Gazette Nationale ou Le Moniteur Universel (France), Port-au-Prince copy, the 1789-1804 only, (20 reels, digitized at NB...

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Gazette Nationale ou Le Moniteur Universel (France), Port-au-Prince copy, the 1789-1804 only, (20 reels, digitized at NBS from U.FL microfilm; UF/LLMC split costs)
Physical Description:
Mixed Material
Publisher:
1789-1804 only,
Publication Date:

Notes

General Note:
4-per-1789-
General Note:
U. Fl. Microfilm

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
LLMC31773
System ID:
AA00000839:00012


This item is only available as the following downloads:

( MD5 )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )

( XML )


Full Text
This volume was donated to LLMC to enrich its on-line offerings and for purposes of long-term prservation by
University of Florida Library


GA7
TTC
L
MA E
CROF
IN
HA
FOR THE
IMRSI
OF
AUWf




MISSING ISSUES SEPTEMBER OCTOBER NOTOffiBR BECEMBR 1-10.


JVV 121.
Primedi itit pluvio>e / 6 de la Rpublique Franaise a ITALIE. Korne 23 dcembre.
\j\ fte dmocratique en l'honneur d u gnral Bonaparte eut Heu lundi dernier. Afin que 1 Peuple pt Y prendre part on avait plac deux orchestres devant le palais Sora, qui tait illumin.
Actes un concert, o l'on excuta diffrens morceaux de musique analogues la fte, il y eut U0 bal qui a dur toute la nuit.
L'assemble a t trs-nombreuse ; on a re-aaqu qu'il n'y avait presque pas de dames et ttcj-peu tle seigneurs romains. On ne doit point ta tre tonne puisque la fte tait dmo-ciatique-
tes Cisalpins n'ont point vacu le fort Saint-Lo : on dit mme que les dpches du ministre papal Milan ne sont nullement satis-feuutet.
Quoique les troupes cisalpines se soient retires jiirttucli d'rbin on n'est point sans inquitude jurks dispositions de cette province ; le mcon-tentnvent y est au comble et il est craindre qu'il a'clate par un mouvement rvolutionnaire.
Oa assure qu'il y a Une grande fermentation dans la Sicile, et que la cour deNaples y envoie sles troupes pour prvenir une insurrection gnrale. On ne manquera pas d'attribuer au jacobinisme ce qui est l'effet d un gouvernement dprdateur et tyrannique.
On dit aussi que Malthe est menace d'une rsolution. Les chevaliers ont adopt depuis quelque te ni s un rgime plus doux et plus modr envers les habitans, niais il est trop tard; ceux-ci s'apperoivent que ce changement tl'tl'et de la crainte, et ils n'oublient pas les anciens traitemens.
RPUBLIQUE CISALPINE. De Bologne le 24 dcembre.
Lf.cercle constitutionnel s'ouviira aprs demain. Il tiendra ses sances dans le lice dpartemental jusqu' ce que l'administration centrale lui ait destin un local convenable. Les ex-nobUs et lesex-raoines jettent les hauts cris : ils redoutent M tablissement si propre rpandre les lu-ttieres et dtruire l'influence qu'ils ont encore pat l'opinion sur l'esprit du Peuple.
Milan le 26 dcembre.
Owassure qu'il y a eu une explosion rvolutionnaire dans le duch d'Urbin et que l'arbre du),i libert a t plant Pesaro Fano et Sini-
g. iglia. Ce qu'il y a de certain c'est que le gouverneur de Pesaro monseigneur Saluzzo tw se Croyant pas en sret cause de l'insurrection, du Peuple, a envoy son secrtaire au pattier-j>nral de l'arme cisalpine pour prier le gnral Dombrowskj d'envoyer un corps de troupes qui pt le garantir des effets de la rvolution.'Ou ajoute que le Peuple a reu btas Otivettses Cisalpins; que ceux-ci sont simples Jpectatours de la rvolution ; et que monseignenr gouverneur se disposait partir pour Rome pOhrporter au saint-pere le vu du Peuple.
On croit que cette insurrection a t produite P'f les dits tyranniques qui consommaient la 'Une du Peuple sous prtexte de rtablir les nuances.
REPUBLIQUE BAT AVE.
La Haye, le 5 janvier. ASSEMBLE NATIONALE.
Sance du mardi 2 janvier.
^-prsident annonce que les citoyens Nol et wiaflDelacroix lui ayant demand audience ^' Ont remis ce matin le premier, ses lettres de
Pp' 5 et le second ses. lettres de crance ,
h, .ln,ne ministre plnipotentiaire, prs la Rput Batave. H fait d'abord donner lec-LVl- !eures de rappel du citoyen No". re "tectoite y tmoigne qu'il est satisfait de
" ell lai aura galement mrit l'etisc d.j
l'assemble. Sur quoi il est dcrt que le secrtaire de la commission diplomatique remettra ce citoyen des lettres de recrance dans la forme usite et lui fera part des sentimens et des voeux de l'assemble eu termes convenables.
On lit ensuite les lettres de crance du nouveau ministre de la Rpublique Franaise le citoyen Charles Delacroix. Il y est dit que le principal objet de sa mission est de ne laisser aucune interruption dans la correspondance et d'entretenir la bonne harmonie qui subsiste entre les deux Rpubliques. Aprs quoi l'assemble dclare que la nomination du cit. Charles Delacroix,yen qualit de ministre plnipotentiaire de la Rpublique Franaise prs la Rpublique Batave lui est agrable.
La direction provinciale de Gueldre mande qu'ayant consult les assembles primaires de la province sur l'emprunt forc, pour le rtablissement de la marine, il a t rejette dans les quartiers de Zutphen et du Weluwe, et n'a t adopt que dans celui de Nimcgue ; quoique gnralement On convint de la ncessit d'employer des mesures nergiques pour le rtablissement de la marine,- mais que l'on tait d'avis de ne point se dpartir du mode de contribution dtermiu par le rglement.
Renvoy la commission combine.
L'assemble reprend ensuite la discussion entame, il y a quelque tems, touchant les requtes d'Amsterdam venues l'appui de la dclaration de 43 feprsentans.
Baker est d'avis qu'elles doivent tre renvoyes une commission pour en faire rapport.
" Ihlille soutient que l'assemble doit dcrter qu'il n'y a pas lieu dlibrer.
JV. B- La discussion a t continue dans une sance du Soir. Diffrens membres ont parl pour le renvoi une commission d'autres ont soutenu que l'on devait dclarer qu'il n'y avait pas lieu dirbrer.
Sance du mercredi, 3 janvier.
Le prsident fait part que le secrtaire de la lgation danoise lui a remis ce matin les lettres de rappel du ministre Schubart.
L'assemble charge la commission diplomatique d'expdier ce ministre des lettres de recrance.
On lit une lettre de lasdirrction de Zlande, qui annonce qu'elle a rsolu de concourir l'emprunt forc pour le rtablissement de la marine condition i que l'empiont serait mis excution dans toutes les provinces;
2 Que l'argent de banque de Zlande serait reu en paiement ;
3 Que cette province participerait aussi la construction des vaisseaux de guerre.
Renvoi la commission combine.
La direction du Brabant Batave mande, au contraire qu'elle ne peut consentir cet emprunt.
Renvoi la mme commission.
On continue aussi la discussion sur les requtes d'Amsterdam ; mais l'assemble se forme en comit gnral, sans avoir pris de dcision,
CORPS LEGISLATIF,
CONSEIL IXES ANCIENS. Prsidence de Marragon.
SUITE T)E LA SANCE DU 24 NIVSE.
Suite de l'opinion de Hausst.
Au reste malgr les piincipes que je viens de professer ce serait sans doute pour le dire en passant une trange illusion de se persuader que le premier gouvernement de l'Univers puisse renoncer dornavant pour jamais au systme des emprunts : autant vaudrait dire qu'il nationalisera et vendra le quart des proprits territoriales de son sol chaque guerre srieuse; ou qu'il matrisera ternellement au gr de ses convenances et de ses ressources, l'instant, la mesure, la dure de ses attaques et de ses dfenses ; ou qu'il ne formera en aucun tems de ces entreprises vastes, au sein desquelles vont
se perdre en un moment des trsors immenses, mais du sein desquels jaillissent bientt la gloire immortelle et la prosprit solide des grandes nations; ou qu'enfin le commerce, l'agr culture l'industrie la paix toutes ces sources d'abondance ouvertes, entretenues et tavotises -la fois ayant rapidement vers des Ilots du richesses dans une Rpublique il ne conviens dra point d'y en prvenir les dbordemens empests la strile stagnation l'impolitique extra- vasioa par l'appt d'un dbouch salutaire et habilement dirig. Ne diffrons pas de le reconnatre : le crdit public dans le cours ordinaires des choses, est un des lens essentiels et ncessaires des cinq ou six puissances qui se partagent les destines de l'Europe : corn... menons donc relever de longue main celui de la France. A quel Peuple du^monJe est-il rserv, est-il donn d'en obtenir d'en fonder, d'en conserver, d'en accrotre un plus facile et plus prompt ?
Le crdit public est une chose indiffrente dans les insurrections de la libert contre la tyrannie : le nerf de cette sorte de guerre n'est point l'argent.
Le crdit public fait place l'enthousiasme et l'indignation quand il s'agit d'exercer de profonds ressentimens et d'organiser de stries vengeances contre les crimes les injures les insolences d'un gouvernement riva! dominateur perfide et ennemi ; on ne se demande pas alors soi-mme : Ou placerai-je le fruit de mes pargnes ? Mais on dit : Tant qu il ne sent pas vaincu il w'v_ a pour moi ni paigne ni lepos, ni indpendance ni honneur,... L emprunt pour l'expdition d'Angleterre sera vite rempli, et aprs celui-l encore un autre s'il le laut. Les emprunts de cette espce s'improvisent et ne se calculent pas.
Mais le crdit public prparera de loin la voie ces emprunts quelquefois ncessaires et jamais dangereux o le remboursement progressif des capitaux marche sans cesse ct du paiement des arrrages ; elle restera invariablement ferme cette autre classe d'emprunts, soit viagers soit tontiniers dont le moindre vice consiste prcipiter un gouvernement vers sa ruine. Ils en ont un encore le plus redoutable de tous une Rpublique c'est l'immoralit : par eux s'teignent dans les cnrs ces affections de famille ces attachemens du sang, cette communaut d'intrts qui forment l'union des mnages, la rciprocit des soins domestiques la flicit intrieure et les bonnes murs.
De semblables motifs quoique moins imprieux sous la monarchie, dvi lopps. cependant avec nergie l A-semble constituante, par Buzot, la dissuadrent, comme par inspiration de revtir de la recommandation d'un dciet cette mme caisse'Lafarge : et pourtant Mirabeau venait d'y renforcer de son loquence et de son nom l'avis contraire d'un comit Et pourtant elle ne rclamait point alors de lvtur ni de sacr;hce Il semblait au contraire que tout y ft gain pour le trsor public.
Nous ne bornerions pas maintenant elle seule la libralit nationale ; car la rsolution convertit d'ailleurs en un pareil viager tontiriier mes de 20 millions de rentes perptuelles dont le grand livre de ia dette publique est a cette heure mme chirg au profit d'environ quatr-viogt-quinze mille prop.itaires : le rsultat de cette conversion produirait par consquent une rente viagre tontiniere de 10 millions sur quatre-vingt-quinze mille ttes qui en jouiraient aux mmes conditions que les intresss la caisse Lafarge. Ainsi pour cette seule partie nous crerions un surcrot annuel de charges sur le trsor public de plus de 3 raillions dont je croirais pouvoir estim.r faiblement la dure au del de 60 ans.
Voil du moins un mal apprciable jusqu' un certain point. Mais comment valuer la somme y joindre raison de toutes les ciarfces de ta mille francs et au-dessous non encore liquides ni inscrites ? La rsolution leur garantit les mmes avantages qu' la caisse Lafarge et qu'aux rente3 liquides de aoo liv. et au-dessous.
Comment valuer en outre le montant des primes routinires attribues galemeht aux st-pt classes dsignes de rentiers viagers ges de 60 ans et au-dessous.
Goinnif-nt enfin valuer le moutan* des accrois-semens offerts aux trois classes suprieures de cee mmes rentiers viagers ? ,
De la seule partie inscrite dans le livre de la dette perptuelle y compris la caisse Lafarge-, nous voyons rsulter une augmentation annuelle de dpense d'environ 4 millions pendant ai moins soixante ans. Que'penser de celle qui rsulterait de ces deux autres branches de la


dette, publique le viager, et toute ctauce au-dessous de 12,000 livres du perptuel non ius oit, sur lesquelles nous prononcerions mis mme .'ii avoir eu sous les yeux le moindre aperu ni la moiodte donuei'
La lsolulion a un autre dfaut non moins iiipoFtatit et dont les consquences pourraient tourner la ruine des rentiers eux-mmes.
Sans association point d'anilioration dans leur sort ou plutt point de chance d'amlioration. Ces associations indispensables ils les trouveront ou dans la carise Lafarge ou dans d'autres analogues. La rsolution leur en laisse le choix; mais elle commence i par adopter et favoriser la caisse Lafarge : il est assez vident que les rentiers ne pourront s'emptherdeiaire comme la rsolution.
Elle aura tant d'avantages cette caisse sur Ses rivales tant de moyens d'carter leur concurrence et de les touffer dans leur germe D'abord elle existe ; et c'est dj beaucoup. Elle n'a qu' dfendre et gagner du terrein ; les autres auront prendre pied et conqurir.
Mais j'en suppose une autre ouverte : alors seront d'un ct un tablissement naissant et obscur ; de l'autre un tablissement dans sa vigueur et brilUnt : chez lequel des deux se pressera la foule ? Cette rsolution ne vous y trompez^pas sera par le fait un vritable privilge exclusif au profit de la caisse Lafarge.
Au reste toutes auraient l'inconvnient commun de substituer des caisses prives la caissfc nationale et des compagnies de spculateurs une autorit constitue.
Voyez o en sont ceux de nos concitoyens qui, du fond des dpartemens sont obligs de s'en remettre de leurs recouvreraens toutes ces agences dont Paris abonde. Est-il un seul membre des conseils qun'ait t dans le cas d'interposer souvent ses bons offices entre ces procureurs fonds et leurs commettans et qui ne se soit clairement apperu qu'en gnral le receveur fesait sa proie du rentier '
Le recours et la crainte, des tribunaux n'y ob vieront jamais. Quel plaideur acharn pourrait et voudrait, pour une misrable rente, s'enfoncer, cent et deux cents lieues de Ses foyers dans le ddale d'un procs long et ruineux ? Quel est celui des trente mille actionnaires de la caisse Lafarge, par exemple qui pour 4 liv. 10 sous, 45 liv. ou davantage de rente, se vouerait aux irais aux tracas aux prils d'une instance r gle contre une compagnie riche et puissante ?
Sur plusieurs centaines de mille parties prenantes combien n'y en a-t-il pas qui par diverses circonstances diffrent de rclamer leurs tentes ? De l un jeu de caisse consid rable qui, la trsorerie tourne au profit des autres cranciers payer, et, dans les caisses prives celui des directeurs.
Remarquez bien cet gard que suivant la rsolution les associations recevraient au mois de germinal par dlgation sur la rgie de l'enregistrement, le montant total del rente dont elles u'cfkctuetaient la reparution que suc cessivement et en dtail. '
Ces observations jusqu'ici sont gnrales et ne s'appliquent pas plus la caisse Lafarge qu' toute autre.
Mais, avant de lui donner un tmoignage clatant de confiance nationale, nous aurions quelque droit d'examiner sa conduite. A-t-elle parfaitement rempli l'attente de ses actionnaires et du public ? N'a t-elle cherch que leur intrt dans leurs intrts? Son maniement a-t-il t aussi pur que ses comptes complets, exacts et clairs ? Un bien petit nombre d'entre nous en gavern la moindre chose. C'est parce que nous ne le savons pas qu'il ne nous est point permis d'en agir envers elle avec la mme assurance que si nous le savions de science authentique.
Cepeudant nous disposons -peu-prs d'ell comme d'une chose propre. Ansi ses statuts fixaient S,000 liv. le maximum de la jouissance tonliniere lorsqu'il y avait trois millions de rente ; et aujourd'hui que sa rente sciait de 15oo mille ivancs nous rduirions ce maximum 1000 fr. La proportion n'est plus la mme. Nous mettons arbitrairement notre volont la place d'un contrit o nous ne fmes point parties contrac-' tant.'S. Pourquoi nous en mler ? Qui nous y a' appels ? La Nation gagna-t-elle jamais s'ingrer dans des affaires particulires ?
)e n'ai point relev cette bizarrerie de faire supporter par les rentiers perptuel.', les fiais'de "leurs associations, tandis que le trsor public dfraiera au moyen de deux pour centl la dpense d..s associations des rentiers viageis. Que ne nous a-t-on expliqu le motif de-ctie ain'rencu
J'en ai dit a'Sez. i Quand mme l'opinion du conseil serait en faveur du systme tonlinier de la rsolution je vous rnviteiais de toutes mes forces mes collgues m point jjlaer l'excution hors du
486
sein de la trsorerie nationale. N'exposez pas les rentiers a l'avidit des agences et dc-s1 compagnies. Confiez-les la responsabilit administrative et publique des fonctionnaires constitutionnels. Ne es condamnez pas des frais qui, modrs et ixs dans les prospectus, se g'rosssseut de cent autres frais indirects, obscurs, illimits.
Je persiste d'ailleurs m'lever contre tout plan de tontine et timmmtnt contre celui que ses auteurs avaient inutilement essay a plusieurs reprises jusqu' ce jour, de faire adopter par les assembles nationales.
Amliorons, comme nous nous y sommes engags, le sort du (entier rduit moins de 200 fr.
Pour cela qu'avons-nous faire ? C'est, tnorr avis de dcrter purement et simplement un fonds de secours annuels pour cette classe ncessiteuse de rentiers ; la rpartition en sera d'autant plus facile, que cette classe se trouve presque toute Paris.
Ce projet, reprsentai du Peuple, n'est pas blouissant d'imagination ni profond en calculs ; mais aussi il ne propagera pas le got du jeu et ne mettra pas la vie humaine en loterie; il ne dgotera pas l'homme simple du travail, en berant son ame d'amorces vaines et de songes creux ; il ne dpravera point les sentimens de l'habitude, de la nature dans le sein des familles; il ne grvera pas la Nation d'une charge irrachetable et disproportionne ; il ne livrera pas les malheureux rentiers la cupidit des spculations prives : vices, qui tous m'ont paru infec'er la rsolution dont je vous ai entretenus.
Je vote pour la rejeter.
Le conseil ajourne la, suite de la discussion jusqu'aprs l'impression de cette opinion.
Les ingnieurs des ponts et chausses font un don de 35o livres pour la descente ea^Anglo-terre.
Le conseil reoit et approuve de suite la rsolution d'hier, qui ordonne que les arbres de la libert qui ont pri ou qui ont t abattus seront remplacs dans toutes les communes le a pluvise prochain.
Le conseil reoit et approuve de suite une autre rsolution de ce jour qui autorise les commissions d'inspecteurs des deux conseils ordonnancer sur l'incomplet des membres les sommes ncessaires l'acquittement des frais de costume.
Sur le rapport de Baudin le conseil approuve une rsolution du 21 nivse, qui ordonne que le nom du reprsentant Goupil-Deprfeln sera ray de la liste des migrs.
La sance est leve.
CONSEIL DES CINQ.-C ENTS.
Prsidence de Boullay, de la Meurthe.
SANCE OU 25 NIVOSE.
L administration centrale du Bas-Rhin crit au conseil : nous vous transmettons plusieurs exemplaires d'une adresse que nous venons de faire nos concitoyens pour les inviter concourir de tous leurs moyens l'expdition que la Rpublique mdite contre l'Angleterre; que des bornes du Rhin jusqu' l'Ocan et depuis la Mditetrane jusqu' la Manche, les Franais libres ne cessent de crier : prisse la moderne Cartilage.
Le conseil ordonne la mention honorable au procs-verbal.
L'administration centrale du Lot rclame contre la loi qui supprime le contre-seing.
Gantier, de Saintes demande le renvoi de cette ptition l'examen d'une commission des finances.
On rclame l'ordre du jour.
Gai nier, de Saintes. Avant quinze jours, le conseil aura reu peut-tre 5oo adresses de cette .mitr.re. (Murrauies. ) Ce n'est pas que je veuille revenir sur la suppression du contre-seing ; mais les trais de poste sout normes pour les admi-nuir.iti.ms et je suis assur qu'il en cotera clans le dpartement de la Charente infrieure dont je suis ilpu- au moins 200.000 liv. pour sa correspondance. ( Nouveaux murmures. ) Le directoire a pris un arrt qui autorise les admi-njstrateuis a prendre sur les centimes additionnels les liais de leur correspondance. Eh bien le quadruple de ces centimes ne sefliiait pas pour acquitter les objets auxquels ils sont dj destines. Renvoyez au moins la commission des finances pour vous faire un nouveau rapport ce sujet.
Oa rclame do nouveau l'or ,. du iour.
Gantier, de Saintt; Qu'on le motive,
Gommaire. je vais le motiver, if Qn de beaucoup lorsqu'on porte aoo,ooo Im^T trais de correspondance pour un scul tuent. u uepaut.
2. Vous ne pouvez revenir sur la r3oluii0B sage que voti. avez ptine a ce sujet ? bue accuser de tergiversation ridicule dit.. ZI dlibrations, et donner aux lois un carart d'instabilit qui peut nuire leur excution.
Le conseil passe l'ordre du jour.
Faure fait un rapport sur la ptition de l'ad -nistration centrale du dpartement du Loir""" tendante ce qu'il soit ci un inspecteur d ports et quais dans la commune d'Orlans II propose un projet d'arrt ponant qu'il s' ;. fait un message au directoire excutif, ,10u lui demandersi un tel tablissement est ncessai ou non. re
Cette proposition est adopte.
l'orte annonce que la commission charge tl'e prsenter un rapport'sur la gendarmerie a f*t sur cet objet uri travail complet, qui, \'{\ adopt ncessitera le rapport de toutes les loi! existantes sur la mme matire. Il demande qu le rapport soit imprim et que la discussion soit ajourne au 27 de ce mois.
Cette proposition est adopte.
Eschasscriaux an. Citoyens reprsenta^ une ptition vous a t prsente il y a peu de tems de la part des propritaires des marais dessches des ci-devant provinces d'Aunis, Poitou et Saip-tonge; ces propritaires vous demandaient une loi pour sauver leurs prcieux dessccliemens de la dgradation absolue qui les menaait. Vous avez-nomm ne commission pour exaimner cette demande. Je vais, avant de vous prsenter une rsolution vous retracer succinctement ce qu'elle renferme.
Les propritaires des marais desschs dont, il est ici question ont t runis de tout tems en socits soit pour oprer, soit pour, entretenir leurs desschemens. L'homologation des ci-devant intenclans venait tendre excutoire les dlibrations que prenaient ces socits pour rlit leurs,, intrts communs.
Les travaux des desschemens, toujouts aliments par de nouveaux fonds, marchaient avec rapidit. Mais le rgime constitutionnel a chang, dtruit ces formes et cet ordre de choses ; il u en a point substitu d'autres. Les fonds n'ont pu ds-lors se consentir se prlever, les socitaires s'assembler.
Pendant ce tems, les travaux se paralysent, les ouvrages auciens s'encombrent, les desschemens se dgradent ; nulle administration, nul pouvoir, nulle surveillance ne vient arrter ces dgradations qui demandent par leur nature une administration toujours en activit poutanctet et ordonner les dpenses.
Il n'existe aucune nouvelle loi qui autorise les dlibrations des socitaires etprononce sut leur forme et sur l'excution. Plus de cent mille arpens de terre fertiles, prts succomber sous les eaux auxquelles ils ont t arrachs par Iindustrie rclament l'urgence de cette loi. Votre commission vient vous la proposer.
Eschassriaux prsente un projet de rsolution qui est adopt en ces termes.
Art. I". Les propritaires des marais dessch situs dans les dpartemens de la Vende, de Deux-Sevres et de la Charente-Infrieure, connus sous le nom de desschemens ds anciennes provinces d'Aunis Poitou et Saintonge, et ton autres propritaires de marais dessches, 6 II. Ils seront tenus de prvenir l'administration municipale du canton ou celle du dpartement, du jour et du lieu de leurs assembles et de son objet.
III. Lorsque la Nation aura quclqu'inttt dan les desschemens ou dfrichemeus, e\ e sera toujouis repisente dans ladite assemble pat un commissaire nomm par l'administration ri-traie qui sera charg de stipuler l'intrt de Nation.. .
IV. Les dlibrations ou arrts des |socIiJ ne pourront tre rendus excutoires s ils ne pris la majorit des suffrages, et homologua par l'administration du dpartement.
V. Les agens, syndics ou directeurs desdites socits sont autoriss d'aptes cette fiOiiioi ^ non poursuivre en leur nom t'xCCuI-i0;','u dlibrations devant tous juges et ttitm comptens, faire faire des conimandernei" j ^ intresss pour l'entretien des dcsseanivij. dfrichemens sauf. 1 opposition oula.ppu. 1 ne pourra suspendre Inexcution provisoire.
Le prsident annonce au conseil qu'en exeu de sou arrt les meuabies du utounala""


du dpartement de la Dyle attendait ses ordrres pour tre introduits.
le conseil ordonne qu'ils seront admis.
ls paraissent la barre au nombre de trois. pIs avoir dclar qu'ils se nomment, le pre-jtiier, Jacques-Marie Edouard le second Charles Valeriol et le troisime Benot-Alexandre Malewoi, le prsident leur adresse les questions auxquelles ris rpoudent danft l'ordre suivait :
Demand. Avez-vous fait enregistrer au greffe du tribunal de la Dyie l'arrt du directoire du 8 pluvise qui dchue que la loi du 7 vendmiaire, Sur la "police des cultes est applicable aux dpartemens runis ?
"Rponse. Dclare au conseil que le tribunal de la Dyle n'ai point de registre ; l'arrt, dont il s'agit, a t lu publiquement et remis ensuite greffier pour tre dpos aux archives.
JP, Avez-vus fait enregistrer l'arrt du directoire, du r7 prairial, sur deux crits sditieux publis pat les prtres de la Belgique ?
R. Nous l'avons galement remis au greffier, pour tre dpos aux archives.
J). Savez-vous si les lois des 9 et 17 juin 17gr sur les cultes et leurs ministres et celle du 7 vendmiaire an 4, relative au mme objet, ont t insres dans les bulletins des lois qui ont d vous tre envoys ?
R. Une partie seulement de la loi du 7 vendmiaire^ nous a t envoye prcde d'un atit du directoire.
D..D'aprs Ta loi du 8 frimaire an 3 le directoire tait autoris n'envoyer que partiellement les lois aux dpartemens runis d'aprs cela je vous demande si la partie de la loi du 7 vendmiaire que vous dites avoir reue, portait-obligation aux ministres du culte de faire Fadclaration prescrite parles lois ?
R. Oui, citoyen prsident.
' p. Puisque vous convenez d'avoir reu .cette partie de la lai, pourquoi vous teS-vous permis d dclarer qu'elle n'tait point obligatoire pour la ci-devant Belgique ?
R. Plusieurs des raisons qui nous ont dtermins sont exprimes dans le considrant de notre jugernnt ; deux autres seulement nous restent Expliquer :
i Nous avons.pens que la loi du 7 vendmiaire an 4 tant antrieure la runion de notre ays la France, elle ne pouvait par consquent i tre applicable ; 8 Que, d'aprs la jurisprudence criminelle, nous ne pouvions appliquer une loi que nous ne connaissions pas, puisquil est dmontr qu'une partie seulement, de ^a W du 7 vendmiaire nous ^vait t envoye.
D. La loi du 3 brumaire l'arrt du comit de lutpublic, du ao frimaire que vous connaissez "sans doute, portent que les lois rendues et les ants des reprsentais> du Peuple sont excutoires pour la ci-devant Belgique; d'aprs cela comment avez-vous pu vous'persuader que ces lois et arrts estaieut sans objet ?
R.L'arrt citpar le citoyen prsident n'tant (.que de circonstance nous ne l'avons pqint regard comme obligatoire. Quelques autorits constitues soutenaient que la Belgique ayant t runie en mars 179,3, les lois franaises, depuis cette poque, devaient y tre excutes. Le comit dclara que cette opinion tait errone et qu'en consquence toutes les autorits constitues devaient tre soumises aux arrts des re-prsentans en mission, .jusqu' ce qu'il et t prononc dfinitivement sur l'tat politique de la Belgique; majs depuis le 9 vendmiaire an 4, il avait t prononc dfinitivementssur notre tat politique,. L'arrt du 20 frimaire ne devait donc, plu avoir d'effet dans la Belgique. Quant la toi du 3 brumaire elle porte, que les arrts des reptientans du Peuple ne seront obligatoires, four la ci-devant Belgique, que jusqu' ce que *** lois franaises soient promulgues dans, ce, P*yt. Or, nous sommes dans ce cas, puisque la' tpnstttbn est organise dans notre pays.
.'D. Lorsque ;v6us avez rendu Votre jugement uiSprairial,*saviez-vous connaissance de deux ctit publis ;par le clerg de Bruxelles"}'*dans" lesquels on soutenait que la loi sur les ministres <(u culte n'tait point applicable aux ecclsiastiques de Bruxelles.
& Nous n'avoni eu d'ajatre connaissance de_ ces eefrits que par les passages qui ont t rapports dans l'arrt de l'administration, centrale de Dyle.
. Cependant ls-mtifs du considrant de votre jugement sont les ram,es;que ceux noncs aus *es" crits dont je vieus de vous parler.
Si nous avons err l'erreur est de notre ?aueliVeruenr,~ et nous avons suivi aucune
" 4*7
impulsion trangre. Pour preuve, nous vous prions d'examiner notre jugement mme vous y verrez.que nous me disons pas que la loi du 7 vendmiaire est inconstitutionnelle ; mais qu'elle ne peut tre applique par le fait la Belgique puisqu'elle est antrieure la runion de ce pays a la Frauce ; ce qui voulait dire aux prtres, en d'autres termes, qu'aussitt que la volont des lgislateurs nous serait connue, nous nous empresserions de la faire excuter, comme nous le lsions dj des autres lois.
D. Vous n'ignorez pas que la constitution dfend aux juges d'entraver l'excution des lois ; vous connaissiez l'arrt du directoire qui ordonnait l'excution de celle du 7 vendmiaire dans la Belgique. Comment doue avez-vous pu vous permettre de dclarer cette loi non appli-, cable la Belgique, et comment avez-vous pu vous dterminer casser un jugement du tribunal de police correctionnelle, rendu en excution de cette loi ?
R. La seule question qui nous ait t soumise dans l'affaire du prtre Daa a t celle de savoir si la loi du 7 vendmiaire telle qu'elle nous avait t envoye tait obligatoire. Nous ne l'avons pas pens, parce que comme nous l'ayons dj du nous n'avions pas une connaissance entire de cette loi.
Nous vous prions d'observer que nous.sommes Belges', et que, d'aprs la jurisprudence de notre pays, on ne peut exiger l'excution d'une loi qu'autant qu'elleestentirementpromulgue. Tel est l'usage qui s'observait dans l'ancien tribunal suprieur du Brabant, et dans les autres tribunaux ; d'aprs cela nous avons pu errer dans notre conduite ; mais nous prions le conseil de croire la puret de nos intentions.,
D. Si la question vous paraissait douteuse, comment n'avez vous pas consult le corps lgislatif?
K. Nous ne l'avons pas fait, parce que d'aprs les motifs allgus, nous avons cru que nous avions le droit d'examiner nous-mmes, sans en rfrer.au corps lgislatif; nous avons cru que c droit fesait partie des fonctions judiciaires, dans lesquelles aux termes de l constitution ni le corps lgislatif, ni le directoire, ne peuvent s'immiscer.
D'ailleurs ,, d'aprs un arrt du directoire, qui en cassait un-du tribunal du Gard prononant un rfr au corps lgislatif, nous avons yu que ;de pareils rfrs devaient avoir lieu pour les cas venir et non pour les affaires pendantes un tribunal. Ainsi nous avons cru de bonne foi que nous ne pouvions en rfrer au corps lgislatif.
<; ,t Les questions faire:'tant termines, les membres du tribunal de la Dyle sont entendus dans leur dfense gnrale. Cette dfense n'est autre chose que les rponses que nous ayons dj rapportes.
Le conseil ordonne l'impression de la dfense des juges et la renvoie l'examen d'une commission.
Les juges de la Dyle se retirent. La sance est leve.
CONSEIL DES ANCIENS!
SANCE D U 2.5 N I V O S .
Lacue fait un rapport sur la rsolution du ict de ce mois, relative l'htel national des Invalides.
Il commence par quelque^ rflexions sur l'emploi trop frquent que l'on jfait de la forme d'urgence.
Le conseil des cinq cents l'applique toutes les lois gnrales, et s'carte ainsi peut-tre de l'esprit de la constitution ; car elle a voulu qu'entre la proposition d'une loi et son adoption ," il s'coult assez de tems pour donner aux citoyens celui d'examiner le projet de loi et de faire parvenir leurs rflexions aux lgislateurs. ''''' -
Nanmoins Lacue' prpose encore de rcnf, natre l'urgence sur la rsolution dont il s'agit, en' lui donnant de nouveaux motifs,
L'urgence est reconnue. -yi < -t
Lacue examine ensuite le fond de la rsolution. .. _____...... -
Ou avait omis, en rglant les dpenses gnrales de la guerre d'y eonprendre4s dpenss particulires de l'htel des Invalides,; ila dpric fallu tablir'sur la sold ^de tous res,,mt,lita>res une retenue de. duxj^centimes .;.$>art franc-j pour subvenir aux besoins des militaires .vtcxatisi On avait pens ne faire supporter cette retenue que par les..offidgrA^njais c.eiteJds-ressemblait trop au systme de l'ancien rgime* ; qui fesait
de* officiers une classe part. D'aileutsa commission a reu une multitude d'adresses, des autres militaires qui, par un mouvement gnreux demandent, exigent miue, Lacue entra dans le calcul du produit de* cette retenue t le compare aux besoins d l'htel des Invalides, dans lesquels il faut comprendre les pensions accordes aux veuves, et aux parens cbs dfenseurs de la Patrie ainsi que les secours domicile. Il rsulte de cet examen qve les besoins s'event a dix millions, que le produit de la retenue ne serait que de six millious et que par consquent ,"ri"y aurait un dficit de quatre millions. Cette seule raison devrait dterminer le conseil rejeter la rsolution. M.iis elle prsente beaucoup d'autres vices ; elle n'atteint ni les fournisseurs des armes, ni les employs des administrations militaires ; elle chrnge l'ordre de la comptabilit; elle multiplie inutilement le nombre des fonctionnaires publics. '
On a craint que si le conseil rejetait la rsolution l'htel des Invalides ne manqut totalement cle secours ; mais les dpenses de cet htel ne s'lvent qu' quatre millions, et il y'en encore huit qui sont sa disposition et qui le mettront pendant deux ans l'abri du besoin. D'ici ce tems, le-corps lgislatif examinera s'il ne.serait pas plus conomique et plus avantageux pour les militaires Invalides de diviser ce vaste' tablissement en quatre ou six parties ; de les placer sur divers points de la Rpublique, et dans les dparteniens o les divers objets ncessaires la vie sont moins chers qul Paris.
Lacue saisit cette occasion pour donner l'ide de placer un de ces tabltssemens dans le ch-i teau de Versailles. II. lui parat bien juste de; consacrer ce superbe monument et ses vastes, jardins rendre plus douces les dernierss annes, des hommes qui ont tout sacrifi pour la Patrie. ......
Lacue rentre dans l'examen de la rsolution en elle-mme.; il en rappelle les imperfections;, et< propose, au ; nom de. la commission v-de .l; rejetter. i
L'impression est ordonne. 1
Lavaux rappelle que trois mois se sont couls depuis que te directoire a appelle sur cet objet, intressant l'attention du corps lgislatif. Il pense aussi que la retenue est trop modique four pourvoir aux dpenses, et propose de rejetter sur le champ cette rsolution afiaque lexduseil des cinq cents puisse en proposer incessamment une plus parfaite.
Le,conseii rejette la rsolution.
La sance est leve.
CONSIL DES GlNQ_ CE NT5.
SANCE DU 26 NIVOSE.
Ludt fait un rapport sur la comptabilit, iirrieie. ........ (,
Le conseil en ordonn i'iuipress'.on et l'ajournement '' "'('\''" ''[.{L.-,.., .
Oudor, au !hoin dvhc''rjtirhissin spciale, i; la suite d'un rapbr^^fo'pWe'l'tablisye'miit' dW* journal taehy^iab'hic^ev Cmiue leseul moyen de donner' d1% 'publicit aux sances' du corps lgislatif dfaite Connatre ls dbats qui sont l'm^fleurcmmeiitaiVe des lois rendues, des ordres du jour'adopte ;"'de"remdier'"* l'altration" que l malveillance introduit dansTe' rcit de cequi-i passe aux diix conseils, d'jir1!)* .connatre aux citoyens les travaux, des lgisl(a'teurk' jqu'ils dut"nomms d r^r/rr lVsp'ri'p'tibJc lletde rechauffer danV'tdtts les cotlrs le feu du' patrtOtitDa.^E'nfia'','Tottti'fii^at}'tt .tablis- seient co'm'ne une scV'fc'fd c'ivfjmi {wque' jcc journar;spplfit:a-uxim^vessidts*;c6ieuss'' 1 d'une foule de rapports, d'opinions de',smd-! itions d'ordrei.et'de pirisflidrell.iS..1 -* i i Tous ces motifs dit le-.rapporteur, si'- bien dvelopps par Daunou l'auraient emport aux ancicm, si les conspirateurs qui y dominaient loisqu'OtfdiCut^la tsolution, n'avaiiirvolu" laisser calo.ninier sans contradiction les lgia latws.'d^lji'lft^jriubH^LVe'."" i. '.. ..
Le projet que l rapporteur prsente contient 'les,'disp"tiSiiibn Suivantes;1 : "
ffc.il >tfa> 'tabli


4S8
et sa rdaction par les secrtaires-rdacteurs des deux conseils ; chaqu jour or eu distribuera chaque membre u n qui contieudra le* sances de la veille, ou de l'avnt-veilleau plus tard; le journal sera envoy chaque administration centrale et municipale chaque tribunal, et Celui de cassation.
1 Nanmoins, avant de rendre une loi cet gard le rapporteur propose par forme d'arrt, d'autoriser les commissions des inspecteurs faire ce travail, par forme d'essai, pendant un mois.
Le conseil ordonne l'impression et l'ajournement.
Eschasseriamt an fait adopter un projet de lsolution qui fixe le nombre des dputs que l'le de Saint-Domingue devra lire pour les deux conseils, en germinal an 6.
Le dpartement du Sud et celui de Lingann nommeront chacun en l'an 6 un dpur pour le conseil des anciens.
Les dpartemens du Nord, de l'Ouest et de Samana liront chacun un dput pour le conseil des cinq-cents.
On reprend la discussion sur le projet de Piieur relatif l'organisation de l'cole polytechnique.
La discussion s'tablit sur l'article qui fixe a5o le nombre des lves.
Pison-Dugaland. Le directoire, dans son message vous a dit que deux cents levs suffisaient pour le service public ; il me semble que vous dever~vous rduire ~ ce nombre autant pour mnager vos finances que pour rpondre au voeu du directoire qui est plus porte que vous de Connatre ce qui est ncessaire au service.
Pricuf. La commission croit avec le directoire que ce nombre de deux cents levs tait suffisant pour le sej^APirb_!jc lail^l!e a pens que Vous leviez aussi crer 5o places pour l'instruction des citoyens qui se destinent aux arts et aux manufactures. Telle a t l'ide' de la commission,-en vous proposant de porter a5o le nombre des levs de l'cole polytechnique.
Beranger pense avec Pison-Dugaland que deux cents ieves suffisent pour le service public ; les So places qu'on propose de crer en sus de ce nombre sont absolument sans objet ; en consquence il demande la question pralable sur l'article.
Chnier. Indpendamment du service public |ue vous devez sans cesse avoir sous les yeux vous devez encourager les arts et les manufacturer. Le rapporteur vous a dit que les citoyens qui se destinaient aux arts ne trouveraient d'instruction que dans l'cole polytechnique', d'aprs ce motif, il me semble que vous ne pouvez pas vous dispenser d'adopter l'article.
Le conseil ferme la discussion et adopte l'article de la commission.
Fiieur lit l'article qui restreint les candidats se poutvoir d'un certificat de civisme prs des commissaires du directoire.
,' Gurin du Loiret rclame contre une des dispositions qui astreint les^ levs ou candidats s pourvoir.d'un certificatde civisme pts des commissaires du pouvoir ..xcutif.
I! observe que t i notre pacte social ni les lois qui ont pu en dcouler, n'ont constitu ces fonctionnaires publics juges du patriotisme des citoyens.
Ils ont dit-il dans leurs importantes attributions, celle de surveiller l'excution des lois; mais c'est aux administrations dlibrer, prononcer, dans le cas prsent, sut le bon esprit, sur le rpublicanisme,des levs ou candidats de l'cole polytechnique.
Les commissaires du, directoire ont le droit du visa, ou la facult d'tre entendus ; mais jamais de dcider, autrement ces administrations, perdraient le caractre si essentiel qui les tablit plus particulirement juges et parties des citoyens dans hss cas o il s'agit des qualit e,t des vertus qui tiennent l'amour et la pratique de la libert. .
Je demande la rforme de l'article qe je combats, et en consquence qpc la,facult acr corde, dans cet article^,, aux seuls .commissaires du pouvoir excutif soit attribue aux administrations centrales, sauf le;_#isa de torn missaires. ~. ... .' ""*
Le conseil adopte ce changement. !
Lai sance est leve. ... t
CONSEIL DES ANCIENS,
SANCE DU S6 NVOS.
Sur l rapport de Vecombermsse, le conseil approuve la rsolution, du h nivse relative au droit de sauvetage en voici le texte j
Art. Ir. Le droit de sauvetage sera des deux tiers de la valeur des objets sauvs en pleine mer, quand lesdits objets seront des proprits ennemies.
II. Le tiers restant, aprs dduction de tous frais, sera vers dans la caisse des invalides de la marine.
Bordas fait approuver la rsolution, du i3 de ce mois qui tablit un tribunal de commerce Coignac.
Poligny fait approuver celle du 14 nivse, interprtative de l'article II de la loi du 21 germinal an 5 relative aux. ventes des maisons nationales faites avec rserve de l'usufruit.
Dilacoste fait un rapport sur la rsolution du 23 nivse, qui dtermine les contributions que doivent payer les colonies occidentales pour l'an 6. On avait pens d'abord exempter les colonies d toute contribution pour cette anne, mais on s'est apperu que cet hommage rendu par la Sensibilit au malheur tait contraire celui que doit le corps lgislatif aux principes constitutionnels. Une premire rsolution fut prise ; elle assimilait les dpartemens coloniaux-aux dpartemens du continent, et cette charge se trouvait trop pesante pour un pays dvast par la guerre civile. Cette premire rsolution lut rejete : le conseil des cinq-cents, dans sa nouvelle rsolution a rduit toute contribution pour les colonies une perception sur les denres qui en seront exportes. La commission a trouv que^cette mesure' conciliait les principes et les gards particuliers que Ion doit aux colonies occidentales. Elle propose de l'approuver. ,
Le cooseil l'approuve.
L'ordre du jour appelle la discussion sur une rsolution relative des citoyens acquitts par l haute-cour de justice.
Rgnier. Reprsentans du Peuple la rsolution sur laquelle vous avez prononcer, honore la sensibilit de nos collgues, puisque son objet est de soulager la misre et l'infortune ; mais peut-elle se concilier avec la svrit des principes qu'il ne nous est jamais permis de sacrifier la piti.
L'assemble constituante discuta avec profondeur cette question dlicate de savoir si le gouvernement pouvait tre rtnu de l'indemnit des accuss poursuivis en "son nom, et dclars in-nocens et elle se dcida pour la ngative.
A en juger par le n 3oo du Journal des dbuts de la convention nationales celle-ci', au contraire'', dcrta l'affirmative en principe le 14 juillet i7)3. Je dis, -en juger par le Journal des dbats ; car, d'une part, je n'ai point ti;ouv ce dcret dans la collection gnrale, et de l'autre, ayant recouru au procs-verbal de la sance du 14 juillet, j'y ai vasque sur ce point il diffrait essentiellement du Journal des dbats.
Selon le procs-verbal de la sance, il ne fut nullement question de dcrter le principe, et on se rduisit accorder un secours individuel au ptiorinire; mais, apttir du Journal des dbats mme, la convention nationale aurait uniquement dcrt Ce principe-, et renvoy un comit la rdation ae la loi qui devait en tre la consquence : or, cette loi n'a jamais paru.1 ' *V
Il'y* a plus, l'article 426" du code des dlits et< des peines semble avoir dcid la question en sens absolument Contraire- Voici comment il est
''conue '< -s r : -, "' "
t Tout individu ainsi acquitt,, peut poursuivre' ses dnonciateurs pour ses dommages "et, intrts.
Accorder la poursuite en dommages-intrts contre ls dnonciateurs seulenient, n'est c pas l'avoir implicitement refuse contre la j Rpublique ? '. 1
Quoi qu'il en soit, du moins est-il bien cerlain j qu'il n'y a,van pas de loi qui pnt.serjvir de base,; une application particulire njtaveur des ptiupn-Snaires ; car en accordntla^ifrence auJpyfnal, ides dbats { ce qui parat 'difficile!"^.tout ce'rduj-| rait toujours la simple dclaration d'un prin-
cipe : or la dclaration d'un principe re fut-, " une loi. *"j*nuu
Qu'y ayait-il donc faire, suppos Ue le seil des cinq-cents ft persuade qu'il tait "'
juste
et conforme aux rgles d'une salue ooliti d'accorder aux accuss absous une rn^iX contre le gouvernement? Au litl d'une i-non particulire et borne quelque individus
denfans de prdilection elle n'admet ni mi.: lges m privilgis ; en un mot, sou eamete I essentiel est dere toujours la mme pour t-soit quelle rcompense, soit qu'elle punisse?" Ainsi, sous ce premier rapport, la rsnl.y lion serait deja insoutenable ; mais vtte com mission va plus loin : elle supposera qu'il ex,! une loi formelle eu faveur des accuss inno cents par un jugement; et, daris cette supno" sition mme, elle dmontrera que vous ne pour* riez adopter. v
S'il existait -une loi, qui en appartiendrait l'application ? Aux tribunaux incontestablement Cependant la rsolution s'empare de cette appl cation; elle transforme les lgislateurs en juj d'un cas particulier ; elle cumule les pouvoirs dont la division est cependant le plus puissant boulevard de la libert publique. Elle offre doue tous les caractres d'une incoastitutionnalit trs-grave et sur laquelle iin devoir imprieux ne nous permettra jamais d'fermer les yeux. ~~On oppose que la haute-cour de justice est actuellement dissoute ; mais est-ce une raison de, transfrer au corps lgislatif le pouvoir de juger, que la constitution lui refuse ? N'existe-r-il pas d'autres tribunaux, et-l'autorit lgitime n'a-t-elle pas le droit d'en dsigner un qui puisse prononcer sur la question ? Ou dit que nous ne sommes point dans des circonstances ordinaires'; qu'il s'agit ici d'un crime politique ; que les factions se poursuivent et s'immolent tour--tour; quel* contagion de^ l'esprit de parti infecte les tribunaux mmes ; qu'il faut considrer d'ailleurs que le infortuns qui rclament, orjt t dis'raits de leurs jljuges^ naturels pour tre traduits la'liau't-couif ;4 justice-, et que, par l'effet de' cette fatale i distraction leur captivit leuis misres et Ifcrt pertes ont t prodigteusement aggraves; qu'ainsi, aprs tant et de si longs malheurs., il y aurait une sorte de barbarie .leur ,faire prouver encore les formalits et les lenteurs desiiibu-naux.
Ces peintures sont extrmement touchantes; il faut l'avouer : mais qu'importe les considrations qui peuvent mouvoir'la sensibilit ? quimportent les restes de parti, les dbris des faction, leur ambition, leurs intrigdes, leur fureur de dominer et leur so'if de la vengeance ?la constitution a parie ; elle refuse au corps lgislatif lpouvir djuger; il ne reste donc qu' obir,* sous peine de prvarication et de parjur.
Le jugement des crimes politiqueside leurs si-| tes, des dommages-intrts que peuvent rclamer* des accuss absous,, fie lui appartient pas plus; que celui de toule> autre matire judiciaire : l'infortune des, ptitionnaires leur situation douloureuse et pnible ne peuvent rien changer ' ces principes sacrs pour nous; et votre commission ne vous proposera point de les violer par un sentiment de piti. A la majorit de 4, contr' 1 ,; elle vous propose le rejet.
La suite demabt.
L i v. r El S d i v li tt S.
la Mouche ou ls Espigleries factieuses de igahd, 4 vol. ih-i8, avec fig. "Prix 3 liv. et 4 liv. 10 s. fr. d port: Paris, chez Ctobett,
eomrissionriir en lb'farie, tue de l farpe jn;485 et chez les lres BatilUbt, 'rjte'dta-Foio-' Saint-Jacques, n 11. " ,
\ Tableau lmentaire de l'Histoire nature^ des
\nhnaux par G. Cuvie de l'institut'p*}" professeur de l'cole>centrale du Panthon, 1
'Vol. ii-8 de 7I pages, et tftyiM.
jtaille-donc PHx 8 liv. A Paris, chez Baudouin, imprimeur du co^pSf lgislatif et de- l'iusiiiutnational- Il y a quelques exemplaires..en !P?P,cb d'ngoulme,.et q-uelquesjuns jiipapieraveua.
i A: JotritOAN tdheteut en d'
L'abonnement ic 'fait i t'ati, rue des Poitevin, ,n 1$. ht prix ct d* 5 iv. pour trois tnoit en nam il faut adreuer U> lomr. e< Ui^em, ft.uc At pots u cit. A..bry, directeur de ce joum'l r|ie de, PoncyiB. u 8. Il ftut compteadte d. te. cnv^i U I'<"1 J" pajr o l on ue vc"1 jftvauclur. Le Iccne.<)e apHcnichi(, non iUInchie> tic etoiit point"re'iirert de U pore '
Il t. voir o.u po.,i plu de ,atet, de cbirge, ceil4, qu. retife. *eul de. v.leu. , .4Mucr tout cc'qu couce.no U rduction 4U feuille .' 'li.d^rew. 'pui neuf'heure* u mauu j'.uttju i hwLt ttoure du oir. :.n >
Paris, d? l'imprima du cit. Aas*r propritaire du Moniteur,'rue des Poitevins n i3.
I


GAZET^ATni.9NALE.o.:L^ MONITEUR UNIVERSEL.
Bu&di, ptluvme, Iii $ de la RpuHiqw.ffr&ttfliK *I indivisible, (dimanche Si Janvier 1798 v.st. }
f Q h I T I Q, U E.
| S P A G N I,
Gibraltar > le 3o dcembre*
Les chaloupes canonnires espagnoles se sont deft)iireft,ent tellement approches de la ville, Qu'elles sont parvenues y jctter divers boulets; 1 un a t frapper deux migrs ( lepere et le fils), oui e promenaient en se tenant sous le bras ; coup a tu l'un et dangereusement bless l'autre ^
AN GL ET1RRE,
Londres, le 12 janvier.
Il 'rsulte du registre de L'Ioyd que, depuis le commencement de la guerre jusqu'au 10 janvier Lq8, fa France a pris l'Angleterre, 1 Espagne, lia Hollande," au Portugal le nombre de btimens _(Uivant--J^P4gnJt-Ct-JaJlQl^ ds traits de paix et d'alliance avec la France n 7q5 > 'eurs vaisseaux de guerrre se sont empars depuis d'un grand nombre de nos vaisseaux Mrcbands. En 1793, 418; en 1794, 824; en 179.5 6555.en 1796, 483'. en 1797, 79a ; en i-g8, 17. Total 3ig6. L'Angleterre en a repris, pendant ces ji* annes, 513 qui, ajouts ceux qu'elle a pris lle-mme la France, l'Espagne, etc., et dont le nombre est de 421, forment pour elle un total de 0S4. La France, l'Espagne, etc. en ayant repris 8,ta balance en faveur de la France et de ses allis est de 2273.
Les corsaires et les autres btimens de guerre ne sont pas compris dans l'tat ci-dessus, de JBrne que le grand nombre de btimens amri-jfains pris par la France.
On croit 'Plymouth que les prparatifs qui se font dans les chantiers ont pour objet une expdition dont on parle beauco.up et qui doit tre commande par sir Horace Nelson. D'aprs tous Jesbruits qu circulent ,ce sujet, on est fond ftoire que cet armement a pour objet la destruc-ftpn de quelques-unes des Uotilles de chaloupes canoo'eres que l'on rassemble en ce moment dans Je ports de France.
Dan la sance ds communes.du n M. Wil-"jerforce-Bird a prsent une ptition de 4 mille Wlogcrs.de Coventty qui se plaignent du prjudice qu'ils prouvent de la taxe tablie dans la dernirfe session sur les montres et pendules et qui demandent le rapport du bill. M. Mainwaring a prsent une autre ptition semblable de 8 mille horlogers de Londres, Westminster et le bourg de Southwark.
, Pans la mme sance, M. Dundas a communiqu la chambre le message suivant du roi. S. M. croit convenable d'informer la chambre
3u'el{c a reu divers avis de prparatifs faits et c mesures prises en France qui annoncent le but si souvent et si ouvertement exprim de tenter une invasion dans ces royaumes.
'S. M. est fermement persuade que par le, aelert je courage et les efforts de Ses sujets, combattant pour ce qu'ils ont de plus cher, une telle ^entreprise, si elle est tente, tournera la confusion et la ruine de ceux qui pourraient s'y livrer. Mais anime d'une sollicitude inquite pour la uret et U prosprit de son fidle peuple, elle croit de 3on dvoir de ne ngliger aucune pr-Sution qui peut contribuer sa dfense.
.En consquence S. M., conformment lact pass pour pourvoir l'augmentation del lilicc, a jug convenable de faire cette commu-fcication la chambre des communes, afin que "M. puisse ordonner que ladite milie ou une ?*e, si cela suffit, soit incorpore, pour se *ntre en marche ds que le besoin l'exigera >.
Onyjgntd publier une liste assez curieuse.: (fit celle des membres de la chambre des com-jnupes qui ont des places civiles et militaires des tornniissaires, .des sine cures, sous l'autorit de la outo^ne, ou dont les plus proches parens ont de telles places et commissions. Ils sont au nombre de 64. Le dnombrement des places de chacun W fait avec beaucoup d'exactitude et de soin. Wn calcule de plus que sur les 558 membres qui proposent la chambre des communes 243 sont l.a nomination ou sous l'influence ds la nomina-Mon de pairs i5g sont nomms par l'influence e> membres mmes des communes dans leurs bourgs, sa sont nommes par la trsorerie, et i&j. Jeulerucnt par la voix libre et indpendante du
L 3 pour cent sont toujours 48 un quart.
jDans la sance des p^rs du g, la discussion t'est ouverte" sur la seconde lecture* du bill des taxes assises. Nous donnerons les dtails dans le prochains numros. La majorit faite* le ni-histere a t de 73 Y la minorit t de fe.
RPUBLIQUE CSAtPKE. Milan le dcembre. G R AN D-C ON SE IL Suite de la sance du 29 frintqire.
Le grand-conseil reprend la discussion sur le serment prter par les fonctiociwaires publics, et rsout que Je tribunal de cassation le prtera dans les mains dti ministre de l'itttitur Celui-ci dans celle du directoire, e dernier dans celle de son prsident, et le prsident enfin dans celles de ses collgues.
Alberghetti demande la parole pour une motion d'ordre : il fait un tableau pathtique des brigandages et des assassinats qui se cnmmttgnt-ffnx-la-
Rpublique Cisalpine. Il fait voir qu'ils parten du mme principe, Qu'ils sont pays par le hime or que ceux qui ravagent la Rpublique Franaise. Il demande que le directoire soit expressment somm de veiller la tranquillit publique, que tout tranger soit tenu de se faire connatre au ministre de la police, et qu'an dfaut d'un certificat de sa part, il soit banni de l'Etat.
Sance du 3o Jrimairi.
Le conseil des anciens ayant rejette la rsolution relative aux fournitures faire pour l'arme franaise, le conseil charge la commission nomme pour cet objet, de faire un nouveau rapport.
Frederici s'lve contre le rapport fait Sur la suppression des douanes intrieures, et sur les impts indirects que la commission propose en supplment.
Piaxza Venturi, Dandolo dmontrent aussi les inconvniens qui en rsulteraient sous les rapports de l prudence de la justice et de l'conomie publique.
Sayoiiatola et Vitini, membres de la commission dclarent qu'ils ont refus leur suffrage ce projet.
Alpruni, au nom d'une commission, prsente le plan de la fte de la reconnaissance envers les Franais.
Lahoi fait dcrter que cette fte aura lieu lors de l'rectiqn des colonnes.
Le mme orateur demande que les pices reprsentes sur les thtres, soient purges de toute expression contraire au systme dmocratique ; qu'aucune autorit constitue except le ministre de la police, ne puisse avoir de place distinctive dans les thtres.
Cette motion est applaudie et ajourne. Sance du 1" nivse.
Fenaroli annonce au conseil que le terme de sa prsidence est expir. Il fait uu discours plein de sagesse et d'nergie dans lequel il rappel ce que le conseil a fait dans le terme d'un mois et l'exborte marcher droit en cartant la vanit l'gosme et l'ambition qui pourraient entraver sa marche.
Latuada rote pour que la prsidence ne dure que quinze jours. Il demande que le prsident passe du fauteuil la tribune lorsqu'il veut prendre la parole comme orateur.
Gambara ajoute par amendement, que dans les questions O le prsident aura nonc son opinion il puisse descendre du fauteuil, et voter comme simple membre.
Ces propositions sont adopte.
Le conseil passe au choix du prsident.
Savonaiola, ex-sujet de l'Etat de Venise, est lu.
A J
On renouvelle galemeut la moiti du bureau, j
Les secrtaires Vicini et Lamberti, sont remplacs par Gliscenti et Dandolo et l'inspecteur de la salle Lahoz est remplac par Greppi.
Un message des anciens annonce le rejet de la rsolution relative aux logemens et au indem-ni ts des frais de poste.
Un autre l'approbation de celle sur les cinq millions.
Deux messages du directoire annoncent que le listes des tupplcani sont imprimes, et qe
le directoire, bien qu'il" ait dj prt son serment ,"' s'xiffre le renpuv,llr d'une manire plu solennelle. *'* '
Le conseil passe l'ordre du jour.
Sance dtf. 9 tiqpse.
On lit deux messages du conseil des anciens;
Par le premier, il transmet la note de set membres et celle de ses employs. : '
Par le second, il approuve la rsolution ctujl rserve au corps lgislatif la nomination des pr-sidens, accusateurs, chanceliers iet "jugs de) paix.
Une discussion s'lve surla ncessit et le.mode de completter, de diviser, et de subdiyiser ieJ commissions'. ;" n
Le conseil adjoint deux membres celle de? finances et celle de lj;islati^r^^t_cre_unc commission nouvelle pour .les affaires eccl<-siastiques. _
Ko s a, au nom de la commission charge de* fiXer un costume pour les fonctionnaires publics\ fait son rapport, en invitant le conseil .;ue point dlibrer avant d'en '.avoir vu les modles ; l'or et l'argent en sont bannis.' L'oraeur proposait un costume pour la rprsentation nationale, indpendamment de la mdaille dj dcrte ; mais maigre la justesse des observations de quelques membres, le grand-conseil croit devoir Se borner cette mdaille.
La commission des finances fait un second rapport, aprs avoir supprim le premier.
L'impression est ordonne.
Le cpnseil se forme ensuite en comit seert.
S'atie du 3 nivse.
On lit un message du directoire, qui reprsente l'insuffisance de la rso'ution du 29 frimaire pour obtenir une anticipation de 5 millions, il s'appuie sur le petit nombre de propritaires qui ont au-del de 3ooo cus de revenu etc. sur les difficults de l'excution, sur l'arbitraire qu'elle entrainera, etc.
Fenaroli, aprs avoir rpondu avec beaucoup d'tendue aux objections du directoire propose de confirmer la loi du 29 frimaire pour l'abolition de la loterie; de confirmer galement l'anticipation du paiement de l'impt territorial exig des riches qui ont plus de 18000 liv. de Milan de revenu ; de charger le directoire de rendre compte de l'argent provenant de ladite anticipation et de l'autoriser vendre les biens de l'ordre de fyialte.
Sur la proposition du prsident, on Ht la message discut hier dans le comit secret, et qui concernait la vente des biens nationaux.
Massori convient que la loi ne doit pas lrp rapporte ; mais il voudrait qu'on mt la disposition du directoire les biens nationaux en gnral, et non pas seulement ceux qui apparie--liaient l'ordre de Malte.
Fenaroli insiste pour qu'on commence par ceux-ci comme prsentant plus de difficults.
Le grand-conseil rsout que les ci-devant briS de l'ordre de Malte seront mis la disposition du directoire pour tre vendus l'encan, diviss en plusieurs portions, etc.
La commission charge de prsenter un projet sur les fournitures faire l'arme franaise propose de nouveau la rsolution dj rejettes par le conseil cfes anciens, sans cependant-motiver aucune crance de la Rpublique Fianaise ; mais ert exprimant clairement que ces fournitures seront compenses par la mme Rpublique.
Un message du directoire annonce que le gnral Berther est arriv en qualit de gnral en chef de l'arme d'Italie.
Le grand conseil rsout d'eu tmoigner tat satisfaction.
SUISSE. t)e Uyon t le 10 janvier.
Les conseils de Nyor, instruits indirecferaeftf que leur convocation Sfltr la place d'armes a pot/ objet la prestation d'un serment, ont dlibr d'exprimer au seigneur dput leur surprise d ce que, safls aucun avertissement pralable il? Ont t appels ^solehniaer un acte aussi saci y d'une manire non moins extraordinaire qU0 aowYcllc ; d'ailleurs, aprs avoir considr aussi


49<>
attentivement que la br|vet d tems le lut a permis les rsultats infaillibles de tO'ute nouvelle prestation de sermons, surtout dans les circonstances prsentes, les conseils ont trouv que le serment "qu'on attend serait.sans utilit pour la Patrie tandis qu'il ne serait pas sans danger pour leHiabitans, dans le moment ac-tjaeb %n consq^eftcef, ils ,out arrt de prier le sejgneur dpute de .recevoir leur refus, motiv sur ce que le bien de la Patrie_ ne peut y trouver aucun avantage, et de dclarer en^ outre qu'ils ne se fcdroht .point sur la place d'armes.
Les conseils de la vil'e de Nyon ont rpondu comme ci-dessus l demande de la prestation .du serment. v
Le^contingent militaire de la ville s'y est aussi refus";! t,*. '. s"v '
Les contngens des campagnesl'ont prt en partie ; mais il y a eu des murmures, et il y aura xles restrictions.) Les conseils des communes des campagnes o'ut suivi l'exemple du conseil de la
Ville.
Lausanne, le i o janvier*
Ces furiux dpt gorg ou fait pris,onrriers les soldais qui gardaient l pont de Golo. L gnral Cisalra a t forc de se replier sur Bastia.
Il 'est bon de remarquer la liaison dtj ces mouvemens avec le massacre des Franais a Home.
Les derniers avis.de Ptersbourg annoncent le mcontentenrent qu'y avait occasionn la rtU cence de cour de Vienne, qui s'est borne la simple communication du trait de Canipo-Formio tel qu'il est connu du public sans faire mention des articles secrets,, dont IVxjstence n'est plus rvoque en doute. Ou ajoute que. cette rticence de la part du cabinet de Vienne fait pencher plus que jamais 1 empereur de Russie vers la Prusse.
Cette ville sera probablement le foyer prin cipal de l'insurrection du pays_ de Vaud s'il y en a une. Les ennemis de 1 aristocratie y sont en plus grand nombre que paitout ailleurs ;
les chefs s'y montrent-, ils s03>t connus; ils se runissent et cherchent multiplier et encou-rager par des crits .les amis d'une libert plus populaire. Ils ont jusqu'ici peu d'influence clans
~IT$ c o n s el s-des villes, mais la protection de la France ne peut tarder leur en donner. Dj ses effets se font seniir, mme parmi les plus entts partisans des anciens privilgis. C'est cette causa qu'il faut attribuer les dispositions annonces par le snat de Berne, d'accorder aux sujets les demandes lgitimes qu'ils pourront former pour le redressement des griefs et l'amlioration du sort du Peuple.
A Fribourg, il y a comme dans toutes les principales villes', beaucoup de mcontens et des dmocrates qui veulent revenir sur l'usurpation de l'aiistocratie parce qu'ils savent qu'i" n'y a pas de prescription contre les droits du Peuple. Mais il y en a beaucoup moins que dans le pays de Vaud o la liberl Jcompte chaque jour de nouveaux partisans.
Il_ y a quelques jours qu'on fut rveill dans Cette ville pendant la nuit, par une cloche qui' anno-tee ordinairement les prires des agonisans Plusieurs personnes se rendirent l'glise, suivant l'usage. Elles furent tonnes de la trouver fer me ; mais on dcouvrit sur la porte un placard o il y avait : l'aristocratie est l agonie. .On arrte le sonneur de cloches et l'on est la recherch de celui qui a imagin cette plaisanterie.
Le canton de Berne parat courir sa perte par les prparatifs d'une lutte trop ingale, qui1 ne peut qu'irriter la France. Les patriciens cheV client y exciter un grand mouvement en leur laveur.
C est demain que les habitans des communes ont ordre de s'assembler pour prter individuel-, lement le serment de fidlit leur gouvernement. L'ordre est envoy par-tout au nom des treize cantons on prtend qu'il mane de la dite ci'Arau. On croit qu'il sera refus au moins dans pltisieujs parties du pays de Vaud.
Dans une commune prs deBerne, on a plant pendant la nuit un arbre de libert. On a arrt le lendemain un habitant souponn de l'avoir plant. Tout cela annonce une fermentation qui '. ne peut tardera amener de grands vnemens. Ils peuvent sur-tout clater chaque instant dans le pays de Vaud.
On ne sait rien de positif de la dite d'Arau. Toutes les affaires importantes y sont prpares par un comit secret qui remplit parfaitement le tille de sa miss on.
Otiis'attend voir sortir une loi gnrale pour l'expulsion de tous les migrs ; loi laquelle tous lesjcantons setont tenus de se conformer.
REPUBLIQUE FRANAISE. Paris, le 1er pluvise.
vlbek commandera une des divisions de l'arme d'Angleterre.
La division Massena est attendue Versoix. Castres est en tat de sige.
On nous crit de Gand que .l'opration sur ls maichandises anglaises n'a pas t sans succs : entr'autres saisies, on distingue celle de quatre mille pices de drap, regardes comme marchandises vraiment anglaises. .
Les dernires nouvelles de Corse prsentent cette le dans un tat de situation alarmant.
Lis rebelles, guids par des migrs' et des jiictrts, se jout runis et maccJLteut sur Bastia.
Lettre du doyen Lalande.
Le ag au s^oir, le Peuple tait assembl sur les uais et remarquait avec tonnement la plante e Vnus, qui, tant actuellement dans sa plus grande digression, est d'un clat surprenant, et parat la vue simple, mme en plein jour : ce grand clat a lieu tous les 19 ans mais on ny tait pas toujours la mme attention.
Comme depuis quelques jours on parle beaucoup de comtes, on a pris Venus pour la comte ; mais il n'y en a point actuellement, nous n e n-ave n s~p ointrv u~d"e p>ui s~hrmoisTlThwmujoT^ nous n'en attendons point, et la terreur qui parat avoir lieu parmi le peuple, n'a aucune espce de fondement. On peut consulter les Rflexions sur les Comtes que je publiai en 1773 dans une pareille circonstance chez Duprat, libraire quai des Augustins.
Sign Lalande.
l'vs contraire-deHotre commission, vous poser de 1 adopter. 5 P10*
Votre commission fonde son princinal de rejet sur ce qu'il n'existe pas de |0, a"',T pour les accuses, innocents ; mais c'
qu'il n'en existe pas S'il 'existait une loi,
qu on s adresse vous!
ce serait aux tribunaux* 1 appliquer; aucune n ayant dtermin 1- r-
rV.. ....:-,.-... -I.'.-^I. lL CaS uuj
aute si ie'lonci
1 jt'3t a vous h
dterminer. Et pourquoi notre discussion m* ne provoquerait-elle pas une loi gnral.
cette matire? objecterait*ou-.la-.-dfw tC SUr ...... i_ _________:..... -r-usi.. niais
se prsente c est aucorps lgislatifa prorH>,17 i'rsonDe je pense ne met en doute si le'/ est juste ; quant la foime, c'est vous a
nous Et y
ne la connaissons pas, mme
a-t-on reeard de
emc par ap prs loisqu-'ona d-
CORPS LEGISLATIF,
CQNSEIL DES ANCIENS. Prsidence de Marragon'.
, suite de la sance du 26 nivse.
Lacombe-Saint'Michel. Je viens lever ma voix en faveur de l'innocence opprime ; je depnande un lger ddommagement pour des hommes qu'il n'a pas tenu' au royalisme et la malveillance la plus insigne de conduire l'cha-faud : je parle des accuss de Vendme.
Oui, ainsi qu'un de mes collgues, n'aguere cette tribune je donnerais des regrets votre souvenir martyrs de la libert vous Vergnaud, vousDucos, Gensonn, Saint-Etienne Guadet, et tant d'autres victimes immoles dans ces tems malheureux ; je mlerai vos noms chers la Patrie les noms des Soubrani, des Goujon des Beurbotte; ces vertueux reprsentans du Peuple furent jug? par une commission militaire comme vous le ftes par un tribunal r-volutionnaire; eh bien! vous ftes tous pour suivis par la mme faction par la faction anglaise ; oui, par ce repaire de brigands dont nos braves conduits par le hros italique vont dtruire le foyer infernal, jusques dans le dernier retranchement du' cabinet de Saint-James. Vertueux martyrs de la libert vos noms ne seront piononcs par nous qu'avec respect ; ce n'est pas par des pleurs striles que nous devons honorer votre mmoire; ; c'est dj vous consoler des injustices de vos contemporains que de rparer celles commises envers des r publicains malheureux que les agens de l'tranger voulurent immoler comme vous ; peu leur importait, sans doute, la nuance de vos opinions, pourvu qu'on immolt des rpublicains ; pourvu qu'il mourt des Franais. Franais et nous sur-tout lgislateurs trop long-tems nous fmes les jouets et les dupes des manuvres de l'tranger ; les conspirations des prisons, les conspirations de floral les conspirations^ de Grenelle furent diriges par les mmes ttes, quoique conduites par des mains diffremes ; elles produisirent les mmes effets : 1 organisation des gorgemens judiciaires ; chacun aujourd'hui sait quoi s'en tenir sur ces conjurations. La prudence veut qu'on jet un voile sur le malheur des tems et si je me permets uu instant de les retracer vos yeux c'est pour vous faire sentir la ncessit de rparer des malheurs lorsqu'il en est tems encore.
11 faut esprer que l'tat de nos finances permettra aux lgislatures venir de faire des fonds pour accorder des indemnits aux citoyens sortis iDuof'M de l'accusation produite contre eux par l'accusateur public. Aujourd'hui une rsolution vous propose d'accorder une
crt les fonds de la haute-cour.? Il s';,2;t de rparer bien lgrement encore,, uufe j0;u"** tice, dont nous? sommes cause, ..puisque, c'.r' nous qui avons dcrt la formation del haut cour nationale, Oui,, chacun le sait, cet hom trop fameux que la dissimulation bien pju& Htons-nous donc d'accomplir cet acte de justice. Quel est l'homme de bonne foi qui doute de- l'innocence des accuss de Vendme ? Notis avons encore prsens les dbats de cette cout clbre qui cota tant d'argent lorsque nous ert avions si peu que l'histoire n'oubliera, pas, et dont les travaux mmorables malgr les talens et le zele de deux ,hommes dont le nom, d'ge en ge, ne sera prononc par les rpublicains qu'avec un mouvement d'effroi, donr les-travaux,, dis-je v> n'aboutirent pourtant qu' l'application d'une loi rvolutionnaire.
Je ne suivrai point ici, pas pas, les dtour! obscurs de cette trame qui lit arrter les diffrens individus qui se sont trouvs compromis, ou qu'on a'voulu compromettre dans ce grand procs liberticide ; mais il est cependant un des accus! de Vendme qui a prouv uu trait trop noir, trop lche et trop atroce pour queje le passe oui silence c'est le citoyen Potofeu. Tranquille dans le dpartement de l'Aisne ignorant ce qui se passait Paris, sans avoir aucune correspondance avec les accuss son nom se trouve intercal dans la liste fatale sans dsignation, sans prnom sans ortographe, d'une encre diffrente; et c'est sur un tel indice que ce citoyen est
nlev et charge de fers peudant tout le proc le Vendme Qui l'a inscrit ? je n'en sais rien; si je le savais je dirais son nom cette tribune, afin que toute la France l'entendt avec horreur.
Mais que de reproches ont se faire ceux qui ont obstinment poursuivi l citoyen Potofeu, ceux dont l'intrigue-criminelle traduisit ce Citoyen au tribunal rvolutionnaire, et dpnt il lut brillamment acquitt ;'ceux qui par leurs machinations l'ont empch d'occuper la place de reprsentant la convention o le Peuple l'avait nommt supplant Ah sans doute les hommes mc-dioctes ue lui ont pas pardonn ses talens, nt les fripons son courage les faire connatre.
Ttouverait-on que la somme de ioo liv
ft
leurs
trop forte ? Mais peine leur paiera-t-on dbourss, et encore n'y a-t-il de reclamans que ceux qui sont dans le besoin. Mais nm 1 Je 1.......-, i tons ces rpudiez
me demande qui leur paiera tous ces repu blicains prouvs, les gaspillages connu19
eux pendant leur dtention ? qui rparerait pertes rsultantes de la cessation de leurs attairc^ qui les ddommagera des longues auo0,sse8.^b|c piouverent leurs anies dans cette lutte p de la vertu contre le crime dans ces coinw leur livraient ces deu* vautour 1 Sans doute, leur 'lice sur
journaliers que acharns leur perte ? Ah !
.. ,- ---- somme de ___________ .....
1,200 hv. a chacun clos acquitts de Vendme aine rpublicaine et forte en a fait un sarina au nmbr* de *7 reclainaus, et je viens, malgr l'autel de la Patrie. Rpublicains franais, m u


tricot devoir ; lgislateurs c'est nous de faire le ntre. .......
sj vote pour 1 adoption de la rsolution.
0#$ii>ofx> L'impression' du discours..
Boudin. Je m*Y oppose; ce discours contient j faits ineKaets. Notre collgue a parl des 'neroehsdeprairil j'en ai t tmoin comme V'i ai vu notre malheureux collgue Fraud jr victime de son zele ici sur cette tiiburie ^hia parle* Regardez la rampe qui nous sert ** monter, et vous la verrez encore toute taillade de coups de sabres; regardez ce mur i avoisine le bureau du prsident, et vous ^dcouvrez encore les trous que les balles y ^""t faits. C'est ici dans cette salle sur ces Tncs sur 'es marcbes mme de cette tribune '.des furieux redemandrent l'affreux rgime l^la'terreur. L'appui que leur prtrent des orsentans gars tait-il lgitime? Je le dlire, ee fut Contre mon avis que la convention cra alors une commission midtaire ; mais-peut-tjf pendant la blmer de la svrit quelle fut contrainte de dployer alors ? Peut-on re-Isarilr5 coronl victime du royalisme ceux qui prirent alors ? i .
flotre collgue Lacmbe a dit en outre que Je conseil des anciens avait rendu avec beaucoup tjop- de lgaret le dcret d'accusation qui a traduit plusieurs particuliers la haute cour. Mais Je le prie de se souvenir que le conseil examina cette affaire avec la plus scrupuleuse exactitude; que trois fois il entendu la lecture de pices volumineuses ; qu'il s'assembtef a cet effet, plusieurs jours de suite ds neuf heures du matin, et il conviendra, j'espere qu'il est inexact de dire que ce dcret a t lgrement et inconsidrment port.
'la demande en impression n'a pas de suite.
JsabiaU dfend la rsolution ; il convient qu'au-ctiric loi n'accorde d'indemnit aux accuss qui ont t acquitts; mais il pense que ceux dont il s'agit ont assez souffert pour qu'on fasse une loi particulire pour eux. 11 rclame l'galit, ett'tonnc qu'aprs avoir diffrentes fois accord tfes pensions de 2,000 francs aux parens des lprsentans morts victimes de leur dvouement il condamns parles tribunaux rvolutionnaires, on refuse d'accorder une somme de ao francs, une fois paye, des malheureux que le royalisme a tenus .pendant dix mois dans les prisons. -
drivai. Il ne s'agit pas de rclamer l'excution ries lois positives, mais de convenir franchement de notre erreur et derparer autant qu'il est en nous, la prtendue conspiration djoue par Carriot et le ministre Cochon. La haute-cour, forme sous les auspices des conspirateurs royaux, avides du sang des Rpublicains, ne put s'empcher de reconnatre qu'il n'y avait pas lieu accusation, et de mettre en libert les citoyens dont il s'agit. Il faut dire que nous avons trop lgrement donn dans le pige qui nous fut tendu par Carnot, Cochon, Dossonville, Malo et complices. Quoi! nous aurions laiss, sans aucune raison tablir une haute-cour ; nous aurons sans aucuu motif sans aucun dlit, fait traduire un de nos collgues; nous y aurons laiss traduire des citoyens, que rien ne devait distraire de leurs juges naturels ; nous aurons laiss dilapider la fortune publique pour fournir aux frais que cette haute-cour a cot, et nous craindrons d'accorder une somme de isoo liv., une fois paye, ., desj malheureux que la perscution a rduits' la misre Cela s'est pas possible. ".. "Je vote pour la rsolution. ', [
Marbot demande parler pour.' j
Le conseil ferme la discussion set rejette la solution. La sance est leve. ;
CONSEIL DES CINt^CENTS.
Prsidence de Boullay, de la Mturthe.
SANCE DU 27 NIVOSE.
ftailleul. Je demande la parole pour une motion d'ordre. Aprs le 1.8 fructidor, on proposa *U conseil d'lever un monument en l'honneur cette journe et d'tablir une fte comm-rnorative ; enfin, d'adresser le piocs-verbal des nces du 18, 19, 20 et 21 toutes les auto-llle> constitues. Des motits conomiques vous jent utj devoir de rejetter la proposition d'riger ^monument ; mais s'il ne peut tre lev au tors, qu'il )e soit du moins dans cette en-Cinte, et qu'il y soit l'effoi des tratres qui prparaient y,venir siger. Il est ncessaire que us saisissiez toutes les occasions de prouver l jPP'^Franais que vos opinions sont inal-.j les, vos principes les mmes, et vos sen-Cos "on moins nergiques qu'au 18 fructidor,
491
et que vous calmiez des inquitudes dues des bruits que la11 malveillance'rie cess de rpandre la veille des lections pour y 'obtenir quelques succs.
Deux choses sont remarquables dans la journe du 18 fructidor.^D'abord elle n'a cot aucune goutte de sang. Les conspirateurs n'ont past trans l'chafaud, et nous avons montr une haine gale pour les principes de l'excrable Vublanc, et pour ceux de l'inime Robespierre.
La second chose remarquable, est que la journe du 18 fructidor a replac la rvolution, les hommes et les choses sur la ligne qu'ils n'auraient jamais d quitter un instant. On y vita les mesures violentes; aussi depuis n'avez-vous eu aucune loi rapporter ; aussi n'avez-vousfait aucun pas rtrograde qui pt tablir le principe d'une raction. Si vous ftes modrs alors, il faut tre fermes aujourd'hui. Je regarde comme ncessaire su salut public l'excution de la Iqj contre les condamns la dpottation. Que sont-ils sur la terre de la libert ? Ils attendent les. vnemens ou les lections peut-tre. Eh quoi ils ont mrit > i echafatid, vous les en avez arrachs, et ils ne fuient point loin de vous! Qu'ils quittent Cette terre et qu'ils aillent porter leur honte et leurs 'remords dans les pays, s'il en est, o les tratres soient honors. ,
Quant nous, reprsentans soyons constamment unis d'esprit et de sentimens. Les opinions peuvent diffrer, mais, notre but esiJ^iiariB^v. c'est le salut de la Rpublique. Je propose d'lever dans cette enceiute un monument au 18 fructidor.
Bailleul prsente un projet de rsolution.
Chollct. J e ne m'oppose point au projet prsent, mais j'attaque seulement la rdaction de la dernire partie de l'inscription. Les conspirateurs Jurent chasss ignominieusement, je veux bien qU'.n laisse ces mots, mais non ceux-ci : le mme sort attend tous les tratres.... ( La tribune publique murmure. ) Le 18 fructidor fut un coup ncessaire pour anantir une conspiration, qu'il tait difficile de juger lgalement ;. mais il faut esprer qu' l'avenir s'il y a des tratres^, ils seront jugs et condamns dans les formes voulues par la constitution.
0
Je demande que la dernire partie de l'article soit retranche.....
On demande la question pralable.
Bailleul. Je ne tiens point ma rdaction. Sans doute je n'ai pas voulu dire que s'il se prsente
encore des tratres pour siger parmi nous.....
[ Bailleul est interrompu par un mouvement d'agitation. ) J'ai voulu dire que les tratres, s'ils se prsentaient ici, recevraient le chtiment qu'ils mritent.
Le projet de Bailleul est adopt sans opposition ainsi qu'il suit :
L conseil des cinq cents considrant que les efforts des ennemis de la Patrie ont t sans cesse renaissans ; qu'offrir tous le souvenir de leurs dfaites est un des moyens les plus propres les contenir et entretenir la confiance et l'nergie des rpublicains; que les leons les plus puissantes pour les Peuples, et sur-tout pour les hommes chargs de l'autorit publique, sont celles de l'exprience charge sa commission des inspecteurs d'riger dans le lieu de ses sances, une table en marbre ou en bronze sur laquelle seront gravs ces mots :
Des conjurs au nom d'un roi ,
s'taient introdurts dans cette enceinte. '
a le l8 fructidor de l'an S ,
ils en furent ignominieusement chasses.
malheur aux traitres qui les imiteraient !
Braud, du Rhne. Un grand attentat vient d'tre commis dans cette commune ; les circonstances qui l'accompagnent l rangent dans la classe de ceux dont les coupables n'Ont os esprer l'impunit.
Un rassemblement d'hommes arms s'est port dans la rue de la Loi, hier Ventre dix et onze heures du soir, chez le cafetier Garchy. Une partie de ces sclrats gardait les avenues de la rue et les portes de l'appartement, tandis que les autres taient occups arracher avec violence les effets prcieux qui servaient de parure des citoyennes et se faire apporter le numraire et l'argenterie du propritaire dont ils investissaient la maison.
Plusieurs de ceux qui se sont opposes a ces excs, ont t blesss ; on assure qu'il y en a quelques-uns de morts,
Les sicaires cartaient coup de sabre tous les citoyens que la clamcurj publique excitait les arrter.
J'ignore si les eneverncns "nr,iuv ces excs j ttam on assure'que'la force publique a'beaucoup; tard se prsenter pour secourir fes citoyens opprims par ces brigands. '
Tels sont, citoyens "reprsentans les-faits.Sur lesquels j'ai pens qu'on ne pouvait garder le silence dans5 cetteencditef c'es,*1 sous 'h?s' yeux de la reprsentation ','j nationale ', c'est ''dans la commune o vous sigez, que de pareils forfaits se commettent. Vous devez sans doute aux' ihabitans dcatis, vous devez .tous le,s, ripar.-[tenicns:attester votre jqste indiguatioi^^et ftotVe vigilance rprimer de tels crimesou ^.inous en cp^atre les riuteurs. ^li sans doute," ces. dlits sont imagins concertes, excutes par.4ces; vils factieux dont l'audace "gale la frocit-, et qui ne se proposent le renversement de, la libert et de la Rpublique qu'eu lamltpliant les assassinats et le brigandage ; mais leurs .nmintlles esprances seront djoues la France, .triomphante n'a rien redouter 'des efforts d'ime poigne d'hommes qui. aux vices et '.'la,bassesse des esclaves, joignent l'atrocit des ennemis de la sret publique, et le mpris de toutes les
lois. "' -.
Ce n'est pas un seul attentat de ce genre dont il importe de poursuivre les coupe.bjes. Dj un rassemblement d'hommes, revtus d',uni-fortn.es et avec les. .signes extrieurs del force publique 4 ont dvast le domicile du citoyen Abu Kaya et de son assoii; si les mesures les pi us__sjvej^:Liiimt4^
Four l'a rpression de ces dlits que! serait effroi de tous les citoyens ? .quelles seraient les consquences de l'impunit ? ou s'arrterait, la tmrit de ces lches- brigands et celle dc'letivs. perfides instigateurs ?....
i Reprsentans du Peuple je sais que JVxtiori, des lois appartient au directoire au. ministre de la police gnrale j.mais. lssqu'uu dlit aussi tonnant, aussi trange se commet presque au milieu de vous il n'est pas possible que vous ignoriez les moyens "qu'on a puprendte pour en arrter le cours ; il est indispensable que* vous soyez instruits des particularits qui le distinguent des dlits ordinaires ; il -faut surtout que vous en connaissiez les causes et que vous puissiez suppler l'insuffisance des lois si elles ne peuvent les atteindre..
En consquence, je demande qu'il soit fait un message au directoire excutif, pour tre inform des circonstances du dlit' qui a t commis cette nuit dans cette commune et des mesures rpressives qui ont t prises pour en punir les auteurs et pivenir de semblables excs.
Le conseil adopte unanimement cette proposition, et ordonne l'impression.
Cals 'donne lecture d'une lettre en date du 24, que la commission des* inspecteurs a reue, hier soir, du ministre de la police. La voici :
m Le commissaire du directoire excutif citoyens reprt.eutans, prs le bureau cehtral de: LybrLm'inlorme que lots de la perquisition faite .dans cette commune des marchandises anglaises prohibes par la loi du 10 btumaire an 5,
il a rencontr une maison ( On rit aux clats.....
Cals. Je lis. ce qu'il y a dans la lettre. Il rpte ; on rit'de nouveau..) dans laquelle on cvnfeciior -nait, en Casimir (anglais des manteaux de reprsentans du peuple pour leur coutume.
> Je crois devoir vous donner avis de cette infraction ds la part des entrepreneurs de cette confection, non-seulement la loi spciale du 10 brumaire, mais au piiucipe gnral consacr par la loi du 3 brumaire an 4 dont l'article I" exclut pour, les costumes des fonctionnaires publics, l'emploi de toutes matires ou toffes qui ne seraient pas du cr du territoire de la Rpublique ou de fabrique nationale.
i> J'aurais cru que balancera ordonner la saisie; de ces manteaux entre les mains des entrepreneurs,, dans le cas o il serait effectivement; reconnu qu'ils sont de Casimir anglais, c'aurait t faire injure la reprsentation nationale, ou la compromettre en l'exposant se prsenter elle-mme, par erreur, en spectacle de la violation de ses propres lois. 5) Salut et fraternit
> Sign, Sottin, ) ....
Une vive agitation se rpand dans Je conseil.
Cals. A la lecture de cette lettre votre commission a t frappe de la lgret avec laquelle le ministre de la police s'est comport dans une affaire o il devait mettre la plus grande circonspection et la plus grande dlicatesse.
Vous ordonnez que vos commissions vous donneront le costume que vous prescrit la constitution : on s'adresse aux manuLctures de Sedan ; elles vous fournissent les toffes qui vous sont ncessaires; ces toffes sont vrifies sous les yeux de vos commissions par les hommes les plus experts dans ce genre de commeicc ( les cit. Dcrtt et Launy') ; vos commissions oat


m nain lei factures origiwje* Us fabn-
cans patgnon, bardron, KxruMeau et Leroy attestent qucCestoes, sortent de leurs fabrique*,, et toutes cet preuves, jn'occuijtnt pas, un seul instant le ministre de la police. ( Gates lit les factures.)
Sur une simple le^tr* que lui crit le commissaire auprs de l'administration de Lyon, ce ministre s'empresse d'ordonner la saisie des. toffes.
Quelles taient cependant les preuves que le ommimite pouvait se procurer pour vrifier si ces casimirs taient de fabrique anglaise ? Ces casimirs ont t coups Paris sous le yeux de notre collgue Lepege, dont on connat l'exactitude et qui n a pas quitt un seul instant l'attelier ; les chefs des pices portant le n et e nom des fabrcanssont rests entre ses mains : il ne restait donc au commissaire que son exp-~ rence et son propre jugement ; disons-le sans figure, il ne lui ^ restait que l'arbitraire pour dclarer st ces casimirs taient de fabrique anglaise; cependant c'est d'aprs cet expos que le ministre de la police confirme sa dcision et ordonne que vos manteaux seront saisis comme marchandise anglaise : et dans quelle circonstance met-on autant de prcipitation dans un acte qui demandait tant de prudence ? Dans un instant o on ne peut ignorer que votre ferme dessein est de consacrer l'entre votre palais dfinitif, et la prise du costume par ce serment si terrible pour l'oreille des amis du despotisme : haine la royaut, haine l'anarchie.
Vos-
comTmslWlirment croire queTle ministre de la police ne fait pas cause commune avec ces ennemis de la chose publique qui dj out plusieurs fois mis en rvolte les ouvriers qui travaillent votre salle, pour reculer votre entre au-del du 2 pluvise, rpondant au t janvier; mais elles ont d vous communiquer leurs alarmes, quand on agit avec autant de prcipitation vis--vis du corps lgislatif, et qu'il eut t si facile d'viter une faute aussi grave.
Si le ministre Sotin et demand vos om-s missions des renseignement sur la dnonciation du commissaire elles se seraient prtes claircir ses doutes ; elles auraient bien voulu lui communiquer l Vos commissions runies m'ont charg de, vous prsenter le projet de rsolution suivant :
Art. Ier. Le directoire excutif donnera les ordres ncessaires pour que les manteaux fesant partie des costumes des reprsentans du Peuple arrts Lyon soient l'instant expdis et renvoys aux commissions des inspecteurs des deux conseils.
IL II sera adress un message au directoire excutif, pour l'instruire de l'outrage que le ministre de la police a fait la reprsentation nationale, et pour lut demander compte des mesures qu'il aura prises pour punir cet at tentt.
Un cri unanime s'lve : ux vois aux vain.
L'urgence est dclare.
Le premier article est adopt.
Garan demande la parole sur le second.
Frgeville, Delbret, Vergniaud, Julien Souhait et une foule d'autres 'crient : aux voix le projet.
^ Garan-Coulon. Au lieu de mettre votre dcision une telle prcipitation,' je demande que vous y apportiez beaucoup de rflexion. Pouvez-vous juger te fait ? non. Les conseils peuvent-ils de Paris dcider si les manteaux arrts Lyon ont ou non de fabrique anglaise ? non. Vous avez les tmoignages les plus authentiques donns par vos commissions, qu'elles ont envoy Lyon des manteaux de fabrique franaise. Certes, leur tmoignage est respectable-, mais peuvent-elles rpondre d'une infidlit d'une tubtution ?
JV. .. Cela ne sa peut pas ; les chefs de pices soin ici....
& Gatan-Cul.on. e ne serait pas la premire foi
qu dam des affaire semblables on aurait ntran* la reprsentation nationale de* dmarches prcipites faite pour la compromettre. Il est pas impossible qu'on ait trouv dans une maison..
le prsident. J'observe l'opinant que l'urgence et le premier article sont adopt; il ors peut avoir la parole que sur la rdaction.
Oaran insiste.....
Les cris, aux voix, recommencent.
Garan-Coulon. Mais la rdaction du second article porte qu'il y a eu outrage.
Frgeville et unefmU d'autres. Cela est vrai, cela est vrai.
Garan-Coulon. Il ne m'est pas dmontr qu'il y ait uu outrage fait la reprsentation nationale. ( Des murmures s'lvent, ) ljl importe que vos propres lois soient strictement excutes. Si les manteaux taient anglais, on a breu tait de les saisir.
Une foule de itok. Ils ae le sont pas.
Garan-Coulon. f faut donc attendre des rapports ultrieurs, et que le ministre puisse vous produite ls procs-vethaux du commissaire du directoire. II est trs-possible que desagen&en sous-ordre soient les auteurs de l'outrage qui vous est fait; mais le ministre peut n'en tre point coupable. Je demande que vous vous borniez dclarer que le directoire sera charg de faire toutes les poursuites et recherches ncessaires pour dcouvrir et faire punir les auteurs Tle~r6utra*ge-qurvous est dnonce.
Les cris : Aux voix (e projet de la commission, recommencent. *
Cet avis est appuy. :i
Julien Souhait. S'il ne s'agissait cme d. 1 et de notre cause personnelle nom rpondu la lettre t ifecJX^ la police pm le. pins profond miS\' 1 outrage n est pomt fart des indivmus. v!" a la reprsemat.on.nationale 'e80 Franais qu'il eBt port. apte
Voici comme je dsire que l'article II rdig : ,
sit
" ^.dl>;ctoire ** clrg dfaite pW4uiWa sans dlai les auteurs Gt fauteurs dc^oJK fait la reprsentation nationale. "s*
Cet avis est unanimement adopt.
La rsolution est sur le ebamp nvoyc aa conseil des anciens. *
Pomme. Permettez-mot ittte observation : ce n'et pas le ministre de la police, mas celui des finances qui 3 ordonn la saisie gnrale. Le commissaire Lyon a vu ou cru voir des casimirs anglais, et, malgr iet rclamationdes ouvriers, malgr la reprsentation des factures il a voulu .saisir pour anglais des draps de Sedan. II a fait part de ce fait au ministre de la police ; e ministre de son ct informe votre commission des inspecteurs... (Des murmures s'lvent. )
Une joule de voix. Non non.
Pomme. Il annonce l'ordre de saisie ; il vous dit que si, par la mauvaise foi des entrepreneurs, des draps anglais ont t substitus, il a d excuter la loi, et faire saisir.
Fregeville, et d'autres membres s'crient de nouveau : Aux voix !
Vergniaud, de Saint-Domingue. Il n'est pas question ici de dlibrer sur le costume des reprsentans sur l'toffe dont il doit tr fait, sur le mode employer pour le constater, mais bien sur l'outrage fait la reprsentation nationale. .
" Une foule de noix. Il a raison.
Vergniaud. Ce n'est pas d'aujourd'hui que tel ou tel ministre mconnat les droits de la repr sentation nationale. .
Les numes voix. Cela est vrai.
Vergniaud. Moi-mme, je ne crains pas de l'avouer, j'ai oubli ma dignit, j'ai compromis mon caractre en intercdant auprs des ministres pour obtenir d'eux des actes que la loi et la justice leur commandaient de faire sans mon intercession; et trop souvent on a vu mes col lgues et moi, je puis citer Izos, Gay-Vernon et tant d'autres, faire antichambre chez le ministre de la police..... (Des murmures s'lvent.}
Plusieurs voix. Cela est vrai.
N... Pourquoi y aller ?
Gay-Vernon demande la parole.
tfelbret s'crie : Aux voix le projet 1
Vtrgniaud. Je conviens qu'il ne s'ssgtt pas ici de faits particuliers. Je demande que le projet' de la commission soit a l'instant mis aux voix.
Pisan-Dugaland. Votre religion doit tre claire suffisamment lc faits sont cotisons ; chacun de nous a d fixer son opinion. Je demande la clture d la discussion.
La discussion est ferme.
Dtibret. Aux voix l'article IL
Guillemardet. C'est l'objet d'un arrt non sus ceptible d'tre soumis aux anciens.
On rclame l'ordre du jour sur cet avis. ,- Cales fait une seconde lecture du projet. Le premier article est adopt de nouveau.
Savary. Je crois que l'article second doit tre chang quant la rdaction et que nous ne
JV, B avoir enten
Dans la sance du t" pluvise, aprs % endu deux, rapports l'un snr }a jjL], dation des crances des ci-devant Jsuites ; ' l'autre sur diverses questions relatives (a vente des biens des migrs, le conseil de* cinq-cen a renouvelle son bureau ; bailleul est prsident-les secrtaires sont, Delpierre, des Vosges, udV Gotnmaire et Abolir.__ '
livres p i v e r s.
Dictionnaire desjugemens du tribunal dt "assfiti^i en matire civilt ; prcds de toutes les iots relatives ce tribunal, et du lglemcnt v>r la forme d'y procder ; deux fou volume in 8 ; beau papier et belle impression.. ,
prix, 6 Hv., et 8 liv., franc de port, ^ourles dpartemens.
A Pari8,chez Halma, rue du Coq-Honoi, n ia3 ; Rousseau imprimeur, rue Dominique-' d'Enfer, n S et au dpt des lois, placerai Carouzel.
Trait des maladies des femmes etdes en/ans, par le docteur Hamiiton, professeur l'cole d> mdecine d'Edimbourg, membre de plusieurs acadmies ; traduit de 1 anglais par D...., revu par F,...., docteur eu mdecine. Un fort vol. in-b"0 papier fin, caractre neuf, dition soigne. Prix 5 liv.
A Paris chez Barillot frres, imprimeurs-libraire rue du Foin-Saint-Jacques, o" n; Croullebois, rue des Mathurins ; Mquignn,. rue de l'Ecole de Sant et Toulouse, ch Sens, libraire.
Moyens contre les Incendies; ouvrage o l'on, dveloppe la manire d'empcher le progrs de. flammes, et de prserver les difices publis et' maisons particulires par M. Piroux, architecte Lunville fig. Prix a liv. pour.Paris, et 3 liv., franc de port, par la poste.
A Paris, chez Meurant, libraire tue du Cime* tiere-Andr-des-Arts, n i5.
VoyAgt Saint. Domingue, pendant les stniu .1788 1789 et 1790 par le baron de Wrapim, 2 vol. in-8*, imprim sur beau papier aracn tere cicro interlign, d'aprs Us belles preuve de Gtll, fils. .'
A Paris, chez Cocheris et Pellet, |iWVi clotre Benoit, a 35g section des Thermal. Prix 5 fr. broch. et 7 fr. franc de port-jpar la poste. On affranchit le lettres et l'argent.
Effets publics.
Tiers consolM......................y
Bons deux tiers.................. Ul5j
Bous trois quarts............. ......8
Bons uu quart............3o 1. pour cent peK-
LOTERIE NATIONALE. Tirage du^i pluvise-63. 74. ?3- l9> 89*
SPECTACLES.
Obon. Au}, la veuve dit Malabar tragdie suivie de l'Ecole des Maris. "
Thtre du Vaudeville. Au\. CoiombminW quin suiy. de S(9fron et Piron.
A. JorjBDAN rdacteur en chef.
A Pari, de Vimpiiarit dm citoyen Auaise, propritaire in Moniteur, me des Poitevins, 3.


GAZET
ATIONALE ou LE MONITEUR UNIVERSEL.
f/> 1*3.
Tridi, Spluvise l'an 6 la Rpublique Franaise, an* indivisible. ( lundi 29 janvier i?gS p. j/. ,J
POLI TIQUE.
TURQUIE.
Semlin le 16 dcembre.
PiOSiEURS marchands grecs abandonnent la Turquie europarme et se retirent en Hongrie emportant avec eux leur fortune; ils craignent une grande rvolution. En Macdoipe et en Albanie:, le trouble est son comble. Les pachas turcs qui veulent se rendre indpendans se bat-
i' ent contre ceux rests fidles la Porte et le >euple souffre.
OgJu devient tous les jours plus redoutable. Il gH tomb limproviste sur la Moravie, et a eatirennent dfait le pacha de Passarovitz qui, tvecdeux mille hommes, devait couvrir la Servie, dont il n'a pas tard s'emparer. Il a promis inx'lubitans justice secoues et protection s'ils voulaient rSter tranquilles et l'aider assiger U forteresse de Sabatch dont les Impriaux rentrent matres dans la dernire guerre contre les Turcs.---------------
L'cvque grec de Servie qui engageait les habitans | se dfendre contre les insurgs vient de prendre la fuite et s!est retit Belgrade.
Tout fourmille ici de Turcs fugitifs ; le nombre en augmente tellement tous les jours qu'on, btt la hte, pour les loger, des cabanes fcn bois ; il n'est pas aussi facile de ls nourrir. {Tous eux qni ont cru trouver leur sret dans Belgrade, s y sont dj retirs. On assure cepen-ditttque la garnison de cette place partage les mimens d'Oglu qui fait entendre par-tout les lis de libert et d'galit.
On croit que Belgrade ne tardera pas se tendre,
A L L E M A G- N E.
De Hambourg le 1w janvier.
On crit de Berlin, le a6 dcembre que la nouvelle de la cession de Mayeoce etdEhtein-breistein, arrive les jours prcdens y a caus 1 plus, grande surprise. On s'attendait-bien que h tivegauche,duKhin demeurerait la France, issis on esprait que la cession des forteresses Mtessm Serait hgotie Rastadt. etnon arrte et conclue Campo-F ormio. Cert circonstance a fait revivre plus vivement que jamais dans ce cabinet, ls apprhensions que l'on avait relativement aux vues! de h maison d Autriche, tut la Bavire.
Tout en profrant encore les mots d'intgrit de l'Empire on reconnat la ncessit d'adopter le principe de scularisation, afin d'indemniser ls princes de ce ct-ci du Rhin de la perte de leurs possessions au-del de ce fleuve ; mais On proteste que ces scularisations ne_ devraient fa servir favoriser les projets ambitieux des grandes puissances.
0* assure que les mioistres de Pruse Vienne et Rastadt, ont ordre de se conduire suivant ces principes.
.On parle beaucoup dans le public des grands tnangemens qui vont avoir lieu en Allemagne entr'autres, on mentionne la cession de l'Hanovre la Prusse ; cession qu'on lui fait entre-y/r, si elle ne s'oppose point aux vues de l'Autriche.
S'il n'tait question que d'accorder quelques stricts, de l Bavire l'empereur, pour lui procurer un arrondissement de ce ct-l, on "y serait pas absolument contraire bien entendu iUe {a Prusse obtiendrait'quelque chose pour rtablir I quilibre.
\* prince Jteuss a donn communication au, ""nntre de Berlin du trait de CampoFormio non des articles secrets.
ANGLETERRE.
Londres le 12 janvier.
-E nouveau bill pour l'augmentation au triple taxes assises a pass, hier, la chambre des ,Pr. Plusieurs de nos papiers, pour faire connatre au public les puistans motifs qui ont anim 'e dfenseurs du bill, ont donn simplement un *ttdj places, pensions et grces de toute espce j5 se trouvent Combls tes honorables et no-6,e membres de l'une et l'autre chambre qui 0nt econd les vues du ministre. Les trois emferei ^ ont par^ cn jfaYur du bill dan
la chambre des pairs sont trois pairs de M. Pitt ; savoir : les lrds Grcnville Liverpool et Auckland.
Du ct de l'opposition le duc de Betford et les lords Holland et Charlow se sont particulirement distingus. Le premier de ces lords a parfaitement rpondu aux esprances que les amis de la libert de ce pays devaient concevoir d'un neveu de M. Fox, et il a dploy, dans la sance qui a t son dbut dans la carrire politique, une loquence nergique et varie qui donne la plus haute ide de ses talens oratoires en mme tems-qu'elle annonce une chaleur et. une lvation de sentiment qui doivent rendre son nom cher aux vrais amis de notre patrie- Sa rplique au secrtaire d Etat a t singulirement anime et saillante.
A propos du reproche qui lu avait t fait de parler mal de la constitution, il a plaisamment compar notre constitution au cheval d Arlequin qui avait toutes les bonnes qualits imaginables, qui tait propre tout, la guerre la course aux voyages, etc. La pauvre bte n'avait qu'un dfaut, c'est qu'elle tait morte. Cette saillie a drang pour un moment la gravit du chan-^iiec_,J3tdes nouveaux^airs, qui n'ont-pas encore eu le tems de prendre les habitudes de dignit qui conviennent la ebambre-haute, n'ont pu retenir de grands clats de rire.
Les moyens qui ont t employs pour combattre le bill, ont t reproduits avec une nouvelle force dans une protestation signe des lords Hollandtt Oxford dont nous vous envoyons un extrait.
Aprs que le bill a t pass, Je chancelier a annonc qu'il ferait la motion de mettre sous les yeux de la chambre le montant des nouvelles taxes que les membres de dette chambre auraient payer; et lord Carrington a demand qu'on y ajotut l'tat des contributions volontaires tour lesquelles ils feraient leurs soumissions. Ces motions dit une de nos feuilles, annoucent bien que leurs seigneuries ne se dissimulent pas combien le peuple est mcontent de leur conduite. Mais pourquoi, joute-telle leurs'seigneuries ne font-elles pas publier aussi un tat des places pensions et faveurs rpandues sur elles par ces mmes ministres, la sollicitation desquels elles ont pass le bill ? Ne faudrait-il pas tout fondement ouvrir le compte par doit et avoir ? Alors le peuple serait porte de juger de quel ct ^st la balance. Le Stukeh del comdie a l'air de perdre au moins autant d'argent que Beverley.
Les lords Holland et Oxford Ont fait et publi leur protestation contre le bill,-fonde sur les articles suivans :
)> Parce que nous sentons .disent-ils que dans les circnsiances actuelles, ce n'est pas une concession d'argent par le parlement qui peut seule suffire tirer notre pays de la situation critique et vraiment alarmante dans laquelle il se trouve.
5 Quand les besoins de l'Etat sont tels qu'on demande au Peuple d'normes subsides, notre devoir ne se borne pas considrer simplement la ncessit de l'impt.derrjiftd, ou le mode de le percevoir. L'urgence des circonstances et l'approche du danger ne sont pas, des motifs suffi-sans pour que nous nous pressions avec prcipi-' tatiou d'ajouter la masse du fardeau que supportent nos concitoyens, sans leur assurer au mains que les sacrifices qu'on leur demande auront une juste et sage application et que les efforts du Peuple Seront dirigs vritablement vers leur seul objet lgitime, le bieu-^public. Cette condescension sans rserv toutes les demandes du pouvoir excucif, qu'on nous propose comme le remde fios maux, en est elle-mme la funeste source. D'anne en- anne, les ministres ont fond leurs demandes au parlement, sr l'urgence du moment et les besoins extraordinaires de l'Etat; chaque article, de luxe ou de commodit a t impos, les ressources du pays ont t puises,et on a remis leur disposition des sommes telles que notre histoire n'en fournit nul exemple; et cependant, chaque anne, les circonstances sont encore devenues plus urgentes, les besoins plus pressai Jes'difficul's plus alarmantes et les dangers plus imminens.
> On a branl notre sret individuelle dan h mme proportion' qu'on a affaibli l prosprits publique; les dangers extrieurs et l'oppression au-dedaS, ont march du mme pas; et ce que nous avons achet aux dpens de notre crdit, au prix de, tarit d'ellons et, de la misre du Peuple, est l'avilissement de l'honneur national, la dfection de r-os allis et la perte de tout ce qui fait l'objet principal des guerres.
s? Si toute Ja frce,;de l'Augleterr et de l'Irlande ; si des secours d'argent prodigus sans mesure si l'assistance des plus p instant mo-,
harques de l'Europe ; si tous ces moyens runi* dans les mains de nos ministres n'ont pu Jeu* suffire nous procurer la paix ou mme dtourner les prils qui menacent notre pays, n'cst-il cas absurde d'attendre que les pnibles efforts d un empire puis par toutes sortes d'im-pots, dcourag et abattu par ls revers, et o l'oppression a tant alin les esprits, puisse, sans un seul alli et sous l'administration des mmes hommes, rsister d'une manire efficace aux attaques d'uu ennemi puissant et exaspr, enorgueilli par mille succs fortifi par d'immenses conqutes, et soutenu encore par les forces de la Hollande et de l'Espagne.
Nous pensons donc qu'il est de notre devoir de n'approuver aucune concession d'argerit au pouvoir excutif jusqu' ce qu'il ait donn la chambre un gage de ses bonnes intentions^ parle renvoi des ministres et par un changement total dans les conseils de sa majest. Nous pensons que tant que les affaires de sa majest seront Conduites par ceux qui nous ont engagea originairement dans cette lutte dsastreuse et qui ne savent faire ni la guerre tri la paix avec-honneur ou avantage il n'y a pas de sacrifice je^ la part dji^ejiplejui' mrisjejnojis_dQjiner__ IpaelqulTesprance raisonnable.
m Parce que nous pensons que dans l'tat d'puisement o nous sommes il n'y a plus de moyen, de lever dans l'anne, la somme, demande qui n'entran avec lui les plus grandes difficults et des dangers extrmes.
> Parce que, sous les ministres actuels la dpense effective d l'anne ayant toujours excd de prs de moiti le calcul qu'ils en ont donn, nous pensons que tous rgletnens qui seraient faits dans la vue de mettre quelque galit dans la rpartition de cette nouvelle charge, en supposant la chose praticable, seraient toujours rendus illusoires t sans effet par des demandes subsquentes qui n'auraient plus de bornes.
Parce que si le bill est considr comme une taxe sur les dpenses, son effet rtroactif est injuste et arbitraire au dernier point, abso-lumenttomrire aux principes et usages de nos anctres l bonne foi de tout gouvememtic civilis et aux premires lois de 1 humanit. Si on le considre comme une taxe sur le revenu;, toute mesure, pour proportionner la charge au revenu vu la nature diverse, des revcus qui proviennent des fonds, des capitaux, du travail, de l'industrie ou de possessions prcaires et fugitives sera ncessairement injuste, ingale ou impolitique. ...
j Parce que ce bill exige de ceux qui seront sujets une taxe au-del du io4 de leur revenu Une dclaration de leurs facults, ce' qui est Contraire toute libert et tous les u Enfin, parce que l'effet de ce bill n'est p,is born une priode de tems fixe mars par l plus trange violation de toute justice doit avoir cours jusqu' ce qu'il ait produit une'- sornmu dtermine; ensorte qu'on entend1 exiger de l'homme de bonne-foi, et qui aura exactement satisfait sa taxe, les dficits qui pourront survenir par des circonstances accidentelles, par la fraude ou l'insolvabilit d'autres contribuables et enfin par la ngligence ou la collusion des percepteurs. >
Signs HotLANO et Oxtob,
Mv Hobhouse a avanc dans la chambre des communes la sance du 4, qu'un propritaire dans le comt de Wjltshire, avait oJfert sa maison, franche de loyer quiconque voudrait se charger du paiement de la txe-dssise.
Dans la sance du, 11, il a t/fcit lecture la chambre des communes et celle des pairs,, d'un message du roi, pour,'avoir a disposition et faire marcher, au il jugera ncessaiie, tout ou partie de !a milice. v u
Sur la motion de M. 0hndas, la charhbr des Commune*, et sur celle de lord OfenVill",' - celle des pairs il a t vot une humble adtesse S. M. pour la remercier de sa tr-


pratieus* communication, et l'assurer des dispositions de la chambre prendre toutes les mesures que les circonstances pourraient exiger.
Aujourd'hui le bill des taxes-assises a reu la sanction royale.
La chambre des communes s'est ajourne au 8 lvrier; celle des pairs, au i3.
Les 3 pour cent consolids sont aujourd'hui 48 et un quart.
Le Spectre du chteau. d rame en cinq actes, par M. Lewis, auteur du Afoinry est sa 2*e reprsentation.
RPUBLIQUE CISALPINE.
Milan le 26 dcembre. G K A N D C O N S E I L.
Sance dp 4 nivse.
* '
Le prsident fait lire un message au directoire par lequel il reconnat l'intrt constant du directoire franais maintenir la tranquillit de l'Italie en nommant gnral en chef un homme rempli de qualits patriotiques, et de talens militaires.
Grppi veut qu'au mot maintenir on substitue 'soutenir.
Cette proposition est adopte.
Le grand-conseil, sur la proposition de Reina, invite le directoire exprimer au^ gnral Ber-thiet!-4a-vive-satisfaction-du corps lgislatif.-
494
congrs, la commission des ptitions pour les droits de citoyens. Il demande aussi que la commission discute les qualits requises pour admettre un tranger comme citoyen actif de la Rpublique Cisalpine. -
Sur la motion de Fenaroli, la commission est charge de proposer un mode pour l'excution de la loi.
Sance du 5 nivse.
Codd au nom de la commission des finances, fait un rapport sur l'amortissement de la dette nationale. Il dit que la commission n'a pu encore assez prciser le montant de la dette non plus que celui des ressources. Il propose que les dettes spares des diffrens dpartemens soient dclares dettes nationales et que les crances nationales chues soient mises la disposition du directoire et que les cranciers soient obligs porter leurs titres aux administrations centrales.
Ajourn.
Un secrtaire lit un projet de fte, pour clbrer la reconnaissance du Peuple Cisalpin envers la Nation Franaise.
, Guiceioli propose d'inviter les soldats franais intervenir la fte.
Cette proposition est approuve.
Sur la proposition de Coredoni le conseil rsout que la fte aura lieu le 2 pluvise jour jamais clbre dans les annales de la libert puisque c'est l'poque de linauguration de la Rpublique-Franaise. -----
Alborghetti, au nom de la commission de lgislation dit qu'il existe dans la Rpublique des collges privs qui exigent des conditions pour admettre des membres dans leur sein et qui exercent une certaine police sur ces individus. Ces collges sont contraires la constitution. Il piopose de les abolir de dclarer leurs biens nationaux et d'tablir d'autres institutions, pour s'assurer de la capacit de ceux qui exercent les arts.
Allemagne observe que plusieurs de ces collges possdent des biens dans l'Etat sarde, et qu'il exist un trait entre la maison d'Autriche et le roi de Sardaigne en vertu duquel ces biens appartiendraient ce dernier si les corps ou collges taient supprims. Il veut qu'on in vite le directoire traiter cette affaire avec la cour de Turin d'une manire convenable la dignit de la Rpublique Cisalpine.
Afprani, ex-moine dit qu'il est du plus grand intrt de dclarer nationaux tous les biens ecclsiastiques. Il demande que le directoire en transmette Un tableau ex'act au corps lgislatif. Il recommande de ne pas supprimer les maisons religieuses jusqu' ce qu'on ait assur la Nation les biens que 'celles-ci possdent dans le pays tranger.
Fontana, ex-moine, propose la suppression de toutes les corporations religieuses chanoines, moines, oblats etc. comme contraire la constitution, qui n'admet aucune espce de corporation.
Latuada, ex-prvot de chanoines, appuie la motion de Dandolo qui invitait le directoire faire passer au corps lgislatif une note exacte de toutes les rentes foncires et viagres appartenant aux individus des ordres religieux des deux sexes. 11 ve.ut qu'on y spcifie l'ge de chaque individu, afin qu'on puisse y proportionner la pension qui leur sera assigne pour leur subsistance.
.c
lontana dit que toutes ces motions sont justes mais .qu'il ne faut pas diffrer de dclarer biens nationaux tous les biens du clerg, rgulier et sculier. 11
Il est appuy par Alprani, qui propose de demander,aussi aux corporations religieuses les legs pour les messes etc.
Sur la proposition du prsident, toutes Ces motions sont renvoyes la'commission ecclsiastique.'" ' 1
, Alborghctti, organe de la commission de lgislation propose de mettre en activit les lois organiques criminelles;, et.,, d'abolir tout autre code criminel prexistant.
Lb conseil invite*le directoire lui trafismettre j5o Copies de ces lois Organiques et ajourne la discussion demain.; ......
Polfraneshi rappelle,au souvenir des reprsentans que les patriotes vnitiens ont droit de cit dans fa'Rpublique Cisalpine ; la loi 'dix 2.6 vendmiaire" l'assure tous ceux qui auront ob-t<"iiU un certificat de civisme du congrs vnitien ; mais ce congrs ayanr t dissous peu de. jours aprs que cette loi eut t faite les patriotes vnitiens n'ont pu se procurer les attes-tatiops ncessaires. Il propose de substituer au
La fte aura lieu aussi dans tous les chefs lieu de dpartemens.
Masckeroni fait un discours sur les moyens d'assurer la bonne administration des finances de l'Etat, et finit : par proposer dj demander compte au directoire de tous les salaires qu'il a assigns ses agens, et de, publier une procla mauon pour inviter les citoyens concourir la place de censeurs de la comptabilit.
Vicini fait la motion de demander au direc tbire un compte-rendu dtaill conformment l'article 164 de la constitution.
Cette motion est approuve aprs une longue discussion.
Sance du 6 nivse.
Un message du conseil des anciens arinonce qu'ilne peutadopter la rsolution du grand-conseil, surla marque distinetive des reprsentans, parce qu'une .mdaille pendue au col a beaucoup de ressemblance avec les croix piscopales et les reliquaires.
Fenaroli, aprs un discours rempli des maximes de la plus ferme dmocratie, propose d'inviter le directoire excutif mettre la disposition des cercles constitutionnels dans chaque dpartement un difice national commode pour leurs sances.
Vicini propose, par amendement, de borner cette mesure aux chefs lieu de dpartement et la motion est approuve.
L I T TE RATURE.
Consolations de m'a captivit ou Correspondance de Roucher, mort victime de la tyrannie dcem-virale le 7 thermidor an 2 de la Rpublique 2 vol. in-8 avec le portrait de l'auteur. Prix 6 liv. A Paris, chez H. Agasse, imprimeur-libraire rue des Poitevins ,n 18.
Annoncer une correspondance c'est annoncer ordinairement un ouvrage monotone froid et languissant. Malgr tout l'ejsprit et l'aisance qu'on trouve dans celle de madame de Svign, on la lit difficilement de suite et il ne fallait rien moins que le talent de l'auteur de la Nouvelle Hloise pour faire dsirer jusqu'au bout la lecture de quatre volumes de lettres. La Correspondance de Roucher mrite une exceptiori presqu'ausi hono-, rable : de la facilit, de la grce de la varit, le ngligent abandon du talent, l'expression des plus doux sentimens de la nature voil ce que l'on trouve dans ces lettres. Ce sont les dlasse-rnens d'un homme de got qui a besoin d'oublier ses peines et les raiiottnemens d'un sage qui sait se soumettre aux loi* de la ncessit. Combien son ame est calme auitnilieu de l'infortune Quelle rponse plus loquente peut-On faire aux modernes apostats de la philosophie , que de leur opposer d'admirable rsignation de fauteur du Pome des Mois, au milieu de la tourmente rvo u tionnaire ,
J. J. Rousseau Se consolait d ce qu'il appellait les misres de sa vie, en mettant en musique quelques romances dont la teinte mlancolique convenait parfaitement la situation de son ame ; Roucher charmait les ennuis bien plus rels d sa captivit en s'entretenant avec sa fille bien aime, en s'occupant d'orner son esprit, de former
son jugement et dpurer son got. Ses leur,, sont a-la-lots un cours d'histoire, de morale de littrature. Il compare avec sa lill? les Vinci paux potes latins italiens anglais et franais .1 lui apprend a en coimatte toutes fis beauts' Jamais il hepevtent son opinion, mais souvent il la provoque et toujours il la suit pour y applau dir ou ht redresser. 11 lui fournit des matires de dissertations dans lesquelles 2e got de l'lev n perce pas moins que le talent du matre pour le former. On trouve sur-tout de celle-ci ute crique excellente de la traduction que Voltaire faite de ces beaux vers deCiron:
Ut Jovis altisoni subito pennata satelles, etc.
On voit que la jeune lev a tout aussi bien saisi les beauts de l'original qu'apperu la faiblesse de la traduction. Cela surprend dans une ptr. sonne de dix-sept ans, quine Connaissait point assez le latin pour en sentir toute la richesse-nanmoins son jugement ferait honneur au tact le plus exerc et, comme le dit son matre, prcision richesse^, coloris, harmonie, images placement de mots son got 3 tout vu rien ne lui est chapp. Ses observations n'ont pas joins de justesse dans la critique qu'elle fait du dbut des Georgiques de l'abb Delille, compar avec une traduction du mme morceau faite par Jloir-cher. Enfin dans toutes les occasions, on trouve la mme rectitude de jugement, le mme instinct, le mme amour du vrai, du beau ; et l'on peut dire que lors mme que l'lev de Roucher n'et point t sa fille le z'ele de l'instituteur aurait t puissamment encourag par les heureuses dispositions du disciple. ;
"Ctmbien il est dsirer que cet ouvrage soit rpandu et parmi ceux cjui se livrent l'instruction de la jeunesse et parmi les jeunes personne* elles-mmes ; les premiers y trouveront les sages conseils du got le plus pur ; les autres,des leons d'un de nos meilleurs littrateurs, tous d'excellens modles imiter.
Les rigueurs de la captivit n'avaient point teint le gnie potique de Roucher ; le recueil que nous annonons contient plusieurs pices o 1 on retrouve toute la riche imagination de Kauteur du Pome des Mois, et toute cette facilit, cette aisance qui portereut un jour J. J. Rousseau lai dire : J'avais contre la langue franaise deux prjugs ; je ne la croyais faite ni pour la grande musique, ni pour la grande posie: M. Gluck m'a dtromp du premier; vous me dtrompez du second, jj
L'une de ces plus jolies pices est celle o Roucher se plaint de la dtention qui le prive de voir renatre la nature ; en voici quelques vers :
Je ne verrai point reverdir Les maroniers au riche ombrage; Ces fleurs amantes du bocage, Je ne pourrai poin* les cueillir. *our moi les ailes du zphir Ne smeront point, je le gage, L'or et la pourpre, et le saphir Sur les frais gazons du rivage Que l'onde se plat nourrir. L'oiseau cach sous le feuillage, Dans son doux et brillant ramage Ne me dira pas son plaisir.
H!
:as
sort
oui, quand de son ramage Le rossignol attendrira L'amant rveur qui l'entendra, Quand cet Orphe animera La fort, l dsert sauvage, D'un chant d'amour que redira L'cho parlant du voisinage ; Moi pote, moi de ses airs, Disciple imitateur peut-tre; Moi, dans le long ennui de fers, Je me tairai loin des concerts De mon modle et de mon martre. Plus loin il dit son ami qui gmissait sur sot
irt
Eh que sont-ils donc nos malheur* Prs des infortunes publiques? ,
Et lorsqu'ainsi tant de pervers Artisans de crimes, d'alarmes, Irritent la. fureur des armes Et vont dpeuplant l'Univers, Vous penseriez mes revers, Vous me donneriez quelques larmes. Non, d'un citoyen tel que vous, L'amc aux grandes vertus loutrte, Ne voit, n'entend que la Patrie Victime du sort en courroux,


Et e dbattant sous tes coups Dont les sclrats l'ont meurtrie.
...... .
Que votre amiti sans faiblesse Me regarde en paix sous la main D l'homme gar qui me blesse. Je veux tre seul*, qu'on me laisse Lutter seul contre le destin.
Disciple du sage Romain Qui, d'un regard ferme, hroque, prvoyant une mort tragique Contre un Nron, vil assassin, Armait sa morale stoque ; Je la gote, je me l'applique 'Et jeme^prpate ma fin.
De ce matre que j'aime suivre, L'exemple vient me secourir; Chez moi j'apprenais bien vivre ; Ici j'apprends bien mourir.
L'infortun il avait prvu ds long-tems le lott qui l'attendait. Comme les gouffres du Tenare* les prisons de Robespierre ne rendaient point la proie qu'elles avaient engloutie. Roucher fut assassin ; il le fut comme chef d'une inspiration, de-, prison, ennemi du Peuple Francis, etc. ) le lut le 7 thermidor deux jours avant la chute de l'excrable bourreau de la France! L'poque de cette perte en double fa grandeur : tre une des plus-intressantes vie-' mes'de ces tems de calamits, avoir habit parmi elles, avoir si long-tems partag leurs infortunes, et mourir prs du jour qui les rendit lavie Ah .'voil ce qui dsespre! O monstres dcpoplateurs, honte et flau de notre pays, voue rgne est enfla pass !
' Les lettres de Roucher contiennent, sur le rgime des prisons des dtails qui pourront tre; trs-Utiles ceux qui voudront en crire l'histoire. Le rcit de sa translation de Sainte-Plagie Saint-Lazare est un chef-d'uvre de description.
L'e,?prit fatigu des horribles images de ces bastilles rvolutionriaires, aime se reposer dans les lettres sur la botanique, ;dont ce recueil est quelquefois sem. Roucher tait passionn pour cette science de la plus belle partie de la nature; il la lsait suivre sa fille au mme mo-flitnt o beaucoup d'hommes estimables, autant par got que par besoin de chercher un asile contre la mort' qui poursuivait tout ce qui avait quelque talent ou quelque vertu, fuyaient la hache homicide en se cachant au milieu des fleurs et des bois. Roucher devait faire uu pome sur la botanique ; on sent, tout le prix que cet ouvrage aurait pu avoir, quand on connat le potne ds Mois : mais lesbourreaux qui avaient refus quelques heures Lavoisier pour acheyer une exprience qui et recul les bornes de sa iciene, ne pouvaient point accorder Roucher assez de tms pour faire un ouvrage qui en peignant'.toutes Jes beauts de la nature en et donn le got, ramen des murs plus douces, port la paix jusques dans lame des monstres le plus froces.
Eh gnral on peut dire des lettres dont nous nous.occupons, qu'on les lit avec tout l'intrt d'un toman avec tout le huit d'un bon ouvrage le morale et d'instruction ; et que, pour ceux mme qui voudraient n'en faire qu'un objet d'amusement, ils y trouveront, avec plaisir, ce 'Onde la. bonne littrature que les orages del rvolution semblent avoir fait fuir de parmi nous *' qu'il est si pressant d'y rappeler.
CORPS LGISLATIF.
CONSEIL DES CINtl-CENTS.
hi'Hdencesdt Boullay, de la Meurthe.
suite de la sance du 27 nivse.
.totitort. On n'a cess de le dire, et on nei Wttnn frbpj le-rpter jusqu' Ce"-qu'enfin On en' joitconvamcu, que la fin et raffermissemenf.de WVcilutibn dpendent de-Rentire alinaiion" t domaines nationaux ; et- il faut bien que' *|'e assertion soit une vrit puisque tous les
de -ses ennemis tendent l'eutraver la Pendre, l'empcher; et il faut bien qu'elle .^it'tine vrit', poisque tout ce qu'il y a de ^T? Vs de prtres, de parens d'migrs, en ?D'. de contre-rvolutionnaires, inquite, Mnt, assassine, chacun tsa manire ceux tu *ont devenus les propritaires. ,3,a, le but que se propose le directoire ex-
t-qu tans doute vous voulez avec lui, \
495
l'atteindrez-vous en crant, pour les domaines nationaux seulement, uu buitieme ministre ? votre commission ne l'a pas pens. Ce ministre en effet, ne pourrait avoir qu'une .courte dure. Le directoire excutifla fixe cinq, ans : il devrait donc finir avec la cause qui lui a donn naissance; ce serait, .en un mot, une vritable commission temporaire, et rien autre qu'une commission temporaire. Or, l'exprience ne nous a^t-elle point assez appris qu'une commission temporaire n'est ni un moyen expditif, ni un moyen conomique ?
Cependaqt le directoire excutif vous dira : < Reprsentans du Peuple la constitution me charg de pourvoir, d'aprs les lois la sret extrieure de la Rpublique. Or, je vous dclare qu'il m'est impossible d'y pourvoir par l'interm-dinaire de sept ministres car sept ministres ne peuvent ensuivre l'excution. Accordez-moi donc le huitime ministre que je vous demande, ou je ne peux rpondre de rien. t
Et pour ce qui le concerne, voici comme s'exprime le ministre des finances au directoire excutif :
" Une exprience de vingt mojs d'exercice m'autorise vous dclarer que les attributions de mon ministre sont tellement multiplies; et d'une si grande tendue, que l'homme le plus exerc en s'y livrant tout entier et en y consacrant tous ses momens peut peine suffire l'expdition, que je ne craindrai pas d'appeler mcanique des affaires, de sorte qu'il ne lui reste pas un seul moment, ni pour mditer ni pour concevoir, ni pour s'occjiper^e_J^nilioratinn _rh-|a-rlio;)f>-^nfJlique... Exiger d'Un seul homme ce qui ne peut tre fait que par deux, c'est videmment compromettre le sort des finances. 11
Pour rduire ce langage sa vraie valeur votre commission a suppos que le directoire excutif s'tait assur que les embarras qui se trouvaient dans l'administraiion publique provenaient rellement de la multiplicit des affaires, et non-de l'inaptitude des personnes qu'il employait.
Voulez-vous, reprsentans du Peuple une preuve en faveur de l'avis de votre commission sur ces deux ministres ; considrez en dtail les parties dont ils se composent : en est-il une qui offre un rsultat consolant ? Ici, les contributions sont mal rparties ; l l'instruction est.nulle bu nglige."Ici,' les'routes sont dlabres; l, le commerce est dcourag ou ananti. Ici, on dvaste les forts nationales; l, l'acqureur des domaines nationaux rclam vainement et grands frais, d'entrer h jouissance. Les mines ne sont pas mieux exploites que la navigation n'est libre.... Je m'arrte ; on n'aperoit presque par-tout que langueur ^dprissement'., marasme. Ce n'est pas sans doute la faute des getis auxquels ils sont confis ; mais, pour me servir de l'expression du ministre des finances, il ne faut pas exiger de deux hommes ce qui ne pettt tre fait que par trois. >
Ainsi la ncessit de crer un huitime ministre tant constate, et la constitution bien.lojn de s'y opposer, l'autorisant expressment, vqtre commission a port toute son attention en fixer d'une manire claire et convenable les attributions. Les ministres de la guerre de la marine ', de la police et de la justice, sont si'caractriss ; qu'elle n'a pas cru devoir y "rien toucher; les objets dont ils sont forms leur sont si propres, qu'il n'est pas possible d'en distraire aucun sans rot confondre. Elle s'est donc uniquement attache aux ministres des finances et de l'intrieur : elle n'a mme d, pour tre consquente avec elle-mme s'attacher qu' eux, puisque, comme je vous l'ai observ, ce ne sent que ces deux ministres qu'elle a estims trop surchargs.
Quelque diverses que paraissent au'premier abord les attributions qui composent'ls ministres des finances et de l'intrieur, on voit nanmoins aprs un peu de rflexion, que les principales se rangent comme d'elles-mmes sou's trois classes. Les unes constituent ce qu'n'peut appeler administration intrieure ; les autres sont du ressort proprement dit des finances ; et ce qui en reste, est du domaine des travaux publics. A ces attributions sont joiutes la vrit, quel-quelques autres attributions, mais elles ne sont qu'accessoires ; elles peuvent tre retranches de l'une des classes pour tre ajoutes l'autre et le point de vue ne restera pas moins le mme.
Dans la premire classe, votre cornrriission a compris le maintien "idu rgime constitutionnel, l'instruction publique, les coles primaires % la formation des (tableaux de population et d'conomie politique le commerce l'agriculture les arts- et inventions," et l'industrie ; fer tous-ces objets, elle les a laisss, au ministre de l'intrieur. ;
Elle a rapport la seconde classe l'excution des lois sur l'assiette et le recouvrement des. contributions directes et indirectes, sur la fabrication des monnaies, sur les effets publics*de toute espce et sur la liquidation de la dette publique, les postes aux lettres et aux chevaux,les douauc*
et messageries, les poudres et les salptres, et c est de ces attributions qu'elle a form le ministre des finances.
Xjent la troisime classe; elle lui attribue la confection et l'entretien'des routes*, ponts et chausses, la perception du, droit d'entretien des routes la navigation intrieure-, le flottage, L; halage, les mines, minires et carrire^, ls salins et salines, et les manufactures et forts nationales; et c'est cette class qu'elle a arrt de-vous proposer d'riger en un huitime ministre.
Le rapporteur prsente jun.projet conforrne 1 ces dispositions, et ten,d^nt; c la.,cr.atioii d'un hunieme ministre sous la.dnomination de mi-? nistre des travaux publias et des.domaines nationaux. ,
Renault, de l'Orne, aprs' avoir fait qulq'ti* rflexions sur la nature et l'tendue desdevoirs' qu'ont remplir le ministre des financs et celui de ritriurV aprs" avoir fait voir qu'ils ne peuvent, raison de lUmhieiisit nde euts attributions, surveiller tous lus objets confis.' leur vigilance; aprs avoir fait..connatre itoug les abus qui naissent de Ce dfaut de surveil-f lance, demande la cration d'un.^huitime' mi nistre; mais il s'oppose ce qu'il soit tablis/ comme le propose-la commission sous- >la" dnomination des travaux;publics et des domaies nationaux parce que ces parties, ne vont .point ensemble et qu'il est contraire, aux principes d'une bonne admirHstration de runir des objets' qui. n'ont-aucun rapport entt'xT7
Renault voudrait qu'on 'dtacht..-du ministre, des finances les domaines nationaux, et qu'on les( ft passer dans celui/de'.l'intrieur'; puis,",' qu'on retrancht du ministre de l'intrieur;! savoir : l'instruction publique les secours, les travaufxpublics, les mines, et qu'on en fit Ici attributions du huitime ministre, qu'on appellerait le ministre de l'instruction publique. L'orateur Rattache sur-tout faire sentir de quelle: importance il est, pour le-maintien de la Rpublique /de< centraliser l'instruction, et de donner? toute l'activit possible cet objet de premire1 importance.
Hlas il n'est que trop vrai, s ecrie-til, que nos .ennemis les plus redoutables taient nos, prjugs et nos murs. Hlas il n'est que trop, vrai que ces ennemis si redoutables ne sont pas ericore anantis. C'est par nos anciennes .Habitudes qu'on espre toujours faire triompher le despotisme; c'est par elles qu'on espre ren-' verser la Rpublique et ramener l'ancien rgime. Que dis-je l'ancien rgime ? Non ce serait' un, gouvernement cent fois plus oppressif / puisque tout ce qui servait de barrire la1 tyrannie des rois est jamais dtruit. Peuple Franais! ton pouvoir est tellement illimit-,* qu'on ne saurait s'en emparer sans usurper le* pouvoir le plus absolu. Il faut donc ou conserver la constitution, ou te rsoudre languir dans le plus, affreux de tous les- esclavages'; mais il n'est qu'un, moyen de la: maintenir cette' constitution, c'ust d'organiser ptoinpiement l'ins-tiuction.nationale. .
Renault insist pour qti'ibtt forme des opinions et ds'murs Tpublicstie ; et 'aptes avoir sou- tenu: q\i'i'Fb''faut' jr>'d'r ''l* :,u deux choses, Une ducation nationale et un niiriistie qui soit spcialement charg de la diriger', il prsente tin projet d rsolution conform ces vues.
L'impression du discours est dcrte.
Roux y de' lAveyron; Reprsentans du Peuple, l'admission du projet de rsolution qui vous esc prsent devant oprer une augmentation sensible dans la masse des dpenses publiques, qui n'est dj que-trop forte ,rla question qui doit nous occuper -est. idei savoir si rtablissement propos ,.qdi serait, xonnu sous le nom' 'Peu't-dn dire1 qu'il y ait absolue ncessit dans cette cration ? Caries, c'est ce doni je n'ai p.q jusqu'ici me convaincre, quelque bonne foi que; j'aie'apport clnS l'exanien des 'motifs qu'a fait vl/le rappditeur de l; Commission pour justifier le projet'que je COttiba'tk .NonSeulement dans ,1'tat.des choses, le salut de la patrie est absolument indpendant dej'la'-* oblissemnt propos, mais encore si lors de, la mijri en "activit de la constitution-, il et t tabli un huitime ministre pour les doniiirie ijUtonaUXj qui est le seul rapport sous lequel.le riouvl" tablissament propos a,t t considr dans le. message du directoire, il faudrait ne pas tarder long-tems en diminuer ^importance ,et le nombre de ses bureaux puisque le' travail relatif cette pairie des attributious du ministre des finances va rc rduit : trs-peu de chose du mottrt'nt'sut-tout que le consrldcs anciens aura approuv la dernire rsolution relative la vente de domaine nationaux.------ ----
\


Personne n'ignore en effet que presque tous es biens nationaux dont la vente a t autorise ,ar les lois et qui sont situs dans les anciennes .traite* de la France sont dj veads ; et qu' i'exception'd quelques btimens de peu de production tout le rste est peu d chose prs vendu du du moin soumissionn.
On sait aussi qu'une trs-grande partie des biens nationaux de la Belgique, notamment ceux qui tesaient partie de la dotation du clerg rgulier sont dj vendus, qu'ils continuent se vendre 5 et l'on peut dire que si le corps lgislatif n'eut eu sutmnter ls obstaclesqu'on a mis dans le tenu' l vente des domaines nationaux Situs dins ces dpartemens t que la vente des biensL'du clerg sculier, comme celle des autres biens nationaux et i en mme tems ordonne, il n'y aurait maintenant presque rien vendre dans cette partie de la R publique.
On ne peut donc pas dire sans faite injustice l'activitrdu ministre actuel des finances que le retard de la vente des bigns? nationaux qui reste encore se faire provienne des grandes occupations qu'il y a dans son ministre : t, si l'on veut tre de honne foi, l'on conviendra qUe .c'est l'opposition qu'on mettait dans les derniers tems l excution des lois relatives la vente des domaines nationaux, auperyer-ssement de l'esprit public, ces propositions contres-rvolutionnaires qui dans ces tems avaient trouv des partisans dans le corps lgislatif, cet accueil favorable qui tait fait, soit dans cette enceinte soit par diverses autotirs constitues aux demandes en cassation ou en sursis des ventes Ou soumissions des biens nationaux qu'on doit attribuer le retard qu'a prouv la Vente de certains biens soumissionnes, et non la multiplicit ds occupations-du ministre des finances.
M tis puisque toutes ces entraves ont t leves, et quil ne testera plus bientt qu' faire l'application de la nouvelle loi qui va tre rendue en interprtation de celles qui ont paru sur les ventes des. domaines nationaux' toutes les demandes en sursis ou eu cassation qui existent encore et que la trs-grande majorit de ces sortes de biens est dj aline j pense que ce serait gratuitement et presque sahs objet qu'on crerait le nouvel tablissement propos.
La commission ne pouvant s dissimuler cette vrit', se retranche clans la proposition qu'elle fait de runir ce huitime ministre certaines parties d'administration qui sont dans les attributions du .ministre de l'intrieur corhme i l'on pouvait sparer, sans nuire au bien public l'a surveillance ministrielle sur le commerce les postes aux lettres, aux chevaux etc. d'avec celle sur la confection des routes les ponts et chausses, la perception du droit d'entretien des routes et navigation intrieure ; aU demeurant le ministre de l'intrieur qui", depuis les nouvelles lots sur les postes et messageries, a bien, moins de travail dans ces parties de son administration, ne se plaignant pas de surcharge, je ne vois pas pourquoi le corps lgislatif voudrait agir de manire lui faire croire qu'il rie le regarde pas comme capable de remplir la tche que sa place lui impose. La proposition de la commission, examine sous ce Second rapport, ne saurait donc vous convaincre do la prtendue ncessit d l'tablissement d'un huitime ministre.
Mais si vous admettez le projet de la commission ne vous attendez pas pouvoir jamais supprimer cette nouvelle place. Il n'est sans doute rien de plus ais que de crer des places, mais pour les supprimer, lors mme que leur inutilit est vidente voil la grande dillicult. C'est ainsi que tout gouvernement, favorable d'abord par sa constitution au Peuple court risque de lui devenir dans la suite onreux s'il p'est trs-rserv dans la cration des nouveaux tablissemens soutenus par le trsor public.
Voulez vous, i reprsentans du Peuple, faire aimer la Rpublique et en assurer la dure, inngez les ressources de l'Etat, soyez sur-tout avares des sueurs du Peuple, ne crez que le moins d tablissemens possibles t lorsqu'ils seront commands par la ncessit.
Je demande la question pralable sur le projet 'd la commission.
Ou demande de toutes parts la question pralable.
49
EschasstriauH jeune Maugenesl, Yrgeville Forit. Garnier de Saintes Delbret tt beaucoup d autres, s'crient : Fermez la discussion et demandent la question pralable.
Tortiez de l'Oise. La question se prsente sous deux rapports diffrens ; y aura-rt-il un huitime ministre r....
Bentabole, Delbret, FrgevilU, Maugenest et beaucoup d'autres. Non non.....
D'autres. Laissez donc parler....
Portiei, de Oise. Si vous ne crez pas un ministre pour les domaines nationaux, ne devez-vous pas en crer un pour l'instruction publique ?..
Les mmes cris d'opposition s'lvent.
Oa demande de nouveau la clture de la discussion.
Jean\Debry, s oppose la clture.
Bentabole. Rien de plus simple que la question. Votre commission a fait un rapport ; vous avez entendu des orateurs pour et contre ; votre opinion doit tre forme.
Je demande l'instant la question pralable sur le projet. ... .
La discussion est ferme, et la question pralable adopte l'unanimit,moinsjean Debry, et deux autres membres.
La sance est leve.
CONSEIL DES ANCIENS,
Prsidence de Marragon.
s anCe du 27 nivose.
Sur le rapport, d'une commission, le conseil approuve une rsolution du 18 nivse, qui destine le ci-devant chteau de Saint-Girons au placement de l'cole centrale du dpartement de l'Ar-riege.
Alquier fait un rapport sur la rsolution qui refuse le ci-devant prieur de Saint-Martin pour l'tablissement du conservatoire des arts et mtiers. Il propose de rejeter, cette rsolution attendu qu'il est important d'affecter un local pour l'exposition des machines; qu'il est ncessaire de crer un conservatoire qui prenne Soin d'instruire les artistes et les artisans, veille sur es machines qui pargnent et doublent les efforts des hommes, et en invente de nouvelles, l'aide desquelles nous puissions au moins rivaliser l'industrie anglaise. ^
Le conseil rejette la resolution.
Cornudet. Je viens au nom de votre commission des inspecteurs, vous instruire d'un inci dent extraordinaire qui arrte la confection de votre costume.
Votre commission avait pris toutes les mesures pour que, le a pluvise prochain correspondant au si janvier, jour de la justice nationale les membres du conseil fussent constitutionnelle ment vtus.
Mais les manteaux fesant partie du costume, envoys Lyon pour la broderie y ont t saisis par l'ordre du ministre de la spolice gnrale, sous le prtexte que l'toffe provient de fabrique anglaise. ,
Si le ministre avant d'ordonner cette saisie et prvenu votre commission des soupons de ses agens 'sur le lieu de la fabrication de l'toffe de ces manteaux elle les et fait cesser par la reprsentation des facturs des marchands, et des chefs de chaque pice.
Le parlement d'Angleterre sige sur des balles de laine. Le ministre de la police gnrale de la Rpublique, aprs le 18 fructidor, a os douter que les reprsentans du Peuple franais employaient pour leur costume des toffes provenant des matires du territoire de la Rpublique et de fabrique nationale.
Au moins que le gouvernement anglais, instruit de cette saisie, apprenne que les fabriques franaises n Casimir, rivalisent avantageusement avec les siennes.-
Votre commission ne voua, proposera aucune mesure,; le conseil des cinq-cents dlibre sur ce singulier vnement.
; (La suite demain. )
t.B. La sance du pluvise ,a t consacre par le conseil des cioq-cents, h",,' ration de sod nouveau palais. A onze heure.* 3 salle a t ouvert* anx spectateurs; dei* heures, des dcharges d'artillerie se |0nt hW entendre. Les huissiers, les messagers d'Etat les secrtaires-rdacteurs, les secrtaires du rlZ'
seil et le prsident, suivis de tousle"tncmbr en costume ont dfil au bruit des instrument guerriers, et ont pris place. en
Le prsident a prononc un discour* d'inau guration dans lequel,commmorant lanniver saire de la journe du si janvier, il a retrac les crimes de la monarchie ; il a ddi le nou veau palais la souVeraiiiei du Peuple.
Le conseil s'estf ensuite tendu dans la cour principale du palais, dan l mme ordre que celui suivi lors de son entre. L, s'est excute conformment aux instructions publies pjfr |J commission ds inspecteurs, la crmonie de I plantation de l'arbre de la libert. Le prsident a prononc une.harangue ; le concours nombreux de spectateurs a rpondu par les cris de vive la Rpublique et l'artillerie par des dcharge ritres. & .
Le conseil, aprs la plantation de l'arbre do la libert, est rentr au lieu de se sances et tous ses membres ont prt le serment d<* crt. "
Les membres du conseil des anciens ont galement consacr cette sance la prestation du Serment.
(Nous-donnerons dans un prochain-a une notice dtaille sur la nouvelle salle occupe pat le conseil des cinq-cents. )
Clture de la caisse des rentiers (i).
La clture des mises est fixe irrvocablement au sq pluvise prsent mois.
Les mises peuvent tre faites soit en inscriptions intgrales, soit en tiers consolid, sou en bons de deux tirs soit mme en numraire.
La trsorerie nationale a pris les mesures les plus efficaces, pour expdier de prfrence, et avec la plus grahde clrit les parties de rentes qui seront dposes par les associations forme* pour acqurir des biens nationaux.
En consquence les rentier* soit qu'ils Veuillent transfrer leur tiers consolid, ou seulement les bons des deux tiers, peuvent apporter directement la caisse leurs inscriptions iyfojtlt'h sans avoir besoin de les dposer,pfalakiement la trsorerie. Les rentiers qujj auront' dj et* fectu leur dpt, peuvent toujoursc prsenter; la caisse. t
"Tous ceux qui seront actionnaire, jusqu'au 29 pluvise prsent mois, participeront ux acquisitions dj faites au nom de heaiSftitimtltri),
Ces acquisitions consistent principalement dini les immeubles suivans situs Paris. *
Le ci-devant couvent et jardin ds FilleS-Die; rue Denis ; les Nduvellcs-Cafholiques, teHcl-vtius, ci-devantSainte-Anne; une belle maison rue d'Enfer, avec grand jardin, provenant det Feuillants et occupe autrefois par Gilbert^DS1 voisins ; la Rgie des fiacres, faubourg Denis, occupe par les entrepreneurs des voitures 1 environs de Paris; la maison dite ci-devant conventuelle des Filles de l'instruction chrtienne, rue de Vaugirard et du Pot-de-fer ; la i Les bureaux de l'administration sont m-d Moulins, nos 8 et 49a, pr celle des Ftu-Champs.
AitNOrjLD Gabiou, administrateurs ila eaust des rentiers.
(1) Voyez l'instruction relative, dans lesupple-ment du 80 frimaire dernier de Cette feuille;
S P E C T A CLE S.
, Odon. Auj. U Dissipateur, t.,lfiJaW Infidlits. <<"
Thatrb du Vaudeville. Auj. Ut&ff** m porteur; te Mur mitoyen; Belle ct&onnt>- *
. .' : f .' J1
L't)<>-uemut i ft Psrh rue Poit*tb., o S. Le prU il <3e S li. par troti moi- n num'rxir* 5o hv. pour ilx moi et 100 11, pour tW. "'!
On n 4 abOnnt q ri'iu tomeheueemetot de chaque mois. j' Jtfaut drei.er Ui leurci et Ixigtat, fr*txc de pou au il. Aubrj-, dtrea> d journal, tu d*t PotHai, n iS. Il (mi comprndte' ds* I fl(v9i W p. ?'
pfi o l'on ne pcul jffrauebir. Lci Ictnei d> d^arumcai, 000 *mkachii ne ront poittt retirai d 1 poMc. ,(
lltuui voit oiu, pout plui de iarttf,d* t'oitMiu nu i J ipul oeuf heures du matin juqi' huit btum du iit.
A Paris, de l'imprimeri* da cit. Asasie propritaire du Moniteur, tue dos Poitevins n i3


GAZETTE NATIONALE ou LE
w-~ r-:, "'------ 1111"," -
JV"J j 24. -{hiartidi, 4.pluvise !an 6 ^ /a Rpublique Franaise ,tine et indivisible ( mardi 23 /amtftf 1708 t> W!
POL I T I QUE.
REPUBLIQUE' LIGURIENNE.
G^*n le 26 dcembre.
'IjA fin. du jour 22, prsenta une scne diffrente de Celle du ai parce que les acteurs taient diffrens t un attroupement, compos en g;ande Jnaitie d'trangers de viva-maria, et de quelques littiots de bonne-foi mais gars -se prsenta lomtfifuairemtfnt aux poTfTdu^^lail^TrotilTW fsanf ntencfVe des1 cris indignes de bons rpu-blicaiWs deux membres de l municipalit, et le gnral Casablanca,-' les sommrent, au nom de la loi, de se sparer et ils obirent, aprs avoit! demand que le gouvernement changet une partie des: membres de la commission spciale',"nomme la veille pour juger les citoyens jjerraV Trucco etViaeent Lomellini. Il n'est point vrajsemblable que les auteurs de cet attroupement n'eussent en vue que, de faire une pareille ptition, t
; Le comit de police prit aussitt-des mesures vigoureuses pour assurer la tranqt.i lit des citoyens, jlVit un arrt pour renvoyer dans l'espace de 4 heures, tous les trangers qui n'obtiendraient pas une carte de sret et dfendit, sous les peines les plus svres, toute espce d'attroupement.
Lundi jour de Nol les mal-intentionn' firent'une nouvelle temative pour troubler la .tranquillit publique : dans les diffrens quartiers, de la ville on tira en mnu-tems des t oups de, fusil ,qui excitrent une aliarme gn aie. If parat que cette aliarme avait t concerte, et .qu'elle" avait pour obj, t d'empcher les bons citoyens de se rendre aux comices qui devaient .commencer le lendemain. Cette tentative n'a pas eu le succs qu'en espraient les alarmistes; presque tous lc6 citoyens se sont rendus aux comices, et les lectons ont t faites avec beaucoup de tranquillit, aimi-i"-. '--partis n'ayrit rien nglig pour avoir la m.ijorite des lecteurs. Aucun 'ex-noble n'a i nomm "dans la ville de Gnes; mais il n'en sera pas de 'trime dans les rivires o les prtres bat une plus grande influence. .
\ La commission spciale n'a pas encore jog J. Ch. Serra, membre du gouvernement, provisoire, et les autres personnes impliques dans lanterne affaire. Peu de personnes croyent qu'un 'libmrne qui a rendu des services rels la cause Me la libert gnoise, ait pu tremper dans un complot de contie-rvolution dont il aurait t 'lui-mmela victime ; maison lui reproche d'avoir usurp une influence excessive dans le gouvernement, et d'en'avoir fait usage, sur-tout pour dcider de la rforme de la constitution, et y 'introduire des principes peu dmocratiques. C'est k commission spciale juger si .ces reprochs Sont fonds, et jusqu' quel point ils sont communs d'autres membres du gouvernement provisoire.
R E f U B LIQ. U E B A T A V E,
La Haye, le 11 janvier.
Le citoyen Nol, ci-devant niinistre plnipotentiaire de la Rpublique Franaise pis l Rpublique Batave est parti d'ici /il,y a trois jours, pour retourner Pans. '
A S S E MRL NATIONAL E.
t
Sance du jeudi 4 janvier.
Hultman propose ,. afin de prvenir' tout abus, d 'dterminer de quelle manire devront tre 'dsormais signes les requtes qui seront prsentes l'assemble.
Renvoy une commission.
Rosevellvan Catenu donne lecture d'une dclaration de quatre citoyens de Woerden, d'o il rsulte qu'ayant fait au comptoir du receveur Brtestei'n un paiement en espces sonnantes, ils h ont reu des quittances comme s'ils n'avaient Mtirti que la moiti en espces. .et le reste en "mets de la-banque d'emprunt. Il demande en cfcos^ueiice |e renvoi de cette pice l'avocat iiscl, etpropose d'inviter la cour de Hollande '**l'oier pour quels in o'tifs elle s'est tant hte de tot-ttre en (libert les trois commis qui avaient ele arrts,
^envoy une comorission.
L'asscm,ble, rpfcehd ensuite:Ja d^scussipn entat-me sur les requtes ^d'Atn^ter'djrn'',,' relatives la, dclararior^ djs. quararite-trOjis fejjrcsenfa'ns,
Bromct sou!ien4-qu?ell*.%ivnt- tre 'brises en(
dlibration.,;,- ,:'" .;'.,! -, i:0
Th. y an Leiuwen propof de les renvoyer a une commission. -""^ ", '
Van Eck est d'avis que l'assemble doit dclarer qu il n'y a- pas lieu dlibrer; ; < -,
TJacot perise qu'elles dofv'nr tre reues pour j notification ,'et ensuite renvoyes 'ta commission de constitution. ,". j : i
)ti
S'-
il. Gevers est du mme av,is niais, il voudrait en mme tems qu'une commission d l'assemble ft charge d'inviter les membres 'd' celle de5 constitution ne point empl.oyer six'rnois entiers la rdaction du nouveau projet,, mais le prsenter le plutt possible l'assemble; et il ajoutes qu'il chercherait montrer, fors des dlibrations, qu'il tait attachauxprijncipes professs dans ces requtes. .,, ...
EndorpWilbois et van Lokherst_^meUeni encore leur opinion sur l mme sujet; aptes' quoi la discussion est ajourne.

Sance du vendredi^" 5 janvier.' '
Van Deknstccl, organe de la commission des; finances ; fait tin i apport sur'un lefrre par laquelle; la direction provinciale-d-Brubant Batave avait] demand Je remboursement des dpenses rsul-'; tantes' de J'a/restation,de. YlP-dcr-Noot et du nomm Djkau. La commission a t d'avis'que, rassemble, deva 'cquiescer. icctte. demande ; mais que 1'aresta.tjqn,ayant .t^fieu f quisitioni du gouvernement franais, la/commission diplo-' mauq.ue'deyait'tf'. charge1 de s'adresser lui; pour en oibthlr la Eestitution 'd' cesf dpenses.1 Adopt. !,. ., ; !
Van peAastede fait- encore .au tiom,de la mme' commission un rapport concernant jps ptitions pour l'anne i yg5., sur 'lesquelles' "plusieurs pro-, t^^ctM^ki '^rbsTToutes les" p.itionde ri millions, afi^ ,^1Ul,n, .surJ3 comit de l'union que 8 miilion^'!?eso.,ns du, d'un autre ct-U n'a galement -pas tt, pay pfs; de S.niilliotts sur la ptition de 15 millions pour la ma;ine dans lesquels taient compris 5 millions pour" la liquidation des anciennes dettes ,.Ia commission de^firiancesdait Conriatlre'Ses iriqui-< tudes cet gard, et est d'avis..qu'un,des devoirs les plus sacrs du gouvernement est de veiller k ce que les somms ptitioines soient exactement verses daus la caisse nationale. Elle n'attribue point aux collges administrants les lenteurs qui entiyent les oprations de finances, mais selemfertt aux proVitices qui rie remplissent point l'arrir; elle pense qu'un tel dfaul de paiement est ruineux pour le crdit public, et qu'il en rsulterait une grande ingalit, parce que les provinces qui mettent plus d'empressement la leve de leur quote-part, sont plus charges que celles qui restent arrires. Il'est, son avis, du plus grand inttt de remdier cet tat de choses et cet effet d'user de moyens de contrainte. Il et t souhaiter observe-t-elle que les ptitions de 17,5 eussent : combines avec celles de 1796. A la vrit, quelques provinces s'taient montres disposes concourir cette mesure, mais d'autres s'y 1 opposrent, voulant que ces ptitions restassent spares ; tandis qu'en mme teins ces mmes piovinces 'appuyant sur le rglement national, mettent l'assemble dans .l'impossibilit de faite usage d'aucuns moyens de contrainte relativement 1 arrir de 179a, sous le prtexte que l'assemble nationale n'a Je droit de mettre excution que pour des ptitions formes par elle. L'exprience ayant appris qu'on ne devait'attendre aucun effet de| invitations, persuasives et amicales aux provinces la corn-: mission est eti consquence d'avis que les moyens de contrainte sont devenus ncessaires, afin de faire rentrer et de liquider l'arrir des ptitions de 1796 et propose enfin de comprendre ces arrrages dans l'valuation de 1708, afin que de cette manire l'assemble puisse user pour les faire payer, des moyens mis sa disposition par] le rglement pour les ptitions" faites par elle. La; commission est en outre d'avis d'envoyer toutes' les provinces l'tat e leur arrir avec injonction dahs'lc cas o elles ne se trouveraient pas d'accoi'd, d'envoyer leurs remarques l'assemble avant le 14 fvrier; autrement cet eut sera tenu pour constat. ,
Aprs que'ques dbats, il est arrt qu'il sera crit aux.proviois conformment ce qui vient d'tre arrt; mais au reste il est rsolu que le rapport sera ajourn jusqu'aprs 1 impression.
le; ;<> J.l dit
KE*U;B LI (^V f ;JP^A/N-^ AT'S'E
.pi.^te c t 01 r.b;;e.-jcs1I..c.,u Vf. ,
Extrajt,dk"' 'jirqcsrveb(il d\\l^pifce..diijjt'cjvir1? ,;, excutij', .d^^plu^iis/, (i 0.2.; ^,."-.j
- -./-:\ >'> .> ..i'-sji.'l'A- .-i.
L.an;6 de larRp.tibiquc Franaise iii. et indi.yijijaje ;,u; r ; .,,', ,,
Le^2 pluvise ''pnie heures du 1-iMhtt'a j- ch
xcutin'.d.4?a*r4t^du*diwetiVe '.ixutif, du
/23 du wdis dernier, portarit que, confoilinmeWt a la loi du 12 nivse ;a5J l'anniversaire; idd'a jhste punition du ot des Franais^ serait clbr cejourdli-u^ ls membres'-du '-'direcfoftfe excutif,- et Je secrtaire-gnral se utiisstiti; -les .ministres sont -.ensuite successivement introduits j... t"
' 'A midi, le directoire excutif, escort pars; garde jp'ied et cheval, prc.d de ses huissiers et messagers d'Etal,,' d etat-majr de la 17di-visin ds'' mihiltTes-1 et' d' Secrtaire-gdral, sort d lieu de ses s'aiices, 'pour e "rendre' l'difice c-devant Saint-Sulpice. flLe, cortge entrept la grande yiore; ls troupes forment une ,hie que le directoire'traverse pour aller se placer sur line estrade qui lui tait rser-^^.rtfUieutre de l'difice; les ministres spntran-gsj,. droite et gauche du directoire, prs t|e J'eitrjidq 1 et Je.s,membres du cb/ps diplomatique qui s'taient rassembls pour la crmonie, occy-pentjjes cts de la partie tl^ local qui sj.'.t't.puy.e
,sur lequel repose ,)e livre de la consiitutioa. et des lois. 1,
fies deux cts s'lvent des. amphithtres ol se trbuvaient dj runies les .diverses autorits constitues les divers .fonctionnaires publics convoqus, et l'institut national. ,
Le conservatoire de musique est plac dans-une vaste tribune leve derrire le directoire; la lorce arme remclit la nef, et le surpius^du local les classes.- '<'..-" "''-'*-'
L directoire excutif prend sance; l conservatoire excute le dVni^riouplet d l Hyinnleia Libert; cet air chri est acctrilli" par des .ac'cl-matibns ;'l'a pVetniere partie de la strophe rnsjjire un sentunent religieux, et le directoire', ai:>'si-qilu tous les assistans, ('coutent debout et dans le recueillement; le prsident du directoire excutif prend ensuite la parole et dit : :>u--r
, si Toutes les fois que la rvolution de^ann ramen cette journe jamais mmorab^/iiaine la loyaut est le premier sentiment qui. ^t-veille dans le cur ,' et le premier serment qui se prsente l'esprit. Cette haine est fonde sur quinze cents ans d'infohunV d'oppression et d'esclavage; et celte haine ck ncessaire pour garantir la postrit de tous les crimes .de" 'tbut>9 les vengeances, de' toutes des perscutions,' de tous )c6 flaux que la royaut rapporterait"aVec elle.
)) Peuple Franais vous que dsormais on n'appelllera plus sur la Terre' que la' G'i'aride-Nation, faut-il rappeler votre aine indigne, que sans de barbares et sauvages conqulans vous n'eussiez jamais connu la honte d.j"gorir sous des rois Long-tins objet de la terreur et de la vnration de ces Roma;ns qui subjugurent le Monde, libres et fortuns dans vos fertiles champs vous ne connaissiez d'autres matres que la simplicit de vos lois ; gouverns par des magistrats lus librement aux Champs-de Mars, vous tiez dj l'exemple des Nations 'lorsque des hordes du nord se dbordrent da'ns ves plaiucs, et vous apportrent des.fts' et des tyrans. Quel contraste avec la puret 'e vos murs, que les forfaits, inconnus vos aveux dont se souillrent successivement ce'-'ibmmes que la pourpic abrutissait, que la couronne plongeait dans l'indolence, ci qui, esclavesetiX-romes de l'indolence des maires du Palais vtaient; renverss tour--tour de leur trne chancelant par des flatteurs ambitieux Chaque dynastie nouvelle prenait naissance dans la cep. corrompue de la dynastie ptc'dente ; chaque race -qui-s'teignait dans lindobnce taitrtnipiace pai unj lacet qui s'levait par la trahison et l'nergie de l'usurpateur relevait sans'Xesse une royaut que la fainantise avilissait. >>
Sous la premire race, chaque ville se comptait par un trne, et chaque tiOne se comptait paV une guerre. La seconde, plus insolente, irrita les grands ; l'anarchie fodale vit le jour : chaque


49
campagne eut le repaire de son brigand, chaque village son despote, chaqumorceau de terre son seigneur. La troisime courbe sous le joug sacerdotal, vous trana au del des mers. L'Afrique dvora ls "dbris "de vos gnrations; les pitres s'engKUSsereut des biens que vous aviez dlaisss, et, au prix de vbtre sang, ils vendirent des rois imbcilk*-l'aurole-des ^aidtS Dais-les sicles
Ce discours, achev, le prsident.prpnohce le serment en ces termes : ; '
Je jure haine la royaut et l'anarchie ; je jure attaclttment-et fidlit la Rpublique et la. constitution de tan 3. '
Tous les membres du directoire le secrtaire-gnral, les ministres, tous les membres des au- tous les fonctionnaires pu-
votes retentissent du serment et' des cris de vive la.Mpublique! qui le suivent.
De nouveaux chants civiques commandent le silence ; On excute grand chur le Serment rpublicain, paroles de Chnier musique de Gossec dont les strophes suivent :
.raniment sur la Ftfne^ les forfaits religieux, jj les assassinats" sacres les gorgemens vange-liques, le massacre de, VasSi, la, Saint-Barthe-k my,! ls fureurs d la> ligue et l'horrible op-, pression de deux. cardinaux,. remplissent les; ^agS ensanglantes de l'histoire de ces temsde-j plorables 5 mais enfin l'orgueil de Louis XIV,: Tes dbauches de Louis, XVet la perfidie de :eutf"fils, combleront ia mesure elle r.4 juillet vint, comme la foudre renverse! dans un'instant ce hideux colosse de puissance que la bar-: btie,.l'orgueil et l'ambition avaient mis tant; de sicles! former. 'O ijou,r mmorable jour jamais sacr pour, le' souvenir de tous les amis de la libert Quel tonnant et sublime spectacle tu prsentas l'Univers!' D'un ct vingt-cinq millions d'hommesret lurs vertus, de l'autre un trne dcrpit et le crunc.impuissant. ,-Alots
l'pouvantable croulement de la Bastille fut :1e; Si quelq'usurpatcu* vient asservir la France, _____:__.,. a~ r;....;,-,l >kl,. lialnn .mm itirait 1 y. >-i _____ i____u:.... ..'/.nn.oni-
pieu puissant, daigne soutenir t Notre Rpublique naissante, Et qu' ja.maisdans l'avenir. Elle soit libre et florissante.
Jurons le glaive en main, jurons la Patrie, De conserver toujours l'galit chrie; De vivre, de prir pour elle et pour nos droits, De venger l'Univers, opprim par les rois,
premier ,efct de l'inviolable haine que jurait aux rois une Nation si justement irrite et! qui cependant n'avait pas encore fait T.pteuvejI 'de,.tous Tes attentats, dont.la-royaut tait ca-1 jabie.'Et'en effet, si .dans sa puissance ele,
d'attentats la.
pa
justifia, par une longue seue haine que vous lui portez iV elle a su l'aigrir encore! rpar la;peifjdjede_ses ressorces^-par- le machra-Vlisme de sa politique, 'par la cruaut ds moyens qu'elle tt cessa d'employer pour'Sel relever de sa chute. Tournfat contre 'j^Peuoiel 'le premier torrent de la rvolution elle' a'lah'ej tous les excs contre le' berceau de la libert, -'et, par une froce Combinaison elle a tent d?touftr sous la plus odieuse anarchie 'lesset timns des premiers bienfaits de la libert ; mais', ni les, rois qu'elle armait au-dehors, ni les ons-' pifateurs qu'elle salariait au dedans ,^ ni les d'une humanit bomicide qu'elle ht
Qu'U prouve aussi-tt la publique vengeance, Qu'il tombe sous le fer; que ses membres sanglans. Soient livrs dans la plaine aux vautours dvorans jurons, etc.
A cet hymne succde fuirait dupe ode de TKbrn, musique de Lesueur :
Rpublique tu nais pour venger l'Univers.
S il en est qui veuillent un matre, De rois en rois dans l'Univers, Qu'ils aillent mendier des fers, Ces, Franais indigne9 de l'tre. Rpublique etc.
aptres ,-----
succder aux aptres sanglans de la licence
n'ont pu rsister au gnie de la Rpublique ; et ^ .
du mme bras dont il avait bris l royaut charge I Ah pour tre jamais triomphante t paisible,
de crimes, il a bris les crimes: chargs du retour, J j)onne aU mrit seul les rangs: et les .emplois :
de la royaut. Mcre d'enfans gaux, sois une, indivisible,
"'Ce n'est donc pas au hasard , pas au tourbillon rvolutionnaire, a Jamour irre- ^ ,
Ili.iue.uc sommes qne.1vdu':-cfttcr'WTOmL.de 'K,ePubtt.0l, '^ ..
pour la royaut et votre prfrence pour la Rp,u-| J L orgueil au dsespoir, la rage fanatique ,
bbque; mais vous les dtes ces mditations; | Tenteront d'branler tes nouveaux fondemens. .profondes que. les infortunes souffertes nces-i sitent, et la maturit de votre sagesse qui vous
apprit comparer la bont de l'esclavage aux1
cliarmes de la libert.
Pour vaincre d cent rois l'active politique C'est peu d >Vous voultes le gouvernement rpublicain et le-trne s'humilia devant cette toute-puissante volont de la Naiion. Vous entourtes,alors ce .gouvernement naissant de toute votre valeur, et ses 'nflerhis coaliss' furent terrasss. Ehtourez-le Eujoura'hui de Votre attachement, et il anantira toutes ls factions intrieures qui empchent votre bonheur. >
Le gouvernement ne vous a pas manqu pour la victoire il ne^rous manquera pas pour la prosprit. Jetez les yeux autour de vous voyez les misrables partisans del royaut dconcerts, mars non pas vaincus ;.humilis, mais multipliant les mensonges, accumulant les calomnies, r-pandaut, par-tQutles mfiances, excitant des sou-
_ levemcns en Cprie, assassinantDuphot, armant les brigands sur les routes ,.'les prtres dans les campagnes, semant leur or corrupteur pleines inains,,et teutaht tous les moyeus de rallumer, soit une guerre civile, soit une guerre tran gre. Car n'en doutez pas c'est sur-tout l'ap-, proche des .lections ces crises annuelles et lutlaires des gouv/rnemens reprsentatifs, que ces monstres redotifilent d'efforts pour eu dnaturer le principe /en contester la ncessit ou comme 1 anne dernire, les matriser elles rgu-' lariser ^ conformment leurs royales instructions, : mais confondez, encore leur criminel espoir < en vous ptessant autour de votre cooui-tuliqn et du gouvernement qui ne souffrira pas" qu'on lui porte la moindre atteinte. :. Les assembles primaires et lectorales s'ouvriront telle est 1 irrvocable volont de lact constitutionnel.;-, ainsi, que vous, citoyens, vos dignes 'reprsentans et le .directoire.en ont jur) le maintien ; le'ur'ser-ment est sacr : libres donc
r dans vos. assembles-, sousi, l'gide protectrice des 'ois,, que la bout des choix soit le fruit
^.de la concorde; ne laissez plus les clmens des orages se combiner sur vos ttes, ils n'en-' fartent que des. calamits ; qu'ils se dissipent! devant la < onstilulion : sans elle point de paix," point de. .tranquillit, point de prosprit pu^
,pltque po'uii. de flicit individuelle,
Il te faut de ces curs dent la brlante ivresse Au-devant des prils s'empresse de courir; Et fere de lancer la foudre vengeresse Soit fidle au serment de vaincre ou de mourir. 1 Rpublique etc,
Le Chant du Dpart que l'on excute ensuite, complette l'enthousiasme rpublicain dont tous les assistais sont anims; les cris de Vive la Rpublique! se renouvellent, et sont bientt rpts au-dehors par la foule que l'enceint e n'avait pu contenir.
Le directoire excutif se retire au milieu de ces acclamations, dans le mme ordre qu'il tait venu. ,
En excution de l'arrt pris par le conseil des cinq-cents, le aq son nouveau palais a t hier orn d couronnes et de guirlandes de verdure. Le soir, il a t clair par une superbe illumination qui en dessinait toute l'architecture.
CORPS LEGISLATIF.
CONSEIL, DES ANCIENS. Prsidence de Marragon.
SUITE DE, li SANCE Oll 37 NIVSE.
L'ordre du jour appelle un rapport sur la rsolution du t nivse, relative aux rentes viagres creci pendant la dprciation du papier-monnaie. fap'Cl.
Rgnier. I* rsolution sur laquelle vous avez prononcer,,confond les capitaux fournis pour reutes vugerc* avec ceux qui ont.t reus a titr
de simple prt: le* uns comme les autres sm., galement soumis l'chelle de dprciation i
uoi votre commission s'est d'abord fait la nU tion suivante : Comment des capitaux foiru' pour rentes viagres peuvent-ils tre assujettis
i rduction de 1 chelle.
Qu'on y ait soumis les capitaux simplerriem prts, c'est ce qui est facile comprendre c capitaux ne cessent point d'appartenir aux crai? ciers ; ils ne sont en quelque sorte qu'un dpt entre les mains des dbiteurs jusqu'au terme d la restitution. e
Mais les capitaux fournis pour rentes viagres ne sont-ils donc pas alins sans retour? n'appar-tiennent-ils pas l'emprunteur iucotumutabl .* ment et sans obligatiou de ne jamais rendre? Or* comment concevoir qu'on assujettisse l'didC de dprciation contre le prteur un capital qoi n'est plus lui, un capital de la propritduqu,l il s'est irrvocablement dpouill.
Dans le cas du^imple prt; la loi a pu dire ^ prteur: votre dbiteur, si je no venais toa secours serait forc de rendre, valeur 'mtallique, le capital que vous lui avez prt valeur uo-mi.nale du papierTmonnai.ei: pour quil y ait ju$ tice, je duis. ce capital sa valeur relle, vous n'obtiendrez que cette valeur. '
Mais dans le cas de la rente viagre, l'emprunteur n'a point de capital rendre ; il n'y avait donc pas de capital rduire?
Une simple rente avait pris pour le prteur la place du capital. C'tait^donc sur cette rente uniquement que pourrait frapper la rduction, et non sur le capital reconnu absolument tranger au prteur. "C'est ce qu'avait senti le conseil des ctnq-cets, lorsqu'il pritJa_rsolution du i$ vendmiaire'; et c'est ce que n'a pas perdu de vue aussi la commission d'abord nomme pour prsenter uu nouveau proiet.
Dans la rsolution comme dans ce projet, on ne. fait porter la rduction que sur les rentes, selon que l'ori a jug que l'quit sollicitait cette rduction ,: ou qu'elle s'y refusait.
Ici c'est tout le contraire : on augmente le taux de la rente au lieu de le diminuer, mais cette augmentation- n'est en effet pour le crancier qu'une faveur illusoire ; car, dans ce systme le capital tant assujetti l'chelle de dprciation,, et pouvant se rduire rien ou presque.rien par cette opration funeste il est vident qu'augmenter et mme doubler la rente de ce capital ainsi annihil n'est qu'une drision, une sorte d'insulte dite la misre d'une foule '!':*k-*Jyinr impitoyablement.
Votre commission vient de vous prouver qu'on, h'avait pas pu, sans faire violence a la nature des choses assujettir l'chelle de dprciation les- capitaux des rentes viagres, Elle va vous dmontrer maintenant que cette dprciation est inconciliable avec le texte et l'esprit des lois qu vous avez prcdemment dcrtes.
D'abord fart'icle II de la loi du n frimaire n'assujettit l'chelle de dprciation que les capitaux des obligations contractes pour simple prit et dette jour ou autrement, et qui seul formerait dej/i une exception implicite en faveur des Capitaux fournis pour rentes viagres.
En effet, ces capitaux, ainsi que votre commis-. Ston l'a prcdemment observ, n'ont jamais pu tre rangs^ dans la classe des simples prts; car le prt suppose la ncessit de rendre t or, les capitaux des rentes viagres tant alins sans retour, ils ne sont pas susceptibles dp restitution.
Mais si on se livre un examen plus particulier de cette loi du 11 Primaire on y remarque qu'aux termes des articles XIV, XVetXVIlI, les veotes de droits succestifs, celles de mar? chandises et denres, les sommes, rentes et pensions dues titre de pure libralit doivent tre acquittes en numraire mtallique, sans rduction. ^ Attachons-nous la vente des droits successifi, et fesocs cette question : Pourquoi le prix de cette espce de vente faite pendant la dprciation du papier-monnaie, doit-rl tre compltement acquitt en valeur mtallique ?
C'est videmment parce qu'il s'agit durt contrat alatoire et que la chance de payer en monnaie mtallique et non en papier, est prsume tre entre dans les combinaisons de l'acqureur. -
Or la rente viagre n'est-elle donc pas aussi un contrat alatoire uu vritable jeu de hasard dont il est incontestable que les chances augmentent encore cousidrableimnt pour le dbiteur pendant les crises rvolutionnaires? les hasaids attachs la vente des droits successifs pnt fait dcider la question en faveur.du vendeur; les hasards du moins aussi nombreux qui accompagnent les reutes viagres en sollicitent-ils plu en faveur du crancier uue dcision sembbble-Plus nous nous pntrerons de l'esprit de la lgislation sur la nature des conventions nui ont eu lieu pendant la dprciation du papier-monnaie et plus nus demeurerons convaincus que


499
U fjoluion qu vous est soumise traite les cranciers de rentes viagres avec une rigueur, disons lutt avec une injustice laquelle vous vous gar-*jerez bieni de mettre le sceau.
Une somme aura t prt< pendant la dprciation, et mme la grande, dpiciation du papier-monnaie ;,si le prteur a fait son emprunteur une rduction, quelque modique quelle
lOt v a Pms s* ,n5mc u s'est born lui accorder une prolongation quelconque de cr-,jit, il est plus soumis l'chelle de dprciation d'aprs l'article V de la loi du i5 ther-midor, et sa crance doit lui tre compltement paye valeur mtallique.
Quelle en est la raison ? c'est que le lgislateur g pens qu'il ne pourrait plus y avoir lieu la jduction lgale l o il y avait eu rduction conventionnelle : c'est qu'il a prsum que l'intention des parties avait t, quelles que pussent ctte lei chances et les vnemens, que le piteur 0C perdt de sa crance qu' la concunence de J rduction qu'il avait volontairement consentie, fla mme que, pour toute perte, il n'prouvt qa'un simple retard dans le remboursement. Cette intention prsume a t.respecte par la loi, comme elle devait l'tre; car le lgislateur floj substituerait sa propre'volont, la volont lgitime ds parties contractantes, ne ferait point toc loi, il commettrait un acte arbitrai e.
Ainsi donc une simple prolongation de terme suffi pour rendre l'chelle de dprciation inapplicaole. En vain le dbiteur atermoy viendra dite qu' la date du prt, il n'y avait aucune proportion entre la valeur nominale du papier-monnaie et sa valeur d'opinion ; en vain il se rcrierait sur_l'normit-de sa perte, on lui rpondrait, telle fut l'intention des parties, telle est la convention ; la loi veut qu'elle soit excute.
Voyons si le principe consacr par la loi du i5 ftuctidor n'est pas entirement mconnu dans la rsolution qui vous occupe.
Ce n'est pas une simple prolongation de terme ; ce n'est pas seulement une rduction lgre qu'ont accord leurs dbiteurs les cranciers qui,pendant la dprciation du papier-monnaie, ont alin leurs capitaux pour des rentes viagres ; tous ou presque tous ont plac ces capitaux un intrt qui n'a aucune proportion avec l'intrt ordinaire des fonds perdus ; trois, deux cinq pour cent, et quelquefois mme au-dessous.
Or, si la loi du i5 fructidor a voulu que les capitaux simplement prts, fussent pays, et en entier en valeur mtallique, dans le cas de la rduction la plus mince, ou du plus court atermoiement; comment s'est-il pu faire que la r-leJution qui vous occupe ait trait moins favorablement des cranciers qui n'ont pas prt, mais alin, leurs capitaux ; et qui, en les alinant, ne se sont rservs que le" quart, le cinquime, ou mme le dixime de la rente ?
Ce ne serait pas assez de dire qu'il y avait en leur faveur parit de raison ; il est de toute vidence, qu' bien plus forte raison on et d respecter cette faible partie de rente, et ne
Iioint ajouter encore au douloureux sacrifice que e malheur des tems leur avait dj arrach. Dans le cas du simple prt avec rduction ou atermoiement quelconques; la loi du i5 fructidor ainsi qu'on l'a vu, a prsum que telle avait t l'intention des parties, qu'il n'y et pas d'autre perte ou dsavantage pour le crean-fier, quoiqu'il pt arriver.
Et dans le cs du capital alin avec une baisse norme de l'intrt viager ordinaire la rsolution qui vous est sounvse s'est rfuse la mme prsomption qui pourtant tait si naturelle ; on na pas voulu voir ce qui se prsente l'esprit *vec tant d'vidence qu'il tait impossible que J cranciers eussent jamais consenti" d'aussi normes rductions sur l'intrt ordinaire s'ils lavaient pas eu la perspective d'tre pays., et payes sans rduction uhrieure en numraire joetallique quand celui-ci aurait pris la place de 1 monnaie fictive.
Non, on ne peut pas assigner un autre motif ; otez celui l la rduction caisentie par le *ticicr et t refuse. D'un autre ct, de quel droit, ou sur quel prtexte le dbiteur tut-il pU stipU|er une semblable rduction, s'il 'B*Mj' pas entendu payer complettement en lutricrarre mtallique une rente viagre aussi excessivement affaiblie ? L'intention rciproque <*ei parties peut donc ici avoir un incident qui trappe tous, les esprits. Eh bien cette intention manifeste cette intention qu'il est impossible p mconnatre la rsolution ne s'y arrte point. Ve.ncst pas assez dire : elle est dans une oppo-""on directe avec cette intention elle la foule ^vertement aux pieds et dcide prcisment le contraire de ce qui est dmontr que les t0ttactanc ont voulu.
Les hommes que la rsolution sacrifie, sont, Pnr h plupart, de tristes victimes des v-dunienS' llui aYant arrach un faible dbris naufrage l'ont plac rentes viagres comme ,.c dernire ressource contre la misre et le
Ces considrations sont bien suprieures, sans doute celles qu'on pourrait taire valoir en laveur d'un trs-grand nombre de dbiteurs.
Mais queparlai-je ici de considrations ? il s'agit de justice; et, dans cette enceinte, on ne la rclame pas eu vain.
Votre commission compose des reprsentans Hoger-Ducos, Malleville, Rouhaut-Degrave et Rgnier, vous propose de rejeter.
Le conseil rejette la rsolution.
On reprend la discussion sur la rsolution du 27 thermidor, relative aux pres mres et autres ascendans d'migis.
Lecouteulx. Les fautes sont personnelles, ef la >eine du crime ne doit jamais s'tendre sur' innocence. Voil citoyens reprsentans, un des principes que j'ai toujours eu gravs dans le cur. Plusieurs annes avant la rvolution 'ai combattu les prjugs qui fesaient mconnatre ce principe sacr et les' lois barbares qui en affermissaient l'empire.
Je peux donc m'ciier aussi cette tribune: que nous ne devions pas nous attendre qu'aprs une rvolution entreprise pour redonner aux hommes des notions plus saines du juste t de l'injuste aprs l'affermissement de la Rpublique par tant de victoires par la journe du 18 fructidor, et la paix du Continent, nous aurions combattre^; edmme dans l'aucien rgime l'odieuse tyrannie ds prsomptions.
Reprsentans du Peuple il m'importe fort peu qu'on se mprenne -aujourd'hui sur le sentiment qui m'anime qu'on jn^a^cjase_.de__dfendre-ici les" migrs ; dans d'autres tems je ferai valoir les droits que j'ai la haine implacable des ennemis de la Rpublique. Le seul, le vrai sentiment qui m'anime c'est celui que m'inspire l'intrt de tous l'amour de la libert; c'est celui qui me dicte les vux que je lais tous les jours tous les momens pour l'affermissement et la prosprit de la Rpublique.
Je prtends qu'aprs avoir rendu au pouvoir charg de l'excution de vos lois, la force et le respect dont il doit tre environn, qu'aprs avoir donn la Rpublique Franaise sa toute puissance, vous, lgislateurs, vous ne pouvez aujourd'hui laisser subsister .une loi qui frappe, au hasard, une masse quelconque de citoyens, qui frappe les pres en haine des enfans, tous les membres d'une famille en haine d'un seul individu ; que, s'il en tait autrement, vous implantez dans votre lgislation le systme .odieux des proscriptions. .
Qu'on ne m'accuse pas ici de faire la censure de la loi du 9 frimaire dernier. Les ci-devant nobles et annoblis que $cette loi carte en masse des assembles primaire^ communales et lectorales exerceront urt jour'les droits de citoyens franais lorsqu'ils auront acquis les conditions et les dlais prescrits l'gard des trangers, par l'article 10 de la constitution: ainsi l'appel que leur fait la loi elle-mme et l'assimilation qu'ils ont avec les trangers auxquels par notre pacte social notis manifestons perptuellement la volont de confrer ls droits decit^toigne de m'a pense l'ide que la loi du 9 frimaire pourrait tre aussi considre comme une lot de proscription. )
Il n'en est pas ainsi des lois par lesquelles on attribue la Rpublique une portion des biens de tous les ascendans des migrs sans dis-tinctioa. .
Pourquoi m'attachai je donc aujourd'hui combattre cette loi et dfendre la lsolu-tion qui en rapporte les dispositions ? Je vous le rpte reprsentans du Peuple c'est pour votre propre intrt, c'est pour notre libert, pour la gloire et la prosprit de la Rpublique.
Je dois vous exposer aussi succinctement qu'il me sera possible les motifs de mon opinion. Les principes de la saine politique, qu il nous convient d'adopter aujourd'hui, sont trop videns pour qu'il soit ncessaire de leur donner de grands dveloppemens.
i. Je suis intimement convaincu que, si les lgislateurs de la Rpublique Franaise aujourd'hui qu'elle jouit de sa toute puissance ne rprouvaient solennellement un systme par lequel on condamne sans exatoen- pralable, et sans conviction lgale Cette toute-puissance ne sera bientt plus que celle de la terreur. Certes, cela n'est pas dans votre intention ; mais les astucieux ennemis de notre libert parviendront, ainsi qu'ils l'ont dj fait diriger la proscription qui sera la suite invitable de ce systme contre les meilleurs rpublicains contre ceux qui auront le mieux servi leur pays. Les prtres et les nobles, vaincus ^ disperss et confondus dans la foute disparatront de dessus la cene et ce sera entre les patriotes eux-mmes qu'on verra s'lever les soupons les suppositions de crimes imaginaires et bientt les partis de rpublicains en raison seule des diverses modifications de leur opi-
nion quelquefois en raison de leurs profei sions, seront frapps en masse ; les pres V les mres seront convaincus de Complicit avet leurs fils et leurs parens, et leurs bieus seront confisqus au profit del Rpublique.
. Une fois la confiscation au profit de la Rpublique applique sans l'interprtation d'aucun -tribunal, en frappant au hasard, l'esprit: public s'engagera un tel point que bientt le partis se feront un mrite de remplir le trsor public par des confiscations. A'orS je vous le demande de nouveau lepvsentans du Peuple, o est la garantie des personnes et des proprits o placerez-vous celle de la reprsentation du souverain celle de la libert du Peuple Franais ? ,.;
3. Vous le savez, citoyens reprsentant, les' moyens rvolutionnaires ne produisent plujj que' des efte's impuirsans nnie destructeurs ;' cet enthousiasme qui dcuplait nos forces ne s'attache plus de pareilles ressources. Alors '\ je vous le demande si les personnes et les proprits se trouvent sans garanties, o placerez-vous la force et la prosprit de la Rpublique-, sa gloire et sa dfense ? Croit-on que nos finances seront amliores par des -confiscations et nos campagnes mieux cultives sous le joug des squestres ? L'intrt du ttsor public les facilits du service la bonne perception- des contributions, la apidh des versemens, les bienfaits d'une circulation tous ces avantages tiennent essentiellement e que les citoyens jouissent paisiblement avec confiance et sous la protection des lois constitutionnelles de leuc-pjrjqK^j_eJ^jj)s_sjj^u^^ 1 --
leurs travaux ou leurs entreprises. Le.respect des personnes et des proprits produittoujours l'abondance. L;s btimens ruraux sont mieux entretenus, les terres mieux cultives, les prairies plus charges de bestiaux. Voil les rsultats ajui io.it le bonheur du Peuple, et la vraie richesse du gouvernement. Lorsqu'au contraire les citoyens sont inquits par une lgislation qui frappe en masse et qu ils s'ont successivement; exposs des confiscations et des squestres l'argent disparat, les terres sont sans culture, pas une rparation n'est faite, pas un craucier n'est pay, les contributions tarissent et le mouvement du trsor public se trane sur l'appui d'une odieuse usure, ou dans les convulsions d'une banqueroute continuelle.
4. Notre collgue Creuz-Latouche vous a dit que c'tait ailleurs que dans les intrts pcuniaires qu'il fallait chercher les rgles de votre dcision ; que la question tait'grande puisque rien, ne doit plus honorer une lgislation intgre, qu dmettre en discussion une hypothse contraire ses intrts*
Votre commission a d considrer qu'il, tait de la dignit du copseil des anciens de placer la question cette l/ruteur et j'applaudis l'lvation des sentirbens^'et des ides que notre collgue Creuz-Latouche a manifests sous ce rapport.
Mais notre collgue Bordas est descendu dans une arne o il m'est bien permis ds le suivre ; il a1 dit que la rsolution obstruait dtournait mme les canaux qui eussent pu alimenter le rs-rvoir national ; qu'il ne suffisait pas aux conspirateurs de ftuctidor de l'avoir tari.
Je lui rponds que ce n'est point dans la confiscation des biens des pres et mres d migrs que ce n'est point dans le dchirement d'une! succession anticipe et force que nous dvoua trouver nos ressources en finances. Je demande mon collgue s'il s'est fait mettre sous les yeux le produit estim de ces parts d'enfans dans chaque ascendant d'migr quoique sa succs-sion ne soit pas encore ouverte par son dcs; s'il s'est fait un aperu des rsultats des valeurs-relles qui pourront tre le produit des ventes qui seront laites de ces parts enleves la vieillesse et souvent la dtresse. Je lui demande s'il eu a compar les produits avec ceux que donneraient aujourd'hui sur l'immense territoire de la Rpublique avec sa superbe population une entrere confiance dans sa lgislation et dans la garantie que notre constitution et nbs lo:8 pourraient donner aux personnes et aux proprits.
J interpelle ici le ministre des finances et je lui demande s'il n'est pas aujourd'hui frapp des prodigieux effets qu'aurait, eu ce moment ci Europe 1 ce sentiment universel : qu'enfin la R-
Eublique franaise en posant ses bases itiimua-les, et en dcrivant sa majestueuse enceinte i ne prsente en mme tems que des lo-:s protectrices 1 abri desquelles la Grande-Nation peut avec scurit et avec confiance manifester les prodigieux effets de .m agriculture de son commerce de son industrie., de son activit de son mulation' et de son gnie ; qui! trous dfcn les tonnans cflotts qu'on pourrait alors attendre de tous les Franais de leur amour pour ou gouvernement qui les environnerait du respect qui serait d 's^s lois et de l'clat qu'ont oli-1 tenu ses victoires ? Voil, doit vous dire le mi*


5oo
tistre d finances les seuls, les vritables canaux qui doivent*-qui-peuvent alimenter le trsor publie; certes, celui qui vous propose de les ouvrir n'est pas le complice des conspirateurs du iS fructidor. ,
-Je me rsume : j'ai dit que c'est la cause des rpublicains ; que c'est leurmtrt bien entendu ; que c'est la rvolution que je dfends. Je ne peux assez vous dire et je, ne peux assez vous exprimer combien la gloire des fondateurs de la Rpublique nii parat particulirement attache ce que la gnration actuelle, ainsi que la postrit ne puisse pas leur faite le_ reproche d'avoir eux-mmes admis dans leur lgislation, la prsomption du crime et d'avoir mpris cette grande vrit que les fautes sont personnelles ; lorsque, peut-tre un des sentimens le plus puissant qui ait agi dans la rvolution, t d'affranchir la Nation franaise des prjugs, et des usages contraires ce principe sacrp. - 1
- ji dit que la sagesse: de nos lois la garantie solennelle qu'elles peuvent donner aux personnes et aux proprits affermiront la prosprit et la puissance de la Rpublique franaise, enrichiront le trsor public bien plus efficacement que ls confiscations 4 les squestres et les prolongations de squestres sur des Franais prsums coupables.
Reprsentans du Peuple pouvons-nous pf^ tendre nous' placer au rang qui, dans l'univers, est dsign au corps lgislatif de la Rpublique franaise si nous laissons subsister dans nos lois des dispositionsjjUi serqrUau milieu de tlous une source ternelhTde proscriptions, d'o rsultera infailliblement l misre publique.
Je vote pour que le conseil dclare quil rejette la rsolution du 27. thermidor.
Cnrnudet. Le droit essentiel de la lgislation CBt de corriger ses actes ; mais peut-il tre exerc sans mesure ? La rvision des lois secondaires ne doit-elle pas aussi tre soumise l'preuve du temps.
La constitution a distribu et fix les pouvoirs publics, a assis les principes et garanti la raison la volont du Peuple.
Mais le gnie de la libert qui a dcrt la constitution n'a pu en fermant le volcan rvolutionnaire amortir les passions qu'une rsistance non moins insense que coupable, avait exaspres. C'est au temps qu il est rserv d'en rduire la flamme au degr qui anime t qui n'incendie pas. La sagesse plus que les autres perfections humaines', est le fruit du temps.
Tant que le pouvoir inhrent au corps lgislatif, de changer les lois, pourra tre exerc par "ruption,-les partis resteront en prsence ; l'espoir de chacun dans les lections annuelles qui donneut de nouveaux membres aux deux conseils entretenant le courage du vaincu et alimentant l'esprit de faction. Ainsi la tranquillit s loignera de la cit ; ainsi se rouvrira le cratre du volcan rvolutionnaire.
Non il ne peut tre contraire la constitution de suppler son imprvoyance' : c'est la servir.
Mon plan n'est pas de suivre le rapporteur de votre commission dans sa discussion, encore que je pusse prtendre quelqu'avantage.
Les pt-ines sont prononces pour l'intrt de la socit. Donc la loi qui les tablit ne peut "eue entendue contre cet int.t.
La volont nationale, ds les premires lois relatives 1 migration, s'est rserv de poursuir vre contre les coupables Une indemnit pour les frais de la guerre. Donc on ne peut pas supposer que la loi qu'elle forme ait tacitement abandonn cette rserve.
La mort civile est une fiction de la loi. La loi peur donc la restreindre la modifier. Le droit de 'proprit n'est pas un droit de cit.
Dans cette indication je suis descendu aux principes du droit civil, comme nous y a justement appels le rapporteur de votre commission.
La loi du ao floral, an 4, qui laisse aux ascen-daus d'migrs,.la^facult de demander le partage ordonn par la' loi du 9 floral an 3 porte 4jue le squestre sera appuy, si fait n'a t, et rtabli sur ceux qui ne demanderaient pas de partage per, mere et autres ascendans.
L'tat de la Rpublique qui lors dtermina cette loi a-t-il chang? A 1 extrieur la guerre n'st-t-elle pas le mme objet r" Pour la sret de la
Rpublique dans l'inttieur, vos lotsont multipli les mesures de rpression contre la malvillauce.
Gertes les fautes sont personnelles : la loi qui ne peut contredire la morale, laquelle ne peut pas plus tre absente des actes politiques que des actes civils, ne reconnat pas de complicit de crime dans la parent.ou l'identit d'un intrt commun apparent. Mais l'tat de, sige, O se trouve la Patrie peut-il permettre de se dpartir d'une mesure de surveillance Iong-temS discute et.juge une consquence de sa dlense?
je vote pour le rejet de la rsolution.
Pilatre combat aussi la rsolution ; il soutient que si elle tait adopte, elle enlverait aux cranciers de l'Etat une partie du faible gage que la loi du 9 vendmiaire leur a abandonn. Je conviens,avec votre commission ajoute pilatre que parmi les parens d'migrs il s'en trouve qui chrissent la libert et le gouvernement rpublicain ; '-'faudrait-il-, pour indt-mniser ces derniers qui certes, ont bien mrit de la patrie adopter la rsolution qu'on vous propose ? Je dis que non; car cette rsolution les dpouille- presque compltement j et cela doit leur tre d'autant plus pnible, qu ils voient qu'elle accorde une indemnit entire a ces hommes qu'ils Ont en horreur cause des maux qu'ils ont fait' leur pays. C'est ainsi., cit. collgues qu'on savait, avant le 18 fructidor, calculer les rcompenses des partisans de lacontre-revolution royale, et punir ceux qui, cdnfians en votre gouvernement, avaient abandonn leur parti.
Ces deux seuls motifs suffiront Sans doute pour -vous-faire-rejetf-rl:avi-s-de- votre -commission ; mais, citoyens collgues, je dois encore n ajouter un troisime non moins puissant, je veux patler de l'instabilit de notre lgislation. De tous les maux qu' faits V.rvolution il n'en est aucun qui soit plus pnible pour les amis d la libert. Et en effet, ces oscillations continuelles dans notre marche entravent celle de toutes les institutions rpublicaines et du gouvernement. Elle fait le tourment des amis de l'ordre et nourrit les esprances des ambitieux et des royalistes ; enfin elle nous conduit de laction eh raction et nous replongera,, si nous n'y prenons garde dans l'anarchie laquelle succdera bientt le despotisme.
Le conseil'ferme la discussion et rejette la rsolution, i
Le conseil reoit et approuve de suite une rsolution d'aujourd'hui, relative la saisie des manteaux des membres des deux conseils.
La sante est leve.
CONSEIL D1S CIn4-CENTS.
Prsidence de Boiillay, de la Menrthe.
SANCE DU 28 NIVOS. 1
Des rpublicains du dpartement de l'Yonne envoient une adresse contenant diverses vues sur les institutions rpublicaines. Ils se plaignent particulirement de l'ignorance profonde dans laquelle on laisse le peuple des campagnes sur les lois et les* principaux vnemens qui intressent la Rpublique.
Garnier de Saintes. Parmi les vues renfermes dans cette adresse, il en est sans doute qui ne peuvent fixer votre attention ; mais j'appuie la partie de la ptition relative aux habitans de la campagne. Le Peuple des campagnes est attach beaucoup plus qu'on ne l croit la.rvolution et cependaut il ignore les lois. Il sait qu'il est en Rpublique, et ignore quelles sont ses destines. Il a exist autrefois un bulletin des lois dont la publication tait bien utile. Je sais qu'il fut un tems o les fureurs des factions eh abusrent pour garer l'esprit public. Rtablissez cet crit public ; que le cultivateur, en se promenant, rencontre sous ses yeux et trouve pour dlassement la lecture de vos dcrets, des actes du gouvernement, les nouvelles qui intressent la sret, la gloire et la prosprit de la Rpublique.
CroyeZ-VOus que si ce bulletin et exist ; si le Peuple des campagnes et onnu l'atroce conduite du gouvernement anglais il n'et pas suivi avec empresseteetit l'exemple que lui donnaient les gnrcuxxitoye'Hs qui chargeaient de dons civiques l'autel de la Patrie. Mais qu'ar-xive-tTJI pour les campagnes ? il y parvient des
journaux souvent mal rdigs, dans un ruv,U esprit, et sont sans exactitude ; ou bien > qui pourraient tre plus exacts, sont d'un mi au-dessus des facults c\es cultivateurs.
Je demande qu'on s'occupe du moyen dfais connatre aux campagnes ns lois et les vnl mens principaux. u .. ,.
Guillemardei. Ces vues sont remplies par I rapport qui vous a t fait sur le tathygraphe ( Des murmures, s'lvent.) Quant aux autres obieYs de la ptition, je demande le renvoi la commission des institutions rpublicaines.
Garnier, de Saintes. Je connais le rapport fait stirle tachygraphe, et (je ne pense pas qu'il rem* plisse du tout 1 objet t le but que je me propose.
Le conseil s born renvoyer la totalit do l'adresse la commission des institutions rfau-blicines. - '.
Porte, organe de la commission militaire, hit l rapport qu'il avait annon sur la rorganisation de la gendarmerie. Il prsente un code complet cet gard.
Le conseil ordonne l'impression de ce travail. [Nous l donnerons lorsque la discussion s'ouvrira. )
Luntinais au nom de l commission des insti. tutions rpublicaines fait un rapport trs-tendu relatif aux mesures de surveillance et aux dispositions rgletiientaires applicables aux maisons d'.dujcation publiques et prives. La premire
mesure indique consiste dans le Serment exie des professeurs,.instituteurs et institutrices.
'(.e conseil ordonn lmpression d ce travail que nous placerons la suite de ceux de l cmmiision des institutions rpublicaines, lorsque la discussion s'Ouvrira sur l'enscrribl dii projet de cette commission, busurchacund'euk sparment,
( La suite demAim )
N. B. Dans la sance du 3 du conseil dej cinq-cents -, Talot a propos dporter 1600 htnta la garde du corps lgislatif, le besoin du seN vice exige cette augmentation.
Le conseil a ordonn l'impression du projet.
Il s'est ensuite occup de l'affaire particulire relative la citoyenne Lepelletifcr.
COURS D CHANGE, Bourse du 3 pluvise. Effets cOm.mrto.Uii.
Amsterdam Idem courant. Hambourg...
Madrid......
Idem effectif..
Cadix.......
Jdem effectif.. Gnes.......
Livourne.....
Lausanne Bile. ........
Londres.....
> 3o jours.
94 i io3 ib. ib.
$0 jours.
.58 i 561 198
13 17 6 r5 a 6
i5 t -3i ioi il). ip.
i
Lyon....... p. i\ jours.
Marseille.... i b. 10 jours. Bordeaux., au p. 10 jours. Montpellier, au p. ,10 jours.
Effets publics.
Tiers consolid........................ oliv.
Bon deux tiers................. I. n s. 3 d.
Bons trois quarts................. i 1.101.6 d.
Bons un quart........891. 10 s. pour cent perte
SPEGTAC L E S."
Thtre de la RprjBtiojJ et es asts. Auj. Didon opra suiv. du ballet de Psych-
Odon. Auj. relche. ,
Dem. Mhignie en Auliie suiv. de Crispih rival de son matre.
Thtre du Vaudeville. Auj. la petto"M" tromdnie, et Pauline.
A. Jouhdan rdacteur mthif.
ftboruicm0t fauPri,, rue de, Poitevin,, t," 18. Le prit t d. 45 U*.' rSttn, t.ol. moi., eu nutMrah* o liv. pour sis tei. et 160 liv. cour l'ano'e tfts
n ne t abonne q a au otrrucaeemcnt de cliaon* nu >. r r
On oc l'abonne q a'au soarucaeemcnt de diaque mois. 11 faut adresser tes lettres et largeur, franc de poit au cit.
- -. ,. rr t- -.......Aubry, directeur de ce journal, tue des Poitevin., n 8. Il faut compcndf* pays ou 1 on ac ocut tlrancliir. te letac des deparicmet, non affranchies ne seront point retiri-es de W ponc
rBU.,^.Mn \T ie0?.* tVf LlTk*l ^""""l 'f de. valeu,,, e. adresser l0t ce qui conce.ne U rdaction de U feuille 0 Racteur, *Oitcts, n" 3, -icoui crJt lieu tes du matin jutqu a huai heure du soir.
A Raris, de l'imprimerie du cit. Agasb propritaire du Moniteur, rue des Poitevins n' i3.-


GAZETTE NATIcWLE ou LE MONITEUR UNIVERSEL.
Qintidi, 5 pluviise l'an 6 4e la Rpublique frdnahe, une et indivisible. ( mercredi 24 janvier17g8 t/, j,}
p O LIT I E.
/; TUR^UI E.
Constantinople, / 3o novembre.
t s'est tenu inopinment, le 2s un divan extraordinaire chez le grand-seigneur, auquel le kand-visrr, ainsi que divers ministres et con-ieiiers de la Porte ont t appels. Rien n'a srans-tiit jusqu' ce moment? mais l'on ne doute L, qu'il n'ait t question de quelque affaire majeure, puisque ces sortes de sances n'ont Ben que dans des cas d'une grande impor* lance.
On a remarqu qu' la suite des confrence
I
letmnr une, it /"> affairs- etrangcres.-Gette concidence fait prsumer que les causes qui ont donn lieu ces :onfreices doivent avoir quelques rapports en-tt'elles.
Mustapha^ 1 a t dpos ,
le 14. aprs avoir rempli pendant six ans ce poste auni important que dlicat. L'on ne pourrait que former des conjectures hasardes sur les causes de cette dposition. L'on remarque seulement que cet officier, rlgu Radosto n'en est pas moins trait avec mnagement ; la Porte lui a accord le tems ncessaire pour vaquer ses affaires i, et. elle semble avoir voulu attnuer tteosimement sa disgrce, en nommant pour 10a successeur le plus ancien officier du corps.
La pest fait depuis un mois d'assez grands raee dans les casernes des janissaires; celles de Topana et de l'arsenal en prouvent sur-tout les funestes atteintes. Le quartier de Pra o joellau n'a pas ordinairernent une influence bien activ, compt quelques victimes dont la plus marquante est le sieur Crusta, drbgmari de la lgation franaise.
La frgate franaise la Srieuse destine conduire Constantinople l'pouse de l'ambassadeur de France, M. Dubayet, {ne Mlle le Noble ), s mouill dans ce port, le a3 de ce mois : elle a t en mme tems charge de jeter en entrant darji IArchipel, sur lie de Crigo, un renfort ie6,o Cisalpins.
allemagne.
De Ratisbome le 8 janvier.
En consquence d'une dcision prise dans les trois). collges, le conclusum de la dietc qui accorde la dputation de l'Empire un pleio-pou-yqjr illimit (de conclure la paix avec la France |t nvoy aujqurd'bu aux plnipotentiaires inri-^rjau^ llastadt.
Cologne le i3 janvier.
QNparJe d'un changement de plan en cas que JtfyuljS.e pe consente pas la essipp de ses provinces. On dit mme que les Franais ne veulent (tarder la rive du Rhin que jusqu' la Tour-Blanchc.
Ge serait un excellent pont militaire ; on pourrit ,' sur la hauteur de ce village, placer un petit ottvcc lequel on dominerait l'le ; et, moyennant eette le op pourrait passer le Rhin quand et avec telle arme qu'on voudra. En mme tems 11 ait stipul que le fort d'Ehrenbrestein appartiendra aux Franais. Alors rien n'arrterait *n cas de guerre, leur marche depuis Mayence Wqu' ndernaclr.
La galette officielle de Berlin contient main-la nouvelle de la dmission de M. Bis-offswerder.
HP y bli q^U BATAVE.
la Haye le 12 janvier. A S SEMBLE NATIONALE.
Sance du 8 janvier,
. Le comit de marine envoie un rapport sur une w're par laquelle la direction provinciale de ",'e s'tayant en faveur de quelques anciens cranciers de la ci-devant amiraut observe que province de Frise est autant arrire qu'aucune *'tc sur la ptition de 5 millions de l'anne
179S, affecte au remboursement des dettes de cette nature, et qu'elle doit tre invite remplir sa qupte part de eette ptition.
Renvoi a la commission des finances.
On donne lecture d'une requte de quelques citoyens de la faye, qui demandent qu'il soit exig des indemnits des anciens membres du gouvernement pour les dpenses de la guerre*
Renvoi la direction provisoire de Hollande.
Floh prsente au nom de la municipalit d'Enschede, une offrande de 11 fi., produit d'une collecte faite en faveur des blesss dans le dernier combat naval.
Mention honorable.
La correspondance et le reste de la sance n'offrent rien d'intressant.
L'assemble se forme en comit gnral deux heures.
' Sance du y janvier.
Ou lit une lette de la direction provinciale de Frise, qui invite l'assemble s'expliquer sur le sursis accord par elle aux anciens rgns et ageris Aa gouvernement-prcdent, et dclare qu elle persiste dans l'intention d'exiger d'eux des indemnits et que si elle ne reoit pas de rponse de l'assemble dans les t5 jours, elle regardera le sursis comme lev.
Renvoy une commission pour faire un rapport sans dlai.
Il est encore donn lecture d'une requte signe par des habitans de Flessingue, qui demandent que les frais de la guerre et les 100 millions de florins accords par le trait de paix la Rpublique Franaise, soient prlevs^sur les biens et proprits des membres de l'ancien gouvernement qui ne pourront pas prouver qu'ils n'ont point contribu cette guerre ruineuse.
Aprs de longs dbafs il est clid une ma jorit de 56 vob contre 37, que cette requte sera renvoye une commission.
Les membres de la commission de constitution ayant t extraordinairement convoqus entrent ensuite dans la salle, et Van de Kajteele organe de la commission des finances, fait un rapport, conformment auquel l'assemble d crte, quVfin de remplir 11arrir ur le second terme des 40 millions ptitionnes pour le service de l'anne coule, il sera ley par formed'ex cution sur les habitans de la province de Hol lande, le 8om* denier; sur ceux del Gueldre, et particulirement du quartier de Nitngue, le ioom?; sur ceux de la Zlande le soo1"'; sur ceux de la provirce d'LTtrecht le 3oma; sur ceux de celle de Groniniue le i5oVe. Les provinces d'Overyssel, de Frfsc. du Brabant Batave et de Drenthe, ainsi que les deux quartiers de Gueldre, le Betuwe et le Weluvve seront exempts de cette excution comme ayant suffisamment liquid leur cote -part dudt second terme des 4a millions. Dans la Hollande et la Groningue les quittances et .certificats, provenant de derniers emprunts volontaire?, seront reus comme argent comptant. ,
Le citqyen Vanderspyk sera charg de la direction de cette excution.
Sance du 10 janvier.
La direction provinciale de. Hollande invite l'assemble considrer s'il ne conviendrait pas d'tablir un sceau national pour le ouvrages ma. nufacturs dans la Rpublique, afin de prvenir leur contrefaon et d'encourager par-l nos manufactures.
Renvoy une commission.
Il n'a t trait dans cette sance aucun objet qui puisse offrir quelque intrt.
Sance du 11 janvier. '
Un employ, nomm p den-Oordfaitl'offrande de six mois de son traitement pour le rtablissement d la marine.
Mention honorable.
Van Leeuuien organe de la commission nomme l'occasion de l'pizootie qui s'tait manifeste en 1796, rapport qu'elle est instruite que Ce flau fait de nouveaux ravarjes et propose des mesures pour en arrter les suites.
Ajourn lundi.
Van Roscvelt, Cateau rapporte au nom de la commission de correspondance intrieure, qu'ayant t autorise par un dcret rendu eu
comit gnral faire arrter un nomm Rochet, souponn d'entretenir des^correspondances aveC des migrs orangistes Osnabrug, et mme avec le Prince; elle s'tait acquitte de sa commission mais qu'il rsultait de ses recherches qu'il n'y avait pas de motifs suffisans de tenir le prvenu plus long-tems en tat d'arrestatiou j que cependant s'tant convaincue que cet individu, pensionn par lEtat et revtu du grade de major tait indigne de la pension dont il jouissait, elle propo* sait de charger le comit de l'union, de le rayer de la liste des p.emions. Adopte.
Hugo Gcvefs propose, au nom de la commission, diplomatique, afin d'encourager.autant que possible les. fabriques nationales de dcrter qu' l'avenir les prsens qui Seront faits aux ministres trangers lors de leur dpart, consisteront en ouvrages fabriqus dans le pays tels qne draps, soieries porcelaines, etc., et de commencer mettre excution cette mesure en fesant un prsent de cette nature au ministre Schubart dont les lettres de rappel ont t prsentes il y a peu de jours. Adopt. ____
Hugo G'evers rappelle ensuite que dans son opinion mise sur les rqutes venues d'Amsterdam l'appui de la dclaration des quarante-trois reprsentans ,-il avait-propos-de-dputeir une commission vers celle charge de la rdaction du nouveau plan de constitution, pour l'encourager acclrer ses travaux-, mais rassemble n'ayant pas donn sa proposition toute l'attention que l'importance de l'objet lui paraissait mriter, il croit devoir la prsenter et inviter l'assemble la prendre sur le champ en considration.
Cette proposition fortement appuye par plusieurs membres est mise aux voix et adopte l'unanimit. ,
On nomme ensuite, pour composer ladite commission les citoyens Van Dtkasteele H. Gevers Byleveld Ondorp Auffmorih Pasteur, Kantelaar, Blauw, Nuhout Van-der-Veen posterus Verhagen et Pompy van Meerdervoort.
L'assemble passant ensuite l'ordre du jour, on met en dlibration un projet de dcret prsent hier par Costerus concernant l'autorisation accorde la commission diplomatique, de faire mouvoir les armes de terre et de mer.
Plusieurs membres trouvent que le pouvoir attribu par le projet de dr est trop gnralis ; et aprs de longs dbats il est rejet une pluralit de 48 contre 47 es renvoy la mme commission.
RPUBLIQUE FRANAISE,
Paris le 4 pluvise.
Le corsaire la Friponne, du Havre, a arrt et conduit Dunkerque, un navire prussien nomm l'Amiti charg de genivre et dp tabac.
Le corsaire la Vnus de Mdias de Nantes a envoy en rivire un brick sous pavillot sudois, charg d'oranges et de citrons.
Le corsaire le Quinola de Saint-Malo a pris un sloop anglais eoti Paimpol avec an chargement d'esti-de-vie et de rhum.
Le corsaire U Cartouche, dOstende, a conduit dan ce port, le Hens sloop naviguant sous pavillon prussien et allant de Rotterdam Londres avec 16 mille fromages et et 40 ba- tils de beurre. >
Le mme corsaire a saisi le jeune Loduiich allant d'Embden Londres charg d'avoine.
Une troisime prise est entre Ostcnde.
Le corsaire l'Heureux spculateur, de Cherbourg, a amarin trois btimens ; le premier, amricain trois mat, entr Morlaix ; le deuxime, charg d'orge, Perros, et le troisime, avec mme chargement, Saint-Malo.
te Corsaire la Lgre, de Dunkerque, capi* taine Meycne, a envoy une prise Fahrsund.
Le corsaire l'Anacron capitaine Frion, s'est; empar d'un brick de boo tonnes, qui est entr Staranger venant de Ptersbourg et allant Londres avec fer suif et chanvre. Le mme corsaire avait dj pris, dans l'espace de dix jours, quatre btimens assez riches.
Le corsaire la 7jlie de Saint Malo t'ett empar prs Strat-Point, de la co'lette anglaise le Dolphin i venant de Terre Neuve charge! de morue et d'huile 5 cette prise est entre 4 Pcvos le 17 fiimairc.


5o2
Joseph Bonaparte ci-devant ambassadeur lome, est arriv Paris ; il a eu une confrence avec le directoire sur les vnement dont la France doit demandrvengeanceau saint-sige. Il doit entrer au conseil des cinq-cents en qualit de dput del Corse.
Les gnraux Brune, Kilmaine Massena et Victor sont Paris.
Le gnral Tisson, qui revient du Midi, a t mis en arrestation par ordre de la police.
M. le cointe Cabarustant n Franais ne sera pas reu en qualit d'ambassadeur de la cour d'Espagne auprs de la Rpublique franaise ; nous croyons que des taisons politiques plus puissantes, peuvent avoir engag le directoire ne pas le recevoir.
La corvette, la Volante, charge de conduite les dports Cayenne a rempli sa mission ; les dports y sont arrivs tous en bonne sant et la corvette est rentre Rochefort aprs ivoir fait une prise sur les Anglais.
Le cit. Vuillaume payeur gnral de la ci-devant arme de Sambre et Meuse, qui avait t arrt le 7 brumaire dernier, par ordre du gnral en chef de l'arme d'Allemagne a t jug le 6 nivse dernier par le conseil de guerre de la 2me division de l'aile gauche de l'arme d'Allemagne lequel a dclar l'unanimit des voix que le cit. Vuillaume n'est point coupable des faits articuls contre lui.
UAriel, parlementaire anglais, est venu de Porchester au Havre le 25 nivse avec 3oo prisonniers, dont 189 militaires et ni marins. Tous s'lvent contre les traitemens affreux qu'ils ont prouves. L'und'eux^dtenu pendant trois mois en Irlande dclare qu'au plus petit bruit, les Anglais lsaient feu sur les groupes de prisonniers.
Strasbourg le 5 pluvise.
Le quartier-gnral est parti le 29 d'Offenbourg, pour aller Colmar ; celui du gnral Duhesme est ici, et celui de Saint-Cyr Landau, Il ne restera plus de troupes du ct dOffenbourg Nous garderons seulement la tte du pont de Kehl et Aueinhem. Nous vacuerons la tte de Neuwied et nous gardons le reste de nos au-trespositions. Si d'ici a deux mois MM. du congrs n'ont pas fait la paix, nous reprenons nos anciennes positions sur leur territoire. Voil la nouvelle du grand quartier-gnral.
taient confies parles ordres des conseils etrf rendre compte, au surplus, au directoire eh-arT dres en vertu desquels la saisie avait t mT et de toutes les circonstances dont elle ataV compagne pour tre statu ultrieurement u c gard comme il appartiendra.
Une lettre avait t crite en outre au rurn,* ministre, pour lui recommander spciaWm 1 excution de 1 arrt en. lui observant que si les sous-ordres employs -la confection d costumes des reprsentans du Peuple, avaient os tromper leur confiance en se servant d'toiles proposition que je combats qu'il en fit une J anglaises, le directoire Se' concerterait avec les svre justice. """ j.---......-
toute ide d'usurpation pour dissiper le prestige des sophismes sur lesquels on l'appuie pour conserver au magnifique systme des lections populaires, et de la reprsentation nationale, toute sa puret primitive ; pour attacher le Peuple ses devoirs, en le lsant jouir de tous ses droits. L'excution omplette et rigoureuse de la constitution est le plus bel loge qu'on puisse es fane et le plus sr moyen del consolider ; si vous la morcelez, elle est perdue.
Mais le corps lgislatif est pntr de ces vrits et de ces sentimens ; peine eut-il entendu la
D.
MELANGES.
Du renouvellement du Corps lgislatif.
Des citoyens, au moins inconsidrs, irrflchis, invitaient 1 autre jour le corps lgislatif suspendre les lections prochaines et conserver dans son sein le tiers qui doit en sortir le 1" prairial; ils lui demandaient en un mot de violer l'un des prin--cipes fondamentaux de la constitution.
Il y a des hommes qui ,> s'il m'est permis de n'exprimer ainsi ont pour les lois un amour purement platonique ; elles existent cela leur suffit ils renoncent en jouir : heureusement que le plus grand nombre des Franais ne partage point ce sentiment bizarre. Ils s'indigneraient que, par un abus d'autorit que rien ne pourrait justifier, l'un des pouvoirs suprmes violt ces lois pour se perptuer dans des fonctions essentiellement temporaires. Si cette usurpation pouvait s'effectuer, ds-lors plus de confiance dans ce 'pouvoir on le regarderait comme un tyran qu'il faudrait renverser et punir la premire occasion favorable. Calomni plus que jamais par les ennemis de la rvolution, il ne trouverait plus de dfenseurs parmi les patriotes ; quelle que ft la force de ses motifs pour se perptuer et la modration de sa conduite il ne pourrait viter les odieux paralelles ; ils rappelleiaient le souvenir des dcemvirs de Rome et du comit de Robespierre. L'hypocrisie et les fureurs de ces usurpateurs clbres viendrait effiayer encore notre mmoire et ranimer notre indignation.
Mais en supposant les plus pures"intentions au corps lgislatif, qui prolongerait arbitrairement sa mission, il et| rsulterait toujouts uu mal ii rparable c'est le mpris du Peuple pour une constitution qui ne saurait se garantir elle-mme, et que Ion violerait tout moment sous prtexte de la dtendre; c'est l'indiffrence des, meilleurs citoyens pour des droits politiques qu'ils, ne pour-laient exercer qu'au gr des caprices de leurs mandataires ; c'est le triomphe de tous les dtracteur du systme reprsentatif, le dcouragement des sncers rpublicains et la facilit que trouverait un audacieux usurpateur pour-,relever le trne. 11
Lgislateurs rpublicains, vous tous qui chrissez la libert, runisse:*-vous pqu repousser
Il se rpand des exemplaires de deux petits ouvrages du citoyen Palissot; l'un, est une lettre qu'il a adresse le 18 du mois pass la classe de littrature et beaux-arts de l'Institut national ; l'autre est une troisime dition d'un crit intitul : Questions importantes sur quelques opinions reli-, gieuses. Ces deux crits peu susceptibles d'extrait, mritent d'tre lus en entier ; et nous croyons que parle dernier, le citoyen Palissot a rfut victorieusement ceux qui l'ont accus de haine pour la philosophie ; les personnes impartiales jugeront au contraire que cet excellent ouvrage, dans lequel il a prt de nouvelles armes la raison contre les ides superstitieuses lui donnent des droits la reconnaissance publique.
A l'gard de sa lettre, nous avons t frapps du ton de dcence et de modration avec lequel il y rpond de vieilles calomnies qu'on vient de renouveller contre lui au moment mme o il s'tait-mis sur les rangs-pour une des places vacantes l'Institut national. Honor dj du choix de cette compagnie savante lorsqu'il tait absent de Paris, il semblait, en sollicitant cette nouvelle faveur ne devoir s'attendre aucun obstacle. En effet, le citoyen Palissot est incontestablement du petit nombre des gens de lettres que l'opinion publique appelle le plus cette distinction qui cesserait d'en tre une si elle tait prodigue. Ses plus violens dtracteurs le reconnaissent la fois pour un homme de got, et pour un de nos crivains les plus purs ; mais quelque flatteur que soit cet loge donn par des ennemis, nous osons croire que le citoyen Palissot a un titre de plus et qu'il s'est montr homme de gnie dans ses comdies et dans son pome de la Dunciade ouvrage qui n'avait pas de modle dans notre langue et qui nous a toujours paru trs-suprieur la Dunciade de Pope.
Il est vrai que ces mmes ouvrages, qui lui donneront tant de droits l'estime de la postrit, ont d exciter contre lui quelques animosits personnelles. Dans tous les tems, ces animosits ont t la suite invitable et de la satyre sans laquelle il n'existe pas de bonne comdie et de la comdie mme, si utile cependant la correc tion des murs ; mais si ces deux genres, sous le rgime de la servitude, ont t souvent un titre d'exclusion aux places acadmiques, il n'en sera pas de mme sans doute sous le rgne de la libert. L'Institut national sait trop que ce que Tacite regardait comme nn signe de prosprit dans les Etats rpublicains, n'est pas moins avan tageux dans la rpublique des lettres et qu'on peut appliquer celle-ci, comme aux autres, cette vrit politique : Ex privatis odiis respublica crescit.
Au reste le citoyen Palissot a vu s'teindre en grande partie les animosits qUe ses talens avaient lait natre et son ge lui donne encore un droit de plus aux rcompenses littraires qu'il a si bien mrites.
CORPS LEGISLATIF.
CONSEIL DES CINQ-CENTS.
Prsidence de Boullay, de la Meurthe.
suite de la sance du 28 nivse.
Le directoire excutif adresse le message suivant :
Citoyens lgislateurs, Le directoire excutif vient de lire, l'ouverture de la sance de ce jour la loi qui lui es parvenue hier aprs la sparation de ses membres, concernant la saisie faite Lyon des toffe destines aux costumes des deux conseils. I s'tait, ds hier, occup de cet objet dont un de ses membres avait t informe ; il avait pris un arrt par lequel le ministre de la police est charg de donner les ordres les plus prompt: et les plus prcis, pour que les toffes dont i s'agit, saisies sous le faux prtexte qu'elles taien de fabrique auglaise fussent remises sans
conseils sur les moyens de constater le dlit de faire punir les coupables. '
Les dispositions de la loi rendue par le corpi gislatif sont les mmes que celles prises dans l'arrt du directoire, sauf en ce que le directoire, avait ordonn la remise des toffes dota il s'auit dans les mains des persono.es qui elles taient confies, afin que l'activit du travail ne souffrit pas ; mais comme par la loi, vous ordonne* que les costumes soient renvoys aux deux conseils le directoire excutif, moins d'autres dispositions ultrieures de votre part; va sur le champ donner les ordres ncessaires pour son excution. t ,>
Le conseil ordonne l'impression.
Une vive agitation se rpand dans le conseil.
Plusieurs membres demandent la parole.
Talot. Quand le corps lgislatif a ordonn pr une loi que ses manteaux lui seraient renvoys il est bien entendu qu'il a voulu que ces costumes fussent renvoys aprs avoir t confec-tions. Il a envoy ces manteaux, Lyon pour tre brods ; et ce serait aussi un trop mauvais peisiflage si prenant la lettre la loi rendue hier on allait vous les renvoyer de manire que vous ne puissiez vous en revtir. Ce serait sans doute interprter la loi d'une manire bien trange. On doit laisser les manteavtxaux ouvriers pour y achever les broderies dont le dessin a t ordonn. Tel est le sens de la loi. Certes, il y a bien assez d'outrages l-dedans, sans qu'on vous en fasse encore un nouveau....
Quelques membres interrompent en signe d'im-probation et demandent le repvoi la commission.
Le cris, aux voix le renvoi! se rptent alors de toutes parts. -
Dclbert, Il est bien vident prsent que le projet du ministre de la police a t de se moc-quer du corps lgislatif.
Quelques voix. Bah, bah, allons donc. Quelques murmures s'lvent et sons suivis d'une vive agitation. J
Delbret. La question que nous fait ici le directoire est vraiment une drision. Comment, le directoire vous dit qu'il va donner des ordres pour faire revenir vos costumes si vous ne lui manifestez pas d'intention contraire! Et cependant il sait bien que ces manteaux taient Lyon pour tre confectionns; qu'on les brodait lorsqu'ils ont t saisis par ses agens. Vous devez donc prononcer votre intention de manire ne pas laisser le moindre doute.
Je demande que vous preniez une rsolution portant que les manteaux saisis seront remis aux ouvriers, pour tre confectionns et vous tre ensuite renvoys.
On demande de nouveau le renvoi.
Savary. Je ne vois pas qu'il y ait des reproches faire au directoire pour le messagequ'il voul envoie.... .
Vue joule de voix. Non nou.
Savary. Vous aviez dsir avoir vos costumes pour le 2 pluvise ; ces costumes ne sont p achevs; mais le directoire a pu croire, d aptes les termes de la loi d'hier, que votre intention tait de les faite revenir sur le champ.
On demande de nouveau le renvoi.
Savary.-Je demande moi, l'ordre du jour motiv sur ce que notre intention a t que manteaux ne revinssent qu'aprs avoir t confectionns.
Le prsident. On demande l'ordre du JOur< Jean-Debry s'crie : C ordre du jour motiv{
'Bailleul. En relisant les termes du message est ais de reconnatre l'intention du directoire, il avait ordonn l remise des manteaux aux ouvriers pour leur entire confection ; tel tait 1 odj son arrt'. Mais votre loi d'hier lui est pa -venue et il y a lu ces mots : les manteaux sais Lyon seront a'f instant, renvoys aux comnw sions des inspecteurs, s A ces termes sont point quivoques, le directoire a du que votre intention tait que les manteaux-tu sur,le champ renvoys. .Cependant, avant ae
il
iPousser >i moiodrs, delat, aux personnes auxquelles elles;1 coter la loi la, lettr, il vous consulte t WB


5o3
demande si l'arrt qu'il avait pris ne remplit as mieux ses vues. II attend votre dcision ou fera excuter la loi. 11 a raison.
Une foule de voix. Sans doute.
Bailleul. Je demande qu'on se borne l'envoi d'un message explicatif.
Delbret. H faut une rsolution en forme sans ooi on piloguera encore sur les termes de la ]oi. M Y a uue '* e"e est frmelle ; le directoire peut l'excuter dans le sens le plus rigoureux la lettre, et alors vos intentions seront dues. Il faut donc une loi positive qui explique le sens donrf la loi prcdente. Je propose de dclarer l'urgence et de prendre la rsolution suivante :
Les manteaux saisis Lyon seront remis aux ouvriers chargs de leur confectionement, pour tre ensuite renvoys aux commissions d'inspecteurs des deux conseils, m
On demande aller aux voix. __________________.
Quelques membres persistent demander Tordre du jour et le renvoi la commission.
flson-Dugaland. Un objet aussi minutienx vous a dj occupps trop long-tems.....
Une foule de voix. Cela est vrai, cela est vrai.
Tison. Je demande l'ordre du jour, ftiotiv sur ce que l'arrt pris par le directoire a rempli la vritable intention de la loi. .. .
D'autres membres. Non non; aux voix la proposition de Delbret.
L'urgence est dclare et la proposition de Delbret est adopte, ta sance est leve,
CONSEIL DES ANCIENS. Prsidence de Marragon.
SANCE DO 28 NIVOSE.
Le conseil approuve une rsolution du i3 nivse qui autorise le directoire donner des biens nationaux la citoyenne Semonin en chaage de ceux qu'elle avait cds l'ancien gouvernement. ^ (T^-
. Les administrateurs ^ie-da caisse de Lafarge adressent au conseil un tableau qui prsente le revenu exact de chaque actionnaire. C'est mal--propos disent ces administrateurs qu'on annonce qu'il y avait parmi ces actionnaires des personnes riches ; cette caisse est vritablement celle de l'indigence.
Le conseil renvoie ce tableau la commission qui t charge d'examiner la rsolution sur Ici rentes de aoo francs et au-dessous.
L'ordre du jour appelle la discussion sur la tsolution du 23 brumaire an 6 relative fan-nllation ou suspension de la vente des domaines nationaux.
Voici l'analyse du rapport fait par Cornudet, dans la sance du i3 nivse.
H parcourt tous les titres de la rsolution en les comparant avec la constitution les lois et la raison ; puis il ajoute :
La constitution attache au principe de la foi publique la garantie qu'elle promet des adjudications des biens nationaux.
Ce principe immutable dans toutes les socits humaines, appartient au droit civil qui en a rgl l'application dans les ventes faites de l'autorit de.la justice. Par identit de raisons les mmes rgles doivent tre suivies par rapport aux ventes nationales.
La rsolution soumise semble mconnatre que *e grand principe a dj sa place dans les lois de Ta proprit. On peut conclure i. deL.ljn-crtitude de cette rsolution dans renonciation de l'application de ce principe son objet ; **. de l'exagration dans le trac de la circonfrence de l'application. L'outr, le gigantesque 10ht l'effort de l'esprit dont la perception est OnfuSd
Tout bien tant sous la main de la "nation et "ns en vente a t et est lgitimement acquis tomme bien national.
Les seules exceptions ce thorme sont, 1. l'inalinabilit prcise de ce genre de bien Pune loi aurait prononce ; 20. la circonstance une rclamation rgulire et authentique avant 'alination.
._-,. ii* dclaration de ce thorme n'est pas assez Clairement et assez largement conue dans la olmion.
, rsolution s'gare dans l'extension qu'elle oonne la main-mise nationale qui ne peut pas n,c pas tre elle, c'est--dire, une possession Kclle et exclusive.
La constitution ne garantit que les adjudications 'paiement consommes.
Le feu rvolutionnaire encore que sacr, n'a pu consumer les formes voulues par les lois pour les ventes nationales et les droits des tiers que leur inobservation a conservs.
Les rvolutions vers lesquelles l'oppression pousse les peuples, n'ont lieu que dans les lois politiques. Les lois civiles ne consolent pas moins les citoyens durant ces moussons.
La rsolution en privant les tiers rclamans du droit d'opposer la prtention des formes de la loi contre les ventes faites au nom de la Rpublique de leurs proprits est une vritable violation de l'article 358 del constitution. Supprimer le droit qui rappelle la proprit enleve, est en effet la mme subversion sociale que s'emparer de la- proprit elle-mme.
Il ne peut pas exister de loi qui maintienne des vols existans et autorise en commettre de nouveaux. La rsolution prsente encore ce scandaleux effet.
La rsolution perptue l'excution du mode de vente introduit par la loi du 28 ventse an 4, lorsque cette loi n'est plus qu'elle a disparu avec l'abnie des besoins qui la~fkent natre et qu'elle a combl ; elle porte atteinte au contrat solennel form entre la nation et ses cranciers par la loi du 9 vendmiaire an 6.
La rsolution pour remplir cette fin essentielle qu'elle se propose ne doit rien laisser dsirer, et elle ne dit pas quelle doit tre la forme authentique des oppositions formes avant les adjudications consommes.
L rsolution suppose Inexactement le fait, que toutes les contestations ayant trait la vente des domaines nationaux taient exclusivement dcides- administrativement.
Il existe un cas, cas unique toutefois, o, l'opposition antrieurement forme l'adjudica^ tion ayant pour cause une contention de proprit avec la cation, le recours l'autorit judiciaire ne peut tre refus au rclamant qui se croit, bless par la dcision du corps administratif l'opinion duquel il a d pralablement soumettre sa prtention. La rsolution devait sparer ce cas, l'exprimer avec prcision : la division constitutionnelle des pouvoirs l'exige.
La rsolution est en contrarit avec l',att. XX, section III, titre III de la loi du 5 brumaire an 3 avec la loi du 14 frimaire dernier. '
La rsolution est incomplette dans ses dispositions relatives la fixation de l'indemnit due au propritaire qui s'est laiss dpouiller par dfaut d rclamation tems utile. Elle arrte injustement le rtablissement du propritaire qui a rclam avant l'adjudication, en imposant son rtablissement une condition qui 11e doit pas tre remplie par lui mais par la nation.
Reprsentans du Peuple elle est attendue elle est ncessaire la loi qui doit fixer l'excution de l'article.374 de la constitution; mais la politique qui la rclame ne peut tre que la justice pour tous.
Votre commission compose de nos collgues Dedelay-d'Agier, Lebreton Bozy Merlitio et de moi, conclut, l'usnimit, ce que le conseil des anciens dclare qu'il ne peut approuver.
Vernier convient que la rsolution peut bien contenir quelques vues .qui en ncessitent le rejet; mais il soutient que toutes'les contestations relatives aux ventes, doivent tre dcides administrativement comme elles l'on t jusqu'ici. Il regard comme Ventes lgitimes toutes celles qui ont t faites suivant ls loisexistantes ; et comme acquisitions lgitimes celles qui' dut t faites par des citoyens, qui; s'en s'embarrasser de l'origine des biens mis en-vente-, les ont achets comme biens nationaux. Il invoque l'article 374 de la conftitution qui a garanti ces ventes. 1
Cornudet rpond que l'article 374'de lacons-; titution a garanti les acquisitions lgitimes ,'mais' qu'il n'a pas voulu crer un principe de clps-session des citoyens en _faveur de'l'Etat la simple inscription d'un bien sur la liste des hiens uationaux pouvait le faire vendre au profitde la Rpublique; je demande, dit Cornudet,; o serait la garantie pour les citoyens contre l distribution de leurs biens par les agens" du gouvernement?
Le conseil rejette la rsolution, ,. -> .
Le directoire envoie copie du-message qu'il vient d'adresser au conseil des cinq;cents relativement la saisie des manteaux. : ;
( Voyez la sance du conseil des'cinq-cents.)
La sance est leve- .,
CONSEIL DES CINQ,-CENTS.
SANQE DU 29 NIVOSE.,
Le directoire transmet les dtails suivans sur l'vnement arriv chez Garchy.
Citoyens lgislateurs,
L'vnement dsastreux arriv le 26, chez le citoyen Garchi, avait dj excit la sollicitude du directoire.
11 est ncessaire de tranquilliser les citoyens paisibles qui ont cru voir daus la violation du domicile de Garchi une suite de la tentative de-vol faite chez Abuckaya, et la preuve d'une organisation Paris d'une bande de voleurs, ayant une force anne leur disposition.
Voici les dtails exacts de l'vnement d'Abuckaya :
La nuit du ig au 20 de ce mois, trois hommes, vtus de larges redingotes le chapeau rabattu, dcors de rubans tricolots1, et se disant fonc--tionnaires publics, se prsentrent la caserne, avec un ordre sign Verdire portant que le commandant mettrait leur disposition douze fusiliers, un sergent et un caporal pour excuter' un arrt du directoire, et que "la troupe reconnatrait pour chef l'un d'eux. ;
La troupe fut commande en vertu de l'ordre ci-dessus et les trois individus se portrent sur les-cinq heures du matin la maison du Nord o demeurait Abuckaya ; ils rnsente.rent un ordre prtendu du directoire pour le mettre en tat d'arrestation et visiter.ses effets, malles' et papiers et demandrent tre introduits dans, son '-appartement!; Le matre de la maison et, Abuckaya obirent sans rsistance, et la visite' commena. 1
Aprs avoir cherch avec beaucoup de soin l'un des prtendus fonctionnaires publics demanda o taient les diamans et l'or. Abuckaya rpondit qu'il n'en" avait point. Alors les voleurs feignirent qu'il n'avaient ri su trouv dans les papiers qui mritt l'attestation, et se retirrent en demandant pour le pour-boire de la' garde 24 francs qui leur furent donns.
Tel est le d'tatj_xact' de cet_vncment, et il est absolument fatixque le domicile d'Abuckaya et de son associ ait t dvast.
Le ministre del police, instruit des faits, donna ses ordres sur-le-champ, et dans les -24 heures, les trois coupables taient arrts.
Le directoire peut assurer aux conseils qu'il n'y a aucun rapport entre cet vnement et la rixe sanglante arrive chez le"citoyen Garchi.
Ls causes de celle-ci sont, d'aprs les rapports de police les.insultes grave/faites journellement dans cette maison des dfenseurs de la Patrie par des particuliers collets noirs, et d'autres couleurs qui avaient l'impudence de se traiter hautement'.de comtes, marquis chevaliers etc.
L 26 nivse, vers les onze heures du soir,, quatre hommes assez.mal vtus se prsentrent chez^ le citoyen Garchi et demandrent des rafrachissemens. -Leur.tournure trange, le contraste de leur, costume avec ceux qu'on a coutume! d'y yoir attirrent sur, eux des regards dont il parat- qu'ils s'offensrent; ik-tinrent quelques propos auxquels on-rpondit. Alors entrrent plusieurs hommes revtu;, d'amplesredihgohes'.: sous, lesquelles on prtend, -avoi-it '-vu des" habits militaires, et la querelle prit uruLtourttur-e trs-' srieuse, puisque plusieurs, personnes ont t violemment maltraites!
La gaide^s.uiyfrtt et s'empara -de.,plusieurs individus qui' 'parvinrentT s'chapper dont, quel-' ques-u'ns mme sautrent par les fentres; et des secours furent donns'aux blesss.
Le citoyen Garchi annonce,..avoir, t vol, de plusieurs pices. djargnte.ti.q .;..un_ autre citoyen 'a, dit-on "perdu sa "montre t plusieurs pices d'oT.Il n'est pas douteu^ que.des. brigands" n'aient profit du dsordre et 'duV. tumulte qui.'.ont. eu lieu bo'r enlever ce "qui"s'est, trouv leur
porte.1-;;" ";./ /;, '!;, ,i;
Mais, jl est faux qu'on ait arrach avec,violence., l.pagure'des. citoyennjes,, puisqu'il n'y en avait qu'uue; chez, Garchi;, qui n.'a port aucune plainte sur, ce fait ; il ,est Liux qu'un se sou fait apporter,, l'ar^enieiie.,,et; le numraire du pro-pij^aici^Get.vaeuient,,iout..affligeant: et mal heureux qu'|it tftne tient. .aucun projet organis contre la,prp,p.rit, 1 des .citoyens et il a,dans-son origine (ous les caractres d'une rixe exasprs pal le ton insolemment ami rpublicain, des uns, et TsWit de vengeance qui s'est empar ds"a'dtr'tfL-"f:-''-- ': '
Ceci est.d'autant plus fond ^'qu'hier encor.e au JardimEgalit cls" particuliers collets d,e coule.uf"taint'.'en- ds-grand nombre et tjug des dfenseurs''de l Pafre jtni..t fortement provoqus; t in'j!u.hsV Hier aussi', sur une p)a,c; publicjtie autre' dfenseur-d la Patrie a t violemment' hialtrait par des individus Unt l'un esf arrt. 1 '
Le minis.tre de la police I'.gncral de la 17* division,,le commana'atit de la place, Je bureau ceutral et.les. .officiers de.po1ice-cmploient tous leurs efforts pour prvenir de semblables excs connatre ceux qui ss'en s'&rltirdrrdus coupables, et les faire punir suivant fa rigueur des 'lois/
..... ii !
.1 t..Sign-, .JftbftAOltAS.., prsident. r->--
J.;'.'' '.. JL^'gli;^^iV|^f*^-gewcr La lecture de ce message a t entendue dans le plus grand silence et le conseil en a ordonn l'iaiprositiou.
1


i
Sdiuthoreut, au nom d'une commission spciale fait uu rapport sur la motion de Gay Vemon tendante rapporter la loi du 19 fructidor relative aux fermages. Il termine en proposant un projet portant en substance ce qui suit :
Dans le cas o, par l'effet de la loi du 19 fructidor les fermages des biens nationaux et autres administrs comme tels, excderaient de moiti del valeur de 1790, les fermiers sont autoris ) demander, dans le mois, la liquidation desdits fermages au prix de 1790.
Les fermiers qui provoqueront cette liquidation seront tenus de consigner une somme gale au bail de 1790.
Le conseil ordonne l'impression du rapport et du projet.
Lu/lot fait un rapport sur la ptition des armateurs du corsaire lAiiza qui demandent que les jugemens rendus en matire; de prises maritimes ne puissent tre excuts au prjudice de l'appel ou du pourvoi en cassation. Il rend compte d'abord des circonstances qui ont donn lieu Cette ptition.
La commission, dit-il, n'a pas d s'arrter aux faits allgus par les ptitionnaires soit parce que rien n'en justifie la vracit, soit parce qu'ils font mention de jugemens dont le conseil n'a point discuter:\le mrite ; mais, fixant son attention sur la question de savoir si les jugemens rendus en pareille matire sont susceptibles d'excution elle a pens que non.
Quelles matires en effet, peuvent tre ranges dans cette espce ? Celles dont l'excution est urgente et n'est pas irrparable en dfinitif ; celles par exemple o il s'agit de la restitution de choses dprdes ou pilles dans les naufrages de dettes pour cargaison etc.
Mais en matire de prises maritimes, le cas est bien diffrent.
Qu'un jugement dfinitif, mais de premire instance, dclare une capture bonne et qu'il ait une excutiou provisoire, qu'en rsultera-t-il ? C'est que l'armateur pourra disposer de la capture, la vendre ou l'aliner, et en dissiper le produit.
Or,' une semblable disposition, irrparable en dfinitif, est incphciliable avec l'ide d excution ptovisoire,
Elle ne peut donc avoir lieu.
Qu'un jugement de mme, nature dclare la prise nulle : il sera donc libre au commandant du btiment captur de s'loigner du port o le capteur l'aura conduit? Que devient alors la garantie d l'armateur ? Elle est nulle. Que devient sur-tout la garantie publique si l btiment pris est charg de munitions prcieuses pour l'ennemi, et que le droit de la guerre autoris saisir ?
Nul sacrifice d'argent ne peut'compenser une semblable perte.
Ce second parti a donc ses inconvniens comme l'autre. *
Il est cependant un cas d'exception o l'on est forc de prendre provisoirement uu parti qui semble exclusivement rserv aux mesures dfinitives je veux parler de la vente des objets pris.
On ne peut ? dissimuler que toute vente est irrparable en dfinitif : cependant, en matire de prises l'exprience a convaincu qu'il fallait presque toujours faire procder la vente des Cargaisons et mme des btimens pris sans attendre la dcision dfinitive sur la validit de la prise parce que dans le cas contraire, le dlai qu'entranent ncessairement l'instruction et le jugement del contestation, fesait subir aux objets de la prise une dprciation invitable; mais alors le prix en reste dpos jusqu' ce qu'il soit dcid sans retour k qui il appartient.
Hors ce cas d'exception, votre commission pense qu'il serait contraire aux principes die .donner l'excution provisoire aux jugemens .rendus en matire de prises maritimes.
H est vrai que le dcret du 16 ao&t 1790 accorde l'excution provisoire aux jugemcrisrendus en matire de commerce et que les juges de ces tribunaux auront pu se croire autoriss 4'ftprs Cette disposition gnrale, l'tendre apx ma-fires de prises maritimes, quoiqii'i:l(e ne ft pas alors partie de leur attribution; mais s'il n'est pas de rgle sans exception, il est vident que ce principe doit recevoir sou application l'espce.
5 04
Telle tait aussi l'ancienne jurisprudence de marine qui ne permettait pas qu'un jugement en pareille matire pt tre excut au prjudice de l'appel.
Il n'en est pas ainsi des jugemens rendus en dernier ressort, et qui ne sont plus susceptibles d'tre attaqus que par la voie de la cassation.
Le moyen de cassation ne peut tre suspensif ; il semble mme exiger l'excution pralable du jugement contre lequel on veut se pourvoir. Il est de fait au moins que l'ordonnance de 16G7 n'admettait le recours en requte civile contre les arrts dfinitifs, qu'ils n'eussent t praM-tnent excuts.
Nous ne nous sommes point carts de ces principes.
Cependant, comme les rapports en fait de cours ne se bornent pas au capteur et au captur, mais qu'il en existe entre eux et le gouvernement franais cause des puissances neutres ou allies de la Rpublique du pavillon desquelles on peur abuser, nous avons cru devoir prendre quelques prcautions pour ne pas exposer le directoire excutif accorder quelquefois des indemnits dont le capteur doit tre exclusivement passif, en cas d'imprudence ou d'erreur.
De l l'obligation que nous vous proposons d'imposer celui qui a obtenu un jugement eu dernier ressort. qui dclare la prisjp bonne qu mauvaise, de ne pouyoir s'en faire dlivrer le produit qu' la charge de donner caution d'en faire le rapport, s'il y a Heu.
Nous devons sans; doute pourvoir tout ce qui petit favoriser la course, et la dgager des entraves qui en arrtent ou retardent les progrs ; mais, en nous occupant de l'intit des citoyens, nous ne devons pas ngliger celui de la Nation.
Le projet de rsolution que je suis charg de vous prsenter, est fond sur ces diffrentes considrations.
Ludot lit ce projet, qui est adopt en ces termes ;
Art. I'r. Tout jugement rendu sur le fait des prises maritimes en premire instance ne peut tre excut ay prjudice de l'appel, peine de nullit et de prise partie contre les juges qui le prononceraient,
II. Nanmoins la vente d'objets provenans de prises maritimes, pourra tre ordonne1, eu tout tat de cause, pour avarie rgulirement constate, ou en vertu d'un jugement dfinitif, quoique susceptible d'appel.
III. Dans l'un ou l'autre cas, le produit de la vente sera dpos entre les mains du receveur national de l'arrondissement du tribunal qui l'aura ordonne, sauf la remise, en dfinitif, qui il appartiendra.
IV. Cette remise sera exigible du onsigna-taire sur la notification lui faite par le capteur ou le captur, d'un jugement qui aura statu sur la prise en dernier ressort, la charge par celui qui aura obtenu Je jugement, de donner'caution de la valeur qui lui sera dlivre.
V- Cette caution sera reue parties prsentes ou duement appeles, par i tribunal qui aura rendu le jugement en dernier ressort.
V. I. En cas de contestation sur la solvabilit de la caution, il y sera statu par le tribunal, sauf l'appel.
VIL Les effets de la cautionne pourront cesser que par le consentement, de toutes les par-tics intresses ou que le dlai pour Se pourvoir,en cassation contre le jugement qui a statu en dernier ressort sur la prise, ne soit expir sans, qu'on-"ait us de cette facult, ou enfin que la demande en cassation n'ait t dfinitivement rejete.
VIII. Les rglemens antrieurs sur le faifdes prises IrnTtims^ntinTront d'tre excut^ en tout ce qui n'ast pas contraire la prsente loi.
Mrt'inel. Le jour approebe o le conseil abandonnera cette enceinte pour siger dans la nouvelle salle qui lui est prpare. Mais avant de quitter ces lieux, dont l'ide est lie tant d'ides de gloire et de douleur, qui de nous n'prouve pas fe besoin de se recueillir un instant?
C'est ici que l'assemble constituante tonna l'Europe par la runion de tarit d'hommes extra-or^inaite^ p.n.tout .genre,; .c'est de cette tribune que l'loquence de Mirabeau arma en un seul jour vingt-cinq millions d'hommes contre la ty-
rannie ; ici, assembeelegislative donna , .{ i du 10 aot et vu tomber ce trne , P"' qui avait pes trop long-tems sur tm PVP gnreux ; ici sigea la convention nationale fut proclame la Rpublique; ici retentiJn.' t Cris barbares des tyrans 'de l'EurS & contre elle; ici tut .spontanment dcrSi' guerre de la libert, cette guerre terrible S inoue dans les annales des Peuples ici fm le dernier roi des Franais; ici furent aill YSC renouvels les sermeUs de haine la royaut -furent applaudis les premiers triomphes denn armes; ici furent clbrs les vainqueurs T Jemmat'pes ; ici furent annonces la connut,. T la Savoie et la reunios de la Belgique
Pourquoi faut-il qu'il n> ait point'de bonheu, sans mlange ? pourquoi 1 homme sensible YT peut il se rappeler tant d'poques glorieuses u se souvenir aussi que la statue de la lib-Vt v voile, et qu'on nbusa de son nom pouregog ses amis les plus fidle ? Mnes des Verniaud ds GWet honorables victimes ds factions qui dchiraient le sein de la convention nati nale i vous tous dont les voix courageuses T firent tant de fois entendre cette tribune r recevez de nous le tribut d'hommages et d regrets que la Rpublique entire doit vo* vertus. v
Mais enfin le rgne du crime expjre ; le spectre hideux de 1 anarchie disparat, et du "sein des clairs et de la foudre la concprd s'avance tenant la main le code constitutionnel de l'an 3 Les portes de cette salle long-tems fermes se rouvrent sa voix, et le conseil des cinq cents sige dans le premier berceau de la libert.
La suite demain.
N. B. Dansla sance du 4 le conseil des ciaq-cents a adopt le projet de rsolution de Jpnrdan sur la distribution du milliard promis aux dfern seurs de la Patrie.
livres divers.
Calendrier du Jardinier, avec la description d'une bonne Serre, ou conseils de M. Bradley ,'i' Sut les ouvrages faire, tous les jours de chaqtie mois dans les jardins potagers e) les ppinires ; 20 sur la manire de conduire une s.r:e pour 1-s plantes trangres et pour les fleurs ; ^ pour cultiver les ananas selon l'usage ds diffrens pays ; 40 ppur bien cultiver les asperges, etc., etc. avec fig. Nouvelle dition. Prix 2 livres, et 2 1. 10 g. franc de port.
A Paris, chez Meurant libraire, rue du Gi-metiere-Saint-Andr-des-Aarts, n. iS
erratum.
Aulieu d'un ordre du jour sur la piitin prsente le 17 nivse, par des citoyens deBlois, pour la translation de l'cole centrale de Vendme dans leur commune leconseil des cinq-cents sur les observations de Le.clerc de Lotie et Cher, a rejet cette demande par la question pralable.
COURS DU Bourse du 4 pluvise -
G H A N G E Effets commtrcablts.
, 90 jours.
1
J> s 51 '
94i
Amsterdam.............
Idem courant............
Hambourg...............
Madrid.....j............
Idem effectif..............
Cadix...................
Idem effectif.............,
Gnes..................
Livourne.....<...........
Lausanne...............
Bilr....................
Londres................
Effets publia: ~- ,
Tiers consolid................... ijv.Ijy.Jo s.
Bons deux tiers........................2 ! 9s-
Boa trois quarts.................. 8 ' "s*
Bons un quart............ 89 1. pour cent perte
94 io3i fb. *.b.
561 192
i 17 6 i5 8 6 I! i5 .5 i3
fi
*P- p-
S P E C T A C L $ S.
Odon." Auj. Iphignie en Aulidt suiv. Crispnn rival' de son matre. '
Thtre ou Vaudeville. Am- la Matront d'Ephese; la icrc repr. de la Fin d Mt>W <>t* la Comte, et le Pari.
, L'abonnement ttfa)t< Paris, lue dti Poitevins, u 18. Le pris est d* 45 H, pour troit moi* en nuaiorairc On ne l'abonne qu'au Il faut adresser Ici letirct et l'aigcnt, franc dport, au cit. Aubrp, directeut de ce journal rue de Poi,cin. pay or* l'on ne veu< iB'rartchir. Le lete de dpartemens, non affranchiet ne seionr point rctrte, j. la ,,,>Sl;
Il faut avoir soin pou jp^W Je.rett, de charge celles qui renferment des alun, et jidresier tout, ce qui. coutetn* la rdaction de la feuille au Rdactepi, f5 ^ fonitiot, n* 3, 5o hv. pour six moil et 100 liv. pour l'anne ">I:"*' v. 1,8. Il rsut,c<*inpten<4re Jaas les cpW '* I""' d8'
A Paris, de rimprimeris du c,tt. Agassb propritaire du Moniteur rue des Poitevins n>3.


GAZETTE
QNALE ou LE MONITEUR UNIVERSEL.
Sextidi, 6'pluv.e tan 6 de. la Rpublique Franaise, une H indivisible, (jeudi a5janvkr 17 gS v.st.)
TIR Semlin,le %5 dcembre.
,Jjj j*3 une troupe d rebelles pntra pendant WWft dans *l faubourg -de Belgrade, 'et s'y .ttran(;jia p"our ttrffer ensuite une attaque sur la olace, Ufi corps de quatre cents hommes que le itfa avait .'bv'o'y' au devant d'un rrtfrt qu'il LeBuaitet qui n'arriva point, passa son retour
' ^'lo'm aubou'rg doh ls rebelles venaient Je s'emparer. Cette troupe en vint aussitt'aux JNrtins ivec l'trtiHi, et 'elle fut seconde par t taftn de la 'forteresse. Le combat dura plusieurs n'urs avec beaucoup d'&nimosite ; mais '4 li 'fin les rebelles urtt enfoncs et disperss -, ils laissrent soixante-neuf hommes sw'r la place, tM furent 'faits prisonniers et soixante-trois se rendirent a discrtion. Les gens du pacb'a' prit, 'Vbrxatite-deux tommes tus., Les prisonniers! ont t successivement fusills ou e5trfngjls. ; iptiii t motot il rie s'est ri en pass. -L'on I 'ti'etonhfe que les rebells, dont les force*sdoi-, VtnV'trc si considrables tfe s'oient prsents! h"f petit nombre. :
(Gett nouvelle dment celle anhon'ce par; un couder rcemment "arriv de Turquie et 'qnij usinait ts-osifivemetit 'la prise de Belgrade. ) fcpis'"'que la S,e'rVe est en*proie aux trou-? fjleV, ngation 't l crntnerce sont -entire- ment interrompus. j 1 is'trbups' impriales qui se trouvent "dans, 'flvrVdns, 'ont reu ordre de s'e tenir prts' 1 torcher. i Si, l'on en croit des lettres de Turquie, la cours <|c Werihe Serait 'en ngociation avec la Porte! foitoratfrie, pour un change de la province de* Bosnie -jusqu' la rivire de Verbas contre la] ijrtie de l'Albanie qui vient d'cheoir l'Au-iiche.
I T A L I E.
De Rome, le 3i dcembre.
Il n'est point douteux que les mouvetneos -ItojtfWu's qui ont eu lieu Rome, Ont "t l'effet! "d la crdulit d'un petit nombre de patriotes' exagrs, combine avec la sduction des'mis-ji jaircs du gouvernefnent. Ceux qu'on regarde ici? tomme les chefs des patriotes, n'y ont eu au cuire part ; et certes, ils ne sont pas assez ab-'srdes pouik entreprendre de renverser le gouvernement jpapal, sans ,-plan 'et sans moyens.
)Lcstsupprs de la Cour romaine, et les vritables auteurs de cette prtendue rvolution Ont pris toutes les mesures pour compromettre le ministre R'fi&paife 'et les'Franais en g< nral. Mais comment se flattent-ils qu'on croirai que'Ce ministre approuvait secrettement ce qu'il '.wiSpnrtfttvat si hautement, et qu'il fut assez 'absurde pour adopter un prtendu plan qui 't-j Tujsiat 'sa 'maison mme pour point de runion des rebelles ?
Ce qui prouve que le gouvernement "tait ''niht'l'lge'rice c'est qu'aprs avoir donn les ordres les plus prcis -pour faire feu sur toute espce 'd'attroupement aucun de ses ageis n 'sVst'm'outre pendant tout le tems qu'a drue la tragdie et le secrtaire d'Etat prtend rte dWoir ippris 'que du < ministre d'Espagh'e.
'H n'est .pas difficile dejdeviner le motif qui
'h'gg-le -go uvernemnt romai nLivre ses 'Propres forces il ne pouvait arrter les progrs e fa rvolution qui bientt, aurait gagn' le cwitre et renvers le trne papal. Il fallait un Au-reste on assure que Bonaparte a signifi *partant, an ministre Napolitain que l'a Rpu-blt(juc Franaise regarderait comme une dcla-;uan >de ; guerre de la part de S. M. S. si elle jtiit avancer 'ses troupes sur de territoire de Gglije.
RPUBLIQUE CISALPINE.
Milan le 1,4 nivse. G RANO-COKSE1 L.
Sance du 6 nivse.
grand-conseil a discut une motion de Per-seS<"ti sur le lieu fixer au tribunal de cassation t une autr# ^e j^aH]uroni ix%t les salaires de mploy.
Surla premire, il a rsolu dtppeler les hauts-jurs de tous les dpartemena, et il ajourn l'autre pour le jour suivant.
Sance rfu< 7 nivse. ,
Le grand-conseil s'est occup de rtablissement d'une cole de gue et a invit le directoire lui transmettre un plan.
Surla motion de. Luini il a discut les moyens d'empcher Tes vols dans Milan-, et de rprimer l'insolence des cochers qui, en courant dans les rues, 'mettetnt sans cesse en danger la vie des pitons.
Aprs plusieurs dbats,'il nomme une commission de trots membres .pour recueillir les-difi-rentes opinions et en faire rapport -, et il a dcrt qu'en- cas de contravention- la dfense de courir, tant les cochers, que ceux qui seront dans les voitures ou cheval, seront condamns six mois de .prison.
Sance du 8 nivse.
I! y a eu une longue discussion sur les moyens de gurir ceux qui, malgr la dmocratie veulent conserver les titres,
Un dput a propos de les envoyer aux petites-maisons ; un autre de les mettre au Carcan avec tous les attributs de leur ancien rang. ,1
Lattanzi voulait qu'on se bornt' donner les! titres de comte marquis duc chambellan etc. aux masques populaires Arlequin BrighcUe,, Pantalpn etc.
Le conseil a renvoy toutes ces motin-s la commission lgislative ainsi que celles 'qui r-.gardent'l'usage du pronom ta bt.
Un membre, avit.Yaitj observer'que vous et, elle sont contraires la grammaire et la logique et que les Rpubliques ,grecqjes, et romaines commenaient s'approcher de leur chute, lorsqu'elles renoncrent l'usage d tutoyer.
Sance du .9 nivse.
Alborgketti au nom d'une cdmmissfh fait un rapport sut ls Vriitns qui denandent d'tre reconnus citoyens de la Rpublique cisalpine. Il croit que la Ot transmise au directoire par le prsident du" congrs vnitien est illgale ; il propose de dclarer que tobsles patriotes vnitiens qui prouveront lgalement qu'ils ont donn'leur vu pour la fuflion Ta Rpublique cisfalpine, dont ia probit 't 'le patriotisme seront reconnus parle corps lgislatif, sont dclars citoyens actifs de la'Rpublique'cisalpine.,
Le projet est adopt .avec de lgres modifications. .
La commission des finances par l'organe de Codd, demande des tableaux topographiques des dpartemens, l'tat de l'agiiculture etc. connaissances indispensables pour fixer un plan de finances. ;
Le conseil dcrte l'impression et l'ajournement.
Le prsident annonce, par un discours nergique, la rvolution de P-.saro Fano Sinigaglia et autres pays circonvoisins.
Ou lit le rapport que le directoire a fait imprimer et les pices qui l'accompagnent.
Sanvedu 10 nivse.
Il s'lve une longue discussion sur le lieu choisir pour y tablir le tribunal de cassation. Elle est ajourne.
, Morali demande le rapport du premier article de la rsolution sur le costume des reprsentans du Peuple.
Lattanzi propose que les reprsentants portent une ceinture tricolore dans le lieu seulement de leurs sances.
Ces motions sont approuves.
La commission pour les dpartemens fait un rapport sur les moyens de rec'tifir les districts.
Le conseil dcrte l'urgence et l'impression du rapport.
Moltia au nom de la commission de bienfe-sauce publique propose au conseil d'inviter le directoire charger les administrations dpartementales donner un tableau exact de tous les monts-de-pt, de tous les hpitaux et autres fondations pieuses encore existantes.
Le message est approuv.
Un des secrtaires lit le message au conseil des anciens sur le costume des reprsentans. Les,
membres du gi^d^cdriieilpbrWrotit une ceinture rouge et les anciens rouge et'b'lahche tote deux avec une frange tricolore. ?
Le grand conseil approuve plusieurs articles du rapport sur ^organisation de a garde nationale. ( .' .
Le prsident, avant dlever'la sance, annonce que demain le ministre''if pr'rrid de Rome reoit son audience publique du directoire, et demanda side gtand-consil veut retrd'r sa sance.
Latuada rappel que I4 constitution dfend auk repiseulctiis d'imervetiif.4 aucune crmoil& publique.
Lattarm observe que -le ministre de laJRpu-bliqe Ligurienne a t reu ,il y a, huit jours., et que personne n'avait^u que;, ce ft un motif pour diffrer la sance. Quelle raison y aurait-il pour la diffrer demain,, qiCon ,reoit le ministre du despote des despotes, du tptfp'delaraiscitfc j
Sance d it nivse. '""'''.' 1
Le conseil des ancien envoie un .message par lequel il rejette l'urgence sur da lsolution relatiye aux citoyens vnitiens. i
, Ce-message donne lieu i une discussion aussi vive qu'iritjtesante. _.
Dandolo ditqoe puisqu'on a abrog la loi du i'S brumaire puisque f conseil, des anciens ne reconnat pas. l'urgence du rglement, que la sagesse d grand-'cdiiseil "y a substitu ,' il faut rappbrtt'r aussi la foi du 19 brumaire et exclure du/ f6rp$'f'grsraiif 'l'es reprsentans qui ont eu la mme pjtrie que ces malheureux'qun rejette. Il finit par 'demander s dmission. \
Reina observe que le conseil des anciens ^ en reje,ttant l'urgence, n'a pas pour cela.dsapprouv l'UssrVc de la rblur'on. ,
Vicini demande qu'on passe l'ordre du jour ?ur la motion de Dandolo, qu'on persiste dans l'bro'igatioh 'd'e la loi du i'8 brumaire, t qu'on nhdtiv.e de nouveau 'l'urgence '. selon Jes ibri's jp'rscrire8 par la constitution.
Gliscenti, Polfranceschi, Greppi, Gastelfranchi, soutiennent cette proposition par les raisons les plus fortes.
Sur la proposition du pr/sdent, le bureau choisit une commission de tro's membres, Gliscenti Albpr,ghetti et Polfiauceschi pour>re-Cueillir les diffrentes' mutions et en faire le Tapprt dans^la^seWcT^e^^iiTaitf.
Stejani prononce un discours sur le droit qu'a le Peuple d'lire ses curs. .
Leprsident demande la parole et soutient les principes de Stefani, comme essentiels -la conservation de la constitution.
Compagnoni observe que le directoire s'est rserv la nomination des vques assigne par la loi au Peuple mme -, que c'est un scandale dans une Rpublique qui ne connat pas des culteipblic.
Laniberti dfend le pouvoir excutif, par la '-considration que la cour de Rome emp'clierait la conscration ds 'vques, si 'le 'Peuple les lisait.
Reina rpond qu'il serait aussidnconstitutionnel qu'impolitique de demarider au pape la permission de consacrer le. vques. Dans leS pre-
m i e rp_ s i c 1 e s' Vd e J *&g 1 i s eZ,__11 o i s _vqucs vo i s n s
consacraient le nouvel lu; pourquoi ne pourrions-nous pas en faire de mme ? ,>:..:
Le conseil rsout que le 'directoire excutif transmettra dans trois jours la loi et le rglement sur l'lection des vques et des curs.,
Sance du 12 nivse.
Le grand-conseil se forme d'abord en comit secret.
Il reprend ensuite la discussion sur la question : s'il faut exiger que le ci-devant gouvernement provisoire et les municipalits rendent comptc'de leur administration. .
L'affirmative est dcrte, et on nomme une commission charge de proposer un projet d'excution.
"On lit un message du directoire qui fa;t part au grand-cnseil d une lettre du gnral Bertille?, qui loue le courage et le zele des hussards cisalpins et engage le directoire inviter le corps lgislatif leur permettre d'accompagner Bonaparte dans l'expdition d'Augletrre.
Plusieurs orateurs, et cutr'auttes Dandolo,


So6
La commission est charge de faire un rapport j ce sujet dans la sance de demain.
Ressi, au nom de la pmmissioo de la banque I deux ans sur le. pav de Saint-Ambroise, fait un discours sur le crdit j et d'un crucifix.
Trois portes et six gros verroux ayant cte nu-verts i je suis entr avec l'officier de police dan;* un cachot pestilentiel, o nous avons vu un malheureux couvert de baillons et de vermine. ayant le corps enll qui gmissait depuis plus de ur le. pav, cot d'une botte de paille
et sur la dette nationale en fixant des maximes .de droit politique. ,t civ,il analogue aux principes rpublicains. s-
Le conseil eu ordonne l'impression et l'ajournement. i
Projet d'arrt.
_ ..... _es cmq cents, apte* avoir entendu le rapport de sa commission des
Coosidrant que son nouveau palais estent, de le recevoir, et qui! importe la' dignit-^ ses sances et a 1 ordre de ses dlibrations L, pas retarder sa translation ; 1B Considrant que ce dplacement doit tr
-'loi du 18 brumaire et du trait d Camp.o-Formio et la rsolution suivante :
i. Les patriotes vnitiens qui demandent les droits de citoyens de la Rpublique Cisalpine -prsenteront, dans le terme d trois mois, leur
Aprs les prcautions ncessaires pour ne pas.
l'offusquer par l'clat de la lumire, et viter s .. t--------ut
les impressions trop violentes, je lui al fait don- connu du conseil ds anciens et du directoiv ner un froc et un manteau neuf, et lai arrach dj excutif pour l'harmonie des communication!, ce tombeau pour le faire conduire daus la maison et du Peuple Franais, pour lequel est institua des Alexiens, dont le but de l'institution est de J la publicit des sances ce
Arrte ce qui suit :
Art. 1". Le 2 pluvise prochain, ]e conseil d-s cinq-cinq quittera le focal provisoire o il tient ses sances, pour aller .occuper le palais qui y a t destin par la convention nationale le jour complmentaire de l'an 3. '
des longs.tourmens qu'on lui a fait, endurer, >l A JLLea-plut.ise.ravaatlaclturedelasance, a assur que c'tait cause.de la rpugnance j j^81-^"^ qu'il avait tmoigne pour la vie.monacale.*
J la non, et indiquera la, sance pour le lendemain dans le nouveau palais.
-Les membres du conseil seront prvenus qua
...... 1 '?Hr ^".uion aura lieu dans les pavillons du ycs.
ptition une commission choisie par le grand-J ^4-^j^, tj/*i tr TPT17 \ l**"-e onze- heures (du matin, et qu'ils, ne seront conseil. '; :J CuC/KlrS JLJVJ*151 A. I il', j aurais' dans l'imrjeur fa \a. salle, que revtus-de
0.1's seront tends,de prouver qu'ils ont favoris tuniotl la Rpublique Cisalpine et de donner les preuves les plus sres de leurs murs, de leur probit et de leur patriotisme
3.; Si les ptitions sont approuves1 par le corps lgislatif, les ptitionnaires auront les droits de citoyen actif de la Rpublique Cisalpine
Castelfranchi -propose que les ptitionnaires s'adressent directement au grand > conseil,'au lieu d'une commission.
Cet amendement est adopt.
On lit une lettre d'un administrateur de Ra-, venne, au'" grand-conseil,- par laquelle il l'informe que les commissaires organisateurs de l'Emilie, Oliva et Monti ont viol l'article 6 del constitution en dmembrant la commune de Rvenne. Il demande qu'ils soient mis en tat d'accusation.
Le prsident dmande qu'on discute d'abord si le grand conseil peut les dcrter d'accu sation.
Deho spare .,1a, cause de Monti,^,de celle d'Oliva ; le premier dpend immdiatement .'du pouvoir excutif; le^ second tant membre du corps lgislatif, c'est celui-ci dcider s'il convient de le mettre en tat d'accusation.
La discussion est ajourne demain.
SU I S SE.
Saint-Maurice, en Valais, le 23 nivse.
Un accord unanime existe entre tous les in-su'gens du pays de Vud.
Les Veveysans sont srs que toutes les villes | de Vevey v Genve1^ ont refus le-serment.
Aigle et Bex on prt le serment ; mais on balanait, l'excellence manda la magistrature : l'aspect des manteaux noirs y dcida.
Les autorits suprmes du Valais craignent le passage du vent de Vaud dans leurs gorges. L'oligarchie fait des prparatifs militaires au chteau d'Aigle pour des troupes allemandes qui doivent arriver incessamment. Le pont d'Aigle est gard par 3o hommes maiSjVUle-" neuse a fraternis le a3 avec les patriotes de Vevey.
RPUBLIQUE FRANAISE. Paris, le 5 pluvise.
Le gnral Tisson qui avairt mis en arrestar tion par ordre du ministre de la police, a t mis presqu'aussitt en libert.
leur costume.
III. fe palais sera orn, au-dehors de festons et de guirlandes ; le soir il.sera illumin.
IV. L'ouverture de la sance sera annonce par une salve d'artillerie. > .
V. Le prsident du conseil prononcera un dij-cours d'inauguration,. {la suite duquel il annoncera que, pour marquer cette poque"importante il va tre plant, dans les deux piincipales cours d'entre deux jeunes chnes consacrs la libert. -----------
CONSEIL DES CINQ-CENTS. Prsidence de Boullay, de la Meurthe.
SCJtTE DE LA SANCE DU 29 NIVSE.
Suite du rapport de Martinet.
Combien de fois, depuis cette poque, cette' salle n'a-t-idle pas retenti des chants de la victoire ? Qui .pourrait nombrer tous les hros cle-:j Cette plantation se fera aussitt avec pompe; brs cette tribune ? Avec quel transport y furent ]c dtachement des grenadiers du corps lgislatif accueillies ls premires esprances de'l paix qui. sera command pour la crmoui, sera ea qui devait couronner tnt'd travaux et ramener I grande tenue parmi nous l'abondance et le bonheur : C'est ici que la pacification du continent fut ann'on ce; enfin c.est,dans cette, enceinte; que le Peuple franais vient, d'exprimer son vu de porter au sein mme de l'Angleterre s^es armes invincibles, t de vrigr avec clat les outrages faits l'iri-dpridknce des Nations et l'humanit entire ,
par un gouvernement dont l'existence pes sur I reprsentans du Peuple prteiont individuclle-le globe et accuse la lenteur del justice ter-1 ment le serment de haine la royaut prescrit par nelle. j la loi du 24 nivse an i.
Temple auguste, premier asyle de la libert VIL Dans le cours'de ceUe.sance, le conseil franaise.' tribunes illustres par les talens et le I fera des messages aa conseil des anciens et au courage de tant d'hommes vertueux votes sa- (directoire excutif pour lui faire part de son insres qui retenttes tant de fois de nos jveeux I tallation. rpublicains et de nos chants de victoires autel de la patrie solemnel tmoin des sermens que nous fmes de vivre libres ou de mourir. d'aimer la Rpublique et de har les rois enceinte
Le conseil, en costume, ayant sa tte son prsident et ses secrtaires assistera tout entier cette plantation qui sera annonce par unenou-velle salve d'artillerie. .
La musique excutera les airs de la libert.
VI. Le conseil tant rentr dans la salle, les
VIII. Il sera dress procs-verbal'tant d la crmonie du dpart. que- de celle de l'inauguration.
immortelle, o" tous les genres de vertus et de'i X',L* n-n',lIon.do inspecteurs est charges gloire ont clat non, nous ne vous abandon- ^e "?^e.r d aVtes l"j>ases du prsent arme,* nerons pas sans exprimer les sentimens d~ v^r**"*^ -'iprimer-ertistTrbuer-aux-fflembres du
nration profonde dont nos c*ceurs soht pntrs; votre aspect Augustes monumens de tant] d'poques mmotables vous raconterez la pos-: trit la plus recule et votre gloire et notre re-, connaissance !
Mais, citoyens, en vous proposant de faire graver en caractres ineffaables les tmoignages de nos respects et de notre reconnaissance, il nous reste un autre devoir remplir.
Il est un usage dont l'origine se perd dans lai nuit des tems et qui est fond sur la nature mme du cur humain : cet usage consiste ddier et consacrer les monumens publics.
Je ne vous rappellerai pas qu'il fut adopt par toutes les Nations ; je ne vous parlerai ni des
conseil une instruction qui contiendra les dtails des diverses crmonies,, et gnralement tout ce qui pourra contribuer faire rgner l'ordre tit la dignit convenables la circonstance. '
- Projet de rsolution.
Art. Ier. Le palais destin recevoir le consil des cinq-cents par le dcret de la convention nationale du 2e jour complmentaire de l'an 3, est nomm Palais "national du conseil des' ckf cents. '
La rue de Bourgogne et la place qui lasparc du palais sont nommes : l'une, la rue, et l'autre, l place du conseil des xiq-cents.
IL La salle destine aux sances du conseil des cinq-cents est ddie la souverainet du Peuple
je me suis en consquence rendu dit-il, .avec l'officier de police au couvent des capucins et, sans cependant n'avoir que des doutes, j'ai somm avec union de fermet le gardien de me faite ouvrir le cjcjiot o tait enferm un, religieux 5 l'ayant vu trembler je lui- ai dit que je connaissais toutes les circonstances^ de cet emprisonnement; et que s'il ne fesait ouvrir les portes du souter: rain, il y serait renferm lui-mme. Aprs plusieurs excuses, il a fait apporter les cls de ce jieu de dsolation.
Athniens qui disputrent Pricl fhonneur 1 p de ddier les monumens publics et d'y inscrire 1 "'m* son nom; ni de ce dictateur romain (1), au HL Aussitt aprs que le conseil des cinq-centt bonheur duquel il ne manqua, selon Tacite,- aura quitt' sa salle .provisoire, il sera place sur que la gloire de ddier Je_Cp.i.t.oIc qu'ili avait fait les^muts intrieurs et extrieurs-de cet edtnce btir ; ni d'Agrippa, plus heureux, dont le nom des tables de marbre, pour terniser la mmoire se lit encore sur la frise extrieure du Panthon de des poques et des vnemens de la rvolution Rome. franaise qui s'y sont passs tels que, le tems que
Qu'estai besoin de recourir l'autorit de ^aque assemble nationale y a I histoire pour prouver la convenance d'un usage j- V que la nature elle-mme indique tout homme sensible et qui n'est qu'une manifestation plus
Le citoyen Estienne substitut du commissaire franais prs f anondissemeut d'Aix-la-Chapelle ayant t inform, le 14 nivse, qu'une personne
tendu des cris plainttfset lugubres pui fcemt-1 m "i-^uuvi..
Nous avons du pe,nsercitoyens, que vous n hsiteriez pas a consacrer l'enceinte que nous
quittons par des monumens et des inscriptions propres conserver et faire connatre les laits qui l'ont illustre
trouveriez pas moins convenable de ddier a a souverainet du Peuple Franais le nouveau palais national o vous tiendrez "dans peu vos sances en choisissant pour la solemnit de cette conscration une des poques les ni mmorables de la rvolution.
En consquence je suis charg de vous pro poser les deux projets suivaus
(i) Sylia.
1 de guerre contre toutes les puissances coa-; la journe du io:aot ; l'abolition de U royaut ; la fondation de Ta.Rpublique le jugement du dernier roi des Franais; l'tablissement du conseil des cinq-cents, et l'organisation ail rgime constitutionnel-, la proclamation des victoires des arme'' franaises ; les paix. sign avec quelques-unes des 'puissances de 1 Europe;
------------ la journe du r3 fructidor; enfin le veu et t
.^Jf^j. 0U,S. ,'.ne I Offranc]es des Rpublicains Franais pour) oei-cente en Angleterre. >: i
IV. Dans le cas o la dmolition de ctdilifC sera juge ncessaire, et quelle que soit l des nation du local il sera serv uu emplacemen l'effet d'y lever un monument, oui sera a eut la postrit, et sur,lequel seront reporte s inscriptions dont il est fait mention en la>"c pice dent.
Ces deux projets sont adoptes. La sance est leve.
us


5t>7
CONSEIL DES ANCIENS.
Prsidence de Marragon. SAN OE.DU 2g NIVOSE.
, Le conseil approuve une rsolution du 27 nivse, qui nxe Ie nombre de dputs que l'le ront punis de la mme peine lorsqu'il apparatra par les circonstances du fait, que ces attaques ont eu lieu dans le dessein d'assassiner ou de voler ou d'enlever les lettres papiers ou dpches lots mme que l'assassinat, le vol ou l'enlvement n'auront pas t consomms.
III- Ceux qui seront convaincus de s'tre introduits dans des maisons habites l'aide d'effraction extrieure ou d'escalade seront
Sur le rapport de Loysel, le conseil approuve aussi punis de mort, lorsqu'il apparatra par aussi nne rsolution du 17 nivse, qui dclare les circonstances du fait, qu'ils avaient le des-de bonne prise tons Vaisseaux neutres chargs sein d'assassiner ou de voler, lors mme que de marchandises anglaises. La commission dont ces derniers crimes n'auraient pas t con-Loysel est l'organe, a pens que cette mesure somms.
tait une juste reprsaille contre les Anglais qui IV. Les cas prvus par les articles prcdons, 0nt dclare contrebande toute production du,"restent soumis la comptence des juges ordi-10I ou de 1 industrie franaise. naires ; mais lorsque les dlits mentionns dans
Le conseil rejette celle du S frimaire relative I les mmes articles auront t commis par un au remplacement des biens des hospices civils I rassemblement de plus de deux personnes, les d'Atins attendu qu'on n'a point suivi pour I prvenus, leurs complices, fauteurs et in^tiga-j'gstimatioii, les formalits prescrites par les I teurs, seront traduits par-devant un conseil de j0ij. k' "guerre, et jugs par lui.
H approuve la rsolution du 28 nivse, qui j V. Seront aussi jugs par un conseil de guerre dclare que les manteaux saisis Lyon ne de- et condamns la peine de mort,'ceux qui yiont tre renvoys aux deux conseils qu'aprs dans un rassemblement de plus d deux per-avoir t confectionns. j sonnes,,se seront, introduits, mme sans efirac-
Girot-Pouzolpropose d'apwouvcr la rsolution lion < .dans la m/,s!?n dun citoye?- et J ,a"rout
a ,7 nivse qui prononce la peine de mort commIS ou ten, d* commettre des vois a force
contr les auteurs de brigandages commis i rt,e. ou .Par violence envers des personnes,
roice ouverte ; et attribue aux conseils de guerre ?e,,fe d)SP0S,.l,on est applicable a leurs complices,
U connaissance de ces dlits. fauteurs et instigateurs.
Les peines que prononce la rsolution sont ,Y?' SDt ,Pu.t.saco|mP,lcf < !auteurs ou ins."
JouMuses, dit le rapporteur ; mais H nature ''gateUrS CeUX'ia !" seront accuses
SSciines contre lesquels elles portent, et les f convaincus _d avoir enrle pour ces rassem-
gers de la.socit, exigent de puissans moyens blemcns.< de les avoir commandes ou de
de rpression. Les rassemblement qui infestent Jeur aV0,r.t f?Ur 1 -,? *a TgT 8 SoOni^leTttffiuoaux ordinaires sont trop' rfarer da'der U de ^or"fr le cr"ne -U granu y ; . 1 r / de leur avoir sciemment, et dans le menje dessein,
VIL L'art. VI de la loi du 3o prairial an 3, la loi du ier vendmiaire, an 4 l'art. 598 du code des dlits et des peines et la loi du-24 fructidor an 4, sont, en ce qui concerne la forme de procder applicables aux individus compris dans les
Il convient donc ^ la sret publique que la loi attribue aux consei*3 militaires, la connaissance des dlits que commuent ces rasserablemens d'assassins, de voleurs et de brigands
Ce sont les circonstances et la nature du crime ^ ,
qui dterminent la comptence des conseils mi- ktt{cic8 jy, V et VI.
litaites; elle est toujours fixe par un juge ci-1 1 ....
vil;*le directeur de jury a seul le droit de la VIII. En consquence, ceux de ces individus
rgler Vce qui rpond dj en partie aux craintes j P"s avec ou sans armes dans un rassemblement
que l'on aurait pu concevoir que la juridiction ou hors d'un rassemblement arm dont ils ont lait
militaire ne devint celle de tous les ciroyens. partie, seront, ainsi que leurs complices, jugs par
, ,,; _ jii:. I le conseil de guerre de la division militaire dans
La constitution porte au en matire de dlits I, ,6 ., ,
H r.^ 1 tendue de laquelle le dent aura ete commis emportans peine amictive ou infamante, nul ne ^
peut tre jug que sur une accusation admise psr des jurs ; mais l'article 204 de la constitution dit aussi que nul ne peut tre distrait ds juges que la loi lui assigne par des commissions des attributions autres que celles.dtermines par j des lois antrieures ; d'o il suit que cet article, j loin de diminuer les attributions du pouvoir lgislatif relativement aux_ mo_yem deJ''pte8sibu proposs, lui donne une plus grande 'tendue.
Nanmoins si l'un des complices d'un dlit dont l'instruction se fait devant un conseil de uerre d'une autre division militaire est arrt dans l'tendue d'une autre division, il sera renvoy devant celui saisi originairement du procs, pour y tre jug soit qu'il ait t statu.Sur le sort des premiers prvenus, soit qu'il n'y ait pas encore t statu..______--------
IX. Pour tous les dlits mentionns dans la te projet de loi n'tablit aucune commission, [ prsente loi, les mandats d'amener pourront tre aucun tribunal extraordinaire ; c'est un tribu- j dcerns par celui des fonctionnaires publics irai dj tabli qu'il donne le droit de juger, j ci-aprs dsigns qui, le premier aura t droit qui lui tait dj implicitement assur par la inform du crime commis ; savoir constitution. { Le directeur du jury ,
Reste maintenant , examiner si la nature des j Le juge-de-paix dlits peut attirer ceux qui les ont commis de-
vant les conseils militaires
L'article 36o de l'acte constitutionnel porte que les attroupemens sont disperss par la force. La constitution a donc considr que ceux qui
Le commissaire de police L'agent municipal, dans les communes au-dessous de cinq mille habitans ou son adjoint.
Les officiers de gendarmerie nationale sans
formaient de pareils attroupemens taient en tat qu il aient besoin cet gard d aucune requi-de guerre contre la socit. Les brigands, les sinon du directeur do jury ; a I effet de quoi il assassins qui infestent les grandes routes for- est droge aux articles 145 et 14b du code des ent les maisons, arrtent les couriers, volent J dlits et des peines.
les malles et publient le secret de l'Etat, sont J X. Les agens militaires et ceux des fonction-aussi en tat de guerre contre la socit, et la I naires publics qui, n'ayant pas le droit de d-loi doit les attirer devant les conseils de g'uerre cerner des mandats d'arrt, ont t autoriss sur-tout lorsque comme dans ls circonstances j par l'article prcdent lancer des mandats o nous sommes les dangers sont pressans. Les I d'amener, seront tenus sous les peines portes lois actuelles sont impuissantes pour parer la j contre les dtentions arbitraires de traduire dissolutjon dont le corps-social est menac par j 8ans dlai les individus qu'ils auront fait saisir
c brigandages. Il faut, pour viter l'anarchie Sue.la dictature de la loi soit tablie sur les brigands ; c'est le plus sr moyen d'empcher qu'ils n'tablissent sur la socit la dictature de furscrimes. Au reste la dure de la loi est orne un an; c'est--dire au tems ncessaire pour arrter et rprimer tous ces crimes
pardevant l'un des fonctionnaires publics com-ptens, pour dcerner les mandats d'arrt
XI. Dans les cas ci-dessus, aucun individu ne pourra tre mis en jugement sans avoir t pra lablement traduit devant le directeur du jui'y du lieu du dlit, l'effet d'tre rgl par ce direc tcur si l'individu doit tre envoy devant un Le conseil approuve la rsolution; en voici J conseil de guerre, ou devant les juges ordi-j tenue : I naires. Dans les deux cas le directeur du jury
Art. I. Les vols commis " force odverte j est tenu, sous peine de forfaiture de fairele
renvoi devant qui il apppartiendra dans les trois jours compter du rglement de la com ptence
XlL.Si fpendant l'instruction du procs qui prcde la convocation du conseil de guerre
-----uu. se.c^t <.uvu.0-----. l'officier rapporteur reoit des dpositions d
sur les routes et voies publiques soit ks datations ou autres documens qui chargent de toitures publiques de terre ou d'eau, soit les complicit quelques individus il en adressera criers de la poste ou leurs malles, soit les sur-le-champ une expdition audirecteur du jury Mriers porteurs des dpches du gouverne- de l'arrond.ssement ou le dlit a ete commis '*, ou des ministres, ou des autorit coos- lequel sera tend, sous peine de forfaiture de ou par violence sur les routes et voies publi qes; ceux commis dans des maisons habites, avec effraction extrieure ou escalade, seront, de la publication de la prsente loi, punis c mort,
11. Ceux qui seront convaincus d'avoir atta-
nnme officier rapporteur, les poursuites que-aura exerces contre ces individus.
XIII. L'officier rapporteur remettra galement une expdition de ces dclarations l'officier de gendarmerie le plus voisin pour faire traduire lesdits individus devant le directeur du jury.
XIV. Si, pendant la tenue du conseil de guerre quelques individus sont prvenus de complicit par le rsultat des dclarations des accuss ou par le rsultat des dbats extrait du jrocs-vrbal contenant les charges sera sure-champ adress tant au directeur du- jury du lieu du dlit, qu' l'officier de gendarmerie le plus voisin.
XV. Dans ce cas le conseil de guerre ne sera pas tenu de juger sans dsemparer ; il pourra v s'il le juge propos et d'aprs le rquisitoire de l'officier lsant les fonctions de commissaire du pouvoir excutif, ajourner sa sance pendant -un dlai suffisantpour*recevoir les reuseignemens du directeur du jury.
XVI. Dans le cas o des individus appelles comme tmoins seraient prvenus de complicit l'officier rapporteur ou le prsident, si le-conseil de guerre est assembl ,.'lss fera traduire sur-le-champ devant le directeur du jury avec une expdition des dclarations faites Contre eux.
XVII. Copie -certifie des jugemens rendus par les conseils de guerre- sera adresse, dans les trois jours l'accusateur public du dpartement dans lequel le dlit aura t commis.
XVIII. Tous gendarmes ou sous officiers de gendarmerie qui arrteront ou coopreront arrter, soit eu flagrant dlit, soit en vertu de mand_ats_d^amener _ou_aUarr-t les-prevenus~d.es dlits mentionns dans la prsente loi recevront collectivement, raison de chaque individu arrt et dclar coupable par un jugement, une rcompense nationale de cinquante francs dans le premier cas et de vingt-cinq dans le second.
Cette, somme sera acquitte de la mme manire que les frais de procdures criminelles.
XIX. Tout gendarme coupable de ngligence dans l'exercice de ses fonctions l'gard des individus des dlits mentionns dans la prsente loi, pourra tre destitu par le directoire excutif.
XX. Chaque chef d'escadron de gendarmerie enverra tous les mois, au ministre de la police gnrale, l'tat des arrestations faites dans son arrondissement avec les noms des gendarmes et sous-officiers de gendarmerie' qui les auront effectues, et de ceux des officiers dans les arrondissemens et sous la surveillance desquels les arrestations auront eu lieu : il y joindra des observations sur le degr de zele et d'activit que chacun y aura apport.
XXI. Toutes dispositions de loi contraires celles nonces dans la prsente sont abroges.
XXilV II est ordonne aux administrations centrales des dpartemens d'envoyer la prsente loi, dans les dix jours de la rception toutes les municipalits d Elle ne sera excute que pendant une anne dater de sa promulgation par l'insertion au bulletin des lois ; aprs ce tems elle sera abroge de droit, si elle n est renouvelle par le corps lgislatif.
Les procdures commences avant l'coulement de la mme anne seiont teimines d'aprs les dispositions de la prsente loi.
La sance est leve.
CONSEIL DES CINQ,-CENTS.
SANCE DU 1er PLUVIOSE.
LeS administrateurs de la Seine infrieure offrent pour la descente en Angleterre la somme de 408 liv.
Les membres du cercle constitutionnel de la commune de Neufchtcl, mme dpartement celle de 53o liv.
Engerremd, au nom d'une commission spciale, fait un rapport sur la liquidation des cranciers do la socit des ci-devant jsuites.
Le conseil ordonne l'impression et l'ajournement.
On procde au scrutin pour lo-rcnouvelicmeut du bureau.
La majorit des suffrages porte Bailleul la prsidence.
Les nouveaux secrtaires sont : Velpierre ( des Vosges ), Oudot, Gommairc et Aboln.
Le prsident annonce que la sance se tiendra demain, onze heures, au nouveau {palais les reprsentans y assisteront en habit bleu et en ceinture tricolore eu attendant que les manteaux soient faits.
La sance est leve.


5o8
CONSEIL DS ANCIENS.
SANCE DU icr PLUVIOSE.
Le conseil reoit et approuve cl suite une rsolution du eg pluvise, relative l'inaugutation du nouveau palais du conseil des cinq-cents*
Le cnsil rit Uri arrte de l mme date par lequel le conseil des cinq cents le prvient que demain il sigera dans la nouvelle salie.
On procde au renouvellement du bureau. Rousseau est lu prsident.
Les secrtaires Sont : Brival, Ribet, Dfrich et Deydier.
La sance est leve.
CORSE I L_DES Cl NO, CENTS. Prsidence de Baittcul.
S ANCE DU 2 PLUVIOSE,
Tenue au nouveau Palais.
A deux heures des dcharges d'artillerie ritres donnent le signal de l'ouverture de la sance.
La musique des grenadiers de la reprsentation nationale fait entehdr l'hymne ds Marseillais. Le Peuple rpond pat ls cris de vive la Rpublique Les tambours battent aux champs, l'instant et par une des ports latrales paraissent les htiissiers du conseil les messagers d'Etat, les secrtaires-rdacteurs les secrtaires, l prsident et tous les membres du conseil.-r-Ils dfilent au bruit ds instrurhens guerriers, t vont occtiperla place qui leur est assigne.
Les huissiers et messagers d'tat attachs au conseil, Sont revtus de ltir costume. Les reprsentans portent tous leur costume provisoire ; iin habit bleu retenu par une charpe tricolore ortr de frangs d'or.
A la solennit de cette marche l'extrme beaut du lieu la rgularit des costums a l'ensemble majestueux qui rgne dans cette, crmonie le Peuple reconnat ses reprsentans entrant dans le sanctuaire de la libert ; ses applaudissernens et ses acclamations eclateat de toutes parts. >
Bailleul monte au fauteuil, et proclame l'ouverture de la sance. Il se fait un silence profond.
Le procs-verbal de la safie prcdente est lu et approuv.
Le prsident prononce un discours comm-inoratif du 21 janvier.
Il mritait d'tre un jour religieux dit-il le jour qui creusa un abme entre une monarchie qui n'tait dj plus et la Rpublique naissante ; le jour o des milliers de cratures humaines cessrent d'tre les sujets, c'est--dire, la proprit d'un1 homme ; le jour o le systme politique de 1 Europe fut rompu puisqu'une partie considerable.de son territoire fut enleve l'usurpation et aux droits de successibilit envahis par quelques familles : l jour o une autorit non moins absurde et sans doute encore plus atroce, cette autorit purement spirituolle qui, dcore d'une triple couronne plaa le sige de l'humilit et de }a pauvret au-dessus du trne des rois et au milieu des richesses dont elle dpouil-loit les Peuples le jour, dis-je, o une telle autorit au moins pour la France fut prcipite avec un roi.
Mais combien nos sentiuiens deviendront plus recueillis, plus pntrans lorsque nous nous reporterons la cause d'un aussi grand bienfait !
Lumires de Ja philosophie consolation espoir des faibles humains manation sublime de. la divinit, c'est toi qui perfectionnas la pense qui rvlas les principes de la morale et de la politique les droits des Peuples et les injures des rois ; c'est toi qui marquas cette poque d'un sceau qui la distinguera jamais des vnemens les plus fameux.
En effet Gitdycns Reprsentans remontez aux tems les plus reculs dont nous ait parl l'histoire : vous trouverez quelquefois un instinct ardent, un sentimnt vif de la libert ; mais nulle part vous n'en verrez ni la raison ni le principe.
Les rvolutions furent jusqu' ce jour le combat de l'oppression contre la tyrannie de l'ambition contre la libert, de la ncessit contre la licence, de l'erreur contr d'autres erreurs.
On devenait libre, parce qu'on tait tyrannise ; on retombait sous le joug, parce qu'on ignorait les principes fondamentaux de l'organisation des socits.
Parcourez les philosophes de l'antiquit, Examinez leurs institutions, vous y trouverez tie connaissance .profonde des passions des hommes des dfinitions exactes des formes de gouvernement connues jusqu'alors, et des combinaisons dont elles sont susceptibles des observations si rigoureuses sur les symptmes de la force des Etats ou de leur dcadence, et sur les vnemens politiques, qu'ils avaient rduit en science l'art d les conserver ou de les dtruire ; mats vous n'y trouverez~~poinH;imeut constitutif des socits qui protge sans avilir qui consacre les droits de l'homme, l'galit entre les citoyens et la souverainet des peuples ; principe qui, en excluant l'hrdit et les privilges dfruit les gertneS les plus funestes des flaux qui assigrent l'humanit, enlev l'homme aux caprices d'un matre pour le rendre ; la dignit de Son existence, proscrit tout autre empire que celui d la raiSn t de l'utilit commune et ne reconnat dans urt gouvernement que l'organe ds lois t de la volont publique ; principe ternel fcomme l nature que Ion pouffait obscurcir un instant, mais qu'on ne peut pS dtruire. Semblable toutes les vfit aussi-tt qu'il fut mis il jetta des racines profondes, il to'ha leS regards ; tout ce qui lui fera obstacle sera renvers et tt 6u tard celui qui rflchit deviendra Si conqute.G'eSt une rvolution dans l'esprit humain qui pour la premire fois, a amen utt rvolution dans les choses.
( Il fait sfittr-ensuite de combien d bienfaits nous sommes redevables aux connaissances humaines, puis il ajout;}
Si l'on se retrace la chan des absurdits des prjugs, et des crimes dont nous fmes accabls pendant prs de quinze sicles, on concevra alors, malgr le sourire ddaigneux de la sottise t de l'ignorance, quelle conqute nous avons faite, et combien peu elle nous a cot en comparaison de sa valeur ; on concevra combien ils sont vils et mprisables ces tres dgrads qui osent encore parler de leurs quinze sicles de monarchie des torts d la philosophie qui a drang une si belle institution et des malheurs attachs au systme rpublicain, o selon eux, tout est faction o l'Sprit de sdition tient l'Etat dans une rvolution continuelle.
Ne sembl-t-il pas que ces quinze sicles de monarchie s sont couls dans la joie t l bonheur aumilieU de toute les vertus !
Imposteurs qui par un tel langage cherchez sduire et garer, cette monarchie fut-elle autre chose qu'une rvolution continuelle fut-etlenin instant semblable elle-mme ?^-
Le partage d'un royaume grand comme un de nos dpanemens, sous les rois de la premire race entre quatre on cinq rois formait il une monarchie d'aprs l'ide que nous attachons ce mot ? Les maires du palais, sous les rois de la mme rac", appels fainans ne devaient-ils pas leur puissance une rvolution ? Peut-on comparer au tems de Charles Martel, au rgne de Charlemagne, les tems O Sous leurs ds-cendans le royaume divis en huit royaumes, ce ne fut, jusqu' l'extinction de eette race que troubles animosits factions, gutres,, brigandages et ruines ; et cela, parce qu'il est reconnu selon un historien, que tlps ces rois avaient le crVau un peu faible ?
La fodalit tablie sous les jois de la troisime race dont les premiers furent matres d'environ cinq villes, n'-t-elle pas drfri lieu des vnemens sanS cSse rentfuvefls jusqu' l'abolition de la noblesse et des privilges ? Ils furent remarquables sous Philippe II, LUiS XI, Henri IV Louis XIII et Louis XIV.
Il faudrait citer toutes les pages de l'histoire, si l'on voulait se faire une ide de toutes les factions qui ont dvor ensanglant la France sous la monarchie. Oui, grands partisans de la monarchie, qui croyez qu'il n'y a de factions que dans ls Rpubliques, examinez. depuis Phatamohd jusqu' Louis XI si jamais Rpublique offrit l tableau de tant de guerres ci-Viles de tant de sang vers par les factions.
Mais qui pourrait peindre cette longue suite de crimes non interrompus, de calamits presque continuelles qui dvorrent l'Etat sous cette domination de soixante-six .rois, dont trois au plus n'ont peut-tre pas mrit d'tre chtis du dernier supplice. Les meurtres de Clovis, les crimes d'une Frdgoude tout le sang qui coula dans ls guerres civiles de la seconde race ; la France couverte de chteaux forts, de tours t de forteresses ; des brigands appels Seigneurs interceptant les chemins et dvalisant
les voyageurs-, bu guerroyant entre eux et, fi. sant battre letits vassaux traits comme f. brutes les plus vi'es ; ces guerres d outre-mer ces croisades o des rois plus imbijes en core que dvots allaient prodiguer dans une terre-trangre le sang de leurs sujets et-le peu d or qu'avait la Nation ; ces croisades bien p|ui coupables, bien plus atroces, o un roi, arm de la main d'un pape mettait feu et sati une partie del France^ le despotisme sanguinaire d'un Louis XI ; les prisons du Chtelei remplies deux fois, et deux fois vides par le massacre d'apis les ordres d'une reine de France le sang qui coulant sur l quai de la Ferraill' fesait rebrousser chemin au voyageur pouvant-les assassinats rachets prix de l'argent que Ton donnait aux prtres ; ces jours affreux o l vue d'un pfr t d'un roi, soixante-dix mille citoyens sont gorgs, avec des circonstances qui ajoutent encore 1 horreur qu'inspire un tel forfait ; ces guerres de religion dans FsqTe 1 tes^r"3U~n0mid^imrrdi e u dtT~pix~cl d~ clmence, on Se battait la fois sur tous les points de la France t qui e,httrierht Une misre telle que les campagnes restrent sans culture et que les chemins de cbmnfuhicatiott entre les principales villes taient couverts de ronces; les assassinats juridiques de Richelieu ; les guerres de la Fronde ; et ce sicle rput brillant de Louis XIV mlange inoui de^pros-criptiohs de volupts de sang et de ftes, o, 1 instigation d'un prtre cinq cent mille citoyens se trouvant entre des chafauds et ds frontires dont on leur fermait le passage, taient pourtant forcs, pour viter la mort, d'abandonne leurs foyers et de porter leur industrie dans un^terre-trangerer par-l-Louis XIV croyait expier le pch d'avoir eu des matresses ; !l misre .effrayante qui accompagna et suivit ls dernires guerres de ce rgne ; les profusions insenses du Rgent et le gouvernement si plat d'un Louis XV cligne en tout de la crapuleuse dbauche qui l signala, o les traits les plus humiliahs et-les plus dsastreux suivirent de guerres pendant lesquelles l'inhabilet ds gnraux couvrit l France d'opprobre t de ridicule art dehors, tandis qu'au dedans ds pfttts' portaieht l trouble' dans l'Etat, et dsolaient ts familles pat le'S divisions et ls haines qu'ils y sentaient ; enfin le parjure- et i trahison d'u Louis XVI.
La suite demain.
N. B. Dansla sance du 5 du conseil des cinq-cents la suite d'un rapport sur la situation malheureuse des Franais, prisonniers ei) Angleterre le conseil a charg le directoire de pren- dre sur le champ des mesures promptes et efficaces pour assurer la nourriture i'enttetien et le Soulagement dans les maladies de ces Rpublicains. ',-'.'.'
Il est autoris a prendre provisoirement les sommes ncessaires pour cet "objet, sur les fonds mis sa disposition pour les dpenses imprvues ; et en cas d'insuffisance, sur le produit des dons patriotiques. (
Le conseil a prononc l'ajournement ,dc !*-seconde partie de ce projet, qui portait que ,< pour subvenir aux besoins des prisonniers r serait tabli une taxe d humanit sur les citoyens ports aux rles de la contribution spinp'!uairev
La commission des inspecteurs a t renouvele.
LIVRES DIVERS.
De la Gonorrhc bnigne OU sans virus vtineft, etdesjleurs blanches; parj. L. Ddussin-DubreutU docteur en mdecinie ; t vol. in-8". Prix 1 J0's,< t si liv. franc de port. .
AParis, chez Fuchs, libraire, rue desMatlm-rin Jacques, htel Cluny.
On trouve la mme adresse deux at,fre*,0"" vrages du mme auteur dj aonoirc.es dan* cette feuille ; l'un intitul : Des Glaires, d leurs causes.de ttrs effets > w Prix i5 sous, t 1 liv. franc de port.
Et l'autre : De l'Epilfisie en gnral, et particu firement de celle dtermine par des cause morales. Prix 3 liv., et 4 liv. franc d port.
SPECTACLE S.
de la rpublique et des arts
ne en Aulide tragdie lyrique', et
THATttE
Auj. Iphignie ballet du Dserteur.
AlS
OnON. Auj.. Philoctete, tragdie, iv* Folies amoureuses.
TrtTitE du Vaudeville. Auj. te phorce} la 2e repr. de la Fin du Monde ou la 'et l Pr-Sdint-Gervis.
A. JouRdan rdacteur en chef.
A Paris, de l'imprimera d* citoyen Agass, propritaire du Moniteur, rue dtes Poitevins, n**3.
\


GAZET
TINALE ou LE MONITEUR tNMRSEL,
Septidi, 7 pluvite, fan 6' de la Rpublique Franaise^ une et indivisible, (vendredi 26 janvier 1798 t/.x/r;}
f OLITI Q tJ E.
ANGLETERRE. Londres i le 17 janvier.
0H lit dans une de nos feuilles du i5, qui ft'eit P8* remarquable pour son attachement au .atii de l'opposition, l'article
suivant :
t
fatnaeippeio:
Y LS ministres ont eu samedi detnir une confrence de La nouvelle mesure prise par le directoire contre le Commerce anglais ne se fera pas moins sentittj tu caf de Lloyd que dans les fabriques du comt deancatre. Il est impossible, sous le poids d'un telI artatlime d'assurer un seul btiment, puisqu'il n faudra qu'un mouchoir de fabrique ftglis pout rendre toute la cargaison conhs-quable. C'est un coup mortel peur notre eom-tteree; mas il est ridicule d'en faire un crime notre ennemi, comme d'un attentat sans exemple Il n'a fait que rtorquer contre nous notre doctrine maritime. C'est ainsi que nous avons 'tabli notre supriorit tontes les fois que nous navons ett l'occasion ; c'est ce qui a donn lieu la neutralit arme dans la guerre dernire, et e qui, au commencement de celle-ci, a veill entre nous l'inquitude de toutes les puissances commerantes.
Sur il marquis qui sigent la chambre des pairs, 10 ont t levs cette digoit sous le tftinjjfr de M. Pitt ; Sur 89 comtes, 20 ont eu te titte depuis la mme poque ; sur 16 vicomtes, 4 ont t faits par M. Pitt ; sur io barons, 67 ont de la recommandation de M. Pitt, et presque tout les vques doivent leur mitre M. Pitt.
La quantit de vin export d'Opprto pendant totfic l'anne 1797, Pou1r V Grande-Bretagne et l'Irlande, a t ue 197500 tonneaux, dont environ 5ooo pour l'Irlande, et environ 1000 pour Jersey et Guerftesey, ainsi au p'us 14,600 tonneaux pour l'Angleterre < tandis que cette impor-lion montait pour l'Angleterre sette 4^,000 fonWeaux en 1794 et t795, c'est--dire avant que notre commerce ft accabl sous le poids des Hxes normes tablies par M. Pitt. Preuve mani-te de la sagacit judicieuse du ministre dans le "nobt des objets les plus propres tre taxs, **urtout de la vrit de cette assertion tant rpte, que son mode de taxation a augment consommation au lieu de la diminuer.
tes plums mercenaires des journaux minist-hel* exercent actuellement vouloir prouver qc le dcret de France, snr la prohibition d os marchandises, ne sera pas prju iiciabl notre commerce. Voici comme s'expriment ces journaux, d'aprs les instructions qu'ils ont wues :
, Nous ne sommes pas surpris de la manire 'nstdiius dont les papiers jacobins cherchent reprsenter les effets d dernier arrt du directoire de France relativement notre commerce ; mais si les lamchtatiobs de ces crivains *ontfaites de bonne foi, nous pouvons calmer leur douleur, es Iar prsentant le tableau exact fait*.
La plus forte exportation de nos manufactures depuis la paix except l'anne dernire, a t celle de 179s, montant ............. i8,335,85i 1. st.
L'exportation de l'anne dernire chue au 5 janvier 1797 a t de..................... 19,102,250
700,369 'l. st.
Ainsi elle a excd celle de
79a 1 de...................
I
( Or, l'exportation directe de ces manufactures
ja Fj^e^njtT^a! i 1J^de t^iSScJjv^,*txctte_ mme exportation, dans l'anne chue au 5 janvier 1797 n'a t que de 3 liv. ; par con-
squent cette exportation a baiss de 743,s5o 1. ; dcroissement qu'on aurait pu, avec quelque raison, prsenter nos fabricaos comme une circonstance fcheuse; mais quant aux 3o liv. restans nous esprons que cet article de moins dans nos expoitations n'entranera pas la ruine de notre commerce.
" Tant que l climat restera le mme, ajoutent ces mmes papiers les Franais vraisemblablement ne voudront pas aller tout nuds? et tant que leurs propres manufacturs ne reprendront pas vigueur, nous avons tout lieu d'esprer qu'il leur faudra bien ,' en dpit^de toute la rigueur dela~lo~dtTTo brumaire, continuer se fournir au seul march qui soit en tat de les pourvoir. >
Ainsi, d'aprs Ces messieurs, il faut que les Franais aillent nuds, ou qu'ils se fournissent notre march ; t pourtant, dtsenmls l'exportation pour France en 1797 n'a pas excd^ 3o livres. Vi donc 3o liv. de marchandises anglaises qui ont suffi, dans toute une anne, habiller une Nation de trente millions d'ba-bitans Le mot direct ne rend pas leur cause meilleure -, car le dcret frappe l'importation indirecte comme la directe ,et toute la question git savoir s il est entr ou non. en France, ces annes dernires D grande quantit ou non, d marchandises anglaises. A quoi nous rpondons affirmativement, et nous n cagrions pas d'appeler en tmoignage le pfinr fabriquant du royaume, pour attester qua le marche le plus tendu pour nos marchandises, mme pendant ces deux dertiieres annes a t ce march d France de 3o liv. que pendant ce terris nos marchandises / ont t consommes en plus grande quantit que jamais ; qu'il est entr dans certains ports de France plusd, btimens tbargs de nos marcnridtses, que mme avant la guerre et par consquent, que la vente n Frce de nos marchandises grandement contribu fournir aux frais de la gurie actuelle.
Une lettre de Baltimore porte que les Kskaskias, petite tribu d'Indiens ihdpu dans, u N. O. des Etats-Unis, a arbor en septembre dernier, les couleurs nationales de la Rpublique Franaise. Les partisans de l'Angleterre expriment leur horreur de cette conduite t urt de leurs journalistes dit : U Qu'il est fort dsirer que le gnral vVtlfeinson plante sur des pieux les ttes de quelques-uns de ces rebelles en guise de bonnet de libert.De nouvelles lettres annoncent que ces Indiens ont pris le titre de Sam-Culottes, et se Sont runis sous un drapeau tri-color, n dclarant hautement qu'ils n'entendaient reconnatre d'autres lois que celles de la Rpublique Franaise. Une trs grande partie du pays des Natchs, la^plus nombreuse et la plus guerrire des Nations qui bordent l Mississipi, est en pleine insurrection et a pris aussi les couleurs franaises. Ces moUvemens auX frontires des Etats-Unis, joints aux mconten-temens de l'intrieur et 1 obstination du gouvernement en faveur de l'Angleterre semblent tre les avant coureurs de quelque convulsion politique dans ce pays.
Dans uh troupe defComdins de campagne du comt de Norfolk il y a deux acteurs qui portent des noms remarquables. Il y a quelques jours, on lisait sur leur affiche : le Tartuffe, M. Wilberforce remplira le rle d'hypocrite, et M. Pitt celui do Rongimaill. Il y a eu trs-bonne chanire ; mais la reprsentation a eu peu de succs. ,
La banque a ouvert ses registres pour recevoir les souscriptions pour la guerre contre la France. 'Mais o n'y lit aucun nom ; les souscripteurs n osent se prsenter avant qu'un grand personnage se sou lui-mme inscrit en tte, pour ces 5oo,ooo liV. dont on a tant pail. Ces messieurs sont comme les soldats de la Barbe bleue ( drame qui a dans ce moment un succs piodigieux au thtre de Druy-Lane ) ils ne veulent pas partir sans leur chef.
Un de nos journaux indique la caricature suivante sous le titre de s la Dite allemande. On 1
voit Bonaparte assis au haut-bout d'uil.fable doiit il fait les honneurs un orud couteau' k dcouper dans Sa main, et offrant au citoyen. 'Bfundcboiirg Une trarche'de cOclioti de Hanovre dont "il lui vante l udnt comme ayant, t engraisse par un fiche fermier, et en lui disant que le morceau s'arrangera bien avec 'une ul d'oie polonaise.
Dans une de 00? feuilles Pitt est nomm Bill/ qui est une abbrviaiion de son nom de bapttiie Williams Un denos tt-ducteurs a.misn nota Biliy-Pitt.; Pitt, lejeseur debills. .' <
I TA L IE,
De Livoume* le 29 dcembre.
Un. particulier qui s trouvait sur le mai navire o tait le prince de Patcrno lorsqu'il fut pris par un corsaire Tunisien a recouvr sa libert, en montrant un passeport franais et vient d'arriver dans cette ville. Il rapporte l'anecdote suivante :
Les amis du prince de Paterno lui avaient conseill de ne pas faire connatre ses qualits au dey. Son excellence ne voulut pas se d-jgtiisjer^et-s^tant--prsentau dey, lui dir.'Je suis le prince Paterno, grand d'Espagne chevalier de Saint-Janvier d'une des plus riches et des plus nobles familles de la Sicile etc. -Tant mieux, rpondit le dey, maintenant tu es mon esclave. Moi esclave . Oui 5 quelle diffrence ^fais-tu entre tre esclave du roi de Napfes, du roi d'Espagne ou du dey de Tunis ?
Mais je suis riche je suis un grand, seigneur.
C'est pour cela que tu paieras 5oo,ooo piastres, si tu Vtis recouvrer ta libert.
Les compagnons de malheur du prince de Paterno se louent beaucoup de l'intrt que |ej Franais prennent leur sort. Ils leur doivent lS bons tritemens qu'ils prouvent.
Lucques le Sjaiwicr.
Nous venons d'apprendre qu'il est arriv Massk 1200 cisalpins, et qu'i's seront suivis par plusieurs autres corps. Les patriotes s'en rjouissent, et les aristocrates n'en paraissent pas allarms. Il parat que les uns se flattent d'tre rvolutionns et runis la Rpublique Cisalpine, et que les autres prvoyant le danger qui les menace ont trait d'avance tjvcc quctcjuv: puissance. pour conserver au moins leurs privilges ; il est dans l'ordre qu'ils aiment mieux perdre leur libert, que de la rendre au Peuple.
Notre sort sera bientt dcid; le bruit s'est rpandu que les Cisalpins sont dj entrs sur le territoire de la Rpublique et s'avancent vi MontignosO.
RPUBLIQUE CISALPINE.
De Bologne le-iS nivse*
Noos ayons la nouvelle certaine que la rvOj lution s'est faite paisiblement dans presque tout le duch d'Urbin. Cagli Urbania, et la plupart des villages qni sont trs-nombreux dans cette province ont suivi l'exemple des villes maritimes et de Fossombrone etUrbin. Il ne reste plus que Gubbio la dernire ville du duch tt la plus) voisine des frontires de la Toscane ; mais on s'attend chaque instant apprendre qu'elle a aussi secou le joug papal.
Milan le 13 nivse.
Avant-hier le ministre du prince de Rome encore rgnant, se prseuta dans les formes ordinaires au directoire. La curiosit avait attir un nombreux concours de spectateurs ; on tait surtout curieux d'entendre le discours que prononcerait le rcipiendaire. Il dit. entre autres choses < que la Rpublique Cisalpine pouvait coraprer sur" les dispositions pacifiques d'un prince chefld'une) glise qui adore avec sincrit le dieu de paix. Le ministre a suppos sans doute que tous ses auditeurs n'avaient aucune notion de l'histoire des papes, et del conduite de Pie VI l'gard de la Rpublique Franaise.
Le prsident du directoire, le citofen Moscati, fit une rponse rpublicaine et philosophique, qui contrastait singulirement avec Je discours du ministre santissime. Il dit : qu'il fallait abandonner les opinions, source ternelle de discorde parmi les Peuples etjfondcr l'amiti qui doit les lier, jur des bases solides. Ecartons, dit-il, lesobst icles qui s'opposent la perfectibilit humaine net-dgradons pas, par des liens dangereux le plus


Sio
il
beau don de la nature, humaine, la facult de penser; bfonS l'instruction publique ,'\eoura~ ^enfes talens, ctrt'Ous renouvellerons en Italie .es exenvoles mmorables des Rpubliques de la GreceT et ~Vous reverrez les beaux tems de Rome* f; .-1 .. " "
Du 14 nivse*
. Lp ministre de lntjrieur annonce au Peuple, par une proclamation, que le directoire excutif coulant procurer la Rpublique de bon* ci- joyen's*.-, a tourn sop'attention sur l'ducation rpublicaine des nies! Inform que ta. citoyenne 5de Saxy'? veuye Viscoriii, runit les qualits ncessaires' pour une commission si importante, jTtVcnarge'de la surinteridance sur toutes les ducatrices des filles dans les couvens et hors des couvens. Il invite par consquent toutes les ducatrices, hors des couvens, notifier, dans l'espace de quinze jours leur rsidence la citoyenne de Saxy la reconnatre dans la susdite qualit et se prter avec docilit instruire leurs levs d'aprs la mthode qui leur sera indique. ,
Ainsi, la vertueuse citoyenne Visconti de Saxy pourra faire mettre en pratique sa thorie d'ducation nationale pour les tilles, expose dans l'Essai lmentaire publi pour la troisime fois en 178g. Cette citoyenne a aussi donn la traduction de \ Instruction des Peuples par Pereap^ avec des notes et des additionsLes tudes qu'a faites la citoyenne Visconti, ses lumires, son exprience, rpondent du succs avec lequel elle s'acquittera de Ihonorable emploi qui lui est confi.
La citoyenne Anglique Bazzoni suivant J'exempJe-Jie-la citoyenne Viseenth-a aussi crit sur l'ducation.
S U I S S E.
Pays de Vaud. Extrait d'une lettre 15 du ih nivse, an 6.
Plusieurs communes viennent de protester contre le serment qu'on leur a arrach en faveur de l'oligarchie et de le rtracter solennellement.,
Il se fait, dans presque tous les cantons, des adresses cbntre les manuvres qu'ont employes et qu'emploient encore des agens de l'aristo-f-cratie pour empcher les Vaudois de rclamer leurs droits.
Des patriotes du pays de Vaud viennent, dit-on de s'emparer du chteau Chillon ; c'est un chteau qui servait de prison d'Etat LL. EE. pour y corriger les turbulens qui se mlent de politique : ces turbulens ont jug propos* de se rendre d'eux-mmes dans ce chteau, et de s'y charger de la polie intrieure et ext^ rieure.---
11 est parti du pays de Vaud trois apprentifs Excellences qui se disent envoys de Berne pour fraterniser sur la frontire avec les troupes franaises : ces messieurs sont le major de Ro-vereaz Barbey et Crud. Ils sont partis du pays de Vaud avec le projet d'insinuer aux militaires franais que les Excellences sont le Peuple et que les hommes du Peuple 7te sont que des anarchistes....
Tous les Vaudois sont dcids ne plus porter buignement la tte sous le joug. On peut se convaincre des sentimens des habitans du pays de Vaud par les couplets suivans qui depuis quelques jours retentissent dans tout le pays,
Hymne des habitans du pays de Vaud, sur l'air: Allons nfaus de la patrie.
L'heure de la libert sonne Renaissons pour la libert. Depuis long-tems elle s'tonne Du calme o nous avons rest. ( bis.}
Rougissons de notre indolence. Quoi l'on nous dit rpublicains Lorsque d'orgueilleux souverains IMous font prouver leur puissance Il faut briser nos fers : Rveillons-nous, Vaudois Soyons ( bis ) rpublicains, Et reprenons nos droits.
Que le feu du patriotisme Brle, enflamme, embrase nos sens. Terrassons l'affreux despotisme, De Tell redevenons enfaus. ( bis.
Un Peuple grand et magnanime, Vainqueur d'ennemis menaaus Nous a montr que les tyrans De leurs complots sont la victime. Il faut briser nos fers, etc.
Comme un pere, le directoire Nous offre un appui redout : Soyons certains de la victoire Et comptons sur sa loyaut ; ( bis. )
Par sa sagesse et sa vaillance, L'Europe a pli devant lui. Qu'auribnS-nous craindre aujourd'hui, Quand il nous prend sous sa dfense ? Il faut briser nos fers etc. ;.
Un hros',' chri de1 la gloire, Colonne de la libert, Qui, dans les champs de la victoire A gagn l'immortalit; {bis. )
de vainqueur tonnant du Tibre, Bonaparte dans nos foyers Nous annona par ses lauriers Que l'Eternel fit l'homme libre. Il faut briser nos fers etc.
Que la valeur et la prudence
Soient la base de nos succs ;
Ayons justice et non vengeance
Des maux qu'on peut nous avoir faits. ( bis. )
Mais si la tiere tyrannie
Voulait encor nous asservir ,
Jurons tous de vaincre ou mourir
Pour le salut de la patrie.
Il faut briser nos fers etc.
Il est des pers/mnes qui veulent biei
CORPS LEGISLATIF.
CONSEIL DES CINQ, C.ENTS. Prsidence de Bailhul.
suite DE tA SANCB DU pluvise.
' Suite du discours du prsident.
Peut-on trouver au moins dans les institutions civiles quelque chose qui console de tant d'horreurs ? Quoi de plus absurde, de plus injuste, de plus bizarre que cette lgislation, sous le nom de lois coutumieres, fodales et ecclsiastiques Les lois criminelles, digne manation' des lois ecclsiastiques taient atroces. La vnalit des offices de judicature et les arrondisse-mens des tribunaux ajoutaient encore ces calamits. L'ducation tait diamtralement oppose aux murs- nationales l'enseignement vicieux sous presque tous ses rapports. Ori ne peut rien imaginer de plus mal conu que la lgislation de-Colbert sur les manufactures et le commerce : les impts taient perus sous les formes les plus vexatoires et les plus humiliantes. Les finances except quelques instans sous Sully et sous Colbert, furent constamment mal administres', et les dilapidations si grandes que sous' Louis XV, lors de la guerre de sept ans la dpense de l'extraordinaire de la guerre, pour une seule anne, monta quatre cents millions ; les denres, tous les objets d'quipement et d'habillement valaient deux tiers moins qu'aujourd'hui.
Et cependant soixante six rois avaient mis quinze sicles pour obtenir d'aussi beaux rsultats : aussi les hommes eurent-ils une existence digne en tout d'un tel gouvernement. A genoux devant des prtres, soumis aux superstitions les plus rvoltantes, rois, princes, seigneurs, vassaux tremblaient la voix du prtre de Rome. Rome qui peut imaginer les crimes vomis de ton sein? l'intrigue, l perfidie, le poison, le poignard ce sont l tes armes. La postrit concevra-1-elle ton impudente autorit, tant d'audace d'une part, tant d'humiliation et de stupidit de l'autre ? Ah sans doute l'humanit sera Venge : brave Duphot, j'en prends tes mnes tmoin ; les trames d'une cour perfide et de prtres plus perfides encore s'il est possible, ont arm les mille bras qui t'ont lchement assassin ; mais le sang qui jaillit de ta blessure se transformera en un faisceau de lumires et montrera enfin aux peuples effrays de quoi sont capables les prtres et quel est le Dieu qu'ils servent.
J'^i rappel quelques-uns des traits difformes et Wrayans de l'a monarchie ; et si quelqu'un pouvait croire qu'ils ont t chargs par l'imagination exalte d'un rpublicain je lui rappellerais ce qu'crivait, il y a un demi sicle, un homme clbre, Voltaire. En parlant des quatorze premiers sicles de la monarchie, il dit: que les hommes avaient t gouverns en btes farouches par des btes farouches.
C'est un,ordre de choses aussi extravagant que nous avons succd, au milieu du dsordre des trahisons et d'une guerre universelle.
et se plaindre que nous n'ayons pas porS" ouvrage sa perfection ; qUe l lgfslS "itpa. rduite aux teintes qUi lui covie t
e f ordre et 1 conomie ue rgnent pas dan!| I finances,, et-que tous les abus ne soient corriges. De tels adversaires sont bien ni,,.1* doutables quand ils en sont une fois sur " ma heurs qui ont accompagn la rvolution f!! malheurs Il est une classe de gens qui n'ontm,i! droit d en parler, ceux prcisment qui en Jrl toujours ; ils ne savent pas que beaucoup dv. treux seraient bien prs du chtiment si en punissait les vritables auteurs. Ces malheur?* ils appartiennent la\ monarchie et ses m tisans. Un roi tratre et parjure fut la vritabV" la premire cause du 3 septembre etdu3i Son crime rendit un grand mouvement ncessaire De tels vnemens dplacent tout jettent I confusion partout; ceux qui les ont rendus til cessaires sont les premiers coupables. Les n grs> et leurs partisans clans l'intrieur ont en* tante les terroristes ; il n'y aurait point eu dW'" dans la rvolution s'il n y avait point eu de r* sis tance, et bien certainement les excs n'ont point gal les rsistances.
Le dernier roi fut donc la premire cause de nos malheurs; il eut expier ses crimes ceux qu'il fit commettre et l'hritage d'iniquits doat lavait charg sa naissance. Et de qui fm-il Se cond? qui a survcu l'excution de,ses perfides projets? des prtres et des nobles. Je n parle point de^ ces hommes estimables qui n'ont jamais cess d'tre citoyens ; mais quand presque tout le reste parens, agens d'migrs, conspirant sansinterruption sont cependant paisibles etjouissentd^je^rjp^^ pr ou alimenter les ennemis dclars de la Patrie ils devraient, ce me semble se louer de l complaisance des rpublicains. Ils ne savent donc pas quel point leurs prtentions out... gent l'humanit, et que dans des rpubliques qui, existrent autrefois en "Allemagne, si des gentilshommes s'introduisaient sur leur territoire ils y taient assomms comme corrupteurs du genre humain, comme ennemis dclars de l'ordre public : nous, nous leur avons permis de devenir des hommes.
Prtres turbulens nobles prtendus, partisans insenss de la royaut les malheurs de la rvolution vous appartiennent et sont votre ouvrage; mais tous les sentimens levs,, tous les actes d'un grand dvoment, les exploits de nos guerriers, et la paix qu'ils ont donne au continent de l'Europe, en reculant cette prpondrance que nous avons acquise dans nos relations avec les autres gouvernemens tout ce qu'il y a : dj de libral, de magnanime dans notre exis-[ tence civile et politique ce sont-l les fruits de la rvolution : elle prosprera malgr vos efforts. La valeur des armes, l'union qui existe entre les premiers^ pouvoirs malgr lsTbuvell^T alarmantes que vous semez, qui existera malgr vos intrigues et l'art perfide avec lequel vous inspirez la dfiance et soufflez la discorde, nous sont de srs garans que le dernier de nos ennemis bientt terrass nous tecouvrerons par une paix gnrale tous nos moyens de prosprit.
Franais ne cdez plus une influence dsastreuse ; ne suspendez, pas plus long-tems le cours de vos honorables et brillantes destines; vous ne pouvez un instant vous garer sans porter la peine de votre erreur : tout acte qui n'est pas dans le sens de la Rpublique est une calamit ; souvenez-vous des rebelles de vendmiaire et des tratres de fructidor.
Pour nous, toujours fermes dans la voie du rpublicanisme et de nos devoirs, nous allons prter ce serment que les ennemis de la Patrie savent bien n'tre pas vain. Ce serment consacrera cette nouvelle enceinte; il lui imprimera le caractre qui, dans les grandes catastrophe* de la rvolution dtermina constamment le succs pour la libert : si des ennemis de .la Patrie si des tratres osent y porter un pieu tmraire l'air qu'ils respireront leur apprendra bientt quel parti ils doivent prendre.
Nous la consacrons la souverainet du Peuple sous les auspices de la paix continentale, luisse cette heureuse circonstance tre le prsage nu calme et de la-sagesse de nos dlibrations, oc notre union dont l'exemple efface les souvenu douloureux adoucisse les hatne3, arrte e vengeances! Que ces guirlandes et ers tlrur soient le symbole de la prosprit du1 l-.cupi de l'aisance et du bonheur dans les famdles
Mais tant de biens ne peuvent natre que de l'amour de la Patrie et de la fidlit remplit1 ic serment que je vais prononcer. Que la ram parjures sche l'iustant !
On demande de toutes parts l'impression-
Elle est ordonne au nombre de! six exemplaires.
Bion. Le discours de notre prsident ajouterait encore notre haine pour la royaut


5 u
ktait possible; il nous conduit naturellement I de l'esclavage sur les Peuples ; terrible pour les -'prestation du serment que nous devons r-1 tyrans en gnral, qui ne se rappelleront jamais Cependant, conformment aux ins- 1 qu'ave' >,u; A tarH 1*
Peupl
"""ciions de la commission des inspecteurs, H tarait en ce moment sortir de la salle, et
ister la plantation de l'arbre de la libert, f'n crois pas que nous devions scinder ainsi
ue crmonie ; nos sentimens lectriss par le discours de notre prsident, nous portent
ter serment. Jurons l'instant haine ternelle ^di royaut ; c'est sur nos sermens sacrs que fatbte de la libert prendra d'immortelles ratines.
Ifyllentardet.'J demande, au contraire, que y ne drange rien l'ordre trs-sagement tabli
avec une terreur salutaire que tt ou tard le e sait se ressaisir de sa puissance et de ses droits.
L'orateur oppose ensuite ls avantages du rgime rpublicain aux crimes de la royaut; 4 qui a pes sur la France pendant 14 sicles. Sous les rais la pense est captive ; l'honneur ne s'acquiert que par l'infamie ; toutes les ides morales sont renverses. Sans instruction comme' sans morale ,
corrompus parles flatteurs qui les entourent, ces r r 1 .
tres se croient d'une nature suprieure,- et n'en P">P?. de faire participer W Jfis tfgiuieps /'ils et.plus dgrads. d artillerie et tous ceux;de ^aleiuu dragons,
* ra thuspnn.nn ImscMi-rlc a I hnntKtir de-, vous.
miction, et aux exercices militaires. Vos deux commissions d'inspecteurs regardent comme indispensable- de crer quatre compagnies nouvelles de Cent hommes chacune. Cette augmentation portera le Corps' au complet de seize cents hommes ;, formant seize compagnies. Il faudra aussi un commndafif n Second, dont la place est aujourd'hui vacante. Quant au set*' vice de la cavalerie et dg^'ftttxljerie jusqu' Ce jour il s'est fait en ,pr^e|i3ttit,i4*#; compagnies et des,escadrons parniiaifIfoElgiwietas,. tr-raat la 17e division militaire, Votr< .CjQnnutssjon'vouji
fit
la commission ds inspecteurs.
sont que plus vils
On ne trouve, en effet, aucune poque dans l'histoire de France o le Peuple ne soit victime des folies et des Tuteurs de ses tyrans. Mais quand il pourrait oublier ces longs et nombreux sicles d'oppression ne lui suffirait-il pas des nouveaux forfaits dont la royaut a souill la rvolution pour la vouer l'excration ? C'est elle qui a arm l'Europe contre la Rpublique allum la guerre civile, et caus les flaux qui en ont t la suite. C'est elle quia cr une disette factice pour loigner le Peuple d le Rpublique et dirig la raction plus cruelle que la tyrannie des dcemvirs.
Si le Peuple est rendu aujourd'hui la dignit de jqn tre ; s'il jouit des avantages d'un gou-
______ vernement libre, le prsident l'invite se garder
)e, pelotons des diverses troupes qui assistent a de rar,arcbie qui le ramnerait, travers des fa crmonie. L'artillerie, qui est place a, la flots de sang) sous ie j0Ug au despotisme. Pche du palais, fait des dcharges conti- rjjSe donc le souvenir de ces jours de deuil o ueils. Le Peuple qui garent le pont les j tout a t confondu o la richesse le talent, illes et les echafauds dresses par fait^jetentir-les-crisasvivela
Le conseil passe l'ordre du-jour.
* Il prsident. Le conseil ayant pass l'ordre Au jour, nous allons nous rendre dans la cour Su palais, Pour y ass'sler la plantation.de Sbre de l bbert. On suivra pour la marche |*mme ordre que celui dans lequel nous sommes
entrs-
Le conseil se lev et sort dans l'ordre que fiou avons dciit plus haut.
Des salves d'artillerie annoncent sa prsence dans la cour du palais. Ses membres se rangent I demi-cercle ; derrire eux se trouvent placs
en
quais, les gr ]n ouvriers
la vertu tajenxd^sjitj^SLXJlcliafaud-!Erisse-,-perisse ^quiconque pourrait les regretter A travers l'anarchie et la royaut il est un sentier o le Peuple marche avec la libert., et c'est celui qu'a trac la constitution.
Aprs avoir parl des obligations du lgislateur pour l dfendre, du besoin d'touffer toujours les germes de division, que l'tranger chercherait encore semer, Rousseau prte le serment de haine la royaut et l'anarchie, d'attachement la Rpublique et la constitution de l'an 3.
Tous les dputs se succdent l-tribune et prtent le/mme serment.
La sance est leve.
publique. Tous'les chapeaux, tous les bras sont agits de signes 1 d'allgresse : le bruit du canon cesse un moment, ii prsident prononce le discours suivant : Quels souvenirs touchms rappellent la prsence de ce signe de la libert !
.- Il fut lev avec la rapidit de l'clair sur le sol de la Rpublique, et annona avec majest la Volont de la Grande-Nation d'tre libre-,
En mme-tems que l'ivresse environnait ces signe augustes, des citoyens encore plus dvou juraient de dfendre la libert, les armes h main.
Nous nous souvenons de vos sermens, braves ( C ONS El L DES CINQ,- CENTS, aimes, ils nous touchaient jusqu'aux larmes :
chasseurs;ou hussards, l'hnneur, de Vous donner tous les trois mois s.et,: successivement, un escadron et une compagnietd'artillerie. Vous reconnatrez aussi, sans doute ,--qqe votre garde: tant compose de trois armes, doit tre place-sous les ordres d'un tat-major; vous le formerez des citoyens que leurs services- distingus-auront appels cet honneur.; V;Otre commission i vous propose la composition suivante,: ,
Un gnral de division deux, gnraux.de brigade deux adjudans-gnfaux un commjsr saire des guerres pour l'administration des trois corps. ;
Ces mesures une fois prises", f votre enceinte dtermine, vos commissions 'pensent que" Vous pourrez compter sur un service fait'avec zele, avec exactitude et avec toute la dignit conve^ nable la reprsentation nationale.
Tal'ot prsente uu projet conforme ces dis-" positions.
avec quelle gloire vous les avez remplis ; jouissez 4t iiot triomphes ; ils ne seront pas mieux sentis par la postrit que par nous et dj renomme a publi vos travaux avec un clat gal leurs succs
Et vous, braves grenadiers, dignes compagnons de nos prils, qui reprsentez, qu'on
__rne_pardonne l'expression qui reprsentez en
quelque sorte les armes auprs de nous, avec quelle satisfaction nos regards se portent vers vous! Votre prsence nous rappelle les actes hroques que vous partagetes avec nos frres, d'armes, Gemmapcs, Fleurus, et dans tant de combats dont un seul et fait jadis la gloire des gnraux et des soldats. Quel cou rage vous monnaies avec l'arme de l'intrieur en vendmiaire Quelle sagesse vous montrtes n fructidor Toujours ridelles la libert, que
SANCE DU 3 PLUVIOSE.
Un secrtaire bt le procs-verbal.
Le citoyen Prdhomme fait hommage d'un ou vrage intitul : Histoire des descentes jaites~en An gleterre en EcosSe et en Irlande depuis celle de jjuks-Gsar
Le conseil ordonne la mention honorable et le renvoi la bibliothque du corps lgislatif.
Gay-Vernon. Ce n'est pas assez d'avoir inaugur le nouveau palais national par des crmonies civiques et par la prestation du serment des Fran ais ; il faut le consacrer par de grands actes lgislatifs
Les premires rsolutions prises dans cette enceinte, doivent tre dictes par la reconnaissance cet arbre prte vos braves camarades qui sont J publique ; les dfenseurs de la patrie ces hros aux armes, vous-mmes, vos en fans un Lde la libert, doivent en tre l'objet. Je de-ombrage aussi doux que salutaire! Que ces | mande que le projet de notre collgue Jourdan
derniers y racontent vos hauts faits, en se dis- '- ->.....mi:j 1 1
posant les imiter et qu'ils rendent impris Me la libert que vos armes ont fonde!
sur la distribution du milliard soit mis la discussion.
Le Peuple rpond par les cris : Vive la Rpu-1 Mipt! vive la libert !
Le prsident jette les premires peles de terre *r les racines de l'arbre de la libert. Il est | pbnt au bruit de dcharges ritres de l'artil-
Cette proposition est unanimement adopte.
La discussion s'ouvre sur un projet de Ville-tard organe d'une commission spciale, sur la question de savoir si les fermiers des biens ecclsiastiques rfractaires aux articles XXXVII et XXXVIII du dcret des 6 et 11 aot 1790, et
"e, des instrumens militaires de la musique I uj ont \6V jes jacheres, ont droit de jeter les grenadiers, et des acclamations univer- semences et de rcolter les fruits lorsqu'ils ,cl'e'' I ont t poursuivis judiciairement en dchance
Le conseil rentre dans le lieu de ses sances. Uft secrtaire fait l'appel nominal.
Tous les membres paraissent successivement tribune v en prononant ce serment :
Je jure haine la royaut et l'anarchie, at-, lchement et fidlit la Rpublique et la consti-<"'on de f an 3.
. o.ce est leve. CONSEIL DES ANCIENS. Prsidence de Rousseau.
ANCE DU 2 PLUVIOSE
Rousseau, prsident du conseil, prononce un JSCours sur la fte d'aujourd'hui, qu'il repr-trttc comme une leon terrible pour ces hommes
de leurs baux avant d'avoir seme
Le rapporteur avait conclu l'ordre du jour sur les ptitions adresses, en le motivant sur l'existence de la loi du 7 vendmiaire
Vesmolins et Oudol sont entendus, et rappellent toutes les parties de la lgislation relatives cet objet ; ils appuient l'ordre du jour propos par la commission.
Cet ordre du jour est adopt.
"falot, au nom de la commission des inspecteurs. L'occupation de votre nouveau palais ncessite une augmentation de postes militaires et, par consquent, d'hommes fesant partie de votre garde. Dans votre ancienne salle les grenadiers montaient la garde tous les quatre jours cela tait dj beaucoup ; ici ils devraient la monter tous les trois jours. Aussi, indpendamment de la fatigue qu'ils auraient supporter, ils ne j pourraient donner aucun soin leur tenue, ni
1i imaginent follement que la providence ne pourraient donner aucun soin a leur tenue, m 1" yue le trsor public pourvoit, s il y; lait uatte que pour appesantir les chanes leurs chefs donner aucun moment leur ms- ; la dot ou l'entretien de l'enfant adoptif;
Lmpression et l'ajournement sont ordonns:-
L'ordre du jour appelle la continuation del discussion sur le projet relatif la citoyenne Lepelletier.
Laujacq soutient que l'adoption nationale ne peut tre considre que comme un titre honorifique lequel ne peut et ne doit confrer au gouvernement aucun drottsur la personne adopte. Celle-ci continue d'appartenir sa famille.
L'adoption de l'impubre ,i dit-il, a un nom et des effets particuliers. Il n'a pu consentie sOn'adoptioh, puisqu'il est dans l'^ge o Ion ne dlibre aucun des actes de la vie. Devenu majeur, il est libre de se dgager de l'adoption, tandis que son pere adoptif n'a plus la libert d'en briser les liens.
Aucun des caractres qui constituent l'adoption comme vous le voyez, reprsentans du Peuple ne se rencontrent dans cette espce[ d'adoption dont la convention nationale honora Suzanne Lepelletier et quelques autres citoyens aprs elle.
Ici, le pye^iatu_reLtie-l!a_point_livre-au pere adoptif ; il tait mort." (
Suzanne Lepelletier n'a point consenti tre-adopte ; elle tait impubre.
Nul acte de sa famille qui constate que son vu ft que Suzanne Lepelletier passt sous la puissance paternelle du Peuple franais ; ide' gigantesque et ridicule, qu'il faudrait cependant admettre. Mais la puissance paternelle n'est plus,-. mais le Peuple franais pouvait-il tre le pere de Suzanne Lepelletier? Pouvait-elle prendie le nom du Peuple franais? Pouvait-elle succder au Peuple franais ? Pouvait-elle transmettre ses bietis au Peuple franais ?
Et d'ailleurs, voil Suzanne Lepelletier qui devenue mancipe demande aux ministres de (a loi qu'il lui soit pei*mis d'exercer les droits dont l'usage n'est interdit personne ; qui s'enor-gueillissanr de l'adoption dont vos prdcesseurs* l'honorrent, vous dit assez qu'elle ctrepWil* ce titre tout beau qu'il est, s'il et d enchaner un jour sa volont, et devenir un obstacle au bonheur de sa vie. ,
Dans quelle classe rangerions-nous donc cet acte inoui du pouvoir lgislatif, par lequel le Peuple franais, par l'organe de ses reprsentans adopterait des orphelins tbalgr eux pour rendre leur condition plus malheureuse que celle des autres citoyens ? 6'ectateurs idoltres del libert, pourriez-vous consacrer une puissance dont l'enfant adoptif ne pourrait jamais secouer la tyrannie ?
Toutes ces ides, reprsentans du Peuple, avaient frapp votre commission. Il n'est aucun de vous qui n'en sente la justesse, qui ne condamne en secret l'extravagante prtention des citoyens-LepelIetier et qui ne dcide que l'adoption prononce sur Suzanne Lepelletier, parle dcret du 25 janvier i7g3 ne donne au corps lgislatif, ni par constqueut au directoire excutif aucun droit ni sur la-personne ni sur les biens de cette orpheline.
Laujacq ptpose de dcrter, i que l'adoption natiouale ne doune l'individu qui en est l'objet, que la facult de prendre le ritie de fils ou li'.e de la Rpublique ; ,
0 Que le trsor public pourvoit, s'il y a lieu ,


S'6 Que l'adoption ne confre au gouvernement auuu droit sur la personne adopte. Il propose entiu de faire u message au directoire, pour lui dclarer que d'aprs Ici- lois existantes, il n'a aucun droit exercer sur la fille de Michel, Lepelletier, eu consquence de celle du 5 janvier j
Laloi. Je e ro%ttndi8 pas qu'on vofa$ prsenterait un projette dlpT lequel on prdbnhrait ait directoire de "prononCeir sur une Bair qui h peut le concerner: Je n suis ni ami de Suzanne Lepelletier lii di s Oncles ; mais je connais le grand acte quia eu lieu, celui d l'adoption ; tous les auttes m1 sont indiffrons. La Rpublique a promis d rgler les effets de l'adoption par une foi; il faut se bbrher cela; c'est le but du message du directoire, qui vous demande quels Seront les effets de l'adoption l'gard de Suzanne Lepelletier. Vous n pouvez laisser son message sans rponse ; vous rie pouvez passer Tordre du jour. Il fautdbnc, par une loi gnrales, rgler les effets de l'dopttou. .
^ 'Laloi reproduit V projet qu'il a prsent lors de la premire discussion.
Pison-Dugaland pense que la question gnrale de l'adoption doit tre renvoye la commission Je la classification des lois.
Julien Souhait entre dans des dtails historiques trs-tendus sur les effets de l'adoption chez les anciens et sur-tout chez les Peuples libres. Appliquant leurs principes la question il demande si l'adoption de la citoyenne Lepelletier -ne sera.qu'une chimre une fiction. Elle ne sera autre cbese, en effet, si le dcret d'adoption est le seul acte exerc envers ^elle par le gouverroe-m^nfquTa~^cqyt~a~Tom~de~~ia~PatierILy
entranant dfaut de droits et une autre entranant activit de droits. Ces considrerons que je n'tendrai pas davantage- me deteirni-; nent inviter le conseil ajourner la grande et importante question qui lui est soumise.
Le conseil prononce l'ajournement.
L sance est leve. ^
clNSL DES ANCIENS.
*NGfcW -3 PLUVIOSE. .
Sur le rapport de Champion, de la Meuse le conseil approuve une rsolution, du 18 nivse, qui distrait del commune d'Hery les hameaux duGoent, des Panissarts et du Cennix.
L'ordre du jour appelle la discussion sur la rsolution relative aux fentes de 200 liv. et au-dessous. t
Cornudet. Si la caisse d'pargnes de Lafarge n'est qu'un SeuVet mme crancier de 8,747,000 francs, sans doute, la disposition de l'article III de la loi du 9 vendmiaire an 6 ne la concerne pas ; ce setait une scaudaluse application.
.Mais peut on dire avec fondement que( la caisse d pargne de Lafarge ne prsente qu'un crancier unique lorsque le nombre des actionnaires est de 141,364 individus.
Il s'agit ici de justice due l'indigence. Donc c'est le nombre des intresss qu'il faut considrer. Lafarge et ses collaborateurs ne forment qu'une agence 5 ils Sont les prposs la direction du rgime de l'intrt dtermin par des sta-tuts auxquels les actionnaires se sont soumis.
Ledanois combat ensuite le systme tm- '>, qui tait la base de la rsolution. Il ntuS ,if venu dit-il, un gouvernement sage t ZZ^ dau.onser ce jeu et de mettre la vie hS ;en loterie, "maine
^'opinant examine combien l syitnw lu 1 rSororicm co&trart l'Etat : il trouv 1 uu grverait le trsor public d 700 Hiilliohs pw Go ans, et cela sans amliorer le mi -fo?w tiers, car l'ingalit que Contient ta rslw" en faveur des Actionnes d l'cafee^Xi emporterait la plus grande partie des somto que.la Rpublique consacrerait au ecouraT rentiers ncessiteux. >? us
La suite demain.
JV. B. Dans'la'sance du 6 h du conseil destin mts Pons de Verdun a fait adopter
cents
d'autres devoirs remplir.---------
Les projets de Laujacq et de Laloi sont relus.
Celui de Laloi obtient la priorit.
L'article premier est adopt comme il suit :
u L'adoption faite au nom de la loi, est un acte solennel et un titre d'honneur.
Art. II. L'enfant d la Patrie peut prendre cette qualit, mme dans les actes publics, et s'en
dctr toute sa vie........ ( Des murmures
seltvnt. )
Chollet. je demande l'ordre du jour sur cet article, qui tendrait videmment au rtablissement d'une nouvelle aristocratie. Les enfans adopts par la Nation, deviendraient une seconde noblesse. LEtat a pris l'engagement de leur servir d pere vritable ; ils n'ont pas d'autres droits cp.ie les autres citoyens.
Le conseil rejette l'article.
III. L'Etat n'a aucun droit sur l'enfant adopt. 11 ne cesse d'appartenir sa famille.
Cet article est adopt ainsi que les suivans.
IV. Il n'a d'autres droits exercer et d'autres devoirs remplir que ceux des autres citoyens.
V. Le gouvernement veille l'entretien, l'ducation et l'tablissement de l'enfant. Il peut le doter.
Berenger. Cet article implique contradiction avec le troisime. Si l'enfant appartient safamille, vous ne pouvez donner au gouvernement le droit indiqu par l'article V.
Lamarque. Vous ne pouvez tre occups d'une matire plus importante'que celle relative la manire de rgulariser les effets de l'adoption. Depuis le rapport de Chazal et le discours de Lal^, on a pens je le pense aussi, et tous mes'collgues m'ont exprim la mme opinion que cette question mritait l'examen l plus reflchi, et que les projets prsents fle satisf-saient ni les ides, ni les principes de tout le monde. Je pense donc que nous ne pouvons dans une telle matire, prononcer avec autant de lgret et de prcipitation. Par exemple, quand on dit, par l'article III dj adopt, que la Rpublique n'a aucun droit sur l'enfant adopt, On fait la fausse supposition qu'elle aura des droits exercer contre l'enfant, tandis qu'au contraire elle aura rellement des droits exercer pour l'enfant. Ainsi, en tant tout droit la Rpublique, vous privez l'enfant d'un appui ncessaire d'un appui que la loi d'adoption lui a promis et assur. Il y a ensuite contradiction entre cet article III, et le V qui est prsent ; car il y a contradiction entre une disposition
Il est vrai que, dans le nombre ds actionnaires, i5g~jouissent de rentes au^dssosrde o^rnes < mais l'indivisibilit de l'association ne permet pas cette faible distraction.
Il eSt bien palpable; que le .systme tntihier, adopt par la rsolution, soit, quant la caisse dt Lafare, soit quant aux autres cranciers d l'Etat, n est pas onreux au 'trsor public niais bien avantageux puisqu'il amortit sans aucun prix'des capitaux. *
Dbiteur de rentes perptuelles, l'Etat s'il n'en a pas rembours les principaux, dans cent ans serait dbiteur de mmes rentes ; et par l'effet du systme d'association tontihiere, il sera libre avant cette poque recule, sans avoir acquitt un centime d plus que la rente perptuelle par chaque anne.
Je dis, sans avoir acquitt un centime de plus que la rente perptuelle ; car il ne faut pas perdre de vue que 1 excution de la promesse crite dans l'article III de la loi du 9 vendmiaire, est une ncessit pour la Nation. C'est en attnuant cette obligation que l'on ne prsente que comme une largesse que l'on pu rendre spcieux les calculs que 1 on a faits.
L'on rie peut attribuer la rgie de ces associa lions tontinieres la trsorerie nationale. La dignit des fonctions de la trsorerie, son ind pendance s'opposent l'attribution de cette ad ministration; rgie prive qui la rendrait com ptable vis--vis chaque associ et troublerait ses rapports.
Cette invincible raison me dispense d'ajouter d'autres considrations majeures.
Cornudet ne dissimule pas cependant que l rsolution laisse quelque chose dsirer ; il et t convenable, dit-il, qu'elle contint une r serve formelle de statuer sur le sort des rentiers perptuels qui n'gferbit pbittt les conversions proposes de leurs capitaux en tontine. Cornudet dsirerait aussi qu'il y et prs des associations tontinieres un commissaire du directoire, pour veiller l'exactitude des paiemens, /prvenir tout sujet de contestation entre les cranciers par rapport la distribution de leur paiement, et faire cesser administrativement toute plainte. De ces observations, ajoute Cornudet, il ne rsulte toutefois que Ja ncessit des dispositions additionnelles la rsolution ; je n'en vote pas moins pour son adoption. *
Ledanois la combat par ls mmes objections que Laussat le fit il y a quelques jours.
Ls actionnaires de la caisse Lafarge dit-il, ne doivent pas tre compris dans la classe des rentiers -dSsous de aoo fr., parce que plusieurs ont ds prsent, ou auront par l suite, mesure du dcs de leurs actionnaires, des rentes plus considrables.
chahgemens la loi du 5 fructdof'%ethlfc aux lections. v*
Un des articles de la rsolution adopte aW, le scrutin de rejet, PeaDOIit
un rapport et prsent un de resolution sur ]c mode ^
Duchne a fait nouveau projet
paiement des rentes viagres, cres pcndantl dprciation du papier-mhnai. Il sera discu dans la sance de demain.
Sonthonx nouveau dput de Stint-D* minge, a demand et obtenu la parole *bu* donner Sextidt proebain ds dtail siit sk seconde mission. *
LYCEE DES A R T S.
Sance du soir.
pL^ttOnidiTTP^ios* fS janvier i7gSf six heures du soir,^la^80cit^dn-%cdSs^rft tiendra sa(58ra!! sance publique, dater de-Tan 1er de la Rpublique. 11 y aura rapports sur dt nouvelles inventions, lectures diverses et musique.
COURS DU C H AN G %. Bourse d 6 'pluvise. Effets commtrabits:
Amsterdam .. Idem courant. Hambourg...
Madrid......
Idem effectif..
Cadix.......
Idem effectif..
Gnes.......
Livourne...., Lausanne
Baie..........
Londres...,,
Sojour/ 9ojoiiti.
Effets publics.
Tiers consolid..........;...........>. 8'liv.
Bons deux tiers.................... 21.4 s. 6 d.
Bons trois quarts.................. a 1.2 s. 6 d.
Boni un quart....... 3o 1.10 s. pour cent petit.
Lyon....... J p, 15 jours.
Marseille.... 1 b. 10 jours.
Bordeaux., au p. i5 jour.
Montpellier, au p. 10 jours.
Cours des espces.
Or ..................................n61.
Marc d'argent,..................bo 1. 17 s. 6d.
Portugaise l'once..........97 !
Piastre.............................. 5 1. 61.
Quadruple..........................;. ; 811.
Ducat d Hollande.....................11 &
Guine.......f...................... 61.
Souverain.....................341.1S s. 351-
Couis des marchandises.
Caf Martinique.................... 47 4* fl
IWeteSaint-Dbmlhg...............
.......-,,, i.,,.,,.,,..,......,^,..,............,.....
44 46
SPECTACLES.
OdIow. Auj. Eugnie, drame, et ti Complot inutile.
Dem. Mde, tragdie.
Thtre v VAirbEvuxt. Attj. le MUrUHofim la 3 repr. de la Fin du Monde du la QmcUt et la Gageure inutile.
A. JooftDAN, rdttteur'inektf-
t'abinntmeni c fait Paris, rue dei Poitevin, u tt. U pri* cil de $5 M, pour troii moh n numraire 5o Uv. pour!* moi* et itto liv. potlrl'iifl** 'I' On ne 'abonne qu'au tomma faut adxtier le tettrt et i'aigeut, ftant de poi t, au cit. Autsry, dirctor de ce journal, rue de Poiteviaa u tt. Il faut comprendre da Ici eovi* f** pjf! o l'on ne eut ffmncbir. Lei lctiti de dpartemeti, uob^ifftaUcliiei ne tetout point retire de la poste.
U '* vbil ,oiu > P0u* Plue *ttretf 1 a' tbugst eUe qtii reofei tietit de Valeur, et adreaier tout te qui A Paris, de limprimcri* du cit. Agasie propritaire du r^anitcur, rue de Poitevins n* i3.
1


GAZETTN!8pflONALE ou L MONITEUR UNIVERSEL,
jy 1*8.
Qctidi, 8 pluvise, l'an 6 de la Rpublique Frmaist, une et indivisible, ( samedi 27 janvier 798 v.st. ) 1
p O L I T I Q, U E.
A L L E M A G N E.
Rastadt, te ib janvier*
M. l baron d'Albini, ministre directorial, a Mfflaniqu ce matin aux ministres franais L, pleins pouvoirs illimits envoys par la dicte, & jeS oqt reconnus suffisans pour pouvoir \oceder l'change des pleins pouvoirs res-^ccutt i ce qui 'est effectu sur le champ.
H a t rendu compte de cette opration la icatice de l dputation d'aujourd'hui.
A la mme sance, il a t fait lecture d'une ftouvetl lettre de M. l comte de Metternich, laquelle, d'aprs ds instructions particu-itet qu'il a reues encore tout rcemment, il tnstsie pour une ouverture solennelle dr
I
donces'sons la prsidence du ministre imprial, et particulirement par rapport l'change des pleins pouvoirs.
Qa assure qu'il a t arrt par la dpuration qu le ministre directorial tcherait d'ea^ aeer M. le comte de Metternich se dsister de cette demande ; et quant l'change des pleiw pouvoirs cet objet ptait plus susceptible fe discussion^
oihn tait parvenue M. d'Albini qu'aprsJjL cbsng consomm.
S U S S E.
De Bte, le 18 janvier.
-0 n'a jamais trop expliqu quel est en ce Moment le pouvoir qui gouverne Bte. Le grand-conseil parat exister encore ; mais un comit rtofti pour la concorde et le salut public, donne Bel ordres qui sont excuts. Ce balotement autorit ne peut durer long-tems.
Ce comit prparateur a t cr par une fanion patriotique, qui s'est forme depuis peu il cit. compos d hommes connus par leur attar nement Ja cause de la libert et de l'galit. 1 ;
Les tribuns du canton de Ble cuit donn ne commission plein pouvoir d'accorder aux ampagnes. toutes leurs demands.
L'Etat de Ble a rappel les dputs qu'il avait li dicte d Ara.
iNq, six cents hommes atms de Liesthal et ds Campagnes partie cheval, 'partie pied, se sout rendus k Elle. Les dragons de Bil avaient t leur rencontre ; les uns et les Mitres unis, fraternisant ensemble, ont t prendre possession de l'atscnal ; ensuite ils se sort organiss ont choisi des' cmmandaris des ffi-cirrs ont prt le serment de n recevoir d'ordre que des officiers choisis par eux, et (par une disposition singulire ) ils ont jur de n obir, en cas de besoin qu' leurs dputs ds ampagns.
Ces dputs des campagnes sont actuellement runis aux membres de la ville qui forment vec eux l commission charge de prononcer >W la ptition, qui, si elle est adopte entrane le changement total du rgime actuel.
8P U B L l <>. U E Ft AN A I SE. Paris le 7 pluvise.
La attentats de Rome jugs par les agens des puissances de l'Europe.
Pour se faire une ide des causs qui ont amen derniers vnemens de Rome, il faut connatre quels sont les lmris qui composent les diverses autorits : les mmes qui gouvernaient ,'otdu massacre de Bsseville durant la droute guerre ; les mmes qui criaient la croire jeu de semaines avant le trait de Tolen* jjno ; txettt poque, l'on crut qu'il fallait feindre d'tre rellement reconcili avec la France; *t pour l'en convaincre, l'on remplaa le car-jj'nal Busa par le cardinal Doria, bomme doux, poli et c.oofiant, ayant sjourn douze *ni en France, m quali. de nonce, mais peu Pour (les places orageuses, tant entin ce il fallait pour remplir ce double but : t primer aux Fianais que le gouvernement de orne tait chang 5 a" trouver un homme sous j-nom duquel l'on put gouverner, dcrier, #6uver Ici Franais, dont il aimait se dire
l'ami : dans le fait, le refrain des discours, des crits du cardinal Doiia c'est toujours ion sjour d douze ans en France, sou amiti pour cette Nation ; voyez le paragraphe de sa lettr 1 ambassadeur de France dans une circonstance o il fallait biii d'autres preuves de dvouement lots de la violation de sa juridiction et du massacre du gnral Duphot, n 1.
L'ambassadeur franais ne tarda pas s'apercevoir de l'attitude force des gens qui gouvernaient rellement Romt, yoici comme il s'exprime dans la note n *, du 19 brumaire. Toutes les dmarches ont t inutiles. Les Bar-beri, les Sparziani, les Gkleppi, les Conzalvi ont continu gouverner sous la direction de la maison Albani ; aussi l'ambassadeur franais n'a-t-il pu rien obtenir que par la menace-; aussi a-t-on vU paratre Rome un gnral autrichien, envoy de Vienne par l nonce Albani au cardinal Albani ; l Rpublique Cisalpine'a-t-elle t reconnue par force; les assassins de Bsseville sont-ilsitojors rests dans Rome; voyez la pice n 3; la congtgtion a-t-elle correspondu avec le dput Jordan lors de l'histoire des cloches'; aussi ses agens subalternes, mais meneurs toUt-puissans, ne pouvant plus garer le Peuple, comme du tems de Basse-ville ht-ils exaspr l troupe et l'ont porte aux derniers excs ; Voyez la lettre du secrtaire -de-laJgationde-Prus.se--n^4^ia-4ettre du~ ministre ci e Suede_, _u_5 ; celle _du jninistre-d'Espagne, n 6; la longue relation de l'ambassadeur de France, eh dat de Florence, du 17 nivse ; l'extrait d'Uh l.tttr du ministre d Sude sa cour-, '* 75 le, paragraphe d''ri lettr du ministre d Toscerie ,'n^ 8 ; deli d'une lettre de M. le marquis Maufredini, h0 6 ; l lettre du cardinal Antici, protecteur de Pologne n 10; la lettre adresse au citoyen Bel-monte, ministre de la. Rpublique Cisalpine en Toscane, n 11.
Toutes ces pices forceront les cabinets d l'Europe convertir que Tambass'adeuV franais parJt avoir long ^terns espr d ramener l cour de Rome des s'entimen que son intrt lui' conseillait ; son intervention ; N 1.
Extrait d'une lettre du cardinal Do tin, secrtaire d'tal de la cour de Rome. Ds cliambres du Vatican, 28dcembre 1797.
Que le citoyen ambassadeur permette au cardinal qui crit, de lui exprimer qu'il n'existe et n'existera jamais de position semblable la sienne. Le citoyen ambassadeur, peut seul la changer ; il ose encore avoir ub rayon d'espoir en rflchissant la gnrosit de la Nation, qu'il reprsente avec- tant de dignit ; ayant t douze ans au milieu d'elle il .l'a connue et ne peut que l'apprcier. ,
Plein d'estime etc.
son sein.1, s prom^rtaiet daks Rbm v eV^qufe ci dernier occupe encore un ^grd dans leS boupi pontificales.' r
Le soussign reconnatre le caractre bierifeSattt de sa saiitt -, et la loybt de M. le Cardinal Doria, l'accueil qu'ils feront cette ntev'Albri il se onvaincra que le tems^ de la malveillailce est pass, et que le gouvernement romain ^.eu.car; tant des hommes quiotiifait le malheur dfc.l'Eta'ti dsire, avec sincrit, maintenir la bonne bar* monie avec la Rpublique Fianaise;,Vdontil ne peut, sans ingratitude mconnatre la loyaut.
' N '';.:'/ ; \ '[.K'l
Copie d'un billet remis par l'ambassadeur d&J& Rpublique Franaise M., le cardimf porta \ secrtaire d'Etat. j ., 'i..' Assassins de Bsseville qui ontienCore 'Rottie, savoir : t.,., f
L'abb Bltranci, agitateur principal ( Pallini, alors caporalfait depuis sergent : il le blessa avec sa bayonnettev II demeure ru dti Babouino ,t\u a6; .
Le perruquier convaincu de l'avoir assassin d'un coup ue stilet V demeurant dans l mme
tue. 1.......> n1,- "
" .-N0 4, ;......'t..'
Extrait d'une lettr rftt[-par fabb' fi^n), secrtaire de la lgation ae Prusse, au citoyen ~Bonapae-,-Mnb^Ssudeur.^^koine-,~So-d4cem%tt-
_797-__-___'^_:_---
N
2.
V Du 19 brumaire.
Il faut .enfin que le gouvernement franais sache si les dirpeteuts secrets d-e la cour de Rome continuent renouer, l ombre de la paix, les mmes trames contre la Rpublique*1
Les malheurs de la guerre que ls' mintii hommes ont voulu faire la Franc* et dont le peuple romain sent seul tout le poids, ne les ont pas frapps et n lei< modereht pas. Ils ont su s'en prserver, et se mettre' au-dessus de la misre publique.
Telle tait en effet < la physionbme morale de ce pays l'poque de l'artive du soussign; cependant, loin de rien prjuger, et libre de toute prvention,: il s'est renfextn dans le silence de l'observation ; mais enfin il s'est cbnvaiticu que la loyaut franaise tait mconnue, ses amis perscut; et enchans, en dpit' f l foi des traits, dp la-justice et de la 'raison ; que desetits incendiaires se promu liaient dans Rome, notamment ceux intituls : lagiuitixia'-etlit verit in.favora dlia religione cattolica : "il popOld^romanO altripopoli, etc.; que dis assassins de Bsseville, notamment celui qui plongea la bayounette dans
11 est ici;quelques individus qui disent eno,r4 que vous tiez part de la rvolution, que les mconiens du gouvernement actuel tentaient dt faire clater.;.* mais moi je suis dans une parfaitl jOipissape de votre bonne foi et de la justesse de. vos sentirnas pacifiques; m^s, ne vous to'p? nez pas d ces calomuies sacerdotales, car il| veulent couvrir ainsi vilement l'atrocit die lej|! dlit. Ls patrouilles qui veillent" a surut pU-^ blique, et qui marchent toujours avec leurs a'rrues dcharges, gorgent les Franii t se 'dcriai-u'rit cttritt ls' cocardes franaises-, sachez" q[u mbfisttgarGonz'alvi a donn ordre d'tirers'r les Franais, sur les patriote, les attroupthenS et les gnes* d'or ?. Et en effet \ Vods et l- m'al-heureuX gnral vous l'avez prouv vous-mme.
G*tte nuit le brigand Galeppi est parti pdtir Naples avec le Cardinal tieveu Braschi ; ils s'p-puyerit c souverain limitrophe ; mais celui-ci
a-\. -^-u.i+1.' c* pu '*--* 1-.- *--'' -
sonn sacre par tous ls droits. Je vois que tous les ministres la dtestent et y prennent part, et la regardent comme personnelle parce qu'on n'a, jamais,oui dire qu'une troupe qui doit servir pour la sret publique, tente, de renverser le? bases de'la politique et de la fol publique .
Le rsident ds Ptusse, fortement affect des injures qiibri a faites votre caractre, vous salue dstihctmrlt, et mot j'ai l'honneur d'tre averl des sentimens, etc.
N a." !
Extrait'd'une lm\ crite par U ministre de Sue '-^ prs ta editr dc^Rom.
Pntr de la plus vive douleur de l'vne^ ment dont le brave gbra| Duphot a t victime i je vous flicite de ce;que vbus avez chapp au pril certain q!>.ti vous menaait. Au bruit que vous aviez t bless je tentai de pntrer jus*-qu' votre palais ; mais je fus menac et mis ci joue par la soldatesque qui obstruait les rues, j'avertis'M. le chevalier d'Azara qui ignorait encore l'vne'meh't, afin qu'il pt employer tbujt son influenc pour rparer. le mal, Toujtes les per^ohns senses sont indignes des procds d' d gouvernement. pour qui le droit des genf est" un jeu. Cet horrible vnement est une repe-titioh de celui de Basseyille. 4
J'Unis nies faibles moyens. ceux du'.chevalici d'Azara ; ce que j dois, comme ministre d une pliisSant amie. Il n'y qu'une voix sur votre cfjmprc'; et tout le monde connat combien vp tes juste et humain^ '
Le cardinal neveu et naonsignor.Galeppi s'ont partis pour Naples, pour solliciter le*, boas offi1 ces de cette cour.
N 6.
Extrait d'une lettre dt M. le chevalier d'Azara ministre d'Espagne. Rome, le 1**janvier 1708.
J'assisterai tous ls Franais qui sont rests ici 5 s pourront venir elle?' moi avec la mm. coil* ance que s'ils iaient des Espagnols. Je prvois pourtant que ma demeure Rome ue peut tre longue ; cay j'ai crit ma .cour le vritable tat des choses, en demandant mon rappel avec] toute l'iris'isf nce posibie. Que puis-je faire ici dsormais Je suis, etc.


5i4
e ses
N 7.
Bximt d'une lettre du ministre de "Sude sa dur. Home, le 3o dcembre 1797
Lel cardinatts,rtaire. d'Etat ayant appris que FaBo tait occup par les troupes cisalpines, se tendit tout de suite chez l'ambassadeur Bo'aaparte pour lui faite ses plaintes, et le prier de s'intresser comme il le lit, en effet, en crivant uue leure que le Secrtaire d'Etat envoya M. Arezzo, gouverneur de Macerta avec ordre de la porter et de la remettre lui-mme au gnral polonais-,
La lettre perlait que, conformment la rponse que l'ambassadeur avait eue du directoire de ivlilan'Jl paraissait qu'ils n'eussent d prendre que la forteresse de Saint-Lo ayant autrefois appartenu la Cisalpine ; et pour cela rardi il arriva un autre couder l'ambassadeur de France rjue lui avait expdi le gnral franais, commanaant Ancne, pour lui"faire savoir qu'il avait dclare que si leiVtraupe cisalpines avaient demand le }>assa"ge'\ftsil s'y serait oppos lui-mme avec forces, et il envoya Cette dclaration. Paris.
Par hasard .Bonaparte n'est point bless ; mais on fait Aie double dcharge. L'ambassadeur avec l'autr,.gnral*furent dans le cas de fuir, (et.de s'chapper du ct du palais, pour se soustraire .ce ilau qui leze tout droit public. On afaitune seconde Bassevillade quisera cause de la.ruine de Romcv En mme tems la cavalerie cn.tra dans le pajais et massacra plusieurs personnes qui n'avaient rieu faire avec ls autres et particulirement qoelq" un'qui allait demanderun passeport- 1/iuti.i.cur du palais ruisselait de sang, t'e {raT^fait'''n'oVWu^s'^iacboter.,
-vLe ministre de Sude ayant appris le meurtre commis, ( car il avait dans toute la ville des personnespostespour-savoir cequi -pourrait
_^-ar4,-et-ilMut^
tti qui Venait d'arriver') ne'sa chant, comment s'y pVeridr'e pour secourir Bonaparte ambassadeur franais en apprenant ^eSa vie tait eh danger, il se porta chez le ministre d'Espagne en Je priant en qualit' d'ami commun de cbutir lui rendre toiis' les services possibles, attendu qu'il lui serait plus facile d'avoir des gardes pour pals'r. '
Fn .effet, s'tant port chez le secrtaire d'Etat qui"lui dit be rien .savoir de ce qui venait d'ar river"',, lui donna des cuirassiers yoixit l'accotn bagner. S'tant rendu a l'htel de l'ambassadeur franais, il trouva tout l'escalier courert de sanget l'ambassad eur dans le plus gran d accs ,qu| lui dit qu'il allait partir sur le champ-pou venger l'insulte faite la France, et pour faire avancer les troupes franaises et cisalpines, afin
- -V'.** i- "f ot-.....-------,
vie n tait pas en surete.
L'ambassadeur nanmoins moins pntr d douleur que pouss par l'honneur et la justesse d'esprit, dtermina son dpart, qui eut lieu dans la mme huit ; il partit avec son pouse, et toute sa suite pour Florence-.
Il est vident que le gouvernement est coupable parce que les soldats avaient eu l'ordre par crit de faire feu.
Le cardinal secrtaire d'Etat devait tcher d'accommoder l'affaire n donnant toutes les satisfactions imaginables, en fesant^rrtr tous les coupables soldats qui avaient fait feu sur le gnral, et par l faire connatre l'Europe que Ja cour de Rome respecte le droit des gens et qu'elle ne voulait pas finir par rompre avec la France comme elle a fait. Le secrtaire devait iaussi aux premiers mouveraens de ces patriotes prvenir l'ambassadeur, et ne pas laisser agir l'aveugle pour en venir uue fia tragique.
Les dmarches ifgulicres que n'a pas cess d faire cette cour, l'ont conduite au prcipice MM,- les cardinaux se prparent la fuite, te pauvre pape est toujours malade. Op. ,con tioue toujours les patrouilles, les gardes et lel "canons sont posts devant les places et ls rues, l'y un grand mcontentement parmi le Peuple,' par plusieurs motifs, et principalement parce' S?M,mir! - 'Un-capitaine nomm>Amde qui tonmandait la troupe tt.lt feu, porte les yeux sur Ir.sabri'etle ceinturon encore teint du sang du gnral Duphot-, et les prend comme un trophe.
Lttr de la prochaine ou voisine paroisse'apris sa montre. t .. .
Le caporal Mariiulli qui a fait feu srr le gnral, vient, -ce-quon dit, dtrfrOmu ah grade de- aergent. ,-'.-.
" Le gouvernement' vient de pubtier un di' pour le maintien du bon ordre dans le pays eu se:'t^laat comme 'uVieius de.Bsseville.
Extrait d'une lettre crite par le ministre de Toscane, Rome, 3q dcembre 1707.

j'attends, mon cher ami, do vos nouvelles avec impatience; votre dpart m'a donn la plus grande peine; ce n est pas tant l'ambassadeur que je regrette, c'est Joseph Bonaparte que "estime et que j'aime. Je souhaite au moins que vous ayez fait un voyage heureux; il me tarde d'en tre srement inform.
N 9.
Extrait d'une lettre de M. le marquis M&nfredini. Pfj*, le 1" janvier 1798.
Citoyen ambassadeur,
C'est par Ordre exprs de S. A. R. et pour vous tmoigner la vive sensibilir dont les dangers que vous avez courus l'a pntr, que je vous cris. Vous connaissez citoyen ambassadeur, mes sentimerJs personnels mon admira tien-, ma reconnaissance pour tout ce qui vous regarde et est atttach votre nom.
Le chevalier Angiolini a parfaitement rempli les intentions du grand-duc; il en reoit par le courier de ce soir l'approbation mrite et sa nomination au ministre de Paris la place de Corsini, qui, sur sa demande, est rappel. Daignez honorer Angiolini de votre appui, et l choix du grand-duc qui tombe sur l'homtne'qu'il juge le plus agieable au directoire excutif.
N 10.
Extrait d'une lettre de M. le cardinal Antici, l'ambassadeur de la Rpublique Franaise. Rome, [le 3o dcembre 1797.
Citoyen ambassadeur, :
Oblig -par mes- incommoditsgarder la maison, depuis trente jours, mes infirmits ont eriipii mesure que mon ame a t cruellement affecte par la malheureuse affaire du 28 dcembre.
Vojus ne voudrez pas citoyen ambassadeur 1 douter de mes sentimens envers votre" respectable personne et famille, let il me peine de n'avoir eu l'occasion de vous les tmoigner d'une manire plus particulire. Ceux que j'ai manifests envers la Rpublique Franaise ont t constats dans toutes les occasions par une conduite uniforme et constante.
La Rpublique Franaise, aussi grande que gnreuse, sait distinguer l conduite de chacun. J'ai l'honneur d'tre, ect.
N i3.
Extrait et traduction littrale d'une lettre de M u cardinal Do ria, scrtait e d'Etat. I> chambus du Vatican, le 6 dcembre 1797.
Ce matin le cardinal Joseph Doria l'atnpluii a inform le plutt qu'il a pu, le saint-pere de l'vnement dont, la nuit passe il a parl au citoyen Joseph Bonaparte, ambassadeur d la Rpublique Franaise.
Sa saintet a pleinement approuv tout ce que nous avons concert ensemble, et a t on ne peut pas plus sensible e apprenant avec quelle bont le citoyen ambassadeur est prt ew. ployer ses valables et bons offices, afin de faire cesser une hostilit commence sans aucune raison contre un souverain ami del Rpublique Franaise comme l'est le pape.... Sa saiutct a choisi la personne du chevalier Bussi pour l'envoyer Milan en qualit de son ministre auprs de la Rpublique Cisalpine.
Comme le chevalier Bussi pourrait ne pas tre cout il prie le citoyen ambassadeur qu'outre la faveur qu'il fait d'expdier un de ses cou-, riers il l prie d'ajouter dans sa lettre au commandant qu'il cout ledit chevalier, en l'in-foimant de sa qualit de ministre.
Le saint-pere professera, pour cette nouvelle faveur, line vive reconnaissance au citoyen ambassadeur'; et celle que lui professera encore le cardinal qui crit en son particulier, ne sera pas moindre.
Il lui renouvelle l'assurance de son profond respect, etc.
. N 14. '
Extrait et traduction littrale^ dune1 lettre de M. k cardinal Doria secrtaire-d'Etat. Des chiens du Vatican, Je Q- dcembre-11^1-------
Le cardinal Joseph Doria Pamphili, secrtaire d'Etat, rend les grces l'es plus distingues au citoyen Joseph Bonaparte ambassadeur de la Rpublique franaise, paT les.; deux pressantes lettres" qu'il a bien voulu lui envoyer cachet volant ; l'une/ dirige au ministre des relations extrieures de la Rpublique^ Cisalpine et l'autre au commandant de la division dans le duch d'Urbin.
Le cardinal qui crit n'a pas manqu d'en instruire le saint-pere lequel a reu avec les dmonstrations d'une joie sincre, cette nouvelle preuve deTaftectiori au citoyen ambassadeur; le cardinal qui crit, eh lui fesaht les mmes protestations lui renouvelle l'assurance de sort profond respect et de son estime-trs-distingue etc.
.; > i N 11.
Extrait dxune lettre crite par M. tabb Martelle,, au citoyen Belmonte, ministre de la Rpublique, Cisalpine prs le grand-duc de Toscane du 3o ; dcembre. i
Hier, il y eut un autre tumulte Tranaievere, | o prirent deux autres hommes. Un jeune homme \ d'Acquaroni a t bless ayant t pris pour | Franais. On dit que le sculpteur Ceracchi, et le fils du chirurgien Angelucci ont subi le mme j sort ; ceux qui portent la cocarde franaise sont -insultes. |
J'oubliais d'ajouter que le capitaine Amedei peut-tre Tauteur principal de,'cfe' dsastre qui commandait la troupei, 'eut'une confrence avec le-ministre d Naples pendant la mle qui il demanda assistance au cas qu'il vint succomber. Ce capitaine montre rellement le sabre et la ceinture du .dfunt gnral Dphot. L cur ou autre prtre a eu sa montre. Azra a assur dans sa juridiction ceux qui pourraient- tre perscuts pour cause d'attachement envers les Franais.
N8 l'a.' ; '
Extrait de la traduction littrale d'une lettre de M. le cardinal Doria, secrtaire d Etat. Des chambres du Vatican le H dcembre 1797.
Ce matin' dix heures .est arriv un courier expdi au cardinal Joseph Doria Pamphili par monseigneur le prsident dUibin. Avant-hier vingt-trois heures il a reu Une lettre du gnral polonais d'Abrowtki, lequel dclare que si dans let terme de tiois'jours on ne livre pas la forteresse de Saint-Lo il envahira le duch d'Urbin, Pesaro et tute la proviuce.
: Le cardinal qui crit,ayant rerois cette dpche sa saintet, il ne peut la c'ommuniquer au citoyen ambassadeur ; malgr cela il ne manque pas de lui faire part. non moins comme une preuve de son attention que de la Sincre reconnaissance qu'il lui doit pour l'obligeant et efficace intrt qu'il a daign prendre dans cette circonstance.,11 se,transportera ce soir chez lui l'heure ordinaire pour l'instruire plus en dtail de tout ce qu'il vient de lui annoncer et pour lui renouveler les sentimens de son estime particulire,,.,.-...-----...........- ...
du, sincre attachement qu'il lui proteste avec \ ambssader del Rpublique fianai* lequel,il c dclare etc. j Porte ottomane. 1 "-
Le citoyen Meyer, ministre plnipotentiaire batave vient de recevoir un courier, qui lui annonce que le aa janvier ( 3 pluvise ) a t pour sa Republique ua 18 fructtdor.
Les six membres de la commission diploma-maiique, et vingt-deux autres reprsentans, ont t mis en tat d'arrestation chez eux.
Le rglement par lequel le fdralisme et l'aristocratie des Etats gnraux avait enchan l'assemble nationale,, a t cass et annulj.
L'assemble s'est constitue en assemble lgislative reprsentant le Peuple Batave. Tooteslv autorits provinciales ont t changes en autorits, administratives. ,
Plusieurs autres dcrets trs-sages et analogue aux circonstances ont t rendus.
Une commission a t pomme pour prsenter sous peu de jours le mode d'prgauiseyan gotivei-ncment provisoire.
Tout s'est pass avec sagesse et avec le plus grandf calme, et la Nation y a gnralement applaudi.
La conduite du ministre Charles Delacroix et du gnral Joubrt est au-dessus de tout loge.
Le directoire excutif a crit la lettre suivante au ministre de la justice, le 5 pluvise.
Citoyen ministre,
Le directoire dsirerait que vous lut fissiez connatre dans le plus bref dlai, le rsultt jusqu' ce moment de la proc
l'vnement arriv ces jours ^........
. >. _i ri'lutfaire
lai *w-----
xdure Concernant defni'eir'sche le citoyen Garc'hi- Il vous invite eh outre 'I connatre, de cinq en cinq jours, l'iarct les progrs de cette procdure, et employer1 tous ls moyens qui sont en vous pour acclrer la punition des coupables.
Le minis're des relations extrieures a reu I* nouvelle officielle de la mort d'Aubert-Dubayet, ...... prs h


<5i5
B E A U X A IX T. S.
Muse des monumens Franais ou collection chronologique de gravures de statues en tnar-ijic et en bronze bas-reliefs tombeaux des hommes et des femmes clbres,, etc. pour scr^ -jr l'histoire de France ; rdige et publie ar Alexandre Lenoir,, conservateur de ce m-J^cj'la' gravure dirige pair Laurent Guyot graveur.
0jl'anne 1790 ,1e citoyen Lenoir fut charg, ir Ie comit d'alination de l'assemble nationale du dpt des Petits-Augustins, qui devnt u asyle assur pour les monumens de notre gloire, contre des barbares qui dj les poursuivaient la hache la main. Le comit d'ins=-ifuciion publique de la convention nationale rigea ce dpt en Muse ds Monumens franais ; ynit on y vit rassembl par le zele et les soins ia conservateur tout ce que les temples du dpartement de Paris possdaient de chefs-d'eeu-vie de nos plus clbres statuaires : on y rassembla aussi plusieurs morceaux prcieux de di-ve,s tab'issemens supprims et d'htels runis jit domaines nationaux. Cette foule de monu-rnrts fut d'abord recueillie et entasse sans ordre ? mais l'intelligence le bon got et la sagacit d citoyen Lenoir n tardrent pas dbrouiller ce chaos, et ranger chaque chef-d'uvre sa place naturelle. Il adopta l'excellente mthode chronologique ; et divisant par sicles ces fameuses productions de nos grands listes, il en a fait autant de salles qui offrent iUspectateur la runion de ce que chaque poque-a produit de plus intressant et de plus beau.
C'est,cette suite chronologique de monumens chapps la faulx du tems et au marteau des destructeurs, que le citoyen Lenoir prsente aujourd'hui aux amateurs. Elle sera accompagne de dlssertationsL^sur c haque monument, d'un prcis de la vie des personnages les pjujjnipor^ Uni le.elge, etc._ Elle sera suivie d'un trait histotique.de la peinture sur verrey'tpBt le citoyenu-Lenoir. Chaque livraison, compose de quatre estampes ifrfqlio et d trois feuilles de texte est de 6 fr. pouVls personnes qui Se feront inscrire pour f'totalit de l'ouvrage ; qui Sera de trente trefc't-siX livraisons; et de-9 fri pour Ceux qui ne voudront pas se faite inscrire. Les preuves lrdrit dlivres aux inScrpteUrs dans l'ordre de la liste qui Sera imprime dans l quatrime livraison. Il en paratra neuf ^d'ouze par an dater dut nivse de l'an '6 jour de la distribution de la premire livraison. ; ; i
On S'inscrit Paris, au'Muse rue des Ptits-Augustins faubourg Germain chez le citoyen Lerioir;* t chez le citoyen Guyt, graveur rue de l Monnaie n 20 ; * l'Elyse'-Bourbon, faubourg Honor ; Augshourg, chez M. Tezari et compagnie.
CORPS LGISLATIF.
CONSEIL DES. ANCIENS. Prsidence de Rousseau.
SUITE DE LA SANCE DU 3 PLUVISE.
- sit\ : . 1115 .. it- -
' Ticault rpond que ce sont les actionnaires de la-caisse Lafarge, et non la caisse ellc-*m-, qui sont cianciers de l'Etat ; la preuve en est que les rentes qui ont- t acquises ont t lecQBstitdes au -.profit ds actionnaires. '
L'sdminStrrftion n'est qu'une agence ; lcisse Wun're'c^eut",' t non poirit on!crancier. .,Ll,ag^6,nce, qu'il a vrifi''les registres, .et.qu'i} WQuy'qu.sur 4.ij,3tJ4"ac,ti)nriaires de la caisse LaTarge," il ri f en avait que' 27-qp,' eussent, 6, 8," is ou r5oo liv. de rente'.'Peut-on pour un > petit 'nombre., faire tort aux 41,337 autres rentiers, qui sont dans la classe de ceux aux-^^l^9}?B?omisd.s.5e^purs..j
:*uj vaimj dfra-t-jon que Aa caisse Lafarge- t "nei'tomiold'orJne -.Jwqvei'lle du dluge qu'a 'ghrottlea:issignats a :qbaod cela .serait, .iuw> rait -drisoirei qqe la Rpublique joppost le idisj-red de la monnaie avec 1 aquclle elle payait
Ses cranciers pour se dispenser de secourir les plus ncessiteux d'entre eux. Mais au fait cet tablissement a t cr en 1791 ; cette poque les assignats n'taient pas encore dans le discrdit: la faveur de cet tablissement lit remonter les contrats au-dessus du pair.
D'ailleurs, quand l'objection serait admissible, il faudrait l'tendre tous ceux qui ont t inscrits sur le grand-livre par la voie du transfert, depuis la chute des assignats. Dans ce calcul quelle sera la distinction d'poque qu'il vous plaira de fixer ? La loi du 9 vendmiaire Vous a dispens de ce soin en s'engaijcant secourir tous ceux des cranciers de la Rpublique qui n'avaient que 200 liv. de rente au moment o cette loi fut rendue.
La rsolution est avantageuse au trsor-public. La caisse Lafarge en lui refusant toute faveur aurait prtendre i,35o,ooo fr. d rente perptuit. On lui en paiera 1,500,00e fr. non pas pendant 5o ou 60 ans comme on l'a dit; mais seulement jusqu ce que chaque actionnaire ait acquis uue rente de 1000 ljy;. :
Au surplus, en donnant r;5oo,ooo liv. de rente aux actionnaires,, de la caisse .Lafarge nous ne lsons rien pour eux; car avec les 40 millions de bons de deux tiers qui leur appartiennent, et que la rsolution teint, < ils pourraient acheter pour 3oo millions de rentes consolides.
Le projet est le meilleur qu'il tait possible de faire. Avec la caisse de secours, dont Laussacq avait propos l'tablissement la dette serait toujours reste la mme et la caisse de secours elle-mme deviendrait perptuelle, Avec la tontine au contraire on teint la dette publique en amliorant le sort des rentiers survivans ; et l'on se procure ainsi le moyen de diminuer les impts. ~
Dedeley. Peu importe l'Etat que la caisse Lafarge achet po u r 3 o q mi liions cl e rentes avec
ses 40 millions delhs de deux tiers; car soit que la Rpublique retire ces bons comme le propose la rsolution Soit qu'elle les laiss sur la place, elle n'en sera pasplus charge ; ils trouveront toujours leur emploi dans les biens nationaux abandonns aux cranciers de l'Etat. >
Je dois dclarer au surplus que parmi tous les actionnaires d la caisse Lafarge, j'ai peu vu d'indigens, mais des hommes qui avaient bien Calcul et je me suis repenti plusieurs fois moi-mme de ne m'y tre pas intress.
Quoiqu'il en soit je pense que le corps lgislatif n'aurait pas d sanctionner cet tablissement en en fesant l'objet d'une lot. D'ailleurs i je pense qu' la rigueur on ne devrait d'augmentation qu' ceux des contrats acquis par la caisse de Lafarge qui au moment du transfert ne passaient pas 600 liv. Je crains qu'en excitant les rentiers se placer dans l'association Lafarge ou dans d'autres de pareille nature, on ne les expose voir dilapider le peu qui rest de leur fortune par des administrateurs cupides^ qui se serviraient de Lurs fonds pour agioter. Je redoute qu'alors ces rentiers ne viennent se plaindre aiu corps lgislatif de les avoir ports prendre ce parti, etlui demander le paiement de leurs rentes.
Je demande l'ajourtK'ment.
Lecouteulx ajoute que la Rpublique n'est pas dbitrice des actionnaires de la caisse Lalarge, qui ne sont pas inscrits individuellement au grand-livre,, mais de la caisse elle mme. Si ton admettait, dit-il, la subdivision qu'elle veut faire valoir pour soutenir que ses associs doivent tre compts au nombre des rentiers auxquels l'article III de la loi du 9 vendmiaire a promis des secours on ne pourrait refuser d'admettre non plus la rclamation de ce chef de famille/propritaire d'une rente -dp 1,200 qui demanderait tre favoris comme les rentiers de 200 liv. et au-dessous, sous l prtexte que cette rente est subdivise entre ses six ou huit enfans. La Rpublique aurait-elle alors assez de richesses pour donner d'aussi nombreux secours ?... -'
La discussion est ajourne. ;
La sance est leve. /"
CONSEIL DES CINQ,- CENTS.
Prsidence de BailleuL ^ sanVs pu 4 pljviosi.
Un secrtaire frit lecture de la,correspondance et, des adresses auxquelles sout joints les dons patriotiques pour, la descente en Anglercrre ; presque, toutes:, ces adresses lmpfgnentune vive sollicitude sur le sort de nos prisonniers en Angleterre.
- VUlers. Ces adrC ses doivent vous rappeler que le' 8 nivse dernier le directoire executif vous adressa uft mWsage dans lequel il vou3 exposait 14 situation'1 affreuse de nos mlheureuxUreies
prisonniers en Angleterre. Vous nomma te* ne commission le mme jour, en la chargeant de vous faire un rapport ds le lendemain ; depuis, cette commission a ard le silence; nom ignorons ses mo'ifs ; auant moi .je ne sais s'il peut en exister de satisfesans. Cependant, si,la com-nitss'on s'est ras'suresnrlesort de nospnsonndrs,.... elle devraitnous rassurer nous-mmes ; ipiV pour- ions-nous l'tre quand nous savons: iqu nos, frre* ?ont exposs ,U nouveaux rtourmens ; quand le gouvernement anglait, Je demande que la commission soit tenue* de: faire son rapport demain.
Cet avis est unanimement adopt.
Al0lin fait un rapport tendant , la runion de plusieurs cantons du dpartement d l'Hroutt. ;
On demande aller aux voix. Portiez de l'Oise. Je demande l'ajournement da ce travail, jusqu'au moment o le directoire excutif aura termin le travail p.nral, entrepris; pour donner pi us d'exactitude la circonscription des cantons et pour r-n dtermirer la ligr-e, d'une manire plus conforme aux intrts des, administrs.
Le rapporteur insiste pom l'adoption de son projet.
N.. . Le travail du directoire nejr on cerne quei
l^divisiqn dpi^nTnTle ,_c'est--dire qu'il
s'cccupe dTjbindre tels ou tels cantons -desi dpartemens auxquels i's appariir-nnent plutt qu' celui auquel ils sont attachs ; niais il ne s'agit pas de runvan.
Lemoin'.Je connais 1rs localits, et j'atteste au. conseil que le projet d'Abolin est conforme au, voeu des administrs, des autorits constitues, et l'intrt public.
On demande de nouveau l'ajournement. Il est prononc.
s Montmayou. Je demande la parole pour une motion- d'ordre~; vous avez nomm une commission charge d'tin travail sur la runion des cantons. Je crois que cet objet ne peut voua' concerner, et qu'en cela la nomination1 de la: commission est inconstitutionnelle. Dj la tiou-fvelle du travail de cette commission s'est rpandue dans la Rpublique, et elle a port le trouble." et l'inquitude dans les cantons.. Une foule de membres. C'est vrai.
Montmayou. Les citoyens craignent de perdre} les oiagistratuves populaires places prs d'eu?. Il faut les maintenir d'abord pour assurer au couvernenWnt des moyens de surveillance et 'd'excution plus tendus, ensuite pour faonner aux fonctions administratives les habitans des campagnes qui sont appels ces magistratures municipales.
Je'demande le rapport de l'arrt qui a cr la commission. ,
Chapelain., La constitution vous a laiss la facult que l'opinant vous refuse dans la motion d'ordre qu'il vient de faire. Les cantons sont ds petites rpubliques ; il faut qu'elles soient organises l'image de la grande.. ... (Des murmures s'lvent. ) Je demande un moment d'attention. J ne dis! rien qui tende au fdralisme.
On demande d nouveau la clture de la dit-cussion. '
Garnier de Sintejs et Bentabollc s'crient .Aux
voix la proposition de Montmayou. J5
Chapelain insiste. "Le'prsident}* rappelle] l'brdrel. ;n Il rclame. .
Oudot. Je viens demander l'ajournement .de la proposition de Montmayou. Vous avez5 nomm une commission ; c'est que vous avez cru devoir le faire. Pourquoi la 'casser' aussi spontanment, et interrompre ex abrupto l'important travail auquel elle se livre? Quand le IrVail,sera prsent,, s il est inconstitutionnel, rien, de pjus simple^ Sans ddut, il sera rejet; mais il faut au moins l'attendre.",' "' "'"/.'.^j
, Reynaud...La question est trs-impartantvoit-011, peut-n runir des cantons? Oui, tott*>lesi avantages se trouvent dans cettemesure vpuiscjUe d'abord vous faites une grande conomie-K-et qu'ensuite vous simplifiez le travail administratif. Je demande qu'on: entende le travad de la commission.
. Bentaboile.lJ'appuie la motioa'd'ordre faite par Montmayou. Je ne ctois pas qu'il-bit dns-Pcsptit


de la constitution de vouloir diminuer le nombre des cantons ; quand on en a l'ait la proposition on n'a pas assez rflchi ; On n'a j>a* aperu qu'elle donnerait lieu aux plus graves incnv-ni'ews. Ce n'tait point l utie proposition populaire. Qtioi de plus anti-populaire et de plus im politique, en effet, que d'enlever au Peuple les jour complmentaire mme anne magistrats placs immdiatement auprs de lui, l archivis'te quitte et dcharge de la et de l'isoler entirement des autorits constitues ,1 ce compte.
auxquelles il est forc d'avoir recours; le moment 1 Sur ie rapport jc Lachieze^ le conseil ip-d'aillears n'est nas favorable : ce -test pas a la J rouv Sur le' rapport de Rosse, et .-.prs avoir entendu Buudin en sa qualit de commissaire aux archives, le conseil approuve uue rsolution du s nivse, qui arr-e le compte ds sommes reues par l'archiviste de la Rpublique, depuis le Xe" vendmiaire, an 4, jusqu'au cinquime ...... 1. -..-^ dclare
de
et
recette
piecontentemns. Je demande le rapport de, l'nr.
Coupp. La constitution vous permet de reviser et de changer la circotisciiption des cantons ; on a dit qu'il fallait attendre ; mais il est des localits fi cette opration est tis-pressantc.
On demande de toutes parts la clture del discussion.
La discussion est ferme.
L'attt est rapport-
Chapelain. ]'ai t rappel l'ordre, je demande expliquer.
mentaire, aux enfans du citoyen Rocher, assas^-sjn sous l'echarpe municipale par des fanatiques d'Anvers. La sance est leve.
CONSEIL DES CINQ,- CENTS.
SANCE DU 5 PLUVIOSE.
Dans la nuit du 10 au 11 rjivse, une malle a t trouve sur la-., grande route d'Etmpes O/lans. Le juge de paix d'Etanipes crit au conseil qu'il a refus de la donner celui qui 'la rclame comme l'ayant trouve; i parte
Une Joule de voix. Non, non, il n'en est pas, qu'il a pens qu'il fallait pralablement recher-soiu ; 1 ordre du jour. j cher le propritaire ; 20 parce qu'il ignore si,
_ ., 1. v j'en cas de non rclamation, il lui revient une
besoin
Le conseil passe l'ordre du jour.
'Leclerc, 'de Maine etjLoire, parat la ttibune e1 prte le serment.
Le prsident. Le citoyen Joseph Bonaparte dput du dpartement de Liatuone demande prter le serment
Joseph Bonaparte parat la tribune et prononce Ja formule dcrte.
Voi part sur l'objet trouv.
Cette ptition a t renvoye l'examen d'une commission.
Garnier de Saintes. Vous n'avez point oubli l'affaire relative aux commissaires de la trsorerie nationale ; cette affair avait pour objet plusieurs marchs onreux pou? la Rpublique, passs avec la compagnie Dijon. La rsolution que vdus .prtes alors fut rtjette par les anciens, par le jmotif que tous les commissaires de la trsorerie
du 28 frimaire, surla distnbutbjLdu milliard.au^U-?y^#ffiL.^.|tt^. ce^arcbA-^iUtait-
dfjenseursjle. la J'at rie. _
L'urgence est dclare l'unanimit t les premiers articles adopts
Maugenesl. L'article VI porte que la rente est insaisissable. Je vois quelques inconvubns cette disposition, je demand qu'elle soit sai-' sissabl pour fournitures d'alirens seulement ; c'est le moyen d'assurer les fournitures aux dfenseurs de la Patrie.
Lefebvre. Cet amendement est de toute jus tj.ee,; il faut assurer une garantie ceux qui alimentent les dfenseurs de la Patrie. Vous n'tes pas sors que les rentes soient payes avec une extrme exactitude vous ne savez pas si elles seront payes d'avanse; il faut mettre les d-. tenseurs en tat d'attendre leurs paiemns
J" Savary- P-n ce cas il ne faut dclarer saiss-sable qu'Une portion de la rente'; car autrement vous enlverez au'abldat ce q^ui est ncessaire pour le vtir
Laujacq. L'amendement n me parat pas admissible parce que l'avidit pourrait tre pousse au point de faire faire des soldats des billets pour alimeas tandis que d'autres fournitures auraient t faites.
Bentabole. Je ne sais comment il se fait que dans le moment o l'bn assUre une rente aux dfenseurs de la Patrie, on vienne lever ds doutes sur l'exactitude des paiemns. Certes cette dette sera toujours sacre ; elle repose
injuste de les frapper tous de ia-mme pcine jCe rejet, quoiqu ainsi motiv,, jetta l'alarme dans la Rpublique, parce qu'il tait impossible de voir autre chose dans la conduite des commissaires, qu'une collusion criminelle avec les/vampires qui sucent le sang du Peuple v ou bien uneignorance vraiment funeste ^ nos finances. Dans l'un et l'autre de ces deux cas l'es commissaires actuels ne doivent plus occuper ls placs dont ils se sont montrs indigns.
je demande donc que la commission que vous lavez charge de vous prsenter uu nouveau projet de rsolution fasse son rapport sous- trois jours.
Cette proposition est adopte
L'ordre du jour appel le rapport de lli commis sion charge d'examiner le meSsage du directoire relatif aux franais prisonniers en Angleterre
Riou. Le gouvernement anglais a combl la mesure de l'oppression qu'il fait peser sur les Peup'es. Des quatre parties du Monde, un cri de mort, s'lve contre lui. Par-tout il s'est efforc de conserver sa puissance par le crime et la cor rupiion. Il voudrait que l'industrie de tous les Peuples ft esclave de la sienne ; que les mers se courbassent sous ses vaisseaux et ne reussent de loi que de lui; et que tous les trsors d l'Indostn coulassent en fleuve d'or dans Ses coffres
Oppresseur de l'Inde, il y trouve pr-tout les traces de*ses crimes. Il donna, il y a quelques
sur la reconnaissance nationale 5 voil sa ga- J annes, dans ce pays un exemple effrayant 4b
ramie. I son despotisme et de Sofa inhumanit: afin d'avoi Oa demande la clture de la discussion. L'amendement est rejet.
Quelques dbats s'lvent sur d'autres ar-: licls.
La rsolution est adopte. Elle cre en faveur des dfenseurs de la patrie, compter du pre-mier jour de la paix gnrale, une rente viagre qui s'accrotra progressivement pour chacun d fix jusqu'au maximum de i5bo liv.
(Nous donnerons cette rsolution, aprs qu'elle aura t approuve parle conseil des anciens. La sance est leve.
CONSEIL DES ANCIENS
SEANCE PU 4 PLUVIOSE. -, Chassiron fait un rapport sur la rsolution du j
les marchandises indiennes a meilleur Compte, la compagnie anglaise le paya auxWvriers avec ds roupies qui ne Contenaient qu'uti tiers d'or. Elle en lit fabriquer pour plusieurs millions. Il ne tardrent pas s'ppefcvbir que cette mesure tournait leur dtriment; car leurs dpenss augmentrent proportion et les Indiens [payaient leurs impts vec cette monnaie it-[ ie. A'ors 'l cbtiipagnie invita les porteurs de ces roupies 'venir les changer contre des roupies blanches ; le peuple confiant accourut h foule croyant recevoir le montant de la valeur nominale des roupie d'or ; il n'en reut que la valeur relle.
Une scheresse excessive avait dtruit tous les riz dans les mmes-contresIcsaglais se^pro-curerent des vivres; ils nageaient dans l'abondance, et f's laissrent prir de faim la multitude du peuple. Trois millions d'hommes mou-
maniere oh les traitait : on les entassait vlhm>) dan* des, vaisseaux-prison,, o le dfaut d ai, de nourriture, d exercice, les maladies lsV salent mburirt. chaque joir on en fesait thtt de Nouveaux et aucun ne sortait que pour W jette a l mer comme cadavre. '
L'orateur arrive auteins de notre rvolu^ < il trace le tableau fidle de toutes les atroc que ls Anglais ont commises contre le France* depuis le commencement de cette euerr,. Toulon dans l Vende, uiberoh ffi V* colonies, ef dont le dtail est conhti: P',s;i> ajoute il semblait impossible de rien ajouter, cette longue numration de forfaits; tauh conduite airoCe et lch du gouvernement .n glais, envers nos prisonniers, achev ce 'tableaT et liii donne l'horrible perfection du. crirhe.
L marine de la Rpublique u'a pu jm^^ faire un grand mal aux Anglais ; mais il, 0rit essuy de grands dommages de la part de nos armateurs. Aussi ont-i's totirn leur rage Contre ces derniers : les officiers qui les commandent sont confondus avec de simples matiQtj et traites avec une cruaut ihouie. Voici une Jett.ce de plusieurs armateurs,, prisonniers en Angleterre, qui en contient le dtail. &
Le rapporteur donne lecture de cette lettre en voici les principaust traits: '
u Du moment o nous sommes tombs au, pouvoir des Anglais on nous a abreuvs d'amet-tume ; uous esprions tre mieux traits 'tant terre ; bien loin de l nous avons t insults par une populace insolente et une soldatesque effrne ; trans dans des cachots infects que les barbares chirurgiens rie visitent jamais cause d l'infection qui y rgne. Lv nourriture que Ion nous dbnne est grossire, et on la supprime au moindre signal d'humeur ou'de dgo&^J^s^oiomfesugotasstSs-paHNtf*-front Sur ro de hauteur dans des cachots troits, sans air, et o httre sans cess une au' ftide. La paille qui devrait nous servir dlit,' depuis long-tems n'a t wnouvelle ij. ce tiet plus qu'uti fumier infect. Sur le moindre pt* texte on fait feu sur nous. Un prisonnier ajust, par un soldat ja t tu n'aguerre. Le com-missaire Wit wt venu, et foulant inslemmeqt aux pieds le cadavre de notre camarade, il a, ditduu ton froidement moqueur : Gsriiskriln.,,-ce n'est u'un Franais^ (Des mouvemens d'indignation se manifestent dans le cbnseib) Eafio, Te gouvernement vient de mettre le comble < l'atrocit de sa conduite envers nous en suppii-maut Us cautionnemens. Nous sommes donc tous entasss dans d'obsur cachots, sani distinction d'ge ni de sexe. Une malheureuse femme vient d'accoucher au milieu d'une cour mlfite; ses cris perans nous dchiraient le cur ; cils a rest quarante*huit taures sur le pay,sans secours. On rduit notre nourjiture ; la,'ait sanglante d'un cbin trouv mort, a t, par iplusieurs prisonniers, discute coups de couteau; il n'est pas jusqu'aux excrmens........
Franais, nos compatriotes, nos frres,, vengeance .' vengeance!,...! : ,
Un mouvement soudain s'empare de l'aSsem* ble et des tribunes $ de 'toutes paMi des cris d'indignation se font entendre : ty'engemt! vengeance s'crient la fois et les reprsentans debout et tous les' spectateurs. Ces cris, .ppuisi par mille voix, frappent la vote d'une manire-terrible; la salle en retentit plusieiirs reprises.
' 'rapporteur. Oui, 'vengeance vengiMci! contre ce gouvernement atroce; secours rlO frres opprims...... Reprsentans du Peuple,
votre commission a recherch les moyens de les, secourir ; elle le* a trouvs dans une taxe momentane taxe d'humanit ,. laquelle serait perue sur les citoyens aiss, en addition a leur contribution somptuaire, et dont la quotit serait gale au tiers de Cette contribution. Maisquel-que clrit que l'on mette percevoir cette taxe quelque empressement qtte les .c.uoelJs ploient l'acquitter, la misre la faun ,e
rpns
en France. Il importe d'exciter le faire, en traitant (favorablement les citoyens qui, en se runissant, ont dj opr de ces desschemens. La, rsolution autorise ces citoyens se runir de nouveau pour dlibrer sur leurs intrts et conserver le fruit de leurs peines et de buts -travaux. Cutte rsolution donne au gouvernement tous les moyens de surveillance sans en
fut corrompu et il eb rsulta* une maladie cruelle qui fit de nouvelles victimes. ;
( L rcit d ces cruauts fait frissonner d'hbr-reu'r ; ont n est indign, maisribn tonn., car quelque chose pcut-ii'tbririer de l part ds Anglais ? ) ;
Avant la guerre de 1758, les Anglais nous en-,,..T lvent, en pleine paix, aoo* vaisseaux marchands^
traver la proprit. La coimisuon propose dap- ils fout 20 mille matelot,prisonniers.; un trs-prouver la rsolution. J petit nombre seul*ment est jentr en France, le
Le conseil l'approuve. J reste a pri de faim et de misre. Voici de quelle
emr------... ......---------- .
mauvais air, les maladies seront plus .actifs quo nous. Il faut donc un secours prompt, actuel et efficace. NouSi.l'avons trouv dans JP'CI'" de 16 millions affects par la loi du.., a* dpenses imprvues. Le surplus sera pris sur.ls dons .patriotiques. > '
Franais., vous voulez combattre l'Aor^eterrev conequre de toutes vos forces au spugPrnDi
de ......
servez
es prisonniers qu'elle traite eb cannibale; epw ..rvez-les la vie. Arrahs la mort, vos Bienfaits ,.ils todratot Mtt jour contre, 8 v^nmeflt xccrable ces bras d'bdieuis chanes. 1 -,.,->
..'."-j."." -La sukedmi^ .. ;
JV. B. Dans la tMc du 7 '^.i? cinq cets', apcs- str* foccup d objets-pui crlier, a adbpt levprbjct de Diicbesw s^'* mode de paiement des tentes viagers, -pendant la dprdation du pipicr-moanaie;
' Jourdan, rdacteur en ch

GAZETTE NATTONAL bu LE MONITEUR UNIVERSEL.
'JV* i sg. Noiiidi, 9 pluvise, l'en 6 de l klpubiique franaise une et indivisible. ( dimanche sti janvier t798 v. tt,}
POLIT 1 Q U E.
C L OKI ES.
Tous les individus dj_otts'.en\vtf31e la loi js^ l fructidor an 5 embarqus. sujhj corvette fcyaillante, sont arrivs G.aye.njtiMe 21 bru-jnkiw- L agent particulier a fait pM||bjr leurs besoins physiques. Le 6 frimaire ,:^pls a fait onbitrqucr pour se rendre.sur \es bords de la rivire d Gomanama, entre. Sinajrnarv et Yrar iotihb, ia plus saine de la_ Colonie, et la plus, nottdarrte en ressources pour la vie. Ils y sont arrivs l 7. H sont logs provisoirement dans lit btimens du poste militaire de Sinamary. On leur donne une ration complette de vivres. L'or-rjtinateur, leur fournit des vfemcns ..- et autres objets indispensables. L'agent, en leur fixant pour promenade un espace aonvirbn vingt lieues, loui h surveillance ncessaire leur a concd provisoirement un arpent dterre chacun ; et il leur .sera permis d'acheter ds terreins pour faite des tablissemens de culture.
D A N N JE M R C K. Copenhague, le 6 janvier.
Oivient de calculerqu,-danrles seuls duebs-deSIswick et de Holsiein, nous avons 758 bti-rbtihi de diverses grandeurs, qui occupent 3720 tomme d'quipage.
11 autre calcul prsente le tableau de la naviga^ on del BaltiflU peiidant Canne qui vient de l'couler, et de la part plus ou moins active que Ici diverses nations commerantes y'ont prise. ,11 tit pass parle Stind, dans l cours de cette anne, vaisseaux t sur lesquels 40.17 Danois ; 238q, Sude; 405 Anglais; 200S Prussiens; _17st.de PspneribOUrgt entre l':b ^leWese}; 47 tta.m-bouM'os;' 107 Oldenbburgois'; i3g BremoiV; 5jde,Lubeck ; 2 deCourlaude; 81 Amricains; i3 Portugais. 1
Aucun:nvire Franais ni Espagnol n'a paru dans la Baltique : il est vrai que dans aucun tems ttemer n'a t fort frquente par Ces deux na-
tioni......"
A L L E M A G N E.
Vienne le janvier.
IVPort vient de reprsenter, par 1 organe de toit ambassadeur auprs de notre cour, qu'il s im-, prime Vienne, tant en grec qu'en turc, des crits sditieux qui d'ici sont dissmins dans l'empire Ottoman. L'empereur a aussitt ordonn des recherche dotit le rsultat a t l'arrestation de: quelques grecs qu'on a dcouverts pour tre complice de ce dlit politique t d l'auteur d la ga-, tette grecque qui s'imprime ici ; mais comme ce iorit des sujets de la Porte, ils vont lui tre livrs.
Letorir turc qui traversa cette capitale, il y a untnbisVpour Se rendre Paris, a repassici.il y a cinq jours. Sa mission tait relative la rbellion qtri avait'clat en Turquie. C'tait le premier crif que la Porte et envoy une puissance etopkhaV
l^pus venons d'apprendre que le pacha de Vid-le rebelle Paswan Ogl'u a t battu daus la Servie.
Rstadt, le 16 aivir.
V
M/ Je Bildt, plnipotentiaire de la cour e. Sude', remplace le comte de Fersen au cor *
fr esprits sont trs-occups d'une proposition fjn'on du faite par les plnipotentiaires de la ^puBlicJu Franaise qui tend dfrer Urnperur et au ri de Prusse les pouvoirs de "dite de Ratisbonne, pour rgler avec l France le conditions del paixde' lmpire lc scularisations l'change' de certains pays, 'ta autres arrngemens ncessaires dans les ir-nstttfcs actuelles. En consquence, ^dpuration actuelle du corps germanique serait ds-*?a,e, et ses dputs ne" seraient plus que de nple-ngociateurs au nom de chacun des
% prtend savoir avec certitude que cette FOpojnion scra vivement soutenue la dite Y atubonne par une puissance de l'Empire 9 l'influence peut'beaucoup contribuer la *"te adopter.
,1| est aussi .question de donner un nouveau souverain au Brisgaw la place du ducJde Modene.
On ne fait plus aujourd'hui mystre que, par le trait de CamporFbrmio, la France doit avoir le Rhin pour born ; mais, en jvanch, l'Autriche aura toutela partie de la Bavire au-del de. l'nn, et celle-ci reoit, pour ddommage-m'en s, une partie; de l Soabe et quelques v-chs de Francanie. L'Autriche renotice, de son ct., es ppss.essiQns-en Souabe ; elle en est bien ddommage: par les fiches salines qu'elle convoitait depuis long-te m s. qui lut .-donneront un revenu considrable, et le monopole du sel pour tout le sud de l'Allprbagne.
La France et l'Autriche n'auront plus de possessions limitrophes/- Voil' de grands sujets de dmls tet,de guerres anantis. Les envoys de la Prusse ne verraient peut-tre pas ces change-mens d'un cil. tranquille", si l'assurance l un aggrandissement .au ndrd n'tait pour eux un. motif de consolation. On croit en gnral que ce sera aux dpens de l'lecteur de Hanovre qu'on les satisfera.
Oti croit'gnralement qu'il regrje l'accord le plus parfait entre la Prusse ,TAutricli_e;.et la. France sur ls changnihs' qui se prparent dans diEm-pire. Il parat que tout s'arrangera aux dpens des princes ecclsiastiques. '_________
Voici jjT tra'dbuon littrale des: pleini^pou-voirs :
Pleins-pouvoirs gnraux pour ta dputation nomme par [Empire, pour ngocier l a paix.
Ls lecteujs princes e^Efts du Saint-Empire Romain ay.at jug propos de choisir dans leur sein ceux qui devront assister, de la part du corps germanique et soutenir ses intrts., aux ngociations qui. doivent avoir lieu pour la conclusion d'une paix(gnrale, juste, convenable et durabio entr sa inajet impriale : notre,trs-gracieux seigneur et l'Empire d'Allemagne d'une part, et la Rpublique'Franaise de l'autre ; et' ayant lu et nomm, cet effet, dans le collge des lecteurs Mayne et Saxe ; dans le collge des princes partie catholique Autriche, Bavire,. Wiubourg 5 partie de la confession d'lAugsbour___', Brcmen,Hes8e-DarmstadtetBaden; et paryni les villes impriales s, Au||bourg pour la partie catholique, et Francfort pour la partie de la confession d'Augsboujg ^
En consquence avec le consentement de sa majest impriale comme chef'suprme de 1 Empire il leur est donn eq vertu de la prsente par l'universalit du corps germsnque,, un plein-pouvoir absolu pbur envoyer leurs dputs au lieu dsign pour l tenue du congrs l'effet d'y paratre avec et prs du ministre plnipotentiaire de sa majest impriale ; de dlibrer, ngocier,' conclure et aussi, signer tout ce qui pourra contribuer au rtablissement d'une paix gnrale, quitable convenable et durable eten ghrai la prosprit universelle eti la tranquillit de la Patrie.
Tout ce qui aura t ngoci ainsi, conclu et sign par les dputs de l'Empire en totalit, ou par les autres en l'absence "de Pun oude l'autre d'entre eux par caus de maladie o de non comparution ,, conjointement avec la lgation impriale sera accept par tout l'Empire, ratifi dans un terme suffisaot dont on conviendra respectivement, et observ de la manire la plus inviolable. Les Etats dputs tiendront aussi chaque fpis la place du^corps germanique pour cet objet, ainsi qu'il est d'usage en pareil cas.
R E P U B L4 Q, U E FR A N AT S E.
Paris le 8 pluvise.
Le flau destructeur qui ravageait quelques parties du dpartement du Goio, qui menaait la Corse et.les pays,d'alentour, a cess entirement. Gomme pour empcher la reproduction d une maladie aussi dangereuse on a t oblig de brler les habitations de la contre de Solaro, le commissaire du directoire excutif prs l'administration centrale,, rclame, du gouvernement, des secours pour ses,infortuns habitans.
On crit de Laval, en date du 3o riivse On a tiouv, le 32, dans une mais.on depuis long-tems suspecte Vitr un prtre avec un individu qu'on croit tre un migr cachs dans un souterain avec u'co paquets de cartouches, 5 CJijsils, autant de sabres 5 le prtre avait un stylet, espce de poignard. Aprs s'tre saisi des deux personnages et de leur arsenal, on s'est train-,
port dans une communs loigoe de l ville nomme Treill ouRahard; Qt\ a< demand entrer dans une de maisons dq lieu au nom de la loi. Un homme s'est prsent, et a rpondu qu'on n'entrerait pas, ou qd!il ferait sauter la mai. sou ; les gendarmes ont persist, uh coup d fusil atteignit l'un d'eux, et'lui fif sauter la c'rVlle Alors ls autres, furieux1, entt'etent enfotiatit li porte i et dcouvrirent 14 personnes qu'bh'cibit des migrs, 4 barriques de poudre,'beaucoup d'armes de toute espce^ et une correspondance trs-importante. On a conduit Rennes toute la bande. La gendarmerie, de retour Vitr, s'est tait accompagner de cent hommes, et est alle faire d'autres recherches. >
.Le iministre de l'intrieure avait prsent di~ rectoireun rapport sur les hospice civils, duquel
11 rsulte.que les revenus'des hbspice qui, e 1789, taient d'environ 40miilibris, ont t rduit^ deu% cinquimes de cette somme par la stipr pression des octrois, des dmes et autres droits fodaux,, tt que --quand mme, on; remplacerait cetf de leurs domaines qui ont t vendus on. ne balancerait jatais la dpense par la recette. L iapporteur en conclut qu'il est essentiel de recommencer la lgislation sur les secours publics.
Toutes les fois^ est-il dit ensuite, que le gouvernement se chargera seul;'de'*pburvi^ax__b-_ soin ds-pauvresTil s'imposera^tT"^fal^t'qVijl ja pourra supp^rtert.,,_., ^Mettez l'intit-prson--nl aux prises avec l'intrt gnral, et on verra sur,1e champ diminuer les datgrs et le nombre des pauvres.... Une taxe que les habitans peuvent arbitrer leur gr, formera la premire base des secours; le gouvernement ne doit paratre dans cette distribution, que Sous une forme supplmentaire, dans des cas uvgens et particuliers. .. Les secours ne seraient administrs qu' domicile. Oj ne conserverait d'hospices que dans environ q5> communes dont la population excde
12 milleames,^tc. ;
Le directoire excutif, par un message du s6 nivse, expose au conseil des cinq-cents les vues prsentes dans ce rapport, et sollicite "une loi qui en renferme la plupart des dispositions,
L'aWINISTraton centrale du dpartement de la IIuui Du 16 nivse, an 6< de lai Rpublique, uni et indivisible. ....
L'administration centrale du dpartement de la Haute-Maine ;
VlCson arrt du.S thermidor, an 4 portant main-leve du squestre sur les biens de ceux des asceiidans d'migrs qui audit jour;, .8 tlier-midoran 4 avaient dmand le partage ordonn par la loi du 9 flotal an 3, et rempli les formalits prescrites par celle du 20 floral an 4.
Vui pareillement la lettre du ministre des f- tiancs ,' sous la date du 29 ftiniaire dernier, ainsi conue :
" Il m'est dmontr que les lois relatives au squestre et au partage des ascendaus. d'migrs ne s'excutent pas avec l'activit que mut fonctionnaire public doit mettre aux objets dont il est Charg et que rclame l'intrt du trsor; public.
>> A la vrit, la loi du 20 floral, an 4, n'exige pas imprieusement le partage et le rend facultatif ; niais d'aprs lard Je XVIII de celle du 9 floral an 3, laquelle rgle ncessairement le mode' d'excution de,ces partage, le squestre me' parat ne pouvoir tre lev ans que cette opration soit consomme',1 et relativement au bien tic ton ascndans d'mifirs dsigns en l'art-Ie^ de,la'loi du'9, il doit,}/ avoir o partage toit*-somm, ou squestre. Le voeu des lois est que les biens de tous ascendans d'migrs dsign** dans l'article Ier de la loi du 9 floralsoient squestrs, ou que la Rpublique ait sa* dts-5 position ,, par i'efllet, du partage une portion' de ces biens, si toutefois,.jl.n'y .alieu l'abandon ,ux termes de l'article II de ce dcret, m
Vu enfin une autre lettre du mme ministre de finances, du 7 messidor, an 5, dans laquelle il s'exprime en ces termes :
'.Il y a lieu autoriser les ascendans d'migrs jouir d'une quotit de leurs revenus proportionne celle qu'il parat que le partage leur attribuera dans leurs biens, c'est--dire,


Bit % U".
- '3
premiers concerts nous rappellent la proscnptiofj dont furent frapps leur plus cher favoris. Luu s'criait alors ; '
Prends les ailes de la colombe, O mon ame fuyons,fuyons dans les dserts Ou que l'asile de la tombe Nous spare enfin des p/vers. "
Un autre, poursuivi par les bourreaux, rencontre son ami dans une agreste solitude; tous deux ils pleurent sur leur patrie ; ces souvenirs ne s'effacent jamais ; aujourd'hui plus calme, le sensible Velandine nous rpte ces paroles touchantes de-son compagnon d'infortune : t
A l'aspect des hameaux, d'un tranquille rivage, >i De ces bleutres monts, d'un^borison lointain,
Comment le cur peutril tre inhumain ? > Sous cet azur brillant, sous ce Ciel sans nuage, L'homme peut-il rester implacable et sauvage?
n Quoi sa fureur fait retentir l'airain n Sous des berceaux d'amour sous un pais feuillage !
moiti celui qui n'aurait qu'un successible,
lequel serait migr ; le tiers celui qui en aurait ---.-rr-----r j crt
deux -, et trois cinquimes celui qui en ayant deux migrs, en aurait va outre deux en France. Cette mesure, loin de. contrarier la loi, entre dans son esprit1; puisque si la loi pouvait avoir sou excution le^our mme que la dclaradondcs bins est faite, l'ascendant aurait sa libre dispositron ce qu'on ne lui donne ici qu'en jouissance. "
Le commissaire du directoire excutif entendu ; arrte ce qui suit i* 4 i
Art. "- Le iSquestre, sera, appos sur tous les biens de chaque pere, chaque mre d'migr, chaque ayeulhaqujyeiile, et autres ascen-tfans qu ascendapte^, dont un migr se trouve hritier prsomptif,et imfndiat, comme reprsentant son pre, du sa mere dcds. ,
> IL Sitt la rception du prsent, les administrations municipales formeront un tat de tous le* pres et mres d'migrs, et autres asndans dsigns en l'art- Ie*, domicilis dans leur arrondissement, et le transmettront au juge de paix,
quude suite se transportera au domicile desdits .. individus, apposera les. scells sur leurs meubles jQuoi le cruel a pu des femmes, des enfans, et effets mobiliers', en. dressera inventaire esti-1 Verser le sang sur les fleurs, du printem4 inatf, et leur en laissera la jouissance sous bonne et solvable caution, qui sera reue par l'administration municipale du canton*
III. L'arrt de l'administration centrale du 8 thermidor, an 4," est rapport ; en consquence, le squestre sera rappos sur les biens de tous ls individus compris dans l'tat annex audit arrt.
pour inspirer un vif repentir cet auteur la;, colombe qui reproche, au vautour
Et cependant, attendu que dj leurs meubles et 'effets mobiliers ont t. inventoris et qu'ils
., On n doit pas. s'tonner qu'aprs de si longs malheurs, les muses chantent quelquefois sur ce ton mlancolique. Attendrissante expression de leurs souvenirs, elles le conserveront long-tems encore. Ce genre de tristesse a des charmes.
Il ne faut pas croire nanmoins que tout, ;ce recueil de posies port cette sombre teint. Non,, 'il offre une varit qui souvent cause d'agrables surprises.
Il Chantre, des Saisons n'offre cette anne qu'un madrigal. Comme la tvolutou a tout chang, les riches d'autrefois sont les indiens de nos jours. 6
- Chnur n'a donn de boa qu'une piVame Son ode sur Ermenonville n'a pas t lait on le voit bien daos ce sjour, i^irateV Qu'il nous pardonne cette observation cdtioue" Nous savons distinguer l'auteur de Charles 1\ de Fnhn-et An "Epitre surAa calomnie de l'auteur de quelqdes'chants lyriques', trop rant-dement composs, ,
On trouve dans ce recueil una traduction libre et abrge du premier chant de la Pharsale Certes, il faut abrger le pome de Lucain pour le rendre meilleur; tout le monde encon' vient ; c est de l'or en mine. Mais en abrgeant un auteur si Ion affaiblit encore les beauts qu'on lui conserve, on se rend coupable envers sa mmoire de la plus injuste ds satyres. L traducteur libre sacrifie ncessairement quelque* penses heureuses de son original" ; il ?juj j0)t [ en ddommagement des quivalens ; il contracte 1 l'obligation de relever l'clat des morceaux qu il nous transmet. Legouv semble ne s'tre point assez pntr de ces devoirs. Sa traduction n'a point du tout l'aisance de la libert. Elle ne fei-point* oublier celle de Laharpei o l'lgance du style s'unit la noble nergie du pote latin. Nous invitons le clbre auteur d'Epickaris et de la Mort d'Abel renoncer cette entreprise. Pourquoi refaire ce qui a t bien fait?
Entre ces morceaux' svres on rtrouve parsemes les plus jolies chansoimeitea de $ur fane, le Sauriri de nos chansonniers eodemes--vcrsifies-avec-graceT^t'^einies de' sel attique;
......... f.r.r. --j.i Les dames semblent nous donner l'exemple du
ont rempli autant quil tait en eux le vceu d^H (our aux,b ar,g ctaux-pjus-doucesr ffc-i-!,, ^VS rf!;; ,1., r,r. -i a *T lois du 9^ordran^erd7^ll an 4, tion3. Est-ils de meilleure guide ?; mokf delous am L de laS i ^ en dposant au secrtariat de ladm nistration la j b mmoire de tous les amis de la gait franaise en ocposani au secrtariat u iuuiiu.i ... I. Accoutums suivre leurs traces nous rernon-1 c: '------- -t-t-.
___dpc__________________
dclaration de leurs biens, et en demandant qu'il soit procd au partage desdits biens ; la disposition del'article II ci-dessus ne sera point excute leur gard et de plus ils jouiront d'une quotit de leurs revenus, proportionne celle qui doit leur demeurer dans leurs biens par l'effet du partage intervenir entre eux et la Rpublique ; .
en consquence, ils toucheront directement des terons avec,elles sur la double chne, et nous leur j devrons notre gloire comme bous leur dmes nos plus douces consolations, comme nous leur devons tout le bonheur de notre vie.
Madame Pipelet semble occuper aujourd'hui ce premier rang. On trouve dans ce recueil son Eptre
Fays desdits fermages, rentes bu loyer de anne prochaine, ou d la courante, d'il y a lieu.
IV. Les dispositions du prsent ne s'appliquent pas ceux dont le patrimoine n'excdant pas 20,000 francs, en ont justifi l'administration, ou dont les partages avec la Rpublique sont
Consomms oti enfin dont les enfana ont obtenu
leur radiation dfinitive.
V. Expditions du prsent seront adresss au ministre des finances, aux administrations municipales, aux commissaires du directoire excutif, aux juges de paix de l'arrondissement, et au directeur de la rgie du domaine ct de l'enre-gistremeqt, qui est tenu de le mettre et faire mettre excution en ce qui le concerne.
Suivent les signatures.
ment senties.
Madame d'Hautpoul, ci-devant madame de Beaufort, est la Sevign de la posie. Elle a dans VEptre familire les grces de son modle.
Madame Viot, ci-devant madame Bourdic embellit la philosophie du charme de ses vers elgans. %
Quand on aura lu les productions de ces dames, on se convaincra que nous ne parlons pas ici le langage de la galanterie, mais celui de la justice. On observera, comme nous peut-tre que leurs ouvrages sont gnralement mieux
Sgur le jeune est moins riche que son frre; mais il a son aimable enjouement.
Andrieux n'a insr cette anne que son Meunier de Sans-Souci, que tout le monde corif nat. Demoustier n'a versifi que quelques antithses ; Vigie, que quelques madrigaux.
Les fables de Mancini-Nivmois sont simplement contes; c'est Un mrite. Celles de.Monvel sont plus dramatiques plus brillantes'; mais aprs, avoir lu les unes et les autres, on retourne avec uj6 nouveau plaisir nimitable bon-homme. \ \ ,
Depuis quelque tems le citoyen Duault $t; fait remarquer avantageusement dans la littrature, par des posies lgres o l'on retrouve le double mrite,.si rare de nos jours, d'une raison saine et d'un style exempt de nologisme et d'enflure. On lit avec plaisir sa description de la fte de Pomone. ,
Avec un joli apologue, imit d'un auteur espagnol, Saint-Ange a donn un fragment de la traduction de Mtamorphoses d'Ovide, apparemment pour essayer le got du public. Les
soutenus et plus purs que ceux des littrateurs. hmmes clairs, et qui s intressent a la gloire Elles semblent avoir conserv le feu sacr. 1 de l'auteur lui rappelleront peut-tre ce prcepte s
Le citoyen Arnault a insr peu de pices, mais I presque toutes sont jolies. Sa Chanson du diable] est digne de Piron.
Le Dialogue d'un pote avec son jardinier est une heureuse imitation de l'Epure de Despraux au sien. Elle est digne du modle;, nous n'ajou-1 terons rien cet loge. Cette pice est le seul tribut que Colin-Harleville le Lafontioe du] thtre a dpos sur l'autel des Neuf Surs.
LIT T E R A T U R E.
Almanach des Muses pour l'an 6 de la Rpublique Franaise, 1798. (v. st. j Prix, broch, 36 s. et 48 s. franc de port. A Paris, chez Louis, libraire rue Svcrin n 110.
L'ami des champtres plaisirs a vu souvent les jeunes filles du hameau se rassembler les jours
de ftes l'ombre des forts : l sur la pe- t ......... r ^----r._- ,
louse parfume ces aimables enfans unissaient J nous pafat tre la plus belle^ La Raisonjnwre^ en guirlandes les fleurs~qu'lll^viein^ueilles ; I Par f'Amour, est vraiment anctoutique ; l'Ode elles fesaieiit retentir la solitude de leurs chan- J contre la monarchie est un mlange de beauts et son nouvelles, quand tout coup le bruit d'un J d'imperfections. Elle est souille du phis intoj-urage inattendu les disperse. La foudre clat ; J wb-le- nologisme. Ces expressions bizarre? dna-tremblant.es, elles se taisent les foltres nymphes; j turent notre langue am l'enrichir. L'Ode contre enfin, le nuages se dissipent, t elles reviennent ; et plus enjoues que jamais, elles recommencent t leurs jeux et leurs concerts. Durant les annes orageuses qui viennent de
Sasscr sur la France, telles ont t les muses, te fausses divinits avaient usurp leurs noms
et leurs temples ; mais ne pouvant emprunter ________. .
leur divin langage > il tait facile de reconnatre j assez quand ou se donne a soi-mme des loges ; l'imposture. Les unes, desses du gnie ne {.i"Jle ei> a quatre-vin'gt-dix dans le pote franais, chantent que les venus, les hros et les dieux, j LU homme oeut, sans manquer a la modestie, Les autres,eumnidescruelles, clbraient, dans leurs chants sauvages, les sclrats et leurs forfait. Qui pouvait s'y mprendre ?
Filles de la paix les muses reviennent avec ile; mais c'est d'un pas len et timide. Elles avancent en tremblant sur cette terre volcanise. h ce n'est pas sans raison peut-tre qu'elle craignent de nouveaux coups s foudre. Leurs
Vingt fois sur le mtier, remeit z votre ouvrage.
On relit avec plaisir l'pitre lgre de Joseph Despaze Bonaparte. Il en a retranch les vers sfyrjqus et pourtant elle, est encore piquante.
Le citoyen Deguerle semble avoir emprunt les pinceaux de lbane pour faire une peinture voluptueuse de la nuit. Ses deux autrespieces
Lebrun, notre Pindarp leur a fait un prsent J dparent la premire, plus considrable : Use compose de ses cinq der- DanS son ode sur la paix, le citoyen Desgrangts merci odes que toute la France liuraire doit J est recommandable et comme citoyen et comme connatre, et de quelque pigrammes. Parmi | littrateur; il exprime fortement son horreur pour ces productions, 1 Ode sur la vieillesse, cette ode j toute espce de tyrannie.
T* ^J*^'^?***".^] Le citoyen Crosmont a fait une aisez heu-^.^J0,0}1^ imitation du joli conteJe__Boufflers, in-
titul la Pille et le Cheval. Le citoyen Chenedoll chante la Nature entire et publie des fragmens de son pome. Ce littrateur pourrait bien faire sur ce vaste sujet de trs-beaux vers ct un mauvais ouvrage.
L'Hymne la Divinit, chant par les theq-phiiantropes, donne une autre ide de leur morale et des potes qui consacrent leurs aleus cette socit.
l anarchie a quelques strophes d'une beaut rare ; mais sa marche est languissante. C'est une priode 1 entortille ; elle n'a point ce beau dsordre, qui, Selon Deapraux, est un effet de l'art.
L'imitation de VExegi monumentum d'Horace, est une amplification de cette ode clbre. Elle naque seize vers dan le pote latin, et c'est
se regarder, durant une minute dans un miroir ; mai? s'y contempler durant une heure, c'est s'exposer la raillerie.
Malgr leurs nombreux dfauts, toutes ces odes etinccllent de beauts d'un ordre suprieur. Quant aux pigramme de Lebrun, elle sont pour la plupart trs-acres. < La rponte de Mis /un autaur satyrique est
L'hymne, Espranc par Rougit de Mit, est digne de l'auteur de l'immortelle Marseillaise,^ ?
Enfin on trouve dans ce recueil des traduction d'Horace, de Catulle et de Martialqu on imite toujours et auxquels on ne ressemble ja mais. On y trouve aussi ,d.fades madrigaux, des pigramme mousses-, de petits vets de socit qui ne devraient jamais sortir du cercle pour lequel ils ont t faits. Heureusement que quelques fragmens drobs Dehlle; quelques vers posthumes de Roucher et de Grtsset tout pardonner ce remplissage. Ce sont des ronce qus l'adroit jardinier a caches sous des roses.
la suite demain.


CORPS LGISLATIF.
CONSEIL DES CINQ, ~ CENTS. Prsidence de Bailleul.
JtilT DE IA SANCB DO 5 PLUVIStt.
te rapporteur* prsent le projet de rjsohitioto laivant :
A,tt. t". Le directoire excutif prendra, sans dlai i le mesures ls plus promptes et les plus efficaces pour assurer la nourriture l'entretien et le-jdulgernent dans leurs maladies, des citoyens ftSBis prisonniers en Angleterre.
II. Il est autoris prendre provisoirement, psttfcet objet i le'S sommes qui seront nces-yitijWrCelie de i5 millions, excdant les re-ttitdeH'att 6 d'aprs la loi du 9 vendmiaire tt destine aux dpenses imprvues ; et en cas ^jasqmjari desdits fonds, sur le produit des .^^iotiques. <
aHI-iiPoUr le* remplacement des fonds qui seront eon^lCys l'entretien^ des prisonniers franais en Angleterre, il est tabli; pour cette fois seulement, sur les citoyens ports au rle de la contribution somptuaire, une taxe d'humanit.
IV.'Gtfe taxe est fixe au tiers, de la quantit dVVomriis imposes, t payable dans la dcade le la publication de la prsente.
u6%^clmeurgehce et l'impression du rapport jix exemplaires.
S dtttx propositions sont adoptes.
Bousier. Lenrojet-deLris^oluuon_;iguJ^ouj^^ "^tcn",^nferm^ux.plm bien distinctes. La premire relative aux secours que nous devons donner ceux de nos compatriotes qui sont prisonniers en Angleterre n'a nul inconvnient et je demande qu'elle soit sur le champ adopte. '
ln'en est pas de mme de la seconde partie. On vous propose djtablirune nouvelle contribution ;sur une seule classe de citoyens, ct cette dispQsitiptj me fait craindre que les anciens "refusent de l'approuver. S'il en tait ainsi, vous priveriez de tout secours vos malheureux prisonniers. <
Je demande donc la division du projet, l'adoption l'instant mme de la premire partie et le renvoi de la seconde l'examen d la commission des finances.
Le conseil aprs avoir divis.le projet, a adopt la premire partie et renvoy la Seconde la commission des finances.
JMois-Day. Tous les faits rapports parRiou sont de la plus exacte vrit ; ils m'ont t certifis par un prisonnier de ma connaissance .qui revient d'Angleterre. Il a t jet dans des cachots humides t infects ; il y a contract dans tousses membres un tremblement que,tout l'art de la mdecine n'a pu gurir,.
Riou. La prcipitation avec laquelle j'ai travaill mon rapport, m'a fait oublier deux faits dont je vais faire part au conseil, en le priant de l'autoriser les insrer dans le rapport.
.Un chirurgien anglais, appelle prs d'un prisonnier franais qui avait la jambe trs-nfle se contenta de la lui toucher avec sa canne pour savoir si elle tait bien douloureuse.
La mort ne terminant pas assez vite les jours des rpublicains, au gr du gouvernement to-jdais, celui-ci accorda une guine de gratification aux chirurgiens, par chaque membre qu'ils cuberaient un rpublicain ; ce qui engage ces misrables mutiler tous les franais qui ont le malhfiur de tomber entre leurs mains. ( Le conseil Itrait d'indignation. )
Gs deux faitsTeront ajouts au rapport.
Lamarque offre 460 fr. au nom du cercle constitutionnel de Prigucux, pour les frais de la des-tnte en Angleterre.
Le conseil arrte la mention honorable. La sance est leve.
CONSEIL DES ANCIENS.
Prsidence de Rousseau.
SANCE DU .5 PLUVIOSE.
Sur le rapport de Vlauiet, le conseil approuve une rsolution du la nivse, qui runit les eornrnuncs de Saint-Vterin de Gennes, Saint-uebede-Gcnncs et de Milly-Mengon en une seule, sou le nom de Gennes.
sr le rapport de Champion du Jura, le onscil rejette une rsolution, du i5 nivse ,
5l9
qui annulle un arrt, du j6 prairial an 3, pat: lequel le reprsentant Bion a destitu le citoyen Hritier des fonctjhs de recevuf,de l'enregistrement, attendu; que cette soltion est sans objet et qu'elle contient une inconstitutionnalt en attribuant au directoire le jugeieut de cet arrt.
.Decomberousse ajoute que le 'corps lgislatif ne' peut entrer dans les dtails de cette affaire sans juger la moralit de l'individu qui se prteud bless, ce tiui serait contraire et aux pouvoirs et la dignit du corps lgislatif. DaillurS le acclamant n'est plus dans le dlai accord pour faire annuller de pareils arrts.
La discussion s'tablit sur la rsolution du s nivse relative aux indemnits r^is aux rfugis .Corses.' '- '' "" '
Bauty combat la rsolution ; il la. trouve plus favorable aux riches qu'aux citoyens qui ont des besoins rels. 1
. Pompe parle en faveur de la rsolution ; il retrace tous les maux que les Corses ont souffert ainsi que les dvastations qu'ils ont prouves de la .part des Anglais. Il observe qu'il n'y a point de riche en Corse, comme la dit son collgue Bauzy, qu'ainsi la rsolution n'en peut favoriser, aucun. ,
Le conseil ajourne la discussion demain.
La sance est (lvee.
CONSEIL DES CINQ,- CENTS.
SANGEDU 6 "PLUVIOSE.
:Bons de Verdun-f!th-a4opter ^ par-urgence-rle projet de rsolution, suivant.
Art. Ier. Les administrations dpartementales pourront faire avant le 20 du mois de ventse prochain les changemeos qu'elles croiront ncessaires dans la fixation d l'-arrondissment et du lieu deS assembles primaires. > '
II. Les sances des assembles primaires lectorales et communales, s'ouvriront huit heures du matin pourront se conriuer jusqu' huit heures du sbir. ,.,,(
IL Dans toute lection, aprs le premier appel nominal des citoyens ayant droit de voter, il y aura un rappel. 1,, '.
IV. Chaque votant sera appel nominativement par le secrtaire ou par ,1'Un des 'scrutateurs', et' crira son ^bulletin d'lection'Sttr le bureau \ et S'il ne sait -pas .crire ,un des membres du bureau crira leditbulletin sous sa dicte et sous l'inspectiondes autres membres dudit bureau.
V. Le scrutin de rductioh ou de rejet est aboli. r '
VI. Toute lection se fera la majorit absolue Ou relative, par la voie ds scrutins individu.fjjsi de ballotage ou de liste conformment la loi
du. i,' ,
VII. L'application des deux modes de scrutin ci-dessus aux diffrentes lectibnsyscra dtermine par une nouvelle instruction.
VIII. Les dispositions de la loi du ,25'fructidor an 3 de l'instruction du 5 Ventse an 5, et, d toute loi1 contraire laprsn'te",'sontrapportes.
Mejansac fait adopter un projet de rsolution appuy par Noguyer-MalijaJi,, commissaire aux archives. Cette rsolution, autorise le gard.e des archives du corps lgislatif remettre aux prposs, qui seront nomms par le directoire excutif, les poinons, contre-poinons, matrices et autres objets relatifs, qui avaient t destins la fabrication ds mandats^ ainsi que les formats ds mandats d'un franc couls en plomb. Lors de cette remis, il sera dress procs-verbal pour constater que les pices qui seront, remises, sont les mmes que celles dposes aux archives r etr cet effet, les procs-verbaux d'entre ^seront reprsents. Les poinons, contre-poinons, matrices etc. qui auront t dlivrs, seront reports aux archives aprs qu'ils auront dfinitivement servi. l'impression des effets au porteur et des bons noncs dans les lois, des 24 frimaire et 16 nivse derniers.
Les membres des tribunaux civil, criminel t de police correctionnelle du dpartement de l Lys, exposent, dans une ptition Finsufnsance de leur traitement. .
On pass l'ordre d jour. '.."'.
Beyts rclame et demande le renvoi une commission.
Sainthorent. Je demande le maintien de l'ordre du jour. Les juges de paix ont des fonctions bien plus pnibles et n'ont pas un aussi fort traitement que les membres des tribunaux. Les commissaires du directoire prs les administrations de canton, n'ont pas le sixime de ce traitement.
L'ordre du jour est maintenu.
" Hemann fait hommage d'un plan du sige de Kebl, par un artiste franais.'
< La mention honorable est ordonne.
. Leprsident. Notrecollgue'Sonthonax demanda a piVr serment. > .: iv
Sonthoriax parat;' la trjbune et prte ,1e ser-' ment.'Il demande efttsuite et obtient a parole.
Sonthonan. Citoyens depuis quatre mois ; et" demi j'ai.quitt iVint-Douiingu ; entour de,tous des d&i^srs Vcuoiiss par toutes les coiitrari.tis,.,
r;c A m ive Pai}S qu'hier. Je me, suis cm-, pnss di; me rendre "ait directoire excutif ; je viens aujourd'hui ocr/uper dans le sein du cou-, seil ',' la place laquelle' j'ai .t,appel. Je, rendrai compte de, ma Seconde .mission..,,( Saint-, Domihgue ad diVctoire ; je jfendiai .je m^rriei* compte au coottil."!!' semble qu'il 'soit dans ma:. destine d'avoir ' ''luttyr 'sans relche contre la calomnie et" contre les calomniateurs ; mais je dois tre- rassur quand je pense que dornavant, je pourrai lpondV 1 --- -'' -
sence di
seront mes juges. Je'-"repotKtriu aux viruiiitgs, philippiques de Vablan' et dbtisOrts;, pW'ds *8ts certains des actes autherttiq'ue's2 des'rsl- tats positifs et ari.dim;iques. J'ai t accus je saurai justifier ma conduite i t dj vous savez que, mes accusateuts taient ls chefs de, la faction royaliste terrasse le 18 fructidor. Cette tac- tion qui avait obtenu tant d'influence et de pouvoir dans cet empire avait jette de profondes racines jusques en Amrique. L des hommes couverts du sang des Europahs m'ac't&aieSnt, tandis que Vaublanc et consorts m'accusaient aussi, et se rendaient les dfenseurs des assassins, de 3oo jEuropans .Franais dans le iSud._di_ ISaiut-Domingue.-J.e--voulais attaquef-*t-poUrsui-yre,ces assassins ; ils taient, protgs cette tribune, et c'tait moi qu'on1 dsignait pour vie-, lime j. Je ne cherche point trouver de garantie dans mon caractre de reprsentant du Peuple;* je':n,e demaride pointi,d'amnistie, je n'en 'ai'pas besoin.;,je ne rclam point l'indulgence, mais la justice .la. plus svre de la. part de mes col-l^ues.^Je demande, que l consuil veuille bien m'accorder la parole dans le dlai d'une ddade jour fixe pour lui prsenter le compte, de ma conduite dans ma sc.ohde mission ' Saint-Domingue, i
Le conseil arrte que Sonthonax sera entendu le sixime jour de la dcade prochaine.
; Duchesne, organe d'une commission spciale, fait un! nouveau rapport sur les rentes vigsres cres' pendant la dprciation du papier-monnaie. Il rappelle que dj trois rsolutions sur cette pineuse matire' ont t rejetes par le conseil des anciens. Ainsi, dit-il, tandis que les deux conseils cherchent dans leur justice ' oncilier les intrls,;des dbiteurs et des cranciers, les malheureux rentiers expirent de be- s;oinS, et vous; demandent, mains jointes de* hiettr un terpie leurs besoins. La premire rsolution fut en date du 18 floral, an 5 ; 14 Seconde, du 28 vendmiaire an 6 ; la troisime1; enfin du 2 nivse prsent mois. Cette. nbU-vlle rsolution vient ditre rejete et l'excellent ijapport de notre collgue)Rgnier en contient
l'es motifs, ..;lju<- >;> *i-<: '
i- -i '- "" ' |
! .{. Duchiesne; rappelle ls' fei'mos d ce rp~ porM. *--. I /*/'" .:
: La -Commission prsente:. un nouveau pjojet bans lVquJ 6k ne trouve "aucune des. dispositions qcttonf motiv le rltjt prononc par, le c.onr. stil des anciens.
,..,.-. y. .5 Surla proposition de Savary,',. le conseil prononce l'ajournement demain.:. ,
Le prsident proclame le1 rsbltat du scrutiri;, pour la nomination de la commission des ins- 1 pecteurs du palais natioriaU .'
Les nouveaux membres tus sont,; Laloi ,% Guillemardet, Porte, Cazabianca et Savary.,! =
La sance est leve. ,
CONSEIL DES ANCIENS. /
SEANCE DU 6 PLUVIOSE.
Sur le rapport de Dehnas, le conseil approuve -Une rsolution du 6 nivse,, qui ordonnejia vente au citoyen Boyer-Fonfrede de,duxbati-meiis'situes dans la commune de Toulouse, o,, il a( tabli une, fabrique de moUsselin,ttes.
L'agence des oteties tablie Bordeaux fait don d'une somme de-3;oob'fr.p6ui les fiais de la descente en Angleterre. ( -, {
!Surjle.rapport dcMaibot, le conseil approuve une rsolution du 1.0 germinal v an 5, qui Jrurdi rise le citoyen Ruffi t'ofiatruire untorg'sur Une de ses proprits.; ," 4 -
L'ordre du jour appelle la suite de la discussion sur la tesplution qui accorde dt>adw ni ts aux Corses rfugis.


sCittadelt* dfend cette rsolution. Notre collgue Banzy l'a combattue dit-il parce qu'elle accorde des indemnits des riches. Eh bien! quand i 1 y aurait des riches qu'est-ce que cela ttait la question? Si ces-1 riches ont souffert des pertes, ils ont droit, comme les pauvres qui" en ont souffert aussi,. des indemnits. Mais ds riches en Corse Qui le croirait ? H est bien'reconnu que la mdiocrit est l'aisance des Certes. -" .
Qndit que la rsolution est injuste, en ce qu'elle ne comprend pas cinj qui sont porteurs d'ordonnances pour les fournitures qu'ils ont faites la Corse : mais ces ot^onnnances peuvent tre employes en biens nationaux sur le continent de la 'Rpublique ; p.t il n'y a pas de raison pour leur accorder, sur les biens de la Co,tSe une concurrence qui i est refuse aux autres cranciers d la rpublique.
Ou dit encore ;qu'il est des citoyens de Bastia et de Calyi qui ont prouv des pertes, et qui ne sont pas compris dans la rsolution. On les reprsent comme patriotes. Les uns ont t enthousiastes de paqli ; les autres ont favoris ses entreprises. Ausurplus ; les pertes qu'ils ont prouves, consistent, en quelques maisons qui ont t brles ou dvastes par les rebelles, ou par l'ennemi. Or, il est constant que les maisons ont t reconstruites ou rpares > par les Anglais ; et tel qui n'avait avant l'invasion qu'une habitation dlabre, est aujourd'hui possesseur d'une belle maison. Doit-on compter pour rien les avantages qu'une grande partie de ces propritaires ont retir de leur connivence avec l'ennemi ?
D'ailleurs ceux sur lesquels la rsolution doit ser-tout porter ses regards, sont ces Corses passionns pouHa^iberf^^qui'bnt abandonn leur pays du moment qu'ils n'ont pu l'y trouver. Ceux l mritent sans doute plus de faveur que ces hommes au moins indffrens qui sont rests dans la Corse, tandis qu'elle tait au pouvoir de l'ennemi, qui se sont accommods de s domination et qui, s'ils ont prouv ds pertes lors de l'invasion, en o.nt t bien ddommags par les avantages qu'ils- ont retirs de leurs liaisons avec les, Anglais. '
Pompe ajoute que parmi les babitaria de Bastia. et de Calvi, beaucoup taient les partisans de Paoli, entretenaient avec lui des correspondances par des signaux. Beaucoup, aprs l'invasion de l'le par les Anglais, ont accept d'eux des places civiles ct militaires, Pomne soutient que la rpartition ds indemnits a t faite dans une' juste-et sage proportion entre les deux dpartemens qui composent la, Corse.
Lacpmbe-Saint- Michel. Tous les Corses rpublicains qui ont concouru avec- moi l dfense 'de la, Corse savent bien que je suis arriv en Corse en mission avec mes collgues Sajicetti et Dc-cher, le G avril 1,7.93 ; ils savent ausS que lorsque le so juin, mme anne, nous jugemes ncessaire d'exposer la convention natiouale, de vive,voix, li situation de ce dpartement, Qbali.ceyj. et Del cher s'tant'rembarques pour'cet objetij je restai seul en Corse, sans vivres, presque, sans argent et sans troupes; la guerre dclare, ..p-Espag*'! et l'Angleterre \ ntre flotte, aprs la malheureuse expdition de Sar baigne, rentre,.. Telle tait ma position dans l'le de Corse, loraqwe. Toulon! lut livr : ls Anglais vinrent pour me sommer de "rendre cette le ^LouisXVlI ; ils doiyent,se ,rappeler,encore de quelle manire je'les reus., '. ., i
Il rsulta cependant: de cet vnement,'qu' l'exception des villes de Bastia Saint-Elorerit et.Galvirqi restrent constamment fidelles la Rpublique, tout l reste d l'le fut en rvolte ouverte et mconnut absolument son autorit. Les rpublicains de l'intrieur furent .arrts., incaterf, leurs proprits1 dvastes *, ceux qui s'cbappetent, vinrent se runir nous, sou Bastia, soit, Calvi. jj ,",
La rvolte du cap Corse nous gnait infiniment parce que les btimens venant de France ne pouvaient plus y aborder slans tre pris ; je me dterminai donc, malgr le peu de forces que j'avais, ''l'attaquer.
Il tait important de s'emparer du poste dp
iFarinoie ; ptait k clef du.cap.C.Qrse.; c-etatt un jposte bien -retranch et bien.dffndji t je le pris, lave le chef q,ui,'l'commandait ;,c tajj. un Ijpium.e brave t ntm'e1 tmraire, sur; lequel Paoli comptait beaucoup c'tait encore un officier solde par la Rpublique qui dans sa lche dfection. v.an. emmen avec lui deux pices de canon, que je repris ; le. cebfteil de guerre en fit Un exemple. Je ,prohtai;,de ce moment d'abatt*meM dans le parti paoliste :.je marchai avec audace sur le cap Corse je sommai les mvinicipalks, som peine'd'*xcutin militaire de vnbiir implorer la clmence oationale; je menaai i je fis beaucoup de bruit, je ne fis point de mai; et en douze : jours, j'eus soumis toute la province du cap Corse, et je fis faire tin dsarmement. ;'
(Aprsfa-pacification de la province du cap Corse Lacombe avait 2000 hommes solder chaque jour, et il ne possdait que 5b louis. Il demanda un emprunt de 200,00b liv. qu'on lui refusa : il taxa mit un garde 6 liv. par jour chez chaque personne taxe, pt le lendemain il y avait dans la caisse .160,000 liv. 11 pe:se qu'il faut payer ces emprunts qu'il faut indemniser ceux dont les proprits taient places dans le rayon du cano de la place, soit qu'ils se soient rfugis n France, soit qu'ils, soient rests dans "le.') ':-'
Quoique la rsolution ne pourvoie pas au remboursement de toutes ces crances, Ce n'est pas une raison pour la rejetter. On pourra y pourvoir par la suite. D'ailleurs si l'on donnait des ordonnancs pour la valeur de toutes cespertesVj on-verrait btentleur multiplicit nuire leuiT crdit; les agioteurs s'en empareraient pqur accaparer* tpus les domaines nationaux d la Cotse, ct ranonner ensuite ceux qui voudraient en
acheter. -----'-^"HF- ^
Je ne pense pas, ajoute LacOmbe, que personne combatte le. fond s de, la rsolution; il est bien juste que. le corps lgislatif ddommage*, les rfugis corses des sacrifices? qu'ils ontiifait la mre -Patrie,, en abnddnnarjt leurs proprits, plutt que de subir le joug de l'tranger;! Et puisque loccasjpn se prsente,' je la saisirai pour dbntier de, justes loges leur dvpue-ment. '-' "' j, .
Sans doute' la Rpublique Franaise- doit Secours et protection une portion de son territoire qui ;'spare d'elle par l'espace" ds m'iS restait c butt-'auk attaques combines de la. coalition : le malheur des tems ne-l'ayant pas ermis,,*'ilrn est rsult que les rpublicains deles sont! rests seuls, exposs aux coups de leurs nombreux ennemis, presque sans esprance, n'ayant'poug.ressourcei^iie leur cfcurage lebr dvouement la cause de la libert et n'en dsesprant jamais s tt si ce n'tait .vous retracer un vnement .qu'il faudrait ppuyoir effacer de la mmoire je prsenterais un contraste bien frappant dans, le tableau o l'on verrait, d'un ct, les rfugis corses fidelfs la Rpublique abandonnant leurs proprits de l'intrieur venant'se joindre nous qui n'tions qu'une poigne de Franais, afin de dfendre les. points principaux contr Invasion' ds Anglais dans le dpartement du Golo, tandis que les rpublicains du Liamone lsaient une diversion en harcelants le. parti, paoliste ; et de l'autre ct du mme tableau, ds Franais! souillant pour la premire fois les .pages ,d l'histoire- -du> trh horrible de livrer l'tranger le plus beau port du Midi.
Lgislateurs, je* jet le vilsur un souvenir aussi pnible i pour ramener voire attention sur un tableau plus consolant : je nie rappelle avec reconnaissance, d'avoir vu ces itttressans rfugis corses-, pendant le sige de Bastia vivant avec nous de privations, en proie', comme nous, tous les besoins, partageant les fatigues et les prils du sige ;j'iJ vu les ci toyennes de cette ville malgr la dlicatesse de leur sexe venir,'sans distinction travailler elles-mmes au transport^des terrespour l construction de la batterie la plus importante. C'tait sous \esyeux d l'escadre anglaise, c'tait sous les yeux ds troupes de dbarquement qui fesaiertt'les prparatifs du sige que s'excutait Ce beau mouvement ; c'est au milieu du dnu
joujd'bia patm voys. Je'vous laisse b juter s leur dvouement la cause de la libert mrite l'intrt du corps lgislatif. ,.
Lacombe-Saint-Michel vote pour la rsolution. Le conseil!'approuve.'
Le conseil reoit et approuve de suite celle d'hier qui charg le directoire de pourvoir aux besoins des prisonniers franais en Angleterre La sance'est leve. .fl "'
N. B. Dans la sance, dq 8, le copsei des cinq-cents a adopt utj projet de rsolution portant tablissement d'une taxe d'fimanit* Ip'ut subvenir aux besoins des Franais, prisons 'niers en Angleterre. *
Cette taxe ne portera que sur les citoyen-assujettis la cootribunon .somptuaire,,,^ elle sera gale, pouf chacun, des comribuablej ,.la. moiti de sa cote somptuaire. '.
Apis avoir erittodu le rapport d'une ebro^1 mission .1-laquelle avait" t renvoy; l'xarnri' de ces deux questions- :... 1?. les lecteufs.lde Tan 4, peuvent-ils tre rlus en l'an 6? s; Les conventionnels qui Sigent actuellement au corps lgislatif, peuvent-ils tre renomms aux pm. chanes lections? le conseil a pass l'ordre du jour, motiv sur ce que ces deux .quetiijr|s avaierit t dcides ffirhtivement par I^tpnsti-tution. '.' '.
Le conseil s'est ensuite occup de l'organisattfa de l'ordre jddkair. i,.
Le conseil des anciens a rejette lai[blutii relative a'u'x rentiers d 200 liv. et au-dessous.
ment le plui absolu ; qu'il s'tablissait un partage de peine et de gloire entre leS habitans ct nos troupes; tThy,mne de la libert qui tait alors en France f hyrpde d,e la victoire tait pour nous, au "sige delsBastia.,;j'ouverturc et la clture de tous les travaux. ,.
Voil, Lgislateurs, un, aperu de la conduite des rfugis corses, dont plusieurs sigent au-
- COURS DU O H' N G B. imru du % pluvise Effets commermes.
Amsterdam ..,, Idem courant.. Hambourg. Madrid........
J^em effectifs.., Cadix........
Idem effectif... Gnes
Livourn. ;....
Lausanne .....
Ble'..........
Londres......
941
94 I" io3 5
b.
.....I p. 13 jours,
Maisetlle---- l b. 10 jour^.
Bordeaux., au p. i5 jours. Montpellier, au p. 10 jours;
Effets publics.
Tiers consolid...,.....,............... 18 liv.,
Bons deux tiers..........g I. 3 s, 9 d.
Bonsitrois quarts.............. 2 i., 1 s.
Bons un quart........... 3'j 1. pour cent perte.
Cours des espces.
Otfiu................................ 1161:
Marc d'argent......,............5o !.. 17 si 6 d.
Portugaise l'once....................... 971.
Piastre.............................. 5 1.0 i
Quadruple'............................. 811.
Dutd'Hollande... .>..............ai Lias.
Guine................................ .'G 1.
Souverain.,............'........?a J, i5 j. IW.
.................... ?4f
Cots des marchandises.
Caf Martinique.
47 *8 s.
WintSaibt-Domingu..,...'............ 445461.
Sucre d'Orltis.....................3g0-5* s.
Sucre' d'HambouVg............. 481'irt
Savon de Marseille........ I,[................. 17 s.
Huile d'olive. ..... .v................ sb i't s.
Coton du Levant....................35 46 i.
Cbtb ds Iles...................54s. 31.4s.
Esprit .......______......................-49
Eau-de-vie 22 degrs,..................... ?
$el.......,.------.. ;-----..... 4 1. 5 5. le'cent
SPECTACLES.
i deon; Auj. Kodogune, tragdie, suiv. de la Pupille.
(Thtre 6b''VAijDEvVttE.' Auj. te Ngre, aubergiste; l'Ecole des Mres et la Comte.
L'sboBpcment te fi *.. W fi Poitevin. <. U prf' est dt *5 i,i fW Uoiti.pl. m***!,, 50 liv. pbar .Ixmoli ioo U* Bour l'aBn otiert. Oane *bpurie qa *U tommencemeoi ac traque moi*. ? &:W ."..-l>OBr ,'^
py o.'1'oi ne v*y,$m,HT. ,U.'.l'i,4.,|tt{entnen aftauebie. n .iront point r.,irt, ATZVtt. eompi.ndie.d.jj. (,.. P ^
iJuut voir toin pout plu de Atot,* de chargti teilt qui rtfei^ettdei ?l'kur., et dreuer tout foitevin, n1* -'.epui neuf heure, du matio jluqu'* tivwt lnorci dq oit. *-
<* qui A Paris, de l'imprimerie du cit. Agas*b propritaire du Moniteur, rue des Poitevins n i3.


GAZETTE NATIONALE ou LE MONITEUR UNIVERSEL.
Dcadi, i o pluviise, l'an 6 de la Rpublique Franaise, wx* indivisible, f lundi 2$ janvier 1798 jz\
p O L I T I Q, tr E.
ALLEMAGNE. Rastadt, 17 janvier.
Les diffrends qui s'taient levs entre la cpu-1^00 et le ministre imprial, viennent *Vetre Llanis, la suite d'un entretien que M. le, baron tflbini a eu avec M. le comte de Metternich. jL t converti que le ministre imprial asisis-. tcnitaux sances de la dputatjon ds vendredi. M. le ministre directorial a rendu compte aujpur-tfbui la dputation de ce rsultat.
tel ministres franais onts fait proposer aujourd'hui a M. le comte de Metternich une confrence pour demain, dans laquelle ils doivent lui' faire des ouvertures. L'heure du rendez-voias a 4finie 11 heures du matin._______
Madame la comtesse de Metternich est arive ce toir de Vienne.
E S P A G N E.
De
, le i3 nivse.
Iebruit court ici que le marquis dBranifo>te, sie mi du Mexique, y a t assassin pai le Peuple avec toute sa famille. On ne donne aucun dttai circonstanci de cette trange nouvelle.
Un alcade d la cour et d la maison du. toi l'tant rendu ici, muni des pouvoirs dmprifoe ; de ia Paix pour le reprsenter dans l'acte de Sa ; ilcepdon dans la charge' de rigiJor ( hevin ) fnfitu l tt de prmintnet de la municipalit de Cidix, cette crmouie s'est, faite avec beaucoup itirMaVfil et d'clat, le ri de ce mois, et il y a tUa tie occasion des ftes pendant trois jours trois nuits. La faade de fhcl-de-ville ai. t cciMplettement iliumine' -
HPUBLIdUE FRANAISE.
Paris, le 9 pluvise
It thiftistt" de la guette a crit Une circulaire Soit gnraux en chef, aux gnraux d divisibii 'dfe bigd, et aux inspecteurs" gnraux pour Itu^r recommander la surveillance l plus activ lurle officiera et chefs des dilfrris corps, afin qii'i la rentre de nos troupes dans les dparie-ttcBi, Us opinions du soldat nesoient point ga-les, t Ses principes rpublicains corrompus. U leur recommande, comme mesure pralable, de renouvel* expresmnt dans tous les corps", la tfeose de se servir des noms de clontl, d -Ittutmant-colonel, de mpnsieur, et autres terme tenilbles qui, nei Se trobytit pdu que dans lidimc royal, doivent tre bannis du langage rpublicain, comme ils sont proscrits par las Ipis,. Le beau nom de citoyen leur dit-il, que tous les Peuples libres ont port avec orgueil,? et qui n'eut tant en horreur aux royalistes que pat ce qu'il rappelle les droits qui y sont attachs, doit i, surtout, tre cher aux militaires qui viennent encore d?y ajouter un nouveau lustre.
Le ministre de la police gnral* vient de faire srfeter un fabricatcur et un distributeur de faux billets' de ia caisse des, comptes cotons, avec toute la manufacture. '
On toit l'un de es individus etdevant comte Btaigr.
ts gnral Chrir, chef de ltat-mjof de rate du Rhin, est, en tembmeht, Paris.
.L'institut national a nomm,, avant-hier ^ le tttoyn Cailhava la plac Vacante par la dportation de Sicard. 11 nommera dans Un mdis Celle "tante par la dportation de Fonltanci. Palissot Parny sojnt sur les rangs. ^
Pakki le, grand nombre de corsaires que le ommerce de Dutikcrque a mis, en.mer, un d'eux Sptnm Vnacron, c,om,rnapd;;par le citoyen tertc Audibert', a^'doAn^'4^'ttia,.cpnvi>anglais e t5o voiles parti d lseneur, le r6 dcembre {vieux style).,; escort par les'.ftgate f cbtvttb "glaises la'Syrus et la Segkftp et malgr cette *"eoe, il a russi faire douze prises que l'on *Wae, paV'pet, plus de' millions.
.A la foire de Toulouse ,tappele foire de janvier la quantit de draperie en tout genre tait e que, malgr l'afflunce des acheteurs qui y l
sont venus de beaucoup de grandes communes, la baisse de ces sortes de marchandises a t de 5 pour cent pour la basse draperie, et de x 13 pour la haute.
La ration de vivres donne aux individus dports Cayenne, n vertu de la loi du 19 fructidor, et dont nous avons parl dan* notre n d'hier, (article COlonUs) est autre que celle des troupes de terre; c'est la ration de marine ; elle comprend le vin,. les lgumes, la viande le bois, etc. .
Des lettres de Lithuane annoncent que le marchal prince de Rcpnin ayant fait >mter douze p'ersbn^nesrtcuseTde complots ctofitr^l^ gouvernement russe, elles ont toutes t condamnes avoir la tte rase les oreilles coupes ct les narines fendues. Les Condamns ont subi ce jugement Wiln, le 98 novembre. i seront transports au fond de la Sibrie.
Si bn veut connatre les ressorts que fait jOtier l'Angleterre, on n^3 qu' lire l'anonyme suivante :
Strasbourg, le-i pluvise.
-LE-^ril-pour^Bonaparteetr^w^berll^ktdes plbrgrands; on a prpar de fausses pices de conviction cohtre eux, d'attenter la libert de la France. On a fait recevoir des dclarations par crit, de plusieurs individus qu'on a aposts, pour assurer qu'ils ont pleine Connaissance du complot tram par eux, d s'emparer seuls du gouvernement et de faire prir les membres ^du directoire et des conseils*.; qui pourraient s'opposer leur projet. Plusieurs de ces faux tmoins ont t cherens dans l'tranger ; mais il n'y a pas d'Italien. On a arrang toute une correspondance Semblable celle du .portefeuille d'Antraigues, dans laquelle ces deux magistrats sont videmment inculps., Les coups doivent tre ports dans le courant de pluvise ct mme dans la quinzaine. On fait intercepter ici et dans d'autres endroits ,r des lettres leur adresse.
La personne qui donne cet avis a vu de ses yeux les pices fabriques dans le cabinet d'un des cbefs de ce complet.
Les meneurs, ici, sont List, pharmacien rue de .4a Msange 1; et WedelkindT, dj, trop renomm. Ces deux Maynais sont les principaux agens d'Agereau, au nom duquel et pour lequel toui se fait ; Ag^ut, adjoint aux adjudans-gh-rux ; ls gnraux sar et rss travaillent avec rxVet sont chargs de prparer l'esprit de l'arme cet vnement. Les chefs ont leur affiliation dans deux "assembles de frres et amis Strasbourg t l nomm Schwaun", chirurgien., est le;messager et colporteur principal.
Il n parat pas qu'il y ait quelqu'un de la dputation du Bas-Rhin datis l secret, si c n'est Bh-tabole, duquel on parle assez souvent et avec affection.
Un des agens d'Agereau doit partir avec toutes ces pices, lorsqu'elles seront mries, et cela ne doit pas'tarder.
Cet avis quoique donn par un simple particulier St trs-vri ; t lorsque deux mmes que cela concerne en auront des preuves par les tentatives des conjurs il se fera connatre. C'est l'amour de la Patrie, le respect et l'intit due ces deux personnages inspirent', qui lui ont dict cette dmarche.
grdentpendant des mois entiers pourleur raccommoder gratis, chemins J^toriati, appartemens, seigneuriaux, curies seigneuriales.
Les baillifs sont modestes, lorsqu'au bout dej six annes de gestion, ils n'ont pas exctoqu au-del d cent mille cus, outre les revenus que leur assurent les lois et coutumes.
Mais par quelle singularit la Suisse, dont on nous vante la/ubert le courage, souffte-t-elle ce abominations? Pourquoi? c'est qu'elle n';st plus "cetteppiniere dehros que nous montre l'histoire. Le Suisse du dix-huitieme sicle, est animal; il est Jiauf de nature et d'habitude. Il tend son col et ses cornes au joug; il tracer sous la main-qui^^le fouetteT^unpinble~sillonr; et quand; il se ttouve l'table, pourvu qu'il boive, mange, rumipe ( j'allais, dire fume ), il est content,
Veut-il rclamer contre le despotisme bailli*-Val? qui peut-il porter "ses plaintes? sou snat ? mais ce snat est compos d'anciens du de futurs baillifs ? il ert juge et-partie tout lit fois. Que plusieurs villages outis? de ces hor-rers, s'assemblent, parlent de rforme? ; l,es patriciins suisses qui font caus commune, les accusent de conspiration les cernent de leuis clns et soldats, et touffent jusqu'au dernier .'cri de, npptinis. Mais.-la. coinsiece--!-l*s^itirar gistrats helvtiques en ont-ils ? Rpondez, baillif de Lausanne (dont nous, avons dj signal la trahison); rpondez grand baillif de Dornck etc. etc. etc"; ; farouebes enneniis, des partisans de l'galit, n'avez-vpuj pas le 'cur cuirass
contre (ouf genre d remords?...... Il s'est
trouv cependant un baillif (celui d Perle ) pli ne voyant dahS ls Franais que des amis et des fteres, leur vendt deuk vvufs! Le snat de Bern, irrit, te jett'fMns "tiH'cachot, o U languit encore: Riii'cMi&E'.'-'-' 1 '" ''"''*',.
' Les 'baillifs suisses dmasqus.
De tous les Ils occupent les chateaux-forts des barons ct comtes autrichiens qui vexaient jadis les Treize-Cantons.
Ils runissent, dans leurs arrOndissemcn, tous les pouvoirs. Les cadeaux et l'or y font seuls pencher la balance de leurs dcisions. De leur,.pleine autorit ils y tablissent et y lvent des drcuts-partiailier*. Outre les dmes qui leur sopt concdes, ils s'approprient, vil prix, tout ce qui fait l'objet de leurs fantaisies. Ils. obligent leurs feSsoftissans leur baiser respectueusement la main, et Cet orgueil, qui ne semble que ridicule est atroce ; car il avilit ces malheureux, et les faonne ds l'enfance au joug de l'esclavage.
Ils arrachent souvent le laboureur, l'artisan ses occupations les plus importante}, et le
T E AT.ft E; DE l-a.-^'p OB-tl ^U Ev
Les loges les plus'flatteurs pouf un hros ne sont point ceux qu'on lui faij; enjaej couverts du vbile de l'allgorie/, ,'il's n'avilissent point celtii,qui les donne, etne'fonj pririt rougir celui qui ls reoit. C'est Un double mrite qui se ttobv fbni dans la petite pice de-Sa^iotiffrj: cain,'reprsente, le 20 nivse avec succs.
Annibal est au%portes de Rome;..io mille Romains, corrompus par la mollesse veulent, pour fuir les .dangers ,'./abahdoniner, leur patrie et aller fonder une,,.colonie.sur les ruines d'ilion. Marcelius, par ambition se met la tte de ces lches citoyens. Sripioo arrive d'Espagne incognito; sa nourrice qu'il retraiive et qu'il embrasse avec transport;, l'instruit du projet de Marcelius t de ses pruSans ; Scipion les surprend, leur fait abjurer"''leur- dessein et faire le serment de combattre pour la Rpublique. 011 s'attache l'ambitieux Marcelius en lui confiant le commandement d ces 10 mille hommes. Ils allaient1 marcher ccratte Annibal ; mais oh vient annoncer que ce gnral, pouvant de la mort de son frre "et d l'ai;riv imprvue de Scipion,, S retir aVe son arrhe.Sipipii refuse les honneurs du triomphe, et le snat le charge d'aller dtrirCfartliage.
Cette petite pice offre une trs-belle scne. .On y rmarqutUri mllirje' de Style familier et de style hrpque qui.peut-tre aurait dplu, si
I auteur n'avait eu 1 adresse d'exp'iquer dans un ptblgue les raisons ne cette innovation. Elle est du citoyen Sauvigny, cbnbb daris la littrature par letiLfUnois, la m'oit dtStrate, et Gah tell* d'stres. ,. '., ., iS...... s
Baptiste an remplit fq;tbien le^le de Scipion, On a lait beaucoup d applications honorables au jeune gutffMY'quY 3 fafif de''rapports avec c clbre Romain | f.
-~---'- a-:..."H^ ..'..........
'':-XX$T\i& A T tJ R E.
, Suitt'de l'extrait de l'Almanash des Muses.
Mai au _miliu de ce patterre on remr.rque un arbuste la fois charg de fleurs et de fruits.
II domine comme un lys clatant sur de simples violettes ; il fixe t charme ls regards ; il est cette anne le plus bel ornement des Mimes t c'est le pome de la Fort de Windsor, imit de Pope.
Pope, le Boileau des Anglais, est peut-tre celui de leurs potes qui se rapproche le plus du got universel; la traduction ou l'imitation de se* posies a dj enrichi notre langue de plusieurs cbefs-d'uvre. Tout le monde sait par cobus la


522
'Sublime Epitre d'Hlose Abailard si bien imite pat' Clardeati. SesEssais sur l homme ont t tra-du ts eu, vc is franais par l'abb Durestiel ensuite par Fontanes ', et les vers de ce pgte ont le mrite de la concision et de la puret.
La Fort de Windsor passe en Angleterre pour l'ouvrage le plus agrable de Pope ; la traduction de ce pr nie placera sur riotre Pmasse le citoyen Boisjolin entre Deliile et saint-Lambert. Comme eux il semb'e avoir reu sa palette des mains de la nature pour peindre ses productions ; il se sert des couleurs qu'elle emploie elle-mme pour les crer et les embellir.
Cette traduction podque est un des plus heureux essais de la jeunesse de ce littrateur, que les -affaires ont trop long-tems loign des Muses. Il-l'entreprit 22 ans ; 23 il 'l'avait acheve telle -peu-prs qu'il la donne aujourd'hui. Il en fit insrer quelques fragmens dans WAlmanach des Muses, et ces fragmens suffirent .pouf lui mriter la tputation littraire dont il a joui depuis cette poque. Il ngligea ses tdens et en 1792 Fon-taues, dans une Epitre sur l'emploi du tems [1), fui en fit le reproche en ces vers : ,
Le givre a-til blanchi les bosquets dpouills? j Les colombes volant aux rameaux effeuills, L<;s ombragent en grouppe, et la clairire humide Enferme dans son sein la bcasse timide. L'oiseleur au pas lent, au regard empress, Tend son tube, le guide, et le coup Test lanc ; Il atteint le pluvier errant sur la bruyre; De la frle alouette, la voix priotannierc ,1 >' . Dans l'air qu'elle gayait, souvent le plomb fatal Frappe le vol lger et le chant matinal.
>? Au retour' du printems sous une ombre incer- ;
Psr les. morceaux cits, on a pu voir . le traducteur sait, comme son modle l'art ? varier ses peintures art qui, seul, fix l'a don .lugttive et nous force, par l'attrait di plaisir, hrejusquau bout le plus [one ,* vrage. C est ainsi qu'un peintre habile X galement et la' monotonie d'une teinte uni forme, et le choquant assemblage de couleun trop tranchantes ; elles se fondent dans ses ta bleaux i et les.contrastes sont unis par de nuatlc dlicates. Le clbre Dbile qui apprit ce grand art en traduisant Virgile, dit qUe dan ouvrages d'agrrqent, un des premier, devoirs de 1 auteur, c est 1 effet et la varit ; il fw qu'il place chaque objet daas son pls bea(1 point de vue ; quil le fasse
1 Quelle langueur oisive a ralenti tes pas ? T m'as trop imit : ls plaisirs, l mollesse, t)ans un pige enchanteur, ont surpris ta faiblesse, La gloire envain promet des honneurs clatans ; *CJ;i souris de l'Amour est plus doux vingt ans : Mais trente ans la globe est plus douce peut-tre.
' Le citoyen'Boisjolib aurait-il t sensible ces reproches ? et'la vrit de ces derniers vers au-~r|Pe 1 lep U"> Ibrtemerit frappasonTspntT, dpuis 'qu'il a touch cet g'c? o' I on connat mieux le prix 'de la gloire ? Il y a lieu de le prsumer pu'squ'aprs d'Oue ans de refus,, il se dcida publier st-s premiers ouvrages.
Examinons rapidement cette production si long 'trns desitei ; Le style de l'auteur est toujours pur, son expression souvent ingnieuse .et hardie. Il a pnir dans ls mystres de la versification art magique dqW Virgile... et Racine furent les matres que ngligea .Voltaire, et auquel Deliile nous ramen. Le traducteur de Pope suit les traces du traducteur de. Virgile ; et pour appliquer auciuyen Boisjolin une expression de son matre dans' l'a rtdsi vers.!, nous. dirnsdeS^siens que l'objet dcrit nous aurait moins affect que la description, Justifionscetloge. : "">'< ''J *
; Aprs 'Vinvoctibn l pote',.dessine Jigrands traits l'r.semWe de^la*belle retrait dpnt IU va clbrer'ls charmes. Ppr donner plus, rTelat sa tableaux gracieux en fesant ressortir,Jeur dolo.is par ds contrastes, jl tapplie pe* ces beaux lieux furent autrefois l'asile ds plus horribles animaux-et de tyrans galement" froces. Il parle de Guill2utne'v-te"Cnq'8r^nt.:!r,;r'il '"en dcrit les murs et h: plaisirs barbares';' et Voici comment il termine' cette sbmbr 'peinfiirj'V'',
i Les vehts des teraplesrnuds, battett ls VpteS
sohibres ;' i I!{ :' ''" "'"'"' "' L lierre , du ppfdqe,^.m,b'rass' ls dcombres; Le cerf allier ins.o'Jte..es.db,riSi'-diverst; s Sans le Sein profan^es tombeaux entrouverts, Lhte ds bois repos;'et sous la nef dbsure, iVetentit longuement un sauvage murmure. >,.
Mais, apis avoir, caractris ces :'dnqurans farouches, le pot pour nous consoler, se hte de nous'apprendre que des fois plus humains ramnent l'g'd'br, et il se" cptnplat nous en dcrire les plaisirs.
Le riche ossau du Phase .traversla fougre, Fuit, s lance et triomphe. O' ga';pssagere L^lbinb^(57uln?TTt"int;; l'oiseau' se dbattant Et voltige et s, abaisse,, t, tqmbc. en palpitant. De, quoi lui sert l'clat' de ses couleurs si belle?, La pourpre de sa crte et l'mail de ses l's', De son il afVpriMi l'tinclante ardeur-^- Et d sa gorge d'or l? rrjopile ^plnjdejur ??
tt Dans les bois, dans les champs lorsque la brume
sjft.mke --
Oppose ces l'hisirs l'obstacle de son ombre, La plaine-nous invite1, et'du hevre trompehr Le basset ptesse au loin les dtours et \& peurf Ainsi'l'hte dcS' boU'tilbitdbuc'ln'semblable I)fais_ i borij.pie 1 % ? t r p,i , jl'fC) lia ctjf , sept esf- fe|u ,,,-jti ,} ,f. .pabli l* > wali .,1 , l'Hwhr
' ?\t)iGifte Epitre est imprime dans l'Almatiatk
des Muscs,, de l'apne 'driiiere. Ou yittrpuve'-Ces vers : <
>Ta-votxt, qu'iristkbit'Ppp'erif.fes'p'ius jeunes ais, Ds bbH^uetfdtj Wibsii;rfs^sot,a la gloire^,
taine, .' .-, 1 point ue ivue ; qu u 1e ,iasse ressortir pat les
Quand de fraches vapeurs s'exhalent s,ura plaine,' oppositions ; qu'il contraste les colleurs; qu'il Le pcheur immobile, attentil et penche, Tient sa ligne tremblante: t Sur l'onde attach Son avide regard semble esprer sa proie Et du lige qui saute t du1 roseau qui ploie.' Windsor offre .-en ses eaux tout un peuple caill:^ L'anguille au Corps glissant et d'argent maill, De son vtement d'or la carpe enorgueillie, La perche l'il ardent et de pourpre embellie, ;j La truite que colore,un clat enflamm*, Et le tyran des eaux le brochet affam. >
varie le, nuances ; que le doux succde au fort le riant au sombre ,: le pathtique aux descrip! fions. > D-lille a donn l prcepte et l'exemple-l citoyen Boisjolin disciple fidle ne s'est S'est ppint cart de ces lois. ..En lui'"rendant une ample justice,"uu avons acquis le droit de lui montrer de l svrit. Les grands' talens l provoquent'; il faut bien que, parquelqu dfauts, ils consolent notre amouf-ptopte.
Dans ce tablati charmant dont nous venons d'offrir une esquisse lgre 1 il exerc de.l'artiste et de l'homme de -gont remarquera des taches qui, sans dout chapperont aux regards
Nos loges ont pu d'abord paratre exagrs ;| vulgfes^ea. Plus un-ouvrage est sduisant>v|u, U mais quand on ara lu ces beaux Vera, bbus;Le< &ueJ^^=C^^aC 'Watt^M'^marqac craignons qu'on ne nous reproche la parcimonie j e d de nos louanges. ? Nous lui reprochons d'abord d'avoir nglig
.!| dans le charmant pisode de Lodonc, toute la Aprs avoir peint avec des couleurs aussi partje sentimentale. Od fit Cdlardeaude re-^ejJes^plaisirs^eJa^hasse^le^ot^suspF>cl4 proch^
avec art ses descriptions pour offrir un pisode! h'Eptre d'Hlose s'il fut infrieur a. foriinal plein de grces et de sensibilit; c'est la; fable anglais, qu'il avait surpass dans l'expression du dune nymphe de Diane poursuivie par le Dtu sentiment:,'1 Parmi .les, y ers de ctt^pisodej ceux Pan et change en.riviere. Voici par quelle tran-< ui peignent soni: parfaits ; ceusqui .devraient suion imperceptible il revient sqs descrip-1 attendrir sont failles..'.... .-.-.i. ;
tlons J Pou caractriser^ les tyraris qui rgnaient jadis
" Quelquefos.un berger, rveur prs de cette j^iads<^r'l Potu'dit : onde, ,
Dans son cristal mouvant croit voir un autre .- Monde. - i..,- >''''>
Son il plonge, enhardi, sbr Un' Ciel abaiss ; "1 contemple des monts, le sommet renvers, Des trouoeaux entours d'a2ur et de lumire, Le front pendant des bois,le totd'unhchaumiere, Et des arbres absn's qui tremblent dans les eaux.'* La rivire au milieu des sites les plus beaux Cherche en paix lafTamis,.et soudain; Sa y'Ue.,, j Aux ondes de son pere unit sort onde mue.
Ajouter ici des loges ce serait faire in jure au lecteur de ces vers, autant qu' leur auteur. :' .' '
Le pote change ensuite l cours Jmajestueux de la Tamise dont Neptune, .lui-mme est; J tributaire, et le bonheur dont.iouit le, philosophe au milieu de .la belle;retraite de Windsor. Il invite Grnville','( 1 ) clbrer ;lui-nime-iet la Nature et ses plaisirs. Mais,. jptett-il,
Aimes-tu mieux chanter ls' hros t ls rois 1
Que Windsor a vu natre ou mourir dans ses bp.is?
Ou bien ces vieux guerriers dont le; caveaux funbres
* Ils changeaient les cits en dvastes tomlieaux, Assigeaient l'antre sombr, pu .l ptute^pvge, Plus pr.udente.que l'homme vitait,l'esclayage.,
v Ces vers spnt"'bteu fai,ts.; mais,la gra^tipfl'dijs dt n'y est'poilt.ebseiM^^-'tllettjEf ? \f chsse n'est point un crime.. .... j',-'j'Vf-,"'* '
En pailant de Guillaume le Conqurant, il dit
S6 fil/.murt^prs'^ du. cerf dWt^rpbuntit la voie ;
Il est tout -la-fois le "chasseur etlaproie.
Ici jes vers nimes sonjt dfectuevtx yrjfn ,ne choqu uae'oreille dlicate utqpt qcescon-spnuaiices voie ,, fois ?, prioieti (l) D ailleurs, o suit Jl voie, majs on n 1^jpptjrsuit pas^et 1 second .vers prsente ,,qp, senj obscur, A
Le pp'te dit f.en parlant d'une reine d'Aile* terre/,. d'Elisabeth ;appareipment., ,qu'il..aUtau d notnrnr dans s,es iiot's ; j
i\ Elje sut. 'ssrYir;,^danS;
Les mers ,sori. pouvoir, le monde son gnie.'
,. PjpurquoiLet ,limis(iche parasite^.: WliW ''de'sa^iei^ ,.;*,r,,/\*,/) u, ..ir7l'.. ^'Y"''[ Conservent dans ces lieux les dpouilles clbres ? J jds mme^'tes ux; les Musesl'bnt cont; Redis nous d'Edouard (2) les exploits clatans i 1 Diane confia ses! baips et s beaut. Prolonge ces honneurs dans le lointain des tems ; Des monarques vaincus fais retentir les chanes ; Montre-nous de Crcy les glorieuses plaines," Albion triomphante et sur son tendard 1
[yjjeipleudiisana_auprs du Lbpardu ^
r.ilk U___/ a \ "'Jl^'ii*4w"^i.'-. ..Lt..
Pour clbrer Henri ( 3 ) prebds'une voix plus tendre ;
Qu'un immortel palmier s'incline sur sa cendre ; Son sort attendrirait-le.mrbre du tombeau
Non lpin dort Edouard (4), cet horrible flau! Sa vaste ambition ne connut point de ternie ; Il lui fallait un Monde ; un tombeau 1b renlerifae, .esuains qu' jamais par la mbrt dsarm^ '"
Est couch l'oppresseur auprs de l'opprim. V
t. -^>-.- Apres ces tableaux divej. le>pfo'tefit4ppa raitre le Dieu de la Tamise, et termine'eh lui lsant prdire les haute, destines d J'Aqfjle- Telle est la marche de ce, pome. C'jest SOI
- 'Lai d'sse ipt^ut ,"sans doute,! avenir cotifies b'eau't '"'aux aUx de Winds'r '.' mais; tonfe^ set battis', c'el-n'a point de sens. Le premier vers est amphibologiqu'.il "*J ^TiDes-nymphs^^'en'rilaili ;Ia tVbbpe virginale u'Dli'-po^H^'bWle^f&ts.d'Mnlle^ V ijn't Relies sur foui fui (o^i^m^r^nom^ ,,,, ,
}(fietteSl,,it.feu!l.ab;Mnl;veri di^nsitipa ?it simple; mais cela ne dispense ni del.Sie|ancff., ni .ie harmonie. Le dernier que nous venons de t^ns^iti^n'ay^
rsoudre l'crire. Poursuivons, .
terre.
^ iPl*,n> *iR. que.je gnie de'Pope a rpand ds dtails enchanteurs.
Jltl"...
(il; Nom du lord'LanSdown, connu en ^nglcr, terre par plusieurs ouvrageiestims, ets,amr de Pope .'qui lui ddia ce pom,
(2). Edouard 111. ','.'. '
(4) Edouard IV.
."tl "!
'il Thamf-msbif re'WftefMW-i "> n Avec j,^pried pg t,}e&wim9t WPWS """ tEadymionitW^ll'ti^tp^
d (trie %-a#^' afes ^m^mi^Mh
frapkis"' e"sbP p''rnt ''tmi)'iid,,;cJ dfaut, Boiteau stir-Wtn'tffr^dtJ ndrabrW dxetogle, J^^ie''ei)r^q"t^ffce^'MPS,.' '' ''-.,,., -.i) ]^$uh,s^tq^p,er^ ' \ J
J'aivu dfiS'St;>L>t%fiJa reformtk' /"
Jue le"xl_iapuu^^^
Usurpe tous mes droits, et'segalant y bno 'vbfteltitrf:fct4cn etlaloi. J^, \j ,*


5a3
te pote a veuu dire : si son front et brill d l'clat du croissant, Endyraion tromp l'et prise pour Diane. Nous iguorons, ce que c'est L'une zone d'or; la fable ne dit point que ce ft un des attributs de la desse des forts. Ouant au croissant, nous croyons qu'il est, plus lumineux que diaphane.
O malheur le dieu Pan la voit, l'aime ct la suit; Le dsir crot encor pour l'objet qui le fuit.
.' Que signifie ce dernier vers ? On le devine; fflai l'ide n'est point rendue.
Nous bornerons l nos observations critiques. Prolonges, elles deviendraient minutieuses et peut-tre injustes; ces imperfections trs-rares 'sont' effaces par l'clat de mille beauts potiques. Quelle est la jolie femme qui soutiendrait (examendtaill d'une rivale ?
Nous pensons que cpome justifiera la rputation anticipe dont jouissait le cit. Boisjolin, et qu'un second ouvrage de la mme force peut l'affermir dans la place honorable qu'il occupe au Parnasse. David.
COUPS LEGISLATIF.
CONSEIL DES CINQ, CENTS.
" Prsidence de Bailleul. SEANGS BU 7 PLUVIOSE.
Des citoyens de Vervins dpartement de l'Aisne, dnoncent le citoyen Vasse, membre du conseil des cinq cents, comme tant le pere de deux migrs et comme ayant t lu sous l'influence et la direction d'un comit autrichien tabli Laon. (Suivent trois signatures.)
' Le prsident. On demande le renvoi une commission.
Quelques membres. Nomme au scrutin.
['Jsentabolte. Une telle commission n'a pas besoin fi'tre nomme au scrutin. S'il s'agissait de vous proposer la radiation d'un reprsentant'du Peuple de la liste des migrs, cette commission devrait tre nomme au scrutin; il n'en est pas ainsi pour savoirsi un reprsentant a un parent migr; le bureau doit nommer la commis'01. .-,
'Chollet. Je demande l'ajournement de la no-rnination de cette commission jusqu'au moment ottipa-aura discut en thse gnrale la qes-ion de saypir si un reprsentant peut tre aussi atteint par la loi du 3 brumaire, parce que son jiarent aura t inscrit sur lajliste des migrs, postrieurement son admission au corps lgislatif.
Je demande que la commission nommpe fasse promptement son rapport.
Gomaire. Ntre collgue Chollet prend.le change sur l'objet de la ptition. 11 n'est pas. question de savoir si les paens de Vasse sont migrs avant ou aprs sa nomination.....
htllet. C'est la mme chose..... ( Des murmures s'lvent. )
Gommaire. Non ce n'est pas la mme chose. Il n'est point ici question d'une inscription sur la list mais d'une migratipn dont les fils de notre collgue sont accuss ; il suffit que sesj fils aient migr, pour que notre collgue soit dans le cas de la loi.
'Chollet. Ce que vient de dire Gomaire n'est point e*act-, ou-vous-donneriez la loi du-3 Brumaire une extension contraire vos intrts etyotre garantie. Notre collgueHermann est dstns'ce tas ; ses parens sont migrs : eh bien! vu que leur inscription est postrieure l'ad-wjssion d'Hrmann vous avez nomm une com-*Jsibn sur la question gnrale qui vous a t prtaate; il-faut attendre son rapport.
Engertand. L dnonciation exige l nomination d'une commission particulire pour en examiner validit; la commission charge d'un rapport ht la question gnrale n'en prsentera pas! "oins son travail. '
, L conseil arrte l fdrmtipn, d'une compiis-Mon. ""' '
'< ft|jfrfto>.:Le faits 'articules .dans la ptition ow de toute fausset. Nbt'F 'collgue Vasse n'a point t d'un club autrichien Lapn ; et il n'y liswai* 'ii de< comit autrichien Laon...
nflusitum voik. Il ne s'agit pas de Cela.
r^P.yfreftityg. Au moment^des lections',- Vasse n tati point Larf, mais bien i'j lieues de tette- ville* Quint au! fan *a* l'migration ''de' ses i cela est encore faux. Vasse a des fils qui *nt dfenseur* de la patrie ; il en a deux qui ,
a 1 ge de neuf dix ans, ont t emmens en pay tranger, par un homme riche, pour leur ducation ; mats leur ge vous prouve qu'ils n taient pointeompris dans laloi surl'migration.
. Engerrand. La commission examinera les faits.
Gommaire lit une autre ptition. En voici l'objet.
Des citoyens rpublicains de Mende \ dpartement de la Lozre dnoncent le reprsentant Montet, lu en l'an 5 comme ayant un frre migr ; ils joignent leur ptition copie d'un acte authentique, par lequel il est constat que le citoyen Montet a refus de concourir la nomination de l'vque constitutionnel du dpartement. '
; On.demande la formation d'une commission.
y!
Chollet. Je demande la parole pour une roo-tiond'ordre. Je ne m'oppose point la formation d'une commission mais enfin il faut prendre un parti". Vous ne pouvez Jaisser ainsi planer l'incertitude* sur l'existence politique des reprsenrans du Peuple. Rien de plus essentiel que ce qui peut porter atteinte au caractre dont ils sont revtus.
Je. demande que la commission qui a fait le rapport de l'affaire de notre collgue Hermann ct qui a t charge d'un second travail prsent sous le point de vue de la question gnrale indique lors de la discussion, soit entendue demain. ,
Plusieurs voix. Dans trois jours.
Cet avis est adopt ctrle conseil arrte la nomination d'une commission pour l'examen de la dnonciation des citoyens de Mende. *
Duchne reproduit le projet prsent hier sur les rentes viagres, cres pendant la dprciation du papier-monnaie.
Oudot. Le projet a dj excit de vives rclamations de la part d'un grand nombre de citoyens qui se trouvent., d'aprs ses dispositions, grevs d'une rente viagre trs-considrable tandis que le capital qu'ils ont reu en papier-monnaie a t rduit aune valeur trs-modique. Ils sont ainsi menacs d'une lsion trs-forte. Le dernier projet rejet par les anciens, n'avait point ce dfaut. On dira qu'il a t rejet et que vous ne pouvez tenir ses dispositions ; mais je vous pbserve que ce rejet t presqu'arrach, ; que Ja discussion n'tait point l'ordre du jour; que notre collgue rtet dpnt'l-ppnion est jd'un, trs-grand poids dans Cette matire n'a, point; t entendu et n'a pu l'tre. D faut dire ici toutes les vrits. Je demande l'ajournement. "
Nugues s'oppoSe ; 1-ajournement en fappellant depuis combien de tems on attend la loi dont il: est question, et en fesant sentir que les capitaux reus et emprunts, sous la forme de rentes viagres ont pu,tre dans le tems employs d'utiles destinations 1 .
Duprat. Je dois , ma conscience de dclarer que le projet p'isnt pourrait' entraner les plus violentes injustice s-jl n'tait pas amend. Quoi un citoyen 'aura re'u.io mille liv. assignats',; il tira touh rllm'rii;'700 liy"., selon l'chelle propoftionnle*, d'un mois que "je pourrais citer, et il faudra qu'il donne 2000 Iivl par-anne son prteur sa' vie du'rant Ainsi donc la premiers anne dintrets vaudrait trois fois le capital. 11 n'est pas un seul membre des deux conseils qui puisse vouloir une telle injustice. Je demande par amendement au projet qbe l'chelle proportionnelle prsente soit admise, sans que jamais le montant de la rente puisse excder la somme rsultante en numraire du capital rduit.
Cet avis est unanimement appuy et le, projet; est adopt dans les termes suiyans :,
Art. Ier. La suspension des paiemns est leve l'gard des obligations nonces en la prsente.
II. Les rentes viagres Cres' par des'contrats antrieurs au 1" ji.vicr 1792 (vieux style ]" inclusivement, continueront d tre acquittes valeur' nominale et sans rduction.
II. A l'grd'de celles qui ont"t tablies par* des contrats postrieurs ladite poque, elles ne| seront pareillement soumises aucune rduction :
i Quand elles auront *u pour cause un capi-' tal fourni en e&peces mtalliques ou en dentes en marchandises ou meubles-. non estims en papier-monnaie ;
^2 Quand "elles auront t Stipules payables en numraire ou en grains et autres denres;. ,
3e Lorsque le changement des espces aura t expressment prvu par l titre-constitutif, et qu'en consquence le dbiteur se sera soumis d'acquitter la rente en la monnaie qui aurait Cours aux chances ;
40 Lorsqu'il sera justifi de jnjniere, ptescrUe.
par la loi du 14 fructidor an 5 que la rente viagre existante n'est que la reprsentation d'une autre crance ou d un-' droit certain, antrieur au 1er janvier 179t.
IV. Ne seront pareillement sujettes aucune rduction les renies viagres promises et stipules par contrat pu accordes par jugement pendant la dure de la dprciation du papier-monnaie sans aucun capital fourni, soit pour, tenir lieu jd'alimens soit pour cause de services domestiques main-d'uvre cession d'une profession mercantille ou industrielle.
V. A l'gard des rentes viagres cres moyennant un capital fourrii en papier-monnaiedepuij ladite poque d 1" janvier 1792 jusqu'au 1er juillet I7g3 ( vieux style ), elles' sont maintenues et elles seront acquittes valeur nominale en numraire lorsqu'elles n'excderont pas l maximum de 10 pour cent sur la tte d'un prteur g de 70 ans accomplis', en partant de l'poque du contrat ; de 9 pour cent sur la tte d'un sexagnaire ; de S popr.ceut sur une seule tte d'un ge intrieur,' et de 7 pour centsur deux ou plusieuts ttes de tout ge.
VI. Les remel de mme nature qui ont t cres depuis le ict juillet 1793 jusqu au 22 Septembre 1704 correspondant au 1er jour de l'an 3 de la Rpublique., soiit.rductibles dans les proportions suivantes, savoir:, 7 pour cent surla tte d'un septuagnaire 6 pour cVnt sur la tte d'un sexagnaire cinq pour cent sur la tte "d'un prteur d'un' ge infrieur et quatre pour cent sur deux pu plusieurs ttes de tout ge.
Vil. Quant aux rentes cres pareillement au moyen d'un-^eapital en papier-monnaie, depuis le premier jour de l'an 3 jusqu la publication de la loi du 12 frimaire an 4 elles demeurent, sauf les' exceptions ci-aprs, assujetties1 un maximum de trois et demi pour cent', en vendmiaire an 3 et un minimun d'uti! pour cent sur une seule tte, en biumaire et frimaire an 4 ; et elles sont en consquence rductibles selon les proportions tablies par le tatif de leur dprciation graduelle, d tri ois en mois, lequel est annex la prsente.
VIII. Les- rentes qui auront t cres dans le mme intervalle sur la tte de personnes ges de plus de soixante ans , l'poque des'contrats seront portes dans chaque classe du tarif nonc en l'article prcdent-, < demi pour cent de plus que-clle des.rentiers d'up^ge infrieur \ et celle'_ qui ont -t cres sur la tte des septuagnaires seront pareillement portes un pour cent de plus ; eu sorte que le maximum des premires sera fix, en- vendmiaire an 3 quatre p'b'Uf cent;celui ds Secondes > quatre et dt"mi pour cent;- et que leur minimum', en brumaire erPfri*-maire* an1 4, sera pour les premires;! d'un t demi pour cent ; et pour les secondes, de deux pour cent. !!.-.;< ;
IX. A l'gard des rentes cres ,dan,sl;ejmme intervalle du premiet dei'an 3 la loi du 12 .frimaire an 4, sur deux ou plusieurs ttes de tout jie, elles restent suumjscs une diraiituiiot d'un pour cent daus. chaque, classe du tarif.; et nanmoins leur nihiimum dans les dernires, classe?^ ne pourra tre port au-desspus de demi'.pour cent. 1 ..... 1
.Sont.exceptes de la disposition cidsSus les rentes cres sur deux ttes ^os de soixantii ans acco.mpHsj et elles_seront acquittes suis diminution, conformment ati tarif d l'aft-i-Vlii
X. Dans aucun' ds cas ci-deSsus le dbiteur n pourra tre oblig de payer annuellement,plus du capital de la valeur des assignats rduit d'aprs l'chelle de dprciation de chaque dpartement. '
XI. Les fixations ct rductions faites'par les articles/ V.VI, VII,.;V1IT et IX, sont, sans prjudiee'd l'excution'des conventions.des parties dans le cas o'les rentes viagres auraient i cres des taux intrieurs. ;' *
En ce qui concerne les reotes viagres cres depuis la publication,de,la loi du |g Itir-maitc an 4 jusqu' celle- du,t5 germinal suivant, l capital fourni cri assignai sera 'rduit au Centime de sa valeur nomlual'l, conformment a l'article VII de: la .foi.du. i^idu stjsdtt tnpisj de frimaire, relative l'emprunt, forc ; mt*K*9&H capital ainsi dtermin il sera reconstitu une nttuvelle'rem de quinze pour cent, tftlprolitres septuagnaires ;' -de douze 'pour oenty!u' .prfit. des sexagnaires ; et de dix pour cent, au-^rbSt de tous les prteurs d'un g,infrieur. ,>; i
XIII. Dans tous Us cas ci-dessus prvus, il sera- libre aox-d bi t tit" 6t*5~f en ts"vi a ger^s d*a requrir la rduction aux divers taux rgls parles ait. V, VI, VU, VIII,' IX t X. Cfijifpl %hiM$. dater de la publication de Ja pistjtne; dsfaut de.quoi ils seront censs avoir opt pourdaMosi-tinuation du paiement de la rente au taux et la valeur nominale dtsuiiuic-par la eavsani***


Tarif de la, rduction gradueth il proportionnelle que doivent subir les fentes viagres constitues depuis le commencement de fan 3, jusqu la publication de la loi du ia frimaire an 4,*i raison d'un maximum de trois et demi pour cent Sur une seule tte dans le premitr mois et d'un minimum d'un pour cent dans les deux derniers mois.
Lesdites rentes sont rductibles dans les proportions suivantes, savoir :
Dans le courant de vendmiaire an 3, sur le pied du maximum fix par l'article VII de la
" i pour cent.
prsente loi. 3
En brumaire suivant ... 3
Eu frimaire .... 3
En nivse 3
En pluvise...... ?
%ti ventse......
Eu germinal. ... s
En floral ...... s
En prairial...... s
En messidor...... i
En thermidor...... i
En frucddor et dans les jours
complmentaires..... i
fin vendmiaire an 4 .1 En brumaire et frimaire 1 sur le pied du minimum de*
Nota. Il sera ajout, dans chacune desdtes classes, un pour cent de plus en faveur dt s septuagnaires, et demi pour cent de plus en faveur^dessexagnaires^-
Il sera, au contraire, dduit un pour cent sur j les rentes originairement cres sur plusieurs ttes, i sans qu'elles puissent tre rduites au-dessous du minimum de demi pour cent.
1 1 s
o
1
9
v o
4 S S 5
5s4
CONSEIL DES CMQ, CENTS.
SANCE DU 8 PLUVIOSE.
Des rpublicains du dpartement des Landes envoient des pices tendant prouver que le reprsedtnt Dlipy est neveu et frer d migr.
Renvoy la commission existante.
Des citoyens'de la commune de Pau, ritrent la dnonciation qu'ils ont dj faite contre les juges du tribunal du dpartement des Basses-Pyrnes auxquels ils imputent les crimes les plus grands.
Renvoy l commission nomme sur cet, objet.
Des citovns du carton de Rdchefort, dpartement de Seine et Oise,, offrent 75o liv- i5 s. pour le soulagement des marins dtenus^n Angleterre
L'agence temporaire des loteries d'immeubles
pourrait tre rlu qu'aprs un intervalle de trois ans ait moins.
L'instruction du 5 ventse, an 5 avait prvu5 cette difficult ; elle tait faite non pas pour un cas particulier i, mais pour rgler les opration! des assembles successives. Voici comme elle s'explique sur ia question qui vous occupe :
;t L'administration municipale en dsignant le nombre des lecteurs nommer par cluque assemble primaire v joindra les noms des citoyens qui ont,t lus lecteurs l'apne prcdente et_rappellera l'art. 34 de la constitution qui dfend de les rlire. '
Quels sont, d'aprs cette disposition. les lecteurs qui ne peuvent tre rlus aux termes de la constitution? Ceux-l et ceux-l seuls qui ont t lecteurs l'anne prcdente.
Il est donc vident quelles lecteurs d vendmiaire an 4, peuvent tre rlus cri germinal
au 6.---------------------1---
Jusqu'ici, citoyens reprsentans, nous avons considr la question sous ses rapports gnraux
tablie Bordeaux, offre, pour concourir aux avec les assembles priodiques et rgulires; il
frais de la descente en Angleterre, vingt billets, dont seize de i5o liv. et quatre de t5 liv
Les employs la trsorerie nationale, qui ont fait leur don patriotique de 10,84'vliv. pour les frais de la descente en Angleterre font aujourd'hui hommage au conseil d leur sou-
mi.cfnn t*ii. Vi.n art! mil 1 rTar nhril- dan l'em-
est peut-tre utile de l'envisager maintenant sous ses rapports particuliers avec les circonstances qui pourraient donner lieu de nouvelles diflaultjj
( La suite demain. )
1 o
JV. B. Dans la sancedu, 9, l conseil dscihq-mtsston faite l'unanimit d'acqurir dans l'em- I cent? ,a ^nvoV . l'examen d'une commission pruntio.action, qu'ils destinent pour les dix H>c,ale .la V***" d% s.avo/,s'l Jeune, ri-Jemiers dfenses de la patrie qui mettront toXen?

Mention honorable. -lIUensuite-adoptun-projet-de rsolution Sut"
L Sance est leve. CONSEIL DES
ANCIENS.
Prsidence de Rousseau.
SANCE DU 7 PLUVIOSE.
L'ordre du jour appelle le renouvellement de la commission des inspecteurs.
Pilaire demande, par motion d'ordre, qu'il soit nomm une commission de cinq membres pour faire concorder laloi du 28 fructidor avec la constitution. L'article 7a de la constitution attribue aux deux conseils le droit de police dans leur enceinte. L'article 49 dfend au corps lgislatif de dlguer un ou plusieurs de ses membres ni qui que e soit, aucunes des fonctions qui lui sont attribues. L'article 67 dit que Pi l'un ni l'autre conseil ne peut crer dans on sein aucun comit permanent ; qu'ils ne peuvent nommer que des commissions temporaires qui sont dissoutes aussitt qu'il a t statu sur les objets dont elles taient charges Comment concilier tes divers articles de Pacte constitutionnel avec la loi du 28 fructidor, qui cre une commission d'inspecteurs qui est per manente ? Car ce n'est point une commission temporaire que celle dont la mission dure toujours et dont les membres changent seulement tous les trois mois; une commission charge d'arrter les dpenses, et de maintenir la police que~1a'constitution a expressment rserve au corps lgislatif.
Piltre craint que si cette commission "se per
{):c elle ne rappelle les anciens comits de a convention ; il craint, l'habitude du pouvoir; il craint cette autorit mane du corps lgislatif .qui peut prendre des arrts dont le corps lgislatif n'aurait aucune connaissance ; il rappelle ce qu'taient les commissions des inspec
Savary. Citoyens reprsentans, deux questions prsentes au conseil par notre collgue Izos, dans la sance du g nivse dernier,- Ont t renvoyes l'examen d'une commission que vous avez charge de la rvision des lois sur les assembles primaires et lectorales. Je viens au nom de cette commission vous faire un rapport ce sujet.
On demand
i. Si les lecteurs de vendmiaire an 4, peuvent tre rlus en germinal prochain ?
2. Si les citoyens qui ont t membres de la reprsentation nationale avant l'organisation du gouvernement peuvent tre rlus pour trois ans?
L'opinion de Votre commission h*a pas t douteuse ; elle s'est prononce pour l'affirmative Le conseil va juger les, motifs qui l'ont dtermine. Les voici sur la premire question relative l nomination des lecteurs.
Suivant l'article 34 de la constitution les membres des assembles lectorales sont nomms chaque anne, et ne peuvent tre rlus qu'aprs un intervalle de deux ans. ... ^
Or, il est vident qu'il se, sera coul plus de deux ans de "l'lection de vendmiaire, an 4, celle de germinal, an 6. Donc aux termes de la constitution, les lecteurs de l'an 4peuvent tre rlus en l'an 6
Si l'on objectait, d'aprs l'article XIV de la loi du 5 fmdtidor de l'an 3, que les lections faites en vendmiaire de, Tari 4 ne l'ont t que par anticipation, et qu'elles doivent "tre considres comme si elles eussent t faites en ger-i minai suivant, la question se trouverait nonce d'une manire plus gnrale, plus utile, et sa solution resterait toujours la mme.
Comme il importe de lever toute espce de) doute cet gard et de prvenir les difficults' qui pourraient s'lever de nouveau dans le sein des assembles primaires,, si le conseil se bornait l'examen de la premire question telle qu'elle a t posev vtre conunisSilsniT pens qu'il tait ncessaire de l'envisager sous un point; de vue plus tendu, en la gnralisant. Nous partirons d'une poque dtermine pair ia Cons-
l'rrler de la comptabilit.
LIVRES DIVERS.
Histoire des descentes qui ont eu lieu n Auglf* terre, Ecosse, Irlande et les adjacentes, dt puis Jules-Csar jusqu' nos jours ; suivies d'observations sur le climat les qualits du sol, les productions la population, l'agriculture:-, le commerce, les manufactures, la littrature, les sciences les arts les finances, la marine etc.^ avec trois cartes gographiques. 1. vol. in-lK Prix 36 s., et 48 s: franc de port.
A Paris, chez l'diteur le citoyen Prudliomme, rue des Marais, n ,ao iaubourg Germain.
Vie prive dit gnrt oriaparte contenant son origine, l'poque de son asriveen iFraace, le tems o il y obtnt du service commt* rfltlitsire la date de sa captivit, son lvation augntalat; l'historique de ses campagnes, etcj {-ettv; par J.B. Tisseti ip-18., avec-gravure. "i
A Paris, chez Guilhemt, rue ds' Mkjons-Soibonne n 411.
COU.KS DU G H A N G E.
Boute du ^pluvise. -Effets cirtrnlt0tti:
3o joins, ii^ojoun.
leurs avant le 18 fructidor, et il demande qu'on I titution pour les assembles priodiques,, ce qui fasse disparatre du rglement tout ce qu'il a de I pourra s'appliquer tous les cas semblables ;
Contraire la constitution
Une commission de cinq membres est nomme pour examiner la proposition de Piltre.
On procde au renouvellement de la com-| 'lission des inspecteurs.
/.('Les nouveaux membres sont Lepaige De-1 cteurs de l'an 5 ne puissent tre rlus en #eley-Dagier, Rogcr-Ducos, Dupuch et Loisel I ,an 1 ou '.?"9' ctccar .". y a ncessairement Jeune..
La sance est leve.
prenant, par exemple^ pour point de dpart l'poque de germinal an 5 que l'on demande sites lecteurs nomms alors pourront tre rlus en gertnibal dei'n y ?
Nul doute ,. citoyens reprsentans, pour quiconque a lu l'article 34 de la constitution, que
entre ces diffrentes assembles priodiques un intervalle de deux ans exig par la constitution ; autrement ce serait soutenir que l'lecteur ne
Amsterdam .. tdem-. courant. Hambourg...
Madrid......
Idem effectif., Cadix.......
Idem effectif.,
Gnes......
Livourne.... Lausanne ...
klt........
Londres....
94*
ib. ib.
-----Effets publics.------- ' /
Tiers consolid....................... 18 liv.
Bons deux tiers........................2 b 3 s-
Boris trois quarts..................' I. r s. 6 d.
Bons un quart........... 3r 1. pour cent pere..
- ,," S P .E 'C T A C L -fc-&'. t,
THATitE DE fla rpublique et flE;5 ,art'
'Auj. le Chant du dpart, et i4/c/in( tragdie dytique. - ": ^ ,..,;.....'
Odon. Auj. le Qlorieux, comdie:,.J.uivi mptit'de cttradlMon: f "
Thtre ou Vahoeville. Auj. titttt-M-S&W* le Faucon t'ldfiqrnte, ...." ,-..? -.'?"";'
-Wut Mieiier le lU(i;t Jf.nc^epon. u dt. Aubrr, di'tr d ce jral,,tu* de. Poittli, n fB.t II .ftai cmptndlcdaMi tet 'Wttli.'fUil *!
p*y tj l'on os veui ffraochir. Les lettre de dp*riean, on affranchie!, ne itrout point retire de la nou k>Htut toit lOSu, poui plui de trett, de eharfer tellei qui renfei meut d valtui, ct dretitr taut c qui t ttbtwrfni, I* 13, *poit neuf benrei 4u'Mtt jotqn''n'vilt' benre .a^'ioir.
t 1
quiiitniVei^eU,rdaction, de 1 fenille * rtaiuir,' ' Vi
A Paris, de l'imprimer du ck. A6aSg propritaire du Moniteur, rue des Poitevins a i3.


NATIONALE ou LE MONITEUR UNIVERSEL.
i3i.
Primedi, i1 pluvise, l'an 6 de la Rpublique Franaise, une et indivisible, ( mardi 3o janvier 17 98 v. st. )
POLITIQUE.
SU I S S E.
De Ble, le 20 janvier.
Qu s'occupe aujourd'hui de prparr la c-lraorlie fa ia plantation de l'arbre de la libert j ura Heu aprs-demain sur la place de la ythdrale : il sera surmont du chapeau de Guil-bomeTll.
Le chapeau tricolor, noir, rouge et blanc pte dj Thtel-de-ville rtUtie_mnd~porte J cocarde nationale aux mmes couleurs. Les d-ejevant couleurs de Ble taient noir et blanc ; on y ajout l rouge en signe d'union.
Le citoyen, Mengaud revient, dit-on lundi de lidiete d'Arau.
te citoyen Ochs a annonc son prochain retour de
Le bruit se rpand que le chteau Chillon a t orale, ainsi que celui de Waldembourg dans lMtdeBle.
'/'..'Cependant plusieurs personnes assurent avoir rten ds lettres de Ble qui annoncent que la rvolution s'est faite dans ce canton ; que plument! opposans sont partis-;-quHhi'y a eu aucune effusion de sang; que les demandes des habitans del campagne ont t universellement consentie, t les assembles primaires permises pour un teime prochain.
Les magistrats de Berne ont pris l'allarme en apprenant le rassemblement de quinze mille ^omrBcs de troupes franaises Carouge : ils ont envoy des dputs vers le gnral Poujet, aVec ordre'de demander une rponse par crit; U seule qu'ils aient reue, c'est que les militaire! franais ne s'occupent pas de politique et o/ilifie savent qu'excuter les ordres du gouvernement.
UBLI QUE FRANAISE, Paris le 10 pluvise.
Ls directoire. excutif a pris un arrt con-etrnant le chtelain Junod qui a t arrt par ordre de MM. de Berne et de Fribourg. Cet arrt port en substance qu'il sera vrifi si ce citoyen est natif du pays de Vaud et si, par toniquent, MM. de Berne et de FriboUrg ont ?iol, par cette arrestation, les dispositions d l'arrt pris par le directoire excutif, lequel portait que le gouvernement franais prenait sous protection les patriotes du pays de Vaud, d que les oligarques seraient personnellement reiponsables de toute atteinte porte leurs Jjtrionnes et leurs proprits : dans le cas o il serait prouv que le citoyen Junod est natif do pays de Vaud, le citoyen Mengaud notre ministre plnipotentiaire Ble est charg par le^mrrie arrt du directoire, de demander fjuil sOit relch sur le champ, et dfaut,il doit n donner connaissance aux gnraux francs qui se trouvent sur les frontires, lesquels eut ordre de saisir les gouvernans de Berne et dt Fribourg par-tout o on pourra les trouver.
Cette mesure a t en partie provoque en trne-tems par la condamnation mort du^ln-man de PEnrenthal.
Les Franais qui se trouvent Hambourg se orit runis pour concourir, par une souscrip-"oa volontaire l'armement contre l'Angle-'"rej et malgr les intrts mercantiles qui attachent cette place la Grande-Bretagne, plu-eori Harobourgeois se sont engags prendre P*", dans la souscription.
Un bourgeois de cette ville a dpos douze 'teprics; d'or, ( 240 liv. ) pour tre runis au pro-au dc cette souscription.
U nouvelle salle du conseil des cinq cents est onitruite dans l'emplacement ds grands appar-etnenidu ci-devant Palais-Bourbon. On a.congels faades extrieures; toutes les ressources el*tt ont t prodigues pour la rendre magni-"ue et commode ; sa forme est celle d'un demi-|ertlcYla tribune ct Je sige du prsident sont la partie droite, appele par les anciens pnuenium et font face l'amphithtre d;e fornre, ctuUire o se trouvent placs les reprsentans W 5oo sigea qui leurs sont destins; au-dcMus
des derniefs gradins rgne une trs-belle galerie circulaire, forme de 3s colonnes de stuc, imitant le marbre blanc vein, servant de tribune publique. L'intrieur de la salle est en stuc et en marbre; la vote est orne d peintures formant des caissons reprsentant des trophes et les principaux grands hommes de l'antiquit ; cette vote s'appuie sur un grand arc sur lequel sont peints quatre sujets, reprsentans i 1 entre des Gaulois dans Rome; a le dpart de Rgulus ; 3 Epaminondas refusant les prsens des Perses; 4 Aristide,, crivant son nom sur la coquille pour se faire bannir.
La tribune et le bureau du prsident sont revtus en marbre de diffrences couleurs ; sur lapremieresont-deuxgnesfVn^^ et en bas-relief sur un fond de marbre griotte d'Italie ; l'un est une renomme embouchant la trompette et publiant les discussions, les dbats et les lois qui en sont le rsultat; l'autre est la muse de l'histoire qui les burin sur un livre quelle tient la main, et qui les transmet la postrit.
La salle est claire par la vote, les rayons de lumire affaiblis en traversant des chssis de glaces dpolies, viennent se runir sur un pav de Mosaque qui est devant la tribune et dans le renfoncement form par une voussure dcore au pourtour d'une trs-belle draperiefverte brode d'ornemens rouges dans le got antique ; le reflet de ces rayons jette dans la salle une lumire douce donrlesteintes gradues diminuent d'clat mesure qu'ells'se rapprochent des derniers gradins de l'amphithtre.
Aux deux cts du prsident, dans le massif du mur, sont pratiques six niches destines recevoir les statuts des anciens lgislateurs, et orateurs tels que Cicron Dmosthne et autres ; sous, le pav de la salle et sous celui des salions, des corridors circulent des tuyaux de chaleur.
Cette salle la premire qui ait t construite selon les rgles de l'art, pour une assemble dlibrante, honore les talens des architectes en chef, GisorsetLecomte.
B E A U X ART S.
GaleriE antique, o cojlecfipn des chefs-1 d'oeuvre d'architecture, SClptue et. peinture antiques.
Les auteurs de cette galerie ont conu l'ide de recueillir ce qu'il y dplus prcieux dans les meilleurs pjryrages qui ont t faits sur les monumens antiques et d'eu former une collection qui pourra aider faire disparatre les principaux obstacles qui arrtent le progrs des arts. Cet ouvrage ne sera point seulement un monument la gloire des arts ; il aura encore l'utile avantage de supplera la privation o sont les coles publiques dlivres lmentaires pour l'enseigse-ment de l'architecture et du dessin en gnral.
Les superbes difices d'Athnes, dont la plupart furent rigs au tedls etpar-les-iordres-de Pricls ; ceux de plusieurs autres villes clbres de la Grce; ces temples magnifiques dont les restes confondus ne prsentent pius dans Palmyre etBalbek que des forts de colonnes dans un vaste dsert; les monumens antiques de Rome et de la Sicile ; les bas-reliefs qui les dcorent ; les statues antiques de diverses matires qui ornent les places publiques temples musum, palais, jardins, etc. ; les peLn^ tures les plus ingnieuses, tires des fouilles d'Herculanum et de Pompa ; enfin un choix des plus beaux vases mdailles ,,autels, trpieds et candlabres formeront cette collection qui sera livre par cahier de huit feuilles, de mois en mois.
Chacun des objet? sera reprsent de la manire la plus propre en donner une connaissance exacte, t! grav au Simple trait, mais, avec la svrit et toute l'expression dont ce genrp de gravure peut tre Susceptible.
La premire livraison t, qui parat actuellement, contient la description du fameux temple de Minerve ou Parthnon avec une partie de ce qui reste de l'immense ouantit de sculptures qui "le dcoraient. Les emails de ce temple et des autres' difices d'A'hencs sont tablis sur les cuivrs d'aprs les mesures prises sur les lieux par Stuart et Revett, et rapportes dans leur magnifique ouvrage intitul : the antiquitus of Athns, publi en 1787 v et dont il n'y a que, quelques exemplaires n France.
Les planches auront 7 pouces glig. sur 10 pouces 6 lignes ; Il s'en trouvera quelqefpis qui auront cette dernire dimension et une longueur propre
| produire dans un volume une planche double J elles compteront alors pour deux dans'la livraison .dont elles feront partie.
1 On paiera en recevant chaque,, livraison ,",' compose de huit planches 5 liv,. .10 s., pour Paris, et 6 liv. dans les dpartemens. '
Les personnes qui feront leu* soumission pour la totalit de l'ouvrage, ouppur une seule de ses parties ne paieront le cahier que 5 liv. et 5 liv. 10 s. pour les dpartemens. '
Les preuves seront choisies et envoyes suivant le rang de l'inscription. 1
On se fait inscrire^_ Paris, chez Delettre et Boutrois, graveurs., ru et maison Serpente.
!;V1 S.
On rappelle aux ptitionnaires qui s'adressent au directoire excutif, qu'en conformit de l'arrt du2i fructidor an 4, l'objet de leur demande' doit toujours tre indiqu n marge de leur ptition.
CORPS LGISLATIF.
CONSEIL DES CINQ, CENTS.^ Prsidence de Bailleul.
suite de la sance du 8 pluvise.
Suito de t'opinion de Savary.
Les assembles priodiques se tiennent rgulirement et de plein droit au mois de germinal de chaque anne ; mais la constitution a prvu deux, cas o les assembles primaires et lectorales devraient tre convoques extraordinaire-ment. \ '' ',..,' *
Le premier (art.; 56) lorsque, par des circonstances extraordinaires l'un des deux conseil est rduit moins des s tiers de ses membres 5 alors le directoire excutif est tenu d'aptes l'avis, du conseil, de convoquer sans dlai, les asn sembles dea dpartemens qui ont des membres" du corps lgislatif remplacer. On nomme, sur le? dhamp les lecteurs qui procdent aux rempiace-tPens ncessaires.,.
Le second cas ( art, 109 et io5 ). Lorsque le CpnSeil des anciens a dcrt le changement de: rsidence du corps lgislatif, il peut arriver que les administrateurs de dpartement, ou leur dfaut," les tribunaux civils, convoquent les as-i sembles planaires ,, pour nommer des lecteurs qui procdent aussitt la formation d'un nouveau corps lgislatif.
Op voit que dans les deux cas, il n'y a point .d'poque fixe et rgulire; elle ne peut jhre^tejnijrie_que_^
clair alors que d'aprs la disposition imprativo de l'article 3,t. de la constitution les lecteurs ainsi nomms ne peuvent tre rlus par les deux assembles priodiques qui Ls suivent immdiatement puisqu'il ne se trouverait pas un intervallede deux ans ; et voil sans doute, ce qui a dtermin le pouvoir constituant a exiger deux annes d'intervalle entre les fonctions d'befeur^ jilutt que deux assemblesr primaires; car, dats cette dernire supposition/ il pourrait arriver que le mme citoyen exert; ls fonctions d'lecteur deux fois en moins d' deux ans.
Concluons, de tout ce que nous venops de dire, qu'entre, trois assembles priodiques ilj y ncessairement un intervalle de deux ans, et, par Consquent que les lecteurs de l'an 4 peuvent tre rlus en l'an G; ceux de l'an 5 en l'an 7 ,* et ainsi de suite..... :'
Je passe l'examen de la, seconde question celle de savoir si les, citoyens qui .ont t metof bres de la reprsentation nationale avant l'organ-f sation ,du gouvernement, peuvent tre rlus? pour trois ans. .
Cette; question n'a pas offert votre'commission plus de difficult que la premire. '''*<
On voit que la proposition ne peut s'appliquer quaux membres de la Cpnventiou ,. qui ont t appelas au corps lgislatif, soit par le choix du: Peuple, soit pur ceuc. de l'assemble lectorale de France. ,.'.-*[ \".......
* Il convient de placer ici quelques rflextbnj qui;' nous semblent ncessaires pour prveoir'der dui'" tes et les objections.


5ss
i
Le 4 brumaire dj&'iui 4 1* envention a cesse l'exercice du pouvoir constituant. De ce moment aussi a cess pour tous ses membres le caractre de reprsentant du Peuple, jusqu' la vrification des pouvoirs de ceux lu,au corps lgislatif.
A cet instant un nouvel ordre de choses s'est tabli; la division des pouvoirs a succd au ouvoir constituant, et la constitution est devenue a rgle des Franais. ,
Ceux des membres de la convention appels au corps lgislatif par les choix du Peuple qu de l'assemble lectorale df France y sont entrs avec les mmes droits, les mmes pouvoirs, le mme caractre que les autres dputs nouvellement lus. Telle a t la volont du souverain manifeste par l'acceptation du dcret du 5 fructidor, an 3, qui voulait que les deux tiers des membres du corps lgislatif fussent pria parmi les membres de la convention.
L'exprience nous a appris combien fut salutaire cette mesure; combien elle tait ncessaire la conservation d'un gouvernement qui pre-~iarnatssance_au milieu~des dbris des factions encore menaantes, et toujours prtes exciter de nouveaux orages.
C'en tait fait sans doute de la libert si l'on et abar$orili|i des mains inhabiles le vaisseau de TEtat expose des temptes toujours renaissantes; bientt d se ft englouti dans les abmes creuss
Ear le royalisme. En faut-il d'autres preuves que s journes de vendmiaire annonces par des chants d'extermination par un appel de carnage contre les membres de la convention coutre tous les rpublicains ? en faut-il d'autres preuves que l'organisation atroce d'un systme encore existant de brigandage et d'assassinats, que l'institution des philantiopes, de ces fils lgitimes, qui, dans un grand nombre de dpartemens, prsidrent aux lections de l'an 5 et ouvrirent l'entre du corps lgislatif des agens de Louis XVIII ? Eh quelle pnible constance n'arrt-il pas fallu pour arracher aux tratres ce masque .hypocrite sur lequel on lisait ces mots ; justice, h inanit, religion de nos pores ?..*.
Contre qui sur-tout, se sont diriges les calomnies les. perscutions )a_ diffamation depuis l'tablissement de la constitutien ? cohtre les membres de Cette convention qui le royalisme ne pardonnera jamais davoir fond la Rpublique.
N'a-t-oti pas port l'impudence, avant le 18 fructidor, jusqu' les dsigner, dans l'enceinte mme du corps lgislatif, comme des usurpateurs de l puissance du Peuple? Ah sans doute ces mmes hommes qui, dans leur pnible carrire avaient suivi dcouvert, djou tant d intrigues, tant de complots liberticides, paraissaient aux conspirateurs dVs surveillais dangereux qu'il fallait carter quelque prix que ce ft.
Et remarquez je vous prie que la malveillance cherche aujourd hui connue aux poqui-s qui ont prcd les lections de l'an 4 et de Pan 5 rveiller les soupons, les inquitudes et les alarmes. Le royalisme conserve toujours n'en doutez pas l'espoir d'exciter de nouveaux troubles ; et le gnie infernal qui rgle les destines de l'Angleterre s'agite plus que jamais au moment o le chant du dpart prlude l destruction de ce gouvernement impie dont les forfaits appellent la vengeance de toutes les Nations .polices.
Aucun de vous citoyens collgues n'ignore ces bruits rpts avec tant d'affection et de complaisance qui tendent faire croire qu'il existe de la division entre les membres du directoire entre les deux pruniers pouvoirs ; enfin, qu'il se trouve dans le corps lgislatif un pani qui l'on attribue la prtention ridicule et extravagante de Se perptuer dans ses fonctions et d'tablir Un nouvel ordre de choses. ^_ .
Quelques absurdes que soient ces bruits, nous pensons qu'il importe la tranquillit publique de ls repousser cette tribune ainsi que l'a dj fait le directoire excutif dans ses messages.
Ii vous a annonc que l'union l'harmonie la votante constante de maintenir la constitution et dfaire excuter les lois, prsidaient toutes ses Oprations ; il vous a indiqu la source de, ces calomnies nouvelles dont l'il le moins observateur peut saisir l'ensemble et les motifs. Pour
fieu qu On rflchisse sur le pass on verra que a mfiance, les soupons, ls haines ls rivalits furent toujours l'arme dont les conspirateurs se servirent avec le plus d'avantage pour excuter leurs complots. Eh bien que cette arme si terrible si funeste certaines poques se brise pour toujours eutte les mains des ennemis du gouvernement, et que l'union des Rpublicains fasse dsormais le dsespoir des tratres.
Paritaire de la prtention que l'on attribue des reprsentant du Peuple de Se perptuer dans des fonctions dont la dure 11 dtermine par* 1 constitution.
Je n sache pas, citoyens reprsentans^quuue ? ide aussi extravagante aussi funeste au' repos la tranquilit au bonheur la gloire de la grande Nation puisse jamais garer aucun de rio.us. Former un vu semblable.. Eb ne serait-ce pas dsirer le renversement de l'ordre tabli, de cette constitution que nous avons jur de dfendre, de midntenir, ffe conserver. L'n de nous un pareil soupon ; et malheur 'quiconque ne garderait pas religieusement au Jfond de son ccer le serment qu'il vient de prter sur l'autel de la Patrie, le serment de haine la royaut et l)anarchie, d'attachement et de fidlit la Rpublique et la constitution de i'ah 3. Que ce serment spit pour toujours et le gage sacr de notre union et l'effroi de nos ennemis !
Je reviens la question et j'examine les dispositions de.la loi du 5 fructidor an.3 et celles de l constitution qui ont dtermin lavis de votre commission. .
La loi du 5 fructidpr porte, art, XV, que les membres de la. convention nationale, qui auront pris place daps l'un et l'autre conseil tireront au sort la sortie de la moiti d'entr'eux laquelle formera le tiers du corps lgislatif pour le renouvellement annuel prescrit par lai constitution.
Elle ajoute (art. XVI ) que ceux qui sortiront alors, par la voix du sort, seront immdiate ment rii'gi.blcs. Ces dispositions ont reu leur application.
Plusieurs de nos collgues, sortis par la voix du sort, sigent aujourd'hui parmi nous.
Il suffira maintenant d'noncer les articles 53 54 et 55 de l'acte constitutionnel pour lever toute espce de doute surla question.
( Art. 53.) n L'un et l'autre conseil est renouvelle tous les ans par tiers. ----------
(Art. 55.) j Les membres sortant aprs trois annes, peuvent tre iramdiatenentlrelus ls trois annes suivantes, aptes quoi il faudra un intervalle de deux ans pour qu'ils puissent tre lus de nouveau. >
( Art. 55.J Nul, en aucun cas, ne peut tre membre du corps lgislatif durant plus de six annes conscutives.
Dans les articles "que" nous venons de citer, citoyens reprsentans vous ne remarquez aucun sens, aucune expression qui puisse faire supposer une exception applicable aux membres de la convention. Au contraire, la loi du 5 fructidor dclare formellement que ceux qui sortiront par le sort, seront A l'instant o le' pacte social est devenu.la rgle des Franais ^tout ce qui tenait la nature des pouvoirs et des fonctions exerces antrieurement a disparu pour faire place un nouvel ordre de choses, ou tous les citoyens sont entrs avec les mme.] droitset les mmes devoirs. Et quelle est;, relativement la question qui nous occup, la rgle commune1 tous ? C'est cette disposition qui porte que les membres sortas du corps lgislatif y aprs trois annes peuvent tre immdiatement rlus pour les trois annes suivantes. Aptes quoi il faudraLun intervalle de deux ans pour qu'ils puissent tre rlus de nouveau en sorte que nul ne puisse tre membre dp corps lgislatif durant plus de six annes conscutives., ',.,!,.
Si l'on fait maintenant l'application de cette disposition aux membres de la convention i entrs au corps lgislatif le 5 brumaire" an 4,il est vident qu'indpendamment de l'article XIV de la loi du 5 fructidor, qui dclare qni les assembles convoques efi vendmiaire, le sont par anticipation sur celle de l'an 6 il est vident, dis-je que ces membres de la convention ne compteront, au 1" prairial an 6 que deux ans etjjuelques mois d'exercice dans les fonaions de lgislateurs. i.
Il est donc clair qu'aux ternies del constitution ils peuvent tre rlus pour les trois annes suivantes. *
Nous ne voyons pas quelle objection pourrait s'lever contre ds dispositions si formelles, si prcises de lact constitutionnel. '
Dirait-on par exemple, que l'exercice des fonctions de l cqnyerition drjit, se lier celui du corp9 lgislatif, pour former une somme de six annes ? '!..
On sent isse* qu'une pareille objection serait absurde dans le sebs'de la loi d 5 fructidor; on voit quelje-tendrait donner la constitution une interprtation entirement appose et son esprit et Sa lettre ; il faudrait dire aussi que les administrateurs, en activit avaot la mise en activit de- la '"constitution ne peuvent tre lus deux fois de suite parce que la, dure de leurs fonction.!i d'aprs les';articles 186 et 187 ne peut s'tendre au-del de quatre annes conscutives, aprs quldi*il faut un intervalle'de deux ans-pourqu'ils puissent tre luS de nouveau. I Nous croyons-, citoyens reprsentans qu'il est
inBte, de; s tendre davantage earJ couu.ss.dn a'pens quTlleS3evait se &Lt, strictement dans le cetcle que lui a trac Ja r^. tnution sans aucune considration pour, choses ou pour les ,indi|iduS. Elle ne voit autour dbui m anciens administrateurs, r.conveiS' nels, elle n apperoit que des citoyens -au*.I droits et en devoirs. Elle pense que toute^xc ;tion pafticnlterc, serait une violation de la coomT tution et quelle seras, dans la questionirsaW ;une atteinte porte aux droits du Peuul dY*. (ses lections. j '
C'est d'aprs ces principes que sera rdie-
I instruction quelle se propose de prsenter m Iessamment au conseil, laquelle ren'fsrmera U
dispositions relatives aux deux questions qui von sont soumises....
D'aprs ces considrations, la commission vous 'propose de passerai ordre du jour sut cesdeux questions qui lui ont paru si positivement dcides parla constitution.
L'avis de la commission est unanimement adopt.
Pons, d Verdun relit la rdaction de la r solution dj adopte et relative la tenue des assembles primaires communales et led-traes. : '*'.',:<*
Laujacq. Je demande la parole sur l'article
II qui fixe 1 ouverture des sances huit heures du matin et leur clture huit heures; du soir. Il faut ne pas connatre les campais pour regarder cet article comme sans inconvnient.'Qu'arriver-t-il s'il est adopt ? les habitans des campagnes" n'arriveront pour voter au chef-lieu qu'aprs huit heures ; les habitapsdu chef-lieu auront dj form'Je bureaui Le soir les mmes votans voudront s'en retourner, niais non trs-taTd ; ils quitteront donc l'assemble avant huit heures, et la^laisseront encore for-
flvaui iiuh ni.ui^o, vi ia latapcium cnore'ror-me des seuls habitans du chtf4iiu-Sustin autre rqpportTj;e pense, qu'il est tis impolitique trs-dangereux de_ laisser se prolonger dans la nuit une assemble dlibrante. La loi du 25 fructidor y avait sagement pourvu. Je demand par amendement au projet, que les| assembles ne s'ouvrent qu' 'neuf heures, et quelles ne puissent se prolonger au-del de cinq heures.
Montmayou. Les habitans de la campagne viennent l'assemble et dsirent y terminer en une seule fois leur opration rarement' ils veulent consentir abandonner plusieurs jours leurs travaux. La commission -ai cru, ncessaire de consacrer line journe toute entire aux lections afin qu'elles puissent tre acheves complettement. \
fiqrillon. J, connais beaucoup les campagnes et surtout les'pays, des montagnes,, etje, vous dclare que si vous voulez abandonner les assembles primaires, la domination de, habitans du chef-lieu, il, faut adopter le "projet de la commission. Comment voulez-vous qu'un, pere de famille fausse par les plus mauvais chemins deux et quelquefois trois lieues avant huit heures du matin et arrive avant que rassemble spit forme ? Lpsoir l'incoavnient est bien plus grave; comment xigerez-vous .qu'il s'en retourne trs-avant dans la nuit ? Partant du chef-lieu huit heures, il ne sera pas rendu chez lui dix. Reviendra-t-il le lendemain quand mme sa prseriee serait ncessaire ? l'exprience, a d nous apprendre que les assembles ou le* partis ont toujours domin sont celles-ci' ;, les factieux ont eu l'adresse et la tactique de prolonger les sances. Elles sont bientt dsertes, et ap nom de l'assemble, les factieux.. .matres du trrein arrtent, lisent et font ce qu'ils veulent. J'appuie de tputes mes forces, l'ataen-dement de Laujacq.
K- ...Je l'appuie d'autant plus que dans, mot dpartement, deux lecteurs s'en retournant^de nuit l'anne dernire, ont t assassins..
Pons et Laujacq relisent leurs projets-, ,, .,
La priorit est accorde celui de Laujacq.
Es,taque. Je demande ap moins par amen-dment, que si Ips oprations commentes n sont pas termines la aeflnce puisse se pto, longer.
Plusieurs mi. Fiston la clture 6'heure!.
Baraillon. Je rpte que le prolongement (le la sahee ne peut servir que les factieux, tel hommes de parti les intrigans qui 9U.3!!.C* tout le monde Sera parti, npmmefont qui us voudront. '
Pons. Je dois indiquer au conseil quel ete le but principal de la commission ; elle a voulu et vous le voulez aussi que tout le monft puisse voter. Or, si vous fermez l'assemble a cinq heures ct mme Six il c,

y 'iS
vtyttf. t, rais e besoins lui dommandent de ne as sacrifier le salaire de sa journe. Ainsi en adoptant l'amendement, vous excluez cette classe intressante du droit de voter.
, Une fouit de voix s'lve t Aux voix l'article de &eomm|Mlon>
La discussion est ierme.
te conseil maintient l'article de la commission.
* ie assembles s'ouvriront huit heures du jnatin i et pourront se prolonger jusqu' 8 heures du soir.
tes autres articles du projet sont galement jaamtens.
( Voyez le P 139 du Moniteur. )
Rio reproduitle projet dj prsent relatif 1 taxe d'humanit pour l'entretien des prisonniers de guerre.
Garnier- La commission propose de la lever sur (es rles de la contribution somptuaire de l'an 4; rniis depuis l'an 4, il est des hommes qui ont {ait des fortunes rapides qui ne sont point sur le ti, et, qu'il faut atteindre.
je demande le envoi de cette ide la commission.
Rtu.L commission avait.prvu cette rflexion, telle S'en tait occupe. Sans doute il est des ntnmes dont la fortune depuis l'an 4 a t trs-tapide'; il serait utile de leur donner un moyen de purifier, de sanctifier, par un emploi aussi onorble, les produits d leurs gains souvent illgitimes ; mais la commission n'a pas trouv de moyens de les atteindre puisque les rles n'existent pas pour l'an 4."
Villers- Le moyen prendre est celui-ci ; il ne rftutpoin^spcifier-les-rles-de^FanJ4^mais"dire" ettlement s:les rles de la contribution somp-mahe. Si vous spcifiez l'an 4, la Belgique ne paierait rien, car dans l'an 4 tlle n'tait point Mtujettie nos contributions ; il faut soumettre cette taxe les individus soumis la contri-Vatipn somptuaire, ne rien spcifier particulirement, t laisser au directoire les moyens d'excution.
L'avis de Villers est adopt.
, Celte dcision ncessite le renvoi de plusieurs articles de la commission.
\ Le projet n'est en consquence adopt qu'en principe, et sauf rdaction.
n voici les dispositions :

Il sera tabli sur les Citoyens inscrits la contribution somptuaire, une taxe d'humani destine aux dpenses des prisonniers de guerre.
.Cette taxe aura lieu n dehors des contributions ordinaires, et pour cette fois seulement; elle sera del moiti du montant de la contribution somp^ tuairc du citoyen qui y sera soumis et devra lire paye dans la dcade* te directoire prendra tous les moyens d'ex* cution. ......
La discussion se rtablit sur l'organisation judiciaire.
Plusieurs articles sont adopts.
Stakthotent fait un tappoft sur la question de voir s'il y lieu modifier la loi du 9 fructidor, a 5, relative aux fermages arrrags de domaines nationaux et de bien squestrs.
L commission dont je suis l'organe ,dir,Saint-ioreht, s'est convaincue que ls premiers fr^ iniers de domaines nationaux ou de domaines squestrs, qui nt'oray en assignats, ont videmment beaucoup gagn : majst elle a aussi la conviction que les derniers jermiers du peu de domaines nationaux qui restent, et ceux des nombreux domaines squestrs sur les pres > d'migrs, dont les paiemns Ont t suspepdjs, SQjlt normment grevs par ,la loi du 9 fruc-$dptvn i3wt), au bulletin, des lois, n i3g.
aie et pour lesquelles l dbiteur s'est oblig fournir une quantit fixe de grains de denres ou de marchandises, pourront tre, la rquisition du dbiteur, rduites d'aprs i'chelle de dprciation j lorsqu'il sera vrifi que ia valeur de l quantit promise de grains, denres ou marchandises, excdait la moiti ; aux termes du contrat, de celle du capital prt : ce capital n'a pas t exprim 4 la preuve de sa consistance pourra tre faite par d'autres crits du crancier, ou par son interrogatoire sur faits et articles. .
Mettons en parallle avec ces lois celle qui concerne spcialement les fermages de domaines nationaux loi rendue commune aux pres d'migrs rtablis dans leurs biens-
Calculons les rsultats et les diffrences; nous serons convaincus que ; suivant les lois sur les fermages entre particuliers et Suivant la loi du 11 frimaire dernier, les bailleurs et les preneurs, le dbiteur et le crancier ne peuvent pas tre normment lss i ils ne peuvent pas tre lssj aurdel de toute prvoyance commerciale sr ls fermes ou^sur^lT^bligalions respectivement contractes.
Les changemens des monnaies ont vir les fortunes et tellement mtamorphos les obligations i que,le reriiede d'une estimation valeur de 1790 dans le cas de lsipn est un moyen tts-?age employer.
En matire de fermage Ce moyen est d'autant plus lgitime, que l'essence de ce contrat est la bonne foi mutuelle sans aucun mlange de ces chances dpnt la spculation est tolre dans les crpmerces hasardeux. Il n'y a rien d'alatoire dans le contrat de ferme. Les vnemens imprvus que la force majeure, que les vimaires occasionnent, donnent lieu dans ces sortes dp contrat des indemnits : tant iLiisi
Cette loi1 a t faite spcialement contre eux. Le mme jour deux autres lois_ont.t: adoptes, La premire de ces deux lois sous le n 1378, fssmetau* parties d'avoir: recours l'estimation, valeur d 1790, s'il y a diffrence, d'un cinquime seulement, entre le bail de 1790, et v< administrations, fesaient payer en assignats. Larticle VIII de cette loi porte > que Les ohgafioai Contractes pendant le papict-ou-
vrai qu'il est de la nature de ce contrat que les parties y trouvent respectivement leur avantage bas sur un profit juste mais non pas usuraire.
La loi qui a dfendu aux, fermiers de biens squestrs durant le papier, monnaie. de payer au cours la rleur des grains stipuls, et non rcolts; la loi du 9 fructidor, qui leur a interdit la facult que leur acte leur donnait, de payer en grains, et qui les contraint de payer en argent pour une seule anne de revenu la valeur de la moiti du fonds, cette loi pose sur des bases fautives.
Cette loi aurait pour objet de venger sur les derniers fermiers lS abus des premires fermes. Les reprsailles sont-elles justes ? Parce que les uns ont gagn, faut-il ruiner les autres ?
Cette loi auraitjaour rsultat d'enrichir les squestres des dpouilles des fermiers qui avaient eu la hardiesse d'affermer ces sortes de biens.
Ne nous dissimulons pas qu'en effet elle les intresse plus que la Nation dont presque tous les biens de premire origine ont t vendus.
Je rends hommage aux talens et au civisme des citoyens qui"en ont propos les dispositions ; mais le rsultat leur dmontre la ncessit d'un amendement.
Cette loi qui donnerait, au dtriment des hommes laborieux et attachs la rvolution de I grands moyens pcuniaires aux parens d'migrs serait-elle bien mOrle ? serait-elle dans l'esprit des lois du gouveroement, de ces lois d'un ordre suprieur, auxquelles je voudrais qu'on subordonnt plus souvent les lois de finances?
C'est votte tac exquis, ciroyens reprsentans, que je livre sans dveloppement la solution de ce problme. .. ......
Votre commission a pens que la stricte quit exigeait Urt amendement iat loi du 9 ftuctidor.
Cet amendement,Consiste permettre la liquidation suivant l'cTtimk^ 1790", dans le cas seulement O' le bailleur bu le fermier se croiraient lss de moiti valeur de 1790, et ou restimatpn constaterait cette lsion que la diffrence des monnaie a pu Oprer.
Au surplus l'intrt du trsor public ne devant pas tre oubli daps cette mesure d justice, nous proposons de tendre, court le dlai accord par l'estiniation,,.
Enfin7 vous ordonnerez la consignation de suite, par les dbiteurs, de sommes assez considrables dont le dpt est ncessaire pour qu'ils soient admis, ce mode de liquidation.
Ces diffVentes propositions nous ont paru tellement justes, que nous croyons qu'il serait d la probit individuelle d les accepter. La probit naupnaje^, non, jnojns svre, les adoptera sans doute.
Les paens d'migrs se plaindront peut-tre ; mais ils doivent sentir que le lgislateur est peu dispos une injuste t molle condescendance envers eux. Le conseil des anciens vient de vous donner ce sujet line urileleon.
Sainthorcnt prteuse un projet conforme ces bases ; il est adopt. _. j
La sance ait leve. J
CONSEIL ptS 5ANCIEN" Prsidence "d 'Rousseau. 1
SANtiK DU 8 PLUVISE.
L'ordre du jour appelle la suite de la discussion sut la rsolution relative aux rentes de 200 1. et au-dessous.
tiedeley-d'Agier. L'article III de la loi du 9 vendmiaire dit : qu'il sera pourvu incessamment et par une loi particulire l'amlioration du sort de ceux des rentiers de l'Etat, qui se trouveront rduits, par l'effet de la mobilisation'des deux tiers de la dette publique, une inscription de 200 francs et au-dessous..
Cet article doit tre l'unique base de la rsolution ; il gnralise pour les cranciers qti'il dsigne; les mesures amlibratoifes de leur sort; il veut qu'on s'en occupe incessamment ; il promet cette amlioration sans conditions.
Comnient $e Jait-iLque Ja rsolution qui vous est soumise, paraisse s'occuper exclusivement d'associations prives tablies ou tablir ? qu'elle impose la condition .irritante de faire partie, de ces associations pour jouir de l'amlioration? Comment oub!ie-t-elle de rgler le sort de ceux qui ne se_rhiraii:nt point eh association? Enfin comment, en rservant aU ministre le droit de juger ou de faire juger par le directoire les associations former, le laisse-t-elle le matre de les paralyser sans recours a une autre autorit ? et pourquoi semble-t-elle entirement rdige pour amener successivement tous les petits rentiers la ncessit d prfrer la caisse Lafarge objet unique du premier titre de la rsolution ? L'on s'est dj, et sans dout beaucoup trop tendu sur le mrite^etles inconvniens dej'asso-ciation Lafarge ; je n'en parlerai moi, citoyens collgues que lorsque le sujet mme "de" l' discussion m'y ramt-nera et parce que le premier vice de la rsolution est peut-tre d'y consacrer son existence.
Un gouvernement clair peut, dans des circonstances Semblables celles o cette association s'est forme lui accorder une protection de simple tolrance ; mais le corps lgislatif ne doit pas adopter d'urgence et sanctionnt, par: des dispositions lgales, un tablissement .priv dont le rgime intrieur, la moralit le but politique et les chances sont loin d tre suffisamment justifis ni garantis par les claircisse-mens donns dans les rapports et des opinions qui m'ont prcd cette tribune. L'on, doit sur-tout s'tonner de rencontrer, commemotifs de cette urgence et comme base de cette adoption propose une ptition' du 2 vendmiaire prsente dans des circonstances si ditfrcnits de l'tat actuel des choses, que l'on ne fait rien dans le titre premier, qui parat cependant en tre une consquence, et qu'en effet l'on ne pourrait rien faire de ce que demandaient alors les actionnaires ; actionnaires dont le silence 4 depuis le 9 vendmiaire aurait au mpins put laisser des doutes sur leurs.intemions ultrieures; car si jte vois des administrations se remuer beaucoup et faire distribuer des. imprims pour obtenir une adoption qui bonifierait piodigiep-sement leur sort, je ne vois nulle part un voeu prcis des actionnaires qui doivent sentir,trs* bien, au reste, que les normes sacrifices que propose comme uniquement .pour eux la rsolution ne leur sont en rien favorables, mais seulement aux gtos rentiers, qui leur sont trangers et l'administration, de leur caisse-, dont les moiumens pourraient en. effet, prsenter dea chances si spcieuses .pour les administrateurs v qu'on ne doit pas s tonner des lag.tJiionsvp.rasi que convulsives avec lesquelles on tclie.en cet instant de se concilier l'opinion. Mais pour donnes1',- -eu peu de mots'-', ap conseil, l'aperu des motifs puissans de cette agitation, il suffit,, d'observer que l'effet invitable de, la rsolution serait de finir par forcer la grande majpritjde, rentiers de ssoo liv. et au-dessous, et d engager, des cianciers au-dessus de aoo liv,,, qui rjyj calculent pas assez bien leurs intrts, se Jtlter comme dernier refuge, dans cette association $ et comme son^administration doitjprclver 3 et.i tiers pour cent sur toutes les recettes en caj-J taux et sur toutes les recds ,annpelles simple association nouvelle stj force ,iretjeetta foule de malheureux ''qui y verseraient Wlp^ cl 3oo millions de capitaux donnerait liebf d'apt le statuts ) une remise d 3 uti tiers pOurcnri sur le 3p millions 5 c'st--dif', pour la simple fusion de ces capitaux, dans la masse commune d'Association ; elle assurerait^ n~ outre cette administration, et pendant 60 ans au moins une remise "annuelle de plps 4e45o mille livres, Indpendamment des jeux de caisse 1 contre lesquels rien ne garantit, et que tout favorisera atit contraire, d'aprs les dispositions de l'aitiwle % de la rsolution, et l dfaut total d'une surJ veillance protectrice et lgale contre les carts et les abus prsens ou futur. Pourrait-on, citoyens collgues, sanctionner de semblable* dipo*i


lions, et cela sous e spcieux prtexte que cette association au moyen d'une rente tontiniere de r,5oo,ooo Hv., amortirait un jour un capital de
80 l'IltOHS.
Mais, citoyens collgues, la moindre habitude, dans les calculs conomiques sulUt pour prouver que ce prtendu amortissement de 20,000,000 liv. de capitaux aprs l'extinction des rentes tontinieres c'est--dire aprs plus de soixante ans, se rduit absolument la mme chose qu si la caisse offrait de compter en ce jour 1,070,70b 1. Or, la rsolution fesant remonter le paiement de la rente tontiniere de 1,473,560 liv- ( d'aprs l'article III) au 1 germinal, an 5; ds l 1er germinal-,-an 7, ( c'est--dire dans quinze mois) la partie supplmentaire de cette rente ( 493,167 1. par an) aurait peu p;s rembours aux actionnaires ce prtendu sacrifice d'amortissement de ao millions de capitaux dont on parat si singulirement s'occuper. Comment ne sait-on >as que l'amortissement d'un capital de sq,000,000 iv. et de l'intrt 5 pour cent, serait achet trop cher par le paiement d'une rente de t,5oo.ooo liv., lors mme qu'on tte devrait payer cette rente que pndahr vingt-trois ans ? ct vous Voyez citoyens collgues ; que la rsolution mettrait dans le cas de payer plus de soixante ans : quelle dprdatrice mesure .'
Il ,est bien vrai que. ne pouvant dissimuler cette charge norme on veut la prsenter comme" remplissant le but de l'article III de la loi du g vendmiaire, celui d'une amlioration promise par cet article : mais citoyens collgues, c'est peut-tre un des plus grands reproches faire a la rsolution lorsqu'on ne s'attache qu' sa combinaison fiscale ; c'est que loin d'utiliser les immenses sacritices qu'elle sollicite de la Nation en fav.-ur des cranciers dsigns dans l'art. III de la loi d 9 vendmiaire, elle ne fait que dtrioier leur sort, et bonifie tout au plus celui des rentiers au-dessus de 20e liv. (que ce mme article en exclud formellement par la lettre comme par l'esprit de la rduction ) en anantissant une assez grande masse de bons de deux tiers dans leS mains du petit rentier. En effet, en abandonnant la caisse de Lafarge pour ne nous attacher qu' l'ensemble des dispositions fiscales de la rso'utton qu'appercevons nous de favorable aux petits rentiers perptuels ? On leur dit : renoncez vos bons de deux tiers, renoncez votre capital qui demeurera amorti ; jetez^vous dans-des associations o vous paierez votre droit de joyeuse entre raison de tris et un tiers pour cent de la valeur capitale de vos rentes outre les frais annuels d'administra tion et vous recevrez en compensation une rente tontiniere non pas Complette, mats simplement conditionnelle de moiti en sus du montant de vtre inscription tiers consolid ; c'est--dire que si vous petit crancier dans le cas prvu par l'article lit, voUs avez une inscription rduite roo liv. qui vous donnait droit 4,000 liv- de bons de deux tiers et un remboursement ventuel, la vrit mais possible un jour, d'un capital de 2,000 liv., vous ne recevrez en change qu'une rente tontiniere conditionnelle de i5o liv., dont vous aurez dfalquer. chaque anne, les frais de remises et de certificats etc. ; encore serez-vous oblig, pour jouir de cette prtendue faveur, de vous jeter dans une association dont il me plaise, moi, gouvernement, d'approuver les statuts. Et vous tes prvenus d'avance par tes termes mmes de la rsolution, que si, dans ce moment-ci et sans connatre beaucoup encore ceux de la caisse Lafarge j'approuve cette association, je me rserve d'tre trs-ictupuleux pour consentir l'adoption de toute autre association que vous pourriez choisir par la suite une aussi trange proposition.
Ne pensez-vous pas, citoyens collgues, que le petit crancier pourrait trs-bien rpondre, i la rente tontiniere que vous m'offrez tue ma postrit et mon crdit ; car que laisser mes enfans, et quel gage offrir mes cranciers, si anantissez mts capitauxet me privez de mes hoias de deux tiers. Ignorez-vous, vous gouvernement que les rentes tontinieres ainsi que les rentes ViagereS ii annullant les capitaux st-jtiiisert la partie l plus importante de toute dette publique? Et peut-il m'etre propos par vous tnon protecteur et mon pere de consentir cet anantissement du pu que je possde, de ce J^'appartient !ma famille?
' af 'Lorsque;vous m'avez emprunt n'avez-vous pas-'contract ,, comme avec le gros rentier, J'en-, gageaient tacite de, me payer directement mes
5s 4
intrts,'et sans frais de remises administratives? Pourquoi, sous le spcieux ct impolitique prtexte d'conomiser des frais d'administration me forcer de recevoir, pour l'avenir par 1er mains d'un intermdiaire dont vous me faites payerTentre-mise raison de trois un tiers pour cent, sur le revenu comme sur le capital de ma rente, sans mme me garantir contre les abus de sa gestion ? Avez-vous aussi calcul combien ce singulier prtexte derejeter de l'administration gnrale certaines attributions, pour conomiser ou simplifier, peut entraner d'abus, de dprdations de dangers mme pour la chose publique ? Bientt cette mesure admise et consacre, menacerait vos tablissemens les plus importans et vous auriez vous reprocher d'y avoir dotin ouverture.
5". L'option que vous me laissez de choisir une association moins onreuse mes intrts, est-elle pleine et franche ? Qu'en vous rservant le pouvoir de juger cette association, vous restez le matre d'en paralyser les effets. Ne voyez-vous mme' ap'cun inconvnient dans Ces associations ; dans ces espces de corporations ainsi lgalises ? Et lorsqu'elles ne reprsenteraient nuls^ inconv-irs, avez-vous le droit de m'imposer descon-ditions si dsastreuses pour mon crdit si cruelles pour mes enfans, si irritantes par la ncessit de trouver des socitaires, i qui vous conviennent ; 20 qui veuillent bien ensuite m'ad-mettre ?
Avez-vous ce droit/sans rapporter l'article W de la loi du 9 vendmiaire qui me promet textuellement et sans conditions une amlioration mon sort ? H bien / si vous avez ce droit, continue le crancier de 200 liv. et au-dessous, gardez vos prtendus avantages qtii'n'aboutiront rellement qu' favoriser les groSK'rentiers e augmentant la valeur de leurs bons de deux tiers par l'anantissement des miens. Eh bien! gouvernement, npus_prfrons notre situation actuelle toutes ces entraves t cette situation nous offre mme des chances plus favorables dans l'excution prompte et littrale des articles de la loi du 9 vendmiaire relative la vente des domaines nationaux que dans ce que vous nous proposez. En effet, l'excution prompte et littrale de cette loi prsenterait au petit crancier des chances prfrables celle que lui offre la rsolution; car'il peut, en changeant ses bons de deux tiers contre des tiers consolids, non seulement se rapprocher et surpasser mme la rente tontinjereprOpose mais sur-tout se dlivrer du joug des associations et de la remise administrative de trois un tiers pour cent sur les capitaux et revenus de ses inscriptions prleve par ces associations : le plus simple raisonnement va vous convaincre!de la possibilit de ces assertions. -' -
Notre collgue Crtt, dans son rapport du 8 vendmiaire, sur la mobilisation de la dette-publique vous a donn un tat des domaines nationaux vendre cette poque; il st bon de le remettre souS vos yeux. C'esr notre collgue Crtet qui va parler.
<< Etat sommaire des biens nationaux restans vendre au 1" vendemiare an 6; savoir:
Quatre-vingt-un dpartemens ont envoy au ministre des finances, depuis peu de tems, l'inventaire dtaill etnominatifdes biens nationaux qui sont invendus dans leur arrondissement; on y voit la nature de chaque bien son origine, son produit, sa valeur, sur le pied de 20 fois la rente ; cet tat s'lve ..................... 547,804,458 fr.
Seize dpartemens qui n'ont point encore fourni d'tat peuvent tre valus par prorata ...................... 94,682,000 ;
Le dpartement de la Seine... 63,573,737 Biens nationaux rSultans de la lgislation actuelle des par rens d migrs sauf son abrogation propose........ '.".. .
En dfalquant de cette nasse de i,3o4,q5q l0sr tout ee qut pourrait ne pas paratre au publi aussi prochainement alinable, c'est--dir 688 millions relatifs aux biens nationaux dani les colonies aux rentes foncires, aux partais avec les ascendans d migrs, il resterait uu eaue dplus de 706 millions; 3o6 millions tant pour les domaines que leur situation ,deur usc n permettraient pas d'aliner, que dptnaiuej navables entiers consolid, restent au moins, et d'auts les seules Valeurs "d'estimations J si faibles e gnral une masst; de 4 millions de biens nationaux en France masse bieri certaine et bien videmmetit propre servir de gage irrfragable et trs prochain aux bons de deux tiers.
Si d'un autre ct nous consultons le mme rapport sur la quantit de bons de deux tiers mettre, nous voyons page 6, que la totalit des bons de deux tiers mettre, runis aux autres bons circulans propres payer les biens nationaux ne montera qu' 3,859,095,096 francs-coosquemmnt que_ le gage n tant en papier que dans Ja pjrpp^rtpjL d'unlj^gl et demivlesf bons de deux; tiers doivent valoir et devront valoir le neuvime et demi de leur valeur nominale, tant que les biens qui doivent les absorber, le vendront neuf fois et demi le montant de leur estimation ; or jusqu'ici 6 nivse il parat que le terme moyen du feu des enchres dpass cette proportion et tout porte croire qu'elle se soutiendra encore quelque-tems de sorte que ls ventes se terminant^ comme ela' arrive prsent, " un taux plus que dcuple tt quelquefois vingtujple du prix des estiraatioas, la vunte de 3oo millions de biens nationaux suffira pour absorber une si grande masse de bons de deux tiers, qu'ils finiront par remonter au-dessus de leur proportion naturelle, ( celle de de 9 et demi pour 100 ) ds que la raret s'en fera sentir par la ncessit de s'en procurer pour satisfaire aux chances des adjudications. ri vam objecterait-on contre ce raisonnement gomtriquement vrai, les rsultats d'un agiotage effrn qui tient sur la place en ce moment-ci, les bons de deux tiers au quarantime pour ro de,leur valeur nominale ; ils doivent finir par prodigieusement remonter. Mais citoyens collgues le petit crancier n'a pas besoin d'attendre cet effet ncessaire de la vente de domaines un taux si au-dessus de leur estimation. Je vais calculer son- opration., au coms actuel de la place, c'est--dire, les bons de deux tiers 5o s., et les inscriptions (tiers consolid) 90 fr.
( La suite demain. /
Total.......
Les seuls biens nationaux de Saint-Domingue sont valu par des dtails estimatifs fait sur les lieux ^..............
Ceux des autres colonies...
Quinze millions de fente foncires non fpdaleS, si elles taient rtablies, | donneraient un capital'd.'......';..*'..
58,ooo,ooo 764,059,195 fr.
3oo,000,000 fr, 3o,ooo,oo
3oo,ooo,ooo
Total, tant rel que probable... 1,394,059,195 fr.
A N N O N C ES, ;
Maison d'ducation pour les jeunes penonntu A Paris, rue de Sves, n 1110, vis--vis le cadran de l'hospice des Petites-Maisons, faubourg Germain. <
Cette maison est situe en bon air; elle est dans une exposition salubre : il y a tirn beau jardin.
Le plan d'instruction runit l'cnseighernent littraire l'tude des arts, et le got des occupations utiles. s '1 ,
i. L'enseignement littraire : il comprend l'tude de la langue franaise de l'criture, de, l'arithmtique et des lmeus de gograplwe d'histoire et de littrature.
. L'tude des arts : elle renferme le dss-sin,, la musique vocale et instrumentale v et la 1 danse. . ,,-.,
3. Le got des occupations Utiles s il sera rgulirement cultiv par de petits ouvrages de broderie et d'aiguille;
. Noms des matres. -
Les citoyens Osmann pour le piano j Ptri gny pour l harpe:; Bisclpour ia rntisiqiie vocale ; Buly pbur le dessin ; #ay' pour" la' danse et la citoyenne Fay pourda.brpdcriei
S P E C T A C L E S. ^
OpoN. Aujourd. Naninc, suiv. du'CorApht inutile. '"
Thatrp. ou Vaudevijule. Auj. Matre Adam, menuisier dt NeverSjJes deux Veuves et la Comte.
t'.bWWnt . fait *^rr.;;'roe de, f>ohcvi,, ,8. te Prir,e 1, S U,j p.. trois Mi u moewlto $0 h*, pour .i< a,o ; et ibo liv. pour VuMM
If^hif ttir^pU* 80 tU' AoT nie*...i.o.lv de,. PohoW*., W ,i. Il f., eopre.dro4... !.. o.oi* l psy O'jUu oc vut fffuebir. Le lttti de dopanemeu, uon afftiucbie ne ittont poiat retii.ei de U noue. ,
f^0?V-t" flVt t,''a' t?*y*$lV ^frwfM*f, ^X*". P*Mtu*.r ot ce Qi o;,e'l, rtdaeHo 4e ta feuille . BM.etfOf;
C^ttnai^ ,* cnlicri.
" l 1 '. pou de
-, ta
un
A Paris, d i'imprisae*it lu cit. A&itsz ,
p.opnt,iiic in arlQniteur, rue des Poitevins a i3.


GAZETTFrNATIONALE ou LE MONITEUR UNIVERSEL.
jy* l32. Duodi izpluvite, fan 6 de la Rpublique Franaise, une et indivisible. ( mercredi 31 janvier 1798 v. st. )
p Q L I T[ I QUE.
T U R I E.
Semlin le 3o dcembre.
La plupart des spahis' qui, la suite du combat qui s est livr aux portes de Belgrade entre tes rebelles et les troupes du pacha commandant de cette ville se sauvrent dans des glises ecques, y sont cerns, et y seront brls vif, s'ils ne se rendent discrtion. Le capi- taineet les^cent cinqtiante^hommes quhrHHa aile de ce combat, ont t faits prisonniers, ont dans les prisons de Belgrade, en attendant, qu'on leur scie la tte ; le pacha se propose d'en envoyer une douzaine Constantinople. Il n'est pat vraisemblable qu'aprs cet chsc Belgrade ioit attaque de sitt, d'autant que tous les Bosniaques prennent les armes pour la dfendre.
REPUBLIQUE CISALPINE. Milan l 12 nivse.
Le cercle constitutionnel a tenu sa sante le 0ur de Nol, malgr la solennit de la fte. J| a cru que les rpublicains ne doivent coti^ mitre d'autres, ftes que Ua~dtcadis~.
i!
Le cit. haubert, rfugi napolitain, a lu un discours sur le systme de Dupuis, et a d-montr que la fte de Nol n'est qu'une des fts du Soleil.
REPU BLIQ.UE BATAVE.
' La Haye, le 25 janvier.
; A S S E M B L E N AT I O N A L E.
" Dans la sance du 19 Pasteur, organe d'une commission spciale, a fait le rapport des propositions qui avaient t renvoyes son examen dans la sance du i5. Il a fait sentir combien il il importait au salut de la Rpublique, de dtruire au plutt le systme fdratif qui l'avait mise deux doigts de sa perte.
, Aprs quelques dbats sur la proposition de Pasteur, les affaires ordinaires ont t remises au lendemain, et la commission de constitution a t convoque, pour qu'on pt dlibrer sur les propositions qu'elle avait faites le i5.
On a ensuite agit la question de savoir si ces propositions seraient adoptes en masse ou successivement. Il a t dcid par appel nominal, qu'elles seraient adoptes inglobo.
L'assemble a ensuite dcrt, aune majorit de 85 voix contre 24 qu'elle adoptait les principes poss par la commission de constitution pour bases de la constitution prochaine.
La discussion s'est' ensuite tablie sur la proposition faite par Van-Byma, de prter leser-raent de haine au stadhoudrat et l'anarchie.
Aprs quelques dbats, cette proposition a t rejete.
La sance du 20 a t employe la nomination du prsident. Le citoyen Midderigh, l'un des quarante-trois signataires de la protestation a t port cette place.
Le at il y a eu sance extraordinaire pour expdier quelques affaires courantes et de peu d'itaportance.,
Le sa a t un jour mmorable pour la Rpublique Batave. Il a enfin yu le terme de cette loague et pnible lutte qui dura t depuis trois ans entre les sincres amis,de l'galit rpubli- ?rdominante, rendt illusoire la souverainet du euple. et rament, par la force des choses, le stadhoudrat proscrit. Effrays. de cette tendance effrays de l'esprit d'opposition que les provinces recommenaient manifester, lorsqu il s'agissait sur-tout dp fournir les fonds indispensables pour la marche du gouvernement; affligs de la destruction de notre marine, et dsesprant de pouvoir jamais la rtablir, tant que le mme esprit prsiderait dans la convention 4a Kptsentans avaient sign la protestation dont "oui avons parl dans le tems et qui prsageait
tout ce qui est arriv aujourd'hui. Cette journe mrite des dtails. < '
Les reprsentans signataires de la protestation s'assemblrent, dans la nuit du 21 au 22 au logement de Harlem. On expdia de l l'ordre de fermer les barrires, de laisser entrer les voyageurs mais de ne permettre personne de sortir. On fit mettre sous'les armes toute la garnison et la garde nationale* Les gnraux Joubert, Daendels et tout l'tat-major taient placs la salle de l'assemble nationale. Le prsident convoqua tous les membres de la convention. A huit heures, on se mit en marche du logement de Harlem, escort ps,rles grenadiers de la garde nationale pour se rendre a la salle de l'assemble; 'Un_e~tie^rtde affluence-dcTpuple gar-nissait les rues et les cours' du palais, et fesait retentir l'air d'applaudissemens.
^
L'assemble se forma en comit gnral jusqu' onze heures.
Pendant ce tems on arrrta dans leurs maisons les membres de la commission des relations extrieures compose des citoyens Bicker, Hahn, Queysen de Bevrn Jqrdeno et Hugo-Gr-vers. Ils furent gards vue, et les scells mis sur leurs papiers.
Conformment aux ordres qu'ils avaient reus, les gnraux firent passer plusieurs membres de la convention dans une chambre voisine pour y attendre l'ouverture de la sance publique ; puis ils dclarrent 21 de ces dputs que la salle o ils se trouvaient, leur servirait de prison jusqu' nouvel ordre.
Voici leurs noms : 'mb&#' C. L. Vanbeyma, Vancastrpp Vrmamelsveld, Kanfelaar Vanmarle Demist Scheltima Desitter, Vanhooff, Vanmaanen, Vanderspick, Browner, Stoflenbrg Vaneck, Hyleveld, Vitringa Devos Vansteennyck, Hu';tman, C. Vanderkop Vahkleffens Cambier.
A onze heures la sance fut rendue publique; le rglement de l'assemble nationale fut annull ; les divisions provinciales et leurs administrations casses. Il fut dcrt qu'il y aurait un directoire excutif intermdiaire compos de,cinq membres auquel il serait donn des instructions.
Le ministre Ch. Delacroix auquel il fut donn connaissance de ces dcrets vint fliciter l'assemble, qui a pris le nom d'administration lgislative du Peuple Batave un et indivisible.
Les comits de terre et de marine ont reu ordre de continuer leurs travaux. Il sera form un nouveau rglement d'ordre.
On a renouvelle les commissions des finances, des affaires intrieures, d'inspection de l'htel national, d'organisation de la garde nationale batave, de l'imprimerie nationale, de surintendance des biens du prince de Nassau et des Iodes orientales.
On a cr une nouvelle commission de constitution. Dsormais le Peuple sera nomm Bataajsche Volk (Peuple Batave), et non pas Nederlandsche Volk (Peuple des Pays-Bas) Tout s'est pass dans le calme et dans le meilleur or Ire.
Le 23, vingt-deux membres qui avaient prt leur serment la veille, ont crit que puisque le rglement de l'assemble tait dtruit, ils ne se regardaient plus comme en. fesant partie.
Il a t crit aux administrations provinciales que. leurs fonctions taient casses ; qu'elles taient, jusqu' nouvel ordre sous la dpendance directe de l'assemble, et qu'elles ne pourraient faire aucun paiement sans Je conser-tement du corps lgislatif.
On dsigne pour directeurs provisoires Vreede, Wybofynje Vanlangcn, Weldrik; on ne parle point encore du cinquime. '
Des lettres de Rotterdam annoncent que ces nouvelles y ont t reues avec plaisir.
RPUBLIQUE FRANAISE. Paris le 11 pluvise.
DIRECTOIRE E X C U T.I F.
Arrt du 10 pluvise, an 6.
Le directoire excutif arrte ce qui suit :
Art. Ier. L'arme du Rhin est supprime, et son tat-major gnral est rform. II. La 5* division militaire, comprise dans l'ar-
rondissement de cette arme, sera commande par l gnral divisionnaire Biutiateau Sairit-Suzanne.
III. Le fort de Kehl fs:ra partie de cette division militaire.
IV. Le prsent arrt, ne sera pas imprim ; le ministre de la guerre est charg de son exr cution.
Autre arrt du 10 plu-dise, an.6. Le directoire excutif arrte ce qui Suit :
Art. Ier. Le gnral Augereau est nomm commandant de la 10e division militaire. "
IIIl-se-rendra-sans-dlaW-PerpignanTr-pouf---
prendre le commandement de cette divisiot
III. Il fui sera adress cet effet une instruction particulire ( 1 ).
IV. Le prsent arrt ne Sera pas imprim. Le miuistre de la guerre est charg d son excution. !
Sign, P. Barras prsident. Lagarde, secrtaire-gnral.
Extrait du procs-verbal e- la sance publique, du directoire excutif, du 10 pluvise an 6.
Cette audience avait pour objet la tception du citoye_n_Serbelloni ministre plnipotentiaire de la Rpublique Cisalpine, charg de ngocier un trait d'alliance et de, commerce avec la Rpublique Franaise.
Le citoyen Serbelloni a t prsent par le ministre des relations extrieures, qui a dit :
Citoyens directeurs,
J'ai l'honneur de vous prsenter les citoyens Jean-Galas Serbelloni, Franois Visconti et Joseph Rangoni, chargs par le directoire excutif de la Rpublique Cisalpine de ngocier et de conclure avec la Rpublique Franaise un trait d'alliance et de commerce.
> Les Rpubliques doivent aimer contracter des alliances entre elles. Combien les liens ne sont-ils pas doux quand c'est l'accord des principes qui les forme ; quand c'est un mme sentiment qui anime un mme besoin qui tourmente une mme vie en quelque sorte que l'on respire et si l'on ajoute qu'il est de l'essence des Rpubliques d'avoir toujours les mmes ennemis combattre, les mmes prjugs vaincre, les mmes perfidies redouter, en un mot les mmes iaic0s dfendre ; que de raisons pour dsirer d'tre unis !
sLa Rpublique Franaise respecte tous les liens qu'elle a formes ; elle chriLsurtout ceux qu'elle contracte avec la Rpublique Cisalpine, lis lut sont garantis par les sentimtns pleins de loyaut que manifeste cette jeune Rpublique par la reconnaissance dont elle s'honore euvets ia Rpublique F.anaise par le choix des hommes qu'elle lui envoie ; enfin par Cette haine vertueuse contre le gouvernement anglais qu'elle est presse d'associer la ntre en concourant de ses moyens affaiblir cet insatiable ennemi du commerce de lEurope. 11
Le citoyen Serbelloni a ensuite pris la parole, et a prononc le discours suivant :
Citoyens directeurs,
Appe' l'honneur de former conjointement avec nus estimables collgues les citoyens
Visconti et Rangoni l'union la plus solide et__
la plus inaltrable entre la Rpublique Franaise et une Nation qui vous doit le plus prcieux de tous les biens sa libert et son indpendance, le premier sentiment que je puis exprimer est celui de la reconnaissance de tous les citoyens qui la composent.
Les exploits magnanimes des armes franaises leur valeur au-dessus de tout loge leur persvrance plus admirable peut-tre encore, devaient aboutir la gloire de briser les fers d'un Peuple, qui fut toujours digue de la libert.
L
(t.) Cette instruction en relative une mission majeure dont le gnral Augereau est charg ; on peut en juger par la phrase suivante qui la termine :
i Le directoire excutif compte avec une pline confiance sur les rsultats des Oprations du gnral Augereau dans sa nouvelle et importante mission. Quand on a servi la Rpublique avec aman'^ de gloire et de succs qu'il l'a (ait jusques prsent, on ne peut qu'acqurir de jour en jaur de nouveaux titres la reconnaissance nationale. >>
\


535
)' Lorsque l gnral romain, vainqueur des tyrans qui opprimaient la Grce fit proclamer aux jeux olympiques que les Grecs taient libres, l'enthousiasme que "produisit cette nouvelle inespre fut si vif et si profond que le rcit de l'historien nous meut encore aprs tant de sicle? couls.
Il appartenait la Grande-Nation de donner au Monde un second exemple de la gnrosit rpublicaine et le sentiment qu'elle a produit ne s'teindra jamais dans lame des citoyens dont je suis l'organe.
m Si j'avais remplir ici les fonctions d cette ancienne diplomatie captieuse et mensongre qui fut dcore trop longtems du nom de politique j'aurais prfr cette mksien le titre toujours glorieux de simple citoyen; mais les relations qui existent entre deux Rpubliques ne cessent pas d'tre faciles i parce qu'elles sont toujours franches, fraternelles, et fondes sur les principes immuables de la justice et de la gnrosit.^_________
j D'ailleurs, puis-je oublier jamais l'accueil plein de bont que je reus du gouvernement franais dans un tems o les destines de la Rpublique Cisalpine pouvaient paratre douteuses du moins aux yeux de ceux qui n'avaient pas calcul l'tendHe ds triomphes de l'invincible arme d'Italie et l'admirable prudence de son gnral ?
Aujourd hui que ce grand ouvrage est consomm que la Nation Cisalpine vous doit d'tre compte au rang des puissances de l'Europe, je ne fais que rclamer la bienveillance que vous daigntes m'accorder au sein de la guerre et des factions ennemies de l libert des Peuples.
m Je me flicite de pouvoir tre le tmoin de cet lan magnanime qui runit tous les Franais pour dompter l'orgueil de leur dernier ennemi, et redonner aux mers le calme qui dj rgne sur le continent.
n Puisse bientt, l'ombre de cette paix gnrale, objet de nos vceux communs, s'acctotre rapidement la prosprit publique Puissent le Commerce t ls arts, enfans de la libert, fleurir dans l'tendue des deux Rpubliques sous l'gide des plus sages lois
Aprs ce discours, le citoyen Serbelloni a prsent ses lettres de crance.
Le prsident du directoire lui a adress la rponse suivante :
(i Citoyen ambassadeur extraordinaire de la Rpublique Cisalpine, 1
ii Jusques ce jour tous les gouvetnemens ne connurent dans leurs conqutes d'autres jouissances que l'accroissement de leur dominaiion ; la Rpublique Franaise ddaigne cet, orgueil Stupide : elle n'aime: trouver le souvenir de ses triomphes que d<9*s le spectacle du bonheur que la libert procure aux Nations : cette flicit tait le seul prix que la Rpublique Franaise attendait du succs de ses armes ; et sa vritable gloire est d'tre la seule, parmi toutes les Nations qui, jusques prsent, ait vu les Peuples heureux la remercier de ses victoires.
a Si Flaminius vainqueur de Philippe rendit Ja Grce la libert ; s il devait ce bienfait aux lgislateurs de sa Patrie ; plus dsintresss que ce Romain, les gnreux dfenseurs de la Grande-Nation portrent la libert au-del des Alpes que les Romains ne franchirent que pour asservir les Gaules : la Rpublique Franaise, sans autre motif dans ses triomphes que le soutien des principes ternels de la nature, les a pris de mme pour base de l'attachement qu'elle garde ses allis; c'est vous assurer que son amiti pour la Rpublique Cisalpine est inaltrable.
v Ce furent ces mmes principes toujours indpendans des caprices de la fortune, qui dterminrent l'accueil .protecteur que vdus retes du gouvernement franais, lorsque le sort des armes n'avait pas encore fix les destines de votre Patrie ; la France est l'asyle des hommes libres, elle en reconnut en vous les sentimens, et elle vous donna des marques de sa bien--veillance.
> Le directoire excutif vous voit avec plaisir revenir auprs de lui avec le caractre d'ambassadeur de la Rpublique Cisalpine; c'est une nouvelle preuve de l'attention qu'apporte votre gouvernement pour cimenter de plus en plus l'union entre les deux Peuples ; vous partagerez, citoyen, et bien juste titre l'estime que vos collgues se sent acquise aupts du directoire. >>
Considrant que le gouvernement doit seconder, par des mesures promptes, le zele de* vrais Citoyens qui s'empressent de concourir au cees de cette guerre nationale,-et suppler l'insuffisance de l'Organisation actuelle des bureaux du' grand livre;
Considrant qu'il est juste d'assurer ceux des citoyens qui ont dj fait des dons patriotiques pour la mme cause, la facult de participer a' l'emprunt^ en leur tenant compte des sommes que leur civisme a dj dposes surles.auteis d la Patrie,
Le difectoire excutif arrte ce qui suit :
Art. Ier. Il sera tabli la trsorerie nationale dans le jour de la rception du prsent arrt, un bureau particulier de recette pour \c tiers consolid que les propritaires de rentes youdront verser pour eux et leurs commettans dans l'emprunt contre l'Angleterre.
IL II sera dlivr sur le champ un rcpiss provisoire ; et dans les trois jours au plus tard le propritaire de la rente recevra quittance de la somme qu'il aura demand placer dans l'emprunt, son inscription pour le tiers consolid qui pourra excder son prt, et seS bons de deux tiers de remboursement.
III. Pour jouir des avantages dtermins dans les deux articles prcdens, les porteurs justifieront qu'ils placent sous leurs noms, ou sous celui de leurs cpmmettans, le vingtime au moins du montant de chacune des inscriptions en tiers consolid qu'ils demanderont, et seront tenus d'annexer l'inscription qu'ils rapporteront la liquidation, la quittance du premier quart en numraire pay pour les actions prises dans l'emprunt ; de manire que le porteur d'une inscription actuelle de 3 mille livres de rente, donnant lieu une inscription de mille livres en tiers consolid, et a mille liv. en bons de deux tiers de. remboutsement sera tenu de prendre ,(au, ons 5o liv. du tiers consolid en quittancef-'a^missibles dans l'emprunt et justifiera du paiement en numraire de s5o liv. pour le premier quart de deux actions.
La quittance de la somme paye en numraire sera rendue le troisime jour avec l'inscription du tiers consolid et les bons de remboursement.
IV. Les citoyens qui ont fait des dons destins aux frais de l'expdition d'Angleterre peuvent devenir actionnaires dans l'emprunt, en ajoutant aux sommes par eux verses, celles qui seront ncessaires, tant en inscriptions du tiers consolid qu'en numraire pour former le total d'une ou plusieurs actions.
Sign Barras prsident.
Lagarde secrtaire-gnral.
Arrt du 6 pluvise, an 6.
Le directoire excutif inform que plusieurs' citoyens sont empchs de remplir leur sous-stiption dans l'emprunt destin aux frais de descente en Angleterre, par les retards qu'prouvent la rinscription du tiers consolide des rentes ct de la dlivrance des deux autres tiers ;
Si l'on en croit quelques lettres de Rastadt, l'empereur s'occupe en ce moment srieusement d un projet de pacification entre la Rpublique franaise et l'Angleterre. Ces lettres vont jusqu' avancer que 1 on se flatte de l'espoir d'un succs prochain.
PLUsiuutts glises ont t fermes le io. On dsigne celles des Carmes, rue de Vaugirard ; de Saint Benot, rue Saint-Jacques, et celle de Saint-Germain-l'Auxerrois.
CORPS LGISLATIF.
CONSEIL DES ANCIENS.
Prsidence de Rousseau.
su 1TC, de la s&ance do 8 pluvise.
Suite de liopinion.de Dedeley -d'Agier.
N est-il pas clair que le petit crancier, rduit roo liv. de rente, tiers consolid, peut en recevant ses 4000 liv. bons de deux tiers, les changer au cours actuel de la place contre uneinscri-pttsn, tiers consolid de 5 liv, et qu'alors sans laveur du gouvernement sans payer une association 3 un tiers pour ioo de son capital et de ses revenus, Sans avoir besoin de certificats de vie coteux et assujettissait, et en conservant 1 espoir de voir rembourser ses enfans, ou vendre au pair par eux un capital de a5oo fr. ( qui peut en attendant servir de gage son crancier individuel ) il jouira de ia'5 livres de rentes perptuelles, sort bien prfrable et cela se dmontrerait par le plus simple calcul au sort du tontuiier, que leur prsente la rsolution.
Mais il ne suffit pas pour nous que le petit rentier puisse faire cet change ; l'article JUI veut que le sort des cranciers de goo liv. et au-dessous soit .amlior; st tant que cet article
*Vest pBnJ :amlior l>n doit s'occuper' 8an, relche de cette amlioration : plusieurs mov peuvent se prsenter. Voici celui qui ^ pJJ' trait le moins onreux pour le trsor public I plus favorable aux petits cranciers et de W cution la plus simple.
i. Ne s'occuper en aucune manire des a sociattons prives qui doivent rentrer dans )' clasMcpmidne. d.es ntie/s. L'on.peut, comme je lat dj observe, tolrer ces associations mais le gouvernement ne doit jamais les auto' nser. encore moins'les ?adqptct, sans de \" Sans motifs d'un grand et'gnral intrt.
! 2. Laisser jouir ^es,cranciers de aoo liv au-dessous, de tous les avantages accords aux cranciers en gnral. L'article III veut une amlioration sans' conditions 'Onreuses, et non m" change de traitement sons ds conditions vexa-toires et dprdatrices. Enfin, il faut amliorer* par un supplment d'avantages prochains et exclusifs ppr les Cranciers de l'article1I le en il de ces cranciers.^ .
Il serait, je pense, trs possible de remplir ces vues vis a vis des petits cranciers perii tuels e
i. En leur remettant, en mme-tems que leur nouvelle inscription rduite et outre leurs bons da deux tiers, un bulletin de rente de moiti en su* de cette inscription rduite, bulletin qui serait insparable de l'inscription; c'est--dir' donner un bulledn de 5o liv. de rente insparable de l'inscription. pour Une inscriptionj-duite ioo liv. celui qui tait au 9 vendmiaire et se trouve encore propritaire de cette inscription.
8. Annoncer que ne bulletin de rente .de moiti en sus ^ sera annihil par tout transfert autre que celui rsultant de successions directes et par le remboursement du capital de l'inscription si jamais il est'effectu;
3. Diviser le paiement annuel de ce bulletin de rente tant qu'il aura lieu en.deux parties; la premire des deux cinquimes de ce bulletin, c'est--dire de ao liv. pour une inscription de ioo liy., serait annueilnaent paye ait porteur d'inscription ; la seconde desi'tros cinquimes, c'est--dire de 3o liv. pour cette mme inscription d 100 liv., .serait annuellement verse dans une caisse'd'amortissement. _
40. Aussitt que Ja imasse de ces jtrois cinquimes-verss dans la 'Caisse d'amortissement permettrait d'effectuer cls remboutsemeps oprer ces remboursement! par la voie du sort en faveur de tous les cranciers d'inscription de 300 liv. et u-desspus.
Voici les avantages ^uie'peuvent offrir osvHes, et d'abord les avantages gnraux. ; T
i. Les capitaux des finscriptions rduites 200 liv. et au-dessous, et qui doivent excder, d'aprs les calculs les phus modrs, et lorsque les liquidations seront termines, plus de 3o -millions tiers consolid, conserveront une activit relle, en continua s0. Le bulletin accord en amlioration demeurant assimil pour toute espce de transfert., autre que par succession directe, restreint absolument les effets de l'agiotage sur cette .intressante partie de la dette publique. en mme-tems cependant quelle ptsente la Nation une chance ventuelle, mais relle, et d'une libration partielle, par cette voie, de ces bulletins.
. 3". La Nation.remplit, ds cet instant, comme le veut l'article III pour l'opration la pi simple, ,et sans exiger d'autres conditions que d'avoir t .porteur de l'inscription rduite-avant le 9 vendmiaire, les promesses faites par cet article 3 de la loi de ce jour ; enfin, et cela est trs-important, l'on fait l'essai .sur Soo roulions de capitaux au moins, d'un mode d amortissement qui n'exigera', de la part du trsor public, qu'un lger sacrifice dcroissant chaque anne, bien rellement compens par la wusje qu'oprera cette partie de la dette publique, ds que les remboursimens annuels s'opreront rgulirement ; car le plus grand avantage que puisse prouver dans les finances un pat .oW notre position c'est la hausse des cUtfs publics.
Passons aux avantages prouvs par ce pb au petit crancier, et prenons, pour nous auw


53t
ptsi clairs *ejKrpte de celui qui conserverait ne inscription rduite ioo liv.
Ce crancier de ioo liv. de rente perptuelle rduite aurait, d'aptes la rsolution, i5o liv. $. En change de 4,000 liv. de bott's de deux jjers, une inscription tiers consolid de 25 liv. Total, un revenu de 145 liv. net. l aurait, outre cela, la ceititude d'tre rembours par la voie du sort, de son tiers con-jo'id formant un capital de 2,000 liv. ; enfin, l'espoir d'tre, un jour rembours, ou 4e pouvoir vendre au pair son inscription de 25 liv,, qu'il s'est procure avec ses bons de deux tiers. Certes, la runion de ces avantages est si ^igieusconeta^iilrable-^e-que-propose-en la faveur la rsolution qu'il n'y aura gure balancer entre Les deux plans sui-tout lorsqu'on aura prouv qu'on allge par ce dernier plan ] ti avantageux au petit rentier la charge immense \ gtie l'on proposait d'imposer la Nation par la? rsolution. J Que propose en effet la rsolution pour subvenir l'amlioration du sort des petits rentiers ? file propose en prenant l'exemple de la caisse? lafarge qu'elle cite au lieu et place du million; lie rente, tiers consolid, restint aux actionnaires lafarge, de leur payer une rente tontiniere conditionnelle de i,5oo,ooo liv. c'est--dire de Initi en sus de la rente rduite. C'est aussi ce que Je propose pour les petits rentiers, mais avec-cette immense diffrence que cette moiti en sus! ne sera paye en totalit que la premire anne seulement, et qu'elle dcrotra rapidement les annes suivantes, par le,seul effet des rembourse-rnens i qu'avant la vingt-ciuquieme anne on aura cess de payer la dernire par celle de cette moiti en sus, pour ne payer ensuite jusqu' la soixante-sixime que des intits tellement d-ctoissans qu' la trente-cinquime anne ils ne' seront plus pays qu' raison de trois et demi pour cent des capitaux des inscriptions tiers consolid, rduits en parties de 200 liv. et au-dessous ; qu'au bout de 4$ ans, ils ne seront plus pays qu' deux et demi pour cent; qu'au bout de $b ans ils ue seront plus-pays qu' un tiers pour cent; pour enfin s'teindre entirement, capital #>t rente ,,au bout de 66 ans 8 mois-
Ainsi, l'on Voit que la solution propose de payer en rente tontiniere, c'est--dire pendant 06 an sans extinction, et pour obtenir l'amortis-, .ierrtent de 0,000,000liv.-capitaux, i,5oo,oOo liv. ; .laquelle rente .tontiniere de i,5ao,ooo liv. dcrotrait ensuite trs-rapidement, 'a vrit, aprs la .60 anne pour s'tendre enfin aprs la 7,0e ; tandis que je proposerais, pour obtenir le mme rsultat en 4 annes de moini, et en prenant le aiirne exempte de ne -faite payer t,5oo,ooo liv. tour le mme objet que la premire anne seulement 1,500,000 liv. qui -se rdiriraient d'elles-mmes progressivement d'anne en anne, par le cul effet "des remboursemens et indpendamment de la chance des transferts, de manire qu' U ie anne l'on n'aurait plus payer que r,181,000 liv. ; la 25e, 936,000 liv. ;, la 35e que 712,000 ; la 45, que 486,000 liv. ; la 55e que 262000 liv. ; la 65e que 37,5oo liv. ; enfin lien du tout au bout de 66 ans et S mojs que la'dernire partie de la rente restante et terminant l'amortistement.
Le simple expos de ce que propose la.rsolution et de ce qu'il me paratrait plus convenable de proposer, sutfiiait seul pour motiver son rtjet, afin d'obtenir des rsultats plus mris, lo;sqtie les ides qui vous sont et seront probablement soumises encore auront dir g vers cet objet, encore neuf, les mditations de nos collgues du conseil des cinq-cents et fourni les moyens d'tendre aux petits cranciers viagers des mesures analogues o telles que leur simplicit ce les oblige point se jeter dans des aisociations pour jouir du bnfice del loi : un bulletin de rente viagre calcul en laison inverse et compos d'aprs la double mesure de la valeur de la rente et de l'ge du rentier viager, pourrait .remplir ce but d'une manire fort simple; et, sans renotivelter le systme ton-tinier .prsenter au malheureux,. qui a VU se rduire, le frpit de ses pargnes et l'espoir de M vieillesse, un soulagement que la rente des *ons de deux tiers, qui lui seraient dlivrs pourrait mme amliorer.
Pour moi, citoyens collgues, je termine ma tache en* vous proposant le' rejet de la rsolu-J'on. motiv t sur ce qu'elle ne remplit point 'e but de l'article III de la loi du 9 vendmiaire qui y donne lieu ; 20 sur ce qu'elle exige d'impenses sacrifices du trsor public sans utiliser dupe manire avantageuse aux petits rentiers tes lacnfice ; 3W sur ce quelle, pisente des *ures impolitiques en conomie publique et i
susceptibles de mettre un jour le .corps lgislatif dans le cas de manquer ses engag"emens ou d'entraver les amliorations futures de son systme de finances, eu s'opposant pour l'avenir au remboursement de sa dette par pn caisse gn-nrale d'amprtissement.
Je vote contre la rsoluttpn.
.Crtet s'attache prouver, par la lecture des statuts de la caisse Lafarge que ce .sont les actionnaires et non la caisse, qui sopt propritaires des rentes. Si cette association sedtssolvait, dit il, et qpe chaque actionnaire reprt .son capital, cela donnerait 60,000 inscriptions sur le grand livre ; ce qui serait trs-coteux. Mais cela prouverait au rupins que ce sont les actionnaires qui sont cranciers de la Rpublique.
Crtet fait ensuite valoir les avantages du systme tontinier ; que tous ceux qui se sont occups d'conomie politique ont toujours regard dit-il comme le meilleur moyen d'assurer la classe "laborieuse des ressources pour la vieillesse. Il-rappelle que depuisfong^tems^on-aadopt-ce-mode pour pourvoir aux besoins des invalides de la marine et que le conseil des cinq cents vient de le choisir comme.le plus avantageux pour faire jouir les dfenseurs de la patrie des rcpm-pepses qui leurs sont promises. Crtet persiste voter pour larsoLution.
Laussac ajoute aux objections par lesquelles il l'avait combattue dans une sance prcdente. La preuve, dit-il que l'administration n'est point une simple agenc c'est que les administrateurs ne soit point dans la dpendapee des actionnaires; c'estqueceux-ci npourraientles changer quand ils en'auraient l'intention, ou que la ncessit leur en serait dmontre. Enfin 'la'preuve que ce ne sont point les actionnaires qpi sont cranciers de,la Rpublique, c'.est que beaucoup d'entr'eux ne toucheront pas d'ici deux ans pn sou de leurs rentes, quoique cependant la Rpublique les paie chaque anne la caisse Lafarge.
hecoutenlx reproduit les objections qu'il avait faites contre la rsolutipn la premire fois qu'elle fut discute.
L .conseil frrne la discussion et rejette la rsolution.
La sance est leve.
CONSEIL DES CINQ, CENTS.
Prsidence de Baillent.
SANC OU 9 PLUVIOSE.
On fait l'annonce des dons patriotiques- Les entrepreneurs des .messageries rue des Victoires, 5 offrent de transporter gratis pendant deux mois ,i" tous .les fonds du ,go.u,v.erpe,me,ot. pour concourir pa,r l apx frais de la guerre contre ,1'Ap-gleterre. \' '
Sur. l'observation de Villers \ leur offre .est renvoye la. trsorerie, pour qu'elle puisse l'utiliser. t
Corip ( des CS.tes du Nord ) donne lecture d'une lettre de Thomas Paine, conue en ces termes :
Thomas Paine tho the tbuncil of five-hundrcd.
Citizen reprsentatives,
Though it is pot conveniut to me, in the prsent situation of my affairs to subscribe to the loan towards the descent won England, my cccooomy petmits me to make a small pa-triotic donation. I send ap hppdred liv. nd withit, ail the wishes Jl my heart fpr the success of the descent, and a volpptary offer of any service I can rendpr to promoteit.
There will b no lasting peace for France, nOr for the World, pntil the tyranny and corruption of the english governmeut bc abolished, and England like Italy beco.mbc a sister Republic.
As to those men whether in England Scot-land or. Ireland wo like Robespierre in France, are covered with crimes, they, like him, bave no othtr resource than.in commit-ting more; but the niass of then people are friends to Jiberty.
Ty.ranny ,apd taxation oppress thern but they roerit to be tree.
Accept, citizen reprsentatives, the congratulations of anancient coileague on the dangers we havepasscd, and pntbe happy prospect before us.
Salut et respect.
Thomas Pain.
traduction dt la lettre prcdente. Thomas Paine au conseil des cinq cents.
Citoyens reprsentans, Quoiqu'il ne me soit pas trs-facile, dans la situation prsente de mes affaires de souscrire l'emprunt pour la descente en Angleterre |
toutefois mon conomie m permt d'offrir u$ faible don patriotique. J'nvOi 1,00 fraps et avec cetjte nibdinue somme tbuses vux de mon ceur purl succs de la descente et l'qffre de-tous ls services qui seraient en mon pouvoir pou* y concourir, '/
Il n'y aura point de paix durable pour la France et pour l'univers, tant que la tyr, unie et la corruption du gouvernement anglais ne seront pas ananties tant que l'Angleterre ne sera pas devenue, comme l'Italie, une Rpublique sur.
"Quant ces hommes qui, eh Angleterre cri Ecp.sse en If lande sont comme Robespierre en France couverts de crimes, ils n'ont, comme lui, d'autre ressource que d'en commettre davantage ; mais la masse du Peuple est amie d la libert.
L tyrannie et les taxes l'oppressent, mais elle mrite d'tre libre.
Acceptez citoyens reprsentans les flii'iit* -lions d^uri a ncien-col}egue-sur-lesdangers-que nous rivpps traverss, et'sur l'heureux avenir qtji se prsente.
Salut et respect.
Thomas Paink.
Coupp ( des raies du Nord. ) Le don que vous offre Thomas Paine parat bien faible, quand on le compare aux injustices rvoltantes qui prouves ce fidle ami de la libert de la part du gouvernement anglais; mais comparez-le l'tat de pnurie o Se trouve notre ancien collgue et vous pense;ez qu'il est considrable.
J,e demande la mention honorable du don patriotique, et l'impressipu del lettre de Thoma^ Paine.
On met aux voix les deux propositions faites par Coupp ; elles sont adoptes l'unanimit.
arnier ,de Saintes. G.e n'est point une dppnia-pon que je viens faire-; je vjeps.'seulement donne,? connaissance au conseil d'uri pice qui vient de ip'tre remise par un de mes collgues. C'est une dclaration relative ,in membre du conseil actuellement ep cong. Elle vous, prouvera quels moyens sont employs pour diviser les esprits, pour faire succder la msintelligence l'union. Ces nioje.ps n,e s pat pas( neufs, ils ont toujours eu dessutts pour rsultat, lorsque 1 opinion,, apr3 de grantls vnemens est encore,incertaine tt flottante. -
Tant que cette pice n'a ^t insre que dapS des papiers publics, crie au coin des rue.s on a pu y faire peu d'attention; maijS auj,ppr-d'hui ie la vois dans un Journal offictel, dans le Rdatteur ; cette pice .est''certifie jrita|>^e par un chef du buteap de la police ; elle up peut donc vous paratre indiff,r.epte4 elle excite des alarmes sur t tat actuel des cbps.es ^et yoi|s devez les faire cesser.
Voici cette pice :
Copie d'ufte lettre ,crjte de Chplons, ,aux citoyens prsident yet membres du directoire excutif, ji '2,8 nivse, ait 6.
Citoyens directeurs,
Je ne dois p3s vous taire que le reprsentant du Peuple Dujardin, du conseil des cinq-cents est arriv hlons, son pays natal, depuis quatre cinq joprs 5 qu'ayant aussitt t visit par plusieurs citoyens de la commune il lent 'a donn pOur nouvelle qu'actuellement la faction la plps puissante qui existt daus la Rpublique, tait p faction qui avait dessein de) rduire la reprsentation nationale cent membres qui formeraient un seul conseil sous le nom de snat franais, la tte duquel il n'y aurait qu'un seul chef. Il a ajout que la plus grande division existait parmi les membres du directoire mme ; que cette division tait au poipt, que pas un seul n'tait d'accord avec aucun autre. C'est en prsence de deux juge du tribunal civil de ce dpartement que le reprsentant du Peuple Dujardin sQf. ainsi x^ pliqu.
Que le citoyen Dujardin.ne soit que l'cho de) ce qu'il a entendu dire lui-mme Paris, c'est ce que j'ignore mais ce qu'il y a de certain c'est que de semblables nouvelles n'avaient pas encore t dbits en cette coinmune< et qu'aucun papier public n'en a, depuis f arrive do citoyen Dujardin fait aucune mention. A la veille de, lections, ces bruits peuvent rveiller les mal-veillansS et comme le citoyen Dujirdin tait dj, cnjong, lan pass, dans la commune de Ch-1 lobs peu prs cette poque ; qu'aprs sort sjour, il en est rsult des lections dfayp-' rbles la cause de la rvolution ; qu'il rpandu des crits en faveur des parens des mi grs et des prtres inserments 5 enfin < qu'il a t souponn d'avoir apport en ce dpare* ment le plan de ces funestes lections ; sort apparition Chlons qui doit durer, Ce quel l'on prtend quatre dcades < inspire de Hou* veaux soupons. Ccs.supfont ont pris uue pluf


grande consistance depuis que Ton sait qu'il a Refus' Je prsenter 1 administration municipale de cette commune, le cong en vertu duquel I est venu dans sa Patrie aitisi que le, passeport dont il n'a pas manqu de'se munir. La. Yiremiere visite qu'il fit l'an pass, fut. celle de l'administration munieipale *, mais cette anne il "p jug- propos de s'en'dispenser.
Garnier. Ce n'est pas seulement cette pice qui vous prouvera quel point on cherche garer l'opinion. On cherche accrditer) les mmes bruits par des lettres anonymes ; mon collgue Dubois-Dubay en a reu de semblables.
Plusieurs voix.. Et Dumont ( du Calvados J aussi. '":
'Le 'prsident. J'en ai reu aussi..,.
Garnier. Le but de ces manoeuvres est de fomenter parmi nous les haines et les divisions. Ce n'est pas que je craigne que ce but soit atteint, que nouspuissions jamais voir cesser l'union sans laquelle nous ne pouvons faire le bien ; mais ^les~~ci toy en s s*llmufT~ls_b rui f7les plus~n
CONSEIL DES ANCIENS.
SANCE DU 9 PLUVIOSE.
Koblet fait approuver une rsolution du 3 lu vtose qui autorise l'hospice civil de Vervins consommer un change de proprits qui Un m avantageux.
Dedeteyd'Agier hit rapporter l'arrt du 23 fri maire dernier, par lequel le conseil avait d" claie que la galerie du Musum fesait provisoirement partie de extrieure.
des Arts son enceinte
quitns s rpandent, s'accrditent. C'est pour calmer l'impression que pourraient faire de tels bruits que j'ai pris la parole. J'ai voulu faire connatre que le mme esprit nous anime qu'il n'existe ici qu'une volont unique, celle de l'affermissement d la constitution et de la prosprit de la Rpublique.
Quant nous reprsentans, cet incident doit nous prouver combien la veille des lections nous avons besoin de prudence de sagesse et de fermet. Je ne prjuge rien sur la conduite de notre collgue. Dujardin ; mais nous ne devons pas permettre qu'--la- veille des lections leS membres du conseil abandonnent ainsi leur poste et se rpandent dans les dpartemens. Il 'est impossible, qu'ils y soient sans influence, et le Peuple doit en tre garanti. Put-elle dans un bon sens, ft-elle toute rpublicaine, une influence quelconque sr l Peuple prt lire est un mSl; il faut qu'il soit libre et indpendant dans son vu. !
C'est sous ce rapport que je demande que le conseil annulle tous les congs donns jusqu' ce jour, et arrte de n'en plus donner jusqu'au moment des lections.
Le prsident se fait-remplacer au fauteuil par un des secrtaires.
*"' Bailleul. J'appuie la proposition qui vous est faite mais je demande y ajouter quelques observations, H'estun fait constant : c'est que les bruits allarmaris qu'on rpand avec une affectation coupable Sont le rsultat d'un nouveau systme qui vient d'tre li par les ennemis de la tPatrie. D'aprs les observations les rapports et les rnseignemens que j'ai reus de nombre de "personnes, recommandables par leurs lumires 'et par leur patriotisme voici quel est le nouveau systme dont je parle : 11 consiste alarmer les pattiotes sur le sort futur de la constitution pour les diviser et les vaincre. Il est remarquer que ce systme est plus particulirement soutenu et suivi par les hommes dont la conduite a rendu le tS fructidor indispensable ; ce sont eux qui rpandent ces bruits avec le plus d'affectation. ...
Quelques membres. Cela est vrai.
Bailleul. Que les aristocrates que les royalistes dtestent le 18 fructidor- et ses-auteurs";-je"le connois ; qu'ils regardent notre tat depuis cette journe comme un tat de terreur ; et qu'ils lui prparent un 9 thermidor, je le crois encore*, qu' cet effet les royalistes n'aient pas besoin de s'enrgimenter, je le crois aussi. Mais leur force n'gal pas leur union et la soif de la vengeance qui les dvore est impuissante ; ils reconnaissent leur faiblesse ; et ds lors ils sentent la ncessli de diviser les patriotes de se 'renforcer d'un des dbris du parti rpublicain i et d'armer les amis de la patrie les uns contre les, autres. Voici donc le langage qu'ils vont rpandant par le monde en affectant pour ceux aux^tels ils l'adressent, un intrt mal d gxiis. J'emprunte leurs expressions.
On a fait le 18 fructidor disent ils mais S crOyez-vous qu'on l'ait fait pour vous, pour la tpubllque ? Non "sans doute; le pouvoir qui l'a tait n'a eu eh vue que ses propres inttts ; il a de bien autres vues; il veut rduire le corps lgislatif un tiers de ses membres, lui donner un pvaideut vie et alors nous aurons un gouvernement dfinitifs
' Quelques membres. Oui, un roi....
Bailleul. Je me suis servi de leurs expressions. A ce discours, les amis de la Rpublique s'inquitent, s'ularruent. Les plus chauds, Ici plus souponneux les plus jaloux amans de la libert Croient l voir en danger ; ils voient un usur-
pateur prt les asservir ; ils dirigent leurs sottp ons sur les 'meilleurs citoyens ; se dtachent-de leur cause et, trop dociles aux conseils et aux suggestions des royalistes, ils abandonnent les rangs des patriotes et au moment des lections vont grossir le parti et le nombre des suffrages contre-rvolutionnaires.
Je suis flatt que Garnier ait pris la parole pour vous faire cbnnatre ces odieuses manuvres. Il suffira sans doute de les avoir indiques pour qu'elles soient sans danger. Une explication tait peut-tre ncessaire cette tribuns ; car enfin a ces bruits trangers ces accusations clandestines, ces dnonciations anonymes, on joint les noms de tel ministre, de tel directeur de tel dput de Bonaparte ; et beaucoup de gens prenant ces bruits_ pour vrais vont les reporter par-tout de la meilleure foi du monde. J'ai rassur pour ma part, une foule de bons citoyens qui sont venus m'en entretenir ; ct je crois que la discussion qui vient d'avoir Heu suffira pour calmer toutes les inquitudes J'appuie au surplus les propositions de mon collgue Garnier. Ces propositions sont adoptes.' Tous les congs donns aux reprsentans du Peuple sont annuits. La commission crira ces reprsentans de revenir leur poste. I! u'en sera pas donn d'autres jusqu'.nouvel ordre.
On demande de toutes parts l'impression du j attributions* de ia commission des inspecTcurs' discours de Bailleul. ."''.' A la suite d'une motion d'ordre faite par lan
L'impression est ordonne. t Debry, il a t arrt que le 3o veptoss pro-
Bardon-Boisquetin. Je demande la parole pour chain, il sera clbr un~ fte nationale ddie une motion d'ordre sur les lections. Je. regarde la souverainet du Peuple, la dernire rsolution que vous ave2 adopte Riou a fait arrter que jusqu' la paix dS-* comme incomplette; elle ne dfinit pas si les nitive la commission de marine aurait Ja parole jeunes gens de la premire rquisition auront, toutes les fois qu'elle la rclamerait, le droit de voter. Je demande si vous laisserez entrer aux assembles primaires les jeunes gens qui sont rentrs dans leurs foyers sans cong, ou qui n'ont jamais t l'arme; ceux qui, cachs dans une retraite obscure, voluptueux et corrompus ont vit de marcher en donnant I se les plus futiles prtextes en feignant d'irna- | en a propos le rejet, ginaires maladies ; ceux qui. se sont arms contre vos lois; ceux qui riches mais sans vertus ont donn le scandale d'exceptions achetes, tandis que le fils d la veuve, dont il tait le soutien, quittait sa mere infortune pour aller au combat; ceux qui ont mieux aim servir la messe aux pieds des autels, que la Patrie dans les camps ; ceux qui ont prfr une tole la vaste moisson de lauriers dont leurs frres se sont couverts ; ceux enfin qui rfugis apjour d'hui dans les dpartemens de l'Ouest, y ob tiennent un asVle contre les lois rendues l'gard des rquisitionnaires
Le conseil reoit et approuve de suite une rsolution du 6 pluvise qui autorise l'archiviste dlivrer les formes et matrices cjui Ont servi aux mandats, pour imprimer les effets au porteur et les bons de deux tiers.
Vemier rsume le rapport qu'il avait fait il y a quelques jours ,. sur une'rsolution du'si nivse, qui accorde des pensions des employs de la rgie de l'enregistrement. Le conseil approuve la rsolution. La sance est leve.
jVj B. Dans la sance du it le conseil des cinq-cents a charg une commission de lui prsenter un projet de rglement qui dtermine les
On a repris la discussion sur l'organisation de l'ordre judiciaire.
La commission du conseil des anciens, charge d'examiner la rsolution qui fixe le lieu o, tiendront les assembles lectorales de l'an-6,
Errata du dernier article de littrature.
ire colonne les jeunes filles du hameau, lisez: des hameaux. Et elles reviennent ; effacez et.
2me colonne mad. Pipelet semble occuper aujourd'hui ce premier rane lisez : le premier rang.
S""5 colonne l'hymne la Divinit, chant par les thophilantropes donne une autre ide, lisez : une haute ide.
5me colonne il s.emble avoir reu sa palette Je demande qu'une commission nous fasse un J des mains de la Nature, placez un point et une rapporta ce sujet. j virgule aprs cette phrase; effacez-les aprs le
Savary. Cette question rentre dans les att'ri- I mot productions, butions d'une commission dj nomme, et qui I II se dcida publier, etc. lisez ": il se dcide, doit faire un rapjport sur les conditions auxquelles j ramnent l'ge d'or, lisez : ramenrent, les militaires, dans leurs foyt'ts, pourront voter 6mt coionne prolonKe cs honneurs, Usas dans les assembles primaires. 1 0
Je demande le^renvoi cette commission.
Le renvoi es/t ordonn.
Ludot prsente un projet de rsolution qui cre une commission temporaire d comptabilit pour liquider les comptes arrirs.
Portiez, de l'Oise nattaque point le fond du projet ; il le regarde comme un de ces actes auxquelles circonstances extraordinaires peuvent forcer le lgislateur: mais qui doit appartenir la nomination des cinq nouveauy. commissaires ? au directoire ? mais ces commissaires auront rgler des comptes auxquels les agens du directoire ne sont pas trangers? Le directoire vrifiera donc, par des aggns, leS comptes de ces agens? La constitutionTria point eu cette intention en attribuant au corps lgislatif la nomination des commissaires de la trsorerie et de la comptabilit.
Portiez'vote pOur que ces nouveaux commissaires soient nomms par l corps lgislatif.
[ ses honneurs.
Amsterdam .. Idem codrant Hambourg...
Madrid......
Idem effectif.. Cadix .......
Idem effectif..
Gnes......,
Livourne. Lausanne ...,
Sale.........
Londres....,
J 3o jours.
COURS DU CHANGE. Bourse du 11 pluvise. Effets commtrcablit.
a 9 joui.
58 i "56T-198 12 n i5 6 i i5 t i5 1 3
94* io3|
ib. ib.
P
Lyon....... S p.
eillc 1 b.
i5 jours. 10 jours. i5 jours. 10 jours.
Marseille.... 1 b.
Bordeaux... au p.
Bailleul est entendu sur cette question. Il la j Montpellier, au p. pose de la manire suivante : l'tablissement ropos est-il constitutionnel ou ne l'est-ilpas? I Effets publics
il est inconstitutionnel, ni le corps lgislatif, Tiers consolid..................-. 18 liv. toS
ni le directoire ne peuvent nommer aux places Bons,deux tiers.................... a 1. s. 9 d.
dont il est question. S'il est constitutionnel la nous trois quarts'..'.'.".'.'.'.'.'!.'____.......21
nomination doit appartenir au directoire ; car la i Bons un quart.........!. 3i 1. pour cent pcrt<
commission propose est temporaire, ne peut tre compare celles de la-trsorerie et del comptabilit et elle est place sous l'inspection et la surveillance de ces dernires Bailleul vote
pour le projet. L'urgence est dclare "et le projet adopt.
SPECTACLES. Thtre de* la Rpublique et des .arts. Auj,. Spectacle demand. dipe Colonne, et le ballet de Psych.
Odon. Auj. Mdiocre et Rampant, prec
de
( Nous le donnerons s'il est approuv par le j l'Epreuve nouvelle. conseil des anciens. | T,uU,,tl, D(J VAUOBmLE. Auj. Santeuil et De-
La sance est leve.
minique ; la Succession et la Comte.
Le prix de l'abonnement du Mniicur cjt de 2', fmics
. ., r ,---------.....pour trois moi, 50 franc pour su mnh
ife cliauuc moi. Il faut adteiser les lettrs ct l'argent, franc de port, au citoyen Aubky, ihrt., ,r
A Paris de l'imprimerie du citoyea Agasse, pr*-!
, et 10O francs poui l'anne entire On ne 'abonne qu 'au coma"""* de ce journal, rue des Poitevins, u8 iS.
itcur, rue des Poitevins, u i3.


GAZETTE NATIONALE ou LE MONITEUR UNIVERSEL.
y i33.
'lridi 13 pluvise l'an 6 Je- / Rpublique Franaise, me et indivisible. ( jeudi 1er fvrier 1798 /. i/. j"
P O L I T I
ALLE M A G N E. Rastadt, le \% janvier.
Lia confrence que les ministres franais avaient fait proposer M. le comte de Metternich ministre imprial, a eu lieu hier. Peu de tems pfs ^ les premiers se sont rendus chez le baron ffAlbini, et lui ont dclar que >> d'aprs les jnjuuctions et tes ordres qu'ils avaient reus, de leur gouvernement, ils taient chargs de dclarer la dputation de l'Empire, que la limite du Rhin serait la base du trait de paix conclure Sans doute que demain 19, jour fix pour l'ouverture des sances il y sera fait un rapport sur- cette dclaration prliminaire des aanistres franais.
La comtesse de Metternich tait peine arrive hieravec sa hlle, ci-devant cbanoinesse de Remi-remoiit," que les ministres franais envoyrent U complirnenter. Aujourd'hui elle a reu la vilite des ministres et autres personnes attaches aux diffrentes lgations : ou y a distingu le _it. Treilhard, avec deux des secrtaires de la lgation franaise.
Du 19 janvier.
LA sance solennelle de la dputation de l'Empire s'est tenue ce matin : on n'y a pas observ toute les crmonies d'usage en pareil cas. Le 'comte de Metternich s'est rendu seul dans la talle des confrences o il a donn communication des ouvertures qui lui ont t faites par les ministres franais : on ne sait pas positivement quoi elles consistent.
On assure que lorsque la dputation de l'Empire a demand au ministre de l'empereur la communication des articles secrets de la paix d'Udine ce ministre lui a rpondu qu'il 1 accorderait d'autant moins que l'empereur n'avait pas demand aux Etats de l'Empire calle des articles secrets des paix particulires qu ils avaient conclues avec la France.
ITALIE. Venise', le 1er janvier.
Plusieurs de nos banquiers ont reu de Vienne de lettres de crdit pour le gnral Vallis, nomm commandant en chef de ce nouveau dpartement imprial.
On a aussi recommand l'intendant gnral des finances anonymement ; ou fait un mistere de- son nom mais on croit que c'est le comte de Zizendorf.
Le gnral Mack est ici avec plusieurs officiers autrichiens pour combiner l'vacuation des Franais, qui doit avoir lieu incessamment. Les nobles riches se consolent dans l'esprance de conserver leurs titres. Lesngociansse rjouissent en prvoyant un meilleur sort ; les patriotes fuient, dans la certitude qu'ils seraient l'objet de la perscution. Les plus malheureux, et les plus dpourvus de ressources sont les Bcrna-vottes ( nobles pauvres ) ,, et les Palatins ( gens de loi. )
RPUBLIQUE CISALPINE. De Bologne le 6 nivse.
. / Les.1 nouvelles du duch d'Urbin se sont plei-ne*ent confirmes. Le 2 nivse Pesato une troupe de patriotes arms arrtrent le commandant des troupes papale3 qui fesait la visite des Postes. Ils s'emparrent des postes et firent prisonniers les soidats qui les gardaient ainsi que Ceux qui taient aux portes de la ville. Le gouverneur de la province Mgr Salzzo se voyant *trt dans son palais, et craignant d'tre la ctime defeette insurrection crivit au gnral 'Ombrouski comme gnral d'uue puissance '""e i pour obtenir des secours.
Dombrouski lui rpondit que comme employ Service d'une puissance neutre il ne pouvait "'te avancer ses troupes ; mais que si M. le gouverneur croyait sa vie en danger, il pourrait, sous sa responsabilit personnelle, lui offrir les *ecours que rclamait l'humanit. Il envoya en *"et, Pesaro le gnral Lechi avec un corps oe troupes, pour maintenir le bon ordre dans la ""e et dans 'ses environs.
Les Cisalpins en arrivant, trouvrent une municipalit provisoire dj installe et une garde civique sous les armes. Reconnaissant, selon les principes rpublicains la souverainet et l'indpendance de tous les Peuples ils se bornent a veiller la tranquillit publique et laissent au Peuple de Pesaro le libre exercice de ses droits.
Les patriotes de cette ville se sont ports ensuite Fano Sinagaglia et dans les environs pour aider leurs itres secouer aussi le joug papal.
Nulle part les agens du pape > 'ont essay de fajre de la rsistance, et par-tout on a organis sur le champ des municipalits et une milice nationale, Des dtachemens cisalpins ont aussi t envoys dans les villes o ils ont t reus avec une joie universelle. Ou croit qu'elles suivront l'exemple de Pesaro et s'empresseront d'envoyer des' dputs Milan pour demander leur runion la Rpublique Cisalpine.
Je ne dois pas oublier de vous dire que le premier acte de la municipalit de Pesaro aprs son installation fut d'crire au gnral Dom-brouski pour 1 inviter faire avancer ses troupes dans la ville et dans les pays circonvoisins. La lettre pastorale de l'vque de Pesaro est dans le genre de celle crite par l'vque de Brescia au moment del rvolution.
11 dit : >i Ce que nous devions hier au pape comme prince temporel nous le devons aujourd'hui la Rpublique etc. >>
Du 12 nivse.
On vient d'ouvrir deux cercles constitutionnels dans cette ville. Le Peuple y accourt en foule, et coute avec intrt Qcs discours simples et' instructifs.
Les autorits constitues et l'tat-major de la garde nationale ont prt le serment exig par la constitution. Cinq municipaux ont seuls refus de le prter. Ils ont t dposs au nom de la loi.
Hier, on exhuma les corps des jeunes patriotes Zamboni et Rotandi, que le vice-lgat fit trah-glerpeu de jours avant l'arrive des Franais dans cette ville. Ils ont t brls avec beaucoup de pompe et de solemnii ; et leutS tendres ont t renfermes dans des urnes qu'on a dposes dans la salle d'instruction publique. Beaucoup de patriotes vont arroser de leur larmes ces reliques prcieuses et conoivent une plus forte haine contre la tyrannie.
Milan le 28 nivse.
Programme de la fte de la Reconnaissance envers la Rpublique Franaise qui sera clbre Milan dans te Champ de Mars le i pluvise ; approuv par le corps lgislatif.
On lvera devant le temple de la Libert un trophe scnique, reprsentant les anciens emblmes de l'aristocratie; deux magnifiques orchestres seront placs latralement et derrire le trophe un grand autel de forme cubique emblme de la solidit.
On lira sur le ct antrieur Ces mots :
la reconnaissance de la rpublique cisalpine envers la republique mere.
Au pied du trophe on verra le Gnie de l'Italie enchan, couvert d'un vtement lugubre, et pleurant la perte de la libert;', au milieu de quatre autres Gnies, reprsentant l'Enfance, la Jeunesse, la Virilit et la Vieillesse.
Ds que le signal de la fte sera donn les troupes cisalpines s'avanceront dans le Champ de Mars o les troupes franaises se mleront avec elles.
Ds qu'elles seront dployes les orchestres feront entendre une musique iugubre et varie-, selon les diffrens ges des Gnies; ensuite le bruit des tambours et le son des trompettes annonceront des volutions militaires et l'exercice feu qui prsentera l'image d'un combat.
Une dcharge gnrale de canons interrompra la mle, et aprs quelques mooaens d'un silence profond et terrible le Gnie militaire de la France sortira du temple de la Libert, vtu avec une simplicit noble, suivi de quatre autres Gnies tenant ea main le premier un flambeau,
le second une pe le troisime uu triangle le quatrime un bton. f
Au-dessous de cet emblme seront reprsent le gnral Bonaparte, et les autres chefs qui sa sont l plus distingus dans la carrire de la victoire.
Le premier Gnie renversera d'un coup de ses traits teiribles le trophe excrable et aussitt les chanes du Gnie italien et de Ses compagnons seront brises.
L'Enfance recevra un flambeau, symbole d l'instiuction ;
La Jeunesse une gloire attribut del force;
La Virilit un triangle, emblme de la sagesse;
Et la Vieillesse un bton signe du soutien qui lui est d.
Les Gnies se livreront ensuite aux douce treintes de la fraternit, et jetteront de concert les dbris du trophe sur l'autel.
L'Enfance y mettra le feu avec son flambeau symbolique.
Deux churs de jeunes gens de l'un et l'autre) sexe, vtus de blanc, entonneront l'hymne de la victoire, et les refrains en seront rpts par le Peuple, au bruit des jnstrumens jusqu' ce que le's emblmes de l'aristocratie soient entirement rduits en cendres.
Les churs seront choisis parmi les familles de nos frtes les plus indiens ; les jeunes garons recevront du prsident du directoire une mdaille de 20 liv. ou la valeur correspondante ; et les jeunes filles une assignation de ioo liv. payable lejour de leur mariage.
La lte sera termine par un embrassement fraternel entre tous les citoyens C: SUISSE.
De Ble le 25 janvier.
La rvolution de notre canton se poursuit avec calme. La commission compose de 3o membres, dont 15 de la ville et i 5 de la campagne et charge de nous donner une nouvelle constitution, est en pleine activit.
Un incident toutefois a pens troubler notre tranquillit. Le 17, nous avions appris que leS habitans de l.iesthal avaient plant I arbre de la libert orn du drapeau tricolor. Peu aprs nous recevons la nouvelle qu'ils taient tort animes contre notre ville, parce que les ennemis d- la libert et de l'galit avaient rpandu caloni* nieusement que 'a ville de Baie avait demand aux rgences de Renie et dr bo\- ure ds secours contre le teste du canton. Dj 400.> hommes des campagnes se prparaient, a marcher vc-s Haie ; nuis deux de nos patriotes les plus prouvs, Schmi.it et Sihlin, ont t leur parler le lanjjjoa de la vrit et de la concorde et les ont dt.:utn3 de leur dessein. C'est la nuit suivante qu'ils-ont mis le lu au chteau de Wallemboui tr, rsidence d'un avoyer quelques lieues de Liesthal; mais ils n'ont commis d ailleuts aucun autre dg'.
Le 18 les deux conseils assembls, ont rsolu que. pour achever de les appaiser, on leur enverrait une dputation compose d'hommes eu qui ils pussent avoir une pleine confiance ; et on a nomm, pour cet effet, Legrand, Vischer, Sebuiidt et Stcehlin.
Ces dputs ont t chargs de dtromper les habitans des campagnes de leur erreur, re* lative aux prtendus secours demands autf membres de la confdration, et, pour preuve que les bourgeois de Ble taient sans mfiance leur gard de leur dire que la ville leur offrait de recevoir dans ses murs six cents hommes arms pris parmi leurs concitoyens de S campagnes ou de leur confier la garde de la place concurremment avec la compagnie franche* Il a aussi t arrt que le snateur Vischer t le licenci Schtnidt se rendraient la frontire, pour assurer ceux de leurs allis qui pourraient? s'y rassembler, que la plus grande union rgnant entre la ville et la campagne tout secours tait inutile.
Les dputs ont t reus Liesdial avec enthousiasme. Les habitans de la campagne ont dpos leur mfiance, se sont dtermins a cnvover leurs troupes fraterniser Ble et d aptes la permission du snat que leur agesse reconnat jusqu' l'orcanisatton d'an nouveau gouverne- ment ils ont nomm les oliic-eM qui doivent commander ces troupes.
La socit'qui a pour objet d'entretenir l'harmonie entre les citoyens vient d'inviter la bout-


534
geoisie porter la cocarde tricolore dont 1r habitaus de la campagne otit fait choix afin .de prouver ceux-ci ds leur entre dans la ville combien ces bourgeois sont disposs faire cause Commune avec eux.
La mme socit les a invits, par une adresse imprime concourir au but qu'elle se propose et les prie de l'aider maintenir le repos, ia sret et la proprit, eu attendant que le grand ouvrage de la rvolution soit consomm.
l ne tardera pas 1 tre. Hier matin, notre corps de chasseurs cheval a t au-devant'de ses frres d'armes arrivant de Liesthal. Tout tait prpar ici pour leur faire la rception la plus amicale. Notre objet est rempli. Nos concitoyens de la campagne vivent avec nous dans la plus touchante union.
L'aprs-midi. les citoyens tant de la ville que de la campagne, chargs conjointement de la garde de ia ville, ont prt, entre les mains d'une dputation qu'ils ont nomme de concert, le serment de demeurer Suisses d'tte les dfendeurs de la libert et de l'galit des droits civils des personnes et des proprits, de maintenir l'ordre et d'obir leur commandant.
Cette solennit a attir dans nos murs un grand nombre de citoyens du pays et d'trangers : la joie universelle s'est exprime de tontes parts et les aits patriotiques sont venus achever d'embraser toutes les ames de l'enthousiasme de la libert.
Hier 2i on a plant ici l'atbre de la libert. Aujourd'hui tous les comits des habitans de la campagne sont assembls Liesthal pour dlibrer sur la nouvelle constitution. Ceux qui les dirigent prviennent tous les dsordres^Les impo_-sitions sont perues comme auparavant et on continue d'obir auxavoyers. Cette modration au milieu d'une fermentation qui pourrait en faire passer les bornes, honore infiniment les habitans de notre canton et servira peut-tre de modle au reste d la Suisse.
RPUBLIQUE FRANAISE. Paris le 12 pluvise.
Le ministre de la police a t inform qu'on a saisi, prs de Vitr, le quartier-gnral des chouans. Ils ont t vendus par deux des leurs, qui ont obtenu la vie cette condition. Ces rebelles ont oppos en vain la plus vive rsistance. Huit des leurs ont t tus ; les autres ont t faits prisonniers. On a saisi la caisse l'arsenal les plans les contrles et une correspondance des plus volumineuses.
Le gnral Murt parti de Paris depuis trois jours est charg de lettres adresses aux gnraux franais Rome.
Analyse des observations sur les theatres du cil. Amaury Duval.
Ce nom qui est celui d'un homme d'esprit, chef du bureau des thtres la direction de l'instruction publique ne peut manquer d'en donner une nie favorable : il suppose de grandes connaissances dans cette partie qui fait la principale occupation de l'auteur.
Dans un moment o les spectacles leur tat dplorable, l'inceititude du sort des artistes, la situation plus fcheuse encore de quelques entrepreneurs la dcadence dont l'art dramatique est menac la dispersion des talens les projets de runion de rduction de rorganisation la disette d'auteurs distingus de nouveauts bonnes et durables, font la matire de toutes les conversations. Il peut tre intressant d'olliir au public une courte analyse de cet crit, et d'y ajouter quelques rflexions. Peut-tre le corps lgislatif septirat-il combien il est urgent qu'il s'occupe enfin de cette matire s'il ne Veut voir s'anantir un art qui a tant contribu la gloire de la France. En rflchissant sur l'influence que peut avoir le thtre dans un gouvernement tel que le ntre sur les murs et l'esprit public, on verra qu'il n'est peut-tre aucun objet aujourd'hui qui mrite davantage d occupper l'attention des deux conseils.
ii Les thtres dit le citoyen Duval, ne sont point ce qu'ils devraient tre dans une Rpublique, des coles de got, de morale, de patriotisme. >> Il aiiribue ce dfaut la libert illimite qu'accorda la loi du i3 janvier 1791 (1). s L'assemble constituante, ajoute-t-il, n'en prvit pas tous les inconvni*ns. C'est alors qu'on vit s'lever une multitude de thtres, dont les cntiepreneurs engagrent san3 choix tous les ar-
U)t L'crit porte t7g3. C est une faute d'impression importante relever, pour qu'on ne puisse croire que cette toi appartienne des ictus rvolutionnaires.
tsteS qui Se "presritainY', et adoptrent de niui toutes les pices qu'o leur offrait.
Il dit plus loin : Londres bien plus peuple que Palis, n'a que quatre thtres : il n'y en avait Paris avant la rvolution que trois ,. qui pour se soutenir avaient besoin des secours du gouvernement. Aujourd'hui on en compte dans cette commune plus de vingt qui sont ouverts tous les jours. .
Il y a ici quelques erreurs de fait. t. Ni avant, ;ni apis 1a rvolution les entrepreneurs n'ont jamais engag d'artistes, ni reu de pices sans choix ; ils ont choisi, au contraire ce qu'ils ont trouv de meilleur, et ce n'est pas autrement leur faute, si ce meilleur n'a pas paru assez bon : il ne faut en acuscr que la disette des talens, qui n'ont jamais t communs et sur-tout leur dispersion qui produisait dans chaque thtre des socits mal assorties ct sans ensemble.
2a. Si Londres n'a que quatre thtres ( et mme que tiois, car les trtax de Sadler-Wells, qui feraient le quatrime ne supportent1 qu'un'petit thtre de marionnettes, ouvert seulement dans l't, quand les autres sont ferms ) c'est que le got du spectacle n'y est pas aussi rpandu qu' Paris. Rome, incomparablement moins peuple, en entretient jusqu' sept, et c'est un fort argument contre le projet de ThOuret, qui consiste .fixer l nombre des thtres en raison seulement de la population. Cette ide n'est admissible qu'en combinant la population avec la richesse de chaque commune et sur-tout avec son got pour les spectacles.
3. Il est encore moins exact de dire qu'il n'y avait que trois thtres Paris ayant la rvolu-tionr-0ur-en-co'raptartt-rf^ noms; t. !e Thtre Franais au Luxembourg; 2". le Thtre Italien, rue FaVart; 3. l'Opra, porte Saint-Martin ; 40. le Thtre de Monsieur, aux Tuileries; 5. les Varits, d'abord rue de Boody et ensuite une extrmit du Palais-royal ; 6. le Thtre de beaujolais l'autre ; 70. Nicolet ; 8. A.udinot ; 90, les Elevs de t Opra tous trois aux Boulevards. Ce dernier ne se soutint pas. mais la salle subsiste, et fut toujours remplie par des batteleurs de passade. Ceux qui se sont levs dapujs, sont t. le Thtre de la Cit, qui s'est empar du rpertoire des Varits, quand la socit qui l'exploitait y a renonc pour former une troupe rivale des Franais ; 2. le Vaudeville ; 3. le Thtre rue de Louvois, qui n'tait que le rtablissement de Beaujolais, dont Mlle. Montan-sier avait achet le local. 40. et 5. les Thtres de la rue Martin et du Marais qui s'y sont ruins, et dont les salles, occupes aujourd'hui par des socits passagres, n'oi.t presque pas d'existence. Ainsi, de ces cinq nouveaux, thtres trois seulement subsistent : quelques autres, aux Boulevards, y etdent avant la rvolution, et ne mritent pas d'tre compts.
40. Mais je ne s,ais qui a pu dire au citoyen Duval que ces thtres reussent des secours du gouvernement. Le thtre franais en raison de-son lotgnenient du centre des affaires fesait, la viit, peu d recette l porte ; mais il se soutenait trs-passablement du produit assur de 36o,ooo liv. de loges l'anne ; et si en btissant la nouvelle salle le gouvernement s'est plu faire de concessions utiles quelques particuliers ce n'tait nullement titre de Secours mais bien de rcompenses des talens trs-distingus qui les avaient mrites par de longs services- Il en est de mme de la sll, cde la socit entire. Le gouvernement fut trop magnifique pour vouloir en tirer un loyer.
Les laliens n'eurent pas plus recours lui : ils fesaient de fort bonnes recettes ; et, s ils s'endettaient considrablement ds-lors, c'tait par dfaut d'ordre et parce qu'il est de l'essence des thtres en socit permanente de ne jamais rembourser les dettes des prdcesseurs et d'en faire de nouvelles en laissant aux successeurs le soin de s'en affranchir comrhe ils pourront. Cette conduite est assez naturelle ; mais elle a cet inconvnient que les arrrages Se grossissent chaque anne qu'ils absorbent enfin le capital et que le thtre finit par s'anjantir. Les autres thtres vivaient : quelques-uns mme se sont enrichis, tels que Nicolet ; plusieurs auraient pu en(faire de mme. L'opra seul, cras d'abus qu on n'a jamais eu le pouvoir, ou peut-tre la volont ferme d'extirper a toujours t charge au gouvernement.
}[ n'en est pas moins vrai qu'il y a trop de thtres Paris ; mais ce qui leur nuit Je plus encore est leur trop grande indpendance et le dfaut de rglement, Les entrepreneurs, dit le citoyen Duval se dbauchent leurs, artistes se dsorganisent leurs troupes....... Dans'
les dpartemens cVst pis encore. L c'est l'entrepreneur qui fait banqueroute et laisse les acteurs sans salaire et sans pain ; ici ce sont des artistes qui abandonnent l'entrepreneur et le ruinent sans qu'on puisse avoir recours contre eux. Enfin les auteurs ne touchent qu'avec des peines infimes les lgitimes droits quils se sont
reserves.'Les poutsmtes judiciaires sont qu impossibles; avant que le procs soit ju, devant les tribunaux, ceux que l'on pouIM sont deja'partis ou sont restes insolvable^
fauteur propose des moyens contre ces irrcon vemetis dont il n indique icfquute'pariier-e'v." (d'abord de remettre tous les thtres sous l'au" n tdrit'et'la^w/ii?rt;e^iar> police seulement : il faut encore qu'il ait le droit :" de fairrlevrgtenwms- convenables pour lcur n administration gnrale, dans toute' l'tendue d n la Rpublique d'en fixer le nombre le sente et l'emplacement. Eh-! >quelle"prof.-ssionpeut !>i s'appliquer plus justement l'article 356 de l'acte m constitutionnel : La loi svitvmLLU particulire if rement Us professions qui intressent les-'Meurt si publiques. 11. r
Tel est, en efJet,"le: texte de da constitution.
v C'est donc la loi dterminer en' quoi doit consister cette surveillance. Mais en lsant cette loi qui nianqbe il faut bien se garde? d'une'"erreur
; trop gnralement rpandue savoir qu'une entreprise de spectacles est une spculation de commerce eomrne toute autre. L. gouvernement a trop d'intrt ce qu'il existe des thtres, ce qu'ils' soient composs de la manir la plus favorable l'art ct tous ceux qu'ils intressent, ce qu'if n'y soit pas reprsente d'ouvra'ges contraires aux moeurs et l'esprit public pour que la loi ne lui donne pas le droit d'intervention sur toutes les parties ( mme la-partie-financiere^deTes tablf^ sernens. Il n'a eu jusqu'ici, d'autre moyen que la lot rvolutionnaire de Couthon qui consiste fermer un thtre pour punir le seul entrepre-
_neur des griefs qu'on lui impute. Il n'en g us qu'avec rpugnance faute d'une meilleure et peut-tre mme polir faire Sentir combien une loi plus juste devient ncessaire et urgente. Il est tems, eh effet, que l corps lgislatif prouve son amour pour les arts, en se htant de les tirer du chaos de l'arbitraire o ils demeurent plongs.
Mais si le governfcrherit, qui n petit t ne doit que surveiller les thtres, en leur donnant 11 meilleure organisation Sous' tous ls rapports1, veut ericotlrager les auteurs t ls artistes seconder ses intentions rpublicaines, il faut qu'ile)tl ait les moyens. Le citoyen Duval en propose Un qui, soumis il y a plus de deux ans au ministre de l'intrieur, fut prsent par lui au directoire, avec un projet de messag., et en fut favorablement accueilli ; qui, retard nanmoins par les circonstances fut reproduit depuis par une ptition particulire au corps lgislatif, renvoy a la commission d'instruction publique t n'a pas encore obtenu de rapport. Voici en quoi il consiste :
<< Les ouvrags des auteurs liiofts depuis dix ans et. plus ont t dclars proprits publiques, et pourtant ils n'ont t jusqu' ce jour que celles des entrepreneurs qui les font reprsenter leur profit : c'est un abus contraire l'esprit et mme au texte de Ut loi ; car puisque ces pices sont des proprits publiques c'est le govrrieieiit comme reprsentant la paiti publique qui t'b't en percevoir les fruits. Les auteurs, en consentant que leurs pices devinssent apis eux l'hritage de la patrie se sont acquis un droit rel sur celles de leurs prdcesseu s. Le produit doit donc tre exclusivement employ l'avantage de l'an, tt rcompenser ceux, qui par des talens estimables ct des productions utiles, se Seront distingus dans la carrire du thtre. 1
Craignant ensuite que ce produit ne soit pas suffisant pour fournir tout ce qui est ncessaire a la prosprit de l'art dramatique et aux Irais de l'admiiiisiratioii gnrale des thtres dans lesquels l'auteur comprend les ftes nationales il propose encore de rendre permanent l'impt du dixime sur les billets de spectacles. l avaitt tabli dit-il ,. pour les indigens ; mais on peut lui donner une nouvelle destination a prsent que la loteiie a t spcialement consacre au soulagement de l'indigence et que, d'ailluts, 61 cherche en ce moment des ressources plus efficaces que celles employes jusqu' ce jour.
Il y aurait beaucoup de choses dire contre cette proposition ; mais ce n'est ici hi le moment ni le lieu de les dvelopper. Voici i'apperu dii planque le C. Duval propose au gouvernement, pour effectuer avec succs, la rorganisation des thtres. Un conseil ou bureau dramatique,
la
tablissement que I on ne cesse, dit l'auteur, solliciter depuis plusieurs annes, aurait, sous surveillance du ministre de l'intrieur, l'administration gnrale des thtres.... Il serait compose d'anciens auteurs dramatiques. Ces placs seraient leur rcompense et un motif d encouragement pour les jeunes potes. Ce conseil m querait au gduvernemeut les villes o il y jr0P de spectacles celles o il serait utile d'en etao-ir. Il serait mdiateur dans les contestations qui se-lvent entre les comdiens et les auteur, cit. -
() Il y a ici faute d'expression ou au rttoioi d'impression. L'auteur n'a pu prtendre que gouvernement devint directeur de Spectacles San agetis intermdiaires.


administrerait la caisse toatiqnaJ-e des-thtres ; il Indiquerait au gouvernement les nices joues avec le lus de succs sur tous les thtres etc.
Si l'on en tait au point de former l'tablissement' dont parle le C. Duval, et qui n'est pas fout--fit celui qu'on sollicite depuis plusieurs annes il mriterait d'tre soumis la discussion. In attendant, on peut remarquer qu'il serait dirli-tils de charger "uu conseil de neuf dix personnes nieeant Paris, d'administrer tous les thtres de la Rpublique : et que d'un autre ct il ne faut pas tarit de monde pour administrei une caisse qui ne doit payer que sur ordonnances ; iriais c'est toujours i'ir.dication d'une ide qui peut avoir une grande utilit.
L'auteur expose ensuite les thtres qu'il lui paratrait convenable de couserver. Ce sont-peu-tirs ceux qu'a propos Clinir dans sa motion d'ordre. Il se rsume ainsi t
Matre les thtres sous l'administration immdiate dit gouvernement ; autoriser la perception de la part d'auteur pour les pices dclares proprits publiques ; rendre permanent l'impt sur |cj thtres ftes et bals et en verser le produit dans la caisse nationale dont il a t parl. >>
L'auteur aurait d ajouter, comme disposition pou,moins-urgente revoir en entier les lois sur les proprits des arts en gnral et particulirement sur les proprits dtamariques, et les rendre -d^ n e-p K>mpte-e tJ'aci I ee x c u t io n.
Cet crit contient, comme l'on voit d'excellentes choses. Quelques-unes exigeraient un plus ljnk examen ; mais il est bien instant que le corps lgislatif eu jette au moins les bases, et l'amour qu'il montre pour les arts fait esprer ceux qui les chrissent, que leurs vux seront bientt exaucs.
. F R A M E R Y.
LITTERATURE.
Voyages d'Antnor en G ece t en Asie 3 vol. fe-80 avec figures par E. F. Lantier. A Paris chez Bernard libraire, quai des Au^ustins.
Dans cet ouvrage l'auteur a pris : route diffrente de celle d'Anachatsis ; on voit que son intention est d'crite pour les gens du monde et. Comme dit Horace lectvtcm delectando pari-'Mrfjut monendo. Il y a russi, Son iivie plat, intresse et instruit. La ci oyen Lantier a mis tout en action : il amen surla son-: les grands hommes, les philosophes ; il a eut Irass avec a-ltesse dans sa fable tout ce qui a trait aux murs aux usages des peuples c voy;;ge son hros et il a rajeuui, pour ainsi dire beaucoup de traits que l'on retrouve avec plaisir, quoique connus des jctcu'ts instruits. Son dialogue est vif et toujours naturel. Son style a del g'ar.e, de la chaleur, de l'lgance et de lu rapidit. Ou peut cependant lui reprocher' des ngligences et mme quelques lautes grammaticales chappes sans doute son attention ou celle de l'imprimeur. Les hommes graves et austres lui reprocheront quelques .tableaux voluptueux : ruais il a rpandu dans l'ouvrag-e une philosophie douce aimable, cl qui doit plaire aux ames sensibles. Quoique dans sa prface le citoyen Lantier cherche prvenir lcs> critiques en avanant qui! a renvers l'ordre des teins et bless la chronologie nous Itouvons qu'il a pris trop de latitude ; et avec son imagination et la forme de son plan il aurait pu aisment rprimer ses carts.
L'auteur s'garant dans un vaste champ a pro-rnenses acteurs de Jrusalem Babylone. On aime le suivre dans ses courses, parce qu'il a tt'in d'gay.'r la toute, et qu'il retrace toujours les riiurs tt les usages des peuples; mais dans le t'dbieau des Assyriens et sui-tout d'un de leurs satfp.s et de ses matresses, on voit qu'il prnid sH nodels dans les murs anciennes de Parts. Les Egyptiens paraissent aussi sur la-yrene. fout ce qu'en rappotte l'auteur, est curieux et intressant. On lit sur-tout avec plaisir et tonnement Ip.travaux et hs mystres de cette clbre initiation au temple d'Isis ; mais nous aurions dsir te ces rcits n'eussent pas t jets travers^ la mort, d'Aristippe dont ils suspendent l'intrt : Montrai hh h eus.
Le citoyen lantier pote et prosateur a sem d'iisson voyage plusieurs pices de vers de sa composition. Elles ne dparent pas ,sa prose. On Y trouve une chanson bacchique, qui a une teinte d l'antiquit et d-js veis, supposs faits par *j', sa mort, d'uue philosophie rare ce drfucr moment.
I' y a dans cette production trois personnages Pr|ncipaux : Antnor le.htos de la scne; Phanor *ott anti h et -Lasthhie amie'd'Aotenot. Le crac-'"re de celui-ci est grave et un peu froid. Phaiior, toujours amoureux toujours inconstant et toujours aimable iotresse tt plat par ses faiblesses dnies. Antnor est un caractre admirable : agesse, philosophie, sensibilit, grandeurd'amc, sont les btillautes couleur qui composent ..on fotttait.
Les entretiens 'Antnor avecudcuis. iVtnme
de
Polyphron, sur les lois de Solon sur le mariage, son trs piquaus et pleins de gat. L'histoire d Eudoxie qui avait empoisonn son amant, et le jugement de l'Aropage, sont crits avec cette chaleur et cet intrt touchant qui attache l'ame et la remplit de douces motions. La vie pastorale et bisarre du pote Bion oltre des leom.de la philosophie la plus douce et la plus raisonnable.
La plupart des notes sont curieuses et agtables lire. On reconnat pat-tout la -plume vive et anime de l'auteur de l'Impatient, du Flatteur du pome d'Herminie, et des Travaux de t abb Mouche.
CORPS,...LGISLATIF.
CONSEIL DES CINQ, CENTS.
Prsidence de BailleuL
SANCE DU 11 PLUVIOSE.
Gay-Vernon. j'ai demand la parole pbr Une motion d'ordre relative notre police intrieure; Reprsentans du Peuple si la rvolution a t souille de crimes ils n'ont appartenu qu'aux rois et leurs partisans. Le^pntivrrrimJ.nt-:par--blicain est tabli, et il doit avoir pour bases inbranlables la sagesse et la vertu. Le devoir des lgislateurs d'un Peuple libre est de porter un respect inaltrable l morale publique s'c'est donc dans cette enceinte que de tels principes doivent recevoir leur application. Votre palais doit tre consacr la sagesse; tout, autour de vous en doit prsenter l'image; votre gouvernement intrieur doit-prouver que tous vos efforts tendent donner l'exemple de cne vertu. Cependant, jettons des regards autour de nous voyons ce qui se passe ce qui existe jusqu.es dans notre enceinte '. si nous permettons l immoralit la corruption de s'asseoir prs de nous quel endroit de cette vaste cit pourra tre garanti de la contagion ? Les murs publiques cgaerent ou s'amliorent proportion que le gouvernement donne des exemples d'austrit ou de corruption. Proscrivons donc d'autour de nous tout ce qui annonce ce dernier vice ; la corruption s'tait glisse dans cette enceinte avant mme que votre .installation y et t signale par la plantation de l'arbre de la libert. Nous n'avons pas encore de lieu propre pour nous revtir de nos costumes et dj notre c-nctinte recel des maisons' de restaurateurs ; l sans doute, le luxe le plus insultant la misre publique sera dploy et des asyles ouverts la dbauche, la corruption, la fuieur du jeu. Lgislateurs southirez-vous un tel scandale ? ne voyez-vous pas le royalisme cherchant tous les moyens de vusavilii? quelle est, je le demande, la main invisible qui, jusques dans votre enceinte, a donn, sans doute au nom des Capcts. des logemens des ci-devant grands seigneurs ? Soufliiiez-voUs qu'ils donnent, jusques sous vos yeux l'exemple des habitudes contre-rvolutioanaires et des formes monarchiques ?
Je demande pour votre sret pour votre honneur, pour votre dignit pour le respect d aux murs publiques, que vbns preniez uo arrt portant :
i. Qu'il ne sera donn de logemens dans votre enceinte qu'aux citoyens nce/isaires votre service ou celui de vos commissions.
2. Que la commission des inspecteurs fera Connatre l'tat et le nombre des personnes qui ces logemens ont t donns ct quel titre ils ont t donns.
3. Que la mme commission vous prsente l'tat gnral des employs du conseil, et des dpenses que leur existence entrane.
Plusieurs membres. Appuy appuy l'impression.
Savary. Nomm par .vos suffrages membre de la commission lue depuis plusieurs jours je demande rpondre. Votre commission est peine entre dans l'exercice d ses fonctions et n'a pas encore une Connaissance exacte des oprations de celle qui l'a prcde ; elle a demand un tableau guial de ces opra-ions et va le recevoir incessamment. L'opinant a demand que la commission ne puisse donner de logemens qu'aux individus ncessaires au conseil; il a raison ; j'appuie cette'ide, mais je demand davantage.
li n'existe pas de- loi qui d'une manire claire etpicise-, dtermine la nature-des fonctions et traCe le cercle des attributions de la commission desirt3pecteurs. Dans son incertitude suri tendue de ses propres pouvoirs elle peut faire trOp ou trop peu rester en arrire ou trop s'avancer, ne pas plaire tout le monde, et s'attirer ainsi chaque jour des plaintes, tantt sur uu objet, tantt
Sur uti autr?. l y a uu moyen de parer a tel inconvnient. Le voici ;
Je demande qu'au scrutin si vous le jugez i propos, il sOit nomm une commission dexiu<| membres chargs de vous pr'hetuer uti projet qui rgle les attributions d votre commission t ct lui trace la ligne quelle lie pourra d* passer.
Cette proposition est unantmenint appuye.
Baraillon. Les faits que vient d'indiquer no.tr collgue Gay-Vernon sont trs-vrais. On a donn une grande quantit d'appaftemetis compris dans votre enceinte ds hommes extrmement dvous au royalisme. Sans doute vous ne voudrez pas avoir pour voisins des hommes aussi dangereux.
Quant ce que vient de vous dire Savary je puis lui icpondie qu'il n'a pas besoin d'une loi nouvelle pour rgler les fonctions de la commis* sion des inspecteurs ; et que si on veut concevoir uhe ide exacte des attributions de cette conv mission il est difficile de leur donner plus d'extension qu'elles ne doivent en avoir. Les fonc- lions de. cette commission doivent se borner purement et. simplement maintenir notre police intrieure et dlivrer les mandats pour les paie- mens des dpenses du conseil. Voil ses fonctions; je ne lui en connais pas d'autres. Quant aux logemens placs dans votre enceinte, je ne Jui_r e co i ii a i s nul lemen-tledreit- d^endisposer sans votre autorisation. Je ne veux pas dire cependant qu'il faille votre autorisation pour loger un huissier, un secrtaire-rdacteur, un messa- ger rfEtat; mais je crois qu' l'exception de ces fonctionnaires, vous devez Connatre le nombre et les titres des individus auxquels vous accorde^ des logemens.
J'appuie les diverses propositions de Gay-Ver-* non et je demande formellement que. la conv mission des inspecteurs ne puisse disposer de9 logemens situs dans votre enceinte sans votre autorisation formelle. : -
Savary. Je ne puis que rpter ce que j'ai die au conseil. La commission vient d'tre installe et ne sait mme pais encore si On a donn des logemens et qui. on les a donns. Je dois dire cependant que si pour les immenses dtails dont-votre commission est charge dtails purement d'excution et de dispositions intrieures il faU lait occuper la tribube et obtenir chaque tois une rsolution j'avoue, dis-je, que je vous plierais de reprendre la marque de confiance que vous m'avez donne, et que je cesserais d'tre membre de la commission. Au surplus, cette discus* siqn fait d'autant plus sentir la ncessit de rgler les attributions des inspecteurs de la salle. J La discussion est ferme.
Le prsident rappelle les propositions.
Celle de Savary est unanimement adopte.
Le prsident rappelle les propositions de Baraillon et de Gay-Vernon.
Plusieurs voix. Elles seront examines par la commission.
On demande l'impression de la motion d'ordre) de Gay-Vernon.
Estaque, et plusieurs autres membres. L'ordra du jour.
L'ordre du jour ne passe pas.
L'impression est ordonne.
Bentabolle. Je demande la parole pour Un fait qui m'ust personnel, pour vous entret-nir d'unes lettre que je trouve insre dans tous les journaux* lesquels l'ont eux-mnie6 transcrite du journal intitul : le Rdacteur. Cette lettre anonyme, date de Strasbourg. compromettant les premires au- tontes constitues et se trouvant insre clans / ( Bentabolle lit la lettre date da Strasbourg insre dans le il0 i3o du Moniteui. )
Bentabolle. Je n'ai nulle connaissance des faits dont il est question dans eette lettre- Je ne connais aucun des individus dont il y est. ta.itmen'-' tion quoi qu'on y annonce qu'ils sont du Upar; temint du Bas-Rhin. Je ne connais le gnral Augereau que par la haute rputation que 5cS services miuens lui ont acquise, et j'aime croire que ses services l'avenir, loin de la dmentir* viendront encore la confirmer < et lui donner ? s'il est possible un plus grand clat. Je dclare" que la calomnia dont je suis l'objet daas oslttf


136
lettre ,- *'8t uue atrocit sans exemple. Je dlie u'oti donne le moindre indice, je ne dis pas que je corresponde rais seulement que je connaisse: les individus nomms dans cette lettre. L'impression de cette pice me parat inconcevable ; je ne connais tien de plus affreux que d'avoir publi une lettre anonyme dans laquelle se trouvent les noms de Reubell de Bonaparte n'Augereau d un reprsentant du Peuple et de beaucoup d'autres citoyens. Songez que si de telles lettres anonymes sont accueillies publies il n'est pas un de vous qui puisse tre l'abri des traits de ia calomnie pas une autorit assuie de sou existence pas un citoyen tranquille et sans alarmes. J'ai d faite connatre au conseil un fait le cette nattirs et de cette importance. Je m'en apporte sa sagesse sur les mesures qu'il croira devoir prendre.
Le conseil garde le silence. Bentabolle desceud de la tribune. Aucun membre ne prend la parole.
Le prsident. On demande le renvoi de la pice dpose sut le bureau au directoire.
Une foule de voix. Oui, oui. ,
Le renvoi est dcrt sans opposition.
Quelques membres. L'impression de la dclaration de Bentabole.
Cette proposition n'a pas de suite.
Jean-Debry. Les jours destins par la constitution l'exercice de la souverainet nationale s'avancent. Lvs Franais ne mriteraient point leur libert si cette poque ne leur communiquait les utiles motions de l'esprance et d'un noble Orgueil; si, froids et apathiques, ils subordonnaient des calculs d'intrt ou de haine ce qui fut l'objet de la rvolution ce qui fera la partie essentielle du bonheur de leurs enfans Ce pourquoi enfin les lgions de nos dfenseurs ont vaincu : mais s'il est pour la nation d'un intrt si puissant qu'elle attache son droit d'lire l'importance et le prix qui lui sont inbrens ; s'il e** vrai que le majestueux spectacle d'un peuple immense pntr de sa propre dignit ralli prs de l'au el de ses droits, et confondant toutes les nuances- d'opinions dans le dsir iiergiqucment prononc, d'assurer par de bons choix si libert, sa proprit, sa sret ; s'il est vrai dis-je qu'un tel spectacle soit propre glacer les factions rompre de perfides trames dtruire l'excrable influence du gouvernementanglais,rendreau systme reprsematif l'clat etl'lvationd'osaprosp-rit dpend, doutez-vous, reprsentans du Peuple, qu'un ennemi qui tous les moyens sont bons ; qui vous a jet le gant de 1 extermination parce qu'il sait que l'instant du bonheur et de l'union des Franais est Ibeure de sa ruine doutez-vous que le cabinet infernal de Saint-James n'emploie ds--prsent toutes ses ressources pour vous empcher d'obtenir des prochaines lections, un rsultat qui consolide jamais la Rpublique ?Non, non versant torrens la corruption sur la France, il puiserait, s'il lui tait possible le principe qui le fait vivre plutt que de vous laisser donner au M onde l'exemple, mortel pour lui, dclaflicitd'un peuple libre.
Vos lois positives montreront la vrit au Peuple; un: police active la protgera ; et moi je voudrais le passionner pour elle je voudrais que sans le moindre intervalle il arrivt au grand' jour de l'exercice de sa souverainet pntr des sentimens, de la libert fier d'tre le Grand-Peuple et suivi dans ses assemblts primaires et lectorales, par les saintes et vnrables images de la patrie et de la constitution. Les ftes ne sont des jeux d'en-fans que lorsqu'elles sont prives d'un but moral qui les utilise; dans le cas contraire elles sont peut-tre les plus puissantes des institutions, et par institution j'entends ce qui forme, ce qui habitue. Que le 3o ventse il y ait, dans tous les chefs-.ieux de can-on une fte qui sera nomme la Fte de l Souverainet du Peuple, et que l'enthousiasme conservateur qu'elle excitera remplisse les jours de germinal, o son objet sera ralis.
Si jj'^ntends bien ce mot souverainet il ne consiste p,as faire tout ce qu'on veut mais tout ce qui convient ; une nation trompe peut agir diffremment mais mme en errant, elle ne veut que cela ; il est absurde de penser qu'un peuple puisse vouloir tre avili, asservi, malheureux ; ainsi sous ce rapport, soyez assurs que l'article 3/6 de la constitution formera le caractre essentiel de cette fte ; que tous les souvenirs qui seront rappels dans ce jour le gravc-iont profondment daosles esprits;
qu'il y sera port solennellement comme les tables de la loi l'taient dans les ftes du Peuple;Hbreu, et que le gouvernement Britannique frmira lorsqu'au milieu de cette pompe extrieure qu'agrandit les ides lorsque dans ces runions touchantes o la bienveillance confesse insensiblement toutes les affections les Franais comparant leurs esprances actuelles avec les exemples antrieurs s'crieront le mme jour, la mme heure, sur tous les points de leur territoire : il est vrai, c'est de la sagesse dcs4 choix dans les assembles primaires et lectorales', que dpendent principalement la dure la conservation et la prosprit de la Rpublique. Au reste, que! que soit l'effet du moyen que je propose il ne peut tre mauvais et vous aurez rempli votre de.voir.
Des hommes sages qui ont mdit sur les moyens de perfectionner la civilisation paraissent avoir tenu peu de compte, eu gnral de celui dont je lclame ici l'application particulire. Je me servirai, pour leur rpondre des paroles d'un homme qui ses ennemis ne refusent pas d'avoir profondment connu les ressorts qui conservent et font mouvoir nne socit. < -L'homme dit Mirabeau ,en sa qualit d'tre sensitif, est men bien moins par des principes rigoureux qui demandent de la mditation pour tre saisis sous toutes leurs faces que par des objets itnposans des images frappantes, de grands spectacles des motions
profondes........ > Cette vrit rigoureusement
pplKabl'ax iridividuT," l'est bien plus encore aux nations prises collectivement sur-tout la Nation Franaise qui propre la culture de tous les talens, et capable de toutes les vertus, est en mme tems, s'il m'est permis de le dire doue d'une mobilit si grande, que, pour tenir ses travaux pour conserver ses gots et ses meilleures qualits, elle parat avoir besoin de les transformer en passions et de les environner toujours de quelques prestiges,
Je ne ferais que rpter et qu'affaiblir ce qui est contenu dans l'ouvrage que j'ai cit si je voulais m'attacher prouver que les passions humaines habilemh't"stimul"s ,"hdn-sulnTenTcohTdlide"nf le bien tre produit par la lgislation positive mais dans des circonstances difficiles, peuvent mme suppler son absence. Je vous prie seulement de penser par combien de charmes et d'illusions diverses avant la rvolution le royalisme et le sacerdoce enchanaient les peuples assoupis. Je vous prie d'imaginer quels seraient ceux qu'ils multiplieraient pour couvrir leuis liens de fleurs et pour rendre la libert odieuse s'ils pouvaient revenir s'tablir sur ses ruines.
Mais sans nous garer en conjectures affligeantes souvenons-nous de ce fqUe nous avons prouv dans les ftes publiques o l'amour de la patrie, o l'enthousiasme de la libert gagnaient les curs les plus froids, o tous les sentimens affectueux et consolateurs, parcouraient les rangs des citoyens avec la rapidit de l'tincelle lec trique. Souvenons-nous de ces larmes verge aux funrailles de ce jeune guerrier enlev par un coup inopin la fleur de lge dans la carrire des succs ,'et- qui les regrets de la France entire semblaient appliquer la touchante exprs sion du pote latin :
Heu, miserandepuer, si quafata aspera rompas Tu Marcelius eris
Et convenons qu'il n'est point de fte nationale qui n'ait servi par quelque point la Rpublique. Ils le sentent bien ces mal-intentionns dont la constante tude est d'entraver ou d'avilir tout ce qui peut raviver l'esprit public, (e dirai lors de la discussion d'un projet qui vous a t prsent sur les tablissemens particuliers d'instruction comment il entre dans le plan de calomnie ourdi par l'tranger d'ernpch-r qu'aucune institution ne prenne racine, pour que le rgime de la libert, rduit quelques formes ct Tefoul par lys habitudes monarchiques ne soit plus en quelque sorte, qu'une abstraction qu un tre de raison ; mais je reviens l'objet de ma motion. Je dis qu'il est impossible que la commmoration solennelle que je vous propose, n'ait point une puissante influence sur les grands actes politiques qui doivent la suivre et c'est une influence de ce genre qu'il vous appartient d'exercer.
conque, quelle ne perdrait, en cessant d'tre! violable vonsii auriez point, citoyens r. i>r\.'
inu3tiicVUS naU"e2 PiUt c",plo> une Mesure
( La suite demain. ) _M. B. Dans la sance du i s du conseil d... Cinq-Cents, sur la proposition de Chabosi La.our e conseil a charg une commise existante de la.re dans la dcade son rapport sur le mode d excution de la loi qui exclm I -'-devant nobles des fonctions publiques.
Il a adopt le projet qui dclare les cranciers des ci-devant Jsuites cranciers de ,1'Etat.
Il a continu la discussion sur l'ordre inH ciaire. 3 *"
Le conseil des anciens a rappel tous ceii* de ses membres qui sont en con^ ct qu'il n'accordera point de nouveaux jusqu' la fin'des lections.
arrte congs
Il a approuve la rsolution du i8 frimaire oui porte que les pouvoirs des dputs nouveauxlus seront vrifis par le corps lgislatif avant le Die' mier prairial de chaque anne. .
erratum.
Dans l'opinion de Dedeley insre dans Ie deuxprecedens numros, aulieu de3o milhohrr" lisez : 3oomillions. *
Dans le n d'hier, plusieurs glises ont t fermes le ro lisez : le 9 ( dimanche. )
C O U R S DU OH AN G E.
Bourse du 12 pluvise.
Effets commtrabks.
a 3o jours.
Amsterdam......
Idem courant.....
Hambourg.......
Madrid..........
Idem effectif......
Cadix...........
Idem effectif......
Gnes..--.".
Livourne.........
Lausanne........
Ble.............
Londres.........
Lyon... ..... | p.
Marseille.... 1 b.
Bordeaux .. aii p. Montpellier, au p.
'>7 55
io3|
b. b.
i5 jours, i5 jours, i5 jours, t jours.
N'y et-il que la moiti des cantons de la Rpublique o elle donnt.lieu de sentir cette vrit simple et sublime si justement exprime dans le snat delaRpubliquc Cisalpine :uLa constitution gagnerait moins; parjun (perfectionnement.quei-
Effets publics.
Tiers consolid.......,........18 liv. n s. 6 d.
Bons deux tiers........................il. 1 s.
Bons trois quarts..........................si.
Bons un quart........... 3i 1. pour cent perte.
Cours des espces.
Orfin.................................... u6I.
Marc d'argent.......................5o 1. i5 8.
Portugaise l'once.......................97* 1.
Piastre----...................'5 1, 6 8.9 d.
Quadrupla.............................81 1.
Duct d Hollande................. u 1. 12 s. 6d.
Guine.....,............................' 56 1.
Souverain..... 7.......... 341. i5's. 35l.
Cours des marchandises.
Caf Martinique....................47 48 ,
Idem Saint-Domingue.................44 46 .
Sucre d'Orlans.....................39 43 s.
Sucre d'Hambourg...........-........ 4 a 44 s.
Savon de Marseille................*. 17 s. 3 d.
Huile d'olive...........,............so 22s.
Coton du Levant....................35 4G s.
Coton des'IleS........v..........54 s. 31. 4 s.
................44" J-
...........44 -L
.......4 1. 5 s. le cent.
Esprit ____,.......
Eau-de-vie 28 degrs. Sel.................
SPECTACLES.
Odon. Auj. Iphignie en Tauride, tragdie, suiv. de l Feinte par- amour.
Thtre du Vaudeville. Auj. Lt Testamenti la petite Mtromanie et la Comte.
A. Jourdan rdacteur en chef.
.llfn7orn7t E franCd/,P!t' au e't- Avilir J, directeur de ce journal, rue de, p0,,e.a,, fi ,8. Il fau. comprendre d,.. L. wU f*""'
pay. ou ion ne veut iffraucn r. Le lettre, de, deparremen, non affranchie. ne leioat point retire, de la r/o.te
f' .U."n" \T Wia ull tn?,?^* gceUc. qui rcu.c, r.eo. de. valeur., t adrener A Paris, de rimprWta du oit. Agase propritaire du Moniteur rue des Poitevins n i3.


GAZE
ATIONALE ou ii MONITEUR UNIVERSEL.
, 134. Qntotidx ,\\pluvme m 2 fvrier. 171)8 t/. j?. J ''
P L IT I QUE.
t q,u i e. v';
,. i .u .t.., ,
r" (hmtantihoph, k 12 dcembre.
s r, ._.->>. l .,
j^.,Porte ayant reu les .nouvelles les, plu? yuictantes-*ur les -progrs du rebelle pacha jV Vidciin,. Paswan Qglu, qui a brl Nicopolis plusieurs autres endroits, vient de mettre ,sa S'prix pour. 6q mille piastres, et'd'or'donnert dp Rfttnlie.dc maicher'contre lui a> tt. 3o mijfe honuns.' /( ^
elfe eapltan-pacha doit-en mme-terns se- rendre; I^Vsrn^'i'PCur 'y faire'due diversion sur! le Dthibe"avec une etfcadre de petits vaisseaux &t'tM&ite,t s'assurer da possession de ce fleuve rjtnure, en cas de ncessit, le eomman-einen gnral par tetreet par eau contre les
ftiits^j, > _
Jr*H|W%m^ii0,H9,S.* ,C '?''fir.an1d ^a/^uftqr ei'souleverri.ent, car 1 esprit d
kerteserpand,chrns Ven.pire dunfeWniere
T^arne .et Pas^van^ Qglu;. qm,flatte ,cet
,nt, car l'esprit''die ----- ^'---t-u^'inief
^w>i, ..f.. ^ jf?Prl!ti l'innovation\ a beupop de partisans s'^trets| mioutde\l\ialUenc^,et qui.parisseuf;!! attendre 'trjf occsioii pjopjce pour, se dclarer en sa
ru
'Ai8emlin
1 tf> '>
7tt "*5 dcembre.**
lt'3 -i. t luqi,
llaoiiv^le de l'a' dfaite, d' Psv^n 'gl
pleinemeut confirme. Dans la ht|rt au S, ! i' i
1 Lfc combat fut acharn de part et dj'au^e raj.enfin le 'rebelles;, attaqus par le front par les derrires, ont t entirement .battus Wbj .plus opinitre., rsistance. La cavalerie j|{'sauve par la' t^fj ,m^S l'infanterie a t firement; mise enjdro.te."'Il s'enest retir rjr^c it^tip 'dans ls glises..grecques, qui sout eo,.jf .'rnornent .cernes, de. tous cts., t, ,
'foute la'force d'Oglu Consistait en 7 8 mille hornmes et -5o vaisseaux.'On attend ce qu:)l entreprendra aprs cette malheureuse tentative, l'esprit de rvolte se dclare, au reste dans' tdutes les parties de l'Empire ottoman. En Bul-itie vn Bosnie en Macdoine en Albanie, ^commence arborer l'teadart de la rvolte. Wirpilale mme est atteinte de cette contagion t 4ul !peut faire courir au 'gouvernement turc les plus grands dangers.
DANNEMARCK. '
'"' Copenhague, le 15 janvier. .
' lES'vnemens importans qui paraissent >se prparer, et- dont la commotion se- fera sans doute sentir jusques;dans l'Allemagne, ont d-: ty|nin fa;cpur de Copenhague tlonuer ordre tiKxhefs de l'arme de recruter avec vigueur, ^'augmenter le nombre des employs prs l'ar-, *i|lptie, et de complelter le corps de cha1sseu1r,s., ,
^O a-tout lieu de Croire que ces prparatifs* *^ guerre"doivent servir *former, en cas d ^ioih'; un. cordbtf suf l'Elbe, pour assurer ainsi x poSeSsiBbs danoises en Allemagne les aVan-& db la tfetralit." s ,
f 11 cst.question ici delarmement.de douze.vais-cttxi,;et, d'tablir un cordon de troupes Sur les, oonticresda Holstein.
'j|rii're'le roi de Sude et sa jeune femme il tittite dj une .dsh'rmoni'c completie. L g-^.Wljiib';" qlii conseill le mariage,, est. jli^ci'.'Ls cpox'"io'nt tellement' iriccontens Mintl l'autre, qu'ils ne peuvent mme cacher t ahimosit hx yeuk du public. Quand le roi montre, tout tremble, t personne ne dit mpti lui-mme est toujours de' mauvaise hu-"aibr. f ,,....
:Ehrenlain, qui a.la direction des affaires tran-twe, a beaucoup d'iniluertce ;-mais il esttrs-*ecowtijt de l'enttement du roi; Il euiploie ?i*fw*veftorts *pouri fairr tnvoyer un miniitr
< ill. I t 'i i s !,
L'oaicrjaintt Stockholm qv.e 1^ Uiapfee.n'oflre la Pomranie au roi de Prusse. .! n 1 j
Daps ,1a,(Russiel'on- est, sur-un, l^on pied. L'empereur a cjit qu'il tait fch, .d^vbir jtnontrc ^ en,deru'ir.ltt;i}:, tapt de ressentiment. ... r L'on' crit d^ .Stockholm que Je roi et la reine ise sont dj querells le,jour de .leurs noces,,, et que mme le mariage u'a pas t consomm.
' ...y i mil') v.(VHl "J". "' ::l>d
ALLE M'A G'N'E;
. ...iifi'ViV.'jf \i J\>:. ... ''i..,j
De MawJ/ou)g le 18 javier.
I I VI I 1 t J" 1
I !' DUMOMiniu ','qui depuis quelque tems demeu-irtut" au "Ham,'"espce de'IVrilb'ourg* de notre ville1 i. s's'f'ftMdfiS1'les eiivvr-tis1 d*'Kil, o 1 Lafyette alOu"Or chteau', 'qu'il'habite;'avec sa famille. Il est dilhctle quence>'V0iBmage de-' vienn e 'u n 'rtroyen de rapprofifi ement -'pour- xes deux personnages r,, qui depuis ortg-'tenis !sotit? antagoniste d autant meux'que d'un p-eutavon1' conserve l'esprance de rentrer quelque1'jour >en/ France et: que;vl'a,uire doity,, aypir :renonre.-Celuici vient de publier detix dialogues il.un: entte Carnot et lui-mme; lautre entre Billadd-Varenne et Barthlmy. 1 '
On prtend, mais nous n osotis 'l'affirmer, que Camot a ete vu Altona. ,. ,-
. ITALIE.
1 .... : ..J. -i t
Venise le }5- janvier., t
Les troupes autrichiennes sont entres ; le 9, .Ud'ue ,,,.Giv.idale MonfaJcotje; de ior^ a Palma-Nuova Codropo. et.Recinto ; le ^i.,-,^
-tu-
W1" ttttt
" Lige'*;'te'6'pluvise. '
et du i3. aup.a^,,files '^Ufpntp^cHpe^,.-^,,..,,^--, places ,dCl tan'^jn ^a,ttuej \4k\ie<^ ProP^ capitale. ,,;,,, 1 ,, La 12P demi-btigade franc-aise ^est -partie.d'ici pour la Rornagne. Le reste des troupes ne tardera pas la suivre. -,
Il y a eu diverses versions relativement au, Bucentaure 'le 'btiment en lorme de galre suf'lequel 'le doge1 montait 'tous- ihf ans pour clbrer le mariage de notre dfunte Rpubli-' que avec la: mer Adjiati/me,*pq,devajt,dabOjid le vendre 'l'enchre ;'urais ^omme sa construction le" renda'itf ''d'un difficile, transport ,, if ne s'est pas" prsent d'acheteurs. On a fini par se dcider le dpecer. Les ."Brnrirs.i en'dnt enlev les ornemens d'or massif dont il tait surcharg- ;f 4|, s'jct dbris jofat t' br'lsj ivant-hir sur le canal qui est devant la place Saint-Marc. / t> : ., v-:-)'ji'. 'V '"> *+>' i s
R P y B LI qv e FR anc a IS e.
Paris le i3 pluvise.
>' ') -.'i-.i'j '.j;.t- il-'.: i;
M l N l'S T E R E DE LA MARIEE'
. .Le corsairelEntreprenant, dCiBrest { a amarin et envoy l'ile de, R.ii une- fp.risei,anglais(V. nomme l'Amiti charge de futailles.'et allant! Madre. <
Le corsaire le Cartouche,,. de Dunkerque a-fait conduire; Ostende la Betty brick anglais y hargde chanon;.de terre.
Le corsaire le Cigne do Boulogne ,-a conduit i-Dunkerque unnavire danois Jde65o tonneaux, -f charg de mousselines et autres >iiiarchandises*
anglaises..-, :;;-><: .- -i 1 .....
'- Le' corsaire l'Anacteon., cap; Prssdh, a pris et envoy ^fsund le navire le Marquis d Lord venant de Memel, charg de til et poutres. <.
Le corsaire le Rtboteur, de Dunkerque, cap. Cornvindes, s'c's't''empar quatre nulles des ctes d'Angleterre ,. du navire l Robert et-Sully charg de charbon de terre, qu'il a envoy Mandahl.
if \s 1 j -
iOn mande de ce dernier port qu'une flotte marchande anglaise a t disperse par' le gio! tems, et que 1 son escorte consistant en une-frgate et doux cutters est entre, de relche h Simor et qu'environ sotjtaite btimens sous diffrens pavillons mais qu'on croit tous anglais sont entrs Cleven.- ,J;
a prince allemand_.de Hoheiuollein etentlav dairs le' pavs de Cuv1c7 ,'pour "en prendre possession au nom deja^KpubJigue. franaise, hs ont detyl l'ancienne ^gen^^ ei rinstall.: les. personnes qui la" composaient dans la nouvelle municipalit franaise.,, Ils-tsc oiif Uit reme|tie la caisse du percepfeui et cl'e d receveur, et ils ont exig le montant des impositions annuelles de la qtnjnunu,i,, dater.de l'poque o l'arme franaise est ntte dans le pays'.
Le .ag.y il a t ardonnsipar-june proclamation aux habitans de Boxmeer dporter la cocarde tricolore. v^V <> < ,
i 'feyi!1(' et le cornt de Ravesteiti apparte-nsnra 'l'tlecteur'feahtlhV'brlt 'ete esilem'nt oc-
tpes'au nom 'deM-^oufb1lQ'e! franaise.8' fv .n-; u i > u : > "j .t^u,! t
. y ,F 1111 1 t 1 1 .....- m
ni i m!/ !rr *'jl ., j t it< vu
. JP.'>1.X.Tf no^urA*^jX'i %3i Uf}
Laikmm-'at Uijhhm^r,ho'nhilrV^^'iiL km,- mttkWMlMe YJtmjifai B'-WiVtii'f lra'dLief'ur91iJ,lH'nf r^ofeiV i? A*' t'zU >
\i\rt 'Mara'dan ,1Ate 'W'CStoAW^AtiiWL1^ ti6 'rj''"'' *'" I n '1 U'UOJ ui rfctjl
3.!-'i:j"3.'w u.'oq "tii'cigjrs,??;)uu*. i'.-j it^ysn '.tj>ft'4 wl snSKtt \ $MWlMtyi abs*si,ifl^4res;s*nf'e ^Rri^uM bts:)469^rjs l*'. JllS ld L" .. ,)llf: Dans la- maisoilpate'mel'le'tf' elle' 'fiVo'iJVaf que .dgots et quel haine" ,"elle paisit fAur' itu J pide ; dans la maison du ministre o elle ViW
dUri[de ses proche^nar^s,; .W,-^* H^t Ipari amour sont app^p.u^ua^lespres des du,,, jeuhes ge'ns.Mais bientt cejm du jputeAomme,-sacrifiant Un cit. de Bordeaux offre'de* prendre sa! charge quatre tans de'-dix Quatorze ani'H, c(uH'-lcvera pour la marin, ci don,t il prendra soin.* ill n'y met d'autres conditions que" celle d'ap-*pafteoir-*>4ei dfenseurs-d lfttic^*4 **
_ consent par raison puscrra'! Williaitt, hofrir.._ | dj-Ag,. d'une sonretraimaftliej?iel qatparif&slit f d'un ertiateredouix .et-gaL ^ut)lques<"iis ct? mariagOi font dispnrs^eiexisjJillusioits V' Hlnfe* rtebonoatt.bientt quetM. William est-un-homine' emport;, ; jaloux .l'excs/siQuoique- sa-fenime' ne .lui-jeti-point cach bus premieres>anibuu ,-Jr/ | qu'elle se4COnduistdep;uJs:itur: union; a peut;-battre quelquefois pour.-hu'autre-t toot>uif'-trouble jrimaginationide Mr Williarii'^et M.'sttisiP loi premier, pretexterpour venger.cc;*tt'l''jpHa* son injure. Il engage sa'
,nes connaissances^ il iam'etie -dans'rte malsori sitn au milieu des forts de 'la> BohcMiif ,* '-il* la laisse prisonnire aans..aut.re couipagtrie -^ti"
Uelle .de domestiques qu^ n'entendent, pa^sa
lari^ub. ^ >.''.,'S 'fi : : ; ',>,',*"-J U">t Apres trois annes det,captivit, tienne,-pr- ient sortir'eje ,tt bmHb^iretrait^j.l'airdc;
VI
d'un
il
^traversant ce pys'suva^<;is.qpe par la^h^if le' Shabitans. Lnhn aprs avoir tait 800 milles a pied ,dle!arrive'cn'Afigk'ttrrfc,o"eMle1appfefed|f4 fuJ/t !dc son-mari, s^tr^biftP^sa'fifntlleV'tf-'Vbts'*
'"^l- sffye,pro.miMWfW>*t,n^l 1,wscffrttt>
Cojron^an i)Jniii(iiut
daus la dernicre partie neut-etre ipour^ja-nu leprocfibr 'ad traduU'ur'UP.s'iiivfeVtrri .i.xaccrt Wifiil son original, et dd HlivoVpbiit sac'ii'li?tl?s jJofigue^qui pWWBt.plaHjc: ^gravit-ariglai**, \m ^.oeiCojnvktJRs>m>pl^ttioi3J0ur! < 1 ^sUt ire.t, -,^.t> l'imp^ieftfl m^m^'^wiqu'ibillA soit, on doit savoir gr.#a-icW|te*>!tf3OT,&(t4 Kt5e..}fy'Iun ?B^e,^ftfesi^9tlf,SHB^mtet idepuis quelque fmsjep My^M^fUmbiml
tffa pouvait effrayer*! nnagmatio^ ^fer** naut Uaus de souterrains et des catacobeg,


531
mais qu'il valait mieux la reposer agrablement sur les scnes varies de la nature et de la vie ; que le tableau des beauts et des dfauts, des vices et det vertus des vivans tait au moins aussi utile et aussi intressant que les peintures affreuses et sans-cesse rptes du sjour des crimes et du domaine des revenans. Aussi ne trouve-t-en dans les deux romans que le citoyen Ducos a dj traduits, que des scnes agrables ou pleines d'intrt : celles qu'on remarque dans Heurt sur-tout, sont d'une douceur et d'une Irai-teneur gales au gotqui les a dictes. s .,
OORPS LEGISLATIF.
: CONSEIL DES CINQ,-CENTS. Prsidence de Bailleul.
, .SUITE OE tA SANCE DU S pluvis1.
Suite du discours de Jean Dibry.
N'est-ce rien d'ailleurs que de rappeler tes citoyens la concorde, en les rappelant dans des jouissances communes ? N'est-ce rien pour le succs de vos veilles, pour la russite de vos Intentions que de les mettre mme de juger de la diffrence des moyens et d'apprcier par leur1 nature ceux qui ooit purs de ceux qui ne l'taient pas? Vqulaientrils le bonheur de leur Nation ceux qui, opposant les unes au* autres les diverses poques de la rvolution pour les Calomnier toutes, ls diffrens pouvoirs institus par la constitution pour les entre-dtruire mess lient les Franais a travers des routes sanglantes au calme de l'esclavage, la paix du tombeau? ou bien le veulent-ils ce bonheur les reprsentans sigeant dans cette enceinte, les magistrats, les
Suelrriers, des pres de famille instruits l'cole e l'exprience qui prchent le sacrifice des tiaines, des ressentiment, des vengeances, qui rtissent avec avidit chaque occasion de runir la grande famille, de la serrer dans l'amour de sa propre gloire et de l'encourager par ce tableau des hautes destines qui lui sont rserves?
Ceparalllle sera fait, il importe qu'il le seit : vous,serez jugs d'aprs lui. S il est des hommes affreux pour qui la prosprit de l'Etat est un supplice, qui, trangers aux remords aux vertus sociales comme aux sentimens de la nature (s'existent qu'au sein des troubles et des calamits publiques ; pour qui le spectacle de la patrie en convulsion, des merci dans l'angoisse des citoyens pdrdus trcmblans maudissant leur existence n'est que la chance ordinaire d'un phnomne politique ; agens de l'tranger qu'ils prennent sur eux la responsabilit des dsordres t des Crimes ; la vengeance nationale ne peut manquer de les atteindre.
Pour nous reprsentans du Peupl', une autre mission nous est confie ; un tout autre prix est rserv son accomplissement. Ouvrons autant qu'il est en nous toutes les sources du bonheur social ; copiprimons toutes les passions viles ; enflammons toutes les passions gnreuses ; conqurons plus de curs la libert par la sagesse par 1 nergie par la concorde que les ruses empoisonnes de nos ennemis ne lui en ont alins ; et permettez-moi, en terminant des rflexions qu'un sujet aussi riche pourrait tendre bien davantage permettez-moi de rendre sensible mon ide par une image qu'employait la tribune, dans une occasion prilleuse, un homme qu'on a quelquefois cit pour en faire une autorit de parti, et que je cite moi, pour nous rapprocher dans une intention commune.
Quand les premiers hommes, disait Vergniaud, Se prosternrent devant le soleil, ct 1 appelrent le pere de la Nature, il ne parut point leurs yeux voil par des nuages, ni prcd par la tempte, mais il s'avanait radieux dans l'im-ensil de l'espace, rpandant grands flots des torrent de vie et de lumire ; c'est ainsi que la constitution doit marcher. "
Jcan-Debiy propose un projet de .rsolution conforme aux vues nonces dans son discours.
Villtrs appuie la proposition de Jean-Debrr, t dmande qW ta tte soit vote perptuit, t,. clbre chaque anne Al mme poque.
'Cet amendement, et le projict de Jcan-Debry, sont adopts ainsi qu'il suit :
U sera clbr, le 3o ventse de chaque anne i dans toutes les commune! del Rpublique, une fte qui sera nomme : la Fte de Ja Stuverainet du Peuple.
il Le directoire excutif est charg d'ordonner 1* dtails d'excution de Cette fte par un arrt qui sera promulgu, iVer la prsente, dans toutes
Le conseil ordonne l'impression du rapport de Jean-Debry au nombre de six exemplaires.
Villetard fait une motion d'ordre, relatif l'tat de dnuement dans lequel se trouvent les hpitaux qui avajs.nL des tentes sur l'Etat. Une commission est charge de prsenter un rapport cet gard ? Villetard la prts* de soumettre ton travail. '" "
Borel. J'appuie cet avis; mais U tn'rappelle un message du directoire, dont l'existence est peut-tre trop peu connue du cOnieil et'dupubli; ce message, auquel est joint urt rapport du ministre de''l'intrieur, a podr but de demander au conseil le rapport des lois qui ont rendu aux hpitaux les biens qui leur avaient t enlevs ; il portait, en outre que les hpitaux seraient dornavant entretenus aux dpens du trsor public en prenant des mesures, soit pour leur diminution soit pour leur plus juste rpartition toit enfm^ pour une distribution de secours domicile. Sans doute ,1a demande du directoire, que vous avez renvoye la commission des finances ne sera .pas, convertie en rsolution sans, un nr examen ? sans une discussion approfondie. Le cpnssi) n: connat ni ce message, ni s lftJtapport du ministre de l'intrieur ; j'en demande l'impression, et que le rapport de la commission des, finances soit fait sous huit jours. .
Eudes, Lemessage dont il lett question a t imprime ** <
Une Joule de voix. Non non. i
Eudes.. Je l'ai lu....
JV----Dans le Rdacteur, mais il n'a'pas t
distribu. -
Eudes. J'appuie les propositions de mon collgue Borel, et jjje demande qu'il soit Lit un prompt rapport sur l message du directoire.
La proposition de Borel est adopte.
Riou fait Une motion d'ordre sur l'tat de notre marine. Il invite le conseil y donner toute son attention s'occuper du code pnal. de celui sur les prises, enfin dc> l'organisation com-plette de cette partie de la forc publique qui 4oit terrasser le seul ennemi qui nous reste et nous tendre ensuite le commerc dant toute sa prosprit. : > :.
Sur sa proposition, il est arrt que les rapports de marine auront de prfrence la priorit.
On reprend la discussion du projet d'organisation judiciaire.
Le conseil adopt plusieurs articles prsents par Oudot, au nom de la commission charge de soumettre 1 plan, du code civil.
La sance st leve.
CONSEIL DES ANCIENS.
Prsidence de Rousseau.,
S&ANGS U il PLUVIOSE.
L'administration centrale des Hautes-Alpes et ses employs donnent 66g liv. pour la descente en Angleterre.
Rouault fait un rapport sur la rsolution du ia nivse qui indique les lieux o devront se tenir1 les assembles lectorales de l'an 6.
Il blme les motifs d'urgence proposs par le conseil des cinq-cents ; ils supposent^ dit-il, que le corps lgislatif doit fixer chaque anne le lieu de runion des assembles lectorales,' ce qui n'est pas exact, et ce qui d'ailleurs serait une atteinte formelle la loi du so ventse an 5 qui n'est point encore abroge. La commission propose de reconnatre l'urgence d'aprs ces motifs : considrant que l'poque o se tiendront les assembles lectorales est trs-prochaine, clic dclare qu'il y a urgence.
Le conseil reconnat l'urgence ainsi motive.
VcnanUti fond de la rsolution, le rapporteur pense qu'elle prsente de nombreux ncohv-niens. C'en est dj Un grand, dit-il, que d'augmenter sans aucune utilit, l'instabilit dj trop grande de notre lgislation. C'est un inconvnient plus grave encore que d'avoir transport les assembles lectorales des chefs lieu o elles taient, au centre, c'est--dire, aune gale distance de tout les rayons de la circonfrence lune des extrmits les plus loignes, dans des communes o la plupart des lecteurs ne trouveront ni de quoi se loger, ni de quoi se nourrir. Le dpartement de l'Aune par exemple, s tend du Sud au Nord s Saint-Quentin heu iudiqu pour la reunion du corps lectoral, est dans la parue septentrionale, deux lieues des limites-qui sparent ce dpartement d'un autre-, uu grand nombre des lecteurs auront pour se rendra au lieu de la runion, r 5,s, g3 Jicues. t
faire. I! en est d mme dek dnartem.-t j ^f1*^ d Ardennes, de. BoucL-du-Rhr de la Charente, de la Gironde, duPiniiter/^ nde-et^ilaitte, de Pjn^^du Jura, ZCim de la Loire, de la Marne, de la Mav'erW 'hu Mont-Terrible de la Moselle, du BasKo Z ^Rhne, de la Sane, de la Sarthe, de la Somme !du Var, de l'Yonne ; partout on a sacrifi U mnagemetos dus cinq ou six districts W avantages et la proximit d'un ou de deux!41 ? On a plac l'assemble lectorale du dparte ment de SarfnW et Meuse Hfochefort, petite ; commune de huit cents habitans, dont la olu part sont disperss; dans dei villages et des ha i m eaux voisins ; de sotte que si rassemble se tient effectivement dans cette commune oa sera oblig d'y envoyer d'avance des fentei pour loger les lecteurs, des vivres pour les 'nourrir, et des troupespbii* maintenir l'ordre. Il parat qu'on a voulu mettre les lecteurs % j l'abri i de toute iuflueoce ; niais est-Ce bien lcnr' (loignmcnt Ue 4 5 myrarntres ddchef-fe j qui cartera d'eux la sduction ? Comment nV U-on pas vu que ces vicissitude* ftquentcrdaris = le lieu des sances des corps lectorauit,'jetteraient le dequragementet le dgot dans l'am des lecteurs? Ceux des campagne, qui sont presque tous des cultivateurs, dont le terri eu si prcieux, qui peuvent si peu en drober i leurs uti|es travaux verront-ils avec plaisir uW leur fasse perdre jrois^ou quatre jomtjtorjr rjrj S inutile voyage ? Cparti n'augraentera-t-ilbai11 dpenses des sessions lectorales ? Les lecteur ne peuvent recevoir les mandat de leurs indemnit 1 qu'aprs la cltur'd' la stiSsipn ; ce rnnditj' ont besoin d tre viss par l'administratjou ceb-, tral. Si cette administration est loigne d f 6 ;o is iieSVil faudra l- tems d'aller JeT'$g venir, ce qui prolongera le sjour des lecteurs, et, le..mettra .uansale cas d'exiger un supplment d'indemnits. En conservant le assembles lectorales dans les chefi-lieu de dpartement, on y trouve l'avantage de maintebir le lieu,de runion ,la proximit de tous les lecteurs, de mnager h tems prcieux, et de1 faire des conomies assez considrable.
On peut ajouter ^ces considrations d'autres considrations non, moins importante tires de l'acte constitutionnel. Llartide 43 del constitution charge le commissaire du directoire pts chaque administration centrale d'informer le directoire de l'ouverture et de la cltur d assembles lectorales ; lui donne le droit de demander communication du procr-verbal de Chaque sance, dans les vingt-quatre heures qui la SuiVent.' ; ;''''"' >.->' j '
Si cet article n prescrit pas prcisment la tnue des assembles lectorales, dant l ttrM' o sige l'administration centrale, il 'if permis au moins aprs l'avoir lu, de douter que le : commissaires du directoire prs toute Ici zdmV "nistratlons centrales doivent tous :abandpner leur poste dans le mme moment, poar allqf! dix ou quinze lieues, surveiller, pendant plusieurs jours-, une assemble lectorale dont le* J carts peuvent exiger des mesures de sret de la part de l'administration centrale sout.taycM.de laquelle elle ne sera cependant plus. Prenez.garde, qu'en changeant ainsi, chaque anne-le-lieu de* ; sances des corps lectoraux, et en les plaant idans de petites communes, ainsi que le. fait-la, rsolution on sera oblig de loger les lec> .teurs chez les citoyens ce qui produira pre-Lcismentl l'influence quei_lonparajt redoawn On n'aurait point la craindre en laissant le assembles lectorales dans les grandes communes o les lecteurs logeant dans de auberges seraient isols et l'abri de la sduction de ceux dont on sera forc de les faire corne mensaux dans les petites villes.
Le rapporteur demande ensuite s'il est* bien' vrai qu'il y ait dans la Rpublique quarante-cinq chefs-lieu de dpartemens dont la popu-latioft'ioit oppose au gouvernement republi-'ain. La politique, la raison et la vrit, dit- "doivent concourir repousser celte asseruori, aussi inexacte que hasarde. La commission d1* conseil des cinq cents a t mal informe I discorde prenant le masqu de la justjcp, fait briller son flambeau ses yeux que pour l'garer. L rsolution, loin de transporter ki corps lectoraux dans des commune p'"1,"' en place plusieurs dans des lieux qui non cess d'tre volcaniss. Marseille, PC*?P''' recevrait une couronne civique pour, recompeni des troubles qu'elle n'a cess d'entretenir

itio prit du People franais ; croyons qu'clairs P* l'exprience il ne fera plus que des choix sages et clairs : croyons que comme nous, il pensera que le corps lgislatif a plus besoin d'hommes mditatifs que d'orateurs qui twp souvent entranent et garent. Non, les ifcire de Babeuf ne doivent pas plus que ] te conseil ordonne l'impression t l'ajour-6trftnt.
: La sance est leve. -
CONSEIL DES CIN4-CENTS.
SANO DU 13 PLUVIOSE.
Sujet de retour au conseil, aprs une absence pu cong parat la tribune et prte le serment.
ToHllain-Grandpn, retenu chez lui par une maladie grave, reparat aussi au conseil ct ptte le Bim serment*
fDarrattj, membre du conseil, en cong, idfsse sa presuuonde sermentpar crit. ,
Les membres du tribunal correctionnel de l'arrondissement de Segr, dpartement de Maine d Loire, offrent 168 liv. pour concourir aux frais t la descente en Angleterre.
l'*(hninistration municipale du g*, arrondisse-jBcntde Paris, envoie au conseil 49 liv. 5o cen-tjael en numraire, et 3o3 liv. 1s. en bons trois
S'iirtis provenans des offrandes patriotiques de ( uiicurs Citoyens pour la mme expdition.
Lacue, membre du conseil des anciens, au Bom des membres de la socit libre connue tout la dnomination d Etablissement dramatique de la commune d'Agen offre 120 liv.
lei juges du tribunal civil de la Seine, les pr-idchs, vice-prsidens des tribunaux criminel et de police correctionnelle les accusateurs publics ttubttitiits, les directeu.i du jury d'accusation les commissaires du directoire et substituts prs ces mme tribunaux, les secrtaires du parquet, ls greffiers, commis-greffiers et employs des tribu* 6tux et huissiers offrent, 8,076 liv. 4 s.
La mention honorable est ordonne.
Ltprisidtnt. Talot la parole pour p-senter U projet relatif l'enceinte du corps lgislatif,
Talet. Ce n'est pas pour ce rapport qUe je suis l'ordre du jour. Je ne suis plus de la commission des inspecteurs et c'est en son nom que le rapport- vous fut soumis ; c'est la nouvelle commission qu'il appartient de voir si Ile doit reproduire ce projet ; d'ailleurs, hier lut la proposition Jdu citoyen Gay-Vernon, vous avs arrt qu'une commission vous ferait un rapport sur la manire dont la police doit tre ete dans votre enceinte i mais il serait inutile en ce moment ddecuper votre attention dijeuter le projet dont le prsident vient d piler.
Mais qu'il me soit permis de saisir cette oc-Cition pour me plaindre de la manire indcente avec laquelle hier le citoyen Gay-Vernon... jD murmures interrompent.) De la manire indcente dont le citoyen Gay-Vernon a parl hier de l'ancienne commission des inspecteurs.... (Nouveaux murmures. )
plusieurs voix. Non non il n'a rien t
^a/of veut continuer.....
Gay-Vernon demande la parole.
_ Talot. On s'est plaint de ce que la commission avait accorde, dit on des logemens des loyalistes des hommes dangereux. Je dirai ^abord que ta commission tant compose Sommes, et non pat par consquent d'hommes a pu commettre des fautes ct se kwir induire en erreur ; mais avec un peu plus gards et d fraternit on serait all trouver commission actuelle des inspecteurs ; on .1 et claire sur le faute de la prcdente ct on Beat
pas, par une vaine dclamation sonn a te tribune les premires vpres de la rac-t^M l'immortelle journe du 18 ftuctidor, .Outre des hommes qui cette poque mmo-Mole ie mnt dvous tout entiers au salut pu-Pc, tandis que vous, Gay-Vernon, avant cette poque, et quand il y avait quelque danger, pou n'avez jamais os parler. ( Des murmures Wtertotnptnt de nouveau. )
\ fytlqttts voix. Le rappel l'ordre.
, falot. Et vous attaquez aujourd'hui de*
Le tumulte qui rgne dans le conseil empche
Talot d'tre entendu.
Gommaire occupant te fauteuil. Je demande au conseil la permission de rappeller l'orateur l'ordre, parce qu'il s'est livr des personnalits trangres l'objet pour lequel il a demand la parole.....
Talot insiste.
Le prsident lut retire la parole.
Il descend de la tribune.
Gay-Vernon demande la parole.
Un cri unanime s'lve l'ordre du jour, l'ordre du jour.
Gay-Verrion insiste.
Le conseil passe l'ordre du jour.
Chabot'LatouT. Le temps approche o le Peuple franais va exercer ses droits et sa souverainet; les assembles primaires communales et lectorales, vont s'ouvrir.
Dj vous avez pris' diverses rsolutions pour en assurer l'indpendance, n rgulariser les oprations et la tenue., Cest ainsi que par des rsolutions, que le conseil des anciens discute, vous vous tes occups de l'inscription civique de fixer les communes o sigeront les assembles lectorales de rapporter le double sciu-tiu d'lection tt de rejet, qui prsentait beaucoup d'inconvnient et peu d'avantages.
Il vous reste d'autres objets remplir, d'autres lois rendre vous l'avez senti ; c'est un des engagemens que vous ayez contracts avec vous-mmes, avec le Peuple 'que je viens vous rappeller.
La loi, du g brumaire, qui assimile les ci-devant nobles aux trangers, pour l'exercice des droits de citoyens franais, aprs avoir except de cette disposition tous ceux qui avaient t membres des assembles nationales, les membres du. directoire les ministres, les militaires en activit de service annonce d'autres exceptions pour ceux qui pourront prouver qu'ils ont donn des gages certains d'attachement la Rpublique et la cause de la libert. L'article II, aprs avoir nonc; ces exceptions, contient ces mots : La forme *s*datts laquelle cfitte preuve devra tre faite, sera incessamment,, dtermine par une toi particulire. Vous remettre cet. article, sous les yeux, c'est vous, demander son excution,
En effet, reprsentans du Peuple, si vous ne rendiez pas cette loi,, vous verriez les assembles primaires et lectorales livres aux discussions les plus orageuses ; vou >y,> verriez !e dchanement de toutes les passions .t des troubles en seraient l'invitable .smtet Dans, telle assemble primaire, un ci- devant noble serait admis, comme ayant prouv son dvouement la libert ; dans telle autre, un individu dans le mme, cas serait tfus; chacune d'elles se crerait une lgislation particulire sur cette important objet
C'est vous, reprsentans que ce droit appartient et votre sagesse vous en fait un devoir. Vous vous pntrerez, en le remplissant, de la dignit de la Nation franaise, de cette Nation que la libert a leve en peu d'instans, au plus haut fate de la gloire et qui attend de vous le plus grand degr de bonheur. Vous sentirez que, si le salut de l'Etat, la force des circonstances ont pu- vous faire suspendre, pour une caste ci-devant prvilgie l exercice des droits des individus qui la. composent, la sagesse la raison, la justice vous imposent la loi de rendre les droits de citoyen tous les individus qui se sont montrs dignes de ce litre ; vous sentirez qu'en priver injustement un Seul, serait un crime de leze-souveraiott du Peuple. Mais est-ce ceux qui viennent d'y consacrer une fte qu'il faut la rappeller ?
Mon collgue Borel,de Loire a demand il y a long-tems que le rapport que je sollicite soit fait, vous iav*t arrt; le directoire dans un message vous en a dmontr l'urgence. Je demande que cette loi importante vou soit prsent dans la dcade, pour tout dlai.
Cet aivi* est adopt.
Le conseil arrte que le rapport lui sera fait dans la dcade.
Un secrtaire convoque cet'effet pour demain la commission existante. 1
Dubois des Vosges, organe d'une commission spciale fait un rapport sur les frai de bureau allouer aux commissaire prs les administra-lions centrales, ct aux inspecteurs chargs du recouvrement de contributions directes.
Le conseil ordonne l'impression ct l'ajournement.
JJuport, au nom d'une commission spciale fait un rapport sur la ptition des citoyens du canton de la Martre, dpartement Je l'Ardchc qui demandent que les lection faite en l'an 4 du juge de paix de set attcsisurs et du prsident
de l'administration municipale soient dclares nulles.
Le rapporteur cite un grand nombre de faits qui prouvent que ces lections furent d'ouvrage du royalisme dont le juge de paix du Beiset parat tre un de principaux agens ; mais il observe qu'aucun procs-verbal n'est joint l ptition. En consquence, il propose et le conseil arrte qu'il sera fait un message au directoire pour l'inviter ,
i". A transmettre au conseil le procs-verbal de ces lections ;
. prendre des renseignemens sut la manire dont se sont tenues le* assembles primaires de la Martre en l'an 4 ;
3. A faire poursuivre conformment aux Ibis les auteurs tauteurs et complices des dlits qui s'y sont commis.
Engerrand. Le directoire excutif vous adressa le si thermidor dernier, un message dans lequel il vous proposa d'aprs la demande des cranciers des ci-devant jsuites, d'adapter la liquidation de leurs crances les rgles tablies pour celle gnrale de l'actif et du passif de la Rpublique, en prenant cependant quelques prcautions pour garantir les intrts respectifs.
La faillite du pere Lavalettc, suprieur-gnral des missions des les du Vent, donna lieu, -ea -1759,-aux premires poursuites deT^rncifs de la socit des ci-devant jsuites, et il fut jug, par arrt du parlement de Paris, du 8 mai 1761 que cette socit, la fois religieuse et commerante, tait garante des engagemens contracts par ses membre ; elle fut, en consquence condamne acquitter les lettres de change tires par le pere Lavalettc,
La socit hors d'tat de satisfaire l'nor-mit de ces engagemens, interrompit bientt ses paiemns et annona sa propre faillite.
Un arrt du mme parlement, du a3 avril i;63 ordonna se cranciers de s'unir et d'tablir un syndic. -
Le to aot suivant, le mme parlement pronona ia dissolution de cette socit.
Par divers autres arrts et des lettres-patentes, tous ses biens furent dclars appartenir l'Etat, la charge d'en payer les dettes ; la forme de leur vente et la manire d'en distribue^ le prix furent rgls 5 la connaissance de cette .discussion pour les biens situs en France, fYattrir bue au parlement de.Paris, et fut ensuite modifie par la dtermination d'ordres particuliers et pralables dan chaque parlement.
L'immensit d'une discussion judiciaire et corn* mune entre les cranciers respectifs, soit de la socit, soit de collge 'et autres tablisse-' mens tant un abme qui les allait tous engloutir des lettres patentes du ai novembre 1763 prescrivent,
i'.Une rpartition des biens affects chaque classe de ces cranciers ;
3. Une contribution de sommes fixes de ces collges en faveur des mmes cranciers en cas d'insuffisance des autres biens de la socit.
Le bienfait de cet ordre nouveau ne tarda
Fas tre senti, puisque ds 1766 la caisse de union fournit a5 pour cent aux cranciers hypothcaires et 10 pour cent aux chirogra-phaires.
De nouvelles distributions qui curent encore lieu dans les annes suivantes, sur-tout en consquence d'un oidre gnral rgl par arrt du parlement de Paris des i3 aot et 5 sep* ternbre 1778-, levrent les paiemns faits la plupait des cranciers 80 pour cent de leur capitaux.
La direction avait dj dur vingt-huit ans lorsqu'un dcret du 5 novembre 1790 en pronona la dissolution, dclara que son actif fesait partie des domaines nationaux, et que l'es cranciers seraient pays par l'Etat ; mais le dcret ne fixa pas le mode suivant lequel le paiement serait effectu.
Un dcret du r4 avril 1791 chargea la municipalit et le dpartement de Pans des oprations faire pour ce qui restait acquitter des dette des jsuites, et Ordonna que l'Etat ne serait tenu de ces dettes que ju^ua la conue rence de la valeur des btens qui leur appartenaient. '
Enfin, un dcret de la convention nationale* du 18 juillet 1793 ta la municipalit la connaissance de cette affaire, et l'attribua la direction gnrale de la liquidation de la dette publique.
Tel tait l'tat de choses lorsque plusieurs cranciers des ci*dcvaut jsuites exposant que l'actif de la direction excdait de beaucoup I* passif, demandrent, le s pluvise, an a ia convention nationale la rvocation de dcrets de mois d'avril 1791 et juillet 1793 et que leur crance fussent payes tant autre liquidation que celle rtuitante de l'ordre arrt en 277s,


5 4p
ou d'tre autoriss vendre les biens existans daus les dlais et de la manire qu'ils jugeraient convenable. ^. '
Leur ptition, divers tats tant de l'actif que du passif de la direction \ et'l'expos des dill-reotes rclamations sur l Nation"furent scc-essi-veuient renvoys au Comit d liquidation au directeur gnral de la liquidation^ et au directoire excutif qdi en a fait l'objet de sou uiossagei -.a _,.. -, ., ; -'"
La question est aujourd'hui comtti' alors ,: de savoir si{ ces "cranciers .sonkidansile.'cas dette liquids et rembourss --bureau- ouvert, -l'^nstar des autres cranciers de l'Etat.
La solution de cette ^question dpendait de la comparaison de l'actif .et du passif: I
Ce travail a t' entrepris avec succs; il a pass sous les yeux, tant du directoire excutif que de votre commission et il est de nature vous, dterminer ,. comme eux citoyens reprsentans, sur les mesur'eS' prendre tant pour l'intrt de la Rpublique'que pour celui des 'cranciers. -
( Lq, rapporteur indique les diverses parties de Jactif *t du passif de la ci-devant socit des jsuftes. ) -, j ..
En voici le rsultat essentiel; w;iSuiant les j tats btuts ,' le passif monte A0,2S6,294 fr. 5 dc. = -
L'actif 7;o79,o36"fr. 6 dc.
Partant, suiyant ces tats le passif ,excede l'actif de 3,207,25/ fr. 9 dc. t ,
Suivant les rsultats,de l'estimation -et de la liquidation provisoire l'actif monte a .2 millions 769,566fi-.-a. dc-,
dterminrent originairement le mode de leur liquidation et paiement. "-*""' ;
IV. La dchance prononce" contre eux par les mmes dlibrations, arrts ou lettres-patentes, est maintenue, ,
V. Demeurent galement maintenus les remises, ou abandons*, qu'ils ont pu faire, soit Sur lerS' capitaux soit sur leurs intrts.' >-J '
Le projet de rsolution est adopt saris rclamation. ytj?t iu| .-Vf
Le Conseil reprend, la, disusjion,,et .adopte plusieurs articles du projet d'organisation judi-
vent des ci-devant 'dominicains de.Maestricht, l'tablissement de 1 cole centrale d ;l|' -e'iisc' intrieure. '' ",,;; J."-
>$# sance "'est jvee,' ~yf\.t^c>;f": l *'-% B. bart^ la ian,e du ; t3 ^cj : Spnsil de 1 : cinq-cent*,Eay#t a fait ,1,1,,,rapport sur la > questop de.'.savo)r. l'enfant, jj hots du, aia. nage,' dont 'l^.pfe est ^dcde depuis, la
ciaire
La saric^estleve
ail
CONSEIL DES .AMiCl E,N,S-.
SANCE DU 12 PLUVIOSE. Brival. Nous sommes la veille des lections',-
dtot
u.' 12 b
pu*.
rnmaire an .8;, do^
Le passif susceptible de remboursement, 1,772,077 fr. 4 dc. ;
Partant, l'actif excde le passif de 997,489 fr. 3 dc. .. '" '
Votre commission, dit le rapporteur cru devoir terminer ici le tableau de la fortune de la socit des ci-devant jsuites.
Elle n'a pas Cru aussi de voir mettre i, problme si les cranciers des ci-devant jsui's'pevrt oii doivent tre rangs dans la' classe ds Cranciers de la Nation, puisque-1 l socit des ci-devant jsuites fut rellement une corporation religieuse, et:t.que si la Nation a' t rduite faire supporter: aux.".cranciers des autres1 cor-
Foratiotis, comme aux siens propres ,> comme agriculture -au> comriierce l'industrie, toutes! les facul'ts'iitidivduelles de 'natur' tre atteintes, et jusqu', la perte mme absolue jl.e plusieurs espces de proprits cesjimmenses cor.tributions.^ qd a ^uessAtes une guerre ;plus immense encore ,i;JeS. ,: cranciers de: ces'-.corporations avaient dans la dfense commune un intrt plus spcial que celui des autres citoyens pour la conservation du gage de leurs crances. ,
Mais elle s'est gravement fait cette question : Ne doit-on pas aussi appliquer aux cranciers des ci-devatit jsuites dchus faute soit d'avoir justifi l'antriorit de leurs crances la faillite de la socit soit d'avoir fait et tabli Ijers rclamations dans les dlais fixs par les mmes arrts et lettres-patentes le bienfait de notre lgislation actuelle sur le relvement des dchances encourues faute de production au bureau de liquidation dans les dlais donns? '
L'affirmative est quitable puisque l'on ,ne doit pas crer d'autres moyens d'extinction que ceux admis par les lois qui existaient lors de la contractation des engagemens.
Votre commission est rduite arrter l'pan-chement de ses .desirs.comme des vtres dans les moyens propres amliorer le sort des cranciers des ci- levant jsuites ; elle,ne vous propose de payer comme les, .autr.s,.craucicrs de la nation, que ceux d'euttp e.ux^.qui ne sont pas dchus sous l'ancien .lgi.uie.;. mais elle se fait unejouis-sance de leur rapptler et un devoir de transmettre au souvenir de nos successeurs ,, que, plus les cranciers de la Grande-Naticn ont fait.de sa-cr.ficts pour son indpendance et pour sa gloire plus ses engagemens envers eux doivent tre sacrs. Engerrand prsente le projet d^tsolutionSuivant :
Art. Ier. Lqs dispositions des dcrets des 14 avril 179* et 18 juillet I7(j3, portant que ls cranciers-d,! a s.octtdes ci-devant jsuites seront pays au marc la livre, et concurrence des biens aya,rit(apparteiiu la mtne socit sont abroges. r, IL-Les creancier des ci-devant jsuites seront liqui.is et pays comme les autres ctancierS :de la-atpublique. >
III. Ils ni seront tenus de fournir au bureau de ia= liquidation ttnrale de la dette publique que lesi-mmes justifications qui leur taient prescrites parles-dlibtatiorts arrt ou leitrs-pateiltes qui
Je demande1 qu' l'imitation",' du conseil", des cinq-cents ', Celui des anciens rappelle tous ceux de Ses' membres qui ont obtenu des congs, et qu'il arrte 'qu'il n'en 'sera point accord de nouveaux d'ici la fin des lections.
Ces deux propositions sont adoptes. 1 1.
Rousseau* fait uni rapport sur la- rsolution :tlu 12 Irimaireyqui rapporte la lof-du-So floral'1,' an 5 relative l'admission des dputcjr autofps lgislatif-, < ctf ordonne que lav-viliGatton des pouvoirs des nouveaux lus se fera par-, Je corps lgislatif avant le i*r,,,prairial de chaque anne. ,- .>..,,,' > <> .< --.d
Admettre"1 dit 1 Rousseau;'fies 1 nouveaux lus, ainsi que le ".veut! la loi' du!.-'3o'<.floral avant la vrihcatidn.'de leurs pouvoirs, les -faire participer- aux fonctions lgislatives avant de s'tre assur de lai lgtimitides .pouvoirs dont ils sont revtus ,"ne serait-eb; pasules rendre juges dans leur propre causb, > et!> blesser la constitution ? N 'Ati .'., I -
Le corps lgislatif est'Jha'r'g de juger la vah\ dite des oprations des assembles primaires et' lectorales ; il est dbne oblig de "vrifier si chaque individu a t lu dans ls lormes'-voulues par ks 'ois et s'il remplit les conditi'ns', d'ligibilit .qu'elles exigent;-.. < < ;
Serait^il toirable que l corps' lgislatif vft son sein tous ceux qui Se prrit'rairit;p6ur, y'-trU |(fmiS v avant d s'tre1 'siiir p'r' une vrification* pralable de1 l lgitimit, d leurs pouvoirs ,. 'f-'Sils Ont les'Conditions'ncesSaifes? Ne serait-ce}^paS une contradiction ridicule que de les faire 'jobir dt titre 'dis prSntns du Peuple, avant que de,S'tre-aSsur qu'ils l'ont effectivement ? Ne serit-te pas ;!e"s rendrf jugs dans lebr' propre cause ;qu de les admettre prononcer sur la bont de leurspouvoifs?Ne serait-ce pas au mpris de^la.constitution qui rend le corps lgislatif seul.juge de la validit des lections., .les soumettre au jugement d'hommes qui n'en sont point-'encore membres ?
En vain arguerait-on contre ces raisonnmeris de l'article 57 de la constitution, qui dit que les membres nouvellement lus:>pourl un et,='autre conseil !Se,runis9.ent le i?r..'prairial de chaque anne dans lia commune qui a t indique par le corps lgislatifiprcdcnt, ouidahS la commune mme o il a, tnuses dernires sances ,Js'il n'en a pas une autre. Cet article lie droge ert rien a l'article 43,,, qui charge le corps lgislatif de pro-" noncer seul sur la validit des oprations des-assemblesjlectorales, et ne donne pas aux nouveaux lus le droit de prendre place avant la vrification de feurs pouvoirs.
La loi du 3o floral a un autre dfaut'; c'est qu'elle admet les nouveaux lus comme reprsentans du Peuple SUr 1* simple vrification de leurs pouvoirs faite par l'un des'conseils sans attendre que l'autre ait reconnu-la lga'lit et l justice de cette'vrification. Cependant l'article 43 d'lai constitution charge le corps lgislatif,. et non l'une des sections du corps lgislatif, de prononcer sur l validit des oprations-des! assembles lectorales. ? ....
Tant de dfatitstte. pouvaient pas.ipermettreide laisser subsister laloi du 3o floral ; la rsolution du 12 frimaire les corrige et prescrit un mode de vribeatiori- de pouvoirs plus conforme la raisori et l'acte constitutionnel. La commission propose de l'approuver.' '
Le conseil l'approuve et ordonne l'impression du (apport a trois exemplaires.
Sur le rapport de Blareau le conseil approuve une rsolution du 24 nivse, qui destine le cou-
de dclarer que depuis le 12 brumaie.au % il y a eu ncessit pour les pres qui ont
1: voulu. idoner-'"uh-"tat leurs efilani^htufls \ d'en passer reconnaissance devant. un ^oflider public. 1 j^- .,-,,,. >j
Cette dtermination, a ajout le rapporteur, est d'autant plus juste que la commi|si(jn s'^st occupe des? secours accorder--hctux dh entans qui' n'auraient pas t reconnus. C-js secours elle les a hxsau tiers de ht. portion laquelle ils auraient *cir droit' de prtVdre s'ils taient ns dans le mariage.
L''-consil a ordonn _limpression ct l'ajoat-netiient du projet que lui a prsent Favart. -Ua i discussion a t ensuite ouverte sur J* relatif L'organisation des'
pfojet de Talot-ga;d s rur.iux.
Ap.s quelques dbats, ce projet, a t ajourn. < "' i '
Le conseil des anciens a approuv la rsc lutioh.- du 7 -pluvise, relative aux'=rmes va-geieS contractes; > pendant-la; 'dprciation J dti papier-monnaie.' > r- ; '-'''' ......
Il u uuoo. a f ^ i -./ u vv. Ultc UU II qUlpOttC
a aussi approuv celle dit if sera clbr- chaque anne,, le t une tete del oouveramete du Peuple,",,
E o g 11 a
t!
p h
t e:
!
Carte de France divise en vingt-trois divisions militaires et 98 dpartemens, y co'rfiprisfes neuf dpartemens runis de la Belgique avec des' routes qui s'tendent deux et trois Cens lieues' sur les Etats voisins de la Rpubliqu'vsvoir';' l'Angleterre la -Belgique laHollande-,,,1 Aller magne la $uisse,,le Pimont, 1 Italie, et lEs-P.aftn- ....',, ": '
Cette carte oflre un itinraire gnral des payt les plus.frquents de. l'Europe et prsente, dans le.plus grand dtail, le thtre dtstvictoires des armes franaises., >
A Paris choz= le cit. Desnos y ingnieur* gographe ,, .rue jSaintrJacqueS-, n.. *!?4ou.irjo.
; C O U RS DU Bourse,du i3pluvise* -
Amsterdam ,., Idem courant.. Hambourg....
Madrid......*.
Idem effectif... Cadix 5..........
Idem effectif...
Gnes........
Livourne. Lausanne ....
Bile. .......,
Londres......
O. H AN G E. Effets commJirabks.
'96 JOUfl.
'94t'
9>. io3-, i'b. i-b.
Lyon...'.-, Marseille., Bordeaux.
: ri:
au p;
i-5 jours. i5-jour3. i5 jours.
Montpellier.au p. 10 jours.
Effets publics.
Tiers consolid.........____'............
Bons deux tiers.......................ri- '7
Bons trois quarts.....,........,... 'id. *6 s.
Bous un quart.......3o 1. pour cent prir.
Cours des espces. Oxim....!.......'.............
Marc d'znxeati......
Portugaise ,' l'once.. ;........
Piastre.. ;"...:. .";
Quadrupl'o Uutat dfrollan'de. Guine.......-...
Souverain....'...
.......... ic'6 1-
5o l-.iSs.
.... 5 63.90.
. 80I. 17 s. fj'd. .. u 1. 12 s. 6 d-
,*<5'!-
. ?4l.r-5's- a 35J*
s PtctAX'lil;, '.-s-
Thtre de la. .Rpvbu^ue et des1 aat'* Auj. Castor et Vollux, ""
Odon. Auj. l Fre de famille, suiv-; duMM retrouv.
ThIatre np Vaudeville.
la Comte.
Auj. .Honorine, <*
Le ptiv dtt l'abomtciwctit d Mouit 4c ch^ moi,: H ^yad^e/ fa .caves et l'^cnt, fLc do port j ^y^^^^^X ^rPo^ t
dQ''^imprimerie 'du citoyes Amasse, propritaire du Moniteur, me des Poitevins, n" t3.


GAZETTE NATIONALE ou LE MONITEUR UNIVERSEL.
)f? i$5. Quintidi, i5 pluviise l'an 6 de la Rpublique Franaise, une et indivisible. ( samedi 3 fvrier 798 t, v.st.)
POLITIQUE,
I T AL I E.
De Rome le 6 janvier. |
I^a gazette te gouvernement a fait rpandre avec pro-fmn un rapport du capitaine Amodei qu'il j aussi adress aux cours 'trangres pour ""sa" justification. Ce rapport se borne dire que I la troupe se voyant presse par une grande multitude de Peuple, la tte de laquelle taient deux Franais le sabre la main, fit feu, aprs leur avoir cri de se retirer et qu'elle vit tomber plusjursTtumultuansvetrdans-'le nombre-un-des deux Franais ( le gnral Duphot. ) On n'y trouve p un mot des vnemens qui ont eu lieu au palais de France, des efforts du ministre pour xppaiser le tumulte ; et l'on dirait, d'aprs ce: rapport, que le gnral Duphot s'est trouv li tte des insurgens ds que les mouvemens ont commenc. _____
, te gouvernement romain se flatte peut-tre d'en.imposer par de pareils moyens, mais la .vrit^est dj connue :. la conduite des prtendus patriotes qui ont excit l'insurrection, *ropve qu'ils taient les agens du gouvernement. Quelque. borns et exalts qu'on suppose des patriotes, il est impossible de les croire assez Absurdes pour se prsenter publiquement un piastre, lui faire part, de leurs intentions au nom du Peuple, qui n'est point encore rvo-j ludotjn, et rendre public leur plan, afin de cb.ujjr plus de danger dans l'excution. On ne croira pas non plus que le gnral Duphot ft, comme on le prtend le chef de l'insurrection. Ce gnral pouvait-il ignorer que le ministre avait renvoy avec svrit les.prtendus patriotes," et avait prvenu le cardinal secrtaire de ce qui se : panait? Aurait-il attendu tranquillement dans l'htel de France que la rvolution ft faite, t "ne se Serait-il montr qu'avec l'ambassadeur pour appaiser le tumulte ? Le malheureux Duphot, la veiHe de son mariage, n'tait nullement occup de projets rvolutionnaires ; il vivrait" "encore s'il n'avait empch la contre-rvolution de Gnes, et s'il n'avait parl Naples avec toute la franchise et l'nergie rpublicaine -en faveur de tant de victimes qni gmissent dans le ptisons. Ds tmoins oculaires assurent que, le caporal Marinelli, qui l'a assassin avaU d'abord \ couch en joue le gnral Sherlock.
".''; Du 7 janvier. '
Le gouvernement tient aujourd'hui la mme. conduite qu'aprs l'assassinat de Bsseville; "Il :) publi-uti ditpar lequel il dfehd(, souspine de mort, de faire la moindre insulte tout tranger. Cet dit n'a pour objet que la sret detPranais et des Cisalpins qui sont tous partis. Le gouvernement devrait plutt s'occuper des ""Oychs de garantir la vie des patriotes, ou de lx qu'on veut faire passer pour tels. Plusieurs On fait circuler la copie d'une dpche par |aueHe sa majest napolitaine promet de garantir 'a. personne sacre du saint-pere et le patrimoine ? lEglisc lui annonce que tou tes ses forces se-,0nt bientt runies et en tat d'arrter les propre de l'ennemi, et'qu'elle a en mme tems envoy de couriers extraordinaires Paris et icne, pour savoir, leurs s intentions sur cette violation formelle du trait de Campo --For-
On doute de l'authenticit> de cette dpche, yn croit que c'est un'moyen dpn| on s'est,servi l'or engager le Peuple s^enrlcr, uet pour in,-, l'Oder les,mcontens qui sont disposs, se sou-
..... 1 j, .... rj: l'if
I-ts moines et les prtres ont dj eu recours leurs moyens ordinaires.1 Partout on a ordonne n" tddftos,ctfdes neuvaines et. sans douteon Retardera pasj entendre parler ; de miracles.-; /
Les nouvelles que le gouvernement reoit des provinces, lui font craindre d'tre bientt rduit a la capitale. Les Cisalpins sont Foligno. La La ville de Perouse leur a envoy des dputs pour leur annoncer qu'elle allait planter l'arbre de la libert et sans doute elle aura secou le joug papal. I
On sait que la plupart des villes de la Marche ont suivi l'exemple du duch d Urbin, et que rOmbrie ne tarifera pas en faire autant. La position de Home est d'autant plus critique qu'elle prouve dj une grande disette, et que ne pouvant plus rien tirer des provinces rvolu-
. tionnaires, elle sera bientt rduite la dernire
[ extrmit.
La cour de Rome a envoy le financier comte j Gnudt et le cardinal Caprara, Florence pour | obtenir de prorapts secours.
RPUBLIQUE CISALPINE.
De^MHan^ le %3~ nivoscV"
Les troupes qui entrent en marche 'pour retourner en France, ont eu contre-ordre. Plusieurs corps se diligent vers le duch d'Utbin et la Marche sans doute pour soutenir les Cisalpins dans le cas que le nroi-de Naples s'engage d-J fendre le pape main arme.
SUISSE.
De Lausanne, le 26 janvier. j
HiEa, la pointe du jour, le drapeau vert flottait sur Ja maison o s'assemblent les membres du comit de runion ; on y lisait : Rpublique Lmanique. Le vert tait comme on sait, la couleur de Guillaume Tell Haufiachen et Melchtal; c'est aussi l'emblme de l'esprance que doit avoir une Rpublique qui nat sous les auspices de la Grande-Nation. TdUs les citoyens se dcorrent de la cocarde verte ; leur joie tait gnrale; et il rgnait entr'ux une galit parfaite vrai apanage de la libert.
La force arme s'assembla 5 le citoyen Debons en fut proclam commandant en chef par le comit central : les applaudissemens unanimes de la troupe ,,font j un loge suffisant de ce choix. Les soldats nommrent eux-mmes leurs autres, officiers.
La troupe se porta ensuite sur la place St.-Franois ; on y planta l'arbre de la libert au son des ins'trumens et aux acclamations mille fois, rptes de vive la libert! vive la Rpublique Lmahique !
1 La mme crmonie a eu lieu dans presque toutes les vil,lesi.du pays ; on s'y est empar des chteaux des baillifs qui s'en vont Berne porter leurs projets liberticides et exhaler leur impuissante rage; -
On avait dit ,i ces jours passs que de Weinss tait all rendre ses pleins pouvoirs : on s'tait tromp. Cette dmarche n'tait point dans le caractre de pet homme exaspr, qui, dmocrate dans |cs crits, tyran dans son bailliage, applaudissait la rvolution franaise et se cabre actuellement contre celle de sa patrie. Il est all Yverdun:, o il organise une espce de Vende; on dit qu'il y, a dj rassembl 1000 hommes, ce qui n'est gure vraisemblable.
Quoiqu'il en soit, il est de fait que la nuit dernire il s'est empar, la tte d'une compagnie de chasseurs, du chteau de Lucens, bu naguere.il dployait son despotisme bailli-val. Ce chtau'est situ sur une hauteur et offre de grands moyens^ d dfense, sur de trs-petits moyens d'attaqu. D.Weinss s'y retranche dit-on et parati dispos s'y dfendre toute outrance.
Cependant le gnral Mdart vient de lui envoyer son aide-de-camp, qui, selon toute apparence lui reprsentera l'horrible extravagance qu'il y aurait rsister l'argument sans rplique de l'artillerie franaise et de dix ou douze mille vainqueurs de l'Italie. Il faut esprer que ces reprsentations flchiront son cur d'airain ainsi qu'il l'appelle dans un de ses ouvrages.
Nos jeunes rpublicains se prparent tous l'attaque ; plusieurs dtachemens sont dj
; Moudon qui n'est qu' une lieue de Locecs ;
' douze pices de canon les y joindront demain et l'on est tts-intrigu de savoir qu'elle contenance monseigneur fera dans son donjon. |
: J'oubliais de yous dire qu'on a brl publia quement les armes de Berne ; on a mis le se- I
questre sur tout ce qui tait adress au gm-vernement Bernois, ou qui venait directement de lui ainsi qu'un paquet assez, considrable adress de Weinss, etc.
REPUBLIQUE BATAVE, La Haye le 24 janvier.
Le directoire excutif provisoire a t compos des cit. Vreede Fynge Vanlange Wildtick et Fokcer. ,
Dix membres de l'assemble nationale ayant refus de ptter le serment de haine au stadhou-drat, l'aristocratie au .fdralisme et toute espce de tyrannie, le prsident leur a ordonn, ; au nom. du Peuple Batave de quitter l'assemble- :
| Voici l proclamation qui a t faite au Peuple.
Il a paru enfin cetjour i ,. pour Jajseeonda i fois-,.votre libert dut tre dfendue o l'indpendance de cette Rpublique dut tre protgea contre les violentes attaques de la sdition', o enfiu l'explosion d'un projet aussi funeste 'qu'artificieux dut tre prvenue par les moyens vigoureux que vos fidles reprsentans ont employ -pour sauverla-Pauevmqyens-sans lesquels vous eussiez bientt gmi,sous des chanes plits pesantes que celles que >vous avez jamais portes ; moyens commands par une imprieuse ncessit; moyens qui, pour que le Peuple Batave demeutt libre et indpendant, ont d tre prpars, du moment de la nunion d votre assemble reprsentative gnrale ^moyens enfin que nous nous sommes vus contraints1 d'adopter par la conduite criminelle de ces hommes qui, quoiqu'ennemis des principes fondamentaux de notre dernire rvolution ont constamment russi retenir en leurs mains les rnes du gouvernement.
Il tait tems de combler l'abme creus entre un gouvernement constitu et l'informe fdralisme de quelques peuples, runis en apparence mats souverains chacun dans ce qui le concernait.
Notre Patrie a sou vent prouv les effets funestes d'un tel ordre de choses ; c'est lui que vous devez de n'avoir jamais connu vos ptopres forces ; c'est lui q\n a fourni l'Angleterre les moyens de vous diviser iniiieurement ; c'est lui qui a enchan touff mme en vous, un courage d'ailleurs si intrpide et un. patriotisme si souvent manifest ; c'est lui enfin" dont chaque page de nos annales retrace les pernicieux rsultats., et qui nous ramnerait insensiblement au dtestable Stadhoudrat, et nous ferait regretter ces chanes que nous avons biises par le secours de nos fidles allis et au prix des plus grands sacrifices.
11 tait tems d'carter tous les obstacles et d'organiser tout ce qui nous environne de manire parvenir un ordre de choses fixe; il tait tems de faire cesser cet tat de confusion et d'incertitude qui depuis trois annes a arrt les sources de notre bonheur, et nous a conduit au bord du prcipice qu nous avons vit jusqu' ce moment.
Il tait tems de nous arracher au danger que nous avons jusqu'ici conjur par la patieucc et l'indulgence; du Peuple Franais, dont l'attachement ne s'est point refroidi, malgr les intrigues employes par une faction sclrate pour l'loigner de nous.
Il tait tems de rendre illusoire toutes l atteintes portes votre libert, atteintes qu'on a vu chaque jour se renouveller.
Il tait tems de rendre inutiles les plans d ceux qui, dans la vue de s'aggrandir, se sont efforces d soutenir le rgime fddratif, et de repdre la rvolution si salutaire dans Ses principes, non-seulement illusoire pour vous, mais pernicieuse dans ses effets.
Il tait instant que le serment qui fut fait de sauver la Patrie, serment que plusieurs .pronon-, cerent d'un cceur perfide serment qui rcemment encore fut renouvelle en votre prsence, ft ralis par vos vrais amis. ,
Pour ceux donc qui n'ont pour but que l bien gnral, que d'indiquer la Pattic les moyens de rparer, les maux que lui fitent l'astuce et la trahison, pour ceux-l, il n'y a d'autre parti prendre que de priver Ces tre* pernicieux du pouvoir de vous nuire encore. Le projet d'tablir le rgne de quelques familles patriciennes sur les dbris du gouvernement i stadhoudrien en affectant d'opprimer les vri-i tables amis' de la Patrie, d'touffer leur courage I ct de leur ier la forc de s'opposer la ty-


rannie \ le.prajet dejvous asservir.au jong iniup* portable d une aristocratie lective sous le nom le gouvernement populaire par reprsentation et de vous faire embrasser, un honteux esclavage n ne vous prsentant qu'une ombre de la libert ce projet ^pervers, ji ^clairement jjxprjuj dans le plan de constitution que vous avez rejet, ne fut jamais perdu de vue; au con-rraire, il devint de plus en plus cher tous ses. adhrens, et la seule diffrence qu'il prsente avec les efforts -faits ci-devant dans le mme but, c'est qu'actuellement on aurait redoubl d'artifice ,et de violence.
11 tait encore rserv la Rpublique Fran- aise de seconder les projets dfs ,vrais Rpu-, blieains, pour vous retirer une seconde fois du' gouffre ou l'on vqus avait plong pour,,mieux vous asservir, Nous n'avions p|us qu' optjeri entre due dernire crise politique et lajperspec-' tive de voir > jamais la libert enchane ; et .-quel patriote pourrait un instant balancer dans) le choix j
Oui, Bataves nous nous sommes vus dans' la cruelle ncessit de-mettre en tat d'arrestation quelques membres de votre assemble' reprsentative et d'en loigner d'autres du gou-| Vetpetnnt ; non dans ,-Je .dessein de leur, nuire moins qu'ils ne~se soient rendus coupables^ .de quelques crimes; non pour ls poursuivre cause de leur conduite car nous' sommes trop convaincus des suites funestes du rgne de ila. terreur, mais pour empcher qu'ils conti-nueot miner les fondemens de notre dernire; rvolution politique ^ten dtruisant tous les^ obsta^l^s^, vdTs~iair atteindre au plutt un ordre de choses rgulier pour enchaner le despotisme et fermer tout accs l'anarchie; .ce qui cimentera le salut de la Rpublique Batave,, .et la rendra aussi utile ses allis que redoutable ses ennemis. j
Vous offrons-nous un tableau exagr de l'tat, des choses ? avoris-nous recours la calomnie-' pour vous;inspirer, de la haine envers des hommes! 'probes ? ou bien rendons-inous hommage la; vrit? Les atteintes portes la libert .civile' ne sont-ells .pas ,raanifestes ? La protection et' la faveur accordes ,aux partisans de la maison! d'Oiange ne gont-lles pas assez connues ?,Ne'; .suffisait-il pas d'tre.patriote prononc pour tre! mpris et rejet ? A*t-on nglig un seul moyen: ,d'touffer l'esprit public ; t l'organisation des' -troupes de lerre^n'a-t-elle pas, depuis long-tems, t une source de plaintes fondes ? N'a-f-on pas entrepris dans vos assembles reprsentatives d dfendre le comit de l'union ? Plu-; sieurs de vos gouvernans n'ont-ils pas combattu par des moyens honteux l'unit de la Rpublique le seul moyen d'assurer notre bonheur) dans l'intrieur, et de nous rendre puissans au-dehors ? N'a-t-on pas retard par tous les moyens possibles, la formation de la garde nationale ce boulevard de la libert aussi edou-, table pour les despotes que salutaire au bonheur du Peuple ?
Le commerce avec notre ennemi naturel n'est-' il pas tolr ? que disons-nous n'cst-il pas protg au mpris des lois ?
Ne s'est-on pas permis, dans divers endroits d'employer la force arme pour touffer la voix du citoyen, et soutenir avec vigueur l'insolent, despotisme ? N'a-t-on pas fait servir les trsors de la Nation ces trsors amasss au prix de votre suewr et de votre sang, pour tout corrompre pour vous faire, accepter par les bayon-nettes une constitution que vpus avez rejete avec indignation ? N'a-t-on pas en quelque faon assur l'impunit au vil goste? Na-t-on pas permis que quelques individus se soient enrichi ,du fruit de vos travaux qu'on vous fesait verser dans des cofres aussi-tt vides que remplis ? Ceux-ci ne se sont-ils pas nourris du sang et/des larmes de l'orpbelin et de la veuve? N'a-tt-on pas tmrairement sans ncessit, ct mme Contre 1 Intention du gouvernement franais expos une destruction totale la marine nationale ce faible reste de notre ancienne grandeur? N'a-t-on pas tout rcemment encore remarqu les efforts| dtestables qu'on a mis en usage pour nous arracher tous les moyens de rtablir nos forces maritimes? et si le gouvernement n'et t chang,' ce projet pervers le russissait-il pas completiement? be.crdit public n'a-t-il pas t altr par des mesures, aussi fausses que perfides? Ne voit-on pas ls diffrentes provinces s'opposer ouvertement la volont de la reprsentation nationale ; et celle-ci n'est-ce pas dchire par les divisions et l'esprit dparti? Ne s'est-elle pas rendue mprisable par dfaut d'nergie; et n'a-t-elle pas, par ds demi-mesures,.rompu les liens de l'administration ?......
Le monstre du fdralisme peu diffrent de l'hydre des Anciens, ne peut tre abattu que par un eftort vigoureux qui dtruise d'un/seul coup toutes les ttes. Ce grand coup vjeqt d'tre frapp ; dj le monstre est agonisant, mais ses dernires convulsions pourraient tre dangereuses et c'est ce qu'il faut prvenir .encore.
54*
' k
Aucune., socit ne ^saurait exister sans ordre- ;
il est surtout important qu'il ne soit point troubl danirun-gouvernemeut intermdiaire. Que chacun donc.se.soumette aux ordres qui seront prescrits par ce gouvernement intermdiaire ; quon te persuade ^utle^acufice-nromentan-de quelques parties essentielles de notre libert civue n'a d'autre but que de nous procurer une bonne constitution, et de nous assurer par-l l'entire jouissance de cette libert.
Toutes ls autorits Constitues continueront leurs oprations actuelles jusqu'au moment o il y sera'fait le changement ncessaire d'une manire rgulire et conforme au bien gnral.
Les soi-disant administrations provinciales ou autorits constitues dans les diffrentes provinces, et les rgences dans les diffrentes villes, districts ou villages, ainsi que les administrations des digues taux et ponts seront continues jusqu': cette poque et seront'soumises et responsables envers le pouvoir excutif. Les comits de justice, demeureront provisoirement sur le pied actuel et il n'y sera fait auunb3qgement..Tpu&qlbciers,| maires, procureurs de communes ,et (accusateurs! publics ',' continueront provisoirement rqxercie de leurs fouctions, et poursuivront avec une activit.redouble tous perturbateurs, d-repos et) d l'ordre de quelque-masque qu'ils se couvrent.[ Les proprits et les personnes seront l'abri de toute insulte ; les Ibis qui existent cet effet resteront en vigueur et seront rigoureusement excutes. Le commerce sera protg, et chacun jouira de cette sret qui sert d fondement toute runion- sociale. Aucun habitant des pro-t vinces^encofe^Txistnls^Tau^ ,i aucuneisc;cit ou, corporation ne pourra se ru-j nir pour faire collectivement cette assemble ,1 ni au pouvoir excutif, aucune demande ou| ptition ; mais il sett permis: tout citoyen! Batave de proposer ses opinions et de dfendre! ses intrts.
Ainsi^ce nouvel-ordre dechoses se trouveraj tabli sans,choc et sans confusion,jet le ,b,ut;quij l'a rendu ncessaire ?e trouvera cqinpleftement; rempli. Ainsi vont tre accomplis les vux ardensj des vrais Bataves t une bonne et. sage,'coristku-j tion consolidera notre bonheur, remplira levccu de nos allis, et nous rendra redoutables, rtasi ennemis. V.. I
Balayes, c'est-pour parvenir RPUBLIQUE FRANAISE.
Pam le 14 pluvise.
Trion j, dit Cssineau chevalier de Ivtalte migr, agent de l'Angleterre, fabricateur de faux passeports, a t condann la peine de mort par la commission militaire ; et excut la plaine de Gronelle. 1
, "La ^ffeenceakns-lainaWids-loi'r. des moyens de grandeur de ces deux Natlo J doit indiquer Tau gouvernement -et -la W tique de la Natioir Franaise lcs^0y2 1 prendre pour affaiblir u^omprimerce Na forc? -d*Mje ^-^^^^--W-^W'JleS
Le, commerce et l'industrie apnt la base d. la projprit anglaise. At.taqqon.s-la ramoB,l, dans son commerce et son industrie. La force de la maison ud'Autriche comi-.
^y^8p0,iriouto!
graphique, dans ses liaisons tdratives.EealZ, surpassons sa^uissaije militaire -, .bornons, Con
daos^son tat .militaire, ; dans s'a position topo
centrons sa position 'top'ographiqeV^sons ntm ses allis, mme les plus anciens, se trouvent mieux,de notre alliance que de la sienne. -Aprs avoir ainsi .tabli-et annonc .ion ),
gnral, hauteur wtredans.le.dveloppWentdM moyens qu'ibpropose.
'< Premirement des moyens d'affaiblir l>An gleterre. *' w*a*
/ 'Secondement, ds' moyens d'affaiblir on com primer la maison d'Atitriche. --
La premire partie, celle relative,^ l'Anel terre, est divise en deux sections, rfnnt l!
MILANGIl ( .
Dt la France relativement .l'Angleterre et la maison d'Autrichet; par J. A. Mourgue. "'<"'
A Paris, chez Desenne libraire, au Palajs-Egalit. 1 11 ^
Des eonnajssanccs positives sur les intrts respectifs des diverses puissances d'e l'Europe sur leur situation' intrieure et Sur les vues qui les dirigent ; des ides .aines de politique et d'administration ; un 'patriotisme clair et vraiment anim du", dsir ,d'tre utile,; telles so,nf les qualits qiii se font d'abord- remarquer d'afl^ la brochure 'que noirs annonjoh^. 'Elle est l'ouvrage d un citoyen estimaole, que ses talens et ses connaissances avaient appel au ministre mais que son attachement infle^rb^e aux principes d la libert eil ont loign presque aussitt^ L'extrait suivant pourra donner une ide de l'impditance des objets qui occupent ses mditations., de tla sagacit 'avec laquelle il les >a observs., et de la mthode avec laquelle ses observations ont dveloppes. 1
dont I une.
sections
trait^ej_moyens^de^lui^enbveracViWo^cs iquielle tire de Son industrie manufacturire;-Vautre ii des moyens d^ffaiblir sa puissance-maritime et commerciale. : .
Pour affranchir les autres'Natons du ffibt d'elles aie.nt l'industrie 'an>|Uiie, Il r?s s agit que d'arriver au mme point de pcr. fectin ; la. Nation frauaise peut plus qu'au-u'ne autre .oprer cne .heureuse Vvoljition 'jp.uisque son'industrie s'exerce sur les Wrni objets. '
Le .gnie atif,et,iftc|ustrie.uxde;s .^rainkia doit ncessaireraentdgs .amener ce spoitit, avec ,'lg tems- et de jbjptinejS Ipjs mais, eu attendant,, il faut suppler a~ "fini 'par la bo h n e qua Jj 1 ,, qtf bon niatch chose facile pour des objets de consommation gnrato ;T-e% ce-but-swa rerpl par'uwe sage.'combinaison des n^pts-q^ippttrjt sur le-genre d'industrid qu'il -stra question 'dW coutager' :pr-des-tois-proteottiostunKgitn-de libert qui laisser* ^industrie la- ftulre tf parvenir Jtot 'U. ''"'' !i ''',, ''--' ''' ;;'" '
Ppu,r attaquer l puissance cmnJerialetfe 1 rl-gleteVre ,ips moyens sont tout--'fat diffrens. Il faut de la'lentepr, des srjins assidy, une fbrfc en apparence Inerte pour balancer Vihdsrie,; il faut, au contraire une force active et sMoUt trs-vive propos.pour ..combattre et dtruire le Commerce. L premire action doit oprer en paix cpmmc en guerre; ccll-ci n peut guetes avoir d'activit,^jU*eri ttriiS de guerre ; mais il faiit p^paifer pe'ndh,t_la'p'aiX et ne la jamais petdt de 'VUje. ",;''"J""'it........
Aprs,: avoir jndjqfl,',, da.ns l'histoire de,notte inarjne les..causes, quj .se. sont, .opposes ad .progrs du<;ommerc!e,u.iar,i;time de la Franceet.en .mme temsles.justes ,esp,rnpces forrde sr .1 valeur,etf'cxprien.'ce tis ipatelots., ('aut.eur.qon-jseille ,au,gouVern^rent.,d'!viter ,d(ft seri(iHJrc ^Js,.grgit.^s armemens ;qui, absorbent stoBS. ,seS moyens ; et au;%n dg concentrer,,tout,c,saipuisf sance maritime dans quelques points dtermins, tels que Brest R.ejh#r\t e* Toulon que l'ennemi peut bloquer, il f invite armer sur tous les points X#sp}HP grande- quan^t tppissible.de-,navires lgers /gui puissent tiouiyr,,,,,^,^ .angUiis pur tou^s ,l,e.3,parages par ^i,fr;qfln,css l|e,xh"qrte dirigerj&ajnirtrciie non ur ja gloire d.ea combats,,-,rtww sur l( vraj point..l epupj seront les .plus is^rj.sibles .M.fifiB,s' sans,jamais perdr.^e^n.e.que la perte, d^uflcon-vpi,,|iSt plus; fatale au co.inpier.ee anglais,qe,cpU d'une .bat.aillje navale,. Il veut .enfin qe,)p 0' ^er-^om,c,rif franais ,dan.s ses. guerres pntK.j Ant gl,eitef,re', .se.propose ORStamnie^t cette ff^We occasionner Je plus Jdt -fie'paw 'fossile *IW* terre, tandis que laFrance en 'fera le moins MsstpJe t t l maintie'nt qu'la'il'ptioii en sra'totalercnt ertfat/eur d la Ffrfc i'doH seulement .en ce mo-meht,mais mm iW'tib*it:'rem's. 'S aernonStrj-tioh est fonde isrdei causes morales etprtyii-qes ct ppuyes'VrXr, T'exprietic. '
D.at>sla;sccoiide partiequi baittr de moyetrl d'?ffiiiblir ou Comprtnerfa puissance.dq laamsoft d;Autiiche, l'auteucsoutieW qui* le but-c08'anI d'une saine politique pour la NationJranai doit tre de rlguer la ptussarree-de la musaa d'Autriche l'Esfde l'Europe, de la f^uirc au*
...... i tout
grands Etats qtf'll y poSSede' de lui 0ter tout moyen d'it/fiuence atr rWicli 'et l'Outt/de.'3 .tt.,.. ct4tier de grandes pissabccS qui,' avC ^X\\
> Attaibhs ou comprims, l'Europe pourtk secours, quelques liaisons politiques paissentw jouir d une paix longue et asiire. contenir dans les.boroc '4P 'prescrivent l a6'
\ih tranquillitde d'Europe- n luii instrumens propre > remplir ce^ut.s"'* vant-lui, sont>l Prusse ^ Tlecttur PeUn
"i.L"^lra1"cc s-u,e Peut l,rer ,a compression ju 1 allaibltsiCBicm de c^ deux puissances am'bi-
ou
cuses.


^#avire. ta.premire aggrndie et fortifi*
Palatine, dont le Tyrol fait partie, opposerait l'ouest une puissante barrire entre la France et! l'Autriche. 4
, Aprs avoir examin les avantages de cette l^nvelle'balancj^pour la tranquillit et ia sret de la Francef^Vauteur entre dans le dtail des robabiiit.sid%.succS;:de *e sjlan, ensuite il ne e dissimule .pipint les obstacles qu'il pourrait jencontrer ; il les expose avec candeur et les combat d'une .manire -satisfesante. Enfin, il prvoit les objections que }a politique pourrait opposar faggrandissemcnt de la Prusse et de la maison Palatin et les regarde comme peu tfondes. Attendu llirifluence des,mots sur les opinions, il propose de donner 1 hritier de la'succession palatine, dont l'ouverture ne peut tre loigne le titre de roi de Bavire, et, ic1 franc Rpublicain ,n1 expose ses ides sans, .craindre qu'on en tire aucune induction contre la puret de1 ses principes, ta libert sait tirer jparti des .passions humaines mmes qui lui! comblent le plus contraires, et C'est sur les; haine* des .forats que l'on a -grav Gnes le
'moi fibtrtas\ ^ :_____
jAu reste, au milieu de tous ces projets dej guerre et de conqute, l'humanit ne perd jpas tses droits-dans le coeur de l'crivain, u Loin de; mon esprit, dit-il, toute ide de voir prolonger] .une gutfrre dsastreuse! loin de moi toute ide de-nous y.vpir replongs '.Pour tout ce qui est destruction par le fait de la- guerre -, puisse1 t-iTn'yj avoir jamais lieu Mais* si fe" malheur le Vedt, sil IcJ'circonstances nous y -etttranent, il 'fatit bien! ,se>prmunir pour faire nos ennemis tout le! tuai qu'ils pourraient nous faire, et ;en cela ce n'est que les prvenir. )>
(Quoique cet crit ait t compos antriu-j ,Kment,- la paix de Campo-Formio, et la1 .rriipture ds ngociations 'de Lille, il est ais -de-voir., par l'extrait que nous (Venons .d^en (donner que e n'est pas une brochure du .moment, et qu'il est fait pour tre lu avec le rolus grand intrt dans tous 'les tems et quelles juc.soient les circonstances.
'Il est suivi d'observations sur le trait de-navigation et de commerce ente la France et la Grande-Bretagne, du 26 septembre 1786, dont l'objet est de faire sentir les consquences tfu estes de -ce-trait pour les,finances et le corn merce del France mais qui ne sont pas susceptibles d'extrait.
CORPS LEGISLATIF.
CONSEIL DES CINQ,-CENTS.
.Prsidencede. Bailleul.
8^NCE DU l3 PLUVIOSE.
Les officiers, sbus-bfficiers et gendarmes des dpurtemens d .Seine et Oise, du Doubsetcru Pas-de-Calais, offrent' en dons patriotiques .pour lerlrais.de'la descente en Angleterre : Jesfpre-miefs ; la somme d'35o liv. ; les steonds, celle de 840 liv.; et les deruie*s, un jot>r de leur solde par mois, jusqu' ce que lajdescente aitt effectue. '""
Le prsident. Je dois observer au conseil que; 1 constitution s'oppose c qu'aucun citoyen renonce en tout ou en partie au salaire qujji reoit, en raison ds" fonctions nbliques qujl 'eWplit; D'aprs cela, j demande>ti le conseil 1>rtt accueillir l'Offrande des gendarmes .puPa dt-Galais. fMormureS. )
^aTnier, te Saintes. "Ce n'esfpas ici une rc nonciaiipn^i Icnr salaire pue >forjt les gendarmes "du Pas-de-Calais ,*nirs une offrande patriotique qu'ils envoyent en preuve de leur amour pour; Bjrblibue;, et d >kr %irr poor'f Ankl^t-'erre. Je demande l'ordre d jour sur f dbser-^|ioa du prsident.
: Le conseil passe Pondre dd jour.
Les employs de l'enregistrement dans le d-; Pattment dp [la Vienne .offrent la somme de boo'M,
L?^admiiiistiatcurs Jforestisrs-du mme-dpar-tement, celle de roo liv.
HLe nipldys de Tdmriistration centrale du Bas-Rhin, celle de 45|,t;anc4,85 fieritimas.
Les officiers de sant de la marine, contient la somme de 3'ao liv.
Le administrateurs du thtre de Marseille, 'It-de^^-.hv. *- -------
Les juges, ommissairei.du direfitoire M, grbf-
" '-.. t
fiers des tribunaux civil, criminebet de police; correctionnelle des Deux-.Svres, celle de-4so liv. j
Toutes ces offrandes sont' honorablement ru en--tionrtes au procs-verbal, et leur montant est-' renvoy, "ia trsorerie nationale. }
Le citoyen .Lemonnier,, .artiste expose que, pendant son sjour Rome, il a t perscut! et incarcr ,,par les ordres du gouvernement. ?apal. Il rclame des secours, tant rduit 'indigence. j
Savary. Cette.ptitipn nous rappelle l'horriblej massacre de l'infortun Bsseville. 'Lemonnier aj t victime de la perfidie de la cPur romaine ; long-tems il a gmi dans des cachots de l'inquisition : il est revenu en France; il sollicite des secours. Je demande que sa ptition soit renvoye au directoire, afin/que ce citoyen puisse! avoir part,aux indemnits que notre gouverne-; mentsera dans lecas d^exiger de la cour" de Rome. Adopt. .
Tavart fait un rapport sur un message du directoire excutif, qdi a soumis au conseil la question de savoir si l'enfant n hors dit mariage dont le-pere^est dcd depuis l pro-' mulgation 'de'la loi du i brumaire, 'an a, doit, pouravoir droit sasuccession avoir t >ar lui reconnu devant l'officier public, ou s'il ui .suffit de .reprsenter des actes privs, et d:offrirla preuve des soins qui lui ont t donns; titre.de paternit.
Le rapporteur.observe que cette question est' d'autant plus intressante qu'elle a divis les" jurisconsultes les plus clairs et les plus impartiaux;; qu'elle a t juge diversement dans divers tribunaux; que plusieurs fois elle a t propose, tantt sous ,un rapport/, tantt sous un autre, au tribunal de, cassation; qu'enfin plusieurs tribunaux ont suspendu leurs jugemens pour en^rfrer au corps lgislatif ,^tque _Jg_ directoire a averti les autres tribunaux d imiter cette sage circonspection.
(Aprs avoir. 1 rois -sous les jyeux du conseil la srie des lois qui ont rapport, la question les consquences qu'il convenait ; d'en tirer et les, rponses auX objections le.rapporteur termine par dire que la commission tait d'avis de dclarer que depujs le i. .brumaire.^ an jl yj a eu ncessit pour les pres qui ont voulu donner un tat leurs enfans naturels d'en passer reconnaissance devant un officier public ;
i. Parce que les argumens tirs de la loi de brumajre en faveur de ce systme ilui paraissent beaucoup plus forts que ceux tirs de la mme lot en faveur du systme contraire;
4. Parce qu'en supposant la choge indtermine irrsolue, en supposant la loi du 1,2 bru-! maire rellement ambigu ou muette l'opinion, des lgislateurs s'est constamment manifeste vpt et depuis"e'tte' loi pour la ncessit de k;rcdnn)ssttc5d pere dont le" priricipe avait t dcrt dans les ^rrileS du code" ivil 'uql "se Vfere lloid Vibrurriaire; '3. fyfe'fffaiy ;'.^tt.t'.de>' .enfans^j i'inttrt tls familics ',." re n^iy^ P,'u? ^P'^d're 'yn genre de preuve^ pspi ,nc^rfvajn .qlte celui de sirripl prsOfulH^^ et^ue Si,'c'est l cas d'une loi' interprtative, 1 application *doitJ remonter l'poque de la loi interprte. *vCe\te dtermination est d'autant' jplUS 'jtss*., di'e la ^'ra'&i's'sdn'"s'est en mme-tems occupe d'suref bb' ifirt honheie uk enfans naturels djont les^pres sOntt dds depuis l loi "du H "brumaire SflS ls -'reconnatre'. Elle a pebse qu'il sufHst quVcitt loi ait pu paratre ambigu sur l'obligtiW d'une connaissance authentique de |a part ;du pere, pour que ceux ,des,enfans qui ^efty^nt.,tablir leur possessipn d'tat 4 ant^^spreu^*, indiqus dans l'article ,VJtI de la |oi d.u 1,8 bWajr,e f dussent obtenir de,? 'aecpus qu'elle, a fixes ,^u tiers de la .portion.qu'ils amaientfuj'ijs 'aient ,'p,s dans' le mariage- Op re,mp}ira,.par(ia le, ^bu de .1 natue (ct,celiii .del ^tijCe envers tous-c^ux gu> -sont.,intresss ,|a, .dcision du coriseil".-.".- r. i v. 3 .
^Le!cotistil 'jou*he Ja discossion jusqu'aprs l'impression du rapport. 1
L'ordre du jour appelle la discussion, sur 1* projet d'insjtitutipn iSdes -vttfcragils gardes irurauxj
Voici le rapportait a, c'sdjet par Talot dans -la satrce'idu'ti nivse1;"5 '
-^tlm'^ii^'ttitqt'piiyt'l W dcnseurs donne un triomphe la,Patrie,^ ilf)faut que char que pds'e'du lgislateur soit'un acte de reconnaissance .envers rifl? f dfenseurs,. ,$i hM^nce e^t libre ^ori;^ TQtMpuWtai|ie.^,.-s tp le .dsvons-pows.PiA -leurs vjttoire.-Le mttsfteat est prochain o,nous allons enfin >aqtitttr<** dette douce autant que sacre en remplissant les pro-_messes faites -es-hross-mais-ds aujourd'hui nous pouvons commencer satisfaire ce besoin imprieux qufc nous r^ssenton tous j de leuf
prouver notre gratitude t .notre .^diniratitt comment en ngligeiionstirou l'oCcasioti, lors* qu'en la saisissant, nous nousoccuperons, non-seulement de leur bonheur particulier v-mais' encore de la prosprit, publique et de la protection de proprits,, premier objet de tous les gou-vernemens ? -h- -. .. .
Le-conseil pressent'dj que la commison', dont je suis 1 organe ,'v'Pfchfretenir dfeucettc institution tout la fois militaire civique et. phi-lantropique dveloppe d'ube manire .si; heureuse dans le message du directoire du fl5 brumaire dernier, et le rapport du ministre de la guerre qui l'accompagnait. : '. .
'Elle a pour objet de mettre les proprits sous la sauve-garde des vtrans t a asStjrr' cinquante mille d'entre eux, et six '"cents* officiers leriche patrimoine de ar millions ', qui rf seront pas puiss dans le tisor public qAi h'aCcrotrOnt pas le fardeau vdes contriBtiofis1; ce fbnds est'le produit de 11 rtribution 'actuellement affecte la surveillance des gards cliam-pres.- -' --;v
QUeies rois aient lev un monumnt-fasfu'etix pour Servir de retraite aux vtrans fr.t.cS', ils ont SCrvi leur orgueil ; mais la R'pu'dlitjbfe' devait, lur-en lever un plus durable et "e 'plus digne d'elle : en effet. cette rtribution vSuffa
iOur le prsent et dans tous les teths Vous es soldats la plus heureuse existence. C'est une proprit inalinable c'est une vritable substitution qu'ils transmettront -leurs' ^successeurs._____________________-i"-..
Braves et gnreux dfenseurs de la libert combien de fois les vott'S de cette lerceinte n'on't-tlles pas, au rcit de vos glorieUk'eXplo-its, retettti ds lans'd'une, reconnaissance jusqu'" Ce moment impuissante Combien donc il 'est dd'iix pour la Patrie de vous -en 'offrir aujourd'hui les prmices rcompense d'autant plus llatteuse_ ponr^nus ^qu'tflle ~f\ sera pas ^utie nouvelle charge pour nos concitoyens !
'Pour apprcier les avantages d'une-institution nouvelle il importe d'examiner les vices'de celle qu'elle est destine remplacer. 1
Le code rural a dcrt des gardes champtres mais il en est de certains ctaidissemctis tomme -des Spculations, xlonties succs, les esprances ne justifient pas toujours'les'thories.'Auj'ou'rd nui un cri 's'lve d'Un bout de'la France a l'aune, contre cesfdnctiorinaiics pusillanime'! ou inirno--raux, qui sacrifient les proprits publiques et prives des affections d parntage ,1 t Couvent a des haines personnelles. ": 1.
Les gardes champtrs.'^banj'onnent ou livrpftt les grandes proprits, Jes proprits nationales toutes les proprits enfiujauxfluelles ils ne prennent pas une sorte .djintret personnel,,! ia plus afireuse dvastation s funeste polir, toutes y cet abandon l'est moins peut-tre pour' les petites proprits. Celles-ci tse.. dfendent.jusqu' un cer-tara point par lfs exguiif; pr'lufS nda'ves, 'pat "l prsence1 jourc^li'r du'propritaire ,-'cjut ne dcuple'SS "produits, 'qu'ait' .moyen7''du "plus cOnsts/nt lbeUf; mats ce SontAep griio^s proprits sur-tout qui soufffntdaVantagdeS suites 'de cette*'pfwir.ication',des^ Les..graridieB prOpris pfjtj-ftnf Wtitcrit'"aWsi ^protection ,'-Tjar!e *pi ce'kint elles "ledits"' qbi .Urnntent'lis gran'es^'its-;1"' '-"'- '"'-"'
Si le petit propritaire a droit, et par s'aptt-v-ret.V'** par' la --oolilt'itn de'^Son 1 rraVa'il \ au dobble'inttt''qn?inspll'trit,'le "-rfihetfr, et l'a'tt-ivit ^-leri'grod ptopHtairt' ddlt'tf "dfebdd' cause-de-s'on rndUS'tia t ^'sorj'.tffrltt^'tus^blit -galerto'fcrit Respectables W^W* de laW.^ais &mtiiett"06ierbnt-'ils -jMrUrfrhf Jentotifi'!TbrS champs de pommiers et demriers, plairfW'tin jyea-ser ,.>rp^
et des,ypte_r-ies ? -'Emvainias vouriraiento pjaMtr >,dfi< bois .pour leurs enfans-S ils1 sontfordCT'et'M'-
jacber.iCcu^ .qu'ils tpdsrocteflt* la hattfiv datimi jj&s rduitt-. la ncessit,diy .-porte Ja leur ji'rla feraient valoir, et ils.^tont^:rJob;hgS.' d'ail-tmtot. Ren.tjops^ur donc Jrton,|-npuft,de, lur, rendre y,c leujf, scurit leur -.amour ,j>our Ja,, tulijvtte. No^is aypys vaincu xips, voisins ,par,.np%t|trmeAS nous pouvons les Surpasser ,f>ar tiptrf,ijiduftrj^ agricole.. Le se| de la Faan^e .st^plu^, fertile
'.qn'a^ub1 'S$tig-$l djl^urpge' i), .jouira eje foul sa"^ suryiflpc^pio
; di'Vlrn' Rrd' 'WiaL^ sVl^propritaife osera
'de^dt ci>lvteUK ;' "V,.,,,';'/ -,"
^fais dtourn? ^otre attention:.d;nri-o4tj(/.t,qui ne peut qu'affliger des lgislateurs 1 si la vioia-
.donoies .propritsest-le -chancre dvorant de l'agriculture, l'institution des vtrans garde rra*.-ssn.eat Je ,icmed t :-< .-- '
;;B'lbdtd elle rend ^^'^^^n^ttCJ.'^f'** la cdltr, des milljers d citoyen que jlenr *e|-;ive ift^jfdie pamptre, ,'.,.. ,. ; 5
'Le'sOidat'rpublkirl'estfaBihar'is ta stbttf dination. depuis qu'il a des gnraux dignes de lui commander. Il respecte et il fera respecter les lois, protectrices,de la proprit t on peut s'en ^'^'Ccftil qui tendu, par se Conqutes,


(
e domaine de la Rpublique, pour savoir le conserver. Etranger la commune qu'il habitera il n'*ura d'affection que celle de ses devoirs ; il saura se servir de armes qu'il portera, ou plutt il ne s'en servira pas ; ses cheveux blancs, ses cicatrices en imposeront aux dlinquns i ce > sera pour le vtran'des. armes plus sres que celles que redoute pour lui-mme le garde cham-pire : d'ailleurs, le,coupable est lcbe enpr-seticejd'un homme; courageux.
Cinquante mille dfenseurs de la Patrie, rpandus sur la, surface de la Rpublique quintupleront la force arme quant au nombre, et ils a centupleront de fait i par la raison que la gendarmerie est distribue par brigades et poste de grandes distances,, tandis que les vtrans feront dissmins sur une circonscription de huit neuf cents hectares au plus. Voil cette,gendarmerie pied dont le rtablissement de l'ordre et de la tranquillit publique solli-. citait Ja cration, que l'conomie sevoyait force dtourner, et qu'on n'et pas dcrte au nombre de 5o,ooo hommes.
Aux poques o la surveillance, comme territoriale est moins active les vtrans gardes ruraux la reporteront sur les grandes routes, dans les forts. Lorsque tout sommeille, except le ;crime comme le crime ils veilleront, mais pour le poursuivre ; et, semblables cet astre qui dissipe les ombres de la nuit, ils claireront mais pour Je surprendre, le brigandage.
Ceux qui ont combattu et vaincu les ennemis de notre libert, combattront et vaincront les ennemis de l'ordre public. L'existence connue de dix ou douze vtrans dans un canton 7 suffira pour protger la tranquillit publique et la surjet individuelle ; la facilit de les runir en un clin-d'ceil, de fermer les issues d'un territoire, intimidera la malveillance.
Si cette institution avait t conue ou propose plutt ; si elle tait aujourd'hui en activit ,-les routesde la Rpubliqueseraicnt plus sres. Les vtrans ayant su obir, et sachant commander, inspireront aux habitans des campagnes une confiance qui les fera voler aux armes lorsque le territoire sera menac ; car ils auront bientt aguerri l'homme des champs.
Ce got pour les armes que le vtran fera : naine dans l'arne de la jeunesse, n'est pas un des moindres avantages de cette institution ; et si les Nations rivales de la,Rpublique venaient menacer de nouveau la libert, alors-, comme cette poque o, il fallut les repousser du sol delaFrant, vous verriez les habitans descam-, pagnes se lever en masse et voler aux hoa~ terei avec d'atadt plds : de confiance qu'ils seraient familiariss au maniement des armes. Oui, 'd toutes les 'instaurions proposes pour asseoir la Rpublique, aucune ne remplira ce noble Objet comme tiel ds vtrans gardes I ruraux.- .' "' ', ;!
(Je. sont cinquante,, mille colonnes sur lesquelles va reposer l'arche sainte du gouvernement rpublicain^ : .ce sera l'histoire vivante des campagnes clbres et. des victoires clatantes \ des soldats de la'.patrie, '. ,.
Le sang que Je, vtran a vers pour.--la con-; qurir et l'heureuse existence qu'il, devra l'ordre, actuel des.choses voil les gages qu'il donne au gouvernement de sa moralit politique, _......, ..,;..,..';
Telle est, citoyens reprsentans^ cette institution, qui offre aux vtrans une retraite heu-, reuse bonorable et^ utile ; qui lie l'intrt public e,t|les intrts,privs; qui., tous ces titres
frcieux, a spuit les amis de la Patrie,, de humanit, et commande un assentiment unanime. ,. ... . ,.. ... '
Cett<3 institution acquitt tout ce que chaque .citoyen a droit> d'attendre du gouvernement rpublicain r l tranquillit publique \ la swttli individuelle ,.j la conservation des proprits: Ge dpt, confi aux dfenseurs de la Patrie, deviendra sacr pour eux. < '< ;
A 1 ces grands intrts .qu'elle embrass *ie joint l'intrt de la Rpublique et du gouvernement dont elle propage l'esprit et''a'rjfto^ 4ns; Ifs campagnes. j
Vous 'voulez des ftes rpublicaines^en.vpilj Tes ministres : il leur faut un costume* ; je.Vjji ; titkn a son uniforme dyne'.ds''cpulury, '^pi nales.'Un pide'bi est brpd sut )e bras.dont
544
sens, le vtran a'a-t-il pas le front couvert de cicatrices? C'est ainsi que dans les crmonies publiques ils prcderont la charrue, la herse, surmontes du faisceau des instrumens aratoires, et, l'poque des rcoltes le char encombr de la dpouille des campagnes, et de celle de la vigne.
Enfin', cartant tous les avantages moraux et politiques qui dcoulent de cette belle institution, n'offrt-elle que le bonheur de cinquante mille dfenseurs de la Patrie, la commission aurait vot pour son adoption.
Talot propose un projet de rsolution.
Duchesne. Le projet de mettre les proprits publiques et prives sous la sauvegarde des vtrans nationaux est une de ces conceptions grandes et gnreuses qui ne peuvent appartenir qu'au gnie de la libert
Considr sous le rapport de la reconnaissance due .aux immortels dfenseurs de la Patrie il ajoute une nouvelle rcompense celles qui leur ont t si justement promises ct il leur offre la perspective d'une heureuse et honorable retraite.
Considr sous ses rapports politiques le projet de votre commission runit une foule, d'avantages qu'elle vous a dvelopps avec nergie et que tous les bons esprits sauront apprcier.
Mais puisqu'il s'agit d'une iustitution nouvelle on ne peut trop apporter de circonspection dans le choix des moyens.
Les lmens de cette institution doivent surtout tre combins de-maniere que les-droitset l'intrt du peuple ne soient point compromis, et qu'il puisse y rencontrer constamment sa propre utilit.
S'il en tait autrement, et si la rsolution que vous allez prendre, plaait toujours en premire ligne l'intrt des vtrans nationaux sans s'occuper de ceux du Peuple, nj'de ses inalinables prrogatives, bientt l'tablissement des gardes ruraux serait considr comme une charge, au lieu de l'tre comme un bienfait. Son but moral et son but politique seraient' mconnus calomnis peut-tre dans l'opinion publique et il cesserait ds-lors de produire les salutaires effets qu'on est en droit d'en esprer.
La thorie d'un tel tablissement, est facile concevoir.
Il import l'Etat que la police rurale soit partout exactement surveille ; la loi doit donc ordonner que des agens seront prposs cet? effet dans chaque commune, et en tel nombre qu'ils setont jugs ncessaires.
Les fonctions de ces agens intressent plus particulirement le* propritaires fonciers., et ceux-ci sont eh mirie tems chargs, d les salarier. Le libre choix des gardes doit donc tre essn-tiellemem rserv aux communes.
Cependant., nul ne peut tre plus/propre ce genre de service que des, .hommes qui ont dj brav tous les dangers toutes les fatigues de la guerre qui ont glorieusement combattu pour la libert de leur pays,'dont Ta plupart sont couverts d'hnprables .cicatrices'!,* qui1, tant accoutum^ "' la J discipline rnilitdire, sauront eux-mmsj obir i faire .'respecter ls lois ', et; dont Te seul aspect ;fri p'liV'WeffVoi les mal-! faiteurs. J" ," V 'j ''","- i
examiner s'il ne convient pas de rviser l jugemens criminels rendus avant le tSfiuctidV contre des citoyens d'un patriotisme reconnu-' contre des militaires condamns pour des fautes lgres et contre des acqureurs de domaines nationaux.
Ce message a t renvoy l'exanyen d'une commission de cinq membres.
Eudes a fait un rapport sur les brevets d'invention.
On a repris la discussion sur l'organisation de l'ordre judiciaire
L I V K E S B I V E R S.
Le Voyageur franais ou la connaissance de' l'ancien et du nouveau Monde mis au jour par M. L. Delaporte continu et termin par le cit. Domairon ancien professeur de belles-lettres l'cole militaire, auteur de l'immortel ouvrage des Principes gnraux ds Belles-Lettres.
Le Voyageur franais, formant 42 vol. in-12, se vend 84 liv. broch et 106 liv. reli. On fournira sparment les tomes s5 42 et 35 42, ( raison de 5o sous chaque volume broch,, et 3 liv. reli en tranche rouge, conformment aux exemplaires des souscripteurs. Il faut ajouter 5 sous par volume pour recevoir franc dport. A Paris chez Dulart, imprimeur-libraire y rue des Noyers, n" 22.
11 suffit de dire pour faire connatre le mrite du Voyageur franais,_q.uJes^6-preiiers vou-^ mer, mis au jour parM. L. Delapotte, mort le 19 novembre 1770 i ont t imprims et vendus au nombre de douze mille exemplaires. Son continuateur, qui a eu des relations particulires avec lui,, a travaill d'aprs ses notes, qui lui ont t transmises ; il a puis dans les mmes sourcesj enfin, il a parfaitement suivi son plan, et il s'est exactement conform ses vues. On peut assurer, d'aprs cela. que la suite de cet ouvrage',- qui contient le voyage en Italie et la description gnrale de la France parties sans contredit les plus intressantes connatre ne le cde en rien aux premiers volumes, qui ont t si favorablement accueillis, t oh ne cloute pas que les personnes qui les ont acquis ne s'empressent de se procurer le complment.
il portera son arme. Le ciel sera la vote dti tmpl>:ts Si vous'voul ud Culte qui fra'ppe le
e u
Ce sera donqdans cettep..p\njere.de;gurriersV devenus, si redoutables1 aiix ennerpis^dt; la patrie ,i que nous lfbn,s',cberher ls'protecteurs ds proprits, lssurvillns de 1* police rurale, et les fidles appi^des paisibles cultivateurs contre ces ftrs m^lfsans, qui inondant aujouid'hui nos campmes. V. ', .j,, -,
MaS if setait contraire 1 la' nature mme de l'institution ds gardes ruraux d laisser au gou-vcrnmnt'ie lju'de placer; ;\'"tour de' rle les'vtrans, et de les partir ' Son gr dans les communes i'ca tous leS adci'ns mi.itires h pouvant pas tre galement propres ce genre' de1 Service il faut ncessairement par respect pour les tfrdiis du Peuple'et pour pr veriir'-'d'ailleurs les rclm'tiohs'qui Se multiplie raient l'infini, laisser chaque commune la prrogative, du~ choix, part,, les Sujet inscrits sur les listes. ,-...,
( Lasuite demain. )
jV.'B.Dans la sance du '14 ,du conseil des inq^cents, p^ a fait lecture d'un message du" directoire excutif, dans lequel il l'vitc le conseil;
Le prix de la cafte, annonce dans le n d'hier, est d 15 liv. franc de port. .
COURS D U- 0 tt-A N G K. r Bourse du 14 pluvise, ~~ Effets commtrabUs
3o joun,
Amsterdam ... Idem courant.., Hambourg.
Madrid.......,
Idem effectif... Cadix
Idem effectif...
Gnes........
Livourne......
Lausanne .....
Bile.'.........
Londres......
Lyon....... i
Marseille.. Bordeaux.
I 90 jours.
. I
au p,
rS jours, i5 jours, i5 jours. Montpellier, au j). 10 jours.
,V o f-ffttl Publics,
Tiers consolid........
Bohs deux tiers...............
Bons trois quarts.. '...'. Bon un quart.'....... :
.... soliv. 10s.
____1 >- 17 s-
... 1 I. i5s 6d.
pour cent pprt-
.ppioN.. 4rJ:i.Midteti,Rmpmi Mdecin [malgr lui.,, -.,',-.' "''_
Thtre du Vaudeville; Auj. le Mrfged Vaudeville tt Ittyjtir^i Bjlle et Bonne ? l* Comte. [' .<-.i
.... A.'jURDN,rdacteur nc^lu,;,;
^sbinoctncnt se fan tU'it. aflra fde Pxltvft',,.!nP 18. Le prix 'il'*^ ^tir.' f'iytt]ttU%aiy, eo numiniff ,io 11, pour U mol et to,u>. por.i;fl< l*'* l'aiMinuo a 'au jtomjnmponi de t. AtaWf, 'diretter dt *'jo!,rt(l, tue ilei PoitcviB), n t/! faut tompreudre dam lei c6* 1 "port xfii>chiei ,-'nt letottt peint ictirti de la poi. 1 *
H Isut voit oiu, poui p !!>5t4.HiO
"-'ir'^-'i'-'".'^Moniteur^,nie 'dej Poitevin*


GAZ
)p i36.
NATIONALE ou LE MONITEUR UNIVERSEL.
Sextidi i6/)/MVJi POLITIQUE,
ALLEMAGNE.
Rastadtje 2$ janvier.
1 jF mjntre directorial de M^yencc fl dputation d'Empire son rappel CionqM lui avait t laite la veille tiar""" f, c----,;c relativement
-ifir_, a d-
par
aux
les in-
ftSff qui perdront des
Slions sur la rive gauche du Rhin
Dans la mme sance il a t question de la diitribution qui se fait dans le Brisgaw dans le margraviat de Bade les Etats de Nassau et autres ay situs sur ta rive droite du Rhin,, d'crits incendiaires qui provoquent le Peuple changer la forme ue leur gouvernement.
On a arrt prliminairement que l'on prierait le ministre imprial de faire des reprsentations franais, sr le sjour proau-del de la \iy
uc _______ sir que l'on a que
gouvernement fianais dsavoue les manuvres qac pourratent~tenter des hommesturbulens pour rpublicaniser les habitans de la rive droite du Rhin.
On a ensuite annonc la nouvelle certaine que les troupes franaises ont vacu TOrtenau et tous les postes qu'elles occupaient en avant de Kebl.
REPUBLIQUE BATAVE. La Haye le 25 janvier.
PASTEUR,l'un des premiers arrts dans la sance du 2, prouve dans ce moment un sort plus rigoureux que ses co-exclus. Il a t enlev de ion lit et tranfr la maison d'arrt, dite la fjhtellenie, pour s'tre plaint dit-on, 2 amertume, au rdacteur de la feuille du jour (Ptgblad), de ce qu'il avait omis son nom sur honorable liste des proscrits, et pour avoir souscrit a lettre Pasteur, reprsentant du Peuple. La cour de Hollande (cour suprme de justice) Ole citer devant elle le prsident de notre assem ble nationale, sous prtexte qu'ejle avait viol sa juridiction en ordonnant des arrestations dans on ressort. Cette dmarche a t suivie de la station de ladite cour.
Le comit de correspondance intrieure charg de veiller sur la conduite des dmis et des dmissionnaires a t investi de tous les pou Win ncessaires pour agir avec nergie.
Le corps lgislatif avance grands pas dan U fixation des bases et des points essentiels de notre nouvelle-constitution. Les supplans des exclus, seront pralablement soumis un scrutin puratoire.
. On fait marcher des troupes vers les ci-devant provinces, pour y maintenir la tranquillit.-
Le nouveau directoire batave compos aussi de cinq membres, s'organise ; il a prt serment. Orvlui donne six ministres; il n'y en a point de Ja Police. Beaucoup de citoyens envoient des ad-IlOBS.
suisse:
De Berne, le 24 janvier.
son dpart les dlgus provisoires du Peuple siger dans son chteau.
La ville de Nyon toujours digne de servir de modle aux aptres de l'galit, a non-seulement chass son bailli, mais jalouse de porter les premiers coups aux suppts de l'oligarchie elle a encore dsarm et licenci la compagnie du >crgiment de Watteville, que le snat de Berne avait conserv dans ses murs. Elle a remplac la cocarde bernoise par les couleurs de Guillaume Tell, la cocarde verte; les scells sont mis sur la porte du chteau baillival, et les tourelles de ce fort sont dj ombrages par les rameaux sacrs de l'arbre de la libert ; plusieurs sommes d'argent qui devaient former le prt des satellites de la tyrannie sont squestres.
D heure en heur'e les protestans au serment du jo janvier se multiplient avec une rapidit vraiment surprenante, pour le caractre lent et indtermin des Suisses. La cocarde verte s'arbore de toutes parts. La rvolution peut" donc tre aujourd'hui regarde comme gnrale.
Pendant ce tems, le colonel de Weiss, ce Dom-Quichotte de l'aristocratie, tablit son quartier gnral Yverdun ; il y passe en revue les ) chasBears de Ltllichody les 80 dragons de^JLussillon et ilJait desdeves pour le-compt du snat, et dj dit-on des logemens sont prpars depuis Berne jusqu' Moudpn ; deux
Huningue l'arbre de la libert a t plant sur notre place dite Munster-Plastz avec le plus grand appareil et sans le moindre dsordre.
Tout le magistrat a assist cette crmonie pendant laquelle mille citoyens, tant de la ville que de la campagne, ont t sous les armes. Le son des instruniens, la prsence d'une troupe de jeunes filles vtues de blanc celle de tous les coliers accompagns par leurs instituteurs, celle d'une foule immense de Peuple ont ajout sa solennit. Des cris unanimes de joie ont rempli les airs l'instant o s'est lev l'arbre dcor de rubans aux trois couleurs.~~
Le reste de la journe a t consacr des banquets fraternels des danses des chants patriotiques. Le soir il y a eu un repas de 140 couverts, auquel ont assist les ministres des Rpubliques Franaise et Cisalpine.
Ce jour a t le premier o nos.magistrats ayent paru dans une crmonie publique, sans leurs longues robes plisses et leurs fraises. Nos gothiques usage?, nos ridicules tiquettes, sont abolies pour jamais.
Un arrt du snat a proscrit formellement l'ancien titre de gracieux seigneurs. Plus de sei-gneurs plus de sujets : il n'y a plus parmi nous
j}}i*jtesjitoj)jns_i_-____-------------;;
Notre horloge qui, par un usage antique et bizarre, retardait d'une heure sur toutes les horloges de l Europe, sera remise l'unisson corn-
bataillons d'infanterie de 600 hommes chacun ,
n'attendent plus qu'un signal de leur chef pour mencer du i" fvrier prochain aller ravager les proprits des patriotes; mais Les citoyens de la campagne se montrent, le gnral Mnard a fait dclarer au colonel de tous gards, dignes de la libert et de l'galit. Weiss, que s'il ne licencie pas sur le champ Quelques mauvais sujets ayant fait mine de vou* ses troupes^r s'il ne fait pas cesser les leves, loir attaquer les maisons de campagne des habi-qui n'ont pour but que de comprimer l'mis- tans de la ville, ils les ont prises sous leur pro-sin des vux du Peuple, il regardera leur con- tection particulire ; ils les gardent avec des dta-
tinuation comme une hostilit ; et qu' moins -1------------ ------ J --
d'une rponse cathgorique et satisfesante il entrera sans dlai dans le pays de Vaud, pour en loigner- la guerre civile, que des ennemis de l'humanit tenteraieut d'y fomenter.
Le parlementaire, porteur de la dclaration ci-dessus, a t accueilli par plusieurs fusillades de la part des satellites de Weiss, et deux hussards franais ont t tus, ou plutt assassins. L'aidc-de-camp Ostier est en route pour Paris ; il vient demander des ordres au direc-
chemens arms, et menacent des peines les plus graves ceux qui tenteront de leur causer le moindre dommage. Leurs noms mriteront d'tre placs ct de ceux des anciens fondateurs de la Rpublique Helvtique.
Avec l'agrment des citoyens de la ville, ils ont tabli une garde de 40 hommes la porte de Saint-Alban ; ils ont dj exerc le droit de nommer leurs officiers. Les citoyens Erlachcr et Huber ont t choisis pour capitaines.
Le projet de la nouvelle constitution envoy
toire pour venger la Rpublique des outrages de J de Parhu par^ le grand tribun Ochs, est arriv l'oligarchie. J L Tl --<
De Vevay le 25 janvier.
Hier ( journe qui aura place et fera poque dans les fastes de notre rvolution ) deux heures trois quarts du matin, la gnrale a battu la jois dans toutes les villes du pays ; ici l'instant mme tout a t sur pied ; l'on apprit que Veiss avanait avec sa colonne et que tes habitans des quatre mandemens marchaient aussi; 2 3,ooo hommes se sont ports sur ChilJon o l'on a dsarm les 12 hommes commands par",J Varhcry ; l'on s'est empar des magasins, canons, munitions ; l'on s'est port sur les hauteurs dominant ce fort, o l'on a prpar place pour y braquer des canons dirigs sur les routes ; six pices ont t amenes avec les accessoires et disposes sur la place de la maison commune (htel de ville. )
L'on a reu cette mme nuit une adresse du gnral Mnard commandant Ferney-Voltaire, promettant prompte assistance au premier signal, : Ji-..:. doute ce sujet; 1 on a
de
Ls snat de Berne vient encore do se tromper dans sa dernire esprance : il se flattait, mon d'empcher, du moins de suspendre la runion des habitans des campagnes au parti es citadins en intimidant les premiers par l'an-ponce du prompt retour du gnral de Weiss I tte d'une arme de 5,ooo hommes. Les abitans de plusieurs villes, pour mettre un terme toutes les fluctuations, toutes les incertitu- ( je 1 ont dcidemment arbor, le 4 pluvise 'tndard de l'insurrection.
A Lausanne, le bailli est expuls, le chteau f au pouvoir des patriotes ; une garde natio-e de 800 hommes maintient la police dans la Ville, et veille la sret des habitans.
A Morgcs, les insurgeas se sont empars de arsenal; les 21 pices de canon qu'il renfermait vont tre distribues entre Nyon e} Lau-*ann.
A Aubonne le bailli a reu l'injonction de s Soigner dans deux heures ; il a pu voir ayant
aujourdhui. Il sera incessamment imprim.
R PU BLLQ.U i? R A N A IS E.
Paris, le i5 pluvise.
MINISTERE DE LA POLICE GNRALE.
Le ministre de la police gnrale vient de recevoir l'avis officiel que dans la commune de Fro-mainville, dpartement de Seine et Oise le nomm Plantiz rquisitionaire s'est amput la premire phalange du doigt indicateur de la main droite pour s'exempter de tout service militaire. Les lois sont muettes pour punir cette incivique lchet ; c'est au tribunal de l'opinion en faire justice ; il faut que l'infamie vengeresse retombe, de tousjes points de la Rpublique sur ce nom dvou dsormais l'opprobre. Jadis celui qui le porte et t promen par les places publiques, une quenouille la main ; dans le silence des lois, la renomme au moins, peut excuter cette sentence morale sur ce nom fltri ; et, dans toutes les communes de la Rpublique on rptera qu'en six ans de guerre Plantiz fut le premier Franais, indigne de l'tre, qui eut le courage de se mutiler pour n'avoir pas celui de se battre.
Les bons citoyens s'indigneront de ce trait lche et vil ; mais ils n'apprendront pas sans y applaudir que la Grande-Nation a, dans la gnration qui crot, des Jcnfans dignes) d'elle ; et on opposera aux Plantiz, le dvouement dont vient d'tre tmoin la commune de Chlon chef-lieu du .. dpartement de la Marne, de Lausanne ,, au mme instant, annoncrent r
que le souverain consentait toutes nos rcla- Deux jeunes citoyens de cette commune, qui mations, mais c'est tard. viennent d'atteindre leur dix-buitieme anne se
r u a 1 uu ..i .-^ sont enrls volontairement ces jours-ci, pour la Aujourd'hui 5, 1 arbre de la libert avec un ^ m leMre Jeur dvouement doit taire
bonnet verd, a ete plante sur la place de 1 htel honte ^ |chc8 rquisilioDnaires nous les de ville, et un autre le sera au marche avec o(|-(0ns en modele3 ,oute ,a jeunesse franaise ; crmonie. \\s s'appellent l'Avocat et Moison fris des deux
Au surplus, tout est dans une parfaite harmonie concierges del maison commune et du tribunal et union. Poucc correctionnelle.
. U serait dsirer qu'il y et dans chaque cora-
De Ble le 23 janvier. mune deux colonnes l'une consacre la gloire ;
l'autre, la honte; la premire recevrait cette C'est avant-hier qu'au son de toutes les cloches I foule de noms trop peu connus qui, sans intrt, de la ville au bruit du canon de Ble ct tte sans ambition, sans songer aux honneurs de la
ce qui a dtruit tout
adopt la cocarde verte ; l'on s'est empar tous les bureaux et maisons dpendantes des B.... ; l'on garde le baillif soigneusement ; mais ce qu'il y a de plus beau c'est que cette journe qui aurait pu faire couler du sang, s'est passe avec la plus grande modration, malgr l'enthousiasme; le plus heureux, c'est que des dputs des quatre mandemens sont arrivs dans l'aprs-midi, ct ont demand se joindre nous : voil donc toutes nos craintes de ce ct l dissipes ; des nouvelles reues mme instant


publicit, se sont dvou* tout entiers la Patrie j fautre poursuivrait dans leur honteuse obscurit ces lches oui ont lui et la Patrie et la gloire ; et leur fltrissante clbrit suffirait seule pour empcher de grossir la liste de leurs imitateurs.
546
Iront que les rclamations qu'ils adressent au directoire excutif, aient produit quelque chose de favorable leurs intrts.
M
i 0 E C I N E.
La commission militaire sante Toulon vient de condamner la peine de mort le nomm Restin prtre migr, et Eranois Martel, migr de la Valette. Ce dernier avait t pris dans un bois, prs d'Aix, o il mettait les passans contribution.
On a fait dans le port de Toulon l'preuve d'une nouvelle machine hydraulique au moyen 4e laquelle un homme peut descendre et travailler au fond des eaux. Elle est l'ouvrage des citoyens Sardou, commissaire aux chiourmes et Burlet, du Jura. Un de ces citoyens descendit dans la mer, en prsence des autorits constitues, et demeura prs d'une heure, tant au fond qu'au demi fond sans aucun rsultat fcheux.
On mande de ce port que U Guerrier et le Timolon vaisseaux de 74 canons, se prparent partir de ce port ; que l'Orient, de 118 canons le Franklin, le Spartiate, de 74, sont en plein armement, et que le Peuple Souverain est sur le point d'aller en rade.
La frgate la Sensible est arrive Toulon, charge des monumens prcieux recueillis Venise : les chevaux de btonze les fameux lions de Saint-Marc, sa superbe grille des tableaux-infi-niment prcieux, seront, aprs la quarantaine que fait la frgate, runis aux immenses richesses dont la saison a suspendu le ttansport sur le Rhne ; et l'on verra arriver dans le printems prochain Paris, un convoi qui va mettre notre Musum au-dessus de toutes les collections de 'l'Europe.
On assure que l'insurrection sque l'Angleterre avait fomente en Corse est appaise, tt que plusieurs dputs du Peuple Romain sont arrivs a Milan.
Une jeune et jolie femme, habille en Amazone, s'est jete avant-hier dans la Seine du haut des parapets du Pont-Neuf. On l'a retire sur le champ de l'eau et de prompts secours l'ont rappele la vie. On ignore le motif qui a pu la .porter cet acte de dsespoir.
Le gnral Kellerman, actuellement Paris et rtabli dans l'exercice de son grade, est chang du travail important de la nouvelle organisation de la cavalerie.
r ivu Monge et fctorent, nomms parle directoire pour remplir une mission irnporiante Rome partent demain pour leur destination avec le citoyen Saint-Martin, Secrtaire de la commission.
Le gnral Berthier marche grandes journes sur cette aucienne capitale de l'Univers et il doit y tre entr aujourd'hui. On assure que le pape et les catdinaux ont, fui Malte.
Aix la Chapelle le 8 pluvise.
pas t difficile de-rfuter les objections W,U sur 1 ignorance de la nature et des ta,^.
-es i
mieres~ d la vie, des maladies et des reuied!^ Et de quoi, grands Dieux connais la nature et les causes premires ? Avons-nou seulement 1 ide de ce que peut tre, je oc d' pas une cause premire mais la cause m miere car il ne peut y en avoir qu'uu ?
A Cleves, les agens. du gouvernement franais eu! lait so'emriellement publier sur la place du march le 3o nivse dernier que les provinces prussiennes en-de du Rhin, resteront unies la Fiance; en mme tems on a donn connaissance d'un rescript de la propre main de sa majest pmssiemie, conu dans les termes suivant:
55 Qu'il n'est pas dans le pouvoir de sa majest de retirer ses sujets du ct gauche du Rhin de la possession franaise mais que tout dpend sur ce point du congrs de Rastadt. j
Les provinces ci-dessus feront paTtie du dpartement du Ror et l'organisation en sera incessamment acheve sur le mme pied que dans les pays conquis. Le sige des tribunaux civil et criminel sera fix Cologne.
De Bruxelles le 7 pluvise.
Plusieurs bataillons de troupes franaise viennent de se rapprocher des ouvrages avancs de la forteresse d Ehrrnbreitsein ; on prtend que le gnral Hatiy commandant en chef de l'arme de Mayence a reu des ordres du directoire excutif pour obliger la garnison trv-roise qui occupe cette place, de l'vacuer incessamment.
Un assez grand nombre d'migrs belges partis de l'Autriche dans l'intention de rentrer dans leurs loyers ^instruits que le gouvernement franais n'interprtait pas en leur faveur l'article IX du trait de Carapo-Forpot, viennent de s'arrter sur la rive droite du Rhin, o ils atteu-
Du degr de certitude de la Mdecine par P. J. G. Cabanis, membre de l'Institut national des sciences et arts, et professeur de l'Ecole de mdecine de Paris, 1 vol. in-8.
A Paris, chez Firmin Didot, rue de Thionville, n 16.
Des ouvrages courts et des vues longues, voil tout ce qui est le plus capable d'acclrer le progrs des sciences ; et c'est sous ce double rapport de la brivet dans l'expression et de l'tendue dans les ides, qu'est minemment tecomman-dable l'crit que vient de publier le citoyen Cabanis.
La question qu'il traite est une de celles qui ont le plus exerc les ttes humaines; elle nous touche de si prs. qu'il n'y a pas un de nous qui n'ait maintes fois essay de la rsoudre; mais sa discussion est presque toujours tranche par la malignit, ou touffe par la frayeur. Entendez parler la plupart des hommes : on dirait que pas un d'eux ne reconuat la moindre utilit possible dans la mdecine tant il leur semble agrable de se montrer ddaigneux quand ils n'y risquent rien. Voyez les agir : on les croirait certains de l'infaillibilit du mdecin tant ils sont incapables mme^ d'eMLi!Mr^uangLils^rjignentL Cependant, ni la lgret, ni la peur ne sont la raison et c'est elle dont notre auteur s'est rendu le digne interprte.- Le sublime de la philosophie dit-il dans un endroit, est de nous ramener au bon sens. Cette belle pense serait l'pigraphe qui caractriserait le mieux son livre.
Il commence par prsenter au lecteur tout ce que l'on peut dire de plus persuasif contre l'utilit de la mdecine. Loin de dissimuler une seule des objections, il'leur donne une force et uu dveloppement qu'elles ne peuvent tenir que d'une connaissance approfondie dcl'artmme dont elles attaquent l'existence. Cependant, en dernire analyse elles se rduisent peu prs ceci.
Nous ignorons parfaitement le principe de la vie ; peine savons-nous prcisment en quoi elle consiste.
Nous ne connaissons ni la nature ni les causes premires de nos maladies ; elles sont si multiplies si compliques, sujettes taot de modi heations que nous-ne pouvons ni les reconnatre ni les dmler, ni pivoir leur issue
Noua ne connaissons pas, davantage la nature des remdes ni les causs des effets qu'ils produisent. Les observations sont si difficiles, les expriences si dlicates les circonstances perturbatrices si nombreuses et si influentes, que quand nous disons : telle chose est arrive aprs un mdicament donc c'est lui qui l'a produite nous lsons presque toujours un mauvais raisonnement.
La preuve que ces causes d'incertitude sont invincibles, c'est que ceux qui ont enseign la mdecine ont adopt une foule de thories dif-lrentes et mme contraires ; et que ceux qui la pratiquent sont continuellement de seniimens opposs.
quand nous serait-il permis d'tablir une^onihir!! quelconque sur des laits, s'il nous fallait n sairement pour cela rempntet jusqu' un premiT, fait, 1 origine de tous les autres ?
Quant aux objections tires de la difficult d observations et du darger des expriences oui
les vrais savans? Notre auteur cite ce beau passage d'Hinocw lart est lo-~ ^ e;
Enfin, quand mme il serait absolument possible de parvenir dans cet art quelque connaissance teile et sure ce triomphe est au moins si difficile obtenir, que le grand nombre de ceux qui y aspirent eu vain et qui cependant agissent d aprs leurs fausses lumires doit faite beaucoup plus de mal que quelques vrais savans, toujours rares, ne peuvent oprer de bien ; de sorte qu'en rsultat il serait fort heureux qu'il n'et jamais exist de mdecins ni de mdecine.
Quand on ne vput pas repousser une attaque aussi vive par de vaines dclamations il est indispensable de poser des principes de toute certitude et de remonter jusqu' l'origine de l'art pour faire voir les bases solides sur lesquelles il est fond. C'est aussi le premier soin de l'auteur, Entreprendre de donner ici une ide succincte de cet intressant chapitre ce ne serait pas l'abrger, mais le dfigurer. Tout ce que noirs pouvons dire c'est que l'on y voit que les dsirs naturels'des malades et leurs dterminations instructives ont t les premires indications qui ont clair les mdecins ; qu'ensuite, leurs observation se sont tendues et multiplies ; et que quand un grand nombre leur ont donn Is mmes rsultats. ils ont eu le mme degr de cuttitude dont 1 homme se contente dans toutes les pjrties do ses connais-tsances et le seul auquel ri lui soit donn d'atteindre toutes le fois qu'il,ne s'occupe pas de pures abstractions.
En partant de ces principes qui sont en mme-tem ceux de toute saine logique,, il n'a
en connat mieux la valeur que les vrai sava ? *"otre auteur cite ce beau passage r1'"* "S' la vie est courte, l art est long, l'occasion f, tive l'exprience prilleuse h jugement dth-mais il n'y voit, comme ce grand homme mt des motifs d'explication persvrante et non d dcouragement. Il fait plus ; il trace la marche suivre pour rendre 1 observation instructive' et pose les bornes o la sagesse prescrit d s'arrter quand on en tire des consqu^ncen C'est un des plus beaux morceaux de sonou. vrage.
Quant l'opposition des thories et, aux dis-sentimens des praticiens il rpond l'gard de la thorie ; que si l'on s'aperoit qUC la macje des hypothses a souvent gar cela mme prouve que l'on sent qu'il y a une vraie route suivre. Donc l'art a de la ralit. Pour tablir qu'il n'est qu'un prestige il faudrait prouver, noa pas qu'on a mal raisonn en mdecine maii
qu'on jU y_peut jias bien raisonner. (Cp'iume_
soit dit en passant, cela pourrait se dmontrer en rigueur de quelques soit-disant sciences.] Au reste ce qui est bien rassurant contre les erreurs des thories et ce qui montre bien en mme-tems que la vraie mthode est une c'est qu'en dpit de tous les systmes, la pratique de tous les sicles est, au fond la mme, parce que les praticiens toujours, pour ainsi dire, aux prises avec la Nature sont obligs de lsujvfe, quelque manire qu'ils aient adopte pour expliquer les. faits, (i). Aussi les dissentimens des mdecins, sur un plan de traitement, sont-ils plus apparens que rels quand la passion ue s'en mle pas. Et encore faut il observer que quand ils diffrent, ce n'est le plus souvent que dans le choix entre plusieurs moyens qui, tous, sont indiqus par la Nature et entrent dans ses vues ; de sorte que deux hommes habiles peuvent avoir chacun une opinion et avoir tous deux raison.
Il demeure donc incontestable que la mdecine claire est rellement et positivementutile; et quant c.ux qui forcs d'en convertir, insistent n disant : Oui, mais tilt est si artmtnt et si difficilement claire ^# Par le nombre et l'tendue des vues que pt-sente cet crit, il rappelle continuellement Uch mirablc discours de Bubon sur la manire dcrire l'histoire naturelle ; mais il est encore plus intressant par les sentimens quil ''P"C' L'auteur ne se montre pas seulement savant er
coeur.
philosophe; c'est un.ami tendre de ib*'^ souffrante. Instruire et gurir, voila son dm. mais Soulager ct consoler est le besoin de son r".. ___.;k;i;t nrnfnnde qui
C'est peu prs comme lorsque les ^ s disrmtaient nour savoir s'il tailait nui' t
r aux
mtres disputaient pour savoir plier la masse par la vitesse ou par le qua de la vitesse ; ils n'arrivaient, pas 1 mmes rsultats pratique par les eux )Y thses.


norme pOur son art ce prcieux enthousiasme1, latis lequ^J o" lie rien de difficile excuter. C'est elle qui lui a inspir,-le touchant liqmmage qu'il rend Dubreuii, sou matre et 40n ami. C'est elle seule en (in qui a pu lui dicter le magnifique portrait qu'il fait des mdecins, vraiment dignes de buts importantes fonctions.
U en est, dit-tl, qui joignent et le talent 3UK vastes connaissances et l'humanit la plus tendre cette morale rllchie qui culiive la vertu comme un art, qui fait remp.ir ses devoirs comme ou satisfait des besoins.
.............. .. lis aiment leurs semblables;
j|$ aiment les servir mais ils ne sont point rvolts de leur ingratitude^_:_ils savent mme y trouver des douceurs ignores du vulgaire; car de sentir qu'elle ne peut refroidir leurs projets de bienfsauce, ni fltrir dans leuts curs les douces motions de l'humanit est sans doute bien au-dessus du plaisir que l'aspect de la reconnaissance procure.
..........."Non contens de faire le bien.,
ils emploient tout l'ascendant de leur ministre aie faire aimer aux autres; non contens de se nourrir des leons de la sagesse ils emploient la confiance intime dans laquelle ils sont admis, propager toutes les vrits utiles. Quand le devoir 1 exige, ils savent braver les haines les dangers les contagions et la mort. En les voyant entrer dans une ville pestifre, ou respirer les Vapeurs pernicieuses d'une fivre maligne voas les plaignez peut-tre i Ah c'est vous sans doute, qu'il faut plaindre si vous ne sentez pas que ce dvouement porte avec lui son- salaire ; ue l'tat ele l'ame qui l'inspire est accompagn es plus douces comme des plus nobles jouis-
I
sauces.'
Je voudrais pouvoir citer d'autres passages de ce v livre dont le style est toujours pur, clair et lev ; mais je crains d'tre dj trop long, et cependant je n'ai exprim qu'imparfaitement l'impression que j'ai reue et que certainement prouveront avec encore plus de vivacit les jeunes levs auxquels cet ouvrage est particulirement destin. Il ne peut manquer de les rendre et meilleurs et
t>ls clairs. Donc, comme dit Montagne, 'ouvrage est bon et fait de main d'ouvrier. Par ouvrier .entendons philosophe. T
ANNONCES.
Cinquime volume des uvres complettes de Montesquieu, grand in-40. papier vlin avec figurs.; contenant les lettres Persannes, Arsace t^Ismenie le Temple de Gnide, Cphise et l'Amour, et les posies.
A Paris chez Bernard libraire, quai des Augustins, n 37; PLssan, rue du Cimetiere-Andr-dcs-Arts, n 10; et Grgoire, rue du Coq, n0 i55.
Nous avons rendu compte des premires livraisons de ce|te dition intressante le 16 ventse, le 18 brumaire, le tt messidor, an 5, et le ad nivse, au 6. : celle que nous annonons aujourd'hui,-.et .q?i est la dernire, renferme toute la partie tptique des uvres de Montesquieu, dont l'heureux gnie embrassait avec un gal .succs, les genres les plus opposs : Ainsi, dit l'diteur dans la prtace tenant d'une main le sceptte lgislatif, et de l'autre l lyre d'Ovide, ce grand homme levait la fois un monument immortel l'ordre social, la grandeur romaine ct aux grces.
Le citoyen Peyron qui avait dj consacr Sfs talens l'dition du Temple de Guide, par Didot, a su reproduire les mmes sujets sans se rpter dans sept dessins qu'il a fournis pour cette nouvelle dition. La mort de Roxane, et Cpbise coupant'les aleS de l'amour, sont de l composition du citoyen Perrin ; le citoyen Vornet a fait le dessin d'Arsace et Ismnie.
L'excution typographique nous a paru constamment Soigne ; peut-tre celle de la gravure bine dans certains sujets quelque chose dsirer pour les amateurs difficiles? mais la partie littraire fait honneur au citoyen Bernard, comme diteur.
On n'a tif que 55o exemplaires. Le prix de exemplaire complet, en 5 vol. et de 40 fi. avec la lettre.
SPECTACLES.
TH.ATHE D K IA tlli EVDEAU.
Deux- favoris des Muses que leurs nombreux succs avaient rendus chers autrefois aux amis 547
ductions ; et l'on y regrettait tous les jours leur talens aimables. Mais ils n'taient poiat oisifs ; ils laiisaient passer ce torrent de productions monstrueuses qu'enfantait chaque jour le dlire rvolutionnaire et fcondaient, pour ainsi dire leur solitude eu nous prparant les ouvrages quils offrent en ce moment au public.
Autrefois les seuls Italiens taient en possession de ce trsor ; aujourd'hui le thtre Feydeau le partage avec eux. La jolie pice d'Alexis, ou l'erreur d un bon pere est un des piesens faits dernirement ce thtre par nos deux insparables : elle a t reprsente avec beaucoup de succs.
Le jeune Alexis, loign ds son enfance de la maison paternelle par une martre et dsespre d'avoir t maudit par son pere sans l'avoir mrit avait fui de sa pension, onze ou douze ans. Il en a dix-huit quand la pice commence; il a su gigner l'amiti du bon Atabroise jardinier de Son pere tt cultive avec lui le jardin. Son pere, qui le croit embarqu; est loin de le reconnatre sous ce trvesuiste"-" merit. Caroline sa jeune patente le console de la perte de soa fils ; elle remarque Alexis et le trouve au-dessus de son tat. La Scen sa passe le jour de la fte de M. de Nelcour. Caroline lui veut chanter un duo fait exprs pour lui ; mais le matre de musique n'a pu venir le chanter avec elle. G.and embarras : Alexis offre de remplacer le musicien ; on l'en croit incapable ; il chante il ravit. Un vieux portrait de famille avait t orn de guirlandes par Alexis. M. de Nelcour demande $1 c'est son ayeul que l'ouTte ; Alexis enlev le vieux tableau et l'on voit sa plac le portrait de M. de: Nekour. Alexis est musicien Alexis est peintre Alexis n'est pas un jeune homme ordinaire. M. de Nelcour 1 interroge ; Alexis aptes une scne charmante et pleine de dlicatesse, tombe aux pieds de sou pere et s'en fait reconnatre,
Cette jolie pice, dont l'exposition est un peu pnible, offre deux ou trois tableaux eu-chanteurs. E,le est crite avec soin. La musique n'est peut-tre pas toujours digo de l'auteur d'Azemia et de Renaud dAst. Nanmoins on y reconnat encore ce talent aimable dans les couplets par lesquels Alexis exprime son admiration et mme sou amour pour J. J. Rousseau. Elle est trs-bien joue par Juiiet, cet acteur toujours excellent, parce qu'il est toujouis naturel ; i et par Valliere et mademoiselle Rolando.
CORPS LEGISLATIF.
CONSEIL DES CINQ,-CENTS. Prsidence de Bailleul.
SUITE DE LA SANCE DU l3 PLUVtSS.
Suite de lopinion de huchesne.
Ce n'est pas tout encore ; le nombre des gables dans une commune dpend non-seulement de l'tendue de son terroir mais encore d'une foule de circons'ances locales. Dans les vastes plaines et dans les pays de grandes cultures, il en faut un moindre nombre que dans les pays coups, montueux et couverts de. bois ou que dans les pays de petite culture. Gertines communes se trouvent si heureusement situes qu'elles peuvent se passer de gardes ruraux, ou elles sont trop pauvres pour pouvoir les salarier. On ne peut donc dterminer ds--prsent un conseil d'administration dans chaque dpartement pour les vtrans gardes, et instituer un jury rural par canton qui seul pourra statuer sur les dlits par eux commis dans l'exercice de leuts fonctions et prononcer en consquence les destitutions suspensions ou autres peines qu'ils auront encourues.
Mais combien d'objections s[levent contr cette organisation purement militaire pour des agens qui doivent essentiellement appartenir l'autorit civile
Si les gardes ruraux ne reconnaissent d'autres suprieurs que dans la hirarchie militaire, comment obirnt-ils aux officiers civils ? et quel ascendant ceux-ci auront-ils sur eux pour les contenir dans la ligne de leur* devoirs ou pour leur faire excuter ponctuellement les ordres et les rquisitions qu'uti tel service exige journellement ?
Vous concevez donc djn que le bien mme et la clrit de ce service exigent imprieusement que les vtrans gardes ruraux restent immdiatement et exclusivement sous la dpendance de l'autorit civile qu'ils soient dirigs et surveills par ici administrations de canton, qu'il
oussent tre destitu*, ou suspendus par elles,
la churge de taire confirmer par lesNulmnis-nations centrales les arrts qui seront pris cet gard et que les dlits des gardes puisseht^tj rprims par la justice ordinaire.
Dans un Etat libre, qui a dj pour le maintien de l'ordre intrieur la troupe de ligne les gardes nationales ( telles qu'elles doivent tre coostim-tionnellement organises ) et spcialement une nombreuse gendarmerie, aucune considration n'indique la ncessit d'une quatrime lotcearme, ou plutt d'une vritable arme sous la dnomination d vtrans gardes ruraux.
Ces vtrans dans chaque canton ne serorit qu'un supplment la force publique ; il pourront tre requis pour la rpression des brigandages. Alors its s'adjoindront, soit la gendarmerie soit la garde nationale sdentaire, ou bien ils se rassembleront pour marcher contre les brigands. Dans tous ces cas ils obiront l'autorit civile. Jamais ils lie srontrunis tti masse pour composer des brigades ou demi-brigades. Il est donc com-pletteuieht inutile de leur donner grands ffais des chefs militaires qui n'aurieot eux-mmea aucune espce de fonctions remplir i et en ce qui concerne les conseils d'administration on doit concevoir combien il est facile d'y suppler par la surveillance des corps administratifs.
Il ne me reste qu' vous entretenir du salaire des vtrans gardes ruraux.
A cet gard je ne saurais galement approuver les Vues de votre commission, quipropose de sup primer les pensions traitement et solde accords ces vtrans et cela^ du^jouo ils auront tL_ reusngafdsr ruraux.
C'est une rcompense militaire qu'il serait.injuste et peu digne mme d'la Nation franais de leur ravir ; il faut donc qu'ils considrent leurs pensions traitement et solde, de mme que leur part future dans la distribution du milliard promis aux dfenseurs de la patrie ut que leur traitement comme gardas ruraux devienne un accroissement leur aisance ; il faut en uu mot, amliorer leur sort au moyen du service qu'on exigera d'eux : niais on ne doit point les rduire ^alternative humiliante d'opter entre ce qm a t dj accord leur travaux militaires, et,le -salaire qu'ils doivent recevoir en devenant agens de la police rurale. -, '
D'ailleurs on s'abuserait de croire que toute* les communes de la Rpublique seront en tat de: supporter la dpense d'entretien d'un oti de plusieurs gardes sur le pied de 35o livres $oujr chacun, outre 5o liv. pour le logement Selon le tarif de la commission.
Il rsulterait de l un accroissement d'imptit. qai paratrait d'autant plus onreux, la plupart de ces Communes', qu'indpendamment de autres charges publiques elles ont en Ce moment l'avantage d se procurer des gardes champtres moyennant un traitement annuel de i5o l. ou 00 liv.
Quant la manire d'imposer ce traitement, j'observe que le plan de votre commission est impraticable, cause de l'iugali dans la valeur et le produit des terreins qu'elle propose d'assujettir a une te uniforme.
Il faudrait donc cet gard s'en tenir l'ancien systme d'impositions par addition aux rles de la contribution foncire avec les autres charge a locales.
Telles sont, citoyens reprsentans, les rflexions que l'exprience des campagnes ia connaissance de leurs besoins m'ont suggres sur le projet de votre commission.
Je demande, par motion d'ordre que le conseil arrte :
i. Que les gardes ruraux seront choisis parmi les vtrans nationaux., parmi les militaires retirs et qui auront fait a moins deux campagnes dans la guerre de la libert.
a". Qu'il sera ouvert des registres sur lesquels seront inscrits ceux qui s destineront ce genre de service et que les Communes centrales choisiront les gardes ruraux parmi ceux inscrits.
3. Que les administrations centrales dtermineront le nombre, fixeront l maximum ct lis> minimum de leurs salaires.
4e*. Que les gardes ruraux conserveront, ind<-pendauitticnt de leur solde-, leuts traitemens aut-rieurs Ou leurs pensions d retraite*
5. Que pour tous les dlits qu'ils pourraient commettre il* soient soumis la juridiction, ordinaire.
Oudot. J'appuie les observations faites par Duchesne r si le projet tait adopt, il ne tendrait qu' consommer l'ass-rvisseuient des catn
fiagncs au service militaire. Il en Coterait 0 mil-ions pour le mettre excution,, tandis qu'avec cette somme ou pourrait tripler la gendarmerie qui n'en cote que 10. Je demande la question pralable sur le projet de la commission.
Garnier de Saintes. J'appuie la question pralable' Le pouvoir ne sera pas toujours confi aux


mmes dpositaires, et il serait possible que cet tablissement devnt nuisible la libert lorsqu'il y aurait dans le gouvernement des hommes dont les intentions ne seraient pas extrmement pures.
Savary. Je conviens que le projet est susceptible de quelques modifications, mais il ne tend point, comme on l'a dit, assujettir les cam-
Ea^nes un rgime militaire -, il tend seulement mettre dans cette force arme une organisation propre la rendre utile la chose publique. Je demande que les observations de Duchesne soient renvoyes la commission.
Talot. Il parat, d'aprs la discussion qui vient d'avoir lieu que les propinans n'ont pas lu le rapport ou le projet ; ils se sont laisss entraner des craintes chimriques. Il ne s'agit ici ni de rgime militaire, ni doter l'autortt civile la surveillance qui lui appartient sur les gardes ruraux ; et cette disposition est formellement consacre dans le projet. Quoi lorsque quatorze armes ont t organises pour repousser les ennemis extrieurs avez-vous cri au rgime militaire ? erVous trembleriez la vue de 5o,oo0 vtrans couverts de glorieuses cicatrices, qui veilleront la sret intrieure On doit discuter le projet tel qu'il est, et non tel que l'imagination se plat 'le prsenter. J'aime mieux le bon sens que l'esprit qui brille aux dpens de la raison. Si le conseil persiste au renvoi du projet je demande qu'il fixe les bases d'un nouveau travail.
Aprs quelques dbats, le conseil ordonne l'ajournement du projet de Talot, jusqu' ce qu'il ait t statu sut la gendarmerie nationale, et sur l'organisation forestires---------
Lia, sance est leve.
CONSEIL DES ANCIENS.
Prsidence, de Rousseau.
' SANCE DU l3 PLUVIOSE.
Rgnier fait un rapport sur la rsolution du 5 pluvise relative aux rentes viagres entre particuliers cres pendant la dprciation du papier-monnaie.
La rsolution que vous, avez rejette, le 27 nivse, sur mon, rapport, dit-il fesait subir aux cranciers des rentes viagres une rduction de leurs capitaux. La commission vous a dmontr que cette retenue ne pouvait tout au plus porter que sur la rente. Le conseil des cinq^-cents a senti cette vrit; aussi a-t-il, dans la resolution nouvelle fait disparatre le vice principal qui nous avait engags rejetter la prcdente. Cette nouvelle rsolution a encore l'avantage de suppler aux lacunes et l'insuffisance de graduation que l'on! avait reproche celle du 18 van-demiaire. Enfin on peut dire que dans une matire aussi pineuse, on a atteint le degr de perfection qu'on pouvait raisonnablement attendre.
La commission vous propose d'approuver la rsolution.
Le conseil approuve la rsolution.
l reoit et approuve de suite une rsolution du u, portant qu'il sera clbr, le 3o ventse de chaque anne, une fte de la Souverainet du Peuple.
La sance est leve.
CONSEIL DES CINQ-CENTS.
SANOB DU 14 PLUVIOSE.
Un secrtaire lit une ptition souscrite par des Rpublicains du faubourg Antoine, Pans. Ils demandent,
. Uue loi qui exclue des assembles primaires les lecteurs qui ont t nomms en l'an 4 par des cantons o les dcrets des 5 et i3 fructidor n'ont point t accepts ;
t. Les jeunes citoyens rests dans l'ge de rquisition, dansleurs foyers sans cong ;~
3. Les administrateurs, juges et autres fonctionnaires publics, dont le directoire a prononc l destitution depuis le s8 fructidor.
548
Le conseil renvoie cette ptition la commission existante.
Une autre ptition est adresse par le citoyen Jacob Dupont, membre de l'assemble lgislative et de la convention nationale.
J'ai ouvert le 2 vendmiaire dernier, dit-il, sur la place de la Rvolution, un cours d'agriculture pratique de morale, de lgislation, de la logique de Condillac et de droit public. Les circonstances et la difficult de trouver un local m'ont empch de continuer. Je r'ouvrirai ce cours le 16 pluvise prochain, sur la mme place
de la Rvolution....... ( On rit. ) J'invite les
reprsentans du Peuple y assister.... ( On rit aux clats. )
Gommaire, secrtaire. Permettez que j'achve la ptition : voici le passage qui en est l'objet. {Il continue la lecture, j
Je demande au conseil, y est-il dit, que pour continuer le cours que je vais r'ouvrir, il me soit accord le local que le conseil vient d'abandonner dans la salle dite du Mange.
L'ordre du jour esta l'instant et de toutes parts rclam.
Il est adopt sans rclamation.
Bergier, organe d'une commission spciale fait un rapport sur la comptence des tribunaux qui doivent juger les procs criminels commencs avant l'institution des jurs.
Ces procs, qui sont pour ainsi dire hors des tribunaux actuels seront ils jugs par les tribunaux civils ou par les tribunaux criminels ? '
Bergier rappelle l'tat de la lgislation cet gard, et propose de dclarer que les procs criminels sur lesquels il y avait eu plainte ct information avant l'installation des tribunaux criminels tablis par la loi du 29 septembre 1791 seront instruits et jugs par les tribunaux civils de dpartement qui ont remplac les tribunaux de district qui en taient prcdemment saisis.
Le conseil ordonne l'impression du rapport, et l'ajournement du projet.
Eschassriaux jeune. Vous avez pass l'ordre du jour, dans une de vos sances prcdentes, sur les plaintes d'une administration centrale relatives a la dpense excessive de sa correspondance avec les autres autorits constitues de son arrondissement, ainsi que sur les observations qui les appuyrent alors. Vouloir les soutenir encore aujourd'hui cette tribune, c'est, je le sens, s'exposer quelque~dfaveur ; mais cette considration a d cder en moi l'intime conviction o je suis, qu'elles mritent de votre part un examen plus approfondi. Je ne viens point ici rclamer la franchise du contreseing pour les administrations ni les autres autorits constitues ; je sais que les. exceptions en ce genre ont toujours dgnr en abus extrmement nuisibles une des branches les plus importantes de nos revenus publics ; mais je dois vous reprsenter ici que le port des paquets que les administrations s'expdient rciproquement parla poste, est devenu un impt extrmement onreux pour les administrs sur qui les frais normes qu'il ncessite tombent en dernier rsultat. En effet, ces frais sont tels pour une infinit d'administrations que les centimes additionnels des impositions ne seront pas mme suffisans pour les couvrir; et ici je citerai encore l'appui de cette assertion les calculs positifs et incontestables que quelques-uns d'entre nous viennent de recevoir de l'administration centrale du dpartement de la Charente infrieure ; calculs qu'elle a galement adresss aux ministres de l'intrieur et des finances desquels il rsulte que la somme payer annuellement pour cet objet, tant par elle que par les autres autorits constitues de son arrondissement, s'lvera au moins i5o,ooo livres.
Qu'on fasse maintenant l'application de cet exemple aux autres dpartemens, et on verra si les frais dont il s'agit ne doivent pas tre une charge excessive pour le Peuple. Faudra-t-il donc tablir de nouveaux centimes additionnels pour acquitter ce nouveau genre de dpense ? Mais je le demande serait il convenable serait-il politique, ou plutt serait-il juste de donner ainsi une nouvelle extension aux impts dont l'acquittement est dj Si pnible?
Je demande qu'une commission soit charge de vous prsenter une mesure qui, sans altrer
es dispositions sur lesquelles reposent mentit lement la certitude du produit de l'tauE" ment des postes, rende au moins plus tolrabu les frais de correspondance entre les corps ad; nistrattis qui ncessiteraient videmment un i,u pot additionnel qu il n'est assurment pas dam votre intention d tablir. r *
Oudotet plusieurs autres membres se succde,,, a la tribune et appuient la formation d'une en,, mission. m"
Le conseil adopte la proposition d'Eschasi naux. aic"
(La suite demain. )
JV.B. Dans la sance du 14, le conseil des cinq cents aprs avoir entendu un rapport de Villers sur 1 assiette et le recouvremenrdescon-^ tributions dans les communes o il y a plusieurs municipalits et un bureau central, a repris la discussion sur l'organisation de l'ordre judiciaire
livres DIVERS.
De la culture du sain-foin, ouvrage contenant i. un mmoire sur la culture du sain-foin et es avantages dans la Naute-Cbampamie car M***. a. Un trait sur la mme culture, d'aprs les principes de ^MM, Thull France et Bertrand; par un membre de la socit conomique de Berne. Prix, 20 sous et 3o sous franc dport.
A Paris, chez Meurani, libraire, rue du Cime-tierj-Andi-des-Arts, n 5.
COURSDUG-H ANG/i:
Bourse Uu 1S pluvise. Effets cmmcrtabtes.
So jours.
Amsterdam .. Idem courant. Hambourg...
Madrid......
Idem effectif..
Cadix.......
Idem effectif..
Gnes.......
Livourne.....
Lausanne ....
Ble'.".......:
Londres .....
Lyon.......i p. >5 jours.
Marseille.... 1 b. i5 jours. Bordea.ua.. i b. i5 jours. Montpellier, au p. 10 jours.
Effets publics.
Tiers consolid.............77.____20 liv. iSs.
Bons deux tiers............."'........si. 1 s. 6 d.
Bons trois quarts.....................il. 19s.
Bons un quart........... 3i J. pour cent perte.
Cours des espces.
Orfin..................................i6l.
Marc d'argent....................... 5o 1. i5 .-
Portugaise l'once..............96 1. 12 s. 6 d.
Piastre..........,........;.......5 1.7 s. 3 ri-Quadruple.................... 80 l. 17 s. 6 d.
Ducat d Hollande..............n 1. 12 s. 6 d.
Guine................................. 26 1.
8ouverain.....................341.15 s. 351.
Cours des marchandises.
Caf Martinique................... 47 48 s.
Idem Saint-Domingue'.................44 46 -
Sucre d'Orlans.....................3g d3 t.
Sucre d'Hambourg...................42 44 s.
Savon de Marseille..................17 s. 3 d.
Huile d'olive........................ to sa s.
Coton du Levant....................35 46 s.
Coton des Iles....................54 s. 31.4 s.
Esprit ;
440
Eau-de-vie 22 degrs....................44
Sel...........................4 1.5 s. le cent.
S P E C T A C L ES.
Thtre de la Rpubliqjue et des art-s Auj. Iphignie en Auiide, ctle ballet de Tlmaque.
Odon. Auj. Gaston et Bayard, tragdie, suiv. du Somnambule.
Thtre [du Vaudeville. Auj. le mur mitoyen r le Pari, et la Comte. <
Vbom. IirtutadtetterUi Ut^tcs c.Uitsui, frantdepo.t, aurft. AUbrr, directeur de ce journal, rue de', Poite.i. n 18. Il f.ul comprendre d... le. *>. I. ,-on d*. pay ou 1 on ne cut joranctiir. Le lettre*.det dpartement, non affranchie ne aeront point retire* de la potte.
IlUtitvoit oui po&i plu de sret, de charger celle qui renferment dei vaUunj', et adretier tout te qui ton fo.ttviu, n J, "'.epuii neuf heure du mutin jusqu' huit beuret du loir. '
qui conceti* la rdaction de la feuille au K'dactaor, eut dii
A Paris, de l'impsimerif du ek. Aga*r propritaire

# GAZETTE NATIONALE ou LE MONITEUR UNIVERSEL.
jy t37. vS#/&;, 17 pfoww*, faw 6 <*< /a Rpublique Franais une et indivisible. ( lundi 5 fvrier 1798, vieux style.
p O LIT IQ U E.
T U R Q,U I E.
' Constantinople, /f 12 dcembre.
ApRS un grand divanTqui fut annonc sans qu'on s'y attendt, et auquel sa hautesse assista ta personne, le reis effendi entra en confrence particulire aussi bien avec l'ambassadeur de France qu'avec le charg d'affaires anglais, Spencer Smith.
L'agades janissaires, Mustapha qui a occup lt place pendant six ans, a t dmis ft envoy Rodlo. Le premier officier de ce 'corps a t nomm pour son successeur.
v'-
La peste rgne dans les Casernes des janissaires etdesartilleurs ; l'interprte franais Grusta en est mort.
'ALLEMAGNE. De Hambourg le 24 j^ahvrer.
Nous avons des rcits officielset toutes les jaiettes de l'Allemagne annoncent que d'aprs des ordres ritrs de S. A. S. le duc rgnant de Brunswick, tous les migrs franais qui demeurent dans la ville et toute l'tendue de ses Etats, doivent les quitter d'ici la fin de janvier : pan ce tems, chaque citoyen de la ville ou ; du pays qui sera trouv contrevenant la dfense fcjoger un migr, sera tenu de payer 5o rixda-lcri damende.
Le directoire excutif de la Rpublique Franaise vient de faire notifier aux cours de Prusse -;'et de Dannemarck, qu'il avait donn ordre une partie des troupes qu'il a en Allemagne de marcher sur cette ville, si ces deux puissances ne Veulent concourir fermer son port au com-meriebritannique.
Heidelberg, 27 janvier.
Les Franais attaqurent le fort du Rhin vs--vijde Manheim le 25 verS les 6 heures du soir; la canonnade fut assez vive de part ct d'autre ainsi que le feu de mousqueterie. Quelques obus tboulets tombrent dans la ville, assez prs de la salle de comdie o le public assistait au spectacle. Pendant que l'attaque se fesait de front, un corps de Franais passa le Rhin au-dessous de Friesenheim, et dbarquant l'le de la Muhlau liu confluent du Rlrin et du Necker), le porta de-l vers le pont du Rhin pour couper le passage la garnison du fort, ensorte qu'elle ne put effectuer sa retraite dans la ville : il y avait, dit-un 5 600 hommes qui ont t faits prisonniers. Les Franais, matres du fort et du pont du Rhin, s'avancrent le soir mme jusques sur les glacis de la ville, prs la porte du Rhin; mais a io ou 11 heures du soir ils se retirrent vers-le pont.
Vers le mme tems, le gnral Oudinot entra Manheim avec ses aides, de camp, comme,, parlementaire, et convint avec le.commandant de la place que les hostilits seraient suspendues pendant 48 heures, en attendant le retour .d'un courier, que celui-ci avait expdi Rastadt aprs la sommation faite dans la matine par le' gnral franais.
ESPAGNE. ,
De Madrid le 18 janvier. j
Nous venons d'apprendre que M. le comte d Aranda est mort en Arragon, dans la 79e anne de sort ge. La place de doyen du conseil d'Etat dont il avait Conserv le titre mme depuis sa <%race, a t donne aussitt au prince de la px. i
.Nous continuons prouver sur beaucoup j objets une disette d'autant plus affligeante que, c sur-tout l Peuple qui en souffre. La plupart es comestibles de premire ncessit sont d'une eue laquelle il a bien de la peine atteindre. ".n'y a cependant jusqu'ici ni dans la capitale m dans les provinces aucun signe de mconten-t 'nient dont le gouvernement puisse s'inquiter.
J-e gouvernement lui-mme est dans un assez grand embarras relativement aux finances. Le besoin d'argent qu'il prouve l'oblige d'autoriser *M administrations s'en procurer tout prix.
Il en rsulte une augmentation d: discrdit dans les billets royaux; aussi les ngoe-t-on ici 19 et 20 pour cent, et Cadix jusqu' 26 pour Cent de perte.
La cour est tablie Aranjuez depuis le 11 de ce mois.
On parle depuis quelque tems de supprimer le rgiment ds Gardes-Vaionnes, et de lui substituer des Gardes-Suisses. On craint sans doute que les premiers, plus rapprochs par leur langage par leurs moeurs par les localits d'un pays dont on redoute les principes soient dsormais moins dignes de la confiance du gouvernement que les seconds. Mais d'aprs ce qu'on, dbite de l'esprit rvolutionnaire, qui commence se propaget en Suisse nous pourrions bien sous ce rapport ne pas gagner au change.
ANGLE TE R R E.
Londres, le 27 janvier.
Mercredi dernier, il y a eu la taverne, dite la Couronne et l'Ancre, une runion des amis de la libert, en l'honneur de la fte de M. Fox. Nos annales ne prs e n t e n La u un e x e m pie_d jujle assemble de ce genre aussi nombreuse, et on peut juger de l'ordre qui rgne dans cette immense taverne quand on saura que le dner fut servi, en mme tems, l'heure indique sans la moindre confusion prs de 4ooo personnes qui s'taient rassembles pour donner un tmoignage de leur estime et de leur attachement l'illustre patriote^ret pour se rallier sous l'tendard de ses opinions politiques. C'tait vritablement la fte de la libert et l'enthousiasme qt.i animait toute la socit tait digne du noble sentiment qui l'inspirait. Les circonstances critiques du moment et la conviction gnrale o sont tous les amis del libert, que la paifaite intgrit de M. Fox et son attachement inbranlable ses principes, le dsignent tous les yeux comme le librateur du Peuple, ont donn lieu ce prodigieux concours; et on a vu avec joie que toutes les nuances qui semblent distinguer les partis disparaissaient devant je sentiment gnral qui les runissait, et cdaient cet accord des curs qui seul peut constituer la force ct garantir l succs.
La fte fut prside par Je duc de Norfolk, premier pair d'Angleterre accompagn d'un grand nombre d'amis, presque tou9 descendans des illustres fondateurs de la libert de l'Angleterre ; il avait prs de lui M. Horne Tooke et tous ceux qui, jusqu'alors avaient pens que M. Fox n'avait pas suffisamment manifest ses sentimens sur le grand objet de la rforme parlementaire. Jamais il n'exista de diffrence esserf-tielle d'opinion entre les amis de la libert; mais des vnemens rcens ayant drnonir l'indispensable ncessit d'une rforme, comme l'unique moyen de salut pour la Nation, tous les vrais amis de la Patrie ont regard l'occasion de l'anniversaire de la naissance de M. Fox comme une circonstance favorable pour faire connatre l'union de leurs sentimens, et leur ferme dtermination de devenir libres.
L'assemble, quoiqu'aussi nombreuse, fut conduite avec le plus grand ordre; on chanta dans toutes les salles des hymnes la libert, qui furent coutes avec transport et couvertes d'ap-plaudissemens.
Le capitaine Morris, qui n'a point d'gal parmi les modernes pour le talent lyrique, a donn trois nouveaux morceaux relatifs la fte, digdes de figurer parmi les meilleurs productions.
Dansla grande salle aussitt que le dner fut desservi, le duc de Norfolk s'adressa la socit peu prs en ces termes :
it Nous sommes, runis, dans ce moment, de, crise, pour' clbrer la naissance d'un homme, cher tous les amis dfe la libert."Je me contenterai < rappeler^ 'votreMmoire que, il n'y a pas 20 ans, l'illustre Georges Washington n'avait pas plus, de, 8op,o hprja.mes rallier autour de, miaurnment ou son,pays fut attaqu t;tmain-| tenant l'Amrique est libre. AujoUrdhui il ny; a pas moins de 2000 hommes rassembls en ce! lieu. Je vous laisse, faire l'application. Je Vous propose la sant de Charles Fox.
Le toast fut servi avec cette ferveur et cet enthousiasme qui n'appartiennent qu' la libert.
Le prsident proposa ensuite les toasts suivans : Aux droits du Peuple.
Aux moyens de redresser conititutionnellcment les griefs du Peuple.
A une rforme prompte etfficace dans la reprsentation du Peuple.
Aux vrais principes de la constitution anglaise.
Au Peuple d'Itlande et puisse-t-il tre bientt rendu la loi et la libert.
A la cause de la libert universelle.
Puisse la justice du gouvernement envers le Peuple, dtourner la ncessit de la rsistance du Peuple contre le gouvernement. -------
A l'harmonie et l'unanimit parmi tous les amis de la libert.
A la paix entre la Grande-Bretagne et la Rpublique Franaise.
Aprs qu'on eut port la sant du prsident par trois lois trois et avec des applaudissemens ritrs, le duc lit ses reaiercmcus avec beaucoup de cordialit et ajouta :
Peimttiez-moi Messieurs, de boire votre sant, tt avant de m'asseoit, permettez moi aussi de vous porter celle de notre souverain : ... A la majest du Peuple u
Cette sant fut accueillie pat des tratispoiis universels.
, Quelqu'un ayant propos la sant de M. Horne-Tooke, celui-ci se leva et dit :
11 Notre prsidant me permettra de diffrer d'opinionave 5> Nous sommes ici pour clbrer l'anniversaire de la sant de M. Fox. Aucun nom particulier n'a figur parmi les toasts et je crois que c'est avec convenance. Je me trouverais trs-malheureux que mon nom lt la cause d'un changement dans l'ordre qui a t observ. Quant aux diffrences, ou plutt aux nuances d'opinions politiques dont on a patl, il peut en exister entre quelques personnes ; mais entre moi et l'illustre patriote dont nous clbrons la fte j'affirme qu'il n'en existe aucune. Je suis entirement satisfait, parfaitement content, au comble de mes voeux, si la cause de la rforme, arrive au point o il la veut lui-mme. Le langage qu'il a tenu la parole qu'il a donne rpondent tout ce que je dsire. Je ne lui demande rien de plus ; je n'ai tien de plus attendre, et le terme le plus lev de mon ambition', ce sera de servir comme le dernier des-soldats dans les rangs o il commandera. Ce n'est pas ici le moment de s'attacher de lgres diffrences d'opinions quoique des gens trs-estimables t qui valent beaucoup mieux que moi, puisseut avouer ces diffrences. Suivons cet-gard, l'exemple que nous donnent les ministres. Ils ne marchent pas par sauts et par bonds comme font quelques assembles populaires ; <|s avancent sur un plan rgulier ei'-aVec une mthode combiue. Ils ne se sont pas aviss de nous imposer les nouvelles taxes assises sans s'tre pralablement occups du soin de rendre cet impt productif, et des moyens de" le leyer." Est ce que vous doutez que cette cavalerie provisoire ce Corps de volontaires ces fencibles, sont autre chose que des Collecteurs pour leur nouvel impt? Et ces casernes que vous avez tant dsapprouves pensez vous que Ce soit autre chose que des magasins pour les marchandises qu'ils pourront saisir ? ',* ^
Messieurs, dans les circonstances,,o nous somme^, .'^otre premier, devoir, ;c'est l'union. J'ai bien peu de droits votre amiti ; il y a ici peu dpersonues auxquelles j'ai t assez heureuK. pour rendre service ; niais si parmi vousj'ai un seul ami. je le pri de se joindiej a moi pour touffer ce dbat, en ritrant la sant de..M. Fox. A M.,Fox, par trois foi? trois., ; ... s
Dans la salle o prsidait le lord Russel,, dans un apologue Charmant, chant par M.tliovel! ,
t?ilt IjUt Compara nu jnuoo Ipli^ciwj ,.jut ivuUJ,
conduire le char du soleil,-s (gare^..petdHa route, et plutt que de se rendre accable dt coups de fouet les malheureux coursiers et leur, serre.la bride de toutes ses forces jusqu' ce qu'enfin il est contraint de remettre les lnes entre les mains d'Apollon ci de, reconnatre que ce char ne peut-ctrevbien. conduit que,par le dieu dit jour, t On annonce que dans presque totitesles villes un peu considiables destrois royaumes il t tenu des- assemble pour clbrer la5 fte de> M. Fox coiOnie le vengeur des liberts deTArf-gleU'iTC'ct de-TLlaade. C'est un mouvement universel ; toute la puissance du* gouvernement, tous les efforts d'adresse o de" dpense ne sautaient produise dans le public v quelque occasion que ce puisse tre une sensation pareille a
1


telle qui Vit spontanment manifeste mercredi dernier en faveur de ce clbre patriote.
Or a publi samedi dernier, le discourt de M. Nichols, dans lequel il y a cette digression teruarquablc sur M. Pit.
" Chaque incident de Cette g'Ierre m'a convaincu que le chancelier de l'Echiquier est un homme dpourvu de talent. { L orattur a t interrompu par des rit d ct ministriel. ) Je vais expliquer ce que je veux dire? j'entends qu'il n'a aucun des talens qui pcpvent tre utiles son pays. Certes, je n'entends pas faire injure la g:ande rputation que s'est acquise le chancelier de l'Echiquier; je rend hommage son talent pour les dbats je conviens qui! possde le talent du sarcasme de l'ironie de la saillie que sur-tout il possde parfaitement celui de multiplier ses paroles et de les entortiller si bien l'une avec l'autre qu'il est peu prs impossible d'attacher ce qu'il dit une signification dtermine. Ajoutez cela une adresse prodigieuse dnaturer les objections de ses. adversaires. Je confesse encore qu'il sait trs-bien gayer la bande de prtoriens qui sige autour de lui. et qui est toujours prte se pmer de rire au premier signal du chef. En un mot, je le reconnais pour un homme suprieur comme gladiateur dans notre arne politique, en mme-iems qu'il me semble tre un Pigme tomme homme dEtat.
"Je me rappelle que Thniistocle disait : Je ne sais pas jouer de la flte, mais je saurai d'une petite ville faire un grand Etat, m Le chancelier de 1 Echiquier peut dire prcisment le contraire : il sjmjrs-bien jouetdeson petit instrument, et amuser dans h perfection sa fidelle majorit; mais d'un grand Empire il a fait un fort petit Etat. C'est par leurs ouvrages que vous jugez du mrite d'un peintre d'un sculpteur d'un architecte. J'ai lu quelque part qu'un architecte avait dsir d'tre enterr dans une glise qu'il avait btie avec cette pitaphe : Si quarts monumentum, circumsjnce. Le chancelier voudrait-il rduire la mme mesure sa rputation d'homme d'Etat? Est-il un bon ministre de la guerre? est-il un habile financier? est-il un heureux ngociateur ? a-t-il enfin quelques-unes des qualits qui constituent l'homme d'Etat ? Comment ne pas le reconnatre pour un bon ministre de la guerre ? il a conduit celle ci de manire qu'au commencement ayant de son ct toutes les puissances de TEurope chacun de nos allis nous a abandonns ou a t vaincu, tandis que la France s'est leve un degr de puissance qui passe tous les rves de l'ambition. Comme financier, voyez ce qu'il a imagin : le crdit puis par ses sottises, il a eu recours un papier-monnaie des taxes sur la consommation et en mme-tems une rquisition sur les revenus, tout en reconnaissant lui mme que cette rquisition sera ingale et injuste ; qu'elle tera l'ouvrier les moyens de gagner sa vie ; qu'elle diminuera le revenu public actuel ; qu elle dcrditera les fonds ; qu'il n existe aucun moyen d'valuer les rc* enus particuliers ; qu'une pareille mesure entrane rtablissement dun tribunal d'inquisition incompatible avec toute libert civile, toute prosprit commerciale tout bonheur intrieur.
> Examinez-le comme ngociateur : il vous dit qu'il a essay trois fois de faire la paix ; toujours dit-il, trs-sincrement, mais aussi toujours sans succs. Enfin, considrez-le comme bomme d'Etat, et examinez sa conduite depuis T origine de la rvolution de France. Sa premire mesure fut une sotte querelle avec 1 Espagne, qui fut aussi mal conduite que honteusement termine ; au lieu qu'il et pu dmontrer la cour d'Espagne que ses liaisons de famille avec la France tant dtruites par l'expulsion des Bourbons du trne, l'intrt de ett cour tait de s'attacher la Grande-Bretagne et d renouveler l'alliance naturelle qui existait anciennement entre les deux Nations. -L'anne suivante une autre querelle, non moins absurde, avec la Russie. En 1792 1 Autriche ct la Prusse envahissaient la France ; il ne sut ni se joindre aux confdrs, ni gagner fa Confiance des Franais. En i7g3% il nous prcipita dans la guerre, et comment l'a-t-il conduite? Une de j .ses grandes mesures politiques fut d'affamer la Ftauve, ce qui iufalIlibUmciH ctU entran la famine dans notre propre pays. Mais je me borne, liour apprcier ses talens politiques, l'examen de sa conduite dans la dernire ngociation je iVeuix dire, aprs le 4 septembre ( tS fructidor), aprs l mauvais succs de sa misrable intrigue -.contre le gouvernement de France. If savait que l'Autriche ferait sa paix spare eh cas de Continuation de la guerre de la part d la France;' il savait qu'en consquence de cette paix, la' France tablirait sa prpondrance en Italie ct sur la mer Mditerrane; -et observez quf ces! mots, mer Mditerrane, sont aujourd'hui d'une bien autre importance qu'ils n'taient avant la .paix entre l'Autriche et la France. Toute la partie orientale de cette mer est prsent ouverte
Il I
la France, et le graJnd-seigneuf dpend aujourd'hui de h protection de la France tout comme le naUab d'Oude de celle du gouvernement anglais II savait que du moment ou la paix serait conclue entre la France et l'Autriche, ds-lors la Frarice deviendrait formidable pour le Portugal et l'AUVmagn, aussi bien que pour lEspagne et la Hollande. Il connaissait la situation de l'Irlande, il'savait qu'il avait t forc de recourir a la mesure dsastreuse d'un papir-monnaie, qu'il s'avait plus la ressource des taxes sur la consomation et que ce nouveau mode de rquisition (V le? receveurs deviendrait une calamit indispensable; et cependant, instruit de tout cela, il n'a pas eu la sagesse de voir que ce pays devait faire sa paix conjointement avec l'Autriche j que si ce pays tait le dernier soutenir la guerre H ne ferait la paix qu'aux conditions les plus dsavantageuses, et il s'est dteimiri 'exposer sa patrie tant de hasards, tant de maux dans l'esprance de pouvoir garder la Trinit, le cap de Bonne-EsprauCe et Tiinquemale. 1
Nous sommes bien fchs d'apprendre, d'aprs' les journaux ministriels, et certainement chacun sait qu'il n'y a pas d'autorit plus respectable que le revenu particulier de sa majest qu'onf avait cru jusqu' prsent trs-considrable, quoique trs-infrieur, sans doute aux mrites du souverain ne se monte' qu' 60,000 liv. ; qu'ainsi, le roi en s'inscrivant pour 20,000 liv. sur les; registres de la banque dans la souscription pour la guerre contribue rellement du tiers de son revenu ce grand besoin de l'Etat. Si aprs cet acte de libralit et de patriotisme les sujets Je saJmjestlue^S-'emprtssent^pas de! venir_au tecours de M. Pitt et de la guerre, ils ne mritent pas d'tre gouverns par un prince qui a si bien prouv qu'il voulait vaincre ou mourir avec son Peuple.
Le bon got sur nos thtres suit la mme route que la libert dans les deux chambres. Les pantomimes de Nicolet et d'Audinot ont pris la place des chefs-d'uvre de Shakespeare et de Congrve. La Barbe-bleue ou la Curiosit fminine attire journellement une foule prodigieuse Dru-rylnc ; et par une juste mulation, Te thtre de ovent-Garden annonce dans peu le grand ballet historique de Jeanne d'An ou la Pucelle d'Orlans, avec machines, dcorations, etc.
Ffiei 26 les trois pour cent consolids taient quarante-huit un huitime.
Ils avaient, a ce qui! *ar*fr, emport-^,
eux tous une somme de 76 3o mille francs j\ prsent qu'ils sont leur destination, le sque sera lev sur les proprits qu'ils avaient, et leur! familles pourront leur faire passer les secour! et les adoutissemens qu'elles jugeront conve nables.
Le cercle coiHjtitUlionn*] sant dans (e 16. artondissement de Paris, rue de 1 Universit n 932 avait charg.cinq, de ses membres de lui prsenter la rdaction d'une profession de foi contenant l'expression fidelle de ses ii'f,
REPUBLIQUE BATAVE. La Baye, le 24 janvier. <
Suivant des lettres de Batavia, du 6 juillet dernier, l'Ile d Java n'avait pas encore t attaque ; et outre cette le, la Rpublique Batave possdait encore dans 1 Inde, celle de Ternate Macassar, Binjamassins et Palembang. Batavia tait si bien fortifie, qu'on la croyait parfaitement en sret. Depuis que le gouverneur gnral: Overstraaten y tait arriv i c'est--dire, depuis le! mois de dcembre 1796, les esprits y taient beaucoup moins diviss.
Les Anglais avaient voulu tenter, le 18 fvrier 1797 une attaque contre Ternate; mais ils avaient t si vigoureusement repousss qu'ils n'taient plus revenus.
RPUBLIQUE FRANAISE. Paris t le 16 pluvise.
Hier, on a fait ici la proclamation de fa loi qui, ouvre un emprunt de 80 millions pour l'expdition d'iAnglcterre. Au centre d'une forte colonne de volontaires et de garde nationale sdentaire se trouvaient toutes les autorits constitues les jugs, l'administration icentral, les. administrations municipales, et. l!tatT La loi a t lue dans, les diffrens carrefours,\ sur destribunes qu'on avait construises exprV,; et partout on y a rpondu par des cris de.vivp ta Rpublique n j *"
Les membres du tribunal "de cassatibh orjt rrtqu'ils prendraient factions dana.i'^mprtintl d'Angleterre. '"*"' ->' -i {
Grapart, libraire ,'gVh Cherchait depuis longU tems, vient d'tre arrt cmm imprimeur-pro--pritairc du Mmorial. '
Des lettres cgtespar plusieurs des dports j jyetme leurs paens, assurent que. ce pays n'est pas beaucoup prs aussi insalubre qu'on le croit gnralement en France. LeS dports n'y Sont point nferms, comme > on l'avait d'abord' dit. Q'ielques-uns d'entre eux ont dj pris des! negres leur service. ..... 1
politiques.
ses principe
Le 2 pluvise !a commission a soumis au er tle son travail qui a t adopt l'unanimit de tous les membres prsens ainsi qu'il suit :
Profession de foi politique des. membres du cercle constitutionnel, sant dans le lo" arrondissement de Paris rue de l'Universit n" 932 runis le jour anniversaire de la punition du dernier roj,/ Franais le t pluvise an 6 de la Rpublique,. Notre devise est : Tout ta Rpublique. Nous la voulons fonde sur (a constitution de l'an 3 la meilleure des constitutions connuf..
Nous laissons au tems et la constitution elle-mme le soin de son perfectionnement gradtief et nous nous opposerons toute secousse politique qui compromettrait le bien rel pour un mieux en perspective.
Nous respectons le caractre sacr des dpositaires de l'autorit publique | mais nous rservons notre ariiOur ceux^pj^sont frantliement daTis la^voleTcpblicine. .
Nous approuvons l'opposition qui veille et conserve; mais nous combattons l'ambition qui divise et dtruit.
Nous abhorrons la natterie ; mais, pourendons hommage aux vertus.
Nous regardons comme un vrai flau les dnonciations vagues et maifondes.; mais nous mprisons, l'homme pusillapime qui craint de faire des rvlations utiLs son pays.
Nous hassons le crime quelque masque qu il prenne; mais nous savons tout ce que le royalisme inventa de dnominations odieuses pour perdre de bons et purs rpublicains etnps rangs sont ouverts aux innocentes victimes de ce.tafrpux systme.
Nous connaissons les dangers de 1? dmagogie mais nous ne la confondrons jamais avec l'enthousiasme vertueux qui cra la. Rpublique^
Nous estimons la modration ; mais nous n'oublierons1, pa.8 qu'elle fut souvent le masque des gostes-, hpmmes froids etiBsigtii&ari^ .toujours (par.caractre ) phi prs "de la.- royaut, que de l. Rpublique. ,
Nous respectons la proprit et honorons l'industrie; mais nous youous l'opprobre les di-lapidateuis et les sangsues del fortutiepublique et particulire/
Nous desitohs que nul ne soit opprimer mais nous n'appelons la "confiance du Peuple et du gouvernement que sur ls amis prononcs de la Rpublique pss^seuls et vritables amis.
La gnration qui s'lve jouiia du doux Spectacle de la iunion de tous les Franais; mais nous ne nous flattons pas d'en jouir nous-mmes, et nous n'accrditerons 4101111 une illusion par laquelle ont commenc le sommeil du pairio-tisme et la raction royale.
Nous provoquerons de tous nos moyens une runion nincere entre tous les rpublicains, et c'est eux que nous disons : garnie, ne vous : querellez point pour quelques nuances lgres ; et songez que vos lches ennemis ne lurent jamais forts que de vos propres discordes. > '
Nous considrons les socits s'eupaiU, de questions politiques, comme la sauve-garde de la libert publique ; mais nous pensons qu elles ne peuvent acqurir, er siar-iui conserver uoe juste et salutairinfluence que par un zele claire: ia philosophie a jet les bases de l'difice le courage l'a lev c'est la raison le consolider.
Tels sont les principes gravs dans nos curs, jet dont nous dposons la dclaration sur l autel sacr de la Patrie en jurant haine la;royaut ct l'anarehie, .attachoment et fidlit a la w* publique et la constitution de l'an .
De Brest, le 18 pluvise.
l'.on travaille
LeS travaux pour la descente se pourwiW1 ici avec une telle activit, que: l'on travaille la nuit la lueur des flambeaux.
Strasbourg, le 7 flvfac;
Notre te'grphe est achev. Oa l'a plac sur la partie de la tour de notre ancienne ctljdrale, xonnuc sous le nom dePsaffenkapp.il devait -d'abod l'tre au liautde laplate forme; mais a ilchc se serait trouve dans la direction oc la


5Si
figue fl abtMn aux hauteur deNordher, sut }dq* elles est v'^ le premier point d'observation i c'eit ce qui a dcid le citoyen Chappe le place* sur la petite coupole, d'o la vue vers ce Ont n'est intercepte par aucun objet. Les ob-jfrvari*11* vont commencer incessamment.
Calais, le 10 pluvise.
Toutes les familles des marias de cete ville ont plonges dans fa dsolation. Les perfides AnftWs < Pts avoir mille fois promis nos pcheurs qu'ils ne les troubleraient jamais dans leurs pches, ont enlev hier treize de leurs bateaux, i la vue du port; deux seulement qnt russi Rchapper. On craint qu'ils n'ayent agi par-tout demme, et que, d'un seul coup de blet, ils n'ayent enlev notre marine une grande quantit d'excellens matelots. Guerre et vengeance!
Histoire dp premiers Peuples libres qui ont habit Ujrancey par J. C. Laveaux. 3 vol. in-S. A Paris reber Moutardier, libraire, quai des Au-guitins, n. 28 ; Deioy, rue Haute-Feuille, n ai ; tt chez l'auteur, Charenton, prs Paris,
Cette histoire peut tre considre sous deux npports diffrens ;
i". Gomme l'histoire dtaille des premiers Peuples libres qui ont habit la France, appelles CilteS Par les Grecs, et Gaulois par les Ro-aitis 5
s". Gomme une introduction une histoire jet Franais, faite sur un plan nouveau.
Sous U premier rapport, l'auteur n'a rien nglig d tout ce qui peut donner une ide des murs, des usages ds opinions politiques et religieuses de l'agriculture du commerce, des ejence et des arts de ces premiers Peuples ; y prend toutes ces choses dans leur origine, et en trace le tableau historique dans les situations diverses o de frquentes rvolutions ont mis tel Peuples.
Sous le second rapport, cet ouvrage offre un p|n vaste et nouveau dans lequel l'auteur tach d'viter les incpnvniens que prsentent b, plupart des histoires aux lecteurs qui n'ont qu'une instruction commune.
Il commence par une introduction qui offre Un tableau rapide de la civilisation des Peuples les plus anciens que l'on connaisse, et l'histoire abrge de ces Peupls jusqu'au moment o les
ffandes scnes historiques Sont transportes dans Occident.
Commenant ensuite l'histoire des Celtes ou ISaulois, il les prend ds leur origine et ne jarle jamais des. Peuples avec lesquels lti ont quelque rapport, des opinions ou des usages qu'ils ont adopts, sans donner de toutes ces choses une ide historique, qui vite au lecteur 1 peine et Je dgot d'aller chercher ailleurs, Ou le dsagrment de ne Saisir que confusment Je fil des vnemens
* C'est ainsi que l'histoire des Celtes se trouve He avec des notion! sur les migrations. des anciens Peuples du nord, que celle des Gaulois marche de front avec te tableau historique des pjpcipales poques' de l'histoire romaine, et qti Is caractres des-emperers romains qtti nt Corrompu ou teint la libert dans l'occident, y sont marqus sous ce rapport.
. C'est ainsi qu' l'occasion de l'introduction de religion chrtienne dans les Gaules. l'auteur donne Je tableau historique et philosophique de h religion judaque. puis celui de la prdication de Jsus et de Ses aptres.
Le principal but de fauteur parait tre de prouver que la libert est fille de la nature; qu'il
* fallu de gtands efforts pour1 effacer Chez les premiers peuples les ide primitives et que la superstition et la destruction hrditaire det.castes *}m t, dans tous les tems,, les premires causes e la corruption des socits politiqt
. corruptio Ptc de la. libert
politiques, et de
CaRPS LGISLATIF.
CONSEIL DES CINQ, CENTS. Frsidemsde BmlleuL
suite de la sance du 14 pluvise.
Un secrtaire fait lecture d'un message du directoire excutif, eurpOnse celui par lequel le conseil demandait des, renscignemens sur les rclamations d plusieurs dtenus Bictre contre jugemens pronpnfs contre, eux. Le directoire annonce que le ministre de la justice a t charg de recueillir tous les renscignemens qui liraient constater les fautes des tribunaux. Mais comme ce travail sera ncessairement long, directoire croit devoir prsenter quelques me-
sures gnrales qui peuvent oprer le bien eu cette partie.
Le directoire rejette toute ide d'une nouvelle amnistie. Cette mesure prsente trop de dangers qui ne sont compenss par aucun avantage puisqu'elle peut remettre au spini de la socit des hommes vraiment coupables en laissant planer le soupon sur de malheureuses victimes, de la haine ou de l'injustice. Une simple rvision pay les tribunaux criminels ordinaires parait prfrable. On ne peut fixer le terme o doit commencer cette rvision : mais le conseil qui a suivi constamment les variations qui ont eu lieu dans la marche de la Rpublique saura concilier avec l'intrt gnral ce qu'on doit accorder aux intrts particuliers.
Ici se trouve urie peinture de la conduite des tribunaux avant le 18 fructidor, et il est dit ensuite : Si la ncessit d'adopter une mesure extraordinaire l'gard des jugemens rendus avant cette poque, n'tajt pas assez bien tablie, I directoire pourrait citer une multitude de faits, mais les deux suivants suffisent.
Un acqureur de domaines nationaux dont la proprit avait t incendie, porta sa plainte devant un juge de pat** et fut arrt comme auteur de cet incendie, et dtenu, au mpris des lois pendant plusieurs mois, tand.is que les incendiaires jouissaient en libert du fruit de leur crime.
L'acqureur d'un bien d'migr souponne une connivence entre son fermier et le ci-devant propritaire saisit une lettre qui traait la marche suivre pour lui faire parvenir les fonds en adresse l'original au^ir.ctoire qui, en lui accusant rception dnonce le fait l'officier de police judiciaire. L'instruction est faite, l'accusation admise par un jury; mais l'accusateur public dsign dans la lettre comme l'homme de confiance de l'migr comme celui qui devait lui faire tenir les fonds parle dans cette affaire. Le prsident, aprs son rsum pose des questions complexes sur la violation du secret des lettres, et fait condamner celui qui avait dcouvert un complot contre la sret de l'Etat, quatre annes d'emprisonnement, et acquitter le coupable.
A la suite de cet nonc, le directoire propose d'appliquer la rvision des jugemens rendus avant le 18 fructidor, aux indiptius qui feraient preuve d'un civisme prononc, aux acqureurs de biens nationaux aux fermiers de biens d'migrs aux militaires condamns par les tribunaux criminels ordinaires pour des dlits non militaires. Il pense que la loi qui dtermine le cas, devra autoriser le tribunal de cassation, qui les demandes en rvision ne pourraient tre adresses que par un arrt du directoire prononcer si elles 8nt dan les cas prvus.
Le conseil ordonne l'impression et le renvoi une commission de cinq membres.
Cette commission Sera compose de Duhot, Lamarque, Chollet, Laloi et Garan-Coulon.
Eudes fait un rapport sur les brevets d'nven tion, et prsente un projet de rsolution qu en accorde la distribution au directoire, sur le rapport d'un jury nomm par le ministre de l'intrieur.
Le conseil ordonne l'impression et l'ajournement.
La sance est leve. _
CONSEIL DES ANCIENS.
Prsidence de Rousseau. SANCE DU 14 PLUVIOSE.
Boisset fait hommage d'une somme de 77 liv. pour les frais de la descente en Angleterre, au. nom du Citoyen Muller, ancien officier retir; Landau. Son ge, et es infirmits ne permettant pas c citoyen de faire partie de l'expdition il veut au moins y concourir de tout ce que les besoin* de ta nombreuse famille ne r clament pas.
Le conseil n'ayant rien l'ordre du jour, lev sa sance.
CONSEIL DES GINQ. C E NTS;
SANCE DU l5 PLUVIOSE.
La citoyenne Suzanne-Louise Lepelletier crit a conseil pgur le prier de,vouloir bien prononcer sur l'affaire qui Ja concerne. v
Sur la proposition de Laujacq, le conseil arrte qu'il reprendra, primedi prochain, la discussion sur cette affair.
LudoU Vous avec renvoy ufte eommittio
Spciale l'examen de plusieurs questions de procdure en matire civile ; je viens, en son nom', vous en soumettre l'analyse et l'avis de la commission sur chacune d'elles.
Dans la premire de ces questions, il s'agit de savoir si les tribunaux civils peuvent recevoir l'appel d'un jugement qui, par sa nature, en est susceptible lorsqu'il est qualifi par les premiers juges rendu en dernier ressort.
On ne peut entendre la vrit, par jugement en dernier ressort que celui reconnu cornme tel, aux yeux de la loi.
Mais comme leshuges sont essentiellement chargs de l'appliquer, et qu'ils peuvent se tromper dans cette application, il faut examiner quelle autorit dans ce cas, doit rectifier leur erreur?*
Il n'y en a pas d'autre que le tribunal 4e cas;-sation.
Deux articles de la constitution paraissent avoir dcid positivement la question.
La premire disposition de l'article si 54, veut que, ce tribunal prononce sur les demandes en cassation contre les jugemens eii dernier rSsbtt rendus parles tribunaux.
L'article suivant met au nombre des jugemens susceptibles de cassation eeux rendus sur des procdures dans lesquelles les formes ont t violes, ou qui contiennent quelque contravention expresse l loi. "
sous quelque point de vue qu'on envisage les jugemens qualifis en dernier ressort par des tribunaux cette qualification est ncessairement corforxie ou contraire la loi.
Dans le premier cas point de doute qu'aux tefrnes~de l'article 254 de la'constitution rie tri- bunal de cassation ne soit exclusivement juge de -la rclamation contre le jugement attaqu.
Dans le second point de doute encore qu'il n'en soit exclusivement juge, puisque le jugement attaqu ne se trouve qualifi en- dernier ressort que par contravention la loi, et que d'aprs l'article 255 de la constitution le tribunal de cassation connat seul des jugemens qui contiennent quelque contravention la loi.
Donc, sbus tous fes rapports, un jugement, s'il est qualifi rendu en dernier ressort, ne peut tre attaqu qu'au tiibunalide cassation. Tel est l'avis de la commission dont je suis l'organe, sur la premire question que vous avez dcider.
Deux autres appellent galemeut votre attention : la premire consiste savoir si les premiers juges quels qu'ils soient. ont le droit de fixer d'office la, valeur d'un objet mobilier ou immobilier rclam, lorsque Cette valeur n'eit connue ni. par pices authentiques ni par les reconnaissances des parties, ni par la notoiite publique.
Il est bien constant que jamais des conclusions ne doivent tre adjuges si la demande n est claire et liquide, et qui! n'y a d'exception que pour des liquidations de fruits en matire de restitution ou de dommages intrts.
de sont les dispositions de la loi de edendo; ce sont celles de l'Ordonnance de 1667 qui doit faire cet gard la loi des justiciables, puisqu'elle n'a pas> t abroie en cette partie par aucune loi postrieure. Or, 1 article ICI du titre II veut que les exploits soient libells peine de nullit, et la picision de la demande forme la partie la plus importante du libelle.
Enfin, l'article XXXIV du titre XXXV de Cette ordonnance, porte qu it y a ouverture requte civile contre les jugemens qui ont prononc sur choses non demandes ou adjug plus qu'il n'avait t demand ; d'o il suit incontestablement que dans aucun cas le juge ne peut liquider la demande des parties intresses.
Quant la seconde question, o il s'agit de savoir si en caus' d'appel les parties peuvent tre autorises rduire la demande au taux de la comptence des premiers juge, Ue a patu si j'ose le dire, insignifiante.
Les parties ont, la vrit, le droit de r^ duirc en premire instance leur demande on tout tat de cause.
La toi que j'ai ci-devant cite est prcise cet gard; mais il n'en est pas ainsi en cause d'appel, puisque les juges n'ont prononcer que sur le bien ou mal jug du premier tribunal. ;
Cette facult mme, en cause d'appel, serait sans objet, quand elle serait admissible, puisqu'elle ne pourrait rien- changer l'tat de la contestation tel qu'il existait avant le premier jugement.
Aussi la commission a-t-elle pens que c'tait cas de passer l'ordre du jour sur ces deux questions.
LfKicf soumet au conseil les projets de rsolution, et d'arrt conformes, ces vues.
Le conseil ordonne l'impression et l'ajournement.


55 i
Viltt-rt. Je viens appeler votre attention sur deux questions importantes.
La premire est de savoir si dans les communes o il y a plusieurs municipalits et un bureau central, les contributions sont au nombre des objets indivisibles dont parle l'article 184 de la constitution.
La seconde, si les contributions tant dclares objets indivisibles, la. commission des contribution? existante Paris doit continuer de faire l'assiette et le recouvrement de l'impt, ou si cette attribution sera donne au bureau central comme celui des autres grandes communes de la Rpublique.
jll Suffit d'examiner avec quelque attention la 'nature, des oprations qu'exigent les contributions pour se convaincre de la ncessit de tes centraliser dans ls communes o il existe plusieurs muni-ipalits. Je citerai particulirement celle de Paris, parce que c'est ici que cette ncessit est plus fortement sentie. Depuis long-tems cette attribution est confie une administration particulire et centrale;1 et quand une exprience de plusieurs annes n'en justifierait pas les nombreux avantages, l'intrt des citoyens et celui du trpor public nous forceraient d'en reconnatre la ncessit.
Comment en effet rpartir entre douze municipalits la masse d'impositions fixes pour la commune de Paris, comme canton, par l'administration centrale du dpaijemenld^XaJ^ise? Quelle base prendre dans cette rpartition, quand les proprits de ebaque arrondissement de municipalits ont notoirement des valeurs diffrentes? que d'obstacles prouver de la part de chacune d'elles, dont l'administration sera porte mme par zele et par dvOnmnt pour ses administrs, diminuer la valeur de ses proprits, afin d'attnuer son imposition? que de chocs ce sujet entre les administrations municipales ? Quelle injustice d'un autre ct de charger chaque municipalit d'une portion gal de contributions c'est--dire dun douzime de celles de Paris ? Combien il serait fatigant pour l'administr propritaire dans plusieurs arrondis-semens, de rpondre diffrentes administrations ? Quelle varit de principes et de mesures dans une mme commune, si douze corps administratifs y rglaient l'assiette de l'impt, et statuaient sur les demandes en dgreyernent.
Ces inconvniens dj trs-grands pour la contribution foncire, ne le seraient pas moins pour la contribution personnelle et somptuaire. Un citoyen domicili dans l'arrondissement d'une municipalii sans aucune apparence extrieure de facults, est propritaire dans une autre y tient des magasins.
Par quels moyens la municipalit de son domicile pourrait-elle l'atteindre pour le paiement de la contribution personnelle et somptuaite ? Quelles difficults pour cet objet dans les tp- ; ports d'une municipalit l'autre Quelle facilit; pour le mauvais citoyen d'chapper l'imposition! Comment, dans la grande quantit des; dmnagemens qui se font journellement dans les grandes communes et spcialement Paris, saisir des renseignemens suffisant pour toutes les municipalits lies aux facults du redevable ?
Toutes ces difficults disparaissent dans une administration centrale charge de l'assiette et du recouvrement des impositions d'une commune divise en plusieurs municipalits. Alors la contribution' est'rpartie avec justice, et leve avec promptitude ur tous les contribuables ; ils paient Sur le produit de, leurs proprits une quotit dtermine : celui dont la maison moins de"; valeur paie moins que celui dont la maison en a plus. .
Les principes pour les dlais, les -comptes les dgrvemens les dcharges sont Uniformes; les mesures pour les poursuites ct les contraintes (,sont les mmes. Ls renseignemens recueillis et ^conservs sur chaque citoyen, imposable mettent si porte de le suivre dans l'accroissement ou le dcaissement de sa fortune ;,enfin, l'ordre s'tablit dans la leve des contributions par la justice, l'galit et'l'unifonnit.
Du moment qu'il est dmontr que 'aSsiette et le recouvrement des contributions \ dans ..les, communes o il y a plusieurs municipalits ,*
qu ces communes que cfcs oprations appartiennent,,, et qu'il faut lui appliquer les dispositions d1'lai loi du]2 brumaire an-6. ss : !
Du moment que les.dispositions de la loi du (as brumaire, an 6 pour toutes les communes de la Rpublique, peuvent s'appliquer celles qui sont divises en plusieurs municipalits, les fonctions de l'administration, qui remplacera pour cet objet les municipalits seront de dresser, d'aprs les renseignemens anciens t nouveaux, les matrices de rle des deux espces de contributions; de les envoyer au commissaire du pouvoir excutif prs le dpartement, pour faire les rles, et statuer Sur toutes les demandes en dgrvement et dcharge, sauf la dcision dfinitive du dpartement ; de faire faire toutes les vrifications ncessaires; de prononcer la* suspension des pouisuites provisoires, en attendant les vrifications ; de rgler les paiemns d' compte; d'activer et surveiller les contraintes diriger contre les redevables en retard ; de fournir aux inspecteurs, l'administration centrale du dpartement, et au commissaire du pouvoir excutif prs cette administration les tats et renseignemens indiqus par la loi du 22 brumaire, an 6.
Telles sont ls oprations dont le bureau central des communes o il y a plusieurs municipalits sera charg pour l'assiette et le recouvrement de l'impt, d'aprs les dispositions de la loi du 22 brumaire, an 6.
Il nous reste examiner si, pour la commune de Paris, vous devez donner cette attribution ; la commission des contributions ou au bureau central.~L'e^istenc^d cette commission dont l'objet unique est l'assiette et le recouvrement des impositions serait une preuve vidente de leur indivisibilit, si d'ailleurs elle n'tait pas suffisamment dmontre ; mais la constitution ne reconnaissant pas de pareils 1 tablissemens, elle ne peut tre conserve. Il ne faut pas l'assimiler quelques administrations qui ne doivent durer qu'autant que l'exigeront les travaux qui leurs sont confis. Celle ci exerant des fonctions qui appartiennent des autorits constitutionnelles ne peut exister plus long-tems. Je ne vous parlerai pas de 1 conomie qui doit en rsulter pour le trsor public elle est suffisamment sentie.
Mais donnant cette attribution au bureau central de Paris, comme celui des autres grandes communes la commission des finances a pens qu'il tait ncessaire de donner un substitut au commissaire du directoire excutif prs, le bureau central afin que le travail qu'exigent les contributions ne nuise pas au dtail de la police et des autres fonctions dont ce commissaire est charg.
Villers prsente un projet de rsolution conr forme aux bass nonces dans son rapport.
Le conseil ordonne l'impression du rapport et du projet.
La sance est leve.
CONSEIL DES ANCIENS.
SANCE DU l5 PLUVIOSE.
Pompe'i fait approuver une rsolution du 26 nivse; i qui distrait la commune d'Argajola du canton de Sint-Angelo en Corse et la runit celui de Regino dont elle est plus voisine et avec lequel elle peut entretenir des communications plus faciles dans les mauvaises saisons, v :
Delacoste propose l'approbation d'une rsolution du 9 nivse, qui autorise la commune de Celles acqurir vingt-cinq journaux de pturages.
Detorcy demande le rejet de la rsolution, La loi du 23_juin 1791, qui a fix la lgislation jusques-l incertaine sur les proprits communales porte que ces proprits apppartiennent galement aux propritaires fonciers et aux habitans de la commune qui ne possdent pas de biens -fonds. On ne peut point, d'aprs cela, faire porter l'imposition, dont le produit servira acqurir"ces pturages, uniquement sur les propritaires fonciers o bien on Iur assurerait, exclusivement aux autres habitans pqn. propritaires de fonds, la proprit de; ces pturages.
Le conseil rejette la rsolution.
Saligny rsume le rapport qu'il fit, il y a un mois, sur une rsolution du mois de frimaire, an 5 relative aux ; soumissions ides domaines
l dmontre .que cette, rsolution ? 1*)0,*con"a>re aux^prutcipes, aux intrts de la Rpublique a ceux des citoyens.
On ne peut,, dit-il, accorder au dtenteur d possd par les lois antrieurs ,, ct qui s'est pt sente trop tard ce qu'elles avaient donn un porteur de mandats qui a t plus .diligent L'galit rpublicaine exclut toute prfrence!;'tout privilge et ce serait en accorder uu aux ua-gistes dpossds, que d'approuver k rso-lution.
- Le conseil rejette la rsolution. L sance est leve.
JV. B. Dans la sance du 16,.le conseil des, cinq-cents a entendu Somhonax dans le compte qu'il avait rendre de sa seconde mission St-Domingue. ,
Farts le 16 pluvise.
Le cit. Trouv premier secrtaire d'ambassade Naples est nomm ambassadeur Milan
Le cit. Ginguen est envoy en la mme qualit, Turin. ,
Le cit. Gart partira incessammentpourNaples, en qualit d'ambassadeur extraordinaire.
.. livres divers.
uvres compltes de Montesquieu, avec les nouveaux manuscrits,.. 5 vol. grand in-40 suc grand raisin-vjin ; avec 16 gravures, dessines et graves par les plus clbres artistes. Prix
240 liv.-----=------------ ---- -------
A Paris, chez Plassan, imprimeur-libraire, rue du Cimetire-Andr-des-Arts, n 10;
Bernard libraire ,! quai des Augustins, n 37 ;
Et Grgoire, libraire, rue du Coq, n i55; diteurs de l'ouvrage.
Nous avons rendu compte de cette dition Intressante mesure que les volumes ont paru. L cinquime renferme la partie erotique des (Euvres de Montesquieu, dont l'heureux gnie embrassait avec un gal succs les genres les plus opposs : s Ainsi, disent Jes diteurs dan la prface tenant d'une main le sceptre lgislatif, et de l'autre la lyre d'Ovide, ce grand homme levait la fois un monument immortel l'ordre social, la grandeur romaine et aux grces.
L'excution typographique nous a paru cons? tamment soigne.
Nota. L'dition a t tire 55o exemplaires et il en a t tir, sparment, 8 exemplaires sur papier nom-de-jesus-vlib, dont un est destin rec'ybir les desseins originaux.
C O U R S DU CHANCE.
Effets eommerMes.
3o jouit. 90 jour
'58*. 56 $
192 ,4 16 3 i5 3 a 12 i5 i5 3
Bourse du i5 pluvise.
Amsterdam ...........
Idem courant... ......
Hambourg......
Madrid.____..........
Idem effectif...........
Cadix................
Idem effectif...........
Gnes.................... 5 941
Livourne.i........ io3 io*I
Lausanne ................. : t b. if
Mie.:;.........:....."|b. p-
Londres.......
Lyon........ 'jt>. i5 jours.
Marseille.... 1, b. i5 jours.
Bordea.ux.. 5 b. 15 jours. Montpellier, au p. 10 jours.
Effets publics.
Tien consolid.............. lir.
Bons deux tiers....................-----2 i. 9 d.
-Bons trois quarts;;.... ;. ..s....... 15*
Bons un quart..
32, 1. pour cent pertr.
S P E;C T A C L ES,
don. Auj. phignie en Aulide, tragdie.
Thtre bit VA'rjOEViLLE; Auj. Pauline; laja du Monde ou la Comte.
'').*. j ii'jLMi ; ...;.!- .'. ': i i '' -> ,. %
L'mblnuemcnt c Uxt Parti, tue de Poifsvio*, u 18. Le pris elt d* S H. pour troi raoit a numraire., 9 lie pour ris mois et 100 li. pour Vivot salicUi Ho n 'aboiiuc .. il faut adieucr la lettrej V i-ifcity" friac u' port -, iu eh.'Aubrjr, aircuf jb JO l'oo oe eut^ffratiiitSiitct lctttsid<4<)riVUA^:; -Mu *8t*bMir tf*'.' itt*i )S0int cdrci 4 la post. > '*'''"* 1
Il laut voir toin pout plu de lrett, d^cbrgteclU qui renferment de Watt* 4t imt* ut t* qui Oncerne 1 T44actioft'4t U feuille u HiUlivi, if' i.'t*im, n s3, iepu*, neuf heure du matin jiisquf huit heure du oir. 1", '
'jv^^ r> : _i ;>- "' j \ > I iSi*'., ; [|n|.
A^ns, de j'itnjBr^ ruc des Poitevins n 3.
Va


QAZETTE NATIONALE o LE MONITEUR UNIVERSEL
Octm i^piuvme, Uu6 de ta Rpublique Franaise, uneet indivytW^iirdi 6 f farter, i.ig'^.tt^
P LIT I^E.
ESP A G NE.
De Cadix t le 19 janvier.
J^fous venons de recevoir l'ordre suivant, qui parat avoir t expdi dans tous les ports.
par ordre du roi, du 17 novembre de la pr-pte anne, le roi a bien voulu accorder ia mission d'embarquer pour l'Amrique des a/t!cles trangers sans ncessit de charger une gale quantit d'articles du pays dans les cas o (i Ne sont pas compris les articles de rubans, 4e 8oie fayance trangre et autres articles prohibs par le rglernent du 12 octobre 1778, ei par des ordres suprieurs. Comme on ne peut pas vrifier cette condition dans les expditions -Mi-conformment Ja. rsolution., du.18 novembre se feront pendant la guerre, des ports trangers neutres la prohibition desdits articles subsiste pour ces expditions et on ne pourra ici embarquer que dans celles qui se font des por d'Espagne.
Je vous transmets cet ordre du roi pour votre gouvernement en vous priant de le communiquer qui il appartient.
' Palacia 26 dcembre 1797.
Sign, don Franois Sauveda.
ALLE M A G
Rastadt, le 2 8 janvier.
L'insurrection qui s'est dclare dans le H ut-.^iargraviat, commence acqurir un caractre trs-srieux ; elle s'tend dj jusqu'au-dessous de Lahr, 4 quelques lieues au midi d'Oflein-vpurg. Lecomte de Metternich a t pri d'obtenir que. le gnral en chef de l'arate d Empire ft passer quelques dtachemens dans cette contre, n'aenvoy Lofrah un escadron des dragons de Waldeck ; et une compagnie d'infanterie ,
Iionr f maintenir l'ordre. Ces mouvemens sont a suite d'crits dans lesquels on invite le Peuple s'insurger, en lui annonant qu'on le Vend a congrs de Rastadt. On a atrt quelque perturbateurs qui avaient essay de planter au arbre de la libert dans un village prs de Lahr ; on en a aussi saisi deux dans le Haut-Margraviat; ils ont travers notre ville avant-hier, sous une bonne escorte pour aller arlsruhe.
Le prince Louis de Bade a pass le mme jour par notre ville. On prtend qu'il va dans le Haut-Margraviat pour y rtablir la tranquillit.
-L dputation de l'Empire a rpondu la proposition que les plnipotentiaires f.anislui qt faite d'tablir le Rhin pour limite. le a dclar qu'elle ne pouvait y consentir.
h on ne connat pas encore la rplique de la lgation franaise; mais on croit que d'aprs le Vftu nergiquement exprim du directoire, |a ngociation va suivre une marche beaucoup plus Pidc.
; Wn feuille allemande dit que la France porte ses prtentions au-del de ce dont elle tait convenue avec l'Autriche ; que cependant elle, a obtenu l'assentiment de la cour de Berlin puii que cette cour connat les pays qu'on h destine, et qu'elle se dclare pour la scularisation. Mais pour donner quelque poids ces assertions, il faudrait tre bieri inform de ce qu'on ignore, encore, c'est--dire-,-des tUcles secrets de|( la paix de Campo-Formio.
Mayence le 2 f janvier.
. La garnison du fort de la tte du pont de Man-eim tait de 1600 bommes qui Ont t faits Prisonniers de guerre ; on a trouv 18 pices *e canon dans le fort et les diffrens ouvrages.
Aussi-tt qti le gnral Hatri eut reu cette Nouvelle, il expdia deux couriers, l'un pour astadt,, l'autre pour Paris.
Le reprsentant Dentzel est ici pour seconder le cit. Rudler dans SeS fonctions.
P. S. On assure en ce moment que non-seulement le fort i mais aussi la place de Manhcim sont en notre pouvoir.
S U 1 S S E.
Ouchy. dans le pays de Vaud le 25 janvier.
Nous sommes ici en pleine rvolution ainsi que dans tout le pays de Vaud. Rien ne peut plus arrter la libert dans son cours imptueux. Ou s'empare des chteaux ; on enferme les baillis on arbore la cocarde verte; On plante des arbres de la libert;'on organise des gardes nationales ; et les Franais sont a les ports, tous prts nous secourir au premier signal. Mais (impulsion est si unanime nos mesures sont si bien prises que nous n'avons rien redouter, pas mme les talens militaires ni le courage opinitre du colonel Weiss.
Parmi les conseils des communes, en trs-grand nombre qui ont refus de prter le serment de fidlit la rgence de Berne on nomme celui de Copet. M. Necker en est parti et s'est retii Genve ; mais madame de Stal, rcemment arrive de Paris est r.rSte_ dans Ja rsidence de son pere. Nous apprthons la vrit que le chteau de Chillon a t repris par les troupes allemandes envoyes par la rgence ; mais que la garde nationale qui s'en tait empare y est reste avec la nouvelle garnison.
Le nouveau sceau de la Rpublique.helvtique reprsente les trois fondateurs de la libert en Suisse se tenant par la main. MM. de Berne, qui retenaient dant leurs cachots, Ju ;od, ce brave rpublicain du pays de Vaud rclam par le directoire franais, avaient donn ordre de le laisser chapper secretemeuient, afin de mnager leurorgueilet.de ne point s'exposera la justice du gouvernement franais. Junod, comme un autre Rgulus, a refus de sortir par celte voie honteuse ; il dit au concierge : refermes la porte de mon cachot; vas dire tes matres que je n'en sortirai que par l'effet d'un pouvoir lgitime. m
REPUBLIQUE FRANAISE, Paris le" 17 pluvise.
Trois dputs de l'assemble reprsentative piovisoire de ia Rpublique Lmanique sont arrivs Paris, ave le citoyen Autier, aide-de-camp du gnral Mnard. Il viennent apporter a directoire excutif l'hommage de reconnaissance qui lui est d si juste tiire par leurs concitoyens, pour la loyau' avec laque.le il a excut les anciens traits qui le rendaient garant de leur libert, et pour les mesures nergiques quil a prises dans le but de leur ssvrer la facult d'mettre librement leur voeu pour se former en Rpublique indpendante.
Ces citoyens ne peuvent assez louer l'excellente discipline des troupes employes sous le gnral de brigade Mnard : elle est digne de l'arrne d Italie.
Au dpart des dputs le quartier-gnral tait Lausanne. Weiss etsa.bande taient en-fuite, et l'avant-garde des patriotes Vaudois, conduite par le citoyen de Bous .tait Morat, cinq lieues de Berne...
Voici les proclamations que l gnral Mnard a publies en entrant dans le pays de Vaud le 8 pluvise.
Philippe-Romain Mnard commandant l arme franaise dans le pays de Vaud, aux soldais de cette arme.
Braves militaires,*
La Libert dont vous tes les aptres et le* soldats, vous appelle dans le pays de Vaud. Vous allez encore porter et rtablir les droits sacrs; de l'homme chez un Peuple qui vient de briser ses fers et qui vous appelle soutenir ses droits. Votre valeur, soutenue de tomes 1. s autre' vertus militaires, a conquis l'Italie la libert ; la teme couduite Vous assure ici le mme succs.
Soldats, vous vous pntrerez du sentiment de dignit qui corivient/l notre mission. La Rpublique franaise veut que le Peuple Vaudois qui a secou le joug de s-tt oppresseurs, soit libre. Le directoire excutif de la Grande-Nation ma oidoau de le dfendre et de le protger. Vous
entrez donc chez uu Peuple d'amis ,< de frres Vous resp.ect.4reB leurs personnes- et leurs pro* prits ; leurs murs leur religion, leurs usage vous seront sacrs. 0
L>es liens'de fraternit .sont d'allurs-frs dj entre vo'tfs et les Vudoi*. Vous savVz Ou le citoyen Autier, mon aide-d-camp, fcriVf par moi au gnral de Weiss Cbrmandh le* troupes bernoises pour lui portet ds pa'ious de paix, a t lchement assassin "par seS.Ssf'r*-lites. Son escoitc de hussards franais ''td'd, et lehasaid seul a sauv cet envoy d l Grahde1-Nation.
>> Eh bien soldats les braves Vaudois ont dj veng le sang franais i le village o s'est commis cet attentat affreux a attaqu emport par eux et le feu le consume. Us veulent encore plus ils demandent marcher dans vos rangs, vos cts, pour aider, venger la Nation Franaise.
m S'il tait donc parmi Votis un Franais indign de ce nom ,__qui ost-Lfcrtju; ,^pamn attentat quelconque la gloire inudortelle que vous aves acquise par tant de sacrifices il sera puni sur le champ de la manire la plus clatante. Je svira^ avec toute la ligueur des lois contre tout officier, qui, par indiffrence ou insouciance, autoriseraule plusjger^abus, et ne rprimerait point desuireTe^mlTihdre effet d' ,,,
' Sign, Mnard.
Philippe Romain Mnard, commandant farins franaise sur la frontire du pays de Vaud, au Peuple Vaudois.
Peuple Vaudois ,
" L'arme franaise ne s'tait approche de vos frontires que pour empchet, par te seul effet de sa prsence les ennemis de la libert, de comprimer le noble lan qui vous leva't Vers elle. Telle tait la volont suprme du directoire excutif; et les vainqueurs de 1 Italie se tenaient paisiblement devant vos dtspotes.
>r Mais un attentat inoui vient d'tre commis envers l'arme franaise. Des satellites dp l'oligarchie des sclrats ont os viohr les droits las plus sacts ; dans le sein mme de la paix ils n'ont pas au respecter les lois de la guerre ; ils ont attent la personne du citoyen; Aoticr, mon envoy auprs de l'homme qui se disait le gnral en chef des troupes du pays de Vaud : ils ont fait plus, les monstres ont assassin les deux hussards qui lui servaient d'^sortc. Des. soldats franais ont pri victimes de la plus noire perfidie, et leurs frres d'aunes testeraient spectateurs inditferensdc cet horrible foifait.' Non la Grande Nation ne tians-'ge jamais avec le crime; ses auteurs ne .peuvent donc cjiapper notre juste vengeance. .
" Peuple Vaudois vous avez ressenti notre injure : voire pays est entre nous, tt les eoupabl.es ; je viens attendre parmi vous les ordres du directoire"excutif, pour les poursuivre et (ts p',nr,. Vos vux nous appellaient protger vos diuits : recevez-nous comme yos libeiateurs., Je n!ai pas besoin de vous dclarer que vos. proprits Seront sacres pour tious ; des Franjis le peuvent pas oublier qu elh s sont sous la sauvegarde, de la fraternit et de 1 honr. Soyons mutuellement pl ios de roiihtice dans Ils SeiiiiineuS qui'bous unissent. Votre haine pour la tyrannie est nos yeux le garantie plus sr de votre loyaut : le gage de Ja ntre est dans la libert de l'Italie. 1
"' Sign, Mnaro.
Le commandant cfu brick danois lajuno, venant de ja- Ppjnte.-^-Pitre le de la Guadeloupe et arriv au Havre le 8 pluvise a rapport que le 26 messidor, jour de son dpart, i\ y avait sur la rade une ftgate de 40 canons uue corvette de 20,.et la basse-terre une autre corvette de 82. Plusieurs corsaires sortaient et rentraient avec des prises ; tout- y p.uaissait tranquille ; il y avait beaucoup de marchandises de lEurdp ; le vin y c'ait itioinS cher qu'a Bordeaux ; les diverses prises que ls crSaires fe^ saierit, y mettaient l'abondance!; la viande seule y toit ehete mais n'y unquait point. La rcolte du 'Caf ptotucttait beaucoup ; il y avait peu de sucre.
La petite commune de Buette, prs d'Aix la-.Cttdpelle\ vient elle seo e de mettre la disposition du citoyen Rudier une somme de 6982 francs, i ultaute d'une souscriptipn pa-motique ouve'e "pour contribuer aux frais de la descente en Angleterre


Lus pay'j/'de Grart, Megeo', Ravenstein t Boxmeer, situs le long de. la Meuse sur'les limites du Brabant-Hollandais et du ci-devant duch de Gueldre se gouvernaient encore comme sous leurs anciens matres, quoique le courage de nos armes ls" et ranges depuis assez long-tems au nombre des conqutes, de la Rpublique, lis taient encore soumis aux vexations de plusieurs agens subalternes qu'y avaient laisss les petits princes allemands qui les rgissaient autrefois- r* >v,' .<'.
En consquence d'un arrt pris ; le 28 frimaire dernier, par le directoire excutif, le cit. Rudler a envoy dans ces pays qui vont faire partie du dpartement provisoire de la Roe'r, et dont la, population monte prs de 20 mille ames, un commssaire^charg de faire cesser les fonctions des anciens magistrats de les remplacer par des institutions conformes au gnie rpublicain., et de rtablir, sans dlai dans leurs domiciles et dans la jouissance de leurs droits, tous les habitans yictimes de leur amour pour la libert Ce fonctionnaire public a ; reu tomme un librateur. Le peuple a clbr son arrive par les tmoignages de la plus vive allgresse : les cris de vive la Rpublique franaise vive te directoire excutif! se sont fait entendre de toutes parts; le drapeau tricolor flotte maintenant sur toutes les tours, et les individus de tout sexe et de tout ge ont adbpt avec transport la cocarde qui leur fait esprer de porter bientt le notnd^^nuiaisj____
Les moines Paul Dumont et Hungers, qui avaient publi Mayence un libelle contre le serment prescrit par la loi viennent par ordre du directoire excutif, d'tre conduits au-del du Rhin et des lignes occupes par nos troupes.
Plusieurs journaux annoncent que Marmontel vient d'tre arrt Saint-Aubin-sur-Gallon, dpartfment de lEure et conduit la prison de Verneuil en vertu d'un mandat d'arrt lanc par le tribunal criminel. Il se trouve cit dans des dpositions relatives uu procs qui s'instruit deyaat ce tribunal.
On assure que dans un repas donn par le citoyen Visconti, le gnral Bonaparte a bu la Rpublique romaine.
Le salon d'exposition des tableaux recueillis .dans la Lombardie, sera ouvert pour le public \t 18 pluvise ainsi que la galerie des dessins.
LYCE1 DE s ARTS.
Cette fondation dont l'existence date de l'an i4r de la Rpublique continue d'utiliser ses travaux, en les dirigeant sans cesse vers les besoins les plus urgens de la chose publique. Sa 57e sance publique qui a eu lieu le 9 pluvise, a port particulirement ce caractre et l'on peut en juger par l'extrait suivant de ses travaux :
r. Ils ont t ouverts par l'loge funbre du clbre Brasdor prononc par Roussil Chamseru* .
a1*. L citoyen Rgnier a lu un mmoire trs-intressnt surdes moyens d'tablir en France un nouveau systme gnral .de fabrication des ser-rutes qui les rendrait en mme-tems plus sres et plus conomiques, et qui nous metttait enfin mme de rivaliser cet gard l'industrie anglaise.
3. Le citoyen Pescssarts a lu un excellent mmoire sur ls trop promptes inhumations et sur le vice de nos spultures actuelles.
4. Le citoyen Lunel a lu-une notice sur une intusion thiforme tire des plantes indignes, dont l'odorat et le got pourraient absolument suppler au th.
5. Le citoyen Frameri a t fort applaudi dans un rapport sur les dangers que court en ce moment 1 art dramatique. f ;
6. Le Lyce a couronn un Superbe modle d'une chelle double incendie, infiniment perfectionne -, excut 2 pouces pour pied de proportion et dont le secrtaire-gnral Desaudray est l'inventeur. Le dveloppement s'en est fait avec le plus grand succs, et l'idcG ingnieuse en a t vivement applaudie.
Le Lyce a arrt qu'une dputation irait en faire tan hommage au gouvernement.
7*. Le secrtaire a annonc que l'administra tion a rois la disposition de la socit pour la classe de mcanique une mdaille d'or du poids de deux onces, qu'elle propose d'adjuger si celui qui fournira un moyeu simple et peu coteux' de retirer le bois flott de l'eau et d'viter que des hommes soient rduits rester des journes entires le corps plong dans la rivire, rom au milieu des rigueurs de l'hiver.'
5^4
Pouf satisfaire ce beso|n de premire ndcsV sitJv les conditions de,1'ce -concours ont t dtailles dans un programme qui a t distribu-, et que l'on trouve gratis chez le concierge du Lyce. 1 ',.,..'*;
8. Un jeune homme nomm Sureau, qui a appris la pasigraphie eu huit heures de tems, a satisfait plusieurs questions qui loi ont te faites sur Cet art nouveau ; et en expliquant l'instant plusieurs phrases pasigraphies dans de' langues, diffrentes, il a dmontr combien: il Serait facile de rduire.en pratique une science aussi utile. *<:'
Une couronne lui a t dcerne.
90. La citoyenne Lacroix a t vivement applaudie dans un concerto de piano.
SPECTACLE S.
thtre de l'opera comique national.
Le rpertoire de ce thtre vient de s'enrichir d'un ouvrage qui y obtient on succs complet. Le titre en est le Prisonnier ou la ressemblance. Les auteurs sont le citoyen Duval, artiste du thtre de la Rpublique et le citoyen Dlia :Maria rcemment arriv d'Italie jeune compositeur dont on assure que Pasiello a t le matre.
Voici quel est le sujet de la pice :
La-scehese^passe Naples ;unjeune officier a mrit, par quelques fautes lgres une dtention momentane dans un chteau fort, De ses fentres, il a pu appercevoir une jeune personne habitant une maison voisine; il a pu reconnatre qu'elle n'est pas insensible son infortune et il est amoureux de la beaut qui s'int? rtsse son sort. .
Une secrette issue communique de la prison dans la maison de madame de Belmont, mere de l'amante de Blinval ( c'est le nom de notre dteuu. ) Le hasard lui dcouvre cette issue et le d.'sir de voir la jeune Rosine le dtermine en profiter. C'est son entre furtive dans l'appartement d madame de Bremont que la pice commence. Assez embarrass du rle qu'il va jouer dans cette maison, il trouve le valet d'un de ses amis nomm Murvile ; celui-ci est sur le point d'arriver pour donner sa main sa cousine, madame de Bremont, dont il n'est point connu. Se donner pour ce Murville est la premire ide que conoive Blinval. Madame de Bremont parat ; Blinval doit faire excuser le dsordre de sa toilette de prisonnier ; il imagine une histoire de voleurs qui l'ont dpouill aprs une rsistance vigoureuse ; et au moment o sa parente veut l'enttetenir d'aftaires''de famille et du prochain mariage le prtendu Murville trouv le moyen de ne pas rpondre ou de" rpondre tout de travers, en prtextant le trouble extrme dans lequel son 'aventure l'a jet.
Rosine survient', et ce n'est pas sans tonne-meot, qu'elle, trouve entre le fttur poux de sa mere, et le. prisonnier du cLteau une parfaite ressemblance..
L'embarras du faux Murville augmente bientt lorsqu'on annonce l'arrive du gouverneur. En vain s'oppose -1 il ce que madame de Bremont le reoive ; cette dernire croit prsenter son poux futur son ami, qui trouve aussi beaucoup de ressemblance entre Murville et son .prisonnier. Pour en mieux juger le gouverneur imagine de donner au pauvre Blinval un moment de dlassement, et de le faire souper avec Murville. "' '
L'embarras de B'Lnval est alors au comble ; il ne trouve d'autre ressource que de supposer une querelle ancienne avec le prisonnier. L'obstination du gouverneur irrite la sienne, et'toujours sous le nom et l'habit de Murville Blinval passe dans ^appartement qui communique sa prison et s*y renferme.
Le gouverneur a persist dans l'ide de souper avec Btinvah II a t le chercher, et dj celui-ci a. laiss L'habit'de. .Murville dans l'appartement et repris le sien dans sa prison. Le gouverneur le prsente madame de Bremont ; on se rcrie sur sa ressemblance avec Murville ; il il ne s'agit plus que de dterminer celui-ci une rconciliation ; on. te presse d'ouvrir le oa-binet o on le croit renferm. Blinval assure qu'il le connat mieux que personne, et qu'il sera assex entt pour ne pas rpondre. Pendant cette scne*, des ordres, relatifs Blinval arrivent au gouverneur; on reconduit le jene homme eu prison ; peine y' est-il rentr, qu'il s'empresse de rouvrir la. porte secrette, de reprendre les habits de Murville, et se prsente sous ce nom devant la mere de,,son amante. Celle-ci lui lait beaucoup de reproches de, son refus de Se rconcilier avec le prisonnier. Le faux Murville s'applaudit des marques d intrt prodigues Blinval. Lorsque l vritable Murville palaVet apporta son ami l'ordre de Sa libert, le deux jeunes amans sont unis, et Murville reoit la main de s parente. '-_'.
Telle est la. marcn ijiacte de cet Le dialogue rpond la vivacit a l'im^' au comique de la situation, la traita T g"e' Il est ..possible de ne pas conven^ semblante ,st exttmement blesse da. clT pice; mais si, dans un ouvrage sam" Lv e non,, autre^que celle d'amuser, l'auteur a*" plettement atteint ce but qu'on semble lle rT"" chercher, quel censeur voudra lui conttJ ,! ;choix des moyens'? v "tsiej ie
La musique du Prisonnier a reu d'unan' applaudissemens: L'ouverture, est s>me de heureux et termins d'une manire ne.,v brillante. Le cachet de l'cole, italicmj 1^ et preint sur presque tontes les partits'd'cette ch*' mante composition qui est trs aurabl excute par Etfevjon et Chenard et^f n X mes Dugazon et oaint-Aubin.
CORPS --LSLTi^-
CONSEIL DES CINQ, CENTS. Prsidence de Baillent. sanob y ,16 PLUVIOSE.
ilfannoLLe^directoire-excutif avaitun-arrtr~ d son traitement constitutioncel toucher. Le ministre des finances a ordonnanc ce paiement-mais la trsorerie nationale n'a pas cru devoir payer sans l'autorisation du corps lgislatif. Elle s'est adresse votre commission des dpenses mais votre commission ne peut ni correspondre avec la trsorerie, ni prendre des dcisions. R en1' faut une du corps lgislatif \ ct votre commission vous propose d'accorder l'autorisation ncessaire en passant l'Ordre*du jdr."
L'ordre du jour est adopt. 1
Coupp', des ctes du Nord. Depuis que nous occupons cette salle nous avons pu nous,appercevoir quel point il est difficile de s'y faire entendre ; cependant on assure qu'il peut y tre remdi par des moyens trs-simples et irs-fa-ciles. c
Je demande, que la commission ds inspecteurs soit charge de prendre toutes les mesures ncessaires pour rendre la salle moins Sonore.
Le renvoi la commission est ordonn.
Porte se rend l'organe des vtrans nationaux, stationns Paris qui font Un don de 1173 liv/ pour le soulagement des prisonniers -fianais eu" Angleterre.il donne lecture d'une adresse'cor>ue dans les termes les plus patriotiques, et respirant le plus pur dvouement la Rpublique. Y
Le conseil ordonne l'impression de l'adresse, et la mention honorable de l'offrande.
'Sonthonax. Je demande la parole en excution dv l'arrt du conseil. <"'!
Le prsident. Par arrt du conseil Sonthpnax doit tre entendu aujourdliui mais Guilleiriardet rclame la parole pour une motion d'ordre sur-cet arrt.
Guillemardet. Citoyens collgues, depuis long-tems nous fejons d'inutiles efforts pour dcouvrir la viit sur tout ce qui nous a t rapport relativement aux colonies.
Chacune des assembles qui vous ont prcd ont entendu leur tribune retentir de discours ct de rapports qui ont .c faits sur cette portion intressante du territoire franais. Eh bien! gael est celui de rious qui oserait, se dire suffisamment clair pour potter un jugement, dfinitif, sur les vnemens dont ce pays a t le thtre,,ainsi que sur les hommes qui y ont jou les principaux tles? De toutes ces discussions nous rste-t-il d'autre rsultat, si Ce n'est que les ennemis d la Rpublique et de la libert ont livr ces malheureuses contres tous les excs de la fureur des partis qui les ont successivement agites ; qu'elles ont le plus grand besoin de, lapaix intrieure, et que vous devez vous empresser de la.leur donner?
Esprez-vous que le nouveau rapport que l'on se propose de faire, vous prsentera les a flaires ds colonies sous un plus grand jour, qu il y rappellera l tranquillit qui s'en est loigne depuis si long-tems ?
Je le dis, avec franchise, je crains que votre exprience soit trompe, et qtlevOus ne repab-diez sur ces intressantes co.ttres de nouveaux germes de dissentions civile^.
Ce n'est pas par des discours que l'on peut administrer un pays qui est-spar de nOis par. l'immensit des mers., c'est.par des actes de gouvernement ; et ces actes, il .appartient au direo-tpire d'en faire l'application puisqu'il est charge de cette administration. Je regrette que noue collgue n'ait pas dpos "son rapport entr<< ei


,555
joains Ja directoire excutif; j) tait spn commissaire et 1 lui devait ce compte de sa ns'issiort'
Quelques bonnes que soient les intentions qui peuvent dicter son discours, quelques vrits qui' contienne, il est impossible que vous puissiez en juger sainement; car vous ne pouvez entendre les parties qui sont 1800 lieues. Vous connaissez le pani que tirent nos ennemis de tout ce qui se prononce cette tribune, et quel effet peut produite le rcit altr qu'ils en font; U!ie phrase ua seul morf est une tincelle qui peut embrsei\ de nouveau ces dpartemens lointains.
; Quelle que soit l'affection qui lie les hommes aux intrts gnraux de leur pays, en est-ilbeau-oivp qui soient inaccessibles aux petits mouve-mens de l'ambition, de la vengeance et des int-* ris individuels ? Esprez-vous distingner toutes cs nuancs, et vous interposer entre les passions des individus ? Je ne le pense pas.
- Vous vous-rappelez^avec quelMTopini u-etTeT parti Vaublanc et Bourdon insista pour obtenir au eorps lgislatif une discussion soleunelle sur les Colonies ; je m'y suis toujours oppos, parce que j'ai pens qu'elle ne pouvait que prsenter nos ennemis ctt- nouveaux moyens de les troubler. Je persiste regarder encore cette discussion comme inutile et dangereuse, surtout l'instant o, d'aprs votre voeu, le'gouvernement'vient d'ordonnr_le-dpatt-d'-un-commissaire-qui mrite la confiance des amis de la libert. Je rpte que notre collgue Sontbonax doit compte de sa mission au gouvernement-, et que c'est au directoire, et non au corps lgislatif, que doit tre prsent son rapport.
Je demande en consquence qu'il lui soit renvoy ; et dans le cas o le conseil jugerait convenable de l'entendre, que ce soit en comit secret, comme cela a toujours eu lieu pour toutes les affaires des colonies.
Plusieurs voix. Cela n'est pas appuy.
Esch&Hiriux. Citoyens reprsentans, je sais aussi, comme le proptnnnt les maux horribles qu'ont faits dacs les co'onies les passions furieuses qui se scyit dveloppes tant de lois cette tribune. Mais il n'est poirt ici question d'une de ces discussions ou de rcits passionns qui ont arm les factions au-dil des me:s ; il s agit' "je demande que l.e citoyen Sombonx coit en-i-miu. '".
Plusieurs voix. La parole Snthonax.
, Le prsident. La proposition de Guillemardet svtain pas appuye.
Vue foule de,voix. Si. fait, elle 'l'est. "
D'autres. En -ce cas l'ordre du jour.
L'ardre du jour "est mis aux voix. l}
Lprcuve parat douteuse.
Plusieurs voix., L'ordre du 'jour n'est pas
( Tallien. Je demande la parole.... (Il monte a la tribune. ) H faut que la proposition de notre collgue Sonthoilax n'ait pas t bedfitnde. Guillemardet vous a propos pu de ne pas entendre SonthonaX ou de l'entendre en Comit ?tet. Eschassriaux a rfut cette qpiiiion, et Je partage l'avis de ce 'dernier. Depuis cinq ans 0n a la pajolc cpptre Sonthouaxf, depuis cinq ?") 'a tribune retentit d'actsatiiisdiriges contre {' Aujourd'hui il estreprscritant du Peuplt; au-IQBrd'hui ,1 peut, paratre cettemm tribune w succder enfin ses nombreux accusateurs; PM'Hez-vous refos.cr|ed\nten'df6,?',S'rblt''iin "inpiecitoyen nommparle- gouvernement con.-Wissaire' St.-Domingue, ah sans 'doute, vous ne ^yriez point entendre le, compte 4^ m'Wou ; als il eSt dput et vient "s'asseoir au milieu
* vOUs, et il importe son honneur d'tre tendu. Voil devant vous l'homme qu'un vous
peint tant d fois comme le plus grand des sclrats, comme l'exterminateur de la race euro-panne comme l bourreau desAutilles : vous devez entendre ses moyens de justification. Groyei qu'ilauraassez le sentimentdes convenances, pour ne se permettre aucune persoualit aucune expression qui puisse rveiller les passions exciter les haines et les animosits. Ce n'est plus que de la colonie;* que nous devons nous occuper : Saint-Domingue, comme en Fiance nous^ avons besoin de rtablir l'union ct la paix, et c'est ce dont on devrait s'occopper beaucoup plus que de toute autre choie....'... ( Uu mouvement d'adhsion clate dans l'assemble et dans la tribune publique. ) Ce n'est point uu compte de sa mission que Sonthonax vient vous rendre. Ce Compte, il le doit au directoire^ seul ; mais en s'asseyant parmi vous il veut ptrur son honneur, il doit, pour celui de ses collgues, obtenir la facult de repousser les'"accusations''auxquels depuis silonj-t^ms_ii j^Lenbutte.-=--
1
Je demande qu'il soit entendu.
Une foule de voix. Appuy, appuy.
La pic position de Tallien est adopte une forte majorit.
! Le prsident. SonthonaX a la parole.
; Sonthonax. Je commenc par rendre grce nus coligues-dece~que-r"mal greMTTff orts qu'on a faits pour touffer ma voix, je puis enfin la faire entendre. Mon premier soin sera de .rappeler au conseil que ie fait nonc par mOnl "collgue' Guillemardet, n'est pas exact. J'tais commissaire du "directoire je lui devais un compte de nia conduite, et ce compte est rendu. Aujourd'hui, c'est'aux membrjs du corps lgislatif, dont je fais partie c'est au Peuple Franais c'est l'Europe, c'est aux deux Monds que je dois compte de mon administration ; Saint-Domingue.
Je rclame toute votre attention.
C'est aujourd'hui, citOycns-co'lgues, l'anniversaire de la dclaration de la libert gnrale des Noirs de ce dcret qui replaa dans leurs diO-ts ces malheureux arrachs toutes les affections de ta nature, par la,farouche cupidit.
Si cette poque nie retrace des souvenirs atten-drissans et personnels ^,'elle m'en rappelle de bien glorieux pour la convention nationale : cette assemble d'hommes dnt~les vastes conceptions prparrent les triomphes de l libert pu-1 blique et l'affranchissement gnral de l'Univers. En brisant les fers des Noirs, elle apprit' tous jes opprims qu'elle n'tait terrible que pour les oppresseurs ; et quels que soient les jugemens de la postrit son gard il lui reste un monument jamais durable, dont l'envie ne peut altrer la puret, c'est la haine profonde ternelle, de toutes les aristociaties .qu'elle dtrna.
Cette haine tend sa.proscription tous^ les hommes qui concoururent ses dtnmenses travaux. Faut-il donc s'tonner si j'ai .. en butte aux,traits assassins de la calomnie; si, cette tribune, l'asile del libert des opinions-, bannie alors du territoire de la Rpublique, on a os faire un crime aux amis de la libell d'avoir dfendu nia cause.
Ne, craignez pas-cependant qu'aigri par les perscutions j'aille en rcriminant contre mes diffamateurs, vous presser de lancer sur eux le juste chtiment qu'ils mritent. Loin de moi l'ide de nourrir les haines d'exasprer les esprits, d'entretenir la fermentation dans un pays depuis long-tems en proie la discorde civile, qui.. jusqu' prsent, n'a connu d^ la rvolution que ses fureurs, et qui mrite ae jouir ae ses bienfaits Si j'ai dire des vrits dures sur quelques hommes lis avec les royalistes qui voulaient vous proscrire avant le 18 fructidor je parlerai avec tout le mnagement qu'exigent les circonstances, toute l'impartialit qui' doit Caractriser un homme depuis trop lo.g-tems instruit l'cole du malheur, et pntr du de3ir brlant du bien public.
; Ce fix'Stpoint ma justification que je vous prsente ; je ne suis accus ni lgalement d-hoac.; nais comme les ennemis de la rvolution jont snris la plus grande importance ma perte;; conme. cette tribune a trop souvent retenti d'intmes dclamations, je doi|j dissiper, paj des ciaircisseraens, publics, les soupons et les,alarmes dont on a os vous environner.
Snthoriax remonte ici aux premiers vriemens de la rvolution Saint-Domingue, en trace le tableau" rapide','en indique les causes et les auteurs. ,
Il" prouve,' parle rapprochement lies dates, que,la,,dvaSta*io dcret de la convemion l'ayant dcharg m toute accusation cet gard. Il poursuit en ces termes :
; Au commencement de pluvise de l'an 3, je fus nomm par le directoire excutif, l'un d Ses agens particuliers Sritit-D.mingue. Deux Vaisseaux de ligne, trois ftgaus, 6oo hdmmeS de troupes, 5 6 gnraux, 5o,ooo francs d'argent comptant, tels sont les moyens militaires t financiers qu'on mit notre disposition pour chasser les Anglais de Saint-Dominiiue, et tirer enfin celte colonie du chaos o llubsence des autorits civiles lavaient plonge.
Nous partmes de Rochefort le 23^prairial, et nous mouillmes dans la rade du Cap.
Je m'attendais trouver le pays tranquille les esprits runis, les autorits franaises respectes ; au lieu du spectacle touchant de l'union et de la paix, je n'y vis que les apprts de la gutre riyj1pj_h^_o n n y pm .> 11 r cili^ti^or-A o-q-ti atf-ur
avaient t incarcrs par un troupe de bandits furieux. Le commandant du Cap avec un parti de Multres 7 lieues de la ville, tait en rvolte ouverte contre son chef lgitime ; les armes, en prsence, aillaient en venir aux mains ; le sang des hommes de couleur et des Noirs tait prt couler. Deux jours plus tard, c'en tait fait de la colonie les trois parties de Saint-Domingue passaient sous ie jougjl^sj^riiTejnis_jfj^liL
Deux hommes de couleur, Rigaud et Beauv'ais, gouvernaient le Sud et l'Ouest de l'le ; le Nord seul obissait un gnral europan. Villate qui avait conu le projet de rgner seul et de chasser le gouverneur, avait dirig l'insurrection. Bien loin de le dfendre il mconnut ses ordres et lui donna des gardes pour s'assurer de sa personne. Il fit plus voyant les gnraux noirs embrasser le parti du reprsentant de la France il fit prendreies armes la garnison d'stribuer des cartouches et ordonna par crit de marcher contre les librateurs de son prisonnier ; il crivit en mme tems une circulaire tous les comman-, dans militaires de la colonie pour leur ordonner de coirespondre avec lui seul, leur ,;.nnouant 'qu'il remplissait dsormais les fonctions du gen- ral en chef Lavaux.
Le pian d'indpendance tait tellement organis, que la municipalit du Cap invita, par une adresse, toutes celles de la partie franaise envoyer des dputs dans la capitale pour s'y rgnir en assemble coloniale. 1
D'aprs des dlits aussi graves, j'aurais pu, sans doute en livrer les auteurs au glaive de la : loi-, le fait tait constant, les dispositions, du cpde pnal prcises ; j tais autoris les faire juger par une commission militaire et cette comr n-ission compose de leurs ennemis les eut infailliblement fait fusiller. Eh bien! au lieu de faire justice des coupables j'ai provoqu l'indulgence de la commission d gouvernement ; elle s'est borne loigner des hommes qui ue pou-, vaient plus demeurer dans la colonie sans danger' pour la tranquillit publique 5 les envoyer en France la disposition du directoire excutif. Est ce donc l une mesure cruelle tt sanguinaire ? est-ce donc l la conduite d'un tyran d'un ennemi Me la constitution et de la Patrie i"
Cependant peine Villate et ses complices; arrivent en France qu'ils sont accueillis par mes ennemis. Les assassins du gouverneur gnral sont transforms en victimes de la tyrannie Vaub'arc les dfend avec chaleur cette tribune; il unit, leur cause la sienne:, il suffit qu'ils aient t' arrts par ordre des agens du directoire pour exciter l'intrt d rues perscuteurs.
Encore s'il avait t,,permis de douter des crimes de ces 'malheureux ,i. l'accusation et, t fonde sur des indices parement testimo- niaux ; mais c'est sur des preuves crites manes des accuss eux-mmes Les ordres donns par Villate sont signs de sa main; lacirculaire < que je vous ai annonce ,l'est de mme ; ces pices sont dposes la commission des colonies ; et cependant dans cette trange conspi- ration du crime contre 1 innocence c'est le juge qui prend la place de l'accus .c'est l'agent du gouvernement qui est sacrifi la vengeance des conspirateurs.
A Dieu ne plaise reprsentans, que profi- tant de l'avantage que donne ia victoire j'essaie de provoquer, une raction contre les conjurs. Le malheur qui frappe mme le coupable le rend sacr mes yeux. Je ne voulais que vous montrer de quels mprisabl s moyens ofi se servait pour me perdre et quel tait le riccud funeste qr unissait les chefs de 11 faction qu vous avez terrasse le 18 f. uctidor, avec ux de ses complices que j ai jjfiapps en Amrique. -." ': '" ' "L'embarquement''d .Villate et clV-s principaux chefs de sa faction rendit Ja paix la partie dt., Nord. Le retour de 1 ordre permit enfin aux agens du directoire de s'occuper de rformes et cl amlioration dans les diffrentes brarith-s du gouvernement i on organisa les tribunaux civils-c-t criminels, on nomma des juges de paix darK


556
traites les communes ^ on forma1 des administrations municipales on rendit les bieos ceux des propritaires que l'erreur ou la malveillance avaient mis au noinhre des migrs i enfin, on s'occupa srieusement des cultures.
Ce dernier objet, avant noire arrive, tait coufi aux soins du gnral Lavaux, aujourd hui membre des anciens, et de l'ordonnateur Per-rond. Je dois dire, la louange de ces deux citoyens, qu'ils sont patvenus relever un grand nombre d'habitations dans {ht p aine du Cap et dans les montagnes de la partit du nord.
La confiance dans la commission tait telle que ce dpartement marchait grands pas vers sa restauration. Le? habitans de l'ouest et du sud, courbs sous le joug de fer que leur imposait Rigaud et quelques auties chefs multres, nous pressaient de les faire jouir du bienfait des lois franaises; nous nous htmes d'y envoyer une dlgation forme de trois hommes connus par vin patriotisme sage et clair., ainsi que par leur ardent amour pour la libert. I s.avaient pour instruction i de maintenir l'galit politique entre tous les citoyens sans distinction de couleur;
2 D'organiser les administrations municipales ;
3 De rechercher les dilapidaient d la fortune publique et de les l'occer rendre compte ;
4 De ne pas oublier dans la rcompense accorder de la part du gouvernement, les services rendus par les hommes qui avaient concouru la conservation du territoire franais et Je garantir de l'invasion anglaise.
A peine les dlgus de la commission sont-ils nomms que Rigaud et le chef qui servait sous ses ordres se runirent Logane, pour dlibrer Si on les recevrait et si on reconnatrait les agens particuliers du directoire excutif. Sur les reprsentations de quelques-uns d'entre eux, on se dcide pour 'l'affirmative, et les dlgus arrivrent. Ils trouvrent les municipalits avilies ; leurs fonctions se bornaient tenir les registres de l'tat civil. Les comman-dans militaires tous hommes de couleur s'arrogeaient tous les|pouvoirs des anciens fieutenans de roi ; ils rglaient arbitrairement tout ce qui tait relatif aux cultures et aux cultivateurs; cette partie importante des ressources publiques tait la proie de ces hommes sans pudeur et sans moralit.
Les Blancs taient aux hommes de couleur ce que ceux-ci taient l'gard des Blancs sous 1 ancien rgime. Les Europans taient rduits la condition des affranchis.
Le sort des Noirs n'avait pas chang ; on leur infligeait les mmes supplices qu'autrefois, et la barbarie des nouveaux matres surpassait de beaucoup celle des anciens.
Les dlgus commencrent par organiser les administrations municipales ; les juges de paix furent tablis et on leur confia la polic des a'teliers. Un rgime uniforme et doux remplaa celui du bton des chanes el des cachots. Les arbres de la libert furent plants sur les habitations ; des autels la Patrie furent dresss, o chaque dcade les propritaires ou grens devaient runir les cultivateurs, pour leur inspirer l'obissance aux ls.
Des rformes aussi salutaires ne plaisaient gueres aux administrateur1! ; ils attendaient avec impatience uae occasion favorable de se ressaisir d pouvoir qu'ils avaient usurp. L'arrestation d Lefianc commandant de Saint-Louis, prvenu d'un projet d'assassiuat, leur en offrit une qu'ils ne laissrent pas chapper.
C'tait le io Fructidor de l'an 4; peine a-ton notifi Lefranc le mandat d'arrt qu'il s'chappe en criant aux armes. Plusieurs de ses complices le suivent daus les forts ; ils y attirent une fouis de Noirs et d'hommes de couleur qui s'y rendent de la ville et de la campagne. Ce fut'envahi que la dlgation promit une amnistie et mme le pardon de Lefranc si l'on vacuait les forts si les chefs de la rvolte fesaient retirer et rentrer dans leuis att-liers leurs prtendus auxiliaires. Les rebelles rpondirent qu'ils n pouvaient se retirer qu' l'arrive du gnral Rigaud, et qu'il ne reconnaissaient que lui pour chef lgitim. Ils se formrent en conseil permanent sous le titre de
conseil populaire, sant au fort Tilet____C'est
ainsi qu'au i3 vendmiaire de l'an 4, les ennemis de reprsentation nationale avaient leur directoire ia section Lepelletier.
Cependant les partis n'taient encore qu'en pr-
sente i le sang des citoyens n'avait pas; coul et tout semblait ajourn jusqu' l'apparition du gnral Rigaud, alors en campagne. Le ij au matin, on apprend qu'il est aux portes c la ville avec son arme. Il y entre suit les dix heures, et avec lui l'pouvante, le cartiage et la'mott. Ses satellites gorgent, pillent les amis de la France ; et c'taient les Franais rcemment venus d Europe qu'on leur avait particulirement dsignes pour victimes. Bientt la ville des Cyes prsente le spectacle d'une Ville piise d'assaut. Le bruit de la mousqueterie les cris perans des malheureux gorgs par les ordres de Rigaud, 'glacent de terreur les Blancs qui s'taient rfugis chez tes dlgus. Ce gnral les fait' venir chez lui ; la,
sur les cadavres sanglans de leurs frres assassines, on les force de signer une adresse dans\ laquelle ils le supplient de s'emparer du gouvernement.
"Nous,, citoyens franais disent-ils, habitans de la ville des Cayes, runis en ce moment dans
la maison du gnral Rigaud;---- Considrant
qu'il n'y a pas un moment perdre au milieu des gmissetnens plaintifs de nos femmfeS t de nos enfans nous signons tous individuellement la prire que nous adressons au gnral Rigaud de prendre en main les rnes du gouvernement etc.... >>
Alors on avait lieu de croire que l'ambition de Rigaud satisfaite arrterait le cours des assassinats ; que content^ de rgner il empcherait des crimes devenus inutiles, et qui! vou -drait jouir tranquillement de sa victoire. Vaine esprance !" les brigands sa solde profitent de la nuit du 14 u i5 pour piller les maisons des Blancs entasss chez lui ct conduire au fort pour y tre fusills ceux que la proscription avait dsigns sous le titre de partisans de la faction franaise.
Dans la matine, les dlgus qui jusques-l avaient t respects, virent violer leur asile on Se porte la maison qu'ils occupaient; leurs archives et leurs effets sont mis au pillage. Inutilement se plaignirent-ils de ces enlevemens : Rigaud leur rpond ^ en leur signifiant qu'ils sont ses prisonniers, et que leurs papiers seront examins par une commission
Cependant les assassinats et les fusillades continuent six jours entiers sans queRigad, qui avait la force arme sa disposition, ft le moindre tffqrt.pour les arrter. Tous les hommes qui par leurs talens ou leur nergie pouvaient lui porter ombrage taient impitoyablement sacrifis. L commissaire du directoire prs la municipalit, des membres, de l'administration des officiers, distingus par leurs connaissance dans le mtier de la guerre ont t immols
Plus de deux cents victimes ont pri dans ces journes malheureuses, et le carnage n' cess aux Caye. que pour reprendre Saint-Louis chef-lieu du commandement de Lefranc. Quinze malheureux, blancs, du nombre desquels tait une femme de 75 ans ont t massacrs par ses ordres et devant sa porte
A Acquin il ordonne lS mmes' excutions ; mais il y trouve un militaire, ami de l'humanit, qui shonora, par une rsistance ferme en refu sant de tremper ses mains dans le sang europn. C'est le capitaine Bentier, homme de 'couleur qui je me plais rendre devant le conseil v la justice qu'il mrite : Je suis soldat de la Rpublique, dit-il Lefranc, et non le bourreau de mes concitoyens. 11 met les prisonniers sous sa sauvegarde; et ils sont conservs. Il avait peine 5o soldats, et avec ce faible secours il parvient maintenir l'ordre dans son quartier ; il rsiste Lefranc lui-mme, il conserve la vie ct la proprit des habitans ; tandis que Rigaud, la tte d'une anne nombreuse accoutume lui obir, fort de l'influence La suite demain.
N. B. Dans l sance du 17 du conseil des cinq cents, on a donn lecture de deux message du directoire excutif.
Dans le premier il instruit le conseil que la Rpublique Cisalpine voulant donner la R publique Franaise une marque de Son attache meut, a offert au gnral Berihier plusieurs compagnies de hussards Ci'salpins ; mais que l'acte constitutionnel Supposant ce qu'elles soient intioduitcs en France sans l'autorisation pralabl
du cojrps lgislatif, \\ invite le Conseil lui donner promptemet l'autorisation ncessaire ce sujet.
Dans le second il rend compte des hostilits ommises envers la France par les. cantons de Berne et Friburg et de. l'assassinat dedeux hussards franais qui accmpaguaient l'adjudant du gnral Meurd.
Le conseil ordonne l'impression de ces deux messages, qui ont t renvoys l'examen d'une commission spciale.'
l suite d'un rapport fait au nom d'une Commission Guillemardet a propos d'arrter qu' l'avenir les membres du directoire tireraient u sort, le 20 floralde chaque anne, pour dsigner celui d'entr'eux qui devra cesser ses fonctions et que le corps lgislatif pourvoirait; Son remplacement dans ia dernire dcade deflora1.
Le conseil a ordonn l'impression du rapport et du projet.
On a repris la discussion sur l'organisation de l'ordre judiciaire
COURS f)U CHANGE. Bourse du 17 pluvise. Effets commerants.
Amsterdam .. Idem courant. Hambourg... Madrid......
Idem effectif., Cadix .......
Idem effectif., Gnes......
Livourne....
Lausanne ..
Ble........
Londres.....
b. kb.
Lyon....... i.p. i5 jours.
Marseille.... 1 b. i5 jours.
Bordea.ux.. j b, i5 jours.
Montpellier, au p. 10 jours.
Effets publics.
Tiers consolid..............,
Bons deux tiers...............
Bons trois quarts.............
.. i liv. ri; m s. I.
Bon un quart...........3t 1.' pour cent perte.
Cours des espces.
Or fin .......... ...................... u6 I.
Marc d'argent................... 561.17 s. 6 d.
Portugaise, l'once.............. 96I. is.6*d.
Piastre...........................5 1. 7 a.3d.
Quadruple................... 80 1. il 8. 6 d.
Ducat d Hollande................111. 1? s. G d.
Guine..................................26 I.
Souverain........,............. 341.15 s. 351.
Cours des marchandises.
Caf Martinique.... .............*.. 47 48 ,
Idem Saint-Dinitigtt................. 44 46 s.
Sucre d'Orlans..................... 3g 43 s.
8ucre d'Hambourg................... 42 44 s.
Savon de Marseille.............'..... 17 s. 3 d,
Huile d'olive........................ so 22 s.,
Coton du Levant....................35 46 s.
Coton des Iles................... 54 s. 31.4 s.
Esprit\................................4451.
Eau-de-vie 82 degrs................,.....420 !
Sel........................... 4 1. 5 s. le cent.
S P. E C T C L E S.
Thtre de la Rpublique et des aut. Auj. Miltiade Marathon, et le Devin du village.
Odon. Auj. Mdiocre et Rampant, etleslolies amoureuses.
Thtre ou Vaudeville* Au}. Anglique et Melcourt; l'Intendant; ; la Fin du Monde ou1/*'' Comte.
L O T E .R IE NATIONAL E,
"tirage du 16 pluvise.
5 4. 79. 6$. 60. 2.
..... A. Jourdan, rdacteur en chef.
C.bomwmtn. .tailM., rue -d*. Poiterf, >,' Le prix tu. t5 H, pour ttoi. moie en numraire So II, pour moi. 1100 H, polir i'anne' entier*. Ou ne abonuc qra au eoruuieoteucnt de faaque moi. < r 1 -."" vv" ,.
J}?\t't*\ 'C^r'rK; r'^P<"'.'*<'-A4ry(, dateur de ejormnu, .,- PoteeVI.'r; u- .' M fautcomprendre da.. le 1 P"
pari ou 1 00 ne ucut *ffraocD:r. Les letttci cet dpartement-, non afftincb'te ne crt peint miriei de >t pMt(
f.,i.^n.,V0^ \T P^ iVrJi: t**"*" W.l!Ci U ;>M,i*i de l.JeuUU Rid*
l'.tevim, n" 3. *epi ueui hcurei du matin jusqu J huit heurei du. oir. *
ctenr, <1,
A Paris, de l'impriumi* du cit. Agasib propritaire du Moniteur rue des Poitevins a" i3.
t


NATIONALE ou LE MONITEUR UNIVERSEL.
Nonidi, ig pluvise, l'un 6 dc0 Rpublique Jr^msji,: une et indivisible! ( mercredi ) fvrier ifgS, v.st.j
pOIITI QUE.
,,; ; n \ i
A'LIiEMAGN E.
; '' Francfort^ tejanvier. "
^/partage de la principaut d'nbalt vient ; d'tr effectu par le sort. Il en rsulte e ia capitale', la ville, de Zerbst, sera lapr.Q-Btit du prince d'Auhalt-d'Essau ; Koswig est tobee au prince d'Anhalt-Bcrnburg, et l ville fkoila ,'au prince d'Anbalt-Kotben. f ;
*tj(i apprend de Salzbourg que, selon ljs. ap-
foucoup de co.uri.ersfdi ii'jlji'y rendra lui-m,rne. 3,ftn dit nue les rfii
fde Vienne, et 1 on assure
Btteticet< la, scularisation de cet archevch puffre plus de jdou^ts^ L'archevque reoit
1 (
Sn,dit que les rgences d'Iospruck et de ourg. iront rsider Salzbourg; que l'on JnDa notre archevch et la partie de la Bavire Jusqu' l'Inn le nom de 'Autticheaiili-fjfuie; et.que l'archiduc Antoine en sera le'gou-wrricur,- ------- ---- 7^
A>I G L E T E R R E.
^j,,,.; Lohirei, le.zg janvier. .
""jfe'tGO Perke agent de la socit qui s'occupe Un paquebot vient d'arriver dcHambourg Va;'raouth, apportant des dpches de M. Frazer au gouvernement, mais n'ayant point de majle. Cet incident a fait natre diverses conjectures. On '.imagin que le directoire aura dj' russi tmpcher la communication entre Hambourg et ce port.
,nnc?,piainf de la mnv\ne doit pst-tir pour la
Hollande, et traiter d'un cartel pour les matelots hollandais,
On crit de Falmouth que le vaisseau du roi la Ca^ro,amis la voile pour Portsmouth avec debtimens de transport, chargs de prisonniers franais. L'attelier royal de Woowich-Warren est dans la plus grande activit. Depuis le commencement de \f guerre on n'y a jamais rassembl autant d'ouvriers : on les occupe sans relche fondre dti mortiers et des canons ou mettre les anciens en tat de servir.
Un cordon de chaloupes canonnires est stationn autour de nos ctes ; et tous les postes de terre, reoivent journellement des convois d'artillerie et de munitions.
ITALIE.
De Pise, 4e 10 janvier.
. Un corps de troupes cisalpines de 3 400 tommes qui tait Massa, a demand au gouvernement de Lucques de' passer dans la ville pour.se rendre Casteluovo dans la Garfagnone. Cette demande a beaucoup alarm les oligarques lucquois. ussi-tt ils ont fait fermer les portes, distribuer des armes leurs atfids, et ils ont fait toute les dispositions comme s'ils eussent t menacs d'un sige. Ils rpondirent qu'ils ne pouvaient permettre aux troupes de passer dans la "Ue ; qu'ils logeraient volontiers les officiers, mais quils ne permettraient pas aux soldats de passer monte quilxco. Leurs excellences n'ont pas nglig en mme tems de faire rpandre des bruits calomnieux pour soulever le Peuple et le "natisr; Aussi plusieurs officiers cisalpins qui se ptomenient tranquillement dans les rues furent 'Units et menacs de cups de couteau. be citoyen Permont Secrtaire de Joseph Bonaparte, n sortant de la ville, a t maltrait par les soldats de la seigneurie.
Telle a t la conduite des oligarques de Jacques, au moment ou leurs dputs sont *"an pour recevoir la loi qu'on voudra leur imposer; Que feraient-ils dans d'autres circonstances ? "; '.
DeLjvoiirne, le ,22 janvier*
"kIWy -a<-ett'Gors^une petite contre-rvolution e.gto-catholiquc. Les rebelles commettent, au
nom de Dieu, toutes sortes d'excs, et ont rduit en cendres plusieurs villages. Ce "soulvement, pourrait avoir des suites srieuses si les rebelles. comme ils s'en flattent,, reoivent ds seburs des Anglais. Rien ri'tai t plus fcife que" de prvenir! Ces mquverrinsl si oh avait' surveill la conduite desehii'grs ciss en Toscane, et leur correspondance intime avec l'es Anglais.' U est Certain que ceux-ci ont fait passer en Corse des provisions et de l'argent.
*. Une autre mesure ncessaire pour maintenir la tranquillit dni ht Corse, et -que l 'gouvernement franais "a Nglige," cst''^elle de'ne'confier de l'autorit aucun Corse. % n'en est point qui soit tranger aux diffrens partis", et qui veuille sacrifier son rssebtimerit particulier l'amour de la Patrie.
S U I S'S De Lausanne, le i 8 janvier.
Nous ne sommes plus sous la verge des Bernois ; nous avons secou ce joug odieux, l'opprobrede-nos^actres.V-oici-quelques--dtails-sur-notre rvolution.
Depuis assez long-tems on tramait sous main un autre ordre de choses ; on n'osait point agir ouvertement ; la protection, du directoireexcutif tait encore douteuse ; l'arrt du S nivse vint nous rappeler la vie ; Snous lui devons plus la libert. < v
Nous demandmes au souverain une reprsentation nationale, qui et pour objet le redressement, de nos griefs; il .feignit vouloir nous l'accorder 'et nous berna lng-tems de cet, e-
Eoir. Enfin, oblig de rpondre nos nombreuses ptitions; il dclara qu'il n'accorderait point la reprsentation mais qu'on pouvait lui prsenter des requtes isoles ; ne voyant pas que, par ce refus, il rompait entirement les faibles liens qui nous unissaient lui.
Antrieurement ce refus, il avaitiexig de ses sujets un serment, que la majorit des communes n'avait point voulu prter.
Le moment de la scissiou tait l j elle clata la nuit du 4 au 5 pluvise ; le'gnral Mnard nous dclara qu'il avait, ordre d'employer tous les moyens pour protger notre libert naissante. Il joignait sa dpche .un nca'-t. d'at-au Bp^t^/iuJmanique, rdige par
le citoyen Laharpe ; j'ignore si on l'adoptera entirement ; en attendant, on l'a suivi en divers points.
On vit d'abord flotter l'tendard de la libert sur le comit de runion ; on se dcora de co cardes vertes ; on s'empara"des caisses d'Etat et de la correspondance du ci-devant gouvernement dont on brla les armes etc.
Cependant un effrn formait un nud de rbellion Yverdun ; il s'tait empar du chteau de Lucens, qu'il a depuis d vacuer, et s'est retir Berne aprs avoir vu dissiper sa troupe qui tait d'environ mille hommes.
On a commis, jeu ii pass un attentat horrible, digne des hordes sauvages de l'Afrique, en la personne du citoyen Autier, aide-de-camp du gnral Mnard ; il allait Yverdun sommer les rebelles de se retirer ; des habitans de Thierens village entr Moudon et Yverdun taient en embuscade derrire une maison et firent feu sur lui ; ils lui Couchrent deux hussards par terre et blessrent deux dragons de son escorte; sa voiture fut perce de plusieurs balles ; il l'abandonna et revint pied Moudon.
On a pris une vingtaine de coupables.; ils seront incontinent remis au gnral Mnard. Il parat qu'ils n'ont point commis cet assassinat de leur propre mouvement, mais qu'ils ont eu des instigateurs.
La 75e demi-brigade a travers le lac de Genve aujourd'hui et passera cette nuit dans notre ville; elle est commande par le brave gnral Rarapon.
Le quartier-gnral vient aussi d'arriver.
Nous attendons demain et les jours suivans, le reste de la division de Massena ; elle marchera sur Berne. '
Quelqu'un venant de Mor'at, dit avoir en-, tendu une forte canonnade du ct de Berne. La petite bourgeoisie de cette ville, qui tait aussi opprime que nous par les oligarques se soulev actuellement contr les tyrans.
Les Franais font ici un emprunt de 700,000 1. de France. On est trs-occup prlever cette somme, et trs-embarrass pour la, trouver dans un pays d aussi peu de ressources que le ntre.""*'*""
REP U BL Q. U E' F R A NAIS E."'
..' -*t '.-a .'tf.soMiti
:ParisViV' ft'JplUWse. ..... '
.-jJj; -i -. r t
Le.directoire excutif a reconnu la Rpublique Lmhlqu. *-*< '
__Le ministrejdela gujre|. inform que plusieurs rquisitionnaires'qiii avaient prfr le service de mer, sont rests dans leurs foyers au lieu du s'embarquer pour obir l loi vient 'd'arrter v de concert avec le mini8tVe*deih'mutine de rappeler au service de terre ceux d'entre ces rqui-sitionnaires qui ne justifirliieut pas ,
i0. D'exemptions de service dlivres par l ministre d*la marine pu par les administrateurs ds ports et rseriaux'; d'aprs lsarrts du directoire excutif. '. !
2s. De congs absolus de rforme ou autre. v ... j
3. De congs limits pu permissions'valables de rester dans leurs loyers jusqu' nouvel ordre.'' :"! -______'_
Un aide-de-camp du gnral Bernadotte, qui arriv de Milan, a confirm qae le gnral Bertille* avait d-'entrer dans Rome l 14, et que sa saintet avait d en partir auparavant pouf se rendre
Naples." .1 }>-1 ; M *
Nous croyorts que l" gouvernement recevra; Sous peu ,d jpu'rs',''des dpches officielles sur cet vnement', dates du:'Vatican.
Dautiou Monge., et Saint-Martin sont partis hier pour cette ancienne capitale du Monde chrtien ;" leur mission est relative la diplomatiei eh gnral, ainsi qu'aux arts. "'''
0\ assure que le gnral Bonaparte assign pour le seconder dans l'entreprise qu'il prpar contre le gouvernement anglais Buor, capitaine de. pavillon da.fameux Guichen si connu pat ses succs dans trois co>ubats qu il a si glorieusement soutenus contre les Anglais, etquicor mandera cette importante expdition en qualit de contre-amiral avec Lacrosse. Celui-ci fit une vigoureuse rsistance contr trois frgates anglaises dans la rade de Brest. lorsqu'il comaiandaij: le vaiss.eau les Droits de l'homme. Ils seiont puissamment seconds par Duchayla Dunanoir ,
rappellera long-temslesttlenset la* bravoure.i.
Bonaparte a voulu mettre-'de cette .expditoa Gtiardin, ce commandant; du vaisseau lEole i quia tant de,., droit la reconnaissance del) Rpublique par sa conduite, dans les colonies ; Chatite commandant le vaisseau le Bourgogne ^ qui s'est distingu dans les dernires guettes, d l'ancien gouvernement, et qui s'tait r:ildu redoutable aux Anglais dans l'escadre de d'staing qui ne dsignait son vaisseau que sous le nom du vaisseau noir; Bougainvill'e, ce respectable marin que dvastes connaissances mettent porte d'tre aussi utile par ses conseils que par se? services personnels ;* Labretonniere qui uii longue habitude a rendu la Manche si familire ; enfin Granchain-, directeur des ports et afs'ehux de la marine celui qtii a remplac Fiutihclah cette fonction. 1 ,: -,
Le fameux Tranche Montagne assassin du commissaire du pouvoir excutif prs le, dpartement de la Sarthe vient d'tre ..condamn fa-peine de mort. f t '; j '" .
L'assemble provisoire'de's' dputs'du jpfays de Vad, qui est installe Lausanne, aussitt qu'elfe a t instruite de l'horrible* assassinat 'cbinmi sut nos parlementaires, par les troupes 'de Wis's', a -arrt qu'il serait lev un monument sur l place b s'est commis le crime. '.
' Cette assemble a de plus envoy d suite un de ses membres endputation "" Fe'rny' et Car-rotige, pour tmoigner 'ahx gfiraux Mnrtl' g| Pouget ainsi qrr'au corps auquel, appaitnainf ls deux hussaros,' lindignationdbnt ls1 patriotes vaudois ont t pntrs en apprenarVf l'attnfac commis contre une>Nation;amie-, gnrettset protectrice. Ce dput,vl citoyen- Louis deSaHgf'j dlgu l'assemble de Lausanne par virigt-ijc'uf communes du bailliage de Moudon de'i'a'ri'tlS au chef des hussards des renscignenins su'f ls" familles des hussards- assassins, pour leur don- ner autant vque possible, dans cl aussi crueUes circonstances, des tmoignages de consolation. .
Dunkcrqe., le 8 pluvise.
rtnili tt
Les chaloupes canonnires qu'on construit "ici et Ostende., sont fi>es d^apis l'm*. entiuri su,^ doise et telles que ^cetl^^.tjpissoiii.e .,hisr a etnf-ployeS"dans ia dviuicre gucnc tontifeles Russe.


&5S
Elle portent deux pice de canon dont nue do 48 ou tout au moins de 36 livres de balle. Quand elles approchent des ctes une espce de pont s'abaisse sur le ct et facilite la descente.
C'est un Abversois, nomm Muskin qui a servi en Sude avec distinction, qui dirige actuellement les travaux de Ce port, ct qui a donn l'ide de ces constructions nouvelles. On espre n retirer des services essentiels dans l'expdition mdite contre l'Angleterre.
VARIETES.
Le solitaire de Montmartre, au juge dt paix du canton de JV....
Votre scurit me surprend et me fche, mon ami ; sans doute nous sommes les plus forts ; mais que sert l force avec un ennemi qui n'oppose que la ruse ? lui faire peur tout au plus ; encore si nou savions profiter de cet avantage !
Les royalistes, dites-vous, ne manquent pas moins de gnie que de courage. Soit ; mais ils ont de l'or et rhbitude de lintrigU.
Ils n'gareront plus l'opinion. Vous vous fondez sur laT^urveilUnc de la police; mais la police peut-elle inspecter les relations manuscrites et les missaires substitus aux journaux ?
Leur Vende ambulante tait un autre moyen
tuissant qu'on vient encore de leur enlever. h mon ami, qu'importe la rpression de quelques brigands, si les vritables moteurs du brigandage en sont quittes pour imaginer de nouvelles manuvres, s'ils se rient de Madagascar qui les attendait ?
Ainsi, sans appui au dehors sans ressource u dedans, il ne leur reste plus d'autre parti que celui de la rsignation. Auquel leur orgueil ne se pliera jamais.
Dj ils ne montrent plus tant /d'aversion pour les bleus, l'galit ce me semble les effarouche moins 5 ils fraternisent presque. Les perfides Nron aussi fraternisait avec Britannicus !
Ne les a-t-ou pas vus dernirement confondus avec les patriotes, clbrant l'envi nos victoires et fa paix glorieuse qui en a t le fruit? Eux ils avaient la rage dans le cur, ct Se tenaient cachs ; mai ceci demande plus de dtait.
Il est une foule de gens dont la rvolution a drang la fortune, ou froiss la vanit, je distingue les premiers en deux classes :
Les uns, dignes de la libert, ont cru qu'on ne peuvait la payer trop cher, ct n'ont pas eu de peine se consoler.
Les autres, en plus grand nombre, amollis par le luxe, et dgrads par l'gosme, ont regrett plus ou moins amrement les jouissances dont ils se voyaient privs. Ce sont les mcontent.
Mais il faut leur rendre justice -Jamais dans leurs murmures ils n'ont confondu leur cause avec celle du royalisme ; ce n'tait pas l'ancien ordre de choses, c'tait leur ancienne aisance qui manquait leur bonheur.
Ils ont applaudi aux succs de nos armes et accueilli avec transport la nouvelle de la paix, parce qu'elle leur promettait un avenir plus doux.
Je ne sais o j'ai lu qu'un frondeur ne cessait de dplorer le sort de Son pays ct de prsenter des plans de rforme au ministre : Je sais, lui dit un jour celui-ci, que tout va au plus mal ; mais je crois y avoir trouv enfin un remde. Eh quel ? demande avec empressement le frondeur. Le voici, rpond le ministre : j'ai appris ce matin qui} vaquait une place qui rapporte aoo pices d'or, je vous la donne. Le remde opra. Ds cev moment la ruine de l'Etat fut convertie en prosprit.
Voil l'histoire de tous les gostes du monde. Faites que l'industrie retrouve ses encouragement, le commerce son activit le rentier le chemin de la trsorerie, je vous rponds du rpublicanisme des mcontent.
Mais les royalistes (j'entends par-l tous ceux doqt la rvolution a froiss la vanit ) dtestent nos triomphes, redoutent le moment o la paix gnrale ramnera l'abondance et le bonheur, et frnv-sent en pensant au niveau que cette mme paix affermirait sur leur tte.
Le tems diminue chaque jour le nombre des mcontent. On se fait la pauvret. Les jouissances physiques ont besoin d'tre renouvclles ; autrement l'ide "ds objets subsiste encore, mais le sentiment s efface.
Il n'en est pas de mme des jouissapees de l'Opinion. Le sentiment n'y entre pour rien. Les folies ides qui en forment Vettencc, acquirent
plus d'empire avec; le tems. LWbieux dchu meurt de chagrin, tandi* que le forat chante sur sa galre au bout de trois mois.
N'esprez donejamais de rconciliation sincre avec le royaliste ; chaque jour enfonce plus avant le trait qui le dchire ; tout ce qu'il voit-, tout ce qu'il entend lui rappelle ce qui l'a perdu ; la prosprit commune ne fera qu'acerditre ses'regrtts t sa haine.
Actuellement ilfonde sa dernire esprance sur les assembles primaires. Prmunissez les rpublicains de votre canton contre les piges de la sduction. Au Heu de cette scurit que je ne puis concilier avec votre prudence ordinaire songez que la mfiance est le plus ferme appui de la libert. l ,
Veillez, autant qu'il dpendra de vous, ce qu'on ne nomme pour lecteurs que ds hommes qui runissent un sens droit, des murs irr-pnjchables er un civisme prouv. Uue de ces conditions de moins rendrait les autres non-seulement insuffisantes, mais encore dangereuses.
Tout cela exigerait de grands dveloppemens ; mais ma lcttgpp'est dj que trop longue ; j'y reviendrai si vous croyez en avoir besoin.
Salut et sincre attachement,
Le Solitaire de Montmartre.
AVI S.
Toutes les dispositions tant faites la trso rerie nationale, pour le versement de l'emprunt contre l'Angleterre, les citoyens qui ont souscrit chez le ministre des finances, peuvent maintenant se prsenter eux-mmes, ou leurs fonds de pouvoir, la trsorerie nationale pour y consommer l'opration.
Vente du domaine national de l'Etang, dit la Marseillette, situ dpartement de l'Aude cantons d'Azille Peyriac et Ttebes, municipalits de Marseillette, Aiguewivcs, Saint-Frichoux* Puitcberie et Blomac contenant 6000 steres, ou environ 38S arpent mesure ordinaire charge de desschement, ledit domaine venant de l'migr Caraman.
Cette vente se fera Carcassone devant l'administration centrale du dpartement de l'Aude. La premire sance d'enchres aura lieu le 1" ventse de l'an 6, et l'adjudication dfinitive se fera le i5 du mme mois. Les conditions du paiement seront rgles d'aprs les lois des 16 et 4 r<* eue mme anne.
CORPS LGISLATIF.
CONSEIL .DS CINQ,-CENTS.
Prsidence de Bailleul. suite de la sance nu 16 pluvise. Suite du discours de Sonthonax.
Le but de tant de massacres tait d'empcher la mise en activit de la constitution, qui avait i proclame le jour mme de la rvolte. Rigaud dfend la tenue des assembles primaires. De son autorit prive, il destitue le juge de paix, tous les commissaires du directoire excutif ; il met toutes les communes en tat de sige ; les arbres de la libert sont arrachs;, les autels de la Patrie renverss, les arrts de la lgation mpriss les lois de la-Rpublique foules aux pieds.
Rigaud, pour couvrir ses crimes, essaye de ngocier avec les Anglais. Plusieurs officiers prisonniers la Jamaque ctau Mle-Saint-Nicolas, ont vu ses gehs avouer publiquement la mission dont ils taient chargs. Une correspondance d'migrs et une lettre du Commandant pour le roi d'Angleterre au Port-au-Prince interceptes par la commission ne laissent aucun doute cet gard.
J'ai fait publier officiellement l'une et l'autre et Rigaud surveill aujourd'hui par les patriotes qui sont en grand npmbrc dans le dpartement, est dans 1 impossibilit de consommer son crime.
Rigaud, en ngociant avec l'Angleterre, ne perdait pas de Vue la France ; il fallait," en cas de betoin, se mnager des appuis auprs du gouvernement; il fallait sur-tout se lier avec les agens du ministre britannique dans le conseil des cinq-cents. Sous le nom de la municipalit des Caycs il envoya Paris deux Commitsaires, l'un blanc ct l'autre homme de couleur, pour rendre compte des vnemens. Leur premier soin leur arrive a t de protester contre les signature que Rigaud, le poignard sur la poitrine leur avait estbrquei. Forcs de rendre hommage la vrit ils ont lait imprimer le
rcit ds vnement jdei Caves dat le M. sens que je viens de vous les raconter.
Eh bien citoyens Collgues, malgr l'videnra des faits qui accusent Rigaud, malgr p ^ matriel es ifai rsultent des actes qVn1 LJT maigre les dnonciations portes contre lui les mmes hommes qu'il a eu soin de munird lettres de crance, il trouva cette tribune tj"l protecteurs intresss-, qui me cnargalefit d crimes qu'il a commis, pepui un an, je Rigaud Cpmjne 1 assassm' des Europens- ;, voie soigneusement au gouvernement toutes 1 pices qui constatent le faits ; et,W moi nul suis reprsente par- Vubinc, son dfenseur comme, couvert.du sang innocent qVil fit rr pandre! Etrange effet de iWeglemeVdeg M- ion rvolutionnaires qui', sans gard pOiir'le preuVeV morales ou l'vidence physique, travestit tOur--tour les victimes en .bourreaux ef iit bourreaux en Victimes! Des attentats sont corn' mis aux Ciyes ; 1 dlgation du gouvernement y,est mconnue-; les dpches de la coramittron interceptes ; ses convives massacrs. Deren du gouvernement, ses plus intrpidfefcdfeniuj* presque tous venus d "France la suite dei commissaires, prissent par' ls Ordre d R. g'ud, et des mains des hommes d cdulilr ss satellites. Comment osait-on m'attribuer cet faits quand mes amis seuls sont frappi'du pef assassin, quand ils succombent sculs'lio Ici Xojaps_dj.j:eiJXjqijtae. calomnient aujourd'hui? Comment a-t-on pu me peindre comme l'at teur des massacres du Sud ,,, moi qui, depuis quinze mois, n'ai cess d'lever la voix contre les vrais coupables ? Pendant le dix-huit moi qu'a dur ma seconde mission, quatre individus ont subi la peine capitale, par jugement dune commission militaire t ces hommes talent'det Noirs chefs de l'insurrection du Pr-eiPai1. Qu'on me cit un seul uropan qoi.'ait'prji par ma faute ou par mes ordres? je, sij toi Cependant de vouloir envelopper dans une'proscription gnrale la masse des hommes de couleur; si l'ambition et la cupidit en ont gar quelques-uns, c'est un malheur qui leur tit Commun avec les Blancs, avec les Noirs,, mais dont on ne peut accuser ceux qni sont resta hdelles. Lorsqu'il y a des crimes commis,.ce n'est paS la. couleur d l'individu C'est le Coeur qu'il faut accuser. Si Rigaud fut un tigre furieux', entier nous rappelle ce gnreux gouverneur de Bayonne, qui, sous l rgne sanglant de Mdicii, refusa de se souiller du meurtre des ptotestana.
Les malheureux vnemens du Sud influrent pour quelque tems sur la tranquillit de la partie du Nord.
En vendmiaire de l'an 5, les Noirs de il
monlagn* du Parud-Paix t'insutgewtttet eaux.
de la partie,de IEst recommencrent leurs incursions ; mais des mesures saees et vigoureuses eurent bientt termin la rvolte. C'est le gnral Destourneaux qui a l'honneur d'avoir fini cette guerre contre les restes de l'arme vendenne de Jean Franois, qui, lors de la paix avc l'Espagne, avait passe, sous les ordres d comte deRouvrai, migr l solde de l'Angleterre.
Dans le courant de ventse, et en moins de quinze jours, les montagnes de Valiere, de Sainte-Suzanne et d la Grande-Riviere ont t entirement balayes les brigands dsaims, le cultivateurs runis paisiblement dans leurs atte-liers.
A dater de cette pacification de la Vende de-Saint-Domingue la culture a fait des ptogrt rapides ; une gendarmerie provisoire organise dans toutes les communes a lprim le vagabondage ;.t. l'amour* du travail tait tellement grav dans les curs, que les Noirs dpendans des habitations incendie, relevaient eux-mmei les btimens dtruits et venaient ensuite au Ca{> solliciter les capitalistes et les propritaires de cette ville ^'employer leurs fonds l'exploitation des terres. Plus de 180 sucreries sont en "j*"*! les fermages en nature se montent prs dt 6 millions, ce qui avec la part des cultivateurs, les frais de fesance valoir, et les bnfices du fermier, porte le produit brut des cultures a prs de a5 millions pesant de sucre, pour I province'du Nord seulement. Amis ou ennemi, trangers ou nationaux, tous conviennent d cette Vrit.
L'encouragement des cultures produisit la tel taration du commerce. L'tat des mouvement de l rade du Cap', depuis le mois de praina an 4, jusqu' celui de fructidor an 5, prouve que plus de aoo btimens neutres taient .employs l'importation ds marchandise d Europe et l'exportation des denres coloniale. Le relevs de la douane du Cap portent 10 lions par trimestr Ja'. somme des unes et a autres. Les droits d'octroi sur la sottie des m-"' chandises se montent prs de }}o mille liv. p> mois, le tout argent des colonies.
Vous voyez par-l, citoyens collgue, oui' se fait aujourd hui plus de commerce au WP franais qu'en aucun autre,de grands,port;* la Rpublique en Europe. ,.2 '.. _


Lci piogri inous de la culture et du commerce ont fait rtablir les maisons incendies en liai. Un P'an envoy au directoire par la corn-itiliion du gouvernement o les maisons rtablie sont marques d'une couleur particulire, ttttlfe que les deux tiers au moins de la ville du Cap'sont reconstruites. Le fermage des maisons louw pour le compte dp la Rpublique, s'lve j6oo mille Hv.
Ao nombre des causes diverses,qui ont produit ]trestauration de Saint Domingue, je dois mettre luMOUt le armement en course. Les mers du
ijoJfe du Mexique ont t couvertes de btimens eer portant depuis deux Canons jusqu a vingt, qui ont dsol et presque dtruit l commerce I0gl*i* Les braves marias qui les commandent, lenouvellent aux Antilles le miracles des anciens Flibustiers i avec de simples chaloupes, armes de fusil etd>pingoles, ils cnlevent l'abordage ^\j!Wtilf-.PP'** .de:ta_gr tel* onM-n peu de-mots les heureux-rsultats de rha mission. Les Anglais repousses et tenus en chec dans les places que la trahison leur avait livre, leur commerce intercept ou dtruit, la Vende de Saint-Domingue pacifie les culturel vivifies la ville du Cap rebtie, le commerce colonial encourag voil les actes que j'ai s,,oppoter mes ennemis en rponse toutes Jeors calomnies. Ces faits sont avous par tous met dtracteurs -, ils ont t proclams dans cette enceinte par de nombreux messages du directoire, tout approbatifs de ma conduite. Si quelque incrdules voulaient encore douter du commencement de prosprit dont jouit la colonie ; t'ils.refusent de croire aux heureux effets del libert- des Noirs qu'ils lisent eux-mmes les aveux de mes dnonciateurs qu'ils se donnent Il peine de parcourir le rapport fait par Barb-Marbois au conseil des anciens, le 28 ventse dernier sur les comptes rendus par le ministre de la marine.
u Malgr les agitations et les orages qui tourmentent Saint-Domingue disait Marbois la libert y a jet de si profondes racines qu'elle ire peut, plus tre arrache de cette terre ; l'homme libre V saura conduire, la charrue que l'esclave a'a jamais pu n'a jamais voulu y manier. La forme des engagemens terme ne rpugne point aux institutions rpublicaines.... Si 'les arts de l'Europe sont une fois introduits dans les colo oiel, on ne peut calculer avec quelle rapidit ils en favoriseraient la restauration.
< Dj il est reconnu que les affranchis, soit qu'ils se mettent aux gages de ceux dont ils ont t les esclaves, soit qu'ils deviennent n co-partageans dans les produits, ainsi que nos vignerons, peuvent travailler utilement pour le propritaire et pour eux-mmes ; et que pour tre, maintenus Ion n'a pas besoin de la sv- rite des chtimens Le son de la cloche se fait ntendre des heures fixes, et appelle comme autrefois les Ngres aux travaux ; mais pour let animer, le bruit du fouet n'est pas necet- taire ; l'preuve est faite, le succs n'est plus douteux.
. C'est de la bouche de mes ennemis, citoyens collgues, que la vrit se fait entendre sur la .Csc des.Noirs ; cet homme qui certes n'a pas .ptrtag mes opinions politiques, qui dans le rapport que je viens de citer blme ma con-doite Saint-Domingue est forc d'avouer que l libert des Noirs a fait le bien des Antilles; que les Africains cultivateurs, se livrent au travail avec ardeur, sans que le fouet terrible d'un froce conducteur les appelle l'ouvrage. l'iiteiivt est faite 'cri-t-il en s'dressant aux colons propritaires, tt succs ri est plus douteux.
D me reste vous parler de mon dpart de tititbomingue, si diversement interprt, des itt qu'on attribue ce sujet Toussaint .ouverture ; et surtout, de la ridicule inculpation d'indpendance dont pq-ao.se 'me charger, wtt ici surtout que |cjf" rclame]' toute votre attention.
je.sui .parti librement de Saint-Domingue le fructidor dernier, pour me rendre mon poste au corps lgislatif, je ne connaissais alors ni mon exclusion par la faction Vaublanc ni ma rint-|tion dfinitive par une loi particulire ; depuis rteuf mois mon dpart avait t ajourn cause -d* ttoublut.du Sud et du Port-de-Paix, et sur es vive instances de mes collgues qui, n'ayant fas-le courage de rester sans moi leur poste, jWe dclarrent positivement qu'ils abandonnaient colonie si je m'en loignait. La restauration du commerce et des cultures, tdificaoa de la ville du Cap, enfin la paix
a plu profonde ayant succd aux orages, aux dvastations et aux dangers de toute espce, j crus pouvoir songer retourner en France.
Ce fut dan ce circonstances que j'eus connaissance d'un complot tram par des prtres et des migrs, et dont Toussaint LouvertUre tait l instrument, pour se dfaire de la commission du gouvernement, j'en fus averti par plusieurs ommandans militaire noirs, et notamment par un officier de marque europan, dont la sret personnelle exige que je vous taise le nom. C'est par crit qu'il s'est ouvert moi ; j'ai remis copie de sa lettre au directoire excutif s il en rsulte que non seulement on ne veut pas des agens actuels de Saint Domingue, mais encore qu'on rejette d'avance ceux qu'on enverrait la paix. Je dois cette justice Toussaint Louverture c'est que par lui-mme il est incapable de concevoir de pareils projets; et je sais, a n'en pouvoir douter que 'il n'avait pas-tobsdT travaill au-del de toute imagination, il n'eut jamais consenti se souiller du crime de rbellion. Fait pour tre gouvern son sort est d'tre soumis une impulsion trangre ; sa conscience superstitieuse et peu claire l'a jette dans la .dprir dance des prtres contre-rvolutionnaires qui, Saint-Domingue comme en France, saisissent tous les moyens de renverser la libert.
Aux prtres se sont joints les migrs qui taient runis avec lui, lorsque, portant la cocaidt blanche, il servait l'Esjjagnc contre la France, sous les ordres et comme gnral en second de l'arme vendenne de Je a_ Franois. Les principaux sont : un abb itdQB appel Martini, qui, dans la partie espagnole, tait son aumnier ; Salnave, migr, pris, par les Rpublicains, sur un coisaire anglais fesantlacourse contrelesFfan,ais;Baillon de Libertats qui, pendant la double guerre que nous avions avec l'Espagne et l'Angleterre, a parcouru successivement toutes