Les Debats; Organe juridique avec des chroniques scientifiques et politiques, 1951-1957,

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Les Debats; Organe juridique avec des chroniques scientifiques et politiques, 1951-1957,
Physical Description:
Mixed Material
Publisher:
Port-au-Prince, 1951-57
Publication Date:

Notes

General Note:
4-per-1951-57
General Note:
Annex Oversize KGS 327 .D43x

Record Information

Source Institution:
University of Michigan Law Library
Holding Location:
University of Michigan Law Library
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
LLMC31775
System ID:
AA00000846:00187


This item is only available as the following downloads:


Full Text

















This volume was donated to LLMC
to enrich its on-line offerings and
for purposes of long-term preservation by

University of Michigan Law Library




'> *.)~~'


Seolben B OMME .HEBDOMADAIRE JURIDIQUE Me Paul Emile GABOTO.
".. .tE..,..AVEC DES CHBONIQUEF SCIENTIFIQUES ET POLITIQUES .recteur-G.r '
,.drainistrat ice: MNn Soa"(0 BONHOMMB *'t***Y*<**^S *** L.<..s.s.<.<.. .< .<. <. .1.
SI'mprimerie wLe Matin-, Rue Amricaine REdaction Administration : Angle des Rues Antenor
Chemin des Dallep 22 dactio UN COM 'B Abnnement Mensuel :Ga. .n: 535 et 147 f e-Fo

IXIEMS.ANNEE No 187
.IX*I *<..V. ... ...P o ort-au-Prince' HAITI MARDI ler MAI 195r


SOMMAIRE COURDE CESSATION POURLE DEFAU
----- war0 ,r n- DE PAIEMENT DE L'AMEN
EDITORIAL :Les heures graves de la Democratie Haitienne. DE D
ARRT die la Cour de Eassation,-22 juillet 153 .Me Auguste Fou. lbre SECTION JUILLET 1953 Attendu que le recours don't *' '
ch6 centre les elections -e Pordre du 26 Septembre 1952 -' est question au texte s'entendi & Par Me Emile CAUVIN.
ETUDES JURTDIQUE t Quellest la sanction pour non ale made de nullit6 de Me Au- n'en pas douter, de oelui qae diri L'importhte question -de
ment de 1'amende : u I s t r a- guste Fauch,, avocat du barreau ge une parties contr decision droit qe, notes avons pose da6s
SP ar Me Emile CAUVIN de Porau-Prince des elections d'une juridicticn, j gement note addition ti 5 mars relative
ACTUALITFS : Communiqu&,de P'Assbciation des journalists du 26 Septeml-re 1952 qul ont d qui ui fait grief; qu'en ce sens ment1 la action pour non' d-
Haitiens. ( sign6 comme Batonnier de 1'o art 58 s'dtend et. s'applique au POt de l'aUiede a fait' Iobji
2) Une Ide ation de la fdraion iternationae des avocats. dre des avocats du Barreau di recourse cotre les decisions des s consid tons de 'otre sy
tiendra une' reunion a Port-auPrincePort-au-Prince, Me Paul Bouche conseils de discipline pr6vus & pathique co0nrere -La Gazet
8) Autour de notre article sutions juridque et solution poli- reau. .. article 26 de Ia loi sur 1'ordre du Palais qui.lui a consaci
$iques 'f D-fendeurs sur la deimande Me des avocats, quand ces decisions ne 6tuie assez copieuse dans
4)Comm oration du 50e a iversaire de a mort du pote Paul Boucerea plaidant par oncent une. suspension. de son diti dt22 mas sous la
Oswald 'Durand i. du *o\te lf meme et par Me Georges plus de trois ois ou la radia- rurique Intressante questid
i OswaldDurand B. Jean. tion; de droit.. Aprs la brillante inter
O iverses publications reques la 1 J n : .' ;. r ; ,; i dU 0nlri bn a
DIVERS- Requisitoire d Commissaire Mais attend qu'en 'espbce il ne "Vention du" Doyen dhu tribunal
-_- ___ _Georges Honorat,, s'agit nullement d'un tel recours, de Jdr6mfe, ''Me -Roger Hilaird,
DIX AINS DE PROGRES SOCIAL OBJET : Caractbre de la demand aucune decision queklonqet n'a 1nous a rv o n s P u bl i 6
Sae sogan- .. de en nulliit, deg elections ; par yant ~ rcndu par aucfaie juri, dans notre d-rn-ire edition une
Le fameux slogan don't Ia. signification lumtneuse claire qui eUe dolt etre intentSe. diction sur la question en ddbat; etude savante juge rT.C. Sansa-
cette fete du ler mai qui est celle- de la liberation des travail- PRINCIPES I.- La demande en qu'il s'agit plutot d'une demand rieq sous le tltre -en feuilletani
leurs grace A leur prise-de consience et A la constance de leurs nullit6 des elections n'est pas un introductive d'une instance en le' code de procedure civilew
efforts, a 1'appui des .pouvoirs et a la. coimprehension des Pa-. recourse devant une juridiction ullit6 d'&lections; Nous avons le plaisir d'offir 'A
trons. ; supdrieure mais une demanded Attendu *que l'art 17 de la loi nos lecteurs.une 4tude aussi in
i ntroductive instance qui doit sU l'Fordre des avocats sous- t&ressante de'notre eminent car
LES HEUIIRES RAVES DE LA atre ugee pour la lRre fois par trait expressement une telle de rre Me Emile Cauvin qui pf
J' ... ---' .* .. ." ',lie Tribunal de Cassation en mandLe au double degr6 de jur- cise avec bonheur un autre 'as.
E EMOCBATIE HAITIENNa E chambre du Conseil. diction et done competence sp4 pect du probleme. On constate -
....... ........ II. Pour que La demanded en ciale la Cour.de cassation pour done l'int6rt que suscite 1'impor
II est des heures particulibre. nale, le Secretaire d'Etat de 1'In nullit4 soit recevable le deman- en connaitre; qu'il dispose, en ef tante question de droit suti 1
meant graves dans .la vie des terieur Adelphin Telson. dear est danrs l'obligation d'6ta- fet, que la nullit4 des elections sanction pour non depot de 1:
,euples come dans celle des Avec A propos, le Secrtaire blir qu'il est .nscrit sur la liste csera jugee par le Tribunal de mende.
amilles, qui sollicitent Ian mdi. d'Etatt onvie lb Ina rotation des militants. Cassation en chambre du Con- L'art. 36 de la mlo sura- lr -


ition de ceux qui ont charge I TOUS CEUX QUI ONT CHAR
'Ames, La 4dmocratie haitien. GE D'AMES. Cet appel sadres-
e traverse Fune '.de ces heu. se non seulement A ceux qui d6
s.. tietnent I'autorith. et portent
Ainsi s'est exprimn le 9 les responsabilites de 'ordre, de
vnll courant A l'occaslon de la Paix et du ben coimmun,
ouverture de l'actielle ses- mals A la Nation toute entire.
onr legislative A la stance so- L'orateur a done voulu mettre
-nelle de l'Assembl6e Natio. (Suite page 2)


LES DILIGENCES DE L'ASSOCIA-

TION DES JOURNALISTS

COMMUUNIQ U E n6e du diinanche 22 Avril 195(
'Ds qu'il fut touch par Pint6- des agents de la police proc4dai
ress4 de la fermeture par des A l'arrestaion d M. Jean Magloi
gents de la Police de l'ITprime- re en la residence de Celul-ci
tie de Monsieur Jean Magloire, sise A la Rue Capois immediate
Directeur du .Journal *OEDIPE. ment des membres du Comitt
et membre de 1A.J.H., le Secrd. Directeur de .'A.J.H., rendaienl
taire General de l'Association-in- visite a Madame Jean Magloire
tervint auprbs du Secr4taire d'E pour lul accorder leiur assistant
tat de l'Int6i teur, M. Adelphin ce et decidaient ensuite d'entre
Telson qui dfclara prendre la prendre toutes les demarches
question -en serieuse considdra- commandoes par les circonstan
on. I ces et conrformdment aux Sta.
Cependant l'Association des, tuts de 1'A.J.It.
Ulrnalistes haitiens apprenait a ..
vee e or, -- I ....- -.1. = /QI S it, rn 4"


6
t

i-
t,


t
-e


.1
n
,e


LA COURT
Aprbs deliberation en la chami
bre du consell.
1- ATTEN.DU que Me Paul
Bouchereau oppose & la demand
une fin de non recevoir base
sur l'art 58 'le la loi sur l'appel
du quatre Septemnbre mil neuf
cent dix-huit,. premise en vigueur
par la loi du cinq Septembre mil
neuf cent cinquante et un; qu'il
pretend que cet article posant
en terms' formels la regle du
double degrb de jurisdiction la
demand aura it dtfi tre
port6e en appel plutot qu'en Cas
station, 1appel 6tant de idroit corn
mun; que la voie de Cassation
est une vole extraordinaire qui
ne peut etre prise qu'apris epui
segment des voices de recours or
dinaires;
ATTENDU. q~e 1'art 58 invo-
qui5 s'6nonce a!nsi: -Les articles
des codes et des Lois particulie-J
res ot il est question d'un re-'
cours en Cassation seront enten
dus en ce sens que le recours ne
sera ouvert qu'apres I'appel 6pui
se, si l'appel a lieu dans l'espece


seil, toutes affaires cessantes-.
Que la demand n'est done pas
irrecevable pour les motifs a-
vanc4s par Me Bouchereau et la
cour de Cassation est comppten
te pour en connaltree;

11.- Attendu cependant que le
mtme article 17 sus-parl ,porte
que les avocats figurant sur la,
listed des militants seront seuls
admis A produire la demand'
Qu'll s'ensuit que, pour tre re
cevable, le demandeur est dans
l'obligation d'6tablir qu'il est ins
crit sur la liste des militants;
que cette liste est dressed oha-
que ann6e .du premier au dix
Juillet; qu'y figurent les avocats
appel6s b composer seuls l'assem
bl6e g6ndrale de 1'ordre, savoir:
lo) les avocats militants, e'est-A-
dire ceux qui. dans P'ann6e prkc6
dant la confection de la liste au
ront effectivement postul6 dans
une cause devant le tribunal Ci-
vil de la jurisdiction ou devant la
Cour de Cassation 2o). Les ayo-

(Suite page 2) .


disposait que: ,Dans les quinze
jou=r de la signification de l'ac.
te d'appel outre le dlaf de dis.
tnce 1'appelant deposera a pei.
ne de d6cheance, au greffe de
la Cour d'appel une amende de
quatre gourdes qui.....
L'art ler de la loi du vingt neuA
juillet. mil neuf cent cinquautf
ciiq a abrog6 le texte et .a donp
n4 la nouvelle rd&action suivan'
te : Dans les trais jours de la,
decision ordonnant le delib&r,
1'appelant consignera une amen
de de dix gourdes A la caisse
des Depots et Consignations du
lieu de la jurisdiction appelde &
connaitre de P'appel., Elle lui se
ra... ,.
A la suite de deux arr&s de la
Cour de cassation provoques pa,
le retard A deposer l'amendt
nos deux organes jurldiques on
soulev4 et trait l'intdressant
question de savoir quelle est la
sanction applicable lorsque 'ap
plant laisse passer les trois
ours de la lo de mil neuf cent
cinquante cinq sans deposer ra.
iUP',-T'uilfte Page 4


ta
d'
ni
res

A
V'

le


t


surprise
que dans i.


^ fcf bJ. V^ f W '





MARDI ler MAT 1956


PAG~ 2 LES DE~RATS.


COUR DE CASSATION SOL S JI ET LES HEURES
(Suite de la lire pae) SOLUTIONS POLITIQUES DEM Cn RATI

-cais qui auront cess6 de postuler bre du Consell..- II s'agit done Les moments graves de la vie (Suite d'_ la
apres avoir m.lit6 pendant vingt d'une competence specials de la national avons nous ecrit dans
an., 3o). Les anciens batonniers, Cour de Cassation, qui est par le notre numnro du 10 Avril 1956 I'accent sur les problems que
le tout d'apres les art, 3 et 4 de voeu db la loi une jurisdiction am6nent inevitablement 1'ere des soul&ve ces jous-ci la bataille de
la loi sur I'ordre des avocats. d'exception seale chargee de con juristes. Cette Introduction de la d6mpocratie en soulignant que
Or, attend que Me. Fauch naitre des griefs en nullite des notre editorial s'est r&v616e d'u .les heures que inous vivons
!fa point apport6 la preuve qu'il elections. ne exactitude frappante. sont graves, PARTICULIEREF
est inscrit sur cette listed. Nous avons requ en notre re. MENT GRAVES.
Que ne fait point cette preuve b) Quelle est la quality requise action la visit de deux &ii- 11 convent ae norer que le
Tall6gation qu'il milite depuis pour introduire la demand en nents juristes du Barreau du Secr6taire d'Etat a prdcis4 qu'il
vingt cinq ans et ne prove nullit .? Oap qui nous ont remis une no- s'agit de la DEMOCRATIE
point non plus qu'il a militd, c'est L'Art 17 de la loi sur 1'ordre des te tirdie diu Moniteur du jeudi HAITIENN)E; c'est--dire de la
a-di're, effectivement postul6 pen avocats r6pond *Les avocats fi- 27 mai 1948 relatant la seance democratie telle que nous de-
dant ce temps, le fait d?'tre ins- grant sur la liste des militants de l'Assemble Nationale du 18 .vons la concevoir et la realiser
crit au tableau de I'ordre depuis seront seuls acmis i produire la Avril 1945 cloturant la session en tenant compete de nos efforts
vingt cinq ans. car .il peut se trout demanded ordinaire de la 33e 16gislature. de nos I utt e passes,
ver des avocats inscrits depuis La s6anceconstatele proc-c ver- de nos antec&dtents historiqaes
plus longtemps et qui n'ont ja- La loi aivai pr6alablement in bal public dans le moniteur, s'est des facteurs quit la favorisent
,ais milite. diqud comment batir cette lste. d@roule sousla prdsidence dudL ou lui font 4ehecs, des 41m&ents
.I sera dit 1'article 3 dress ine putk Theophit J.B. Richard, et qui collaborent i son maintien
Attend q-u3,les patentes d'avo listed des arvocats militans appe- la vice presidence de Mr leS4- ou s'y opposent, des actes qui la
cats d4pos6es par le demandieur I~s a composer SEULS V'Assem- nateur Ldopold Pinchinat, assis manifestent ou en sont la n6ga-
pour les exercices 1950, 1951, 19- bleed gn&rale de l'Ordre. tds de Messieurs le Senateur Vil- th.
52 et 1953 montrent que Me Fan fort Beauvoir et le d6put6 Henri *11 est une erreur grave sur la-
ch6 6tait en'regle avec le fisc Sera oonsidr come avocatP. Dugu premiers secrtaires quelle it convent d'insister 'est
mt ainsi, pendant les anrnes in- militant celui qui dans 1'annee et de Messieurq le S6nateur Mar celle qui consist considerr
d.iqubes habile A plaider ,devant Pr 6 les triburnaux. S moins d'autres ,te aura effectivement postul4 phin elson deaxiome secretaire. bli toutes les tendances, les cou-
eampehements; qu'elles ne prou dans une causp deviant e Triu. Nos signalons done que la rants d'ides, les mouvements
vent pas qu'il a, effectivement nal Civil de la Juridiction oi these juridique avait triomphu d'inspiration democratique.
postui pendant les ann6es indi- vant le Tribunal de Cassation. nmagr4 les influences politiques C'est vraiment mal juger caux
qu6es; qu'un avocat peut bien ,'Dux conditions sont done e- d'alors; car le dput6 Thophile qui ont la responsabtlilt du
4tre muni de la patent sans quises J.B. Richard &tait le president de. commjandepament en leur laissant
avoixr eu introduire une cause lo Etre avocet militant. la Ohambre des depute et le Se accroire peut etre pour leur Mal
ni A d4fendre un client. 2o. Etre insorit sur la liste drer- nateur Pinchinat le ler secrdtai heur qu'il y vi de leurs inter&ts
qu'ainsi done le demandeur n'a s4e du ler au 10 juillet re du, Sdnat .de ,eur reconnaitre le droit de
pas 6tabli, commune il devait le La d c n I1 n'est pas sans inter&t de noter tout faire.
fire en prouisant la iste ds a de m ti baobe que le Senateur Fomrbrun a. 4t Ils sent heureusement cHes et
militants ou un Pnrtin i at. l.,
militants ou un certificate. Pour- la penuere car iatr du mo delegu4 A la l ierniere reception savent dire A ,-on escient: Halte
quoi elle sera dkclarde irreoeva- nt on est insrt it Lantsr organisde en l'honnjeu du Corps 1A 6pargnant aux citoyens et A
ble. oi o t a on est un avocat militant d l6gislatif A Cabane Chouconne la Nation des maux et bien des
Par ces motifs, la Cour rejette a r4sve de la r6gularit6 de la I p ient d la Chambre des injustis
la finde non recevir du den-:liste.le president de la Chambre des injustices.
dla fin de non recevoir du dtfen- dputIs pour parler au nomn des Une pareille conception ne
da, se reconnait conptente, Une intdressaite question de dux Chambres Ne serait ais dfoffice declare irrecevable n effet de notre .article, de m~ teurs du Pouvoir. Elle procode
s drolt est cell de savoir si la
ip demand, ordonne la confisca ~ pourait soulever off me que la reunion des corps de leurs aux am. an
tion de 1'amende dposde; con-; exceptionn prise d. d.faut 16islaif et judiciaire 'avec le Nous avons signaled que les
damne Me Auguste Fauch6 aux i rmenibres de l'Ex6cutif L a M- services drinformatin des
d6pens, liquids a la somme, de iquali. d-abour y rpondre, nousme ction peut tre aussi un tats Uni font eux-nes la
vingt neuf Gourdes, non comprise cinit cette q'alit6; ce texte. l effet du discours & l'ouverture Ilropagande de Ia d mnocratie
le prix du present arrtt ... ..nts de l'Assembl&. National du a. en vue de P1diacation du' people
Juge et prononce par Joseph t seront seuls amis & produir nateur Fobrun quiainsist sur Le denier numro de Informa
Nemours Pierre Louis, President a dernacollaboration des 3 pouvoirs tons e Documents. de ces ser
Lio Vilgrain, Yrech Chatelain exe commande d'eai- pour former le gouvernement. vices se lanentent sur les 4preu
Joseph Benoit et Auguste Donu- '* j e de dexami- ---....... ves de la democratic qui est "me
'yon, jges 22 .ug illet 1953 de Mon iur demand. ANNIVERSAIR DE NOTRE nac6e par ceux qui la croient dd
sieur Eugene Kerby, Substitut e CONFRERE 'ESCALE. jpass4e et qui pr6tendent larem
Sc la Rameau, co. nisref- est one, certain que le de. Nous nous associons la joie player par des systmes plus au
ieOR T .. mandeur en nullite doit 6tablir de noire confrere Escale q f toritaires mieux adapts la
O)BSERVATLONS :Cet anrrt se societ6 industriaisee.
OBERVATIONS Cet at lea conditions requires par la lo te ce mois ci le 5e Anniversaire socitu intrialus
rononce ur dux questions im Nous estimons just le point de de sa foundation. Nous ayons besoin nous aussi
portantes: Quelle et la na ue de arrt qul reette a a- ous prsenton nos compliments de fire 1'6ducation d6mocra-
de la demand en nullit4 des tente come la preuve de a qua~ notre 0ollgu de F'A.J.H, Mne tiqu du peupl. haitien, car la de4
elections; et quelle est la quality lit4 d'avocat militant, cette preu- Yvonne Hakime Riinpel directri mocratie dans son sens large est
requse pour itenter. ve n'intresse que le fis comee de cet intressant hebdiomadaf un bouclier -protecteur des peu

a) Le d6fendeur, en se basant le dit 1'arrit la patent prouvere. les et de gou e, nem nts. .
C'est au nom de la democratie
sur l'article 26 de la loi sur F'or- que l'avocat est habile A militer Ce- -s a o d d e Lr. m ri
que les Chefs ont le droit de rd-
dre des avocat-, a considered la de mais ne prouve pas qu'il a milit6 INFORMATIONS UNESCO clamer le respect dela lot qui
made en nullit4 corime un ire. effectivement. La commission national hal- est l'4manation de la volont4 na
course en cassation. L'art 26 de la tienne de l'Unesco a bien voulu ti le; c'est au in de la de
dite loi stipule en effect : *Le re. Un cas pourrait se presenter nous envoyer les deux derniers nocratie que les citoyens peu-
cours en Cassation est ouvert celui ou lavocat M'est pas sur num6ro d'avril de 'int6resante
vent reclamer auprbs de l'auto-
contre le Conseil de discipline liste, 'mais figure au tableaux publication : cInformations Unes- rit6 la sanction de tous agisse.
qui aura prononc6 une suspen- et fait la preuve quil a milit4 6co.anas dot tre con
a e p ments qui d a'analyse doit 6tre con
Slon de plus de 3 mois ou la ra. dans ce cas l'avocat sera respon Ces' numdros renseignent sur sid6rne comme une initiative ar
diation,; Isable de son d6faut dfinscription l'oeuvre social de l'Unesco & bitraire et personnelle du fonc.
Mais avec 1 Cour. nous estimons car il faut adtmnettre que les avo travers le monde. tionnaire et non comane un ac-
que la demand en nullit4 est cats doivent v6rifier s'lls sont La premiere mission dee 1 ommand6 par le pouvoir legal
une demand in productive d'ins inscrits sur la listed legale. appor nesco en Ethiopie. Les Livres et Juridluement. l'Ite il'6gal
tance. L'art 17 dit bien qua Oet ter la preuve de leur quality d'a la Libertd. et. ete et arbiter et 4 4ma
te nullit6 sera jugee par le Tri- vocat militant et requerir cette Ces 6tudes sent d'un plus pas- uniquemaut de celui qul laccom
bunal de Cassation en la Oham- inscription. sionnant i.ntbr6t. it flq ,, i tantg,,- ,L
t lit paigaue tout d4tenteur de


. A T-^TT A nr"r.r m


w LES DEBATS v


PAGE 2


I I I


a d4clard, Sa dans notre'R6pu
clique democratque, il existed U
souverain, c'est bien la loi, to,
te puissante et impartiale qui
soit qu'elle ordonne, qu'elle pe
metite ou qu'elle prohibe, ne 4
tingue pas entire les grands e
les petits, entire le riche et I
pauvre*
S',.e aUeisioit conLraure a la la
AI jWfI'aLItI auiaiiLtquieLnenet ie,

.aut P1x.icipe culisLiUmI.IOiULneL ae
rteiponsaoiiitce; qui. seion Ie vo
4e iar 6.aei e la ,tagutuiuL n es
actaciee a chacun des trois Pou
voirs.
Ce principle ebt encore fonin
aans 'am, 93 de .la Charte q
stipule,. En. aucun cas I'or
crit on verbal mu Prsauien
de la R4publique ,ne peut sow
traire un Secretaire d'Etat A I
responsabilite attabihe A s
donction
Cette disposition content u
principle g6ndral qui regit no:
seulement les rapports du Pres
dent et de ses secretaires d'E
tat, mais aussi de tous les fom-
tionnaires dans 1'exercice d
leur function aver les autres ci
t o y e n s quand les acts
de cet exercise sont rigles pa
la iloi; car, en d4mocratie, sela
1'energique expression'du Pros
dent du Sdnat, il n'existe qnu'm
seul souverain. c'est la loL.
En sonime, 11 n'y a de salui
que dans La loi, protectrice d
tous. Comment en effet demut
der A uine vingtaine d'homimne
'de trouver les solutions rgel
tes que reclament les situations
inattendues qu'enfakte le dive
loppement dt. la vie; ses solt
tions se trouvent dans la loi, i
's'agit de 'Interpreter et de 'af
pliquer.
La gravity die 1'heure ne peut
done r6sulter que. du fait que
le choc des interdts, la vie
lence des passions essaient de
subjuguer la force de la loi ,toute
puissante et impartial,
SEn ces moments, les citoyews
doivent garder leur came et
leur sang frold pour demander
I la sagesse de ceux qui sont ri
puts par leur respect de la lo1,
les conseils et les directives pro
pres A garantir la paix et l'ordie
et assurer la continued de 1'o
vre collective du salut et dti
bien 4tre collectif.
-i-
1 GIE DO rABAC
VollT enflri aes cigares met
cigares trengers.
veilleux.
MAGLOIRE
FLEURS DE M'AI T
BASIN BLEU *
COTRONNE


. P... V-AUC LUM, U'ULfIILVUI- Ue I


GRAVES DE LA

HAITIENNE /
16re page)
l'autonrite doit tre toujou.s coa
sieere coming appiaquant l
10i qui d6teraune ses pouvoir
en fixe des limits et en prcia
les modelites. C'est ce qu'a vo
lu proclaner, le President d
I'Assembl6e Nationale, le S4n
teur Charles Fombrun, lorsqu'i





MARDI ler MAI 1956
.. ----


* LES DEBA-TS -


'- T.' ; PAGE b


COMMEMORATION DJ 55e
ANNIVERSAIRE DE LA MORT
DU POETE OSWALD DURAND

Le dimnanche 22 avril s'est d&-
roul6e dans 1'crdre le plus par.
fait sous le Haut patronage de
Son Excellence le-president de
la Rhpublique et la prdsidence
d'Honneur du Secrdtaire d'Etat
Franck Ddvieux la manifestation
de l'Union culturelle Haitienne
pour comnmnmorer le 50e anniver
saire du, pokte National Oswald
Durand.
Le prograamme a d6but6 par
l'Hymnne national ex6cut4 par
1'oarhestre du Palais National
pour accueillir le chef dfEtat. A
pros la brilante, presentation de
Mie Camille Large Vice President
de l'Association, le Chant Natio-
nal a 6td interpretr par la chora


FAITS DIVERS


INFORMATIONS ET UNE DELEGATION DE LA'
DOCUMENTS FEDERATION INTERNATIO-
NATIONALE DES AVOCATS
Le service d'infornmations et TIENDRRA UNE REUNION (A.
d'Uahanges cultures des Etats- PORT-AU-PRINCE
Urns a eu la courtoisie de nous
envoyer le numero 43 dat6 du La Fdedration Internationale
ler mars 1946 de 'limportante pu des advocates dont le si6ge est a
blication : Informations et do- Mexico et qui a 4td fond4e en
uimentsk 11944 reunira sa prochaine ses-
Elle comIprend un editorial siaon dans les caraibes et tiendra


bien pens4 : .le civisme en Amd
rique et un documentaire des
plus intdressant sur 1'dducation
civique, et d'autres 6tudes di'un
tres grand interdt. Nous remer-
cions du ,gracieux envoi.

PUBLICATIONS REQUES


une parties des. stances a Port-
au-Prince du 10 au 12 Mjai. Cette
federation qui a des filliales
dans presq'ue tous les Etats est
reprdsentee en Haiti par notre
sympathique confrere, Madeleine
Sylvain Bouchereau, vice pr6si-
dente, de la seance. .


le du college de Port-au-Prince. TRIELLE DE L'INSTITUT Le But de ette fdbI ration est
La signific..tion de la ceremno HAITIEN DES STATISTIQUES sonnde des es n avoctes, de
nie et le but de l'Union culturel- ionnels des emes advocates, de
le ont 6t6 degagds avec bonheur Nous avons recu le bulletin tri promouvoir la 16gislation pela
par le president de l'Association mestriel No 20 die Mars 1956 de iivement aux droits des fenmnes
notre fondateur MeColbert Bon I'Institut Haitien des statistl- et de l'enfant et de resserrer les
hamme qua a passed la parole au ques. Le sommaire des plus o- liens entire les avocats de tous
confae'ncier du jour, le Direc- pieux comprend deux 4tudes spe 'es pays.'
eur de la section artistique Mr. ciales : 1) la premiere considere Le programme de la reunion a
Pradel Pompilus qui avec brio les caracteristiques de la popu- .t 6abor4 avec le contours desU
et maitrise a pr6sentd la vie et lation Haitienne; elle comprend Dpartenments des Relations Ex-
'oeuvre d'Oswala Durand deux subdivisions, a) la correo rieures de .la Justice et de -la
Cette manifestation dbnt le sue- tion des ohiffres par groups d'a residencee qui ont d.l6gut leur
ces a depassd totite espdrance a ge b) la rparation par age au representant pour travailler
etd radiodiffu se sur les ondest debut et A la fin de l'annre 1956. avec la vice pr4sidente Bouche.
et grace Ala c.urtolsie de la Sta- 2) La deutxieme dtude est inti arriveront
tion Radio Commerce. tulde :- considerations sur le le'jeudi 10 Mai 4 9 heures 50; ell
commerce international de la les seront, accueillies par des
LES DILIGENCES WD. CO- R4publique d'Haiti., Ce docu- advocates d'Haiti et par une deld'
MITE DE L'ASSOCIATION mentaire dtudie les consdquein gation de I'Assoaiation Nationa-'
DES JOURNALISTES ces des'rapports. troits entire la le des avocats Haitiens.

L'arrestation de notre conftrre structuree conomique du Pays .Les advocates d'Haiti doivent
Jean Magloire motlv4e pour des et ses relations ommerciales s'inscrire ds le mercredi 9 Mai
et les deldguds,6trangbres le f%--
raisons que jusqu'A present u Le Bulletin comporte des ta. et les dal 1gu0s. e trangres le fe-
ignrons a somis une rude bleau statistiqes d'un trs h 50. Elle en
dpreuve lea membres di Comitd grand int6rit, sur les matibres dront visit aux Secrdtaires d!E-
directeur de 'A J.H. qui dtait sur habituelles. at des Relations lExtarieures,
les dents la semaine derni-re. Nous en reconmmandons la'lec- de la Justice dans la matin6e diu
alibratn ture et f6licitons l'Institut Hal- jeudit et serontgalement reues
La liberation de note confrere tien
qu nous a permits de pousser .tien pour ses louables efforts par le President de la Rdpubli-
qi nous. a permi de poussequeet Madame Magloire.
ouf! de satisinction prove bien NUM13RO. SPECIALE DE Les sdancies se tiendront pro-
que oette association est une en- VOIX DE L'UNIH bablement A iPHotel de Ville 'de
tit6 qui a conquis sa place dans Port-au-Prince et sous la prdsi-
notre communautd. Nous avons recu avec plaisir dence d'honneur du Secrdtaire
le numnro spdeial de notre int6- d'Etat de la Justice, Me Adel-
Nous ne dirons pas eonmme un 'ressant confrere Voix de l'Unih phin Telson, La prMsidente de
sympathique confrbre que la vic qui est consacrd A la commnmo- phn Teton international de
toire nous a surprise les armes A ration du dixieme anniversaire la odato n ernationale de
la main mais plutot que la coMn' de la foundation de r'Association advocates est Me Helvie Sipila
pr6hension du pouvoir & laquelle, La page de garde public les pho elle prnside agalement la
dfailleurs nous nous attendions tos des membres du comlt d l nation sera & San Juan Por-
bnmme en des circnstances p6ni- recteur et le fond de l'ddition to-Ria di5 au 7 maia,2 Cma
bles est un e6ement essential c comprend des etudes substantiel' dad Trujillo du 7 mai alu 12 mi
l'instauration de la veritable d6 Ies sur des questions pkiagogi- en Haiti da 10 mai an 12 mai et
mocratie.. ques et sociales. Un magnifique a Cuba du 12 mad an 17 mai.
Le omt sais l'effort qui mrite leplus ha Nous avons pris contact avee
Le comit sais'otcason la Vice prsidente, notre compa-
Pour affirmer les principes qui .. triote et confrre Me Madeleine
gouvernent nctre' groupement NUMERO D'OCTCBRE 1955 ISylvaih BoucLereau qui est arri
qui, malgr6 le scepticisme d'une DU BULLETIN DE LA COUR v6e icd 'seulement le' lundi 23
infime minority d'hesitants SUPREME DES ETATS-UNIS avnil et qui a pu en si peu de
travaille avec d6sint6ressement ,Notre confrere Joe Nordmann, temps agencer le programme et
Pour *le prestige de la press et avooat p la Cour d'appel de Pa- preparer les s6ances. Le secrdtai
le triomphe de la liberty d'expres ris ,nous a envoy le- No 48 d'oc re de l'organiqation Haitienne
sion, tobre 1955 du Bulletin de la Cou est notre confrbre Me Ketty Hyp-
INSTITUT FRANAIS D'-HAITI supreme des Etats Unis. polite Gomez
Ce bulletin public un documen Nous invitons nos advocates A
Nous avons regu de l'Institut taire de notre confrere qui mon- s'inscrire pour offrir une bonne
Prangais d'Haiti une invitation' tre le cafracterc neutre de l'asso- presentation 4'e notre section fM
aux mardis de l'Institut ahnne ciation international des juris- minine du Barreau et nous prd-
Scolaire 1955-1956, 3e Cycle avec tes democrats c.ui n'est ni com sentons nos compliments et nos
le programme des conferences. muniste ni anti-communlste. voeux de success A la vice pr6si-
Les sujets sont des plus int6res- Nous remwr.'ions du gracieux dente Me Madbleine Sylvain
sants. envoi Bouchereau.


SUPPLEMENT FISCAL ET
ECONOMIQUE 1955
L'adminiistration g.nbrale des
Contributions a eu la courtoi.
Sie de nous envoyer son -supl
I pl6ment ical et econonmlque
1955.
Cette 'brochure d'un grand ,in
tirft pour les juristes les com-
mergants, les homimes d'affai-
res, les services publics .les Ma


gistrats public les diernires lois AVLS DE DIVORCE i
le plus im:portantdes dponcennt co En verti d'un jugement rend.
le fia : caisse des depots et con a e T u C
signatisar le Tibunal Civil de Petit*
Afermage et domane i Gove en date du vangt-six janm
Afe e t doane p vie, ir.mitl neuf cent cinquante six
Agencies de voyages, cacao, con intervenu entire la dame Jeaf
merce, entreprises nouvelles. ,Renaud4dit Raoul Pradent, nb
CGreffe, iimmantriculation des ve P6hilsia 'St. Louis, surnommn t
hicules et permits de coonduire, Gyi.m4cia demanderesse en divor
industries nouvelles, licence d'te G entr n en met
.ce contre son 4poux, ,admettana
ranger, organism, de develop -Ie ivre et autoon sant La det,
.pement de la vallee de l'Artibo ma, divoe et auto.se nter par
nie Socit n manderesse A^se presenter par
nite Socits anonymes p6cu_ devant .l'officier de 1'Etat Civil
nation en aenr4es Recettes Corn de. etit-ave. Section N
munales,'de- Petit-Goave. Section NorM
u ..l. -c pour le fire prononcer, lequel
L'utilitM praltiquL de ce Code jent signi A l parties'
vient de ce qu'il met & jour par jgenmentsignifie la, parties d6
nenderesse defaillante suivant
un systeme de r&f6rences cons- 'e e signification .
antes le code fiscal Haitien et les eot de signfication e
antes splmentde i1953.e et d de summation en date des seizea
les supplements de 1953.. et de fdvmieret trente et un, mar n'
1954. Dans ce volume.figure un n
ans c i r e l neuf cent cinquante six, minist&.
sommaire, qui heit ressoirti les
5flf. qu ft I ~ lea re de l'tauissier Pierre Ostinh dim
additions de chapitres qui font re de huis iePrre Ostito
l'objet des nouvelles rglemeni e Petit-,
tations grace I ce sommaire on II a 6t6 procddI le lundi nea
saisit mieux les liens existant Avril, mil neuf cent cinquanf
entire les quatre publications six, A dix heures du matin, sW
qui foment un tout. la requisition de la demandera
Nous Micitons ladkninistra- se assisted de Me. J. Mirabeaq
tion gendrale des contributions Andre son avocat-Conseil, al
particulibrement le Direceur ad prononce du divorce entire leg
joint des Contributions notre con spoux Jean Renand, dit Raoit
frere et ami Chalmes F.Pressoir Prudent, la femme nee Philacde
qui s'est d4cidmient tail11 une St-Louis, surnommie. Gy. ncla
place d ins cette oeuvre de'haute par Monsieur Paul Desroster
ap6cialisation. Joseph Allioth, Officier de I'Etat
REPUBLIQU. D'HAITI Civil de Petit-GoAve, en presw,
ADMINISTRATION GEDNERA e des tkoins Firmin Chariot
LE DES CONTRIBUTIONS et Lu Pressir amens par
AVIS comparante.
Le ,SUPPLEMENT,'FISCAL Petit-GoAve, ce 9 Avril 1956.
ET ECON9MIQUEI 1955.
6ditd par .'Administration G0nd J. Mirabeau Ander. av.



Lolerie de I'Ela Haitien



One institution h Mule port6e social qui nous

deine la chance de changr en an rien de temps 1

les conditions maltrieIles de noire vie el d'ac- 1

complir une oeuvre social el humanitainr en

aidRani les cononiiquement faibles et les inslifa-

lions de bienfa sance. .


ley gros lof

2e gros lot

-3e gros lot


100.000 gdes


16.000 gdes '

10.000 gdes


nur Ia ler firags le 2e lot esl de 20.000 et les
It ofe 3& -les mimes.

N'hlsilez pas i "cthefer on billel oB un coupon
doe la loterie de I'Ea aitien & chacun des deuax,


I I


rale des Contributions, est mis
en vente aux prix de Six Gouc
des (Gdes. 6.00).

II met A jour le Code Fiscal
IHaitien et les Suppl&ments de
1953 et 1954 (Recettes Internes,
|COminunales, Douanibres, Tea
tes divers A caracteres eoonom=i
que, reglements sur la circula.
.tion, etc.)








MARDI ler MAI 1956


PAGE 4


LES DILIGENCES DEI:'ASSOCIA TION DES JOURNALISTS
Suite de la 1~re page


(Suite oc Jla lere page)
p_____ e Ces demarohes se poursuivent .juelconque de ses Imembres dans
mBende : dIcheance ou irreceva jusqu'b l'1largissement de notre 1'exercice de sa profession ou A
bilit6? Coll6gue. 'occasion de cet exeretee.
'La Gazette du (Palais fait re- En presence de telles conjonc- En consequence, PAssociation
mDarquer que pratiquement les tures et vu le climate cr&6 par cet des journalists r6prouve tout a-
deux sanctions n'en font qu'une te 4poque domin6e par les preoc gissement qui A l'analyse estcon
ayant le m4me r&sultat, de fai- cupations 4 ectorales et politi- sidier come une violation des
re repousser 1'appel, sans exa- ques, le Comit. de 1'Association droits et des protections 4tablis-
maen.' croit dlevoir presicer sa position par la loi et la constitution et
Ne jonons idonc pas sur les en faisant la declaration suivan- r6clame 6nergiquement. pour ses
mots. L'irrecevabilith pas plus te : membres, les garanties formuldes
que la, dTheance ne peut etre 1) L'Associalion des Journalis par la charte sur la libertO d'ex-
prononede. si la loi ,n'en a pas tes, qui selon le voeu de l'art 2 pression, sur la liberty individual
fait elle-nilme la sanction de l'in de ses statutes .entretient entire le, sur le respect de la personnel
formnalitd. ses membres tertt de la Capitale humaine, du domicile, des archi-
Et puis, pourquol tuir par la que de la Province des rapports ves et de tout materiel apparte-
tangente en recourant a une ir bass sur une consideration et nant A un journalist
Sreoevabilite lorsque. Al'ordinai une estime r&ciproque tenues Le Comitf Directeur .
re, c'est bien la d6chdance qui constamment au dessus de tou- de I'Association
est prvue en pareil cas et lors tes les divergences possibles d'o Pour :e Comite.
que, c'btait lA la sanction de la pinions et d'int rts, engage son J4e Secretaire Gmeral
loi 'sur l'appe., du texte mmm action dans les cas et dans les Lucien MONTAS
abroge en juillet mil neuf cent forces pr6vtis par ses statute ,
cinquante cinq. tenir comnpte de Yappartenance CE' QU'A FAIT LE COMITE
Posons done le probleme sans olitique ou des ideologies .parti AVANT L'ARREESTATION
ambage. L'expiration du delai fculieres de ses membres qui gar t-- ne e 16 Av 1956
de troi jours pr-vu par 1'art. dent A cet 6gardleurentibre in- Au Comnit Di ecteur &e i'AJ.H.
86. modified emporte-t-elle dech3 kl6pendance et portent l'entibre e so Burea
anoe? responsabilit6 de leurs opinions ..
On ne saurait r6pondre par I'af et de lauirs 4crits. Messieurs.
firanative en presence des tex- 2) Elle entend cependant em- En ma quality de Membre de 1'A.
tes reproduits plus haut. Le tier player tbus les moyens en son J.H, je m'empresse de porter h
tier a supprinm6 les terms h pouvoir pour rdagir cntre les a- votre connalssance que jeudi der
Seine de dcheance' qui etaient bus don't peut etre victim 1'un nier 12 Avril 1956, dans 'apres-
6drits dans le premier. m' anidi, au moment oiu 'on r4ali-
. On penuttout. dire 1s ormais, ex pissmentsait le mirage de mon journal
tept, ;que la d6ch6ance est atta ayant le pouvoir de.le fixer, il a .OEDIPE, qui devait Wtre livr6
'-cbhe a. 'expiration du da Ce ceui de le conditionner, d'en r- au public le lendemain vendred,
S'est point par inadvertance quegr ls ons fences presides agents de la Police ont pro-
. ces tennes out et& effac6s. N'1-. ut, passe le ddlai qu'il indique, i4 la'fermeture de mon Im-
tait-il pas pnible et excessif de telle sanction sera appliquee. i
ir o ttre un recours La parties qui omploie une piece rI n r un intervention
oir compr-mettre .n I Comptant snr une intervention
TAt nen -justice en doit communica- .
ORDINAIR parce que appe justicee en dmmnca e 'A.J.H, aupres du' Secr6taire
plant n'avait pas d6po6s6 'amen tion- apris un certain delai, on d'Etat de VInt~rieur, de qui re-
,le dans un d6lal relativement se pourvoit devant le" juge qui 'I.ve le D6partement de la Poli-
court? De' lia solution 10o) de en fixe .un et decide que passe ce otenr des ca-
.court? De l la ce, en vue_,d obtenir des explica-
pr og"er le d6la, 2o) de supper nouveau dlai les pieces ne pour n ur cette eure au
Sner a 6ohaee. rnt pas etre utilises dans le pro tions sr ctte measure aussi ar-me met
Et pourtant, il &alt quel'amen ces, cest- c quelapartie se- de poursui-
de soit 46ipose. La loi le veut. ra d6chue du droit de les utiliser a bt ursu
ie so-it dcposee.-> e' ivre mes activities de journaliste.
Quand' elle n'a pas attache la iQuand une arnende est encourue vre s activists de journalist.
Quand clle n 9i a je vous renouvelle Messieurs,
dAOh(anCe > l'expiration d'un pour insuffisance de timbre par
I r ;assurance de mes serttiments r6
delai, le juge ne saurait le faire example; le tribunal devant qui. ou ,,t
J sa place, soit ouvertement, la piee est produlte fixe un d- Jean MAGLOTRE
sot en tenant Te bials d.une ir lai pour le pavement de 1'amende Drteur Journal
recevabilit6 qui n'est qu'un chan et &dicte la sanction encournue D PE.G
cement de nom (j'en demand i l'expiration du delal. 10 Rue Capois Port-au-Prince
pardbn & la Cour de Cassation Ainsi doitdl en etre dans le cas ait.. I
don't la Gazette du Palais du de l'amende de fol appel. La loi
vingt deux maari mil neuf cent n'ayant pas attach la decheance ASSOCATIO DES
cinquante six rapporte 1'opinion. l'expiration du" dlai, le juge JOURNALISTES HAITIENS
La situation serait-elle sans is- fixera un nouveau delai, a peine
sue? Dans le language -du palais de d6chdance. ( Boite Postale : No
on dit d'tn parell d61ai qu'il Si l'on n'adoptait pas cette solu- Port-au-Prince, Haiti
n'est pas fatal. Cela signifie que tion, il en resterait une autre. Le 18 Avril 1956
la sanction n'est pas attachee A car il n'y a jtas de'decheance Monsieur le Sccr4taire d'Etat,
la seule exphraton et que la for, sans texte et le ddlai en question
malit6 dernand4e pert encore n'est pas fatal: le juge ordonne- Nous avons l'bonneur de vous
etre accomplie aprbs, s'll n'y a rait li consignation de l'amende Informer que nous avons recu de
pas d'autre obstacle. et surseoierait A statue jusqu'A notre confrbre Jean Magloire, Di
Reste A savor jusriu'b quand. son d6pot. Des deux parties oon recteur-G6rant du journal -Oedi-
La loi est necesairement muette, tondantes l en a toujours une pe une lettre en date du 16 A-
dans cette hypothtse. au moins interessge a faire ju. vril 1956, par laquelle il porte
La solution est connue en parell ger la cause. Flle deposerait P'a- A notre connaissance que des a-
cas et appliqu6e' bien souvent mende et les interets du fise se- gents de Police ont proc&6d6 la
en -jurisprudence. LorsqWuune raient saufs. En definitive, l'a- fermeture de son Imprimerie.
formality est prescrite. sans d mende serait supported par la Au moment oi l'on realisait,
lai ou sans ddlai fatal (ce qui est parties perdante, la justice serait 4crit-il. le tirage de mon journal
tout un du point de Vue particu- save. Peut-ktre apres tout, cette .Oedipe, qui devait 'tre livr4 au
lier qui nous occupe) come la solution- est-elle la ineilleure et public le lendemain .vendredi,
situation ne peout pas rester sans la plus conforme a la rigueur de des agents de la Police ont proc&-
Issue,-le juge fixe un d4lai (ou la regle pas de d6ch6ance sans d1 a la feomneture.de mon impri-
un nouveau delal) pour l'accom- texte. -. irio'


SConform6ment aux obligations
qui lui incumbent en vertu de
ses status, l'Association des Jour
nalistes Haitiens, vous prie de
lui faire avoir des renseigne-
ments a ce sujet et de prendre
les dispositions pour que ne -se
'renouvellent pas les faits don't
Ise plaint notre confrete.
Dans l'espoir de recevoir une
communication a ce sujet, je
vous prie d'"gr~er, Monsieur le
Seeortaire d'Etat I'assurance de
hotre haute consideration.
Pour leComit4 Directeur.
Lucien MONTHS
Secretaire General de 1'A.J'H.
t Son Excellence
Monsieur Adelphin Telson
Secr6taire d'Etat de l'Intkrieur
ASSOCIATION DES
JOURNALISTS HAITENS
SBcite'Postale : No
Port-au-Prince, Haiti
'Monsieur Jean Magloire
;"Le 18 Avril 1956
M6n cher Confrbre,

J'accuse r&eption de votre let-
tre du 16 Avril 1956 par laquelle
vous informed le Cornit-Direc-
teur de 'A.J.H., que des agents
de la police ont dans l'aprks-midi
du 12 du rmme mois, procedd A
la, fermeture. de votre imprime-
ne.
Je mempresse de ;porter. .vo-
tre connaissance que le. Comit6
Directeur de l'A.JH., a immedia
tement et conforanm ent aux sta
tuts de 1'Assoeiation 6crit au Se-
cr6taire ,d'Etat de l'Int6rieur
pour solliciter des explications
sur cette measure qui vous frappe
dans 1'exerclce de votre profes-
sion.
Agrbez, mon cher Magloire l'As
surance de mes sentiments con-
fraternels.
Pour le Comit.S-Directeur,
Lucien MONTHS
Secretaire-G6n6ral de I'Associa-
tilon des Journalistes Haltiens.
SECRETAIRE D'ETAT DE
L'INTERIEUR ET DE LA
DEFENSE NATIONAL
A l'Association des Journalistes
Haitiens,
En Ville.
Messieurs, ,.
J'ai 1'avahtage de vous accuser
reception de votre lettre en date
du 18 Avril en course, par laque!
le vous transmettez A mon dfpar
tement les doldances de votre
Confrere Jean Magloire, Direc-
teur G6rant 'Au Journal COedipe
Cette communication fera objet
de ma s6rieuse consideration.
Agr6ez, Messieurs, l'expression
de mes sentiments distingu6s.
Adelphin TELSON
Secr6taire d'Etat

Port-au-Prince le 24 Avril 1956
Monsieur Adelphin Telson
Secr6taires d'Etat die l'nt6rieur
et de la Justice
En ses bureaux,
'Monsieur le a ecretaire d'Etat,
Nous .avons l'honneur d'accu
ser reception de vottre lettre No


D-6: 2697 en dae du 21 Avr l
1956 responsive la notre en da
te du 18 Avril 1956, par laquelle
vous nous infcrmez que votre
Departement a pris ten s6rieuse
consideration, la lettre du Comna
ft' Directeur de l'Association des
Journalistes Haitiens relative i
la fermeture de 1'Imprimerie du
Journal OEDIPE,.
Cependant peu apres la r6cep-
tion de cette dpiche, I'A.J.H.,
apprenait que dans la matin6e
du drimanche 22 'Avril un agent
de la Police ,rbc6dait A 1'arresta.
. ,n en sa residence A la Rue Ca
pois de notre confrere Jean Ma.
Jloire
Le lendamain Mme Jean Ma.
gloire confirmait le fait aur Comi
t6-Directeur d1e 'A.J.H., et signa
lait qu'il ne lui tait mime pas
permis d'apporter des aoil-
ments au d6tenu. I'A.J.H., inter
vient en faverr de Jean Magloi.
ne, iembre de 'Associatioau des
Journalistes Haitiens pour de.
mander son Olargissement au
cas 6&i lenquete fe reliverait au
cune charge centre lu!.
Dans le cas contraire, I'A.J.H,
demand que. des measures in-
mediates soient prises pour que
le Journaliste Jean Magloire soit
d6f6r( A ses juges natAuels.

iNous vous dlemandons gale
ment de bien vouloir 'passer les
instructions ndcessaires aux au
torits comnp6tentes pourqu'il
soit permis A sa femme de lul fai

re parvenir ats aliments.
Dans Yespoir que notre requ&
toe sera fa-vrablement accueillie
nous vous prions d'agreer, Mon
sieur le Secr6taire .VEtatj 'asws
-anoe de notre haute consid6ra-
tion.

Pour Je Comit6 Directeur

Le Secretaire-G4ndral

Lucien MONTHS

UNE BRILLANTE INTERVENI
TION DE NOTRE CONFRERE
JOSEPH THEVENIN

Notre excellent confrere et a-
mi Joseph Thevenin F'un des 4
ments los plus avanc6s d% notre
journalism a fait dans le numn
ro du 19 Avril "956.de notre syi
pathique confrere Haiti-Journal
des considerations des plus ju~f
cieuses sur notre editorial: Vers
la revision de nos concepts,.

A propos do nos suggestions
relatives A la formation des par
tis poltiques Thevenin 6crit :
-Si I'on veut r6ellement que ces
parties prennent naissance, cr&
ons d'abord les possibilities : r
formons nos concepts' notre ni
nitre de penser et nos comport
ments, en un mot falsons oeuvr
qui vaille

D'accord, confrere et cognp
ments


Quelle est la sanction
non delaul de paiemeni
- de I'amende


LEE DEBATS *


I-