Gazette Nationale ou Le Moniteur Universel (France), Port-au-Prince copy, the 1789-1804 only, (20 reels, digitized at NB...

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Gazette Nationale ou Le Moniteur Universel (France), Port-au-Prince copy, the 1789-1804 only, (20 reels, digitized at NBS from U.FL microfilm; UF/LLMC split costs)
Physical Description:
Mixed Material
Publisher:
1789-1804 only,
Publication Date:

Notes

General Note:
4-per-1789-
General Note:
U. Fl. Microfilm

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
LLMC31773
System ID:
AA00000839:00018


This item has the following downloads:


Table of Contents
    Cover
        Page i
        Page ii
    Janvier 1790
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 91a
        Page 92a
        Page 93a
        Page 94a
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
    Fevrier 1790
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
    Mars 1790
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 282a
        Page 283a
        Page 284a
        Page 285a
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
    Avril 1790
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
        Page 375
        Page 376
        Page 377
        Page 378
        Page 379
        Page 380
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
        Page 385
        Page 386
        Page 387
        Page 388
        Page 389
        Page 390
        Page 391
        Page 392
        Page 393
        Page 394
        Page 395
        Page 396
        Page 397
        Page 398
        Page 399
        Page 400
        Page 401
        Page 402
        Page 403
        Page 404
        Page 405
        Page 406
        Page 407
        Page 408
        Page 409
        Page 410
        Page 411
        Page 412
        Page 413
        Page 414
        Page 415
        Page 416
        Page 417
        Page 418
        Page 419
        Page 420
        Page 421
        Page 422
        Page 423
        Page 424
        Page 425
        Page 426
        Page 427
        Page 428
        Page 429
        Page 430
        Page 431
        Page 432
        Page 433
        Page 434
        Page 435
        Page 436
        Page 437
        Page 438
        Page 439
        Page 440
        Page 441
        Page 442
        Page 443
        Page 444
        Page 445
        Page 446
        Page 447
        Page 448
        Page 449
        Page 450
        Page 451
        Page 452
        Page 453
        Page 454
        Page 455
        Page 456
        Page 457
        Page 458
        Page 459
        Page 460
        Page 461
        Page 462
        Page 463
        Page 464
        Page 465
        Page 466
        Page 467
        Page 468
        Page 469
        Page 470
        Page 471
        Page 472
        Page 473
        Page 474
        Page 474-1
        Page 474-2
        Page 475
        Page 476
        Page 477
        Page 478
        Page 479
        Page 480
        Page 481
        Page 482
        Page 483
        Page 484
        Page 485
        Page 486
        Page 487
        Page 488
        Page 489
        Page 490
    Mai 1790
        Page 491
        Page 492
        Page 493
        Page 494
        Page 495
        Page 496
        Page 497
        Page 498
        Page 499
        Page 500
        Page 501
        Page 502
        Page 503
        Page 504
        Page 505
        Page 506
        Page 507
        Page 508
        Page 509
        Page 510
        Page 511
        Page 512
        Page 513
        Page 514
        Page 515
        Page 516
        Page 517
        Page 518
        Page 519
        Page 520
        Page 519a
        Page 520a
        Page 521
        Page 522
        Page 523
        Page 524
        Page 525
        Page 526
        Page 527
        Page 528
        Page 529
        Page 530
        Page 531
        Page 532
        Page 533
        Page 534
        Page 535
        Page 536
        Page 537
        Page 538
        Page 539
        Page 540
        Page 541
        Page 542
        Page 543
        Page 544
        Page 545
        Page 546
        Page 547
        Page 548
        Page 549
        Page 550
        Page 551
        Page 552
        Page 553
        Page 554
        Page 555
        Page 556
        Page 557
        Page 558
        Page 559
        Page 560
        Page 561
        Page 562
        Page 563
        Page 564
        Page 565
        Page 566
        Page 567
        Page 568
        Page 569
        Page 570
        Page 571
        Page 572
        Page 573
        Page 574
        Page 575
        Page 576
        Page 577
        Page 578
        Page 579
        Page 580
        Page 581
        Page 582
        Page 583
        Page 584
        Page 585
        Page 586
        Page 587
        Page 588
        Page 589
        Page 590
        Page 591
        Page 592
        Page 593
        Page 594
        Page 595
        Page 596
        Page 597
        Page 598
        Page 599
        Page 600
        Page 601
        Page 602
        Page 603
        Page 604
        Page 605
        Page 606
        Page 607
        Page 608
        Page 609
        Page 610
        Page 611
        Page 612
        Page 613
        Page 614
    Juin 1790
        Page 615
        Page 616
        Page 617
        Page 618
        Page 619
        Page 620
        Page 621
        Page 622
        Page 623
        Page 624
        Page 625
        Page 626
        Page 627
        Page 628
        Page 629
        Page 630
        Page 631
        Page 632
        Page 633
        Page 634
        Page 635
        Page 636
        Page 637
        Page 638
        Page 639
        Page 640
        Page 641
        Page 642
        Page 643
        Page 644
        Page 645
        Page 646
        Page 647
        Page 648
        Page 649
        Page 650
        Page 651
        Page 652
        Page 653
        Page 654
        Page 655
        Page 656
        Page 657
        Page 658
        Page 659
        Page 660
        Page 661
        Page 662
        Page 663
        Page 664
        Page 665
        Page 666
        Page 667
        Page 668
        Page 669
        Page 670
        Page 671
        Page 672
        Page 673
        Page 674
        Page 675
        Page 676
        Page 677
        Page 678
        Page 679
        Page 680
        Page 681
        Page 682
        Page 683
        Page 684
        Page 685
        Page 686
        Page 687
        Page 688
        Page 689
        Page 690
        Page 691
        Page 692
        Page 693
        Page 694
        Page 695
        Page 696
        Page 697
        Page 698
        Page 699
        Page 700
        Page 701
        Page 702
        Page 703
        Page 704
        Page 705
        Page 706
        Page 707
        Page 708
        Page 709
        Page 710
        Page 711
        Page 712
        Page 713
        Page 714
        Page 715
        Page 716
        Page 717
        Page 718
        Page 719
        Page 720
        Page 721
        Page 722
        Page 723
        Page 724
        Page 725
        Page 726
        Page 727
        Page 728
        Page 729
        Page 730
        Page 731
        Page 732
        Page 733
        Page 734
        Page 735
        Page 736
        Page 737
        Page 738
        Page 739
        Page 740
        Page 741
        Page 742
Full Text















This volume was donated to LLMC
to enrich its on-line offerings and
for purposes of long-term preservation by

University of Florida Library







A -


f -.


WI -


A $


IN


FOR THE


OF i


ol


9


'E











AZETENATIONALE, ou LE MONITEUR EL


SV E ND R DI JAN VIER 1790. -

lui confer ia part du 'gouvernement qui concern i l eft de notre devoir de vous privenir, Mornieur,
P l I- T IQ U E Is a.r-es intriers du royaunie mais ce defir, quun gSand nombre de nos compatriotes nous ont
qu on pretend avoir ete ftggdrs an roi par le lord charges de nous adreffei en leur nom a rAftemnble
S. Hawkesbury., trouvera, dir.on des contradicteurs I national.
T U.. Q U I E.' dans le duc de Portland et M. Fox. Auffi-tot que'les objets fi urgens don't cette :.flem-
Le marquis deBuckingham, ancient lord-lieute-:l blFe ,ccupe actuellement pour le bonh.:ur n mandde Vinne V ,le 19 dceinbre .quun nant d'lrlande favor du rol eft dans un'i rat del 'ance teront rcgesanous nous propofons de rla
envOey du gr .il vifir a apport6 a Belgrade le langueutr qui, fans fire craindre -tine fin prochaine, nrier de fa part une attetia que les malheursde note
't de ce m,1is, des Wlttres a M. le, marechal de empeche d'epfdrer un retour de fanr. Patrie et leurscaules follicitent egaleent de 'huma-
Laudhon imIon ,e le contenu des lettres. M. e nit des repr6fentanis de la Nation et de leur juilice.
'i ..cch.il de Laudhon tlh atIDdu ici Je 28 de ce pafflagers dtu Swallow qui arrivent de 'ITnde, Cette reclamation aura principalement pour objet
moss. u -- aurentqueTippo-Saib a faitdes incurfions fur notre la quarrieme garantie qui vient d'etie accorded
Le brt ui i s'etal r-pandu que le blocks d'eO- rteintore et qu'il seftntime empard de Tillichry. I ariltocratie de Geneve et a laquelle les donateurs
.L.a erit.quiv, -iant rdu. -fque d octi sndmOr- Nous ne garantffonr pas I autheiticite de cette non- font probablement allufion, en parlant des bienfaits
I eft certain du moins que k ti de ce m ,is'cteviie ville de ia France. '
eaitencore loque. Au refte, les Au ichiensetinlt Lord Weflmorelaid va fe rendre a Dublin, pour ,"Nous m ontrerons q 'en privant le tres -grand
maHnres de la V'alalhie et du paf.ige d i Danube a remplirt1s functions de lord-lieutenant. renombre descitoy,enseenevosd ffacetouslesdrots inhe
Gadowa, i eft impofible que a gaifon Tuque rens la liberty cette garantie efface cette etite
d'Orfow a resolve des fecours ,er riei n'obligel Les deputies des provinces Belgiques n ont pas ete6, Rpublique du rang desEtats fouverains, pourpiote-
troupes de a enpereur de conrimu r 1 re lirrer itte reus ici par les fecretaires d'Etat fous le titre d'en- ger chez elle une forme de gouvernement organif~e
place ou' ils ont b-e.ucooup i liouir r. des agueurs voyes: nous avons craint de donner de ,:onibrage a lur ce principle, autrefois inconou aux Genevois,
d la failbn. empereur. qu avant defongera reinter la confiance pablique, tifau
a fi'.. I On-n'exporte plus de cevaux pour la France. 'ir en main les moyens de s'enpaffer.
S A K La demand de cette garantie a ete faite au nom de
Du A N l A R. C K,*. On made de Madras, le z aout, que le lord la Republique entiere, parce que les magiltrats out
De Copenh 4u 4 el ce.br C-rnwallis a fait publier une proclamation fans re- trove le moven de la comprendre dans la mif-rable
De CeI., I "y dceml.ferve -la traite des negies eit abole au Bengale. transaction qu'il firent approuver, in globo a leurs
Le roi a nom\e president du departeinent de la Toute perfonne don't, a Iavenir, le vil iit ret fera conciroyens, en fevrier dernier, dans un moment de
Sguerre ie prince Charles de Helfe, et a r6formr le av6r recounu dans ce commerce infame, foit direc- confusion de vertige et de crainte et que ceux-ci
rgimeint de Seeland dragons, ainfi qiua les deux tement, foit.indirectement, fera force ne compa- ne ftrent pas libres de feparer cet objet des autres
,regimens de Fionie et de Wibourg, infln tetie, qui raitre a la cour fupr6me de Calcutta..... La procla- qu'on propofair a leurs fuftrages.
oate t inacorpores dans d'autres tgiaia matiorr-va plus loin : elle .promet des recompenfes Jamais elle n'eut et6 accord&e ni par la court de
( cnt roupies, fica) aux delateurs des contrevenans. Turin, ni par le canton de Berne, file cabinet de
S U E D E. On sempreffe left vrai, der marquerqu'il Wel Francen'avaitnon-feuileentdonnel'exempledecette
pas tres-commode pour les Anglais de fe montrer nouvelle intervention, mais encore employee fon in--
1, roi, depuis on.retour a SroGkholmn a aug- outt A fait philofophes dans les Indes Orientales, oi' fluence fur ces deux Etats pour les determiner a y
meirce fon armee d'un nouveau regiment auquelilt 'efclavage eft une horreur intdle et gratuite. -. prendre part.
'a done le norn de rihnment de Bothnie. ': Fa ra-rt il done que les franq.is attendente de la part i Cette conduiteque vous anrez peinea comprendre,
ad. la Grande-Bretagne un exemple plus g4nereux I Monfieur, ef t'ciferdes follicitations actives et conti-
P 0 L 0 G N E. dtn les Indes occidentales et n'oferaient-ilsTfren- nuelles des ariflocratts Genevois aupres des minifires
; De Varfovie, le rz decembre. 'f.ii s et efficace. pour preparer Pmancipation daris Nous ne voulons pas dire que le don announce conmme
SIcus colonies, expofees tot ou tard a tine infurrec- Feffet de leurs regard particuliers pour ce miniftre,,
I! parait qu'on a renonce,dai moins pour lenioment, rion die la part ds noirs [- foit on le ptix de fa complailance ou une condition
I l'idee de porter 'armee a loo nilie hominis, Lt fanslaquelf la garantien aurait pas eu lieu mais ty>us
qu'on fe bornera a 68 oun69 mille, Afelitreticn d1i'- E T A T S U N I S. affirmons c nne des fits notoires dans Geneve, que
qttels peuvwnt fuffire les imp6ts nouvellement e t.iblis. les dernieres.aflurances donnes par -M. Necker aux
Siuivaiit les deiniers rapports de'la .omnnilion Jde On narded Philadelphaie qut lo Congris con- magifirats Genevois fur Fobtentionde la garantie,
guerre ge -rbre fera co ipler. dans tres/peu de ti, de figer a New- York et probabiement pour ocidentpourle teams avecl invitationquileuraete
terns, et re plan parat etre de mettre cett-r arm~ flo-, ems, du m ins a en ,jiier par Ia ,ii ,,tude faite en fon noi de s'intereffer dans la contribution
tout-a-fait itr pied, d'ici au nMois de mars pLochin. d'.a ies impurtanres qui 'occuaent. Nous fommes patrzotique; --que les fonfcriptions relatives a ce der-
Le bruit qu avait cominu d-T entree prochalune il ni ciurifiix do fvoir ce que les strangers diront de'nos nier objet, ontcommence a p peu Fre- alam&rne epo-
corps de troup.s ru Io-s.i Liituanie,a ete6 trniti pi no(uveix arrangement de commerce. Chez nous que ;-quelles font reftees ouvrtes jufqu'a I arrive
ls. avis arrives pnrldriL-iemrent de ceite fronnere, et .i n'y a qi-'une opinion, et ef e leur eft favorable. des pleins pouvois,envertudefquls lagarantiea r
qui porteiit'que tout y eit de la plus grande tranquil- Afurement nous devons la prbfernce a nos propres fignee; et que c eft feulement alors que le dernier
lite. Siur ces premiers bruits, Ia Repubhqjie apis vaiffeaux, &c.; quanvt-a ceuxqui nous vierinntrde relultatde cette foufcriptionaeteadrefleeaumminifre.
quelques alarmes, elle leur doit en ce mom:t une P trainger t A -letrs nuai hatidi ci no;s ne ftifons En attendant les d6veloppemens que.nous donne-
nouvdle .iilti,.e de protcti.mi et d'appuai do .a part aricutieaccepion de perfonnes. No droits d'entroe tons a, cette affaire das laquelle non-feulement
duf roi de Prufle. Cette alfurance eft colifi.e datis er iosacts de tonnage, m-tternt routes les Nations l'honneur et la loyaut-de la Nation Francairle, mais
uie lettr, ecrice de la propre main de 1. Pi 1.lu i. fi-r i, mf-me pied. On onvie)ndra que nous ne pou- fes intrerts meme nous parailfTent galement compro-
a n l.s Luchelini,-fon ini"tre, et qu: "e co- vions tenir Jes druits pusbas, fi P'm cotifiiiere les m"is nous devons anosconcitoyens de vous informer ,
mnliiquie A lt diete le io de ce riois. Cett~ letrie fubfides que le governmentt exige tie nus;- is que touts les efforts des .isiltir Je Geneve pour
puite en fubtianc, que le roi de Pruffe eft tout piper montent, d'aprs un apr, du comit6, a pus d4 donner le plus grand 6clat A la promulgation de cette
Ct dehre ell Ce moment, plus quLje laais, de laire h.ui millions de j las garantie a 'affemblee g6ndrale out ete vans.
avec la 116publique un traits dalliance qui inirt .- olhi- i Treripes deplis q-elquest .nl.zes danw nos efp6. Les volontaires fe font refufes A prendre les-armes
deimnit ltIs forces et les inler&ts des deux nations ra| es, relativementaux aiangemens politiqces e't pour cette pr-tendue fdte. La plupart des citoyens
que pour y parvenir Sa Majeid define que la Reptii. Le commerce, nous avons pne aujoutd'hui A p en- regardant ce jour come uh j-our de deuil pour la
blqtqe le hare- d arranger fti gouvernement et de dre cette coifiance, qui con.oibue fouvent A realifer Patinte, fe font abtlenus de l'affermblee ; -t celle ci,
fixer la conlitittion de maniere a lnfpirer de la con, les defirs d'une Nat-on. II fTut cependa-t, convenir q.i, fous 1Fempire des lois et de la liberty eut 6t
fiance dans 1. ngg.in. us uIon juger cunve qn routes les apparences promettent au gouver- denviron1x A 16o0citoyens,-a 6t6 rduire a environ
able de co(i i.i(t., r iqtie s'l arrivait ce qui parait nement fidiratif cette dnergie qui ,feule pent le. on 400, qui, pour mafquer leur petit nonmbre,
hort de route vraileinblatnce, qI'un corps de troupe rendre refpectable. Heureufement on voit difpaairtre ont ouvert les porttesdu temple aux perfonnes de tout
xutles te dilpofat a entrcr lfur e territoire de la Re-a ls pr1 j ges et les animofirts auxquels nos dernieres fexe et de tout Age qui Wnont pas droit d y affiter.
publique, S. M. n'hiliterait pas y voler a fon fecouis ; coiteftatios avaient donn lieu et iinduftrie rem- Ce preliininaire ne promer pas fans doute a cet
avec touttCes '.s forces;, que ce point une tois enga- place insouciance o la dflipaion qui deivaient quatrieme garantie uti niAilleur fort qu'anx trois pr6-
ge, et I arme de. la fRepublique milfe fur pied, riei des memes foutces 'I faut convenir aufll que nos c6dentes; car, tant qu'i yatra de lavertu fir... trre-
ne tardera plus de fa part I'alliafice en quelion, et a manufactures en diffdrens genres ont faith des pro- toute tranfaction qui tendra, comnecelle ci, a priver
porter uine arnmie directrment en Ukraine. gi6s' qu'on n'ofait s'en protnettre et pour pen que no Peuple du droit de vivre fous des lois qui luiplai-
Cette lettre a cauf6 aux' Etats une vive fatisfac- nous perfiv6rions., nous pouvoits ea recueillir les fent, ne faurait fe foutenir bien long-teins.
tion. Le rftultat de lafdance a d&t : 10. de temojgner plus grands avantages. C'eft pour prvenir lescoimmotionset les malleurs
a M. le marquis de Luchefini, et par lui a S.M. F-rul- auxquels une nouvelle revolution poutrait nous expo-
fienne, lajoie que caufe aux Etats crtte nouvelle allu.- 11 s*e fait dernierement des changemens rapids fer encore, que nos conciroyens fe dipofent a re-
rance des difpofitions favorables de S. M. envers la daus routes les provinces fediratives relativeiment a courier q 1 Affenible national.
Repubhque, izs. de lai titmoignerl'impatience o Von la maniere de pefer fur la nature du gouvernement Une fois libres de toute garantie, rentr6s dans la
eli de c om,:u itcr au plut6t alliance defirie, et de It phls convenable. Le vice pcfidJeni Adams-a d- poffeflion du droit facre de fire leurs lois, fans que
leIpt:llmc-ient que Pon meftra, pour y parvenir a montr6 jufqu'i la conviction, dans fon excellent labfurde veto de cinquante ariftorrato paralyze leurs
ty~Iuminer I'oivrage de la conflitution; 3" la6tieon- ouvrage, quo la ddmocratie pur etait abfirde et volontes nos ,oncit',yeis retablirorit bient6t dans
fqleniieT t eniointaucomitedes i5 ,charg6dedr6di- iniaJm(ifblei; il a faith' voir !a fuprioriti d'un gon- Geneie une confiitutiol qui fixe a jamis lalibertt, ,
ger le plan de cette conlmitution, de pr1fenter le rra- vernement mn te, tel que eelui de la Grane-Breta~ le calm e la concorde dortles-garanties errangeres
vail quil avait faith jufqu'A ce moment, afin de fixer gne; fes indfions econnues jufes ont beaucoup les aaicnt prives.
fans delai let bafes prncipales et es points les plus diminuelaaverflonpopulairepoutliamorarhie,mmnle Lorfoue les. ariftocrates Genevois peent a ces
effentiels. ,"mide, I aucopmme enotre fol eit plus hCttis e lag garanties oni les out fi fouvent et.fi difpendieufe-
e e nvtre, c.eaucsrp de geos ne feraient pis tont montpo ils vsvanatent lag''i7- fraaife. Nous
Quelques nonces ona vainement tent d oppofer que es i ,m ,.amn s enile.t e n foUveraim dans les I 'exalterons A plus ufte titre, nous la bnirons; quand
des delais. Leur avis n'a pas dt fuivi et In s'eit Fptereres arn-es du fiecle or noue allo tt cette Nation loyal et magnanime ceffera de per-
teai Pn a inrdiqur An cet eieo unie fiance exera traor- Gmettre que fon nom et fe1 forces foient empIoyes a
vail. ptona ndiu Ae cet efetunefanceexor- G E N E V E. rotre opprefllon. '
dn.nre pour lnd4dece mois Vous pouvez Monfieur, fairede ces obfervations
A N G L r T E R R E. Lttre .1 .d PYolneyfaurl4 conribtion et lagarantit Ifufage que v6rs jiLtru convenable: elles font I'ex-.
AN L des Genevois, preffion de la vAire. Agreez celle de notre. i eon-
D Lodres ri aiirl.iice pour 1'interh que vous prenez aux driits
.De Lor. D'ar.ss obfervarioms que ous avez faites dams d'uie peuplade qui ne merita jamais de les perdre,
On afnure que Sa Majeft vientd'exprimer fon voeu l'Aftbl~e national, I mntiant ot 'on y annon- et qui en jouirat encore fil"on ett refpectb a for
de fire ettrtr le prince de GalIes au. confeil, et de gait ie don d 900oooo liv. faith par les G6~aewois. regard les appo>t facres qui uniffententre eux toi,


N. 11ie I ^ ~ rw m s


@RoIom -r' i' llr "" "-


'1
-~
-I-


































-1





I











e.













































j





les auties tires qui lui nmritaient le-refpect de la
Nation.
Monfieur eft done le premier auteur de I Nalite
publique. I a done un nouvel exeimple aujourd'hui,
en tenant fe[l parmi les repr6fentans : il felnble ne
vouloir etre appreci' que par fes fentimens patrio-
tiques. Ces fentimens font confignes dans I'explica-
tion que Monfieur veut bien donner a 1'AffemblIe.
Le prince va au devant de l'opinion publique!; le
citoyen met le prix a 'opinion des concitoyeNs, et
offre a Monfieur, au no-n de l'Affemblee, le' tribute
de reconnaiffince et de respect qu'elle doit A fes ft n-
timens et a Ihonneur de fa presence, et fur-tout au
prix qu'elle attache a 1'eflime des homines libres ,.-


TRIBUNAL DE POLICE.


general, pbur le fupplier d'tre notre mtdiitrur, **
d affurer aux ci-devant gard-'s-frauailes .s, quo Uous
fommr-s incapabL s da tenirdcs proposinjtureux contre
eux, qui pourraient tuireiJla tanquillitd publique 1
mais au contraire d'affurer a toute la capital, que
nous ferons toujours difpof6s a prendre fa ddfenfe au
pr-il d- notre vie, et qu'ayantrhonneur d'tre membres
de la garde national, nous fervirons tous common
freres etamis pour la furetI d-s citoyens: en foi do
quoi nous fupplions notre general de nous permettre
de fire imprimer et alficher le prefent, et avons-
fign6 C4 irtono le baron de Chetfontaine Coupard,
Cathol, DJ.-ijps, le come de.Q.etfut, de la
X-Cernice to0us capitaines ; et Sandri, Ojval, Mayer,
D.b.mrn.ou,, IVincent, Faber, Haidy ,Mercier, Suniau,
Coiffier, Nidton Richard, Delat officers Ku-
vembaek Bouillet Rein l r, Richard, Zuiigle
Nthlcr, Noel, Laurent, Salle, Pomer; Millet,
Degard, Riche Koliher Choffate Fltear feroven


les corps poliiques, quelle que foit leur puiffance ou
leur t ni:z." S,'g:as I, CLAVIxREE, J. A. Du Ro-
VsRAY L. E. DuXoNT.

FRANCE.

De Pontoife, le z) dicembre 1789.
11 eft bien defagrdable, M. le redacteur, lne ville qui n'a jamais cefte de donner des preuves de
fon patriotiline, d'etre regarded dans lesenvirons,et
furtout dajns la capital come peu patriote et indif
ferente au.bonh-ur public : telle ell cependant Fidee
qu'on a cherche a. donner dela villede Pontoife darys
les districts de Paris. Comme votre journal eft Pafyle
de tous ls citoycns qui fe trouwvnt mal-a-propos in-
cu!pes,nous vou prions devouloir bienyinferer cette
lectre, afin que perfonne W'ignore la mantere don't
notre ville s'efi conduit dans les circonftances ac-
tuelles.
Depuis le mois de juillet dernier, le corps mu-
DicipI ,:t le comite de Pontoife n'ont ceffe'de veiller
Sla t'ret dcs magafins que (ette ville avait dans Ion
fern pour !'approvifionnement de Paris, ils fe font oc-
cups plans relachedufoin de lui procurer des farines;
its out facrifi- une parties des provifionsqu'ils avaient
pom lk urs h bilans; ils ont donned, tait a la commune
de Paris qu t fes envoys tous les renfcignemens ,
toutes les 'uffificarions, routes les facilities qu'ils pou-
vaient d. firer; ils ont prevenu de tous Ies abus qu ils
fojpqonnaient; ils ont falt paut de tous les mnoyens
qu us (out pu imaginer de piocure'r des fubliffances
acttt- granJe ville, ils ont inspire akursconcitoyens
Yint6et le plus vIfet le plus grand refpect pour les
approvifionnemens de la capital, don't ils eraient les
depofitaires ; et ( ce qiuil eft effentil que tout le
monde fach ) au moyen du bon ordre et de la tran-
quillitd qui out reg' Julqu'a ce moment dans cette
ville .vraimnnt patriote malgre li dilette er la chetet
des grains, la mifere et la pauvrete dela majeure
parties des habitans,etl'abondance des provisions em-
magafinees daus cette ville, ou I traverlant pour Paris,
il n'y a pas eu un Ic ptier de bled deltine pour Paris ,
nous ne difons pas uinleve mais mrme arr&ee un feul
inflant : nos concitoyens connaillant 1'etat de detreffe
de la capita'e ont vu paillr fes provisions fans bmur-
murer, ils les out efcortees ; Is ont faith plus, ils ont
factifie une partie des k urs.
Un autre reproche qu'on fai a notre ville, et tout
aulli peu fond6e, n'a pour bale que le filence des pa-
piers publics fur nos demarch.s vis-i vis des repre-
fentans d la Nation.
Le 27 juillet deiniuer, la ville de Pontoife a envoy
1' Afftmblee national une deputation pour pretenter
a crtte augite Allf mblee fes hommages et fin pro-
fond rclpect.
Ses dtputes font charg-s de lui remettra un acte
formel d'aadifioi ai tou, fe, ae.rcts.
Le 30 feptembre fuivant elle a profit d'un me-
oire qu'elle adreffait a l'Aflemblee narionale pour
uti reiterer les affurances de fon enter auvou'ment.
Le 18 octobre leco.mite pour affortrl'txecution
du decret relatif i l'argenterie des eglifes a cit a
toutes les fabriques chapitres ct communmaurtcs d; la
ville, une lettre irculaire pour les engager i reunir
toutes leurs argenteries a IVhotel de-Ville. Cet e
reunion a product 6 1 6 marcs que le comite a envoyes
a IVho'el de- la monnaie.
Le zz novembre le comit6 a inflruit l'Affemblee
naiona'e de cet envoi, et I'a de nouveau affure de
fon center divouemcnt et de fr n aaheTion jrmd e a tous
'fes, d'crt.
II n'a et_ fait dins les journaux aucane mention de
ces actes d'aihc.fion.
Nous efperons, Monfieur que la publicity que
vous voudrez bien donner a cette lettte fera ceffer
tous les bruits defavantageux et les idees defavo-
rables qu'on a cherche a repandre centre lune ville
3ui s'edl montree aulli patriot que les autres villes
u royarr.e. Sigizs DE MOITLIERES maire;
A. CANNOT LRASSEUR CI'1AULIN, DUBOIS
officers municipaux de la vide de Ponto fe.


ADMINISTRATION.

M M UNICIP ALIT DE PARIS.

La premiere faute que nous ayonw commife eft,
felon nous d'avoiromir dans notre feuille lar6ponfe
de M. Bailly au difcours de Monfieur. Le titre feul
de cette feuille national nous en fait un reprochej
nous nous ftrtons ctpendant que le ton de patrio-
tifne qui y domine nous defendra contre un foupqon
injurieux. M. le maire n'a pas befoin de nos eloges.
Voici fon difcours : Paris le fait par coeur, et les
provinces le retiendront avec la plus vive recon-
laillance.
RWponfei de M. Bailly au difcours de Monfieur.
C'eft une grande fatisfaction pour les reprefen-
tins de la commune de Paris de voir parmii eux le
fare d',n roi cheri, d'un roi, le reflau'attur de la
liertd franpaife. Monfieur s'jt montre le premier
citoven du roautme, en votalitpour le tiers-rtat dans
11 teconde alfTembli e des nota les. 11 a ete le feui de
c.r avis, du moins avec un trrs-petit nombre d'amis
di People: il a ajout6 la digaite de la raifon a tous


r~t ,*s~r;lrar~rr~r~iuu*Iplu~lPasl~~


MM. les maire, lieutenant de mare, confeillers- et caporaux. Sign6, La hayitst .
adminifiratcurs et notables adjoints compofant. le
tribunal de Police, voulant rfeconder le zele de MM. M- i i .i ...... .i 1 1 .... ,
Its procureurs-fyndics de la commune, et acceldrer
le jugement d-s affairs portees par devanteux, le- L. I T T T R A T U R1 E.
quelles font en grand nombre et augmentent tous les
ours, tiendront I'audience de police, a I'hotel-de- L J1 G I S L A T I 0 N.
ville, depuis dix heures pricife s-'ai-lieu de midi,
les mercredi et famedi de chaque fcmaine, a computer Du Divorce feconde edition. A Paris de 1'im- H
du 30 decembre. primerie d, Movfik-ir, et fe vend chet Defenne
Fait et arrete en PIh6tel de-ville, le 24 decembre flibraire, au Palais-Royal.
1789. Signe Tko, illon confciller-adminiftraatt ir La prnrmiere edition decetouvrage a difparu. toii
prefidantTaudience ledir jour; Taffin, Vie, Dyetux, de fire; rien ne prove mieux I'intmr& qu'infpire
de Vergennes, le Ruo de L-fa, le Grand de Laleu, la queflion du divorce : nous croyons que la mantere
Andellc, notables adjoints. don't elle It traitee, dolt fire accueillircertefeconde
edition avrc plus d'empreffement encore.
Par sentence du mene tribunal de police, M. Dans uri moment on le deir et I'efpoir d'etre utile
Chlradame, entrep erneurde Venlevement dl'boues produifent nun fi grand nombre d'Ycivains lorfque .
et immondices de Paris, a ete condarmine trots cents Femprelfe-meut de repandre des opinuonsque I'fncroit .
livres d'amcn'de, pour contravention aux reglemens. av.nt .g uf6ts au biun public rend en quelque forte
Voici la forme et la teneur de cecte sentence on excufabkslaprecipitation t le defjutd'ordrequel'on
fera peut-etre bien aife de cornalre. 'une et 1'aurre, a pu renmarquer dans quelques ouvrages nouveaLx ;
) A tous ceux qui ces prefentes lettres vernont 'auteur (ie celui que nous annoncons a en le courage
Margueritte-Louis.Franqois du Port du Te tre, li ni de -ativailer avec patience: ii'a medit et approfoudi
tenant de maire, et ces notables ad:oints compofan, fon fujet. Ce livre nous a paru rmaqaiBlt u ', non.
le tribunal de- police a I'ho6d de-ville de Paris, Itulcment par Vruditioun mais furtout par 'ordre K
falut. Sivoir fiifons : lumineux et nmrhodiquee Ie l'arteur a nidsdaus fadif-
SQu'tntre le procurerir-firndic-a joint de la corn- ctflion ; on verra pourtant qu'il ne manque ni de
intine, demanjeur aux fi is des rapports des districts cettechaleur qu'iifpire aun home fenlible la d tenfe
des Jacobins, S. Dominique, S. Nicolas-du Char- d une caiife legitime, ni de cette eloquence du finti-
donnet et dc la Triinite, en date des fix 6t ireuf ment qrirepand un charge touchant.lui les dilcuf-
de ce mois et aux fins de I' \xploit d'aiiignii.iton.du 'ifions les plus abilraites et qui ferait pardonner do
quitorze, faith par Dore, huilliri audie"nccr, com- klegers de6fauts fi lon pouvait en reprocher A fon
milltire de police cn ce tribunal ; I Iouvrage
Contre M. ( heradaine, entrepreneur deenleve- L'aue uraecritpour tout le monde; il appelle aui
ne t des bvue t imnmndices elen.eur aux rap- ; nus Ies gens honibtcs et de bonne froi, et nous
So :s et exp .it, flt t iset defi lant j) pLnions qu'en dipit des prejug, s. toos viendront fe
On le pro urtur fyn ic adl,.int en fes conclu- ranger rdans fon pard et appuyer Ion opinion il txa.
fiuns et par ve-tu du d fiurde n-u- donn6,cntre mine le divorce come theologien, come hflto-
ce defail art non compararit, ri pe f ne pour lui, rien, conime jurifconfulte comee citoyen ec comme
duement ap; e'6, lecture faite des pie, es I le tribunal motalitt.e iet tous to s ces points de vue it en dive-
o do ne que e,. orIonlan es, arts et rig emens loppe la iultice et kIs avantages.
de police concervant I'enlevement des bo:res et im- La hipart des.perfonnes a qui habitudee tint liet
mnndices de Pa:is ,eront execus ; et attend !es d- refiex on, peufentque le marriage doit4treindiffo-
cont aventionsro idis~es par le deflu art, a2 fi qu iI luble, uniqu il ent'parce qu'dks lont toujours vu de
elt cor, ft6 par les troi rapports don't il s'agtt, le wuine ; le Ltulmortde divorce les effirouche, et leur
cond mrne en trois cents yivies d'amende A railrn de 'feibic blefler unt fint engagement. Voyonscommenc'
cent lives par (h.ique co.nraver tion, lui er j.int de I auteur lui-mn6e ex prime ion respect pour le noeud
fire fare A l'.vanir le service de cet enlevement ucoujugal;c'eil par-la qu'ilcommence fonintroduct'on.
avec la plus gran le exatitude focus plus g andes Le marriage elt uue desplus belles inflitutions qui
pines, Ti le cas y echort. 'exiltent fur la there : ilapure et protegeles plaifirs des
,, Faiat doit firt les cpnc'ufimns du procureur- (poux ; it aifutreTexilLnce et 1'dlucation des enfans;
fyndic adjoint f it d. finfts aulit defaillant et i attach; les parcns A leutr famnille et lescitoyens i
aux boueurs, fes char etiers et auties fes pripofls, It:i patrie; i second I'Etar par la population ; il
den rien exig-r des (itoyens pour Pet levement des done des -neurs A la fociet6, et I'humanitd lui doic
failles d'huitres et cendres; au furplus, ordonne dns plus doux fentimens.
qrae ces prifentes front imprimrs et affi h-es au Mais, ajoutel'auteur, tous ces avaitag's,dont je
t,imbre de trois c:nzt exemplaires, aux fiais dudit pourr,iis tendre et developer l'6numbration, ne
Ch radame, don't foixi.nte exempla;res ferort en* Ce trouvent que dans les manages heurt ,r une Union
voy6< aux diffricts ; contiamne en outre ledit di- ivaih,.uin urcufh product precifemint les tffcts con-
fr llant a coflt de I'aufg ration et de la figuifi action traires : fl:au Ids epoux ,des enfans et des families,
des pr6fentes, liq ,ides a fept liv'.s, compris- les elle .te.iit e patriotilfm, ruit a la population, trou-
deux tranfports. Et leront ces piefentes executees ble la Ibciete et outrige 1'humanite ;.
nonoblIant opposition ou appellation quelconques, L'ouvrage eft divife en trois lives : dans le pre-
et fans y pr jidicier. uier, 1'auteur examine les loix anciennes. Le divorce,
Fait et jiug4 au tribunal de police de la vile de infltitnu des la naiffance dui monde. 6tait admis chez
Paris, audience tenance, le 16 decembre 173. les Juifs, thez les Egyptiens, les Atheniens et les
Signe', VEYTAR. oniains I' Evangile n'yt t pas contraire il i 4t6
pratique par les Chritiens pendant'douze fiecles; per-
L'on petit remarquer dans cette 9rdonnance, que mis par toutes les loix civiles, par deux peres de
l's r.pports et proces-verbaux des ,diflricts font, et I'I go!'e, par plufieurs papes, par tun grandnombre de
a jufle raifon, regards commit pieces probantes, iconciles. De hos ours le divorce eft pratiqu fur la
et ayant touted force judiciaire pour autorifer un ju- plus grande parties dela tetre,p a tou lespeuplesnoit
gemnt, centre l'avis d qudqus pr fonn-s qui Chrieins, parles Chrdtiens de INglife grecque, par
re.endItnt qu c-s actes ne p tuvaen avois que les, Proitefans et par les Catholiques de la Pologne'
'autorite :d'une simple piece jutificauv au process. enfin, dans les pays oti it neft pas reu it n'a et6/
p profcrit par aucune loi, I ufage s'en eli perdu infewd
fiblement par minfouciance des Peuples.
Le divorce ell done pimiis dans le fait. En
DfiPARTEMENT DE LA GARDE NATIONALE France fur-tout, dit 1'a4teur, oA le concile de Trent .
PARISIEiNNi. 'efl pas requ, je ne fais ce que reponidraient des
juges au citoyen qui leur tiendrait ce difcours :
Les fept companies d- chaffeurs ayant appris avec ? Je fuis marid, et mers lieUs, marquis du fcr au de
doul-ur que 1 s cnnemis d Ila caufe coinmum : avaient la rdprobation clefe e, font mon malheur celui do
repandu dans I s compagni s de grrnadi rs et fufil ers l6tre qui e'eft uni,lui de tout ce qui m'environne,
de la garden national, qu L s ch fll urs s'oppofaienr celui des fiimilles qu'ils divifent, celui de la focbt6.
A ce quils portaffnt une decoration que lacommune qu';ls me forcent detroubler. Je r&clame les droits de
de Paris a dic:rnae'aux ci-devant gard s-franqaites, et la Nature, qui permit a tous les 4tres de fortir d'oa
voyant avec p-jne que la defunion d- 'armee pourrait lon eft mal, et d'aller oid lon fera mieux- je rdclame
entrainwrdpsfibites tuneftes, fion i'v portaitblreenede les loix civil-s, qui autorifent la diffolution d'unt
le plus prompt, nous nous lonm is rtirds vers note union mal affortie, et la formation d'Xae une i io ~4W

I


.-7'.~..~.~11~~.' ~R"FaAFIRFrrp~mC~CliI~rmC~(1CIlr*P~~


r ?











3
raironnable. Que m'objetterez-vous ?les lois cano-, bragent fon bbrceau r amiti, la confiance et iin- there exgealt l'expof6 de ces circonftances que vous
n ..es? le plus grand nombre m'eft favorable, et "us dulgence rdpatndent des #eurs fous fes premiers pas nie pouvez pas ignore et que vons- ignore pas
dfndez de citet dans vos tribunaux la feule qui te il axiie fescarelfesenfanitiniiesaux 6treintesamoureufes puil'que c'elt de vous que le procureur du rot dtt
foit vraiment contraire. Lufage.? Mais ceft mpi qui des auteursde fes jours; il augmente et partage leurs Chatelt ti"nt rout -s ls piects du procs don't les
Vois oppofe 1ufage de tous les teams et de tons Jes fentimens ei leurs plaifirs; pour lui naiffent les foins cahiers d'obl-.ivations font parue.
euples ax fix derniers fieces du chriflanifme, dlicars, les ages lemons et les exemples honnies. dviez ousefm h davoir ququ
j'oppofe les douze premiers; des .reize fiecles de la C ell innocence qui -joue avec amour et laI vertu oyen de ven a ecs de I'ac d; au. m s
monarchic Franqaife, les fept remiers font pourmoi.1 dans le temple du bonheur. fles .aient Is. ma nis d s urlfconfunes ages
L e d v ge do Lauteur faidans fa prfaee umrationd et des vrais niagiiras neme Cu le regne di-
quani laIfoi a e tait. Jinvoque des 'lais formeiles, I aunt fo n fa ram itue, acon etl'-
uofd par d'au res lois qui les aienv abrog6es l eurs ouvragesqun trdtent du divorce "pous croyons defpotifrne A ce s maxinmes etaent calles de ce Peu-
fe i C'et moi qui leur'fuis fidelle i c'eft ivous qu'il aurait pu y ajouter ce qu'a 6crit M. de Voltaire ple c6lebre don't les lo's nop s prefentent cette
u ltes -prvarcdeus Rendes-mei done a nflice fur I'artcle adultere, dans le premier volume de fon .magnificue expefiion que le e di en quel-
ele boneur que la foci t6 doit A tons fes menbres, Dictionnaire Philofophique. Nous invitons nos lec- que forte fe tiavaillr li-mte pour innocence de
Sr.t e ez que, par mes d6ordres involone ires teurs a revoir ce paffage, que ce grand home a v ac(uf1 : udex debet laborare pro inuocentid re
o crnie Fr a.a foit ui aura viol A mon i-ad train avec cette philofophie gaie et piquante qui le elles, font aujourd'hui cells de la France entire
udr oir die vine nale ddo n e carac ri'e. et on les ptofeffe publiquement dans 1 Affemble '
n cipes-'du droit divine du droit natural, du i earact adle. d p
espncipes du dr nd dro nateld national. 11 faut, difait il y a quelques jours un
dro poltique et du dro DROIT C R I M I N E L. de fesnembres, des forms douces, humaines, eclai-
Le second livre fornie a lui feul un Trait6 philo- r6es compatiflantes pour I'infiruction de ces proces
fophique ct politique du divorce, et nous a paru Lettre de M. Blonde, ancien aVocat au Parlement, ou Pon pefe la vie des hommes., o l'on juge leur
digne d'etre lu avec la plus grande attention ; V'au- A M. Agier, president du comity des rcckerches de la honneur, o- le triomphe de Vinnocent it celui de la
teur, s'appoyant uniquement fur le fentiment et la ville au fujet de Jbn Compte rendu a la commune de lo '. et la punition d'uri coupable eft uni malheur
raifon prouve jufqu'A N'eidence que le divorce eft lr'ffaire de M. Augeard. public.
conform a nature etla jufice ,et que loin de Moe ces mots : L puntio d
porter atteinte a la religion et aux moeurs, il leur etl Je m'adreffe A vous, Monfieur, puifque le Compte coupable eft un malheur public. C'eft done fervir la
autfi avantageux qua lia politique. rendu-1 la commune au nom du comit6 des re- Patrie, et lui 6pargner un malheur, une aflIictipn,
Le chapirre qui confidere l'inftitution du divorce churches eft de vous, pour me pladre non pas d'inftruire un proces i la d6charge de I'accuf. 11
datis fes rapports avec la nature finir par une priere feulement de inexactitude, mais de infide'lie (par- n'y a que cette partie du miniftere des procureurs-
qe 1'auteur adreffe aux auguftes 16giflateurs de la donne"-m"oi i je fuis oblig d'cmployer ce mot) de ggnraux qui puffle les confoler de celle qui les
France, et qu'il termine ain:fi votre rapport dans 'affaire de M. Augeard. Voicd oblige I infiruire i la charge de Paccuf6; mais lorf-
Svo re text: M. Augeard ( que vous dites aueur que leur miniftere les appelle a rendre compete do
,,Ah! peuti tre au.ir, revenues dans vos foyers, d'un propetpourconduire le roi a Meti), prtenid que la procedure ils fe donnent ien de garden de
11 0o voui aviez laiGe un menage flirile et malhen- le memoire dict6 par lui, eft fa penfee, et nepeut prdjuger le procs en annonant que I'accuf6 eft
rux vous retrouverez deux families nombreiufes et par confiquent fervir.de matiere a un process. 1 aurait coupable. Ils ne cfe le ermettent qu'au moment dai
fortuihees,et dans votre attendri'ieinent, vous direz: raifon, Ii le fait etait vrai: cogitationispwnam nemo jugement lorfque leur function lep force a le
non, dinner le bonheur a quarre epoux, et r'exif- pacitur. Mais peut-on dire quele memoire de M..Au- prparer et alors toute instructionn elite faie :
tence a plufieurs enfans., ce n'eft pas otfenffr*, c'eft geard ne foit que fa penfe lorfque ce memoire its ne font qu'en donner le refultat qu'ils appr6i-
fervir la nature I" m6me announce quil a communique fon project a cent aux yeux de la loi.
-:~ >.< ,;^ ,^~ ~ une perfonne de confiddration en lui remettant par
Le chapitre fur les moeurs nous parait meriter une In ro re trn r
diftinction particuliere; f iou ne pouvons nous refufer crit Pitiniaire qu'il pretendait fire juivre A sa majefe? Et vous, Monfieur, qni n etes pas le miniffere
a pifoir a p cter ,,n paloage.r i Quoique cememoire eutpuparaitre juffifant pourope- public, qni n 'tes 6tabli que pbpr lai prdfenter des
au paiir d'en citer unpaiagerer 14 condemnation de M. Augeard, on n'a pas cru faits des tenfeignemens relatifs' an procs vous to
C'efl bien pis dans la f6paration accordee aux devoir negliger les fecours de I information ; on a craignez pas de le prejuger; et fans avoir eucom-
femnes ; a'ors 1ks lois eunrent ouvertement en oppo- faith afligner divers termoins; ils font eloignes et muication de I information, car vous ne Pavez de-
fition avec les mo urs i elles fanctionnent en queque cette feule circonflance empeche que la procedure ne mandee que depuis votre.rapport, fa:is favoir I'itam
forte l-adultere; elles donnent a la femme une libered foit plus avancee. du procks, vous annoncez A la commune, que ca
don't il lui ett diffcile d'ufer fans en abucr ;. elleslui Outre inexactitude et la artiali du rapport, que vous appelez M6moire de M. Augeard, cut pa
doanent routes les, facihits Az goiter les plaifirs de uI tre. 'inexactitux u c aue partial au rapport, puraitre fuffifant pour op&rer a condemnation.
nt tout les acites goter les plaiirs de eft faux que ce que vous appelez memoire Quelle 1dgret6, pour ne rien dire de plus, dans
amour, fans lui laier un feul moyen de s godter et qu it pas un, annce qeM. Aaeard avait une p ila e aflertion! Quoil vous prononcez, vous
lonnetement. Eh comment Ian nt-elles une femme c iquefonprojet a une perfone de conjideration. abliffe dans 'Peprit de ]a commune et de tous
dans cruette utale carnere? Ceft lorfque infortune ~. 11 fut que Vitineare don't it a faitmention ceux qui liront votre difcours, ne opinion qui fl7t-ii
a perdu tout ce qui ant n manage, lui onnait rvaions foit un itinraire quil pre'tendait accuf vs violeUs pour ainfi parer, f
ei.m c a itea educnon. ile n on m parie : la t j jfle frage des juges, en 6tabliffant une opinion (1) ui
ud.ur naturdlle d'une fille, cette craint trimide La fimple lecture des observations de M. Augeard leur command; vous les mettez dans la tecefhlt6
d'une .ierge don't la cein ure n a pointte dinoude, fuffit pour en convaincre le lecteur le mains attentif. de s'armer d'un courage plus qu'ordinaire vous
la retienner- a chaque infant ; le premier pas eli Je dis d'abord que votre rapport eft inexact et mettez leur int6grait a l epreuve ; tar eifin, dans
toujours difficile A franchir Qa'on ne compare pas partial. I ce moment terrible de fermentation, it taut plus
non plus P- poufe fdparee a un- veuve ; la pollibiite Vous qualified de Memoire'ce qui eft intituld ob- que du courage pour &tre jufte'; et nanmoins vous
de fe remarier eft pour cille-ci un prefervatifi Videe fervations; pardi vous donnez a entendre que c'elf prdparez un novel obftcle a la la ufiice des magif-
qu'elle peut 16gitimzr fes plaiilts lui rend moins vif un mrnoire fait ex-profeffo, pour donner un project tratss, pour affurer plus efficacement une victim A
Iattrait des plaifirs lgititme-.. La femme fepare.f ne combine de conduire le roi aMetz.L exactitude vou- votre zele indifcret et avenge i
'a pas cet epoir 6loigni des jouilfances hI nn6tes; lait que vous ne lui donnaffiez que le -om d'objva- Mais ce qui met- le comble a votre injuftice
Vid'ed'une interaction eterndle la r6volte et Vexcite tions: cet ecrkne peut avoir d'autre titre; car ce font ceft que, prevenant les moyens de justification que
A la tranfgreflion. fimplemientquatre pages d observations, dbnt les trois M. Augeard peut donner, vous elitreprenez do
premieres contiefinent tant6t une critique des opera- les renverfer par des imputations fauffes, en alt6-
Enfin, comme fi 1on craignait que tant de dan- tions du miniftere depuis deux arts, tantot des idees rant fon texte et lui faifant dire co qu il ne dit pas.
gets ne ftflflent pas pour egarer fa vertu, on ajoute fur ce qu'on aurait du faire ; et laderniere page role Obligb de convenirque lescitoyens ne font point
aux vices inherens a la fCparation, des vices qui pou- fur ce quis'eft paffe'jufqu' la fce&e du 6 octobre. C'eft comptables a la focidte de leurs penfees et que la
vaient ne pas s'y trouver; on exige que, pour I'ob- j apres avoir fait mention de cette fi&ne de tang, paffee feulemanifeflation int6refflnt Pordre public, peut tre
tenir, la femme reconce publiquemenit a cette douce entire la garde national de Paris et de Verfailles, l'objet dun ddelit facial, vous imputez a M. Augeard
r6ferve ; il faut que, fortant de Ienceinte priv6e ol fans aucan 6gard pour ce roi fi digne d'etre cher d'avoir communique fon project a unc perfonne de confide-
la honte la retenait, elle paraiffe fur le theatre pti- le reflaurateur de notte liberte,od fon augufle compagne ration; vous affirmez que fton memoir 1'anbonce .
blic, qu'elle y accufe folthnellement con mari, qu'elle s'elt fouftraite,co-mme par miracle, au fer des aflaflins puifqu'il convient lui avoir rents par icrit l'ltinaire
le voue au ridicule ou au ddshonneur et fouvent en marchant dans le fang de fes gardes gorges ; c'eflt u'ilpretendait fire fuivre Afaf inajllfe.
qu'elle fouleve le voile que la ddcence avaitjetr fur apres s'dtre ainfi attendri fur le fort de fon roi et D'oti it refulte que s'il n'eft iucunement question
le lit conjugal; et ce n'elt qu'apres Vavoir dlpouill6e de fon augufte compagne, qu'il imagine une efpece dans les observations d'un rineiaire quil air pritenda
des faibles armes qui pouvaient lui reller, qu'on la de calmnant, plutot pour lui feul que pour route autte faire fuivre A f majefle it deltneue pour conflant
jette au milieu des 'ennemis de fa vertu. perfonne fans feulement examiner fi la chofe eft qu'un tel Itineraire n'a pas 6t i cmis a cette perfonne
Apres avoir prdfent6 et refutd d'une maniere vic- poffible; il termine done ainfi fes obfervations: de confid6ration, et par fuite n4ceflair'e, que le pro-
torieufe toutesles objections que Ion a faites juqu'ici Que refte-t-il donc I fair? 11 faut avoir Pair jet n'a pas et6 communique a cete perfonne ; puifque
centre le retabliffement du divorce Pauteur en re- d'etre content de fortn fort... .... et dans cinq ou vous n'ifdrez la communication, du project que de la
capitule les nombreux advantages, et fait une reflexion fix mois envoyer une perfonne fdre et fidelle qui remife de l'tin raire A fuivre par fa majefle. II demeare
qui nous a parii importance et drcifive c'eft que la tiendrait 'itinra.re indiqu A M. '.v.que de Cha- aufll pour coitftant que vous etes un calomniateur,
faculty de divorce empechera plus de feparations lons, et negocier avec M. et M. de B. e et un calomniateur bien perfide, vu les circonftances
qu'eldie n'en occafionnera; qu'elle refferrera les noeuds POP
de 'hymdne plunt6r que de les rompre; en un mot, Un z&le plus 6clair6 fur la nature de vos functions, et la fermentation populaire.
ea loi du divorce, fuivant qu e xprefton de eu ne vous edt pas permits, Monfieur, de prifenter Or, Monfieur, jevous enfais juge : ouM.Augeard
la loi du divorce, fuvant 1 exprefon de auteur focus tin aspect odieux on au moins, fans les cir- eft-il convenu avoir remis par ecrit l'Itinraire qu'ilpre'-
efi le plus grand ce-til pas ddclarer- mne s conflances q en attdnent le danger; des rdflexions endait fare fuivre a Sa Majefe'? Lifez, Monfieur, le
Au'& le plus l fectileur pasdu a divorce pendant fa qui font la bafe d'un proces criminal. exte citr ; vous verrez qu'il eft question dans cinq o t
a it en deviendra, aprs faen abliffe- II n'y a pas un de vos lecteurs qui ne fe fort ima- fix mois d'envoyer une perjonne fire ctfidelle, quitiendra
prohibition i en dviendra apres nra gi que cr'abtat un memoire-fait ex profeffo pour un l'itinraire indique a M. I'evque de Chilons. Cet itind-
ment le plus grand adverfaire; qu autant il en aura rojer, au lieu que ce que vous applez project, rare n'eft done pas indiqud pour le toi mais pour
der .ufage, autant l 'eft, dans la plus grande rigueur, qu'un moyen la perfonne fure que negociait.
Le trolfieme livre prfeinte une efquiffe des lois uae 'auteur imagine pour fe calmer lut-meme, en Et comme vous n'appuyez la condemnation de
que necedite le rdtabliffement du divorce : nous ne te donnrmant un intervatle de fix mois, et fe tran M, Augeard que fur la communication du project, il
fuivrons pas 'auteur dans ces details, qui demandent quilihfr d apr&s la fchne atil geante du 6 octobre. s enfuit 6videmment, votrepreuvede communication
d'dtre vus dans l'ouvrage mnme ; nous nous coaten. Vous dtviez encore, Mnlfi ur, et votre m. here detiruite, que M. Augeard n'eft coupable d'aucun delit
terons de faire remarquer qiu'il infilte pour que la $ 'exigeait, ddclarer a 1Afftmbile que ces oblfe.rva- facial, et par confequent que vous exercez A fan
loi foit abfolumeht gale pour les deux exess. tons n'6taient que la fibte d'autres cahiers d obfer- 4gard une vexation en prolongeant fa ciptivit.f et
S vI p i j nations fur les operations du minitlere depus trenre en le livrant, autant qu'il eft en vous, A une diffa-
Apres avoir analyf6 1( S principes r pandus dans ars; ce qu; dnnait du po:ds a la reponfe que vous nation publique.
cet ouvrage, nous ne pruvons nons refufer de citer a faite Paccuf4 dans fon interrogatoire, qu'il n ( La fu6 domain. )
*n morceau .q no.s para.r precietx, par le too de cr vait que pour lui ; qu'il fe rendait compete a lmi-
enfibilit6 qi domine fans affterie commne fans af- r me epus long tens des cafes des evenemens ,
xectation. i publics, et les mettait par ecrt pour fon infiruction.
teureux Penfant qui regoitla vie de deux 6poux Je dis, Monfieut, que voulant inftruire la com- ( .l.alesjournalifles,.d'apresvotrerappprt, difent
auis par la tendreleI Les myrthes de I amour om- mune du fujet t de I'etat du process, votre mimnft que raffairedtM.Augeard prend unemuavaije tourwu





Ir'vvmv '""y I-H"


'I.
.5, .5"


*---*..l..--.-X..f,^^-r-U -------- |___ ^------ ,

M ,i L A N G-E S.
,4u rdactedr doe l Ca ae Nationale.

Je viensde lire, MoArniurle redacteur,-dans le N'.
52.1de votre Gaztmte Nati ni.dec, article Li~triature,
iiu. phiirate I on parole avec beaucoLup de de-dainS ds
Feuidlls de 2j0ls et de ceux quio i'olt aini crier par des
colporterUs lurs; ideespubiyuicsde la veilde. Quoique je
V'aie point tait jukira'a present de Feuilles dtie 2 los,
et qiueje ie SalKe point criermes idie s publiques de la
wive, J'iai te tort bl.I ,ie c ces exprellhois, parce que
j'ai al ny troMver tin rete de cette vieille habitude de
iepi, pour le Peupli et de cet efpric de legerv.te
qui ontece )utiqu'iaourld'liui tine des plus incurabl-s'
maladies de queiqu-s claklts de la Natioa. J ai appris,
monficurtle redacti ur, que vous etiez iunbon citoyen.
JFaimne beaucoup la maniere ferine ingenicufe et'
piqu.nte avcc laquelle l'auteur de vote partie politi-
que raconte les taits et defend le: principes de la
railon et de la hberte. Je fuis bien fdr par conf, quent
que ni Fun i I'autre vous n'aVez pu ecrire ces lignue
Ia Vous favez trop bien que, d'un b )ut de la terre a
S'autre, le genre hurn.in ne pent tre fauve que piar
des Fetilles a zfols. Vous lavez trop bien que I qucSl-
cues mauvaifCs tiles liilb.iaIm1 fous cettn torme d>es
kbblles et dis incpties, on en difilibue aufli en bonds
v-ilumes bi'n conditi nrne; ect qu les honme, qui
ont le plus reflthi tiir les droirs et les devoirs 'de
fefpece humaine f Cwt auili keux qui delient I plus
de Coommuiiqutr au Peuple, a,-'uilce .us ,
des iddes jtufes ect aifibnnabl-,'. Un phiiolophe dt
na co~iaiffance tfpcretpoivoir, downnr tiIn jour,
apr < beaucoup de in diations et de travail, un
petit 'ati&-hifioe de moral' dVans ce f im t modift.
et vraiment po u',:ire. lift fl tte A'upeter une peoite
revluition-dans-les ters pullques, par .e que les
h )mmes auxquels il s'adrefle, o:,t le malheur de ne
potvoir a heter et Iiie ictonni dem nit que des Fewuis
de z jous. Je developperai beaucoiupmieu tout ceci
dans d.ux petirs ouvrages don't je im'occupe en te
Alomnt. L'un aura p .ur titre : Dc l'ifaence des
Ecuil'es de a focus fur la revolution actuelle. L'autre :
1Des Feui lea de z fous cownjiae.es par raiFpo/t la pc>r-
fetiilitd de 'tf ece hunmaine. I's feiont dedies tous
ieux Ia Vacadnmie. des In'rtiptions de Paris. Je
ne tmntiuerai pas, monfieur le reJacteur, de vous
adI eier les premiers exumplaires de ces ouvitges.
UJ amateur des Feui,'/s de 2 fiuas.



ASSEMBLEE NATIONAL.

SEANCE DU J9UDI 31 DECEMERE.

Predfilece de Deieuiiers.
Parmi les dons patriotiques tr&s-nombreux don't
tin de MM. les fecrt tires lit l'annoncei on remiarque
celui que les deputy. s de Bor.kaux ont ete charges
par !es eiecteurs de ceCte ville de reinettre a la
caille nationade. M. Nairac pretente en leur noni
une fonime de 18,467 liv. provenint du pr.dait d
boucles que plufieur. citoytns ont donn es et dt
qi-i..i'- bi oux doi des times patrit,'es ont voul
taire offrande i la Naion.
L'AalemblIe en ordoaniela mention honorable ai
prvcki-verbal.
M. Nairac. Je faifs cette rccafion pour faire ob
fervetr qute dats d'autre, t',ms, la vile d-. Bordeaii
auruit fiur depihs grand, facrific s; mais que n't xiflan
que- pir le comm rc ralleni les combinaifon et diminu4 Its int r6 s, le.
,-dons volon'air, s qu'-lle fit a la Parie tirent d,
ces circotftanc s nsa heuteufLs un merit que le
richefles ne luiii auraient pu dormer. Les armernene
pourles colonies y feIt In p;,dI, ,i ceu pour 1
traite des noir y cefletit totaleiinnt i ( Murnitmre
cetu qui n'initermpeint ,nt tort de .roire que 1
venille faire ici fapo ogie de la traite. Je dis ,cule
ment que la fiftenfion des armnemtrs q i errichi
faient autrefoi lIe port de Bordeaux lailf ,aujour
d'hui dans 1= bifomi tn grand n ..uIbre d'ou, ric
que ces armeiIns 7ailai nii i 'e. B.aucoup d
places de commerce font aijouri'hui dins le nemrn
cas. C'efi purquoi ie deniande que deux f>i, pa
femaine vote comict de comm-rce et d'aaricu
ture qui a des rapportrs A vous fire, vous donr
des ovens pour ranimer ces branches important,
de la profpdrit publique.
Cette proposition eft appryde par phufieurs me
bres et parait obtenir quoique fans decre
J'affenriunent general de 1Aflemblie. ,
On donne lecture de plafieurs adreffes.
M. le vicomte de Miahbeau. J'ai appris qu'il a 1
remis au coinite des recherches utin minoire cont
inoi. Cefl une adrffe d li mnilace nationa'e
Rennes q i me fitppfe des prtpoA que is n'ai
mais, profiers. Je demand qu'il en (bit faitlectur
et qutil me foil permis de'me juffifier.
Cette affaire eftl envoyde A une prochai
fence.


M. le prtfident fait lire las noms des 6o d~putOs
ch.lift par ie bureau i 'effet de Iacconipagner ce
foir i" dix heures chez le roi, pour compliment 'r
S. M. au n.ton de IAtfeminblee national A I'cca-
fibn diu nouvel an.
On renvoie au comity de conftitution la demand
qnue faic M. Rob Ipierre, qu'il n'y ait point dq
muni ipaiits dans les,0 ilages au-delfous de trento

Une dpuqtation du corps des maitres d'armes de
Paris elt admirie A la barre.
L'oraeur de la deputation. Les maitres de lIco'e
royale d'armes de la ville de Paris viennent, a
l'exemple de tons les bons Franais prtfenter leur
homrna ;e patriotique, a' augulte Aflemiblee. Deltines
a itertre les premieres armnes dans les nmai.is de Ia
jeltneIe de France, leurs 6pees lont l'fotfr .lk na-
turelle qu'ils out i fire a la Patrie. Deux m-taax
les compof nt : Varnent et Ie fer. Agreez, Inoflei-
gn urs le prnmk r poinr les befo'ns preffins .du
monient ; nous mrons d eiiiloytr le second au
r ite de la Nation au maint-en de la libertr6,
au futien ds vos decre:s et i la d &fe du
iei.le.ur des rois.
Le prufdenzt a la deputation. L'dmulation de pa-
triotiimec que montrent tous ks citoyens eti nti
heureux augure doi bonbeur qii nous attend.
L'Aflcaiible national reqoit avec fti.s'.action le
facrifice que vous faires aux bcfoins de la Patric,
At die vous pcrmet d'altilier A fa feance.
I a deputation eft introduite au milieu des ttmoi-
gnag.-s de la satisfaction de 1'Afl'enblee.
AM. le prjident. J'aniionce A I'Affemblee que les
dames de la Halle demnandcnt A lui prlfentme Itur
compfilment de fe-iicitati;ns, A I'occafion de la
nouIVltle annee. L'Affnmblee v-.ut-elle admettre
I.urs d-eputss. ( Oui, oui, s'ecrie-t on de touted
parts. )'
La deputation eft introduite.
L'une dts femmes porte la parole. Daignez "nous
permicttre en cctte nouvelle annee de temoigner 1
ioie et la fatisfaction que nous epronvons A la vue
de vos illuthefs perlonnes. Ce zile infatigible pour
le bi-n de la Patrie vos nombreu< travaum eclaire
pir l'efprit le plus fubli ne et le plus grand aelin-
tereff-ment, vous mettent d-j! au rang des grand
homes. Non-ftulmenw nons lPelperons, mais nou
'omnm-ms fires que la fin de ce grand ouvrage v;
fons pen votls donn- r Fimmortaiite. Qudle gloire
en eff t, quel triomph.e pour ceux qui compcfe
ront cztte bhonorabi title, puif(que nos enfans diron
:a fon affect : voila nos per s
Agreed don s'il vou plait, les v ox les plu
gardens que nous ne cel&erons d'adreltr au ciI
pour le .u'1,li r d'arcorder d-s iours fans orag4
.i'd,:s t&cs fi precictfi s et pourvues d'un merit
fi eiiniint. ( On applatudit. ) .
Le ptfidc'?t a la dcput tion. !.'Affemblee national
Ss'elt occpee fins r liche du bonheur et de- !
Sil1tat rde tods les Citoyens iii.'i temii nt. A
Sriliieu de tnt de peniblcs travaux, les reprell,
tans de lt Nation tifnuvvnt d.- la confolatiu, et d
s la douceur, en recherchant a,.ec un zele infatigibI
tout ce qui repandra laitlice et la ti.m iwilitc a
Cu Cin des fimills les mbins favorif es da la for
tune; mrais pour recueillir les fiuits denos flins
Spour,; en avanc r l'epojue nous avons befoin c
calm et d-. paix. L'Alenmblke vous exhorte A se
pandre ces fltntimens t dile regoit avec plail
ks hoihmage3s et ks voeux que vous vtineZ de I
x presenter.
i, la deputarion eft admife dans la falle qui retenh
s des applaudilfimens de r'Alfimblee.

,s A. le pr/fident. La parole eft au rapporteur d
u crmit6 des finances fur los noycns de reprim
b l'abus d,-s pensions.
9 M. ad'larembure au nomn du comite des financ,
L'Alembl.-e nation le., aprts avoir fixed les pr
Smie s piuncip s d,: a conilitution, dCoit qn'il k
e ion devoir de pourluivre courageiI.Mtnrit !
rs '. i- v, abus qui pus;ent exifitr dans les final
e c-s, alin de ne lev-r ftr les Peupl s nutie la pc
ei tion a d atw ts qu'ils devraitnt fuppoiver pour.
ar vrais btoins de I'Ftjt; eile a pnMe qtu les pri
'- cipaux abus avaiert li u dans la ,illnri nion d
ne iins, p rs:fiois, gratifications annuell, s, et anto
graces pectuiaiT-s ktran-'r s aux gages et appo)
fs- ens des diffrenutes perfonnes employees aiu I
vice tc I'ftat.
nm- Elit v7t -nmpich-'r qu'aucune de ces graces
t, puilfe continf:er a tr'e pay&-s, palffT e prem
janvi-r, fi elles n'ont etr prhalabl.ment examine<
par fon comitr des fi ances, et par celi <
Sp nfions, iuxqucls ella a prefcrit de hli en rend
rti compt., afi, d'y op6rer I s v6ductions qu'elle cro
trr coinvenabes, avant d'ordonnl2r lI coninuaiion
te tout pavement.
[a- Le comit. des penfions a .cru deyoir rem]
e, les voeux tde l'AfTeribiPe en lui donnant une it
fucciate des differentes parties des fi ances,
ne lefquelles portent les tires ou binevett eis
comity des penfions.


En vbici uri appertu :
P P ,,ions fur le trefor ioyal, avec leur dinorination.

Penfions fur le trdfor royal. 3. 0zz8,865 liv.
Pt nfions des princes du lang. 73 o 00
Gr-,tificat'ons des f. rlmis. I o,7J3
Penfions aux employs des fer-
rnes. .-. .. .. ., 2 y99
Penfions payees a la caiffe du,
commerce.. .. ..... 89, 47
Penfions payees A la caiffe des
rneflageries ...... 17,400
SPentions payees la caile des
monnaies..... .. .5, 270
Penfions payees i la caaiffe des :
loteries. ..... .. 95,000o
Penfions payees fur la biblio-
th 'que rdu roi. .... ,400
Penfions aux ariciens fujets re- "
tires de Ifopera .. .. io, 650o


Total general des penfions. 31,733, z66 lir.

M. d'Harembure propofe enfuire de decrerer des
points gdneraux fur les penfions, -dont la fonma
s'eicve de quatre millions au-deffus du premPir
compare qui avait ete ri ndu Afvrmblee. I1 propose
enfitnte les objets g6ndraux lur lefquels 1'Affeblie
pouirait flatuer:


Sur la reverfibilitr des penfions ,
Sur cells a titre de do.uaire ;
Sur c lles tarifees pour les lieutenans colonels et
majios devenjs, marechaux de camp, fixes de trois
Aville fix cents livres a quatre ou cinq mille livres,
fuiva t leur ancienneth de frvice.,
Sur cells des colonels commandans et colonels
en fccond des regimens strangers, devenus ma-
rechaux de camp, fixes pour les premiers a fix
mnille livres et a trois -uiile pour les feconds.-
Otfie-lljvr C.-\ 1eq nf,, .' les itrus f rtes( 8 I


I'Aff mbile vent con!erv.r ?
A qui penfe-t-elIe que ces penfiorns doivent itre
convervecs d.ns le miiitaire? II lemb'erait que.ce
fC:rit atix maredhaux de France aux lieutenans-
gemnranx qui ont command- en chef une arm6e,
ou de fortes divisions de-troupes.-
Les penfions pour les mi'italres s'dlevent i dirt-
hit milins ielles font le jruit du service de di-
vcrfes promotions de la guerre de Corfe, de la
reconflittion de I'armie qui 'a fuivie de la guerra
d'Aaier;que, de lanouvebee rcconfituitrin de 'ar*
1mee et de la reform e ade inailont du roi, tell
que cdele de la.gemianrnerie, &c. N
M. d'Harembure ap rs avoir excte6 Pint'rr& do
I'Affembile en favcur des penfionnairesoctogenaites
et de ceux qui ont des pcntions fur la loterie prJf-
qci forne daunmone et de tubfilfance prop .f
concure-Ineii.nt awvc M. Camuis' un proprt 4
decret.
M. Dftourmel. J'obfeive que le dtrnier 6tat im-
prim d s pndfions rmntermi- ds erreurs ; par
example : Md. l.a marquile de la Force y dl pbrtee
Sour line pe)ifion de 10,000 lii, .quoiqulIe foit
Imiortt depuis dix hu.t mois.
hM. Daily. On ne-peut pas imputer ces erreurs
au tosit parce qu'on a d4nlolc6 Jes br Vis
els quils exitai de les mettte en or(ire et a I'ifiprellon. Quant iau
i penfiors fur les fourages d'Alface e'tdes provinces,
a railon ddequelles M. Lavie av.ait fortiieitreclame,
je reponds que le comity rifle. ble routes ks notions
t eparls'ut ct objet, ct que M. de Saint Priefl vient
d'envoyer.dans le moment 'etat des penfiotis paydes
fur la province.
r M. Thibault, curd de Souppes. II marque encore
1'etat des pensions de ftaveur tfur les econonmats et
Itr les beinefices confitloraux : je demanded qne cette
liiie foit irniprimie au plutot.
1 M, Treilhard. Le comit4 ecclefiaflique a requ la
s life des penfions fur les kconomats.
S M. de Montcalm. Je defirerais in lli-ni :et je
petrie que mton voeu el foft:.k furt hs principeti de la
s ration eit de la juflice je delirerais qu routes pen.,
Sfrns confervJes aux femmes dIs titulaies on rever-
s fibles tur la tdte de leurs enfans, futif{nt (1ipprin.'ss
s d&s cc miorment unIe et quela Nati'ni ft chargeat"
fpnciatement de l'entreti'-n des entans des inci.enst
't- fervitetirs dc 1'Ftat, morts fans fortune et qu'elle
pourvAt leur education; enfin qunatle' ur pto-
e digAt Its loins dune mere tendre jufqu'a ce
' quele les ait mis en etat d'etre uiks a la chorf
s publique. J.
es Quint aux pensions militaires je propoferai
re qu'i nen exift~tt a avenir aucune au-deflus de 4I,
ra fomme de t izoo liv. ; Ie piopof rais enfin qu'il ne
Ie fdt plus accord aucunt trai.ment i des 'penfion-
Inaires qui ne feraienr plus en fonctrios, et qu'oa
r fupprimntt routes penfions ou traitemens accord
ie des Franiaits expatries, j.fqua ce qlud hieUr t d
lrntnrer atT Friance.
( Laf jut domain.)


I


La I
pagne
outre
grains

Des

gofchb
Clhus dl

neige

Dum
Bulgaki
ena fai
il a a
trts-co



Touw
tiers e
hieros
les maI
goUverI
Souverl
dbnt c1
dignes

etlrs d
protect
dt Peu
Le V
le ton

ils pas
S ri'ef p
nous pa

S llaitre
de lIu
fe~ondd
't-le p!


. ..1. .


~pl~r ~~J~fru: rlDYull~grrprp~olr~s~PIIIBCCII"


No









bai
meI
irn2"|

lard

pac
Apr
aver
che

cort
et I
le de
cour



Pil

font
v~ine
-noes
que
la gu
que I
guerr
La
perfo






Le
Pelk
/ capital
La
ordre
auxb
Les
crit-s
vilie p

4ans 1

Le
rend i
laraic1


I















GAZETTE NATIONAL, ou LE MONITEUR UNIVERSAL.


No1. SSA ME DJI 2 J AN VIE R 1790.


PO L i TIQ U E.

T UR Q I E.

Tls lettre de Ragufe rapporte qe le Pacha d'Al-
etant arrive d Sera capital de la Bofnie y
nif 6 o,ooo troubles pour equiper magnifique-
aent fes troupes. Pendantle fijour duPicha- Sr'o,
.t fres efes gens firent itiquies degats dans un,
.ain. Le ptoprietaireen portades plaintes auPacha;
Scoup.abl. es turent arr&ths, amenes devant .lui; le
Ia4 .les rprimnanda, et leur fit rancher la tete.
Ars cette execution', le pacha fe r, iit en march
aveton ar.ie pour Banialuka. Quel Peupl etque ls
... Autff mande- t-on de Varfovie, en date du
. dice f que des dputes d'Albanie fe rendant
?Ptersbourg", etqu'iIsvont offrir I 'imperatrice un
cors e io;,oo homes, qui agira das la Boflie
.cor? -f. limitrophls centre les Turcs, dans
jein der i favorifer, par une diversion, letdeux
coturs impialesk.
SR U SS E..

Plufieurs avis des Ftats Pruffiens ( les derniers du
1o dactmbte ) affurent que partout les regimens
font des preparatifs de champagne. Ce ne font plus de
vainmaress marrieses les no nbs, hier de la Pologne tie ermnttcnt plus dedouter
cue fi .'hiv. n'ae ne pas paix, 1 printers verra
Ia guerre fur un nouveau thieatrt... 11 eift bien naitrel
que les cuerres de precaution mettent des bornes aux
querres reambition.
SLa maifuo d ttprince royal fera augmentbe; les
perfonnes qui feront attaches ce prince font deja
doeiiguets.

AL LEMA G NE.

De Vientne, le iz dnembre.

Le general Br ntant eft arrive ici le 8. Le general
pwlisrini cit autli fn route pour .vnir dans cette
La majeure parties de la garnifon de cette ville a
oldve de at ider dahs la Mo .1 r i:, pour fire place
aux batailloris que l'on attnd de Semlin.
Les rgifinels qd Wart nil D n, n, allis et Lafcy,
icrit-on de Bude le 2 de ce mois, ont paffb par cette
vill ptur fe rendre dans lItrs quarti rs d'hiver. Le
vr.mcer viendra dans tctte capital, les deux autres
dans la Moravie.
Le rlgimenit Chevaux-L-gr.rs de 1Vmnperenr fe_
rend d, la Moravie dans la Galicle, odu 1b endral
Karaictay commander lks troupes.
La Valachie fournira ro,coo recrues pour a cam-
agne prokhlaine i les! habitans f, font -engages ,en
outre de fournir t arme 8,0,00oooo boiffeaux d.
grains de toutit efpeCe.
Des avis &1 Bude. portent que les troupes qui ount
*qitit la montagne d'Alio-n pour fe r- ndre a Lui-
gofch ont toul.rt prodigieufetnent du froid que
plus de cent fuldats tt beaucoup de chevaux (t d"
beus out ptiI, et qV'i a fallu abanmdoner dans la
eige la plupant d.s tent s, canons, &c.
Du is dIcembre.O)n attend ici int. iamm nt M. d-
bulgakow jui, pat d.s confid iarioi.,sr.ati ilier-s,
fn'a fait 'itiei qn'une qu "rantaine ade 1jous.,
ilia dil paffer par Vteniie, et y faire un fe)out

ESPAGN E.

Tous les Peuples qni (e font arms, tous ceux
Ui s'armeronf pour la liberty font devenus guer-
t ei breseti Les Fl b p.,ii, avant de dev.iir ds
hetos dans la m&me catife, ont menacs d'-.n trae
ls martyrs. Mais ft I'l'.lpagn eft afervi fpots uun
gouverhement moins .van;:." peut-tte que les .aut ill
1ouvernemenis die 'Eutope I homes d- coeur,
d41t c6 beau royaunme tarde bien a slionorer", ItII
dignes de fixer nos regards, elfprons qu'au fein
1itn6 d'une nobl-ffe fiee et vain eiOtCrL das hon
fleurs du Cid, d fe formera bientot une minority
p'iterctrire, qui voudra fout,. nii et piurrager Its droit.
4h Penile. -
Le Monde, dit l fable ( et I'Viloiie 1 rpete)
le mond p a paltl par differens etats Pge' dor,
Ilui dargent, cclui de fer... L"s poets n atiraient-
s as tout gt ? .. Le rial dans ce M'e ,
1feI peut-Atte que provifoire. No purrion-
lous pai finir par I'dge de tra'fion qui fera leficle d'tor ?
QuIlle 'loire pour I s Francas I! Ce n're plus 1 ur.
Sitre unfi Louis XIV, quim impof' des lois 3u retfte
d oturope : ce font l s Fnyuiis qi x memes,
Cends par un fonver in le plus c i d. s princes
St Ie plun iuft, des honrmes, dorneint UB yand exeta-


pie etde bonnes lois aux autres habitans de 'Europe....
Qu'on ne parole plus, comme d'un hooneur national,
de la flatue qui a donnd fan om a laplace desViczoires,
monument d'orgueil et d'adulation, et qui a fi jufte-
ment irridt nos voifins jaloux. 11 s'agit dun autre
editice, ouvrage du Peuple et du roi d'une conf-
titction fage, qui, avenue un modele, va miriter
la reconnaiftance des Nations.
Revenons aux Peupls Efpagnols, qui d6ja tour-
nent les yeux vers nos efperances. Nous nous em-
pre fons de publier la piece fuiv4nte, don't nous ga-
r.tiulfiins P'authenricit&. On verra que tout ce qui
parle de nous et de notre revolution, devient cher
aux Efpagnols. Depuis nos ouvrages les plus eftim6s.
jufquhA nos pamphlets de rebut, tout leur arrive.
Certes, on n'.i point cette ardeur, lorfqu'on eft in-
dign6 de la fair refpecter.

Mandemgnc du tribunal du faint-office, traduit littrtra.
element de I Efpagnol, die t decembre i7689;-

Nous les inquifiteurs apoftoliques, contre 'h6-
refie, fapotlalie, &c. &c.
A routes perfonnes de quelque 6tat, grade,
condition, rang et dignity qu'elles foient, voilins ou
eloignes de nous, ds-meurant etant, ou habitant
dans les villes, et villages et lieux de notre difirict,
falut a chacun, au norn de N. S. Jbfus Chrift qui
eft le vrai fa)ur ;. nous vous ordonnons que vous
ayez 1 obbir fidellement, et excutrer nos ordres.
Savoir: qu'ayant avis qu'il s'eft rdpandu dans
ce royauime plufieurs livrus, traits et papers qui,
ne fe coniteatant pas d une fimpk narration, de quel-
ques fcrits d6ja feditieux par eux mimes et de mau-
vais exemples paraiffent former _comime un code
theorico-.prarique d'ir!d.pendance des puiffances l gi-
times nous avns ru conv-nable et mime nicelfaire
dt les examiner avec la miaturite qu'exige de notre
niniftere le foin particulier de ce qui nmitcc lle notre
fainte rd ligion; et Cette vie privee et tianquille, que
S. PaId rccomnmandait fi charitablement aux premiers
fid.:iles dans fa premiere epirre a .Thimorh6e. Les
ayant done vus etexamines, nous avons reconnu
qtie tous ces livres, traits et papers etaient ecrits
d'un file de pur naturalifme anti-chretien, mali-
cieufdinentr bfcur et captieux manifeflant les pro-
ductions d'unte nouvelle race de philofophes hommes
d'cf rit corroimpu, f.lon les paroles de 1 aFotre, et
qui focus 1 titte fpecieux de defe ifeut d-. la liberrte,
machinent reellement contre elle detruifant de
cette forte 1'ordre politique et social et la hiera,'-
chit reconnue de la religion chrktienne, exhortant
avec ce larigage de reduction j fecouer le joug de
fabordination et d' ob-iffance d&s legitimes puiffan-w
ces, fi fouvent reconmmandees par J. (C. en foon
evangile et r, p 'te' avec une fi grande charity dan'
Ls epitrcs d&s faintl. apotres ; pretendant pouvoir
fonder s'il I ur etait poflible fur les runics de la
religion et des monajihi.s, cette liberate qu'ils fiup-
pofenit, nal 3 propos, accord6e a tous les homes
par la nature qui, dlnit-'Il tembrairemenlt, a fait
dgaux tons les, homes et ind6pendans les uns des
autres. "
SAinfi done, pour empbcher que cette .6pid6mie
ne f( repande, et prevetir par un prompt rermede le
rmal que pourrait caufer aux fideles une doctrine fi
oppod e A l'efprit de notre fainted religion catholique,
hous diefendons abfoiument les livres, traits et pa-
piers iiprimis et m.iiif its que jtnfqu'i prefent
notis avons eu en nos mains. Savoir :
I. Un trait en francais intituld : De importance
des opinions r. lighafis ypar M. Necker. Londres, 1788
I vol. in-.
2". UTe brochure anonyme intirulde : Recuell de
,,itecs ntercffaantes pour fervir a '.hiflore de la revolu-
tion de 1789 en France. z vol. ia-8'. imprimes la
m nie annie.
3*. La feuille intitullie : Tr.s-fi ..!f s remontrances
J .i illes du P.atis-hoyl et licuax circonvojfins, a MM.
de Ia noblefe; imprim&-s cette annee 178,9, fans nom
d'at;teur ni liu d'impreflion.'
S4 Une autre appell6e: Ca/tier de dolences, inf-
iructions ct guiefs prflntis a nos f eres ies ilecurs
des 6o d;flricts, Frat Jofeph Ckaron citayei de fParis;
itprimie la mwme annee, fans noin d'imprimerie.
50. Cele intitulde : Apperfu rapide et impartial d'un
..;cif.,Iebi" -.r ila grande, tUi'on ..i atgite les efrits
franfais et qui parait divifer les g'rands ct le Peuple;
I cl'rglet la noblee ,e anis d'une part, et le tiers-itat
le I'azr ai fuuet da nomit'e des r.'rr,'. uitns que cetlai
ci doit forntir a4x Etats-Ge'neraux. ,.ans 1.,1, d'Ali-
teur ni lieu d'imprefloioo.
6*. Ie pavier nomi : If,".j'. ''a.,,l;,titrves etfuc-
cintes f r lcs' dilibrations a prendre par les trois ordres
des citoyens dei iutcs aux Etats-G/n/raux, adrefets a nos
tris-chers ct r-q'.' ,nic''< cotin,''roven de la province dui
Dauphine'. S us nor d'autetr ni lieu d'irrp r fflion.
-,0. Valtre feuille intitul&,e : L' diaz3le dins l*eau
[., c o l'i'-irw c retombart fr ellc-m me, avec cetre
Apiitraphe : EccEfi etr jtItia fut rarb fororets m-
primee cette atume 1789, fans lieu d'imprsfaon.


8. Une feuille intituide: Lettre au roi; Deluvai,
1789.
9. Une autre f6us le titre do La mine iventee, ott
dialogue entire M. Tranq:ille, cure congruife, M. de
Lafue, cadet de Gafcogne f&c. par un patriose. A
F-lraclium, 1789.
I6. L'ouvrage intitu d: Hiftoire des Etats-Gineraux
de Yerfailles, 1789.
110. Celui qui pour titre : Suite de la Revue des
Ouvrages les plus connus fur les Etats-Gdinraux. Sans
lieu d'iunpreflion.
I i. La feuille intitule: Avis important i MM. les
diputis du tiers-eitat du royaume aux Etats- Glneraux,
1789.
130. Une autre : Prodcs-verbal des Conf/erences fur
la 'Vrification des pouvoirs tenues par MM. les com-
miJfrines du clerg-,-de la noblefe' et des communes tant
en la fall du comid des Etats-Generaux quin pri-
fence de AMM. les commiffaires du roi. Inmrimne a
Paris.
14. Une feuille periodique, intitul6e : Courier
Patriotique qui a pour epigraphe ces mots: V eri-
tatis fludium. Les numerous 57, 71, 7z, 73 74,
7f, 76 et 77.
I f. Le livre intitule : Des Droits et 'des devoirs
du Citoyen; par M. l'abbe, de Mably. A Kell, 1789.
160. La feuille portant pour titre: :Mes Loifirs fur
le vaiffeau admiral ou Lettre aux Etats-Gendraax fur
une nouvelle Conflitution du government de la France,
par M. le chevalier de Sade. A Toulon, 1789.
7. Une autre intitule : Memoire fiber ls Etats-
Generaux lears droits et la mainiere tde les convoquer.
Sans nom d'auteur, imprimnee fans lieu d'impreflion,
en 1788.
180. Une autre : Deliberatiqn des trois Ordres de
la ville de Marfiille, preAde'spar IMM. les ichevins.
Sans nom d'auteur ui date, ni lieu d'impreffion.
190. Un paper intituld: Rcj1exions d'un citoyen de
-Daxfur- l'etat actucl des chojes en France. Second
cahier. A Dax, 1789.
1o0. Un autre : Cakier general des plaintes, doleances
et remontrances du Ters-Etat de la province de Rouf-
illon. Sans nom d'auteur ni lieu d'imipreflion.
zi*. Un autre : Lettre MM. ls officers municipaux
ct electeurs des provinces de France.
i22. Un autre paper intitule: Trop fameufe journee
du mardi 14, ou relation de la prifi, de la BJflille.
2,30. Un auttre: Entr&e memorable du roi dans fa bonne
ville de Paris, le 17juillct ttrois hears du joir.
240.Celui intitule : Dilibiration dis trois Ordres de
la ville de Nimnes, et Adrejfe a Afefmble'e national, du
2l juillet 1789.
z5o. La feuille p6riodique intitule : Le Courier de
Verfailles a Paris et de Paris a Verfailles.
vr*. Un autre ouvrage periodique nommni: Journal
ecclfiaflique. Juillet 1789.
1z7Q.ja brochure ayant pour titre-: C-kier du Tiers.
Ecat de la finichaufide de Lyon imorimnie dans la
tmeme ville, 1789, I laquelle font joints deux autres
p piers intitules : Obfervations des deputies du Tiers-
Ecar de la province de Lyon, depuis le dimanche 29
mars, 1789, et arrondifement te la Bri'ft.
280. La fuille p6riodique intitulee:Etats-Genlraux,
imprimee a Bayonne, 1789.
29*. Autre ouvragee4galement p6riodique : Ajfem-
bile national. Sans lieu ni date d'impreflion.
So3Q'. Une brochure fous le titre de : Opinion de
I Wf abaut de Saint-Etienne fur la motion juivante de
SI. de Caflellanne : Nul home ne pent etre in-
qui&t6 pour fes opinions, ni trouble dans 1'exercice
de fa religin. Paris, 1789.
31. Un manufcrit intituld : Difcours fur la li-
berte franfaife prononc le mercredi 5 aoudt 1789
dans 'iglife paroiftiale de Saint-Jacques et des Saints
Innocents en la- fee eonfacrie en la mncmoire des
citoyens mores k la prife de la Baflille en combatants
pour la Patrine par M. I'abbi Fauchet.
3e. Autre manufcrit : Carechifme franfais A
l'uftge des gens dela champagne qui commence par ces
mtots : Qu'eft-ce qie la Patrie ? et finit par ceux-
ci : Gioire a Dieu, liberty de la Nation, reflect aM
citrgi onneur ala noblejfe eflime abundance et
filicite au public.
30. Un manufcrit intitul : Difcours prononci
par M. LaLidine fur le veto. A. Verfailles le 9
feptembre 1789.
$4*. Un manufcrit commenqant ainfi : Nous les
reprfentrans de a Nation Frdnfaife, et finffant par ces
roots cette reponfe diplaira a tous ceux du part mi-
niftrid.
3f Autre manufcrit avant pour t 'tre :Difcowrs
fur les biens ,u clerge pvoanonte 2a I A.f_.bVi. natio-
nlak par M. Alexandre LamAlnh, commnenqant ainfi :
Pans le nombrn de mes commetans et finiffanr pat
ces mots La refpectable p'ife des biens cccIflif-
tiques.
56. La feuille periodique intitule : Revolutijns


I-


-_9















de Paris,, dfdies la Nation, depus te l juillet de forces d'6vacuer a ville. De tels homes ne
cete gan&e, avec cette devife : Les grands ne nous pouvaient guerre prolonger la conf&ence avec
/ar.zant grands, que parce que nousfommnes agenoux... l envoy de 'empereur. M. 'Baf et M. le baron
lvons-nos. Van der-Haagen declarerent d'abord au general
evensnos. rnFerrar dans les term les plus expres et les
37'. Un imprim6 ayant pour titre : Proces-verbal F rrary as Its term les plgads les.plus maes
deq Affmblees varticulieres de ordre dc la noblefe des pouitifs mais avec es ..gards les ,plusm. ar-
pIl__ ".- mi-.. n t. 'i- qiit aucine


vement en ce royaume d'antres livres, ppiiers et
troits,imnprimns oumanufcrits femblables, a ceux d ji
fp'cifi2s,-etentieremenr prohibs, lefquelsfe fondant
fur la mem. faaf philoJfhie, et ecrits avec le nidme
efprit de reduction, tendralent necelfairement Timpie
et perverfe doct ine deferdue dans notreprefent ditr,
no'lsexhort)ns donc, requirons, et ordonnonsme ne,
s'd ei, be oin, que Von ait .A nous exhiber et repr&-
feiter t.us le ; lives, paple s, ou feuilles, qui',
omnme nr us venons ,de le dire reiiferme nt ces
ma imnes d i..-iE0'-. et cette do,.trire perverfe, a
nOus Viu a-x comrnifbLiies du Sait-Oflkice, et de
nobi, f ire con iit e cnn itre de mermt lsperfinncs
ui 1:-; pfled raient ou ei :rraieit connaffince ,
*sneine cont e ls ntre Vn n- de fe voir pour-
fifivis ) ec '-u1 e a riguerr des peines d i&a proron-
cee', e ui jro:ztt ,', on moins feveres, a proportion
d : I on riavemni n En aflurince de quoi, nous
avo, snd n)l de do-me., et dononr. ces prefenfes,
confi meet par le members de ce t ibunal, fcellIes
du fr eau du S !int Office et contre-fi,.:nes p r un de
fes feLetaires. Donn a I'lh quifitii'n, en 1'ann6e
1789, par ordonnance du Saim-Ollice (i).

P A Y S BA S.

De Bri.xclles le z6 de'cembrk.

Le magfrat de Bruxelles requt, lu',di 14 de ce
mois, un avis de M. le comte de Tautmanfdorff,
porrant que 1'empereur avait retire au g6eir.
t'Alton le commandement de fes troupes dlans l..-
Pays-Bas et avait tiomm le g-n&ral Ferrary pour
le rLmi'lacer. Cet officer part bientbtaccmpag-:6
du general Lillien. Tous les deux itant munis des
paffepotts du general patiiute Van-der-Meersh ; its
fe rendirent au comite' retin des Pays-Bas. Le comite
leur fit part de la refolution qu'avaient prife les Etats
de la confederation belgique-, de fe foufdraire abfo-
iument a 1'obeiffance de 'empereur. M. de Ferrary,
refp ectueufement dtonne de la dignity d'un Peuple
nouveau, aprs in filence qui t6moignait f6 furprife,
a demand une conference avec quelques meembres de
Yaffemblee. Sur le champ, M. Baft, cure de S. Ni-
colas et chanoine de Gand, et M. le baron Van-der-
Haagren, furent d6fignds t nommi;s: 'un 6ar fa
firinete, a peut-etre le plus contribute Aiaviimer
les patriots de Gand ddcourags danih j)ournee
du 15 et le second a command les volontaires
et la bourgeoifie armee dans la fameufe journ6e
du iz i Btuxellis lorfque les Imperiaux furent

(t) On fera thrpris fans doutre de ne trouver fur
certe longue Ville de profcriptibn, ni i'Ejfi furies Pri-
'viliges, ni 'ouvrage intitutl: Qu'efl-ce que le Tiers ?
Ili ia Diklaratton ds dr, its dtie ITomme en Societe....
Ces tcrits feraient-ils demeurns entire les mains des
commis aux de:anes ? J'&k, favent le frarnais,, ccs
hommres feront.es premiers a rougir de cette perfdcu-
tion frvite e......Ce coup frapperait ea Europe taoues
les chjmbres fyndicales a la lois.


qu'un moment et rcpartit la hate entire 7 et 8
he ures-du foir. Deux jours aprs &crit-on avec joie ,
i un corps de patriots ellft vent pr.ndre polfflion
de notre ville; i erait deji maittre de nos coeurs 1,
- Le capitaine de Pouillon, A la trte d'un dltache-
ment, s'dft empar6 du fort-de Liefkenhoek, fur la
rive gauche de Efcaut. I
Une autre nouvelle nous eft venue directement A'
Bruxelles par un courier des Etats de Gueldres. Ce t
homme a remis le zz A M. agent Reynackx, une
lettrr qui lui announce que les troupes Autrichiennes
out evacue, le zo, la ville de Ruremonde et ton e
la province. La meme d6pdche porte que les Etats de
Gueldres tiendront leurs feances fous trois jours ,at
que vu les circonftnces prefentes ils feraient
'abord part de leur situation et de leurs rffolutions
pour le bien public. M de Reynackx a communique
ces d p:ch.: aux Etats de Brabint. II a reSli lordre
dinflruire, par un courier expedid le m6me jour,
les Etats de Gueldres des intentions des Etats de
Brabant, et de leur faire parvenir les fentimens de
reconnaiffance don't ces derniers font pindtrs.,

A N G L E T E RR E.

De Londres.

Le part de roppofition affected de rdpandre le bruit
que la prochaine fellion-du parlement fera course ,
et qu'on ne tardeia pas a en remplacer l-s membres :
,u-n de moins probable. Le miniftere et la Nation
doivent &tre 6galement fatisfaits de la conduite de la
chambre des communes Les dignes repr6fentans
du Peuple anglis ont parfaitement rempli leur devoir
dans les circontlances les plus ddlicates que nous
ayons vues depuis la revolution.
II vient de fe former I Plymouth un club naval,
compofe d'amiranx et de capitaines; la premiere
fiance a ete nombreufe.
Le duc de Dorfet, ambaffadeur d'Angleterre en
France, epoufera inceffamment mifs Cope une
des plus jolies et des plus riches heritieres de notre
pays.
E TA T S-U NI S. .

Nbtre nouvelle adminifiration n'a jamais r6uni plus
complettement les fuffrages que dans fa conduit A
regard des naturels du pays; 'il eft ffr que l'on doih
veiller a leurs intir&ts et les protdger contre les
violences'illgalks des individus ou des Etats qui out
voulu o0 voudraient encore les depoffider de leur
territoire. La politique eft d'accord en ce point avec
IlIumani*6; car if eft de l'int6ret des Etats-Unis
d'arriter, par tous les moyens pofllibles, except la
violence, les migrations de leurs c'toyens, perdus
reellement pour I'avantage common de la fociet6 torf-
qu'ils vont s'dtablir dans des folitudes au-dela des
1niontagnes 0ui nous fervent de limited naturelles.


- uds pour f^partI, qu it ne te
comtne'sdeRoufflilozz, Coqflansmet Cerdagne. APerpignan, .ces pour ia perwile ut
1i789 apparence d'entrer ddformais en n6gociation avec les
78. d6putes du prince, A la fouverainete duquel la Na-
'. Un autre : Abolition libre des Privilges de tons tion Belgigue avait renonice pour toujouts.,
les Ordres. Paris, 1789. *
39". Autre intitul : De'liberations des Citoyens Le general Autrichien, d ja fait aux manieres de
de la ville de Grenoble. Sans lieu ni date dim- tI liberty r6pondit qu'il ne lui retlait plus qu'a
preflion. retourner a Vienne et il a demanded une fauve-garde
no odonnon q u pu pour fa furet6, ainfi que la declaration par dcritde
Pourquoi, nous ordonnons que nul ne puiffe ce que q MM. ls commiffaires venaient de lui an-
vendre, imprimer on lire ces livres, traits ou pa- noncer.
piers ,impriinesounianufcrits ,expreffementprohibes
par notre present edit, en quelle langue que cepuiffe I1 fut egalement fitisfait fur t'un et r'autre point.
etre, a peme d'excommunication majeare, lats Sententis Le general emporta avec fecurite une copie d ma-
trina canonicamonitioneprarniJf ;de deuxcensducats nifefte par lequel 1'empereur eli declare dichu de
d'amende envers le S. Office, et des punitions impo- la fouverainet6. Ce manifelle a t6e ligne par le fecre-
fees par ce tribunal: et pour 1'execut ion des prefentes, taire du comite reuni.
wlous exhortons, requerons, et, s'il eft neceffaire,
ordonnons, en vertu de la fainte ob6iffance, et fous Une lettre de Francfort-fur-le-Mein du zo de
la pine de la grande excommunication et des ce mois announce que M. le coinme de Trautmans-
amendes ddja impofles, que pendant les fix jours do:ffetait alors a Aix-la-Ghapelle. On y marque que.
oqi fuivront cCtui oi notre prefent edit aura 6t6 le general d'Alton eli arrive a Luxembourg avec les
la public er :-.ifchd ( trme que nous bornons dbris de fon arme charge, felon les exprellions
fans rmifflon .. fix ours ), tous ceux qui fe tro)u- de la lettre de crimes et de bleffures. Onparled'un
v raient pofl'ffeurs de ces livre,, tra tes ou papers combat qu'il a eu a foutenir au fortir de Bruxelles
expreflement prohibes aicnt a nous les reprefenter, contre 5o' homes du regiment de Ligne, qui fe
onu aux commillaires du Saint-Office, reijdant d'ns font rangesdu c6t6des pay fans et dequlqes. roupes
les lieux de notre dihict, et de nous decarer ceux i patrioces.
qui en feraient poffeiTeurs, ou qui en auraient co-
naiflance, &c. Nous ayons requ auffli des lettres de Bovines, en
Dclarons qu'a fautedece faire et une fois ce date da On nous made que les troupes hpe-
terme expire, nous lancerons contre les coupables riles y ount pal, le ty, matchant par Dinant fur
contumraces ou rebelies, q nti aceo coupables Luxembourg, on prefume qu 'edIs ne montaient pas
vocu de note dcret lis fanece ra monitoires l a plus dercoo homes, retfe des r6gimens d'Arberg,
canoniques ddj! exprinis: declarons en outre qu de Wutemberg e Clairfait, avec queiques piccs
nous Jancerons contre x Jes sentences de lx- d'artileie en aftz mauvais iat. Cette troupe fe ded-
communication maj)ure, et des pines et amen- bandat, htrclue par les hrbitns du Plat-Payss qui
des prononc&es, et "avertiffnt que nous procd- o"t falt quelques prionniers.
derons avec torte la rigueur centre les contre- 11 nous vient, en date du 22 de ce mois, de Mar-
che-en-Famane, qu'un autre dtrachementde troupes
S De plus.- avant apris qri'il s'ntrrnoui;t fucce f. Autrichicnnes y a paff le le dcembre. 11 n'yrella


WA


I -W* -NW"WNW


'~II~Lbl~-~Be]l~B*~lbl~ qlLI --..-. -CCIII__ ___


C


te miniftere cfpagnol vent d'adopter dans Con ,yr
tome de government colonial, uie poljtique tout
A-fait nouvelle. II adret tous les rangers, fans dif "
tinction de.,culte dans, les fertles countries que
borde le Mifliffipi et encourage leurs etabliffemens.
fes offres, a cet 6garad, out ete rendues publiques
ici; et ce qulil y a d'6trange_, c'eft que plufieurs
americaints, naguere enthoufiaftes des fbrmes r6pu.
blicaines, fe prdparent a quitter leur pays natal, amnfi
qu'un gouvernement qui devrait etre de leur gr6
puifqu'il eft de leur faqon, et qu'lls y participant,
pour aller vivre fous le defpoifine efpagnol.
Les Etats du Midi ont e16 forces de fournir des
fecours coifid6rables en grains et en fariies au Ca.
nada, i la nouvelle Ecofle et A la nouvelle Angle-
terre, don't la derriere recolte a manqu6 : de plus,
les colonies fragaifi s o'nt fait des demands prodi-
gieuf's; en confliquence, le prix de la fleur do
farine s'eft level jiifqu'a 45 ols fterlinigpar barril-
mais comme la moiffon que nous faifons acuellemenc
eli tres-abondante, on tfpere' que ce prx exorbi.
rant ne tardera pas a bailler.



A 'M IN IS R AT. ON. _

MUNICIPAL1ITi Di PARIS.

Extrait du proc's-verbal de f4fembler e glndrale des
reprefertans de la commune.
Du; 3 dicembre I789. MM. les adminiffrateurs d&
la caiffe d'efcompte ayant 6te introduits, on a fait
lecture du memiroire qu'ils ont pref=nt6 relativement
aux voitures des meffageries charges de lingots
d 'argept et de piaflres que administration de la
cailfe defcompte envoie a l htel de la monnaie de
Limoges, pour y 6tre monnayes et revenir en 6cus
d ns la capital, et qpu, fur les, inquietudes dii
public, ont arretes et fequeltr6s hkr par le diftrct .
des Cord fliers.
M. le lieutenant de maire, au d6partement de fa
police, ayant ren.u compete des faits don't il avai t
timoin, et ayant prie I'Affemblee de vouloir bien
decider la question, et repondre A la demand de
MM. lhs adminiftrateurs de la caifle d'efcompte ;
L*Aftemblke confiderant que la libre circulation
dans lint-rieur du royaume des matieres d'br et
d'argent, foit monnayees, foit en lingots, etait de
la plus grande importance pbur le commerce, qui
eft une des bafes de la profpFrite publique i que cette
circulation ne peit tre interrompue de lipart de la
capital, fans bleffer fes-propresititerets,et fansjeter
1'.lirme dans les provinces et dans ks principles
villes de commerce, et peut-&tre fans alterer les
liaifons qui doivent r gner fans ceffeentrele centre
de l'empire et les provinces, qui toutes y abou-
tiff nt;
Confid6rant que les eng.gemens contracts par la
vaiffed'efcompte, et les paiemens journaliers qu'dllp
fair au public, exigent que rien nWarrete ls fabrida-
tions des efpeces qu'elle fe procure; I
Confderant enfin que la march que les reprL'rLn-
tans de la commune out a fuivredans hcirconfhnce
prefenre, leur a 6e tracee Par 1'Aftemble nation.ile,
qui a decrete que Ion prfident 6crirait A la Iuncipa2
lit6 de Villeneuve-le-Roi, pour lui ordonner de
laiffer paffelr librement un chardriot des meflag..ries,
charge d'arr.ent mnonnay, envoyd A Lyon par le
commerce de Paris ;
A arret6 que le difrict des cordeliers ferair invit
a lever l'arret qu'il a mis fur les caiffes conrenant des
lingots d'argent et des piafftres, appartenans la caifle
d'efcompte, et par elle envoyIs a la monnaie de
Limoges pour y etre converts en ecus, de re-
mettre ces cafes aux adrminifiraeus de la cai(fe
d'efcompte, pour &tre par eux envoyees A leur
destination.
A arrk6, en outre, que le prilenr arr&k fera
envoy au district des cordeliers, aux cinquante-
neufautres diflricts, imprime et affich-.
Signi, DI MAISSIMAt ptrfident; PORI1QUT' ,
BENoIT ,' MOREAU MVLoT chanoine de Saiant
Victor, et CiLIER ,fecrftaires.


D"pARTIEM it DI Poi.zet.
Lesdetentions multipliWesAl'hWtelde laForce poi
dettes contracts dansles caba re tsm'obligentcomme
adrnrniflrateur charge de cet objet', demettre fous
des yeux da public le rgerens et otdoancss,
encore en activity, fur cette parue 4e exercisece,
la police.
On v verra fans doute avec plaifir une doaceur
et une fageffe de mours confoimes a tons egards aV%
principles d A juftice et d'huminit6 qui caracidrifent
une administration paternelle et libre.
11 fera done faci e de les fuivre dais la jageumens
qui front prononcts fur les affairs ds cIte n a.
tre erl'on fs'empreffera egaement d'en recomman'
der Pobfervation A tous Coux qui veillent i A*'otdr
public. i
Les ancienne ordonnancrs, nforament cfr e 4u l
Blois, art. 61, dkclarent nulle route elpece d'tac-,
quiiifiion, oit de neub1.s ou autros eff ttc feite.par
les cabaretio ou sveritirs oar p~aisu, vjC, vitl,












fournis et confotamns cht z eux, et annullcnt tous
actes quckonqucs tpfles a c-t .dg-rd. Lt, coutune
de Paris porte que cs tav.rners n'ont aucune
action pour vin et .autres chores par eux vendu-s
en dtald, pa aifiette, en leur mai!on, envers ces
domicili6s. "
II ferait iqutile de & refer ici les aretets qu i nt
confirm cette jurifprudeiee-etcondanrin6 d s a ba-
retiers qui avaient enfreint la'loi. Onsfent combien
elle eft utile, et pour mettre un ternme aux ex.es
de fivrogne ie, et aux abus que pouriaiient fe p r-
mettre les cabaretiers.
On penfera auffi que ces derniers ne doiventjamais
foteer les receveurs i depofer des effects ou bijoux
pur nant'ffeme. t ds dittes faits au cabaret, et
que la prison ne peut dtie p ononcee pour ce mtme
objet.
S 11 y a quelqites' exceptons a faire par rapport aux
non-donticilies. Ellhs fe redui ent a obliger ceux-ci
de donner cau ion, ou de dpoter, non entire les
mains du cabari er, mais entire cell-s d u comite,
tnelques effects qui repond-nrt de ladep nte i mais la
S rilon ne doit etre ordoune que quand il y a rixe ,
violence, r6bellionti et s'il y a a cette police pour les cabaretiets c'eft a eux 4
prendre ga de a qui ils donnent a bo re.
D'ailleuts, )I fera facile de diftinguer des gens de
bonn---foi, et ceux qui voudr.ient profiter de la loi
tuit, excroquer les cabaretiers. ( Cet article eft de
PEucHtr. -


D I S T R I C T S.
Ex*rait des regiftres des d3ib/rationw de tffemtblee du
diftict des Cordeliers, da t8 d&cembrc 1789.
Force de-r6pdter qqe les citoyens de la capital
ava!ent droit d2 s'attendre qu'on ne le mettrait point
dans la n6cefilte dc s'exp i ver trop rapidementfurd s
ojets d& la plushmute importance, I'affembl6e gen6-
xaledu district des Co dA1 ers vacq pendant d velo pper
autant qu'il fera en elhl, les raifons fui lefquelles
tile fonde fon voeu relativemient aux trois questions
de favoir .
o. Si Paris fcra le centre d'un department 6gal
en fiip.-rficie aux autres departemens.
2z. Si ladmiuiftration du department fera, focus
vons les rapports, diftincte de Iadminifiration mu-
nicipale
,". Si Paris conf-rvera la police des rivieres de
Sine, Marne et autres. .


alternation d'allleurs neft de juftlie rigoureufe que
poor les villes a peu pres egakls en importance,
en position; et certes on ne pr6tendra pas que ce
foit attribuer i Paris une bien grande prerogative
que de fixer dans ton fein le fiege de I adminiftra,-
tion de fon d'p .reinenit : fi Ion examinait a fond
ce qae doit 6tre la capital d'un des premiers ema,.
pires du monde on pourrait denontrer que la
vile qui appartient i toutes les provinces, puif-
qu'elle eft compofee prefque en totality de ci-
toyens qui, de tous les points de la circonference
du royaume, vienn. nt aboutir a ce centre common;
que cette ville au lieu d'tre l'objt d'un, jaloufie
qu t'exifle que dans 1'elprit de quelques ennemis
de la Nation, qui voudraient fire croire que la
,najeureparttie de la France adopted leur opinion ,e
doit ddformais s'de6ver 4 un d.gr6 de fpLundur
et'de richeffes que les provinces contribueront i
augmenter psr d-s rapport di touted nature, qui
tourneront, a Favantage de tons les Francais qui les
en rLtiendtont. Rien ne peut dune s'oppof r raifon-
nablement a ce que Paris ai fr les autres viles du
royaume la faible prerogative d.4tre conflanrment le
fiege de administrationn de fon department, pourvu
que cette adminiflrtion foit tllem.nt diftinct: de
celle de la municipality et des adminiftr.aions d. dif-
trics quejamais-lesvill.s et les paroiff-s circonvoti-
fines n'aient liiu d'accufer la ca"piale de s'arrogir
uine fuperibrite attenataoire aux principles d'egalit:
de droits confacrns par les dscrets de l'Affemble ,
national-.
Sans enter dans une d;fcuflion approfondie qui
exigeraic du terns et d-s r:nf ignemens particuli: rs
fur la question de favoir fi Paris cont rvcra la police
qu'il a toujours fur les riviercs de S ine di Man :
et fur clles yaffluentvs, on pr.t avanc. r que la con-
fervat ion de cette police eft nectflaire pour raffur r
'approvifionnement de Paris; mais on ne doit pas fe
dilimuler que cette police n'erant point x ,rnpt; &s
vices de lancicn regime, d. ;'autori d arbi raire il
faut qu'elle foitinodifiee de manitre qu' IL n'aitricn
de prejudiciable aux int&dtrs des riverains.


D'apres ces trop rapil!s confidirations, le diffrict
des Cordeliers declare que fon voeu eit:
Que fans prdjudicier aux droi s qu'a Paris derdcla-
mer une rept'efcntation 3-'Aff mb et. national pro-
portionn6e a fa population il foat le fi g- d'un d--
partrm, ntegal entfa fuperficieaux autresdepartemens,
fans ailtrner. .
Que 'adminifmration de fon d'partement f.(it fous
tous les rapports dflincte d- l'adminifltration mum-
cipale.


D'abord le district des Cordeliers croit pouvoir Et que Paris confervw la police des rivieres de
matterr facilement l'objcction de ceux qui ont prd- Seine, Marne et aiu.es rivienes ou canaux adja.-
tendu qu'il u etait plus teams de reclamer pour Paris cens, en la modifi nr cependant de maniere qu'e le
un department de neuf lieues de rayon, parce que n' i* lien de prdjudiciable aux intir&s raifonnabies
les deputies des differsntes provinces du royainme des riverains.
avaient tellement combined les arrangements de tons Sign6, Dan~on, prfdent ; Teflulat de Cliarmieres,
les depart-mens qu'il ne reftait plus 4 Paris, pour .Sice-prfi t prentiA bre lat de Charmieres
compof. r un dpartement, que fon propre territoire vice-preident Aubirs. Fre a'Eglantine, Sentex,
et celui de fa banlieue. Quel que ait le.plan pro- LefIot, lecretaes.
jette par les d6putes des provinces, comme Affem
blee national ne P'a point fnctionn, on n'en doit ... ...... .... ....
tirer aucune conf4quence rigoureufe qui puilfe pr&
judicier a Paris. T T I A T U R E.
Tout cequ en concluait le district des Cordeliers,
c'ef que la capital auwait a fe plaindrede ce que les Etrennes du Parnaffe, avec mlaings de lirt6ra-
teprefentans qu'elle a charges de flipuler fes intrerts Etre du Parife et tangere ; par M. Baudes la
I l'Aflmblee national, jLraient rettes dans une inac- ture an aieer pat M. Baude de a
tion inexplicable fur ce qui imported le plus A leurs qoix. A Pris, cht- Bel. 7, llb aue rue Saint-
commettins ; inaction d'autant plus inexcusable, Jacques, pros Saint-Yves. 1790. Vol. pet. in-i.
qu'eltle contrafterait d'une maniere frappante aveca ce recueil, vut
hI zele des reprefcntars des provinces : la quellion La paie des Mi lanes ajoutee a ce recueil, vaut
de favoir fi Paris fera dans un department de neuf bien celle des Popfiesfugitives a laquelle fe bornait
,ieues de rayon, fubfifte donc dans fon entier. I plain r u'avaient adopt, les anciens ed teurs el e
Pour )a refoudre, il fuffit de confiderer que fia pla ira meme davantage d ns les circorftances ac-
c ne peut amais Od ie 4 fon prejudice ; ce ferait en morale qie M. Baude de li Croix a tires de l'ou-
qu:lque forte la punir d'avoir contribu6 plus qu'au- vrage de Saadi, iituld i : Meurs des r is. Voit u n
cone autre ville, pr hi nature des circonflances, a de ces extras, pris d premier chapitre:
terraffer Ihydre du dcfporifme, que de la forcer de 3 Un roi avait condamni a mort un de fes efcla-
fe rentermer dans fts propres limits, en la privant yes. Celu-ci etant favs efo6rerce, ne menagait plus
de letendue du territoire affect a chaque depar- rien, et accablaihAe-xoi' d'injures. Qec dit-il, de-
t"Inmer. manda le roi 4 fon favor ? Seigneur, il dit que
Eh I qui pourrait concevoir Pidde d'infliger une 'les r6comearifes de 'autre vie font pour les prist es
punition a la premiere ville du royaume, pourprix qui pardonnent et il vous demanded grace : Je
des actions qu lui ont acquis une illustration bien accordd, d't le bon roi. Un courtifan d pilis
fup.erieure 4 cellequ'elle tirait de 'dclat de fes ri- long-tems 1'enremi du favori avait e,'tendu les
cheflrs et de faon immenfe population. difcours de l'elave: Onvous trampe, dit-l, mon
La ville de Paris doit etre le centre d'uto dpar- roi ; ce, malheureux vous accablait d'ijures. I e roi
tern nt de dix-huit lieues de rayon ; et fi 1'ordre g6- repondit : Le menfonge qu'on m'afait e'ait human, et
ndral des d6partemens pouvait etre modifi6, loin de la ve'riti e# cruelle; et puis fe tournant vers fon
l'expofer eux effets du monopole fur les denrees, favoi : 0 mon ami/ lui dit il, c'eft tol qui m ditas
aux ihorreurs d la famine, qui -ferait bientit IP toujours. la vdrie.
fruit de fa circonfcription abfolue, it ferait plus aai aiers don n n oae
jufle plus utile au bien general de lui accorder raaoi alleurs donm e une 0eon don't M.rBaude de
un dlpartement proportionne a faa confo"mma-ion, l roixa fiement fail denrchir fes &rennes, eti
et allez etendu pour que les ennemis de la rghn, que nous confin"erons Igalement ici: :
ration; qui tenteront encore plus d'une fois de Je vis un jour, dans le palais de Glumith, le fils
ruiner la liberty, fuffent hors d'4tat de combiner d*un gouverneur de province qui dans un age en
les accaparemens dent Paris a t4 fur le point d'&tre core tendre, avait de 'tfpr't, de la prudence et
la victim. du.jugemehttre nalgrIt fon extlrme jetineffe, fa phi-
Lt ndeffit de faire'de Paris le centre d'nn d6- fionomin avait un caractere de gran ieur Le roi,
partement de nauf lietes de rayon au molns dant qui etait fortr'eune, en fit fnn ami. Le' jeunes gens
bien 6tablie, it eft aif6 de fl convaincre, qu'il doit de la cour le prirent en averfinn Int tendirent4
etre le fizge de fon administration fans alterner; destpieges, et chercherent a le perdre ou a le fire
lMAffemble national a bien d6crit6 que chaque, plrir ; mais its ne purent v rduffir, parce qu'il avait
departement pourra alterner, mais elle n'a point dans le roi un:veritable ami, Un jour ce prince !ui
wit qu'ii ferait indifpcInfable qu'il alternaifent ; cetre dit : Quells put e ire la caufe de la haine que tuI


infpires A mes courtifains ? Elle ejf violent ; ne pow
rais-ta pas la fire ceffer ? 0 roi I redpondit le fa-
vori', j'ai uf de ta puiffance pour le bonheur de
tes fujcts et pour ta gloire ; I mefure que je me
concikiais le coeur de ton Peuple e t le tieh, jfelignais
de moi mes ancins amis, mnis egaux; je ne conrais
qu'un moyen de les ramener; c'eft de Dfire des fautes.
Bourfuis, et n crains rien dit le roi : le folil ne
doit point cejfer d'clairer patee que fa' luriere blef'e
les yeux des cijfiax de i;uit. ,c
Venons aux podfies ftigitives qu*a recueilllies
M. Baude de la 'ro'x. Nous n'en citerons qu'une,
qui nous a pardi n:ill, tiure du recueil. C'eft une
fable de M. Hoffma intitulee : Thenis, I'.Amour
et la Raifon.
Au tens de la gaite, PAmqur et la Raifon,
Fn maniere de badinage,
Parierint un ducaton.
A qui pelb.rait advantage.
Le march fait. les pariiurs font mis
Dans la bl ance de Thmris.
Cette dieffe alors peiairt n confcience.
Elle avait un bandeau. La Raifon 1' mporta,
Et l':mpora fi bi n que Cupidon fauta
Au plus haut bout de la balance.
La Raifon prit 'l njeu, Cupidon di 'puta,
S'ecria tempeta ; mais fur-tout inv'nta
Un plaifant moyen d& vengeance.
Le ckndemain il cotirt chez la Raifon :
Ah! ah I dit-il, ma belkl dame,
Vous tromnpz done ainfi le pauvre Cupidon ?
Ah te fais d: vos tours ; gallons, tricheufe infime,
Qu'on me rend n mon ducat'on I
La Raifon repondit : vous plaifantez je penfe.
--Non non, jene ris point,vous avitz mis du plomb
Dans on d vos fouliers -Bon, quelieY xtrvagance.
-- Eh bi n c-, plomb-li vous confond.
Allez, mon bon ami, vous rtes en d mence.
Et pour prouver mon innoc nce,
Si vous voulcz nous r-commencronns.


Eh bi n I r-prit 'Amour, nous n.)us r poftrons;
Allons m;ttez au jeu, Maame ,
Et pour qui vous ne trichi.z plus,
Je v ux qu'on noquspefe tons nuds.
Je le veux bien ehcor reprit la bonn- femme,
Et j pr-nds a timoin votr- mere Venus.
Venus fourit, mais on voit qu' lle _fl mere.
Enfin les voil nods,, chacun dansf on plateau.
Avant de co rmencer dit eI Dieu de Cythere
Themis 6bera fon band aq,
Pour mitux decid- r de Fatfaire.
SLa Raifon y co&f it fans fe dout r du tour;
Themis ouvre les yeux, ell- apperyoit 1 mour
Elle veut trre jduti- helas! has qu'elle y penfa,
L'Amour a fait turner la chance.
L'Amour tout nud, pele plus qu'on ne croit
Fnfin en rougiffant, Themis du bout du doigt,
Du cote du fripon faith ptnch r la balance.


DROIT CRIMINAL.

Suite de la lettre de M. Blonde, ancient avocat as
parlement, i M. Agler, president du comitl aes re-
cherches de la ville an fajet ae fn compete rendu k Il
commune de l'affaire de M. Augeard.
Je fens bien que, preffp par des raifonnenmens aunff
forts, vous allez vou, mettre 'efprit i latorture, pour
imagin.r le moys n de prouva r que vous n'eres pas un
calomniateur, car on ne s'apprivoife pat ailement
avec une telle imputation.
Vous ne manquer z point de me dire: mais que
fignifie cer itineraie indiquirarM. levle,uede Chalo.,st
Ici je vous arrCee: la quellion que vous me fares
prouve qe vous ignore ce que c'eft que -ct itindraire.
Si vous 'ignorez pourquoi Iinterpr t z vous d'un
itinerair a f vre par le roi ? Pourquoi fiite s-vous de
cette interpretation arbirra're la baf- d' ine ,-
putation que vous dies pouvair ope.er la conaamnat on
de M. Augeard ?
L'accuf6 vous ava't donned lu'n-mme la cl,-fde cec
itineraire indiql a2 M. de ChdlIos. DIins I'inte ro'e-
toire qu'il a fubi a la police ainfi que dans celi
de la prison de fAbbaye, il avtit dit, qu 'ay.n in-
vite M. 'eveue de Chalois quelqucs yours aupk-
ravant, a venirle voir i Buzan-v illui vait ind;iud
un itin-raire, qui, en part.mn de Rheims, et laifflant
Rhetel de cote pour aller dir cement d'lfle i
Vouziers, abr6geair de loutre lieu"s et qui, cn
pa rant de Buzancypourr alkr IClhaloni ar V rdun,
abr&esait encore de quatre lieues, en laiffant de
cbrd Stenay, et paffant par Dun ; de maniere que
feveque de Chatons, fair qu'i prit la rtou'p de
Rh ins foitqu'il prit celle d. V, rXd1, avait qnatre
lieues de moins i fire que par Vs routes or-Jinmai
rs. Comme M. Augeard avait faith dcire cet itin6-




:__,___


ICRl)rrn'7"C- :~Tl.i.;














rare par f'n commis depuis pu de jour, il e
arrive, qu pour a'rweg r en dictant au lieu
7 it,- Ii numeration dcs lieux par olu il fallait paflor,
il a mis en abreg_, liiedjaire iznaique a M. de
Cha ons; ce qi i etait lufifant, pour quelqu'uni qui
parlait I fa penf.e.
Vous avez vU cette r6ponfe dans I'interrogato're.
Pourquoi abandonner une interpretation auffi n.tu-
relie pour en imignr une d-llt-rue de toui fd'n-
d6inent et a la charge de facctif et la donntr a
toute la Fiance come line preuve de conviction
contre lui ?
Avouez, Monfieur, que votr~iege6rete eft bien
criclle pour M. Augeard, qui ne devait pas satten-
dre a dtux niois de captivity pour une pe- f-e qui'il
na communique. a pifnnec, qui n'aurait pas exilti
quatre minii .s erite,, fi par line trahibon intame
elle ne lui ed: tt voice i car le brouillon de cet e
phrase qui u'a exif06 avant la mile au net que le
terns nicefiire pour 'la copier, amait eu le meme
f,rt que la mife au net laquelle a 6t: 6etAe au feu,
auiitot que t'auteur en a eu lait la lecture.
Ce premier &cart de votre part, relatif a l'inter-
pretation de 'ittineraire vots eni a occalionne un
f-.condj qui eit d'avoir ajoutr foi 'a un nmemoire
envov1 a votre comitc par d..-s ennemis de Al. Au-
geard. Vous avez cru fur hIuryppport qu'il avait
done des ordres a f.n r- iff-ur pour faire prcpa
rer unp.,chan:b\e pour It roi.Cette allega,.ion'vous
a confirm danis interpretation que vous avec a iop-
tie et celle-ci-vous a rendit vr.difniblable ce qui
ne 'ctait aicunement. Le chateau de Hua'ncv a ete
brdle enti-r:-meint ii v a cinq ans ; M. Augeard en
bon adminiitrateur, fait fire chaque annie quejques
chambres. Cetts annec-, it a Jdoii,ir r-lr& de fuf. en-
dre les travaux a Vexception d'une chauibre a
'noirie ariangee, qu'il a done ordre de fini Voi!-
tout d'un coup cet otdre,'transform6 par la hbinc
et Vanimolitc en un ordre d'arranger tine chambre
pour rec voir le roi ; comme fi dans un ci.a eau
la chambre du maitre n'etait pas la plus commode
et la plus ornee & //
Ce mmrne mmoire porte que, pendant les vacapces,
M Augeard ava.it retii d-s tejimi. s de gens prof.rits,
et don. le Peuple avatt fait jutfce ; par exeir-pie lts'
da',jes Berthier et PFiulon, -t vote injuili preven-
tion vors t fait accueilfir cette imputa ion ridicule et
impfllible mnime puifue ces dames font mortes il
y a pluteurs annes: VouLs pouvieZ ignorer cesmoats;
mnais vous ne pouvez pas iinur, rque M. de B fenv ,
dt puii la fin de tuillet, dit en pr f. n et gardi par la
g.,rd: national de pars. l.'accLfation conteo n dans
ce Minnoire, d''av'ir rqu M. d- B.- ferival a Buzancy,
lie vous a cep"ndantp. s tn:pich din tDare uin nou-
vIl ob) t d'intormatin envoy, au porururT d roi.
Er voiia come Lia d nt nton d'un homnim: n place
d'un domicilid, t t- proClong6 i ilqu'a la hu ticlr.
fin ainel, ,tans a cun dtcrt fur uin fimpl. or,:re de
poilir En quality t d conf.-il dc 1' cculf, je m- fuis
plaint a votre c'mit.- j'ai oHf rv .que c'ettit
M. Augeard, q i raditur pir 1.- temoignige dc la
conilcienc-, aait J.-manit d'etre envoe a l'Ab-
bave ufqu'a ce qu'on : ffit allure de Il v-rit. da,
ce k"u'il diilit ; mais qu'il n'avait pas pr t ndu con
f. nir une iet nation ind finie. J'ai aj out que,
n1 t nt pasd cr te, itl ne pouvait tr t d :t tli par
orc dre dla police, l.sq-:!el, aau t-rme d' i decret
de a 4t'emble- naronale n'a le pouvoir d'empri-
fonuer que pour tri ous oirS que j'alldis re- uiir du
bwieau (i police q,'il e contormat a cet articl .
M. v,-rron m'a repondu quf I comite n_- le to fifirait
pas; qu"il nt- s',5qilai' pas ds rerl s ordinairts
q,'on etait en tv-nss de querre. Ce not me fouL-va
-'indienation ; vous p.-n-H Us 5ne pas 1iimprouver, c:
mot: ma furprif: tut grande, )e la temoignai en
plaignant le fort des honmmis, de ne favon- pas f
c nt nirr dansiles bornes ct d'outr r tout. J- you,
oblerverai quL'une condtite aufli rigoureuf- f rit
rcgr- rter 1,. r.,i ,,e du dd-potifine tt que de6ji l-,'
gfns fav, s diLijent qu -vous pa.railfi.z.chcrch-r d
coupables, t non 1 s coup ibl-s. J m r tirai 1
coer pene~te de douleur de voir dieshonortr une hi
bLle caufe.
JA n'ai que trop appercu depuls, que votre con-
iduke 6tait hoftil_- a 1 gird de M. A. geard ; car au
uli u d:faire ailignir tout de fuite les timoins, it
dan neme tems vous n'av z communique voa
notes auminift- re pil lic quevde l.innloin, comm
vfi su, eutfi z pris plaifir prolonger la detention
-de 'accufe.
SFnodernieflieu on vientd'affigner encore dix t6-
m,n' ins a B3uzany et aux environs, pour venir dspolei
;. Twnvier, et on leur a donnd vingt-un ours pour
fe rendre.
Je n- fais, '-Tr.iiur, ft vous avez reflchi fui
Ies mots : on eft en th uns de gu, rre. 11 ne s'accoimda t
guere avec les droits de I home et du (itoyen,
et avec les maxim, s humain;s et fociales qui nour
ont regis, meme fous le defpotilhfe.


Ces maximes font que la focieti ne regarded pas"
un accfe comnme, un ennemi tat qi'il nifrt pas
convaincu d'en avoir trouble 1ordre; loin de f r-
fa der crmnnme dans ufi etat de guerre avec lui, lile
etQ toujours dfpoie ei accueillir, elle define in&me
es ptuuves de ton iiiroceiCi aufli jouit-il de tous


les dro?tt de V6tat civil ; et fi elle le prive de la
lil-ert~ il r.ut un jugement un decret quti uei-
p4che pas qu'il foit traitA come citoyen. Cependant
M. Augeard eli d6teon fatnsdecret, par une volonte
illegal, par des perfoinies qui fe dclarent en e a
de euerre contre lui, lorique la; focier Ile protege
come tin de fes memberss, tt ne vent pas voir en
lui un ennemi.

Avez-vous done, Monfieur d'atres droits a
ex.-rcer que ceux de la fociete De quel droit do-
clarez-vous la guerre a 'un membre d la focwior fans
Ifo aveu et contre fon voeu ? Allegumr-pour railon
le droit de la guetr e, c't convehir qu'on n'a pas
d'aurre droit que celui du plus fort. Quelle reponfe
pour d te, lorfque celui qui reclme ne s'appuie que fur
la violation de la loi 1.
Voila, Monfieur, mes gr'efs contre votre condu te
A I'egard de M. Augeard. Mais votre rapport me
donne hliu de npe phanidr:, avec le public, de ce
que vous av z tant diff. re 6 rendre plainte d&s e\cA s
commis A Veil all:s, dde infulte fate au roi et a
fon auguite comnpagne, et mInine a Aftlemblee,
national.
Comment f: fait-il que le delit douteux, incer-
tain, eqiquvoque imute ,VM', Augeari vous ait
p1,1s toucie qu'un crime arroce contre un roi citoyen,
le f-ul qui, icpuis la mailfance de la mnoiarchii', ait
aflez aiii, fin Ptuple pour le faire jouir de toute
la !ibcrte de Ihonie ct du ci'oyen ?
Sains-doute on peut reproh-r a M. Aug ard de
s 'tre trop abind.nne a la pif-e qu I agit s uiais
t.ette ptnfee- I'avait pour tatTC- qiu fuoi amour vif
et protond pour fo0 roi tt fan indignation contre
la fene horrible du 6 orobr-; ne faihant a qui
.I'a'tributr ,"i] a pe.fe 'a un moyen qai Ic louhtairait
ifiLacenment au da.ijger.
Vous Ini euffi z epirgn6ces reflexions, Monfieur,
fi par tine faite .e vos functions, vous t:uit.z ,
huit iyurs aipies, rendu la plainte que vous n avez
rendue qu',iu bout de deux mois. Le crime nictait
pas doutteix ; le coupables vouI auraiannt moMs
6chippe quja prilent. Si M. Augeard vous tit vu
pourtuivre les aruturs dc ces fortaits, alors ii cut ete
tranquilly fur le fort de (n roi ; il fe lerait dit ce
qu ji fe k il acrue ienit a;ec tous les bons citoyels :
Louis XVI eft viritab'ement au milieu acjts enjanis qui
s'occupent f iafifmient du foin de vtnger 'ijut'e f.tie
a leur pere. 11n'autirit plus en befoin de chr, her ,
pour adoucir fa peiue un calmnint qui. Fendormit
fur une inquietude aulli excufablc.
Ainfi Monfieur, vous lui faites fupporter, par
une cautivite de deux mois et par une iiffaination
qu'il ne mneiite pas la.peine de votre negligence.
Pctrmettez-i oi Moiliurt, avantd- finir, de vous
faite part d'une ref. xnin que m'a tair naitre la page 15
de votre Compte renda, relativement la denoncia
tion de I'att-ntat du 6 octobre. Je vois que le motif
qui vous a d-teimine a fire cette denonciation, vft
t'hvnncur de la capital indignement calom'iice aans les
provides etprefqae dans les Nations itrangeres.
Ce motif eft bien louable affurement; mais fi les
provincesyu tfliin i tattribu6eda fautrts qu'a la capitile,
vous euIfftz done g.ud 1 il nce? -lac ft alftz
appar rt puifqu- vous avz a t.ndu deux mois,
t qu'i a fall u 'ouvra; M MouPier pour voLs
lonnier 1'ev i. Mais Phonn ur d & vote ror a vzn-
g r les tralteiens atroces prepare a Mon auguft-l
conipagne ne vous touchaiiint done pas ? Ie roi
t Nation nefon qu'un ; infulter leroi ,,'eff inful-
ter la Nation I tiam r contre le roi, c t trainer
contre 1 Ltat ; tt d, vote aveu MoiftLur, vus
etes charge 'de la fonction honorable de rechercher' les
trames furmees contre Paris et contre I'Etat.
J'abandonne cette d rniere obf7rvation a vos r6-
fl xions ; C't quant a vos trtts onvers M. Aug 'ard
le laiffe a votre condo noc- I' foindt les reparer.
Je fuis, &c. Signe' BLONDE.



Note du r/dactcur. Notre profefflion d! foi en prin-
cipts i f connue comme notre impartialite ; en
tferant Lmenmoire de M. Blonde danscette feuille ,
nous prouvons a ne--lect tirs quuiun accf l'6 eft cou-
pabl- qu'.u 'miomenrt d- fa condemnation ; qu- juf-
qu s li i ouit d-t tons 1-s droits de citoven et
qu, lii refuier la publication de fa ddftnfe, ceeft
ch rcher a firpre-ndr, 1 opinion publique, qtfi do(t
el irAr et non egarer le tribunal qui doit pro-
r nucelr.


T H A T R E -D E LA NATIOr N.

C'eft uli d6dommagemenr pour nous de ponv'ir
enfin annoncrr un fucces a ce theatre. Le Re'veil
4'fPZime'nidte Paris eft pkin de traits ing nieux rela-h
tifs .A circotflances,. (e dilneu. cff natural, les
v rs font faciles ; er parmri i o.:n rCtinig s oifbodiques, ,
on en a remirqu# q i offrtnt de, cotuariles toujaurs
piquans par l'a-. ropos.
Cette jolie piece eft de M. Fli.s.


ASSEM'BLtE NATIONALtE

Prefitdece .Se Demeunier..

SUITE OB LA StANcE DU JEUDI 3t D-CEMERPp.

Suite d difcours de M. de Montcalm,


En effet, meffleurs, je trouve quil eftinjulte,
.pur ne pas dire plus q'qe es perfonnagsi qr i
iemhlent dfetiter four Pattic, et ia' defavoder en
quelque forte, ponmpent paifiblement., dans des
climats &rangers, le fic nourricier qu'ils doiveitt
3 une mere ttop iindulgente qu'ils dedaigd1en, er
qu'ils trahitferit peut-tre.
AM. Montcalrn termine par le project de decret
fuivant :
L AtX mbIee national confid6rant cqmbien il eft
urgent de reformer hks abus, et ,furtout ceux qu
pefent fur la fortune publique; confiderant que cedni
des pensions eft le plus prelfant a corriger et que
i'Tt.r, qui duir recompenfer celui qui 'a fervi utle-
mnent, ne doit pas pro digger un fuperflu a des Franq:is
qui diriges toujours par I'honneur, ne font fenfibks
qu' la gloire, a decrete et decrete ce quifuit:
Art. 101. A -ompter du premier janvier 1790,
toutes penfions a tideiftis de 6,cO- livrcs front re-
dtires a cette fomme; nul tine pourra;yvdir une pen-
lion plus forte, a 1'exception des officiers-g6neriux
qtu auront f t la guerre et don't la pension ne
pourra cepeindnt janais furpaffer i 2,000. livres.
i i. Toutes pensions accor3ees aux femmes front
et deirtureront flipprimnes ; it n'en fera confervy
qu'aux vt-ives de militaires ou autres perfonnes qui
auront utilk mei t ft rvi la Patrie fans que jamais ces
pensions puitfentnc re plu- fortes qua ,oo00 lives.
11W. i.' at fera charge de prurvoir 3 I'iducation
et au place nt des enFans d; celii qi aura ert tuS
au service de 1i P..rrie, et qui naura pas laiff a fa
niort une fbotune fuffifante pour les clever.
IV. Aucune penfion ne fera r vetfible aux fammies
iii aux enfins,
V. II fera form tin cnnitW, compgfe d'un dAputr
de chaque province, qui f:racharg d' examiner letac
&ds pcnfTiins, qvm jugera celles qui doivent &tre
-fiuiprim ts ou diminiecs et portcra fori travail
I'alemnbl e qui prononcera definiriven. nt.
VI. Tout penfionnaire, pour qielqnie caufe que
ce (oit, qui aua tine penfion affoctce fur une recetrt
pubhique quelconque, Cf ra oblii6 d apporter dans
deux moist, fon tire aiconit6 dts finances, 'qui y
mettra (on vifa et en, tin n ir i rcgiftre. Les penfion-
naires qui font en AIn riqule. a front tiun an pour rap-
porter leurs titres; ceux qur- M riianO-s+Ate anroilt
deux ahs ; paflt ces epokues tout pt.fioninaire qui-
n'aurapasrc,-mpi cetre former, f ra dechu ic fi pension.
Vll. Tout pCnfionnAire qui fkra expatrie 6ie ouira
de ft pension que l.iCfi fera.d; rat ,ur dans le
royaume. C(eux q+i f nit employes par le gouver-
nemeit front f.uls ec.p Cs.
M. de\Vimp/ren. JI lifais dans unouvriee nouveau,
9ue Pexc s imnmodt-r dans la distribution des
giices, d, vat n&c ffairement produire I'exces dani
les retranchemens.
Le moimient otl ctte pre-liction doit s'accom-
plir ell arrive. Accompliffez la done; vous le
devz puifqu'en Paccompliifant vous faites juice
au People de fes plus tpres fang-fues.
Lorfqu'on vint me remettre I'etat des penfirns
auwtit6t je fermai le !ivre pour jpter un. coup-d ceil
fur la life des enfans de la Patrie. Yen trouvai
quelques-uhs qu'tlle reconnait aulli dignies de fes
bientairts que de Con eflinie; elle n'eni dot pas voir
d'autres. Cependant, j'y rencontrai les noms d'une
foule de petfonnes qui ne font quwe Is enfins
gates de la fortune, et que la fortune mem- n6',t
jamais adopts, encore moins gatts fi elle n'avait
point rtd aveugle i car c'eft prefquie totjours efn
raifon iniverf4 de leur utility qu elle ( hoilfiliit f-s
fivoris. .. Aujourd'hii que vous allez donner
des yeux a la fortune, permit'. z-mnoi de ne pas
me bornir 3 la motion de M. Cmis qui tend
a fufprendre le p.iem' nt des pelfions, tandis quie
celles de. Iann6e 1788 font encore arrir&ees s, t
qut' rthe paraitrait baibare de condamner a la plus
proionde m fere d'ancicns f:rviriurs deTe I'tit,
parce qu'n s'eft plu a confondre focus le mnie
nom de penion le fruit tardif d'une ioiigue car,,
riere de dangers, avtc les les fruits ruineux de la -
baff ife ct de 'intrigue.
Me retfI rmant dans les penfions puremrnt mil-
taires ou de retraite, qu peuvent routes 6trd
tariffdes avec la plus grande quit je crois qu'il
faut prendre pour bafes les grades de la hierarchio
rilit.iiie, et les frvices utiles ; c'eflt-ire le or -
bre des campagues de guerre qu'aura faites chaq^
penfionnaire ; et cela ne vouis ruinera pas.'
Ce tarif eft applicable a la marine, et menne aux
affaijes etrangeres, pace qu'un evnyoy ,n m i
niltre in ambaff deur, peuvent, re, .aul blep,
tiriifcs qul'n colonel uan btiadi,'r, un qiria&r.
Un comitr fimplifi~rai Je travail far ccP n. i
mfsuai '
'i


r~


Pop po


I


,~i ~ 1~













/ N 2 o7o.
maniere qu*on ne paierait plus urne fule poerfirn
qui ne : it mnritee ; au lieu qu'en trachuant a tort
et j travers, vous vous expoferiez a rare le con-
traire de ce que vous vous etcs propof- ; car'
avant tout, vous voulez 6tre jufes ert, Vps e
voultz pas doAi.r vos grarndes operations >i's
t uneilis don't iks clarmeurs pr&ceraient "rp ide ircc-
aux ennemis dubien public. Vons Pigrnior p is qu'il
eft des offiJ rs de hliagt rade qui n'ont pour touted
relfource que leir penfion de retraite, et que les
officikrs actucis furtoiit dans I'iiffinterie fint de
la clalle la moins aifde. 11 fait done fe gar1.:r
de rdpandre danIs 'armine une inquidtude qui pour-,
raitr la dtitacher de la rievo!ti.n :certe cla e me-
rite d'autant moins d3erre inquietee, que ce.nefontr
pas les fvculs doU elt joue t qui ont obere le trdfor
doyal. .
Je'crois devoir auflf refuiter I'objection qu'on
pourrair tire du tairiF du f.ivice err.,ncer.
11 eit bien dirlerent de f.ivir Un miirre, oU di
feivir une Patrie ; poir reaiidir 1'efl wie doit avoir,
dAs vices a commiandemeht et des vices doiventr
lui tre pay&- ; mais Ie ciroyen n'a jamals trop d-
Veit. .
Lei coiiriaims font roujours les enfans gates de
la loitunea; Ii roue jufqu'a prefent n'a ferble
tourter que pour eiux. Le teams ef-artiv6, mefieurs
oI it f tut podi r cette roue en fens contraire :
vons le pouvez ; que 4is je? Ivous le devez:
cr.indricz-vous les came irs de ce petit hombre
de f'avoris de I'aveugle Plutus?.. Ces cla-
heurs mefliurs, ces vaines clameprs voui me-.
ri!eont le concert harmonieux delit reconnaiJtance
des Peuples opprims, don't yous aurez allege le
fardeau, et qui beiiront les efforts que vous aurez
fuits pourles foulager.
L'orateur propose enfuite un project 4e d6cret don't
voici lI fu bf.nce :
1. Que tous les offi iers, depuis'le fous-lieu-
t.. ant iufqut'aux colonels inc!ufivemnent, conuinuero>mi
Slouir des penfiorns ou t aitemnns confrv s
z' que les colon: i actuelkme'ir r:'iies avec 3000 1.
e penfion, cnt'inueront i en jouir i mais que 1i
e(, penfi i :,*6 event aud6i s de -ctte fiome,
elics y Lerontr d a pride it rddired s ; 3 qte l
pet ions d&s br'igders d,2 -am1&s d 1ioi f ro,-t
leJi'es a 4,000 liv.: 40 ceLes des nmrchaux de
camp a (,ooo iiv. o". ceiles es lieu etrans g n6-
raux a 6,000 liv. ; 60 ,elles des marei h tu de F ialce
i z.,,oo liv. 7 il f ra ajoute a ces peilions un
iigienime pour chaque cainmpgne de querie I cei~
penliols re fuppoteroint aucune r diction ni re
teneuic 9 ceux qui n'ont point de penfions nc
pourront fe pr6valoir doi prefent daicret, pour en
o:. i "10o ceux qui cofiront avoiir droit, en vertu
de que q es titles particuliers, A 6re exceptis des
reductions, porteront leurs r6clamations au conicte
qti fera nomnme ad hor.
AL de Wimphe. I t indifpen fable de comprend e
dans le pr6: des loldsi et bas-offi iers toutes les
autres petites fommes affectims atx objets de leur
entietien, puifqu'apes 'qpils front retires, us
auront galement befoin de ces different' objets,
et pour 6viter tout detail, j'obferve q.'un f ldat
Jal coAte que ZiZ liv. par ani, non comipris 1en-
gagement, 4'metnoent et les tffets de camnpemenr
Voicid n confiquance le project de dicret q(te
je vous ptopole:
&1 Les militaires, depuis le fimple foldat jufqu'au
colonel inclifivemient', conferveront pour retraite,
apirs tiente ans de ftvice, le tiers de lur folded
on appointemens I aprbs quarante ans, la moiti&.
1I leur fera accord tn vipg;kme en fus pour chaque
campaene de gtrtre ; ii en fera de meme a
'gaid Tdes marechaux de camp 30 IA ri fura
pri de ne po.it, fGire de promotions d'ofii i.s,
Sn6traux, av.,nt que le nowbir'e en foit rid:.it a,
cent quarre vingt', 4* le f;cretaire di? depat tcment
fra tenu de fire connaltre l'rtat du service et
ies campagnesd guierre; 0 i th queligflatire.
fe niniftre rendra coimpte des penfions 6temies p41
i mort, et des pdrfionr noudelks.
Plhfieurs memlres infiflent fur Patticle propof6
far M. Cainus, ppur fiifpendre les pensions des
raniais expatds.
M. de Wimphfn. Ceux qui fuient leur pofte pans
tinD moment de danger, tex que leut confcunce
a force de s'exiler, toua st eniemis fecreti o*
4.clara de: la rdvo!ution de-ivent-iis recevoir en-
core les gages de la. Patrie pour travailler contre
ella? o1)it-.ll envoyer au-dIhpo s le numeraire dont
et appauivrie, peur four.ir des o yensns (t de pro-
Wilioun a des etfins denaturs 4u1i la defibnortent
et la d&hirent? .. '
M. 'abbi G'eegoirt, 3e propose d.tehdri cne
exception fur les t cclifiafliqu-s fiugitifS. Rien .nrift
pIas jufte que'de priver A.I resenu: dd leurs bbn.-
fices ceux qui en del rtent les toactions. '
.,'. t "ab6 M r'". La miatiere qui vous eft four
ieeft vid mment la plus deicarn (e vs oi
tions vouys &tes places bntre vocre p.atriotif.ie et
Vtre Juflice ; vous ave ain~iager le angau 'cupld.
s (Iurrif.ns, dit Mr,nttfquieu', jouiffenr Ads
taveurs des rois;, les Peupks }niiillent de Iedrs
tus .,.. Gnra avance que Its pensions de la France
selevent plus haut que celies de ious les autres


royaumes de I'Europe, J'ai v6rifid cette affection,
et jaffure qu'elle nelt pas juife. On devair d'ailieurs
ob .rvei que ces puiffances ne font *pas toutes
obliged a entretenir d s' armies de. terre et de
mer ; qu'elle ndtone pas comme neus la venalit6 des
offices qu'il a bien- fallu compenfer pai d'autres
graces. Nous avons-cette consolation que,' jnfqu'a
parent notre gouivernement n'a fait que des facri-.
tichs d'rirgint, tandis ueu dans les p.ays du Nord les,
faveurs des rois. coid lftnt' dans don de mille ,
de d,ux mille pavyfans.'
Dans un moment de(crife ol vous avez a vous
defendre d'un' amnobr aveugle du bien rappelez-
vous un grandexemple. Quand HenriIV qonta fur le
trone, Sully renira rout ce que les rois n'avaienrpu
donner 1, iqtimmennt mais lfofqu'on lWi propofa de
fupprimer les taveurs pur'iiculier-s des princti prd-
4 ceflcus de Helnri j i rdpondit que la bienfifancec
des rois de France 6tait immortelle come leur
autorire.... Nous ne devons pas toucher aux graces
accord C'e aux militaires; el es font facrees parce
lu'el's fon ir lgirimes ; le militaire d'eve la puaif-
ance des ro:s. On vous propose d'exciure les femme'.
de la t i-nriifance di price ; mais les' services do
mairi W'on-ils pas englouti fouvent la fortune de
' poul" ? On vou propofe d' ta'lir ue chambre
ardente, uniquement pour les grc.:s randis que
les agloteurs les financiers les voleurs de M'Etat
reflent tranquilles.
11 fitt en chargeant un comity de 1'examen d&s
graces, excepter de ce travail les faveurs accordees
aux mihtairt-s. Je-les' crois routes julies. Il eli de
la digoit6 de Ia Nation de refpecter les graces ob-
tenues par ces d6tenfeurs ; elles n'ont enrich auct e
fa '-iile. 11 ne faut pas computer ce que cotiteat.ts
muilitaires, quanm ils ne competent pas eux ce que
le service de la Patrie leur a codte. Ne repandez
pas les al:armes parmi eux; ne les faites pas re-
pentir dans leiirs derniers jours, d'avoir eu de
1l. conflance dans une Nation generufe et noble.
uls font tous creanciers de 1 Etat, vous avez pris
frus la f-uve-garde de votre loyaute c tte dette avantt
t utes les autr.-s* ferait-il decent d interpreter vos
engagemens, pour 6viter de les remplir avec 1 s
militaires ftuls ? 11 n'y aurait pour payer fa houte,
p.s trois nillins a .r.battre fri votre depenfe,
vous-perdritz trois inois et vous alarmericz tous
les citoyens.


- yrr.~rl C~C~CC-~*~F13R~CI-ll


Itranqu~le fur le d.pfi confi a des mains auffi pure
que celles du iflrict des Cordeliers et j'ofe r pon-
dre de tout ce qu'il y a, daos Ia voiture. Sans d6-
fviidle tout .ce q'/il ya d'exager6 fur'la furveil-
lance du difirict, je peux dire a tons' les amis de-
la liberty que cettefurveillance a et6 favorable A
Ia revolution. Je demaride que M. le prdfident faffe
des demarches pour que les matieres d'argent, foient
rendues.
M. de Rochebrune demand que I'on prenne des
mefures pour que de pareils abus ne foient plus
cominis a avenir. \
M le Couteulx. J obferve que les adminifrateurs
4de la caiffe d'efcompte e font adreffes aux repre-
fentans de la commune. ke dilfrict a pu 6tre alarmed,
par ce qu'il a entendu /dire ici de ,'exportation de
.argent le zele le plus pur peut erre egare. J'en--
vifage la circulation- de Pargent dans le royaume,
come auffi neceffaire que la circulation des grains;
effe tend a acquitterila dette de la capital et 1
Cubvenr 'aux befbins du royaumei co facrez done
ce principle d'une faine administration que la circu-
lation de P'argent 'doit etre libre dans le royaume.
Quant aux m6taux arr&tes par le diffrict, et que
la caiffe d'efcompte a fait venir de Hollande et
d'Efpagne, la monnaie de Paris ne fuffi~ point la
fonce de l'argenterie quon y apporte, elle a &t6
oblige d'envoyer a ce le de Limoges. Je demand
que l'affaire foit renvoyee aux reprefentans de Ia
commune ou au cotmi,te de police et que M. le
prfiden oit t autorif 'd'crire que la circulation des
efpeces eft libre dans l'intirieur du royaume.
M. Barnave. L'affemblee autorifa a 1'archevechx4
un r6glement de police qui donne i la. commune!
le droit de prononcer fur les affaires des diftricts,
Si un directeur quelconque des monnaies avait a fe
plaindre, il aurair puife .les tribunaux avant de
venir au pouvoir legiflatif; nous n'avons point do
privilege fur les autres citoyens; il tfaut donc fuivte
Ile cours natural de la justice, d'ailleurs la commune
de Paris eft faifie de la connaiffance de cette affaire;
ainfi je demande-la queftion pr&alable.
On la met aux voix et elle eft adopt6e.
M. de Menou, au nom du comic militaire, lit dif-
ferenres letrres adreffees ce comir6 an fujet d'une
expreflion dch&ppse a M. Dubois de Cranc6 tre
lativement a larmie. Nous les tranfcrivons.


M. I'abbe de Montefquiou. La portion malheureuft
des citoyens f rmble uflifier d une mani re parti- Lettre des foldats du regiment 'd'Armagnac a le
culiere la fevrit6 des principts fur.ks penhionss officers.
mais vous f rez juitts et fveres A la fois : vous re-
trancherez ce quidoit 'tre, et le patriotifme ne MM. Nous bas-officiers, caporaul, gi-enadie'
fe portera pas fur une faule clali; routes en font chafleurs et foldats du regiment d'Armagnac, nc
dignts. On vous a propof6 de fupprimer toutes ks nous adreffons vous,pourvoustemoignernotreju
pensions et de ks recraer enfuite ; crtte mefure fenfibilit des expreflions peu. mefur&s et hut
parait fevere', c'el-a-dire qu'elles font mal donnets, liantcs pour tout foldat Frantais qui na jinawis
il ferait plus simple de faire dts iur.inchL1ei ns. que Ihonneur pour guide, expiullions 6honc<
Je foliite fur tout f'intr&t de I AIn'cmble pour dans le plan conlttutionnel de 'Farmne, propofe
cet age qui a infpire du rcfp ct dans rous les teams M. Dubois de Cranc6' I Affcmbhlre national
et chez tous I s Peples ; respect qui a 6te fi bieti apr&s avoir parld de la coil;. rip ion militaire.
pint chez les anciens par ce mot de Poiixene Commient incorporer, dit-il, cette milice av
dans la tragedie dfEuripide: les vieillrds n'ont pas notre Iarmi6e, fi cette armee n'eli pas citoyenn
perijbus il fer de vos f/dais. .... f ele u'Ait pas purge de tous les vices qul Ii'
Je voudrais donc qu'on ne fe bornat pas A except r, infe rre ijufqu'ici ? Eit-il un patriotifie qui tifen
les octog6naires i je crois que la vieffleffe, egale- a hor, r.ur de la corruption des' moeurs ?,Efl-il
ment digne d'egards dans up age moins avac pere' de famille qui ne fra&miffe d'abandonner f
merit, une exception plIs &etndue. ils, non a.nx hafards de la guerre mais au iiii
Quant aux reductions, je penfe que celle des d une foufb de bLai.ids i,Mcoiusi, nmille lois pi
trois dixiemes fait' par M. 1'archevque. Sns .1 .I..ng.r u
f,.fnl"Inte. Cependantu, je ne me difimniiule pas qu ii
*fti e. epenrfions du e n abus 'qu'eles ,d 1,11 1 t Ayantreut lPhonheur, MM. de fire toute
Sdouvs perni'nt o n ra trop heueux de pouvoir derniere u&Uerre fous vos ordres, pkins.de co
le o uvern.ra n a ramtop la at tre "res-avr fiine en vous, d'apics leflime que vousnous av
1,.S effac.r avpclet-ms, .matls 6fa1 etretr'savar-oujours temoigne nous vous prions de richaw
de ces retranch menusfub qui dolnt des tou urs toig e ou ouus epros de rla
miles. ,pour 'nus la juffice qui n'us efl due.,
Les mrts ferer pour no s Signti par tous les fergens, caroranx grenadie
Les morts ferent pour nous des moyens de r.'',1iic-h rs pt folaats d 4r'gimea. X'Amnagnac.
tion fuffifns. Chaqu' annie, chaqiueiAs', chn`t cha rs tt fo dats do m a a m .
jour, front tnt rptorme rn favoer"ale Iaa chfre
pbiquo., lins rvolurions ont rtoujrts t ht Lettrw des oSicers du riginment d'Armagnac au ra
dn's d-s teams de barbaric ; 'i fant que celie-ci fe Sire ;, pleins de confiance da s vos' bou
reOffnte des lrumieres er a- la biente-fancedoe' ce
fiecle ; il aut qu ell- (fitdigne des fentime~is dl- pour tos les fijets de votre royumeD, nolts
manit quli ni.,r nrlAff nbI1e ntionl.l- Je penfe fire v a trte a-~ial les plaintes 4es hasi-o cie,
quil faunrtrancher (eutl rnt les fis v. cporaux, grnaiers hillEuxs etfoldats. de vo
abufives; c\"' dire les pinfions de ceux qi n-ofr, regiment- d magnac que nolus nvons pu re
raient pas monter a cette tribune pour en dJfendrc fer ene et qu ns t temo e
, i, mrils celui qui n'ofe pas tonrer fes services tueufement combien ils aaient affectdsr&.s expi
eft i'digne ae qtompenfe. s fions peu mefurees de M. Dubo de (ranc;-a de
ils ont eu connaifance par les papers public
M. le prerideat. L'ordre du jour rappelle itne affaire nous les avons approuv4s apris 5 uius etre a1fu
qui 'intreffe la c.iif- d'efcompte, er le Jiltrict des qu'elles *tsaient coljques de mmne dans'fonr pl
Cordeliers. Iisagird e I'atreflation de lingots Faite Cette dma-rche de nos fubordon es ft une no
par le difirict der, Cordeliers. velle preuve de leur ddlicateffq; quality picie,
M. Nouriffart prend-la parole. 11 fe plaint de a dans ceu dnt doont ore glohie dpend. et qui, I
conduite du district relativenent a un fair qui retarded ne bone conduite dans nos cnpagues 'Ame
les operations de la roni, ,ie 1 d iges, jet il que, et-dans -la circonflance prifent, ount mi
32emande un -dicret 'qui oldonni que Jes Inatieres notre attachc-ment.
fairies foient rend(tes. Nous avons l'honnetir d'adreffer a M. ]a cor
de'la Tour -du- Pit) r'eipgf6 de nos plain
M. Chtatles de Lamer. Ce 'eft la qu'un fait de centre M. Dubois de Cranc6 en le fuppli
police qui doit etre dIncnc6 aux reprfcentans de de faire connaitre a" l*,.11cmble national q
la commune: les paintes porr es contre le dilktct nous nous r-uiifr.rs 'MM. le due de Mont
des Cordeliers ne peuvent better de la ddfaveur centre nard le vicomte de Mirabeau et de Juigne p.
tn diffrict-aul a tant fait pour-la liberty. Je rendrai demander que M. Dubois de Crance faffe uneI
tori-.urs iltLce a la ville de Paris, A qii ia France .tin authentique toute armie.
dolt fa hbcrre ainfi quAux diflricts qui corn- -
pofent. Je crois que le difirict eft comptable des Nous feomnies avec refpect, &c.
On6mmes arx6tees; naais je taisa ithi .< i. t, 1s c t e sigrdt, 1 s (t4 i,:lrs du regiment A'Armagnac.


aur

.9,
ius
f.e
nti-





ene

ut'
Ia








f,
et
ez
















nt


anq
ne













u-
la














mtes
ant
que

our
rs
tr


.~ ~
a


1'





S. Le diflrict des capucins de Ia Chiuffee-d'Anti'
a ftit retentir des votes defines ane recevoirqe ffre 90 paires de boucles d'argent et queques
Vimprethon de la verit4, et pleins de confiace ans bijoux. que1q
votie 6quit6,et la ajuttfice de notre demaode, nous
fominis avec un protond refpecta, No|it..- urs : V Lavie prrfente un don faith par 17 communes
ae Bois-July, Te rffac, Ai chard la T :rediet la Grai,- du billagd ade Thaun rc, nies tous la prfidtnnce dj
ainiere j Ra de Foagatte, Lajaat Fontdle Gonidec
ae OlMaifa ickl g, iljdiwad, Oord, de Ch.lryav!on, Des deP iras du diflrict j4 Paris, dir de Saint.
de Pvr det Moa, hamblla, La R e de Gemain- Auxerrois, rappellent PImulation de pa-
,i > f triotifine qui exile entire routes I(s parties de cite
cite.N. t nfentent une ofirande de -7 flarcs riar.


Lettre des officers du regiment d'Armagnac Sa
M. le come de la Tour -du- Pin, miiftreide la
guerre.

M onfeigneur par toot ce qui eft 6mane de
vous depuis que vous etes aun minifl.re, vous
nous. avez prouve Vintrr& que vous pcenez an mEi-
Jitiaires Frangais : nous ofons done vous faire par-
venir directement Its plaintes fonddesi des bas-
officiers, caporaux, grenadiers, chaffeurs et foldats
du regiment d'Armagnac que nous n'avons pas
cru pouvoir'refufer d'entendre, d*autant que par
leur bonne conduite en Amriquo-, et dans la cir-
conflance prefene us out merite notre attache-
ment : certe nouvelle preuve de leur d&licateffe
eft precieufe dans ceux don't notre gloire depend.
Le foldat Franqais .ne devant jamais etre hurmili ,
nous ofons vous fupplier-de faire connaitre A AfA-
feimblee rationale que nous nous reuniflons a
MM. le duc de Monteynard le vicomte de Mira-
beau- et de Juign pour demander que M. Dubois
de Cranc- faffe une reparation authentique A route
'arniee.
Nous fommes avec refpect, &c.
Signed les officers du regiment d'Armagnac.
Lettre des ojiders du regiment d'Auvergnt 2 i'Af-
fembice national.
Noffeigneurs nous vous demandons justice du
mtw'moire lu dans une de vos feaices pa.r M.
Dubois de Crancj i; Scp!, ir d fyflemc fcut egarer
ignorance pent en.rainer Gans des erreurs Ja
Imechancete feule enfante la calomnie. Tout excufL
tin zele meme indifcret rien ne pcut affaiblir
U'atrocit" d'inculpations fauffcs et odieufes i le me-
pris pour l'ouvrage et i'auteur, n'eti pas une ven-
geance iuffifnte i 'offifct eit publique la repa-
ration doit l'etre : vous vous ia 'devez a -vous
ammes vous la devez i la Nation I ar
wee l'honneur du [folat demand vengeance:
oui Phouneur ce mot n'efl point chim&rique ;
et ces etres 6phemercs qu'on vous a depidnts
come de vils brigands le rebut d- la Nation ,
la lie du Peuple, le connaiifnt ; bi n plus, ils I-
pratiquent. i kl- militaire, femblable. A toun, ks
corps tres-nombreux voit dans fon fein des 11)-
divlu3s qui en atshouorant leur eatt, fouiil-it
Ihabir q 'ils portent, ces individus f0nt enl tres-
ptirt iombre pour one qudiJuas examples iio-
Jes-puillrit donner lieu a. des imputations gena-
rails, aUii graves que tauffes, et 'attention avec
laquAlle on a foin d tout terns de fe purger de
mauv.as lt-ets, loit .par lks refus de les recevosr,
foit en chaftlnt ceux qui s'etaint desh nores aux
yeux de I urs camair-d s prouve F'initert et le
delir.,cu'an avait ie le tfnir purs.
Qui 1- fai-t iiiuux u. nous Nofflianeurs ? A
partee de vpir d- pres le foldat, de Papprtcier et
de 1' todier par la confianice qi'il a g.-n ralement en
fon olbicier, n .i s'avons vu a einme, dans ces teams
italheureux., oi Ton s'fit, ..r de perluader qu'une
idifcipline severe pouvaittfnit lieu du point-d'hon-
neur ; nous J'avon vu n'etre dirige que par ce ftul
prici pe. Et dans'des circonfltances, et' tontis les
lois reduites au silence femblaient annoncer 'imnpu-
fit' ou'l'oii femblait ne chercher qu'ia 1egarer;
i a pu le contenir ? qu a pu I main:tenir dans des
bornes que tout piraf;iit i.g ,,'-r a fr.nchii ? qui
a p fire ren-i' l ,ad.. ladifcipiine et le r fpect
put des ordonriances qui a 6aient ert abrogdes, et
qut ne font encore n:mre rni.placees par acucne !oi.?
Ce promine m ier't pa dificile a rdfoiidre pour qui-
conque .colihait le; foldat frangais ; I hone ur etrair
fadlot, ita 6et le frein qui P'a retenu. Le refpect
mout fes:cbefs, l'attachementr afes ofliciers., fA con-
nance en eux, i'id6e qu'il fe faifair du.norr-de
foldat, tout ce que ce titre lui impofait., voila
Ce qui a dirige les foldats du riArimrnt d'Auvergne,,
voila ce q'u ies a retenus. .\,us d-vons done a la
verit6 l'hommnige que nous lui tendons, en ailirmant
que I'honIneur ,' feule 1at: de la difciplitinec, inme
dans 4es tens oA on avait voulu y fubftituer un
aurre mobile', n'a jlanris ceffi d'atiiXer le militaire.
ToUls 4~vins a nosfoldats V'aihar.ince publique de la
faufltte d'' t. qu'a avaicl M. de Crance, quant
a Lin s* fentsiens etquanta ecur tonp,-.iniun. La pluh
grande patried'entr'eux, etl'onpcut lne la trotdilt
11i prife dahs les labouit uIs dans les artifans hoin-
twires-, oni reitine daiis des cl alis plus relev6es,
jan rii 'dins'le febut de la fbcidt6. Ccrte' justice ,
noualai leur rendns, et t nous notis contenterofis
d'obfervr- :liant' AtlI verge de 'fr, feul moy n,
~lot I'auetir, de nmen.i 'arinne', que la.-ditcipline
fevere faith des efciavs ,que 1 honneur et P'amour
Ile la-PTtrie fotk fCuls les foldats frangais ; enfin ,
liaus nous de~ ons a nout-memnes 4d r pouffer la'ca-
lomnnie ., qgir church: en les fliri.ia: A nonu
titrir r niu~.~ mew s car a l I a ds i', riers'devien-
drait la plus vile, fi elle n'dait defliti qua ..qu-
-3erner des brigands, et note honneur eft fi dtroite-
ment -i au I.lur qu'on ne pjut .ai-.1uZ r i'un fans
outrager I'awure..
-. Ouoique convaincus que des funlLt4s entaff'es,
ouvrage de la miuu..ilf fii it de ihga rrance abfolue,
diaient pu faire fiur I'efprit du public et encore
ze-ins fur le v~tre, aucune imprelm'n nous nt. n
rclam'ions pas imomns .vtre juflice ; nousti d- rm u. iaji s
que le calomniateur rrracte Js xedfougcs dons il


M. Dubois de Crancd demand la parole mais
I'heure erint avancee, on ajourne cette affaire i
une autre fiance.
La faiance eft levie A 6 heures.

SiANCE DU Z JAN VIER.

LE commencement de la f&ance eft contacr4 i
la r-ceprion des dons parriotiques. L ? lh/ui', de
It ville de B-auvais, auxquels i' ffVambi& a per-
nis d'y atfifter, offr'nt 18 marts d'rgent. Le cha-
pitr. do la cathedrale y a contributed pour iob
marcs.


voyer une lettre aux munidipalir. d'anta t qu'
content un fyftl&ie ppofd aix d..cr-ts. o oflS
la prferernce A la motion de M. Duport, ei i'ai"
tant que la lettre fera lue ia parade.
M. Nairac. C'eft. au miniftre de la gunerp
voyer la lettre aaux garnifons.
M. det.ancourt. tJL d4licareffe er rhoanneucf0
eIs vertns caracteriliqucs d.u mi4liaie t',an .,
les repi -enti s de. la Nation doivent mrinteur ,A
tfp it: Cofrmint peut-on douwer d'apris c-.-l
'on doit fire part I Iarmde Idei kenrme.nm.d',
quelI Natioun a pourlle. .
S( L fdie dem, i ) .
i *


S "


Mam


fC'


~C~Pmr~ ~_


Apr.s avoir fait lecture de cette derniere lettre, gent, et Iunc once et deux gros d'or.
M. de Menon lit cellc que M. Dubois de Crance Des reprefntans de la commune de Nancy font
a adrfle a tous lIs bas-otficiers et foidats des egakment admits A la barre. lis offrent ks temoi-
regimens compofans l'arume franqaife. gnages du divouement et de la genurofite de leurs
La voici concitoyens, au nom dtfquels ils apporterit go marcs.
,, Meflieurs, je ne crovais pas, lorfque j ai pro- arget.
nonce mon opinion fur Ilerat rnilitaire, qu'on cher- an des me-nbres de fa diputation. L4giflateurs,
chorait a m'en faire un crime. On' a fuppotl que nous venons moins pour offrir ce faible don, que
jravais dit que les troupes fr.mnfaifes n'taient corn- p our etre tmoin des nobles travaux de 'Affent.
pofJcs que de brigands : calomnie atroce, par laquelle ble-, et pour prdfenter Its h6mmages d'une ville
lies ennemis publics ont voulu randre odieux aux dillinguse par fon attachment pour fes princes et
braves euerriers qui confacrent leur valeur a la qui en a un bien plus grand encore pour la
Patrie, iun defenfeur z6el de la liberty national. Pattie.
Cell ainfi que 1'aritlocratie expirante f.us le poids Le nouveau regime qu'etablit I'Afnemblee nu-
de 'opinion publique cherche i fe venger de ceux tionale pent taire eprouver quelques pertes a la
qui lout combattue. ville de Nancy.-Ell. eft alfaree que vous les dimi-
Jai dit que le mnod ancien de recrutement 6tait nuerez autant que le pcrrmkttra fIintr&t general,
mauvais, que ls follars et les autres citoyens ctaie;nt et que votre follicitude, qui s'ktend fur toutes Its
tous freres, et que dans les perils de la Patrie parties de 'Enipire, en loulageant tes habitans des
it devaient tous concourir a la detendre ; j' i dit campago .s, it bien loin doublier ceux des villes,
que les troiups evaient etre organit-es de mariere et p'r-icipalement de cells qui privileides dans
A eviter tout abus d'autoriti et tout danger pour 'anci n or-re des chores, ont fait de plus grands
la lib:rt puotiqie ; 'ai dit qu'un folda tfranqas facrifices a la Pitrie.
n'etait pas faith pour etre Fintirumien palit ds or- .M. le prifident. Les g6enreux sacrifices qui fe
dres arbitraires mais que la bale d'un onmne orga- muhiplient, a la veille de cette contribution pauio-
nifation dtait que de bonns lois r.mniplt lint la mtique, drt tl- falut de 'Etat fait une loi imperieufe,
volonte abfolue des chefs ; que I s putitinis inia- font bien propres a adoucir les p,-nibles travaux de'
mantes futffnt fupri.ne-s ; que Ls rad-s f5 f-cnt i Aflenibl6e national. Son zle pour le bonheur
accords au n[ritUe par le choix libre d.=s cmari-ares geinral edf affe- conna : il eit non mons videant
que Iks troupes fulient mieux Jwnurries, i:t t one-fes foi- repandront partourt 'aifance et l
payees ; que les recruns de chaque retim.ent fe fientt liibre E; elle voudront qu'ih lui fut poffible de fe
dians les mmes chtirons, ania qu'un Ire-,in:mett hit r< n.ire au vceu part ulier de toutes lts villes de I
compotl en officers et foldats, de vo0iiu, de ftres France. I es rint-es de celle de Nanlcy front pri-
et d'anis en co0-fidrajtion ; -Ile eqoit avec faiisfaction vos
J'ai blam lnufage d'envoyer des recrateurs dans hommages, vos voeux et votte-offrande pattio-
les grandes villes, parce que les graan .s villes fort u tique.
le ck.ntre des vices. J'ai dit qu'oi rim -na~ t lur lc -
pave d&s gens fans aveu, des briga as, avec it.- A M. de la Villtte ddput6 du Bourbonnais, a.
quels nous tremblerions d'allocier nos enfans ; or, ofthrt kn don patriotinJe Je la vile d'In;rande;
*e penfe que nos enfans doiveur etre fldats. Je fds it coififte dans le rh.duit de 1'it.pot des ci-devant.
que la discipline et le bon example e-purent les privilegies, fe .ortant .a 6z9 liv. duns la fom-
moeurs et que tel qui fur libertin dans fa jcUnetfe million de pavcr pendinmt trois atnnes le montant
pent devenir un excellent funet. Nos r.egiienrs en d~ la corv gznt.uriale, ftilant un 1objet de&7o
fourniffent affez. de preuves, mnis tant qu.e ce fu-etr liv., t rdnas unei t-ontibution de 2,69 liv.
n'eft pas form il peut &.re dangereux 'arZIqu:-ter !. Tr.-!hard fa t kcture du proces-verbal d&
pour un jeune home fans expeiience et dans Iletffr- itudi. MI. Fvequ e C l=r nunt demand ,que ia.
vefcence des paffions. Voill ce qu j'ai dirt, o,u lette de M d- Crance n'y folt pas in.fcre.
tout ce que Tai voulu dire : e r-I fcte tro? n-s i Rzaut de Saint Ev' 'e. L'Affmble, julte-
braves mnilitaires-,"ios foldAts-cirtovr:Is, pour a' oi, menri:la-r.e .-.1-, b-its ,in !i u.x quife Ibntrepadmus
voulu les ravaler, et e ne puis atribuer Iet i-rpu-; cht is nai.' au ft;jt d.s expreffions deM.
stations queLon m'a-aites a cet egg.Ad, qi'a la h ,n1 t is fot opinion fur le rcrlttement do,
d'une cable anti patriotique qui tfe gnal .d.p,,is P anme d, n coeur de tfrmoigner aux brave
quclque tens par fan a..harnement a pourfuivre 1k ,,j;,is.is er toldars les. kntimens de confiance-6a-e
gens de bien. On veut vous exciter cint:e les ais ,-m ,n 'd de lacaufe publique. On voudrait povurien, ov, v toyens, dot dcrter que itn-tulnunt la letter
votr-e courage en taveur de ce defoutmel us Ions I de M. Dubos de .Cranc fera infirie dans ifr
vous avez fi long-terns genum, et le fervtr vus- pr,-ces-vrbal ais qu'elle fra envoyee a tSR
memes pour vous donner de nouveaux cr, plus oliitis muricipaux d.esvilles o0 ii y a garmnio,
pefans que ceux que nous avons tous bti., ec inonc-ion de la commu.iqutr ai nrm 'de
S1 efl facile, dans l'eloignemenr d- donner I' ,ncmbt e, aux bas-ioficiers ec tolats d, s r' d
de ftutl-s imprkflons, et de calomnier is meil|., s r bc l og s m J
e thtz imprclions,(t de calornter1,s me i is i mens foit en leIur tifautt lire cette lettre ',-h
,t itions i. cette confider,.tion doit ntet-e I ho,,ue par.-te foit en la communiquant aux foldats data
fge en. garden centre ks artifices d s muchans..... jes chambrees.
1'outz vous me connaitre mes c.iurarades ?
deman.ldez conmse je me fuis conduit A PlAilnbiee MAI Dailly. Nous avons &t temoins de 'achar-
dJu..)s fpt mois fi mes principles nWont pas toujours 1 niert avec lequl on a voulu fire lire la lettrt
et1 ceux -d'un franc et loyal ami de la lhbcire fran- t du regiment d mivergne il fant donner A ]a iniflli-
g ife. Alcz dans mon pays, cherchez y uni feuli flcation une pubihcit `gale a celle de l'accufationl
ihonmme qui ait a fe plainrJre de moi, qui ait a me M I ,r~fillent met aux voix, etl'Affemblke d'
reprocher une feule injuflice et vous pourrez croire create que la Ittre de M. de Crancd demeuneraSi
*uae celhi qui a fait toute fa vie proteffion ouverte dans le proces-verbal.
d< .r les droit de humanitye ferait injufte envers fes n ifhanre de Farmte et charger M. le priidenl
camarades. Vous fent-z que cela ne fe peut pas, d'ecrie ume e lt:re a tous les regimens pon:
et vous regretterez de m'en avoir fouigonne. Au xp.imer les fentimens de I'Aflemblee a ed
rarplus, lifez met obfeivations fur la confliturion eugaurd.
militaire, ous verr-z dans quel efprit j'a p-rl M. Du Je demnde que 'on eivoie 0
a 1Affneblee national ; vous verrez que mes vorax Mine temts ie dilcours e M. de Crance.
auxquels je vous protefte que fe reuniff Dit c-inx t
de tons les bons citoyens font pour que nos braves 4/ ,rs de Lameth. Je deinande fi 'intentdon
guerriers deviennent auffi heuteux et auffm confidercs du preopiuant e&t que Von trouve dans ce difcnori
qu'ils mritlcnt de fe're. pes expreiionsn qui inculp o un de nos conFerm'
Je fuis, &c. S'ign, 'DuBnos DE Cri.nct. nous aomns le prolet de calmer une fermerftitani
dangereufe etnon ne Hiffliger. '
L'AffembJle ordonne l'impreffion de ces pieces. g .u i e i,
I' immeo piees. I M. i vicomte do Noailies. Je trove iut dil









GAZETTE NATIONAL, ou LE MONITEUR UNIVERSAL.


N 3 ,DIMAN HE 3 J NV; ER.

S, phjalie fouffrent imiparenniitnt que le roi de d- contrebande, et le' vifites aux barrieres, dome
1 I I U E Prufe, en quality de duc de Cleyeo, ssittibue la lieu t quq1isjnsnconveniens, et pent fire naitre des
P 0 L direction prineipale dans k-s a iaircsdu pays de Liege. plaintes tondees, a adreffeaux toxante ditriits la
s obilerv.nt les lenteurs du minflre directorial lettre fuivante, qu'il n'eit pas inutile que le pubhc
'P 0 R T U G A L. Prufien, qui demand fans ceffe a ra coul lde nou- connaiffe.
Y' elles inflructions conccrnant lesdecrets de lachambre t
b de Wetzlar et,qui en attendant regne au ,milieu'! I Meflieurs, dn ne pent qtq'applaudir an zele et anX
K indde de tisone le 4 chanm query S Liegeois Cete m-aii:-r. dinquie er les pror vues de bien public qui vou out animes ainfi que
S. M. elt ..oci. acillen.enr i changer un tecteurs et d'effrayer ks proieies, fa defircr qu. la la garden national devotre difrict, pour faifiret faire
artie de f .s iniftres dans les diverfes co rs de Cour de Prue n p e cacher plus i..- es es fair les cafes, eaux-de vie et autres march,.nifes
,EuroieO, et que .qaelqu.s-uns lont dea. de retout. veriiables deff.ins. lIes troupes Auiri ihienkics' ne qu"'on faifait enter dans Paris on qu'on y tranfpor-
.e. .... .. .d p.r .n d font point encore entries dansle pays ;ellesfe font tait fans congeet en fraud des drois. II elt biem
te chevalier de Pinto, preinter minlire des retirees dans le Limbourg. important que ce service foit toujours fait avec I
affi res errgrs, et honore de la conf.mnce de m ne exactitude, pour que la aitfe nationAle ne
la retie, .a 6 annobli par S. M. Lagitation de D 4 z8 decembre. Une demarche irmprudente des fo epaspriveed'une par edes revelus deftines aiLac-
l'Europe enagei a prnJdre des pr cautionss. On ip.r lnms d Prince-Eveque a fourni anu Prufliens quit des charges publiques ; mais il convent d'y
fe croit tooiours plus fdr d'un mi iftre auquel la Foccafion d'agir plus a d6couvert qu'ils n'tvaient mettre Lks former d'ufage etprefcrites par les. rigle-
noblefle d'un ioay.u.ne n'a ren a r'eprocher. encore fait jufqu'a prefept. Les villes de Verviers et means, fans lefquAls les fraudeurs parviendraient
a p i.' de Hv p.nt tifres par` des manoeuvres, s'taient fe fire rendre les objets faitis, par les tribuinaux
Pu re d embre. Le paire portugais San..t-Lis &clrs "en- ve' --r d_-s mandemens de la chambre 6tablis-pour en connaitre, et qui, aux terms des
siinte .Mnre I V a,.I. t e el arrive la lemaie
et Sain ri e arrve la e e Wezlar.-La drere di ces villes lavait meme decrdts de IAffemiblee naionale, doivent conti-
derniere de Goa. S.t tra.erlec a dure hilit mois. rapp,-le l jin,.i-nn in.im.ill nature. Sur-le champ le mi- nuer de Itatuer fur ces faifies, jutqu'a ce qu'il en
11 avait a tfn board, lors de fon depart, quatorze : niltrc de Pruffle a Ltit mar her deux bai.illons, et ait 6t6 autrement ordonne. Nous vous prionsen con,
rrkres prifohnniers don't un eP mort -en. route. l'approche des -troupes a ditfip, F'imcrigue... Des ba- fequence, Mellieurs, devouloir bien enagerli garden
Ce fonl ceux qui avaient faitI Yannee ucrniere le taillo-is Piulitens tn movement pour la liberty national de votre diflrict i requerir deux employes
*rojet de liver la ville de Goa am i MNiatts-. On n'eft ponr inc.,rc, fait a cette idee. Le Hol- de la term pour conflater ls faifies et en diesler
otr y parvenr ils devaient donner a gouver- landais n'y entend ti.i ; le Liegeois cherche a y proces-vwrbal dans lequel interviendra la garden na-
ti utr et aux principaux officers di- la garni,on, comprendre quelque chofe et il fe flatte en at- tion,le comme ayant prete maiu-forte pour arin Lr
un repas dans lequel its auraient et6 tous empoi- tendant. f.e, Francis ,le plus agite de tou les les contrebandiers, et faciliter les fairies. Cette tfome
fonnes. Le gouverneur a fait pendre quclques oli- Peuples fpectateurs de lcurs yoifins (lit cu'on fra reguliere et fervira a affurj r la confifcarion des
ciers, plufiturs fcrgens et caporaux, et des natu- doi attendre encore ; et -que, puiqu- les Peuples objets faifis, et A conflater 'utili6 de la garden pour
iels du pays, qut avatent trempe dans cette infaame fe corrigent, il ne faut pas def. peer des rois. les operations auxquelles elle aura concouru. S'il ya
colufpiration; mais i1 n'a pas oUe pui.ndic fur lui de des rebellions ou au res difficulties, on s'il et queflion
faire executor ces pretres qui a leur arrivee a Les fiiixbourgs de Liege font rem.plis de troupes d'p rer dans des maifons particulieres pour failir les
Lsbonne, out etd jettes dans les cachots du fort prutfiennes. La derniere affaire qui s'6tait engage objet de fraude ,il feta neceffair de requerir un
Saint-Julien. entre.la bourgeoifie et qudques foldats, n'a pas officer de electionn pour y &tre prefent. Quant aus
Seu de futes. objetsfaifis on a argentt qui en provient,quipeuv nt
P A Y S -B A- S. '1 ,, fe trouver d'pofes dans votre district, il cotvie t
Nous apprenons qu'l efav Ma cht untra d'en faile ledep6t a Ihtel de Bretonvilliers, ainF
De Brrlles, le .6.dicembre. confidrabled'artilleri, et deuxrgimens de troupes que de toutes tl1s mnarchandifes qui front faifies
m hellandaifes, qui doivent 6refuivies de nouveUes par la fuite, et de prendre de M. Delai re, direc
Le Tiers-Etat de Brabant iman'f le haitement le troupes. teur des fermes ,'un r6cepilrf de Fareent qui lui fera
defir ou plutot la 'olonce de prendre part ad 'ad- A remis pour y writer en dep6t jufqu' ace qu'il en ail
miniillration. Ses droits foit altrz bitn proteg6s par N* G 6 T E* tE autrement ordonne.
la foule d'evengmens qui ort enfin rendufa libet te
aux provinces lgiqu,.s. 11 deinand dif a re voir D. e Londres. ,.,,__.. ... ..__
tout .; ,,, n ,!, n Sir Georges Banks, prefiJent de la fociet royale, .
3inLLf.- hi~t~ i n ,cm mu iato d'.''s 7'ir.if,.r. A r T0 .


contracts avec les puilfances rra et que sfel rendu derniermen a Dectpord avec qu tu,'s
tutls rani crt
db-ormais Ifinfluence i mediate du tiers-eta parti- autres .avdi s. Ces Mflieurs ont choif fir la Difco-
cipe a choix di s hommes qui front mis a la tete e'y,I' emplacement dettine aux plants don't M. MA n-
d, s divers depatremens. Le prefer efai ide ctte zius pourra -nmichir la botanique. Ce vaiflau que
influence k fe ra flur Ielectin de M. le baron 1 on equipe actuellement et qui ne tardera pas a
d'Hove, que le comite de Bre 'a a nomm6 au d- patir fera command par le capitaine Robert.
parttment de guerre. Ce nouveau minitfre, fous
un regine nouveau, fubira vraifemblabknlt m- un F R A N C E.
fecortd fcrutin. On ne doute pas que la nomination
te loit confirmee j mais la tInction du Peuple eft Da Dauphine'.
indif enable.
La petite ville de Saint Bonnet en Champfaux, a
Du .8 decembre.: Le bruit que Pempereur fait ddliberb le 13 du mois dernier, un don paliotique
avancer un nonmbreux corps de troupes, line veri- de 9023 liv. ,i f. en quittances, de ce qui lii eftt id
table armee de 3,0ccoh ionmnues, et que Ion porte pour le reml-ourf.nv-nt des financ-s de fis offices
fltine A yo ou 6o,coo', ce bruit el d Ihtu6 de municipaux ; lur laqi lle fomme l communaure de
fondement. L'emp reur ne doit avoir dans les Pays- Benevent, et de Char',illac pretend avoir dio:t pour
B', que 2 ,co'o homes an plus, Les princes de un tiers environ. La deliberation porte, au surplus,
1'Alfemagiie ne fouffirfaicnt pis d-s fir,'cs fihp&- le don des interers arrieres depuis plus de vingt ans ,
rieures, quell qu'en f t le pret.xte. Douze ou et celui du bnefice, a lavantage dts t till l..s, de
qu.lc ,ijlie imperiaux feuleteint out evacue les la cotifhtion des ci-devant privilegids, pour les fix
provinces Belgilqus. Leur nomnbre a dimintue par la dernierst ois 1789,.


deferrion ;,il a et encore affaibli -par les combat, ;


LITT 0RATUR E.


P fi S'I E.
Imitation du Sonnet italien de M. Blancardi s
I'honneur de la ville de Lyoun.
Surles bords orgueilleux de deux Fleuves rivaux,
SUne ville eft afife oa par d'heureux travaux,
Soeur de la Libertd, t'opulente Induffrie
Fait germer lhs trefors hor neur de la Patrie.
L'aittle ing4nieux au regard etonne,
Y mrle adroitenTent le refeau d'Arichn" ,
Et par une favante et magique tiffure,
Raffemble lhs tableaux 6pars dans Ia nature.
Mars y regne a. prifent, et j'ai vu fes lauriers
Ceindre le frontvainqueur destcitoyens guerriers.(i)
D'* IA i 4 t*i t- :I- 1-iI9 l lm tL A 4rio ille?


S- -i U11 n i l lKi-i itl l. otill, ti q itl e t t _/ UL l;.I LI v Io ie Lr ut. d -co. / IA |/pa111 m out1 co.ul*,i*
Je refle ell enfin difprife par la t,.rr.ur. Le general lAflembie natiotale, poui obtenir d'&re le chef-
d'Alton n'a pas plus de 6 a 7,000 homimes a Luxem- lieu du d1epairtem ti do hut Dauphmn, aiti que de Et de Tyr, de Sidon qu.l Diu la rend [egale ?
borg. On apprend qu'un petit nombre de d 'deta- a tice fupe ur- ; mats que la vlle de Gap vent QuA Dieu... Tous A 1'envi, par de riches prfens,
cheinens ga s, font parents reoindre ce ramr ct r en con quence elle dit rre
corps d arnde et A fe refugier dans la citadclle. t c En ont fait le feour des veus des talents.
Des trains d artillerie laiffes fur le chenin ete at autli de for cote, et elle engage routes les ctmu- E
boDestat or t dolee, iffesfr que a fatigue de nates de s Capna.tis A 1dbartie kurs droits pour Minerve ds long-terns y fonda la figeffe
bon 6tat, ont doe : penfer que la fatigue d une ....,,ittr 'Afte ...e national e6 e ta de prononcer. .
fuite pt cipitee les avait rait abaidunnemr. : Mercure le commerce, et la be.leDeeffe,
Larrn6e de M. Van-der-Meersh efl d environ De Mortclimart. La mere des plaifirs, des Jeux et des amours,
15,.0oo homriies..Ce gencr 1 patriot: fe difpofe, On affure ly a eu le 15 du mois dernier, Pour s'embellir encore y prend tous fis at urs.
Prendre fes quarters d'hiver autx environs at Luxepdn- dsc revi tiae otvle rum,elin
defarirte I F'Iar Al .e .e alier e CIoEX ES
ourg. 11 a fait demader tune provision de farme de t vi. .,reu. iii.i.e ,- d, sats- M.rM he valier DE CUBIERES,
tt des munitions de peurulen nte i t re it I.de I bl de df:rc ilkes it'ens duas-Da-
ne viienne a contrarier la comuenicationi etta le in,6de de la 1rov, nce et du Languedoc. Cette
er ,esn ...otrafprseue. rI. Tembl"ce au nomlire de cinq mille citoytns atmes,
pacher les transports. i, dit-on mA, e but que elles qui o. eu (i) Les volontaires nationaux.
On ne doute plus que les patriots n'aient des lieu prcde ent Loriol tc A i a Pail i; c'er.
intelligence dans Luxembourg mnme ; mais ces in- a-direlet une Co M fMeation pour Ia d1
telligeUces ne pourront delater que dals un moment ,ferned l t ri o. NI. de ; Ma iia re u olo r V O YAGE S.
decifif.- Encore cette conquete, la plus difficile de n tt tq qu t nque le proc verbali
toetes, mais don't itl ie faut pas d6fefprer, puif- r^t es- ~r o bie a ,re imnprime. Voyage dans les cdto1 o -' les G .rons,
Wu'elle n pas impoffible. ,, et les Etats-Unis de U Vala0s et autrcrs lays et ats allis ou fujerts des.
Brabant pourront s'occuper f"ri ul ,. itt d confeil s ui ts ; par M. obet, tgu; < tida,.,e. cu roit
qu'on leur donne de touti-s parts d'd r r en t- / A Paris hotel d'Auhertrre rue ct eu de-tac Saini-
grandc partie'du moins., la constitution le l[ France. A n T R AT N Doainique, n.6 t789 z vol. in-8t de p18 et ,t
Cette ide infpire auxpolitiques un fourire de d6 lain AD M I ISTR AT 10N. Doages. t 397
et do fiupriorite, come du terns que toit bonheur Premier epeai.
Public ,tait une chimere e M1 NICIP A.LI, : T D PARIS. Premier exra.t.
( L g .. Dpartement de Polce. La Suiff ethtalie font les d ux pays de I'Furope
Sie ege., "Is plti; trequ wres des voyager-s t: la Nature et
On mande de rratorI r le-'ein le to d6- L'Adminiftration de la Police inftruitq quw le les habbtans 1 attircnt en Sb. ff I s monument
emnbre, que tes princes d cus dt cercle de dfut de toime dans la failie des'maccLanaes i aeJens, k goAter t1s ptoductign- des beaux-arts les


1 A..ft- **;*


rrr -arn*-~rrrr,~ra~C*meCrm*rrpn~lrr


On mad d'Embru
'
n ue ce &



























































I


Allernand de M. Meiners, qui a luivi une route aurre
route qui 6crit fouvent avec 'ame et la plume de
Geffner qui d'ailleurs eft infiniment preferable
A tous fA concurrens par la nature et 'etendee de
fes renfeignemens fur le canton de Berne, il ne
refte plus rien a defirer fur la Suiffe.
M. Robert a fait prdcdder la relation de fon
voyage dun tableau general de la Suiffe, qui
nous a patu tres-bien fait. Nous l'avons relu, aprsI
avoir achev6 la lecture du voyage et il nous a
faith un nouveau plaifir. Chez les Suiffes dit
M. Robert, les richeffes s'acquierent par une 6co-
nomie hdreditaire et par un travail don't perfonne
ne vient leur difputer le prix i chez eux les
bienfdances font auffi refpectdes que les lois. Les
frivolities 6trangeres leur font prefqu'inconnues. On
y trouve de la modeflie chez les femmes, de la
miod6rationechez les homes, de l'union dans les
manages, et des vrniis domefliques, garnmtes des
vertus publiques. Les enfans y portent deix ans
le deuil de kurs pere et mere. Les reres et mertns
portent fix mois celui de leur's enfans, meine en
bas age...... Les banqueroutiers y font pourfui-
vis fans mif6ricorde S et toute action qui fait fcan-
dale tout acte qui bleffe les mceurs, y trouve fon
chAtiment. 11 n'eft done pas etonnant que 1'adul-'
tere, un des crimes les plus- odieux, v imprime fur
le coupable la note d'infaimie. Les lois prononcent
contre lui confifcation de biens et banniffement....
La valeur n'eft pas le feul attribute des troupes
Suiffes; elles font dgalement reconmmandables par
leur fidelt6d et leur attachment au service de
ceux anxquels elles font engages. On voit dans


nale a prendre en consideration le lort de ces homes
eftimables et a rendre leur ficuation moins fa-
cheufe.
Etre utile et malheureux, dit-il, fervir la focidtd
dans des fonctions fouvent aufi pdrilleufes que dd-
goktantes, et n'en pas recevoir ane fubfiftance con-
venable, c'eft ine injuflice Noffeigneurs, que vous
ne laifferezpas fubflifer plus long-terns. Vousdaignerez
protdger des ecclelialtiques citoyens, que Ies nmfor-
tunds ont bdnis plus d'une fois, et auxquels laPatrie
ne peut reprocher aucun des maux qui 'affligent. Juf-
qu ici, aucun encouragement Wna foutenu leur zele :/
les rdcompenfes ent fui Join d'eux; et on ne lear a(,
laiff6 que le travail et la peine. Si les curds et le&I
vicaires femblent avoir droit a un fort honnhte, A
raiobn de leur utility reconnue, po grait-on, fans
injuftice, oublier les pr4tres exerqantTe faint minif-
tere dans la capital? N'ont-ils pas les mdmes droits
que lea curds et les vicaires, puifqu'ils relpliffent
les memes functions, et rendent les mines rvices
A la religion et a Ia Pattrie?
Ici M. l'abb6 M*** cite, A lappi de fa caufe,
un paffage des Etades de la Nature, de M. de S. Pierre:
Le monde, dit celui-ci, iegarde avec enmie ( il
dcrivait avant la revolution; mais voas y avez pourvu
noffeigneurs, et cet inconvenient n'exifteplus: puiffe-
t il ne nous pas regarder d6formais avec pit I )I; le
monde regarded mdme avec haine laplupart des prt&res.
Mais ils font les enfans de leur fiecle, comme lesautres
homes. Les vices qu'on leurreproche ,appartiennent
en parties A leur Nation au terns ot ils vivent,
la conftitution politique del'Etat et A lent o education.
"q ~ daetion


Ilifloire philofophique et politique de rAfemble'e. na-
tmna/e; par un ddput6 des communes de B*****
(Blois.) Mois d'aodt, mois de feptembre et parties
de celui d'octobre. A Paris, chez.Devaux, libraire
au Palais-Royal, no 181 x, et Gattey, numdros 1J
et 14, 1789; deux parties, in-8* de 13 et .o04
pages.
On fent bien qu'il eft impoffib!e d'avoir actuelle-
ment une hifloire philofophique de I'Affemblde na-
tionale, et qu'il ne ferait peut-6tre pas politique
de la fire, parce que le fang-froid n'eft pas do
n dans un moment oa tous les efprits font agitds
parl3 pl sgtands intcr&ts parce qu'il faudrait
peut-etre y dtre abfolument stranger pour voirles
chores come on dot les voir; parce que limpar-
tialit6 eft fouvent aux yeux de tons les parties un
crime impardonnable.
Nous avouerons cependant que fi P'auteur de cene
hiftoire n'a pas toujours rduffi i fe prdferver de toti.t
apparence de partiality; Ion voit du moins qu'il a faith
tous fes efforts pour parvenir. I1 rapporte avec affe.
d'exactitude et d force les raifons ade ceux qui on
parl6 centre foi opinion; et, fous ce point de vue,
ion livre eft beaucoup plus inftructif quun journal fec
et fans movement aes d6bats de I'Affemblee. Dans
toute efpece d'ouvrage, hla forme influe beaucoup fat
le fpnd; et l'on s*en aperqoit particulierement dans
celui-ci. Nous y avons relu avec an nouveau plaifir
ce que nous tonnaiionrs deja, et 'autart nous a
quelquefois paru trt.dloquenct.


amenent enItalie. it el probable qiue-cette ,rialit6 hiftoire des troupes forties des maines'cantons es n6tres font des franuais come nous: ce font
etre deux pays lirnitrophes, et fi diff:rens Iun de qui L fe trouvant dans des services d.inrens, fe nos parents, facrifics fouvent a notre propre fortun,
Vautre, durera encore long ,tems que long-tents font charges avec furie, et ne dor ent lieu i pour Iambition de nos perts. Si nous ~tions charge,
encore des voyageurs iront adimier Ia galerie de aucun foupqon de collufion entire ies...... Les de leurs devoirss ;nous nous entacquitterionsofoavea
Florence, Saint-Pierre de Rome, les chefs- ieutre Suitfes noont pas nos plaifirs bruyans maais chez nplues mi e al en connaflipoif dn ef Ie pdfablst et
de lapnhdt, du Tten, orge, et s tro e Ia plus rande fme de bnheur e de fdignesderefpec que ceux d'un on
.randis quun grand nombre. fe 2i- conrententnrt qui e trouve chez aucun Peuple de M.deS.Pierreentendlesdevoirs dunhfinpleet, gcur
fernt entrailer par lepectacle fbmee des Hautes- a terre. uIs jluitent, par leur felicite domellique, habitu6 4em aroiffe auquol petfone tne fai tmeiteion
Alpes, par les merveilles qu y prodigue a chaque pas par leur attrachemett leurs femmres, par la vettu et faplume ls retrace de Ia forte:.: i eftf oblig6
a Naturet e furout pa le fpectacle touchant dun et la tendrel'e de celles-ci, par 'amitie qui lie les d'abord de facrifier lets plaifirs er laliberte defa eunefe
people heureux par fes loix et fes inftutions, et peres aux enfans, les enfans aux auteurs de letrs a d'ennuyeufesetp6diblestudes.ilt aut qu'ilfupporte
confervant encore les vefliges de cette antique lin- jours. Le, liens dhomme a homine etant plus tousles jours de fa vie Ia continence, commune
plici .de meurs, qui a difparu d refle de Ia forts chez eux que ceux de parent a parent chez. lourde cuiraffe, d nso ile occafionsdpropres Ila fair
te re. d'autres Nations, ils jouiffentspar les liens de bien- prdre. Le nionde nehonortque des vertus de thC~tre
veillance mutuelle qui les uniffent. ...... Sit l et desovictoires durn moment. Maiscombattre chaqiu
Mais fi jamais Ia Sviffe a del plus particulierement faut reffembler a ce portrait pour meriter d'Wtre jour un ennemi logo au-dedans de foi, et qui s appro-
exciter Ia curiofitd et attention des franais, ceft libres.. che. en atmi repouffer fans ceffe., fans moin, fans
fans doute dans un moment on' le mot de berte gloire, fans loge la plus forte des paflions ea Ic
'retentit dans tons Ies coins du royaumlie; oi0, novices Le voyageur qui parade Strasbourg, arrive d'abord plus doux penchans, voila ce qui el ftdifficile: des
encore dans le rada art d're heureu par la liberty, delpar un cheiin de dix lieues, dans les comlbatsd'une autre efpece l'attendent au-dehor s
nous pouvonsapprendre dans le feul afile folide gorges du Jura, il pafle a Porentru, capitalede id e oblig d'expofer journellement fa vie dans des
qeile air en Europe, ce que peuvent les loix et Pev&h6 de Bale. II nous done fur cet e rat es dd- maladies Apiddmiques. II faut quvil confefle, la te .
es mceurs, et la neceflirte de les refpecter pour tails qui ne font point ailleurs& En quittant Porentru fur le mdme oreiller edesesqui out a petite
dtre libres. pour caller n Moutiers-grand-Val, il paffe a Sainte- nvrole, la fievre puttide, I pourpre. r Ce courage
Un des grand avanrages de M. Robert fur le Urfanne, Delemont, s'engage dans le Jura i 'en- obfcur me para tort fupireeur au courage militaire.
voyageurs qui Pont precdd eft d'avoir public fa droi ot la Byrfe en debouche, et diaucol de Byrfe Le foldat combat ae a ue des varies, au bruit des
t nation dans les circontlances actuelles, de paraitre il arrive dans Ia valle de Moutiers-grand-Val.11 canons et des ta mbours. Idfeuprefente at la mort e
a chaque page impr6gn6, en quelque forte, des continue a remonter la Byrfe qui le conduit al paf- heros, mais lepre&re s'y ddvoue en victim. Quelle
rincies et des feniente, ns qui nous dominant at jour- age fameux de Pirre-Pr us. fortune cSlvi-ci fe promet-il de fes travaux ? Une
dhultco, enfin de s femoriens r parouts h lttorie ln fidele fubfitMance fonvent precaire. Dailleurs quand i
d hui enfin de fe monterpaout hiltosn fdee A quelques liees delay, dit-il, je me trouvai fur acquerrait des biens il ne peutles fire paffera fes/
Iade la libet e uile. te du Jura. Li, tout-a-coup, et inopin6ment, defcendans. Il voit toutes fes efperances temporeies.
II ne fera point oublier M. Coxe et fon traducteur fe profente a mon ceil dtontd le plus grand, le plus mourir avec lui. Quel dedommagement reoq-teiides
M. amond: on regretteramdmequelquefois, endle i imaenifique le plus impofant des fpectacles qui fe tiommes? Avoir 'a confoler fouvent des geps qui
fant, le Ityle de e dnernier ; mais on ne faurait lui fuflent offers a moi dans le course de mes, voyages, n'ont plus de foi etre le refuge des pauvres et
refufer de Ia chaleur, de l'imagination des mou- Tout m'y retient, tout y enchaine res lens, n'avoir rien a leur donnere l tre perfscute quelque-
vernens d'eloquence er d nergie qui lui front par- tout y fufpend mes faculces, Quelle fceneloUn rideau fois pour fes vertus mmre es voir turner fes com-
donier quelques expreffions nouvelles et quelques defoixante lieues demontagnes, qui, aucoeur dert&, bats en mepris fes dmarches en rufes, fes vertus
incorrecrions. refplendiffent par I'eclat et le refiet des glaces et des en vices, fa religion en ridicule: tels font les devoirs
M. Coxe eft peut-tre, an total plus fatisfai ant neiges qui les rev&ent et prdfentent l'afpect demon- et Ia recompenfe quele Imonde done A la plupart
r La Cofeuet iudeslire s canu tonle d s Hefi n te agnes d'argent. La vuel plane fur la Suiffe. h Savoie, de ces homames don't 1 envie le fort., Voile pour.
fur Ia conlritution des diff~rens cantons Helvctiquess ,epc sr-
mais lv. Roberft on ne does dtails faif elansue Cu Allemagn-e plonge furplufieurs lacs et fur les illes fuit M. l'abb e M*** come parole l'ingenieux
s M. Robert f le dlues detas ofuins fesr cefquits bordent: c'efl la nature en grand. Des regions auteur des Etudes- de l nature au fujet de ces
point, et offre quelquefois des reflexions prcieufes toutes entieres, des maffesdunegrandetr iufite, des ecclefiaftiques eftimables attachds aux paroiffes. Ces
que I'on chercherait vainement dans M. Cote. rcfervoirs d'eau immenfes, auxquels le& yeux ne font confiderations le portent A efpurer que VAfremblie.
On peut en dire autantdei la partie de ces dex point faits, Ia perspective fimultanee de I'hiver etde national amdliorera leur fore, et les vengera du
voyages qui concern e'hifloire naturelle. On aimerasI
mieux les tableaux de Mi. Coe, et furtout ceux de lte 6 lame flotte entre le reve et la rdalite.... Dans mepris qu'on leur tdmoigne qu'on neritendra plus
eux aond mais les tableaux de M. Robert ont une telle et de femblables petitions fur les Alpes e dans les rues de lacapitale, ces noms injurieux aux
bien leur mrite. Mos riches en couleurs, e t d'u particulierement fur lesfommetsifolds, onptouveun miniftres de Ia religion, ces invectives groffieres, ces
tyle plus fimple et plus heurt, ils artirerontu t- calne dans les organs, une frenirt dans p efprit menaces tnime fi rnvoltantes et fi peu muerites.
tention du phyficien par 'air de v rirt et d'exacti- ue netrete dans es id es, une profondeurde fendi- ,, Votre autorite continue t-il, impofera filence et
tude uis caractDrie. aieurs M. Robert, met; on prouve enfin une volupt ranquille une' contiendra 'dans le devoir les temdratres qui es ou-
eint es caractelie ales es obferv, maniere d'exifter delicieufe et inexprimale, ui font tragent. Une revolution qui doit fire de tous le
tovageantt en ari de la liberty s furi, le plus mouveentsr Lc e ce f cin ,e les c q al V n v pres premres de pas
,ovea e e .. fe ps o qu'itre c'ef jouir... C'eft dans une rejle situation que Franjais un Peuple de frees, lie rdprouve-t die pas
a ped, a tait au-o de mle ieues damn d lamant deJulie of lui avouer quil fupportjufqu'A hautement de pareils precedes Ce n'eft pastrefana
d orna S artout; fes notes ont e faites fur ace, fon abfence. ique, noffeigneurs, dattribuer une partie de la prof-
joire partou fes notes ont .re taires fur pace, pabdndaerit des empiresu reflect du aux principesreli-
et foln voyage el plus cornlet que celui de M. Coxe. De ce lieu magique, le voyager defcend IBienne! etg. desemp es au., r d a, rd e-
Noasajouterons que .a pattie geographique duvoyage nous parole de fon lac et de Isle de Saint-Pierre, qut boen.u Suit un pafage d'Horace u dunt Dappi tioe
de M. Robert fait le plus grand honneur a fes con- fut durant quelques mois 'afile de ouffeau. heureufe aen cetta e conclue ,on oustappicastrop
niuifances et a l'activite de Ibonzeue, et que, pour heureufe amene cette conclusion: VA us p es trop
ce article aucun autre voyageur ne lui eft corn- Nous ferons connatre le refle de ce voyage dans un clairds e trop ages noffeigneurs, pour ignbrer
pirable. 11n'a pas crait avec moins de foir La phy- feco;nd ext rait. que, files pr~tres qui fervent utilement Ia religion
p~rable. II n'a pas traite avec mois de loin la ply- fcd exra. tla Patrie, font dans la mifere le mepris qui lafuit
lique-proprement die; et it nous donne, dans ordinairenient pafnera bientet du mintt uie la refuit
cc treparrie, des details piquans et des apercus in- -- ordinaireent pafera bien du mrniflre A la reli-
s e gion meume ; et que, d~s-lors, Ie goutvernement
genieux, perdra un de fes reflorts les plus puiffans, er la
Si nous n'avons pas ci Ile voyage de M. deMayer, Lettre adreffde a Nofleigneurs les reprdfentans de PatLie un de fes plus fermes appuis. Pour dtre cc
public pofterieurement A celui de M. Coxe, ce n'eft l Ia Nation Franqaife, en faveur des pretres exercant qu'il convent que nous foyons ,il faut qne nous
pas que nous penfions qu'il inrite d'etre oubli6, les functions du faint miniftere dans la capital ne foyons ni riches ii pauvres; mais dans un btat
meme apres la lecture de ceiui-ci. On y trouve par M. l'abbd M***. dhonnte mddiocrit amis des vertus et des-bons
fouvent des details tres agreables des obferva- fentimens. Les richefles corrompent, et la pauvret6
tions et des reflexions important-s fur les mceuts L'importance de ces foncrions, les services que les avilit. Vous nous avez prdfervds du premier de ces
et la confltitution de plufi,-urs cantons de l'Hel- pr&tres qui les exercent rendent i la foci&td, leur dcueils; prdfervez-nous du second, et nious ne cef-
vretie ; et la parties de P'hifloire littiraire y efl vie pdnible, la detreffe et Pabandon dans lefquels ferons de former des vceux pour le parfait fucces
plus foign e que dans aucun antre. Nous croyons gdmit un grand nombre d'entre eux, font les motifs de vos glorieux travaux, et la profpdritd de chacun
qu'en r6uniffant ces trois ouvragps a un Voyage que l'auteur expofe pour engager -'Affemble'e natio- des membres qui compofent 1'Affemblde. -


J


~------- --I --


j











La conflirution dit-il, nte au fein des orages
et' des malhelPs fans nombre qui defolent ce valte
Empire, eft un bienfait dorit les generations futures
recteilleront tout le fruit. Les larmes d'une foule de
Yictimes en arrofetont les fondemens, Telle eft la
fuite ordintire des revolutions politiques. Mais il faunt
fivoir simmoler fur le berceaii de fes enfans, et prce-
parer en gemifiant. les moyens dIaffurer leur bonheur.
Je dirai A cet home injuite et malbeureux qui itur-
minre : vous no meritez- pas le nrm de citoyen.
.Apprenez A fair A la Patre A vos defcendans, de
genereux sacrifices : vous etes n6 fous un fiecle
orageux; mais rappelez-vous les jours de la Ligue et
de la Fronde ; ils 6taient encore plus infortunes.
Jerez ton coup-d'oeil fur !Is premiers ages de la
monarchic, ou vos peres etaient reduits "a la fer-
vitude. Si vous regretted vos fers vous mdritez de
les porter, et vous n'Wtes pas encore affez mal.
heureux..."
Nous renarquons ce paffage qui peut'donner '
reflchir a un .philofophe impartial, a un home rai-
founable ke jaloux de s inflruire dans les annals du
Monde: ,,Tdutes les fois qu'un monarque a voulu
abufer de fa puiffance, la Nation a augment fes
droits. On deiriande pourquoi Louis XIV et Charles II
furent des rois abfofus. Louis XIV ne le furt pas par
fon caractere qui lui tint lieu de genie par fes
puiffantes'armdes par les fucces de fes g6neraux
il dur fon defpotifmne la guerre ridicule de la
Fronde. La Nation honteufe devant lui, n'ofa rien
lui difputer. Charles II, roi faible et 'fans -nerge,
n'aimait que la molleffe et les plaifirs. Son pouvgir
abfolu fe trouva fur 1'chafaud, oa fon pere expira
victim do fanatifine religieux. $ 3
On nous avertit que les mois de mai juin et
juillet de cette hiftoire de l'Affemblee national ,
qui merite d'etre reche ch6e paraitra au prernier
infant. Le refte du mois d'octobre, et les mois de
no~vembre et de decembre, front public s au com-
mencement de janvier.

Suite du nouveau plan d'adminiftration de la
justice civil, dans lequel on propofe des moyens
daffurer au m6rite feul tous les offices ou places
de judicature d'accel6rer le jugement des-proc s
et d'en diminuer les frais. A Paris ,chez Cailleau,
impri'neur-libraire, rue Galande, n". 64. Brochure
in-8. de 28 pages. I

De la Force militaire confidrde dans fes rapports
confervateurs, pout fervir an developpement d'un
plan de conflitution, difpof6 dans I'objet de fire
mouvoir enfemble et avec l'armee, les corps de
Partillerie, dua genie et de 1'tat-major, fans altd-
rer et fans confondre leuts functions, fuivant de
grande vues d'6conomie et en ajoutant aux
moyens don't ces corps difpofent a la guerre et fur
les frontiers toute Fe nergie qu'ils doivent acqud-
rir,, en fe renfonqant les uns par les autres, et en
dirigeant leurs deffeits concerts d'apres une feule
intention ; par le colonel d'Arqon. A Paris, hotel
de Bouthilliers, rue des Poitevins. Broch. in-8h! de
216 pages.
Obfervations fur les moyens d'am6liorer les forts
royales, pr6fent6es A 1 Affemblde national, avec
cette epigraphe;

Et fi deficiant vires auda.ica certt
Laus erit, in magnis, et voluiffe fat eft.
brochure in-80. de 24 pages. = Catechifme a l'ufage
de tous les citoyens par Leclerc de Vieve. A
Paris, chez 'auteur, rue Fromenteau n0. 444 et
chez Gattey, libraire, au Palais-Royal, numdros 13
It 14. Brochure in-80. de 49 pages. '
Re'jexions de quelques citoyens de la ville de
Lille, fur l'ouvrage anonyme public focus le titre
de Me'moire far quelques articles decretes par I'Af'i n-
bile national, et far les inconviniens de leur execu-
tion relativement aux provinces Belgiques.'A Lille; et
I Paris, chez les marchands de nouveautns. Bro-
chure in-83. de 63 pag. /
Guide des citoyens dans l'evaluation du quart de
leurs revenues, pour la contribution patriotique. Bro-
chure in-8. de zf pages. Prix 6 f. == VUnitl dt
culte public, principle focial chez tous les Peuples.
A Paris, chez Leclere, libraire, rue Saint-Martin ,
pros de la rue aux Ours, n. Zy4. Brochure in-8".
de z6 pages, m&nme prix.
Encyclopidie par ordri de matieres, trente-fixieme
livraifon; compofee du tome III, deuxieme parties
de la Logique, de la Metaphyfique et de la Morale,
par M. Lacr&telle, avocat, depute fuppleant A FAf-
femtble national; du tome II, deuxieme parties
du dictionnaire des rinufactures et diction-
naire des Peaux et Cuirs, formant le tome III
du pr~c6dent, par M. Roland de la Platiere, inf-
pectur des manufactures, rue des Poirevins, h6tel
dejhou :prix des deux premiers demi-vol. xx liv.
et du Dctionaaire des Peaux et ~airs, un vol., 6 1.
favoit, un vol. i n liv et un a 6 liv., conformemenr
ce que Fon a promise : brochures des trois tomes
Sltv. 10o en tout 18 liv. o10 f. Le port de chaque
ivraifon eift au compto des foufcriliteurs.


ANCE troifeme nni e de e fon regne, ayant accorded plue
SA. de deux millions pour divers objets.
fi fa IInp Enfuite il a declare Viaggregation dedeux nouveaux
jfMon fur 'impo. imembres ordinaires, confirmed par le roi ; favor:
S dituve tM. le confeiller-prive anud6partement des Forets
On a d oven qe tout 'mpt tait paye parM. de Burgsdoff et M. le confeiller de la chambre
la terre, et ce principle a toujours trouve des con- de justice, Klein connus Fun et I'autre de la
tradicteurs dAoilit faut conclurequ'il eftmal6nonicd i maniere la plus avantageufe chacun dans fox
cak it eft impoffible qu'on difpue long- tens quand genre.
on eft accord fur l. fens des miots. M. de Burgfdorff, qui 6tait pr6fent, a fair uun
Aujourd'hui que la science de Padminiftration doit petit difeours de remerciement en allemand
remplacer l'at de la fifcalit6, et qu'impofer plus auquel le fecrdtaire pert 6cuel a repondu en Francais.
on impofer mieux ne font plus la meme chofe ; au- Le meme fEcrftaire ( M. le confeiller priv6 For-
ojourd'hui que-la propriety fonciere ajoute encore un mey directeur de la claffe de philofophie ) apres
degr6 d'importance au titre de citoyen, il ferait une introduction relative i la folemniti du jour ,
bien a propos d'eclaircir cetie question fi fouvent a lu 'eloge de M. de Bequelin infituteur du roi, et
debattue. directeur de la claffe de philofophie en lui
Si 1on pretend dire que 1'imp&r ne pent &tre pay6 donnant, avec la plus exact veritd les louanges
quavecle revenue de la terre, c'eft une verite evi- dues aux rares qualities de fon efprit et de Con
dente. II eft clair que tous les efforts de hinduftrie coeur.
humaine ne peuvent crier le plus petit revenue, que
toute fa puilfance fe borne a approprier i nos jouif- 11 '---
fances des matieres qui, fans elle, auraient pu refer
fans valeur, qu'en corifdquence el!e ne pent que S C I E N C E S.
former des capitaux pricieux, plus ou mins perif-
fables ; et que, pour obrenir la moindre produc- Memoire fur un niveap d<'au perfectionnl par M. L. Vil-
tion, il fant qu'elle retourne flliciter la terre. Or, laid, injpectear des manufactures de Picardie.
limpot annuel ,ne peut 6tre produit que par des
revenues etnon par des'capitaut. On conqoir que, Quoique depuis tin iecle on ait imagine different
quand mdme on fuppoferait que dans cette lutte de niveaux plus ou moins parfaits, le niveau a eau ordi-
travail et dadrLffe que les Nations fe livrent entire naire eft encore l'un ds plu. emplo\ ds par les inge-
elles 'induflrie narionale feule pdt obtentir des nieurs tt les geometrres. On pourrait cep.ndant lui
changes affez avantageux pour attirer annuallement reprocher deux dtfauts eflentils.
chez elle un excedent de degrees dtranger verier une portion dans le trefor public; un pareil plus longues que la difiance odt peat atteindre~la vue
revenue n'6tanr pas fonde fur la richeffe du fol, mais de Poblfrvatrur.
fur Hignorance ou la mal-adreffe de nos voitins, ne 1'.* L'agitation de 1'atmofphere fair vaciller les
pourrait tre que prdcaire. Tout le monde fera done surfaces correlpondantes de la liqueur continue dans
d'accord que, chacun tirant fon revenue particulier l'inltrument ; ce quit ne permet d'oper r que par un
de la terre, foit directement., comme proprietaire, terls tres-calm ou r nd le, rtfulcats incertains.
foit indirectement, en exchange de services rendus au Je vitns de foumettre an jugem nt de l'a.adenie
propri6taire, il n'efl aucune portion d'imp6t qiti ne des fcitnces, un niveau eau perfectionne dans
foit acquitted a cette monnaie, fous quelque figne lequel ces deux detauts n'exiftnt plus; et je les pu-
qucelle foit reprCfeutee. Mais ce qui eft paye a un bite avec d'autant plus dL confiance, qu'il a obtenu
tiers avec des.valeurs quefjai fournies, n'eft paspour des 6log.s de MM. les commiifaires qut en one faic
cela pay6 par moi. II n eft pas pave par moi, fi j'ai l'examen.
reyu d'un autte des services en exchange. 11 faudrait Cet infirument eft arm6 d'une bonnelunette acro-
done favoir s'il eft vrai de dire, fous ce rapport, que matique, A la faveir ce laquelle on peut prolonger
les propridtaires patient tout Pimpot, c'ef-a-dire, des lines horifontales a une tres-grande distance. Le
que leurs jouiffances feules fo, t diminudes par paralleifine de faxe de la lunette avec la tangente
Pimpdt; car c'eft en jouiffinces que routes les aux deux furnaces de la liqueur, fe determine an
valeurs, quelles qu'elles foient, finiffent par fe moyen de deux points, qui fur 1 carton de mire,
refoudre. doivent correfpondre a I'extr6mit: de ces deux
S fo a s t tabli, t P. lignes et fe rdtablit aifrment a chaque chang ment
Suppofons qu'apres I imprt dabli, la cu ture, in- de p6fition de rinftrument On eft fdr alors que les
duflrie etla popu'ationreftent aumeme degree qu'elies lines qui forment le prolongmnm nt de 1' xe de la
taientavant imp6t, alors la fomme totaledes con- lunette, font autant de lignes horifon-ales; et l'on
fommations fera la meme, par contlquent atffi celle eut fans craindre d'erreur leur donner toute
des productions; par confiquent enfin, il y aura, f'etendue que permit la portee de la lunette.
come avant limpot, m.me quantity de jouiffances Si Pon te borne a des d.flances oi0 le points do
et de befoins latisfaits. Cependant q'impot tournant mire indiquds fur les cartons foient perceptibles A
aulprofit de quelqu'un il fautbien qul y ait un du& -li vue fimnple, On aura deux points de vif e cor-
placement de ouiffanc es guns salaries par r im- refpondans Pun aux deux furfaces de la liqueur,
pt forment dans a focit une clafe nouvelle de autre a f'axe de la lune-te, et don't l'accord prou-
confommateurs qui en retire des jo iflances fans vera infailliblement la juleffe de operation.
rien ajouter A 1& production ni au travail qui exi.. P'our empicher fair ambiant d'agiter la furface do
tait avant l'impot. Eft-il bien vrai q,.e ces ouiffances la liquur continue dans le niveau Fon enchaffe,
fe prennent uniquement fur celles des propri6- fur Iorifice. des deux tioles, un tuyau qui ferme tous
tires et ne viennent nullement en diminution acces fair extri,-ur,et etablit une communication
de cells de l'induftrie-? Eft il vrai qu'apres Vim- de Fair contenu dans les holes au moyen de quoi
p6t 1 indufiie foit recompenfe, conime tlle 1 etait 'quilibre de la liqueur fubfifte commune i elle etait
avant, etquelle fe taffe remplacer par le propri,- foum.fe de part t d'auLre a la pretlion de I'at-
tate la-portion des chofes confommables'qu'elle eft mofphere.
forcee d'abandonner A l'imp6t ? On concoit fans Une bouffole place an centre de Finfirument,
peines que pour les genres de travail auxquels tout fournit le moyen de determiner et d'indiquer les di.
homme eftregalement propre S, et qui par confe- verles directions horifontal.s des lignes de niveau,
quent ne peuvent guere donner d'autre falaire que onles angles qu'elles forment entire elles.
la -fubififance de louyrier et de fa famille, il tut Le niveau d'eau ainfi perfectiont6, parait devoir
bien que quelqu'autre que lui acquitted fa portion mdriter la preference fur les autres infirumens propres
d'impot A fia diharge mais en eft- il de mime aux mmes operations.
pour tous les genres d'induflrie dont le falaire eit Comme en p..bliant ces additions takes i un inf-
au-dela des befoins ordinaires de la vie ? Jufqu' trument djia trs-utile ie n'ai d'autre but que de
quel point Phomme induflrieux confentira- t-il A s rendre utiles a Part, et d'en faire honneur A
ceder une partie des jouiffinces que lui procurait la memoire de mon pere qui en oit i'inventeur, j'offre
ion travail, fans reffentir aucun ddcouragement? de d nner tous iesrenfeignemnns ni.ce1tires pour
Cette condition et cependant n6ceffaire pour que la confiruction du'niveau dean perftctionne que
linduftrie refte la meme, et pour que la malfedes i'annonce; et j'invite M V. les articles et amateurs
productions ne foit pas dimiau6e. Tel eft peut-&tre A s'en procurer ,a connifftnce. J'ai d pofe A ceu
e vritable point de la question qi n jaai effe a Paris deux de ces infirumens Iquels quoi-
et6 traite d'une maniere fatisfaifanto et qui ouediffiremmentconftruits ,prefentent Iun et Fautre
doit tre la force d'une foule de v6ritis utiles. les avantages que je viens d' noncer.
___r_____ ___ *On pourra les voir Fun chez M. de la Beffede
rue neuve S. Paul, n0 9; IYautre chez M. Avrillon
A CA D E M I E S. rue de Clery, vis-A-vis de la rue Beauregard,
Le zet octobre, lAcaddmie royale des sciences et
belles-lettres de Berlin, a tenu fCn affemblee pu- MELANGES
blique, deflinde a c6lbrer l'anniverfaire de la naif-
fance du roi. Au rdacteur de la G'a te national.
Ele a &t6 honor6e de la presence de S. A. Au daer de
monfigneur le duc Freddric de Brunfe'ick. Plufieurs Vous 1've dit M. le riacteur le Moniteur
perfo nes de la premiere distinction, tant regtnicoles eft une grand carrier o i vous admet out le
q ers y o monde, et o vous permeate de refuter le nde-
14. e come de H-ertberg, curateur de l'acad- main les affections de la veille.
mie, a fait l overture de la fiance par un d inf.
course en Frangais, relatif A la circonflance, dans Je remarque qu'on fe fett beaucoup aujourd'hui
lequel il a comrbattu e prjuge qui fair envifager la du mot ariflocrate; mais come chacun I'emploie ,
former dN gouvernemett PrufficS come dcfpotique et il prend toins les jours une nouvelle fignification. It
oppreffhive; A quoi il a joint un expofd de ce que n'eft pas encore dans le dictionnaire ; ainfi fon intrer-
.S. M. a fait pontr. le bien de fes Etats pendant la prttation eft libre jufqu'A ;o que 1e defpoifime da


Ij


F"L~F~"'~-


t v












diktionnaire e alt difpof6 autrement, ce qui fera
genaht ; mais le defpotifme fe fourre par tout.
Ariflocrate fignifie-t-il un des membres de 'efpece
de. government nommn ariltocratie ? Un home
qui regretted les abus palffs, ou bien une insure
bannale qu'on diftribue a tout -hominme qui diffre
d'opinion avec vous, comme Figaro, lorfque Figaro
&eait dala mode ? Je crois, cette derniere fignification
la plus ufite.
Une perfonae, don't les opinions t'iennent une
longue place dans votre feudlle en parlant d'un
couite aflembl6 chez M. l maire pour le plan de
niuiip.it de e Paris, dit que les membres .de ce
comiie font ariftocrates. 11 n'y avait A ce comitd les
deputies de Paris a P Adtenbile. national, 14 mem-
bres de la commune, charge de redigqr le plan de
municipalitye les lieuteans de mare, &c. Voil a
bien des arifocrates.
Le lendeniain, un district done a cet 6crivain,
dans voere feuillemnmee une correction atlez fi-
vere pour avoir abufd dui mot dimocratc. Voila
done deux dpithe es appliques aufli ldgdrement I'une
que l'autle mais qui me prouvent que ces adjec-
tifs font devenus des injures puifque auteur a ete
r pris pour le dernier & meritait de l'dtre pour
la.I tre.
Le lendemain, vous r6imprimez Line longue mo-
ti'n,,aite au district de Saint Jofeph diftribuie
deja avec profusion, fur un objet ade la plus grande
i.r.ortdaice. .
To'r't eff perdu; M. le maire abufe de fon au-
torit6, it cerche .i 'etrendre ; il ofe fe mnler des
fp~ ctacies! it croit avoir quelque droit de plus
qu'.n affeler au departetment de la police !'lout
cela renveife encore mes idees.
J'ai cru qie le maire- 6tait le reprdfentant de la
comnmune, charg6'de fon pouvoir execuif j
Qa'un lieutenant de maire ecait un chef de d&-
partement refponfable i
Et que les affeleurs itaient des confeillers iaappor-
teurs. Me ferais je trompe ?
II parait par cette dispute qv'e les affeffeurs font
des aami.ijt:ateurs r'Jv.:ja ils Ie liit-ltenant de
maire un ruapoletur, et le maire un jFecta:ciur.
Ce boutlveriement total de mes id.is mn' fan
aller i la lto-ce des enornmes abus J'autotite de
M. le mare et 'ai appris avec etonnement que ,
voyant les bouffons fans theatre et la coinedie
ltalienne en decadence quelqi es amateurs de nmu
fi iue pro oirant a M. le maire tne reunion de deux
fpectcls il les en a proven .s come simple
menliateur, avec entire lib:rte d'accqpt.r ou de
refhetr. Veili la bale des deux conferences tenues,
et c arrangement n'.a pas eti lieu.
Les Vatitc's Anufantes prennent le titre de thca
tre frmanq.isi l'i comedies trauqniie reclime centre ee
titre ; in afigne un rierC parJ,-vant M. le ;iii'i
deux procuietrs pl.iident et M. le mare ..i.i..
que : '\atrendu que tls comndiii.s tranqais recltmnen
un titre de propri&t lts parties tont renv'oy'rS
a fe pourvoir devant Its luges qui doivent en con
naitre toutes choes demneurant en etat ".
S:' Voifa donc les deux aides de d fpotifme pour lef
qul Is on remue la conmione es districts. Les admi
viithat- urs telpoifbles i,'r. .it Iur demiufion, &c.
Si mes premieres id6-s fiur lautorite du maire
lieutenan, de maire et conlieilers-ailbLurs font jults
il me femble que M. le maire eit cha'g g, par 6
place, de t'aire droit et, de d:fendre qui que c
fo't lorlqu'il fe plaint julqu'a ce que 1 s juge
aient decide le fond et que les aflfleurs qi
prenlenet le titre de refponfables pourrai-nt s'ap
p ller des arnitocrakts et tnoall- de petits dtf-,otes
Ces mifern'!es iffputes font voir coobian il e
efferntietlqu'di y ait une rouvelle nunicipalite, (
fintout de nouvelles i'kctiovs dans lefquelies c
fera un a, re choix d- ie6ptits.
Un bureau rempli d'adminitrateurs refponfable
eft commit une armie a i ofliciers-gen raux. Un che
dans chaque depittemente bltonte home intc
ligent actit, ternie failiflant promptement
fit d'une rflaire ect des coimmis pays auxquels
(aura le droit de commander ; voila le moyen
faire quelque chole d'util et le feul par lequ
un chef puiffe erei refpmifable. Un abonne.,


le regne de Louis XIV il seft endormi en 16o90, blee nationiale l,foin gard, et fera lue Ila thea-' .
et fe rveille un fiecle aors le i' a1f vier 1790. chaque corps. '
Les objets out bien change de face ce n'ell plus M. le pcr delit, announcee PAJlimbl r i qu ]
fous ui roi fuperbement defpot-, conlit4 d s fiunaices a trois rapports a lui. fai;
Admired des fujets qu'il rendit malheureux, M. Camus. Je .n'ai point oubli que marpati.
que les Fran.ais ref.irent; c', fous les lois i.. fr les pensions 'a ajounee ce martin ei '
qre "leos Franais re firenf"e, c .ftfousle reclame qu'on s'en occupe avant daentendre leg ru'
prince bon, juite, enfible, et' umiquem occue o-- e L.. an
d- leur bonhcur. La liberty a reclame et refaif es o dii c desinances. Le euple attend
droits de .1 Hommes n voit egalite renaltre ls ous t.ne. on cr .a t. i 1790f
abus dtruits fes lois en vgueur ie fi.rons pas e I Nation
abuse dtruits les lois en vigueur iiaginer que les abus comirele rquels elle s elev.e.
Et le Peuple, a la fin, compte pdur quelque chofe. depuis li 'long-tevns fabfitieront encore cttet ann6e
I .,. conmme par le palld.
On appre'nd Epimeaide que la Bafille eft detruite; commeparle .
que leroi a quitti le trifle chateau de V'erfilles pour M. de C,.atals. La motion de M. Camus a2 pour
venir habiter Ie Louvre ; que tout' citoycn peut objet une amelioration dans une parties de l'dmnif-,
penfer tout haut et cominuniquer la p fnice par la trtion des fina"is. I1 me para inpolhque de .
liberty de la preffei que les parlemens ion perdu soccuper d'une parties des finan^. s avant d'avoir
leur importance qu'oii a rformd la proc-dure cri- 6tabli il fyft me cnc-r.il, ou tout at momns le plan .
minelle i que 'on prdfere les mtiers utiles aux arts d'un fyfthme general pour les finances; fans cettero
brillans ; enfin que le code francais fe r6forine par precaution nous nous e'xpoferions. a travaillr f-ns
le genie d'un A-lemb eede ages. Tout cela donna ordre., fins me6thode et pent-etre rendre tres-,
lieu a des rdfleiions philofophiques d= la part d'Epi-- difficile un travAil qui deviendra fimple lorfque ;
minide ,qui admire, en Vapprouvant. note nouveau tmnrche que vous voudrez adopter fera connue. Ja
fyfleme, et des details ou moraux,o f pirituels, r clame donc la priority pour les rapports du conie t
ou upi rammatiqu -s. Diffrens perfonnages fe pr6fen- des finances.
tent aIicceuiveinent devant 'immortel philofolhe M. Trget. Je i'..i qu'une oblervat o s-fimle
un journalifle politiquei un 'robin, un gentro a re. Xe,-ob..va.,to
ob u fe al faire; iti femtble que le perpinat c vient de
b~raton, u 0ad rA un ab ns ens u riroyal.confonld un travail d tchine et cepe dant fixe du-

QutIle q,- u'odi ufe q.'ai. et 1'inquifition de queljus me g ip prvfine, s, q ve les circojance n
c-nfetrs on na pt vir fans tin mouvemeni de iiplemedt proviroire, que tes circots dances ren-
d ,gofi, n de c 's perfcrers de a penfe paer nt urgit. et indifp.nfab e. J dnmane qde fI,:
bin longuement bien 4 chment de fon 6tat,et ans t roisrapportsprs p m S

inc pI t rcvot r a ne d e q oe e ferl foit fait, et qu~on paffe enluite a la motion de
licheterevolte, et la -h^,I1ne. de ce qu, efl vicieux M. Campus.
a aufli fes bornes dans la caraire des arts. Nous ne ..
arlerons point d'un petite touted petite in'ri La proposition de M. Target eft adoptee.
amioureufe, qmi aurair pu &tre piqu.inte, et dnt j. M. le marquis de Mogtefquiou. L'Affemblee natio-
l'auteur n a pas voulu tier part. La peace au re(e nale a dji. tait une grande parties du travail qi luit
a et4 applaud neer ne tres-vivem n, depuis le. .tait confi Elle s'ft occupde du rtabliffement
commencement jufq'i la fin. Pari _s vers qui ds finances du royame mais en vain les befoin
out excite une efp ce enthoulme nous ferons du moment lout alffilhe de toutes parrs; elle a faith
Sremarquer les deux fuivans : t~ ous les facrifices que les circonihnces e.igeaient,
Au feinde'fes enfans, que peutcraiindreun bon pere? et cependant elle Wna pris" que des movens piovifoi-
v de s, et plus i efi aim res, il lui rede a fltuer fur le grand tout. .
Plus il eft u de prs et plus eft a Les impofitions du pouvoir arb traire ne doivent
avoir rien de commun avec d-s contributions nbn-
vlles, quon pourra juter-ent appeler dts contri- -
buttotnpattiitiques ,t nat(nales.
AS SEM TBL E NATIONAL E. Vtre comnie s At occupe du foin de vous offrir
tn plan gn rali de travail fur les finances. L'ou-
Vrage que nous gallons mettre fous vos yeux n'eft
Preqdence de AM. Defmeunie. fiurene nt p s fufceptible des oriemens de I'lo-
quence er de I'elprit ; mais c'eft tou)ours fans peine
SUITE LA ANCE DU 2 JANVIER qu le bon citoyen ficrifie les petires iotiiffilces
SUITE DE ANCE DU AN R. d amour prore au plaifir d'avoir trivaille d'une
manier utile, .la Nation ct A vous.
M. Biofat. Je declare quetI'on a 6crit a tousles i.e rapport de M. le marquis de: Montefquiou .'
regimners dtt royaume, et je demnuiid- qtue le co11he trop ktcndu pour trouver place ict, a pour olbjet
e des techerches foit charge d'en dcacuviir les la division d. lFadnminilfration des d.penfes en detx
a .uaateurs. parties difliictes.
S AM.de Vrigny. Je demand que Fon renvoie au La premiere renferme tout ce qui doit etre dirig6
t comit milikaire pour dIttrmmier ce qu'il y a a par le gouveinement. La fconde is ol j ts ii'ui-
s afire. .e p.rtculicre a tous les d-,partemens du roy.iune.


f-

i-


S,
a
e
*s
ui

)-




.I-
es
ef
l-
le

de
iel


THiEATRt E DE LA 'NATI ON.

Autant le public avait mal accuelli la premiere
representation de I'EJfiaUv.ge des Nqyecs, atant il a
favorablement reiu celile du Rivei a d'E.piimenide i
Pa-is. Cette petite comedie, ih I'on pe.ut nomnier
aihJi une focceflion de scenes epifodiluts, roule en
enter, for kls ev&emiens don't nous avons. e, rte
muoins depuis i'ouverture de l'Airfmbl) e ni.i.,.l
julqU'a ce jour. Epimnlnide fuivant I'asteur a vu
tours ls grande, rvolutions da globe : avec Ii
ftcult6 de s'endormir pendant cent ans, er de 1e &6-
vtiller fans avoir vieilli, il peut tou'ourS bien com-
parer ce qui exi'ite avec ce qu a exile It pro-
noncer fur le bien ou fur 1 rmal des chores cu'i;
troupe en fortant du ienmeil. Ici, il a vecu jous


M. de Caae's. Je dimande que l'on fe borne ,a
faire connaitre aux rgimens par M. le rtfiaen ,
les fIntimeiis de I'Aifemble natiounale po,,r l a*i.--e.
M. Emery. Jififte pout q''o i dli' ere fur 1' men-
demerit de M. BiIfat, tuiend A reche ch, r iix
qui poui fculver I'aree o;,t ..lt rt' le t us d'un
mot employed par M. de Cranic4, et qui r p1indent
des bruins contraires a la paix puLli.jue.


M. le utirquis de Montlcfuiou announce, dans fa
pre,,,iere i action, que la onmme iallou6de au roj,
po,'r Jui la riime fes enftn- les pr'nces, prin-
cei-s, imei us .l .,li il g'.l -i dela i cc. doit fe
pol.tLr a 20o iin l'sY l t111 des fie anc'S ne
peinf pas qu'on dive inquieter un roi cheri et bien
dige ,ic .etre fur I'crploi q i'il fera de cette
G'Iicn il croic neeme convenv.ble que, c,s 20
noftlins loiti- de"gages de touted dtte antericure I


M. Fritau a obfcrv4 q-'i;lnefuflifit point de fire cLttc epoqnIte.
lirecetteletrealat6ted.ch.iAquccorps,td1Ilpri'o oi .-e, princes ont fenti, come le roi-, qu'ih de-.
pour amendment, qu- .nslh j.ttr, q.l-rir :c ire vaitt te toudre en ce moment A de grands facri-
par M. le prfideint, pour tnerign-r Ai toLs I s rgi- fic.s eet mo4.J.-r -t conienti ac,tous ce;.x que S. M.
mens de France *I'flime particu!tree dI'Affemble et les ciIconituices out exige de lui.
national, il les afturcrait particuli-rement que le Apres l'cxpof6 d'un travail divif6 en onze cha-
membie de F \ lT-imblee, duot on s'eji effi .- de ea e pit-s pour la little civil, et autant pour les
As opinions fupcates a temoign6 de a irani, re ia d poles d'im trdfor public, le comi c piopofe un
plus authentique, qtu'il n'avait iamnis cet d'ivoir project d-- drcret, duoit voici la jubilance: "
pcur tous ceux qui conpofemit l'armii e lis mm s ,0 It".e paiemnent de touted les depenfes arriries
fentimens d'dtjme qtie s r-pt- f.nit in d, Li Nation d de antemens, except la folde des troupes, fera
n'avaient jaamis cele nlo inltait d'avoir pour cux ". fuit "e'dI u.
n a t. i p A compterdu" janvier 1790,le treforpublic
tM. Je p'opnfe, par forme d'amendem nt, acquittera mois par mois ks de.pelifes. '
quil foit tair meinon dns .t letirequi ifra cite 4". JI fera nominee inceLffinment douve meibres
a armnnie, du decret qui declare, qu'a c cut e de 'Affmnblie, poue proceder aux moyens de faire ,
fes membres ne pent nt ne doit &cre inquite pour la liquidation des d.pei.fs fu(fpendues par le premier ,
fes opinions. i article. .
Cct amendemerit a paru tout au mr, ins inutile. i es ddpartemens enverront dan's u ais a
I plus tard la note de tomtes les depenfes iirrdrees,
M. le prince de Poix. 1 tft npceffaire que la certifie vrituible et lign 'e dt.ux,
lettre foit portre au roi et que Sa Majeite foit fo. Les entrepreneurs enverront pareillement Icurs
fupplise .de vouloir bien donner fes ordrcs, afin mneioiires
qu il enfoit faith lecture a tous les regimens. ,. N'Atend l'Affemblee national, compnJreln
M. le vicomte de Nawilles. J'ajouterai a cctte pre- dns la filf'nfion Ils arr6rag' s echius ele -xccpte
poiltioti, qu'il en foit lt ien outre lecture dans ks interkes des rentes : les difions qui echoi rons
claque chamibree. apres le j anvier 1790 n'pourront 6trr pa,'es
La dfcfon ef fermee. quaptres 1'tat qui en fera arrn&,'ar Aftfeirbl'-c.
SLa d ferme La cmmiffion- rendra competee des crL.alceM
On va aux voix fur P'amendement de M. Fr6teau, inconteftables, et foumettra au jugenent de r1 AeIr-,
quti elt reette. b- bie les czeancres douteufes.
io 0 'Aff-mblie aviferi aux moyens les plus rimple ,
Liaitemble decree que M.le prdfidentrpra charge pwmr acquilter ls creauces don't la lgitimite fOra.
I ecr.e une lettre a tous kes regimens de lrirne- ; prononcee .
que catte lectre exprimra les fentimens de 'rAl&it- ( La fuiti dmain) i


I
fan
fes
S.
qIl
p)h:
Cot

au
ali

a u
du
s'al
mill
'Con
fort
exc
et i
fe f"
emp

1im
font
pas;
que
etd&
ziont
trahi
5,
: doit
avifa
,' neasi


le fo

So, et
facili
'i.ct,,
it! Ic
e 8e
;.+


_ ___ -------l----pl ~eP- -- --c---- --L~C-


,, I---7~-~-- ~m~-1-~7-cup


~l~--rrcr~l*r~rr~-- --~T~4n~4~L1W~~


S /*,










GAZETTE NATIONAL, ou LE MONITEUR UNIVERSAL


LU N D I 4 J A NV I ER 1790.


SP O LITIQUE.

1TUVR Q U 1E.

O N regoit, par des lettres de Conflantinople dui
8 novembre. et par des lettres de Vienne du inz
dLcinbre, des details fur les dangers que la flotte
torque, fous les ordres du apitan-pacha, a courus
dans la mer Noire en presence des ruffes. Nous
avons d6ja pirl6 de cette 'infortune', daprbs des
lettres de Vienne. du i decembre, dans notre trente-
trufieme humiro. La relation des tuircs et celle des
imperiaux s'accordent fur la fuite dut capitan-pacha,
et fur I advantage que les ruffls -ont reported dans
cette occasion. .- Le 24 feptembre, au milied de
Ia.nuit, fur le rivage de Kartkhabey on Kodjabey :
dix mile ruffes fondirent a !'improvifle. Un grand
6iombre de tuics, matelots, foldats qui fe trouverent,-
li, voifins de leur flotte qui rnouillairt dans le port,
tureut fairs prifonniers. Le, c.ipic.m pacha gagna au
I rge, et refla en prdfenc e de 'ennemi jilfqu'au z
octoire ; mas ce jour-Ia ayant tait lever 1 ancre,
il ardonna de fire voile vers Conflantinople. I11
n'etait alors deloigtai dut rivage de Kodjabey 'que
d'environ 3 lieues. La flotte rule qui setazt atten-
due a bloquer la flotte ottoman et A la refferrer;
dins le port, opl fa perte edt t& affurde', part
toutes fes voiles dtployees, l -3 octobre au matin.
A I'aflect d'une force fuperis-ure et imprdvue, le
capitan-pacha fut &onne, fes turcs s'effrayerent;
it n'y eut qu'un commandment comihe il n'y eut
qu'une vo!o.tid, de forcer de voiles et d'vifter le
combat. La manoeuvre n'aurait pu f(rVir A teams la
pwuidnee tdes turcs, -i la nuit n'edt protegd leur
retraite pr&ipitee, en ladeifobau t auv yeux de leurs
eui ni :s.
i n eft pas douteux que 1'effroi n'ait t& grand. Le,
capitan-pachatconlirme ce rapport t tdonne fans
y longer une ilee terrible des combats fur mer,
en rcejerci.nt la providence d'un orage, qui feul
a empkclh les ruifes de le joindre le 4 ai martin,
et qui I'ayant torment lun -meme, ne lu a pe--
mis d'entrcr a Warna qu'aprbs cinq jours d'une
mlianouvre peiible et dans un etat deplorable. Mais
la tempt e, en fervant la fuite des rurcs, a mena-
ge une rctraite A Ia flotre ruffe. Pouff~e par un
vent de fud-oneft, ejle a pu re retire A Kodjabey;
ccpqndanc le capitan-pacha a bientot appris que le
fort d'Akirman -et fa garnifon eraient tombs aux
mains de Fennenmi, ainli que deux kirlangis et trois
chiloupes arms par fon ordre et qu'il avait
envoyees lui-meme pour fortifier la garnifon d'Akir-
man, compofle da iCco hommes feulement.

Le grand-feigneur eft tr&s-d6cid6 a fire en per-
fonne la champagne prochaine et dja on ttravaille A
fes equipages, don't il a banni toute efpece de luxe.
S. H. a annonce ton intention dans un Hattifcherif,'
qu'elle a adreif' au Caimakan. Cette piece lue en
plcin divan, et public le Izf du mois dernier eft
conque en ces terms :
CaimakanPacha qu'elle fera Piffue de cette
guerre ? Nous lifons dans Phiftoire que les Odjalrus,
annnes de zele pour la religion et pour lJ'foatien de
I'honieur de leurs corps, fermes dans leur refolu-
tion et indbranlables devant l'enemi ont conquis
autrefois dt vaftes pays; mais aujoud'hui animes
d'un autre efprit, quelqua destination qu'on leur
donne, ils s'y rendent en tr&s-petit nombre et
sabaiffent julqu'a prendre la fuite. Les corps de
milice qu'on leur adjoint, et do:t une parties eft
.ompolee de brigands qui n'ontaucune idee ni des
forces, ni ide la difciplit.e, fe permettent des
excess de tous genres dais les chemins, au camp,
et furtout en prefehice de I'eniemi. Eft-ce ainfi que
fe faith la guerre ? sont-ce l les moyv ns qu'on doit
employer pour fe venger de fes ennemis ?
., Quel malheur et quel regret que la religion na-
xime plus le courage de person e I Les anciens fe
fnt illuflrs par tant de victoires I N'taient ils done
pas auffi des hommes ? Fermons les yeux fur le paIfft;
que Dieu comble de (es bitdMictions dans ce mondte
et da s l'autre ceux qui ont t zdlds pour la reli-
gion, et qu'il maudiffe et qu'il perde ceux qui out
tralu leur devoir.
Que diformais chacun de nous change de con-
dirte; revcillon-n.ous de -d etre affoupiffement, et
avifons aux rnoyens de nous venger de nos en-
nemis. .
"Mon intention, et les voux que j'adreffe nuit
et jour at Ciel font 'de ine remettre le fabre dans'
le fturteaU que lorfqu'avec la grace de Dieu je me
eravenga de mes enn mls. J'efpere que pout la
Igloie du prophtre, ndtre Seigieur, notre iai-re et
IoCleoil des deux Mond,-s, le Dieu tout paiffant
facilitera I'excation de nos projects.
.tcirconflances actuelles exigent du zele et det
ctn vite Je renounce a toute pompe a tourrepos,
et ne relpireq ela vengeance. 2
SA snon avinement au tr6ane j'ai voul' aller A a


guerre. On nte 'a pas jug4 converiable; voil ce qut
s'eQ eft fuivi. Nos crimes et nos ihiquites en out
td Ia feule caufe. Aujourd'hui iduniffez-vous tons,
que d.s-a-prfeent on s'occupe plans relache de lever
des troupes et de fe procurer les provisions et les
munitions ncdt.ir':s a 'armee. J'irai aufli en per.
fonne A la guerre. Prenez vos meftres en confe-
quence ; faites difpolkr les chemins et le ferrail
d'Andrinople ; ce n'dt pas aujourd'hui le teams de
refer en r6pos. A nous voir, il femblerait que nous
ne fommes pas en guerre.
SSi 1E'mpire v nait a 4 prouver quelque vio-
lente fecouffe ce don't il plaife au feigneur de
,nous preferver ce malheur ne me regarderait pas
Mnoi feul ; it vous intCrefferait tous. Que vous fer,
virait alors votre repentir ? Cett dans cet Empire
que vous avez 6t6 tous nourris et dleves. Travaillez
one a vous rendre dignes de 1'exiftence don't vous
jouifftz. Je fuis un de vos membres je travaillerai
avec vous.
Pour la gloire de notre religion, employons
toutes nos reffources a cette guerre et faifons
tous nos efforts pour. avec la grace de Dieu nous
venger de nos enneniis. Que l'amour de Dieu
nous mnee jiu combat. Pour moi, je ne dors ni
jour ni nuir, et fans ceffe je prie Dieu qu'iI m'ac-
corde la victoire. Et vous aufli efforcez vous
de ne fire que ce qui plait a Dieu. II n'eft pasde
1honneur de notre Empire et de notre religion,
d'apporter tant de negligence A nos affaires ; auffi
ne puis-je me montrer fans honte au public.
La volonte de Dieu et du Prophkte s'ex6cute
fur nous ".
II a et6 ordonn a tous les habitans de cette
capital, fans exception, de porter leur vaiffelle 'a
la monnaie, oa on fabrique de nouvelles efpeces ; on
fond uiie nombrtufe artillerie : des ordres preffans
onrt de envoys dans routes les provinces pour hiter
et multiplier les recrues. Enfin, Ion ne n6glige au-
cunr moyen de raffenibler des forces ccnfiderables
pour la champagne prochaine.

ALLEMAGNE.

I! eft 'probable que 'efprit de conqu&te eft me-
nacd, en Europe, de pdir d'une maniere eclatante.
Le teams en eft venu. Les Nations, on doit e
prevoir font fatiguees d'un fleau que le pr6jug6
ne couvre plus de menfonges. Depouill de lau-
riers, il va inir dans 1opprobre. Affez longt-tems
il a fouill l'humanit6 de crimes en corrompaiit
la raifon des Peuples'par d'aboininables. honnturs.
Encore un demi fiecle au plus, et c'en eft faic :
D&s qu'il n'y aura plus de Huns fur la terre, it
n'y aura plus d'Attila. La gloire d'un roi fera
d aimer le Peuple ; la gloire du Peuple d aimer la
Patrie. Quand tops fe battront pour la defense de 1
tous les guerres front rares. II n'eft ni dans
l'ordre de nos befoins ni dans les befobins de la i
nature, que les homes d'un pays attendent pe-
riodiquement la plus belle' faifon de lann'e, pour
aller egorger leurs voifin. l a providence nWa pas
plus ordonne les faifons pour le- convoi de la croffe
artillerie de Temefwar qu'elle Wa cree I'efpece
humane pour vivre de fang et de carnage jcar
enfin puiqu'on ne mange plus les prifonniers de
guerre il eft inutile de fire la chalfe aux hommes.
Toteses ces vdrit6s bfnt grofteres et furtout de mau-
vais ton...... Qui l'ignore ? Mais qu'on-l'apprenne
enfin. Tout ce qui n'a pas-vicilli dans lhonneur
des paulctes prouvera bi-nt6t que toute veritd
6tait bone. a dire et a dire" fur tous les tons.
Du to decembre. Une fcene nouvelle et prevue
s'ouvre en Allema ne. L'tfprit public qui vient de
naitte en France allarme ou dt moins occupe les
dignldts etrangere<. La diete de Ratisbonne va de-
venir le centre de toutes les lumieres politiques
del) Impire. Dja s'y prepare, dans le fecrer tdes
confeils, I'uianimite des fuffrages les plus auguftes
pour ptdifrver par les armes, les mille gouver-
tnimIns de I' Allemagne des troubles prochains que
la railbn feule peut pIc:venir, come elle f-ule a
pu les pr6voir........ F.fperons cependant que
le regne de la juftice n'effraiera point une .affeni-
blde de fouverains et qu.- dans ce fiecle utin
fnhat de rois voudra s'honorer de 1'amout* de 'hu-
nanit6 ; mais lie diflimulons pas le prenier Ientimant
qui s'eft montrr dars ce tenat de rois, ou de leurs
reprefentans. On a d'abord propofd comnme un ex-
pedient, une exhortation circulaire de faire promp-
tement des leves de follats dans les diverfes
contr6es de l'Allemagne. L'empereur fera done in-
vit6 A adopter, en 1790 un- opinion qui feiible
app.irtenir a des fieclks bien recul s.
Un feul home, M. le come de Gors, ddputit
de l--ctor.tr de Bran lebourg, a parld avec les
lumiereS de Ton fiecle, et deji, fans doute, fon
norn eft retenu par des hommes qui fe difpofent i
6crire les R't v.'/iows de rEurope.... M. le comte
de Gots a propof6 que la reforne des tribunattx de
juflice fiit attention et iaollicitule des cercl s,
et que !empereur fdt invited a ficonder cete idee


d4ns troute l'Allemagne. Nous nous hatons de dire
quecette opinion a ede generalcment accueillie.
La commiflion impiriale recevra fur cette affaire
des inQructions de la part du directoire de Manheim,
qui s'eft charge de cette function honorable.
C'eft au milieut de ces inquietudes, on pourrait
dire'de ces orages, qu'il ett queftion d'elire un
roi des remains. Nousen avons dIja parld.; mais
les dilpofitions des cercles en faveur de la mailon
d'Autriche, relativement i ce choix, font divifees.
Le fuffrage de Mayence eft afftur6 ce ne fcra pas
non plus une nouveaute que de prendre les moyens
de computer fur les 6lecteurs de Cologne, deBaviere
et de Boh&me; mais S. M. Prulfienne paxait difpofde
a ne pas permettre anx 6lecteurs de Saxe et de Treves
de fuivre abfolument leurs affections particulieres.
Ainfi done un des impoi tans objets qui occupent I'em-
pereur, fe trouve lid A fon project de conquetes;
mais foit qu'il pourfuive fes tihomphes fur les turcs,
foit qu'il venille fire marcher une armee nom-
breufe pour reconqu4rir les Brabangons, foit enfin
qu'il s'occupe de fire elire un roi des romaitis,
1 Allemagne s inqui6tera de fes d6marches, ne con-
fentira point a voir des armies imperiales dans les
Pays-Bas, et l'Europe entire aura les yeux attache
fur 1'infatigable activity de ce fouverain.

PA Y S-B A S.
De Bruxelles, le 29 decembre.
Les ordres du clergy et de la nobleffe des Etats
de Brabant d'une part, et le tiers-6tat de l'autre ,
ont arrerte qu'ils fe priteront un ferment reciproque,
et que le pouvoir 16giflatif et le pouvoir executif
front concentres dans les trois ordres, qui dilibd-
reront en commun, et nommeront A toutes les
places d'adminittration de la province. C'eft apres-
demain que ces fermens refpectifs doivent etre
pr&tes fur la grande place de Bruxelles lieu d'af-
feimblee qui convent a la liberty et qui rappelle
les antiques ufages des Peuples libres.
Les troupes du come d'Alton fe font cantonnies
et retranch6es parties a Baflogne tt artie a
Chateau-Neuf. Ce general At lui-m&nie Cihateau-
Neauf, ouA il manque de provisions de bouche. La
dif-tte commence autfi at f fire fentir a Luxem-
bourg ou les habit'ns qui depuis quelque teams
mangeaient du pain d'avoine font menaces d'enii
manquer.

ANGLETERRE.

I De Londres.
La prochaine feflion du parlement fera probable-
ment de laplus grande importance. On v propofera
des r6formes pour les elections a venir de WcfinMffer
pour (elles des Comtes, pour les bourg d tcoffe;
quant a la religion, il y fera queflion des diffidens
et des catholiques Romains ; pour le commerce,
on y traitera des droits de d,.ou uine de I'abolition
de la tr.ite dOts Negres, de celle des conniffe
mens et acquits auxquels on afftjettit actuellement
les navires"marchands qui font le commerce des
c6tes ; trks probablement aufli l'on difur ra la
proposition d'un trait de commerce avec IlIrlande ;
et I'on examiner s'd. faut accorder un nouveam
privilege A la compagnie des Indes.
Nos colons anglais du Canada r6clament Il
droit d'avoir une chambre de repr6f-niation ( ,ham-
ber of affembly ) i;s efperent que cette demand
fera prife en confideration a la fceflion prochaine.
Nous craignons bien qu'ils n'obtiennent pas auffi
promptement qu'ils s'en flattent, ce point qu'ils
paraifrent defirer avec ardeur. La difcu lon en fera
probablement deferee au nouveau parlement.
On trouve dans un ouivragt du docteur Gold-
fimith intitul : le choyen du monde (Citizen of the
NWorld) ce paffage vraiment remarquable: c Tan-
dis que les Sundois marihent, fans s'en dtuter ,
vers le defjotijine les Franqais yecouvrent infcnfi
blement la libirte. Son genie eft entree deguife dan's
ce ro aume. Pour peu qu'il ait encore deux on trois
minifferes fables ou diffipateurs, ils le forceront de
fe mont'rei a d6couvert, et les Francais renaitront
A la liberty et au bonheur.
Avouons que fi la fuperflition avait eu quelqu'in-
ter&t a prouver la divine million de Goldfinith, on
aurait crit des volumes de cornmentaires fur eetge
prophetie.
F RANCH E.

,De Toulon.
DIcharation de MM. les olcers de la marine,
Nous, officers de la marine, ayanr vu avec la
plus era tde indignation, la miniere don't plufients
ecrits pjblics renlent compete des v6nietnens qui
fe foot p. ffs dans. cette ville le premier da co
*i


-I- -'--~~"-^~-


No 4.


/


' .


_ __ __




'- -------- ----- '7rn----I.!w-'"p


.r a i eft d* ii Ce fera d'aileurs en pr"fence du tribunal que
Maos, particulierement 1 article oA il e lA t parait que 4a g.raifn de Toulon a voula abandonner 1 embe naonale lu a don6 potuluge o t cue m
le corps de la marine; attetlons que rien n'lt pus t ili. mon c Ce Peuple centre kel con- de
faux que cette affrtion; que les r'-ginien de Dau- d'avoir coipire qu uvew t toe
phint et Barrois, compofant cette garmlon, etaient duit. pr cet rit e
conSigns dans leus quarters ,prets marcher pour ,No.s...e voulrons. ue prefente, drin cet crint le
faire excurter aIxloi manriale daris l'infurrectiori -,n queiq t es obfirvatrins milnirent rapides fur esrap- 0'
moment oa elle aurait 6t6 publike; imas cette eoi puit it ac cornite des recherches par c e n des mcitioni
ayant ete refufee, quoiqu elle ait et6 require breus de cc corie, aPoccafion de centre confpiratiofl d
ligament, ces troupes fe font rtoujours tenue m et ni cepi e par icnoqde l
leurs p ties dans les m161s dirjofitions. La dtleur b r ii cefaire de rappel r ici qu clq qs
don't fes officiets et les foldats fur int penetras, Iorn- aits. a
quoils appiirentr enlevement incroyable du corn- Le baron de Befenval faifait, ver.s la fin du mois o
miandanptde ce dpartemenet des principaux offi- de juillet dernier, un voyage en Suflc la Patrie ,
cies de la marine fait par les troupes troupes nationals, avec la permiflion du roi lorfquiI tut anete. par la d
auxquelles ce commandant s' tair entierement con- milice national de Villnaux. i,
fi ,q egala la notre et fe maniteia de la imene Aucune voix ne s'eait encore levee centre lui a p
maniere. La juftice er la v6rice que nous devons cette tpoque. t a
a ces deux regimens, et 'eflime particuliere Aucun attentat ne lui avait 6td reproche. a
qu'ils nous infpirent, nous font envifiger conmme un Aucune plainte n avait ete formee centre lPufage d
devoir cette declaration les inviant 1'en fairt tout qu,il pouvait avoir fait ducnmmandement des troupes o
l'ufage qdails croiront convenable. Fait a Toulon qu ole roi lui avait confines. f
.le 17 dcembre 1739 pour les officiers de lama. Cependant fa detention meme devient pour ainfi
rine actuilicment en service dans ce d6partement, dire une accufation.
fignes Laroque, convmandan s par intdri em Delnor Bientat la commune de Paris intruite de cet ev- B
charge du detail de la majority genrale Okxir nement, en inmiruit elle mmee, Affemblee nationAle.
de Norbec, directeur de lartillerie B; Bg aaes-Aiif- Un secret utelahie eft porte alors par cette Affer,- d
J feyIsis; 5Ryter; le corote dc Roch.more ; le .-hevAlier bLle, qai dicl.re que la perfonne du baron de Be-
de Sade ; Mleyronet dc Saint-Aiiarc; Bauffler da fijie ; ionyvl do-t e:re remile en lieu fur e. fous un. I
Dufoar; Platte de AlMine. garden fuffifnte dans la ville la plus prochaine d i
Pour copie confoime a 1'origin.a. Sign de Car- leu ou i1 avaic ete a r6et et que qui.ae cejoit ,ne
pilhet, marechal de camp commandant ks troupes peze auttener a .i perforne du baron ae i efenval tii
i Toulon.. eft fons la fauve-garae de la loz. ,
Le dackct s'ex&ute.
Certificate de M. d'Albert, commandant de la marine. Le baron de Befenial eft traduit i Brie-C >mte-
Robert, enfermn d abord d.ns l'htel-de-ville et
Nous chef d'efcadre, commandant de la marine transfer enfuite de 'h6tel-de-ville d.ns le chattxa..
en ce port, certifions que le premier decembre, La il eft oublie en quelque force par la commu e e
"*a 9 ou o heures du matn M. le chevalier d'Ay, de Paris pendant tois rmois, et on fe pent aif(-
,commandant le second bataillon de Barrois attache ment fa fituation dans cet uverilse.
au service de la Marine, vint nous demander nos Enfin ha co,fiieration des frais in-mctfes que coA
ordres relativement a notre position et aux fecours tait la garden de ce prifonnier que ftoa ir u-
dont elle pouvait nous mettre dans le cas d'avoir be- meme re.dait fi celebre, detcrninu, li co aoune a
foin a quoi nous rqpondimes que comptant fur. les s'adrefler A 1 Affemblee n.ti,-.n .i pour lut dcqrunder
alfurances que nous donnait la municipality, que la ce qu'elle doit fire.
garden national ne s'arnait que pour notre surete, L'Affemb'ee nation le qui ne vovait pas de count
nous ne pouvions avoir aucune inquietude ; cepen- able parc uelle ne v"V ii pas d'accul.teir, p
dant le tunulte, qui avait paru s'appaifer,reprenant raifltai d'abord '6coutet qku le pratuier mouveinmett
des forces, notis mandIanis a M. Ic chevalier d'Ay de f a iuftlce natwuelie.
de nous envover tun dtachement d, 50 homes pour Elle al ait piononcer lI liberty du baron de Be-
la garden intrieured l'hotel. Ce d tathement fe pre- fenval.
fenta bientot en cL. a la porte U ma-s nous le r.-n- Un de fes membres les plus diflinguds s'etait memm,
voyams authit, fur les aifurances que M. Roubaud ofGfrt avec le devouemcnt le plus g-nereux, po,.r ,
nous fit de nouveau donier par M. La arre ,capitaine lui fervor de caution ( 3 ) lorfqu'un aure dc fe-.
de la milice national que cette milice avair les or- niembres, qui, ce jour la meme vnail d'etrc,
drcs les plus prdcis de nas ddfende et qu9il nous adnis dans l'Affembl e comme depute de nos c,
priait inftamment demrttre en ellk une confiance en- lories (4), affirmed qu'iexiitat des pie es qui corm-
tiere nous-tb servant furtout que le concours des promettaient le baron de Befenval ,et demand qu' ue1
troupes rgles prodiuraitimmainquablementi n u- accufaron folennelle loit inftruite centre lui dans
vats effe : rien par confequerni e tout ce cui eft les tribunaux.
arrive ne peut ere i:rputr a M. le chevalier'TAzy Cette opinion qu'il 6tait jufte d'approfondir en
non plus q:i'au bataillon ql'il commAnde, q i, loin efft, ell adoptee.
de fe refuler a nos or-he' a tcin ign, le pusgiand L'A temblee national decide que le proc&s fera
emnpreffement d'cn recevoir. faith au baron de Befenval come prevenu du crime
de lte-nation.
S ..... ....., ... .1, .1.1.1 ,.. ,... -1 En meme teams elle nomme le Chitelet de Paris
pour 'infiruction de ce procts et le *u: min.rt.
JURISPRUDENCE CRIMINELLE. C'eft le 14 octobreque ce decret avait ete port
par I'Affemblde national.
O'fervations pour le oarin de Bfenval, fir le rapport Ce n'eft que le 6 novembre que le baron de Be-
fait cu comitj des recherchcs ess reptefcntans de la fenval ellft traduit de Brie-Conite-Robert dans lks
-commune, par M. Gara:z ae Coulon, prisons du Chatelet.
A cette epoque du 6 novembre it nhexiftait en-
Une grande ac. uftion a 6ete levee centre le baron core aucune denonciation 14gale cot tre lui.
de Befnv .I. "11 n'en a pas mneme exilt non plus pendant phlt-
La t 'in, une de Paris l'a dinonc6 aux tribunaux fieurs des ours qui ont fuivi.
et iC Furope comme coupable d'4tre entri dans Chole strange le baron de Befenval prouvait
une cinfpiration forrnme co'ntre la llibertd au Peuple ddjA depuis long-terns le fort des coupables, et il
Franais cell de I'Amffmblce national, et centre la n'tait pas encore accuf*.
ville de Paris en pariculier ( i ). Ii la ete enfin le 18 novembre.
Le ba on de Befenvai fertit bien conpabi en effet, Une ddnonciation a t6& faite ce jour-li par le
s'il &ait enre dins une telle confpiration. procurcur-fyndic de la commune, au procureur du
Etranger a la France mais devoue i fa d6fenfe roi du Chatelet.
d&s fes premieres" anndes, conbl6 des bonts du Et le lendemain 19, le course regulier dc'I'inftruc-
imonarque qui la gouveinm ; appeld par fon choix tion a commence.
a commander les prov nces qui environment la ca- Ilefteffenitiel ici d'obferverque, d&s le 21 ortobre,
pitale, il n'y aurait aucune excuse pour lui s'il eit it avait rte form daus le fein dela commune de Paris,
*te capable de turner contre la li'-erte de ceto par l'affemble'genirale des rept6fentans, un comit:6
Nation, gknereufe des arms qu ne lui avaien: et. de recherches.
confines que pour la ga-a'tie de tous les p rils. Les functions de ce comiteavaientetborneespar
Mais le moment de dfcuter cette etonnwte accu- 'Affemblee elle-mmne, a recevoir des ddnonci-a
fation come ille doit I'rtre, n'eft pas encore arrived tions et des depofitions fur les trames, complots et
pour le baron de Befenval. confpirations qui pourraient &tre ddcouverts, a s'af-
La proc dare qui fe diige centre lui continue furer, en cas de befoin, d&s perfonnes dononcees,
encore A s'initruire et Pi.forniatioa elft a peine al es interroger et a raffembler les pieces et preuves
clofe (2). qu'il pourrait acquerir pour former un corps d'inllruc-
II ne lui convent pas de precipiter la manifeflation tion,( .
de ton innocence. C'elt d le comiute avait enjoint au procureur-fyndic de la
............ ...._._ .... .... ...... commune de ddnoncer le baron de Befenval le 18
(i) Page premiere du rapport. novembre.
(A ) Au moment ol nous dcrivions ceci (31 d -
o:' _n'..: ), nous pensions qu'en effect 1'infotmation,
tait dIloie parce qu'on avait annoncd qu'elle dev it (3) II ne fit pas oublier de confign.' ici Il netm
E'ltre., etrqu'aprts fixante-huit tnmoins entendus, d ce citoyett Ii efiimable, de ce veritable chevali r
dopt aucun n'avait depofe a la charge du baron de trancais, M. le, due de Liancourt.
pl,,fcin\.l ii etait permis de le croire ; mais nu.s
-venons d'apprendre que le comite des recheichesen (4) M. Moreau de Saint-Mry.
ainonce encore.... ( ) Journal de Paris, du z6 octobre 1789,


C'cft dgal' ment ce. comite qal avait ridig6 Iui-
emet la dino"'ciation.
Sil 1e ffit arret6-l, fi, aprti avoir reiris le baron
e Befenval entire les mains de la justice W il eit'
fpectueufement abandoned a la iijulice elle-mime
foin de le pourfuivre et de le punir'dars le cas
d elle rett trouve coupable, le baron de Beft-nval
e croirai, pas avoir aujoutd'hui le moindre repro-
'he a lui faire, et il fubirair en filence rinftructiori
le laccufatinn don't it aft victime.,,
Mais il s' r fint bien que le ctmit- fe foit aftreint
n rkile de denonciateur, dans lequel il ti &ait
rdonne de fe, renfermer.
11 vient au contraire, ftanchilfant toutes les botes
u devoir qui lui dtait prefcrit et. au m6pris
n&me de 1'humanit6 qui lui commandait La Flus,
rofonde circonifp:ctiiun, de publier un rapport
ktaill6 de toutes les circonflances qu'il fuppIfe
voir prkcedd on accompagne la confpiration qu'il
enoance, et qui n'eft qu'un tiffu daffertionshardies
miu de faits colomnieux tous egalement oe heureu.
moment ddmenMis par la procedure.
Et pour mieux niourir les prdventions populaires
iii, d'abord, avaient exiftf centre le baron de
Befenval, ou plutot pour letS unrinir et ei exciter
nmme de nouvelles, ce comitte ne s'r.li pas content
le rdpandre ce rapport, dans Paris avec profufion,
I Pa fair inferer dans tous les journaux, pour qua
es provinces pa.rtaipal' rrt auffi, elles-m6mes,, 'opi-..
non fi cruelle qui pouvait en naitre.
Nous n'avons que le teams de nous liver o toutes
es reflexions que pent prefenter uine pareille con-
Iuite de 1i part de citoyens don't nous faifons pro-
feflion d'honr.er le zele.
Nous fommes obliges d'6crire A la hate.
r3ous domanderons feulement au comity des
r churches de quel droit il a cru pouvoir fe, per-
mn ttrt dr- pounuivre ainfi le baron de Befenval juf-
ii'a.ux triburiaux, et s'y conflituer, non feule.
,icmnt fon ennemni, mais en quelque forts fon affal-
fin en prdtence inm': de la lo.
Si nous confulrons les premieres. regles de I'd.
quit5 et de la juice, il n'y a point d'exemple quo
es d-nonciateurs qui ont confi- au miniftere public
la recherche d'un d.-lit quelcontle fefIoiLiIr -mparcs
enfuite eux-nietmws d s fonctions de ce miniftere,
er f, ient devenus avec lui les parties du malheureux
ac, oe que ieur denunciation a mis dans les fers.
- Si nous conultons les functions m&me du comit6
d-s rchlierches nou, voyons que. l'affemblee des
repret:rwans les ivait fagemenr borndes a recevoti
1'. i niiciairions et depolitions s'afiurer en cas
d. b 'ri ,kcs perfonnes denoncec's, les interroger,
-r ra'fi'm-r les pipes et preuves qui pour-
raicnt former un corps d'inflruction ,.
Mais 1i finiffait le devoir qui lui dtait impofe.
SEt il fcmbI: qu'on n'av:iit pas befoin de lui dd-
niicu de patfer ces bornes.,
I humanityt f!ulVt 'interdifait affez.
Si nous confultons les d&cros de l'Affemblee natio-
Anale, le b.,ron de Belenval avait te mis folemnel-
Icnrent par cette affeirbieoe fous la fauve-gatdet de
la oit--oet par ce mot feul, nul homine an monde
,' avait le droit d'attenter A fi perfonne par la vio-
lence, et encore mouis A fon honneur par la ca-
lomnie.
T ifin, fi nous cotifultons I'txactitude des fais en
eu -miees, nous ,rouvons que ce rapport fi long,
1i penible fi envenimir, n'ell, pour ainii dire, aa
ihvini A 1gard du baron de Befanval, qu'un long
iinnfionge.
On voit d'abord que l'auteur fe tourmente beau-
coup pour rtablir qu'il y a eu une veritable conf-
piration contre la likbeet du Peaple fianpf'is, et fur*
touch centre la ville de Paris ; et aux efforts qu'il
tut pour dAvelopper ce uc'il appelle les preuves
d-2 cette co,,fpr riun nt il parole on dirait prefqu~
que la con.'iction qu'il fe propofle den acqu rlrI
doit ajout, r .n. lque -hofe au bonheur public, o0
a la lbert6 hidme don't nous jouiffons.
Il remote en effect jufqu'au mois de mai; il
cite les premiers obfiacles apportis des cette 6poquea
la liberty de la preffe ; le rffemblement de troupes
autour de Paris, les armes fournies A ces troupes, la fuf-
penfion des f6ances de !'Affemblee national, la fiance
rovale du 23 juin les grains coupAs avant leur nma
turit6 ; et il prefente tous ces faits enfemble comtfb
des fi nes en quelque forte eclatans de cette confpi
ration qu'il denonce.
Jufques-la le baron dd& Befenval n"a point i
peaindre de l'auteu' du rapport, et cette parties :
ion ouvrage lui eft abfolument 6trangere.
11 n'entfe pas m&me dans fa defenfe d'examflef6
s'il y a cu ou.non une confpiratioAi.
11 n'eft charge que de juftifier fi conduite perfonrl
nelle, et a cet regard il s'en rapport a la procedurs
m&6e don't il eft l'objet.
Mais voici o FI'auteur du rapport s'eft permit
centre le baron de Befenval des fuppofitiont bl
toupables.
D'abtrd, il commence ar affirmer que le bl.W
de Befenval tait initi ds le mois de mnai, d.
la confpiration derioned ,par le conitd es resher
ches (6). ,

(6) Page 41. "
C > *'*


A


,










17
Et il t'afirme pendant que la justice recherche pr6- Its veulent forcer en quelque forte fon opihion
til ainent ce fait li menime. t par h leur !
Et, en preuve de cette affirmation revoltante, il Its liveint cemtalheureux accufe, autant queil eft
Scite en eux aux fureurs de la .multitude I
1o Le commandemenr donne au baron de lBe- Eh i que peut 'done penfer .ce people fenfible,
navall 'des troupes qui taient aux environs de genereux, facile a 6garer par fa bonte meme, lorf-
quil voirt ceux qu'il a places a la tete et qui le
ais es trou es eta-ent n.ce-aires- or _appro diligent ,Ilui designer le baron de Befenval come
aisices troupes taiet cef es a n de ces oppreffeurs queon dit avoir conjure fa
vifionn nlent de Paris meme. II.Iaetu quiina n que leteisoules
Elles ,aient niceffaires pour protgrles ma'tchs m ens de la confomrIier .
deil aients a cet approvionementetiescovoisqui Cependant, il faut 'avouer tel a te 'afcen-
ten taiePtIObjet. / dant A la v6rite et de l'innocence que ce rap-
Elles Ataient ndceaires ponr rep rimer les brigands pdrt n a pas eu Pinfluence'funefte qu'il devait natu-
qi availent de6ja cafe ies defordres liiiab Pari (7) rellement avoir.
u qui pouvaient en projetter d'autres. Les prevention populaires, au contraire, fe font
Et le commiandement de ces troupes n'avait pu appa11eks.
naturellement uire donne qu'a celui qui comman- Le baron de Befenval n'eft plus accuf6 par P opi-
dait dbji les provinces de nitieur. nion.
it dar les provinces ad nt iur.s 'rous Iks citoyens aujourd'hui s'honorent de-pren-
10 L auteur cite les armes fournies a ces troupes, dre fa dtenfe 4.
Mais des troupes ne vont point fans armes, et Les libelles m6me femblent genmir de n'avoir plus
c'eftau commandant de laprovince. aordonner qu'on de mal a lui fair.
les klur fourniffe. Mais a quoi faut-il attribuer ce retour prefque fubit
30. L'auteur pretend que ces troupes, comman- de opinion a la verite ?
d6es par le baron de Befenval, avaie;it des ordres ,Ne nous le diflimulons pas, A la publicity de la
centre lIa iberrt piblique. procedure .
Et ces orders qui ont ete lus en public dans la Le public a entendu la d6pofition de tous les t6-
,..el porret exprelfment outes les pieces lui ont 6t" blues.
6De donner lesordres ks plus precis et les plus Tous )es interrogatoires du baron de Befenval ont
Dn.'i-res aux, fficiers qui commarderaient le detach!e- ont .te'.ubis devant lti.
trent que vous feriez dans le can's d'employer!, pour 11 connair maintenant ce process conime la juffie.
q: 'ius n1foicalt que protegtuars, et viteravec lephlu grand 11 eit bien impolible qu'il croie le baron, de
1fiiz deft conpronettre t d'engager aucun combat aveccl Beenv.l coupable lorfqu'il eft' tmoin lui-m&me
Peufle, A moins qu'on n- fe portit' mettre'le feu qu iI eft innocent.
bi a commettie des exces ou pillages qui mena- Ah rendons bien graces l'Affemblie national,
caffent la firet6 'des citoyens (8) de ce beau prdfent qu'elle a fait A la l-giflation
S 4Q. L'auteur fiuppofe que le baron d& Befenval a frpanaife.
retenu a Seves, pyndant plufienis hours, le maidi Que de recoinaiffance lui eft due pour ce fetd
14 juillet, deux l'ct'urs de Paris en deputation bienfait!
vers l'AffemblIe national, pour les empecher de Que d'innocens elle a fauvis d'avance par ce
porter a cette Affembl&e, les-reclamatiors de la magnuiiique decret I ..
ville. Si la procedure du baron de Befenval edt ete
Et le baron de Befenval ne commandait point fecrette, Wen doutons pas, ce malheureux accuse
Scves. ferait encore fous le joug des inculpations les plus
Et es ecteurs t entendus dns prc- atroces, malgre fortn innocence meme demontree,
Et les lectures ont tentendus danslprc et les magiltrats auraient befoin de courage pour
dure, etn ont dpof qu'ils navaient point etd arretes tc e
par le baron de Befenvdl. etr ufts nvers lui.
par le baron de Befenval. Ms heu.eafemnnt ce courage n'eft plus ndcef-
S L'autear fuppofe encore que le baron de Be- faire.'couraplus -
fenval avait envove le prince de Lambefc dans les La loi nouvelle a rendu!e minitere des magflrhats
Tuileries, pour jouiller ce palais du jfang des ci- bin f cie. '
toyces. Ele le leur a rendu m&ne bien glori:ux.
Ft le baron de Befenval n'a jamais donni un pareil L'opinion vient de routes parts a leur a de.
ordre au prince de Lambefc. Ils n'ont prefque qu'aiproclamer le jugement qucelle
II ntait mnime bien impoffible qu'il pdt le don-' a dia proclamri elle-meme.
ner, d'aqr&s ceux qu'il avaitl ui-meme. Er dans ce moment o. il n'eft encore question
que dA prononcer fur l'infoimation qu'on a re..
6". Enfin lautetir du rapport accuse le baron cu.ilhe fins doute les magiftrats ne Jugeront pas
de Befenval d'avoir done ordre au gouverneur de c tte accutaion, touted 4clatante qu'elle et, d'a- bs
la Bafli'le de fire feu far les citoyens qui s' talent d'a.tres regles que celles qiui gouvernent les accu
prifentes pour laflieger. fatiors orditavres.
Et la procedure prouve encore que le baron de Dans ls accusations ordinaires; lorfque la pro-
Befenval n'a iamais donn6 d'ordre femblable au gou- cedure ne renfirme pas de charges les magiltrats
'verneur de la Baffille. renvoient a audience.
Mais il lui a, dit-on, donned au moins celui de fe C'efU done a P'audience auffi que le baron de Be-
dafendre, fenval doit tre renvoy,.
Oui, fits doute il le lui a donn6, et cet ordre La nature du crime qui eft denonc6 ne faith rien a
honore ia fidelity du baron de Befen.'al, et juftiiie la juffice.
fon zle. Ce font les charges qui lui important.
,i Ignore, a-t it r6rondu devant la justice, fi en LA od it n'y a pas de cha-g' s, ii ne peur pas y
effect M. de Launay fous l'appat de donner des ar- avoir de formne de procedure qui en f!ppofe.
-mes, a fair entrer des citoyens dans la Eaffille pour Un dccret fuppoilrait des changes.
S les nmalfacrer enfuite ce qui ferait la derniere des Un dccret femblerait devoir codtuire A une peine
abominations, et ce que oe ne puis croie quant A quelonque.,
Pordre pofitif de fe maintenir dans fon poelte, je le Un deet fei en conradiction avec 1 pro-
lii ai donned come etant fol devoir, et il a du c4dure.
le faire, come je le ferais aujourd'hui, fi I'hotel- Le baron de Befenval no peut donc pas &tre
de-ville etait commis a ma garden, et que je defen- ddcr&6.
dr'ais ufqu'a la dernier e eitr6it4. (9) C'eft a l'atdience feule qu'il doit fe dafendre et
s uiere e trmt nous ofons efperer que a d. fenre excitera da s touces
Maiptenant, croirait-on que do toutes ces fuppo- les ames i'int .r&t u'une alufi grande infortune doit
litions accumulees, 1 aureur en deduit cette confe- naturellemen: infpirer. Siega, DESEZE, avocat; DE
quence terrible qwuil ofe imprimer? BRUGES procureur,
,A plus forte raifon ne pert-on pas manquer de
condamner comme toupablee&filefe-itation ceux qui __ ....... 1111
fortant du cercle de leurs functions ordinaires, tels A R T S
que le baron de Befenval &c., ont dte eux-mnnmes an-
devant des ordres injuries A 1'abri defquels ils voun G R A V U R B S.
draient fe niettre. (to) !
La plume tombe des mains l'afpect d'une cruaut6 Projet d'un monument I la gloire du roi, en face
aufli meurtriere. de la flatrue d'Hnri IV, d di& et prte entry ea
Quoil la officee inftr,,;t encore I noc Ad hbaron maetl, le 3 juillet 1787, par M. Gifors, ancienI


vaut I condamner come un <*oupable d6jA con-
vaincu .
UIs ne refpectent pas la situation d'un accuf6 dans'
les fers!
Us n'attendent pas le jugemeit" de l loi ; ils pro-
noncent avant elle ".


S (7) On fe rappllc, entfe autres, le defaAre de
M. RMveillon. .
(8) Ordfe d6nhlne i xx juillet au baron de BeficivAl.
(9) Interrogatoire du Jx dicembre.
(to) Page 60.


profileue du rot
& Rome. EGampe g avia par M. Ber-


.I T





crip;:on,- eft de 6 iv. et 8 liv. pour ceux qui nau-
ront pas .ourcrit. A 'Paris, chez lauceur, rue Mat.-
confeil, n1 602.


M L\ANGE S.

Au ridacteur de Va Gatette national.

J'ai lu, Monfieur, av;c furprife, dans une feuille
priodique une lettre oien strange : c'eft une dia-
tribe centre tous les bont principles; 'elle eft crice
toute entire dans 'efprit et dans le ftyle des anciens
prejuges. On y reprorhe la un home honnete et
laborieux d'avoir acquis, Ipres vingr ans de travail,
de la fortune et de la colfideration. On remonre
aux premieres annees de fa',jeuneffe 'on I'y repre-
fente comme un homnie actif, intelligent, applique,
et maitre-clerc dans 1'etude d'un notaire de province.
Mais tous ces titres honorables fe changent, fous
la plume de l'aiteur de la lettre, en incroyables
reproches.. Jamais un home inutile, et ne
qudque cltofe nie s'ft exprim6 avec plus de mr&
pris en parent d'un home de rien du pius grand
merite. n
Ce n'eft pas tout: les honnrtes gehs g miffaient
autrefois d'une infirnited de l'opinion publ que; on
ctait, come vous favez, accoutumi a entendre
dire que tel home de q(u ilird, tclie veuve de con-
dition, tel officer fuperieur, tel minifire' enfin
avait obtenu, on ne favait trop pourquoi, une pen-
fion confiderabe. Mais c'6tait ufage ne falait-il
pas mettre chacun en etat de foutenir fon rang!
On n'allait donc pas plus loin ; il tait mr me dil
bon ton de fe taire. Mais qu'un hoimme de
lettres qu'utt artifte obtint mille ecus de penfion,7
c'tait uine intrigue abominable, un abus'criant
on en parlait quinize ours de fuite, on n'en pouvait
revenir! Eh ben vous penliez, Monfieur,.
que nous etions guaris de cette honteufe injustice,;
point du tout: il y a encore des perfinnes qui cal-
culut le falaire et les r6cerimenfes des talens et
des services fuir le pied de ces fatales penfions accor-
dees fans mefuire et fans motif. Oi vient d'apprendre
an public avec une indignation, qu'heuceufement le
public ne peut pas pai tager, que M. D.. direc-
teur-general du T. R. jouit d'une fortune affez con.
fidlrable et qu'en faif nt le calcul de tous les
appointerriens, gratifications et peinfions que cet
honrine Public et elinmable a requs depuis qu'il eIt
dans' le monde, c'eft-a-dire, depuis qu'il el utile,
il cote prefque autant i PEtat qu'un grand (eigneur
qui n'a jamais quitter la cour, depuis que l'hoinnia
adminiffrateur n'eft pas forti de fes bureaux. ,


Rponfe du re'dacteur.

Nous avons lu la lettre don't on parole ; nous pen-
fons que jamais on necrivit avecplus 'de licence contre
la l,'ete. Nous aiouterons mrme une observation 1
routes cells de l'anohyme; c'etl F'affectation fingu-
liere d'employer le mot fiewr au lieu de celui de
Monfieur. LZ_ pear, au Palais eft tin terme de chi-
canne et il eft devenu dans le monde un term
far lequel il ne fant tlus chicanner. O tout le
monde elb citoyen tout le monde s'appelle
nwonficur, Refeufcr l monfieur a quclqu'un, a toujoutrs
ete d'un mauivais tua ; aunouid hui 'ce ferait d'un
manvais ctur ..... 11 vaut encore mnieux ere inMle
que d'etre poli peut-etre que la Revolution tient
a cette feule \',iiie.



ASSEMBLE NATIONAL.

Prefidenae de Demeuniers.

SUITE DI LA SEANCE DU Z JANVIER.

M. 'abbe Maury. Depuis plufieurs ours j'avais
demanded une commifllion pour la recherche d a la
dett publique, et qlue la comnmilion propof.e par
le comit6 des finances ppur s'occuper fenlement da
I'arri&r6, etait intliihilite. L'on peut prendre un
part, fans prononcer le nom de fuajenfion, parca
que c' mot porte toujours avec lui utine idee de
diftredit qui ne convient pas 1 la Nation.
M. Duport propofe de fire entrer les honoraires
des ambaifadeurs dans la life civil : mais cette mo-
tion n'a pas de fuite.
A4 r' .1' l -_ ir /r, i .


thault. Chez la 6ill' Rivi.ire, rie de Bourbon Vi le- M. 'Cazaies aemande que Affnembee deitine les
neuve, n 41 ; e an caf4 de Leflrade porte Saint- mdardis, jeudis er famedis aux finances. L'Affemblee
Martin; prix, 3 liv. ai profit des p utres. ne pronounce rien A cer agard.
Ce poet, q'i parait t.,s bien conqu, contri- M. le prfident fair part d'ure adreffe de la com-
buerait beaicoup I embellir le Pont-Neuf, et aurait imune, qui announce que le foldat trou ,e bleff6 dang
%firout le merite d'offrir au Peupe I'mage de deux a guirte, ne paraiffait pas avoir t affilind, qu'il
rois qui ont un et 'autke tout facrifie pour t eft tres-robalc quil s'eftbleflei ui-mene, et qu"'ayi',
bonheut. o dt, fur ce fouepon conduit dans les prifmns de
YAbbave, il s'fl donned trois coups de couteau qui
Tablaux des roholutiot de Paris, Jepis leiis ne font ps datgerex. q
de juiilet 1789 did'&s a a Societe dAo la R.-vo:ution M. Camn s. Je me prearente, non pj'ir combttre
. de Lotidr s, dediin.s et g avas en ciuleur, pit le plan du comitd des finances ni p.otr le difcutcr
M. A.F. Sergent avec un Pr&cis hiftoriqu ; premiere pa rc que I'impreflion in a -t ordonnae. Ce plan
livraifon.Le prix de chaque livia.on, pour Ja foul- otre tn vafte project de rTIaires fAparees les uines


l-n~~4---~nr-T*----cnc~-A--rrsn~-r~


'. .











des auttes et tl.'i:.:p il1ks d'atni, di,.uni,,t.j partict-
lieve la mIatiere ,.k d penfions qui faith partle de ce
pLm hi te difcur:e pendant deux jours confe'cutifs,
et qu'elle peat recevoir une dkcifion. Je crois qutil
faut cater tout attire objet., et fe border A la
fuijenfion des pensions, fans y comprendre les frais
de l'Affetibie- national qu'il tie peuc pas etre
queflion de I'arri&dr de ces pensions, phifqune le
compete ef a 6t6 fait qu'il s'agit feulement de fif-f
pendre le paiement de toutes les penfions qui font
au-delfus de i oo lives jufqa'a ce que la liquidation
en foit fai:e. Enfin qu'il iaut payer tout ce qui eft
jti, .it', v- pour la fiblithl.ice jufqu'a ce que Von foit
Liith.i' dt la lgiiimite de ces pensions., Je demand
la division du plan.
M. Duport. Je n'entr." pas dans la difculfion des
objets qui ont eti pr'faints par le comit6; il s'en
trouve un qvi eft clair quipe demande pas un long
examen et qui pett etre ddcriti dans cette fiance;
c'ell latitle civil. I1 convient quiecette lille foit d6-
crvdte dans la fh.auce; les ddpenfes des affaires 6tran-
geres n'y front pas comprifes comme chez nos
voifins. En coxnf;quence je propofe de d6criter :
Que le roi fera fupplie de fixer lui-meme la
fomme qu'il croit ndceffaire pour fa depenfe per-
lbnnelle, celle de (a mairon, menus-plaifirs, maifon
de fes enfans et de fes rates, ou d'accepter celle
de 20 millions pour les menes objess.,,
M. Target penfe que l'on doit en venir aux pen-
fions; que cette matiere a dke fuffifamii-enitdiocutee,
er, que c'ee le momertr de prononcer.
M'. le prefident met aux voix la question de favor
a laquelle. des deux motions la p"'iti- feira ac-
cordee : cell de M. Camus ,obtient, et elle eit
ajqurnee.
IM. le president rend compete de la deputatior, en-
voyde hier chcz le roi pour le compliiienttr a
X'otcafion dti premier jour de Pan.
Voici les difcours qui ont t& 6prononcs :
c) Sire, l'AflemblIe national vient offrir a vote
iajelie le tribute d'amour et de respect qu'elle lui
offrira dans toLs ks terns. Le reflaurateur de la li-
bcrt publique, le roi qui, dats des circoilftnces
diilicds, na court. que foni amour pour la fidelle
Nation done i eft le chef, mnerite tous nos hom-
mages, et nous les prefentons avec un devouinent
partait.
SLes follicitudes paternelles de votre ma;efld au-
t'ot tiun terme prochain i les reprtIentans de laNation'
ofent I-en alflirer. Cctte confdcratioh a.oute anu ele
u"ils mettent dans leurs travaux : pour fet ci.1,.1
dsc peinms de leur longue camrere, ils fongenr a ici
hlLuveuxjxour, out paraiflanten corps d. vint unprince
ami d-i Peiple, iIs lui prefenteront un recueil d&
lois calculees pour fon bonheur et pour celui de
tous les Franiais ; o4t leur tendreffe refpectueufe
fuppliera un roi cheri d'oublier les d fordres d'une
dpoque oiag.ufe de ne plus fe fouvenir que de la
profpe'ritr et du cont- niement qu'il aura r1 pandus
fur le plus beau royaume de i'lEurope ; ouI votre
mnajeft6 reconn.aiira, par I'experience que fur le
trone, ainfi que dans les rangs les plus obfcums, les
Mnouvemens d'un coeur .'ii,: u;. foot la force des
vctitables plaiiirs.
,, Alors on connaitra to1-te la loyaut de Franqais
al-trs on fera bicnconvaincu qu'ils abhorrentet favent
repriiierilla licence ; qu'au moment oa leur dnergie
a cauft des alarms ils ne' voulaient qu'affc-ril;i
l'autoritd legitime ; et que fi la libe-'t eft devenue
Iour eux tin bictin nc :,aic. ils la nmterirent par
eur respect pour les lois et pour le vertueux mo-
iarlUe qus i do.t les i aintenir.,

A'.'" ,. da roi.
Je fu(s fort renfible aux nouveaux t moignages
d'affection que vous me prdfentez au nomi de Af--
fenibleo naionale. Je ne veux que le bonheur de
nres fujets, et j'e(pere come vous, que Panudee
que nous allons comm, ncer fera pour toute la
France, une epoque de boduheur et de profpirite6.-
La :i',i.":aiio'i s'*tant enfiite prefent6e cdiez la
ti ne, avail adreff6d AS. M. le _li :'co.u; fuivant:
IMadame 1 ibiii. de respect que vienntut
offrir les reprifentans de la riT'- ., n''eft plus tun
vainm cetei6nial. Vous -,.i.: la gloire et les in-
quienides d'un roi don't les vertus font clhries dans


les deuK Monides. Vous veilk.; rails ceff- .ui b.i iii
d*un prince digne A jamais de Iamliour d-. Its.
Franuais. Tous les itoyvcnmI .vtic at';.: qu.: tuin i
vous elevez ces aihables elufhns ( M. k dji, phi, i
madame royale traient aux c6r&s de b it-Ine) qu i
nous inipirent un fi grand intr&t ; et C.:t au in
des Fra,' a's toujours fenfibles et tou,um lid IkleI
que lious vous preeitosl, P/ad its !omua :
d'un refpectueux dc ouii.iet.
Reponfe ila reine.
SJe recois avec beaucoup de fenfibilitIt l,; v-,-ux
de la d4putation. Je vous prie d'eni a:ut-rc tons li. s
membres de PAffembl6e national. 0
Le dift ict des Cordeliers adreffe a IW-. le pridi-
dent une lettie qu'il a communique a l'IrAllmbkiie- ;
ell renferme des details fur les lingot; cC pialt,es
qu il a fhit arreter et it demand la decision d.:
lAffemblee A cet regard.
L'Affemblie ordonne que les voitiu cs lirtnt
ra'achees.
M. Bicard fait un rapport for les mouvemens
arrives A Toulon. I1 juflifie les h ibitmn', in .tpr. .he
d'avoir voulu piller .larfenal. 11 anni nce .ilu,,,
d6putation de la ville, envoy6e a M. le c'-nmiin-
dant en exercise a dretfe un proces-vcih.l 1i.I,_
de ce den er, qui attsfte qu'il ta et, L.t .m. iin
enlevemnent. /
M. le coiiininmd'i et le major fe foiuL. pr'ilCn-s
SPhotel-de-vi le et ont etd invires : y p ,-ihih
fiance. M. le commandant a manifeftd lus \ %teus '1di
excellent citoyen, en faifant connai.re les d iti q%'n,
formit pour entvrteisr une parfaile h.ir.nuiii .1e,
les habit ins de la ville.
Le proces-verbal eft fignd de M. le comte dL-
Flot commandant de M. d'Audiffrt nmaor:. It
de MM. d'Olivier et Dulaure, officieis.
Le confeil a fait un arrtdt qui contite lede-fit
qu'il a de voir le comtre de Flot comm'ind.mic Ic I
marine a Toulon. MM. de Flot et d'Aiidihr t dJ-c i-
rent qu'il n'y a point eu de pillage dan., 1' -rienil,
et que 'ordre regne fur les vailffeaux d hi.unt raiiig
et de petit rang.
M...Ie comte d'Albert declare qu'i! a une l-ir c
particuliere qui combat ces fits ; un i-rjibr.- d-.
mande que la Luttre bfit produite N M. J lbril
ne l'a pas fur lui j on inhlle on e'i; qnuil Jli
produite. :
M. Maluet demanded la parole. 11 n'atraqnie pas le
Peuple de Toulon il eft imme& dil;.poe ,.i n; piP,
1'attaquer. tl accufe feulenint ceux quick I it. ru -
mis de trainer en prirolle commandant J- TFoulon.
11 faut eclairer le Peuple en puniffant c ixn q,,ili'.nt
agite. Ce neft pas alfez de n'avoir pmint i ipil-
lage A lui reprocher ; la fubordination cl t lii'L-l.l
dans une ville ot il y a 1800 formats.
11 f:flit.que le Peuple ait t6d 6gare poui que Yo
cherthe a decouvrir comment il Fa 6te. Lts- dce".
de FAffemblee y dtabliront Pordre, niais .il l.mi nmu
example. 11 demand un a)ournement a join li.n-.
M. 'abbd Maury propose iunmoyen d, i.pjI cohli,;:
les parties.
M. le pdfident le prie de fufpendre u iiooiiit f
difcuflion, pour faire lecture a All..iibl. d un,.
-lettre de M. le premier minittre des iiiinm,:..'.C,..,
lettre apprend a 'Affemnble que les a-.Uo0ii ii. i.
la caille d'efcompte mIettentI la plus gaini .',.-
dans leurs operations que les paiemei.. I, :..i lii.m
a ",i' iit,.-i, ot'i'.vi.r- a 'epoque fixee par I l'A 'inbl,..
M. 'abbi .ltauy. Je reprends la difi. iiion. I ui:
tie mioitre i i conime accufateur ni ,,'nnic .Jel,
feur. Je veux carterr le hi}'itpm entii. L.iJbl
n'edl pas un tribunal i ltie faut poili *',.,liIr'.
des procedurei., mais traiter tine quelthi. .k *hi.i
public. 11 ne faut avoir focus les yewti ,.iu mI liii
o'_,et j qui ef lia detention de M. le .o,.r.: i' \i
btrt; c eft bfori emprifonnement qu'il f.Iut (.nliJ-
rer ; c'efc I' i..m. i.ii d'tul gur z I.u-. I'api
lion publique. :lie'- .it c,'nnandemnt d J:,- ii..i..
11 faut qu'il alt donned des preuves di It.,i .-iiiii
pour la ibeittA qu'il ait eu d& grainl., quit:- ,1
qu'il ait c.: I.' i de )enthoufiafine .1: i.i p'v
pour avoir i 1 l ui Popininon pAbliqj.i.'. '... jrt-o.
vite fkrait t.i'ibh.: s'il ne 1Im telaim 1n w<,y,.' .1
fe juftifier.


Le c uil iisem.ian cit kI.' ,ikieil d-. h m aine n Ic'ils
.litit en I 'it t iu i' Iu1 ."i llc4 A niit n ni r-l.
oi in..m .i u I co I 1i m1ii u 'it'. eIU .lt.oI iqte 'v:It traiiT
d i- zUi nei ls oil en. ie iiiii Up. ii, i l. ie Lig .
I.Ion Liet eve il.i ti li t It';xii. crlt-l p.i n 11 njiil
Nous deiivos inulalltt i1 police diu toy.anme, i
;.tii, qu1e cIhaujii:e utnL e ,iit'. c'p ti ,.t.. L u-cI '. u
iiit.a: c.ivile W iIt ( nul i: 0 iO .tb lWs. .l b mtiL;, m i,m
VIu nut ilins l buils.i.
On .I inliilt par des hlide' eti d- s voie.s dJ, flit
Uli gifluc-r.l et d-.K oH.ii.:rit .4 qui I M niipuie .iucllm
.ilus ti'autoniu .... J,; Iiis qtui( d 11s tns !'s !i ,ux
dins (ouS lks lt I:',, .is giln.ranil out Ot6 moniC.)i
ntl dn11 s les .,ll ci,,bl;tes poptj it-S. \ uus l1,i,
,li'mubal apttsl a b.,t.ille d< 7.ina .. ( fiutlmminT-,
.Iu tain .i'Cli-t-oll ) \V oll.--vous dt.s -\' lilmlIs plui0
l.ippiolhls de iIOUi C'I-t 1i>us Louis >.IV, tni 16c,
ue. le 1 '-e Ii .ch.l de |.it.Luxelmbonrg tit uilltel'ril .r, l
balilkl fur tin liniple fioup.iii.. Qui ,lit Ii Natiio
que dic I'.nmce n n aiitunant que lehii de
tinlk.:Utic de Nef vide et d FleMius Wtnit
.ins ks tcis ? L.i Nation lui eni..lit 1111 holIIlmaI;e
bien flaueit.... ( Nouve.m.: IninmeI. )
Je vous t tppelle le .-n'lre initeer que 1i. Nation .
l-raiiti! pi it atM fort d tIn hI-ro. infortuni' quc- lef
iliiA p titinie e toItue dl 1.1. caloiuiie pecipit.M aai
tIond d'uii c.wllot 1 i.iar:ih.dli de Lutnintbouig, ettn-
te-rme "A I B iille .ipr.'s I ',M vitotre les plus ~cl.i-
t. tes, Iet t I .i race e itlere dei.indauiii utin hlieos.
que la violence e lui wvit erlk'.e.
Je ,e.ie-/is I. d'.Albert. Ac:tnellcment Iin
oili tir Fr.ny~ ii a d o ct..ig'. 11 sagic d'uunc
Sille. dins iu Ii il. y i ano port qui coine .Ui
niilliard a 'Et.t. Nlou nlie d.--vons pas .ire in-
.iifer~ns. 11 iuit delbberer .itHin qu9= les tmuues in.i.
rin.nkes vivi-nit : 1 p;ix a.veC 1 S tr.,upts toldees. Ce
I i It aWl ponIvoPi. ex-cutif t :.'oiccup:r d..- teite
"ilFll ; M, ISkUS c poivoit tc.xcuiri I trouv int .i uo
Ii gran-lle dilt.une : lis ordres i0 fekr.nli Apeutl d tt
p.6s a ..CUITS.
IJ va euiti-it. mii uitre iov',ii., c'efi doe reivoycr
1, C.auf: anl tl.irc-le ; i6ii l n'v f i pA S l i u a co
W,.i-v.i pit.,; qLil'dl n'y a iii ouipiiat.ur ni crime
d.: I l -l tlOll.
Qu:l lIt oic I. : av. -ii tute Rl'.iflenlI.ee doit
,,'1iplovi ? I1 i ti t iun ipl. le f"i. s ertomun quoi-
I'SL' citoy) iis de Toul .* ny' ai,.nit pIs eiu i t I.'o b.
Jk nle dnr.le 'ttanIcutt' ?il: ce d eliatimeAin. 'I os
kls oni re- diMi'.cnt trce tuiin.ds par dJs agLs doe
]>ix. L'Allf-iibl c ,,auin.1l- don iinprouvtr l-s vio-
Mnit ... Et I 5 *i ( int. ti,.us du Touolon .; 1ell. dirt
SlJ;ger ls olicicIs uuuIIudp.t u- : dl ce-tti lll' ,
i imliic eut-tl, lc le I it a all.-r pi em [:.s utli-
l.c-,: d,.; purl die Ila mimileka :M e vivLe i paix 3i'.,c
Ll.',
La. dinululi n e0t alouirn'l : et I'jf:mnbl e ivR tif
l -lt poi. u p. 1;-..d:i :t l ii.uiuau.tuou .l uni l-pr i-
AIuL.

A' 1" 1 C L U L i 'A i 1. '..I d 0 0 R.

L 1 i,*isic 'f-i"en 4ans ik l 01' OI ,n.u-:' d Pari's vi'-. ,
S it pu ,-! I i d .. t.i l<., a P1 cimbIbl.; ,ii In'ujit
1.i lnouv. I .an.
i p* lf i' e idt' cih,il jvii-; i, ,iit eii res Ld: I.
..pil ,I., ,i. II de: Vii .il7pl lat l Jit I;i.'.

if) I'C ,, t)ot. I !i p,.i,/ M i ,:il'lS ILu i'pri&'
IV ti i I i ,ii 1u ,: d7 !-'..iui '.i I, l .1 fi|, ji' il l-
o1111...' vii.nlii t vi, ',> oli it lii IcI ni L iLtm i )II
'j,i, aiiieti J V.1.1. v' u tl r ,\,el J vt...u( 1 ,41 r I1
lI: ll,:v.tti ilI, d it ['.il. i- 'h i t i.hkitlu-ili t to"
I,: It OI V[ l, VOtIt l ie ut t'titV ImIml,' rIII I t-d
11 t11 1u1F 1'. i ijul ;I1o' liu. kl i V,: elitet \i al t ll. -d
d *lrij ;v. ; r id l]. *J Ifi 1.; hji;. _i ll iil -,ll i l. I I. It ,
,iln fe; 101 i;1v,;-'llt-ii1'(CL dte toute"- rht l: Ilai oi)0lis
i'lutl b .2ii va I'i|e;, ulILi Jll,,_. .i ',qri I.anrIit
!fh .i .eI:)l>- ib rtfi, noll [',: I h i <. )mi' n,'o
*'' .eli :V I'il5 fi j -nlli v Iilll e l"rltvn.. !I"uI i
ini tui ;.:- ,mie:1 e :'it I J ,' I, i I.iVI.ve.- ,
L. 1 1nnW : 'oViiMii,'i : n 1.- 1 viv ... li.lti -', l. inOite ac-
I.i:,i i i' i "i ," -i ,.hI.llS I'.tr iii rln'. .!, v ; r 'l a:s
I. Ito hl i r i i ii, i ll'.ti: .t ,. -" o. ill '. V
J'ii I.1 pu' ri,- i. t Aore i' if ini.c, J.iiS vtn3
i 1r;. |Ii1- i.m I1 i M i, p!s :.iis Alim ir. .l.lii,- q(u3 1Is.I .iO .
;.',; *i' I' ,it I*i _,h l ,o; ,

f ,,1 .il,- m ,i;n )


On.n'infre aucun avis qui ne foit figure d'une perone et one nue lie I de chaque Ano_,iwU.._. ou Avis ell de 3 liv, pour dix !1,n. d'ihiTi thi-mn, et .1 ,_ I>.iI : i i,.. .1*, i.1 li i/.- jn iln'. vin', liig ,.c!, mn
'2 liv. de.uis ving.-une jul 'ii trente lines ; cde n8 liv. depuis tr nte-ine io u';L i, jfilu'ai cinquantoe ignes. On_ ne re(oit aucun Avis plus tendu a moins qu0il ,i. 1 ..il ;,i h! ,u t I ,fif -iii'_..in s ,( f.l'.-ir i ,'. a 6 tiv, Cette jv./er/.- paraft touis les matins.,

Ot, s'4aboliM e a" Paris_, 1,tel de 'I7 otnt, rue des Poiteris, on anui bureau des .t/, ...' / '. ,- '. ,..- ., *Ir / /,., /,; ,.//, ..,,ur
Paris 1 de .'.1' mtv pour trois a mis s, G li. pour' /P" mois e de 72 li', pO ur r, r (- J.; P.,, I ,:' if "; /T <, ,Ii .7 lI'P
p"o z fix mois et 8/ liv. pour l'amuic franc de port. L'ou anc s'ab n Ie q~ les Liibr'res d'k F ,, a lsr Direa.en's des pfls, t aA L bAnrS, c he .,,,i:m1 .if. :J.h' i '. a. .
f,- .:: *. ....cte ?*.',;I i rue dcs P/CeUias, o 3 1 qu1!iC,, ; ... ,' / .I .,-,: i",*'n. ., h ,r1, ij .t ., '*' .',.,->,'n .:. rnt
w.e qui r.u ...o .,,Z a .: ,/,""-'.i d ce je i l


-"f


* Li
- ii
i-i.

in
iii


rr~_


.u ---"~iCI-rpa*rrr~-__ u.. .~~i.xLixr-uiPr~---^_luu-_~-ui~-.~lrri




* -, .-


.'y .,,, .. <
cv


- .*


GAZETTE NATIONAL, ov LE MONITEURItNIVERSEL.


M ARD I


5, A N VI ER


1favorife une Alliahce avec a Pruffe fait valoiriau- an magifltrat de Lidge : mais ce magiffrat a repondu
PO L I Q U E. jourdhui les motifs quil a lui-meme dveloppei fur Ie champ par Ia declaration fufp.nfive du di-
au commencement de la guerre corenre une alliance rectoire de Cleves. GCtte demarche a raffurd do
T U R 0U I E avec les ruiaes. C'eft 'opinion qui domine dans nouveau le- 1 Lidgeois o et le minitfre- de Pruffe
*la epuAtition des affairs ettangeres occupee M. de Dohqi prtcrndanc 'q'un negociateur doit
oe 4puis long teams a arranger un trait avec n6gocier, et un conciliat.-ur concili-r, s'eft tmnu,
0 mande de Vienne, le 16 decembre, quevle Sa MajeiI' pruffienne. Les dernieres niouvelles non pasa Ila sttre mais Pl'efrprit du dcret de la
prince de o ohenloh rdtile a Krajowa o ii a atabli que nous avons rescues directement de Pologne chambre facre d I'E mpire. C'eit fur ca principle do
fon quarter d'hiver. ,logne et que nous avorns inferrees dans le premier pacification que M. d& Dhom a fait publier a de.
numtro de certe anne confirment qu une alliance claration fuivante :
On afThre que )a plac de Brailow s'eft aufli avec laPruffe et deji tr s-avancee. Le prince Ja- LachambirimpdrialedeWetzlarayantrendule4
rendue ax ERuffes. b oufw ki elt part le 30 novemibre avec la quality diceinbre, aini qu. noiis avons dii, tun nouv aud d-
de charge d'affaire de la r6publique a Berlin, d'oa crit, quii confirm abfolume.nt. L peemi:r mandate
R U S S I E. l'envoy6 de Polpgne, Iedprince Czartoryski, etait prefcrir encore des procedures plus feveres l s
revehu.... De.lI fans doute, cette derniere lettre directoires de Munfler et de Juliers ont donn6 fans
De Pe'rersbourg, le 1' de'mbre. quele. roi de Prulfe a 6crite le io d6cembre a fon dlai un decret en confquence : mais Ie miniftre
miniffre a Varfovie, qui, a et6 conimuniquie offi- du directoire de Cl6ves nly a pas pris la moindre
Le A2 novembre, la Newa s'eft prife de glace: ciellement la dietes et. don't nous avons rendu part; cequ'il a mmem declare,aux Etats de Liege,
SD6eja le gouvernement a donned des ordres la encore des iifiructionis ulterieures du roi, fon mai-
1* in1 rl Krufc, 6crit-on de Cronfladt,y eft revenue commiffibno de guorre pour 6tablir des magiTins, et tr, lur le content de ce nouveau decree de la
avec faon efcadre, o et aufli arrive une parties df e dipofer un corps de troupes a enter en campaign. chamibre imp6riale. On peut 6tre bien perfuad& que
celle de framiral Tfchitschagof;iearile d cettre ef- La court dePruI a faith aiulit de pareilles difplfitions Ie roi ne fe d6partira aucuntiement de s ptincpes
cadre lierneraaRa'evel : trois vaifeaux de line dans fes Etats; et1'on vient d'apprendre que em- annonc6s, et qui tndent a r6tablir d'une manir
ces deux cfcadres out peiri. pereur a donn6 des ordres au gouverment de L6o- folide la rranquillit6 du pays., ainfi qu'& affurr an
d c e tri 'pol, pour que a'on s'y difpofe a y recevoir un prince la .jouiflince non tinterrompue da fes droits
ANE A RA C K certain nombre de r6ganens aui doivent entrer en conflitutionals, Le chernin trac6 par la r6folution du
SA N E M. A K. Galicie. Ce corps de trouti e confiftera principale- director de Cleves, en date du 26 novembre a
DeCopenhague le it diceIbre.ment en cavalenre. produit jufqu'ici tout Ia bien quon pouvait en at-
e Copenhague, le dcembre Une 6tincelle recueillhe avec foin, dans cette, pro- t, ndre: elle a pr6venu tie combufllion generale et d. s
vinee, va peutetre fervir de pr6texte allumer un mtalhurs d'ailLurs inivitables : elle a mtaintenu la
Le roi a agri le nouveau plan militaire propose nouveau foyer de guerre. ..... Des bandits que plus parfaite tranquillit&-dansia grande villtede Liege,
par le marechal prince de Herle qui prehide ac- lon dit etre des foldats Polonais, ont cotmmis quel- ou ion a abfolument d6pof6 les cocardesquitenaieit.
tuelleinent le college des generaux. ques pillages ; on affure que fa majefid impiriale a fi fort a coeur au Peuple; exeinple fuivi deja par tout
deji envoy vers la R-publique de Pologne pourA le pays. Si le magifirat de la capital y a mis qu Aque
Les douze quarters de cette capital ont fourni demander, en termesde manifefte, fatisfaction d'une obftacle dans le commencement, celan'efll vnu quo
aux fubfides de guerre la fomme de I17,;-9 rixda- violation de territoite. d'un mal-entendu aet d'une fait- de la crainte qua
lers : la part que les employs ont donne n'eft la publication, faite clatideftinem ntpmndant la nuit,
pas comprife danscette fominme. Les300 hommes que le cobmte Potocki, 6chanfon r le confildu prince, ne partt droger an droir
de Lithuanie, a offerts laIa Rpublique, ont e6 ,du magiflrat de fire Cul d&s publications dans 'tn-
SU E D E. accepts et incorpor6s dans les regimens. ceinte de la ville. En general I Pcuple Liegeois tiert
Sept pulks de troupes Rufles forment une ligne le une conduit dignede la protection don't un grand
De Stokholmf, Ii t d' cembr, long du Nieller, depuis Kiovic. monarque l'honore. On eft aufli trrs-content de la
m ecemb bonne discipline des troupes Pruffiennws et Palatin s.
o o, a A L L E M A G N E Ls Munfteriens ne font pas entrrs dans L pays do
Se ro de retour dans cette capitate, a reepris. I Liege; mais ils fa font arrktrs par les ordres de leur
lui-mnieie le foin de -fon gouvernement. La regence fouverain dans celui de Limbourg Auttrichi n : 1lec-
etablie pendznt fon absence a &ti dechargee de fes De Vienne, le 16 decembre. teur de Cologne na- pas voula les laiffer employer
functions. ile t6it compofle deofix perfoniies; fa- dans 1'expedition liegeoife en confdquence do
voir: de S. E. le kinateur et teichs Drotll ( grand Un billet de la main de Pempereur adrefl a princips qu'il nWa pas voulu approuver : ils doivent
f(7i6chal du royaurnme ) comte de Vachtmeifter Ia chambre de Hongrie fuifppnd jufqu'd nouvel garantir, en attendant, 4e pays de Limbourg contre
S. E. le finateur come de Beckfriis; S. E. le ordre dans ce royaume operation d'arpentage pour les incursions des patriots brabanuons, pour lequel
fenateur et' granid-maitre de la maifon du roi, le nouveau plan d'impolitions. but on lui avait d6ja demands qualques fecours de
conite de Bolnde; le pr61idfnt-comte de Munck; la part du government de Bruxelles. C'eft-la la
le lieutenant-general baron de Zoge de Manteuf- ,On travaille dans les frontieres de la Bohme simple raifon de la f6paration des Muniteriens; et
fel et le baron de Ruuh fecretaire dL'Etat, poui les mettre dans un bon dtat de dMfenfe. il n'a jamais exifte'aucune conteftation entire les
ayant le dLpartement des Finances. trois directoires,' que cell caufde par la difference
Le roi a t6moignd au chef de la rdgence, le f6- Des avis de la Hongrie apprennent que la plupart d'avis dans le manimement de cette affaire delicate.'
nateur et Reichs-troft, conite de Wachtmeifter, fa des troupes ont pris les quarriers d'hiver. 11 eft Mufter et Juliers, en voulant faivre la lettre du
fatisfaction de la maniere don't la regence s'eft ac- tomb6 prodigietiu ement de neige dans plufteurs decret de Wetzlar aurai nt abfolument opprimne
quittie de administration qui lui avait 6t6 confide parties *de ce royaume, et le froid y eft devenu "n parti qui conlitiue prefque toute la Nation ,
ar interim. Le roi ade mame trnioigne fon appro- trbs-rigoureux. tandis que Cleves a prdf6re la voie de la douceur,
action an baron de Ruuth qui a re.nlii av c fuc- De Liege. de Ia moderation, et des mnoyens adapts aux c.ir-
ces les devoirs toujours difficildes d- f place mais conitances donta jufteieat 6patficenentprouvce
d'une nature plus importance encore dans,un tens Dans l'tat actuel des chores, le plus petit fair a ,par les vdnemens. 11 ferait facneux queo es course
ol la guerre et fes fuites augmentent beaucoup les de limportance.... On nous manide d'Herve que de Bonn eI de Munich perfiftalfr dant leur refuse
d4penfes. L'intelligence et le zeIe de ce miniftre les habitans n'ont point fe plaihdre des Troupes nde s iunr a cell de Berlin, pour aller coniointement
e'podquaeonne-aug- t quitabl&et Ii abfolume'iir ndcef-
des finances pendant cette poque, n'ont fait quMaug- Munftiriennes. On fe loue me de a boinne a un but aufi equIable t i abfome ncef-
menter et raffermir encore la conliance don't S. M. difcipline et de la bonne conduite du foldat. Le fare dans les conjonctures critiques du moment .
I'a toujours houord. bourgeois s'etait d'abord refutd a recevoir ces 11 ft remarquer qu courd onn dfavoue
troupes; il a ceded a des inflances, it s'apperqoit t emarquerque cour de Bonn dfaoue


PRUS s T. I qu'il y a une grande ditfience entire longer des artiwe ui a uw (ii iU 4i
S ars par force o par complaifancei et ces bre de Wetzlar. Les troupes muihfilriennes,dit-elle,
D ri I Itroupfs, commeefti etles voulaient fe juftifier des n e font point venues s'etablir dans Ic .imbourg
De Berlin le dicnre. foup ons dvaprbs lefq s on lert interdit Aentre pour mettre ce pays i abii despatriotes brabanlons,
foup~ons djapr~s lefpwls on Wer inrerdir l'entrre-.1
L r a I bo do e i dans le pays de Liege, paraiffent'annoncer des et le g6nral major baron de Wenge, quiale. ,ab in-
Le roi a ev6 le baron de Keller la dignity de fentimens bien contraires a leur destination. Qu.ind a"'ide, a requ l'ordre de publi r dans tous Is papers
camte. Ce miniftre vient de pArti r pour fa defina- Is ont appris la querelle qui a eu lieu derhiere- k ddfaveu de fa court. Ses expre1ion1 f ai pofitives.
ion en Hiollande. ment entire les bourgeois de Liege et les Prutliens, 11 a d6leard que les otopies munbi ennd s a'r ant
Le prince de Naffau-Urfingue paffe du Cavice ils nont pas manque do dire quo ,ce malhcur-Ia Ve nus que Pour Ie rrabtiffenenr de affairs do
eLte ic [ e Wontpas paa e du sc e d u n ,ie malifur- r Liege, plies ne soppofaient ancunement i Nnt e
d. Prure o;elui des Ets-Geineaux, avec le grade n ferairpoint arrive avrc les Munfteriunse....... le s no s oiosaen1 aucun-Cette Iirri-
d4e gdn riitd'inti Ce commencement d nimulation parmi les satellites des.brabanons dansle Limbourg. -C e courra-
te g-du pouvoir arbitraire, n-eft point une chimere- dictioneft tres-remariuable. Elle eft dabord. dais
L'6dit du 8 noveminbrp 1786, donn= pour rdprimer ii donne, quoi qu'or en pp ae dire quelque ef- 'efprit du droit pubic d'Allemagne; et d'alltBs
la dtfob6ifTance do.fijets envers leurs feigneurs et prance. elle eft conform, de part et d'autre, au grand
)es rribunaux ferit publh6 et affichd de nouveau principle des griads maitres -tqu'il fint roujouis
avec quil ques additions. On s'occupe auffi a faire La chambre de Wetzlar ne change ni d'int- nation agir en polirique, dqares *les cirn.ines..
lne nouvelfe loi pour arrecer lek progrs de ]a con- ni deftyl ; elle i rndu,1 4 de cc mois, un nouveau 1
trebande. d&crct qui eft rout nli r d. forinule et de routine. Nous avns rapporte (at NM. 14 ). Ia lettre de
n i o r o p d Le tribunal tier d- lEmpire traire aiv. c un dedain M. de 'Dohmi, mmiifte pruffIien, an prince-bveque.
On ditque le roi fe propofe de mettre en vigueur fuprmm -,s trrs-humbles tippliques 1 sr, pref n- VoiciIa rdponfe deol'dveque furi.. riin. Nous la rap-
lancienne regie. nations trrs-rfp.ct ui.ufs aqui ont 6td faiths rfe- portons aru li fai des gazettes r -ngeres amaisnons
nouv-ll& s au nonmd trois Etats du pays do Ii.ge. fommes en .Iroit denous attended voir paraitro un
P LO G N E. It repinani4ls chefs actu.Is du P,,ile Lie" ois de d"Ifaveu ii4 .r In 1 rPt d'ii;ic.'-venn n n,.u F.
ad~~favou~~trlec (on agdu pZwikiiQo


D e Varfovie -e z2 dicembre.
11 tie parai plus douteuxque la r6publique ne
renonce au fyftime de neutrality; deputy long-temns
it y a dans la diete deux parris. L'un et I'autre
ont emplo) e, pour fouteot kIur opinion, les mremes,
armues, ont fat.viSloir les mrenes raifons. L'ind pen-
dance P'o -afe ezige.qu, l'on s'en tienne a la newt
tralitd; l'ind-pei d Ice polonaife exige au cbntraire
que la neutmaliti ceffe. Le part qui maintenanlt


Sur hardi fe- a chirc4r tun m-diauqurparmi Is trois,
miniftir-s directoriaux quoiqu'ils aitnt ete nvoyes
pour Employcr kls moy nsd conciliation. Le ddcr t
di la facr6e chambr- imperial ddf,:nd aux Li6g ois
de'trouv, r dans S. M. Prwniienn in dfnf( ir. II
ordronn qu 'on faifilLt les ch fs et 1 sa urears dec
a1 r b llhoi, t pro'nonce qu- tout doit,fur le chanip,
reontrqr dans 1ordr. aqcoutiun6.
C t ordr:- ft ve'nu :1 s riniftfes directoriaux de
Munftr -t d, Juli'rs ont.chrchiz A s. nrendre av- c
I .' nfil fpive du prince -v4que, pour en impn6ter


a defavou6 fa lette a fon agent M. Zwirkin, n aa
fi .es toujours en tranfes.
Lettre duprince4vlque de Liege.
Monfieur, *en reponfe Ia letter que vous avez
en la bont de .m'ecrire e t o nove.nbre dernier, 1e
dois remonter au jAr de'infurrctinn mnnitcrlt.
dans ma capital pour vaus 6clairer far la verit nuo
des chores. Le 8 aoti au main, lis inrur g s ato
cids d'outriers tous prmis, monutrent 4 PhoteI!do


1

















A

ii


;790.


I


P




~~- --~T--~-~~


".1 a .s magtf rats; ce reglement a toulours.ete
Vill. usl depolerent la magiflrature regent, et 1 &d l'.wi mgiftrats; ce rea
ilt, dns cet infant, plo,.d.z a la nomination des rard6 come la bafe de Iordre et de la trnqilliec
ou- aux magiftrats, par des gens de la li du Pen- dans les elections magilraks, et il a dailleurs tk
pie, et p)sac.t etpour pi oclamercetteelection, port en fuite des fetatences imperiales et meme des
qluon. avaiteu findc preparer concertetrpara- applications des ciroyens ; ainfi.il ne peut-etre con-
qf on avast eu fore d. preparer et concerteronupara- e l
vant, le memel jour ap?'s.Wnidi, je me vis affailli de fiderd comme inconflitutiounel et illegal. .
t6utis parts Jans mon chateau de Seraing, par une Cepindant, lorfqu'apres des refultats bien refl'&-
multitude de gens munis de routes forts d'armes, chis et jndici, u et procMdant du bon efyrit public,
ie fus forc6, en me livr nt Ila merci des chefs de d'une volonte hbre et. general, il fera reconnu,'
la revolution et de tout le monde de venir le foir par la cite on fes reprefentans, du. bien etre coam-
a Liege, et de me rendc a1 l'l.. l-d&-villd, pour imun et de fon- advantage de former fiit un plan
approuver et confirmed aveugliment, par ma figna- nouveau de municipality, foit 4des changemens a
ture, des choths de la'plus grande inmioitanc2- faites l'edit de 1684 j'accederai toujours avec un vrai
fans mon conifentement et le concours indifpenfable defir aux propositions fAges qui me front fates,
de meo autoriti, ct fins ,laveu eit interpellationn en confultant.fu-ces objets mon chipi're cathedril.
de la cite ou de fes reprefentans. Des les premiers Toutes ces chores mdrement pzf6es, joites d'au,
mnomens de cette revolution, f6prtouvai q.ue-ma li- tres raifons qu'il ferait trop long ded taillr dans ine
berte dtait gen6e je preff ntis aufli que je me ver- lettre, et notamment les recez rdit6res de moi cha-
rais a la fuite oblige de ceder a des choirs tres pitre cathedral, come etatprimnaire, d.ne pouvoir
ell nticlles par leurs fuites neceffaires. Ces motifs conftntir a une mediation folitaire, ie fuis intimement
me determinerent aboandonnwr, po, r un certain convaincu que je manquerais effcntigmenment a em-
tens mon pays ; ilis' craignant que cette dim it pereur a i empire, a la chambre timppriale aux
cde nnefdt la caufe d'un grand trouble dans ma ferenilfimes princes-directetrs, Iamon ccapitre AAthf-
capitale, et pour eviter les malheqis et les dangers dral, a mon bon Penple, et'a moi-mme ffie cedois
que mes fideiles fujets pouvaient counir, je fis, dans a la proposition que votus me faitkes de me conformer
ce moment critique la declaratoire'du z6 aout. Ces a votre dedaratoire. Du. rifle, je vous affure
reconnafiances torcees out ete rejettee's et conhi-e- Monfitur que la partition ordonnie 6tant accomplie,
rees conn.e nulles et infiffiiantes pir la facree tant la latinfaction de la facree chambre imperial
chambre impi iale et par les deux kettres d.horta- et des fdrenillimes princes directors qu' la la icat:e,
tires des tr's tfr:niifi.ns princes drecteurs. Je mon co ar paternel, mon atiwur de l'humanilt et mes
voui crois, Moldiuir trop jufte pour nicttre en fent.:mens de hoare et a'equite dirigeront et front Ie
quefltion la validity et 16aiti.i it. de l'approbation mobile principal de ma conduite et de mes refo-
et recolinil.i-c que ij'ai di airte des ditiFrens ac- lutions., i
tes.opprefifs violens c-t d.:ftuctifi d'e la paix pu- Si quelques-uns de nos ecteurs n'n pas bien
blique, dans des t.ms d'efflrv.wcence de defo.r- Si q.lques uns de nos cteurs n go pas bien
drc et de licence d'apres les raifons et furtout faili le veritable motif de 1 infurrecion Ligeoife ,,et
appuye de la po nffe d'exzcution plknkre de rr furtout fi quelques ames timorees con fervent une
ree de la chambre imperi.ale conignie dans la forte d'inqierude fur la conduite des Lidgeoisenvers
Letre detr S.t ajele p- enn q'elle a daign tn prince qui eft un v'que nous croyons que le
m'ecrire le z novembre denier. Cette exeo..ron tait fuivmnt pent tout dun coup eclairer et raliurer
prompte et cfficace eft un acte de j-Afice que j'ai les confciences.
droit-de folliciter ;et ceptndant, Monfieur, loin 'Les moines et !es pretres, apres s'etre concerts
de pouvoir ere confid-ree comme un acre prepa- avec le confeil prive du prince-evique, t elit confulter-
iatoire a 4'tx-curion, ell'e Iei.bl importer une fecretement S. E. m6ne, come c'ell Vufige dans les
Sentence abfolutoi:e en fwveur des feditieux et circonflances critiques et politiqus ont pubiie ,
definitive dans prefque tous lks points de leurs p>- coinme de pren .i-;r movement et par itifpiration', la
tit ons, et elle polite aunil att inte a mon 1 au4orit !upplique que voicit:
et a mors droits rga iuns, dont la conniaidance ,, Mgr des fujets fiddles, qui n'attendaient que
nappartiet qu aux t ibunaux tips&.nes de Eim- le moment favorable d'ofer fire 6elater leur atta-
pire. -- Permttcez qu- ,e vous obtlrve, Monficur, chement refpectueux a la perfonnefacree de V. A. ,
quant a la ca;rue originale de mes letters convo- Icur ob6iffance aux lois, It ur adhlfion a la confiitu-
catoires, datacs du 13 aout que mes Eta-s ont tion heurefe fous laquelle ils avaienr le bonheut de
ere convoques ant-rienurm-nt a i 'infurrection viere, vicnnent offrir leur prince chr&i lcurs hom-
et que Je n entenda;s appder que ks bourgef- images et leurs voeux. --- Daignez, Mgr, ne point
trs des vils do m,>n .yws, legaicment etabl.s a nous confondre avec vos coupabls, quit nous ont
ce terns, oirmanr mon tiers erat. Mes d rnierbs forces a nous fev6tir des fines de leur re-bellion ;
lettres dtu i; octobre et du -7 novembre der- fi nous avons paru adopte.r un moment lcuis
nier, ;aux 6tats prouvcit Jvidemment que je con- errears, c'etait pohr garantir nos perfonnes des
fider le lers-ertat mod-rne, prefctr a lafTmbk inultes qu'ils nous preparaient ; c4tait pour con-
cd.inne incontlit.jtioncAl et fans exiftcnce legae rvecr nos poffAlions ; c'etait enfin pour main-
cila Itflira pour vous prouver que je n'ai pas en- tenir l'ordre dans le defordre &mee et nous
t ndu de convoquer lEs regenc.-s de mes villes epaignr une parties des maux toulours infepa-
f m :s par vote de fait et d autorite prive rabies de lanarchie. ---- V. A. ne fait que trop,
ilniedatement apres la r evolution -,japperois.aulfi de quels excel. neft point capable une popu-
nvec pine que vous faites une attention marquee l avengle, fiduite par quelques fe linewy qui
aux t pi :i.n: .[tA) des dY;.ut1 s 'de mes pretends favalent flatter et ofn anmour-propre et fon pretendu
t.ois etats, voHS n avez pa,. tiuve bon, Monfieur, intcr~t. Que de rules! que drimpofturts n'ont point
de me communiquer vos doumes avant de publier employees les mnmes hommes, pour prolonger l'er-
vore d chratoi -, quque vos aye te d un en- reur de'ce inmalhureux Peuple et retarder lur chute I
timent diff r.nt des d ux autres niunfivres directo- Exhortations d6crets de l1empire march des
rux je* luis Lniblemeni .ii -c de voir que votre troupes, tout lui a ete cache julqu'a cetne epoque.
ddclavatone folitaire ne peut 1., concilitr avec les voila' comme par la plus criminAele d&s trahifons ,
jugcemet.,de la ficree cliai.'bie inmpriale, et vys des uur a:eurs de lautorite provoquent une, ven-
ptopres lettres dinh'rtatoires emanaes du haut geance qui n'eft que trop m-ritee attirent une
dir ctoite, f(ous ks dates d.=s 1 c6et 30 octobre foul de maux fur k-urs concitoyens, et plon ,nt
dernier, dans une afaire ;i importance pour I em- toute une ville, adeja f oberde dans la plus aifreule
pire en general, et Ii defal.reufe pour nior et mes nuilre
idellesbujers qui conibtutrC la plus grande -et Si la punition ne pefait que fur kls coupables
pxricipalk parties de la,-Nation, et don't *les fenti- 'outrage eit i attroce, que nous n'oferions, piunce
means rels vous, font inconnuis, parce que le defpo- jufe, malgr6 la bonte de vote coeur., implored
tlme .exerce par les minfrgets depuis le moment ler grace ; mais le itoyen abufe mais le citoyell
de hur ifurpation de la r.,,ek les a founis a inn' ent va payer pour les criminels; daignez donc,
unetcontrainte continuelle, dans laqule ils ont ete monfigneur par un effect de' cette clemence fi in
ietenus pr kles 'ah b., les menices et.es vexations dignement meconnnue, detourner de vote ville de
des mrAt.* ai'i pnl'..1i me-donnent lieu dattendre Huy, une parie des maux que nous n avons que
de vops principles de & justice, que vous ordonncrez trop merites et agreer pour garant de fon repentcir
n.CitormemhIIt la pariunto aux decrers de la facree et leur fidelity et le ferment que nous faifons d'etr
chimbro imperiale. L'execution en e6l indifoenfable et de demeure fiideles a V. A., foumis aux ordre,
}..ur ramiefti ordre public bt mairiteni. li cuaf- et aux d'crets de 1'empire, et attaches .-r'ancienni
titution giaIn.niquca ces prlablks niiccfatires etant confilitution, dolit nous demandons le retabiiffe-
ernmplis, joe rnm pterai' avec emnpr4ffement aux n,:nt, laiffant a la faole de V. A. et de fes Etats
facrifices que le b en-eirec et intetet general re- ,egalhment affemoles et conftituds le foin de re-
querra. Le bonheur public fera touyoius 1'objet'de emdier aux abus qui pourraient s y etre gliffes.
mes vaeux et c e ne mettrai jamAis d'opp, fimI." C'efla grace, &c. ( Amen. )
adx chlfes utik's et afantageufes qut i e i .1:iout
propofees felon l'ordre. S'enfuivent foixante signatures des (foi-difant
.,,Vous me parktz, M,.nfieur, del'abolition du r- plus notables de la ville de Huy le general de&
g'ementidel'an '684,qiifuir,-d(ities-vous,le plus r'ni Croifiers a la tete.
g.ief de la. aTion; lon a ch:Ili a h vous minduiren
ereUti ; ce ,rglerm-nt n1 concern que ma capital A N G L E T E R R E
vous price ,tmonfieur, de cnfirci que fon aboli-
tion touche felon la nature des chils, la ciPte ; De Londres.
entire ou fes reprfelntans, et nullment quelques
factieux, chefs iide infirrection et leurs adhe'ens, De Bffon, dans la Nouvelle Anglterre.
qui, avant cette epoqiie, ne m'avaient en aucun
tn us faith des r p.er tft aiims ni cofiTilinqu.- acunes Le major Hardin, pard avet deux cents volon
.-' phiinits; ledit rei-ikmn n'a ete porte que poor takes du c'}rict de Kentucke pour une e-xpdirior
obvier 'aux exces it. detordres qui avatent lieu h qui minercfaitla firete de cet Etat, n'a malheureufe
thaqpu renovation minagifirale; d' p.1s infantt ofu les ment pas rdulfi d'ans ce projetpatriotique i a rrime
Sprinces dd Lage avai.at ajcrde au Peuple le choix eu beaucoup de peine a effecer fa retraite. C6


brave officer a*it remote, avec .a petite troupe1 '.
des ctarA.ctes de O l'Olo .la tiiLrc-r blanche poit .
detruird queloues, villages IndiLi s qui fervaient da
retraite aux Siauvages, don't lIs invurfi, ns nous de-
folknt; il ne s'tL [pas trouv'laffez en force ; il n'a
pas mime pu donner le moindre fccoLurs aux tf-oupes
des Meamis nos allies, bloqnes en ce moment par
k-s autres'Indiens ce qu il y a de plus facheux ,
c'eft qu'il lui a 6t; dga kmeit' irnpollible de .nous
affurer la poffeflion d-s ports de l'Oeft, feule,
barriers pour lks 6tabliffmens 'du Miffuipi fut"
efquels il n'ef que trop facile aiix Sauvages.de fj
better. -Notre petite armee a couru tous Ics dangers
imaginables dans une march d tfbir femainesi,
elle -a trouv6 des parties nqmbrestx d'lndiens. qui-'i
-bordaient la. riviere bl.inchet.ice neft qi 'en fe fai-
fant jour' travers quelques-uns, et en en evitant
d'autres, qu'elle a pd fe manager un retout hti-
reux', quoique pricpite.

FR A NC .E.

De Paris.

Le 31 du mois dernier, l'Affemblde nationalea t
ddput6 foixante de fes inembres pour aller rompli-
inenter leurs nmajellfs a occafion de la iovel' ,
annee. Cette diumtation a't6 conduit I 'iludience
du- roi par M.I. c marquis de Breze grand-inmare,
M. le comte de Nantouiller, rmaitre, ct M.. de ,\'a-
trn nville, aide des c6r4monies de France elle'e ft
rendue enfuite avec le mime ceremonial, chez
la reine, o etait monfeigneur le Dauphin.
Le .i" de ce mois, les princes et princeffes ,
les feigneurs etlames de la cour out eu l'hoi-
neur de rend e.rs respects au 'oi et a la reine.
Les, repreflent de la commune,, ayant a leur-
tte v M. le 'maire, et 6'dtat-major de li garde na-
tionale de Paris conduits par les otliciers des ce-
remonies., ont rempti le m~me devoir envers leurs '
majeftes et la famille royale.
Vers onze heures et demie du martin, les che-
valiers commanders et officers de l'ordre du
Saint-Efprit fe font affemblkes dans le tabiner du
roi ; S. M. en eft fohile pour fe rend'e a la cha-
pelle du chiteaut des Tuikries precede do i
Monfieur, de monfign-ur le duc d. Chartres ,
des chevaliers, commanders et otici:s de 1'ordre.
La grand'melfe chantde par la mufique du roi,
a e4t ce6ebree par M. I'eveque de S,5nlis, prelat
co.nmandeur de 1'ordre et pieiuir aurnonier de
S. M. ILa Reine Madame fille du roi Madame,
madame Elifabeth de France, y on: aflitfl dans
la tribune; madame la vicomtdf de Caftellane y
a fait la quite. .
Le lendemain le roi,, accompagnd de Moi__
fieur, de monfeigneur le due de Chartres, des
chevaliers commanders et officers de I'ordre du
Saint-Efprit, a aflifte au fcrvice anniverfaire fondi6
pour les chevaliers defunts.

La reine toujours guide par. les rouvemensdd
fa fenlibilite, a daign il y a dix-hult mois, ,vilite,
P'htel royal des Invalides. S. M., attendrie a ila
vue de ces refpectables vkillards fur le fort mil-
heureux de leurs filles orphelines, a bien voulu des-
lors fonder quatre places pour ellis dans une mai-
fon etablie depuis deux ans par madcnoifelle Oke.n-
I nedi, au fauxbourg Saint-Antoine, pour cette claffe
dinloriunees.
S. MVP. vient d'aiouter, a cette bonte celle do
, permettre que ces filles lui foieit piefintccs et
- de leur donner de nouvelles marques de fa biin-
e fefance. i .
t S. M. a m&me ordonnti qu'on conduisit ces
e pauvres enfans chcz monfeigneur le Dauphin et
chez Madame RoAyale, qui les ont accuciliis avec,
tine bonte fi attendriflante',qu'ils leur ont fait
v rf(.r des larmi;s Madame Royale leur a fait beau-
r coup de queflions qui marquaient le plus vif inte-
I ret, er a fini par ces mots ( dignes d tre a jamwais
, graves dans lecoeur de tous les citoytns verttetuec) 0
mos exfaihs je ferai' tout cc qui dipendra de nwio
e pour vous rendre hieruax.
e On a lieu d'fperer qu'un example fi touchant
, de la bont6 de la rine Et de coll. ide fes auguWes .'
e enfans excit.ra 'inter&t du public en faveur dds.
s orphelines qui ont kl boiinhur d'en tre l'objct, et
e Iensagqra a faciliter lks. moy.-ns d'arracher ,A
- 'indigence un plus grand nomibre de fes victimesw

*- D le Blr
Declaration des jeunes gens de Dref?.'
s ville, autorifis par eux, e; aiifl"ant en' tur nomi,
indignes de la conduite inconcevable gue vient do


tenir le parlement de notre province, en refifanl
d*enregifrer les loix faces par I-s auguftes repr6-
fentans de la Nation, et fanctiionnes- par le roi
confideravc que la refiftance et lopinicrtet du par-
lement de Bretagne pourraieht avoir les fuites Iet
plus funeftes et donnerai.nt ,liieU auxn eniemis di
lien public de fliremouvoir denove:iuxr*lnorct psus
- femer a division tramcr, zt pegLl-4tre ex cuter,
n complots enfnmis par lorgu, i 'l a vanir6e : .
*- Renrouvellons Ic ferment gio nous avaro pc .
Sfre de f rvir la Nation er te. roj. i .
', DLc'clarons- infamas, parjtres et tratres entCTs .

A,


- -~


I'




:'~i~


/ '21


., Patrie, quicdnque oferic mckonnaitre les dcrets
Sde iAfljiiiblje nationale fihctionnds par le roi, J
qicnqnuee ne s'y foumtntrait pais, on refuferiit
e le fire executer: '
"J, rons fur I'a.Ir. I de la Patri& de verfer jufqu'a I
la derniere g utte d f notrn fang, pour faire ref-
pecttr les loix qui inmLrront de ce -re4lpectrblc
tibunal de la hb.r firan.:aire:
Arr6tons et promettmns de nous tenir" prtgs .
voltr au fecoums des diputis de Ia Nation, fi on
.ttit afl'ez t rai re pour trouble leuis p'niibl-s
tf.tvu, et s'oppofer A leurs vucs bliednf.,iauites
A.;rierons de plus que copie de la pr'i-nte n dli-
I)r.irion fera portte par ulne. ddputation a MNM.-du
coneil gendrial et permanent de cette ville, aVec
priere de la recevoir comine an nou'eau'timoignage
dlnodtte reconnai(fance di zele qui 1es aninie,. et
des roins qu'ils.fe donnunt fans ceffe pour mainite-
Oir et con? rver Fordre et la tranuillite gendrale
dSans n port auffi pr.cLeit A L tat qu'il, eft redou-
table "tnos -nin niis.
,, Chargeons nds cominifaires de 'correfpondance
do fire imprimner dette dslib6ration, pour etre
par eux enfuiite envoye A inos amis'et frbres les
eunes citoyens inlitain.s de la province, qui out
fifg le pacte d'union de la jetineffe bretonne, et
T'i, comme nous ont A coeur 'de foutenir les
intrCets de la Nation. .
,, F.it a Brft -a note affembl1e, te four. 14
id .c-nbre i-".o. (.tILTNLM l'aiu L. LPE RETON
et BLAD iiiiyir.S d1s jeanes citoyens.
Note du ridacteur. Notis r-pondrons aux jeunes
citoyens qui nous ont adreffe cette lettre,-par ce
paflige de Tacite Clear ea victoria in prxfens, in
poflrinm ufui : armaque, quibus indigebant adepti,
magda per Germanias Galliaique famd, Libertatis
Autores, clebraantur. HI-lift. Lib. IV.
I '' 'aCSUle l/MIf I *IIM .fluif iMIII,,HII I" S I- -- a


r ,


A J .


C- ,*-


qtte provi oiemient organifie tne, pouvait fltisfaire d'e MM. les commflaittes. Les deux propoitioti
? fa demanded. ava.tn era long-terns et fflfXamment debattues et
*. ... 1 1 d'i-cu.r4s, ~i a 6td, procdet aux opinions par lffis
15. Lecture d'une delikiration de MM. kls corn- et levt;- et 'preuve ayanrt'e rp-tee jufua itrois
millaires aun Ckhrlt, portant que I'un de leurs fois dune maniere douteufe ; 'obfcuritr ne per-
confre-s s'eftplaint davoirdrt tro-blepar undifrict, mettant pas de computer. bien exactement ies luf-
dans Iexercice de fes functions; alaainte renvoyee frages il a dt convene que tous les citoye-s
aptos qn'on aurait e! connaifflance d r.gle.m-it de compoanth i'affemnbli e, paffr.iient dans le choeiur
police propofe par le'dparternent de police. que ceux qui opinaienr p6ur que Paris fit A lui feidl
j4. Rippel,'par fon diflrict, de M. de Rofam- avec fa bahliiue, un department, re placeraient a
bourg. droite, et qt:e ceux qm edraiant de Iavis quil tict
parrie dun adp.artemnct de netut lieues de ayon ,
i ,. Arr&- fur un project d'adreffL propnfe par p.ff-raienLa giuche. Eniuire M. le prfidjem a rt.p :t
M. de Lajard, pour -tre. envoy a toutes les mu i s deux qu-ltions, et a nomnm un commiffaire dans
nicipaeites du royaume, 1eiTec 'de prdvenir hU chacundes deux tos. s:Les citoyens onr etd compares
d~fertion. p ar '~ux en fortant du choeur, er de cette dernitre
16' Lecture par M. leaire del:a lettre ide la epreuve itl eft rfuilt6 e pour la quelion de favor
mturicipalith de Boulogne.fut-Mer, fur la detention fi Paris ferait parties d'un 'dpartemenr de neuf de
de M. le duc d'Orlians et reponfe de lAffemblee ravon, il s'eft trouve quarante fuffrages et que
qui cert fie 'authenrioit& du pafleport du prince. celle d a'.r fi Paris rat a uin fe.u avec fa
banlieue, un departtcnmenc, en a ea quatri-vingt-
170. Sutr la demiffion de M. Minier, nomination treize; ce qui faith, pour cette derriere opinion,
de M. Dtport du Tertre, a la place de lieutenant iune majority de cinquante-trois fiiffrages. I a ete-
de maire au ddpartement de la police, arite en outre que le diflrict de Saint-Roch, apies
S 18. Renvoi a M. le maire de la otion d'ecrire avoir mis foi ve"u fur cet ohbj"t inporit: ,'s'en
a toutes les municipality pour les ngager a rete raFporterait aux decrets de lAffemb!-e national,
nir.chez elles ls pauvres et les mendians qui affluent d et iqu'il lu ferait reprfent6 que 1 objet eienrs'tl
a Paris. des fubfiftances neceflftait que la ville de Paris con-
.. fervat fon ancinne jurisdiction fut les rivieres,
190 Comifrndaiires nommes pour examiner les rt- canaux et routes qui fervent a lui affurer fes fublif-
clamations de M. Ethis de Corny, procureur du roi tances plans les chores feulement qui concernent
de la ville, relatixement A fa.charge, lecture de la fon approvifionnement.
proclamation fur la fiance de VAffemublee national Arrte -e plus- que le present arrtd 6, et lerap-
,a Paris. ort des commiffaires, feraient imprim6s et envoys
o20. Lecture des declarations du revenue de plu- a M. le prefident dl'Affembl6e nationale,a MM.les
fieurs citoyens, en execution du decree de 1'Affeni- commiffaires du comity de conflitution, a M. le
bide national. Maire, A MM., les deux cents quarantarmendataires
d la commune de Paris et aux cinquante-neuf
210. Offrande faite tar Mefdames de la Vifitation autres diftricts.
de Ste. Marie, rue du'Bac, de toute I'argentekie de
leur maifon et delife fe montant A foixante-cin Fair et arrte. en laffemble ,g6nerale flitss


r a n q Kus womats pref& r


martc u.,ux UUces qu ecites ont envoyeS 11 i hteL ci T r -
ADMINISTRATION. la mairie. U S COUTEAU ,iC itaire greffier.

M U N I C I P A 1F -rT j D E P A ,R I s. 1z. Arrete fur la n6ceffite d'dcrire une adreffe .... ....._ ..
aux provinces, afin de les calmer fur les inquietu-
.AnmU&ic des reprefentans de la commune de Paris. des que klur avaient caufees plufieurs d.tacbemens L I TT At R A'T U R E.
.. de I garde national parifienne, envoys pour pro-
Extrait desy;rocrs-verbaux du 17 au 21 octobre. r toger Ics convois de fubfiffances. V O YAGE S.
S23. 'Ar l'obfervation de M. Lavoifier, 'Affem-
Nous devons A nos lecteurs d continuer la notice blee arr6te d. fit e venir, avan't les gelJes, quinze VOYAGor dans les Trekie-Cantons Sui7ffs, &e. par
d. s proces-verbaux d's reprefentans de la commune; milliers de poudre de li fabrique de Nancy" pour M. Robert gdographe ordinaire de roi. A Paris,
C t commie N-s numnros qni en parailftt ne contien- l'approvifionnement de farfenal de Paris et de hotel d'Auber -rr., rue et cul-de-facS.-Dowinique,
1nnt qu e des fits d6ja connus, nous ferons tres- fire connaltre cette operation au public par une. n0 6. 1789. 2. v. i.ol S. (Second extrait.)
courts. affiche. A l:entr6e de la vallee de Moutiers-Grand-Val
I.R number XV conti nt, 1; nomination de corn- 14. Sur l'obfervation de M. de Gouvion, qu'il on rencontre deux chemins pour pi6nrer dans 'int-
milifitres pounr xaminr 1is inculpations thit s cohire ferait neceffaire de garder foixante-dix chevaux du rieur de la Suiffe. L'un conduit a Bienne 'autre
'M. de-I Rfurbourg, reprelintaant de la commute guet des gardes-du-corps, pour le service du roi, fo dirige a Soleure ; et M. Robert les a fuivis tous
dans uine letire d-pofe lr lCe bureau par M. Marat, de la reine et de la famille royale a arrest que deux : le premier, dans un voyage pr&edent ( et it
a;tnur de I'Ami du Peuple. # M. le major-gnderal en refererait a M. le lieutenant nous Pa decrit) ; le second dans le voyage don't il
20. Des plaintcs de M. Dumas nommn adminif- de maire au department de h garde national. nous donne aujourd'hui la relation. Ainfi le voila
taltuenant a' Solen,-".
traeur proviipire dI. 1hIpiral des ci-devant Gardes- z'. Lecture de I arrete I envoyer aux municipa- vm a de Soleure a A Vein Zurich, Les
fratnaifs, fur ce qu'il avair dte depoffid6 de fa litrs ide province fur la d6fertion, et de la lettre grewners publics (dans cette derni re vile ) y font
place. deffinde .laccompagner, toujours bien fournis. IIen en eft un o 'on conferve
3 '. Une deliberation fur les paffeports, qui s'eft .2.:Arrivbe de notables-adjoints lins'par trente- do bled do 140 annwe qui fur excefivetment
terminee par arr&ter que Pon contimurait d'ein di- fix diffricts ; ces meflieurs dempndent ai porter' fer- chaude. Ce bled s'eft fi bien confervr, qu'on pent
vrer, quoiquel'on f-r it la g&ne qu"ils produifdain:, ment entire les mains de M. le maire, er mnn entire encore aujourdhiui en fire d allez bon pain. Avant
et P'elpece "4atteinte qu'ils portent aux droits de culles du president, quoique aux terms des lettres- de s'en fervir, on I'infife vingt-aqatre heures dans
Phomnme, vu ls circonftances. patents M. le pr6fident puiffe egl ement recevoir I'eau. ,- Comme ce ph6nome-e tient probablameiit,
Sa des co irs nomms pour con- le ferment pendant cette difcufflon, M. le maire non-feulement A la qmalit6 du bled, mais encore
cilr ,-s di rends ds h tans dea paroiSfe dlffy, arrive, qui leur fait preter le ferment fuivalt: au lieu. o i eftus conferv et A la oe e
lefqul avaient formed chez eux d.t,< municipalities Vous iurez et promettez a la commune, de don emploic,'uents atains dfir les qe IautedZurinus
,.s : affaire s eft terminee au contentement des bien et idellement remplir les functions qui vous Del, i pafe Schlffhouife Cataracte du Rhin
ux parties. ot t conlices en quality de notables adjoints,Aie ,Winerthur. n troue ici 'anecdo
dpsx parties. pour affilfer a 'inflruction des proces criminals, et in effanteun baron de i trouvi vit vnecdots
ro. Ann gages des gardes-du-corps arr par lagarde na- aux plaints et autres acts des procedures aux- 300, ) qu'un due d'Autriche rencontra labourat la
toiale d- M un, envoye n rf6r6 A M. le co- quele s vous affifterez. terre avec fon fils. II lui enl marqua fon 6noneient:
mandant-gendral. Yquelles Seigneur, lui dit avec dignity le refpectablevieillard,
( La fJ;ite des numaros fuivaunsinccffainment. ) apr4s la guerre pour la dijenfe de la Patrie je ne troun-e
6. Felicitations de la ville d'Angers aux repr- point a'occupatiotn plus aigre d'un gentillhomme, que
fentans de la commuineiftr le courage et hla conftance celle de cultiver lui-mtne fes tertes, etj'en done l'exera'
qutils ont nontres dans ces terns orageux. D I S T, R I C T S. .pie a muon fils. .
T.ecture do la proclamation coceenantls fean De Winterthur, M. tobeir fe rend a Frauenfeld,
OCs de I'Affenible national a Pas. Daes I'aflembke du diffrictde Saint-Roch regu- lieu des diets generales du corps hehlvriue depmus
o L.i e lier ment convoquee, iI a 6t6 fait lecture de la Iettre I 712, et it remarque que le batitment ou elffes s'a
8P. Dtputation dudifrict de S.-Lou is en ile, qu" de M. le maire, et enfiuite d'un imprimi adrcfld femblent, n'offe point un autre afpjct que celui d&
,ataonce larivede foldatsdu regimen tdArinc'i.,c par MM. les repr6fentans de la commune lequel la maifon n6gligee d'un simple particulier, quoiqub
invitation de la part delfembleu diftaictd'avoir orte notification dut'veu qu'ds ont emis fur les les Suiffes ne manquent ni de godt pout I'atchited-
flon des foldats; rferd pourle-rcfie aui conunandait- tdux propofitions fnivantes, qui avaient eA foumifes ture, ni de moyens pour clever des pahis. Mais,
g2ndral., a / leur dlibbration, et aont Vexamen devait fire la dit-il avec raifon 1e fiege de Jla liberty helvetiqu'e
O9. Autorifation donnee, au comit6 miiitare de matiere dL la d(lib.r. tion de l'affemblIe giindrale du ne pouvait 6tte mieux placed que dans un edifice qui
porter fur tn tableau Ls noms et firvices des fer- district, favor: rappelat Fancienne fimplicite6 s moetrs, fondement
gens ees anciens'Gardes4Frnqaifes qui ,tie font pas' io d, pi.x-l le plus dtitable des Republiques. .
Score piacs idanla gard re p d papartemet de d ut e voyageur paffe enfuite I Confltance et delA A
Siore places dns'Ie garde national fold'e ani de laJr dx-hult lieues, c'efl h-dhie, de trois cents gaint-O ,App,!I,, 11aI,..., ... -pour
"-snommer e pr nc. ics de prfu^ le Togenbourg, d'o ill defend dans leGafter ou
o10. Larr&t6 de I affemblje fur M. Belizaire, q zo. iPas ferat-il le chef-lieu du d4partement ? p y; d'Utnach qui s'6rend du lac de Zurich A celti
reconnait btmne et ,vahblk ri nomination de ca- de Wallenflad, fur leqlel if sembarque. TI paffe ar
(pit.d,_ dela companies fibd6e du diflrict de Bonne- Ces deux qutilions avant et. mifes au debate, et Wallenftad, etarrive chez les Grifos. Dpa a -
nouvelle. les raifons pour et centre entendues, il a ete arrt&6,. c des rs ligue ( roans c na-
SlM.a grande plurality qu'il Tfrairt ridmm des comrn- cune s amtros en, tqu les cs, parent) alternate
110. Lecture dc-Trois lertte de M. Neik r aMle miffaires au nombre de neuf, pour examiner dif- mnt ss les ans, "es d. de
ScncmI!T.,r. terreau. oe le miniLe rend tioignage cuter et approfondir lefdites queflions, et fire le cha rement trois m Dans es-- di tes, qu uren or
la fatisfaction qua le rol a de la bonteconduite rapport de leut travail a 1 amf. mbl.,, gin-rale, pourt ende roei s a uts ne p uv, ,
e M. Serrea. quo ladite lee rait poroge au lendemain I tdeddib 6rer. sq a *ns
?.o0. R ol.f eaur- lettre dime perfonn de C dc mbr j eres l iadiuenI'affire c d ettans, qui ter i ent'ri
bourg, q:i deirmndait qi'on lui donniat letitre de Le Icn mafi"ry decembre, 1 affemblde regihlie- c Jent a la plurality des voix. Chai..nUmmuntui,
tOy;tn de Parisronu lui dit que la c-mmune n' tant reinent convoqu6e-r il a etd i -ut lcture du rapport envoie fon anete par erit, au ptufai .,congres,
n a' I'tA


.1
1-


* ~<. C


.4

V


,,,,, ~.;,...,..^,^" I..ilc^-_~, ^-~.^-.L, \('k",,l~~


At t


l .. ; -











.r p --- ... r i' "' olt o M. le ,1'i,:'I1t lit une n -eue ,d controKir. '.
A ton. a Et fuIr lh l-,t ,PrrJ. Cf.,ard la p.r]J e eL a J J .di... Aral des finances jointe au mm0i, 1 s a d tt$
d, rdiuj'nld li%. .. :. it t u e tltejs Urze t irateurs des doumaitles qui fc pi.igniV dl'ui e in..
*V*Jt. ',,-. 's.. dpI ie ha it de schc-:':t eL,"Al.,,i 101 1 va 1 Notre-Dane rectiol des habitans de plhcui. alkes dc vyre,
.t(it. bupeiat 1 s.!t-.5i. ,o teane a ,.,C,- d ... t, Gris M, ro Stanti dea lau lac &les, restiveutent a la i.:rcepticou d1. imp.t.,
rn.. .U-.. l v itv ,, I.-j.u ntea ie rappele t- dest ,mit. a Unte fee ,Ine ak n i. g.n.t Ala c a autonte M Ic ,li, m a c r an,
1 eu.- ptoni. qcu'o, ,,1 die fimee dans ks ya l l. I, ni ( ici et place une bi tlle di i ho nu mmnicipalites de ce canton pour y tla Rtblir
e ,1 v,l t...l.. ,i i ei qm et u i tl s nIe fofr ks jaou.ges. ) et fe -red dars le Vall is ( vues le recouvrenent desimpct.
cfil.pit I d s e qu: Ibm h- l tIeus,l l- Les nueuv' fur ltesCt -rtiis). Dea : de L O lit wDe adr.i. dc a gde .ode
iu .! dy n.t'" p -.r d ,i foles ..aid i arrive anione n vii a M- iVgny., a Ai:k, il-- Rennes qui fe ilait de .ec qu. M. vicorn.e d.
vyau s.s .y comaci ue.bie :lenS taa dire neuve e et uinu point de B,-ll.'- '-. irb vai ,e d'.ASor e.rrecri,pGr I
yu. .ur .-rn i ioti ioniie m m voi. Nous regtettons beaucoup de t avoir pas p te enaces, ls magitras de it ch.'.bre'des vac.tios
It. quq I. h ux p~u.aedelaLige tous les morceaux qui nous nt le plus rappes dans de ln. de remplir f.s lontiots.
. tUll e if dpu kdeuts qlle oy den'avoir pun esindi t M. le vicomte de Mabe de et ig.
iI b Iran d eS Lp petits dpotss auxquel.s mais nous prefuonsoiS que noe s et avonus e M.e:l'tion l plus f..tesf e -t..; e t il demde qu
elk e it fbuif .tpa elle retermiait une pour engager nos lecteurs a feprocurer or M. e prudent foit autonhi 3 c-ie qu'il ,,a (UV
opulatlon aloe il ye. Nous ajoterous que ns de itin'airde pas enu le poposq n h pr e q, i
k.I-ne alceT. Celi ique, d 's que leseupIsRoela obert n les details ftot vritableimett fur- accord.
Lion-ule kiltt revitus d hlo'.evr,=sin:tck ..tA e. pe s L'Aflemblie -autorife M. k pr'fid..nt cra ;te t
inion-iS;uliFUnt dit M. Robert, il.. et es milice national dL Heniesi qs e M. Ie vii otmit
habitgionss yPit L p s i ,atini.rz- e .OI cumme ......... ... de irab-.au n'a pas enu Iintention de 'iiiclpar s
bi,du-s d.-tepfrlese t des maionagnes. Danscet ni de dire que c'dtait cie qui avatn emiip&hi.':
p.dues d.ls I enfoncri-erdes montages L ANG E'S. re re du prlement.
u t:. dc io It%' *-,u einet eft CO_adi r- L A N G E' S. entree du parlement.
cta de cho.cs, mi., la ouvecanete en comamue deper- |
1-e lur tone la tin t.ce tilays, l ropriete y fixe, d .s M. de Caflellane, au ioin du ronmit des uetr.t D
y .i.lc. IIse l- .oun..-s p ,nout ol if y a tn fragment Lettre de remerciement des coliorteurs a amateur aes de cachet, propose une motion !ur tet objet, ui i
die tcaie !i r-cier qiu.uS pnaturagies don't ils puf- j.:.J!'!s de 2 Jots. ( Voyex le i 1, ;auve 1790. c) a t en taeire partie dctite, aiiniL que o j.e la I'
-ea1et el mijeure parties d-ectt' .e aithLilej1, Cl
Gunt tirer part. Alors pointde capirale a proprre-..a pp rterai a la fll d--la leaio,-. .
metit erpar.Alo point dfoyerie ia richele points Nous n'aarions point connu, Monfieur ana rapporterai a fin de a f ce. le.
eit parkr, point de toyerde t r.cius e, pi.ed tenrvo re in areffinte letr-e entfaveur des Jfuills -M. Lebrtin flirt un rappoic fit b percepdiou d.s I
de .oyer. de league, ao-s r o1ie, acun le ft a de 2. os, fi Pau eur de P'une de ces feuilles nel-t. iup^ts de la province du cury qu it ., p,..i c o
f. ,-c.e, dtre la corrupt. S C.hc'-n s --re nous avait rendu le frvce del infeier toute ,etiere. fire fuivant 1ancien er..n e. L'A-l>blk~e a juge -
p.u s'y de ter.re a. qui i .i a a corn ..n. .en. Pourquoi, Mo;tieur t amateur,.vous qui vous mon- quil n'y avait liet a delib rcr.
Sre propritaire re a ctrz le d-nfentenr fi chaud des petites feuilles que d Roefort a a e ue
En remontant la grande valle du Rhin notre Inous vendons, avez-vous, pour la pubier, done foiers des iles Sainte-M guerite staunt recem-
voyageur arrive D ntis, ue des hautes jurif- la prfrence a IPun de ces grandss journaux que eur nt adds etefugis 3 Grale en Provence, oh is
dictions des gtifons, d'oi, par ds f ntiers mon- chert rend pour nous inabordables. ? Vons nous s'6taient mis focus la protection de i..-i milice .nio.
tans et une excavation profonde former par les avez la fa.isfaction de vous crier, proc amn.er nale. Entre eux fe troupe iti vizillard do totant,-
eaux des montages, i vient a' Taefch, ualfe l colporteur de prem inre marin. Quoque nous foyons douze ans, qui 6tait enltrnd depuis quitate-um O
Crifl..lt, parvient a .Val-Urfere, ctoie i mont un pn ,fenhibles a cette injure, nous ne vous devons e a s~.
Saint-Gothard, franchit celui de la Fourche, entire p s moms de reconnaillance pour avo ir f bien es fe font faps p la 'age a mie de et e
da le Vallais traverfe le village dObrwald, et ftnu nos ner; car f cae air i bae ces es de douleur
va go .-: acel:d doit tout aux feuilies de zfols que ne leur de-_quit Weil e
a ndmain i ffe ld Gimfel. Ceft dans la vons-nous ps nous memes ? L'anritocratie, qui fe M. Dionis du Sejouir deuande qu'on vitic kIcs
-cr. do ce q,, ... -,e ce bea glii par-tout a tent de nous enlever la gloire prifot s des r-ligicix a.it le s les 4de i ra.-c.I "
tbl ce fi o-n d onne if de concourir de tons nos moyens au fucces de la Qu'il eli beau de voir uI mLgillrat f .; s'inttefluid ilut
ialeau de l Aar : c Un d pfile p ro f.nd donne i e de 1 ,. ,i
a. .aux r.unies d-ls dux lacs, m le~ av-c relies revolution. Maps graces a vote app d s nous ne au fort de Phumanicf ahrane I
de 1'Aar. y entrai; je Ifaivis. Ciel quell fracas, craindrons plus detbrmais ni laritocracie des grandcs Dm Geile offre dt domit- ANat des dstiai
quand ce f-ive vient a dboucher dans faifreufe fenilles, ni cell qui voudrait nous enlever les das Yenclave de fa vite ; i a l ,a qud ,I ny (. a
vallee qui coarc:e fes eaux L Aar futieu, arrache Ptes ". Les, colpoears de aris. avait que eux dount ifi .it <.t alie ec au fit-
et role des roch-s qui fe hlurtent, et qui, en fe ote d ridacteur.' Nous fommes bien fach6s que p us a dclare. qu'li dtai t p dadheret a li mo tio
choqoant, excitetr une odeur de foufre. 11 fe bnif 1'inpoffiblite de concilier nos intentions avec nos de M. do Caftellane.
contre d'autres qu'il ne pent ebranler, foit qu'elles frais ne rous peritte pas de -rendre note grande M. Friteau parole d"un p1iru lfounier drenu dans une
tiennent ,i3 la ..aagne flit que leur eniwag~nment feuille abordable aux colporteurs des feuilles :de l efp. c 'e Batile obfci hl bai.,iert dn'ilT'line',
ne Jeutr ptm nc- pas d'obrir a fon impultion. fols, don't tnous avons toujours eftimi le service et et plac6 nu dans uni ds.nqim oA i! .tjir ldepuis trois lit '" 1
Toulttes ces imaftfs, ou tOamees des montagnes reconnu'influenee. ans, en 1779. On n 1',i]'it 1a d. h6tion unc p.: ds&
adjacentes ou roulees et amenees da plus lhait uue letre j tee avec uso.- ilcrte d.n 5 11.niu iJin d, I
par le fleive, barrmit fouverni fun lit, en tout .........._ .... ..voifinage. Le parklmentt s'nmt.- rlia inutil initi pour
en pattie. Alors il heusr:t, il prfle il mugit, il ces detentions illegale-. Le aninl,:1r. i.-fuftl juii ie:
cunme il s'elance entie les unes, il fe pricipite M. f',ti Aline qu'il .y av.'t alors :" P.ris u cuc-
par-deffus les autres, it fe gorfle, il LIJnai il A SSEMBL E A T ION AL E. cinq o.llil-., grandes ,on t' tis, et conftn.it .Ius
xenverfe, il entiaine, it s'ouvre un paffage : pendint de priformiers que les pil1 du a.tk.dt ~r ,:de :.
ua efpace de fpt a huit hleues, i'Aar ne cole point, SUITE DE LA SIANCE DU 2 JANVIER AV SOIR. Cor.i rgerie enfeible. Le
il tomibe de cataracces en cataractes... La plus belle M. l'abb ., c r (-i
de fes chi.es eli celle oi' d'environ quatre-vingt Pryfl.ence edo l'gltfe poa r cos ,,,,|, tf,,ii. asis t ,'i.,ite; ,et "- d. RJ
pied i.1 haut i s 'engouffre enrredtux ochers exit& ....rourde bref d'oxc..u uten .ut Of il inait1 t ... -i &. Ai t
u-ment raprochids, avec un trmugiflem-nt 4pouvan- furtont le bref d'exc.,n,, u, ation fi i ,- p n" c,, _
table ,a Suite du difcours de M. le maire de Parts. noit XIV en 7M6 cr lpulli,.- [. le h-re. c ('
Du pays de -Iafli, place au bas du Grimfel, France, qu le fit fi: .i- coutes ks olfcnluii'. l,
M. obert s' nfonce dans la grande chain de Nous infpirerons le respect aun Peuple de la capital 11terine par requrii l.1a .,un ,.iuitt iul. iv.uni n ,
montagnes qui court entire le canton de Berne et qui a conqtis la liberty par la re solution, qui quel aux d tentions d&s s.'-ieu' .oe
le Valfais. 1i arrive au Grindelwald don't it vifite quefo ss it agite pour la ddclndre et qu ue Enfin, le &dcret r fiit.,.l: li '11,l",, :
les glaciers ( ce chapitre eft intif et curieux ,) it cornnalt pas encore aflez les bones et l'tendue L'Aflfniblee nation i.. cioifid-r.int aqil 'CA doe
nous d&crit la cafcade du Staubach, et s'achemine legitime de cctte poffeftion nouvele. Cefl a nous a fn devoir de ptreie !.: ihti..,n. ion1 t.s ih.i 1
:ars Vdvay d'oa it paffie Laufinne Mondon 'eclairet fur fa jouiffance et fur ks devoirs qu'elle exacts pour cotinaiti lai totalia s .iloucnii, .
pa.on:..-, Avenche, Morat, l,'ibouI', Yv rdun, lui impofe; le plus important de tous eil a fou font illgalement d-un ir,. i
Valiorbe ; il vifite le lac de Joux d'ou il fe tend nuiftin. C'eft a la foumiflion a aclhever ouvrage Que malgre les ta'. wui s'ut .i: t,. .-, .ii f. con o
SNeuchrtel par Motiers-Traves le Loclde et la denotre bonheur et a teriinfer I revolution ; tnous mifaires par les miniitit:, ..in ,v>i pififus ,'-l.t'n- 2 il...,i.
CILn C-.d..--F"ond. en donnerons Ilexemple, nous qui avons Ihonnieur tins anciennes piuvr i ',.*.- ..IN,.,-,:s d.s minitinr do:- .f1
AAu fortir deo :'.:i-.I, it contourne le ac a fa d'otre- pour la capital ce que vons etes pour la ndme fuirtout fi dRik .tr .:u l- n v.usnt .l rtJrct |',,i up(
paftie feprentrionale, trav rfe un iummenfe marais a atio entire et vous jugez, Mtiein-,, avec des commandant, int:d.i,- .u ,' mii< .,i,2 s dipoti- i '
puis I'Aar a Arberg, et arriveai [. i=... En quittant quelle joie et avec quel fentii.nr. profound le maire voir excurtil: 1 ,, i;
cette ville it va A Lucerne, faith une excursion a de cetteville a q a commence chez vous fon edu- DOcrete que huit R jini s .ii .'s li option n du i{'"I-
Zu7, revient a Lucerne, pafil iBruon,n Gerfau, cation national, fe montrera le premier pour fut dcret, tons 5.,v,-loi.oi t li,)m iijs d,. Iri ,
Schwiiz. Dans le canton de Schwitz, et, eln doimer ct example fi i.<-.fLii.: ; achevez udoo cla commandants de priifo.. dJ'L(. on*i l<,iir.ude 'wim--
geueral, dans les petits cantons s'il s'eleve une loi aM.:1lh u.s, et nous vous repondons di o;i fonls de force, f peri.is d, I m.,it ,,,, s-lipkit-nfs .,cr L'ai
mr t le dto yeni l.' qui en llf tinoin, de- excation ; achevez.i loi aveec un imoiarq-e dne routes autres periboni, < tI.'. .1.- 1. '.I-dc. d,- s p ,I, vq
vient m.gilh .r. b:.i-ti i'.n I'Etat du shlui qu'ileni de notre amour, et nous rpondons a '. ec a fonniers dtenns par l-;:n..s .1 ..,ic hr n ir odte l,,,.
a, 1"ii 1p..C i'"en ceant? a x paruoits, et, iti-it, lte o Iautre, de la foumihfion et de la fid.litiT dus A qtueconque des ag-. ,dh pvir .x-.uif, f.rnt .u
.drnier .:i.-'n du carton, fa yoix tout rthtre ces obJets l^tes.- Achevez la loi, ct l io.. ,. onus, a pein d, d ,i ,, r t (pnif>bl. !'..n- I ii Tv
ians lotdre e to filence. 11i i de fi touchant que la Nation que vous reprdfintez o la capital AW: vlvow-r A? PAAf -blec ni..>o >.n 'i, c.ni'it vi t, I,
le trait fuivant tir6 des atal-s du canton de nous fomues les organs, viendra la jutri-r diva.it tablee contrnant 1.' nu.mi I,T ,iTnr, ,it .t 'r.1
Sce.it'tz a Fraat Vint uon jour furle foir, vers vus, devant le monarquea qui vous remertr c des differons i iouii .-r I < .n r
Gafpard qui travaillait dans ion prd ,- et lui dit: dpot refpecrable, ce jour fera celui de la rani,- dte di lufrs'r', t -i.'a fat .e noni ta orA.i ,sA
mnot ani, ,oi le terns de a oltte dces foits, tu faris lace de la monarchies le commence-ient de da en vert defuels i,_v. o,.r.,itr 'e*r 'snt. d. |r ir
a" nous avons oa J,;.-..;,,. pour une prairief j'ai fait ,lpror itx et de fa vetitable grandeur; fous un oi en -ileutuef lb ,_v, ,', n, .*i'<, 1 bl
j ."/. : / k itp, p.ee unous iibemon eo t julie .',,,,- avao s tons conttribu4 ac q rt i L o prdfrt dderee I ,t .,w- '," ,: u ':, u, t ,,ca
as inf -its qi d nous de a ,.0,;,; aof, ",.s det la lIb:.,:.- naius naous ne pouroras tre hIureu- aver fortr c I f.,,.v :o., ciu. ,
p a s z zflr its qii t.^,1/0 fq- d a tv "o a {.11'"11- ,1 1 ^
main avec moi duutut icSisjges. In sois Frn'at, ,uqcj'ai quo par Ca botd" or par vane -"". "". a
fauc route ccte prairie; i /fut f,' ... ramft'r P., le prfndent a la ddutation Les toyens d la UL*l if, ,,dlr. nlatimu. 5ho rti o( r." lc, *m
cf'ta dentai, yje nc fairais quitter. Etmoti, jc ne -.ill' de Paris douinenrt chIaque jofeur des ntouvelles i"il 's de lii prop,,I JP IhAt .n'i f r pof-
nis rev.-erycs juggs Cq ot dwtfi Ccc jW, t d'ail- teuves de patriotifite vousvenea de Ieen uiJ4e. fibl los l noyni- s ,: l lh ru,,ur,,p v1'. rwild th-
le s i falla voir qui eft pl airie va Jc a if a'. -' icatio ale l'. -r i aux nobj s eati- cA- vement tout- s u i n'pl ,r ill-.::; ii lr'i' j|
r.,,.. r. 11. oil? .. s.." queiqueteosu; en(iu Gafpad imnens qui vous animent et e r avc fi y c'pendanlt I- s r uI :.. ( ,n l .. o .~' i
I I "' Sais-at ce.- q'.i-- a va-cp- de!t d.e a flactiotn vos hou anaes etavrs t V Cl M. l. 1 m ia e cotmprt.mettr'- 'a .i u hliqub ; .- I;.., i,' P, ,
Schft't ,dls n.s.v : -, -. .'.. '.-ct stc I s. t.o ,s ]et '.i. le command dant u '. 1 de la gardi e suAtio- f t Crdc t porte pt 5'i. 1 'A' liuA.-it ., I1 l..,1 1l ,X ts
/ n'y a qite fee i e j'y a/". Ainfi ct lut, F-rant)_ nale fa-ent av-c qttel paifir on les revolt ici. !1 du roi. i"'t'
',,nv a ''.n.h.. v e ditar jug-s,da iu n-qdil feeble ls invite pr.-njre len:t pla4e.- palnui .7 Vatb. do r7.. < "io" *- '' ". 1.. ~',,
pm fes raifo. ns et elles de Gafpard. :.;.l s nous, et *-11.. -ous peiif ]tet, .! ,,- a s i .nu ,' a hI ir 1i.1 -. et M i h., d bM.,i A M 0 tin il '.
pages eurent p t,,t,, -", IFra te retourna ,iat- fa 1: ". I' Lbd fe e'; t;,.:- fj.ii F.o ,.m r l .


,:_~i~~.~1 ~--- --------;---- -- -~------------ --`-- -












GAZETTE NATIONAL, u L MONITEUR UNIVERSAL.


M E R CR EDI JANV IER


790. /


P OL IT QUE.

,T U R Q UI E.

0 .aprend de Confltitinnple, par deg letirb
in peer novminble, qie pendant les dernrers
j.urs d'octobre, les pluies, qui out durd6 neuti
ours fans ceffer ont 60 fi abondandes que les
S._oI.s Un Bofphore ontt &6 inondts des-deux-
'tts. Les rues de cette capital etaient fi remolies
teau, qu'un grapd nombre de ma.chands ne pArent
ouvrir leurs boutiques.
SUEDE.

De Stochkolm le 3 d1cembre.

pDpuis long-tenm les affembl6es de la bourfe etaient
interrompues. Elles vont avoir lieu de nouveau,
et Yon epe'e qiue la circuit on du numeraire etn
deviendra plus facile.
probablement les rifles font dans l'intention de
rous inqniter penlatnt i'hiver, putfque r6cemmenc
encore, ils out porter toutes leurs troupes 1kgerts
lfu ies frottieres de ce royaume.
ALLEMAGNE.

De Franefort'fur-le-Mein, le 14 dicembre. -

On appi end de Munich que le confeil auliq"e
de guetre retft, le 9 d&cembre, erordre de s aff:m
bler en grande diligence, et au m :lieu de la nuit
nirme. On lui fignifia, de la part de S. A. dlecto
rule, quele confeiller de ce depatement, M o Chan e
venait &ire caffe er dmis de fes fontions; on
ignore la caufe de cette disgrace.
11fe iier, ta Fancfort fur-le Mein un congrbs re-
lttivementt a a imarche des troupes. M. le g6ndral
d Gmrelit, quaitier-mtaitre-gen~6al du cercle du
H mit-Rhin, enqa nomm6 le principal directeur.
D'Altona, le 17 dlcembre.

Depuis le premier ddcembre 1788, jufou'au pre-
miem d le rce moi, on a compt6 dabs cette viite, et
dis la feimneurie de Pinueberg 357 ariages ,
141i naillances, don't 47 i legitimts, t 1z21i morts.

I T A L I E. -

De Naples, le ii decembre.

Le nombre des fogitifs Franqais augmentant
chaque jour dans ce royaume, malgrd les defenfts
de les recevoir, le gouveinement leur a fair igri-
fier qu'ils euflnt a vacuer fins retard, &cc. la
cpitale et les tertes de fa majefle.
Le prince Guillaume Henri, troifieme fis du roi
d'Angleterre, eft paffe le 27 novembre, a Man-
toue, pour fe rendre 1 Rome.

P A Y S-B A S.,

De Bergheim dans le pays de fJillers le t decembre.

Nous venons de voir arriver dais cette vilj 80
inval;des impertaux, qut compofaient la garnifon
de Rurmonde. lHi nous out appris que les armes de
e'empereur ava'ent t kt&ees dins. cette ville et
W'ils avaient ti obliges de I'vacuer par les ordres
du magiftrat.

De Namur, le z6 dicemnbre.
L'affmbl6e gienrale des Etats de ce comtd a 4t
ccnvoquee 4 2l le ce mois. Trios de leurs ,rem-
bres, accomnpagnes des garden patriotmiues, s'etant
rendus A l'hotel-de-ville independencee du comrt6
de Namur y fut folennellement protlamde par M.
le pei.fioinaire Petit-Jean.

De Bruxelles le 30 deccmbre.

Les troupes ptriot:ques d'Anvers fe font em-
, price du fort de Lillo ; l-i gar, fo,, Autrhihaenne,
compoe6' de 150ohonimes, en elf fortre fausarmnes
ceFendant on a laif6~ le s p.es aux officiels.

ANGLETERRE.

S De. Londres.


d& dcttes encore non fondees tout nous demontre
que. fir Grey Cooper avait raifon d'affurer qu'il
faudrait avoir recours a un nouvel impit.
Parini les secrets pudriles dans lefquels s'enveloppe
le gouvernement, un des plus curieux, c'eft de
laifler ignore aux loyaliftes Americainsla compenfa-
tion des fomnies qui leur a cti allou6e en indemnit6e
de la fortune qu'ils ont perduta en Am6riquo cette
compensation eft r6gle par fes commifTires; et puif-
quil tfaut bien,en derniere analvfe, qu'elle foit con-'
nue des intereffis, puifque c'el eux qu'elle rgardle,
il me fumble qu'on pourrait fe difpinfer de leur
faire un myflere de ce qui fera bient"t rendu public.

S La vente des th6s, a Photel de la compagnie
Zes Indes, durcra encore au moins une quinzamin
de fours. On vient de commencer celle du thd
Hyfon

Un grand nombre de families arrives ici pendant
les troubles de Gand, retournent dans leur Patrie.

S--Des pirates portant pavilion de differentes puif-
fancs out commis dernierement dans la Manche
plufieurs d6predations funefles A notre commerce.
Lord Weflmoreland, vice-roi d'Irlande, a donn6
fa dimitlion de fa place d'infpecteur-general des
poftes.

Lord Buckingham va mieux; c'eft ce que nous
apprenons par une lettre tres -rcente crice A un de
fes amis, qui nous l'a communiquee.

Les frais d'dtabliffemens civils et militaires pour
led diffn entes prefidences de I'lnde, ont montr
en z788 A 4,794,898 liv. terl. Un aperqu lesportel,
pour I annee 1789, j,o0o3,668 liv.

De tons les grains que Phomme peut employer a
fe nourrir, aucun ne fe conferve auffi bien que le
millet ; on peut le garder un fiecle. Les dernieres
difettes qui out afflig6 PEurope et s'y font encore
fentir, doivent engager les laboureurs a en cultiver,
pour fe manager une reffource.
Le 21 d&embre, a cinq heures du marin on
a, tire d6 la prifon de Ntwgare crnt cou-ables
defines i augmestir la colonies de la baie de
Botanique.
On a appris par des lettres ue Madras, du 2
aod que les ambiffadeurs que T.ppoo Saib avait
envoy, s 1 la cour de France font arrives a Seria-
gaVpatnam au commencement du umois de juin
dernier.
De Dublin.

Notre commerce avec r'Efpagne et le Portugal
s'accroit journ. 11 ii.'it. Les priinp.-ux arti, les pout
letfqiel on rnois fait des demand s qu'a peiue
pouvons-ndus rempiir c. nfilbt-n en to1ls ouvrees
et unies indiennc, petits velours ttoffes velou-
te-s draps communsrls, rtines fines, coutellrie ,
grilles d'afparcrmens et de cuihd:e en acier pi li,
dbenifktrie tapil- ie bon etrerie d1 toute e'p:ce,
penduls mo,,nr--s machine s de toutes foutis,
mercerie et meme modes ainfi qu'une fo':le d'au-
tres petits objits tenant aux fournitures ci-dtffus
detallkes.
Un oi tignt trible a rdpandu la difolation fur
la c6te d'.ir eli.Ecoffe. Des lettres de cette vile,
en dite du* 16 nous mandent que douze batimens,
quilavfille ava ent mnisala voile, out tous ete6jettes.
fur le rivage on engloutis dans cette rade apies
avoir et6 battus p'r la tempete pendant plifieurs
h-ures. Les flots apporcent A cheque inflate, fur le
bord de la mrnr les malheureufes v'ct mes de; nau-
frages : on n'en lafit pus an jute le n;nibr.-. mais
tout le monde dans cette ville a quklques amis ou
parents a pleur,-r, et le deul eft univerel.-
FRANC E.

De Paris, le 4 janvier.

Mor.fieur le rddacteur, j'fpere de 'imp.rtialite
don't vois paraillez fare profetfion, que vous te
refuferez pis a la nouvelle que l'ai reque de Pondi-
( celhe qut l;w ef fi conmraire. Le publ c fera bi, nt t
A portee de juger laquelle merite plus de creance.
L'abbi DC CHASSIGNOLE vicaire-gine'nl d'Autun.
Extfait d'uase ttre de Pondichery.
E71rc ri-It J-:- At.- -rffobi- ', or


Les comnptes de la marine et des fournitures de blement vont fair de bonne befoppe. lI ont been
vtrts pouor es ro's de mai et iuin 1788, ne des icnorm,-k a fire. II faut efperer q;.'ls s'en
font, p.s encore follies quo"que le mini"Pere edc occuperont (fl a"no- 'C qu'ti /tat durs litentitn de -s acq'itter voudra s n'i&re pas a 6o00 lieues de ce btl Empire.
ex.actemen au b :ut de fix no s, et de fauver ainfi Ces iforme, y feront confo mm.iee avant que nous
iat~tr de la demi-armee. Ce retard j fept millions 4 iachionsfeulement qu'elles font entrepnres; et vous


fetez en pk.ne louillance, lonique nous le f rons
que dans I'atteditt des &v6nemnens. Je vais vous
faire part de ceut de tette contr6e. On y fait
courir le bruit c|ue nous gallons evacuer Pondi-
cbhry, qufil n"y reftera jue des regimens de
Sipayes, et trois officers pur prot6ger le com-
merce de la compagnie des Indes. Ce ferait, )A
ion avis, tine grande 6pargne pour la Nation. Cet
etabliflemrmnt cdte des fommes immenfes, et on eft
mor.alement fir que les Anglais en profiteront, et
le prindronit cc-mmgils ont fait dans trutes les guerres.
It faudiait y triple nos forces pour etre en mnefure,
lIfle de France etant ti op dloign6e pour le feccurir.
Le habitans en font furieux, ex cela eft aif6 a con-
cevoir ;.i n'y a qu'aperdre pour eux. lls's'en pren-
ntnt au comte de Convayv iis lui ont fait des offres
confiderables pour qu'il s'oppofe A ce project, il ls a
ref .fes avee fa p.,ret6 ordinuire. Ce refuse lui a
fa't d&s enniemis "fans nombie. Ne pouvant l'attaquer
fur s talens, fes vertus militaires, fon defint&r fie-
ment fa puiet6 dans Padminiflration on le taxe
decre mechant et dur. Sa probity auflere, fon
fexacte discipline ne plaifent pas ici A tout le
monde. 11 n'y a que le Peuple et le foldat qii
l'aiment, parce qu'il fait rende la plus eacto
juillice. Les charlatans et les avar turiers ne Iii par-
donnent pas de a'avoir point faith 1'expedition do
la Cochinchinie. Elle eidt 6et rrs difpendieufe ,
et fans aucun avaitage. S'il y en avait en, depuis
quinze ans les Anglais Pauraient faite. Mefiez-vous
de tout ce quon d6bitera fir ce fujt, et plair
gncz tous les gensenplace, lorfqu'ils font honnet-s,
fei mes d-ns leur condaite, et ne veulent pas voler
le rot et tromper le miniftere.



AD M IN ISTRATIO N.

M UNICIPALIT E DE PARIS.

Nous avons, dbs l'origine de cette feuille, fait
connaire au public le plan et l'organifation ac tuelle
de Padminiftration municipale ; ous avons remarqu6
aulfi que ce plan n'eta t ue provifoire; quel Aiiem-
b'ee ds 280o re'reicfnta s te la cornmui e s'occu-
pait de fon ouganitatio, ddfinzt ve 5 que pour cola
elle avait nomnme tn com.te de 24 mnmbies char-
ges de pieparer ,t dc lui preieniter ies art c:es ; que
ces membres s'etaient ab-uches avcc tas deputies
de Piris a I'Afremb ee national pour accel rer
i':xecut'on du plan'; ofi nious ai-, r.n-ms A
nos lect us de leur endonner les articles am-fCire
qu is paraitraient. Nous A.l u.. iouidi, r-ti.pir
cet etnagemi nt, et tranicrae ici tout ce que I al-
femoble des reprf-:ntans a juge convei.able d- auire
inrtpiimer et de foumenttre a a c ftfflon de is
matmbres et des cit et d'aprs fes l. Iires et d'aprb, c-* principles
eclairer l'opimion publijue, et fihxr 1-s idecs hur
la mneilleute forme d adu,,iitrat on municipal de
Paris.
Riegement general pour la munictpalit de Paris.

TITRE P R E M I'E R.
.De la municipalite, de fes droits et functions.

Art. I". La municipality de Paris ftra reglee fur
les n'uiraes bafes et les mbmes principcs que les
aurres municipalitis du royaume felon les decrets
.'e l'Aff nblee national, aut. nt q:e INimm tife popu-
lation de Paris et fts loca:ites ne necelfiteiont pas
de diffi ence.
It1. L'ancienne municipality: et tous les offices en
dp. ndans la'municipalit6 plovifoire alctuJliment
fi bliftante dans tout s fes parties tant a ,I'otel-de-
ville que dans. les diricts de Paris focus q elque
titre et qualification que ce foit font fupprim..es
ec abolies ,; et ctpeidan' les officieis muniipaux et
tou es aties perfonnis actuellement on e er< ice,
coriimur,,nir leuris : ntiros ui"qu'a. ce qu'il aitr et
procod6 a 'de nouvelles dlctions.
ill. Les fiuanc.a ds it h thppnmesferontliquiddes
et remnbourffies ; fa oir, des ,dnmers communs de la
ville, s'il ell julhfie que ces fi .ances aient et6
verfees da.is a caiffll; et p r le trei,.r'rnyal s'il
eli )lttfie qu'e'lks ai nt te payees au toi.
IV. La commnnue de Paris tira adnmiriffrie par
un cops muni ipal, dor le cliel portera le nmin
de mai e.
V. Le corps municipal fera divif6 en confeil et
bureaux.
VI. La commune, aura, en outre, un cbnfeil
gc -. l..
VII. Le corps municipal et le confeil g6ndral
front dans leurs cornpofit'os et fovctio:;s. diflincts
de 'adminflration du depaitement de Paris.- ,
VIII. Le. functions du poumoir.municipal, fous
la furvwillance et Pinfpection du dupartement,
fetont :
i1. De regir les bins et revenues communs d4
la ville.


N?6.


r*-&
Di,
ai-
et

Ire ,


ts



oil


, '




# .


.e~.
Ii .4


-- -_---"CI"-~~~lllllll~I ~---rm_ ----------- _- _-- -;- ^r _--_---_





a


I^/












































If


uans s, Wfy, erv r e, X, h y
Agafe, &c.


DEPOT DE MENDICITL.
Tandis que de nombreux changemwns s'operant,
et que des reforms multiplies s'ff.ctuent de routes
parts empreflons-nous de fixer tous e s regards fur
cette claffe du Peuple fi long terns l'objet du dedain
et la rictime de la neghigence de 'ancien gouverne-
ment. Songeons qu'en travaillant a recouvrer fa
liberty le pauvre a conquis la nbtre ; il eft
home il ell notre frere, il eft devenu notre
biefifaiteur ; l'humanice et la reconnaiffance nous
font un devoir de nous occuper de lui.
T Les hopitaux les prifons les maif&ns de force
font encore dans 1'etat of on les voyait il y a plu-
fieurs annees, et les malheureux qui y font relegues
preffent par leurs voeux le moment des confolations
auxque les ils one droit de prdtendre dans un chan-
gemnat auffi univarfel dans 'itat de la Nation. -
Un grand movement s'eft faic dans P'Etat ; mais
tous les peti-s abua interiturs dans le regime des
etabliffemens de bienfefance tous les petits defpo-
tifnes qui en rendent Wufage fi peu profitable aux
pauvres ont refile a a revolution ou phltot elle Wa
p irtt dt6 jufqu' eux. LePeup e acombattu pour la
ib'rt4; affurons-lui des afyles ou i puiffe finir en
paix des jours paffis dan :e travail, I agitation et les
fonuffrance6. Bicetre, 'H16pital, l'Ho6tel-Dieu, &c.
follicitent rtos foins, nos reformes, une surveillance
paternelle et pub ique: hitons-nous chaque infant
<'e dMlai eft marqu6 par la mort ou les tburmens de
ceux que leurt mifere, leurs infirmites ou leur incon.
duite y tiennent enfermis.
Les dep6ts de mendicite furrout demand lent une
attention touted particuliere. Ces tabliflemens, don't
on a tant abufe, et don't 'a nom feul rappelle tons les
genres d'opjeflion, pourraient erre utilement em-
ploys. Ma's ii faudrait qu'ils ceffaffent d'etre les
afil's du ddfefpoir, pour devenr des hofpices conm-
modes et failures, parce qu'il n'eft pas iufle que le
Peuple troupe la fatigue et Ja doukur ouil ne doit
rencontrer que des fecours, du travail et la rante.
it faudraic auffi que tous les inoyens de violence,
employs jadis pour les precipiter, fuflent abfolu
r ment profctirs, et que le pauvre, loin d'en redouter
'aproche, s'y emprer l.me lorfque les an
V'extrhnme pauviete, ou d'autres malheurs, lini font
une n6cefi6 d4y re .rir.
(.'f le regtame vicieux, l'air de captivirt, la
honte atachbe i ces afyles,, qui en ont dloi n6 les
- pauvres et leor en ont infpir6 une jufte horre 'r.
11 lef plus aid farni doete de pitcher la r-for i
que de reformer, plus aif6 encore de reformer que


fe .td I M. de (
i.. be regler et d'acquitter les d6penfos locales Et pour dexcution u felt atr& de MM ntio.e
qui doivent iene pay6es des deniers communs. P1ctat-major voudront bien donner iIsa 8gati
3'. De diriger er fire exdcuter les tiavaux publics nale du difirict Saint-Honore tous ordres nece aires
qui font a la charge de la ville, tant dans 'nriieut Sign s DoroRD fU TERTR%, lieutenant de mare,
qua 1'exterieir de Paris. et DUCLOSEY adminiflrateur
4.. Dadminiftrer les frabliffmens appartenans po
la commune, et entretenus de fes denies. D'apr6s 'ordre du dpartemenft de police ci-
.De fire jouir les habitats dane bonne deffus rnoncd, i t iA enoiont aux poftes, corps-
poce. de-garde et patrouilles de ta garden nat.onale de
6. D'erercer la furveillance et la police immi- veilr excution dud tator -g ralee.
dia'es fur les fubfiftances et approvifionnemens de Fait an bureau e Petamaor- a le
former ou de conferver les eablifftmens deftings I decembre 1789. Sin LAI ARD aide major-
les allurer; de veiller a l'ex6cution des riglemens gnadral.
y relatifs, faits et 1 faire; d'exercer les droits de la
viIle de Paris, pour raifon de fes fubfiftances et appro-
vifionnemens, rant fue'la rivieredeSeine, de Marne, D I S T R I C T S.
r vieres et ruilfeaux qui yv affluent, ports et canaux en ,
d6pendans que dans les differentes provinces, villes Les difiricts Saint-Honort et Saint-Eultache out
et lieur ot la ville de Paris a des fubdelIgues er fat afficher unp'acard focus letitre d'Avis aux cioyensi
ftiblittuts5 le tout de la mianiere et afdi qu'elle en oi lou lit ie qui fuit:
a joui par le pafRf. u Le mardi i9 decembre 1789, fur les fept heures
IX. Le pouvoir municipal aura aufli, fous 'anu- du foir, le comrt6 permanent da diffrict S.-Honor I
torite du department: 1. la direction de taus les fur I'avis qui lui a ete donned que V'on avait vu le
trivaux pi.blics dans le effort d: la muaicipalite. nemejourienteriunequantitddefufilsdansunemaifon
z". La rd.ie immediate d s trabliffemens publics rue d,-s deux Ecus, connue fons le nom d'h6tel
de Paris, tant dans 1'intdricur qua I'extdrieur de la du petit S. Antoine, er que dans cette meme mai-.
viile. fonil etait entr6 uae quantity de perfonnes; croyant
0o. La furveillance et I'agence niceffaires 1 la qu'il 6tair de fol devoir de prendre d&s iuitruc-
confervation des proprietis publiques. tons fur la caufe de ce 46p6t d'armes, et fur celle
4. La voierie et tout ce qui en depend. de i'aflemble convoquie dans ladite maif:n a
5. L'infpection dir:cte des travaux de rdpara- nomme MM. Olivier, Pelletieret Charley, citoyens
totn ou reconftruttion dIs eglifes, presbyteres et et commilfaires du dilttrict Saint-Honor6, a effet
autres objets relatits au lervii.e du culte. de fe tran:portr dans ladite mwifon verifier les
X. Toutesoles fonutions de la mu icipalite front fits, en dreffer le piocks-verbal, et en rendre
divifees en plafienrs parties don't lI ditibution et co'npte.
les details front expliqu6s au chapitre des bureaux 11 eft rffult6 de la vifite et du procbs-verbal
de la wnuniciplitl-. redigd tant par MM. les commiffaires du difirict
XI. Le pouvoir judiciaire fera enterement fIpard Saint-Euitache que par ceux du dlrict Saint-Honor ,
de i'adminftration municipal. en presence de M. le commandant du bataillon du
XI(. Tout le contcnrtcux de la police, des fubfif- diflrict Saint-Honor que le lieu de l'atfembl6e
tances, approve fionnemens et autres objets de la e4t un appartement don't le principal locataire eft
m. n cipaite appartiennra au tribuuai a ce deftinri M. Juliot, lieutenant de l'une des companies du
et cr-anitf ainti qu'd fera explqu6 au titre du tri- b.taillon de Saintt-Eufiache qui a juftifie aux co-n-
buwil de (a ville. mffaires du district Saint-Honor6 du pouvoir qu'il
XIll. La commune aura toujours une force mi'l- avait requ d'affember ceux des citoyens du batail-
ta re en sctivite fous la denomination de garae- Ion Saint Eultache et de la compagnie qui n avaient
nationale-parifienne. Cette force demeurera defii t- poirt d'armes pour lear faire la dit ibution de
vement compolee et organ fee, ainfi qu'il fera 19 fulils .fAlines a ladite compagnie.
expl qu6 au ttre de la garde-nationale-parifienne. Et pour tranquillifer les citoyens fur la defcente
fEle fera fubordonnes au pouvo r civil de la faite chez M. Juliot, le comite du. district Saint-
corn i un l. Honotr et celui de Siint Euftache, aptrs en avoir
XIV. Aucune perfonne ne pourra exercer les confere, ont arr&~t que le prefeint avis ferait rendu
fonctrons municipals enmneme-tems que cel'es de public par Ia voie de rIimpreffllion.
la garde-nationale. c., c:. n..... .. r,, r.,.


FINANCES.


Quql1s que foient Ia caute et les inconviniens de
la rarete du numeraire, r.ous n'avons pour y fupi
pleer, -en ce moment-ci, que des billets de catie
de 1ooo liv., de 3oo et de zoo liv-, done il faut
fire un change lournalier avec les objets do pre.
miere neceflite don't la valour eft tonjours bien au-
deffous de ces differences fommes. Tout le mondo
conrait les d flicultds qui s'oppofent uan change I
face de billets en argent i la caiffe d'efcomrptei
et cependant le befoin rap'de de petites tommOs,
qui fe reproduit a chaque infant, angmen'e-les
emnbarras particuliers au milieu de o'embarras gen. ra.
Un marchand a qui vous offrez pour un bjet do
30 a 40 liv. un bi'let de zoo Jiv., eft effray6 de la
fortie d'un nuin6raire quti'tuple de la valeur do
1'emplette et ne vend point. Dommage ir.appri-
ciab e pour le vendeur et mime pour Pacheteur,
fi celui-ci veut acquirir une chofe abfolument ni-
ceffaire.
I1 me femble au'en cr6ant des billets de 2f liv.,-
-le richer oifif pourrait toujours payer le pauvre actif,
et ce dernier payer le ainm qi le nourrit. Les
accaparemens de numeraire deviendraient inutilesi
l'avidit qui calcu'eet a la mauvaife foi ui fptcule,
et le numeraire rentrerait en circulation. Qu'oin
n'objecre pas ici que la portion du Peuple qui re
fait pas lire, pourrait etre la dupe des fripoy) i 'l
voudraiei t fe prdvloir de fon ignorance, dn Jul.
donna t de faux billets. Ce nelf pas fur Its a'ticksl
d'mnti.tt particulier qu'on trompe le Peuple, it eft
bienrc' laird fur ce qui le concern, lortquil
s'agir d'un ligne, quel qu'il foir, qui devient fon
falaire.
La reffource que je ?ropofe n'eft pas fans exemp'e:
a Rome, ou les metaux prdcieux, ddtournds ce-
leur veritable deftinarion, vont s'engloutir depuis
plufieurs fiecles dans les temples, on a imagine is
circulation 4te bilets, connus fous le nom de c&
dule il y a des cldules d- la valeur d'un dca
remain : le People A Rome n'eft pas bien favant, il
ne s'y trompe pas. Faifons ufage do moyin quo
anous indiquons pratiqud depuis lot g-tems avcc
fucces dans Ja capiale du monde chr6tien, pour le
terns feulement que les circouftances le rendront
neceffaire parmi nous; et brtlons no# cdules db of
liv., a mefure quele numtraire auraraarppel r -
fon abondance, la facility des changes, le credit '
et ]a connfiance.


THi ATAB D I. A NATION.
Depuit plus de vingc ans que l'Hoantte Cimind
eft jou] fur rous ls theatres de la France, hor
celui de la capital on a ttop gtdnralement appri
I connaitre fon intrigue fa marche er fon action'
pour qu'il foit befoin de donner une analyfe de c
drame inmtreffant, qu'on a enfin reprefented Paris
avant-hier pour la premiere fois: mais, ce que Ie'a
connait mnons que Jui, c'elft letrait d'amour filial
vrauitent (ublhme qui en a fourni le fond, et noil.
gallons le rapporter.
Jean Fabre, nd a Nimes de parents proteflans
hotm tes et vertueux, fe rendak en 171, i w91un
a emiblde de religionnaires, lorqu'un deachemrnt
ui s'avanairt, le contraignit a prendre la fire. 11
drait ddji hors de danger, quand I (ongea que 1'E1
ne ponvait pas avoir permis fort vieux pere d*,
itr aufli legeremmet que lui. II rev.nt fur 'es pfs, t"'
levoyantlaifi par le detachement, il 'elanceanimilieu, ":.
des foati, pleure, prie fupplie pour rre a1
place de con prete, Ct mralgrtils Jarmes d celu-ci '


de petfectionner; -mais on o4 convenir aufi qtilj
eit prodigieux qu'avec tant de facility d'algelr h
ditrefle du Peuple, tant de moyens de frcou"
le Peuple foir fi d6pourvu de reffources, et fisr i" '
tirets confideris come le dernier don't on doive
s'occuper.
Ces rtflexions g6ndrales, e' qui ne doivem dg4.
plaire I perfonne, puifqu'eles ramenent a des ilesi
d'utilitd publique, nous ont et fuggdees par li.
tire qui faith Iobjet de cet article.
On fe rappelie que nous avons donned un dtat de
la maifon de Bic4tre, anus en donnerons un W
Salpetriere et aujourd'hui nous prdfenton*celui d
dep6t de Saint-Denis : le voici tel qu'il dtait au ir
dicembre 1789. a z
Hqmnies renferm s.
De bonne volont6, 4'; valides adu'tes, xoj; enfans,
au deffous de quinze am, 54; malades,zo; veneriens,
z ; galeux, 3 ; infirmes et vieillards ; ,7. Total des
homes, 15. z
Femmes renferm6es.
De bonne volont6, ; valides adults s 98; enfan '
au-deflous de quinze, ans, 1o; enfans du premier
age, 1 maladies, i8 vdn6riennes, 8; galeifes, 6 ; in.
firmes et vieilles 8. Total des femmes, i4.,
Sur le nombre des homes, 3o0 font employs J.
Ja line, 48 aux glaces 6 aux habits, 35 au service
de la maifon; et des femmes, IQ font employees i
tricoter, 0o a la couture, 34 la filature-, et zz au
service de la maifon.
( Cet article eft de M1. Peuchet.)


~'


- -,, "'T 1510,7 r Mllll


- -- -----~-~-


TITRE SECOND.

Du report e t de la divifjon de Paris, par rapport 2 la
municipality.
Art. I. La commune de Paris et fa municipality
fr- t renf' rmies dans Yienceinta de fes barriers
acta -lies. (j)
11. Au-dlcJ des barriers, dans la banlieue et
dans les provinces, la municipality exercera fes fonc-
tions pour les fubfifances et approvifionnemens et
pour autres objets re atifs a la police er a la fdret ,
fous l'autorite du roi et la furveillance dui dpar-
tmi'en de Paris, et des departemens ou districts
des licux.
1it. La ville de Paris fera divifee par rapport
a fa muni ipalir en foixante parties, fous le norm
de f, cdcons.
IV. Les arrondiffemens des foiyante difiricts actuels
ne fi ront changes qu'autant qu'il le faut pour leusr
p!us parla te egalite, a ra'fon des localites et de la
- populat on.
V. 11 n'y aura aucune affemblie, snaucun pouvori
interemndiaire entire les foixante factions et le corps
municipal de la ville.


D PAarT MENT DE PO Ici.

Vu l'arretd du comitr du diflrict Saint-Honor ,
et le r ppoit de MM. Olivier, Charley et Chevry,
commifaires de ce district, defquels arrati et rapport
il refulte que 'les carrofles-de placa qui s'arrdtent
spans la rue de la Feuillado at au catrefour de la rue
Neuve des Petits-Champs, y caufent des embarras
nuifibls a l'ordre et a la firete publique, et ont
dejI occafionn6 p'ufieurs accidens:
Le ddpartement de po ice fait dfentes, a tous co"
chers de place de s'arreter dans ladite rue dela Feuil-
lade et aU carrefour de la rue Neuve des Petitr-
Champs ordrnne axdits cochers de place e au-
t es de voiuimes publiques de fe placer dans la rue
Neuve des Boos-Erifans, le long dii rurt de 'hotel
de Touloufe, ainfi qu dans la rue Croix des Penis-
Champs, dans les limits qui y feront marques par
Is commiffaires du difirict Saint-Honor6, ci-deffu!
d nonrdis ; emplacem-nns dan, lefqurls front tranf-
porc6s I.-s tnneaux deflhiis auwdites voitures.


(t) Les different a-ticles de ce t'tre, 'excep.
tion du fecund font comprise dans ba premiere
ftrie d'articles, 4djA envoyee dans tles diftricts.


II




U---~il


ebtient enfia, come une faveur fignalee, d'tre
ferret des libas qui devaient le conduire a 'opprobre
er A 'efcla ge. 11 fuL bienrot condamni aux ga.res
erp0dtuelles, C'e at anuli que, dans une religion de
aixP et de mifdricorde, les catholiques traitaient
Slors lutrs freres ; c'etait a ti qu'ls pr6tenda.ent les
ramener A quelques points de croyance qum parent
leaus dogmes des n6tres. Fabre refta fepr ans enters
dans certe situation dou'bureufe, En 1761, le feg duc
de ChoifeuI fut infornme de Phonorable castle qui
ravait condamnI A la fe.riffure et a I'efdavage j il
brifa fes .frs par un bcev tr de congy. Fabre retourna
dans fa familfe, jouit encore des embraffemens des
auteurs dz fes ours, et, pour0comble de bonheur,
settouva libre encore', mais fur le point de fe marker,
une parent qu'il adorait, don't il etait aim6, et que
fon rival lui ceda, en dtvevant fon protecteur. En
%768, on lui a obtenu un brevet de grace et de rdha-
bilitition.
Ceux de nos lectetrs qui/connaiffent, par les de-
tails, action de 1Hloniee ,Criminel, doivent fe dire
que M. de Falbaire a eu bien peu de chofe A joindre
a la verite pour composer les c:nq acts de fon
drame : il faut leur observer que, lorfqu'il le, con-
pofa, l'auteur ne connaiffait le gdnereux iFabre et
fon avanture, que par unpallage de la poet-que fran-
aire de M. Marmontel, et qe lorfqu'il penfait em-
beDlir la nature aux frais de l'imagination ii ne fai-
fait qu) la peindre.
A faction principle, M. de Falbaire enaj intune
autte qui lui ,tait necfla:re pour arriver rai onnable-
meint a un denouement hear, ux; mais il nous fembla
qu'il lti fa t remplir tro d'efpace, qu'elle detourde
trop fouvent de 1; premn e, et qu lle I uit A 1' ffkt
de celle-ci, principilenent dans las dzux preii.rsx
actes qui font longs, diffus;, verbeux, et qui ne
fervent I'un et Iaut e qu'A expofer action ,
fans la fa:ra ava:icer d'un pas. Les trois autres
font du plus puiflant interAt; le troifiame furtout,
ou tout ce que ls fentimens dont la vertu et l'hu-
mnnic6 s'hono:ent fe rdunit A la force et au path6-
tique d..s fi:uatins.
L'Vonnhe Crimi'zel a obtenu un tr6e-grand lucces,
et il 6'ait impolfible qu'il ne 'obti.it pas, avec un
fujet ot tout eft atcachant et nobIl, avec une mo-
rale pure.,douce, vraie, pcopre i tons les efprits et
i tous les temps, avec utine efquiffe dedicate de fen-
timens, et avec cet amour ferit de la l olrance et de
rhumanitt qi elft faith pour entrainer tous les
coeurs N'oublions pas de citer un caractere qui
feul cotrafte avec tous les autres et tranche A
c6t6 d't u d'uoe maniere ;rujoors t:es-piquante ,
qui, que'quefo s devient gaie par opposition :c' ft
celui d'tn M-d'Olban, rival du ga'6rien, mifantrope
renforce, qui a quelques nuances de rapport avec
'Atl efe de Moli re, et qui toujours dape dc f:s
efperances tromp4, trahi, peofecurtde, vi time d s
cir.onfahnces et neme de fa v rtu, i'en eft pas
moins f nfibe vertueux, et qui davient IPadatira-
teur et l'ami de fon tival.
Avant 1- lever du rideau on a diflribu6 dans la
falle un avis ot l'on r&clamait la protection du
Public centre deas mouvemeiis de malveill-nce que
redoutait Pauteur. Cet avis avait indifpof6 beaucoup
de monie ; heuteufement la piece a bient6t effac,
S 'impreflion d6favorable qu'il avait produite, et onen
a pardonnd l'indi'cr6tion en faveur du mdrite de 'ou-
vrage. Quand ls a,.teurs voudront-ils fe p .rfuader
que toutes ces petites menees font inutiles et
qu'elles oant do plus d- paraitre ridicules ? M. d&
Falbaire a embraffi la caufe.des rroteftans dans ur
terns ou il rtait courageux, dangereux mnme de la
d6fendre; qui pouvait, ai ce titre, lui refufer d
tinere&t Le fanatifme le defportifme minitt&iel
Sils existent encore ils fe cachent ; s'ils sa*gi cnt
c'eft danm lombre : au grand jour, ils n'ont rin de
redotitable ; craindre leur i-fluence fur la reprdfCen
station d'une piece confaccde par un but utile et pa
vingt ann&es d'applaudiffemens, c'eft fe career d
vaines terreurs et s'entourer do monfitres pout le
combattre.


ASSEMBLE NATIONAL
Prifidence de M. abbe de Montej uiou.
EN A N C DU LI. ND 4 J A NVI R.
M. Dmeuniers. J'ai prdfent2 au roi les quatr
d6crets qui ont etr ren us, er pri'cipalement celt
qui ordonne I'excution d& celau des municipaltt
luit jouts aprbs la reception et fa maieftd a rd
pondu qu'elle y mettrait la plus grande cdelritd.'
M. le prdfident announce le refultat fuivarit d
fcrunin.
M.-'abbW de Montefquiou a eu 400 voix pou
Ia prrfidence, er M. de Menou 352.
Pour le fecrtariat, M. le chevalier de totDufei
37. M. warero do Vieufac 56o, et Ie duj dAi
tuillon 341.
M. D~meuniers terminne fes functions de pdliden
par le diicours finvant :
a Mefleiurs, 'importance de vos crvaux a ton
Jourt e6t pr6fente i mon efprit, et jai faith ce qi


dipendat deo moi pour les accelerer. Si Pardeur de nomie, mais que la majeftl du trone doit etre prife
mon zele m'a quelquefois 'entraind au-deli des en confiddratioa, &c. .
bbrnes, je mdrite vottre indulgence pat la purete
de mes intentions, et, j'ofe Paffirer, je i ai pas Un membre propose d'accotder une fomme plus
de juge plus fevere que moi-mime. confiderable que celle que le roi aurait fixe.
S Chacun de nous veut tre libre; chacun de Quelques membres defirent remettre toute d6ci-
nous vent reformer les abus et 6tablir les lois coaif- lion a cer regard, au moment oud lon prendrait ua
titutiontielles que prefcrivent la justice et la raifon; part far Penfemble des finances.
mais dans une circunilance fi nouvelle et fi difficile, LAffembide d&rete Ia motion de M. le Cha-
la diveritne dss moyens ne dol( pas ieopner; et e el b dcree la motion de M. e Ch
ne craindrai pas de le dire, malheur an coeur froid p ir.
qui juge Avec trop de riguet.r des ditcuflions qu'anime M. (e 'duc de Liancour. La reffource la" plus penible
1 amour du bien qui nous eit cnmmun a tous! Ainfi que puilfe employer une Nation, apres Iaugmenta-
il s'agit du bonheur g6n6ral et di bonheur individual tion des charges publiques, eft la diminution des
de tous les Franqais. dons faits en fon nom. Une r6compenfe non m6rited
La deftin6e de l'Etat repofe fur la fagcffe et la eft une charge on6reufe a la foci6r6, une recompenfe
maturity de vos deliberations ;et en terminant les m6ritle eft un devoir de la fociedt. 11 edt tr plus
functions honorables dont vous m'avez charge, per- heurgux de pouvoir attendre du terns extinction des
mettez-moi,, MNll.urs, d'exprimer ici des voeux penfions qui ecrafent l'Etat. Cette chimere ne peut
pour la liberty publique Ia concorde et la paix. fe r~alifer ; il ferait fi doux cependant, en voulant
MM. Bailly maire de Paris, et le marquis de la le bien general, d'6pargner les larmes et les malheurs
Fayette, commandant de la garde national, vien- particulrers!
nent aflifler A,la fiance tn qualird de membres. Des 11 ne peot etre aujourd'hui quefion que du mode
applaudiffemens reiteres leur marquent la fatisfaction par lequel Ia reduction fera exicutee. 11 faut faire
de rAffemblie natiorale de les voir dans fon porter la diminution principal fur les graces les
ein. mains fpndes, fupprimer les pensions ill6gitimes i
en. i t mais ne point pgir come l'autorite arbitraire, en
On lit entuite un grand nombre d'adreffes des utabliffant une proportion gendrale de reduction.
corps municipaux et gardes nationals de plhfieurs Si ce moyen eft facile, il eft efleniellement injufte.
villes du royaume portant, adhifion A tousles d- I exifte plus de trente mille brevets, il faudra les
crets de 1Affemblee, et Protellatiomie verier leur examiner tous ; il faudra fouvent prendre en confi-
fang pour la d6fenfe de Iheureufe conftitution qui duration Ia vie entire des pentionnaires. Ce travail
s'opere, de concert avec unroi digne de commander exigera plus de fix mois; le terme de cette fetfion
a un Peuple libre. approche, et I'AffemblIe ne peut prolonger fes tra-
On announce differens dons patriotiques; vaux au-delA de votre.exiftence.
SLe pouvoir ex6cutif a plus de moyens que n en
M. Camus obtient de rfdiger et fire imprimer les aura le comite, et que l'Affemblde peut en avoir
d6veloppemens de fa motion fur les pensions. -lle-m&ne pour cette operation; rex6cution de fes
M. le pirdent eft charge, d'6crire A quelques comr- dicrets lui appartient, c'eft donc lui que 'on doir
munautes.de Franche-Comtd, pour prevenir 1effet renvoyer ce travail. 11 a detnand6 qu'en s'occupant
des menaces conte quelques feigneurs de cette des rductins on pr enconfiddration la cla fe la
e nce. o moms riche des militaires, et cehe des penfionnajres
province. Iges de 70 ans et plus.
II lit tine letrre de M. le premier miniqre des as o .
finances, qui conftate e qu le, mefures les plus M. le baon de Wimpffn. En d6cr&tant une faminme
eflicaces font prifes pour ernmpcher exportation des quelconque pour les penfions, et en en laiffant Is
grains du cote de Givetr, oi ohi avait lieu de craindre ifpofirion au miniftire on ne verra que ce qu'on a
quelques contrebandes. Le minifire rend juflice an vu jufqu'a prefent, des abus. Je vous propofe un
zcle de M. le coinmte d'Efterhazy a'ce fu)jet. d6cret provifoire, pour arreter un fleau que je com-
pare ia ces fauterelles qui devaflaientles inoidffons.
M. Ddmeuniers lit un project de lettre qu'il avait
&td charge de rediger pour &tre envoyee a tous les Voici mon project.
regimens qui component Ifarmee franqaife pour re- LAffemblee national, voulant retablirlordre
drtffer la mauvaife int, rpretation qu'on avait tach6 dans le revenue public, a vu avec douleur que la
de donner a une phrafe du difcours de M. Dubois fueur du pauvre dtair revenue lalineht d'un luxe
de Cranc6 relativement Ai organization militaire. impudent et corrupteur. Elle a ddcr6td ce qui fuit :
Voici la teneur du project: o. Toute ryverfibilitc eft fupprimne jufqua' ce
L'Affembl.e national m'a charged par un dcret, chevalier d'Aees.a faille d
Meflieurs, d'avoir lh'nneur de vous affurer en fon chevalier nomm uas. n comi d cinq ponnes,
nom, qu'elle a vu avec peine plufieurs regimens our pre fender un project dans sequel routes les pen-
donner a une phraleifolee de opinion de M. Dubois irons fufceptibles d'.tte reduites ou fupprimoes ,
de Cranc6, une interpretation bien eloign1e de "'in- feront indiquwes.
tention de ce depute, et qu'il s eft emprelfe de o. 0il e fera atcord6 diformais aucune penfion
developper des quil a aperu que fa pentfe etait au-deffIs de i mille liires.
mal entendue. 4. A computer du de ce mois, il ne fera paye
Ce n'eft pas, Meflieurs au miliu des 'repre- pour les annees echues aucun a compete au-defli d
fntans d'une Nation don't 1 armee a fi dignement 12mdle ivres. Les pensions des militaires au detffou
r affure la gloire dans tous les terns, don't etl vient de cette fomme, front pay6es.
t fi rdcemment encore de foutenir les droits avec tant Le comitr des peafions prendra en confiddra-
e de patriotilie, que lhommage dd la valeur A la tionles rodes pedfents par MM. Camus, de Mont-
n dlhcat:ffe et A honneur, pourrait erre un infant calm et le baron de Wimpfar Cams, d Mont-
a mnconnu. lls chriffent trop ces hautes qualities, 6. Les penfionnaires actum element en pays &tran-
e inhereites as olffciers et aux foldats francais, pour ges, ne jouiront de leurs penfions qu'a leur retour
? ne pas f ir, avec une veritable fatisfaction, ltc- les officers strangers retires et les perfonnes em-
Scafon quo fe pryfente de donner 1 arnase le tmot- ployees par le gouvernement font feuls exceprts. ,
e gnage d'eflime qu'elle merite.
SL'Affemble national, occupee fans relache de Je propose d'excepter encore M. de Chambord
r la rgen&eration de ce grand empire, dtablira, pour dontle pete a dte tue a la chaflepar le dauphin per
e ia constitution mlitaire, des bafes quiA, affurant i du tro.
s jamais le bonheur et 1'avancement de tons les indi- On a repandu des nuages fur nos intentions. I
vidus de iarnde uniront indiffolublement le ci- faut, en pregnant une determination prompted, fair
toyeth et le foldat par les liens communs de la fdlicite ceffer 1'effet des bruits femds par les mal-intentionn6s
publique. Hier martin, par une fuite de ces bruits il eft vent
Le falut de la France depend, vous le fave chdz moi un capitaine de gretiadiers convert de bler
Meflieurs, de accord intime de tous les bons ci- fures honorables; il a eu la t e un bras, une jamb
r toyens. Sous ce grand et important rapport, les ot un poignet caffes. Je viendrai tout nad A la port
reprdfentans de la Nation fe repofent fur les fenri- de PAfflemblie national m'a-t-il dir; je fera.lybi
means de l'arm4e. Ils recommandent au foldat une mes bleffures, et je demanderai le bourreau quiveu
fubordinationt entire A fes tupericears et ils font me rduire A la mifere.
al'urns d*,gtre pas trompds dans cet efpoir. La fo- M.Rgnud. ai eine concevoir qu'il fe' fof
miparNi ioux lois, la cidhte par chftnut;on debfirf a ev des doutes fur la ftppreftion des penfions qu
par la Niron et accepted par centre nefae d obiffance front reconnues ill6gitimes. On a cit6 Sully, ao
e et le tefpect pou R le roi, centre n ,ceffaire de es nous a dit, d'aprbs ui', que la.bienfaifance des roi
i les forces de Etat ,:voil Mefldeurs, les premiers de France rait immortelle comme kur autorit
s devoirs et les feuls moyens de bonheur pour tout mais i uftie doit tenir le premier rang. Un prince
. home digne d6formais de porter honorable nom na pas le droipour e gneux envers de fe
de Francais. jets d'etre iniu fe (t lrue enters plufieurs aurres
SVJai 'hon,ieur dtreavecunfincereattachement, On noqs a f6licites de ce que la munificence de no
[i MNkffidurs, votre tr&-humble er trrs-obiiffantfervi-
SM urs, ) votreres-humb, r tres-ob anrois ne s'tait pas montrde come celle des prince
teur, D.MU RS prifdrit.du Nord, en onnant 'mille ou deux mille payfans
ir L'Afemblde, apr's avoir entendu cette lettre, Nous avons mari phn&6t que ces Peuples, mais nou
1japprouve dans tonus fes details, nav6ts pas 6t6 mains barbares qu'tux; come eu
La dicron s'ouvre fr ls p ions. 6us avons eu des ferfs, comme eux nous avons fai
r La difcdlion souvre fvr es pnfionsd c ibalits monfIrueufes.
M. le Chapelier, demand qu'il foit nommr une D.autres difent que la dettedescr arciers ne doi
depitataon pour (upplier le roa de' fier Ja fammie iA pas m rirer plus de faveur que la de'te contracre
nt lhaquelle il veut qu' foit portde la hflc civil ; il a enverS les penfionnaires. Pourquoi la premiere e-ell
Sfirtoiut dVa pou que la deputaion fait charge de facrie? Ceft que I'Etata recu de fes crbanciers, e
i- reprf(entet au (que u ette fixation ne doir pas qu'il doit leur rendrece qu'il en a recu. S'il n'a riei
ui Atre faire d'apres, let goais da fa mnajdlAl pour I'6co. reu des penfionnaires, il eft quaie avec eux. Uan


4


v
a-,


a.. .- -.*-. -~' *.~,d3t. t


p
a
I
1













I

i
n


e
es

is.
s
Ix
c
t
e


e
t
E


I











des dettes n'eft pas pls i'tcr'e que V'a.tre : les titres f
de toui, d.-uJ ..iti.cI t ttie examin-s. On a reclam
une Ctc:ptt,.n en taveur d'une claffe qui me rite de-
grands regards, parce qu'elle a rendud e grands firvicesj
Smais ell, renferme des homes qui n'ont de militaire
que. Pbabit, et qui, par la baffllife et la flatterie,
ont obtenu le prix de l'honneur et du courage. Ce
guerrier convert de blifir-es, dont vous a parle
le preopinant ne verra-t-il pas avec joie effl.cer ces
hommes de la life oi fe' trouvera fon nom ? Et
ne verre7- vous pas vous-mnemes avec farisfaction 6ter
de cette life honorable tant d'articles propres a ne
former qu'un catalogue de conuiifas avilis. on de
proxenetes meprifables ?
Je il nimee fortement avec leIpriopinans l'excep-
tioo dmpandle pour les feptuagenaires. Songez qu'ils
vecurent efchves et qu'ils ne jouiront que p.ui
d'inflans de la liberty donnee A leur Patrie. Je de
made que ceux qui auront fervi pendant trente ans
foient exempts de toute reduction et de tliute ve-
rificati ,m. Et enfin je d. made que la moron de
M. de Montcalm foit mile aux voix article par
art cle.
SM. Defcrmont. 11 eft pluftieurs efpeces depenfions
-a fupprimer fans d fiicult:d. En aflurant qu'il faudra
fix mois pour 'ex.mnen des tires, on .s'eft livr a
une exag6ration manifefle 1 zele du comiti n'elt'
pas douteux, et %ine pretendue inupoffibilite ne doit
pas faire renoncer a une operation auili falutaire :
quand oh contidere que, pour fire une penli.n de
8.3 mille francs a un feul home, 1A faut peut -ere
ruminer quatre-vingt villages, pout-on douter de a
n6celfite e prouver a la Nat'on que deforimais les
,feuls tires a de telles faveurs front les befoins et
les vertus? Je propofe de charger le comitc de
S'examen des tit es des peifii-ns et de decreter qu'a
1'avenir les penfions au-deffus de mille ecus ne
front. paes qu'en a compete de pareille fomme;,
mas cdlls au-d:ll)us en twoalit6.
M. le duc de la Rochcfoucault. 11 faut ufer d'une
grande indulgence pour le paffe et d'une grande
feverite pour 1'avenir. Cepen ant l'indulgence ne doit
pas etre general. 11 taut 6tablir des regles invaria-
blks, et ne jamnais s'en carter; en confequence
j eibme qu'il doit e re fait a partir du premier )an-
vier 1790 un fti ds pour Its penfions, qui ne pour-
ront etre acquitt es que luivant les regles ordonnees
par V'Affemibje nationale, don't le comire fe con
certera en cette parties avec le premier minifire des
finance s, fans neanmo us emp&cher le paiement des
penfions 6chuws anu 31 dicmbre dernmer.
M. le marquis de Montefouiou prefente plufieurs
baies-pour conduire cetle importaite operation. 11
a d'abord rappele !a reducton de 1787. Enfuite i;
a propofe de claffer les penfions dans un ordre qui
pdt en rapprocher les cafes et la nature. i". Ren
v yer l'examcn des pensions creees fur les d4partc-
mens de la guerre et de la mar ne aux deux comi '
charges de ces par ies, en reuniffanr enfemble 1k
penfi ns, non pas cells montant aux memes f,.mmes
mais cdles accordees auix mmems titles. 2z. Place
pa mi les rents viageres, les penfions conceded
pur indemn' tes. 3. Difl ngu.r celles appartenan
* aux affaires etrauigeres, affectees a la mag firature
aux fi dances et officers de la maifon du roi. 4'. Celle
ft.itcs aux commis de bureau et a leurs veuves
y'". Celles donn6es aux minifires, leurs veuves e
L urs enfais. Voilit la plus stre maniere de tirer d
cette part 1'economie la plus etendue.
M. de. Richier pretend que, depu's trois jours d
difcuion, la mat'ere n'etoir po-nt ein ioe ,clair-ie
et qu'.l ne fe prefknta.t aucun refultat.
M. de Fumel demnande que le memoire de M. d
Mvontefquiou fort renv-y, au comn te des finances
ppur ferv r de plan de trava 1, et qu'au furplus I
motion de M. Camus foit adoptee.
M.-I'abb6 Maury fe brne A demander la cre'
tiol d'un com't6 pour le'am n et le rapport dt
peniions.
M. Camus M. Prieur et M. le baron de Wirn
thitn avaent fourni chicun des plans un neu df


r
r
1
II
i


Apits d'affez longs deba.ts, le dcret fuivant eft
rendu: .
L'Affembl]e national d&crete que kostarrrages
echus jufqu'au premier janvierprifeim mois, de totes
pensions traitemens, appAintemens conferves, dons
;et grat ficatons annueles, quin'exc6deront pas la'
fmmnie de trois mille livres' front pays confor-
e6ment aux r-glemens exiltns; et que, fur ceux
qui excederont ladite fomme de trois' mille lives,
t fera piye provifuirement pareille fomme de trois
miile lives feulement except a regardd des ffp-'
tuag6naires auxquAs il fera pay6 jufqu' la o licur-
tence de done mille livres.
Et fera le premier miniftre des finances, lois de
la.finction dudit d6cret, tenu de fe fair pr center
l'Nat des pen'fions 6chues depu:s le premier janvier.
Qu'a ,omper du premier janvier 1790, lepaie-
ment de tonues pensions traitemensco;fer-ves, dons
et gra:'ficatii,-s annu'lles a echeoir en la pr6fente
annuee, tfra d:ffere jufqu'au premier juill-t piochain,
pour e re pyes a ladite epoque, d'apres ce qui
aura ete decr.te par l'Affemblee.
Qu' fera nomme un comit6 de douze perfonnes
qui pr:fentercn incefamment A PAffembl6e un plan
d'apres lequel les penfins, dons et gratificati ins
annuelles acluellement exiflans devront etre reduits,
fiupprim s ou augmentes, et pr' pofei'ont ks regles
d'apres lefquelles lefdites penfioni dons et grati-
fications front diflribues a l'aveir.'.
Q,'l ne fera piay6, mnme provifoirement, au-
cune pension aux Franqais habituelleinent do'nicili: s
en, France et actuellement abfens fans million 'ex-
preffc du gouvernm.-ent.
La fiance eft lev e a fix heures.

SEANCE DU y JANVIER AU MATIN.

Aprts la lecture du proc&s-verbal de la veille .
on flit lecture de qaelques dons patriotiques et
d'u grand nombre d'adretfes don't quziq tqs-unes bfou
trbs-applaudies, et don't on demand impteffioni.
Le corps des tabletiers, tourn-ws en boil, dce
Marfeille, faith un don d'un contract de 600 iiv. qut
'ui font du.s par le roi, ainfi que des itet6l&s d(es
deux dernicres annees.
M. Bo::che. Je demand un? explication fur lesr
pnfi.ins; je voudrais favoir fi 1ktfrnmblee a voulu
comprendre fous ie nom-derfunctions publiquds, Ies
ecclefialtiq:ies.
Cette proposition eft ajournee.
En're plufiears adreffes, on a diftingu6 celle d.:
la ville de Bordeaux qui promet foumnilion etCrelf
pect a V'Affeniblie, et propof-, qu'il foit inflitue un
fere en 1'honneur de la LibertA ct q u. ce-e annrue
s ifTe une forte d' poque dans 'hiltoire ,-et iit de
s nomineela premiere ann'eede 1'ere de la Libcite.
Sur la lecture dd prpces-verbil, M. Freteau ob-
r ferve que Farticle di decr t fu les penfions tflt qiri
s voque ; que [intention de F Aff mbInle tf fa 's dourt
t que les trois mille livre, !qui doivent etre pay&e
, lur Ls pensions a-tieree s'netent fur tout s k
s pcltions reuni s la a meme petronna ; qu'au furplu
s, on a e&alem nt entendu excepter les hiritiers di
chevalier d Alias et du come de Charmbord et 1
e general Luckner, art ndu que c'efl un rave hornet
u'on a faith un trait aveu. lai et ga'il et de l'fo:unea
de la Nation de tenir fja parole.
S M'de Traci. Le general Luckner n doit pas fair
una exception.
M. Garat. S'il eft vrai, comm M. de Wimnpffr
l'a dit dans cette tribune, que le generil iuckne
la nous avait prouve les tal.us en nous battant dai
la derniere guerre, cette penfion me parait un con
a irat facret.
Ss M.d'Orthan. C'eft une capitulation; it nous a fa
beaucoup de mal; it aurait pau notts-en faire davan
n- stage. 11 s'agit d'ex&cuter des conventions qo'u
. Nation doit refpecter.


que M. de J.nc'ner conferve fa penf o I'.: .,
ne crois pas qu'il doive y avoir quelquesp
a cet egard fur M. Ie m-"r-chal tie Seggr i-
n'ayant aucune fortune pt ronn. lie, avaic tu le '1
emporte et un coup de fufil au travers du cq~ ..
,M. du Chdtetet. Je r6clame auili pour madame 1 :
mar6chale de Muy qui eft etrangere. ....
M. l'abb6 Gouttes parle avec force pour 'oxcep.
tion du gienral Luckui-r.
On demand !'a'ournement, le prdfident le t
aux ,voix, ot .il elt prononLe.
M1. Target demand qu'on ajoute au decret cei
mots : mille ecus par an, comnin necelldires la&
d.fpofition de liar.tile picmier.
M. Fevique ,dd Cermnitn. Je demand qu'nn paij
les dettes des penfionn.taics, puilf'u'on en differ le
pavement.
Cette- demand n'a pas de fuite.
M. le prefidlnr, rendant compete de la deputat;on
au roi, decr&~ee a la fiance precedente, tait lec-
ture du difcours qu'il a prononced 6 roi.
*Sire, P'Affemblke nati'nale nous a diputes vars
votre mj.iet pour vwiloir bien fixer elln-mn,e
ta poeri-n d-s revenues publics q;e la Nation d-Aird_-
confracrer a .' irie'ien de votre mailfo a ce lee e
votre augufte famille (t a vos jouitftl-es p'..
ion-elles. Mais en dmnianinant -A vo.re mi;e .
ce t: arque d bo,,nt, l'Atiembl6e national n'a
pu le ddtendre d'un ftfniment 'inqui-tuJ- q.e vos
vwrtus ont fair naitre. Nous C ('ii.illoii Sire cite
dconomie fevere qui prend fafource daris V'amoure
vos Pcuples, et dans la cra ne d'ajouter : le i
befoins ; mais qu'il Icrait dechirant pour vos fiies,
le fentiment qui vou1 empe.h.rait de recevoir Le
temoignage de leur amour !
V, us av z chetch6 vote bonh ur dans c lui de
vos Peuples ; petrm trz. u a leatr tour ils i ic -t
lew's pr.minc r s jou;fl'a ces datis c '11 s q'. i, viennent
Vou frr,,. MAis fi nous nl pouvons vanitcre par
n s d fits Ia touchante feverite de vos mlceiar
vous dairy erez di mr-ins accorder a la dign t do
vyorc court lne lI'PC et la pompe qui, en ajoutant
s -. l ma; ftI des lois, deviert po r. vo P.:uls usU
0 ov-n de bonhcur. Vous le fav z, fire, is no
p. uvnr tate h-ureux que par l.- rtf'pec des lois
t la ma.jefi- du tone en elt 'n epa able. La ciffe
la plus i frtuiiee jouira furtout de la maUjef d
trone ; car la plu< voifine de I'opprztli mt e lft a Pils
S t:m.Tde aux ma'nti *n des I is. Ainfi c'er p ur le
bonhiur dt vos Peupl-s qut nous vni nPs contra.rie
ces g .dts imnples et ces mceurs patrnrchaljs qui
V VULS onut meit6e leur impUt et quti nontret t aux
N'atons Polinme le plus vertueux dans 1~I meilleut
,ies ro.s.
KeRponfe du ro.

S J. fuis fentfibl-ment touch4 de la ddli[ ra.ton
s de I'AffemL-lee nationile, et des fentimien. que vou 1
s me tmognez de f, part. Je n'abulerai po.nt de fa
cofiance et j'at endrai, pour ,a'explqur a c "e
egard,'que par le r4ultat d-s travau, .ie I'Affie.
Sblee il v ait d-s fonds .*ffur s o 'ur le paemlnt
', s interest dus aux cean-ier. d Etat tpour
, ullire aux d6oenfes necelThires i Y'ordr publio- et
a 'a ddfenfe di, royaume. C. qui me reearde pet.
S'innelle,ent eit, da',s la circ-nh .ce prte6fte, Is
e po-ndra inqui.tude. (On a, phiudit. )
La rdponIe de fa ma'eflt flit dans l'.fmbi: e la
n plus vive imprelion ; tro's fis d- s nris de ivt le
e'- wio fe font tendre ils lnot dnis de nonbrug
-s applaudiffemens. r
n- ,
M, Guillaume. Vos ob;ets font-ils remplis, votre#'
ir comit a- -il des bsfes pour fire le departeient ds
i la maifon du roi?
e On riclame l'ordre du jour.


Ens, maisqu pouvaient fe concilier avec facility M. DamblF. M. Luckner eft un grand' militaire; M. Bouc/e. L'AffemblIe national a d'cr^t qui
En effer, is f? font concerts et out rd ge un I ferat hontx pour la Nation franaiee de me Ies revenues des ben ficiers il f usi, (Une uran
projet de decret concu en quatre articles. connaitre des engagemens folennels. rumeur in errompt I'orat:ur qui i.lend ciitie een
M. Camus en fait la lecture. Cette redaction excite M. 'abbMay. S y a une honorable ces term s :) VA aerblde a :1 Cr. e que I- r. vtnus
des rum,.us : e'le prCf iLt un dkcret provifoire a. Mire c'aft en faveur e exception hono le des bnes iciers abfens du roy uenr e fs mi i n u
qui, pourvoyan aux befoins des penfionnaires ne ( Applau f emens. ). Je demand auff ue tous lefdi s even pour vaquera u alurs b Jic, rnt r
retranche que le fuperflu; elle neles prive pas me me p as mt-g fient auth except s. Nous le de- is rervenus tovenans de lturs punlic.s n
fans reour de ce fbperfle tounours praleve fucr*e' n e neceptrs. N o s lede- arr ( et ver s dons le tr fi pul h. .
retrite fubriftance du pauvre puifque les paiemt-n, v "s a caufe te leurs services. Je demand que le A a ce -e l' odini, s. u
n'en font que retards apres un examen don't la justice nouveau comite foit nommd dans le jour. deA N eourdes extraordinaire s'ee Dupopt
,t, aufli evidence. M. le prince de Poix. Je ne m'oppofe point A ce (.La Ji '' dma. )

On n'inhfre aucun avis qui ue foit fignA d'une perfonne connue, et on ne les regoit qu'au buraudesAfrche ride ve S. A~f't
lJ Irix de cbaque Annonce ou Avis eftde 3 1. pour dix lignes d'impreffion et au-deflbus de 6 1. deU, S "OnZe jfq' "6 getn i ,d -
2hlv. depuis vngt-une jufqua trente lines; de 18 liv depuis trente-une jufquA q.. .uarane li gnes; q e v rit ,li ,,
julqu'a cinquante ligns. On ne recoit aucun A.-is plus tendu a moins qu'i1 ne foit trs.imnos ; 4 'de uis ,aIante ,
Jix.s 1.a 6 liv. Cette feuille part tous les matins. P L announces 'eff rus


On s'abonni a Paris, hotel de Thou rue des Poitevins on au bureau des Affick s do Paris re N S. n. le tx efi. ps
Par's, de 18 liv. pour trois mois 30 liv. pour fix mo;s, et d. 7 liv. paur l'ne; et pour 1 province e Aui.po'nu Le r.r efr 42
lour fix ns. et 84 li. pour 1'aiin^e, franc d 1 ort. L'on ne s'alon7e qu 'au commencent de ce ae ,,7i. t 0 ,r., h, A
ps libraires de France et les Directeurs des poles; et a Londres che( Emly lil rare T dans le Strqu.e-ors n M. r,'rt a,'fr nl" A
' areau d la Gazette Nationale, rue des Poitevins, a 18 qu'l fausadrdfMerles lettres et l'arnefranMc Ap brv e Di.- erl '
ie qui r garden la diflributlon di cutte ftuille.


1-A


-- -- .-. %ifi ,-r -,I .0 'I ,


_ __e*CCiYR%*sP1PIIR_7P**__*~CCII~RI.CI










GAZETTE NATIONAL, ou LE MONITEUR UNIVERSAL


JE UDI 7 JANVIER.


179o.


POL 1 TI Q U E.

TUR Q I E.

O N made de Varfovie, par des letrres de
VUkiaine du 29 novembre, que le 4, le g6h6ral
' popon eft parti d: Bender, a'lnt a P t-,sbourg
en quality de porter de d'p&ch.s. Le jouri fui-
vant, le prince Potemikm s'dit mis en route pour
Jafopy.r
Le grand-vifir s'eft dmnis de fa charge, apres fa
d6faite pros de Ryirnick: le capitan-pacha actuel a
&it nomm grand-vilir a fa place.

De Bude, le 1 dicembre.

On made dela Valachia qu'un capitaie dii r6gi-
met de Tofcane a faith prrionni r un aga de
Widdin, et caufd quuquts alarmes a la v..e de
Nicopolis

Le tefterdar qu'on attend i Belgrade, fe trouvait,
d6ja le io a S mendria. On pr:.te d qu'il ei charge
de p op:fitiors de paix, et de confentir A la red'
edition d'Orfowa.
SU E ) E
De Stohkolm, le 8 dicembre.

Le p"ocks qui s'infiruit cortre le vice-amiral
Lili nhor., fe continue au confeil de gucrrei c -
pzndint on a permit a' a acufe d'habi'er fa pro;re
inafern ; i eft fu.veilld par des gardes qui ne le
Vquittent point.,

POLO G N E.

De Varfovie le 9 decembre.

Le roi et les deux marechaux de la diet ont
d6p&chi a Petersbourg un courier, pour feliciter
Ifimp&rarrice d Ruffli fur les victdires de fes armies.

ALLEMAG N E.

De Vienne, e 2.0 dicemtbre.

L'empereur a reffenti une attaque de la m6me ma-
lad-e don't i a a6t fi cruellemet rtournietrd pendant
le coutant d f-V& dternir. S. M. fe trouve fo4lag6e;
elle a aiffl au fervice d.via daiis la grande chapelle
de la cour.
AM. de Bulgakow eft arrive, ce jour m6me en cette
capital.
De Drefde, le 23 dccembre.


La Saxe vitnt de perdre un miniftre fage et clair6
dans la perlonne de M. S.utterheim, nmort ce martin
d'une hydropifie de point me. I. fera particulieremnnt
regret de 'Yel- ct ur, don't il avait la confi nce et
I'amiti&. D6ji le public defigne diff6rentes perfonies&
pour remplacer ce miniftre ; mais-le piust grand
noimbre de ltiffrages parait y appeler M. de Zinzen-
dotff, accr6d,.tdpar l'electeur a la cour de Berlin.
On crIoit que pendant 'i-nterim M. le come da
Lof fera charged du d6pattement des affa rs etran-
geres, et M. de Volkenhaver, pr fident du confeil
de guerre de la direction des affairs milita.res.

PAYS-BAS.

De Luxembourg, It 23 decembre.
Cette ville n'etant plus un file aflfure, qnielques
trantger;, et fititout les Frangais qui s'y trouvalinrt,
en font fortis pour chercher une autre retraite. Notre
position a paru inquittante, meme a un grand nombre
Thabitans la plupart d&s etidians, et tous les pro-
feffeurs de notre f6minaire f- font auli. r, tris. Its
n'auront plus fous les yeux l'image de la gu-rre i on
la rencontre ici partou ; cependant es Autricriiens
rnont pas ralfembil dain. Ia ville rout leur monde ,
t'y out point coincentrttoites leurs forces; its ou
du c6ot d'Atlon, 6 eve des batreties cro fees leurs
fortifications dominant dans ce lieu et Ientrde d.:s
bois et tous 'es chemins d'alentour; tnais ces difpo-'
fitionsfonit trop t'omir.s. pout qne kspatriotes vieCn
nent donmir dans Pembufcade ; au lieu que ls Au:ri-
ch'ien- rencontrent dans ieur position nm&e de.gian-'
d(s difficu'tis paqr fe procurer d.s vivres. Les
pays voifins font inuites' fair des diligences
Pour.les approvifinnemens de Luxemlb ur- : celihi
de Treves a promir des f-cours" prochains ; huit
mile melures de grains doivent arriver iaceffam-
tnent.


Du z6 'dicembrt. M. le come de Cobentzd eft
:rriv6 ici le 18. Les nouvAlesqu'il avait r6cueillLs
dans fa route, celles qi'il a trouv6es Luxembo urg,
ne luw nt plus permis de fe flatter fur la fit action
des affaires : Ietat des cho'es et la contcnance dps
homes dtant partout les m6mes, it a perdu to,:t
efpirance de negnciation; et quatre jours apr&s foni
arrive, il eftreparti pour 1' Allenagns, finc&rnment
afflige d s derniers ,malheurs, qui ne tarderont pas
a confol:derla ievo ut.ondaaisl espays-bas aitrichieis.

De Namur, le 19 dicembre.

M. 'abbe de S. Hubert a pris la fuite. Sans
doute les patriots n auront point approt v6 qu'il
edt aflifti au commencement de ce mo:s aui
cong 6s d'oppofir;on qui s'eft tenu A Cobhl tM, et
otA fe font reunts ( comme notts I'avons rappor:e
NO. 36 ) S. E. -'electeuc de Cologne et M. le
commandant de Luxembourg. Les patriots ont 6 ni
un nouvel abbd.... II n'elt ppint arrive d'autre acci-
dent.
De Bruxelles le premier janvier 1790.

Lss patr ores de Brabant ont commence 1'annde
fous les plus heureux aufp.ces. Jamais le fentiment
n'a rajeuni le cer6mouial avec p us de fucc6s. On
rf fouhata t a I'envi paix et ibedrt, courage et
patriotifinc ; on le cherchair, on f: rencontra:t avec
cet air ouve't et franc qui caractdrife Ihomme
libre. Partout r6gnait la dign te nouveles qua la
1I erte vient de donner a routes ls c'afles de
citoyens... Peut-6t e ne s'eft-i pas fait un menfonge
ce our-ia d ns tout le Brabant.
Les deux premiers ordres d'une part, et le tiers-
dtat de Vautre, eta-ent convenus de pre un'fer-
nment reciproque. On a change d'avis :1il a 6 6
attree que chaque ordre en particut:er le prete-
rait at.x deux autres.. Cette augufte c6r&mon e a
eu lieu leh,31 decembre. Le meme jour le confe I
de la province a aulfi pr&;t fon ferment aux trois
ordres -eunis comme au feul fouverain.
Ces trois ordrcs fe font monres la la o's en
trois ptrfonnes fur le balcon de I'hotl-de-v le
M. i'archevdque de Ma ines, M. 1'evPque d'Anvwrset
M. Vander-Noot. Le pu,.le les a applaudis riunis,
les a applauds fepares. M. Van-.'er-Noot a rcu
les plus vi-s temoign ges de reltime et de Fadmi-
ratronr d fs .concitoyens.
Ce m6me jour a dt& public le fameux .Acte
d'union des provinces Belgiques quoiqu'll edt d6r
d te du 30 novembre : nous I: donnons ici dans fon
enter :
Acte d'Union des Provinces 'Belgiques.
cc Les Etart de F'and es un's depuis long temps
par des liens intvmes d'arnti6 et d'ntret& avec les
Etats de Brabant, an:mis i 'a kleurs du m&ne ef-
p ic pour la confervat on de I urs droirs, ufages ,
pr v.egs et' du culte d leurs p.res; lf61s dgale-
ment dans ces droits facrds depuis nombre i'ann6es,
par un gouve-nement d, pote et ty annique, et
n ayant trouve d'attre reflource qua. de fecou:r IL-
d t joug, et de recouvrer kIur libertt et leur in-
dpendwnc par la voie des arms out cru que
['unique moy n d'y parveir et de 'rendr. lkur
Eta libre er flable dtait de re6uri leur fAil a
celui de la province d. Brabant, et de c. nclur!
cnfemble un trait d'union offentif et df- fii M
toas 6t.ards aux (o.iditions ulteri.ures desn' ntrer
jamais dins aucur pour-parler, en compofition
quelconque avec levr ci-d vant fouverain qut de
comnune main; et voulane don.,ei aux Etats de
Brabant toutes \ks mArques poifibles d'une amitid
finc-re, et mianif ft:r par des actes non dquivo-
qu s, tout leut defir a t.imnter cette union d'une
6a*,,n inditfoluble ;, lefdits Etats da Flandres con-
ft intent, efuite de la proposition qui le r a dt,
faite par M. le chanoine Van-Eupen, autorifc des
feigneurs Etats de Brabant, A cei que c tte union
foit change ^P fouverainet6 commune d s dLux
Etats, de faqon' que tout le pouvoir et',_.xercice
de cettr fouverainete foient concentrds dans un
congrvs A &,ablir, et qui fera compoOf d.s dd-
putes oomtnmes de part et d'autre, fuivant les ar-
ticles d'organirition don't on cmnvieiidra dans la
fifite dra'res des fentimens'fond. is ur les prn-
cipes d'une etxacte juffice, et dicr6s uffiquement par
le bien atre commun; fauf que l'intention des par-
ties contractantes eli, d&s A pref nt, qe Is pouvbir
de cette atl mblie fouvera ne fe bornera au ufeil
objet d'une defnfe commune; au pouvo r de faire,
la pa x et la guerre ; et pir confeques.t A direction
et entretien" d'une m lice rationale commune ai fi
q i'A otdonner et entretenir les fbo t fications n6ceffaires
pour, la ddf.nfe 1u, pays; de colnracrer des alliances
avc les puffances .trangeres eh un mot i -tout
ce qui re artJ- 1s intr&ts colniunm des daux Etati,
et de cAux qui a'ns Ia fitre trouveront bon dy
acceder. Les Etats de F:;ndr .s o ent (e flatter que
les Etats de Brabant trouveront d i s cette d6cla a'-
tion un garant ldr des fencimens loyaux des Etais


d- Flandres; et de; leur z&le pour la caure com-
muie et l'on rniS'pute nu element que les Etats de
Brabant n'y r6pbndent de leur part par le r6drhe
efprit de fran.mhli Ainfi arr4te dans notre aflkmblee
du 30 novembre 1789.
Etait fign6 J F. ROHART et muni du cachet
des Etats de Flandres, en hoft.e rouge. ..
La nuit sefl paffle dans des f&tes, bis Efux
'4rt lice, illuminations; et une decharge de mouf-
qUetterie prqfqtce continuelle. a cdlebre ia redunLio
des trois ordres de la province.

A N G L E T E R R E;

De Londres.

L'Irlande a prodigieufement gagnu par nos mefures
impolitiquesrelativrem. ntauxloiscontr" les deb:te..rs.
Ces loix inhumaines ont faction perp6tuelle d'un
acre penal qui tondamnerait un grand nomb:e
d'a-tifans la t anfportation. En effet plufieurs
manufactures de ce pays, rivals des n6tres ne
d ivent leur activity qu'aux ddbiteurs fug tifs qui,
cherchant a fe foultraire A la fdv6ritd de la loi
anglaife, paffent en Irlanle poor y profiter du b6-
ndfice du bill rendu par 'fa lgifl.ture en faveur
-des dl itexurs infolvables. Probableisent on tirera
parti de cer:e leqon A la prochaine felIion de notre
parlement.
Le' gouverneur de la Ttinite a public une
proclamation, dans laquelle il offre A tous les fugi-
tifs un able f les planters et les marchands out
communtoue a notre miniftere leurs (rainces A cet
egari ; ils tremblent que d'aprs' les difpofitions
actuelles des negres cette proclamation Wnait les
fuites les plus facheuf s pour nos etablifuemens.
Nous fommes autoiiflesa annoncer.que l'admi iltra-
tion s'occupe de .cetre aff.ire, et que nous en
efp6rons une heuiou'.e iflue.

11 eft part vers le milieu d dcembre, 5z vaif-
feaux du port de Liverpool pour aller chercher
des grains en Animrique.
Le 22 d6cembre, des voleurs effayerent de s'in-
troduire, avant le jour, da s le palais de Kenfigton;
d'abord par les derrit res da ba-iment, pres des jardins,
dans kfquels ils p6n6trerent; mats ne pouvant reulir
de ce c6t6, ils oferent 'e pr6fentnr a la porte d'en-
tr6e :.la fentinelle leur demanda ce qu ils votilient ;
ils r6pondirent par des mences ; il fit feu, un des
brigands pouila tun grund.cti, fes compagnons 1en-
leverent et d fparurent p r les jard ns comme ils
etajiet venus. Probablement on pofera deformais
d sfentin les du co 66 da jirdin d- ce pal.is, c. mme
I y en avait autrefois. La hardieflle des vo e rs add
convaincre qu'on n'aurait pas dd ditcoptiniier de le
fire.

E TATS-U NIS.

Adreffe au public per la fo-ide' de Pe-.fylvaie ,
e'tablie pour travailler A l'abolition de4 I ej]iav.:ge et
au jbu/laiement dies'Negres libres, iijujtcmen.t eunus
en ejclavage.
C'eft avec la plus douce fatisfaction que nous af-
furons le- amis de 'humianite, qu'.n- p6urfuivdnt
l'ob:et d& notre affoci-tiono, no t avwux ont ,t6
courounns d'un fuccks fort au-dlJA de notra
attente.
Fnourag6s p-r cefu c6s et par If proP rbs jour-
naliers de cet efprit hmineux tt bietfaitar.t do
i-beit qui f- r pand p tr tout le motide et ef-
perant la continue tion des benediction, c6le f r
nos traVaux, nous yo s pris la rel. I it on de f ira
une addition imporranta a nore plan,, et,'en-
onfdquence, de fill citer 1 s fecours ert afliftance
de routes ls pLrfounes don't le coeur n'eft pas
stranger aux deuces 6 no ins de 1I fympathie et
de la compffion, ni au fublime plaifir de la bien-
faifance.
L'ef lavage avilit fi cruellement la nature hu-
maine, que fon aboltrioa pourrait avoir les fuitis
les plus thaeftes, fi roa,,n'y pioedait. avec pr&-
caution A
Le malheur-eux qui a long-terns e2r trrit6 c-mme
tine bete eft ftouvent ddgrad6 au point de pa-
r itra,d'une elp c- infetitire celie de,. autres
hoinms. Les chaines quii ient fan corps, tiennent
aulli a )a gdne de f.s ft cu'tes intel ect-clks at
affaibliff.nt les affecritins fociales de fun coeur.
Accoutum6 A agir come une pure machi e i
la vol nt6 de fon maitre ,. la rflexion ft ei utp ndue
chez lui il n'a pas le pouvoit da choix, et fa
raifon et fa conf. ce e 'dnt q 'une faible in-
fluence fur fa conduit, parte 4u'il elI principale-.
ment gouvernd pa: la craint : il et mifer.ibl t
fins amis, c.dl6 par ls ravaux exceffits, l age et
Ls maadies.


NO 7.


-IA

la-
la ,




uc,

Tel



us
dui
ust


~~p--~l-t-- ---- --111-~- --- ~-lu~-----------~- II~-----------~- -~----~ 1--11----








z8

Dans cet tat des chores, lalib:tt, pzat fouvent et de N'tat de f(s fonds la fccinte dans les affem-
devewrr naifible a ce maliheureux, ct fundte a i a bides de quartierdes mois davrl et d 'otobre.
focietd.
1 1 eli dnc a efpirer qeue les gprecautions a peeri F R A N C E.
pour l'affranehiflement ds noir, dLviendr6on urn-
branche de notre police national- nmais autanlt nous De Paris,
t'ntr bnonh i 1'effectuer autant il eli de notre de-
voir de- prendre ces precaitions felon nos lumnieres Le i de ce mois. le grand confeil, et le 3 la
e t nos faculties. chambre des vacations du parlement, la chambre
iutiuire conifeiller ceux qui ont etd affranchis, des compares, la cour de. aides la cour des mon-
les rLnrdre c.,pabks d'exercer t de jouir delay liberty naief'et le cht, let de Paris, ont eul honneur de
civJl, re\Eiller en eux indiitrie, leur fournir des -rendre leurs refpLcts a I urs majilcs et A lafamilie
occupations convenables i l'ag an fexe, aux royale, il'occifion de la noavelle antiee.
S Itakns,Pt ,aux circontlancs enfin procurer ai leurs Leurs majeflls et la famille royale out fignd, le
(nLtais uine education conform au genre de vie 3, le con'rat de marriage de M le vicomte de
qu',ls doivent mener; tels fontl.s grands objets du Montefquiou Iavec mademoifdlle Dupleix do Bac-
-plan ci'-join, que nous avons adopted et qu', quancourt.
.nou, ITefperons, fera utile au public et fera 1-
boiheur de ces homties julqu'a prefent trop n6- Lettres-patentes du roi, donpies A Paris le 30
gligds par nous quoiqu'ils foient nos freres. ddcenbre 1789, fur le ddceet de FAffemblee na-
tionale du 26 deccmbre 1789, portant qu il fera
Un plan fi valie ne peut etre mis a execution, accord un dilai de deux mois pour faire Its ded
fans de grands fcours pecuniaires fort au-dcfus clarations prefcrites par le decret du 6 octobre der-
des fonds ord:na'res dd la focietd. Nous efpdrons ni r concernant la contribution patriotique et-
beaucoup de la generofit6 des perfonnes 'eclairees que la lifted des noms d:s contribuab'-s patriots,
et bienfefantes, et nous recevrons av..c reconnaif- et des fommes qu'ils fe front foumis a payer,
fance tous les dons ou foufcriptions qu'on voudra fera imprimDe.
, bien faire a cet effet lefquels front requs chez
M. Jacques Starr, ou chez M. Pemberton, chef Lettres-patentes du roi, donnres a Faris-au mois
de notre comit* de correfpondance. ded ic mbre 1789 for le dkcrer de 'Ailemblee
Par ordre de la laci-t2 B. Franklin pr6fident. national pour l'admitfion des non-catholiques dans
I'adminicration et dans tous les employs civils et
(Dans une fnce de la focietd tablia pour tra militaits.
valle.r a 1 abolition de I'cfclavage 'des noirs le Lettres-parentes du roi donnies a Paris, le 30
comite-nommtn ad hoc pr6finta flfhi d'un plan pour ddcembre 1789, fur un decr.t da l'AffemblIe na-
amne.irer la condition des negrcs libres lequpl, tionale portant que les officers municipaux qui
apres avoir et6 difcut fut adopt come ilfuit): vont 6tre 6lus exerceront par proviilon les fonc-
tions de la jutrifdiction contentitufe et volontaire
Plan pour amnliorer la co.l.'tion des negres libres. dans les provinces oil ils dtaient en poffelion de
les exerc-r.
Tout ce qui eft relatif aux nigres libres fera Lettres-p"tentes du roi, donn6es a Paris, 'e 16
traie par un comite de vingt-quatre perfonnes decembie 1789, fur le decret de I'Aff-mblee na-
Ilues chaque annee au fcrutin, dans la fiance de tiona:e, du iz decembre 1789. crncerna-t la per-
cette foci&te du mois d'avril; et afi-i que les dif- ception en Bretagne des impositions et des droits
fdrens fErvices fe faltiit avec promp itude, regu- connus dans cette province fous le nom de devoirs,
larite et energe ce comite fe divifera en qtuatre impdts, billots et droits y joints.
commits ainfi qu'il fruit:
I. Comiot d'infpection, lequelviellera f.r lesmoeturs, D E U I L. Deuxieme ipoque.
la conduite g nerale et la situation ordinaire des
negres libres, et leur do "nera des avis et des infiruc D'aujourd'hui an z2 inclufivement, kls hommes
tions, les proteg.ra, et leur rendia enfin t.us Ls porteront 1 habit de foie noir, manchettes effildes
autres firvices que fe doivent des aniis. de motiffeline brodde, boucles et epe blanchLs.
II. Commit de grmiens, lequiel placera les enfans .Les fzmmes porteront la robe de foie noire, gar-
et les jeunes gens chez les perdonnes honndtes, Afin "ie de gaze rayee : les diamans.
Cu''ls puiifznt ipprendre un metier on toit autre
moy,-nde fubfiftance, p ndant on tern modern d'ap- D'Arras.
pr.. tiffage ou de service. Le comite peat remplir
ce't obj. t, foit par fon influence fur l's parents et Le 27 du mois dernier, M. le major et MM. h s
les perfonnes intcreflees, foit par le moyen des officers du regiment de Diesback fi. font rendus a
loix etablics a cet effect : en palfint les count ats, I hotel-de-ville, et ont dt que, voulant contibuer
duns ces occfions, le comite aflurera a li focide au foulagement des pauvres d, cette ville, ils d -
autant qu'.l fera poifible, le droit de patronage fur pofaier:t far le bureau le quart des appointemcn:.
ceux-qui front ainfi mis en apprentiffage ou en d. tous les officers du regiment. Le monint de ce
frvice. don genereux a d6t de 1200 livres.
III. Comited'e'dacation, lequel vieillera fur l'inf-
traction des enfar:s et des jeunes gens des negres
libres : i pourra ou les engager a fuivre rdgulie-
rnm:nt ls e coles ddja etablies dans cetie vill ADMIN I S T R A T IO N.
on en former d'autres: dins l'un et P'autre cas,
il aura loin que les elev.s reqoivent les inftruc- MU N I c I P A I Ti D E P A R I S.
tions cono.en bles l'6tat qu'ils doivent enfuite!
embraffer :et particulierement les prlncipes lesble des reprntans a commune.
plus impoita.'s et les plus gdnralement recon- Afembe'e de reprlfntans de la commune.
nus de la morale et de la religion. I1 tiendta un
regiltre exact des matiages des naiffances et de Du 30 de'cembre. On a ouvert la fiance par la lec-
1affranch:ffement de tous les negrcs libres. ture du procks-verbal de la veille, et un moment
apres M. le prdfident a requ une lettie par laquelle
IV. Comited'emploi, lequel s'attachera 1 procurer M. Peuchet, lun des reprdfentans de la commurie
tine occupation conflante. aux negres en i&at de tria- pour les difticts rdunis du Val-de-Grace et de Saint
vailler parce que le manque d'ouvrage ferait pour Jacques-du-Haut-Pas, announce a 1'affemblde qu'il
eux une cauf, de pauvret de faindantife et de plu- a l'honneur de lui p efenter deux volumes de l'ou-
fieurs au:res vic's. Ce comite, par fes recherches vrage qu'il fait fur la police et li municipality ,
et fes foins vigilans, pourra trouver affez de tra- faifant par ie de l'Encyc opedie m6thodique, et
vail pour un grand nombre de negres. 11 veillera qu'il la prie d'en agrder IPhommage.
auffi A ce qu'ils puiflent app.endre un matter L'affemblee a reu avec -gratitude l'offre de
chacun felon foil talent, en les determinant a s'en- M. Peuchet, et a temis a M. Ame'lhon cet ouvrag.,
gagdr pendant un certain nombre d'annees fuffifant pour qu'il ft d6pof6 dans la, bibliotheque de la
pour dNdomniorger les maitres de leurs pines et commune, et a arr&t6 qu'il ferait vot6 des remer-
des d6penfes qu'ils front pour leur entretien. Le cimrnes a M. Peuchet.,
comit6 pourra encore dtablir quelques manufactures On eft venu enfuite a l'ordre du jour, qui dtait
fimples et utiles qui n'exigent que p-u d'habi- relatif aux places de .fecretaires de la mairie ; fur
letk, et affifter ceux qti voulant entreprendre quoi l'on a agitd les queflions fuivantes : io. le
queue chofe, auraient les talens convenables pour bureau dr ville 'a-t-il pu nommer 1 deux places
reuffir. qui n'exiflaient pas ? z.'-"Quel part doit.-on prendre
Lorfque le comit6 d'infpection trouvera des fa- relativement a la nomination deja faite ? -3 Efl-il
lets qui tmritent attention il les adreflera an neceffaire de crder ces places? 40. Quel ferait le
comit6 d'emploi d&s foins defquels ils font pro- mode de lcur nomination, dans le 'cas oa IPon les
present l'objet., crderair ?
Da'"s les matieres d'une nature mixte, les comites Telles ont tk les diverfes propositions qui ont 6t~
confdreront enfemble, et s'il eftl neeffairo, agiront diverfemntr agitres, et qui ont donned lieu a diffd-
de concert.,Les affairs de grande importance front rentes motions.
rJetr..-s au grand comnite. Le fond, a dit un des membres, doit etre ren-
Les depenfes qu'eaxig-ra Pexdcutron de ce plan, voyd au comity des vingt-quatre, pour examiner fi
feront prices fuir un tonds li fera 'forme par. les les places de fecretaires de la mair'e font tdce-iires ;
dors, on les foufcaiptions aftigndes pour cet obj-t, quel doit &tre le mode de lur nomination'duns le
et qui flra tenu lcpar'neir t-des autres fonds de cas ott elles le feraient; et quant au provifoire
la focidtd. a-t-il ajoutd, les chores rtfteront dans retat oti
Lt comitd fera le rapport de ce qu'il aura t elkles font.


map"IIR. -_,, I-~llelC~--~~r--~-ITC~p


Un autre membre a. propfe A VA embli .
deux places de fecr't.ures de la m tarrie., tveci
par I'Affemblde dans les ftrmos et fuivani;,''
regi s prefrites tn pared cas et du nomti r ,
fuite, par la voie du fcrutin, deux fujets fiif1i ,
pr6fentation do maire.
Une. troilieme perfonne a demand que 1. .:
maire f rt tenu de pr6fentr ttrois fuj.ts, parmin ler,
quels 'Affemb'ee choifirait. ,
Une quatrieme a' r6clne la qudftion prdalable fut
l'tat actuel des chofes.
_Une cinquieme a exprimd le voeu de renvoyeral
comitd de vingt-quatre le fond de la queflion, el .
que fon s'abltint de parkr des ficreiairts actuels.4e
la mairie.
Une fixiemeenfin a propofe de defendre a qui nqa
ce pilt dtre de prendre le titre de fecr6taire del i
mairie, cA# places n'exiflant plus.
Ladilcuflionfermde, les deux motions lutes, il a z6
artr&6 que lexamen des queRlins qui concerntl i
creation des places de fecretaires de la mairie et
le mode de leur nomination, ferait renvoy au cco.
.tit6 des vingt-qnatre, eren outre il a etd flatu 0n.'
perfonne ne pourrait prendrele titre de fecietjii d$
la maidie, quant A pr6fent.


DE5PAR'EMiNT Du DOMAIN DE LA VILU.
Du z janvier 1790.
Pour rexdcution du decret de PAflemblee a.
tionale, e date' du 13 fn vembre 1789, et dit
lettres pajentes fur icelui, du i 8 du meime mois,
regiftries au tribunal de la ville le 2o ddcembre,
les office rs municipaux ont etab'i a I'hoiel-de-ville
un bureau qui fera overt tous Ls jours, exctpt6
les dimanches et f6tes, a computer du 4 lanvir
prdfent mois depuis dix heures di matin lufqukI
deux heures, et depuis cinq henres du foir jtuf:u'i
huit heures oi les lieutenans de maire et confeil.
lers-adminiftrateurs au ddpartement du 4do'maine de
la ville, recevront les declarations qu' fuivant le I'
d cret fufdat6, tous titulaires de bndefices et ton:%
fuperieurs de maifons etrtablif1f-mens eccldliafliques,
fans aucune exception, dot vent fire dans le delai
de deux mois., de tous les biens mobilitrs et.immoe '
biliers dependans d.fdits bdn'fics s, maifons et eta.
bl flemens, ainfi qu- de leurs revenues et charges don't
lefdits bins peuvent itre grvdes.
Signo Bailly maire ; Lecouteulx de la Noraye
lieut nant de maire ; Pit a, Avril, Santerrv& Tra- .
don des Ormcs, .confeilletrs-adminifjrazeurs.



ST A T- M A J 0 R-G EN ER AL.
Lettre de M. de Lajard aa departement de police,

Meffieurs, j'ai l'honneur de vous priventr qua
ie commandant-genral a crit une kittre circulatre
a ontes les troupes de fon commandL.ment, pout
veill r et arrecer 2s deferteurs autrichiens qui arri-
vent en foule i. Paris et doit r'afluente y ferait
dangereufe. Le gdndral a ordonnd en mLm--t,;ms
I tus les poll s des barrikres d'aitier Ihs' mdrmes
deteirteurs, qui auraient pu. chappe:. ]a furveil-
lnce exterteure; et de les fire cowduice au comi-iA
d. nolie pour y etre fltud fIr Ikur fort et
V. :ler a ce qu'tls ne reftent point dans la capital,
Ii toutnfois le department le juge ainli.
,, J'ai lhonneur de communiqu-r ces difpofidions
a Mellieurs du dtepartement de police, afin que les '
iffets qui doivent re:u'ter d'un pareil orate ne'
eur paroiffent point t &anges. Lajatd, aide-major-
general.


ASSEMBLt DES ELECTURS DSB PARIrs. *

Extrair du proces-verbal de l'afemble'e ginralte dee,
ilecreurs de Paris, convoquie a flarchevichk le 3O
dicembre 1789, pour- Id lecture de fes procs-vtr-
bauxV
M. Moreau de Saint-Mery a fait le r6cit de 1,
scenes affreufes qu'il a dit avoir dt6 excitrs s Saint-
fomingue contre fa perfonne et fa famille pr"
h publicity d'une rdponfe a une prdienJdu. moribn
pour I'affranchillement des efclaves des colonies .
quon lui impute, et il a requis I'afftembl.-e de lt'
donner un timoignage authentique relatif a ceur
priteidue motion. Lecture fare par M. Duverier ,
l~un des fecrrtaires, l'aflemblde I'ordonnant ainfi ''
d'un impr'm6 intitule : Obfervations de M Chairton,
a la motion de M. Moreau de Saint-xiry nio) oli'
troupe ce paffag-, page 4: Ce n'eft point. aIle
Meflieurs : ah I fi vous connaitlez *parfaiteme '4.
I'Amnriqtue, vous frtmiries la vue du danger auqu q*
vos alloz epofer vos.concitoyens et vos frri ,
Si Particle propofd par 1iuft'e membre, M. "Mras't
de Saint-Mdry, paffe aux Eras GeslnG ux, v4ft.i
expofez 1 i Nation a commnttre tin cruaure barbat4 ."
une injuifce cante.... Une cruant barbore ; car;"
vous accordte une liberty entire aux nregres, .
linflant cette efpece uftre et vindicative v' e o ''
ger yo,ooo blancs. Totas eIts nimbrr di 1' lti".'

*' 1










bl|e ayant d6clard a -lunantmit navoir jimais eu
aicune connaifiajce de cet impritn6, que on auteutr
femble cepiida:t adreff.r aux electeurs qu par
a lecture qu'ils vit.nnent den entendre, M. Moreau
de Saint Mery en a requis acre : enfuite M. Mo:eaut
de Saint-Mdry ayant te minor Ibn recit,- M. ChaCron
ayant 6te enrtndu A diverfes reprifes, et plifieurs,
mnembres ayant parld fur la ma i. re; M. de la Vigne,,
prfi.lent, a te aux voix en' pofant ainfi la que:f
tion: .Avez-vo is pmai' entendu M. Moreau de'
Saint-Mery faire ou appuy.'r dans les affemblies'
tenues par les electeurs, dits alors dwu ti rs etat de
la ville de Paris aucune ihotioni ten.dante a l af-I
tr.hiffi-ment ides negres ,, L'aff mblee nomina-
lem-n't 'int6rogee, a repondu un.nmimem nit, NON.
S;gne, de la Vigiie,pre/ident Bertholioj et Du-
veyrier, (ecretaires.


CHAT EL ET DE PARI S.

On a jug6 le 4 de ce mois, a ce tribunal le
procms de D.1cros, accuf6 d'avoir fait des enrol -
mei.s pour I'Efpagae depuis Ia rdvqlurion. 11 a 6te
coiidartind a neuf ans de banniflement..
Le m6me jour on aurait renrdu un jug ment dans
laliif-re de M. Ia baton de Bufenval file comite
d s recherch.s ne Vava't pas fait lufpendr.-., pour
fAire entendre en-dpofition un tres-grand nombre
de te6rn6ns don't pluieurS tie font pas de Paris.
Dans l'ffiire de M. Aug. ard, on reqoit des d6-
pditions de t6moins venues de bien loin.
Le procks de MM. Mair n et Duval eft infiruit,
ct doit fe juger incefliamment.
On intend les d-politons des temoins dans celui
de M. 1- i jn rquis ,4t mai lame la marqu fe de Favras,
.qui font dtcetus A 1'Abb.ye S. Germain.


LIT TT RAT U R E.

Movers de ramener I'ordre et la f6curite dans
la tocidte: ouviage qui a remporte.-le prix d'uti-
liced fe 1787, au jugem nt de ['acad&ine frangrle ,
et ded 6 ent 1789 AI 'Affemblee national j par M.
de la la Croix avocat au parlkment. A Paris
chez Royez, libraire, quai des Auguftins, zvol.
in-Iz.
Un bon code de lois p6nales, dit 1'auteur de
c r ouvrage, ,it If r6fultat des id6es Its mieux com-
bine.s d'apres la donnaiffince parfaite du carac'ere
d'uian Nation. Rien n'.-i plus facile que de ptononcer
desam:nd s, desconfifcations, des emprifonnemens,
qua d.- multipli.,r les genres de mort que de jeter
l epouvant: dais tout-s les ames; mais mefirer les
peines recuntaires fur les f;rtu es des individus r6-
pr6h nfibles, et fur le degr6 de leur attack hement
aux richeles; les peines afflictives fur leur fenfi.
bilit6, les infamantcs furl impo: tance qu'ds attachment
a la confid ration publique ; en imaginer qui humi-
lient fins fl6trir ; refp cter le plus qu'il eli pollible,
les grandes prop ite6s de I'homme civilif fa vie,
fa liberty et lon honneur; ne verfr fon ifanR que
lorf,'ie fon crime eft fi dnornte qu' ne puiffe le
racarer ni par 1'argent, ni par des services mihi-
taires, ni par des travaux publics ; a'enlever a la
foci6ee que des memibrzs abfilument gangrTins et
qui pourraient endonmmager le corps, li par une
dangereufe pitid on avait la faibleffe de vouloir
les confervr : voila ce qui eft vraiment difficile ,
et ce qui demanded une fuperiorit- de lum er.-s, de
justice, d'humanitd qui aeflt malheureufement que
trop rare. ,
Ce font fans doute ces diffictilt6s qui nous ont
emp6che jufqa' ce moment d'avoir un code p6nal
comnplet. On nous a accabld de thi-',iiis, d'obfer-
vations, d'effails de re6frme de tiflxions, de vues
fur la 1lgiflation criminelle ; on s'efft plu a computer
.le nombre, toujours trop confiderable, d'innocens
S ue les minifties de la jitlice out eu tle malh, ur de
tire p6rir avec le* glaive de la loi : l'ordon ,ance de
1670 a td confid.4&6e c-qime un edifice monflru ux,
don't les parties incoherentes entire elles, exigeaient
abfolument qu'on le detruisit pour en r-,cdnftruire un
don't fenfemble pr6f.'htt l'accord que Pon dlire, et
qui edt pour bafe la premiere et ta plus Linte d
toutes les lois, le f-miimetit de I'humanit6. Enfin
chaque crtivain a.prtf4ot6 en .general Con fyldae
come le plus nature, le plus avantageux a i'ordre
facial, le plus propre A affurerle bonheur et la tran-
quilit6 des citoyens. II fetmble done que les cu-
vrages fans nombre qui ont paru d-puit quelques
anniees auraient dd oparer la relorne de notre jtjif
prudence ctiminelle. Des circonflances malheureur:s,
i faibleffe du gouvernement, la fucceffion rapid
di sm niftres, l'efpritd--s corps judiciaires, lhalb'
tude des vieilles routines les pr6jug.ts de la plupait
des criminalifles, ont d6 aurant d'oblacles qu'il tait
rifervd aux rieprefentans de la Naticn de vaincre et
d'emp6 her de renaitre.
L'ouvrage de M. de It Croix a At couronn6,
en 1787, par l'Acadlmie Frangaife: la wreme annde,
l'aiuteur 1a envoe fous un autre titre aux membres
qui conrpofatent 'affemblIe des notables;' en 1789 ,
ii a cmr devoir le dedier a l'Affemblee national :,
on tie peti gtre prdteridre iA de plus grants faeccs.


QWil now foic cependant pefmis d'dbferver a M. de
la Croix. qiu, livre depuis plufieuts iuneiesdinfi qitil
le. dir lui-m6me, a I eitde des ma:ieres crtminclvs,
on aurait peut-6tre it& en drott d'attendre de fes
talent et de fes recherches tn ouvrage- plus m6thp-
d que ,. plus approfondi, et qui content de nou-
ve 1s vus fur cette part de l'admiiiftr :tion de
1 4 lutic. j .. .
A Ia in du fecound volume de cet, ouvrage, on
trove un chapitre qui a pour- titre : vues genklales
/fr 'adminifiratlon dcs fiLances et qui commence
par cctte comparaifon : On pourrait compare tin
Etat a uri concert, don't le fouveraia confidhe6
come l6giflateur ferait le compufiteur ; les ani-
nifres -ei les. premiers magiftrats marqueraient la
metlure et tou les fujets executeraient leurs par-
ties. Ce ferait, de l'accord g6n6ral quo d6jpndrait
cette harmonie d'od r6 Wterait la perfection d'un
gouve nen. nt Ce niorceau precieux aurait certai-
nemient eu le plus grand fucces dans le cercle favant
des Philam nte, des Armande et des lelize ; quant
Snousnous i nous eft malheureufement arrive d'en-
rendre fi fouverut de la mrfique mal executed,
que nous nous garderoris bi 'n dafllfter au concert
que M. de la Croix propole a fes lecteurs.
Etrtnnes flnancieres on recucil des maticrcs Isj
plus imporcantzs en finance, baique, commerce,
&c. S.conde annee. Par M. Martin. A Paris, chez
l'auteur. rue des Vieux-Auguftins, n'. z6 et
chez t-ousles marchands de notuveaut6s.i tn-80.i79o.
Piix 4 liv. 10 f. br., et 5 liv. port franc par la pofte
dans tout le royaume. I
Nous ne connaiffons point le premier volume de
cet ouvrage,, qui a p ru 1'ann6e derniere, et que
Yon nous a aff re coptenir des details intereflans
Jfur plufieurs objets reratifs aux finances, a la ban-
que au commerce, &c.
Si les Tartares, dit Montefquieu, inondaient
2ujou-d'hui l'Europe, il faudrait bien des paroles
pour leur faire entendre ce que c'efl qu'un fin ncier
carmi nou,. ,, C'eft done rendre un service r6elI
ceux A qui a ience, aufli vafte que compliquee-,
des finances el~tpcu connue, que de leur donn r
des notions claires tt pretifes fur 1 s differences
par-ties don't elle eft compofee, et ,'e les mettre A
port6e de fe reconnaitre dans ce d.dile fouvent
inextricaMle. 11 parait que tel a iet le but de 'Vau-
teur dans fon p emier volum.t. D.ns le second, il
s'eft attache particuli6rement, commeil le d t lui-
rrdme, a marqutr i'nfluence de L revolution fur
le fyft6me des finances, et A prefenter 'etenfimle
des eveinmens qui ont eu lieu depuis cette 6po-
qu 11 traite en minme-tems du comire des finances,
d.s d.crets de 1 Aflemblee nitionale relatifs a cette
pirrie, des do.s pattri tiques des peifions, du
paiem:nc des rents du Clerg' &c., &c. Ces
diff6rens objets form.,it an ant d2 chapitr-s I F'on
retrouve ce que 14 p upart d.s papers publics ont
dej. off.-rt a sa curiohit des citoyens.
On f.ta fan; doure furpris de ce que dans le
.ch pitre X l:uteur a inf6rd une lettre dans Lquelle
I p.irl- destri c.ff ries q.i'l a eprouve s rc lativement
A un opera eti une com6die de fa faqon : on n.,
le fEra pas moins du project d'ktabliffLnrent qu'il pr.--
pof: de former a 1 rtete da cirque du Palais-Royal.
11 nous femble que d s dcoratirins qui offriraient
les principaux faits de rlhiltoire de la mythologie,
et Its anecdote s du jour; des tables 'd-lici ulement
fervies t une tnufique enchantercff.; des boudoirs
divins et des bains d' A pollon,fonteffe tivementbien
faits pour plaire aux nombreux f.voris de Plutus;
imais qu'ils ,n'ont aucune analogie avtc untouvinragc
ou I1 on difcute des matier s aufli graves que cells
qui p raiffent &t.e lobjet principal des iravauxet d-s
rsclhtrch s de oruitcur: nous c oyons devoirl'invitir
a I e plus fC permetre de femblables ecarts.
Ce volume eft termin6 par un fupplement qui con-
tient d-s nomenclatu es relatives a, coni il, a I'ad-
inin ftra ion des finances, au tr6for-royal aux rece-
v ur gn6draux des finances, fermiers-gdn6taux, r6
gillb uti gendra ux, adminiflrateus-g6neraux dis do-
maines, pay- u s d s rents banquiers, agens de
chang adminiltrateurs de la caiff. d'efcomprte, ad-
niinirateuts de la compagnie d-s hides, confuls ,
deputies du commerce et nota:res; et par une no-
tice des opvrages nouveaux fur les finances, la ban-
que er le coimterce, qui oant paru depuis la r6-
volution. ,
PLm d'etabfijemens A former fous la direction de
la maifon Philantr,'pique de Paris pour lever le.
enf.ns-trouv6s Cfns leur donner de n urrices. Dif-
co s ltt au comity. de la maifon par M. le che-
vali..r de Gd.tas ,;commandant du b taillon des Th6a-
tins, et membre de la focidt6, avant fa reception, le
pretiier decembre 789, A Paris, de limprimer.e
de Cioufier, rue de Soibonne. Broch; in-8 de 33
pages.
DE L.ORGANISATION des Afferblees nationales,
d'aprds les principles d- la no, velle conltirution du
royaume ; ouvrage don't I- produi a ete cotificr ett
pr6fint6 pa; 1 uteur A l'Atf.kn-bl:e national pout
Ca cointriIution aux befoins de 1'Et't. Par M. T -
bo-,ret, avocat, avec cette epigraphe : Peuples
ibres, fouve -ex-vous de cette maxime : on pe].t
a'cqturir la' hibert mais on ne la recouvre ja-
mais J. J.Rouffea, A P.ui- chez lis marchands
de nouveaut:6s. Broch. in-v de 87 pages.


N C O L O G-IE.


M. Etienne 'Jeaurt, doyen de I'acade'mie- rdvals
de p:intire, don't la mort a fuivi de fi prks cell du
c olbre Vetner, tait encore plus recomirtndable par
fes quialits perfonnells, qee'..r ipnalint pour
lirt qu'llavaitembraie. Qhoiqu'.ipp c lpeur' tre a
tout autre 6tat, il'avait &r 'entraine tort j uine vers
la peinture, par '6Ilogd quil ent:pdait faire du che-
valier Veughels, 'da'is I. v-ihinag. dflquel il loge 1it;
et i s'y jtait livr6 eiclliiermnt eus ce nuirre,
qui, aya:t 6td pomm6 di.ecteur 1e'.ircad'mie de
France A Rome, 1'emmenaiavec lui, p:rfuadle que
fun ardeur et fon-'ppli at ionl'eleveraicnt au rang des
at!ti es du premier ordre. ... 1 ,; des
11 ne nous appartient pas de decider lufiu'a quel
point il .etait parv,.nu ; mais il fallait au moinsque
fes progr' s euflent 6t6 bien rapids puifu 'ils le
condu'firent en pen de terns aux honneurs academi-
miques, et que par la fiit- il obiiiit la confiance di
fouver in, pour la girde des tableaux de la con-
ronne A Verfailles. On fair que le chevalier Veughel,
fils d'un peinre d'hifloire d'Anvers, et;it furtout
eftim6 pour fes petits tableaux. C'cli auffi dans. ce
genre qu'on a vu au'falon de 1769, Jeatarit fiver
Inattention du public, par d-ux jolieis compofiri .ns
repr6fentant, Pane, ina preffuir de Bourgogne, et l'autre,
une Veill/e de Payfan s. Deux ans auparavant, il y -
avait expofd des fujets families, exttrmnement amu-
fans. Ces tableaux de:chevalet, qua ont ete multi-
pAlis par la gravure, femnblaient 6tre devenus pour
lui un d6laffement. 11 s'6tait exerc dans dc plus grands
genres : nous nous rappellons, entire autres, un ta-
bleau capital-, exp f- au falon en 17f3, ot il avait
peint une noce de village, define a tre ex4cuti en
rapifleries aux Gobelins. C'ell aux principaux mem-
bres de l'acad6mie royle de peinture, qui l'ont etn
pour maitre er pour chef, a prononcer furlie m6rite
de tes productions que nous citons ici, parce que le
fouvenir de l'effct qt'ils firent d:.n le teams fur ceux
qui aiment en peinture les fcenes od il y a 4e la
gait te et de la naivetd, eft encore prefent a notre
iiienoiie.
Nous ne le confidererons plus que comme citoyen;
et a ce titre. il n'y a pas d'6loges qui ne lui loient
dds. Utile A la Patrie, utile a une famille don't l'atta-
chement a fait fon bonheur pendant tout le course de
favie, il ne s'ctait -priv de la douceur d'etre pere ,
que pour en remplir les functions envers fes parents,
en leur lacrifiant le peu de fortune don't il jouif-
fait et en adoptant fp6cialement, des leu" bas
Age, deux neveux (i) a qui il a pkodigue les
marques les plus affectueufes de ten drffe et de
bienfaifance.
11 s'etait entour6 par f's moeurs douces et hon-
net.s, d'un cercle d'amis de tousles 6tats, qu'il a,
eu la douleur de perdre facccflivement.
Priv6 a 'ge de 8y ans de l'exercice d'un art qui
avait pour lui t.nt d'attraits, dl a occ p6 les loilirs de
fa vie lleffe A compofer d s pieces fugitives pleines
de gaietd amuf ntes pour fa foci6t et confola6 tes
pour lui dans des mom.ns de privations et d.& fouf-
frances.
II envifagea avec la tranquillity) la plus philoro-
vphique, et en m6me teams la plus chr tienne, le
dernier terine d'une vie laborieufe, toute conftcree
A faire le bien, et mnourit A Verfailles le 14 d6-
cembre 1789 Ag de plus de 90 ans, 6tant ne le 8
fevrier 1699.


,A R T S.
M U S I Q I EP,
Partition de l'mprefario in anguflie, on le Direc-
teua dans I'embarras op6ra-bouffon en deux actes ,
repritcntr fur le theatre de Mo-fieur, mufique del
hignor Cimarofa p->roles franqaifes de M. D***.
A Paris, cher Skber, marchand de mufilue, rue
Saint-Hoior4 en re la rue des Vidlles-Etuves et la
rue d'Ordeans ; prix z4 lives.
II y a tout lieu de prefumer que cer ouvrage, qui
a toui d'un fucces conflant au theatre, nen obtrin-
dra pas moins dans les concerts. Les amateurs de Ia
bonne mufique y retrouveront avec plaifir une foule
de morceaux plus agr6abl.s les uns que les-atites ;
tels que le premier final, P'air de lImprefario, ,celiii
de la feconde femme enfin celui du poee, qui ,
ainfi due les autres a tine tournure de chant vrai-
mett originale-, et dontCimarofafeul pouvaitdonner
une id6e.


MELANGES.
Au ridacteur de la Gazette Nationale,

Je fOis A Paris depuis quelques ours, M. le rd-
dacteur, et come il imported beaucoup d'tre biea

(i) M. Nicol is-Henri Jeaurat, du Sertry, fon
l ve membre tie l'acad6mie royale de pcinture,.
jeint e de la feue rene ; ct M. Edme-Sbaflien
leaurat l'ine, aftronome 3 1obfervatoire, nmembr
de 'acaddmie royale des fciences.


/




i


inifriiit des lois et 5 .lcJa.nt, du pays que ou, habit,
je crois ne pouivoir ualeux taire que de m'iadrdller au
M" 'h.!.L ll tu ivl'(f1.
Je'vie.ns de lire 'a la,fit; d'une feuille iiii-tnl, Bul-
"',':,.. ',; ,.,tc ,iau.n, /e numi ros 128 et 130,
des '.' a dI moi., de decmbre tine .: i.'
nun pas tie "enll, ur p .al m.,is du comint de police
de l2aris con< .:e. enl ces rernnes : En confideratitO
di dpiut IL '- 1/,/"i'.' /.' l'e l it t' 1 it' u, du Jouraud
intituie Dullru' d l I'Afferiblee nationala., lequel s',ft
endi garantt d: .c otvrl' l*, le conmiti de. police reiniti-
vele la p f'1adim duane le i. feptembe par vote
i .'.\ .p'utiw, pour la publicadtoz de cette j, ni/l.
Fait au comit6 de police )le 20 octobre 1789.
,i,,gne Quinquet e f-'.. ',t: de Grandchamp, ,.
C6ibiniere B. du Luc Bourdon de la Crojnierc.

Voudriez-vous bien, M. le ,ed ,lit'e, prierl'efLih
able auteur dts excellent i.uticl. mtunicipalite de
vorre gazette qui eft, a ce qu'on im'aflure, mem--
bre du comite de police, de me dire, tO s'il exiite
quelque prohibition de publier des fcuilles ; z2 ii on
peutrobtenir des permzffions, c'eft- A-dir la liberty_
par voie d'exception ; 3" s il y a des priviieges par-
ticuliers fur cet objet en d" ,. ", .::.., es des puts de
I'AJfcnblee national ; 40 s'il eft necefiaire, pour
publibr tes penfies, de s'en rendre grant aupres du
comiti de- police ? J.'aurai une grande obligation a
it P..ui h.:r s it veut bien prendre la peine d'&clair-
cir ines doutes. 11 rendra service a un grand nombre
de perfonnes qui m'ont paru auti embarraff6es que
moi fur le. vrai fens de cette nouvelle formule de
permifflod.



.tr,'tt d'une lettre ecrite des prifons de l'Abbaye,
le ; ja;v:er 1790.

Dans le no 14 des Revolutions de Paris, M. le
redacteur on avance que nous avons dtr arr&tes a
infantt oil nous rec:-vions deux lettres de con;u: es,
qui fcrviront, ajoute-r-on contre nous de pices de
conviction.
S Lts pieces au proces et vingt foldats de la gard&
natiunale qui n ,us out arrtes ateiteront la fauliete
de rette alfertion.
Dans le n 16 du m&ne journal, on y affure que
j'ai .an dans muno premier interrogatoire que
c etait I agent gvhet.il d-s capucius de la rue S.nt-
Honore quit ; iourniflait 1'argent necdffaire pour
les enr6lemens don't j'6rais charge on y ajuut ,
pour ni inculper dsjiaig, ,-, que les rech.-iches faiths
chezz ce rcligteux nont rien oteit qui vint a l'appmu
de ma depoliticn.
Rktablitfons les v6ritables exprell0ons de ma d6-
p, ticon, et l'on aura une itee de la fidelite ces
iedaccions du journal que je cite au tiibui;al du
puaco.
Interr g6 qtels etaient les reve:ius de miademnoi-
fNle ce Regneaud de Billy, ma parent, et d'ofu
elle les tirait ;
P.epondu que je flinorais : que cependant je
favais qu'lle recevait ue l'argent de fa Iamilk ,
ayant ete vaoi- meipe, il y a pros de cinq inois,
tout her pour elle ch z lament general des captucins
de la rue Saint-Hooore, iune fornnie de 3000 liv.
que fon fire mnajur de cavalerie demeurant ,a
Chunmb.ry lui avait fai, pafler par la vuie de cet
ordre religieux, et que c'tft ia fBule fois et unique-
ment pour cet objet que j'ai ete dans cette malfon
deputy que je this a Paris.'
On a trouve Ia quittance de cette fomnie dans
1'4tude de M. Brichard notaire, confoitrmmei t a
i'n..if' ii n duoinne d.ii. i'inrtrrogat.ire.
M. de Beauliewu, autre journalifle ne craint pas
Sv.,V.! r j dans fin t du S octobre ,, que nou,
avons offeit d l'argent &. deux gardes nationals qu
nous oult denoncis ; ;et confitimant les atiertion;
des Revolutions de Paris il ajoute que You nous a
furpris tecevant deslettres dedeux nouveaux coquins J
il argue ncs int-rrogatiri-s de contradictions ; i! an-
nonce une life de foixattne perionnes e'nrlIes
tiouvee dais note chambre deix paquets ifufpect
et portes A l-),.. J;:V;lle, qui, dit-il, o;.t et
faifis dans.une chami- re que j'avais louee rue des
Mauvais- C ,Ip.,in. ( inquenernt pour entrepoif.2


de meiiubles ) ii tie cr.fit pas de nous qu i!il. r dIe
ftlckrats....... &tc 1.11-ce le au dul;1 : pIubic qut
egare ces deux ecrivains ? Qu'll dt cruel el ce
cas-l, &'tenre aujourd'hui loup~conne ? Ofn fe hate
de fallifier ks baf~s d'uneprAp dt[ lt e- .di.iii-.:,
dirigee conw.e des citoyels prevenus et qui ne font.
point convaicl s ; on totlrne contre C ux'I:ffc vel-
cznce tile qui s'eff emparee du Peuple au momentt
d'tne heu'eulte, ,,. lui', i on imite en lta vouant
a I'execration pubhque, cette perverfe habitude dc
iancienne adminiftraiinon, qu' fuppofa t toiljours le
crime aufitot qu'on tait accufe....
Je vous aurais envoy plut6t ma reclamatioun
fi je n'avai; 6td au fecret pwndlJi: deux tmols et
deii, oil je t'avais pas la pernilfion d'crire.
DE RJElAT DE LIVRON.



VA RA II T .

Vendredi premier Jour de Pan Pecclefiaflique
quii prchair dar.s P'gl.fe de Chaillot a pris po r
t-xte de fon zele evangehlque, Pobeiflance, aveugle
.t paflive que rout bon citoven doit au roi et a
ceux a qui il a cone ta puiflance. L orateur a ete
';ntercon)pu par les murmur s de l'affemble i e
cure a invoque Ie refpect d4 au temple, et I'ordre
s'efl r~ta.'bli mais le pr6edcateur infiftanr, les cris
ont redoublU, ;, on a appele~,Ja garde ; P'apktre a
quitter la chaire s'eft enfuli vers la ficriftie, o
on P'a arr&te. Conduit au bureau de police a l'hot I
de la mairie il a fait voir, par la dite de fon
manufcrit, qu'il y avait 18 ans que fon fermon 6tait
compof6, et il a ete relach6.
C'elt la premiere fois peut-6tre que des homimes
aff mbls dans un temple, aient fenti qlite,-l;t qui
ieur parole au tom d& Dieu, n'a pas Ie druit d'abufer
de- fa mifli(n pour les entreten:r de fijets strangers
au colte on doit etre bien raffure fur le fucceq de
Ia revolution, qua d dLs prtjug, autli ancie, s, lies
i de vieiil.s habitudes et a tant d'int-re&s, s 'ffacnt-
a;nfi de l'fpiit de hoinies.



ASSEMBLJIE NATIONAL.

Prefidence de M. ablee de Montefifuiou.,

SUITE DE LA SEANCE DU ) JANVIER.

L'at!be Grigoire. Les beneficiers franyais expatries
font ablens, ou par pufillanimite et notre decret
pr:'.oyant leur retour en its mettant fous .1. pro-
tection de ]a loi, ou par la crainte de partager les
dangers de la Patrie d.mIs ce moment dIorage et
a.lots ils ne doivent pas en partager les avantages ,
I ou par anti-patriotifine et alors nous ne devons
pas d'tgards a ceux qui feraitnt alles dans des terres
rtrangeres cacher leur honte et 1'argent de la
France.
M. de Cuflines. Je demand que fi dans ouatr
mois les bn-fAiciers abfens du royaume ryv fbot pas
rentres pour '.occuper des fonctions qti Icur font
confices, ils foient priv6s de leurs benefices.

M. RgnaMud. 11 eft impoflible da comprewdhe
1'ordre de r(.ilh- daus ce decret, ils font attaches
t ar les lois de Phoun ur et de la religion A tin iet-
vice qui les appelle hors du rcyaumie.
M. i... :,. Point da lois penales centre des
h5m-inmes qu'uie crainte, rial fondee a ~oeipiist pour
un iucm-nt ijamais Fra,ais ne qtiiii la Pattrie fan
I.vOir etLfoir de retour.

S H. M..'.' de Roquefort. Je crois auffi que vous
s ne devez .'O-nr toucher A tin ordre aufli refpec-
i table que 'clhi de Malthe s niai je vote pour :a
Sotiton de M. Bouche en ajoutant que le b6n,-'
ficier qi va dam une t rre ratigere consumer de.s
fruits deftli:s aux pauvres doit en &re priv6.
M.. abbi Mawy. Je crois devoir defer.dre les
s intc-els dtes eccldhaftiques abfens, .],,iqii- je iW''F1
connaffe auc(un.
S i'ous devons les plaindre et lon pas les p, If'-
r cuter. Lorlique Louis XIV de&hAldit, los m grations


des pri -l ims fous des peibn' ir.':.,:a,-, ce.
act liut d 6ancd dans PEii air- C .Ieni 4 ;r..- .
j'r.,iimii. Ce iWeft pas par des lois pinalks qu'r,i) ,u.
veme ls l.iji*, s.
Le nombre des Franmais abfens du royaune n ri't
pas afflz confiderable ; des raifmnns de t'nti. pI'tiv.ciC
les retenif & des ntM nC.;c s tff .it.irlts ,uinj pi' 5 d e.
terminer 1 s',:.p imier : tout le mundi i, ihtriiit
des kttres comminatoires et bl:-n.tttintl etri-, i
M. P ':i c vque ide Padis, ce pIiJat ii vt rI.k.\,
digne d'6tre citd pour example.
M. rabbd Maury fair alors ,on -loge qui fi a3.,
plaudi d'un c6tr de la falle.
M. Camus. LC-.:einple cit6 prove comtrc M. I' alb6
Maury puifqu'il doit connaitre quc M 1I'ach.v6/que
avait une miffion publique, .ainfi qne Mi. k du1
d'OrHans. Le pr6opinant a dt ndu h .ue d'uno
perfoamne j' ne defends que la Ioi I; 16Igiflatcur ni
connait qiue la lri : je propole dour le tenouv.'.
lement dZ lois centre labfence des beiinfici-ts.Ls,.
ordonnauces de Blois et d'Oilkanus (onti precifci i
l'dgars de la r6fiden(e.
On a bien dit dans Ia D&clrati o des droite,
qu'ui hominme peut aller ou viIr oil ii Jui pla '
tnais cette D lchir.uon 'a pu d.r., que telui ,'i
avait un emploi public ti exercL A et .i:e 1' ar
payait pour cela, ne ddut pats mli's t nllctiii!. -
11 a prooff,= que ces biens inii, n-lfilenuit
mis en fmquellre, mais quoe Ik d.t ,'ri 'teidit wt
i'ordre de Malthe.
M. Renaud ob erve que les cihevalkiers d& Mi ttlle
font lids i lur devoir par les voe-i: de ieligion e!
les lois de 'honnentr. I ne troit pas que I. preopi-
nant ait fait fa motion fitri-kUni.)It.
M. dEfpremenil. Je ml'atr: cltai fi ulenlint ao
principles cites ,-ce fone ks oin-micaiilC t di. Lt6l'5
et d'Orlans : elles .ne difent P.l qie lorfilu'um lit-
neficier eft forti du royatme on .tilira fi s rIt nns,
on les mettra en 1:.queltre ; au ..i.r., ou d.vot-i
le fomawer, l'avrtir de lon d..."i'ir.
Les lhis fur absencee fonit 'h irefl'ir dc I' 1,t, Li-
bl6e national 1 s rai-ons d'aici n.c ton1 di n illort
des tiburiux ; c' -,ft auix tobuin i q.i',.p.ii i. n1 le
droit de jugcr d s raiibns q (it1 i..lit ali.ter- la
n. nt-refidencw-. Quand M. l ai'lteveIuie dJ Paris vonus
aira que MM. de la Fay tte t Iaillv I t111 pr.-venu
qute a r1e in tat pas n mfui:te dn, i rtovi.,nise,
'que pburrez voas lui objector Le &dvoIr dJu
1:giflateur nldt pas d'interpr:tc lia lo; 1n-s id: la
tufiormr ou do la fire s ce WIelt que It jirilion.-
fitlte qni peut l'a rclamer. Jo v. is 'al. L. pour M. I' Ir-
Ji-.veque de Sens, et je e l Ie..u p In'l~pect ce
)iolat vo's dira qu'il cit cardint,.l, qu'il It par coin
Fiquent imnenmbre du factd coll.lge iI pout .loi" fa
trouver a Ro1m.. (.onforlitz s nlIi d (.,. ,ux t in-
ci es de vore D)dclaraticn tde. dJ.oi's JL I'c r.,ukIle
justice. -A;ous des la kg flatit.,., vout nitt-s ipoicu
tin itbunal.
La difcufllion eit fernIe.
M. R1&dcrer. Quelle que foic l'opinioi quL q"L!-
ques irmII-res ,_t 'Aflemolec [p.-m, at .ion "! i l.
ecrt t il eit re du il eft in.. .i 'a .' .i.I i.ii
la motion propobe et Ja ditlliu.] qL.iu l'iii L uIt9.n1 1i
tend nt a l'a'teer. L'amtride1m in ,t M. LHu. i., It
contrairt a ce L L.Ir.i. \'otis at,. t i.l C.lir e .e. -" i;
des ecclfi tiiqit;s ablens acqntt .' Ia N.,t.iin l;
ne peuvent .done etre mis en lC. q toit L. it'., ,-11C
preluge toujpuis ti droit a c.,1ii im q I poi .iit. Aut
refte, ie p-nfle qu'il u'eRt pa:. i ....li.. our (oii-
dauninr un b iefiiciefv abfi-nt ,J i: it-ii i, co-
meure. Les lois cities le c(aiddiin ni qiji, f-iar.
Crl es qui itatient first la r_'li.t- ,ls :s-.1..5.':
ticques itarnie t fiiii fur cell: ,i s 5 .ii.ihilit. et
outs les fois qu'un nag ltrat toni Jdi mvi.,nne iar.n
pL .h i!ho ,., ieurt, fa charge it. 4, onlia11e,;-. I. p1.t1fi0
que le secret rendu hier rent.unic tonee. is lo,:-
tions civ:1es militaires et n- lCildiqncs cr I 'ft
conclus qu'il l'y a pas lieu a dlJib,-rset fin i in.,tin
et fur les amendemens propoit-,

M. de Catal s. Dans touted mIar. T ir '(.. ttnoc':- I.
l.iii t i 1 o1p 1 .:- lerait aulib .lp t-i'miunk ioi'i
ails un iliomelt oti 'Flo .,. d'iX ivi dus crime de l:ze- -.i iI .I. mi iL 11. rrC.
n'eft *oint encore defini --. t, l., it o,, t'rr1
et.e dangereux. EnLcone,.|uezna, ', .1<,,tn.mde l'.,oait-
nenment de la h i!.:nii ,: un t 1 ptiil 'ilhn,..
( L i 1:.-i, .- i',.ah, )


On n'infere aucun avis qui ne loit igfe d'une peifonne. comnue et ot ne les ,',. qu'au bureau des Affiches, rue iAC', ,,. 5S.. 7.'i-.'-.I
de chaque Annonce ou. Avis eV de 3 liv. pour dix ligii,. d'impreffion et au-deltus ; de 6 liv, .. 1i, onze ~j'u., ,iA l i ,t i ; ,s
x2 liv. depiis vingt-une jufquna tr'nte lines ; de ~v3 liv. deus IMtSI il... jufquaI quaraute Ji-. ; et de 224 liy. .hy ai. a.''i-!i-l''
jutqu'a ciuquante hignes. On ne re;oit aucun A-i. plus dtendu a momns 'lid ne foit tr'_... op".I i., Les <,.m i..,..In.,, ( lei-'. ",i.r (Cii'
fixes ai 6 ino Cete. f:;ill//e parat tos 'leis matins.

On s'abonni: 1 Paris, iel ic hou r e uvs Poizeviui on aut n rau des Afiches d& Pars rue /,',,,, .. 7. / ''.' .. i/ h'1
Paris de ?8 In'v pouwr tmis "o:s ..1' Ir. our fix mois 9 et de -/2 iv. l ,,. 'naeii et tr la "Iprv'icc .. }, 'et po ,.., n:,,' r ., ,i'.
poti -t moia: et f I, iv or. aW ;,c tranc 6e potlL. L'o ne sa. onM e iqu ad,. ,i,/.,, ,, /,.;.,,, de ,haq:e fint On /i .-,t I' /,.r
les Libiw'aes de F)mnce et ics Ditreciens ds pijt s ; d t. Lot/r.s ,, '. Emely ,, d / *r C.ef! a A A n6 ..*.:,,.,, ,"' ,'
'yawt de Ia Gagt .':'...;,:,e, ;e 1e1 r10,,;',',hs n. ;.il ,\._.ff-, les lettres et arc. dert ,
6C qtd ,,... '* *. ',''. l

(G'


y nii'
orii












"Le
0 vi. ,




sder )e








ir II




C Le

* t iati





f* ori
( e 1


























S. t hiii'
;. c o .i i














































iu .


-, t-at,
r 1 .
; -.ct a


i On



































fr ^lr

II ^'"

1. w'i'


,,f




~.P .v.,


GAZETTE NATIONAL, ouLE MONITEUR UNIVERSAL


VEND REDI :8 JAN VIER I


1790.


Q U E.


TUR Q UI E.

S tVANT les dniereses nouvelles de Belg-ade, on
attendat .nc. ILunment des commiff ires Turcs, tt
'onP rp.rait, pour leurrceptioi, des logemens dans
la Walei'ftadt, ou la baffe Vile : mais comme ii n*eft
pas probable que les n~gociations de paix foient en-
taaiaes a Belgrade, on prefume que la million d e ces
commi0airps a po r objt principal d'obtenir une fu-.
penfion d'armes pour tous lts pays voifins de la Ser-
vie. On dir qu'en 'Abfelnce du ma echal de Laudhon,
ce feris l mare, ha comte de Wallis qui fera charge
de conduire cette affaire.
Les habitans de la Valachie timoignent beaucoup
d'attachement aux imperiauxj ils font bien loin de
reretter ia domination de I'hofpodar Mauro Jen;,don:
ils'ne CLlent de raconter des ti a.ts do la plus horrible
tyrannie
Les chefs des plus rich s maifons de ce pays ont
depuis long-tems et6 envoyes tn exil dans 1'Archi-
pe pour s'6tre rendus fufpectsauprgs de la cour Ot-
tomln.?. Lears fami lei crAignent pour oeurs jours ; la
conqutoe de-la Valachie fera peut-etre pour ces exilds
un aOr& dt mnort irrcvoca' ( ces nouveltls font
4crites de Vienne p en date du 16 dicembre. )
De Conflantinopkle, le 3 novembre.

La Porte, toujours dif,,ife a continue la guerre
et a tent r une troifieme champagne, fair les plus
grains prparanitifs S H. a donned les ordres les plus
pr^. is pour l'auttmnt tion d s recrues et 1 s appro-
vilionnee'1ns. Elle aappelle aupres de fa perfonne,
Cri-fer Bey, Pacha 'Alep qtui la reputation
d*un grand ptlitique et d'un g-and hoinme de
guerre.
Le fultan a envoy pour p'us de 1y millions de
pialtres d& va if lie d or et d'argent a la monnai. ;
cet exemplh fuivi par un grand nombre de les
filjets fournira dit on, en moins de fix.mois au
trtfor militaire, plus d& 35 millions de piallres.
On apprend par des lettres de l'Ukraine, du 7 de
ce mois, qo'au. moment de part r pour lafy le
prin e Pottilin a requ des deput.s de la part du
gr.nd'-vifir, ci devani captian-pacha qui etait a
llfmailowv. Ces deput6s etaient port-urs d'une lettre
6criteau giand-vifir par le grand-feiigneur lui-mo4m,,
qui lui enjoignait de s'inronter du prince Poremk n,
s'il dRait autorif6 a traiter de la aix et a la conclude.
Sur *e champ le prince Potermk n a depech6 un
courier i Petersbourg, et invite les depurts a
venir a lafly oa il les a fair rccompagner pat
Sune efcorte.


,p oL:,ITI


L'armee turque campee a Ilfmaiow, a paffd le m ois de decembre, n'ont point encore donn6 de
Danube, etle gdndral Sawarow a march avec un leurs nouvell' s Nous aurons biti ot t parler du
corps de troupes pour occuper cott6 derniere place, colonel Gardner, free du lord Mountjoy, que la
cour de Londr. s a, dit-on envoy a pris de la
R U S S I E. nouve.le confederation des provinces Belgiques.

Malgrd les orages qui regent ordmairement dans De Lege.
le golfe de Finlande pendant I'ardiere faifon, l'im Ldlecreur de Cologne come nous l'avons
perattce accoutuma6eA furmonter tousles oblia- ppri par des s d Brlindu dcmbre
des, a ordonne ai fi flotte de forir et de cruifer appi par des lroi de Prlie M. le comte de
fur les cotes. Dans cette croifiere trois, vaiffeaux a envoyha, pu s du roi de douel, M. le corepr te dtion
de line ontr choue, tna grand nomnbrs d'homnes DefchaWl, pout tenter de nouvelles repr~funttionm
de trgne out i echou n grani. noimpras d homn es relatives au diffurend qui 'entreti-nt da, s notre pays
de trois quipages ont pti. L imperatrice e croira entire les m niflres directoriaux ; mais nous appre-
pas fans doute nlavoir perdu que trois vailleaux. enos en mme tes dqe S. M. Pruitienne a envoy
aufti de nouveau M. de Brukaufen a M Atricht, avec
A L L E M A G N E. de nouvwl -s instructions. M de Brukaufen eflt charge
de fe concerter avec M. le liutenant-general de
De Vienne, le t6 decembre. Schlieffen et d'a-prouver hautement', et la con-
duite de ce commandant, et particulierment la
Le mar&chalde Laudhon- eft attend ici le 28 de lttre que M. de Dohm a icric au prince-dveque.


ce inois. Le Peuple fe difpofe ia aller recevoir avec
les marques les plus bruyantes d'eflime et de vne&-,
ration pournt le'vainqueur des Turcs. Les uns louent,
d'anitres blament les affections populaires toujours fi
oppoldes aux v6ritables fentimeris d'humanite. Le
Inarichal doit fe d6rober a tout cet apparcil. 11 ne
viendra pas droit I Vienne. Ils'arrtera a deux lines
de la vi le, dans fa maifon de champagne d'Aderf-
dorff; mais le Pc-uple qui, dans ces occasions, a
toujours l'air de recevoir la fIte qu'il done, s em-r
preffera de contrarier les precautions de M. de
Laudhon, il ira fans doante 1e trouver a Aderfdorff,
guettera fan depatt pour Vienne, et I'amenera en
triomphe i la court.

P A Y S-B A S.

D*Anvers, It i ditcmbri.
On fiande que le commandant du chateau, encore
Occup p.ar les troupes imperialks, ne peut pas harder
a capitilet. Ls habitans de cette ville font honrteux
e Porter leurs (ers plus long-tems quo les auitres


ANGLETERRE.
De Londres.

On fait en general que les provinces qui cherchent
a fecouer le moug de la maifon d'Autrche, font
d'une grande fertilitd, ce qui fuppofe une g ande
population; mais ce qui ndeft pas autfi gendrale-
ment connu, c'eft qu'eles L'emportrnt a cert gard
fur tous ls Etats de lETurope fans- en excepter
la Hoiland-. Peut-6tre mnme pourrait-on avainc,'r
qu' i ne fe troupe fur le globe aucun pays d'une
rareilte tendue qu i conti nne autant d'habitans
que les Pays bat autrichiens.
Les tables de Zimmermann nous ofrent des
points de comparailon vraiment iurieux, quoiqu
lvmilians pour la Grande-Bretagne.

Quaniitc comparative de population par mille quarrL.

Pays-Bas autrichiens, zo.
-ollande, 2,6.


B rabanqons. 11 regne parmi eux un inorne filence,une
confternation habituelle. On remarque felon les ex-
prellions des lettres mdmes, qu'il fe forme dans les ttes
un defein hardi et terrible. Nous nous attendons,
tcrit-on encore, a une resolution d&cifive de la part
do la garnifon. D' i moment & l'autre, on croit
enten ir t foiner les cloches et b.ttre l'alarme dans
tous les quarters de la ville. Notre fi'uation eft
teile, que nous nous confolerons de tout, n'im-"
porte la crife qui nous ait ddlivris de Poppreflion.
On apprend par des lettres de Namur du 31 dr&
cembre que les patriots font mnal res da la pro
vince de Limbourg. Cette prifa de poffegtion n'a
point cofit6 de fang; it ny a pas eu d'affaire en-
gag4e, pas m e une rencon re. Les Imp6riaux
avaient deguerpi. Un d4tachement de. Wirtemberg
s'eft repli6 fur Luxembourg: La d6fertion felon
les lectres writess d'Ainwaille, dans le Limbourg,
le 16 decemnbre a 6ti fi confid6rable parmi 1; s Au-
trichiens, que, de trois cents dragons qui fotmaient
ti d&tachement, it n'en eit entr6 que vingt a Luxem-
bourg. On ajoute que fur les tiemins par oa les
Autrichiens ont faith retraite on a trouv6 un grand
tiombre de chevaux morts ou mourans de fatigue.
L'arne patviote fe raffemble aux etvirons de
Luxembourg il hli arrive fins ceffe des munitions
et des vivres de totes parts. La nuit du 2zf au26,
ont paffe par Namur cinquante charriots de provi-
fions qui fe rendaient au camp des patriots.
De Bruxelles, le 2. ja wvier.

La confd&ra-ion s'avance : FEurope ne fern pas
moins tonn6e de la pa faite intelligence qui rtgne
parmi nous, que des pemieres vertus qui nous ont
reunis.
Voici l'adhefion des Etars de Brabant a 1'acte
d'unio,, de la province de Flandre, que nous avons
dor.n6 dans la feuille du 7 de ce moes.
Vu par les Etats' de Brabant 1'acte d'union qui
precede, rfolu d'approuver et de ratifier pour
Sautant que befoin, routes conventions reptiles dans
Sc.t actr, avec prom. iff folen elle de s'v confor-
mer et d. deliver pareil acte' aux Etats de
Flandres.
cc Etait figne de Jonghe, confeiller-penfionnaire des
Etats de Brabant,*.
Les mimes lettres de Bruxelles, du z janvier,
ajoutentque les provincesde Malines duTournaifis,
de Namur, du Hainaut ont ddji accede au meme
acted'union tt que deji toutes les provinces ci-devan,
Autrichiennes, annoncent I'arivee tr.s-prochaine.d.
Slurs) deputis a Bruxelkis.
Les ddput!sdutcomite des Ftats-Uris de Brabant.
n nr on J arrver a la cour de Berlin a la fin du


N S.


Toute Mtalie, lzo.
France i. 152
AlLmagne,, t3$
Grande Bietagne et Irlande prifes enfemble xI'.
Ce qui peut contribuer a nous confoler de la
place que nous occupons dans ce tabliau, c'e.t
que tous les autres ttats d 1'TEurope fopt autanc
au-deffous de l'Angleterre par la population, qie
'les premiers de ceux qu'on vient de voir font au-
deflts d'elle i cet regard.
Au refte, a Ih fimple infection de ce tableau comn-
paratif ,il eft nature de fe demander: d'ou vient dnc
la prodigieufe fuperiorit6 que P'Angleterre a montree
jufques ici fur la France et particuli6rement dans,
les deux dtrnieres guerres ?
Nous t6pondrons qu'il en fault chercher les cantf s
d'abord dans note position g6ographiquei dans la
iperiorite de otre marine, produite par ctie p -*
fition infulaire i d.ns la rapide drculation du nuim6-
raire que le commerce nous apporte fans c.fle;-
mais ffurtout dans note excellente coi flitution qui,
en faifant participer les individus de touces les clalles
au gouvernement, et ks y affociant, pour ainfi
dire, par lrnfluence plus ou moins direcre qu'elle
leur donne, a fiu fondre tous les intIr&es particu-
liers dans I'intr&&c public.. Voila les grands efforts
de notre preponderance fur une rivale pourvue bien
plus abondamment que nous de toutes les autres
sources de la force politiqte, comme il eft aif4 do
le demontrer d'apres les dn-ides (uivantes. En effect,
elle elt, pour la popul-tion, dans le rapport de 5o
a iy par mille quar:6, et la totalite de fa popu-
lation s'eleve a 24 millions, tandis que la n're ne
paffe pas ix. Quant aux finances, nous voyons ega-
lement, par les calculs de M. Necker qu'elles f.,nt
dans la proportion de 18 millions fterling a 14.
Ajoutez ai cela 1'tendue territoriAe dans le ra,-
port de 63,oo00 mills quarrds a ioo,9z8 et enfia
lafertilitd naturelle du fol et la beauty du climate.
Nos vaiffeaux, qui font routa dans les tmers de
I'Am6iique, trouvent que le doublage en cuivre
.leir donne un noeud et demi par heurede plus que le
faifage, quoiqu'il faille convenir qua cette deiniere
pratique a fon utility.
On vient de fire en prffence-du lord Dover, du
colonel-Drouly, et d'un grand. nombre d'officiers,
hepveuve d'tine trempe pir iicl ere pour les lames
de fabres et d'6pdes, qui leur done' une force pro-
digietle. Ces m-fli-urs en ont temoigne ieur fatis-
faction i lintventeur.
Le vene able lord come de Mansfield parait rj-
jeunir ; les n-rfs de fa main droite dont it pouvaic
a peine fe rvir, on- repris leur ton et Lui* fouplefe ;
il ne fouffre pl s du tout; il a mnme une gait'
finguliere qui ne p.ut roaIJiii que d'un sentiment
int rieur'd bien-etre. L'Angleterre que ce digno
vieill rd 'h iioi p ut fe promet re,, d apr', toutes
les apparences, de le conferver encote long-tems.,
Le grand f ectacle de tioutes les Nat.ons merchant I
grand pas vers la Ijbert4, occupy d I cieufmenut fa
v eilleffe ; il eft furtout tres-cuti- ux des nouv lles
de Franc, : votre d, rnite, revolution fait I' fujert
o:dinaire de tous es en:retieris en q'ialited'hommn
libre il vous en felicite mtis il ne revi- nt pas do
(a furprife, et dit que ce p ,.diri.-iti r r iide chan-"
gerient dsroute abfolument routes fes idees' et fon
experience.
Une negrefle, nomm&e Mate, a ms ai monde,
dans les p-miers joirs defcpte nbre,un -tnfant mile
qu'elle partait depuis dix neut mois; elle a deja eu
plufieurs grofleffes d- quinze mois lt plus: ce f 'it
extraordinire s'eft nafi dans la ville de Kingflon
capital de la Jamaique.


Extrait d'une lettre de Glafcow, en date du ti di-
combre 178,.

La temperature act'ulle de P air eft put-Otre h
plus douce qui ait &6e 'proIUv.' ici de liemo*re
d'hoime i pareille ep,-quc.c e!k- contrafte lingu-
liirement avec celle d, ti decemlbr de l"annie
1788. Le thermometre eft dcfcLn.lu dans cetre ville
a 2 degres ; et !i partil jour, en 1789 it y eft
S-'r, pas moins de z6 degrees de diff rence cette
fingularite, dsji fi frapp ante, 'eft bien davantafe
u.tcore en comparant a faifon actuelle avec les
prceddentes. La chaleur, I- premier juin 1789,
n'exc6dait celle do it dicembre de la mdme annee,
que de nqtf d&gres; et le premier mai il fdfaiF
plus froid de.dcux degrees; ce qui explique nata-
-ellt-mnt les phenomtnes queI la v6g tauon a

Le fair fivant vient- i 1appuii de cette lettre : il
y a accuellewent des ftaiiLrs en fleurs dans un jaidin


- -- --- ---- __~_1~__1. Ilcll~---~--------------------~----- rc-l-- -C-~--LI-~-------~----~IC~L1


_~ ~_...I -- ~- -r- --~-~---~I~-- ----ul--_.~- .-- .. ._-j_ _--~~IBI~. _...




m


I


pres d'Eduibourg ; il s'y trouve aufll un pommnier
chirg6 de ft uiit d'une feconde crue qui font de la
grofleur d'une petite noix.
FRANCE.
De Lille, le %1 decembre 178s.
Letire de MM. les +grenadiers, chafeurs et foldats du
regiment Royal-des-Vaij'aux, A MM. du comiti de
la ville de Lille.
SMelleurs, qu'il eft douloureux pour nous, a
notre arrive dans une garnifon que nous avons
ddfir6e d'avoir a faire tire un bruit qui a jet6
I'alarme dans tous les cceurs! On dit (il faut le
reprer ? ) on dit que le regument Royal des -
Vaiffeaux dolt inceffamment fomenter une r6volte
pour la diminution de quelques denr6es d quelle
calomnie Quoit au moment o4 guides par
Ii feule hunidnitde, vous confacrez vos veilles
au bonh-ur du Peuple, a fa tranquillity ; an
momentot u arbre idu pariorifine jetft, pour a;nui
dire d- fi beaux fruits, voudrions nous les empoi-
funner Non Meflieurs, nous en fommes incapablesi
et, pour vous en convaincre, il vous fauflira de
jeter un coup-d'oeI far note conduite pa(!te. Au
refte, Mefieurs nous defavouons formellk me't Ies
props que la mechancet- feule a pu nous pr&-er;
et, fans nous embarraff-er da rix des denrdes, nous
nous d4clarons ies ennemis te toute efpece de r6-
volte, trop heureux fi nous obtenons I'eftime de
tous les citoyens de cette ville, en meritant la
v6tre !
Nous avons I'honneur d'&re trbs-parfaitement, &c.
Signed les grenadiers chafeurs et foldats du regi-
ment Royal-des- Vaileaux.
Riponfe de MM. du comid de la ville de Lille, a
IMM. les grenadiers cthajfeurs ct foldais du regiment
..Royal-des- Vaifferax.
MWffieurs, nmus voyons avec peine que vous
vous croyez obliges de detruire des bruits que nous
devons regarer, d'apres Ja tfaon de penfec du mi-
litaira franqais, coimne d*nuds de vraifemblance.
Voes ignotiez, quand ils font ven ts jufqu'A voii.,
que c' ta't le moyen uftA des mal-inteiitionnes er
ces pertubateurs n6s du repos public que c'taitr
I ur unique rellource Jans l'itmuiffance ob vot e
vigilance er la notre les mc:taisEt .de nwure, et que
lA condui e ih plus itreprochable ne pouvait encore
mettre A i'abri de pare lies infinuations.
Ce n'ef pas a'oss qu'un pace folennel vientd'unir
toute la France ; que le foldat citoyen, le citoyea
foldat ne font plus qu'une meme fiamiie et qu'un Peuple
d'amis; quand touns les inrterts font con'nuns lue
nous aurions a craindre de voir porter !a moiAidre
att.inre A la tranquilliid publique que votre exem
pil -et v -tre courage contibueront touours egale-
ment a maintenir.'
Recevez chers camaradis, les affurances les p!u:
fi cer s que nous vous donnons au rioin des cic
tovr:ns, ue rien n'eft capable de changer lopinior
que nous avobs d'un regiment qui n'eutI amals qu
Inhontiur Ie Plus pur pour guide, qu'une reputation
merite met Fort au-d-ffuis des eloges que nous pour-
rionis lui donnrr, et donr nous rechercherons Famitir
par tous les moyens ,q.i front en nous.
No:is avons f'hnneur d'4tre, avec les7 fehtimen
de la plus parfaite eflime et d'in veritable attache
Signed, les co nmanzions gineraux et officers du comit
de li garde natio:tale, ide Lille.
Eait fign6 : le com tea'Orgeres commandant
general ; Brian commr ndant cn fecond; Beghic
du Beaslin commandant en troifierme; de Rouvrvy
de AMzjIag, ,Lo ais.it occr L. Dathits, Be
ghein d'Aigaerie, J. f atd, L. Durict et Goyfelin
offiierl du comite.
.. PDe Maet.
Dans le moment ou 'tout announce que des troupe
etrangeres vont fe porter press de nos frontiers
!s citovens de cette. vild; porrItret craindre qut'
i'exporr t des grains pour leur approviSonremen
Le (oni i.e municiMal, p ur diffiper leurs ala me,
,ient de faire, r-veiir .,ue M. le marquis de BouiNl
to outs o. cupe des in er&s de la province, e:
voie cent cin'u -"iiu' ilommnws a cheval, arec c
,i,",n.'t d'iit'iirtie pour ren focer Ic cordon
troupes deftiinees a empezher Vexportationr; d'apr
Ucs precauttons, il tft impolfible que le bled for
pac nos frontiers.
SLe i6 da raois dArnier, M. Garry tLinn, cay
-taine de la cinquieme comp-g ie du troifieime
raillon de ta oardc national de M'z ,I a ofert
* o M. le prc fident uti commit une fmme de gco li
de la part d~s 'ntmb"se de la compapmie, pour
Sfaire in don p.ut iouquet a AffTembee national.


-0


I .


.'"..---- --------L-r--c..=== rt
ADMINISTRATION. a
ou
Mu NICIPAL.ITE DE PARISs. qu
D4 artement de Police. et
Le department de police ayant examine le proietr
former par les domeftiques de Paris, de career un i
etabliffenent particulier, don't le but et lune corn- ad
munication mnutuelle de bons offices et de fecours, P'
une furveillance fraternelle propre ia maintenir ou
A favorifer les vertus parmi une claffe d'homnmes fi tti
utiles a la fociete ; convaincu que Iordre, la furveil- v3
lance et la bienfefance mutuelles entire des hoinmes l'
unis par une meme profeffion, offient un des
m'iyet s les plus efficaces de concouri- au retablif- ci
femnent des memuts publiques, d'etp&cher les 6ga-' q'
teners et les vice, $ conifid6tant e.co.e que I& lI
domeflicit, qui, fous tin gouvernement arbirare, 'i
tour -. tour ell tyrannif6e et tyrnnife, prend fjus f
le regne de la lilerte la veritable place qui l.ii.ap-d
portieit, cell d'une portion ut le de la famnlle
do t le regime influe nceff.iteme;at fur le bonrheur PI
er la tranquillity d' tous; le dpartemen- de police q'
oprIs avoir ma'ement refl&chi fur laes reglemsns que fi
les domefliques s'impofent dans le plain qu'ils ont
foumis a la puiffance publique, et n'y voyant rien
qu. de lunabie et d'utile, et pour la fockt6 en q
general et pour eux-memes autorife cet etablif- P
fement particulier pour la domefticit6, et le croit v
digne de la protection fpciale de la muricipalitb-, i
tou-oms attentive a encourager ce qui eft bon; d
_t en conflqcifnce permet d'imprimer et affi-htr
ladite autorilation. Le 21 detembre 1789. n
Bailly, maire; Diport du Tetre, lieut nant de
maire ; PcudJet Manuel, le Scene des Maijbnsr, ,
Thorillon, admniniftrat-urs. i
bi
Etabliffement fous la protection de la municipality d'une i
eaiffe de fecours et d'un bureau a'adminillration your t
Strous 1.s domefliques de fun et de l'autrejexc, employs
danas la vile de Paris. e
t
Le reglement de cet tabliffemient eft divife en t
trois chapitres.
Le premier traite de la caiffe d.s fecours ;
Le second, de la police du bureau i
Le troifieme, de Iadminiltratiot'.
CHAPITRa PREMIER.
Caijfe de fjcours.
Art. I". Les fonds de la caiffe front forme6s
d'une contribution annuelle et volon aire de fix
livres par chaque domentique de fun et de 'autre
Sfexe.
e II. Nul ne pourra etre admis a la contribution
e qu'il ntie foit da s l'rtat de domeflicit6, et chaque
- co t:ibuant fera tenu de produite fon extrait de
" baptane ou des renfeignemens certain fuir le lieu
de fa naiflance, et un certificate de fon dernier
$ mAltre.
III. Chaque contribuant fe prefentera au bureau
n de la direction pour s'y faire enregiltrer et il lui
e fera delivrd un cettificat d'enregiflrement figne du
n directeur, et vifd par Pun des delix commis em-
- ployed dans l'adminiflration. Ce certificate, qui deli-
s gnera le folio de fon enregifirement fera Ion titre
d'affociation.
IV. Le:directeur de l'&abliffement fera tenu de
dfpofer chaque femaine, Ie mn-mant des co t'i-
butionsquil a'irareques, chez le n ,taire e.ibi caitlier
de l'allocia'ion, et d'en tir:r quittance.
V. Cette di(polition n'aura li u .u pendant le teams
fixe ci-apres p.ur recevoir lefdit;s contributions ,
aptes lequel direct;ur ne fera teriu de reme.tre au
t- cailier le montant de cells qii furviendiront, que
n lorfqu'il s'*eevera a la fomme de tr >is cents livres.
Y, VI. Chaque contribuant f ra t-nu de confrver
e- foigneufement fon titre d'. ffeciation fans la rer r6-
Sfentat on duquel il ne fGra point admis a participer
aux avantages de 't&abliflement.
VII. II fera r-mis tihaque contribuant, au mo-
ment de fon admifflion, un exemplaire du prlfent
regiment, afin qu'd n1ea puiffe pretendre caufe
d'ignorance.
es VIII. On commencera & recevoir les contribu-
' ons a Iepoque cu P tabliffment aura rteu la 'anc-
ti ton -- nitipalite; mais on ne tommencera
SAdi(Iribuer des fecours que quatr n tois aprs cette
s, epoque, pour lifer er rn le teams ncffaire i la torma-
Ston di fonds.
IX. La pTr.miere ann'e finira au jour anniver aire
e de la fancti n de lidab iffemtnt et tous les
Scoatribuans qui vo'dront continue d'etre nembres
Ite l'afforiation, f-ront tenus d, renouveller leurs
mifes dans le courant des deux mois fuivant, et
ainfi d'annte en annle, rant que durera V'etablif-
pi- femenw.
oa- X. Tort contribuant de fun ou de 'autre fexe
a qui i'aura point ren uvell fa mife dans le tLms
iv. prcfcitr, ne feta admis I part.ciper aux avantages
en d P'affociation que deux mois aprZs fa nouvetle
contribution.


---- -------


XI.. Tut. daomeflque. ui cor tribura u.pour
emiere fois, ne pourra pritendre aux fecours do
caiffe que deux mois aprks fa conributiQn.
XII. Quelque tard que les contribua,s fffe1nt" .
renouvell.-t leur mrife, lle ne pourra leur veir
e pour le refte de 1'annee.
XIII. Nul ne pourra faire enregiftrer it .abfent
payer fa contribution, I m bis que cer 'abfert
airt et infcrit rannee pr&cedente.
XIV. Tout domeltique de Pun ou de gautre fexe
te fois in'crit, continuera de jouir du droit d'erre
mis a 'affociation, s'il arrive qu'il quite le fervic
our prendre un autre erat.
XV. La caiffe fournira des fecours aux con-
ibuans de Fun et de rautre fexe qui, fe trrot
ant hours de service, front malades ou dan.
ndigence.. .
XVI. Dans le cas'de maladie les medecins atu.
hes a ltabliffement, front, chacun dans lequartier
,ii lui fera aflign ', deux'vifites a chaque ralade,
mne pour indiquer leI traitement qui conviendra .
autre pour renouveller leur ordonnance d'apres 1
nationn du nialade.
XVII. La caiffe fournira A chaque msalade la fomme
e 3 lives pour les mdicarmens, et 2.0 fous par jour
endant Pefpiace d'un mois ; ces tecours qui tie fori
ue provifoirement 6tablis ferofit augments a me-.
tre que les fonds de 1'affobciation pourroat le per.
>ettre.
XVIII. 11tie fera fourni des fecours aux malades
ue dans les circonflances, od ils re pourront fe let
rocurer par eux-memes, i Pon en exiceprteles deux
ifi es de medecin qui auront toujours lieu, tel que
oit letar de fortune des malades lorfqu'ils fetont
de fetvice.
X1X. Ceux ou celles qui fe trouveront attaqu6s do
maladies occafionnees par la debauche, ne pourront
pretendre aux fecours de la caille.
XX. Tout contribuant de F un ou de l'autre fexe
qui, fe trouvant hors de service, aurait le mal-
eaur de fe caller ou de fe d6mettre quelque metn ,
>re, recevra de la caiffe la fomme de 36 livres
ne fois payee, outre les fecours fixds dans Par-
icle XVII.
XXI. S'iI 6prouvait cet accident trant en fervice,
et qu'il arrivat que fon maitre refulait de le fair
raiser a fs deipens, la memefommeluiferaitfournie
par la caitfe.
XXII. Dans le cas d'indigence, 'chacun des con-
tribuans de lun et de Pautre fexe, qui sy trou-
vera reduit, recevra de la caiffe I5 fous pat jour
pend.nt Pefpace de deux mois.
XXIII. Chaque finime indigente en couche.,
recevra la fomme de 12 lives un! fois payee,
Outre ls fecours fixes dans Iarticle -precedent.
XXIV. On ne regardera comme indigns que
ceux ou celles qui ne pofftderont ni bijoux, i meu
bles et garde-rob minutiles, et qui nauronrt d'autres
moy.-s d'atie fecourus que par la caffle. (i).
XXV. Nul contribnunt de Fun et de I autre f xe
nti pourra preitndre au ecours de la caiffe et auXg
avantages de Fera liflement, s'il ne reprefinte foa
titre d'affociation et un crrtifi-at de fon denier
maitre qui atttlle fa probity et fa bonne conduit.
XXVI. a cailfe ne flara point tenue de- coa.
cinuer fes fecours aux malades et aux indigensjuf-
qu'a la concurrence determine dans les art. XVII
et XXII, sils ceff.nt d'en avoir befoin avant do
'avoir atteinte.
XXVI1. Tout contribuant de Fun et de 1'autre
f-xe qu., foit dans le cas de maladie, foit dans
le cas d'i digence aura requ des fecours de la
caifft jufqu'a la concurrence determinbt dans lefdits
articles XVII et XXII, ne f ra plus admits i el
recevoir de nouveaux que dans -'annee fuivante i
s'il renouvlle fa Mife; mais sil n'en a requ qu'ur
partie, il fera admis le cas echdant, a recevoit
le furplus iufqu'a ladite concurrence.
XXVIII. Tout conttibuant de Fun et de l autrr
fexa, qui fe trouvera dans jin eat d'indig nce ear
entrant au service d'un maitre, recevra de h cailfe
un p t de dix-huit livres pour fournir i fes pre-
- icres aVarices; mais it fera tenu de remettre cette
foimme 'dans le delai de trois mois au directeur
charge d'en fair le recouvrenment, fous peine d'etre
raye du regiere, et de perdre le droit d'y etre
jamais infcrit.
XXIX. S'il arrivait qu'avant l'expiration de la p *
miere annee la d6penfe occafionnie par les be oint
des contibuans et par les frais d'adminiflration, don-
nar lieu de craindre qu'elle tie furpaffit la recette;
on inviterait tous les contribians a fair une addition
de mife proportionnee a la d6penfe qui ferait prr-
vue. Ceux qui s'y refuferaiert ne pourraient pr6-
tendre aux avantages de Iaffociation que jfqu4'
l'extinction des fonds de la premiere mife. ,
XXX. S'il refte des fonds en caiffe apres 'expji
ration de la premiere inife, cet exc6dent fera place
foit fur la ville foit fur tous antres fonds ppbJics,
fuivant le voeu des dpiirtts en function et c, re-
venu de cet exccdent fera joint aux contrihninnf*
nouvelles pour fubvenir aux nouveaux oefoins. Cert0
difpofition fera fuivia d'annue en am ie tant qua
durera 'etabliffement, et cet accroiffement de fonds
(r) Cet article a quelque incorxvnient, etns
p'rair pas ufle 5 car ce ne doit'par ecre abfn'umrne
paree qu'on elft pauvre qu'on reipt 'drs ff'cars
mais parce qu'on met i la co itrbutrion tommt ..,


I













fera da slia fuite employ i des acquifiiopss tiles rP'ecteur palatin Ie dut de DeuxsPonts et 1'6lec-
S'topation. eur de Saxe. De grands, bvenemeiis retrent A pin-
a at (La fuite detrain. ) dre et on doit efpgrer qu'en y confaLr.Ant fes
StalevS et fesveil:es, fIauteur iemplira engagemtinc
.,, .. ,qu'zlla contract avec le puisic.


-LIT T TR AT U E.


Iifloire de France depuis la mort de Louis XIV
iqu' la paix de Verfailles, en 1783 par Antoine
rtidinne-Nicolas des Odoards-Fanci, vicaire-general
d'Embrun. A Paris ,'chez Moutard inprinteur-li-
braire de la reiue, rue des Mathurins, hotel de
4d Cluni 1789 in-1, Z 7 volumes.
Avec cette epigraphe : Maugis arnica veritas.
Ce Di'eft pas feulement l'hiftoire de la monarchie
-franqaife, depuis la mort de Louis XIV que pr&-
fenite auteur de cet ouvrage ; c'eft encore celle des\
progrbs de 'efprit humaitn dans.les fc'enc.s et les
arts peidiait le 8' lfiecle. Sous ce point de vue,
fon travail doit inceerif=r les pcrfonnes qui aiment
A fe rendre compete de routes les decouvertes, et
fhrtouc de ce qui concemne la morale et la legis-
lation.
Les difficulties fins nombre que le government a
nprouvees de la part despiarlemens otie font pas la
parties la mdins remarquale de cette hiltoire : oelles
y one une latitude tres-etendue, vt c'auteur s'eft atta-
che a en developper, avec beaucoup de foin les causes
et les offers. En parintdu retablilfement des parlemens
a 'epoqUe c6lebrede 1774, M. labbbFantintractu des
Etats-Gcncraux,*dont la majeure parties de la Nation
delirair la convocation : il ten expofe,les avanrages
d'une maniere qui ne peut que Jui merit:r l'elime
dA. tous les bous citoyins. Nous croyons fire plai-
lit a nos lecteurs en rapportant le morceau fuivant :
Qu'on ne dife pas que I'tfpric public n'a pas
cncore eu 1: terns de naitre en France;i qu'il vaut
mieux que le prince repande lui-meme 'les bienfairs
quaon attend d'unc Afieemblee national; que d'ail-
Lurs 'autorite ruyale ferait affoubli. par la rteaue
des I trts. Le nmonarque perhitad qu'il vaut Imieux
tom.ima..dr A des hommis librus, don't les cceurs
vol.nt au-devant du fien, qu'a d-s efclaves qui ne
lui obeifle t qu'en trmniblant;, ne- craindra p..s de
fe r.appoch.-r de fes fujets ; it featira que lo n
de dit'inuer fobn autorit, itl affermit fa fortune ,
il aggra.d tr puilfmncej; qu'en renonqant an pou-
vo r arbitrire it ne tfait qui f. precaut o nner centre
les faibi Tffs d&e Ihuimaat et il aff-.trit daats
Iame de !es Itjets (on empire, auifi dur.bie que
I'amour qu'ils one de leur propre bonhur.
D'Uilluis les meil eures intentions des rois,
quaitd ils 'on. d'autre bafe que lepouvoir arbitratire,
ne ppxveintt fouvent que des dtificuites dans leur
prinO pe et 1' v >ntage lointain qui en pc ut refulter el
prfq e toujours ob cur i par ls pailions de leurs
luccetleurs. Hehri IV ecodde pa- Sul y, change
en pen d'ann&es la fa e du roy aumi il acvqu ta
io mi lihn. d& dttes ; il amafla plus d 40 mnimions
4dans fes c ff ec. Henri meuit tout fe confond j,
'art dle crr. inpr- paffe pour Part de gouve tier i,
et le trofor public eit en proie aux courtifais. Marc-
Auret epuifa toas its Y.enrfes de gloire. )eul entire
Sus ls princes part d une nature lf>per eure
aux homes; le fruit d. rant de verct.s fut bientot
perdut pour Home: it fut replaced par uin tils qi
'et de e que la de lhomie que [a faculty de s'abruatr.
S Qu'on n dife pas que les Franqais ont perdu
d-puis ling tens l'habitude des Erats-G6enraux ,
poiu fe r~gentrer par ces affemblkes; que la liberte
parait iniupportable aux Peuplcs qui ne font pas
acconttmns en jouir.... qu't eli difficile q'utne
grande Nation s'organife bien d'elle-ameine qu'erfin
les plaies de la France font revenues incur ibli..
Les Etats-G.ndraux n' uraient pas ,.faas doutr ,I
reparl tout-i-coup les maux invdt&r6s ; mais ids
auraient rendiP'etat de la Nation plus fupportable,
en lui prdparant pour Pavenir la perfpective la plus
tiante ,.
1 rfetable que ne s'etant pas borne aug dvdne-
iells qui n' ribr.iff n que la N tion FrIannaifC,
M. l'abbb Fantin aur it pu inrituler fon otivrage *
Lines 'nifloire gehnhral,. On peut lur reprocher
4e rompre touvent Iordre et i'enchaitement des
Ints, et dein..lier des narrations forces, qui
"nifent I la rapidity de la narration. Peut-ecre ajou-
tera-t-on a ce reproche celui d'avoir pr.digu6e le.
plus grands 6loges au fiecle qu'il a effays de peindree,
et cela toijour aux dpe-ns de celui qui P'a pre-
cede. Cette manie eft revenue celle de la plhti'rt
des ecivains de nos ours, qmui, pouraniiver
un pen plus comn od6ment, da moins ijuqu'aux poftes
au temple de ia Renoimne" voudra'ent bien 'qne
cc umaudir fi cle de Louis XIV n'eft produi r i
Pafial ni B'i3uet ni Fnlotn fti C,.ii.ll'i, o
dBileau, ni Ra.cine, ni Moliere, etc. Nous aurioils
,Cre que M. K 'abb- Fanrfh fe ftt afFranchi di
cete fcrvitudevue l iai'e. Pourquoi porter ia lvr6e
.un patti, quand on pout etre libre ? ,
Q 'tui qu'il en oiit, cette hiftoire devait s'endre
ifl 'Ia 4 lia paix de 178 ; le feptieme volume fe
termaine i celle de 1778 par laquelle fire t fixWes
t.autes ls conventions concernant la fucceflfou de
avier # efitre 'empereur 'iinpratrice.x-eine ,


AGRiCU.LTURE. c
, La focid6t royale d'agriculture a ttnu fa fiance
publique, le luiidi zz du courant, dans la grande d
falle deY'archevdch6. M. Brouffonnet,fecretair-" pe -
petuel, a u F'expofe des travaux, de la fociet6 pen-
dant le courant de 'anne 1eloge de M. Fougerou
de Blavau, et celui de M. le marquis Turgot. M. le
due de Charoft a faith lecture d'un memoire fur les
moyens dameliorer le fort des journal-ers. M. 1'abbe
Lefebvre a lu un memoire fur erablilfervent d'une
ferine experimentale. M, Crette de Palluel a pr&e
fent6 le tableau de fes cultures. M. Cadet dte Vauk
a lu des observations fur la miniere de reconnaitre
les diverfes qualires des tertne, et M. le marquis
de Gquflier, un memoir fur la polfibilitr d'intro-
duire la culture du coton dans les provinces meri-
dionales du royaume. Les bornes de la f6ance n'ont
pas permis de fire lecture d'un memoire fur les
femaillks par, M. Parmentier, et d'un autre de,
M. Boncerf, fur le rouifage du chanvre:
M. le prefiJent du comite d'agriculture et de com-t
merce de I'Affemblee national, present a la feance,
a diftribue les prix aux diff&en es perfonnes qui les
ont obtenus, aabns ordre fuivant:
PRIX DISTRIBUTES.
I. La foci6t6 avair prppolf dans fa fiance publique
dtu ijuin 1787, pour tujet d'un prix a dicerner en
1788 la question fuivante : Quelles font les plantes
qu on peut culaiver avec le plus d'avaiitage dans les
terres qu on lne laiffe jamais en jacheres t quel efi
lordre fjivant sequel elles doivent itr caltivies ?
Parmi les m.moires envoys au concoutrsen 1788,
elle enavait diflingu6 deux don't elie avait fait une
mention honorable ,et elle avair propose de nouveau,
pour 1789, le m&me fujet, en aioutant ila fomme de
300 liv., une m6daille d'or. Pluftieurs memoires nou-
veaux et des fupplemens a ceux qui avaient 6t remis
en 1788, -one t & envoys au concourse; er la com-
pagnie a adjuge 1 eprix a un memoire don't elle avait
fait une mentio n honorable en 1788, ctCe no. 6,
ayant pour epigraphe : Artem experientia fecit exemplo
monfiran:e viam, et atquell auteur a ajoute un, fup-
plemenc, dans lkqel il atr ite avec fuccesla feconde
parties de la question prefque omife dans fon pre-
mier mnenoire. Le billet cachet, joint a ces deux
ecrits, renfermait le noin de M. Menuret de Cham-
baud, docteur en medecine de F'univeifite de
Montpellier, rifidant a Paris, et une priere de fa
part, at cas qu'il remportit le prix d'en ajouter la
vaieur aux fonds deltins a la conftruction des nou-
veadx hpitau\ ou d'en difpofer pour tel objetc de
bienfaif.mce que la iocikt, jugerait a propose.
Quoiqutc le memoire n0 7, ayant pour epigraphe :
Rectcque mauatis trquiefcunt fatebus arva et le fupple-
riplnt qui y a etd joint c tte annee, ne rempliflent
pas entierem:nt l'objet propofe la foci&e a arret&
qu'il en ferait faith de nauv, au une mention hono-
rabli, et que 1'autrur f rait invite a fe fa re con-
naitre pour mettre la compagnie a portee dc
publier ce travail. La fociete a egaltment arrete qu'il
fera t fait une m.ntion honorable da menmoire en-
vpy6 cette annee au concourse, ayant pour devife :
Terra generans kerbam opportunitatem il/is i quibus
colitar accipit bencdictiotem i Dro et que l'auteu<
ferait invitt dans les mmnes vues, afe faire con-
n.aite. r
I1, La quefflion fuivante formtait le fujet d'un
prix dd e vale in- de poo liv., da a la gn&drofit6
de M. le dlc de Charoft l Quels font les mcillcurs
moyens de garantir les i habitations des campagnes des
accident aitxquels illes font le plus fouvent expofees ;
d'en rendre le fijour plus sr, plus fain, pius com-
mode et ala confirwction plus economique ?
Ce prix devait dtre adjugd dans cettre fiance.
Pami les divers memoires envoyes au concours, la
f cidte :a.diltingu6 celui no 4, ayant pour devfe :
Thlorique fi belle mais pratique la flrpaj*e : PalilyVI
et elle a accotdd l prix I fon auteur M. Cointe-
raux, nTc(hit-cte, refidant a Paris. La fociete a arrate
qu'il ferair fair une mention hoinoable P'. d,
:ndinoite na j., ayant pour devife : Novifli ne
locund pot'.orei.urt beato don't auteur eft M. Len-
dormy-. aucour, docteur en m6decine, corr.fpon-
dant de la faciet6 A Montdidier; z2. du m~moire
n6. 2, ayait pour pi.;raphe : Si non ingentem for
ritaj 'donius a!tca f aerbis inane falutantem totis vomit
adibus undam : at ficura quics ; t ne fcia fallere
vita. ,
III. Lafocietb avait annoncu quell adingerait cette
annie tn prix a la perfonne qui lui aurait faiccon-
nait ,. q:les foat des k offes w f *eatvent htre en ufage
dahs les diffrerts PrAwinces de France on des pays etran-
gers, r farcouc dans /cs payi de mo-it.gnes, et done les
bergcrsceteles voy.igears fe jrvet o.2rfega'antirdesplaies
So :.is tt abondidAtes. lesdifFdrens tcrits envoys au
Scolic"ur, e,\J.. 4& tt Ilo,,s que l's auteurt o-rt
Sp6fentes ne ru- illani pas Its qualitrs mentionnees
dans le programme la focite n'a pas pu donner


:e prix: mais ayant difihngu6 partmi Is divetrei
itoff.s qui lui ont et adieflres, one etoffe de
aine f~urree, qui rduhit la folidire au bon marct he
Achant d'aill uts .que des toffs desce gjnre& fonr
empl, ydes avec avantae -danSk queques parties de
a Tarrarie, die a adjug6 unn e mdaille d'or i
'aut ur M. Viia, conmu deha par pluliturs' d6-
:ouvertes dans les arts, at furtout par tIemploi
d'unt corde fans fin propre A ,lever itau.
IV. La focikte avait annonc qu'elle difiribuerait,
lans cette hiflmblbe, d s medailles d'or aux per-
fonnes qui fe feraieiit diftinguies ,par le'mploi de
que1que proc6d6 nouveau ou peu onnu, ou qui
aitraient concouru d'une mawiere efficace au progress
de agriculture, et au bien-erie des cultivateurs.
Des prix ont er6 dicerns, favor:
A M. Vilmorin, marchand gra;netier Paris ,
et correfpondnrt de la focidte, pour avoir prdfent6
differentes obfervations trrs-intereffantus avoir
fait un grand nombre d'experiences utiiles; mis la
fuciete a porte de ditLibuer des femences pre-
cieufes; d liyre gratuitement aux cultivateurs ppi
airfs des environs de la capital, des grains pour
enfsmencer leurs poffellibns d6vafIees par la gre e
etravoir, dans cettecirconftance malheuteuft, fait
le sacrifice de fes droits de commiflion pour une
qiiantitc tres-confid6rable de grain s que i'.adninif-
trajion I'avait charge de faire venir de 1'6tranger.
A M. iabb4 Rozier correfpondant de la focidt4
a Lyon, auteur de plufieurs ouvrages d'6conomie
rural ou experience precede toujours la thborie,
Lt qui offrent applications la plus heureufe des
sciences a 'agriculture pour avoir form a Lyon
une &cole pratique, la premiere de ce genre, oi
les iardinit.rs trouvent des leqnns et des examples
fur les diverfes parties de leur art, et en partticulier
fur la culture des arbres fruitiets.
AM. Ftienne Caillaux, mattre boulanger a Arpajon,
qui dans I'hiver 'defaftreux de 1788 a 89, inalgr6
le prix excelfif des marines, et quoiqueoi pere de huic
ertfai s a cuic pendant fix femaines conrcut ves
cinq facs de farine par jour et a fourni aux be-
foins de la ville d'Arpajon et des environs., dans un
moment ou 0f s confreres avaient prefque ceff: leur
t avail. Ce ciroyen genereux a fait, dans cette o0ca-
lion le facrifice de la fomme de 15oo livres ,
quoique prdvenu par lks magiftrats qui ne pouvaient
ni ui promettre, ni lui don er aucun efpoir de
rembourfenient, ce qui ne l'a pas empche d'ajouter
a cet acts de bienfaifarce, celui de donner a credit
du pain a tos les malheureux qui fe font adicdLTc
a lui.
A M. l'abbW Raynal, auteur de I'Hiftoire Philo-
fophique des deux Indes, qui a cede a i'adminiltra-
tion provinciale de la Haute-Guyenne, un contract
de 24,000 livres, don't lhs interests doivenit rre
annuellement employs fi donner des encou age-
mens aux culti.ateurs de la province qui ie feiont
le plus diftingues par des travaux ou des proc6des
relat fs Y'am lioration de 'agricultmue.
La fociete fire de n'6tre contredire par perfonne,
dtceine ce prix au doyen des philowo hts franqais,
au nor de tous les amis de agriculture et de
Yhumanit6.
A M. Nicolas Fourcy, laboureur A Vigny, mem-
bre des comices-agricoles de Joigny pour avoir
in:roduit aux environs de Joigny, i'ufage de parquer
les j cheres ma gre l'pin'oa ge&rale des cliLiva-
teurs de ce canton que le pirc 6&ait inutile aux
rernrs et nuifible aux b&tes A laine ; ma gre les con-
trarktes de toute efpece qu'on lui a fait @prouvern,
foit en difperfanr fon troupeau, foi en rompant fon
parc pendant la nuit et lui fufcitaurt un procs pota
I'empkc hr de conti uer; pour a voir, le premier
dans fa paroiffe, cultive d s prairies artificielles,
t s'etre toujours porte avec empreffement a faire
tous les tflais don't il a ktd charge, par les comices-
agricoles de Joigy.
A, M. Delevi!eufe, cur6 de Roderen en Alfce,
pour avoir, avec un modique rev nu fani aiucun
fckours rrangtr, faith difpari tre la mendicite dins
fa paroiffe rendi lai' eunaffe laborieufe, affur6 la
fubfihance anx infirmes et d! s fecours aSux oalades;
pour avoir enfin, dzns 'p u d'aonaes, transform
une troupe d& .faineans et de miferables en citoyens
utiles et vertueux. Le district de Colmar, apris
avoir examined le plan de ce ciroyen refpectabli ,
et avoir reconnu le fiuccks coiplet d & 'eeffai qu'l
en a faith dans fa paroife Pa adoptr, et a artr6et
de demander a ia province, un riglenment calqu!.Mtir
fi s principes.
A M. Jofeph Martin, ardiier, pour avoir tranf.
port d'Europe, et d-p ,e dans le jatdin colonial
de 'ile de Frnce une collection d'arbres fru'tiers
et de plates 6conomiques, ainfi qu'une grade
anrtt d; r.)i,,., uti!es ~~Avoir trjnariprte d(,
I ill .e France dans noS co'ornies des Antiilles l.s
arbres A pieces et 1Parbrt a pain ; avoir rap ort6
d ces differais pays' une, colle ti d- pIantes-I
datbr s vivans et .e graines, la tlsn configjrable
qii ait encore 6td app.>n en lranc ; tre parvenu, au mo en d'une grddne activity, pac
des foins afl lii et ds pr cddds n:uvea. i A en-
richir le )ardA;n det la Nati n, tr l-s deux mondes,
de irg&"xn prcieux, don lIa mu),lipliatioin penut


_mmlopeso -.-


IC ICII3LCCLI















This Page is Not Yet

Available


If you have a hardcopy page suitable for scanning,
LLMC would like to hear from you.
Thank you.
1-800-235-4446
or
llmc@llmc.com












































































II












'I
:1 11 PH
|0


oitribuer i la richfife de 'Lt.ut et an bonhenir de

nA.nadame Charlotte Lambe't epoule de M.
h1iiliipq.- Deuifr habourur a iati .ille p es
d'Et.i.p- -qui a offert a iune :iOiil'kit-l faunille-
confacree a I'agl ii huir- PIexemple non interrompu
le', virtus da travail et des talkns agricoles,
SA M. Gouge, ancient volontaire de la marine,
erfidant Montaterre prts Creil, pour avoir cultive
a la charrue, pendant plufieurs annues dans des
terrains ftbloniieux et abandonnres, une grande quan-
tith de pommes de terre don't il a extrait la fecule
par des procedes employs en grand avoir diflri-
bu6 gratumement de ces racines aux cultivateurs
iiu atifs et avoir par cette g6nerofite et par foni
mpl: propag6 dans fon canton ufage de cette
plane.
La foci'ed a accord ent mdme teams A M. Gouge,
flte charrue d'une ftructure particuliore et propre A
la culture de la pomme de terre.
A M. Veluand curd de Lefcherolles pres de la
Iere Gaucher, quia fond6 dans fa paroifl& un prix
confiftant en une couronne de laurier, une medail'e
d'argent et la fomme de cent livres pour etre
diftribu6s annuellenment au charretier-laboui cur qui fe
fera le plus dillingu6 par fes metems et ion travail.
Ce prix a e adjuge cette annee pour la preniicre

La focid6t en decernant une mi6daille a M. Vel-
liard, a voulu lIi donner un temoignage public du
prix qu'elle attache an zcle qu'il a montre pour les
progress de Pagriculhure et pr6fenter aux laboureurs
un nouv I example de toute l'influence que peuvent
avoir de refpectables pafteurs fur les moeurs et les
connaiffances agricoles.
V. La fociet6 a accorded une medaille d'argent a
M. Col6 maitre boulanger au Gros-Caillou pour
avoir faith fur la panification diverfes experiences
indiquees par la fociete, et avoir prouve quuon
pouvait encore tirer parti des potmmes de terre
gelees.
VI. La companies a adiug en former de prix,
"fix beliers et fix brebis de race efpagnole, favoi :
deux feliers et deux b ebis A M. Gallot, me:n're
deI' Mfemble national, corrfpondant de la fociett
A la Chitaigneraye en Poitou, qui a communique un
grand nombre d'olfcrvation interelfantes fur' aert
culture, et concouru d'une maniere efficace a amne-
liorer Part agricole dans la province qu'il habit ;
deux beliers et deux brebis a M. Crette, corref-
pondant de la fociete, laboureur maitre de pofte
de Saint-Denis, et fecrettire du roi refidant au
Bourget, qui, dans une exploitation confidrrable,
donne les exemnples d'une tres-bonne culture et a
qui la cotipagnie eft redevable de plulieurs obfer-
va ions importantes; deux beliers et deux brebis a
M. Blancard, membre de I'Affemblee national ,
cultivateur a Lauriol en Dauphin6, qui le premier
dans fa province, a employee avec fucc&s diverlks
methodes de cultiver les mAiriers et de foigner Ies
b&'es a lane er a enrichi l'economie rurale d'unI
nouveau procedd dans Nducation des vets A foie.



M LANGE S.

Au reda.tcur de la Gazette national.

Dans le compete que vous avez rendu, Monfieur le
r6dacteur if 17 de h Gazette national ,de Flaffair<
de o'infortund Verdure, accuse de parricide vous y
dites que Ie parlement de 'Rouen procrivit r a vente e
la difribution dut Mmoire quc M. V.eillard de io;f
martin dfenjfur des accufs, avait fait imprnmer poua
Iulr jafification. Cet arrdt n'a jamais exile. Voic
I'exacte vdrite des taits.
Feu M. Boby, greffi-r garde-fac de la Tournellh
de Rouen en 786, re nidit a la famille Verdure un fer
vice important en pretant ai M. Vieiilard les piece
du process. Celui-ci, dais une requfte prefentee a
Ia Tournelle pour obtenir la liberty provifoire de
detx files Verdure reunit routes les prdfoumption
que fourniffaient les inifructions du proces contre 1
a'nmmd Lefret, et laiffa tranfpiter la connaiffanc
qu'il.avai eue des charges. Cette requete rit 1
Tournelle fur les traces de Lefret, et faillit a tr
la matri .. 'i *.:- C.t contre le gendreux greffie
N. '*,'i'.i lI C. ,dernier furt oblige d'dcuire


M. le prfidetnt de la Tourmelle, et de fippi inu'i
la requiete, +
Ce qui a donn1 lieu a votre m6prifie eft latns
doute larrt6 pris par la Tournelle de Rouen A la
fuite de fon arr6t contre la fa.,ilie Verdure. Cet
arr&td a pour objet dobliger le poc'tn-uigeier.l
de rcquerir que defenfes tuffcnt faites a routes per-
fonnes de faite imprimer deformais aucunes requItes
ni aucuns memoires en faveur des accufes, dans la
crainte que 1'opinion publique ne conamt .ria les
arrats de la court. Cet arr&ete eftdevenu le p}i wiiipe.
d'un arrkt rendu fur le requifitoire du pioucui-
ghneral du parlement de Rouen le z aoJit 1787.
Comme un des magiitrats qui a concourn a lfarr&t
du ;I juillet x177, a accuf* M. Vieillard de n'avoir
fabriqu qu'un roman, et qu'il-ferait ficheux pour
ce digne avocat, pere de famille que le public criit
qu'il a protrg6 une famille de tigres, la public e
du ri.pport, du plaidoyer et des concluufios de
M. itlilutid mettra fes concitoyens en 6tat d'ap-
prci& r le credit que 'onu doit donner a cette
imputation. '
U, abonnle'.

P. S. Le menmoire de M. Vieillard de Boifinartin
fe trouve chez Cailleau imprimeur libraire, rue
Galande.
Note du redacteur. Nous avons dans les mains I'arr&t
du I: rtl-ment de Rotten indiqud dans la lettre ci-
deflus ; nous ne prefumons pas qu'il ferve de bafe
an travail fur la jurisprudence crmninelle, don't
s'occupe le comit6 de 'Affemble nationall.


Au ridacteur de la Gazette national.

Dans le courier de l'Europe, Monneur, no. I
page 4, on lit ce qui fuit :
11 exiflait un complot dirig6 par un M. de Favras,
( qui a'fait, A ce que l'on ajffre un voyage it Londres
avec M. Pandcoucke, il y a environ trots mois ).
Toute cette parenthefe eft en gros catactere d f6-
rent de cdui du relte du rdcit.
Je decLare que cette affertmon eft iune inficne md-
thancere. J e n onnais point M. de Favras; je ne
lui ai jamAis ecrt ni pal6 ; je n'ai eu aucuns rap"
ports ni directs ri in li-ects avec lui. J'ai etreA Lo dress
au mois d'aott d-mier et j'avais po!r co i pagnon.
de voyage M. Agaife de Ctefie, mon gendre et
M. Dupoy mon ami. II faut efp6rer que lor qu'. i
aura &clairci et jugd t.utes Tes confpirations patti
culieres il fe formera enfin une reunion generak
et univerlelle de tons les bons citoyens po r pour-
fuivre les infames qui infectent les journaux et les
gazettes d'une foule d'avis faux et calorninieux qu
tendent ut repandre des alarm-s &8 a trouble 1 or-
dre public. Sign~ PANkotCke.
*.L, r--- --,- ---.a = ..

ASSEMBLEE NATIONAL

Prefidence de M. 1'abbe' de Monztefquiou.
SUITE DE LA SEANCE DU 5 JANVIER.
M. Chapelier. C'eft dans tin momert de tioubl
one tous les citoyets doivent 6tre a s pofte'
Ceux qui I'oit quitt6 tie peuvent p'us avoir d
revetus attaches A des functions qu'i:s >texrctei
li-s. Ctit utn devoir pour rous de rappeler de
ci-oyens que la crainte a 6loign6s ; c'ef tine i tlice
et ui devoir de ramener des ecclfiaftiques A
Srfidence. Psotsquui foiftfri:i ns-nous que Its Peu
e pies foient p:ives de le'urs fecouns ? P..Uitont cop
Y tinuenions-nIlus a proxiguer kts denets publKts a de
Shomme. inutiles, par utne abf nce caangeutile a i'Eta
put'lqu'elle cattle effentiel mient la dil'parition du ro,
'"r i, re ? 11 f2ut dbliberer ; nous le devons, m&nI
par inteet p,,ur des citoyens fiagitifs qui i ow.,i a
furemelt leur Patrie et qui rappelles par t.ous
front a F'abri de tons ks dangers.
M. de Ca-ales En ce cas it fallait declarer qu'i
s font fpicialement fous la fauvc-r,.ait' de la loi.
s M. le marquis de Foucault. Nous devions aflilier
s la France tous les Peupks de I'ni-i.-s, et not
e attaquous ddj la liberty d: sFranqais Ah! Meoliu.
e les Franqais dmigres regrettent leur Patrie i!s r
a viendront, quand ils fer.tnt fdrs de ret over e
6 Fra ce jil_'.t, et firet6;i quand vous aurez r6 ab
;r ce que vous avez dtrunt. On acite les ordo
A nances de Hsi'w, et d'Orldans mais dans le terns


On i'intfere aucutn avis qui ne Ifit Sign d'uie perionne conuue et on lie les reeoit q^'aii bureau de. A lli ;, ,:t'', A. inft;'.l',
le prix de chaque Annonce ou Avis efl dej L pour dix lines '_.nimp,'ffion et ini I'tl-ht; de 6 L 1-. ioi.n,/.' jin(ai;i' vi.ib li,,!'..; I"
~ !ijaI. depuis n! ,g.al-tC, f jukqu'a trente lines de 18 hiv depuos tre te-une jufqua t ,jiii,;-r. i. '-; ,1 al,' l ,,, ,,i' ,''u. til ii
iufqu'i 's..qianr,"., ligiies. On ne re-oit aucun Avis plus etendu, a moins quil ne foit tres-impor'tantc'.0 1 -. .,jms ,a: '-ej a,,r,,.-'; htat
-ies a 6 "iv. cta fetille u ,l'l to sl a ,ls ti ,.

On s'i aboa a Paris hotel d hou rae deg Po lteinsI wt n. bure des Affichs de Pais rife I'cn-,s ,'. &-ii .i efl.
Paris, de 8 ',". pour trots mmrs '''" pour fix moFs, et d: l7t?- pu. tancde; et po- provmnce, ...,,, 'r r. / ,',. q' i.
l+ i mors. er "4 lit rour mfit francede ort. Lt'on ne sq a b e gaatti iqommeneisme de ft i. ... / <. Ar'/ .. t1 "i
,s li raires de .,e.,'' et tles l'i,,. .-' d' e t.P s eS a L... *-* ,.. ittswit dant e Sttrkand, C',.t'l a I ,, l. "v '.-,r ,.
'*, ,, u C -e te le ,,eic ', rue des Poiteij S a x 8 ./"', /*_'5' ./J 7'< lerirs et P., ". i..n,, ,h- ,i. ':' i.-, .. t t, r
+ v7, r a 'tt dc,,


elles ont dt6 rendycA i iy n'y Q:,i ni ,aieae-s tti-1
bayonne'ttes.
La d&i! uAnflEit ft1ua-nt .
La queflioi pr.ble dtm..iudne fur la iaotion
pdwlijrp ,c', eft rct-t'e .
OA Di la motiolon a- lWi, touche, et ksaannaid.
mei0, propofis p.ar MM. M Ltin. de Cultint, I'.ahbi
: 1'exier0, l'abb te 0loM val -et Caimius.
M. I'abbl Latil dt-iLId,- I qliuetiou pid.ilable fur
tous les amendeimentI.
M. de MontIljif'- vent qu',a la pof f ilL.cehlive-
ment rfie chaqitte- .uniacmLi. inr.
Oi: f, it ii e .pt'reuva ftr ':nieudan-int de M. Mar.
tin f (cq i vent i.que0 le'. titr)cui sa s c,!v.-c'rii: fCiint
tenus de.faire Laa muiniti fequeflrer les )cvetn s.
Cet amendem:; lit ej-:t.
Ceu-A d MM. I-V Caiiiine, I'.abb ''< "-'T et 'abL.e
de P.oniiev.i f, ait Wufli te t-tse. 'e dioiie-r de'mandait
fix mois aour Is abll us du t-v.inuile t n ilt a'(rct
qui ks metre fbits li fauve-g.w tl, dk la Nation.
L*arnendemeiu de ilM. CImn. lt acclt iu'lli, il toHpn,
que les revenues d s benddlie, ed tr ant i.s ti ti.nres
font hors dui rova.uine tea i.ni mis eni .lqu- lhe.
M. Caakls. le d~ ati.- >aque le Jd 'ct ih':Ji l1i
effn t que tro s mo;, apr.-. I. publicati'im.
M. N .- pird !& dhe bji%.er Le- de-I e a,.111-_
b6ndfices A cha'_;. d'ulaa-s.
Cette propolii 1n eld oi-- rde.
On met aux voiii lI-s .Mi.n ensdeiti do ML. Ca-
zaiks et Camr:.
Ils font adopt.
M. M.irtinea,.. J'b\t ve luj'ii eli .;fll' init6le ae
d-crter le f'quaci.. d-i r. v itns, li i I'ou ne proinlote
qut ils feroat v- i:s l.ai .. c:.ill- de- I'-\tr.i'di .iie.
A peine ceti, atoi nIt 3apIv.e1 paI tXI. (G..l' iida,
eft elle fare, qu'uinle parties dc I'Allimblee smupeila:
F'oratteur de conrih-:-..
M. Priuur. II v a f1,n- dilfa'.vioin 'iui fiac' de
ces revenues c'll de I .,; enplvo r A d.o is tr.avaux do
chlrit&
AL. Target. I1 ft'a.t ajorvte-r Ces- mots : Cint: qni
S font abftens fali pirn iliolii ,I u roi ti A2[1:' lu're ,'4i
secret.
t Oa va aux voix ; que'qu:es nuMmbles Itauveque
I'epreuve d-uterula- : M le pi dleidlit I-opool .le Ie h
r n. uveler, mvna hi ,, i n.m bl. iaL a l.ai-un:iiar .'3j u.l
no einl et on y proc d, Iu i qu Iliota de 6i'voir
s*il fithtilit u i'a i uine i ',ii ,ni du ioi, on s'it
f llait un; mtii i i litu g n.it v Viene..
i Enfin a mn,'ii d-.- vnoi,, ceux qui exig-llt until- iii:uaoia d,i jo-'] a icaeihnit.
On met amu vcix I- l moti n piilcap I. !'A(-
fewblie nat:ioalk d -cr '-e L iie Ie i.;vn,'i-s d t
benflic s doni leI -i:ulair s uioinr .Ibi.J: dii i.v.iu-
e et le l fei'.'-it ii.'L 'i. u1111 il; '1i-., ai ~ la 1 b'i-
* caton du pr'i'<.:: ii:'. t, l it unle inti.[lioll p'istlIa.
i re anter.eur.: ,' c. c- r u i it i a i ;..i in IIt e.
M,. Bouche, .IJ ? loi drlavoin tl I cmo'.ia. ttliai.c a
1' \fl'iiibl-,ti uii t1 it .ie: patii tti i ut tili d l.,i.' .-1i
dix-huideine tl l ql i .-t ,It Ii linak. c-I-bai_.; qni enl
e R { liuieu'. I M I'.ai v. la am. .Aa .dav at et
M. I'apotre et Pi-l ti: lit- naiaM'p la liib t. a l
e dL-vet le b lnl iU da I'.i.,-.; t it I; ; i ,aiii kIt
t rniers 'ours .ani-iit ,:- i,.'. in.,-1s, d'ni, i -
., 1 tion prepare ,:' pl Ioiin g- Ill.', ?[ lOa pro : qpil i
e ii '.'r-i pt \un -i uii. i lqut- d. vli .-i l-Is '..i,aiin an's.
a l ia iil avaii li.un, I'll ii:ide delin ei e a a.1.k--
i. its fie s h i, if'- i ':, Ifi'striint et f im re e d 7a iill li w-, p ar t nJ.: i ,1. p, iC
Es propres a enco tiag.-r Ict. letl s t'l ,.: i -.: L c
t arts; il A- r.vi > t.l a il in t i ,lIait a, tit .lin la Is
i. Hauty-Guyenn>' pkn i I P.rgR-,a *.I Ia.',ri' i;.nlUai;
S 1 a donned I'.iel iabi'z jpr visi-.il i n,11 livi,.n
a1 produlant aniiai l..n niir I :a,' i' -: *' iai ,.i.iv.nM t 'tid
, liftribudes aver uiin.: u ..u 1 I'.rlin alx ui ci ill
tivateurs les p '-I. l.Ibri-cu dch .i plovilc,.
S J. pe ie L i'Ail aubl.e '.l'ordu, m .r qlne -I ln',: '-ile
S de ct-tte imedii I. d i. iii. iu ,l I'r d .
poi( dans fes aIrdhi,",. 5, *t' ia nli f aii;, in.ai'qe viqiij
a que-M. i'Abb,. livin ait a .i la N.iarin,.'
us L' \ik -ib.' iti .T,,,n .. ,l.', ti ,r ii, q i, in ,al] ,le de
, la mnddiille a-i lah,' \'nat- [ir .uix ;,,?' ti I r' l 'eil,
- en faveur des 'ulitna.i'.iln libonl o hi l. I.1-11."
n Guyerine, ,. iM i -l.b: l.umaa.l, fr di, ..f hit;
ji fet, archives ,li ,rnai.,i gii n.,- l. I ')i ariil .um m i!'til
'. doiaie A cet "'ias t to"ahi ,-i ail I ifuMi iawt.
'.-. La f ance :lt 1-:.I k .v i : i A, e-; clairiaa.


i~e
culiii'

t,.l.: IA


.'lii
.



a- I :
,-

,.t ,
? | '-i~ 1 il,
: Ti 1j I, a i l
"I'



aitii ir-
a-s a a b~t



ifl.alitu
Sulill. I
I ltt iS I


l. l I
aIt ,lon
fj'ai;.. I

v i lls b l i
Cat li,' iii ]


"a'.


. l iii in ii
t 'a IVOl ll





I a' l .ll I
(.'- (..









-,.
|, '-.,
", '. r


i alIIIi .a i "
i *li t.-l ,,t
i l .*;~ -i-
| i r '. hUt




I, ia *, at
a,,

L > .b
lc.".-
A- ft,]


i ll


L.Du
dUilt
f al)ap


-I""`-`*"~-~~L~R"4111 -'IIICl~e~


~~---u~ .-~Pis~iu~'r~8.~i~~.~~.wiuuB~--~ X~ --rx~


if8











GAZETTE NATIONAL, ou LE MONITEUR UNIVERSAL.


SAM EDI 9 J AN VIER


1790.


Que d.ans les commiffipns du trdor et des
P O L I T 1 Q u E. palatinats ot il re prefente des objets particuliers
concerianr tle commerce qui exigent dc-s ci..nnifi-
fnm.es mer.aitiles, il foit elu des bourgeois en
ST U RQ U IE. mme tms 'que des nobles.
10o. Qu'aittndn que les tribunaux affefforiaux
As lettres de I'Ukriine, d 7 dcembre an- font les course fuprenes pour les villes, les affeffeurs
" rcir qu'uihe pirric de Parmnee Ru ffi a pris fes foient elus en nombre 6gal d'entre les nobles et la
iuaiaers d'hiver, et que neufPulks font parri du botirgeoilie.
cimp deva etBedr qpou 1 ntirpf Plsfontei. ~if


cjmp devant Bender, pour alltr pafer cette.fifon
dans Jeur Patrie.

SD AN EMAR C K. ,

De Copohague, l x 9 dicembre.

Lq tribunal fuprdme dorit la confirmation eft, n&
cefftire pour Yexecution de la f-l.t-n.e coirre Be--
zenffierna et O-Brien, s'et occupy de I'examen du
process; cependant 1'arrct deflnitif ne ftra pionLUneD
que la femaine pochaine.

SUEDE,

De Stokholmn, Ie y decembre.

La frigate fuedoife la Mi 'neve a et6 incendide
par accident das le port de Calf ton j, et Poil ap-
prend qua le Wi,/aiv.w vailleau de lignetruffe de
74 canons, a peri pr&s de Ston Indul. I L- c Pint ine
et 6oo hoinmes de ton quipage ont eu l'ab.iiite de
f- fauver fur deux aiitin.nsi marchands. On dit que
le capiraine a fair brtiler les debris du vaiffeau nau-
frage. C eft probablemenrt n des vaiife.iux rifles en-
v ves en croifiere et iui,, conime nous I'avons dir
hier ont peri d.s le golf de Fiulande. ( Stoogland
eli tne ile de ce golfe. )

POLOGNE.

Nots a-'ons parld de la fcene interefante et neuve"
q s',,uvre dins e royaume. Dj~ s'en eft faitel'ex-
politioi par la demand des deputes des villes etr
par le ieinire qu'tlles ont present a la diete.
Voici ks principaux articles de ce minoire :
1*. Que rous lis Itsdris et privilgqs don't la bour- l
geomlie a joiti avant la diete d'ulnion foent reinis
d is 1-ur pr micre vigueur par la decision de la
preltcnte ie j
ft. Qu'on garantiffe la fll :te de toute perfonne,
foit reg.nicole dil'ordrdel.I bour..c'ific, fbitdetout-
etranger qui vient iavec fes bitern oin fifets dans la
P olo gnw e
3". Qr'il foit libre aux bourgeois de poffJder dr s
biens-fonds dans la Pologne, come ilsjouill-Cn deiA
de ce droit en Lithuanie. .
4o. Que Pordre de la nobleffe ne regarded plus les
bourgeois avec mepris ; qu'un noble ne deroge pas
non plus aux droits dd fa nailthnce, lorfque pour:
lubfitler honnetemen t, ou pour s'occuper utilement,
il embrafle une profetlion bourgeoife ; mais que ces'
drois lui fervent, tant apres qu'avant, a ce'~ue de
raifon, et quil puiflfe jouir des advantages de fuccef-
lion des families bourgeoifes, come auffi en re-
vanche, que celles-ci puiflent hriter de nobles, lorlf
1u'une portion liherditaire leir appartient par contract
e injf .ie.I
f0. Qu'on cafe les conflitutions nuifibles qui
excluent la bourgeoilieC de tout emploi eccltiallique
Ou militaire, et que non-ftuletnent 'on renouvelle
les anciens privil-ges,en veitu defquels les bourgeois
out poffed6 tous les bendfices d.ns i', at eccCdfiallitie
fans exception, mais qu'il y foit ajoutede plus qu tls
peuvdnt s'avancer dans es charges civilesdeslinances
Come dans le mil:taire.
6 Que toptes les villes foient .non-feulement
Shliis, deig j'ridictions des flaroft s, mais aufli
te ro,,nts autres, et quell les bourgeois foAnt uni-
qultient jufliciabks au tribunal de lurv: magif-
t.ts, comine ceux-ci aux tribunaux affefoiriaux dui

70. Qtuil foit libre a ceux de lordr6 de la bour-
geoifie,.d communiquer leurs idles relativement aun
comlnm-rce et aux magafins dans les ville-, A la comn-
niflion du trefor et, a la dput 1iro d s aft.ires
etrangeres, et que ce que celles-ci d clarent jufte
et raifonnable folt convert en conflini n.i.
8f 'Qu. non fetulement certaines villes, mal,
routes< cllh.1cne d.is 'fon palatinatr aient Ie droit
.de chofirc des nonces Ia. die-e et d! les munir
.sinlftrucio neceflaires, que les anci ns privil g s
es illes, qui leur affuraient une c6rtai 'o i fl ence
dans 1, gov,'rnem nt~1 rfIqu'ils auront 6 renou-
ves s, ne fouffrent pis d'a-teintes ni dediminuti .n
,nis qu'au contraire on les aplifie, particuiere-
"t'nat e ans tout ce qui pent fErvir A prfeuiotinert
avantage la ifine d government.


u-e
les
fi.
:e.

dii-
c-t

its.




,ri


e't
I-

l a
4i.
Vr&
1
!
re#


Armis,de cette forte ils fe placent en embufcade
dant leursbois impindtrables, et fflrs de leurs coups,
ils tue-t leurs ennemis dbs qu'ils fe font ouverts quel.
ques paffages dans ls fLkt&s.

FRANCE.

De la Martinique.


SOn made du Fort-Royalde S. Pierre, qu'ily avait
De Varfovie le 13 decembre. j dja. quelques jours qu'on foupconnait un complot
parmi les negres ; le gouvernement avait fait triple
Lambaffadeur de Ruflie, M. le come de Stac- la garde de nuit, et renforcer la patrouille dans la
klberg s~lit informed officiellement des dernieres ville et aux environs lorfque le o aoit lIs negres
afurances que le roi de Prude a donredes A'la rdpu- dcrivirent trois letters A nos chefs 'une au general,
bl'que, de proteger et de maintenir fon indpeni- P 'atitre a 1'intendant, et l'autre au commandant do
dance et fa fouvcrainete. II1 a expedid un courier S. Pierre. En voici le prici :
pour infitruire fa cour de Pintelligence qui regne avs ue onos a rdus ibe
ouvertement entire la diete et S. M prufflienne. 'ous favons que Ie ro? nous a rendus lbres
Le .proet dalliance avec le roi de Pruffe nt.nt et fi Ion rfiftle a nous rendre notre liberty, nous
pas encore redig6, les dernieres feolions de la diet mettrons toute la colonies a feu et a fang et is n'y
ourt ete employ I es A inftruc;iin de l'affaire di aura d'.parga6 que le gouvernernent t Ls maifons
prince Ponin.k. Le free de ce prifonnier d'Etat religites.' .
a pris fa defense. L':ntr6t qu'un tel orateur a Signes nous tous Negres.
nf ire, dans line tele cufe lu a 'fait parmi les La revolte de 300 negres des habita ions -s plus
nonces un part pu`fant. Lundi 14 decembre, le voifines de S. Pierre ec'ata bienroc apres Fenvoi
frre s eft .declare l'accufateur des complices de fon de cette lettre; M. le conte de ***, fans perdre
frcre. Le roi a -,6 oblige d'interpofer fon 10o'- un inlhnt, fit pafler du Fort-Royal a S. Pierre un
quence encore plus que fon aiiorit:, pour ca'mer corps de troupes et 'on mij en mine terns totke
les efprits et' retenirles violence. L'affaire a 6t la inilice fur pied.
prife ad deliberandum. I Ces negres arms et refugi6s dans les grand bois,
De tous les comhplices. d6fign6s, le grand-g6ne au centre de iFefi, inflruits par leurs emiffaires des
r.,! Dranicki a et6 trait avec le plus d'emporte- preparatifs fiormidables qu'or dirigeait co tre eux,
ment. Les amis du prince Poninski cherchent ainfi et quil 'y aurait point de grace accord6e A cetu
A intereffler fes complices a lui faire re dre la lihert. quu 1.raient pris les armes a la'main, fe rendirerit
On pare deja d'une negociation pour engager le des le Lindemain fur l'habitation de leuts mai-
pri :ce pr:rmnnier a fe d6mettre de fa change trs, except un petit nombre de negres marons
moyennant une penfion de 2000 ducats. ( dferteur' ).-
Le 27 feptembre, plufien-s chefs de la confpira-
A N G L E T E R R E. tion o t ete arretes. Its ont co: fign6 dans leurs
depofitions que des amis de distinction leur avaj nt
De Londres. obtenu du roi lcur liberty Et que s'inaginant qae
leursmaitir s s'oppolaie;,t A 1'execution de cct affian-
S s a d d C u, e d te chiiefl ment, is avaient refolu de fe le procurer i
Nous avons requ des lettres de Calcutta, en date force ouverte. Deux de ces feditieux ont eta con-
du 2 mai d ier : elles nous donne les d eails damnes, 'una A etre roue vif, et 'auwre penda.
fuivans fur Iexpedition de Tippoo-Sultan contre Hls ont et6 ex&ctrs le o de cc mois. Une lettre
Telliche ." r anonyme i adreff e la veille de l'execution au ge-
rLe z6 oars derner ,n cp nce a tte dune ral, a najair du feu le fort S. Pt r-e, fi 'Pon ne
place. Un fdaet Cipnt camp.a a ta vun t de a a relachait pas les deux coupablesj mai les precautions
I place. Un-l-,lodat Cpaye &d la ivPafon ayant &.e prices pour p bSpec d'acden, o
tue lfur Ls boards du rriffeau qu ipare le ternI- prifes pour prveir route elapece d accident o heu-
toire d, s Anglais de celui de Ti poo deux mille .. i ont da ore elufieurs corn-
f t T ir.. Pe- ^ n 'renx q ,1 ont ete exrcutes ont declare plufieurs com-
,elqans dfollas d e ery pret aul de t les arms : pl ces qu on a arretes; mais on n'a pu s'atlur r encore
q telqns folants, deaerteUls de armee du ltll an, dela pefonne du angre Marc, premier moeur du
set -nt retires dans la place neni it les fit d complot et hef de toute la bande ; en a mis fa
mand, -r avec hauteur; on lui repondit avec fi rt te!px. On f.ra fuc.:ef.vement le proc.s aux
at a 'itnifnt o onfit partir pour Boaibav les fol- pI
et, ,ird d, t avet aa utapor Bo ba. e, coimplices, afin de rep6ter les examples de feve-
dats dont la drfertio eaait aliaume Lcolre du r t d emph her ne. fcond. infur section. On a
.ltn. cru que le foyer de la c njuration et,it a la cam,
Dans la foirie du .o Tippoo fe remit en marche pagne; mais nous avons appris qiue le complot s'etait
avec fon arme- ; mnais quoiqu'il ait montre l intention formine la ville et que le pr(,jct e6ait de n'6par-
de s'avancer filrBinlipatam on ne fait point quelle gn'r que les femmes fiules que los negres deili-
route ii a prife. nalent a leur lit et A lear fenvice.


Les le-'tr's de CalIcutta pailent avec indignation
de la tyrannie du I rince indier,, depuis S-ringa-
patam ju'qar ,i Tellichery..11 a facrifi6 ,A a ahaine un
grand nombr! de Naires fur tu e la c<*tt ceux
de ces malheurtux qui ont pu dihappcr font ve-
nus implorer la protection du gouvernement de
Bombay. 4
L.e colonel Stewart, crit on de Madras le 2o
mai, s'.tr' nl ir peu en attaquant le fortde Gollon-
Goody A 'v pi .*ite. refiflance des Polygars. II com-
nmeaa le ,.1 .'i -. heures du martin, A donner le pre-
mier affaur a la place ; elle ne fut emportee qu'a nne
heure apres-midi. Chinna-Mardoo y perdit Con fils
et un grand n-,nbre des fiens. Lts Anglais onutu
17 hommines tuds 7f foldats et 8 officers de blelI6s.-
On a trouv6 dans la place beaucoup de grains et
quelques c hi van'i. L'enncmis'eft retire vets Kalicoil.


De Ntants.


Les citovens de Nantes voulant donner au mairt
de cette ville une marque public |ue de reconnaif-
fance pour les ferviccs qu'il a rendus a la commune,
ount arr6t6 qu'il ferait faith un tb cau fur a revo-
lution actutlle ; et par tine d lib ration au henti-
que, it, one cha ge M. David de fire cc tableau.
Les talens coonnus de ce celebre attilte tt la d li-
b6rarion de la vi le de Nanme nous ra.'pellent le
terms oai le villes de la Grece envy a yiitt cherch-r
lks plus c-lebr-s a ttifes, et les cnar gaaint d'ele-
ver d-s monumens pour perpetuer les ,hof s nme-
moribles. 11 etiit 6fer e a la Nation' Fa '-aife
d'4trel 'mule du Peuple le plus fameux de fan-
tiquit..


La;S P'-.:r, nom qui fignifie habitans des bois,
habitent f-e ff=t l:< montagnes couvertes de fordts, A D M I N I S T R A T I O NW
qui fon' din I' n 'ieiii des terres a 70 miles de
Madras.Ce pays eft limue de maniere a afturer leur DEPARTE MENT DE POLI CE.
ind pendance; cependant ils ont 'hli.bitud- d& payer
un tribe. t : la cmpignie- ded Ietdes. Mais d~'pu s que Departement de Police.
ces peoples fe font ten :idu redout'bks, -Is refient
quelquetoi, de payerle tribute 'ilen refult de vives Suite de fltabliffement, fous la protection de itunici-
efcaqnouches entire eux et les troupes de ,I palit, d'unk caiffe de fecours et d'un bureau d'admi.
conpagnie ; ceswornmbts font tounurs meurtriers., niration pour tons les domeftiques de. Iun et'de
et il y p6rct ordinairement un grand normbre d'Eu- fautre fixe, employs dans la ville de Paris.
.top~ans. .
Comme les chtnins qui condiiient aux habitatio-s C H A P I T E I I.
de cette horde d'lrf-Ti- s, font llit6s au ml u d s
bois,et d'un acc6s'tr-s-.tilik ,rarementles troupes Police du bureau.
Euiropeanii s r6e'filiT nt-ellesa s'v rendre, ou Ii e Ies,
y parvitnent, ces ex editionss coitrent towours l Art Le burea tiendra regiftre de tous les
compagnie "un afftz grand nonbre d'hommes. contribuans de I un et I autre fexte, qui fe troupe.
Les Pol gar fe fervent avec adreffe d'une efpece nto horse de service et de toutes les Jemandes des
d'atme a feu nuniin matchlock ( fufil a m wche. ji aius qui auront befoin de domefliques. )


No 9.


~~_ ___11111131~llllLI___I___ 111 ~___


.it.










40
II. Nul conribuant ne pourra y &tre infrit, s'il ette infeription : Prix de vertu detern' en tanner
noe reprelenre ton rite d'aflociation et un certificate .7 *a..... ......... Elles ne pourront tre
de- ion d-rnier nmai:re. portees come tin figne extrieur de diitinction et
MI. Si ls terries dans lefquels ce cerificat fera lles ne front, pour ceux qi ls auront res
Sonu ntie paraleit pas garantir utlfifamment a pro- qu'un modefte monument de leurs vertus. Sur le rap-
be et fs bones geursp, un des furveils t port quC fera faith par le directcur de Vl'abliflmenr
on parira ci-aprs, fera charge d aller prendre des et les doze deputies en function 1 des diff.ren s
rent ignmncu plus pofitifs chez le maitre qu'il aura actions parvenues a leur connafliance, et dignes de
.orvi. cnrounri a ces prix, M. le maire dfigeral sdeux
IV. Chique contribuant fera infcrit, fuivant le fujets qui- les auront merits, et vounda bie Leur
genre de fervic ... quel it fera propre, dans le cha- Iprefenter lui-mnme les midailles, en presence .des
*itre ou front dcfignes tous les foujets de ce genre. foufcripteurs de 1 tablifiement.
V. Si le premier incrit tineconvient point aumnaitre La fe de
iuquel il aura ete envoy, le second enregiUlre lui ._ .___
fuccbdera, et ainfi de fuite.
VI. II1 fera delivrd a ch.que contribuant hors de Co MIT i DES RECHERC H E S.
place le nunimro de fon enregiflremnin, pour qu'il
_oIinaifle fon rang et qu'il puifle s'atlurer qu'on ne Sameli 2janvier. Suria reprfentation qui a et faite
ai fEiit point de pafle-droit. au cotuitt, par M. Morel, intendant de la maifon de
VII. Nul contribuant de Pun et de Fautre fexe Monfieur, trere du roi, et I'un des adminiftrateurs
ne potirra fe pr6fencer chez un maitre fans un cer- de la loterie royale de France, que les renfeigne-
tili-at du directeur de l'dtabliffement, qui artelle fes mncs que le comite avait desire de lui, dans la nuit
ow I-nes vie et moeurs. : da 24 au 25 do mois dernier, avaient dohnd lieu aux
III. Teus nmaitres qui auront quelques plaintes a calomnies atroces repandues fur fon comlpte dans
f.iie des domefliques de I'un ou de I'a'utre fexe que ditf'-rentes feuilles peiiodiques, et qu'il lui importait
we ireau leur aura procures, voudront bien Its itifiniinent d'arrierles funeftes inpreffions qai pou-
adi. Ifer au ditecteur de Fetabliffement qui en fG ra vaiant en rtiulter.
fa declaration au douze depumes 'n function dans Le comite declare que M. Morel, intendant de la
:tIr piochaine aflenible, po:.r qu'il foit ftidut fur maifon de Monfieur, frere du roi et Fun des
ces plaintcs d'une maui re convenabie et confor- adminitlrateurs de la loterie royale de France a
inmieht aux difpolitions tiarres. ftaic, dans la nuit du 24 au 2f du mois dernier, lhir
"IX. Dans aucuns des cas ;oumis a la decision des l'emprunt de deu millions les memes d&elarations
do4,ze deput6s, it ne pourra rtre inflige aucune aQe cells qui onI ee confirmees er repetees pa-
punmion aux membres de 'aflfociation accufes de Monfie- lui-neme, le 26 du meme mois, a I afffe-m
queltqes fautes, qu'on ne leur aic accord un terns blce de la coummune ; quT n exifte centre M. More
1-6 et les moyens qu'ils reclameroi.t pour fe de- aucune acculanion ni prevention, loit d'avoir treir.p
f.(ndre. 'ails ill complor, foit d avoir ait un libelice ant.e
:X. Les punitio;rs confifteront a &tre ptivj pour I co:trr M. le marquis de la Fayette, fit d';vo'i
tr-i.s rnoiss, pour fix ou pour lPannee entire, des recele dcs fufils, commie 11 a et calomnietuf men
avantages de I'affociation, ou meu,.. a en etre ex- avch dans des teuilles pri dqutes. Le contr
pulk pour toujours, fuivant ie plus ou le moins de pmet en confquence, a M. Morel, de tart
gravity des fautes. affi.her le pielent artd6.
'XI. II ne fera prononc6 que for les fautes qui Fait au comitd a l'h6tel-de-ville.
pro(fd-nt du re cementt des lmceurs et d'Lne C
conduite irriguliere auxquelles les lois n'Wot point Siii eA Pcr.on Agalr Oadait, Lacretdlle, Brijf
afg de eine. de Iarvilie et Gaian de Loulon.
XII. Si quelques membres fe rendent coupables
de d&!its fouinis a la loi, ils front expulfts pour
toujo.rs de I'affoci.ation.
Xlli. Si quelque maitre fe plaint de P'infidelit6 C H A T E L E T D E P A R I S.
a un domJhfque de I un ou de F autre fexe qui lui L fomto coce nt e Ben
aura fet procure pa. le bureau, tous les renfeigne- L 'i ato concereant M. le b.nn6 d, Befenvs
ncans re atfs ia 'accfe front rnmis au magifirat a et& coninuree les z8 29 et 1 decemlre ; dix
hiensr dei dpats a ent de acf a poice r pr le director neuf t6moins ont ete ente. dus dans ces trois fean
d i e d partement de la police, par le directeur ces, qui none sien articuld i a (h- rge de i'accue
XIV. Tout contribuant de Pfun on de Iautre fexe Le comite des recherches a adminilfe foixatte non
convaincu d'&tre adonne an jeu, a la debauche ou veaux tknoins; on procede ii Saudition de ces:.r
au vin, era exclu des avantagcs de lFaffociation moins; on rocede a Yaudition de ces temoins ave
jufi)u'! ce qu'il ait donned des prcuvcs d'unt couduite beaucoup d'activite il en refte vingt-un a entendr
Sus vgulrree A 'epoque du 7 de ce mois, il y en ava t cen
XV. Tout contribuant de I'un on de l'atre f.xe dix d'entendus, don't la depofition ne charge M.d
convaincu de faire un mnuvais ufage dts ftcours Befenval en autune manitee.
de la cafe ceffera d'en recevoir ec fera prive ,
pendant fix mois des avantawgs d I'affociation. Jeudi 7 M. de Favras a ete d6cretn de prife
X\ L Tontcontribuant de l'n ou de l autre fexe de-corps, et fa femme d'aflgne pour 'tre out-
convaincu d'avoir trompe la td anle par ure finte M. de Favras a ete transfrte hier mating dans la prito
Convaincu d'avoir tromnp6la a aiti fpar eu-un te do chirelet.
wnilad e on par une teinte indigence fera pour chatelet.
tmujours expulle de 'aflociation.
XVIl. Tout co tribuant de fun ou de fautre -
fxe- qui, centre le gr6 de fon maitre, ['aura quitr T
lan, lui donier un delai de quinze :outs pour le AG It I C U L T U E.
Semplacer, fera priv6 pendant trois mois des ava.a-
tages de l'affociation.
rages de c raiociation. dLa ocikr royale d'aariculture a tenu fa fianc
XVIc Tout conoribuant de 1 un ou de s Iautres publiOle Il lui.t '2 du courant, dans la -rai
fee convaincu d'avoir "mal parle ddee s maitres le e I'arichcvche. Aires avoic diltr bue Is pri
et tented de ternir leur reputation, fera prive pen- Voyz la feuille dhicr ), elle a propose Il
dant une annke entire on exlu pour toujours fuivans:
-des aaii.ij cE, de laifociation, fuivant que le delit
lera plus on moins grave P R I P R O POS S.
XIX. Tout contribuant de 1 un ou de 1 autre fexe
co;.vaincu de imer la d'vifisn entire fs camarades Les comices-agricoles de Montfort-IAmaitv t
de ltervice on de les calonn er aupres de leur ionis du rtw c ,ifid rabi que faith aux lu en
"maitre conmunu fera piv pendnt i moi., pur l p t ite co e os e o d Cuute
la premiere lois des av t dges d e l'a, .'oIItion ulLie
*la preere to. des ..v.-tages de lano:uon a t paI la compagnie de vouloir bien propof
et II en fera exldu pour toujours, en cas de re- avai.pnt preti a copagnie de oloir bien propot
idive. "*un Prix relatif a cet objetd a fociet6 ava ti
XX. Tout contribuant de l un ou de 1 autre fexe consequence annonc6, dans fa feance publique
coivai cu de malveriation dans les achats qu'il 17, uelle decernerai, en 788 un p'ix
e a pour fon maitre, on dans d autres ob;ets de va' ur de too liv. i fouteur du memsoire fur
co .Ace, fera pour tours exdu d- 1 aIciatiun. qutlio fu ivante qus ft S o les spl
XXI. Chacun ds quatre furvedllans qui ferot coi murnent das les ue1
cmphoyes dins Iadmindiration, fera tenu de faite trove communement da s ies luzernieres ? L.
S..oy es dans adminiftraion, fer tnu de i-tae emoires envoyes au contours nayant point enti
tus les trois mois, dans foa quarrier, une. vilte rn aisfait a focit, die a propooe de no
chez les maitres auxquels le bureau aura prbicurd vreie la mtme i ueftn pour I'anue e o. Le pr
des dofptihques, pour prendre &ds informn.auos confiiera dansla fomme de 300 liv. et ne in
fur leur conduits-. daille d'or; les mnuoircs ne feront reis que ji
Xu1. Come it eft int&e-alnt de manif ter !s dles n res ne fent reus que
examples de vertu, pout infpirer le dclir de Its au premier aril 790
inttr', 'affociation dccernera, Ait la fin de chIque II. La fociet6 avait propof6 pour l'annde 1,88
annee, deux medailles d'argent de la valeur de cin- uni prx de la valeur de 600 liv., en fiveur du me
quatite liv. chacune aux deux de l'autre fexe qui auront fair la plus belle action fuivant : perfectionrer les diflrrens procedIs ei
pour leur maitre, ou qui auront fair !a plus belle ploys pour fare &clore artificiellernent et dles
action pour leur tmaitre, on qui auront donned le ds poulers, et indiquer les meil)ittes pratique,
ptus de marques de fidelity& et d'attachemnnt ;t ces iuivre dan uh etabliffemerit de ce genre fair
mnedaiiles auront, d'un Cote,pour emblebme, la figure grand. Aucun des memoires recus ne htui ayant p;
de l.' uuiueen'iuit une c-uronne dechene,ave certte avoir rempli fnffifamnrient les conditions du p
p i' .ihe: Ell ejf Four le plus algan, -t de 'aurre gramme., elle a propofe de nouveau'le m&ne fuj


s





rt
K







r,
s


i
e
t"

r
it,


e

jr4


l
I



c

nt


Le prix dtl la viteur de 6oo liv.. fera diftrlb1i A,
la fiance publique de 1790o les ouvragiW ie feroat'
requs fue jufqu'au premier avri0l d1 a tn nae arngi'
il fera libre aux concurrens de fe faire conn-.w'j
alin que les commilfaires noninms par la cornmpa1t
puiffent fe concerttr avec eux pour repeter le'.
experiences.


ix





1..
is




es

-.


la
us


if
es




let
mU-



ver
sl
en


ro-
ero.


I


IIC-C-C~.~ .,~~(III


I ,


III. La focidte avait annonc6 en 178- qu'elle adj .
erait dans la dance de 1788, une medaile d'or,
auteur de l'ouvrage le plu a la pott6ee des habit[
.ns de la camiagne,' et le plus piopri A leuI dW .
er des connatifances en morale et en economic t,'
ale et domeltique. Aiucune des pieces envoyee1 a' i
oncours n'ayant rempli le but de la fociet6, tle
annoncd de nouveau le m&mne fuje't pour I79p
Les perfonnes qui s'occuptront de cet objet nse font
as tenues de donner des connaiffances nouvell' s,
aais feulement un expofd clair methodique et
res abrdgd des meilleurs principles; tin livre en
n mot qui puiiff.. &re mis entire les mains des
abitans des campagnes,, des deux fexes.et detout
ge. Les ouvrages deflinds a concourir pour o
trix ne front requs que jufqu'au premier avril 1 .
IV. La fociete a propofd, dans fa fiance publiqiie
de 1787, pour fujet d'un prix, de dtermnintr, pard t
xpertences faivies et companies quelles fOtte let mei.
.cares ,neh/odes qu'on dove faivre pour obtnir ls pr-.
ies fib'euf!s des vgeitaux er pour en recoun.,ire ljC
ualitds. La compaguie desire que les concurrens
'affint l'applica.rion de la m6thode qu'lls auront
adol-tee a ditteffrentes planes cultivees un u
en grand; qu'ils prdparent les parties fibreufes-de
ce< plants, de maniere qu'elles foient propres j
a fil iture; enfin queles avantages des plants qui
aurobit ete foumif s a toutes ces experiences, foijit
aippreciees comparativement a un pnr il travail
ftit fur l- chanvre et le lin. Le puix fera. d e -
valeur de 600o liv., auxquelles on ajoutera une 1S*.
daitle d'or j les memoires front requs julqu'aa
premier m.rs 1790.
V. La foc;drd a propofe dans la m~me fiance
,le i87 un prix d.- 600 liv., qui fera adjuga; aV
, teiance publique de '790 A 'autenr dii .eillour
im mio'r. 'ur ia qu- ii n fifiva.re Qnt Is iont
les moy, ns les plus furs pour obtenir de i-tiv. Ihs
v r-et s de v g-tAux urtIcs da-s I'd.onomie rufale
et dom ft qu_ e tkq J&-for6r les procidds A fuiv- e
pour acclin.iater dans Utn pays les diifcrentes vs-
ritecs de vege&'tx ? La fo, ide defire que les
concurrens s% ccpent non-feulement de 'indica-
tion des procedds qu'on pnourait five pour fe
procurer de nouvelles varietds, et 'es acclimate
dans ut p ys, mais encore di I hlfloire des mn-
rhodes qu'on a employees ju qu'i.i pour parvenir
a ce but. Les ouvr.ges dettines au concours no
feront re 's que jufqu'.,u premier m rs 179o. --
VI. La question fuivante, propofee en 1787
form e le fij:t d'un autre prix de 6o0 liv., qut
ne fera diflribu6 que dans la f ance publique do
1790 : Quels font les vdgetaux croil.ant natu-
re k. inent da:ns le rovaume on don't la culture Y
frtait facile qui peuvert fournir une matiere co,
loanate en bLu et quels font les muoyens ded-
terminer avec precifion la quantity de'cette fubf-
tatce dans l-s civet fes plants qui la contienuent ?
1% it i'Til di pifth- eair tres-bien .connu la fe-
ciRted fire que les concurrens ne s 'o(cupenr point
de cet objet, a moi s qu'ils n'aitent a indquer
dis rroccdts ,nur)"c',tx "t av:itanteux que ceX
qui font orl.ni.jnimenit mis en pritique. Les, aU-
teurs d fign'.( out les plane-s d,,nt i-s parleront ,
!ous le nom bota.niqu- de li.nd ct il' font pries
d joinre a lens nli -mioir des uchifiti hins oi
ies teertilnca s authetitiqu's de leurs experientceS.
Les notie L ekont rceus que jufqu'au prcmieC
mars 170o.
Vil. La focidet a propofd en 1788, pour fujet
de trois prix don't les fonds one erd faits par le
corps munici al, les qieftions fiivantes : a Quelles
font les caufes du du dp iffement des forts', et
quels font les moyens d y rcmddier ? Ce prix feat
.ie la valour de 6oo liv.
Le second prix de la valeur de c~o liv. fetI
accord I la perfonne qui aura prefente le meil-
leur memoire fur la maniere la plus cconomique
et la plus profitable de fair le carbon de boi?
Le fiijet du troifieme prix de maite valeur que J
prdecdent eft relatif A la queflion fuivante:, .VeI I
font les meilleurs moyens ddc'bnomifer le bofs d*
chauffage fans dininuer, dans 'intrieur des maI-
fons,la maffe de chaleur don't I'habitude et fufage ont
fair une ndceflitd? Les pieces ,deffindes au con111
course, pour chacun de ces trois prix ne feron4
admifes que jufqu'aw ir mars 1790. I.a oclieti' de?
cernera les prix dans 'la fiance publique de la m",T
annde. I
VIIIM. l'abbd Raynal ayant remis '1 la 12fr
la fomme de 1200 liv., pour faire les fonds d'rt
prix relatif a P'agriculture la companies propc.o
pour fujet de ce prix quiftion futvar-te : Ui.
agriculture florifhne inftue-t- ile pli, fur la pro
perita des manufactures, nque lrrn,'f mrnt d"
manficrtures fur la profp.rit6 de I'agri, ultur.
Les .pieces envovks au concourse -ne lr eot rrn
que ju:quau, 01 avril 1791 et le pti fera
cernM dans la fiance publique de Ii m 6re w a .,











IX. La qutflion filivante forme le fijet d'un
prix de la valour de oo liv. qui fera adjuge en
1791 :, lft-il plus ayantageux de laiffer quelque
terns le fumier'fur la terre avant de 1enfouir, que
d, 1Fenter'r' aufitot apres lavoir rdpandu ? de
qelle maniere la nature du fol des engrais etr
J'expofition.influent fur ces procedes; et nuels font
les principles gen6raux qui peuveint fervor de regle
dans ce cas?
La fociket n'attend la solution de care queflion
que des ciltivateurs qui auront fait fur cot obiet un
grand nombre d'exp6riences. Les ecrits deflines an
concours, ne front requs qu, jufqu'au i' avril
1791.
X. La f6ciet6 propofe de nouveau, pour fuiet
d'in prix de fare connair'e quelles font les etoffes
qui peuvent dtre en ufage dans les diff-rences pro-
vinces de FranCe on des pays strangers et furtout
dans les pays de montagnes, et doont les bergers et
les voyageurs fe fervent pour fe garantir despluies
longues et abondantes.
La companies defire que ceux qui travailieront fur
cet objer, dpcrivent tout ce qiui concern le choix
et la preparation des nmtieres pt-emieros,les precedes
de fabrication des etffe leurs apprts ; qt'ils a;onte-t a tous ces details
I'evaluatin du prix auquel les fabricans pourront
6tablir ces ioff s ; enlin qu'ils joignent a Jeurs
wimoires des echantillons iafl. confid&rables pour
que la focietL puifle s'aluirer par ele-mneme de leur
quality_ et des av.iantages qu'on doit s'en promettre.
Ce prix fera de la va'eur de 6oo00 li.; les mei-
moires ne 'front rejus que jufqu'au l* avril 1791.
XI.11 fera decerne dans lafeance publiquede 1791',
une meiaille d'or au fils de laboureur qui, nrayant
pas encore atteint fa ving-;:inquieme annde, et-ne
fachunt pis lire, aura appris a Ine courainment dans
refpace d'une anane, ct aura recipe de me.noire
devant les notables diu lieu qu'il h.ibite la .4cla-
ration des droims de Phomme, et !,.s divers article s
de la conltirut on des sunicipalites, decr&6s par
V'Affemible n.ionale.
Les ccrtificars doivent etre fignis du cur ou des
notables dt ou eu iis ne f eronc requs que jufqu'au
x" avril 1791.
11 fera accord dans la fiance publique de 1791,
un p ix cofilant en une nimdaile d'or de la valeuw
de 300 liv. a la perfonne qui aura cultive en France
le plus grand nu',mbre de pieds de cotonniers, non
au deflous de mile et aura adreffa la fla ci&6t des
4chantil ons du cotton proven de certe plantation
Ce plix 'Il di aI la generofit6 de M, le duc de
Charotl ; I s cr. ificats et les dchairill;ns envoys
au concourse ne feront rcqus que juqu'aun i avail
17k2.
La foci&td diflribuera, dans fa feauce publique de
1790 pluii'-urs midailles d'or aux perlonnes qui
auront contribute d'unze nmanre evidence au progrs
de agriculture et an bonhefur des laboureurs. Elle
engage ipe? ial-ment les cultivateuts du ryaunle a
nui taire co- 'nitre les cirovtns qui auront re'lipli a
cet gard les vuLs de la foc.ete ; elle diilinguera
i furrout ceux qui j.uront faith des plantations'd'arbres.
;. Les autours des Mnmoites defiines au concours,
ne mettront point leurs noms a leurs ouvrages
mais feulemenit tine fintence on device ; ils atta-
cheront.A leers Memoires un billet cachet conte-
nant cette nim e devilL:., leur noun leur quality, ett
leur demure. Ce billet ne fera overt, par la
fociete, qu'au cas que la piece air reported le
prix.
Les Memoires front adrefkes focus le convert de
M. le premier miniftre des finances, a M. Brouf-
fonet, fecretiire perpetuel de la focidte, rue d s
Blancs-Manteaux no' .o ; Et s'ils lui foit rminis
thtre les mnins, il en dotnera u, i..-. ptil- otC l ero t
marques la sentence de l'ouvrage et le uumeo indi-
q ant Iord e de la r&eeption.


VAR I T ES.
Nous interefferons fans doute nos lecteurs en
rapport mt la lettre liaivante elle prouve le refpecc
que l'autorit6 a pour le gtie et la. ditli v i du
Ityle de I'adiniftration actuelle 1' ancien langago
Aes bureau.
Lettre dui department de police a M. de Saint-Pierre ,
auteur des Etuads de la Nature.
Monfic iur, une coentrefrfo efo t un honni ur :ielle etQ
la preuve et la punition des grands lucces. L'mn-
tr&t et V'envie fe font toujours ligu6s 1t 1 1U
gloire. Mais vos eheurs dod es, vos talens fubli-
mies, vos vcrtt.s fimples ,.,votre m p-is pour la for-
tune tou ett vous e devait-i pas imp for du ref-
pect t ces corfairet qgti piofanent le g nnL ? Its vous
violent Monfitur i voquez la loi, elle fe r6veilera
pour vous. Avtz-vous dcux temoi s qui depofent
qu'un libraire vend d'autres Etudes de la Nature que
c elles de M. Didot ? faites 'Uigner le complice oes
preftes a trangeres, le Ch iele vots venrgera dtui
Ltrentat contre les piroprion s e't centre les lem-crs.
La nOuvw1e idminfittation n'attend que des ters


pire heureut pour affurer aux &rivains, par des 'de Pl'urope, i qui plutfeurs fouverains ont pro-
ornanfces irrdftibtes, le fruit de leuis veilles pofe des traltemens confid&rables et qui a pre-
c'eft la dette du monde enter. fer lfe fixer en France avec une penfion de 6000
Vos plaintes, Moifieur, ne ious etonnent point: lives.
elles etaient communes, m6.ne lorfque la police M. le prfident obferve.que-le travail du comit4
avait fes cent yeux elles ne nous en affligent pas a cet gard ne fera pas long-terns attend, et que
moins, et vous pouvez etre fdr que nous preterons la provision de troiss mille livres payers en a-
a la justice routes les forces de 'autorit6. En remain compete eft fuffifante pour fatisfaire aux befoins
pliffant nos devoirs, il nous fera doux d'ob6ir urgens.
des fentimensi de vn,"riet;nn ade r, enn ;.n.. i


que tous les homes doivent i celui qui feul les
confole de Rouffeau.


REQUETES DE L'HoTEL AU SOUVVERAIN.

Se'ance du 5 janvier 1790.

M. le Blanc de Nanteuil, procure.ur-gne'ral, a
donn6 fes conclusions publiquement. Ce magiftrat a
prouv6, to qlu le parlement de Rouen avait for-
mellement vio1e les lois protectrices de Finnocence,
en entendant, recollant et confront int une f conde
fois trois tnmoins ent-.ndus', recoll6s et confronts
par les premiers juges zo qu'il n'exiile pas l'ombre
de preuve centre Verdure et fa famille ; 3 que l-ur
innocence naturelle eft complettement demontrre ,
qunoique M. le rapporteur do parlement de Rouen fe
foit perm's de lepur adreffer des queftions capabies
de leur fire perdre la rtee; 4 que M. Letter etaic
convaincu par quatre t6moins concordans d'avoir
m6chaniment et calomnieufoemnt impute A Verdue
t'atlaffinat de fa fille y 50que i -.i nme Lefret efte e
feml fur qui doive bomber le tfupon du mneurtre de
Rofe Verdure. M. le procursui-gdniral, en con-
fEquence, a conclu & la d4charge honorable de la
fimiille Verdure, et a ce que Lefret, en punition
de fa ca'omnie atroce, fdt condamn6 ail fouet, .a
la marque et aux galeres perphtuelles. M. le pro-
cur: ur-g!'nderal a conclu en mrme teams ce que
procs--verbal fut dreffe en la pr6fence, des trois
depofitions nullss et qui font en contradiction
formelle avec les premieres d6 ofit'ons des n6mres
t6moins pour par lui tiue pris e patti Au cas appar-
tenant.
L'audience a &t6 renvoyee au jeudi 7, pour
les derniers interrogatoires, et pour le commen-
cement de la plaidoirie de M. Vieiilard de Boif-
martin.


ASSEMBLE NATIONAL.

Prsfidence de Af. 'abbi de Monte/qu'ou.

SEANCE DU JEUDI 7 JANVIER AU MATIN.

La ville d'Iffoire envoie une nouvelle adreffe con-
tenant felicitatiois et adhliton pleine et entire A
tous les decrees de 'Affemnblee national.
r.a ville de Joyeufe offre a I'Affembl6e une nou-
velle adhuion a tous fes d.-crets. Celle de Chatel a
fait don ai h Patrie de 'une de (es cloches; eile a
envoy au trefor public Vimpbt des ci-devant privi-
lkgies pour les fix derniers rmois de 1789.
Plufieurs villes du Dauphin6 et entr'autres celle
de Loriol, d6favouent un itnprini repandu au nom
de )a commiffion intermn liaire de leur pro-ince
Iigne Mounier., comme contraire aux principles de
I'Affemblte national fir les nouvelles divisions du
royaume.
Une autre ville former les fouhaits les plus heu-
reux pour lis repr6fentans de la Nation, elle eexprime
ini vceu bin cher a leurs coeurs, celui de les voir
jouir long-terns du spectacle d'un Peuple libre.
Chaumont en Baffigny manifefte fes fentimens pa-
triotiques, en offrant la Patrie l'imp6t qu'elle ,a
t.cu des ci-devant privilegies ; elle dec ate aufli
qu elle defii~rait pouvoir offrir aLx repr!fentans de la
Nation le ramneau d'or et la coutonne civique.
La vile 4 Saint-Malo a fait, dans l'enceinte de
fis nurs le ferment rdligieux de fe foumettre a
tous les decrets de 'Affrmblke national et d'en-
ployer toutes tes forces i les defendre.
Une autre ville animre des mmnes fentimens,
potfte qu'elle d. fendra tous les d;'crets de l'Affem-
blie national ,,et qu'elle regardera comme ennemi
d- la Pattie quikonque cherchera arr&ter leur exe-
cution.
Les villes 4e Florent, Aigurande et Chambon
out aufli envoy* une adreffe, contenaht fe icitation
et adh6fion .a tas les dacrets de' 'Affemblee na-

Les habitans de Saint-Sauveur font le ferment de
d6fendre]' s decrets de I'Affemblie national jufqu'A
ileur dernier foupir.
/ M. Dionis di Sdjour demand qu'on accord une
exception an au dcret fur lFs penfions ean faveur de
M. de la Grange, 'unt des plus grands g-ometres


I


Aprts la lecture des adreffes, un membre de
'Aflemble deputy de la province du Dauphine ,
cherche a j uftifier les membres de la commifliot in-
termediaire it dit qua la commiflion a manifeft6
fon opinion fur les divifions dicretees par P1Alfem-
bl6e qu'elle a annonc6 qu'il ferait de l'int6rdt de
la province du Dauphin6 de ne former qu'une feule
adminifiration; imais que cet imprim6 ne content
aucune expreflion qui tende a affaiblir le refpect qui
eft dd aux d6crets de 'Affemblee, II demand qu'il
foit d&lar6 que la commiflion 'intermidiaire r'avait,
pas cher;h64 s'oppofer aux decrets qui otct tte
promulgues fur les divisions du royaume.
M. le come de Crillon obferve que la lenteur
des operations de l'Affemnbledepuis quelques 'ours;
vient de ce qu'il n'y a pas un plan de travail fiivin
qu'il eft tres-avantagcux dans la situation actuele,
d'avoir un plan qui conduife l'Affemble I la fi ,
de fes operations par la roqte la plus prompted et la
plus fdre.
M. le comte de Lameth s'oppofe I la formation
d'aucun comity; il donne pour motif l'exiftence et
factivit6 du comit6 de constitution qui prepare
F'ordre du travadil de 'Affemblke ; que ce comite eft
bien fuffifant et que la formation d'un nouveatt
comite nfie ferait que multiplier les difcuffions.
La question prealable eft demanded et d6cr6tdo
par l'Altemblie.
M. le pr6fident manifefte l'ntention d'acc6lrer
les grands travaux de l'Afftmblee, et de r-ppeler
Pordre du jour fur la conftitution et fur les fi-
nances.
Cette proposition eft accueillie pas 'Affem-
,ble.
M. Target propofe de dcreter l'article fulvant:
Les mairons fermes et hameaux dependans
d'une paroitle ne tormeront qu'une feule munici-
itS avec le chef-lieu, et tout village qui aura
cinquante feux r6unira les lieux qui en auront
molis. *
M. I'abbe MMury. Les clochers ne doivent pas
d terminer les communautds ; it y a des paroilies
tres- teudues qui renfelment p utieurs muni ipalitrsi
le diocefe de Lombez en renferme qui ont des
hameaux a trois lieu.'s de dilbance de la p.iroiflf
la Bretagne content des par ilKs ncote plus t n-
dues que 'on en trouve qui out des eclits iftans
de fix lines de lur paroiffl. Enfin it f'-'t fuivre
tune notivelle m4thode pour fixer la circonti ription
des ununicipalitis et it faut en erablir une lorf-
qu'il y aura deux cents cinquante hab.tans.
Un membre de 'Aflremblc'e propofe de laiffer
fubfifter les municipalities telles qu'elles font en ca
moment.
f Un autre demand que les carts on hameaux
dpendans des villes foient unis aux villages les
plus voifins.
M. Rcignaud. Je vois beautcoup de difficultis for
la circonicription des nouvelles municipalits ; je
fuis d'avis de ne rien ftatuer A cer egard. Je defi-
rerais que ces circonfciptions fil nti determinees
d'aprbs les connaiffanceslocales ,,et qu'elles foffent
envoydes aux departemens. Je me born, a demander
qu les nnmunicipalits foient onferv6es dans leur
circonlcription actuelle pour la prochaine election
et que les departemens foient autorifls st fourier
de notvelles divisions pour les sections fuivantes.
M. le curd d'Evaux foutir-nt qu-'i n'y a aucua
inconvenient A conferver des, mi ..ipalitas dains les
commuanautes qui out des denmirs ou des fonds
communs ; itl fait obferver que', pour donn-t atux
niunicipalits la reprferintation que detnand I' Iffemi-
bloe nitionale, il efi effentiel de rmun?r a la muni-
cipalite du chef-litiu toue colIecte qui n'a point
d'admniniftration particuliere, ,
M. Emnmery. On ne d6lt-pas porter, atteinte aux
decrets precedemment rendis ces d6 retss difent
qu'il y aura .une municipality daps chaque comnmu-
naute, mais ils ne diferit pas combien il faut de
families pour compofer une corfiiunaurd. C'eft ce
qu'il s'agit de regler, eto qu'il eft important de eno
pas laifler a 1'arbitragc des affnimblI5s de dbparefe
ment qui jugeront ici d'une rrmanere et lI d'une
aucre. Je propose de pofc-r-a cet regard les principes
g'int'raux fuivans, pour fervit de bAfe aux d6par-
temens .
L Les maifons, fermes et hameaux ddpendans
d'ine parmiile, ne fopmeront qu'une feule et miema
municipality ivec le chef-lieui oft 61: parofife ft 4ta-
blie mtnde dahs le cas oad ils ,wrent eo u ulO a
pr fence une adminillration et des ti d'impoitioua
particulhers.












Les p}ji't,,i-.- onu communautes oa il n'y a pfuas
cinquante feux etablis, feront teaues de fe rt.nnir aux
pi,.iOtiit. ou conuitlautes les plus voifines, et cells
ci tenues de les recevoir pour ne former enfemble
quii'tiin:- felte et niie municipality.'
,, Les !ai.otl-e, on commnunautes qui auront le
nombre ae feux hinli,'lltn, formeront une munici-
palite particuliere quoique comprifes daus le ter-
rintoire des bantieues quti ,r i Ioin, it les vllles.
On entend par feu I. blihtei-c ieA tIfcp.ite d'une
famnille ou d'un individu tenant manage. ,
'Pl0 etis avis font propof6s fur le nombre de
famillt's ii:c. If iies pour compofer utine ituni ip tir't
les uns l'ont porre a trente, d'autres a quarante, et
quelques autres a foixante.
Enfin, I'Alfemblee narionale decrete que les
queftions d'union ec-de diviton des municipalites
d'apres les conveyances locales et Vint6ren publiei,
front renvoy6es aux affemblees de departemtent.
M. le president announce une lettre de M. le
premier nutiifre des finances, qui apprend a M. le
Coureulx de Cantekic que le roi I'a neminm caiffier
(de la cailTe de 'extraordinaire, et une autre lettre
de M. le Couteulx de Canteleu, qui demand leA
ordres de i'Aflemtnble.
On rappelle ce fujet le decret qui in'e'dit a
tout inembre de I'Ai.-,nl.c national d'accupter,
,('.pendant la felfion actuIlle aucune place dans lt-
iUniltciie .-
Un membre reclame la qu-tion prahblle ; tll
Salire propofe de paifer a 'Yordre de dtux heures.
La dilc aflon eft evit6e, et il n'eif point (ait lec-
ture des Jetres.
On lit une lettre de M. le garde-des-fceaux, qti
announce i'arrivde de MM. de la chaibre des vaca-
tions de Rennes qui font prCts a fe rendre A 1I
barre.
II eft decrete que ces magiftrats comparaitron
le lendemain a deux heuves.
AM. target. On a fuppofe que P'intention du commit
6rait d'etabiir plus de deux degr6s de juridiction
les affiires des iuges de paix ict terminent au dil
trict, et les afflires de difltict fe tcrmine..t au -1;
pattement; et pout les affairs up rieurns eli
reieffortiront la tIour pfimpVMe. Une autre errnur s'e
piopagee dans les grades villes c'il qu'il y amuiai
antt.nt de tributaux infrieurs que de cantons
cepenldai-It 'intention du romite a 6tr qu'il n'y ei
qu'un tribunal dans chaque vidle. On a cru encoi
q.e les titulaires d'oiticcs minifllriels devaient eti
4<1us. ne tell idlee n'a jamais e, celle du comity
ils ne dutivy, pas 'etre. fToote dj-tricCtin inuti
au bien n'ell qu'un mal funeifte.
M. Efprt'men1l. Le but des reflexions de M.Targ
efl de tranquillifer le public. Les conafquences q
?'rint trape ainfi que les officers -iin.!- i'-ls f,,
ju!its. l .ne faut pas une explication vague a
tribune ; mais d- nouveaux artic1ks qui ratilrc
plitivemient le premier caractere e!le',tiel de tou
lui.... Mon ufage efl de releter les phrafes inte
rompue- : le premier caractnre de la loi eftl d'6t
claire i le premier devoir de tout r'dacteur de ,l
n'eft pas d. rafrurer par un cornmientaire mais d'e
pecher le commini-iaie par une loi lage et claire
M. Target. Rien n'eft fi jufie que les prtcautio
de M. De!prene-nil, mais ri-n n'eft fi inapplicabh
No s ne devins nous occupfr des ofliciers mill
teriels qu'apres n.-',1 etre occup-s des juges
des tribunaux. C'ell dans la feconde parties q
doitient feTrouver ces articles reclames par M. Di
eprimendil;
.i. d'Efvrcinil. C'efl I'ufage dans les trib--unaux.
( On rit on mormure.) Je tais la motion expre
de, s'occuper die fuite d pouvoir judiciaire.
M. le -',(.-ets. Je ii.,nu-mttre A Ia diJ.u.fl,. qu
ques articles c ncterlanr les municipalities, et p
p, fs par le comlite de confiitutioun.
Un membre obferve, que par la rIdaction
deirnier decret relatif anii ecclfiaflliqtles i, tw Il
ment hors dui royaunue les benefici.rs stranuger
trouvaient ,,ml'.. s dans les difpolitiois du dtcicr
ce 4:'I ne ,' a111l t p.s jufle.
D 'apres ette obfervation it ell d6ciid que I
mi-ttrait d as le .... .t tons les eceld j fri
fIis, &c. .-..
Finite M. Target propofe, pour mieux affi
ia fi lite des gardes ntintinales au muainten de
coni iution, unoe formoue de ferment o il is


4z
talent en juer le imaiiitien, ainli que la fidlit61 'a
la Nation a la Loi et au R ii.
Cette fortimle caufe de vifs d&bats.
I M. le comte de Virieu obferve que le nmaintien
de hi ,1jlii.ui.io,] us doit pas appartenir a un l mr
qui, par le nombre et lai force, ieiat le maitre de
la conletver ou de la bouleverfer a e fon gre : il
Ypeile qu'il devait jurer fiiip:.iia i. d'etre idelle a

AlM. Barnave. 11 fut diftinguer e- tre les troupes
rigltes et les milices natiounals. Les ptemiiers font
declines a la defeente de 1 Etat lks autres font par-
ticulierement lies A la detenfe de la conflitution.
je den:ande que le nom du roi ne foit pas tmploy1
dans le ferment 6tant comprise .i, a i.]ilnuent dans
la coaflitution.
M. le comte de MAirabeau. 11 r.lfulte de la theorie
qui vous a et6 d6veloppee que le roi et- la loi fe
trout velt dars la conflitution : ainfi L Nation le
1toi t la Loi fott un plconafine.Utne aitre theorie
c'eft que les gardes nationals doivent fAire ferm "nt
d'etre fidelles a la conflitationi, mais non de la main-
tenir. 11 eft poffible que par vote constitution vous
arretiez des epoquesou vous 'l.i itiie. -i. L'uniique
moven de la3aver I'Empire c'elt dobtenir une obcil-
fance provifoire. 11 fufit de jutrr d ure jiLYes l,'
,cofitation. On pourra dans La fuite s'ahfte.,r d:
noimer le roi : il eft plus re[pectueux de Ie ip-
p.fer toujours inherent ila constitution.
]M. de Montl ujier. II fatit maintenir 1:1 conif!tu-
tui'on, rnais non en confier Ie niaintien aux garik s
Snationale:.
M. da' Clcrmotnt-TYi -',it':-. Le changement de for
i mule peut 6tre de la plus grande importance : il
- s'agit de (avoir' fi on reftreindra une force armne
a aux ,.l,'-: i, qui lui front conftis par la loi. Main
tnii h conltiaution, c'eft rendre les nmilices n tio-
nt ales ingos et aibitres fuprnmes de la loi. J'a,
pui Iaminendenm -de M. le coimte e it il ,.i i
ma:s j ne crois pas qu'il foit inttile d'y ajouter 1
e mot roi puilque le roi ef toujours parties t flen
; tielle de la constitution et qu'on ne peut trot
S nculper le respect qui fiUt du a la majefie toya.e.
S M. Ro'ef ijre. L'amri-dement tend i detruir
ih l- m.nion ui eft efl'ntiiele 'u n-'intiin de I
it colifirution. CiIhaeu citoyen ft ob W,6d'etre fideleI
S ia conflitut'on ; ma.s es milices natioiajlc,,ainli qu
At es corps adn-iiixtratifs, lIs trri'unaux out : tine deili
e nation particuliere. 11 p:ut arriver que lorfque 1
ir votx du magiftat fe ftra entendre les miliccs na
riorn)'es le croicnt obligts de La maintenir a leua
1 manee.
M. de Mornt ufier trouve que M. Robefpierr
et a raifon ; mais que l-s ga-dts nationals poutront 1j
U dordLer tn mouvemienrt poitliDe qui terait dang ('tl.l
n a a ,.,~i -i : l opine, en confeq ence pt
li qu'elles ne puiffent agir que fous la direction d
n(t corps adminitlratifs.
t: M. Target profitant des diverfes observations
r ait des changemens dans fa motion, qui paffe e
. css ternmes :
"En attendant que I'Affemblee national ait d
termine les backs fur lefqualles elle reglera les mi
iices et gards nationa!cs, les cito,.ens qui ren
Is pliflent actuallement les fonctions d'oficiers on du
le. boldats dans ces nilices, et mem&e ceux qui fe -fot
if- '0rmnes thus le titre de volint i :' feront ten
et de prier entire les miiins :,!iciis municipal
e-' t en pr ffence du Peuple le feiment d'etre fide 1.
ef- ; la Nation, a la Loi et au Roi ; de maintenir
tout leur pouvoir fur la r6qu'fition des corps mi
i... paux et adidinifhiatfs, la conltitutiondu rovaum:
Aft de prete" ria''n-forte pour P'e-ecution, de Ic uis jug
iT Tns ainfi que pour celle des de rets de P'Affer
blee national accepts on fanctionnis par le roi
S M. .Bally maire de Paris. 11 eft revenue a Tt.
ro la Fayette et ai moi qu'il avait et4 dit dans 1'Affei
blee onue nous avions done a M. I'archeve.que
dit Paris le confeil de fo:ti' du royaume i mais no
l..; pouvons aflurer et c'eft un fair icomnttable q
S fe i us n'avons rien dit qui ait rapport A cela.
d'Efprtr,' , patrols dins PAflemblee. Aill-. bruits circle
on iourtnllement d-ans Paris et dans les provinces. j
au cru que din 1 tin1 moment ou on fe fert de prop
publics les mnoins njdes pour calomnier perdre
arer ietinir dans les prifons les citoyens les plus refpf
e la tables il etait permits A un membre d- la le'iflatio
de- de s'etayer de pareils rapports pour defendre 'ini


ceice ft la vertu attAqu1.Cs dainsa pet-11,1oom
li. Varchetveque de P;Wis. br un biud (ii,,
.,'/-,,!. d "Jpn^.i^- 1arzuti (Ct dv j'l ;, |
traduitl devant les tribunitux ; pent ii. .
fendu de i'ten autorifer pour t dre hIIju.i~I, i,
la jultice ? ( Murmures. )
On puille fi l'ordre du jour.
La f&aunce iinit par tine it tlc tion prprreo a i
ger les nouveau corps adirunliratis ; nIs I
lecture iWen a pis .. 't. achevie ; c' eftle tllltpioIIltt
du coming de corftitution et particulicJniunt j d
M. Thlouret.
La fiance, eft levee A h teures.

S'ANCa PDU JEUDI 7 JANVJER. AU 'Ot".

M. le prdfident fait lecture d'une let, ., .e- li
a adrefrle M. le Counculx de Canteklti et ,i:
laquelle il annonct: qu'il n'acceptera pas I pl.c.
caitier de Fextraor ijtnaire, fi t'.-lI i',tk.ac 1., in i
incompatible a ec tfs bonctions de daput ",' Afliu,.
blee national.
11 s'eleve quelques debats fur cette queflion, qij
n'a:point etc ]:., c-' par aucun des d CItS I'i'[ll,
jufqu'a ce jour. 11 efl d5ciLdd qu'it n'y v, AC it. a
deliberer.
L'Affemblee ajourne ai limedi proclih.in ltu:U
heures, 10 rIfuitat du rapport fait ri ,r 1. (.iiil
an nomn du comite des vecherches. 11 s'.it i.. i.v',
fi les tribunaux iif rieurs peuvent con111l licer lI'iii.
truction dans les crimes de lze-natioint !tin tl:,-l-
ttve de l'accuifation, on s'ils doivent ,1pre- ..ttie
I initruction cotnmentee et parties dei i p' lv, *I-
quife, en renvoyer la cotinasfiance au Ch.n..- ti ib
Paris. Le comit:n avait adopt la f-conJdc p ne ,Jit
cette proposition ; .rais cette qu ftion ill.por" 'lle
-vant unrapport evident a des regl s gin t.I ellU1
n.- pouvait erie lug. e dans iune fdance do ioir ,
d'apres Is decrets de l'Alfeinblee.
'Affembni e autorife provifoi,-enietl tin UL r&
P quifiton la vilYe e Rouen, c'etl- '.-- I. bc--
teurs la n.unicipalit6 et les nota,.uJ ,ui I'C int
Apptlls, i' f1aire tun itliiUptun" pooiiZr 1r.L f"dill i irse
a, Ouviers d s manufactures qU i lot f.la-' ril .lrt'li.
S(On a diRpw'nle la muunicipalite d'aflen',,I. r Il com-
mune ainlt qu'on I'avait ci-dvant orvlmti- pit,
viter les mouveMens da'geietux qu.im- ILiC ',I-
S.vocation'aurair pu cauier dans ces ni.iii.lt d ltri-
Svefcence populaire.
Le coriita des finances propose de 1:', I'i1-
pr'iti-n que doiveit porter les charte.mii, i 'nliuis
ie (c I rI,,, erclos parcs et jardins.
AMI. I baron de Menou done la iotiiui, fui-
, *a'te :
I es propri tfira's ou p-i.ffi ftrs ci-d-iv.n pipviI-.
S i's d s i'f ; ; i campaign o. c'I t.ait ." i: tntw
,i Str (s qui n'1 tai m p;)i in ipois pOuI I.- IS nIi ioI',,
,.liaite.tl en c iardit. et parcs d'.* 'iit- I, I ll1 ,
r lou, s 1 Front d.in< Ia i&me pi...i'-p,ri que p-Ior
les ineilleurs terrains de la p i oi-fle.L C iun-- i -,i. I ';
Ieronw impelos dains la ni&eme piopolitnm quae kI
utres terrains de meine valeur.
i
i M. Ramel-Nogaret en propose uns .ini.-..: A *
t-rmes :
r, Les niifons des ci-devant prtivili"i., i- .. iii-
u, pof'es dans chatue conunmutit. Jr, it .-i i-
r- proportion qi a det-rn,ina cell des amut ... .nti-
e* o .ibl.-..
11 l iait bien intile de rapport-r }*.-. .1 b.-I *,1U
( r otit( faits fur ces deux t,,,tinms i u ll I-
-' olltre qui nr'a ppis I- fvorablt- m iii i ii -
S 1 faudra bien 1l-s reconmercer pu it- i n.n n1.it
encore jug6 fur cette important qu.; in.
d' M. Anfou obf rve que dans le ca', .'i I,' t)roier
dle d.4cret de 1 1 de r I. uou 1 r litadoptm il i .niiJ i it
de u'il n'eilt pas lieu dans les i Ail:', ~. ks sol'.
de It lie t. faits.
ue Un autre membre demand que 'e &dcrti' ffir
limit: a I'6lection de I'.o feulemne it I'Ali; m-
blee a agrt6 cet amendment.
ont Alors il aurait fallu recommencer la ,ilili.niii pr11'r
!a; eclaircir les difficultes qui fe font 6)-v,. 'lo,-rfi-
os velienit.
Ce L'Affembl4e ajourna A miotioln a ue,.i.Pi pto-
c,- chain.
n,
I0 La f~ance -ft lev~e.


"I







I


I


C.-


On i'infere aucun avis qui ne foit figne d'une '--IiTim.: comnue et on ne les reoit qu'au bureau des Affiches, rue J\v. S. I ,.,i/'n.
de chaque Aimponce ou Avis eli de 3 hiv. pour dix lignes d'imnrefhon et au-deflbus ; o-. 6 liv. deui+ onz'e jutqu'a ht. Ii-A.. Jc
i l2 liv. >-.l i i,- ;.- -un-' jnufqu'" tren'e lii.- '" ; de n8 liv. de uis treute-une ifqui 'a .jii ,ii.: i,... et de 24 liv. d trui fll llm'-h-
J),'Q.i ciuquante Jihgnes. On ne recoit aucun Avis plus ktendu, a 6-1-,-i. qu'il,ne foit tries uii ojt.(l. Lesannonces d'"fets i.< ,ii,. nts
diuces a 6 Jiv. Cette cji::ille padt tous les matlizs,

Oil ,'../,.-,, i Paris kdtIJ 'I Thou rue des Poiteins ou asu bureau des #Affches de Pad 'rue A', /l, ,. .,'I,'i'/. i. Ie 'e. ,i' i',',,
Paris -,/,' {l lipmr t-ios mois 3 y li'. pon fitx mois et dca 72 li,. wpor IneCL' ; Cet ear hi ftwiwce de t li /;', v ttws ,', ,, *I /l'.
pour /c- UKoif, et I'4 /iv or o rawae f'rantic de port. L'on ne s'abonne qu'au corm,:e'nctent de ,/haque mois .f. i',fbrit .,i"l ,,.'; r,,,/
cs L;.'.. de w-ance t les /," .. -, c. : des poflks ; Ft .' < 'iw re' Jans le-. m.i. '' .,Au P A- '
,'.. ',, /, i 1 ,- P.- .'.-*ae, rue ,e:: Pieminsf iS qu'il /,;rt ,.r les, lttres ct Aatrget franc de potl s e* .e .*,,,,,-c, a<,4
le Id"' ;...;. 1 f "'.'ei ,, dfJ-e c Jcu, ,,,.' ,


I I









Pit C
r 1
I **-











i i'

tl
-. I



I! E',







Ct},



'- i














































.b l'
."--:* p-


-.- -.. t'-


I~"~?~n~n~---~e~~


_~____1~1__ I^_;__LI___~III___~-I__~~ ~~=LLi_=~i~=i__iil-~-Il--l_~__~_~__~i=S









GA2z TTE NATIONAL, ou LE MONITEUR UNIVERSAL.


ANC HE,.,o


-A NV; rI ER, t 9o.


POLITE


QUE.


De Stocth.lm le 4 dicembre.e

O N confiruit dans les chanti rs de tockhnlm et
ie violande une gi anmd quaaieti-e de pmits batiime s
&Dlftnes a renfotkcr I et adre ,.u dole garde-cotcs.
Farmli ces batimens 'ojl comtipte trois rturoats,
.a t...es' chacune d- 24 canons de 6A 30 lives
di b lie, et en outre 50j til.aup' canonnires
arntfes thacune de tiius canons de ,. LIvres de balk.

POL 0G N E.

Points cardinaux pour former la coil tution, pr'feites
aux Etats Polonais f'ar eIt comite dc rc".fita.tion,
dats lafpanice du 7 dcmbre t789. :

-. Dans l'olliation oia f. tronv( la 'vio" d'aflu-
rer anx citoyens la libefti, lapropri.tr des biens,
et I6galiad ddit ils doivcnt joun oi.t iro vo re'-
frines lEs articles fuivans, qui fotmei-t le pouvoir
odent lie ne taurait etre dpouilld.-. 1 Celui de
taite elle-mime f s qis cc de i estre affujetries
qu', elles qu'elle a elle-meme formees. 20. Celui
te tixer le taux des monnaies, d'etablir les impbts0
de diipcfLr du trdfor, et de fe fair rendre un
ccmrpt. exct..d&s deptnfes. 30. Celu de traitor par
llie-mnime avec les puiffances rangerse, de con-
dclure la guerro oula pAix, d'ordonner Ia levee des
troupes. 40. Celui de jouir eu pouyoir fuprAeite
far lIs corps et uagiflraitcs Atablis dans 'E ras.
o. (clhui te choilr ellk-m me tes rois, les juges
chatrgs de connaitre des (rim s parniculers et pu-
blics, 'et L s diffr-ntes comiiimiions exitantes dans
IaRepibiique.
l._.Ce pruvoir inherent, par la nature meme des
chores, Ai It Nation, cile- ci le confie aux nonces
qu'elle choiit pour la reprefentre en diete. Elle s'af-
lenrble pour cet effer dans les (diitines ante-con-i-
tiales, atliqutll,:s Ont droit d'adifter les citoyens pof-
( fionnes, foit qu ils poffedePt en propriete, foit qu'ils
tiennent feulement en engagement lesterres done ls
jouillTnt', ainfi que leurs hils. Les uns et les aurres
donnent librement leurs voiy aux ncllces qu'ils veu-
l.iUt choilir, les chargent d'inthuctiot.s, et leur imn.
point l'obligation de rendre raihon de leur conduite,
dans Ies dictines de relation qui doivent avoir lieu
aprts la diete.
III. Afin que le pouvoir, confi5 de cette maniere
par la Nation iefte tojcurs aeiflant et fubfitant fans
inte-rvlle, a compier de ce moment les dietes f: ront
et demeuteront toujout s pretes c'efl-a dire, que
loffque Ie terime qui fera fixed pour la tenue ordma'ire
de la, diete, Ce trouvera ecoule les gonces qui Ia
competent fe rendront auX didtin s de relation, pour
rendre conmpteiA Iurs commettans de la maniere don't
iis auront rempli klur fojictions en diete ; aprbs-
qui ces mnm es dietines lEs conifirmeront dans leur
eirploi ,ou en choiliront d'autr a leur place, pour
les brlfoins extraordinaires qui pourraiezt fe pr.f. i-
ter. Ccttie haiiere de diete tou)ouis pitte, pourra
et &vra-etre raffeinblke de la maniere _qui fera pref-
crite dans les cas fuivans. i9 Une n-ceflitd urgent,
relative au maintien du gouvernement. iZ. Des mowi
vemens intdrieurs nmenuaqnt le repos de la Nation,
ou des inte ligences dangereufes entire les nigiflra.
tures. 3. Dans les cas.evidens de difctte.40. Dan'
le cg de Ia mort du. roit,, o d'une maladie qui
ferait craindre pour fes jouts. -- 11 fera ct blitz d
regles fepaiets pou' tout ce que fera Ia diete raf-
fcmblec dans s ds ifferentia occafions ; et les deter*
minations qu'elle prendra auront force deloi jurques
aux dietes fuivantis.
Le pouvoir confide par la Nation d'Atiblir des
lois, fera exerc de la maliere qui fruit: elles front
ecabl:es a l'unatimitn ou, A pluralitds differences,
fdlon les matieres fur lefquelles il tera question de
ft tuer. Ainfi, quand ils'agira de lois fondamer tales,
'tinanimnith fcrai indifpeufableihent iceflaire
dans les trieres politiques les trois quarts des
voix fuffiront: pour I'tabliffeeniet des imp6ts, il
en faudra deux tiers feu ement j dans la decision
des proces civils et criminals, on fe colnente;ea
d'une plhrali.d queoinque.
V. Quant anx regles de police *g6n r l on
comptes i fair- ren4ie ,u -corps furveillant et aux
diitl-reIt.ts nmagiflrita eti, e'omme atffi qusjt a la
nraniere d'imre ce nrmihe con s furveillint et les
nagiflratures los dieres fu'vvmnt calles qou Ia.,
ptefence diete atura foin d'r hitr. Prnir re 4A eft
de 5 traits& pafltr esttes dAterndnriapns i prendre,
lot pour la paix ,Woit pour Ii gueqe les rr.'is.
quarts des vix ferant necelTaires.
VI. LaNatin reconnaiffant rnme .a iiindifpe-fa-
l ent n.'ceffair d.'avor de bones lois etd,
paU.voit A lIut fiLdie exication no fe borne


pinr a coriir,.er 'Yetablidfiment des UIff6rens t'0"
Urjaux changes jufqu'i prdfent de la aiffribution
de la juflice a erection des commiflions civiles
,et milidires, qu'elle vent decider en ce moment ,
pour d'autantt aieuxl a(urr. Ie maiitien de l'ordre
et la march r'guliere des differences parties du
gouveri.emntr; elle prefcrit en outre au'corps fiir-
till art, et le charge', conjointernent avec le roi,
dexercer une infection -Cuprt~e defiant aux
lugemens dq.la diere, le delitsqu'ils pourront ob
ft rver, fans it'anmoins jamais sjinmifcer a en con-
naitre par eux-meniLs.
VII. De 1 ob igation oti fe trouvi nt les magiftra-,
,tures .de repiidisc de lear conduit, dviive n6cef-
fairement Ic devoir deles punir en cas de forfaiturej
t l..popuvoir de punir ne devant point erre reuni
au pouvoii ldgiflatif, on conferve le tribunal drig4
f us la d6eioin.itiuni'de jugemrnt de Dieu, auquel
il Ikra prefctit d'une maiieiepricihe les regles qu'il
if fera prefcrit d'une maniere precife les regles qu il
devra observer. t
VIII.; Etabliffant ftr le fondement des 'points ci-
dffus, la refrnte a fire dans-la confitution, il
f ra decide de la manif- la plus forte et la plus
invariable, quai comptrr de ce jour, il ne pouira
pins &'re foine de confederation et-il no fera
plus pern.is de confdderer les diets pour 6tablir
Iquelques lois que ce 1bit': lefquelles contedrations,
ft eles venaient s'elever par 1'effet de la force et
de la violence, ne pourront jamais en aucun cas,
riin flatuer de folide et d'obligatoire rtinqui puiffe
engage les citoyens ou la Nation.
Sign6, Kr ckinski, ev&que de Kaminieck, prdfi-
dent cae dputation de confid&ration.

On s'appercevra facilement que Pa foliditr de ces
premieres bafes d'un plan confitntionuel, depend
entidrement de ia rdponfe qui fera fate au memoire
que les deputies des villes on- remis a la-diete Si,
aans une population de plus de 8. millions d'hom-
res les d.ux tiers au moins font competes pour
rien, et rellent-fans droits I-olitiquts, et par con-
fequent fans patrie, la Pologne n aura point encore
de conflitution.

PA Y S-B A S.-

De Saint-labert, li 30 dictmbre.
Notre situation eft alarmante : no;s avans mille
patriots dans la vfilc et nous favons qii'a deux
tieuzs d'ici, il y a quinze cents Auttichiens. Les
p eminrs funt eantonnes dans nos murs i les autres
fe fo t retrarlitds dans des defiles. Les patriores
four trop prud- is pour aller attaquer les retranche-
ment des Imperiaux. Ceux-ci ne s'aviferont point
dAentrer dans notre ville ; taniis nous craignons les
bombes qui pourraient nous atteindre ; nous crai-
gnons hue Ls Autrichiens ne prennent le parti de
r-4uire en cendres, fans courier aucun rifique, une
vi le qui n'a pu former fes pofles, fAl crime don't
juf,lu'a prefent on puiffe nous accuser. Cependant
.ies cures du Pays conimencent a exciter le Peuple
les campagnes a prendre Its armes j ils I'animent
iar ler- exemile et dj:a quelques jeunes gens Ie
(ent affenbles. CLs mo.uvemens ne fe fobnt pas en-
core comiriurniquds a Neufchiceau et a Arlon. Les
payfatis y riejntent pour fempereor. Le voifinage
des troupes intinide cts pauvres gens. S'il n'y vait
que des dangers a courier, on penie qu'ils fe dicla-
reraitnt; mais la certitude d'eire egorgds content
mnine les plus braves.

SDe Braxclles, le + janvir.
On a faith partir hier martin de cette ville un corps
ie 3,oo0o hoanms et pieces de cuion pour joindre
Carmine du gendr1 Van-der-Mceech qui lera encore
aroifte d'un aitre renfort de ,0ooo homnies, parties
a t de Mons que de Louvain et de Namur. D'apr6s
c-s dilpfitions, il elI permis d'efpkrer que la prife
J.e Luxemtbourg ne fer, pas long-terns dff.-r e. 11
femble mine que l:on doive A la valeur dA refl ntir
pour e!le de ces preventicns favorables. D'ailleurs ,
a difette qui regne dans cette place, a ddji obliged
le baron de-"Bcnd. r, qui y command, a in faire
fortir toutes les touches inu iles.
Enfin, dcrir-on avec cette forte de plaifir
menti a la politique', la Flandre et le Brabant tont
padraitxnent d'accord.. Qu'oique la preihiere de ces
dedx provinces foit plus riche et .us peupiteI que
la fcconde, il tf convenu ccpendint que t9w les
d&partemens re.itifi Ia cause e commune fWront
a.tes dans Bruxe lles. A l'Af. ribl6e d auonrT'hai ,
Irk Etats de. Flandre ont dl. dciarnr de nouveaau
J'emperur d'chut(de fa fouverainet, et la Nation
.famatide .idintegree dans. fes droifs.
On attend inceff(mnlnt le'dac d'Urrel, qui arrive
dA Vinne : to0.s fes corps 46 volonauaies rnt alls
ad -devant de lui'r.


M. Hop ell p.nts ce main, il do:t trotver au
Mordvck un Yacht des Etats-Gdneraux, qui sl
recowduira en Hollande.

S De Liege.
Les miiniftres directoriatux de MIunrfer et de Juliers
dtaient depuis long-terns inquiets. Les infiructions
que le miniltre de Prufle attendait inceffammeint no
par.iFraient point ; et qitoique fa conduit ne laiffac
rien a defirer, il fallait l'entendre. II y a fi peu de
reponfe aux fairs, que Von efpere t ouours tirer un
nieilleur part des raifons. M. de Dohm vent
de donner, le 27 d6cembre un ddclaratoire
adreffeaux Etats de Liege,; et Alont voici la
teneur.]
Diclaratoire de fon excellence M. de Dohm, aux Etats
de Liege.
Etant muni actuellement des inflrucdions ult6-
rieures que le foufligne a crm devoir demander en-
core au roi fon maitre ; ilt e manque pas d'in-
former de leur content MM. les ddputes des Etats
de Liege.
L'intmr&t que S. M. a toujours pris au bonheur du
pays de Liege, n'a pu qu'dt:e augment encore par
la confiance que la Nation lui montre dans ce mo-
ment. Souhaitant d'y reporidre, en ramenant Ia tran-
q ui!,it du pays d'une maniere indbranlable eten
fondant fon bonheur fur la ,bfe d'une (onlftution
libre et bien determine qui fixe d'une maniere
claire et prdcife fes droits et la liberty de la Na-
tion et de fon fouverain, S. M. n'a vu qu'avec
pcine les entraves qui fe font oppof6es encore i
l'accomupliffement de fes voeux fi tien intentionnds,
et an progres qu'on aur:'ir pu faire djai- fur le
chenin que le roi a faith propoler par le fouffigne,
chemin qui menerait droit a ce but falutaire ,
que S. M. a choifi d'apres les plus minres deli-
berations et foul conforme a la vraie jeftice dt s chofes et aug
circoittances, et don't par confequent S. M. .ne
faitrait jamais fe d. p rtir.
C'eft done fuivant les ordres expr-s du roi,
que le fouflign6 a 6td obliged de propofer encore une
lois ce chein et de fair de nouvelles reprdfen-
rations a S. A. Mgr. It; prince,pour I 'ngager devou-
loir fe prefer a un accommodement amiable,Iont la
premiere condition ferait d'accepter la demifliit des
magiltrats entres par la revolution du mois d'aot ,
et qui pourra-t rdlign r leur place, en cenformitl
de 1, urded(artiolo fai e entire les mains "es t-ois
fubdeligtids des princes directeurs du circle, et qut
ieraieintremplacesalorspar une r6gence interimifliq,;e
etablie par le directoire, felon Ie confeil tt avec la
concurrence de S. A. et des Etats ; reg-nce qut
reflerait en function jufqu'a ce qh. 'on. aurait pu
parvenir a 'tablir par la me iaition des miniitres
directoriaux, une nouvelle fdrine de municip, ite
et d'election magiflral aufi conform qugepoffible
au veritable bien-&tre de 'ev&chd de Liege, et
qui amenerait un accomnmodement folide en ap-
planiffant tous les d:ffErends qui ont trouble depuis
plufieurs ann es la tranquillity ae ce pays.
En 6tabliffant cette nouvelle cornflitution on
confulterair et prendrait pour bale celle qui a pr6-
cede Pepoque de lannee 1684, fans pourtant la
prendre pour regle unique, mais en ad aprant aux
circonfla nces preifntes, au befoin et aux lumieres
do notre fiecle. :,
I e fouflign6 ne doute pas un moment que les
Etats rdpondront avt-c empreifer~q1it A ces vues bien
intentionnees et falutaires du roi ,on tmaitre et it
s'attend qu'ils emploieront de leur cbte tout ce qui
eut ddpendre d'eux pour act.-lCrcr le moment de
'affermiffement folide du bonheur de leur P;trie.
Comme tout depend dans ce moment, de la r6-
folution de S. A., conform aux vues .de S. M.,
les Eiats jugeroan fans doute convenable d'adreffer
encore de nouvelks, reprdfentations A leur fouve-
rain,,ppur engager S. A. aprofiter des bons offices
de S. M. et de fe rendre dans fon pays parfaite-
ment tranquillife et don't le bonheur inebranlable
ne depend que de la resolution de S. A. 4(accepter
la march propofde refoluitin qui devient d'autanc
plus n6ceffaire, que le fouflign6 n'a pu cacher A
S. A. que c'eft probablement pour la deiniere fois
qu'il lui a dte permis d'offrir les bolis offices de
fon augufle maitre, et que fi on perfift.nt A fe
rerufer encore d'en profiter, S. M. pourrait bien
fe refoudre de n- prendre plus aucune part a 'ar--
rangement d s affaires de Li6ge et aen aban-
donner le foin A ceux qui rifqueralent d'exofer (t
beaun payset fon prince aux fuites Ainefles'et incal.
culables d'une vo; oppofde A celle que be roi vient
de propofer, come la feu!e conforme A lavrais
juice tet la ficuation des affaires. Si la niceifred des
circonitnces ame- ait cetta resolution, le fouffign6
firait privd de I'avantage prkcj. uN de ferendre utile
a_ pays de Liege: it le regretc*rair beaucoup ; mais
Is conflance flattetife don't les rsprefe-prins d'une Na-
tion refpectIble 'onr honor ", lui laifferait toujours
su fovir or doux es agrtable, et it faifirait soujours


No io.


oien
dait
61les


em- '


__ _


__IIIIC~)__II___LILI_l____) _~_~~_ __ __ _I m


.R ~-:R4~





avec empreffement les occasions qui pourraient ft prl
fenier pour s n niontrer digite. I
SAix-la Chapelle,le 27 dicemblre 1789. Signi ,
CHIUST-GUILLAUME DE DOHM ..
1,e minilie piiinflie a %Vulu fatisfaire i tApus es
eng.agmnris. Le prince-eveque a rqju la lettre ftii-
',ine
Lettre 'de Son Excellence M. deDohme 4t S. AA.
te'viue prince de Liege.
> Monfeigneur, ay.ant re'u les inftmctions ulre-
rieuresdu roi nmon maitre, jeme vois .actuellemient
tn etat de fire rdlpetdieudeikentA V. A. les re-pre-
ciitations qifelles me prefcrivent, et que je inmctais
receivees Jans la' lettre qui- jai eu I'lhnicur de lui
adreffer en due du ii.
4' Commejel'ai pr6vu, Monfeigneur, le rol a ter
t es-furpi is d'apprendre, qu'aulieu de rendre juflice
aux fentimens vraiment amicals et bien iimttitionnes,3
qui avaient uniquamekt guided Sa.'M*dans la conduite
qu'elle m'a fait tenir, V. A. fe refute ablolument
d reconnaitre ce que cette conduite a product, en
f uvant fan pays d'unIonambfillion generale", don't les
fiuites auraient iet incalcultbles tant pour la haute,
rfonnrme et droits de V. A. m&me que pour tout
-i:pirep C--te a>,_,n d.-' pcJi-iet de V. A. a dA nd-
cAlairement cere bicn in'rt.ndue a-u roi, de mimnie
quc la rcfolution qu'ellh: iarait 'avoir prile, de pre-
tfmrer 1'exctution ( vrA ien- impoflible ldans Ls cr-
contlancEs ) li:trrale duo a'ndeu indemntc d l iac-ce
chamble, au but.mtme ~iece ma dement qid net
pout tre aucun aart-e q'ue le retablifiem nt parbit
ct folid d ie in .anq ,iii't. .,: pays de Liege r6ta-
blifierne tn qu! le roi v. ut effecier en le fondant
firl'unign de V.' A. aiec for People, et fur'la
d .eeti.iation claire et pr6cife des iibe tis du d'er-
nier, et des: droirk de f in prince aliir-s centre
toiic innovatiimin t in: 'I. io'n future. On aurait


mert a fan dl.fi, d'ob iger V. A. et de re dre le
boniteur a Ion Pays. ,
En .ttendant cctte r6ponfe,j'ai lhonieur d&tre,&c-
Aix-la-Chapelle le 27 dcerpbre '1789.
Signed, iE DoHM.

ETA 'T S-U N IS.

Extrait d'une lettre lde Philadelphile.


probablement d6ji fLit de bons prugr&s flr ce c.ie- Vous ne reconnaitriez plus ce pays-ci, Monfieur,
rin falutaire fi la refolition de V. A. avait permit tant les arts y ont fait de progress depuis troisans :
d, le fuivr- ; le roi fe perfuade que cette reicolu- les. d.tais que je vais vous donner fi.r Petat actuel
tion contraire a fon but, ne peut e-r qie ieftfet de nos manufactures, ne vous cauleront pas moins
des rapports peu conformnes a la vra.e fituati n des de furprife qu': de plaifir.
circonltances et des infinuations dicties par lIfpret A la, procicllion tederale faite au mois de mai
de patti ; et coiimme intret que S. M..prn I it -179 Philad.ilphie ila paru 6o00 cordboniers, ap-
cette affaire n'efl que 'a fit- de fes felitincns ara:c.is p, tenas a cette vwile ou a fes environs. ( ,er-
pour V. A. et dc fon defir de 1 obli.,r et d co- mntitez que je vous renvoie au museum de Cary,
tribuer au bonheur de th Nation liegoile, ;e r pour vous faie une i..e de cette procelli n ini u-
m'a ordotme mo. feigneur, Ae vous prier encore lere. ) Les regiffres de la douane de lPhiladelphie
upe foi avec inflances de vooloir peer da.is font foi que la Virginie a tire de nos manufactures
v-tre fageffe towue cete fit.ation embarraTffncet, pour 7000 liv. fierling de cuirs tannds ; et dernie-
dansulacuelle V. A. fe trouve dans ce moment, de re, ent M. Cabotr de Beverly dans ha province
v.,uloir compare d'an c6te les thites funefles, iais 's MNlai.,chill. tj, a achete et export d'ici 70 mille
inevitables, 1i V. A. fe rtufe ,a tout accomode- paires de fouliers de fenmmes pour les provinces
fmet amiable et fi elic vwut retirer la ju)ltie une du Sud.
fuis rendue i fonr P cuple cn abolitlant Ion plus La foci6te qui veille l'encoura.ement des.ma-
gr.ind giief d'onez manicre g nereufe kt ui -lui nufactures avant pr,,pof tun prix pour le ;i re le
aviUr rtconoqiis le coe.r de c Pcuplte; ct ;e I autre ni ux inprime i en a kte pieftlite plufieurs an
cbte la perp-cti ve d'un regne calme et tranquill:> concourse c'eit u livre allemand qui 'a emporte.
d'un bonheur fonde fixr l'mour t l'attaclihemnt On s eit convaincu, pir un exanmen detaille, que
inviolable de fcs fuits, et ,d .a li ] eL imm'ItcTlle non-feuiement les c raters, le paper et la rel ure
d'avoir affurs ce m&ee bon'u'r a toUs les fuccf- etaie, t de note tcii, mais m&mne la matiere pre-
feurs de V. A., d'avoir faifi un infant rare dins miere des Itttres fo dues ici et tous les initrumens
les regnes des fouvcrains pour fondcr la felicite neceffaires fart t'ypographique. La mimn focidt6
des gendr.tions qui viendront apres nous. a verfie qu'il e.iutc plus de foixan e papereries
Le roi a cru qiie le clioix evtre ces deux parties a dau,s n te ftule province qui n'aura plus befoin
pren 're nie po'uva.it pis dtr- di;ic le pour un prince de I'ctranger.,
doot LIs hmn.'rcs font fi i'uLtme t rcinonim-es. Darts il y a ydux verreries Pune, A Boflon, 'Fautre a
cetre coifiaine S. M. a d ,i ; m'ordonner dt, Albany; cettc derniee vend fes productions aulfi ban
vous offrir ,'.i; ; "i ir, encore une foil, les bans march que cells d'Europe.
ofies iuxluels, l!e fobuhaice de jindre ceux de New-1'lorIk fait avec fucc&sde lhuile de palma-
(es haurs co-dire-teturs du corcld, p triiqI'l:lr du pays de V. A. et pourla reunir avec ger ; nos manufactures fourniffent depuis trois ans
forn euple. Le chemin que le rot m'avait prefcrit i r-otre confommation.
des le c,-.mtIneic I.-it pour parv.nir ce but falu- La Nouvelle-Angleterre et Connecticut out des
taire, etait trop, adaprt a la vraie juflice des cho- toils communes qui content moins que celles 4'Eu-
fes et aux circ'nfances, trop conforme aux iit i'rts rope de meme quality, qu'en confquence on tie
de V. A. et de fort pvays, pour que S. M. paiffe pcut plus envoyer avwc advantage dans aucune de nos
s'ew departi&. Ce n'eft done que ce ieme cheanin, valles aal nord de Ph ladlphie ; quafitaux provinces
tel qni a e;e trace dans la lettre que j'ai enu 1hon- m eidiovalcs, je ne puis rien vous en dire, finon
neur d'adrAffer A V. A. en d.ie diu 30 novembre, que la Virginie et le Maryland cultivent beaucoup
quie j? puiffe lui propofer de nouveau, 1i V. A. de coton.
vent l'adopter et fi elle daigne acc.ptr la rifigna- La plupart de nos fermiers de Connecticut et de
tion des ouveaux magiftiats qui font entrees par la r6- la Nouvelle-Angleterre fabriquent chcz ux une forte
volition; mrais actuelemetit prets, f lon leur propre d'ltoffe que nous nominons ici Duck i nous efp&-
idlaiition, fe dIm'-ttre de 4eu.rs places. Cette rons en avoir incelamiment tout ce qu'il nous en
rdfignarion devrait fe faire entire les mains de tcus faidra. 11 s'eft forni a i totAn tine compagnie pour
les miniffres directoriaux. On procd'lerait alors i fabrication de cet artic.e i les e, trepreneurs ant
fans an u6 delai a I'-tablihfftunt d'une regence bati un atelier de i8o pieds de long et de deux
iianiriiiiqlue des villes par Ics directoires felon ages; i s'offre plus de mains qu'on n'en penutem-
le council et avec 1a conmurren e de V. A. et des plot er, et ces travaux ne font auccun tort aux autres j
Etats. L'Aldn e et le principal but dul d&cit de car ils tie s'exc'utent que Phiver. J'ai appris qu'un
Wethlar tant ainfi remplis, l'ordre ct la tranquillity particulidr de Connec'icut fait turner avec fucces
6fant parFiti.',.rit r tablis, V. A rie balaiterait fes rouets et fes devido'irs par le moyen de 'eau,
ylus, fans doue de fe rendre ai fon pays et les et qu'il va employer le meme agent pour fire mar-
fil';l.;',.s 5des trois, princes directeurs auraint le i her tin mtetr de tilterand.
hboolhn de" t.i oillr fous fes yzuX pour applan r Nonusavons des manufactures de coton t.ab',ies a
trj.- les dilffreai''. qIui ont trouble, depuis p 1iet.s Philadelphie et a Beverly ; 1 y en aura incelanmiient
ainI:s ;'la traniilitte du pys'de Lige par nn ac- l Lat-cafter on a ilrk dansta Penlylvanie. L'affembile
conodenetir 1iid- dront la bie ferair une non-, de Bofton a domnn6 500 liv. a une de ces manu-
veil- frt mi de maniciphlit4s et elections magifmales, tactures de Beverly, crimme rime d'encouragement;
alufi contorme qne poflible au veritable bien 6 re on y emploie les n1clIines d'Arkwrigtht.
de 1'eych6 deLie'. On etabliriit cet.e nouvlle i On' fait i H'rtf-.rd de petits draps d'ine excel-
c. hltution en confi'tantcelle qui a pr&ced4de l'e& lente qualie,, particuli.,rument en ci !eur de poivre
pnqpie de P'.iir'e 1684, fans proirtant la rendre et en gris blanc. Le iriniflre fra,' gais, M. Jal, le
pour terle unue r mais oni I'adapt-rait an:; ciiconl- baron de Steuben M. Wadfvnr, ,et ufieurs c,-
rances pr-fenu.s, aux befcins et auk tihrniur .s de, toyens de cette vilte es ont mi A la mode. Le baron
nore file. de Steuben a imasgio de les relever. par un bouion


j Un hoinne intelligent( M. Rumfey) a invejnce une
pompe a ti-, quli coite moins-e eeft plus pailIaitC -
qut c-lie de MMvL. W.rt ct Botton. ]1 cfl p.uti pour
i Angictcrre oil il ormpti Il'ollL Iter tin ii ii.: ge; ii.uis
avant, il en a c&bli plit;.. arsI, daii dui.:i.Eite pt uvi;i- "
deo ELat-Unis.
Le canal de Pautowmack on de Virginie ell preC-
que achieve; Its batimnns peuvent en dafccndie la
plus grande parties, et ctlItucr is ttraiipoits i un
ctiqua.iintInc du prix des charros.
Les ingenieurs qui ont execute ie point de Bolon -
en oant batii un et peut-.re plufiwurs fur le m&nine
plan, eaI'lranid. O0 a tire pour celui de bhofon tourte
la charpentede la provi.icede Mailachuffec. Ce posit.
rend par les pages 25 et peut-etre 40 pour ceht
d'incei 6t. .
Lus maniufictures ne fotbt pas la feule branches oil
l'indultrie ait'ericaine fe foit deployee avec focc6s -
car i l es llf-iL',iiien:<-Ii que j'ai pris Lont exacts,
I ag ichture et le coImmierce ont marcitc d'un puis
auth rapide. Les fats que je vais vats citer r.-ndea t '
ccte aiiertuon u mno.-nsprobablc. Vermont i oo,oco'
habitats, Kentucky yo,ooo i il en a p.air 12 Izo
I'ete dtrnier par L forit Pitt pour fe rendre foirls s
bords de lOhio. Le colonel Murgan conmnence fur
le terretoire dc i'ELfp.agne, vis a.vis itembouchlr .
d ce htfuve un etabnbilmEent qui nie taidera pas
a fire parties des Etat,-Unis Les bords des laaL &
fe'delticn.ntrrapidement, fitrmut ceux de Niagara.-,*-
Kenceb-k net tout l pays en re celu-ci et la
Noutv Ile -Ecofce fe convretnnt d tablilfeinris, fans;
qu,:. ce fuit aux depens des habitations formnes
lur la cot--. La culture du ctianvre s'intiodult daIns
toute la piovinrce de Malliachunfr et d.ns les b1.lts
terres press de Philadel)hie celle d ld ."org
dans laio.j Ilaind et dans Jerfey. II croit lant dtn
tabac dans Ketiucky que'la Vir.ineic c.mmnnnce
a en tre aloutie: cette dernuere province rmcolto
plusde ble qIucuneanautre des ELats-Unis, et nidme
plus que d'eui, pra-tendeut Ies hayirta. s, &c. Qida t'
au commerce, je ne puis vous prefenter qu'un feiil
f.utai outr, P'exportation d. la bicre dout je vous '
ai -parlhe ci-dtius, c'tltqu'd eit parti de Maffachu-;,*
lett leul 44 vaiflaux pour Its Ind-s O)iental s,
rt quelqu-suns pour le Kamfchatka. Enfin -, pour
couroimer ce tableau, deja fi flatter aux y.ux d'da
philaimbhrope, j'ajouterai que les rapports faits au'
congrs, rclaivement ai la population, prouvenq,
qu'elle eft aufli fore actuellement qu'Ai l'entree do
la guerre, et celah Igr6 les,pertes, ls ravages,
les operations militaires fur le continent, les nau-"
frages, les dchecs ) ortPs a cette population par lb-
fence force de taht de peres de, fanille, et le -
decouragement jetr6 fir le.matiage;
Voila Monfieur, le fond de mon pnrrcfenille', ''
non qu'il manque de mat riaux pour L reniplir encores, '.
mais parce qide je ne les connais pas. Tont ce tle
je puts vous dire, c'efl qut la tociet trablic .1 P1lnl-'
delphiepourl'L plit partaitement fon inflitutu. iin,nn Ti fiara.rc i.ntaiti
e'.at,y appllant fes talent ,~a vi'- fiinlt I rs rr.aivil.
Cette foci,'t f~it naiaii1 uneflir.i demuirtion .d, -
dultrie, de pertlecionnrment er de patrinri-me, quil'
s'elt repandu dans tons les Erats Unis, et doar I'hei '
reufe influence, dans la culture tide rut ce qni td' .
i6ceffaire A une Nation, tl noin-f- uk ment dc n .us '
rendre inddpendans dcs asrefs P, i'les pnur ces rb-'.
jets mais indme de nous fNirc rivilifer avec eux futf't
beaucoup de points, fans en .yceltor lei manit '-l-
tures. Il n'el pas d dpoque no l;es aient ftit cS ,
progrbs ulhi rapides que cas deux deriees a nPee.,
lI n'en e4 pas nbnr plus oui elie promettent antiani
On pourrait dire ue tons lei nerrt tou lt tur .:-
les du corps national fin ntactuelelment tendurs fr
en travail ; et ce ntft poirrt 1 la 14 tilaw, e, qua.
linduftrie idoit cet ncourinrmenrt, ele e 'tn 46'
pass m.mle malme ; tout Eli dal IVeiprit.patfioUt -iLOU
on i l'iiitr& euirreprtenanrt d il&ndiv is u;petr '
mimSe deVy6s-n.,nwi niads feli irer tue Cl gouvi.,r '
ment n'y ait prit aucune paai. ? f id


Sme flatte; que V. A. vcudra bie readre jrf- do nacre que .nous fouic e te
rice A h [agcife td l'Vinitr4t amtical dlu rot, qu i* ,que .rtu. '.. ;
'dictd ces pr6pofitions; et qu'elt tdaigr.t mie ta41 e La province de, Connecticut ieve heaucounp.i
p.vtenirf. dichration, Aqu' lk lesatcqiteeaqqelel I ves atit Ae'qui ant parfaitemin. r, mwi, quoqre '
i-uille' iviteir I's deux'autresylhau's-directeurs du nion gnerale, cond.mne les' pa#s l-oids s ap k:
Cet e r de voil ir sttii. $,VL pour retbhlir d el; en a meine uiUnfi grianie qtia.tir, qt'i
Cet aniai".re, d'iun cothunn aocord" la tianquiIlit- fourn'r un pen iunx LEt, yoiiiis.. UNia d4a-n, dci ,'
dtu 'a s r aflermr le borjhep/ rdu renge de V. A* coimaifif:uce ii s'hbill-qu 'en fIittrs la iab. 4
Uneai olu tion c,ntraire me feraitbe.luc u'ue pe.ne; du pays et fao maria, que des aianons patotiqs;'
ell me m ierai prbablen'nt de l'av.[tL.;e pre" avaaiint fait renohci.r a 1IuCige 4ds bas de f"oi j
icux dene rendre utile f:lun mes foihiti 1a ieCplis par les imeinIs raiioiis.
V. A. et.fanl Peuple. Car je ne prs pas vous La quantite de bierre.elf de porter du product do
le cacher MoAfigneur q t ce ft.ra probablenment os brauli"is. .i plus qite double dins I eipjce-d'un
popr la dernicre fbt qii me, ifra per..is a offrir a an ce qui a toLIrn 1. ,--is 4e pluliLis ne nos
V. A. les bons offices de m anutLr. mIie et n is, r la cutur e Jorge pour aIiincr.. no'W
que fi V. A. f reluficencoreden pr'ite alrs lr,.Lritsl,tforcees de tirer ce saii de la Gratl -
le roi pourt.it bien le refoudre de ne tepr'irplus Pe. .. ; "* ,
aucunepart a l';rrangemeiitdes dirtifiniiis tle liege, n,
e: d'abandonner ce fo-.n a ceux qui rtijqueratntd'ex- (iCI tlit es machines crder A Philadelphie, toiut
ro6er, et V. A. et Jbn Pdys aux fdtes4jtefies, mais ufibien eta aufli bon marche qu en Europe.
in.vitables, d unic,voyk oppfle a celle que S, M.vient Nous en tirerons un quart de moins d'acierqu'aa.
d? propofer, comme tn flule cconfoirne la vraietrarbs, parce qu'il s'en t.fitdicpuis deux .nsd:hnsnUS n,
jujiice et aix tircoritlarces. anpagnes.
Jai remp*pi mon devoir, en laiffatit entrevoir a: Connecticut et la Nouvelle-An^lterreont fourn
V. A. catte resolution d-hinitive, qu la dignite du ,omooo barrils de boet flale que lIous pouvn don. d
roi m,.n maitre pouriait detindler, miais le noutrs nr a plus bas prix que celui d'irlande ct do, ii
tdujours I'efjpoIr que la. r.rpo le dotit V. A. daig era I d dea fait des envois dans les hides oriental s et
ni'iwoorcr permettra a S. M. de fe liver unI.;te- ot i ,i I a


r' ': ^ -^ F.A ^fa" -










a.mr.t robiblenent tioutg.ute. L 'prit rlimen'mair.
en I sn rant de me trade dc l'ot.re p:rtour, auanr
tout brouilli, tout fltri; to o .&ouff: ,
p. S. J'oiibliais de vous dire qu'on a decoiiverr
p-sr de Philadelpfye des min2e dd cuivteetm de plombi
tu'b s'en truve'auidaiis 1s comt44djacens, et
quOoil vnitit d'ovrir Ccllc t6e c jivre.JevouEimionce
0ili qus la foci-,ti philofophique de Philadelph;e va
publi.,r uni nouveau volu e do fes traviaux qui fora
smlptime par Aiken. Le docreuc. Frmnklia a'donne
oo livresl erling d'encoutaemntL i IbfOciete typo-
graphi ue. On a r-i tte dans la I en[ylyami- I'aljt du
*felt, et le college eft rcmis fur le dmime pied
quiavanrt Ja guie.



AD MINr ST A-TO T IN

M UNICI PALI iA D E P A rItS.

Dipartemaiwnr de Polie.
Fint de r/izab' ft focus la protection de a muni-
't. "ifr', ad'ue .ati'e ae .f/tL s et -'n bureau ad' .i-
a''fact:,o po::rrij- as .inqi q..s 'c ian et d aI utare
J'Ae em 'J. ,' a',s l/, v,'// .n Pa .ris, ,
C ;, C -,t i ;. : ,
J i':ifr. t-":. "


Art. PI. L'adiiiio'r't;o- fe}a ('compoffe d'un
dretotiur chez lequcl las bureaukx kront .ablis,
de deuux comnmis, de bureau, et de quatre far-
II. Doute depu'es', npf),falaris, choifis tousles
'a.s prmi les c. iinib..ans, feioni ch.Lrg.s dinfpecter
l'e ablifiement, et d'n coihal.re la fituatici tous
ks aois. .
IHi. Les dowize deputs. rdiracteurs dti pie fcit re
glienment, rtftero;>t en function pour la premr'-ie
ann e et klurs fuccelrfurs front cli ifis pO' les
i, ~tIr-:s charges dud pa'itement de la polce, daris
h 1 nnrmbre,de trente-ix fioufcni+.t,:ur.I pr tnines p, i
l,.s d. pmus format choix tomne fur un des trois foufcripteurs que cha-
qaee Ad pitr aura 'le droit de prfenrer.tr
IV. Ceoix d'entre les deputws ac.Ut-mIim r en
4foctiion, qui ptlurront ev'e loinnmes [>ar leurs i. olle-
,uies-aux places de j'aAmir.i.iati.im Irqn -f cccds
par un pareil ombre chruis 'apr.s 5 d Jipoiions
de articlee prycedent; dans la fuite "es delitt.
leroit choifis de preference Iarnmi ceux qui auront
mirite la n J i'l. -
V. Le .liect.ulir tirmnlrd lea rei']flre de tous les
contribu.,n tcit I .ii-d: cou< ls maliads et in.ihg ns
jqui recevront des fccours de la caiffe, Ii ti=ndr:a
anlfi celui des prers et des entries done if eft
ueftion dans Particle XXVIII da premi-r chopit,.
i veillera fbrle travail d's deux commis du bureau
et entretiendra la corref'polidance, et rendra comptrn
de la ft nation de I etabliffiment a-ux deputies dan'.
leur affemblie de chaque mois. .
VI. Les deux commis de bureau tiendront les
trois i2iina.s de dein.n.les d- places par les domef-
:tiques et les trois antr- regiftres de deniand.?s
da domeftiques par les in ire %; ceS i:gifl:s fe'rolit
au nombre de trois pour chAiquae objet, atin de con-
T. 0oindTre anx diflicri:t., dii;.. lu2 dit i .ia.
cuifine, la thamibre tA l o-uri ; its tienidront de
plus les.regiflres de routa.s les a-linni,.s et informa-
tions et des t lp.'rts fiits .p1rl ,I furv ilaIns, ex-
pedieront les reconnadifanices d 'eaegiiheient les
crrtifit ,, &c.
SVII. L's lhrveillans, fixls dans les quarticrs qui
Jeur front affignA., front ch.irges de viliter les
m'l'tdcs et les iidicins -de conduire les mindecins
chez les premiers pour it en indiquer la demure ,.
de miller aN ce qua les uns etes autres faftl nt oun
1on emploi des tfcours de!a, ciifi: aet i ce qu'ellk
lie foit pas troinpee par ie'e.1f1-s apparences ; deo
Pic. Ire ds rpir'nmi tons fir tous lksfujets fufpects,
Ss'lInquerir de la.condulte d&s do.i.a-liqn, s qui
devront erre or u qui aurent et -places par le bureau,
de tenir note de; leurs dcouvertes, et d'en venui
fire le rapport cl-, r dimeci.'ur.
,VIII. hesn miiglia,2ts chairg6i, di" d.panittc'icrt de
lapioce, protectors et chefs honorair.s de rI'aio-
Cation, ipourront pretdr onnliffancile de tour
les parties d& P'admnithlation 1t c tcRs Jes iegiflres, dans quae que circonihrce que
ce Coit.
IX,. Tout roltrribuint qui reetv'rades feconois ?
i fgri figne3 Ia quitramne--de C p.me
l'i lui. fra 1',urnie. 'if ra .failt b .r
:tat de ra fa fm ne 'em rhe. 'f
,eiu I luelblant l cbe q r ]a r
pour I .i -
X,0' Le direvtemr auran T ne .
0O ivrcspos r Icstis o ( al I lt e
rnT. uu ]' n t t'
ratc e a fr '' furmini arI. as r,
men n- p r 1u I *a r : a
rtoS n prn'ipomt'on d trteda d b' ,
. .Ujo.. A'n ._l a ,a~d s dl "


X.11 ferx Oonn pux d'iputs dans -leur tafeli-
bi& "d'&' chetue inofs, commu:ica:.on -,es r'egjif
te;, 'e. utit rertltit ie 'I ftu'iation dc l'r.,bhlif.-
ment. Dans tonL les cas ol Icur fincti.- thra nIi
cetraire., la mai;ere partiese pour4i, fupplecr' les

SXIL,. I.e mdiecins att3ch:s I e'-abvliQ enent eC-.,
roivt p:.', aianinull.emnnt de .Ieurs honotaires fixes
par con 'erncion, filr un mandat fi-ne du dircc.ur
et des, douze deputies. .. .
XIII. Tous los fajets employes dans madminiftra-
tion lerontpays pat quarriers m- tleur fImp1- quir.
tance lI loyer d Pl' pparteni'mnt ileftli. loger le
directeur et ,& tablir les buicaux" et les frais de
baLi-w u, objkts de d :pcnf.: a. la charge de la caifle
f.rontpay4s aufli aux rnemLs cpoquts. '
XIV. Leshon6raires du'notairc-caiflier, confentis
par, acc4id, fign6 dui directeu.r et des douze de-
putrs, feront par luu poitts en dip nfe dans Ion
.oti)n,,te de chaque anhde.
XV. II fera depoe6 chez le nm&ne notaire un ta-
bleata.d~ outes les depenifs fixes., don't les 'paie-
mens front aflignis chez lui, sequel tableau fera
arretO et, figpe par -e directeur et les douze de-
putds. '.
XVI. Toutes ies p'.aces de 'adminiflration front
permanentes, et ceux qui les exerceront ne pourront
en 6tre Jell t is que pour caule de malveitation,
'inj.-flic- ou d'imler-t.ic.
XVII. Les d 'nze iciures en fonction nomineront
a ces. places avec agreement, de M. le maire, pour
Cha'gun des fujers qut auront ete chofii a la majo-
nri e des fuffrages. .
XViII. Leurs appointenmein front riglds fuivant
l'ii1iportance de leuts foncti-ns, d'apres la d6cifioin
des douze deputies, conflatde dans une delibera2-
tion.
I XIX. 11 fera rendu un compete general a la fin
de chaque anniee, en prefeiece de MM. les magif-
trats' chaitges du department de la police et des
douza deputds. Dans ce compete les quittances
du caiflier produires par, le directeur, ferviront
a 6tablir fa recette qui fera compare avec le nomn-
bre des contribuans enregiftris. Les quittances de
tous ceux qui auront paricir. aux, feconrs de la
(j'il,-, et Yetat dcs frais d'adminjitration, 6tab.i-
ront !a drpenfe. Ce compete fera &'finitiverent
arrete par le directeur le notaire-caiiher et les
douze diepites. S'il relte des fonds en caiffe ils
front e. ploys come il eft dit a 'article XXX
du premier, chapitre.
XX. Le tibl.ia du compete g uneral fera imprime
gh ique almne-, et il en tera 'emi: -n exemplaire
a chaque cont ibuant, afiii qu. tous les iit&eiT6s
puitnit connaitre les op rations de l'.dilinillration
et la litu.ition de la caiffe.
Obligis par l'incertitude oa nous fommes des rap-
ports de la recent e avec la dcpenlfe, fur lefquels
nous ne pou.rons 're clair&s que par l'exp.rience de
la premiere annee, de dorner dans ce rieglement
des bones aux fecours de la caile nous nous em-
pre:'erons de l's multiplier et de les etendre, des
ui lue le inc -" d.- notre etabliflinient poutra le per-
niettre. Fond-'r un, hofpice pour les maliadei, dais
le.uel nous oftiirons un afy:e aux donmeltiques qui
au:ont vieili dant le fervoce, et a i eux qu front
Sfil e- .In les y admettar.t pour tion le-,erepeAiion 3
prenerd foin des veuves etdes o'pheiins dansl'ildi-
gen e, procurer a ces dernwers uie dduca:ion con-
vnabile a leur ,eat ; tel etl le plan que lnous for-
mons ; et qu noiors nous emnprcfl:r;,ns de reality r des
quelc. roifltfient de nos f ndsnoiis en amaf ourni
les maoy. ens.
Le pr6elnt riglement d 'li'r, et arret- pour re-
gi F'idt liflemenurt, jufqu 'l .ce que les OiIinflan.ices
exigent qu'Il y 'bit fait des changenmens ou additions,
par nos d4putts fouflignes.
A Paris, le viiigt novembre mil f pt cent quatfe-
vingt-tneuf ,
a, M'ic G/'rart, le Clerc, Richard, Dreys, Debeine,,
'Noblot, Bourgin, Miquet, Ga.uhierA tor, Va /let,

On fofrca.it chez M. Malcel, avocat en parle-
mint ,. crirectEur ide 1eitabblifment, an bureau ,
rue de La Mon.a:ie, press le Po:n-N;uf V.s-a-vis la
fte Botttcher, n" 41.
Le b.reaa s'oivrrta le landi 4 de j4W]ver 1794
et Tera ouvert tons kls jours exceqte les f&etset
dinarjch s, depuis 8 hurts di_ marin jufqua't
une heuie at Jepuis4 1tires jufqu'a S hEutes du
foir.
Les fonfls provenant des contributions -feront
dep.im6s, rue de Conde.


MItLA Pi S. L


- I


.A lAd, ta..r q' la Gqcttf Na aCinas.
.. *
.-tiB tntnme ievoir eS bnuffom*1 o WoI,^flo r

4jtygbqcurg'Sat tenat, an at ?anct inl t
tigder n ~I., 'la IadC des }V7j;re-, afv -e rqi
'Leir Co v ouatis sN'rAs- fe "o a vVt que.1'ei
i t C r' i pl I
Io:t, Ct d rrue tout' cs foctArque uotrcus
foL:&e, et de pmr ue toutes -les foclite"Sque uous


voyons. Une mutiqtig d I'ieufei et parFaitenent exd-
cut ;. des cIihaumiLs excellent qui dioivo-, etrL a
.la tfotis le modIld et. le tdi (pIfJ)r des ni trt- i, d&s
.act. lirs rnoue.lt ppetis de V ,tueil et de coniqae :
voil ce qu'1n:.trouveX rui.fiur ce th-atre et ce
qu'tn ne voit naide part`2aiieurs.
11 m' ptend tenvi-:, pi(yque noui en fomme, fur
ce point, de vous,pIlier ea revue toute cetta
troupe et de vous care, rant en bien qu'en mal ,
ce que nous en penfons. Je pane fculmetret del la
troitp. it.lienneFpour clhe de la comnedic ce.eftl
point mon affaire; e't puis elle fortune in fi prtit
acceffoire de ce fpectrcle, -que ce n'eft pas la pine
de s'en occuper. Qiualue jour peut-esre, vous par-
ler i je aufli de l pera tiane iis ( ar je tie fis, as
exclusive.) Je ne le trove pas aufli dcpourvn de
marite que le piib'i.:" fi'a.le le crdire. Avwc'deux
ou trois ta.lens de [plus avec quelques pieces un
penu aillantes 5 avec c 'ct ent mble que doit donner
Phabitude, et fiurtout Pexemple des Italiens je ne
defefpere pas de voir un jour Pe genre fe reliever ,
et meme foutenir la concurrence.. J'en reviens a la
troupe itclienne, et je commence par Raflinelli.
Quel acteur., Mo fieur comme il eli profound
dans fon art I Laomme il eft attentif au plus petits
details! rien ne lui echappe. iTotioIs-II .aturel et
tou ouis varied comiine l a fail i le 'I.6it juffe de
la verit3 theatrale I v6rit6 qui doit &tre un peu
exagerde, mais qui ne doir pas alier j.fiqu':i la
caricature. Au-deffous de ce point, il ferait moins
comioue ; par de!a'L, il ne ferait plus vrai. Voyez le
da:ns 'Bartolo ; quell etendun it a donna au c.,rac-
t re de ce 1oL' L'avez- vous remarque dans la
finale du troifieme acte lorfque trahi par, fa pu-
pile, trait- avec hauteur par D. Alonzo, vexe par
Figaro, ii fiit vous emouvoir jufqu'aux larmes en
fCveur de fi situation w fans pouitant cefer :d'etre
Barcolo, furtout fans ceffer d'tre comique.
Je fais bien qu'il n'a la vo x i-i br1e, ni forte,
ri b en d6ieminime ; que n'ta t pjs du diapafon de
fes rloes, il fuipl6e fouvcnt a la note 6cite, par
d'autrais notes de I harnimo i. ce qui laiffedu vague
d ns fis for.s e' nmitul eff..t de'fT.s airs. Je fais tn-
fin qu,- ce n'eft p:s un chanteurj mais au.lieu do
mn'en plaindre, j'aime mieux admirer ladtefle avec
laqualle il rcpare ce que la n tire a oubiie de faire
pour lui.
Apres ces jfles dloges pounai-je parler de Man-
dini, Ians crmindre de me rep rter ? M.Auini eft l'ac-
te.r de routes lesfenimes et delaplupart deshomriaes.
Une belle taille, de I'a;iace une grace infinie, une
tigue aie un t en tin et comnique, beaucoup de
gentilleflfe ,de friponrierie d'elprit une voix char-
mante plus 16geire et flexible qu'il n'appiartient I
Une caffe; une maniere de chant.:-t iqtuante, adrmite
et pie ne d'imraginaution : voilA Mardini, qu'on no
p- ut fe lalfcr, ni de 1, uer, n d emeiidre.
Je Ia s bkn que fon conwique outrepalfe on peu la
nature ; qu'avec utnl figure alite pour t&te noble, it
manque quelquefois de d gnite quand il voudrair en
avoy i ; qui'ailkz emblable a tos arlequins, fes g n-
tilleffes toujours aimabks nte font pas toujouts de
tres-bon got i; que fa voix mnime a un certain tremble-
ment quelqucJois d6fag.eable mais, en vtrit it
n'y a que la reflexion, et unic r flexion tres-fevere,
qui puifFe lailiLrapperce, oir en lui ces Jegers defauts.
Quand on le volt, quand on P'ertend, on n'eft dif-
poe qu' rire qu'a trouver touch tharmant, qu'a
ui, tot pardonner. :
Avez-vous entendu jamais un chanteur 6gal Il
iViganoni ? Quelle flxibilit6 qtiel goit tonjours
fdr I avec quel art il fait r-rdre la voix jolic come
il a profit des dons de l iNature et conine
il les a perfectionnis I Jamais tjulqu'a lIui aucun
tencre n'avait ruflli in Fratnce. On ne poovait par-
donner a des hour.es ces groupe'tt p. rp tiucd do. n
ils ornent le chant, et qu'on ne croyait pnlopres
qu'a le ddfigurer. Je fiis trop jetune pour avoir en-
tendu Raff; mais on m'a dit qu'il avait paru ridi-
cule : j'ai entendu Davide et ri 'blini ; le prerriier
s'aft fait quelques partisan, ; mais on lui reprochaic
un luxe de petites notesetdes ditparatesconntimimlls.
Babbin; plus simple, inis iuili plus faible, nfavait
pas ramene I opinion. On tdoir cet advantage a Viga,-
noni, a a ujufteff0 de fon godt, a la grande ega ir6
de faI vaix. 11 a, des le premier )our, excit6Ie'r
thoutiatine, et cet enthoufiafinm s'elt fi uteim.
En pailatau des autires, j'ai mi,16 un pen decri-
tique a bcaucriip de louanges ; pour lui, je liu
therche en vain quelques d6fau.s, je ne trouve
que la perfection. I ft vrai qte je h'ai fong6 qiua
Ion chafit, que j'i laiffle ton ju de c6te) f aurais
pu remarquer que fa figure, toujours lajbnmene
totjlours riante, eft fouvent peu d'accord aveC 1o
caractcre ,'de f6s r6les; qu'il n'a guere que certm
aifance que done Ihabitude, et qu'il ianque de
ce fentiment profound qui feul tait 1acteur i mati
qui ponrr.it tout avoir ? Les qualities d'lereur et de
chanmtui fontdie-le fi iort 'compfaibles qu'on dive
'sa edger daps le meuid fijet? Doit-on attwndre
d'., li ffrfo carattcre, ce qu'on attend d*un Auj' ?
Gatt-c-il les fcr-n. s otl il fe troive? Que vest-on
4e is ? Trop hetirenI ft t$us cel tuoI lai'fnt
quel.cpnie chof a dJ.'ffrer .1 l'epric, en dedormag(.aim i
aui; bien Ioreill e .
J'ff.y .p6 en' Irali.. ui', b'i avait dains un
thdltre in'i'on ,'uffoi un baoi tenre etn ape bonnu
plitoerd fonme oln .'tit frr.-co ei ,., 1a trompe
erate oxtellcite. Ici, ,e vous ai d.a j par?4 de trois
Staletins du premier ordre, Ct je n'ai pas fini. )J>u


/











"~1 it aY 1 1 i. ",'Tritott 'tiii.',:. On p'e'-i -..cl.ner d)n',s iiIic.
.miI ...no.1e d.e!:,4 <'un d r~inl lil : f'A'v- '. Oin pro';t.e er,: th,.iq,-- I n. ib y.t T ti jmI, ,,.11 t.sicouip ,,, p- o *'. ,t1u" I: qu~tre 0o1 cliq ';t ',uune- i ,.a. qu d ,hak-ur de ...; ii rilt' fims avotl la cond Id fit-lil; ,.c i m is qh u.. licdb. vU. I tu)Lc' p,eddent a ob1frv6 qu'onu e poivair rvc f 1ivil r -,. on Hx.iaic iA. qailt, d. I u.li.b..&
1,16I I til Oi t IC I'. 'e ii l tZC cL I l ,
01:1A qu:ll- t1-i unin tell a .eli (lo,,re ,:t I-.1il. b drit d(ja an pour almmie coturat.te -,o prwaat. d, .i1 cott- p.,1
ii. l. b:1 chi'i *.1. i priuit duns !c IIIOi'.L.uxI i.InI M.- l TYhou vet trouve les'ol i-rv 'tiois prp es t t.e laquelle c UhantU dait hilllu avant trce rt.i
nri:.. Ctnntc ell- it fLiL. tIl, I-:ie d.u i k f i dan hitructio flvoir, cehe qui drabli-
:,, Son c i.mr !,ilt i-n .. dlifii- un I rIL de 1.I, uiI regle ] nouvelle coi',-ibitin, et ceti IV. Lys. It e&t encore e-flftial d'~ vliquer cm
pr'-".iLiuftn .ii n -i c.rtd.if .nr.'i p 'i t Lier'te qui t.,bij it '1ig 'ih ..i ds de tliiei mrttnEicspasix i me-nt on p{ocdd,, r.. .- legarA .*.~s l ubI Jus &n
au !'t -Jic i,, i.. ia l d tfa:u e.\i>.tie elibtlc. Lnu des adl,.,; t ..,s iuICurii itl s iatiches doun ,.s t.tLes ic pour.,_nt pa
..io< leit- no6n ; l i; ir.i pt,t li bo ne ii elk- ^ patitetne t bit allit .da ,.- )uom eul.
li,',vai' poiut .l:iL.' nquc iouv,.,limo; .iec 'ks ticvs, L Co,,l il 4tat qucft on de la fiit:ion roy.irde a .
1 hi Ic..d cA(cll.:,-i. M. Target rappelle Ia diflincti-ni e tre la fiction I. GoCiJen. Je falk, la imuti n qu d.,ns Cnqu
11 n'.1i phis .i ,.t ; f d.le, ique d' un ll i'husm .I tt et Paccep.arion du roi afin de difcerner entire 1. al liiin .- de dilt[ ,-t 1 ,t iVant 1a tuip..) i4iin ..
Hi,'ngi od i; c et i pI- le i*.qi' lc acd, rini c.r ii'ell pa, articles nIa(i itifunmels et ceu x qui ont ,-IT. :n-ii la a huie des ehi.ii.'s, n r.ma. tdidri.>. et d.sn t .
hu.itt d'l.tline. iNlle v(iA iia- me flicC= autnlit <.i., ti.rT.", fans p 6,udice au omitd de v ofticiwion a mens, qu' PAffemibl- utt'I.mL. on ixe p.;e
lia taein. On la n1ii 10c bible Le it o' i }itU pri)'iil d6clarer les articles de colii uiici.on, 1. s nn, dligibles un cirtit nibe de iniiibrai
i la iouve .caire dnbr, epa,,ic. Sa mitho.e I M. Frteau rappelle qu'dtnt prfident, il a prt4 uL p'iurli-'t 'r.4 dlus. ( V\ zol.s ,miu-.rs.)
fhc et l l.ttil. 50 .lit.rde am.u.us ,i et ) fent a deruiere mifruction a 1 approbation du N.... C eft une viulatiuon du du ret du mva r
fionni., ptn ie doucment lIi fans cti des ro, d'uiWe.-
1e1f1ions lop ,vives; il ,'ci-ir.niie p.,6, malis il phit. MM. Target et Thouret approuvent 1'obfervation
L ,n -. cu ;,c ',, ,. .. i d b a, l de M. Fr-teau. M. Thouret. 11 convct la.iu dout de reie
*c "11; lite .1 urri ,-,i a c efpiir andecteiparticulierfill Jt5 t')fitiil% de MT l.-
ar tl i tuc I o as I u a U96 difficult s'eleve fur les coliumniluir qui naud et de lerinot 1 ui. rc In s c 1. itr,
., ...i Me .e ..... n7n ... d.. i 'vaie snt f r-unir pour avoir le no'bre flifilant e en a ucune maniere r' d r i clbiur. d l'in ;it
l '1.'1' er eill -"pASt Jn it -.>. c toyegns actts -.i wigos n'u.i p. d b.: 1 V.ii.-- 1 ; cantons etulifent enc t ere ditemuira6s. portront Ie r inltrac to m .wc ewii. Je u, pi,-
ia'js, dans un tems ..1 ,l mx: i, mbl.ini p-..ii M. Friteau propofe d'en laiffer la diofit : o d renter a" ipt io u rI le ..-..sL
.'neIIaen nt p di k fi I'hl h.'.tde I r ir: dc ommiffions interme.iaies actuellement .- i S det ,rendus fur la .... iii i s rp -i .ii,-
i, 'avai. r p,. ,indu -nhbtl,- le ,.eonm d: c-... t! & aflfi l'que'- Wheni qln vit ud'.3crc he.
S f i M 111 i, .. .t r mni .1 i ,Ir ,-I Eiftla M. Target a pio -,; I.Amenil .nt. t i-
., ; ,d' 1v. 1 .I. .T ant : .. i 1 M. T.tger propofta pa a^ nu-id ile, l.r de de re l
.1.II|l I. : -I .L Ll Ia if ,blenbIBe fe referv.l r d iilla, er l.. "l
i."ulfi tl.,viim ge, : U "u:1 .': .t .' l.iln *in. cte- L'A riemi b'e fe refervF de diftinguer dans les ; ,., ,ii. s de ,0. -. i .-
E1.oupe un et ekt qu', a'uib,.it e,.: d.Sa sl d 'crets relar:fs aux admniniftrationl ,les articles M p i
nouveT'j eii. i conlitiutionnels d'avec les articles pureinent rgle- M. Frdteau detmadet qu'. agiint co.ii ie onli
.1 ... c' .i'i<.k u n Je.i- i | .f...entaires. I'a fait pour les municipalir,- on O if.-te 1 s 1 -
Ie so.h>cr:-ur je -ou. oxler. ,. -.- itrn e. i I vo!:s .. rets feuls V .cteptatio l, .. U r... t T .. .iI nr
i.'acule. "i.ou.,rd l ." li.. .. ..l> -p:u.tc .u e,.,' M. Barnave opine pouo que cette dutinct.on it ,- qr tsie CO aptaobi iu .Ie, 1 ai ,
d.ti. 1I cfi Jtdild., J- pul. I at..inmlt d: c- Ipet- lieu avant qua leI articles oient pr6fetes au ot t on. L d'iif
ate dcli inus i. i.ouv..r"' pLeI-etr.: un p. ltis 1 amendeienit ayant ete wis aux voix a p trucon qui
yroi,.iie et '.voul .l-, pvr.h.nntiinrft a. .mnicrt au i'- a u- e grande plurality. M. .'e Toul ngeon piopo'le d'~tblir par1 un ig.
.. .i.. P.. i ..:. "t M. de Toilongeon oropofie t novel amende- glennr, que ks de&pu es de chi q e ,~'Iatiice qui


I ..ent.. |- auraient hixe ls cations d- cdu.4,n, de 1-,,rs .if-
.... ......A_ ..' l t t i Cl] At ,6 h d E ,
:____.______-___ _=_- tt f iicoS/ totic K *'ixfl i-i.ii diir huit.i
--- .... ......... -- -- Les d'put-s qui anront fix6e les canto-s de leurs et que cett. mme tin i,,io n fCr rou oi .it ,'
Sdpartemens d ic i htli jours front teulus 'd les ex.tcut e lors d-l.i prcie'e i ,ana-.iou dus ..liII"-
S.. E B L i1 ''" i A produce i et ces divifioos front obfervees pour les bles a.unriipales et .iui.,iltr.i:ivcs.
premieres elections ieul1.1 .t. |

P,,;,c i,,.', I./. I a.ir./,qo,.i ] Cet am.enement e aopte. tea en -
M. Bureau de Pufy lit, au nom dii comitW de cellivuWitln: mis aux v...,: -r 4.t)'tr.5. Quant ati.
11c1 DOJ m V'DI to jvn .u ..T conliitution, un trava I fur 'a nouvelle diifion du i.tres ainedemens i'A i In.e try a e ;ui.U
r oyaumie. que Paris gvait firndar- gIrd. Lf6llo Ie diece I'liuivai.t t rendu
,v, Le comite a iung que Paris dcvait ire un ddpar-
Oi ]it phifrviLr'.;..iif-, d .'dlhionalo cv iuep-,, reent lhi feul, encore bien que la commune Les ddcrc is de I'Allirmbl6e natiouale, rernd
,'-,',.,t Jc .,:'r Im..i ITI v ,c -ic Iu d, i eilo exp rime un vee cointraire. fun h formation, taint de Afl-bl. S punoma r. ,"c
in.i p.i'.vur l dl i-,:i Jde I, .)'Ii.ttEittiu En finilanc fa lecture, M. Bureaux de Pufy de- d'kcteusc que .3 s .;d nminlr.iois de \-':.ai-
'U. I ob.ii., d E.' u.'"i i.: i I'; ; 'uan >.,' po i snm de qu le's de.,utis de chaque d* p'rtni.:i l aiett in-nIt et de dairict rt.li0,. t claidh dans lI ritiid
iIej d 8.:. ,Ai l hI, -.s d.: I i~ 'i, ..i'n. i-- c ,i ,- A fournr les limits de leus difty.cts ava' t le 1 et l AIlem- ee a ad .p .- p r IoI di eC..i in i
1iut doI JmIL -,ut-. in,.l.,(1'.1 ne p.:uit c it,.ni ."t.- our .de ce mois, filon que le comit&e ks pioduira lui- decembre dernkr i, t(. o r rn-f n a. I'ac plitIUt
l i c1oai, b i .ll i-,tlloi q le i nCal. ,dtl ro i, et lth!in..ii q i i.. t d, uti. Ilu- .j lin


n ir. it 2 olt l i. L L U ph f 'I rI p l tiei i 0

i,131ll rii.i lls a l t i 1 liti4 '..i p',u i. e
f', U 1.h 1 .1111 tlio i,. i O1l ['. lj'.luu'/-.I .; j


%i qu.f S I' ,ii i hl f l,. ;- JI.'. i -tJl f: Ilu l'ulo1ic.ionl
.,u-' ri in.,wU.. co0,1;., i.ub 'n dti; d i ,or ., iie ,
i ~t ':tIU A'. ij i'i 01i.- ki I'w1 4 t r. 4. i 36l: ice
"o*' u ..'! i it1'i. k I- V .Is ,i .:l. t. Ir pub de
dciI.s J I.:l i I,, I. AI. -:, I i V. (. I. ViI i I. .,Ii I L ,e la
o o ..1 oin-,m ; ti )I ui )t- it u...Li nt- :,c.," illK p.n--i .H


L appro .tlio S.a i ia:-.!: et i in pli ti.k 1.25 c'l V, e ''tr
La fiance eft level. aux tribunaux, corp idniil ats =.un ". sial':eS
p' our dt e "traYnftis .tih.) louits .- ,'ti 's c 'ul,!.ei
SEANCE DU 'i'i DIt'vlt 8 JANViB~R AV' 0IR. fa ,s dai dalls l itC V.m -,t 1l, Ite i,.r.C.;.,lL-
1 lelit fupt'bi e de pi : I ,. i .Ie 1 .5 I s 1,11'. .11
Api6s lI lecture dm s (1ioc.-v: b:iuA fate r 1. e ables pouwr que .'e..ium.t, un. -i 'i denie,'n
li. Treilhud rlufieurs miemobrcs deimandent que furvejoleeetr di igee c6 h cha,.i 1d atre,'t'.,
la rdponie de MP.. d'Efpr6tn6uil ant defiveu da po. por que la conIvo,.'L...1 .d..-. tiLinil. q,.,i lci-
Bally foit inf.tre dans celui de la veille. vert lite k-s inm S bir... ; ihii iti bitnh1 .,ii ''
C-t propolition adopted. pa emens, de diftri..t ..,iI n u pl. atd .
W an 1 de vdLa, ,h.mL


i.,- i.:-' ,,,t .,.'l .I. On Flt une adr,- ff d'adhfion remerciens lV LAC-amb e n m ., io.i,'le f i J.' 4iia, i-
S it .lh ,11 i C um v I ." qu, ii' tlI t oi ftit respect er reconnaiffance ds non c.ui pdi, :. de la g ,r da!,s les .ii-,s ,h j ,, r ,i( ,,
', 1, C, Im' 14 :. 11 A. ud., w,'lt.3 it l es vill et enechaul e de Saimt-Maixent el Poitou, Y-1r1-11. rer'in t v 't *, :< IA rI .,.l- DO
'li; i., ,ni,. i iI I lm .t -,'h :.. )po i-. ..,- envoyee a lun des d ,]:l- 1 d.1, P.1 r i. e t .ei t 1 -. l ili.iua,..1. a, remercient de ewo, du d6ctet d du 24 d mois a, fon, qu. e r. l'-". -,i .i .
f'ii ,-T10 1 o ,l ,i ..irn l -,- i. pur u -,- IIL-II.., dernier et le pint de coutontlCT fron (4t ,.t i,
-.t ," C daurk 1,I: .1 cp2:1 nil uili 4 ) peh en devenant leur orga-e aupyr de 1YAli'- i*l.I u- M. Bureau de Puy ir a, n11t1 d. onni& ae
p -.S r, aC.0ulon. tionale en llui peignant lear joie, leut l,..libilit.' et c,'dlhirmtintioA et de .>oi uiri.Tiit.s .],ldirOn s 1 or !i
h. *t l 1,.. .. leur rfjpectue ue reco a ffin ce. di; ifon des departte. ; .W t.1 ,, t ,l .t:! i r&
t .. ...-131" .lilt I'". tolA.11: laouIsie .U e tre pnl'i-, d tl I t. pO
, tL i'.lp uni IJi 1 1, d,- 13 '. 'oie -1Ji ,e-. en Parini les adrelTe d(Int un de M M 'es facr esires ou ,a ",'t t.-M" d o" "l 'i vrc li m po" r ,
it', lqi..- .- i> l,. du Lr. t .lm -a: .u '-e, I fait lecture, on .l11h,,,k celle de la rfao.e, nation eale e t51 1 1rti l '
n I' ..-ii -prIuv. t'' n o' O ,lul ; .t ue dAngers, qui propof le project union entire les Le comity a coimi"ncr-u i.n ). 'livi' i.iI s p .rns
",'-." : 1 i : Lpn.'i.!:> '.' I.k i''. ... u n..l ationales de outes s communes ode *Fralnce, ,, ,. eni $s'Vhaoh.ntiu L pi ,'.t rt-ucr- .- roii'Atlnrl
A.ir -. ,, i ',.... ....i ,ai ib] u les : ,r anamtemr les decrets de i n amlih- ndto-
,4V.' ,jtif ,,4 pOn Y. '.I.ill}ilel i t n O- ,a P-roVetue2 foir eniLat tni P .1 o:,vene ; I )fail-
a, > IIq I,-.. i*,in.uii -. .In ,itih .. ,_,- in- lUn aitre "A.i. 11:. de la 0 1 ae de otd ,. ai1nonce in, .L6 tro s I .. ng,' v 1',I : ,
,".I' attil '. *. ole 1,uro.I .- 1 n thi _i ,- ,uit. (.u .,,:..- qi-e h contribution patriot:que de eette ville monte rin, .l c -, P'h 1i
.,1 f .F., 41, i 1 ii i, 1. 1 1(lh i ,,.U : .: *.o nf%- 9-O0 0 liv. er ..1' "- a' ..."d ..n -u.i. i -- '
qi ,l Ki V i" |; l'r I _. n .Hli ', i. S A .r [ | ,',' h -' "'
um ) :.'. -.I4initl .Sit<> fi. :i.n. : i ..i-; i .'-t i, s La cominf'I-m ihtermn diaire Ide Alfr;.-. atinonce La ville de Pat's I: ,:n h? i-i ue, -ti /ilvj e
r..,-. I qu'elle a en acl .;.i I .i, plus d e oo mi0 e lives degree dAe dpartenvmer ilu.
.''' I '. ',' e o r lI m nte oljec. '
hi. O. 1..-r- f If jr-1.. I1 ) f 11. u e I '41 slue
a,4'. H, s Ii.. .)1, *3.1,. I,. i.,n ri .h. i i i 4f, e t t Q ,, h 1,.>'. i.,,t.. -ii t A,,, ^ tion fur s corps i.],.ii i.. + '' e. di. et t 1,\' r Ic4n-'1. n" I er 'on '" c, i
.|.-r ,'..ip., 1.-" l .. .,." ,i' wi+ r en, les t ? .- : : ...i.o tr t le .,ic. I .' 1 ," ,n .h ,t4lleh
In T I ..... i quatre hi. Pir,' dinc I N v- w ai., '
.- ,, h Irv It.. ,. ; .. .,1, ,l,.,- t ',, a rait n e aire- ldar. ais, Blahfos t q ha -. -, i, 'rAu .ts "..
,u) ( ', ,:..1 fment utl e fI. ); incomptabilitd entire la .pif fl Mn la .*,Iit,,''" ,deu.r I'A, ., 1. '.,r'i 'We I '
Ti -utn t.i..iiw z .'i q v I h ir'in d 40 dos foncriois nm n ii. ** et cells es autres admi" 3,itI, tn laG T ri], ,.(p'. J-s_ ',
'il< Is it., 0 I' r t1,In- i onI I," ir .iu.,lrniw, .. per- ist .nit mit, c'~'ft a dire que le mitme hoei.me no Dt ,' arn n; R ; -grr iTr 1. s, t)ntr.-Vavilt, 2 s.*'j
;,..i, pr-i.i;,. -uri fr 1 m ..- ;- : nri I nin t polmt t,,,l r *une et l'antre i n mi6nie- Coofcrans Nebou a.t ..r r.ws i Frir- *i I
S ps i i'-'!. i i' m in r i> ii> l d< ':- .fi on temis ; et cepeldant celui qu i exerce une .i.t I-'tiilli'iti n4f le IU an3.:owi ip t" .r
,i. I ; .1 i,, ,, .' ,i .. I. L'. .,u, da cr pCmt 4tre lig;'ll pour tow. aurtre fouIs hi a 'e." (i v e, ; 3A i n n. r'i .
1 I ,; ii ; int. A n-. 1., ,. ,,t i. <, c., 1. l i c ufe de fe defitlr de celle qt'i 4 i'-u i); i ff.,.i rpf.. L .y trois.
I4 / iA 1 >lilt i 1. i.-j t d 'i'dei.Cefii.. .I rL .I ,Ti ; M'IS S-.lta t I '
(. ^ .** fl.Ff d'rw fl.'.i,, I


pt
dd
ti i
fed
fol
fia
Iia
; Su l
Bill


_C


I


ID'r








GAZETTE NATIONAL, ov LE MONITEUR UNIVERSAL.


S U N D I: ', JA'Ni:V E,,.


179o0


S0 L T Q U E. lepr ignition.,. On ne s'avife pas regarder f dional qu'aucun navigateur ie Iavait encore faith; al
A /p.es 6 le foi l nIVy aurait plus de myifere,; ostI'ralt 42e degree delatittue, il a.irou une is e de gla:e de
T *I le mei'e de la decouveie ? Mais ces ecr vii s re- deux ipilles de c6rconf. rice et de 4"( pieds AIu-
TUARQ U I E. montent plus haut: ils s'y prannent de plis oin. deffihs du nveau de la mer. Comme l g ace s'ci-
4 I '' 1 s trouvent a linfurrection d'un Peuple une caufe fonce des deux tiers dans 1'eau, ou peti fupp,,fr rI
LS n~g'ciations pour la paix s'arinoncent par des ktrangcre ce .ont des pttuiffnces ja oues, rivals; cetce maffcprod gi we douize cents pieds d'epa if-.u.
mv nmen6 rt fpccifs i mals., 1actiite commune a enneis qui-oin machine ious ces iouve.te spo. Le/capitaine nyoya fa chaloupe rcoinaitre lisle,
des causes fi diffent s, qu'sdle ,ne decide rdi n ftr palares ,cU font elles q,.i fouesvent les fu ets ,iasillue fut impofibled'y arriver a tau e d.q' at-
les vritables intention des negoctateurs. D'unP d autr-,i poutfe vengr ells-mtmes des couro ,nes tiers de glace quis'chdltachaient avec fracas, it des
0te1:., des fuccb s r:ipides ont levd trop, haut les ones. torrens 'eau l dtl-endiiani du fomm t.de cetts
CWtentions et de lute une hum'li ton fCudaine N f-ce pas, en effet ,,de cette maniere queY.on montagne effraya .et. Ce..knriere cionflarce pa-
.ne a peine le temi de rlechir aa lacrilices que a ug" du folevyenerde nos provinces j3 giqnes ?, rait contlirmerla hIorie de a fonte des elaccs po-
SN a-t-on pas pr.rtedti que le c-ursd'A,,leterr er laires que l'on trouve dans les bells Eludes de la
la pru fence exe. de Ho li4de avaint, tout fait dans le Brabant ? II Natu re, par M. Je.iat Pie-rre, ire imme'rtel d rit
Si les pertes, douloureifes que la Porte vient de fallai, d.Clit-o,, opirer une d version, diltraird gem- la tra.iuction a chez nous autant de fucccs t-t d admi-
faire doivent et'e irrpagbles fi la Moldavie, la p.reur d- la ,ULrr avec Ls 'Turc &c. &c. Et la rateurs quel'original, don't voiisdevet.etrcfi-:rs, en
Salachie font enlevees pour ioujours 1 11 domina- Prutfe 'inquictc des victoires impdiri.des, i.e devai- trove chez vous.
tion des Turcs; fi li S' rvie nitme n'y doit denteurer :elle pas embraiflr le m me fyfltme ?...Danslinflant .
etncore que par uine force de taveur et de grace on ls Brabang ns fe font armes; ils ont rempre il Des nouvelles rcentes de la cote nnrd-oueft
peut s'atendrer voir le fultan s expofzr a dce plus premir avantage. Les habitansdes environs de Tur- d'Irlatde, nous innocentt que la peche duLar ng,
gr ndP uArdrJs, etconfulter de iouveau le dtifn le iihout fe font f.it egorg,.r etles vieillards les fern- qul y tait tntieremnent tombe depuis pl, s detrois
a.-guerre, en fe merrantr a a tetw de fes araneea. in.s kes petits. enfans bientot la ville de Gaud- an- done atutourd'hui de graandes efpranc- s. On
Le pr,,para ifs de la iibliqie Porte font conlideia- .. a a on6n.e de lang; a Bruxelks, on sefl battu vtnr de conftruire dc-s falines dans la nouvelle
bes, et les derlikres inouvdies de Ctnri.irinuopL i trois fois dans tn jpur pour ch-i'lr les inperiaux; vylle de Rudtlnd, et d.s ft;meries, ou fa'es a fe-
tinoioncent que Nin ullice de la guer e. ac u'-lle rein. enfin. le t r ,et 1 ft i ent parcouru les villes .et chr, dans, le g' lre d: celles dYarmouth pour
pit les Turc d'tindignation et luir i (ipire c genre les campagnes bJlgiques..... Et cet h2rofitne de pr parer le hareng faur. On conviqnt grneraltmerit'1
ie courage q'it, pils d'une fois,o a p dven ch z n os purAotes n 'tait qu'un fy(flci tiin cabinet de que It le har-ng c, ntinue de donner fur cette c6te,
etix le dirnicr degredefabattement du dfTefpoir. Londres ou de Berlin. Qua le idWe miterable i les atteliers 6leves a Rutland devierdront une des
,. PappJz-vo-'s, Monfieur, les propose que 'on premieres reffources du commerce de ce pays.
po ? le pati qec la 'pupart ds na"n tenai c n rrane aut moment de la bienhereufe in- Le vent qui a fait prir douze vaiffeaux a Ayr,
p'ilii:Us mbratrent avec ie plus de coutp fa;i- fur
eit-il fouvent atni des vainqurs? Onle prendrhi furrection qu a rrndu laIiberte aux Franais, et fur la cote d'Ecoffe ibufflat toujours avec beat-
exd-i dqes pour des fuverains qui jfidfieLt leursc q-i a iNat Ne' ale r r oni 'terseule reconna n lancede coup de violence,. on a tie grades iquitudes ,
.> ,.U. l s font popirtant, de tous les homes cee Na e diai on ps ue s nglais r cinq vaiffeaux vine et de Saltcoats, qui ne
Scien, cSrs taient.les aireurs de tuons les troubles de ce royau- font pas encore entrrc dans Loch-Ryan.
uii crivent, ceux qui devraierit crire le moins me, quils avaentdes em r.sdal:s proves, t pas enore entr s
nlu o e ee, qic'ls ava-ent des em6n ires daus-1I stprovices,
ni faveur des conquerans. Ce n'ef pas le ecit des que c-etait ex qui payaient les Parifiens, et qu'on Le pain eft fi cher ai Dub!in ; que les pauvres e
trtophs qui eclare 1s Peuples. I1 ne lefr eft ava;t neme vu ditribuer des guineas ?..C.. Lar il trouvent dans la iituatiot la plus deplorable, et
uile que dd bien cbnnattre les m-tit, qui port .-t ne pou at pas venir s la penfLe que la fureur ont abfolument beloin que Ls riches, viennent i
hi lieremint ls fouverains a exporter la vie des chez un-Pitple opprhimy pd tre un mouveient leur aide.
homiles. ulcturl. .. .. t
I T A L I E. AIlis lat rivolutioi; eft faire en France ; et ce De Levvee, le zS dte nbre 1789.
beau royaume ne peut plus 6tre fatigue parades nou- '
S De Bolonge le 8 diacmbre.' velle[s conjectures des pol/iaques. II 'Wen e11 pas ainfi Un navire Frangais, charge de fel a faith nau-
S de nous autres Braba ons; oi ne fe contte pas frage fur notre cote, en:re Newhaven et Seatord.
Ses lol s on. o ti de nous avoir fait coniba:tre jomme des machines Heurelfernent pour 1'6quipage lIa nmae i'a remis
T etB ns ourt la rpuraton d'a.imer les tran- patrioiques, on vent encore et a coni.que. ce a flot au bout de deux eures. Ptrfonne n'a peri&,
gers, e furtout dinc iter les Frangais. Quun a ft juie diipofr ~a iu gre de la liberty que nous Ton a nm6me fauv6 une parties de la cargaifon.
cette derniere incination, le g.,u.1rem. ntla ef..r^ atta lesares la a: Les pol.,tiqu- s .
veille aujourTfhui. Ot' ne pcnit plus nous pcrmettre fp culent de Io-.u a: is ne confuent n. L s .o fen. I Damter vient de trm err a ftue de fa ma-
fis danger de prendre, come autretois, les modes tI nls, ti nos vercus, pour favor ce que, nous lefI..; ele a pr s tie hut pleds.s cefl un morceam
Sbou goicnenavait piint. frnme et c,: re dans L s cabinets de ILu-
Notre finat, fur une requdte que'le magiffrat a rope qiu-ls vo t dechffrer nos ddltinees. F R A N C E.
prblent&e, va promulgurti ure li nouvelle, qui -La lruffe, Ya Ictrice dui flah.ud .at, afpire
ddciarera dechu de la digniteet de touts les fonc- naturalifr parmi nous ce pouvoir eira ger et rnos Extrait des ,egiJtreses des dberations dugreffe du comicd
tions de fa place trit rmembrc du fenat qui epou- fortttrefes vvnt blenritt rect vir'lcs garn:fons hol- d'adninifi rationz e la viliq de Aaditcs.
(era une ptrionne que l'opimon aura d.gradde. Ori lannaife:,; et nous i,,avons verfe tat tide fa.ig que
fullicite vivement-tette loi, a-'occafiond'un 'ma- pour les intrdtidela P'ruaff etde la maifon d'O- Du mardi 29 dicembre 1789, enviroi les fix
riage qu'n homine du premier rang et de la piu range I... Comme i', tenoi.ns de. ntCre valour et d h eures 'du foir.
lunute iailrtine eft four le poiit de conclude av4 nos '.cces, ks autirs.-Punpl infirlimetns ave'gl.s Atiremblee ordinaire du comi"t d'adminiifration
line danl*ufe don't il tft 4pcrduminc cpris. tdes princes ailai-erit arn. r. le,;rs bras por t.ii.1* Cr de la ville de Nan-es, oiouprtidaaft M. de Kv-.an,
ii, r 1 beri saiffamt. I cini i ,Ies fouv6rarns iaireet lieuienani-geuraid police; afliDans MM;
De Naplfes, le ygd'cembre. ootil on nous n enace,, et qu tn icl ki .ef '-in ofi-ilf, Maifonneuve ibus- miare, Dubern, Varlavatux,
...vaN.it fe 'irga r dtinI cite J-oppriwer ks gene- Roziers, Legris ai et Cornet, coriillers, ma-
Un dtachemert tde refcadre .anglaire tde la mm- raux brabanqons. giltrats ethevins ; ayant avec eux N. Maintre Me.'
diterranee a mouuild avarit-hier dAis cette rade; is s'i tau r en crn r! la pluparrdes poitiques, nard dtie Roche-Cave coil.r-flcertare-grel3
il eit compose duu viffi a tIi Leandrc de fo rca-, e:t s~'n,teniir a. lerss calculus .kls Peuples et leuirs en ttie a cmmunaute tie vill..
1ons, fayant A fun brd l'amiral Peyton et 3 r ft'oir;ins ont bien d'autr s iint.re ts que ceux de M Corner aifai fonictions de proctireur'dtro
1hoiniesAd',quiiagce ; dea frega e Cvavy, r', ]j la Mnorale et de I'humanite ; et ces (onfi1'.r.tio's fyndic abfent- '
2t canons -t 180 homes L:i e t de dov etern ement demeur r etrang.res aux rela- MM. Cautin, Vaudez, Felloneau, avoca, du'
cCavente ulldoy de xoo h.iui'. d quipage et ri on de la polif :e et du commerce de l'Europe. ro Fo s, ambert,- Lepor, firoilinde'Paa.
16 canons. Pour eux, it n s'agit poitt de favoir quelle f ra rte .Cadre Genevois,- Foarmip r.;ot, p rt det Da,
la libertwid' ne Nation, nmais quel (Lra fon cor- cm eC e la Rvaudoire, Chancn alne Glon pe e,
P 0 R U GA L. merce; its ne si quktent poinc do bonheur dontu optin de la Coinidiere, Cahave et Bid ,me-in-
P U G .L t i1 N.itioul peut quir q4ell a doit ..nrractrr, et fittrout des aJliances que .. --ac nr n. .
e- Li sb .e, le o0 decqminrc. do-t .fortner ou eiitrctfnir la maifun de. fes fouve- Un ciroven adreffantlaparole: IM. de fqn-.
S, ,a c. neuve, fous -rmaire, a dit : Les oblgar;-,nse q
M. de Kveane c de co. tracte'r et.d. reniplir
Le -7AAr M de aii.n va r


envers fe% ,:onfrioyen's, par 1,exrcice d'uq Jevoi-'.
ment abfolu etdes quialit-s le. plus reciadma.;,
blues, prf criv-nt 1 a fIcolnaiffa kt pubhi'it., que
nous parrageons et qlie nbus devoi mania eflei:, uou
honmimage lait pour cohferyer i ]a polbfrite Oes.trals.
de ce citoyen couraY?eix e-. inl'(tig.ab'e. ; q of
Je votys prie d. nc Mellieurs; de de,ibkter ,blit
projetqu'un honorable meribre d-. votre iomite.,
apr.s avoir cor fii't 1'opiniqn ptihiqiuebt' cktg
de pri nm.i.r a votirefancrion. C.e,proft 5,qui nt~rreffd
et nos devoirs et nos fn:irmens,; ita fatfs couae -J
feul d ( nt ious puiflicns irt.;rlite la dififtifp-,n si.et
ui qui en eft le rpbl r e abl ti anais u; les m.o-
tifs que fa modeltia oppofralrt *! notre glJiriJu'e
C'a is'acnion, doivcent-edr a, la nCedfitf.le 'r iC -
crera'impofant eemnpl- d. ron-> r iienIr s ,nJ ii-fu
accordt-raux ia!ns t- a.t v, rti Ia eri able .iou:.-o
4a bonheur pubhcAr'ti u ptn pritrb -
Proier prnpofi' la reconr, a-iTanre des 'rrjnye- s "p
cette vIlle, pour fate tiri tl tWbi. ait de Iarw,te-
:de M. vegan, par Mbivd 'pWirt du roi l;
Rubens de notre fiecle.Cr r arfle c' l br'-, lnr-ux +de'
.voir une~uie qui s'eft acqus;ta's ie gl aira da:sl $
revolution act4c1lee,A mpt.tLeia de v- au ifaire i-


ANGJLETE4RRRE.


Des bruts h fard-s annoncetit que le parlementl
ctida. fera dffous ds q-i il .Alri votE- les fubfides ,
ce q i ne le laiflrart inllif.-:r .gue'te plus loin que
s.a m'litf du fdvri'r ; une chole p4s crraine, c eft
.it'i ,i fira des chang:mcns a iacte concernant Ite
La communication er-tre I'Ang'etcrre, et I Ide eft
'rellenr t aic irt : par la marched nos va-iT a,'i et
I -s c',inmaffaticc de nospit.tes, qpe vc qui (rairt aire-
aois tin voyage dang-reux et iqtuidtant, eft devenu
une parties dk pla iITr Ftre h s prtuves muiltip i6esque
.iou.p -a.rri rj e.i dnnntr, nouischofir.nsla rav, rfe
,lu (, rr :nii come a,plus frappante' t. la pus
;ex'raorjdinair qu'auw.un navir6 at penut-tre jamlis
railte.
Cec yaifleau, cotirrand, par le caira:ne Ley, a
faith ie voyage d Madras en trois mois et qua're
Junir.
Le Meiwilles 4ftli, yaffeau de la cmpagnie des
Tndsi, s'eft beauceupplus approach ddu pole m tti-


Ac 1 t- e ce muisi your anniveratre nd- la r-'-
fance e S. 'M., rout, ie corps die.lorn', iqiuie V'f'l
t ndftlai palais d'Agtiida pu-irt la fclIii:el., La
reine do.nne le memr jour u ce or.ionnance qul fp-
!rime la dime fut la maJiIn-d'irutvre dans tous es
rtats .d n t o t ,o
Vefcadr Pritugaire qti croifattdans le detroit
ct rentirc Jdas ce port h zi 1de co mois.

P A Y S'R' A S.
Exiait d'ua-c Iettu 'di BS..x!s l i e vter.
TI faut que Palmiur de Ia 'ib tr* ft nx4 cux de"
r'jlique. de u'.-nme 'he m ila lie bi, n'exraor-
dnatrethez les Pet pl iWi in ue Na;oniifaati-
RUee d Ui jougoare-( fr f'FaIie1 pnir fe.l.Icer
t ferv-iu- e ,,q pr'miereffnrt, qc auilk -.tlr.
as ,guaerit t fe rt en, rurm.nile,"... C ttS'inurr'rrtion n'eft pA nimu-
rte, I jrlleni ad i foir "1- cniiC f3 f.:tte et nAy yorr-
A ch- rth'e? Ce 'et as dan le ts abus du you-
d nsi s ,veita iinnZ fC agf'ns; ce n'Te p.iS
-as la doaleut des P upIu, dai leiur m fcre, dai


N N


I`





IF


i i1



in












If












































II

ill








j11'4

; I l


? I 't


n'ai i4 I. i' aldiiifs't,.-to blieia.i, itini qitli es oi "t'w."
,-,. ...l, '- : ., vt nI. u t ./ .. d t >. :t t & \,.!iut,.
4 I- ., i. l~ t.o) cltl.>Mlli[,lliU i- '.,t l tlilt:1 1 l>. I uK d: U':
lnr' .is ..: qu ir : .t'CI 1 jum"iiuac du l.iamnit 4Jlu:
Ili'. lie v.! '- du itiioui.
L. r ia 'O i I .iL l c uih t, il '. r d '. 4 i-
elk 1. 1 1 I' :Illf
Eii'.- i,.! t;.:e s ,.p!.u:i I .Ji 4i 1', 1 C ( U1 i ,i I dlt -!.ilA !- it-1
h. Ij !ci i'2 Ji ^,' li; ti11 jji z a l !-U ll t'i !i It tJ i, L
)',i -lc .Ud "c r 't I dIi, i ,ji It: l 'dI i i i ittni. d hi. v. ic

l iic! e c, l i tly .-!, L ll i tL-:1h> .1.,l.l, It.
p* flht tIc i' a .
A Dii etC.; I Icl i f .'jnlt.:qu d 'e ,.,I Ie iI tvlt'l l i'II,. D a-u'il..
i, n -du w oi J. -l i ii nl':i- d.!' it I= o l'.r- I iit- r
,i I.l l '," lj u gr. ui 'iis k w ic MrideL. t!-a piT.
L; .t. e "., .t tLiE i',.. I
Ai tn'lt c[;,'j-1i ->ii (Uj e .poli ,ki aCI :'r A low's r:.,
fKr'ol,'cnis ih Al E A'.f.lLClOl! c, i xront t ', o" et 1 !i"-,-lll C
.0ubi ci.' hjuCh n A aCI.I i..1 10.t1-i:. J il._,uiqu.. ic IinE lul':
oue cc tii i s !' :.'. blee voalant atli -: i. i p l
pioiii; te ,-X-cuL i1n d'un ilc.,itt ti ic -. an : u
'cl cL'oliti 'b.'.ci.i dciI _toris de- !:h co"iliu. r e p,ijl
athc ver lia o' i ie l., i.] -i p.' r.._ :. t ei c :.
i-.'-- c r k, t qi O:'. C d La Ir-_'!L-:.t d, li,-r1 i n
'-a :.' !ic L : .0 d et A .n i.ie ..liii n .
dou, -. :iltl r 1c:.et t iii du pi,: :, "i .-. U,'..-_ ,


a cdit jout r I :Lit;I ..: P J i. ,

c, a- t" i iiivi. t W- F e_- i.'t.a !
ip..i! ad cv rr EL* ... iL ,- 1 ui. : ('-i. e '-y

Pour p oit o -a.'ti j c. R o.: ir,', fe'-ri,
i'_,ir_-R't' r.

'o i"e t:' l i' i" i .'I ;, D ni.i:', ;i,' 'nrr L': I..: ,
/ ."! 1'-.i i' .. t/ji.,', 5 h.* #:"..'... =.r iimen.:,rs c':i
p t'" ;: i ;i itl':'-.'l-l. tS.$,

".o.nfietrv, .ious v\ rez, par dili'b .ttiondll un,
Hi il; ..Vo r li' 'honnr. L. n as d. .: a "l i' .I 1: c' .- ,_-
ii- n, q, i iiui i, t i.,i'- i.... i. ii .. : o, -' :
.iliL i vc. i I n ,,.'i .. .... n:h li r .. ; ,, i *
hl I As -.i i 2.i .j .c si ch u nt .-
M Co- A %" t
...- i ;.';> T.I nd : m I m i n p -I r.- '. _'s !". :':-::.-

pi,;r I r. '. s '. t I l; I .' -; ; ., j
qW II i.. t:lll '.t ,..' 2 I. S Il -u itll li i .1.!
di.ir- di]' I ,O r1 :-. s I i r.-' ) ; '.'tio l.i L'.' iiii=r '
t da 6r.n q,,! lIa.1a co.iLp,.;f:.
."-tn ; /n $ '.,s .. ::.-_.: .';,;i .':.:: ..( ni.' ;;:ir J:t c .;(-
IS 110 -
L :: .:.': i '.', .'. ::;' ',,' 5..o,.-c';- r, Iri, ,t ; 2


.r- .*, J- ce n'i's, il .a eu .;a Viva "i rnei,
o .UV.: ... : d- e ; bib -- :S -J:l .ltHi Jsd t .i - d s -A l i i t I -u ._- 'lllit r L. I .1 : .1 :l.,li
41 1 c '! d s r .--r.. t,'.., l l in c a p' h! i. J ;
li .,. i ; J, "i-s ,::. .s J -- 1I' I i!: .-il .' t n u,.i ih .t. .. ,- ; ..1
i! ,.-'r, 1 ...n ; r .i, .i Ii 1. n o .c i." '. ,'in L t i. '- "

S **il .' -i l1' k-._ i .,** 'l ,..: 1 I. i" ,l ., i.-ii
1 1 I i ,, 1. l lilta i cir l.l i.i II i*.ill' t pil Ai t vit-s
Cl.i' .li l I c 1 W I l .-- ll .1 HiA .i. 1.-u= ,dc
3dit i,- .- I: 1" .i *r: l .. h. toilL '1 ,. d!,. -
' ut f.." tl~J.- a ,i 1 .- l. ,,i .l ll ,t ,-t
[ i 12- .1.,"i ; tl.:'.. l_ l1Ll .: 1' l v ,va l..I s dt



o I _
nd.ii .cs uii rl nI, '' 1n'.'1. 1.'. : 1 ':, p .-' t l'" i:,

9 ,'1 i; "IZ !, f-1 1 11, i t. kil "ti .. ubh. .
lt .:. I i ,,!l ,_ !,I 1... i, i, .;.I- uil-



', "l ,' t ., 1 1 i *:i ._ t "[ _,h ,,,! ;. : ... .- ,l [I.i
*in, < .-;1' 1 ;, ii' ( )il" r. ', i '
,-' i ,.' ,.ii u;t 4i', 1' .. i.l ph t _'. ( -i,
li .L Ii i h Ii r; .i..l' i l *ii l ,',h r .;I, i t .iU i,
-. .. i ha, -.t( i* :1 l. I .r '.\ r lit- i;. i tl..[
*r ':]1

r ". "' J i
;i-.,ii .., i' ll1 llli ,V ,0l i..r '. f I l i_-)lt j'i il ...
*'A. ,lif i .. ,'! ". '11 ,' ,'." If _n '. :. .. i, i i c.. i-
r.iiW :W h,': ,,' ,. \ I i., i ll .-r,: i :l .l ,! i .f u ,a;.
,;j ,_.n ,;:. l.i ,!',,. .. f 0 *!', I I ,r '. .3 F ,,!,-,,,... ,
I 1 ,ilil ,, I I ** :, 1' .. .. )l,, li ', i / ,










o i a,-'-,<," )r' p h fl. ilt !. t ,,i r^ ir,Fil I). '. i,-, ..


0eli plut fthel' ty uwr Io;ntac I in, litits 'h '-e,.
Sli c 1. 1 ., t. I c ci ,I .I Iw LLI- l IO I) .I. .
L '. tt i l hl'. d- .;.u d. ..o
hi i:( IjS h-lIHU i l .Ua 4ill.,U11 4 'U I I 1,,U I'" l.i!,.!ll.h.-, 1eft
a;.iin "Iliiadi ti i-. ttiohJ. I mIc. u t te l l on predeufe
on, i't't .A d.1 1,. it.t-rt. dc si, cheNs daIns
lI a lk,c .t j It"- i'"c I'.t.c i fc 'i.. ttlcoie plus
\.t, ii t.1ii Wt AllIam iMU il..'1 te' cc A'cdt point ai
..t -ik. It i a c III':1 ,i .tl-. j ,Jivem teudre
ic, l.*LMs clb.ii i', iti Si. ,i i'Jii, iliditc aV't fa .L.iL- Ct
,.i, cCt iild.itiAa Ol..



A 1 N S R A T 0 N.

Itity il A S, 1 L ,." : o c P' A R. I S.

D.,\: i::ui.! c ,tiJ' i .. m p: ,b :. .

Se al',.ira.nteit d.s i:ibblihmenis 'puiblics, con-
.lin ll dc la I.13 n ,hil .- d l. n-aint A i a .bout.%
,N e, h ', ;uIlr. I 1. !. Iu -it des ngocia-
:i'.i ; crn-'l-ci pi 21pt h- W hi, 'C itoc i ieur d cet
[ Aili'.'. t ..da'pr pir '.mrci--nne .,dminAflration
'.. ~ I': ad jI '"..it' L Isloll i i en carter
luIe ton. i:; ic.i,. l.iirs j'cu iI \. V iytroiujfelit
p,0t V y ..:li!ii-.t' r. S v.& dcs di-lordits ,
t4''" i Ic,71 1.1. 1 .t ,Ouir-J0 1.iiC.A lu;.:r 'iJl.it
i l .t.i i. l .' .:- ~~ '. bIu I'fc jux tfai!is, et
a t cL.A' ( q.i a.;i, i rpoia 1I.:jst-it a lurs ,aI2L--t
I n; *,,L I ('.. > e:.Igiils 4? ;
Qu- lei nuinbi.: idiini ide pi'rfoIni-s, qlui, fans
t -r e Iii s q i' lite s'; niiice;,ii d. les ioiictions
dts 2i ns dc chaunca, ,at doinn~ !iau ine mulritude
ud'.ev.- de conlia.ce it atend pArp tu, r Ct ar rim !.
wuenlc rip a-) v.- fr !s I' ., q ui Se ent eirchir.
.*-tcl,:Lci nIJ:vIaJs qui ui: d.p.us du commerce et
'- l.i vtl' '.Dut I;'. nei>'lH r ,
Qe in. S I ctWt 1-- pluas iib. :niMW conf.itu, ii
-et d:=s I'nctiow, .I lii ..-s d.uit I'e:crA i..c exige une
rclp -., 'b:l t-: i!'; cul., C c- !'u t-lk L If,-7.'It lit es
.1 ci r it jliubil. quoin l .I pci t i i c ..,ficr ia"iiFe
s'-1* .:0 t ,1 tOUl5 l.5 C 17r -is {;,
C,...2u-s...tt i!, uilul'! eil de o n 1devoir le pes[
ir.[ -r. i Q v. cil dllJ [n i ab..i'li h211e egalemen. t
i .i- 'an .:.. ." 1 ,1 ,,. .r.v-c I cr-'dit public ct
Ic-, 'tu'.n -, pir'.i,;..: r.ci s, -a t m eie ce q *i thit:
S b'. La b ur.-e I. ra iurII.-ini.it mfpectee par
ua d. ; enii.bc; u depar.t.-.ir it qui eh-ndra
t'uitu s i.:, .la: ,c cco ut r lIc d.p fitions relatives
l ia ii :t- i ir.i I *illit. de 1. bo';rle.
21. La I aL.ic orJus-,ia:. c 1- b,'niric f=ra compo-
WI- colnnlir' ii dIt.'dinl d'uu cotiinandaut, d'u:i
br i iei-r :. t de tiois :,;.air'id s e,i i!,ibi e.
La clAh ck [ ricUit ,iiorii>-!3 "Ie COlTnlmen-
Ci-nite t r.t i Ii, d- i.i cliuce l. bjLiUrfe et il K w
lri }' loIui ah. uin p 'i.W:.t-, aux .aii' de
dia. o.i.tI-up actwvcmnsii av'umt on aprs ha
bo? !': l p. .- tiA ilo ii ^-j..-oInt les eftlcts pti-

.;". iiiu s I, le .- a: (dc. ei t a'ri.ions relatives
I; b t -:I e .. a ci. .- :'. J.I: (hi I e ;, .101n t adrcff es
S. I- ,!..-. -, _0.1 .i t Aarc .m le des etab;,fC -
,lilll public s.
i". I1 :'- i. ; ,m:i. a l: .w-,.i.- J, la boirfe 'd'eni
'iTllc tP ii. -L" ;iuL ri.ri-;.l- .,I d ,.el ,.: u-.i' les0 ordon-
I'd n..-s t ID l! ; i .-. it'.L liul..i 1 j't .idre pour '-v tr-
1 a.ilt .in a t,.t 0 ,';... id Ie + li11,.' f ait 8 Co il i0 -
11:1o ,' 5 .' q!ui tL-ra |i i nt I' uiific -r municipal

"'. II L-I{i C.. ..l!'.,-'ii n d, -; n.lu ibus les peiuies
,I 5 ; .. )..s [5 id- ii i...', t'..'.it. S perfotn'es,
,utiu', t.io I .:-l,- d2 .:n..u,. d,: f.ute aucunedcs

I. l c !. ,I ,'1 c. I agi .'Qth.' .
I, ni-, it d. iu,- i t .:' (. 't.e,, ion de Vik-
-.- ,: dt'Eit :[ ..u '. 1; ..., n i iil.,,', t ji, ,r '
i '. f:: -.ladIIni.]li ati itn..
i;ou', .t.. i,,i r;,,, r., oii_ 4 .-:'.u,-:?, obfstnvaioni s
I', (IaOI It ,i 4I- _;,. ti. 1 .t' .ii Uii K |IH peut-at e" n.


L'h.t' I ,1 l i. ii 1 fir; (,. il 1 i ) P is par on arrt,
i .h I -l i l r.,l., 4- i. .', arrdt ordo(nne
,. l: I, : ,c- .-. l ,:, .., ,,J1 ..r o, l o .. s 1'.r: p,',
I',; Jasm. hi:, ,-: i. i r'- i l'. h .u S dail Ido imatii
i tul.l.' in t -!! ] '-':. .ik'n' .l i 3n l,.octians, mi ar

'... '.r. l .t l. al ,:, e xce pt. au x
t' --. L i 'y ., .i :, F rl,l, que que pr -6
0I- ', 1 -iS : 1 : '' -.
,', i -i ,i_ f..ir ,,' ,i I'., i c n Iuvent



r. I. l p *1 -- 1' I .d. t. u aic au | s t
a I. ;,c s, .dc- i. d, ,h ,.. e t b
..{.I.., !.," '.... ,.,' '. ..! ,.: *" ,j,-o,: i a. %


I I *- i. r ". a l'k s
.. .. ,/ ,-, .... i :, ... .j ,, h ..:. p }


t ," .1. .-. "l' ,i a 1; ai t la-
t i : i e r
. i 1, r *-,, 4, ,., ,,, ,- .s R t
.*'~ ~ ~ ~ ~ ~ ~~8 **'*.. r- n-,S--.- .eur~e


ages de change tail a ai oli lC p-.!- a,
le ptlbic, cf qili t(c a'en.'ai. Iv .ichL. dkiLikil-
et la. communications <. I.tLi;.aldii t- i al... cu a'q
a or4 on' depuis quilt aiirEiiti: ',1 li I t'.it .L
haut de la aile, cornae on le- voil aujourd'ui.
De tout tens la poce du L bow fc ,.t dus agent
de t i.iii a ete :itmiti ul-- an lieitL iat-.i rat
de police come on pet it-eii iaflurer par Mk, ,ttu
du coileil dtl -4 tpteui' re It-71- 1% n3iovmlue 11 re I N
et ; fqptembre 1784. Ckdt ii 'tn ditc re m. iglf-
Ablii- ItU veiler a la ltau & gnoJae de Ioil, l.s
Ut iblhiln.iiis, a idd avoir inlpieColI ILr uiin i- ec.Ux
oA Ja cupidity puit fairt plhs atf'nentl couinemtt
des friponerics. Les relations que la police enmt. ,
tient avec tous les prepo:Cis ou afens de 'Fdini.
niltration dela juQice, la ci ,.iii;nfl'icc nu'elle acquimit
deS individus mial fames ou tuI'rtts de Ia caiiAtk,
la metteiit portce de reInplii I'objet qu'on auceni
d'elle a cet regard.
Le public poumra done fe dem.inderi, i 1'oct afiin
de l'ordouiiauce, tort fagse d'aihlic's que nois
venous de rappor.er, comiwpet il peut f-. firv-. .
ce Ibit 'adinm m-'ration d.-'s etablilf)uimn ublti, qi.i
foit aujourd'h i charge de e fc in ? Les idi's le
confondent, on lie voit plus la ligni de dimar-
cation qui lipare l'admninitttratur, q:i pr|i7re tQ
ordoolmti un e .bliltshneiit plbliL tC Ct ui Ii i ti
nmamuient le rcpos et a fua fui..e. '1i :uiit I' t ,i .
aura -frojque quelque chobic on jou-. ut n ai.i .
tour ja bou.6;e, viendra t JIioUtLI. s L p.'a.i U'rc a4
depanteneut di police' trAl tit da ti e. -de
je crois.
it eit ftr que s'.I n'exifait d'atmrs dparttesneoS
que celui des tablifemen', public it ar.it iii. li
feul la dip.,liti.n, I'ordonmanuI t la police, 1 .tp d i,
les cubs juiqu'aux hopitaux. aiix granids chb.nis,
aux promenades et aitx th.itr5ts, pAilque tout <.:h
eli etab tile ,.ens publics.
Mais commne il tferait. imnpoffble qu'un dliae-
ment eut rant d'objets IA fois dam, li scUollot,
tans mettre de la confufiun ou det 1'unbli dis fi
LI, l oi o1 le- ptt;I:.jLitAt eii phliLieurs elpetes c.:
tbfottions jnlAilltrat;ies -. et, C'it CC Qtu l'ou a
faith.
Oni a ferti que la police im pinv.ait;ia p.'- ti
rgaureu.iement pri:e pour t.e quti'dli e t aiuriv,;l,
11 uildth divifer les ironctw-os 1qu ,li sL ''tai atuirblu.si
et en faire pluiieurs d D.rei nivin. Di toni It:, art.cli-.
dn plan provifoivre, cete dicioniii ld )it-I t- .1
quelques inrgularitcs pre', la Iki:u.. qua iiuiil.-: IEci
adoptee pour emupchcr la ti umiin d.- tout: I aidmr
traction dans qudques man-r., t t l.r I ofji n', Li
butts qut en re;i ,:l:t i 'i'.I -niv 'l" I .1,r A :. l U i. t.
Ce prin ipe a ete corln i.rev par I atlcu-bblc>c- -
rale des repreflentatns de la ,toluniniiie3 ; l ii L ia.- f
tiont des thsatres, et ie hi .ut..aint t!. n.alr. .1 .
departem,:nt des dta hlLniit pliibli .1 'i lhiiiilene-
iiivoque Comme un i} i. i ii de i0.ttit!Oil. II 2 e
arrete que radin"ni-ifirain" t dirtetnon dL:; ijpd .
taies appartiendrait aaA etahtlu.t its (Iubhts ,(
que ia iurveillance de puliLi tt dr.ti-: iit rIk- rait
a la police.
U. acted du ddpartement de p.liice r,-latit' I a
caiffe d'Efcompta, er que lius avo'ni r:app'i ,r (
a Sappui de cette ver.te : 5tpiol.-; t.i. ;Iao: 'll'ap.':r-
tteC ncI par fa direction et .dl uin lhi iii 1 .ua.\ tt i l-t -
femnt-s pubblcs, i eilclair qu- a 1 ., p-iC '.n ill
add s'a.irfkr pouren tli I r1 -I tI.. s, l. I ra:' iint-
lite en e!o.gner Ls atcroulJii:-iT.. ..Pr e Li
d-lordies qui pourtaiemt t'mr 'i:t[f:5 hn i
cailie ou :e putibl. p-lnd lm qii ,.il.. It oimverii.
Tout *taL, i ,i ,]:. publi: _,ii 11i1. I t i ic 1 r rt
pIt ii i, pour les *erdonii -'. t <'ti l, ri (ii S
lous le dlomaine de la p ,ii,,: i3 .1is t.,liIerwe iA
Lh -meme 4..a;' ,fs droi'. iLi' l..-s l,, ii. ,
avant et apres iotn erection ii l i <:; ..tI di p ..--
Ilktnitdes U. tal ilkil i., l '-. il ii,.l ( .1 i re ,i' t? ,'t 4
Peace )

-.~_- _..- -... .. -_.. .+- ...

CHATELET 0 1- PA (ll S.

Le v. n,-' *,1i 8 iN d lair,- j cn' ii li !, -
tAr, 0 1 5 'MA ..,-%. et Ofs pi. <..', .. .s ,..in t lu, i jJ 1
it a nnimm-n pour coiuldiA MI i )i .i ,.k I. I'i' vo-
cat, -t NM. Gaillard de la 1.-1 i r u,. iii.ur :
chite'et. 11 at?(- i*I .rl I.,*.,.di par M i)a-
trentere .ul, i 4r'-l anu h I .-i 111111'. s pi'p"
ions de ii un dans fes detail *. i',->v.. .'i ..
Le 8 et Je 9, on a c.u.-11Itn aitr riiiimoeii. drii
l'af, aired M ,.t- Iciz .' ii. '.rt oi l tii,?'
doivent' Ir-., j il.inim.Fit 0r .m.1l ti n6 ,, n
temoin0 n'offr; 'icole a ,. iia ii.'r coiLi,.T c, 1'-
offwier fi '*,

a f rni uu part pour en-i-.' It l *3.1 l i; il' ; Li
v r-fion qjUti a .re qu'on cli-. r, h: a I .-: jrorL-!i .,,,i.i
line l i i a eIl <,.if'i,.. h d lr. "t;" ilh; o 'l- m ,
L e s t f o tp o. i bts b U .V* an !.i l u tihlf,
b wI( 2 ,I ma i l
.pour oi i. d- mainiteilir iIL Ir .t i-i f :,, iii .1
des ii.,y:i, i a ue a curirli'4 ,-ii a o oib,.' !

y foi t i:n rui ,. c' 1f i I ,. .Li ,,i, i, r '- !' r ,.
f:os l.rteurs que htous n. 1.; i h i.n-i n u' -A ct_
tl? "r {'rbi~ tr les dv Sneo.n-- l* i ",,t a,,:,;! 'u;< '!' l e
dPu: ratiec public, pbrce ,u :1 u.', (:i im|o lbT da1
de therch. r aox l'. p n c .I- a -rmi tii. .i .
q i ne peutI a'vor Ol't fr" ,.':." ,' *PtPrl'IrFe, 4' i
eiL p.' yIc lanis da -,..















La fecone de fia venqdrddi dr ier, fin c
rtoit public, encore e, plus d, f4ces qu-t,l
Smiere tin ds mbrceaux qtii a e te k plus ap
plaudi, celt c Iuide 2a juiiice.. ; '
jaliheiireaiiener, dit M. deo a Crm N Qos
2vons eu ufqu'a prefrt ds iders fluffes fur l.-.i-
mniillradion dc la juit ce irous IavoI repr,4dgde
c omm!e un attribute de la fouvel.nItte', lo.lq i
.oUs ne devions la confiderer que come une de-
fOs'charges
.Les rois n'accord nr point la juflice, ils'a dot-
vent didk lat Ia prcmrce dette de iA piflince
quli gouvcrne ,
Tout prince, tiut mionrque quir foffre qlc I'on
veide.1a jtpdb6 d:n tsfEia ats fit payer Tfes
fujets ce qui lur api artriit. ,,
Comment rcocevoit 4'apris. ces vdrits, que
'des fouvetis as aienti pu .it aginer de transformer
la: juflice enutie ferine ,d'en u v.nre les fonLtioos,
de mettre'un impat fui la nd.cefit de l'obtenir ?
Ah! combicn is fe fotur el ignes de Ca digne imio-
tearque Oi 'Ai -i "odi ft.mnt au pied id un ch-ile I
yi.tbliftir fon, tribunal, Iavafrt [pur dais la ctll e
d lfarbr qui ie tcourait. de fort oibr. i pour
ecotte l3ailtour et le rilp ct _de fcs l tuj t', p t: r
S i'l is, -a d' ditrur de, t rai on et 11 boutt
(ie tIn cot'ir, ptour atd toir fatlt fa Nation
qui venait .api'la .dir a C.quit de fes jugeme s ...
Si ces fiers barons, fi cts gr iias pioprit- aires d.L
fifs avui-t, datis kurs trrres, nitte utli b.I .. :m-
p, s'ils avaent fu s'y crrr un v6r.table trwunal
t iidtice il s'y 'feraient maintenus penda t touted
i dhurie de la monichie, pace qu'il n'et a ecnc!
riffance r'-,a trr capable .d'arachzr a h veit.1
Al(on ti.pire, et 'de f.ire p rdre a la bone toi
ed..ire '.ifceniaiit de fes lnimer. s maiss aveu-
gs par 'intiert, au lieu de ms:tre la ijuilice
aL nonibre de lear dvoir ils Il'on mife au noin-
br; d- leurs redevnocLs -t is 'Iont peidue ainfi
"rgi iourcs cdles qu'ils avaic:t tfurpees.



ASSEMBLE NATIONAL.

Prfiaatence de M. l'abbd de Montefquiou.

W7IlB DE LA Si ANCE DUI 8 ANVIER AU SCIR.

Suite d rapport de M. Bureau de Ptify.
M. le ripporteur obferve qu' l refte quelques diffi-
cul es fur, L' partage, mais qu'tles ne (ont pas de
atuir a miqmuietr far kur fulii. ron.i.
Le Bourbonnais et la Haute-Marche, deux ; Ia
Balik-Marche Limofin er Dorar trois ; Lyonnais,
FortZ er Beaujolais, ,un; h Corfe., un,
Total ,-quaure-.,nt-un dpartinens.
Le rapprti eft *termin i par la demand de la fol'u-
tion de quelques quelliois, n rnamrneent i Ile D.iu-
phin pacut rl-r en unil ul departem'.nt, ayant
,o hli..s de surface; Ii le pays' dAun s qw :n >
que tent lieuesu, Icn peaut 'foraer un autre de nm&ine
que les Bafques avec 40olieues. -
II demandeqque d'ici alncrerdei rrocdhin ch.qie
perinnent porter le tableau de fes linuiies, finon
1, co, he les re'taceraa hti-nihe, et les fouinetera
au.ttg.iment de JAflenlble ,
Qii' l r..accor.ioe comite! d! divilio'i, tompcdr
duit x de ce ioois, une heure chiqie i^.tie, pour
Idir' j ,gtr les d'ticuIlts qti npliuraient pu cirrc ter-
milee de concert -
Que Jes d-puids de ch inue dparternent fe-pour-
'oir .it le d.ux exempl.fi'r.< rolledd fUr toile ,'2n lii.
feplepirec, contenai ks tiikeis 'dut dopVreenielr
<4. i trit s i et de ca tons, 'ig's d'eux dont un
rdera jatx archiese di '.MAtfe-,bl& "arl naie, avec
1., iiiaj.ur. deo (ouriiirTar'- 'Fauitre fer envoy a
(~La!u- *iemm te d- dipartemenit 'potr tre depofr
dais hLs r, hvLS. -
re r.vil obi' Irc lts ppjau Jiffcmens de'IAffem-
Ce '.ai. en ,rdo or \'mtliua. ....
s m3,a:irirts dI la crharbre ded vaca.i-nr"4i
Pl'r.linit de Remnna one rinroduts *a 1~ arr.e.,
M laI b rfir e I btir lit le dicret qui les made
h la Irc l lo a.re eluit ,l|a plaft. '
te 'Iffdr. ,, Mhi-ified, P"Afftitbt.-e national
or o n-.' toi s tribunAuxda rivaninc df ttanr-
clrir furi leuk repilihs L.Irlfetard'et r:n* r, rin-
rahfs, toi..es ler ,is qI i 'tur fi rf .nrt a lles
Spin'anqt.vout avrt r fjIe I',rrgi( .,er-r dy d.:-
1 .... P A ,. 1 s v.uance, det vorrL-1arlemint.
^i.i *.e n rnne doa ce refuse .volit
.i re r,.3 nr eil ivaor k-s.motais. Coi i'ncwr les
m nriutvetde*,lI s ar,:t..s dans h.ur execution.?
iS -lce des rlitrats rnur -j1s scele de dAr >
da lnpe fle ? P' ftle,: Afellee,, ;i.
es,-i,. ndr.s deital co~ eitr.les pins grn.Js
j ". ayA. Ts erttindie, et fi la prdf'nce du


cfrp l~g1flireur vouq rapp:lJe Inifiexibi'iede fes Etats-Gdneraux fP r, nt nome, ?. atharge* pId .
yrrcip-s, i oLubliez pas que vous prar'e' aju.,i fetter le cahier des ,gr f, Ju la ."-ii'ch.,i,. ...rd.
deva- les ptre-s de la Patrie, toujiurs hQaureux de s*y co'tinner furtout au.x articles conlitutidonndls,
pouiolr en' cdxudr l.:s en.ins et de ne triouver de (onfi ver rfigpa.ufk.ntii .s dioitt. e fran-
dans leurt tort que Lks garemens de leut efprit eat chifes de Ia Bret..ie, notamnent fon d.oihdecon-
de finmles eireurs. fentir, dans fes Etats !A hi t* 'n i-r ef toti" i/,,U-
.La p te ift cdlonnW ~A~ M. d Lahouflaye prst gemint dans l'ordre public de ctt province.
fidept de la c'lambre des vacations Tous, ces cabhers Metfieurs don't vouis dres Is,
; d6pofitaires, nous ont traced la routta Iue nops avons
M. Laho'iye au nora de la 'hambre des vacations. fuvdi et nous necraigons pas dete dgre aui re-
lrefentans d&une Nation loyal. et 'gkn.'rle ,,ils


Me M ieiirs, impaffliblei comma la loi don't nous
fonimes Us orgares nous noeus telicitons de pouvoir
donrer en ce moment an plus infle des rois un&e
grade prnuve de notre foumiflion en expolinit aux
rpri' ,rr.,ns dc la Nation les motifs e- les tihres qui
ne nou< ons pas pernis denregiflrer les le'ires pa-
crnrcs du 6 ; noyenibre 1789 portant cont'niation
des vacA e, de t us les parlemnens du royaure. 11,
n'ett point die facrifices ii pat a.T-m pen'bles 'a de
Rde1lesfjrs ,1orfque, coatnman.rs par un morarque
vertuep is ne fo.t rWproives, ni par les devoirs
ficres de la c.nfciqnce, n par -ls lois impirieufes
de Ilhoie- r.
Les lcrtr 's p: 'n'es 3u 5 novembre taient adreflfes
an ar.enient de Renncs, et ,nous- nen etions qu-,
qu ti.-ls m. mbiL s iiolds nous ne formions me1e
us1 l.i ch.ini,'r- des vacat'ous ; le term fixe p.ur
a. t prcede-nt: e Ie ii'x if ait pis ; et s'il fallait en cre(-r
une nouvel!e, le prleiniit en corps pouvair feul
enreg ii er le ti re de fon tab'.itfmetic.
Nous etrins difperfis dans la province, et nou-
doion'i.ns a nos affairet perfonnelies le peu .de rerns
qui devair s'dcoaler jufqu'a la rentr6e da parlemeirt,
lorfqui chacan de nous a reu une lettre clofe qui
lui enjoigoaic de fe reudre a Rennes pour yattendre
les orrzs du r4 o ,
Malgrd la distance des lieux, nous nous fommes
affem ibls le z3 novembre. Le fibflittut du procureur-
g6neral nous a prifento les leat es patents du 3 de
ce mI is mniis nous n'aurions pa Iks enrc'giftir!r que-
pcr ini arre6, et notts etions fans caractere pour lk
renire .
Un motif plus imperieitx encore s'oppofair a
1'enregiftrement de cette loi et de routes c:lles qui
renvertent 6galement.les droits de La 'province ,
droits au in.iint nn defq'ie's notre ferment nous oblige
de veiller, et don't il A'eft pas en note pouvoir d1
'confentir i'aniaatifemeni.
Lo'f'.u'Anne de Bretagne epoufa fucceffivement
les rois charles VIII et Louis XII ; lorfqu- les Bte-
tons-, affemb Cs a V. innrs en I53;, confentirent a
P'union de leur duch2,a la couronne de France, le
maintien de leur. antique-f onftitution fut garanti par
des contracts f.I-nn='s, renou.'clles ta:s les delix
ans, touiours enregitlr6s an parlement de Re'nes,
en vertu de lertres patents, don't les dernieres foint
in mois de mars 7z89.
Ces contracts que des miniffres aubdcieux ont
qtiiLa,..?is enfreints, mais don: la justice denos
rois a toujours retabli lexecutiion portent unani-
mement que n ,on les.-,-r ics imnits, nmas encore
rout chatigemient dans l'ordre public de Eretagns ,
doivent &tr confentis par les E1ats decette pro-
vince. ,
.La neceffitz d'ce cofentfement fur la principal
et en quelque ftrate la feule barrier iout lei B etons'
,OppOrg, t fi t,,,.,ag:,oi n rit aux edits du nois de
in i 17i S et notamim nt a celui qui metrair to'is
les p rlime't,s u royatmne en vacancies. Cinqua.re-
qu.itre dpuit s des trois or ites, envoys a la cour
da tbate kls parr:es de la province les cra,,niitions
intr.rn'.-dlires des Etars et les corporations rc;lame-
re.iit on ninei.n iLit cette loi conft tutionnel e. Tous
es avocats d( .ilerines don't plufieurs Iiggent dans
cetts Alf ibl e halarent alors an roi : vous ne
!aifferez pas fublifter des projects qui ,. quand ils
1'ol.froraiot que des avanrages, ne pou:i.veni &.re
e ir'ut-s'fains l. confenteient des Etats: nos frin-
qhife. tfont d.1 drois et non pas d s privihges,
cohie ,on a p.erfundA A votre majeftN de iei iorm-
in r poir La' reudre nim;ls fca ipaiktifl a r hs en-
r.inir.'. Les <9. ps Ont d.s privil4.s, les Na.ons
oq des diitis
Pour aitorift lei plu- meant de Retins a, enre-
gf. cr fans le conf trd6ent des Etats.d:; h province,
is.-oi qui a rirnio.nnagi os decrets il faidrairt
Mefliturs qu'iedl aicr.,nonie i f.sfta-:chfes er
li'b:r.ts, et 'vowf' Cez que ars les aleribL-%s qui.
rn r prntdd la -otr*-,tous les'. iutm-a-es fe font
t,'.is pour le 'minienr de ces droits inrvi.labt.s ,
ig p.s r. r1nt *- .f ndi.s 't qule n s avoids
1USO,,. ,iiein ]'L rc-cimer a;vec U M Ale' i petfe-
v~aa .*
\'~ pa conrinilT'-4. i yvou des deux prerniers ordres
.raffetmbblisashi Brie,r' Le eccl fiafiiques des neuf
;dlocefes qui 'ouhs of t env y de di Iut es, leur oun
cnfi it de (Ir iTk A ttIlir.,s sat-tsns q 1ue l'on
,'utr.lit porter ti prrvg:ilves Jle h th..t.igrw.. Les
,cnrirmn-'s da ~e4, de Nain.s Dql, Uinan ,
.0-fe *F'/ugretl, .Quipe:lay Carhix
('-Tea'nh, qif'e.orrfzif'p'us des i4xj tiers de la
~rovice *fe f~tei' t it.s phil imFpr.tiviement
ir:crtre 'daon leka c..iiers. L',lffeiblbe.a. artr6td
ilit'la Cfinrhculrie de Rendes, qnja cs 4d'itds 'atux


fixenvt imuabklmenit les bII '%s d ,,, jurfq's ce que leq Etats Jo i. 'i',er.igii leg ik.-neint
afl*embhls, aient renounce efpr. flirmi, au droit de
confentir les lois nouvcll ; vuiloir les contraindre
a 1s accepter ce ferait une infraction de la foi
publique.
Telle a done etc Mefficurs norre position. Le
parlement en corps pouvait fenu enregifirer les
kettres patenres qui liui draient adreffies e't nous
ne compolions menme plus uine chamber e de va- .
canio;s.
Cette lbi, et toes cdelles qui ont 4 -rendues
fur vos dicrets, ne peuvent &tte publiees en Bre-
tagne fins le confentiment'da 1i .pro, since. Les trois
ordr--s avaient riclami ce drcit inlhrent A la conf-
trLution ; kur i ;tentron connruie t.,t pour nous une
Joi inviolable nous devios eviter 'tout. clat; n(:us
2vons fidellement rempli certe obligation ; mais
co'mptabl.s a nos concitoy,.ns du &depot de leurs
druits Cranchires et libertn6 nous n avons pas d'd
tes fcrifier A des confi.-rations pufillanimes.
De vra2is magiflrats te font accefibes quta une
crainte, cell de trahir leur devoir; lorfqu'il devient
impofllble, de le remplir., fe dkpouibler.dui caractere
don't ils font revatus ellft un acrifict ndceffaire. Deux
fois nous favons offer ; deux fois nous avons fip-
plid fa majefHt de nous p-rmattre de reporter dans
a.vie ptivdele firmeit ia jamais imniolabie de notre
fidelite au monarque t aux loi. :
Vous approuver.cz, Meffieurs, ce fcentiment, et
lorfqu. vous examinerez les tires don't nous venous
de vous prefe .ter le tableau, vous 1econaitrez ,
nous n'en dourons point, que les deux Nations font
egalkment liies par les contrats qui les ont unies ;
que ces conmtats forment des eng:igemens mutuels,
co0rfentis librement, et que la France p'eut d'autant
moons s'y fooftraire, qu'el e leur doit une des plus
preciefas' poffeltions..
MM. Chaplier et Ie vicomte de Mmrabeau de-
inandent la parole.
L'Aflemblie remet la difcifion au lendemain.
La fiance eft levee A 4 heures.

SEAICE DU SAMEDI 9 JANVIER AU MATIN.
La lecture dn proces-verbal eft a peine ach-vee,
qu'un mt mbre iemarque qu'i: n'y et p.n f-iuc menrion
d la d-.rniere parties du difcours de 1'oratetr de ia
chambre des vacations du p rlement de '.noi s oA
il fe trove, dir-il, des expretlions infoleuits et
injurieufcs la Nation.
Apris une I-ngue difcufflion pour favoir fi cette
parie non d6poiee fur le bureau fera d1,:i,'il I-
an president de la Hfouffiya; il et d-cide qlt'il l'y
a pas lieu a delib.rer.
Le miniftre de la marine fe plaint quo dans les
divers ports da royauniu ls ouvriers de'mandent 1
travailler a la journee ; qud en rifukterait ule tlur
charge 6r.orme de depenfe point lIe gonviiiit CIMO.'
M. Treilhard lit enfuite les articles propofes 'i
veilhe pour facc1elration de la divifioh des td.i -
temens : ces attides font aJopt,4 ,i aiifli q.tls
fuivent
10. Au mercredi 13 janvier, les deputs des
divers dopattemens front tens de produire A -Af-
femblee le tableau 6nonciatif de 1-urlaimites refpec-
tives; faure de quoi, le commit fera autqrif ai les
fixer lui- me. '
z. 11 fera accord an comnite de confflitutin urule
here fixe chaque iikCe 'pour fire P'AlTein-
blee lc rapport dcs ,'iviinis qui feront.aitrbrd'es,
ainfi que pour lhui pictiner le tableau des d4par-r
temens terminus dans leurs fubdiviliions, afin qudItle!
puiffele decidtr fucceflivtmenny, a mefure qu'ils
Ui front offertm. .. i
3*. Les dipuits de chaque depattemeint fernt
tenus d fe procurer deux cxempl.iics de ti opo-:.
grari-' de leur d&partement compofes lur ia cate,
de l'c:d'inie afin que de .te d n1 exemplairs.,.
Iun foit depof6 aox archives de l'Allembl6ee iatio.!,
riali, et 'Pautre dans cells du l.'paitMment aur el,
'ell Aippartinjiya.
On lit plufieturs dreffes content des tienogtrags
de felicitation et d'adheion a tousies decrers de
I'Alfemblez nationaie.
Laville de Saint-Germain-I.imbron Efat don a Ia,
Paitrlied'un coini:,t de rente au capital de troi,, mille
liv. et db freie annies 4'are'rages et fes habita',
promettent de verfer FI r fin; pouri affurer I' cu-
tdon des dbcrets de l'AfIrrib:ee.
La difcuoiinl S'ouvre fur Paffairet d parlcmer i'do
Rentes. I


v -


WHR" MTN:,- ---`~-~"""--











:.: e.., V .. Y%,ua i-nt lit N -ldu I .,J d i dr-. i.13 lrc fe ,frilF. Si (r4. 'o3 et ,esII t, onil dan r "t,- d0 k d ,1s ,ki, I o d eho d
it .I d ih,~ r a d. i ; lIV lo a ; ; ,- I nt 3 llL ,'om p kta .ik m'u .. Sl -l i .. ais f rVi le ii .i I
d o 1 t0ii i, e L ,l t l ., l it-- .i t ,.ll.' aI i -i) ,poIIt, p Iu d e I ,I a o" n i e ? u a ll -e d lo d t l ti t v i 1 u s. i n t .r. LiA ,
.,uiidilt- d t 11,' ," ia. fi:y '.. aiu 1 i, t : f'.a l i: il itu1r ats n ot b les Oi d As d .s n o bles p ul (1< ,
t.4Ilildlin ni, l. ,lli i L'btiM S iu i s .ll a .s 1 L 3 l-l. V t d f,- I: is -, m1l le I P c e. V o I'i '- q 'i a' .lcnll tst fnt *
,- .da ... l lU'il bii I, ,:L ,,,,-. + ..^ .'r .- pJ> I.iantI i iti s, ., Ii.I t. -, lid,,iu.s (,i i que les I rai- chives it ur e i .
,W I ". Kl nigi ttake I Ito ionn .1. 11 .N- n E t: oit, I -11S Icti ll J411 11'.. Rif'lO
, o .11 ill tI ii aL r. iIl iii iic r il Lt o i t I tbl le b t.1lsi1 ii'i .t q 'll ii -ju Itllft i j1: .frIJW l1 1 Ac p dies d I1 .r aL ii ai 1 n.
an 1I'iu pa, ,..-adn, il. A iO'i 1t if ili le uhe.d l -. f .!.iiic.;tes fi it .iiieph ....... )a s cette ra fon s s e l e I ls.ctIitn qnin .ii' ppelaltie 'a ..
11 nill'iis 'Ic a"iys eis dual: ii, I;-: I'L-n'i nit i I l'vit'I li111 111; 1il'.1;: c.. C t i'n fle chie et il d f VotlUs p L. iis. iU .pol itM .
ti l- ib ll, ilfibiltu ot .u Al :- p.l-N iiln I ll.iil.'itn '. Jd p.i oti l c i t i. n, lo., isj r rOUn utie j ie r :s i tt.ts e i.is hntlrgmes
li-,ii ," .It ', i: i ., I'-Ai .cK L(tii tio Ve .'O e de ,mn., j d.v nli t'- Ic vic u 1 n s, ., I lin.it.i s paRe Coltttre la I lchol, jbit, uc iu t ;i c ,tibli-, par a
k'rci i, 4. lioic ibli:. tu, t.1lik tr:l'.e ii. qlM nul u voVit.nh lib.it" p1 r .u-.-r .a la 3 'niaI.s Per: ple qui les a pitt'cc es Co irvtl- Iur iilptL.Ilnt
ii I i 'is i .0 II dU d: L cln d. m Ii l oull r ildT' .i i It b i 'I ue 110il.a 1 0L 1 t 11' I Lv.''t1,I 1 ,.. '-i1 i .L conduit et conltre tu.ain'ii ', I ,-ur ralu a (
itce :.1 til I .tra:l ioinie? td.i.Ji-3 S Iie ',I-ics I tli l ( .l i ,.I ll, 3i.>b vi.., d- ,, dU 1i.'r i 'h- au d-.'l fi io de v i>. eI ll,.irilerr ,i'.-ir e)lipi~e. j i6 e
biLJ (E's .iiliilll i tl 1ili.. ti:l. i ul LV iit: tit i idhI 1 iav .:C Itill -H:itl:l it I i i ,n re dcr.,th.. \ouis en donnerai pour 1 1 'rctUVLt.- qte llSd.lnt
, is deiui lcll.c. lc n i. W1WI it ,i' ,l 1',.i eltl Co1- bi u e v iill- 1 tKit il tks ~1 ituitions, C1'el iotS dtu i.i I(l I'S pri.t noii(e is. r d, vain v( s. Oa.
Rio ntit ii Ls E t.tC. (ce I ,i'la I il 0utlattL '- iLrOt'' I' I'Iw l t1111t d '- i'At 1 Ii )Julti de certe at ctl t iield (i .- soup..Lii ,qu mtl ofl ro dap
fl ielitle p'liitulii.l '._ Ii > p It .iil L., 111 I if-.' i nbl-c ; Ie diiPi' <. il.ln. i t I'i laI hi conv C Vielit ai u cOme vo t I'hnilI ir et .a v1'IttU. Ma.t c Wi et
crati oi iit .ii .miciti. d i. la d i:t. e t : io, o at d s jliinhJm .s libi ert a 'll point d. Ilsl!.n -C. pasD fultlient le irime da qu k !:s ,ar'tkiiules
,trti ,cule Iou- 1.- deUi a.ils c lt.ri,' .-i.r d 1 Ill.lil. L. [1-i; >|e ilir i.ii, .1 1 h nc tellti .e ai des frailn qui doit atttirer vot-., av't~ iiunl 1 .ntj tiiii,,S
t-11f Ce I~iiL 11 ..uv il d.1011: eLie VIOl.: I"! Ik.', (hi'e ,ji i feBiel.?tint uil ---. Co tr_-i I e iii'i ei Breeton troinpe er Iou Lev>' ., ha L.tiiS dis (1,r,
nmibibri. I- e la ,d .i..iili dc 6c c. ci;.u d i tiA.rllAi aVe t .':,iic I Ie deflottm ..s, i nobl:-s. Quiid le pagnes trosparl-im.ns ieconnia 1 t vo, loi.et
L,. B cltagne. I't;-,le I .il.',ii iit.Je IsI [ iin -g-s ell-ce aux par'e- itt t' la plht factiei > la pIl is 'litin ., .. ToaI
1111"I.11 COun iEn k. coun|a .in.[N1:1 ion,. awn ,, m aci ?P ow ers h pint- 6Cuc;'c ILIplus l 'livi.r.
iuiyu O'j c mrmnlidi 1: colintit 31. 'l* M31 ln. aI .1 tI iii .1 I c3 I .u ;I 2 annronee Ad "s*pi Utonini'tu U. vcrit e1 l p l tti-u,
i1atloil ourt ce c imud i I o i c d:. e l I .s ,.1 L I f .1 '1 tui i iu h .i l 1t i l l i if. e fionlder le 0i I.
LOil'c (IOu1", let I1P" ;t': 1.t1l : (lo1I1 .1.1. el.l v's.\ .i r'di I 1 : I:' d i d 1 ir .,nI .,i iib..e d's C nil, d6 puti- ireron .l j.i dil vOus prfrai,
'illnihi e: tie ic ,r I >.'li-. ( iLll dLe< ,.Jiil+- 1 11- .6.i.-lis i ,,it c ii.lct lg .. -1 Ol) doi'd Crtiutf.ue nl0o s d s d -te cfw '. p.Wit-- I L!,ii :i -,' l :.-ib -
I. ii. ires. L. s d-i.:'t.o. b -it s ,lr i .. I ,.lc- 1 I i,- s 1,1 e ',lI qiue c- Eit.L s?Huit outi ii. IJ me borne r..iplir ci: J j :c t l "ieoo .
prn I ipe qu'.i i' po di i i n l',,. t i',i.- c ii : i. i. I: J i idve i- s, .d d ,i ,tA s d d di lI i pas de d tcr.-t; an.ai, jc- usI.. -:ii lt |iir pI u i te.
M t iiL oiiA tcS I- 2liice. I i'. irhi., on t:e .le to I,.1: i- i,,:6- It.\ o :-.-yViqui.rAntdc us liiommei repre- tl.rve expreflfe, C:ux (tiii Unt autlt' du.tt d rin
stiu rat d. i'i'i. lii di 1.a':iomiii'..-. l: Ji k.i le. tam d u:. diltiWns d'-ndki\ituis l I0uslenomnod Ie d j ei aient'lt l et ours. coi; les n,.agia
I-, du r.ilbOi'l. nIi. Uni I tit d: l-.,. t ,i.ai'c .e 1 4'i ..U.I d i .d .tI ri is Ietit. linaque chal, bre cc -*tables".,
i l nlct.it pIs i,.- pit Itc. c iltic-l .1 coii111i. .1 .iliii- a uli .... oi.' p.: qUI oi l 'Yo e -t que la c iof-
don -c pi ivite J., <..d u< qu-1 iI ui.,-N1.i r. L. rituton l I I.t u mIine c l que les abus M. de Cufline deniiaude iunprihoni d.: ce difr
ploce- a v ,ill IA inA l'- ( l.s 5. lI -.'UcS ii i ll f.- 0om 111 pliS .icdI r1 i H(t l.i-i Lt plus abt'k rd' e co ts.
V'ill .,it'v l i IC a l, l it.n u ,1. lI.i' i oilon tt .c 115 la i I a ItK dI pelu: I .li ,k.- I..s ido de plus ty- D'autres m-mii br..- dein avlleni t i inpr thiou de
.1-c queI. :UiS .>, .I Ilu uit ,.il L 11 t11 loti qu i.s n in ,niu..i:. Ct v..us .1 ne. i nc i.l1 dr l'.\i.-le :ia' .,: lopinioi de M le v Coniti de Iliiabeau.
,.uv i roi' cilticilIdie. .a 1 u.'l ., C 1iti t i r t ,rii.-r dr AL de-juge Isr
J. Iia d.'is uni, I l iue do' i. (h p li.,, i ateii iiihtiotiui s in lli ,d~ qui dlivn ir e le boioheur M Dhpont. Ces deux op'nioln doiv'urt rt'
d Ii p t iirii .*, l c ,r-,iv CE ,t'i1n qu : d pL I e l' VOU i' -1 d.-,ruitd !t: f~. rild c t, profc Itt its impriin&tS daris inidmr (ahi i: p.ur _'irtr:l'lr d i
i.r.',o I i .u l 13. id n -. ', I ,1 .*' : 1I-L'L ; l; S .,'v I CO I -1+ A e _.Dll it titl N, et que prod litrait in'it iibl,. tiil r I Ivoi 4 ll liu liC in i
:. C TLt c. L ,l' IU '. i i l _i II., u: .iii ', nl I 1' 11 I O ,i. ill'i ..1 ; c.t .-'- tLi bl .'* dtraue I vcto las.tre daris q ,-A*.;t viinces.
d it l.- .f.,liJ re c,. i.,m e inu ,-ct .. -r" I, i,-. i." l,.u: 'U e t.11l. de.aiande ei L'.\fl,.mb.i e ado .te c~tic pr ypoitioin.
lt.tl i. i, l e i i l tL t
L'All ,b!A ae .l ..-c i onIuu I s l,,...it.. J- I T fPa'- L, P.ui t r;c e- M ne 1'.,l iri p s que ces Elts f. le rlf entr .:', Ii ;. ,vfl//I i.ii mnilbrs d
a.g', e i <., c ,cC itniii q I [. .. alki l i '. .; I i c I" IVY .,11114i,[ Ill .,11 11,.0 A ,1 1 i,pt i ,,i.. prochain i l e parle ntt d 1ff-'.- e i-e 'i.l nt a x I ltcei
qttgnc It I i 11011 t il i i. -. I0-:*.d :I. loltt ti .11 ILI IC 11 '.1-k: c i 7 u J- pa e de le lit3 i lit n IC i e
0ui 1 a i Ihuh 1 i I,, ":l 6 ., t i I S I "t l ,_ .." i.": i 'L .iIf.nI .k ,Ic tl., t-:- ,I t' .:'-: li,:l S ,1 A eyprim- ce a a place de tetl- fot'O i.> l qti.il e i'-Pr-.,
I-i Lt r ,: -. .h- v.i \ v s iii, t ll I t .ill .-il n if- ,* o ,- l i i i
S :, ,\ il, -i i pil i .1 t l ll ( ou r. l'pen ur- e ent Ti'::it zt 1"IM.n i ii Ul iiil' 110111 d31 d r:vi
I.; d I .-l i] ,1 I ,1 1 IM i l .ci l I, I i- il. -1 1 I '1 t il l 0 i e.kes tie Ia pr1ov i l. .- ci C.s nu-
la ; .11 .11' .'ii il P i t I I 1lu II n doit ,upI Ls IX N.1s Pc fIsl. .. aitiep'ef-ith ytats vrtue. x 1ak rcm io ., wiWl t u
:.hA i s ni cte .' t c c. .,i 1 t ,lu tui 1 i ? ti t i i in..n. le iI 1 l-t i ui'.- e Im" t. Le i nobles, ordres dii 'r i... .-s 1. r d l4tLA:I ibl.: I',r
llli te ,' Il ,i .t- lii I: .i.S: tl IHC (>i eS 1>111i13 t-i 1i1 etIe doiies pat V i_ i ,, ic iiili !, IS L,+
I) Ik *,, II I .:* il : :"P F. d: Ir: il .IUlMiX ; 1I r Lh.Id,.; ide. rC1 1 sC S dlui ar0 <, an etel donnas p.ai le Ni. I A vit .n.en i us. us i.
O li- '*- *.' i I t tL p.it1 i .. II'- i. ll i i I-,.e lip i 1, iiltil C3 ,t I, P usl louv lt par tin qu('ils fe fontll tr0 o '' 1.i't (1is 1 liutii ill LloLIc .t1
Sit r ,., i ,,a t~l, ,hi C u ._ ,,, .1 ':11 III 'I[ii 4. :> It'il' li' i ) d _-pLt:' d.15 VilL S ie p5OUVOitf' nl rH' itlT. r vo,,!< r. t<. ILii. 1 1 v l' 1u
i 1- *s' ,n Illl 1 i. i '% dI: d l n d" i 1 .I s 53 paip i ; I par i e it" 1. e iei tIr ient.S Le t- L>s I ,o Lk it l dt d s Il,. ls ( 11.
I !- I 1 .- t i .! .1 i l-d bu ,i h u0r r i,- I A n-. > ., i. i ,' d e a I t 'e L+ c t u t i
b ii-.f I LI -itpL. d ciLi '. i .v .. ,. ........ i t c i.ii, ei.t ,il te qu. ,i.t et fa-.ee n lin .1 i, ls (t 1qu I. ii '11 "1
lI i,,I ,i. ,g-1 ..r i ,.c1..... 1- ;, l. .- .V- c h -I ., pI ci i P i l. ii I'. i --td,.- Ii' ,c hl,:s a violel e dccre at aa tieA s q 'L l 1t" : 'url, ll 'ia 1
. y i -' _', 1 -1 .t'.- -, i, 1 I, 1 I i i '.. o n- I .' I 1 ,i t 'l hl'*"t ,AJU cE k c )i lent' eiti, des ti 13rt oii. teh ClAl -, iv r. nti s k' Li i.L.nc Li -l.t.I
S1"c" 1.1_ -. l i..*i'. n ,, 1i ,'1 101.c. i l- L i.,. Ih, lot ', .:s m illd s. ewl e. a. a cesIS .ncht s 'e A .oit .r l.ri 1 ... s h s |, 11It.'
' '.iiS IL .'.- L 3 I ..l'. *_i ili.'t d- .., .,i i..!i ii i. a .. 4 | l. u o. ct s o en t t, r -f fetlta it r i-..tj. t l<'t o ,, .iil-n-, l. Il n"
1 i.- '. i i .t l :- I q' C il I l. i ,d iip i, ll i,,i l d. ,,. i a dit qa'. ini et ;', it i t l s tan ," i ,1ul.iii It o tl,.li.l
' ,. -. i. i. i ,. 1t I I... .. !.. 1 1... i_. i !,, i .- ih ,, o j, ,i in i l'.ilrt d 'AL i re coniC ,t. ,ue. c e t ia itit' dFi ILI.I'A ,t A 1 .li liC d l ir
L'. El d l, o.-l. r )i. l ..,. l lit I, i, ". coi- -kiLi- rp.,n t- i 1"" ,hs, ] l' .ti,,1 on- n t-i,, i n e ,t t. i.E ll '. 3Lt.
S 1.. i., i .-i;, _I. 1.s0. 1 |. '1 !_ It,. I' lJ r. i* .ii ,'.il .a '.i i i t a s e prt- 110ne li tal C $ i tu. 5 oiat 1 li.i.- e 'I (u m.tt i
. i p 'C, ui _. .1 1 i i. E ; t f i v i i- : :. l l I ,' 4 1 ll : ,i,- I 1 1. t t .Ce.d .ill l t 'L is l. l i t s ti,, n l. tn o i i l, d r 'ii t r' ,.


J.ll I.- lL JIif r 1,.: L s1 'nt, sUret*sTO3 M E d s 3 3M Y'lboy" c-iaI I (W iw
_ 'l i i, l i,1,- \ A:.l l. ii ii i 1' pinei "- ..iAi' i! ', .' i'. ),tii '. ,l aU .I 'iir ,ic la atiof V"Wc %t i la S i ..r d',eii..I.. .idll hio liq ,'l ii',ii .t Int


.131 iii? iiid 13 ;g'j. le a' L I S 115 ~ iie COE Mt -E C L 11111 i 3 170K M oi rt ililet
i'. i i li l .,i; : l \i. ... I ] CJe in t-s liecrets il A t6 S lr obt4 e. I-.I l l n .. .=dl 1 1 d-ntq. iyl '



Ii th rI.I I L 1I..H.. 1 01 .1 'I 3 e '- 131 W %IIit I. d' -- 1a p 1ir fl yut i eId; qll 4i .- ( s [ .1hl,]s I f
i .i i.i .,t' I v i t ., nt ., J i. i- L- ,. | I] .,: i.., ia i f sflC i t i- .hu,:iixs diia' eet s t."'- du l.'ihtii, nii d I (. riItir?


Fit: Ii Ic AL.CI"i1 ii ti' 1st ". p' ; .ICe ig e g be cd urrat Aon piA 1r- is lv i doae tl r 1 t9 5
.11i3: 3 3 i ,;iIr,' St. a, -.'. .i AL.Ji .*- -', 3i 1 .ll u l i. 3 'i. ..... I. ',, i | u -hi.' .., a; ceaif ini i. l t Oi ;t till iIf l lt d;it ..( p i i ni LS nia,,tlj
,l! ili J 1i Ll i'i:i1; i ." 'i l i.i h ,1 'i. ,, ,io..L :. ,,it t.,..',,, A M ,-.i ., s i l t i t a lI It1e n Ia fs Iii i -inf, i.1& Sll. .t. *i* L lI li ;h* it ; 1it '1
,, '..- i. i,,,,ii'.i. ,!, i.ai ,.< ,i i. ..Un. i,1,.' ,- f I_..-i ..,i ,,ul_.h,:" ,il, !6nne ilf. chai- -id .u 3i a at' Itil'.;e nm- o.:t (i>!.u I3 l ltif.u L r h'- '
i I'. l i ok.m l .k....ii., I L .l o w n'.r p i. .. 1 i rt., ij ,, ; .; Ji ., 1.- t, :.A,,, ) iim, ', t..rce q tWi'iL r J i le-. .i
J : i- ,I, i.- .I'..- .l it ; L ii. ir,.. i ...I ,, i 75,,i l ; I 15 ,; i i ) iii', ll i it(W aC ltes.Leta ll-Vir""l "lli l-c; s I .a 1 i, i n l ll 'i
,' ,. 1 1 L- 1. i, l"' I'"_, ; I arce qut'ils lie L e s.I .1 id i a.. t ,|nii i ,_ s i i- ) J(.. t :i 1


I Id s i I l. i I: i i 313 I, -,* I pi .. I,' 4 i,. I o :. ii- CII ( .se ,e- *IIj.)i ii d, I .'cis a Ai, (ll. t
1 i: l l,, .' ,li .. ..>. i, 'l'p ." 3 LII." i, .,,, 1 '. ,i ,.I I r. .,,,: t ,)',, ,,'tjiC c je -a -oe <,;,tNr11 q1. a1nh1J(lia gr,-t i ISi n. "t...2i ,11. i.. i- l jI .' l., l .. I i I l., il ,1,-. ,,.vo ti'e di r ll etI tfc 13 Jl .i, _s ., n ;if ,,E il i V f"
1 .I !t ,,,' d- ,t ,-in : ll u. y .> -i .: l*.. in d .- i l i, i i,- ,i ,, i,- s ) l d ee J Oe e d elad e t i a l ,i'. ai j r ,a>fS lft (

S i i .1 ; .' |. ,. i h x,,; r 'A 0- la SI ,, x., .it -qI o.. l v- L I .,i, o tl r
i, 'lI. O I- i' j t,. *. i ', .. Ih 4l i l I ,. ll -,,, i r,. I.CI n b t ,.- .



SIr i .. i- it. -. I s..'.. I i ii .. .: 1 i i .'-,: (J ts it a 1if,. I lil Ie. va t i"l l'9lis k .. i .. <, p i l i'
b", ri i: 11 "' I 'll, l a ,: ,ir ,'- T, 11 i Li 3 3o l.4
l ,i ... 3, isd,, I ,ili- l i '.- -i, ,, -. i i, c nh < r e p t1. I f r '.i. *1.. .' .t a i

,,1.1 ,i,- '-_ .,i 1-i. -' i i. I t i p ll. ,- p, 1 -" otoi r !.r i *tir, i r r. I-"

1d 1 I 1% I r I, ? r
,-u .r I 1 i't 1'_ *. ".' ,li t r ..,,, .,,r "- r "! ... r l c es u0 a t3t nt, lEat u,.a m l,-ar f-:t; nr .. ii n- ,



,I l iI I, I 1. 1 ,1 li '. II Il -l, i, ,1i ,,' ,a,,,a. u' ,,I"oa d hle
I, '3 i t 1 0 1 1 "0 hl I [ ; 1 I." "

nI .I r l 11.i' ,-- .11s Ii 'o" Ip. ,'1.I',ll,, .t" ,.1 1 "* r I
o-r i t-,,' _.."' ,1" ,- ..;.., : ,, 1,!,., ,d.. ^i* de p1,1.^ :,,, r.n
tl_' 44 t f*t.". i 1 I 1 ,1 .t I ". ,,- ,,,I i p.e n ,, ce,,,-,i -,;, j.-'',,? a U ..


I '^ V :, 1. 1:,1 1. I I I I .i i i .I ., *


Ril
Q.






1 -






I'w


le
'tlrii(


jild ci
tu Is




fullilt
Pl,1 t1
r1!


ili lit


o ni lI
./i' er

i l.-!E)
(LII :a
l{ i- 1 i


bazi
v in




'.i
tI .1 I

,Ii ,,-i
h 3ill jI"'O
.- .it Ii3e

- ', li.-ni
"' .,i ..fi


| i ,II 'IS p
S*- .lg


- l I I ll
-! '**n e
h ,, ],i ,
? !i,, 'us ,,

- ~ '" Ii in
I I!< '*> i
: il, .*c\
'll It ye ,
* ->-l's'Le
L l!"i li







L


I~PEPrC~-~S~u~bBe4*,~j-l~~~i~I~5-JiB;ie6


I











GAZETTE NATIONAL, o0 LE MONITEUR UNIVERSE


ro,






At
I


















114
n





:nh


dWt




Toa;


POLITIQUE.

TURQUIE.

S, uIVANrt.des lettres deA Var'ovie, d4 i de
C-il,re, il parair decide que les conf&ences qui
ont P r'tes a fe t-nir entire la Porte et les deux
coIrs iiIperiales, auroct lieu t laffy. Outre M. de-
rtllheit, qui y alhiltera pour 'empereur, il fcr.
accomipa1gni6 dans ces conter'-nces par le vieux
prime d: Ligne. M; de Bulgalkow ci-devant ambaf-
a eur i Conftaiitinople s'y r "ndra pour la Ruffie
amini que le prince Potemkin.
it U S S I E.

,De Pe'terbourg, le I1 decembre.

L'impdrit ice voulant donner al feld-mardchal
prince Potimkin des marques de fi rccoiiaiffanc .
fur f.s victoires, et en p.Ii'ticnlicr fur la nouvlle
prife de Bender, lui a fait i.reient d'ue garniture
d, brillans en forme d'une couronne de aririer ,
pour port r autour de fon chapeau : on value ce
richer present A cent mille roubles. Plufieur, autres
gentraux ont requ d.s pr6fens de diflirenres va-
leurs, et un grand noinbre d'oiiciers ounr te pro-
Baus a des grad-s fouprieurs.

IT A LIE.
De Naples le Ik dccembre.
Le gouvernenment a pris encore de nonvelles pre-
cautious centre affluence et l'influence des Francajs
dans cette ville. On ous mand- qu'uneperfon c de
administration a done derniuerment un mem:..ire
inittuctit fur c*t important objet. Parnni les rdflexions
jud cie, fs que auteur a multipliees, cell qui tfit
a 6td fort remarqube. On n'a rien a crainmre des
perfonnes de conditions e. autrts gentilshommes fran-
,tis ; nous aimons levrs principles et nous avons
kuis mours : on peut encore fe rafluner quant saux
gens de leur faite qui es a proche de plus press:
IMt. les fecrt-aires et MM. l:s gouverneurs font
des po'fnnes bien elevees, prudentes et difcret-s i
m.iis cette clff d'h minmmes de iuite qu'oia ppelle
lek gens nirit:nt toute Vattention du gouvemne-
imt ils peuplcnt les auberges kks cabarets, les
b yards touts fortes de tavernes ; ils f aternifent
avwc le Peuple >; ils. jaflnt et on lYes fait j.afer ; ils
raLontent ce qui s'eft faith, ce qui s'tft dit e France:
on ne pe t fouff~ir ce babil li encieux. Le Fran-
qais eft naturellcment par eur il s'exptime nmi4me
avec aflez dt fa-ilit6 et come le People ch, z
cttte Nation fe croit aujourd'hui qdq:e cchofe ,
fon caquet pourrait trouble la tranquillity don't le
People jouit aileurs."

E S P A G N E.

De Madrid, le 14 dcembre.
i ia t publA ici, il y a pen de jours, une or-
doiinaie qi enjoint i totes petfonnes non domi-
i icI et qui ne peuvent prouver de ra fon valables
din leijIr i.m s cette capi'ale ( les grands d'Elpa, ne
excp:.e ), d'en fortir dans 'l delai de quince jours,
a |' inl: :>l;o du ats d'amunJe. On friend que,
f t,.>die. e xtexi,'t6r la tigue r, il fbioria de
Maidj plus de v ngt mille perfobno s.

POLOGNX*.
DarsII la )fance du 2.6 liovembre, lec omte An-
toiue N.:ict Mala(howski, p latin de lafovie, a
P0uionce a la dete le difcours haivant
I S ret, et vous f&rniffimes Etats conf d6Mrs de 'a
"1pu6b ique, garder tine lidJiut im '.1 ble .a ia Patti,
,t ll: ,. ,ir d'un citoyen; trre r c nn.iiffant, Sre,
a v. \1. <'eft ma gloi e. Ma famille, don't it a i'lu
'. V. i dc fire une mention gracieufe dans la der
I"etc, Ika.le de la diete, porte les traits da regn.-
h.-ht.t rant Je V. M, Anim6s, fire par vos ordres
an t4vicke delEtat, ircombl)s par votre miu; ificence
tde dii.:tesI, nous a 'ons envi-g6e ihaique pole public
u.ii inl 11 mloyent de lervir la Patrie', et de rend'e
tn 12 .,i: tI ms a V. M. cethomnmage qui lui eit dia
a bt',n d-s litrns. Par bonheur pour le pays, et a la
F'ire inmmortelle de la Aiete prefente, 1 s commif-
:iS )'" reih:les au nianiemenit des affaires' civiles et
S,.itanesdins tous les Palatinats, partie pidcieufe de
bir cr(J)tinfiti)de no're gouverltlnli nt, iorre d&ia
te cpoJluie memorable dans hLs fafts dala UNati 9i.
Scfi. ioTnitil..t-ci leI nilitaire devicet an yeux du
(tIiy}' n L11 1 ra agreeable et la liaison quli-va des
a-pi.:-lnt 1- former entire eux 1- peut-itre qu'im-
'ronltil. Enun mot, outlhabirainduapaysareconmptera
('-nav ait les momc-ns de fa vie que pat la fenfation
d'uki mi); %ujours tena'ifance.


MA RDI i J AN VIER 1790.


Permettez, fire, ert vous finnilirmes Etat< at-
i mnbl6s en .diete, qu'au moment de cutte douce con-
fiance ep la furete du gouvernement national, j'offre
aujourd hui de mres terres, fituees dans le Palatinat
de S- ndomir, diftlicr de Radom, ou V. M-., anime
du delir de voir I.s fabriques uriles ad pays, m'a
daign6 jadis honor r de fa pr6fence, cent quintaux de
fer travaille dans mesfabriques en bo lets, b mb:s,
cartouches et grenades ( fans en ddduire l'offre du
dixieine gros ) portables dans 'efpace de trois
m is a I'arfenal de Varibvie. Quant a P avenir je
vais d'abord et des demain, configner dans les
aites du good on territoriaux, un. hypoth que,
tant en mon nom qu'en celui de mes heritiirs',
que tant que ladi e fabrique de fer fubfiftra, et
autant que les materiaux neceffaires a icelle y fuf-
4irunt, moi et eux front tenus de fqurnir de ces
m&mes biens a l'arferal de Varfovi chaque anne6,
tiente quintaux de f r forge en bombes, grenades,
boulets et cartouches. Cette offre confidre6e p r
ell -mine, elf petite fans doute : agreez-la pour-
tant, fereniflimes Etats en' ce qu'elle eft plutrt
une d tte confacr6e par I'amour de la Patrie, qu'un
citoyen paie volontiers a IFtat. Et vous, fire
daignez aufli accepter gracieifemu nt ce te offrei je
la fasen vrai patriot ; je lafais de bonl cour' pour It
bien de l'Etat; je la fais en ce que je delire un
prompt etabliffement de Iarmee neccffaire pour
a d fenfe et rhonneur de la Nation : que cette
offre foit to s les aufpices du jo r anniverfaire du
couronnennrit de Stanitlas-Augufte notre tres-gra-
cleux monarque que je refpecte et don't je ne
manquerai pas d'&tre toujours le fidele confeil.

De Varfovie, le 23 decembre.

II a 6t6 fa-t ddfenfe expreffe A la, nobleffe d'en-
trrnir aucune relation avec les ruffis; il y a une
amnende Je ico ducars prononcet contre les contre-
vetians. La 1 i n'y fait pas tant de fagon avec le
Peuple polonais. Un homme du Peuple qui fera
pris fur la frontiere et paffant en Ruflie, fera perduI
fur Iheure.
La fortie des grains de Pologne pour la Ruffie,
eft dtfendue fous pine de mort.

On made aufli qu'un corps de Pruffi-ns s'avance
vers la Po'ogne, dans 'Iintention de contrarier les
Ruflfs, difpofes a prendre leurs quirtiers fur les
frontieres.
Aucune de ces nouvelles n'eft confirmed. Elles
tienneft leur probability des circoAtlauces.

L I G E-.

Lettre de M. le docteur Hoffmann agent de la chambre
Imperiale de Wtet[lar aijon correfpondant a Liqge.

Monfi.ur j'ai requ, av nt-hier le foir,. I'honoree
v6'-re du decembre laquelle j'ai communiquee
d'abord a M. le confeillcr Lefoinnt qui eft, apresla
lecture part pou Lieg- ; il vous .pp rt: la paru-
tion plni r publiee h. r, a laqelle on s'attendait
depuis long tens iil vous dira aulli ca qu n p, nlt
ici de lad claratoite du 26 novembre qu fa t par-
to at la plus grande fenfation, et qui itait bienconnujr
du fenat plufieurs jours avaen tetnc du 4 de
cembre.
Come votre payseft A prfert accable de trrupec,
ce qui codtera d s frais imitntes cominie il y
urMe diitnfion Jans le directoire du ceicle et
come il ne fautr jinais attendre que le fna d-;
la ch.vrt bi imp iale, oa la majority fe d,' artira .du
nmandement du 27 aoat, et de la sentence pa: tire
du 4 dec,-mbre itl ft p us effentii l, plis pretfant
que jlamais, de tach'r d accommnoder les affairs ave
S.. A It prince d'une maniere foitib'e. Plus cett
affaire fe t ain.- plus le dommace de vote paw.
s'accroit a et on ne pent c:lculer ks fu'its qu
ourc-ni rrefilter d'une ufftire _iur lajuele tourt
I'E'ipire a dirig4 les yux et qui pendia peut.
ti'er enfin part pour (e pr t ndu int iet et g:ict
common des. pr nces d'Emiuire. N4 de Stuilemnrt h
me made aujotrd'hui comment oin p fe 'a-3 flu
i Vienne; 1'electeu- de Mayence et 1Io-mrinte dr
Hanovre (ort fait des, complim ns a la chamhbr
iump&riale pour fon mandemne t d'c ee tx ofi : ,
i'el .-t rr de Mavence s'eft declared a Ratisbonnit
tr s- vivrm nt ft la fait lentir qp'en cas qu' n
feiair pas d'e):ecutio il convoquerat tone affeim
ble des l- ctewus A F antffrt p u certre affaire
importiaie a tout I'tmpire come iA t- it autorif
de fire par 1. trai4e de la pix publique. (Lomini 1
chanib'e imperiale perfilft a une e tiere ex-,:cttiond
tou mand.;ment, ene vois pas u'! moyen plu prop,
pour prveInir d<-s inquifitiois i finie, et des com
mniffons loc.kls des plus cih .nl s et de la phs
long dur&c que de teacher que S. A. confe, t
a l'amninlie g ir.tal,; cel i ac o-.e itl fau4ra tach, r
d'arranger les anitres pioits avec le princ, et I
nouvelle affeibl;e des Etats, ou par la middiation


des directouts du cercle. Je crois que I p(1 r.I
pietera une amnuiflie g n6rale r'unue mo C .
pr venir les hai.es et perf4cutions eternal es,
pour amener la contiance reciproqu- re. otnmaditie
meme pat la chambre impirile; nmais Ic prince de-
mande;
i*. Que Iancien magiftrat foit r6tabli pour fa fatis.
faction et ce'le de ia chambre;
2*. Que l'dit de 1684 doit fiibfler au moinS
fi long-tems qu'on n'a pas m i ement difcute cette
matiere A laflembl6e des Etats, et qu'on ne foi pas,
mutuellement convene entire le prince et les Etats
d'une autre facon d'elire les magii'r is, et q' en tous
cas cette pierre d'achopement letatc levye par Poracle
du juge fupreine.
Le prince allegue les difcordes infities et les que-
relles fanglantes fur ces elections avantr editde 1684;
il allegue le mandeminnt et la fentence iamperiale auli-
que, emanes avan I an 1684, qui adjuge-aii pri ce-
eugque le droit de concourit ai la-magiftratuie de
L ege; ( quoique la chambre ait done d ns ce teams
nhibition contraire, puhiqu'elie jugeait le lit.ge pre-
vewu pardevant elle) ; il dit qli, par !edit de 1684,
ces querelles eitrnelles a ai:icnt enfin et6 terminees ;
que durant un file entier depuis, oi n'avait encore
trouv6 quelque chofe de meilleur pour l'&ection de
la magiftrature, qn'il attendrait des propositions la-
ddlus a la d ete d&s Etats ; qu' on ne trouverait pas
un gouvernement tout parfait et fans quelques fautes
au monde puifque le gouvernementet ceux qui font
g uvernes crnulitfe d..ns des hommes; que le prince
de Liege eta t le plus borne par fon pouvoir entire
t:)us les princes d'empire qu'on voulait enfin tout
lui 6t r et n! le faire qu'en fantbme de prince. 11
.me par it qu'il faut etre moddre et equitable d*
part et d'autre pour s'approchr et finir ce litige
ruinant et exitial a vo-re Patrie, ce bouleverfement,
cettr flagnati n dans les aftaires et les metiers, par
lfquels chacun fouffre et fouffrira encore plus dans
la fuite ; on a deja dd payer 30,000 ecus aux trou-
pes ce qui n'eft qu'un commencement. De plus,
le prince fe plaint, amerement des pertes qu'il a
fites A la chambre des comnptes, A ia nianfe 6pif-
copale ; que perfonne ne paie qu Ique chofe ; que
lIs cenfiers ont ceffe les cens : ayeiz la bont6 de
communiquer cette o't bon il v,. us femblera, et i
M. Lefot'nne, avec lequel j'ai pris ; avant fon de-
part, des mefires flr certe matitre ; faites-
moi s'il vous plait bientot connaitre comment on
pen[e s'accommoder avec S. A. Je pius b en fup-
poler que le pr nee ne f itri'n fans pudfer des avis do
Wetzlar, peut tre que )e puis etre utie ict, pour
taie fuiggercr a S. A. des confeils moderes et equi-
rables ; le fifca! imperial a demandJ a la chain re
imperial par ipp ique ( 89 ), Citatio ad videndum
/e inciaiffe feque coidemnari in 'nam fractn pacis pu-
blic, centre de Fabry de Chifteue Laffcnce Co-
o'g;'e, et t-ente-quattae autes membrr zntrufs de la nou-
vl/e mdgiftratare. J, v us joins cope d'une -ittre
iu prince, que j'ai trouvie hier aux ates de la
chambre imperia.e.
Sign/, HorrFFANN.

ANGLETE R RE.

De Londres.

Des lettres de notre imprttante forwereffe de Gi-
braltar nous peignent la girni on djas tmn ett fa-
cheux. Les folda s f nt mnal fournis en provisions
f aiches ; cel esqu' ls peuVent fe pro ur, r f at d' n
.'rix extravagant. En outre, Is font con!,nDs dang
leurs quarters, et n'y trouvent p s les commodities
iu' s avaient avant la uerre : il ont la plus grnde
eiie a ob'enir de faire tn tour en Lipigne, fi
voifine du fort, et quand ils font obtenu on les
oblige A fire qua antaine dans les ports uu dehors.

C*nq pirates, can 'armnis a mort le mois paff4 ,
onrt ee ix6cutts le 4 de celu-.i. I '.n efpere jue
cctte leveit- ,mn. ure-ufeaint i-,difpenf b e, imi-
nuira'-e n brt eifrav nt ilepflis qu lqies ann-es,
de ces ennemis du commerce dL tout,-s ks Nations.

La r&tuction de Yintret de flargent en Wr'ande,
trouvera i robab ement beauioup de contradicLeurs
plans le pariem.nAt.
Si ce qu'on rapporte de la conduite de Tipioo-Saib
a notre egard eft wvai jaimais il nte 'eft offer une
plus belle occfi in de nous venget des cruaut0, de
,.e prince feroce et nowis efper-ns que le gouver-
nem,-nr ne la la ifera eas cha per. Nous avons tun
traits d'a lance avcc 'es Hollandais; 'a'Fance ref-
-'ct ri 'e traitd de common rce qui ex'fle ewre les
deux Nations, et d'ailleurslks crnjonctures ne lui
o rme'rentt pas de faire diversion en fi faveur, ni
le& brouilkr avec noiu,: d'ot. Tippoo-Saib rece-
vti il donc des fecours ?

La mort de la ducheffe d'Albany arrive 6-


No i .


prmvi


dire
sle da
lettle

ftapt


iuxts
dita


hI r4
le de



:Itrt'
IrW
U:-l









pr
wA t
* ly




pn





S






a








I,
ft '

(I H
0^



1-


L __ I _1__ ~ I_ ~_ ___~___ C___1E __ ___ __ r-~-WLI-I













fentans de la commune, a it6 cotfacrX par Y'adh6-
fiui de la mnajor.te des dfhicts. ,
La ville de Paris e, desire point un ddpartement
partculier ,'mais elle dcimaiiade faire parties d'un
grand departemtent, parce qu'alors it capital, con-,
toitdie avec ce grandjdipart center, dans fes r.lati ns
av c.les divisions vofihes, excitera moins la jaloulie,
f'aura p us I ai, d'oppoler le voeu, les intir&ts d'une
ville unique, aux voetx, aux interts id'une pro-
vi, ce either,. La 'ville.de Paris defir, qu'une lia-fon
plus inmime avec les pays qui 1environnent, 6touffe
enre elle et leurs habiians toute ,fpcce de rivalite,
et qiune iiAi, nc- reciprojue eabilh-une fraternite
en lere entire des hommies que des befoins communs
out ni p ar des rapports ,eceflaires.
Paris demnande a hire parties d'un grand d6partr
inenlt, pour 'mintrt mmeni de fes approvifionnemenis.
Une ville d'une i, griand6 p'pula ion ne petir 6t e
alTiurie nide Cfe lublift.inces, ni ds denrdes ne-
ctilaires ia La confomnimaiaon fans des magafins de
b[i!s, de famine, de bois, de carbon, ians de
grands mairchs de befliaux.
Q e ces magafins, que ces t6abliffemens appar-
tiennent i la commune ou a des part culiirs; que
kls app.ovifionnemens foient fails en parttie p.r le
corps municipal ou abandonnes a un commerce
libre, il eft toujours 6galement n6ceffaire que 1,
ville d- P ris ait des moyens prompts et certain
de veiller a lcur sdrt6, de garnutr la propri e
et de c:ux a qui ces 6tab iffemne s apparti nnent
et de cc-ux a qui Ls denrdes qui en fort.nt ont
dti vendu.'s, de plo'.z:1 enfin ia tranquillity di&s
tranlpor.s. 11 eit donic a dfirer que ces drablilie-
miuns foicnt reinis fur un territoie foumis a une
ieme aut..ri:d, A une autorite qui r:e foit pas
ttrager:_ a la ville de Paris. Or, on obtie dra
cAt avan aie en laiffant Paris appartenir au grand
diear'cmcuti dans leq el it eft enclae6. II eft bien
plus fa.ie d'y rafemnbler la plu art des magalins,
ds ct.iblifl" means que ndceftite Vapprov:fionnement
de la c pital ;',er ceux qui cxil't' ddja, font pref-
qu- tous places dais c-e ddpa tement.
- Lcs a a.itages qu.! cet e diftribu'on d,' la France
p aomet a a capital devi.ndront d'autant plus grands,
qju'i ftera pdiiible de s'abanilonner d vantage Aux
fccoorp d ni comnierce libre parce qu'enfin des
adIminif:a-curs pourraiint, a la ver.te avec plus
dnemb.uras t de d-pentes raffmnbler fur tin petit
tvrritoir- 1 s et.iblitmIens neccflaires ; m.us tin
commie ice libie ch rchera l's liYrux cu ce'. etablif-
f niluns ii-ra:ent le moiis chers fans tiue cep -ndant
la .e'r'ii.e er la faili C di.s tranfports fouffril'e:t
t, p dc l'cl..,,, it. U)n depattemernt convient
d 'lc mieux qu une barlicie aux combinations d'un
con nmm'rce' lil'r'. :
Enlfi-, lor quite la population eft imnini-fe, il fiut,
fns :'.n i A .,l it'; ii faut quand bi,) m&n.ii
oi n'"iouter.ait i- ux iec'uirs du commer e, a voir
d-s loins de p evovan e veilier po r favoir fti ces
fe ours futfiuont crintre lIs divers accidens des fai-
fo.s, fi ies vlnen. nis, iinlrvus n'ont pas fait
taitr tlne paltie de letrs sources ; et,, pour que cette
fuivcll-n. 10oit utle, il taut qu'elle puTife 5s'ten-
dre immndiatuemnt fur une plus gratide 6tendue
Si pour tine partlif d? ces fain';, la municipality
de P iis a b:fiui de 1 a ton e de l'aifemblke d: d-
pA.te ent, oU d- ton ,iurctoire, nous n:. pouvons
rTru'dcr cette au'oriite -omi-me trang.re quani
m'ime les h.ibians de Paris n'y f riient qu',n
petit nowbrte. En effi i; les menbres de c: di ec
toi.e, pui-l'.ils. f nr nt refidans a Paris, a raie't
relate ement aux fi.bfiftances, Ils niemts itjterets
que nous; et mdgre les tLrr urs qu'on a pu re-
palidr i, trialgre quhlques dv.,-m nt don't nous
av(on fleiri les premiers, les approve fioneme s
plepaites an l'in pour la capital, d,,ivent natu-
rell neil cot t ibi-r a tepanare F'abond.nce dans les
P ys qui l'n uotent.
.a ville de P r:s, *-e defirint, pour l1ntcret d. fes
app)roillionnen ens, eu*re comprise d ns un grand
d.artt ni nt tie dr'.antde donc po nt a execer
I'-.npire fur tle voifils, come on a pardi l.n
f p,,Ilinr ; c'.ft la libte6, c't la furete qu'dlik
re. amne.
O) a dit que i'affcmblde de d6p'rv-ement pourrairt
"r tre ps tonjours i Paris ; mais interestt de cc-
Tlme departemri.nt eft que cetne affelmbl6e rtlidc
dals la cnp to e, dans ce centre -do totes .s
g"undes .ffaires, dans cette ville oil d:s moti's
Pil ins ap.cil.-it pr-fque ioms I s Franqais. Mi s
ies habitats de Paris et de (a banlieue f nt plus
la noit;d du teritoire; r mais qu-lque ville
,'n choifille, tous cettx qui n'etant po'n, pla
c "s dans le voifina.,e : plus ... h Im de cette ville,
.'tilt Pas avec mle de-, re.1/ions imi ...,, donne-
ritnt la prdference Pais ; et I'Alferabie na-
ti'n, ie le facrifieta point 1'ititnr&'t 'in ddpartement
ete', au delir d'une ,ou dux des villes qau'il en

a.n dit que Paris ne d.,nn ruit, peue-etre,
.lliuihlc de d&partement, ,,l pt*[it nl ombre d.
^, res,; i On.l'a d't aprds Un ddcret de
,iA tnbl.-e, qui fuppofe nEte forte d'dgalit' enrre
(e qu tl1e a n(,mmr des dil~lrict ,: p illti' lie leur
drmnne die droit a chicun tn 11zal no; Thre An' tn'ibr.es
,s A vrns done cromire que 1'Atle, blee narlo-
Ih T'fddra bien fiivre, D'ur Paris, le principle d&
tit1" qui a ditfritne c.'t article de fon d.ctetr


nous pourrnis lui en prefenter les moyens; fa fageffe
lui en fugi: r-ra d'autrei, et tout ce quelle a fair
poar le biin g6,6dral de la France, nous impoLe
a loi de nous c nfier a fes lumieres et 1 fa juffice.
Nous nous flattons qu'elle verra, da s ce dfir de
n'etre,pas dilfingu s du refle de la France, un fen.
timent conform a iefprit de f- s ddcrets, et digne
de for eftimne et fi dans la fauite d, s details du
plan de-notre iiiiic-p.ilite dans ,organifition d&S
pouvoir qui do.vent lui dtre c'Mfif', nous avons
quelques dema'ides a former, elle verra que nous
nous y'bornerans comme auiourd'hui a lui : arler
de nos befoins, de ce qcu'exige l'i -trt commtun
d la Nation tou)ours lie ave. le n6tre elle verra
que les mots odieux de prerogatives de privileges
font bannis de la langue des habitats de Paris,
common de celle? de tous le, Franqais et que per-
fonne nt desire plus que nous, de les voir ne former
deformais qi'un Peuple de freres, entire' lefquels il
nexifte plus aucun dr it d'aineffe.
1 faut, d.lns un grand emp re, un centre common
oW. fe traitent routes les affaires gdndrales oi les
pouvoirs qui agiffent fur la Nation foienr conflam,
Tment r6unis. L'unitr' ds operations', l',conomie
la prompted exp&di'ion des affairs les calamities
que p.-duit ndceff-irement tout changr-ment dans
les rapports des parties de I'Etat, la 'drete mdmee
de la chofe publiqe I'exigent imp.rieuf-ment. Paris
iouic de I'honneur 4'rre la capi ale de la monar-
chi., et nous croyons pouvoir dire fans orgu! il,
cque, patr fa conduite dans cette heureufe revo'u-
tim Paris n'a point mdrit-d e la p rdre. On a
regard les grandes capirales cbmme le tflau des
empires ; fans doute 'que, fous un gouvernement
d-fpotique, oun minee dans une Republique livree
A des parts, elles he font que des foyers de cor-
ruption et d'intrigues.: Mais pourquoi joger de ce
qui doil arriver fo-'s des inflitutions figes -"ar ce
qu'on a obferve fous des institutions v cietfPs ? Dans
un Etat gouvern6 pir les lois dgale4 et juftes une
capital rogie par ces meies lnis, ne doit, ne peut
eire qne le centre des lumieres, la fentin lle qui
veille a la conservation des droits de tous le lieu
comminn de routes les provinces, 1-. mod 1- du
rcfpe t pour P'autoritr legale, et le boulevard de la
libet4. I/
Daignez donc, Meffieurs accueillir nos' ulfes
et re!pe< tueufes r clamations, et ne dou'er jamis
que nots ne foyions egalement difpof s, que le
l ue puilie erre vore d6cilhon, a donner P'exemple
e la reconna:ffance ou celui de la foumiflion.


Diftricts qui out adopte' le vweu des reprefentans de la
commnunze, pour un graild diparicment dont Paris foit
le chef-lieu. ,

Les Coid: -.rs, P's Carmes-Ddchauffds, P'Abbaye-
Saint G:ii.iii' Saint-Philippe-du-Roule Ics Jaco-
b:ns-Saint-Dominnique, Saint-Niculas-du-Chardnnet,
Saint Victor les Blancs Mante ux, les Capuc t s
du Mar.iis, le Enifans-Rougies Saint-Etiennc--du-
Mont S int-Nicolas-d s-Champs les Fil es-Dieu ,
l-s Barnabites ou Henri IV, Notre-Damie; Saint-
Severih Saint Germai .-l'Aux:rrois, i'Oratoiri, la
Sorboune. L- Petit-San.w-Anr ine Its Miinim.in
( fur le fiege diu ddpartema fit, n'y a lieu ,i adli~e',rr;)
Sainte-Oportume ( avec une divifi I part .uliere, )
B ,n ie Nouvell, Sain -Jean-ein-Greve. Siint-G.r-
,ais Siiit-Lotuisla-Culture, le-s (a'rmlites \I
R(.col ts Saint-Jacques-de la-Boucheri.. oaint
Led Sa it-Magloir- Saint-Joleph hs Mathuitinis
( oftr lt ine cart' particuliere,) Is etits- eres. (;4.)
De ces dithicts, il y en a qua re, qu apres
avoir emis icir voeu, s'en rapportent neanmorns
I'Aif mb:de national, favor :
Sa nt-Philipe-du-Roule les ,Pllcs-Manteaux .
les Capuci s-du-Marals les Fillks Dieu.

D flrcts qui borncnt le dlparteonent h Paris et banlleue,
fixe' par 'z.fJfmblie national.

Saint-'Andrd-des-Arts, les Pr6montrds ( banlieue
de deux lietes de raion ) Saint Honore, Sailnt
Roch l.s Petis-Aighuftins les 'Thdains, Sai. t-
1 ois-en l'ifle les Pere -Nazareth, eVal- e-Grace,
qaint Marcel, les Veillia s, les Capuicilm.s-Saint-
HIonord Saint- -ult l.lih ( bat lieue de trois 'ieues ,
los Filles-Sa nt-Thomas les Capucins de la Cha If,
'd'Anhti,' Sain Jacq' es-d -Haut-Pas, Popincourt
S.aiit? .Mrgu'ittire Saint-Jaques-l'HIdpal S.ini -
azare, les Enfans-Trouves, Saint-Mdai, Sint
Martin-des Champs. (Z7)

Difliicts qui s'cn rapportent purement et fimplemenrt a
i'Ajimtnble national.

la Trinite ps Jacobins-Saint-Honore.
S., Laurent desire que Paris feul faffe un depar-
:e i e nll 'i it. r .

SarEQUETES DE t'HtiEer790.J AU SOUVERAIt.dar
Strmadi 9 jnvtier 1790. Juge'nont q i dechar i
pretnent ct fimplemen M. Verdure et fes qu.itrc
ei-falntdel'accufatond parricide ifne e.x internt'
P't c I',mpr Im'i,. d iaffiche julqu'a la concktrren t
de ;oo excrnp,aires.
Fn ce qui o' wt-h, T.fret, ordonne qu'il fera contre
1'.i plus aniplemeit iniforntue.


Li T T t RA T URE I- TRA N G ER E.

Peregrine Pickle der Zweyte, 8ec. c'eft-1 dire,
Pickle secondd ou aventures tagi comiques d'An.
toine Warnish. A Leipfig, chez Kummer, 1789,
in-8 de 244 pages.
Joli petit roman qu'il ne faut pas confondre avec
rant d imitations mal-adroites des roma: ciers anglais.
L auteur ne d it A Smo.iet ni fon plan, ni fes dd-
veloppeiiens; et le titre quila adopre 'a trait qu'au
m nlang Ide comique et de f ricux fi fidquens dans
les romars angla s e.t qu'il a fu r.unir lui-meme
avec bcaicoup 'adreIfe. Son livre pouvait tout aufli
bi n s'Aip,, ler Tom-Jones fecond. A la veritd, i n'Wa
pas la richeTed'inv mition de Smollet. 11 na p ut-
e re pa. touj'urs1'exprAilion pittorefque et I'amourde
Smollt et da Fieiaingimais il eft tel.ment imprgada
de leur maniere, qu'il aurait pu donn-r fon o, vrage
pour unc traduction, etqueles plus habiles y aurai-hnt
etd tronpes. D'ailkurs, le coftume des moeurs an.
glailes y tl( bferv% av, c une exactitude fc upulp:ufe.
Un chirlatan un capitaine d! vaiifeau et un poete
0ro t6 font les tios pincipaux r6les de ce roman ,
ou l'.n trouve p!ufiues epifodes.
L'auteur iy a pas peut-etre aflez m6nag, les v6de
nemend qui amenent le denouement, quinous a paru
corner un peu court.



ASSEMBLY E NATIONAL.

Prefidence de M. I l'abbe de Montefquiou.

.suItE DE LA SEANCE U 9 JANVIER.

M. Barnave. Le deput6 de Rretigne vous a faith
connai're les fats; il me refte a carxct6rifer le
d. lit commis par les magifirats de Ren es, a indi-
qu.r la pei e qni do t lui re iifligde, et le tri-
bunal qui doit la prononc rr.
Le People breton, en envoyant tel d6put6 pour
dilibercr a 'Aflemblee national, a reconnu l'union
de cette province au rovaume de France; 'il s'eft
fiounis aux decrers de 'aifemble ii y a concentr6
fa representation fCon intention a 6td manifeflte
de nouveau par fes adhifions. Les dcerets de l'af-
femblee doivent donc etre executes en Bretagne,
fans qu'il foit b foin du confentement des 6tats que
c tte province deravouie, moins encore du p.rlement:
qui n'a que ds functions executives, ,etqui, dans
t.(*.s les cas, ne pcut qii'adopttr aveugl6dnent les
decrets du pouvoir legillatif.
Ceuendant le decrkt qui proroge les vicances du
parlement a ete inutilement prelenre a n I chambre
d&s vacation', de Renies; die a ,6fob i ii la Nation
et :u ri i, et elle a laifIe le Peuple Breton privd
de h juilce qu'elle lui deva'r.
Dans votre indu gente fagefle vous avez voulu
examiner encore avant de punir, et vo-us avez n.a de
la chambre des va actions pour tendre compete de
fes niot is.
L'ont-tis juft1fi6e ? Non. UIs ont pr6fe t6 1'aveii
de la 'aut,s, tt font aggrav6e infiu t r la maie 6
lat onae, infulter au Peup e br,,ton quils veulrut
rot nir da is 'etfclavage, et qu'ils accufent de s*abulr
I rlqu'il s' cla r- entin fur leur oppr ffion ; better
le gag de' la dilcorie entre a' France er la Br -
tigne ; invoquer des fermens aprs les avoir tous
.nepr fi-s ; demander des la, r-rs a la Nation pour
:rix de la fervitude qu'ils lui impotent; voila la juf-
hificat on qu'ils ,nt of6 vous offiir. Inconcevable
a.gag. 1 5il etait qiueique d6!irequel'habitude du
JefIotifine, et 'ivreffe que l'orgneil ne puiflent pas
xpl quer.
Ainfi, a la defobeiffance, an m6pris de tous fes
levoirs, la chambre des vacations a ajoutd une
rr-v.r r ce fditieu e. "
Si cile dtait rigouretuf ment trait e, aucune peine
ie fi..ir ,ip fdvere ; mais la plus douc" fans doute
:f .1'l.pign *'rde route fonftioripublique des homes
refraita rcs 1i loi et op ao es a la conflitation de
M pays : c'el autffi celle que je vous pr:-pofe.
Qii la prononcera ? V us nous le pouvons, et
1l tt indiipcntlble d- le fai're. J. n'ai pa< befoin
t-. m'appuyer fur 1'univ-rfajite du pour:oir conf-
tituant que la Nation vous a commis et que vous
xerc:z. Quiconque exerce un pouvoir public,a.
.eu avec l-s totctioi!s les mnytns de repouffer
ux qui les ufurpent. ChIarcs par deffus tout do
ointer a la France une ConflitUtion, yous etes au-
*orifes a fair tout ce que fon etabliff mert < xige;
I rqpoufler, a punir ceux qui la conrrari nt, a plus
Clte raifon, a p ononctr centre ux une cenfure
vere f.ns doute, mnais bien douce encore en la
ompatait a le,'r fate.
Fn l.-s punifltr,, vous les fauv-rez ; car fi vous
f fifi z .le chatJl t de Lurs causes ii n'efl pas
L! ricueur ai laqu lle ce tribu al, ctroitement lbu-
nis a la l l, ne filt oblig6 enver' eux.
FTnfin, votis rempliff.z ce (que rotre situation
'xige par defus toute la promptitude d'un grand
temple. '
11 eft terns de-contenir les ennemis de 1i co'fti.
raution, et de rendre le courage a ceux qui la d&-


~arrs4rmrrra~aUuPrsCr*arrar3slr~larr*~












cemnient a l1ologne, no,s rappelle les malheurs
d'une des pius ait iennies et d.s plus ill, tries fa-
Inill- de l'.iurope a qui la fuperilition a fait perdre
un tr ne i fous peu d'anmne s, il ne reftera pas m&nie
de nnIe e rt i teidanit qui puifle ervir a reveiller
dais Panme des anglais le tlentintieut duiboth ir dont
ils jouiff it Iouns ItregiCe d tn pjince Chei, et Ic
leur taiic ( im. aia r avec eflp it inquiet d'niiova-
ti,'n qui pta .t les SrUatt at aquer taut de tois la
codliitution dniii ils d:vaint .ie kss pl 's fkrmnes
a, pins.
L.a lie dil roi jacques a Saint-Germain eft
aflz ucolnue p ur qe nous notus diipenions d'eii
p a .'it -.
t i.t a denier Pretendanit mort a Romit il v
a d ux ans I avair en dtns la icltelieti tours .t-.
a .tait..s de la ltigyrc nmais l.is aucui i e ces'
tal s qui font c nticevuir et txectuter de grande
chl,'Cs. Q1uooque i-s cu, g ftrares n ile 1c recol-
irtil-kit p.sI pour 1o1, cOnllinie i pcre 1 n oi'eiucil
In tit tout t.rs gar \er lIs nim.irques ex-tri-e r-s ds
cc rang i et (a court etait obligee de flatt.r touts
le, ide s incoherent- s Ui le I ro faiient a ci-'aque
i thant Launs u'e tee d rang,:e yar lexis du vin..
S' 'or-'imanls l'affor rent plus une tois q,!e kIt
dili,.u!t 's I, cite s .n Ani letertr, au ,in iiitre pat
lt par de 1'oppoieti ,n etaie:t -l tfrit des .troas
de les adit r-s pour le r. I i:cr utr ie ton ,1
et I ii .,,r une p-i. ct b.te az ce I'ol ipoir re'.
lutiv tit qi le t ep r ill lit entr.r da.is .es .aie s.
.0: ec th b twd d'-vr ii.- p d'cg rs
pour lt'ln ,poui i ec2-aitc.t.iit ulie f p.irat n t uit
fit e, aniu r tout-, cra'mve de voir prtpa t r les pre-
t ntioi ,i- la ma fc d-e Sti it: I tpCnp ant on con-
itl:' i ilultri' tug ,i de ftaie vi-nii de Fiance la
d. th.,1 J Alb nv, qui dtevait le u.iit unlle de. i, s
in.:i es, et qu i t if tr .Vtr d- s I. cap t.ip e:
fii ie a !it s vsu d o Irzu:! et d'a titn il 1'.
1 'iumI p,,ui pe, til r -ar qui'qie tioblk .alliance
d s pr t i !o i .e inalie able'.
ia di" d'u\!l-anv m pi:rat nmi fluenu ,
qumitqe i-e.'b- ; iiel hesi-i re d iM n irlor et dut
no' de mtui uliqu- < lt,; ,ancc de c ttc t'.m-i* ,l
thU e.it p-- t et' '' h:-'e .o1 cardinal d'T o, k
qte ti l te ne- auih di i6 e i la mi le d'i
la:g ;:i ; to v1 pr. te, t: ot n us le ra.. nt, t
c notn. nbr,'r c n e t nin '.ins Ile gir.uit.r,q 'r
t-.,'i .,t u cu le a'n- .1 a- d .r nds de-
n outbari a nc. t- i ch ,ltr i. !ic io.. t i de t d-. p, :uitis pn us
t. ts pour ti aZ et p.o t-n C:r'.' t re.
a & ,aa'ni" s" ': d -,,, c ia d -,ot on ,n 1 TV euC .
(t m mb -! A .u c c -e n. 1ne's
d: J c a,, r uc ,, -., :' d= ;,< hd .-

il f"-,: ; i a.'t o d tp I d- tcs aCctr '
a ,i: t e ; i :' ,tr c 'u iV t r e i r-


qa u i ) L t I ", u c* i t u r i t u o nt
l. < iii t s. .1.., r .. :t : l-s h..-.:- a Di! I t U. ( lt ne
c e :1 <: de a f,.i-' l-e ceLbre p-r
desnmaih urs qu ic-. iii- s lt a:tures.



'n coi-^uit Z S Rd !Iale de c Sr.,d "a;-trux -
th n *< p .a 1- n.o'.une

rio t ., LtU-S d-' 1a 0 e Hon.--. s c !',,t pr ,
l? -{ i.t s Le t'ri rC v v' 3i ";! q n- w"

a ( reAnde sits wo ta-s de me -n.


Versta F .3 de c mubre its .'ebt-r, :m'e'
et ira dh ic I o rA s 'i or' d c t. 'a :-, -
av.t ,a -ha da < t r e. Ai,= un i >tnt e
do 1 0, ,"; htn ks h (Si., qu; t<-n': F"'*-" di m.l i wre.
tt -s'n'a m'uuiie d: iFune. ( e et-wmpt s a= iC.
1' %a rs, s da-tts o taI e i ci et oSa le icolut tie I sa-
CAitte.

1x.id ii !::c d- G :'ee, ap- dice e.

t. le ha 4 c z e e 3 e o eo'.s de ce=t
v ,%.. oi it a Q. *n or a L:cre A NaorgoiLi
dw;a e bon j ago msdIat' e.-Amy-'
- S..u a' en.U ic cau.. -- L ''.: -. Franmt f .
IE demuren t c'.-vaj pa de S Q .-"p '-": :
ic a qui s i- .: d a b r.'.ar ..-


as in a: d q u .e s at : s, et t
cti; t* '--.c- :' sn -' qa it t-. ca g0
p- '- e ".'s n, i e'-.- ats^ are, BC ttcyi *:
i.t,' =r, C.iee "-- 6? br ,, a riAt term *
j -su t c tI- a iant ps ci p-tte a Sau .,-
tL-. armatet..
F R A NCE.





i : re aS f'. a te; 'iu: S
p 1 :. t I L s,. -A i s-. ; 1 <- s -
i%.V I- t t I' -*'' A .te ;S ae : to: tl. 3


ne faff tit -il mnuvais part aux blancs. ToOS us tci tend cau(t un grAnd bouleverfment,
toycis oait paif-, il y a qui.aze jourb, une unit 1'eiprt d uit i a1divifer tte nt i es N ,
e tiere o s Ics2rens, VXapra s un faux avis qu- viigt q'ils ne lraent plus en etat de fe reunir t(.I
mile no'ts defendant deses e inoa,iiies pour n is le depotiftme ? (i) '
lurtle e. don s'tai e etat de i-s biun rece- La commillion I-e permit. cette affection dat l
vo r; nis on en uit qumitte pour la per. Le bruit moment m6me o Ie Vivarais et le Bas-Dauphi..
a cou cs ours de .n.ietsque Mr. M. d S. M. vi--Inent de fe reuni- pour cimenter l'union la pli
Sqoui a ertct tlr e rclnaagee ds' negres) vena.t reconinandable, pour ablurer 1ancia nne divionhd.
ii en qualit- d'ntetiinuit. Si celae6t ete vrai et t t.ritoire et fe foumettre a tout ce que lintth-,
qu'il fit airive dans e iommt-nt, on lui aurait fait public exigcra relativement aux nouveaux depart,.,;
certainewenit un tnauvais parti. Malheur aux philan- inens les Aeux provincespromt.uant immnd r tr ff.;'
tropes qui, vi nidraient daas la colonie Oni a ment c e f djet de ntefatre aucamne d, ma.che r.i ftLU.
deia rcu Ie lignAeilent de pufieu-s d'entre eux. citation pour reclamenr deas aVant.,g-s ',attculiers P
qui tine s'attendeut p3s 1 reception qa'on leur t/,,/ ou tel/c ,,r,,n,.-u:j.r; s enz r.,rppont pour .
pieP re. ojet a ce que les rep ifentans de la N.Atrion iid.,
fly a environ qumnze ours que le medecin d n o,,t. (i) .
roi de c- tte vifle-, etalt fo pq n -e de quelque chole ait quelle int ntion la commilion intermidi-.ah
q .i ava.it rappor. a c tte preteidue I berte desnegres, a-t-tl e, d nc dem nd1e pour'le Duphin' un fln
a ere p is par la popu ace, mis tir unc.aie, et conduit departeinent, felon iancien etat des holes, ,
avec dnifion par touce la ville. Un i.-gociant et uin une fule afle-r ble proven jale une feule,
nortir- ont- t- oblig.s de prendre la tuite. Toutesles comm'lion intemiidiaire an:- f ule court lu
tas font t.,lc.i.e,;c echaultees, que I s lal-rte que rieure? N tit-il pas evident que le n ene ef rit
nfous avous cue pour les no rs, cinq cEnts jeunes gens qhi provq ait 'affembl6e de Romrns pour lIs
dva'w-nt partir ce iour Li pour le Port-au Prince, mnais doctobre dernier a d.rige le derni*,
dins le- def-in de s'c parer de Pintendant de 6crit ?
l'am-ner ici, et de lui fire fon p-oces. Ce ma- Ctte commifllon s'attendait-elle queles omma.
eithat avait dlia 6t6 pen u et bruile en effigie dans n.utes qui avaient li toptement tt hi I itimcm r.
pltiieiurs endroits ; aufi a t-il pris la fuite lut uae repoulte ctt acte ;n onltitutiotinl r lleraiep
tflgate paitie d puis h1it .iours. mu ttes f-r ce d ernier crt ? Elle Iabu'ait :mai.
comm- tie a evite de faEre parr de foti pm. -
Exvt-it is p'cttdes dt .ui jatio.s du conflil mt:- verbal aux commiunmit s de la prov nee er q,'elle
c.e',I ae \.: .a' d.e M ;,ptii/e", p -qa ar M. ne Ia ftit pirvtnr qu.ux-x petfont es qu' lieecrnyau,
d'. .Mn .:: .J.'a du roi en Piovenci. Da is out ti'elie fouiiconnait etre partifans d, I1-ntien
ae.embe 1-89. fytinme, elle s' lt p r uadde que crtte dimnrch,
echtpperait aux treards actifs ii-s ttoyens patriot.
Unm-mbre di couifi aaniionc6 le depart de M. le t s, et que tles deputies de Dauphine a I'.Affem,
con t- de C raman. blee ntt nie pourra'ert coiid r.r cep etit comm.a
I, conf:Il( coniidhrant combien it feraitdouloureux le veu g n'ral d- la pro-ince.
pout les MariFil 's d &re priv.s de la preiencie d'an Dap es t ute- ,-es confidr tions, il imported do
c.mmipandalit que ies vertnu et Con patriot line pous dunoo- er c itt piece a nos rer.e emais.
cadro it ch r a lin is, qui n'a ce d. maintcn r la j cotimm.ne aurait de. uis lone-t m denonrei
tra'qulire et qui n- s'occupe qei- du bonh ur de I'Afftmblee natio.nle I conin inlo intetnid'are
cette ite et d'v thire regner' l' ,armonie tr la paix : e le-mn em fi eie n'.wvait pas ,.tr ndu Its nouvclies
A arrece u1i.nim, ment- tt por a, carnation de lois qui nois promerten de, changtmiers i d fi s
romnpr tout dte u re p .ur alter n cun p ch z M. P r tot.: I rowv ce. La comiann deLIoriolrrlilthnt_
1 point : de C.amaran 1 prier et conjurr ,ie reil.r drns totes s prdc-dc-ntts d.l bbrati us, a hl rcdo ,
itn ctre. vlle te s acquztt r de la promeffequ'i "ouveait a t us les d'cr-ts de lAIfTmbl& nati.,nale,
lui a tai-e de io port at, por le place hot l iu e de l s ire ref ect r, et notan.nit t celui dels-
de-viil et de n iamais q, tt-r uie viiie qui le nou, elle divfion du y me ; n toiofnience etle
r 'r ie, a ul.: ritr- co- me un ange de pax rfiavoue,impnouve etr i:ttelic,;t figed6- Viennrws
que note mon iQ-(e 1 .i a envye. ert do'rei,'e. I.a pefe rt-del'b-ra to f ra mpinim&ee,
MM. Lso aers m nici.,iax ont demnude d'etre cp e dr-fl' e i prefid-it de Aflembl e ntio-
i la &C du cdilt i et M. le coImniff ire du o0 a naie aux d3 ptes d l-)au.hin' et aux trincipatle
:tA prie dz s'v join, e. vi! s et commu autes d: la province.
En ex uutuon d et -ec deliberation, les member s Collat onen. ARniouLv.


.a- coOLii 10MM. le> ottih. is iunic paux et VM.
i AndJe, co-r.;i'ure du rul, le oat retid s d ns
la cindelle S in .Nicol s a la mailon habitee par
M. le c rste de r atanain nt'.e 17- ia diiber.t on qui ven-.-t ce re prife,
-t qui xpriime Its oLex da onicil ct ccux de la
ci e.
M. le coimte de Caravan a pron is d'envovyr in-
c itam-me-nt lkn port.at a I hot 1 de 6iic- 'I4 a dt
qu ii ezit \r- r.t t decide de part r fo.,s pen de
o:u, mai.s que is ten tu mn-ns de .a: t i: on qui
ianimint po .r la ville e M f ill dpot 'cit
:i o c, lui ercont tou-purs tout factti:ir a, biei
-t a hi .'aquimlitii d= c- tie -lle. I1 a prcnis d v
'sir: 1I r-UdLnce, fi fa p-c- nce pce etre ut L aj
,ninti.n de la tranq "ilrc et dc patIx, et a d
n-a d, pour ptix d f prc.m'tl la paro.e 'han-
rear .-' ,cois ies me-' bre-s du coun I pieiers, qu its
iconroIiu rount pr waos l=urs cill ri et f rout
-a rI i on coittante ectre eax a tntretnIru la
V x ordle ct t tr nqahilii.e dans la vll- enutre Is
m.it ve'" .
M. Andre, comn'rifTaire du roi, q"i s'et.i:
.Ed, ch-z le com te de Cari-ain, qu. av."i:
lta't '-s licrta ious a ceI:s du confci far
la y-r:,r t..:at..n ,-i.ue Iesr a. mbrcs di-.t con-
Lf:. Iu nt fast-. .t r la necenfie de I prettnce
a fMat :: t e bien cxp-'pri'.-e d"ns plua .is'
%l.erat:ots a proaius d-: rtllr rn Cet c %'-1: ,
au a -t t tIew. t.-;. t bi n de l& a vie ixig ra
ra!:-e qu .p=nai t c- t *it i l.e itra pas prive de
3 -a:..n tde M. de Carmanan.

D..... -.;:. ad & co. w'eaar & Lrial a Ida 4 1 -


La com.mune de I rio!, r b.L--= dans w11:.
Pam.id- acanr ? is Uc use di ia trcir.oe qui a
-' ut z-re: .:-j::s a.. pr's -e e o^:

S n --e, -e A rqui's ce ~:s er M:A--
C die:r:mE que eCt ecrit tfi I ('o-iene p e
J. :_= ,.v cz- cai-., coae I dec_-ts de
ititio-.te t co otite dwts = n., :- '

<.-a *I: t he< po,.u darm ir !a pr. e
u 1 e a Cs...-s e n si~.t' i
I:Ia .- -.- C a fec le, coi k l
Ste. -Pa- itt i~uii
Ze 'e i i o & fiu-- d i nu. n ;r
; rk- e-* C e dfie ae
L c* Rc I .. k.m -C 6 a 1 $ It l s e5 v
-Jaj gfit


ADMINISTRATION.

MUNICIPALITY DE PARIS ,

'g .a I _;. -; !e national, pr~t'ei par les ret
2 -";t .ej I; comm' a.t c Pa is, .d:,we:ne2.tt dX
ax ~X JS d JI" .-iis, co-c. rf ..a; l'c td. e au r aattmta
d;.;j 1. la cau.it atit &te t'lace.

Meifieurs lor'q e "A lffl nbienationaie, r n'bo-
"itlatt Ls. ancihjtrs dt.iiois de L nce, ade-
ctrUte d'tn tornitnun a ,at, Iae1l(t ilouvj'e 1 e do
lr d' tabii la p u:. g ar-de Cg.t" t tltre tU-s ItA
Frani s, a dicte i.,t tt agc v'icn par atqut't,
vo s .vei v u'u detrrire to.s les pr, iug s .ant.qu 5,
tours Is aCidetps I' Ie .ks -'e 'rva:h es., nto
i-s dif opor io,. que It hia d avai ta itsr.rta'
Iks r vinc s, it uo tout c yi ptouvajirtt nc H.
a d f 1 s citoeis. Vo s av-z voiu uqu-e ccs di-
t iionrs, inlitur s f u ene t pe r t a necrtite d. rart-
ta r I s d-t-ils d tfonct'ons publiqu s, ne fic.t
narre ni ds- n-ri-.s d:veis, li ton fpot arn--
cz ier. Ainli, 1 vtlle de Pa is :n d mandm: n ior-r
Si_,i i fa.rt p.tite du part intn ica ti.ri-
toi..i fz truuve' pace, ;L co ft rme au veu k- I -11
fmblee ;a ionale ; tit decade 1 ie tunfoidro.
av c tou'es .. autes vw 1 s
On a "-,,:*- d'accorJ r la cxpiral- de Frm'ri'
uae a-i: action a lqaelieH fn i-onm dif p pulItiowr,,
pi'uia~t I ,i domner d s Jdrats et Je ton -T I4'
:eul~ .: a 3bneuse, unj-pprt nt P m r
iijr. Paris v au g:ure une de n 'ace p' m ,mI '
date d. I-Xia mN e nat r aA ec .t da rol. U,'A.T mblb,'
de ce d pa tr-minr to s-e tr oc"e n enti. d.
ltewe, s dI1 h c1 t at de qe- e ,oeWis
.rye's d; It c't! iu- et" -11 quelq e !oe'
we :e w.e_ rWc-o :e ,r i.!a iwo &n d-s fix'--"
qois dj'rT s. % i e .d- P r rt- P l'- -
dse dnte dars fin t e ir.-;-i r. e n, ba
tks dip._es q cl- L -.ir ir' ir mbee UIM"
,c !f edtf Ie aFure au I cu que lfir' 'iart
d sr-and 2.!p st'iert I pw gera f-uleffKlf.
a c e -tent .irte er.t r a c .nOcIrreu- pn- r un tr'
S t~Ire de phc-s. (cep n'.nt la plu a'tir' e
La iz:as viwP dihKtme v ( cf.,ie, a r., qc e cai
-".*." J.vakiwnee hc- f h er qu 1-- vcil.
icus vouswortons, ah4:. paT pl'aiff mh-c d.s re.


S: x.i c h-v1')e le d: la cmm. i ,erw-id., "
( V) V

* .. i. '


_~I~~


* Cr











iendenit. Les parlemens, les d! ,-n de !au- coourfe le dbveloppement de la lib r et Eke duroe. Ce soeatflon l tait arvi : 17 "re t
cinae aritvcratie lout phuis que jamais calI.. reclle 'es delniuees d'une grande N..tionu! Joevot- ca- 5bre des vacationscrt d 1 tai t. ,b, ,,voi
De toutts pts, on felle les calolmnies, onire- drais qu'is fe difenr a tti1- menIes I 1ce diiiti s ettre i e erch qu'.i .mba er hIe r
pand des libAll s fgdiricux. Uile parties du t'eull. altirs : Qui repr-fentons nouw ? qau voeu q.l Si jee nu, qu'clchis qopp .i l londmtl dlle r
p u-1 fe laiiier tromper et nous prep.Irer T-it rltret, qul pour. vs velons1-., oppo i atud s jLcht bS d qu'vacat ir d: tI IuIs ILIe,
rufues cataroplis. C hominnis aveungls et l..h..:, ciets de Lette Atleunblke national qui a )a te Ies baumbre des aat d. p..ltons ihi de I n,
qui e favent pas encore prtere1 r le tit i. rafle tint de pr.tgsenemis e d bsars pour du royauime, et nm Ie dI p.,m t e I.:rl,
stoy.1 libr-, an drot dd'umil r lettrs mblables les defendre ? QuAlks cconftalces ft hvoriab, dis tle Pouvoir det
n'ont pas p:rdu le.fpoir ,e renverf r votre oui- quels auxiliaires li i. nous intpi n enc nt de d AVacati(isl ou t y .ni at. .11 XL le ., ('c-
viage aft4 infenfes pour ile pas voir qie le pre- confnce ? Leurs auxiliars, Meieu s, )e v is vow, tcibre ; eils ountcepeinam ob.-i lr c
mier lignua d.s combats ferait celui de leur dLf- les n unmet : Ce folt routes les ef prances disues e regitri s pouvo : r :: tll. e, dun
truction ils mleditrenr des fc-.zs fnglint., t ile s a txquelles sattache un p.tti dfait ce nu 1 s dAlt, ls nagilras de Riu. ..culnt tI s ceux
orent envifager les def'iires d- leur patrie come pr.juiges qui reltent a vincre ,, les int&erts particul- dIu toyaul e.o
line con olation pour eux. C'efl done en tilr fa- liers ennemis de "'intrit general ; ce tont 1-s JelIi dirais t d"crer mliit io 4Ob Alie iait
veur ique 'iInvoque votre pitied; quand je vous projects audi criminals qu'iilenfes que forment pour 1)%tles chtlbres desv. .i tl bl ea I
invite a preveiir i s effects de leur avwugle rage -eur roprope perte les ennemis de la revolution. Voila, arlemes. DYol vient dot t qtu tl p.leittlu
vous lcur ,d veh votre pitie. Une five6ritz mod-ree Mefheurs ce qu'onl a pretendu par une denarch roya me n 'ell entr le t b ? )'ot v
peui auj.'urd'lui prdvenir des maux incalculabts. fi a.dacieufe quclle en parar ab :re.Eh! lr quoi1 e Ret s I s is 1. tonin.
Je propofe le decree fuivant : pz'rt ft fonder un tdl elpoir? OA lfont les griefs Nulle,aunre loi qu: ceile dil i),.ilbre ,e I
A mblCe national confiderant que les lois qu'1ls peuvent produire ? Viennuni-ils ctoyen afn- -1 n 1s. o Letrd ex1 fltdit
ne fauraie::t etre executies, par ceux qui affecteut magnaniimes d'une .ite derruite on difolee, on gen dns 'anc en ordrd de ch',rs t sen IRS ft1 s5
de les meconaitre et que la conflitution ne doit reux defenfeurs de Phumanit fouffrante r6clanmr 1 Ais auxquelles its dolven I' neltice -t rec,elat
p s tre confie e c.ux qui fe font montres oppofes des droits violes ou mecountus Non Metients; tous Its parlemet1 ent ot.C-I; L.1s s1ils oI ob-i
a fn etabliffenient voulant, au furrplth, ufer d'in- ceux qli fe prefentent i: vous ne font que tls chm.- la feul- chambre des vaca, ons ,t li.cmes dlt
Ad.lgence envers les membres de la chambre des vaca- pious plus intereffes encore qu'audacieux d un fylesene puble on tous les parlemens, i>,one ithilu de Reum,.^
mos du tarkLnrnt de Rennes, a raibon des i. .'-Os qui valut a la France deux cent ans d oppreiiion font copabl s.
et desetrreuis iiavet&r-s qvi peuvent avoir contribute p blique et pIrticuliere, politiq te et ficale, feo Je lai d iais :tous les m-inib.es -. p 1lln,.-ns co..
Sales e auer declare- que les membres de lad.ie dale et judicuiret.... et leur eflperance eitt de airc viennent qu ils "conlfrvcm i ,amn,. p id ait Icurl
chanbre des v c.ituns lunt inmapables de remplir revivre oa re rIetter ce fyl ltne. Elpoir coapable, vacations le caracr.re d1 nllayl-I.iat < (Ii:- LU
aucunes forctions attributes a ies officers, non don't le ridicule tit inevitable chltiatent. Pou oir n ift que "tifpendu i t qu ,nU i"niple ,a"re--
pius qu'aucun enwplou public dans la conflitution Oni, Mtikeurs, tel el lc veritable po nt de wve du roi p.: it Is railcl )lei "w.ni I t ,I ordihwm,7
qu'tllz dit occuae6e a ejablir. du ifpectacle qu'ont ojf..rt ici 1 s teatibre. de la d- 'eur rentree. Or je dtiaidiii. di qui 1 ribil
a-. a p J cha. bre des v cautions de -enins. lin van ks air.it ere enregtltree It l, uNi .'r.Iat ra1-1nible le
iMen. Efpr edi e datis vous fAier le connadtre mes lo xante-fix re ref titans qu le s Peupl- s d-te it Breta- pa len-iit ? Je d imnde fi rallnmbl-r ni pi leetilt
natrentiords.enl ne.charg'eant dej ,ii-ierla- conduit du gne ont envoy s parmi vons es hon,,iable teimoinu avmt le Inov-n',re, A, mi nt ci.ainbic de ,vaca.
ale e de Rennes. Je vo ia v t e vous copagnons de vo travaux u allrt ions apes le 17 octobre it Je op
la dual route entire ; le ne me tns pas le courage que la conlita ion nouvlic comb e les veutx d uin rions p tfiltn nit eff l:tiLlimt in tiau n,.ne poioir,
d'abandonner me1s 1co1,re- dant, le Imalheur, et t ne .Pcuple i long t ms opprinne qu a pp, i .iv ,-it C et s i1 y aplh IIe dldllicultr a p. o.,116g r uie puoiwe,
puis me di.imlr ou: partae avec unx les nn s cou id:e de brfer es crs eIn vait 1. Brcta- qu';t .evanctr Pan' e
priniep s. Je doius irtoiut la vrite pau ople ea gne, aut.at qu'aucine a>at'e paati de la Ft,-nit Je lui dirai, : i le paricin ni n'evilit ipis p le
Peui u-e ju e Poudr.s contuiler pour favor s il et curoune vostravauus ; ,nvin un- mulcitud d.adref- noveminbre et ti la chain ie Ac aat,.. us eI p ui:
he reu, ,ace Peu.le a qui on ffre la licence s ne vous rcevtz chhaqtt uv, impr me 1- t e t etre crteee qu,. par dt lois lteilth .1.1p l.-mnm,
focus !e om du libet a c People que 1on gare. le plus honoiab'e et' la plus invinmbli piintha-e a itl 't f 't d anc d'a -ord tan.ilfei bli I pilIne,,lt d
( 'Violens mormnure. -vos lois falttitar s t onie juges bretonsi ne p v.- 't Bret.gn- ; et come la li nui 11m iui.,n i unie dsI
Apres ce t a) flirophe, M. d' fpremenil pafle a pas coDentir a ce6 qu- vous lovez les btentait:ur, pculvo ,s quiuil tta point, ., it .. u ,i,.i b le:, d 1iAr
i'e-ratlil .m i t di la q-ehion it fi ff nti !a ni leur pa-rie.... Ah je le croi c' it bt n Clux rc e ilirn -d tn parenIui qui I. ln.qu. il ctuai
ceflite de'tr clear. 1 d.;man e dIabord q eile etat e utIts pa- l s que vous depif, ed qual v alln uonimtAcerp.ir cr 1i r" i ,,t, ,'dl-. ie,
]a Jlt'lit de Acc u qui ont & t trd ute ts evjt l A f- ... ..
t de c qui o te tr ts evant A- aff.rmil la tortme royal-. lut .' ni ul.lIat Ib bafe qi'il iut unelo i our cre uA.p al ,I ir ,-tilp r-
fcn.bie ? Ce toot les memibrts de la chambre des d -a lhb rt pubhque Ct de la voloe n.uioina le-A-in pour treer la ,i ; c.I it ni.. i d iAis l.q,i.
vacati uns. Qu' ft ce qu'une chambre des vacations ? ous eln .s La dig,.s depthtares, Me t. ns; et la tha ubre d s vacat.i, -i d I,.l. ,,r s'(ni
qua-l It fon ture ? qu.l ett con devoir ? quel eAI le et certes il el t p ir.is de le dirm ce t ei pas lctnt eux-me de et d..,r il L u, I..1r .ili. I, dei
term ou expirent 1 s 'onctin.s dA itarlmte it? damn de v eil es tr.antactiouns te Iett pas Cans tots i.f ,rit ia,,- iis tans tomber d.mA I pli, ,.t.Cu, I.s culn.
Ici l"orateur fe jettr danw ute tlo gue difculion cs traits traudulcux od ta rfe s" It c ui..-e tradicttonl.
don: le r ult-t a et-e q e lI cla mbre d s vaca- avec Ia itret pour ehinu.lr Cs homai s aC c ar e tli drais: et ne vo.- ,:-.vo 'il 'lil de.
t. ns d pari m nt dt- Rtnas avant cefl t s tone d quelque .,nitirt-s orgueieut, que you, avez te there anlvie cets o, ,t, is qui I o, .,li n1e
tion Iks ettr=s-p tentes ne fe trouvaient adr iees drechoei-r leurs droits. Vos uri. s loat pl.s i- comme fi d Hliv-s ini Iil 'l-S c- ink lI.flie
qu d s imdids oui 'avi nt aticon pouvoir et p -,aos aueis come I: tei out acrei d, course fouvain f; I.- ... Jc gill,. m.iii,
jou l-t- i A.. t u L -erre. Il t it iae ,di. c- ,Cn omme la Nature. Les t. itaLns, les w trt, ea7 droit :g e ent iilurp- II. ;t -..rI,l. i I ,,
S. un f r Fu v -d cett Iba rte ,Les miagiiats, nianae le.uent des polf iown ets d s tioapcaux. dr it par leqtl n-ms ., n-,os et t. r Ikm i[
dit- 1 lo)t .s'af oie e ; os ehoxmln st I n on- e;clavesI .d, oitq hko t l m s e.caves doit q e p i- one J il .. a-
d une oi nouv le e de ce princip til re I' t.ge font af;focis a emp r trana s, is ,ot i dns t dait s t u's,, i --p:r.,. lniu.i
co.iequence que la chaimbre des vaaio;s sde Pennes a etre a u rce s iC tie 1 ur rctt,-pI oti pu eqperer d etate vaA etl-Ui I|,,tr oui nO,,d
a fort benpu n-con i:i-te 1 s los de 1 Aflemblee, i deni f prot action. Chawcne des pare qui dm< its naxiines p okt nu i. -. p tit i,i
nncrionnrs par le rui, p e qu ls n exiltaient coprnce prb. royaun, eL uj :t du our oque la Na ion r .i ..Il.,,t. L'L-
M. P 1 ": c a r ufn id qu ique lear colction et i'aggregdruon ue kiurts ,reg ieimn ntt, tI qt Ili n a t i .it ligplr.is co -1
M.. d "prem,.nl abord;ant_ la quet on b at. u fnd i. ns 0 lt plrtas o t lovie.pa ,b es, f- r.t une vert ,-... ,' iIn I I'li t I l
nit6 dans le l11 6tait vrai, qu une des d v lions du corps poli- 1, t ctttz etnmse r cot, w ,n, ,l, I. o .,,w ,,. r
d-s vacanons a ,u ou non secart.r du contrit qutie a .n loler, ce erast a nous de ava leit ri ou a | ,
a uniIt 1t g .a lI drance et don't la ga nde e i ir o comutnettans .ie lat p.u de i tir acts oa inits t.,-a, 't 7ip. i-
etalt c .lheaux tut, de c tte pr vine et au par- t) ce cas nous v mploions a u d ie a ou ii,,- ,l | I ,1- ii
len- nt Or un des p ivl- .es infer d ns I.- ate t ni et dins c la c aie bientow t ie on, roei u aux v -;t-d S l y ndtl ,on ,, .o.ti ,,, t. i .., t
ptiflC StIC cit ctde la fa ire biecn ns p ilrti i i tfell ie s aux V P q lin t loll -d P t i i 'u-, A I l
e quaucune o I au t.un inp r aucun c an e- var L s par intuence des lo cs nouvi es. lS cette n .. t..i n, 1 d -' i r' ,,1.I ,III ,n I i i, I1,e
fnzn ne ,o.,rra avo r tl far Ien f OansI fiteut t des ,-- bi.-, l o ,t- ,n I.-I '-C -i ,
Sne vo n eltin-s con tement des l par aton nous temlait ndl ret qu'ant reuiie A-tt-on .out parl- ,. ".-I lt A .i loin i
E s et a v ficaton du p ent. ibilite compatiflante ne nous rtmict pas ,1 nous l aUlAOrdSt; a I111(,0in te.
Af.' de Mi abeau lit:'. Met a veurs, lorfque, dns declarerions dechui de la protee ioi i des lois is c no is a dit ncor: f ui a 'eft
]a 6e1nc0- dhir nmrs oreld es etaie-t frapp-.s de fi s ingrats qui meconnaltraient la tere patrif, .ct oblige de -air-.. ..xecstcr ,,l .p'i n,".. _, p- ,
ces mots que vous av z des;pprs aux F1rana s: qut trouv-racint ainfi, dans lear propre tolic, la e i: it pi ob L.e d ... t.:r ,, .,,,.- m, a; \,
o.+.et orivileg e' s lo fqu'une corporarn part u- [ trop jufte puni 1on. u" I1oi nouvelle qui noe I, .l .,. a.,t,,. I i n-,i,'
lier, de uI'une des povinc s de cet enr.pirc, v ;us Mis que nous permettions a dgs rudlgances pr- a ,i f-:s pouvu.rs, i ii s ioI ,-,, ) I. li"iCi
parlbit de I'mnpoliib:lite de confieitir A exi'ution de ticieLs, a de pretends in-d6ss de corps, d: ttou n I l ls ooI' eta els. vow, t,1 t ,,il .l1.11 tI
wav d 'res fitittioin-s -ar le roi; lo0 que des ma- bler 1 IjIAiim. ni d'une conititltion dont -Ie alite .. .o.tVeaiU poi voirs ,,' .-. ;../ 1 'l D'l'lli.
gilt ats vous d,~, i.ei.n qe leer co:lfcience ct leir polit que, c'.lt a dire, le droit inalienable d- io s ues, t os t i .q.. 1 .I i '' le ,n- .u li
!I hdo.'near leur dA- .i ,it d'obtir a vo I :s ; ie me As hon m s, eft la hale inmmuable, c'el t ce que iA dI ce. pourons ; je u-'..W-i ;,,,,- prt s1 .rit
dais : Sont-ce done lat des fluve ains dro6ns doivwnt p.,s elpertr les ennemis du bi n pubhc. ic r .ertitter cts lois.o,
q i, danm e lan de fierte inptudeitee mais ge- quanl ils profcAteenttout la fois tat tide ndp is M"'i je eponds a on tou :c Ilr," '.gill.r'i ui
n.~---l, parent a d'heur, x t!lk ipi.u.. ? Non., pour les lois et tant de rLfpec(tpour 'a-itorite d'ul ne ,ulmnt plus exee c 'i !- I ,,, is 11 i f-t'
c f,nt des ho-nme ,-dont les pr,eutions ont in fu' quand ils appelInt des organs legaux d It relative, t de inuv-lles low out v i., i .iie'l:
Sfu long t-s toue id d'..or ,re ioc al; c'e I volonte gendraTe a des pactes ou a I, volonutc t. abd'que leui r tnr ..o i I nr i ,J ni. d
une fectiopi d ces corps qui apres s'etie places arbitra red'ui C ul, collufaieirti etaidae des "ret eurs chI. g ? SI n l'.n i ..iI. i a, 1' in Li 3
par e x-me'm s centre le ionarque et ies fu cts, tons ai'tocIra i tues qui cnchaintiet ou paralyfaieti eel coll" dictoire avlc I.f.i 'i u .1,_'. t t'ii Ic,
Nr pour afl'ervi lk Puple en dominant le prince la Nation ils prof lent d' ,n, .l 11 gilk .:,l..finu .-i 'e,- .,-l c., ce,'x 1 1 ,.-1,a 1. ir I s ,irli
i Ont jou, nenac, trahi tour- av-tour fun et 'aurie ou cachent et leclhaufent des .I-in; coupables. et .'els du Peupe cor, ... ..u. I, i, ,ii' ; A ,,
San ,re d leurs vues ambti.-ife et reta di de D tiendrai'je cs objections qu' n a t re des qub rItp tin,-St le t.t.iit iis i. Sl.
C pi IurIs fiec s le jour de laraifon t de la liert d finitions d'un parlument diune chanbre des pubiu I'l "I,. I conifi 6,. ir, ,' .. -, Ihqmii-t
Sfi ,te poigtei de ncagi C rats .qui flit ca. vat, tion s,,ti e oidr jidic iaire, des filnctios de '.15s r-d vien,,ent iii ,- I. ,. r,,: ., ,i i
au ''cfstre filns ti 'te, fais rt' dtexte, vomnt d re aat ,.,.re- li i s de la nature de L:ur ,ii .-tit! -...-, et .it, i.i tera ? MAis du mo ,i ,"ii r, I ii s 1tAit-
!r-pr fe.d.-Ins du fiouveriu : NCous avons d6fob-i, de routes ces viilles di os qu t veauxipvoiins qui'on le.,,. ,W- ,. .-..-q,-] '!
et nos avonls di d iTobeir ; nous avons dieobei, tailaicit p ride de notre d oi public lorque 'p xcrcr les cui.s n ,,i. ..
Set ote rebellion nous ira un ti. e de floie; nou ottlus n'avons pnt de droit public qu- tenaient JL Iv-ur reponds : clh ,,., .Ii Ca.]',' -.
o,' a tb-i, et cIte d f bpiancs'honodIra nos lieu de ci nele otfque nous avions q e d s 'iv 0 ,t -I l le drnihit ,i i ,n.. t r,,b.A
;jmsii; la pflmrie noui tidIra compt e non-e e-rturs et d,'nt Ji.Alc, dains n-os Etats-provin.- 1p.tleuini) du r-viuowie ,r ( t. i l'. r-co, ?o '
,..i r -eiftilnc- :r'ar obj-i t de lon atte:'' ."/"te .. "r et de fon ciau\ dans Lsr al !l le' e. j ds p- rkt ns it fat la rpri,,n de la m i,,- .- r. n o
all r acj,,tt. "i -I :" ,i.,n de c-iit ,,rateur lorfque llous n'avions tniihti -his comb nb s f atnnn /.,t i,,41 't .? ii l ) '
,i, N,1 M-(fieurs l. fouvenir dune (elle daeince ni rai, ni uit e, ni tlo.,,, f... eh bien! voi, h, r
le p, [ era pti a la po!!eritt:. Fh que th t tons ce que je repond ai. publiqkeiies f tu ah diqtu, n ',l,, ,. *nl i .i. r-i ;'''
*!i l i c ; ..i.-," a v.v me qi' fe rowdiftflrit pour fire le poe ,+o"o de chaque parl-tuent, a-+on dit, ;'t-''ir toftn p(ot: ? taidi., i! l ,. i r" ,| -an 'm t
javoit-r !, plus s, 1 I. plou +,!and.'. d-s *evolu- ce.ikn a L overture e fs vacancy "e danumbr 1 n+o*'n- de fde th fo,,coKs ,', ,. fr,,l d'n, ..,1'r:
.ltkie cell- q.,i chlalnm rt ilthlbible'nant h face Iiu* "-s v,+gtti. Ue n peat Otre et'b- ie qu- pai+r d(-, 1.- "Di, on t'l (iiotunsor < i" ,, ,|. i, d.w n.' ter(TJ
I ,...... ,* *o -t dn & l te,+cc h uamiine? k'tni-3s ptent e,..,It,.., au ,alern,,qu'une- che ,les"prt, |.' i ,*n. -
S Etiraige pirefoimpi qui vent meter dans h pouvws fuilknt a r otune.t .ui ed .. teruun .de fe t f rn crimiK,, ,,,,,,, ... ,


W I




,I

to
















O,









9--




m' I





lt
t
P.t
.u





a's






















7.'- : '---
""



















do













ter



)en
oc-
Uri
!u


% ?
S4
lei
en
no



iw

























































Ian


GAZE




p 0.L




SI faut en cro
da prince de Cob
Dment, On ne latff
s rupes qu'il en f
cipaux endroits. 1
avant dans cette

Le bruit fe rep
Capitulation an co


S


buS
on-


an-
tutg
eui
dre- -
61re

che
ent
Ici.
M -


ITE NATIONAL, ouLE MONITEUR UNIVERSEL.


ME C'R EDI 13 JANVIER 179i.


ITI Q U UE.



ire des avis de Vienpe. les troupes
ourg fot dq houveau en mouve-
era dans la Valachie qu'aurant d'e
atlt Otui -les gi rniloiis des prin-
Le co'rps de Spleny fe tend plus
province.

atid ici q','Orfowa s'eft rendu par
nite d Wartenfleben.

UED E.


De Stockholin, li 19 df embre.

Le terns contiit.ue a t re trrs-doux : la naviga-
ti n eft touwours ouverte, et il arrive journelle,
ment des vailKaux dans ce port.
Dans le confeil d'Etat quele roi a teni le 14,
il a paru pour la premiere fois deux menmbres de
li claife bourgeoifC : ce font MM. Rogberg et
Ulner.
Le roi a admis fucceffivement a fon audience
M. Lifto.n, miniftre britannique j M. le come
P, tocki, nminifire de Pologne ; et M. le conmte de
Luatol, miniftre de 'empereur, lefquels one remis
A S. M. leurs ,etres de creance.
Quoique qutelques I 'ttres annoncent que les course
di Peteasbourg et de Stockholm font fur le point de
cou cure un armiftice les preparatifs de guerre fe
continuetat avec activity. La ville d'Abo arme A fes
fais cti.,q chaloupes cat-nonoieres. On a auuli leve
un nouveau corps de volbniaires de 180oo hommis.

Une dipara:i6h de la banque a remis an rei, Ai
la reine et a touce la famille iroyale, des medaill'es
d'or qu'elle a fait frapper en mnemoire du combat
naval da 17 juillet 1788; pres de Hoogland.

PR USS E.

De Brandcbourg le z; dicembre.

On affure que les foldats abfens par cong6 out
resu ordre de rejoindre. On former ici un grand
cordon de troupes fur les fronieres de Pologne ,
jufqu'a Driefen.

On dit qu'il eft parti de Berlin un courier pour
Pitr rsbourg, et quit y porte un plan de conciliation
pour les puiffances bellagrantes.

POLOG N E.

On &crit de Thorn e1 dat. du 1 d6zeinbre ,
quie le 10 il y eli arive trois bainmens charges 'a'.-
mes poutr Vauovie ; elles ont 4td tires des manu-
factures pruffiennes.

De Varfovie, le I6 dicemrnle.r

La confmiffion de guerre a requ l'ordre de payer
aux officers de vouviJle creation, les gages, a
computer du premier de ce mois. Tons les r6gi-
mens d'inhfanterie front r6paris en huit coiMpa-
gaies; I'artillerie de a couronne fera compofee de
quatorze com agnies, et celle de la Lithuanie de
iabt.

On a fait 1Nvalua'ion des revekius des biens qui
;ppalr.lnaient au-'efoi a 1'evch de Cde Icovie :
deduction fite de routes les d6pe.-f.s, y co Lpris 1.
traitement de 1 ev6que, qui eftde100,000 florins,
ie trefor ehi percvira encbke 00,000oo.

A L L EM A GNE.

Di Viete, rte Z5 diceinb'r

Dans le dernier cdapitre de 'ordre militaire de
Marie-Th6refe il a 6te fait une promotion de vingt-
cinq chevaliers. M. le lieutenant-genA-al de Klebeck
a ei vio.inmt fotintiairidetir.

: D'puts quelques jouur,, I'arriv6e et ti dpart des
couriers dans crtte capital eft extraordinaire.

Le! reiev1 i. t ont 4te B its A la fin le, l'anh-e
,meglif, dins t(ous lhi Etit hlreditin.is.de I'Alle-
magnt et de laGaIli.ae, ont donned, pour 'etat civ:l,
les, tfultats fuivans favoir : 87,192 marriages ,
41 8ai4 naiflances et 367,816 morts.


E S PAGN E.

II arriyva, le to dcembre, & Vienne, .ln courier
de Madrid, qui a dit-on apport6 la nouvelle qtte
le grand.feigneur demarde a reprendre les nego-
ciations pour la pain, fous ah protection du roi
d'lfpagne.

PA Y S-BAS.

De Mons, le 4janvier.

M. 1- due .d'Aremberg, grand bailli du Hainau't
efA arrive le i dans cetre ville. 11 a et6 requ an fon
de toutes les cloches et au bruit de toute I'artil e-
rie iil rait deux heures apres midi. Tous les habi-
tanrs forti, de leurs maifons fe font trouves fur Ton
paffage. Qu.-tre mill- citoyens et un nombreux deta-
chement de la garde bourgeo.fe avaient te at-devant
de S. A. M. le duc d'Aremberg fut conp!imenrte par
les Eta s et,par le magifirat. Le refte du jour s'eft
palfe en fetrs, la nuit en feux d'artrfice et en illu-
ninations.
De Gaind, le 5 janvier.

Tous les jours font marquis ici par des actes pu-
blics. Hier l'6eat noble a pr&t6 ferment a la Nation
eintre lIs mains du premier confeiller penfionnaire.
Les jours pricedens on aviit publiedans les marches,
le manifefte de la province de Flandres, qui declare
Jofeph II d&chu de fa fouverainet6. Le Peuple ne
s'eft point abandonn a des tranfports de joie. 11 a
implement marq uW fa fatisfaction. 11 a paru come
d61i acoutoumr a un nouvel ordre de chofes. Les
Etats de Flandres ont nomm6 fix deputies de chaque
ordre, lefquels nommeront deux d'entre eux pour
affifter I'alrembl6e gen&rale des provinces Belgi-
au.s. Cctte affemblneeft convoquee a Bruxelles pour
le 7 'de ce mois.

GEN E V,,E.

Lettre de MA. Livater, 2 a occ fion de fan entrevue avec
M. Necker, a2 BafJle au n ois Yaodt aerierr, tide d'un
journal public a Geneve h O. o*

Rendu IBasle, aux trois rois, le vendredi 24
juillet 1780, erant invite par Madame de Stael a
diner avec M. Necker, je vis pour la premiere fois,
au feih de fa faomdllt cEth.mme 6galemeqrdifi iuue
par fa re nommoe, fon fort, fes talensetr fon merite.
Vous fivez qae je tais un cas extraordinaire de la
premiere impieffion.
Quoiqiteni d-til je me fulfe repr6fent6 M. Necker
tout different, fa figure, au premier aspect, rdpondit
a mon attente ; mais vu de plus pres, je fus furpris
de ta diif~erncei de fCs tiaits avec toutn.s les eflampes
qu'onen a fi't ; iMon jtigeiment phyfiognomonique du
total fat biento't 'ecide. Le tout, dans un certain
*loignement infpire tn fentiment de v6neration.
Obferv6 de prbs, plus d'amabilite fe fait apper-
cevoir.
SLa toitflruction des parties falides de c:tte t6te
nappartient r..is 'ux to. ii s oigina'rement grades et
caracrt&ifliqucs de la nature. Elle n'en eft pasun pro-
duit abfolu, unique, original un trait hard, uin falo
mortal; c mine, par exemple, en differcni degrees,
ce!les de Newton, Lo' ke, Montefqui'ou, Thourlows,
Chatham, Pitt, ou m&nm. d& Voltaire, Routfeaa ,
Joih'i,, ,&c.; mais letout a quelque chofe de fi
unique, approchant de la perfection morale, decifif
pour la fagetfe -anquille et h prudence conf.ninmme,
et fes traits en detail fe rduniifent pour exprimer
l'honnnetr, .la bonto, la douceur er la nobleffe de
f itiment. 11 me requt a peu press come tons les
Fianais avec politefl:, cepentiant plusdignIment,
C'eft-a-dired'une matniere plus pofdr, plus >4rieule;
et quad je dis coImie tous les Franqais, je ne dis
ps bl n, puifque je dois d'abord ajourer que j'ai vu
pen de gers du monde, et luirtout de la cour, de
ceite limplicit4 et d'un ton fi opp,'fd 6 la mult-tude
des Franjais. Auni tien.-jeun bien pills grand compete
3 cctte Nation et avec tni tous les gens fenf6s ,
de ce q'ele a fii miontrer tant de,iutfice, et juget
avec un tict aulti delicat .an home qui nie poffede
rien de u.er -,r tnjou. de cet efpricrpetlait ni de
cetre 'or'te d'loquence qui ilbo de en compliments
fltteurs, etqui lui eft fi natutelle.


dans de profondes m6ditat'ons ; il gardait 16 frieux
d'un fage, et cela fans atfcrtition, fans air ni effort,
Sa voix eit extraordinairement douce ; come
tout enJuLL ift tr iquille, p. -, mur male et
dioigne de tiaute pdaAterie, Pluiage dn grand mn.inde
fe faith entrevoir; mais le min:llre d'dtat eft frap-
pant cmn lhii tout l'annonce, mais fans la moindre
oltentaton. Si j'avais vu M.\ Necker fans le con-
naitre je ne l'aurais jamais pris pour ntin simple
homme de lettres ni pour un militaie ni pour
tin artifle, ni pour un neociant', car dans cec
deat meme il etait d6l dans l'ame piddeftinr ihi-
niftre il parait &re, n et lorn6 pour-diriger des
finances. I1 #coutair avec la trinquillite complete
d'un fage qui examine tout qui n'anticipe rien,
qui sapprofondit tout, et don't 1'exactitude pore
fur les dates comme fur les fits cependant
inTfiniment 6loigne d'une curiofit minutieufe.
Toures fes paroles 6taient pef6es, kais could ienc
d,. force ; tous fes regards attintifs, quoiqu'au-
trement modcfis et difcrets ; routes f s rdponfes
pertinentes et nob ement exprimees fa s aucune
to. rnure recherchee ; tous fes propos nuArs et
achev6s.
Son front a quelque chofe d'un tendre feminin,
il n'a ni noieuds, ti angles, ni rides il recule,
et It comme tons les fronts de cette efpece.
Dans fes paupieres qui ne font ni epai'ffes, ni
fortement pronounces, comme auffi dans le doux
enforcement de il'cel, et dans la couleur, et a
coupe de fes yeux il y a une expreflion infinie de
cette fagefle pleine de nobl ife et de gravite6 medl
de douceur. Et quand je nr'y trouve point ce feu
etinct-lant du ginie j'y r.:m-arque par centre quel-
que dho.e d'un' efprit fiip6rieur aux feuls inter6 s
de cette terre, et qui n'tit pas stranger au monde
invisible. Les morceaux les plus fublimes de Its
opinions religieufes femblent avo r tir6 leur origin
de ces c41efies regions. Dams fon regard attentif,
infinuant et reflechi on diftingue I'efpriti analyti-
que ; cet home eft mo;ris grand par la force
creatrice, que par la force de comb'naifon de
comprdhenfion et de p6n6tration ; quand itl coute,
il ne lui -chappe rien. Son te nt eft d'un jaune pale,
affez effentier pour former l'id6al d'un fage de ca-
binet et tres fignificatif pour un caractere uni et
paifible.
Dans fa bouche, don't la ligne du milieu eft
tres-caracteriftique, aigue fins fa durert, fe jouent
avec aifance les graces de Ie bonhonme la vlus na-
turelle qui n'intpire pas flulement, de Tl'dime ,-
mais de I'attachement personnel.
Son menton eft tres-long et affez charnu mais
fans .&tre grolfier ni fenfuel ; fon rtculement fe
trouve en harmonies frappante avec celui cdu front,
et done A cctre phyvfionomie, a laquellc it ne
manque point de chaleur, ce degie de came necef-
faire aux grands calculateurs.
Le nez n'a point de forme particuliere fon d..flin
n'eft pas pris en grand, ni fon cot tour aigu ni
anguleux, ni tres-pointu ni ciinus ; ii a cependant
une petite nuance ,d'une douce inclinaifon ce qui
con'folide A un oeil exevc' le caractere du total ,
favoir l'uniformie6 et la dignity; car je n'ai trouv6
ei, lui aucuo ton de desharmonie, aucune incer-
titude dans le regard.
11 me parait que cet home ell particuliercmeht
grand et unique, en ce que, par la propre culture,
il a fair d, lui tout ce que la nature lui perm.t-
tait d.tre.
Je t6moignais A fon dpoutfe, comnue et difin-
gue par fon efprit et par fa pru.lence, d'une raille
longue et d'une complexion delicate ma furprife
fur la tranquilt6e de fon epoux dans un fi grand
moment. L'inganu;te de fa reponfe me frappa : IL
n'eft pas auti tranquille qu'il vous le parai t; fans
cela, il aurait parle dav'antage durant le repas. Si
vous n'appelez pas ccla tranquillity rdpartis-e ,
quelle ne doit done pais tre fa farenite dans des
terns oraifiaives ?
A table, il 6tait at-entif i tott fervarit avec
dignity aifaice et provenance. Le strangers, qui
pouflaient leur curiofit6 jufqu'a P ndilcrition, n'exc-"
taient poiut fon huliieur On ne vit auctn fourirede li
vanity qui fe complaint a elle mnme, oni de li fuffl-
Tance qui fe bonrliiullec i point de cet orgueil qti
bleffe, ni de cette dtlretd affez propre aux minifirds
d'Etat.


Tout autour de lai dr s


: -, "-- I------------- t,*53 ---"m
M. Necker pirla peu, particulierement dans le airs diflimol6s, de ces accens qui tfrment la bouche
commencement. I1 ne ,ie prtltt, qu-ique dar.s un et dtouffent les mouvemens de confAtid.ce; au con-
dei plus important moments de fi vie, ni trifte traite, d' la bienveillance, de, abandon coriial,
ai .lhariu ni diftrait rii ihr'.-i:-ire.entt d.chir e, plein d'efltne pour fa refp(ctf-li'e dpoui', dc t-ti.
ni, dans tn rat d'inddcifion de crainte, et encore dreffe vfible pour, fa file la ifniable et fpirituella
moins die joie ; il avait t cep~enlant la veille au madame de Stael.
devant de .fan epoule et de fi, fill chmr:es, av ti 'La politeffe avec laquelle il recut les perf;nnn
requ fon ra:ipel du roi et de l'A fl-mble,: national "atirees par des vues rres diffetentes n'et 'it rif
et s'eair dechatg4A de fa reponfe malgr cela poin- exagre ni hbumiiiante ni familiere nti m
d'agitations ni de fines d'un efprit abftnt ou abforbe nidrie.


F-IOI_ ~-~--._ul---.-- IUIi~.~E--


~II~IC~OII~a*Cs~r~rrrplla~_~ _~


----~---~---L---~_.






I,


d


Des Frangais des Anglais des Suiffes, MM.
Ld Fin igt Je B.dle, M. de -Sila Deerker, Haas,
fa.fi le tow furent accneillis avec grac et o nobleflf.
S. prdf-nce patii!l4 retenait les inportuns, et exci-
tait de ages penfees. Je crois qu'il ferait itnpollible
de faire une folie duns fon atmolph,-re.
II ne proferait pas un mot ni de lui, ni de fa
situation, ni de la France ni de fes amis, ni de fes
eunemnis. -Sa fpirituiele fille fir tomber, malgr6 moi,
la conversation fur la phyfiognomonie ; tout ce qu'il
en dit tie mountra pas un anatomiflee, un d4Itinatetr
p:r principles, mais decidait tn juge competent, inf-
trtui et confomime dans la comainfiance de Phomme.
aier', fi j'ai jamais va tin homme.de cabinet doue
d c'. .ll,-ns trtens c'etl cct hoinme que-le fort a hlo-
nore par tant d'amis et d'ennemis. 1il fut'connaitre
le refpect et 1eflime qu'ont pour lui ceux qui len-
tourent, et la liberty avec laquelle ils parent devant
ui i I aut fentir F amour d.cs fiens port prelqine
jufqu'a 1iadoration ; il faut le vo'r lui- meme au ftin
de fa famille, pour s'en faire une julle idee.
La Nation Franqaife peut s'honorer de pnffrder le
tact le plus exquis pour connairre la vraie grandeur
de l'hoimne et la prefer ce qu'elle vaut j roe qui
fachant fe 'di:pouill,'r de tout prejuge de naiiunce,
de toute prevention etrangere au mritee, a didtinhtue
cet home par une coniance'inouie ctquls'aban-
donna :t toute enciere ai lalcendant de Ia vertu a
4crit en lettres d'or lhr fes cocardes : Vive le ro,
Necker et la Nation.,

FRANCE.

De Paris.

Tout le monde fait le bruit qui s'eft fait a 1'Opera
cos jours dermners. Des jCene; genI, qui ne f. con-
dui'en: pomr encore comme des citoyens, fe font
mal comports avec la gaida- national : je tro:zve,
dit Montaigne, q:te nos plis grand vices prentent lea.r
pli dr's norre p us tendre enfance, et qzue atireprincipal
;:zvgocv'vetnetet :fl enItr les mains des nourrices.
Mais faiurait-il avroir pour les jeunes efpr:s la
mm r indulgence qu po .,t des caracteres avances enl
age ? On ne pall-ra point aux jounes gcns d'avoir
cont actor des habitu.i la v~Itu imprapicable ? Eli-il bien vrai que !'on
ne puite Le e ar a I uniforme national ? (ye n'eft
peut ere pas l'habit qui d piait : on eft chloqu4
de 1', ininm'te qui le pot ,. tin marchaind tin no
taire nt ouvrier en utiiiror:;I On ne l e fa'iiliadife
point avec c.-tte id-c. F'out jeune colonel tout
olinctr q'i) qu! -i1t fin grade tout gtntilhomme
de nos cwoiFi:s, a de la pine a fe contenir. C'it
qxte nul 'en.r eu'; nii'it elev a fe cr)ore citoyc-n
n'eil pas blefli de la Uode la plus ridicule avant
nrriem que l'ufige I'ait coCf.cree, taudis que la plus
faine inilit,.tion parait aux yeux qui u'y fout point
fl;ts d un ridicule acheve.
Quind ceux de Cre':e, dit encore Montaigne
voaLicnt aut r-ms paffiha.ulirie q'.elqu'un,i!s priaient
ls Dieux J 1'. I I n quiqucli.. iunau'a:s coltin.,c
Mais le p'.m iiI c;,.t i e ca puifiance c'ti dc
nous faifit- et c pi t t r de ti lie t orte, qu'a peil-:
foit i ti noius de nors ravir db tli prife et d;
rentrer En nous pour dil'niorir et raio.nner de fe:
ordonnanc,',. D: v:ay, pjree que inous les hunuons
avcc le lai 't d n'';.. et qua le village
du m.)ll-e fe pr fnte cn ct dcI.t a notre preninre
veue il fenub!e que nous fovnms niz a la condi-
tiou die fuyvre ce train. Et les communes imagi-
nations que nous trouvons en credit autouir de
n,'.u et infufes en noihe atme par la f-'menc de
nos peres itl emble qote ce foyetitkks ge.n'ralld
et naturelks. Part' ol ii advient, que ce qui eit hoer
les ,ondb de la coultumne, on le croid Itors'lec
g. nss de ia raifoui "
Les pr, minres inquietudes qui out eu lieu derni-4
remeut a I'Opera fe ornt majnihtf'es lks jours ftii
vans. Les nobles, car on dit quec,_ foint ds no'bl._s
toUs jeun s gens de to 1 2 0 ans, Lf font retrouve
ao mineme endroirt avLc le mcimfe ton. La garden na
tinale tait le.i '..._-. a traitor les did.ins avec 1I
rn pris q'ils'ni- ritcnt. Elle voulait plus encore: ca
toitiuniforme d-.nne des pr6juges et Ihabit fi
toujours foi metier.-Mais la prudence'des offlci&e
a e enu l'honue&e et dautgereiufe fi erte de la jeun
n.ilice. On fe nueijneaiit, dit on dp gtie et d
regard quelqu s-utns m1me, dans les deux parties
erai'i t armes- de pill.,I, t ; mais on n'eft point forti
et 1Ion ne s'elt .point me lurt. On affire mnme qt
c'tt- querelle eft termiine ; elle aura fervi comir
tho e; les autres fautcs qui font venues du mtin
borao; elle monte que tout n' ft pas dit encore
et it devient diflicile de perfuader hlgerement a un
des perbo.tims E.s plus importantes.dans Ia t6voli
'tien 'par fon experience et par fa valour, que la rev
lwiioun n'a plus rien a craindre, et que tgus part
f- chlfnit deva:t la volonte national et le cara
ter. 'connu di fouvet;in... .Que 'on y pen
dunc f.i in n : 1 ii .,n.uuun cont nmporailne dc
fe trantnettie a la ot- it-. Leja plus d'nn no
put ecre cA hhar-ge d'un blame ,ut.ici.l ..


56
Qu'eflpre-t-on enfin ? fe fire un merite de braver
ieu 1ophutiton ginetale ; nionter du caractece' et
obtcnir dut moiis utine ctirtaine cnMidcration par cette
epC, CI; de courage? On fe flatte en vain. C'eft Ve-
ir trop tard pour faire adhtirer encore les fublimes
hauteurs di didc d'Epernon. Sachons ou nous en
oimmes : on n'efltim6e plus en France totes ces cou-
pables fiertis. A mefure que les prtjugis s'effacent ,
voyons !es chores repren Ire lenr vraie- lignifcation.
Maintenant donc a'audace s'appelle audace i et voila
encore tin time feodal de dshonor6..... Vaines
d-'lamations va-t-on fe recrier. N'elt-il pas teams
d'&re. plus modr6s ? ...... Repondons encore par
tin trait de Montaigne : la defectuofit a plus de part
a la mode.ation que n'a f'exs..

De Verfailles, le 9 janvicr.


I


ADM INISTRATION.

M U NIC P IT DE PA iI s.

Dipartement de Police.

L'on a pu voir dans tin de nos precedens num6ros
1'ordonnance du department de. police du 24 d&-
cembre fuivie de 1'ot'dre de t-uiar uiawor, portant
obligation a la Iadn national de pl'. it.wmittc tfoiqe


a
tr





i
c

f
a

p
r


11 eft fans doute affreux que des citoyens ruMin
par fuite de la revolution foient trains dans Its
prifons pour 'acquit de dettes contracts day's des
terns plus heureux ; mais combien d'autres,-profiuinj
de la circonftance et pretextant une detrefle qu'il
n'dprouvent pas, fe jouent de la loi en refufant di
payer ?


Nous avons attend que la mitnicisolitr de Ver-
flaiies. ait rendu pub ique Ja deliberation qu'elle a
prife fur les troubles qui ont eu lieu dans cette
vile le 7 de ce mois, avant d'en confliner le rapport
ldans no-re feuille, pour ne donner a nos lecteurs ,
come nous I'avons dija dit, que des renfeigne-r
mens firs des fa rs qui peuvent les minreff:r.

Arite' de lu mr'iicipalitd de Verfaillcs dit 9 janvier
1790 onje heares du matin.

L'affeimble general, avant pris connai(Tnace des
troubles arrives dans certe ville, le foir do de ce
mois des violence qui out forc6 le ptit nonibre
d'ofG -cifrs mnincipaux qui ont on fe rnnir donner
!'ordre de vndre le pain au-deffons de' f. vritable
va1,ur ; confiderant qu'un ordre arrach6 par con-
trainte eff nul er ne pcnt fubfifler; que le prix
des grains et farins qui dertrmine celui du pain ,
ne p-rmet pas que l-s cliofes rftilirn dans 'Ntat
actuel ; confidrant qu'il efl poffibkl, en r6tablif-
fint n \fCie qui filfi'flait aurrcfois mais que' les
mauvair,.s recoltes ont Abroli, de procur-r s fecours
aux indic.ens, ce qui-ft of uiours l'obier de la viei-
lance et des foins de l'Affemble : confiderant enfin
qu'il ell de la plus rande importance' nue .le'r f-
nect du aux lois, foit hard et que la tranquil-
lit- publique ne foit point trufiblee, a arretd et
ordonni ce qui fuit:
10. Le p-in blanc de oremierp quality, continuera
d'tre v'ndu trente-fix fols les douze livres, ou
trois fols la livre.
2. I.e pai his~-blanc f-ra vendu fur Ies marches
des d-iui paroiffes, a r.iifon de vinotq natre fosk Ils
douze livres, ot douze fols les fix iivres.
0. Chacun d~ s boulangers 4tAblis en cctte ville
et fauxbourgs fera tnui d'envoyer, chaque jouir
al noirs une fourn6e de pain fir la place du
march- des deux paroiff:s de Notre-D'me et dr -
S ;nt-f ours meme une plus grande quantity s'il
i ol nceffair et r'en pourra eviever avant la nuit,
a peine Ie trois livres d'amende pour chaque pain
enleve.
o. Au moven de ce que deffus, it eft trrs-expref-
finent d-fendu A tons pa:rticuliers, de quelque -uta
:t condition qu'ils foient, di fe prefunter dins les
bowuiqiis d s boulanr'ers poutry demander du pain
au-defl-os de trntcz-fix fols les douze livres de
s'y livrc r a cuns props ou dm voi,'s de fait, fous
pine d'&tre punis comme perturbateurs du repos
public.
f. 11 eft e element ddfendu a tous particuliers de
fire des attroup'-mens, et de fe r6unir, foit aux
portres s boulangers foit par-tout ailleurs fous
p ine d'ktre pourfuivis comme pirturbateurs du
r'-pos public.
En conf'iquence, l'aflembl e requiert M. le com-
mandant de la garde national du regimept de
Flandr'e, .des lhaffurs de Lorraine, dis iuiffes, da
la garde invl.ide .t de la marechauffe., de tenir
la main a 'execution du present .ii ri :; L "il'' e
au mAintien de l'ordre et dela tranquillity dela ville ;
de prendre pour raifon de tous les mnoyens que fa
Sprudence lui fugg'.rera, et deployer, s'il el6 neceffaire,
les forces qui lui foot confiees; faire avreter et
emprifonner tous les contrevenans, pour leur process
leur e&re fait et parfait luivint ta rigu-ur d- s ordon-
nt inces. Ordonne que le pr6fent arrete fera lu public
s t affiche a 1intanit dans les carrefours de la ville
e et par-tout oi befoin fera.
u Signis, Quillay, president; Ile Roi Girault, feeri-
, tires ; Emard gre4er.
, I i 111 11 n 111iniilr i lii'n iiii* l l ili ii r i ii* l


~-L'-l ~CI--C~~I~~*----~~


ux gardens du commerce, pour l'excution des
raintcs par corps n nma.i.r.jsi ciil, foII lG--'.
eW ccux-ci env previendront quarditm-huit '
a avanc le e dpartement' de police. t
Depuis l'inftant de la publication de cette ordo,.
uance, quelques diliricts fe font el ves cottr el,
t connaiffant les devoirs des adminilriateursi 'VL
nculp6 d'une maniere positive l departemrne,
ommie fi toute puiffance publiqie n'tdt int
obligee d'aider 1'execution de la loi et qute a t .
et pas le ferment de tout hommue rev4tu ',,
lutorite ldgale., -
On lit dans un placard afiche par Ie difrict d'e
Peres Nazareth, qu on voudrait par cette ordonjgla
avilir les citoyens en changeant ears fonctions,:ho
tables en celles'de vils capturears.
Je fens qu'on ferait tres-coupable d'avilir lesfotc.
iions des citoyent i-nais y- a-t-il de 1'avi iflfment i
feconder 'execution de la loi ? Or, ia loi 'qu pro.
nonce la cohtrainte par corps centre certainstdebiteut.
exilte eile exile ccmme tant d'4utres, et it Ih'y
pasi plus de d6shonneur a la fair refpecter, qu' fafij
rerpecter celle qui, dfend d'arreter un ctoyen, sil
n'eft legalement decr6te de prife de corps, ou fut.
pris en flagrant delit.
L'/f'emble national, continue le placard n' point
prononcejur la coatrainte par corps : cela cli vraI ;mats
l'Affemblee nation.le a decide que les lois actncile
feraient exEcutees provifoirement,, et ji iuuAi ca
qu'elle ait pr6nohce fur l'organifation du polvoir
judiciaire. -


Le ddpartement de police, en exigeant du gsr~J
du comtimerce de faree fa declaration quarante-huit '
h-ures avant d'obrenir i'ordre de main-forte, s'eft
rif eve en niagifrature paternelle d- diliirpgerle
d. bteur lionntte et malheureux du lache fripo- qui'
trompe la foi publque ious le pretexte de la mif:re
commiiune. Jamais ordre de main-forte n'a te (t no -
fera delivrecontre les premiers-, au moins tant que
les aAhminifiratenrs actuels front dans la police;
j.miais un ordre de cette efpece.contre qui que Ce
oit, nefera dclivr fahi avoir confutd le diflrict dais
klqul fe trutlve le dIbiteur iifolvable ; enfiti tot tt s
les mefires qui peuvent concilier le respect de la lod
et du malheur ont dre prices, et I'ordonnance doit
produire ce bien qu'elleempech-ra les voies defait
et la violence que i'execution de-s contraintes pour-
rait exciter.
On n'a donc pas pu dire que l'ordre du deparre-
ment ?e police fitr birbarei il 'ell point non plus-
illegal ; car 1'Affemblee national, le roi, 'a comrn-
muine, le parl,7m-nt, en reconnaiffant iexiflence et
l'autoritr du doparrement de police, come magif-
tratuve populaire lui out attribute tout pouvnir n6-
ceflare pour corferver force a juffice, fans laquelle
I--'
il n v a point de loi, et par conflquent point de
fociet6e. -
.a garde national A qui nous devonsnotre libe't,
la gard- nationale don't nous faifons toui parie,
e le qui a iure fi'lirte la loi, an roi i la corn
mune d,- Paris, ne p ut done print d6te avi ie do
pr6ter fa fo:ce a I'execiftion d o&es dmaves de l t
loi, de ceux qui en font les organs et les defen-
feurs.
La garde national ,. compof'e de ctovens libres,
connait trop bien et les prncipes et 'es droits, pour
miconnairre ces veritis qui font fa force etla bafo
de fon pouvoir public. II eft toujurs beau,v il eli
toujours grand de fervir la loi ; et, s-il ne'f pentiis
tie citer Ilexemple d'un Penple voifin, dans u n ma-
tiere qui n'a pas b-fCin d'exmlnple pour etre fLi,rie,
les Anflais ne font fias et puiffans que pt T Iu.-
inttltirable respect pour lts loi. Ce .Peupl pmnfeur
a fenti que de qu'une loi fubfittair, il falla t qi
chacun <'honorat de lui obir et de ;a fire rJpectr
c'eft ce fyfldme qui ena fait des homes huimains,
,ich.s et orgieilleux parce que la confciencede 1
juflice publique product tous ces Ctfc is dans ceuxqit
'aitment.
La garde natiouale n'a donc pu refurer'd'ex&cuter
ce q'ie fes magifratssont cru devfir fire pour I'ord s'
public : fes lumieres fa (oumifilorn la loi, 'qui fair
fa gloire, fnrtoUti fon imperturbable patriotif ie, en
font de puiffans garans centre lei allegations du pla-
card en question. ( Cer article eft de M. Peuche.)




CHATELET DE PARI S.

Du 11. On a entendu een dpolition trois t6'moint
d.ms raffaire de M. de Befenval.
MM. Lazevine et Savatre ci-deyant palefientert
au f rvice de la reine, i'oint aucune counagnl i
de l'affaire. '
1 < 1 : ; t -
I ** *












Le dernier de ces t6moins, M. Baz6, compagnon
ienluitier, a depofe quayant 6te en patrouill
r S. Denis, lui foixanmiie, le. 1 juillet, ils
avaient ete arrt6es an npmbre e fix, et conduits
Sl'Abbaye de S. Denis, oi ils ont trouv6 M. de
Broglie, qui les a rnenaces de Its faire pefndre a
Vinitant en les nommant traitres an roi;, qu'on les'
a Mis en prifon, et qu'aprbs trois jours on les a
renvoyes, en leur difant: allei vous fire pendre a
Paris. ,'
Cette audience come toutes les autres, eft
tours gard'e par cinquante grenadiers. L atllnuence
clit confiddra le anx environs dut Chitelet. 11
arrive des scenes de tennis en terns. Ce martin un
Darticulier a forc4 et renverfh la fentin. le ii a et6
arret6, le Peuple 1'a r.: dmand6 A grands cris ; ce
qui a occafionne beaucoup de defordre: itl etait in-
tereflant de ne pas ceder, et c'tft ce qu'on a fait.
Le 1~t I foir oinl continue information de
M. de Befenval.
On a.travaill6, dimanche 1o, route la journ6e
S'infruction du procs de M. de Favras ; nous
en donnzrons des extraits. Nous aimons mieux ne
pas nous pr ifLr, pour in',..i plus fMircment le
Subl.c.


ASTRONOMIE.

M. M&chain a decouvert, le 9 janvier, uine
petite comutte danis le Leikr r; mais on ri la voit
point fans lunette. ,
Dejuis quelques ours le dciel offre un pheno-
mene remarquable, le fo r du cote de P'Orient,
Jupiter, Mars et la belle 6roile du coeur du Lion,
fort pres huil de 'Iautre; il lie trs-rare de voir
trois b. aux aeires ailna rdunis dant le im&me endroit
cdu Lid.
Le 9 janvier, Ietoile a la tete de Mfduf, qui
diminue de lunlicre tous les trois jours eti t a neuf
heures a fa plus graiide obfcurite. J'en ai conclu que
a period de es-rEtoutrs de lumieres ilt de deux
jours vingt heures quarante neuf minutes deux fe-
conides.
Signd, DE LA LANDE.



Mt LANGES. ,

Au reducteur de la Gajette national.

II vietit de me tomber focus la main, M. le r6-
.dacteair, un profpectus du Cut ( prononcez CloS )
*e la Rtvolution, dans leqult on atnonce ulief tete
atriotique. On invite tous nos poe&es a ranimer
eurs vtrves en faveur- d'un fi beau fujet. Je ne
done pas que le feiitiment qui anime tous les ci-
toyens frangais n'infpire des chores charmantes aux
citpyens du Parnaile ; n'ofant entrer nous-m&nes
en Isce et jaloux cependant d'offrir aufll- note tri-
bat, permettez-nous de prefenter les vers fuivans.
Ils font d'un home qui ne manquait pas de talent,
rt qui n'eft pas.etranger A la revolution actuelid :
c'it Voltaire. On p..ut les conipter parrmi les mille
tune ptedictions que l'on trouve dans fes ,auvres.
11i tetminent lepremier acte de fun opera de SamJfn:

Peuple, dveille-toi, romps tes fears,
Remonte a ta grandeur premiere,
Conmme un jour Dieu, du haut des airs,
Rappellera les morts A Ia hlniere,
Et du fein de la poutliere,
Ranimera Univers.
Peuple, eveille-toi, romps tes fers,
La Liberty t'appel!e ;
Tu naquis pour ella',
Reprends tes concerts.
People veille-toi, romps tes fears.

Lhiver dctruit les fleurs et la verdure,
Mlais du flambeau des jours la feconde clart4
Rabime la Nature
Et lui rcnd fa b.auti .
VLaifreux fclavage
Flcttit le couialt e;
Mais la Libertd
eleve La grandeur et nurrit la fiertd .


CibcrtQ ]iberce I


Sil ps.i. R.,Amitiain,
dcS Sjx, )


fecritairg de la focift


ASSEMBLtE NATIONAL. J
v
Prfidence de M. Iabbi de Montejquiou. n
e
SUITE DE LA SEANCE DU 9 JANVIER. B
d
Suite dlu difcours de M. de Mirabeau faine. P

Je leur rdponds encore : quelles font donc ces 1
noavelles ,ois qwue Ion forqair les magiltrais bretons
d'adopter ? Nos anciennts ordonnonces lont elles e
abroges s : 1 dioit remain, nos couturnes et la
coutume -de Breiaene font-eiles antantres? N'eli-ce a
point d' ,pies les loi qu'ils ont touiours obferv-es,
que ces magift ats rebelles devaienw continued a
luger ? Ius parent de leur liberty de leur conf- c
science ; avwicnt-ils la liberty de n'6tre pas ce qu 'is
avaienttoujouirsete;etcequ'ilsappellent ure nouvelle e
1loi eft-ce atutre chofe qu'une n 'uvelle obeiffince a
Enin je leir dis que fignmfie le ferment qu'a
fait tout inagifir.it lo;fqu'ii a promise d'obAr aux
lois ? Si tous faifons des lois, nos decrers foit coa1
priis dans leur f-rment leur defobeiffance eft un
crime. S'ils nient q, e nos d-crets foie:>t des lois,
cette den6gation n'cft qu'un deni de plus. Le refus V
de reconnaitre la loi ne fauva jamais tn coupable.
Voyez doic les crimnielles cpnf6qu ncas o 1 nous
conduiraient les apolegiftes des magiltrats que vous
devez condranner. Ce n'eft point a la loi ce n'eft
point au legiflateur .qn is onr fait fermnient d'obeir,
mais aux lois etabl.es et connues ; -ec s'i
faut les en croire, c'eli a eux i finctionner, et a
enregiltrer les loix its n'obeiront done qu'a
leurs propres lois ; its n'obeiront qu'a eux-
nc'nmes ; is font done lgiflateurs et fouverains ; ils
partageront du moins la fouverainete 6 ils en fer .nt
ks moderateurs fupr~mes : a e prix les magi~rats
bretons conftntent d'obdir. Mais ni ce nefont po nt
l.i d-s crimes que faifons--lous ici ? Quel .ft notre
pou,'oir, quel eft lobjet de nos travaux ? Hitons-
nous de replonger dans le- neat cette conlitiution
qui a donned de fi faufles efperances; que I'aurore
e la Iioerte publique s'eclipfe, et que 6eternelle
nuit du defpotifme couvre encore la' teire.
Etnin on nous a di : que les magiftrats bre-
tons ne viennent pas ici come reprefentans ,
mais come dcf.nfeurs des droits de la pro-
vince. ,
Je leur demande A- mon tour, s'ils ne f .nt pas
repilfentans, comment peuvent-ils etre dffenfeurs?
et fi la Bretagne a foixante fix reprfentans dans
cette Affemble&, comment cette province peut-elle
avoir d'autre- deferfeurs que les d6putes qu'elle a
choifis pour fe faire entendre et' exprimner f'n fuf-
frage ; Oui, fans doute",il tut utin terns ou'le pre-
texte de defendre des Peuples qu'on opprimait ,
foutniffait pdriodiquement des tours oratoores aux
faikeurs de remontrances parlementaires, lorfqu'ils
voulaient oppofer les Peuplts aux rois, en attendant
qu'ils pufft-ni oppofer les volontds arbitraies des
rois aux Peuples, mais ce tens n'et plus. La langue
des remontrances parlemcntaires ftl a jimais abolie.
DM fendre les Peuples, c'eft-a-dire,dansleur idi6me,
les t omper, c' it-a-dre fervir uniquerncnt fon in-
ter&t perfonnel, m nager ou mcnacer la coura
accroitre fa puitrince fous les regnes faibles, recu-
ler ou compofer avec les gouvernrmcns ablolus i
voi'a quel erait le cercle de ces evoluti" s de ces
parades I:olitiques, de ces intrigues fouteraines ; un
tel prte-xte de d fendre le Peuplks excite encore
aujourd'hui notre indignation.; il n aurait da .peut-
etre excther que lerpidicule.
Ma s pourquoi 'erclierions-nous les intentions
des magifirats de Rennes dans les difcours de leurs
Sapologilles quind nous avons entendu leur propre
di6fenfe ? Pourquoi nous occuperions-nous d'u-i d-lit
don't nous ayons d6ji fixd la nature, et defigno "es
juges, quand il en eft nouveau comniis fous nos yeux?
Ecoutons Meffieurs des vacations.
V Us font les defunfeurs des droits. de la Bretagne,
aucun changemr.t.dans l'ordre public ne pent s'y
fire fars que Its Etats Iaient approuv L fans que
le pirlement Iait enregiftre. Telles fott es condi-
tions du pacte qui les unit a la France; ce pacte a
6t6 jurd et confirm pair tons les rois. Ils n'ont doeic
pas oti enrc:.illirtr, et c*etl par foumiffion pour le
roi qu'ils viennent le ddclarer.'"
Ils n'ont pas d enreglftrer Eh qui leur par'e
d'enrgfir : ? qiTlh infcrivent qu'ils tranfcrivent ,
qu'i:s copient qu'ils cho'(iffent parm, ces mots
ceux qui 7l i;fct le plus a leurs habitudts, A leur
o(rg -il feodal a leur vanitd*nobiliaire mais qu'ils
obsiffent ala Nation quand e llelur iniime faesordres
fanctionnds par tfn roi. lFtes- vous Bretous ? Les
Francais commandetit. N'dtes-voa que des nobles
de Bretagne ? Les Bratons ordonnent otti les
Bretonis, les homes, lescomnmiunes, ce que vous
nommez tiers-&at; car fur ce point, Meffieurs ,
onmme fuCr tots Ies autrcs vos decrts font annullIs
par les deux premiers ordres de Bretague; on nous
1 les rappelle comme eziftans, on vent nous fire en-
I trendre ce mot de tiers-etit, mot abfurde dans tous
.s terns aux yeux de la raifoa, maintenant rejeti


ar la Ioi, et dedj nmme pctcrit par IPufage : oi
ient dans-le triomphe de P'humanite tur f.s antiques
pprdfeturs, dans -a victoire de la raifon publique
ir 1- s pr6juges de 1'inorance et de la barbaric, on
ient vous prdienter en-oppoittion au bonheur des
euples et come un garant ficrd de leur n ter-
elle fervitude, le contract de a~ri ige de Charles VII I
t de Louis XII. aihfi donicj parce que Anne d.
Bretagne a 6pouft un de evos ims, noamied le pere
iu Peuple, un autre de vos rois plus v6ritableme.nc
ere du' Peuple, pi iqu'il le delivre de fes tyrans,
otre monarque ne pourra jamais etendre jufqu'en
Breragne ies conquetes de la liberty ; on vous pa.rl
rierielnienc des d.ux Nations, la Nation Franqaife
t la Nation Bretonne. On fait le part qu'a pris la
Nation Francaife ; ellc eft reftee elle r fera fidelle
ion roi...... et la Nation Brqtonne c'eft-a-dire la
hambre des vacations de Rennes : quel part pren-
ra-t-elle ? On ofe vous parler du grand nombre
les oppofans dansiplufx.urs des villesde la province...
Ah tremblez que le Peuple e ne vifie vos calculs-,
et ne faffe un redoubtable d6norbrement. (Vits
applaudiflenmens. ) Etes-vous juftls ? comptez les
'voix : n etes-voua que prudents ? comptsz 1 s
lommes comptez ks bras Iet nie v.nez plus parlor
les deux tiers d& la province devant ine affembl6e
ui a decrete une r presentation nationale,la plus
equitable qui exifte Lncore fur la crrre. N,- parlez
plus de ces cahiers qui fixent inimuableinent nos
pouvoirs i mmuablement Oh I comme ce mot d6-
voile le fond de lets penfees! Comme ils vou-
draient que les abus futftnt inimuabics fur la terre,
que le mal v tf6t etrnel Que manque-t-il en eftet
i ieur fdlicite, i ,ce n'eft la perpetuit d'un fleau
fVodal qui, par malheur, n'a dur6 que fix fiecles?
Mais c'elt en vain qu'ils fri-miflent. Tout ell chang "
il ny a plus rien d'inmuable que la raifon qui chan-
gera tout qui, en ktendarnt f.s conquetes dtruira
les irnditutions vicieufes auxqudlles les homm s
obeiffnnt dpuis fi long tenms il i'y a plus riend'im-
muable que la fouverain:te du Peuple l'inviola-
biiitt de fes deeorets fnctionnes par fao roi, par
fon roi qui, malgr& d's fugg flitns perfides, ne fait
qu'un avec le Pr'uple par lequel it trgne, par lequel
ii ttioniphera de ccux qui vutl. nt faire du monarque
un infirument d'oppttiion publique. C' ft lui, c eft
le dpofiraite de la force national qui prot6gera la
lib'rt6 breronne con re une poignee d'hommes qui
ofent s'appeler les deux tiers de la province. 11
,'offenfera point les manes de Louis XII en croyant
que dans la liberty generale de la France la Nation
Bretoone qui n'eft point encore fepar6e de la Nation
Francaife, ne doit pas pour obir a la teneur dut
contcrarde miariage d'Annede Bretagne, refer jafqu' .
la confommation des fiecles filave des privileges de
Bretagne i puilqu'il y a encore comme nous lappre-
nons des privileges en Bretagne. Privil, gies I ceflfe
de vwms porter pour reprditntans de la province don't
vous 6res les opprdfeurs. Ne pad rlz plus de fes fran-
chifCs pour Ienchaitner, de fes libertes'pour l1'affer-
'ir.. Vous et s juflifids, dites-vous, par votre conf-
cience; mais votre confcience comme celle de
tous les hominmes, elt le refuikat de vos idWes, de
vos fentmens, de vos habitudes. Vos habitudes,
vos fentimens, vos idees tout vous dit, tout vous
perfuaa.t que les communes bretonnes doivent itre
a jamais efciaves des nobLs en vertu du marigoa
d'Anne d, Bretagn,:. Quelle etl cette confcience
qui yeut annuller par un pareil titre la declaration
des droits d! 1homme tt la constitution trangaife ?
Voila Mefticurs, Its iddes auguites et impofantes
qu'apporte parmi vous le chef d'unn. d6putation qui
compete fur l'hommage, c'ett trop peu fur Fatten-
driffement de la pofterite. Elle appie'dra dit-il, que
des magifrats cat eu le courage....Singuliere repetr.n-
tion dA paffer a la poftlrite par un exces de fan -
tifir et d'orgueil! Mais loin de defirer que la
poiltriti fe fouvierne d, leurrkvolte, que ne font-ils
des voeux pour que la generation prefente ou-
blie ?
Mais Meflieurs, fi notre devoir et de ne point
diffllimuler la nature et c lendue de ce delit, it
I'ftI aufli de rdprimer les mouvemens de notre in-
dignation et de port-r dans nos decrets le caractele
d'une inflexible eqnite. La chambre des vacations
de Rennes doit etie punie fans doute; fi ede no
etait pas par cela me.ne, dile frait au-d&ffus db
l'Affembfee national et du rto: fa conduite et ton
impunity encourageraient fes adherens, et pourraient
devenir les pri .cipes des plus grands malheurs. 1-lIe
doit 6tre punie et vous n'avez pas le droit de fair
grace. Mais par quels juges et dans quelle forme
faut-il qu'elle foit punie ? c'eft ce qu'il s'agit de
determiner. Les magifiats bretons ort-ils commis
dcux delits ou un feul ? Ces deux dtlits font-ils
d'une nature abfolument diffdrente? L'un ,de ces
delits eft-il tel qui'l foit impoflible de le denoncer,
au tribunal qui dO t juger le pr. mier ? 11 fact ds-
lors deux peines et deux iugemens. -
Si, pour 'uffifier leur d4f&fbeiffance, les magifirats
bretons s'eaient bornes a des moyen, qui ne fufft;t
pas une noftvelle injure; s'ils n avaienr pas a leur
frivole def-nfe, a leurs coupables pr6texrts joint
des propose f&ditieux s'ils navaicnt pas meconnt
I'autoritt e d 1Affemblee devinr laque;le its out
compare, vous nWauriez qu'nA punir leur rdifiltance a
la lot.
Mais des exces commis fous vos yeux pourraient*
&tre jugs par 1I Chitelet ? Un tel delit ferait-i






































































































I


ilC',ptible diiic i .t,0 in 4 1IIue 'I.-it vous quti ew
av z etc ks t:nmoins, lortqu.- '. vous qui les de
motucez? Si Iatul.itu ii'emportait pas conviction
ferions-Iamus en uelsnm- enis acculateurs et teruoins
S'il i'lait un tribunal, quel tribunal jugtratt qu
V'acCfatioii n'et pas 1o1n01:c- ? Les pprlemens Wont
ils pas ailte fois ditinitc ,la preltner dlit dt'au
accuse, de celui qu'il oulonet lorfqu'il itfulte Ioun
juge ? Ce dernier delit n'elt-il pasjuge. fur le champ ?
Le moindre otlici.r public na+t-il pas le droit dd
venger fon propre tribunal ? routes les aticimb Lc s
a'oit-elles pas le droit de police fur tout ce qui t
y\fl:d- dins leur fein ? Quoi -Melfieurs, y>vus pouvez
CL iofuli vos propres miembres et vous n'auri. z pas
le droit de pusir des acc'ufts qui viennent vous in-
fulthf! Quoi I un outrage fait A l AIfemblda de lah
Nation portrait d&venir la ma:iere d'un proces!
Une objection auffi abfurde ne mer-te pas d'"tie
getitee. -
Je fais que l'Affeib-hlee n'eft point un tribunal,
je foitiens qu'elle ne doit ufer du pouvoir judiciaire
.qne pour le ddleguer ; mnais i! ne s'agit pas non
plus d'ex rc r le pouvoir judiciaire ; informer ,
voili ce qui nous ferait int rdit pour un dflit don't
nous fomines I s tnmoins : venger la Nation d'un
outrage, appliqucr a ds feditieux la pine que leir
impose leur propre ternrite ; qui pour'ait nous con-
telter ce droit, fi ce n'eft c-.lui qai prevoyain'
le germe d'une infurrnction general dans le delit
qu'il voudrait epargner ne craindrait pas i'en
erre le lcondaleux apologift et de s'en moutrer
le complice.
Voli, donc le dcret que j'ai I'honneur de vous
ropofer et qui fera tout a-la-fois une grande
ecoi d'obeiffance e't un grand exernpie d&
mnod6ration.
Arr&te que dis citoyens charges des functions
publiques qui delarent qu kleur cotfcience et
leur honneur deftndent d'ob-ir a la loi fe re-
connaillcnt par l meane incapables d'exerc fonction0 publiquLs".
L En consequence, l'Affemnbl6e national declare
les magillrats de la chanibre des vjcati6ns dc
Rennes par le fait de la d-claration qu'lls out
rroftree en fa nr,_itlece, inhabiles excrcer aucunes
oncions pubiques juiqu a c: qu'lls aieit reconui
leur taute ct jure ob.-nlance a la co'.ittition -.
,, Quant au crime de ieL,. -nation don't ces ma-
giflrats loit prevenus rlativtminct i leur delubeif
fance aux dL.rets ue I'lffemblee n.!tionale, ianc-
tsinnes par le roi, I'Affemblee en renvoie li con-
nailtance au -tribunal deja charge provifoiicmnent
dilntormer des ddits de cttte nature ,
Ordonne que lefdits magiffrats foient incef-
faimnanti traouits par-devant ledit tribunal polut
Ie process kur dete htit juf-u'a jugementi defiiUtif.
Arret- de plus de commettre quatre mnimbres
de IAIf mblee pour aflifter Ic procurcur du roi du
iige du Chatcl t, dans 'iitruction et la pour-
fuite d.- cctte affaire ,.
Ce diicours ft friquemmnent interrompu a: de
onmbrux applaudilfenmens.
L'AffemblIe en ordonne l'impr.flion.
La dance eft levee a j heure-..
SEANCL DU LUNDI 11 J/. NVIER.

On lit le procbs-veibal de la fiance de faumeJi
et un ttes-granda nonmbre d adirlkAs, doot quelques
un.s contiennent des oft.es de dons pa'inorques
et routes renkrmnr l'.i, ri P I. S la plus form-lie auX
decrits de I AlflenbdIe nanionale.
M. de Beveley negociant a Confltance e
Switle, oifre 6ec;o livrts en don patio ique, et a
deinande act: de la ddclatation qu il fait, ainli qut
fa temme de fe faire naturabiler en France avekt
1 uis lix infans. C'ett M. le Couteulx de < .In.:lAU.
q t 1" ete Illtem'llith- des ftinimens de .jt. t,U
Mnille.
id. Bouche. II eft a craindre que les.6ooo lives
joinics t- la demande ne paraihlent le prix du con-
f nteiment accord ; it fallait naturalifer ce i.Vreu:t
ii 4iie, et refufer fou argent.
M.. Damtq. Je propof: de naturalifer fur le chami
cet Imi r p~ar un decrit, fans qu'il fbit befoini
Ad'oblerv r l-s anitennts f,,rnialites ; je ne vois pa
-. fi p tii.. d i,:l'omiv licnu A accepter le don patio
tiqu- ," i' propofe.
M. Dimeuniers et M. Iimt?,giil; font d'avis d
doii'er qu.tit a pidfent, acte M M. de o .w I,
Ad (a demand en naturalization et d'accepter
don.


L':\*l::iil.e -td,',lt- chaque partie de cet avi ,i
deux decrets fAin.-A. il.
M. le rdflident rapp lle i'ordre du jour.
M. ]'.ii,n.uA.I propotl de ddcrdter qi.: 1'Affl-,I.
ne fe tepatera pas avatnt d'avoir prononce fur l.itif, m
du parliament de Rennes.
M. de Vrigny s'! vc contre cette motion.
a. Ie carl de **. 11-n'eft pas feant d'ado-'t. I Ul-
pareille proposition, parcel que V'Aiknmblee ni, p. ut
;amais decider a queile epoque elle traa atfL tnu-
truitRe parce que, quand bi n nimme ille Ie dci-
d rait, nous ne pouvons pas favoi, fi nos i.-ACe
phvfiques tiendront jutqu au moment oitu les peil .nnc
qui voudiont parler pour i'an o ti autre part .iantIll
expofe toutes leurs raifons. Notis tkront toinoitlil
libre de declarer que la dilctiflion eli termin:- cr
que nous lfonines aflez initruits ; mais avant timtlc
inflruits, nous ni, pouvons pas dire que nous f.miu1ns
.ltez initruits ; car pour drre affez i.itruits l tuiit
d'abord s'inftruire. Je penfe qu'il,n'y a pas lici \"
ddliberer.
L'Affemblee decide le contraire ia une .itan.-
majorite et d&crete la proposition de M. ReP andml.
La difcuflion s'oivre.
M. de Cai, h. Je ne rdponds ni aux diati bs .:
ni aux vioLnmesdeclamaitions qies'eitpermi;les M. L.
come d:- Mirabeau. Je n'oub:ie pis que e Je d I't
Ls intidrts d'un ,r,,nd Peuple en lpreftl,- d I.
le-iflat. urs d'unc grande Nation. Je prenk n Il
eul ton digne d un honn&e honmme ( it c t.Lit
q,(lqu-.s nmunures et l'opitmant eft rappt c. a
L'ordre.) 11 it impoffible de contefter q c. 1:
ton de la moderation et de la juftice cirvit nt
uniquement, quandon ddlibtre'fur le fort de fcs coin-
ckiovymn, et qu'on elLleur juge. Qu'il me fot vimn's
de rv lever trois faits que M. de Mirabeau a altc -s. I
a dit qu'il refte toujotirs ~q'i.'s lalevde de la clhani e
des vacat ons, un tombr e ndemagittats'dtvant I1f
quels on juge un refe6e tardis qu'il eit certa In qu'
pris expiration de a chawbre des vaca i ns i
s' couple jufqu~t larentrte huit jour.,pendant k- ..I 'I
aucui n agiurait riteft revetu de functions pniubi
M. de Mirabeau a nid qu' les nmembrtes dtie l.i, hi-
bre des vacations euffernt offct ie sacrifice I .
6tat; cepen tant cet .e fire tft confign e dar, % i,
letires au roi, et a etd lappellee par M. d.
Houfl'ye en prefcice de I'Afthmubl-e. M. d: ..i .-;
beau a dit que ces magiftrats aot avance, d n-.. ,i i
difcours, que la n blelle et 1-. rle ge formni, I -
deux tiers de la Breagne cc difco 'rs t e mir.:,
rien de femblai.le. Je ne nme perm:.ttrai p'" d:-
polCr lines reflexions fur cette conidui:.- I All.m-
blie jugera le degr6 de confiance qji'e&le dToi a. 1i
orateur qui emplilte ainfi fortn loquence.
Je n'ex:.mine quun lfeul plincipe. Cet ilmpim.ii'
pretend qu'il s'agitici d'un fait de polic- ;q. 1c.:
femblee a fa police et qiue, fans comtredui, li
pe ut juger cit faitl, c'eft-a-dire, que A..h 1
Spurt jilger que quand elle eft juge et pa'rti ...
Jexaniine enfi.itb le fond de cette affiie.
Le parkini-it de Rennes a etqu en Jddj it J
franchlifts; ila jurd de lesconferver ; ilcroyaityiA' i
etatent att.,que s, il a voulu renp.irfonm ferineim '. o
d6crets n'ont obtctl' que des adhifoni ilolk--. I
deputes Breton- font tenonce aux franchifer. dc I.-"-
province, que fousla riferve d'line adh-lioi;, tI C :
i dh fion n'exitle pas, ks fianchifes ,:xift.i an dot
encore...
, La.Bretagnea toujours ete in4ependinte di. '.:im
Spre Fraiciis. Sei droits font etab i, fwr. de, n tit ,.
obkmn ls; l'AffemblIe n'a done pu 1 s ddtrtit i.,
- le confentcinent du Peuple l U on. Elle a et ,mui,., -
a tee au-deli de fts droits au-dAi dd,: tes devoIN p.
Sides circonflan esextraordiia-rtes. Sl7 It-c; l f:0.Io,
vdritablement obligatoirepour la Nat-on, qi. oil
q;;'ih auront 4t- cntnftntis par une ajh :fion 1ii II.
on tacite des Peuples. Alorson ne pourra, :dal,.i.n m.-
Ud-fobfbirt aces decrdts.
I eft done certain que les magiftrats de Rit.-:.
out pu croire de bonne-foi que les francihill s d
la Bretagne ne poulaient tire abolies qu'ai mnili t
d'une aff inblee du Peuple Breton ; c en tit aff-.
pour que cette erreur ne foit pas confiddere <.t'nUi1.
P un crime. Si cependant VAfl`'mblde croyait -,|i'l d i
important -A fes dicrets que des magiftrats qti 1,1') i
as obei, ne rempliffent plus leurs fnact',-s !
( rait genereux et uftle d accepter leur e-Immilihooi.
Je propoferais en coufdquence un ditcre ,-0.:::
Stermnes:
T' Affemnblde national, aprms avoir en.-.d,n i.
juflification des magiftrats conipofant la _h l.bl..


On itinfere aucun avis qui ne fruit fligie dne perfonne onnue et on ne Ic rmir i'.i ui.n.ii A ltlil-,, t IV ,,le, S. /f"
de mh.uin.. Amnnonce on Avis efi de 3 liv. pour di, i( -.".-: diritprefffion et :,i-,i.:!,,:i ,nk iv. I on, ,ino jni. if i a im,, I'i!',"
2 tiiv. depuis vingt-une julqu'a tree lignes tie ; fiv, depuis trente-u e jid i ,'j:, un ,ii n i _, liv. 1 l'ui. ,,u.mnr..'i'
juirlf"i cinquc aute lignes. -'i) ne retoit aucun Avis plus etendu, a m toins q i''A ne 1I l r'i itI.n 'i. ,it 'ii : .mnini',m,,(I", (i..l.s p:. i ,,,'.
ixees a 6 liv Ceate feiille /.' i:,- tous les matins.

On st'alome ie"r .':'**,/ de. hotiw rue des Poitevins ov ati bur'au des l' T .- ; 4,. :17 ,, .,-// ,. -.c .,. ,./l. r'"'
Paris de 28 iv. four tros imeos 6' iv. pt fix nmin s et de 72 liv. olt, 1 l)-Ie ,, P J, ,,,., /. r r i ,,'-' /
poe'' f:_- mois Cet Si pour fatee fihav ie ,port. L'~w ne s'Cbotme qut'atu comm;. .;'. ,, /, ,f./,t .aq { '
1s Libai-res de France ct les Dit.cuve rs des 1. tj? & ..<, ie il .-.. C ec ,,{. ". ,i A t. ,; :u \. j, btr,':'a1
bureau. de lAGa aG e it V".t ,b.""" rite d .S5 Pitniis 1 nt 0 x8 jWut u;.G ,-ff-'ks l .. i .( m c ,.-'/.' P''"
fe

1 .s vac.iuls di p.uat.minenlr de lirini:3, d,'o t-t u'i
'm mu t im i it y ,, .il1 j'.tim lii alR uL tlu t ,,' l I r
'Ii -- qii ili. oln in ui ulir.e de iau. I:c it-i i,
S l .
qiut.1. qmec (,ii 'h jmiigt ,n tu titue vo'is al r:<- .
l Ou jAI t1:,' ,. t-11IO J 1.,l I in, .,1iu -
It i:lt. iv-tI linc ti c'., hlunililc. S plinluii s ntl ( it 1
Iu iltj l'h .i n1 t I p.is di I.n'ii -OiJ m' i > oI t ul" -
InvL, a I.l tr in dt i }Peu- l., : tonJuini r. k ii ,,if
m.n-, liiietoi ',, 1. fc it I l iv, p d.-: 'lt i i .- rd1 H
ail- L. loi :till i Iic >, lit pcItl tin d i .-' e lit I ,
t'elt f.ai It- iii'eiiibmi< d'auml pr..i iinelit ,i 11 l .it., -
ellt ni l ibh- qii i,. vow, .il .il i c'.it-',.- ii A, ht
. I.s ov is .ii din, I..!, divinloi don't le ioV,uime
.l llt',..ill- iloli. I obeI dtl tJit t i lic li;s.'''0,n.
Lill z ,.1 ill- <'C lt Ili t0: JiP ...1I ill quL: la F alIa ce (t
I Liniit e tilttI ic ,oU ., ju'.~I r(U.
aii. B.trt ht li J'i;.i t.. "tahs lininM rtvetu. d'ine
m.it- il.itiie piubiiqtu. oit p.iru d v.niit v out i,.1iil nii ligic -i, ii t h(oo .I. l,.i e folenimel a IA
'iillIItce dt i a i. '.it '.i,n.... \'ou_. av.IA. vui ; foi i n-ir
dks opinions bliiin opplfi-' ;, s L iUS ion.mim..iitd.
Cl ,gcs 1t' mhi.igl A.Nis, i l A iL s voulai.Aint klur ijiflg.i i
dc.n penllt 5 i on I,-ur lpiep l.nir d.I. lauri,:ms, 1
Lun proc'duui C .iim i ln l ..I.. I. llnut sacc fes devrit
Ia N. i i 1i 1 t; i .l t.i,'c doine un l r t nl dt lit. Chi:-
hlioi m Ic 'ar.i-n.tic il'r ; d.:trtiilnoiIs lI p.I lm l dl
l ;l.iot[i Ic ilibi alf l '-
II f av.l dut- Ii l ni pihlemli nit it clihniL,,
des va'. i. ,i I.i;. I tjcI t. .-Lt c li ioi c.( iC va't li t n,:rr.- tn ,idc t a ltini l..i3 ,i\ tlini- l.i ohi .b',
*.I'.S V .ilti'i. I lAl i -it di 0,It c -Alih ,i 1'-r m iltuii !.
ks l'c lj. I'- 1on.t .iis JuLImcc 1, pu)jlVt i> Vi ifc
It lam, s iiibun. l A l piulllc ,.tirc *m..gii r I I'

C penlint isi nti gilrts uit foii ui nt iplis uL ji
> m.l.!ibLi d..:s, '..C.+uL S qu.ind il t.llarr .bii r
il cd'v.1Vi.iilimt h.% ",. Im a s poum Jt. t- ,re tdis dOit<
,;oti'qdnu~i to tin li( ( >nm J a m IuI. HIL u l lt l ll Is reprt fnc ii ;
: 1,,.S. .. l- otllct li ,ite deni million cOnl riir.-
: .. ti d" 1 '-- I tui etlen.t Its dmilhilli. con bi-
litnc imili lw i uiiit iridacmiLuri ..ii s lois dl(miikit. i
.1 1.i 11 mpIiem s 1:' Irais ninailit k .
it s c,_, llllU.. I lt l It. tll nt Isl 1U ;]
li i .t. .il'.r-I qul i ur dJ- .lid lit d' h-Liegiil-
',o'. ,1- ii S. coin.Ii,[ Im vIs -ti e s ii e -.iiO _it
S It. I'.1ls .I S tiim l. i i nm i'i: isb p.i 5rlt dI 1 Na.,,i -
bi.' i..,ne Cim lilm mill V' .mi.llt dt li.v. i 'Nt!O ;5 .i
IJ.CL lllili iit n i l li ith.t ne d.in, Imtc s i,, E.
a leo.J.il.i, m ii' 1.,s Ln .iii,'m i. i. ,-It; th c otr i-
,i .i. 1 .. A'-ntii s ,.e i. -ob -ilI. c .. ib len;t t:
o, .<. -ali ti c -etl. I'ill.,iite limenie. ls dil.t.n S
(i, 'i i mi I t d- ilns Jd. ibut l s b -nliionc i 1ut.i ircrii.
i; Iis )hVi nmiiitt dolii q -.i. i- bieTi.onl hi l. j
b :LS qtuL eIs LIi t'lls o it' a.;lh:,.- a voa .- _
I. 1 .j... Jnz.' iil gll 1 ltt- tO. lo -it nl ,i, u i.i'lfi, f I
I l. 1I.lib I i LL C IL%. lepilult n..i l.s dt i 'I Natioi.
I t I L. I i c i dmu ct c i, im. .l I tit U.iisariiiifi 'i5 i .
.bL.I tI I. : i '. I t. i n ii t Cc I ia ki k:I -d k I-r oidmie.
[, r lI a, h j l'. tiP .1 lt 11 '_ r .y,1,:: IN'. 1 OI t C ra
i.u: VI v I....I it'. C it El VtlAutile dm hit comin
I ,' i. i i t ._Ih u l I 1 i
I A t-il ,: .it:II I ar I'.t1 tt l ii m nt ,. I limfi -
i.t' .1 li. I : .,i:!.'ikt rim:m t .I t 'i l o. '. n. c ( ."-it ai.':- i
IKI lit (.Wm 1ill L aL! rI, tit li ti qu..uL J ni i l i, r
S i,,':it.iitm 1' I '1u 11 i, l 1t : f' l'i.t qi ait d U 11 t it ru
l i o r: .llbi.i h ';oIt t ", ,11 'It dA (rtul.,
I lh;. l.l, .1 1 l .li' i i l it l il quc i

i i i. Its iluviid mi,.u i t i i l *tl i 'LtI m LI
i. i,' i,. n," i ihb tibl- s i.)li 1 1, .:i tit U .- l ,ilil "l
Sli .1 I., ,. l'- d.. ..ld. -
t l l ',o n1.I, t I:' 11c c s.l: i ? L '11A. l ,
.t ,, lit -< .li t.-. II't t i ', t p a via i' s k
y' 11 n.1.-,, inlult i- ,,lit luw ill.nt-niu m .1 la l1 1,
tl 1 ,'lit O il l:; It _ll., l 1e p -'iv.it r ltlli ,
"-,'.'.,'s ju'il ", i,. dIlil u .it k n. *.oi I '
lill ki.tll i ': lS t'p>elnll 1, 1 q lp l ,jn. I in t(: d,' h
a., .tlio, I e xt il ..
n, i l-e l i.l I. l i ( r ? L,: U n I; l ulL f t v.;,"'n .' U
d,: r'iiab..u vit, Ilo ofw(tt. f-n al '' t
I,: piin ;[..: r; ii'aji.,pl' p.is is niit 1,s motnsihli.ni.
d'. i l it'liiol pIr.e- q lih v t:L nlie ub,
i n c a n :, i, | i t b l .: 1i l l e r : i l lt 'i n s p ru n r -c h '
11" Pi' a ., tiV l itkoL ,'. r k F til:,`-1 1l bd-; t'1"
<*' ,, I!II, OiJ \ lilih- I' ;l'" c 1l1,'O il | lill-s. ll
i' 1 i',' nii: Vi 10i,:. V ; T riC: -r. lv.Irrl' lone pM31I
I,. p, ,le) av.;c '! dI b ;ab,.!.a. ,,i -. d'' .'I"
Ti t *- .. ,ilh ,*w i ,. 1 6.,iu i ,'Ill.' t Ill .' "
>'i lir. d lcii i l, d o h ir *\' ..s A,_, i. t'i ., Ifilt i,,
b il k .1 :. ;l ,-,.l I .! "',In l ,,tl-, p u ,.l a t'|qll' i;il
f l7rlI i:c c ,, ".VI ) )


'-* 1


f ill'
i t.

Tin





,.ll,
I Id
Ihlir


i tt tl

,[ il.



ii li"
.i :Sq

Il p
il. -


;kH


__~___~.^~r~


_I__jlYI___IIIIII_-.~LI~ __1-II___-____I


aumagag ~~PI*i




'I"'Tl


GAZETTE NATIONAL, ou LE MONITEUR UNIVERSE.


J E U D I 14 J ANVIER 1790.


UN :'14


PO L Q

TUR QUI .

0 'aprend par' des lettres de laffy dui 1
,. icbre, que le i,,fnd s'eft tendu de Conf-
sitinople dans cette capitade de ha Moldavie, avyc
tie leite nombreule de 'Turcs de marque et une,
efcorte de c nt Co6faques. Onntie -doute pas que l-s
'furcs ne defirent traiter de la paix avec les deux
couzs ;lil. i l.:s, mais on croit, encore que d :s con-
ditions trop oneretfes que des pretentions qui
f nt exagerees, pourraient paraitre ue conti-
nuation d'hoflhities cependantla crainte dts dangers
et des nouveaux malheurs auxquels utine troihinme
campaign tie manquera pas d'exol. r les Turcs, les
difpole fire' de grands sacrifices. La, Porte femble
avoir affez indiqu6 quelles itaient fts difpofitions ,
par le choix d'un nouveau miniftere : le grand-vifir
acuel, le Neftor de la Turquie ne diflimtjle poi t
jtifqu'ot peut aller fa prudence. I1 s'agit done de
favoir li les deux course inmpriales aieu l de'pro-
ier avec une forte de mod-ration de leurs avati-
ta-es pr6fireront'de reduire lcurs eninemisau d6-
jeipoir forces alors ou-d'achever !eur ruined, ou
de ,ecouvrer par la guerre uiie fituation.plus fao-'
r"ble 'a pai.....D'ailleurs il parait que les confe-
rences fe tiendront centre Ies puittances bellihgrantes
feulement. Les deux course imperiales ont dija imal
accueilli des propofitious prdliminaires de la pait des
cours 6trargeres. les vaiiqiieurs veulent donc traut-
ter directement avec les vaint-us.Ce p'an neftl gu -
conformne A la nouveFe, d'au!leurs fi desirable, que
1'empereur cotifentira de foil cote a des arrangemnins
mioderes et fort e6'oignis nimme des avantages
attxquels le fucces de fes armes lui done le aroit
'de prttendre.
P 0 LO G NE.

De Varfovie, le 13 decembre.

11 a 6te prdfenti aux mar6chaux de la diete un
pro;et concernant les juifs. .On cherche un moyen
de les exciter au travail de les faire fervor a la
culture des terres, et de les rendre 'utiles a la
lfcicte.
On iappelcra ici que dans la fiance du 2 .jan-
vier dermier, pario les p,,. im d'impoiitions doiut
on soccupait alois, on ilut colui d'une dotib'e 'ca-
pitation fur les iuifs. M. lkubl!i i, nonce de Livo-
nie, declara qt',l s'oppoferait a ce que les Etats
terniflent leurs dzliberatit)s par u- ace d'injuftice,
'en aggravant les impolitions fur un: clalfe d'hommnes
d6ji trop opprimee et privde de reprdfentans dans
ia chanmbre des nonces. Cctte humainte et judcieule
obfervation fit rinoncer fur le champ a un pirojet
injutel, et on lui fubititua un iuny.t fur V-s ftux,
eayayble par les feul] nmaitres, et non par h s paylans,
sequel impot devait pioduire J,:.o',.:co de florins
polotiais, &c.
11 eft probable que le dernier m/ymoire en faveur
d ps juifs, prdfent6 A la diete, content des prin-
cipes d'humanite et de jullice prupoirtiolins aIux
progths que font les luni i-< en Pologne. On
I'1:t:l"J que laUteur fait beaucoup valoir 'in-
tluencedes bonds gouvernilmens for les Peuples et
qu'll n'eft pas loin de cette verite qiie c'el aux
leprefentans des Peuples a. former les bons gouver-
liemensieS ,
I T A L I E.
De Genes, le 9 dccmbre.
4La rigueur de la faifon commence a fe fire fentir;
ce qui retarded 1arriv6e des vaiffeaux qui font attends
dans ce port. La femaine derniere il n'y entra que'
trois polacres, don't deux &taient chargeesde grains
de Sicile.Un orange potivantable a faith petr derniire-
ment plufieurs bathiens. A l'entree de Po'to-Venere,
une tartane de Lucques a td englontie avec tout foni
tquipage : une felouque de- Lerici s'eft brifee ; fonl
equipage a eu le bonheur de fe fauver. *
De Naples.

M. le marquis del Gallo envoy extraordinaire.
de S. M. le roi de Naples A Vienne a expidid le
.3 d"cembre un courier extraordinaire a fa court,
avec des di.chcs quie l'o tuppofe avoer pour objet
en particilier, les defleins de cette cour pour le prin-
t"Is prochain dans la MTdit'Inaied et ten gdnal la
fituatoh des affaires de la Ruffie.

PA Y S-BAS.

D Brixelles ;le, janvitr,
S.E. M. le due d'Urfel aft arrive ici le, Nous'
avons appris qu'il avait fait deux campagnes contre


ICs 1'tr ct qu il V n- i .. I'.mnnie AtiA ,h1 in,-.
N ons l ias n],-s ii l, i Is 'it ,'r.ii<,, ih ,mni< Mi L .. ]o.,
:Its hab tans ie ont em reties delui -. i .. .i,. I. ,- plus
vive rectnn-ilrfaice. ls ie fouvieincnt des traits' de.
bouite rt d'hi0ua ii, .lont M. le'duc d(< ilrl, s'CRi ho-
norte dai s a tame,"fs lournee du zo f.-ftembte 717 ,87
lotrf Ce le cornte d'Arberg, livra les empotrnemens,-
allait comminettre tant' d h,,ihl1i.' contre 'les volon-
taites Brabancoiis. M. le duc dU'rfel avoue lii-
munme que, dJi., c- moment de crif.,, il s',f t 'apjpcll-
ces paroles memorables de Chirles Quint IP n'y a
pis d/e P../ lI i, enniemi de la frvitude et -ls Jbumni'
it une in,,'ict ,.-':.:'t que les F! i altands. Ft quaind
pour cette fois 11 a de ivre ts concitovcns des xc.-s
de la tyrannie, il 'a jug- dis-lo:s qcu'ils rfc'6-iient
pas loin des'en" delivrer pour oujours. Le lendemain,
M. le duc d'Aremberg vetiant dc Mons eft arrive
dans cette yvle : i y a recutvilli les mem-s homimages
cui lui avaient 6t dteicrnes la veille par kIs habiians
e Mons.

Lettre au redacteur de la Garette des 'ays-Bas.

Monfieur, on nous done fi fouvent drs nou-
Vlel.-s apocryphes, et le plis fouvcnt fauflles, que-
toust ne ferez pas fich6, fans doutv', que )e voqus
en done de certaines. J'arrive d: I arm!t6 Belgiquc,
que j'ai quittde Marche, V'endrcdi d trnir, p'rmieo
de cette annie. Avant d'y 'tr: rendu, je tls timoin
de I'effet de la terreur pan que que les troupes imope-
rials eprouvent a la vue d'un patriote. Six cents ces
premieres etaient cantonnecs a Emptines. DouL-z
patriotes qui conduiiaient une pit ce de canon prife
la vedlle fur F'enneii, y arrivent A minuit. On crie,
qui vive; on ripondpat'totes. L's chaffeurs impe-
riaux qui rodaient autour d'Emnprines, font une dc-
charge de moufquetterie qui bleffe un patriot,
don't les c.iia.ad.:s ripoftent par un coup de leur
canon dirige vers 1'endroit oui fe trouvaicnt les
chaileurs. Ce coup terrible ripeti par les &chos
d'alentour, infpi:a une-frayeur fi grande aux Autri-
chiens, qi't 'iintllant on extend un tambour bat're
lalarme.et .itlitot laI retraite. Ils out abandoned le;
feul fourgon qu'ils avaie -t; les fiolJats, prifque tous
leurs bagages; un de leutrs ofCiers (le come ds
Cloe, ) 1f:s deux iontires et fa bourfel les uns I urs
vtenilens; d'autres fuytint avec line botte un
has un foulier, &:c. &c. Dans cet trat, ils font
arrives a' Marche Ai tcois hltares de la nuit, ouT fe
ti Oi valent d'autres Autrichiens a qui ils out com-
munique leur terreur et qui ont pris la finite avec
un peu moins de d :fludtc mais fans plus de relif-
tance ni de fang-froid. Les patriots n'ont pas tardd
de les y relplacEr ,. et ils y ont dabli leur quartier-
g neralle A5. C'eft-la oui jai vu et approach plu-
fietars fois leur brave general, qui vautt ful une
anime ; il eft au. milieu de tous commne compagnon
de leirs peines le fe conliderant quite come
prin's inter pares. 11 ne coTImanrid; j.nmais il ptii
touiours. Tons l'approchont come un anii plutot
qleU come un cominandant. Unlie confiaIc;- lains
horns qu'ils ont en lui les rend c.,pables de tcut
offer, d'apres un mot de fa bouche. C't i l- fiiiit
. .on o annied, de fa cordialite, et de la grande
attention n qu'il a de n'e pas ls expofer in-puneint..
Je lai ai oui dire a. lui-mn&e : 1e pouri'is challt.r
1'enticmi plus vite mais puifqu'il fuit d- li-meinee
et fans nous attendre, poin uni expofri' le frig de n.es
F rabanqons fans n.c.fiti: ? Une goutte de leur fang
nm'eRl plus prdcieue' que tous les avantages que je-
pourrais me procurer promptemetit on les facriliant,
lorfuiie je fuis fdr de les garner avec un pen de
patience., J'ai vu aufii cts braves ,2.ii- dans la
journee deu 29, lorfque- 5co d'c n.. eux ont ;etd
envoy:s pour s'empater d'un volle q'e I'enncn1
venait de quitter : une plnie forte ct froide qi .a
duri- tout ce jour des bones dats lefquelles on
marchait jufqu'aux genoux', rien ne les reb't-ait ; ils
chantaient riaient, et ne fcrmaient qu'un voeu,
c'&tait de voir Pennenti pour le bttrre. Malis ils r-
Vont pas vu parce qu'il ne fe laifle pas voi:r, et
qu'il pirt a leur approche comme s'il avait des ailes
aux talons..
J'ai vu auffi cette pauvre province, qu'une fidelild
ancienne et jamais dementue fe< ancient mrrcres,
aurait d' fauver de la finer et dt brigandage de ces
Autrichiens. Eh bien I ils y font 'a gr ic conmme des
Tartares qui fi'ent; ils ill s nt, r.vag. it tout ce qu'ils
trouvent; ils brillent et d6truifent tout, ce qu'il~ ne
peuventemport-r iine !hiiTit .ibfoIni ma't pas meme
le rdceffaire i ces pauvres h ibit is' diml i,.. rconnaif-
fcnt' ainfi l'attachement. L'Uub,.r '. de Roumont, qui
leur avatr donned protectionupendant deux jours, a
kt4 faccagde A leur dp.rt anmi ou ennemi, ri-nn
uoeft diflingu6, toult iprouve leur rage, et fe trove
expofe A leur aveugle ferocity. Una armoi:e d'une-
pauvre veuve, qui difair qu'on n en avait pas la
clef, a 6te (.niicec a coup de fabre. U)e boutique
d'nue autre veuve, clii c.r' dc dix nfat'ns, a dtd
pille. Ie nv'ya pa< julfu'.A 'I tberge du prince de
Liege5 a Ma'rche, ou couch i. in d'A'tonet d'Abboh-
co.urt, qui n'ait 6pi ouv6v cj brigatdage au moment
de la ftite de ctstaonntes chefs. Tou: y a 4td pis,


1)ilU'a lir coiiv.,Is i. il doi d : ce8
"IIIL-'. i, trouvait encoUt touver dins ktur
ch.,nbre et quI'b n Iiavait pas ote 'apres leur fouper,
tant on fe perfuadait qi'aui moins ils feraient refpec-
rt-s fous ils yfeuk de ces ficiers. Je n'ofe vous faite
ie t.Tll,.n ds exces, des crimes qi'ils ont cominis
Sails tons les, lieux de cette prcvince oa ils out
palff. Vous n'eni pourriez fouten'r la lecture. Auili
ne tarderont-ils pas a en recevoir les chatimnens
que la providence ne laiffe jamais long-terns atten-
<(re pour de p.u:iis forBits. Deja indignation eft
general dans le Luxembourg. Marche s'cft.ar-
inee, et forme une- compagnie fous le norn de
comrpagnie MAarckoij', qti fera commandee par
M. le major de Piper officer. ch&i de tous
Cctux qui Iapprochcnt, et quii a fI garner le
coeur des habitans de ia ville. Les habitans de Saint-
Hubert, en grand nombre fe fint j:tt-s dans les
legions belgiques, oit les uns io font engagees comiea
'dragons, d'autrs come fu ui'ii'.s Plufieurs autres
villas out aufli d, pute leurs .il i a M. le
general Van-der-M.cerl'ch pour tui oiff'rir Ihoin-
nimge de leurs coiincitoy.-ns, avec offre de s'armer
-r de s'incorporer dans foiu arnne. Une revolitiont
li foudaine loans les fentivnens des habitans de la
province tde Luxcmbqnrg, eit F1'tiftt de la cuoncduite
que les imperiaux y out tenue ef du contrafte
que prifente clle Ides brabangons. Le zele religieux
que ces derniers temojipeint tous 1Is jours, dans les
tcpiples qu'ils vifjten ,:-wur rfpect pour toute
forte de propriet- et de vivres qu'ils ne reoivtjnt
qu'en payant leur caractere doux et enjoue, les
gminerofites qu'ils exercent, m&ne envers leurs enne-
mis (i) tout ieur gagne les coeurs. Leur chef, ah !
le brave chef! il futidt de le voir pour i'aimer.
ULn mot de fa boubch, r.iffure les citovens craia-
tifs. Nous venons, leur diC-il, pour vous ddlivrer
de i'elclaX-vge et norn pour vous, inquiet ir. Avec de
pard-ils fenti.mt ns il eft iumpofibicl, fans doute que
les iucces de l'armied bel.'ique ln'vaiiciit pas a.
grand pas dans cette provinc..-. Voila, Morifieur,
ce qu'ie.je vous ivi'e a tLUnte pat-z a un chacun qui
aime la verite et qui cherde .i la connaite al-in
cqu'il fache qui font cCux u'id doit ainmer, et qui
font ceux qu'il doit hair. Je fuis &c.

De Bruxielles, le 8 janvier.

Plufieurs compagni-s de volontaires defin'es 1
paller daos la province de Limbbouri, font p.arties
ce main d'ici pour Louvain oui d'autr s coippa-
gnies font dcji reunies pour le m&me objet.

Le general Van-der-Meerfch s'eft rethr Namur
avec une p uti, des troupes qu'il commandait ; 1'.iatre
parties eft reflee en avant, ainfi que la division du
baron de Kleyenberg.

Une (rande parties de la garnifon de Luxemnbcurg
eft auli fortie de cette place, pour occuper des .s- i
avances.

On a entam6 avec le commandant de la citad'.ll
d'Anvers,des ndgociatrios tres-pacifi.:lnas p~nJ 'n
lefquelles ls bourgeois von 'tres-libremcnt dans la
place.

Le duc d'Urfel a pris fa place aux Etats de Era-
bant : on a remarqu.- qu'il avaic paru hi-_r ia la
catlhdrale vreto d'un litnpl habit noir, lui qut ,
d.ns les jours de ceri monie ne parailfait Ja.iuais
en public qu'avec l'unilorme des troupes de. cvm-
pereur.

Nons avons promise de -publicren entier l-s actes
import'aniis ; en conf'quence ncurs dumnerons ici 1i
dopie fiddle du nrnifefLe du, Brabant.

Mfanififte de la province de Plandrs.

LesEtats de Flandres a .tous ceui qui l" s p:'f:ntes
verront oiu lire ouiront, SAL':, Puifqu'il i pi. a la
divine Providence, par un coiicours d. ciico i- i s
a rous 6ga-ds'extraoidinalres de nous ireindr: i INo
droits nirtuwels de liberty et d'i d 'p. ndaucc c ( ri-
f'nt les lien qui nous un i.i r-ct a n prior c d'une
inaifon don't la domithation a edt c.iil .- i t rtu-e
aux intrers de 1i Flandres ; nous d&vons ii nos c':'n-
t i- pot iiin' et,. nos ii~v. u un compete fide--1'l d cafes et 6eVlemens qt1i owi .ii.. iC t cgonfoime
cette heuretiafe rvolution.
La IL.:n h par l'avant \i, de fa position et par les
productions de on fol, jointes a un,.indu Ahic iinie
;de-fes h.bit ius, ajioui d'une profp&itd non irtenr om-
pue tant qu'elle 4 eu'le botlheur de computer parini fes


i () Dix femmes de froldts, avec environ I i'E.
enfant, pf Tint par Marche et fe trouvant l'a.t main
d puis trois jours et fans argebtt, en out rii Jdes
patriotes, attendris du .c.ckl,; qu'olks jiI' tent.


)


(1~ A I










ewbitans les princs fotiverairs dAr pays, Les ancient
ton es de I- a ,dres, et enfiie' l.s princes de la
aloion ce i PotI .aine nes ,eduques, places awtr'i-
liu de Icurs iul ts inmbus des mmes principles, et
-di igs par le mi8mne eiprit nu...,!, s'accommno-
d4jfieit au g-'ie du P.Fu;il -; ils re fpecrakit C s droits,
1esprivi p;Z's, f1s frauchifes i i loun peut appellei
at fi les p ~e;ti.i-s du Peuple, qui, dates le f'nd ,
lie lout que des d&oits nature's de I home et dui
c t-Sven. Is reconniiflaient a cet dgard le lien qui
Ls attachait l ia Nation, lien inviolable, qui con-
Jiftait dans le pact inaugural, conf.cre par un fer-
mentr iblerncl, pi'ece ue parn tt d'autre dans l'acte
a,:uule de i'inaugu-at on. 5'il s'elevaict ce fijer
9 je!que diffret'd la pr4fenice du fouverain fur le.s
lieux me&es, p;eta t aulit~t la facility de le ter-
iinnir r la voie de acconmmlodlsment et -en pre-
ven,1it L us ur-t:s da;-.:e ulres. A Vappui d'un gotu
vern minit ii doux et li juile, la Fland e parvenait
inieunlib ement a plus h:aut d.gre de grandeur. Les
vilRes dU, Gand ert de u.-s ne te cedaiebt en fp.en-
dcur tt en richeffcs"itautunp- autre vili quelconqu'?:
la H anire-, dins fot enl.nible tie paraifiait offr'i
q Eo:.rgogac fon come, etait, fans contredit, la plus
brilaite de l'Europe.
C'ed ce mnm~ prince qui nflitua dans la ville
de Bruges, Fordre de la Toifon d'o- encore fi
c6:ebre d ins lEurope aujourd'hui. La Flandres et la
Belgiqui et:i.-nt di.i, dans ce teins, le centre d s
arts c.t des sciencess tanmis qne l'Aurriche qui de
nos jours a D'urf n In nous donner d_- l lmi.ires,
'etait encore pl.I, gce entier-enInt dans la barbarie.
Cet er ati e profleritd durai et alla toujours eni
auiemetant, jufqu'au ma.riag de l archiduc Maxi-
mih,.n avac la ptmnctlIe Marie de Bourgogne qui
tranfmit la Flandres a la maiion d'Autriche.
On d' it envifager ce marriage comme le terme de
la grandcur de la Flaniecs et Fl'poque de fa deca-
dknce. La reunion dc la FlI,'dies avec les vaftes
Etats quet la maiton d'A tiiche poflcdait et acqu6-
r.it d.&is ia fate laren lait uie fouvi riin t.' fubal-
t:in'- et en t w-lque talon etrangtre aIe a souveaux
louvcr.lns Fpar'eloicne -ent dEs Etats primaires dans
1kfqu-,.'s ces prices fix.'ie.nt leur re'idenc. II eft
ai-.z da:is la future des holes que des princes ainfi
a.-fen A. micilies d:ws d autrss climaits maitres
de er.ands En)mr:rs ciut inr volnt elft arbitraire,
ine s'.xccoirn-o.cnt guIre a des minagemeniss que
notre i. a droit d'exiger. Les moindres obflacles
fembi -it bYeflr la ditnit de L-ur cou onnt. A
p:-Mii cic:,-nous divo!t't i la umaifoi d'Autriche ,
qu-' la pri'vince fit la tri&l- experience de ces v-ri-
t s. LCaici n ic MAi1,'Xiiliin l-yev dans des piincipes
cn ir.n. :ait oppof-Gs aux moeiirs et au caractere de
c s L;'u es, touours en guicre av-c 1t'trangcr
et i s prcpres fuj-ts, eu: un dnem16 avec la ville
d htug.s et par depit et reffentimicnt il en
rnlm _I comni-mr(-e qui dans ce teams etait let
p:t: fli iiffmnt. Charles Quint fon petit-fils pour
w'-. dit-rend qu'il eut 6galement avec la ville de
Ca:d roina cette belle capital : fes manufactures
de line celcbrcs t eftiintLs dars tcute i'En-
,op;e p idirtnc du mnme coup l mir Ipl.-nd.ur',
I ur crc-lit et croilcrent : d-s millieis d'artifans
d 1-u:ernt '.,1 I. ville et alleret potter l-teur in-
dttirie d.ms k~ p. a's strangers ; et come fi l iiiu h-r.i dc l p'.-vinca- euffl it dad aiigiuent: r avec
1 s )eI..ti I a .e \ in.i i ai d'AuLtrich '- 11,. ,
I, ii'- a.h' v.i de ruiner .t(ur( la elsgiuie..
C'etI ce n-. 6m Charles- (uint aui-a 'fit barir la
ia itic de Gand, tons 'r-cex' d'n rid r les
hb:i:ars; ,tai iale d;v. nue n objct ,'ho'reuo par
I s naux tertibls qu'elve vi. it de nous c.umier, ,et
11 uielkl r-ille bti.s fibut occupes dans cet infantry pour
ia ;'iire di'ip.ir.iitre de la liuface de la t ir.-. C" r.ea
p inlKe a impote p" Ia vile, lieu de fa andd'ance,
uie areude prrpetiielie de 6',oo florins par an,,
'qi .i- poIrte juiqu'da ce jnur dms es co- npres/de
Ia alile : chnfe k ouie commu' fi ia vengcince ne
V ait pis avoir d- borne. Tous ces faits fort con-
nus, t ier demandent aucuns d tails particulirs.
I.,:- chof_ quti rite ct pendant d'etfe releve ,
(.F', que c cruel debut ile la domination .autri-
chir'ne n'a pL induire I hFlandreis a la dfobdiffance,
a,- rt'enant it pirti que fon inter&r dictait, de fe
in ir auix Pro.vinces-Uni.s. 1ile a facrifie fon reffen-
t a:r et fo tn interec a fon att.ichament mn pour
i. iuvriins : circonitance qui feule doit con-
va r taunt la monde imparti.l que, fousce dr-
S.r gou;,eriimInti les chores out ete pouflies a
.. :-- ttermite horrible.
Au7 raau' que la Flandres eptouvait de la part
S-s pr'rtuts princes, fiuccederent bientot des mal-
hcvr.s d'uvc autre force. L'alliance d'Autriche avec


ve tnent e ti e courage cet effort national! mais, e
par uns fatality inconceivable, il profitade ces mo-
miens de calme et de profpirite pour former un e
fyitem de corruption a 1appui duquel il pdt par-
venir A nous arracher les points les plus precieux
de notre lbette. .. V
( Lfuite remain.)

LI G E.

Dans 'eitat de flagnatio ono fe trouvent les affairs I
du pays de Liege nous voyons que la lettre luivaint iL
peut donner une julie idee de la situation et des in-
quiktudes de .is habitans.

Lettre de tetat de la nobleffe du pays de Liege et
comti de Looo, a Jont aitefie. et fon excdlence
M. de Dohm. .

Monfeigneur le Peuple Li6geois, la Nation ne
pourra jamais fe perfuader que votre alteffe voulUh
fa perte et 1a ruine. Vous la cheriffiez cette Na-
tion vous P1en avez affuree Monfeigneur, vous
la chtrirez er-core vo;re coeur plein d'amour
paternal, et vote julhce nous affurent audii que
vous emploirez les moyens pu-s et conven ibles poor
maintenar cctte Nation- ftimable et genereufe dans
le calme, et fair fon bonheur ; elle n'en joui a
point tt le votre etint efientieilement lie avec fa
telicite, vous e-n fertz egalement prive, Monf i-
gneur aufli long-temns que votre an'our et votre
Srefence ne viendront point affurer votre Peuple
e bonhcui apre6 Lquel il foupIre.
Votre alteffe connait les griefs qui font l'ob-
jet des reclamations de fon Peuple ; elle a daign6
les approuver par-lI elle a prepare les voices qui
ont pour but le bonheur public: on ne la point
encore atteint : c'ft a vous, monfigineur a
nous y conduire nous l'attendons de' votre fa-
gefle et nous ofons le reeter de votre amour:
outre la gloire et la fatisfaction de fair des heu -
reux vous aurez encore celle de former des coeurs
reconnaiffans pleins d'amour, de refpect et de
veneration pour vous : un denti-nillion d'hommits
rempliront les fatles de la Nation du norn d'un prince,
cheri qui aura fait et fixd pour jamais leur bon-
heur et celui de la polierite.
Des entraves mifes A cette f6licite, par la fen-
tence de la fatree chamabre imperial de Wetzlar,
out jet6 le Peuple dansm a conifernation, et prefque
dans le dfefpoir. La protection d'un augulte mo-
narque I'a calmd ; fa prcioufie m6iiation failftit
efperer qu- les iernilfiines princes co-directeurs, et
V. A., i'infifteraitnt point A fire executer cette
sentence rigoureufe dans tous fes points, a laquelle
nous fommes prfuadis que fon coeur repugue ;c'eft
aunti la protection et la mediation de ces fereniflimes
princes qu nottus implorons et nous vous fup-
plions tres-iinfammnent, monfeigneur, de taire tons
vos efforts pour nous l'obtenir; alors pourraient-ils
fe refulfr d'entrer dans les vues jurlts et et biennLi-
finies du grand roi qui a traci la r.ure qu'il pro-
pofe A V. A. de & uivre pour trouver ton pays heu-
reux fes Pcucls count ns, foumis et d4voues, etr
qu'on nous oun i 'efpo r da voir biLnt6t rentrer
dans 1- fein d' no'tre Patrie tn prince qui f-ra
notre banh. ur et que nous cherirons. De plus ,
moid';eig;ur a, nat S -m tappelons Ai votre coeur et ra
votre juflc: ; cae i'-ft point le fang ,'t les profit rip-
tions q' vions dcninadi:z ce ifrait exi. er le d'-fef-
poir et par confplaicnt la ddfolation et la ruined to-
tale dia pays : v's r-g.aivr et vs droits doivent erre
facrms c t r. fp- ctc i la Na ion les refpectera. FIle veut
niaintenir la yoruititution, el!e reclame fes privileges,
elle demTrand' -quc les abus foient corriges c'ell-11 la
bife de a f-licir4; elle elpere encore que 1 s itr-
inflimes prinm._s direct.urs et V. A. ne trouveront
point d m'inj.lice dans les reclamations mais trouve-
ront les moy iis de concilitr les chores de vous
lalffer jouir, Il r.i:aigneuir, de ce qui vous appar-
tient et de laiier au Peuple ce qui doit le rendre
heureux.
Nous he pouvons nous difpenfer, Monfeigneur,
de mettre fous vos yeux la situation dplo:able de
votre pays; la rarete, la ched des grans depuis
deux ans, celle des d nries de toure efpcce, aug
iientlie encore par fa conlommiiation ruinufe que Its
troupes en font, les founnitures A faire a ces trou-
pes les dtauts de trava 1, rous ces objets -ugmen-
tent de beaucoup la mifere, et elle fera bientot a
fon comble; c- s maux affectent Ia Nation ent ere
et chl.que individu qui doit les partager et devrA
concourir a les reparer.
A .


7 '



exigent bien Aes precautions et de a pu
vous les peferez.dans vptre iagctlfd, raoonie
lle ne peut vAus igarer.
Ces mniifs, fi puiffans et fi preffans, nous ^
gent, imonlieigneur, de vous fair ces tres-.mi
representations; nous ne doutons point que '
daignerez y fair tout-s les atteptiotns qW vo9,
quite et votre amour pour ia Nation vous fug'.
rera i elles font dictees par notr; zde le plus pur'
pour le bonbhur de nos concitoyens, pour le v6otre
monfeigneur et pour le maintien et I affermti.'
ment, dans la puret6 d'une coiftitution fage quJ ji'
la f6licite d'un chacun.
Nous fommes,, avec le plus profound refpect,
monfeigneur, de votre alteffe, e tres-hunble e',
rres-obbiffant ferviteur, I'etat de la nobieffe dupA
de Liege et come de Looz.

ANGLE TE RRE. ,

De Londres.

Les depenfes de la life ctile de 1789 excedmt
celles de 1788 de pros de i6o6o liv. iterl. '
11 arrive journelltment ici un grand nombre ''
recrues deflinces au service de la compagnie des
indes t on les reunite a Gravefend, oil ces troupes
doivent siembarquer.
On efpere yoir bientot en circulation la nou-
velle nimonnaie d'argent; le befoin qu'on en a pour
les details du commerce la fait att.ndre avec. imr
patience.
M. Rofe demandera firement tla prochaine feflion
une revifion des lois relatives aux pauvres; elle el
de la plus urgente'nkcefuit4.

Deux navires charges de bled dAmerique font e
tres-dernierement dans le port de Brifol, oli btj
en attend encore d'autves qui ne peuvent manquet
d'amenmt chez nous P'abondance.

On a condamn6, il y a quelques jours, le cocher
dune voiture de place ai une amende de vingn
sh(tings pour avoir intiltd maltraiti et nieml
frappeun foldat du troilieme regiment des gardos
qui e6wit en fentinelle A fon pul-- devant la trefo-
rerie de Whitehall. Les depofition; contre le cochet
6taient fi graves que le,, j-u, out paru fachesda
ne pouvoir porter I'amendt: plus haut.
Le nouvel amphith 'atre commence Edimbourg
au mois d maii de 1annee p.ite eit p.citque fini,
et fera ouvert avant la fin de janvicr.
Dans la derniere vifice faite par le jurd nommm6
pour conflater I'etat de 1a monnaic de Londres et'
verifier les compares .du dire. t-ur on a ttouvp
90oo0 guinees dins ie pic, c; qui prove qu'on cal
a frappe plus de 6,:oc,0,o. durant la m.iiri 46'
lord Effingham, qui va fe rendre a Jla .imn.i.neen
quaite de gouverneur. Le pic. eit une eipcce do.
coffre ou I on depofe, par i'ordre du maitre desm
monnaies, une piece de chaque journey. Ce mot
ell encaie un terme technique, par lequelon difigni.
la fabrication d'une certain quantity d'or. Chaqu.,
journey equivaut a 677 guinlees et une demie. On
prend deux pieces fur cette fomme, l'une eft en-
vovye 'a la tour pour y 6tre efiayee, ta :dis qu'on:
depofe l'autre dans le pic pour fervir de point d4.
comparaifon a un jure qui ne donne ;.u maitre des
monnai!s fa d&charge qu'apres en avoir fait Veximen.
On f-nt que la quanutt6 de pieces continues dam.
le pic donne tres-exactement ctlle des efpeces d'a"
trappees d'une vifite a I'autre.
Le Difcovery furlequel s'eftembarqu6 M. MAnzie',
habile botanifte, a dd partir de D.ptford le lo0q
ce mois, pour aller fair des d6couvertes dans Is
mer du Stud. 1"
M. Fitz-Maurice vient d'ouvrir a Liwerppol on grat
magafin de toiles,, qui portera le nomt de L, wev'nf-
Hall, d ap.es celui de la belle b'anchifferie qu'ld
6eablie dans la valle de Clwyd. .i

FR A N CE. .

De Paris.
Dimanche to de ce mois, M. Durronc-'a-Ca.- j
ture, docteur en m.decne a eu I'honnciar dep i- '
center au roi a la reine et I la famille Iovyle uO


i ajaif.on de Bourgogne, avait.excite une tivaliti Les Etats s 'occupent fans cefle des mrayens de ouvrage qni a pour titre : Pcis fir la ,ar.e tfur
e* s la France et l'Autriche qni a occafionne des | fithug:r le Peuple ces moves font dili s ; ils les moye:s d'en extraire le fel c ienteil ui ta, d l
g .-rres pendant plus de d-iux fiecles : la Flandres s,.-opnt encore des nmoyens de le contenir et de fieurs Mcmoires fir le fjcre, fir le via de cai',i fl"
n T ait c.amuniment le theatre, et elle fat ainfi 12 imint.ii:ir dains la tranquiillit qu'il a conferv6 l'inigo jr-.les habitations et fur 'tt actul
f:. a-macnt ravage et c f.gct aun point -q'il cofnitnmcnt jufqu' present ; d'-n.-:-chcr et de Saint- Domingue.
nt. tailait pas nmoins que toute f'nergie de fes prevenir des defirdres que des temis inalhenreux ,
h bqtans et la richeffe de fon fol, pour pouvoir y des ciiYil II s aatiigeantcs., et nmeme Iexemple De Grenole. .
C elr. e de nos vififs pourraient fire mitre. Ce n'eft qu'en
,'. paix d'Aix-la-Chapelle en 748 mit fin a cet lui faifant efpcrer le redtffeiment de fes griefs, et La loi martia'e a 6t promnulgute ici le 28 du
.;-...t ,de nwalheurs Fnitute It Peuple repri le prompt retour de V. A. comee tn bon pere dernier, par MM. les confuls chevias, en p(r. '
co-u-ae : l i-,.n.:.Ice,les fabriqu.s la culture des I dans ta famile pour faire fon bonheur,) qu'onlui fence des troupes de la garnifon et de a m i4 ,
~t e' 'u:.1 poItes a un point qui fit diparitr infpire afle de conflance p.our quil en attended les national qui talent fous les arms. 11 v avait
S, I):. la trace des traux que \'om ava, t fui, rt-ii effects avec mnoder. vin et tr nqli.-b Les terns cri- nombreux concourse de fpectateurs ,6t .le drpa
IHeu teuix le Peuple, hereux lefouv'erain, fi le gou- tiques, les circonflances fingulitres Ct partiiulires blanc dte diployd i coti dii -rapeau rouge,


*,
tf


t 'I.




- J .1


''1-


,p4 Touloufe, le I1 decembre 1789, .
Le confeil general de cette ville auquel on avait
appell6 de6 dput6s de totes les corporations et
de routes les legions, a deliblre hier de faire un
emorunt de fix cents mille lives pour des ateliers
de ch:irite et un achat de grains poui" les, indigeis.
Dats le cours des opinion', on a repr6fenti quY.
itait infant d'ouvrir au plus'tot ces atdiers ,. er
fir le champ 60 des votans ont pret: 1000 livres
cacun.
- Le cotps de ville avait dayj fait des d6penfes
'onfiderables en d fiributions Sgrafuites de grains.
, -".\[ 2-- i,,..-.,i-in.,.....,..

ADMINISTRATION.

M N I C I P A L I T D E P ARI S.
Tribunal de Police.
Le tribunal da police a retidu le mols dernier,
une fentence contradictoire, portant d4fenfes a la
dame Guevin, marchande lingere a Paris, e trbutes
autres perfonnes de quelque quality6 et, condition
qu'elles foient, d'injurier, irnfulter ni menacer di
rectement ni indirectement 1 s membres des'comites
de districts dans I'exercice de leurs fonctions-, ni
ailleurs, focus telles pines qu'il apparriendra; en-
joint a ladite dame Guevin de porter refpect aux
(membres du comiti du district des Premontres ; et
atteniu qu'elle leur en a mafiqu6 en les injuriant
et menaqant de la mianiere la plus rdprdhenfible, la
coodamne A unrmois de pri:bonen l'Hotel de la Force,
ordonne I'impretl'on da jugement au nombre de
300 exemplaires, don't il en fera envoy un exem-
; plaire a chacun des foixante districts.

CHA TELET D .E PARIS.
Du i janvier au foir. En rendant compte hier
de la fiance du martin 'infltruction du procks de
M. de Befenval, nous avons omis de parler d'un
petit difcours du juge.a l'affemblae. Nous nous em-
prtffons de r6parer cet oubli. 3
M. d'Argis a rappeld au public tous les defordres
occafioinds dans ces flances depuis quelques jours,
par des reclamations on des obfervatoans dtplac&es:
l l'a invirtd a courier paifiblement les temoins,
Metfieurs, a-t-il d.t, fi Yun de vous eiiit pri-
fimnier, et s'il entendait le public approuver ou
dofapprouver des temoins qui d poferaient centre,
lui I charge ou A decharge il ferait furement-fort
mie'ontent ; pourquoi trailer un autre plus fv&re-
ment que vous lne voudriez qu'on vous traitat ? ,,
Etapres quelques exhortations a la pAix, et avoir
cterche a rapp5ler dans 1Affemblie les fentimunens
drhumanitt dont on n auraitt j-ir;.s dd. s'ecarter, il
a termin6 ftn difcours par dire que certainement
Intention de I'Affembl4e national ne ferait pas de
laiffer fubfifer uu decret qui pourrait, s'il.n'etait
pas executd d'apisL fes intentions; avoir les fuites
l s plus funeftes.
SDut II y a eu douze timoins affigues pour
d+pofer dans cette affaire; mais iis n'ont:pit 6nre
eiteldusd: un tumuie effroyable, des cris affteux,
un nombre prodigieux do Peuple qui criait, Favras
a la lanurne tout cela a chafle les juges et les
teioins. On devai travailler dans beaucoup d'affai-
res i nais cela a dtd impoffible. M. de Gouve de
Vitry, confiiller au Chaielet, qui devait s'occupef
de I'affaire de nmademoifelle de Biffy l',bb& de
D ,ughs &c. a adreffu un procrs-verbal de ce Uil
i st p.dffI, et l'a envoy4-a 'Affemblde nationate.
S Boucher d'Argis s'elt dit-oin aufi retire
devant cette Affeinblee.-
Les bureaux et les greffes ont 6te ferms.
j D t Le tumulte n'a point dirminu ; des canons
"tOlte conduits dans la cour du ChatAlet, ot toute
!a garden national eft en arms. On a cependant
tinterrog quelques prifouniers de la veille, don't les
dlits nl m6ritent pas P'attention du public,

__ _'
ASSEMBL-tE NATIONAL.
Prfidence de M.: 'abb, 'de Montefquiou.

SUITE 3 LA SiANCE DB II JANVIR

tire o. frtle, ieoae pr pae A ia t jit;, le plus
5 t pent- &re eft cehullque nous donnent les
rtl Ient Ide rance Chares pendant plufieurs
aSJ&r r los progr^s du defpotifme ils ft'
I ec, Aa e ia n ant mnme ou ils remettent
action le I p6 de fa liberted at de fesdroits,


d'un prochain aneantifrement. L'Turope entered fe
demafide : quel eft done le crime de cette mi-
giflrature a laquelle on fhit perdre fon 6tat ? Grande
question que les reprfenaitans de la Natioid vont'
agiter mcefflimment, et que Yon va atuourd'hui en-
tarer a Po'ccafion de la chambre des vacations de
Rennes. Vous avez enrendu des difconrs eloqucns
flir cetteo qw-flion; Pour moi fimple ciio:nf,
perftiad6 qu'dl s'agit aujourd'flui d'un bien plus
grand intdret que celui d'etre eloquent, je redui-
rai la quellion qui nous occtipe trois cbjeits 1
premier quels font les droits di la province de
Bretagird ; le second, qu'elle a dd etre la conduit
de a clVmnbre des vacations de Rennes ; et le
troifieme fera relatif aux reflexions qui vous ont
ete faites fur ce fujet.
Je comnimencerai donc par d6velopp2r, non les
privileges de la Bretagne ; mais fes droits. La
France n'eft, pas le feul Etat de PIEurope qui offre
de Vin6galit&dans I'adminiftration de fes provinces :
ouvrons les faftes de ce royauinie, pour d6monteri
que la province de Bretagne avait eid f.parde de
la France pendant mille ans ; depuis Clovis
iufqi'en 1491, cette province la douzieme de la
France a eu fes fouverains pa'rticuliers et
Charles VIII opera cttte reunion a la couroune,
a la condition qune fes privileges lui fera-ent con-
ferves. Ce fut au meme tire que Louis XII, qui
epoufa fa veive la princeffe Anne, apres avoir
repudid fa femime, fut reconnu fouverain de Bre-
tagne. Ce dernier yajoura nime la condition ex-
preffe de donner pour chef aux Bre-tons fon ilts
pui'n s'il lui en naiffait de fon marriage avec leur
fouveraine.
En un mot- la Bretagne a des droits don't le
parlement eft d6epofitaire ; ces droits l demenrehit
tois enters, jlufqui ce que la province aff,'mblee
v ait-coiffenti. Louis XIV m^me tout defpote qu'il
filt, n'avait of6 les attaquer. Ce prince a 1inftaint
oi) il fiupprimait routes les amirautes particulieres du
roymume pour en former -utine charge eininente
pour fon. fi s, le comte de Touloufe, avait ete
oblige de manager celle de Bretagne. Les magif-
trats Bretons, en nfenregiflrant pas Ie ddcret de
l'Affemble out tout au plus defobi .i des lettres
de cachet, profcrites par elks mnts; ett qu'en
venant I la barre ils font venus avtc d'autant
plus de confiance, qu'ils taient perfuades que
l'opinion publique s'accordair avec les miouvemens
de leur confcience pace qu'il n'appartient qu'au
fc6lerat de diftinguer opinion fdautrui de fa propre
confcience.
L'orateur continue dans de longs developpemiens
hifloriques de fr6quentes apoftrophes aux opir.ins
qui avaient parld avant lui: de violente&scla-
mations centre les ddcrets de Affemble le font
plufiturs fois rappeler a Iordre quelqies inexactitu-
des dans fes citations excitent egalement des rumeurs.
11 conclut A ce que les rri magiftrats d6nonc6s
foient renvoyes au pouvoir executif.
La fiance eft levye.
SEANCE DU MARDI 12 JANVIER AU MATIN.
La ville d'Auxonne cede en don patriotiqui-des
cafernes qu'elle a fait conftruire A fes frais, et tons
les meubles qui sty trouvent'i le tout ell value 600
mille liv'res.
La ville de Saint--tienne en Forez announce que
les founmiiions pour Ia conributian patriotique de
cette ville montent deja a iIc),o8f livreL. ,
M. Arnoud offre dos dons patriotiques de la part
d3 plufeurs particuliers- et de quelques commn-
nautes de fa province, notamment un de 6000 liv.,
a. nomr de M. Defrois, de Dijon, approvifionneur
de la marine et un autre de 24 nille liv., de la
part de, M. Thord affocid de M. Defrois.
M. Jac, d6put6 de Montpellicr demand qu'un
don patriotique de 44.7f4 iv. i8 fbus, un diamant
et une bague d'or, fait par la vi!le de Montpellier
au mois de novembre dernier et qui n'a point et&
infcrit dans les proces-verbaix, y foit nientionnw
ce qui eft arr&te.
On lit plufieurs'adreffes et dons patiiotiques.
M. Goupil'de Fr6feln -renouvelle fa motion, con-
cernant Pattribution de la cqnnaiffance des crimes
de ldze-nat-on dnencns au Chatelet 5il dit que
fous prtexte ds cette attriblition, on ne manque
jamais, dAns routes les plaintes de qualifier de
leze-nation ,1 les delits les plus ordinaires, afin de
tier les mains aux juSes, qui n'ofent alors en con-
naitre.
M. Dumas propose une redaction de d6cret en
ce terms :
L'AffemblWe national d&claro que, nonobtant
toute attribution, tous juges ordinaires peuvent et
doivent informer de touts crimes, meme dicr~ter
et interroge) les accufs-, de quelque nature que
foiemt les dhlits et quflle que foh l q,,alier d, atcif's
et prevenuS d crimes, fauf enluire le renvoi ail
Chatelet de ceux dort la connaiffahce tour eft par-
ticulieremenr attfibuece." ..'
Ce decrer eftado~rd. **


M. Gouffin Pun des imembres adjoinM an c6miit6
de corifitution pour la division du royatiurn l.t
le rapport de quelques conteflations, idontm l de-
cifion pourrait fire varier le nom bre des depar-
temens.
La premiere a pour objet le .D..'. *."
Quelques d6pui6s de cette province dematinnt
qu elle ne foit pas divifee. ls s'appuient fur le:. ii.
conv6niens qu'il y aurait a f parer lts parriesipauvres
des parties riches, et fur la ine41liI.- du conc4ouwrs
de toutes les forces du pays pour affurer les fu-b-
liflances et entretenir les routes.
La majority de la deputation ne convie-nt pas de
ces inconveniens ; elle en voib an cofitraire de tres-
confiderables dans une administration trop 6ter:due,
obligee de fixer a la fois fes.vues fur des homes
et des climates qui prLefntent des ufages et, des
befoins difle6rens. Elle crolt aufli que le Dauphin6
reflant entier il ne fera pas facile d'alfurer une
representation bien egale.....
Le comte6 penfe qu'i n'y a aucune raifon de de'
roger- A une regle et a des principles que vous
avez- confacr6s. 11 verrait au contraire beaucoup de
danger 3 acculillir la prevention du Dauphine. Bien. t
la Bourgogne, la Bretagne, lI Fratche-' orne PAr-
tois, &. .,demandcraient avec autant de raifon A
"'tre confervees dans kIurs anciennes li'mites.
L'Affemblee d&crete que le Dauphine fera divif6
ea trois ddpartemens.
La feconde contcflation cooncetre le rays d'Aunis.
Cetre province manque de la baWe d'6tendue n&
ceflaire pour former a elle f.'ile un depart n.emnt;
nais- ldile croit que ce ddut pent etre conpentd
par fon importance. Elle renterme cinq ports et
,t.ois grandes villesi; for inddiie eft considerable ;
elle pale un million .d'impofitions dire tes et
9co,000 livres de droits d'aides. L'unique moyen de
:foutenir fin commerce, felon elle eft de con-
centrer fen adminifirat-on en lle meme et de ren-
dre la Rochelle chef-lieu de dpa, tement: Elle pro-
pofe d'agmenter fon territore de l'ile d'Oleon et
des marais defl`ches du b.s Pitout. La Saintonge
ne s'oppofe pas a ce que P'Aunis forme un dipar-
tement ; mais elle refufe de luii cder 'ile d'Ole-
ron, qui fe trouveraitexceffivementeloi.nee du chef-
lieu, et qui, depuis long-terns, a avec la Saintonge
des rapports habituels entre'enus par le commerce
et par des ufages particuliers.
Le comity n'a vu qu'avec beaucoup de reorct,
que vos decrets ne permettent pas d'accueillir la de-
man de du pays d'Aunis. Toutes les bales naanquent
a la fois, et le danger reel des adminifirati4ns 1[rop
petites, vient encore fe joindre a-,If'. conlfidra-
tion. 11 penfe cependant que i'Affmblee, en re-
connaiffant importance de la ville de la goche le,
doit etre difpofee a accorner' a cette intere'altae
cite, quelques-uns des 6tabliffemens qui front laits
par la fuite.
L'Affemblee decrete que le pays d'Aunis ne 'peut
fire un departement.
Sur la divifion de la Franche-Comte.
Les d6put6s de la Franche-Comted taienr d'ac-
cord fur la division de cette province en trois d-o.
partemens. La ville de Befanqon a envoy des dpa-u
tes e'-.ti joidiii.cs pour demander le changeent tde
cette division.
La Franche-Comt6 eft un ovale along ; 'un des
dpartemiens renfeime en enter des terres a bled
et a foin I l'autre, des montagnes ; le troifieme
tft mi-partie. Les d6putes extraordinaire deminandent
que cette division foit prife dans un autre fins, pour
<.uD les difftrentes qualities du fol foient egalement
dilribudes. ,
(e comit6 eft d'avis de maintenir la premiere
division.
L'Affemblde adopted cet, avis.
Conteflations fur la reunion du pays des Bafques au
Bearn,
Le pays de Soule et le pays de Labour. -'wognert
une grande rdpugnance a fe reunir au Beam. La
difference des langues eft le principal motif quils
prdfetent ; mais les pays de Labour et de Souli
n'ont que x40 lieues de fuperficie, le B6an zoo.
Ces cor.trei ount le mun'e diocefe, les m&mes cou-
tumes, la mdme cour ftipirieure.
Le comit6 n'a pas cru quo Ia difference du lan-
gage fdit un" motif fuffifant pour oubtier les conve-
nances, et sdcarre'r de 1'exdcution de vos ddcrets.
M. Carat 'atii. Je teclame centre i'avis da
comite ; ma reclamation n'intreffe qua des Peuples
pauvres etpeu rtiomnbreuxi mais nont-ils pas, part-' '
l >nmme, des droits plus, facrIs a votre ruli a
eclair@e? La difference des langues eft un obftacle
infurmontable. Uaffemblage qu'on vous propose eft
phvfiquueint ret moralement impoflible. Heunnf .
des homines dont.les uns parlent une langue, les
astref une autre; que voulez-vous qu'ils fe difent?


I











iS; fAnhii, par-fc fparer coimme les homtiies dela firfks 135 t io s ..A. i'.'' nationale, parM. LI:"
tour kYc &'il .'.. Ces obtac es n: loilt pa. leaves par meuniers prdji'dnt de crte .'j.,, ,i'." A Par's, elLt
les idie is et tri-legeres raifons du tomite. Les ),,a.:..,;i: imprintedu de 1 ..'li/ I ,'1 /' ,zatiotke.
IP Uarnuls ;: t es t I -,I'll.. O., t IOut le,1le l 0(w,- eveuc le 11. dIe
de troues lIs adilintrateurs, cauX q i voient Ie o le ande n lque uionr le protes-'cette
e I, .. l retail hint le. cvequ es. Le nienme parle- ol i .Si elIti avit riIra r M. DIeion cleuirs
umInit -c tait un vice d lvancien ortre juiJiai.re, ''put ,e ,ne Si 'o n aait i' ip.isr M.e ai pnes cruie
e o s upe le .L: I..ir.z pas. J3. tiK im., i1quud d 1A. I, Ie us Oendice n faits compromett
nm Peuple a confarvt p. dant d'-s ficks un c a-..c- I A par a quai t qi mel donned.
t re excec lent et d ls lioeurs p ,iii. At. 1 p .ut '


ecse bon et en morale et eu poliique, de li( ueler
.iVc des Pe'iples poiic.. fu
Oin iimemItbre reprefente que beaucoup de [iiqiu ) pa
ei,, L.A i ij- ranria s Ct Le barna:is; quIa, CAs Pei'.4- t'
sLI I'!:it ; rt des ra ports i;ornaeIe's ,&e conmiat.-rce el
que la di refie ce de iie ,iom e put eie preenitee i
Coi 'ne unte C(miAlI..i.:-1 ILij.p Iu.tis 1(ioi co ulile tin p
moyen qu'elle eft alt contraire Lie railon politique 2
de retinir les d. ux Pcuples. .
M. Garat le je au. J+e ne vous prei'nternis pas ti
d'obf-rvauotis sil etait poflible de t'uivr. 'Favis
da conutd ; mais j.' dois vous en oftrir quaniid 1
y en ia une irnpoiibiiitte abiulue quind oA vi.'ut
Iaiire Ie malh .lur de ce-nt et q elques inil!e indiv-
dus. lUn des nm:'iubres du coiuite dt co:ht:itino '"
M. 'Ilarget a parcaur ce Pays, ii vous dira 1
fi l'ou y parole une aatre latitue que .1eCli des 1
klalaues. u
M. Target. Les. B-ifques ne ite nti-iili. nt pas ,
je n'enteliils pas IcS Baflqu:s ; mai j: 1-' pui U -n
couch .r que Is Basques t les Bearn.a is ne s entet- c
dairnt ps entire cuxl.
M. Giarat l& kene. Ccftl uine v'ritA6 connue dans
les pays arLcons et Fran'rais, voilins de tte con- i
tee qu'il eli impoflible d'aopredrde le CBaiqui fi t
l'ol n1iabite tres-jeunie avec les habitatss. dC cette
province. Audi .dit on provetrbia.tdien t que i \
diabKe efil vLnu chezz les Lbiiq1i"s. pour apprendre c
leUr langue et qu'il n'a ptu n iveitr a bout.
Ce proverbe vi-nt de vous f.iire r're : cependant
ii ril aere uwe verite proiionde. Les prov.rbe's lont d
la fag lie des homlnes. Aucunes langues ne present nt
entire e!les autait de difficulth& que le Baifque et le
B .inart is. ,
L talicn 'Allemand et I' Antlais ont kur source
commiLn dAns le latin et dans les lailngus du Nord.
Le B.1 lquae .tI l. veritable langue attique. ..... Les 0
balmqu. n'otit pas de m4tayers pas de valets 1 ils
cultivent eux-nieties. S'tis allaient aillcurs tire l.aurs
fAiri's i;s ruiineraient l urs .itaaires. Le vingti.eme
dm I~-t pays pet cultive le rcefl n'eft pas cutivablt ; F
it1, i1oht tfc-iAtutt et ne puuiralent jamais vinre ail-
k :'. .. ... A :eh.r tr'iivera-ton dins c.s contreles
d-5 f'.ialei a-ile- ailees ptur t fountir d.s eihgiblks
I 'Af-.iblee national. Le BLain par cette reunion,
niiAlti tous les rcpreflentans, le pays dts Balques
n'en jura jPrimas.
M.. Roc.,brune. Les Barques ont une tres-grande
fa31(.it'e inturelle pour letude des lantles ; beau-
(>u d', ':rt eux C avent It 1 arrais et Ie I r i ia is,
et 't C 1 'etlurtitout en Baitn qutils vidtlnIt urss
lAins'. ; le Bear i a ni: dAn.mid ni dctir' que It-s
SQiu- lutaient r. unis ; 1 intention que ilu fUp-
Iuf., le rIopia;int n'eft donc pas juile.
M. N.... dt da /'J A des B fqu.cs. Tont ce
que vctAi. ont ,'t MM. C a.it ms collegu-s, eSft
ti t*," I i: l'impa.iibilite t'ul t iite de la t iffertnli
iAd!Q e eIt vi int. \ cl -v donn-e i: cotS1f.e r3itS' n I', As dJ'putes B.dlqu-'.
et 8,Mi'A alis, qu'ils p.iil ut chacun !-urn L.igage qui
r. dig ra le proces-verbal dc ccs coiiierenes..... r
L'Aiflibkle en flivait t'avis dui coiit decret-
la runiuna du pays dc, Bal'qucs et du Barn.
AM. Garnt I' je:n. It me refte un devoir reite-
plir il n ieft prefcrit par mes coumlnattans, ma tailon,
it ma conilCience : nulle chofe aM l nionde ne potrrait
1e !t ft..ir,- ottblir. Dans une ddlhbeation unanitme,
ua pruvine protefle. ( Vioelt:s iiinuues. )
On initerrompt t'opina .t, en le lapp: lant i loidre.
M. ,:1 u.'uicrs. Jai a vous d'noncer unre ma-
i(etuvre -.'ii' 'bi. m.jiS li ridicule que tlis con-
iUiuonss f Nront ttC's'liod Arees. \ es volontairis ntatko-
Suiiix de Lille out admil- & M. le Fpreident unc lttre,
et doux hii...i., qui ont .-',,.1' n-_ rapport avec Iai,
paiii';uonoi m'ei dit Fauteur: L'un U ft intituie : Le
ei ,es Bei'ilco-Flamands at:+: p'oitcs Bg.i.-coP-Frra.-


M. Charles de L:nmeth. On connait mon opinion
ir ls hbelles quand its ne coinc mrient que des
art culiers. Lorfqu'iik tiennenit it iordre i.idli,. ils
n vrainnt quelqu'iqnportance. Un Il.iiin de Pat s
.1 veLnu s'IscctuC r A1 moi que, ne 'Piqmi.iil n en a
npuimnvr de bons ouvrges, I s'etait determine a
ublier des libel ts, et qu'it- en fo;ta't de fes prdtes
0,00 exemplaires pzr f.maidne. II y a tres-peu d'mrn-
rimeurs i Pa.is qui 6 ri tOn fClnt aut.mt. Ces lib-lies
)Amt tnvoyds dans ks provinces Bel iques et iron-'
leres.
Le libraire don't je viens de parler m'a dit q.ue
es 20o,ooo exemnplairs etaenrt poorr 1Iolace et pper
a l.o:raine. Metz ell un entrepot confi&drablt' de
e commerce atroce. Je n'ai prepare aucun d 'ret
nui pullf.: concilier la liberty, de la penice avec la
berre natioiiale ; mais j'ai cru devoir indiquer
in obje: ill fi -' lt pour les amis de la r vo-
uticn.
Un ihimnbre observe q"e depuis long- ten's on
hrche a e branler la fiielitei ds provinces .Blgi-
u.-s. Des ihbjils, iev'tus de lignaiures authi.n-
tiqu-s ont ete rem.is au comite des rech-iche..
M. Emner a ete charge d'en prl-ndre w..n5.. i' Ai.
1ur la denonici:Wtionl de 2poo0 ciovyens, ks plus no-
abies de la ville" de Lille. On n'cn a c pendant
oin fait t de rappint, et on dit qite- ces pces ion
petdues. L'Aflemblee doit prendre contiil'fance dc
cts faits....
M. le Clerc reprelente que le preopinant, q.,i .
lit que beaucoup d'imprimeitrs de Paris pub'i.dlint
des hbelles,, aurait pu reflieindre fotn ,;ii. i Pn aux
p.:rticuiiers tres-nombreux qui vitnnant uu .v. r dtes
miprimerics.11 a aiur que pas un ties 3a imptimeurs
de Parhi n'imp.ime des libmlks.
M. Emeri. Voici ce qui elt a ma conna'flhnce
on a envoy au comite des reach rches un oU
vrage centre les decuts de 'Aftcimb!e figne.
I etevre, avocat ai Lille. Cet houltw s'eil retracted
dans une adieflc imprimee, et dans ks affiches de
Flandrcs. Un autre libelle a te arrete "i Ypres,
ainfi qu'une deliberation du bureau renforce d i
Cambrefis. Une autre pitcn de a m6me orthio-
grapha que 1'crit de favocat di Lile mna audii
cte remiTte. Elle c'-ntient une proteltati :n centre
les pouoirspouoirs ds deputies qui ont conctu a vo'.
decrets, qt elle iAt fignee dts comii'l ; nobhl
et ecclteiafliques du Camnbrcis. J'ai tait I l ainp,;,-
de ces pieces au conmite des rechuerches j n .Ii eu
que mon opinion I ituli-,I.- et je dois pas m'Ic-
cuper ici de cil e det ce comite. On a dit enfuit
que ces pieces ttaliClt pcidues. Les nuenibirc di
nouveau coliite mi' ot .ippI.l et Ces pieces fte lon
ittrouives d.:n, !e caiton out eils av.iirt ete CiI t; *-
Jai fait part a C:os nmelieurs d'une letWre original
ecrite p.:r un himmen de ill.n u'.-,i.-L'trg .t
comite mnui. ipal de-Aetz pout d-mantid.:r u
no.v'l eInvoi d libelles dnt cette dernTere v 11
eft l'entter6t. I< e peticuliLr croyait quh le comiii
municipal en dtail le ,iil' ,10'w, :. Le conitr dmA
reLiherches vo-"s tira bintot latns doute un rappoi
au iujtt d-: tout's cets p-e-cs.
Ma:s je crois qut'il inipoite au efut public d
prendre d.-s put,.autio s tflicaces et je demand.
que le ciomite d-- conllitution f'Iit charge de &pr-
1inter i Wncelilmm mit une loi fiNr la hbette de
prefre.
M. d'f ,.ir-, I appuve la motion; fes cahiets It
ordonn int di xigtr la gairatie des auteurs, librainr
et inpimmeurs.
M. de MontluzierCdit que 1'Affemblie ne pet
'ti: dilpenfer de 'rejindre tn part fur la reclatiatic
faitt par le .', Iu. w,1 du Maine.
M. Sa'iWt i. Je dniande qu_ l'Aflimblee prent-
le part de renvover cettl i ll.ii.: au comite di'
.1' I .- i' Si les fait e tnone S par le. s itoyets,
TBalia foot laux, les calolmniiatelns doivert &tre puni
i'ils tbnt vrai le 'tgintent du Maine ne doit pp


M. Onporttr H, l. n. 'i.-ll c. d'a fI re
.'1 h e ,- ji j t1\ J ,ii, IL 'i., L ',I .I i.,tA l i ,,.it '.
loppe l'i 1iItr J, t ,> ,lt i'- :.' ,.unii l is
ls fi^ :'-l'i'n'- [' a lh l .., dl n 'l-,.,s d: la Pi. lt'ic tt
de 'a fl-,_ t-. ..".


Deul.,
ricipaIC


d:(. '..'s !1i ,t'ni.m qul:- I'.id-. Ifl i an p .1;
S. ,,i im, .: .11 tl. u par L.s flii.'..tc i nu


M 'Uni'li i^i:- I .ch.. V d n,-fil!, I % jo lo l r.l ,.1 Par'u -
le jom i '.11 i..' Alv ti", 1.t I nn l deI M M -'1
'rat :.';uiiiI I'..I n I', ../' id- mni.iid. u'il f(lit
dmfc nht I tLit ill'. n1c t I'AlIiiibl!e. dme 1i In
jo.urn.il
L'Atlf -nIi.'c d<. ,.:t.-, t


L. Qiu,- 1- : it i .. Iti. D0 nleuiiiers fez.i infkr
dans I..: pi <. .s- ,.ib.Lil.

' lib. l,. d 1. p lulle.

go. .i''l, i'.i i -.li', .'A line :dicifle in\ c'niiumelni ,
contf iiin iiiAii I.i. in.,tili it." J D.)inpoui ,
On tliii lecturon i ni ,r.,j (L d.:;- d,'r,:.r L iniL a,
buretau;l li.i nl ,. i, ., :
L'.' il m l.. ,<- i',-t quil Li nolnili un croi,_
do qu.il .il 's 1A l i. ti' ii n. r to,,'- I
uri .i.Ul lnI'. n in II -, I .-.I ;' i :.'. i i& .
tions t i l I ...* ,' P. -' '. I I l .1 1 'I ILn,[, l
rapp t d& L. I : 101- m nii I' iAt n cI .iiii j, u'll .ii i .1.
reur du i' i ht '!.i iiIl.- -.

dI c n11 l '.hla.

I M '.. .i I '. i propel'. de lui t.iit e lit.'. I1 t- d .
ratioll d. dL rir.
La .,u llio cil 1 I .ft invoqu.e.
A .- ,..s i i. i IrI ie d l'._p i,-IIv P' i,-
t..,ill : % h \ d 1..n, u .. 1 i illui 1 p j d1 J ,t .(
do til 1. i l t-u i:.
L',: pt..u ..11 < ,i ,hinT i ,: ., -t l'Al 'lnibiee d( lde
qu'il i' ,1 ) 1'" h.;u ..: I .i .I: .
La l inc: vAll :\'. i.

'h.-.",.' L ',ur ? 1i". 1D I .i ., ".I'V IBR


I 'A ..- v.-' h.l1 L 1. I. ) e e
' i, i. i. l l 1 ,|I t i1 lulr
, l i 1.. .; 1 n- i i 'll I.. I ',u-


ApI-s 1 1 Ctii' du i
inardi 111i .I., .
H lic n., I, 3 1 I 3 1
n iS .' l.i _'** lril h ,_'.


M latl, i ct .I ,I lu. 1 n o ic ,d ,..nm ,
app t ic *.. t0. .; T |1 i i i i.l.it I' i -, i I
(< o n ia l, F.i i, ,h t l I i I'I 'I 11 I I 1 .. n ii .: I ,. i !r'i:;l
deSil : i \..3Ut I I lI .. In.. .. i ,.
L tlu tl iil 1, .. '. 1 i' T-: !l i "Y : ". 1 L. t ll uI ,.I ,'j"il
u'v t u iu hb ...

L .it i p ii r.- '. -] n Lit i. l l I Ilk-11' 1
1 ,. l.t ,. i .Iin .:I 'l .-i 't h

-et G vu i: I. u i in 0 :- o. i w a .. .1 1 l. O imo sl.:;
ils I lc'l J In l IA I'i l n .i l -.IJ.i j i i !' Ii t

1 .'.1|!_1 I .'.. l l I l ll.l ] .I qul .l'.,n l .l i
d t ,- ,l r ilhu ll l 0 l l' l l \ lllli-l l I l l, i,. I'lw Ir 1' "'
par 1. i1 ..uil .-i .L I L, .1 i. I i ,.im
cCU .. ion i .. iu .- .I i l .. i.,~ i!.
ponM he i,.. :n hsch.. l 11 ;:-..in 1 s 'AtW )

eat,.. i l .,p ,.l i i -. i ,,I n.. ,- i L ; ( .

Vto l- .'.LU, J.I L I (i1 1 .' ll .i l I t'. tlh pelr'
ce yll. fn ill. .ii h lt ,. ,. t .p ". 'n i, i, ,.. ct .!''P
r llll.lle i_,lil -. !,"'+H llll' ,Ii lk ), ; n il ] u '.U lgor
aC I. .-, It ,..L L.: ,t n. m il :

_', ; 11 j. 1 ,., ni 'n II 11 ',.u i i ,, tl


M ,',Il' i i ,,,,,, ,, .,r;t,' 1,ie onifli!Uti'
1,li 1. l[':. 6- 1 4'4lj lr-, 1 l.- .li )ih :4ll q n i I-" l
S. .. : 1 .. i.... r In ,rm .., _i

d .. I t_ ,u ,, m, :-r]i 1 l ic.- l piI
niK ,', .Jr .ih i .. ..


* / -I L'aure porte ce titre : .*.i..ff. aY, p owi"Ces j relier thli pliittiohl. ( ;,;, .:. ,pr. )

Onil ninfere auun avis qui ue foit figne d'une perfomIe conlue et on ,ne les reoit qut'auIr b ui i..i iA /. i.,. ..A..1 ,;. 1il.,"'i'.
Le prix de chaque A ,'-. l eou Avi, eft de3 1. pour dix iignes d"i'i IIt et ,- .1 l-ni. ; de i. .. i .,i 6t' i
2 1iv. depuis- *n .i.- u i j I. trent te t lines; de t18 iv. depuis tiente-llu e jufujlta quarante .. i,. ,1 3 iL ,; .IiiwlI
juklu'i cnquaute li*. ..P. On ne i fii aucun A- is 'pus etendu a tnoins qu'il ne lfoit. tr- ui..i. ii u
fixes a, 6 iv.. Cetre -- paralt .o f les emartins.

Oi salo Wri Paris .m e ede. ., rc des Poitvmns t im a bureau des !/. .,', / d Paris ... '. .. ,, ,/.'/r ,, v .
Paris de 28 l, "iv r mos ,3 &. pour. .f mos, et d 7) I'" pa r /'ande; Ct p .\ou.r ,a p .1.' ,- ,.-. 7,., ,',. ,, e2
Pou i' fx mois er 1. h pour efann ee, f ,,. de '.'... L', n .i abonae qu'3u com cm em n .. ; ..,. -, .. *,: /.'" f, -, .//.,,'' "'/ .
es l'~anires del F,;W ce t ".s w, e. ,.,rs des ;' ,,. ; et a Lo 'dres g dz- Emily ,' '...' da/ s / -'. ..... .., ..f/,' i. A ,v '1I ':'
l circa!' de la Gda te e .'... ,. '.'.., re des Poitevims an s ,[ qa il jawt .-/..;' le .s attrs e 't '. ,'. .:u ,i, l ."-i ., r''' nti'
fe q

I


.3








GAZETTE NATIONAL, ou LE MONITEUR UNIVERSE.


5VE N D R ED I J N E 1790 '


S0 L I Q U E Re'ponfe. Les Offciers. feulement garderont leaus ne mnquerait pas d'y revenir aec ine frc r-
pes.. ondraiite pour en ecrafer les habitans ct deafltr ;
S S AS Tote la garnifon gardera fes bagages et tout s terres
:-BAS .I.. ";I c' qui lui apparttient. Les villes 6taient demanreless: 'empereur a comi
T, ....n de .e R-. Ac menace I'execution de fan ,iyflme de rforime par
s Etas r irant vivre en e of Accord. introduire la tolerance Ades religions, tandis que
intelligence avec Ikurs ,voifin et conjerver de I1 ne fera faith aucn mal: ceux des habitans felon nos droits ,-la religion tarholiqu-ap;oflolique-
peopl'e Peu.ple'ds regards qui nont pas toujours qu, fo,)t aun -ervice de S. M. romaine et la feule admlife dans ce pays, et qud -
et:refpeces de couroaiie A couronn, ont, elon c'ellft une des raifons qui ont engage nos peres a ne
des lertres de Gand da 29 deceimbre, rwfola de Rie. Confid--re comroe juf.e. pas fe foiuftraire a la domination d.la maifon dAu-
n'engagei aucun diferteur trangqis danis les. troupes 4.. La garnifon aura une fauve-garde jtlfqu'd triche fous Philippe II. .
ltinjules; d leur province. L4 deficater=& dei:es Luxembourg. Enfuite part uh 6dit portant fupprefflion de tels
ontraires que des pernes bien u m it n-- Rpnfe. Un pfe.port aux officers pour aller o fouveain dabor fansaucune fra d ice. e
tonnies comnme,, ,cit a prendre dans plulurs pr on leur emble. agents, munis implement d'un mandat du minifc re,
vviL, s de France, encourgeant, exctant ia jeu- 5. Les hoflilite's cefferont, et le fort Lillo fera fe tranfportrent dans ces afyles facrs, et en expul-
: e lell palfer dans les prov.nmes Belgiques. rendu aux afiiigeans, des que la capitulation aura ferent les individus, apres,-ls avoir traits come
e fign6e de part et d'autire.- des criminals par des interrogatoires tortueux et re-
Les mames r'ifonpn'ont point invite ls Eats de cherch6s; et ces malheureux n-nr ndi t que. a3
S Flan rs ateir a cer regard la m6me comd. e eRponfe. Cpnvenu et trouve en ordre. mInice reirdree d'&tre priv6s de toute penfiboh, s'ils
avec lc Gra de Breagn-. L'Angklterre, affure-t on, 6o. Au cas q a'it fe prefente dans la fuite quelques manquaientde porter les aveux qu'on dehirait. GCetait
fournit des recrues a Fandes. difficult dais la capittiaion, ce, ditticul~es front la fois un spectacle aufli attendriffant que barbare,
On ajonte que des lettres d'Oftinde, du jan- decides lI'avantage des affieges. de voir ces triftes victims de 'avarice et t'u d.f-
vier, anoncent .larivee de quelqus olh; irs potifme, difperfdes come un troupeau fans pafteir,
Airglains, qur ament avic euk des juu s genis d iRtponfe.' Convenu pareillement. errer et courier qa et la fans favor oi cherther
boiinevolont. une retraite on unafyle. On frdmit encore au feul
Les i-nperiaux ont fait quelque r6fiflance pour souvenir du nombre de ces infortunds qui ont &t6
Onpeutcroire a ces lWgers fecours ,qui ne laifrent n etre pas ddfaftnds, et l6vacuation du fort n'a pas expofes a des maladies cruells ou hIi mort, par
aucun foupqon fur des, entrepries oiu la, politique ete plans danger. M. Leyffeqs avait engage 1 s plus les faites d'hn traitement auffi inhumain qu'injufe.
aurait plus de part que la geureofiot mqis on doit docils a paffer dans les rangs des patriotes. Cette On s'empara de leurs effects de leurs biens. Les
doutcr encore d,: la nouvella que les Erats de prud nee a contenu Ls plus mutins et retenu les temples furent co veitis en ecuries, I'argenterie et
-Fandr s font fitire -n Angi terre, en leur nom effects de l-ndignation des brabanyons. On a trouv6 les vafes ~is portes -a la monnaie, et des debris
une recrue de c000 homes. .. dans le fort 16 pieces de canon et des vivres pour de routes .maifons pieufes, on forma un gOuffre
Onaretu, p.u ls etrrr.s deNamu"r, du janvier, x mois. qui abforba tout, fous le titte ridicule et hi'pocrite
la nouvelle.d'une action tres-vive, qui s'eft .noagee de .c.ife de religion, a Ia difpofition du gouverne-
isde S. Hubert, entree tin corps de patriots tous Suite du manifefle de la province de Flandres. meant. Des-lors la rdtorme neut plus de frein :
.soidresdu ral Va n-der- ei fi;h, et es p -I 'on vit fupprimer coup fur coup -toutes cls con-
riaux : come on n'a point de details uice combat, Nos .pere., avaient conferv6 avec foin la faculty gre nations confrevies a.ocations, fous quelgue
on ,e peut lfvoir encre s'd eft vrai,i comme on de voter annuellement les fubfides, cette are la tre o regle que ce rapinese ommunre s ; lears bens grolge-
lm-crit dans lepremier moment,quele patr otesaient plus propre i repouffer l-s atteintes quon pouvan t n f a omirhrenres aux bit us
-,Mses .7assen sotq -, les fondationsn les obligaio"nsrhretaubh
fa't 5 0o p. ilonniers. Lanouvelle de cette action, porter a nos droits-et les coups dudefpotilhe. On nous ecclfiaiit ues, ne furent -as exonr&es les an-
ifa point trour-le la tranquillity de la ville de Namur. en dipouilla en i7 4, en y lublituat n fbide fieia, les, ne fret as eonerek s es an-
I, y regne un ordre que lIon doit a la nouvelle ,i- et des-lor s"es, efprits tfges prevent oue les chofes l'Eglii furnt taqcrees changes, interves iede
gence, aux mefures ages etaux lfois vigilaris de ces allai. nt men:-r a une revolution indvitabil. Effective- les chairs, deftinees annoncer la parole de Di, u
iagifirats. ment, deppis cette epoque,le miniflee ne garda plus etlamorale delafoi,,fonnprofanes parlalecrure
deet la morale de, la fa,, po6 tprofanies par lad lecuro
On tcrit a Aft de Bruxelles4, le 31 d&cembre, que de management : pour tuffi d'autant mieux on des edits, des ordonnances, des interpretations
Ie magittra. a faith former l, s princes de Gnmbert et calfa le cotfeil supreme etabli a Vienne qui drat des bvues minifterielles :l'on veut ren Ire la reli-
de G ayes, qui ont fuivi les ancicns gouvr,.eurs- compof6 de trois conteillers ationaux, protecteurs gin n 'yftme pu enment d'Etat et de polirique.
gen~eaix ,. i 1 poque de leur retraite ai Bonn de d paysauprs un trone.: qui plus eit on inter- P. ur y parvenir lauterite civil s'arroge Is droits
revenir dans leur Patrie, foas pcidie de confifcatbni diln a qui que ce fdt des adreffer an fouverain de 1'autorm. ecclelia iq,e : uie I i touchant ks
Sde leurs bien, ans un aveu prealable overnement. em chemens dirmans dans Ik 'aren et de ma-
Comme au moyen d'un fubfide fixe on n'avait plus riage, rnverfe toutes les dkifio s canoniques,
D'Anvers, le i" Janvier. guere belbin des Etats Iks chefs-colleges commen- l'autorit: des SS. Peres les ufages requs ec pofent
cere-nt a perde l:ur confideration et influence dans la generation prefente a voir mille divorce' et la
Toutes les gazettes ont parl de la prife du fort les aifaores publiqnes: on lur fabflitua lcs filcaux future 1 mille difcullions fur la 1 gitimite des aif-
de Lillo par les patiotes i on n'ena point encore q d vinrent !. s int rpretes, les agents de routes les faces et des fucc flions. Enfin par une gradation
pubbieles details ; cependant ces premieres a(.tsons vues et de touted s volontes da gouverntLnent. d'inconfequences et d'attentats contre les lois di-
d'eclar, d.msun pays oil la gu,.rte civil a fcrvi les On les confulriit prefque feuls far t ut ce qui re- .vines et Iimaines, on ore 1i nieignement de la
PeupLs, et oAi le patriotifine a temport tant d'avan. gardait l'adninilltraion de la province, doctrine aux'eveques, on foumet leurs mandemtns
tagts, lont plus importantes a con aitre que taut C'eft dans cet 6tat des chofes que Joleph 11 parvint et leurs concou s p toraux au ltis r ment, a l'examen
de combats et d'att.ques, don't hitioire de. i. r, s a la fouverainete de la Flandres. 11 no njanqta pas des feculitrs pt pour qu'une feul bnucht puiffe
qu on app:elle legitimes, fe charge avecuinefi nidcule de paller le pacte inaugural comnme fes pred ceffurs. inm cter trus les coeurs, on ratfemble toute la ju-
complailance... Le 26 ddcembrie un olficier p..triote, Le due de Saxe-Tefchen miuni de fLs pleins pon- nelle deflinee aux ord.es faces dans un f-minairt-
eej Irecommandable par fon courage a la prile de vors, jura folennelleme t, en. fo', fur les saints general, prefite pir ignorance er 'herteroooxie;
Gand (M. Phlippe Leyllns), p.u tit de F1 ndres la evangiles, a la face de toute la Nation al-cniblee ;i en un mot il n- reite plus rien duns le acre qui
Stete de fa companies: ifit palter l'Lfcauta fa troupe, cet effect, et promit qu'il maintiendrait c-.tte pro- ne foit altsr6 on interv. rts.
au nord et ati fud de Lillo et i1 la ratfembla A onze vince dans fes privileges costumes et ufages, rant la meme main qui venait de porter la destruction
heurtes tu mat n, gu vi ux Lil o, pattie fous le canon ecclefiaftiques que feduliers et que comume comte fur tout ce qui tenant au corps hieraichique, onut
du fort, parnie fur l" chemin. 11 v &ab it f s quir- de Fliidres il ne fouffrirait point que ien foit ne pouvoir plus rencontrer aucua obftrcle dans la
tiers 'apres-midi, on f.1m7in le fort de fe re.dreo; altere oui diniinur en Pun ou l'autre d'iceux. ,, fbverfion de tout ce qui' appartenit au corps
I lga t et t vi. demanded A pine ce ferment 6tait-l pr6t que Jofeph t du mars I787 'tablir des int ndances
Syonentitmais-adurdeji fl iil petlitiadans ldeffein qu'ilavait dea conud'avance, de cetcles tribu-aux epouvantables et invents
a csoenteit. Lereti du iour t t, uE Iuit fickle de changerentierement cesmmnes coiUtumsest uf aes pou confommer la ruine de tout ce qui retat de
a nge prod ifir *d ie pl t les un lit le Cdof-r ld ent ia venait de p0poettre fi folepnellement la ma- la confltiation. Un feul home tenait entire tes n ins
gar nionju quIsidans les palitales; d'autres s'avan- uti.aio. II lie dIfimula-as mrme fes projects tap la deftinee de routes les lois anciennes et no,,vellcs,
- qient fur 1. point m6ne- du fort... Le lender iavait de.la coinfnce das rnd -ur de fa pu le fort de tous les individos, la fortune de totes
Matie, le m&ne oftico. dt .A richien vie dema n fance, ebt redre es yex routes fes le faami I, le bonheur ou le malheur de toute la
macr, dii idi volons, r acons iegtties. Naton.
"CToe un delai delix ours ; mais M. Leyffens, et Nation. >
les awres offi dai deix ours d iert que i. eiaence des Pour prevenir les obstacles qu'il 'urait pu cra ndre L'adminiflration des provinces d- villes des
troubles ne pr;cinir t pas d'accorder fixpahurene des .d'un Pep e jal,,ux de fes droits, jultement irta .et communautes des affairs *p.ltrucs e eet cono-
que fi avant deux heures on n'avait pas une re onfe, ofe a bout, i commnqa par fire demohr touts tn;ques, tons les magothats officers d s f-igneu-
.. on coiniencera t Iattaque.En -e' a deux hures es fortifications des villas ; a quoi nos anceres ries ; tousles ordres des ci.oyens fas diinction,
apr- s midi, le lmme oflcier r-parut avec une ca i- s' etai t or poles vigoureufement, lorfque le comlte &taient fubordonims au* pouvoir terrible dts intk.n-
talaitiou ellie ne fur point accotie; mais apres des Gui Dlamppi -re o'etait engage par e traite de dans. RI fallait ob'ir piomptement et provifoirement
Pou rparlers tr6t-promptsdesallaesetdesvenu sdont Melhn avec la Fraice,. dexecurer la nmeme chofe. A leurs ordrcs, quoiqu'ils enufent pa u exceder les
la rapidity pouvait feule contenir la freir ds u foldat Toit dun coup nos villa s n'offri ent plus dans bornds de leur ;utorit4. Voill donc la Belgiquie dd-
Pitrtote, on ligna la d rnior riolu6ion des aflie- lea'r entries et lear, approche que des rines ; ii pouillke de tous fes droits et enchainee par le
v ians. (eper.d i ,t lp-i ir do r ofier auntr cIenv, niit es terrins S, n appropria les d, Iiers monftre de i ,mni ni .nce, fur la tete duquel etaient
S L yIknm euait enre dans le fot, etne reparaif- tandi que pluplnr availen Pte acquit e onr- jrIns tous les pouvoi s e routes ks au tont s.
f ur pnt. Le capi. ,iie Brabanon fevoy ant retard porls dans les fortiticatins au ioyon des ftbfides C'dtait d pe un e mttre aril la Nation d atis les
,.riint que fes troupes ne fni..r /iinf'.nt uneper t d as graruit qure e pay avait tournis pour cet fers de 'efclavage par I'rction d s intenda-ces ;
i .,.et ne vinffeht exporter lo fort, qui s'etvit efi-t, ettdontqtr ielquesadnuiniratuions paientencore on bouleverfa encore 'ordee tnti.r de la-)ulice
ridu. 11 envoya q, lIqu'un de fa fire au vieux les r, tes. en fupprnimant genraIervenit tonus les tib nau ,
Lillo, pc-ur contenir les patit s qui commrn- II en except noanmoins le chateau d'Arivers et tottes l.s iftices des villas 'et d s feign unies. On
Vent en efft i murmurer, Tous ces mouvemer ls la vil'e de Tl.uax n,b,1r1. La raifon'de cette drniere b1tit fur lens ruines de novel rs judicatures, done
dterminevent les officers de la g'rnifon i ve plus re erve n'eft pas .un myftere, d.pnisque le m renum- l'orn-anifatirn ne pouvait que produire ne ex-i-me
trcrfur los article de la crpitulation. Is fe ren- n'a pa en hate de dire dans fa declaration du 10 confiufion dans la march o.dirna-re des choes.
dent aux conditions fuivantes : novemb e palff4 aprs avoir infidieurement, comme J a fuppreflion des ti-i es feirneuttr.les u're
Art T L I ds cun.mine, beaucoup exaltr I'amour paternal de qdielle bouk-v-rfait -w-tra. 'et nt.e cohtubtion,
r it. Fi La garnfonu.fortifa avec les arms, les S. M. que dans le cas que l'unpereur ne parvint pormait ne rude aveia e aux droits de propri~te des
h s gardarent leurs ep4es. pas a conqu6tir le pays et i 1 .ouxvoir garder,- itl *figneur de village. 4 e faifair partie de

S1;.



-1 *- *. -.: .-. .--. ^ -^ n 1 *' .-











patimoine, c'etait on blen qui Jeur appartenait
come leuts autres propriktes. La plupart en avaient
fait i'acquifitiollaiTitre onereux i qui plus eft, c'et ient
les fouverains' mEae du pays qui ,et grande partie,
les avaient d&tachkes tucceffivement de leurs do-
nianes i.vendues a des particuliers iet comme fi 'on
eudj youlu m ler le ridicule a linjuftice, hommee
qin prefidait A cette grande operation etaitc n itran-
ger dolcendu d'Allemagne, qpi ignorait jufqu'aux
t.rmes de nos droits et de nbs coutuies: enfin,
pour ne laiffer riew d'intact, on change I'affem-
blee ou comit6 ordinaire des d6putes des Etats :
un ebul deputy refidant A Bruxelles pris de la court,
et qui par-la fetu devait perdre la confiance dut
People, etait deflind a y fetvir d'agent et d'nm-
terpr&te des Ecats.
Tous ces corps de defpotifme rtunis, toutes ces
enfreintes mu trpliees de nos droits les plus facrts,
et la perspective horrible du joug tyrann que qu'on
nous pryparait, rd6eillerent enfin tous les ciprits.
L'indignaioont devint generate. La voix ties reprefen
stations s'6levaitde toute part avec un tonitipe rieux,
qui fit affez entrevoir au gouvernement jufqu oi les
chofcs 6taient port6es, et ce qu'il y avait a craindre
li I'on tardait encore A redreftlr les griefs de la Na-
tion. LL. AA. RR. goaverneurs d s Pays-Bas, le
fentirent; et pour en arrter les futes fum lies, elles
tinr nt en furfeance toutes ces nouveautrs criantes
qui alarmaient le Peuple. Ainui donc e lyflfne fi
long-tempsyrepare, qui dvaitAonneraices provinces
un novel etre perit dans la naitfan ce. II n1en refte
a fes auteurs que la home de 1'avoir entrepris, et
le ddpit de ne Favoir pu exec0ter ; t 1-la Nation,
ls dtfordres qu'il avait entraines dans routes les
provinces.
Pour terminer tous ces embarras S. M, a appelle
an pied du ti6ne lke dputits des Etats de totes fCs
provinces. Cette d4putation. A laqutlle la N'ation
seL' preitte de bonne volontr, eft deneureentermes
de pure ceremonie. II ny a eu rien d'arrange, rien de
faith a Vienne. Loin de l 1 'mipereur, qui ne diffi-
mnula pas ton reffentimient centre la Nation, rtnvoya
Its d6putes augouvcrnement de Bruxelles, pour &tre
inflru-ts de fes intentions.
C tte condaite auraii de quoi furprendre, fi l'on
ne favait que dans les premiiers moments 1'em-
pertur quoiqu'a grand regret, a cede aux circonf-
tances ;i nais qu'ayaut etk inthruit, pendant cvt
interv :le que la concentration d.s troupes aux
Pays-Bas avaitete contentic par les Etais ettffectuee
centre fon aitente, et ayant refolu d'y envo/ter
du renfort, it repiit 'Vdpirance de parvenir A fes
vues defpotiques par d'autr.s moytns, et titer ainfi
vengeaiice de la Nation.
L'.mpereur fe (entait humilid par ttos r'clamations:
-en fe d&re.mninant a rat.fier les declarations de LL.
AA.. RR., il dicta d&s prialables indijpc-fjaabis,pout
laire voir que facondefcendance etait iais contrawte:
en m&me terns il fe ddcida a renfenner fes conceL-
fi ns darns le cercle le plus e.roit, dufe' du plus
rigoureux exercise de Ion pouvoir de n'avoir au
curtn gard pour la Nation mais de faifir route,
'les occasions qui fe prlefnteraient pour lui faire
fentir le pods de fa pu ffance. C'eti avec de pa-
reilles int ructions qu'il nous envoya un commandant
et un tminifire, qu'li jufeait les plus propres pour
urice telle commillion.
Ceux-ci c. minuniquerent bientot les fentimens de
leur maitre aux ag- ns ubakernes de l'aurorite, et
toas entmible fe niient c i activity pour les fire
valoir le mieux poflible. Commne tous les mioyens
devaient lear &tre indifftrens, pourvu qu'on fiuvat
a la leitre les points de la ratification, et que,
fuivant un de ces points, tout h bitant devait erre
trait& par droit et sentence on forma le plan d'or-
ganifer .I justice de mar.iere que, loin d'en avoir
quelque chofe a redoutcr on pUt mn6ae en fair
ufage pour vexer le Peufle.
On croit devoir fai e olferver A cettee occasion
que l'empereur, Ilos de fa vifite de ce Pays, fe
rdoia hautement centre la multitude d'inaividus
qui compofaient les confeils et les magiltratures ,
i; donna name des ordres pour les r6tormer. Cet
arrangements entra pour lots dans ion plan qui deait
de monster notre conliutition avec la derniere lim-
1,lic t come une machine al Jauelle la mo-ndre
impulfion de fa part donnit un movement confotme
a fes vues. Mais autre plan, autres mefires. Aptie
la ratification, it avait befoin de tribinaux pout
ex cuter ft s defleini. Ces'corp- avaient n ortr6 1.
plupart, du zele pout la caufe duPeuple : it fallait
donc les denaturer : on le fit en 6tant aux con-
feils le droir de nomination anx places de leur corn
pagnie, et le gouvernement aiouta i chaquw tribu
'nal le n,-mbre futnumnraire qu'il jugeait coinvenable
A fes vues.
Tout homme clairvoyant conqut des-lors les p'us
,fiiltres (1rffages de c.t abus du pouvoir, et apprp.
herd* les fuites funailes des innovations a'ffi &tran-
ges. Ces appreh.nhions viennen d'&tre roalif6-s pa,
]a lettre que Ia miniltre a .- ite aux agents de. for
autorite en Fhlandres, imnmediitement apths qu'i
ava t echon6 dans fon en:rerfe i de fire broiler 1<
I.V.njfl; du Peuple BrabanpoC pa," la main du bour
reat. Plein de colrjl et s'exhalant en phlnte
centre le confei!, irdit dans ft lettte, dort 1
minute repofe aux atchi e Iruxolks, qu'il veu


tout, prix avoir au cowfeii une 4amibe don't o
puijei r4ti de otujouis. Lu coe-t fremit A ce rtcit.
Coiiumeit un prince' ofe-t i vai tel fats cdiL.
Ia bonot de j'an "ccur, jon amour patrndt,, Jui qui
doit &re le protecteur de la juihc et qui taln
de cette fauvn-garde de lhonneur et de la tonuie d.ie
tes futcrts un inthuaneti de la tyrannii8 et do Vop-
preion? .
Rien n'eft plus cruel, plus horrible que des vexa-
tions services de la forms et du fceau de la justice.
Une force ouverte n'a pas trait Ai honneitr mais
tour coup qui part de Yoffice du judge emporte dans
'idee des homes nu blame, une tache daris 'hon-
neur et la reputation, fouvent lAWs pinible que le
chatimient meme. Si 'Yon a abule aini du taint, mi-
nittere de la .;ftie it n'ell pas furprenant qu'on
fait 6galemei* fait du pouvoir facr6 de la iegilkat.on
pour opprimer le Peuple.,
Un example frappant 'de cette efpece d'abus, et
l'edit etnane immediatement apres ia ratification,
qui force les penfionnaires entries ecretaires des chefs-
coilegcs i quitter leur place on la profeifion d'avo-
cat, dans le t.ms qu'an rfignorait pas qu'aucon de
ces offices ne rend altez en Flandres pour fournit
aux befoins de la vie. -
Le nioit fur lequel on fonde ce placar.1 eft auffi
malin que la difpofiuon en elI injufte et oppr'flive.
Cettait, diflit- n, p ur obliger leis ofici- rs va-
quer i'itux a t'exyrcice de leurs functions. Ptifonne
ne- fut dupe de cette fuperchcrie : on favait que le
gouvernnn-'iit etait irrit contre ces perlonnes, par
la taf',n m Cme qu'clks avaient fi bien fait ears.
devcirs, que c'tait A elles qu'on imputait pr.nc'-
palement le renverfement de l'an in fyft6me dgf-
tructeur de note conflitution. On ferait trop long, fi
Pon devait rapporter tous les examples de cette na-
ture. Ce qu'l y a de vrai,.c'eft qu'on a cruellement
abuf de la ligiflation p.ntant le court regne da
Jofeph II. svous avons te inond&s dun. deluge
d'cdits qui, prefque totis font mal digarts, fou-
vent contradictoireset remplis de mauivais principss.
Aucune de fes lois ne 'prefente cet air de maeft6
fi effentiel i des actes de cette importance ; et an.
lieu d'infpirer du refpcct, elles font dev:nues un
ob;et de mepris et meme touvent d'horreur.
( La fuite domain.)

ETATSS-UDNIS.

Proclamation faite par le pr'ifdent des Etats-Unis de
l'Aminrique.

Comme itl ft du devoir de toutes les Naions
de reconnaltre la providence de l'tre fuprm- ,I
t'ob;ir A fa volonite, de fe montrer fenfibles a fes
bienfaits et d'implorer avec humilite fa faveur
et Ia protection : et d'autant que les deux chambres
du conigr s m'ont requis, par la voie de leur co-
mite common, d'indiquer au Peuple des Etats-
Unis un jour d'actions de graces et de prieres pu-
bliques qu'il doive cl1ebrer, en reconnaiffant avec
des coeurs ptine rds de gratitude les favcurs nom-
b eufes er lignal&s que Dieu a r- panJues fur lui,
et en le reni-rciant print ipaement de lut avoir pre-
fentr l'occation favorable d'etablir tranquillement
une forme de gouvernement qui procurtat fa lurete
et ftn bonheur :,r
Je recommande douc, et i'affigne jeudi 26 no-
vernbre prochain .pour itre confacre par le Peuple
de ces Etats au t.rvice de 1Etre puwilant et glo-
rieux auteur de tout le bien qui a exifi1, qui
exile, qui exiftera: afin que dans ce iour nous
uniffions tous nos humbles et nos finceres actions
de graces pour la tendre follicitude et la protec-
inn particuliere qu'ii a accord6es au Peuple de
certe conmree avant qu'il devint .une Nation,
pour les graces fqnuentes et fignalees et Pinter-
vention favorable de li providence, dans le course
et a la fin de'la de:nierce gerre ; pour la tran-
quillit I'union eit rabondanct don't notis av' ns jou
dtpils cette 6poque ; poul le came et la fageffe avec
lefquels nous avons travails a etablir une iconftitu-
tion de gouvernemont pour notre furetl et notre
bonheur et particulierement la conflitution natio-
nale dernierement former ; pour la liberty civil et
religieuife dont nous jouitfons, et les moyens que
nous avons d'acqu 'rir et de repanire des connaif-
fances utiles, et en g6n6ral pour toutes les grandes
I faveurs qu'it a daigrt6 t4pandre fur nous.
t Et encore arin que dans ce moment nous offri-
rons tons enfemble nos humbles prieres au Oieu tout-
pauifint qui gouverne les Nations, et que nous lui
de, enidumons tde pardpnngr ntos fautes envers la Pa-
trie, oude toute autre efpece; de nous mettre en 6tat,
dans Its emplois publics et particuliers, de remplit
s ponctuellement et i'une naiiere convenable nos
devoirs les uns 1i guard des autres; de rendre notre
gouvernement une f.urc, de bonheur pour'le P, uple
rn le maintenant un touvernemnt de lois frges ,
n jufes er conflitufionnelles, ex6cut6es avec difcern.
Smernt et fidlht6; de donner fa protection et de fervir
de guide A tous les fouveraim et hs Naions ( fur
tout a ceux qui no(* rant erendu de bons offices ), e
s de leur. accorder les bienfaits imeftimables d'unbon
a gouvernemeent, de la paix et de la concorde, de rd-
t pandre parmi eur et nous la connaiffance rt la potsique


l "r .




de la vraie re'igiom et de la vertn, et f 'f
isir Ia science et~ c. erleaemeut na t
e gnttre humain en entier de la p eofp ehipd
ri.ntues lterneln ful it itne la plus g,"..
. Fai et lfgn par moi.,a New-Yorck, e l;o
I'an du Selgnur z789. Sigr G. W, smc rol"f
Ure letter de Philadelphie, endate du on "
bre,s 'xpi ie ainfi: ct Des navires europ6ans coe '
nor; rivi.re;, la ,plupart tonE Franqais ou Hollid
ils font venus' charger du bled. La quantity d4c
chandifes qui nous relent en m.igain da exped
du printems deerier, faith quils ne trouvent p
dt acquete ers pour les objtes de commerce don
fe t pourvusn abondanment, que cela feulfu
pour dtablir une concurrence defavantageu le n
debit.
Tous les pays voifins de la Delaware -ont fait
fi bell moiuffon, que kis fernrers nWont pas I
de gringes pour mettre l6irs grains e covert.
les entafflent-ils en cules. On en voit cini1 i
dans la cotr du plus petit cuhltivateutr, qut 0
leuts en a rempli fog grenitet et mrme fa ch
Le boiffeau de froment ne fe vend quequitr
lingts deux fols de Penfylvannie: nai il tl
taip.que les demands continuelles ne tarderom
d'en Taire hauffert leprix. -
Une fontaine deau thetmale fulphureufe,
couverte dans la Penfy.vane, a rc u le no
Nouvdte Effomt. Cet lledroit d -vicondra bkentc
dB.th d Amerique, car il s'y eftdeja reidu des p
culiers de London et de Fairfaix en VirgiAcie, l
ont iecouvt6 la fta te.

AN G L E T ERR.E

On va confiruire un fuperbe canal qui, tr
fant le comte de WilItz et celui de wants, 4to
Bafingftone jufques la parties occidental, f
de cimniunication entire le port et 'artenil
Portt outh et celui de Biftol un autre canal
paftera par la riviere de Perry et tes lacs d'Il E
va s effdctuer aulit iaicefamment ent tre Chee
Shsewbury, "
Une loi fornmelle e 'Etat exclut les prrsbyee
de toUts l, S pofti s et de touts les charges civ
ces enfans de la Pat ie qui fe piquentd'autantd'a
e de fid.lit, pour elle que les epifcopaux., vien
de s aifembler duns routes les provinces pour re
velltr et onftlider lengagemert nt de ne choifir
membrts des dcotmunes a l'm$ection prochaine
le candidate qui fe fera oblig ide nmettre tot
oeuvre pour que cette loi, 4 galemnent injuf
-impolitique, fuit rdvoquee.
Nos n gocian% viennent de fe partager 3ao
liv. fiet. en efpeces, rtdhs cargatfon du vai
le Prince des Afluries, arrive vcemment de Ca|
On troupe dans uroe nouvelle hiftoirei de
caftle, le fair fuivant, en pieuve duquiel I'aureui
les manufcrits de la biblio'h. que Harleyenne4
ford, fous les numeros 78 et 980. Vers le
mencement du fiecle dernir un tifferand dl
eut 6z entfams de fa remme; de fes files il r
cut quee 4 qui arriverent i l'ige nubile. Les gi
fe trouverent p.us vivaces 46 atteignirent ce t
Le chevalier Bowe-s et deux autres feigned
avaienrt prs chacun dix pour foulag3t le pere.

FRANCE.

De Paris, *le 1 3janvier.

Depus quelquess jor le Peuple parti'ait
fermentation. Une toule de papiers intend
diftribu-s avec profusion dans as ties, ;
encore fu ( inquietude et quell que fttr hI
de l'agitation d s efprits, on ne pouvait i
prendre aux difpofitions turbulentes d e l
tude. .
Des ivenemens qu'on aurait A peine ren
dans un autre terns, donnerent lieu i des
ttres de cornlotp ou plu,6t furent rear At
des fuaies ouades moyens d'eatrepriftsfecrettv
la liberty publique.
Des voltures d'habits uniformrnes avaient d
tees le 9 de ce mos par, un detachemefnt
feurs, a la barriere des Gobelin& I le dimamn
habitans de Choily-le-Roi vinrent dire audiep
de la police, qu'on voyait rpuais quelql
decharger grand nombre de ballots A l'h
Menus-plaifirs do Choify, et que cela inqi
pays.
Sur ces indices, deux adminiflrateurs de
Sun aide-de-camp de M. de la F.yette fe tri
rent a Choify avec dix cavaliers de la'P
tionale. Uls dtfcendirent chez le tyndic du I
s'6tanr reunis aux autres membr-s de la muni
Sits allbrenr au chateau, dans lequel ils voaeQ
feize ballots d'umnformies, qui y avaient wte
tdumagafin de S. Dianis.i ce chaeau offrant
emplacemens pour y 46pofax cmmodfn
effects









Cette vifite pt les Informaiions prices fur ce tranC-
it tranquiliferent l-s hibit.ns de Choify, q4i ft.i-
1biienc craindre que le ta innemis de ,a revolution he
le diliribuafent pendant Ih nuit ces uniforms et ne,
Ior. fI. ainfi Lune armee dangereafe dans le voifinage'
de Paris. MAis d autres ca.f-a-mettaient le Peupla en
fermentation. .. .. '
On a peine A crolre qe des gens qui n'nnt pas
perdule fens commun ,wentalent ce qui'ls pourrAient
appller une conitr-rwvolation.Cette entrepriiene pour
raitque les cornduirc plus fldrment ia IAur runie. Lt
qua peuvenm-ils de rer de plus qu'une org imiation
leale d-rous lespoubiri, une conlitutionqui donnt'
i tous des'droits gaiux de minutes avant.LgLs. 11 n'y
airait qe des infenfes qu puuirr.uenr ltivir quelques
a,nbiieux conte les irterets detuius ;,etdeiemblaa-
bles ho.nmas peuveit-ib letter contre la force d'&un
peuple anter.
Quoi qu*il en fott, quelquis tumcuts avalent eu
ILku L.-si dux tfu .bo~ igs d ?aris, on plotit P1on
et.ut Inftruit que qu-lques efpi its remuansi cdange
weux avaihtc tcnte d tn exitcr M. Ile iiiaire et M. It
comnmandani-gLndral y ftir, ni qu Iques tour. ees et
prirent fur les iheux 1 enie.co..nailance des fairs pu-
blics : tout y Fut tranq ille.
M.i sales aveiius.d C( hate lei devintert turbulentes,
fAitoiit le lundi iiet mrardl I i il Lhit y niailtipli -L
I s puounillIs L t e!oigntr la multitude qui s' lch..ftf-
ect 'l. tt-.iiL par le i.tpiochl-ii.n ct donet Ii ilaik
s accroit tuijours pat,' if IUiAlMiio m l_.hwi'i iL
tons ceuX qui- pdllent. ---- -
Enfin, lemadir me.ne, des attroupemens fi'foir
inm reli, niasksu hams-LiyheS. Uis eraient itiiot'
campoies dc foldats ftiniiiwil de la ga id lia linill.
loJdee. It elft wtiict de tavoir p1 *miori de klur reu-
nioa. Us p.ialitaliciidemn>inec" une augmnfitation ixa
. agree de paie -t ii giagrmijt ; mais iis tailaiernt
eaindre pour la 'iiiet pliuoique j it la pruxnmut de
.ikr.lirblec atiuunat .. t uA la deuieure t .roi ',
.Vitt les ndrne claure plus lifpects.
En conLquLnce, les chis civiis er militaires de
la uiituicipal.te s y Wlot tradilpoites'avec d,;s forces
f., fatict.t en otn airete prs 'I di ux '.iiLsqui out
tt-: i.ilva.)a dans les pillulis da 5. Dcrsi, Ie npuimn.
)our.
Jepuis ce moment le calmne s'eft rdtabli, et les
ouvI.ers, qu'une vane ine quecude entrainait dains le
tby.rs dlu trouble, fe fbnt rcuzdus i i urs attAiers
riiectits. il taut elperer que Ie Peuple, tla tnii.,
d ete Ie jou .t de tes tncanis ,reconaaltra qi'i lny
a ,.e bo .h. ur pour ;ui 4u; da,,s la paix ec 1'abondance,
Ct que I'unc et I'autre Jont Ie fruit do la foumifion
A la 10i, ct de iobeiifailce aux. nagiltrats nommes
poar iLn etr.: I.s organs.

De Mrj'iille, It dcernmbre.

M.-Bourniffac continue fes functions de g'rand-
prevot, a la demand des citoyens ; et iialgre
Ies tracaferies qui lui ont e'e lulcitees, il initruit
publiqu ment les procedures des detenus de la der-
niere infurrection.

De Tours, le 9 janvier.

,Un avocat de cette ville -yant entendu dire a
deux port:-faix, qu'ils venaint de ddpofe.r chez
un rne'iciut deux barils dc poudre s'cft li`ti' de
fair fa dknonciation A la municipality. Le comniie,
aprhs avoir pris toutvs les precautions necHllaires
pour s'aflurer 'dune pravifion fi fufpecte, a vu avec
urp ice et avec joie que lIs tonneaux ne renfermaient
que de la ppudre a poudrer.




AD"MINISTRA TION.

C S ATELET D I PARI $.
Du 13 janvier. L' ffluence qul environnait le
'Chatelet eft un peu diminuee ce martin. 11 y a lieu
fd croire que l'expedition de M. le inarqu s de la
Fayrtte aux Champs Elyf~es a mime influx dans
les environs de ce tribunal. Le dehlein 6tait, Adit-
or, d'aflirger le 'ChAtelet, pour en titrr M. de
Favras. Nous ignorons les motifs de ces projects ;
Inais les ehncmis de I revolution devraient entin
fe perfuader qu'il n'y a plus de moyen de 'em-
pch er.
On'ne s'eft occtupd hier que de liffaire de M. de
Favras: on a entA du pluf eurs tdimoins quii, pref-
que tous, ott charge ce accufe de .manmere a fire
croire qu'ii feran l victim de fls projects. Jiifqu'!
present il ti rfen d t; mais la fiite de linflruction
d chirera probablement le voile qui enveloppe cette
affaire.
Il monte fur fon vifWge une fermed6 extraordinaire
dans fa pofition. Nous attend fons des dAai Acerrains
tour les donner au public. Nous fommes in units qhe
M. le gard--desCf eaux a ait demandrr d.t. pies
du procis. On affure qu'il ftra jugd dans la feimaine
l iermnahnine, ,
' Onidt terminer domain le prorks des brigands


qui ont p ilI6 le greffe criminal : on penfe qu'il
;n dchapperont pa. au glaive de la juice. Stremerin
on faura difluinguer le vol faith avec effraction d'un
deppt public, 4'un vol ordinaird. M.Vaudin, con-
feil des accufds, fe propose de les defendre: il pot-"
tela la parole a cettre audience. .
'Uaffaire de M. de Befenval eft fufpendue. Le
comit- des recherches doit fournir au Chatelet d'au-
tres pieces centre cet officier-gendral, d'aprbs lef-
quelks on doit i'interoger de nouveau. 11 y a en-
icore vingr t~moins Aeniendre.
La foule qui environne le ChAtelet ayant intet-
rompu l,$s services, il n'y a pas eu d'inftructions
;limportanies ce martin.
: On a arr&6 hier aux environs du Chatelet, un
-particulier qui a 6td conduit chez M. le commiffaire
Grandin, fur quelques propos indifcrets de fa part.
En entrant chez le commiffaire, il a tdmoign6 ,beau-a
|coup de furprife de fe voir arre&., M ieurs,difait-il,
je fuis un tres-Aon .coyen ; c'eft moi qui ai coupe la ttte
a Foulon et de Laun y qui leur ai arrachi le caur et
les entrailles;,et enqiite tirant un couteau de fa
poche, -il dit que c erait-Ia 1 infliuintnr don't il
s'etait fervi. Conmmne onlui obfervait que cecouteau
ttlit iort.pe.it, il a dit qu'il avait erd boucher et
ucu'finier, et q'il fe connaiffait en amputations.
Sur ce feul fait, on Ia emprif6nne.
,

F F' NAN C E S.

Aperfu des bien du flerge.

On demand A chaque infant, quels peuvent itre
les biens -du clerge' ?
Que Pon ouvre le grand dictionnaire de Morery,
edition de 17Y9 conforme a celle de I7f1, avec
approbation et privikge du roi, tome 1I, pag 71;',
fla luirte de I'article France, et I'on y verra la note
fuivante:
Les archeveques (et 6v.ques) ont plus. de qua-
rante mille cures ou paroiffes. 11 fe trouve trLize
cents cinquante-fix abbayes,douze mille quatre cents
prieures deux cents cinquante-fix commanderies de
Malthe, cent i-quainte-deux mille chafielL.s, ayant
toutes ds chaplains 3 a quoi i! fart ajouter les ab-
bayes- de religieufes, dont le nombre eft de mille
cinquante-fept.'.- utre cela, 1 y a fept cents cou-
v'ens de Cotdeliers et le nombre des Jacobins,
Carmes ; Auguffins Chartreux Cdleffins Miniimes
et autres teligieux monte a quatorze mille 77
couvens.
Tousces gens d'eglife poffedent enfemnble neuf
mille chateaux et maifons, avec. moyenne haute
et baffe juftice. On compete deux cents cinquante-
deux mille metairies et d:x-fept mille arpens de
vignes qui font baiilees A ferme fans comprendre
trois mille arpens ou ils prennetit le tiers et le
quart.
Le revenue tous ces b*eis eccl6fiaftiques monte
a quatre-vingt-douze tA lions d'ecus, ou deux cents
foixante-fcize millions de livres outres les rdferves
des baux qui vont a douze millions d'dcus ou trente-
fix millions de livres.
Ce qui faith en tout trois cents douze millions
de livres.
Cette fupputation ( continue Pauteu,-) a 4td ex-
traite des me'noitres de I'Agemblee du clwge de France ,
tenue A Paris en x6J5. Mais commu. la France s'eft
depis agrandii par les conquktes de Louis XIV,
ily a un plus grand nrombre de paroifles, et les re-
venus font de beaucoup augmeneis depuis ce
tems-l.. *
Motifs d'augmentation.

1. Celle du marc d'aevent: il 6rait alors a 8 liv.
13 fols il elftaujourd'hui a 6 livres.
2o. Celle du prix des denrges. Le bli pouvaiaplors
6tre i 16 ou x8 fols ; itl ef auourd'hui, annee com-
mine, A quatre francs ou cent fols, et des autres A
proportion.
I he moilu debois trait A trente fols, il eft actuel-'
lement a 13 et14 livres.
30. Dans cetre declaration e'6taient point comprise
les forts les bois de hautes, moyenies et bafles
fittaies,, les moulins libres et bannatux, les preffo rs,
les fours, lks tuil-.ri. s, les forges Pt au res ufines ,
les palais archiepifcopaux 6pifiopaux, les maifons
abbatial s et cbnventuelles, Ies presbyteres, les parcs,
clos et jardiuis.
40.Elle ne comprenait pas non plus les revenues des
cohgr6gations ; favor, caux d s oratoii-ns, des miIf-
lions dtrangeies, de Saint-I.aiare, de la doctrine
chr6ti. rne, des feninaira:s er d-s chapitres metro-
poltains et ollefiaux', qui peuvent former un cin-
quieme du irevenu total duc klrg. .
j0. Les provinces coiqonifis ou reu ies a la France
depuis i6;( etqusi font :I Alface, a Franche-Comt6,
le P.o'lffillon, tes Trois -Eiethes, le Hai nat Franpis,
les Flandres Francaife et Maritime, 1PArtois, le
Cambrofis, la I orraine ,le Barrois, les principautes
d'Orange, de Monaco, le comtd de Foix et lile
de Corfe ot il y a cinq (veches.


Sur qtloi it eft A observer que, dati le Camn-
brefis, I Etat ecclefiatlique pottd:les f ept huiiemes
des biens territoriaux fans y comprendre la dime
ce qui fait i-peB-pres le tout.
bans le Hainaut, les Trois-Evchs et l'Artois
lets trois' quarts..
Dans lAlface, la Franche-Comte ec le Roudillon,
'a moitil.
Partout ailleurs, au moirs le tiers.
On value le revenue du clergy, dans ces pro-
vinces, la moitie de celdi du clerg& de France.

Impof iions. ,
En. 17o, le clergy levant A titre de decimes fur
fes biens ( c'eft-a-dire fur ie has clergy car le
haut ne payait rien ) une fomme de quarante mil-
lions, .eit ne payait alors au roi, par annee, que
cinq millions au plus, taut de don gratuit que do
declines.
Que devenaient les trente-cinq millions reftans,
et ot ltait la n6ceflite de ; emprunt de fix millions
que fa fait A ce, que lon dit, le clergy chaque
annee ? C'ell ce qut fen ignore.

Rifultat.

On fe trompe, loifque l'on infere dans les alma-
nachs d ch.ique an.aeeque .1e clergy de.France n's
que cent vinct-un millions de revenue.
On a trompe P'Affemble national, lorflqu'on a
ofe lui affurer qu'il n'avait au plus que cent quatre-
vingt millions de revenue.
On nous trompe effrontiment, lorfqu'on nous dit
dans I'ETcyclopedie edition de Geneve, tome 8 ,
page 268, que les impcfitions fur le clergy font
tries fortes et qu'elles voht communement au
dixieme fouvent aa feptieme, quelquefois meme
du cinquieme da revenue ce qui 'fuppoferait que
le clerge de France-n'aurait que vingt-cminq millions
de revenue.
On fe trompe enfiri volontairement, lorfque 'on
craint que fes revenues ne fuffifent pas a payer lI
dette de la Nation, et ks peifions des ecLliaf-
uiques et des moines, fuitout i ,1on roverfe les
petites maifons relgietfes dans les grandes en ne
donnant que demi-penfion a chaqte individu.
Ces revenues quoi quon en di e montent au
moins au quadruple de la dec aration de,165f,,,, de
crois cents douze millions, c'eft-A-dire a douze
cents quarante-huit millions, ce qui donne en toods
un capital au moins de trente billiards.
Franqais, vous furtout habitans de ces v lIes que
l'on nommait ci- devant % illes de parliament, fongez
que fi l'Amerique angiaife, apres avoir effuye pen-
dant plus de dix ans toutes les horreurs de la
guerre, avoir vu fis-vilks et f-s ports inc.ndi-s s
fs campagnes divaftes, pros de la moitre de fes
habitats maifacr6s, et avoir contract une dette
enorme a commznc6 a fleurir un an apres Ia paix,
a bien plus for e raifon la France, qui n'a eprouve
aucun malheur, et qui fe trouve avoir entre les
maris un capital de trente milliards, doit A-lle prof-
perer des linflant meme que fa conit.rution aura
det former.
C-et article eft tir6 d'un pamphlet intitulI : Traite'
feidratif et d'union des quatowre v;dcs oailliageres de
Franche-.Comd, et adhjfion dc la ville de Dij-ia,; in-8.
de 24 pages. A Dijon, et fe trouve A Paris, thex
M. Berry lib. rue des Quinze-Vingts.



ASSEMBLtE NATIONAL.

Priefidence de M. l'abbide Montefquiou.

SUITE DE LA SIANCEDU t1 JANVIER.


Suite du rapport de M. Goffin.


La principaut6 d'Orange r6clamait un department
pour elle feue : elle alt6guait fon ancienn'e inddpen-
dance., fes habitudes, et la difficuIlt de s'identifier
avec le Dauphine', auquAl on voulait la r6unir;
mais l'Abemblhe a jug6 q.'-un pays aufli peu confi-
d&rable ne pouvait former qu'Wl district. Cependant
on lui a laiff 4le choix du department auquel it
pourrait s'affocier : il poura douc opter entire
celui di Dauphin ou celui de Provence qui 1'a-
voifinent.
*Une auitre difficult ,e fourmife A la ddcifion de
l'Affemblee. Le Forez, on du moins qu lques-uns
de fes d6putds, fe font op -f-s jufqu'a lprrefnt
A ce que la province fft rtunie en un d6par-
tement avec Ie Lyo.nais et le Beauiola;s. Cette
preventionn paraiff it rd'antant plus, extraordinaire,
que ces trois provinces ont depu s long tens
des relations :roites, ne format qu'une m8mne
g6neralit6. M. de Landine pour enpecher
la reunion a fiur tout allpu6 \ks detes uin-
menfes qiuela vile de Lyon contractors, et qu'il
no convent pasde fire partager aux autzes portions
f


a -












Ai d ':{ ..mienit. M.i rg- ces iloit1, Ali,!,nbi!e a
,,1 >. 'd .< 1: t
Qu,- le Forez, le lka>.mijolu et 1.: voiLY ais, le
'ii n trnier qui iu i .l .l->ii t'riiciii.
S'nit.:, aithcunlts1 elevees fur la Lorraine er p iv,
'i",C .i..4 i'ril,, out ete g lii.-i. uappllieS. 11 a ete

SOn la Lorraine, les Ttoi .-rv.iv h et leBarrois ,
ei'alent umis pout kLurs ilifij .s ,I I a,' itp v.
Une d tuffion plus longue s'eleve par rapport
a All' I1 propose 'de ftatuer, non-feulement
fir les departemens A y former, mais fur let preten-
t -ohs des tinc'es allimiands qui oit des terras dan
c~tt province. 11 s'agat de favoir fi c-s terres
feraient enveloppees dans la division du rovaunme
O cite les- .rv4entions de deux villes impefriales
-_u, t IL ch-fs litux de d.lit.t.. On cite les traits
et I- droit des gens en faveur des princes allemands
SM. A Re Iill. Cs ,'.la.uios n .- frmn t fondes que
fur des traits a.t.nCs jpar la faveur.et defavoues
par le Ptuple ,, qi n'en a jamais ete que la victim.
D'apres ces direrfes observations, ij eft d-.
crate :
Que PAlface'ferait divif6een deux d'partemens,
don't Strasbourg et Colmar ferient les chef-i-eux.
SQue le ddpartenent de Strasbourg lerait fub 'ivifc
e.n trois difIricts,_ et celuii de Cohnar enl qurtre.
Que es" terres de,- princes alle;'inld polff dles
en fouverainetw par la Fiance front compril.ts dans
ia diviljon des d!tihi is.
Que .Lmandii, eciaV6 day's le Palatinat, aura une
justice p i'rtiu! ir..
SQue 1.1 qu li...n fui les rdclamations des princes
.ellin.,hInds refl ajournee.'
Quan- a-ce dernier objet,le coinitd de feodaltd ob-
ferve qu'il .ntv,,l des rcnteigeienu.nis qu'l a de-
mandes ..ux- p-incei reclaimans,
... Goflin fait u. rapp rt, fort court, oui it pro
, pofe. que Paris fit a lui feul un department, avec
fa -banlieue de trois lieues, de rayon au plus, partir
du parvis dc Notre-Dalpe.
SUn memb e pr'l,,of, de confiner cette banlieje
a. la prenTiei pu.ol. -
A. Dieneuzier. Paris pie-a millions d'impofir'ons;
et ce qi efti fort ex'rIaoudiiiare, celt que fur une
Population de .700 n I ihabitans chacun un
portent l'aute paie i to lives. Mais cis npo-
"lito1'i'as f- patent fur les cotifonmations i fila banlieue
.6tait trop refferee, la contrebande, oqui monte a
douze millions irait a vingt. 11 cnnvient furtout
d'y renfifrmer le village de Seaux. Je demand quez
la bainlieue foit portee A trois l:eu-s de rayon.
M. D-Tport. HI fuifflrit de donner an-dela des
mnur.,, d.ux lieues et deniie, a cau:e d.s irr gula-

SM. de Cuffines propr fe de porter la banlieue a
.trois 1mille toL s au-deli de es murs.
Le proje- du comite pale A une grande pluraltd ,
ei il eft decde,
QuO la vitl: de Pa',is formerait i elle fettule un
depirtement avec fa ba:il,cue de trois lieues d
rayon au plus.;, a partzr du parvis Notre-Dame.
M. Ki pott r ,,ddi'utd de Flandrcs, deuande qu
la vile de Lille fu.it aut,.rile a fiir: utn E.iprui.t
de 5oo,coo lives pour fodrnirt aux approvilion-
.Inem n'DtAe grams qu: out et.. taits pour procurer la
fub:iflance aux pauvims.
Plafieurs antres inembres forment autfi des de-
-mandes tendant-, A atoi:-er des villks a fatire des
emC runts pour le iedme fujet.
Un mim re demtinade le renvoi de ces objets au
pouvoir exzcutift ce qui n'eft pas appuye.
U-i autre timbre r6dame 1ajiurn-ement de cette
motion, jufqua cce- que les municivalites foient
6tablies. .
M. Fr4teau vient 'a 'appui de cette motion. II
fait preffenrir les dangers tde cet eniprunt il rap-
pelle un bruit repan.tu depuis long-terns fiur les
-dJ.-ii;'.'.. de queiquis perlonnes de cette ville.
C'eft un foyer quti concentre lei. efforts des enniemis
de la revolution. Celft du milieu d'une %il e qu
rentrit-'.e tat de ',n. patri tes que lis enntenti
du bien iiublli: laacentt leurs traits envenimes.
Un autre nmembre couvient que Ja municipilite
,1 cette v .lie a fit tout ce qui a d p..i. d'elle


pour 61h;iger la mifere ; q-'..-11 a achr t Ics grains
cher m it et qu'.-i- a vendus a bas prix i qu, la
ite utie qulledil prove vient de t l i- l i.-,-ii l- ;
Inais que I'enircntlt ne doit pas n autorif6i i.1it,-
loutes ces raifons ; que cette tmnlie ,ili e ,a ;:t
nointiiee par I int.-Utl-int qutelle n a pas 1.-puk piu.o,
dui Peuple ,glat'.tlie i' texpirart, ; qu4'iv ,- t.ui tp'i
hii jil'i, l.a t,iOt de taire tlln enpruit ii con-
fiderable q'il tvat imieux le I.ilir i-t-e.fuvr par
la minuicipalir qu) va ecre elue par le .Plc I.
uifque fa formation n'eli pas eloigndie.
Un membre dit que la villeede Lille elt -i poll''-
lion de faire fupporter i la province la mioimli dv-
contributions que fes emprrnts i..-. iil, -w : il n'efl
pas de-la ville j ii craint de fupporter les frais d,
rembourfemenv.
Un autre membre oppofe a I'emprunt des taifotis
plus puilfantes : il craint qu'il ne fetve d'alimient
atix ennemis de la revolution.
L'Affemblie d6crete qu'il n'y a pas lieu a delib6rer
quant a parent.
La feance eft levI'e 4 heures.

SEANCE DVU JUDI 14 J.ANVILtt AU MATIN.

A .piq la lecture du proces:verbal de la fdanee de
la vuilli on done communication d'une adreffl
.le la comnmunaute de Signer en Foix, paii t it plainte
contre l'nt: n.i-at de IA province ; et d'une- autre
adrefle dii comjnit permanent de la Roche-Bernard'
qui ddeonce ine inf'irection fcandaleute airrivert
1; 4 de c-. n.ois et intiruit des Imeiires prifes pour
en artlier les progress.
On lit un grad nombre d'autres a'reffes de -vilis,
l'nt les unes annonc.ent des tabliffeme- s p-itrio-
tiii s d'autres demandent d'etre chef-lieu de dt-
partement ou de dillrict, ou l'tablihffement d'un
cour fupil.-.lure. Celle du Pont-de-Lempde en Ait
vergne en de...ind une pour la ville de Clerni,nt
Ferrat'd et toutes portent adhefion et divoilnent
aux d&rets de J'Afemiblee nationile.
On lit une adreffe de qua.-lques dtoy'ns de
Ton ououf., qui ont form le project d'-t.iblir dan"
cette ville una inflitution publique et gratuite tL
faveur de la jeunnfle qui fe d. ltiie, aux varies et
a la marine ; elle a pour titre : Ecole nfltionald
et patriotique ae g nie d'arthllure et de marine.
Le con i. -peruanent fe plaint fo tement de la
refiltance opiniatre du parlement de Bretagne, aini
iu= de 1' :exactitude et de la partialitre dans l'envoi
des d fii rets.
La v lie de Neuf-Brifack ioint a fon adh ftion e e
don patriotique de 200oo livres, et la communau
de Tremoler en Perigord done le prodiit tie'
taxes fur ks c.'-levant priviligis s, outre La con-
ni ibutio i patriotique.
1Ls .fiTr nd.l s patriotiques font ttes-nonimbeus -?s
11 ville de S.intc-M. n hi.ul celle de M itt--
,qieui.Vtilrr tire la conimvutaute d- Suminott- e
Champagne la vil e de Forcalquier donne'>t 1
ones d.s fomunims d'argent, lcs autres de P'.Ig-
tetle.
La communaut& de Soye, en F.li. hIl-Con.to ,
rm: rcie PAflfer lee de favor delivery des dii,
eXCr-ftives don't elle ait grevee, et dnri.- mi I.
lives fur les rentes de les bois,
La ville de Montforrt, en Bretag'e, acrt -t
avec emnprefflmtnt a prop(,fition de plolufits xife:-
re la province pour former une confediration pou
Yex-cution des dAcrets de V Aff mblee.
La villt de Fougeres adreffe des observations fur
ia lil> )te des neoirs de nos colonies ; clle p ne
Iue Iuri liberty ferait dans ce moment un bie',-
ant d n;in-r Ux pour eU'm-ihiii.-- I, pour les colons et
pour la mere-patrie.
Le riiftict dt Paris, d t des Primnntres, etvvnie
une adra-ife d'adh6fion atx decrets, en demandant
que 4I Affemblee s'oc ut ., int.:flT.inimniu, de l'orga-
nifation de la mnunicipalite de Par s.
M de Cart, au norm du cornice de la marine. Qui.: i-
que vous ayez dcreti que le pouvoir executif
(upreine rvside dans la perfornie du trol; quniqde ce
d'c-ret, fonde fur Its principles les plus politiques'
et les plus refpectables, ait 6te' pronmulgud dans
tout le royaure janiais P.olviitih ti .n oe la mi:
'ine 'eprouvera plus d'eitraves tant le obuvenir
des anciens abus5, et 11 defiance ouverre quli nf
-it la fuite entrainet les tfprits it', le godr d-s
innovations, par clIa m&ne qu'utte innovation at-


On n'inri ;e aucun avis qui ie toit tigne d'nne P 1 .U_', iCm connue et on ne les reoijt. qu'au
43de chaque Annonce .u Avis dt-. dP 3 liv. pour dix lines d'hriiri-u W)oTn et au-deflbus i,-
T hiv. J...i* vingt-ue jufqu a trentc, ignes ; de n8 iiv. depuis it i-Or u.-;.' Julqu'a quar
Sifin 'a ciquantc 1.5. w-. On ne i.:( 4i. aucurn Avis plus tendu a moI s10 qu'il ne, fobi trash
Sime. 6 iiv. Cette fidlk pardai toas les matins.

On s'abone a Paris i..../ de e-hou mc des Poievins oau itmburtar des '/ ./,, jc P
Pacris de 18 I ypowu trois mois ;','. /ip four fix th is et de 72 /iv pour POannee ; er t/,,r
,4tt f+x> mo.is ct 84 liv, /1* .i.- anne) fhauc de po!t. L'o1, ne satboine q4'alu coJmnen/ent.
Sales Litbiatis de Fs nc: F t a Di; ...., e dAs po,,l s ; et o Londres chIc E IIv1, l.!i..-r dan
S -. '. d, la/, Ga:ette. I./ r .. /.-. rIvue Poite ia s n'j ; *,t: l fi ut ,,r.e.'/.", 's l et S -t-
'r ui ..,, ,' .' )'-J de c.e e e ..


t.iqne ie regime d..i quiellurb ;:n d.. qt...
,aviei eoo abalc. ;t nais i, I ii i.t .,,
ni, i-r, tom1_ fo ls I .iin1. 1 ia i.tl iti:.u au lu ir
J Cn11 viitt N, eitl te -le ^iqti s ac, ode avc le ;.
"iibies prnripes d'efotoomie qiAuid il mIL hf.
fent en lien les ,drolis d., ,ovi s,
(iuiifciv.iiiii ( _L f l t H i '.:i c ll ." ir bit 'lf in j 'lnj,.
adininlltration fage et cl.itcc .L .touIr iIV,E e i i
,i.L. ceder a, ds I 'dLui*.,IJ dicres Peut i t
dLS iiii?'Ls 'p ift6un..s i It ... tt Iu lI g 3ihI!
fti-e c, ,onii q,, i-ls ,Au ., t.!- pi dipc n" tl.i .,
c'.I to fltrvl '-' t iti, t. di: .on otti Cir .I T L iL
y niii r'al de la i.i,i-, ir n .ii.
U riAl.amn d: is l'-.is gainds potns du roy.n.,
toil re les oiiarchiS 1i 1 .it l.pricl et i !,. ,
contre l,-s nia.lth'i-, dl'J hupit.muy., .ttuordk-s atu: kef^
Ic la ..tilc.
V\otrvy . 4:1111.ntI "f 1 klcuz ;_; (>.ir (a t c. ,iLtanice d.s tt ns,
e tra o ,lo, n e I i [ 11-: I p lAt I, a [ii pis de t cilj r
.. Iks imuricli, .1 '%iI prIl it pLirdre W,u
I-S .. 'a., l v d'e rin nce et d
iu1_,t our kic d jI plngi, s,, ;
Ces Atfl:renri conlid.ir.uions foont penfer ia
coiitite '.:id ilait lqui I'A'lm-.iblee iit coninqri
iii vpIl ur les eitr- 'nrift s dI s ports ali>. qutle]
pniviIr excicutif n epiouve- pi, a'oblit.,cks au
,p:rati..n quil' ordoni 11 % d'1p1l)-. les pilji,,cjl
d etconlloiii de o .Al.l ;Ib -C.
L'i niidii h .iiin de_ la in inie i d-' iuted1i es L.
rites qui etaient tris-cotit.kul s in'.im .a't 1'.,
rougir propofer aLl ra.l'is I' ;iilnl, ,,C In..
tatix l m is voulan t rdtiir.l lcs .lis ltanr 111 ;
'au IM Tuis qu'ele devait a l-s nialadc o., iki iiii,
divers orders rhofpitiie ls "a l.iiie l pr. piiiilluir
fur ces objets : Ls *o:ur d la fag,.IL- reict.rrrt
la prefteince par s olh's q -I Ills 'ir I hls
la I-fit ,int del 'I itc u,L tI s ta enit lti ml. ,
S t' q'u'cdlS Ie t i'.vouu iii Q II li.Lit itmnilib i !s.
Necon s de ce fexe intniliant e ItiNle f.iiit
plus 1i -,5 et plus' doui-l .Li ihltortuill i tuill'ti
cherchent fLuli r. '
Tls raient les objets li, I IU-i le vi iv.it
.-i'vdt i-1' a l mini tre de nii.r' d.- c to:fil li
v