Les Debats; Organe juridique avec des chroniques scientifiques et politiques, 1951-1957,

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Les Debats; Organe juridique avec des chroniques scientifiques et politiques, 1951-1957,
Physical Description:
Mixed Material
Publisher:
Port-au-Prince, 1951-57
Publication Date:

Notes

General Note:
4-per-1951-57
General Note:
Annex Oversize KGS 327 .D43x

Record Information

Source Institution:
University of Michigan Law Library
Holding Location:
University of Michigan Law Library
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
LLMC31775
System ID:
AA00000846:00192


This item is only available as the following downloads:


Full Text

















This volume was donated to LLMC
to enrich its on-line offerings and
for purposes of long-term preservation by

University of Michigan Law Library




,UJL2 3 i956
TLAW LIBARY


7~. rQ 7'


i -_


,EBDAc berD" RONHOME'
HEBDUMABA1E JjUIIoUE S' Me Pat4 Emile GABOTOA
wAVU DES CHBONIQUEF SCIENTIFIQUES ET FPUTIQUES reer-G
droinisfratfice: Mma, SVwv"a ^ COVRO MS r I'* "" *-1 **L*L ^* ^* *L*L *L *L *L **'*N*-1.*
n .e: Sa. mprimerie Le Matins, Rue Amfrieaine R daction Administration : Angle des Rues Arsenoer;
-C .~ein des DaUetp 2 ; octn V UN COM.IT Abonnement Mensuel :G.,~- Phone: 5535 et .47 ':rmin er H .m r-oF

I..IEME ANNE ..E No 192 Port-au-prince' HAITI / LUiNDI 25 JUIN 1950 "-
2. 1956


SOMMAIRE

* EDITORIAL : Dix ans apr&s
* ARRET de la Cour de Cassation 4 :Juln 1956. Luc
tre son spouse Yvonne Jean :
QUESTIONS D'AICTUALITES:
-) La- r6fornme de notre l1gisdation
2) Le 4 Juillet 1956
3) La Compagnie Renault Bar raflt
4) Justice et magnanimit -
5) Avis de l'Administration 4,'Z.:.
TLII V 7MIM


Hector cor.
i*I,


iCOU1 DE CASSATION Un des principaux actems
U Bessaie d'expliquer dix ams
apres la Revdlution de
2e SECTION, 14 JUIN 1956 Jaemed pour ktre remise A la 7 Janvier 1946
S-fernme, ontre r&c4piss, que 1'Y
Pourvol dui sieur Luc Hector pux s'acquitta de cette obliga .----
contre arret de la Cour d'Appel tion di vingt-huit Mai au vingti i-eetear d.i Journal 'L. D-
de Port-au-P rnce en date du 11 huit Octobre mil neuf cent CinbI t, J
Novembre 1955. Avocat, Luc qiintetrois et le divorce fut ats -
Hector hli meme et Me Andre pronoAc6 le treize Aoft mil En Ville
Fr&edric i neuf cent cinquante quatre. '
DMfenderesse sur le pouvoi, Attendu que pour avoir pale- Dans e o


DIvE la ianme Yvonne Jean, cl devant ment Ike la sommne de trois cent juir de votre Ineressann jour-
.._-..- ,"6pouse Luc Hector; avocat. Me quinze dollars, representant les' naL j'ai lu Je passage sulyant,
D A 'IES AD' Tn Paul Emile Gaboton neuf mois de pension -alimental tirt des .Notes Historiques. Ar-
DIUXA ilJi AIWrl&E R6quisitoare conforme du Corn re non payes'du vingt huit No rom6e d"Haiti 1915-1950, (page
'_____ .... mis airle Georges.i Honorat.- vembre mil neuf Icent cinquan 51) : Le 3 Janvier 1946, une 1.-
.. .. a.n re i t OBJETS -Titre pour saisie ar- te trois au vingt huit Juillet vision (dl Gouvenement, dcid-
*Nous avons requ de noTre jeu Qui eit pens4 que Baker au- r&t constitu6 par une Conven- mil neuf cent cinquante qua- sion de pet d'importrance A pre
ne'confre et ami Thodore rit oublid s tot le communi- tion entire epoux en instance tre, Ina dame Yvonne Jean, ci-de mitre vue la fermeture du
Baker une lettre qui a pour 4ue d.-B:P. publj6 ,par tous de -div i:) reco',rs centre ar- vant Luc Hector, fit pratiquer journal des Etudiants .LA RT
nous la valeur d'un document les journaux parus le soir du 7 r^t des course d'appel rendus es-mains de &a Banque Nationale CHE. A tendance franchement
en raison,des consequences po- Janvier 1946 et le main du 8 sur appel d'une oidlonnance de de la R6publique d'Haiti, par communist sera le point de
litiques et scientifiques qu'en- Janvier 1946. Ce communique, r6fdrd. exploit en date du trente Aout d6part cides garnds 6vdnements
trainent les declarations formu. 1 ii est difficile malntenant de le PRINCIPES I. L'acte par lequel mil neuf cent cinquante qua- dans le pays. Ee donnera
Ies et les points de vue &misi contested, ,est un acte capital les 6p x en instance de divor tre, de 'Thuissier Michel Beau. lieu le 6 Janvier 1946 A une ma
Nous la publions avec plaisir ,dans les 6vbnements'du 7 Jan- de :rgle le pavement de la' pen brun, du Tribunal Civil de Port nifestation desElbves des Eco
dans oette edition et nous invi-1 vier 1946; il a eu une tell in- sion alimentaire due par le ma 'au-Prince, une saisie arrnt sur les et des' tudiants en protest
'tons nos lecteurs A m6diter a- fluence dans le dcroulement i est un titre valuable pour pra la portion saisissable des ap- tion centre la d&ision tdiu Gou
vdb nous les jugements portes I des dvfnements que lo ales No- tiquer une saisie arr t sur le pointements du sieur Luc' Hec vernement. Malheureusement,
par un home quipeut l giti- tes Historiques. de 1'Armee mar. tor, a l'4poque Juge au Tribu un communique du Bureau d'In
moment reveridiquer son role d'Haiti n'ont pas manqud de le II. Les arrets des Cours d'ap nal Civil de Jacmel, et ce, en vz- formation A la ,Presse B.I.P. ve
d'acteur dans les 6venements rapporter en l'annongant de la pel rendus sur un recours con tu de la convention du vingt nait encourage peut-ftre leur
de 1946. Theodore Baker, com-. maniere suivante: .Malheureuse tre les ordonnances de refere ne cinq Mai ril neuf cent cinquan audace en annoncan+ ce m4me
me on le voit, critique une rela ,ment, un Communique du Bu- ipeuvent tre attaques en Cassa te trois; jour .La Police, d'o-rdre du
tion-contenue dans une brochu reau d'Information'h la Presse tion query pour inconr~ten'ce Attendu qu'inform4 de la Gouvernemert, a accord la
re .Notes Historiques, 'Arm6e (B.I.P.) venait encourager peu- ou exces de pouvoirr jamais saisie-arret sus-parlee, le sieur protection n6cessaire aux jio
d'Haiti 1915-1950, relation se etre leur audiace etc. etc- pour violation et fausse inter- Luc Hector introduisit devant nes anifestant centre cette dl
rapportant aux 6v&nements de (I1 s'agit des *eleves et 6tu- pretation de la lol le Juge des referds de Jaomel, cision.*
Janvier 1946. Les Considfra- diants) une action tenant A ce que la Suite page 41
tions de 4Notes Historiquess ci 20. Iouvrage cit4 par Mr Baker! LA COUR jurisdiction des ref&r6s dise que
tees dans notre editorial du ler .Les origins et les lemons, d'une Et, aprbs en avoir d6lib&r6 ia saiste-arrdt adki trente Aofltt
Juin 1956 sont rapport6es en R1volution 'profonde et pacifl- en la Chambre du Conseil au mil neuf cent cinquante a td AC V important de
partie dans la' lettre die notre que de notre -fondateur Me ivoeu de a lo. pratiqu6e sans titre et en con, 1'Adminislralion
Ami Baker. qul a jug4 eitiere- Colbert Bonhomme Pa repro- ,Attenl U que des documents sequence en ordonne'la main,-
ment important d'accompagner dult in extenso; le voici que de la cause, il resort que, A la lev6e en autorisant la Banque
ses rectifications d'un r4cit des nous avons tire de In page 31 du dAte du vingt F Mai mil Nationale de la Republique L'Administration rappelle une
evinements qui a un caractre dit ouvrage :. : -. neuf cent cinquante trois, un d'Haiti, en son siege social i -' fols aux abonnis et
pour le moins indit. Que nos 1*Ce matin tles Jeunes gens ont accord intervenait devant le Do Port-au-Prince et sa succursale agent en retard qu'il Ieur est
lecteurs en fasse leur profit. crt bon de sortir dans les rues yen du tribunal Civil de Jac- de Ja4mea I vider ses mains en accord& la fin du mois de Juin
Mr. Baker est un acteur et lapour manifester centre la fer- mel entire les 6poux Luc Hec cells du sieur Luc Hector, a- pour se mettre en regle.
chaleur de 1'action peut nous meture du Journal .rvolution- tor, alors en instance ?de divor- vec execution provisoire sans'
enlever A nous tous blen des naire .La Ruche, paru sans 'ce, par lequel l'epouse s'engaA cautib i et surI minute. de For. II Selon ue tradition de no-
aspects des evenements; c'est autorisation definitive 16gale. igealt lever une opposition donnance idle r6f6r4; tre journal, & partir du mois d~e
pourquoi, les homes dFaction, La Police, d'ordre du Gouver. 'pratiqu6e es-mains ,de la Ban Attendu que par ordonnce juillet et jusqu' lJa fin de Sep-
les homes d'Etat pour -viter, nement, a accorded la protection que Nationale de la R4publique en, date du vingt trois septlen tembre, le journal ne paraitra
de graves et d'irreparables er- necessaire aux jeunes gens ma d'Haiti, sur les appointments bre mil neuf cent kinquante crue dhaque quinze jours pour
reurs de jugement et de con- nifestant coitre cette decision. de son 6poux et les loyers d'un quatre, le Juge des r6f6rds de permettre au ,personnel de jouir
duite ont besoin de conseillers La repltition de ces faits pou immeuble de la communaut6, etI Jacmel, acoueillant la dman' d'un speu de repos pendant les
libres et d6sint6ress6s pour leur vant entrainer des cons6quen- I'6poux s'obligealt a verser en Ole du sieur Luc Hector, d6clara vacances des Tribunaux.
montrer 'aspect vrai des rali- ces facheuses pour l'ordre pu- contre-partie I spousee tne pen quea saisie arrat en question Port au Prince, le 25 Juiin 1956
tis, les olairer et les guider blic, le Gouvernement a d4cid4 sion alimentaire de trente cinq a 64t pratiqu&e sans titre et en
dians les graves decisions que de les interdire. Les press et dlbllars par mois; que ette som a ordonne main lev4e en autori L'Adinisitratrice
con nandent les circonstance me serait d6posee chaque mois ,II
inattendues. (Suite page 4) au Greffe du Tribunal civil de Suite page 2) Solanges Bonhomme


. I






LEIS" DEBA.,S*


sant 1 aBanque Nationale A vii ft E A A r nouveau n'ayant jamais et6
;der zes mains en cells du sieur C U DE CvASSATION I present deviant Ia Cour d'App
Jju Hector; I Suite de la 1ere page et proBilt out r a premAire
Attend que cette ordonnan- fois en Cassation; que oe nl.
ce Iut, par madame Yvonne 2) Attendu que pour reconnai ments comportant condana-1 de la pension alimentaire due A yei sera en consequence 6car.
Jean, Id*ferd a la censure de la tre que 1'acte du vingt cinq Mai tion qui constituent des titrer; sa preahiere spouse, du pavement t0;
Cour. d'Appel de Port-au-Prince mil neuf cent cinquante troi que les engagements volontaire e cette pension; que s'&tant en Sur le cinquinme moyen pri
qui rendit le onze Novemnbre constitute un titre susceptible ment pris par les parties sont gag6 formellement pendant 'ex'es de pouvoir par violation
unil neuuf oent cinquante.cinq, de Justifier une saisie-arr*t, la des tires susceptible de julti 1'instance en divorce, come de lParticle quatre cent quatre
ILtrrt dorit le dispositif est ain Cour dfAppel de Port-au-Prioe fiber une saisie arr-t; qu'll l'en en l'esp6ce, a verser cette pen vingt du code de procedure ci.
si libelI6: Par' ces causes et a 6mis le motif suivant : suit que la Cour d'Appel en de sion jusqu'au pronorc6 du di vile, modifi6 par la loi dui dix.
notifs, la Cour regoit l'appel 'idant qua le'crit du vingt cinq vorce, le sieur Luc Hector la, sept. juilUet mil neut cent cla.
en la foome infirme l'ordonnan .Att6ndu que la salsie de la Mai mit neuf cent cinquante doit, mme si dans la "tie quante quatre, en ce que, bien
oe attaqu6e- et jugeant nou- Dame Yvonne Jean a pour ob- trois est un titre valable pour il s'est ramiarid; qu'i .en resort que exploit de saisie-arret .1u
veau et par les motifs de 1'infir jet des prestations non payea motiver une saisieiarrat n'a pas que la Cour d'appel en d6cidant trente Aoft mil neuf-cent cin.
nation, dit que I'acte idu vingt 'pendant 1'instance en divorce; excddM ses ipouvoirrs; d'oL rejet comme elle 1'a fait, n'a coma Is quente quatre ne comportait'paa
cinq Mai mil neuf cent cinquan que la defense pr4sentte par le de ces deux moyens qui sgnt aucun exces de pouvoiir; por la cope int64rale du titre en
,te trois est un titre. valable mar qu'il a discontinue le pale sans fondament; quoi le troisieme moyen sans vertu duquel la saisie a t6 pra
pour pernmettre i la femine de 'ment de la pension alitnentaire, fondement, sera rejet; tique, certifile conforne par
pratiquer une, saisie-arret sur .eipuis que 'Etat a cesse d'Wtre Sur le troi ieme moyen ex- Sur le quattribme moyen pris l'huissier instrumentant sui.
'son ma-ri;dit que le.igrief fon locataire d'une maisoh de ]a cipAnt fdexces de pouvoir, en d'extces de pouvoir, en ce que vant le voeudv e laloisus-visde,
d6 sur 'absence'de la signature cominunaut6, ne saurait avoir la ce que la Cour d'Appel a admi la Dame Yvonne Jean tant la la Cour Appel a consacr4 la
de 1'huissier au bas de la cope vertu de la dloharge de son obli que le iourvoyant est tenju de dbitrice du pourvoyant la Cour r6gularit4 de cette saisle;
n'est pas fondl en Iconsequence, Igation envers la femime, que 'ar ala pension ; alimentaire prv-ue d'Appel n'aurait pas du d6loarer .Atterdu qu'en admettant que
Srejette la demand en main- ret du vingt cinq Mar mfil neulf par l'accorn' du vingt cinq Mai valuable la saisie-rret pratiquee la Cour d'Appel se soit troimp
levee et compense les d6pens'es, cent 'kinquante trois compor- mil neuf cent cinquante trois, par cette dame sur les appointed day's l'intenpr4tation v. 1'appli
Attend que c'est centre cet tant des obligations r6ciproques alerts que celui qui se trouve ments dui sieur Luc Hector; cation de la'lot du dix sept juil
arr~t' quest dirlg6 le prbser, des 6poux constitue un titre dians les liens d'un second ima- Attendu que le pourvoyant ne let miu neuficent cinquante qua
pourvoi appuy6 de cinq moyens: suffisant pour La saisieaarrit; riage, come c'est le cas du fait qu'all6guer qu'il est craan tre du Code iLe procedure civil,
Atteniu, que ce motif est 16- sieur Hetctor, n'est pas dans 1'o- cier de la dame Yvonne Jean; cela ne constituerait qu'une
Sur les (premier et dguxikne gal; obligation de foutrir iune pen- que sa quality de crancier de fase interpretation ou uine vi
Tmoyens (du pourvol pris d'ex- s ion sa premiere 6pouse* f a defenderesse an pourvoi ne re nation dt dit article, et non mm
Sces de pouvoinr eh ce que pre Attendu d'autre part qu'il est Attendu qu'aucun texte de 11i suite d'aulcun des documents excs due pouvoir*;
minrement la Cour d'Appel a g6ndralenient admits que ce ne n'affranchit 1'6poux qui s'est re de la cause; que d'autre part, ce .
Sapprkci6 I isol6ment I'dete du sont pas seulement les juge- .mari6 avant de s'6tre acquitt6 moyen est irrecevable parce que Or, atteqdu que suivant 'arti
vingt cinq Mai mil neuf cent -Or,,--' .. *
S. cle neuf cent dix-huit tu. code
Scnuantbe tro eour le decarerLa s public de nations offerfent par te service d'Inormati de prdoeddure civile,nodifi6 par
valuable co--me titre, au lieu dei 1' L .. _I---a -i vi nonf ot.vh,- mi


fe consid6rer en function de
deux Id6cisions jiudiciaires qui
ont status sur la demand de
pension et annul6 Le dit acte
deuxiamement, bien que 1'ac-
cord .du yingt cinq Mzi mil
neu cent cinquante trois ne
soit *pas ui contract synallagma
tique sous seing priv4 et que
les 6poux soient frappes dfune
mnpossibilit6 de contratbter par
engagement r4ciproque, sadu
(par acte authentique et que seul
un jugement puisse autoriser la
ifem me qui ,rclamne des aliments
pendant une instance en divor
ce pratiquer une salsie-arrdt
sur ties appointments de son
mari, lna Cour d",Appel de Portl
au-Prince a consaor6 la validity
ode rl'6rit fa vingt Icinq Mai amil
natf cent cinquante trois com-
.me titre.

1) Attendu que les parties s 6
tant entenduee par in accord
'pour fixer Ie montant de la pen
sion alimentaire b payer @& I11
poux par le mari, il important
peu que dans la suite l'6poux ait
sollicitM de la justice une aug


f O f 0ChaRgOS CMIREGIS de lAmbassad
Nous avons regu ou service a)'Moscou : 1..a fin d'une ido-


lrmation et f1'6changes cu:,
turelles de l'Ambassade desa
Etats-Unis in pli contenant I
les 3 darniers nurmnros de 1'im-
portante Revue : cInformations
et documents., les numrios du
15 mars du ler avril et du 15
avril 1956 qui contiennent des
documentaires tres instructifs
parmi lesquels nous signalons
a) Dans le numdro du 15 mat's
lo Dix ans d'aide amdricaine
A YEurope.
Pa'r Robert Marzolin.
20) La Presse rprofessionnell |
aux EtatsUnis
fb) Dans le num6ro du lert
Avril .
lo) Les lois anti trustees aux
Etats-Unis
Par A Donnelly
2o0 Le syst&me judiciaire amd
ricain
30o) Immigration
c) Dans le numero du 15 avril
1) Am6nagement des voices flu
viales ; ,
II. L'importante Revue : Pro-
2) Un plan pour le jou ,'


Smentation du chiffre die teette Wb'bmes du communism qui of
pension; que puisqu'aucune dde re a ses lecteurs des articles
cision judiciaire n'est venue tres fouill6s
* modifier le montant de la pen-
sion convenue entire les parties
la convention idu vingt cinq File Th6atrale du Collgqe
Mai mil neuf cent cinquante JOSE MARTI
trois demeurant en vigueur; que Le College .Jose Marti, orga
dbs lors la fame Yvonne Jean, nise le 3 juillet 1956 6h.30 A
ppuvait -bien (s'en autoftser l'Institut Frangais d'Haiti une
pour pratiquer une saisie-arret. .-te th6atrale et Artistique en
sur les appointments du sieur vue de constituer un laboratoire.
Hettor pour avoir pavement
des neuf mois de pension rests Nous pr6sentons nos compli,-
tmpay ,-i du 'vingt huit novem ments et nos voeux de succbs
brq, au vingt huit Juillet mil directeur et aux membres du
neuf cent cinquante quatre; personnel. ,


, latrie sur la deoadIenc
mythe de. Staline
bY La Presse et la censure en
U.R..S '
Par Leo Gruliov.
c) L'6tude docwjmentaire de
la censure sovi4tique
.Par .Merle Famsod
,d) Les variation dans la li-
ggne du Parti et l'Orientation
sovi6tique
Par W Z Laqueur
e) Les syndicats dans la Chi-
ne de Mao
Par H. Arthur Steiner
,et d'autres 6tudes d'un 6galk
int6rt
III. Deux autres publications
a) Facts about the United
States
b) Les discours de ,M Douglas
Dillon .Anbassadeur des Etats
Unis en France sur les rela-


e Amenrican9 -- ,;t
Inetuf cent cinquante et un, les
4) Le dernier ouvrage du Dr dnand n Cassation des or
Franqois Dalencour .donnances de refere et des art
5)' Le dd6corations haitiennes reits rendus sur appel des dites
bi travers l'Histoire
) trois ouvrags de ean olidionnances, en matiire civil
6) Trois or s d ou commercial et des julge
Fouchard ments rendus en dernier res

Nous recommandons &a lecture sort par les tribunaux de paiX
-___ ------ ne pourront avoir lieu que pour
cause d'incoamptenbe ou d'ez
Sdene n r s de pouvoir; q'll en r4suute
d Optiaque
que ce moyen est irreceviable,
us avons parcouru avec sa ou en tout cas mal fond; qu'il
tisfaction le numdro 27 die mai sera (dionc rejet6, ainsi que 10
1956 de 1'imiportante Revue 'Op- pourvoi lui-m&me;
tique que dirigent avec corn PAR ces motifs, la Cotrr, sur
p6tence nos amis Lucien Mon- les conclusions confornes du
tas et Jacques Large. M.P, rejette le PourvoL...
Le sommaire des plus copieux Sign4 Rodolphe Barau, vicepri
et des. plus intkressant public sident, Lelio Vilgrain, J.B. Cl-
des belles pages de Georges Cas n as, F6lix Carrid et Eugene


tera Fils, Philippe Thoby Mar
Celin, Emmanuel C. Paul, Adhil
le Aristide. Lallier Phareau Lu
ien Balmir; Gerard Due. Milo


tions des : Etats-Unis et de l'A' Marcelin, et Colbe-'t Bonhomnme
frique du Nord. Nos compliments a Optique.
'Nous remercions du gracieux

Me Louis Raymond,
II Conseiller du .
Gouverinement .
Nous avons requ le numero Par arrkt6 de Son Excellence
d'avril de l'irmportante Revue e Pr6siident de la' R6publique
de la Socikt6 Haitienne d'Histoi notre confrbre et ami Loui Ray
re, de G6ographie et de Geolo 'mond a .td nomnm6 conseiller


gie. I tdu ,gouvernement.
Le sommaire des plus instruc- Me Louis Raymond, par sa
tifs comporte les rubriques sui vaste experience politique et
vantes : par sa. solide formation juridi
1) Un planteur sur sa plan iqui est appelde A apporter une
station collaboration precieuse au gou
Par Gabriel Debien. vernement.
2)'Les ouvriers de Couleur Tout en saiuant le depart de
de St Domingue notre ami le Dr Ren6 Salomon
Par H6nock Trouillot nous presentons nos compli-
3 Homnuage au Dr Jean Price ments a notre confrere Louis
Mara Raymond. ,


Kenby : 14 Juin 1956 A Douyon
Substitut L. Bordas commis-gref
fier.
OBSERVATIONS :
Cat arret dans sa r6daction i
la fois ferme et liquid main
tient u'-aarat 'e la Cour d'Af
pel qui a d6clar6 valuable une
saisie arret pratiqude par la
femme sur son maria en verti
d'une convention entire 6poul
r4glant le paiement de' la per
sion alimentaire. Rien ne s'o?
pose en- effect A ce que les 6
poux en instance de divord
arretent eux memes aimablt
ment le mod e de rglement
leurs obligations .6ciproques.
La signification du titre a e
aus-si critique, mais la Co%
Cassation a rappelde heureuse
ment que l'arret de la Cour d'af
pel statuant sur le recours coP
tre une ordonnance des r&f&r6
ne pourrait @tre valablemeti
critique que pour incomp6teo
ce ou exces de pouvoir.


RAGG 2


LUNDI 25 JUIN 195G


1(







LUNDI 25 JUIN 195C


PAGE 3


w -- -- -


La reiorme de notre L6gislaties FAITS DIVERS

Justice o I arrive le lundi 18 Juin a reci
On ne rparle plus de la r6for en vigueur du droit judicia Devant l'motion qu'il a sus- m .n i de la part de la Sciet6 Porta
me de notre d6gisiation. L'oeu- se .trouve pose depuis l'entrde cite dams les milieux judiciai- qu' present nous igno- Princienne et de la Presse un
vre entreprendre r6clame tant 'moderne. Des le Second Empi- rea, ce project ne semble pas rons ties formalities qui ont 6t accueil digne de la distinction
de id$vouement et de desint6res ra, au course duquel se r&unit avoir trouv6 pour l'instant au replies pour le jugement des et du talent des grades vedlet
seinent que nous pr6f6rona en la premiere commission de r&- dience i la ohancellerie. Cela pr6enus inculp6s dans les 6v6 tes qui la conposent.
core attendre les circonstances forme, jusqu'i nos jours, les 'rT- est bien. Mais il s'ensuit que le nements du 17 mal 1956. A la conference de press or-
favorables.- gimes successifs ont reconnu probleme de la r6forne de la : Nl n'a le droit de se d6sint6 ganis6e pour sa premiere prise
Nous public que la pr cdlure devait, pour procedure est encore i l'ordre resser du sort de citoyena pri- de contact avec :le public, le di
Nous pubhions aujound'l1ui n..
cet article tired da num6~o du repondre aux besoins nou-On jour. En sera-t-il indfini- vs de leur liberty; aussi nous recteur de l Compagnie le
5 Mai 1956 u urnal Franais veaux de a justice, tresens- ment ains? nous attendons i voir mettre grand acteur Barrault a dda-
Le Monde*. Ces t1onaM&rationsq blemen elarifibe et simpeliFie. en liberty mmdiatement ceux rd qu'll considre son arrlv6e
SLe Monde*. Ces loonsiddrations ," Le barreau de Paris ne le ipen
Ils ont rivalse en dep6ts de L e P e des detenu,: centre qui des faits en Haiti comme la R4compea-
de Me Thorip nous montre qu'll se pas et vient a cet 6gard de
de Me T nus ntre u projects et en creations de con-e ps et iet et d de precis n'auront pas 6t, rele- se de sa towunde et que c'est
ne suffit pas de rvflormer maissions. Mais se born ler prendre nettement position.
de bien rformermiss ions. Mais IAsenonseil de aordre, a terleur vs, car, c'est le jour m&me de grace aux Ambassadeurs d'Hal
effort. Si de nombreuses modif. la grve des coliers qu'ils ont moment ol nous Sc4
nationss furent' apport~e aprs mes d'une ddlib~ration en date l
nations furent apporties aprs et appr6hend4s. Une question cet entrefilet, les acteurs ont
aPi ^ of o1806 au de d e proc6dure, ee d rildu de justice et non de magnani- d6ja interpr tk avec brio, et la
e te l fut sur des points secondary e mit6 exige que la jurisdiction grande satisfaction du public
OllereasSI -droit ne permettent pas que
Par Rene William. Thorp .Un project pourtant aboutit a die comptente examine dans les Le -Misantrope de Molibre, La
3soit confine, an juge la direc-
batonnier de l'ordre des avocats utle r6forme ilus iprofonde, ice- tibn u Vpro s, cel-c devant 21 heures ,le cas des prdverius' Reptition ou l'amour puni de
_lui de 1935. Mais ce fut pour fa idont la detention doit tre main Jean Anouilh et connaissance
a n rester entire les mains des par
Ce n'et pas d'aujou0td'hni re, oeuvre i rebours de ce qui e e n tenue, et celui de ceux qui n'au de Paul Claudel. La conference
aue Ia justice a pour .la iforme, devait 'tre entrepris. La refor ties llesm es. t, sognan raient t6 arts ue d'aprrs de Lucien Barault : .Les oroc


come disait Briidfoison, un.cul me de 1935, accomplie sous l'er
te excessif et qu'elle y trouve I pire des decrets-lois et de auto
l'une des causes de sa cliert6et ritarisme 'administratif, enten-
de sa lenteur. dait avant tout placer sous la
direction du juge la procedure
Mais ce qui pourrait surveni direction d a ro
que lAncien R6gime lui4n-mme
prohainernent, pour.avait laissee & la diligentce des
opinion prete. son concourse,
o re o parties.-Sa caracteristique tient
c'est la fin tant attendue de ce parties.-Sa caratistique tent
formalisme. Elle depend de 1'a-da institution diu .juge de
e d la procedure'. Or le dirigisme
boutissement de la reform 3u Ol ,.
boiment diudiciaire tel qu'il se pratique
diciaire ou plus exactement de
Sdans certain pays strangers est
la rfornrme de la procedure que ,
la IVe lpublique dTs son av&- exclure d'un droit judiciair'
Squi, comme le nftre, relive d'u
nament a misee a son program- .. .,,,
P a.1 J S-to.s;r otin li Tbrale.


me.
Si cette nrfonme est assess rail
cale et tranche par ses audaces
sur les timides am6nagements
anterieurs, la justice se rappro
chera dul justiciable, le plaideur
parviendra plus aisgment &
P'audience.
Comment cda?
II faut se rappeler que, si 1'ad
ministration judiciaire sortit pro
foriddlment remanide de la p6rio
de r6volutonnaire, sur un point
de la codification napoleonien-


ne se montra indulgente envers
les vieilles ordonnances roya-
les : celui de la prod~dure civil.
Celled demeurait & tenle que l'Ancien Regime l'a-
vait ifaire, dans l'archaisme de
son style et le d'dale dle ses
regles. Le plaideur n'atteignait
la barre qu'au prix d'une sarle
d'exploits, d'actes. et die signifit
cations successifs. Le m&ne plal
deur n'6tait fixed sur son sort
quiau travers de ces vinerables
.grosses, si volumineuses qi'el'
les ne pouvaient tre ,levees'
qu'au bout de longues semai-
nes. Et encore ne livraient-elle
leurs secrets qu'apres 1'intermt
nable 6coulement des qualit6s
at les scrupuleux ,devait-il par
quoi le juge s'interroge soi-m&.-
me sur son devoir (1). .
Cette procedure continue.
Admissible en un temps oi
la justice aurait cru perdre de
sa majesty en se montrant trop
nativee et trop simple, elle perd
toute signification A l'Age de
la vitesse et de l'effi/cacit6.
Aussi bien le problem de la
rcf(rme de la procdure civil


neA'nrAsplratHoa uukcu.
Le p-obleme de la rdforme ju


quel ,*'m etre-le caractbre ade la .
e, e c e e e de fausses apparences. Pour no u cupation+4 iu. theatre Moderne.
fome, le consei de tre part, nous ne saurions par-1 a t6 une revelation du point
firme que 1'intert de la just
SdI ler de magnanimit6; cela sup- de vue technique, conception
ce command une r6forme pro
fr a .... .,,, I pose que les officers de Police diu theatre. Comnme if 1'a dit, 11
onde d i a trwoodure par I eta


blissement d'une procedure sim
plifiee en vue de son unifiaction
et de l'abr6viation de la duree
des proces..

La position du barreau de Pa-
ris semble etre cell de la plu-
part des barreaux de province..
II est A penser que son appel
ne restera pas sans resonnance
au isein des coinpagnies judicial
res voisines. Pour sa part le


diciaire n'6tait don't pas rdsolu barreau Ide Paris est r6solu A


judiciaire auralent un role se- nous a ouvert son Ame obsdde'
condiaire et qu'une simple ques par le souci de ddgager ce que
tion *de sentimentality peut ar le theatre content de grand et-
rkter l'instruction et provoquer d'humain.
une mise en liberty. Nou4 felicitons les ambassa-'
Dans un regimee d&mocrati- deurs de l'art franCais pour
que le citoyen qui a viol& la leurs succes ohez -nous et nowus
lot p&nale s'est privde lui mAmem pr6sentons nos congratulations'
de sa liberty; le Citoyen qui n'a au Service d'Information et de
onmmis auoun d6lit, qui n'e,' Presse d-e l'Ambassade4 et '"
pas couipable a droit i sa liberty lInstitut frangais d'Haitt qui
et la Justice. se sont d6pensds sans measure
C'est pourquoi, nous serons pour preparer et organiser le'
le. denniers A parler de magna ,sectaclesa de la C'rmagnie. Ma'


au lendemain de la liberation. promotvoir dans les mois qu .
11:fut reprise, mai le project qui viennent le movement dopi-eleine Rnault et Iuclen Bar
sortit en 1954 des trdvaux de la nion qui fera passer la r6forme u.'i1 est ,ugnt que la Justice rault.
commission institute A cet ef- de la procedure du domaine des. venuse rononui ne sur le sort de r ET 1956
fet se troupe maliheureusemenr intentions I celui dies actes et e uridiction-de
grientO dans le meme sens que ouvrira enfin A la justice les dent ue uridictiod Cette date qui marque le 180e'
le d0pret de 1935. Son but prin- voies d'accas rapides et aborda jugoment pace que faccsa- anniversaire de 1'Ind6pendance'
pal est d'6tablir d6finitivement bles qu'exige son r&le dans .la tion sera incapable soutenir des Etats-Unis du Nord merite
la procedure dirigee par le juge. soci,6t moderne. ation e acn e d'tre fta6e par le Mondre Libre.-
Un titre special, le titre troisi- La li-bert est la rbgle et lem D Les Etats-Unis, champion de la'
me, est pr6vu sous la d4nomina Inormations UNESCO prisonnement l'evception. Une D6mocratie, propage d travers
tion .ce l'instance et du juge i. le monde les principles de ce tte
charge de suivre la. procddiure.. Nous avons re.u les quatre question de Justie cexige que doctrine protectrice des droits
Celui-ci aurait,.ddsornmais les derniers numdros d# Informa- en fait nie sent coupables u de Phom.me et des libertas pui
pouvoins les plus 6tendus. II au tions Unesco, cet interessant en it e t bliques. Le preambule de la'
rait notamment poor mission de bulletin destiny A la press et .u-un lit. Mme sil n ait Constitution des Etats-UniLs cor.'
,urveiller -a regularit a de la i la radio. Ces editions comme, quun seu, ce erait regretta- tient des declarations de prince
procedure et adiressera A cet ef les autres contlennent des arti ne pi s ventive par sui- pes qui dans une large menureA
fet toute suggestion utile aux cles tudes et .informations sur uneponpr entire par s en dpit des contingencies et de
parties et & leurs eprles activists de Unesco dans des lenteursde'en discrimination st inscrite
II pourra impartir aux d6fen- le monde, parmi lesquels nous leinst dans le faits. Nous nous ferons
deurs tous d6lais pour conchl citons. ., t Anniversaire du Circuit laisir (dassqster a la rbcelp.
re I pourra de mme enjoin Pas de manuels.. de vrais lives rion tion laquee Ambassade
dre.aux parties de produire des Pa. r. l Ides Etats-Unis nous a fait 1 hon
documents. En cas de non pro- .ar Nicholas Gllet Notre sympathique confrer neur de nous inviter le mercredt
-tion A 1Iezpiration du d61 Causere de la semaine : Le rcuit Artibonite a ft6e c- de midi 6 2 heures. Et nous for
le juge dressera le cas ech6ant Fleuve jours derniens l'anniversaire le mons des voeux de succbs
un proces-verbal de carence et Une.heu. monde d. e enfan sa foundation pour le grand pays de Lincolnt
pourra en outre infliger une c La manibre d'un journal sur et de Roosevelt. --
aende civiler i Par. Elisabeth Partridge. tout en province ne s'explique
aende civle. La chronique scientifique I que par le souci de servir un NECROLOGIE'
Par contre la pratique pari- Je voudrais savoi. .d6al et d'clairer a Commu-
sienne du constat d'audience, Par G6rard Wendt naut6. Nous pr6sentons nos Le samdi, 23 Juin et d6
qui aboutit en fait A une regret Les Machines. vivantes compliments h notre confrereI en sa residence le Dr Charlea
table ddmission du juge de l.au Par Georges Boulanger nous lui disons cad multos iCntve futn grand trava
dience., est officialis6e. Le theatre de la sincdrit6 annos, eur et un pore de famille moo
Quant A la r6forme tendant A Par Daniel Heavonson dle
substituer a notre procedure Pour 'la circulation. mondiale La Compagnie Madeleine. Nous presentons nos condol4$
,moyenageuse une procedure des livres Renaud el Jean Louis ances sa famile particouiS
claire. simple, et sans embfches, Nous remercion du gracieux Barrault. ment A nos amis le3 poux Sa-
se traduit par des remanie- envoi. La Compagnie Madeleine Re- muel D6vieiux, Philippe Canta-
ments de details. : ,' elles-mnmes.. Et, soulignanit I naud et Jean Louis Barrault, ve.et Lucien Cantave.


*LESDEBATS'


I


:




.


i




1




i


MMM.EMAM M-




LUJNDI 25 JUIN 1956 '.
-?- ^


a dernre so6e de a des principaux acteurs essaie
TCompagnie Madoleined r
,,, it ." '


(Suite de[a I ereDage) enauf el Lucien'arraut de -1i-er I
mnbres de famille sont invites moyens pour d6fendre ses droits
a recommandrleurs. enfants et es liberts. Car, laNation soir de a Co Rll n d
-de ne plus participer k pareilles qui est .ob ig d~ e penser AI La deinire
manifestations; Les mesuresqu i de range est ben prs depagnie Madeleine Renaud et (Suite d
ad6quates seront prises. n',tre plus une Nation; car c'est Lucien Barrault a 6td un triom Le seul. point de ce passage
B.I.P 7 Janvier 1946. sa dignity, sa virility et, son a phe. L'interpr1tation des *faus conform h la verite est celu
me qu'elle sacrifice clans ces dd ses confidences, de Marivaux a oui nentionne le 3 Janvier 194
Baker qui affirmed qu'il n'y a I.marche$ humiliantes et d6ses- perimis a nos artistes et cri- comme .point de depart des
janmis eu de communique du nest cormpos6e desecteursdont vains d'apprecier la finesse et grads evenements dans l
.B.I.P accordant la protection peres, car elle avoue qu'elle la maitrise de ces grands ac- pays,. En .effet I cette date, ji
.aux grevistes'le 7 Janvier 1946 .l'ensemble ne forme pas une teurs qui s'adapte merveiilleuse recevais une lettre de M. Gon
advancee cependant que les grevis .nation mais des' groups et dles iment aux situations les plus di trap .Rouzier, alors Sous-Seer
allerent. oheroher protection A clans defendant -goistement verses et les plus enohev traes. taire dEtat A l'Infonnation e
SI'Asn*assade, des IBtats&Unis Jegr mesquins int&rets. -'Impromptu. de la fin a etd la Police .GCn6ale, m'infor
d'Amerique. n rfgal princier, posies, mant ,que d'autorisation dfin
Ces jours-ci, par une just per chants. et fantonimes a tive, (?) de parution de .LA RU
Aujourd'hui; plus de dix ans manence des idWes qu'elle a pro I.
aprbs le 7 Janvier 1946, et fort clamees, la R&volution de 1946 Quelle agr6able surprise C! C im'est refuse et q u'a
de l'e:xp6rience que nous au- est A *'ordre du jour; nous au s ens rseons nos omp Hai aux fins t tilesa Gar
t r e s .d6mocrates avons tres de cette mnaison qui som- N '
"e 'ments A la Compagnie Renaud
acquise, nous avons le droit de mes les premiers a Teconnaitre m i C o i ion d .
.qni Barrault et nous lul dison mer- Tout le rest lu passage est
poserLeux questions, 'une ju. sa bienfaisante influence surci pour les heures dlicieuses nextt et contaire a la verit.
ridique et 'autre historique. nos moeurs, nos concepts et tu'e afait pour lubliue ds manifest nations estudiantit
lo. Quelle protection pouvait nos institutions, nous sommes connaisseur de notre u publicays. nes ont debutie lundi 7 Jan
accorder A des ,grdvistes mani les premiers A recommander ... ___ vier 1946. 1I n'y a jamals eu de
festant .'Ambassade des Etats- une revision dle certain juge- i .manifestationys des Elbves de
tJnis ? ,ments ports sur les Wvene piratio" communist, nous te- I
ments des cinq glorieuses. nons a vous faire remarquer Ecoles et des ftudlants le 6
2o Quelles ont Wt4 historique- e rcl historique et es ex- qu'a cette 0poque commence le .lanvier Tout le nonee le sait.
net les consequences de cette prences nouvelles ont modify 7 Janver 1946 ce ntait pas un y a jaais eu de commu
dn6marche des grevicstes ur e cham crime d'avoir queques sympa- n du ..P., accordnt
deroulement et la suite des v d'obsperspeativon. Une seu chamosp ties pour le communism, enco protection aux grvistes le 6,
osoet la suite d v& t ni hies 7 pouanvirre 1c4. ts
nements? dbseratin, cest Une ule chose t a Na- re que nous ayons eu une loide ni le 7 Janvier 1946. Dans Pa-
d e, tot enti'e, l'ae Ne 936 interdisant les activists corn pres midi du 7, les grkvistes al
'tion tout entire, A Faikte de +I
L'Amnbassade ne pourrait ac- munistes. L'ere de 1946 favori I erent chercher protection A
borderr qu'asie aux .grdvistes toutes ses classes et de toues sait une telle atmosphere de li l'Ambassad. e tes Etats-Unis d'A
u cs eaisations et ie tooums
au cas seulement oi les Etats. ses organes avait ouleersto bert6 que nul ne se souclait' de merique, consitdrde come le
.Unis seraient lies A notre pays erdre politique et social du cacher ses sympathies commau- symbole de la D^mocratie. Sous
pa un trait sur la mature ouordrne nt du 14 A 1941. nistes. C'est encore une v6rit6 ma suggestion, ils p4netrerent
La greve n'a pu se poursuivre historique qu'll est bonp de rap- dans Ga cour de l'Ambassade
Personne quil soit stranger ou A#mIriain(a n s do VIV
et Utre couronnd,, de succes porter et que vous ne devez Am6ricaine aux cris de : VIVE
haitien ne peut ni ne doit pre T T -TTA
ue pace qu'elle aait appu haitien ne peut ni ne dot pr as non plus oublier. TRUMAN! VIVE LES QUA
de tous les secteurs de laa tenure avoir eu un role prpon vous suffit de vous rappe- RE LIBERTES DE ROOSE-
drant et exclusif, car, celUi-l, vous sffit de vous rappe-
tion et de toutes les forces de ant et exclus, car, ce ler les idologes la-faveur VELT! VIVE LA DEMOCRA-
quee que ft sa puissance nau
la Nation. C'est pour nous 1'oc quell que ft sa puissance n'au desquelle. s'.tait deroulee la TIE, L'Attachb Militaire Am4ri
casion de rappeler la grande rat pas pu mete bout ce champagne lectorale et cest cain dal apparut et ous
Speuple, si ce people n'avait corn e demsanda d'tor palrmeo
pens6e de Dean Acheson: tLa p u q re d s depuis que nos- deux derniers des anda d'te calmes...
-ps lul-meme que Pheure de ses fun pour la premiere fols
d6mocratie est le fruit du cou- ricaion ai shur Le 7e governments obbissant h des Ce fut pour la premiere fois
Irevendications avait sonn4. Le7 't i hiti
rage et des efforts d'un people; imp4ratifs d'inspiration inter- qu'eut lieu dans I'histoire des
elle ne peut partir que de p ;in- vier 1946 a nf de l national ont ouvert. ia lutte relations diplomatiques des
tie ut Bien que nous ayons rencontre heyreuse et miraculeu centre 1'infiltratioin communis Etats-n *une manifestation
tie Bien q nous ayons leuse de reaction de plusieurs fac e puetd
beaucoup -de sympathie pour eurs qui e ction, defavies fpan te qu'il est devenu prudent de si spontan4e et sincere de sympa
thte enters 1e pays do Lincoln
les grandus principles vulgaris tes s qui ont t avors s par. se d4fendoe d'avoir des sympa- thie envers le pays de Lincoln
,par le Pays de Lincoln et de es dieux ta outon d 1946, come this pour le Communisme pouret e Roosevelt, et dal mo
Roosevelt, nous estimons que,tes es Rvolutons a u ss o ne pas se brouille r -avec la Re- I"r quo anm&cain.
au point de vue du triomphe tesleu' solutions a euug au mo publique. a greve eut e concourse de
de la dmorate et domain rsr au mo- tous, et en premier lieu celul'
ti des libert6s pubiqes nous ment opportun A la faveur de Pour nous r6pfter, nous de- de toutes les entreprises com-
dievons tott attendre de nous certaines circonstancec .execp- vons noter' que la, lettre deTheo merciales et Industrielles. L'Ar-
nimes. Nous avons d'ailleurs tioinnelles; elle a eu aussi com- dore Baker est un document mdee prit le pouvoir au nom de
etudi. a o ae me dit Baker, le concourse -le de r6elle importance. Si nous la greve et des liberties d6mocra
Stous; Et, ceux qui ont recuelli l1i.. t_ derwi w t' t. tiues i nt,, TA UTTrTTV -, l


port4e et les consequences du -- ----- iu ao ., t t ">*"-
porine, et les .on&reuenceso de nouvelles donnees sur cette tion c'est que nous avons sent
ncipe de non inter vention Revolution, pensent, dix ans a- sous sa plume vibrer les grand
dances lama r les Etate Amctons pris, qu'il ne faut pas exag6rer sentiments de cette grande pct
tances par les Etats Amrcains importance des facteurs don't que don't le souvenir se r6percu
et nous pouvons proclamer que 'action 4tait directement Ie te dans nos coeurs avec l'ch
la rte peple, qu a incipeit dane 1946, aux points d*application des sonore des rdsonanees nostalgia
a. arait6 des incipes do 1946, forces vives de la Nation.e
nous entendons les nobles prin ques.
,cipes qui' nt restaur6 les insti Notre ami Baker est choqu
Stations 06macratiques et garan de ce que 'La Ruche, est 6ti- REGIE DU, TABAC
tir les liberty publiques ce peu quettO journal gA tendance fran VoilA en fin des cigares mer-
pie n'a pas besoin de 1'interven chement communistes. Nous re ux.,
tion 6trangore mais 1a droit tout connaissons, Baker que vos d6-
au moins A un certain respect marches tendaient plutot A la MAGLOIRE
'non seulement de la part de liberation du Pays de tout rdgi
son gouvernement mais aussi me d'oppresslon. FLEUiRS DE MAI
-des puissances rangeres, t&- Mais, cher Theo, nous au-
moins de ses peines et de see tres idans cette maison qui A Ia BASSIN BLEU
'sacrifices pour affirmer sa su- page 13 de de rOrigine et les le COURONNE
blime vocation a la liberty. icons d'une-R6volution, avions
II doit pouvoir par centre re .pris librement et sincerement Qui font la concurrence aux
courierr au cas 6chnant 6 tous les position contre tout action d'ins cigares strangers.


talt constltu6 le d4fenseur in-
traitable. J'al toujours cons*i4 I


dix ans apres la

lu 7 Janvier 1946
e L~ 16re pzge)
oe rd come un privilege le fait d'a
i voir tdle e.fondateur, directeur
6 et proppritaire d'un journal
s don't flaction pdtriotique et d4-
e mocratique rencontra P'aihdsion
e unanime de mes compatriots,
n.- l~pendamanent de leurs post-
, tions sociales ou idWologiques.
t *Ni Rouzier, -ni Lescot a
r, faut leur rendre cette justice -,
i :ri Attacih, Militaire Amnirin
U ne considkrbrentle journal corn
- me commnuniste. Ni le Comit6
e Excuitif Militaire : sr F'invita
tion d'un mcmbre' d dit Cbml-
tW, charge du D6pattenment' de
; rInterieiur qu'on ne peut pas
suspected die comimunisme ou fa
i '-risant le communism, le jour
nal fut imprima A l'Impriniemie
de V'Etat, Apres aivoir vu, un
people debut protestant con-
tre sa fermeture, *LA RUCHE.
reparut et realisa le plus fort
tirage des joqurnaux haitiens.

Je 7nets en dfli quiconque
d'aiffirmer le contraire de ce que
je viens d'avancer. Je r4&re
aux livres de Colbert Bonhom
me : 'LES ORIGINS ET LES
L,ECONS D'UNE REVOLUTION
PROFONDE ET PACIFIQUE.,
,de Franck Sylvain : 'SUR LE
#VIFP, et de Dantes Bellegarde:
,THISTOIRE DU PEOPLE HATI
TIENs, trois &crivains serieur,
Squl traitent la question et qul
n'ont jamais consfderT 'LA RU
CHE', son directeur et le mou
vement d6clench4 par ce jour-
nal. comme communists, mais
plut8t franchement 'dmnocrati
ques.
II imported pour l'Mdification
de tous de reliever ces informa-
tions erron6es des .NOTES HIS
ITORIQUES. ARMEE D'HAITI
1915-1950;.

SPour la verit historique, je
vous prie, -Monsieur le" Direc-
teur, de bien voufoir donner pu
blicite, dans votre plus pro,
'chain numero, I la pr6sente rec
tificatlon.
R


coves mes saluta ns,


Theodore Baker


totlerie de iEtat lai Wi

ISne isfihii-cr., a haute portee social qui nous
duone la chance de changer en an rien de temps
les conditions matdielles de noire vie et d'ac-
complix une oeuvre social et humanitaire en
aidant !(s rAconemiqement faibles etl le instild-
flons dc bienfaisance.
ley gros lot 100.0D09 ."-
2e gros lot 16X.00 gdes
3e gros lot 10.000 gdes
Pnr lter mirage le .2e lot est de 20.030 et les,
f S'j e f es Mlemres.
rhii es pas a -cheter un billet on un coupon
te 1.P ofer.' de I'ETat Haiiien A c\-icnn des denx


DIX ANS APRES


PAGE 4


I


-LBS DEBATS*


I'


-
i
s
0
u
0


q < HEs sf