Encore une petite calomnie de Bazile Gouly: Dufay, 8p,
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/AA00000943/00001
 Material Information
Title: Encore une petite calomnie de Bazile Gouly: Dufay, 8p,
Physical Description: Archival
Publisher: n.p., n.d.
 Notes
General Note: 4-tr-Dufay
General Note: U.Fl.-Mangones Collection extract
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: ILLMC
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: LLMC31470
System ID: AA00000943:00001

Full Text

























This copy of a rare volume in its collections,
digitized on-site under the
LLMC Extern-Scanner Program,
is made available courtesy of the

UNIVERSITY OF FLORIDA LIBRARY














ENCORE

UNE PETITE CALOMNIE

DE BAZILE GOULY.



LA :k A Q u cst general.
Le mot d'ordre dtait donn on devait fire feu de tous leI
bords sur moi, aa moment ou le SE~iNsui Gonly se dispose &
proposer une constitution colonial come ai la constitution
frangaise N'iTArITr s DIGNE de son pays.
Messieurs les colons veuleut toujours une constitution par-t
ticuliere, une faiie pour ex don't ils seront les arbitres ( comme
du terns de Barnave) qu'dls cousentiront, come de hautes puis-
sances. ---- C' ST UN ATION! ! ! t ce qu'ils dissent! Gouly
vous l'a dit aussi. En verit", et Gouly et ses colons font rire
avec leur souvdrainetd!
Ce beau project ne m'dtonne pas; je le connois.
C'est LU SYSTEMS COLONiJAT, --- mais il est bien discr~ditiv
Les amis de Gouly pensenit que si on pouvait fire adopted
son plan de consentement, de souverainetd pour File de france,
cela pourroit bien fire une planche pour Saint-Domingue.
Gouly A mon arrive a la convention m'a fait beaucoup d'a-
vances, beaucoup, beaucoup de visits et de cajoleries il vow



rA


1 .


'""







.-1




:z
Sflait tmi i.cttl'e &inis son systbme colonial, onu u molms ap- :
privoiser mon riieule patriotisme A la franchise qre les colons,
afiu que vou0 le sachiez, appeleent e Far socraie. ( Oi est aris-
tocrate qnand on nest pas de leur opi[rion colonial. ) Je 1'ai
-.coMia la mi:e ce B. Gouly, ai la secondAe phrase colonimale fi
l'ai- 4ev!id et j'ai deda;gnme ~ne pareille liaison, inie irce. Del.
la calomnuic. --.- Oh! les colons ue pardoune:.t jamais quand
ean lIs devine ( o I
Gouly est cClo:, est e digne organit des colons ami de
jcur syst"me enunemi cormme eux de la liberad et de 1'egalit ; ;
c'est tout slniple : emi comnme eucx -do l'AgFtTr'er ou it A
R;ar.~r en tenant; er France. La i ,r est reforce: da.1 les lprin-
cipeLs colonniaux. 11 est Il4 avec tous les colons, totA los colo-
tistes, tous les marchanrds de-chair hinuaine. .I aie cea orn
ne pcut pas dispute des gots.... 1 al. aiaite bien LRobcspierre..:
Jo u''ai pas besoin de le dire ,... tout le monde le salt,.... tout
Se monde Fa vu.... Gouly a dit avec ses colons,... calounions,...
calomlnons,... disons de iurdes sotises,.... nous
aerons pent-ktre coute's de quelques ns ,... pent- Ctreferons nois o i
qwuIlques partisans;... notus orn avons si pen i... nous solmmes
s bi d 'crids!... Car si nous nm'disioui, peut-6tre on ne nous troT;-
rait pas. .-- Et pui&s, ensiencblc,U ils oat ecri, ,,, ecri,.. ecri,
hk.2(ucOuy' tic1ri.
GoUdy voudrait bien qu'eon engageat na beau combat d'inju-
res; ( messieurs les colis ne laniutt. pas d'aryit pour im-
primer ). .
idais Goriay je le te riepotdrai pas plus que je n'ai vouula i
nle her 'vc soi .
Ja ounrrais bien donner a Gouly son paqaet, bico charge et ;,


:.
']! i














F- le ,Isscr tnl peu; j& poutrrais l i citer quo qu.es pet tes ane c
dotes patrioticucs de sa f( on; j'aurais bien queklues unIes'- d
i ses r dane 4s lui counter amplee en serait m ati~ re)
mn3me en maticre politique, je pourrais bMie le complimerntor
S swr une petite lottre fort bien tournde, ce pendant dans le sens
absohnlient inverse du 9 theirnidor, lettre cthIe urmie socime-e ,
lottre counne au comitci da sarett ginerale lettre connu aussi
au comitd de salt public; elle est restee entire les maius s d-'ua
de nos collgues. --- M ais, hIlas! toutes ces recherches sont
si misdrables, si pitoyables, sur-tout tfates par nn repr~ientantl
I du people contre un autre representant, qnc'ea verite jo trouve
bien plus digne de moi, et de Bazila Gouty ,de le minpriser.
A denmain, il trouvera la rdponso a ses complimens, a ses

grossieres et absurdes ealomnes; ii truv era la rfponseen masse,-
S dan celle q'me je prepare puur son dignc et al ami Defr;ance ,.
S don't il est nn des souflniurs. J'ai jugi cque Bazyle Gouly no
valait das la peine d'nm chapitre particulier. On saura deaiai
S ce qcue c'est qulun colon patriote.

D'ailleurs BAZILP GOULY- OUIT DE Si Pj D ESTIME!. IL EST si
M.PRISe !. XT SA CAUSE EST sI MAuvAxsI .., Je scas& bieu que Gouly
n'ea ddmordera pas,- il airmerait mieux plat6t fire un second
: voyage en AngietCrre.

VIa Va, va, la convenUion ne se laissera pas prernre k ton amorce,
et ne t'accord ra pas ta souverainefd des colonies, el a constitutioU
,". partictuliCe



., ';'



*^ *.. '
*'A- '^ ''. 1






f


* i's


(4 5
Les grades puissances coal~sees Eso fcheront, -mali elefs s*
ront vimcues; c'est dans l'ordre.
Vas te coucher B A Z I L E

UTAY, rescn du pee, dutd de St.-
JDUFAY, reprdsentant d& peuple, atutd de St.-DoQn&,qA.


Dbe I'hmnprns d P A Passage Honor1 .


S1
\lli~


4


IE-: i


t


'}A




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs