompntenoe.
Quant la voa Voie .e I I civil, loes aulteurs ne sont pas
('accord en ee (qui a trait aux tribunaux de paix. II semble qtue
lesarticles 416. 1. I combinOs du Code de procOdure s'y opponent
par la raison bien simple qu'en utii' r-- civil il n'y a pas de
minister public au tribunal de paix.
Cependant Mullery conseille cette voie. ( Voir Manuel de la
Justice de paix. pag-e 89, clap. 2. )
Ce n'est pas la qualification donne par le juge de paix. quii
rend recevable on non l'appel de ses sentences. Ce qui le rend
recevable, c'est la miatiere 1in-ie. prisentOe au jugeIment. Ainsi
toute action possessoire doit etre jugoe A charge d'appel, de.
mine que toute demand excudant cent gourdos jusqu'A cent
cinquaute gourdes.inclusiveinent.
.Lorsqu', unte demand d rterjuin4e se joint une deniande ac-










88 LES CODLS IlAITIENS

cessoire en doininages int(rWts, on les reunit et si elles ne sont
pas moins de cent line gourdes et au delA de cent cinquante
gourdes, le jugenment est toujours a charge 'appel. De menie
une denimande coiplexe pr(,entee en justice de paix. Dans ces
sortes de cas, miiime que le juge qualiflie arbitraireminent sa
decision de dernier resort, lappel en est toujours recevable;
parce que la inatitre le comniande.
II a 6t0 ddeid( que 1'appel peut ^tre valablement interjet6
avant la -igniliiatii-ii du jugement, ainsi que l'opposition au
jugement par 1 tfaut.
L'appel, iginiti, naprrs les frente jours de la notification rd-
gulikNe (l'ue s-entence. n'est pas recevable, ce qui veut dire
que le jour de la signification ne conipte pas. ('est le dies a
quo. Le dies ad quemi compete, c'est-h dire que le d61lai de I'ap-
pel W'est pms franc. Ainsi Tn jugeinent signifi6 le vingt-six
Juillet, par exemlnle, doit (ti frapp dl'app))el le vingt cinq
Aofit suivant. Le vingt six. l'al) el tserit irrecevable. II n'y a
pas (l'au ientatioii en raiso" (li d(dlai de distance. Si le juge-
nient est par d0f'aiiit et que le dlaii de l'opposition soit expired,
il est prudent. vii le silence de la loi que I on suppute le d6lai
de 1 opposition avee celii de l'al)pel, (Id maniore que l'appel
soit interjetO dans les trente jours de la signitication du dit
jugenient.
Si cette signification itnat irr(guli(re, on pourrait en deman-
der la nu!lit6. et ensuite s'olppcser au jugenient.
Si lejugenient venait it (tre rngulioriient signifi6. on devrait
s'y op)poser planss le dP'ai si ee n'(tait pas d(ja fait avant la
signilication et on en interjetterait appel, si on ni'tait plusdans
le (dl(ai de l'oppofition.
Si on interjeite apl)el d'un jugement, sur une signification
nulle quC on prend poirl point de partt de son appel, on en
convre la nillitO t si 1 appel avait Ottd fait inuie iun jour
april's le dIlai do eette signification ainsi accept(e, on aurait en-
couNr d(ehance.
Le doinandemi, iiit, coming le ddfendeur, interjeter appel
de la sentence (qui lui fait grief. L'appelant peut appeler do
tout on parties (lin jugemnent du tribunal de Imix.
L'acte d'al)l-I doit contenir assiimntion A coinparaltre au
tribiinl civil de la ju idiction du tribunal de paix. en ses at-
tributions d'appel. avoc toutes les formality's de l'ajournelnent,
sous peine de nullitfi, conforindnjent aux articles 71, 78 et 80 du
Code de procedure civil. Les jugements purement prdpara-
toires hne ont pas susceptibles d'appel.

1 IEst non rceo'able Ce recou-'s en cansation
contre le jugcment du tribunall de paix suscepti-
ble d'etre porId en appel. Attendu que le juge-
ment attaqud a ,-tatud sur une demand en ac-
ceptation do caution prlsentde par la dame Julie
Jules Andrd et sur une demand de G. 150 de







LES CODES IIAITIENS


dommages-int&rts produite contre elle par le
general Jeanty, son d6biteurI condatnn6; que le
jugement est done bien a propos qualifi6 en pre-
mier resort; qu'6tant ainsi rendu A charge d'ap-
pel, c'est bien la voice de i'appcl qui devrait etre
suivie dans les trento jours A dater de sa signi-
fication et non cello de la cassation, d'oit la non
recevabilit6 du pourvoi. ( Cas. 20 Decembre 1900.
Bulletin d'arrits, Bourjolly, No 70, page 111. )
2 Est irrecevable l'appel foi m6 le trente ct
unieme jour de la significaiion d'un jugement de
justice paix. Le tribunal d'appel, qui eI rejette en
cc sens, ne comment ni violation de l'article 21 C.
Pr. Civ. ni exces de pouvoir. Pour declare nul
I'acte d'appel du sicur Isma Jean pour n'avoir
pas 6tW signifle dans le d6lai 1Igal, le tribunal
s'est d'abord interrog6 sur les conclusions prin-
cipales de I'appelant et ensuite sur les conclu-
sions exceptionnelles de 'intim6. bans cc cas,
il n'avait pas A se prononcer sur tous les chefs
de demand ; qu'il devait se borner, come il l'a
fait, a raisonner sur le reject, de I'acte d'appel, qui,
aux terms do I'article 21 Pr. Civ. ne pouvait
etre recevable, apr6s les trente jours de la signi-
fication du jugement de Ia justice de paix de
I'Acul du-Nord. ce jugement ayant W6t signifi6 le
13 Janvier 19(0 et I'appel interjet6 le 13 FHvrier
de la mime ann6e, c'est-a-dire le 31nle jour. Les
articles 951 et 954 Proc. Civ. n'6taient donc d'au-
cune application, en presence des terms formels
du dit art. 21. II s'ensuit que le jugement attaqu6
n'a fait aucune fausse application de l'art. 21, ni
violation des dispositions de, articles 951 et 954
Pr. Civ., ni commis exc6s de pouvoiravec viola-
tion de l'art. 148 du dit Code, rejette. ( Cass. 19 D6-
cembre 1901. Gaz des Tribunaux, le Mai, 1902,
page 35. )
3 Le pourvoi en cassation ne peut 6tre utile-








I.ES l.ODES 1HAITIENS


ment exerce quo con're les jugements d6finitifs,
art. 917 Pr. Civ. Los jugements rendus par les
tribunaux do paix, A charge d'ntppel, n'ont pas ce
caract6re, tant que la voice de I'appel n'est pas
fermie a leur 'g ird ; ils ne sont done pas suscep-
tibles de pourvoi en cassation. Le jugement con'
tre lequel est pourvoi a e'- rendu A charge d'ap-
pel; il a 6t6 signitf( le 30 Dcombre 1901. Le.
pourvoi don't il a edt I'objet a Mtd d6clard le 25
Janvier 19i?, avai.t V'expiration du d6lai de I'ap-
pel ; ce pourvoi est done non recovable. (Cass.
26 Juin 1902. Bulletin des arrests, annie 1902, No44:
page 94. )

4 I1 estde rcgle qu'un jugement n'a force de
chose jugde que lorsqu'il est devenu d6finitif,
soit par I'expiration des d,'-lai.-, soit par un ac-
quiescement; tant que la -igtiification du juge-
ment n'a pas lieu, los d(liis no courent pas.
L'appel d'un jugement, non signified est receva-
ble.'quelque d6loi qui -,, soit dcould du jour du
jugement. En raisonnant et on ddcidant contrai-,
rement A ces rcgles juridiques, le tribunal a, en
effet, faussemUnt interpr6td et faussement appli-
qu6 les article- du Code civil invoqu6s dans ce
moyen, qui est fond6.
Par ces motifs, le tribunal ca-. etc. ( Arret du
22 Novembre ll.u,, Gaz. du 1" F6vrier 1908.)

c. P.C Art. 22.-- Les jugements rmands des justices
Art.17 de paix scront sans appel s'ils prononcent sur
une demanded de cent piastres et au-dessous. (Pr.
Civ. 25, 27, 48, 49, 51, 918.)
Ils seront soumis A l'nppel, s'il s'agit d'une de-
mande excedant cent piastres jusqu'a cent cin-
quante piastres. (Pr. Civ. 20, 21, 39, 46, 47, 50.)
Les dispositions ci-dessus seront applicables,.
soit qu'il s'agisse d'aflaires purement civiles,- soit









LES CODES IIAI FENS 91

qu'il s'agisse d'affaires commercials. (C. com.
621.)
Dans les causes sujettes aI I'appel, los jugcs do
paix pourront ordonner 1'exdcution provisoire do
leurs jugements, mais A charge de donner cau-
tion. (Pr. Civ. 1i.2, lii., 158, i1i2, 738, 746.)


Cet article comiporte, quant ia la conimptence, des forinalitds
skrieuses (iTi, si elles talentt oinises, e permiettraient pas de
distinguer entire les sentences susceptilles d'appel et cells qui
entrainent pit '.t le reeours on Cassation.
Quand ine delmande se prsente au tribunal de p)it., on n'en
doit eonsidorer que la qiuotiti. Si elle est de cent-vingt pias-
tres, le jugenient A rendre ne pe0 t 6tre qu'A charge d'appel,
que le tribunal 1'adjuge on la rvduise an dessous de cent gour-
des ; parce que c'est la sommie deumandle et non la valeur ad-
jugce, qui d(1teritine la colip)tence en premier on en dernior
resort.
Lorsqu'Al une deinande au principal d'une soutine se joint
celle accessoire en do(1ma-1,i.-t intrt.-, on rlunit les deux va-
leurs Si dlpassant cent piastres, ces valeurs r(urnies ne s'616-
vent pas au delay de cent cinquante piastres, le jugeinent est
neeessairement a charge d'appel. Si elles depassaient cent cin-
quante gourdes, le tribunal de paix serait de droit inconipd-
tent.
Si A une action en pavement de quatre-vingts piastres fornu6e
par le dentantleur, le d--f.-r-iir lui oppose une deinande re-
conventionnelle en paieiment de cent quarante piastres. le ju-
geument A pltroneer est necessairement AP charge d'appel.
Si, an contraire, la de(mialde reconventionnelle se trouvait
6tre de cent soixante piastres, le juge aurait la faculty ou de
juger la der-iindr- le sa comnpitence en ordonnant la disjone-
lion de la reconvention et en la renvoyant par devant Ai1i de
droit, on, en laissant les causes joints, de se d 'clare r Ieoi-
p6tent sur le tout. Sur ce sujet, il y a en France un article de
loi formel, que nous ne possodons pas en Haiti et don't la
reproduction est n6cessaire ici :
,, Art. 8 de la loi du 2i5 Mai 1838. Lorsque cliacune des de-
Siiiandes principles, reconventionnelles on, en compensation,
" sera dans les limuites de la comp tence du juge de paix en
t dernier resort, it prononcera satil qu'il y ait lieu A appel.
Si 1'une de ces demands n'est susceptible d'etre jngde qu'A
charge d'appel. le juge de paix ne prononcera sur toutes
qu'en p:emier resort. Si la demand reconventionnelle ou
e compensation exctde les limits de sa competence, il
pourra, soit retenir le jugeinent de la demand principal.
soit renvoyer sur le tout les parties A se pourvoir devant le
tribunal de premiere instance, sans pr6liminaire de conci-
ljation. .









LES CODES HAITIENS


" L'une des conditions de l'appel est de suspendre l'exdcution
du jugement du tribunal de paix. C'est pourquoi l'on dit que
l'appel est suspensif.
Mais pour qtie cette execution soit suspendue, il faut qu'il y
ait appel. C'es. done l'appel effectu6, qui arrete l'ex6cution du
jugement et non le d6lai de 1'appel.

1 Aux terms de 1'article 22 du code de pro-
cedure civil, modified par la loi du 17 Novembre
1876, les jugements 6man6s des justices de paix
seront sans appel, s'ils prononcent sur une de-
mande de cent piatres et au-dessous ; ils se-
ront soumis a 1'appel, s'il s'agit d'une demand
exc6dant cent piastre.; jusqu'a cent cinquante
piastres. C'est la quotit6 do la somme demand6c
et non la quotit6 de la some adjugce. qui d6tor-
mine la competence en premier ou en dernier
resort. II appeort des conclusions inserdes dans
lejugement attaque quo les d6fendeurs en cassa-
tion demandaient au tribunal de paix de condam-
ner le sieur Auguste Cany Nicolas a payer 1 la
some de cinquante-cinq piastres, cinquante-cinq
centimes, montant de la saisie-arrMt op6r6e entire
ses mains sur le tiers des appointments du sieur
Fortunat Victor : 20 cell de cinquapte piastres a
titre de dommages-intervts et 3o celle de cinq pias-
tres pour chaque jour de retard, soit d6jia une
some total de cent cinq piastres et cinquante-
cinq4entimes. Bien que le tribunal de paix n'ait
condamn6 le sieur Auguste Nicolas Cany qu'a la
some de soixante-cinq piastres et cinquinte-
cinq centimes. cc jugement ne devrait 6tre rendu
qu'a charge d'appel. 11 est, par consequent, mal A
propos qualifiM en dernier resort.
11 est de principle qu'on no peut recourir A la
voice extraordinaire do la cassation qu'apres avoir
6puis6 les moyens ordinaires de reformation
desjugements. Lejugement d6nonce, signifi6 le f
Aocit 1882, ne pouvaii etre, le premier Septem-
bre suivant, lors de la declaration de pourvoi,







LES ( uPiL-S HAITIENS


attaqud que par la voice de I'appel devant le tri-
bunal civil, rejette. ( Cass. 10 Juin 1881. Bulletin
d'arr6ts 1881. Imp. Ath. Laforest. )

2- La loi prescrit ot la jurisprudence consacre
que c'est le principal de la demand, qui d6ter-
mine desjusticesde paix la competence desjuges.
Soumis A cotton doctrine, le juge do paix n'est pas
habile a qualifier indiffOremment, son jugement
comme rcndu tant6t ai charge d'appol, (ant6t en
dernier resort, faussant ainci l'ordre et les r6-
gles de la competence. Dans l'espece, le juge de
paix a indOment qualifi6 le jugement attaque, en
disant qu'il jugeait a charge d'appel, quand sa
decision 6tait en dernier resort ce qui est 6tabli
manifestement et par la quotit6 qui faisait I'objet
de Ian ontestation et par la composition do son
tribunal dans laquelle il n'dtait pas assisted de son
supplant, casse. ( Cass. Arrkt 2 Septembre 1886.
Bull. 1886. Bourjolly, No 69, page 197. )

3 Aux tcrmes de I'art. 22 du Code de proc6-
dure civil, commentW et appuy6 des lois modi-
ficatives qui s'ensuivent, il est de l'esprit de vet
article come de notre jurisprudence 6tablie par
une ancienne pratique que c'est la quotit6 de la
demand principle qui determine la competence
du juge de paix et classes les deux degr6s de juri-
diction qui lui sont attribhus, premier et dernier
resort.
Dans l'espece, s'agissant d'une valeur de quatre
v,ingt-di. piastres r6clahmo et pour laquelle con-
damnation 6tait demanded contre le Conseil Com-
munal, le.jugement, qui en est sorti, n'est point
sujet i I'appel, 6tant du dernier resort; en cela
il n'y avait point i consider les dommages-in-
tOrets demands pour en fire some avec le prin-
cipal, d'ou il r1sulterait alors une comp6tonce
contraire aux faits de la cause ,