<%BANNER%>
HIDE
 Cover
 Title Page
 Code penal
 Table generale des matieres du...
 Code d'instruction criminelle
 Table generale des matieres du...
 Advertising


DLOC LLMC



Code pénal et Code d'instruction criminelle, annotés par Gustave Chaumette: 3 p. l., 122, 127 p.
CITATION SEARCH THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/AA00000913/00001
 Material Information
Title: Code pénal et Code d'instruction criminelle, annotés par Gustave Chaumette: 3 p. l., 122, 127 p.
Physical Description: Archival
Publisher: Cap Haïtien, Chez l’auteur; Paris, V. Giard & E. Brière, 1901.
 Notes
General Note: 4-tr-Chaum.-1901
General Note: HLL Dep HAI 380C F01; Hollis 004570401
 Record Information
Source Institution: Harvard Law Library
Holding Location: Harvard Law Library
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: LLMC31876
System ID: AA00000913:00001

Table of Contents
    Cover
        Page i
        Page ii
    Title Page
        Page iii
        Page iv
    Code penal
        Page A-1
        Page A-2
        Page A-3
        Page A-4
        Page A-5
        Page A-6
        Page A-7
        Page A-8
        Page A-9
        Page A-10
        Page A-11
        Page A-12
        Page A-13
        Page A-14
        Page A-15
        Page A-16
        Page A-17
        Page A-18
        Page A-19
        Page A-20
        Page A-21
        Page A-22
        Page A-23
        Page A-24
        Page A-25
        Page A-26
        Page A-27
        Page A-28
        Page A-29
        Page A-30
        Page A-31
        Page A-32
        Page A-33
        Page A-34
        Page A-35
        Page A-36
        Page A-37
        Page A-38
        Page A-39
        Page A-40
        Page A-41
        Page A-42
        Page A-43
        Page A-44
        Page A-45
        Page A-46
        Page A-47
        Page A-48
        Page A-49
        Page A-50
        Page A-51
        Page A-52
        Page A-53
        Page A-54
        Page A-55
        Page A-56
        Page A-57
        Page A-58
        Page A-59
        Page A-60
        Page A-61
        Page A-62
        Page A-63
        Page A-64
        Page A-65
        Page A-66
        Page A-67
        Page A-68
        Page A-69
        Page A-70
        Page A-71
        Page A-72
        Page A-73
        Page A-74
        Page A-75
        Page A-76
        Page A-77
        Page A-78
        Page A-79
        Page A-80
        Page A-81
        Page A-82
        Page A-83
        Page A-84
        Page A-85
        Page A-86
        Page A-87
        Page A-88
        Page A-89
        Page A-90
        Page A-91
        Page A-92
        Page A-93
        Page A-94
        Page A-95
        Page A-96
        Page A-97
        Page A-98
        Page A-99
        Page A-100
        Page A-101
        Page A-102
        Page A-103
        Page A-104
        Page A-105
        Page A-106
        Page A-107
        Page A-108
        Page A-109
        Page A-110
        Page A-111
        Page A-112
        Page A-113
        Page A-114
    Table generale des matieres du code penal
        Page A-115
        Page A-116
        Page A-117
        Page A-118
        Page A-119
        Page A-120
        Page A-121
        Page A-122
    Code d'instruction criminelle
        Page B-1
        Page B-2
        Page B-3
        Page B-4
        Page B-5
        Page B-6
        Page B-7
        Page B-8
        Page B-9
        Page B-10
        Page B-11
        Page B-12
        Page B-13
        Page B-14
        Page B-15
        Page B-16
        Page B-17
        Page B-18
        Page B-19
        Page B-20
        Page B-21
        Page B-22
        Page B-23
        Page B-24
        Page B-25
        Page B-26
        Page B-27
        Page B-28
        Page B-29
        Page B-30
        Page B-31
        Page B-32
        Page B-33
        Page B-34
        Page B-35
        Page B-36
        Page B-37
        Page B-38
        Page B-39
        Page B-40
        Page B-41
        Page B-42
        Page B-43
        Page B-44
        Page B-45
        Page B-46
        Page B-47
        Page B-48
        Page B-49
        Page B-50
        Page B-51
        Page B-52
        Page B-53
        Page B-54
        Page B-55
        Page B-56
        Page B-57
        Page B-58
        Page B-59
        Page B-60
        Page B-61
        Page B-62
        Page B-63
        Page B-64
        Page B-65
        Page B-66
        Page B-67
        Page B-68
        Page B-69
        Page B-70
        Page B-71
        Page B-72
        Page B-73
        Page B-74
        Page B-75
        Page B-76
        Page B-77
        Page B-78
        Page B-79
        Page B-80
        Page B-81
        Page B-82
        Page B-83
        Page B-84
        Page B-85
        Page B-86
        Page B-87
        Page B-88
        Page B-89
        Page B-90
        Page B-91
        Page B-92
        Page B-93
        Page B-94
        Page B-95
        Page B-96
        Page B-97
        Page B-98
        Page B-99
        Page B-100
        Page B-101
        Page B-102
        Page B-103
        Page B-104
        Page B-105
        Page B-106
        Page B-107
        Page B-108
        Page B-109
        Page B-110
        Page B-111
        Page B-112
        Page B-113
        Page B-114
        Page B-115
        Page B-116
        Page B-117
        Page B-118
        Page B-119
        Page B-120
        Page B-121
        Page B-122
    Table generale des matieres du code d'instruction criminelle
        Page B-123
        Page B-124
        Page B-125
        Page B-126
        Page B-127
    Advertising
        Page B-128
Full Text
This volume was donated to LLMC to enrichi its on-line offerings and for purposes of long-term pr�servation by
Harvard Law School Library


CODE P�NAL
et
CODE D'INSTRUCTION CRIMINELLE


R�PUBLIQUE D'HA�TI
CODE P�NAL
et
CODE D'INSTRUCTION CRIMINELLE
ANNOT�S par
Gustave CHAUMETTE
CHEZ L'AUTEUR
cap ha�tien HA�TI
V. GIARD & E. BRIERE
Libraires-Editeurs
16, rue sotjfflot, lf) PARIS
1901


CODE P�NAL


CODE P�NAL
Chambre des Communes, 29 juillet.� S�nat, 10 Ao�t. Promulgation, 11 Ao�t 1835.
LOI N� 1 Sur les dispositions g�n�rales.
Article Premier. � L'infraction que les lois punissent de peines de.police est une contravention. � Cit. 5,�/. cr.,1, 11, 124,135, 468 et s.� P�n., 4, 383 et s.
L'infraction que les lois punissent de peines correctionnelles, est un d�lit. � Cio., 1095, 1133, 1168 et s.
L'infraction que les lois punissent d'une peine afflic-tive ou infamante, est un crime. � /. cr., 109 et s., 281, 301, 307, 466 et s. � P�n., 2, 4, 6, 12 et s., 31 et s., 40 et s., 57 et s.
Art. 2. � Toute tentative de crime qui aura �t� manifest�e par des actes ext�rieurs et suivie d'un commencement d'ex�cution, si elle n'a �t� suspendue ou n'a manqu� son effet que pardescirconstancesfortuites ou ind�pendantes de la volont� de l'auteur, est consid�r�e comme crime, et sera punie de la r�clusion, dont la dur�e sera proportionn�e � la gravit� du cas. � P�n.,1, 7-4�, 20, 58.
Art. 3. � Les tentatives de d�lits ne sont consid�r�es comme d�lits que dans les cas d�termin�s par une disposition sp�ciale de la loi. � P�n., 29, 34, 140, 337.
Art. 4. � Nulle contravention, nul d�lit, ne peuvent �tres punis de peines qui n'�taient pas pronon-
CHAUMETTE 1


c�es par la loi, avant qu'ils fussent commis. � Civ, 2. � P�n., 1, 7 et s., 26, 382, et s.
Art 5. � Les dispositions du pr�sent Gode ne s'appliquent pas aux contraventions, d�lits et crimes militaires. � P�n., 40.
LOI N� 2
Sur les peines en mati�res criminelle et correctionnelle, et sur leurs effets.
Art. 6. � Les peines en mati�re criminelle sont, ou afflictives et infamantes � la fois, ou seulement infamantes. � P�n., 1 et s., 7 et s.
Art. 7. � Les peines � la fois afflictives et infamantes sont : � P�n., 17 et s.
1� La mort. � P�n, 12, et s., 22, 25.
2� Les travaux forc�s � perp�tuit�. � P�n, 15, 18, 25, 53 et s.
3� Les travaux forc�s � temps. � P�n., 15 et s., 25, 33, 53 et s.
4� La d�tention. � P�n., 17, 25, 33. (1).
5� La r�clusion dans une maison de force. P�n., 17,25,33.
Art. 8. � Les peines seulement infamantes, sont : 1� Le bannissement.
2� La d�gradation civique. �P�n., 22 et s. 3� Le renvoi � perp�tuit� sous la surveillance sp�ciale de la haute police de l'Etat. � P�n., 31 et s. Art. 9. �Lespeinesenmati�recorrectionncllesont:
(1) Voy. Loi du 22 Novembre 1860, qui introduit dans le Code p�nal la peine de la d�tention et celle du bannissement (lois usuelles d'Ha�ti, par Gustave Chaumette, �� partie.)


� 3 �
1� L'emprisonnement � temps dans un lieu de correction. � P�n., 26 et s., 41 et s.
2� L'interdiction � temps de certains droits politi ques, civils ou de famille. � P�n., 28 et s.
3� La destitution. � P�n., 30.
4� Le renvoi � temps sous la surveillance sp�ciale de la haute police de l'Etat. � P�n., 24. 31 et s.
Art. 10. � L'amende et la confiscation sp�ciale, soit du corps du d�lit, quand la propri�t� en appartient au condamn�, soit des choses produites par le d�lit, soit de celles qui ont servi, ou qui ont �t� destin�es � le commettre, sont des peines communes aux mati�res criminelles et correctionnelles. � /. cr., 155 et s., 176 et s., 187 et s., 192 et s. � P�n., 1, 36 et s, 469 et s.
Art. 11. � La condamnation aux peines �tablies par la loi, est toujours prononc�e sans pr�judice des restitutions et dommages-int�r�ts qui peuvent �tre d�s aux parties. � Civ., 939, 1168 et s. � /. cr., P�n., 10, 35 et s.
CHAPITRE PREMIER
des peines en mati�re criminelle.
Art. 12. � Tout condamn� � mort sera fusill�. � P�n. 7, 13 et s. � /. cr., 308.
Art. 13. � L'ex�cution se fera sur l'une des places publiques du lieu qui sera indiqu� par l'arr�t de condamnation.
Les corps des supplici�s seront d�livr�s � leurs familles, si elles les r�clament, � la charge par elles de les faire inhumer sans aucun appareil.
Art. 14. � Si une femme condamn�e � mort se d�clare et s'il est v�rifi� qu'elle est enceinte, elle ne


subira sa peine que quarante jours apr�s sa d�livrance: P�n., 12, 1(5.
Art. 15. � Les hommes condamn�s aux travaux forc�s seront employ�s aux travaux publics. � P�n , 10 et s., 53 et s.
Art. 16. � Les femmes et les filles condamn�es aux travaux forc�s, n'y seront employ�es que dans l'int�rieur d'une maison de force. � P�n., 33, 40, 53 et s.
Art. 17. � Les condamnations aux peines perp�tuelles, a la fois afflictives et infamantes, emportent la perte des droits civils et politiques, � compterdu jour fix� pour l'ex�cution. � Const., 10-5�. � Civ., 18 et s. � P�n., 53.
Art. 18. � Les condamnations aux peines temporaires, afflictives ou infamantes, emportent la suspension des droits civils et politiques pendant toute la dur�e de la peine. � Civ., 25-4�, 26. � P�n., 19..
Il sera nomm� au condamn� un curateur dans la forme prescrite pour la nomination des curateurs aux interdits. � Civ., 410, 418.� Pr., 784 et s.� P�n.,19.
Art. 19. � La condamnation � la peine des travaux forc�s � temps, sera prononc�e pour trois ans au moins et quinze ans au plus. � P�n., 7-3�, 21, 25, 33, 53 et s.
Art. 20. � Tout individu de l'un ou de l'autre sexe, condamn� � la peine do la r�clusion, sera employ� dans une maison de force, � des travaux dont le produit pourra �tre en partie appliqu� � son profit, ainsi qu'il sera r�gl� par le Gouvernement.
La dur�e de .cette peine sera au moins de trois ann�es, et de neuf ans au plus.
Art. 21. � La dur�e des peines se comptera du jour


o� la condamnation sera devenue irr�vocable. � /. cr., 153, 175, 301, 307. � P�n., 187. (1)
Art. 22. � Aucune condamnation ne pourra �tre ex�cut�e les jours de f�tos nationales ou religieuses, ni les dimanches: � Pr., 73. 681, 958. � P�n., 219.
Art. 23. � La d�gradation civique consiste dans la destitution et l'exclusion du condamn�, de toutes fonctions ou emplois publics, et dans la privation de tous les droits ci-apr�s �nonc�s :
Le condamn� ne pourra jamais �tre jur�, expert, ni �tre employ� comme t�moin dans les actes, ni d�poser en justice autrement que pour y donner de simples renseignements. �cr., 67, 100. � P�n., 28-3� et s.
Il sera incapable de tutelle et de curatelle, si ce n'est de ses enfants, et sur l'avis seulement de la famille. � Civ., 315 et s., 355, 390, 405, 422. � Pr.. 773 et s. � P�n., 28.
Il sera d�chu du droit de port d'armes. � P�n.,
28-4"
Art. 24. � L'effet du renvoi sous la surveillance sp�ciale de la haute police de l'Etat, sera d�termin� au chapitre III de la pr�sente Loi � P�n., 31 et s.
Art. 25 � Tous jugements qui porteront des peines afflictives ou infamantes, seront lus et publi�s par extrait dans la villeo� lejugementaura�t� rendu,dans la commune du lieu o� le crime aura �t� commis, dans celle o� se fera l'ex�cution, et dans celle du domicile du condamn�. Civ., 91. �/. cr., 301. � P�n,, 7 et s., 13.
(1) Voy. Loi du 5 d�cembre 1893 sur la prison pr�ventive. (Lois usuelles del� R�publique d'Ha�ti, par Gustave Cliau-mette, !'� partie.)


CHAPITRE II
des peines en mati�re correctionnelle.
Art. 26. � Quiconque aura �t� condamn� � la peine d'emprisonnement, sera renferm� dans une maison de correction : il y sera employ� � l'un des travaux �tablis dans cette maison, selon son choix, sauf le cas pr�vu en l'article 330 du pr�sent Code. � Peu., 1, 3, 4, 9, 27, 42 et s. '
La dur�e de cette peine sera au moins de six jours, et de trois ann�es au plus ; sauf les cas de r�cidive ou autres, o� la loi aura d�termin� d'autres limites. � � P�n., 42et s., 382 et s. j
La peine � un jour d'emprisonnement est de vingt- | quatre heures.
Celle � un mois est de trente jours.
Art 27. � Los produits du travail de chaque d�tenu pour d�lit correctionnel, seront appliqu�s, partie aux d�penses communes de la maison, partie � lui procurer quelques adoucissements, s'il les m�rite, partie � 1 former pour lui au temps de sa sortie, un fonds de ; r�serve : le tout ainsi qu'il sera ordonn� par des r�glements d'administration publique.
Art. 28. � Les tribunaux, jugeant correctionnelle-ment pourront, dans certains cas, interdire, en tout ou en partie, l'exercice des droits politiques, civils et de famille suivants: � P�n., 23,29, 81. �
1� De vote et d'�lection. � P�n, 23.
2� D'�ligibilit�. � P�n., 23.
3� D'�tre appel� ou nomm� aux fonctions de jur� ou autres fonctions publiques, ou aux emplois publics de l'administration, ou d'exercer ces fonctions ou emplois.
4� De port d'armes.


I
� � 7 �
5� De vote et de suffrage dans les d�lib�rations de famille.
6� D'�tre tuteur, curateur, si ce n'est de ses enfants, et sur l'avis seulement du conseil de famille. � P�n., 23, 282 et s.
7� D'�tre expert ou employ� comme t�moin dans les actes.
8� De t�moignage en justice autrement que pour y faire de simples d�clarations.
Art. 29. � Les tribunaux ne prononceront l'interdiction mentionn�e dans l'article pr�c�dent, que lorsqu'elle aura �t� autoris�e ou ordonn�e par une disposition particuli�re de la loi. �P�n., 4, 9, 65, 68, 81, 83 et s., 92,132, 136, 146,148, 158, 282 et s., 332, 337 et s., 342, 383.
Art. 30. �� Quiconque aura encouru la peine de la destitution, sera priv� du droit d'exercer aucun emploi ou fonction publics, pendant trois mois au moins et cinq ans au plus.
CHAPITRE III
des peines et autres condamnations qui peuvent �tue prononc�es pour crimes ou d�lits.
Art. 31. � L'effet du renvoi sous la surveillance sp�ciale de la haute police de l'Etat, sera de donner au Gouvernement le droit d'ordonner, et � la partie int�ress�e, de requ�rir du Grand-Juge', soit le bannissement de l'individu, d'un certain lieu, soit sa r�sidence continue dans un lieu d�termin� de l'un des arrondissements de la R�publique. � P�n., 9,10, 32 et s.
Art 32. � En cas de d�sob�issance � cet ordre, le Gouvernement aura le droit d'ordonner, et la partie int�ress�e de requ�rir du Grand-Juge, l'arrestation et la d�tention du condamn� pendant un intervalle de


temps qui pourra s'�tendre autant que le temps fix� pour l'�tat de la surveillance sp�ciale. �- P�n., 26 et s.
Art. 33. � Les coupables condamn�s aux travaux forc�s � temps ou � lar�clusion, seront, de plein droit, apr�s qu'ils auront subi leur peine, et pendant un temps �gal � sa dur�e, sous la surveillance de la haute police de l'Etat.
Art. 34. � Devront �tre renvoy�s sous la m�me surveillance, et pendant toute la vie, ceux qui auront �t� condamn�s pour crimes ou d�lits qui int�ressent la s�ret� int�rieure ou ext�rieure de l'Etat. � P�n., 57 et s.
Hors les cas ci-dessus-d�termin�s, les condamn�s ne seront plac�s sous la surveillance de la haute police de l'Etat que dans le cas o� une disposition particuli�re de la loi l'aura permis. �P�n., 42,- 52, 76, 79, 80, 182, 204, 253, 254, 260, 262, 271, 283, 290, 330, 331, 364, 372, 382.
Art. 35. � Quand il y aura lieu � restitution, le coupable sera condamn�, en outre, envers la partie, � des indemnit�s, dont la d�termination est laiss�e � la justice du tribunal, lorsque la loi ne les aura pas r�gl�es; sans qu'elles puissent jamais �tre au-dessous du quart des restitutions, et sans que le tribunal puisse, du consentement m�me de la partie, en prononcer l'application � une �uvre quelconque.
Art. 36. � L'ex�cution des condamnations � l'amende, aux restitutions, aux dommages-int�r�ts et aux frais, pourra �tre poursuivie par la voix de la contrainte par corps. � Cic,, 1829. � Pr., 133. � P�n., 37, 388.
Art. 37, ainsi modifi� par la loi du 21 juillet 1898. � Lorsque des amendes et des frais seront prononc�s au profit de l'Etat, si apr�s l'expiration de la peine afflictive et infamante, l'emprisonnement du con-


� 9 �
damn� pour l'acquit de ces condamnations p�cuniaires a dur� une ann�e compl�te, il pourra, sur la preuve acquise parla voie de droit, de son insolvabilit�,-obtenir sa libert�.
La dur�e de l'emprisonnement sera r�duite � six mois, s'il s'agit d'un d�lit.
Et lorsque le condamn� aura �t� retenu par les parties plaignantes ou civiles pour les dommages-int�r�ts, restitutions ou frais prononc�s � leur profit, la dur�e de la contrainte sera de six mois, s'il s'agit de dommages-int�r�ts n'exc�dant pas cent piastres, et d'un an au plus si ces dommages-int�r�ts exc�dent cette valeur. � Pen.,-386.
Art. 38. �� En cas de concurrence de l'amende avec les restitutions et les dommages-int�r�ts, sur les biens insuffisants du condamn�, ces derni�res condamnations obtiendront la pr�f�rence. � 1. cr.103, � P�n., 18, 35, 387.
Art. 39. � Tous les individus condamn�s pour un m�me crime ou pour un m�me d�lit, sont tenus solidairement des amendes, des restitutions, des dommages-int�r�ts et des frais. � Cio, 987, � P�n., 44 et s.. 202.
CHAPITRE IV
des peines dis la r�cidive pour crimes et d�lits
Art. 40.�Quiconque ayant �t� condamn� pour crime, aura commis un second crime, emportant la d�gradation civique sera condamn� � la peine de la r�clusion. � P�n., 7 et s., 17, 33.
Si le second crime entra�ne la peine de la r�clusion, il sera condamn� � la peine des travaux forc�s � temps.
Si le second crime entraine la peine des travaux
CIIAUMETTE 1*


� 10 �
forc�s � temps, il sera condamn� � la peine des travaux forc�s � perp�tuit�. � P�n., 7,15, 18,33.
Si le second crime entra�ne la peine des travaux forc�s � perp�tuit�, il sera condamn� � la peine de mort. �P�n., 12.
Art. 41. � Quiconque ayant �t� condamn� pour un crime, aura commis un' d�lit de nature � �tre puni correctionnellement, sera condamn� au maximum de la peine port�e par la loi, et cette peine pourra �tre �lev�e jusqu'au double ; il sera, de plus, mis sous la surveillance sp�ciale de la haute police de l'Etat, pendant au moins trois ann�es, et neuf ans au plus. � I.cr., 155. � P�n., 26.
Art. 42.�Les condamn�s � une peine correctionnelle de plus de six mois d'emprisonnement, seront, en cas de nouveau d�lit, condamn�s comme il est dit en l'article pr�c�dent. � P�n., 9, 26, 31, 34, 41.
Art. 43. � Quiconque ayant �t� condamn� � une peine correctionnelle, aura commis un crime de nature � �tre puni des travaux forc�s � temps ou � la r�clusion, sera condamn� au maximum de la peine �tablie par la loi. � P�n., 9, 26, 31, 41.
LOI N� 3
Sur les personnes punissables, excusables ou responsables, pour crimes ou d�lits.
CHAPITRE UNIQUE
Art. 44. � Les complices d'un crime ou d'un d�lit, seront punis de la m�me peine que les auteurs m�mes de ce crime ou de ce d�lit, sauf les cas o� la loi en aurait dispos� autrement. � Civ., 590. �/. cr., 390. � P�n., 45, et s., 76, 85, 100,126, 135, 151, 163, 167, 174, 178, 196, 229 et s., 238, 286, 325, 328, 361 et s.


� 11 �
Art. 45. � Seront punis comme complices d'une action qualifi�e crime ou d�lit,
Ceux qui auront procur� des armes, des instruments ou tout autre moyen qui aura servi � l'action, sachant qu'ils devaient y servir ;
Ceux qui auront, avec connaissance, aid� ou assist� l'auteur ou les auteurs de l'action, dans les faits qui l'auront consomm�e, sans pr�judice des peines qui seront sp�cialement port�es par le pr�sent Code contre les auteurs de complots ou de provocations attentatoires � la s�ret� int�rieure ou ext�rieure de l'Etat, m�m dans le cas o� le crime qui �tait l'objet des conspirateurs ou des provocateurs, n'aurait pas �t� commis. � * P�n., 57 et s., 63, 238.
Art. 46. � Ceux qui sciemment auront recel�, en tout ou en partie, des choses enlev�es, d�tourn�es ou obtenues � l'aide d'un crime ou d'un d�lit, seront aussi punis comme complices de ce crime ou d�lit. �� P�n., 47,61,206, 305, 325.
Art. 47. �� N�anmoins, � l'�gard des receleurs d�sign�s dans l'article pr�c�dent, la peine de mort ou des travaux forc�s � perp�tuit�, lorsqu'il y aura lieu, ne leur sera appliqu�e qu'autant qu'ils seront convaincus d'avoir eu, au temps du recel�, connaissance des circonstances auxquelles la loi attache les peines de ces deux genres ; sinon, ils ne subiront que la peine des travaux forc�s � temps. �P�n., 249, 326.
Art. 48. � Il n'y a ni crime ni d�lit, lorsque le pr�venu �tait en d�mence au temps de l'action, ou lorsqu'il a �t� contraint par une force � laquelle il n'a pu r�sister.
Art. 49. � Nul crime ou d�lit ne peut �tre excus�, ni la peine mitig�e, que dans les cas et dans les circonstances o� la loi d�clare le fait excusable, ou per-


_ 12 _
met de lui appliquer une peine moins rigoureuse.� /. cr., 272, 299. � P�n., 76, 80, 83, 99, et s., 108,125, 149, 151, 174, 178, 206, 229, 233, 266 et s., 290, 296 et s., 303, 325, 382.
Art. 50. � Lorsque l'accus� aura moins de quatorze ans ; s'il est d�cid� qu'il a agi sans discernement, il sera acquitt� ; mais il sera, selon les circonstances, remis � ses parents, ou conduit dans une maison de correction, pour y �tre �lev� et d�tenu pendant nombre d'ann�es que le jugement d�terminera, et qui toutefois ne pourra exc�der l'�poque o� il aura accompli sa vingti�me ann�e. �/. cr., 273. � P�n., 51 � 60, 148.
Art. 51. � S'il est d�cid� qu'il a agi avec discernement, les peines seront prononc�es, ainsi qu'il suit : � P�n., 50, 52, 323.
S'il a encouru la peine de mort, ou des travaux forc�s � perp�tuit�, il sera condamn� � la peine de dix � vingt ans d'emprisonnement dans une maison de correction.� P�n., 7, 26 et s. �
S'il'a encouru la peine des travaux forc�s � temps ou de la r�clusion, il sera condamn� � �tre renferm� dans une maison de correction pour un temps �gal au tiers au moins et � la moiti� au plus de celui auquel il aurait pu �tre condamn� � l'une de ces peines. � P�n., 31,34.
Art. 52. �Dans tous les cas, il pourra �tre mis, par le jugement, sous la surveillance de la haute police de l'Etat, pendant cinq ans au moins et dix ans au plus. � P�n., 31,34.
Si le coupable n'a encouru qu'une peine correctionnelle, il pourra �tre condamn� � telle peine correctionnelle qui sera jug�e convenable, pourvu qu'elle


� 13 �
soit au-dessous de la moiti� de celle qu'il aurait subie, s'il avait eu quatorze ans. .
Art. 53. � Les peines des travaux forc�s � perp�tuit� et des travaux forc�s � temps ne seront prononc�es contre aucun individu �g� de soixante ans accomplis au moment du jugement. �� Civ., 1832. � Pr., 700-i''. � P�n., 7, 20, 53, 55.
Art. 54. � Ces peines seront remplac�es, � leur �gard, par celle de la r�clusion, soit � perp�tuit�, soit � temps, selon la dur�e de la peine qu'elle remplacera. � J'en., 7, 20, 53.
Art. 55.� Tout condamn� � la peine des travaux � perp�tuit� ou � temps, d�s qu'il aura atteint l'�ge de soixante ans accomplis, en sera relev�, et sera renferm� dans la maison de force pour tout le temps de sa peine, comme s'il n'e�t �t� condamn� qu'� la r�clusion.
Art. 58. � Dans les cas de responsabilit� civile qui pourront se pr�senter dans les affaires criminelles, correctionnelles ou de police, les tribunaux devant qui ces affaires seront port�es, se conformeront aux dispositions du Code civil sur les d�lits et quasi-d�lits. � Civ., 1168 et s. � /. cr.. 170. � P�n., 353, 356 et s., 390, 394, 398.


� 14 �
LOI N� 4
Sur les crimes, les d�lits et leur punition
*
TITRE PREMIER
CRIMES ET D�LITS CONTRE LA CHOSE PUBLIQUE (1).
CHAPITRE PREMIER
crimes et d�lits contre la s�ret� de l'�tat section premi�re
Dos crimes et d�lits contre la s�ret� ext�rieure de l'Etat.
Art. 57. � Tout Ha�tien qui aura port� les'arjnes contre Ha�ti, sera puni de mort. � P�n., 12.
Art. 58. � Sera �galement puni de mort, quiconque aura pratiqu� des man�uvres ou entretenu des intelligences avec les ennemis de l'Etat, � l'effet de faciliter leur entr�e sur le territoire et d�pendances de la R�publique, ou de leur livrer des villes, forteresses, places, postes, ports, magasins, arsenaux, vaisseaux ou b�timents appartenant � Ha�ti, ou defouruir aux ennemis des secours en soldats, hommes, argent, vivres, armes ou munitions, ou de seconder les progr�s de leurs armes sur les possessions ou contre les forces ha�tiennes de terre ou de mer, soit en �branlant la fid�lit� des officiers, soldats, matelots ou autres envers l'Etat et le �Chef de l'Etat, soit de toute autre mani�re. � P�n., 12.
Art. 59. � Tout fonctionnaire public, tout agent,
(1) Voy. Recueil de loi* usuelles de la I��publ�jue d'Ha�ti, par Gustave Chaumette (1" partie). 1� Loi du 6 septembre 1870, sur le mode de proc�der devant les tribunaux correctionnels en mati�re de d�lits politiques et de presse ,- 2� Loi du 5 octobre 1891 qui remplace la peine de mort en mati�re politique par une d�tention dans une prison de trois � six ans.


tout pr�pos� du Gouvernement, charg� � raison de ses [onctions, du d�p�t des plans de fortifications, arsenaux, ports ou rades, qui aura livr� ces plans, ou l'un de ces plans � l'ennemi ou aux agents de l'ennemi, sera puni de mort. � P�n., 12.
Il sera puni de la r�clusion, s'il a livr� ces plans aux agents d'une puissance �trang�re, neutre ou alli�e.
Art. 60. � Toute autre personne qui, �tant parvenue, par corruption, fraude ou violence, � soustraire les dits plans, les aura livr�s ou � l'ennemi ou aux agents d'une puissance �trang�re, sera punie comme le fonctionnaire ou agent mentionn� dans l'article pr�c�dent, et selon les distinctions qui y sont �tablies.
Si les dits plans se trouvaient, sans le pr�alable emploi de mauvaises voies, entre les mains de la personne qui les a livr�s, la peine sera,
Au premier cas mentionn� dans l'article 59, la r�clusion, et au second cas du m�me article, un emprisonnement d'un an a trois ans.
Art. 61. � Quiconque aura recel� ou fait receler les espions ou les soldats ennemis, envoy�s � la d�couverte, et qu'il aura connus pour tels, sera condamn� � la peine de mort. � P�n., 12, 67.
Art. 62. � Quiconque aura, par des actes non approuv�s par le Gouvernement, expos� des Ha�tiens a �prouver des repr�sailles, sera puni de la r�clusion. -Pe�-/17,33 et s.
Section II
Des crimes contre la s�ret� int�rieure de l'Etat.
paragraphe premier
Des attentats et complots dirig�s contre le Chef de l'Etat. Art. 63. � L'attentat contre la vie ou contre la per-


� 10 �
sonne du Chef de l'Etat sera puni de mort. � P�n.. 12.
Art. 64. � L'attentat dont le but sera,
Soit de d�truire ou de changer le Gouvernement, soit d'exciter les citoyens ou habitants � s'armer contre l'autorit� du Chef de l'Etat,
Sera puni de mort. �� P�n., 12.
Art. 65. � Le complot qui aura pour but les crimes mentionn�s aux pr�c�dents articles, sera puni de la r�clusion.
Art. 68. � Il y a attentat, d�s qu'un acte est commis ou commenc� pour parvenir � l'ex�cution de ces crimes, quoiqu'ils n'aient pas �t� consomm�s. � P�n., 63.
Art. 67. � H y a complot, d�s que la r�solution d'agir est concert�e et arr�t�e entre deux conspirateurs, ou un plus grand nombre, quoiqu'il n'y ait pas eu d'attentat. � P�n., 65.
� II
Des crimes tendant � troubler l'Etat par la guerre civile, l'ill�gal emploi de la force arm�'; la d�castaiion et le pillage publics.
Art. 68. � L'attentat dont le but sera, Soit d'exciter la guerre civile, en armant et en portant les citoyens ou habitants � s'armer les uns contre les autres ;
Soit de porter la d�vastation, le massacre et le pillage dans une ou plusieurs communes,
Sera puni de la peine de mort. � P�n., 12 et s.
Art. 69. � Le complot qui tendra au m�me but sera puni de la peine de r�clusion. � P�n., 63, 70.
Art. 70. � Ceux qui auront lev� ou fait lever des troupes arm�es, engag� ou enr�l�, fait engager ou enr�ler des soldats, ou leur auront fourni ou procur


� 17 �
des armes ou munitions, sans ordre ou autorisation du Chef de l'Etat ; '
Ceux qui, sans droit ou motif l�gitime, auront pris le commandement d'un corps d'arm�e, d'une troupe, d'une flotte, d'une escadre, d'un b�timent de guerre, d'une place forte, d'un poste, d'un port, d'une ville ;
Ceux qui auront retenu, contre l'ordre du Gouver-nemant, un commandement militaire quelconque ;
Les commandants qui auront tenu leur arm�e ou troupe rassembl�e, apr�s que le licenciement ou la s�paration en aura �t� ordonn�e,
Seront punis de mort. � P�n., 12, 13, 63, 68.
Art. 71. �Toute personne quit pouvant disposer de la force publique, en aura requis ou ordonn�, fait ordonner ou requ�rir l'action ou l'emploi contre la lev�e des gens de guerre l�galement �tablie, sera punie de la r�clusion.
Si cette r�quisition ou cet ordre ont �t� suivis de leur effet, le coupable sera puni de mort.
Art. 72. � Tout individu qui aura incendi�, ou d�truit, par l'explosion d'une mine, ou par tout autre moyen, des �difices, magasins, arsenaux, vaisseaux, ou autres propri�t�s appartenant � l'Etat, sera puni de mort.
Art. 73. � Quiconque, soit pour envahir des domaines, propri�t�s ou deniers publics, places, villes, forteresses, postes, magasins, arsenaux, forts, vaisseaux ou b�timents appartenant � l'Etat, soit pour piller ou partager des propri�t�s publiques ou nationales, soit enfin pour faire attaque ou r�sistance envers la force publique agissant contre les auteurs de ces crimes, se sera .mis � la t�te de bandes arm�es, ou y aura exerc� une fonction ou un commandement quelconque, sera puni de mort.


� 18 �
La m�me peine sera appliqu�e � ceux qui auront dirig� l'association, lev� ou fait lever,' organis� ou fait organiser les bandes, ou leur auront sciemment et volontairement fourni ou procur� des armes, munitions et instruments de crime, ou envoy� des convois de subsistances.
Art. 74. � Dans le cas o� l'un ou plusieurs des crimes mentionn�s aux articles 63, 64 et 68, auront �t� ex�cut�s ou simplement tent�s pas une bande, la peine de mort sera appliqu�e sans distinction de grades, � tous les individus faisant partie de la bande, et qui auront �t� saisis sur le lieu de la r�union s�ditieuse.
Sera puni de la m�me peine, quoique non saisi sur le lieu, quiconque aura dirig� la s�dition, ou aura exerc� dans la bande un emploi ou commandement quelconque.
Art. 75. � Hors le cas o� la r�union s�ditieuse aurait eu pour objet ou r�sultat l'un ou plusieurs des crimes �nonc�s aux articles 63, 64, et 68, les individus faisant partie des bandes dont il est parl� ci-dessus, sans y exercer aucun commandement ni emploi, et qui auront �t� saisis sur les lieux, seront punis de-la r�clusion.
Art. 76. � Il ne sera prononc� aucune peine, pour le fait de s�dition, contre ceux qui, ayant fait partie de ces bandes sans y exercer aucun commandement et sans y remplir aucun emploi ou fonction, se seront retir�s au premier avertissement des autorit�s civiles ou militaires, ou m�me depuis, lorsqu'ils n'auront �t� saisis que hors des lieux de la r�union s�ditieuse sans opposer de r�sistance et sans armes.
Ils ne seront punis, dans ces cas, que des crimes particuliers qu'ils auraient personnellement commis ; et 'n�anmoins ils pourront �tre renvoy�s, pour cinq


� 19 �
ans, ou au plus, jusqu'� dix, sous la surveillance sp�ciale de la haute police de l'Etat. � P�n., 31, 36, 174,356.
Art. 77. � Sont compris dans le mot armes, toutes machines, tous instruments ou ustensiles tranchants, per�ants ou contondants.
Les couteaux et ciseaux de poche, les cannes simples, ne seront r�put�s armes qu'autant qu'il en aura �t� fait usage pour tuer, blesser ou frapper. �P�n.,A5, 259, 326, 391.
Disposition commune aux deux paragraphes de la pr�sente section.
Art. 78. � Seront punis comme coupables des crimes mentionn�s dans la pr�sente section, tous ceux qui, soit par discours tenus dans les lieux ou r�unions publics ; soit par placards affich�s, soit par �crits imprim�s, auront excit� directement les citoyens � les commettre.
Section III
De la f�v�lation et de la non-r�e�latioii de? crimes qui compromettent la s�ret� int�rieure ou ext�rieure de l'Etat.
Art. 79. � Toutes personnes qui, ayant eu connaissance de complots ou de crimes projet�s contre la s�ret� int�rieure ou ext�rieure de l'Etat, n'auront pas fait la d�claration de ces complots ou crimes, et n'auront pas r�v�l� au Gouvernement ou aux autorit�s administratives ou de police judiciaire, les circonstances qui en seront venues � leur connaissance, le tout dans les vingt-quatre heures qui auront suivi la dite connaissance, seront, lors m�me qu'elles seraient reconnnes exemptes de toute complicit�, mises, pour le seul fait denon-r�v�lation, sous la surveillance sp�ciale de la haute police de l'Etat, pendant un temps


� 20 �
qui n'exc�dera point cinq ans. � /. cr., 20 et s. � P�n., 57 et s., 100.
Art. 80. � Seront exempts des peines prononc�es, contre les auteurs des complots ou d'autres crimes attentatoires � la s�ret� de l'Etat, ceux des coupables qui avant toute ex�cution ou tentative de ces complots ou de ces crimes, et avant toutes poursuites commenc�es, auront les proniers donn� aux autorit�s mentionn�es en l'article pr�c�dent, connaissance de ces 'complots ou crimes, et de leurs auteurs ou complices, ou qui, m�me depuis le commencement des poursuites, auront procur� l'arrestation des dits auteurs ou complices. � P�n., 44, 100, 106.
Les coupables qui auront donn� ces connaissances ou procur� ces arrestations, pourront n�anmoins �tre condamn�s � rester, pour la vie ou � temps, sous la surveillance sp�ciale de la haute police de l'Etat. � P�n., 31, 31.
CHAPITRE II
crimes et d�lits contre la constitution
Section Premi�re
Des crimes et d�lits relatifs � l'exercice des droits politiques.
Art. 81. �Lorsque, par attroupement, voies d�fait ou menaces, on aura emp�ch� un ou plusieurs citoyens d'exercer leurs droits politiques, chacun des coupables sera puni d'un emprisonnement de trois mois au moins, et d'un an au plus, et de l'interdiction du droit de voter et d'�tre �ligible, pendant cinq ans au moins et dix ans au plus. �P�n.,26, 28.
Art. 82. � Si ce crime a �t� commis par suite d'un plan concert� pour �tre ex�cut�, soit dans toute


� 21 �
la R�publique, soit dans un ou plusieurs arrondissements ou communes, la peine sera la r�clusion.
Art. 83. � Tout citoyen qui, �tant charg� dans un scrutin du d�pouillement des billets contenant les suffrages des citoyens, sera surpris falsifiant ces billets, ou en soustrayant de la masse, ou en y ajoutant, ou inscrivant, sur, les billets des votants non lettr�s, des noms autres que ceux qui lui auraient �t� d�clar�s, sera puni de la d�gradation civique. �P�n., 23.
Toutes autres personnes coupables des faits ci-dessus �nonc�s, seront punies d'un emprisonnement de trois mois au moins et d'un an plus, et de l'interdiction � vie du droit do voter et d'�tre �ligible. � 'P�n., 26, 28-1�.
Art. 84. � Tout citoyen qui aura, dans les �lections, achet� ou vendu un suffrage, � un prix quelconque, sera puni d'interdiction des droits politiques et de toute fonction ou emploi publics, pendant cinq ans au moins et dix ans au plus. � P�n., 137.
Seront en outre le vendeur ou l'acheteur du suffrage, condamn�s chacun � une amende double de la valeur des choses re�ues ou promises. � P�n., 10, 44 et s.
Section' II � Attentats � la libert�.
Art. 85. � Lorsqu'un fonctionnaire public, un agent ou un pr�pos� du Gouvernement, aura ordonn� ou fait quelques actes arbitraires et attentatoires, soit � la libert� individuelle, soit aux droits politiques d'un ou de plusieurs citoyens, soit � la Constitution, il'sera condamn� � la destitution. � I. cr., 450 et s. � P�n. ,8, 23, 81, 137,145, 289. � Corist., 14.
Si n�anmoins il justifie qu'il a agi par ordre de ses sup�rieurs, pour des objets du ressort de ceux-ci, et sur lesquels il leur �tait d� ob�issance hi�rarchique, il


� 22 �
sera exempt de la peine, laquelle sera appliqu�e au coupable. � P�n., 48, 151, 266.
Art. 86. � Les dommages-int�r�ts qui pourraient �tre prononc�s � raison des attentats exprim�s en l'article pr�c�dent, seront demand�s, soit sur la poursuite criminelle, soit par la voie civile, et seront r�gl�s, eu �gard aux personnes, aux circonstances et au pr�judice souffert, sans qu'en aucun cas, et quelque soit l'individu l�s�, les dits dommages-int�r�ts puissent �tre au-dessous de quatre gourdes, ni au-dessus de dix gourdes par chaque jour de d�tention ill�gale et arbitraire, et pour chaque individu. �Civ., 929, 1168. �Pr. 135. � /. cr., 1 �4.
Actuellement les dommages-int�r�ts ne peuvent �tre prononc�s au-dessous d'une piastre ni au-dessus de deux piastres et demie (Loi du 10 ao�t 1877, qui r�gle en monnaie forte les amendes, dommages-int�r�ts, etc.)
Art. 87. � Si l'acte contraire � la Constitution a �t� fait d'apr�s unefausse signature du nom d'un fonctionnaire public, les auteurs du faux et ceux qui en auront sciemment fait usage, seront punis des travaux forc�s � temps, dont le maximum sera toujours appliqu� dans ce cas. � /. cr., 350 et s. � P�n., 15, 19, 125.
Art. 88. � Les fonctionnaires publics, charg�s del� police administrative ou judiciaire, qui auront refus� ou n�glig� de d�f�rer � une r�clamation l�gale, tendant � constater les d�tentions ill�gales et arbitraires, soit dans les maisons destin�es � la garde des d�tenus, soit partout ailleurs, et qui ne justifieront pas les avoir d�nonc�es � l'autorit� sup�rieure, seront punis de la destitution et tenus des dommages-int�r�ts, lesquels seront r�gl�s comme il est dit en l'article 86. � I. cr., 442, 450 et s. � P�n., 289 et s.


� 23 �
Art. 89. � Les gardiens et concierges des maisons de d�p�t, d'arr�t, de justice ou de peine, qui auront re�u un prisonnier, sans mandat ou jugement, ou sans ordre provisoire du Gouvernement; ceux qui l'auront retenu ou auront refus� de Je repr�senter � l'officier de police ou au porteur de ses ordres, sans justifier de la d�fense du minist�re public ou du juge ; ceux qui auront refus� d'exhiber leurs registres � l'officier de police, seront, comme coupables de d�tention arbitraire, punis de trois mois � un an d'emprisonnement. �� /. cr. 443 et s., 452. � P�n., 26, 36, 88, 289 et s.
Art. 90. �� Seront punis de la destitution, tous officiers de police judiciaire, tous officiers du minist�re public, tous juges qui auront provoqu�, donn� ou sign� un jugement, une ordonnance ou un mandat, tendant � la poursuite-personnelle ou accusation, soit d'un grand fonctionnaire, sans l'autorisation du chef de l'Etat, soit d'un membre du Corps l�gislatif, contre les dispositions de la Constitution, ou qui, hors les cas de flagrant d�lit ou de clameur publique, auront, sans la dite autorisation, ou contre les dites dispositions, donn� ou sign� l'ordre ou le mandat de saisir ou arr�ter un ou plusieurs grands fonctionnaires, ou membres du Corps l�gislatif. � Const., 85 et s. � /. cr., 9, 13, 31, 44, 77 et s., 88, 380 et s. � P�n., 9, 30, 95, 127 et s., 144.
Art. 91. � Seront aussi punis de la destitution, les officiers du minist�re public, les juges ou les officiers publics qui auront retenu ou fait retenir un individu hors des lieux d�termin�s parle Gouvernement ou par l'administration publique, ou. qui auront traduit un citoyen devant un tribunal criminel, sans qu'il ait �t� pr�alablement mis l�galement en accusation. � /. cr., 450 et s. � P�n., 30, 88 et s., 289 et s.


� 24 �
Section III Coalition des fonctionnaires.
Art. 92. �Tout concert de mesures contraires aux lois, pratiqu�, soif par la r�union d'individus ou de corps d�positaires de quelque partie de l'autorit� publique, soit par d�putation ou correspondance entre eux, sera puni d'un emprisonnement d'un mois au moins, et de trois mois au plus, contre chaque coupable, qui pourra, de plus, �tre condamn� � l'interdiction des droits politiques, et de tout emploi public, pendant cinq ans au plus. �P�n., 26, 28, 85et s., 127 et s.
Art. 93. � Si, par l'im des moyens exprim�s ci-dessus, il a �t� concert� des mesures contre l'ex�cution des lois ou contre les ordres du Pr�sident d'Ha�ti, la peine sera l'emprisonnement d'un an � trois ans, et l'envoi sous la surveillance de la haute police de l'Etat, pour un temps qui ne pourra �tre moindre de cinq ans.
Si ce concert a eu lieu entre les autorit�s civiles, et les corps militaires ou leurs chefs, ceux qui en seront les auteurs ou provocateurs, seront punis de la r�clusion; et les autres coupables, de l'emprisonnement.
Art. 94. � Dans le cas o� ce concert aurait eu pour objet, ou r�sultat, un complot attentatoire � la s�ret� de l'Etat, les coupables seront punis de mort. � P�n., 12, 63, 67 et s.
Section IV
Empi�tement des Autorit�s administratives et judiciaires-Art. 95. �Seront coupables de forfaiture, et punis de la d�gradation civique. � P�n., 23.
Les juges, les officiers du minist�re public, les officiers de police, et les autorit�s administratives, qui se seront immisc�s dans l'exercice du pouvoir l�gislatif,


soit par des r�glements contenant des dispositions l�gislatives, soit en arr�tant ou'en suspendant l'ex�cution d'une ou de plusieurs lois, soit en d�lib�rant sur le point de savoir si les lois seront publi�es ou ex�cut�es. � Civ., 8. � /. cr., 9, 13, 44, 330.
Art. 96. � La peine sera d'une amende de vingt gourdes au moins et de cent gourdes au plus, contre chacun des juges qui, apr�s une r�clamation l�gale des parties int�ress�es ou de l'autorit� comp�tente, auront rendu des ordonnances ou d�cern� des mandats, sans l'autorisation du Gouvernement, contre ses agents ou pr�pos�s, lorsqu'ils seront pr�venus de crimes ou d�lits commis dans l'exercice de leurs fonctions. � /. cr., 30, 81. � P�n., 36, 85. '
La m�me peine sera appliqu�e aux officiers du Minist�re public ou de police, qui auront requis les dites ordonnances ou mandats.
Amende actuelle : Cinq piastres au moins et vingt-cinq piastres au plus (Loi du 10 ao�t i877, qui r�gle, en monnaie forte les am ndcs,ctc.)
CHAPITRE III des crimes et delits contre la paix publique
Section Premi�re Du Faux
Paragraphe premier Fausse Monnaie
Art. 97. � Quiconque aura contrefait ou alt�r� les monnaies ayant cours l�gal en Ha�ti, ou particip� � l'�mis1 sion des dites monnaies contrefaites ou alt�r�es, ou � leur introduction sur le territoire ha�tien, sera puni de mort. cr., 5, 6. � P�n., 12,100 et s., 125 et s.
Art. 98. �Tout individu qui aura, en Ha�ti, contrefait ou alt�r� des monnaies �trang�res ou particip�
CHAUMETTE 8


� 26 �
� l'�mission ou introduction en Ha�ti de monnaies �trang�res contrefaites ou alt�r�es, sera puni des travaux forc�s � perp�tuit�. � P�n:, 15, 17, 97, 125 et s.
Art. 99. � La participation �nonc�e aux pr�c�dents articles ne s'applique point, � ceux qui, ayant re�u pour bonnes des pi�ces de monnaie contrefaites ou alt�r�es, les ont remises en circulation. |
Toutefois, celui qui aura fait usage des dites pi�ces, I apr�s en avoir v�rifi� ou fait v�rifier les vices, sera j puni d'une amende triple au moins, et sextuple au plus, I de la somme repr�sent�e par les pi�ces qu'il aura | rendues h la circulation, sans que cette amende puisse, J en aucun cas, �tre inf�rieure � seize gourdes. �, P�n., I 382. ' . * I
Actuellement : quatre piastres. (Loidu 10 Ao�t 1877 1 quir�gle en monnaie forte les amendes, etc). I
Art,' 100. � Les personnes coupables des crimes | mentionn�s aux articles 97 et 98, seront exemptes de | peines, si, avant la consommation de ces crimes et | avant foutes poursuites, elles en ont donn� connais- l sance et r�v�l� les auteurs aux autorit�s constitu�es, | ou si, m�me apr�s les poursuites commenc�es, elles | ont procur� l'arrestation des autres coupables.�P�n., | 80, 85.
�11 .
Contre/action des sceaux de l'Etat, des billets de banque, f des effets publics, des poin�ons, timbres et marques. | Art. 101. � Ceux qui auront contrefait le sceau de I l'Etat ou fait usage du sceau contrefait ; J Ceux qui auront contrefait ou falsifi�, soit des effets I �mis par le tr�sor public, avec son timbre, soit des | billets de banque autoris�s par la loi, ou qui auront < fait usage de ces effets et billets contrefaits ou falsifi�s, \ ou qui les auront introduits dans l'enceinte du territoire | ha�tien ; S


Seront punis de mort. � P�n., 12, 22.
Art. 102. � Ceux qui auront contrefait ou falsifi�, soit un ou plusieurs timbres nationaux, soit les matrices de l'h�tel national des monnaies, soit les marteaux de l'Etat servant aux marques foresti�res, soit le poin�on ou. les poin�ons servant � marquer les mati�res d'or ou d'argent, ou qui auront fait usage des papiers, effets, timbres, marteaux ou poin�ons falsifi�s ou contrefaits, seront punis des travaux forc�s � perp�tuit�. � P�n., 15, 123 et s,
Art. 103. � Sera puni des travaux forc�s � temps, quiconque s'�tant ind�ment procur� les. vrais sceaux, de l'Etat, les vraies matrices, les vrais timbres, marteaux ou poin�ons, ayant l'une des destinations exprim�es en l'article pr�c�dent, en aura fait une application ou usage pr�judiciable aux droits ou aux int�r�ts de l'Etat.
Art. 104. � Ceux qui auront contrefait les marques destin�es � �tre appos�es, au nom du Gouvernement, sur les diverses esp�ces de denr�es ou de marchandises, ou qui auront fait usage de ces fausses marques;
Ceux qui auront contrefait le sceau, timbre ou marque d'une autorit� quelconque, ou d'un �tablissement particulier de banque ou de commerce ; ou qui auront fait usage des sceaux, timbres ou marques contrefaits;
Seront punis de la r�clusion. � P�n., 20, 125 et s.
Art. 105. � Sera puni de l'emprisonnement, quiconque s'�tant ind�ment procur� les vrais sceaux, timbres ou marques, ayant l'une des destinations exprim�es en l'article pr�c�dent, en aura fait une application ou usage pr�judiciables aux droits ou int�r�ts de l'Etat, d'une autorit� quelconque, ou m�me d'un �tablissement particulier.


- 28 �
Art. 106. � Les dispositions de l'article 100 sont applicables aux crimes mentionn�s dans l'article 101.
� III '
Des faux en �critures publiques ou authentiques, et de commerce ou de banque.
Art. 107. � Tout fonctionnaire ou, officier public qui, dans l'exercice de ses fonctions, aura commis un faux,
Soit par fausses signatures,
Soit par alt�ration des actes, �critures ou signatures,
Soit par supposition de personnes,
Soit par des �critures faites ou intercal�es sur* des registres ou d'autres actes publics, depuis leur confection ou cl�ture,
Sera puni des travaux forc�s a perp�tuit�. �Pr., 215 et s. � /. cr. 350 et s. � P�n., 15, 18, 108 et s., 125 et s., 217.
Art. 108. � Sera aussi puni des travaux forc�s � perp�tuit�, tout fonctionnaire ou officier public qui, en r�digeant des actes de son minist�re en aura frauduleusement d�natur� la substance ou les circonstances, soit en �crivant des conventions autres que celles qui auraient �t� trac�es ou dict�es par les parties, soit en constatant comme vrais des faits faux, ou comme avou�s des faits qui ne l'�taient pas. �'� P�n., 15, 18, 110 et s., 125 et s.
Art. 109. � Seront punies des travaux forc�s � temps, toutes autres personnes qui auront commis un faux en �criture authentique ou publique, ou en �criture de commerce ou de banque,
Soit par contrefa�on ou alt�ration d'�critures ou de signatures ; soit par fabrication de conventions, dispositions, obligations ou d�charges, ou par leur insertion


� 29 �
apr�s coup dans ces actes. ; soit par addition ou alt�ration de clauses, de d�clarations ou de faits que ces actes avaient pour objet de recevoir et de constater. � Civ., 1102. � Corn., 8 et s.
Art. 110. � Dans tous les cas exprim�s au pr�sent paragraphe, celui qui aura fait usage des actes faux sera puni des travaux forc�s � temps. � P�n., 15, 19, 33, 110, 125.
Art. 111. � Sontexcept�s des dispositions ci-dessus, les faux commis, dans les passe-ports et feuilles de route, sur lesquels il sera particuli�rement statu� ci-apr�s. � P�n., 115, 120.
� IV
Du faux en �criture priv�e.
Art. 112. � Tout individu qui aura, de l'une des mani�res exprim�es en l'article 109, commis un faux en �criture priv�e, sera puni de la r�clusion.
Art. 113. �� Sera puni de la m�me peine, celui qui aura fait usage de la pi�ce fausse.
Art. 114. � Sont except�s des dispositions ci-dessus, les faux certificats de l'esp�ce dont il sera ci-apr�s parl�.
� V
Des faux commis dans les passe-ports, feuilles de route et certificats.
Art. 115. �Quiconque fabriquera un faux passeport, ou falsifiera un passe-port originairement v�ritable, on fera usage d'un passe-port fabriqu� ou falsifi�, sera puni d'un emprisonnement d'une ann�e au moins, et de trois ans au plus. � P�n., 26, 34, 120, 125, 237, 282.
Art. 116. � Quiconque prendra, dans un passe-port,
CHAUMETTE 2*


� 30 �
un nom suppos�, ou aura concouru, comme t�moin, � faire d�livrer le passe-port sous le nom suppos�, sera puni d'un emprisonnement de trois mois � un an.
*
Les logeurs et aubergistes qui sciemment inscriront sur leurs registres, sous des noms faux ou suppos�s, les personnes log�es chez eux, seront punis d'un emprisonnement de six jours au moins, et d'un mois au plus. �P�n., 26 et s., 394.
Art. 117. � Les officiers publics qui d�livreront un passe-port � une personne qu'ils ne conna�tront pas personnellement, sans avoir fait attester ses noms et qualit�s par deux citoyens � eux connus, seront suspendus de six jours � six mois. � P�n., 26, e'p s., 125 et s.
Si l'officier public, instruit de la supposition du nom, a n�anmoins d�livr� le passe-port sous le nom suppos�, il sera puni de la r�clusion. � P�n., 30, 125 et s.
Art. 118. � Quiconque fabriquera une fausse feuille de route, oufalsifiera une feuille de route originairement v�ritable, oufera usage d'une feuille de route fabriqu�e ou falsifi�e, sera puni, savoir :
D'un emprisonnement d'une ann�e au moins, et de trois ans au plus, si la fausse feuille de route n'a eu pour objet que de tromper la surveillance de l'autorit� publique.
De la r�clusion, si le tr�sor public a pay� au porteur de la fausse feuille des frais de route qui ne lui �taient pas dus, ou qui exc�daient ceux auxquels il pouvait avoir droit.
Art. 119. � Les peines port�es en l'article pr�c�dent seront appliqu�es, selon les distinctions qui y sont pos�es, � toute personne qui se sera fait d�livrer, par


� 31 �
l'officier public, une feuille de route sous un nom suppos�. � P�n., 116.
Art. 120. � Si l'officier public �tait instruit de la supposition de nom, lorsqu'il a d�livr� la feuille, il sera puni, savoir :
Dans le premier cas pos� par l'article 118, de la destitution. � P�n., 30.
Et dans le second cas du m�me article, de la r�clusion.� P�n., 33.
Art. 121. � Toute personne qui, pour se r�dimer elle-m�me ou affranchir une autre d'un service public quelconque, fabriquera, sous le nom d'un m�decin, chirurgien ou autre officier de sant�, un certificat de maladie ou d'infirmit�, sera punie d'un emprisonnement d'un an � trois ans. � P�n., 26 et s., 262, 323.
Art. 122. � Tout m�decin, chirurgien ou autre officier de sant� qui, pour favoriser quelqu'un, certifiera faussement des maladies ou infirmit�s propres � dispenser d'un service public, sera puni d'un emprisonnement d'un an � trois ans. �P�n., 26 et s., 262, 323.
S'il y a �t� mu par dons ou promesses, il sera puni de la d�gradation civique. � P�n., 23, 137 et s.
Art. 123. � Quiconque fabriquera, sous le nom d'un fonctionnaire ou officier public, un certificat de bonne conduite, indigence, ou autres circonstances propres � appeler la bienveillance du Gouvernement ou des particuliers sur la personne y d�sign�e, et � lui procurer places, cr�dit ou secours, sera puni d'un empri-sonnementdesix mois � deux'ans.�P�n.,26cls., 124 et 125.
La m�me peine sera appliqu�e :
1� A celui qui falsifiera un certificat de cette esp�ce,


originairement v�ritable, pour l'approprier � une personne autre que celle � laquelle il a �t� primitivement d�livr� ;
2� A tout individu qui se sera servi du certificat ainsi fabriqu� ou falsifi�. �P�n., 110, 113.
Art 124. � Les faux certificats de toute autre nature, et d'o� il pourrait r�sulter soit l�sion envers des tiers, soit pr�judice envers le tr�sor public, seront punis selon qu'il y aura lieu, d'apr�s les dispositions des paragraphes III et IV de la pr�sente section.
Dispositions communes.
Art. 125. �� L'application des peines port�es'eontre ceux qui ont fait usage des monnaies, billets, sceaux timbres, marteaux, poin�ons, marques et �crits faux, contrefaits, fabriqu�s ou falsifi�s, cessera toutes les fois que le faux n'aura pas �t� connu de la personne qui aura faitusage del� chosefausse. �P�n.,97, 126.
Art. 126. � Dans tous les cas o� la peine du faux est appliqu�e, il sera prononc� contre les coupables une amende dont le maximum pourra �tre port� jusqu'au quart du b�n�fice ill�gitime que le faux aura procur�, ou �tait destin� � procurer aux auteurs du crime, � leurs complices ou � ceux qui ont fait usage de la chose fausse. Le minimum de cette amende ne pourra �tre inf�rieur � vingt-quatre gourdes. � P�n., 10, 36, 44.
Actuellement douze piastres. (Loi du 10 ao�t 1877, qui r�gie en monnaie forte les amendes, etc.)
section n
De la foi future et des d�lits des fonctionnaires publics dans l'exercice de leurs fonctions.
Art. 127. � Tout crime commis par un fonction-


� 33 �
naire public dans l'exercice de ses fonctions, est une forfaiture. � L cr., 380 et s. � P�n., 90, 95, 144.
Art. 128. � Toute forfaiture, pour laquelle la loi ne prononce pas de peines plus graves, est punie de la d�gradation civique. � P�n., 23.
Art. 129. �Les simples d�lits ne constituent pas les fonctionnaires publics. � Pr., 438 et s. � /. cr., 155, 380.
Paragraphe Premier Des soustractions commises par les fonctionnaires publics.
Art. 130.� Tout percepteur, toutcommis� une perception, d�positaire ou comptable public, qui aura d�tourn� ou soustrait, des deniers publics ou priv�s, ou effets actifs en tenant lieu, ou des pi�ces, titres, actes, effets mobiliers qui �taient entre ses mains en vertu de ses fonctions, sera puni des travaux forc�s � temps, si les choses d�tourn�es ou soustraites sont d'une valeur au-dessus de mille gourdes. Il sera, de plus, d�clar� � jamais incapable d'exercer aucune fonction publique. Cic, � 1826-3� 4� 1869 7�. � Pr., 133, 458. � P�n., 15, 19, 33, 131, 310.
Valeur actuelle : cent piastres. (Loi du 10 ao�t 1877, qui r�gle en monnaie forte, etc. Art. 3)
Art. 131. � La peine des travaux forc�s � temps aura lieu �galement, quelle que soit la valeur des deniers ou des effets d�tourn�s ou soustraits, si cette valeur �gale "ou exc�de, soit le tiers de la recette ou du d�p�t, s'il s'agit de deniers ou effets une fois re�us ou d�pos�s, soit le cautionnement, s'il s'agit d'une recette ou d'un d�p�t attach� � une place sujette � cautionnement, soit enfin le tiers du produit commun de la recette pendant un mois, s'il s'agit d'une recette compos�e de rentr�es successives et non sujette � cautionnement.


� 34 �
Art. 132. � Si les valeurs d�tourn�es ou soustraites sont au-dessous de mille gourdes, et en outre inf�rieures aux mesures exprim�es en l'article pr�c�dant, la pein'e sera un emprisonnement d'un an au moins et de trois ans au plus ; et le condamn� sera, de plus, d�clar� � jamais incapable d'exercer aucune fonction publique.
Valeur actuelle : cent piastres. (Loi cit�e dans l'article 130.)
Art. 133. � Dans les cas exprim�s aux trois articles pr�c�dents, il sera toujours prononc� contre le condamn� une amende dont le maximum sera le quart des restitutions et indemnit�s, et le minimum la douzi�me. � P�n, 10, 36, 340.
Art. 134. � Tout juge, administrateur, fonctionnaire ou officier public, qui aura d�truit, supprim�, soustrait ou d�tourn� les actes et titres dont il �tait d�positaire en cette qualit�, qui lui auront �t� remis ou communiqu�s � raison de ses fonctions, sera puni des travaux forc�s � temps. � /. cr., 380 et s.
Tous agents, pr�pos�s ou commis soit du Gouvernement, soit des d�positaires publics, qui se seront rendus coupables des m�mes soustractions, seront soumis � la m�me peine.
� II
Des concussions commises par les fonctionnaires publics.
Art. 135. �� Tous fonctionnaires, tous officiers publics, leurs commis ou pr�pos�s, tous percepteurs des droits, taxes, contributions, deniers, revenus publics ou communaux, et leurs commis ou pr�pos�s, qui se seront rendus coupables du crime de concussion en ordonnant de percevoir ou en exigeant ou recevant ce qu'ils savaient n'�tre pas d�, ou exc�der ce qui


� 35 �
�tait d� pour droits, taxes; contributions, deniers ou revenus, ou pour salaires ou traitements, seront punis, savoir : les fonctionnaires ou les officiers publics, de la r�clusion ;-et leurs commis ou pr�pos�s, d'un emprisonnement d'un an au moins et de trois ans au plus.
Les coupables seront, de plus, condamn�s � une amende dont le maximum sera le quart des restitutions et des dommages-int�r�ts, et le minimum le douzi�me.
� m
Des d�lits des fonctionnaires qui se sont ing�r�s dans des affaires incompatibles avec leur qualit�.
Art. 136. �Tout fonctionnaire, soit civil, soit mili-. taire, tout officier public, tout agent du Gouvernement, qui, soit ouvertement, soit par actes simul�s, soit par interposition de personnes, aura pris ou re�u quelque int�r�t que ce soit, dans les actes, adjudications, entreprises ou r�gies dont il a ou avait, au temps de l'acte, en tout ou en partie, l'administration ou la surveillance, sera puni d'un emprisonnement de trois mois au moins, et d'un an au plus, et sera condamn� � une amende qui ne pourra exc�der le quart des restitutions et indemnit�s, ni �tre au-dessous du douzi�me. � Cj'd.,739.
Il sera de plus puni de la destitution.�P�n., 28, 30.
La pr�sente disposition est applicable � tout fonction -naire ou agent du Gouvernement qui aura pris un int�r�t quelconque dans une affaire dont il �tait charg� d'ordonnancer le paiement ou de faire la liquidation.
�IV
De la corruption desfonctionnaires publics.
Art. 137. � Ainsi modifi� par la loi du 26 septembre 1895.


� 36 �
Tout fonctionnaire public de l'ordre administratif, judiciaire ou militaire, tout agent ou pr�pos� d'une administration publique qui aura agr�� des offres ou promesses, ou re�u des dons ou promesses pour faire un acte de sa fonction ou de son emploi, m�me juste, mais non sujet � salaire, sera puni de la d�gradation civique et condamn� � une amende double de la valeur de la promesse agr��e ou des choses re�ues, sans que la dite amende puisse �tre inf�rieure � cinquante piastres.-
Art. 138. � La pr�c�dente disposition est applicable � tout fonctionnaire, agent ou pr�pos�, de la qualit� ci-dessus exprim�e, qui, par offres ou promesses agr��es, dons ou pr�sents re�us, se sera .abstenu de faire un acte qui entrait dans l'ordre de ses devoirs.
Art. 139. � Dans le cas o� la corruption aurait pour objet un fait criminel, elle sera punie del� m�me peine que ce fait. � P�n., 137.
Art. 140.�Quiconque aura contraint ou tent� de contraindre par voies de fait ou menaces, corrompu ou tent� de corrompre par promesses, offres, dons ou pr�sents, un fonctionnaire, agent ou pr�pos�, de la qualit� exprim�e en l'article 137, pour o"btenir, soit une opinion favorable, soit des proc�s-verbaux, �tats, certificats ou estimations contraires � la v�rit�, soit des places, emplois, adjudications, entreprises ou autres b�n�fices quelconques, soit enfin tout autre acte du minist�re du fonctionnaire, agent ou pr�pos�, sera puni d'un emprisonnement d'un an � trois ans.
Art. 141. � Il ne sera jamais fait au corrupteur, restitution des choses par lui livr�es, ni de leur valeur : elles seront confisqu�es au profit de la caisse publique.
Art. 142. � Si c'est un juge pronon�ant en mati�re criminelle, ou un jur� qui s'est laiss� corrompre, soit


� 37 �
en faveur, soit au pr�judice de" l'accus�, il sera puni de la r�clusion, outre l'amende ordonn�e par l'article 137. � P�n., 10, 20 et s., 33, 36.
Art. 143. � Si, par l'effet de la corruption, il y a eu condamnation � une peine sup�rieure � celle de la r�clusion, cette peine, quelle qu'elle soit, sera appliqu�e au juge ou jur� coupable de corruption.
Art. 144. � Tout juge ou autorit� administrative, qui se sera d�cid� par faveur pour une partie, ou par inimiti� contre elle, sera coupable de forfaiture et puni de la d�gradation civique. � P�n., 23, 90, 95, 127 et s. � �V
Dos abus d'autorit�. Premi�re Classe Des abus d'autorit� contre les particuliers.
Art. 145. � Tout juge, tout officier du minist�re public, tout administrateur ou tout autre officier de justice ou de police, qui se sera introduit dans le domicile d'un citoyen, hors les cas pr�vus par la loi et sans les formalit�s qu'elle a prescrites, sera puni d'une amende de seize gourdes au moins et de quarante-huit gourdes au plus. � Const., 16. �� P�ri., 36.
Amende actuelle : quatre piastres au moins et douze piastres au plus..
. Art. 146. � Tout juge ou tribunal qui, sous quelque pr�texte que ce soit, m�me du silence ou de l'obscurit� de laloi, aura d�ni� de rendre la justice qu'il doit aux parties, apr�s en avoir �t� requis, et qui aura pers�v�r� dans son d�ni, apr�s avertissement ou injonction de ses sup�rieurs, pourra �tre poursuivi, et sera puni d'une amende de quarante-huit gourdes au moins ex de quatre-vingt-seize gourdes au plus, et de l'interdic-
C�IAUMETTE 'i


� 38 �
tion des fonctions publiques depuis un an jusqu'� cinq. � Civ., 9. � Pr., 438 et s. � P�n., 190, �13�.,
Amenda actuelle : douze piastres au moins et vingt-quatre piastres au plus. (Loi cit�e dans l'article pr�c�dent.)
Art. 147. � Lorsqu'un fonctionnaire ou un officier public, ou un administrateur, un agent ou un pr�pos� du Gouvernement, ou de la police, un ex�cuteur des mandats de justice ou de jugements, un commandant en chef, ou en sous-ordre, de la force publique, aura, sans motif l�gitime, us� ou fait user de violence envers les personnes, dans l'exercice ou � l'occasion de l'exercice de ses fonctions, il sera puni, selon la' nature et la gravit� de ses violences, et en �levant la peine, suivant la r�gle pos�e en l'article 159 ci-apr�s.
Art. 148. �Toute suppression, toute ouverture de lettres confi�es � la poste, commise ou facilit�e par un fonctionnaire ou un agent du Gouvernement ou de l'administration des post�s, sera puni d'une amende de seize gourdes � soixante-quatre gourdes. Le coupable, sera, de plus, interdit de toute fonction ou emploi publics, pendant un an au moins et trois ans au plus. � Con&t., 29.
Amende actuelle : quatre piastres au moins et seize piastres au plus. (Loi du 10 Ao�t 1877, qui r�gle en monnaie forte les amendes, etc.)
Deuxi�me Classe Des abus d'autorit� contre la chose publique.
Art. 149. � Tout fonctionnaire public, soit civil, soit militaire, tout agent ou pr�pos� du Gouvernement, de quelque �tat et grade qu'il soit, qui aura requis ou ordonn�, fait requ�rir ou ordonner l'action ou l'emploi de la force publique contre l'ex�cution d'une loi ou contre la perception d'une contribution l�gale, ou con-


�� 39 �
tre l'ex�cution, soit d'une ordonnance ou mandat de justice, soit de tout autre ordre �man� de l'autorit� l�gitime, sera destitu� et condamn� � un emprisonnement de trois ans.
Si cette r�quisition ou cet ordre ont �t� suivis de leur effet, la peine sera de la r�clusion.
Art. 150. � Tout fonctionnaire public, soit civil, soit militaire, tout agent ou pr�pos� du Gouvernement de quelque �tat et grade qu'il soit qui aura enfreint ou laiss� enfreindre une loi qu'il �tait, par la nature de ses fonctions ou emploi, sp�cialement appel� � ex�cuter ou faire ex�cuter, sera puni des peines suivantes :
1� De la destitution et de six mois � une ann�e d'emprisonnement, lorsqu'il s'agira de lois sp�ciales portant des prescriptions pour la garantie de la bonne gestion de la fortune publique ;
2� De trois � six mois d'emprisonnement lorsqu'il s'agira de toutes autres lois dont l'infraction n'est pas d�j� punie par le pr�sent Gode. Le tout sans pr�judice des r�parations et dommages-int�r�ts auxquels Tin-fraction aura pu donner lieu.
Art. 151. � Les peines �nonc�es aux articles 149 et 150 ne cesseront d'�tre applicables aux fonctionnaires ou pr�pos�s qui auraient agi par ordre de leurs sup�rieurs, qu'autant que cet ordre aura �t� donn� par ceux-ci pour des objets de leur ressort, et sur lesquels il leur �tait d� ob�issance hi�rarchique ; dans ce cas, les peines port�es ci-dessus ne seront appliqu�es qu'aux sup�rieurs qui les premiers auront donn� cet ordre.
Art. 152.'� Si, par suite desdits ordres ou r�quisitions, il survient d'autres crimes punissables de peines plus fortes que celles exprim�es aux articles 149 et 150; ces peines plus fortes seront appliqu�es aux fonctionnaires, agents ou pr�pos�s coupables d'avoir


� 40 �
donn� lesdits ordres ou fait lesdites r�quisitions. � P�n., 177, 214, 223.
� VI
De quelque* d�lits relatifs � la tenue des actes de l'�tat civil.
Art. 153. � Les officiers de l'�tat civil qui auront inscrit leurs actes sur de simples feuilles volantes, seront punis d'un emprisonnement d'un mois au moins et de trois mois au plus, et d'une amende de seize � quarante-huit gourdes. � Cic, 41, 53. � P�n., 160.
Amende actuelle : quatre piastres � douze piastres. (Loi du 10 Ao�t 1877, qui r�gle en monnaie forte les amendes, etc.)
Art. 154. � Lorsque, pour la validit� d'un mariage, la loi prescrit le consentement des p�res, m�res ou autres personnes, et que l'officier de l'�tat civil ne se sera point assur� de l'existence de ce consentement, il sera puni d'une amende de seize gourdes � soixante-quatre gourdes, et d'un emprisonnement de six mois au moins et d'un an au plus. � Cic, 72, 74, 136 et s., 168.
Amende actuelle : quatre piastres � seize piastres. (Loi du 10 Ao�t 1877, qui r�gle en monnaie forte les amendes, etc.)
Art. 155. � L'officier de l'�tat civil sera aussi puni de seize gourdes � soixante-quatre gourdes d'amende, lorsqu'il aura re�u, avant le terme prescrit par l'article 213 du Code civil, l'acte de mariage d'une femme ayant d�j� �t� mari�e. � Civ., 174, 180, 234, 293, 327. �P�n., 156, 288.
Amende actuelle : quatre piastres � seize piastres. (Voir Loi cit�e � l'article pr�c�dent.) '
Art. 156. � Les peines port�es aux articles pr�c�-


� 41 �
dents contre les officiers de l'�tat civil, leur seront appliqu�es, lors m�me que la nullit� de leurs actes n'aurait pas �t� demand�e ou aurait �t� couverte ; le tout sans pr�judice des peines plus fortes prononc�es en eus de collusion, et sans pr�judice aussi des autres dispositions p�nales de la loi n� 6 du Code civil sur le Mariage.
� VII
De l'exercice de l'autorit� publique ill�galement anticipe ou prolong�.
Art. 157.� Tout fonctionnaire public qui sera entr� en exercice de ses fonctions, sans avoir pr�t� le serment prescrit par la loi, pourra �tre poursuivi, et sera puni d'une amende de seize gourdes � soixante-quatre gourdes. � /. cr., 380 et s. � P�n., 217 et s.
Amende actuelle : quatre piastres � seize piastres. (Loi du 10 Ao�t 1877, qui r�gle en monnaie forte les amendes.j
Art. 158. � Tout fonctionnaire, soit civil, soit militaire, r�voqu�, destitu�, suspendu ou interdit l�galement, qui. apr�s en avoir eu la connaissance officielle, aura continu� l'exercice de ses fonctions, ou qui, �tant �lectif ou temporaire, les aura exerc�es apr�s avoir �t� remplac�, sera puni d'un emprisonnement de six mois au moins et de deux ans au plus, et d'une amende de vingt-quatre gourdes � quatre-vingt-seize gourdes. Il sera interdit de l'exercice de toute fonction publique pour un an au moins et trois ans au plus, � compter du jour o� il aura subi sa peine ; le tout sans pr�judice des plus fortes peines port�es contre les officiers ou les commandants militaires, par l'article 70 du pr�sent Code.


Amende actuelle: six piastres � vingt-quatre piastres. (Loi du 10 Ao�t 1877 cit�e � la note de Varticle pr�c�dent.)
Dispositions particuli�res ' Art. 159. � Hors les cas o� la loi r�gle sp�cialement les peines encourues pour crimes ou d�lits commis par les fonctionnaires ou officiers publics, soit civils, soit militaires, ceux d'entre eux qui auront particip� � d'autres crimes ou d�lits qu'ils �taient charg�s de surveiller ou de r�primer, seront punis comme il suit :
S'il s'agit d"un d�lit de police correctionnelle, ils subiront toujours le maximum de la peine attach�e � l'esp�ce de d�lit ;
Et s'il s'agit de crimes emportant peine af�lictive, ils seront condamn�s, savoir :
Aux travaux forc�s � temps, si le crime emporte, contre tout autre coupable, la peine des travaux forc�s � temps.
Au-del� des cas qui viennent d'�tre exprim�s, la peine commune sera appliqu�e sans aggravation. Section iii
Des troubles apport�s � l'ordre public par les ministres des cultes dans l'exercice de leur minist�re.
Paragraphe Premier Des contraventions propres � compromettre l'�tat civil des personnes.
Art. 160. � Tout ministre d'un culte qui proc�dera aux c�r�monies religieuses d'un mariage, sans qu'il lui ait �t� justifi� d'un acte de mariage pr�alablement re�u par les officiers de l'�tat civil, sera, pour la premi�re fois, puni d'une amende de cent gourdes.
A monde actuelle : vingt-cinq piastres. (Loi du 10 Ao�t 1877, qui r�gle en monnaie forte, les amendes etc.)


� 43 �
Art. 161. � En cas de nouvelles contraventions de l'esp�ce exprim�e en l'article, pr�c�dent, le ministre du culte quiles aura commises, sera puni, savoir :
Pour la premi�re r�cidive, de l'interdiction de ses fonctions pour un an au moins et trois ans au plus; Et pour la seconde, de l'interdiction � perp�tuit�.
�11
Des critiques, censures ou provocations dirig�es contre l'autorit� publique, dans un discours pastoral prononc� publiquement.
Art. 162. � Les ministres des cultes qui prononceront, dans l'exercice de leur minist�re, et, en assembl�e publique, un discours contenant la critique ou censure du Gouvernement, d'une loi, d'un arr�t� du Chef de l'Etat, ou de' tout autre acte de l'autorit� pu-publique, seront punis d'un emprisonnement de trois mois � un an.
Art. 163. � Si le discours contient une provocation directe � la d�sob�issance aux lois ou autres actes de l'autorit� publique, ou s'il tend � soulever ou armer une partie des citoyens contre les autres, le ministre du culte qui l'aura prononc�, sera puni d'un emprisonnement d'un an � trois ans, si la provocation n'a �t� suivie d'aucun effet, et de la r�clusion, si elle a donn� lieu � d�sob�issance, autre toutefois que celle qui aurait el�g�n�r�.-en s�dition ou r�volte.
Art. 164. � Lorsque la provocation aura �t� suivie d'une s�dition ou r�volte dont la nature donnera lieu contre l'un ou plusieurs des coupables � une peine plus forte que celle de la r�clusion, cette peine, quelle qu'elle soit, sera appliqu�e au ministre coupable de la provocation,


� 44 �
� nr
Des critiques, censures ou provocations dirig�es contre l'autorit� publique dans un �crit pastoral.
Art. 165. � Tout �crit contenant des instructions pastorales, en quelque forme que ce soit, et dans lequel un ministre de culte se sera ing�r� de critiquer ou censurer le Gouvernement, soit tout acte de l'autorit� publique, emportera la peine de l'emprisonnement d'un an � trois ans contre le ministre qui l'aura publi�.
Art. 166. � Si l'�crit mentionn� en l'article pr�c�dent, contient une provocation directe � la'd�sob�is-sance aux lois ou autres actes de l'autorit� publique, ou s'il tend � soulever ou armer une partie des citoyens contre les autres, le ministre qui l'aura publi�, sera puni de la r�clusion. .
Art. 167. � Lorsque la provocation contenue dans l'�crit pastoral aura �t� suivie d'une s�dition ou r�volte dont la nature donnera lieu contre l'un ou plusieurs des coupables � une peine plus forte que celle de la r�clu-rion, cette peine, quelle qu'elle soit, sera appliqu�e au ministre coupable de la provocation.
�IV
De la correspondance des ministres des cultes avec des cours ou puissances �trang�res, sur des mati�res de religion.
Art. 168. � Tout ministre d'un culte qui aura, sur des questions ou mati�res religieuses, entretenu une correspondance avec une cour ou puissance �trang�re, sans en avoir pr�alablement inform� le Gouvernement, et sans avoir obtenu son autorisation, sera, pour ce seul fait, puni d'une amende de cent gourdes � cinq cents gourdes.


� 45 �
A monde actuelle : vingt-cinq piastres � cent vingt-cinq piastres. (Loi du 10 Ao�t 1877, qui r�gle en monnaie forte les amendes, etc.)
Art. 169. � Si la correspondance mentionn�e en l'article pr�c�dent a �t� accompagn�e ou suivie d'autres faits contraires aux dispositions formelles d'une loi ou d'un arr�t� du Chef de l'Etat, le coupable sera puni de la r�clusion, � moins que la peine r�sultant de la nature de ces faits ne soit plus forte, auquel cas cette peine plus forte sera seule appliqu�e. '
Section IV
R�sistance, d�sob�issance et autres manquements envers l'autorit� publique.
Paragraphe Premier. R�bellion
Art. 170. � Toute attaque, toute r�sistance avec violences et voies de fait envers les.officiers minist�riels, la force publique, les pr�pos�s � la perception des taxes et des contributions, leurs porteurs de contraintes, les pr�pos�s des douanes, les s�questres, les officiers ou agents de la police administrative.ou judiciaire, agissant pour l'ex�cution des lois, des ordres ou ordonnances de l'autorit� publique, des mandats de justice ou jugements, est qualifi�, selon les circonstances, crime ou d�lit de r�bellion. � Pr., 469. � I. cr., 180. 308, �.- P�n., 193, 321, 259, 359.
Art. 171. � Si elle a �t� commise par plus de vingt personnes arm�es, les coupables seront punis des travaux forc�s � temps ; et, s'il n'y a pas eu port d'armes, ils seront punis de la r�clusion.
Art. 172. � Si la r�bellion a �t� commise par une r�union arm�e de trois personnes ou plus, jusqu'� vingt inclusivement, la peine sera la r�clusion ; s'il n'y a
CIIAUMKTTB 3*


pas eu port d'armes, la peine sera un emprisonnement de six mois au moins et de deux ans au plus.
Art. 173. � Si la r�bellion n'a �t� commise que'par une ou deux personnes, avec armes, elle sera punie d'un emprisonnement de six mois � deux ans ; et si elle a eu lieu sans armes, d'un emprisonnement de six jours � six mois.
Art. 174. � En cas de r�bellion avec bande ou attroupement, l'article 76 du pr�sent Code sera applicable aux rebelles sans fonctions ni emplois dans labande, qui se seront retir�s au premier avertissement de l'autorit� publique, ou m�me depuis, s'ils n'ont �t� saisis que hors du lieu de la r�bellion, et sans nouvelle r�sistance et sans armes. � P�n., 361.
Art. 175. � Toute r�union d'individus pour un crime ou un d�lit, est r�put�e r�union arm�e, lorsque plus de deux personnes portent des armes ostensibles. P�n., 259.
Art. 176. � Les personnes qui se trouveraient munies d'armes cach�es, et qui auraient fait partie d'une troupe ou r�union non r�put�e arm�e, seront individuellement punies comme si elles avaient fait partie d'une troupe ou r�union arm�e. .' Art. 177. � Les auteurs des crimes et d�lits commis pendant le cours et � l'occasion d'une r�bellion, seront punis dos peines prononc�es contre chacun" de ces crimes, si elles sont plus fortes, que celles de la r�bellion.
Art. 178. � Sera puni comme coupable de r�bellion, quiconque y aura provoqu�, soit par discours tenus dans des lieux ou r�unions publics, soit par placards affich�s, soit par �crits imprimes.
.Dans le cas o� la r�bellion n'auraif pas eu lieu, le


� 47 �
provocateur sera puni d'un emprisonnement de six jours au moins et d'un an au plus. �P�n., 382.
Art. 179. � Dans tous les cas o� il sera prononc�, pour fait de r�bellion, une simple peine d'emprisonnement, les coupables pourront �tre condamn�s, en outre, � une amende de seize gourdes � quarante-huit gourdes.
A mende actuelle : quatre piastres � douze .piastres. (Loi du 10 Ao�t 1877, qui r�gle en monnaie forte les amendes, etc.)
Art. 180. �Seront punies comme r�unions et r�bellions, �elles qui auront �t� form�es avec ou sans armes, et accompagn�es de violences ou de -menaces contre l'autorit� publique, les officiers et les agents de police, ou contre la force publique,
1� Par les ouvriers ou journaliers, dans les ateliers publics ou manufactures ;
2� Par les individus admis dans les hospices ;
3� Parles prisonniers pr�venus, accus�s ou condamn�s.
Art. 181. � La peine appliqu�e pour r�bellion � des prisonniers pr�venus, accus�s ou condamn�s relativement � d'autres crimes ou d�lits, sera par eux subie, savoir :
Par ceux qui, h raison des crimes ou d�lits qui ont caus� leur d�tention, sont ou seraient condamn�s � une peine non capitale, ni perp�tuelle, imm�diatement apr�s l'expiration de cette peine ;
Et par les autres, imm�diatement apr�s l'arr�t ou jugement en dernier ressort, qui les aura acquitt�s ou renvoy�s absous du fait pour lequel ils �taient d�tenus.
Art. 182. � Les chefs d'une r�bellion et ceux qui l'auront provoqu�e, pourront �tre condamn�s � rester


apr�s l'expiration de leur peine, sous la surveillance sp�ciale de la haute police de l'Etat, pendant un an au moins et trois ans au plus.
� II
Outrages, violences envers les d�positaires de l'autorit� et de la force publique.
Art. 183. � Lorsqu'un ou plusieurs magistrats de l'ordre administratif ou judiciaire, ou le commandant d'une commune, auront re�u, dans l'exercice de leurs fonctions, ou � l'occasion de cet exercice, quelque outrage, par paroles ou par �crit, tendant �'inculper leur honneur ou leur d�licatesse, celui qui les aura ainsi outrag�s sera puni d'un emprisonnement de trois mois � un an.
Art. 184. � L'outrage fait, par gestes ou menaces, � un. magistrat ou au commandant d'une commune, dans l'exercice ou � l'occasion de l'exercice de ses fonctions, sera puni d'un emprisonnement d'un mois � un su. � P�n., 221.
Art. 185. � L'outrage fait par paroles, gestes ou menaces, � tout officier minist�riel, ou agent de la force publique, dans l'exercice ou � l'occasion de l'exercice de ses fonctions, sera puni d'uneamende de seize gourdes � quarante gourdes.
Amende actuelle : quatre piastres a dix piastres. (Loi du 10 ao�t 1811 qui r�gle en monnaie forte les amendes, etc.)
Art. 186. �� La peine sera de six jours � un mois d'emprisonnement, si l'outrage mentionn� en l'article pr�c�dent a �t� dirig� contre un officier commandant la force publique.
Art. 187. � Dans les cas des articles 183 et .184, si l'outrage a �t� dirig� contre un grand fonctionnaire ou


� 49 �
un membre du corps l�gislatif, dans l'exercice de ses fonctions, ou � l'occasion de cet exercice, la peine sera d'un an � trois ans d'emprisonnement; et si les outrages ou violences ont �t� suivies de voies de fait, la peine sera la r�clusion.
Art. 188. � Tout individu qui, m�me sans armes, et sans qu'il en soit r�sult� de blessures, aura frapp� un magistrat dans l'exercice de ses fonctions ou � l'occasion de cet exercice, sera puni d'un emprisonnement d'un an � trois ans.
Art. 189. � Les violences de l'esp�ce exprim�e en l'article pr�c�dent, dirig�es contre un officier- minist�riel, un agent de la force publique, ou un citoyen charg� d'un minist�re de service public, si elles ont eu lieu pendant qu'ils exer�aient leur minist�re ou � cette occasion seront punies d'un emprisonnement d'un mois � six mois.
Art. 199. � Si les violences exerc�es contre les fonctionnaires et agents d�sign�s aux articles 187, 188 et 189, ont �t� la cause d'effusion de sang, blessures ou maladies, la peine sera, dans le cas de l'article 187. les travaux forc�s � temps ; dans le cas de l'article 188, la r�clusion; dans le cas de l'article 189, l'emprisonne.-ment d'un an � trois uns ; si la mort s'en est suivie dans les quarante jours, le coupable sera puni de la peine de morf � P�n., 12.
Art. 191. �� Dans le cas m�me. o� ces violences n'auraient pas caus� d'effusion de sang, blessures ou maladie, les coups seront punis des peines prescrites par l'article pr�c�dent avec les distinctions qui y sont �tablies, s'ils ont �t� port�s avec pr�m�ditation ou guet-apens. � P�n., 242, 243.
Art. 192. � Si les blessures sont du nombre de celles


� 50 �
qui portent le caract�re de meurtre, le coupable sera puni de mort. � P�n., 12, 249, 254.
�111
Refus d'un service d� l�galement.
Art. 193. � Les lois p�nales et r�glements relatifs ' aux recrutements militaires continueront de recevoir leur ex�cution.
Art. 194. � Les t�moins et jur�s qui auront all�gu� une excuse reconnue fausse, seront condamn�s, outre les amendes prononc�es pour la non comparution^ une amende de seize gourdes. � I. cr., 07et s., 139 et s., 165, 210, 230 et s. � P�n., 36.
�IV '
Evasion de d�tenus, rec�lement de criminels.
Art. 195. � Toutes les fois qu'une �vasion de d�tenus aura lieu, les huissiers, les commandants en chef ou en sous-ordre, soit de la gendarmerie, soit del� force arm�e servant d'escorte ou garnissant les postes, les concierges, gardiens,' ge�liers, et tous autres pr�pos�s � la conduite, au transport ou � la garde des d�tenus seront punis ainsi qu'il suit :
Art. 196. � Si l'�vad� �tait pr�venu de d�lits correctionnels ou de crimes simplement infamants, ou s'il �tait prisonnier de guerre, les pr�pos�s � sa garde ou conduite, seront punis en cas de n�gligence d'un emprisonnement de six jours � deux mois ; et, en cas de connivence, d'un emprisonnement de six mois � deux ans.
Ceux qui n'�tant pas charg�s de la garde ou de la conduite du d�tenu, auront procur� ou facilit� son �vasion, seront punis de six jours � trois mois d'emprisonnement.
Art. 197. � Si les d�tenus �vad�s, ou l'un d'eux.


� 51 �
�taient pr�venus ou accus�s d'un crime de nature � entra�ner une peine temporaire, afflictive, ou condamn�s pour l'un de ces crimes, la peine sera contre les pr�pos�s � la garde ou conduite, en cas de n�gligence, un emprisonnement de deux mois � six mois ; en cas de connivence, la r�clusion.
Les individus non charg�s de la garde des d�tenus, qui auront procur� ou facilit� l'�vasion, seront punis d'un emprisonnement de trois mois � un an. � P�n. 204.
Art. 198. � Si les �vad�s ou l'un d'eux, sont pr�venus ou accus�s de crimes de nature � entra�ner la peine de mort, ou des peines perp�tuelles, ou s'ils sont condamn�s, � l'une de ces peines, leurs conducteurs ou gardiens seront punis d'un an � deux ans d'emprisonnement, en cas de n�gligence, et des travaux forc�s � temps, en cas de connivence.
Les individus non charg�s de la conduite ou de la garde, qui auront facilit� ou procur� l'�vasion, seront punis d'un emprisonnement d'un an au moins et de trois ans au plus.
Art. 199.v� Si l'�vasion a eu lieu ou a �t� tent�e avec violence ou bris de prison, les peines contre ceux qui l'auront favoris�e en fournissant des instruments propres � l'op�rer, seront, au cas que J'�vade f�t de la qualit� exprim�e en l'article 196, trois mois � deux ans d'emprisonnement ; au cas de l'article 197, deux � cinq ans d'emprisonnement ; au cas de l'article 198, la r�clusion.
Art. 209. � Dans tous les cas ci-dessus, lorsque les tiers qui auront procur� ou.facilit� l'�vasion, y seront parvenus en corrompant les gardiens ou ge�liers, ou de connivence avec eux, ils seront punis des m�mes peines que les dits gardiens et ge�liers.
Art. 201. � Si l'�vasion avec bris ou violence a �t


� 52 �
favoris�e pur transmission d'armes, les gardiens et conducteurs qui y auront particip�, seront punis des travaux forc�s � perp�tuit� ; les autres personnes, des travaux forc�s � temps.
Art. 202. � Tous ceux qui auront conniv�� l'�vasion d'un d�tenu seront solidairement condamn�s, � titre de dommages-int�r�ts, � tout ce que la partie civile du d�tenu aurait eu droit d'obtenir contre lui. � Civ., 939, 987, 1168.
Art. 203. � A l'�gard des d�tenus qui se seront �vad�s, ou qui auront tent� de s'�vader par bris de prison ou pur violence, ils seront, pour ce seul fait, punis de six mois � un an d'emprisonnement, et subiront cette peine imm�diatement apr�s l'expiration de celle qu'ils auront encourue pour le crime ou le d�lit, a raison duquel ils �taient d�tenus, ou imm�diatement apr�s le jugement qui les aura acquitt�s ou renvoy�s absous du crime ou d�lit : le tout sans pr�judice de plus fortes peines qu'ils auraient pu encourir pour d'autres crimes qu'ils auraient commis dans leurs violences. �/. cr., 270, 293.
Art. 204. � Quiconque sera condamn�, pour avoir favoris� une �vasion ou des tentatives d'�vasion, � un emprisonnement de plus de six mois, pourra, en outre, �tre mis sous la surveillance sp�ciale de la haute police de l'Etat, pour un intervalle de trois � neuf ans.
Art. 20o. � Les peines d'emprisonnement ci-dessus �tablies contre les conducteurs ou les gardiens, en cas de n�gligence seulement, cesseront lorsque les �vad�s seront repris ou repr�sent�s, pourvu que ce soit dans les quatre mois de l'�vasion, et qu'ils ne soient pas arr�t�s pour d'autres crimes ou d�lits commis post�rieurement.
Art. 206. � Ceux qui auront recel� ou fait receler


des personnes qu'ils savaient avoir commis des crimes emportant peine afflictive, seront punis de trois mois d'emprisonnement au moins, et de deux ans au plus.
Sont except�s de la pr�sente disposition les ascendants ou descendants, les conjoints m�me divorc�s, les fr�res ou s�urs des criminels recel�s, ou leurs alli�s aux m�mes degr�s. � Civ. 589, 595. � I. cr., 138. � P�n., 325, 382.
� V
Bris de scell�s et enl�vement de pi�ces dans les d�p�ts publics.
Art. 297. � Lorsque des scell�s appos�s, soit par ordre du gouvernement, soit par suite d'une ordonnance de justice rendue en quelque mati�re que ce soit, auront �t� bris�s, les gardiens seront punis, pour simple n�gligence, de six jours � six mois d'emprisonnement.'� Civ., 1169. �Pr. 796 et s.�7. cr., 27 et s.
Art. 208. � Si le bris des scell�s s'applique � des papiers et effets d'un individu pr�venu ou accus� d'un crime emportant la peine de mort ou des travaux forc�s � perp�tuit�, ou qui soit condamn� � l'une de ces peines, le gardien n�gligent sera puni, de six mois � deux ans d'emprisonnement.
Art. 209. � Quiconque aura, � dessein, bris� des scell�s appos�s sur des papiers ou effets de la qualit� �nonc�e en l'article pr�c�dent, ou particip� au bris des scell�s, sera puni do la r�clusion; et si c'est'le gardien lui-m�me, il sera puni des travaux forc�s � temps.
Art. 210. � A l'�gard de tous autres bris de scell�s, les coupables seront punis de trois mois � un an d'emprisonnement ; et si c'est le gardien lui-m�me, il sera


� 54 �
puni d'un an � trois ans de la m�me peine. � P�n., 26, 209.
Art. 211. � Tout vol commis � l'aide d'un bris de scell�s, sera puni comme vol commis � l'aide d'effraction. � P�n., 7, 324, 326.
Art. 212. � Quant aux soustractions, destructions et enl�vements de pi�ces ou de proc�dures criminelles, ou d'autres papiers, registres, actes et effets contenus dans les archives, greffes ou d�p�ts publics, ou remis � un d�positaire public, en cette qualit�, les peines seront, contre les greffiers, archivistes, notaires ou . autres d�positaires n�gligents, d'une amende de vingt-quatre gourdes � soixante-quatregourdes.�Clo., 1,168, 1728 et s. � I. cr., 410 et s. � P�n., 340.
Amenda actuelle : six piastres et seize piastres. (Loi du 10 ao�t 1877, qui r�gie en monnaie forte les amendes, etc.)
Art. 213. � Quiconque se sera rendu coupable des soustractions, enl�vements ou destructions mentionn�s en l'article pr�c�dent, sera puni de la r�clusion. � P�n., MO.
Si le crime est l'ouvrage du d�positaire lui-m�me, il sera puni des travaux forc�s � temps.
Art. 214. � Si les bris de scell�s, les soustractions, enl�vements ou destruction de pi�ces, ont �t� commis avec violence envers les personnes, la peine sera, contre toute personne, celle des travaux forc�s � temps, sans pr�judice d'une peine plus forte, s'il y a lieu, d'apr�s la nature des violences et des autres crimes qui y seraient joints. � P�n., 223, 340.
D�gradation de monuments. Art. 215. � Quiconque aura abattu, mutil� ou d�grad� des monuments, statues et autres objets


destin�s � l'utilit� ou � la d�coration publique, et �lev�s par l'autorit� publique ou avec ' son autorisation, sera puni d'un emprisonnement d'un mois � un an. � P�n., 361.
Art. 216. � S'il y a eu destruction, la peine sera un emprisonnement d'un an � deux ans.
� VII
Usurpation de titres ou fonctions, Art. 217. �Quiconque, sans titre, se sera immisc� dans des fonctions publiques, civiles ou militaires, ou aura fait les actes d'une de ces fonctions, sera puni d'un emprisonnement d'un an � trois ans, sans pr�judice de la peine de faux, si l'acte porte le caract�re de ce crime.
Art. 218. �Toute personne qui aura publiquement port� un costume, un uniforme ou une d�coration qui ne lui appartenait pas, ou qui se sera attribu� des titres publics, qui ne ne lui auraient pas �t� l�galement conf�r�s, sera punie d'un emprisonnement de trois mois � un an. � P�n., 259, 291, 327.
� VIII
Entrave au libre exercice des cultes.
Art. 219. � Tout particulier, qui par des voies de fait ou des menaces, aura contraint ou emp�ch� une ou plusieurs personnes d'exercer l'un des cultes autoris�s, d'assister � l'exercice de ce culte, de c�l�brer certaines f�tes, d'observer certains jours de repos, et, en cons�quence, d'ouvrir ou de fermer leurs ateliers,' boutiques ou magasins, et de faire quitter certains travaux, sera puni, pour ce seul fait, d'un emprisonnement de six jours � deux mois. � Const., 22.
Art. 220. � Ceux qui auront emp�ch�, retard� ou interrompu les exercices d'un culte par dos troubles


ou desordres caus�s dans le temple ou autre lieu destin� ou servant actuellement � ces exercices, seront punis d'un emprisonnement de six jours � trois mois.
Art. 221. � Toute personne qui aura, par paroles ou gestes, outrag� les objets'd'un culte dans les lieux destin�s ou servant actuellement � son service, ou les ministres de ce culte dans leurs fonctions, sera puni d'un emprisonnement de quin/.e jours � six mois.
Art. 222. � Quiconque aura frapp� le ministre d'un culte dans l'exercice de ses fonctions, sera puni de la r�clusion.
Art. 223. � Les dispositions du pr�sent paragraphe ne s'appliquent qu'aux troubles, outrages et vojes de fait dont la nature et les circonstances ne donneront pas lieu � de plus fortes peines, d'apr�s les autres dispositions du pr�sent Code.
Section V.
II-
Association de malfaiteurs.
Art. 224. � Toute association de malfaiteurs envers les personnes ou les propri�t�s, est un crime contre la paix publique.
Art. 225. � Ce crime existe par le seul fait d'organisation de bandes ou de correspondance entre elles et leurs chefs ou commandants, ou de conventions tendant � rendre compte ou � faire distribution ou partage du produit des m�faits. � Cic, 10, 730, 924, 962.
Art. 226. � Quand ce crime n'aurait �t� accompagn� ni suivi d'aucun autre, les auteurs, directeurs de l'association et les commandants en chef ou en sous-ordre de ces bandes, seront punis des travaux forc�s � temps. - P�n.. 361.


Art. 227. � Seront punis de.ia r�clusion, tous autres individus charg�s d'un' service quelconque dans ces bandes, et ceux qui auront sciemment et volontairemen t fourni aux bandes, ou � leurs divisions, des armes, munitions et instruments de crimes.
Loi du 27 octobre 1864, portant modification aie Code d'instruction criminelle et au Code p�nal.
CHAPITRE II. Des modifications du Code p�nal.
Art. 2.�Les articles 403 et 40.4 du Code p�nal actuellement en vigueur sont et demeurent abrog�s, et remplac�s par les paragraphes ci-apr�s :
La section Vdu chapitre III, intitul�: Des crimes et d�lits contre la paix purlique se composera � l'avenir de quatre paragraphes.
Le premier paragraphe aura pour titre : Association de malfaiteurs, et. restera form� des articles 224, 225, 226et 227, sans modification.
s n. . '
Vagabondage. � Art. 228. � Le vagabondage est un d�lit. � � I. cr. 155.
� Art. 229. � Les vagabonds ou gens sans aveu � sont ceux qui n'ont ni domicile certain, ni moyen � de subsistance, et qui n'exercent habituellement ni � m�tier, ni profession. � Civ., 91, et s. �� Pr., 270, � 272, 278. �I. cr.,97. �
� Art. 230. � Les vagabonds ou gens sans aveu � qui auront �t� l�galement d�clar�s tels, seront punis � d'un emprisonnement d'un mois � six mois, par le � tribunal de simple police ; et en cas de r�cidive de


� 58 �
� six mois � deux ans, par le tribunal correctionnel ; � apr�s avoir subi leur peine, ils seront renvoy�s dans � la r�sidence qui leur sera fix�e par le minist�re � public et ils seront employ�s � des travaux de l'Etat. � � P�n., 410.
�� Art. 231. � Les vagabonds pourront apr�s un � jugement m�me pass� en force'de chose jug�e, �tre � r�clam�s par d�lib�ration du conseil communal de la � commune o� ils sont n�s, ou cautionn�s par un (( citoyen solvable.
� Si le Gouvernement accueille la r�clamation ou � agr�e la caution, les individus ainsi r�clani�s ou �cautionn�s, seront par ses ordres, renvoy�s ou � conduits dans la commune qui les a r�clam�s, ou � dans celle qui leur sera assign�e, sur la demande � de la caution.
� Art. 232. � Les individus d�clar�s vagabonds par � jugement pourront, s'ils sont�trangers, �tre expuls�s � par les ordres du Gouvernement, hors du territoire � del� R�publique. �/. cr., 155. �P�n., 188, 231.�
� m Mendicit�.
� Art. 233. � Toute personne valide qui aura �t� � trouv�e mendiant sera punje d'un emprisonnement � de six jours � six mois et renvoy�e, apr�s l'expi-� ration de sa peine, � la r�sidence qui lui sera � d�sign�e par le minist�re public.
� Art. 234. � Tous mendiants, m�me invalides, qui � auront us� de menaces ou seront entr�s sans perce mission du propri�taire ou des personnes de sa � maison, soit dans une maison habit�e, soit dans un � enclos en d�pendant, ou qui feindront des plaies ou � infirmit�s, ou qui mendieront en r�union, � moins


<( que ce ne soient le mari et la femme, le p�re ou la � m�re et les jeunes enfants, l'aveugle et son conte ducteur, seront punis d'un emprisonnement de � trois mois � un an. �
Et le quatri�me paragraphe qui prendra place � la suite de l'article 234, aura pour titre : � IV. Dispositions communes aux mendiants et vagabonds, et sera form� des articles suivants :
� IV
Dispositions communes aux mendiants cl vagabonds.
� Art. 235. �Tout mendiant ou vagabond qui aura � �t� saisi travesti d'une mani�re quelconque ;
� Ou porteur d'armes, bien qu'il n'en ait us� ni � menac� ;
.� Ou muni de limes, crochets ou autres instruments � propres, soit � commettre des vols ou d'autres d�lits, � soit � lui procurer les moyens de p�n�trer dans les � maisons, sera puni d'un an � trois ans d'empri-� sonnement.
� Art. 236. � Tout mendiant ou vagabond, qui � aura exerc� quelque acte de' violence que ce soit � envers les personnes, sera puni de la r�clusion, � sans pr�judice des peines plus fortes, s'il y a lieu, � � raison du genre et des circonstances de la violence.
� Art. 237. � Les peines �tablies par l� pr�sent � Code, contre les individus porteurs de faux certi-� ficats, faux passe-ports ou fausses feuilles de route, � seront toujours, dans leur esp�ce, port�es au � maximum, quand elles seront appliqu�es � des � vagabonds ou mendiants.
� Art. 238. � Les vagabonds ou mendiants valides � qui auront subi les peines port�es par les articles � pr�c�dents resteront dans la r�sidence qui leur aura


� (50 �
� �t� assign�e, sous la surveillance de la haute police � de l'Etat, aussi longtemps qu'ils ne justifieront � d'aucun moyen d'existence ou d'une caution.
� Art. 239. � Les mendiants invalides demeureront � � la fin de ces peines, sous la surveillance sp�ciale � de la haute police de l'Etat, d'un an � trois ans. � Section vi
D�lits commis par la voie d'�crits, images ou gravures, distribu�s sans nom d'auteur, imprimeur ou graveur.(1)
Art. 228. � Toute publication ou distribution d'ouvrages, �crits, avis, bulletins, affiches, journaux, feuilles p�riodiques ou autres imprim�s, dans lesquels ne se trouvera pas l'indication vraie des noms, profession et demeure de l'auteur ou de l'imprimeur, sera, pour ce seul fait, punie d'un emprisonnement de six jours � six mois, contre toute personne qui aura sciemment contribu� � la publication ou distribution.
Art. 229. � Cette disposition sera r�duite � des peines de simple police :
1� A l'�gard des crieurs, afficheurs, vendeurs ou distributeurs qui auront fait conna�tre la personne de laquelle ils tiennent l'�crit imprim�.
2� A l'�gard de quiconque aura fait conna�tre l'imprimeur ;
3� A l'�gard m�me de l'imprimeur qui aura fait conna�tre l'auteur.
Art. 230. � Si l'�crit imprim� contient quelques provocations � des crimes ou d�lits, les crieurs, afficheurs, vendeurs et distributeurs seront punis comme
(1) Voy. Recueil de Lois Usuelles de la R�publique - d'Ha�ti, par Gustave Chaumette (1" partie) ; 1� Loi du 4 septembre 1870 sur le mode de proc�der devant les tribunaux correctionnels en mati�re de d�lits politiques et de presse : - 2� Loi du 28 octobre 1885, sur'la Presse.


� (il �
complices des provocateurs, � moins qu'ils n'aient fait conna�tre ceux dont ils tiennent l'�crit contenant la provocation.
En cas de r�v�lation, ils n'encourront qu'un emprisonnement de six jours � trois mois, et la peine de complicit� ne restera applicable qu'� ceux qui n'auront point fait conna�tre les personnes dont ils auront re�u l'�crit imprim� et � l'imprimeur s'il est connu.
Art. 231. � Dans tous les cas ci-dessus, il y aura confiscation des exemplaires saisis.
Art. 232. � Toute introduction, exposition ou distribution de chansons, pamphlets, livres, figures ou images contraires aux bonnes m�urs, sera punie d'un emprisonnement d'un mois � un an, et de lu confiscation des planches et des exemplaires imprim�s ou grav�s des chansons, figures ou autres objets du d�lit. � P�n. 278, 396-3".
Art. 233. � La peine d'emprisonnement sera r�duite � une peine de simple police :
1� A l'�gard des crieurs, vendeurs, ou distributeurs qui auront fait conna�tre la personne qui leur aura remis l'objet du d�lit ;
2� A l'�gard de quiconque aura fait conna�tre l'imprimeur ou le graveur ;
3� A l'�gard m�me de l'imprimeur ou du graveur qui'auront fait conna�tre l'auteur ou la personne qui les aura charg�s de l'impression ou de la gravure.
Art. 234. � Dans tous les cas exprim�s en la pr�sente section, et o� l'auteur sera reconnu, il subira le maximum de la peine attach�e � l'esp�ce du d�lit. Disposition particuli�re
Art. 235. � Tout individu qui, sans y avoir �t� autoris� par le juge de paix, fera le m�tier de crieur
CIIAUMETTE 4


ou afficheur d'�crits imprim�s, dessins ou gravures, m�me munis des noms d'auteur, imprimeur, dessinateur ou graveur, sera puni d'un emprisonnement de six jours � deux mois. � Section VII Des associations ou r�unions illicites.
Art. 236. � Nulle association de plus de vingt personnes, dont le but sera de se r�unir tous les jours, ou � certains jours marqu�s, pour s'occuper d'objets religieux, litt�raires, politiques ou autres, ne pourra se former qu'avec l'agr�ment du Gouvernement, et sous les conditions qu'il plaira � l'autorit� publique d'imposer � la soci�t�.
Dans le nombre de personnes indiqu� par le'pr�sent article, ne sont pas comprises celles domicili�es dans la maison o� l'association se r�unit. � Civ., 91 et s.
Art. 237. � Toute association de plus de vingt personnes, de la nature de celle ci-dessus exprim�e, qui se sera form�e sans autorisation, ou qui, apr�s l'avoir obtenue, aura enfreint les conditions � elle impos�es, sera dissoute.
Les chefs, directeurs ou administrateurs de l'association, seront en outre punis d'une amende de seize gourdes � quarante-huit gourdes.
Amende actuelle : quatre piastres � douze piastres. (Lot du 10 ao�t 1877, qui r�gle en monnaie forte les amendes, etc.)
Art. 238. � Si, par discours, exhortations, invocations ou pri�res, en quelque langue que ce soit, ou par lecture, affiche, publication ou distribution d'�crits quelconques, il a �t� fait, dans ces assembl�es, quelque provocation � des crimes ou � des d�lits, la peine sera de trois mois � un an d'emprisonnement, contre les chefs, directeurs et administrateurs de ces associations,


� 63 �
sans pr�judice des peines plus fortes qui seraient port�es par la loi contre les individus personnellement coupables de la provocation, lesquels, en aucun cas, ne pourront �tre punis d'une peine moindre que celle inflig�e aux chefs, directeurs et administrateurs de l'association.
Art. 239.-� Tout individu qui aura accord� ou consenti l'usage de sa maison ou de son appartement, en tout ou en partie, pour la r�union des membres d'une association non autoris�e, de plus de vingt personnes, et de la nature de celle exprim�e en l'art. 236, sera punie d'une amende de seize � quarante gourdes.
Amenda actuelle : quatre piastres.� dix piastres. (Loi du 10 ao�t 1877, qui r�gle eu monnaie forte les amendes, etc.)
TITRE II
GRIMES ET D�LITS CONTRE LES PARTICULIERS
CHAPITRE PREMIER
crimes et d�lits contre les personnes
Section Premi�re
Meurtres cl autres crimes capitaux ; menaces d'attentats contre les personnes.
Paragraphe Premier
Meurtre, assassinat, parricide, infanticide, empoisonnement.
Art. 240. � L'homicide commis volontairement est qualifi� meurtre. � P�n., 241, 249, 264, 266, 272 et s.
Art. 241. � Tout meurtre commis avec pr�m�ditation ou guet-apens, est qualifi� assassinat. � P�n., 240, 242 � 244, 249 efs., 256, 268.
Art. 242. � La pr�m�ditation consiste dans le dessein form�, avant l'action, d'attenter � la personne d'un individu d�termin�, eu m�me de celui qui sera trouv� ou rencontr�, quand m�me ce dessein serait


� 04 �
d�pendant de quelque circonstance ou de quelque condition.
Art. 243. � Le guet-apens consiste � attendre plus ou moins de temps, dans un ou divers lieux, un individu, soit pour lui donner la mort, soit pour exercer sur lui des actes de violence,
Art. 244. � Est qualifi� parricide, le meurtre des p�re ou m�re l�gitimes ou naturels, ou de tout autre ascendant l�gitime Ou naturel. � P�n., 210, 247, 268.
Art. 245. � Est qualifi� infanticide le meurtre d'un enfant nouveau-n�.�P�n., 240, 247.
Art. 246, ainsi modifi� par la loi du 27 octobre 1864. � Est qualifi� empoisonnement, tout attentat � la vie d'une personne, par l'effet de substances qui peuvent donner la mort plus ou moins prompte-ment, de quelque mani�re que ces substances aient �t� employ�es ou administr�es, et quelles qu'en aient �t� les suites. � P�n., 240, 241, 247, 262 et s., 332, 372.
Est aussi qualifi� attentat � la vie d'une personne, par empoisonnement, l'emploi qui sera fait contre elle de substances qui, sans donner la mort, auront produit un �tat l�thargique plus ou moins prolong�, de quelque mani�re que ces substances aient �t� employ�es et quelles qu'en aient �t� les suites.
Si, par suite de cet �tat l�thargique, la personne a �t� inhum�e, l'attentat sera qualifi� assassinat. � P�n., 241 et s.
Art. 247. � Tout coupable d'assassinat, de parricide, d'infanticide ou d'empoisonnement sera puni de mort. � P�n., 12, 211, 244, et s., 258.
Art. 248. � Seront punis comme coupables d'assas-


� �5 �
sinat, tous malfaiteurs, quelle que soit leur d�nomination, qui, pour l'ex�cution de leurs crimes, emploient des tortures, ou commettent des actes de barbarie. � P�n., 241, 247, 291.
Art. 249. �� Le meurtre emportera la peine de mort, lorsqu'il aura pr�c�d�, accompagn� ou suivi un autre crime ou d�lit.
En tout autre cas, le coupable de meurtre sera puni de la peine des travaux forc�s � perp�tuit�. �; P�n., 15 et s.
� n
Menaces
Art. 250. � Quiconque aura menac� par �crit anonyme ou sign�, d'assassinat, d'empoisonnement, ou de tout autre attentat contre les personnes, qui serait punissable de la peine de mort ou des travaux forc�s � perp�tuit�, sera puni de la peine des travaux forc�s � temps, dans le cas o� la menace aura �t� faite avec ordre de d�poser une somme d'argent dans un lieu indiqu�, ou de remplir toute autre condition. �P�n., 15, 19 et s., 240 et s., 251, 258 et s.
Art. 251. � Si cette menace n'a �t� accompagn�e d'aucun ordre ou condition, la peine sera d'un emprisonnement d'un an au moins, et de trois ans au plus.
Art. 252. � Si la menace faite avec ordre ou sous condition, a �t� verbale, le coupable sera puni d'un emprisonnement de trois mois � un an.
Art. 253. � Dans les cas pr�vus par les deux articles pr�c�dents, le coupable pourra de plus �tre mis, par le jugement, sous la surveillance sp�ciale de la haute police de l'Etat, pour trois ans au moins et neuf ans au plus. � P�n., 31, 34, 258.
CHAUMKTTE 4*


� 00 �
Section II
Blessures et coups volontaires non qualifi�s meta Ire. et autres crimes et d�lits volontaires. '
Art. 254, ainsi modifi�par la loi du 27 juillet 1878. . �� Sera puni de la r�clusion, tout individu qui, volontairement, aura fait des blessures ou port� des coups, s'il est r�sult� de ces sortes de violences, une maladie ou incapacit� de travail personnel pendant plus de vingt jours. �P�n., 20, 255 et s, 266. '
Si les coups ou les blessures faites volontairement, mais'sans intention de donner la mort, l'ont occasionn�e, le coupable sera puni des travaux forc�s � temps.
Art. 255, �galement modifi� comme suit par la loi du 27 juillet 1878. � Lorsqu'il y aura eu pr�m�ditation ou guet-�-pens, la peine sera, si la mort s'en est suivie, celle des travaux forc�s � perp�tuit� ; et si la mort ne s'en est pas suivie, celle des travaux forc�s � temps. � P�n., 15,18, 242, 243, 254 et s.
Art. 256, �galement modifi� de la mani�re suivante par la loi cit�e � l'article pr�c�dent. � Lorsque les blessures ou les coups dont il sera r�sult� des contusions, n'auront occasionn� aucune maladie ni incapacit� de travail personnel de l'esp�ce mentionn�e en l'article 254, le coupable sera puni d'un emprisonnement d'un mois � un an.
Si les coups sont port�s au visage, le coupable sera puni d'un emprisonnement de six mois � deux ans.
S'il y a eu pr�m�ditation ou guet-�-pens, l'emprisonnement sera, dans le premier cas, de trois mois � trois ans, et dans le second cas, de un an � trois ans.� P�n., 242, 243, 255, 257 et s.
Art. 257. � Dans les cas pr�vus par les articles


� 07 �
254, 255 et 256, si le coupable a commis le crime envers ses p�re ou m�re l�gitimes ou naturels, ou autres ascendants l�gitimes ou naturels, il sera puni ainsi qu'il suit ;
Si l'article auquel le cas se r�f�rera prononce l'emprisonnement, le coupable subira la peine de la r�clusion ;
Si l'article prononce la peine de la r�clusion, il subira celle des travaux forc�s � temps; y
Si l'article prononce la peine des travaux forc�s a temps, il subira celle des travaux forc�s � perp�tuit�.
Art. 258. � Les crimes et les d�lits pr�vus dans la pr�sente section, et dans la section pr�c�dente, s'ils sont commis en r�union s�ditieuse, avec r�bellion ou pillage, sont imputables aux chefs, auteurs, instigateurs et provocateurs de ces r�unions, r�bellions ou pillages, qui seront punis comme coupables de ces crimes ou de ces d�lits, et condamn�s aux m�mes peines que ceux qui les auront personnellement commis. � P�n., 73, 170 et s., 361 et s.
Art. 259. � Tout individu qui aura fabriqu�, introduit ou d�bit� des stylets, tromblons ou quelques esp�ces que ce soit d'armes prohib�es par la loi ou par des r�glements d'administration publique, sera puni d'un emprisonnement de six jours � six mois. (1)
Celui qui sera porteur des dites armes, sera puni d'une amende de seize gourdes � quarante-huit gourdes, (a) Dans l'un et l'autre cas, les armes seront confisqu�es.
(1) Voy. Recueil de Lois Usuelles de lu, R�publique d'Ha�ti, par Gustave Cli.iumette (1" partie). Loi du 9 d�cembre 1879, qui prohibe l'importation d'armes, munitions, poudres, etc.


� 68 �
Le tout sans pr�judice do plus forte peine, s'il y �chet, en cas de complicit� de crime. (a) Amende actuelle: huit piastres � vingt-quatre piastres. (Loi du 10 ao�t 1877 qui r�gle en monnaie forte les amendes, etc.)
Art. 260. � Outre les peines correctionnelles mentionn�es dans les articles pr�c�dents, les tribunaux pourront prononcer le renvoi sous la surveillance sp�ciale de la haute police de l'Etat, depuis un an jusqu'� cinq ans.
Art. 261. � Toute personne coupable du crime de castration, subira la peine des travaux forc�s � perp�tuit�. � P�n., 270 et s.
Si la mort en est r�sult�e avant' l'expiration des quarante jours qui auront suivi le crime, le coupable subira la peine de mort.�I. cr., 308-2".�P�n., 12,22.
Art. 262. � Quiconque, par aliments, breuvages, m�dicaments, violence, ou par tout autre moyen, aura procur� l'avortement d'une femme enceinte, soit qu'elle y ait consenti ou non, sera puni de la r�clusion.
La m�me peine sera prononc�e contre la femme qui se sera procur� l'avortement � elle-m�me, ou qui aura consenti � faire usage des moyens � elle indiqu�s ou administr�s � cet effet, si l'avortement en est suivi.
Les m�decins, chirurgiens et les autres officiers de sant�, ainsi que les pharmaciens qui auront indiqu� ou administr� ces moyens, seront condamn�s � la peine des travaux forc�s � temps, dans le cas o� l'avortement aurait eu lieu.
Art. 263. � Quiconque aura vendu ou d�bit� des boissons falsifi�es, contenant des mixtions nuisibles � la sant�, sera puni d'un emprisonnement de six jours � un an.


� 09 �
Seront saisies et confisqu�es les boissons falsifi�es trouv�es appartenir au vendeur ou d�bitant.
Section III
Homicide, blessures et coups involontaires ; crimes et d�lits excusalles, et cas o� ils ne peuvent �tre excus�s ; homicide, blessures et coups qui n-t sont ni crimes ni d�lits.
Paragraphe Premier Homicide, blessures et coups involontaires-Art. 264. � Quiconque, par maladresse, imprudence, inattention, n�gligence ou inobservation des r�glements, aura commis involontairement un homicide, ou en aura involontairement �t� la cause, sera puni d'un emprisonnement d'un mois � un an, et d'une amende de trente deux gourdes � quatre-vingt-seize gourdes.
Amende actuelle � huit piastres � vingt-quatre piastres. (Loi du 10 ao�t 1877, qui r�gle en monnaie forte les amendes, etc.)
Art. 265. � S'il n'est r�sult� du d�faut d'adresse ou de pr�caution que des blessures ou coups, l'emprisonnement sera de six jours � deux mois, et l'amende sera de seize gourdes � vingt-quatre gourdes.
Amenda actuelle: quatre piastres � si\ piastres. (Loi cit�e �i, l'article pr�c�dent.)
� H
Crimes, d�lits excusables, et cas oit ils ne peuvent �tre excus�s.
Art. 266. � Le meurtre, ainsi que les blessures et les coups, sont excusables, s'ils ont �t� provoqu�s par des coups ou violences graves envers les personnes.� /. cr. 272. 277, 279. � P�n., 49, 241, 254, 310.
Art. 267. � Les crimes et d�lits mentionn�s au pr�c�dent article, sont �galement excusables, s'ils ont �t


� 70 �
commis en repoussant, pendant le jour, l'escalade ou l'effraction des cl�tures, murs ou entr�e d'une maison ou d'un appartement habit�s, ou de leurs d�pendances. P�n., 266, 275, et s.
Si le fait est arriv� pendant la nuit, ce cas est r�gl� par l'article 27-1.
Art. 268. � Le parricide n'est jamais excusable. � J. cr., 308-2�. � P�n., 12, 22, 244, 247.
Art. 269. � Le meurtre commis par le conjoint sur son conjoint, n'est pas excusable, si la vie du conjoint qui a commis le meurtre n'a pas �t� mise en p�ril dans le moment m�me o� le meurtre a eu lieu.
N�anmoins, dans le cas d'adult�re, pr�vu par l'article 284, le meurtre commis par l'�poux sur son �pouse, ainsi que sur le complice, ou sur l'un d'eux, � l'instant o� il les surprend en flagrant d�lit dans la maison conjugale, est excusable: �� Civ., 95, 216, 294 et s. � /. cr., 31. � P�n., 336 et s.
Art. 270. � Le crime de castration, s'il a �t� imm�" diatement provoqu� par un outrage violent � la pudeur, sera consid�r� comme meurtre ou blessure excusables. � P�n., 261, 266, 271.
Art. 271. � Lorsque le fait d'excuse sera prouv�, s'il s'agit d'un crime emportant la peine de mort ou celle des travaux forc�s � perp�tuit�, la -peine sera r�duite � un emprisonnement de deux mois � deux ans.
S'il s'agit de tout autre crime, elle sera r�duite � un emprisonnement d'un mois � un an.
Dans ces deux premiers cas, les coupables pourront de plus �tre mis, par l'arr�t ou le jugement, sous la surveillance sp�ciale de la haute police de i'Etat, pendant trois au moins et neuf ans au plus.


� 71 �
S'il s'agit d'un d�lit, la peine sera r�duite� un emprisonnement de six jours �.six mois.
' � 111 '
Homicide, blessures et coups non qualifi�s crimes
ni d�lits.
Art. 272. � Il n'y a ni crime ni d�lit, lorsque l'homicide, les blessures et les coups �taient ordonn�s par la loi et command�s par l'autorit� l�gitime. � P�n., 48, 240, 254, 264, 274,
Art. 273. � Il n'y a ni crime ni d�lit, lorsque l'homicide, les blessures et les coups �taient command�s par la n�cessit� actuelle de la l�gitime d�fense de soi-m�me ou d'autrui. � P�n., 240, 264, 274.
Art. 274. � Sont compris dans les cas de n�cessit� actuelle de d�fense, les deux cas suivants :
1� Si l'homicide a �t� commis, si les blessures ont �t� faites, ou si les. coups ont �t� port�s en repoussant, pendant la nuit, l'escalade ou l'effraction des cl�tures, murs ou entr�e d'une maison ou d'un appartement habit�s, ou de leurs d�pendances ;
2� Si le fait a eu lieu en se d�fendant contre les auteurs de vols ou de pillages ex�cut�s avec violence. � P�n.,327, 361.
Art. 275. �� Est r�put� maison, habit�e, tout b�timent, logement, loge, cabane, m�me mobile, qui, sans �tre actuellement habit�, est destin� � l'habitation, et tout ce qui en d�pend, comme cours, basses-cours, �curies, �difices qui y.sont enferm�s, quelqu'en soit l'usage, et quand m�me ils auraient une cl�ture particuli�re dans la cl�ture ou enceinte g�n�rale.
Art. 276. � Est qualifi� effraction, tout forcement, rupture, d�gradation, d�molition, enl�vement de murs, toits, planches, portes, fen�tres, serrures, cadenas, ou autres ustensiles ou instruments servant a fermer ou


� 72 �
empocher le passage, et de toute esp�ce de cl�ture quelle quelle soit.
Art. 277. � Est qualifi�e escalade, toute entr�e dans les maisons, b�timents, cours, basses-cours, �difices quelconques, jardins, parcs et enclos, ex�cut�e pardessus les murs, portes, toitures ou toute autre cl�ture. � P�n., 267, 274, 275, 327, 330.
L'entr�e par une ouverture souterraine, autre que celle qui a �t� �tablie pour servir d'entr�e, est une circonstance de m�me gravit� que l'escalade.
Section IV Attentats aux m�urs.
Art. 278. �Toute personne qui aura eoirjmisun outrage public � la pudeur, sera punie d'un emprisonnement de trois mois � un an, et d'une amende de seize gourdes � quarante huit gourdes. � P�n., 396-3�.
Amende actuelle : quatre piastres � douze piastres. (Loi du 10 ao�t 1877,.qui r�gle en monnaie forte les amendes, etc.) .
Art. 279. � Quiconque aura commis le crime de vio|, ou sera coupable de tout autre attentat � la pudeur, consomm� ou tent� avec violence contre des individus de l'un ou de l'autre sexe, sera puni de la r�clusion.
Art. 289. � Si le crime a �t� commis sur la personne d'un enfant au-dessous de l'�ge de quinze ans accomplis, le coupable subira la peine des travaux forc�s � temps.
Art. 281. � La peine sera celle des travaux forc�s � perp�tuit�, si les coupables sont do la classe de ceux qui ont autorit� sur la personne envers laquelle ils ont commis l'attentat, s'ils sont ses instituteurs ou ses serviteurs � gages, ou s'ils sont fonctionnaires publics, ou ministres d'un Culte, ou si le coupable, quel qu'il soit,


� 73 �
a �t� aid� dans son crime par une ou plusieurs personnes. ' '
Si la mort s'en est suivie, le coupable sera puni de mort..� P�n., 12, 22.
Art. 282. � Quiconque aura attent� aux m�urs, en excitant, favorisant ou facilitant habituellement la d�bauche ou la corruption de la jeunesse de l'un ou de l'autre sexe au-dessous de l'�ge de vingt-un ans, sera puni d'un emprisonnement de six mois � deux ans.
Si la prostitution ou la corruption a �t� excit�e, favoris�e ou facilit�e par leurs p�res, m�res, tuteurs ou autres personnes charg�e de leur surveillance,� la peine sera d'un an � trois ans d'emprisonnement.
Art. 283. � Les coupables du d�lit mentionn� au pr�c�dent article, seront interdits de toute tutelle ou curatelle, et de toute participation aux conseils de famille, savoir: les individus auxquels s'applique le premier paragraphe de cet article, pendant deux ans au moins et cinq au plus; et ceux dont il est parl� au second paragraphe, pendant dix ans au moins et vingt ans au plus. � Cic, 355 et s.
Si le d�lit a �t� commis par le p�re ou la m�re, le coupable sera de plus priv� des droits et avantages � lui accord�s, sur la personne ou les biens de l'enfant, par le Gode civil, en la loi sur la Puissance paternelle.
Dans tous les cas, les coupables pourront de plus �tre mis, par Je jugement, sous la surveillance sp�ciale de la haute police de l'Etat, en observant, pour la dur�e de la surveillance, ce qui vient d'�tre �tabli pour la dur�e de l'interdiction mentionn�e au pr�sent article.
Art. 284. � L'adult�re de la femme ne pourra �tre d�nonc� que par le mari : cette facult� m�me cessera, s'il est dans le cas pr�vu par l'article 287. � Cic, 215, 216, 286.
CHAUMETTE 5


� 74 �
Art. 285.'� La femme convaincue d'adult�re subira la peine de l'emprisonnement pendant trois mois au moins et deux ans au plus.
Le mari restera le ma�tre d'arr�ter l'effet de cette condamnation, en consentant � reprendre sa femme. *
Art. 286. � Le complice de la femme adult�re sera puni de l'emprisonnement pendant le m�me espace de temps.
Les seules preuves qui pourront �tre admises contre le pr�venu de complicit�, seront, outre le flagrant d�lit, celles r�sultant de lettres ou autres pi�ces �crites par le pr�venu.
Art. 287.� Le mari qui aura entretenu une concubine dans la maison conjugale, et qui aura �t� convaincu, sur la plainte de sa femme, sera puni d'une amende de cent gourdes � quatre cents gourdes. � Cic, 95, 216. � P�n, 269, 284.
Art. 288. � Quiconque �tant engag� dans les liens du mariage, en aura contract� un autre avant la dissolution du pr�c�dent, sera puni de la peine des travaux forc�s � temps. � Cic, 128, 135, 174 et s., 213.
L'officier public qui aura pr�t� son minist�re � ce mariage, connaissant l'existence du pr�c�dent, sera condamn� � la m�me peine. .
Section V
Arrestations ill�gales et s�questrations de personnes.
Art. 289.�-Seront punis d'un emprisonnement d'un an � cinq ans au plus, ceux qui, sans ordre.des autorit�s constitu�es et hors les cas o� la loi - ordonne de saisir des pr�venus, auront arr�t�, d�tenu ou s�questre des personnes quelconques.
Quiconque aura pr�t� un lieu pour ex�cuter la d�tention ou s�questration, subira la m�me peine. � Const., 14.� Pr., 688. � J. cr., 450 et s. � P�n., 89, 91.


� 75 �
Si la d�tention ou s�questration a dur� plus d'un mois, la peine sera celle de la r�clusion.
Art. 290. � La peine sera r�duite � un emprisonnement d'un mois � un an, si les coupables des d�lits mentionn�s en l'article 289, non encore poursuivis de fait, ont rendu la libert� � la personne arr�t�e, s�questr�e ou d�tenue, avant le dixi�me jour accompli depuis celui de l'arrestation, d�tention ou s�questration. Ils pourront n�anmoins �tre renvoy�s sous la surveillance sp�ciale de la haute police de l'Etat, depuis un an jusqu'� trois ans.
Art. 291. �� Si l'arrestation a �t� ex�cut�e avec faux costume, sous un faux nom, ou sur un faux ordre de l'autorit� publique, le coupable sera puni des travaux forc�s � temps. � P�n., 217, 218.
Art. 292. � Si l'individu arr�t�, d�tenu ou s�questr�, a �t� menac� de la mort, le coupable sera puni des travaux forc�s � perp�tuit�.
Art. 293. � S'il a �t� soumis � des tortures corporelles, le coupable sera puni des travaux forc�s � perp�tuit�; et si la mort s'en est suivie, il sera puni de mort. � P�n., 12, 22, 248, 289.
Section .VI
Crimes et d�lits tendant � emp�cher ou d�truire la preuve de l'�tat civil d'un enfant, ou � compromettre son existence ; enl�vement de mineurs , infractions aux lois sur les inhumations.
Paragraphe Premier Crimes et d�lits envers l'enfant. Aft. 294. � Les coupables d'enl�vement, de recel�, �u de suppression d'un enfant, de substitution d'un enfant � un autre, ou de supposition d'un enfant � une femme qui ne sera pas accouch�e, seront punis de la r�clusion.


� 7(5 �
La m�me peine aura lieu contre ceux qui, �tant charg�s d'un enfant, ne le repr�senteront point aux personnes qui ont le droit de le r�clamer. � Civ., 57, 330, 361, � P�n., 279et s., 300.
Art. 295. � Toute personne qui, ayant assist� � un accouchement, n'aura pas fait la d�claration � elle prescrite par l'article 55 du Code civil, et dans le d�lai fix� par le m�me article, sera punie d'un emprisonnement de six jours � un mois.
Art. 296. � Toute personne qui, ayant trouv� un nouveau-n�, ne l'aura pas remis � l'officier de l'�tat civil, ainsi qu'il est prescrit par l'article 57 du Code civil, sera punie de la peine port�e au pr�c�dent article. �
La pr�sente disposition n'est point applicable a celui qui aurait consenti � se charger de l'enfant, et qui aurait fait sa d�claration � cet �gard, devant le juge de paix du lieu o� l'enfant a �t� trouv�.
Art. 297. Ceux qui auront port� ou conduit et d�laiss� dans une maison un enfant au-dessous de l'�ge de cinq ans accomplis, qui leur aurait �t� confi� afin qu'ils en prissent soin, ou pour toute autre cause, seront punis d'un emprisonnement de six semaines � six mois. � Civ., 189.
Toutefois aucune peine ne sera prononc�e, s'ils n'�taient pas tenus ou ne s'�taient pas oblig�s de pourvoir gratuitement � la nourriture et � l'entretien de l'enfant, et si personne n'y avait pourvu.
Art. 298. � Ceux qui auront expos� et d�laiss� en un lieu solitaire un enfant au-dessous de l'�ge decinq ans accomplis ; ceux qui auront donn� l'ordre de l'exposer ainsi, si cet ordre a �t� ex�cut�, seront, pour ce seul fait, condamn�s � un emprisonnement de six mois � deux ans.


�- 77 �
La peine ci-dessus sera d'un an � trois ans, contre les tuteurs o� tutrices., instituteurs ou institutrices de l'enfant expos� ou d�laiss� par eux ou par leur ordre. � Cic, 330,331, 361.
Si, par suite de l'exposition et du d�laissement, l'en-f&nt est demeur� mutil� ou estropi�, l'action sera consid�r�e comme blessures volontaires � lui faites par la personne qui l'a expos� et d�laiss� ; et, si la mort s'en est suivie, l'action sera consid�r�e comme meurtre : au premier cas, les coupables subiront la peine applicable aux blessures volontaires ; et au second cas, celle du meurtre. � P�n., 210, 249, 254.
Art. 299. � Ceux qui auront expos� et d�laiss� en un lieu non solitaire un enfant au-dessous de l'�ge de cinq ans accomplis, seront punis d'un emprisonnement de trois mois � un an.
Le d�lit pr�vu par le pr�sent article sera puni d'un emprisonnement de six mois � deux ans, s'il a �t� commis par les tuteurs ou tutrices, instituteurs ou institutrices de l'enfant. � P�n., 298.
�H
Enl�vements de mineurs.
Art. 300.� Quiconque aura, par fraude ou violence, enlev� ou fait enlever des mineurs, ou les aura entra�n�s, d�tourn�s ou d�plac�s, ou les aura fait entra�ner, d�tourner ou d�placer des lieux o� ils �taient mis par ceux � l'autorit� ou � la direction desquels ils �taient soumis ou confi�s, subira la peine de la r�clusion.
Art. 301. � Si la personne ainsi enlev�e ou d�tourn�e est une fille au-dessous de quinze ans accomplis, la peine sera celle des travaux forc�s � temps.
Art. 302. � Quand la fille au-dessous de quinze ans aurait consenti � son enl�vement, ou suivi volontaire-


� 78 �
ment le ravisseur, si celui-ci �tait majeur de vingt-un ans ou au-dessus, il sera condamn� aux travaux forc�s � temps.
Si le ravisseur n'avait pas encore vingt-un ans, il sera puni d'un emprisonnement d'un an � trois ans.
Art. 303.� Dans le cas o� le ravisseur aurait �pous� la fille qu'il a enlev�e, il ne pourra �tre poursuivi que sur la plainte des personnes qui, d'apr�s le Code civil, ont le droit de demander la nullit� du mariage, ni condamn� qu'apr�s que la nullit� du mariage aura �t� prononc�e. � Cio., 148, 170, 311.
� m
Infractions aux lois sur les inhumations.
Art. 304. � Ceux qui, sans l'autorisation pr'�alable de l'officier public, dans le cas o� elle est prescrite, auront fait inhumer un individu d�c�d�, seront punis de six jours � deux mois d'emprisonnement ; sans pr�judice de la poursuite des crimes dont les auteurs de ce d�lit pourraient �tre pr�venus dans cette circonstance. � Civ., 70 et s.
La m�me peine aura lieu contre ceux qui auront contrevenu, de quelque mani�re que ce soit, � la loi et aux r�glements relatifs aux inhumations pr�cit�es'.
Art. 305. � Quiconque aura recel� ou cach� le cadavre d'une personne homicid�e, ou morte des suites de coups ou blessures, sera puni d'un emprisonnement de six mois � deux ans, sans pr�judice de peines plus graves, s'il a particip� au crime.
Art. 306. � Sera puni d'un emprisonnement de trois mois � un an, quiconque se sera rendu coupable de violation de tombeaux ou de s�pultures, sans pr�judice des peines contre les crimes ou les d�lits qui seraient joints � celui-ci.


� 79 �
Section VII
Faux t�moignage, diffamation, injures, r�v�lations de secrets.
Paragraphe Premier Faux t�moignage.
m
Art. 307. � Quiconque sera coupable de faux t�moignage en mati�re criminelle, soit contre l'accus�, soit en sa faveur, sera puni des travaux forc�s � temps. � /. cr., 251.
Si n�anmoins l'accus� a �t� condamn� � une peine plus forte que celle des travaux forc�s � temps, le faux t�moin qui a d�pos� contre lui subira'la m�me peine.
Art. 308. � Quiconque sera coupable de faux t�moignage en. mati�re correctionnelle ou de police, soit contre le pr�venu, soit en sa faveur, sera puni de la r�clusion.
Art. 309. � Le coupable de faux t�moignage en mati�re civile, sera puni de la peine d'emprisonnement. � Civ., 116, 223.
Art. 310. � Le faux t�moin en mati�re correctionnelle, de police, ou civile, qui aura re�u de l'argent, une r�compense quelconque, ou des promesses, sera puni des travaux forc�s � temps. � Pr., 263.
Dans tous les cas, ce que le faux t�moin aura re�u sera confisqu�. �P�n., 137.
Art. 311.� Le coupable de subornation de t�moin sera condamn� � la m�me peine que le faux t�moin.
Art. 312. � Celui � qui le serment aura �t� d�f�r� ou r�f�r� en mati�re civile, et qui aura fait un faux serment, sera puni de la d�gradation civique. � Civ., 144, 1152. � Pr., 126 et s. � P�n., 309.


� 80 �
II
Diffamation, calomnie, injures, r�v�lation de secrets.
Art. 313. � Sera coupable du d�lit de diffamation, celui qui, soit dans les lieux ou r�unions publics, soit dans un acte authentique et public, soit dans un �crit imprim� ou non qui aura �t� affich�, vendu ou distribu�, aura imput� � un individu quelconque des faits qui portent atteinte � son honneur et � sa consid�ration.
La pr�sente disposition n'est point applicable aux faits dont la loi autorise la publicit�, ni � ceux que l'auteur de l'imputation �tait, par la nature de ses fonctions ou de ses devoirs, oblig� de r�v�ler ou. de r�primer. � I. cr., 19 et s. � P�n., 31.
Art. 314. � L'auteur de l'imputation ne sera pas admis, pour sa d�fense, � demander que la preuve en soit faite; il ne pourra non plus all�guer, comme moyen d'excuse, que les pi�ces ou les faits sont notoires, ou que les imputations qui donnent lieu � la poursuite, sont copi�es ou extraites de papiers �trangers, ou d'autres �crits imprim�s. � P�n., 315, 390-10�.
Art. 315. � Les diffamations commises par la voie de papiers �trangers, pourront �tre poursuivies contre ceux qui auront envoy� les articles ou donn� l'ordre de les ins�rer.
Art. 316. � Le diffamateur sera puni des peines suivantes :
Si le fait imput� est de nature � m�riter la peine de mort, ou les travaux forc�s � perp�tuit�, le coupable sera puni d'un emprisonnement d'un an � trois ans.
, Dans tous les autres cas, l'emprisonnement sera de six mois � un an.


81 �
Art. 317. � Lorsque les faits imput�s seront punissables suivant la loi, et que l'auteur de l'imputation les aura d�nonc�s, il sera, durant l'instruction sur ces faits, sursis � la poursuite et au jugement du d�lit de diffamation.
Art. 318. � Quiconque aura fait par �crit une d�nonciation calomnieuse contre un ou plusieurs individus aux officiers de justice ou de police, sera puni d'un emprisonnement d'un mois� unan.� Cic, 588-2�. � I. cr., 290 et s.
Art. 319. � Dans tous les cas, le calomniateur sera, � compter du jour o� il aura subi sa peine, interdit, pendant cinq ans au moins et dix ans au plus, des droits mentionn�s en l'article 28 du pr�sent Code.
Art. 320. � Quant aux injures ou aux expressions outrageantes qui ne renfermeraienll'imputation d'aucun fait pr�cis, mais celle d'un vice d�termin�, si elles ont �t� prof�r�es dansdes lieux ou r�unions publics,ou ins�r�es dans des �crits imprim�s ou non, qui auraient �t� r�pandus et distribu�s, la peine sera une amende de seize gourdes � quatre-vingts gourdes. � P�n., 382.
Amande actuelle : quatre piastres a vingt piastres (Loi du 10 ao�t 1877, qui, r�gle en monnaie forte les amendes, etc.)
Art. 321. � Toutes autres injures ou expressions outrageantes qui n'auront pas eu ce double caract�re de gravit� et de publicit�, ne donneront lieu qu'� des peines de simple police.
Art. 322. � A l'�gard des imputations et des injures qui seraient contenues dans les �crits relatifs � la d�fense des parties, ou dans les plaidoyers, les juges saisis de la contestation pourront, en jugeant la cause, ou prononcer la suppression des injures ou des �crits injurieux, ou faire des injonctions aux auteurs du
CHAUMKTTE 5*


� 82 �
d�lit, ou les suspendre de leurs fonctions, et statuer sur les dommages-int�r�ts.
La dur�e de cette suspension ne pourra exc�der six mois : en cas de r�cidive, elle sera d'un an au moins et de trois ans au plus.
Si les injures ou �crits injurieux portent le caract�re de diffamation grave, et que les jug�s saisis de la contestation ne puissent conna�tre du d�lit, ils ne pourront prononcer, contre les pr�venus, qu'une suspension provisoire de leurs fonctions, et les renverront, pour le jugement du d�lit, devant les juges comp�tents.
Art. 323. � Les m�decins, chirurgiens et autres officiers de sant�, ainsi que les pharmaciens, les sa^es-femmes, et toutes autres personnes d�positaires, par �tat ou profession, des secrets qu'on leur confie, qui, hors le cas o� la loi les oblige' de se porter d�nonciateurs, auront r�v�l� ces secrets, seront punis d'un emprison-' nement d'un mois � un an.
CHAPITRE II crimes et d�lits contre, les propri�t�s Section Premi�re Vols
Art. 324. � Quiconque a soustrait frauduleusement une chose qui ne lui appartient pas, est coupable de vol. � Civ., 1087,1.715,1720 et s., 20-14 et s. � Pr., 794, � Com., 605.
Art. 325. � Les soustractions commises par des maris au pr�judice de leurs femmes, par un veuf ou une veuve, quant aux choses qui avaient appartenu � l'�poux d�c�d�, par des enfants ou autres descendants, au pr�judice de leurs p�res ou m�res ou autres ascendants, par des p�res et m�res ou autres ascendants au pr�judice de leurs enfants ou autres descen-


� 83 �
dants, ou par des alli�s aux m�mes degr�s, ne pourront donner lieu qu'� des r�parations civiles.
A l'�gard de tous autres' individus qui auraient recel� ou appliqu� � leur profit tout ou partie des objets vol�s, ils seront punis comme coupables de vol.
Art. 326. � Le vol commis � main arm�e, sera puni de mort.
Art. 327. � Le vol commis avec escalade, fausses clefs, effraction, ou � l'aide de violence, lors m�me qu'elle n'a laiss� aucune trace de blessure ou de contusion, sera puni de la peine des travaux forc�s � perp�tuit�.
Sont qualifi�s fausses clefs, tous crochets, rossignols, passe-partout, clefsimit�es, contrefaites, alt�r�es, ou qui n'ont pas �t� destin�es par le propri�taire, locataire ou logeur, aux serrures, cadenas ou aux fermetures quelconques auxquelles le coupable les aura employ�es.
Art. 328, ainsi modifi� par la loi du 28 juillet 1878. � Seront punis des travaux forc�s � temps :
1� Les vols commis dans les chemins publics, sans aucune des circonstances pr�vues aux articles 326 et 327 ci-dessus ;
2� Les vols commis la.nuit et par deux ou plusieurs personnes, ou avec l'une de ces circonstances seulement, mais en m�me temps dans un lieu habit�, ou servant � l'habitation ou dans les �difices consacr�s aux cultes l�galement �tablis en Ha�ti.
Art. 329. � Seront punis de la r�clusion :
1� Les vols domestiques, c'est-�-dire les vols commis par un domestique ou un homme de service � gages, m�me lorsqu'il aura commis le vol envers des personnes qu'il ne servait pas, mais qui se trouvaient soit dans la maison de la personne qu'il servait, soit dans


� 84 �
celle o� . il l'accompagnait ;. ou par un ouvrier ou apprenti, dans la maison, l'atelier ou le magasin de son bourgeois ; ou par un individu, travaillant habituellement dans la maison ou sur l'habitation o�,il aura vol� ;
2� Les vols commis par un aubergiste, un h�telier, un voiturier, un batelier ou un de leurs pr�pos�s, lorsqu'ils auront vol� tout ou partie des choses qui leur �taient confi�es � ce titre ;
3� Les vols commis dans les auberges ouh�telleries, par des personnes qui y �taient re�ues.
Art. 330. � Les autres vols non sp�cifi�s dans la pr�sente section, lorsque la valeur des objets exc�dera vingt piastres, seront punis d'un emprisonnement d'un an au moins et cinq ans au plus.
Est assimil�e � ces d�lits et punie des m�mes peines toute tentative de vol de cette nature qui aura �t� manifest�e par des actes ext�rieurs et suivie d'un commencement d'ex�cution, si elle n'a �t� suspendue et n'a manqu� son effet que par des circonstances fortuites ind�pendantes de la volont� de l'auteur.
Les coupables des vols et tentatives de vols pr�vus au pr�sent article, seront de plus interdits des droits civils et politiques pr�vus en l'article 26 du pr�sent Code et envoy�s � temps sous la surveillance de la police de l'Etat. '
Les coupables seront, en outre, pendant toute la dur�e de l'emprisonnement, employ�s � des travaux publics de la commune.
Art. 331. � Quiconque aura extorqu� par force, violence ou contrainte, la signature ou la remise d'un �crit, d'un acte, d'un titre, d'une pi�ce quelconque, contenant ou op�rant obligation, disposition ou d�charge, sera puni des travaux forc�s � perp�tuit�.


� 85 �
Art. 332. �Les voituriers, bateliers ou leurs pr�pos�s, qui auront alt�r� des liquides ou des marchandises dont le transport leur avait �t�-confi� et qui auront commis cette alt�ration par le m�lange de substances malfaisantes, seront punis des travaux forc�s � temps. � P�n., 246, 262, 263.
S'il n'y a pas eu m�lange de substances malfaisantes, la peine sera un emprisonnement de six mois � un an et une amende de seize gourdes � quarante-huit gourdes.
Amende actuelle : quatre piastres a douze piastres. (Loi du 12 ao�t 1817, qui r�gle en monnaie forte les amendes, etc.)
Art. 333. � Outre les peines ci-dessus stipul�es, le coupable de vol sera toujours condamn� � restitution et de plus aux dommages-int�r�ts, s'il y a lieu, conform�ment � l'article 11 du pr�sent Code.
Section II
Banqueroutes, escroqueries et autres esp�ces de fraude. Paragraphe Premier Banqueroute et escroquerie
Art. 334. � Ceux qui, dans les cas pr�vus par le Code de commerce, seront d�clar�s coupables de banqueroute, seront punis ainsi qu'il suit: �Coin., 580 et s., 586 et s.
Les banqueroutiers frauduleux seront punis des travaux forc�s � temps. � Com., 586 et s.
Les banqueroutiers simples seront punis d'un emprisonnement de six mois au moins et de deux ans au plus. � Com., 580 et s.
Art 335. � Ceux qui, conform�ment au Code de commerce, seront d�clar�s complices de banqueroute frauduleuse, seront punis des m�mes peines que les


� 86 �
banqueroutiers frauduleux. � Com., 590 et s. � P�n., 334.
Art. 336. � Les agents de change et courtiers qui auront fait faillite, seront punis des travaux forc�s � temps ; s'ils sont convaincus de banqueroute frauduleuse, la peine sera celle des travaux forc�s �' perp�tuit�. � Com., 74 et s., 586 (1).
Art: 337. � Quiconque, soit en faisant usage de faux noms ou fausses qualit�s, soit en employant des man�uvres frauduleuses, pour persuader l'existence de fausses entreprises, d'un pouvoir ou d'un cr�dit imaginaire, ou pour faire na�tre l'esp�rance ou la crainte d'un succ�s, d'un accident ou de tout autre �v�nement chim�rique, se sera fait remettre ou d�livrer des fojlds, des meubles ou des obligations, dispositions, billets, promesses, quittances ou d�charges, et aura par un de ces moyens, escroqu� ou tent� d'escroquer la totalit� ou partie de la fortune d'autrui, sera puni d'un emprisonnement d'un an au moins et de trois ans au plus.
Le coupable pourra, en outre, � compter du jour o� il aura subi sa peine, �tre interdit, pendant trois ans au moins et neuf ans au plus, des droits mentionn�s en l'article 28 du pr�sent Gode : le tout sauf les peines plus graves, s'il y a crime de faux. � P�n., 107 et s., 182 et s.
�"
Abus de confiance. Art. 338. � Quiconque aura abus� des besoins, des faiblesses, ou des passions d'un mineur, pour lui faire souscrire � son pr�judice, des obligations, quittances
(1) Voy. Recueil de lois usuelles d'Ha�ti, par Gustave Chaumette (2' partie). Loi du 25 septembre 1890 sur les courtiers et agents de change.


� 87 �
ou d�charges, pour pr�t d'argent ou de choses mobili�res, ou d'effets de commerce, ou de tous autres effets obligatoires, sous quelque forme que cette n�gociation ait �t� faite ou d�guis�e, sera puni d'un emprisonnement de deux mois au moins et de deux ans au plus.
La disposition port�e au second paragraphe du pr�c�dent article pourra de plus �tre appliqu�e.
Art. 339. � Quiconque, abusant d'un blanc-seing qui lui aura �t� confi�, aura frauduleusement �crit au-dessus une obligation ou d�charge, ou tout autre acte pouvant compromettre la personne ou la fortune du signataire, sera puni del� r�clusion.
Dans le cas ou le blanc-seing ne lui aurait pas �t� confi�, il sera poursuivi comme faussaire et puni comme tel. � P�n., 107, 192.
Art. 349, ainsi modifi� par la loi du 27 Juillet 1878. � Quiconque aura d�tourn� ou dissip� au pr�judice des propri�taires, possesseurs ou d�tenteurs des effets, deniers, marchandises, billets, quittances ou tous autres �crits contenant ou op�rant obligation ou d�charge, qui ne lui auraient �t� remis qu'� titre de louage, de d�p�t, de mandat, ou pour un travail salari� ou non salari�, � la charge de les rendre ou repr�senter, ou d'en faire un usage ou un emploi d�termin�, sera puni des peines port�es dans l'article 338.
Si l'abus de confiance pr�vu et puni par le pr�c�dent paragraphe a.�t� commis par un officier public ou minist�riel, ou par un domestique, homme de service � gages, �l�ve, clerc, commis, ouvrier, compagnon ou apprenti, au pr�judice de son porteur ou de la personne chez qui - il �tait employ�, la peine sera celle de la r�clusion. Le tout sans pr�judice de ce qui est dit aux art. 212, 213 et 214 relativement aux sous-


� 88 �
tractions et enl�vements des deniers, effets ou pi�ces commis dans les d�p�ts publics.
Art. 341. � Quiconque apr�s avoir produit, dans une contestation judiciaire, quelque titre, pi�ce %ou m�moire, l'aura soustrait de quelque mani�re que ce soit, sera puni d'une.amende de seize gourdes � soixante-quatre gourdes.
Cette peine sera prononc�e par le tribunal saisi de la contestation.
Amenda actuelle : quatre piastres � seize piastres. {Loi du 10 Ao�t 1877, qui r�gle en monnaie forte les amendes, etc.)
� III
Maisons de jeux de hasard, loteries et maisons' de pr�ts sur gages.
Art. 342. � Ceux qui auront tenu une maison de jeux de hasard et y auront admis le public,-soit librement, soit sur la pr�sentation des int�ress�s ou affili�s, les banquiers de cette maison, tous ceux qui auront �tabli ou tenu des loteries, tous administratreurs, pr�pos�s ou agents de ces �tablissements, seront punis d'un emprisonnement de deux mois au moins et de six mois au plus, et d'une amende de cent gourdes � mille gourdes.
Amende actuelle : vingt-cinq piastres � deux cent cinquante piastres. (Loi du 10 Ao�t 1877, qui r�gle en monnaie forte les amendes, etc.) Les coupables pourront �tre de plus, � compter du jour o� ils auront subi leur peine, interdits, pendant trois ans au moins et neuf ans au plus, des droits mentionn�s en l'article 28 du pr�sent Code.
Dans tous les cas, seront coniisqu�s tous les fonds ou effets qui seront trouv�s expos�s au jeu ou mis � la loterie, les meubles, instruments, ustensiles,


� 89 �
appareils-employ�s ou destin�s au service des jeux ou des loteries, les meubles et les effets mobiliers dont les lieux seront garnis ou d�cor�s.
Art. 343. � Ceux qui auront �tabli ou tenu des maisons de pr�t sur gages ou nantissement, sans autorisation l�gale, ou qui ayant une autorisation, ne tiendront pas un registre contenant de suite, sans aucun blanc ni interligne, les sommes ou les objets mis en nantissement, seront punis d'un emprisonnement de quinze jours au moins, de trois mois au plus, et d'une amende de cent gourdes � quatre cents gourdes. *
Amende actuelle : vingt-cinq piastres � cent piastres. (Loi du 10 Ao�t 1877 qui r�gle, en monnaie forte les amendes, etc.
� IV
Entraxes apport�es � la libert� des ench�res.
Art. 344. � Ceux qui, dans les adjudications de la propri�t�, de l'usufruit, ou de la location des choses mobili�res ou immobili�res, d'une entreprise, d'une fourniture, d'une exploitation ou d'un service quelconque, auront entrav� ou troubl� la libert� des ench�res ou des soumissions, par voies de fait, violences ou menaces, soit avant, soit pendant les ench�res ou soumissions, seront punis d'un emprisonnement de quinze jours au moins et de trois mois au plus. � P�n., 546, 617, 853.
Les m�mes peines auront lieu contre ceux qui, par dons ou promesses, auront �cart� les ench�risseurs. � V
Violations des r�glements relatifs au commerce et aux arts.
Art. 345. � Quiconque aura tromp� l'acheteur sur le titre des mati�res d'or ou d'argent, sur la qualit


� 90 �
d'une pierre fausse vendue pour fine, sur la nature de toutes marchandises ; quiconque, par usage de faux poids ou de fausses mesures aura tromp� sur la quantit� des choses vendues, sera puni de l'emprisonnement pendant trois mois au moins, un an au plus, et d'une amende qui ne pourra exc�der le quart des restitutions et des dommages-int�r�ts, ni �tre au-dessous de vingt-quatre gourdes'.
Actuellement six piastres. (Loi du 10 Ao�t 1877, qui r�gle en monnaie forte les amendes, etc.)
Les objets du d�lit, ou leur valeur, s'ils appartiennent encore au vendeur, seropt confisqu�s, et de plus bris�s.
Art. 346.. � Si le vendeur et l'acheteur se sont, servis, dans leurs march�s, d'autres poids ou d'autres mesures que ceux qui ont �t� �tablis par les lois de l'Etat, l'acheteur sera priv� de toute action contre le vendeur qui l'aura tromp� par l'usage de poids ou de mesures prohib�s ; sans pr�judice de l'action publique pour la punition, tant de cette fraude que de l'emploi m�me des poids et des mesures prohib�s. .,
La peine, en cas de fraude, sera celle port�e par l'article pr�c�dent.
La peine, pour l'emploi des mesures et poids prohib�s, sera d�termin�e par la loi N� 5 sur les contraventions de police.
Art. 347. � Toute �dition d'�crits, de composition musicale, de dessin, de lithographie, de peinture, ou de tout autre production, imprim�e ou grav�e en entier ou en partie, au m�pris des lois et r�glements relatifs � la propri�t� des auteurs, est une contrefa�on, et toute contrefa�on est un d�lit (1).
(I) Voy. Recueil de Lois usuelles de la R�publique d'Ha�ti, par Gustave Chaumette (lre partie). Loi du 2 Octobre 1885 sur la propri�t� litt�raire et artistique,


� 91 �
Art. 348. � Le d�bit d'ouvrages contrefaits, l'introduction sur le territoire ha�tien d'ouvrages qui, apr�s avoir �t� imprim�s en Ha�ti, ont �t� contrefaits chez l'�tranger, sont un d�lit de la m�me esp�ce.
Art. 349. � La peine contre le contrefacteur, ou contre l'introducteur, sera une amende de cent gourdes au moins et de quatre cents gourdes au plus ; et contre le d�bitant, une amende de seize gourdes au moins et de quatre-vingts gourdes au plus.
La confiscation de l'�dition contrefaite sera prononc�e tant contre le contrefacteur que contre l'introducteur et le d�bitant.
Les planches, moules ou matrices des objets contrefaits, seront aussi confisqu�s. �
Amende actuelle : vingt-cinq piastres au moins et cent piastres, au plus ; quatre piastres au moins et vingt piastres au plus. (Loi au 10 Ao�t 1877, qui r�gle en monnaie forte, etc.)
Art. 350. � Tout directeur, ou entrepreneur de spectacle, toute association d'artistes, qui aura fait repr�senter, sur son th��tre, des ouvrages dramatiques, au m�pris des lois et r�glements relatifs � la propri�t� des auteurs, sera puni d'une amende de vingt-quatre gourdes au moins, de quatre-vingts gourdes au plus, et de la confiscation des recettes. Amende actuelle : six pistres au moins et vingt piastres
au plus. (Loi du 10 Ao�t 1877, qui r�gle en monnaie
forte, etc.)
Art.-351. � Dans les cas pr�vus par les quatre articles pr�c�dents, le produit des confiscations, ou les recettes confisqu�es, seront remis au propri�taire pour l'indemniser d'autant du pr�judice qu'il aura souffert : le surplus de son indemnit� ou l'enti�re indemnit�, "s'il n'y a eu ni vente d'objets confisqu�s ni saisie de recettes, sera r�gl� par les voies ordinaires.


� 92 �
� VI
D�lits des fournisseurs.
Art. 352. � Tous individus charg�s, comme membres de compagnies ou individuellement, de fournitures, d'entreprises ou r�gies, pour le compte des arm�es de terre et de mer, qui, sans y avoir �t� contraints par une force majeure, auront fait manquer le service dont il sont charg�s, seront punis de la peine de la r�clusion, et d'une amende qui ne pourra exc�der le quart des dommages-int�r�ts, ni �tre au-dessous de cent gourdes ; le tout sans pr�judice de peines plus fortes, en cas d'intelligence avec l'ennemi.
Chiffre actuel : vingt-cinq piastres. (Loi 'lu 10 Ao�t 1817, qui r�gle en monnaie forte, etc.)
Art. 353. � Lorsque la cessation du service proviendra du fait des agents fournisseurs, les agents seront condamn�s aux peines port�es par le pr�c�dent article.
Les fournisseurs et leurs agents seront �galement condamn�s, lorsque les uns et les autres auront particip� au crime.
Art. 354. � Si des fonctionnaires publics ou des agents, pr�pos�s ou salari�s de l'Etat, ont aid� les coupables � faire manquer le service, ils seront punis de la peine des travaux forc�s � temps ; sans pr�judice de peines plus fortes en cas d'intelligence avec l'ennemi.
Art. 355. � Quoique le service n'ait pas manqu�, si, par n�gligence, les livraisons et les travaux ont �t� retard�s, ou, s'il y a eu fraude sur la nature, la qualit� ou la quantit� des travauxou main-d'�uvre ou des choses fournies, les coupables seront punis d'un emprisonnement de six mois au moins et de trois ans au plus, et d'une amende qui ne pourra exc�der lequart des dommages-int�r�ts, ni �tre moindre de vingt-quatre gourdes, (a)


� 93 �
Dans les divers cas pr�vus par les articles composant le pr�sent paragraphe, la poursuite ne pourra �tre faite que sur la d�nonciation du Gouvernement ou de l'administration publique.
(a) Chiffre actuel : six piastres. (Loi du 10 ao�t 1877 qui r�gle en monnaie forte les amendes, etc.)
Section III Destruction, d�arudation, dommages.
Art. 356. � Quiconque aura volontairement mis le feu � des �difices, navires, bateaux, magasins, chantiers, lorsqu'ils sont habit�s ou servent � l'habitation, et g�n�ralement aux lieux habit�s ou servant � l'habitation, qu'ils appartiennent ou n'appartiennent pas � l'auteur du'crime, sera puni.de mort.
Sera puni de la m�me peine, quiconque aura volontairement mis le feu, soit � des voitures ou wagons contenant des personnes, soit � des voitures ou wagons ne contenant pas des personnes, mais faisant partie d'un convoi qui en contient.
Quiconque aura volontairement mis le feu � des �difices, navire^, bateaux, magasins, chantiers, lorsqu'ils ne sont ni habit�s, ni servant � l'habitation, ou � des for�ts, bois taillis ou r�coltes sur pied, lorsque ces objets ne lui appartiennent pas, sera puni de la peine des travaux forc�s � perp�tuit�.
Celui qui, en mettant, ou en faisant mettre le feu � l'un des objets �num�r�s dans le paragraphe pr�c�dent et � lui-m�me appartenant, aura volontairement caus� un pr�judice � autrui, sera puni des travaux forc�s � temps.
Sera puni de la m�me peine, celui qui aura mis le feu sur l'ordre du propri�taire.
Quiconque aura volontairement mis le feu, soit � des r�coltes en tas ou en meule, soit � des bois dispo-


� 94 �
ses en tas ou en st�re, soit � des voitures ou wagons charg�s ou non charg�s de marchandises, ou autres objets mobiliers et ne faisant point, partie d'un convoi contenant des personnes, si ces objets ne lui appartiennent pas, sera puni des travaux forc�s � temps.
Celui qui en mettant ou en faisant mettre le feu � l'un des objets �num�r�s dans le paragraphe pr�c�dent, et � lui-m�me appartenant, aura volontairement caus� un pr�judice quelconque � autrui sera puni de la r�clusion.
Sera puni de la m�me peine, celui qui aura mis le feu sur l'ordre du propri�taire.
Celui qui aura communiqu� l'incendie � l'un des objets �num�r�s dans les pr�c�dents paragraphesuen mettant volontairement le feu � l'un des objet�,quel-conques appartenant soit � lui, soit � autrui, et plac�s de mani�re � communiquer le dit incendie, sera puni de la m�me peine que s'il avait directement mis le feu � l'un des dits objets.
Dans tous les cas, si l'incendie a occasionn� la mort d'une ou de plusieurs personnes se trouvant dans les lieux incendi�s au moment o� il a �clat�, la peine sera la mort.
La peine sera la m�me, d'apr�s les distinctions faites dans les pr�c�dents paragraphes, contre ceux qui auront d�truit, par l'effet d'une mine, des �difices ou navires.
Art. 357. � La menace d'incendier une maison ou toute autre propri�t�, sera punie de la peine port�e contre la menace d'assassinat, et d'apr�s les distinctions �tablies par les articles 250, 251 et 252.
Art. 358. � Quiconque aura volontairement d�truit ou renvers�, par tous autres moyens que ceux mentionn�s en l'article 356, en tout ou en partie, des �di-


� 95 �
fi�es, des ponts, digues ou chauss�es, ou autres constructions qu'il savait appartenir � autrui, sera puni de la r�clusion, et d'une amende qui ne pourra exc�der le quart des restitutions et indemnit�s, ni �tre au-dessous de vingt quatre gourdes, (a)
S'il y a eu homicide ou blessures, le coupable sera, dans le premier cas, puni de mort, et dans le second, puni des travaux forc�s � perp�tuit�. � P�n., 12, 15, 18, 22.
(a)Valeur actuelle: six piastres. {Loi du 10 ao�tl877, lui r�gle en monnaie forte les amendes, etc.)
Art. 358.�Quiconque, par voies de fait, se sera oppos� � la confection des travaux autoris�s par le Gouvernement, sera puni d'un. emprisonnement de deux mois � deux ans, et d'une amende qui ne pourra exc�der le quart des dommages-int�r�ts, ni �tre au-dessous de seize gourdes.
_ ' Amende actuelle : quatre piastres. (Loi du 10 ao�t 1877, qui r�gle en monnaie forte les amendes, etc.
Les moteurs subiront le maximum de la peine.
Art. 360, Quiconque aura volontairement br�l�, ou d�truit d'une mani�re quelconque des registres, minutes ou actes originaux de ' l'autorit� publique, des titres, billets, lettres de change, effets de commerce ou de banque, contenant ou op�rant obligation, disposition, ou d�charge, sera puni ainsi qu'il suit :
Si les pi�ces d�truites sont des actes de l'autorit� publique,"ou des effets de commerce ou de banque, la peine sera la r�clusion.
S'il s'agit de toute autre pi�ce, le coupable sera puni d'un emprisonnement d'un an � trois ans.
Art. 361. � Tout.pillage, tout d�g�t de denr�es ou marchandises, effets, propri�t�s mobili�res, commis


� 96 �
en r�union ou bande et � force ouverte, sera puni des travaux forc�s � temps.
Art. 362. �� Si les denr�es pill�es ou d�truites sont des grains, grenailles ou farines, substances farineuses, pain, vin ou autre boisson, la peine que subiront les chefs, instigateurs, ou provocateurs seulement, sera le maxirnumdes travaux forc�s � temps. � P�n., 365, et s., 370.
Art. 363. �Quiconque, � l'aide d'une liqueur cor-rosive ou par tout autre moyen, aura volontairement g�t� des marchandises ou mati�res servant � la fabrication, sera puni d'un emprisonnement de deux mois � deux ans.
Si le d�lit a �t� commis par un ouvrier de la fabrique, ou par un commis de la maison de cornmerce, l'emprisonnement sera d'un an � trois ans.
Art. 364. � Quiconque aura d�vast� des r�coltes sur pied, ou des plants venus naturellement ou faits de main d'homme, sera puni d'un emprisonnement d'un an � trois ans.
Les coupables pourront de plus �tre mis, par le jugement, sous la surveillance de la haute police de l'Etat, pendant trois ans au moins et neuf ans au plus.
Art. 365. � Quiconque aura abattu un ou plusieurs arbres qu'il savait appartenir � autrui, sera puni d'un emprisonnement qui ne pourra �tre au-dessous de six jours, ni au-dessus de six mois, � raison de chaque arbre, sans que la totalit� puisse exc�der trois ans. � P�n., 364, 366 et s.
Art. 366. � Les peines seront les m�mes � raison de chaque arbre mutil�, coup� ou �corc� de mani�re � le faire p�rir.
Art. 367. � S'il y a eu destruction d'une ou de plusieurs greffes, l'emprisonnement sera de six jours