Plaidoyer pour une nouvelle constitution / [Mirlande H. Manigat].

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Plaidoyer pour une nouvelle constitution / Mirlande H. Manigat.
Physical Description:
Mixed Material
Publisher:
Haiti : Centre Humanisme démocratique en action, 1995

Notes

General Note:
4-tr-Manigat
General Note:
Hippolyte-Manigat, Mirlande.

Record Information

Source Institution:
Columbia Law Library
Holding Location:
Columbia Law Library
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
LLMC31534
System ID:
AA00001032:00001


This item is only available as the following downloads:


Full Text
















This volume was donated to LLMC
to enrich its on-line offerings and
for purposes of long-term preservation by

Columbia University Law Library




COLUMBIA LAW SCHOOL LIBRARY
3 5005 00920 445.

SLN l


ODOYER

ONSIIION


Mirlande H. Manigat


CH U DAC
Centre Humanisme Dmocratue en Acton




&, L,- ( ( y


f Plaidoyer
pour une Nouvelle Constitution













Encore et toujours....

Pour Leslie










Table des Mati res

AVANT-PROPOS ..................... ........................................................................ 5
INTRODUCTION ........................................................................................... 11......
1- UNE CONSTITUTION INADAPTEE...................................................................... 15
2- LA REGLE DU "TOUT OU RIEN" .......................................................................... 17


CH APITRE 1 ................................................................................... 19
UN PROBLEME DE PROCEDURE .............................................................................. 19
1.1LES APPROCHES CLASSIQUES............................................................................ 19
1.2 LA PROCEDURE D'AMENDEMENT PREVUE PAR
LA CONSTITUTION DE 1987 ............................................................................... 22
1.2.1 UN CALENDRIER PRECIS ET CONTRAIGNANT............................................ 22
1.2.2 UNE MAJORITE CONTESTABLE...................................................................... 26
1.2.3. UNE SOLUTION AD HOC ........................................................................... 28


CH APITRE 2 .................................................................................. 3 1
LA SUBSTANCE ET LES FORMES .............................................................................. 31
DES MOTS POUR LE DIRE ........................................................ ........................... 31
2.1 UNE CONSTITUTION TROP GENEREUSE......................................................... 32
2.2 LA MAITRISE STRUCTURELLE....................................................................... 35
2.3 LE LANGAGE DE LA CONSTITUTION.................... .......................................... 38
2.3.1 QUESTION DE LOGIQUE GRAMMATICALE?............................................... 39
2.3.2 QUESTION DE LOGIQUE ORGANIQUE? ........................................................40
2.3.3 QUESTION DE LOGIQUE DE PRESENTATION? .............................................41
2.3.4 QUESTION DE LOGIQUE MATHEMATIQUE ?...............................................41
2.3.5 QUESTION DE LOGIQUE TEMPORELLE? .......................................................42
2.3.6 QUESTION DE LOGIQUE FONCTIONNELLE? ...............................................42
2.4 ANALYSE LEXICOMETRIQUE ...................... ............................... 45


CH APITRE 3 ................................................................................... 55
LA CONSTITUTION ET LA LOI ................................................................................. 55
3.1 LE PROBLEME DE LA VALIDITE DES LOIS...................................................... 57
3.2 LA LOI ET LE REGLEMENT ................................................................................. 60
3.2.1 LE DOMAINE DE LA LOI ........................................................................... 61
3.2.2 L'AUTORITE PARLEMENTAIRE.................... .............................................61
3.2.3 LE RECOURS ABUSIF A L'URGENCE............................................................63
3.2.4 LE REGLEMENT ...................................................................................................63
3.3 UN SYSTEME DE SECURITE CONSTITUTIONNELLE ....................................... 64
3.4 UN ROLE POUR LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL........................................... 66











CH APITRE 4 ................................................................................... 7 0
LA REFORME DES INSTITUTIONS ET DE L'ETAT ................................................... 70
4.1 LE REGIME POLITIQUE : PRESIDENTIALISME OU PARLEMENTARISME ?. 70
4.1.1 LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE................................................................ 72
LE POUVOIR DE NOMINATION DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE ...73
LE PROBLEME DE LA NON-REELECTION...................................................... 74
4.1.2 LA FONCTION DE PREMIER MINISTRE ....................................................... 75
4.1.3 LES RAPPORTS ENTRE LE PRESIDENT ........................................................... 77
ET LE PREMIER MINISTRE ................................................................................. 77
4.1.4 LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE ET LE PARLEMENT.........................79
4.2 LE POUVOIR LEGISLATIF .................................................................................. 80
4.2.1 L'ASSEMBLEE NATIONALE............................................................................. 81
4.2.2 LE BICAMERALISME.................................................................................. 83
4.3 L'EQUILIBRE DES POUVOIRS ............................................................................. 85


CH APITRE 5 ................................................................................... 9 2
LES COLLECTIVITES TERRITORIALES....................................................................... 92
5.1 DEFINITIONS : UNE PROBLEMATIQUE A PLUSIEURS VOLETS.................. 92
5.2 LA DIMENSION LEGISLATIVE ET REGLEMENTAIRE.................................... 93
5.3 UN ECHAFAUDAGE COMPLIQUE ................................................................... 95
5.4 LA SECTION COMMUNALE............................................................................... 97
5.5 LA COMMUNE ........................................................................................................ 99
5.5.1 UNE VISION POUR LA VILLE......................................................................... 100
5.5.2 LA VILLE ET LA CIRCONSCRIPTION ELECTORAL ............... 102
5.6 LE DEPARTEMENT ........................................................................................ 105
5.7 LA REGION ........................................ .. ....................................................... 106
CONCLUSION OU POINT DE DEPART ?................................................................ 109
ORIENTATIONS BIBLIOGRAPHIQUES ........................................................................ Ill
1- LE DROIT, LE DROIT CONSTITUTIONNEL ET LA REFLEXION JURIDIQUE 111
2- L 'ETA T ............................ ........................................................... ....................... 113
3- L'ETAT DE DROIT .......................................................................... ........................ 114
4- LE CONTROL DE LA CONSTITUTIONNALITE DES LOIS............................... 114
5- LE PARLEMENT ET LA FONCTION PARLEMENTAIRE.................................. 115
6- E L E C T IO N S .................................................................................................................... 116
7- LE PHENOMENE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES............................... 116
8- OUVRAGES HAITIENS SUR LES PROBLEMS CONSTITUTIONNELS ............. 117
CONSTITUTION DE 1987 .............................................................................................. 120
INDEX DES NOMS DES INSTITUTIONS ET DES THAMES..................................... 187













AVANT-PROPOS

Cette publication reprend, en une version amplifide et
complitie par des redfrences bibliographiques, une sdrie
d'articles parus dans le quotidien LE NOUVELLISTE en
Aodt/Septembre 1994. Jesaisis cette occasion pour remercier
la Direction du "Doyen de la Presse national pour m 'avoir
ouvert les colonnes de sept numdros du journal, ce qui m 'a
permis d'atteindre, rapidement, un grand nombre de lecteurs
don't attention, fiddle, s'est itirde sur quelques deux
semaines, et de leur soumettre une analyse qui se voulait
et qui fut un effort de reflexion acadimique sur un sujet
et sur une probldmatique qui doivent normalement intdresser
les citoyens prioccupis par 'avenir de notre pays.
Lesrdactions, trbspositives, enregistriesdepuis, m 'ont
encourage a reprendre et approfondir le thbme, et ont
confortd ma conviction en ce qui a trait a la ndcessitd de
travaillersdrieusementsur une nouvelle Charte Fondamentale.
Elles m 'ont aussi amende a solliciter, sous une forme plus
accessible et plus pratique, de nouvelles riflexions sur la
question. Cette incitation sejustifie d'autantplus qu 'un livre
ou une brochure se conserve plus aisiment et se prete mieux
i la consultation piriodique, qu'une sdrie d'articles de
journaux; et il m 'aparu utile de reposer leproblkme et d'en
soumettre, i nouveau, les dldments les plus fondamentaux &
l'attention du public.








Une autre consideration justified l'initiative. En Aodt
et surtout en Septembre 1994, j'avais jugi le moment
constitutionnelpropice, car nous nous approchions de lafin
de la derniere Session de la 45me Ligislature, et la question
des Amendements a apporter a la Constitution itait ddja
soulevie au Parlement et la procedure y relative amorcie,
mais le climate assombri du pays, en prelude a l'invasion
militaire du 19 Septembre, ne s'dtait pas pretd a l'examen
sdrieux des dispositions susceptibles d'etre modifiees et
n'avait pas rendu possible le respect de la procedure requise
en la matiere. Le moment present cree une autre conjoncture
de riflexion dans la measure oil lesprochaines elections vont
mettre en place une nouvelle Ligislature, laquelle devra se
pencher sur la question constitutionnelle. A une opportunity
lgale non exploitie va donc succider une opportunity poli-
tique, mais charge de plus de virtualitis prometteuses.
Cela dit, je tiens a formuler deux observations
prialables. Tout d'abord, en ddpit du context, adjuvant
mais ddlicat, cette publication n'est pas une operation
ilectoraliste. II va de soi que la Constitution d'un pays fait
parfois l'objet de ddbats controversis lorsque, dans une
piriode de crise, la nicessiti d'en laborer une est incorporde
aux revendications populaires, comme cefut le cas en Haiti,
en 1986-1987. Mais si une champagne dlectorale stimule
l'intjr&t pour les grandes questions nationals et le theme
"Constitution" en est iminemment une celle qui s'amorce
chez nous, en ce moment-ci, n'offrepas le climate raisonnable
et serein, professionnel et non partisan requis pour discuter
des changements i apporter a une Constitution ddja
existante, mime si elle nous parvient dans un itatpassablement
dilabrd. C'est un des paradoxes de lapolitique que les grandes
iddes prennent naissance en des piriodes d'excitation collec-







tive, mais que leur traduction en normes a besoin d'une
ambiance came et froide. Aussi, les arguments que j'ai
ddveloppis et queje reprends ici sous uneforme plus dlaborde
n'ontpas definalitis dlectorales. Mais qu 'il soit entendu queje
ne repousse pas forcement le ddbat, mime dans un cadre dlec-
toral, e condition qu'il se situe i un certain niveau de
responsabilitiprofessionnelle.
La second observation me semble encore plus im-
pirative,, afin d'dviter toute poldmique inutile, voire tout
malentendu permeable b la malveillance. Par formation
intellectuelle et par conviction ddmocratique, femme poli-
tique militant au sein d'un parti, le Rassemblement des
Dimocrates Nationaux Progressistes R.D.N.P. engage
dans la lutte pour de vrais changements, je suis profondd-
ment ldgaliste, c'est-a-dire que j'attache une importance
cardinal au respect de la Loi et des lois. Je crois que si une
norme se revele inopdrante, injuste, contre-productive, il
convient de la changer, en tout ou enpartie, selonlaprocidure
requise en la matibre; mais tant qu'elle demeure en vigueur, il
faut la respecter. La jurisprudence des tribunaux rivele que,
parfois, un procks est gagnd parce qu'un avocat aura eu
l'astuce d'exhumer, pour servir la cause qu'il defend, une loi
oublide ou tombde en disuitude mais jamais abrogde. La
ddmarche peut heurter l'dquitd et bousculer la justice elle-
mime, mais elle est parfaitement licite. "Dura lex, sed lex"
: la suprimatie de la loi signifie pricisiment cela, la soumis-
sion de tous les citoyens, gouvernants et gouvernis, aux lois
don't l'application ne ddpendpas exclusivement de leur valeur
intrinseque qui peut ne plus correspondre, avec le temps, aux
besoins qui les avaient rendus ndcessaires. Elle n'est pas non
plus subordonnde a des conjoncturespolitiques1). Lesprogres
enregistrds dans le domaine de la production lIgislative








s'entendent aussi bien de la creation de nouvelles normes que
de l'abro-gation de lois anciennes revenues obsoletes, inadd-
quates et qui encombrent le system juridique pour ce qui a
trait a I'ordre, a lajustice et a l'dquitd.
Il en est de meme d'une Constitution. Tant qu'elle
existe, tant qu'elle n'estpas abolie de droit par une nouvelle
Charte, ou de fait sous la poussde de chambardements, elle
devrait s'imposer i tous les citoyens, meme si certaines de
ses dispositions sont impricises, ambigues, impossible
d'application et parfois meme contraires a l'esprit ddmo-
cratique. Elle peut ainsi souffrir des violations fonction-
nelles lorsque les dirigeants interpretent ses dispositions de
maniere erronde oufont le contraire de ce qu'elle idicte, ou
des violations par omission lorsqu'ils n'appliquent pas les
prescriptions qu'elle command. Elle ne s'impose donc pas
mais elle demeure en vigueur. Elle est inopdrante, mais elle
EST
C'est dans cette perspective que je soumets a
S'appriciation du public les pages qui suivent. J'avoue que
j 'ai dtd itonnde de m 'entendre dire ou rapporter quej 'aifait
preuve de courage en publiant ces articles. La conviction
citoyenne m 'a animde plus que le courage pour cefaire, car
j 'ai toujourspensd que la vdritd, celle desfaits comme celle de
l 'inspiration, est le meilleur guide du comportement human;
etqu 'on I 'imagine religieuse oupolitique, elle sous-entendune
double vertu, celle de la sinciriti et celle de l'engagement.
II s'agit, au sens itymologique du terme, d'un
PLAIDOYER, c 'est-a-dire d'une tentative pour ddmontrer et
convaincre avec, bien sfir, I'espoir que ces considerations
seront prises en compete. Comment en serait-il autrement ?
Mais si un tel rdsultat n 'dtait, malheureusement, pas acquis
dans l'immediat et tant qu 'il ne I'est pas, la citoyenne queje







suis, en toute circonstance, s 'efforcera d'appliquer la Cons-
titution de 1987, tout enpoursuivant, inlassablement, I'effort
de persuasion pour le changement.
De toute fagon, cette publication est une "com-
mande" de l'opinion publique i laquelle je ne pouvais pas
me dirober. Mais celle-ci apris corps grdce a mon epoux,
Leslie F Manigat, don't l'affectueuse insistence a eu raison de
mes hesitations et don't les observations et critiques, comme
toujours stimulantes et non complaisantes, ont amiliord la
quality du texte. L'on comprendra aisement queje tienne a le
remercier publiquement.
Malgrd sa discretion, l'Inginieur Marcel Pereira sait
qu'il mirite ma gratitude et il l'acceptera sans quej'aie
besoin de priciser l'importance de l'aide matirielle qu'il a,
spontandment, apportde a cette publication. La conjoncture
prdsente crie des difficulties pour toute activity ddpendant de
l'alimentation en courant ilectrique: Madame Liliane Sinai
en sait quelque chose, mais son divouement a rdussi a
vaincre les caprices de la fde dlectrique pour dactylographier
le texte, mgme a des heures indues. Qu'elle en soit remercide.
Le sujet abordd paraitra, peut-6tre, unpeu austere et
l'argumentation va requirir un effort d'attention soutenu.
Mais il s 'agit d'une question sdrieuse, 6 prendre au sdrieux,
par des gens sdrieux. Quoi qu'il en soit, mes lecteurs
trouveront ici, je l'espere, le souci et l'intention d'oeuvrer
afin de concilier l utilee et l 'agrdable.
Marin-en-Plaine Mars 1995.






10


(1) Le Deput6 socialist frangais Andre Laignel passera dans l'histoire
constitutionnelle pour avoir lancd A un adversaire en 1981, en pleine stance de
I'Assemblde Nationale:

"Vous avez juridiquement tort parce que vous Rtes politiquement
minoritaire."

Cite in Louis FAVOREU. La Politique Saisie par le Droit. Paris, Economica,
1988, p. 24.

Cela signifie qu'une majority politique au pouvoir pourrait faire ce
qu'elle veut. Une telle conception, fortement d6noncde l'dpoque, est inadmissible
au plan du droit et du point de vue des exigences d6mocratiques.













INTRODUCTION

La Constitution de 1987 vient de boucler, le 29 Mars
1995, huit annies d'existence et de pratique, et la nation n'a
pas eu a cdlhbrer ses vertus ou i glorifier ses modestes
rdalisations. Tout au plus, cet anniversaire a-t-il marque une
tape propice a la riflexion et s'il faut itablir un bilan de
l'application de cette Constitution, il va de soi que celui-ci,
mgme avec la plus toldrante des predispositions, ne saurait
etrepositif, encore que cette evidence puisse orienter l'analyse
vers des conclusions qui different non seulement enfonction
des sensibilitis et des intirets, cela va de soi, mais aussi en
tenant compete de la part d'imotiviti patriotique, don't on n'a
aucune raison, d'ailleurs, de se defendre, laquelle suscite des
reactions qui pourraient aller de la deception attristie et
impuissante a la rage iconoclaste face t unprojet non realisd.
Cette itude est la premiere d'une sirie que je me
propose depublier dans le cadre d'une recherche enprofondeur
que je consacre depuis quelque temps aux problemes
constitutionnels du pays, plus pricisiment a l'examen
gindalogique de l'Etat dans le cadre de notre histoire
constitutionnelle. Cette derniere s'appuiera non seulement sur
le rdcitatifnormatifde nos Chartes (3 Actes Fondamentaux -
23 Constitutions 14 Rdvisions 1 Convention 1 Accord)
don't l'adoption a rythmj notre vie politique depuis 1801, mais
aussi sur leur traduction institutionnelle et politique, I'un et
l'autre fondant les spdcificitis du genre dtatique haitien.








Il imported, des le depart, depriciser les motivations et
l'objectifde l'initiativeprdsente. En effet, avant tout citoyenne,
politologueetfemmepolitique, enfinSinateurdelaRipublique
pendant pros de cinq mois au course desquels a dtd amorcie une
oeuvre lIgislative pionniere brutalement stopple, mais don't
l'importance est malheureusement fort peu connue, j'ai
travailli sur et avec la Constitution, en 'suivant de pres sa
gestation puis en appliquantses dispositions, notammenten ce
qui concern l'exercice du Pouvoir Ligislatif J'ai done de
cette Constitution une connaissance intellectuelle et
professionnelle, mais aussi vicue et pratique.
En toute lucidity, sur la base de cette experience
multiformeprolongle depuis lors par l'observation mdthodique
non seulement des piripities politiques et de leurs effects
corrosifs au niveau du Droit, mais aussi des carences de celui-
ci dans safonction de balise de la vie national, et considgrant
la ndcessitd de construire un systeme constitutionnel capable,
ia lafois, de garantir les droits et les libertis des citoyens dans
un cadre igalitaire, de servir d'instrument a l'indispensable
reform de l'Etat, premiere tape de la modernisationpolitique,
et d'adjuvant a la reliance duprocessus de democratisation, je
propose non d'amender la Constitution, de lui adjoindre des
additifs ou mgme d'ilaborer un manuel interpritatif de son
esprit et de sa lettre, alors que l'usage qui en a itifaitjusqu'ici
a cavalierement malmend l'un et l'autre, mais plut6t d'ela-
borer, courageusement, une nouvelle Charte Fondamentale.
En pregnant position de cette maniere, j'ai conscience
des effects probables d'une formulation aussi catigorique. Il
ne fait aucun doute que cette derniere risque de surprendre
et heurter d'abord ceux qui, du 10 dicembre 1986 au 10 mars
1987, ontprepare la Constitution dans des conditions qui ont
toutefois dtd trop dominoes par les vicissitudes d'un moment








porter vers l'audace ddbridde et trop permeable aux pulsions
gindreuses pour que le produit ne doive pas trop a l'elan
novateur plut6t qu', la rigoureuse ndcessitd; cette observa-
tion ne rend que plus miritoire le travail accompli qui est
toutefois moins une some cohdrente qu'un agrigat, parfois
disordonnd, de principles traditionnels, d'iddes nouvelles et
d'emprunts extirieurs. Il ne s'agitpas hl d'un constat d'dchec
de la Constituante mais de la mise en evidence des prdcaritis
conjoncturelles qui ont alourdi son fonctionnement et oriented
le diroulement de son travail.
Cidant a lafacilite mais aussi a la logique retrospective,
il se confirm qu'il edt itd predfrable, en 1987, de se servir
momentandment d'une de nos anciennes Constitutions, comme
d'ailleurs cela avait itd propose, abriger le temps du Conseil
National de Gouvernement, faire dlire de nouveaux diri-
geants et charger les Chambres, libdries de la double
contrainte de la precipitation et de l'impatience, de
responsabilitis constituantes. Cela ne s'est pasfait parce que
la collectivitj national a dtd soumise a une tentation classique
a laquelle elle n'a pas pu resister, celle qui vise a rejeter la
pesanteur dupassi rendu responsible de tous nos maux avec,
comme corollaire, l'attraction irresistible vers la nouveautd et
l'imagination, I'une et l'autre porteuses a la fois et de la
volontj de changement et du changement lui-meme.
L 'approbation massive de la Constitution fut plus un exercise
d'autosatisfaction collective qu'un acte d'appriciation
juridique, car, some toute, hors de l'enceinte de la
Constituante, il n'y apas eu de ddbat vraiment contradictoire
sur les dispositions essentielles, et un consensus empreint de
joyeuse lMgeretd s'est vite digagi sur le fait que la Constitu-
tion itait bonne parce que, tout simplement, elle itait nde.








D'autres reserves s'exprimeront du c6td de ceux qui,
piriodiquement, s'arc-boutent avec une angoissante tinacite
sur certain de ses articles-emblemes ou qui ddfendent le texte
dans sa globaliti, comme un paratonnerre en ces temps de
confusion et de temp te. Pricisiment, un des avantages de ces
dernieres annies est qu'elles ont rivild non seulement
l'inaddquation de la Constitution aux circonstances don't
certaines auraient dd etre privues tant elles s'inscrivent dans
notre culture politique, mais aussi a quel point son application
a supposed que fussent deja acquis un certain nombre de
pratiques protectrices, des habitudes conservatoires et un
changement de mentalitis. Congue pour un exercise quasi
micanique de la ddmocratie en eau came, la Constitution, a
peine adoptie, a connu un baptOme defeu et elle a dtdjetde en
pleine turbulence, ce qui a conduit at son inanitd. De tout cela,
il convient de tirer des consequences profitable pour une
meilleure conception de ce qu'elle doit etre, non en terms
absolus mais programmatiques, et ainsi eviter les erreurs
passes enprivoyant, autant que faire sepeut, la gestion de la
Constitution sur le long terme, c'est-a-direpar des gindrations
futures et dans des circonstances diffdrentes de son context
de fabrication avec, dvidemment, des adaptations rendues
ndcessaires par l'dvolution de la vie national, mais en
conservant la mouture de base.













1- UNE CONSTITUTION INADAPTEE

Notre Charte Fondamentale a 6t6 plus viol6e que res-
pect6e et ses normes, aussi bien ses principles traditionnels que
ses audaces noyatrices sont rests lettre morte. Ma premiere
proposition de r6flexion proc6de de la premisse suivante: ce
n'est pas seulement parce qu'elle est inappropriate que la Consti-
tution de 1987 n'a pas 6td observe, elle est d6faillante en soi.
EO elle 6t6parfaite de conception, de m6thode et comme instru-
ment, elle aurait 6t6 tout aussi bien violde, car il n'existe pas, en
matiere constitutionnelle, de vertus sui generis capable
d'engendrer, de maniere automatique, des comportements et
des pratiques conformes aux normes 6dict6es; le respect ou la
non-observance des principles ne dependent pas essentielle-
ment, voire exclusivement, de leurvaleur intrinsequemaisplut6t
de la coincidence dynamique entire, d'une part, l'ad6quation
des normes aux besoins et aux moyens, de l'autre, la volont6
collective (celle des dirigeants et celle des citoyens) de les mettre
en oeuvre.
C'est I'occasion de rappeler qu'une Constitution n'est
pas une panache. Si elle cr6e des institutions et des servitudes,
ellen'est pasgarante de l'application des premieres etdeseffets
des seconds, ni de leur function r6gulatrice de la politique qui
conserve sa dynamique autonome. Certes, si elle ne determine
pas! la vie politique, elle doit la structure, aussi son integration
A celle-ci est-elle n6cessaire pour engager le destin de l'Etat
et celui de la collectivit6 national. Mais son efficacit6 operation-





16 0


nelle n'est pas une donn6e toute faite, et elle est consacr6e par
1'exp6rience lorsque, sur une p6riode probatoire ou sur le long
terme, le respect des normes qu'elle 6dicte doit autant A la
cristallisation des comportements qu'elle induit et balise qu'A
l'efficacit6 des sanctions qu'ellepr6voitet AlavolontW collective
de se soumettre A celles-ci et d'adopter ceux-la. Mais encore
faut-il qu'elle-meme, elle ne fasse pas probl6me, et qu'elle aide A
apporter des rdponses claires, simples et fonctionnelles aux
interrogations nationals.













2- LA REGLE DU "TOUT OU RIEN"

II est un impdratiffondamental don't la non-observance
justifie l'6laboration d'une nouvelle Constitution. Il s'agitde ce
que l'on pourrait appeler la regle du "Tout ou Rien", qui aurait
diu et qui devrapr6valoir si l'on veut s6rieusement construire un
Etat de droit. En effet, on ne manie pas une Constitution en la
mettantenrondelles etnul individu,nulle institution n'a le droit
de cider la mise en veilleuse commode de certain articles
pour se servir d'autres, et les innombrables mais ais6ment rep&-
rables mutilations, manipulations, interpretations arbitraires don't
la Constitution de 1987 a souffert au course de ces huit demifres
ann6es ont 6t6 autant de coups meurtriers ports A sa validity,
d'autant que ces initiatives d616teres ont cr66 des situations p6tri-
fi6es par la tolerance, la lassitude ou l'indiffdrence. Une Consti-
tution doit demeurerune r6f6rence s6rieuse mais dans le sens de
la sereine supr6matie plut6t que sous laforme d'une sacralisa-
tion qui l'expose au martyre. Lorsque la premiere n'est pas
6tablie, lorsque les hommes et les circonstances en alterent le
caractere absolu, la raison et le bon sens commandent de tirer
les conclusions n6cessaires.
Mon propos est de susciter une r6flexion sur l'altemative
qui s'offre a la conscience national: soit continue a s'accrocher
A ce texte en souvenir des flamboyantes esp6rances qui ont entour6
son adoption, soit reconnaitre que, pour le bien commun, il vaut
mieux appliquer la m6thode radical qui consiste A travailler sur
une nouvelle Charte en vue de remplacer l'actuelle R6publique,








mais pas n6cessairement sur les mines de l'une et l'autre,
car, dans ce domaine, il vaut mieux assumer l'hMritage plut6t
que de tout balayer, et faire du neufne signifie pas proc6der ex
nihilo.
Une telle demarche suppose que soient r6unies deux
conditions prdalables: une volontd politique suffisamment cre-
dible afin de convaincre les citoyens de la necessit6 d'amorcer
l'opdration, et ladisponibilitd de comp6tences dance domaine,
c'est-A-dire des professionnels qui acceptent les principles car-
dinaux qui doivent guider toute entreprise de ce genre: allier
les connaissances juridiques et un bon sens au ras des faits,
concevoir une Charte vivante plut6t qu'un produit de la raison
arbitraire, se soucier de cr6er une oeuvre pragmatique plut6t que
d'ddifier un monument A la gloire de principles nobles, peut-etre,
mais peu opdrationnels au regard des r6alit6s concretes, se
prdoccuperdelamise enoeuvrepratique de dispositions lesquelles,
d'un chapitre A l'autre, doivent s'articuler harmonieusement,
s'emboiter logiquement, se compl6ter structurellement. En
some, fabriquer une Constitution non A la measure de nos
ambitions avec le risque qu'elle demeure en porte-A-faux par
rapport A celles-ci, mais en concordance avec nos possibilities
socio-politiques, 6conomiques et mentales. La Constitution,
6paulantun dessein de longue haleine, doit, certes, entrainer la
socidt6 et la hisser A un echelon sup6rieur A son niveau actuel;
mais lorsque le corps social est malade, en 1995 encore plus
qu'en 1987 au moment oi 1'esp6rance cautdrisait les places
passes et minimisait les risques, les potions les meilleures ne
sont pas magiques et doivent 8tre administr6es A doses
homdopathiques. Atrop vouloir innover, onarisqud d'dtouffer
la socit6e au lieu de la gu6rir.













CHAPITRE I


UN PROBLEM DE PROCEDURE

Le Droit Constitutionnel et les pratiques enregistrdes A
travers l'histoire des principles d6mocraties dumonde identifient,
de fagontraditionnelle-maisnon limitative-trois approaches qui
sont aussi trois niveaux d'importance en ce qui a trait aux
changements A apporter au systeme constitutionnel d'un pays.
1.1 LES APPROACHES CLASSIQUES
Lapremiere consiste A amenderuntexte existant et encore
en vigueur selon des r6gles prdvues par la Constitution elle-meme.
La procedure de l'Amendement comporte, A son tour, trois types
d'intervention:
la suppression de dispositions qui se sont r6v~l~es
obsoletes, inoperantes et don't le maintien pourrait bloquer
certaines decisions rendues n6cessaires;
la modification de la substance ou de 1'6noncd de certaines
prescriptions pour en prdciser le sens ou pour les adapter A
la conjoncture, A des sollicitations nationals ou A des
engagements intemationaux;
enfin I'incorporation de nouvelles normes appeles A
r6gir des situations inddites.
Deux examples, parmi les plus significatifs, illustrent
cette mani&re de proc6der. La Constitution amdricaine adopt6e le








17 Septembre 1787, a connu vingt-six amendments en deux
siecles parmi lesquels il faut d6tacher le 13 6me portant sur f'aboli-
tion de l'esclavage en 1865; le 196me accordant le suffrage
61lectoral aux femmes en 1920; le 26eme abaissant Page de la
majority 61lectorale de 21 18 ans en 1971 .()
En France, la Constitution de 1958 a t6 amend6e six
fois; par example: en 1962, pour 6tablir le principle de l'61ection
du President de la R6publique au suffrage universal; en 1992, afin
d'incorporer des dispositions du TraitW de Maastricht au Droit
Public Franais par lamodificationdetroisarticleset l'introduction
de quatre autres(2).
LaReforme oilar6vision se distingue de l'Amendement
en ce sens qu'il ne s'agit plus de corrections mineures. Tout en
pr6servantlacontinuit6 institutionnelle du pays et sans remettre en
cause lanature du rgime politique, I'articulation despouvoirs et
l'esprit du syst6me 6tabli, particulierementau niveaudes libert6s
fondamentales, des droits et devoirs des citoyens, des rapports
entire gouvernants et governs, l'initiative entame cependant
certaines dispositions plus en profondeur que ne le ferait
I'Amendement.
La"CommissionVedel" de seize membres, pour laplupart
Professeurs de Droit Constitutionnel, 6tablie en France le 2
d6cembre 1992, fut ainsi charge de lardvision de la Constitution
de 1958, A partir de propositions faites par les pouvoirs consti-
tu6s, par des groups et des citoyens appel6s & dire leur mot sur
certaines questions controversies telles que la dur6e du mandate
pr6sidentiel assortie de possibilities de r661ection, ou l'opportu-
nit6 d'abroger I'Article 16 qui confure les pleins pouvoirs au
President de la R6publique dans des circonstances exception-
nelles, pour une dur6e limit6e et selon une procedure idoine. La
Commissionaremis sonrapportle 15 F6vrier 1993, Achargepour







le pouvoir constituent institu6, c'est-A-dire le Parlement, d'y
donner suite, surpropositiondu Gouvemement, Amoins que celui-
ci ne decide derecourirAlaproc6dure dur6f6rendum (Article89).
Enfin, dans la measure oui un consensus se d6gage en fa-
veur d'une nouvelle Constitution, soit de maniere pacifique en
fonctiond'une volutionnaturelle, soitcomme consequence d'une
rupture politique, la troisi6me approche vise au r6-am6nagement
d'un systeme par la transformation de la nature du regime, la
creation de nouvelles institutions, la modification des principles
r6gulateurs de la vie national. La demarche est g6n6ralement
confine A un pouvoir constituent, soit un Parlement auquel
seraient associ6es des comp6tences extemes, soit une Assembl6e
cr66e A cet effet. Au regard de laproc6dure, des objectifs et
des r6sultatsprospectifs, il n'y a pas seulementune difference
de degr6 avec les deux approaches pr6c6dentes, mais bien une
difference de nature dans la measure oui une nouvelle Charte
Fondamentalepeutchangerenprofondeuretdemaniere significa-
tive les rgles dujeupolitique.
Dans le cas qui nous occupe, c'est-A-dire l'avenir de la
Constitution de 1987, je propose de recourir A la troisieme
m6thode, car il faudrait consid6rer une bonne cinquantaine
d'amendements majeurs et autant de corrections de detail pour
pallier aux faiblesses du systeme 6tabli. Cette operation de repla-
trage risquerait de modifier l'6pure de l'architecture 6difide sans
pour autantrendre celle-ci plus op6rationnelle. Dans ce domaine,
une bonne chirurgie vaut mieux que de multiples pansements.
Pour les memes raisons, 1'Ntape intermediaire de lar6vision qui se
pr6sente, some toute, comme un ensemble d'amendements plus
profonds et de plus grande port6e, ne me semble pas non plus
appropriate dans la measure ou les propositions de refonte queje
soumets A l'examen ne portent pas sur des questions mineures, sur
des modalit6s d'ajustement de dispositions laiss6es intactes, ou








sur l'ad6quation des normes A de nouvelles situations, mais sur
la nature meme du regime politique et sur l'opportunit6 de cr6er
denouvelles institutions.
En tout 6tat de cause, il est un point sur lequel il convient
d'insister: la Constitution de 1987 aapport6 un souffle nouveau
anotre syst6me politique en exprimant les revendications de la
soci6t6 enmatiere de droits et de libert6s d6mocratiques. Certes,
sur bien des points elle n'a guere innov6, car elle a, fortjudicieu-
sement d'ailleurs, repris certaines dispositions de notre patrimoine
juridique. Aussi, quoique malmen6e etrdtrdcie comme une peau
de chagrin, elle devrait servir de moule pour sapropre redemption.
Car il est encore possible de preserver des parties de l'6difice
constitutionnel afin de permettre une reconstruction sur des
foundations plus solides.
1.2 LA PROCEDURE D'AMENDEMENT PREVUE
PAR LA CONSTITUTION DE 1987'
Avant d'aborder les themes fondamentaux qui, A mon
sens, devraient faire l'objet d'un examen attentif, il me parait
utile d'analyserles m6canismespr6vus par la Constitution de 1987
en vue d'y apporter des Amendements 6ventuels. Car un texte,
mime parfait Aun moment donn6, est touj ours susceptible d'etre
modifi6 etil estd'usage qu'il incorpore lesregles devant servir pour
ce faire, de maniere imperative et exclusive, car laproc6dure de
l'amendementc'est aussi duDroit.
Le Titre XIII de la Constitution de 1987 pr6voit, en effet,
des modalit6s qui appellent des remarques critiques sur deuxpoints
fondamentaux: le calendrier, pr6cis et contraignant, charge de
virtualit6sprobl6matiquesetlemoded'adoptiondesamendements.
1.2.1 UN CALENDRIER PRECIS ET CONTRAIGNANT
Lachronologie dtablie identified cinq tapes successives
devant conduire A l'amendement:







L'initiative, droit conf6r6 A l'une des deuxChambres ainsi
qu'au Pouvoir Exdcutif (Article 282). Aux terms de
I'Article 133, le Pouvoir Exdcutifest exerc6 par le Prdsident
de la Rdpublique, Chef de l'Etat, et par le Gouvernement
ayant A sa tete un Premier Ministre. II aurait fallu prdciser
que l'initiative de 1'Amendement est un droit reconnu au
President de la Rdpublique seul, ou encore A celui-ci sur
proposition du Premier Ministre et apres dl1ib6ration en
Conseil des Ministres, afin d'dviter des controversies fu-
tures au cas oi les deux branches du Pouvoir Executif
seraient en d6saccord politique sur le principle ou sur
l'ampleur de l'Amendement. Cette observation vaut aussi,
d'ailleurs, pour la mise en oeuvre de l'Article 111-1
concernant l'initiative des Lois.
L'adh6sion A la declaration d'opportunit6 par les deux
Chambres, A la majority des 2/3 de chacune d'elles au course
de la dernire Session ordinaire d'une L6gislature (Article
282-1).
La publication de ces propositions continues dans la
declaration A laquelle les deux branches du Parlement
auraient "adh6r6", surtoute l'6tendue duterritoire, afin sans
doute de permettre aux citoyens de prendre connaissance
des changements soumis Al'examen l1gislatif(Article282-1).
L'adoption de ou des Amendements, en Assembl6e
National, au course de la premiere Session de la Ldgisla-
ture suivante (Article 283) suivie de leur promulgation par
le President de la Republique encore en function, du moins
c'est ainsi qu'il faut traduire l'expression "sous le
Gouvernement de qui 1'Amendement a eu lieu" (Ar-
ticle 284-2).
enfin I'entr6e en vigueur des Amendements apres
l'installation d'un nouveau Pr6sident de la R6publique (Ar-
ticle284-2).








A supposed que la vie politique se fiat normalement
d6roul6e depuis 1990, l'initiativ'e auraitpu 8tre prise de maniere
global ("un paquet" d'amendements) oude maniere 6tal6e (une
succession d'amendements) An'importe quel moment entire 1991
et 1994, mais les deux tapes suivantes devraient se concrdtiser
entire le 13 Juin et le 12 Septembre 1994 (demiere Session de la
Legislature)(3); la quatrieme entire le 9 Janvier et le 8 Mai 1995, au
course de lapremiere Session de la466me Legislature complete
par la promulgation par le Pr6sident de la Republique et la
publication au Journal Officiel de la R6publique; et enfin,
seulement A un moment quelconque apr6s le 7 F6vrier 1996,
pourrait intervenir lamise envigueurdes amendments.
L'articulation des sequences et laportde de leur contenu
appellent des commentaires critiques don't il serait souhaitable de
tenir compete lors de l'61aboration d'une nouvelle Charte, qui doit
normalement incorporer les modalitds de sapropre modification.
En effet, il semble peu justifiable de ne pas permettre
A l'Assembl6eNationale d'adopter imm6diatement, c'est-h-dire
en course de Legislature, soit en session ordinaire, soit en ses-
sion extraordinaire, les points de revision: pourquoi attendre la
Legislature suivante etainsiobligerdenouveauxparlementaires
a statuer sur un document qu'ils n'auront pas, pour la plupart
sinon en majority, 6labor6 sans d'ailleurspreciserleurpouvoir
de modification 6ventuelle, encore que le mot "statuer" ouvre
la voie A l'alternative de l'acceptation ou du rejet. Toujours au
regard de la chronologie, on ne saurait admettre qu'un amende-
ment discut6 A la fin d'une Legislature, adopt par la prochaine
Assembl6eNationale de la suivante n'entre envigueur qu'apres
l'installation d'un nouveau Pr6sident, car quelques ann6es
peuvent s'6couler entire une revision rendue n6cessaire et son
application. Dans lamesure oiilar6-6lectionn'estpas admise, on
peut estimer qu'en proposant des r6formes, meme comportant







des "avantages" (notion qualitative lourde d'interpr6tations
controversies), un Pr6sident en function ne travaille pas pour
lui-m8me maispourunmeilleurfonctionnementdesinstitutions. Par
ailleurs, lehasard conjoncturel a,jusqu'ici, fait coincider, grosso-
modo, la dur6e d'une L6gislature avec quatre ann6es d'un
mandatpr6sidentiel de cinq ans, ce qui ramene A quelques douze
mois le d61lai entire le vote d'une r6forme et samise en oeuvre. Cette
concomitance n'est toutefois pas absolue et des elections
pr6sidentielles ne sontpasn6cessairementtenues enNovembre
de la cinquieme ann6e du mandate pr6sidentiel comme le prescrit
l'Article 134-2, et les constituents n'ont pas am6nag6 les moyens
susceptibles de r6soudre la contradiction entire, d'une part les
Articles 134-1 et 134-2 et de l'autre les consequences d6coulant
de 1'Article 149, plus r6aliste au regard des contingencies
humaines, car il pr6voit les cas de d6ces, d'incapacitd et de
admission d6bouchant sur des elections "dans les 90 jours au
plus". A supposerqu'unde ces cas de figure anticip6s par l'Article
149 se ffit pr6sent6 en 1994, nous aurions eu une 61lection
pr6sidentielle,lafinnormaledela45nmeLegislatureavecprobabilit6
de r6formes d6cidees avant le 12 Septembre, denouvelles elections
16gislatives enNovembre, une Assembl6e Nationale Apartir de
Janvier 1995 mais lamise enoeuvre desreformes constitutionnelles
n'interviendrait que cinq ans plus tard, soit en 1999.
Entenant compete dur6tablissement aupouvoir du Pr6si-
dent Jean-Bertrand Aristide, la procedure se trouve bouscul6e
d'une fagon encore plus inappropriee puisque, en son absence, la
456meL6gislaturen'apaspoursuivilaproc6duredel'Amendement.
Or l'initiative exerc6e par le Pouvoir Ex6cutif n'ob6it A aucune
contrainte de temps et le Pr6sident Aristide et le Gouvemement
peuvent normalement utiliser ce droit d&s maintenant, mais les
deux Chambres, issues des 61lections de 1995, devraient necessai-
rement attendre la dernire Session de la46Rme Legislature, soit








quelque part entire Mai et Septembre 1999 pour se prononcer,
i charge apr6s pour l'Assembl6e Nationale issue de la 476me
Legislature d'ent6riner les propositions, entire Janvier et Mai de
r'An 2000. Mais ces demieres ne deviendraient effective
qu'apres le 7 F6vrier 2001 puisque selon toute logique cons-
titutionnelle prospective, entire temps, nous aurions euune succes-
siondetroismandatspr6sidentiels chevauchantdeuxL6gislatures:
fin du terme du Pr6sident Aristide le 7 Fdvrier 1996, mais le
pouvoir lui est accord de proposer des Amendements A la
46eme Legislature; celle-ci ne peut les voter qu'entre Mai et
Septembre 1999 mais dans l'intervalle, unnouveau Prdsident
ayantpris function le 7 F6vrier 1996, il auraeu le temps n6cessaire
depromulguerlesamendementsvot6sparl'AssembldeNationale
issue de la 476me Ldgislature 6lue en Novembre 1999. Pour
appliquer P'Article 284-2, il faudra attendre que son successeur
prenne fonctionle 7 Fevrier 2001 pour que lanationbdndficie des
changementspourtantrendusndcessairesdes 1995!!! lIne s'agit
pas lA seulement d'un exercise de simulation prospective, mais de
la mise en oeuvre chronologique de la procedure, en vertu des
contraintes prdvues par la Constitution de 1987.
Aussi,conviendra-t-ild'amenagerlapossibilit6desortir
de cecalendrierrigide etdepr6voirdesm6canismes d'amendement
bienplus souples, rendus effectifs encours de Lgislature, assortis
bien entendu, de precautions garantes de cr6dibilit6.
1.2.2 UNE MAJORITY CONTESTABLE
Par ailleurs, il n'estpas sans int6r8t de mettre en evidence
une faiblessem6thodologique de la Constitutionde 1987, celle qui
concern le type de majority requis don't elle ne precise pas, de
maniere indiscutable, le mode de calcul. EnDroitParlementaire,
la majority est une notion mathdmatique (absolue, des 2/3) mais
elle doit tre qualifi6eparrdfdrence soitAl'institution(majorit6 du







corps), soit aux votants eux-m8mes majorityd des suffrages
exprim6s). L'Article 117 fixe leprincipe original enstipulant:
"Tous les actes du Corps L6gislatif doivent etre pris
A la majority des membres presents, except s'il en est
autrement prkvu par la pr6sente Constitution".
Or, I'Assembl6e Nationale est un organe non permanent
subordonn6 A la reunion de deux Corps d'in6gale importance
numerique: 83 D6put6s et 27 S6nateurs. La Constitution tient
compete de cette asymdtrie lorsqu'elle exige, pour fonderlavalidit6
de ses travaux, des decisions et des resolutions "la presence en
son sein de la majority de chacune des deux Chambres"
(Article 102) et lorsqu'elle stipule, en cas de revision, qu'elle "ne
peut singer, ni d6lib6rer sur 1'Amendement si les deux-tiers
au moins des membres de chacune des deux Chambres ne
sont presents" (Article 284). Mais ces prescriptions concemant
le quorum n6cessaire a l'initiation des travaux ne se retrouvent
plus pour ce qui a trait au mode de calcul de la majority dans la
procedure de decision. En effet, il n'y apas, A ma connaissance,
de RWglement Int6rieur de l'Assembl6e Nationale, aussi la
regle quis'impose est celle exprimee dans l'Article284-1: "Aucune
decision de l'Assembl6e Nationale ne peut etre adopt6e qu'a
la majority des 2/3 des suffrages exprim6s" etpas A lamajorit6
du corps votant, comme par example cela est bien pr6cisd pour
lacensure par l'une des deux Chambres majorityt6 de ce corps"
- Article 129-3), ou pour la mise en accusation devant la Haute
Cour de Justice ("La Chambre des D6putes a la majority des
2/3 de ses membres"-Article 186). En strict application de ces
dispositions, nous pouvons aboutirA la situation suivante: 2/3 des
Sdnateurs, soit 18, et 2/3 des D6put6s, soit 56, se r6unissent en
Assemble Nationale; A partir de 1A, 2/3 de ces 74 presents, soit
50, peuvent modifier la Constitution. Outre la n6cessit6 pour
celle-ci de bienpr6ciser, 6ventuellement, en quoi consistent des








formules telles que "parti ayant la majority au Parlement"
(Article 137) pourtenircomptedubicam6ralisme in6galitaire,
point sur lequel je reviendrai,il conviendraitqu'elle semontre
plus rigoureuse quant aux m6canismes de sapropre r6vision.On
ne sauraitconcevoir, d'unemaniere gen6rale,lanotion demajorit6
des votes en Assemblee Nationale, sinon que comme 6tant celle
interne A chacune des deuxChambres, afmde m6nagerlepouvoir
du S6natde laRepubliquenumeriquementenminorit6; enoutre,
il serait souhaitable que cette maj orit6 s'entende non de celle des
suffrages exprimes, mais des deux Corps. Ainsi il faudrait done que
laresponsabilitd de la rvisionincombe aumoins A 74 Parlemen-
taires (18 Sdnateurs et 56 Deputes).
1.2.3. UNE SOLUTION AD HOC
En tout dtat de cause, l'ordonnancement correcteur 6tabli
par la Constitution de 1987 ne prdvoitpas qu'elle puisse 6tre r6-
amrnagde enprofondeur; il nepermetpas nonplus auParlement
de ddlguer ses comp6tences, par example, un organisme ad
hoc, m8me par lui cr66, ni enfin A l'Exdcutif d'outrepasser ses
attributions afin de mettre sur pied une Assembl6e Consultative
form6e, par example, par une d6l6gation bicamerale et des ci-
toyens exterieurs au Parlement, professionnels du Droit et de la
Politique, qui pourraittravailler sur lardforme de la Constitution.
Une telle Assembl6e auraitpu dlaborerunnouveautexte,a partir
de la Constitution de 1987, lequel serait ensuite soumis a la
discussionpuisisonadoptionenAssembl6eNationaleetfinalement
ai lapromulgation avec effet d'application immediate et nonplus
diffdr6e.
Mais, depuis Juin 1988, lavie politique etleshommes qui
l'animent ont gdndrd une sdrie de decisions arbitraires adoptdes en
marge de laConstitution ouviolatrices de l'ordre constitutionnel.
II n'est pas sans intdret de rappeler bri6vement cette via








crucis par laquelle achemin6 lanation:
Juin 1988, coup d'Etatmettantbrutalement fin au mandate du
premier Prdsident l1u sous l'empire de la Constitution et
renvoi de la 44eme Ldgislature;
Septembre 1988, nouveau coup d'Etat militaire;
F6vrier 1989, rdtablissement tronqud de la Constitution
habilement amput6e des articles genants;
Mai 1990, nomination d'un GouvemementProvisoire selon
des modalit6s et pour une durde non conformesA I'Article
149 pourtant solennellement invoqud et creation, ex nihilo
d'un Conseil d'Etat, organe non prdvu par la Constitution;
Septembre 1991, nouveau coup d'Etat centre le Prdsident
61u le 16 D6cembre 1990 et installation une fois de plus d'un
Gouvernement Provisoire renvoyd huit mois plus tard par
un acte parlementaire, en marge de toute norme, pour faire
place A une "monstruositd constitutionnelle" sous la forme
d'un Premier Ministre sans Prdsident.
Ce meme Parlement, en Juin 1993, s'arrogera le droit de
r6tablirun Prdsident don't il avait pourtant constatd et entdrind la
admission, afinde luipermettre, Apartirde l'dtranger, denommer,
en Septembre, un Premier Ministre; celui-ci d6missionnera en
D6cembre etle pays sera, comme unbateauivrejusqu'Ace qu'une
parties du S6nat "nomme et ratifie", en lieuetplace de l'Assem-
bl6e Nationale, un nouveau Gouvernement monocdphale, c'est-
a-dire dirig6 cette fois par un Prdsident sans Premier Ministre.
Enfin, en Octobre 1994, un Pr6sident renvers6 et remplac6 de
multiples fois est rtabli dans ses functions Ala suite d'une interven-
tion et d'une occupation militaires dtrangeres qu'il a lui-mame
demanddes, en violation flagrante de la Constitution.
Tous ces tours de passe-passe et ces accrocs ont r6gu-
liUrementrequun label de justification dans le sens de lan6cessitd








politique jugde conjoncturellement supdrieure A la logique et A
la rigueur constitutionnelles. Evidemment la premiere est une
r6f6rence large, permissive et permeable a souhait; la second
est 6troite, contraignante et restrictive.
Du strict point de vue du Droit qui s'impose d'ailleurs
dans un Etat de droit lequel affirme la supr6matie de la lettre,
rigoureuse, sur 1'esprit, tolerant, de la Constitution, le pays se
trouve place dans une situation d'a-constitutionnalitO c'est-a-
dire en dehors de toute norme et la Constitution de 1987, en
lambeaux A force d'etre manipul6e, est p6riodiquement inter-
pell6e, de maniere incantatoire, comme pour lui arracher un
pouvoir r6siduel, mais en aucun cas elle ne remplit s6rieusement
et souverainement sa function de r6fdrence normative, comme
source premiere du Droit. Tant qu'elle est encore IA, familibre
mais impotente, il faut l'entourer afin qu'elle ne meure soit
brutalement, soit de 16thargie prolong6e.
Mais, quite A invoquer la pesanteur c.onjoncturelle,
pourquoi ne pas le faire dans un sens constructif, pour la bonne
cause cette fois, car lanon-observance de prescriptions pr6cises
afin d'entamer la rdforme de la Constitution A partir du texte de
1987, repr6senteraitbienun cart parrapport Al'orthodoxie, mais
une telle irr6gularit6 deproc6dure sejustifieraitparlemaintien
des libert6s et des droits, la preservation des points novateurs qui
ont apport6 des 616ments adjuvants A notre system politique, et
surtout la mise en oeuvre de m6canismes plus appropri6s pour
cr6er et preserver l'Etat de droit.
II incombera ddsormais aux nouvelles autorit6s 16gisla-
tives et executives 6lues lors des consultations qui devront se
ddrouler en 1995, de se pencher sdrieusement sur lapr6paration
d'unenouvelle Constitution.
En attendant, il m'aparuutile de verser, d'ores et d6ja, au








dossier de cette renovation indispensable, le produit d'un travail
professionnel et citoyen don't les lignes directrices seront, d'une
part l'6tablissement d'un catalogue des failles et insuffisances de
la Constitution de 1987, de l'autre l'61aboration de propositions
concretes soumises A la r6flexion et Ala discussion.

(1) Sur le syst6me politique amdricain, on lira avec intdret:
Marie France TOINET. Le Systeme Politique des Etats-Unis, Paris, Presses
Universitaires de France, Collection "Themis", 2e edition 1990.
Et aussi un article de Pierre JULLIARD:
"Le mythe de la stability constitutionnelle" in Pouvoirs, No 29, 1984.
(2) J'avais public un article sur la question "Le R6ferendum Frangais sur le Trait6
de Maastricht", Le Nouvelliste, No du vendredi 25 au dimanche 27 Septembre
1992.
(3) Une Proposition d'Amendement issue d'une des deux branches du Pouvoir
Ldgislatif ne peut pas etre d6posde au course d'une Session extraordinaire don't
l'objet est fix6 par le President de la Rdpublique (Articles 105 et 107); par contre,
ce dernier peut convoquer une Session extraordinaire A seule fin de soumettre au
Parlement des Projets d'Amendement.













CHAPITRE 2


LA SUBSTANCE ET LES FORMES:
DES MOTS POUR LE DIRE

Une Constitution n'est 6videmment pas un exercise de
style ou un morceaulitt6raire, mais celle de 1987 alaissd passer
un grand nombre de faiblesses dans lapresentation, le contenu
et dans l'expression, que l'on peut ais6ment repdrer et corriger.
Un travail syst6matique a t6 effectud dans ce sens et il suffit,
pour le moment, d'en signaler quelques examples.
2.1 UNE CONSTITUTION TROP GENEREUSE
A consulter notre Charte Fondamentale, ce qui retient
I' attention, d6s le depart, c' est la longueur dutexte qui conduit A
d'indvitables prescriptions r6pdtitives, tautologiques, ambigues,
voireparfois inutiles.
Une simple evaluation statistique aboutit A des r6sultats
surprenants. En effet, l'ordonnancement de l'ouvrage s'dtire, A
partir du Pr6ambule, sur 15 Titres, 17 Chapitres, 26 Sections et
englobe pas moins de 298 Articles num6rotds. Mais une lecture
attentive rdvele qu'en fait, nous avons 498 Articles don't 204
seulement sont simples, c'est-A-dire comportant des alindas, mais
pas de subdivisions chiffrdes.
II n'est pas sans intdr&t de poursuivre l'analyse dans
cette voie. 49 Articles sontdoubles('), g6nrantdonc98 points; 20







sont triplesM2 entrainant 60 donn6es; 12 sont quadrupleso)
d6bouchant sur 48 dispositions; 3 sont quintuples(4), donnant
naissance A 15 normes; 3 sont sextuples(5), aboutissant A 18
prescriptions. Lapalme ence domainemultiplicateurrevient aux
5 Articles 35-36-121- 129-200identifi6s de 1 A6, comportant
ainsi, chacun, 7 616ments, soituntotal de 35, A l'Article 111 qui
en engendre 9, tandis que l'Article 32 relatif A l'6ducation
caracole entete avec 10 suivants.
Que ces subdivisions aient 6t6 introduites avec l'in-
tention de pr6ciser et d'expliquer n'enleve pas beaucoup A
l'observation statistique laquelle, compl6t6e par l'analyse de
contenu, fait 6tat de redondances, de lourdeurs, voire de confu-
sion. La Constitution de 1987 est, de ce point de vue, la plus
g6n6reuse de nos Chartes; la plus succincte a 6t6 celle du 2 Juin
1935 avec 61 Articles completes par des Dispositions Sp6ciales
et des Dispositions Transitoires, et laplus longue jusqu'ici, celle
du 27 Aoit 1983 qui en a comport6 225.
Le premier effet de cette profusion est qu'elle n' est pas
d'un usage facile. Sans tre le livre de chevet du citoyen moyen,
une Constitution devrait se r6v6ler avant tout maniable, apte
Ala m6morisation aumoins des dispositions essentielles. Une en-
quote s6rieuse d6montrerait que les HaY'tiens les plus 6duqu6s ne
seraient pas capable de citer plus de 5 Articles, en dehors peut-
8tre de ceuxque l'actualit6 ou lapol6mique soumet Al'attention
du public, avant de les rel6guer dans la p6nombre de l'oubli. Et
encore! L'Article 291, bien stir, est present A cause de sa charge
controvers6e, et il s'est inscrit dans la m6moire collective un
peu comme le fameux Article 81 de la Constitution de 1950
avait frapp6 les esprits, A cause des d6bats soulev6s en Janvier/
Fdvrier 1957; l'Article 149organisantlavacancepresidentielle
a 6t6 tour A tour utilis6, renvoy6, r6cup6r6, mutil6, contest; les
Articles 200-6 et 201 sur la Cour Sup6rieure des Comptes et du








Contentieux Administratif ont, il y a deux ans, fait leur petit
tour de piste publicitaire avant de disparaitre ... La Constitution
existe comme untout dans laconsciencenationale etpar l'6voca-
tion constant, mais global, qu'on en fait de maniere mdca-
nique, mais pas dans les pratiques citoyennes. A c6t6 des
lacunes de l'6ducation civique qui a disparu de la plupart des
programmes scolaires, lamassivit6 dutexte d'ailleurs demeur6
6crit (en frangais et en crdole) est largement responsible de cet
6tat de fait. En plus de l'all6gement quantitatif, il serait souhai-
table de rendre laConstitutionplus accessible A la population,
majoritairement analphab6te, en utilisant les techniques de
l'oralit6, ce qui a de6j 6t6 fait mais de mani&re limit6e, dans le
cadre de certain programmes particuliers d'6ducationpolitique 6)
Cette prolixit6 formelle est en parties due au context
d'61aboration qui a porter les constituents A opter pour la con-
ception laplus large et lamoins technique de ce que doit etre une
Constitution: vision de la societ6 A construire A partir de sch6mas
iddologiques, au lieu de mode d'organisation pratique des pou-
voirs publics et des rapports entire gouvernants et gouvem6s.
VWritable r6quisitoire implicite des manquements passes, elle
prend en charge lasoci6t6 toute entire; elle en exprime les rejets
et les espoirs, les projects et mme les utopies, alors qu'elle aurait
pu etre froidement normative et proc6durale, 6noncer de
maniere d6pouill6e les grands principesprotecteurs, tablir les
droits et les devoirs de maniere concise et organiser l'articulation
des pouvoirs publics. S'efforgant de tout pr6voir, le texte se
penche sur la vie national dans ses aspects publics et collectifs,
mais s'introduit 6galement dans le domaine priv6 et individual,
comme si cette double consecration garantissait la pdrennit6 et
1'efficacit6 des normes. Dans le context de 1986, sans doute
6tait-il malais6deproc6der autrement devant l'impatience,
16gitime mais peu selective, de la collectivit6 et face a l'enthou-







siasme qui portait A tout faire passer par la breche ouverte,
porteuse d'esp6rance. Mais s'impose actuellement une codifi-
cation plus simple et la mise en place d'institutions et de meca-
nismes plus fonctionnels, conformes Anos habitudes et Alaportde
de nos moyens financiers et humanss.
Deux consequences parmiles plus 6videntes, d6coulent
de cette pouss6e tentaculaire.
2.2 LA MAITRISE STRUCTURELLE
L'ensemble s'integre dans une presentation quelquefois
d6sordonn6e, ce qui entraine aussi bien des redites que l'6par-
pillement des dispositions qui devraient, d6jAdans leur apparition
formelle, exprimer lapr6cisionetlarigueurtout enpr6servant les
qualit6s cardinals d'un texte de loi, c'est-A-dire la coherence,
I'6vidence dans l'articulation naturelle des normes appel6es A
s'emboiter et se compl6ter. Par example, le Sommaire qui doit
donner une vue synthdtique de l'oeuvre, n'est pas de lecture ais6e
et l'on'se perd un peu dans la nomenclature de division de
l'ensemble en Titres, Chapitres, Sections, Articles, eux-memes
sectionn6s en subdivisions comportant A leur tour des alin6as
identifies par des lettres minuscules. Tant de clefs contribuent A
compliquer et A obscurcir le texte alors que leur objectif6tait,
sans doute, de le pr6ciser et de l'adrer. Les Titres, Chapitres ou
Sections, n'ontpas besoin de se completer par autant de chiffres
et de lettres. Par ailleurs, il conviendrait d'identifier les insti-
tutions sans les faire pr6c6der de la preposition un peu obsolete
"de", en laissant ce genre pour se r6fdrer A des Pouvoirs. Ainsi,
l'on 6crirait Le Gouvernement, Le Parlement, mais Du Pou-
voir Ex6cutif.
Enpoursuivantl'analyseducontenudu Sommaire, onest
surprise de rencontrer, sous le Titre V De la Souverainet6
National, cinq Chapitresint6gr6s:








Chapitre I: Des Collectivit6s Territoriales etde la
Decentralisation.
Chapitre II: DuPouvoirL6gislatif.
Chapitre III: DuPouvoirEx6cutif.
Chapitre IV: DuPouvoirJudiciaire.
Chapitre V: De la Haute Cour de Justice.
Or, les premiers Articles de la s6rie qualifient la Souve-
rainet6Nationale, son mode et son champ d'exercice (Article 58)
et identifient, de maniere limitative, les trois Pouvoirs auxquels
le people en d61lgue 1'exercice (Article 59) et qui 6tablissent le
fondementde l'Etat (Article 59-1). Les Collectivites Territoriales,
entit6s administrative dot6es de lapersonnalit6 morale, ayant
pour certaines une existence 16gale ant6rieure A la Constitution de
1987 et pouvant etre cr66es par la Loi (Article 61-1), disposent de
prerogatives d6finies mais pas de pouvoirs de souverainet6
identifiant lesattributs exclusifs de l'Etat, 6manation et symbol de
la Puissance Publique. D'ailleurs laConstitutionelle-memetraduit
le souci constant d'6tablir la difference entire l'Etat, substance,
expression et instrument de la Souverainet6 Nationale et les
Collectivit6s Territoriales (par example, Articles 32-1,32-2,32-
4,32-9.200-1,250). meme si lad6signation de celles-ci provient
aussi du people d6tenteur de cette souverainet6 (Article 58-c). Le
Chapitre V relatifila Haute Cour de Justice netrouve pas saplace
de mani&re autonome, sous le Titre De la SouverainetWNationale,
car il s'applique aune fonctionjuridictionnelle d'exception issue
duPouvoir L6gislatif don't le mode de fonctionnement seratrait6
bien plus loin dans letexte (Articles 185 190). Une clarification
s'impose dans la structure de presentation du systeme constitu-
tionnel afin d'6viter des controversies. L'abondance se retrouve
encore dans la definition d6taill6e des droits (Articles 16 a51) et
des devoirs (Articles 52 a 52-3) des citoyens qui aurait pu 8tre







ais6mentraccourcie d'autant que l'int6gration de la Dbelaration
Universelle des Droits de l'Homme A notre syst6me
constitutionnel, des le Pr6ambule, au m8me plan que l'Acte
d'Ind6pendance de 1804 comme deux sources fondamentales,
puis dans l'Article 19, repr6sente une evocation originelle qui
aurait pu &tre suffisante; cette r6p6tition traduit toutefois, dans
un pays ou les droits ont t bafou6s et les devoirs pervertis,
unevolont6 d'ajustement de l'ancestralephilosophie universelle
des droits de l'homme au droit positif refatif A l'Etat, la nation
et lacitoyennet6; mais la transposition de certain impdratifs qui
rel6vent de la morale (Article 52-1), tels que s'instruire, res-
pecter le bien d'autrui... fournir assistance A personnel en danger,
donnent A la Constitution, l'allure d'un Dcalogue. De meme, on
peut s'interroger sur la n6cessit6 d'incorporer des dispositions
(Articles 41 A 47) qui relevent plutot du Code Penal; ou celles
qui s'6chelonnent de 35 A 36-6 qui trouvent leur place dans le
Code du Travail. La m8me observation s'applique A ce qui
concern lapropridt6priv6e (Articles3639), oulapension civil
(Article 48). Les Articles 234 A 244 offrent un d61layage contes-
table car il s'agit de prescriptions tires de la Loi sur la Fonction
Publique dontil estd'ailleurs faitmention. Pasmoins de 39 Articles
(de 24 A 27-1, puis 42, encore de 43 A 47, enfin de 173 A 184-1)
traduisent les citoyens devant les Tribunaux et organisent
l'Administration de la Justice!
Enfin, le texte gagnerait A op6rer des regroupements
th6matiques. Ainsi, lesr6f6rences Al'Assembl6eNationale (statut,
mode de reunion, functions) sont diss6min6es. On les rencontre A
partirde la Section C du Chapitre III duTitreV (Articles98 a A 2)
qui lui serait exclusivement consacr6e si l'onn'y avaitpas inclus
l'Article 103 concemantle siegeduCorpsL6gislatif, pr6cisionqu'il
aurait fallu rattacher A Article 88. Puis, de maniere discontinue,
les prescriptions y afferentes traversent le texte et on les retrouve







aux Articles 104 (ouverture des sessions), 139 (ratificationdes
traitss, 140 declarationn de guerre et encore ratification des
traitss, 149 (cas de vacance pr6sidentielle), 192 (formation du
CEP); de la on saute aux 276 et 276-1 (de nouveau la ratifi-
cation destrait6s curieusement englob6e dans les "Dispositions
G6n6rales"); enfin l'on passe au group form des Articles 278-1
A 278-4 relatifs A l'6tat de siege pour aboutir A la revision de
la Constitution (Articles2 A 284-1). II serait souhaitable de
rassembler sous un ri8me chapeau toutes les clauses relatives A
l'Assembl6e Nationale pour plus de clart6 et compete tenu de
l'importance de cePouvoir, importance sur laquellejereviendrai.
Dans le mme ordre d'id6e, onpeut observer que l'Article
162 sur la responsabilit6 conjointe du Premier Ministre et des
Ministres rend inutile le 169 et il peut etre ais6ment compl6t6 par
le 169-1 qui n'aurait, de ce fait, plus sa raison d'8tre; il en est de
m8me de l'Article 21 prolong par le 21-1 sur le crime de haute
trahisondontestpassibletoutcitoyen,ycomprislemilitaire (Article
42-1). Et toutes les dispositions concemant les militaires (Articles
42-2 42-3) devraient s'intdgrer au Titre XI qui traite de la Force
Publique et au Ghapitre I consacr6 aux Forces Arm6es, en
pr6cisant que le terme g6n6rique de "militaire" englobe aussi ou
non les agents des futures polices.
2.3 LE LANGUAGE DE LA CONSTITUTION
La second consequence de ce foisonnement met en
evidence les imperfections qui affectent l'Mnonc6 des prescriptions.
La r6daction d'une Constitution requiert des qualitds in-
dispensables et une technique linguistique propre. En tant que
source premiere et pivot d'un systemejuridique appel6 Apromou-
voir un Etat de droit fond6 sur des dogmes contraignants, et A
organiser l'Etat et la vie de lanation sur le long term, letexte doit
etre clair, explicit et pr6cis. II doit en outre 6viter les ambiguit6s







et les sous-entendus de maniere a assurer la supr6matie
fondamentale de la lettre qui est la norme, sur l'esprit don't
l'6vocation demeure l'exception, car tout ce qui estcodifi6 devient
regle, ce qui n'est pas dit peut bien releverdu sens commun mais
ne command pas l'observance par analogie ou par deduction. II
luirevient, pource faire, de s'6carteralafois dujargonherm6tique
accessible seulement aux hommes de loi, car il s'agit d'un instru-
ment A usage citoyen, mais aussi de ne pas tomber dans le double
piege de la familiarity et du vocabulaire A la mode, lesquels
l'exposent A d'in6vitables mutations dans la pratique, car le pas-
sage du language courant Ala codificationjuridique peut alter le
sens des mots, voire affaiblir leurport6e. Lar6daction ob6it, enfin,
A un raisonnement sp6cifique qui alimente les Dictionnaires
Constitutionnels. Toute Constitution associant des mots qui
experiment des id6es et des concepts relive de la science duDroit,
avec tout ce que cela comporte d'exigences grammaticales et de
rigueur syntaxique.
2.3.1 QUESTION DE LOGIQUE GRAMMATICALE?
Si, d&s le Pr6ambule, le Peuple Ha'tien proclame la
pr6sente Constitution, il devra affirmer, quelques lignes plus
tard, "ses droits" et non "les droits inviolables du Peuple
HaYtien" (Paragraphe 4). De meme, point n'est besoin, tout au
long du texte, de rappeler l'identit6 hal'tienne de l'embl6me
(Article 3), duterritoire (Articles 8 et 8-1) de lanationalit6 (Articles
10, 11. 12, 14), duPr6sident de la R6publique (Article 135), de
l'Etat(Article227-3), del'Administration Publique (Article234),
etc. Et l'6num6ration solennelle de l'Article 1 erestd'abord surpre-
nante:cen'estpaslaConstitutionquifaitd'HaYtiune"R6publique...
souveraine, ind6pendante... libre"; c'est plut6t parce qu'elle
possede d6j A ces attributes qu'elle est dot6e d'une Constitution. En
outre, le caractere "coop ratif" est bien charge d'obligations,
encore qu'il faille pr6ciser si on entendpar lAun mode de gestion








ou un syst6me d'organisation. Enfin, 8tre "d6mocratique" et
socialle, celane s'6dictepas, mais se construitdans le cadre d'un
programme. Ce ne sont pas 1A des normes A appliquer, mais le
produit d'une dynamique sur le long terme A constater et, au
besoin, stimuler.
"Haiti" revient9 fois dans letexte, le substantif "Haitien"
11 fois, tandis que l'adjectif"haYtien" be6nficie de 36 entries.
On peut ais6ment comprendre la portee patriotique d'une telle
insistence r6p6titive qui ne manque pas de charme nationalist
mais de pertinence normative, car un texte de loi n'a pas A refl6ter
des 6tats d'ame, m8me les plus nobles. Surunautreregistre, seuls
lesnomsne peuventfigurersur les batiments publics, les rues et
les ouvrages d'art, d'of la n6cessit6 de reformuler l'Article 7; le
suivantm6rite aussiune l6gre correction: on6crirait"I'utilisationi
d'une personnel d6c6d6e" ou "des personnel dkcedees" et
pas "de personnel d6c6d6e".
II faudrait, par ailleurs, uniformiser la-pr6sentation des
Collectivit6s Territoriales: la Section Communale, nous dit la
Constitution, est la plus petite entit (Article 62); la Commune a
l'autonomie administrative (Article 66); le D6partement est la
plus grande division... (Article 76). Dans le m8me souci d'ordre,
il convient de noter que le Service Civique Mixte Obligatoire
(Article 52-3)traverse laConstitutionpourdevenir, Al'Article268,
le Service National Civique Mixte Obligatoire, ce qui en alt&re
quelque peu la nature, car le caractere "national" donne al'obli-
gationune port6e plus universelle. A l'Article 32-8, autonomie et
ind6pendance A garantir aux surdou6s et auxhandicap6s semblent
equivalents et l'on pourrait reliever, en passant, qu'il n'est guere
equitable de placer sur la meme 6chelle d'6galit6 normative les
infirmes et les favoris6s de lanature... Onreste perplexe devant la
reference aux "masses" b6n6ficiaires d'une champagne d'alphab6-
tisation A intensifier (Article 32-9), tandis que la mention des







habitantss" des sections communales (Article 39), unique dans la
Constitution, introduit mentalement le "z" de liaisonet tr'aduit la
survivance involontaire d'un cr6olisme in6galitaire que le
context de 1986 aurait dfi bannir.
2.3.2 QUESTION DE LOGIQUE ORGANIQUE?
Une plus grande attention aurait pu 6viter d'identifier la
Banque Centrale comme un "organisme public autonome
jouissant de l'autonomie financiere" (Article 225), amoins de
pr6ciser qu'il s'agit, ici, du mode de fonctionnement, 1A, du statut.
Par ailleurs, ne faudrait-il pas parler uniform6ment de l'Adminis-
tration Publique, comme aux Articles 207 et234, ensemble des
activities gouvemementales s'exerant sousun regime de puissance
publique et non des Administrations Publiques, comme a l'Article
200-4. Une gale inattention explique que laConstitution souligne
la nature institutionnelle de l'Office de la Protection du Citoyen
(Article 207), puis lapersonnalisationdumeme appel6, A l'Article
207-3 Office du Protecteur du Citoyen.
2.3.3 QUESTION DE LOGIQUE DE PRESENTATION?
L'actualit6 ad6j Amis en evidence les effects pervers de la
maudite virgule malencontreusement gliss6e dans le texte frangais
(et pas dans la version crdole), de maniere officielle done
juridiquementauthentifide etop&rationnelle, al'alinda2 de I'Article
98-3 qui distingue deux segments de phrases, "de ratifier toute
decision" et soncompl6ment "de d6clarer la guerre", imperfec-
tion qui avait amend l'Assembl6e Nationale A dilater ses pouvoirs
de manire maximale, alors que le caractere limitatifde ces demiers
est, pr6cis6ment, formellement soulign6 AcetArticle 98-2. On se
souvient encore de la controversy suscit6e par la liaison, logique
au niveau de lapr6sentation, mais contestable en ce qui a trait A
l'interprdtation, entire l'Article 200-6 et 'Article 201, lorsque le
passage de l'un A l'autre avait permis de conclure que ce sont le







President et leVice-Pr6sident de laCour Sup&ieure des Comptes
et du Contentieux Administratif qui sont investis d'un mandate
de 10 ans et non tous les membres de cet organisme.
2.3.4 QUESTION DE LOGIQUE MATHEMATIQUE ?
Comment peut-on, en appliquant l'Article 192 choisir 9
membres surune liste de 3 noms pour formerly CEP? Il eit6t6 plus
convenable d'6crire... "une liste de 27 noins a raison de 3
proposes par chacun des 9 Dipartements...". Cela va de soi,
bien entendu, et c'est dans ce sens que cette disposition a de6j
6t6 utilisde. Mais cela irait bien mieux avec une autre formulation.
2.3.5 QUESTION DE LOGIQUE TEMPORELLE?
Le droitde censure ne devrait-il pas se limiter Aune session
et non A une ann6e (Article 129-6), confusion qui soul6ve
automatiquement l'interrogation: Quand? La gestion du temps
est diverse et vari6e et, a cet 6gard, il est int6ressant de reliever le
nombre de r6f6rences pr6cises au temps identifi6 dans pas moins
de 45 circonstances, comme par example le d61ai de residence
pour les diverse functions electives (Articles 65,70.79-4.96-4.
135-), le rgime des sessions l6gislatives (Articles 92-1 et92-2)
mais aussi pour commander des obligations imperatives ("sans
d6lai" -Article 115, "ex6cutoire surminute" -Article 26-2); tout
aussi r6v61ateur est le nombre d'adverbes de temps qui 6ta-
blissent, par delA la precision temporelle, des rapports de
concomitance, de pr6s6ance ou d'ant6riorit6.
2.3.6 QUESTION DE LOGIQUE FONCTIONNELLE?
Comment les deux Chambres peuvent-elles avoir un
d6saccord "relativement aux Lois" (Articles 111-3 et 111-4)
qu' elles sont cens6es voter entermes identiques (Article 120). Une
expression plus heureuse devraitplut6t 6voquer des projectss de
loi", r6ference A l'6tape du processus d'examen et d'adoption,







m8me si le Droit et la pratique parlementaires ont consacr6 la
distinction entire l'initiative gouvemementale (un project de loi)
et l'initiative parlementaire (une proposition de loi), l'une et
l'autre parfois confondues sous une forme g6n6rique dans la
Constitution. Le manque de rigueur aboutit au fait que dans le
meme Article 137, il est stipul6 que le President de laR6publique
choisit un Premier Ministre, puis son Premier Ministre,
alors que la logique d6coulant de 1'am6nagement des pouvoirs
dans la Constitution de 1987 devrait porter plutot A 6crire le
Premier Ministre, r6f6rence de pouvoir d'autant plus perti-
nente dans la forme, qu'aux terms de lapr6sente Constitution,
le President ne peut pas renvoyerle Premier Ministre, sinon le
contraindre, par la mise en jeu des forces politiques, A
d6missionner. Cette situation est identique A celle cr66e par la
Constitution Frangaise de 1958. Je reviendrai sur ce sujet.
Par manque de rigueur dans l'expression, on a dej a v6cu
une experience controvers6e au suj et de la convocation de
l'Assembl6e Nationale en session extraordinaire: l'Article 101
stipule "le Pouvoir Ex6cutif', tandis que les Articles 105 et
231-1 prdcisent "le President de la RWpublique". En fait, le
Premier Ministre n'est pas associ6 A la procedure, ni non plus
le Gouvernement dans lesens ofi l'Article 133 d6finit lePou-
voir Ex6cutif. Le Premier Ministre ne convoque l'Assembl6e
National qu'encas de vacancepr6sidentielle (Article 149). Telle
est lanorme dict6eettelle fut l'intention des constituents: l'une
et l'autre ne sont pas traduites dans la lettre et de maniere
constant avec suffisamment de clart6, impr6voyance lourde de
consequences car sur cette question capital comme d'ailleurs
en tout domaine, la lettre doit primer; encore faut-il qu'elle
s'impose et ne g6nere pas de d6bat d'interpr6tation.
Par ailleurs, la mise en oeuvre strict de 1'Article 148
et de l'Article 149 est charge de virtualit6s conflictuellesdans








la measure oui leurs dispositions font dtat de situations crd6es de
maniere sui generis, pourrait-on dire (surtout en cas de d6c6s),
sans une procedure de constat,juridiquement authentifi6e, d'une
impossibility temporaire (Article 148) ou d'une vacance
pr6sidentielle (Article 149) par une autorit6 de 1'Etat. Impli-
citement, cela signifie, par example, que seule la decision du
Premier Ministre de convoquer l'Assembl6eNationale 6quivaut
A un certificate de vacance pr6sidentielle, laquelle d6clenche la
procedure de mise en place de l'intdrimat. II serait souhaitable
que soit identifi6 un organisme pour ce faire et une procedure
incontestable aux yeux de la nation, de fagon A qualifier ce vide
de pouvoir A la tete de l'Ex6cutif: en cas de d6mission il
conviendrait de v6rifier qu'elle est une initiative volontaire, libre
detoutepression; encas demaladie, s'impose l'6tablissementd'un
diagnostic scientifiquement iridiscutable, par des m6decinsjouis-
sant de grande autorit6 professionnelle, qui attesteraient de
l'incapacit6 temporaire ou definitive A exercer les functions
pr6sidentielles. Dans tous les cas de figure, il cofiviendrait done
d'entourer l'application de 1'Article 149 de toutes les garanties
possibles car il fonde un acte irreversible. Dans le meme esprit,
ons'interroge sur le droitde convocation A de nouvelles 61ections.
Celle-ci est-elle A la charge du CEP ? Mais 1' Article 191 limited
ses responsabilit6s dans ce domaine au fait "d'organiser, de
contr6ler, en toute ind6pendance, toutes les operations
6lectorales", mais ne lui reconnait pas, de maniere indubi-
table, la faculty exclusive de fixer la date des consultations popu-
laires et surtout le pouvoir de faire respecter les d6lais prescrits A
l'Article 149. Celaestpar example explicit dans l'Article 130 qui
precise qu'en cas de mort, de d6mission... d'unmembre du Corps
L6gislatif, "il est pourvu ... par une 61ection partielle sur
convocation de I'Assembl6e Primaire Electorale faite par le
CEP dans le mois m8me de la vacance". En cas d'exercice
confirm de la d6mocratie, impliquant 1'existence d'unCEP







credible et dot6 d'autorit6 souveraine en mati&re 6lectorale,
I'application de l'Article 149 respecterait les comp6tences de
celui-ci; dans le cas contraire, elleestporteuse de conflicts. Ce n'est
pas la Loi Electorale qui peut en neutraliser les effects corrosifs sur
le systeme, carlaLoiElectorale, commen'importe quelle autre, ne
peut aller au delA de ce que prescrit la Charte Fondamentale,
pas plus qu'elle ne peut l'interpr6ter; ce doit 8tre la Constitution,
car pour ce qui a trait au Droit il est de la nature des pres-
criptions et il y va de leur efficacit6 qu'elles soient formellement
6dict6es.
Enfin, on ne saurait ne pas souligner une survivance
inutile gliss6e dans la Constitution. En effet, l'Article 108 stipule
que "chaque Chambre vWrifie et valide les pouvoirs de ses
membres et juge souverainement les contestations qui
9'elivent A ce sujet". N'est-ce pas la responsabilit6 du CEP
d'authentifier les r6sultats (Article 197) ? Or, aussi bienpour la
446me que pour la 45eme Legislature, des contestations se sont
6lev6es A ce sujet, ce qui porte atteinte A l'autorit6 prdsum6e du
CEP en lamatiere.
II ne s'agit pas lA de chicaneries, de pr6ciosit6 mais
d'616mentaires precautions pour l'avenir. La Constitution a,
certes, besoin d'une nouvelle sant6; elle m6riterait aussi une
toilette pour la d6barrasser de quelques scores et l6g&ret6s.
Fut-elle un discours, c'est-A-dire d'effet passage, cette double
operation de forme et de substance n'eft pas rev8tuun caractere
de n6cessit6. Mais elle estuntexte de loi charge de coiffer l'ddifice
juridique d'un Etat de droit, A vocation p6renne et d'utilisation
prolong6e, et elle se doit d'8tre precise et d6nu6e de toute
ambiguity
2.4 ANALYSE LEXICOMETRIQUE
Une approche ex6g6tique de la Constitution de 1987 offre








l'occasion de comprendre le texte dans sa presentation formelle
et de d6gager des enseignements qui nous permettent d'ap-
pr6hender, par delA la logique des mots, leur articulation et leur
fr6quence, des 616ments s6mantiquesr6v1lateurs de l'6tat d'esprit
des constituents mais aussi r6flecteurs de lamentalit6 collective et
traducteurs des aspirations du moment.
Lam6thode utilis6e est d'abord de nature statistique. J'ai
recens6 830 mots, classes par ordre alphab6tique. Ils sont
simples, A une 6crasante majority, mais parfois associ6s pour
designer des institutions comme, par example, la Cour de
Cassation. Les singuliers et les pluriels sont, pour la plupart,
r6pertori6s de maniere ind6pendante. Tel est aussi le cas des
verbes d6nombr6s selon leurtemps, dontcertains, comme le future,
sontclassiques enDroit.
Une attentionparticulibre a dte accord6e auverbe "8tre"
et A sa d6clinaison; c'est ainsi que sont retenus: "8tre", "est",
"sont", "soit", "soient", seraa", "seront", "6tant", "avoir
6t6", "serait". De tous les verbes celui-lA, par lui-meme ou
comme auxiliaire, sert d'instrument privil6gi6 A l'6nonc6
normatif, car il p6trifie les propri6t6s, codifie les qualit6s, com-
mande l'obligationet lapermissivit6,cristalliselesinterdits.
Une 6tude approfondie, Apublier plus tard, classera les
mots en function de leur dynamisme g6n6rique, c'est-A-dire de
leurs attributions normatives: verbes de pouvoir, de hi6rar-
chisation, de commandement, d'interdiction, de restriction;
adverbes de enforcement, de limitation; adj ectifs de sensibili-
sationou charges d'expliciter... Dans un second temps, il se
r6velera utile de retracer la permanence et la fr6quence des
terms A travers une analyse synoptique de quelques Constitu-
tions ant6rieures de maniere A d6gager des constantes dans
l'expression classique, mais aussi des spdcificits haitiennes,tant
il est vrai que le language du Droit est universal, mais que la langue







juridique de chaque pays, comme toute langue, s'impregne du
context national.
Pour le moment, il n'est possible que de proposer
quelques observations g6ndralestir6es del'examendece glossaire.
Du total de 830 mots, 280 soit le tiers, ne reviennent
qu'une seule fois dans le texte. Parmnni eux, il est assez surprenant
de rencontrer des mots symbols tels que "union", "alphabd-
tisation, "inconstitutionnel", "populaire", patriotismme, "con-
sensus"; il en est de meme des incitations telles que competencee",
"loyautd", "efficacitF", "discipline"; meme unicitd rdserv6e A
la "culture", A la mortt", au "bonheur" et aux "valeurs".
Un second group r6unit 297 mots cit6s plus d'une fois
mais moins de 5 fois. Parmi les 155 qui interviennent A deux
reprises dans le texte, nous trouvons "d6mocratie", et d6mo-
cratique" ce qui est un peu maigre; "Dieu" et "religieux",
"dictature" et "grandeur", le droit et un group de meme
famille: "jugement", "juridique", "judiciaire", justte, "justi-
ciable", auxquels on peut ais6ment accoler "l6galit6" et
"legislation".
La s6rie de fr6quence 3, avec 92 entrees, se situe bien en-
dessous et r6pete la dignity6", enseigne "1'Tordre", "1'6galit6" et
"l'int6grit6"; elle honore le "drapeau" et la "patrie"; elle
promeut "'Thomme" et "I'humain".
A partir de 4 r6p6titions on ne trouve plus que 50
expressions; parmi les plus significatives, il faut noter la "cen-
sure", la "force publique" et "I'imp6t".
Au toumant des 5 mentions, on enregistre une 16g6re
remont6e statistique : 51 mots don't le creolee" (alors que le
"frangais" a dfi se contenter de 3 r6f6rences), la "famille",
"'Tindividu", la "justice", le "Parlement", le "salaire", la
"souverainet6", la "trahison".





48


La Constitution honore 102 mots entire 6 et 10 fois:
"devoir", "autorit6", "education", la "politique", la "popula-
tion", "le ministry", "s6curit6"mdritent 6 rappels. L'"accord",
la "propri6t6", "1'ind6pendance", la "vie", le "juge", les
"d6put6s", la "commune", "1'6tranger" s'en voient gratifi6s de
8. Tandis que "les juges", le "crime", la "guerre", la "terre",
le "travail" b6n6ficient de 9 insistances, aumemetitre qu"Ha'ti"









A partir de 10 entries, il est int6ressant de reproduire
int6gralementles 114termesenfonctiondeleurordrede fr6quence
dans la Constitution de 1987.


10 ENTREES (10)

Egalement
Etranger (adjectif)
Jouir
Lois (Projets de)
Nation
Propri6taire
Social
Tribunaux
Vote
Vot6
11 ENTREES (13)
Administration Publique
CASEC
D6veloppement
Election (mode de designation)
Elections activity6)
HaYtien (nom)
Militaire
Objection
President
Protecteur
Sera
Serment
Suffrages


12 ENTREES (9)
Assurer
Collectivit6s Territoriales
C.S.C.C.A.
Respecter
Municipal
Nommer
Nul
Fixer
Haute Cour de Justice


13 ENTREES (4)
Exercer
Fonctionnaire
Personne
Soit
14 ENTREES (7)
Actes
Attributions
Corps
Ex6cutif (1')
Liberty
Obligation
Pouvoir LUgislatif
Soit









15 ENTREES (5)
Budget
Communal
D6lit
Priv6
Rdsider
16 ENTREES (5)
Citoyen
D6partement
Fonctionnement
Peine
Territoire
17 ENTREES (7)
Conform6ment (A)
Decision
D6termind (par)
Enseignement
Etabli
Forces Arm6es .
Jamais
18 ENTREES (6)
Avoir 6t6
Chambre des D6put6s
Nationality
Organisation
Pays
S6nateur(s)


A PARTIR DE 19 ENTREES
(47)
Gouvernement : 19
Conseil Electoral : 20
Juge : 21
Ministre(s) : 21
Sauf 21
Chaque 22
Conditions) 22
Etranger 22
Senat 22
II (impersonnel) 2 3
Elu(s) 24
Civil 24
Pouvoir Ex6cutif 24
Cour de Cassation 25
Ils 25
Assemble Nationale : 26
R6publique : 26
Corps LUgislatif : 27
National : 27
Premier Ministre 30
Doit 31
Droits (les) 31
Mandat 31
S6nat 31
Politique (adj.) 31
Session 31









Elle
Fonction(s)
Haitien (adj.)
Que
Droit
Chambres(les)
Lois
, Constitution
President de la
R6publique
Public (adj.)


: 33
: 35
: 36
: 39
: 41
: 43
: 47
: 54


: 55
: 62


Aucun
II (pronom)
Etat
Cas
Membre
Tout
Peut
Sont
Loi
Etre
Est


: 63
: 63
: 65
: 70
: 73
: 88
: 99
: 100
: 106
: 128
: 168








Que revle untel repdrage statistique ? D'abordun ordre
de fr6quence qui traduit une logique normative et, A cet 6gard,
un texte de loi n'est pas soumis A des contraintes de forme et
n'a pas A se soucier de rechercher des 6quivalences, des verbes
de substitution ou des adjectifs comparatifs pour faire du beau
et du bien 6crit. Aussi ne doit-on pas s'6tonner de retrouver dans
le texte des 616ments rdp6tds d'un vocabulairejuridique courant.
Cela dit, meme en tenant compete de ces evidences,
il n' est pas sans intdrdt de souligner l'insistance place encertains
mots qui 6voquent des concepts, des organes ou des pouvoirs.
Dans la cat6gorie des adverbes, par example, "6galement" (10
entries) et "conform6ment a" (17 entries) paraissentneutres, le
premier comme 616ment d'association, le second comme souci
de concordance avec la Constitution et la Loi; mais le concept
juridique "nul" dans le sens de personnel command 16 interdic-
tions; "jamais" jouit de 17 r6p6titions et "aucun" complete le
triptyque en intervenant 63 fois! Un martelement appel iA ban-
nir d6sormais des pratiques d6lteres auregard des droits humans
comme dans "Nulle peine ne peut etre ktablie que par la loi"
(Article 45), ou violatrices des principles d6mocratiques, tels
qu'6nonc6s, par example dans "Nul ne peut etre contraint A
faire parties d'une association" (Article 30-1). La formulation
est meme parfois surprenante de solennitd: "Nul membre du
Corps Ligislatif ne peut durant son mandate etre arrft ..."
(Article 115) alors qu'il efitdt plus simple d'6crire. "Un membre
du Corps LUgislatif"...
Les institutions se retrouvent dans le peloton de tate,
mais, prdcisdment, d'une maniere in6galitaire. Les "D6put6s"
sontmentionnrs 8 foismais les"S6nateurs" m6ritent 18 rappels;
de meme la Chambre des D6put6s est 6voqu6e 18 fois mais
le "Sdnat" 22. Est-ce l'indice d'une pr6sdance accord6e au
Grand Corps ? Dans la diversity parfois ambigue de son appella-







tion, les organes 16gislatifs b6n6ficient d'une vari6t6 identitaire:
"parlementaires" comme adjectifrevient A4 reprises; le" Parle-
ment" dans 5 circonstances; le"PouvoirL6gislatif'apparait 14
fois mais le Corps Lgislatif27; "l'Assembl6eNationale"jouit
de 26 rappels, mais "les Chambres" en sont gratifi6es de 43.
La Cour de Cassation est mentionn6e 25 fois non seu-
lement dans sa function d'ultime recours juridictionnel, mais
aussi dans l'exercice de certaines responsabilit6s partag6es (for-.
mation du CEP, fonctionnement de la Commission de Conci-
liation et de la Haute Cour de Justice).
L'analyselexicom6triqueconfirmel'importanceaccord6e
A l'Ex6cutif A travers le "Pouvoir Ex6cutif" actif dans 24
circonstances, "le Gouvernement" et "les Ministres" qui
reviennent, le premier 19 fois et les seconds 21 fois. A noter que
"le Premier Ministre" assure ses responsabilit6s A 30 reprises
mais "le Pr6sident de la R6publique" les siennes, rappel6es dans
55 occasions.
Il est assez significatif de souligner la fr6quence des
mentions faites A "I'Etat" don't la nature, les responsabilit6s
multiformes sont identifies A travers 65 apparitions. Nul
doute que la Constitution reproduit, A cet 6gard, des cons-
tantes psychologiques profond6ment enracin6es: A la fois
impersonnel, distant et redout6, I'Etat est present dans la vie
citoyenne et nous avons en gestation, par cette insistence,
comme une formulation parcellaire de l'alternative classique:
trop d'Etatou trop peu d'Etat? En fait, plutot que de fournir
des r6ponses Aces interrogations, la Constitution pare 1'Etat de
qualit6s qu'il devrait poss6der et qu'il n'a pas encore, et de
responsabilit6s qui d6passent ses possibilities et ses habitudes.
A elle seule, ellene suffit pas A effacerou Aneutraliser le poids d'un
pass recent; toutefois, A cet 6gard, elle s'accorde aelle-meme un
pouvoirr6dempteur assez significatif.









Enfin les r6ferences au "Droit" (41 entrees) et aux
droitss" (31 entrees), et surtout A "la Loi" martel6e dans 106
rappels, vocation demajest6comme dans "conform6ment A
la Loi" ou sp6cifique se rapportant A une loi particuliere,
existante ou A 6dicter, d6montrent le souci obs6dant d'arrimer
notre vie national A une solide armature normative. Et, en un
luxe un peu narcissique, la Constitution se r6fere A elle-meme en
54 occasions: dans cette insistence, il faut voir 1'effet d'un miroir
grossissant comme pour rappeler sapropre suprdmatie.
Une telle etude est, bien entendu, rv61latrice de prdoccu-
pations, de tendances; elle met en evidence une permanence,
par delA des redondances ou des analogies, et traduit une maniere
de s'exprimer enracin6e dans notre culture et nos traditions
juridiques. Plus que d'un style, on pourrait parler d'un language
sp6cifique. Mais de telles pistes doivent 8tre balis6es par une
analyse comparative des Constitutions passes, et le recensement
des continuitds et des ruptures langagi&res afin de d6gager, par
delAles mots signifiants, lav6rit6 des choses signifies.
(1) Les articles suivants :
1-4 -7-8 -9-21-25-27 -29-34-41-44-54 -59-61-63-66- 80-90-
107-112-120 -125-135-137 -139-149-159-169-178 -180-181-182-
184-188-195-206-211 -213 -214-231 -248-265-269-279-281 -282-
285 293
(2) Les articles suivants :
12 16 26 30 52 60 93 95 99 114 173 183 189 191 194-
228- 236 263 275 276
(3) Les articles suivants :
24 28 31 42 92 98 -130 134 207 264 268 289
(4) Les articles suivants :
227 278 284
(5) Les articles suivants :
55 87 -267 .
6) Le RDNP avait ainsi expliqu6 la Constitution de 1987 A ses militants au course
de divers programmes de formation politique.
(7) Une version de ce passage a ddjhA td publi6e dans Rassemblement, le Magazine
du RDNP, Aoflt 1993.













CHAPITRE III


LA CONSTITUTION ET LA LOI

Le vocabulaire politique, ici et ailleurs, a r6introduit, en
laconsacrant sur des bases rdnov6es, l1'expression "Etatde droit"
dontl'6tablissementetlapr6servationconstituentlesdeuxobjectifs
cardinaux d'un systeme d6mocratique. En qualifiant l'Etat tout
court et en recouvrant une forme d'organisation des rapports entire
les gouvernants et les gouvemrn6s, mais aussi entire les citoyens
eux-memes, l'Etatdedroitconfereun label de qualit6iun regime
politique, car il promeut, met en oeuvre et protege un certain
nombre de principles et de pratiques lesquels, A leur tour, attestent
son existence: garantie des droits et des libert6s indivi-duelles;
6galit6 citoyenne devant la loi appel6e A 8tre universelle et
impersonnelle; soumission de tous les pouvoirs, publics et priv6s,
auDroit; souci dejusticetout courtetdejustice social. Ici encore,
il s'agit de souligner que l'on ne d6cr6te pas un "Etat de droit"
comme un6dit: onexprime lavolont6 constant de lemaintenir, on
s'engage A en observer les servitudes dans des contextes soumis
aux alas de la conjoncture et aux caprices des hommes.
Dans cette perspective, la Constitution demeure lapierre
angulaire de l'6difice, et l'emboitement des lois qui proc6dent
d'elle estune entreprise delicate, car celle-ci exprime la supr&-
matie de lapremiere sur les seconds charges d'en expliciter les
normes, mais les lois sont consid6r6es comme des "dpreuves de
v6ritd" dans la measure of, 6tant moins solennelles, plus








fonctionnelles et devant 8tre plus proches des r6alit6s concretes,
elles authentifient ou infirment 1' ad6quation de la Loi-Mere au
temps, aux.exigences politiques et sociales, et aux mentalit6s.
Certaines 6vocations de la Loi sont majestueuses et
impersonnelles, qualit6s d'ailleurs exprim6es dans l'emploi alter-
natif du present et du future qui servent A 6noncer des v6rit6s
g6n6rales etpermanentes, des maximes imperatives indiscutables,
voire des lapalissades consacr6es par la tradition; de fait, elles
requierent la forme majuscule, telle "Les Lois de laR6publique",
ou laproclamation de 1' galit6 des citoyens devant la Loi, "Bul-
letin des Lois et Actes". D'autres mentions servent a traduire
une progression demonstrative comme celles qui rythment la
navette entire les deux Chambres et entire le Parlement et le Pou-
voirEx6cutif. Enfmnombred'entre elles sont sp6cifiquestelles les
7 qui se rapportent aux 61ections ou celles qui concement les lois
budg6taires.
Comme pr6c6demment soulign6, la Constitution se r6fere
A elle-meme A 54 reprises. En fait, ce renvoi endogene est
tautologiquea') et partant inutile, A moins qu'il ne s' applique A un
article pr6cis et de portde exclusive(2'
Plus r6v61ateur est le nombre de mentions qui sont faites
de la Loi (105 fois), des lois (47 fois), voire de la conformity6 A la
Constitution et A la Loi" (9 fois), une association en symbiose du
tout et de lapartie, de la source et de son application que l'onpeut
plus logiquement trouver dans une loi qui doit scrupuleusement
proc6der de la Constitution. Quel que soit le domaine d'appli-
cation, une loi doit, en effet, refl6ter strictement les prescrits
constitutionnels. A titre d'exemple, une Loi Electoralene saurait
modifier 1'age requis pour 8tre l1u ou comporter des conditions
autres que celles libl66es al'Article 91 (s'agissant des S6nateurs);
et r6clamer une caution pour exercer un droit citoyen comme
l'ont faittoutes les Lois l1ectoralesjusqu'icirrepr6sente, en dehors







. des possibilities de corruption qu'elles ont introduites dans le
system 61lectoral, une violation de laConstitution. Dans le m8me
ordre d'id6es, la "Loi" du 9 Juillet 1990 avait fait du Conseil
Electoral un Tribunal Supreme alors que d'une part, la Constitu-
tion n'accorde A ce dernier, en son Article 197, que des comp6-
tences contentieuses, par example pour determiner si les pieces
fournies par un candidate sont authentiques; que de l'autre la
Constitutionproclame, sans 6quivoque aucune:
"II ne peut ktre cr66 de Tribunal Extraordinaire sous
quelque denomination que ce soit" (Article 173-2);
etqu'enfinle CEP commetoutorgane de l'Etatn'estpas au-dessus
des lois, et il est possible des Tribunaux ordinaires, tout comme le
Gouvemement. II convient d'aj outer que dans un Etat de droit, les
droits des citoyens sont pr6serv6s lorsqu'ils disposentde recours
contre n'importe quel d6tenteur de pouvoir, pour annuler une .
decision ou pour en suspendre les effects aub6n6fice duplaignant.
Je reviendrai sur ce point en traitant du Conseil Constitutionnel
dontj e propose la creation dans une nouvelle Constitution.

3.1 LE PROBLEM DE LA VALIDITE DES LOIS
L'abondance des references conduit Acertaines observa-
tions. En premier lieu, en consultant la Constitution, il n'est pas
toujours ais6 d'6tablir la distinction entire les lois existantes et
encore en vigueur parce que ni abrog6es ni contraires A la
Constitution, et celles que le Parlement devraadopter; et seuls des
sp6cialistespeuventd6melercet6cheveaud'autantque lapublica-
tion irr6gulibre du Bulletin des Lois et Actes et l'absence d'un
fichier commode de consultation rendent al6atoire le rep6rage
syst6matique des unes et des autres. A noter que certaines
dispositionsreleventduCodedu Travail, du Code Civil ou
du Code de Proce6dure P6nale, la plus insolite dans le








texte 6tant ladispenseaccord6e Auncitoyendetemoignercontre.
lui-m8me ou ses parents "jusqu'au 46me degr6 de consan-
guinit6 ni au 2Ume degr6 d'alliance"! (Article 46). Cependant,
il convient de souligner que cette prolif6rationtraduit deux pr6-
occupations: d'une part, donner au pays une armaturejuridique
touchant tousles aspects de la vie national; de l'autre, par leur
integration dans la Charte Fondamentale, en constitutionnaliser
les obligations 6ventuelles de fagon A empicher qu'une initiative
quelconque et dans quelque domaine que ce soit, se r6vele
contraire A la Constitution. Ainsi celle-ci fourmille de formules de
restriction telles que "sauf '(21 fois), d'interdictions exprim6es
par l'emploi frequent de certainstermes imp6ratifs tels que "nul",
"jamais" et "aucun". Mais en proc6dant de cette mani&re, les
constituents ont alourdi le texte et introduit des confusions rela-
tives aux sources du droit.
Une nouvelle version de la Constitution gagnera en
precision, en 6tablissant la claire distinction entire les lois exis-
tantes et celles qu'il seran6cessaire de fabriquer ennombre limit.
En effet, la Charte Fondamentale a 6tabli un florilege d'obliga-
tions, A charge pour le Parlement de leur donner la traduction
proc6durale et technique pour fonder leur validity. Celaimplique
un travailtitanesque et A supposed que le Parlement dispose des
comp6tences internes ad6quates et d'un corps de sp6cialistes
ext6rieurs, il faudrait computer avec plus d'une L6gislature pour
preparer sdrieusement la quarantine de lois n6cessaires rien que
pour appliquer la Constitution, mettre en oeuvre et faire fonction-
ner les organismes nouveaux, ce qui laisse peu de temps pour la
creation normative indispensable pour changer la soci6t6, les
structures scl6ros6es, les habitudes obsoletes ou stdriles. Trop de
lois tuent la Loi, rdpetent les experts et les praticiens du Droit,
d'autant que, selon la maxime universelle "nul n'est cens6
ignorer la Loi". Certes, un Etat A construire et A moderniser a







besoin de codes de r6f6rences mais 1'efficacit6 de 1' imprimatur
normatif est inversement proportionnel aunombre qui peut faire
penser A un carcan menagant, alors que la loi doit avant tout
s6curiser. II faudra travailler en terms de quality plutot que de
quantity afmde limiter, Aterme, 1'effetpemicieux sur lavie natio-
nale d'une potentielle logorrh6e 16gislative provoqu6e par la seule
application de la Constitution avec d6jA, A court terme, deux
risques majeurs: labanalisation de laloiet sanon-observance. En
raison du faible degr6 de participation citoyenne dans le processus
d'l1aboration des lois, par example sous la forme d'initiatives
6manant des parties, des Associations c.iviques transmises aux
parlementaires oau l'Ex6cutif, le premier risque est, pour le
moment, plus th6orique que r6el. Par centre, le second est
imm6diat car il touche A la vie quotidienne et surtout affected les
esp6rances soulev6es par la Constitution. En effet, celle-ci charge
l'Etat et,dansune certain measure lesCollectivit6s Territoriales
don't l'existence et le fonctionnement sont encore dans les limbes,
de responsabilit6s 6crasantes, en matiere de sante, d'6ducation et
jusqu'A la creation du Service Militaire obligatoire pour tous
les HaY'tiens ag6s de 18 ans au moins et en plus, d'un Service
National Civique Mixte Obligatoire (Article 268). De deux
choses l'une: oule Parlementn'adoptejamais les loisrequisespour
estimer que les prescriptions sont excessive done inop6rantes, et
dans ce cas, il viole la Constitution par omission; ou il repro-
duit fidelement les exigences que celle-ci lui prescrit, aussi g6-
n6reuses que g6n6rales, et les lois demeurent mortes dans leur
lettre et dans leur esprit. Ainsi, A breve 6ch6ance, I'activit6
16gislative court le risque de devenir, de ce point de vue, abstraite
ou inop6rante. La Constitution de 1987, A force d'8tre volon-
tariste peut devenir vell6itaire et perdre sacr6dibilit6 aux yeux de
lapopulation pour laquelle elle demeurerait une coquille vide,
incapable de promouvoir ses aspirations 16gitimes A un
changement de ses conditions d'existence.








Pamrallementicetted&cantationetdanslaquelles'introduit
la perspective d'une limitation programmatique, il convient de
proposer certaines precautions fondamentales.
En effet, deux Articles de la Constitution r6velent des
anomalies implicites don't la port6e est lourde de consequences
pour l'avenir; d6finissant lespouvoirs de la Chambre des D6put6s,
il est stipul6 ce qui suit:
Les autres attributions de la Chambre des D6putis
lui sont assign6es par la Constitution et par la Loi "(Article
931).
En 6cho A cette disposition, il est prescrit parmi les
responsabilit6s du S6nat:
Exercer toutes autres attributions qui lui sont
assign6es par la Constitution et par la Loi" (Article 97-3).
Cela signifie que les deux Chambres pourraient adopter
des Lois leur permettant de dilater leurs pouvoirs, alors que ces
derniers sont de nature essentiellement constitutionnelle et done
limit6e, et non legislative, ce dernier caractere ouvrant la voie,
pratiquement, Aune omnipotence parlementaire, source de derive
et d'abus3)-
II conviendra d'appliquer aux deux Chambres prises
s6par6ment le principle de restriction constitutionnelle 6rig6 pour
l'Assembl6eNationale, tel que formula dans l'Article 98-2).
Les pouvoirs de I'Assemble Nationale sont
limits et ne peuvent s'6tendre A d'autres objets que ceux
qui lui sont atribu6s par la Constitution ".
3.2 LA LOI ET LE REGLEMENT
Un autre point A pr6ciser est ce qui relive de la Loi
proprement dite par rapport au R6glement. La Constitution








accord un champ d'application infini A lapremire lorsqu'elle
6dicte, en son Article 111:
Le Pouvoir LUgislatif fait des Lois sur tous les
objets d'interkt public ".
3.2.1 LE DOMAINE DE LA LOI
Par delA le principle qui confirm une prerogative exclusive
reconnue au Parlement, il serait souhaitable, qu'entermes pra-
tiques, il soit bien 6tabli, en un Article unique et sous une forme
limitative, ce qui est dudomaine de la loi vote selon laproc6dure
requise:
l'initiative reconnue A l'une des deux Chambres et au
Pouvoir Ex6cutif:Article 111-1.
le vote en terms identiques par les deux Chambres :
Article 120;
la promulgation par le President de la R6publique: Article
121;
la publication au Journal Officiel de la Rdpublique: Article
125.
3.2.2 L'AUTORITEPARLEMENTAIRE
La Loi jouit, de ce fait, de l'autorit6 de "la chose
lgifir&e". A cet 6gard, 1'actualit6 r6cente souligne l'intdret qu'il
y aura A bien pr6ciser les pouvoirs et les responsabilit6s, lorsqu'il
s'agit des Lois. Untextejuridique regoit le label de Lois seulement
s'il est d61lib6r6 au Parlement et adopt par les deux Chambres
selon la procedure indiqu6e(4). Aussi, lorsque la Constitution
prescrit, en son Article 191-1 que le Conseil Electoral Permanent:

6labore 6galement le Projet de Loi Electorale qu'il
soumet au Pouvoir Executif pour les suites n6cessaires ",
il va de soi que ces "suites" incorporent les diff6rentes tapes de








l'itin6raire d'adoption et de la mise en oeuvre de la Loi5(), entire
son point de depart des spheres de l'Ex6cutif (car le CEP n'a
pas d'acc6s direct au Parlement), son passage oblige dans les
deux Chambres et son retour 1' Ex6cutifpour la "suite" finale,
c'est-A-dire la promulgation et la publication. Mais il vaudra
mieux expliciter la procedure afin d'6viter que ces "suites"
n'escamotent la sanction 16gislative, car l'Ex6cutifne pourrait
promulguer directement que les lois d'habilitation, les ordon-
nances (deux formes qui n'existent pas dans notre Constitu-
tion)(6) ou des d6crets-lois mais cette demiere prerogative n'6tait
reconnue qu'au Conseil National de Gouvernement, A titre
exceptionnel, en vertu de la Disposition Transitoire libell6e
dans l'Article 285-1:

Le Conseil National de Gouvernement est auto-
rise a prendre en Conseil des Ministres, conformement A
la Constitution (7) des decrets ayant force de Loi jusqu'I
l'entree en fonction des Deputes et S6nateurs Olus sous
1'empire de la prksente Constitution".
Dans aucune autre circonstante la Constitution n'dtablit
cette derogation au profit de l'Ex6cutif. Ainsi, pour des raisons
conjoncturelles, la 46&me L6gislature ne succ6dera pas
imm6diatement A la 456me. En aucun cas l'Ex6cutif ne peut
gouverner par d6cret ayant force de Loi. D'ailleurs, une nou-
velle Constitution en prohibant formellement ce recours en lieu
et place de la Loi devra bien pr6ciser en quoi consistent les
D6crets entendus comme 6tant des decisions ex6cutoires A
port6e g6n6rale ou individuelle, signs soit par le President,
soit par le Premier Ministre (d6crets de nomination, d6crets .
d'application, par example) mais dans la sphere de leurs
attributions qui ne rel6vent pr6cis6ment pas de la competence
legislative.







Une fois adoptee et rendue exdcutoire, la Loi s'impose
datous et se qualifiepar sadurabilit6, mais aussi par l'impor-
tance des questions auxquelles elle apporte une codification nor-
mative, contraignante et qui s'impose atous: les droits et libertds,
les Finances Publiques, le fonctionnement des institutions, la
D6fenseNationale, les Affaires Etrangeres, le systeme electoral.
3.2.3 LE RECOURS ABUSIF A L'URGENCE
A cet 6gard, il convient de d6noncer fermement une
habitude d6l6tere prise qui consiste a solliciter le b6n6fice de
l'urgence pour le vote des projects de loi d'initiative executive,
alors que les sujets couverts sont d'importance capital et
m6ritent un examen approfondi par les deux Chambres. L'ur-
gence est un regime d'examen des textes de loi qui permet
d'6viter lanavette entire les deux Chambres telle que pr6vue par
la Constitution et donc rdduit les lectures, avec intervention
6ventuelle d'une commission mixte paritaire. Cette procedure
c6l6re est par nature exceptionnelle; latendance a 6t6 prise de la
solliciter pour n'importe quel texte et il serait souhaitable que la
Constitution fixe les conditions d'application afin d'en limiter le
recours.
3.2.4 LE REGLEMENT
Le R6glement doit, lui aussi, tout comme la Loi, 8tre
soumis aux prescriptions constitutionnelles, aux lois et m8me
aux traits. C'est une decision prise par les autorit6s adminis-
tratives et executives, en function d'une procedure plus celre,
applicable A des secteurs precis ou pour la mise en oeuvre d'une
Loi. Lepouvoir r6glementaire s'applique normalement A tout
ce qui n'est pas dudomaine de laLoi express6ment d6limit6; il
tient compete des contingencies de la vie national et des possibi-
lit6s des pouvoirs publics et il se r6vele, de ce fait, plus souple et
pragmatique et permet une modulation plus pratique des







responsabilit6s. Jouissant de 1'autorit6 de "la chose d6cid6e",
il peut etre plus ais6ment abrog6. Cela dit, la formulation des
dispositions concemant les domaines respectifs de la Loiet du
R6glement devra 6tre assez precise et claire, de fagon A pr6-
server les prerogatives parlementaires en ce qui concede les
matieres soumises A lacomp6tence 16gislative, et viterque sous
couvert de reglementation 1'Exdcutifou, a term, une Collectivit6
Territoriale n'6tende trop ses responsabilit6s en ce domaine. Si
pour des raisons pratiques, aussi bien financieres qu'humaines,
et pourtenir compete d'une n6cessaire modestie qui doit temp6rer
les impatiences et moduler les r6alisations, le domaine de laLoi
ne saurait Etre illimit6, il vade soi que le pays doitpouvoir disposer
d'un ensemble de textes 16gislatifs pour encadrer les decisions
collectives. Entout 6tat de cause, lar6partition des comp6tences
en la matibre serait soumise A la vigilance du Conseil Constitu-
tionnel.
3.3 UN SYSTEM DE SECURITY CONSTITUTIONNELLE
La s6curit6 constitutionnelle est garantie par laprimaut6
accord6e au Droit prot6g6 par la Constitution sur la Loi, A
charge pour celle-ci d'appliquer la Constitution, A la rigueur
l'expliciter, sansjamais pouvoirlamodifier. LaLoi estune oeuvre
humaine r6p6t6e A l'infini dans sa triple acception de "ce qui est
juste, de "ce qui est licite" et de "ce qui est prohibV"; elle
est toutefois trop soumise aux alas de la politique, pas
n6cessairement perverse mais changeante, aussi elle ne constitute
pas un filet suffisamment protecteur contre les alterations et les
d6rivespossibles.
Aussi, tout syst6me juridique place la Constitution au
sommet de lahierarchie des normes et lui confie lafonction d'ul-
time garde-fou; eneffet, s'il est plus facile d'annulerunArrit6 ou
un R6glement que d'abroger une Loi, celle-ci se r6vele plus








vulnerable aux changements qui peuvent justifier sa caducit6
que la Constitution elle-meme.
Siune d6cisionde nature international engageait le pays
dans un processus qui implique un abandon partiel de notre
souverainet6 au profit d'un ensemble a vocation supra-nationale,
ce n'est pas par une Loi que le changement devrait se traduire
dans lavie national maisparune modification de la Constitution.
L'Article 276-2 de la Constitution stipule:
Les Traitis et Accords Internationaux une fois
sanctionn6s et ratifies dans les forces prevues par la
Constitution, font parties de la L6gislation du Pays et
abrogent toutes les Lois qui leur sont contraires ".
C'est affirmer un peu trop lIgerement, je veux dire,
sans manager lapr6s6ance interne repr6sent6e par la Constitu-
tion et par les Lois, la supr6matie du Trait6 International sur le
dispositifjuridique national, d'autant que ces Trait6s sont ratifies
sous forme de D6crets (Article 276-1). Certes, cette supr6-
matie est une norme incorpor6e dans beaucoup de Constitutions
& travers le monde; mais l'application de ce principle n'est pas
automatique et, dans certain cas, la ratification parlementaire
n'est pas suffisante et elle se voit confirm6e par un r6f6rendum
populaire. Aussi, 1'Article 277 quistipule:

L'Etat Haiftien peut int6grer une Communaut6
Economique d'Etats dans la measure oil l'Accord d'Associa-
tion (8) stimule le d6veloppement 6conomique et social de
la R6publique d'HaYti et ne comporte aucune clause con-
traire a la Presente Constitution",

devrait, A mon sens Etre compldtde par une disposition plus
formelle: au cas oAi il s'av6rerait utilepour lepaysdeparticiper








A un syst6me d'int6gration impliquant non seulement des servi-
tudes techniques et programmatiques que la Loi peut codifier,
mais surtout une modification des principles fondamentaux de
souverainet6 afin d'assumer l'acquis communautaire, alors
s'imposerait un amendment constitutionnel. Tel serait le cas
pour une nationality commune, une monnaie unique ouune diplo-
matie int6grde.
3.4 UN ROLE POURLE CONSEIL CONSTITUTIONNEL

Toutes les d6mocraties modemes ont progressivement
admis la n6cessit6 de veiller sur la conformit6.de tous les actes
juridiques de l'Etat (Lois, Lois Organiques, R6glements, Syst6me
Electoral, Decisions de Justice parfois) A la Constitution charge
de coiffer le syst6me qui fonde l'Etat de droit. Cet organisme,
ind6pendantdestroisPouvoirs etrespectueux des prerogatives de
chacun d'eux, porte des titres diff6rents: Cour Supr8me, Cour
Constitutionnelle, Tribunal Constitutionnel; mais ses functions
sont,en gros, les mmes(9): veiller aurespect des normes 6dic-
t6es dans la Charte Fondamentale par les d6tenteurs du pouvoir
d'Etat.
Le principle d'intervention repose sur deuxpr6misses:
la premiere est que les Pouvoirs forms par des hommes et sur
des questions controversies peuvent errer, d61lib6rdment ou pas,
et produire des Lois ou des decisions lesquelles, en tout ou en
parties, s'6cartent des principles constitutionnels; la second est
que cette Magistrature sp6ciale, ce "chien de garde" de la
Constitution regroupe des sp6cialistes agissant en dehors des
contingencies et des pressions politiques et peuvent done, en
toute ind6pendance et en toute s6rdnit6, qualifier ces actes et
leur donnerou leur refuser le label d'authenticit6 constitution-
nelle.







Dans la Constitution de 1987, 1'Article 183 reconnait A
la Cour de Cassation, c'est-i-dire A l'organe qui coiffe un des
trois Pouvoirs, la possibility (mais non le droit syst6matique) de
se prononcer sur l'inconstitutionnalit6 des Lois; mais sa comp6-
tence ne s'exerce que s'il y a litige et sur le renvoi qui lui en est
fait, autrement dit, elle n'est pas automatique et les m6canismes
de saisine relvent de la procedure des tribunaux, ce qui prive les
organismes 6tatiques, voire les citoyens organisms, duprivilfge de
acescs direct. Il convien.draitd'6tudier s6rieusementlapossibilit6
de cr6er un organisme specialist charge du contr6le de
constitutionnalit6, d'en fixer la composition, les functions, les
modalit6s d'acc6s avec une triple competence, ou plutot un
pouvoir d'intervention A triple volet: une autorit6 preventive
(apres l'adoption des Lois et avant leur promulgation);
retroactive, c'est-A-dire s'6tendant aux decisions inspires par
desLoisdevenuesobsoletes,ant6rieuresAla Constitution, abrog6es
par elle ou contraires A ses dispositions, mais qui continueraient
A tre utilis6espar ignorance ouparn6gligence; etenfinabrogative
en ce qui concede, exceptionnellement, des Lois d6j Aadopt6es et
promulgu6es mais don't lamise en oeuvre r6velerait des 616ments
d'inad6quation A la Charte Fondamentale et qui, dans lapratique,
violeraient les droits et les libert6s.
Un domaine d'intervention devrait 6tre celui des 1lec-
tions et englober aussi bien les m6canismes 6tablis par la Loi
Electorate dans la measure oui celle-ci introduirait des exigences
nonpr6vues par la Constitution, que l'organisation des elections
et le d6roulement de la procedure afin d'y d6celer des irr6gu-
larit6s. Enfin, il reviendrait au Conseil Constitutionnel de se
pencher sur les decisions d'exclusion qui frapperaient indOment
les candidates, auregard des dispositions constitutionnelles(0I).
A cause de 1' ampleur et de la precision des responsabi-
lit6s quilui seraient confines, ilconviendraitd'entourerlacrdation








du Conseil Constitutionnel de toutes les garanties possibles:
s61ection des membres sur labase de leur competence et du credit
professionneldont ilsjouissent; leur mode de designation et les
organes appel6s A s'en charger; dur6e du mandate des juges de
cette Cour d'exception; 6tendue de leurs pouvoirs et rapports
avec les organes de l'Etat; m6canismes d'incorporation de leurs
decisions cr6atrices de jurisprudence dans le "bloc de consti-
tutionnalit" don't s'inspire notre systeme juridique; mode de
saisine et accessibility 6tendue soit aux Pouvoirs de l'Etat (par
example combien de D6put6s ou combien de S6nateurs ?) soit
aussi aux citoyens organisms et suivant quelle modality; garanties
d'ind6pendance par rapport aux interferences politiques.
Autant dire que si je recommande la mise en place de
cet organisme auquel serait confi6 le monopole duj ugement du
contentieux constitutionnel,j'ai aussi conscience des problemes
poses afin de rendre l'initiative op6rationnelle et 6viter tout de
meme d'introduire dans notre systeme juridique un v6ritabe
"Gouvernement des Juges". La prudence et la circonspection
sont requises en la matiere, comme d'ailleurs pour tout ce qui
concede les materiaux juridiques utiles l'Adificationde l'Etat
de droit.


( 1) Nols trouvons une illustration prospective de ce fait dans 1'Article 146 qui
renvoie h la Haute Cour de Justice trait6e plus loin et une illustration retrospective
dans l'Article 156 qui rappelle la responsabilit6 du Gouvernement devant le
Parlement "dans les conditions pr6vues par la Constitution", l1abor6es dans des
Articles pr6cedents.
( 2) Parlant des incompatibilit6s avec les functions 1gislatives, l'Article 131-4
precise: "Toute personnel se trouvant dans les autres cas d'in6ligibilit6 prdvus par
la Constitution et par la loi". La r6f6rence A l'Article 291 est 6vidente.
(3) A signaler une fort intdressante etude de Ldon SAINT-LOUIS "Les resolutions
du Parlement, nouvelles normesjuridiques ?" Port-au-Prince, Revue Juridique de
I'UNIQ, Vol. 1 .No. 2, Juillet D6cembre 1994, pp. 1-15.









(4) Aussi, la prdtendue "Loi Electorale" de Juillet 1990 n'est pas une Loi mais
un D6cret car elle n'avait pas recu la sanction parlementaire.
(5) II est admis que la Loi existed d6s qu'elle est vote; la promulgation est un acte
par lequel le President de la Rdpublique en atteste l'existence et s'engage A la faire
observer, la rend done dxdcutoire; sa publication la rend ddsormais opposable aux
tiers.
(6) La Constitution, effet, ne mentionne que les ordonnancesjudiciaires, et en trois
fois mais dans un seul Article, I'Article 18-1 et pas celles qui ont une valeur
legislative.
(7) A noter que cette mention est abusive dans la measure oil cette conformity inclut
essentiellement la procedure parlementaire.
(8) Cet Article confond l'intdgration et I'association, deux formes de collaboration
avec un ensemble communautaire qui comportent de sdrieuses differences entire
elles.
(9) Voir le Tableau des principaux modules de Cours Constitutionnelles in Loic
PHILIP: "Les Cours Constitutionnelles" in Madeleine GRAWITZ et Jean LECA
Trait6 de Science Politique, Tome II: Les regimes politiques contemporains. Paris,
Presses Universitaires de France, 1985, pp. 406-445.
(10) En 1990, le Conseil Electoral Provisoire, par un communique rendu public le
6Novembre, avaitrejet6 lacandidature Alaprdsidence ducitoyenLeslie F. Manigat,
avec pour simple commentaire explicatif : "ne peut briguer un nouveau mandate
(Article 134-3 de la Constitution)". I1 s'agissait lA d'une violation flagrante de la
Constitution dans la measure oil celle-ci dtablit que la dur6e du mandate pr6sidentiel
est de 5 ans; or, ayant pris function le 7 F6vrier 1988, Manigat avait 6td renvers6
par un coup d'Etat militaire 4 mois et 10 jours plus tard.
En l'absence d'un Conseil Constitutionnel qui aurait pu, en la circonstance,
preserver les droits d'un citoyen au regard des prescriptions constitutionnelles,
celui-ci avait introduit une action par devant le Juge des Rdfdr6s centre le CEP afin
d'obtenir le sursis A l'ex6cution de lamesure administrative de rejetde candidature,
et soulev6 devant ce magistrate une exception d'inconstitutionnalit6 de la pr6tendue
Loi Electorale du 5 Juillet 1990 et de la decision du CEP de s'driger en Tribunal
Electoral Supreme.
L'affaire futport6e par devant la Cour de Cassation; ayant appris que cette demiere
allait statuer en faveur du requdrant, la Prdsidente Ertha Pascal Trouillot, en viola-
tion de 'Article 177 de la Constitution, a mis trois Juges A la retraite, infirmant de
ce fait la composition du Tribunal.














CHAPITRE 4


LA REFORM DES INSTITUTIONS
ET DE L'ETAT

C'est, sans aucun doute, dans ce domaine que la Cons-
titution de 1987 ale plus tent6 d'innover mais aussi celui dans
lequel son application a t la plus controvers6e. Ici encore, il
faut faire intervenir la pesanteurhistorique et le climate dans lequel
ont travaill6 les constituents, l'unet l'autre entrainant unrejet du
passe, le bon et le mauvais, et confortant la volont6 de remplacer
1' ancien systeme, mais pas touj ours avec bonheuf et efficacit6.
4.1 LE REGIME POLITIQUE : PRESIDENTIALISME
OU PARLEMENTARISME ?
Mode de gouvemementauquel est soumis unpays r6sul-
tant, A la fois, de dispositions juridiques (la matrice constitu-
tionnelle) et d'616ments plus pollitiques (systeme de parties,
rythme d'altemance aupouvoir, participation citoyenne, r6le des
groups depression), le regimepolitique ne se d6finitpas seulement
comme un type d'organisation de l'Etat dot6 de la puissance
publique dans un cadre de souverainet6 mais aussi, au sens large,
-par la maniere don't sont articul6es dans une soci6t6 les relations
entire gouvemants et gouvernms, en amenageant les pouvoirs et les
responsabilit6s des premiers, les droits et les devoirs des seconds.
Mais une version plus modeme et plus op6rationnelle
attribue au regime politique une mission plus vaste qui englobe








les mdcanismes r6gulateurs de lavienationale, ense fondantsurla
stability politique, mais aussi sur l'efficacit6 des structures
6conomiques et la solidity des garanties sociales, bref une fonc-
tion.adjuvante sur le long terme. Dans cette perspective, une
Constitution repr6sente la source des regles mais elle est, elle-
m8me, un produit des circonstances et done de la dynamique
historique et social don't elle exprime l'esprit et codifie les
aspirations. Elle estun acte de soci6et. Mais par et en elle-meme,
elle n'engendre pas les garanties de sapropre efficacit6, car, par-
dela labeaut6 et la logique formelles il n'est de bonne Constitu-
tion que celle quifonctionne. En 1laborant une Charte, il faut done
la confronter, par anticipation, aux cas pr6vus mais aussi aux
situations contingentes (la plus d6stabilisatrice 6tant un 6tat de
guerre d'ailleurs 6voqu6 pas moins de 9 fois dans la Constitution
de 1987). Un exercise de simulation, operation qui consiste a
mettre en oeuvre des modules de comportement en se servant des
probabilit6s aurait, peut 8tre, entrain6 plus de prudence dans
l'6tablissementd'unnouveau syst6me.
Au course de notre histoire, nous avons exp6riment6 une
grande vari6t6 de regimes politiques: empire, royaut6, r6publique
et meme pr6sidence A vie. La tendance, tres nette A l'autorita-
risme pr6sidentiel, parallelement A ce qui se passait en Am6rique
Latine, qui a culmin6 avec la longue periode duvalidrienne, a sus-
cit6unreflexe significatifen 1986/1987: les acquisdupass6 ont6t6
minimises et s' est cristallis6e une hostility viscerale au system
pr6sidentiel qui demeure pourtant, en soi, le plus simple dans son
principle et dans son application, le plus conforme A nos tra-
ditions, et qui ne porte pas en lui, de manihre consubstantielle, les
germes de ladictature dontl'imposition, faut-il le rappeler, est
le produit de la combinaison entire la permissivit6 des institu-
tions, certes, mais aussi lepoids des circonstances et lavolont6 des
hommes.








Le module pr6sidentielbien congupeutpermettre Al'Etat
de fonctionner tout en respectant les principles d6mocratiques,
les libert6s individuelles et les droits des citoyens. A condition,
bienentendu, de l'assortir de garde-fous raisonnables: separation
et ind6pendance des pouvoirs, 6quilibre au niveau des responsa-
bilit6s, collaboration A tapes d6finies dans les procedures de
nomination... Onnepeut concevoirun systemeuniquement fond6
sur des institutions parfaites et pr6voyantes sans se soucier des
contingencies et du facteur human; en sens inverse, on ne peut
non plus computer essentiellement sur la sagesse et le civisme des
homes.

4.1.1 LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE
L'h6ritage historique, le context d'l1aboration de la
Constitution et la pression de l'opinion publique ont port les
r6dacteurs de la Charte Fondamentale A vouloir une function
pr6sidentielle d6nu6e de puissance. Mais contrairement A une
vision courante toutefois exag6r6e, le President de la R6publique
conserve un role et une function dans le system 6tabli. En effet,
Chef de l'Etat et du Pouvoir Ex6cutif (Article 133), il veille au
respect de la Constitution et la stability des institutions; il assure
le fonctionnement r6gulier des Pouvoirs Publics ainsi que la
continuity de l'Etat (Article 137) et demeure le garant de
l'ind6pendance national et de l'int6grit6 du territoire (Articlek
138). En outre, il partage avec le Parlement l'initiative des Lois
(Article 111-1); il peut amender celles que ce dernier lui soumet,
meme s'il est oblige de promulguer les textes qu'il aurait
pr6alablement modifies, mais qui lui seraient retoumrn6s apres le
rej et de ses objections par un vote au scrutiny secret par les deux
Chambres (Article 121-5). La Constitution de 1987 lui am6nage,
en outre, un veritable domaine r6serv6 en matiere de politique
international (Articles 139.139-1 etl40),)ce qui correspond &







une tendance observe dans le monde qui tend A faire de la
Pr6sidence de la R6publique un lieu de pouvoir international.
Deux points m6ritent d'etre soulign6s en ce qui concede
le r6le du Pr6sident de la R6publique: le pouvoir de nomination et
le probleme de la non-r661lection.

LE POUVOIR DE NOMINATION
DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE
II nomme a des emplois militaires en sa quality de chef
nominal des Forces Arm6es'), mais surtoutcivils: ambassadeurs,
consuls, ddl6gu6s et vice-dl66gu6s, directeurs g6ndraux de
l'AdministrationPublique, membresdes conseils d'administration
des organismes autonomes (Article 141). Pour les plus important,
il exerce ces prerogatives seul ou apres d61ib6ration en Conseil des
Ministres, et en ce qui concern les postes militaires et diplo-
matiques, 1' approbation par le S6nat est rendue n6cessaire. Ces
reserves apport6es par rapport aupouvoir discrdtionnaire dejadis
ne diminuentpas le fait que la prerogative demeure essentielle-
menthl'avantage duPr6sident, care S6natpeutcontesterunchoix
initial maispas enimposer unau Chefde l'Ex6cutif.
Par contre, pour ce qui a trait aux Juges de la Cour de
Cassation, le S6nat se voitattribuer l'initiative dans lamesure oil,
aux terms de 1'Article 175, c'est lui qui soumetune liste de trois
nomsparsi6geAlas6lectionpr6sidentielle: ils'agitlAd'unpouvoir
de nomination au second degr6'2). Une lacune reliever: la Cons-
titutionn'indique pas comment estnomm6 le Pr6sident de la Cour
et ce silence est regrettable compete tenu du fait qu'd c6t6 de ses
responsabilit6sjuridictionnelles, il est appel6 Apr6sider la Com-
mission de Conciliationpr6vue A l'Article 206.
Ces dispositions cr6ent des spaces d'influence au
President de la R6publique, A moins que le rapport des forces








politiques le place en situation d'antagonisme vis avis du S6nat.
Par delay larigidit6 limitative des textes constitutionnels, demeure
ce qui fait la force d'un syst6me d6mocratique, c'est-A-dire un
mode d'exercice dupouvoirpr6sidentiel fond6 surlan6gociation
et la recherche du consensus. Encore faut-il que les hommes qui
gouvernent, qu'ils appartiennent A l'Ex6cutif ou au L6gislatif,
congoivent lejeupolitique non comme un affrontement sterile et
dommageable mais comme 6tant larecherche dubien commun.

LE PROBLEM DE LA NON-REELECTION
La Constitution de 1987 est formelle A cet 6gard et la
dispositionyaff6rente estd6nu6e detoute ambiguity, dans l'Article
134-3.
"Le Pr6sident de la R6publique ne peut b6n6ficier
de prolongation de mandate. II ne peut assumer un
nouveau mandat qu'apr6s un intervalle de cinq ans.
En aucun cas il ne peut briguer un troisieme mandate .
Elle reproduit une interdiction courante dans la tradition
latino-americaine, commeun freinA ladictature don't ont souvent
faitpreuve les Pr6sidents ducontinent, ailleurs comme cheznous.
Si la non-r661lection immediate du Pr6sident de la R6pu-
blique semble, a priori, neutraliser la tentation trop souvent
manifeste des d6tenteurs du pouvoir d'y rester au delay du term
16gal, elle peut aussi, dans une perspective pratique, contrarier la
poursuite d'une politique satisfaisante, amorc6e par une 6quipe
gouvernementale dirig6e par un homme, que les citoyens
souhaiteraient voir rester un peu plus longtemps aux commander
des destinies de la nation qu'il aura engages sur des bases
prometteuses, mais que l'6troitesse dud6lai n'aurapas suffisam-
ment affermies. Certes, dans les pays A tradition d6mocratique
bien ancr6e, on peut admettre que les citoyens dlisent un homme
mais choisissent en meme temps un parti et son programme de







gouvemement, de telle sorte que si.l'l1u remplit, le temps de
son mandate, les esp6rances que le people a investies en lui,
il y a de fortes probabilit6s qu'un candidate pr6sent6 par le m8me
parti triomphera lors des elections suivantes. Mais un tel
comportement n'est pas certain. Aussi, entire lapossibilit6 illi-
mit6e en vigueur dans certain systemes (le frangais par example)
et 1' interdiction avant un dlai "sabbatique" sur le module latino-
amdricain, onpourraitpr6voiruner6-6lectionunique, enlaissant,
une fois de plus, aupeuple la liberty de d6cider: en cas de satis-
faction, il conserve le m8me Pr6sident, dans le cas contraire il
lui inflige le blame du rejet en optant pour une autre equipe
porteuse d'une autre politique.

4.1.2 LA FUNCTION DE PREMIER MINISTRY
L'introduction, en 1987, de lafonction de Premier Ministre
est apparue comme 6tant le garde-fou le plus efficace contre
l'arbitraire, maisenl'int6grantdansunam6nagementmi-pr6sidentiel,
mi-parlementaire, la Constitution n'apas, par elle-meme, neutra-
lise latentationtotalitaire que l'on croit volontiers facilit6e par le
pr6sidentialisme, ni profit de l'efficacit6 d6mocratique don't on
cr6dite parfois le parlementarisme, notammentpar r6f6rence A sa
version britannique connue sous le nom de "Systeme de
Westminster" en vigueur en particulier dans les pays de la
Caraibeanglaise.
Depuis la mise en oeuvre de la Constitution, le pays a
connudeuxPresidents61us(), cinqPr6sidentsProvisoires(4) installs
en application des normes comme au gr6 des circonstances, six
PremiersMinistres(5) dontunagouvemrn6 sans Pr6sident (Monsieur
Marc Bazin) etun autre sous une autorit6 pr6sidentielle d'outre-
mer (Monsieur Robert Malval). En sept ans, on aura eu 3 3 mois
de collaboration constitutionnelle au sein de 1' Excutif: Manigat-
C61estin 4 mois; Aristide-Pr6val 7 mois; N6rette-Honorat 9








mois; Aristide-Malval- 9mois et enfin Aristide-Michel -4 mois (A
la date de Mars 1995). Et si l'on se refere au temps couvertpar la
45&me L6gislature, le bic6phalisme aura fonctionn6 quelque 26
mois sur 48,jusqu'au 9 Janvier 1995.
De cette experience, onne peut gure tirerdes conclusions
encourageantes quant a lavalidit6 du system mis en place.
Une enquete revelerait toutefois que les citoyens ont pris
l'habitude de rencontrer un Premier Ministre dans les avenues du
pouvoir; la function fait d6sormais parties dupaysage politique,
meme de maniere fugace, encore qu'elle ne soitpas int6gr6e A nos
pratiques politiques, et qu'un Pr6sident Provisoire, Me. Emile
Jonassaint s'en fiitpass6 sans que cela efit provoqu6 de remous,
ni affect l'exercice de la function pr6sidentielle, ni suscit6 de
protestation aupres de ceux-la meme qui avaient r6clame un
Premier Ministre et qui auraient pu s'inqui6ter de ce brusque
retour du balancier vers un pr6sidentialisme pur, tout au moins
dans la forme. De sorte que l'alternative pr6sidentialisme ou
parlementarisme n'engendre pas de pr6f6rences arr&t6es aupres
du public passablement indifferent, et le retour A un regime
pr6sidentiel assorti de garanties constitutionnelles quant aux
limits de son exercise, ne risque pas de provoquer de contro-
verse ardue sinon des pol6miques au sein de la classes politique.
Mais maintenant, s'il s'agit de modifierla Constitution,
et meme dela changer commej e le pr6conise, des mises en garde
sont n6cessaires et il faudrait se demander ce qui convient non
A une g6n6ration d'hommes mais au pays, au regard de ses
problemes actuels et de la n6cessit6 d'instaurer un systeme qui
fonctionne. La belle ordonnancejuridique de la Constitution de
1987 porte en germe des risques de paralysis de la function
6x6cutive et de l'Etat, car, on ne sauraittrop le souligner, le mal
ne vient pas du regime pr6sidentiel mais de la maniere de l'ap-
pliquer et des hommes qui sont charges de le faire.







4.1.3 LES RAPPORTS ENTIRE LE PRESIDENT
ET LE PREMIER MINISTRY
Le systeme bic6phale mis en place par la Constitution de
1987, d6ji source de confusion, a en outre fonctionn6 dans les
pires conditions depuis 1988, et surtout depuis 1991, et il n'a
guere Wt6 d6montr6 qu'il 6tait capable d'assurer et la stability
politique et l'efficacit6 du PouvoirEx6cutif, toutenpreservant
lad6mocratie.
Tout d'abord, il a mis en evidence la supr6matie de la
16gitimit6 prdsidentielle sur la parlementaire, l'une et l'autre issues
du suffrage universal. Car un l66ment clef, de nature politique, a
fait d6fautpour assurer aumoins l'enclenchement dum6canisme:
l'existence de parties politiques stables et forts et leur action non
seulement dans le d6roulement electoral, source de cette double
lgitimit6, mais aussi dans l'exercice des deuxpouvoirs, ex6cutif
et l~gislatif, fondement de la stability. A cet 6gard, la Constitu-
tion 6tablit un d6calage evident, car, en fait, au niveau de la mise
en oeuvre des institutions, le President de la R6publique n'a
juridiquementbesoind'un parti majoritaire oud'unemajorit6 au
Parlement que pour nommer un Premier Ministre appel6 A
ex6cuter le programme de gouvemement sur lequel il a t6 lu
et don't le people attend 1'applicationpar le Gouvemement; mais
l'Article137 lui fournit les canaux pour ysuppl6eret dans ce
cas, les deux Presidents d'Assembl6es, eux-memes Olus par
leurs pairs par compromise et non en vertu du droit que leur
confereraitune maj orit6 de leurparti, ne peuvent pas l'obliger A
choisir un Premier Ministre contre sa volont6: le consensus
implicite dans cet Articlej oue en faveur du Pr6sident.
Par la suite, si un vote de censure renvoie le Premier
Ministre et le Gouvemement, le Pr6sident n' apas de d6lai obliga-
toire pour proposer une nouvelle dquipe, et les Ministres restant







en place peuvent assurer le quotidien (Article 165) sur une
p6riode qui peut bien s'dtendre sur plus de trois mois si la crise
survient A la fin d'une session, car seule une prerogative
prdsidentielle peutporterconvocationd'uneAssembl6eNationale
Extraordinaire. Cela dit, la Constitution de 1987 a reproduit
une faille enregistre dans la Constitution Frangaise de 1958 en
son Article 8 don't elles'estinspir6e: le President de laR6publique
ne peutpas r6voquer le Premier Ministre don't la function cesse,
soit par sa propre d6mission (Article 137-1), soit en cons6-
quence d'une interpellationpar l'une des deux Chambres suivie
d'un vote de censure (Articles 129-3 et 129-4). Il n'est pas sans
int6r8tderappelericilespalliatifsintroduitsparle systemefrangais.
Le G6ndral de Gaulle avait jet6 les bases du m6canisme de
substitution en d6clarant, lors d'une conference de press, en
Janvier 1964, que le Chefde l'Etat qui choisit le Premier Ministre
dispose de "la faculty de le changer"(6). Depuis lors, tout en
m6nageant l'illusion du respect des normes institutionnelles en
lamati&re, les Premiers Ministres Frangais, de Georges Pompidou
a Michel Rocard ont dt6 contraints A la d6mission car, poussant
A l'extreme le respect de la prerogative pr6sideritielle, ils avaient
pris l'habitude, dict6epar des considerations politiques et non
envertu d'une obligation constitutionnelle, de remettre au Pr6si-
dent, aumoment de leur entr6e en function, une lettre de d6mission
sign6e mais non datdee7).
Mais la France est une vieille d6mocratie don't l'histoire,
surtoutdepuis 1958, apeuou proup6trifi6 les institutions dans
le moule de la stability et de la continuity, et fagonn6 les homes
dans le sens durespectdes normes. Teln'estpas le cas d'Haiti qui
fait l'apprentissage chaotique et douloureux de la d6mocratie qui
demeure, selon le mot d'Andrei Gratchev, demierporte-parole de
Gorbatchev, "au stade de la cabine d'essayage"'8), oi les institu-
tions affichent un 6tat de 16thargie, et don't les hommes ne





79 .


t6moignent pas touj ours du sens de l'Etat et du bien public. En
cas de maintiende la Constitution de 1987, nous avons laun point
de friction potentielle et une source de blocage de l'Ex6cutifau
cas ofi, en d6saccord avec le President, le Premier Ministre
refuserait de partir. Si ce dernier dispose d'un appui parlemen-
taire, I'affrontement peut durer; dans le cas contraire, l'issue du
conflict d6pendra de la capacity de l'un et de l'autre A mettre en
oeuvre des forces politiques, surtout populaires. En se r6f6rant
aux traditions haitiennes et surtout A la psychologie collective que
denouveauxmecanismesinstitutionnelsn'ontpasr6ussid touffer,
il est fort probable que le Pr6sident l'emporte car l'all6geance
s'exprimera plus spontan6ment en sa faveur, car il jouit de la
16gitimit6 du vote populaire face hunPremier Ministre aupouvoir
pa. e quenomm6. Quoi qu'il en soit, l'exercice de la d6mocratie
ne gagnerait pas dans un bras de fer d616tere au niveau de cette
dyarchie executive.
Et paradoxalement, le succes m8me du m6canisme
th6orique mis enplace comporte, Aterme, unrisque majeur, celui
d'une cohabitation A la VWme R6publique Frangaise entire un
President et un Premier Ministre appartenant A des formations
diff6rentes, voire hostiles, alors que nos moeurs et nospratiquesne
sont pas suffisamment lamin6es par 1'exp6rience d6mocratique
pour all6ger les effects n6gatifs d'une telle situation lourde de
virtualits conflictuelles.

4.1.4 LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE
ET LE PARLEMENT
Dans le systeme mis en place, le Parlement a besoin de
g6n6rer une maj orit6 soit par des 61lections (parti maj oritaire) soit
par la formation, en son sein, de blocs maj oritaires, par associa-
tion des 6lus, afmin d'affirmer son autorit6 fonctionnelle interne et
vis-A-visduPr6sidentdelaR6publique en luiimposant le Premier








Ministre de son choix. A cet 6gard il faut souligner que pour
les besoins du systeme, la Constitution a introduit la notion de
"parti majoritaire au Parlement" (Article 137), cens6
d6terminer et articuler les rapports entire ce dernier et le Pr6si-
dent, mais sans pr6ciser en quoi consiste cette notion dans un
systemebicam6ral de sircroit in6galitaire. S'agit-il de lamajorit6
A la Chambre (43) ajout6e A la majority au S6pat (14) ? II peut
arriver qu'un parti obtienne cette maj orit6 seulementdans l'une
des deux Chambres. II demeure plus vraisemblable, compete tenu
dumultipartismequipr6vaut, qu'il sera difficile que laviepolitique
engendre de telles majorit6s. Dans un regime strictement
parlementaire, le mode de scrutiny parvient, sur le long terme, A
affected le systeme de parties. II est g6n6ralement admis, par
example, que laproportionnelle, sous couvert d'6quit6 dans la
repr6sentationdetoutes les sensibilities, encourage le multipartisme
et donc l'6miettement des forces et, aterme, conduit Alaturbulence
parlementaire, tandis qu'au contraire, le syst6me maj oritaire A
deux tours et surtout & un tour, oblige les forces politiques A
s'assembler soit entire les deux tours, soit avant les 61lections et
donc stimule unmultipartisme mod6rd (3 A4 grandes formations),
voire le bipartisme (9). I parait souhaitable, en vue d'un exercise
efficace de la d6mocratie, de maintenir le mode de scrutiny pr6vu
dans laConstitution, A savoirle systeme majoritaire A deux tours.
A noter toutefois, que ce mode de scrutiny est explicit pour
1' section des D6put6s (Article 90-1) des S6nateurs (Article 94-2)
qui requiert la majority6 absolue" (sous-entendu du corps
61lectoral); il l'est encore plus pour l'l1ection du Pr6sident de la
R6publique organis6e par l'Article 134 qui r6clame le deuxieme
tour. Tandis que pour les Conseils Municipaux et les Casecs seule
"lamajorit6"implicitementrelative estrequise (Articles 63 et 66).
4.2 LE POUVOIR LEGISLATIF
Dans la Constitution de 1987, il est identifi6 par une







vari6t6 d'appellations qu'il conviendraitd'ailleurs d'uniformiser:
Corps Ldgislatif, Parlement, Pouvoir Legislatif, "les deux
Chambres", "les Assembl6es". Bien que chaque expression
conserve son identity dans le vocabulaire politique, une certain
clarification aiderait dans le maniement de concepts peu families
Al'usage ducitoyen.

4.2.1 L'ASSEMBLEE NATIONAL
Elle est un organe non permanent du Pouvoir Legislatif
dot6 d'attributions limitatives. J'ai d6j soulign6 landcessit6 de
dissiper par la voie constitutionnelle et non legislative ou
r6glementaire, l'ambiguit6 et le danger potential soulev6s par la
notion de majority6", enprdcisant que celle-ci ne saurait s'en-
te are de fagon math6matique en consid6rant les deux branches
du Parlement fusionn6es en une synthese organique, surgie ex
nihilo, et que la seule fagon de preserver la symdtrie bicamerale
et done les droits du Sdnat plac6 en dtat d'inf6riorit6 numerique
6tait de retenir, pour l'Assemblde Nationale, la majority de
chacune des deux Chambres.
Mais la ne s'arretent pas les probl6mes engendrds par
la Constitution de 1987. Ainsi, il n'estpas indiqu6 que l'Assem-
blWe Nationale se rdunit de plein droit, c'est-A-dire A n'importe
quel moment A l'int6rieur des sessions ou en dehors des
sessions, sans que l'initiative regoive le label d'exceptionnel.
Ainsi, toutes les fois que se pr6sentent les cas dnum6r6s A
l'Article 98-3, nous avqns une reunion de l'Assemblde
National d6coulant, comme un complement direct, de ces
situations. Le plein droit constitutionnel s'entend ainsi de l'objet
de la reunion. Dans cette perspective, la convocation ne devrait
8tre qu'une measure administrative laissde A la diligence du Pre-
sident de l'Assembl6eNationale (le President du S6nat) selon les
modalit6s 6tablies par le Riglement Int6rieur de 1'Assemblie







National. Au cas ou le President statutaire refuserait, pour des
raisons politiques, de prendre une telle initiative, il appartiendrait
automatiquement au Vice-President (President de la Chambre)
d'y supplier et, apres lui, A l'un des membres du Bureau de
l'Assembl6e Nationale, selon les terms de l'Article 99-2. Le
plein droit fonde ainsi, ac6t6 d'un droit, une obligation et s'y
d6rober par le blocage politique repr6sente,une violation de la
Constitution. C'est comme si, par convenance, le Gouvernement
refuserait de gouverner et la Cour de Cassation de singer.
L'ambiguit6 demeure quantAlareuniondel'Assembl6eNationale
pour statuer sur 1' 6tat de si6ge dans la measure ofi, aux terms de
l'Article 278- 1, celle-ci est subordonn6e Aune convocation par le
President de laR6publique. Parcontre, c'est l'appr6ciationparce
dernier de l'urgence (Article 101) ou de la n6cessit6 budgdtaire
(Article231-1) quiqualifielasessionextraordinairede l'Assembl6e
National et elle faitintervenirnon seulementl'objetmais aussi le
moment, "lorsque le Corps L6gislatif n'est pas en session".
Dansces cas-lA, laseulefonctionde l'Assembl6eNationale estde
marquer l'ouverture etlacl6ture de la session extraordinaire sans
autres attributions que celles pr6cis6es par l'acte de convocation
6manantduPr6sidentde la Rpublique.
I1 n'est pas sans int6ret de souligner, une fois de plus, la
n6cessit6 de regrouper les Articles se rapportant A l'Assembl6e
National pour plus de clart6. A l'analyse, on se demand si les
hesitations enregistr6es ne sontpas dues au fait que les constituents
ontpristrop litt6ralementpourmodele la Constitution Frangaise de
195 8. En effet, dans le texte frangais, 1'expression "Assembl6e
National" identified la Chambre des D6put6s. Ce que nous
appelons Assembl6eNationale, c'est-A-dire lar6union des deux
Chambres se d6nomme Congres dans le system frangais (Article
89de la Constitution Frangaise). II dispose de nettement moins
de pouvoirs que notre Assembl6e Nationale et ne se r6unit que







pourent6rinerunercvisionconstitutionnelle.
4.2.2 LE BICAMERALISME
La restauration du S6nat, heritage de notre histoire
constitutionnelle'O), est une initiative heureusede laConstitution
de 1987; et, par rapport A la Chambre des D6put6s, le nouveau
Sinatjouitd'unstatutparticulier: dur6e dumandatde 6 ansau lieu
de 4 ans, permanence au lieu de la soumission au regime des
sessions; d'un canaldepouvoirs enassociationplus 6troite avec le
President de la R6publique: droit de propositionpourlanommi-
nation des Juges Ala Cour de Cassation (Article 97), du Comman-
dant en Chefde l'Arm6e et du Commandant des Forces de Police
(Article 141), approbation pr6alable A la nomination des
Ambassadeurs et des Consuls (Article 141), des Conseils
d'Administration des organismes autonomes (Article 142); etde
privileges exclusifs: election des membres de la Cour Superieure
des Comptes et du Contentieux Administratif (Article 200-6),
droit de s'6riger en Haute Cour de Justice (Article 185).
Celadit, auniveaudufonctionnementduPouvoirLegis-
latifproprement dit, il conviendrait d'6tablir unparall61isme plus
pr6cis avec la Chambre des D6put6s afin de pallier A deux
inconvenients: l'unmath6matique,d6coulantdeseffetsdunombre
(83 ici, 27 lA), d'oi lan6cessite de concilier 1'6galit6 organique des
deux branches du PouvoirL6gislatifquij ouissent de la 16gitimit6
que confere le suffrage universal et I'6galit6 fonctionnelle,
particulibrement au niveau de l'Assembl6e Nationale comme
pr6c6demmentanalys6; l'autre est plus fundamental etrepose sur
un d6faut d'ajustement des prescriptions duparlementarisme A
cette situationd'6galit6juridique. Eneffet, dans lespaysAtradition
parlementaire, seule la Chambre des Ddput6s intervient dans le
choix, l'investiture, la censure du Premier Ministre et du Gou-
vernement, et le S6nat est une Assembl6e de Sages qui n'est pas








n6cessairement6lue au suffrage universal, qui est dot6e de certain
pouvoirs, certes, autonomes ou en collaboration avec la Chambre
des D6put6s, mais il ne control pas aussi directement la march
du Gouvemement. LaConstitution de 1987confereau S6nat des
comp6tences 6galitaires dans ce domaine mais sanspr6voirles
cas ofi les deux Chambres seraient, elles-m8mes, en d6saccord
quant A l'appr6ciation du travail gouvememeqtal, entrainant par
example commer6sultat lacensure ou son rejet, ce dernier cas
6quivalant hun vote de confiance. Unetelle absence augmente le
risque d'instabilit6 gouvemementale, car 15 S6nateurs ou 43
D6put6s peuventrenvoyer le Gouvemement (Article 129-3).
Cette carence ne saurait 8tre contoumde par la mise en
oeuvre del'Article 206 quipr6voitque laCommissionde Concilia-
tion est appel6e Atrancher les diff6rends qui opposent les deux
branches duPouvoirL6gislatif, sanspr6ciserd'ailleurs lanature de
ces demiers, ce qui ouvre lavoie aune interpretation maximaliste.
Or l'interpellationne cr6epas une banale divergence mais g6nere
une grave crise et il est difficile dejustifier que des repr6sentants
d'organismes tels que le CEP interviennent dans le fonctionne-
ment dfu Pouvoir LUgislatif ou la march de l'Etat. Par ailleurs,
lorsque laConstitutionproclame que le Parlementnepeutprendre
plus d'un vote de censure par an se rapportant au programme ou
Aune declaration de politique g6n6rale du Gouvemement (Article
129-6), elle preserve sans doute pour un temps la stability
gouvernementale, mais en limitant automatiquement le droit de
sanctionnerde l'une ou l'autre Chambre, 1'avantage 6tant accord
A celle des deux qui aura montr6 plus de c616rit6 A d6poser une
motion centre le Gouvemement, condamnant l'autre A "attendre
son tour", c'est-A-dire la prochaine session, d6lai pr6f6rable A
l'annee come actuellement indiqu6.
II est done n6cessaire d'apporter un correctifA cet 6gard.







En cas de maintien du rgime mi-parlementaire, il faudrait que la
censure d6coule d'un vote des Chambres prises s6par6ment; en
cas de retour au system pr6sidentiel, s'imposerait alors la sanction
solennelle de I'Assembl6e Nationale. Une telle precaution, en
pr6servant le principle de la responsabilit6 de l'Ex6cutif devant
le Parlement rendrait plus difficile non l'exercice ducontrole,
mais l'application de la sanction qui en d6coule, et conf6rerait A
la censure son caractere natural qui est d'etre exceptionnel et
6loign6 des dangers de la turbulence politique ce, pour le bien de
lanation.

4.3 L'EQUILIBRE DES POUVOIRS
Ce dernier point d6bouche sur une question d61licate, trop
souvent analyse en terms pol6miques: il s'agit du droit de
dissolution duParlement g6n6ralement accord au President de
laR6publique.
Perverti par l'usage autoritaire qui en a 6t6 fait, il est
souvent ddcri6 et son introduction ou son maintien dans une
Constitution suscite un rflexe spontand de rejet, car on le con-
sidere comme dtant le signe avant-coureur le plus manifeste de
la dictature, voire un l66ment intrinseque de l'autoritarisme,
presqu'une resurgence anachronique et dangereuse du "fait
du Prince", tandis que son absence est synonyme de d6mocratie
ou apparait comme un moyen de preserver celle-ci.
Le droit de dissolution des Chambres par le President
de laR6publique est une faculty interdite de fagon formelle, par
quatre Constitutions haYtiennes (celles de 1843, de 1867, de 1946
et de 1987) et par huit autres par omission A effet non permissif
(celles de 1806,1816,1843,1867,1889,1918,1928,1932). La
tradition du pays n'est donc pas claire sur laquestion; il est bien
evident toutefois qu'aucune tendance qui se rdvble d'ailleurs dans
ce cas plus tol6r6e que normative, ne saurait, par elle seule, en







fonder la pertinence ni en justifier la resurgence. Les raisons
qui plaidentenfaveurde lar6introductionde ce proc6d6 sont plus
judicieuses.
Tout d'abord, il- preserve l'6quilibre recherche, dans
un systeme d6mocratique, entire le Pouvoir Ex6cutifet le Pou-
voir LEgislatif, car il r6tablit la sym6trie entire laresponsabilit6
de celui-ci au regard du premier: au droit de censure accord au
Pouvoir L6gislatif entrainant automatiquement le depart du
Gouvemement, la suspension, la d6mission et, dans certain cas
exceptionnels, la destitution du President de la R6publique,
correspondrait la possibility de dissoudre le Parlement en vue
de son renouvellement. Par r6f6rence au Droit Constitutionnel
visant A l'ordonnancement dquilibr6 des pouvoirs de l'Etat, le
fait de ne pas pr6voir le droit de dissolution 6tablit, en fait, un
systeme expos A, la derive de la dictature parlementaire tout
aussi nocive que la pr6sidentielle. La Constitution de 1987, en
soumettant le Gouvernement A la censure, le Pr6sident, le
Premier Ministre et les Ministres aujugement de la Haute Cour
de Justice, emprunte dans un sens unilateral les mdcanismes du
syst6me parlementaire sans la contrepartie, classique et obliga-
toire, qui est le droit de dissolution du Parlement.
En second lieu, elle se r6vele impitoyable pour les
manquements don't seraient coupables les d6tenteurs dupou-
voird'Etat dans l'exercice de leurs functions et renvoie devant
la Haute Cour de Justice le Pr6sident de la R6publique, le
Premier Ministre, les Ministres et Secr6taires d'Etat, les Juges
et Officers du Ministere Public pros de la Cour de Cassation,
les Membres du CEP et le future Protecteur du Citoyen (Article
186). De ce fait, elle octroie aux deux Chambres des comp6tences
juridictionnelles, la Chambre des D6put6s agissant comme un
accusateur public et le S6nat devenant un vrai Tribunal. Les
parlementaires,eux,nesontpassiblesquedelajuridictioncriminelle







comme citoyens (Articles 21 etll3) ou dujugement de leurs pairs
dontlasanctionneva pas audel d'unepeinedisciplinaire adopt6e
Alamajorit6 des deux-tiers (Article 112-1).Nullepartn'estpr6vu
qu'unparlementairepuissemanquer A ses devoirs dans 1'exercice
de ses functions (sous-entendus droits et obligations), ni que les
Chambres, dans leur globalit6 organique, puissent faillir dans
l'accomplissement de leur tiche. Cette extensionmaximale de
1'immunit6 parlementaire, introduite autrefois daris les principles
constitutionnelsdelaplupartdespayscommeunprivilegeprotecteur,
A une 6poque oi la justice 6tait permeable aux interf6rences
politiques,prendl'allured'unetotaleimpunit6individuelleetd'une
irresponsabilit6institutionnelleabsoluequicouvrentdumanteaude
1'absolution preventive pratiquement tous les travers de la vie
parlementaire,jusqu'auplusinacceptabled'entreeux,l'absent6isme
prolong, alors que le devoir de presence, implicite dans
1'Article 116 mais non formula en terms contraignants, et
l'obligation de s'acquitter de ses responsabilit6s vis-A-vis de la
nation mandante en vertu du suffrage universal, devraient figure
non seulement dans les Riglements Int6rieurs des Assembl6es,
mais aussi parmi les servitudes constitutionnelles. De par la Cons-
tituti6n de 1987, le Parlement et les parlementaires ne sont pas
comptables de leurs actes et de leurs manquements, et les
constituents les ont par6s de toutes les vertus civiques et du sens
incontestabledeleursresponsabilit6s. LePr6sidentdelaRdpublique
qui, aux terms de l'Article 136, "veille au respect et A
l'ex6cution de la Constitution et A la stability des Institu-
tions" et qui "assure le fonctionnement rigulier des Pouvoirs
Publics ainsi que la continuity de l'Etat" devrait disposer du
droit d'intervenir lorsque l'un des Pouvoirs ne remplit pas ses
obligations constitutionnelles ous'en cartedemanimreflagrante et
dommageable pour la vie de lacollectivit6 national.
Un troisieme int6r6t du m6canisme d6coule du fait que







la dissolution n'est pasune fin mais une tape devant conduire
Sl'arbitrage populaire, clefde vofite du systime d6mocratique,
par voie d'61ections anticip6es et organis6es de mani&re imp6ra-
tive dans und1lai assez court, lorsqu'un grave conflict surgit entire
le Pouvoir Ex6cutif et le Pouvoir L6gislatif et que ne sauraient
r6soudre les m6canismes pr6vus aux Articles 111-5, 111-6,
111-7 et 206 concemant l'intervention de la C9mmission de Con-
ciliation. Anoierque cette Commissionn'apas de statutorganique
permanent etj ouit d'une existence ad hoc, pour etre un agr6gat
de repr6sentants de cinq organismes; par ailleurs, son mode de
saisine n'est pas pr6cis6 et en Droit, celle-ci est optionnelle et
contingent et la Constitution ne precise pas si le droit reconnu
Al'une des parties contraintl'autre ou si, ce qui seraitplus normal,
le consentement des deux est unpr6alable obligatoire. Enfin, la
Commission de Conciliation nejuge pas, c'est-A-dire ne statue
pas sur le fond, mais cherche Arapprocher les parties et son dchec
aboutit A la saisine d'office de la Cour de Cassation (Article
111-6). Cet 6chafaudage compliqu6 A trois stages qui semble
garantir le s6rieux de la procedure repose sur des foundations
incertaines (le passage oblig6 par une Commission sans existence
et sans pou-voirs dMfinis), pour etre coiff6 par laplus haute autoritd
juridictionnelle, la Cour de Cassation, A laquelle est conf6r6 le
pouvoir de dire le droit, mais aussi de dire lejuste et l'opportun
dans des conflicts quine sontpasn6cessairementdenaturejuridique
etpeuvent englober une vari6t6 de sujets d'importance politique
capital pour la nation, des libert6s publiques aux droits citoyens,
du fonctionnement des institutions A la march g6n6rale de la
nation, provoquantuneparalysie de l'Etatouportantengerme des
risques majeurs de drive d6mocraticide.
Le people devrait 8tre appeld A dire son mot et son
verdict impliquer un renouvellement parlementaire donnant ainsi
raison A l'Ex6cutif, ou le maintien de lapr6c6dente Assembl6e,







entrainant ipso facto la d6mission du Gouvernement (en cas
der6gime parlementaire) ouduPr6sidentdelaR6publique(encas
der6gimepr6sidentiel).
Dans son principle comme dans sa pratique, le droit
de dissolution est une arme redoutable et, tout comme le droit
de censure, son usage doit &tre balis6 par des garde-fous afin
d'6viter l'arbitraire: limitation d un exercise au course d'une
Legislature; constat formel de d6saccord par un organisme de
1'Etat, par example le Conseil Constitutionnel don't j'ai, par
ailleurs, recommand6 la creation; obligation de r6aliser des
61lections 16gislatives dans un d6lai pr6cis; enfin dans la measure
oui nous avons un systeme bicameral qui preserve uncertain
6quilibre interne auniveau du Parlement par la sym6trie des
droits et des devoirs reconnue aux deux branches de celui-ci,
applicability de la measure a une Chambre avec droit, pour
l'autre, de tenter une mediation non contraignante don't l'6chec
d6boucherait sur la dissolution. La o0i existe le bicam6ralisme,
les S6nateurs en moyenne plus ag6s, sont r6put6s 8tre des
Sages connaisseurs de lavie et de la vie politique etpeu enclins
A 1'action intempestive, et il leur est souvent devolu un role
d'arbitre. Mais a la difference de beaucoup d'autres, le S6nat
pr6vu dans la Constitution de 1987, jouit, vis-a-vis de l'Ex6-
cutif, des mimes prerogatives que la Chambre des D6put6s, et
notamment du droit de censure. II est donc l6gitime d'anticiper
sa mise en cause dans ce m6canisme sym6trique et pr6voir les
cas o& ce n'est pas une seule Chambre mais les deux qui seraient,
pour les memes raisons et au meme moment, en situation
d'antagonisme avec l'Ex6cutif. Dans une telle perspective
extreme, le pouvoir de dissolution s'appliquerait A l'une et A
l'autre et I'arbitrage populaire deviendrait alors plus imp6-
rieux; mais lI aussi, en cas de renouvellement, le people aura
donna raison Al'Ex6cutif; dans laperspective contraire, l'autorit6





90


du Chef de 1'Etat serait mine et celui-ci serait contraint A la
admission.
De toute evidence, la mise en place de telles dispositions
doit se faire avec la prudence n6cessaire et si la Constitution doit
pr6voir des cas extremes, elle doit surtout am6nager les moyens
d'un d6veloppementharmonieux de la vie politique. Le bon sens,
1'6tat du pays, le patriotism commandent, en effet, que ceux qui
doivent assumer des responsabilit6s au plus haut niveau de l'Etat
congoivent la politique non comme un jeu de "gaguere" mais
come un d6bat dans lequel les pouvoirs sont respects, la
contestationreconnue et, par-dessus tout, le souci de rechercher,
A tout moment, ce qui est meilleur pour le pays pr6serv6 et
encourage. Affairedenormes, d'institutions, dem6canismes, bien
entendu et 1L reside le pouvoir de la Constitution. Affaire de
circonstances, d'6venements, de conjoncture, cela va sans dire
et la Constitution se doit de les anticiper. Mais fondamenta-
lement, il s'agit d'une question d'hommes, de leurs capacit6s
personnelles, de leur patriotism et de leur devouement.


1- La Constitution dans ce domaine pr6cis a requ un double coup de grace: d'une
part de la connmunaut6 international qui a impose lardduction des Forces Armees,
aussi bien par la R6solution 840 des Nations Unies que par l'Accord de Port-au-
Prince du 17 Septembre 1994 sign par le Pr6sident Emile Jonassaint; de l'autre,
en vertu de 1'Arret6 adopt le 6 Janvier 1995 par lequel le President Aristide
diminuaitpratiquement, sous couvert de restructuration, les Forces Arm6es et crdait
une nouvelleArm6e de 1.500 hommes. Ni unArr t6 Pr6sidentiel, ni uneLoi d'origine
Parlementaire, ni un Accord International ne sont, par nature, sup6rieurs A la
Constitution d'un pays. Ces actes dld6tfres sont autant de facteurs d'invalidation
de la Constitution de 1987.
2- Le President Jean-Bertrand Aristide a pass outre cette disposition A deux
reprises : en Mars 1991 et en Novembre 1994. La premiere fois le S6nat avait
prostest6; la second fois il n'a pas eu le courage de le faire.
3- Le Pr6sident Leslie F. Manigat dlu le 17 Janvier 1988; le Pr6sident Jean-Bertrand
Aristide, dlu le 16 Ddcembre 1990.
4- Le General Henry Namphy, le General Prosper Avril, Me. ErthaPascal Trouillot,








Me. Joseph Ndrette, Me. Emile Jonassaint.
5- Me. Martial Cdlestin, M. Rend Prdval, Me. Jean-Jacques Honorat, M. Marc
Bazin, M. Robert Malval, M. Smarck-Michel.
6- "Le President de la Republique doit pouvoir se d6faire de son Premier Minis-
tre ... II faut que le President puisse mettre fin aux functions du Premier Ministre
commeje l'ai fait avec Debr6. Cela s'est tres bien passe; c'6tait Debre. Mais il a
fallu qu'il se prete aujeu. Je lui ai dit:"Puisque vous cessez d'exercer vos functions
il faut que vous me donniez votre d6mission". II I'a fait, bien sor; mais peut-
etre qu'un autre ne l'aurait pas fait. I1 vaudrait mieux specifier que le President met
fin aux functions du Premier Ministre de sa propre initiative et qu'il n'est pas
suspend A l'offre de d6mission". Conversation rapportde par Alain Peyrefitte.
C'6tait de Gaulle, Paris, Editions de Fallois, Fayard, 1994, p. 449. Quelques mois
plus tard, le General d6clara publiquement : "On ne saurait concevoir qu'une
dyarchie existat au sommet de l'Etat". Cite in Georges Berlia "La Conf6rence de
press du President de la R6publique du 31 Janvier 1964" Revue de Droit Public
1964, p. 126.
7-Voir Pierre Servent. "Fausses admissions etvrais licenciements". LeMonde, 19-
20 Mai 1991. Le President Valery Giscard d'Estaing dans Le Pouvoir et la Vie. Tome
II, L'Affrontement Cie 12, 1991, pp. 80-81, confirm, avec details, ces pratiques.
Le renvoi le plus cavalier aura dtd celui de Michel Rocard par le President Frangois
Mitterrand, le 15 Mai 1991. II confiera plus tard : "Quand j'ai compris que le
President me demandait de partir sur le champ, j'ai r6pliqu : "Pas vous, pas comme
ga, pas maintenant". J'ai range mes papers, je me suis levd etj 'ai tourn6 les talons".
Cf Robert Schneider La Haine Tranquille, Seuil, 1992, p.9.
8- Cite par Andre Fontaine "La prudence et le people". LeMonde, 17 F6vrier 1995.
9- Le livre de Maurice Duverger les Partis Politiques. Armand Colin, 1976
Collection "Points Politiques", particulibrement le Chapitre Partis et Regimes
Politiques pp. 465 et suiv. demeure la principal r6ference sur la question.
10- I1 serait souhaitable de conserver, pour l'usage courant, I'appellation "S6nat"
et que l'on ne parle pas de "la Chambre du Senat"; a la rigueur, on peut 6voquer
"la Chambre des Sdnateurs".













CHAPITRE 5


LES COLLECTIVITES TERRITORIALES

Salu6e comme 6tant une des grandes nouveaut6s de la
Constitution de 1987, la decentralisation, distinct de la
d6concentrationt) et du d6cloisonnement(2) dvoqu6s A l'Article
87-4, encore que les uns et les autres n'aient pas 6t6 d6finis, a
fait l'objet d'une quarantine de dispositions dans le texte.

5.1 DEFINITIONS : UNE PROBLEMATIQUE A
PLUSIEURS VOLETS
La decentralisation brise le monopole 6tatique et partage
les responsabilit6s, les services, les moyens et les pouvoirs
entire l'autorit6 central et les autorit6s r6gionales que l'on
appelle "Collectivit6s Territoriales". On peut d6finir la
Collectivitd Territoriale comme 6tant une entity d'origine
constitutionnelle ou 16gislative(3), dot6e de la personnalit6
juridique morale autonome, sujet de droits et d'obligations,
agissant dans le cadre d'un space territorial d6limit6 mais
susceptible de modifications, au b6nefice d'une population
d6terminde, disposant d'un corps d'agents dlus ou nomm6s,
d'un patrimoine, de resources financifres et de comp6tences
administrative propres oupartagdes avec l'Etat, et charge de
g6rer les int6r8ts 6conomiques et sociaux de la collectivit6.







L'existence des Collectivit6s Territoriales, instruments
de la decentralisation, proc6de, en Haiti comme ailleurs dans
le monde, de la n6cessit6 de concilier deux exigences: d'une
part, I'application d'un principle d6mocratique qui consiste A
associer les populations A la prise en charge de certaines
responsabilit6s locales; de l'autre, la preservation de l'efficacit6
des services educationn, sant6, s6curit6 des hommes et des
biens, justice), au b6n6fice desdites populations que l'on
estime les mieux places pour comprendre leurs propres
problemes et leur trouver des solutions, avec d'autant plus de
succes que l'espace concern est restreint et familiar, et que la
population vit en traditionnelle convivialit&.
La decentralisation est plus qu'un am6nagement terri-
torial et administratif; elle exprime une conception novatrice
de la gestion qui ne repose pas seulement sur l'Etat d6tenteur
de la puissance publique, mais aussi sur des institutions locales
proches des citoyens. Avant d'etre des cadres de pouvoirs, ces
dernires sont des lieux de representation et des spheres
d'exercice de responsabilit6s.
5.2 LA DIMENSION LEGISLATIVE ET
REGLEMENTAIRE
La 44&me Legislature, faute de temps, n'a fait
qu'6baucher l'6tude de la question. La 45eme a adopt, en
D6cembre 1991, une Loi sur les Casecs et, enNovembre 1992,
elle a vot6 certain points d'une Proposition de Loi qui n'ont
6t6 appliques que pour former le Conseil Electoral Permanent,
dans des conditions contest6es, en D6cembre 1992. Aussi, huit
ans apres le vote de la Constitution, le ph6nomene des
Collectivit6s Territoriales n'a guere d6pass6 le domaine
61lectoral d'application, en 1988 et en 1990; il n'a pas W6t
soumis A l'6preuve des faits en ce qui concern la d6cen-








tralisation qu'il 6tait cens6 am6nager et promouvoir. II
appartiendra A la 466me Legislature et meme aux Legislatures
suivantes d'adopter les Lois de Programmation, et au Pouvoir
Ex6cutif, les Reglements n6cessaires A la mise en oeuvre des
dispositions constitutionnelles.
Il s'agira de bien r6aliser que le champ e1gal et
fonctionnel A couvrir estjuridiquement vaste et techniquement
complex, enune operation programmee d'autant plus delicate
que la Constitution a donn6 une identity et des functions
nouvelles A des structures h6rit6es du passe pour la plupart, ce
qui augmente la difficult d'ajustement de pouvoirs in6dits et
de responsabilit6s peu communes A des cadres non prepares
pour les assumer.
II n'est pas sans int6ret de simplement 6num6rer
quelques-uns, parmi les plus important, des problemes anti-
cip6s et qu'il faudra r6soudre par la Loi, puis par le R6glement.
D61imitation des Collectivit6s Territdriales mais
preservation du caractere indivisible du pays (Aricle
ler -c) : il y a le territoire national g6r6 par l'Etat et les
spaces territoriaux couverts par les Collectivit6s Ter-
ritoriales.
Definition des domaines de competence respectifs
de l'Etat (tout ce qui touche A l'int6rat collectif na-
tional, par example les grands axes routiers, la defense
national, laprotection de l'environnement, l'universit6
et la recherche scientifique, etc.) et des Collectivit6s
Territoriales (par example, l'urbanisme et la pr6ser-
vation du cadre de vie, fonctionnement des transports
urbains, assainissement, voirie, action social et
culturelle, fonctionnement de certain 6tablissements
d'enseignement, etc.).







Clarification de lanotion d'autonomie par la r6par-
tition des affaires propres et des affaires nationals.
R6partition des resources publiques.
Articulation des pouvoirs respectifs de l'Etat et des
Collectivit6s Territoriales mais aussi entire les Collec-
tivit6s Territoriales.
Creation progressive d'une Fonction Publique Ter-
ritoriale parallele A la Fonction Publique au service de
l'Etat, avec des risques de d6doublement fonctionnel
et de d6perdition de comp6tences A 6viter.
Probl6mes de responsabilit6 administrative et
p6nale, contr6le de la 16galit6 des decisions prises par
les Collectivit6s Territoriales et contr6le de leur gestion
financifre.
Contr6le du fonctionnement des ONGs operant
dans les territoires couverts par les Collectivit6s Ter-
ritoriales.
Modalit6s de cooperation entire les Collectivit6s
Territoriales.

5.3 UN ECHAFAUDAGE COMPLIQUE
Le systeme mis en place par la Constitution de 1987,
s'6tend sur quatre niveaux comprenant, pour trois d'entre eux,
un space soumis A election et un space .r6serv6 A des
nominations.
562 Conseils d'Administration de la Section
Communale (CASECs) groupant 1.686 membres 6lus
(Article 63).
562 Assembl6es de Casecs; la Constitution ne d6finit
pas leur mode d'6tablissement mais certain projects et








propositions de loi ont dvoqu6 le principle que chacune
d'elles pourrait regrouper les repr6sentants des habita-
tions : dans ce cas nous aurions des groupements
totalisant 8.566 citoyens;
133 Conseils Municipaux comprenant 399 membres
6lus (Article 66);
133 Assembl6es Municipales dans lesquelles se retrou-
vent 562 Dl66gu6s des Sections Communales (Article
67).
9 Conseils D6partementaux de trois membres chacun,
assists de 9 Assemblees r6unissant les 133 Dl66gues
des Assembl6es Municipales (Article Q).
Pour coiffer le tout, nous trouvons le Conseil Inter-
D6partemental de 9 Membres. Au total, les Collectivites Ter-
ritoriales devraient disposer, rien que pour, symboliser leur
existence institutionnelle, de 11.382 agents 61us ou nomm6s,
avec ce que celarepresente de disponibilites etde comp6tences
A trouver, de pression administrative et financiere pour 1'Etat
appeld d'une part, A enclencher le processus de decentralisation
en fournissant les contributions financieres initiales qui doivent
n6cessairement accompagner les transferts de competence(4),
notamment en matiere de sant6 et d'dducation; de l'autre A
l'encourager tout en veillant A corriger les d6sdquilibres entire
les Collectivites Territoriales, par le mdcanisme de la
pdr6quation, cui consiste A tenir compete des in6galit6s de
resources dans l'octroi des subventions et des dotations.
Si les obj ectifs sont louables et r6pondent a une attente
et A un besoin, les modalit6s prdvues sont assez irrdalistes au
regard des possibilities materielles et humaines d'un pays qui
doit, d'abord, songer A construire et fortifier l'Etat avant de le
d6centraliser et de le moderniser, car en fait, chez nous, ce n' est








pas seulement parce que l'Etat est centralisateur qu'il est
inefficace, c'est aussi parce qu'il n'a pas 6t6 organism et utilis6
de maniere A servir la maj orit6 de la population; et l'alternative
classique "trop d'Etat pas assez d'Etat" devrait etre com-
pl6t6e par la notion d'une certain quality d'Etat. Une nouvelle
approche est donc requise afin de traduire en r6alisations
durables ce qui est devenu un credo d6mocratique, a savoir une
certain dose de decentralisation des pouvoirs, des services et
des responsabilit6s.
Dans cette perspective, la Constitution devrait etre
g6ndrale et 6dicter des normes mesur6es; il serait en effet
souhailable, A partir de l'6nonc6 des principles, de moduler les
tapes en function des situations varies, sans leur donner un
caract6re imp6ratif don't aucune Loi de programmation ne
saurait garantir le succes.
Entre les Sections Communales et I'Etat, il semble
possible de placer les palliers de collaboration suivante:

5.4 LA SECTION COMMUNALE
II est bon que le Casec soit 61lu au suffrage universal, au
scrutiny de liste, afin de preserver une certain homog6n6it6.
L'Assembl6e de la Section Communale n'aurait pas besoin de
fonctionner selon un formalisme rigide et pourrait s'adapter
aux traditions locales des reunions de toujours, sans ordre du
jour, quorum, bureau, reglements int6rieurs, comptes rendus
de seances, etc., comme cela est requis dans certaines Propo-
sitions de Loi don't la consultation laisse perplexe: qui, dans
une section communale, peut en p6n6trer le jargon ? Les
sections communales sont de dimension tres variable, en
superficie et en population, et la plupart d'entre elles sont
6conomiquement faibles et elles risquent de freiner la
d6centralisation par 6miettement de la misere. Elles doivent








recevoir de l'Etat les resources n6cessaires comme d'ailleurs
cela est indiqu6, fortjustement, A l'Article 64; elles nejouissent
done que d'une autonomie relative et leur integration A la
collectivit6 national, au nom de lajustice social, suppose un
d6senclavement territorial, la modernisation progressive de la
nomenclature afin de concilier les ndcessit6s administrative
avec les habitudes tenaces et souvent aberrantep d'identification
des lieux; en effet, dans l'6tat actuel des choses, il n'y a pas
toujours coincidence entire les donn6es foumies par les ser-
vices administratifs, en particulier l'Institut Ha'tien de
Statistique et le "parler toponymique local qui maintient des
survivances du pass que tout le monde comprend sur place,
en oubliant parfois leur charge historique repoussante (on
pense A Caradeux, habitation de la 46me Section Communale
de Bellevue, Commune de Delmas, Arrondissement de Port-
au-Prince). II faudra, enfin songer A des regroupements souples
afin de manager les traditionnelles susceptibilitds, voire les
hostilitds gd6nr6es par le voisinage et l'histoire. II s'agira,
some toute, d'acheminer sur place, au b6ndfice des
communautds locales, les bienfaits du d6veloppement
6conomique et social, en application d'une conception du
pouvoir d'Etat conqu comme dtant un Pouvoir Service. C'est
l'6chelon du bien commun local A g6rer conjointement par les
l1us locaux sans doute plus proches, et les reprdsentants de
l'Etat sans doute plus impartiaux. La liaison peut 8tre assure
par un Ministere des Collectivitds Territoriales, distinct du
Ministere de l'Intdrieur traditionnellement charge de cette
tAche, et aussi A travers les services ddconcentr6s des diff6rents
Ministeres. Dans tous les cas, les Casecs sont appelds A
preserver une reality sociologique en m8me temps qu'ils
canalisent la modernisation.