Gazette Nationale ou Le Moniteur Universel (France), Port-au-Prince copy, the 1789-1804 only, (20 reels, digitized at NB...

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Gazette Nationale ou Le Moniteur Universel (France), Port-au-Prince copy, the 1789-1804 only, (20 reels, digitized at NBS from U.FL microfilm; UF/LLMC split costs)
Physical Description:
Mixed Material
Publisher:
1789-1804 only,
Publication Date:

Notes

General Note:
4-per-1789-
General Note:
U. Fl. Microfilm

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
LLMC31773
System ID:
AA00000839:00010


This item is only available as the following downloads:


Full Text















This volume was donated to LLMC
to enrich its on-line offerings and
for purposes of long-term preservation by

University of Florida Library






-9


IN


FOR


THE


OF ,


_ ____ ___ __ ___


b_~~il ~


Q


Fm


E


g I













S








I
hi



d


iim
lia






app
Ido
cnit

Irl


(nsT t
It Aole


oIs pro.
fqjuence



ou.



( ollnilq
la police


m nie tniyl
au moyen de
ir, tri p ,ii i,t
is Noyersl
r-s lib-~ies
uent giimr.
us-les dpir.
at une krte
.11i deas plni
'nuiant i'i-J



a '. *. +



rohin, n
e rue de e
iblique.. '
iert.

blicl.






$ sis quatts
vend6oiaire,

no t6,oozi
an 4.
u'i 7013 h
re, -11a





i buhre.uz






lsn deJ' IL


bage, dfoil


la lan (
aint depas
ane l'iiiif't


iUdepuis
viager poor
Iel pout Lt










l, ptt 0

doir


GAZETTE.NATCIONALE, ou LE'MONH0 UNI VER
'-- -- /a ...-- ___
q prinzeli, I1 211jY /'t 4 i J la R/ub, F,,,,:ii nme t i,,i,.fi Ier jalV. 17e 6 vietx !/-,.

A*1 V.... ... d4 l.ratlition sks jyelll' t line lupetl ~ranitin politiue 'I La I' puLtatitut dt s neralnir Lavyaux ett ltri
A.' V : q'i'abo t A lie. 4j opre anu iflss Lous le Vettt ls Imnuns. ltIzts
S-i i i, .'.' pio, d.... d & ... ... Ir r- .. que cdll du g6,iiral Huguas aux illes du Vent.
S .* i d .t;tid et"'Ia 1.1Ti t Lopaiant piropoeie de aler i'olvrag- Ua -
LA tj u., atonnotnce dans les inninr(i 8 bl icandaluxt, rttentatoire anuxj vjg 8, de la t a, o Jimaire.
F .et te ann-, ek aaientat de 3, hl.$ I a. b..
a 4 l .ir* on cent tapi.d pu utn einl Lord Grenvi:le piotifle e on hiorreur pour Une division corn~pod d'un vaifflau et qre'q.ues
ra.: pour tc, x qui voUlro! TeiJdrltrr e tonte :dctrn tre ql agIravqu. le goiv -rl.c-neintei, Lu f gatis paryte i 1 y a quitique tms dLa lt,
.intraductl ,, c A la rmprefieos de ce tieulment compofd du roi%, des lirJds et d. iuo- m ell entrees a Sinirne avec 17 ies iF ..l.
ioul ai i o uI iti 1 790, e 4 ei. e m es, il n'h.ite pas mnemue ai dacrert* que. Jes La fEgate la Sr.,afc, de retour di 'lILnis, elln
dnol .l ,laLnt cApit.tux pour6n' en aflhguats, .pallages citrs l.it.de vrais libres inais p'ei i;l','I faith anli iune.
5 Ler ,T c'nnre qui 'di ne vdront foufcrihe qu't. que i a dhamnbie baffe en pourti,'vra 'ut-.i et
la e ifduio.',r l 1 ArtieduMoniter Pni qua le prdtcs criminal fera port dtvant ce.l Dqpartement de n l Dyle. I .- ixelles, ie
l 1re t'uldnn 1 )Wlq'-.u 7 fdvrier 1790. La des pairs, it ne croit pas que leurs feigneuneis -
n1ciipion >tt OVL'rc clsiz le citoyen Agaffe, driven 1ren raire qui putiffe prdjiigerla question, I -
I I'rie, Jes Piirimsv, nio IS. Les foulcriF- don't $1 demanded e, contiiquence irijourinenment. DiCADI dernier, les repr4tentans du Peulne ,
'a pattI 1',tnl:gror et les pays conquis ou renuis., i cmnm lihares dii goivernmnst fS fiCt rye'1us
a c..Lt aeSic qioen nuein raire. Lord Lauderdale combat rcet aiournement. au temple de 1 Lzi pour y fire leurs adieux
4 L Lord Havwkerbury ddmenrit laffartioade p'ufieurs au Peuple des uoilVeaux eIpartmeens. Potticz-.d
On trr.IIv clez le JIeTe libraire, POrighie de. papers public qu .pr6tedjiat qu'on lui avait l'Oife a prononc6 un tr&s-lonig diicours dai.s
V./ y rIt-s, oi lr A n nivel > ,ir *nIe e* anvoyd hombre d'exnenplairek de ce libellh: il lequtl il a dir : eque le dirctoire excuinf 'leur
ciuqien Drs, ,emrbre dui confeil des c iq cint i dc;are que fans la discuffion qtui a eu lieu A ce ayant f it co! n ire officiellment ion inift ;aiion,
l. ti-.' tie dl'-nurs et u n iietit vol. in-^ olijet r darns Ii chvnb:e des connines, it Wenn urait is w;-laientt pitir i qu .s (talent rcmpi)llcs par le
Lieres L'r Ik n -.d-ne ouvrage en 1 vol. 'Pix" peut-et:ea jamais erntcndu pArler; qj au moins il lui 5citoyen iBurtevilie metbie de IAfienblee ccnli-
.n v. ,e in-4 doe fiures p > tait iiconni auparvanut. ^t'ante lii ql erait nomm6 commiffaire du direc-
S!ij en nunuleCsi? onu io capuaIu pour un Lure i t ie excut.f i.
5- *,, L a)--ur-ee .1: eft aropti a6 ue aiom de
in tlr1iit. -. [ yoii conitre 2. *On -6 it de D[IAldoff qu'it vent d'arrivr da
N. .CirczVi A-.ell preivient oe public que fous j cetre vi;te cent pirces de groff artillerie, do- t


ta, uIn,,o% ni; c ,tra en vete \es AVANTURES
VE CA.hB 'WILLAMS. raduites te I'A g ais de
G,,'Cin, vuI'ina~ in-80. Ce Roman philofo-
ph'quMe t mor.l, d'un getfre nouveau, peut e.re
Siecoinii. 1n i Vremner pus, un pas de goat,
dars ue catieLC qt l inavait pas encoe 6t16
t, e. '- ': k ....


PO LI T I Q U E.

P L Q G N E.

'arfol r le 0 odeicenmre.

iis puifflnces co-partageantes viennent pay un
rdfi emlt de cruaute, dAe force le fi be et
iialheuieux Scaniflas' de tiger, dans- fa prifon do
Ci-.uJr, le pairage de la Pologne et la demti-3n
lcni-elle. Oiu ver hiein lui accorder, ezn A&dom-
njtJ rine, une penlfioli nnuelle de 2oo,ooo ducats,
t 'nr, aloute-.a ce cntrar de rertae I'iiuiufe e
claie qu'il en r prradifpofer, comma il le jugera-
tonvenibte. II prair (que fa captivir6 va cefler
dillr. On lui iflonif le loi de choifi fon tiomicile
nais il patlera rrobableinicet I li air a Grodao. I
I.et RlIffs continent de percevoir leuis'im-
pofitiors avve t w etts grarJb; iguc-ur, en attend Iit
iinrte ls troupes prtllietiies, qu'on dit fix6e au
1i de ce nois.
Le minillre prtiillie de Bachi1z, et le gn6ral
FAvnat, fnt uii pour qu Iques jours, aprfs qiol
i. re rendront dans Ic palatinat de Coacoviw, ot
rile t traittw des aft ires tetsitotia!es, en vertu
defquellis on pr6rum ue la il!o de Sendomir
afftrde an doi de Pattle.*

ALLE'MA G'NE.

Solligein le 6G dcenmbre. '
,' ^ '


-ln gr.de parole de 1'AlLmanea Co'.:T::
%- 1-,i 1 -.D n rotsiJade li:1lfi.t.:rce,. Le 'ing k oJI ,
Sann-rmar authicienn..s et frat.aifes dans 11,
d'rh! e fleig f I liutout foufliir-de ce fleau.
Inetnrs iilitrections, occafionn6es par la chet6.
tteffe ad, pai, o lt el lieu Erberfeld, A Wer-,
el'.ki'ken et j Sollit g'n.
Celld d sl,,;iiig,' a *.; lat 1,ts frieufe et a
coIf di flng. Le P I' .s'el port6 chex I6 ,ict -
I ;lhll,marcl de mInope I -et d'accaparement tnais
I rev1lcs n'ayan,,t pu trouver ce i.rgil'itat *, s'en
?grent Ir fa nuilo.f 6eta ddtruitivent. La gar-
ip.r ,Jie a faitf f f r it les miicontens, et en
S u belle I lt doe 'o.
Sya tui.all, tu fai.g repandu t Erberfeld.

ANGLLTBRRE.

iat du padl mat, Chanibre des Pairs.

SSLance dp dicesr", -l
i.n e s' ,lvre par Ia d 'llonila ol ,lln al pmplFh'et
..A'k Per ie ,r le -gOvecrment, don't .lord
a1tre T.leve les prouiitions fuivantes :.. ...
te, fu l fait I s rl .que les autres bran-
Ite I, 1 gilatue ddriveat du roi q te Jes
eIA lifT.' ne font quel dCs ,couceffons du
atfiaT lv t'"io R,'a fait fl'aflurer la cou-I
it t ;el' n rl pr6toltai eOfin qutl i


a P UB~LIQUE. FRANAISE.

D I R iC T 0 IR E E X Ct TI F.

Extrait da rigifjre des d'hdil''r.ui.ir .: ,.'. *aur" ex'cutif
Da 8 tihsfe /it' 4 'de 'la t'pavli'jue
Franf aife. .


une part. a ete .ithrJibuie flu les iremnirts it
cette paace, et Plautre erv,:yde de fti(e au cai-p
d'(bii'liet trvi.:ler
niier 10o .r t:o r le forrfier. Ce cimp, .qii p -r-
.-.td une :.l z grande etaiiue eft occu e6 pr
e~viron v ntt miill comblItans: ii ctt fi.ud a uine
Sliue de Dlirci-deff: m1ai, u111 liLLuf.ni'e, comnt-
j fis retranchemrens ne ltent poi4t encore achev6s, it
pe p:efrmte pas igaaleent J e tots les totes uutL


,'Le directoire ex&utif, vu la lett-p di citcyen 6.ufli bopn.e d-tnl-. .
riOmt,,I-ix Canteleu, memfme du confeil d s Les avmt-poths, des troupes fanneiifds vont i
ancicas, au r6dacteur du nournal des Puatries une li.uu au del de ce camop.Outtr cela, ii y a
de 89, en date dul p de eC ris o on hit: encore dans li vill da D.l-ld.,itl une a flZ .fCrte
" II n a pas oaru a1 c citoyen qul les buriaux dt gnifot et ls ouvragef ertieUS out ete nts
la treirerie fneflt bien prPdareds i 'Ar'nulliion des dns un at;li b n rtat de ddei(sf q .e le tens et les
afignats qui rentrent Far la voice de remprunt 6inconannces or.t pule peincttre.
force. -
Confid&ihfi 6ombien la meefur de barrier les Quant l'arnme apttichieniie, conmaindee par le
affignats en prdfence des prrteurs eft impoi- prince de Wurreimbrg, elle contmus U e gtroti
tanre, par la confiance quellt ne nqu anerpas et a fare tous les pfparatifs rceffae. pour aut-
d',in.p.irer quar les ,bpublicaiin: ma; s ceuxcci fiot bi~n d.f-
Confidi'rant d'ailteurs que rien no peut difperfer PUs a los recevor.
de Execution da la loi, et4ee celde du 3 de ce tEn attendant, les huffards autri, hiens do Barco
mois ,quit porn en "temnes'f.i1mI' article ': e.n vienrienft Lftwent au.9 pr Ls avec les rroiope
Q.e togi les ajignats provenants de Pemnprunt force, I 6gres tranails et dis ces dhidctines'cca-
P,, 6eres tramlnats et dins ces dii'vonzes c'C-
ironwt ba6tis par les percepteuts en prifcnie de-s pre- [ 1ins il s-engage des rafcatmuch .s tVBs- viv .
teurs anaellis par les tecevcurs cr brai/s oa Vavantig. eti tantbc d'umi .cot6 ctalto dt
aris; 'ute.
i Arrte que le minriftre des fiAnces prendra fans
ddlai des information far Ie fait don't i! s'agit ,
et qi'il donnera au befoin tons les ordres ntcefr-
faires poor l'e.xreac et fever, obfervation de la ioi A V I S.
ci-Aefets. ', '
II renidra'c6mpte leplus prompttenent pofible de Mobi/liernational.
execution da pr6fet arr&td.
Pour expedition confortoe. Um~ loi du 3 nivofe courant, autorife I direc-
tnirp e x6utif i dif dit r t des olbjets det commer <


SSigne REUBELL prifidtnt.
Par le darectoire ex6cutif.
Signi. LAGARDE fecretaire general.


Paris, lA 8 tn:ve,.

Extrali d',ae lttre" de MIad-d-1 ,le' I g frimairen ;_a"-
Sti, c det[a ~'nr ,- [.o J'es''a deola lablique.
tLe cipitaine d'une frdgnte efpagnole qui atrive
de la .Trinit6 er'de la Havanne, vient de nous,
c )nIInuniqurt les details fuivans;
(n\Uon ddpatt, les Franais draient rmatirs ab-
folht'do la Guadeloupe, d&s ifles de fa d6pen-
.dance, ainfi iue de Sainte-Lucie, et faifaient trem-
bler routes les ifos anglaifes, ai moyen de leurs
corfaires. I 1 .
A la Grenaide et I Saint-Vincent, dent les fac-
creries ei.'ntii r6dtiites en cendres, les nmu'tres
et les negres, foic Iibr, foit pirts l Iette, de
concert avec les' ripublicains blanco -de cts: d4ux
ifles, et ceux envoy'vs jwar le citoyen I-luge3s,
faaiaieht triompher le dr*peau de la liberty.
Les infuiggs de la Grenade, commandos par un
bu. v.,' muIatre nommd Ph sdon, tenaient blcques
te forts, deS.Ricihef ont, de l'H6pital et deSaintt-
Geftrs. '
On s'attendai't chaque irftanr que -lHugues,
qui, par fes talens politiques ct tilitaires eft
parvenu A foycer les Anglais dans ces parages A
divifer leurs forces maritime, s'emparerait de la
Martiniqu; et ferait infurger ls negres des autres
ifles du Vent. ;
A la Tamaique, les negres de la montage bleue.
apr's y aeoir aibort l'tendard tricolore, 6taient
defcendu dans la paine;bi dlant les fucreies et
fe renforvent, ,k aetrieit quils infurgeaient, chemini
Sfail'ant.


et.du moblier appurtenant i h R6publique par
v-nte, engagement on changee, de la maniere
qu'il croir a la pls prompted et h 1l.s avantageufe
A 1 lR6publique.
En cobL6quiyce- dl ctte ii, l. nminiftre des
fi 11jin prJvidtt lhs compagni-~ on r..gocians qipi
dAiireront fire ites acquifitions detce_ ohets-,
qj'iv u'prrof-iff-- t'iefftfr li~rect ment t urs pro -
pofitiuns.; is trouVerout dans les bureau 4" di-
vi on, fiction du mbbblier national, t(<,s les rni-
feignernens pre;.l.bLs'dbrt is, aurontbefoin.
ParS le 7 niM6ie an 4' do' la Irepublique
Fra,.,aiie.;. -FAUIr es
FAIPOULY ldniftre des fia,,nces.


'UNE lai du nivroe courant, autorife le direc
toire cxdcutifa crater de la'jouifflalte des fEe:
ci-devanit royales de Fonraineblead, Ci.piin gC ..
Laigle et Hullate, pour I'efpace. de 3o ars.
L. Ln'mn:&e Foi raciorife 1 trater avec ls5 affo-L
cirtioin' et,-onlpig lies do commerce qui vtidroi,
aider de leurs f6nds ou de lur crei6It le tr-lbr
public, et a Itir dblivrer des anignations futr ;t
revenues des autrfes foi s r.aiionates dont let a!-
judications annutdibs continueront d'etre fatis
dts les foqr:tnu prefcrites par les loir.
En coiiaIquence de cettte lJi, le mniifire drs
finances prdvieit les affociations et companies do
commerce qtmi defireront traitor avec le guuverni-
oent, quif.elle peuvent lui adreffer directementi
leurs pr'liofitio;i, et qu1e prialablment ells
trduveront dans fes bureaux, 3 division, najuifo
dite Lamboic, tons les reefeignemens don't elles
pourront avou befoin.
Paris, le 7 nivfce, an 4" de l R6pUblique
Frandxife.
I IFFaloVLT nun,;fire des fi'ranc s.


I '.


1


_ II~ 1L IC--~












CORS LE CISLATIF.

CONSEIL DLS CINQ CE.N'TS.

Prc/idnce Jc I're: tha. .

t'Vl"tt rDi LA SEANcie Lu 5 N IVSk0 .

I;i de fti'etraires donned lecture d'lin ni ilige
0ju dit:cttoire -xd utif, corct en ces telneles:
L.V"-J i. I',t;,YICs ded i/:.i':acions du diie.-oi~e exe-
.culf. Dl) nivd ,'t, an 4 de la Repull:Jue

I.e director excutif au confeil des cinq
ei.nt'.
:i'ty ns I'g:llateurrs, h1 brave armne d Italic
vietic d'atiriter aux droits qu'elle a acquis par la
vict'oire a i cox qti ao2tairennrent 4 lU grand atrte
(ie g6n.,.fi-c ttc de dfintereffement i e!le a ab.,:,-
do,-l. at,: Ievice d cs adinniflations ia fo;de q ;i
lI ctAit dia en i umeraire et don't cle n'a c ri n rtcu. O:l(tiers et folders torls out di.Tna:.de
i''cn ,' ;',! ccfr:s i, n : livi.s dclit.iee ai e pi(t pour fc p .-
cwi er d- moy r de ntanrflorts et vc,ltr "a de
roti"vc.v'Y in. n ,,h(..
i r- ,,i ,'e: 1'. "ef. 1 vous fire conritilte
t e !t nor a'L. t l.t.l, i lit et de i '< fiir
a 1 i r. ri fi,(e ae la RPfpub'ique et a l'eliime
de fl i.-p c s.t.tr .-.
.;g R! PR.E: ELI. Fpr ji.flrt .
Par le dirc t iire ex citif, ,
5::;,, I AUAOn fi'er:aire-.aricral.

B~card. Un artee d d(finteregfeemnt aufli magna-
iime doit fervir d'exemple i tons les Frauclis
je demand qu'il feis mentionn6 hoiorablement,
et qu'il obtieane la plus grande publicity.
GC::ie, x. Le trait grercux dis hiros de l'ar
nmde d tale doit fiapper fiutout ceux qui ne
ifr iant pLis delia dipofes A fire le sacrifice que
le,, befoins de l'Etat reclanent de leur patrie-
tifune.
A!,rresez I tons les F-anlia que ceux de
le';rs tier.t, q i f- f-rnt 'elJa couverts cl gloire
qui out tui 'i.ie c t .-s m itmi rer to, ltes les fiai-
gues tos ls iJ gp rs q i f-ins habits et ans
g'.:e ct 'ci rtO hl)rs ot encote t fiet e facritice
dL p inio d -* oc r: [ou.vait irur pro-
<.;'rrr I. p' .e o :'.' ,;ii:me..; (Q? :il eft le Fian-
I, s q';i nL Iieait pas t:-;;.i ei ji, ijp inat it une pard lIe
atrt,'. !


n'y a pas dix ours que vons avez accord des
fl;ids tres ccifidarablcs au directoite iil faut enCin
cotiailtre d'unie maniere pi cit Vetat do la d6-
pc:;Al et ded'emnploi des lofwame accorddes. Dans
le dernier intltage, on nous dit que les tfods
elier;t n&cellaires pour pourvoir a I'h Ltillenient
des troupes ;'"et je ftAis qie fhot par incurie, lfoit
pir malv'eiLace il exile des effetr encombr6s
dCans vos migifins pour plus, de. deux cent mille
lives en ni.mraire.
Je Ie r.'p-te, il eft efftntiel que vous connaif-
fit. I'Yttat des depenfer afin que tous" les dix
jours (fn t vienne pas, par des denmandes reit&-
rdes abrmer les deux conlciis et tous les propri6-
taires. Je'ddmande, pour rmexprirner plus pofiti-
vement le budget et ton:jours le budget avant
d'ordonner le verfement d'aucuns fonds.
BeJfroy. II eft a remarquer ici que ce n'eft point
une .adiiiion aux rifolutions dji.i adopt6es par le
corneii. Les fonds que le directoire dlemande,
fcrniit le produit refultant des effets mis fa dif-
pc(ficon ; m,:is ces products devant &re veifes i la
(,.i ierie national, il fatit qu'une iforlu:ion des
il-ux con-fi!s permette aux corimiiff:res de la td-
lor.ri. d'en remrettre une parcie an directoire.
J'.ppuie le re;nvoi ta une comnmillion.
LD. ':. J'.ii faifi une declaration pircieufe hchap-
a anu p''" inian Je voudrais qu'ii fit cO'.,aitre
es pr. u've- qu'il noits dbcliat ot i exitxlen': es
tf-s ignores que I'on en0:afe et dol.t !a v-iieur
1\ c h 'e dit-on a: 1o, ii i lvb en nu' rdrai:'e.
Je foirime l'opitant dee 6ciazer oil Iobt ces
I at,; ii 's.
P ftieirs membres appuient vivement cette pro-
1p fit~on.
AlIdir. Je n'avancerai jamais un f.it doit je ne
croye pouvoir indiquer la fourca. Je tiens ce fait
('un Tneinbre du comrit6 des finances', qui lui-mnae
e tient d'une perfonna qu'il peut noaurer. ( On
muirmurrr. )
Fiegeville. II me parait extraordinaire que I'on
,vance u rtel fait la triibuei, ce ferait errange-
mnnt rzlomnier la Conerntion national qiue d'y
croire. Quantr m -i, le ne puis mne perfuader
e les < ,onmi:zs de grovernemnIt erffent l.iffE nos
braves fr'ros d'armes fins hib tr, f1ouliers
ls avaiuint en de-s ma-:tins p:cins d',iit~r. Je de-.
nim.,.de qt.e I'opinant indiqitu cu e trouvent ceS
nmagafin:s.
Cet inci-ent il'a pas de faite.
Le renvoi du ncffige A i une comtiilflon eft
orjdrnn. / '
Un fecretaire dnn,'e lecture d'un troifieme mef-
far: dort latereur fuit r


cette partie.do police qui veille i h luret
tranquillit des habitans ainfi qu't l, I tetde
i la- falubrite dez communes voi s PVpe, datt
votre fagelfe- s'il-ne convient pas dy1 e i dane
la garden national (Identaire, es er dalprende
legion de police, les prifons, ma;fo at
de jlftice et de rdcufion les hl ptau d.tls l ,
etablflemensiet at~liers de charri-t6 ]l ciis
de la menAiicit6 et du vagabondage I' prel611
civil, les tabliffemens deftines aexs ecout
muets., e.t aux aveug.es, les ipectacles, les ol,
publics les cafes les uairaons de jeu, les nai.u
fons garnies, l.s logetts. les poids.Ctles ,ea1.
fures, et la repreflion du fcandale quo Rs
d&bordement des noeurs et de la morale le tou
dans le feul arrondlffement du d6partemelt dehI
Seine.
Le directoire vous invite, citoyens lgiflateu,,t
a preirdre ce meffage en co. fideration.
Signd, 'EUBELL prefient.
Par le directrire executif,
Signed LAGARDE fcretaire-glntil.
Le confeil renvoie ce meffage a une coir.

La fiance eft levde.

CONSEIL DES ANCIENT.

PIj'e/Zieac e de Vernier.

sfANCE LU 5' NIVosa.
On fait lecture du procks-verbal de la veille f
t6daction en eit adoptre.
On reprend la difcuffion fur la r6foltion qui atri.
bue aux jefices de paix les functions des ci-devaat
bureaux de conciliation.
Bar. JAppuie la resolution, et'je crois ~us
tell ulle tft rdigde, elle prdfente moins d'n-
conveiiens qu'elle n'en aurait eu fi en toutes
matieres ii avait fllu citer en conciliation devantle
juge de paix du d6fendeur. S'il y avait quinze Ad.
fenldeurs en matiere rdolle, il faudrait donc.les
affigner devant qlinze juges de paix diff6ens, parce
que ,eurs domiciles feraient fitues dins quiwze
cartons diffCrens; as lieu qu'en citant devantle
judge de paix de la situation des biens, i! ne fhit
qu'une feule action, quel quedfoit le nonibre des
dfendeurs. Ainfi la resolution pargne les frais.
Oh fe plaint -de ce que la conifi:ution ne fixe
pas le delai dons lequel front faites les citations;
mais les lois diji porties fixent le d lai dans lequel
on atiigne olccmparaitre devart les juges de paix,
et la raifon dit que les citations en conciliation'


I dJ i"i- qie la I tie qai I'annonce foit im- doivent etre donnees dans le inme. delai : a
pin-e t,.. it rc ,ri placards lnvoyea aux ddpar- Ext-'ai di ,,;fjlire des dilidlrations du directoire ex/- furpltns, cela ne devait pas fire parties de hloi
t. L:l, e.t lU .lCsj ,it nt o i l'5I 4 de tl Republijae propofle.
.1 m'." ctte r'oition foit prife Fatj:afc. Je rdponds auffi aix reproches d'omifiois qui
d ,: .. ,.-.e lI..,eielie et envoyoe au confeil Citoyers lgiflat-errs Pimmenfe population de ont 6te fats a la rdfolution, de ce. que a loi
d" .....t. ;,. Paris a tooulots ex.g., de la part du, gouverne- propofrie ne dit pay tout ce qu'elle devait dire;
Cette pri,>oihtior eft adoptre. nment, une attention parriculere. Cette commune ce "'ef pas nne raifon pout ne pas approuver ce
le centre de toitts les lrierres, le beiceau de la qu'elle dit, fauf a y joindre apxrs, d'autresdifpo-
O()n t ru au:-e mn 'lige du directoire ex6ectif, revo uton franao, le f yer du patrioilme en fictions.
coiyu en ces teonles au:fi la rendezvous do trus les ennemis de It Salenk. Citoyens idgifateurs, je ne me pr6fenta
Citoyens l6gifl'eurs los hefoins renaiffans des Repubiquoe, le quartier g-neral des contre-revo- point A cette tribune pour y d6fendre la refolution
ar.iee, ap.pe:lenc ide notveitu vorre follicitude fur li oninaircs et le point de ralliement de routes les foumnife a votre d6lib&ration ; mon objet, ai con-
les m-iyn, a.1 c',..fier an gouvernement pour Ia deI- factions. traire, eft de vous y expofer les difauts quoj';i
fean- de la lib.:it'. La p:us grmn.e parties des on01- Cne longue et malhetireufe experience a d6- crii y remarquer. S'il s'agiffait ici d'uneloi quietlt
n-,-s mi as Juli ici a la dirpofition, ldevenuies vi I moncre qte c'eft A l'ais que fe fo rentent tontes ItC atraquee come injulte ou inutiile il aurait
ri b s ,g ?ie 4 os om,'nin.iun p'tfli ei de: 3 u s ..t Is conijuratlons que s'outrdflnt toutes les tames t6d dit aflez pour vous convaincre de la ndceffitt
d- l.a dii i t trr fl t-h'e dos autres n repre Iber es, et qI,'abouriffent tous es filis de de ne la point approuver.
.iient dicja p us quclq'i s Jours ap'es, les vi'euis rvotcs er tde mouvemens feditieux ; c'eft furtout Mais les difiricts ne font plus dans h'divilion
rec;es q r avii-ntr fervi A leur 6v2 artio.; e!l s le Petupe de PLns qu'on (thrthe a egater a exa' dti territoire de la RPpub!ique : ii ne peut.plus
n'ont pr at- ndre le te re qu'ei!es .trient dCfli- p6err et porter au delefpoir i c'eft par es main. s voi-d-b;-au de pa- u-ii cs- v-ill S-- is-r
nees -: rcmin.r. Pour evitr enni ;tme te-is t(e!e, qui onti ris l 1 ls il'il' qu un voudrait rtab ir 1i exiflaiept auparavant. L'article 2zI de la conlitl-
inruialhtite de valetirs, q'i imet ert dcoit t tous loes tiose. on exige qu'en toute affiire qui doit 6tre portt
ca nt et la minuliplciita des tI demndts que les i,- Le directoire ex6cutif convaincu qu'il eft bien pardovant un tribunal civil il y ait eu tentative d*
(Crlnlitucs norls 9.t dle. fto'c' a vo:Ls prefenter plus fi-aile de mainte.iir la tranquillity publiqie que conciliation, et qu'il on foit juftifi6. II eft dooe
le dict-ire v ,us pt-.':opel, de rduiie lelormais a de la 'erabl.r loriqu'ell ef une fois troblee indifpenfablee de dterminer comment ii ferafupp4i
des valeir< fies k s llom nes prelumene ni6cefTli- Fenie qu'ii t 'it iniinnent uig:nt d'etblir a Paris aux bureau de paix qui.n'exilentr plus.
res at'x 0.il:,t-s fervi e pu:b ics, die Iniere qie u one o e active et ftere qtui deloue runs les Jo conviens, avec le rapporteur, de la nEgi-
ey le qti. vos actordicrez, experiment une vakltr compos (vente tous les projects, contienne tous gene de la r6daction du prambule et dertt-
ctal; ue et qi les f ni n flic.r.t fournis p.ir les f~Lditi;X 'laire totes les intrigues et main- cles 2 3 et 4 ; de I'inconvidnent de n'avoir point
la t1ci, ,rrie ti n ntnmsaite oi a valcir equivaleate tie.,ne le came au mi;ieu des orages des pafions fixed les d6lais de comparution aux bureau de par:
en li:.tc. iparticulires. rais je ne trouve apcune difficult de d6teniiaere
I.J ,.,.I ins du dipartemit dte I lA erre, calcu- a i ies confid6rations po'itiques exigent de la cue 'eft que i'obligd principal.
1 -, d'.ii t tes ib.ies, s'ele-vrit e:v:ron ci.qun;ae Iat du government ine attention continuellle et Le term d'oblg6 principal eft relatif aux cA.-
nniiri,, ; Its etus j ia s Ai c- mnilte pr6lrn- cxt:;a r l.:are la ddravatuon des rmoeuis fans rions folidairos par lefquelles l'ob'igd a faitgrantir
tent d.:t.i! dte Ia dhilribtiioni de ctte f tnoe krfcr, es it ne Ie-t ex Lie r de Republiqne la tes engagement. Dans totite 'obligation oil cenO
ent:- le I t! --.11 ferv:ce miaitairis aiini qte bri ;e deo air d'oi d6,'end d1 im-nediatenent la qui contractent s'engageat folidairement fias mel-
P'cfp1eC do terns pour I(kqel e:le prait 1'.f- I iti des tcitoyens, meritent egtlom-nt uie f)l;i- t v de e'ui qui profit feul de l'objet,il n'yapas
fulcr. ( cit:.de de tous Is tours de tous les infians, d'oblig6 )mincliI'. ,
Le dire t" ire vons invite, Citoyren, mettre des vei!es et des fOi.,s alfjius et coPnt :itl-. Pour viter touted dificultnd cet A gard, eat
a Ia iilpI fitio;n du ma:.itdie de la g-erre cetie Ce's importans devoirs font aujourd h idur ref- il A fouhaiter que le demandeu'r tlt irdilticre
foilame dt- t inluant mIui, s voaleur i malique folt du n :nitrt de d I'irnrieuri mais I'immeIfmit ment le choix entire tous les obligds folidaires
dont Its f. f ors rone t uri,, is n iiuneratre o en dIe 1s 4ttibutitos ne lui permertent pas de .ion- quoiqu'il y Edr un oblige principal.
tij... er a cere parti ioetate pae otane de o adminiftra- Votre Camna i on eft me que, lorfru'll no egit
S.gie ', i L.LL., Frident; tion t-ute) l'atentio.a qu'elle commando fi imp- que de conciliation, c'et au domici- ide charu1
Pat !e dirertoire eaxcutif. i .. .... r obligI qnuil faut que le demandeur fe p'uro"03 en
L, e dire cuire exKrutif vous invite done, ci- conciliation.
-',"llg l.IAGn.ieu,-s ,tr erteu"a ner s'il ne covient Cece fornie o, ,; n conviens .1iVte, toei a v
I... C6tte fotlnle j[(n conviens, CvIte 1 u6e.,c i
01 d index I' reInvoi i ou otrinilion. Is i ditae la pol ce dJu ddpartemtrnt de Sine teftation da is une efpsce de pro- e, oAr i- t
Sdes atutbrlutols dtu n m:.riero de liinteieu-r de d bien fe girder d d doniler c.iuv-eitie ai des O r'll"'
M. t:.- Je ne nop,-fe po.J-t aru renvoi ; mais lcr u,. un fepti;cn minil!erv, et de lui doaner, I de omtc6:enc, e, A de myede 'calftion i n
cepcndant je crois qul'i aut forth do ce dedale. 11 da:r le d epartatuent de Soina, poerP attbuation quAlque favcur qui doiVe &re acc"dA-il aui d4


-- 3t A I Il i-~CIII


^












fnde l e d'oifeV i~fdm n Le t c!es que, e d er qu ne fo it pas d rtdion.ins ditd Var cu de, Baffes Pyrdnees, f te
Sl..cl t va foi di kl-s d bit t i,:.... 4 ;. de de itandi dctIlituhtn. .detendeur y elt domnici;6'
.tt rlecourir a l'Yutotted0 lad ,der O1 peit donc dire que h reo'utioet ne r6uni Tous ces incoin.iens cefleraient en aountat i
r ,.r cilt c n sle et do poit e s m-ere- a.ts atx iees ree les, l'article I Jes mots: A moins qu'il ne s*ag fe do
pat pardevant le juge de pai. d fo. ,,O i-e iuppinan: uIo1r cete bizante d6nonuna- matiere rAlle ou mixte en retrachlnt a Par-
.Jo rilt ,I id ,e qu? e Aol. ur obJet e s'atribuer laccelloire tide III les mots : S'il y a plufieiit ddfendeurs.
to ef tacle, vo, S a-t-on d"it, au .m an.',l, ri r entrl.iner pri c-ip, elle nte content qu'une A ,non ,ard je ne crois pas qu'il loit de votre
ca proCu'ation i elle expose les p iteir- i P fiion i lubot. fageffe d'a mertre une loi qui fouts IpJtI0at d'unt
.,r't : e ddftcenulr quil faut enterdre. Cc tlr.t bi-n ae n cf aux jurifconfu'tes qu'il fau- conciliation qcui a fi rarerent lieu entire des, parties
Oiilas fiouteYie demsndeur al.rs I bknera d s adrefl.r p ur d~lingucr !es matieres porement d~ligeese rendrait en mntere' r&cle 'acc6s des
envoi de la procuration, p:ut6t que de id ls del nati.res -n it: et a!ors cne ferent tribuna.,x exttdaement difficte pour ne pas dire
p t .iportcr d~ias des lieux bfolg6 s les uns d: &S pis les initnit ons pacifiques des parties qui les imoctlibe.
iet uans efp6tance de iinideniti de f_- orteri.ot aI conc:.i,,ijoi: ce ne fera p us la col- Danit-on qn'en fubvenant aux intrets du de-
: .'t q' 'en r~iltera-t. i ? ue la p:II fge fiuiic dans les hiliieres et lequite du juge de oaix; madear, Ie ditendeur fe trouvera 16zt ? l'objec.
.tin, quun'i1e ilnfitttion vraiment i i. ,II.. elie d4pendra du plus ou di moins de connaiffan.ce tion (erart fans fondement. Le dctendeur eft d'abord
ShXI.li. exerqut plr le juge de piix eitre des et d'hanr .etd de I'homine de loi qui aua '6e teinu de vc it p-liJer au tribunal dte la ficuation de
-yns dit canton qui 'avaie t chffi qui avaint confuite. lihe3'itage : il taut dovce qu il y choififfe un fonde
taenai to"ute lecr con l ce degenedreta, en Mars auti dans la fuppofi;ioti ite cette dif de pouvoits, s'il he f rend pas lai-mnmne faur les
alraine al-t fj"i.(lue lor Itvee qu9il In, puiffe plus y avoir lieu lieyx.
t en effect, quelIe corciiation peut-on efperer a ddtincion entree les matieres puiement reeles Qiant ` la concilistion ii a pour reprkfeitant
ul'ablenc du4demandeur ? et les r e ateres mnx-es i qu'e la mntitie r:ie!le ct.mnie nfo fermier ; et fauvent 'a conciliation fera d'au-
Qalcontraire le deiandeur cite, fait Vobl'g pri lpale, entr.. iA.: i ref -tu6linr de fruits et iouir- ta- t p'us lacile, qque I'nn fera I:lis a pornde da
nripl fl s cautions folidaires, foit tous les Ia:nce 'indemtmite de degralation l q' re tClot fe reidre lur les heritagess conteutieux et quo
F~;pfltrpt e Ceuts u rIScfc ii npcrei! ii orel
ips folidaires pa:devant in femii bureau de paix, qui'accefoies : alors je no flis ni de Pavis d- que!qrfi,> l'inlpecti.n dec li ax fufit pour temu-
oIsils potirrontos tus i'y rffembler et prendre vore commliffion qui nie veut point quil y ait net Ies d:flicults que'les d-lentleurs reipectifs imul-
desmoyels de conciiiatntn. d'autre bureau de coi.cilition que ce'ui du do- tip'itnt dans les tribunabx.
faatril, quad it pe s'agit que de conciliation, miile du d:fendeur ni de I'avi da a trfolut:on J vote d-ni centre la ircolution.
endre la yox ufite dans les tribunauxx, de citer q ti exige pour qu o puff fe poarvoir 1 la Pefnre Pe demanda't li parole pour ha fen+1
p~ntig fiidaire ui deinnde alos la mife en julice de paix de la fit.aion de la chole can- I'erfnre ne demanfdait UX paroe pour la fou-
rufe.de tous les autres pour qe' le ).-ne ji- tdtu atenti aiccaorde foi recourse, at que lui-re:-ne eier. rcjet-e.
Sfnoit pastitraint d'avoir a\ltant de proce& qu'l Je vais done examiner les articles II et II de La Itantce eft levae.
ideca b-ii ? Non ians dotc. la i6foluton.
Eh biler1 putque Ics coobligs fcrtnt trnus de L.'attic l rabbit en Cgn'ral, et das Ics terms CONSEIL D ES CINQ CENTS.
tompataire tons an tribunal du domniilo de I'nn l s pliis ablolu;, la ic( tei.ii (i c'ter a conni-
dfnus, td qu'il aura plu au d-emardeur de le liia-n le iduln3eur fardevaut le juge at p.tix de
choift, pourquoi n'en ferait-il pas de mi.ne du Ion donrici l. s i A N CE DU 6 N V OS B.
breaa e rpax ? L'article Iil excc:pte de cette nicefirtd les con-
:Le d.ulinlur, vous a-t-on dit, eft le plus fa- telations en matire r&ele, mas i, exige la cir- UN rect&ere done lecture de div.:s r!os-
vn.le. cot fa ce qu'il y ait pufi-urs pr!oni,es citer. vebaux .rrier don't la 'aetrt;on ev d i.i te:.
C'(lt une des maxines don't on a bien abuf6. )e d s que l.,ticle 11 p che elientillement ep
lX yetx c h.liuflice la faveur no doit &tre ni preciCvant indihi.cttmen cians tous les cas 1'ob G&nifltiux done u. e fecondo LKctre de la d-
rt'anl ii p inr eanltre:l e ddt-ndeur elt favorab!e nation de citer le dfen.leur a corciiiation deva)t d(tioai de Iaa ill,.tion aotdo-tec d(is la e1nco
loifquit eit rt.icaFle par unt demandeur exigeaiit, le juge de Ion domicie, oe di moins je report d i cT colt:nant menti.'n, hoiiorabl de I'act; do
iipodttun in uite : mats e ddbiteur qiti fe refule au ce repr che fur I'atric'e III, en ce qu'ein ntirCre ddi:-teredecIent de I arie dTtalie.
paienuntd'une criance lkgiime wrinte-t-il quelque rell. i l xige po.,r pouv,,r 'iter devant l. jue
faveur~ e ia ch -i- co telles q'il y ait pluuiturs d6ten Ctte idacton eft ado" t" ainfi qu'i! uit:
Q;e la forme (it dtrerminme qu'elle Ie foit deturs ppeer. Fe cotr ii d-s' ciq cents ,pi ; avoir ei tnda
illne ,flniltj a tie pas fertmer I'accs des trtbu- Loi fia.' cioyv n traite av'c tin a:tre, quie I, le ta,; d Ui mifl._ge Ju directojie ;ex;utif,de ce
.mu 1i'ati ne multiplicity de formalitrs pr6hmni- rtous leS deux on que I'Fn d'eux feu'-cennt co0- jour, con. en ces terms:
,iirtt, cdtl ce que ncus devons ddirer et plans tr ctee une ob ig.,ion pirlonnele .& ce'ui uti,
contcedit la p'us fimple, la.moins difpendieure ef ayt a iet prir 1. x caution des evg.geenens coln b'tve armie dIl.. ie vient d ajoutei
d eauvoir citer tous les obliges folidaires A un tract s, e t oli:g d: b~lreAu de-paix uorque. tire, ne pert 1 re .irtdre c'6tre forc6 d'a.er le apl .I.'-lwent a un grand acte de geirclfi4 tt da
.Q..e~ldmett~e au *.ntmire 'impka ,la "' lehterl-Betiuj t : tclac a z dyD elau al service des
Qjiaonadmtte au cdntrire 'imp6rieufa obliga- <'t :her a fin dom ,i ; ii a di s'attend.e a ,et deintriff:nnt: ell q a ab nduinn au service ds
6on detiier ch:cun des defendeurs pardevant le evernennt ; ia bi.n vnu'u en coticir es rifuas armlitratins la f.ide qi lui 6tait due ei nu-
jlgede pji. de fon demici.e, I quai ferviront les mnui ii n'sn et pas de enime en matitr riel'e. nietaire et dort elle na ( ncore rien reu.. Ofi-
Ureaitions les plus paciiqutes d'un ou plufieurs C'ft iRdedament de route convey ton que c"evs et foliats, tous cut demninc qu'on em-
dertre eutr, s'ils ne font pas tous ciunis ? le p! oritaire d'i:n heritage fetrouve ob ig,- de citer p0oyIt provifi;atmnt une fntime de de:'x cents
11 Ll de principle que P'obligation folidaire fe en defillkmntcetui quis' en ell cmpar, en tout ou nmIle iives, define a ce prdt, pour fe piocur-e
divie de plein dl.it, lorrqli'ile palfe entre eks en pattie. -des mcytrs de tra.fort., ct vo'ert a e iu--
ilis d'tincooblig-i:et c'ef, citoyens ic-gillateurs, iu'on fuppore, ce qui eft trs-ojdin ire, que veauc tfioinmphcs. Le ciCec.oire s'empreffl de vous
ceue uje piu ie de faifit. Ctoit-on qu'un coo- cette iTfuipation provienne d'inn frmnie, et qu f.i con.-at. t et honorable trait de republic
Sblcitp, di conciliation a fn domicile, s'em- actionn n ayant pas et fcimne dins Var:.re cn Canieitc et de I' rfi Ia. r,.connaitiance de la
fiied'acquitrer la totalie6 de la dette, pour aller] trouble de pofflifon; alors i; ne rtfi e us que 1publique ie t A eltime de fCs reprdintar-s. .
cifut o Jia, ger, en foin nom personnel, d'au- 1'action petitoite qui .e peut etre ting-ie centre le C Cor.i .r t qu'on ne furait trop r.i trop at
t ntAd. protes vu'i. aura de cocb.iges ?'II ne le ferrnier ,et qi dans la iegi doit 'kre centre Ptb ier n f 't qii honorera Ps'iloire d'ur Pt upe
enrit conftammient pas quand la creance ferai i on locarcur. Cutte action rcei.l elt dans le cas tbe quy actei d^un iariere aulfi tou-
i cottftdbbe, parce qu'il lui fera touiours plus d'etre portee au tribanal du. departement de la.1 ch. te I',.,. de ,o'-rn'ms ci amour d la&
vantageuxd'avoir tn Jugemenot centre tous, qui situation. Pti.'i :q, t ifiingue fi b;en les p-dreux adF.n-
dnle thacun de cenx qui fera, ou pourfiivi, Cepen.ant, avant d'n ve:-ir a 'ac:in, i; fandra, l utrs *e la libcdte cddant leur fCIde tour ,(re
aucontraint pour le tout, un recourse extcutoire pour I'tx'c tion deil'atti e z de a r-foluti >n. c'ne- r.eds a de nouveaux tombics, des follats m 'ce-
conttre Is 'it es. mnnctr par 'a citation prdevant Ie j-ge de p.ix i et n:''es a de(p.tilme mnus par ha crai te onuI' [-
uiefera ti s'il y a quelque dbute a lever ? Si fi .e locateur, don't le fn-inr a cmm s a'eitr ptire to, 1,o ,lie,er 4.ti donti aux citoytens f v.. s
1 l s de fes cooblgis font difficiles en demure 1 1oo oni 1o lieu- cell p..revant le jige d ta fortune, don't It b-:Cuis de i'Et appelltr
kres, d'aptis ta loi du j7 nivbfe de I'an de paix de fon domicile qu'il faudra aller tenter la 1les l-cours, I xemple utile et peu.-6tre tmop rdcel-
duxiee? conciliation. acre dcs f ciicesj
1, 'ai- plu ,loin.. oe c' eL tc a --i "6 i-a',e aine t-'i.-".. '. D clare qu'it vaa u1ren ce.--
firlion n a. vrins 3 pintt entretenu'i nulle loi ne de fe dterminer, dans une parcille ciconltance, A Le confeil aprbs avoir detar6 I'urgence prend
drmn I 'oh'ipat:o. de citer a conciiation fur les intenter actor. la resolution fuivante :
ai1. I. Fuda done encore, en cas d'appel citer Stourent il fte s'agira li de i -urage ou de bor- t (fter flit m nation honorable de I'acte do
Ion1. des appeIane pardeva t le juge de pat de nage : et q'-i of ra ine avec 'interde le plus gni0'ofite de 1AntLi ell-an: et de b '.voure
Al1i ef pre(PTnt d'arn&er les e ,repqies d'un clitivateur de j'a ods d'lta'ie rapporttd dans' le melIage dtl
lC'enet etrop: et fainais vou, n'exiesrez rcomi ncer un parei' p ?rces L'execution firicte direcrtoie ex&u it. Extrait da pro.es-ve bl fera
p n'f'anir t a la. condiliation, des furmalites audi et rig ureie de la r6folutioa dCgdarera done en envoy au g6dr.rl, qui le fera lie ia I idre.
1 ., ,ec,. d&ni e le(he.
Vi. toreincmiiTrn a'4ni cenfnlr !'artkle de (,11 v ,lnra, en effe, on fe tranfporter a line La pr:e;rte rfolution fera env oy- I t-us le
,rblion q d determine q 'en mnatier, rtIlle i a ce ailli 1loigree, ce qui fetaic cependant nt- departemnens, impnr.Me en placard et Aflici .
"'l'.r y aurJ plhfieurs d6fiideurs, le bureau de ceflairo poor remplir l'objet de 1'inltitution des La prerente rdfolution rera porte par un meffiger
nri innt (e u la utfice de paix du lieu oil la bureatiu de conciliaticn, ou corfier le foit d'un d'Etat au confeil des aniens.
h'ii-eltls inc. arratngemcent A dcs gens incotinns Tqi doivent
Cette fiiple dinomiiation 'de matiere r&El' n'ava'r point ice au refcis attadsh. s la jitlice On lit u-e adreTe qui contiert des renfeigne-
PolArt fatis doute donner lieu a de grades contel- et q-u fans idoitme, fCront ficileientt tronip! ? means fur la ficuation Utt dep.rtemniint du Lot et
tatiol, t on les verraitr naire pour a co.iciia- r; font ces irt covenien qu'jl eft de votre fageffe les mat ceuvres des pr&tres ref.attaires.
t le It llr,: talldis qtt eles n'auraient pas lieu d'evir r, e tcf lrt d aioptle la rieolut1io. Lfe renvoi au direutoire exucutifi t ordoonn.
P Pl0i l. "LiEt fit o faith attertion qae la fotmn'itr de la cita-
l A nfl: tice d'actiors rdelles dont les tribunaux tion an' bu i x de pai doit' yre trit6rde en cas Randl. Jo demand la parole pour rappeler a1l
ti 'rdthr i"sii'xpus5de retrat s, I ligi 3gers, d'appel qui n fe'a f app -ds ertraves mires ai confeil a ntceIfite d'exercer fur .atrdeorerie une
t oaux riuiei ;il nt'y a plus d'actions en l'obteniot c;e Is ufli-e, par 1'cb igation de fe furveil nce oes--r ev-e. Je demtnde done qu'une
til n r i s infeo-ides, cens ot terrag's po0 rvoir uae feconde fois pardevant le mtnee juge coiim. i:*n de t -oi, tm efre- foic r,-,ii,, t tl a fcr
t A.tc I~i a't'ras en declaration d hypotheques,d de vaF de prende coirillen.e id' ogansation de la rtd-
e 1ai'r,- en ad6bfteert, en mifur: ge t Null- I.i n'a dr-oag i It facutlz acrco'-de au forerie et de ts foortions I..n.i ,-;.,lu's, pour
;'i11 eti I. pei en f"-il rn e rfete qul, demiudetlr d citer en nutierp reellt l dbtenleur enl rendre comll'te efullUe au cunril.
S a..' iwii rp l ru,'tca puite fe prderteli at 'iet dce 1 iia.ion de lb-et .teli. Cette propoficion eft adpd..
fiths "Onis A :reA appeklo pure-aent 11I faudra d m r. pourIt n,.e e affaire et nfqu il .
S' 'y -aura qt,'un dtfendeun plaiJer au t rin, i'al a Soir la mtitin du me m mn-'bre le cnnfeil &dra
atlon Rdt'4It a dnomiinatioin de mixte a toute Paris par cem iI ; e~'ite en card'appg a, blit une autre comn:rifioa alti de rec'-i' ir des
fi W_ u avialt pottt objet u is restitution de tr b mal du reftort, et fe pre-'ter dL,'x forC par- rctneigne-tens fi'r Ics b,,l qui hxtnt les arttbutions
uu l ill ti, it ola p u d'actions pArimi devant unse jftice de paix d'un canton rtral des. du directeur gertaii do la hi.iiaurion.


--- IIC~ls~l




_ I ------- --- .


4iJji:t. Pc`i,'ie la coniftuioe:i nous ..10; e ;i
iit .,ii.-r des (otiibiitfiot' pour chaque tbjet en par- r
tic ili it fiii t n ctIIair'e'l,,t t nih'nie ulie w lif[lie f
qui tIur dou.te. la iacilit de connA.i.r les lois et n
Its a.rls des ancierls coniici. 1L tt iinpotfible, d
fa-:s iet'.a, (;W'elles pnif'fent s'occuper nrileinent. Je i0
tculcdtte qtu'ue cormuiieiotn tbit iolumde pour faire 1
,, recherdhes, et procurer-i achqtue cotnriiliolt1
jes arWt Is at les lois dot t e:e aura befoin. t
Lecointc-Pyrawveau. 11 exile dans 'iuinmenf' quatn- i
titn de lois ct d'arr&s quie la revolution a vu
ItI re uin ithos pa f.iteiient fie:miblable a celui
quq'itl onl.eiait livre lots des a:c:ennes coutumts.
II ierl..t bi:en diffici;e niaintnant de trouver une
re !e de cnduite. Vous avez nonmia uno corl-
i, io: d !a clallification des lois, pyntr nous re-
ti-r du iourtbr e des dcifion aibtr:.ires : fis r
a:tiibutions ico:iprentlent la clllificationi des ar- ,
to ,Is, 9
Jo demanded Iordro du jour fur la motion du
fr. o nait.
Giji:,. A-i moins oldonne'z que, des qu'une f
crnliluiiiSh (c prclfeitora pour demaiider tlie loi c
ou on aittt,, celle de la clafffication des lois fera
te ue de fire troit a cmtt demand. c
I: niction de Leconte eft adopted. r
CG'' ". ." J,' dcnmande que le confcil charge la c
(corli.mi,;o dt s inf,ectours d dfi.ner les locaux r
oti Lhaqre coinnirillior devra fe raltemblr. r
I'c rlaul!e. II fant fimpleTIiit renvoyer cet objet
aux If'li cturs poir pr flntl r uiin ieglmeat.
Ce r tvoi cit adopt.
e Lai r dr tribunal d t c.afflation &crit poir
deinand:- qwc. ;,- ,diictire fcit aaitAoif;.t ordo:-
11t ce~.;r k'i;. '.ioisi 1,I ttiaiteirnest des mimbres de
co l ibiua'.'
q
Damuniaid. Je converts cttte demlinde en mn- (
tio:. Le traitemielt des membres du trib:inal de
c-ilatior, etanr.' e:ail a celJa des repr6fentans, les t
St-k omptes ui fe dilivrtnt chique mois doive'lt e're i
egiur aul'.i tt orionnainccs fans aucuine d icaj't.. i
Jj Iro'-e(e dliiu d'autoi;er le directuire ai arrter I
et a fi;e ordninancer par a om;l'e, chaque t
m,,is, le tuaitmincit des members de ce tui- t
bu ,a'. I
Cette proposition df a'lopt6e en ces teries :
Le confe des cinq cen.s confidant que la
loi 'lu 4 briumaire de 1'an 4' fix, 1.a trai;t m.nt des
j g d' tiibn'!, al de caitatioin fur le niem pied q:.e
c -mi d-s d:'ii:ut psau corps Idgillatif; que des moo ifs I
Le dtii:at'fl et d'inrtc- public ont uedermiinl Ies
rppi tais idu Pcup:e A ne recovoir que des
pmtrncls comipte' et qu'il imliorte ai 'intilet
g ial i'.rlr1Aer la s deli cettt rpartif du fervce
'ltb'ic t 1 p r.iinein.t du tiatcmnnt dil aux rme.-
%h *i i': .bauir l de c.bfIi tioin,
LD ) .t- ql'il y a u:ga;ice.
,. (rn-il, pr~ts avoir d6clare I'iagance, a pris
:i C ,,.ti.oi : ,i .; flu:t :
Ju;'.i' 1 '1 p que co:p .gfl t t't !era r3glee d'lne m.)nleri positive
Cn nu.lmera're on e:i affigiats, les paiemasu A compte
q ,i .L.i",n. r .fairA s aui I'g-s conA.niflaire et
P'.bu t': di (l'rctcie ex4cutifail tribunal de caffLa-
tion fujt li<6s chaque moi fiur le m4me pied que
(elui des repiifentans du Peicple, et d'apres tun
certifi,:at des crmmiillons des itipecteums de run
et l'aui:e confils Id3ifl.itifs.
La pr. f:,-te t ifo'ntion Iera port4e par tn meffager
d F.tat lan cfnfed des ancins.
On I laicuie meffages da directoire exkcutif.
1,a prcnicr a pour s( bjet d'i, former le confeil que
--. i .-c i;.:n e-d e-N-i a nf.-e e- prunteclTuri
a11 -re n e une fommnne d" i ctnt naill- livr., a porte
tec 0r.npunt A quatre mdll:ns.
Pcrin aes 'lo(ftes.. Le dicredit des afignats juf-
tifi I cndnite de cette com.nune, je demand
quI'1ll foit approuvee.
L'a.Iprob:uion dtl accordLe.
Le fecond wmefage elt ainli crcq:l :
E.Ltrai't des r.'- rjlr< d s diliberatio.ls du directoire es+-
c:r'tl, du 60'1i'E, an 4. -- Le diectoirc c .. tt .w
*,jiy des cinq ceits. :,
Cintyns I;ifl :teuir, P'uniforms affect aux dlt':
yences armen a iet.: tiu Ci(teivemnit rig 6 par decrit
II Convention nationa'e rdunlT.1iit tous les ,p ,-
vosrs, s'ockitai' nI.celairtne nt de tows les objets
rtl -:.ienitaires. Votus lugeret pent &re q:e les
de:taals de ce ature atre i doivent piti occuper les


etw di- cops Ieglilltif, et qt'e !e cditectoil'e
xe utmif diit E te autori'6 a orJoiner dans fes u'i-
o(mies tiCs troupes de IaI R pubbique les chaang-
helns qui lui pa1I.ittont avanltageux, fouls le rapport
li I'1cono~mie et de la cornmodit6 du foldat. UDij
a value A pius de z millions par aumne valeur
inmtallique, les changemens qu'il fe prqpofe do
ire; mais il exile des lois a cet gard le direc-
oire executif doit s'y coimfotmer juifqnl lN'poque
oit vous aurez prononc6 fur cet objet qu'il vous
invite A prendre en confid6ration.
Signi, R1EUIELL prefidnt.
Par le direcroire ex6cutif,
Sig:', LAGARDLt, fecretairo-gtreral.
GofuLin. J'appuie cette demande, et je motive
nIo op:nioti fur ce qu'il y a' dans les magafins des
Iaps de diverfes couleurs qui feraient de la plus
;'ande util.te pour-lhabillerent des troupes.
Bentalol/e. II ne faut rien prejuger fur cette
lueLtion. Le droit de dterminer quel fera I'ui-
orme dcs troupes', a d% tolus teams app.rtenu au
cops Icipfladit.
-Sous I ar cien rfgi.e', le roi feut pouvait changer
.es iuforines, I Afembl6e codlituante s'.tait
SL;ovie cette pr*rcg. t:ve. Je peife qu ii pourrait
y avuir du danger 1 la coi f'icr au pouvoir exe-
Crilif;je t et n'eft pas fi indifferetit qt'on pour-
r'i les penfer. Je demand le rcnvoi a la conm-
nillion.
Le renvoi efl ordonn(.
On lit encore ies m-ige s fuivans:
Le aiiectoi; exicutif aa confcii des cin cents.
Citoye:s Ig:fli-t'ois, Ih loi iu 4 th;imidor
le'.ier, por aant e~ibiiff'm.u.l t de patentes, a ea
pou'i but d'atteindre par cctte impofition les ban-
puiers, inaichands, nigocians et autres' faifant !e
:ummer-e.
A 1'poque de cette loi, la quotite des droits
.ayal Ils en afigarats, valeur nomnlaie avait oaru
roportionnte a la nature du commerce de cha;que
':irutulir t iti;etii '.Lever un1 patente; miais !es
,flig:iats ont dprouv fuccefliveme! t depuis ce
ems un,' depcciation fi confiderable dans leor
rapport avec le ninraire queles droits qui r6-
fultunt des patents, dioveot en quequue fort 6tre
:oifi .t1r.s come null.
En cfflr, ce droits poltr une patent gin6rale
qui done la faciilr de fare touite efpece de corn-
I erce et dans diffrentes communes, font tariffs
4,oo0 liv.; las dro ts des aurres patentes (ont
reglies pour chique claffe d'apes la population
des communes, depuis 1,5-o liv. jtfqu'a zf.
D ns I'6tat actuel des h.ltes, les premieres mai-
fons de commerce qui leve t une patent g-4nira!e
de 4,000 :v. ne pay ;ut pas 14 liv. en numraire;
ce'le des autres caffes ne ccatent pas plus de
S, 4 3, 2 !:v. et rnee f.,us en valeur mntal-
liqui e o!it? qua d'ua pa1 rernli, et de I'aitre le trifor public ne tr-uvd
plus, m1ins cet impti, le fecours qu'ou devair en
aXt niA-e.
II d-vient donc in3If'enfab'e d'ctab'ir une nou-
vEle fixaion del droit. de patentes, er un nou-
vean mode de perception : le parti quii F' i-it
le p'us cnvenab'e, fer it de r6duire an qilusr du
rirolt actuel, le pix de ch -que efpece de patents,
et d'ordonner q::e ce:te q:lozit6 fera payable en
numeraire ou en alignats au course.
Le directoire executif invice le confeil des cinq
cents 3 prendre cet objet en promote confids -
ration.
Signic, REUBELL, prifdent.
Par fe directoire ex&cutif.
Signed LAGARDE ,fecrltaire g.eneral.
e ir;c:oire executif au confil des cinq cents.
Citoyens 14g fleeurs, ii refulte d'un extrait en
voye par les adnitniftrateurs du d6partement di
I'Abs., du proces-verbal de I'affemble primairr
de S ei't-I ye, tenle le to brumaire dernern pou
!a riominuion du juge de paix, de fes affefleurs
et lu pi6fident de I'adm'niftraton m:nicipale:
Qule le prefi.ent d'ige ayant 6nonced objet di
'a co v'ocat. o' et invite i'afitnble a nommer
au Ircutin, conformn4ent a P'artic~2 2i de l'act
co ftltutionnel, un prdfident, un fecretaire et troi:
fciltateurs; les membres qui la compofaient on
declare nortuner le dpiident 'et le fecr6taire qu
fe trouvaient an bureau, et trois autres citcyen
qu'ls on is u fcrutateurs. Aifi y'olga
nifation du bureau s'eft faite par acclamation. 11
enfitite procd6, ftivant les forces prefcrites pa
la loi a I'e untion da jugo do paix ; mnis
1'6gard des a effiurs I'affeumble a renvoy,


Iouir n11i.iiiirtrL.,n aulx ffX ri-l.s
qui dJcvaicnt le teniI Ilec i
p ulieirs d4 ces atemb'e s o'ls t en tt:
olurs du judge de paix.pour l`eus cotles fl
pectiyes. '..u... 1i 1es l ,
Les adutinitrateurs du department coful.i
fur Ia regular des operations de ctte ane..t
p ilatie. ete b!
Elle prefente deux queflions i r6foudre
1 La nomination par acclamation etllel bl
et par fite, les acts de cette affvmbl~e flle '
fripopds de nullit6 ?
z L' ectioa des affeffurs du juge de
f.ite dans chaqle cornunari et dan lff
b.ee communal, df-e le ealeinent ur lle
L'article 2 titre,111 de 'acte conftiinnel
porte: Les afznibl6es primaires font dfdinui
meant t ii.itii.ics par la nomination a, f.ttivtidI
-p:ideient-,-d'utn f c.ite ert de trols fciftat
L'aui. rz6 Eles s'alentblent de plein dtoit, l
ir' germinal de chaque aniee et precedent ide,
qu'tl y a lieu la nomination du tae de pit,!
fes affeffeurs Pe th
SEt Iartic e 29 ",Ce qii fe fair dan f ii ans inlte
prim ire on coirtminale ; au-dela' de I objet de f
convocation et centre les fonnes di,, pat,,
la corllituuton eit nul;
E fi 1, 'article 30 ; Les affeinb'des, foitp.
maires, foit to m uniiiales, ne font aucune election
atitre que cells qui leur font attributes par actaa
conflitunionrel. ,-
En rapprochant 'article z2 de Particle 29,1
confi.qurlce ce n aice eft que I'.fle ible pril itb
dii canton de Saintt-Cy! s-ef. conftituei centre les
fjrmes dtrernminees palr la corfitioutib, qicu l'c Ic
tion deis membibres tie fon bureau elftil t 1
les operAtiuns ultdrieures participeit au mnea
vi :e.
La feconde question eft galement rlfolue pirle
rapproche.-ent des articles 16 29 et oI la nurh.
nation ,des aflelleurs des juges de paix a'ip. ii;r! ,,
aflemb1es priinaires, et non [as aux al'nbie:i
con.minlia es i's doiveirt &ete :,'mm.es po0iiout
le cantonl :- et coinme ce qui fL fit daln u( I
affemb:ee commwnale, an -dell de ol'tbjci Itd ll
convocation, t ll l, ii s'enfuit que k dit'iunI
de ces aflefurs ne font poirt valabtes .
Celt an surplus au corps d gifitif prononcer fiT
ces deux questions, en confortmit de l'anide i)
de la conftitition, et le directoie exciutifle lui
oumnet, en l'invitanlt a en fire :Pobjet de fes plui
prochiines deliberations.
Signed, IREBELL, prfidnt.
Par le directoire ex4cuti .
Signed, LAGARDBD, fucritaire-git4f: .
(La fuite deniain.)
N. B. Le confeil des cinq cents, dins fa flInc
du to, a--ix6ts le attriutions du nouveau ntinifre
de la po ice geierale.
Ies projects de rafolutiota p'rCflnt dtrns un,'
peced.i t :dai'c par la commiflion .l \rc ilici'i.r
des ponuv irs, out ete re.us ; ils feorir l rripllll
et a;ournies.
Dcma.n, ;e confiil s'occupea de l'affaire deJ!i
Jacques A'me.

---------~c
Pavement de la treforerie nratinualti
Le paiement des parties de renters viauIs pout
lannie clchue an I" germinal, an a ;,t i plufiit
t&tcs on avec furvie, d6pofee; daiia ls qUatre
bureau de la liquidation avant te t"' vendeemlirei
an 3, eft over jufqii'au n0 16,000.
SLe paiement des rmes parties du n0 ,6,ool
r7,C00o a hieu dtpu'is le Oz frinaire, an 4.
(-. tpays aih depiis e n* Ji i!,:'a 70y I.
Ceiles i6pofeos depfuilsa V,4nd6nitaufr a, t
Six derniers mois de aI' 3.
S LI paiemnet du second f6meftre.de Pan 3i d
e parties des rentes viageres fur plulielrs ties L
avec furvie, d6pofes dans les quatue butrea t
' la liquidation avant le i" vend6emaie, B ', 3
overt jufqu'au t *12,000.
Le paiehment des mme.s parties des 6ooi 05
e eft .ouvert depuis le f frimaire an 4.
s Cairfl d'efcompte.
i L,es cranciers et actionnaires de I ci-.deva
s caiffe d'efcompte, pottcurs de cectificas timbrsi
- troifieme &at, ot qui oUt 6 t compri de's ItI
a dix hoit premiers nats partisel, drelfs. depusl*
r rdvifion peuvent recevoir les arr&rages.,,
a viagers ,bit perp4tuels de o fomie prtnclpl
6 port6e dans lefdits certificats.


Lb'rba.oelM miat fe (ah .'aaris, rue dePottvia, no a Le e,-, ,fl i* ,, .. v. M
cnt ,,,. ik i, t elatri, a tlpour troVil mot. Ceux~ i r li. pour t'rioi mois, ntant pour Paris qie ponr les d6partmena. I'ot Te 'aboMI qBu '~m
it taei .. t letts tll c g t, franc ui. C po-, au 1 i I r r ,nt yec en numeraire, envetront 8 liv, pour trois mois, ou 6o liv. pour l'ann e ntite. t k
Iat ot Ig; e. t -l s, ftat e or r u < ui-tA y. d P rit cut dC. ce IourLna, rut (de Poitevins I. la, I fai t comptrenl re, dans Its tol pU-
P lA. a i a n i!e !e co o m Cr p o u r la 0 ,\, cas tiv t'is d, ? `n1 .n kI'.iUIt n a r r s ,m t
tf. ift I'l U. g c UI n oa ,aror1 C t e( l t ,, 0 affigl ts, arrte do comit6k de falut puble, infWr6 dits I e n# 3M de gotre fettldt e ptI
St cctidki r eV x prri ai t Ii 'adu Tinte 45 I qVb i r enr np lt dc s gnats. It g affi ats d' e cinq i. et i av -d.c it I f1Fgic royale ,n'ayaint pit plus coutsI de tn" '
a fas t s*a veie, p torut e qui concert la actiso de la Eculls, aa In dcteurao. rue desiPoe ins nuIt, depuis nu h du ma ju h l t a i fe.
Su ii8. akdEaIGUt, tUs dts ?oitspa w aepmg ncu( hseiug ^11 inift~ (uf teurr isk**"


2


__











GAZETTE E NAt'iNA E, ou LE MONETEUIJ ES.


N 6 1o 2,. l uo di, ,ii ,','j l'a' 4 a ,. f" r *j.,.... ) -
... ,. .: "9, a z4-ut4r I7.a.iPnt.e..I
"Fc 0


I


PO L 1.- 1 ( t.
)UB Q t FRlA, AISE.

BlR' ECTOI1RE. XE CUTIr .
a. r 'efi r edes d-ii; bratiuns dui directoire esx
r, "d. I.n l'a de tla ';publique Fran-.
S ~f ,a idvijwfble-. -- i di,-ectoie excutrif aux
[' ulalvuw" '
Le diictoir etutif, citoyens mi:iftres, vous.
2rct o 1121 ri tI q relatif A acquitted ent des
Sperc d trit o ngenire qt entrallent les adirnif-
l dolt vous tes charge .Ceirt,1n votus
fTell ..nt q"lae importance le directoire exdcunif
~ ia f a ritcte et prompt i tX 11Eiotn i lIa
tuail a prefcrite dans fa circulatre a tous
le mir'ile, en date da ... et combienil eft
Sd d porter ,irrtout. ordte et TIeconomie i en
omnr.t par les adminiftcations faq6rieuresi
n0t 1exemple facilitera fingalierement la rdforme
detous les ab"s.
Pour prvenir plus promptement et plus furetent
S rce but, le directoire ex6cutif volts (cuh.g de
hi cmitle fous les yeux, .imdependanlmneit d...
iti stdes employs q 'il yvous a deman.df, tin
S do differentes denies et ct onmm3taiol
e d'rrcin des bureau exige en paper -, -re .
l'nire meubles &c. et en ountre mn tat
rPj ilI, des b mairoens occupies par ces &irerehba.-
Mii. l direitoire ex-cutif entend qu'ificeffain-
Snt lesconfommations en tout genre diminuent
Sif ibs'eei r et que les bureau Loient e .fia pur-
i d'une fou!e d'homtnes inuis s et fouvent datt-
geeut, qui re font qu'tmbarraffet le service par
r nomtbre et par letr o.fivete. I eft rare aut
'i 'ts naoe icelo ui t aaffez pete de d6licatefle pour
Se.vor e fadire d'un travail qu'il ne fair pas,
ie foit pas en mn me terns tres-difpof6 fe a lailter
m cimprt pour fLite e Mnal.
I.e diiect.i.e eec',itif, citoyens minifires, compete
qua vous lefc n(derez. avec zele dans cette utile
ere i n T- oqu- i qui en f.,t, il eft r6fo!u
*de le j.ii5' ti I ds p.es tru atit capitaux.
UrieintinL guii. p.r I'intret de la R16pblique,
in' re I' r retenil pan arucine confide6mtion parti-
--'(ii 1 : ;I br.n-ra routes 16s plaintes et tous les
irintur(' de I inlll t.t oa de l'atour-propre offcnf6s,
pour i6 longer qu'a Ia profpAtit6 national et au
foulagetnent du Peuple.
II kR un aIttre point f-r leqite le directoire ex-.
'0rn aprelle dgalement vote attention. On fe piit
que pl.filrs employs dans s vos bureau tratnent
lescitoyens avec beaucoup de hatueulr, ou les
brLfquent avec humeur : c'eft ce qui ne doit pa:
rilletr i1is un regime republican. Los particuliers
i l trai, no deivent pas abuserr du terns des
tionn s tenp oy:..s pour le compete de VEtat, puf-
que 'ffl alors iun vol quo chacun fait a tous
n"is aufi les employes ne doivent jamait oublier
iil fiLeuIs .occup.luirnC multiples ne leur per-
rlfieftt pas de longs entretiens avec les perfonnes
qui leur font des demands, ils ne doivent pss
moins les t:aiter avec honn&tet6.
Vous vonidierz doac bien, citoyens minifres ,
donner des ordres pour que les citoyens foient
ftcurillis d(lrr ls bureaux avec les 6gards qui doi-
vent tre foigneutfement obfervds dans l'exercice
de to6t ls emplois cre6s pour le service pubic,
ec tearoyei t)us ceux qui te n e coinformrraient
ast aux vuWs du directoire.
E hraite du irere des dtlilbrations du d:rectoire exe-
'--- ',, -i:.,,-9'iiivrje-ts'iiF'- -ld La 1 j'a.i''
fr .irife.
SLe directoite ex46ctif, r6folu d'op6rer totes
1ts i former~ don't chque admninifration peut 6tre
f"iceptible. voulant en ccnflquence fe mettrr iA
memle de juger d'upe part que:les font les d6penfes
Su petveit etre retranchee e'r de lautre empe-
'i r, par nne exact surveillance, qu'on ne repro-
By( res mrmes depenfes, ou qu'oh Ine teur en
lbtiue de onouvelles,, arrcte ce qui Cuit:
La trtforatie national ne paiera aucunie fomme
tuit'.iacquittement des employs jdans les bureau
'dt" eliilt'es, queluele tre que ce foirc, o
Pour Celiid des d~penfes de ces mDmes bureau,
] oiten foit la nature et la caufe, fans un vifa du
S'gn PE BELL prJident.
Pit e 4ihertooile excutif.
Si: .,, LAGARDE, 'fcrstaire-ginral.
i. .
S'efirg '"ri de directoire exkutif, du c'toyen
du Moniteur. als, It 9 ni-vfe I'1 4.
r "' i~"1i'. Franalfeaine ct didvi/ibc.

itnoe infilet dans le n 82i de vote finille ,
i a excit des a'Ain.i..ns de la munuiici-


I


.pa d't | t ,1' ., l1 i 1. )I. du ,,,k l uil i '1 g ,u.
v riu n l t.i ts I .vi(ii U. is L- diiect-mL.'
vous Charge el confCque;nce d'inlrctr en ( ittier
dans vote p'lus pi"''t!-ii feuile les'rlttres de
..*tt mauictipAit4 et du colmmitaire, don't conpe;
lornt c-jointes. 1I coumpte que ous vous enmplel:
feIez dle- Ili fii-c connait'e -i fouic,-e oi vous avez
puib- Ie rtcit inexact cont-it idins vote n:me io
pricite (1). La ibonie intelligence qui regit e:-tie
1b Pcuple Franrais et ;e Peupli Batave coiunaide
de oe pr&ter un fecours uw,uel po.tr d&coavrir 1s
detracteurs de 'une ou de 'autre de ces deux
Nations.
Salut et fraternite. LAGARD.

Amflzrdamn, let, nivtr f .

Le' rep cfentant du Peuvle ,:. du gouverie-
mcnlt frifiais p'ses FtrowScss-Uaes ,tiu dic-
toire, exutciiij

Je ious fais paffer une lettre que vienit de m'a-
dreffer la minicipalit6 d'Amftecdanm. L'obict qu'el!e
renferme mdrice attentionn du gouverneient
fra! ais. Queliues ittiigans ffocies aux ennemis
cathns de la Repubiique Batav*, .vaient format
ici un club conaus fous le nom d'amis de la lberid.
Un grand nombr e de bons citoyens attaches A leur
Patrie, pleins de ce icble enthonfiafrme qui ren-
verfe les tr6nes., clu:al les defpotes, et fonde les
Republiques, s'ctaieir emp ids d'infcrire leurs
nons 'fur la lilte des mmbies qui cvwpofaient
cette foci te.
Larnmiicipalit6, choifia par 1o voea libre du
Peupid '; o diigne ddefa confimnce, voyait avec
comYlaifance If former ne inflitution don't le
but devait &tre de rechaiuff-r, le parriotiime d'aun
Peuple fait pour la liberty, fans befferles regles
de la juice et de l'humanitr de d6nbncer les
abus fans jam'ais prcher'la d6efb6iffance auk lois
et I'anarchie, ni; v yns deftructemus des empires les
nmeux affm-rriis et qu'il.ne faut jamais confonare
avec la courageufe infuirrection d'un Peuple qui
vet, rom rne fes fears. Mais le devoir des meneurs
de cottO fociretB, agents peI'fi les,et pay.fs pir les
wyrans auxquels le nom feul de'Rcpubiique done
les convulsions de la tihreur et-du dlifelpo:r-,6tait
de jet-r au nmilihu d'une vtile heureufe et paiiible,
gouvtenee par des magitrats r6vr&s la tortheo
de la difcorde de brifer les reflorts du gouver-
riemi.nt, d'aijlir ls aut6rit6s c.oi flitutes', de di-
'virer ls 'citot;s, de ccmnh tt'e des actes arbi-
raires, d'exyrcer d-s vol.gea :ces particulieres,;
d'6braler les formi.e.s, te s'errpirer du pouvoir
pour bouleverfer P'Etat an moment ou il va fe don-
ner une coniitution f- .i'r- fur. 1'ga i:~ et la
liberty. ,
La municipality informed des dfleeins de ces
h-liimes pervers r forte de- 'appui de. t s les
gens de bien a fu dVployer le-cariactete qui
Ini convenait pour'6clairer le Peuple, e l'emp&
(h:r d'6tre la victims de l'impofirre et de la mal-
veillance ; 1'orire public dalt trouble, tous les
onis citoyens alarm ; on commengqtr a violer
les domiciles; un partiiclier avait ttd blellb1 a
mort : la mnmicipalite fi: fermeri le clb, et Ia
tranquillity 'fut r6tablie far le chimp. O0 lev ,
en prefnpce'di prfi ient les fel'rs qu'elle avait
4rt appoff-r flr les papers de la fociete. Os trouve
(ur le regilre des d ic,.ij ns de la fiance de
la puit du 5 novembie ce qui fait :

S ..: I .- .. .

A quatr& h.ures a et6 d6cidd fur le rapport
,de notre dput de. fire une obf rvation A
I'affemble central de la teeieur faiarnte : Sivoir,
far le rapport de fou dapur6, la' foci~et des
Amis de la Libertic e f h'rge de nouitier a l'afflebl6e
central, qu'elle adhere t la demand qu'elle a faite
de Parreftltion provifoirb des gens futpects.-Mais
qu'ch cas que la imn:icipalitt s'y refilf, .apr~e
l:ni avoir d6montr6 la voix de fon fJuverain, de
fe retire paifiblemerlt; et, de concert avec les
factions, de nommer demain un comitr r6volu-
tionnaire chirg6 des functions d'offiliers mniuici-
paux pour remplacer les foi-difant seprtfentans
faite arrrcer les ,foi-difint reprifcntans; fire arrdter
ceux ci conjointement avec les fufitentionnds


( ) Note du Rldacteur. Le rcit don'tt fe plaint la
municipality d'Armllerdamn, a 6t6 copi littitalementt
fur le nO 76 du jou,'nal intitule : Nouve.-cs Poli-
tiques, 'article Hol/aide. Nous nous etnpreffons
de pubfier la reclamation quinous eft adreffe, et
nous croyons avoir done de notre refpect pour
Is a1:is de. la Ppublique Franqaife, et de notre
ol, idl.,t d ux lois, des preuve-s afflz mtltiplies
pohr ne laIffer augouvernement Eatave aucun .:oute
iur notre bone fi.


5igne THIBAULT.
S;gne LAGARDE.


AVIS.

Le citoyen Bauzil, peintre en miniature, pe
connu dans Paris ol il ne demeure que depuis
quelqtif remns, et qui le difpofe ~ quitter LiL-li't
cette commune offre fes tales aur am tens (q
feraient jaloux d'lbtenir dee portraits diftingu's
par un fini pr&ieux, par la Ifialheaur du color*
et furtout prt une reflimllnce p lt.ite telle qu'it
, a p. liib'e d a i rcireni das les poutrait"s on


-- -------e3~ce ~c, '' I -I


I


e s tlip,',I.t e et ti.vai licr .u11 lAiJlu de L i h.ji
I'd.l '1u .
I.e citoyen Leaerz:n inrerrog* par le cinit6
de furvei'ln:ce de la mun:cipalitr a avou6 quL
!'ar&te. &ait r crit de la muint. Cet I ave, fiil
en preidnme dus t moias lai a valu un imandat
d'ay 6t.
\'lla le rcit exact Ad -ce-o'aii .'4t paff& fons
IMSs voytx. l.a muricipa.lit a .-lir lqueO je vous
Ite fafe conn irre, satih, de',J- \ V rc P.1i k1, d1.' ,I.
vulonulie a laquelie e le 'me n u.r..itr rellt4 illd Ifl--
re te ; ei, dc mon o'. j'ai cra devoir lii downrer
cetre pieuve de I i'ter&t et J l'aniiii. qui ifI.LptI
les Frangijs aux BJtave,.
S.ilut et ftaternit. Sign, TEILUrriT.
Pour copie conforle, LAGARoB.

Copie de lletre dt laire municipalie' d'AmfLtrd r ,
au,' reprjcmatt Titutzaai.

Ci:oyen reprifentant, il eft tr s-ffigeant pour
noui d'avoir des plaintes i vous.idretier ident vous
recoInaitrez fins dome la jullice et la necijfi.e.
On lit'dans le MoniteUr, ir. 82 dii 22 fiaiinre
( 13 d&embre) a 1'Prticl_ de Rotterdun )pis
tqueiques rddactuous f rt i, iparfaites fur les aff.iifes_
generales du gouver emeirt de notre' 1; ul'ilq I ,
les phralcs fiivantes qui nous, tomuthnt pius p -fp-
cilmniOnt'; On apprend e-n mineat, teams que la
Itmuniccialate d'Amfterda.m vient tie fire former le
lubb fous le norn des Amis delay libcrte, et .i e'cr
un de fJ-s principaux meimbies, ae iorte -que nous
nous voyons a la veille de perdre notre'libert d6u
de retomber dans les ddfordres don't nous avons
eu tant de peine A nous retire. ( Extrait des gaettes
hollandaifes.)
Si cette odieufe inculpation n'6tait plas relate
.dans une feuille aufli gAntralemernt repatldae e
'elim,-- qte I'ef Ie Moniteur fi, lurtoot l'on n'avaitr
pas joint a ce faux rapport celui probabieni'i;t en-
core atffi faux de l'armnoncer comme extrait des
gazettes hallandaifes, rsoas.. ne Prtlmrin ons pas
cot.tre cet acte d'ignorance ou de maunaif foi-dit
tddacteur fran.'ais i mis il n-,u\ impo:itie ,re tiei-
lemient de cominaite !a ourit cit i a p'ri Ic s avis
qu'ilt t the a accrtedirer. N-,u; demi.anoons lur-
tout de favor queles font ls gazettes de n'tri
pays don't cer extrait ef tir et qui. iius font
abfolumnnt inconners. Nous vot., piois el.fi do
faire toutes les dmarchas 'nicef'ir.s an>r6bs da
votre guvernement pcur d coivtir if la corref-
pondance citte dans le MIniteur, et qii poXs Aft
fi juftement futfpecte n'eft pas cell nAfne de ces
foi-difant atmis de la liberd;, qui ont faith iinutilees
efforts pour &abbir dins notre vi!le l'ahaarche et le
teiroririne.
Vous coinainfe.-, cit, ys rp'pd&entans, not"
principles inva'i.bles pour ot fr dlans' notre
ville les prtemiss 1;erines de ce fieu. Ce font-
aulfi les votres et Ccix de votre gcuvernemert
vous nous les avez rappeles vou,-m nes, do
concert avec Votoe college Ramel, par lalettra
que vous rous :..hlflts dar.s la nuit du 4 at
5 november (Ouvrage du c'ub des ai-is de la
nbett6 et de leur chef.) Un de vos prd.dce.f-
feurs, le c't.;ye, Alquicr, rots les a fortemenc
recommiand.s dans la Iettre du 1o nifflior, en
quittant note vilte ils r.oqs font config Is plus
folennellement encore dans li fubi ne adie e du
commit de fa'it pubic de la Convention ra~ onale
'an Peu;le B.tave, trrei e par le minilire Noel aut
Etats-Gn raunx_ ,_ l.'x tu'i-de-f-ar-iere-di---
plomatique et proc.amle par eux avtc Li. plus
g a)de publici:t.
C'eft dais ces pieces--qie nous trouverions la
juflificatiol de noire contlitke fi nous -aviors
befoin d'en chetcher d'autres _us tiotre propre
conscience et la conna&fance de nos devoirs.
Salut et fraternity.
Les revrctfntans du Peapt de la vi!le d'A',,l Jdamn,
S, MEYER, BNEUDR BAUDIS jertaire.
-., Por cni~ conformen


Pour copies cpoforme.










grand ;I oe .0t -,r q'Ail fai-it avec la p1)s
fr.rr v6lk I's rt plus dilliilks, ce jell
S hftoinoitie rcudu fi raurement eln niniature.
li '(,'et '6 avec les perblunes fulement qui juf-
qu'Ji e jtr aur l aient etC miecontentes de ia ref-
fembla;dce de lents portraits, a payer in diditde
0 o.oo livrei, s'il ne Jl;ait pas patflitenenit leur
lrvfiebtb'.a'c3. -
(.al rdeminte mai'n de la Marine rueVivienne
pie lc palf.ige do theatre feydau, au i" fur le
devanrt.
-- .. .- --2- -----'-

SCORPS L GISLATI F.

i-CONSEL ADES CINQ CENTS.

Prj' / hft ,i de. Treilhaud.

isutE 0an LA shAfeH DU 6 NIVOSE.

'', t /i, 's d. ', 'j'ot -, directoire e.:i,'citif, d
6 nivl'A, ,a 4. It dirctoite cx.cutiif au coi
tdes C.. C1t ~ 01t
SLe (a c.on de Saint IHilaire de ', r r' rrt -d laa
MTvlrihe, .; t:i.*,li, en tro;is fecatins appe'ees de
P'uvigey 'Vivei ee S.iint Htludire chef lieu. C-es
trois i:.;l, d.vi.n:t done 'affiLn-bler fCtAneteeit
pour proc.ear i 1i t.oomihnatioa du juge de paix
d I ca. a do. A s .I : ..r, et dn pc. i'ent de
*)'adn'i. ariul. ni ',:ia en c rlnt sorli& t du de-
cre att i 9 vci nd '.i'ie d-lniew D1)n',, ]a joutrr e
du 10 oIrv-in:iir,' ",t, et drnix raieraes ne lt
l Pflit p1A. ritl:ii'.c en t il,.-:bltcs p; lriairC s caue du
cal;ier iS h(.11l'i1 s Ic.inlllOil' que S ques itoycns
4e cectt co-.llll'n. ct de ceals qui i'eivironlint,
pc..voy 'nt 'ip: flibiliu.t de s'afl!ebler d.,n les
clculilt .cesQ oA i ,i t;c'ive Ie pays I ont delibe6
dez s'aiocuriear matv n-Ce lie u et Ie inena jour que
I,,li c d.,ntvl-e'rd ,ir;t- iiiire chef lieu ia effectt
S d% proc~i.',ir a',:lit.- s nominations, et da no for-
ecr ave- ele a'.'ue f.uo e a214m n lee.
!,a thofe a enu Ieu de cette nmniere : Le 17
ht na.ire, les citoyens des trois fect o.ts do canton
fe fIitt rsitnis a Sa.rt-Hilaire,, et tous ont kt, admis
a y voter ; it nc s'y elt elvp aucune coiteilttion,
er les r:i.niivatiois 'des jo'ges de oIa x de fes
aTi;fleurs, et du pr1iidient de i'dmi:,ifiration mu-
.i(il.-ie oi:t a fires dans !a mn-in&e fea:.ce;
cepcn lr!:tt le jug6 de paix nomin dtoute de la
i>- l-;;it:i-mrt de Ion electionl, et rifufe d'entrer en
f )ilCon.
C'efi dlnc fur Ia Vg idv6 d cette noio:iir.on
qi. d'.it r '* iioilct'r i e cUlpi Ieifl,,t.f, ciha!', t ar
SaI1rt;( 1,2 i !1i de 'a, :t coifhi uNti n::e!, d ftiatner
ir Iti va!,wite drs o ieratijns i es aietnlb lc'-s pri-
!.: o:,i:it;ir;n prme pn p_ qiue, h hqu,-- fiction
d ;i ;iii i .li.. pr-r- .i c '' *1t i rif:i plu s de lit i 'I cCint, t
C: .,,;int ,' i -:'t: i c nti: ciry',1 A M pr'(f: n' ou .:b; es
aa't m-r t de Vrj r. lU efl ce:t.in 'qu lIs i o is
I ctioo.s du car.t,:i Id Saint I-,ai:e idt.nt r-un s ,
e:cralet < c-' ii-lbri'te ; l'cs devai un rdopc tof~;:er
r.- aifl I.'- p im.i ,es; na li npoflibbli-ic te
Ikc*, f,t.s :'r 'lt eg 't-tiiei:t rtcoli ue. Les b.igin-
d l.".e', s Choua;is dans ces cuntres, et les
da- ;er! qie courent ceux qui s ccirteitt de leurs
crcullnin e .re font p.s moins conflans ; ainii ia
n 'ceii < d,: Ife reiliir en utin ferll lieu i.trint eta-
bl- a la leg iir:titd des operations doe Leue .aiiknibd!
p: 6:ir in y.vcr.
L. d:rccioii e cxcutif invite le coofi' des ci:q
ctiitS Qi ""';n'le iroi t".nna]t ct ob)tt ent con-
li .ii'.,n pouir quoe li canti d Sin at-Hi laire
tn toit pas priv6 p!'u locg-tnm:s de ftn j dge de
pa;:x.
".M -, i- .L, LLL ; j.-ii.- I
Par le directoire' executif.
Sgn, LA. ARDE frci'tai. c-ge'iradl.

Etrit dLa r, r ij' deii/iratirons d diu dectoire execatti.
Do ni'i:ul. l',l 4 de la Rcp.bli;au
Fi,,lV a f,'.

Citr,,vrts ig:fl iteurs, le eci-.lev ant prorcreur dec
.I ci:n t,:l'.ie d- I.-iae dij art-iemenK du Nord
a detinov,. i:et tie'- e ,(-utit un (ait qui a eu
It:.n cists w0 e ai iii.fe 'tilllrei oh cette conm,
nmit et tur l.quil ie cvrps 1 .' li pcut faul
pd:r-,iicto.
S vu;art l; pro in *i&s enttin is da;' :s une aWiTr3e tin itoyell,
rmi nld, e de l'am.iti.nib d pr inuiii. 'e a quatriitne ve'-
tIri ,oilvroqwie poL-r 1i 1-llnn'rion des ofli .ir.-
ll,unit.ip ux s (tar,t -rQe. ntr au lrean pontr votoC",.
t0tit a eMu iS fon bii.et a un Icrulc-.ttlr, ceilui-ti
Cel a lubliiiui un iautre.
Ie fl't a ere 6i'e .onl pat- les citoient ervir nn-
mant Ic bureau, c! I'i' li ..ft e r n(Lie t i,. v t. riei -
Imentr p..r 1A raec.r.nfiiimce do billet qu'a jerv a
lete l f(i'utitattir et Ia formallinl Arit noolveau
p.I le vt.nr.
I,es con,,illhirts an rerenfement gndr6al des fu -
tiags thlltes fu; ce fait & onrtet utia'limflment
\ -


4o0
d'avis qle hnafembbWe primaiuo de catte fiction
devait recommenicer fon rutih ; mais ele s'y rtt
refulie et en a maintenu la validity j au noyen de
quoi le recenfement s'eft iffecti .
II s'agit done de prononcer fir Ia validity de
N1lection qui a fuivi.
La queflini parait d cide par 1'art. 8, paragr. 7
chap. c" delay loi daiu aout 1790, portant que
les elections de officers nunicipaux et des notables
font nulles lorfqt'ilfra conflatqu'il y at eufuppoftiton
defififages, ou qu'ils ont ete captes par des voies
iliicites mais commie P'ait. 23 de l'acte conftitu-
tionntl, tit. 3 porte que le corps Igifatif pro-
nonce feiul fur la validice des opera:ibns des afllfn-
bles primaires, le directoire extcutif !ui fomniat
cet e:;polij et Pinvite A ptonohcer d-finitive-
Sig.e', REUBeLL, pr,'ident.
Par le directoire exbcutif.
Signl, LAGARDE, fecfrtaire-general.
Ces quatre mtffiges font renvoyds aux commif-
fi5lus q iis concernenit.
Deofrrnmut. Le ..ircitirte, dans un mnflage lu hier,
a

I Plus nos .nces fsrt .en.'. ,i-
circconIttnc, ; dcevi-nnent itn mpriu, es' 1 t. l
exigent le niveau, ou du mnoi;ds "- ., I
rapprochement elttte la recette et l a dtenf
( tc-l"jay nous >i,.,r,,, erons d'abord, l efe
des po eitmulff.tg., k lie doit le cal. uItac Pe
I>.oi qiu' 1 rrifon dae ;'activit4du fervicet de]aelqu.
le d1-s obec tqu fe tr.nfportent or, it elaqrt
qu II ci.ule ba.ic.o,,p motins qu'altreftlis, Iet
vo res ubliques, d ces obts de dcea obi
lute ou d'aifance, qui rapportent le plis. Le, d
vice eit element rallenti, qt'a pine 1- e fer
itqui o'naient leurs retonrs en i y j ors, peuveni
Slus etffctcer e;a un mors ou un moi et dre
SA cette prirem e con'loration e r,
i(eux qali recir.hant Is i r4eapt1
millions td product da 1790 I n1us joo tel
qetl .tt de la frtunee pub ique Los .
iA ur 18 motient auir fitisfaifant qu'on'
1l deflRer, c.iffe-des ireources affie!l qi
rien ne nous *emiFche de d6f~rcr a la ihitl.
itiin -attelle des tcofes, e. tde facrifier que,.
ques fommes touj ours avantagerufemenit rlee
loaquuelre frrvt a affurer le f i-
a entletenir les ctmlitmiications e tlat ,u (i l.u
da: s i'Etat.


mis i la difpnlitii(n du minniftra de la guerre. Vous
avtz ch:ig gi u-e commiflion d'examiinr mgo, as votr. mmifllion charge d Iex
or de vous en fire un rapport aujbuito'ii. Dix Poloi f 'r ltinSa tit' a point, pris pour ..''
objeos ont fix6 les regardsde la ccoii, iili.,n nionIt opii a necei e e fire des i fiif ;l
je i:is lorgane; I'ftat des fa mms dedj donides, s'eit convaincue par .des Acfls i.si.:,iI'.1
d. le-ir emrpl, et cells des d6,en(es auxquelles q'e ks 'p1otui'ts doivent i peu pre o ,i.
I: f,:,t Ptuirvoir. Ces etats etaient ints par aperu, I e~ "t. qIu s il y a encore q. -Iq i d I ..
"u t'cc. e adieil par le dicc.oire. En .ttenda.ict li'Ce 2, c cIt andne. fur (ids plri-.pcs 41.il,;
q ;- /e e pus amp'es r, fi-ltits foient. fouinis a tin i r'e.r- (1on ne doit jamais perdre de vi,,i,,
ex.nnen plu:s d..i il et .uls a pprofondi., i faunt S tl on gLtoivernmen n i.
or. le l-vice public n'tpruv e ic tterrup t Pi exemple, n avait t66 frappi dI ,a fixa
V.-tre cim;niifilin vous propole le project de rcfo- 'o de la tx d iettrs a u ptix eln i'i, nis
lu n u!v;nt: qino reprfent que c capital x pour un, tandis
Le confeil des cinq cents, fur le rapport de la '0"n n. r ot alfg ;at qu'a c~it.caitx pout
t dilltonne oiraffig,'l t t prci. t
c'nl-miTifimon par liii nnmm6e pour l'examen du dns I tIifii firce.
F1 3la;ge du directoiie ex c'tifi, relatif aux fonis Cette conlire adion' doit entrai'er tous les ef.
iiriil'.ircs pour le fe vice do ea guerre ; coiifidrant p 6raient encore dans Ti'id-clion. A. cj.
qu'il eft i:di:pcnfable d'.flurer ce service et de ne P"X do a capirux pour un d-ns Ia tixe.de
paS le ccimprcmettre par des lentears, tttres, ii t1it ro1uv que le poias d'u -qlintal
D'cliae qu'il y a urgency. pale 3z,ooo lives. Ctte fomme "eR t eiat en
cae quil y a urgency. comp-iriaifo du prix de tous autres tr.nfports,
Le confeil de. cinq cents, apr&s avoir d6clar6 Otigitairement le tvrif de la pelte atx lett.s
I'urgence,,sprtll ia rtliolution fuivante: a edt calcu6 au viigtinme de Ia 'i e qu'ef
La treforerie national tiendra la difpcfition du cenie fire le com.nllioannair-e al.ait a pied et ati
minil:e d c la gretre la fon:me de 5o millioris en i'lo"dres fais 1oiilbI-e. Mai es relasans~ oit
ln.ir- mliqe oU Iur vaieur en a di- element mut;pliitS aujoujd'hui, qi'il e.-ofi.
Sai mtliqe o lr valur en b.e de ne pas s'arreter a dcs calcils ft. ngoa.
s. r>ux, et qu':n peut ne raifonner t qit fuile
J.a pr'fente ri4fotion fera portie par un meffager roicds en tr.affie, except pour les ,peits butreai
d E,.it ant confCil des anciens. q':e I'u:e des re'o!utors parmct de fJpp;imer.
Ce vrojat de rdfolution ell adopted. Enii,1 ,'on dit conlide.e: que ks riches, los
Sg-os capitaliltes ', I,s g-ias do commerce et les
1. h/'i,-c Dc!icvie. Ie confeil a du remarquer que tifeus d'affaues n font pas Its le uis els rcevoit
les tia,,.iLx co i...'ncis pour donner i a f iie i des icttrer.
qu'il oc..ipa tiOne feline "ir-ive! l ctaient ini- lNo detend.reiu s qui fort aux fror.tire,,leurs
tetUolpups par 1Ia er.tue de fs fianrc-.s : la c,:-n- f.,;i.'les eiitl(z emenat atrfi ldes corirflpondalcts
int1ii-:n des infpccte ts fe t:ouve en c..,if.'1,..e .ce q.i'il convitir ..!e' ht for-fir. iNpis a ons par co-,
ib:g. e de ftiirte ir-ai:icr :a nuit ; or lez zra.- t iequr t tdes in otifs de to-us co;fcler lors inmA
v.iux de nuit o.it tre;,-adlteniJ.el ., et c. ne pro- q .q nos fin;a;ices etiroliveori nt des piettas.fr Ia
curelit quei ftpud'avapet pu 'avaie t dans Ics-(h n- taxe tmo0e6ee des lettres.
gem!ns__quti_ufritl fiLre. Vutre cormillion vous- "-Apres tout, Ii 'oi veut tirer un grand pari
invite A kver -o'tre f6ance de bonne here, et d:s lettres que n'abolit-on les franclifes it .IL
a lui la'flar la joure de de domain entierement cottre-ftemgs?
Ibre : ces trav.aax lcaiant termintis i Pouaer- A q. oi bon tal,lir ou laifflr fubfifer des pri
ture de la fian!ce d'apres domain. vileges ? Ne peut-on pas charger les admiiiitRatlons
Le confoil s'ajourne 1 octidi. d'emp!oyerIle f ais do lesrs ports de let-res cont
objets de depenfzs, ainfi que leurs frais de bu-
La f1.nce eft levee. reaux ?
C ONS Mais ceci n'ift p:rfeot6 qciue come bhWervatioi
CONS IL DES ANCIENS. ii nous tufite de favoir qfe le has prix dss lettes
eft capable de couvrir la d6penfe. pour adopter t
Pre.e:nce de Vcrniier. i* trolution relative a cet objet.
En te qui concerre les meffageties, on 1 Ion
t A 1 c D i .6 N i V o E. oil nmarchindiltes, s'ilt y a une li.lt.oill molli:eIw l
celle de l'allignat employ6 dans I'emprunt torce,
L:.mtcro. La commniflon que vous avez charge nous cn reccnnaifflans encore les motifs: il tfu
"2 v\il:. 'tpr'ei'ntr urt r.nport fur les trois r fo- venir an fecours des citoyens pen fortunes.
Ilt otis re tiess lSu -taif des poles et meffage- 1I faut aufli ne pas d6courager le public, en
tie; s'eit emptffl.e de remplir le voea du lui prffentant tn prix quti d ffraia, lorfqu'oa ne
coinf"iI. calcule que fur la valeur nomina!e. MalgA fIl e-
lIa macitre et important, et d'unie extr& ne dtntion du tarifen cette partie, nousdevonsfnols
trg nie. attendre a des uiclaniations. Puis vous devez felutl
---lar i:if-tffiance i tar'f acttrl, on aviit cal- de quel int6rdt pour hI -Rpblique, iled Rt deuitre
u't4 dvans le couiant du mois dernier, que les tenir la circulation des perfonnes et de tousle
ia.cmnluites des dem-ies des poftes devaiertt mnon- obj.ts de commerce.
ter a 1752 n.illions' pour tine annde.' La pette Pour la pole aux chevaux la bare de cenat
tfr lks :an;lports des mlffigeries s'dlevait en rinm1e pitrux pour un a era filivi et rien n'e(tplusult'
at.n a ptes de cinq mil:ioris par jour er les Les entrcyrencurs des relai lfont rin#, l i jlab
podaits-de la pole aux lettres 6taient prefque donnent re device fir totes los tout Os. i-
nu s. ils vexent lis voy:fgeurs, en tirant des ptil
CGFt roitllement de la firtunepub!ique el tro-p bitrairet. -.,
coit -oi;abte pour ie pas fixer les regars dui La r6fo!ution qui vient leur facout'rs et
g,. ,iirtnctient., Le tarif qui vous eft prefent6 leur impofe en n&nme tens I'ob'igatioPn doire
d.iis ,e s trois r'folutions foumlles a votre examen service conflant et de bonne foi, a 9dopr pr
a "l' iobtit i'y apporter remede. votre c.,mmlfion devoir re adopted ,
A-t-on iholi des Nmoyens couveriabes ? a-t-on /'rVine feu e' obfervatiin qui osU a e6 at,
loijoir dg etIr 01, du Ylwris de rapprocher la motfou d'ordre, par notre Col6eu : ti, 'r
SQrecc le de la d6lenfe ? Corvient-il dans les cir- paru fi-apante : elIe alTectl 1 Ifibilirte d. olti
conllanccs ctuelles de chetcher ce niveau tells cominmiflion ; elle I'edt arr&te, ft Ile Ilava i pe"i
lout !es queftons que la comnmiiion a cru devoir que les befoins dans cette rartie font d'l" cettii
I "r,, r, et qucile a prices pour bafes de fa urgence. Si elle me s'eft point arct 0 di
dcaioi i cult en voici la raifon.











hato q police qIe la confltution ddfre au
lt'- -..;if ort de ,ai iI.. centre uin abus
-dilltl" a s citoyeins a pe'r ians utliti pour
qui .PLa coummili on fe perfuade qia'on peut a
b ~gad l rpofer ftr la fageffe du gouver-
til ous fonimes r publicains ,par c nufquent
la'jles p hi!ai'ttropes, et eI" pren'er de nos
belofis elt de veiller Ila confervation de nos
C0,jLiltoenfS-
1I Coan'nillion vot pour acceptationn des trois
,lblior 's- -
Le confeil pronounce cette approbation. II ap-
r efuite la rbloluion lqu; ordonime la men-
h du trait de dcintlitfleme..t de

Li fance elt le e.

sfANCc Duv 7 N IVOS .

' .tosfeil approuve ficceffvemex trois rdfo-
Iltion, routes trois prceddes de Ya declaration
La pieniere met a laa if.ofiion du miniiflie
de a la. urre unefonmme de cinquante millions en
'umbraitr.
I, li nid aiitopie l; tr~forerie a payer aux
jigs dni tiilbi de caffation des a compete pareilk
aceix q'sae req tivent lbs rnemibres du corps egis-
ltif, Ii leuiurindenite.
L[i tii.l Ce autnrife la commune de .imnes a
tr, i i.e n"illi'ns vu !a bat'f des -.l .l..rt ,
.m,,mrp o: nlnrira de dqux rPi lions til 'ut a
I pet'is de fire fur e'te-n;e.e, pour achtter
do l bl'iiia.c et.
Le r,,;:. Le confeil des cinq ceots n'a poi:t
ten de .ia,,ce aujourdhui ce&:-lors ji (r,.is inu-
Iile que le confeil des andiens en ait une de-
inin, puirq'il i'aura poi' t de travaux prpr .-
~s je ipropofe au coifeilde s'ajourner 4 apres
demi;n.
SCette proposition eft adopted.


L fiance eft leave.

.CONSEIL DES CINQ CENTS.

siANCE DU 8 NIV 0 S B.

'Hourie'Eloy. DtejI p'uficnrs memrbres du cornf.:il
cntappej6 vote attention fir le-tort qui lti-dl-
tilt poiir le tr/for public de la modicit6 du prix
du'pspie ti mb.e.
SVos zvI voulu ql'il vors filt prefentd un pro-
jet dc r6ilo.tition fur cet cbjet important; je viens,
au tnn .o la coniatiliion Ue2 vI;t's cn av z lhir-
S, le Ioumettre i votre dilcuf!ion.
Yotre colmiiflionnI'a point c-i devoir s'occu-
peridii droit d tie inbr n lii-n. ne i ceite quef-
tiomI apartient au pladn g ne-'i c s Ii nie- et
paticui~ rernent a la pasticd du dr-it cenr'.ift. --
inilt. D'autres membies du coaledi font ,bliaig
'de cet important. travail.
Diilleus urn plan general Ct nc1e afi u-e
longue di:t.lfon, et-lr timsp,'.J. :- i'.i.It b.:tfi'
du paper timbre devient chaque jour plus ond-
eule ani trdfor public; ii f!ut un lemede prompt,
d Votre commiffion s'eft done bornee a vous pro-
pbfet un projet'de refolutioa, don't I'tfflt pu:ff
rdlituer au tr6for rtajional lI r:-vE.nu q''il .'etai.t
promise o:igiinairenmert en tibilif.nt cei i'orr.
Le droit da timbre icfuel fut d'ab;'rd fixed par
urte loi du i fLvser 1791 i ii produ;fit alor'
environ dir nd11i ,j:s .amil!elemn.g .
SLe frais d'a Sbeaucoup aug'ernttf le product ou timbre dcvvint
iL-a- -lnii'a. r-.ui-..'.>i 'I--p ]i.t
6 bandonner cette branch- de revenue; ( t, pa- une
loi duli5 melfidor dernier, elle ptab.i tin ,i'ni-
viut.riv' qui doub'ait a peu pies le dro;t fiX' par la
premiere- loi.'
Cetteaugmentation fiili':ait crte:repoque. M Vii,
d4'16S tous le-; reniti:nt.-nfe s pi:i npar vtre corm-
tnifliop, le paper ti;lbri' eit t:ciurouip mois chzr
ajoutrdl'hti que le papier o'dipaiire il e(t jet6
4dins la circutation pour Un torur aure ufage que
elui aq,,el 'a,loi le delt ini, ct la dilhril-buion
en dlvi;nt thlaq:e jour plus on=rsufe au gou.er-
nmnentr.
Vou:s vou'ez fair cdL.ir cet abus ; vouIs vou'i-z
q'e leI trpflr public'ne foit p':s pli., lotg- t-nms
priv6 dt revenu qi'il a droit d'at;endre. PoLr y,
PFvetir votre ,,, iiiin,,-1 1 vnis prop f* d'ai)g-
ienter le pt~ du papier timbr; din.is la propor-
ton d'utn avir g-, Icus leo rifr :gnctnnis, tous
Jet calcult< prouver.t que cctte :.. :; Ic ili falt'i
.t Au farplus, cet iit t, 6etraliement dolces, elift Oiel'iniperceptibLe p'r
fo0 extreme di.libiltl:: It en erna de cillme de
,gtontation que vate iomlfii,lS vous pro-

.Le raporteur propofe un projn t de rfiflution
qui et aap't6 eu ces termed :

frLe0 o4ei dl s lnq cents confidrant que les
al3t dxlt e't de traafport du paper detfine d 6tre


4c7
tunlbi excedent le produit du droit de t;m'..re fi-(6
par la loi da if u Utildor dernier, et que la dlilri-
bution en devient trtfdr public,
declare qu'il y a urgence.
Apr6s avoir dchart I'urgence, le confeil prerd
la r6folution fuivante:
Art. IP. A computer du to nivere courant duns
le d6partenent de la Seine, et du ro pluviole pro-
chuin dans les iutres dparrtemens, le ptri des pa-
piers timbres et les droits de timbrg extraordinaire,
et du vija poar timbre, front pays aini qui'il
luit :
Timbre deim en'i n.
La demi feuille du petit paper de neufpoure<-
fir qiuat-itze, fuille (.uverte, comprise les quit-
tances de contributions indirectes f liv.
La feni l. du mmne paper, o1 liv.
La feilil'e di papier inoyet de ctie pcuces fur
fcize, I fliv.
Cel'e du grand paper de quatorze pouces filur
dix-iept, 20 Iiv.
Ce.le du grad regiflre de.dix-fept pouces fot
ving unit) Z iv.
Cei e du trb'-grand regilre de vingt-un pouces
fur vinut-neuf, 3j0 iv.
Pour lie.tjbice u 'vifi du timbre de (haque feuille
exc6dant cette d'mcniion, 40 liv.
II. Le timbre du paper pouir exp&iition fera
payd le double du prix de celui du niame fneorat
dfti;~6i ax minutes conforamdene t Ia lart. V de
la loi diti fvrier 1791;
Timbre rroporiiorinc.


III. Pour les effl-ts n6;ociables, le timbre f a
pav dans les proportitbn fuii, ante.:
P'or ccux de io,coo lii. et aL-.leffouls, zo liv.
Pour eeuxde io,oco !iv. 1 20,000 liv. incltfi-
vement, o0 !iv.
Pour ceux de o,ooo000 !iv. 0,0o0 liv. inclufive-
innt 40 iiv.
Pour ceuxr au-deflus de 30 oo0 lives iudcfini-,
mant, 50 liv.
Quant aux quittances.coni p-ables, elles ne fr-rrit
ddformais afl t.tties qu'i uii droit de tia.bre fixe,
come les qui.tances entire particulieis.
IV. Lorfqi:e les effets ne firont'point payables
en affignats valeur nominate, ils r:e pourront
&tre foufcrits que fur du papi-r du timbre propor-
tionr:e aux founmes itipu'ees dins ces effects ,.multi-
pliies par re;t.
V. I ne Iti pay ] que la moit!d d- ces droits
p:oaortionne:s\pour le timbse'ou vai(d de rtmbre,
des effects verant d.e i'ntrangerct payables en France,
coitformmn'.e.;t a 1'atti-le III de la-ioi da 11 f:-
vrier 1791.
"I. Lets timbo'es actue's font ma'ntunus. Cepen-
2ant I com;it:r des Cpoques ci-dtffis, du 20o
nit~vof curait da-,s le dep;'vtcmtnt de la S-ioe,
-r du to pluvilole p'oci:-ii dans les autres dt6c.r-
temiens, ti emiprii ites leront frappes en ro: g',
et its papy rs timbre enl nc ir ne pou:rbnt alors et e
employees qrc'aprbs avoir 6- coiitr-mnalqu6s de la
nouve le empieiare.
-VIT. II -.a li'lie -at tcute peTfonhe qui ferait
pourvre de papers timbrds actue!eme)nt en ufage,
de les roverfer dans les buireaux de dift.ibution ; le
prix en feia reniu fur le taux lix6 par la loi du i
meriidor dern.i: : cetre facult n'aura lieu que juf-
qu'au ir" ven'ofle prochaiu.
\VIll. Lefdits joers to nitofe courant dans le
diparem-ent~ de la S-i:oe, et to p'uv Se prch:li-i
dans Ie; autres dipart tnmens .le cmi;ff ires do
director exucutif prdi les adiminifthaions m 'nici
pales et a 'uIcr defeat, 'des ag .g-s ncimmn s ad Loc
par les administrations dA ddpartemnot corpftite-
rnt par inventaire les quantities t (q'a'it's des
011-14,i t;U,,, t 9.-.01 *, r t '. ollt- -, unf -
bureauix de dtihibution etabiis dans leur rro:ditle-
ment refpectif: ces inventaires fero:,t fits dolu-
bles, et cert:fiis tant par leffits con-minr,.iires oi
ages, que par les recevours de Pladminiflration du
tmblre.
I e- memes comm'flaires on agens art teront aulti
le m&ne jour, I !la tuice dl dernisr enregiftrement,
le legitre de recette.-n timb eextraordin'ire
dals'les lieux (Ui i en a d,4 tabli et celui du
vifa pour timbre qui exiite dans les bureaux de
dih ibution.
IX. Les contraventions aux difrpofiiors ci-deffus
front punies des pines prononces par la loi dnu
I I'fvrier 179-1, qui conitinuera d'avoir fon execu-
tion en tout ce qui n'eft point contraire ila pre-
fente rdfolutio:'.
Lcs amendes prononcres par ladite lo i eront
payees I raifon de cent cap:taux pour un.
La prt'ente rfolutir'n fe;a porteo par un meffl.gar
d'Etat au confuil des anciens.
Le directoire executif adreffe au confeil le meffage
fuivant :
Le dirctoilre exicurif au co 'feil des cinq cents.
Citovens Igiflateurs le directoire exhcutif ne
petr diffierr plus lonwtrrms d'appe!er toute 'at-
tention du corps g flatif fitr les migrds des
Colonies.


La Convention na.,ionalI crut devoir ij "'r.er ce
jt d'e ule t nugei.ce ct iiteet ii maliu;r, U If
efidmorr, an 3, loilque le comita de falut public
i propotJ dans til rapport conceuatir PtVct't
SSaiiit-Dominngue, d'envoyer dais les C.,les i.-s
lois firlcsemigres, pour y tie ex-cuties t.SOlnia
i Fratce.
Le moment eft arrive6 oi les lpiflateurs de
R4publlque Frai'qaile qui, par trtp indulgencee,
nt 6ri'li voir pfrir la chofe comnl.une deivent
apper d'antthmete les enntmis les pl's irretor-
:iab'di de !a lbbert6 et de l'.:ga!ite; I1 faut qua
s ctmigres dans qieleue lieu qn'ils otfiemt,
e q'lclque nuaque qu'ils 're caUvrent, no piff-r t
h ipper au jgiBementi que l aloi prodiilnd6 coitre
ii.
Toute diflincrion entire les mnigr6s de France et
eux des Colonies ferait fouverainement iniulle,
,uverainnenit imnpoiitiiue. Eile perdrait ros Colo-
ies, qu,- h iierte'pe ut fcule 0nous attacl'tr, et avec
a rtie do nos C Solonies s'eteixi'rait tout eft.oir de
iablir nctre commerce, et-de pi oruler a la RIpu-
:ic:e Oine force inipuifab'e d'abondance et de
ic.fperie rtlle.
La C:,nvcntion nitionale a pu lonq-tems f&t
:!tne en t'rret-itrr uane, Cpiniou publiqcie, flu.-
rce ct nicnlirgrr'. Lor:g-ten's on a pucioi'e qu'on
ob.vait tiairnigtr avec Ij nature et la loi fur la
b.:rxe des lniws, et fauver nos coloni s en corm-
inttriit In cl;me dc leze-droits del'h mine. Qul'-
|ies Ir gifaleuts', t, cmpis par les mrenies de 6 'aii-
ocratii, c lniale ont pu ignorir les iraies. causes
des ni .heu:- qui (on. di.vafteh noS colonies ; u11is
r rapport ce la c mmiion chagc e de dcvdiler
a vc; itd ei.veloprpee de t.ait 4 i.:trigucs ne pt.t
en laiLr piIs l.ng ttliln dants I'eretur.
Lges pr,~ ttciteuoi es d e des colons mnli-
gres d.,,,. is le dift r i til.n.-,Ii .., t les fo die's
Pouvci:s, t qui -'tn tt4 7rt'ccfi:,vnle't ,anM-o-
; i ,roycdljis tet modiras fu.vant Its p-triouicS de
a rdevlai.in vidil.iront-il encore in e fleer vot e
comiifidration, en vous poignan;t la perte de !'urs
mininfes furtur'es, et le d. nteminct danis lequA
is fe trruvent ?
Mais le c'crg. la noblefle ce France,et tens
es emigids d'luiope n'ont-ils 1 as 1 regrettir !c
ou.tiances hur le'quelies ius foridaieamt l'el.i':v.o
u People et n'ont-ils pas crie etux-a&ci s luir
nailfee et leur home ? I s r'c-U:ieit atili Ia pile
du Pcupi e rl-'rnais, ils fe difl.t aufti les vitiincs
d'une idvOiution qui les a forces d'abandonner
leurs foyers, et tependant la co'rflituticn leur
interdit a tous et a jmanis l'entree de leuir
Pa r'e.
Diront-!s, ces m&nig-s colons qu'ils ne f
font rttirs. a;.x LEt .t-Ur:is que i our echapper
ux troub',es de la getre et qu'i.s orit
rerlt en pays neu:re M.:i le rep.ars de la
pl\part des emigrds de Fraice qui oi.t caudn
tant de maux a kur Pattie n'eia ii pas en pays
naetal ?
Poulqi'li ces co'ons, fins cT'e r(belles aix
lois iopt is pas piis les arils pour leIs 'e-
fndfe ;,i..i que les in'g4lhats qui en eraiaint lus
orgarnts ?
O.i nop.tt p's .di' .c r auijourifhtri, par les
cor., pondances iin'rcepter s ct kls rapports ofi-
lels des agSns de la -epulique que P'hilaicl-
phii ne foit le fi g- d-un comite anglais qui
6cl'ape fans doute i la surveillance du gou-
vernement amricain et don't les colons font
les a'ens, de mnme que Is en'trirs Ti ale faor
les ag:-ns p!us oftei;fib es d'un consi e a:ut ichicn.
En fliupofant nm&ie que Is ielig e.s colons
n',uilei t 6 qu'al.z li-hes ',our fe fouflr';ire
aux mnAihurs de la guerre qu'ils asalent rovo-
ide par leur rifid-arice autx lIos fur lalri r
es Tols tt qu i s n'eul tcie rid ans I r T. -
U.is que pour clie:cher un alyle ne devaient-
lb a p -s a-n os i -- -ter d regagner le trri-
toiri f.a;.nais), td&b qt' on leur en p:e.entait unl
occifionhcnorable et uare ?
Cependant c'eft 'n -van que ls miniflres de
la pept.blique en Anieique les ont ti it ter
par -!es avii oflitiIs Far la vcie des journ:ix
et affi h-s, I r. '.,i- r en Frince en Itur (.f6 t
dLs paffages grtiits fur Is iavirts de la i, :-
blique.
ro'ujour:q i' ont refiu dans l'eryprance quil
les trioi phi.s d s A glas tt dies ELi~Sgi ols h urIt"
fiilircrai :,t b 'nt't I ocr' aiou de remntrr dinm I. ut.
foyes flt ii, ,s de l,-..u nl pyr l'-civ. pouvoir y reporter tout UAg.ctil te la domination',,
b, viegI.ai'c et la moit.
D.. Des h.ni;ris qifi i> diHfant rifugids et perf c -
tds au', q els 1a R:ptAb!i.tue tend les bras loF-,-
qo'elle avait fl droit d 'etre Ifevere et qui (prifeerert
ie s*'n tenir Cloigli~s Ienndant la crife tivoluti-hn-
naire qui agi:e Itur Patric ct qui lo;iit:ie le-
fecours de tous ne font is pas do vrais
migr&S ?
D avrrs tous ces ddveloppemens, 1cuil:.ti- in,
fans Cre coupable tablir urie d'ffience centre
ies (mg'sd de france et ceux des colot)ics ?
S.Ps doute citoyens lIgiflateurs vous ne le
penfercz pas et vt tre juilice ne fecr-a j.'mais
enrttave _var ces hown'es peSfiles qu i R.,,li(lf it
auj ourd hAi'avec bafffie et hypocrila devai:t les
Strioniphes de la Rptiblique.


I I


----~Cslll91 III*IIPITUII~LII~ 1=_-~3~III*~IIPIIUII~IYII


p~b~e~CI-~"







408
Leurs biens. juftement acquis ? la Rpublique, i Iinduflrie et l'agric'tUre, le ccmrmerce ett al j PaitJ. U;i ds I/ .., a p1 a CIu ls!re "
nonteront a deux milliards en ecus quand une rufacture-s, a r at.'ii intrrete ec tots les rcpaine ai cie i-cntenrd pce '
administration fage et 6ciairee les aura retlaurds. travaux pub r'ics, le pores et ii-. l l,, ar-tti f.nt oua s fiu, douIe, maitiles 'l ite lsy
Vols rrouverez auffi en ftaifiat refoecter vos I lI.uions tfeaient encore ;ff z nrotibreft-fs pou.ur co- fiutl!est.Le bureau de police -aur ent pas
loi juttes dans leur rigueur, une nouvelle hy- fmnler toute Yl;ceintioin diu inIt ilht e I ints- lance, et n'aura jaiais fraction : ierla fuirvl.
potheque pour la dpenfe de plufieurs campignes rieur. Dumolard a provoqu I .examen d el i
qIae I loyaute la fagefle et la moderation du Votre connrn:lon, en exanmn; t ce iirj.'e, a meoir s'il ne ferait pas eine pour 1I '
Peuple n'auraient pu i viter ; ou ft nous aviot s s'eft aperique que I dematnde d'ein feteme i- I do'entdre fir toute la R up,;,lii .teri t gulN
la Fa;x une relfource *particuliere qui .elevera niftre ntait concentrie 'dins liarondiffl'mnt di dai minift.e que vous \alltkz i~-Ihe f ac
:ui plus haut degr6 la prwefritd de la Rd- dlpirtement de la Stine. Elle s'elt demand e s'il nent de Iobnavi. On ne e,''I JV uis etire.i
ubliq.le- ne convenait p.;s d'eteinsie cette prop ofiion en police 3 Paris, quna'=tnt ":u r un, bur
Le director exrcutif p6n&tr, de I'impor- compreriant daJis les attihbutio:.s de ce nouveau ui t. .r ls dipartemns.uo la o.ilu t
tance de 1objet qu'il vient de vous foumettre, mimifttre, I'extcttion dos lois relatives a la pr:e que e miifimie pounlvO un crlinen ouoll zv
propofe au corps lygiflatif de prendre Pobjet de g-nerale, i l frcti et a l trainq'iht3 i.,.t e'i-" reftkgie Paris s'il ne fitt pa rte ui 5s'et
ce nmefiage dans la plus grande confidration et de h1 R4ublique. dn tel ddpartrnent. Si vous divll i oe
'de dilarr que lois l fr ales inigris front en- Des confidrations fi prft ntent pour fire adop- plufieurs oiniAres, Pe i fer ~ n i rel j ti
-ytA c4 extictdes dans toutcs les colonies come rn ter la propofitin du direct ire executif. D'abord ql1t frs nt obliitr s d'en tret fr il h lt relations
raen les motifs de a creation d'un f.piemre niffi-e qu'i erdpoiont dliiercrle en b f rott
Si'n.i, REUBELL, prfident, ont l'activitt que doir avoir la p[)lice, ct fim- ilerait nrcerflire d' gir. te pendatle
Polt le directoire ex6cutif. pcffibilitt prefiue, t hyfique qu'ei'!e' ait lieu fous Mais on fermbk-craindre que ce povoir imme
Signi, LAGARDE, fecritaire-geine'ral. uin minifire (h rg de tr',p d'attributions. rni dans une feu le main, roe odevoein ti
Paris n'eft poiit uine cornmnlne ordinaire ; elle fiit i l iber i.t Cete crainne e f n i Oriq
Royer. Je dertande qu'il foit form une com- renferme le corps Itg n tf, Ie diic-oie exe- ee CetteraInte chiique
million pour s'occuper de cet objet. cutif, et les premiers etrb ileijens rnationaux. Sous et app dmander c, tadis eie le d r s arbtinit0
Leointe. De cinq membres. ce rapport, Paris appartient ] la RE6ub"ique en- aient donnesr an ifre d n'tnieus r
Stiere, et non au feul department de la Seinre. Si fil f
La proposition eft adopt6e. Dans tons leg terns on immene population a t;itte 'at vit ot era b ro:rn, I a re
Bertabolle. J'ai une observation,, fire fur les nicellit de la part d gouverrement utne furveil- des mains du miniflre de lint&ienr jee vois n
(hangemens qui viemnent d'&tre fits ai'a fall. lance particuliere. Cette vaite cite, L. centre des inconvenient adopted i fr hImp hal
Le prifident et les tribunes etant plahcs i lune umieres, a toujours etd, mrme avant la rcvo- qui ln i ef prentde. p ton
des extr6mites, les membres places a l'autre ex- lution, le rende vous des habitans de la France Ji m oppoe a iajmrnement
tr6vnit6 les diftinguent' peine, et ne les etn- t des stranger. Pr ui n le ber- i'
dent point. Je m'ttonne que les commiff.ires- Dp la on, Pa qu en a etle ber- ifck 'ax. La queflion qlu voiu occupe s o
infpecteurs aient ordonn6 ces travaux dans una ocean, a vu tout-J les conjuratiorns rb~oiomenter doit pas rcmple rIhaimoilie qui exile etdoit to.
fall provifoire, fans en avoir fait agreer le plan dans fon frin centre la iberte du Peup'" Frangii, s ours exifltr entire toutes les brandies do minilf.
au confeil. Je demand le renvoi dte mon obLer- tet rennire le ir ram:hictions "u'ques dans. 1s te.re ; je penfe nu'elle eft -fz imliortante poir
vation A la commiflion des infpecteurs. ddpart.:nmns les p'us e oigne ParL' et devenu le appeier toute vote attelition.
point de raJ'iement des fa-tions, et le quartier- Je vote pour l'journement.
Pljieurs voix. L'orde du jour. gienral des contre-rcvolution:naires. s p a n t d
Boudin. L'ordre du jour motive far ce cq'on Ue nguet a reue epience, et fr- ntaoe. Je e vois pas la n n ur.
entend. tout-le 13 vend.miaire, nous ont appri; ccs CLrndes nemtint; la question re prifente qu'un feulbbjeti
eten itqui n'eft pas combattu ; car tout le monde eft
Plfieurs membtres. Le renvoi motive fur ce qu'on Ai, ce crer unmin e ourn e d'accord qu'il fitt un .-nifire pour la police d
Ainfi, ce nweff pa.s creer tin m einiffee pour Lin feul
n'entend pas. department, come on pourtait Ie croire, ceft i Un membre a demande que la rfirveitlace.
Le confeil ne paffe pas A Pordre du jour, et I'orgsnifer pour a P.-tb i.Lb.e ertiertre. Laifer au deoe mi.iltr e-s'it endit fur p oin te las Rpublvibe.
renvoie les oblervatiohs de Bentabolle a la corn- miniitre de i'int6rieur a police genarale dans la voil vritablement le point- qu vols dev. dif-
million des infpecteurs. Rppub:ique, except dans d le department de la cuter en ce moment; je vous engage a le fire
La fanceft leyd; Seine, s'eft etblir en:re ces deux niiltres ine promptement N'en doutez pas..Cicoyens, leno.
dance e rvci.lance riciproque qui ne peut qu'&:re uti'e iment prffe les confpirateurslevent la tete ceux
ia CiBiaW )I 9p N v o 0 S POorT la chofe publique ; c'ti balancer de grands te la Vendi e correfpondent avec ceux de Pans:
pouvoirs, don't l'exercice divifl entredeux mains hat, zvous de leur cppc.fr les moyens quifontna
Delaunay. Le directoire ex6cutif vous a fit ne peut jamais 6tre dangireux; c'etft donner au votre pouvo r.
le y de ce mnis tn meflage propofant la crea- minifire de ia police les moyens de fe liver tout Je demanded qu'onaille aux voix fur la rfolU-
tion d'nn feptieme miniltre qui aurait pour atti- enter et avec fiucces A fes devoirs, des qu'ils no tion en otendanmt to:ite a Rpubliqu leI attri
bution la police gine',ale dans' 'arrondiflement du ferort pas teop mul)ipids. buions da nouveau minifire.
department de la Stine. \Vous avez renvoye ce Nous ne vous dirons pas combien il eft'preffant ( LafJ'.t d'nal.)
mnlage a I'exatoen d'upe commillion; c'eft en lon d'organifer le feptiime miiifttrc ;i iimporte a la
nom que je viens vous fire part d foan travail tranquillity pub!ique que les cowplots fe djoluent, ,l .
et de fes vues. et que le Peuple Frarqais nt foit pas 6gare par fes N B. D:ns la fiance du ut, -e conftil es
Son- premier devoir a 6t6 de confulter Pacte enncmi. c nq cents a ajourni a dmin la dif u.on duproI
conflitutionnel ; elee a vu qu'il laiffait an corps Une police active et dirigee par tin minifre auflire P. 6fentt par fa comirlion fur la viification d-
legiflatif la p'us grande latitude. L'artide..iSo et et fe'rme dans les principles republicainsl, qui n'ait native des pouvoirs.
ainfi corvq, : Le corps .legIlatif determine les pas ete verfatile au cours de la revolution, et n'ait L'.ffaire de Jean Jacques Aymi eft ajouirn eapit
attributions et le nombre des minilires. Ce nombre jamais dwvi~ de la verirable ligne. la diikuifion de ce pioj.t.
elt de fix au moins, t dclhuit.au plus. ", Une po'ice filrvil.6e par un minifire came au
INous avols enfaite delird connaltre ft les attri- mi.ieu des or.ges, at impaffible au milieu des paf- __
butions du miniit0re de litdr6ieur e6aient trop fions particuliercs.
multipliees- -fi ce Iir.iiie -ie- rouvait-tlHtk nt -Une police fev.re ,t.lui j ,- -t r..a dans I in- : .
furCharg6 qu'il ne pit fe livrer avec un gil fuc- terieur dela Repubtique tousles projots deftrucrenrs Paiemens de la trforcrie national,
ces aux diffirentes parties de fon administration. de la. ibert 6la;rera tbutes les intrigues, et m.,in-
En lifant la loi du rovendmiaire fur l'organifation tiendra la tranquillite. Le pFiement des parties de renters viageres pour
du minillere hous nous fLmmnes convaincus olue ,... I' nnee lie an' i -.rniiinl an fr pluheuri


Pintie6t de la chofe-publique exigeait imperieune-
merit la dilhaction d'une parties dLs attributions de
ce miniftere, pour en organiflr un feptieme.
.En efftt, quels que foient 'es talents et l'acti-
v;t.&in rmiuilire de 'interietir,, il eft ipoflible
qu i, rte urin il touiiours vigilant fur tooites les
attributions qui font d&teniinees parx la oi.'Cette
impollibilite ell fentie par le driectoire ex6cutif;
e i ortqiriirit--ona~-I q-1 n fbii fait diltraction du
effort du miniitere de I'interieur de la police ge-
nl.tale dians le department de la Sine ; qu'on
I'attrihbue un feptierne miiiitre ; que l'on y
joiene, la garden national fidentaire la gendar-
merie, la 1gion de police, les prifons, les hopi-
taux civils, les ateliers de charity, la repreffion
de la mendicitk et du vagibondage, les fecours
civils, les spectacles, les lieux publics, la furveil-
lance des bonnes moeurs, les poids et'meflires;
if laiTfe encore aui miniffre de I'interieur ine foule
d'attributions plus que fuffifartes pour remplir tous
les momens de Phomme le plus infiruit, le plus
actif et le plus labotieux.
En rbdui(ant le miniftere de I'intieieur en lui
laiffnt, fi vous adopted fans aucun cha:ngtimnt la
proposition du directoire exncutif, le m:.antien du
iggime confitutionnel la police g6 nrale dans
interieur de la R6publique, les fciences et les arts,


Lumolara. l-ptUs longtemrns ion ni a Ag:t line -. .............- ,
ueftion aulli important, foit e- el!e-mme, f.,it ttecs ou avec furvie, dJ.qu ns dais.,Ls qlt
dans les Iites qu'elle p-ut avoir pour le m.in- bureau de Ia liquidation avant le i" vcendmtire,
ticn ou la pette de la liberty. Je luis c'nvaincu an 3, cett ouvert ju.fqaau n* 6,0oo.
de la tn6celiit a'edtablir cdas cette commune et I e paiement des in&mes parties dt n i6AooL
n &me dans tonte la R pubiique une frlrveillance I6,000, a lieu depiis le 2z fiimaire, an 4.
active une p ie i le4tre, et I'immenifit des t- Pe ol"ls depis le, r" i qai l7
vaux qui fil-thg.rt le minifire dc I'int&ricur e1ie d tpuis le 1' yondsfliauS,
ne lui permet pas de foL lvrer a cette partie,
qui eorerait un ome tout ot eier. Mais i faut Six dernirs n'is de Pan 5.
fivoir fi vous n'aureoz qu'un ininiltre pour Paris, e
on fi vous n'en itabirtz pjas un qui furveille la LE pavement rdII fcond fimeitre de ,a des
police g6nirale de It R.publique ; car fous Ian- 'panics de rents viager fur pl uitr t&.eso.
cien regime, le litutenat general de police de avec fur'ie, ,dpofles dans let quatre baen ,
Paris avait aufi trne intfpetron fur toute la France. la liqgidliion avans le Itvenenuiiaire, "n 1
MAis ie ne veiix polrt. ranger cette d.cuffioni ouvert jnfqu'au n 12,o' s oo :o. ,
elle nuirite d'etre irdreiTe t approfondie. I;e paietnent des l neies parties ds 6
Je dtmande 'impretion du rapport et du eft ouveit depuis le 5 frinmire, an 4
project de refolutioia et 'ajournement apies la Cafe defcompte,
diflribution. Cai defompte.
G/bLi'eux.,Quelques observations fuffiront pour Ies cr6anciers et actionnaires de I ci.det
ddmentrer au confeil qu'il eft inutile d%'journer la ciffe d'efcompte porrentrs de certificate imbr
prpofition qui lui eft faite, et qu'il doit fur le troifieme tat. et qui nt et6 colms ds
chimp prendre une determination. Naus fommes dix-huit premiers tatspartiels, delis epfoil
tous d'accod i r un point, c'eft que le miniftre de revifion peuvent recevoir leI arrerges ,.
'int6nieur eft tiop firCuhaig et qu'il faut neref- viagers fot perp6tuelk, de la fonmle pnal
faireiaent un minifire particulier pour la police e d porte dans leldits certificates.
SPot dr lll criics


Labonnement fe faith A Paris, rue des Poitevins, no i8. Le prix efte 0ooo0liv, poor trois aois. tat. pour 'aris que. pour ic pamrrmen. On ne 'ab0o""e qlCau t nM
cement do chaque loisI et eIulemrent pour troismois. Ceux l (Ijprel-rr int payer en nrumlfrre, envrrnt I hliv. pour troui n 's", ol oliv. Pour I'an- l citreC do
11 faut adrer lesltreset'argent, frac deport, nu .ctoyck Aubry, direteur de ce journal, rue des roitevins, nH tj. 11 faur comprendre dans Ic$ ovn,""C Ce
pays ojf V'on tic peut afiranchir. I ui l "
II faut avoir Coin de I conformer pour la fhretO des nvoil, d'a'-gnt ou d'a dalt, n..arrta di. comlt~ e .mln u..i-, Inr~ dans e n 0 do p euiUc dude Ao
rln, ;imd.,r de V'an U, ou du moins charter les lcttrts qili rcn rcr'lc iOLa D Le 1P.1gnmrs d cLmos iivrts t au-.... us iligite oyale, n'ayant phis cAri de ,orali
on ti recevra plus que ceux pc rtant I lempreltIe dc la R publue'.
II (aut S'adrlerpt, pour tout c c qui oncerns la r6daction de lca teuile au Rdactcur, rue s roitevins, n 13, dclpui ncuf iheures du inati. iufq hIalit'i dul I


_ ___11_____1___11____ r-


'I





m en2ui .nati, our lei perfonnes qu, ne voudrnt de la RPpublique a dtermrin6 It gdnean.aaL, .far.i i Icit de Ia mt a au17.
:0I rire qu1'a 1 introduction et a la 'pattie de la a acc e-. I de ^a c e a n:t au 6 l.a7.
r, i elion di Moni teou qui v feuement juf- a. eillante-qui fairt-er parties t '-ts l's _, -_' Coa d rps qs-e'- rp t
q-ion 7 u *r ---- -- feumen cic Oktac C s,: s- .r : In. -ns out-e de ct-e-ci .t : :re att-q sa t, avait f
7"hehe-a a sgarver l'opirifn publique et a .a prendre les aimes A la divi,,io. Sur les mi.nuiC,
l.i frinli'cron eft toujours ouverte chez le cher hlfFgc de mefures vigouireiu.s qiti ont et : pl!&,irs coups de canon fIrent tir6s de la citraeal
f ..\iI, j'.ar, rte ceo Poievins, n0 8. es a.o.pt1cs pur la r.1Mgifatioae complettement hebr La gnirarle a burtu, ct t ur
foiirtciptions pour strangerr et 1Ies pars conqis des armies de Ia Re.,b'ique. Ihu not rPr s frent en b>taile. C',-.dit
CrrEun,-ne fcioo.t rqaes qu'en tuinteriire. Vorre vigilance et v.,tee zele dejotcront ces et'r valeur pras ,e mi a I e'preuve. S jos
t '0.toue chez le rre hlibrire iOigiae de m -an 'U et anOIantiront es r anns o ces, ..L;p f 't r cee a JOa^tue d ,
titcIcd, ardel/al .o an zvjtle, par le citoyen i-', de no enenmis., t deme a tiure et 1 I' n
Dt~iiir, I r E r. .. d. % low 4 c o Vous tedro blerez dir-cre tamtt pourt fasire
.40 % e dnl i, ein C iti e vol. w e pC11, deire is dl tfeie urs d ie s r do con mmt nicatin a 1i de Ncr' d. k ?1'<
: t1 I r tl'e I, vtoin 0e ol. t .I, p ti di .'caux nl e p. qr i. v ir t tocs pee bet e ins u c" a tendait na pas ci en ; i5' le bc'm es t
Ik hes o6gnmn xzclaxPap eroviionnnr utine., bane de for ix li ya 4ie laiiIed jar
"'l^,a o lt. .. r,>11 11 (n vow; >,,3t .' Vou( alg"tertcz I*ApyPfeifionnement d(! I ce. j. 1 Eet
tfr..: i..rLS vo.,.s i. re. leos do )a difci- c
I e ad/ 1"ive naturelle 'p ,le:C. Millin, rl ta-. 1 /.:'!i :i 2 ..
I V tb.'othiq n'tionare, i vol. 'ous-d -rr et volis extirperez ctte foille
tr.ot f 'i. io f en ntut raire, ou (crt d'. ,Id i f r-s de lt f~ib!ie de i'incertitude et cn da ita S .Palini ':' e ,I r '.- 1ce voUs -ranimerez 'efpiic r.ibut farts co naide par - .Ir ces.lfren s d' de Iff n p it 'orde t dc I.vcl r ; .i ei.., it .rpir nti p iftede quaraiter-'-holmm
r t, aol ur i it. esdem. ,ide aff n n us l a aFt ce uie, a:.- i bri.lante troupesA th- va Iac -a ir .htehar a '. 4 :I'
o' a- -.tr, r d I l .'ai~. t C mlnL e bri.l te 1 t e 1j),
'ridI 1 I's: i ilt et Jc ivl : -pthtm s yolu t t eitsdii o -n.!4,h t in
,. En va i a .hl 'iv iil-. 1vo,.irait encore fire !. fvl*e!nt I-tI L'. pieces i'tr is aailres io-.i:tr
afe rmertrafous pu de fours en venre Iretirer ce'; i rm l' i .Jiri'errl'- ..' t.iii- imnt fait pfi tm.ier et b. ih p. f des n' br
4 .',res,'. de Cale ,... de i3 as 1dp' poTo bur t.t. er r p.aix J "'.l. I-."il i, pas +de n t bor fe 1 rlir -" r v'ainqueur". r-'.'
t 'tn ta L, ivol. e i. rmn t il dtf h h ,q'ie t'si -rt, .l. I-- ,i ,lIeur uIiioyen d'., t.-',r e(eut pailr tronti l1 'ar les tries tnei i fic rh.vaux avec ledr
Wellt d'n pnre ahfolumn-nt r nmu. ,IL ; il eL( de fe mn ie en ,iuation de poulerot a gutc- ou rn. i ert. .
mit regard c oline n Ilremni.r prs, m- r is ua a~ecvigeur ? .' CGei pfte, compode huri:irtde e Bjid-o ,rt emi-
e gant, dans 4ie carriete quiun'Wavatr pas en-l Le ditectoire cx cuttif ne crint pas d'nn:onccr gt' di la k:i, r B1..url. .., 6tait cot'maude p.r uh
1 *fiaye t..,Ptix 6 fa csen. Cumi.raire. ou r .:, ".: quo f de fi d e plus arIent cfl e gi'gre nommn6 Co l i. b : ..
.... a ... td. de g p,,r-r utne pa:ificati -rdott leos-baf ,.'tnf.-r.t r ,j ...' ... i.n -, c. ; ,
"" -|- ti i d-," r ntti so ,td E .xtrait dl bdlleti offi el kde /l'rn d 1,'r dI a MclAe,
nbn; Stir des p'6t~enriona s ij~afi~ a~i s ir ~1itt:~; i--. Iulhou l u, to 'er.. ie..- -
Q r 1 ;l" :'. T T"" E fride.ln o.t:i des arthre puilt(an a-is i:r int -
S. ,' i r bin encnclu d6 s. i. n..:s ltr' eeui de La or,: lme ll' ax t du t-
Ia .., lique Fu nnm if ,'t tI: fes ali(t ; enfi( une Cyr aI .t'.qc I ,, ,ie'ir le oi 7. LA l '-r Jd.
S A I, L M ', y fiction. :0 -fou : igne' d!es, ffacrfices 'ide Ieso droite ,I',lIt t-e fur Stli' : e'r I,''i.:i' i'
S -' ,r ',. 's" Wnt f -,s p mt 'r r I. I :I i ;''a i H t r i, i L.n. .(111 '- .
4 : e.. i. .- de Wilrtaver asant pour un ttart fr l i :i .
tla lt i s n.-lli 1 ( .1., S.nr'r.1 1 tr1 .... i il r, Ra a rtorce et a- p ntr 'At i;-ll,detenil r'gil, etierhre -,fll ,ttdful 1o,,t
~o da Sm nrn. I d '' i... .l. t It' trali a'n ) l]a France ad eet l tanit pa t Ir r-.: '. 'h ,u s ti e g''.rl ri ;
'- Lu i'' i(eI .ord r.jcs l l .. c- ti .e s i tine l i ga ''d, -rne- de a st f- i, 9-~ *AI 'r b.iIt .e t.rnI es r:
t olM 0s lentd tach e'' to s le d t u : : e Pve e a .,,;;f ,r a unie j .x,. 1 ,ti .tilar -' l, :',I i:, ; ,pr -. Ien ,trtttYi'j i. ed'
.d'. hlelrd h .u k; ,';,' ',., t 6he :'1 A bc out p uY leo 'o- L,.. r:', is i; ~t etll tbntlbe bie Ik tiy d ia mrni t ,r ch.-vii. .,
f' on s, lou s Irss.'rdrl d:recls ,t' ,-, ,Ir longer ure gluere J*-'lJll'llfr. -ta' d~, '- .an i I t (1 -ff.urs dlr-defiMkln T-',ll1 ,l toC
ula ri nthedf"e 'pai s n .d'lud fx.lel s poai s .' l Ira.lerii .ir(. S1-ou[ aiiG0ir. dii nb' r' ,U" e de la Moelie c du liln. i i,,; i, .vn-ns de u Is hkiUi,; :erji^ s- iies ,in c O.. -lrati.'.'i iitrdt f i I' il 7ns -itti.s or tto phis
-4


GAZETTE NATIONAL, ou LE MONITOR UNIVE-SEL

N i0). T!i, 1 t. I'a, 4 .. la R u i e ran i' ue ir, i ie.r ( 3 javl'eI 1796 vieux fyie.)

S ViS AUX SOTUSCI PTEURS Les quatre aurres division four lrs ordres de de a r1'qulfirion s'empriffcnt de reo;indre nos pha-
lAVI ernadote occupant ldtendue de Trarbah a hnes victrieures, de:1 le"s arin!ees fe organifeht
A rev.. *avs vacite Ie fot des oficrevs et de folats
, Li ,t i dat.6 ni~vfe yant porter le prix du Lcs; bagags et le parc d' mr'ti' e de fIn., fer.a bHintr, aiindior, ct les dofnleurs 1e la Patrie
Olt de- jotunaux ,Z fotos la fe uille e l aflignars, de Jourdan or t doi euv y-s ,s le pays' de Liege ne dt-ererolt pa de., la loire qu'ir fe font
: decide deoniers, ourz fous 6 dealers la (euille aux entvironsd'Aix.C- Ch rpelle. fquil'es daol: les ,erimees camaeg Ies par r leu Cou-
n run:-'air; n ous InvioeAs )es abonns 1 vontlo oir rs divifsrjd de i'ane fatr faife di Nor * n'-, l tnv4.1' r ; favor, ceU d U D n; de 0o livr s.. ctux d film ire, n Dutfeldorffiles trois diviliros de l.armwe deS Abre bi ie r eft d agir avec nrmrti-l. L directoire ne
nilrjl ntdI c67Vres tof ous etcceux de lIvlfe, et MTufe qui doivent, n, iL-Glnfe porini ntre <'e rendra pas coupbe; les m-nfCues que vous
v nt del complettla h foifcription du trimtlire le pays de Liege et Treves. -, avcz prices, celes ue vous aliez prendre le
SPriv s lupplen c de loy hlvres, pour~les .no:ielt effrt 'qm anome les erhfns *de l liiberrt .
fa :de Po e I-T A L I E. tont'yrdfare ia edpl.h'i.1v o,,e fres man.x ceffe-
Qiat ax foufcript~urs qi nor.t nvoy6 iufqu'a L ronr bet, ret que l t..'"e nir de It codti-
Q'uasit all Orkt et qour SIII(fA a r.Tpr de t f coaitci-
S relent qu : patie de leur fourcription, ;nolus le! '8 twio n rea lefigrald imoive'lles victories, ou le
nis 'adlement da en completter lefprix, en y na leed'une paix gtotkhue et dutrabie.
outn s nouveaux f-ais de porle au prorata UrE rn ate Ai'g'ai e viett4'entrer-dalr ce '
de pode de leuc abonnement ;fs ccla,nous I u pe ivait pas nie Vado avav Exir te la diEt du ciyal'41cr an y
e gc- dd ne:leur furnr le i:terque peat e equpe n,,tpas que \ aao av,.t
feriars o.1ig.. d neoeur fjurnir le Moniteur.-que chtnge de mi-res. A pe;re la fr gare a t-elle de la Rpaiquc, e '.,fc.
id,'q Concurrence de ce qu'iTs out pay en mouil: qu'ede a te pife-, aux cris de vive ,la I. e X e e '
r alint dans ce compete les nouveaux frais de Rofublique La co"r de V'rohie eft abfolument fmb!nble
polRe. r .,A A celle de L,.uis XVI p'otr 1'intrigue, et ie nmment
L'aibdlnneent a cette feuilleeft, a computer de'ce Onle ., le 3 frziaire. approche oAl le rdiltat tera le m&en. M.kArrenay
S urlde 1Zyo lives en aflignats pour trois mois, en eft p'rti pour rcto.urner a [.ondr;s. et y -a
1ldr les d6parteimns, franc de port, fcul tertae EVO eit cerr. par les Frir- ;r ; 4,0o00 homes i aiOaffll A rnglais accr litt pour piver Ie;. mois de
aur leqiel on pent foufrnre en cette m innaie. piamoi ais foi t Jed.ins et 0o,oo des notres font fi:bfiles er entretenir la corn ipon -r-. iQn ob-
' CeUX qui defiieront foufcnrie pour un plus long camp&; .~r ire. serve que ces fu'.fides peivt7ht ctff r bientr6t.
term', et q i ne voudrt point s'expofer A ia L'arme ari hienn a cqit: ,totalemeni Par- Les aneciates denc a Cnv ion cnra
uoitr les tx e ag gnats pourronr mee to ; ele s'e r re ti: Aix ndre >; ,: .' ont c .fr s dii-racls, et il parole
srnr l s e. ,ng.rs i fi 4, Ioe hummes font bl-ques par la co!onne du de qurtlr le rfj-er de Ve;ife. Le Ferfecune dot
c'tne. l( parl djns Ia ide.& he 'eft p 'a. la fi le d3
Lrbar inimnt pour les pays 6trangr:s conquis L:a colonne ide irire tient dans fon milieu celui qu'on.-app le fi n-e, mas lia fi te du lord
ol reuni eit, i computer du 1" uu courant, de rz,coo ho,,mmes d irft .trite dt fli efcadrons de ca- He v-y, ci-devut mirfthe. arLtlais. Eileeft a- e
zl tires pr.ir un an, de o60 ivres pu.r fix mois, valerie, das u-i village. 'envir-.n 3o ans a t4 mariee a lord Dacrv,
\n' i;,cnnr r I Pe r i ii flIn nu&" r-dedais ,e f.' i-cr.e de for, mar, a vCcu avec
n d 0rd t fr sI ft tr Lese Fr tnaCis out ar &d une ordnnnance en fortant !e ,ras Cape, et le dien dans fan v,ininaGe r ell
renl,' Arcl tt tt nioi a c I fii o iere de i d e e e mme village ui pot.ait I 'or.cre de fire er fot rice, et ope confdite i Pidoue.
ql, itl exft i;.int r t.a rctnio u ouIla co nqutet. i padr des viv res, qu'aatremeint ils talentt ob igs :
Ei confeque,.c, de cet avis, nous invitons les de fe rendre, Arrie d. e Samlv, ct cufe.
foufcripteurs defdits pays qui nous avaitnt envoy ..
jIert ab nnenmnir en allglats, de les fire rer Tous le 'e du pays de GAeo font remplis Buain du mie
ett0tebrebau, qui et toujours rue das Poitevins, de prirrnrrers et on ne lait.comment s'y preadre B.' 4 f'
. pour les fire paffer en France. L'ennenoi a mis fir pied tois nes poffts (!erthtS-
liifiit 3 anc'hir l. port dcs lettres er de largenr. prand main; une frli i. :, lig:'gre crgagde vi:- vi
| Cele qut r'n.. rnk'-i des vae!urs, doive,-t er- R E P U 1 L I Q U E FR ANC A I SE. 'eLboIclinbre de la Mofelle, s't rolf..prrc ie iqs
r i ,-e,,=t C, rt'.prene le port pour les pays ot pi fle de N-uwie. a c '. :.ce a fivty .m-
1;', ii p.ut affEanchir. i i midiatement 'es premiers c mirts de fnfi tires de
Si ,ls le to nij/. nrotre (t6e. C-tte caaonna.ide fet' p eruei d'utle
1Ctrl.es lettres de .- 'r;eTi:ns ,non af;ancr;ies, chaoiirne canonniere, qui, doirced,.nt le .Rlhr ,
Srl iront pas retirees de la pole. Le dirtctcire execnt.if au mifired la geuerre. tirrit a mitr:uii!e fur' tous les poFk rt les endrorts
Ll.aI ro ;ipin introduction etr la rdimpref- eUe rfinait q'ue 'ofpe6 -t le .1rn ..l:, "-'t e
frill n d, 81 I 'er, anoncee. daus *les numer<,s .8 M na'rd les fl ce;, relevcs avec rant d'empht' nor b-i.n 'ors : cetre ch-,oupe tc .it au,3i ch-lrge
6 e "s" 1 s) 3 3+- A 9r v es o f ti c er ; iele 9s av adt n r e ste r r ri t idT
t44decerte annie, eIt nmintenant de 36 liv.e *' c'es imres arnticnennes qui cccupent uoe pantc d h]rnmes armBs de fiulls de renmarr. Des batte-
Snlm ri,:,ott de cent pour n en aflignats pour d Fpalariat, elies ont e f:,rces par la cone- ties -i:.li.. fr la rie nice onr partaitement
Squi vot rnint foucrire a cette iitrodnrcti o ,naPce des armaes de Sambre et Metrie et de Ph in fecord2 tfmu de la batteric flottante; els ne nous
tau. liimprellon de ce journal jifquu 360 uin et ,v0elle, a Oemander tnLe frif 'enfrin d'araes i nt onependart pas fait giand dommage.
,1o0; et matz hv en numeraire ou de cent Pour que le defir de fnire goilter dn repos aax troupes 1 ,, .


__ ---- --IICIYC)II I I











ainq, don't tn offtcier. Le village a enCfite 6t6 for- mis, et par coutidqent des lecteurs ^fh laclis 1
cb s o y a fait 4i prifonnitrs. pour fe difpenrer, je ne dis point d 'tre patriotes
La gauche a marcie fur deux colonnes, pour tt rtpublicains, mais d'avoir'apparenced'homm:s
attquer Landlitoul, qu'llea 6galement n emport. et de Frarais. Vovons I fix cent lieues de Paris
Elle a pourfuivi I'eniami jufqu'a Kusbaich. 1 y a un philofoph, profeffer g6unreufement ler6pub!i-
-eu dins cette attaque beaucoup de tus -et de canifme, non de la France, niais du Monde enter.
blefdIs. On lui a fuit en ottre cent prifonniers Le c6lebre Kant, cet homme qui a product en
don't trois offiiers, et on lui a pris dix- huit Allemagtie dans les efprits une revolution pareille
chevaux. a celI que les vices de lancien regime out laiflW
.. ... e I thnriver en France dans les chofes, vient d'tayer'
Le general Siint Cyr fait le plus grand 6loge de river n rance dans e hofe ent dIta
la "bravoure des ti pes es odres du poids de fon nomla caufe de la conftitutlon
la bravoure des troupes a ftes dres. r4pub'icaine : apres avoir 6tab!i les bates folides
et fcientifilues d'une reforme de la philofophie, ii
-.....-.-... ....--. .-----...--. a cru pouvojr proclamer quelques-urs des r6ful-
tats de cette reforme, qui jufques la avaient 6t6
LI TT R ATU T E fTRAN GERE plus lentis, qu'avou6s il na pai craint de s'expri-
iner loyalement et fcanchement; forn -ge avanc6
devant le conduire bient8t an terine de fa glorieufe
Projet de paix perptuelle par Kant. cariere, il a didaign6 les alarms que.ourraient
concevoir et cette faulfe prudence qui feconde'
LA ne le mal en le laiffant faire,et 'hypocrifie de 1'erreur
LA rage de prti ne fuffit point pour expliquer et le d efotifme.
un trifte h-nm:ne qu'on ,hercheratt vaine- ldeG-)otifme.
un autrte hpaqen Franc, equon hjerherau vaine La brochure intitule: Projet de paix perpltuelle,
meant autre part quleni Franc e e eux dire Iexif- i par focus fon n Koenigsbergen Prufe,
tence d'un iubsic qi difpefe ceux qti crin- chez Frederic Nicolovius i et ces caracteres deri-
vent pour lui, des dkhors m&ne du patrietifmeou public remarquaibls e ce quils in-
de Ihonneur national. En Angleterre, inilleatta- tiere ulii fdopinion quie fouent lace lsbinr
ques font chlque jour dirigles centre ladmini(- deiqpeelr force opinion q I pa ri deAllemagne.
tration-; le champ le plus vafte eft fans cefle ouvert de en ne corence des dlqu es parie et du raifon-
et pour les bons patritres qui dteflent les crimes cVi t ide cphilohe, nouc s We pourrons gueres
de leur gouv ernerent, et pour les mauiais Ci- ~nment de ce philofophe, nous oe pourrons gueres
e leur gouvernement, et pour lers mauai c- donner que la table des matieres de fon petit
toyen. qui nafpirent q. boulverfer leur pays. vrge. Pif cette notice, touted mrite
stis la gloire paiticulicre 'a lai N ition Anglaife ,Iouvrie. Puilk cette notice ,tout* ^ ..iarfte
Malls dea maotrinre ft une arche aNion Ancglare, qu'elle fera', infpirer aux patriots le defir d'en
celle de la marne, et une arche facre, garantie avoir ure traduction cofnplette! puiffe-t-elie fire
par 'pefprit p blic, a lajuelie aucuni 6crivain pa- rng ceux, qu tout eniers lordre ph6ere
tionnque lque ougera juxaou qtoque almt O en de chique jour ont befoin qu'un stranger leur
uona qus fi t, n'ofera )imai tounr. On re.appele i oidre de tous les fidcles!
prochera au gouvernemerit de la compromettre ppe odre de tos le c
mais ces repi oches n.6 ne exprimeront toujours le Premiere section, qul continent les articles prili-
refpect qu'oh a pour elle;et ce reflect eft p.ut- miiaires d'une paix perpitue~le entire les Ecats.
Itre la caue la plus puiflante.de fa ducde au mi- Ar. Ser gr6 c e inadmiflible tout
lieu de la corruption ec des attentats poliiques Art. conte ant la r6ferm tion fecrette dfun
.qi creufent -'abiL4 ol .Angleterre doit necefI tra:t0 de paix, contenant la r~fervation fecrertt d'un
quicreufent e ee. Anleterr dot ncef- fjt de guerre future.
lent fe peune foule d.crits atteftent co. Nul Etat ind6pendant, quelle que foit fon
bie ellt eft ineu aJonile, cetre guerre inmpie et "tndue, n'e pourra.tre acquis par aucun autre
funefte, doert les chances Iqelconques menacent Etat, o rtitre d hriage' d' chage, d'acht ou
I'tne on 'autte moiti6 do fes vaftes Etats, et font de on.
trembler foit pour la liber6, foir pour Ie repos 1III. Les atmdes permanentes cefferont totalement
de touns ;r ais pouri ces clrits i no s'er ce jreais avec le teams. ( Bien enteudu qu'il n"eft pas quef-
de tus ; mais ptymi ces ctits il ne s'en cf tamats tion de l'eiercice des irmes,-qui aura lieu volep-
trouve qui fe loient appdeantis avec complaifance taonm et plricic des amet pqu aur lie tvoloen -
fir ces trifles mromens, oti tel ou-tel-revers 6clip- tairemant et pioa3iquement parmi les citoyens-de
fait chez les Alkmands ictte valeur, cere per- oEt at, pour feo granr, eux et leur Patrie, contr
fevi&.nce touts ces qualit6s qui honorent unie tIV. Nut e ~ ue ttes pture e )
.Nation, et compenfent en quelque forte les hor- IV.ur le i dettes pubiques ne ferontcontractees
rcur; de la guerre. Et cette discretion n'eft point pour le maintien de la poliique extdreure.
un efft des eritraves mifs a la ibet. de la preffe, V. Nul Eta*t ne i'immifcera de force ans la
car e>le fe retrouve jufques dans ces pamphlets constitution et dans le gouvernement d'un autre
cla1Aeftins qui 6ludent t.us les degkmels de Et t.
cor.ft:re. I- VI. Nul Etaten Puerre avec tn autre ne fe
cn vcut ire l onveutn tie pas tre reject avec i ttr" ds h 'itt eles qu'elles rendifent
in~inatioi eu mepris par tout lecteur de ton pays: ". impo bl. s a convince reciproque an retour de
e id io le obierai a u certae x, comnme d apoter des affaflt.is ou des em-
crtte to:tfi.eratior fetle obiigerait a une certaie I p... P .. .. '. .. ..
puieur le front dctr allemand le plus. ffrn., 1'ci- poilonleurs de ioler des capitulations, d'ourdir
'an polit:que don't les intentions feraient les moint des trahifons dan.' I'Etar ennemi.
t polei piotiques Ent!quons fervent l oin Les articles-, -V-et-Vl ont 4es lots frictes,
,point: le plusai mos d'epitiur 3dan l v ole do lxe.itin ft urgen r. Leant e esi ne cet
dont font oblige de 1e couvrir les defleins in ci- I pl t : ddi en ant quells e con-
vilues qui tjmuenrtnt aujourd'hui dans tons les cernent que le tire de poffe.lfion, non la poffo'lion
Etats. q uoique lous ls pr6textes on plr les priti- actuelle.
cipes les plus directement oppof6s, eft une mfure S-ction feconde qui content les articles difnitifs
i itaill ble du plus on du moins d'efprit public de d'une paix perprtuelle entire les-Etats.
.folidit6 dans la force national qui peut faite
e6cknuer ces dellfins, on dumroins retarder leui 6 L'&at de paix entire des homes qui exiflent i
ri~bte t1rs meme que des causes irrefitibles d'un to-: les urns oes autres, n eft point un dtat natu-
'autre gene les fecondent. Pourquoi done, ah ird.rCeluici dtanr au contraile un dtat de gu&re,
poutqu.i le comble da l'opprobre dans ce faith, c'eft-a-dite, un atr, finon d hoflilit6s otlvertes,
eft-il idlfeiv 1 la Nation la plus brillante de bra- au moins de menaces coatinueules d'hoftilits.
voure la plus idolltre de gloire qui foit dans le L'dtit de paix a dolc befoin d'tre itabli ; car la
Monde ? Quelle eit cette profonde la'het6,, qui non-commiflion dhoti:its- n'eft pas encore une
engcndre au mieieu 'de Ia France des papers pu- fu rete, que des hoflilitis n'auront pas lieu cette
blics plus ouverrement anglais et autrichiens que tre dolt re garante reciptoquement par. les
les gazettes .minintiielles de Vienne et de Lon- hloines, ou les Nations qui s'avoilinent, et une
dres car-elle exifte, cette lchetd ; elle exifte plus par'ille garantie ne peut avoir lieu que dans. un
gnr&.,t:iuenr que dans 'ame de tel ou tel fc- etat ligitime. "Voici douc le principle fundamental
lerat, qui devoue fa pitue a la ruire de fa Patric des trois articles fuivans: tdus les himmes qui
tinoun ucl p., plen d'efprit q4'il etitau service de peuvent agir rciproquement.les uns flit les autres,
fa bal[:le ..I J-. (a rage, ii abrait du moins 'in- doivent avoir un lien common de conflitution civil
tinct de ticher do motifier fee efforts liivant la quelconque.
fufceptibilitd des lecteurs, don't ilvouiraitflateret *~Toute conflitution 14gitime relatiqemrent au~
garer I'opinion. Voila pourquoi le tele de ceux rettr.) qu1'i s'y foumettent, fe rapport:,
qii invir~tt le gotiverneintvlt i il'iiini les jour- o Au droit de cite, des homes rtunis en na-
na~ifies contre-16volutionnaires, ( dt( c .e quie je i-e -ton
parole ici que d'une eiIpee de poison,, 'il ne s'en Au droit des'gens, pbu, les relations rtci-
fuit point que je nen connaifle on n'en admett; prques entire les Etats
,qd'une., l'ce! ie ) toliehn cmpromettint lalibert6e 3 Au droit eofimopolitiqut 4 en tant que des
ct pcnrfer ,ql t el a gatanite de route liberty, ie r,- homes et des Etats, agiffant rciproquement les
rpe!i rait point aun.sl, don't les otiis Js confplra- uns fur les. apres parr Un contact extrteeur doi-
t-it n (o Iut ie lets indices t lies tuitei 'Ce ml vent etre regards cdmmne citoyens a'un Etat ge-
clI n,,Al : tou 1 movens- matndrie!s d'i~cution ndral qui cotnprend l'humanit6 entire.
nY p'umv.,t que to p.dlier, fi mine ui no lai-
Gr if fen', Cette division n'eft pointarbitraire, mais n6cef-
i En auendait qua le g6nie de I'hunanit4 prepare fair par rapport i la paix perp6tuelle. Carf dans
4dabs le filepce.et, a Ilaide du dleftuj, l remede o'e deule de ces trois relations on fe trouvait
(,gaL.ent moral nui feul pourra 1xti~per d d6- darns tat dLact.n 6ci proqle phy e et i
,I .,ioPris nS muomnit Ilnit regards deo ravages qu'il meit-teiiis dins .l- de nature, 1etat deguera e,
,rauf,.d da' l, f-i, nni. de Ia Republique I et tandis doet i s ~i t d' le dtlvrer, en ferait la confC
'aii milient .i a l f -ation Ftanaife il eLft ds frti- q"t ienc. .#
hrIl tnes allT. :impudens pour s'Avouer liatrmento Premi .tcle dfrilif La conlitiutieon civil de
les, allies otu: 1e fupp6tts de fes plat.arual anR : chaqu Eta dolit rne ripubticains.


La conflitution rpubliu eft clle qui f
fonde :e ui f
o* Sur le principle de la liberal dt members dun
fociete conmme hJmnine ei
2 Sur celui de la dipendance, dans laquelle ton,
fe trouvent, relativemept i Une ligilaton uniquely
commune, come fujets i
30 Sur la loi de leur aliri, come CtoyeI do
Elle eft la feule qui r6fulte de 'idWe du conttat
primitif, fur laquelle doit atre baf~e toute lgiation
lulte. Outre la puret6 de fon orig;nT e;e ftll
feule qui tiet a la paix perpdtuelle, parce qu'ell
exipe es fuffrages des ctoyens de l'Etatpourtdide
a question, s'ii y aura guerre ou non d 'o il rfdito
qe les citoyens dtant les arbitres de leur nprop
fort, relativement tous les inconvenieis inf6.
rabies de la guerre cette queflion ne peu fe
decider auL, ldgdrement que dins tout Etat oile
nCuiets ne font point citoyens, of' le gouvernement
net point commnnier mais proprihtaire de
VEtat.
Le republicanifme eft le principle de la pairaion
du pouvoir executif et du pouvoir ligiflatif; I
dejpotifine eft celui par lequel PEt t execute aibi.
trairement les lois qu'il a faites lui-meme, parleque
la volonte genotialeueft adminifire parole gouvere.
ment que come fa volont6 paiticuliere. Toute
forme de conlitiution qui n'el point reprifentativ,
ne Fp t tre regarded come ure forme, attend
qnee l giflateur peit y 6tre en min e teams exdcu.
teurAe fa volonte.
ScSecond article dfinitif. Le droit des gens ddit tre
fonde fur un f6d6ralifme d'Etats libres.


Les Peuples, comme Etats, peuvent tre ton.-
fil6r6s de mbme que des homines ifols, qui,
dans leur 6tat natural, c'eft-a dire non foumis
des lois exterieures, font en etat de guerre par
cela mrme qu'ils s'avoifinent, et quInklevcnt pit
conf:quent exiger les uns des anrri, pour ltur
Curetr r&ciproque, d'entrer enlembld dans une
corftitution analogue A la conltitntion civil, ahi
que le droit de chacun fe trouve alfure, Cette conf-
tiution ferait, dans le cas dent il s'agit, ute
afociitlon, non une aggregation des Nations. Nbtrt
aficiation de paix (fxdus pacificum) diffirera du irai'
de paix ( pactum pacis) o en ce que celui-ci ne tend
qu'a terminer une teule guerre, tandis qu'ell
tendra A terminer a jam is toutesles guerrUi. Lind&
penidance des Etats hnepermettant point de leu--
app!iquer ce qui et de droit nature relativement
aux homes dans l'tat non l'gil, c'eft-idite,
I'ob igation de fortir de cet 6tat : its ne peuvent
fe foumettre enfemble a des lois publiques coac-
tives ; I'affciation fedkra'e eft done feule poilbls
entire eux.
Quant i la praticabilit6 de cette idWe de fidd-
ralit6 qui en s'dtendant fucceflivtmnt i tout
les Etats, doit conduire a la la aix perpltile,
el!e peut &tre mife en evidence, car, 'il armt
qu'un Peuple puifait et eclaire pu.fe fi former an R
publique cette 1(0publique qui pat Ja nature, doll
inclinervers la paix perpruelle fera un centre d'as1
-ciatobn f e'trale pour-dautrcs Eta-s,- qui s trtttk -
Sdelle afi'r d'affurer la liberty des Etats,, conform
meant r lid'e deu a rit des gens, et dhendrit Feu p
oie li ommun. (u) ,
ofijiemearticle deinitif Le droit cofmtpolitiquM
fera reltreint 'A des conditions d'hofpirtliti g.
nerale.
Apres les ddveloppemens de cet article ,pFi
fiuceptibles d'entrer dans urn simple extitdlt,
teur ajoute quelques iddes far la garantiedellpl
perpktuel qu'il trouve dans la Nature, Ceell1c
agff.nt de,maniere A fire nai:re lrunion, iie
centre le gr6 des homes, du Cein de les iur A
cordes. II examine les operations de 1a i Ntul,
( don't la tendance A un but qtielconque li fli
donner fe!on la difference du point de vuceI>
noms, foit de Deftin, foit de PUvimel) en o
qu'elles tendent auwbut de la paix porlpiterllt, "
les trois rapports ci-deffus 6nonces o"idro ti.
blic, du 'droit des gens et d du droitr CoIIO
que. II prouve que la volont de la Ntu r, e
tivement A ce qui doit tre, elf expimt di6 d
qui eft: Fata volentem durant i notntem trahJut
( Suppltientt.)
I. Da.dijfintiment entire la morale a lapolitipt
tivement i la paix perpetuelle.
Ce diffentiment n'eft pas rill il ne pout'i
felon la raifon que des poliriqcus nOl';fl' '
Svifagent a politique de fanon qi'l1 puC.ri
corner ayec la morale, et non Ades nr
tiqaes, qui fabriquent une Motle o' ,piii
convenances de I6 pflitique. Les OvelOPP'P
de cer article bt ilauteur 17 i dr$ (lg
moraliftes politiquess, lon poiet lp
d'extrait.


(i) 11 fuffit de remarquer,une'iO fi r'P
que dans cette notice io vo n toni' rt
et traduitt It6ralementl" Iis o rS p
Flauteur alletanind.
**
.1 '


-I ~L -L-r~4R :


I










) ,arn olne entree la poitique et la mtoralef,
ifnSvt idle tran]endentale du droit public.
Lvteur trouve la bafe de cette harmoniie dans
blfolnule fivante :
Sctin relative ant droits d'autrui, don't
S, eu c compore pas, la publicity, eft in-

t ien tire laconfequence :
uo toute maxime qui a befoin de la ptb'icit,
Qoe oint manquer fon but, devant dbs-lors
ittratf rme au but grn6tal du public, s accord
S4raS3 meflt avec le droit et Ia politique reunis.



CORPS LIGISLATIF.

CONSEIL DES CINQ CENTS.
Prefidence de Tteilhard.

IT r ILA s ANCE DO 9 N 1 V S E,
Mdier. Le miniftere que vous allez cr6er eft,
fjivnnt moi, hours la constitution. .. ( On mur-
ulre.) Remarquez que le ne difcute pas le fond
de ls queflion je viens feulement appuyer l'ajour-
xement. Je dis que, quand ii s'agit de crier on
*initlere qui femble fe rapprocher des inffitutions
oprrcliquee, le confeil ne faurait trop apporter
de mii.uIt6 dans fa d6cilion. J'appuis VIajour-
'enlent.
'Rouyer. S'il s'agiffaitd'nne cr nation nouvelle
1ui dilt porter atteinte ia la liberty je ferais de
I'visduprdopinant ; mais il n'eft ici question que
dechaingerde main ce qui exiftedja je penfe
quii eft iutile d'ajourner.
i tffan 'du ,toiret obtient la parole. II di :
Citoyens repr6fentans le meffage du directoire
xicattif niceflite examen d'une queflion impor-
tote: y aura-t-il un miniftre charge de la police
enerate de la RUpublique ?
La police de Paris fe divife fuivant Ia 16t
iu 5 brumaire de I'an 4, fur les delits et
les pines en police administrative et police
juaiLi 'ire. ------ --
La police administrative confilae A pr6venir les
dliits.
La police judiciaire a les r6primer.
C'efta definition de la lo.
oe bureau central a la police administrative.
Les juges de paix ont lapolice judiciaire.
S II en refuse que du*inoment ou un dlit s'eft
tommin lebureau central doit en livrcr l'auteur a
dI police judiciaire : la recherche des complices eft
dselors cot fire aux juges de paix ; mais on ob-
feve qu'ils font a4 nombre de quarante huit,
diffemines dans cette grande commune; que le
lieu du ddit determine leurs attributions locales
refpectives.
On congoit, .pr ce premier expof6, que le
bureau central eft un infant le point d'od parent
les premietas mefures; mais on observe que fes
premiers rayons ne refichiffent jamais lir lui, car
ins iges de piK ne lui doivent et ne lui rendent
sacurrs comptes. Dbs-lors le foin de rechercher les
Ormpliics' eQ elti6rement abandonn6 A ces pre-
miers magi its, ifol6s dans leurs arrondilfemens,
fmi mOyeis de fiurveillaifbe, et quel que foit leur
zele, il eft impublfnt Comme on la dit, ils ne
diivert et ne rendent aucun comptee,au bureau
central; m'is le public f-.rc6 de s'adreffek a eux
aini toul les ev&nemens malhureux de la focid6,
Ilur pore fes plaintes et fes declarations. Le juge
do pFai rnn flit et n'en pent fire d'atre urage
4ue de les cprlfcver pour les oppofer aux deiinquans
dtns fe 'as oil ils .ui .loient anmerqs.
1 n'a poir t de 'g'fI res ouverts far le brigandage
tt les vols il n'a point de notes fur la dPbauche,
.furies gens fans aveu et fur ies fufpects dans tous
IiI genres.
Avant la loiI ritr;e, les commm.tlires recevaient
a premiere iipn'lion de la comnillion de police j
ils en tat,:nt I'arion i's lui rendaient comite par
I* l'yoi des proces-verbaux et pi,5ces convictinoI.
* d6p art s'en failfai aui tribunaux qui en de-
taletco rOnnare et daas Ca, paflage, les notes et
tnl~ignemino s fe prenaient et s'itifcrivaicnt fur les
r*rglfre de la policee dans ce paftage', ls ;aiii-
ficatins fe &ifaitent connaire, des imandats d'anim
ir dtient d6cetihs conti'e les fiifpects de com-
JPjit6 : fouvet maRrne une' preiiere iliftirction
aft faite par la police ;pour faifir les fils et,
is les cas doe rcidive ,;les tribunaux en ltairit
ofotmns. .
Les inconveniens qui r6fultent du nouvelordie
fO chofes, fe foit trop feittir par ce feul ex-
pofC, pour qu'il fo6it neceffaire de les plus, dU-
Smntrer.
PDas I'acieri regime,* le-lieutenant general de
Sde P'rit avat daes bureau divifs par attri-
Pions ai u prCe comme ceuxqui exiftent aujoprd'h'i.
ChI a ditfuc. r '.? pre; des'individus qui valaient beau-
(flp 'i4U, parte qu'il--hs-.hotlfaf t lui--me.mc


t qu'il les payait bien. II travaillait avec des chef An.ir D~ntomit. EL fuppofatt qCe t,.tft le rnot'O e
des dillt-ieite, parties, et tout fe r6uniffait a ce fdt d accord fur la creation d'ul i nouvcatiu 'iitilhe,
centre commune : fes pouvoirs taient tra-litmitts, je penfe qu'il n'en fcrait pas mtoins dangereux de
mais il empruntait lapuiffance du miniftre de Pin- prononcer fur fes attributions dans in moment
ttrieur. od perfonna n'eft prepard ..... (Longs mur-
L'action de la police a, dans tous les teams, mures.) i
6t6 confidr&e comme devant etre telement ardente,
61B confid.rie o dent 6e tellemf nt ardente, Le prAident rappelle les interrupteuis isa 14
qu on accordait an magiftiat la faculty d'agir avant cepe et au rapee pout les opinnte s a d. .
les ordres qui lui itaient tranfmi aps,et que cece et u re ct pour les opino
W~me, fuivant les circonflances, on lui confiuit Andr! Dumonti Les murlmtres qui vienrient dO
des blancs-feings dont malheureufement 'es lieu- m'interrompre ont d'autant plus lieu de me fur-
tenans de police ont abuf6, parce qu'alors la ref- prendre, que la ldi.cuion qui a lieu en ce mo-
penfabilite des fonctionnaires publics n 'tait qu'un ment ne porte pas fur le proet de rdfolution de
Vain mot. commillon, mais fur une proposition que perfonne
Des infpecteurs rdpartis dans diffrens quarters ne pouvait prevoir.
de Paris, avaient des parties diftinctes, confides a La Patrie eft-elle done tellement en danger,
leur vigilance, ils avaient fous leurs erdres des qu'on ne puifde avoir deux jours pour prononcor
furveillans fubaiternes qu'ils dirigeaient et don't ils fur une queftion aufli importante l
rdpondaient. La ptopofition de confier A un feul home le
Ces infpecteurs fefaient des patrouilles-et-des pouvoir immenfe de fire mouvoir A fon gte la
rondes fifivant les circonflances, avec cette efpece multitude, m'eff.aye, je I'avoue, lorfque je me
de milice grife, dans tous le endroits ot le bon rappelled ce que fit Pache et la municipality don't
ordre et la furet6 'exigeaient ; les delinquans 6taient il rait le chef. Le danger que ja laitle entrevoir
arr6e;s et conduits chez les comm;ffaires de police n'eft point ch!imerique come 'a dit un des
qui fefaient les premieres instructions, et enveyaient premiers opiiar.s il eft el. J'appuie l'ajour-
devant le juges et rendaieht compete A la police, nement.
ainfi que de tous les Bvdneiiets de leurs quarters Lecoint-Pityraveau. Dumolard difait, il y a quel-
refpectifs :les infpecteurs de leur c8t6 fefalent des c e tribune Nous fommesontre les
rapports. Ces d:ff4cens anneaux correfpondaient ainfi outs, e rairial et de vendo miaire. senate i
au point d'ou la chine etait parie. lournees de prairiat et de venddmiaire. i je le ie-
Laupoi d'o clah:itnea taitpartie, na pete aujourd'h-ii, je ne ferai a aucun de mes
Le. bureau central, ausontraire, n'a dans fon colegues' lapplicaiion de ce que je vais dire;.
attribution que le point du d6part et jamais le re- mais fi j'tais partisan de Vanarchie ; fi je voulais
tour. Tous fes infpecteurs font confuf6ment ru ais favorifr certain raffeml rhens pfo-crits par la
fous fa main, fans aucune ddtuibunon de parties a coititution; fi )e voulais riunit les debris di
chicun des chefs, on, pour mieux dire, il n y atri"pour le relieve je voters pour
point de chefs eitre eux ; conf6quemment poit re paouremet de la ropofiton qui votuse t aite.
de reunion dans les furvei lances, mais feuiement de Ma op n tt
un ernfemble qui entrai le neceffairement la con- (Mu' jire s.) prveu mes collgues que )
3 J.J'ai, je clo pc
Tre o chefs font A la tbt de cotte adminifira- ne pr6tendais fare ici autanhe application .... S
Trois chefs font A la tete de cette aminiftra- osaiiz eu Un tninifre char fp6cialement do
tion: leurtzele, leurs intentions et !eur union ontla police ct homm ie coupabler qfia penetr6
jufqu'a prifent d6montr la poffibilit d'un accord a pol i, ceres de Pari avec les pou irs du
manqu' o l '~une it ~~ i~ue oft dm rarivbbenenti ~ jufqu'aux barrieres de paris avec les pouvoits du
qu'on ne pouvait s efprer raifopablement ri de eronne, niaurait pas mmue ofi ettre
mais, quel qu'il oilt, il eft dumonflrativement im-r de pis furl e t'erritoire de a Republiei ou
pollible que trois individus forment une reunonn de- aurat Q6 arr&cb en y fai apt les premiers pas. Si
volont tell que leurs actions aient contam-vous volez porter un oup motel A a contre-
ment des directions toujours egales. revolution, it faut, dans catte fiance m.me,
La conflitution a tabli un bureau central ; mais prendre une determination. Une autre confida-
Ces attributions ne paraiffent autre chofe que les prndre e dermin a dtio. Uner, re co.iftdrea
objets indivifibles antre ls douze municipalites: dilapi ti d es aulfiutaes d erm uper, l reun
tels doivent u tre confid6rdes les fubfittances, les dilapidation des li bfitances di Peuple. Un ts i
patentes, &c., &c. Mais on ne peut pas Cfle le_ u.-Je vote-contre- ajournem ra n ts
dififmuier la police en elle-meme, dans une auffi
grande cite que Paris, ne peut pas 4tre confiderne On demande la question prialable fur Pajour-
comme un obiet de simple adm;niltration; elle nement.
exige un regime pirticulier un chef et dest e
hommes qui roient reellement propres a cette pattie Lajournement eft reject.
intreffante de l'ordre public. II faut, pour o'exer- Le prudent. Le confeil rejetant I'ajournoment, Ia
cer un pouvoir qu s'etende prefque jufqu'a difcuition continue; la parole eft a Ch6nier.
'arbitraire et la refponfabilit6 de e c chefne peut
etre attaqude que d'apres la perveriit6 ddmontrde Chinier. Si le rapporteur de Ia coimimfion n a
de fon intention. I1 doit exercer des functions parl que de la police particuliere d e l commune__
paternelles et initiatives de 'ordre judiciaire; les de Paris, c'eft qu'en effect c'dtait 1 le feul objet"
moyens les pl!s puiffans doivent &tre fans cefle du meflage du directoire executif. Mais moi, qui
entire fes mains; it ne doitjamais avoir befoin de fiis merbre de la commiffion, je crois ne pas
recourir A une uatre autorite que la fienne; il rre dimer.ti par mes collgues, en me rangeant
doi/-Fren-dre-compte ea's actions, -mis-n'avoir-- A- avis-deo ceux qui.demandent que le minifre
jamais befoin de puiffance 6trangere pour les diri- nouveau foit charge de la police g nerale de touted
ger enfin il dolt rendre compete de fes inten- la R61ublique.
tons, 'les juflifier, mais rien no doit 'emp&cher II el1 1 evident pour celui qui lit la nomenclature
d'agir. des details confiderables, des travaut, des foins
Le bureau central ne- peut jamais avoir cette don't eft charge le miniltre de L'nitrieur, que ce
puiflance; la loi ne femble pas lui accorder mmme miniftre eft dans I'impoffibilitd d'y fuffire. Cettes,
le.fimple mandate dramener. Aucun des agens du dans ancientn regime, il y avait-dans cetie parties de
pouvoir judiciaire ne peut tre aftreipt a lui rendre administrationn d'enontes abus; mais de ce que ces
compete i'aufli les jages de paix refafent-i;s four abus exittaient fous une monarchie orrohmpue, i
vent de d6ferer jufqua' fes requifitoires, qu'ils ne s'enfuit pas quo la diftdibation exifitnte jilors fdt
convertilfent en d6nonciation de leur autofitO pri- vicieufe. *
vAe: dds-lors i n'eft plus de centre, dks lors il n'eft Je vais ,plus loin et je penfe que, fi vous
plus de police. W'aviez pas manifeltb votre volonti de prononcer
Dans un pays libra, fous des lois protectrices, dans cette fiance il ferait facile de prouver que la
les tichans abufent. Plus le code .pnal a de dou- police, mim4e g6n6ale, n'ef pas la feule diminu-
ceur, p'us la surveillance et les pouvoirs du fur- ton d'attributions que le miiuiftre de I'inturieur
v:illant doivent etre tendus et fdveres.,L'acte puiffe prouver. Je veux parler do 1tfitruction pu..
conftitutionnel ne permit pas de creer un lieu- blique, .des beaux arts. Peut-dtre un minifire parj
tenant general de police Il, faut donc crder un ticulier devrait-il tre charge de leur direction, e
miniftre. I1 faut que hommee fur qui tombera ce de leur protection. Quelque talent, en effect, qu'on
choix, puiffe rdeliemCeit le jaftifier par fes lumieres, fuppofe au miniftre de l'intrieur, itl elt impoifibe
par la puretd de fes intentions, par fon int6gre phyfiquement qu'il fufFife A l'normiit des travaux
profit, et par Con activity infatigable : il faut qu il dotl i, eft furtharig Qu'an me cite les miniftres let
ait routes ces qualit6s; l'abfence d'une fele le rend plus c6lebres et je dn6montrerai que jamais ils
i6digne de cette place important ; il'faut aufi que n'ont eui des ttributions aulli vates et des travaux
fes pouvoirs ne foiunt pas limits dans larrondslie- aufli multip ids.
ment de cette grande citu; il faut que les corn- Je demand, en confe.ucence de ces obftma-
mifions qu'il done dans I'int6rieus de la Rdpu- tions, que le confeil arrlete en Ip)incipe qu'il fera
b'ique ne foient phis des commiffions rogatoires: cr66'un nouveau tminiltere de la police et de la fur-
partout of il pourfuit le crime, il faut qu'il ait le veill;ane gen6tale ,, e qi o demrain la comrnigion
droit de tl pourtuivre ; ii faut que tous les agens' vous f.aunAtti 1'tat des attrr.utions quidevront lui
de la police administrative et judiciaire lui doivent dncE acordiees.
Se luii readeint des compares exacts : it doit 6e I
refiraint au mandate d'amener feulement; mais ii Le presicnr. DQulcet a a parole.
dolt avoir le droit de d6pofer les prevenus, celui Doubti. Je firis dou m4t avis~... ..
de fair' infiltruire de fCon ordre e d'inlftrure l hi n attIqI f ,
n nmme dans les cas ndceffaires, et de renvoyer -Thih "der Je vie v.on pe ntiattaquer le fond
Jirectement ex tribunaux : il ne peut 4tre empach6 do project. Pour que tous les rdfultats du proje
Sedans exercisee de fes fonctionsi pa des fotmes qui prfcn e uiflett re prdvus, pour que tous-les
Scn arrdtntI 'e&cuaiof.i rapporrs puiflent ere aialylet et di!cut6s, ilt edt
Joe corrclu done i e eque leconfiL4d clarait l'ur- fall prononcer un ajournement, et liivror lprotet
ge nce, art&e quq'il y aura un feptieme minifftre entieraux rtflexions des membres du confeil 5mais
c Ibarge dola plice g4ne6rle do la R6pblique. vas-en avex autremenmenat odormn6. Je m'atta-


-~~~~""""rrr~aEsso3u~- I I I lb





Vne-' voaix. Des itntndats" d'arrtd


.Hardy Les corfpirations fTnt les tmal s p,
riadique.kdes Rpubliqueies k'lr foyer prn.cjpal
catA Paris :Ac'dt donc a ParisF qu'il fiut les atieindre,
et les cd:Jojlur par I er.lli'.nt d'une bonne po-
lice; i a is doit-relle &tre ci..L i,- f-ti'caii .it pour
Pri-;? 1. R I il.lil n' n'eri a- t el!e pas belfo'i ?
J'avoue que je ne cong'is pas avec qu.le faci-
lite on nous repete faii ceffi ces mnots : cit ,
grfmde cite ; pour ob'elrir pour Paris des .etablif-
snmens pa-ticiliers. Le lito 'cit6 veuit dirt Nati'n,
Etrt conftiru ; anr'o'lce des. 'droit s'vxilfans.- (Des
iniii Iiu~. s 5 'lcvent. ) QWton aplelle Palis grandti
ville grinde comn.aim ie, j cones ; ntais le
Iot cit e n Ji cti vi t i' i i i 1.ii .l/.-.ioi cc tt2
digreliio~, j r t.i s a i t lioi. .
Roland lui-I .,'e., cput c .i ;bl, tout lkborieux
nu'il &tait olveria t;ue \lt m ir.iltera de line iiur


tderai done A C tepr!oir.? n combattant la mo-
tiou de C ItiIr, IeS trailtiinemr'en que ij'ai employee
lors de la difcultioi contPitutiontleile ca' a cette
6ptique on propofa asuAl de divifer le minillere de
l'i ci ieur, et ja crus devoir m'y oppler. .
On propple ici de lfparer la police deladmi
ii ilatitin i I'admiitiftration qui elt le but, la police
Tq ,it Ie mne rfi, elkcs doivent &tre iinfeparables,
Si I'; a l.nitliu ton tn'eft pas dans la main qui a la:i
police,, ele fe, trouve p.r.mlvfe ; car el!e a befoin
, du cuncours; ,o'l-i autre volont6 que la fine. Si
le minifire dw l'iiterieur n'a pas les mpyens de
police ii a ibelfin de fe concerter avec ce der-
jiler t e< ce concert eft dfridu par la conflitution,
quia e perniet pas de reunions cde :-iniltres, et qua
veut que .toas les ordres enmanent du directoire,
fIurte rapport d'un miniftre : aiui ja vois ou une
violation de la coritultian, ou beaC.Ciaup de lenw
teurs dans lf fylf&me adminifratiaf.,,;Vil' oun plialrl
des raifotCt qi me d-iterminerehnt dans le teams A
parler contre ja div;lijri jdaninitet'e rdel intriateur,
et A demnander que ia fairveillanoe des admiiniltra-
tions flit donrt.e ce!ui qui aurait a fa difpofi-
tion les moyeans de'police et femploi'de la force
publique.
Si 'on veut que la police fe rtabliffe .a Paris
dans toute ft vigueur, il ve faut que ce qu'on
appelait un lieutenant de poiice, qui furieille tons
las jours, A tote hiure, routes les parties de
cette grandle rit-. Les all,.ieiis lieutenans ne s'ac-
quiittaient bien de leurs dJvoirs, que parce q'le
I..u- attribution ne s'dtendait pas au-dela de Pans i
'l; eClil. en lln Ai police gentritae de 1l Ripl-
b!iq.:e, is netifferit pas bien fait celtede Pa:is.
J, vote centre 1a propofiion de Chilnier
"Hardy. Je pentf qu'il y a tine dif.'.icnce fen-
fible entire' la' police et-h, surveillance ; la police
punit, la firveillance pr6vient. Le miinifire qu'on
v)Os proppoe e d-'io'mer doir tenir lieiu de
l'anci'en' omite de lat6 g. .:ra'e. ( Des
niitnhr!es' s'sleveit. ) Je, ne ~ia pas dire qt'il-
plillct \'voir une ''ili g rrde &tendue de pon-
vonis, ni que .fes'; ipiaons puiflent Arre aufli
pltsli ... .(Plukeurs vox A la boie heree.)
J4 voiYdrais bin Lfouir qu'i de nous peut trAi.,id'l
Ie rtoutr des lettres d' 'cahet ?
',, ~ ~ ~, ,, + "


jfiEi. u" auttr titre et 'ptr cE
exitte. ouil


dcutx dpiit't q-'i fachirt p-rdtflment A q'li s'eht
terir tur ces dtalclreuJi nVetinllss.
S'il y avait une police, ous fatriionss i! etiffe
el talt des conciliabales A.It l1s rt yilz:af; ,com-
plottent I'aflllinat des conleils, s'il en exiie 4ua
Jes amis de la -terrtur veulurn -aijIl. r d(. n tive.ui
ies poigliardsi nious ufauiotu l s brits rli aduts .
peuttroN pour nous IIqui, rjI pour ltutis .1 vii I
pour nous aigiil ,r, ot, ou irnt poInt <1 7,t .u
m1.rt ; n,'iusi'aurions fi ks ,,in ..iiJ,ILs Jef4'ti(
pI.I1.,l's -dans, mun departr-enrt, d,'ve'ucs le
points aetnie i11d.-= coantrc-'lu'rt olirie: ti .leit
&tre,.ni!ues bient t en active t6 :A Pai..
La quetjiiic. ne peut doi;c erte couteule. 1i taut
ine police active, icl-iree, v:g >umreite.
Kida quelffion qui epryflntii ct ate f..v.,i i fi le
:niititre nouveau n'aur tt d'attributions quelj,ur
Pali'. iuJa coniqis les craintet de cvuk qua1i f ou-
viennent de a nmonfihueu'e exiftencc, onl 'p!u it
d la doniination des, maiies /de Paris., ct .; cct
-gird une parties ides d.5( -s q'ie nous tprouvons,,
vientt d la preci.kitatrio. ~ iaqil!le rtllu' avonis
voulu decider ; 24 'Iheres de rfl.xion iouts au*
raient miis parfaitemeatd'accord
Je vais cependant reliever ce -que je rcgirde
come ue erreutr echappee a Thibaudut. Li di-
vifant le miniitere, ii a traint de voir n.air,e des
lenteurs u des coaniilnications entire les miiitres,
d6fendues par la conflitution i mais en tupof.iant
que le minifltre de la 'jaflice ne' foii pas divil ,
n'a-t-il, as tous les jours befoin de fe conceiter,
tantit avec le mrniltr, de ] gucrre, tantt; avec
celii dei fi:a:ices.
L'agrimnurt du dir'ctoire n'eft-il pas enfitire
nbcel;re, et la lenteur i.,ivi.able ; vous ne foi-
tirez jamais de ia plans i'unite, don't je n'au;ai pas
kefoim lns doute de.deimornrer les dargets dans
une affenrtbe de Repubhiains.
Organifcz-vos.-s ,un min.ltore chirge d'eta'olir a
Paris ur e- police active ut v;goureufa ;, avec elle,
bn pent toot favoir, tout prteoir, tcut pr.vr;ir ,
rdpandui avec art dans les lieti p ublics, elle y
doit reconnaltre les agitareirs", et firprendre le
mot d'ordre' di a fi~ition q i'on prtpaire ; a I'aide
d6 fa vigilnce le -,n-,v. ii,.ni-r-r peut Ie liiret
aux autres fins qui r&clament fori attention.
L'adage de cette police doit etre comme auti'ef.is ,
'J,,e('., proprecr, Iai ; je vote done pour Vita-
blifement d'an nouveau mitniftre e et j` demaadi
qu.: a rla ,omi 'i. 1 exainine fi f's attributions de-
vroit s'etedre au'-dela de Paris.

Chie'nAr. Jljoeutrai ace qme viens de dire
DuL-et, que'teux qui ort re(-ti ma propofiti'n
out fait des argument auxquejs il n'eft pas difficile
de irpoldre. On a dit qu'en diviatt.le miniitere,
on le parl'yfait, on ii t o ulnl r, des lerstetirs t oun ue
Ie concert des minitihes, ddfeiidu pir la conftitution,
dove4nait tidceflaie ;' c'A r utle mreer ; les nminiftes
fa.iS fe coticerter ( n, iiInqiuel.ni entr'eux par dei
renvois : c'eft le i ode adopt de tout tens, au-
quel la nomination d'un nouveau niniftre ne chan-
.:. re I.
Au furplhs les craintes qu'on manifelfe de voi
un tiouveia minit ete charge d'in grand pouvoir,


Paiement de, lait' Foreeie i.zt'rndt.


a-;...... e.... el'l- e--- .... prouvent que ce n etait pas plans ratIon qu'on -'i- L- rtia
,ta l..lT.ter. ',tt comet gand-_-la-,affe, de-cetkid-it- e'iomres rt d oIe:t. velt, iprowl
.A n r'ces. n v ec f i' iJ-, dwrpF ; dtre e1 9IUltG
pnt PAtis I? K nEb1'Iois tas qe e v5otus device zl bnor- -..il ieraeerla td I i c.spotic e a ntt letr1d etall-iafr
tiner t IA-. all lhUt et je v t. pour la propo, pubiquc., atirt de re pas donrntr A Patis une tiro, an oA ei. uvert inqti'a1u 6,0 ,:,o."
fiton ',C h; e Lt. L p i,,:oim nt ti S a, ;,rnes parties d a rt i t
io ti C ra.i:d i ~e-'ce, -r crant poor. c tce ir.uk corn- i at oo 1a li depuis le 2z clminlr e, .4. ,
.. till '.ti'ii llti te parttii cul.r Je e.titls I1 ma 17,000 2
D. ul. iUn bmngove'nimnlt doit ifutopt s'at- p. opolirnin; e d-,-,,',e q e l'urgince foit dcla- On pays ayullli iepit n* tI jml' 714d
tacler A ,pli en ils dthli si ,. ir ce!ui qui nt, les rbe et qt Ii et vx (tett quef'on : elles ipofe i; te ri endeRI.; e
pl.. it pas,. <.afi ve i,p ,te le diult etrare- Y a. ra-t-i ti in'ifitr a c rg de police siral"e A er is de .
n, ,. 1 ,,,:lri d sp i., ) de la RH pub:ique ? 't r t p:ir rent duI I .i-e lt I.i ire ,h. lan da
..Notre (fictiuinn actuelle exig: quunte police tu s :at edikn e f. e .t ds its aie .- ur il t
ftvere.:;l t. c hl .i-, i llel exf-ti: nus ne-fe- Vi 'i O e frt e, e .fu vi ._ t d ans s t ,, L, ur tlt i
ious p.s .i du,.,ir..) rou' los mnt:nrili q,.Aliiue-tins ,V,,W,,. Je deminde apuyier par uta fait a a liit .'latidon avant Ie." d v-.nd n,.ii t, a
de nqs nlus de o i a iPs .'s iiit- trtrabs laus ie Ipruo l.ti',ii de Ch nie -. overt' lUfqu'al )e, I :,woc. L.."o.
fer.de S affalfa .s .II fr.ti., it di, virs t.e tui r,~.iij ,, hA. aierrnt n re. i LTries'd 60
tattpabtltn ih tfler.l vi.i pris pait".i't l-i'bvohlli ',." rs. -. C inut le :axvoix... epare dn 's I iseu, .an .
stion luri aIoiteniow.e qtlqu'a enalai L Le confil nc ie 3 I'lrnrnillire qu'i y ara Uin ,, .. ,
p rrturaxpof6 la: >. ds roalil.-,s ui foprtmYr e minifre clitg db la utohe gt.ualedo Calfe dcfcompte. ,
plu ears. de, arne.en. ii L tu putL'te la Rdpubliqte. 'tes cri nciers et aitiuonnures de l a
eft en dai.n r, et j: cruif :., ht:( l> 1C i r r rt' nde t "fi: ti't-br
nen>bres du ..ot1iol pour n- Ii.s treo acit e D iaarUy.ilendnt a lIciToPn jeai ,,r6die ri aile eo pte, pAr..urs It i r i s le
donier' ce biea l t'i de pat lote;A des hle m:- -s Proi'I: d e refol ionu vqni ddternirltleiI;tr ib;iof 'it a .; .t 't jcon, dtpuils
ii.J gies de lerporter, je ne le donned' cttl' q 'u;il inmporte decittlraire d u nitAik de linterieur. ui '.mi.is 0.ai p.u;ies ,L .. Ud,
qtii .e ft s lc C Or e s mli, t ,pi o et qui .launi ti rvi un. (es ie tve ltt e'evo l r c t .ni.rn-'-' .ci
or 6r&.amisde' ra-liUt, Eer L LJin c s hoines d ( t.J vla g ,s foit erj.tuels d Ifomnn l. ulnIrJ
font menaces. Wi.Jil 'r ride ibrie Mais it n'y a plus de Iianll(,e ri L.'t te ainis'l des' .l de i' el i it G
'd On Itri: e de Piut~uieur. ', Lo ,ale mnt d' &s"Nx d un), Ioi.fde i'il,
1~il.'d .utre dpafi&n, on e des cre6ances ci-deffus dnonc6sed li dep
les hlinoiti tt nrst i r-m euLr 1,',,' .ui'ttl ,' I .r D 'au ies. I ordrc du out'. f it aire', ,I-n favoir, qit.nt u vi ger p, .
I'l^ ,^ u )iour.,y Atu stu 4
.i '.e a (aN5,,:, ,!"'Ainfi r,,n: a ,'S ,,.. ,u '" *." "io nein cette nomenclature eft r; r t'R
-I "in lItep"dric Cl pa'tbut ttOg'a I: .vtpa de .nIv'auatsllt ,
firuwe d'pe bonne police, il neft et r'- 'e '. ,. C'eft irr le Tnire ie Iint.rieur es tum~ros tablaqucn ,ir"i
St t 'urn i I lr
t ,htW l 1' U,(tM ifliiSFd "oll .n i iltt.i r ligti .oriur Irr ,;?'14, iat.j" -'ii -3 -'i .,-,! i t3t -;. *,. : r .- '* frcr "" S '" "t .rs'
i. In p> t.tnilt .Tir r; t. l i i .' i .c l c c (n'ru l i i' t, r i l.r._,iO A ni xol ,r, yi u t 'pl' liit '-* I 1 l ,
1'(i f. l,i Cuiixf Ilru lI'vC* Ifn( dATtt 111w'' aI'
t- iid, i c I .r ii, ou t i r P ii ht,tra vi dc kt i'r .1rg grvur sfIg ars. i SI .i-.i. i -. W ITim t it

1 .t 11A q e in u / enit lWinkt Itirpr t t e tit ).i" nlli'l' i ug u i t.l lH v f/ -I" .A i-i Ip ; -ull II I 'T
a. flr 1f. l ,stl a iur ad'uie r ial rI3; I r i ii. dql C vj "- i l ili!, I m ii.1i 1 ir .'utl I(.1t52ti l- u i ijtlale b aar lki
-. j70t. -b jr


l~l_ B ____ ____ 7_ r.-77-77- Tr7----""--


I


-. -


Dumnolaq. Nouts avo ns tos d'acrtdr
prinatpe i m ill's tn aijournemeier ti.l f
fixer Jes :rt b iri o,,)s T j i fero, t '; ur
teLe dte I iUt.tc. J dendae ... "' t
deminin. ao, *~.. l 'Utnement i
SCetfe proposition eft adopted.
La f;&nce elif leie.,

CO fiS L. DES AlTL NS.,

S ,.re.ece de Veraier.

SEANCE DO 9 NIvos'.
On done klcture d'me r6fohltioir
.ugmlentation -du prx des papties tim;r,,s i com
ter ,dul o 20 li6oe courant dans I r., t t
1, S _ic' er du t1 p'uvio!e dis ls dt .

Le confil reconnivat lurgcnce, etn rne
cominflaires pour examiner la rIlf,ilmn,
SCes comm fires font les citoytn Jo'hno
Goupiileau, Merlino, Rfofee et Lafond-LCdl
La fiance eft levie.
N. B. Le confeil des ancie'ns a i't, r1 al !ir,.
l quion ui cree n feltneme nn;ftre, feUs le tit
de police g;nerale de la RI..ublk-ue. -
Da:>s la tiant a adclar6, fur la prbpofition de Th bandeiti, qtl
I'y ava:t lieu a d6liberer far le project de fa tonm
ioifflon de verification, et rapport l'anr6 qui
i L' .cree. L qui
SDes spp'audiffrmens univerffet, et 'erthr.il.
general ont an-,nr 1e 'entrre darts hall d&:5
qiiarne re'prtfintans du Peup'e livrds a IAntri(h'ei,
Spr Dunmurier. Camnus Q ,in.tri, Banal, it
a.amarque, cntour6s et s i les p' les embnr.'
femens de leurs colleagues, out etC condtuits a
tlh'iaua du president qui les aiiitis a plenidr
la place ot la confidence du P. nple l.s f'"pels di
nouveau. Le difcours du prfiient., Ct I4 ua.pjn
fuc:inct do Camus front imptimns.

-ti v it Is D, v .
Al "'t des Fables d'Efc., orn~ .des figures al.
lotues ai haqie fab e mis la portredes
tnf..tir ; i yol. in so8 prix Jo liv.,et 6o li v.frinc
de port .
A Paris, chcz Maurant, librairoe liolie HIt.
nord. .
Nota. Le prix des Elebne.nsd'Agricultre, apnoilcs
dans le 11 6[ a a et 18r liv., eil mlieji.rat >it
46 et So liv. en afl'ignas, ou 1I2 fous tn:liuinh-
rake, rne&me adreffe.


/


I_


'i






























































'i


I


in-. de" I'lfn h.-s, ie m&mhe. vol in-8" avec un
ptitvl. in-4? de planches, brochis. Prix 36 liv.en
.nuitaike, on cent pour in en aflignats.
es /imEns d'hifoire :r.,,,ll.k, par le citoyen
Mlj.i i'confervateur de 1I libti hit iq'q nationpae,
i'vo, in.8o broche, 1.:v. o (ous en numeraire,
t iat pour un en aflign.ts.
'.I uti'pour ces diffsrentes dema'ndes, affrauchir
"iUle port des lettres et d 1'atgent, &c. coiime

1 citoyen Avaffe mettra fns pen de jours en
r""teles AVANTARES ye CAIE W VI LLII. tra-
ddire de 'Anglhis de (iI,,s in, v. u '. 'Ce
roman hilofonllique et moral, d'u;i r ,o-nu.i
Ne(u'i ii peut tre regard coMw-ise .nl prtmier yps, i
un pas de gdant das v;.e carrieve qui n'ayaitt
Senore 46 frayec. Prix fix franci en aumuraire,
o* bliv.en affignats ,


\ P OLI T I QU E.
SAN G L E E.TE- RR. E
"Londrtes' I, to' .t','a,'hc. .
101". lel tanons da p-arc et de la Tour annon-
elt a iouvelle de 1a prife du cap de qonne-
4 lnce par les trobipes angtails. II s'eft rendu
lt Ilttion le 16feipreubre'. Lesrapports officials
B q Pnral -m2j1r -'raig ll u ~enr&al Claike, et du
iLral a ii nlt'r cai,,,, fe id aO t6 tpp'tar ii par e' capitaine de la








j :


A PUBLIQUE FRANCAISE.
SParis le 25 friinaire.

Le inidflre dc la jfice aux juges de pal. Rux
directors da jury a'acujation, et aux comonifj$:ics
du pouvair' .xtcuiif' prts ris trijun4:qq civils -e cii
mines des dipwrtcmens.
Jr vous dois, ,Citoyens, cquelques atertiffcmens
fur la rmaniere d'exicater la loi du 4 bjuma'ie,
relative a I'amnifit;:; :e les puife dani, l oi l .',m.
:nxech.acun de vuiis eft chlrge d'exctcute,'.
..,t~e loi ncnuce, article III qu'd ccmpter 5
de fa date, tout d&ret d'accu:ation on. d'asretflic
tion tous mandats d'grr&, mis ot n .ji, a exe-I
caution ; t6utfs'"preotlures, pourf:ites- er jip..-
mens portant fur d'e fits pcuremert relatifs A IA
.rxolution font abolis ; et que tous deterus
'occfiton de cos inimes evenemens front im-
mdliatement etargis sil n'exilfe point Contre euC
dne agess relatives a i confiiratiGn ndu 13 ven-
d"minfite dertier.
D 's !es expreIllons donlt cct article fr conm-
poZ ', fe irouve,,t les pouvoits don't ba loi vous
inveflit fur le faith de iamwnitie.
Si line rrotl'diure :inlrtuit devantr n juge de paix,
Four Pfits uraloint reljnat ai-la r'vo!,ution ; fi yourr
rajfon des nm',:e, 'fi:i des Fobr:ts S'exeicent
devant h1, i lli to enur que les raUwi'Jis et lesproct-
dares c-ifftlt ahJilalr : alois dilp rai(ffcnt lep dj-
honciations et les plaiutes 'il en eexita de ce
genre alors :-ifi ,'* v:ilin.uiif-*.n les mandats db'arit
qu'en mseoe s watiate e jIgo de.paix auraic pu
1 .. *** 1 ^ "


CITOYENS fi j'ai .quitt4 le g', I.n q:e vous
m'aviez inutilemnert donrf; poni ine force 3 ortir
de France, dans le d'lai de trois jours conduit'par
lagendarmerie de brigade en ,-.. ,; h, comme tin cri-'
mlntl, dans la fupofitrion que je tl'r i yits exicut; la lo
du z2 mefidort' contre Is ir.t,, :, quite fiivant
I'exprethon dtt citoyen l.:i, iih.l.ulr dia I Manche ,
je porce ttop d'onzbr';ge la i' .''',/ j,'l'ai fait pour
deux motifs auxqie-li' votis-nitni ,' Citoyens, ne
pouvez fi recent qu'applautdir
J'ai v6ulh d'abord'p endre Ie teams de rI.'er
rnes afftres pu 'tii.fIli..r.. et d'a~quitter les dittes
que j'ai 1'1" di: -: dtr- c, lltr.Ir rI- pendaait les trois
anndes de perlfectiton et de c'pivit6, dOnt"'le
g -uverncment revIi'rtiofinhiie a p.:ya mes f.rvi..s
lanrs payj mrs apprirttrhet-n n'i ~ne reindre nue
pfopriht6 don't il s' atik'j'rbit ire-.mnt empart i
printrr de ce t'rr;'' pr (l're 'lFpar lI qIue doit
commencer on hornme!e hbi rn:me avvint de qitter un
pays oit it :x faith fa r4fidence; et j'Ii pe, fi I.'aillNcirt
quo e devais vous lailltr :i vous-m:nes le ioifir
1.; v.., ifir I'erreur das Lq'te'ele vo tti ,- t'-,Ti.:
a moin 6ird pe, ft ad^ que voltl vous t nipi el'i-Ii7 .
de repaltr til ne inljfii .. lll, il. Ii i '.
Aujourd'hui que p rv'iur 1: mlirc' du pr&c6k ent
,'iiiVt;clil-Aflt (.nbr bicn vo' !e ty'alfpotter chez
Vous pour y .fteinomgier oau"Y 'l p iqe de la pr. -
mulgatindl.l I i :rnwtre les i.'l ';: :* nonl oule-
nmenit je na Ikis prlenrit5 3"! i. d ii "ciri- del foh
ex&cution pour y 'le-nanler utz pS!'fep,"rt mais que
ce palldport me fur uaI:ncet:c't i, ,::'. I par,.e que
la lone nec'-ncernati pas 5 p 'reiie .ut : j .'e f-i i'-
ti3onaire p'?blic l'u, des: phis earii- F'z :i "l'ul
q:toique nona em'pJby ; paic q'ia j'avais bien


-------~eRlry ~I I -1~IL ,Irl


GAZETTE NATrONALE, ov LE MONITEUR UNIVERSAL.


- i04. Q ."ti, 4 /-' ., l 'an 4 :e lia l ub!'9 Fran~ e une a ildvjbie. ( /. 4janvier 1796, vieux fjyle.)

VS AUX SQUSG1P I S. f'gte I'O- h,:e i's vieinei,t dlie pb.i' .jujur- ...i.ner perfioniel'eient : il fl ie 3 dtti
AVI AUX S CU S. d'hui dans ni g.-.e r;din ; court. En i.n projn'l r erage i v :t i-t I. Ii enOlcatIioin,
I d4ecret du 6 nivfe iyanrt port le p:ix du voicile In'itipal Colmciu. al vit rc-! la plpftite ; la plainte et a1 d1ei..nclition
pol iouraiex 2.f foil hs f-ilT, -nlaignats, pe ''rs pnt dans fes mains: 6galement le matndat
ot jus 6 deniers a12 Ie mle ell nhIi.i.;- 'i a u lieu 'LeCtt du geieral- nMajor frig. Alu cludita do cape dc atiijLrntr tait Coti de n brea.iu; par lui ii y
&1 dealers, nous invitons les'abonnis ai vou'oir on-i:-.n--, ,.le 2.1 'fepaitre. ci0 rapIel, Ie t 'eft 'ur nif plus fTervir. Ln deux
bien nou entvoyr favoir ceux de brmaire t m ,ts le uge de pai' .1a trout ce tui ,en
ri, fup piment de 30 livres ; ceux de friiee, un e gouvereur ho as duap t rt rocd tout e no s rt
t de 67 v. io fous; et cux de iv6fe totes les propofitillns pour Ia t i'i'ar, dIu cap lad dans fa co.l.t.C.-c.
errt d e I l for i et n ri fo', s Ia protection d lia Gratde- BI. ,e, e :t a tn Au-deLjOlonmIC:ier.t flit a IdB lcelt mature, le.
ui ot jacompltt Ia fouipcripti er du trinmrie mnac6 de mettre le ful h la vlle de Simon, paur pouvorrs du dl.cutunt du jtry d'cculniatn :.4
e rtnit. un fuppl6nenft de 105 iIes po ls forcer tcos troupes .j la rctraite, je me frus.inoi done core un prsvenu des fars dligns dans
frt de pofte. .,. mmoue empard de certe ville le t jiit. L pe pT e la joi, fe trove lanc6 u Tl mutnat d'arrt, au di-
Qufntu louaie a lieur ouitpuon, y nous es le i ig fit enutie pIs, princp!ement par ecteur appartient db le :.v q't1 r, et de teiidre A
rfnrtque pri leur i oe feu de nos v:.Afle:tx. Peu nde temrni pi6ls ap Il ,es 1 celui queol liii t ie veut pa en
i 6itonS egaleent a en completter le p;ix, en y Holandais dcercherent i no'ts attaqiter avsc totes e
i loueaux frais de poRe an proata lenurs troupes de la vile du Cap, et S canons!; i1t. Mats dipuis le miandatt le jury a prononc6
4 e tl4pdees de nelear a founir le fMons itur qc la O nl e il lnirent piitt. Ie 9 ate, nous requnr s 'il a dciar- qu'il y avi ai i .:.. ,'.J, ce ne
ein o dne e r fournir Monteur que i uelques renforts en toupes et artiilerie de Stc int- us ti t t .y I. r d
jufquj' concurrence .e ce qu'jls out p dy ,, en fvene ei ietrptbnbE, .ius film" a..w.',-S pal- I'JanilifiC C c CiO eft JJHS
talculalit dani ce com Iennetmi qti avait fait occuper ies montag.:es pr miLean tributialcritnine Jeq'c i lir mulfion
,t .f I dani ce ,owpte ,, ^;^ mie a a tribu1i'al cri lir plfipn
pol nnmn ett uille e.c r des miicins et dds Hottenrois i mais it no profit du comniflire du pouvoir et xn ien ad n6ant
bonnement a cette fule e fa computer de point de a'avantage obtenhu fur nous. Les Hollandis la proc6duitd'les pouraitres la dtc.raiun net
ce0our, ,our les'dtparemena.et rendue franhe de effayerent cependant, le 3, de faire.une attaque lap liberty, I'ihone quii. 6tft l'objet, de tons ces
'de 1,i50 ti'. ell a fignans pour trois miniefeul Ifur
.polt, de io liv. elrgnatsour tois e nale fur ntre position, et ils-avancerent avec actes.
enna uir eqaelo onnt ouflireen cee mot ongi 18 canons dans le moment oh le figial de 1arriv.e A A ce term des cltores, commence; pour la com-
Ceu dUi d' freont foutrte pourun p long d'dne flotte les rem rlit ce corflernation et les nmi.ire du polvoir eeuIr-.if, In 0 tout a i
tern:,et'qe r no voudront point sexpofer la obIlgea i fe retirer. C'dtait en effect yne efcadre fois et bien doux et lin imlponrllt ot rga~ni, 'is
umiion ontl.lle des prx en aignats, pourront de 14 gros Il.., ue le g6ndral la:k, t:ous particulier de la lol, ftarg.qrt i.;in,.'eet pinrps ',
s'aut nter, comnr les rangerss et pays conqtis amena a teams avec ics trouipts de Saiire Hlene. Ct'ef Alui qu'il t p.itiei( d'en requerir l'appliqa-
ouriuls, en payant, en numr aire, les prix fixs 11 d barque le lendemain dans la bae de Simon, union, et de lapr v' r pir s les in, us qu
ma tn etns del la, ,,parjtous les ln,,),us qt
ci-aprEs et fon arrive facilira i finimenrt i prife de cette 'oit etlfon pouvoir
L'bonnen.ent point les pas rangers, cnqusmportante colonies. Notre perte, deuis le 7 actc S ir cell q1 nus occulpe i, le conife
on rn rriis eiS, A conipterl u ii fO cotYrant ," e I-ree
tt ra nis efta, ia compteii pt u du courant, de jfqui~ 3 feptembre, confife en troishommes tues, n'atenddra done point qle'le i a'l u.eux d cr- a,
liv ou n oliv. pour fix i, et de treate-fept blffes et cinq egares. (oit qu'il fe trouve fn jugement f.ir qu'il a t Cu
0o liv. pour trois mois; le tout en numdraire u ononc6 fur tfn foit, vieine de fas cris &veiI
rendi fianc de pitt fr la frontier, tell qa'elle Sign, J. IH.-!CRAzcG, gne'ral-mjor. prono.do't f'anin irt ie votera as vel
lot le zele ui .do t lanirnmri il volera ant devant
wlit ili avant la i union cu la conq.&te. de lui, it defcendra, s'll e fant dans fa ptibon;
En cen(eTnince d. cet avis nous. invitons leo Lettre du general Clkrke. -De la ille du Cap, le i 1 interrogerafurlescaues delfad.hruiion, et'i c Ils
fouflcpieurs-defdits pays qui nous auriznt envoy y fptembr. font diu ombre de celP que Il ." ..n Iune de
lur abornement en alignats, de ls fire retherr elI 1 le
de notre buren, qui e t tojours rue des Poiteviis, Je fuis arrive ici le 4, dans la baye de Simon, fire celer s'empreff.:ra d 'en 'fituire tri-
Ster. a iavec tos les vaiffeaux de la comnpagni e des lldes bunal. et d. demanlc-r a i jiftdie 1 prompt dlas-
II fautafranchir le port des lettree.et de Par- grieta!es, qui avaient d s troupes A board; fy gtilcmmnt d celui que peutr- etre 1 gnoraice da
get. Qiles qui renferment des valeurs, deivent trouvde I nvrasinilt Craig, avec 99o0011 h es. o drait atrait reteInu plus long-teins rous is
&rei charges, et comprendre le potn our les pays Nous qiniains M\1 ene.hti-r, le 14; i'eniemn verre(ux I
ill. ontne pent affranchir, nous iqulta dans nior e ,etr.ite, (idas iquelle Salun et tfatertit
Noa L1 noul efimes un. natelot 1; i Lt t.I ept f ildats: Le minifrn dr ia jufrie ,'MERtIuN.
Jta. Les letres des d~partemens, non a;anchics, b'eff6s. L'cnir n s'dant i.. .-i. oll -u Vyrberg
it feront pias retirees de la pofte. avec neufcanons ,'fe letira a note approcha.
L fonfeription iNntroduction et Ila li-m Le,lerMdemain, je voulhs Cootinunr. ma march
Sreilion du Moaniteur, annoncl e dans les ,, C8 centre la vile du Cap, lorlqu un oflficTie m'apporta M E L A N G ,S.
et 44 di stte annie eft maintenant de 6 liv.- ," .etr1, du p v--.':u h l andis .S!uyskan,
'i nu lr.aire, ou de cent pour un en aflignats, I,'quel demand un .-rmittice doe 4 heures, pourt Au Redacteur. '
pour ceul qui voudront foufcrire acette iatroduc- faite des pF.r..fii- :r.s de c-.piuiation. Je ie lui en
ion et 1Ia. rdimpnetion de ce journal juu'at dnail que 14, pend.at lefquelles la cap'itaubtilon Du Mfd. / le ni an ; de l d
oluin 1790, et de y li-v. crr nomirnle, oU de cent fut Idle et fa majift brituninuetmife en pof- Fra
)Mne1790,etd'&idtouete., ,,od Ca Fm-OlTi "
pour uai en ffignats, pour les perlonnes qui ne i eiion de tout ie Cap.
voudrbnt fofirire qu' l'introdrction et a la parties Nos troupes ont vaiicu des dificu!tits en gard tLA 'ettre ci-jointe dont je vous garantiis 'ait
de la rimpreflion &dl 1ioniteur, qui va feulkment nombre, avec beaucoup de courage. C'eft furtout theniicite, effla fiite de celle que vous aveozin-
jufqu'au 7 fvrier 1790. a.ux bons offices et al zele de I'atniral Ephiitinne fierce dans votre journal anteri urmint; ie vous
tliuft u .7 i7Jvnr i 790. I I I _ux b n tl et .1 z de 1 an,,ra! Ejhiyo'. 1--
.. e ne h .. que nni.s ri,:,.. r icv.,bls d.i- ia pt. nm to r. ihlitc p '.! vo- lu tbiei. luli oirnc r FI 1 iim e pnblicitd.
-, asfo iption-eft toulou rs'overte thez e cli- de crL'e eLrtr,:,l'k. -LNanion Fraaiie, P' raintger qai riiie en
toyen Agaffe libraire, rue des Poitevin, n. IS. N. ii; avols trouv b,..iu. op d'attillerie et de Fance,-et moi perfoliielicment, y iminmes tous
Les fum1ilit'liol.s poor I' stranger et les pays conquis mnuni.tion intrerfllts. IRAtNDA. .
oclreuiiis, rwe front request qu'eni numnraire. .Lq nonibre des troupes rg!ees ftr?q ptifolf-
Pfi trouve chez le m&me libriire, VOr gine de AJees .1:'guLr. n1. nic-a f i'vu, 10a hoivns 'M >,iFt,', gi rt e's arm&sde l Ripubliiue Fra:-
tis 'ettues ita ReliRegio uoiiverfelle par le dont 60o0 ,i ri ine',t dl.- GotdI:., t le rilte,.d I' d faj, aurouvoir cx,'curJ'..- D. Mefil ce 2. fi-
titoyen, Dituis temibre du confil des cinq corps de .'trlc.e ... A.'. LVRD. ,CL :E. j mare an &j d t i4i i/iliquei Wl que friayaifi uine
tent, v v Ilin-40 de difcours et unpetit vot t indivifible, -








4 4
smtiran,.dd le aimn e petdant trois campagufes ii par3tit efftientidetent uva.ilf parce qu'elle nifftr do 1'hiaieur, qi~jiq o e t p -
patr~ que j'avais retidu d'm*imortauss fervics a la eft compole d'6l6mens he6trogneis, do functions avec avaniag qul, cette intreflate oil ut
eepublique pace que c'edt 6t& une drifion que etrangeres, don't exercises demand un genre vast occur feule toute I'altention d'ua ipl
de me qualifier de gel d'armnte pour fair peer defFrit6t des.dvoirs diffrens. Je penfe que vous Je demande quelion prlalable fur la oi
fur ma tate toute la refponfabilitd et me fire devez tellement prtcifer les attributions que vous d'Echaflleraux. Propoitloa
Winme juger par un tribunal rdvolutionnaire ; de allez partager entire les deux minifteres, que vous Dumolard infifte lr fa propotbn
siroyen franfais pour th'empri ftnnr par mifrer de fu- fayez aifur6s qu'elles puilfent archer avec harmo-propoo
itt gindrale et fins caufe pendant vigt-deux mois nie, et que leurs functions refpectives foient bien Le confeil Padopte ;et decide qu'il fiter
ot prit-ndre apres ne me reconnaltre que come remplies. attributions des deux miniflres.
un stranger inconnu pour me renvoyer hours du Je no difcuterai pointici les diffieens genres d'at- L'amendement d'Efchariaix o
pays dans ai claff des gns fufpes ,' et parce que tributions que vous donnerez au miniltre de 'la t de reolution eft ado reja et
nfin j'tais lie proalablement A la Nation Fran- police, elles fe trouvent traces dans les functions ia olu ej dopt da les tenl
vaire par un pact formel et rdcpreque. Aujour- actuelles du minifre de lintrieur:c'eftdeles diltraire
d'bui, dis-fe., que vous 6tes infliuits de tous et de les rendre a la police, je ny vois aucun danger, Le confel des cinq-cents, confidrant u .
ces fits it eft impofible que vou .ne foyez ces factions me paraiffent devoir fe regler ainfi ticle r 3o de la conflitution lifle an corps le gflI r
pas convaincus du pen de fondement do vote Mais je viens reprodiire icj les idWes que j'ai la tcuti d'augmenter le nombre des fix initift
arrwth. 6noncees a la Convention, etj'y infifte fortemnent. organifrs par Ia loi du to vend6rmiaire anh4
Quand au motif que m'en a donn6 le citoyen Apres avoir d6termin6 l'adminiftration di tninitre i mme da lo porter jufmu' h lit j
Lecourneur, de la Manche, ii m'eft ienomprshen- de la police gri rale, laifetez-vous fubfifor plus Que les attributions determines par cetteloi
4ible. Je ne faurais concevoir quele efpece dom-r long-tems la denomination de miniftre de Fin- pur le miniftere de lint6~ieur, lie lui pet'etret
brage un ami de la liberty pent porter I un gou- t "rieur ? o s i raifo de leur irmrnenfit de furveillittet
vernemnont libre, furtour lorqu il eft etrang' r a Les functions de ces deux miniftres ne paraifent- police g6nera e qui lihi eft co.,file, avecatvte
tous les parties; qtiil ne fe 'le d'auIc une affaire elles pas fe confondre fous ce m&Ae nom ? voulez- que 'interdt de la chofe publique coin deit
publique; qu'il no re nplit ni n'anbitionno aucune vous laifler errer 'efprit du Peiple danis le vague rieufement; P
charge ; qu il %it fei11 avec quql es amis, an fein des idees et des exprefions, et que l'organifa- Confidrant qu'il eft inflint de central r action
des arts, de la philofophie et des lettres, et que tion de votre minitere pr8lfete une fynonimiie de ]a poIlie,et od'eab it une furveillance rgu eu
le gouverneamenrt mme, n'ayait a jui reproducer conf'fe aulx 'trasg!.rs; et aux citoye.ns de la qui deconcerte les f.tiofns et dljone lest unloIt
.aucune action, aucutn crit, aucun difcouurs con- R6publique une explication pdnible touts les fois litberticides, d6clar.qu'il y a urgence.
traire Plordre, vient d'entendre, par l'organe des qn'ils out befoin de.recourir a I'autoritd? Pourquoi L conIeil, al a oi .c a ure ,
magifttsts, que ft conduite ef irrcprochable aux yeux vous cbfliner encore A conferver une denomhna- le rd!uti fi vant cl urgnceend
det loa l tion qui n'ft ni c' ?ie, ni pr.cife, qui ne peutr a ,fduion fiavarite
C ependant,puifque je fais omrage au directoire, tr e appliquee a ancun minirtere particulier, s Art. 1". II y a un fep tirne iniftere fous
le ne vous deinade pas, Citoyens, le rapport de .lus qu'a tous? Toute Padini" ration d'un Etit noi de olk e general de la Rpublique.
votre ari6.. Quant Ylracijfe, qu'au fod l n'eft-eile pas int6ieute ?' Je foutiens moi, que i,.1 L mi;.tre de la police gineiae de la Rpiit.
urononce centre moi ; je nai jamais eu que I'in- vos devez fire difparaitre cc mnt infignifint biqueaura, fois lts ordresda directoire exiclif,
mention d'en ivitIl la former outrageanto pour un qui jette Ptefprit dans d ind6cifion. Si le nor de les attributions d6terminies ci-aprs et dfloraites
citayen irr/7r-chabl, Je fais o'brae au diiectoire; minstre de l'inrtrieur deqait fubfier, je penfe' de cells don,.es au miniftre de triurparh pr-
je fors de France, poirvai que j'en forte par la qu'il devrait tt.e donn6. au ma;ifrat charge de la ic.e IV de la loi duno vend6miaire far 'organif-
wvoie de 1'honnour, trop hsureuy de pouvoir lui police g&nrale de l'Etat. ion du miniltere.
donner cette preuve eclatante que, non content Un home don't noums r rons la m6moire, Attriutions.
de porter aucune atteinte i fa libert,je ne vcux Condorcet, propofa a h Cionvnentioh, dans le T L'x cuition des lois rektives a Ia p 'ice gid.
yas minwe u'on pu.jfc m'en foupfonner. plan de conflitution qu'il lui.prAfenta, un minif- rale, a. la furert et A la tranquilUc intereur.ed
Je demand ezi confequence 1* un pafleport r. a agriculture, de cominmrce, des iiencas et la R6publique
pour me rendile aCopenhague, ville neutre et amie des arts i e demand, Reprdfentans, 1'ex4cution La garde national f6dantaire la lgion do
de h France ; de cette ide qui eft tout a Ia fois r6.ublhcane police et le fervice de la gendarmerie pbur
2. L-: p ii:nont pr6alablo des formmes que 1Etat et cbnvenable a une grand e Nation agrico e etcomN ..-tut ce qui eft reatif au mairtten de I'ordr,
me doit tran enn alignars qu'en num6raire,d'apr t me:etnte. Condorcet atait p6t t6ti de la pentf6e. public--
les cmprPs quo je poffa.de, arr4dts par la tr6fo- qu'il fallait confacrer tout enti-r uti minifre i a La police des prisons, maifons dBtrar, doj...
.reie ; awlir qe mes chevaux, uquipages et autres partie ou re trouve la richafl et la p iinane, na- tice et de rkclufion;
efEits done les, gens du gouvernement rdvo'lution- tionale ; qu'il f.liit aggrandir notre 6conoine po- La rpreflion de la mendicit: er du vag.
naire fe Tfnt empar6s et que les comites de gou- litique en pli'int un adminiftrateur i fa tte. Je bondage.
vernemcen out reconnls m'appartonir par divers This aufli convailcu de cette penf6e i hlquelle Il Le miniftre de la police a la correfpondance
arrmtes don't ) ai des expeditions; vous reviendrez tot ou tard, fi vous ne Padoptez avec les autorntes c, nHtutnes ort vec les commit.
i" Enfir, un d6lai convenble pour pettre ordre dans ce moment. fires du director executifprs leidts e autorics,
Smet affaires,.encaiffer mes livres et quelques Eli quoi I lorfqu'apres une revolution vousavez en c- qui le cancer e
monumens des arts me refervant d'ailleus de vorre commerce a receaer,; votre territoire a re- IV.La premiere zf iItrionfera portBe auconfil
r6clamer dans ine autre occasion les droits que g6n6rer, tine forte irmn'ifion a doniner au ge ie des a.ciens. p ut.il mEff.er d'E at.
me donnen un'e flipularion facr6e avec la' Na- de la Nation v-ts les arts; lorfque vaus avez va i o m
cion Fiactcaife et les fetvices qqe je lui ai rendus. frrperl'ardet-t imaginatioa d'un Puplleinduflrieut, Prrin des Vofges. Les fonsmes mties a a difpoi.
n'eit-il pas j-:te et politique ue le- minifre qui tion des co,.m aitfires iufect, urs,. pour &re em,
"---;- .. .. .. ... .. imprime le mou'vement a 1 indutrie nitionale, foil ploytes aux reparaionsde cette flle, ala confecion
d`fign& fous.le nom des chores don't il a I'admi-. de celle ci vaous tie idrez vos feances, et al Xivert
CO'R PS LS LT A TIF niftration? eh quai lorfque trites les a-tributions feais de buieaau fo.-et eiiiiSe.m ; vo commillfiirc
d'un ninifereappartinent par lear nature all corn- vo rs demarndent de m.tre a iear dilpolition un
merce, i lag iculttre; aux fciencos et aux arts ,, fon l de 60o fmiile lives valeur mtal.qu,.
'CONSEIL DES CINQ CENTS.I pourqutoi' voiitrievous l.airer eneiore pe n rinu l ) d .ve va u. -%.i
-mlfnilfre.3-i 'int.ricur qui rnixprime-rien ? Lotfqued I '1-: '" : "'r Az..-n .. !i.u vo-
Preji.Lnce de Trailhard. 1'Affembl&e conflituante cr6a cette denomination, Marec. Je fe m oppofe point au proj t im; m
c'6tait parce qt'elle donnait au minifraqu'elle nom= ferai.r-l pa. imnpoictu .. d'ordpn.-er. ue million
maie de f d int6eurlers atrbutiini d la police g6n no.ue'le.. Des murmures interrominpet.)
'AVGi, tt Bi 1 N. v o s rdoe ale s chores neftubfiftent plus, vous ne deivezi .
plus laiffer exifter les dtnomina aons. Perri. II neft point c queftn,d'ue o
Delaunav prferae an project de rdfolution qui Je fuis p6n&tdd du ienimont que c'eft honorer nouvelle d'afignaatsi il ne &'agit que d'autonfer i
fixe esatcributeionsy4nnouveauti niftrede la police et encourager le commerce et les arts, que de trdforerie nationale, conforaninet vsor p'(-
gin6ralc. crier un miniflre qui en po'te le norh.. Je demand dente-s re&obltions, A verfer entre le, mins .
SEfchaiiaux ,aA. Reprfentns il eft des vdrites que le n'u m de miniftre de l'intdrieur foit chang vos comm:ffaires inifecrears les .ommei qu
.uti ne font p>i,,t appricides, et fenties aboardd en celti de initmfe du commerce, d'agriculture e'r rlclament,
p .rles bons efprits, mais que le temsfeul et IPexp&e des art. Li'urgence eft didcarde, et le project de 1loluu
rience corifimfi f I-nt. Iet :
rence orlin nt.. Dumolird, DBs-lors que vousdtch dtu ac mi eft adopt ainit qi'il fruit:
L~rfq 'on agita dans la Convention I qtieftin niftere de Pinirrieur, la police g6n6ra:e. de la Le coneil des cinqcents, coiftlbant n
i que onilmionir d r mrilnerer, il fart aifr de pid- Rdptubiqne,; jeo ne vois plus en cfIt tn minilre fit de fire travailler prcmptement i a conifcti
Spier .quo le ids inormdesn de treipas riur, mais feuleimet un miniftre du comr- de h nouvelle fall pour la tenue de fes f I
Sonplier T, a gca idf adm dsifr a tttion t s u dout merce de o agriculture et des arts : auffi mon I et d'acqitter exactement les .d6penfe du tor
o. nihug q an bri faipofmiation ui t frqeim olthte obniin-i co eg agarc rentre-t-elle.dans celle dEft; 1 6gflatif,
da d-it r q la firs tant de branchties dint&s ifriax mais., pour fixer nos ides d'un Dclare qu'il y a urgence.
Sdir 4 Ia fi ntn do branches dAnrd: -t5 nmaniere plu p.firive, je demn2ade qune d'abord
divers, La rapilitr des dil'cuflfons d'alors ne per- les attrbtutions du niniftre foint fixesl; nousI Le confeil, tars a voir dBdsard l'argene pPr
it l I'a. l r fmi,;r a q .io etn le miniere nous accorderons enfuite facilemmnt fur les dinq- 1h r4foiution fuivante :
d'l'interietr elf refl mal or ai'fi. minations. LI rreri ntioale tena a d,'i
NIius fear-ons tois aujourd hui qail fant divifer L ere ntionale tiendra
r-. minift "e" des commiflfion sdes infpecteurs dee dleu'C -':..
i mni aftere ; vuas avez rfolu, hier qu'il ferait Chienir. Lordre de la difculfion ne permit ,pas des commiions des i npecteurs d:pL'0
-cr d un fGp6mea miniffr. An fortir d'une redolu- d'adopter la propofitibn de Diamolard, elle n'a f D' s employ e 1'acquit es o er'1
ton, on tant de pafilons bouilonnent encore, :nhene pus de but r6eli car,, 4'apres la difcuffon i d atif, et en a-cqmptea f' r Ia cnfe tiP
oi ttant d'einemis de ia liberty furveilleilt, oi qui a eu lieu, i a bin r6E ddnonor que c'eft itimens deftinds au canfeil de ciierq CCites
tnt de parris r4ginler.t; vou avoe penf devoir un minifrhe de police g6n6rale qu'o vuet dtablir. qtiantr d'aifignats reprfentant 600 1i
cler el mintz fire popicc gond ale, quifilta A la Ainfi, il ne peut y avoir'de difficulties a. cEt vateur mdtahique. ront e
fois foel et le bras de la R64pblique pour p, regard. Let denx ters de cette fomroe itat
n6&rer les comnplots, arrnter a liafntt. les cou- Qaant a opinion d'Efchafflriaux, cle e m a difpoitrio de ia commiffion descinq cnt ,
SpabLs et ramner l'orIre parmi les-cit>yens. female pas admiffible davantago, ot la d6nomina, furplus a celle des:aciens. r"
Vous avn. p.rrcf qu'il devait porter la furve'- tion qu'il propose ferai loin d'embraffer r toutes La prefente r4folutron fera porte-pau'
laice futtot f!-ur cette grande ville, oa les intetdts Ls parties du miniftere de Iinttdieur car outre get d'Etat au confeil das ancins.
et les dangers do fon immrnf, population demand. le commerce, I'agticulture et ls att, c mii a Le prfidn. Lordr du jour apple lI di[l
d6ont la folfiiutle d'un adminifirateur. une c6rerpondance trrs-etendue avec routes les native A Jb Ay ym "....
Mais quelles feront les attributions quo vous adminiftrarons. C'ft cette correfpondance de tos tive Job Aym
donnerez an nouveau mniniflra, quolies. front les jotrs qui le tend tr&s-important, at lui done Plafieurs m rwres. LI"aouraement A dm 'an
colle< qte vnus laifferez an minifire doe intrieur? en quelque forte ua caractere particulier. Le ttre 'amr. on, no
Voirlta question qu. vous ave. A difcuter. propofe par Efchaffeiaux ne remplit pas encore Non not
Je dais voiusdire d'abord franchenmnt mon avis. en hbut, car il no fairc pas mention do Pinfruc- Lecointe. Je no demnde pas Paijd oneenlt r
L'organifation actuellb du t;niflore de lintrineu trin publique don't la direction eft conflie aur ml dicuf fijh r e:ative Jaob Ay'Si, m iie F"


---ph-_ -u.-.- ~-_...-. ._..rl.i










rjde ,uoTlrien etntenrre pendant quehlqes
ilhnC fa ormtffion de verification. Cecte com-
Siona it un bur4 elle 1a ateint. Elle avait des
1mis qu'elle "na pa's d ddpall ir; elle a pruparld
-pluSU oroEJts de resolution, qu'elle vous a
agY..1 mgifion eft terminie. Les projects don't
Ci aont entire les mains de 'un des membres.
eitc te ora1mi0lion.
Sdemande que e confeil on entnde a lee-
ptr: c'et fIule marche a fuivre elle eft irt-
thiqt e t la plus propre a fire juger fainement
I'enfeble dU travaiilde la comminion.
Ji*propootion de Lecointe eft adoptie.
*-Geij Jeferai pr&cider la lecture du travail
dh coinmilion de queques rdl;xions bien lim-
le: 'e principal ob;et du travail de la commih-
jitir la vtification des procks-verbaux dos
i4bhel 61lectorales, afin de favoir s'ils etaieut
idjig~ c onforninment aux lois des y et 13 fructi-
dor. Ce travail 6tant fini, nous avons prefente tun
F'i.r project de resolution relatif aux procfs-
eriba li ils font tous ou prefqute tous valides un
ul ailtencote en litge.
SNqUs nous fommes enfuite occup6s des condi-
.n, d'ligibiliti de thaque individual. Ceci eft re-
jtif :l'rcutionde la'lol du 3 bruamaire et mdrite
'oute vBren attention.
Spiiiei.rs cul'!e-es ont nglig9 de fire les d6-
(clhionrs prLf('rtes par la loi du 3 brumaire :
0ol, p.tlfinmuons que c'eft plutot I effect de leur
nigi..c .vque d# leur mauvaife volont6 et vqus
r..-vtri'z lJas lesprojets u11 artc'e qui kur accord
ui not ve.u Jdlai pour fati faine la oi.t
D'ijtres n.einbres ont tair des dec ata ion-mno-
iivers onrtd6claC etre padres d'dmigres, mais avoir
txjie d-s fon.:tiuts publiques depuis la r6eolu-
tlin, et riclament une exception n leur faveur.
Mhis une Ioi imprieufe le fanlt public, vbias
illpofe le devoir de ne pas fair de diltinctions ,
tl'efaieiint fuleftles ala ch6(e publique, etleur
tifr inevitab'e ferait d'an6intir' la loij bientot on
v~rait le' adminiffrations rtmplies des hoinmes
ue votre fae prdvoyance a voulu en exclure.
Si ,pr PI'ffEt d'une iigueurque la liberty v(us
command de conferver quelques 'emnbres font
eidus de rotte enceinte, its ne doivent ni s'en
Sitnner ni s'en .ffecrer donloureufement-,Aleui
'---Ioniar n'en-fera pas pour cela comprothis cfe
'ft point uie tache pour un citoyen que d'obrir
I une lo general ; la Patrie exige d'eux ce der-
nierfacrfice ils fe montreront dignes de la fetvir
e s'eiiprefantd'obdir a voix. ( II s'dleve qucl-
quets'mimliures..
"iniieur lit, les quatre projects de rdfolution
don't void les difpofitions principles:
Premier projer.
A confe6it confid6ranti qu'ai moment pii les
fHtres fe font teunis pour former ie cbrps 16-
gilhif, l n'f. tit patvenu qu'un petit nombrede
poras verbavx ; que la plhpart des deput6s n'or.
ri produlreque de s extraits do ces process ver-
blu i 1qaiaini iI a et impollib'e de pronor.cer ilr
k \td.lt dds pouvoirs ;-que le dip6t de-ces pieces-
neo'eft fait qtle f'.ccfftvement; qu'il a di etre
nommi te commifli~n pour Ies dppouitler et pour
fira un tappoit fur leur validity ; qu'enfin it eit
iMfant de lever toue incertitude fur '6tat de ceux
qui caipfaint le corps idgiflatif,
D.lare qn'il y a urgence et prend la rifolution
tfdaite :
I'. tLea ptosesverb-jx des affemblbes electo-
ia'i de 8 departemens, don't Ilens nms fuive,.t,
eniemble Ic proces-verbki de FIaffenble dlectorale
dc'Trainf, font reconrus et d&clares rdguliers ct
I abils.It fra pris des rdfolitions particulieres.fiur
sletlcioonr d dedepartemens du Doubs et du Lot.
Swa es deparremens, il y a en doubles dlec-
tliiiu,chique, affenibli6e lectorale s'6tant partagde
en dex cor qui out proc644 ifoltitnhr.
Vo, Lt puts nommis par les 81 dpartemens,
nt lt nomenclature precede, et par 'paffmblie
Eiltrale de Ftaoce, font ddclar6s d6finitivement
it, dni corps ldgiflatif. It nWet point 46rqg6,
Pt leprffent article, A PIarticle 'to do la loi du
4 [drtidorconceri ant t les membres de la con-
natt*i* m auraient 6t rxlus .dans les ddparte-
rit 1o ils 6taienit en million a I'poque des
.ons ,niax difpofiions de la loi dg ) brut
M1 t lateV aux individus infcrits dans les liftes
f1dt ti patens d'imigrds ,.provocateurs ou figna-
'atritds fdditeux. It fIra fAit la 'ogard de
"tRti u xr~pports particulicu rs.
Second project.
._o ,l.n corfidrant que p:ifi-rs des citoyens
i tuerent dc;us au corps ligillatif', n'ont as faith
T4 h "ta!,isons prefrite pr Piarticle VI de la loi
S ti'wfizM ; qu lone loi ne doit pas demeuier
ttcI ^ c uelles gflateurs doivent donner
'u nmiIn 'enple de l I.foumiffion, declare
4 .ItC(t prcnd la rifolution fuivante:
St', tOiurs 1us.prs a publication de la pr6-
to l ri, ilera fait dans chacun des confeils tin
h' ointif depeptutrs nouvellement 1us ;
**tki u dpofera fur i bur&u unao copie de


4T5
la dflarttion qu'hi a fiire en vertufe 12 Ii : creO
copies devra tire certifiae conforne par 'archli-
vilte.
40. Les refufans front ddclarCs no pouvoir exer-
cer les fonctiohs Idgiflatives. Ceux qei ne fe trou-
veront pas dans Paf1embl6e lors del'appel nomi-
nat, pourtont envoyer par lettre la copie de leur
declaration : ceux qut font abfens par congd, de-
vront envoyer leur declaration dans le delai de
deux decades.
Troifieme project.
Le confeil confid6rant que plufieurs ddputes ont
declar6 etre parents d'erpigres et reftent Mdaus le
corps kWgiflatif fans jufilfier qu'ill font dans les
exceptions portees par a loi du A bunmaire, prend
la rdfolucion faivance.
Les citoyens Gailard, Crone, Merfan du Loi-
ret, Thibbaut et Bro ne peuvent exercer les fonc-
tions ldg flatives, etfont exodus de toutes los font-
tions pubiiques. ;ufqu'a la paix g6renale.
Quatrieme project.
Le confeil, confiidrant que les individus infcrits
fur les lifies d'6migrs et qui n'ont pas obtenu
leur radiation definitive, fonc fpendus deexr
cice des droits (e citoyon ; que ceux d'entr'eux
qut syant dtt nomrmes A des functions i nie s'en
feraient pas ddnis, font frappis de bainiflement
par la loi &c. prend la rfi4ition fuivante :
Les citoyens Pollier, des Baffes-Alpes, Fonte-
nay, du confril das anciets, ,et N. .... font ex-
clus du corps lsgifltif.
Quelques murmures fuivent cetre lecture. On
reclamoe 'imprefion et i'ajournement.
Thibaudeau. Je ne m'oppofe point a l'impreffion
des projzts prfiutbes, furtoutdL celui qui eft e'atif
aux individus. Mais il eft une queflton premnire a
difcuter i 'eft celle de la verification des pauvoirs.
Le project de rriolution qui eft relatifa cetta v&-
rification a d ji 6t6 imprim6 ,;et n'eit reprefcnt6
aujourd'hui qu'avcc quelques egers changemens.
Je domande que ce project fit difcutt domain.
La propofitcin eft appuyde et adoptee. Les
projets.prefepti front impritnds.
-Merfan, du Ljret.Trai fai deux declarations ; d-as
la pre.iiere, je declarais. n'etre pas comprise dans
la Ioi du 3 brumaire dm ns a feconde, je recti-
iiais 'mon erreur, et je d6clrai, 6tre daus Pun
des cas prevus par cette lot. Mis en me plahgnt
dans le nombre de ceux qui doivent 6tre exclus
come parents d'emiigrs aux terms do Ieur dicla-
ration, le rapporteur a commis une erreur ou un
faux. (Des murmures s'dlevent.)
Glnijfie.x. Merfan viert de dire qu'i fen egard
la comm fion a faith uti faux....
MJiefani. Une erreur ou un faix.
Geniffieux. Le confeil va bientob reconnaitre que
s'il exitle un faux, it appartient tout enter a Mer-
fan Iti-mnmen i'a Merlan fur leqqel, dans tons les
cas. if y ailr.it' un rapport Afailte,comime-flga--
-taire d'atrtrr s libercicides, ( Des mur.ntres
s'dlevent.)
Merfan a d'aberd fit tine declaration dabs la-
quelle il dit nietre pas parent d'dmigr6, n'avoir
rien fign6 de contraire aux lois, n'6tre pas dans
le cas de a loi du brumaire i et voili Et qui
doit s'appeler un v table faux.
Metfan enfhite s'eft rtiind er it a figni pofli-
rieuimeniet tne declaration ainfi conique:
Ja,viens d'apprendre a i'inflant que la M'i du
3 brumaire m'eft applicable; je pie le citoyeti con-
miffaiie archivifte de regarr come nulle ma
precedente declaration, et de me ieuvoyer copie
de la prefente. SignC, MERSAN. -
Or, ifer.r avait fignd qu'ii n'tair point parent
d'6mig ; quelnques jours aprIs, il 6cric quitl vient
d'apprendre qu' il tair dans le cas de la loi ddu 3
brumaire. N'6tait-il pas natural de croire qu'il venaic
d'apprendrc qu'il .vairt un parent emigre? La conm-
milliona d le croi, et por cela n por c intcommis
un faux.....
Pl ieurs voix.. Cela eft c'air.
Giniffiux. La commiffioni ne pouyait prfitmer
que par la feconde declaration, Merfan avouait
avoir fign6 des arr6tes contraires aux lois; tniais
actuellement la question change a fon r gard : il
dit ici ndtre point parent d'6migr6; it dit dans fa
dec'.'taion rre dans un des cas prdvus par la loi
d i biumaire; il avoue done avoir fign6 des ar-
r&tes liberticides : ce fera all confeil A juger ql;i
db la commiffion ou do Merfan s'eft permits tn
faux.
Vaucl. Quand Lecointe a fit fa motion d'ordre,
j'allais tire le project relatif a Job Aym6.
PlAficurs voix. L'ajournament i domain midi.
L'Vjournement eft prononc&.
Dumolard. On nous a diftribud le project de Pens
de Verdun relatif aux, parents d'6migrds eq non
fn rapport on n'a pas tia4m diffribu6 Ia lie dio


~ fCrf-I, qu';l el effsitil d'.Lavoi foins let yta X.
i J'dematide qie ccite double dift.ibutior art liit
avant qUe ia difcuffion foit ouveite fur cette q4tef-
tion important.
La propofiton eft adoptee.
Andrd Datistnt. Puifque demain le confeil u(t
diicuter P'f'ure de Job Aym. ,.
laailer et plufieurs autres membres. Dites Jean-
Jacques Ayinae.
Atrdri Dumnont. te penfe qu'on doit auffi impri-
mer et dithibuer cette lui du 3 brumaire, qu'on
ivoque fans cele, qu'on cite toniours, fur laquelie
on rio:ive des rifilutions'n ouiveles, et que nous
n'avons pas (ous les yeux. Je demand que cetto
loi foit difiribuee detain aux membres du coafCil.
La ptopofition eft adoplte.
Beffroy au nom d'une comminlion, flit on
rapport fur la quelton de favcir s'il ferait utile
d'ordorner la rcfiliation des baux de toute efpece.
La commin;ion a penf6 qu'une loi pour la refilia-
tion b1cffait 'intrrt& du plus grand nombre des
citoyens et fera t nuifible alix moners, piifqu'elle
tendrait a divifer les hommn-s, au lieu ae les rap-
procher, et qcelIe detru;rait les traafactions Io-
'i Si une te'le lei tait ob'igatoire, el'e ferait ldn-
geretiife elle ferait illfoire, fi el!e n'etalt que
facultative i e;,fin cle ne fervirait qu'a perpetrer
le difcredit.
Les crianciers de la Rdpublique, 'es petits rer-
tiers fir lefqds e le frapperait, ne font-i!s pas phus
A plaindre que les propri6taires de biens 4rtaux cu
de maifons ?
Si l'on ordonne la rLfiliation ,on verr les
proprietaires ranqonner les fermiers et locataires
avoc ;u a;.t d'm, euseence que les fermiers orjt ran-
qonn6 *'Is propriitaires. Aiifi l'on n'aura point
goari le mal, on nauza fair que d1'tend:e en la
deplagant.
D'aprs ces motifs a- commiffion par Porgane
de Befiroy, propose la queflion rrcalable fur hl
rfiliation des baux :.ell invite ndantnoinM le con-
feil aetablir line e:helle proportionnelle ponr las
istdemzrits--qui'para:fieltr d'es -au -proi ri Th^t s ar
I~s jOcatairtes et frmniers : elle anyone qu'ellti s'oc-
cupera de ce travail, fi le coafeil croit devoir I'er
charger.
DDumolard. Si nous tions dans tn teams ordinaire,
j'appuierais les observations du rapporteur ; mais,
datis le moment actuel, la fituatii,' vraimant pe-
n;b:e dos proptietaires appele toute vote lolli-
citude : vous dAve6' dtab!ir use difference ertre !es
faimiers desbiens ruraux et les locataires des mai-
fons des vi!les. La juRice vent qua vous pronon-
ciez la rifi'iation des baux des premiers, c'eit le
feul moyen de forcer les firmiers a porter au march
lis grains d~oit on a bzfoin ; quant aux derniers,
vous dt.ablitez fais doute u;ie chelle de propor-
tion telle qut'elle vous a Ct6 pir6fenre par le rap-
porteur, Cepenlant, comma iI en nr, ffiie d
n-mditer routes cesrne.uues-,je dear de I n,1ps)jlion
du rapport, et Pajournement de la difclffion a
virgt quatre heures aptrs fa difribution.
Boudin. Je ne monte ps a la tribune pour prendre
la dt fejf des firmiers i je les connais, je fais qui;d
abufenfdes ciconflances pour vexer les citoyeils;
ce 'eft'donc que fotls le rapport de la hAle
publiqoe qae uje moppofe a I'ajournement.
On a demand la rdfiliation de to:is les baux,
cette rdfiiiation ne pert avir lii qu'i, deux 6po-
ques q la Saint-Jean et Nocl ( Mrurmures.) Je ntei
pas avanc une hrdfie ; j'ai voulu-dhe de fs mnois
en fix mois. Or, la plus procthine de ess 6pcques
eft de;j p6ffee i et fi vous vnuliez rdfitier l.s baux
en ce moment, cette metitre nuirait an trrefar pu-
blic, pLifque l'emorunt forc6 porte p;iacipa!ement
ftr les fermieor : a refiiation des biu ntuiraei
enfilite A agriculture er aux pproritaires; car,
ou le former 'emmenerait fes betiaux et .tors
les tetres refteraient fans culture, cu i. 'ks vendiair
an proprietire et cdlui-i ferair ruiu vule prix
otl its font months.
Si vous a loptezo l'journement, voutm sl!e j-tir
de linquietude dant la public. Je m'oppofe a I'ajoi4r-
nemfent.
Favart. J'appuie I'ajournem:rt til d' avoir lt
tetis de refl-chi fr cette qdillion impotinte.
Le confil ferine la difr:uffiion et adopted lajour-
nemnrt.
Dfefrmon'. Ramel vous prnpofa, il ya qif.lques
jours, l'examten de la qurflion dte avoir s&'i ne
ferait pas jutte d'obliger les f-rmiers a pyver 'c;uml-
lement aux propri6taires le prix des baux dornt let
fruits font peraus, mais do~t I'6ch ance ne tmbs
qu en 1796. Je demand q-ze vous adoptiez aujour-
uli cettes prop.ofition.
Thi,'i,.tcai. .S'i s'aCit de fire une loi pou: o','ip:r
les firmners A payer les p:op:ietaires par. it c I i-
tion c6mne cette loi ronmpiait toutcs les t. n-
factions qui exiftent entre eux, e crois que vous
no powvea pas I'a iopter fans une difcultion piedaab'e.
<*


---*~la;lirr*r%8111lars~- II Ilb --~ ----- I











Je d .minde done l'ajoirnement de Ja prMp-pitnion
de D)t l inllt, ii et et eil rIt voi i uCe ( Jin1111'.1 1
Cctte p)rpofition eft dopte.
La fiance cit levee.

SIANCB DU II NIVOS.I


L'ordre dttuur appelle la diflc Uion fur faffaire rfluh Ia d&fendre, et cetre ;
te Jeo-Jac't Ai. t u. cofeil ,-n'et poit le frUit ,11,1i r -.atotI
de Ian-Jcqu Aybn, Pw eile edt cel:i de Ia riflexion. Ahi! pi la loid ,
Plificeutns naebres font iifcrits pour la parole ; niaire po vast etre imput..e.ctie t ,u I bra
Thibaudeau I'obtientpour tune moiioio d ordre. ii laudrair raver fir leur tombe: On atest
Thibaudcau.J Je tie renouvelle pas aiiourdthti la in clize d'avoirfauv 1 lp, rtrc.ur f
propfnin- quej ai faitehier, i ae qi ru etrae M nsu Ctoyets reprdeta, fi a
adlopCe par le. confeil. J'avais demand qu'aujJtir- I PeuPle exige que la 'lii lu bntlmaire fet m ,.
Sh. i .lco.ne r it la diFcr.llon fIar l vau:fi.ation des tenue, i Imtorte.auli qte les I'Cincioe. r.


Botne, au rnom de l coqmrnion chargt'e dexaminer l pouvoirs c'eltt- l ce qui doit ere veritabiemant Pa1s iCS. E t iC., je dois e dire ve frach
le :. i du d toire excaJ lr la police rimine//e de dicut ; car avant de prononcer fur re fare pu Equau b i n a qu'un conra
Pari. .iovensielgiflateuis, le dirctriire excutif, particuhlire ii faut que vous vous OLcUPirz de uanc h et ouvertel de no~, entiens, qu t
en voiis ii f-rmnant par fon meflage du'16 frimaire vot:e organization fikiv. D jia ou a .,pr o- r le n on n a :thct de liest queion
des obitacls quii' lliril i.n lt Ia marhe de la j'ftice, nicd for une a.ire particu i.ie, tt le cou it de favor quels font ceux d'entre.nousr qul
npelle vote fi.lqicitude fur le nombre co.eidlo- es ancient I~ rejt votre lkeoiutiot. l faut enfin trouvent dans le cas de. l lot du 3 brmire, aivec
rIJ e de na'haureux qui gicniflent depuis long- is' entendre. ee rebtive la v6tification des povoirs,
teams dans les maifonris d'arte de 1aris. Je dematde qu vou prcdiez f e cap parce quon croit devoir vcus potter f
Le 17, vous nonmmats une cornmiflion dthrgee Iaverificationde vs pouvolrs.,. ems application de cette loi Cette opion
d'examnner ce miffig g c'eit en fan nom que je e 'en doute poi rt, eft fondue fur des motif
vi-ns aujonrd'hui vous rappeler fnccini theme, t -es G'ifici. J'obfetve d aboard que la rioution honorable: des vies plus out noins fages, i
livers obltacles, et vous propofer les mefures dopt parole Thibaudeau fur la v-irfiation es pov- idees p 1s ou tons pohtiques 'ont fit embtret
qu'eile a cru propres a les faie cefler. vols n'i pas.ncore im"ime: aili on ne Mais, Rh piblicains, vous tes dans'Perreur I
Huit directeurs de jitry d'accuLttion font ta-I peut pas s en occuper aujoird'hui. maintien des principes eft le fondrment 'iff
blis a Paris par article ti duo code delielts et En second lieu, ie 'ne vois aucune coniexit6 des R6pnbliqies. Quoi 1 volt ; ppliquetiet.
des peines.Ce nombre ell infuffifant pours'en con- centre les diverfes i fajutions qui vous ont etd memes 'a loe du 5 br mdre avez-vous do i.
vaincre, ii fufit de fe rapper que Ie tribunal prnfmtnes ; quelleqe qu foit la d6ifion que vous blid qu'elle et vorre oturage ? avez-votu dme
central qui les a precids tait compof6 dte qua- prendrez fur hA v6tificatioa de vos pouvoirs, -elle oublie'que vous ,es -i:flteurs?avez-vousdone
torze dieciturs du jury et qu'aucun d eux n'etait n'ifluera poiit- fur Iaffire-F rti'ire P dAKr'Ayi.- qublfb le Iptinupe conftitutionnel fur la dftibutiin
appeal a prifidr; it fuffit de jeter un regard fur J demanded doc que fans avoir 4gard- la des pouvoirs ? avez vous done oubli 't us'
les maifons d'artn a'oi lon voit les pnfifuiers les pr6pefition de Thibaudeau vous pafllez fur le maux que P'otbli de ce principe acauy i laFranct
plus nouveaux, 6prouver desdlais pour re en- chatp la difcution de Jean-Jacques Ayme. Avec quelle victcit i e pourais-je as vousnp.
tendus et laifer encore derri; e eux des mal- N. Suivons l'ordrs natural des ides ; la peler ici tous les nmilh'urs don't il a couvertnott
heureux qji y languiflent depuis pris de neuf com'iaffion a prdfente plufteurs projpts de rdfo- "foitun pays C'et lui, c'eft 'oubli de ce
m 0.is.p"in ip fcr6 rncpe facre quenftar, tces I flathu
mofs. lution : le premier'concerne les verfications gS- P' e faclr enfant ce Irgiat6 abomi.
Pour donner a la juflice la e6drite que la loi nera:es des pouivoirs les autres ne regent que tabless q, copr iirent 'a ux proeet d'&tabirle
Sdefire, que 'hamanit6 rEclart-e, nous avorls penf6 des ind'ividus. I, faut difcuter les cbjet. gtneraux aori.te par la guilotinQf. hlui,, eeff oiYida
qu'on pourraic adjoindre pendant fir mnois aux huit avant de defcendre aux paticaliers. J'annonce qua ce pntmnpe facri qut t de I'ame de Rabeufp*-re
airecteurs tiris par la loi dui 3 brumaire fix autres mon intentrin eit d'attaljuer Ie project de !6folution la source d'nn grand ve de f ang qui s'accriC.
directeurs; nous avons puifl cette imteure dans la prefent6 par la-commillion, ailfi que I'aittbution falt fans cele par les'rueaux que ifatl titire
coriftitution elle-m&me. Ii, article 240 pr~voit le cas qui a done. Au furus je demand chaque jour le m60his des princpes, et o0l ls
oru el:, peut &tre ndceffaire ii s'exprime ainfi: que la proposition de .Thibaudeau f rit mfe au ,droits de home fe feraient enfia' peads I
SDans les communes au-deflus de jo mille ames, voix. .'iinmortel 9 thermidor.
il pourra &ere etabli par la loi, outte le prefileist Au nm dae la liberty, au pom de la Patrie,An
dt tribunal correctionnel, autant de directeurs du Renault de l'Orne. Reprfentans du Peupl, je faifons pbirt office de jugesi; I.venorus Fpr rre
jury d'accufation que 1'expddition des afaires l'exi- lifais ce martin la loi du io vendmniaire, et i la attachment auxn prncipes, les diviliors qnr,i,s
gera. 11 nte s'agit pius-que de ttouver ces fix nou- v:e de ['article VII. qui porte que P'extra;t de metscent prevenons, prdvetions la diicordeqIi,
veaux directeunrs .' la nomination deo haque dpattt6 li .fiffira pour apiesla violation d'un principle, f met rotuid
Suivant Plarticle XVII du code des dG!its et-des la verification des pouvoirs, m je me fitis tcrid: fte enre les members dune alTmblee. ( OIt
peinet, les huit directeurs du, jury font pris dans QuoiTla verification de nos pouvoirs eft une chore collbgues ferait-iv poflible i u'arits 2ix an de ia.
e tribunal civil; ious avons penf6 que proidre fi le, f facile a fire, et ils nef ont pas ercuxe voluio V et: d'orage il s 'allumt dants notte fein
eac3te fif aire, Us l.cd, ;,fm t epas emc l
enmole fix autres inctbresa ce triball, cc f1tit v&rifids Potrqai done ces dilais ? pourquoi ces s .- s et des haines qui fe rdpandraet
et priv-r raa l:is d'un trop.gia::d omibre de juges ltenteurs ? pourluoi, reprPfentans du Peuple? Par e ';. a...r da.s la Rpubhlque l Non, vouts ne tou-
et ap prter dens une partiq de la miuftce les leniteus qu'cti a pris le' change, parce qiuon a confaIru htt poin aux premiers fondemens de l.R~i-
qui dlbus ;.i. i .t dans une aire. En cotnfluence, lufqu'I prtfnt la qteftion relative a a vrlfi'a- b.ique nous agirons tous de concert rour It
nousous us piopoterous fcu'ement de Freadre tioa des pouvors avec celle de favor s'il y a ',ire indbraniables et rous prouverons J Ifu
premier de ces fix ,diiecteurt danis-le tribunal civil, parmIrinous des homes A qui la loi" u i t;u tope, pra note union, que la Republiquc hie
et tie mtAttre n activity les cinq jges fupplans I maire foir appicab'e ? Cependtntt, il Lt ienfib!e anIe ci intribie.
coinme dircteiur du ury d accufarton. ie ces dtf oe q.f!icab. e foCi abiolument .iwiltitti Je demande que 'R divide, &c...
lci les u& nes motdits e e.igent tenmprairement et fdpaides,, quariifi i'on doit les divifer. Je dern.aiie qua l'on precede fur le chimpi i
un plus g Iand nombre de direteurs, nots ont paru Un ratetrr, Bourdon de I'Oife a die : II s'agit v4fication des pouvoirs. .. .
auhl ex-gcr quil y dt itpus d'un fubft. ut du com- d'ane vdrifi-ation de pouvoirs; ai.fi, voyonis i (La fi d.
r.ffa.ue duo..uiol t, e Cla,. attache ux directeurs vous avez l es conditions reqtifes et par oa, ouf ...
du uiy : autlith tuus propolerons d'autorit'r le di- titution et,par la loi du b.iraire. N. B. Dans la feance du r la quli0n Se
remtoire executif a nommer pour tli mois feule- Je n ex,:minrai point fi cette loi neta'it pas tab;ie, dais le confAl ides ciq ccrnl, flr l'sfir
neut utn second fulftitu-, Lpfcialemternt attahi pluritt te peine quutpe condition, mais je r6- d'Ay!nd. Dumolaid et Pateieto 0t o1n iivol tl
Auanirectrnuins duouryuccultaion. ponIii- .1 i B. ron- e I'Ole -quefron raifonne eur-les-frmIes-crdtutsotieles; AdU,, _
Un autre obacle a I'expddition des procs cri- ment ell viciux, et qu' il prouva videmment que, Cheiier et Villetird cut vote pour lfn cxJdiuion,
mnine.s dars les p.us grades communes, nait de quand une fois on sc ft engage trop legrement dans .La t;ui.Loi eft atjurnbe. ..
l'article 491 dat meme code. Siivant catte loi le une erreur, on eft ob!:g6 1'avoir recourse aux pius
directeur du iury ne peut former, quLi le d&raai growers fophifmei pour ia forenir.
fon jury dccuiation, et il ne peut s'affembler que Pour mo qui ne veux point abddonner la Palemens de la treforcrie nation,
ele. dcca I fuiva:. vieille raif.n le dirui tout implement : II s' git
Les .elais n6cefiaires pour les ddpartemens, loin d un verification de pouvoirs ; ainfi vi yors fi Le paieMent des parties de rehtes 'viaclIpou
S de prefenter les mimes avatitges dans cettegrande les pcuvoirs font en regle. Vola, cc ine fte ble, I'ainue &rha;e au i" gerfninal, an i ,P ftll ll oina
ycommw.e devirinnent cxntemetnnt fiuifibes aIa la ,cotnlquence jufte, ndcefliire;inrailib!e a laquelle rttes ot avsec frrvie, :l.ices s di'c.s qtle
celdrite t ds affairs, et il nous a paru urgent de on,ne faurait echapptr. Eh bien v yons doric bureau de 'l li, qi..hri. n a.ant le 1" vendlritie,
frtuer par une difpofitron permanente, que les encoa e une fois fi nos pouvoirs font valhdes. Il an 3 eft oDvert jifqu'at n0 16,o00.
tabLaux du .aiy pourront drte forms trons les efta if de s'on allure -il ne faut pour cela que. Le paiement des mr es panties din l
jours, t r ; po a ere fi jeter les yux f"r les extraits de ntos nominations, 16,000, a lieu depuis le' z frimairemi i '.
.u4tre lout~s apr,, ; ilroig a mdwe par'u nes _flair .
Spuffque, felon l'artic!e VII de Ia 16i du o. veil- Ox paye iuf depais Ic t t' I it
lc rendrie cttie difolition grale u to; es les d6miaire, ces extiaits fuflifent pour Ia vification tells i4pf6 depuis '
'communes on ii y a pluftemirs dinecteurs. l %onvoir s et, comme ot n'a non do -
Er ade: ponvoirs ; et, cmme cetrobjet n;a ren de ..
Enftinap, aes avcir tu difq-..,i re ces premiers comnn avcc la eUtcmm de favor bi queq n es-rns Six derniers mcis de 'a .,
biLtcles, lete ireteos s t r trovrtt duis le cas ide i loa du` Lai paie ent di ,:cond m inde I-
srietes hds leurs prermirt pas fi vous ne venitez i bd'enirfe i'o n demruvnde la division. Et dc o I ne parts de rnt f's ciagere lfur ,lien d
lenur ecours par ne difpofition u ltlieure. 1 3 brmaire n d nde a iiion. E c ne par e i f tr bu
Les liftes ds jttrsts fort; drtineis fenrvir pendant tiailleurs Tien n :ft plus iflaant tris nois cells faites pour le trnieflre de tivo'e es pouvoits, pc.,1. c'ft. ar.l .que toute lIem- la e i iri n avant le I vcdnAi,
eldl poour;,nc, 1, dande qudo e n -eou n to7-tO'
font atff,.t&s :ux hurt directeurs du juy dj bide do-t con'nrccr, j denmande qu'rn s'en pc- ouverjfqu'au
efans ; i y aurait de la contuion d'antortler les c1e tri le hImp, a momns toutefti s clue q 'on I Le p i ement dles m parties es o00
nou a re u.s rr fur les mmes les foutienne qu'ils ,t v iifis ; car alors je prc- eft overt depuis le frimaie an 4
leurs juies. Amitl. pour eviter cet inronveonint, it poferais au crcneii d'cn fairela d6c!aration. Akni Cf6;e d'efcompte.
nous a paru n6uff I ire de falefire fr, pr lamini donP d deux holes t une : ou ,nos pouvoirs s de C I
triton departun rntale tin fupplement d lile, font v.ifi'es, ou Aien ils ne e font pas. S is e Ti l e cresnciers et actionnaires e tifca
lequel fuppknitmt'ifra diifi eh aultant d- parties font, it aut les dnc'arer te:s; sils ne le font pas, caiffe d'ltcompte, porteurs de cer fict dm
q il y a t de cnouva,.x dinrecteurs, conformnement a nous deovoLus procder (lrlJ champ a leu v6 tifi- troiemer6at, et qut o nt e copre is t l
laiticle 486 du code des dlits et des peines. catior. dix-hunit pre ets paierecevoir leSa f
A Die's e pji1afe, Citoyens repr6fentans, que r.vifion peivent recevoir lea r"in
Le confeil ordonne 'imprefflon du rapport et je veuilie ataquer Ja loi d 3 brumaire. Je Ia ie- viagers foit perpituels, de la t ip
1' jnurnenient de la dilcuffion. garde cprnizoe le palladium de Ia libett,6 je fuis portbe dans lefdi:s certificates.

CLiabonnement fe faie A Paris, rue des Poitevins, no is. Le prix eft de ,coo lv. pou' troi mois, tant pour Paris qlue pour les dPpartetmnet. On ne prbone qu'Cu lb.,
cement de caique Istiis ,i et leIClement pour trois mois. Cuix iui p;r friIt ..Iyer en numeraire, ehvetront 18 liv. pour trois mois, ot po liv. pour C tvoit n
11 faut atilator icsletres et largent, ranch e port au cttoy.I ,,',. t, tL de cc journal, rue dts PIoitcvit., n t 1I. 11lait cuomplrnd are .dae i cn
pavs <, Von no peut aflranchir. ,. 1 di.p w,. tt
11- f t avolr foin de (e conformer pour la fiiret6 des nvols d'arg nt on ad'afRp-at. l'arrt6 du commit .- e lt" p.ulic inRrfi daas e n1 3oi de '"oi ut. dap. "0i
tctildor de Pan II, 1 o du nmins c.a.rger les letr.es qui ten frmen des ;Clign.!.t es affigittat de ciraq livres tt au-eflus A ctigie royale, n.a7n .. r "is c
on lie rtcevra plus que c eux portent l'emprcinte de la l1IIP1 ,Ir. l. .
I tfaut s'adrclni pour tout cc qui concern la r6daction dct La ictil1i au Rdadtcur, rue des Poitevins,n? 13, depuls nculeures do natin ijuu'A hlit tliu tdu


I'










































L


i
i


i

i ;










i


A'V~I AUX SOUSc RIPTEURS. Le gouvernement Anrrchien trop coinu par 'vi
VIS aAUX Sf mauvaitf foi, en aonni ds ccate occafion to
I. 4, 6 nirfe ayant port le prix du une nouve'il preuve. Les tsroqpfs envoye&s de
la n a os la feulle enlTrieffe da-s .e Mlahnis, l~iitent art de a at
Sous 6 denietla G~lle en numnraire, au lieu g:rnifon ie V.il.- ,.. ., iaquale av.t )jie de no El
al ers, nous invitons ies abonnls lA voldoirf ps fervir dans la guere i tied*
ntous cnvoyer ;, avoir ceux e hbiunae, Les Gknois depuis la rix de61c eatre leur R-
O fUFiiP: nt de j o lives; ceax de f:imure, un publique et le gIairAil de Wins, fI,,t dte i:frquettes tr
11 "" ntde 67 lives to fous et cetlx d.i niivofe, pt.. i s. cth
.r ia com:pleut. la foufcritiontrimeitre .. ie. a e
qjiiontda& coi mpl t z ^ L efc.dre angkife a paru, le IS, a la h uteur
Oe. mil, "un fupplmet de ice port. a
il; e1 pofte. d i port.
QOint at.xfoufcripteurs qui n'or t entvoy6 juFqu'a Depuis que les Francais. font mnaitres doe Vado ,
ftelnt que parties' de letr foufciption, nous les es galeres Napolitaines on.t quite notro port.
S a'Ii S elemeint a en completter le prix, en y
'"O"t les' nouveaux frais do pofle au prorata C'eft le general autrichien Wal;is qui comn:a.der
de JpoquaU e leur abonnement 5 fan. s cel., nous pendant la dangfrefe ml-die du general en chef
fer'"s o-'ig"qs de te leur fournir le MAoniteur que de Wins.
n .I -'L ca unncc de ce qn'ils ont payi en .
idf ctans c com',pte les noveaux frais de REPUBLIQUE FRAN AISE. I
Iabt ajonnent acette feuille et, i computer de ce e
.jot ur es, dar't-em -ns, et r-ndue i rar ch e De'artement da Bas-RhI. iff mborg, u
toli ii lii. en aflignats pour t. ois..oi f. il i .e .4 ., .. p
- E, p.-i. ''. I on peutfo ficrire elnc' tte mo' nac'ie .
Cil i *-i .icer'nt foufcrire pour niL pAis loig LA fitllua:in de nros :iF es fur ce.pcint par h
Cnm: n~ cuT iic ,.drort point s'eXpofer a .ia devenir mellreur tie jour en jour .au L)rv, q
ci,;.ti',n comrnueh dies prix en alilgnats, pounont de ce q':e le g-: ral PI'heg:u eft art...if a fsi:e a
'lioiO ll comme les uit'.nmg'r s et pays conquis verfer es dt..res proveotrnt de 'rt.,i:.,i la:s
t runis, enl.payanlt e numraLtire lis prix fixes pour c!a fe fervir de 1'ntfre:-:f'a 'des hotir.~ts
is': s~~ | jnif N'auroas-n,;us p.s A eraidie auti l'dN, icLme
I~abornnement pour les pays ktrange-rs, corquis et Ia cuipidtte dts Aflclcius ?
aii riamis eft, a computer du i" du coat detio au li .
es pour n an de 60 livre pour fix mos, La fiuatio e enne., au li dtre auf
a~o lives pour trois mois. le eit en nume- bonnie que 1la pus nlyu, f oi nous tnou fommens
ae reTldu ftan d port fur la fiotioee tele trouves en tli encote res-loin. Nou.s avoas e
ue iait avantla ..ur.ion ou 1 cnquee. Ides corps quatre jours flns pai : .lernemi en a
Et.coni fenc t de cetr avisr inis environs les beaucoup q(i y font fix jours. La pdsmuiie des-four-.
fOltivupes Jcf.flits pays qui nous auraienrevoy6 rages et jisfouliers s'y faic fen1r do p;us en pIus ;
i rb..nneni.nt. en alignats, de les fire retier- c'e une repitiion journaliere des ddfrtears de
o.. bone .buiiqt qi tcitouours rue d6s Poitevins, routes rmes qui nous ilrivent tous les jours:
v a. on en compete 300 au moins depais huitj urs.
Ii u; 'ff.aIrhi le port des lettres et de Vargent. Si 'on ne voulait s'en rapporter tout fait au dire
Cellli gqa .ert..nmurir des valeurs, dbivent etre de ces homes, les fits parle.t; s'tis t ~ient bien,
est, tt cmpr. Idre Iq point pour ies pays oa il s ne dterteraiei t pas c eift' q itio ont, prouv6
n 1 '. ,* tandis qtui's taient devant Mayenle, on ils avaient
01,1 1 de grande facility s. -
~e Lt et lterks de< departr'meAs non ajfranckhs, I eft arrive fouvnt'q,,u np re-oinaflianets da
ce Ilell n ri tetires.de la pote. I min fe font rencoitrese avec cellcs dte V'ernenmi
'Ltfouriviption St'intro'duction et a la r.'ili pref- ces ,dermiers ont fcuvent fraternife ils venaiLnt
ion diu M.liitiur, an.'ionc.re dais les numrds 5s38 avec 1?.;goutte d'eau-e-vie et les yov' r.'s:W avec
i .44e e -sne .r cit inihitehanc de 36 liv. tlen !i pain. C'eft ainfi que jc ead rdgi ji lulieurs fois
.iumeraire, on de cent pour un en aflignars pour cntre eux. D.ns ces entrevues, les Autrichiens
't1o0 q'i vou trent foufctire a cette iitrojuction out fouvcnt tnanifelte le defir de retour.'er de
eti~ir-impiilua i de ce journal jiqut'aru 30 j'in lautre 6otI du Rhin, c i!s fe tro:vaeitr bitua
1,).,;(r ic zi li e numrnaire ou de ce:it pour et dans uz:e grande abondanwe, tandis qu'a Fr-.
Dn In ali'ig.]t pour les perfornes qui ne voudront fet ians la unifere ; ia/premire catie eit
foiufcrie qu'a l'introJucuton et a la patie de la aulli Ie defaut de tranfports.
fiimpretion dui M-miteur c;ui va I-uleneat juf- e qiartiei-gI .ral-de- ri he; u Ef t rnjrurs
qu7 fevi r o... ---- .---- -- Hlem, entree Land;:u et G-m.-hirn. Le
L tiuLr-;pt.,,., eft toujours-ouv.erte chez le gand acd'artillerie eit Ba.b.lot'e p.s
C. ?.. Ii. hi r.ure ,te de' Pote vhis i ni 18. Les v;lifi;embourg.
fatl'.'tiras pour 1'erranger et Ils pays conquis
4triulrli,e Iasront rectes qu'en nWium aire
ktD l n partanmct de la Dvyle Buxelles, le
Od trouve chez le I ne I il'.iire i'Origi:e de T nr s i '.
1 f C.,'. a, /.a ,ligion uwivrifellc, par le cit'yen '
iupli Iuible dui con!eil- des -ciq cents;, vol.
l-4",Ie dll.:Iurs, et ui petit vol. ii.- '4 de plant- L miniftre des finances vient d'envoyer aux
h's n e, vo Iv in-V S avec up petit vo- ddpartemens nouvellenm-i rt-nis, des. iiAithcitions
amein:4? l de plaiuch,;s, broch6s. Prix 36 liv. en our accKlrcr la l.vee de I'emprait forid de 600
lmraire, ou cent pour un n en affigats. i nllloens en nudnoire. Au.,r1 n l'eam niitation do
Li E., .'hloire atreall Par l Miin. dipattenmet doe l a Dyle a pr:, un a.ie&e qui enjlont
L:wif .a. hifltoire ,atrdle, par le C. Milin, aux "mmikipalirdos de diefflr des lifts esscitoyens
P't at,-.r de : bihbli othiiie ml ionaoe e, vol. de letr reffrr don't la fortune apparent et les
lht, Jiv.0. o f. en noin-crih-e, on cent produirs de lind.fltl i: panaillet t lz irmportaas
ialsi ena li|,,:,t ... pour d:re. clatfis parmi les pr&eurs. Cts lilies
1 fut t.pi c s ,iIl" rntl.:s demands, affranchir devront edie acinevees dans cinq jours, au bout
l' I101 Ert ds lettres et de' 'argtnt, &c.. comment duquel tcints 1'on comni.enlera A lever i'empri.t.
';A f e en e Une' eccds'e angrlelfe t ruiffea pattu i ces jours
Ii i Afl a mterta fou's pen de ours en vente pafls devant Oliende, t eft enti&. im e i arem
'"t., L.r t'.'i Williams, traduites de I'an g'ais spis dans I'Ercatt c.xidecntal. On ig-ort qu'eles
tera ol. U-8. Ce roman philofoph que font les vues de I'enoenmi i mais il a 6t6 d6tache
tuR d'~t n g ele abfolunlent nouveatu i i} des troupes des garil'oOs de i'iniCL6.eur pour Ies on-
Mure legaed onie un premier pas, maist un I voyer fir les cotes.
tqi l'ns "n Niar ane x .% I1'"avait pas "i-
OCo'irte n lix 6 fancsfen lnuiralr, Ot Amnuie di Rhin et eMofel!e.

._Extrait du bulletin de I'a,mee en date du 30-fi'imairc.


O:.LI TIQ U E.

... :IT A LI E.


I &pI -. (e T i'.l part Autri hien menace
at a. depue s le' 'sotleticres vidtoires,
t rip'6 mite en Atat de difenfe, et F'excident
Snt;u (T de .*elle des poles de lIa co.e,
,I't eV d vis le Milanis. Ce fecoutueftt
peEnh1.b,4-


ll;.ge aenfuite its force~ cy y a fait I4 pFi
unniars.
I.a gauche a march' fir deux colornes, pout
traquer Landitoil qc;'ejle a igackimet emrporte.
lie a pourfuivi I'eenmi jiufqu'a Klisbach. 11 a et
ans cette atraque beauctup de rt6s et Oe bleff6s.
-On ho l a fait en o-.tfe cent l.* i.: : 2:'., ,dort
'is oifEciers et on lui a pris dix hui
hevaux.
Le g6&,ral Saint-Cyr fait le Trlhsgrand dloge de
Sbravoure des troupes a fes oud;es.


A V IS.

IE minftre de la g'erre, jaloui d'accorder les
iterces der mnititaires et autres citoyens qui dtfrent
cnti.tenir, on lui fire des demanies veibale-
nInt, avec les iirteres de la Rfpirbique, -qui
xigent de fa part, fiftout dans les circonltances,
in travail conminuel previent les fonctioinairts
oibis q;u'il doinera fes audi.z-c s particulires,
es fjoirs inp~rus, depuis onze hiures ju.ju'iu ulne
-us : ii prrvient auffi fes fie es da'arnes, ailfi
iue fies autrcs concitoypns qu'il dcnnerea fes
Iudidnces pi I iques, les fours impairs, depuii trois
ieures jufqu'~ cinq.



CORPS LEGISLATIF.

CONSEIL DES CINQ CENTS.

Prudence de Tr ilhard.

SUITE DE LA" SEANCE D ILI NiVOSE.

Viller, 1 ne fera pas difficile de prouver qua les
conclufistis du dernier orateur f nt tout A faith
contrairesau p:incipe que lai mrie a dtveloppe.
II vous a faith feritir la niceflfit d'ext'turer la loi
du 3 brumraiie et il ne veut p.s .que vous ei
fatlCz J'application. On a lieu d'6-re teront, de la
inardi qiue prend cette ffairic; hier on vous a tfji
plufieurs rapports, tandis qu'un feul ftfii.t c.lui
fur la v6rifiation des pbuvoirs. Les proje:s de
ryfoluticn prefenatr hier par la commiiffion I(o font
aucune mention de Job Aym6; i tns doute ii devait
etre accolle aux autres members qui y font d6-
fign6s. Pourquoi cette difference ? La commiflibn
n a pas calcu!e toutes les ftlites de cette afairre.
D~' le commencement c.n a infiflA fur la vdrificaticu
des pou'cuirs avant d'examiner i ljs ml.i i.bes
nommes r. iu I.Lt.-nt kc c-ionditisons .d'lgbli.e. 11
ne s'agit pasici de procs-verbaux mas die veri-
fication de pouvoirs. Qu'elt. -ce qui ('-l .,ic eIs
pouvoirs d'un rcprdferittnot ? Le proc-6-ver-bal d' 6-
.-ecdion et la Ur:Jnior des conidfions d'eligibili *. Si
on n'a pas touts ces conditions, trois proc.s-
yerbaux font riu!s. On-devait fe ber::er a vous die :
Un tel n'a pa ltes conditions d'6ligibilit,, il ne doic
pas rtflcr parminous.
Je dtcmanw e l'ordre du jour fur l'fai'Tie particu-
lieree do J.b Aynpm, er nt support fur la v6rifi:a-
tion gdnirale des pouvoirs dans lequel la con.-
miflion vouis dira: Tels et tels nle reutnffent pas
les conditions d'ehigibiiitr, efutite vous pronon-
cerez.
Villetard commence la lecture d'un difcours fut
le fond de la queflion.
Le prefilnt. J'obferve A l'opinant q'iil s'agir en
ce moment de la qoeftion d'ajournenient, t nol
pas de dilcuter le fond.
Villetard. J'avais cru que la proposition de Thii-
beaudan rtai t cartee ; pfifqu'edre ne reit pas, je
vais parler f.r cette quel'ion. Je relerve i'opinion
que j'nvais prdpar~ lorfqu il s'agita de l'affaire de"
3 jLb Aym6.
AyMni. Je ne me nomme pas Jcb AymB, mais,
Jean-Jacques. AymI. ( Murmures. )
Hardy.- Je demat:de que celui qui fe nomme Avm6.
ct qoi a des noms diffTrens, declare s'Il a fig


Job A Yme les ctes quitl a laits dans Pajffeimblo6
SLA cnzieme divifioti, aux ordres du general rPimaile Montelimart.
Sai.;r-Cyr, a attaqde l'ennemi le 27. La b igaie Ayme. Je di!at'e que de ma vie je n'ai fig 6
de droite 5s'O t.porrie furA hop ct Ki clieub 1h; Job A)m ( Violens murmures.)
I 'enren i na faith r liitimace qu1 Schop.' Lts hutii B n e
fards de Wurm.er ayant pour un instant fit replier Bourdon d l' Oife s' tance de fa place a a
urin paliie du Za r gimet de chlteurs, ot eit trbtme. Je demade, dit-il avec vtihmence, i
ar:s par les trois compag.icss de grenadie d.e I. ti n ho"'mme qui h'eft pas repr6lentant dtt Peu?(p,
.3 d ui bi..d f '..ran.,., en quafe. U f ttl b en' peIt. ptrenre ici li parole...... (Le tumulte
dtrig6 rt bien nourri, leur a t o et b!ff-be.- r co::tine. )
'c.1p t homniems et de chevaux, oet a dosi s aux Hardy. Coe que je demand eft de lt phls grande
cha'ni uis tidu f :.l.,:rr lle ten s de fe r:! ier et itni,-r(.ruce ;- on vous aravz parmi vous ceiui qul
ds chuger Ies hltreUds ennleis. 's en cnt Itbr:c pa'ttfidt t;it I '.il;.ll. pnaire d Montimatc .. .,
p'ulieurs, et en ont lpis ciimq, roaur uln lH,i, i, Le ( uit. )


te^.


GAZE TTilATI ONALE, ou LE M ONITE UNIVERSE

I, Qntidi, I nivoj P an 4 de la Rlpublpite rFa, pife; une a inidvifib, Ie. J janvier 1796 vieux fyLu 'i











Ha-,y defend de la tribune.
V>ilt:tard. l n, cette affire i! f mble q,'onimtl-
'tipte es t Cidens, pour c thi1.elmr qu'onll ;iive a
Li quUtijoi principale.
11 sagit de favoir fi Ayirm; eft dans le cas d _la
Joi du 3 bruinaire; s'd y tit, il ne doit pas fiUer
ici. Cette q eion doit preceder la verification
-:es p suvois puiqtre la travail de la cortmiftion
fur cet objet n'elt pas encore terain6. D'ailleurs,
Ayme Ihi-mdnui doit defirer que Pon forte de
c-tre indkiLioa et que P'o' prononce entfi fur
f(n fort.
Je dcmatde que 'on s'occupe fur le champ de
'atffire d'Aym:n.
S Lceo:ier Puyravcaux. Je foutiens que les propo-
fi:o :s e Ti'libadclai, et de Viliers font 6galement
(arv; bont. CG1l:e ae 'I'ibaudeau tit Il .s objet, et
celle -tde il'ers ell remplie par les dlifrens projects
de idfluutiti que vous a prele;.t6 votre com-
nfii'lonl.
J.! do.,mando qtu'on pafle a la difcfllion fur
Ayin 6.
On demand que la difcoffion fruit fermee. -
T i'vmK:I1 r~clame la parole pour un fait. Le
confeil Ia l i accord.
Tlhi oudcau. J.ai dit hier qu'il avait e4t diftribud,
le zI fr2i;i.re., un project de rdfolution fur la ve-
tificatio- genIrale des pouvoirs, et qu'ii en reful-
tilt (ie ntuus n'avons et et que nois ne foImmr s
enac're ,qti.e des reprdlettans provifoires. Celft
ca..tr( ce imo!ilIrtieux fyft6me de la com:.illion que
je ni'ileve avec frc et dont je demontrer.ai,
quadi it Efudra, i'abfuiditi et les fakes funeltis.
J J. eaunino qu'.vant de nous occuper ,iu fort
des iniividus, nous fachions neout-m.mnes ce que
iotus fimnnms iti i c.r il fait decider Ceffin, fi nIus
fomries rcpr:tieitans provifoires on dcfiaitifs.
Je *dem.inde que coifnrmement aux fits que
je viens de riapporter et a la volort, que voius
.av-z mardifcftc h(cr dans la r6lolution que vous
ave. ptife et djon je demiade la lecture, la dif-
c fian s'ouvre finr cette queflion : Y a-t-il lieu, oui
ournon, i ie vcrifi-ation depoivoirs? Ernfaitenoas
patelrons A la loi du 3 brumiaire. Sans doute Job
AyIe et 1 dans le cas qu'elle determine, mais nous
abr,)vierons f;anichement la quelton et nous
examiimrcns a qui ii appariieut d'appliquer
cctte loi.
Lecoi.-tc. Deux propositions incidents ont it6
fait.s, Iu:;e par Thibaueaud l'autf par Villers ;
je le crois ega'ement jiadmillhbles. elle de Tli-
bauleau ell inutite, et me parait fans obj.t. Ei-
effet, la difcullion qu'il reclame ferair complete,
et ax:rait atteint le but qu'il falpropofe ,. fi fon
reifukat dtait de piouver la-regulait6 des procei-
verbaux. Prouver que !es proc& -veibaux font va-
lid;s, c'dft vitifi:r ies pouvoits du corps qui fe
; toM!nlti, et c'eft ce que Ia commitfion a fair.
Li diicuilflon relative a Ayauri ei venue par 1
fo;ce des cllois, et non par le vau de la com-
m itlrn ; en tff't, la commifion n'a point' coin-
,pr;. A-''e daus fon trpporti mais fon .omrn ayant
e:.e p-F-_> mnnc, -le_c nLfeil l_ voulu. qu'un rapport
lit, fI. fait das es vingt-quatre heurts. La com;-
e:ti- en failiant Con rap:port fur Aym., n'a f.dt
qii'obhir au cn'eil; a-t-ellk interverti 'oidre du
tl:,vli. dot elle rtait chavg4e ? Non,
1 ..baudeau a dit et ce aifonnement ade 1Vclat
ruoiqu'il fruit fans fondcmezt ; ii a prftendu, dis-je,
:'avant de prononcer fur Avmb, il fillait qu'il lid
1 1es p uvoirs traient defii tivement vdrifiis. S:ins
doute -pit s l.i rtiunion g&dnra!e, apr6s I'admillion
pcovi.oioe qui ote eu lieu les memnbrzs ont requ
le cara-1t.re de rep1fenrtint <[j Peuple ; cela elt
ir'.onttftible; iais cette a.Imiffioh e pent em-
p&.her par la liite Pexc!ulion de tel on tel mem-
bre, s'il n'a pos routes ~c1 q'oiAite requires pour
e:re admis an corps leg flati'
On dir encore: le Pauple a nomrm avant' de
connitre la lsi du 3 bruriiaire, et i. a pu donner
fes fiffrages A un hormme, quoiqu'il fti parent
d'emi:re, quoiqu'il tfl:iigno des arrters fdiitietux;
aucite loi ne le ddfonait. J'cn conviens i mais
la conti(it'tion exig. deux thofes pour donner la
quality dA mcmbre du corps 14gilatif; il faut d'abord
IA notrinatin puis la verification des pouvoirs.
Le Peuple peut avoir, en nomni.mat, meconna les
conditions exigde6s, n'aivir eu ngard hi a liage,
iii Ai la quality exigie de citoyen franiis. II de-
meure done conflant qu'une v6rificarion eft n6cef-
fai0e. O clui qui flit cette ve:ification doitd
s'a tauh *r Ai l',bfervance des lois exiitantes. Quelles
i nt 'ts lois exiltantes ? la coinltintion et la loi du
3 brumaire.
M.imirn.ant, je le demadee a toat home de
better fai : peut-on dire que da, la reunion g6-
nirale qui a eu lieu on it veriti, les pouvoirs,
on ait examine fi les individits qui en 6taient por-
ttnIrs pouvaient, aux'termes des lois finger dans
}e corps legiflatif? Non, on ne pent le dire cc
fcraiti une impoflure ; comma -c'eft un faux
raiufnemertt que de dire : De ce que vous avez
app iqd utine loi-qui sxiga des qualities que Wnonr
pa- quelqaes-uns de vos merntres ii ftit que
votre exiltence n'eft que provifoire, et qu. vous
navez rien fait doi Igal. 2 1


ye deat de que, fans s'arrter aux matoons it-
(ci-iknt,3 qui o.:t e fakites, le coafeil s'occupe de
Pl'faire d Aym. ...
Byon. Un Iitoyen lu au corps legifttif, reqit
uo million .qui n'eft confirmne que par a v6rifica-
tion de fes pouvoirs. Sans cette verification 161u
n'a encote que 1'aptitude 5 avec elle ii a des
pouvo rs.
Job Aynm6 a &t6 de: avait-il 'aptitude ? II I avait
avant la loi du 3 brumaire i mais la loi du 3 bru-
maire a &t6 rendue: elle rend inhabiles A exercer
des foncidons pub!iques *les parents des emigers,
les fignataires d'arr&ts fdditieux i ele met les d -
put&s au corps Isgillarif dans obligation de figner
des declarations, et porte des eines centre ceux
qui feraient de fauffes declarations on feraient,
etres an corps i6giflatif au m pris de la loi. Ces
peines, il faut les appliquer; mais pour tela il
f ut avoir fai mdme des pouvoirs definitifs. Je ne
parole pas ici pour Aym6 i dans mon ame et conf-
cience je crois qu'il s'eft rendu indigna de fiUger
dans le corps legiflatif; mais bient6t, fous di-
vers prtextes, il ferait poffible d'attaquer fuccef-
fivemeit d'autres repr6fentans.
Je dcmatde qu'on entame dans cette fiance
m&me la quteflion de la verification des pouvoirs.
Defirmor.t. En cli irant un peu la difcuffion qni
nous occo'2 on reconnaitrait aifment que nous
folmnies tous plus da cord qu'on ne penfe peut-
Atr(. Nous voulons tous qu'on examine s'il ei
d'y figer. Mais pour cc .la propofigion de :Thi-
baude.n doit ele etre ajournde ? Non, elle doit
au contra fixerorre fixede la difcufion. En eaer,
en admettant la proposition, en d.clarant les pou-
voit recon;,us et vt rfis, vous fates qite chaque
membre doit fe regarder comime hours d'atteinte,
et come ayart le pouvoir n6cflaire de prononcer
fur le fort de fes colleagues. Rien de plus natural
qu'uri tel ordre de difctlfion, et je ne puts con-
cevoir qu'on'veuii'e le rejeter. Car'fi un nouvel
ex,;msn des pouvoirs eft nceffaire, s'il faut de-
cla-rer qu'ils Wont p.s encore 6t vrtfies ; il vaut
mieux Tans deute le fire p!ut6t que plus tard. Je
dem:n!de donc qu'on accord la, priotit6 de la dif-
ciffion an premier project prefente par la commiffion
iur la verification des pouvoirs.
La difcuffion eft fermie.
Le conteil accorle la priority demandee par
De ermont.
G'nifleux..J'ai remisier Pimprimeur les divers
proj ts de d6crets, et quoique j'aie fait prefer
fon travail., ils nWont pitu trq difttibuds au-
jourd hai. .
Plufieurs voix. L'ajournement A domain.
L'ajourrenment eft pronornc.
,GC:l4Jie:.:: .n comm:fion vous a prefente deux
projects tur lefqnels,vous avez a ftatuer, relatifi
I'ul au 'lurt~;l't' du 'Lot, a'autTe au dtparte-
mant du Doubs.. .
Ptifieiirs voix. L'ajoiurnement eft prononc6..
I' Geiijjieux. Do fiF ples extrfits ionTt 't etvoy~s
et on a admis fur ces extraits plufieus deputes;
il s'agit aujourd'hui' de cJtifiater la 16galits des
proc&.-yetbaux eux-m&mes.
On rc6amie de nouveau 'ajournetmeht.
Ge'nifJex. Je ne fais comment on pent fe refufer
d'ente'dre rloncer des princintes prcif4s dans la
plus fine r:;if)n. Peiu-on v4rifi.r des poiuoirs fur
des exrraits de procks-vebiax ? II ne faut pasici
de chiciane de b;areau. Dans la r union gdanrale
a-t-on fait autre ch !fe que doe.vr;fier des extraits ?
Dans ua corps i6iflitif, A q!ielqle i6poque qu'on
reconnaiffe ,l'iv:iidit.0 des potvoirs d'un depute,
V'obection peut en tre faite.. .. (De nouveaux
murmurs iiterriompenr. )
Quand le confeil des anciens rtjeta la r6folhtion
que vous aviez prife relativement aux elections du
d6partemert de la Seine, les orateurs qui com-
battirent tes refc'utions, donnerert pour motifs
one les pouvoirs avaient c6 definitivement v6ti-
ies : voudrait on ici tenir le m6me language ?
Plfictrs voix. Pourquoi pas?
Cni~ffiux. Efi ce 11 ce que l'on entend par la
qurfioan ,'nerale ? ( De nouveaux murnimres s'6le-
vent. ) n.ntend-on quin'y a lieu I v6rifier aucuns
nouvoirs ? veut-on maitenir confacrer les dou-
b'es t roc;s-verbaux des d&partemens do Lot et du
Doubs ? lem's doubles d6putations fidgeront-elles
ici ? II fault s'eIpiquer. ( Nouvelle interrup-
tion. ) Je demande qu'on s'occupe en ce moment
des elections du Lot et du Doubs.
Plufilurs voix. Lajournement eft prononc6 a
denmam. /
M Chayt. J'appui P'opinion de Geniflieux. Un dd-
put-n qui, par example, aurait falifi faon acte de
naiftiace Pour cachet le defaut d' ligibiit6, ne
pourrait ,re conferv6, dans quelque teams qu'e
.la fra';ie fdt reconnue; en effet, quoiqu'ne v6-,
rilication foit dfii ,itive, elle ne peut empecher
quoe, r la faitey on no produife des r4clanations


pirticul;erc ..... Chaual eli int-rroanpu
mouvement pretllu'Unaniite d'improbition pat
Le prfident. G6niflieux a fair une propotion..
Un. grand nombre' de voix. Ele n't ftp
payee. p ap.
Cadroy. La difculfion qui vient de frengger
eft p6nmble pour (hacun de nous et dangereuf.
pour la chafe publique ; sil fallai ritpondre i G.
niffieux ..... t r1pon re Gf.
Plufieurs oix. II n'eft pas appuy&.
Cadroy. Je demand, moi, que vous vous ccu.
piez de la qneflion important de vote v otu p.
litique i c'eft cot &at qu'il faut colftater avai
tout.
Plfieuws membres. L'ijournement eft prononc6 f
remain. J
La proposition incident de G6niffieux n'a pad.
fuite. pas
La fiance et ledQe.

CONSEIL )ES ANCIENT.

Prefidence de Vernier.

siANCR DU II N'ltYOsE.
Le con fil des cinq cents envoie deux r6folu.
tions expedises fou le titre d'urgence. .
La premiere attribute a un feptieme ninifte i
qu'elle cr6e, la surveillance de la polkee Rg.ni. "
deia Repubiqque, i ferait diflrite dd ininiter
de l'interieur.
Le confeil reconnait 'urgence de catte rtfolu.
tion. 11 ncmme, pour I'examiner, une ncoinillion
compofee des citoyens Baudia Regnier t
Gzut er. '
La feconde r6folution ordonne'que Ii tr6fo.
rerie natiouale tiendra la difpofirion des com-
milffions des infpecteurs du corps ldgillstif, una
fomme en affignats, reprefentant 6oa,oo0 lives
valur romtallique pour les d~penfes du corps
ltgiflatif et les travaux de la, nouvelle ftle du
confeil des cinq cents. Les deux tiers,.de etto
fomme feront mis A la difpofition de I tomn
million des infpecteurs du confeil des cinq cents,
et le furplus a celle de la comminlion du paisis dci
anciens.
Le confiil reconnait I'urgence ,.
Qn faic une feconde lecture de la rdfolution.
Lafond-Ladebat. Je demand qn'i i foft rmi~ Ut
comaiilion pour examinercette r6folution.
Cette proposition eft 6cartbe, et le coieil ap-
prouve la r6folution.
Laeite. II eft de notre d voir de donner l plhs
grande pub'icit: a6 routes tes depenfes il eftim-
portant d'ailleurs de ne pas fountir A la mnalyi:-
lInce l'occdfi'n de dire,qut nous avtns aburfdo
-a-facult6 que -nous-accor.e' l lA-lui-d'JLtonnanctr l -..
fonds de la triforerie national.
J6 demand que la commission des inqtectrurs
du palais des a-ciens falt imptimer letat desdi-
penies qu'elle a faites fur les dix millionsquiontitt
mis a fa difpofition.
Poulier. J'appuie cette proposition en fail i
observer au, confeil que la colntiffon des i-
pecte'urs ne touohejaimtlis aucutle fomme du ilfol
public nais donlne feulement d-. maidalt pour It
paiemcnt desduepenfes ties.
La.propolitian da Lacue el adoptie.
Johantiot. La commiflion que vous awve car
d exiamner la rr6fahtion du confeil des cinq cenit,
relative au droit de timbre, ma'a chir de0vou
donuer le refuitat de for travail.
Cette r6folution tend a retablir une recettel~
par Ieflet des circonftarces eft loin d'b : iei
ddpenfes, et tout project confoirnse Cc bi ut odi
Atre adopt avec empreflement, sil n pr fen
aucune difficult dans fa bafe et das Ion ei
caution, l
Vous, &es tous convaincus qton ne re
le credit public qu'en ameliorant (intq'l Pyt
de la recerre ,-et en refor0pant itluue djoIdIs
moindres detail, touted les praties d- Ilad pofi
c'ft de leur 6quiiibre que dpend 'DP.9*
rit6 publique et 'affermiffement de ft
tutiont e. de Ce
Le directoire excutif pu:t avildents
v6rit6, aulli met-il tous fes oins I'eadmif'
plus fcvere fur les diverfes branches dd i
tion; i arrivera ainfi au uinOuit f t a-
poutra propofer le budget, c' s odinair
a balance des recettes et des d6eflets 10
.il faith que dans tout Etat libre, le' oloi
vent 6tre invariablement fixes nece to tt
national, et que l'efclavage cot tr en
les fois qu'elles font arbr.dirCmt dolt dre ~" o
L'trat des recettes et de Cae Odena
dreffL chquie ann6e; alers tout ot 6 l

I u '* ; :


L -~Bc_ L_ ~- ~~ -- ~L~ L I I ~C~Ls~-9C- I- I---al----~-


..//.i








S- 419
n -,.t~lt a .e- ortt aire com-rerdra 1 P:&US
a".. Fler ft. de aPr e p I slt s membres de'nandert qie Ie prfi lnt
k won t li~ :ti. i't dU fniiIipi ial far I .c ordere h 4ar:ie a.u !.rzppottar do la (oII.IIIIo.,
4 ,. o1- fera paye. Sans cette prcartion, ii ftr les Qu ize-Vire:s.
iqt W al oir mn ordre ni plan de fiais Ae
ib Yt car le budget, en d&teXinirant les Cette proposition tft adopt~e.
S"iwtt'Aibues. i lque dpartement, fert en Sar le rapport de Royer an nom de la conm-
S^ ifore de barrier entire es pouvoirs et de miuion cQncernant les Quinze-Vmgtrs, le conf-il
q i- control les uurpat1ons. arrrte qu'il fera accord aux citoyens aveugles en-
S qual -nd cotte pierre angulaire de tout plan tretenus dans cette paifon, un traitement double
j fi nncs fLra pof.e, que la cor.fiance renaitra, de celui qu'i!s out recu jufqu'ici.
St nos enneruis verront cans nos reftoutces ,
nos ar orde et 1ver on aie, des moens Cette refo!ution, pr6c6de de la declaration
i.s. pau nos armes, pour les frcer a une d'ugrence, fera envoyee au confeil des ancieis.
ltls armes, pour les Lrero unee
:' glorieute et durable, feul but de nos tftorts, Le prfident. La parole eft au rapporteur de la
L ificEs t de nos ep6:an ces.. com!nlithon chatrg9e de la v6ification des pou-
Fn iA ,danti, hitons-nous d'acciel'ir les refo- voirs.
u1tiops qui Amenent 4es if.fares utles. ,
Sadoption, de celle qui vous ft propefee fur Genifieux. Vous avez renvoy6 t ce jour la dif-
Sdi' do timbre a P-ru neceiffire a vote cuilion du project de rifroluion que vous a pre-
l finrtd votre commitfian fur 'enfenmb:e des procks-
omts de I'tabliffeent deo cc droit, Pon efp& verbaux. I1 n'a point t'enu a votre commiflion que
tr produit annuet ferait de 24 mi;llons, ce project n'ait obtenn la prio;it6 de la difcuf-
ltatt a prouv ombien 'on t'etait trompe fion ; et s'it' fut rer.v.y., ce furt parce que cetix-
c,,ad. p m&mes qui demandent aujotd'hui qu'on leJif-
L i.i di1 fivrier 1791 a fix le tarifdu timbre, cute d'abord, demanderent, a I~poqueoud il f t
d'pre ce tarif. e produit a ti, Fan 2, de 1o prfer:t6 q;ion s'occupia premi.ctnemnt de l'allaire
l"Io 528,o001., 1an de 14mni iois 280,000 1. de Job,'Aymin.
un llli l faut dBduire ics frais dadninill-ation tt J'ai entenda rire que le prc-jet de la cnomif-
b&t de pier. fion fur la v4'rfihavton d:fiititive des pouvoirs ,
Leproduit d 1' an a, laiff6 quelques benefikes, tendait 2 jeter des doutes fur l'exillence poari-
is aqutoiia la recette de V 'an 3 i monte a 14 que du corps 14gifltir. E:rangd aflertion, fuir,,utr
nli- IJ paper ayant reFcheri dans ue quand ce poett proposee fur 87 pro.'--verbaux
proriionnplus fore, la denfe a abo ota- d a lemblis electta'es d en appouver 8j. L'in
Snt I r'ecette. attention de la commission etl bien Bviiaemment
;Li Comver.t.on nationa'e a double a pe.uprs ce de pr-ve.ir les duu.es qde Von femb!e craindre.
dea pr I1 loi du is meffidor it 35, er, mnalgi6 Ri, a favoic mamtenant fi la. didcaration quo
(hie aigmcntrlrt t Mn le produit ay.k : iulement vous propofe vote comiiIn;ioa elf inutile. On
d tub'a, tanjis qui le papir a prograffivement i' preter:du. On a dit que !a loi du 3o venie
i. slment de prix, il en eft 16fulie poar 1an 4 un mizare avait dternniniit mode de v6rificatio dtes
6d tin.'rrthe. pouvoirs ; que cette verification avait .u l:eu Ie
Li tflb!ution qui vous eft propofde rapprochera j brumaire, qu'ainfi on no Fouvait rLvenir .fur
a recteue de la d6penfe i mais nous n'avons con- cette op&ratioA, La commiffion a 6t6 d'ua avis
fiier8 cette mefure qte come provifoire, et contraire. La cilnfitution que nous voulons tous
"us erp&rons qu'unt nouveau plan de finances d6feadre, dit formellement qiua le corps I6giC
qrtientera len moyens de lz rendre plus pro- latif piononcera fur la validita des elections
dci. or pour prononcer fur cette va:idit6 ii fant
C'ell en confi.llrant cette refoluttilh come bien proc6der A la ver fixation des pouvoirs. D'ail-
TiOlire qe nous te ne no fommes pas arr&et leurs, une loi positive ordonne aux affemblees
,uelque fllpetfections. 6lectora:es d'envoycr aux archives leurs procks-
Swar.t lIrle 1II,. le timbre Four les .efFts verbaux ; certe lot fans dou;e a eu uo objet.
,ilotiAbles, fera payj en proportion de'lours Le 5 brumaire il eitit question ae s'organifer, et
/altuis, en portant le maximum A fo liv. pour pour ie fire plus promptement, vous avez decide
Ieu de 30,00o liv. et au-deffus. que la presentation d'un simple extrait du procks-
L'on peut 'luder ine partie de ce droit, en verbal d'election fuffir'it pour &tre admis partii les
Sfaifiart 'd letres de change de forces fatr.mes. membres du corps 'egiflatif mais votre intention
L'oien volt dinstls circontiances actuelles de f n'a pas et6 en recvrant cet extrait, de recon-
( Coco i iv. et plus, fir lefquelles le droit, fera naitre qu'il ne s'talt rien paff dans une affemb!le
pielfqe n ul : it eat :t, plus jufte ds que 'on electoiale, de coitriire ainx lois et a la conflitt-
"]Tirt un maximum, d'ordonner qAu'il ne ferait faith tion. Pour pronuncer d finitivement, it failait done
aucpn eff:r negociabte de plus forte fomme que une v6tifitation gi&iraie de pouvoirs. S'il en 6tait
celle fiee par ce maaxhum. Vous aur;ei oblhge autrement ; il en rfulterait que L:s deux tiers des
A, i, coinme cela fe ratique da -s divers 2utres nouveaux unmbres qti n'ont pas alfift a Ia fiance
1as, i divifer les fortes fommes en plutieurs 'lu j b-'imaire, exifteraient dans le corps Igiflatif
iattres de change. fiun avoir rniaem prefertir l'excrait du proc6-verbal
L'rrile IV na no.ia a pas 'irC cl.it rimi t r?- d' -'ler ino:ifination. Les pouvors oat ..s v'ifizs
digel il pttce : q e les Ctt.ts qut rn- I.iL.t d.is te f ies que plufi-urs mnembros out jiftlfie de
toirit payab'ts en altihnats, val ur n,,uiiiaile, r. ltlur election mais dire queles foiimilrespreTifrites
poutront rea foufcrits que fiur du paper du tinbra par la confiirution pout la verification des po.n-
proportiohnr aux fommes ftipu'es dans ces etters voirs out et6 rempiies, c'eft parkr centre un tait;
Smitihlilts par cent. et les lIgiflateurs qui ne doivent &tre guides que
t droit fur de tr-s- faibles fommes ftipulees par la verit:, no doivent pas s'arretnr a ces mife-
stn iatiraire, excederait celui fiX6 par le maximum rables chicanes de barreau.
l~niicle III, et'cela pourraitlaifter quelque doute Li conflitution veut que les pouvoirs des mnm-
iiu-perrcepreus : mai, votre com-nifion a obferv6 bres Ju corps lIg;flatif f.ient. vtrifis ; la lic du
que'inrernii ,n exprilrine dans l'-Pttcle 111, de ne ;o vendetniaire le vent aufh d'api'r ce!a, je vacr
itrev.ir tle 5, Iv. .Oiutr les efftts antl-dffus de taire ute nouvelle lecture du prol)et d, r6iolutioun
o0o:o I. i,. .',i .iivri.uit fiufflroit pqur lever toute que votre com.iiflion vous a d&iP prifent6.
dflfille i cet egad. G eniffeux lit le project de r6folution. .
Ces observations nront pnirt reteku vote corn-
:mi.ion, ec elle vous propofe d'adopter la r.fo- T/ibaudeaun. Lorfque j'ai demrand que la dif-
y -a. i culfion s'ouv it d'abord fur ce project de rdfo-
SLe cor.feil approuvela resolution. lution relatif A la vieitication dfinitive des pou-
v-Vi s, je n'ai point eu le delftin d'6ioigner d'une
S.<4 f6ance eft lev6e. r maniere indirecte, come quelques perfonnes ont
Sparu le crire, Ipplication de la loi du 3 b:umnaire
,iONSE- I' DE CINQ CENTS. aux individus quL en font frapp6s. Mon but a et6
CEde provoquer la d6cfion du confeil fur unequeftion a
Slaquelle tient plis ellentiellemtent l'xiftence du corps
s'H tANcLt DU l- 9 yi o. S H. lgiflitif, et qui m'a paru devoir obtenir la priority:
par lon imporiahce. Quant A la loi du 3 brumaire,
S'Conwfeil approve la r6daction d'un procs- mn opinion cif coinue. Jai dit, lorfqu'elle a 6te
itn 4o0st un fecr6tairefait lecture. dtfcut6e, qu'el e eait contraire a la constitution,
tprflden. D iX objets font A Iordre d jour et je le penfe encore ; et il n'y a sas pius de
Ft. ux o font r d r courage attaquer cette lci, qu'c la dffendre,
t id rpport fur lnmaifon des uine-Vngts, dans une affemblee oa les opinions font libres, et oti
lit difcufton fur la.v&ification des pcuvoir;. a garat; ,e la reetati nutiouale exilte dans
Su petfnie noe ticlam je vais- donner la parole atoute a force.
Sp er npportr. Mais cctte Joi i et4 exc&utie, on elle a Adl
-d4i 4Dumont. Je demand qu'on palie de fuiite a I'tre pour toutes les aitorit's -coni'i uies de la
dieu1frn furl la verification des pouvois ii RepubliqueI Si eiie a 6t- iniulte en ftappant quel-
i fil favyir ce qte nous fommes ici, et co- ques patriots, e:le a del ig~ des functions des
Sf1ondcOtte u' $ quhnqui n'aurait pas du Etre horimes que plifieurs motifs d'intiret public en.
r roduite aprs ce qui s'eft pafI. II fut &tre de ncartaient. Aufi, dans cet 'tat, propofer de rap-
unitlfe fox pour (Murmure,.) porter cette loi, cell propofer un b.-uleverfement
Si n i u general dans les aatorit6s conitituees; c'eft op6rer
P 6 r-he f. Je entnd ft c'et a mo qu ce r n revirement dans 'opinion, et jeter epcore dans
Jf la R ipublique les germesi d'une reaction funefle.
Irrl@nt. 'ob ,ive qu'il n'ya datis ie confeil Pour moi, je fis fi1ttgu6 de voir la revolution,
t ..a .gens de bonne foi. *- our ainui dire, fans ce ft en bafcule, .et 'fbjet


des fp icul.tioens p.-nrfdiliues de tens !es prth. La
Nation entire partage ce ltienttnier; elie vo:s
cniMuf~ e- par ls gcnercux l.tarictes qu'el e a f;'is,
de jeter l'aucre de imaimnetir requiibre, et de la
fauver des nonveaux d6chieieiins auxque!s uit
march e trorde u force, t ais tteujours incr-
taine, la livrirait encore.
Ce n'eit point u;e tra:,factiap que je fis pour
manager quelques convenances ephitneres; n on
opinion ne peut ttie flun.ife un feut infant a d'itd.li
nmifdrab!es iifluenccs et mon attachment t gou-
reux autx principles de Ia confliution ns pent fe
re'&;her dans catte circcnfiaice unique, je lrf-
p-re, que par deux grades corfiderations : le
mair trio de la liberty, et'!a paix ia;trieuie de la
R6pub !que..
Voiia ma profeffion de foi fur la loi du'3
brumaire.
Ja reviens a la verification des. pouvoirs.
C'eft une opdrati'n purement mecanique, qui
ne eurt, en thfee pftira'e, avoir pot:r objet qua
de cotilater quie les repr tfntans du Peuple ont
drt nommes dins lcs lonrms 6tab'ies, et qu'ils
reiinifeoi t les conditions d'&igibijitd prtefrites par
la corllititiion.
Certte ([-ation eft la preT'iere laqun:le les
tie.'i:;t. dov'cit proceder, des qu'ils font rcutiii
Et Clfiinb es, yuiique, Qnoicu'elle ne lentt done
Fas leur caractere, elle le c3Afi.m iealnmoins,
e;le le dcilar. C'(ft alors qoe les metmbes du
cori s leiifl-if ne fA t pa rez.irfectans du d&.par-
t.meot qui les a nom:rs, mais de la Nation
( I-tere.
Cctte oper;iion ni peut point ,re provifc.i-e;
e'le elt, de 'a nature, ef confidesee en aliff,
ttnj.tujrs dfiitive p.:ce que, li cil i exile
an corps li'; i iif coinfluttitoinelemenc ea.!i ,
il ne pect c&re n feni nfleant fo'm dde n:nmbres
provihoiie,. 2
Toute leinmb!ee 'e'iflaive qu'. fcrit des lo's
avant d'2voir e &ifit les poiivuIs, l'r~,''ro .it
d'tne nm-niere vicieufe et irregaliere ; touted allm:
bl-e !'giflative qui fiPait d:s iois apits u e fi.n!e
vifiiation provioire de poiivoie, ne f:tait
que desaceres provilbires en cux-m&Anes,, o, u .
noins dans 'opinioon,.
Cos principes, avous par la raifon, font con-
facris par les lois et par 'ufage.
La coritirttion n'a rich fttu, far la verification
des pouvoirs des repr6fentans du Peuple. Je ne flis
ffi 'on pent corfiddrer fon filence contme une 'la-
cilne mais, outre qu'il 6rait impoulible que le
Sl-giflateur confiituant 1ti tout prevoir, ilt elt bo
peu:-d:re qu'il ait lailfd e corps lgif6tif entiere-
rnent libre de reg'er quelques poius fur leque!s
ii f*tlait atre dc!ane par les lumtneres de 'expe-
rienc. II cn rfitcle feulemnt que otins devous
6ere iLrs-circonfrects dali :es premieres r flutiotns
que nous pre;idrons fur une inatiere iauffi terieue
car ii ftudri bien, qu'avanr le p:us ptoIclain re-
n'ouvtllement du corps kgi'f; if, iuse loi air de-
ternmine-pour I'ven-ir les forces A ft'i:re dans
1a vrifiatrion de s pouvoirs des rep;6e;;tanrs 4u
Peup'e.
1; n'ft pas hfrs de 'a difcuffion actuelle d'expri-
-mar qulques -ucs-- cet--gard,- pifqlr l es n--
peuvent que jester un giand jour fur la refo'.utii
prop3ftte, ct provoqu':r les lumieres de tons les
iemnbres de ce.teaflnimb.e flur Ie part qu'l convent
de prendre.
J'avais d'abord penf6 que chique confeil yoptvai
vetifier 'dune mnieitre injpendante et abfolue les
pouvoirs de fes mnibres j'aviis fnd6cette opinion
fur les'dfpofitions de 1a coifftuttion, qii portent
q 'e les alflemb;ees 6iecroraIes nommnt d.:s dAputes
directement et pour cheque cooitil, et queiluq s
membres de cette affenb'de en avaient int ne
conc'u que le confeil pouit foeul exclt le lecitoyn
Aynim.
Mais, en confid4inttla nature des folctions au-
guftes des reprCfretais du Peuple, et les ptin;
cipes de la conltiction fur I'organifation du corps
legifatif, j'ai bientot chai.g de sentiment.
En eflet, un d6puti n':ppartient point a tel ou tel
confeilfeulement, mais au corps lgillatif. Un corD il
n'eft, par lui-ind ne et ifolkment, aicune autoritC,
aucune portion d'a'4itorie- ede xelide touce entierp
dam les deux conftii.
Aifi chaque confel ne peut pas prononcer feti
fur ides qoettions qui,t;enri'nt a I'eiftince dii cops.
l~giflati i fa formattil fa conflt..'tion. Chaque
.rn',-il ne peut pas if.i,_in.itt prVinoncer fur J1
validity de P'Ilection d'ut de fes menibres, iemn-
bre du corps lg:flatif. Clique confeil ne peut
pas ifol(m;nt prolon;er en cas de r'.iciaiiri.ul thr
la validity on i'invalidird des elections. Le confeil
dps anciens ne peat, en aucun cas, avoir d'itfiia-
tive pqur. un telet miefure qui et, de fa nature
16gifl~tive. Et quel fca.ndale nofFlirait pas, en effit,
la diverftit des dicifions qmti pourraieit &tre prices
fur le mnem proces-verbal ?
Ne pourrait-il pas arriver qu'un confeil annnlikt
les choix faith, par une affenible 61ectorake, et que
Plautre confeil les confivrmt chacun en ce qui les
concern et qu'il s'6tablit ainfi, pour ainfi dire,
une jurisprudence difftrente entire eux fur facte de
leur conftltitution ?
Erfia tous les membres du corps legiflatif ont
un intdre bien foumel ce qu'un confeil qui


-I~ ~~~I~~~-~"""I"~"~"""mneb_~,, r.CI L'C~I~ ----b- II








pal

n'en eft qu'une p)rtie ht t'grante ip foit compafi6 T'6ut cee que e viens de dire fur la maniere
que de members di s cuitoirmieaent : la coltittu- de proc6der 1 ila v6tification des pouvo1rs eit
tion, et non d'intlus ou d'ufilrp.ateurs. pu't ;f dns la co, ftit'tiio et .1i.olki .! a tons
Votre c6mrnilliona et te;lement cotvaincue les renouve!lemens futurs idu corps leg Ilatrf.
de ces iconvirens qu'Al'e a rdl.entt des pro- Mais ces principes g:n raux acquietint une nou-
jtts de rlfolmu;ii ur ila vei:fic.tion dLfi.itive de velle force pour ce qui nous concerned, nWus
tous ies pouvoirs fur les e.ections conteltles, membres du premier corps e-giflatif conltitutionnel.
et fur I'application de la loi du j biai.aire. La Co.iveitioiri a en efrc reg- par p dfierrs iois
Mais, puiqcl'e dans cetre enceinte on a hafarde forme:;es le nmde a fuivri pour la verification de
tin fyfilte c. nraire, 'i n'etait pcict inititie de nos polvudirs.
rappelur ces pir.cipes; et d'aideurs en fuppofant Le d6cret du Io vendminlare qui fixe la convo-
que le corfzil fit difpof t a dopter les prjets cation du corps I.gifhtiu( au f bron'mre, po-:te,-
de 6lfolutiin propoles, il eft da inmon tevcir do article III, p que its ,prfi lens des ;flembl6es l6ec-
prouver qa'en decidant par le fait, que la v6ri- toranes inf imreront cheque depute 6lu en lui
fication des pnlvoirst dolt et acrun acted du corps, adrcllnt un extrait dii process verbal, ce-ttifi par
l'gillatif, vcus avez ant&ieuremert d6cid6 ia le procureur;ginlral-fyrdic.
quc-lion do droit d'une maniere different en Le tr&ine dicret po*te, article VII, que 'ex-
e:.b'iinl:t ft.rls uue commiliion ch:rgie de la trait reinis A ch2qie' dputs dlu luii ffia our la
v6iification definitive des pouvoirs do tous les vrification des pcuvoirs, .irfi qu'il s'cfi prt.iq';6e
membres diu corps lig flatif; on que fi votre 1'egard de plufieurs menibres de la Convention lots
itter.tion n'a oas t4e tell la 'comintifion a tendu de 'ouverture de ft feflion. "
de ton propre movement t 'les attiibutionA qui lui Et on lit dans le procs. verbal de la dance de
avalent cte donneess. la Convention du 20 fepren b.e 1792, qu'il fut
La comimifion a it6 crdee ole 1 brumaire. Voici arri6e que les extr.its de ivres in:ividue'lement
1'extrait du proce -verbal: i i a mambres, dent les proces-verbaux n'e6a'ent
Un membre demanded qI'il foit nommi une point encore arives leur fervhraient 6galement
ccrmillion de cinq niembres pour fire la veri- de pouvoirs 3 et tous les memtbres de la Con-
fication definitive des pouvoirs des membres corn- vention fe rappetierbnt qti'il n'y eut pas d'autre
pofante I confcildes cinq-cens et en fire un r:pport. J verification
P.lifeurs orateurs font entendus pour et centre iLdkcret dir 0 venddmiiirie po-te, article XVI,
cette piopofition er apis queiques dbats ele eft quie les memb.es du corps !e.-flatif fe rt.niront
adopted par le confeil. le 5 brumaire a midi.
La commilfion a dooic .t6 .rb'i e pour la v&Rl- Artic'e XVll, i que I archivifle de la R6puiblique
cation di ini.ive des pouvci.-:des emem!res du co.tf.il: donnera .lecti:re di fominmaire des proces-verbaux
des cinq cents. et etxtraits de proc&s-verbaux q'.-il aura reciieiilis',
On lit dans le procks-veibal di 13 : et que cette 'etuie t ':.;.!a lieu de v,-r:fie tion der
On procede a i'appel nominal pour 'e -cti6n poavoirs des detputes con:re la nomination delfquis il
des mtcinbres qui devront compofer la c.. million i ne 6s'civera point de reclamation. 'S
pour la verification des ponvoi:esde reepnreitans Je reviendrai fur cctte -ernire difpoofition, qui
du Peuple irhs au corps ligiflaiif ripond fuiffilamrient A p ufieurs objections qui ont
SoVoili dijai nte variation dbs les attributions de t6 faites dans I rdifcuhion.
Ia commiflion. 1 rmfilke bien (.iiremtr.r de.toutes ces difiofi-
On lit dans le proc&-vetbal du 4 i tions que po ir.ce'tte fois les extracts des proc;:-
SUn membre propole de chargigr !. commilion verbaux fuffiiaiert pour ]a v6tification aes pouvoits
qui vient d'tre nominee pour la v'tilication des dbs repr'&entans du Peuple.
pouvoirs des membres du confdides cuin cents, dt Et qu'on ne diCe pas' que ces lois ne paraient
s'aflhrer, &c. e' que duine verification provifoire la Convention
VoilA la comrniffion reduire aux terms de fa favait bien, par P'xemp!e du premier, jour de fa
creation. I fsffion qu'il ngpoi:vait pas plus y avoir-de vdii-
On iit dans le p'oc&-vehal du if: fictin pr-)vif:ire\que de reprefentans provifoires ,
U: t1e.:::bre, -ti nor de \I com;.iflon clarg.e qiue de cops l( garifprovifoire.
do lai vciification defini ive des pouvoir., des deputs J'a entindut dire que les fo:'malitbs prefcrites
,auz corps t<.ifjati;f, ar.r.onc. q'tedll s'occupe Ifas re- par les los des 10 et 0o vendimiaile n'avaient pas
Jici.; dct co trivail. i et obferves-.
Voil done qiulqre verfioas lffdrentes fur les Je repouffe cette zffertion pzr-le proce-verbal
a.triburlon. de la cniti!lioa. de a featce trnue le f bruiaire ; ii y eft dit qi'on
Dans acux p:r'c& -verba-ix, e" e eft cri'rr.e de la a dornn le,:tune de la loi dtu o vend&niaire, firr
v':ficartiuon ... puvoir; ces rci rfeintats 7 :ls daucorps lves foimnAlit's cblcrver pour parvenir A la foina-
lctijli.:if; dairs ctux-iutres eile n'et hch.'rgee qe tue a :1 l ajitive du corps legtllrif.
de ,. v.r tic-ia.,0 des pouvoirs des membres du council Le citoyen B.tudin, remplitfant 'par interim les
des cir:q cc,ts. functions d'ar(n iviltes de la R6piblique ,. f pr6-
Quot qu it en foit Ue cette vari tion qu'on ne fente a la tribune et a peile
peui tegarler que come un vice cde r action, Les llecte;rs ci-devant mnimbres de la Con-
zi rCeft conlfant par les termes du proc6.-verbal ventioi
de la fi ce dU Iit brui:ai e dans laquelle Ia 2z Les autres membres de la Convention 6lus
comizifiionu a rt t (tabLbe, qu'Jile ne devait s'occu- par le corps 6 ectoral ;
perque dl I _L__ rfic'atLon des_pouvoir_d-s i'-mbre -3 6nouv-eauxA- pet6s -au-corps-lgifltif-- -
du confeil des cnq cents. L'aichivilte avait.pis lesfins des 6leiteurs ci-
Et ccpendrit les divers prices de rdfolutions idcvartt me-mbrcs!de a Convention fur les extraits
qu'elle vous a pree%;t& po.tenr fur la v rification des pr'oce -verbaux ddpofts, defquels it rdfi'ltait,
des powuv irs ds'men be'. s tJes .ux confei's. fuivant qu'il-eit cortitev par le proc(-verbal du
JA no tr.e ptnaieitt:a aulccue obersat on a cet corps e6.ctoral conventionnel du 4brumaire, que
igard ; c'lt au *ot;feil a j,)fer fi la c.,iin.-iiiuio 379 memb.-s deie Converr.ton avatent 6et r6elns
s'eftcorfor.de', fes intentions bicn clkiement par les aflemb'tesi lectorales; I
exprimecs. Les noms cil- anreci; membres-del-a-Gonvention-
in fail.rit actiiellemcnt I'ap;'licition des prin- t 'us par le cops electoral, dans le procks-veibal
ci:ps q, '. 1ai deveoppes aiu fits que je viens de f iaiance ;. ,
d : rapr::. rt;r et au prejet dte retolutirn, je dis: Ler nomrs dis nouveaux dputi-s daisa les ex-,
s'egit il d'une vC ;fi actionn des pouvcirs des melibres traits des pircs-ver baux d4pofes aux arches.
du con lil des cinq cents? Et quant aux d6putds qui n'etai'nt pas alors
Joi Fn:titrns que le c.,. ..Li de pent fire feul la rendus, et qut ne Ie font pyefent6s qie dapuis, its
.eriniticon des pouvoirs de fes meinbrts, que ce n'oatn 6t6 admis que fur la presentation et la lec-
doit cie un acted du corps 1dgiflatif. tare des extraits dus proces-verbaux de leur nrii-
S'agit-il de la vdrifization de tous les membres nation. ()
du corps l6giflatif, et d'une verifiation d-iefintive? Ainfi les f ,inmlit'' prefcfites par les lois ont done
Alors it faut done contmencer par examiner s'il t&6 obferv \ ; Ith elles n'ont pas et6 p'us rigou-
y a lieu i r, non A cette verifilationrde pouvoirs. ruifes, c'dft iquon fe trouvait prflfI par les cir-
Le confcil des cinq cents n'a pas pu prendre fe il conltances. I1 ifalait conrittucr .riiipl'~n.nit et
une dc-ifionfiur un point anifi inTporti. t; ii n'a dnhfiivtivement on cops If giflatif, forn.6 de mem-
p:'s pu Itul de6ider que, a vdir.itarion faite n'et.it brc- tous nouvellement elts ou re6lus, et qui,
que provifoire et fiifii'ante.-li fAllait <'ommnencer corflitu6 provifoirement, n'aurait pit rien fire. A
par decider quil y avait lieu i une nouvelle veifica- avenir on pourra .y mettre plus de fotmes.et dd
ton A ure v6iification definitive, et envoyer tents, uifque le corps leg fltif i'tant annuelle-
cette rdfolution au confeil des anciens: autrement ii m.nt renouveld que par tiers, ii y a toujours deux
en rfullterait quo vous enverriez au confeil des tiers de vrifies.
anciens uit. rtiobluiton portant qie les punvoi"i, ,
Ibr t ddfinitivemient Wrifis lorfque le ci)rlel .l '
des anciens n'aurait post concouru avec vous A (1) Les deux confeils doiventpeut-ttre ddiib6err
dicider s il y avait lieu ou non A veiification. fur leur adiriiiion.


Je fiiirai fur ce point pat une obl,
djcifiv; c'eft quie le corps k igilatif letin
itre defin;itvemcnt conflitie qu'aptis ta vl put
des pontvoits. 6rifation
L'article 124 de la conflitution polte'qu .
que les deux confer" foot d fin:itiv ,et~ c0lt
tubs, il s'en avertillent Inutteliement par uMhfr.
fager d'Etat. Les deux coniiels ont rtprne t
formality t des lors ii n'eft plus pofll t ett
auctn pr6texte, de reveliir far une vrificatiod,.

( La f-ite dernai.)

N. B. Dans la farce du 14, le confeil des ci
cents, Ipepi& unte vive dilcuffion, a adpot 1e
pr et de la cormnRffin relatif a Aym6.
Thibaudeau avait demand, par amendement
que ce rpr-fentalpt ne pdft &re mis en ijugmet
fans un dicret du corps 16giflatif. '
Sur la propofiio., de Louver, le confeil p
a lordre du jour fur cet amendment, Sn
motivant fur l'exille ce des lois rendues fur I
garantie de a reprftintation national.



.I V R $ BDIV ." R s.

Aline et Valcourt, oU le Roman philofofquE ,g
de 16 gravures, 8 vol. in-18 ,
A Paris, chez la citoyenne veuve Girouard
libraire, P.ilds-Egalit6, galerie de bois;, ni,

Traite' analytique de la methode, par Em. Dvelly,
daintitrateur de Phyfiuie expirimentale I Liu.
fanne, i vol. in-8 broch6, 1794; prix icoliv.,
et o10 liv. fianc de poit.
SA Paris, chez Fu .hs, libraire, quai des Auguf.
tins, 110 28. .
Arithme'tique d'Emile, contenant Paugmentationt
la diminution et la comparaifon des nonibccrs, at
uRe exposition du nouveau fyfitme des poids it
sefures, pa" Emn. Develay,,demonftrateur de phy
fique experimental a Laufanne voiy -8, t795
pnx 3oo liv., j3o liv. franc de po'n" ,
A Paris, chez Fuchs, libraire, quai des Augut .
tins, no 28.


Pavement de la triforrie ntiratn irle.

Le ppaiemerlt des parties de rentes viacere! pour
1'ann6e dchue al i germinal, an J fur pluhieur
trtes -ou avec furvie, ddpofde; dars les iquItr
bureau de la liquidation avant le i"'vendmuilire,
an 3, eft ouvert jufqu'au n 16,oco.
Le pavement des m&nes parties du n* i6,001i
S17,000, a lieu depuis le zf frir.ire, an4.
n Moaye iuffl IepuJis l n* I ijufqu'i 700 I1
cells d6poa'es dteuts lo yenin;iriairc, an 4.
Six dernhers mois de fan '3
LE piement du fecond fmeftre de I'n ide
parties des rentes viageres fur plufieurs t.iei on
avec furvie, ddpofdes dals ies quatte buteartii
laliquidatiioni aant le i.vendC ai4eire, Jr t
ouvert jlqu'i'au ii ,12,000.
Lb pavement des m&mes parties des 6oolx i y
eft outert depuis le y frimaire an 4.
CaiJfe d'efcompte,
Les crhanciers et actionnaires de s ci- devw
caiffe d'ercollpte, porteurs de certificates timbr 6
troihieme i et qui out t d6 comprise d"m lIt
dix huit premiers 6tats partiess' dreffs depuil l
rvifion peuvent recevoir les arr6rages l..~r
viagers Coit perp6tuels; de la fomine prnciP
portie dans Itfdits certificates.
Ie pavement des fix derniers mois tlel'aw -
des creances ci-deffus 6nornc6es, a lie. depuis 1
If frimaire, an 4 i favoir, quant au viagefr p
les dix-huit 6tats, et quant au perpetuel poU" .
hpit premiers hats?
On fera averti pr de noaveaux avis duPai
des ium6ras fubf6quets. ;
On tronver s; dans la erie des r
drs afich&es indicatives les bureau sXqiC'
auilra s'adreffer.


T'ah r rnir r.ir fC fait ~'aric, rue iclP;tev'n* n t pir c.. e ~l'. rent trozi ruoin, tantpour PtiC ouoil e LdcpattCtire. tXcon ne tib onn qU o
Arc 'I C mr; ., et fou fiic a oi o fliloig C1uxq i iis. Ctuxbi Ii r *m eliunt rrc, cnMerxontput liv. pouroisro Us ou 60 liB-. pour lannC: Bere. #
'I :~n, :Il:r-r.r -:s iktrrCr t V Iargpr, franc de port, au cat.veiv a.it rT:. 11' L.u: cc jouuroi, i'c Iiio ikivin o 9. 11 E v* Ux5 j e 1P
iP *ut III, P lt rC p it, li, do .0l,
t faur avoir fol dc ic ,oitrmer, n t',r a f t Dter.,.i d;3 4' ,rr .t.. c.-: i arv. ....I 'I i t j Itd,, c ntsfu ltuic fa0tKC
- U, 0 O W .Crad Ici lt~o -n .r dI al i,, ... o AV P-'A tati c cu,1li v.et au-dCt blbC, iiA r ic t na .ant Pl ..t all
mcr ~r, a e q;le ncc4in por:t.ait t i' prdiUte ie h p 1 c ,. d .f b a d
ii i'd. r, ,* pou tout cc juit conccra'. 'a dva ,, I ai di'i esr doz dcz tPVoic i,, Ig d tuis neuf bl u an ju i Il b t"


I -- ~-'-~-L ~ll~r_-IILar~r~---- ~-.- -- -~


1 I --~a~a-


i
II





6,d 'vj j 4 4 4 la d e RIPubbliue Francaif une et
$ di t;. n:...f an 4 de a Rpblq cafe une et indivifble. ( 6janvier 79, vieux lyle.)
,.~. --------.l--CI~--I_~- '-4-;---LC
c_. eie d4ns I 'sltcl. j18 lu code des d lir. et des f ,ooo homes ; dent o0 ch evil, eite eft entid
i T 1 Q U E. p [iri riivan. I qu. I, 'LP ju'ei rF S L.LG ALS 4eninet C'erit i s danla f.,it it; Abergenoit. Der'
r'oon pa' itd obfJrvics dans i'infl.-uation lait jict'i, niretper, le g'inr.:l Grarien !ui a enld6 un de
le di uar iu jtryj., tr, il..,unil n 1 .1 .' ..-i. did uller fes principaux poftl s'aux HIrli'. r''. .
A L I, E M A G N E. ta4ce uefu, j,:-. a, .,x ainJx i ,. tout'j ia a,
L Leie Sfls q-t, quieteln, udl I c6tI d Chol!eer t de Boat-
S: i ,er lo i dcem le. y Eaypica.- d pliin d i u & l ... .. -I pa- Peau, n'a pas encore bougo, et reite finelle aux
e rtIe ..e... c, 'nl el id'tane aff.,n e par une oror ance tt. .
.... .ft ." ..i. e trove e e prile dt corps rrndue ala fauie dui acte d';tc- L'activi : et les talens du g6ndral -Ioche nois
a fiatIAi Jour.n e trouve e, iai cu1ation, admis r. It.s jures, 'ilfaudrait all-r juf- promettent de voir biento" finii- certe gu-rre, ott
nt i. Son ar .ne t O o :fr dbrO ie qua ctte abfirdji' v aim,,,ent ,evoltaiute, qu aucune phl.tt cet hydre tojouurs rerialIant.
ins, 1 "" fdont qt ... ;' ,vo!e no fera4 o'uv.rte poU fjT. imtlPrer les o6- '
.dans l'anli Tque formenct !e hie -r pon f, i^-- l ir.x, Ia sen f!ut de braucoup que a tr uI r e piqre
II M~ioelle. Trois fone d6taches rf:M a l s or- foit des urs .ds f di tc. i d jury i pui- uietournure aufft favoralole ct-.l:.1 do la .Lolg
ISd. _' drI hatry, a Dfdeldorf Les qure queauic. terms d, f at.ie s 4 de ,Lact, cr u f- iules Chouans quoique .Iep.r s commere-t
a& E commt-ndes par le g6n' BInaoen, onel le Jtrbunaloe li...-p de aii.oi e 'Ur connitre le lIs brands ravages. On attend rcus lt lourss
m'Pditendue de Tarbach-a-T rves. des demanded en caffation, ue lor-fu'elles lont le p'I.raF'l Mice y., qm doit venir ,pendre te
-I, .,..nlelnlidmnu,, des armies defiances, A les d6-
a parc d'artillerie et les bgages de l'rm~e de forces contre desljugreens ea dernit( rcfort, rneadud. s ls d
Embect Meufe, viennert d'ere aenvoybs dans par les tribunaux ; expreffirnmqui, f us auctui rap- e ..
I ,nii d'Aix-la-Chapehlol. o I t, -o veuvent s'applhqe int attx actes d'acca- i. i i
tirennonte I la ,ande trois ivons' fation dreffs2 par les .liLecteI rs du ury, ax P Jajouieque lebrunit -ptru nm qteqns
rredl Hollaetrs ions:pouree- d prononcees par s jurs d'accu- feuiles que Chartte t l- [ ui 'eaouans
i nffeldoif trois diyifions de .larm6e de ar; eft abfiurde; pour cela, II f.,I ,l:ri q-'IIl p!'r la


Loire etl eit actueliemert a pude de dix lieues de
ce fleuve.
Toutes jes communes qi 're touvenr, &aoptes
les derners mouv mens, eln arrire de l a igqe, eont
ddfa':mes. C'efi le meilleur moyen de c'upet rCourt.
a cette guerre. o


r1.4 t Meufe, q vornt fe porter dans le pays tConfidrant enfin, qu'il Ift du devoir du direc-
e Tr6ves. toire exdcutif de veiller au m'inrtien ds principless
*1.' Nv A .. .S. confervateuus dela cmnfliturion adoptee parole Peuple
AgP B I Q U E F R A A Frarcai,, et de reprimer avec une frve'e imn'artialite
toutesles atteictes qu'ils peuvent recevolr, quel
i iR E T 'I E 'E X E U Tx qtue foit d'illeurs !e part que ces atteintes pourraient
S,. vor."er ou contrarier;
ril d. rtegifre des deliberations du directoire exc'ut.f Art&te q e le minifltre de la jt'ice d6noncera,
- Du Lt nivdfe i'~ 44 de la 1R'publi~ue dans le jo.,r, i l'accnifteur public pres le t ibunal
rwife. criminel du ddarrement de'' 1 Seine-,Jesates
d'accufation et les dCclarations du jury ac-
[ directoire iexcuitif, fur le compete qui lui a ci nation du canton de Paris, ci -deflus men-
it iendu pAr le inihiftre deja justice, dedic:t- Itionns, et tiendra la main A ce qu'il foio,
utions du jury d'accufailn' du canton de Paris ,.' fans ddiai, fltait par le na'mm tribunal, f.r
endite duo o de ce mois, port6es fur les acres les uns comme fu les aiitres, conformndment i
iactiraion dreffs, par le titoyen Laus de Boiffy la loi.
rwdes directeurs du jiiry de ce canton contre 11 rendra compete, fois trois jours, an directoire
t0lnommis Rilcher-S:rfy, S3ard et CamilleBlhOeuf, excutif, de l'excution du pr6fent arY64.
Et constant, la pemierm e i qu'il ny a pas lieu a
s:(ciifon centre ill :h-r-Sirify; l feconde, qu'il Signi REUBBLL, prfident.
'ya las:iet..A acclltion contre Suard; la troi- Par le directoire ex&cutif.
S~fr h u'il ya lieu a a a:cuation contre Camille SgLA fr -g .
BSuf. Si;g, LAGARDE, fectitaire-ginra.
'CCoTifidant que ces declarations ont t6 portees
ar pn jury ordinaire, er qualles 'omt kB hur Deparctment de la Loire i firieure. Nantes,
deactes d'accufition dirigietnotaromnt centre de, le 30 frimaire.
dilit citomis par la ve:e--de la pretie; confiji-
t-l qU'L:ux retmes de Particle f17 du code des di- AvuuN journal ne done ,ne idCe exacte de t
uta de s-rints, toutde ffaire qui'a pour.objet an situation de cette guerre indffiiirfable. Attach- .
irtir irirci, 'luit. tre foumife a des ju.es ifpj- 1'tat-major de l'armee r;'uli:li ,e, 'aLi 'tEd
cim leC(ulaion et de jugenent, et que toute i >dme d'en fukre les dertiers mouvemens, et ivofci
onit'avention 4 cct article, eft, par le cinq cent quelques details fur fa pofiaion 1.6poque du to
i.g-tinquinme, e:prellement fiappe de nulit6. frimaire, ohI jai quitt6 Nantes.
Confideraim qu'i..ddipendammint de cette lnullitS epuis long-tems he general Hoche avait project
l vicit galemeat les trois actes d'accufation etf 'nD oement converlinl ofar toute la ligne,
lea tIoi d4clarations don't il s'agit, il en. eft une 'n sbouveme t converhonnel farc totu )a ign enr
d plus qai s'applique particuidremepat, 'acre dans la vue de couper route cmmrimunniction entree
ac plcution i st appque aratcuio remeat s acie Charette et Sapinaud ct de refferrer ce der.ier
ftaehtion et ah dclaramion relatifs a Richer- dansuncerelelusltroit-etmoins-rapproth des
Sirifyi que. danos le-f4t-, it-r4fulte de-lacte m&me A ansn. cercle lus tro it et oi fsraprohdes.
d'acufaion dreffl rontre lui, que le directeur du c6tes. II s'6 eff>ctu6 les o et i friraire.
jry a rempli I fIn 6car--les foucruons d'officier Tandis que la division du g6a6ral Cannuel rele-
e police judiciaire, pulque c'et dte Jui que font vait tous les poftes le lorg de la cote, deputs
,6imA lei mandates d'amener et d'artt qui out Bourgets jufqu'a .Saint- Gilles..et au-dela, cAles
dlpricjder et qui ont pr-c~d6 efflctivement I'acte du certre aux ordres des g- ndraux nnau'd Oe:en,
daccolation ; que, d'aprs cela, il ya necefla- &e. occupaient les pcfitiods de Breiel-Peatant,
remnt nullic~, foit qle le directeur du'iury ait Pa'iuau, L(Egr et Leue ; I'ail- droite marchait de
to anpten t pour execer dnscette fireie lei Saint Fulgerr fur Sain:-Vincent et Pont-Charrnu,
Cfncils .d'officier de police, foit qu il Is air entire les ioutes de Fdntenay et de Clillon, et
uerciel incompetemment qu'en efflt, dans la &abliffait fes communications avec la division
pR~miere hypothAfe, il devait, par cela feul, y du g rndral Delaage, qui occupe la rive gauche
tvoirlieu i un jury fpdcial, fuivant 'article yf16 du Lay.
du code des 4~lts et des pines portant que toute Pendant ce tems-la, les d;vifios qui, depuis
f.- dans luelle d'aptes la conflitution et les in mois, arrivaient de l'aim6e d- s Py-enaes Occi-
4id 140o, 141 at t42ci-dejus, le alrecteurtdujury deitres, fe font r6unies a Ltoon, o'.s le com-
t' innrmaaiitLement les functions d'cficier tae police maetiment des ;F6araox Ddlaborde, Frecheville,
Ir, dol it fuimtr ai des jurdi fJciaux d'ac- Caftelvert et autres, qai out faith la gtierre d'Ef-
e ge Ent.; que, dans la feconde hypo- pgn Ces gdraux ont mchd en pi:fi urs co-
thefio ee retai leT cas do n0 6 del'article 4)6 d u p1 g te. s g itt aux o nt m thie P11 y c
o ce f te cas dn 6 de 1'atticle 46 d lones fur les Sables, la Motte-Achard et la Roche-
e code aux terms, duquel il y a nullit6, fur-Yon. Les poftes que Chirette avair jets en
il ye a opra1.'1n, aux retgles de competence Avant dans les iandes de Saint-Cyr, ont ste balay6s
tli.e r la loi pour la conatifanr'e du dlit ou pour i et repouff6s dans le Bocage.
wuell difnruio s rr irocidure Pr ces diffirentes minoeuvres,. Charette Ce
Cor;ifdrant que IParticle z, d3 m&me code, trouve enfermr dans un, cercle don't le diametre
"!r'nnt le directeit dut jury d'avertir laccufateur eft d'environ quatre lietes. La plus grande parie
pbc lorfque les jiurs d'accuiation dectarcnr de fos forces eft dans le Bocage (contr e couverte
in'v a pas licu i accufatio contre un pr6venu, de bruyeres et de brouffailies d'ua ditifci!e accs ,
rIrule necefflairece t 'pour V'accurft-ur pu- qui s''tend de uis Marnel julfo'a la Roche-t!r-
1, I'ublati.n de rourfuivre 'annultion des Yo ) et deia savance jufu'l Ia Bournezeau er
s d.accul'ao', ainfi que des declarations dans Vonys, fur la grande route de Nantes.
Ijqu le flames pretcrites Iar la loi, a pine Le refte de fe Ctroupes eft retrrachl ; ou plutot
e ruii, ot t violdts ot onmifs i que cette cache6 dns la fora de Gratas, et dans-celle ti
ne (t encore cfirme pare principe avoifine Arzenav. On ne croit pas quil tlureft
SI e d&cret d. a Convertion nati:nale, l coo h es, as ben d&ermns e
21 brunire dea d 'n reni a fujiet d'un uqu es canons. It n'a pas lui-mme de pofte fire,
ln du r bunal de cafftio d 19 juil t drnirement it a couch6 A Chauch6, i une
Sq'il ejf danrs lhrrit de la loi fr jurs, petits lieue du Luc.
m 'oi S t fjga uniform de route la Ripublique ,
'rltr Ir, ,, x crminels h faire r cormmenc e L.e Anrghis fe morfonden tou jour l'Ifte-
a ~p r d rest i ;ir ieres des officiers de policee Diou gnt attend nr quil ptaaife fur a c o:e. .
a dr jr; principle qu'on retrou v Quait a SrAinaud, dent on value Varmnao


- l-


---- ~-C-LL~LII -li --- ii --


GAZETTE NATIONAL, ou LE MONITEUR UNIVESEL.


De'partement du MTorbihan. Jiannes le
a5 jfimaire.

L'ANGLAIS n'a cefll de fire, de terns en temns
fur diff6rens points, des debarquemens di'migrds
et autres brgands. L'int6ricui du d6partement en
fourmille; on y defend fous peine de'la fufil-
lade, aux habitans des campagnps d'apporte
en ville ancun efpece de comefltbies, et IVon
a mis a l'amende..certains inrchands .de beurre.
qui taient dins liabltude d'en apporter ici.
Les environs de Vannes, tels qie les commn-es
de f decn et d'Arradon, font un rpaiie de chounss,
deferteurs de marine, defertcurs de troup-s, p -
tres refractaires ,nobles, &c.; et, deptus quinze
ours, ces brigands' font des levied dins le. c.m-
pagees, cl ils fircent a marcher cet-x de l'a~;
de r4 Ua ans, ffil f!a- ou arf'irnmat cctur qut
refutent lde.les fuivre. Tel!e 6tait. ntre portion,
dit cette lettre, lrfque e 18' de c n moi jour
de martha, Von remarqua quail n'6trit point vanu
de payf.mns : ,ds-iors on ddt s'at~zndre une ca-
taftropl:e, qui en ffet eut nteiia n.iic tiuivante.
Le pofla app1 d de la Fontaine fur vitrVmn ntt
'ttaque par un dftach-m"lt de ch.ouanwt, ,air s
de prtics canons; hleureufement, on av:lit faith
t'rtir, dBs les 9 heures du foil plufieurs, pa-.
trouilies, dort tu-e ayant pris ce. d6tach:miit
par le flanc ,, print le force par" une vive_
fili.lade bFid oucenr nue.,
Sur les 3 heurei du martin, la gin ra'e battic
et tour le monde-refta fpus les arms jifqu'a'u
jour. Erfia, Je general Lemoine, i la t&te de prbs
de Soo h&.imes, s'ranrt porter flur Muzillac, a
donn6 la .bIffe i. ces biigmds. Cette let:re ne
donne auctI i dtai f.lr Faction qui a eu lieu entree
ce general et les Shouans; elle oofbrve fculemcnt
.qe les troupes qui fe fort pr6feint*es dev;nt..less
rotres, 6taient touted v tues deorouge et blanc.'
failant le corp de fil ties bien, e- miontrant
da-'s 'action ine contenance (trangere aux fc4-
lerats qui jufqu'ajourd'hui oibt dieol ces nul-
heurenfes countries. 4,.,
On crot que le but de cette attrquo de Vannes
6tait de fivoriife par cette divefion un nom-
bretix dCbarquement que I'on affare avoir en lieu
A Vagol, le 19%; et ,, ce quiparait le cor firmer,
c'eft que le o2 on a pris a I'ennemi mluit-'Voimres
chaig es de thum, da viande, de pain et d'autres
comeltibes.


Ordre du mijiiflre de laguerre.
EN vertt de I'arrtd du' direcoire ex6cutif du
itr niv6fe, le miniltre.de la guerre ordonne la re-
mire fur le chlmp dans les d-pbts publics .de
totis.les chevaux ou hmrnois appatienans a la R6-
publique, qui auraient 6t6 dvliviws meme avoc une
aFitriflation des conriti de gouvernement, a dcs
commiffaircs des admiV ilrations, A des agens et a
des employs dans les bureau, ou a tons autres
iildividus eicept6 les militaires qii n'auraiiint
obrenu du comnit de fa'ut public qqe le i ombr
de (1 -vaiI: al :i '-. leur grade, et qui en auraient
acquitt6 lh ptix fix&.
Sijd AvauEt-DUBAYEr miirlere de la :ierre.
Pour ampl atiaon.
S S'ig i GHR-AOV Et c,',rw ,]'.., ,-, d,':,,,ttL' ..;:', fe-
1 ,.- ,' -.. ,'-'l de la pafri.7 -


_ --_--- -~l-~~-r~-r-~-~-~--i- --


I


I








2; *. -" '* 7,

o" LA .a1ns cidetsC ce contra rt, dis-je, c. ffe qui vi indrait encore annuller Ies nouV
COR PS L EG ISLATI b td i re iltlrire pour run o Pautre des fous un treexte qu l;Uor,_ u. OUabr
Scontractans ... Vous qu un i..cnti ennt hnIoirab de jutl*if,,
CLe nomtbre des propri6taires de biens rwraux,, enrcemonmen:Jpto5aquerlaraii" on deso
CONSEIL, DES CINQ C-ENTeS. qui ne jouifentl pas par teux-mnies petut tle rappele vous que ce n'eft point le voyager Pa11,
port en France au plt*s, a un ditien, compa courant rapidement les routes de ta Francei Iho.
I.f ^f;.L n d ie Treflkard. an iombre des fermieb ejeplioitant la proprinit ddesd champs momentatIment coue d
Jdautrui. auctions qua pent i uger de o6tat all vpr do.
Lipport aut le to nivo fe. a not r de la comtliflqn Ainfi, lotrs nmee que It filiarion ferait-effern- agriculture, doefs nayens, de fes l ilur
catagee d'ixaminer la jutlion -elative a lareJilition tieliileet itie- a tous les'proprietdieS cotmie de les befoins. "
."dts .aux, pr B.fiy. elle ferait e-xtrkmement prujudicaAld a uie majorie Defcendez dans les details, et tout en vo
de nieuf contre un, ell e blelfe it i videnitmert le livr.uat IindiStiation qtlfpire a I'hommW t Ul0
aefoy. Reprfbentans dii Peuple, tine apparence principle qui vent que la loi f air tie i pout Pa'vrt- la conduit des gros farriers envers lers pro.
dic p.lt~i, uin veris de fihpliitce font:quels e- tage dO plus grand nombre. .. iprifetaires, counme envers I. -a,,uliuet ,ubu
lo, aiopter,avec enthoutiafne aux homnies m e RMai vous ne tarderez pas ai teronnare qn- iclierchlerez, pouI les en pIi an u'auies aatt
I pins .ca.ir s, auix amis, les plus chauds de I cette rfuliation ne profiterait poit rrene al qtlc ijque la refliation. r oyn
ibrta dest paopolitions hqu'an examen appro- des preprit'aires non jouifflans, et te cuix qu Vous verrez, dans s pays de' graijne cihtrl'
l ,ni le fait teleter avec aiit'rt d'epinPL- pInfeenten retirerun grand avanage feraient trompes que a mile de bonds pour prndru.une hiVe
taeite qu'il en montreat A les a fi,: dans leurs efp6rances. exploitation, eftutimfe ,dansAle Ittms ault a
fi.a pioplition qui vousi et faite d'ordonher Alors la loi qui la pr'onoceiait, porterair avc votus cratidrez que,,fous cefetl Iappoit, Ia tlo
par une-loi'la rdfliiation des ihax, offre A Votre elle un caractere de rtprobu iol quri a ienirait sa ne foit illufoire. d6ji des fees fr abandnt6enae
examen une tqIttiqP des pnls tIoh.il I .:s et moin ilufoire fi toutefois elle nappelait oiti t.riouvent point do nounvenx nmttres qui veller
d6nt a folutiuon iimporte i plus a- id n pliqe h e; fur la Patrie des miaux que ce n'eft point icile s .s aire les avances conli.idr,!ces qu're ig Eleiirremne
il n'enae(t peut-Stre point q :i doiye tre traite d OeannonCer. "- a leur. -
avec ilus d 'irtrt ct doic la difcutffon doive a. A guardd des baux ruirux, 1'exp6rience a d- Vous trouverez'dans cex dcu'ture mie er
t, 1r' lu apprcfoiin.e ct plus promptement ter- mou-nrb qnte, moins le temnieie en tait urt,, plus -etite culture, qu'il eft des cbjct.'de art dege 1 r
mi'oie :, vous verrez bientot combien ift e inflar.t las terres fe frtiiiaient.. Auffi les propriet6s des I diffhrens qui exigent dle lorg loins et des traI
de fi er Ifs idces lui cetre matiere. ci-dvant communate s 6taient-elles ls mieux cul- iis pen at p'ulieu dannes, que vs ie roi
Nous ea ppeulerorus d'abord que'q'es principei tiveese. ( riez depofflder les fermiers, manide d'vn b.iil u
gineraiix ; teur application devi:r.ira ndcefaii e Les baux de'longue dur6e, tnujours renou- cinq ann'es d poeffefion auraient confolid6 fins
dause la dilcuiion. Ncus verrons enfuite fi la vel s deux ans su moins avant leur expiration, iui enlever tons Iclirs noyens, toute Iturideim.
]oi V!;.cfc e eftr necentire ou mame utie, f elue gararitinfaient an fenier ai juiahnce neelaire pour tence, et cell de leurs families : les vig les, or
rcin'lrait le vota de enax qui la prov cu fi el'e Ln1 pas dangereitfe: nous vous diirois une bone culture. Loin d'ere avare de fesnmoevns, rete epeces, pa s et eteteus d6s ci
a .: iga. d tout 'e qgue intplee public nous i jettair d'une main proeigue a la terre les aimens qae trois on deux ,ans par lesfoini. des t
.ord-nne de ne point taire i"votie fagacite vous vrai, outctifs q'eie rcl rume. t i eus dui frmiier ne le dedoniagenit poiliten-
fera i iir I'anfemlle des reiruiats que nous oinet- Une expirioence e aens contraire a prouv6 comn- core et ie.lui rocirent aucune ;iilh.a, pae
tnov.t. e'bien I1inceanitde di la jouitfance nute aux progrs qu? e les.pnantes en ce genre ne privr-hianet q
La. loi 6tant le refultrt de la volonrt g ne-- de I'art, et altere la force vivifinrte des objets leitemnent a,lcur etat de production. Vopi vous
,raa'ene peut avoir pour bat que le bonhear Ce de corfoniommtion. rappellerez que piufiems hivers d4falleox onc d1-
tolls. Le defir d'obtenir un plus prand prix des b-ens truit non-;euiement 'plufieurs de ces recoltes, Irnii
Uns loi qri bleffrait efletelement' 'inrtt doe nationaux a d6terminr les ligillatures qui fe font manme les objets qui devaiet te produire, cfur
"-- c.mU lies obets qudevaietnt fen' produe r qu fur
l a qranda m;ajorit Ie nd fetait point le r6fultat de l lfucc6ddes aannuller d'abord beaucoup de biux Icfquels il ava't compil
voluint g lenrate elle inaurait plus le carattera et depus a ne point ialt:jttir 'aqC u6teur a 'bli- pourrez-vous vous emp r als d
Sprtciptl ioe la o0i. g ,ation de les muaienir. Dfs-lors la terre couverte c rlexion : fi ce fermier dmPans un.etuut
Si is loi ne doitm punir que les d6!its qu'e!le de !emences a e force, mais les engriis y ont i cas ttrt pas comnpt6 fr la fo doe n ti ,
a p-vas la I6gfltion doit to reafcrmer dans et e concmifds, et la culture nglig6e. cs vtnes et es arbres feraient-ils rep'
U s: cr ietcact e l'; n f dprlnl e o i e tr"t." e r, tes eon,*i.t; s a ." ..... .; i ha
Sle nintes n6celai res i la r6preffien des vices Ls fe ricrs condis par leur intr6t, premier ces bettiaux auraientrils dt ra.rst fih
que t cilifaton inroduit dans les grades o- m bie des actions humaines, ne foe eontant point i x Iant de facri ices auraientils 6tfli s
ci- a. z richos pour acque-tr, onvoulntracheter pour remplar des! per .es que *les e piqi iel
Ue I'i lqi n'eft point ncetia.-e amene pref- a vi prix,ont vouluntromper les seux des amateurs produites par le voiflrage des arnites ontt
qne tounouirs des v.ces nouveaux et des maux et .idsf~rnieri etrangers; bietocertains que, ne mon- aufer ?
inconnus. trant que-des jacheres no de minces rdcoltes is
Uno l.,i ilifire eft dangrefe ; elle habitue oe ecarneraient les eachiriffeurs et fe feraient don- Vous n'enbliere ,point futout que le nonm-
Peupl'e A fe jouer de la loi, elie dimique fon iref- ner vil prix on la proprit6r o uine jouifiances I re des petits fermters eft i fiiment iplustcon,
pect pour el;e et. pour .les auteurs. alez longie pour s'indemnifer de la perte d'une fidrable que celui des fvrr.in. ,s riches, qUui pf(
L-i doit roajou-s tender a la perfection d. ou deux reciter. que tons ionr devenuis pfopritaires, 6tyoltsne
li morale publque et elle dcicporter avec el.e O. a a fit dirparatire de cette maniere les bcf voudi pas fe bomber fur cette ae 'no
la co.vic:ion de fa niceoiiti, qui dilpo e tius es tiaux, on a cefiA de m-ltipier les 6leves; la brei des co.tivateur mal-ais uneloveiub
c.prits fon Pxcutin. Cet eff r falutaie n'exitfe crainre e .! e ,r filis emploi a conduit a 'a pour-, m.nt enale dans fes effects elld ferait d'auat
plc; fi elle tend a divifer les hom res au lieu dte i tuieie de or q'li pcnie smen four, s'cem orter et Plus i.l)ulfe po0r1 ceux-.l,' que leur conduite 1ei*;
in :airocher ; car alors elle provoque les obi!t- sLhrr avec tpt : vous en 6prouves aujour- )'t provoquie.
lce '.a (on e di-ution. u- d'hni les funifies effts. D'ai'leurs, fuppofera.t-on que la loi foit ip
Ct prinip s incontellables rappeals Ai votre L'agic'uh- e, cettoe source fconde de. routes rative, initane et d'une execution promp
penil!.t : i loi qti utabiraint la rtlinatio dens Ls 'rich. fes, n ei point aniannsie en France, mai voyons nuels en feraient les rglu'tas. Le b idlt
baux aq.macqnt -iirecternll 'int'ict&t du plus grand elle a fouifert et et ff're encore; elle appelle toute rifi;i6, d e-lors lutt- d'intebrts d'une c)lalledel
Snoeibi ti r. cairen l -Tenle une peaiie gaves, -ar re ti.ii n ;s is ri-et le 'encourgem:ns- qui fociet, contre une autre, division blr n criai r
hi eili n'teait point abfluroumet n dic-fnire, fi rlntie dependent d ngouvernement ; par eux elle revien- rifee et fortem nt prononca e niouveient gin6-
eile -e p "iuvsat en aucune hypothf e tre f cile- dra bientte A fon premier tat de profpierit. ral dans toute la Rn6publique hangemens defer-
nl'ntcx cutme, fi'elle rendait A dlmoralifer les S-ns doute la paix interieire et exterieure, le.umiers par-tout matis fans avintage dans let
traufacoi s fociales et A divifer les citoyens, il camedes-e;prits, la ceffation des incertitudes de conditions chacus d'eux calculant bien quil
W'el au.-un de vous ui nre s'temprelfati d i'carter ; tout genre, re,,!ront o promptement A tous les arts e ne pent etre remplac6-que par celui q'il em-
main, fi elle dlvait ecre le tonmbeau de 1'agricii- la fIlender part aquelle i!s ont fait, pendant tnte placera ; il nen reifutera quie I'iconv6enitntgrO
tlre C conlnmece. des fcien:es et des art de fiecles, diluirpuaerf a Fiance de routes les- Na- de tranfporter le ferirere du fol qu'll conn f,
av c i-l ctmprci;otientr plus gran.l encore, et qu.-ile iow tn civiiife Me. air ex"aminonrs a.intenant fi la ei don't T'experience lui garanitt e fucct de
Pa'inin vus, voieI I' .i' la*" O qultlO p ra- reii: nion des batx ne retardsraic pas cetheuteux fes fins dans un fl nouveau ouri liui,et
labe! e am.ent t dans sequel le produit des premieres an- tes
Igfl.eurs d'un. grand Peuple don't vous vou- Cette refiiation peut-elle treo effpectru1e A I'i-tf- manquernnt, parc' qu'il- voudra fuivre des pro-
Ic' le beonherc t, li gloire vous Ecoterfez. avec tant -'a r toute ten'pue de la Rpoubiquie? Serait il c6des habituels qui ne convieonent ptus Al terry
compaifinc ls icrflexi nus que nulls devons vous IjIfle eie ia piononcer ia s fix.er Un mode d'appre- q .it cultive.
prcii'ewe- ; votrte agel le a'pprtcier. ciation des indimnitrs dies A certain fermiers ? Rep-efntans Ie cultivateur l.ivmr A ftes ir
Nous traiterons cette question focus les rapports Tous fcnt its dans le t mnme cas, relati cement vaux ne lit point Pana'yfe chirnique' des terId
de tous les tems, et par cofeqiuent aufli fons ant propri t i es don't is exploitent les, fonds ? n'elt pas plus de foh effort que I'appliation
celuti des circonlt.ances. Tou l.s b;ux f6nt i s de mmem 8te et 4d mEnme des principles de la phyfique : l1experiencce -
DU- bail ett un ontrat de fociet6 centre deux I iturVa ? Ces queati pErieis ; i e fait I'aombre de la loi et procige par ni 3tive. teur.
eli On fait paE .itemepnt combien la variet6 des cul- Ici on dit mais le prtoprittair"ira hii-misl
P.r cet act s, lian [,dpoffedetemporaemento, ti II L ;,.er i s .:.- s, cPL eV des coIo- ex pliterli, i- lreidra le ma;tche dte Icharnit,
en.faveur dIe i a-itre de tout ou de ptrie duhre tions mutnealols imirof(:es pir l-coantrat au -parties fe livrer- aux travaux qu'exige la boat
pr'priatO funci- re ; it fe dccharga- fur le preneur qui ln(t fait e Ygeraient de pre6v ya:ce de la part fon ben Soit Sppoons n
s tins qu'clle aexige : I'autr engage poour ls k, lel;teur pour apporter Cans It loi touts les ti n fanu fa p o n .
I-6e temrn- fa pro pr.te induftii'aie ; il contract nio.11ficatiqins 6t Ies e.ceptior.s notmbreoues qu'eli e ont itanque ui en petmef tent Iatcni'V If
iool.g>,ioi de ie valoir la proprin6e fonciere -xigerait, et-combien une tell difcufion conifoim- s m foir ui el fods pour lai! IiW le
du pre.li-r, ct flit les advances aanuelles des nmrit de tens. pooas q a ffz en fos ce quti pft
finds niacitlaires. Calcitle. maintrenat, par le cotur deq hemmes, dehor n:1T rs onfsp ent a hi ei
.-acte alce la portion de b6nlfice que le pof- comnbien lPinceititude porterait de prej -dice a Iagri- t qut lo feris r cSaunfx les betiaux setleOt
fcikur la'oneux doit remettre au propritaire cultire : vovez je fermier pofefour actual des fils nd ires a ir detn
fo vct f.,. fei beflia.ix et ,e leur product, pour augmenter pot ? il au boulevser 1'Et ; ilt ura ruins
I.e, conditions font mnituel es et r6ciproquement i 'or qui I fuilvra partolt voyez-le'couvrir fubia- t agricltre, ls arts et les sciences.
bligatoircs les tIpuLceions fot pleinement libres tment fes teores de fimences fans engrals, et I'griulturea b les arts et r fplantantr ati
et volotairesj kleir inext4cution par une des preIue fc's coiln:. Suivez-le dans les calculus de 11 ura bouleverfe I Etat, en l tr o
unnes oft pr6vue par la loi, qu done a P'autre fIot infaiablecupiditi, et voyez-le catcher dans des coup dans les icampageie les m in nivil
1. muya-n s d'en obtenir les reparations. mj ains eir.nger-s leis moves de rtepro.uciion qu'il des villes, et dans les villes les .iw ?
Si, Connie on nt; penUt en douter .Ia juftic rmefrvera pour le cas o6 cetteote rrelui refera- des campagnes. o ficts
lep>eod Ion course orwinaire-, ft 1impartiaite et ia RJl-chidtz fur la fuite des cormbinaifons et des I aura cair Pagriculture, en en c a
feuict6 qui det-minent in cara-tere, .accem- iantceu-r dtout genre qui peuvent tro fu4-. *foin a des mains entiAVreient nowl eful
-pagnent, ce cena., te pdlns favorable de tous -rie ar ltioerc Ie plus fordide em calcust faut pas s'y tromper, les livtO i feleLeXph
ap e, ceux ioes aniniages et tes verntes, parcel que, Piifluence qu aura, meme fur la culouro de plufieurs pas pour s'infhruare de cet arit -( *
ap.es cux, ili If* e plus etlentiellemeaat iutl aux annes, fexemple recent de 1a poflibilit6 d'ine loi d'na multitude de propti4taSe* vic


-- --- ~-










rfit ltardiff, Ls fournit Ia f~reve. th1 combien oppof&e ft legs thoIes deveae.rt t.s! oi les
My ....... J i teL'ue d itiilA icl:fiL: mei.t: ferTlieistrs on.m?,ie kls propriitD.,Ies ep,~.or' finrL ,
I I- .. jpar le cti.ig mett des cirtonflalices, un trlultat
a -n-tef tn be~t" }jour ce iaeift i ,e'v ., t d5fwav .itatg.aiuti leurl t aniacti6rnouvdrls', Tfiit-
q tey ats quad'ceda m141'arriva. ,I v iL i-iudouc ecorpt furiJes ipll.imae,1 iisUt oft
Er g -des ins ou, 4es, autres, .refilierh Its ., vtvux
II auia ruin6 les arts, car il mn aura d rrang6 I hbau, ? l' ', ; .....
bates et paiy lees 1agens if aura mruin l I t Lg'flateurs, vous vp14 rgardefrl de jes~ s
4idrlrs, c cace (bo:t les laibitans dle vilks qul Ias efprits uie inetrtitude auffi fnpitej vot? rap-
-cs u'ti ,.enti c 'le phus grand nombre,' dev.-it pelerez, par votre' :enple, vos ficcef~tkurs, Le
out I coup baboutreur oil vigneron', foCt de fe qu'"o h a trop fouvent oibli6, que la tloie dihertie
lgier aux travaux des ciarips, renoncerait a tote eft fouvent un grand moyen politique de gu.'r--
ure itude. nemnent. .. -
Jdjeg tffets feraient effehtiellewent nuifibles A Les cr6anciers de la liprblque, lei eiItiefis
lin[ ',ra11l: u line loi ql"i les p1,oduiz.iz, n'aurait ntouvellemrlnt rembourfsv oti payes'hlique joutr n6
e.int hs caritctiri's princ'iiux .e la loi. valeur ntminale, ne Louff.ent-iis d.onc pas"bLa3i-'
Une liypthefl atulli gra.i 1et eft rn.-cefti L.nif-Lt Coup plus, et depuis un teli's phis long, uie lespro-
fuki r1cis la frentois i m-is,.fi tl'e n'dtt p.s priorities de fonds ? n'appellent-ils i'oui-t r&ttoites
,imilliblle en totality it n'elt pas nitins netfflir,a p.lters I'attention et la justice dti lgiflui'du' ti k'eft-
des'y attacher; car, fi la rialifation entiereportait il pas de fon devoir rigoureux de4 vtanir fLuir
Ian:arce""im-coup mnoreijfautren (onclure qu:j fetours autan't que 1'intrth g;r<-ral petit le pr-
:il1e aticrlltimeaIr, elk ne potirrait faire encore mettre ?.Avet-Vous -dfij -tente ipot eux cti'tie
que bcuuoup d.- mal. votis avz fair pour ls propidtaires fon,;itr.? Non,
Veic on mainrirter:ant que cette refi'iition ne foit iis atte:ldent encote', an nu lie des t urmens de
ue fjau'tative', elle doi P&ctre pour les denx la faimn, les ; .'I~ ~ cela, elle ferait ure I.-i pdnale ; eli;e paternele ; i's vent que Vous n'6tes arrths, dans
uait le trip'l inconvenient de I unit d'une-rnaniere- 'execitrion de. Vo !'t. .jes a4 lur guard, que par,
.idS~i un d-Iit qii I'eft que paticulicr ; de f. ip- les-diflicultes in'ion br.ib'e cs' fitrmonter pour dta-,
per oaleve, r ','n. tnt et le cot;ptb'e, et d'ap- bir une v6rtable jultice'dans la rdpalirtion de -it--
ql ner. t de"t pafl4 u1ie prinie qxai n'ell point dennites momentknres que vos crej s et aoirre
.ea ie.ir les loos arterieoures: miais alors conbeen raifon vous ordonhent de leur diflribuer leiurcOi-
de thicaa es vort ozcitper les iagiftrats coimbien fiance dans vorre juftice i'oturrit I ur efjpoir, et cet
de uices ianda:eu'L-s v ns s'dlever dans les tribu- efpoir les foutient an fein de la mifere.'
iari, di'm (oIe pou" luder Papphcation de I2 '.ii, Cependanitces d;'c:il:'s, quelles qi'-l'ei foibnt,
etde ra.itre poor I'obrtiir I ne f-nt point a C.,p.aic-r aux it nveriiens graves,
UIL formes 6tant tioneiivarices des droits', i! pu!riplids et de tout genre q e nous vous avonu
fiuiar lin en n-tabir quelqaes-uiies. Ii faudra dei,,-nTrLs deidr dtre'e le r uitat de li rfiliarian
d4s ddlais; une fgnification at mons feta nkcef- des baux. ...
Afire. Tons les actes judiahires etanr necellire- Nous ne vout avors point dit encore 'ue la
menr Affajettis .A des forma *t;& qui en garantiffeat loi qui la lprunr.ncrair uino.'-.lierair le c'r.n\:,i-
I'auihcnttird prfeenzent toujours la marnvaife tionstfdciales, puifqu'elie mettrait dans L ],ceur
fai des moyens do (onteftter et i. n'eft fi eti't des urs la dot e r, le dereifp.ir, on .;u nioins
prt'tiUsn qui, comme lc Jo,.teur do Beainatchais 'apathie,' dauns ceiui 'des ait:e' Ia crainte de con"
no atouvo moyea d'er:t.in.r itn .proc*s fur tne tracer, et qu'e'le confervcra't a la mianviird foil
';rgile. .'efpdrance'de voit fucceffivehrent l !,tiler I.-c.cal-
La loi ferait done ilitfoire pour les homess c6ils avids' et-fes rufes fr'eu!atives pat la d flrut
proies et pailib! ui rio v'-ulenr pas fe perdre tio.n des traits faits.A defein.
dans le d~Jle de la chucane, et ce font eux que la Ce que inous avons dit des baux ruraux, eft,
loi doit ptilcipatement prot~ger. en grande parrie, applicable a' cetx des maifons
,La r~fliatiiu ne ferait-elle done pas encore ex- des villes, dorit la refiliati5n prefainte desz rf~iu!-
trimement pr judiciable aux-iit.r&s de Ia R. pu- tats qui, pour t&ie d fferens, n'en font pas tnoisi
bli>ue? L'afirmative eft ddja prononcee, s'il eft effrayans.
vrw que Its flinanc s lie ptillept pas profp6rer Les vi!!es peuvent etre partagees en trois claffes
lorfqie 'agriculture, le commerce et Ils arts ne principals:
pro'fperenc p.as: etl'incertitude arrerant le coursdes Dans ce'les de la premiere, les plus popu-
traniSrions les plus multiplies, ne arirait elle ufes il n'eft poi t rare de voir un dtoyent
pat une des sources fecondes-d'-d -rot- d'enregif- propriktaire de jix dotize, quinze on vi gt mai-
tcm:nt ? I .. fons, touts otci pes par or, p us ou moins grand
Qui ne fentira que fairea:.j'ourd haii, fous le nombre ce locatai'es; et Ton pent dire que dans
preCete des Lircotiftinces pr;'nttes ct-momen- ce'les-'a les propriecaires font aux locata res eonmme
tries, uine loi don'tt effectt doit tre plus onu un eft A .i .f
rncirs te'e et fe prolonger per.d-'ht un trns Da s ceil6s de la feconde, commit un if;
ind6ieirnri,, ce ferai pro:niger, en ir-.g!nai6on, i Et dans cell s de la tr ifiemt, conimm u 1 4,
la dure' de nos maiux ce ferairt pre6ljet:r at miles propri4taires dtlnt prefiue tonts hibitirns de
Peuple Frar ~ais la permanence du difcridit actuel letirs maifors hans lIs villes de cette dcr:;iere.
des ialignatrs', ce feraitlui fire croire qu'ii n'e(t_,claffe. .
point de moyens de lever fnos firnaces-, ec qle Ai fi, la proportion moyenne eft d'un a z1.
olanine comptez pas plus fiur le fucc6 des mefutes Ici fuwtout la refil;a:ion contratierait I but dela
que vous venez de qprendre, fque fur celti des loi, tavantage e ela mnajorite mais il'y a plus :
cpitraions'dnt vous Vous occupez encore tous des examples qie vous avez foui les yeux doivent
s ou ? fire crairnde qxae ce moyen finple et totalement
Eh qA ,i! parce que le propriotaire qui lors stranger en apparence an fort de i' libettd, n'amene
de h pitc des rccoites par I'excllfive gdl6e de "a ch'ite ttale des aflig'rats, et je ne dirai point
7S9, n'a polit fprovoqu, la r fi iitio. ie f an la contre-rivolutior ( le Pettple Fancius nelalaiflera'
ili dofit il a reu le prix; parce- que le propad- poir t fire) mais un rniouvemn"nt contre revoIu-
Tie quiI lors du maxinumn, a. htait, av.c ce l tiornaire elit ftuefie a I.- ch')'e pabliqu-.
prX de fon fermigena lei productions qui c(t.- D6ji beaucoup de a bions dan's cert6 grade
talent a fr-hii.a quarre fis ce qtu'il ls vendtiat, conmmune font in:h bit&s i tt les propr:eiairis
parc'qn- le prripridtaite enfin que'vous avez d- ainent mieux les la:ffer vdes q!ue d'en louer ks
charge d'une paltte de impi6t, et don't vwus avez appartemenis I des prix railfonnabtes en allignuat.
aitlesgle luithpat la loi du z thermidor fouffre M'gir6 le grand nambre de logenens vacans, on
c et mnnede 'ir.faine cupidity etode la m3a- ine volt up9tinet u affith qui provoque le locataire
Wife foi de quIaines fermier.', vous ir i fire embarraffe '
se li doait I'itL fnefte fe prolugerait fore 11 y a pus les proprie aires ecrivent a leurs
.a-deldi nment prdfent I locataires, dans tin flyle beaucoup plus tenaqant
Lai, qitel ft done le chu:mp tellenment privi- que f ircrnel, qu'i!s he recevront point d'aflignatts
P c q:i'l dove &'tI, t.,a' -:I,-t a I'abri des en pi;i.mntc (j'en ai la preu'e dans les mains) er
,iex. qi~' Iint ii e dins (a courfe i'apide ct convul- que It on ne les paye pas en ulimsraire, ils don-
we re rtIvoliu'on llorieulef ,im.is do rt lesorag:s nent c'gg fur le champ.
'PaC'titiU li.Cc(tffiemert les NI Il- et les canr- ( Ainli ils ort l'impudeur dans 1'nftlant ,*oA les
es, les plus grades citAs eL pls p is puts xnoilons fe vendeint A Paris en valeur metallique,,
r. i au quart de leur prix vnal de 1790, de demander
Nsal .vot s peis btemnt refle-ntir et la France 1 ea meme valeur le prix locatif oe cutt mrme an.-
lt vousales hutreu x effects d'un br i mnt e 6e. I1s refirftnt mine d'obferver (es delis dtablis
.tmtilhlards d'afinIats, de la ce ffatim'i de tone i pit des ufag s qui oat force.de loi.
oi 'lunl retirement t ficceffif et naturel qui Airfi, Ldgtflateurs, f1 ctte, reftiation a lieu
l'r ,,te pfrloptemeti leur valeur nominate de t ous les fonctionnaires publics les employs des
*tour r6de de leur hipothene bonifie adrniftrations principles del'E-at, tousles cr6an-
Mo .. ."'if par ind.mnnnie l 6gin ie.que t ciers de la Rjiublique les petits retiers, les
9it les omigcs des colonies ? 1 artifans et les manouvrers, forces di confoimmer
t ral glorieanfe defride de toutes les Na- en frais de d6m6nagement la valeur de leurs meut-
tt la^L1ramhner1 t-d.1 pas lordre, la t .anquilit ; bles, vont fe trouver a la fois A la merci des pro;,
-,-e "Oi n*1 ?r dn oveemet pritaires cupides qui ne voudront point d'aflignats,
.I-a, ps prlre nfin la femneto cr la fiabi-' et qui, foir dit en pafart, ne fe comporteraient
't .-,,oitution a voulue. ? et ct t avepir efl-il pas mieux que les feraniers, s'ils reprenaient 1t jouif-
f tele., 61oign il ,faille recourir A des faince de leurs bieis ruraux.
Yto l 'c'ils de la prolp. rt publiquepour Aifi, ces. mployes, es centers, ces citoyens
i "Pn C i .o r t e de tons les ats, lion proprnetaires de maifots,
CQmme.tot nous port croire, la fin front contraints de perdre un trims precieux
o ,: a* n ee nous placait dans une fittatiou en rechexhes.intiues de logemens de repoul'er


Ta ~e i' a e "4 .
.prlebrttt Ti '"'c plej fi .le o .f s
r?6t *pas 'aciil1eii1at i6% .a des ni a
ds- l)tfar.ures prirJpi.uftic i u'lif 5 .u bl,
I'lA. kerjt n)4Iarenantin deih 18i af g *e IA'le. A .2
S'Ji 'rIet ps ti cffTir; ftndoute iidTr fur
les Binges.'qui trvir6enhteri la rutiliatltpn; i1tC
nu. .-dir q to la ,s la'ecftercz d'ine nitr..itn 1<-
tifive. Va..ns pr> fi :Inz .alli iler lee'iropi u'rts
de mifonnt avx ,niriiirs oJnpaires V tEr .,lu-
'rcr urw'indynmu n.P UIca1mritb rmnrn d, 11 m-
huree-i"hr'l't.'t 'ittue di"-h 'f-s ; v uiis 'Yej llhtcz
urtoul; ein altina(s car ifl i LtA rIaLt-htr,. a 1I9 r
b et .'roi h'aiile$s ,"'u lE s'o a1npt q6
Ls' n.uJ .crisde le tIitir. ..
S if y. avai .n ce"'morelit lo n&f.ri' ca
fenair! pL~ut 3,re ct e' tliiu h l.getr.ar une pelne A
Ih imime qul re t'fih taii ;i"afflignat; i a ,'t lif i tM
vo,-erair' s ufi,--,s incdcki ui:?; f' l't '.I iP l(,tiv \i'ct
aux lo iati. ns lar.s bail t t" 'I'ait cl'e qui to-
blitaiti i ','- ..timn t l''ligatii..a de d6nurr -t ,4e
recet'ir dans ,.'s les I.pa-nme:'. une qra-i" pro" -
portionnelle d'affignats et' de num rl ii: tn ral-il|ic-.
Ce irp*y:1 rip r l rai ip b.leinent i- 'aquilibre,
c eft au mn.inI mon opinion jdlJi'iduile.l;
Les batix 'de tnute e(pece s'teignerit daps Ia
pr'pIrJtiori ..'uln fiximnie tous Is a, ii'"v en a
donc (nq f, liMLes de tenoivelv-'s depr i.s -'M9 't
lhnqre fannp6e met 1n1 fix tine au nomis tles.pro-
"Pi atrai's, i aeL-fin l 4: finouyeLr. leuts fli't-
ladi,' s. .. Y 'c
L'exemple du p rent li'lr ri donc pour carter a
jintais kI.' naux .,1 tuals. 'Ic piix ,s baux rffiaux
qui Vf, rdnsuvet errt h.ile oir fiii coIvulion dc
fans di.'kdetigierten' 'it lihpnl? et Ie Ilipulela en na-
tutr.J',Celui des utifons Ie -ioflfe et fe fliputera art
nuirc id'atgenr 'IlorS le prix J.'s .silit' e r ;. unsireglt
ce/ui des r 6hats@ Flpque d.s'et-hdanunes, et '-ter-
foni e.n'eft dupe de fi.s avn i., ,
Le IWgiflteur doit ,donrnr I'cx.nple d'un r prpec
inviolable pour les (ont entions psa.i. iir. s hbre-
mnent coifenrties ; c'el t lJu quAil appi rn. d'aff.r-
mir la garantie de toute e(pece de, traits. Li loi
qu'on 'vous demand an.iaurt ran cette g.a'.a: i
elle 6tait imperative, elle blidraitt les irte es de
la grande majorilt:6 i elled 6tair facultative, e!le
ferait i lufoire. Dans tous les cas, ele dlnmra'i-
ferait 1s transactionss fociales das a cun c!ic- n'eIt
niceffAire : ell Lerait dangereufe pour raaciiltiure',
les warts,.les 1iunces, les fin'ncos, et la liberty
mmnip, Yous vou hiatcrtz d',ncde prononcer'la
qnieftiortrprIalbie fur la,-efilhtion des baux da
qultie nature, q,'iis foient, et vo'N vous borne-
rez a tenvoyer a v,,tre commilfion, des finances la
fixation de eIth ille d'apts'laquelle les proprittaires
de maifors.dcyront &tre p.ivei par les loLataires.
Tel eft i le vou de 11 c ,ommialioa. don't je viens
d'etre 1'orgj l a ', ,


s: t(riTE LA SiANCE DU 2 N.VOSE.

--Suite-de l' oi'lo: e de .Thibade.tu.-

Dans le faith, il eft bieni dinotr6 qu'une vdri.
fiction eft inuti'e, puifqius p:efque tous les pro-,
ces-verbaux d'6lection Lunt reconnus conformed
aux regles prefcrites par la conflitition, Tout trp-
port de la conmmilion tout project de rnfoik'tiWn
fur cette inatiere eft done vrirtablement -fans
objet.
Aufi n'ai-je'coatibattu le project de rdfo!urtin
que focus le rapport des paincip.s etpour c4ar-
ter de nous toute ide d'txiler.tLc proviloiro dAhs
laquelle On fuppofe que nous avons etr depuis
deux m'is.
On a pars craindre que, fi Pon reconnalifflt 'que
nous avons 6te6VrmfiEs d6s le momefnt o(4 les cbin-
feils fe font avertis nmutuellemant qu'ils t6riedt
definitivernent conflituds on n'en argumentat pour
rejeter toute reclamation f-ite centre tine election
et pour carter fiartout toute Application de la lor
du 3 brumaire, ou pour exiger quo cette loi no
flit appliquie que dans les forms cfiftitution,
nelles.
Mi.is la loi dd 3o0 vendd iaire que j'ai in.'o
quee, a ure difpolition qui laiffL la plus grande
latitude A ce fijet, puiftiu'elle porte qie la lecture
des extraits des procks-vcrbaux tiendra tis dei v&i-
fication de poivoirs des .dpute- coanrc li nomination
dfaelds il nic s'lvera point de rcwainiatji.
Ainfi, quoique nous ayons et6 dlefnitivement
vdrifi6s dl-. note premiere fbance ,ilrn'y a pas do
doute que 1- corps 6giflatif ne doive jug:r kls
rdclamati6rts q.ii peuvent fifivenir centre ure oit
plifieurs elections ; et quand la loi du 30 vendd.'
miaire n'iurait pas fait, pour ai..fi dir des Ir-
ferves pour ce cas, it n'y aurait aucune fi: de
non-recevoirt tirer de la verification gfn6rale pout
maintenir une '!ectipn faite centre les forces ou
centre les conditions d'elig;b:lit6..
Aini la rdforv.e de la loi'Au 0o vend~iniaire port
iplement fur la loi du 3 brumaire, pu;fqu'elle no
p teftrit qie de nouvells conditions negatives d'ali.
gibilirt. U.1 example rendra ceci pius fenfible : il y
a, par example Jdans le corps Igiflatifune double
d+'utation da d6partement du Lot, elle a 6t6 ad-
)


'A


.~sll--~-r~----~--CIIIIIIL~C~ --LL ~I- ---









44-
w'ife ftr les train de fes pQ'ce4;-jcratx, el'e a averq f'nire ,von., pr de noueux- ftn-it et I .dmittl.dej, quen t'nIo'gnjage d, ', I
d6 t riomprie 'dan, la v&iifcabon des uv'rhs ; pa1r i- gadsr x.-inpl.s .i vuir (n't r r qi.tn'; e etdaiigreeiJe president dot,'accol.ai
Miscisfeia 'emp& in he pas u'iin,rhe p;onoe ai)oi- p-s. er, ub!kain ct %c t, ., ., lih ,A t i nell6 e nos colleagues. t
d'I iu.r.Ai6 reclainatiom i qii s'elevetir ,on-re citte ml ,t au dl pun. ( ,< )... ppu it. ) Ib Lr / i r'. 1,ai prevenu opiminra ,
djubiL urlt ol,,,epu'iplebpartt; ie Iws dOputes ,inis.obri.t li pil'e (, ,pp.- fo s S bras ep iid~j e
,u.nlons ne1 ge .. c.rps gIatd.. dMibea ,s e *fmfnt'm vimhe' k i li k it'r .s p. r p.olition aux voix. i
Al-ais i, ny s t IIIpour ce!a 'ut om, Iun no,% bre cotrid.rab:e e neubreLl CtOiil I.
miiOn 'rge 1 verifi.-.aion 0 c6a21e t lefi i L ctnfil fIadopI'e funa't~t" ,
:.itva des u(ovw irs :" d 1ji t de rbilinmt *uniC gsI, F S ,. d .
.. '~e .' i. i !s 'i .C-,! t Lku. /win'C iIt.es I .. .t "p imiui:cicc la eI s :c ( i l e f nfidnhlle
Srfflt n p rtiihere pour m aqu ncla tia i ton ros I -, "t sre' A4iksis A,, l M qr
a .ttd eel v ., a' pames. Ctoyens derui; lel,,1 )apL Sith Ite$ pai .... e c. l _.u, t, e .
le t ,, .. t.,.,_, .,elei rg le x ons que m ont dhct e.t r o 1. cat;''te ak .. a h.,: t ,ousl t e for ...., ,,lI in;.... .s. mi le .us
manas ttarn'h' nt' & la corfijtutL.n et toq, rllpteclt; due, trous n"avonl..pas perou no wihant pit pr venitr
pour I',ntron edsdt d x ofii o siioidoltfs cppolee deip i; ave' v uj les fo.nlion. drt ,le Peupie ( Latt ati
corps lig .tif. rioua hiores t vos$pt oip LII B ,I I, ,&.,t "a : '
SJemande, coIla Tieffionp er0ii Cf dr lec project ,ondte ., a ll" I, f ,. onr-il |
d t#folutiona tendart.t. Jei lle s lei pV(ouots 9p o(s !Pa0s ta ,,idament du rfjour hideux du dernt'fiue a.io Li r Ir r fo t .. et
proc, .Y'erbabnx t ce l. flj l ewne chore ,detiniti- flrt la tr 1de la lieervc., des paIy, de e i'..' ITe ad ,l er '- i ccnil des anien mpa
\dmAtht vL-ihi2: p te ppoic del'aril ,.itapt fern fde note-,Paraie des prifon del MNJItI dl, .. g d Et
criaton d'ne cIm infflmi pour fair uinb veiii- dis cachot; de Coblents, dte bkfl,;cs de l g-
ribun, d ti iiv ,. et {.. -'ounveLture de. la dil- gr4at, de Spilberg et iC'1.n ui, _daps. i l .. : -
inio'fon (aur les pi.bjets do reolhtinit te:atifs aULn dles rep ,'c-tan, .du P lje i1-.Fi n, com.ient A N OT
_le"tnns'cntdi_ ies, fu, fous le rapportdes foripes ,.dpiiner sitis qi. os ,epruvln? ,Le S .
confiiitiorinnlles, foit lous le ral'ort delaIoi du buii, r fi long-teits atdi de. rvir nos.col- ..
[rin..ire. 1a d ..gu(s,;.l t[.,ubl. 1nIni i ci.t par le rI ret .de Catalogue des \manufcrits, lives de ro
.. .I,. autres. cornlofauit ia Lib'i,Ikque fe +
De tours' pars on deitnd Vim refion du dif- d oirpas particip6 a os mets t-avaux.. cher- ar ni Eque de f
.co. de P biurenonmneeles pubie, et leur brit mta!i6d t, r- D gis mt ous le rdgune dce niral, d
S" ... feur des murai.s doi t nus tions environn6s, a en tt o'en parne ; Paris, cheq de"
jteote. rH'.au... Je demanerlt parole contre '.nitre dans zro retrain ~,:obHfCres. Le Lucci blibani Jard ,ip E-gaIt irumirs I et;z4, .
cette'proptiion. ( VgFpures. .. de.,vq t',.rts ea affuro p1aoutc dans note 1eCette bib!ioheqe, une de piu ct mple
Lge-\Senault. Ax" vdc In" proefitron de ut,, rous avor.s trove' pra du en ce genre,, eft d'autant p'us prcieBe u.
-Tlbaudeau. ( A-x v ix-" scrient plfieu u pne coi edas le gouvernement grand n bre 'ds ovrages qui lacompofnt,
........ ctuel enri his de notes favantes, ft- n grande pza
membes. ) i tl .is inos fQuhaits d'arnver dans ,,ar M. B .uthcr Darsis -.,r. ,I p: ,
le t'nre. Si 'opinion de corfeil'4aittfoa tieifr ceite culrei,,a'.c le gnalBeurnonvdle, qui, .
a qetion qi 1Cp, n ppe.vs pas si moment de la trai'uon dont, nous avons : Le catalogue fe ditibue a 'ahtffci-delus. On
Sl'ispreffion dau ifit ou.:s de, T'il aud~a. umli, je t6 les. victims s'~ l dc, ule 4nieparable d'es .ne reoit que les let res ad'iaiiIs.
penfe qu'ordonjper en ce moment ete iiipreflion reprfentans de la Nation ; et maigrd, f.it s ;
feraitpatjuLger la qu(flion. Jedgi.mande doncajour-. offre; foit les mn ntement jufqu'Aphs la d4:cfiont du cof(eil. ,, t-ninent pattag~ riule'fort,. Nous. aurioriA4elit "
erid-r avec notre oldgue DrQuet, q$ fi owa jti.. -
Roux. On a itraqu, Ia loi du 3 bruimaire'; je de- bettt apovec a mntre atol ague Druiia t p qu, mcose : p: d.. '.
rid a lad, fendre. tt ntI p0o r la me.he a ,a a t es (.- Cnqien ptmedes Le.res Eml la
tiiMie ~ I r r..... ... fomffrances ; cccm,,Og s duS ct:, ens .Si iIot pr, .. f. .....
Pluieurs menmbres. Cela et faux; dailleursce n'ef ville et Ma-er, chi-.s d'uns mniffon pub iqu-e lf, pr Deux pointer, i dmions d quare p n-
pas-l la question. arrit&s centre le droit requ par tiutes, les Na- f t te aubo dduions s pquarx "rv
i .. a ons ; qnfin ,.nous aurions voulu vous prrfenttr mit.res parties. Prix, oo liv.
R-oux infiRe pour avoir la paroe Iaide de cadip du g&n4ral Beurnonville (Mnoire), Les perfonne qui preandront cent -exemplalis
On demand que la difcuflion foit fermd6e. notre fecr.taire (Foucaud) le feer6taire dt ga- aur6nt one .reiie. '- : -
Sf nral ( iln.ni) les pe foanks do la: fukie diu On foufcrit Io.us les matins, avant w-re uhee.
Le confeil ferme !a difcuflion, et d done im- general et de caile des ainballadeums : tous braves jufcjqau o. pluvy;8e, cheL l'auteur, rue 'Enfr
prilion dut difcouri de Thibaudeau., citoyens qui, fans y &,re. areipys, par un devoir [n. 76 pros le ru age,
G.loijfieux. Je demand au moin A -tablir -in rlgo-aretux, mais pouffas Iar Ikt fentimens que ls,' Les exemplaires front ddivr6; auxfoufcriptcars'
fait. Quand on cr6a une comniffion, elle futchargde ve.us rpl'bic.Ai:s infptientjonc refnlf d'ob- le 30 p'tvitfe..
de la v6dification des pouvoirs, en gintral, et non ter leur hberti fous* a condition a laquelle il
de celle du confeil des cinq cents. Je re recq'ue fallait Paiheter de le feparer des reprefentans --------
point en doute 'exactitude de mon colligue qui et des agents de la Natior. La nceffi- defa.re ,.
a relev6 les pro< ve-rbaux ; mai' l'intentlon pie- route fpar4ment poutr biter notre retonr,, nous Paleen de la treforere rarv nal.
roere. u it de vrifi e~temt. l Ceo e iuiemio na o pri de ces avant'ges ; mais lien ne faurait nous .e p.eix r Ai daion v d rleites -n, e I
pointre 6 faivie dains li r 1 ir uii cetu ie 'erroir difpe:.fr de vous atdler des co moment le cou- Le paiemint (s parties de rentes -iwtetyto
J'entends dire qn'en dec:arant qu'il Wy-a lieu 1 .. d ..s fidelles r', pubicains fr l fuels le def- o" on ; ,ftiame uIi
d6 ib-er, on ie pr uge ren et on a cit ntine ri tfire aap'e6anfislong uern afoi fe buede fer, Wes ou daec liquidation p avant le 'i'l dvendmare
loi pui (Iit-on r6ferv lks movers. ( i, "oi, d0uc.n.d... .e a an 3, ql ouvert jufqu'au n0 x6,oc6. --
di1ant plufieurs membres ele exijfe. La loi dim: L, eux. overt juq, no -6,
nr.ni.iaiion coritre'liaqiueie id ne s-eft el.s aucune Quant au conpte de note conduit, ii ous Le pavement des memei parties du n* ooio
reclamation. a to imnpoflble toujours, fpards les uns d(s 17,)oo, a lieudepuis le zf frimaire, an4.
I, Ies., aminues par des ordres tyranniques et inhumains,
Plufiewrs me~mtes. Non non ; centre lefquelales lufqu'au 'niment d notre arrive Bale le f ,1n paye-aufi depuimsl n* i juff '0
il ne s'elevera ceia F- bien diffie,.t- w rivofe, dele rddiier dans une forme digne de elles d 6po6es depue s la i" Vendemmaix,
Geniqeoeux Le faith eft, qu'on re vent pas do la loi v-s tre p:Ient-e." que!_ques jours de dlai, 'in-
du j ibnmaire. (* Des nmmures s event. ) tervahe d'una decade rous f(:aient fi i.s et n -- ix derniers mois de Ian ,,
bu ir Des m unmuros s'61eyeat. ) cciicdres. Noius vous prions de. fixer ds 1 pr~fent
Une voix. Tout le noi en veut. I jour ue vo s jugrz con na e por entendre parties des rontes u ageres fur p sfieurse
Une foule de member, s f. event en criant : Ax notre rapport. Dc ne-nous vos rds, citoyens avec five d6pofes dan les juatre buil
voix a propofitio d/c Thibaudeau. 4 nous 1 nm" y conformerons. a liquidation avant le 1" ,endimiaite, I'1 ,*
Un movement fe mat)ifefle dans le confeil if Jean Debry. Je monte' la tribune pour fair ouvert jufqu'au t,1,oo. i', o o.,
fe form uIn gnobuev r une,qdes portes ue art i ei Jani s vos c s. Toue Le pavement des m .mesparties des 6corzMIS
U- Jc voix. C'el Camus. avait enilevies, et que le g6nie de la France vient vert depu le a
., ..de -ndre a la lbet, ot &re cher aux vrais aife d'efcompte.
L~s dipuEts foe leent les tribunes et Venceinte F$arais, aux bois r pubiiains. Je demande que
du confeil retenti.ta.. t d'appludi umens et des le difcouis du prfident, et le compete donn)6 ,es cranciers et actionnaires de i.i.- ,denv
plus vives accbmatiors. Camus, Quinette, Ba:- parCamus foieatimprim6setdifiribit&saux msmnbres caiffe d'efcompte, porteurs de ceriflicatsti b
cal Lamarque entrerit dans la fale ;d ue foule du confeil. troifine &at et qi ont t. ; compris dat 11
de memibres e p-eft.,nt autour d eux, les embral -Le' i" drfis deo 1
fent et les conduiifet au bureau du prifident. La propofition eft aopt dix hit premiers itats pares es ,
e~ 0epe t t I"i ema -, --, revilion peutvent recevoir les arrtrae r._
Oiun. Citoyens repr6fen ans ; c'elt on beau jour viagers foit perp elsdea fonI
r yrfidett. Si des marues &atarntes d'appro u... pou rlaberi,cu o. quate. dees ps u respoteans l erUes c ,rcat.
tion peuvent re enten ues dans cetto. eceiite, martys rentreot dans fort arctuaire ; la peifidie et
t uiquemet f.s dote a momt des la tahifCMn les en ivaient arradchas, a iflIice etr a Le- paioment dei fix derniers mois .
reprfaentans du l'euple, fi Iolu..-tmnI, victims de recohnaiffance les y raamnent. Voui s l.sopprobre des creiances ci-deffus inoncres, a aleu depW 1i
la pusT oieue et de lae pes lache des trahifulsI, et a mort, pour avoir fervi leur tpays, is o ,t fuimaire an 4p favoir,2 quian aU, ,.t u)
renaus er:i A leat-rs fieles et a kmrs amasf a re- appris au miJiuei des tgrturs et des tourmens les dix-huit 6t ts et quant apru F P
-- a hate n ent ft les tria urs le ebrvir encor'. Te.U font les prodigies de Ia huit premiers ttat- e. ovawtu
t rou.chant d'un intr't qims linriI- a I tant de mbemt5 ,,que jiifques dans les cah(hors, I!-e a fes on fer, verti pare ouxidmtais
titres'. temples et fes autels. Peuple Frat,ais-! conremple es i fb ue e
Approchez, illuftres victims, venez cotmabler s traces h rabes des frs qes ondemple des num rosfub uens. .6..
S.eir t a c ty en pc- n pott. o.... s ..Voila les bienfaits des yras On trouera .I s1SOWN




11 faunt a ie 1cp etts ,at fnargent, fr priscoi.tPau qito y re bron payer en numfare, enverront Is tiv. pour trais moisoS, o 60 liv. pour Ilei *naIs
P a t a o n v e, nar .actfir. ci rc...... .an ou ,sa citoy, A y atusrr. t-i cc tuenal rue dimaitevin 1A b. 11 taut ci ooad, rdan ,d"
I "r "utav oir fi de. fonforcr, pour Ia retT6 d s d'ar, o yOt tinati. & I'arrtn do comits 1 public, inf r6 dens I

i V-' "- .- a __ __ 1 1 .I
as recover ijt cu~: pirt ant tempreint e d n .a -4b q s. .i i .. p
Al faet s',rclfi, pour tout ce qui coa oras ri rXJacin;. do a feuill, au i tmidctat! tunis d tt Poirvins, aris q dopur les ds h teu .liot ata y1q-u I "ie.

'l -nt ol~vll l lttes t 'a n~fan de, .- = -"- -tkrerntpaer n umraieentrrnt1,tiv purtros ans, u o tv.por _'2="--u",- -









GAZETTE NATINAALE, ou E ONITEUR UNIVr ."

"7 ASepttdi, 17 n iv-Jef a Ripublut E 4e i i-fiL., (j. 7 janv'er 1796 v'ieux/le.


'at ferii
e hit Ia



:l ti..' .

r'ls vit

eainit.)

'1i des cin
iU relative
tens par un


Bretagine, de lailftr librement voyager de Breft Les rfpublicains continents aver la' pls ,)r13nde
SParis, et de Paris :Breft, M. le comt'e de Gelinr, activity A. perfectionner lears r'tranh'ii:ers denie~e
ai i que partout ailgturs o' ies aflayres l'appetite- ta Mofelle, aij fi q ceux qui formi an u.ffu eut au-
rent. Prions tous oim._-i; et foldats des autes deflSus de Cob!e.tz, et le camp retranth de la
armees catholiques et royates du royaume, de Chartreu!. .
lui pr6&er fecours en cas de befoin. 'L'ennemi de fon c6t6 pr-pare ti joilurs tue mul-
Donf6 'au conleil g6,-4 al le z novembre 179f, titude ai'eir:barcations au Th l de 'Va adar, ii tra-
premier du r6gne de Louis XVilI. vaille A des portions et i-tvos les runes prdpaiatifs
Sign le comte JofepJt de Puy'iye g6ndral en niceffaires pour aflurer le pa0ipge dit Rhin.
chef t chevalier de la Coclhaye, Lernercier de La Con- L'on voit aufli c',ntin'el e e nt demfi er des troupes
terie, Guyon Herondele, heutenans,; de Boutreys, derriere la forteret iF d'Ei,e.biteeit.
le gn&ral cointe Vaub'an, imarichil g6nral-des Dt c6b du Bas Phi i, avanir que la fiCpenfion
logis. d'atmes y if: conr.ue, d.d'.dat h inns de troupes
f 'ri(p r 04hVVn.rf-(t


L. LEMA G N E.

S iewse l t d ceumrs,

LA Cour, qui a fait exga6rer avec tant d'e>m-
ir le r&it. de fes fucces fur le Rh.n, ne peut
S cat -Ir au public le mauvais 6rat de nos atfaires
Itali." Elle a pris le part d'attribuer ces d6-
ilre asfteules inifirmitis du g6ndral Devins.
Lem4teur vient, dans une lettre trrs-!ouan-
edLe, a donner an g6nral" Beaulieu 1lordre de
Srendre flit le champ A Milan pour y prendre le
conemjn ient de aim' e autrichuenno, 11 dit dans
oi ..tire 'lfe repoCe fur les talens des g6n&-
S1 Clei fayt etr Wrirnier pour la conduit ulte-
Sonite des aftair du lhin.
,s dernidis triomphes des Franqais dans la ri-
vide'r Genes ine peuvent manquer d opirer en
kt faveur line piflante diversion.

RlPUBLIQUEDES PROVINCES UNIES.

StaHlaie l1t *2 dicembre,

is propi,"t6s des diverfes provinces font mmin-
wtinnt reiii s et Lo.2foadues fous la main fouve-
Xina delay Nation. On a 'vendu publiqilement les
malrons ot h'aflenr.b .-ient les d6putds des vilies de
DJfi, Leyde, 1,'u l e t 6j rcilm. Le gouve'st ement
Satufi niistu veve' lesohbreis des amiritutes de la
Mure et d'Amll.-rdam, etr ceu'-.de la compagnie.
des Iqdes.N-La feconde vente 'des meubies duI
tathou&der aa lieu le 14. Les arbres du jardin ap-
feildela Vieille Corr,feront.livr6s a 'Pencan.
Is cit;,yen N1,.d, mniniflre dela R6publique
Fri 'life, a remis, de la p-rt du directoire exkcutif,
SEtats-Gl:;6ranx une note dans laquelle-il fe-
Lcitelceiri l Ha.tes Puififdces de la rbfoItion prife
tthtiement .1 la convocation d'une convention
i''nia-, et invi: tles Bataves A ia-concorde et a
- iiani f it C .
Tuis les amis de la lile.t6 adherent au voet de'
I'anil'Alur francais.
S Du te" janvifr.
E ra.'i d'ne limre du gine'ral Morcau au citoyen Noel,
anaJ/lticai de la Ripubl'icjui Franqai(.
SPirma lettre "du 29 frimaire ( 20 .dcembre ),
f Vuu.fis connaitre que la division droite ayn.at
t fictre, 'urdan s'6rait vu oblige rereendre
f"'pufition de Simmern, derriere la riviere du
m' me rnm,'pour ceuvrir Trarbach pofte ot l f
troi'vaient nos mnagafins et qua 1'enneini mena-
flit par fes stands minuvemneris A fon ate gauche.
1i4, ennerniTa attaqub fur totIe la lig.;e, fans
I avoir pu percer. Le 27 il y a ea de nouveau tlne
AtIDU t!ues vves elle a 6t6 genrale et 'ennemi
a t6 repouf6, de tous c6t6s avec perte de trois
pelces de canon et de 600o prifonniers.
Dans le neind moment, I'eninerni effaya le paf-
fgdii Rliin vis--vis- de Bachara(h, dans la vnue
d toupr J Jourdan la communication avoc Co-
blentz. D~ji il &air paivenu fur la rive giuche ,
Ifrfquelt g.eneralKl[eb r,q ,i command c.tte aifin,
Fa reOt1 etengag a e rembarquer avec perte fhr
1cs tiumens. Onne fair as encore d'autres par-
tklularit~s; inais le poft-fcriptum deo la lettre que
'(ai 510 continent ceci : L'action du 27 fti-
1ire ( i8 decemb,.e) a dte gcnerale i P'ennemi a
! p' iculetntem,-nt battu, et rtpoudi. ".

O'B'LIQUE PRAN(AISE.


S Paris le z5 nivofe Les g6ndraux r6publicains, voyant I'impoflibilit6
qu'i y av.it de fe maintenir dans leurs pc.itions de
C o Mi s M Crentzoach, Stromberg et Snmmern, der.iere'la
S" s ML I T A I" R p S. Nahe, fins 6tre oblig6s de facrifier un grand nombre
4i 6de ce oia Rn -n&Gu;ilaum o-Paul-Gabriel- de braves foldats, ont pris le parti de fe retire
E'ienne Gclin do ta Vill-Nuve cidevant comt p artie fur Trarbach et parties detriere la Mofelle,
Sde l de-Neu et pci devant comte dans les lines traces exprus. L'armie autrichienne
Pt.l com mi i tair.n abie au.palae desde a fait alors un movement en avant; ququeiues-uns
laiPe par ai hdu director a palais de fes c-rs ont paffe le Rhin ; it en flt encore
e particuliier eci r ir Tooire du4. r rfu;t" diffarens combats tres -nieurtriers. Enfin,
rite ra noi I qui d aboard voulait dgufer fon c'eft a la fuii.e d'une campagne coinmencee tres-
ka1et4- arr& l Us ceoui d Lefage, lnogaclantr tard, et qoi n'en a pas t60 moins meurtriere et
r t^d u pale *, or ciondue t A l adininftra- loits active, qu'une fupernfion d'armns a t6
't de nt aI. L cantoaen de Tillieres d6parre- concue entire les end6raux franqais et autrichienm.
S-o,(t, ic GeG'n avasit tebal d cettie aeff S. qu C ette ceffition d ili.s foi un repos
" tul 1. t av4 l tcstfaux de r quao on en devenu nicofaire ap' i tant de fang rdpindu, ou,
Stro 79 da i oies f a, a qen a "coilf ce qui eft p:us probable, que ce foit tin achemine-
t ,' t 'p uut l mdnas qu'i n da ps v l cou- nment. a de prochline, nigociations, il eft certain
1i # q1ie i f m ll as vfla ec 'i n tel evinenient eft laugure le plus favorable
I pl fii duns i1 mafe, et ti o1 le r tour de la pax.
Au i Cependant, nialgr6 cetarmiftice,l onn'en trav'il.e
Ut fn h, r", i eft rdonnA tow, oN,;;', pas moins de par; at d'altre a pouffoy la gaucre avec
', es c-. atholiqu.lues et -y-l' I viguet.


En marge eft ui cactet portant trois fleurs-de-
lys, furmont6es d'une couionne royale foutenue
par deux aigles.
On a de plus trouvd dans les peches du foi-
difant Lefage, line bonbonniere renfeimant une
croix de Saint-Louis et une de- Saint Lazare iil
a dit qu'il avait achet6 cette boite aux environs
de Laval.
Traduit devant la commiffion militaire Gelin
a d6clare, qu'il dtait ag6 do 4 ans, qu'il avait die
colonel A la fuite de la cavaLerie et enfuite mar-
chand fous le nomr de Lefageo ,nuni da pa-
tences, et do:r.icili6 A Paris, rue de la Loi. I a
de plus avoud, dans dilferentes rdponfes, qu'il
avait 6migrd ;et dans lei pieces de conviction, on
remarque utin bon conqa en 6es termes:
De par le roi, j'aurorife M. Gelin 1 prblever
chez les perfonnes qui font refites fidelles a leur
Dicu et a leur roi, la fomme de gooooo liv. en
affignats, laouel e Cfomme fere. e fuie emp!cte
pour la ddivrance de hnit officers de Chouans
des n6tres qui font dans les fers a Paris etr qui
vont &e fous peu livrs aucouteau de la Repubique.
Donn6 au quarter g6n6ral de Belleville, le 9 oc-
tabre 1795. Sign6, Cha,'te fecrdtaire-gtenral en
chef. "
?
La commilrion militaire a condamn6 Gelin cormme
convainicu d'emigratio", et d'avoir et& I'agent et le
complice des rebelles arrhes contre la Republique.
Son IJigement a etd ex6cutd le 7 fur la place de
Gr6ve-.
/
Extrtit des d/piu'hes de PhildePhl'e au miaijfre de la
mari,'e ct des colonzes.
LE citoyen Derby, capitai;no et armiteur a Salem,
atait a Halifax lorfquil y Upp: ue plAficurs Fran ais
de Sxint-Pierre-Miquelon s'y trouvaient denues de
de fecours : if fit oublier dans Ia vi!!e que cens
qui;voudraient prcfiter de fon btaiment pour venir
a Bolton, pourraient fe fare infcrire cliez luij qu'il
le chargerait de leur paffige et-d4a les nourrir pen-
dant la traverfee. Cent vingr-fix prifonniers profi-
terent de fon offe VfintereIffe, et furent conduits
A SAlem ; lI it leur procura tn petit bl iment pour
fe rcno.re a Bfton, oit ils arriverent le 24 ventd-
miaire dernier. 11 cut pour ces m lheureux tous
les loins tous l!s 6gards d'une hum2nite gin-.-
reufe ; it eut mme attention de fair doner
aux malades, aux femmes, aux infirmes, des bouil-
lons du vin de Madtre et une nourriture plus
convenable a leum 6cat.
RJndus A Bofton, ces Frangais ont exprimu a
len,'s compatriotei toute l'eten.die de leur recon
nailfance e.ivers leur bienfasteur ceux -ci 1ontt
paitagJe, et une deputiion de quelques-uns d'entre
eux a it6 au nom de tous rendre au citoyen
Derby I homminage qui lui tait dd. Tons les corps
civil et militaires fe font emprefles de fe meler A
cette fdte, et de prendre part Ala l i'.ion fra-
ternelle et touchante des deux Nations.

Department de la Dyle. Bmxells le
8 nivdJe.


e droit et
u M. Bou-
einviral ,
hez Gide,
14.
complete
fe, qu'un
ofent, font
ande parties

-deflus. On





aur a mith-o
, vol. in-8'
quatre pre-

-exemplaires

'une heurt,
'le d'Enfa,

oufcriptcurs




'iaeres pou
fur plulieuri
s les quatra[
endninaire,


iitiira ies onm l'i I.p V j1'a-' ? c ipeontI ava cs a
l'improvifte fur des avant pol ts ennemis qiiils ort,
haches en pieces et ont enrifuite revenues a leurs
anciennes positions.

Departement de la Loire -inficure.- Nantes
le 6' ni /c,
Cojiie de la dieciaration de 'abandon de '1fle-Dieu par
les Anglais faice au bureau de d/affes ide Nancs ,
le 2.9 jrimuie an 4.
Le citoyen Pier e-Jacques Drain a':itre dnt
batimeit ia Zilifi, de BoideacIx, du port de O5
tonneaux montd de cinq hommtes d'6quipage a
ddclar6 que le if juii dernier 179f ( vi cx vye )
allant a -Redon ave," un convo ni avat ere pris
dans la bai te dQaiberon par la frigate a:;gla fa
La Galate capitaine Ride qui l'avait rit en pri-
fonnier pendant deux mois; que Ies Ang ais s'erant
ernpares de fon batiment, l'ontenfuite conduit A l'ile-
Dieu, oat il a redta d-tenu dans 'ile julqu'ant 2. du
courant ; que les Anglais F'ont dvacude, apres avoir
renverf6 les foits qu'ils y avaiiint confiruits, ait fi
que ceux qui y taient loifqu'i:s y eaient entr6ii
A quoi its ont employ les habitans pour les aider
durant trois jours qu'ils ont biii6 et ftir crever les
canons ; rembarqu6 Jeur attillcri c effttsi, et mis A
la voile le m6me jour, z, .A midi et p-is la r: u;ta
de Quiberoni n'ont attaque aucines piopriitts de
Pile et y cnt laiffA un petit bMtiment don't on
ignore ie propridtaire ; a rema:q.ue qitil potvait y
avoir en troupes cinq niiile himun.I p)'t-nT arn es,
comprise les 6migres quatit6 te dom-ethqies et
feinmes ; eff'pati du lie le z6 de c s, t s'cft
re:iau !e wume ) cu A, Noirmouter a'ta il ell arrive
A Nantes le 27 dan la nuit. '



CORPS LEGiSLATIF.

-CONSEIL DES CINQ CENTS.

Piefidence de Trcilhard.

SUITE DE LA SEANCE DIU 12 NiVOSE.

La difcufiion du project de Gnilfieux eit re-
prife.
On demahde de nouveau la mile aux voix do
la propofirion de Thibaudeau.
PuIieuars voix. It ne peut y avoir de difficult.
Boundit. Eile cot'clie tout.
Bentabolle Lefae-Senau't, Audouln denmandent
qu'on aille aux voi4
Lecointe G4niffieux et quelqups memnbres in-
fiftent pour tre entendus.
Chiutnier. II me femble que ce qui engage quclques
memnbres A ne pas voter far le cha-...p our Ja
proposition de Thibaudeau c'eft le dote dans
l.q uiel ils fe trouvent du r6fuitat qu'aura la d&-
ci hon do confcil. Quant a moi ie ne | i. [
ce doute. Je regarded la propofiionde hi.l mJr..In
conmme allant tr.s-directement ati but. II weft r oint
quidilon dans cette plopofiton de revenir fir la
loi du j brumaire. Thibaudeau n'enapas dcmand4
le rapport, au contraire. Quint a ce qu'il a dir
de cctte loi, quoique (efois bien loin de partager
fon opinion je reconnais qu'il n'a fait qn'ufer dtu
droit inconteftable d'emettre la fienme. Son projep
'a rien d'alatrmnt pour ceux qui, comnme nWoi,
penfent que'la loi du 5 brumaire', non-feultment
eft ie pal/adiumn de la liberty, mais encore eft
conform au veritabte efprit de la conffitution....
(Qiclques murmuire s'6levent. )
Quant a une verification de pouvoirs, itl n'y
vraiernent pas de ratfon d'en demander une nou-
ve'le. Pour-n'oi v'rfitrait-on tons les pouvoirs.
puifque l'fnnim nfe imajrh la prelqu'unaniinit6
n'tft point conteftie ? Des rclsmatiozs s'lievenc
(r -les individus ,-(it au nom de la conflitution,
fotr au nona de laJ li du 3 brumaire, alors line
ve'ificatinn partuIvui-re aura lieu fans difficult ,
ait li, en pefnlant avec tons les pratits de France,
avc tetis les iP.blicaiahs que la1 lo diu 3 b


It ci. devuitl
Ificats timbfif
pris danels e
tlis depus t.
rages f0it
une principal


lieu 8eptis 1
.u viager poll
6tuel pour l

'isllp da Wp~e







It co


itn fo
sno


I____IIC__CIICIIIII~9~-esl~Lllllll~s











make eft n fA-ire q'eoll it e o ree, 'elle fere bunot, qui, .evant toujouirt Ar e dig6s pat le
exLtae je vote povr la propoliti(ni de Thibau- princies tract par Ia cbnfittution, doit etre ttuel
deau parce que je ny at nren vu de contraire A nenit ordovnde que- la jufice y foi trendue duine
I'exctioonde cett lot. teanliee active et promptfe i;
Se, d o Confidrauit que I'nmenfo population dn ud6-
On demand de routes parts a aller aux voix pattemet de Seine, fa position particuliere ,
rw la propoficion de Th bandeau, fa quantity prodigieufe d'affaires tmpoetantes qua
Le prrfdent. J'itvie Thibaudeau a retire fa pro- sY' prdfentent lhabitueltment et conflamment,
pjc, tion. 'en'ilent indifpenfable da;outor une troilieme fec-
tion au tribunal crimiinpt de ce diparpement et
Thibaudeau. Je nai point r6digs de proposition di de nommer les fouctionnaires publics comn-
rfolution; je ri'ai fut qae donner le tdIom de rdis-grefflers e et commis que cette augmentation
mon opinion. Si ti confell le dfice et potiur cor- n&efite
cilier Iavantage tuotes les opinions, je prrenterai Cofidefrart, en outre, qu'il imprti effeuitel-
m coifi3drant d, s lequel I'article de la lei diu so lement t quela jufticecrimiinelle fub laquelle repofe
SIe, ,0iaire que jpai ctie fera relate. la liberty, des citoyens., la tranquillit& pubIque et
La propcfition ~a unanimemnnt adopt4o. 'ordre focial, foit prosoptement et eflicacement.
dift ibu6e
En conf.eqience, le con-eil dclare qu'ail ny Dcare qu'il y a urgence.


a pas lieu a do6irrer tfur la v6rrtnctlO d ties
pouvirs;
zo 11 rapporte I'ar &4 portent tabliffoment d'une
comrm;ftion pour cetre vcrifl.ation ;
30 11 rrkre qu'il difcutera les aurres proj;ts doe
0'o!t:t'on brumaie foit a l; 1onlitution. '
Des mrreb-es au nom di commifflios fpcia-
les, font adopter les refoluions fuivantes
Le c.Ifcil des cinq cents corfii6rant qu'il
S'eicve 1( difficultes fur les paiem',is a compete
oau t'a'tement d(finitif qui doiv-ent &6t fiis cheque
Miis aux (m.i'ley6s ptes le tribunal de callation ;
que la piopartioit entire l.-r treatment et celui
aus jugts de ce tribunal eft deteimi.- e par les lois
antri'tires et qu' importe d'afilrer fans dklai
la fibfifhltance d, s 'o.ictipnnaires publics j
Declare qu'il y a urgence.
Le confeil des cinq cents, aprfs avoir d6clar6
l'ugence a pris la r6folution fitvante :
Le greficr les commis-grfplers, les commis
iu parquet les commis exp ditionnaires, ks
buifiers, le concierge et Ies garqons de bureau
pres le t. ibunal de caffation, font compris dans
les dirpoficons de la loi du 7 du prefent mois de
nr6fe. Les paienens compete qui doivert leur
;re fits chique mots font r6gl6s dans les
fo-mes indiqu'6s par ladite loi et d;ns les
prop'.rtions dieirmin6es par celle du 4 bua.nairo
lernier.
La prdfente rdfo!utirn fera port6e par un ineffa*
ge; d Ltat au confeld des a~iiens.
RcJolutiovn rdative, A la maifon des Quinte lVingts
Le confail des cinq cents, confid.rant quo le ren-
chvfifei cnt- r, greli a'. denrees de toute efpece,
read ifrilf.ias les traiiemens atimentaires don't la
m4iti& atd dt es Quinze-V\ gts jouit ;
C(Xfi Ocren q .e le Icvice 6norme do 'agence
deo. appv>vifimceincens rmnid en queliquc lore,
t>::. (d hib'tiarr. de cfmrnjlibles itiioilibles *j
Co-,-, 'it ant enrfin que le retard apport.6 aug-
mel'tation rdu traitemont de cette rnaion par la
nouveld orga.ifatiun du gouvernemnent, ne peut et
ina dit lui Frijuaier, et qu'il elt inflant do venir a
fon f.t.ous,
Declare qu'il y a urgence.
Apies avoir d'ard l'urgence le confeil a pris
la r6foltion fuivante :
Ait. 1". Provifoiro erett et jufqu'a ce qu'il en foit
a;lttemnc.nt :rd1oi:ne Ics membres aveugles des
Q. m.ze-Virgts, Ics rn-embr-ts voyait, les veufs ct
V tlves d'oveugles airfi que ceux des enfans de
chacun d'eux qui i'o0t pas atrreint Ilge de douze
arn., joiromt, a computer du f'1 brumaite dermer,
du c ulc des tr.xtaitrm ns fixs par 'auitet du coirate
des facouts, du 2 metefidor, an 3.
11. 11 era mis a la difpofition du directoire ex6-
suif la fommen e 16>o,399 livres, montant de
Y'1u.'-mentition des traitemens fixe6 ci-dtffus pour
les fiT mci dater du i" brimaire dernier.
La prxl'ente refol-ution fera portes par un meffager
d'Et.t au crnfeit des anciens.
.R.'flution pertant qu'il fira ajourl one troifinme fiction
au tribunal crimnitfld du d4trtwmtent dc Id Seine.

Le confeil des ciliq cents, ap's_ avoir ontendu
le r pport de la 1 omnwiffion cl'64e pcur 'examnen
cl' 1netflawge du directoie executif;
Co, cfi i anrt qv ate 'a e 6 de Ia conflitution,
qin fixed e minimum dLs luges du tribunal 'civli
vu nombri de vingt au moiws, Wa point voulu
qifil fat moiltdre ; rmais na pas prrhib6 qW'iT fat
.cv, a noombre confolie aux befohis des
jtiticiable. ; qu. l'article 2f8 n'a dnetnind le
maximum du nowbr des juges que pour le tribunal
do cafeftion ; que ft celut des juges des tribmianix'
civil n'avwit pu Ae augmrent, l'artice 216 eAt
pott) la w ,ate reftriction;
Conifi]'rant que l'organifation gdr.talede l'ordre
jirdiciarre eft imnrun ab( comma los priucipes con.
lign 6ranis 'acre conflitutionnel, mais qu'il tn',e
petut tItre aini de l'roganifation int6tiure dos ui-


Le coifeil, apr&s avoir d6clari VPurgence a
pris la resolution qui fait:
Art. Im Le nombre des juges du tribunal civil du
d6partemunt de la Seine fera apgment6 de cinq
nouveaux ;ng'?s.
II. It fera sjout6 au tribunal criminal du ,dpar-
tement de la Seie une troifieme fection com-
pofde d'un second vice-prefident et de quatre )uges,
pris dans le tribunal civil, d'un second fubflitut d6
'accufateur public d'un second fubflitut du comn-
miflfire du directoire ex(cutif de deux commis-
greffiers et dea dtu'huifflers.
i mI. Le g-effisr de ce tribunal eft autorif I
nommer quarter commis, grefliers'de p!us d ma-
niere a 'i y en ait deux pour chaq"ie fecion.
IV. Le prdfident et I'accufateur public font au-
torifes anrmmrer ,eux comtnis pour }e service duI
parquet, aux mernmes appointernm1s quo let autres
comnirs-grefliols du tribunal.
V. Les trois factions de ce tribunal fe confor-
maront e alctement aux lois exiftanies pour I'ou-
verture la ter.uto et la durie do leurs faffitons,
de maniere que la justice foit rendue avec activity
et fans interruption.
VI. La prtfume r6lbolution fora pornte au confeil
des anciens par un meflagar d'Etat.
La Pance eft levde.

GCONSEIL DES ANCIENT.

Prefidence de V'emier.


$ tA A 4 c D 2NIV0S E o .Portalis. Cette r solution me fuggere pluieirsi
On fait lecture du procks-verbal de la veille la obrervations importantes. Je remnique d'Abotl
r6Jaction en elt adoc:pte. qu'on lu a donn6 plus c.'xtenfiri que on evir
le meflage du directoire ex&cutif qua l'aprovoquie,
Regn,,r. a comnmiflion que vous avez nommno et qu'au lieu d'un miniftie de la police de Partis
hier in'a ch, g de vO s expofer fes vues fur la on a faith un rminiftre de la police g6ndtale dgIs
ie dfluvon qt:i cr-e un feptieme mi.iftere fous le RWp(blique.
norm de-poltce-gr Mrale.- Qeft=ce quela-police ? J'en roqnis deux fortei.
Voici les deux queftions qu'elle s'eft propoffes': Le mot de Fpolic g',;.t. pout figrier le mainrian
La con.'itution peiier-elte 'a creation d'un nouveau do 1'ordre, de la furet6 .ie la R-pabliqre entire\
uiinitlere ? cette creation eft-elle n&effaire ? fera. e cette furveillanc ,:it d!6leu6e, par It .onlituw-
elie utile teon, aU directoire lui-mmine.
Si nous attachons au mot police Pl'acception qua
La premiere queflion eft r6 olue par la fimple l'ufage de.tous les Peupies lui done nous'ea-
leclue de la conflitution, qui permer de cr6er hn;t tendrons la fintveillance des mcEars, des approvi-
minifires, et qai d ailleurs ne fire point du tout iionnemens g4ndraux des cit6s la propret6'et
les attributions de thaque mirniftere, l'affainiffemient des lieux publics, oa un mot, tout
J'examine la feconde queflion. ce qui comprend la fire et les commoditds deIt
i' e r vie. La police n'eft pas lordre public di Eltt,
Qand apres avoir lu la loi du to vendmiaire wais r'ordre public de chaque citr6; de li it ait
on r, fl'hit. au nombre or i'tmportance des attri- uq'elie'doit 1re locale, parce que 'es bcfoir,5 d'ine.
bntioft d mniiniftere de l'inctreur, on ne peut fe ville,ne font vas ceux d-une autte. St la police di
defendie de qie!que frayeur en voyant q'un inh6rente A chxque cit fi l-le ele t fentie'lement
farde.n a.fi 6cnorme peffe fur la thte d'un frul locale, on ne peut pas crier un riinifire dei
h ein, .r la police g6ndrale deiA RIpublique, qui n 'tar1 point
Qae'qu'trendues que foient la capagit6 et I'ac- dans cheque loca'its, ne potyra point donlner
tiv:t. haraines, it eft impoffible qu'elles fuflifen t la police toute factivit6 et la celerire qui fon
1 tant de fiins : touts les faculties ont des limirces fa force o et conflituent Con plus gSana deir
les meilleures t6tes fe fatiguent et s'*puifent I force d'utilit6.
de contention, firtout quand attention eft diviCfe Loin de former uri miriiftere particulier., IAhplC
far tant 4'objetsd de daily. doit Am l'eil de tous les miniftees. Aujoiirahui
C, qite je dis ne kappliq ne point au minire de le mainiffre de la juffice a befoin de fairebi Vie.
I'lmtereur atuel, tl comm.iion fe plait a lumrendre les mceurs de ceux qui fcnt tlIntgistMde"
ce temoignpge, qu'il parzit avoir honorabement parties les plus importantes do la garayti. focil,
rempli fa tache dpuis qa'il en eft harg.i mais la des jugei ; il fe fert de la police '.emain le
tejile police de Paris exige tour la furveillarice de niftre de la guerre a befoin de fayoi S'1 .
I "hinome le plus acif. 11 n'eft done pas poflible de quelques.jeunes gens de la r6quifitioon qui '
L,flr la police gen&-ale de la ,epublique dans les tnt do marcher aux armfdes, if meiplo.IasoilIP
nwmes mains q'ii font de;a charges de l'admiiiftlra- et ainfi de fuiro pour Tous les mniitrer. "or.
tion int icute de la France. dnie d'e l'a esm e% l a roe
Ceux auxquels Ia refolution propofdo no con- Ieur tre fubotrdone,,elle eft ap. i
vient pas, oun craint que les attributions du nou- les autoritis confiwnues, elle nIa aucul p i 1
veau mi,uftere ne fffoent trop 6dendues, pour que exercer. Si vous kn faites un Iinere*'
cy'ui i qui il fer confi pdt le bien remp1ir: certe bez fa nature de surveillance pour enp fl ,.ti,
crai.rte .jfife prcifcment la r~folution } car fit tYo autorite qoii jaloufera routes les 2,tr it,l s
croit q'n homm n pourra p f.tifre feulemene forae alotfd ,ion tour, pare, qp l ai.t!d
a la police gdnrale de a l lapubrique, on dolt fans ceffoc: vous en faites uine 2att1toi '-
croyie, a 'plus ftorre taon que le rtiniitre de in- vots n pouvez point affigner de u'it? caS
tericur, ddji fircharg6 d'occupations tr&s-nom' autorit4 qui enyahira las ,aures It, iRtO~
bte)les, Je pourra encore moins. 11 faut done dd- I actionm de la police s' tend fur to ut.A Wo!
emnSrer la police grnnale du (miniftre de fin' rir6 qui infpirera des crailtes at i'"*

On a dit encore qu*il ferait n4celalre de ref- i Je fuppofr cependant quo VwO .' el
treiAdre )as fonctions du nouveau miniffre & la ofepnien iniftere. Vous venez a c
fi. Comuirnn9 de Pa _. Ea fapgofrat que cetie in ffIibkg d& tfre les liiite s
tprjle wa


propdi4t n pft `,voit de bons ,effg, c s
n' xandie pas, i! is qu'elle ett Contraire a Il
titution qu'elle 1aattiqe Yunit6 de] a a lq.
La cornfituttin pernitt bien de. crer .u... d '"ue,
mitiiftre m iais un miniifre pour toute ]a Fra e
et non pour une commune particiliere; ce. t,
fire de la communeu pour Jaquelle il ferait criT
un Etat dans ui autre Etat; ce ferair ab'j" '
Miagirat, qui. ne touvant point .fa place dan s
hi6rarchie conflitutionnelle, ne peut exifter patni
nous. ;
On seft rappel&,certaines epoques oi4 les comits
de government rdgiffaient, les Frarteis avec ute
verge de fer, et P'on a craint que le nouveauft.
nifiire ne rauer.it ces ttms affrelIx :mais il '
femble que c'ett roal-a propos 'quon s'effaile; its
inembres d&s coitr6s deo gouvernement fA.je-
pattie duun corps don't les iniividus ne ifrnai nt
aucune r'efponfabilit6 d'un corps rev&u4 detous
les pouvoirs de la Nation d'un corps qui n e coh
naiffaic aucune autoritd au-deffuis de liii d ut or
qui fdt ceperdant intipid6 qu'elquefois pj r
mrnanoeuvres de ces comrnis dans lelquels 4 avai'
concentr6 toute fa puiflance.
Le nouveau minifire, au contraire, ne fera qui'ua
officer refponfable, dans Ia d6pendance des aio."
ritds fupe reures de la R1publique qu'un officer
deftituab.e et puniflable de la peeno cavitale.
Je conviens cepenlant que cette inWitution pour.
rait donner lieu & quelques- abts ; majs c'ekifj 141
fort de toutes les inflituttons humiaies. I.e li'edtff
certain; V'abus n'eft qu'veituel. '
SJe corviens que fil e miniftre, au lieu idocon- "
fever I'impaltiaitt qu'oun fonctionnaire public n
doit jaimaisperdre de vue, dtait un iomme venji,
aux factions, il pourrait fare bwaucoup dte nIel
aVnAt que 1'autorite, charge de les rtprinmr, f,
fut aperque de fes maiverfations et qu'eitle ic, pui le;
arrhtar. ) J
Mais fi, come poUS .veons lieu de 'Ver:Ger,
je dis p'us, comme nous avons droit de l'attndre,
le directoire port fon cho'x fitr un homme qui
joigne & a a capaci.6 les bonnes intontio,. qat
tIende fur tourts les factions un bias de fer pour
les contenir toutes, il pourra rendre dei fetritc
fignal&s. Nous ui dcvrons d'avoir d^ibli le calmo
au fein do notre P.trie qui a grand b.foin dg fe
refaire aprbs des fecouffes fi violentes et fi mul.
tip'i6es i nous lui devrons ce calms qui, aurantqu
les trioniphes de nos armAes, amenera les puitffincel
enemies a igner une paix 6galement ohoableti ,i
avantageule a la R6publique, ,I- '" '
La commiffion penfe que le confeil doit approuver
la rdfolution.









,.e sl'aWp,'iue 1 tou car tolites les
rid ad,,iiir.,uzn ont 'befoin d',re fir-
p' QUI v.ls aflatrca qie les attributions
s te ll autres miniillcrcs, tie contrarieronti
l-acion do la police, oun ue faction de la
ice go cntruaiera pas 'action des autres mi-
S i. par exemple, le ininilre de l'intrineur
lg( il s d approvifiOnfienlleris ; eh bien il pent
i icjt que quelque cauif iinprdvue les fare re-
n LA malveillance proficera de ce retard pour
I r un movement : le ninifftre de I'int6rieur
Ira plus les noy'ens de Itarr6ter dks le prin-
.. aree qu'ils aulont 6t6 tranfmis au niniffre
j ,'police g~fierale. It faudra double correfpon-
rdes adminifiatiion avec le miniffre de 1on-
ttiurci avecle imutiltre de la police g6nrale,
dtide itrlres do I intorie'ur et de la police gin&rale
.| ex alcu.ez kIts lentcars qu'lie pareiFe
nrchen occlfiannera i et combien elles peuvent
1 faules dains des circonflances femblables.
i,' penfedque, pour 6viter tous les inconv6-
.', qrue le viens de reliever, et,pour rgmplir autant
qi. potTible le but qu'o)n fa propofe, ii aurait
Iite i val cr, r un mag'ftra, principal de la po-
Clie dans cluque grade commune. C'eft fuatout
dins les villes piiicipales qu'it faut furveiller les
Iamus, lei spectacles et routes les pahflons qui
Sfoat bien plus multipiees et plus funeftes dans
i g'riandes villes qu'ailledrs. L'attention du ma-
g;hatrn'aint poitt perdue fur uine immenfe 6tendue
terrain, en fe-rair plu- reflerr6e, plus vigilante.
on fe rapprotherait 4Javantage de l'inatitution de
Slice ;eon reitictrau t dans les vues du direc-
toine, qa, fenrant bien que la police ne pouvait
itle qu. loca C avai demand la creation d'un
V0flier cliarg o de la police de la fetle commune
dc Pais.
Le rapp oteur a dit que cette creation no pou-
t paii, cr.a pertnrl t, arce qu'elle n'etait polht
ans I hidrar. hi con- itationnelle. Mais prenez
bni garden encore iune fois aue Phomme qui efti
chaig die police eft moinsd un fon tionpaire
que I~i ds fonctionnaires. Celui doet je parole
etntcrait poist dans la cOnftitution ; il ferait on
dis igens principaux du dire coire, que I'on char-
gsio d'..breTver rout ce qul tendrait a trouble
trartnqinlii e p blique, et den fairfe part au mi-
siltre de la jioift'ce duquel les acres mniniftres
renvraier les3 averiuffemens qui les concerne-
Ileft.



Potliii. Li mne canique d'on goeurnement r6epu-
b'ic in, t pl& commr : ia nature doit offair ,
Scomme elle, la vie l'abondar.ce ,a T.vg'ilarit
hI (curit6 et I'ordre: il doit archer falis violence
Ct fa s cenffiif on.
Pour pivenir A ce but faliraire il faut bienr
difer les per.iesi (onimit poli qu. Ct ei, claffer
ti,.fioninerit auxe fdictions quei'rile doit Lnt rem-
piltr.
Lei unes (et cctre obfeivationh ell inportante )
'e fleart leuri abroluiment ir herentes an inouve-
Seent gfineral et confervateur du gotuvernement:-
ks aunes h'appe lent qu'une simple furveill dance des
autoritfs conflituoes, et ne font point parties des
i oprations effenciellus que le Souvernement Ine
* paiutdligner. -
B faut dunc rechercher avec exactitude celles
fi ptirratnt, fi I'atorit6 executive np'exergait
lur elles, uine action immediate et continue et les
' .lgaj:r de celles quti h'ont befoin poor leur
mi._.iaiion que dti coup d'oeil general de l'auto-
rir goiversnantti. -
12 ilf :ce tli tdi a tous les citoyens, le pace
r"1l la _leiti garanti: ; il fayt doni que la main-
SVRoircuf. du gouvernemelit en maintienve corti-
I is zlienliit 11iii'ibre, attaqu 6 fans cefle par l'in-
ret et Is ptlalions: de-I ie miniflre de Ia jufs-
Tce. oute aftociationl populsufe exige des ddpen-
fl pour ia .rnfervaeon, de-Ar les imspofiions et,
leminifl ne des inances.
L ors focI poI P6tre attaqu6 par fes voifirs
PoIr fe difzd, il ."airtient une force atmle,
I I, o nitlele de la gBerre: il a des poffef-
s colniales qu'i' Tfat conferver et alimenter ;
s ICS forces maritimes et le yminiftere de la
S: I .iiueitir avec les Pouples voifins *des
tig de .onmmtecr etr d'amitid ; de I le itni-
t r'le des relation1, exrlieures ; ennfin le corps
fodal peut etre "roe!6 par des crimes obfcurs,
SP4, del f -rar, alluitix par dys dres impurs
I "Iorau il fant coni'e leirs attaq.es nre furn.
tllance Or 1ine 'ce rrinuanre ; de lI, le rui-
SIvide l Police 'n6ralte.
l tI .l c ce que It gouvernenient doit fair
fl'ime0 eto feuleinent il doir fuirveiller cec
~ fe pint taire Its Z i1 i et qui rdellewent fe fair
Aink pa mpu"fion dc lintrdt particu~ier.
&inrtcefle .1 les ars l'infitruction le
hi pns"1 rouago, I'xploitation-dfes- mines,
tCOem,. I r ie s n'tont befoin que d'en-
I'li-u r et de crotection, parCe que I'artifte,
Lrip, 1 I ",1'nM nt flimtles par leur
*trce jt t, onture tendance a bien faire ,
1 I 11 fiavent qn'is I' cbriendront la prx6f4
s'c"""-^"an t in us unba utfe.


427
MWi fi ces objets peuvent fe patter du gouver-
nemeint, dans leur exercise ordiraire its ne peu-
veit fe pafler de lui dans des circonftances parti-
culieres, furtout pour ce qui peut tendre A leur
perfection ; aildfi on a bien fait de les foimatttre
a Padmintuifftration gyndrate en les faifant furveiler
par un miniftre qu'on appelle minijfre de l'intericur.
Mais on voit clairement que la police g6ndrale eft
ind6pendante de ces diffdrens o jets qu'elle eft
coh6rente au gouvernement, qu'elle en forme tine
parties eflentielle et diftincte. En cenfiquence j'ap-
puie la rfolution qui 6tablit un feptieme mini tre.
Le rapporteur. D'apr&s ce que vient de dire notre
collogue Portalis, on fetait tent de croire que
I'on va ddpouiller tons les ofliciers de police des
functions qu'ils exerceit pour les tranfimettre au
nouveau miniflre. II n'en' fera rien: Ie nouveau
miniftre tie fera qu'exercer la furveillance qui appar-
tient A pr6fent a nuiniftre de Pitntrieun quant a la
police g6n6rale de la R- publique, furveillance que
l'on ne d4fapprouve pas. Oi, fi I'on ne cotitefle
pas la n&6 ffiti de la faire exercer par le miciftre
de 1'intdrieur conjointement avec la furveillance de
beaucoup d'autres objets, on ne doit pas contefter
davaittage qn'ele doive 1Vtre par le miniftre de la
police g4ndrale, puifquail ne fera que remplacer en
cela le mi ilre de linterieur.
Je fou:iens encore qu'ii ne nous eft pas permits
d'etablir, fans bleffer la constitution, des magiftrats
charges de la police dans les grandes communes.
La conflitution a cr&d tons les fonctionnaires pu-
blics neceffaires pour la surveillance de la police
ou pour Padminifiration de la jufgice i0 ne nous
efl pas permris d'al'er au-del ni de refer en-

Je conviens encore que l'6tabliflement propofe
peut donner lieu a des dangers ; mais il ne taut
pas joger des ir-fituriopt s humiines par leurs abus ;
il ne faut pas en juger furtout par le mauvais choix
que l'on ferair des hhommes deftings a les fire
valoir. "Nous devons penfer que ceux qhi font
charges de faire ce choix, ne front guides que par
l'int6rdt bien entendu de la Patrie.
On donne unb nouvelle lecture de la refolution.
Le confeil lapprouve.
La fiance eft lev6e.

CONSEIL DES CINQ CENTS.

SiAN as IDt 15 NIV OS E.
Damolard. Je demand a fire une motion d'ordre.
On faith de Ia commiffion de Ia clafification des lois
un, vrai comit6 des finances et de legislation ; on lui
renvoie toutes les questions relatives aux traitemens
des divers employes pies les tribunaux et les
adminiffrations; je demand q'?il foit cr66 une
commiffion fpciale pout tous les objets de cette
nature.--
Lecoirte. J'appuie ces observations. A force
d'attributions nouvelles on emp chera la com-
miftion dont Durnolard eft membre, de prefenter
la fuite d'n travail dent la n4cefllt6 fe fait plus
vivement fentir chaque jour. II ne fiffit pas de
claffifler les lois, il faut encore retrouver toutes
cells qui ontt et6 perdues. Telles font, par
example les lois dont Pinfertion-.n'6tait ordonn6te
qu'au bulletin de correfpondance, et don't les
originaux et m6me les copies Tont perdues. Je
demand qu'une commiffion particuliere foit char-
gde de fixer le falaire d-s divers employss; que
la commiifion de la claflification des lois foit
partagee en cinq fections, dent chacunea aura trois
membres.
Ces deux propositions font adoptbes.
Bion. Je dpmande qu'une commiflion foit nominee
pour examiner la queliron de faVoir aux frais de qui
fe ferA le tranfport des minutes des actes des jugs
de paix.
Une commiflion de trois membres fera charge de
cet objet.
La dipu.Tion s'ouvre fur l'affaire de Jean-Jacques
Aym ,
,Madier. Je demand A faire ma motion d'ordre. Je
ne ".!ns po'nt atrrter 'affaire particuiere d'Aymt,6
mals je viens deoant-der qu'elle foit trait6e fuivant
les formes conflitiuionneles. La conflitution vent
que vous ne dhliberiez fur cette affaire qu'en
cornit6 g6o6ral; ella yous dfend enftite de pro-
noncer fur le fort d'un 'reprifevnnt du Peuple
d apr~s un simple rapport d'une commiflion; mais
fur une ddnonqciation &crite et figane. Je demands
d'abord que le confeil fache s'il y a centre Aymtu
une ddnonciation fig'6e.
Tizibaudeaut. II sagit ici de favor fi Jean-Jacques
Aym6 eft dans Ia loi du ; brumaire. S'il y eft com-
pris, la question eft de favoir fi c'eft nous qui
devons fare application de cette loi, ou bien
fi cette application doict tfe faite d'apxrs la
conflitution.
Plufieurs ;enih-bi s' demandetata fire de non-
veiles motions d 'ordre. Aymn rdclame la pa-


On demnr I'ordre du jour.
Merlit de Thinvivllc. Thibaudeau vint de pofer
uve ferie de questions fur laquelle le confeil doit
d6libbrer. La premiere co nfi e i favor li Aymni ei
vhritablemnent compris dens ta loi du brumaire.
Si jamais Aym6 a acquis le droit de parler dans
cette enceinte, c'eft plans doute lotfqunil 'agic de
prononcer fur un fait que lui feul pent eclairdr.
C'eft A lui A prouver que les reproches qui lui font
faits tie font point fond6s.
Je 4emande qu'bn entende d'abord Ayn6; on
accordera enfuite la parole A ceux qui la demnan-
deront.
Bion. Perfonne plus que moi n'eft difpofd a en-
tendre un accuiil dans fa ddftnfe; mais je fuis avant
tout attach aux formes conttititionnelles qi'e
nous devons toujours fuivre, et furtout dans cette
affaire.'
. Je fais ce raifonuement : on Aym6 eft reprdfen.
taut du Peup'e, ou ce n'oft qu'un intrus qui s'eft
gLfl6 parmi nous. I -
Si vous confid6rez Ayme come repr6fentant dn
People, et c*eft ,mon. avis ,.il ne doit cbteniir la
parole que quand routes les forces conftit!tion-
nelles auront det remplies i fon d4gard. La confti-
tution porte, que toute' d6ionciation flte centre
un membre du corps 14gillatif, devra dtre figle ;
et ici je demrande fti la denonciation qu'a fair
Goupilleau contre Aymd, qui content affurdment
des faits trrs-gravus, eft revytup e fa fignature;
fi cette formlit. n'eft "pas remplie juifqti ca
qu'elle le foit, )e: confeil n'a rien A fire. Si at
contraire la ddnonciation eft fign4e, le confeit doit
d6cider fi elie eft admiife; entuite vous nommerez
une commifflion quin vobs propofera de d4clarer s'dl
y a oui ou ron lieu a examen do la conAuite da
ieprdfentant du Ptuple Ayme. Voill ce que prefcrit
la constitution.
Ainfi vous voyez qu'l eft evident que dans I'opi-
nioni mdm* de ceux qui' penfent q'Aym6 ne doit
pas Otre confid6r6 come reprefentaot du Peuple,
celui-ci ne doit drre enteadu qu'ap,6s que routes
.les folmes conititutionnelles adiont dte confom-
mdes.
Je -demande qu'oe s'asfure d'abord ii la d4non-
ciation eft fignue.
Boifry d'Anglai. Je m'oppofe 4ga'eme,.t a ca
qu'Aymd foit e.ntendu. Vous avez dcid e hter que,
commaerepr6fentrnrdu PeupIe, les pouvoirs d"Aym4
dAicnit dfinitivement vyrifier. (Violens murmures.)
On me6r'pondra : je prie les interrupteurs de me
lailler dire toute ma penfde...... .Le confeil a
declare un fair vrai: Aymi a eth 61u felof- les
fornes confilitutionnelles, il elft reprefeiirtarit dii
People vous l'avez reconnu hier. ( Nouvaaux
murmures.)
Le pr/ludent. On peut dire A I a. tribune tout. ca
que I'on vent. Jc rappelle les interrupteurs A i'o-dre
et au silence.
Boiefy. Dans la r6folurion que vous avez prife
hier,-vous vous dces f6f-rv6 la facutfd de Itaruer
fur le fort des membres qui fe trouveraient coTm-
pric dans la loi du 5 brumaire; mais c.tte Ici fls
pout 6ter A Aymd fon caractere de reprdfentant du
People; elle ne fiappe far lui que cmrnme fur nd
home -coupable, ec come tel foumis i la petrie
qu'elle prononce. ,
II s'agit maintenant de favoir fi l'on proc6dera.
i l'edgird d'Ayme, come reprfeantaas da Peup.a
on comme fimple parriculier.
La r6ponfe Weft pas loarteufe. Je le rdpete vous
avez reconnu hier que les pcuvoits d'Ayide,
cummne repr4fentant du Peuple, avairentt d ve-
rifics.
Mais quelles former devez-vous fuivre pour fire
pronon cer la ddcheai.ce ? II n'y en a point d'aut'es
que celles que prefcrih la conflituiaon, et d'ap.bs
elle J. J. Aym6 ne peut encore 6cre ertendu.
Je demand, Ia conflitution A la main, que Ia
d6nonciation centre Aymin foit fignue et dqpof&e
fur I bureau. C'elt da6s le refpect pour ces fonmes
que confifte toute notre garantie.
Ch/nier. 11 eft difficile d'entaffer un plus grand
nombre d'erxeurs que n'a fit le pr6opinant ; il a
confondu les conditions d'6ligibilit6 avec les delits
qua peut commettre un reprdientant. II ne s'a it
point ici de application A fare du code pdnia,
mais fecnent d'utle loi de Iolico qu i exclut de
votre fein les fignataires d'arr6tes hbierticides, les
parents d'dmigres. Voil: la v ritable qualtion. -
La Convention national avant de fe feparr ,
a pepf qu'il 6tait prudent d'6loigner des fonc-
tions publiques ceux dont la conduire impru-
dente dans ces derniers tenn, oa leur parents
avec les n,;gras ourraient donner quelques ia-.
qui/tudes ; elea donc rehdu et elle a pit rendre
la loi du .3 btumaire. Reftle favoir fi cette loi
recevra fon execution. II r.'y a poilt ici de pro-
ces A fairm6, i n'eft point queflion do former conf-
titutionnelles a appliquer an jugement d'an re-
prdferitant coupabe il s'agit des conditions d'dli.
gibilit6 voulus par la loi du brtnmaire, et certes,
Aym ntie les rdunit pas. Un regrot que la Con-
vention a ett avant de fe fdparer, c'eft deIn'avoir
pu placer dans 'acte conftitutionnel les difpAi-
dions de Ia loi du 3 brumakie.


"~-~-n"-~"ll*C11~p~lllbbLPL ~C~C III~L-JC IC~CI ~C










Cette loi, Citoyens, je ne craving pas de le
dire, eft le palladium de la Repubiiqu. et il
eit t6 beau de voir A cette tribune' le,'1 menw-
bres qui fe trofivent f.app6s ; venir depofer
leurs functions. Je le r6pete il Be s'agit point
ici de fair le procas a Aym6 don't la r6pu.
station n'eft pas nmem~ attarquee, mais de lui
appliq ter une loi de police que los circonftances
ont rendue neceffaire.
JP demand qu'on applique purement et fimn-
p!ement la loi du 3 brumaire A ceux qui s'en trou-
vent frappes.
Ph fieurs membres font infcrits pout des motions
d'ordre.
Dumolar4. Je demand la parole centre toute
motion W'ordre ; vous devez vous apercevoir queo
S foui ce pritexte on &trangle la difcuflion, an
lieu d'aborder franchement la question.
Jo d~raande qu'on paffe A la difcuffion du
fond et qu'on m'accorde la parole; je fuis le
premier infcrit.
Le confeil declare qu'il n'entendra plus de
motion d'ordie et accord la parole A Du-
molard.

Dur olard. Citoyens reprefentans, je ne me pr6-
fente pas a la tribune, pour irculper on d6fendre
le citoyen Ay.n6. J'oublie l'indiv.idu, quand on
invoque les principes, le falut du Peuple et de la
Seprefentat'on nationaie. Une question majeure
appelle et doit fixer tons les regards; et quoiqu'ou
ai voulu fire entendre, cette queflion eft telle-
. ment ifolbe par fa nature qu'ele n'cffre atcun
point de contr ct avec le merite du d6cret du 3
rumaire. C'eft ce d6cret a la main, c'efll en argu-
mentant de fe, divers articles que je viens difcuter
A mon tour les propofuiions qui vous font faites.
"Occup6 de la question en elle-m6men, abfarb6 par
un intdit& dia premier ordre, j'dcarterai de ce dift.
course toutdrionfe plus ou moins vive A des per-
fonnalites. -
Po.r vous, citoyens colligues, vous aurez xp
courage de m'eotendre avec le calme et la bien-
veillance qui caracterifent une affembl6e d'hommes
juffes, profondhment convaincus que la liberty
.des opinions eft lep.us foerme appui de la liberty
pubiiyue. >
II efi conveniu qu e.e corps 61ectoral du d par-
tement de la Dro-ne a Tdellembpt e;u le cecyen
Jean-J-cques Ayme, rwmbre de I'Adlembl4e ideif-
lative. On no cuntefte ni le matriiel de fes poti-
voirs, ii le fidt de fa nomination. C'eft'un poiF.t
fur lequel j'it.fifte et qu'il i.e f.ut pas perdre de
vje.
JI eft e tcore certain que porter d'un extrait
anth-=.ntique du proc6<-veibal de fun election,
Ayine parut A 'Fouve'ture de la leflion prtfente,
.fibrcelev-meaes-prieuves-que-reous-les-dputs--et-
qu'll ne s'6deva pour iors aucuae r6clarimation
coiltre. lui.
L'article VI du d4cret du 3 brumaire exigeait des
members du corps i!giflacif avant denritrer en fonc--
tiouns, une d laration par ecrit qu'is, h'ltaient
pait aux ca( de cette loi.
Aym6 a foufcrit volontairement la declaration
prefcrrte.- On I'attaque, je 'ie fais, de fauffetd-:
neais auffle uun vraie eile exillto t c'eft uniquement
de fon exifle.ce que j'entends parer ici.
Une .autre circonitan.e qu'il n'eft pas nioins im-
poflibie de r6voquer en doute, c'cit que depuis
r1ou rtufe de la fefflon infrit parmii les iiem-
bres du confcil 'Ayn6 fi'ge pai(ibbement, dans
cette etpceinte, exer'e les droits, et jouit
de routes les prerogatives des keprdfentans du
People.
Je prie I'affembl6e de rappeter iconflamment A
fes souvenirs diverfes conflidrations que je viens
de lui foumettre. Mon intention n'elt pas de fair
une diatribe non plus qu'une apologize. Je ne,veiux
lier mon opinion qu'a des faits vra's et reconnus
pour tels par tous ceux qui ni'entendennt.
'Je ie me diffimule point conibien font graves
Sune partie des imputations faites an citoyen Aym6.
.Sans appracier le m6ite ce fa d6fetfee, je t -
moigne hautement mon d. lir de le voir puni,
s'il eft conpable. Je n'aim-rais point A coropter
parui irles colleagues un chef de r6volts, et thoins
encore celui d'une bande d'.ffaffins. Les compni-
gnies du Soleil et de Marat m'infpirent upe horreur
gale. Je mefure mon'indignation fur le crime,
et non fur le mafque de fes auteurs. Aufli mon
objet n'eft-il pas d'dcarter 1'examnen de fa con-
duite et de I'arracher innocent o6u coupable dui
creufet 4purateur, d'une justice fcvere. En tin mot,
Sil ne s'agit point ici de la rdptielion du crime en
lui-mrnio, nmais de la nature et des forms du
jugement que le citoyen Aym6 doit fiabir.


Ce n'eft point tin reprtfentant du Peup!ie, s'ctlaitI
Talien a cotte tribune cune n c'.ft u antrus qu'il fatit
caller a initant et par meiure de police c'elt
an directoire de le ttaduire conun- .un homnme
ordinaire, devant un tribunal ciiinelk ,
Le confeil;, plus rmoder6 que Il'ratur crut
devoir attendre tin rapportt I-pi.Li de la commilfion.
It reconnut fins doute que la queftion agitee
it'rait individuelle qu'en apparence q,'elle tou-
chait de routes parts aux premiers interests de la
RPpublique. Cette gra; di. id6e, citoyens coll-
gaes, m'a conflta m nrit tii-.i dam les ,ihdiiathu'si
don't je vous apporte aujourd'hui le tribute.
;Une premiere ricfxiun, dout ii eft iwipolfible
de fe d6fendre, c'eit qt'Aym6 e pent dure Con-
fondu de bonne f.i avec un intJvidu qui s'in-
troduirait furtivement dans cette enceinte, fans
tire, fans caractere et fans prcftiion d'&tar.
0.'Le titre d'Aymis eft conflant : l'exittence
et la rdgularitO du procs*.veibal dei d6i:aiteimnnt
de N1 Drome font reconnus par la (. ,iinuili- n.
z0. Dj fes pouvoirs et fx capicir- politique
a l'ouveruree de la filion out ete jug s en fa
faveur, et fuivant les forces prefcttes' par la.
loit.
Qu'on veuitle bien re rappl1er, en effect les
difpofitions de I'artile XVII du.d6cret du 30 ven-
dimiaire.
L'archivifte de la R publ;que p:'rte cet ar-
ticle donnera lecture, du. :o;,m.i, de, procks-
verbaux et extraits des pr c,- ve b ux qu'il aura
recueiliis. Cette lecture tien r :tieu de verifica-
tion des-iouvoirs des deputies c ntre la nomi-
nation defquels il ne s'elevgra p,.int de trcla-
mation.
AymA p'a-t-il donc pas fi0bi cette preuve ?
s'eft-id lev6 quelque.iec':n 'atioi.s (ontre lui ? Ce
ne ferait-il pis en droit d'argumenotr contre-vous
de la chofe jug&e? Car il fLat blin remarqueor
que la loi que 'on cite ne p .rz point d'une veri-
fication provifoire', et que -ette dili. (Ii in jufle
ou vicieufe, efitd4e route entiere)l i a coimmrfion
actuelle, qui n'ekitlait pas alotrs.
Quoiqu'il en foit, i eit clair que la commiffion
nous propofe en d'autres terms, la r6forme de ce
premier jugement, ce 'qui-du moins, eft uh aveu
de fon existence.
30. Erfin, Aymd a pour lui la poffeflion d'dtat.
En vertu de fon titre tt d un jig merit pofitif il
exerce depuis deux m is les foicions de reprdfen-
tant du Peuple ; il a pris part A la confection de
routes les lois.
J'admets a pr6fent avec la commiffion quit1 foit
poffible de procader a un nouvelexamen des pou-
voirs et de la capacity poitique d'Aymb ai'nmoims
efl on forced de recounm.itre fon 6tat provifoire.,
la niceffit6 de 'y maintenir definitivement ou de
I'en depouiller d'une maniere lkgde et c'eft des-
lors ,une dcifion ciuelle que de pretendre le chaffer
-pa irmedei -op
Je vais plus loin et je dis, qu'il n'appartient pas
a Iunn des deux confei;s de p'ononcer d'une ma-
,niere quelconque fur la capacity po itique d'aucun
de fes mermbres fans leb concours de i'autre parties
de, b l6giflature. C'eft at corps legiflatif entier
qu'tft remis le d6p6t de la liberty publique. 3i
le Peup'e exige le- vceu. des deux -confeils, pour
la confection de la loi, fon intention n'a pas
6td que I'on fdi moins fcrupuleux pour juger la
ca.acit politique des auteurs de la loi m6me.
Un rcpirfentant appaztiert A la France et non pas
u conieil dans ilquel il fiege : qui pourrair r6-
pondre dans le fyfteme qne je combats qu'une fac-
tion triomlhante n'dcartAt fiucceflivement et fous
pretext d'inca a it6 po'itque tous ceux qut
pourraient mettre obfacle A fes coupables .projet!.
Le concours des daux confeils eft une garantie
pour le Peuple et fes repr6fentans ; et la rnceffit6
do cette forme pr6cieufe fe faith fentir furtout lorf-
q.'il s'agit de d(-pouiller un individu d'un caractere
at moins provifoire.
A ces confiderations applicables a tous les- teams,
il e(t facile d'en joindre de plus directement rela-
tives a la feflion actuelie. C'eft le corps 16giflxtif
lui-meme qui a opdr6 fa divifioan : c'eft dans fa
reunion ant6rieure quont etk Is oet reconnus les
p6iuv.irs des mnembres prrfens. Vous provoquez
un jugement nouveau: ell bien I la nature des
chofes vous indique de foumettre A l'exanen des
confeils divifes, un objet q6'il ne leur 'eft plus
poffible de traiter r6unis.
Votre commiflion Pa tellement fenti, que dans
fon premier travail fur le mdrite des procks verbaux
d'41eciiun, elle te voun a pt6fentd que des projects
commis par leur nature a i'approbation des anciens.
ii cut 6t6 poffible ndanmoins de conflituer un con-
(feil, jugexcludif d'une pattie des pouvoirs de fes
membues; il ei bien c'air que ce naurait 6td que
du mnatrilid de ces pouvoiirs L'examen doe la capa-


.Cit poliotiu* de Jeur porttur ,eft fu, ord
,dhlicat f.,.s doute, t qui r6claime nul rre pli
folenneile et plus refl8chie. k nc'ui llus
II luit dvidemment de routes Ces obferymi
que s'll 6tait qtieftion ici d'une nouvelleno i.tin
des pouvo~rs et do la capacit6 politique di. "ci)ye
Aym6 le confell des cinq cents eourai
que par tnre r6folution foumife de fa nature a4 C
feil des anciens. Je ne rappelle pas 'abfditS de
la proposition qui tendait a 'exclure par foitm de
police et comme on inuiividu fans titre, fals .
tre et orins poleffion d'f n. d c-as
Mats ci ithportd d'arnseer la diefcu ffiv, .. ',
tUble objiet, etdefixer en.fin les ides furaatlir i
Set les fe!rns du jugement qele c6hitoyen nAt
doit fibir.
11 eaft evident que !4 loi du btmitn1ae n'exilP
pas i lp'eoque des nominations au c.its klh I
,Iuqocenit on coupable Aym6 niWtairtA catte .poqu
ii fapp6 d'un judgmentt doe cpntumacesa ini"
ktat d'accefittidn : il fut dune co,0 ttion mller te
iivefli ca caractere de t't.i-i. ni'nrt du I'jea,. i.
tli relfait, il eft vrai, ut e t ,i iaii-, ri mp i, ci.
de faire recon.nitre .fon tite i.,r Ie to011 1l;gi
latif aflO-nible : mnis cette reconnaiflatce w'el pa
le titre lui-finme puifqlu'n reprdfentant li lient
fes pouvoirs du-Petip'e et non pas du corpislgif.
latif.
La loi du 3 brurnaire P'a rang6t, dit-pn, dansli
foule des individus fans caracrere et fii mi n;
mais ce d6cret, quelled que puifl i6re f rn a2ppi.
cation ,a l'gard d'Aym), ne peut dc'rtire le fit
de fa nomination an.tmrit-ure : fuppolouis qu'l di.
pouille en certains cas les repr6fedtans lus de leur
caractere politique, au moi.s ne r'ut-tl faire qu.
leur nomination niait pas 6tr,et totqouws faudr-t-il
juger s'ils font ou non dans les cas privus '
jla loi.
SI y a plus, la loi que Ion cite, elle-itms
'reconnait formellement l'exftlonce du (ractere re-
prdfentatif fur la t6te des individus qu'eUll pow -,
fuit. ,, -,, ,
,, Quicorque, dit Particle III, fe trouvantdia
les cas ports aux prkc6dens articless, Ac.ePtelrt
ou aurait accept une function publique de l '
nature de cellss ci-deffusidfign&es, et ne sn
demettrair pas dans les 24 hpures de la pubbliciion
de la loi, fera put.i de la pine du baRnnilement
A perp&tuit6, e't tous les actes qi'il atait pu f\aie
depuis la publication de la ioi font dclaits nuls a
rnon avetius. -
( La fiite demain.).

N B. Dans ia fiance du 16, le 'confeil des
ci;q cents, apr's une longue diifcutlioa, a ddclai
qu'il n'y avait lieu a delib&er filla, proposition do
refilier les baux.


Palement de la treforcrze national.,'
Le paiement des parties de rentes vilgeli0s ou
I'annie 6chue au i'" germinal, an \ ftr plu leiti
ttes onu avec furvie, d6pofke dans Ics, tuat
burreaux de la liquidation avant le 1' verit eale ti
-an -j-eft-ouvertrjufqu'au no i6,o00.
Le pavement des m w.es parties du n* :6,p
S7,000, a hlieu depuis le -f fritnaire, h 4.-
On paiye auffi depuis le Fr" i jluliui7o
eellke d.psfets depuis le. 1*i enjdraiaire, a ,
Six drniers mois de L'a 5. -
LP pavement du second f6mefltrede l'an 2t do
parties des ientes viageres litr !,fuiirut tt st
avec ftirvie, d6pof'es dans 1ls atre ,tireatt
Ia liquidation avant le I" vend"miite, as ,-
, overt lufqu'au n* z1,000. ,
Le paicment des tnines parties de 60ool 9 '
eft ou ver depuis le friinaire n 4. 4,
Cal/e d'efio pte. ,


S


Les cr6anci6rs et actionnaires de ia .,ci
caiffe d'efcompte, poiteurs de certifi6tiS ji
troifieme &at, et qui out 6nt couprnid dia
dix huit premiers tats parriels. dtfret t ", I
rt6ifion peuvent recevoir lei a;e'ras3es
viagers foit perp4tues, .de la fomme prliP,
port6e dans leidits certificates.
Le paienment det fix derni6rs ltoisj e l'tt .
des cranee,, ci-deffus hnoinces, a- lieu Jefi"
y frimaire 2an 4 favoirI, qlant ~2t vialer p
les dix-huit etats et qant au perp6 ea
huit premiers &tat? v i...dP
On fera Veti par de touvealtl seiPlel',"
des numrnos fubrdquens. *. -ritiet
On trouvot, dans la g P.ervi-e% v4% i
des affiches indicativs de bw r ,a
fau4ta s'adreflfr.


i.- "now


I j',,in ci..,. T fait. A Paris, rue des Poitevins, it. Lepri:eft.c .,so1iv. pour trois nois, tent pour Paris qs.. pour les departmelfs. On ne 1 o o r ;,p rnuii.
(cree.nt die chaque mois, et Icul.emcnt pourt trois nois. Ceux qui pr6ffrerout payer en num6raire cnve~tont 1,o liv. pour l'anuie cutierc, l"v* o
go liv. pour tro:s s i t pen
11 faut aJrctifrkis letrres et l'arent. franc 'e Pnrt, an citreve A.i-Wv. directt.r 4e ce iourc i ?iruei de P.-terins, ng iS.'11 fout coWmrcr daTns ls
pjays IA 'Vo ne cut afc ..rhir. Les' 1 tt-es desdartemens, non affranchis, ne erout pas retires dc la r oft-'. actl
11 laut avoir (bin pour plus de lfrete, de charger cells: qui renfmrinent des valour et adrefle. tou: ce qui concerns la r6dacti6n de la feui ill au
abo,-0%neen pour lespys r ranger conquis or u doi e py a e; cee condon de rigu ur.
Vabonne-ienc pour ks pays 6traugers, conquis ou rl,,isj, doit hie payer eu nunl6raire'; cetle condi'lon eft de rigueur. '


IF


rcll~P, ~apllp- ~CL II-- aL"~b~LlrUrrrcl'-"--.1"; "-~~"~~T*








ZETTE NATIONAL, ou LEMQN ITUR UNI VERSEL


o oS. Ot .i o, ,. I-, I'an de la R P',ubi,7ue IFran :aje' une et inli ile. ( v,. 8j' .,, 1795, .vi.x j'y'c.)

i 1n France, il ePt e, acnvir6 dans ce pays. de I'homme A leers jacobinifes? ou bienle trns-
O I I .. L t de ute fir la perfeveranc des iwietions honorable membre veudrait i dire qu'il s'ei lei-
i ** defa majeftid, e ie les u,:i'.t'li d'une r.waiere 6i -m.n:e. rappro.hS do''a:a.(., des pricipes de ce
:' S. O E D E. positive dans le inefWie qiuelle envoya Ai Iouver- paiti que de ceux do. tout aure ? Je le prei de
ture de la fefion, que I. fhiubra n1 cruit pas confiderer le directoire excutif,' il verra que fir
Stk : ..ol.it n p4ouvoir fe d;fperifer de lui en exprime:.Ls fen- cin miemlbres qui le component, qtlatre out vor
;. ckhkolam leao novembre. rnmens refpctueux de f joi et de fa recnuaif- mott d o et en e t rev&tus eux-
S. .r ance. i Imnme' de tous les pouvoirs.
: otirs les rconjectures fiitres qu'avait fit La chambre envoya d&ns le tem s a fa inijefi Dirl-t-il que parce quit le nommie director
Sonvoit I'.attentat qu' n croyalt avoir 6t0 dirig6 une humble adrcfle, remp!io, des affurantes de fa au lieu de.s'appelor commit it efl tant foit pea
con.re h pLifonne du regent dans le jardins de f.-eme rfohluton a la feconder jufqcu'a ce que dcs meileur? Dans le faiti il doit voir. que l.i noui.-le
S,,Drotcirgolm vicnnent d'dtre difinees. Un circonfta.-ces et des di.fit- ns aufli favor bles confiitution eft compofee des Sm&nes 6i-dmens., des
,,nine is'avolant I'airur diu crup de tfea tire en e manifetaffent parni le F. .. Je n'an oIc m&mes materiaux et qu'onla met a execution avec
c'.te occafinn, ell venue lui-meme fe prefenter au pas befoin den dite:davanta, et la chambre., les i6emes prinaipes qui animereftt les pattis qui ont
,: gnrt, r hI a dcliar* que cet attentat avait filffiIunIent dcairde, Va emendre le project prcedeniment gouvern.
pour motif uwe querelle particuliere, etu quon d'adrellA. Un noble lord qui'eft a la tate de Padminiflra-;
n'asair nullemenrlonge a menacer a vie du re- Let fiielles communes, A- fa nuidtl Ini font tion, a dit qu'il feraitrimpoflible que toure n6goo-
Senr. Le coupable a demiand6 fa grace, et Pa les plus humbles rmect..teiins, et fonat trs'-re- c action ne fdc pas fanseffet M'c les. afflffilns- du
afbttnue. connailTantes du meflage qili a plu a fa mnjell ri ; il declarait qu'il fallait avni tout qu'itsfuflentI
ST A L I E. de leur envoyer; elles rr lc :..-t -de plus fA mn- mis fous le glaive de lajaftice. Aujourd'h,, icinj
,,I T A L I E fld .de C qun'elle a bien voula informer la chambre lfmaines apres 'quae le u.inile a, illennri'l-IR'.t
) que la crife qui exiflait aM 'onmn.m.Lni. de 11 dbfavou.touteu ide, de patifiation avec de tels
S. ,t' le zS dcezmbre. prdfente Teff':n, avai' amen en Frande un' homes il rdre de chores qui ( fiuivait ce qe I'a ma;elit bonne opinion qu'il en a: f.e :feraent-is tOet A
,fe trove maintenhant 'rl cordon de troupes a pr&cdeanmmnt ddclard.) I'euogAgi7.nc a enter en coup founmii; aux opinions'de I honorablb mertibre?
f.an'iifei depuis Viiitoille jufq" 'A Votri. n4-gociationravec 'ennemi :!es cmnmmudes e piiu:nt" seflt il fitet reconcili .luiim6ine avec leurs prin-
L'armi :piub'.icaine fe renforce chaqun jour. dy donner Is, plus promuts efftsi, et. de. con-; cipes et leur conduite? II y a en ceei q-,!que
lvient ae ti arriver encore 6o,000 hamnes da c..re un trai,6 je pa x gntArh, fi eie ,pouvait chof'e-de fi coritraire auxc dcrations.prnieres
11 vn i s'effeciuer a 31e col.htilons juffes et convenables et ala conduite. anterieure:du ties-liona:at.e icia-
'Ie l.ih et a fes a isi. E li. elles. print fa majefti bre, que!que chole defi profoni! de fi'niV --
Le g6nnral Serritrier s'.ft vancA,, tot'Jot vain- de recevoir l'afurann e qu'elies fort deterilmines a.' rieux, qre je ne pus Je croire. 'Non., je perj fie
qu Ir, jufquA' CUva. II -bioque cette ville im- la foutenicr jufqu'a cette heure;fo0 epoque. Elles crire quil n'a bjfbin .que de nous tromper .t de jetcr
pjlnrnte. efperent que les derniers fucztL des arnmees auA encore de nouveaux objlaft s fur le! chemii- delayaix.
Qud.ueI us J, cor.s a e i trkhrennes, et les embarras continuellement aug- Je ne croirai iamais qele le t. hu:'orab e meat-
QUiq "n.-,ns des coraires or tr a .re batin mentant de Ienne i, feroitt promptement obt,ir be veuille eatrer en t,6gociation jifqu t 'Ce que
qui sen. jo e a ud, momnt .. i pei drars cet objet a des conditions tiles gue la jufiice ks Frar.ais aiet p.,ffo de Fanarchie atz defpo-
is s e font t d de a caue quoe la Natiot a embrace et qde : five .
ione port, panic a Porto-Finn. la situation des affairs donnenk drvit a fa majeAti On ne pout nier que les parties qui ont I pon-
Sa petite cour du roi de VWronne, ecrit-on de d'attendre. voirt entire les mains ne foient des h nmmes anaies
retire ville fl comnep celle de Louis XVI., in des m4nespriicipes,desm&nes ;e;teins etdes tn6ries-i'
fnver'd'tntigues et, d trcafleries avoc cette M. Sheridan. Je n'a, pu entendre, fins un strange intentions que leurs.pridecefeui, s. Of nie peut pas
ditffei;ce que le thetra eant rdtrer, les per- etonnienit, le flyle et les fentimens, du meffage objecter qu'ils aient rcemmenrt defavotue Ieurspre-
fonnagei font ercore plu vils et plus rididules.' de fa maiefl. le trs honorable membre fe croit ineres pretentions de fe maler de la p'olitiute ini'-
'..... T e .....s .A, d,. '; :i p o af Juflifi6 de penrer auj(uuhui une tld e mefure, rieure des aurres Nations. Ces principes fvnt dfa-'
-...s a....... arce que, felon luii, il fut dit, a iouvertura' de voous d&puis lorgtens; ii leur avaiet der j'ofe
1pout. A'ti .ir I' naiGvel nrdret 'La pobli- elatfion, quf le governmental frar qais forfeit in- le dire, arrach6s par lrite dela coAhtion que les ois
kplh.. d- I .1c ,.el .de&. drea is Cin tlamment c., bL- d enrar.ier des c:... ,citiois. It avaient former. contreury. 0,ui;, ie !e crois, ils
cate d- l c .eponance p i'Antr4igues vent me prait bien extraordinaire qua le u s-honorabe n'euffAnt jatais fair une a3i lfarale p.t', ri fi,
d'accfiduner ia Irce. wemibre ait rogarda, il y a i;nq feniaines, la nigo- ce n-'dt pas etd pour ufer id repfai.otl etnvers
S r citation impratic-ble, tt'" m,,ainterart, d'apis la confiA6,atiort des rois ligu6s contre eVX; et:
A' : G: G L ET la nouvlla conftitution de France, il change tout la pervedit6 d'une tell coalition asant.i le crime
coup, et dans une feute femaine, de facih de de 1h profo.iion.
S Diats du IParlement. Chambre des penfer. Mas quitl on foit ainfi on non to, 'iia-ef41-
Communec. ____A 'ouverttie.de_ ilin, Jla-ch bre- dt -r-q'in aps aulour~i'uli un feul motif poturnte
on etd informed que 'etbliiement d'un gouver- leos Fran ais ob;ervent les conditions de la paix,
Se'auce du 9 decembre. nement capable de m'ainteiir les relations d'amitid, qui n'ait auparavant auffi fo mteimet follicit6 des nie-
devait iiceffammTent avoir ii&u, et q',e, lorfqtue furcs pacifiques .
1 M. Pitt i.nvite la hambre 'i prendre en confidd- cette heureufe 4poqe. arriverait, tols !es obflac;es La Cover'tion difait le t &-honorable n.em-
a ntim le m.llnge d6u roi, don't voici la teneur : et' rote les entraves feraie't dcartes il eft notcire b:e n'exprimait pas lie feritimens du Pe"ple,
Georg s roi Sa majeft6 fe repofant fur les que 'eft la premiere fois que lesminiltres ont, quoiqu'a-mon avis-t, Ce-' ,: i -I les fe.tiineiis
S. allranct que luii ont -dondes fes idelles com- reconnu que la France etalt carab!e de main-:eir aes Franais aufi bien qu'autalnc.rps lgiflitif dans
'iunes, de lnr ferme r6fohuion a feconder fa l relations d la paix. Mais. leireuve nouvello e emonde. Toute fois on ne peut mer que tous
i, ielI6 d'n* I 1 efforts que neceflitent les-circonf-j- en ott-ils eue ? Ont-ils cl ttuge d e-f'n -de pener ne 'ea acouittent aufli-ben que- les mnibres do
te am lies, recor-mande ceA"e cha.bre de en cin females ? Que di 'e I tette hnioeufe- la Convention qui ont lu les deux tiers d'entre
s'ocLuter ds maoyens de mettre fa niajefl en taet ;mitamoirph >Le eft I'opvrae d'une feule femaine ; eux pour former la noivelle reprAieitation. It
dip ourvoir aitx dpenfs extraoidinaires qu'exige autrement,pourquoilet.-ho'nrablemembren'a-r-il paraht qae le t:r.-honorable meaibce ne pouvaic
l'lervice de Pl'nnde qui va fuivre et de prendre Pp f4't u:)otter ce milageavant'empruintqui vet entorer 'n nigoctari:.n-quiatprs quiis airaent mar-d
'toutsles tef-res que -tat des aaires pourra de:re at'ece ? Poutquoi a-t-il attend quil cat thA fur fes tzaces, quxapr&s q.iilsauraeit mit. 6
Ou 3 les mefures 'que 1*6tat des afaires pdn e e
Srequrir -entrind la Nation dans tine d pef'e te ieux m I- la pratique 'du .gtuverneimeit a.nglais. Quail itus
a n: majefl6 faiit cette occasion d'informner Ia' s'Qpelle excuse ou.quelle j:fbification donnera- ont mumtenu leuti pouvois parles arms, par tine
lame tuea ciife don't le r6fultat 6tat encore t-il au Peple qu'l a ch rge de 2,2o, oco. iv. ,en force mI:itaxe introdultd dai s la cai:ale et adopted
icettain an commencement de cetter fflion, a foil'ant parr lenupuunt avec la diference de drux les abus auxq iels il a lii inme recoirs a ors lo
.ilid en, Fr;ne un ordre de chores tel q"'il et demni pour cent. minifre les a ,g's capabies de na.p.tenir Its re-
enpagerA f, aeil .a conforndment aux fenti ens f Alihrmet, il ne di-a p.ts qu'il avait befoin de latios qui ftbliler.t entire les Natins.
1de"lle a dji maaifefth a ftifir routes les difpo- cette fon;mo, et ne poutvait, fia's fon fecours et Et Ils homes qu'il croitt dignei de nmantenir
tons qe pourrait teo'gner I ennemi pour la ave.c d'anre; mover.s, enter en ngocia.tion.Quand ces relations, font des homes qui fe font '61us
i..ion, avec le plus ardent d fir d leour je vois le tOis-honoiD.be ,niemble retracter tous eux-1neml1es Ot ont reject toute refponfabili' .
.* do nn1r le pins elitier et 16 plus pro.m.pt eff. t et fes premiers argument, je ne puin le regirder come Le mnffage et I'adrlffe exprimei)t utn lntirment
i Condiire tin trnatE- pour la pa:x g6rl&a,- auffi fin ere f f- jI3 le crcytis de bo:,ne foi e mteam- qu.c )e crois propres enmp&her 11 ncsr iLatio',i
StS uelle. ,pourra tre effect ,-e, dans des' t rmes fref.raki de l'encpouager, pnilfquil y va non feu- je veuz dire la pifce do lh guerre; dai. L -..t,
,let r.vco..n.,'es pour elle,mme et fes allids. em nt de la profp- t"a's du falut do mon c'eft toujours s'tayer d'arguneos ules, et tor.rr
C'ele voa Kl plus l J e. ... l or .. pays; nuais ,qu.nd ye confid.,re a vate politique la paix en longueor au lieu te hauc6irer. Ea
lpctla le ... du parlen nt les i q l tre-honr.,be membre je me vois contraint fomme il ny a point de promeff. de paix t et
impnriains ni.tnill.inir t m orIs par a e' u i- de ilir'cher fi quelques circonitaccs favorables dans les circonitances prefentes et de lor ire actuel
ithInnet i. s enbarras cont s et .s r6eenimmnt furveomue dans le gouverr.emcnt fran- i des chores je t e vois rien, qui julfl'ie plutko
tfetr)fiihns de I'ei.nemi puffient rno con.dui. cas, ont trut a cip am:ni un tel cha"gement oue dans d'autres terns des operations paci-
btenr1t b cet obe fr let ba,.s auxquelies d'aps et des difpofltions fi heureifes.Tomnment ett comi- fi.jies.
la jle d' a" tife d "as aquelle c pays eft pof6 le government actel? Eu-il .merilur qu'-u-. Cepeniant le tr'-honorable membre n'avati
aet ,la ti n ndes affaires, ca ay ef .. can des pr'c6dens? J? fijs oblit. doe appeler les7 jaais mtftllt. jufqu'ici la plus faibla intention
droitade Satnre, fa majef eft en propte expreflions don't le tie honorable membre de negocier ; il 1f trouve done forc6 de cori-
Sa I.-t "e" fe fervit lui-meme lundi dernier, en di c:tant fur venir qu'il a prodigu6 tcut le fang 'honnour
S.d iftnrn rlaprend la parole et deuandoe A los finances; il utab it que le g',uverv'emnnt fra!:ais et les trdfors de fon pays pour '6tabliffement
,'ea permiffion de fire pr6ceder de eptait pas implement fur le bord, mais dans h du gouvernement qui exilte en France aujour-
Sfliii x onls la lecture do Iadreffe qu'l l ,o ,1" tin e de la banqueroute. d'lui.
eot Poo, Lobjet qui va ious occuper eft 11 'ra 'voulu traitor plut8t avec la France que 11 a 6t6 avanc6 en terms -exiprs'sque depuis
tiut oif. 'ie j dit il, aux gracieuies difpofi- parce qu'il 'y avait ie de flabo e rien de per- la revolution il n'avait a nmais exife dans ce pays
(f.fon'*alkrtc s, par le roi A overturee de la imanert parce qie tour tait dar.s un 6tat de de g'nvernement capable d'obferver les ob!iga-
ot ia efp.6'tpr'arics dloigndes que fa majitfl flictuition ; il no v-ou'ait pas traitor d3. la paix tions inuttelles d'amiti4 ; et je le de'mande main-
~rfel- vatirs iennent hieurefei ent de fi rea- parce eqie ios reli.ces de la rance itaient epui- tenant, fi ce gouvernement venait i changer dns
; ,. urt f 'apr1 ces eC ,ra'auces i,'ellei s'en- fe6,s Iet qu'ele ta't r6duite in:eriuremient a une quclq.'es jo''s, les rti'ifltcs "'ea concluera: nt-
e' r pieanr na nrlpo ,hrn auitot ql'il i fe', ttffO trafe tq u'e oe renve fe'ait touted eece i e il.s p. q', li font autoriTs ri,. itre e; m'.rures
) tni l government cpab' de nair- 1-uverineunt. Toutes ces eotraves, tols ces ob- pac fi'uts ? ne pr"t iudr .i-Ii-s pjas, i urn ban-
ubatili]e'.. et ionvenables conditions de paix. (-acl< n'cxifneat doie p'l. de Les Fros -rai ...t ~ts quer.ite ntiaon a e ou, qige-q'u" de ces convul-
lklu dtni tel goutvernement s'dl rda- en deft ri concG A eurs plincipes, A leuti i., lions a ]aqudloe lo tieshoioitb. a dit ce pays
'' g v r e1 .. f '. : \ '"


~R*--P-----IIIL~CIIC~ ~ -C --~-----n-----l--*----










elp4 ..' liu qt.e nous ferions autoiiC's a' A Iur ~4giM il rfat en convenMr rexcluftin la eprefesation naone, no anoncent
norla fAi dSe tout tti^ autdi'eur? infi nous de foanci s uAliqu-es irft pas une hmple mewur cette lo eft dtefia et it de leu
fe:n orl reploags encore danm les h.nreurs de la de ptecauti n, niats encote une pe.ne applicable doyer e ham qi' ele attemt i maisil eitpl
gel~r; air.i diAs lo fait mous arions une trve, i kn d6it petfonnel, delit que eo deeret envifage, in mwtnoe teis. que pluu'ele obti.nt pl rob
arm6u, wais rien qui ouas procurit lo repos do la pour airfi dire come une forfeiture anticipe. tio des amis de la puliqu. et la hai de a
SpOr, l'exiStence d'in dlit, ou fi vows aimez mieux, ennemis, elle rurnit tout les tufcages. Ainfi coie
o c n p h ane inefure f4ditieutfe et coitraire aux lois eft un perforise ne foiittent on nu uf4rai foutenir v
Je conciis en propofant la chambre d dopter fait qui ne fe prefunme point, et qui d6s lots doit fuccs que la Convention nai pas eu e pouvdir
ppa tforaie d'afmendemant la motion favante : tre prouv6 et jrug6 tel, avant qu*on puiffe appli- rendre cette loi, qui eft one recufation ort ,
SLes filelles comntmnes de fi majeft6 rendent I quer -ie peinie quelconque a fon auteur. nom, did PeuplP' et pour fan intr&eP contlr
fa toajefl6 de t6s-h"ambles actions de g&ace dui ,La inceflit 6e ce jugement Aevient plus fenfible .es individus prfun s- dangereux ,. juq
nueIfahe par lequel elle a gracieufement manifeftR encore, ii 5accuft ccntefte ia ralit6 diu ddlit don't la paix, dan les fonctions publiqus,' i
fon intention de nigocier la paix, ett lui renouvel- on le charge, fi, comma dans fa circoaitance at. -hors de oute que cette loi e p~dladi,
lent l'affurance de leut sincere sppui pour conti- tnele it exifte de fa part une dUnegation fornelle doela con itutton nai fante, eifite dans toute f1
nuer vigouredifemenit la urre en. cas de rethf de et 1Igale. La loijui, dans le cas de la fauflet6 e force, que le direcote doir t, fire refpectr
b part de ennemi. Los f6iell-.s communes de fa fon d(3avu, .addutionne Jo peine da Pexclufion et ans refti rtion, et le corps legflatif nnifdft ia
3a eito6 aln peuvent s'emn6ch er do regrettr quon cell- du barnniffiment, eft un motif de phis di t- folennelief-.ent la volont6e e la maintenir jufqu'
ar confeill6 fa n majelf de regarder les embarrass vpftir de, toutes les precautions legitimes le jugtg- P poque o la R4publique victorl te des enne.-
ia6.:rieurs de la France c.miiae lui fourniffant des ment tt fait eq lui-m'me. 11 ne s'agit de'iens moms mis du dehors, et d6barraff6e des complots" do
irtconflauces favorable pourconclure la'paix pour qIe d'excliire et bannir un r tpre6entant 61u das lintetieur, nourAfa ni alarms da prix de (-s 0 .
ell- et fes allis, ; vu qe I 'adnmitlion d'une pareille les forms conftitutionels, un homee que par j crifces et 1'exemp e 6rant une puiflante autotSri
propuhlon portrait retarder les op6rations pacifi-. application d'une lot ppftrieune a des reproches les reprtentans du Peuple s'expiefferont de l.
ques, fi el'es font commences, ou rompre le plus ou moins foadds, in pLut bien d6pouitler de donner eux-mneies en repoiflmt, do leur fei,
traird s'il 6tait conclu; et come les $delles con'- fon caractere, mais don ton ne peut contefter, fous quiconque eft com,ris dans les deux premni;tr
Manes de fa majeMft fo:at alarmees fur les conf.A aaun pretexte les pouvoirs et la capacity coniti- articles. Jeen appelle. a la probit6 r6pub'ic.ine
que:ces 'ane paridl'0 declaration, elles la conju- tutionnelle ot primitive. { cette aflemb'ee, apx peils qui aiffgent la Patri0
rent hlmblement de vouloir bien y renoncer. Les Jinvoq-,e donc A grans cris en fa faveur, onu prils quon ne peut e4t ottriier que par actiona
st&,-ii ,tllescommunes de: fa majeflta lpreffent avec plutetr en fiveur dei priir"'?s les forces tUte- reunie des 1gflte.urs et du gouvernetent.
d'aura"t plus de force a'elles ont 'affurance que laires tu efqueies elt afife la. giarn; des m.m- L'ar. dr a .oi ainfi, con...:
s'i n'y a "pas d'eipoir maintenant elles te voient bres du corps leg.flatif Jo les invoque par rcfpect r
plus la poflibilitd de difcontinuer les hoftilitis pour ia jufli-e, 'pour les in s ets et l vololnti : Les individus qui dains les alTemblies pri;nm
et d'arrater of ul du fang fi abondammenit tr- i fouveraine dut Pcuple, q ii ne permettent pas qu un res on aans- le aeibies 6lectorales aurnt
pandu. revr6fenta.t 6lu foit, fr appb d excliiuon et de ban- p'-ovoqu* oin figne Ieo meftires fditrietfes et con.
SEnfin tes filelles"vommines de fa aiajefI,, la niffement, fans la dicifion univoque des deux con: traires uix lois, neopourotnt, jfq'j.qa' paji go.
fupplient da d6clarer gracieufment qu'aucune forme feIt et de i hatte cour ide j ice. a ineia xercer aucune function lgiflitive, ad'
de gouvenrement en France et incapable de th coieint irn efft pou rie -voas tehapper ia n nift-ariove municirale et juadictine, aie que
mauintenir les relations accoutumtnies de paix eto loiieivation de ces forces refpectables ? Entre la ce'a de hwt jir6 pres la hite court de jildices
d'am.'id, et d do"iner les ordres n6ceflaires pour decaration 'uai d6put6, qu'it n'efpoint aux cas e et de ijr6, pis les autres t b eaunax.
ne negci2tion inrmdhdiate i des conditions juftes i de la loi du 3 brumaire et la dnoiciation ,,i Ctou i Ceot arice raffura t pour ls difet er;citvi,
lt raifonaablks. men4e la prove qu'elleeft jifuffe, quel feta le judge? la conftiuitiq aura t pu fians dotite prteraCi :'
( La fuis4 ilcelamneunr (. Peut-on frutenir quece fe cf rps !Vgltif ti? Le une difpofid3. p6nale-, car peut-Stre on objecterait
voill dbs lors fotc6 de prononcer fir un ft ib, forc6 avtc quiieqie-raifrnu qu IV quiti? tigoureuvfe srgui,
d'appliqutr la peina de bannifement. q'ion fraps at plus iunectnr'ent ei provocateP.rs t
Car enfin je Cuppoif qt'on pufe fcinder les fig Itai'e des mf res f diieuf s- m2isi.AlTei oil
A V I S. denx quear ions, et que le corps g flarif ait e l.a tintertin frag d. lpiflaeur, accoreat, quelqtie
Sdroit de prononcer fur 'exclufion fauf enfuire an ch e aux circ it ances dans kq eI-s .ona sI&'
Livres relidis vendre., arc.toire fire pourfuivre devant in triburia', tronvd ai moment dts affembfle. gi ace la'
ordin tire lispplication de 'autre peine a it en at- p. u o facile a concevoir de i'e'pnr pbice rt
Hifloire Natrelle de B premieres figures riverait de deux, r haes 'une, ou queen tribunal aux diverles ambitions der h-mnr es, il ta point
Svol. n-4" relies en. veu tts-bel exem- ferait forc l'apliquer la peiae plans difcuter le vouu itabi'r use. petne, il a pris feulemenut 'e
plaire 80,6. liv. a, ce qui doe vue part ferait un vritrable ,rre're politique qui o6:0g.r 1ies emploL lei indi-
Recueil das hiftoriirs des Gaules par dom dcrt de mife owrs la /oi; ou que !e tribunal pour- vidas don't la conduite a cette poatqe lui fiiiii
Bouquet 13 vol. inrfl, o n vel 4,Olio, en ve, v. ra enit ert-er da s la difcuflion dit fond et i feri craindre pour la fuite une maiche oppof6e I cLE
Hlttoire gcn6rale des voyages par P.ee6vlto ttC-poflib:e alors qu 'il ne icionntit ancun caractere du gonvernement.
o0 vol. in-u4 relies en veau figures cho- de fdition dans ifaci {!ie la lgi"flature aurait Et cores, il n'eft aucun Frarnais bicr. inteniionni
fies, 0o,Coo liv. nanmoins d u'clar6 fi&t;L. oit 'te st remb!6 pour le fora doe fa eie t,'i|
Di.htinr;aire de Tr6voux, derriere edition 8 Appr6cie oVabfurdit i et finconfi.uence de ce e ri vu parmi les 1g flateurs, les magilrti, lets,
vol. in folio, en veau 6cailee, filets d'or, (il n'y double jugement. Exclus var Jle corps I.d lftif adrmiifirateurs .~es et lei jus.t, :le pr 'hes
agqu'un exemplaire de cette condition) i ,ooco1. P'accuf nti. fc.lit point banni art le tribunal, et piret de ces pedfi !e eimigr&s, q-iraeat er d'E art
Idem reiure commune 1.,0oo liv. c-pendeanr lex-luion t ie s bannifio ment tie peu- en Erats lets t lr ..a m 'es et r ieits forfaits ei
Itdoire de Francer, de Vetiy, eo v ,ol. in-zz, vent dniiir qua e la maine cause. C Met qui, f.s pn.uveleut retrer en Fra:te, y cim-
9,0ooo liv. hamnriie ferait innocent et coupable pour le m6me inme c-aient leur rV'liton par le jttecr tar rasi
1-gifloire moderne, 3o vol. iSTiy 9,o000o v. tair. les maafi s fur taus les trefors enfouis, lur
Ih.iitr de Goldonm en italien 17 vol. in-80 li nervous reetrait d'e-lors que !e regret d'avoir tos ies prop. ts et par pgo-;er ou dotpinrer
fiAg'resi, en veau t, 17,000 liv. oenlev6e ni de vos coegues i ftesi joges naturels; tous les poelefltirs de ces richelflrs, au -nard hui
Spectacle de la iture, avec 'hiftoire d-ul car u:e f-.is b inr h i'in igeiont irgal, evus fous ia fauvegarde des ridpbcair.s qu'orit breuve
Ciel par Plu-e ,a i i vol. in- I en veau, tr: pourdi luari c nitg: l q.iutait e d refdoiie- doutrages.
4,000 liv. t>ic, qu:a'ite qu'il e ti trt pas de vous et don't Cepedndant., je mets une g-arde dcff ence etr
Iliftoire g4nealogique de la ainion de France 'la fele tyranaie pourrait lui refafer 1'exercice. las individus comprise doan ie lfcondl dricd( el
par lt p.re Aifelme, 9 vol. in-fo!io, en veau, Je rog'iais, citoyans colIgleus, de proluirger ceux atteints parJleoI'j.On peut -Ar part -
avec toutes les arm)iries 4,< ooliv. le developpemintt de ces rt4isxiont. Leut principle d'eniigrs er nar.mnoins d rea-digne de la Fatrul.
La grande eible, ds Sacy gt vol. in-80, en eft datis tous les cfprts, dans tous les coeurs : les Ma lea lgiflateur connaiffant le croeai e.ra-
veau, 3,zooliv. rappeler, c eft convaioc-e. mains, ad re pas epofer n pere 1 fitger
A Pad s chz le citroven Co!netr librairen J nai qu pen de iists a vous'dife en fi ifint dins, le tribunal devant lequel fetit rrun tonf
VAit Vomoa>r ac no es i m ti de votre gloire et du fit's ; free i falfir fn frre rentrant fur 'u4
ajotrer e= a cix dei lo frais mBaaq.I falnt de la Patrie, n'enviiagt pcint cette dilfcufotirortritoire ot la Mort va Je fraplr ;ui pareiit
Ol trorive he zle 1mniveu afortiient doic-cI ne Ia caue ,ividel di citoyet Ayni. dii:.6rr e iras i confeIl fur'le Jfort fe
tionnaires en ngues 6traugeres ; et eorn gnral C'G n en i faith de ih libert6, s'il eft ernmis, fous parents.
touies fortes d livres anachs. 11 fe chArge des 'retexte du dccr-t d' I YrumAre or a tons atrr s Aufti los fralaqais qui tiennent 2ur cda6r, pIT
counmieflonrs e e rnverfer, fins omes egales, 1dedifice facr6 dedes des alliances ou parole fang, applaudllenit icete
f ections ccnf.i:utionaeiles. Je V'e vois plus dans privoyatce de I.- loi P a ieu de tA rfe6volte(.
.-J l'han et fi'atre coftlil que des corps arillocrati- co',tre elle s'iis font rpubtica'ns. Js lie dompti
quies qui peuvent ~e decomt'ofer au gri de tous pas beaucoup je ,ous aYoiie far le patrjo
les part5s. tifme de centx 'qui tienneat muie cookuite oppo-,
CO RPS LEG IS LA TI r Repr6ieVtans du Peo.ple ma hsur ~ vous 1 vous os fee et mme j'aurais pen de com fiance datinl
ne clher.hlt votre f.tut qie dans une -mefure r6- cit'oyev qui, n'6tant point eompris dans li'
GONSEF'L DES CINQ CENT'S vlutionnaire La rept6fentation national ie fera menclature des fnctions defigo6es par I? li,t4
CAli%. Lnttvt af' qtte hfur le- fable sriobi'e des fActions, qui, fe trouvant pareus cut allies d'enigrhia
*re de T rtet rYus r6dvlutionnerez edfiuntIaconflitutioi toute degro.s preferits feraidnt airez pei delicate pout
Prctfidence de Treil/tard. ,te atcepter dinnDortank emplois a la nhointion 1
Je demanide qu'Aym6 foit jug4 dans les fortunes tverneinnta.
SUMTr A LA Al" C i N1ivOS. !6ales pr rites par Iacte coufllitut;.nnel pour M.:iT a:on dit, a occfion d'Aym, 'I
Sitc d dif os de Dumolard. la aa e e t mbres du corps eg:flatif a prmi nos ds citoyens qui f r evlo
Aiudoin. RIptfdentans' du Peuple, nous fommes dais la loi du 3 bruinuire, il faut Js L'1,6,
.'. pas v;dent des-lors qie le dlcret re- donc eniri arrives a lav6aticabl question, dege dG inotre fein, de mniniere nt4aOiliine, P ',
cr....it bien lui mme I'exifltnce d'an caractIre de tous !as obac:es, ue routes les prvehtiuons comprotiuectre norre propre exiftence, ce I
p ,blic dans la perCfnne de celui qu'il fometr a la t ude to lose caintts don't on aurait pu tres fige-I i libztt6, rt i it n lt i-'une la ,n t.1
d uiioin : celui-l, en effect ne ferait pas ternr da n i:nt n pas l'eavironner. Cha-un de nous eftcon- Moi I propofer I'expullan d'un reprb1lepnlit Al,
to dmettre qui o'aurait plus de catactere don't il vian.ci miautenant qu'il ne s'agit que d'obbir a ia Peuple fins employer a fo gar1 l"s frnicp
ft6r oblige do fe dtvdttir. loi diu b:uonaire. Toure incertitud flitur notre conflitutionne'les I jam.kis. Le terns des proniP
.j anoitlre r flaion fufirt your containcre que ex fence politique a dirparu, et la d termination tions a coupj C de d crer eft pa t jo re t
cf.'r.t dde la loi eft de foritfir, par umaesdifpofition qutivous allez prendre fera dictde par le fenti- plus toir de poles bWurreaix al:er.lp he pi*t
p6: ale, l'a,;.lication d'une g-an dmefure de riett6 ime tnn dit duvbir. Vous marcherez rapidement a immoler droice, et fe pacer I daoite por
puHblque I des faits qui prouvent dtre douteux lr '.:,I ai..i de cette loi, qui n'eft point un gar-. mlet i gauche.
dorti il fuit reconnaitre existencee. enlin A la laniere ang'aife, de notre conflfittion, S'il 52l pofflibe qu'un tel verti e
Je maarrte en part.uier a pretrir article ap- mans qui en ei le fircere et lirrlcufable,appui. II des t1es, qu'une tel.e opinion "a mi
plicable, ca6me on faith a cedax q i a ao'.r p- elt wavr que quelques meftagirs de ouannere avant t foateaee erna T i
*voq:: oe fign des m"r fiditisuf 1oi.1. :~.'IMiss, atenvolop.iot din crdpe funie onr faifi Jo poignard pit ~bgr; r q


- --L'5-~- ILq/ILPli~lP~IIICIIC*-----









.. S par t;, qui &alet rdoutt du cerc! dot on n faurat snapper, de que!que
'ir ce qu'ils lutt'aient centre ces aiteitats: sti>aierae qa'on &f touunet, que ques woveast qu'on
u r 1' jitlfttce de ia gatanti%, des niemel- employe.
.l.. rpr;l1entauo naticnale ; et cette loi On na pu detruire Ia Rnpub'ique en male par les I
tie go f tra..sfornerait pas en nillit armies 6tiangeres: th bisn on a r t6lu de Ianan-
'te et liberticide : je dpeindrais les an- tir, en 6cafanti Pfun aprts 'autre tous les Pepu-
*13 trlles t les d6chiremens de Paine aux- blic.ins, d'abord fous differens norns, enfuite fous.
Art en proie, pendant I'abfence dos ce!ui de tetiroriftes, et bien,6t fous celui mnme de
- 0fitgitionnelles. les rtpublicaias qui ne plai- Re.ublicains. Oui, le royalfine, qui loin d,'tre
au dpminateurs ; )j mnontrerais cette abattus trouve des protect teurs, maitie une fois
A ro fctriptidl qu'on promenait fur leurs de le.fprtt public, vousfera p6rir come coapables
t,* f'pendue par un fil que venait couper le du crime feul de r6publicanifine 5 et, que:que foit
't'ct audaieux ',-voqtenrais des tombaux les la fainted de votre cause vous aurez tort, parce
fts aglantes de quelques amis de la Repu- que vous aurez et& vaincus. C'ell li ou nous con-
Tu ie les foleverais jufqu'A -cittte tribune : uira tout fyftte tendant i manager tout le monde,
e *'aa diraient: Obeiftez d la conftitut .n, ors les patriote,; et cependant le viai pat:iote
-lovYuns pi pace qu'il n y en avait paS.-' pent itl re jamais crinirtel envers 'la Patrie ?
1t fat bien observer d'abord qu'il ne sisgr point .Repr6fei.tans du Peuple, une emotion invoeon-
Ij'acuIlaiion de jugement, de peine A infliger. Je taire et profonde n'initfuit des perils qui menaceit
S'i~nforme point sis ont fait tine d6clara- la liberty, Je fis, et je dois le proclamer haute-
Sils'et out fait aucune sis en one fait menit, que kls membres du gouvernement font
r ia on fifde, 4 lcs articles fuivans les remplis d'excllentes intentans qu'ils ont fait
nhanent an banniltement, on ne les y con- preuve de courage et de patriotiume, en acceptant
,enpm nP tous ces details ne nous appartien- ielurs telorbles fornctions, dans un moment, ou
a oirs. is lot du reportt des triunx.J par la flupidite des uns, et par la &eifidie des
d'nane feilesnent fi leurs ponvoirs fort en regie ? autres; I Etat 6tait amerid fur le pencha-;t de fa
iir dans l'at actual des ch-'fes pour que les rtt-e A la plus complete deforganrfaicn : mus
v'd"irs foient ,.atb; s quele citoyeh d!u'rbunmffe en vain ils contacreraient leurs vei:les au fEut deo
a dJitiols exigees par tacte eonilitution.el, la Parrie ; en vain his ne chifiraient q"e "des
r pr les deLx premiers articles de la loi du j ages nitant dlme des vitables pa:riotes;
er en vain'i's expuTfeaient de lets bure'aux les
is, ,dit-on, ih font reprfentans di Peuple, hominmes nuts ou dangcrcux pour )a iiberd s'ils
Se mm aleent p le a n trouvet touours, tus s inans, dans les
ar oletoral es ne dle point qpailu ayernt 6 metbres du corps 1igiflatif autait de 1R6publicains
* 6 l Egaletal.ent par les afi inl d etors alenot qui nf le cement en riln leur 6.ergie. Crovez-
n;s nie qimils piffent figer dans le corps !i- vous que cette oi fi indifpenfib.e du 3 brunaire,
tlera pat fiitement' eXcutee dans les d6paremrnns,
d tati rt' qu'clete t jfera pas dans votre fein ? Nor;
SVus convidelrez tous que 12 puiffi.ce -doit pardorez, Repref.r.tans, a cette chaleur ;vc
pickdor I won; or, ils ne peuvent agir coortme laquee j'invoquae ip ompt etr trop retardeeexecI-
repretn is en o p ia pific. Por n. eft moi s pernmis que jamais, et furtouit un
u avair la puillance, il faut d'abord avoir 6 ~iu for.tionnaire public, de n'avoir pas ut caractere
Iditapt lei urmes legales : it faut en rie que T'e!u i pronnnc: it f ut 6tre totalement pour les chouans
piffe 'l.lgdHent actepter fa nomination : or, los on centre los chouans ;-totrlemefit pour les roya-
miIrts non ais, l us partns dennigres er les liftes ou centre las r.yatifle:; totalement pour les
(1L"irs 'dair 1,s f6dirox, ont iPs pu accepted nafrrimruts ou centre los mAffacreurs. Le fyfteme
l. Ilmn:t leu : nomination ,.lorfque los deux Pre- troid de nautait tnrqui!e eft un crime dans les
.u jriclles d! la portent que les 6:nigrds non circanflances aczuelle,. Non, vous ne voulez point
any's, lts parens dmigres et les fignataires de la conflitution r6publicaine, vous qui no pour-
nt, ret fdicticufes ne pota-ont exercer los fonc- uivez pas avec un bras d'airain tnus fes ennemis ,
tours legflitives? Non.s sri& rniffent done Vags 6migrds, pretres rdfractaires egorgenrs, roya-
,tots let conditions d' amifibihits : ils ne peu- lies, rebelles aux lois, conjures de vendipimaire;
nott donc past&ie regprdis come repr6feintans vou qui cherchez A rduire le gouvernement a
di; 'c,. ; etr I l1oi, qui, dabs ces deux i remiers tine iehe tofition qu'il ferait forct d'attetadre tout
inc,: noffie 9quune mcfure pohtrique par laquelle duhafrd des 6veiemens, tindis quil doit l..
Mit ndefcniu dacceptser une nomination, qiand |taiftifer. Non, vous un voulesz point auffi la
tn fiai ds irntks fditieux ott qu'on eft cotifltution, vous qui n'ayant pat obtenir des legrf-
parti d'smigti pVifente, dans 1 article Ill, une Ilaeurs .bogation de Ia loi du e brnaire, cler-
pi centre ceuxI ql petfifteraient i retenir uneI chez a rendre fon exdutica ; u'e ; vons ne tra-
ctionl lacceptie illga ment.. viilez qte pour lanarchie, pour la perptuemlle
i guerre dudehots ne m'a jamais effray6 pour anarchie, chemin 'far de ia royaute que vous luez
hlibearr : certe guerre, toute terrible qu'clieeft par :ous les pores.
Cat'atojaours pa.u qU'une diverfion A la grande Repr6fentan laiff-z les roya'iftls hypocrites
petne de 'intrieur. C'eit thz nous qu'exifte la donner a !'acte que vous allez fire, la qualifi-
ludlance ennemie la plus redoutable: c'eft cette I cation de difcorde, da dfrunion, de dechirimelit.
orrible piffri;nce dent Sh6ridan, aut parlement I Nous fvons qi'en peut dediter de tr6,-bauxt
lhalis, a rearochb -es crli.es aux miniftres d iieuxcomnmns-tur la neceflit de I'union, et qi'on
George ; pu ff ce qui fe reprodLit fous mille product ai.:fi, et tt,-fouvent do, grants efftrs
phyllm6nornt$s diveires, mais qui eoi toujours elle- fur ceuk d&s amis de la c ncorde qui fe
'i-letqua conftamment il faut combattre et- laiffent-emporter fans prevoyance par ce -voea-
W piilner par les riguurs des lois. Le Vanon pent fi naturel au coeur des Rdpublicains. Mas des ti-
* fervir ule fois i 6claircir un pen fes rangs., toyens attentif., et furtout des legiflateurs, nWou-
n.6i tile fe rallied bient, elle mafque fes batte- bent jmnais que la faintetd de l'uniop et iorn
Sitipar t terrorifme aitifiiel qui ett fon'ouvrage, hureufe dur4e dt pendcnt dans un Etat de la
Oni la tOuvew. rargae eb bataille, aprbs avoir fitrite cbf.-rva;tion des lois I et iste leur non exoe-
, aupes de fa faufle attaque. caution quoique accompagrne d&.;t.gnilique dif-
SExutee Ia loi dtr I brumaire, eikcutez-lM fur course fur la p_,ix, livretaoent la Rdi)-,bi ilue aux
le :emp- et vous aurci beaucoup co tr ba6 a fumeurs d'une guerre in;terminhb!e. Oi. t:e compafe
olnner aui rfpipbicains cet A-.l[omnb qui allure la point avyc les lois queiqua pretexte ou',oa
i'.*: .et;, vous 6urazs beauc tu fi: pour la" oppose. La !ibert n'eft-lle pas une propritd na-
, lauration de Pefp-.4 public, fans l.-, sVq1 n pbrit. tio'nale, qn'on ne fabric ali ner ; doA .il faut
L.e lgiflatur fais doute a lit' ptuIlam.e de de carter les dmnigr6s les amis ('emigr6s, les pro-
u"ntir les ipoques*-of it veidt 1,rrdtmnontier vocateurs de mefures fiditieufes ? De la drcifion
Scon.ditioi d'amniflib:lit6,; ptrfor.ne s'a conteftd quti s'art&era fur Aymn6 pour arriver enfite- i
. iu facuIrI6 ix ivdat'en.rs 4e note constitution ; ceux cohtpris commne lui, dat,sja loi du 3 bru-
Stioun nt s'eft pp2.f6 aux conditions d'habi- maire, dependent votre furetr cel'o de ia Re-
S.ollt Atie citoyen f, aais, A cells exigies publique, le maintien de la confrUtation leJ teme
i...eu:, a ctlies exisces des membres du des mouvemens ri.volution'aires. La Patrie vous
tl.i d9s Ctiq cents, des menribres du copnfil conjure deo ne pas foufffic qu'ele ficcombe fous
1A "i its, des meiamb-"s dti directoire; at c'pf:i- los efforts de fes ennenis par ,les complots de
tro eboeic oup dhotrtmes ea Frarce qui fe leur alliance-factilige, fous Je poids de leurs at-
lalt tsatuel'emeint hours d s conditions que tentats.
Ittcur fait retrogtader jufqiu' dix et qinze Jo vote pour que le confal declare qo'Ayna6,
'i a on nes'elt pas Vlaint de ces d&idtons compris Jats Particle 1r" de la li du brutmaire ,
Mft. te n'dtit qut des difMpoiticns politiques ne penut figer dans le corps lgiflatif.
e fu9pp e. das tos fix On demand P'impreflion du dircours d'Au-
Awtil ue 1 3 roais, (ans fix Moll,
,, I a* dernier jur. de notre feIioll, onl
P contte quelqu'un de rous la preuve qu'il Plfieurs voix. Et celui de Damolard.
Falat.. n LI O RS r~qu Cos ar 'la co ogiimution,
4 d ,I t dui'r r ia OR r o 0 tfi on' UJ.e vive rgiation fe rdpand dans le confdil.
1ri4 f, d. auit dl'&6 ba i qu i s a fin, ua -AUX vix, ax vol s'ecrient uno fouled dte
fi .ux e ehI bien, dans moits n ois, dans .
SMdfi2s la., ap, I t dernier tan de note Dans une parties de la fall on demand P'ordre
sd6i tde repr ntrns ceonnqiftc du jour fur le tout. Une premiere 6preuve eft
dutenlui da o.i0qnou 2 ons conniffli.ce dt fxite et done lieu a de vives r6clamations. -
JArecuto a quelquecondition d'inadmiflibilit& La Xiiion a dipfa scrient Lebage-S6nault
eao, pare tlca e droit f plein Bnt;boIle c aut is membres.
!1i ij Yrait point de frmes conflitiiton b .
tt~ aie -q II audrait fortr au m&nre inahnt A'r/i. de Thiovilk. -On a demand l'iMnpreflion
c "' eant, a loi du 5 brumake a trac6 un des deux difecours je fieis du nombre de ceux qui


o1 &-m;and6 ',uror, &d'* ur fr ,L towi i eI
clair q 1ie i oe co eifit pzafe n i ordie d'i j;rt:-, c'clt
fur l'ili;trtJ~ion des d'-nx dif:outs. Si foirre du
tour tie pafl. pa. a.ors i! y aura lieu a demin-
er la divisionn. Mais 'ordre du jour doit t&ro'
d'abrrd mis aux voix.,
LVordre du jour fur le tout, eft adopt a una
granue n,:jo'ir[.
Villtard. Citoyens, vous voulez donner Pexem-
ple de la foumifliqn dure aux lois, en le tfaifant
exdcuter dans vote ptopre fein.
La loi dtt3 brumkire, qui dtioncerte tant de
projects liberticiAes, qut.i iend inuti!es tant d'At-
tentats depuis long-terns dr.ities, vous allez done
vous 'approprier, pour ai.fi dire, .t, rendre fon
action pius rapidce et fon ficcLs affluir, en fai-
fant voir que nul ne peut s'y foultraire quel-
qu'&minent que foit le pole qu'il occupe.
Vous avez preffWnti ces hornmcs qui voulaient
ahufer de la'coitf~u'tion pour vious rdduire 1
Vefclavage ,-et vous leur avez dit : Confeillers
pe fi les on imprudens, confieriet vous ainfi ta
pius le-g.r de vos intie ts a qui aumait t!es inteirts
contraires ? et vous qui avez tonujours a la bo.u.~'a
le aiom de la verat et de la :nmcrae, uie voius
nou,. en3a,,z a placer un pere entire la Repttbiut.i
et fon fis uaifits ir.tc-u i.-1 .>ub'ilu.. et to4
pere, et que vous vopuez les rtiui'e, i rIaltet-
native oun de former, l'oeiile aux fentimeais de b
nature outde trahir leurs devoirs et leur Pati'i'e ?
Voulez vous dove raviver tilocendie qli a peinft
onous d&v,.rer? perpl-c-vous que nous ayions pu.
fioit oublier que les dangers auxqmitls la R-pdt-
Sbliqjie yient d..thapper ont it caufhs par d4s
promotions indifcreitte s 6.fnig'.s et de leu'rs iS-
r re.ns aux fonctirins publques ? olez vou,bien
appeter volor'te du Peule e C qui n'ft q;Ie e 1t-
fitat, d'iine erreur fmipri('e fit confimce), vous
qui 'aviez pr6paide et rendue inevitab'e a fOrce
e peifil es 1 '
Qoi 1' vous qui renve: fant !6s bafes dui cor:tra
focial, avez focus de *air s pr.texres enhigie v6s
concitcye.s des afefirnbles primirs,, V",s nons
patlez de vote rbfpect t 'or 1h coflitttion
Cornprez-vous bien fur cc flupide exces e rot.e
.duiitT ou plurmt &ars vous encore *ento'.'es
d'faflalins, *ces vous encore foteinus etguldespyir
quelque Carilina I
Oui, ciroyins repr6fenrans, voilia ce que you
teur avez dit a cx honmmes dant vous avez pcnlt-'
les ddcfi'ns et ferma'ct Poreile A leurs irlfinu;-
tions, vous avez voulu narher fernmement aii
falutt da la Reptb'ique, een ordomnart que la loi
ftt ex6cutre pacomaau milieu de-vous.--
C'ef'en con(fqutence de Jcette dcterinnttion qti
faurVe la FtdpubJique, que nlt'lS dir'.cutor;,s le prjie "
de refoluuon qui eft'ptefents art confeil fhi Ay.u>,6
ain ". -
Lit tins ponfent que come membre du corps
ligflarif, Ayme- rne part ene attest par la .ot
du 3 brumatire-, qut'en veotu de f. mile jti *- -
ment, d'apri Ils tfoines coniitution.e'es;d'a.tres
efliment que la toi Su 5 bromaire doit -t :'ppliroue
SAvrm6 par le confeil dts ciaq cei;ts, par forme da
pal:ce.
--E:fin-, Ie-projet -q.i-nous-eft-fournis tend a ee
qu'il foit pris a cet pgard soe refo:ution p:6f4nz6e
a tacceptation du confeii des an4iens.
-ta-ptopofitionte-la ir.ife er jugcment-n'eft pas
admiffible, car ii eit certain qu% i"an des confe-is,
ou 14 corps lgifiatif peut C.:ul protoncer it,
ou, non tel deputy peet ralter dans fon
fein.
Tout ce qui vice les pouvoirs, tout ce qui efl
relatif aux qualitis, tout ce qii s'oppofe a (e que
les pcuvoiis foient exerc6s, compo. v- (vemmrent
et exc:ufivement cui a le droit de Torifj:r files
pouroits font Valdb.es, fi les qualit&s fort C .quife.s,
fi rien ne s'oppofe A ce que les pouvoi, foiknt
exer(ds, et it n'y a beu I pronor .er par les tri-
bunaux q;:e lorfqu'il t(het tine p-ine.
Or aux teimrs des articles I" et II de !a loi,
it n'&chet de peina d'aucuwe efpece, il y a fCule-
iment recufation exetc e.
Or, la rcu'atrin exerc6e contr6e n iige pir
une partim, la tffpenfion de< pouvoira f.tra'fe par
un comnittant entire les mains d'un fond,', tne
font pas une pine; et d'apis vos lois el;.c, nri
donnent pat rce'n lies a u' e aectio civil.
Soeis quel rappart le mn-i:.ilire des tuibt:lux
poirrait-il doc interveuir d iis ccstetiricorilan,:; ?
Msii eo-il n6celaire &d prouver Jcvata-e quo
la loi dji 3 br';imaire eflt uje loi de fip,'ret4 fpub!i-
quz et non une Ioi pana.e 0ontre Ia ribell-.n ?
me fuflira de fai:e remarq'ter que la loi ,ou v>r-
diiiaire avait cemal;ttemn;t ptvu i A la r-f-ef.
lion de ce d6lit, et q-it fi la loi du 3 brrnmaia
avait eu pour but d'e:3brir des. pine~ ell- ;e fo
ferait pas bo,'vae A pt.,`fco !'inadn'itfbi;iti.
Autre obferv'ation decifive : fi la loi da 5 bl-
inaire 6tait pnail e.aurair-eile fiaope fur les parur-.a
et allis des migris, de l. m6imne maniere que
fur les provocateur; oa fignataires de nmeftires
fMditi-eufes ? Non fans doute ; car la flute e&au
perfonnelle, c'odft ,t le corible de finruftke.
Ainfi ,'quauid on s-efforce de nou s aire conft-
direr la loi come p6nale if ft clair cu'on nous
mene A Con annAllation. Or, c'elt ce quoe 'itet-&
public nous oxdonne d'6viter ~ car cctte loi LA


bel~l


~;-~----T-- -?-~-l-CIi~.~3CI(ILI~LI_~ ~--- ~C -- I____~










yecountie n!cef!Aire, ntr-&n par cenx qui cn- ccrps lig'flati, enter, qui eft eonfRIitui;ta'niemettt
battent I'opiiown qua je defed Uon-me' j )fte, un et indivilj.e oue cte v&ri ja lit de toitt les
c able de d6jouer des trames qui bouiverfrelaent articles coilhzutinml qui font relatifs an corps
irfailliblemnent le gouvernemnent, et andantiaitient lg flatif, ct qie le t;xte de lartice 44 ne pent
bientkt la libert la fiurmre la furet6 publique ladiler aucun doine a cat gaird, pifqi'l, dit: Le
et individuel!e. corps lgilhri-f eft conpof6 d'un coditl cdes anciens
11 eft bitn vrai que l'aiticle ; porte que qim- et d'un cqfeil des cinq cents ce qiU eloigne touted:
conqiue, ayant provoqu6 ou fignd des uieliures idde de deux corps diltimcts or ,g puifqu'un re-
f6ditienfes et contrrires aux lois, on 6iant pxrens prefentant du Peuple appartiont au co"-lil enter,
cu allies d'c'migr4s au dgr6 prohib6 accepterait le conflil entier petit doti feul prononcetr furi on
ou aurait accept des for-ctions pub'iquies et ne fort.' La conflitution attribue bien a chacun des
s'en demettrait oas dars les 24 heures de- a publi- c.'il. is tn droit refpectif de police fur fes mern-
cation de la hli, doit etre puni de la peine du bres, mais ce droit eCt circonfcrit dans des limits
banniffeiient a p'Frpuiti : t c'eft de l qu'on dtermiiue s.
argumente pour prouver ou'il y a lieu A nmife en L'intirt public exige que fcs limits ne foient
jugetnernt a i'egard du refractaire, et par induction pas fraachie car la liberty des 9plinios ne ferait
qua ce rtfractaire &tant dput&tl, la mife en jugemanrt pas auffi ,fl ie ft claquie confel pouvait, par u n
doit avoir lieit d'apihs les fotines prefcrites par la mouvemrent fpontand et Cubitt, tr-p podfible dans
conflitution ; foit : minis. ici it fauit s'enendre et; une grande' atemblee ou les palfions s'alluiienth
6viter toute coif'.fi-n. qui pourrait naus four- aifament prononcer tur le *fort d'un de ies
voyer. '. mnembrei.
II y a deux queflions bien diffinctes refultantes Je pafle A I'examen du fond de I'affaire d'Aym6.
des articles i, et 3 de la loi. Les conciulions prices a fort guard par le rapporteur
La premiere qui cohfifte i favor fi tel d6putj ma paraiffent aufti irrnfragablks.
eft provocateur ou 'fignataire de mefures fedi- Car ii et inconteftable qtie i'arr&tprodait contre
tieufes ou contraires aux lois, ou parent et alli6 Aym, contentt des rtiftwes fdid;ieues et con -
d'mnigre. traires aix loiss, ou p utot ii eit dans tout fon
La fo'ution de cette premiere queffion vous coutenu un acte de rebeiiion coi.t.e les lois des
appartient exclufivement cortne je Pal dij dit ; y-et 1ai fructidor et le, oaractere de fedition tie
et fi vous prononcez affirmative, Vexdlfion s'en- pent pAs etre plus prononc6.
filt n6ceffairement, et tout eft terminir a l'Ygard 11 eft encare cnitant qu'Ayme a fign gCet acte
de cette premiere question. puifqu'il 'la avou6 luir.mme a teate teiiune.
Alors fe pr6fente la feconde q'.i-con fiPe a favor Sous ce premier report Aymr6 eft done vi-
fi le deputy eft refractaire .a 'article ; ,et ft coine demment dans la loi du 3 bruinaire.
tel it a encouru la peine du bantiffement a perpd- Aymit a 'auffi provoqu6 des-m fitrcs f.dirieulfes
tuit6 et, c'eft ici, mais feulement ici quepaui et {iarAraires aux lois 3 car tl re6flte de la d6-
cominencer I'acntin des tribunaux ; c'eft 'onc ici claration d'ut menibre du commit de faret' gene-
feulemient que le d6put6 peut invoquer les formes ra!e et it eft c,.r,'igen dars la coirefpondancede
p-efcrites par la cdn6titution ; e '-ftgand voun avez ce comite, que l'air6te de 1'; fLmblee primaire de
prononc6 qu'il eft tenu de s'abftenir des fonctions MMonti wnart, ligna par fon prAfid2nit aymn et
glatives. Icontenart des itafures feditieufts tt contraire aix
A mon avis fans doute le d6putr que vous lois a &i6 envoy dans plufieltrs ddpaitemears 4e ia
avez d6clar6 eire tenu do. spabftenir de 1'exercice R6pubique.
des functions l6gifativ.es, n'a rien perdu de fon Or, cet envoi cireulaire eft une provocation
caractere ; fes pouvoirs confervent leur valeur ; manifefte; et, fou ce second rapport, Ayme eft
la facflt4t de lesexrcer pe't fe reproduire en liii; fans conuedit d'as I cas da la loi du 3 bit-
quand l'enpp&hement iventiu.l aura cflf6, it a donc maire.
uin droit iucontetlible a la g rantje conlitution- Ayme allegue qu'il ne peut pas &tre refponfable
nellN .i-- dI db ces d6lits coimmis par Paffemblde t r matie de
Mais dit-on ft vous ddclariez qtu'un ,membre Mont6lirnart, don't il n'etait que l'orgahe.
du corps !6giflitif doit s'abftenir de l'exercice des Mai j'obferve qu'il ne s'agit pas en ce moment
functions leg fl-tives parce qulil ft dans le cas de fivoir fi Aym6 a ou non encouru une 'eipoa-
de la loi du $ brumiaire, ce ferait ddclarer qu'il fabilit6 Hais teulemenrt de favoir fi on non il ft
eft cotpablb,'et cette declaration no vous appar- dann le (as de exclusionn proRoncee pat la loi du $.
trent pas. brumair. .
Je rypo.ds : Ainfi fon a'legaion eft hours de la question que
nous traitt '
Lorfque Ie corps legiflatif d64care que la faculty: Si no's utiohs pour prononcer ft Aym6 eft
d'ex, rer des functions ldgfliAtives. eft fipendne re fpor;fab!e pasice qu'il a fig-n, com-e prfi-
en Ia perfonne d'un de fes memr-res, aux terms dent, un arr-t de It'aflemblee primaira de Mon-
de )a l'i du 3 bruaisaire iI execute cette loi en tf!imart feditieux et contraire aux lois noius
ce qui le compete c'rft-A-dire, qu'il exerce une trouvericns les regles-de note dgcifiori dans la
mafure poI:txque quail a le droit d'appliquer ,et lo du f vende4miaire dernier qui d care ref-
non un aCre judkiaire qu'iI n'a pas le droit d'exdr- ponfab!e tout pr6fiJent et fecretatie d'affeinbIlde
cer, et, fa declaration tie peutit produire d'autre primaire ou .lectorale, qui aurait mnis aux voix
effect direct envers le d6put6 que d'impofer aoufigne des, arrest s ou autres acres rangerss
-ceit--ci l'bligation de sc'abfienir d'une function aux 6erons on A la police intiere dies 'tri-
ldgiflative. bunaux. Maiiincore une fois ce n'el pas de ce'a
La d&c'aration du corps 16gflatif, qui eft necef-! qu'il s'agit ; abandonnons aux tribunaIx tetMt. quelf-
Taire et effiai, e Tdour cc qui e colmpae dans l'ex6- tion el e -le t ur corpetence exclusive.
action de la loi dn 3 brumaire, eft iuutileetrelte AyIne invoque en fa fav.ur lI liberate des opi-
fils effect pour ce qui teid A la rpreffrelon des d6- ion t C
lits, parce qu'ele n eft rendue ni dans les fotnies ....
ni par une autorit6 revue confiitutionnelliment Mais,1arrett en question ne peut pas dcre con-
du caractere n6ceffaire pour qu'elle puiffe auto- fid6r6 comnine Imaiffion "pure et fimjle d'une
tifer Iappication d'hne difpcfition penale. Celaeftl opinion.'
fi vrai, que li entuite de la declaration du corps C'eft un abus crtimine des forms legails pour
l1giflatif, un dlputn qui fe trouve dans le cas fanct:onner et ptopagcr la rebe:lion.
de la loi du 5 brunaire, rtait traduit devant les C'elt une ulfurpation faite par une fraction du
tribtnaux, il i'y) paraitrait qu'en 6eat de prdven- Peup'e', de la fouvcrainete qui n6 peut ctre 16.
tion ; il devr.-it .parcouritr tous les d&gr-.s de la gitimement exercee q e par le People enter.
procedure c iminelle et ette dcklare (oupable Si I'on confidere la faib!efe cldes. moyens em-
par le jure, avant quoe la difpofition p6na'e lui pAt ptoys par Aymyb, on -s'aperqcit aifmrent qu'il
4tre appliqu6e. ne s'attendait pas a avoir a fe jultifier de cet acre
On admettra, je penfe une difference entire audicieux.
faire des actes et participer i des actes qui naif- On voit qu'il coniptait fur le ficc-s de la
fent du concours et des difculliotis de 7-o per- vafte confpitatiun ourdie par le royalhfme qu'il
fonnes ; car cebui qui f it tm acte' indiv'duelle- aidait de fis bicyens et de fon audace.
-ment, peuit-salteerr-parr-fA inTflucnce', alaquelle-j--Les-iefures -aient fi-o iei-concert6es, fi bien
feule cette acte eft foumis ; niais cclui qui n'elft ex6cute:s, qu'eles p-omettaient Ih p:us heurealee
que la 7500 panie de d 'tre moral et collectif qui illue ct qu'Aynme na rien pr.pard pour la de-
prodtiit un acte ne peut pas afliirment exercer une fenfe. Enivre de fes cr mninelles efi prances, i a
influence abfolue, ni m&ne prdomninante fur cet omis de fe manager une retraire.
acte. Mais Ie courage des r6publicains fdcond en
J'examine maintenant la question de favoir fi miracles a renverf1 tout cet 6chafaudage, et
Papplitation de la loi da 3 brumaire pett fe fire Ayrn6 roeft deconcert6 s'il edlt 6te vainqueur,
N '6gard des d6putes par lun et Pautre conifeil, 11 recueilkrait aux pi*ds du ttrioe le prix de fo,!
chicun en droit foi et par forme de police. Je crime ; i- a 61h' u6 it ne doit pas refer parini
peonfe qu un reprd6errtant du People eft niembre du nous t6ubicain.s, qu'il dIvouait a la profcription.


Pd rt. Jexaninerai la quefInl foos r.
de vu, 0oi1 t
Aym6 doit-il ou non 6tre contfii ^r6
ptfertanit du Pc~ ie > comieete-
Pouvons-nous l'exciure pYr mefu e '
'g6niArae ? police
Quel eift e tr:banal qui doit le juger
L'Adfembk'e electorate du &dparenent
)Dr6me Fa nommi n fes. pouvir .o atnt d
ils ont ee reconitis valab'es .'ut rit
venus. ts rtco.
Aymn p".rt de Vaence, re +ir i
lui avait nnpofd ta coifillice des e! ,Tacte1eqe
A Paris: la loi du 3 brurnmire l. I're ,
la declaration qu'elleexige ; il vient ei fI
vous ; depuis deux mois il y ditibere 5.o pan.i.
A toutes vos lois et on vient aetli 1 Or
d'hui s'il elt on non.repr6fenrani) d"ta.l ut'
nomination exifti;e la el eftl cii -le .
puiflance qui put r6duire au naai toit in ,;rt
quli peut dnc fLirie qu'il n'ait pas ,ki l,
ait airpas reu e caractere riep -tt f u
d'apr la co;ftstuiione, Cpi dil- t I.p
miriation elt cerfomtrmme que le itocn e I,,.
inveltii? + -el .
Mais, vus-memes, crontnt ie p aliiive.
auj urdhufi? Ce n'Et pas feuemt, co r" I
preopinant Pa pritendu, pcur,avoir fga6m~,t. i
.fed4ieux ou contratre aix lois ; c'elt pmtr a .
faubqement d4cla6e qu'ill 'en wait figan tAin. N1 ,
a. t-il faict ctete declaration? -anx nc lai r?, hi, nal
En qudle qua!it4 l'a-t-il faite ? e? l, njittP
feitantn du Piuple: et vous avez itronrunluice
caracte-r par le project rmhme uc 'vols .,%'iiL
adopter, it y a: quelqes jours, avc in tii vi
empreffement. .e ne 'n i
N'itait-ce ps, en pffet, iue Tr,'hition'fo i.n
mi re, pat fa nature et votte volonrt6 tieitre',
A t'approbation du confeil des anciens.'Di'Icui;,;I '
votes la quellion dans cctte enceiste, s'il r.i-i
qu'un fimple citoyen, fi ie Petp'e ne n'avaic i '
par un choix honorable a la premiere des dig'iti
dans ui pays libre ?-car il implmiqu corltadliioi
de vouloir d'unte part, ne.onn.'tie inn out-
tere, et'de vouloir de Pautre, dcliacl Goupable
l'action qu'il a faite ce titre et pFo1,nctr Vois-
Mnemes fur fon fort. S'il n'eft pits itpreiennrdia
People, renvoyez-le aix tribunaux ordinaires: fuls
ils peuvent meftirer fon action fur Ii loi ifel sils
peuv'ent luiapp!iquer Ia peinl qiit f1a dealt aai
mi-rit6e. f I
-Mais peit-on f4riefrement demanded; si'l -t I
prafentant du Pc, ple ? Parcourez cetf ldi te,
do 3 briumaliiit qu'iflaurtmeut vyousne podieivezrfi;i
lle va vouz r6pondre.
( La f te 'deai.)


Pailemens de la tre'orerie national, ,
Le pavement des parties de renre 'vingeies pout
l'annie 6chue au i'" germinal, an fli plultlmur
t6tes ou- avec furvie, ddpofees &rs 'is q~ua r
burteaux de la liquidation avant le vend6milite,
-an 3--efl ouvert jufqu'au n* 6,000.
Le paiement dLS nidmes parties du n*' 16ai ~
16,000, a lieu depuis Ie. z~ fiimaire, an 4
P- O py i tts 2, a1 1 iul 7y *.

Six deroiers mois de i'an 3
LE paiemetnt 4w second fimeflre de I'a. ;l (
parties de rentes viageres fur plitfiettrs tite i O
avec furvie, d6pof4es dans les qitatre bilreaut
la liquti.Imi.,n avant Ie i" vend4Imisine,33
ouvett jufqu'au n' I1,oao.
Le pavement des nounies parties des 60ot 0iAo
eft ouvert depuis le S frimaire an 4. +
Caife d'efcompte.
Les crtanciers et actionnaires de I, ci-de' s
cIiffe d'efcompte, porters de certificatd iimbr'
troifieme 6tat, et qui orit .rt06 comr "i'
dix-huit premiers etatspatt tls 4 ep
r6vifion peuver;t recevoir les aeragirs ,.
v: ers foit perpetuelI, de la foimce p Fic
p'rtte dansc leidits certificaks. ,,...
*Le pavement lies fix dernierfs-ieis de l
des crdanccs ci-deffustenonc6es a lie "p a
f frimaire an 4 favoir quant al vil or 0.
les dix-huit dtats et quant au pcpciI pl011 t d
hait premiers 6ats. -:.:-'
Ol fera av'erti par de nouve at dp
des nnum6os fubf6iquen. .i.
On trottvera dans I gallerie jet i
des affiches irtdicatives des buteauux
faudra s'adreffer.


L'abonenient fe faith r Paris, rued-sPoitevins, ngi8. Le rierftte IsoIuliv. pour trois n'ois, tati pour Parique pour les 64pirtcmens. On ne s'abo leoqu ri
cenmet de chiaque iomls, ,et eulcment pour troit iois. Leux'qui p ieireront payer cn numeraire eCverront X1o liv. pour 1'annie cl-tiere, 6- liv, PO
o liv. pour troIs moi*. rnis e pe'
I.i.it ,uicllFw le. lettres et Y'argvnt. fnthoc de port, an citovnA Au, lv, dircctent de ce iourval, rue des Poitevins, naI xS. 11 fau1 cew'prendre pays oft~ 'on ne pent nftranchir. Les I ttres. des dpartemcns, lion aflaanch s, ne front pas retires de lIa Iofle. idast"u,
11 fa. t avoir bin pour plus de furtte, de charger celles qui renfcrient des valcur,, et adrefler tout cc qui concern la rtdactiqn de la feui1 c u
otoe -ins anW 13, dlpeI ne' t L'abonneiuent pour les pays strangers, conquis ou r6uris, doit tre pay& en itmeraire ; cete condition eft de 'rigueur,
---


Popp--








"EiTT A I I O LE"o 4,A- u VER L

1 "..:. .;. (t. 9 jayer 396 ri'x/( ) ,

.I .de tous les aiu e, qut. qi:e qte foit le goiver- la gu'erre p'1ur coiltr:ai:dte l.a iFra'.hc t- prtc'jd)
Sp L I I E.t. I je; '"e.r, 'eI' P a Na io'n Frsc,;e i'adopter,, ur fn p.rtic.,liere de g.,overinement qii
i *ti 'nut se,'ptaflr' di'el:trer en ietu,..lt;o : vc cce s'al"ptit cel'. 'apr'- l, qu,!lles tous lU% gou-
gouver1.emere-. ("eit ;ai:i.;t a'it chari tie Vude --v nc.ns de ITd rope >Lit organiff;s Je vais rci-
A N E. coniid rer fi b N tfon ra' proF.gu. -. f. ig et ,te: -X i ali ;I des v,!iicle>cs ftiimnies des mi-
Se treors e p ...' dcider kiqjI do part de 'ilt, i 1 .f.ics o" .fi\c"e k e f en.redre,
13 :.t oi dut part $ 0:! ftit ar
:,' irid le S ,'cetnbe.. Biot on du pair qi g-uverne .act y-;l,-niit ia' oI it're i plailir a ditigurer pqur fe :;.i"i..
.' *'"" race, et qui a vote la awnrt du toi etait le le plaihfr e le'iconbattre, et chapter av fi ra p-.-
/'. cn ,e e ., a phug propr~o a niht-iir le] rel.tionst accoutituines pulr ittl Voki les intentions ct !cs dciarations qt-ae
Stero continue de onner de pre de e paix et d'amie. La coniflitt:o:i ;.cueile de la le, minifhre' nmt a vouds depaio lone-tetns uexant 10,
fivear' Ia P!ils marqueea a duc d'Alc ia .-n France eft found fur les In-es princip.s qui les i, nibre. ]1 oI n dit q que f(yedi'ne q:i vei.i d
pitmier tliniftre, f.rnomn.6 le ;fnce de la tx prc6dentes, je vux dire les drit-s de *i ..11'-; o'etab'ir tn Fia-ce fur ks doctrics dA tiucuvLs dsc
dois l- reux ienent qui a fit cAlr a le gouverne",ent elt entire les mains s d .menes- druit: d- lh- mine, etait etruittmient lie avec les
urre nre. ,.'France e t d a f le d,e m:es. principes q,ii m.a.aient de rnveifer .tv.ns le
S a l it de vi L'orateur, prs vor rapp6 tout ce qu'nt : g:uveteen tblis en E;rope. Au ccran.cnce-
'n L"u,, G~x, irete dat doc dAlcudia vi, ateur, apr vr rappc tout e I te s ot dir tant
%- -^,no.i *di'dant-getnral des trois compagnies iadi', aillgue les mililtkes q n faveur de la g Lrne, gnv dl vr ne n e ls on f qe tans :c le
es ga,, du. corps, et'lon oecle, don Aivarcz, no:mmn1niert que fi Fon f.ai"t "a paix avec ceux -uverneme t Fr laais renfermerac dansyL. ,fe i
Sgarys it ,n-generades q.i.re royaum.I qui aaient depoe !e voi de F. t, les ftes de toute la force et la malignit6 de ce fylene' i1
6t ..10 l gouvng e er de Cadix. ., cette paix entrainerin la dopdfir.on "du roi d An- falait que les autres lui fifent fubir ur,e oipcce do
.. .'.10 4 gleterre., et qu'il falait rclir dan: cette guerre ou quarantawe potiq 3e, fon exftience e.ant icom-
Ces dili.cti(is acctumuA s fitr la faunille dtu p.ri, fde ri4nit a. c ,c e es- iuilhs f.. ,nt afleu r pat.ble avec la, paix et la fiuet6 de 1'EtroIp
ptrnier iheont poe mb pli.r fages pour reconnaijre ia Republpque-Fran i',ue pourt "a~enr le. rapports accou-
.rfoonragas dn lai.g -,6'V- a l 1a c.Il. T.. m- lais, intrtit par 1*exp rience, il redoute Ia dtp!i- tunes de benveilance i>ls y one tlonv un mrnotf
;aWdes, ruinifi de ia manne, le comte d'Alta- ci des rninittes, t cratint que l'a:m1e prothine de plus de repofTer vigoureurfenenti laggrefon et
m:, ).uIlTr d'une des plus hir-utes charge avec quel.)e mfable fibtrfuge. C t i attaqe ce fytme deftruteur. 11s oat annonc6
t ,a.,,coup dyaittri nobles, out donned leur 1 ptioJ, ts ne dif -t a la chambre qe leou- la France comptait un grand no.ffbre dho:mes
in,tll,> et fe font retires. ver.e.mnt fr.-~ i. ef;ava:t pas u:e difofitio;z rede q.i on fentaent les ftefies effes puiq'ils e
SI 6taieut les' victimes et cl -ri huient A fI xeninir
'Celta capitale, on he flit pour que! motif, el a i aix-. .p le 'renvetifer, Certes hr i.evdir d s mrinitres
S" e p'-,ice d' rans. i Ce' t, ove t Je venix bieh cepead' atit ajoute-t-i, prendre onr e renvefer. Ceres i evr ds inilrs
deven>,e tne pl d. ; t" ,- .,-. ] "7 "tit de e piir 'et de ,rofiter de cei (fir," fito.)$
Sfon Jeictite qau.e dans fes.. senvi...s, pres de -W i" age co.,, tone all ra;ance, t fltidr ., d t la I. j I
irif ..... ion e mte q a nter,, e ...... .. ,.. I mot n .ue -s .~ crt u -' -, Icar a car de a ett e do tous lues pub:h.A 1," fAl;s C6-
i.0'0 h.inmncs talt i (nteie que c.v derle. tiPeut- Iioto- que i vonfabis it dc fee far..f an lebres, il eit julie, quan d tine Nation eit en guerr
en'eft-t quai engcrglement occ.fionne parla I 're la eonfbilit qui pee fr a ne ure e tenir ds ine'Igece: e
craite des armes. due ,de d6truire le gcve'rmeirient & 1'(fte, "de nuire
n vierr d'apprendre 'ue les A'-ais. ont fair iMtt. Les honorable membres ont en recourse a fe; enr emis et de nrertraiifer leurs efforts. Or, Ii
il'e nornbreix r- forts -_Gibr lar. La court I !-ur ( akiiques et vaines affeiton;'. ils pritendent la v6rire de ce p.aincipe eit reconniu dans les cas
adonn l',r.3ie d'*ffenibler fur-le chz.mp un corps d'abcrd que la guerre a.06t entreprite, non d'aprts ordinaire A comnbien, plus force raifon dans to
'denvron o,or.o hnommes daris les fanieufes ligues les agr'eflions et les viol-nces de Pennemi, mais cas prfen t, oin lfu les ruies de ce -guuvtrne-
d Siit Roh par ce payE.s fecondemnent, que 1. guerve a &t' mert va s'6lever probab'emnent un iyfe6wi-e tfao-
coinniencee'et continue de d :lse d d'amener rable I la relanratonh de ia paix uue colonne
SLies Anga" font aufI ven us A Gibraltar avec une cert.iaee forme de gouvernemient troifi.me- plths reguliere a iaquelle on 'puffe en attacher
'n divifiun de leur -fcadre de la Mediterranee.,inmet-. qu'iln'ya entire les derniers eguvteri.ntr, 1'olivier.
On priMiine qiie-certt divifin A peu purs gate de IA Fiance' et le government actual aucune ( Liz fuitc iec'irwt. )
en farces A c.le du conure-amniral Richcry, eft difference ; e* quati6,--Inemet, qie oU- n'avons
dellinre i 'lit,, qier A fa fotie de Cadix, tui il jien gagne 1ur le point du gouvernement frai~ais, R E PUBLIQ UE F R A N A IS E.
fe, wi.uv en.orL-. que ir. nifeiable distinction du comit .des hit ,
L're lesele in change de routes nos faftfiances, de toutes Paris e 8 n e
L'eakdre fi rqaife reqn4t iesmeiliet traiemens I Paris. e z8 ,nivefl.
I, la pit d'.i i.,tvcrenent efplgnol. Cc dzrr.ior nos pertes, de tous nos .d6fair&Fes, l-r tri,1 les .
l autrne .i prendre dans .'acfenal tout ce qui points drt g'obe of' nous navons tojours ( a -e-
lai ell ndJaLire pour fe reinettre4. fes mt-Jadef. tendre les hmitrables nunlbres qui .n'xLepteInt quell D' It. E C T o I R i E X E C U T I P.
font tiat.s dans 'tes hoDitafx avea le plus graa les irtinsde n.tre ;r ) epouv que des
t i s plus l t h.-s ,ihPr,,s ,, tr Extrait du riegifre des aelibe'rations du directoire ex/cutit'


,h."" ... Du If ntivdfe falt 4' dc ia R/yublique
A G L E T E R R E. Quant au premier point, la chambre-a--d6cit, FEraraifi.
.. ':,. 1ij y a' long-tcms, que les' Franait talent lesa
c duL Parl ee'n n ... / C r ds agrefieurs ; ia gue:,E nt&ait q'ue defeifive pour Le directoire ex4cutif, confiddrant qgu'n des
ats du Pacement. Chambre ldes ArIgtere ioineelent d'aaeei la dfiion pripux objets de la oid nivfe taper
Comes. tiheorique de la !- iJe '-Natins mris par fa nature un prompt retirement d'afiignats pour. en ralever
..',~ ^7;-^ ,. | m puifqu'ellie a 't6 cntreprife non-fnulemt'nt le credit ,
S "Su' e de la fiance dit 9 decembre. n pour prot ir ce pay. d.u~ ce r Ju'iT avait de plus Cor'id6e'nt qu'ln des ncy'ns d'y arvenir, A
M. W-ioe J ie s re Ie 'enc her iucereti'inmet, et tians rout ca qui lui tait d' accepter en paitnment Vuflignat au-dvffus du courts,
.r. .ci n paSs ga L hon exrerieurement ata; he, n)mis oncor,. pour .i pro- ce qui int6itfferair la miteoit des cioeIs iisl'Atg-
Slre qui rie voyait p.in- tt etiea tote E, rp dor- a,<: te hent.ion, Ca-vfalur ,-les dctefi,:.eair i sen.
le nemre a K ,.ort aux e s fvi mo de contie citair nmtn.Wee p'r i e, C des politiqes pir leir cot.ungcit ,C mp .nt. vat I. 6oqu
'hunc P '. r i. m..t -,. nofs p yie t fr.rncis.Cettie guerr fcra, daaas tous lestems, gft- fix6e pour la corirainte, et Ici: eg procurerait ul
f icu. Pitr noi, jp' e n fi qu' y ptinte diti iele-te t f:ifai:as r our le haitians de ce .rups 1.,i-, 1:
mit prlee e, h notvelte cu' itt ya ne dilfrece ff l;cfinit (cov.ne itirobable qu'elle, va fliir) Confidirant que cette meiure patait n6cef-
prm.ern r tla nouvll coflittation et c les pa a d,,tmion de ce fyf2.ne it i imefiacait de fire dans le dcpattcment de la Seine, du x6
V lbemert.t Ls tr os h i ot.a. e .' e ,- -: toutldetuire. Qae fi ee.r,6 opere pas tota!eme:.t ato nivofe, toms pendant lequel ks autres
ie d" etr h.n~."oira P>-oc-il ce ldiffolhniot elie ayia aut moins, en. ppo- dU.6artemens conferver.t la facuitt de payer en
te I' -et le de rcQtifine Cell es c.ies aU t,,rent et en detournant fon aiflnat ,
t ce q. it. et "e .""ti ,e a "en coirs, prcvetiu fos tlfies ravages. Confi irant que la loi du "; frimaire rend la
at. I;, ,.. r ., .. ..avat1 p{.s ..n'.- Si I'oGn mi 4.'iiwde pourquoi, dans ine guerre dfrectoi-e exfcutif juge de la nrccflit6 des ooera-
atroies l de dis ence dans la divihon recon-tie orf-i v? on a ftcrifib les .irfois eo tons do iedgodation en unm6raire ou en papier quaO
ima "ts t u tie dctierce dans ea tlion
iWtectoire. a pe es eoux ch ios et fe .!g des Peupls je r6pondral qu'ii ny avait penvenrt exiger les befoins du trrefor
1tV leurs o. en l s f Io pas d'aitern.aive -t qu'il fillait es. hafarder. Au Conflibrat que ,.de mene qu'il eft quelque-
1te o1toi i- ,e fce i r f trmeront fuiplibs, je fouticwm que ce q"e notis avons pertul fois de I'int:&- du trefor de.nigocier du paper
dt* f'-lire I. Cette b- ance q r-oi t ne feit ren en coma. aiio.de ce qe noui auuious centre' du ntiidraire et du numeraire centre du
diffeMrs aite n tr ate e enos /:"''t du perure et qie nous avoms gagni tout ce que paper ; it etll, dans les Jrconflances aciules,
lidndirolt r agif. Pun r fIaute prt ous au.ions pu perdre if elle n'edt pas, etk en- 'd'un intent majeur et n:4me d'un be/oin abiolu,
iat, L )t'. ptocipitation et Cette CO6l-lr ln tquog oide
dentl s eic p" ")' fi t etI't" co"iffi trp-,ie. Ca ql n pnut .ggner an-dela 'depend dut pur la Mrcforerie de ndgocier une parties de Pl'm-
1' i.le l'e '".-ite tnri s p lette csntuhu- trait de paii ec' iat t .ti. conniI.ce, opp-fer des obe- geulimemt coniclu que da.rs une.ncguciatian Ihbre qu'on fcrait brd'ar, pour affurer d'autant plus la
lite rilb-" es, ti ra la popu'ace dathwn e: "',. do toute eipece d'ntravs. vater.a de ceux qui lui reflect a 6mettie j
'i fra, .et priviendra ces convulfonsJe p'e mdai:nbre-d-oblerver q ,e le-pefonnes, -aire-ce-qut fuit -
,. Ce a : I "ui.dm Iat auix wun'cftres de f c onnet, ALire cc qtms f
"1"'c qui e I s iteS point d'ui tilte I nt x winifores de fire conn-te Art. P La trdeforerie 7ationaTe et tous les per.
Ie flpour.a red c'Ofqte la re rde en guerl e, fant los es *i- ceptetus par elle employes dala, Ie dapartenmert do
A UeIt c t de )la ution att e ton eiege a co rogna r si, apr ls pour-
1rait -- fiude a de fa i ..s proolta paI;. tons er en h ie" ai"fi le Ipouvoirtn dbwrhd tdo aorife,,s" 'a falire dts n6gociations pour ce
f .... len o,,t. de satire ds proAitions ^. "r atb e- C- r f ; d 'p3rt'ment feu!cmnent jufqut'au 30 nivfe in-
-- des "onl .ition isorables font !eM. mt s n
spttlsque les 'tlei Four n f t u te c-fir-eteit de ce qui dpi 6ot r erre pay6 en r-
t s .. font vopr fue e ous afoi s u r des conditions tgei dor ou d'arg nt aou en grAins, fu r le pied
its movedts dobto avantageufes
A Pt1 eo"" que noT refources re fort pS 5oA le
; ce ,nr l O d enir, des conditions o t l pi eie joar n ado e ha fetlio t d 1t. Ils pouarront, ifqip'audit jour jo nivofo in.-
I pmnoa. lv. P'u. avantageufes. Je cofnclus, corllencer lC nita i"Cte a t i tie ip, clulivment, .Icc tcr, ,ar r.egociation, des affi-
PPy1 t de tout mon c ladveffe po de renonpeinrit a t inent6 i q P'. cgnats a't court en t'ifant reemife dt trente capi-
S....t ,effurs que ts ,ai'it leurs p ncipe Ne tau fir- le nomb r de ceux qui expritw ot le course
'. 'i lai'fez -pas oblier qua ce fent leurs prin- de l'.;, ; ni, pr eemple, fi t i eft A
SGray ,pptlie "lanenidement de fon honorab'e cipes tels q s."nt et, configs, quils ne ,x ce,-tscapi.taux psur un, il f tra ra fur Iyl pied
Sfci i tI p o p d f4 e"otq u 'il p rb i n'i p < v e t i l is ie r P i l 's e ffac e r t les juf d e c n t j] > nm te -d lx .
"5l1es n .lt s" etil dit: tiit;. ]]1. Le ctolr-fer-a celui de la veille du jour dtu
1 fe- i'a .i p.oi, A analyfer les diffre"s Je pIffe a fecmd .* ..',".. : de ilhonorab'e pui-eet. A t ift ,s i ..i eon diu 6 fe front alt
im.'er' die la France, je ne bore A dire Imeubre, oi il priteid qion a ic prftel.os de curs ds 'aig ,t du iy; ceux, d 17,au court do
Cu l'ce vient d'adopter cc que j'ai dit reco.nnaire iNifCifenAoblQe ncellie de coifinuer I'aflignat du 10, aiidi du tL : altquol effet, tous lgs


----"-"~CIC-"~slllRI L- -IL- I--- ~










,;r ;i (Ceri difl ibu a la t;6Coeiide et I tsu1 Tes
, re tn', ti! une dicltariatio du course iuioyen,'
p1iut fervir de ble aux n6gociations,ou paitemens
di teniidemain.
IV. La n6gociatitdn no pourra inamis f r fare
de inanieret qu'on acceprerait l'aligiat au-deflus
. l:t centieioi parties de fa valeur nominale. 11 ne
fe f'ra plus de remife lorfqu'il ,aura atteint ce
cours.
Vr. Tons les affignats provenant de cette ieo-
ciatioa fero't barr4s annulles et brdtls confar-
uiment I 'Vart. 1" de la loi diu nivofe, comme
provenant de 1'emprunt forc6.

D4',artement de la Loire infe'iiu:re. Naintest
le 5 nivdje.' i
I it navire ambricain le Hunter vient d'arriver de
Tnoftn; it avait 1 bord cent c:nquarte paffagers
fai pis, qii ont~ et oblig's d lfuir des colonies.
Voii' ce qu'ils rapportent de la situation de ces
dernier. .
Toute lit dpendarce du Cap eft au pouvoir du
g.nrjal Lavau ; ls Aiug'ais n'y occupent pas un
pouce i4c terain, miis ils continent de pofl6der
le Pr it -r-Princ, Jedr"mie, Saint- Marc, l'Arca-
haye et cl mole Saint-Nicolas. Is n'ont dans tons
tes endroits que des garnifons tri-faibl-es, que la
matlignit4 diu c!imat detruit cheque jour en detail ,
et I',e les iniulaires bloquent au point qu'ils ne
peuvent fortir des porres dfs villes. Les moindres
fecours de France flffira:ect pour les expulfer de
routes parts.
La parties du norid de la colonies eft tranquille ;
mais les travaux de l'agriculture n'y font guere en
v:gueur. La partno du fud' eit dans le mem cas.
Le ginaral 1ip. uI prove? d'ailleurs quelques em-
barras pour y r6cablir P'orde.
Dans la prtie de l'oueft, les Republicains
poffedent les Gonrivcs et Liogane. Le quarter
,de J.Armii ell 1 feul .de la colonies qui wait
pas fC ffcrt et oiX les travaux foient en pleine
attlivte.
~ ~ ^

SPEC T-A CL E S.

THEATRE DE LA 1US F RYDEAVI.

On conn,-it Ilhiftoire de Myrrha contee par Ovide
da', hs m6tamorphofes. Elle fut amoureufe de fon
reie Cy..ire ; fa nourrice, touchee de fa douleur
et de Its iaruies, lui procura dans la niit le moyen
de fatitfaire fa paffion. Cynire tromp6 d'abord ,
rc..mm-it enfuite fa file tt voulut la tuer; elle
s'chippa et Cut ch--ng4e en un arbre qui done
la rnvthe efperc de refine odoriferante. Adonis
naquir de cct incdlle.
Sur ce rijet, u au'ecur italien Vittorio A'fi ri a
fait une tra6die en cinq'actei..Mais il announce lui-
rr.~ .:e qu it a c.mpofe fon th'itre ( it y en a cian
volumes ) plutbt pour tre lu, que pour t&r
ion1 .
Cet auteur q'i tnelt point tths-cVo nu en France3
q,*-i..fl ait et6 immiimt i Paris'--chez Diloi
l'ain6 en 17S9, m6&ite pou:tant d'&tre eftim6 et
6tudi6
II y a une grande variit6 dans le choix do
fes fujcts, de li force dans fes catacteres, de 1:
v.itA da-,s la condAite common dans le dialogue de
fes pi6ce'. Son t tle elf energique et concis; I
tal'i-ns accoutumis A la mo'le elTga-ce de M.1
tahffe, trouvent A.fieri (ec et dur. En glniral, feC
tragedies fout -ti ,inap'es d'action beaucoup trno
fimples pour nous, qui voulois au theatre un
cet-.ine Vari6t6 d'incioens et de fituat'ons.
C'efll cette extreme fimplicirt qui a nui an fuccr
de !a nouvelle tragilie de Myrrha, en trois acts
imitie de celle d'Afier;. Cette jeine princeffe e
Fromife a Periandre fi' du roi d Epire; ell- tc
eit aimn6e ardenment ; Ihymnen eit tout prt& a, f
fHire: ele refu e fans en donner des motfis, pui,
el e accepted et vwut partir p3ur I'Epire dels l
lendemain; vient uine c6ercmonie de marriage affe
inutile et qui ne s'acheve pas : le grand pzitre voi
ide prodiges et s'enfuit avec tons fes acolytes
Myr hi, ieflie feule avec fon pere lui fait I'ave
de fa iatllon criminiele et fe tue anuffitt apres.
Ce f'-jzt 6tait f,'rt i-frat et plus diflicile a trait
quo Phi.dre paico qu'il (hoque davantage les con
venantes et les ioeurs de tous les lieux et de tor
les teams. Une fille 'mourene de fon pere I c'e
une fi galiere fwitafie, et it n'eit pas aif de
p1 er a cette ill-fion qui a quelque chole de ri
vo;tant.
Le premier acted de la pi4ce nouvelle, da
leqiel Mynha ne part point, a offer quelque
be'ux details, et a .t& fort applaudi : mais enfuit
t, ,'eft faibleient interffe A 'hroAie, et l'on
trouv6 les autnes r es de la pie ce pen prs nul
Cyrtire eft bien le imeilleur home du monde, ma
Bi n'a rieni do brilliant, rien de tis-airnable qui pui
excefer un mniment le caprice de fa file. Le per
et la mere arrivaint rourours enfemble en fe don
uant h lmainl noe iffemblaitnt pas iMal an baron


a' bir : de .-.tt ille. El tout, cette tragedie epo la inrant1 d3:s r.rp tan ei dtlurpi ,



s r au to e Ta t di e, et obuenir des ftccds, le leur a dracher, un jugient folemiel. jutorj
qua.d ii s.i.potlra qunsque tche utuins ingrate a eA (lIs da protge. Atn ferat as ait Ia rep
e up re e fes membres ar de mle afres deo i letO tlie
le premier .6 a "iti 'il cut Peuple fes a rev etus Je le t .. l


r .fespmembres p irdues mefures de ,m:eu Vo ude
S. ....d TeComlmencer a brifer un aoneau de la chaeto .
...--- dflfouble quils doivent former, binntoaruna6-
A ] fera brift,( et qui ne prevoit tolns lS vdlnemin
C ORPS LEGISLATIF une. s quipouraienten re leot ultaat I
i.J IN y t il donc vrai quTe le paf6 efi tunjolrs pduoa
CONSEIL DES CINQ CENTS. a e t que los paffions ^flitent aveligdien
S. 'e):p6rience des fi6cles et des homiues?, V u,,.
.. ...ddnce de redhard. [vous Iaifler recommencer lIs profcritios u ,
Aefe pluralii6 victolieufe ? Ignore7'vous dTnnqua
Sla mIjorit6e meme n'a pas 'infaillibilit6 policqu
SUITE 2s L stANCE DoU 1^ tvOs.* La majority d'aujourd'hui ne peut-ellTpas, e
do, afr_ i r main, ceffer de l'tre? Serait-ce un vi nem ent
Suite de loinon de nouveau dans les aflkmbl&s reprlfentative ?Voye.
L'article 1" dit jue les provocateurs ou figna- alors par les infpirations d'un g6nie infernal, t,
taires de mefturs feditienfes et contraires aux lois ra me ,en fens cointraire rdeur desvengeances,
ne poiurronrt, jufqu'a la paix gerra, ,exercer eoVet be c S en. ouvri.t.. no' pas ,,pour non
atcune function legflative. Ce n'efl la evidemm eni "n loutir. foCs les abines de l'efclavage. -o
qu'une fufpenfion dont lepoque eft d6terminee ; .xamilons naintenn quele e Aymn de.
et cela eft fi v'ai que fi domain nous obtenions vra. Ce n erait plus. lors Partile la oi du .
elfin, ou plutot nous donnions cette paix gena- mau ne fera t p l lor ar.-cle qrideyrat
ale que tous, les Frannais pourfuivent de leurs le get, come vote comrn.milIo le propose,
voeux gardens, il devrait reprendre fa place parmi commarTicle opVinn' vient: doLe lemb futc.a
vonx gardens, repreId e ;iParticle VJ qui dit : Les members du corps
Dans le fyftlme de cette loi, la fufpicion q'iil, 1'ifl tif, avanr que d'etrer en fonctions, d&l;.c
fait raltre empeche qu'il no conferve ru mileu rront aux arch,.s qu'i, .ont pIovoqu6 nifiaS
des dangers de la Patrie une influence politique; a.l! un arre<6 f'ditieix elt contraire aux iois- ceux
mais que les dangers ceffent, qnu'un honorable qui fi aert line flufle dec!aration fertort purisd,
repos foit le term et le foit de no-, vitoires, la peine portee en Paraicle Ill, c'eflt-a de,
la fufpicion s'dvanouit, et lhomme qu'elle frappaij banrnifement a perpetuity. Et c bnrm.iffement
reprend fes functions premieres. 11 en eft de la furpenfion qu'entraine n6ceffairement avec pu"iff ifli:r., furtout datis un pays libre, o
d elle un d6cret d'accufation : ici, c',ft la haute cour la prononcerez fans que rac6 eF ait poui des fatmles
national qui juge ; c'eft la paix qui pronounce ,e tltelaires que Ia conflitutiton garaltt a tous I.
j uement q-.i doit abfoudre. citovens, m ine pour les d6lits les plus !ig.s.
a L'article II ne fait que re'n6ter les difpofitions Ecore la loi d : brumaire eli-elle bo0icoup
de l'article P : feuiement, ii les applique a un autre moin f6ver,' a ct regard qu une autre li qu
genre de fufpicion: mais on y voit toujours une I'avait pr6c64ee celle du f vendtmiaire, dAr.
exclusion limit6e et conditionnelle; on y voit que P.artic!e Ill ordoine de pourfivre et de puir
le citoyen exclu a et6 nomme reprefentant du" comme oupables d'attentaa Ila fue' intriture
People, qu'il on reprendra 1'exercice, que cet exer- 'de a R6pubhque les prfidens et lecrktaes des
cice feul Qlt fufpendu, et que la loi qui le fiufpend, af:f.enbes prniaires ou 6lectorales qui metriieri
par 1'effat'de cette fufpenfioa me, reconnait qu'il aux voix on figneraient des an&res utndrant p.
en conserve le caractere. voqeri a r6fifta~c arx is.
L'article III ordonne a ceux qui fe trouvent dans I Et voyez a pr6 ent dans quelle situation Aym N
le cas des articles pr6c6dens, de fe dmettre dans i ttouvait : la declaration qu iI r'atr fign6
les vingt-quatre heures de la publication de la loi. acun arr&th f:ditieux hl 4tait imnpole l dv.At
De fe d6mertrd Ils poffdaient donc I I's onr donc la faire ou la, refufer. S'il a failhit, pouvait
S r6 revgtus d'un caractere politique, puifqu'on les le poui fuivre C.omme tIe s'6tant pas deiis d>ani ki
oblige d'y recncer virgt-latre heures de la publictit n de la loi,
Le meme article dd&are nuls les aces. qu'on a et n confequcnce le banner a perp6tui;teon0ou.
e faits depui la publication Se la loi. Les actes fits vait le ba uir encore come convaincu lun
s avant cette 6poque font done valables i ceaui qui ',ffoti declaration. S iT ne la faifit pas, ii avallit
les fefait avait done rdellement tn carr2ctere public ; I-m ne quail Ltait dans le cas rvun par 'a loi,
a il en exetrait lediement les functions. et q'1ii ava.t par confequent provoiuoe on figt..
L'a:ticle IV eit une-exception en faveur des mem- desi mefures feditieufes ; et alors le tscret duj
bres des irois affemblies nationales et de quelques ; vr c'e6 aie- pouvait le rapper, c'elW-a-dire quil
aut:-es citoyens. pouv.iu .re Iotlrfiivi conimmne coupable dattentat
L'atticle V vcut que le directoire pourvoie fans a la uretintdrieurt de la Pptub ique etpauni d
d6lai, en ce qui le concern, au replacement de mort; -Mais- dans quelle legislation, c cKe quelT
t ceux qui front dans le cas de fe retire. La nme.ne Peup'e ea vet, dins' viu que la lai fortit n
t r6fl.-xion fe pr6fente tou)ours: s'il faut nommer A ct'yen A venir saccifer, a -carctier d
leur place, cette place is l'occupaient donc. crime fon action, A fe-prefenter-an deva'.t d Ta
S J avais done raifon' de dire qu'aux terms meme pine, appeler lui-m6me fur fa t&te.la hale dci
a du d6cret du 3 brumaire Ay ne eft reprdfentant du bourreaux ?
e People. Sn,s dote d'apres .e dcret, ,il ne le Ma:'s en ) fi, Aym6 ft coupabe, s'il eftCOOU
s ftra:t pas, fi fancmination avait fitivi la loi finr pable d'att4-at a la fureth intrieue, l'airle Itf
" laquel- ou veut fonder fa condwamnation ; mais e:le de la conf;itution a tracb la na.he qul aut
s Pla pec6dd6 if tait deputy quand cette loi a luivre et le tribunal quidoit le j.Ug.-r. Lpplic
p pu l-atntindre. Er.fin, it a pour lui ce que la 16gif- tion des pi ne o vous appatieri su; t i in
e lation de tous les Putpls conna.i de plus refpec- poUvoir fepard et mdipendant du pouvoir
table le titre et la pofleflion. de- lois.
*s Maintenant yoyons quelles formalints nous L'anrticle 146 de I'acte conflitutionnel Vous.d
, devons fuivre. Pouvons-nous 1'6loigner par une fend expreffement d'exercer aucune fonctionli Jti
it mefure gen6rale de p6l1jce, ou fominmes-nous in- ciaire 5 et certes it ferait trop abfiride'd F0
n difpenfabloment obliges cle fuivre les forms pr:f- tendre qu'on te juge pas en d.claiant11 qu tell
e ci tes envers les reprefentans du Peuple ? action ett un deiit, que tel individit lIaco0 im it
s J' onvre la ccnflitution ; j'y trouve des mefares qi'elle 'm6rite cette peine. Si vons alliez r
le de police intcrieure et des mefures de juflice pu- jufqu'a adopter .It fyme de quclques o'J in'O,
-z b'iqiie, nrlie part des mefures de police g6n6rale je veux dire chiaflfr d abord Aym6 dut. i, ;
it except6 qu'on veuille donner ce nom au droit latif, et le livror elfuilte an a i I.-Io ontif
S; d'an rutei en flagrant d6lit un nmembre da corps pour le ba,;nir, it en r6fulterait que des no0i s po
u legflatif. Ce d'rnier cas, an refte ferait inappli- voirs, tous auralent prononc6 fur ro fott, t T
castle a la question que nous difcutrons. Le premier celui don't l'effence ef de juger. I.ni" onnY ii
er ne,s'y applique pas davantage : focus ce rapport A ce point, foul au pied I'acte .;n.' ji^iIl
a- d'ailieurs, une prison de trois jours ferait la peine ce lerait pre(qu'ici, ceenme Dimolard .e coI
is la plus forte qu'il nous fft permis d'infliger. Refte Pobferver, une mile hors d heT 10, P e.6 de
itl donc les meftires de justice ptbique, c'ett-a dire dans les minfes hors de la loi, elt'"o"
fe le droit d'accufer et de traduire devant la haute recourir aux tribunaux pour qui'ls adclare. .
6- court nitionale. Dans aucun cas nous ne ponvons 1'individu present eile meaeaqui tli
deftitner; l'accufation m6me prononc6e par les deux app'iquie.. .'
ns c6infeils nentraine que la fufpeufion : il faurt une Revenons-en done aux vertaes i d'in-
es condemnation pour excluret forces protectrices qu'un accuef a '1 -1' di.
te M:i6 les formilit6s indifpenfables pour -parvenir voquer, qu'il foit on 1101meimbreae p0 petie,
a a cette exclusion que la condemnation faith naite latif. Tout homime foupqonne6de Im6ie, dit y
Is. font juftement prevues et d6termindes par l'acte doit dtre tradurt devant uno tribune ; fi;
ai corfliturionnel. Nous navons le. droit ni de les trouver une accufatipn, o n "urn fr1.
fie eflreindre, ni de les accroitre, ni do les fuppl6er. tion, une d&fenfe, inn jugel1en. ti
re Ce n'efl pas ici une loi complaifante qui s'abaiffe font tellement confacr6es par 12 ad6ca,'i t
n- a flatter I'homme puiffant ; c'eft fur utilityc pu- droits e; 'acte conlitutionnel, qu OU TSouS-il
et blique, et noa fnr leur avantage individual, quo a'aurait pas ole droitfd'y renoncer4 quey"
^ '


~C3LIL~IIICC~edLlblI~LL1LILdllRCIL"~`


'""1











s le dro'i d'acCeptr fa renoticiltion; n' cr-il lb
It -titie de repi*t,.'nutit, par fon caracterc de c
.1 1c i l l I l'jl'rativiiL pas a Ini d
Its mais la c6nllitutionj" mais auL Peuple
matv r- de ici d3nsM mon opinion ; nous n'avons C
a examniner enitore jufqu'a quel point Iaffi-
SI'arr.. don't; Aym6 s'avotte 'auteur, inri-
" am'adverfion des lois. Je conviens avec les
trteSa qut i n)ont pric6d6 dans cette tribune, que
Sdevons redoubler de vigilance et deftorts,
S ,l h ommnes qui ofetaient attenter la re-
0,Ta ton narionale et A la liberty: publique ; et,
S iu'en piiffet dir'e des catomniateurs infen-
1o q ,'eft pas ici que la tyrannie trouvera des .
orLteuis ; quelles que puflient tre, A certains
grJ i, les nuances de Aos opinions politiques la
olliniail ell le centre comminun o viendront r
,juiotir aboutir tons les voux rtotles les efpd- U
Sl ces' ousI leO s (ia tr ... t
Ah I qu i!s font indignes dl1'eflimie publique ce? r
VIs attitans de difcorde et d'ainarchie II faut qn-
'a qae tinceS les factions, de quelque manteau
a'ellie te cuuvrent, s'andantiflent devant la ma-
ititilt Peuple et'de la loi ; ilfaut que nous pour-
fai cr.e tous avec 1:i m6me hejgie et ceux qui
ulr.t ltire fuccomber ia cotilituton fotts leurs q
StIIttns multipli6es, et ceux qui voulenit I1 tof-
fr .ar le.us embrtffiAncns eux qui voudraient
$coe rol.gir de fang la }iatue de la Lrbet6 et
ctux' qi t.lirchent a le vYcnger par la terreur qui!s I
fontr .utf'r, de la trrr tr tu'ils ont foufferte. Le r
Crime de quJqud nmaneaU "qu'il s'enveloppa ne
tvw 1j,1mais eh moi urne inrulggnca coupab e.
(U'ni e: ,qu'un files, rencontrant fur leurs pas C
In o jm i ti.i1,t d'aflAffiffner oi leur fils ot leur
peie, le tappen t d'un poign~rd je pardonnerai
c mu'm -sint de d6fefpoir a la nature 6gaice. 1
Mari quand le regne de la terreur a difparu, quand t
tacti lets 6chafauds font brifts, quand l'inftru- j
Fment de mort eftl partout immobile, qu'on rd-
pande le farg des homes en invoquant Ihuma- -
pil! et moi atffi je pouifiiivrai ces nouveaux bri-
gads e Ima civique indignation; et moi auffi j'ap-
aellkri (hr leurs tetes la ungeance trop tardive
fe lois.
Mais qu'un fentiment fi jufle ne ferme pas nos
yeux fir les dangers contraires : dvitons tous les
0e1si no prenons ni la faib'efle pour de la pru-
dence ,ni 1'exag6ration pour de la force ; la pru-
dence et la force font fouvent la meme vertu fons.
deux noms diff6rens. C'eft furtout au milieu des
templess d'.une revolution que les efprits entrai-
ti; d>t le mnounement univeifel fe aifflent ega-
ter par une ardeur impt&ueufe, ardeur qui port'o
avec ele iune excuse facrie quand ceift I'amour.
de l Patrie qui linfpire.
Le vaiirtau de l'Etat, on vous 1'a dit fouvent,
Ct pla cesite dtux ecueils-dair,greu., fi, au lieu
de le fottenir dans un o iquiibre conflrvateur, vous
leila fa pencher fortementr ;fi, au lieu de lui fair
fuivie nimpulfion confViittiotr.ual!e, vocs le r jttrez
dani la ton:menti rdvolutionnaire; 5bieni6t les lots
le Lbmirgeonit et vous parirez tonus avec lui.
Craignea de vous prhcipiter encore dans ce gouffie
d6vailateur i ne vous fouvient-il plus combien il a
Farmi voi.s mrnies englouti de victims ? Voulez-
vous reliever fur uti monceau de cadavres le tizirre
d6cermvital? Vouleli-vous voir tomber fous a bhache
mneuttierred'un dictateur ambitieux on d'un tribune
infotent, tout ce qui refte d'hommes 6loquens et
veitiueux, tonusles plus antiques amis.de la libertO ?
."Non, citoyens- collgues, non vous ne fou riirez
pis que dIs nuag -s r embruniffent les premiers
purs de la conflittuton. Pleins de respect por" les
choix d'un Penple, I'leins de confiar ce dans fa f.rce
tt danla vi re, vous confacrerez cette garentie
dont'la violaion une fois commeoc.e, ramenera.it
bienittt c6faifceau de ca'amits. fous le poids d f-
qa\ellel nous ffmes tons fi long-tm; oppimsi. An
or om l 1a justice, je vous en conjure terrons-
rous foitritent autour diu pacte social, fi nous
voulons f.iuver la Patrie; que la conflitution s'affer-
6illoe par ves propres examples, par vos propres
ITrnrage i; et la France repofle des fatigues de la
thihlauion pourra voir renairea iabondance, 'in-
dvltrie et le bonher.
J ledemande qu'Aimn6ne puiffe &rre pourfuivi et
vi e udaln les tfonues conftitationnelLes.--
La difcuslion eft ajaurnce.
af6ance eft lev'e. ,

CONSEIL D'ES ANCIENT.

Preifidence de Vernier.

SiAAvei aID 13 4 v 1 s 5.


Ah l'approbation du proces-verbal d hier, le
tbe) intendd lectuire de deux vrfolutions; l'une
, ouble:e traitamEnt des 'aveugles entretenus 1
H des Quinoe..Vingts,; 1'antre fix le traite-
Setds emnploys au tnbunaI.do caffation.
Soifalil, apri avoir reconnu uIrgence, ap-
v eteudeux rcfolutions, .

timro'fe, ct"lution2, expd ide auffi fouae
t ^"(e dur tC X1n~ troifgec, f-r'wp an1i-4


bt
*i



:tu
e


e

Ca
:il
It




tl




m
ut


d
>



n
t





i



r
o







e
fi







q
d
h









le


d
ti
jo

ri

fi

d


~ -~ILe"l~C ~L -F--


437


I~


ial riminieldu dpartement de Ia Seine, et adjoint ture d'un artr&6 f6ditie'x. et contrai*e a li I,
nq. nouveaux judges au tributial civil du m6me veulent quo vous diclariez I'exclifion d'Aymn,
6partentent. parce qu'elle eft une fuite n6ceflaire et i:.i'te
Legrand. J'ai remarqu6 que routes les r6folutions du fait bien 'reconnu. Les atirres s'attache'ait 4
ut nous ont 6t6 nvoybes jufqu'i pr:fent par qui a fuivi.
coWfiI des cinq cents, raient toujour* pr6cdd6es rapps de lentr1e d1Ayn6 dans 1e Corps IgiC-
e Ia d sclaration d'urgence ; it fetbl qe lacoifti- atif, ctre les difpbfitions de la loi, de la
on oin claation plus ou, moins exacte, et des peie
utter. 1 it erin cependfit d'atre mods d e dpli- pronounces centre les fasifles declarations ius
s erhoferait cependt bien terns de fuivre pour veu!ent qu'on le traduife devant les tAibunau x s
6os esqui exigent de la maturity, et cette nuais ous reconnaiffent la difpolition et la fagedf
ges e f i l ombre, les forces lentes et de la loi du 3 brum2ire. Ils avouent tons que
ges qopreffcrit la conflitution pour ia confec-- art&6 fign6 par Aymn eli fedirieux, contraire
on des lois, afin de prouver a ros commettans aux lois, et quil prooque fon exclufion dt
ue nous obfervons fidelement le pacte qu'ils ont corps lglatif : ainfi point de division fur I
cir. :fond.
Lanjuinais. La r6folution don't il s'agit dans ce Ceux qui veulent qu'on pronounce l'inflant
oment eft d'autant moins urgent, lu'eile cre l'exclufion d'Aym ne o fe diflimulent pas que
netroifieme fiction au tribunal criminal du depar- lorf4u'il-faudra examiner sil convent de le mettre
ement de la Seine, or vous faurez que la feconde en accufatiow, on doit fuivre los fornes confti-
'eft point encore en act vit6. tutionnelles. Ceux qui proponent de fuivre des
Bad. f point a ion u a-1 a present ces formes 'ne le font que parcel
Baudin. On r ne fit point attention que ulacla- qu'As fippofent que la mile en accufition ferait
action d'urgence elt auffi une forme conflitution t une fuite rdceffaire de la refolation qui vous eft
elite, dont a la v6rit6 on doit ufer le plus rare- .propofce
nent qu'il eft poflfible ; mais remarquez, Citoyens, L'oppcfitione ne vient donc que de la confu.
ue nous fortons di gouvernement revolutionnaire, fion de deux, objets tres-difqincts, et tellement
uie, le nouveau government a befoin qu'on !ui diflincts qu'ils peuvent exifter Plun fans lautre.
onne ch.que jour des moyens d'action et que On confond le fait materiel; faith qui pout wtra
urtgence de ces befoins ne s'accorde pas avec la pas tin d6lt comme, par example la parents
enteur des autres formes conftitutonnelles don't on d'un hmigr- ; faith cependant qui entraine necef-
eclame 1'obfervance. fairement. V'exclufion du corps 16giflatiff, avoc
On ne peut point accufer le confeil des anciens les faites qui peuvent etre coupables, qui peu-
'avoir mis de la precipitation dans fes dtcifior.s, vent au moins, dans certains cas donner lieu A
|uoique routes les rtfolution's qu 'd ait reques a et examen.
.t6 prc6ddes de la declarationn d'urgence; car il a Sans doute, quand it s'agira de difc'rer fti in
iom6 des commiflions pour les examiner, totes homme a commis tn d6lit en entrant dans lo
es fois que ces rfolutsions en ont 6 et ucep- corps igiflatif eten fifant une declaration qu'on
ibles, et fouvent it s'eft paffG deux et trois pretendra faufle, on pourra r6clamer les forms
ours avant que ces cominiffions prefenraffent le colftitutionnelles requires pour une mife en accu-
trfultat de leur travail. Dans I'hypo.tefe actuelle, rfation i mais lorfquil s'agira feulement de d6clarer
n ipeut-d'autant- moins contefter 1'urgence, qu'il qae la parent avecutin emigr6, on la fignatura
ft trrs-preffant de rendre justice aux privenus qua a'un arrer6 f6ditieux ne permettent pas unt in-
e trouvent au nombre de 2446 dans les prifons de dividu d'exercer les fonctions lgiflatives, actors il
Paris ; pour cela il faut des juges. ne peut yj avoir lieu a traduire Idevant les tribu-
Le confeil reconnait l'urgenca, et.nommepour naux, pF4ce qu'il n'y a pas encore de d6lit a
examiner la refolution une commifllion ompofle Jugter.
des citoyens Detorcy, Delacofte et Pouktier., ous feuls, je veux dire le corps lgifltif feul,
avez le droit de pronbncer, et )e ne connais pas
La fiance oft Ipv6e. d'auorit6 fur la t.rre, autre que la v6tre, qui
puiffe decider cette question, parce que la loi
CONSEIL DES CIN'Q CENTS. du 3 brumaire ne pifente en cette parties quo des
mefures de police, de la competence unique da
SfiANE OV 1 4 NI V OS B. corps ligiflatif.
Quelles font en effect les difpofitions de cette
Felix Faulcon. Vpus arr&ittes, il, y a piufieurs loi ? L'article I" port que les individus qui,
ours, '6tabiilfement d'une commniflion qui fur dans,.des affembldes primaites on dlectorales, au-
charg6e d'examiner la grande queflion de la liberty ront provoqu6 ou nigna des mefures fddirieufeset
de la prefle. Je me pr6fente ici, pour demander que. contrrires aux lois, ne pourront, jufqu'a la paix
cetre commifflion fife inceffamment fon rapport; gdn&rale exercer aicunerfonction 16gidlative.
car, moi qui ne vois la liberty que dans les chores L'article II porte la m6me difpofition contre
et non dans les rmots, je declare ouvertement que les parents des 6migr6s, aux degrees qu'il deter-
je fuis alarri d de quelques actes que le directoire mine.
executif s'eft permis centre plufieurs journaliffes, Je fuppofe que la Joi n'edt contend que ces
et qui font confign6s dans le r6dacteur d'hier, deux articles pourriez-vous, dans cette fuppofi-
imprim6 par fon ordre. ( Des murmures vio- tion, balancer un infant a adopter le project do.
lens interrompent l'opinant.) ..-- r6folution qu'on -ous a-propof-?-Dsaaideraii-
Un grand tumulte fe manifefle i de routes parts on qu'on mt en accusation ? H6 fur quoi puill-
on reclame lordre du jour p que le faith de la fignature no pett plus etre pour-
on rame ordre our. fuivi ?Qu'o6n envoyat i un tribunal ? auquel ?
Le president. Je rappelle I l'ordre les interrup- Quel autre que vous peut dire., Aymi no peur
teurs, et je mets aux voix 1'ordre du jour. II eft exercer de function lUgjlauive jufqu'A la paix. Vous
adopt6. n'hMfiteriez done pas a le declare, fi la loi du 3
Le prti, dent. Je declare que, conformniment au brumaire n'avait contenu que les deux premieres
rglerent, je 'accordeai la rl peronne difpo itions, pace que Vous vouePexcution do
our ugne motion d'ordreaa pqueaorfquele aia rafo cette loi : il eft done bien clai qu'il n'y a rien
pour une motion ordre .qe e aura d'inconftitutionnel dans la declaration quton vous
ddpofde fur le bureau. dem"nde
Suite de l difcufioiw fur l'ajfaire de J. J. Aymr. Mais la loi prononce des pines centre ceux qui,
Renaud pronounce line opinion en faveur de algr6 fl s iontrefieionx q front efais dan fauffes d
J. J. Aym n. Iclarations ces peines ne peuvent &re prononces
Trcilhard. Dans le course de cette difcuffion, je que par les tribunaux. Cela eft vrai, mais no
me fuis demand plifieurs fois comment des hom- confondons pas exclusionn refuitante du fait ma-
mues, tous anim6s du meme defir, reconnaiffant teriel-, avec les pourfuites- qui pourraient avoir
tons la fageffe de la.loi du 3 brumaire et la ndceffite lieu A raiion des declarations qui ont pu fuiyre cc
de fon execution, pouvaient &tre divif6s an point fair. .
oul nous 'le fommes fur la maniere d'exdcuter Je lai djai dit, ces objets font trrs-diffincts,
la loi. o et tellement diiiricts qu ils peivent exifter 'un
Je me fuis biantat convaincu que ce diffenti- fans P'autre, c'eft-A-dire qn'il peut y avoir lieu
mertt 6tait plus apparent que r6el, et que cette a exclufion a raifon du faith mat6riel dans tine fouled
efpece do lutte ne s'&abliffait en effect que parce d'occafions oa il n'y aurait cependant pas lieu i
que les orateurs traitaient des questions diffG- pourfuite.
rentes. Je fuppofe, par example, deux freres on beau-
D'un c6t6, on dit qu'un reprefentant du Peuple freres qui nwont eu enfeimble aucume efpece do re-
ne peut te traduit devant les tribunaux qu'avoc lation depuis quinze ans (cette-fuppolition n'eft
les forces conflitutionnelles. C'eftlune vdrit6 que je que trop relle); je fuppofe enc-re que i'un des
filis pr&t i dtfeudre jufqu'a la dbrniere goutte do eux ait 6t6 nonmnu au corps lIegflatif; il arrive, il
mon fng. s'affied partni vous aprbs avoir fait la declaration
D'un autre c8oe, 'Pon s'6crie qu'aux terms de qu'il n'eft pas dans le cas de la loi ; biewto ill
la loi du 3 brumaire, celui qui, dans des affemblhes apprend 'Vemigration de fon free on de fon beau-
priraires, a fign6 des arr&6ts f dtieux et contraires frere : il eft evident qu'il eft exclu du corps
aux lois, ne peut exercer, jufqu'a la paix generate, ldgiflatif jufqu'a h paix geaerale ; il eft certiin
aucune fonctiOdI ligflative. Celt encore une verit6 Iaufli que fa. declaration a 66 inexacteS nuais it
que je fuis pr& aufli A djfendre de tons tries n'efi pas moinsvdent qu'il ny a pas lieu L accu-
moyens. fatiou centre lui, car it avait faith fa dclatation do
Les orateurs qui out 6nonc6 ces opinions font-ils bonne foi.
oppofds en principles ? Non j mais ils ne traitent pas La niufe en accufation a raifon des declarations
a e queflion. .I vraies on fauffes, n'a done rien do comatnun aec
L u Ins, ft-rppIs du faic matriel do la figna-i exclufion d i corps ~;ilaiWf, rffultanti dAu fai
C




,~CI1C~-slCc- -- ~ ---11~1 -- -


43 '


materiel de la parents ave.: u. 4migrt. Co que j'ai qne denmiaent nos ennemit. I rlneft.tL -mol Ici a.'ou4 avo'r fign4 ledit arr6t0, declare P o
dit d'uo parent d'6migrd peut ~'a.1pliquer -a des evo s b,lc!itt: u e bfeivatio:.qe vous avez et adopte.l rilolution ftuiarit: g. t-
fignatatres d''arnrts. Les circordliaces particcu- tous pu t. -'ch,-onwe toni. N'avaz yvous p.as a Le citoven Ay-4 3 "n ," pe t
lieres feur morality, [eurs n.i conus, citmenceve-nrt d cette fill"., re,wo,tre un Le cxrce sfo rni 11 j pait gn$.
pcuveist auifi, dans bien des cas, iepotff'r touted ganri nribb de perfonnes dach.inees centre la le ves.
idee d'accufation centre eux ; et copendant leur loi du 5 bitmire ? 1. fltait la iappo0itr, la.rap- ALx voix aux voiX 'derie on de t
exclusion du corps' 1gif la t uine tluit nicei- porter pcomntem t comme mcor')itittionnele ivt pats. e totei
fAire du fait mat&riel de ia fignature. II ne fiu:t doc *yraid.,u'. Vous vo s pronoihites alors centre
pas confioidre ces.deux objets: a corps 16gillaif ce *,oeu v, tat de force, qu'ii n'a p'us ete Thibaudea, le propose un amendementa proet
fuil il appariteint de dedarer cette excufion l aux poflib;a d le reprf;duiie. HA ien ces memes de relfotion Tirelhatrd, v a' mn fe.. labo
tribunaux feuls it appartient de prono:icer les p.rf.tne q,>i a.n. I mode ob : :,t les la quelhlon focus fonr viai poit de vue; 1-ig:Liht"
penes, quand il peut y avoir lieu A aa(cuiation rep6.*fenta.:, d4i Petupe pour lcur art ch r lanean- et le jugement.
et c'eft i -ce dniiir cas feule nent q-ies'ipp iquent t ff. met d e Ia loi dj 5 brumaire, tffhetent nl- Je dma-nle q'e vous exprimiez catte i46e
ks difpofitdies conftitutionnlles tur la garantie ,jurd'hIui d'i ai'e L'6loga; lles voulcnrt fulkr c e ltque J. J. Ayi ,ne pent 6tre mis enjtige
des membre 'du corps 16giflaif : rien de pius ciair et qd'n e a,pique vec les fre.s confi ment" qu'en vert 4n dcret daccfatin cel
qiqe le xte. I trtionnel!es, pirce qu'cl es feticnt bien que c'ef le feul moy n de mainrtenir la garantie de la rep
Les thembies du corps gitfl.hif; articlet III) en denire trout effect que c'ei un moyna far entation national. .
depuis le moment de leur nomitiation, jfti-Uau de teaiir le corps leg,fltif dans de., convtdfios, s W;on. Je nh''eve centre la proposition
treitieme jour ap.es l'expiration de le-"t fonc- et le Peueple d's des alarnies perpctuciies car, ef faite ; dare part, on detmne que J1. Aty.'r
tions, ne peuvent fire -nis en jugemcint q c dans -ne vous y trmnapcz pas c'e,-la le but; cclt-l foit exclu desfoncJions Igtt-ives ;tde' Ayme
les former prefLrites par les articles qui fui- I'uniqua. efprai:e de nos eineri. .. qu' on lu applique la pine portre par la0i dIi ;
vent. Poiortfos-nvs en douter apr&s avoir Ih les brumaire.
Pour fe convaincre encore phus que l'.. .:;i.)n rnmoires trotv s far I'nligi Gelin ? Ne vous
du corps l6gifatif, rdfultanie du fait niutriel, a:x dit-on pas dar,. c-s n. motre5, qu i! faut tenir Plofieurs voix. Ce neft pas cela!
terms de la loi dt3 brtimaire, et la pourfuite le Peuple en heinre, yd eparr q es batteries coe ..
dans les tribunaux, a raifon de ce qui peut avoir center l plan gnd;al j"uiqu'au d6barq cement promise o e demanded lrdre du jour, motiv6 ur
fuivi, n'ont rien de common et cqt ie corps par fon alteflo coflitution
16giflatif ne peut fe difpenfer de proi;oncer avant Ce plan ;g.n&al quel eft- il ? Diflribuer ~ La fit domain )
tout 1'xlaufion, fuppofons pour un inhat qu'au apropos des 1mtni s en numeraire, avec dicr6- .
lieu de la prononcer, il fe -4brmine ar mettre en tron, et en aflig>ats ,g, is, ave pofaion N. B. Dasa face e onfl
accusation, et que le tribtinatl convahIcu de lin- parce qu en ne s appauvrit pas en les prodi- anciens a tprouv laiflutiveron qiui exuti Jo
nocence de laccuti, co~nme par excmpie, d'un guant." .. t if tver la ix
freredmoigr6, danslecasdoaitj'ai parl6, ia'ui..tc cut -Cet',- ,.'. .b.inn o/i doit -elle ttre fate ? A
Individu.Qiae feriez-vots q iand i: fe-repr61enterait'? P '1,, fous nos yV.ux, pour y falarier des genas hon-.-, .-
L'admttrie.z vous parmi vous? Non, fans route s', ma:s pauvres, qui fe cnjf:creant abjiument
car il. erait bien exclus par la 16i, comenin fere la c 'is a A VI S.
d'6migre. Vous feriez .douc fjrcds de le rejeter A P is, o CPon aurait un plnipoeriniaire fidele...
apres fiijugement. Conmmencez done par rexciure, "fcr'et, act f, qi, au efoiin, s'afftierai ideshommes Le citoyont Antoine Bailleui ,imprinmeut dai o
npuifque la loi vons. 1ordonne et qu'il f udrair toti- igne f d a i fa coffee, e choifirait piovijoirem.ht.,au Jortial du- Ceanmerce, rve Ha;itefeuill, n* 1
ours en venir lA. Vous examineres enfaite s'il y a d cvs et militars......... Lfiu a p ri prevent les p ne qui r a
lo.i.e.nd.:.f.re..... ..dd ef ,i mii. Pari prdvent les perf e: qi l ,,r ar,
lieun, ce q'il convientde fire 1'6gard des dcla- le' .i ...' ", igi pnmes frai]ent renverfs ....... ce u des fonds pour la conflitutinii qu'ii n peut
radions vraies our faufles. ,rp irriver d un iaflant: I.l',ir,', donner la nouvelle 6eiition, ertichie de tables
Qu'on ne dire pas ue civions pas befoin, fans aute, de cet a -zf liv.- ,-comnme il -Favait annoilc, attend
Qu'on ne dife pas que ctt example ferait dan Ic-it PAIunos 6clairer fur leisprojets des tit i- que-Ie poitft eiaiten a no, d,
gereux, qu'il porterait atteinre A finviolabilit du r ts d ati uele port eft maintenant d'aprs la loi d
corps I6giftif, qu'il ferait le pr6fage diu retod- des 6pliuins matis ei toos les doutes doivent de ce mos de 7 lives o 'fou par extm;
Pours ae terreur, &c. etr, eves pour ceux a qu ii aurait pu en reler plaires.
Jai trop gemi fur ces terns mahlleureux, pour PfnGz-vous que 1on put concevoir de fenmbla- aEn confpque7ce, il W fen enverra qu'a'ceux qui
n'en pas craindre !e retmur aurtnt q,,'n .utre, et bles ef,;erances fi For, re croyait pas avoir, fi auatnt compeitt 37 ,io. t faus e par exempla d e
je refpecte le principe da tou:rc, ces inquieudes; on 'avait p1, en effet des-_compace_ dans nte- an ft ex ', paT eivoyv de fon. i ,
mais en te refpectant, jol'appiecie. r:eer de la d6pubiue? Ces comnpiices, opou- es le o affran es on
Quil uotif decratinte pourrait donc cxifer'dan rvcrvus ,es foupiner raifone mbleaent fO ce es lettres non affianche.s ..e feiont. pas
cutta occasion ? Et de quoi s'agir-il ? D-; i'exicu- n'eft parmi les provocateurs d'arr's liberticides, t es.
tio, de la loi du 3 brum:aie dent nous recon-i et pa'rni lIes parents d'emgrds ? lt ces orovoca
naif'ons tous la fagefle, qaie nousn voulo Is tio tears, Sous pourri' ne pIas vtui empreffer A les Palemenr de la re'(oreaie natidn..,a
E'Ie exi'e cette loi, tell qu'elle eft; ii n'eft P..r Kiraesdu Puple, ch.aque jour roduit Le paiement des parties de renters via'etres pt i
en note pouvoir ni; d'etendre, ni de .eIrAin-dre que' *,ue no'ivel 6v6r.etnent qi'i d6iontie encore I'anase 6chue au i' genpinal., an ;, fiurp!Lfinq
fes difp fi.ions. Nous ne (aurions F'appliquer a p'usI li f.:fiL de la lo du 3 brumaire ; chaque es on avec 'fturiie, dpof6es dans I.k inUd[s
ceux qw'eile ne concern pa.. Eile frappe fur des i i1fnt vous aveitit qu'il farit 1'exdcuter, et i'ex reaux delay liquidation avant le i' vendma i
patcnsA d'omir6es, fur des ficnatai es d'ari&tes fidi- i cuwer fanl d6lai. d n eouvet Jufiqu'au no 6,a000.
tirixJ dans :e,, alemnb'es. pitiairs. i I1 rTi'cf aucutir de vous qui ne porte au frnd de
Pct-on cier un parent eg a relui qui n'en e ue convtio t prforn atee di conviction yioie et prerfoned .e Le- paemenrit des rines parties dtt n* 16,001
a vas ? petition fuppof(r un arett6 fdtitienx quand i la n4cefit de cette execution, et je crois etre 17,00), a lieu depuis lelzy frimaize, an4.
il 'n'exitte pas ? peu-on m -ttre ,1 cet arrat uine |oroane de tous mes collogues quand je vote n p ," 'c depui lo ,* ufui o 4
fignature qui r'y aura pavsr appof-? Ceffonrisonc poutr ladmiion d'un project_ de rhfoution fans ea f n
de nons liv'.er A des frayeurs chimera ique,, et ne i equel la plus fige, la plus politique, la plus n- c-Iles dpa1sieplis-* 1nived*5:O,-
prenons pas une marche iiii dvidemment rendraitc ceflfire des lois fetait come non avenue. Six derniers mois de ait "
innplAible toute ex-cution t ne tlot-que-nous you- De- outesparts-on rie-: -ux voi .
lons cependant to"s exdcuiter. i
N'oubions pas en ffet, qtie cete loi exclut Bentabolle. FeVmez.adiculo. L p met du fecod 4me de l dit
ceux conre qui ele'efi taite, des f,)nctions idgif- parties de retes viagees f .r it eti.r ,resoe
iatives judicaires adminiftratives et muricipaies. Madier. Quand il s'agit des forces conftitution- avec ftrvie d6pof6es ~ans les quatre bu
V udtiz. vous que leur rempiaceme,t rie s'opt. at re'les, la latitude doit t.re in'nenfc,. La cafe la liqadatioi avant le i vendImiaire i "
qu'ap,'s qu'i.. auraient t -i ;lgs dans les tribu.- d'Aym4 elf celle du corps lA1gilatif. II s'agit oivrt iufqu au n tz,ooo.
naux ? 11 e s'opererait donc jiaaias; car inddpen-! de pronocer fur P'exiftence politique dturi repr6- Le paiemeret dets &mes parries dot CLli 0 1C
damment des lenteurs infdparab'es de l'orire judi-. fentant. eft. ouert dep; a leo frimaite an 4
ciaire, m&iDe quand les magiltrats fot p'eins de ,
zel -, croyet-vous queceux dei tribu:iaux qui peu- Plefears's veo. Cela n'eft pas.irai I Caif.e d'efcompte.
'Vekt avoir dans leur fein des parents d'rnm gi, des [ D toutes part on rdcame de nouveau la '
flgntaqies d arr&4s, enfin aes amis de c0 pai ; ture d la diicu ion. T es criianciers et actionnaires de 2i d*'
croyez-vous, dis-je, que ces ttibunaux ferai'-nt E caiThe d4ercoropre porteunrs de certific tmifh
fort emprefl's a juger les pareus d'dmigtis et les Ele eft fermee. .i: m. 6tat. t qui our dtd ceri t"
fignataires qui eur leraient dnon.es? j. l duleo1 dpPsj
Ce n.ft.pas ainfi.quea loi du 3 bnnire pe.t ,Am. Plfqu'on vL ptononcer flU mon iix.huit premiers ats paril ef 'f d
A. doit s'execut r. Le directoire ef t autorif, par fort, )e dpmarnde a e etp6ndutt. ," n adent re e la fomme Procipal?
.... lo a remp acer les puges qui font forces de fe La ddemanie d'A yn eft 6carrde et tin fecr- 'e .t le-its certificates.
reti-er. Quand it a la preve' aquifer, oou d la tire t ait kca re ae l'atrt6 de" f-tablee pi. pode : ..s',,
pareat6 avec un dmigre, ou d'une fignature d'art6 r maire de Mjnth-ima-t, qui declare ne pas recon- Le piement dc( fix deniers moil deo L'eq
feditieux il templace, i' doit remplacer fauf a ntiaure conuime )i la loi qii declare teille les d6- de< cr6nces ci-deffis 6nroncices, a i eu e
envoyer enfuite, sil ya lieu, devanc les tribunaux, crets des et 13 f.uctidor e qui orio:nqi e qe'~fes frimnaire 2n 4 ; favot qu antd ul ,r ia
pour fire appliquer les peines attaches aux faulei d ectcurs font tenus de chaifir parmi tous les ci- les .1; x-h:t 6tats et quantum pep
daie'tations. II en eft de meme dans les admninif- toyens dligibles. hittit premiers dtats?
trations, et fi 'on pouvait tenir ine avtre imarche, ^ .. .... a j-d .. n. rHis dai pa '
il eft trop ferlible que cette loi f.dutaire don't Le nme fecr6taire lit e Proe e rd foluion O feri avetr pr nou.wex
encore line fois, nous avons .tous recor.nu et pu' conuI &ent ces ceres 4: e nu m bros i&f&ens.a
bliA 1, fageffe et la neceflit6, ne ferait jamais' Le confeil, apr6s avoir pris contiiffanceo de On-itrouvera, dans la g lerie aet
exdcutee. 'l'a e' de I'aft mblde prima;re de Montdlimart,, des affiches indicatires bu* e "rei
Elle ne ferait jamiis ex4cutee ? Ah I c'eft-l ce apres avoir enunidu le citoyen Ayte qui a faudra s' a*effe,

L'abonn'ment fe fait h Pais, *ue des Poitevivs, no is. Le prfx eft de l'so 'iv. pour tro:s inos, tant pour Paris que pour les .'tpartctnens. On 0 e i.'abot 't' ,Alhc
cerernti de chaque nions, et iculcmie-d ut trois mois. Ceu, qui'l rcfe (ctrut payer en uumetaie, euverront to .iv. pour t'antlue entire, 6. liv. of
y, liv. poor truis mo s. oport
1 fa"t adre'.er les lettrcs it 1'arrcnt, franc deport, a' citoyen Atubry dircte.r de cc ;ourt at, rue des v:... ;i ,, no i. 11 faut comoprendre dar irs !v r e
pays ou lon ne ,eat affira chit. LUs letters d,:s depart-micns non iftra chies fer, i t poit rt -r.cs de la u"l:e. t all
II (it avoir Toin, pour plis de luitet, e charter cells eiiI rc -irmniit des va'.cu, it ;drdilr tcut cc qui concern la rdd a tioo de la fetille t.
P *itevins, nit' i, deptus neuf heur's du matil lulqu'a huit licure- t d f it. -. ;
L'abouneawent pour les pays etiantgetis comnlut on r6unis, !doit etre payh en nutmraicr; c tte con. ition eft de rigueur.


1


E _~=~s~_==r~rrrrsr~anc~~- 41cr~cr _~ p)____________al__ ...........P-`




-----n~sr~laaa3rs~-I r C


GAZETTE NATIONAL, ou LE MONITEUR UNIVERSEL.

Sio. Ddcadi, 20 nivdje n2 4 d' la dpubliqusi Fraaifri uAC ix divifib/c. ( d. o janvier x7r6 vieux jiye. )


OL TIQ UE.

PR S E.

trait d'ine lettre de Bagdad, d t9
,t, otbre.

.AMAtN( Ml4AN, 'e*turuq &tit parvenu a
am deu ios lIe l -urie prhiizC Lolf Al-lKan, et de
fe lenare mitre de Sch:tas, 3alt q ie du trefor et
is families des g ands de la. Perle qui s'y troun-
tien ice Jernier s'lt retir a Keiribait avec les.
ibr- de fon a mi-e d'ou it a recint les fecours
, RAirts, e n leur proastrant de leur fire tel
,vantpe -qul's vouihainrt: il p arait-que-d-apres-
c i.tffes, la Ruflie a fhrw6 do veritables vuas
poUr 'pprVptI'er Wes prOlifces qti lui feront de
Ston inC. des aits ont 'conmmnce A avoir lieu
pour eprcjtt. '
Un Kin de Mafenieran, parvfai de .Lolf A'i-
na, avAit nmiche aveC quelqufs troupes tir le
G0ian, i,5ou Ruliest Venus par mner d'Artakin,
c debirquii et fe font joints aln fuldit Kan, et
fc font tmpa.es de Becht, qui eft la cap ita. du

Von a appris d'aiileurs de Tefli, capital de
hi Gnrj, 'Lie Ie prince Hdraclius attetd>is jour-
teliemtnt J- nouveau, debix regilens hufles
Sr,s e d lid,i. d, pndtrter avec eux et fes-tcoupts
tiotgit e., .ans les provi :cs do Chervan rt Aeri-
,ljn. ('et Hiracliu* eit enlieituienc tloinni a.x
idtc's de I. cour de Petersbourg.
lit ri. par-tout ici que les PRuffes veulent faire
touch dle boa une iitrptioi dans la Perfe.
TU RQU IE. --
S Conflanirinople, le. i5 novjctre.
i ;t tau do I pete qui s'itai ua infant calmb,
;iit de teCommencer tes ravages avec phis de
foreur que jamais. La mortality devient' tous les
jors plus grande.-Gette-truell-e aladi- e!Lve-
nucoup de foldts des troupes exetcees A IA
ncique eulopanne. 1 taik question d'&tablir ici
des iuzzantaints, f mnis !e corps des ihzans s'y eft
oppofi, focus pidteAte que, cette initution deait
contriresaudugine de ln prtdeftination.' La vritable
Waofe di tefus del ifltms eft la crainte de fe voir \
piv'e des drits de fepulture, fpece de trevetu
iathti a L'infottune publique.
On efpere que le gt'rnd feigneur,, don't
rhumaniti e fair connaitr tous les jotri, he
tiendia aucun compete dey ce motif aufi vil
qu'attOo.
WSimi a combfe 6Ie prdCfens l'ambiffadeur de Tunis.
nreinBrqce par"i les prfetns deux fiegais de
0o ainons. .
Ledivan a pris beaucoup d'ombrage d'un voyage
quevient de fair ici le g6neral rulle Ksfteff, aont
It rdfidcnce ordiuaaireeit Kodjabey. On-prd6ume-
que fan but 6tait de prendre le plan des forte-
Idles lituccs fur la mer Noire.* -Ltat de not
reiaions avec la court de 'itersboutg eft de p'us oea
plus th fie., "
SL'tInbfiTa icur britmnnique, M. Lilfton, tR -art"
r~i pmndre tongi du grann-vifir. On infete de cettr
circordifnce, qu reft centre l'uflag, qu'il regne dti
.mefintchligance entire I'Ang'eterre et la Prte ,
it,( lolqesa perfonni lui dotncnt pour motif le
fai aCu-il ia't J l'tnvoye turc ai Londres.

AL: LLEMAG N E.
Des borig de la Nj he, Iq 5I5 d icembre.
L t aral autrichien, de Naueindorf, a fiit
qettit.quas dect.chemens dans Tt&veos, commea
!'knt aiMote loes gaz.ttes allenandes ; mais ces
t.thcniens y ont &6 habilemAsi:t furpris par les
4 et tiilliS en pieces dais les rates v' emne
4 it le. don't l'amrce tranq'ife eit reitee mal-

2' vcort akurichiea de Pellegrini a &t6 en pa;tie
att ns Cote affire. Celui de Microaswyi n'a
0* tWaoins iuxtai, A. La revancho des Franiais
C complete. ,
LVAmi de Jourdata occupy tout lo Sonnen-

A .L viion de cette armie, qui occupe D&itel-
., ,enRv'" dets astroutlles "a Elberfed et datns
.t.t r iuh de erg. Ube forto ar:iiere-g'fde eft
S CoblCentz1 .et Cattellano ddfen4du par. la
it'it, t appuyie par tin corps de trou-os
aTrarbachL. s tantatives de l'ennemi font
VI att es par le mnuvais d6at deschce-


I TALIE.

Livourne, 'le t r ddcemb're.

tLs dernieres nouvelles de Sardaigne annon-
cent que cette i.e eft imaiteaant aifez tran-
quille.
11 eft arrive ici quelques bitimens autrichiens on
piimontais, qui fe font chappes de Savone, lots
de Vihvafion des Franiais.
Un corfaire franqais vient dramener ici une tar-
tane tiapolitaine, charged viy.
L'efcadre atglife eft toujours a Saint-Florent.
Le novel amnirl, John Jervis qui riw; pace
l'amra!'Hothim, eit arfiv6 d'Angleterre.
On crit'de Rome qne le pae,, preffl par des
embirras d- tout &enre, provenant d6 la rarer6 da
num&raire fit do .aovelle rfarmnes dans les
d6peties.
Le change des cddules papales eft toujourg extrtA
nmemien hlut.

ANGLETER E.

Ddbats du Parlement. Chambre des
Co'mmunzes.-
Suite de la fiance du 9 dicctmn're.
Suite du difcours de .M. ittt.
VoiU, dans 'fa vtitab'e 'tend:e, le principle
d'aprts lequiel j'ai commenc6 et contmnu6 la guerre.
Qifant an ameux riotbellau zfeue ad imternteconem,
une gueire a mort, mot q'.on pt'a fi gn.'reu1ltmnrtua
attribu6, ainfi q n'a mes amis, je declare, pour
'eux et pour ovi, qu'ils n'ont jamais fait ufage
de cette exprefTibun qie- quand its ont &6 rces
d'en repouffer loin d'etx 1 accufation. J'.ijoute que
quoique dans monI opinion particuliere I. rerta-
bliffement de lIa royaur fut, comme je 'ai tou-
s ur dit. lechangement le puisavantrigenix Lla-
France e n'en a i pounrant jamais faith uieo con-
dition fine qua non, pourvu que la paix p lt'naitre
d'uin autre ordre de chofes. Faut-il ripker a ceux
qui ne veulent ni l'entendre ni le croire, que le
miniftres de fa majeft6l oint t-Yujonir eu pour prin-
cipt--e n e fire la aix que lorfqu'elle poertait
*tre fdre et .durable. Vs te dhmnntrent anjourd'hui
par leur emip-eff cement a faifir a premiere occaftin
d'*o'vrir Ix porte aux nigociations. Nos adverfaires
pretendaient quo 'on pouvait dans tons les teams
traiter de la paix. Je ne parcageais pas leur avisj
et aujoitrdhuti, lorfque r.wl convenots q.- eIC
tet.s eft venu ofi Von peur faire la paix avec
futet6, les honr'orablrs mrmbres ne-trourent plus
le. moment favorable i-et dans leur tendre `l6 ici-
tude pour nous et note confiitance, foilcithude
ique rous avons l' inflice-de payer d'ingratituiIde
its oubiient et leurs propres voeux, et l'avantage
de leur pays qu'a les entendre eux feuls *favent
Paflons a la troifieme parties relative :1 la d 'A-
rence dxiftante entire le gouvernement qui fublilte
actuel emer.t eli-France, et ceux qui 'ont pr6-
Je re fouvians d'avoir dit, A overturee de \i
felfion, et je le-repete encore -que on trottivr '
dans la notvelle fituation des affire's en France,
us qA' toute autre 6poque de Ia gu:rre de
kgitinmas motifs d'efprer -q'on p tourra't ein
enritrer 'eti n6gociation; tnats on a eu tort d'en
conciure que j'allais fire le panagyrique du gou-
vernement-de ce pays. I
IIt e'chapp dan' la chaleur des d'bats, untin
honorable membre, (M. Grey) un mot qu'il vou-
drait biea avoir recent ou pouvoir defavoter en
ce moment. I a dit a
Q Quaad nous ittaquons le gouvernement, de
France, ils le defendent; quand ndus le defdons ,
ils Pattaquent.
Ne ferait-ce pas un aveu de. nos adverfaires que
Ifur fyfteme d'a tzque et de dfeanfe ntait intex-
v6r i. L'honorable embre n'a-t-it pas 6t6 Vapo-
logifte de ce fy( me abominable que la chambre et
let miiiftres out clu devoir reprouver folennelle-
mient, de peur de f- d6.honorer par ler fiience ?
L'honorable wemri 1 n'a r-il pas fait Ula cUntre-
partie, en attaquant le nouveau gouvernement de
France uniquemer..t parce qu'il fuppofalt que Jes
miniftreo en avaient fait 1'eloge ?'
An reffe, q'il I'attaque ou non ) ne pr6ten Is
pas encore tin cou; "a'en f ire le champion ; je
ne pretends pas le d f'ndre ( i ce Weft r(ar comt-
parailon avec les gouvernemens qui 1 ont prced16 )
foit centre les atcaques des d6ftnfeurs de la pre-
miere copilituiion de France, pour prouver qu'il y
a an' unoins quelque difference de cells d'alors
et celled'au.jourd'hui, (ait contre les attaques de
ces amis le> prmcipes franais autrement dits


pricipes jpcobins, qui fe font efforts de let irntri-
dli.i chez nous, de jacobiniler Il Peuple; qi
,ot adopt le coffune et vant. la condure a-cs
Jacobias; dans la bouche defquels rettratit'le pandt
gyrique du premier gouvernament de France et la
latyre du nouveau, parce qu'il fe. relent trop,
fuivant eux, du defpottifie de l'Angletrre.
N'y a-t-il aitctlne d'ffit.tice quand K.a s les pre-
tiitrs govwemetrins, es ffaiires de cc m.!hute'ix
pay ctalient abandon !'es :aux capices non cori-
tro! s de chaque mitnibre d'uneo ai.abl..- pJ-
pu'aire nlm conlti e dlie n&mne fi ce u'ft
par la furie d'une populace f.Caripin.ire ou Il
voionti arbitraire d'ute catiailTe all .iin, ; tandis
que le gouvernemntit actual, tout imparfait qu'i'
tiLtconer-ve cependanr le ii.,' r rt,i aj un giM-r-
nement mixte, daiit lequel les poavtoirs Itgiflatif;-
excutl f"et judica.it. formnent des b'tanches d~flint ttsi
et f6parkes, et. qsi. renferme ,en h-i-m'ime les 6t6
meits capables de former peut-tere -ei finiiif,
par Ics additions qu'y ppoirtb-ont-la fagfl' et i'ek -
pdicince, un bont giuvernement -Au retie, ce hift
que centre mon voeu, et parce qu'ont mny a cMi-
traiit, que j'ai parld de Ia f..rme c.u gouvrernient,
ces quethons mi.-vothyliq.les t'etafit poiht du piflott
d'une difcuflion prarique. -' ,
On nous a demiand6e i nots tons affurds qui
4ette f.:'ine' C g,'.veirm:-r ftt fta;ibl ? Je i i-
pohds .n'in, uous i. ni fo rnres- ptiAnt'certains ,r i,
je dirai aulli qiue c tux qui gouvernent aniourd'hui
doivent defirer 1, uL flailite, et qu'ib o'jt~t ali. 'e
fen comirain p),;r yir V qu'ils ne I-.Uvent trav.'.ii
pits at puir Jeur ftabilit d qu'en ,l'i.
faut la paix dains I'Einope, aux co iiAiion qLe I'Eu-
rope adroit de dcianmti; etla f.abihttde (e gul: -
vernement eft d'autaiit plus prob. ble que ~tie d-4
prec6iens, qa'il eft mloins appuy6 par I 't'
rear 4 et que fa domination eft' devenue fac'l ,d
Pciup e.
J'avais annonc6 que Iia treffe de la France fint-
rait par une banqu'eroutei c'e i I ch.a ntbre a jug~r
entire moi et Ccux qai mT.ccufienf de fatfiei6,
J'en appelle a la confeflio'n u vieux gouve;n)entinc
qui vieat d'expirer ; j'en appelle iaux premiers -ac-
cens du gouveretnentr lqui vient de naitre. Si earss
moyens- bonttellment-epuiles, rna -do ipit-i pas
niceffaihement defirer une pacification ? fi leu d6-
treffe eft tell, qu'apirs avair renond. alix cffults
convu.fifs qui pouiraieot la rtparer, et qu'ino ei
peut renouvelcr daus uan terws de paix, ces, ir-
conflances ne font-elles pas siufinanrtes pour per-
faader aux membres q'ui penfaitent qu il y avait au.
paravant alets de farect pour traiter, que Je gou-
verneindnt actuel eft Adr ?
Mais eft-il vrai que la guerre noqs "ait 6t fit-
nefte pardout fi t'un en except nos (ateces fur
mer, fi Pon en except nos ftkccs (fr cec elemehc
qui fairt 'oigleil aes Bretons fi Fon tin cxcepto
nos fuccfs mur cet : l ment que les honorab'es
membres ont nma'qu6 come P'objet exclulgfd te no-
tre attention ? .Oat-ils donc oublite les cpplats d
nos braves-armiesS- et-les-fvices-ilnportzns ren-
dus pat fir ChAries Grey et fon arwae dacs let
lodes occidentales ?
Mais je rdponds z-ceux-qui pr6endent- que-la
guerre a 6t6 dfilfreufe : tuppolons qu'atL co>m-
morcernent d[ la guerre avec la France, les ho-
norables membres ayant devaot eux une mappe-
tmonde, marquaffert les parties qu'ils dtfiaienit
plus arefemmtent ravir a l'enrtliiv, ec renunir a.i'c-nm-
pire-britannique,- netiuffeirils pas d -fign-la Mat-
niique,le cap Saiim-Nicolas et e cap de bonnt-EL'-U
race cornfme lcs ppin inmporttns ? Eh bien ne.les
avons-nous pas entre les mains ?
L'honorabl nimembre a die qu'il doutair de la
finc&rit des intentions des rminitres, et it fnqait
fea doutes fur les expreflio.ns du meflige de e ti
majefl6. Mais le metage exprim tout ce qui eft
avou6 par les min;ftres c'.lt a-dite que i) les
Franqais man.fellet des diffpociJons pour la pain,
fa majeftR cofeintit a ,y concourir. 'Ceci1fndn-"
moins n'emp&:hra point d'ane part (a .:ajefi6 de
fair de o':v ,rtures de -pai; fi cesC'oc. rnial
font coniftmes au veiit.able but, ni ne la contraiot'
point do I'autre i Lfife ave;'gl meant des ouverturcs'
nwoliirtques ; il appartnait an gouvernmernt ex/-"
cutif d'xamiijer ti Voridre Pcttil des chores :aic
conip tb e avicc !a ngotiation.
Quand les parties fe renveriaient rapidemenr il.'
uns les autres, les contwiiones euFentcurt ete non-
(en!ement incertaines, mais iifitiliblemen tr.>mpuuc,
et un patti, pour frippante'r I'autre n' tii pas in;n-.
qu6 de l'acculer dz crahifon, en fi.Ait la p.
avec I'Anrleterre. Les hoorables nmembres puenfint
ils qu'il fil de la poatique du nouveau gouver-
nemetet de 'rompte mJntenant les ncgociationls ine
fois comment es ? Mais s'il s'op&ait un char.cc-
ment inattenda dan; l'ordre des ch A:s etabii da i
ce" pays, et qua, les Frarcai> wtormibaffet aansjk nr
premier etat, ohf idemande k les mixnitres ne re-
tiendraient pas dans leurs mnins ls moyens d0
reponifer, avec tine vigoureut &inegie, t in0t
nouvelle a3reffion? Je ae pricends point tabliir








440


une prteille extraeitY, ni eIever des fiuppofiti'>s"
julqu'au devnier period de la polfibiliti I mais je
Me vois pas de raifon qui s'oppole A ce quite muai-
tenant on n'accepte des conditions de paix fi elles
font avantageufes. -
( La fuite inceffiamment. )
REPUBLIQUE FRAN (AISE.

Departeme:t de la Manche.
Extrait d'ane lettre d'Avranche, le f nivfe Ian 4 de
la Re'piblique Franfaif une et indivifi. le.
On ne le" croira .peut-dtre pas, Citoyens, mais
il exifte u milieu de la Vend6e uin petit bourg ap-
pele Saint-Georges don't les habitans font tous
excelilens patriotec. V-ui you$ doutez bian qu'ils
font d&tchis des' Ch-uans I a ufflr ces jour der-
niers ces meffieours avaient-ils piis la refolution de
b- iler le bourg : en conC rquence its fe font rafl-
fembleis a non brTe deWtoisu-qatre-miile-,-et
apres lavoir bloqu6 de toutes parts ils onut
conmmencd l'attaque. Les habiians, avec cent cmr.i-
b iers qui etaient cavtonnu6s dans, le b.uirg a
IaT'iJ des redoutes qu its avaient conflruites, fe
fo?,q battus quatre jonts et quatre nuits avec Ja
plus grande intr6pi4i6. Le chef des Chouans le
fit former, au n6m du roi, de fe reedre, mena-
pa2t de fire mettre le fen au bourg, et de paffer
tous las habitans aiu fit de P1pde. Le maire a r6-r
popdu qu'ils 6taient rdpublicains et que tant
uill y aurait A Patis, t_ e affenibl.e national, its
i'batteraient pour foutenir la coptitution qut'ils
avaient jt;r d u maintenir'; et .que fi PAAleInbre
nationale ceflfhit d'exifter 'A Pai s, ils en forme-
raient uine a lir;ftait dans le bourg et fe bat-
traient juf4u' la mort pour def.ndre leur liberty.
Les Chopuans, enrages de lIur refiftance-, co*-
rnerpaitent A brtiler quelques moulins lorfqu'ils
(ardht avertis que huit mille volootaires venaient
rtf fecours du bourg Saint-Georges ; i!s fe r6tu-
gierent avec pr6cipitation dansles bois et rarriere-
garde s'embufqua dans diffirens eiidroits poiur-exter-
miner les habitans qui fortiraient pour les pour-
fuivre n mais ils furent tronipis dans leur attente ,
car les braves rpublicain's hatalit- de fatigue,
fot retics traniquillemett dans leurs foyers, fe
tiparant A s-pcevoir leurs freres qui venaient a
leur fecours : en effect, its arriverent a la chute
-du-jour -aut-crismille-fois-r6petis-de-vive--la-Re'-
publiq ie !/ *vi la co:zflation !- vivent kls habitans, de
Sai.t-Ceors. V Les hjmmies les femmes les en-
fins les eiibrafliient qui mieux mieux; des tables
furentr dreftfes dans les rues et chacun apporta
ce quil avait ; ln but a la confervation de la Ri-
publique : entuite fur les renf.ignemens dtselcai-
rentrs, on fortit du bourg pour battre les buil-
fans et le plat pays, on t a une vingtain, de
brigands e i 'o en fit prifAnniers une cen-
.taine. 6
N'-, b waves volontaires laifferent dans le bourg
uine fove garnifbn et le pr.parerent A fe rendre A
leurs cantonnemens refpectik; ; les adieux furent
touchaIns ; !e mare, le plus tefpectable des hoinmes j
leur dit: Mes fieres, aklez remplir vos devoirs,
--foyez bie.iid'si qouenous-n'oublions jamais lesnbtres.
Si jaiti! vouts entetndez dire que SAi.it-Georges elft
an pouvoir des Chouans, dies en route aflurance :
courons venger les habitats ; car a coup- iir-ili
n'exiitent plus.
Citoyens le recit en, a .t6 faith par tn vienu
capitaine des grenadiers qui arrivaji de l'exp4di-
tion; il nous a faith vef-r des larmes et n'. pu s'enm-
k &her d'en tlpandre lui-meme.


Cl
r
i,

n
e


e
ft
e
lI
f

e
fi

r









I1
e



pt


la
C

T
Pi





e


CORPS LEGISLATIF

4ONSEIL DES CINQ CENTS.

Prefidence de Treilhard.

SUiTE A LA SiANC ~i l / mNIVOS: ;
Louvet. Ce n'eft point de la pnnitioo d'un conr -
pirateur dort vous vo'lez vous occuper, ce n'eft
point un motif de vengeance qt'i vous -nimmeI; imis
vous voulez fatisfaite a ce qu'exige votre proper 1
forete, a 'ce que cemmande tire loi A laquelle
vous avez reconnu que le falut pubic 6tait attach.
Autli Treilhird a-t-il parfaitement tr~ mni vs
intentions, en diftinguant avec beaucoup de fagacit6
la dilpofition de la loi qui entraine la fufpention
pour catle d'inadmiffibilitd, et l'applicadton de
I'aiti-e portent uine peine et dont l'ex6cttion
litzerale conduirait au banniffernent. Trei'hird a
tris-bien demontr6 qu'il n'y avait entre le premier
et le troifieme article de la loi atcun rapport forc6.
Ainfi, quand le falut de I'Ptat exige une f166rit6
que vous d6ploirez en exdcutant la loi du 5 bru-
mattre 'intieet public n'autorile t aappiquer ce
que cette loi renferme ,eA difpofivions rigoureures.
Rien ne vous ubitge a fvirv, et l'indulgence vous eft
poifible. J'appnie d C la proposition do TreilhaAd,
n>iis an k'aimindant.
I


A me va &tre fufpendu de fes f.mctions en ex- teams, toutes les forced de l'oroaa(it"fe Ab
itiond la oi m. on ne pent n:er qu'il at tant de fmilles, victims de Ia yaen Po, f.
n, deo sectiono n i b:e da Peuple, le caractere inef- writes, appauvries par leur at-asl, t-nrt 1 ,
lbe de reprdfeurant du Peuple; fa utpe;in Iub'wue, auraient dt trouvtr dais., ;. Ia
'eft prniioncea que parce qu-il ne pent tre adih, fraterit l'eflme et .I'-,ili.,e, : els f-t f
arce quil nIa pas les conditions requires par utne doute les principles du Peuple Fram i, 0
i exifRante pcur exercer le poavoilgflAti. Ainfi, de fes f.eres malheureux dofit le fane flit vrf'
n mei- teams que vous proonocez a 0,fupentiin, pir Ia catfle aomntieI. Tel airt auffi lintrt
!quelle fia petit avoir, aux terms 4e Ia loi, .etf- politique de la Nation Franaice, pour lee,- ,
et que jufatu' a paix, Con caractere ait refte, it pofieffion de la Corfe eft de la plus haute laot
ft reprefentant du Peuple niais lexerace desa Pa te ce.P
oonctiois 14gillatives lai eff ir. int.Loi de l, il feniebl e Ie ,gn ennemi d-
Ainfi, en p.ono.rtr Iorn exciufin de cett Ia R putbiqime ait prirs'a ta deI fair. rapn,,
nceinte vous deveazveiller A ce qu ui proceS noe cas,ines i.pblcai. d i.r de..
ui fbit point ittete a t ql'il lre I ot pas prla6 li.1tes : febler que to' t re f(it ,urii no
ous hmin du goivnuemint .ce quil .ne puild f teindre par un exan.ple iuift dahos e ewr
tre acctuf fans un decret fo::net du corps 1-gis- Ftanies le mdpri des d." -,s et le d"vo^a
atif. La garantie afluir6eaAx rep:Zfent"s -dtiP. xitle pour luI, sr.e apris fa fufenffian; e Ia.re- Miile on dmx mil!q Cf. s rifigis en Fran-.
!ame en fa faveur, t, ji diin i fr i prIfar .p y meurent de faInt pauce oae, prives de toute
tion de Thibauode~t lordre du jour motiv ftur reflotice la Repubhique ne eaur done q i,
difpofiion des lois relatives a lIa ti;rite de la par our, avec lefqueljls ne peuvant pas nm.
eprdfaontation nationale" fe procurer de Ieau : d'artres, que leu cou
rage et leurs bldffures avaiert 61ev4s a I e cog,
Cette proposition et tB.- -vive irnlt appuy e. V- a es r ,ef r .aie t Af s ogradtE
-fml:ltui-es, rresit at'bitrair men.tf r;fnig ....
Madier. Je demnaud au moins qu'Aymi foit en- de leur civifme et de leur fermeti. 'z ,1.
endu. ... J iwvoqie ici' le tinoignage des'dpit6t'tqui
Ad .i!( ont rem il-des miffions A l'armie d'ralie niu'l
Aym par.it a1 a tribune. (De trs-violens mur- dirent fi un Corfe a jamais fui ; qu.ils. d.,'
ures s'flevent.) fi les GCorfes refuferent une feule fois le tti,
Une fou!e de merbres s'6cvient : II ne pewt :re d'horniir. ..
,n.,du.. Aym delcenf et le caliiae fe Rappelez-vous citoyens col4gues, l'op,,ii.ire,
t .blit avec lquelle les patiotes de i'e, rionls ne
1 tr6 -faible garnifon du Continent, dCIndirO,i
SLe confeil ferme la ditcuffion; Pordre du iour, 1..ftia,et Calvi, centre les efforts des A g',aer
wotiv ai,.fi qne Louvet I'avait propof6e, et le des r'bA!es, et en cbtinrtent les pP1s :0io,lorabli
-rojet de rtfointion foot adopts. capit'iLtions. Eh biei ces mintrimrs .( *.ifvu,
Clunier. TI et iniportant d fire connai-re par de Ia Patrie fe font vus crtff-. comme ds ues
blues met'fs ,le confeil a 6t6 dlrig6 en adoptant et reclament encore inutiemni.t la juice qui Iur
a r6folution rour laquelle la prefqu'unami ted.de efi due.
ette affemblee vierit de voter. Les motifs font Enfin it ny a pas une fawille cofe 'rfugi.e,
arfaitement d6veloppes dans le difcours, de don't la mifere, les maladies oet. It mrn naien
rreiihard. Je demanded que ce difcours fit hin- et6 les futites de fon d6ve uilnt a l' Rpnb'i.
rim6. qee, et de fa confiance dals Ia gflh&ofice nation.
rime.~, ." -' nale. ,
-La proposition en eft unanimement adoptie* I1 eft rigoureurement juft&e que la focidt6 affur
Un membre, au nom d'une commiffion fait l'exiftence de ceux qui p6rdirent tout en Ia di.
dopter la refoltionr fiuivanite: fendant. II eft conforme aux fentimens g4treux
du Peup'e que nous repr6fentons, d'&rb humainh
. Le confeil des cinq cents, confi lrant qu'il eft et bienfaifans envers fes amis: et I'inteir& national
nflant de prononcer. fur le meffige du dtiectoire _vo iod-ojede ne p.is laI.l:r i.,indre-pu-.n,3
executf relatif aux receveurs de s dificts, afin de indiffrence fiinefte, ce fn facr6 qui fraichtir
De pis retarder les verfetnes, tors les olflhcles que la reconnaiflance amie,
Dclare qu i y a urgence. et q,'e P'ingratitude 6touffea a jaiais dtans tous les
Apres aveir declare 'urgence, le confeil paffe coears.
. lVordre du jour ,, mctiv6 fiur ce que la coffli- Voulet-vous que les rebelles de la Corfe ft
Ltutiov ne s'opofe pas 1 ce que les receveurs do tifient leur part et poignant aux patiorts yeals
u6oa. mesntpm ofent envoyer, pour rIactivite du dans file la mifere dans laquele. la Rpublique
ivite, es.tprepof6s dans les comnunanes o laiffe p6rir fes enfans fidcl!es ? voul, z vous que
6loign'e du chef-liesu. les Anglais puiffent tracer anx youx des CoIfel,
eigne; du chef-lie. le tableau de la g6nrofit6 int6reffie avec laquelle
La prdrente r~folution fera pote- par un maffa- i's accuillent Paoli et fes compagnons, et deo a
ger d'Etat au confdi des anciens. froideur avec laquelle la Ripub!ique Franqiife traits
La flanceeft levee, ceux qui la preferent a tous les agr6mfens,de
la vie?
CONSEIL DES ANCIENS. Et Ia France aeft-el'e pasintreffe ramer
daCONSEIL DES ANCiENSns fn feia Ia Corfe detaclte par Ia trahifon'
P cL d "la piuls perfle ?e
Prefidence d& Vernier. a Si je ne connaiffais pas la grandeur du Peupl
qui proclame les droits de t'homeini, je retracer/i
s iAN C E D U 4 NI V o sE. i01 ilimportance de cette iie pvur la furet etIt
profp6ritr national : je lui rappelleraisJ fitiutio0
On fait lecture du, procr-verbal 4'hier ; la r,- g"ographique, fes ports et fas mayens inaritimes,
action en eft approuvee. par iefquels !a puiffance qui en aura la puffeliem
v a opu. fera la maitreffe de la Ml diterran6e, et pourra
Le prnfiaent. La commilfion no.mm, pour exa- ddtruire notre navigation dans cetto mer. Je lui
miner li reidoltion reative a Ptnib i"t"ment d'aine retracerais les anciennes intrigues de 'Angleterte,'
trofileme fiction du tribunal criminal, ne poirrtpis de la Ruffie et de la mnxifon d'Aiitriche pour en,
fire aujourd'hui fon rapport, t comnime il ne m'eft obtenir la domination :. je lui rappellerais enth la
rien parvenu du coltfeil des cinq cents, j level la fertitie de for fol, la richeffe de fes for&ts, etl
liemte. reffources q.i'un; bon gouvernement peut eni cC
Le confeil s'ajourne a domain. tirer. u i
S Mais en parlant aux d fen'eurs del libert6,i
CONSEIL DE CINQ CENTS. mc f;ffit d rapper lesprincies de fraternitilui
doivent unir tous les FrrnqAi, et Ia .:nrolfi
S- ANC. U 5j NIV Q S avec laquille les Corfes refigils d,.fl liAniln
S RIpubique, et furent tour perdre pour lile.
Mohledo. L,-g'fl;.tms,p'eft I'tat vraiment deplora. Je denuande que' vous d6crtie7t qie ei' .sefu .
ble dun grand ncmbre de coutageux df~ifeurs de la Corfes, non emal y ,- front noitlS,
libetr6 qui me force i rompre tin fi ence qti, pays come les dif:nfeurs de la Patrie;
neputs urois as m'aveit t6 coirmindd ar la Que vous ordonniet que mlesf i feontintrt
difficul:6 de m exprinmer dans la largue de la employs defttu6s fans un motif kgal,onti
Rep.ibtiqae: Vous me pardonnerez, fans doute, diatement r dintSgrs,; ecrif' '-
en fiveur de lintet de mon fijet, inexactitude Que vous inve fort d le s recs otle pat das
dtie mes phrases. liorertlefortde cespatriotes enlesp
Je viens, Citoyens colldgues, vous, entretenir les emplois publics. ..
de la nmi`fre, des mialhicurs et.du delfefpoir dans Boelfy d'Anglas. La Corfe doit 6tre corfiddre
lefquels fort p'ongs centre l'int&r&t et cont,'e comnme le bercean de la liberty en Eirop. Qltln
les principles du Peuple Franais, des milliers de oque des rebelles foient parvenu a Ia nciirti a2
patiotes Corfes, qui, aptrs avoir courguf- etrangers centree fes intrts et or inclinationo rs
imentc dfendu la liberty dans leur pays ont e Puple Fr ai n'a as mowsrs G ...
abandonni6 lurs famniles et lei rs bins, nt m me t I arne rtinae de la R publ t Fraal
prif for et les promeffi s des An g'ais et fe :et it a dans le corps 16giflattis des r'epr
font ,rdfugics dhs tout le continent de la Repu. Une foule de bons ciroyens ont braYv a domiL
b'lie.. ls prils, pouf ne pas refer d.ans un pal ,
Tiut de fanii'e, don't !e fang a cou' fi gn- par e dofpotifie. rd
relemeint pour la libe-t pendai tdix ad e laiis, La Nation Francaife, applaudiffatit le-"ctr
des batatlles, et des fi get; tart de fawi!!es don vouement leur a donn6 un afyr' tt I _r a(.
le dedinmetnr htrci1que anta, pendant fi long- Ces fecours talent trop nimoditul, 0o


LtCI II L -l~lllb~LII~CL~""C-~~- -LI-~


~*"1411~~




- ~CI I -


44y

un..i i fuppi r^t ; r ni s. ag:6 I' gmenta- ftr tones letrs operations avec ficut, da fur- anx ddpens de P' conomie, biae de toite bone
Ic. le ynen, pit &d' patrKt!es Corfes ell relt6 pendre les travaux, en rendant compete au chef administration. Les partifans de ce fytldme out cit
10't au-, I fous d. leurs, efoeis. J.: demnande militaire q.i fe concerrmit alors avec e ch.f comime tine chA* merveilleufe que dns vingt-
,n .f.. at' our, n mht1se conmiljihon de trois civil.qutre heures on ava doub e cve unvai-
abies., a I~'ettft dt plenter un travail fur la i Onvoyait, dans ce terns A fur ler chantiers et feau de 80 cacons ; mais i!s n'ont W ias dit qu'un ou-
i.o.. des Ctor, dans les atteliers, a'itant d'ii;fpecteurs que dagens ; vrage fait pour darer cinq a fix ans, durait a peine
eticonmme it eit de la nature d'nne bonne infection une anue,
iltard. J,'p" t ... Il' l riot t de tre pas contirine,t qu'elle exige d alleurs des .11s Q t encore vant6 la celrit6 nUe Po numt eri
*' le ji t i o.. avec le lue ,.,l La con- p t ululres fuffifantes dans celui qui 1exerce,, on con- 1782 datis les chargemens des c tivois ; males ils
,'r ont f' 'ilfit poonr Il llbert6, La con- -
Cure o t eRt de Ia I olt gaande ~fltalietnit que c le ci out bien4wt diginerer en fe font bien gardes d'avouer que3 dans cette ope-
ry"I' de 'ile de oe e 1tn i une double action, uu ine pioduifit que &ds entraves ratio la conf fion a t6 tell que les Lbtimens por-
'ict .' .-. et des lenteurs, des luttes ficandaleufes, le defordre taienc dans les colonies des canons d'un calibre et
i.fus merb es interrompent- 1'opinant et et la'confion. des boulets d'un autre; que quelques navires por-
iandent 'lu cs rfleionis foient renvoyees i Les chloes'taient en cer 6tat, lo.fq''un nou- talent dans le Nird., des vetemens deftiuns-pour
I, omlnifliotn, d,*it on propofe la creation. a vau minifthe-( de Bbynes) flt appel6 a diriger la Saint Domingue; qu d'autres, chaig~s devivres,
Sl o a de marnie. II anno,,a le defir d'toblir un smei'eur artivaient lour destination fans fractures et ver-
S1 di.culin eft l ermne la motion de Boify efi ordre'de ferviee ; mais, foit qu'tranger a ce ddpa.- client i volont6 des valeurs et des quantities arbi-
d i.facns lrclaratiom.. t terent, il nanqu.t de lumieres tieceffaires pour traires ; et qu'enfin, par tine precipitation aufli
t 1a .-ropofitiori din, membre le confeil tretmoiote" la caufe du mal foit qu'il voulit fe inescufable que dangereufe on avait ent.,fle fur
ire le urea'u de nomnmer une. autre 'commif- frayer une nouvele roote pour arriver a foi biut, les batimens de traifports des malis lourdes. dans
S'n, por fair us .rapport fir les bhreaux de toujoms eft-il certain qu'il fallout renoncer a ex1 les hauts et des objets d'encombrenimnt dans les
liation. cuter les r6glemens qa'il fit parairre en 1771 et fonds.
..ns avezc Ipaf 1773\, r6g'ement don't on ne fe fouviendrait plus Cette 6poque de la marine, en apparence fi
UN.' Vofus avez ptdalit e a quoer. 1. IAm fans doutr* i Vextravagant project d'enreg:menter briliante, pent, done 6tre compare a un arbufte
o Q r Ia popofition tenant 'a ce que J. J..Aym.6 toue la ma-ine, n'avait alors fair fp.;que dans '6chauff6 par un autre feu que ce'ui de la nature:
Dui. ,utre mis en tat daccufation que par uLi de- P-hif{oire des cocepdons deiirautes de espritt h il potte hli.tivement des fleurs et des fruits mais
[ rt du corpsl t1 ., ,c le .. 0 i F. main. fa f6vefe tarit, fa croiffances'arr&te, et bientot il
Cer ordie du jour a t6e move fur les lois conf- Cependant on tdnchait A cette 6poque c,u Tes perit.
tinnelle-.' .. .. Amtricairts devaient fecouer le joy du gouverna- Pc.ur renverfer jufqu'aux derniers veftiges des
Sdremnde quo, cette resolution flot communi- Ient Baniquo. D j tout annor.ait des 6vnre- infititions cr66es par Colbert, our fire adopter
-qe*u coieil des ancient. means prechains et la France d.vait prendre part le Yigiine de 1776, on avait faith valoir que les
Thiba de'v:. iUn orire du jour motive ne peut a la guerre qui allait emb'afer les detx continew. o'ficiers de marine avaient acquis des connaiffances
p .re toir.m:imliq' l'aitre' c6nfeil. Mais fa marine trop long-teiiis abandonn6e exigeait futlfanres de thborie et. de pratique pour diii er
..Jf ,dc contrae ifite d prompts fecours et des flins particuliers. Un la coniffructioh des vaiffeaux, les mouvemens in-
e...v. Je rties leconte pour autre niitre (Sartine ) entreplend de lui rendre trrieurs des ports, et !a .prparatian du materiel
qui n;, notion i,, lt nit e alix voix. fon antique fp;tndiur.. 11 f.tc par.ikte un* nouvelle de i'artillere de la matire. Si le miniflere put &re -
La propofiLin de G:)iflieux eft mice aux voix ordonna-ce au nmois de feptemrne 1776. fLdait un momer.t par ces motifs, un eflai d'en-
tidaopCde. e c [ Par ce rglki, int, hl idninilation des ports fur viron io ans 'Pa emierement eclair6, .en le dk-
Sdivifle en deux parity: les officers militaires de trompant'et fur lafcience do ces officers, et fur
~,r ciri. CitoyensTreprdentans, votis vez chirg j la marine eurent la direction gea;raae de toss l leur aptitude a diriger .adniniftlration de la ia-
nc oammiliion d'eximinier les observations con- g travaux et ouvrages, el les agens civ.ls fare.:t rmie.
teitii. Jis tin tmeflage du directoire c xcutif, re- charges d'approvilionner de payer et de conipter. Auffi en 1786, tine nouvelle ordonnance ,attri-
hitement a i'organifition de la marine. Je v;ens, Cette division du firvice a4miniftratif ne plmit bua les travaux des ports a des artifles qu'nne
ni noum de c ttei comnmif on vous priletiter le plus de fixer aucune limited aux depenfes car 'au- longue etude et 1'exp. rence rendaitent eules ca-
rifulhat de fon examen. torit6 qui ordonnait les confomaiations n'Wtait pas pables de les diriger; les mouvemens des p'rts
\P\,r vous ieLrrre a portce d'a'prkier-les der- tenue den mei fuer ksd penfes; des-lors les con- furent confibs A des officers diftincts de ceux des
siiDes lois tenJues fur la marines et les propo- fomnitions exag6rees les fauffes confommations v:ifleaux, et le materiel de l'artillerie fut donn6 A
itlons que content le melIage du directoire exl- et res gafpillages de toute efpece ne forent plus des directeurs tires ?e; igimens colorjaux de cette
,nif i n'ecll eut-ttre pa. ind ffiretit *e rappeler teeprimjs par aucLn fiein ; et Le rigine a tr6 fans arme. C'rtait un premier pas vers !es bons prin-
nniniei.lnt LsL divers fyfttnes de lde.fltioii quni contiedit le p!us ddfafheux qi airt jamais exilt. wpes, _irais i fut pcfque inutile ,_par,.e_quiel'-( ar lot i toui r rdgi4t-- marie, f-anaife-depLis-fa-i-Qu'ot ne-croye-pa -ac r-fe, que dans cet eat coneivaIle eyfi me n-iitaire, en laiffah les travaux
i. de chofe', les travaux-fident plus furveill6s et les focus 'autorit6 du commtnan3ant de la marine.
'Avait le mi;ieu ditidernier fscle la marine de ] ouVrages nieux executes. Les officers employs Enfin, 'Affemble conflituante fit difparaitre cct
Frynie et'ir A peine connue. Ce fit a peu p6s Ai ce service devaient ptffo rer la carrier mihtaire amras informed d'orduinpanve et de i glemens in-
S1 ccie &iq ue que Co bert porta fes regards fur aux details f6dentaires de administration. Audi les cohdrens et contradictoircs, et elle confacra, par
Settle bralnhe im otta.te de la profperit pu- abandonnaient-Js lorfqu'ils trouvaient Yoccafion fon dicret du 21 feprtembre 1791, les irnies piin-
hque. .11 r6folut de cr er tine marine et bienot d'aller a la mer; et come ils fe reprfentaient de cipes qui avaient-fervi de bales au code de 6-S9.
IrFie pric armi les puiffAnces Pnritimes de grade en grade on a fouvent vu a la thte des Mais a pene ce nouveau rhnA e 6tait-il 6tabi ,
LEurope 'I rarlg que lui affigaient les reffources directions des jeunes gens dpourvus de toute que tout far encore replong6 dlans Is chaos par les
,rmenics de Con io, et 1-fa politsou fur les deux exprenc. C des in, 12 et 27 feptembre 1793 par
;rs. fr~quzas, que dans Fepace de fix moti, tel de- celle du 14 phlvi2fe an z, et par toutes les me-
,; C(lbert ne fe difTimula pas que le fuces de fon taild'ua port a 60 dirge6 p r dix officers d:f- fures de circonflnces qui depuis ont &i6 adloptees.
eu' rptile d&pendait furtout de la fagffde des inf-, firens. Tels font les changemens qu'a 6prouri A di-
iitiuns quil avair a career. Auffi tandis que j Les approyvfionnemens et la comptibilit des verf's 8poques, le regime de Padminiftration des
des conmmifiires m6ditaient Jdans noS ports les efcadres et des amin.-s, les revues des equipages ports et arfenaux de la marine; et cette inftabilit4
dlungn.:us q.iil convenair d'apporter aux ufages ds vaiffeaux et toutis les auitres CopratiOns Ipure- dans les bares etr danse -mode d'un service aufft
Slire er g'tliiques uai exiaientalors,_Seignc iiStaditativs fAent. .cof nterai nAnt, a ilu pius qu'eor ne le pefe com-
f..,lis iLtulat en Angleterre le rginm cete cette ofliciers miliraires de la marine. Je ne rettacerti munement fur le fucces de nos operations mari-
Fpulince a,'alt adopt depuis long terms pour fa p-is ici le tableau des d ifordres qui ont &r6 la tunies.
Irinn. A..i ce. in fitutions, e Von admire en- f..e- in.vit .oe- u. le-te e- admuifion nes- Pntre deo cette ve'rirt et convaincue en meme
(0, Rot le rtlu i.t dunne, lo ogige reperience et .mmois pubcs depuis le commencement de laterns qun fyfne complete de lpgiflation pouvaic -
di conc.)us de tftircs les lu.nieres don't ce nri- rvo&,ution ont niis ou grani jour les vices de ce eul ramenes r 'ordre et L'activit6 dans ce fprvice
ot, 5'etalt ell' regime, ex jerne bonuerai a dire que be6 moinde t rdre
drees'enrt enviropnr. Irgimeet df n ne borneia, a tde que I moindre la Convention national, pac fon decret du 24
-En pblL.'ordonnance de la marine de 68, desirconvni3ns qui en ont reitft6 c'eft nmpof- verdiamiaire d& ban 3, aqtorifa fon comind Lde la
I'n J'cvit prefque anfitit le code de tous les fibilit6 de jalifier die empili d'ew.viron unnuillard (t maine et des colonies a a, peler upr~s de iui des
Ltits Frlriit.it s de I'E.tirope, Cobert laiffa loin demi. pernonnes qui, par four experie nc et lent inikuc-
ide.re lui toscn qui lui avAientfervi d pdep' e-cet-eta.t dplorabe-,-et-c6dant-et ,fi onpuffent 'aiJdaus ce travail important. Des
mlesu. a a l voix nmp-ienufi de Plopinion publique et aux officiers,de marine, des adminittrateurs des ports .
.l de tms apres ( en 1689) part le code des inftances riteres des c'fcis de' la marine eux- des ingnieurs colltructours des arm.teurs et des
ltllni t de lPirmie navall. Dans cette ordon- m6 nes, on ch g.:a, pa. ine nouvelle ordonnince cpitines du commerce des pincipales communes
iiijufteaent c6lJbre, on voit qu'a I'exemp'e da mois de, nove nbrc 1784, les agens civils de maritime de la Rpnblique ont &re, en vertu do
el:Angleterre, le fervke de la marine fruit etb i la marine, de la direction des approvifionnemns ce d6cret, occupV pendant pies de dix mois a la
'eJux parties .dilinctes, P'une anminift.tive, et de la comnt.bi it6 et de tous ies details de tadmi- preparation des lois relatives A la marine, rendmes
ne miliinc.. niftration des armdes navales ; et certes, cenx quit ar 12 Coavention national au mois de brumair
,.La prv' ynuce des approvifitonnemens, la direc- pendant la gue-rre oatd u vi de pres les operations dernier.
ti ids traviux et des nouvenimns intdrioeus des d c genre, t r c d n Ces lois o paru vore commifflon former
P'itS,, Pa iminiftlori des tt idhemn ,p jub ics l air pas 66 prafe pus tofr.
.P mai ne*e ) 'crs er ,br l nade tt I ts put1ie p s mom6ns c, l'cr4onnance de un codo complct en lgiflation' des z.ff -entes bran-
wlaaCo.nietabili a Des les c-p"'1",.a^r. mon va- < ...... ,, -de ,h-ss d f~rvicce de IA marine. Mais come les odb-
iI-t t -', fonds dLans les ports lr Ia met, oil X p-76 fur ni`e ea-Vi8iettl, 'J Lt.e Ll 6e ata edtre- .,v "e ,. J m i .ai '. "b-
..ttous les details de administration ecoilo- i i France et r An;'eueire. A cette epoque Ise ns dL imair o rt en
tur, frnct c;nfil a des ages c iVils. n-. magifins des ports Paiient b-)ndameiinr pourvus ; qi fir la Joi da 2. brumait c>ncornart l'admii.-
*~ i" ufi-10 ci i d1s fanent chan i ds gdensd f s o- f*rt.s tfuin/t accordis au mi- traction des ports et arfenau. -de mrin, Jane e vous
Etfinre6 arids ,de hpl es to dre e la taino ;les travaux furent preiffs avec entrezindrai quo de cette loi et des ptopofitions
-tliiuades atlcinn, de la difcipline des troupes ;z,.,. de lalma,!ne,,le travaux finent pref s1avec,
: e"mane di linirl.n de la police flit leo bari- la p u; grande activity et Ion vit alors f2 d6ve- u mefag- '
dMS de guerre ; etnfin du coinmandement tes lop er dins nos arf.nax toutes les rtffources Lorfqu'on examine fans pr6tention la loi du 2
enisa de dEtar. I Iqu'une longuie paix avait pF~tmis de mottre en brumaie, on y trouve iun fyCme blen ordonn6 do
Ce ti r i fb ie la rgie des Liorts, et l'on apeirqit en m6me tens
ti0n 1 are isaru peace e l ime m itaife, &.bli par lordonnance de dans la marched des diffreates branches Je cette
S4,otdke et Niconomie bniet t intehns dan-s 1--6 accrut encore d'autant plas mlmyens dj adminiflration tin ea.femble qui affure 1'activit t
tsponihi I meillcr:rs institution ne f- pIpars par adinitration que focus un tel rl- I ordre et ,econoimie.
lIknttul.rs it il>- aux efforts ru^is dLe l'arr'bi- t gmne les hvmmes font affajetis a des forms aux- Un agent, dans chaquie port, fair moulvoir tous
tode ,ianip,.n-ror et de ,la.mani inuover i ,ques n,.l'e fi"..'::. ne p-ut tre oppolfe. La leslrefforts de la:1ninifttation 6conomique de la
u 17 5,. n.inuie Choifeul conIfevant en ap.- liberty inlividue!e des nuIns des ouvriers, de marine. II or.donae toutes let options qur onf-
p eatere plain Iadilftibtin d tt- cde de 1629. tout ce qi n ta,.t pas -eson trouva bele 51 i tiiuent le service civil, c' et-a-dire les apProvi-
Jie apont ei effort par fes bales dab't dans mais Ies re:imnations ne pouv'.ent re accuei ir. finenemers, los travaex et la comptablt6. M-is 1.
sits adaiip i n .... ... .. Lt. ,. ,, -s n-. ,s- fur,-nt pr,,oig-es fa-s -que fe bornent fes attributions, et l'aintonrite ni iaie
tlii.ttrition l elos aL .mni lnaei ts eIles u leair tr "t r i le ls fnds tven t ft- Ce le r harge -'armer: d'6qup.r, d commander
L ee-1; ti q .i re 6t de conta- er d diig e ces na 1 y e s.
m u5s f..;c ..Le cn -68 eur ., avtt, b e.-..r- F-sce trt ides vaif at x des ,fortes Darns Let orne de ch,,es il y a unit doe
u.Iki..... rpeci1 ti9 c s onrittrl, n a i iaic..t. s c.u..n. .t be: a~.. .aice fu: pouvoir fans conrufira oet ce fTylidxe de fervice,




~d 1~C I' ------- --


fi( e en fi-1iine 'et furtout exempt de flot- Les oI iers de marine font, dit-6ny exclufti" ILe co:tnlb atitdes arms depiner
t-wnt i\alt pas una innovation, combine on vernent chuig s jufqui leut ren:r6e dans les atfe- q-a tljugera convenab!e de lieutenla nt
-p.ir.ail: le croice. 11 a frgi ntatre ipanne pendant naux de Fiance, des nouveie ens, radoubs appro- dt vaileaux pout, fus les ordes d, d._ .ele
p dd'tn fiecie, it r a jmais entrav6 dans leur vifionnems et de toutes les operations mchaniques nimoivemins, fivrelsle opratioas il atv"" "ttIcrd
cariere les Diuque ues, les Gabares, les Coct- de i'art naval. parttie du service. Ct
logon, les Dug-yTroui r les Tourville et tou A cette affetrtibn, j'oppoferai des faits : ito ila Purquoi avance-t-on que touted if r
*s hommines ctlebres qui owt illuntr4 la marine met tons les travaux fe borneut il'entretianodes les arfenaux eft interdit aux officiA en de
taii~ife. t voiles et des cordages, et c'eft pour celaqu'il elt Cette xcih:i6a ne le trouv' dau i adc il er?
Exanit ns iAintenant le plni d'organifationqu'on emnbarqus fur chtque batiment des maitres d'oau- tiouveelles lois ; et tois cerx qua coricl *) a
udrait bftbuq~r d celdul qua la lot du z brumaire, vrages et des ouvriers quii reWolvent /avant le de- service. des ports, n'ignoreit .pa t .
O'a tabli. Que votis propofe I cet 6gard oe meflage part di vaiffeiu, les quantires de toiles, cor- ineuns qui rgtilTent les forms de ce ie rvi~e. g(,
du 12. frimaire. la division du service adnihihftatf dages, &c. prefum6es n6ceffaires pour a champagne. I la prefence drofficiers de la marine Iux'
des poft.s bn deux parties, 'une fous tin directeur D'aileurs ces travaux d'entretien font de la nature operations; telles que vifies de i" 'i* I
tivil, autire fous un directeurnmilitaire, coimme de ceux que les officers doivesit fire ex6cuter, tructiuon ou ein radoubs, &c, vn n'"
fi :lani iRation d'uni port pouivait Atre divif6e puifqu'ils tiennent a armement et .Yjuipaiiiciic
tans qu'il en rdfultat d6fordre et confusion; come du batinient. a, '"he d .mam, '
ti la direction des ttavaux et des ouvrages qui z. C'eft 1'adminiffratioa de la marine dan les _
so'excuteot d-ns les'teliers di'un port 4tait une colonies qui fournit aux vaifeaux de I'Etat les N. B. Dins la fdncedu cnriFe di -
'fbOction milir aie. .... ..Mais, en derniere ania- munitions de Kuerre et do bouche, et eriin tous du 19 nIi f dia oer.,.dn ,'efl tt:bi. t
lyle, on vous dematidq de remettrm en vigueur lei (pprovifionnemens don't ils ont befoin. Dans projet de i.lo' i .,r, tiedati.ra l tari 1., i i
l'ordonnance de 177 les pays strangers, ce foin regarded les confuls floral ,la "p C aux .eUs ..t 1IL..L5 .
Quoique6 j'ye d)aj rapidement ofquiff6 les d4- ou agens de la Nation Franqaifo, et et Pabltence La dif, tffion a 6t aournee
fordres ni cut C t6 la fuite idcefIte de 1'ordon- r de ceux-ci, c'eft 1'adnmihittrateur e mbarque qwU p : .. .. -
nace dd 177 r quoique i'exp rience air fair re- eft chlrg6 d'approvifionner : t,el eft 1'ordre qu a Le diTect..ire exiuitif, dans ti .
ieter l e lgiime ruineux qu'elle avai t tabli dans toujulrs et fuivi, et les nouvelles lois n'y ont propof6 de rrouveaux toyeni c -ir', i
et port : cepcndant, come on propose au- point drg. ment de Petrpru:t forc6, uquel i ;a .'r
'jourd'hu' de revenir aux prinicipes de cette ordon- 5. Ls m.-uveMMens d'entre des vaiffeaux danis les nouveaux riches pxincipalehient iej ?t
naice, il n'efl pent-6tre pas inuti'o d'indiquer les !s ports ot baifins font toujoiars diriges aix coo- fof'.t-'aire.
principau vi(es inhdrens a ce fyfim d'adini ; nies, conmme a France, par des fflciers de ports re coinion fer n ra, '
M-tam, et des pEotes quai t une habittud ratiuliere de | d .nf rapport fur cet 0j
eus ceux qui connaiffetit le rgime adminifratif es operations, et furtou la cona fence pratiqe __. __
tes ports nigtioient pas que dans ce fervice;,toutes ded fond., court.ns et dcueils des grades, ports et
les operau.,ls'fozt in:tmement lies les unes aux h?.vres oil ils font emp.oyes. A V S
autres, et que pour qt'elles puilknt marcher d'un! 40, Le: radoubs tie pe..vernt fe fare que dans les
pas ega, elles doiver t corrnimment fe pidter de i porrs de France; its font dirig.s par des'ingenietirs- I e citoyen Deflix, d6fenfe pr Ile i I '
u mtueisfecours. Mais fi, conmxe on le propafe, con iructcurs, et aux colonies par des ar iftes et ca aio, er memibre di bi p au de cnrlUl
elles font divides entire deux 2nos independans, jmaitres charpentiers qui font parnie de ladrinif- miniflre d, la jut- e c mlaude .nfugo
r'cl il pas evident cue chlcun d ces agents s'o'ccu- trailon des pots. d es Grands-AUsufutins, i t ft, rit Pl.hri, ~
p=ra exclufiemenirAe ce qui le concern, et qu'ill At refle, la raret6 et la chercd exceffive des Bjadoulean _if .. i + P.1CtIen tit0bo
Aiy Aura plus d'eifernble et par conf4querit p'us r.-..uic;e., et 0e d'faut d4tabliffemens conveonables, ceteo v.,]i," o ft h d." tu. L mtt th ei dt
de critdLda:s les operations ? Si l'on confidere reudent jmpofiible dans les c .lonies les grands td .rfo. en o ..pe,, -or ll uyr uroct
encore ce., service fous le rapport des d6pereo;, travaux qui fe font dans les ports de France auffi n6g-e. iart Bordeaux .iy.A Turpi,
on fe convaincra facilement qu'il eft deftructif de eft on obliq6 f-dquemment dte ddtruire les vailfeaux-
tout ordre et de toute copnomie. En effect, dans qui v relach-nt, apts avoir cprouv6 des iaies Si le citc.en eBa.oul!eat ~ft dn ineili e;
ce fyflme on ifSpare la direction des travaux et confidtrabies. rec.-voir ces om mes, il eft invit A i, i;'..rr.
tes approv.finnetmians. D&-iors Ie confommateur Je viens de prouver que jes ofliciers de la nia-: pirfronte qui on' puitfh les comptir. Ds tDlX,.
fe trouve, par le fait, non feulement difpenfi rfine le font chargAs ni des inouvemens ni dits ri-
fmais noiee dans l'impotfibilitd de compare et de doubs, ni des approvifiannemens de leursvailleaux.
meiurer ;a d;penfe qu'il occafienne. D'un autre, I ne ferait pis plus difficilee d demontrer q~Aoecs r filoement d'o, l n.
coti, il na pas ppius d'int6r d'6tre 6conome que diff rentes operations ne peuvent ni tie duivent f ts.
Y' gent charge d'approvifioiinetr, 'iae i-moven-yi d ie k .ur -7ex fi nent-c6ufiles.Neo-fit-on pas en- "
itiffer aux confomtrations dipblcees. La compa- effect quo les officers de mer fobt en general de ..41 e i.v e das .i ta -
gnies des Indes, qui cerres- con,'afftait bien fes grands confummateurs et de *ttes-mauvais ee nouveau local de la. verification ds aii)g.iut, liti
i-ter6rts, parce que inti tparticulier eft e plus n6mes, et que les adminiftrateurs des ports font cIIr le terrain des c devant Capuclnes lan foim
idaire de tous, n'a jamais imagine de confier io iirellekniet obliges de rejetter on de rduire det IZ millions en affignats provenant du s Jioini
fes officers .de mer la confiruction, le radoub et las dqmardes exzagdres des officers de la marine, nationaux et recettes tIard1,inirs lkuel-
Tentretien de fes vaiffeaux, ri aucune auttre parties et de metire un frein i des dopenfes inutiles ct- t. 3 miliads 909 .:.... liv. "lct
de ton admiinifration. fans objet ? Ignore-t-on etnc.re que l'on a va quel- i orulds forlment un total d-2 4,D.:,-: ,.. hiv,
Je r.e fixerai pas plus lorg-tems votre atten- quefois des capitaines pretexter le mauvais 6t tde I .
tion fur les vices de (e rginme tulHement abfurde leurs va':l aui pour prefer dans les ports ou diffrar
et teloement impraticable. qa'en fat oblig6 de le leur d6parti Conviendrait-il. Vi'inti nt du fetvie Paiement d. la itr-i're.rie. retiah.
mnodifir en z784 ct 1-786 et que A'Atlerblee j que dans ces c:rcothnccs la, ls officers de met,
tonftizuante crut devoir Ie profcrire a tfotumen ie trouvafnt feuls jvges dans leir propre caule? Le pi-rntn des parties die notes t
en 1791 ; in regime don't on s'eft d'autant et ne fent-on pas au contraire qu'il irmp"tte que i I'Iw e chuie an IC" gerniinl au 5 i. .iuhpdii
soriis .:ifimu)' les inconvdniens dans le mcffage i des hounmes i4itruits er deilitereiLes puiffent pro- rates vu ae,,c fi.rvie d, Ifeei dai les ; Iutr
du iz frimaire, que, pour le fare adopter, on nrencer en paril cas, b;reaux de la liquidatioi.avanrt le il" ,veudztikej
at6 oblige de-recourir la cration-dune ef- -- __ a eftouver-t ul;qu no ,;^
peace de dictateur, foas le titre d'ordonnateu; Tout ce qui tient, port e mei a l ',aemet des .mes artis du 160
aon.4ra) conflitction, a r'aimment et 3 1 equipment des paenenr des. n,'eaes par, s au t 16.0 ,
-- Maien admettant cet dch-fiudae, on confon- vaifleaux, ne peut rte itranser aux function "a a lie de puis t frimlire, .
^a.it tous los pouvoirs, au lieu de les divifer ; on; rm.itaires des officers de mer, etc. et cependpnt., G ,&7O +pti ,is ,1.1" .7,000i,,s
r6uniiait dans la mta-e perfonne les functions par r'organifation nouve.lenent d&erdde il eft ifn- ........ ep.is 1 a... ... "i., ,
ruadiniitratives et le ncions militaires) ou, c] terditaux amniraux et aux officers de mer, toute Six derniti- mois de an .
i t la m e fe onmettrait dans la main ifpction, toute aoit oas ces mmes arfe-
un feu honmmre piepet le trdror public; c4r, iraux o fe fort les inftrumens deoleur L E r 'iut -u secondd fsmeftrel.. I'A,
dans ce lyftmne, lordonnAteur g en-ral di(pofA a gloire. Avc f tried ,r d es p an les uatt lureuih
foo g e ae tous les moyens reunis dans un port: -N feiJement- on-'ra pas voula- qules offi- 2 ti,,vira. ,a d v-e I" l.are,, I ?e ,
fficersmiitaits, adminithateurs, trouie do ma- clers de mner fiiflet ,rang-rs ces pi-rations ; unvcrt ufqtral- r .z ooo.
tire,ouvriers, matins uitioins,magaias, vait ra ais la loi du j br,-taire fur l'organifation des' .
faenx, tout.r ft 1 fi dnpotition ; et comme ariur a s majors ds Ia n rine dans les p-r, difpofe I Le paiemtent des m Snes parties des 0oo0 111
cure- autornte .ne b..<.':< la fin'nne darns le Ial contraire que ceso oficiers, focus l-..fpection im- e vert adepus le frnmare a 4.
Fpot tout dcvra necellaireme t plier devai.t md-iate' du commandant des armes fi.ivront la Caie d'efcomp.
e a a;nne et ditig-ront l'armement dei vaifleaux dot .
II eft fans dtre in .ile de a'appcfantir fur kIs commandement leur fera confi4. Voici commie ,es tr>anrciers et actioonaires de 'Ii" d r
4l' i .qui rvfultriient de l'itabliffement d'linle s',x rimn cet (gard article X : caiffe d'efoupte porteurs de cettificis timbr,
auturit- autfl motflrueufe chacun leo entrvo:t ,,Aufitit que Pordie d'amer un biment aura Itroifi-me &at et qui ont t oompris dinsplA
imer,;lcnt et jo nat pas d'aileurs A crain.ire qe A I .e0 le commandant ideiarmes nommera des [dlx htit premiers drats parties, dreffts dep"B"
foius u go.venemn't ,vpublicain otl e pouvoir officierspour en fuivrela carenne et en diliger far- r6vifionl peuvent recevoir es ar4rages ,
duot e8ne tlagnmet dtifribu, on voie s'6Iever uue mei..ent, er propofo-raau m inifte-ceux qui deyroant ige f it porpanels, de la f.mm piincip ,
puiffance collhofa e, que Louis XIV, le pfius deftpote en composer -rat-major. portee dAn leindts certificats,
es A'is, le n.onarque le plus obdi, Weu )jamais of6 11 importe au ii que les officers de la marine ne Le P -.ement dos fix dernicrs ma e .,a
c foicnt point dtrangzrs aux mouvemens des ports et i dcs crdances -deflils enoncces, a lieu d.p
Aprl'e avoir delmontr6 l'inconvenaance oq pluot i caique-s qi- ndpen- frnire', an 4 ; favor, quant aun var.
te dargor de l organifauon propolCe par le mef- ,ant; fage du 2z fi.marre ie dois pour ne laer title XI de la neXe lot 11 el aifi co-u,: haitptremiers taft ? .,
aucun doute da:ps l-,s elprits, reliever les erreurs On fera averti par de colMeaux aitV p
et rdpondre aix objections fr6cietufs qui fervent d L'ofiP.ier charge deo fuivre et de diriger Par- de, nm, rS fubdiquen.
iPappiu aux propcfitions contenres dance melrag?. theiment et le cdefartement d'un batiment, -reltda, 0a t.ro.tA, d.ns la pilorio des wogctttOA s,
Je rapoelierA textuellement chacune de ces objec- ch. qtie jour, au commandant des armes un cotnpte A .s li.he 3i,;jicaive; d-s buaresuX tiqu
*ions du mtff:lge. exal' des operations faites 1 board. fauka5 s'adreffer.

L'abontatnent fe fait PaisF, tue d's Poiteviis, n is. Le prix eft de ilao liv. pour trois mois, tant pour Paris quo pour les 6partermens. On no s'abonneW "-.ll 1
Cecnt de chaquc noois, er cmet four trois niois. Ceux qui pt.f6 eront payer en numtraire, enverront t1o 1av. pour I'anne entire, 6o liv. or fix ,
30 liv. po.r ttoun moIs. '
I faut jdrr 't ks l-ttres et I'argent, franc de port, a,, citoyen Aubry directeur de ce jour-al, rue des Poit-vins, no 8i. II faut comprendte dans les T0oio le pvrt
ay, ou lon ne rot affra: clr. Le, lettres des dpAVtculntLs, nion affra chies ne front point retirees de la poate.
1! faut avoir ibn, pour plus de fuete, de chargers ielles oui rcnfrjmcnt des valeurs, ct adrefflr tout cc qui concern la r6a. tion de la feuille au ilt6daeur, n
Poitevuns, no 13, depuis neuf hitur.s du matinuiltqu'a huit hu!her du f it.
L'aboncement pour le. pays rtiangers conquis on r6unis, doit :tre pay6 en num6raice; crtte condition eft de rigueur.


Cnrt~lhtrrrq~marrr~-PCpc~cr ~tS~


s


i









GAZETTE NATIONAL, ou LE MONITEUR UNIVERSAL


N i it. Primei, 1. 1 nivdoJ Fan 4 de la RepubUique Franqaije une t iidivfible ( l. I janvier i,7y6 vieusx /ye..)


I


SO L IT Ir tQ U E.

POLOGN E.

arfvitia le z5 decembre.

To,, "r-n- -ouveJlls de Con iantitople annon-
ca q i io" itv iverment A irmce du parta.-
4. i Pologac. A
It par Irni.-i'1tnat prouvY ,par ls I ouvelens
t tcotis tufl.s5 vers 1i Tarqiie, qu 't ambirieufe.
r gherina niauedait qtte Vexecuton de ce grand
fAi polii.qu' .U eiiectu 'r fei projects da con-
conraL Ia' plus belle parue de P! eptre
.0o1ni1l.
'a t Lru; 4 erfieement dtudile de la court de
V, ienn k an iul adu d"eloppemnt de tant de
S lgej inia re. elit motif d'.a-tr s de plus
le divi.' tro? ong-ters aveugie. Le moment
i vn" --r hI,i et c'eflt 1la reflource der-
e Al, 4 raalnlier de fixer enfin ls 61el.:e.is
,ot e ts 'une alliance qui piifle fetvir de
LtootiJ.St A I'alli'nce la- plus moafrueute dtourit
I'hi.lPire ,u Monde offe lrxemple. L expid-tion
j" par le...I.a Attiffes en Geotrgie coltrO6 tulqr-
"pl r P,.rrI'n'eit vrailemblablement qu'un pre-
e' e u une occasion faifie pour dCepoyer de
-u'e s'.iis Il.:is core la cap:taleI mine de
1'emi 7" d ..'Tii e.'
L L-s eginieas ruffes qittent notre p:ys et les
princess de la itulie potir f porter ver la Mol-
ivie et li Crimn .e.
S On Afrmbl dea'baimaBns de guerre et d. tralnf-
4, pott K ;jabey. .
7La Porre, de tin cotta 6Wn'eft pas fans avoir pris
Ain-f;eidi'efei mefures. Ses prdparatif, det is
lo1.rems tommeacts fo.t en ce moment dirgess
Alec la plus grande vivocit4. Eile a en ce poiit de
txis-grandes obligations aux ing6niurs .fraiqais qui
font a foil fervice. Le graad-feign.ut a dorani
4o'dre aul commatdant de- toured, Jes -T.-re-"t
da 'apprav liuintr poUr',un an. Le pacha de Bel-,
phd railltmibi touted la recolte des provinces voi-
s, Eotrcin de norabreux convois de minitions
e g-t<, ,

/ IA Y1 .TE M A G -N E.

Munfjer, e ao dembre,
STADE ct to'lt leopays eft er.fiilh.iurenmenten:
e1i6re au vagabondage dos en.g:;e-s t de & corps
fncsl. L i hcenciemat ide b.i.id,,s evpiges de
lAinu et de Bn m tant op&ir., ,oJ a dJp.rr firt
1I, frolmiees le corps des huflhris de SmT; I iIm-
finitrla de Sim a tz&iAi i uA&a.le _a ca e -
I, ,
SLe troupes de DirinfDtilt qui f^jouraanent depuis
qque tems ici vidnnent de r0tourner dlans leur
',yl' fur troit colona1es. .
(: lfe trouve or.core ici deux companies de fufi'-
list di barailolo pruffien d'Erneft. Diux aus~ies
nt S: T A E.


S, ilan, t o dicemrnre.

,K.'iSTo.,e de la gerre actuIlle n'offre ,pas
"em"ii d' U nemept aunth defaPieux que la
eUriec deflanedo l'armte autrichienne.
,- gatrs aikemaind+s et pirnmontaifY attri-
W*st Ih bri late victoie des ; 'i '.; an <.apric0
S'~tefl1s qii I Par un*. fjtaiitH'bien inzcnce--
ife di-hka.'ieiat cointre les Autrchies ,_
nawre arix ho reux Franfi;s. Cette efpece de,
inhde n'a pas eit de iuet s dains d pays on
Sne fit que trop la vdrit .

62, V "Ie indnmptable des Franqais et la
Scraince de Mo:flig.eur l~-baron de Viis
S ft ellns (fit ce o tes i gazettes de e ce as
oploathent ,ux l t~r del uchofe tft rol
r dle +,s tee dian t ,ai ,i-s n
., telux1 ? .Fraqgi, tons Ls Etats d"talie
i ve avoc airfnn kIur tranquillitc vivemept me-
t l I.. feltvent p'll que jamais de 'avoir
pii tflti ic gage example d" O la Tofctne, La eouir
SP stout ef cdns les plus viveS

Mir d'l' d', l'rm aut'ichieCne font trfnime'ut
Slh~l' rnee ';d l enarotre Afli Pt Alhx2n
&rie.i,. % fle homty.es de toute 1i 4'ivj
S nT -i rai Arer.tr as, et pa5 un canon de toteo
S1rLi.n" ti pa liue dclitPe, c'i 4(e
fan"' s xti ex ple..


1 ii i


+ *


ST nation, qu'on a reproch4 aux t,,inifres de r>'a*oir
ANGLETERR, eu d'autie mot'f potr fa d&crminer a traiter avec
Sa France que la fortune a;ta.tle 4e fon g jvetrnt-
D ats du Parlement. Chambre des nint, fans prendre en contfdiratiqn a situation
S gdnrale des dffiires. Ji ne me fera ps diflicile de
Commune. convaincre la thambre de l'injuRice d'une pareille
aCcUfracion. -
Saiit de la fiance du 9 dIcemtre. Q:ia.id le tai-l onorable membre fit fa motion
pour la pair, l'anrte derniL'rO, let it- o ifu trou-
M. Dundas. Il ne m-t i6 6naiiennt .... fre vaItent ators les ffitos W.if air-il pas n argtni ent
d'abalfe plus long tensA de I attention de la cha.i- b'en plus fut conltra 1 overture Os ne:gocat ,
bre, d'apres ledifcours oqustt t isatepr.utif quI I funo dis gu'verneent q" exuait eilors t
de mon ]honorable ;nii m.. se tr& hoto abt -le an.s quelle pofiton dions-nous a cette scque ?
ntembre qui vient de s'aUt"oir, faith plufieurs remr- Les Frai is ktaie-t triomphlins fur Ie Continent,
ques auxquelles je do!s repondre. I a reipdiqud, et e'einent imn"idiatement naitres doe route ia
av be-a..;oup de chalteur, e drott d'm'e !ibte- co .
>nent fon, opinion far la .condu.,s de fadm I. J nai point intention d exami: cr en c moment
tincu fdnoito-" fu _a .....ro d P.d._ t~a fi c mlael eux pays unit pu fare advantage
tron pendint tout le course de la guerre je fuis ce m lec.eux pas auui P. fa"re d tf
bien eloigo6 de conteiterC l -h"ioable m.n.brc, pr la defense, mas anu mnrns rus: edme la
oil A cui que cc foi de la chnbrel. Ie droit d',.xa- hatfiction 'avoir fait tos s ,I efforts poibles
miner les .s.efuires qtonit prifes les ini ftre., ct de pour ardrer les prog -s de lennmt r, et fauver
les cenftrer, fi eles parail. at nbtri.ter e b.a "nos allss. A fliAot due les Frans fsr fe tunt et-
mai- tua, .d'un aut.-e c tk on a ,.e droit d paei de Ia I-l'la I l'l & se vit de nous. -
'repotufl',r ces atta.ue.., de reliever liniexactitude paer dui Cap de Bonne-Efpipance Mal I& Slegiu-
des flits oun a ftauff.te des r ifonne.ens(: ot t .ve nment cotntnts.tat -. toes ceraine c.n. ti-t
daprUs e priC:,pes qu., je pi-ens J parole. Je A renoncer a cetre pr'ciufe acquiliititin Ceft
Ie puis d'abo. d memplie. r de remarq-,'u ,a un pottir fur Lequel je se do[Ilr.e phoSnt T^n
mribres qui,dans to-:t.s. cs poq._0 dlaguerne, f I o;Phson, me bornant a dire qu il ny renohceita.
montreretit les avocats ir.trpides de la guerre fAns s fans un ample conp"fa""on.
auculi, 6gar& poour, les circonfta:ces, foust les, pe- (La faite domain )
rulers. !orrttre, d'aprb, le wefdage de fa muje4e,
il y a des motifs fo'ides dl'eperer ce b'enf;t, a fe RPUIR TTTh D PROrINCES-UNIES.
retourner pour oppofer a fon arrivee tus le,, obiy U
cles qui font en leura powvoir. Ot:t its penfr que
Pon croirait a la fihcdrit 6 de leur empre"Lmenite Extrzrft d'un let re du gie "at MAforeait, en
pourla paix lorfeuils propofent des prjijcipes dat dua ii/e, -u citoyeIn N I, ninilre
manif'ffement contraires au ftntsim-nt de la mijait6 dO l P ,,eab ,ue Fra ".
de a chanmbre ? Ct amendment a-t-il pour but -
d'acc616er les bierf)its de la-,paix, on fimplement Cirye r meco
de fervor les delfeint d'un p.t:,? Le t.es-honorab" Citoyen mi tifre, e me hate de vous com-
m8mntbre, qui a parld4le d.-aicr, el ent!e dens a i niuniqier de honnAs notvelk-s qu- ie vins d
long raifenuemene pour prn)..vr qu'it n'y a point recevoir immediatement d4e armie de S-nmbre cc
de defavantage ou de hat.i 1 prol.o.;:r le premier M .u'e.
des conditions de. paix t i a en lair de vouloir .Dars ma lettre diu 2 fimalrto2zo dec~nbre-).
rdpondre A quelque d4.vnrts du chasceL*r-dLl'dhi- JVOt -- don-ai- A connaitre mqe la divifion ,o
quier. s'uh el doite ayants tr force, Jourdan s' tait vu
YJen appelc n-rr..voire de route la ch mbre oblihg d'aban.,oiner fa position A Simmeren, et
rien ell-i fori i .1- 4i mon tis-honorable d'en prendre une a'rtre derriere la rivi're du
ai, qui tend prouver qit il eft contriaire a l in- "me .ea, $in de couvrir Trarbach, oi fe
te o 'h eur d'um pays de faire Ie' prendeeA trouvaieot oes nmagafins, ct lequel pofte ir mnemi,
avnces _p :ur_ obteri.r la pa~ -,cete-, i y a t ant, r fes mouvemen divers Cur fon a:le gauche, me-
de moyetrs ind:ftcers 41.: fonder 'fes 'di:Pcitis nal!t.
mutuelles, que (cuvent il fe ait tres-difficilc d Le 24 (1 ddcenb:e) Iennemi a attaqule Ilng
dire quel pat:ti a le premier fit des ftres. do toutte ia ignee, fans pouvoir l'eW'aen7er.
raifonnement de mon hliono.ble asmi n'a nullemennrt ,217 (7i dIcembr e), 11 y a eu de nouveau uni
ehcette queflion pour objet; ; s'eat fenkmrent aleI attaque fort vive ; etde a t, gdereale et I'etnemi
centrie ciniic de co.urtindre li potivoir .t *ui a et4 repouffu do toun ctis av e..prte de trois
faire la paix, er de rendre en nweme tens l.s ni- pieces do canon et '. 6oo prifonnios.
Miliftes recnables des conditions. Si ls mini,tifr-s Du n le .miea moment, Ienlen.i toena ,e paflage
font co i tr ts par.- < ,l ii.-ratif du .arle- u RlTun vis-A-vi ae Bacasach, en vie de cooper
fent coatrr.ts par-a osi ,.ats IdU par~e- J .,urlan-hc.n'u-,,tav ec- Coblirt. D a,
m .ent de fire la paix, avc vq.el f~% pJuv prs re1 -an a ]arv ,gat.chn qund le g narecnt
:i"s "ts-'er lIs dir aicr d Inc A etn i emi lanoustip t t achn, auynd le gate ral
rons n'gocier, ,et nous defirors cue vo:s nouzs -etbr, die contmanoe u rtte d'vion, la rspauff6
gspantrfiez des conditions favor;bEes ;-riais -qu et obiigo -etoiurner ;vec prte dans les bai
VOmtS les waiiez ou r.on, nous ferons une paix uel- teax .
conque. Quel*es feraient les conditions que garin-- Onne fait point' d'autres circonafnrces; mais ,
trait 1'enremi daus un trait qui commencerait fous poflfr'Ptm de la lettre queai rec"e co.sitelnit cec
do tolles aufpices? c'eft ce que je laiqfe a la chao;b,:e L'ac:ion du 27 fritiire ((S1 dGctimbre) a et
Sdteiminer. prefque gMera!e, et Pe .remi a t conmplctement
Tout ce qu j- fouriens ,ft dnnc que, c-rine battu ct .bL.g d Lire ret-aire. -
les inistires foartre-pon ables au- arvlkentea .Si .M, REAU.-
la Nation de l'avis qutis doinuent a f;t majfO'i, lcunr
)o'iterit et cuts acutios dolve:-t i.re -lb:as R E P U L IQU E 'FRAINGAIS E,
de routes cntravei. Mais Feffet de l'mend, meint
propofd ne feray-t'- pas de her lh e .3a-ns au Le minlfte de 1, poi'e gneirale de li u-
pouvodr excutif, et de tmettre ce pay; A la merca l i de, a e g r ii ntra
4Q la Frace"? .iqt", atx fCllbr2s di bweau central ds
Parmni les faux exp'f'es ie nos adverfires on- la commune de Paris.
coutume de r6peter .:vec autant de faing froid one
s'ils n'euffentpas it6 cent fdis relevds et rflat's, Paris, le 17 Nivf-', lan 4 de la )?hRbl'pe franHatfe,
jp dois protefter furtout contte celui par leq;u l ii!s .ze et indivi.'.lc.
ain- eln:, contre toute efptcede raifon c w les
I.,n.lt..cs ont entrpris et cofitinu4 la guerre daris Du n.iiill r. de la jpflice, Ciryer;s. le dircc-
le deffeii de r&tabe r l'ancien defpotinse. En vain toire exedutif n'a app!d A1 celui de la pobc2 i4n4-
les miniftres out ils nin cctte imputation on rs'a rale de la R lpub!ique. J'ai cal.-u e truw leti poi- dl
ceffl de es een charge r, et auj'urd'hunina e qu'is fardean quil pljit en m, s nia. : f.r e ion
dclarent que le govainenellent fran'gais eft dans courage, p'eiu. d.'e m our foutr la (hQte publiq'.e
une situation tell qu'on peut traitor fdreminit avec comptant for vous ct fur toas es bon; citoyenss
lui, on ies accuse !avoir abandboa6 les babies fitr j'ai accept I je jui. en lobn'tions,
Lfquelles ils out conmenci laguerre, et totaicme.-.t Mairtenant Citc ais il nous fant archer.
chlng6 de fyfrtme. p4 Nons avons ure irnmA.ft cite a re'gi',err.
OQant A ce qtii me concern, je ne balance pas Vous avens, par fa r(g &'rati.-n : or'rev
d6dcarer que dans man opinion, il ferait plus la ege-.ratiun de la prImiere RpuIbliqtue i
I honreux pour la Fraoce et pour Europe que noes monde. N
enfiions traiter avec nne monarh;e, au lien di Paris fut de rout ttems le roo'deledes d6partetne'is:
Ii foimne actuelle dii gouverneiredt ; maiis eft il rendons Paris fdr, dtab iffons-y la falubriit, don-
jamnais 6chappe aux iminiftres une feu!e exprefliohs nons-lui des noeur,; nous aurors u o RepOi ioquo
qui donrt a entendre que la gue-re ferait con- fage, inair putr rgn raiia'tus.. paetolic lo citoye
1 tinude Ljuqu'a ce que la monardhie ft r6tablie en pourra habirer en ut -,. ,,
France! (1 n'V a. don pas do conr.tdicion ni de CommenWons Citoyans, et que Paris done I*
changernent d*'.pinion, on ne peut done pes re- figna!.
procher ait g.uvemrnspent d'avoir abandonnd6 on. Prdver.oz nos concitoyens de potre commune
Yl1"1 rfo'urtion
C'it avCc line gle vrit6 etne 4ga!e obfti- Que 1;s comnilil;airos de police foie t avvonis.


p__C__LIIIIIIBC_~eL1_~-3811~--~----~--


I

4'
Uii










lb










Le temsde la molleffe, celui dela n6g'ige'ce eft
paff6
C'elt de l'exactitude qu'il fiut, c'eft He la fer-
met :
Moi-meme je donneraicet exemp.e, je factrfieral
tout a ines devoirs.
La 6Ipublique, fit police getbralc ja ne' refpi-
terai q'e pour ces objets.
Signe MEitLIN minifre de la police geierale de la
Rpublique.



CORPS LEGISLATIF.

CONSEIL DES CINQ CENTS.

Prf'i'dence de Tr,:ilhzad.

sTrra Ia2 LA SliANc, vi D 15 "ivo6s.

Suite du rapport de 13egcvin. ,
N'eft-il done pas tvidemment d6montFT que les
nouvelies lois oot pourvi:'
i? A ce que les officers de emer dirigent feils
'armnement et 1l'uipcment des vaifieaux
o A ce qu'ils s'iaftruifent de tout cc qu'il leur
imported de favoir
g Enfia, a ce qu'ils foient prefens aux operations
majeures de I'adminiftration des ports.
Mais, fans violet les principles, fans renverfer
tout ordre, fans d6truire la reiponfabilit6 des agents
d I'a.miniitration ces lois P ovaient-elles charger
les officers de vail!eaux de diriger les (hantiers de
confracticon et tons les ateliers od s'ex6cutenrt les
divers travaux de la marine ? Unte telte difpofitioai
entt t& d'aiAllurs d'aut.nt plis d6piacte que ces
Officers, pour avoir acquis quelques notioins gine6-
rates fur la construction et le radoub des vaiffeaux,
Bse front filrement-pas en 6tat de diriger les op&-
rations adniniftratives des ports. Aa reit, ce genre
d'occupation loin de former de favar.s matins,
aluirait au contraire A utir princIpale infiriction :
la fcience de la navigitio'a et de la tactique navale,
qui ix:jg-. de leur pare nae e6uAe, c'ntinuelli et
fiivie ; es mines homnies ne peuvent bie.A fire
deux in&i.iers ) la f .i. Les lois ont douc fAgemunt'
attribu6 a direction des tr-vaux, -et- ut:s-- Is
atmres patties de 'adminiit-ration couomiqe ae
d'autres agents a des homrnrs qui, ds l.ur ioet-
neffe fe tent exclulivement livr-s a la th6orie A
la pratique aux ccmbinaifons qu*exigent les diff~-
tentes branches de cette administration.
Pat cette organization continued le meffage,
un antiral efl frc6e d'a'ler braycr L.s teRnmptes et
coirbature l'ennemi fiur des vaiffeaux qu'il a req'is
d'une autorit6 dqpourvue de toute experience
natutique. ]
Aurait-on pr6tendu fair crok'e qu'un a2eiral
recevait de l'adminiftration une flotte toute arm.:e
et toute equipee ? Mais on, a vu1 que l'aricle X
de la loi du 5 brumaire charge chaque capirtine
d'atmne, de greer, d',quip'r fon vaifleau, ai:nfi
qu'il e j age conveblv le-. ------
Aurait-on plutot voulu perfuader que pour
conftruire un va;ffeau, forger fes .ancres, comn-
mettre dts cables, de, ifl'> nec.s nauoques-
font abfolument necef~aires? Mus dans cetee lup.
position mAne, P objection ne fziAt pas mieux
fondie, car les articles XXXV et XLII de la loi
du z brumaire portent ". que fur ch fur les divifi ns et far-les efcadres oil armees na-
vaTes, il lera toujours embarque des ing6nieurs
cfitructeur$, des adminittrateurs dIes ports ,_qui
dis-lors ne peuvent etre abfolumnent 6trangets
aux connaiffanc s nantiqtes.-
'Quant aix autres agens du service des ports ,
tel que ceux qui dirigent. le detail des mouve-
Inens vt calui de Vartillerie on ne faurait difcon-
veir qu ils ne fort point &rangers. A ces con-
naiflances, puifque, d,apths le vceu formel'des
articles LXXI, LXXIII, LXXIV et LXXVI de
la loi du z brumaire ,les uns et les autrs font
toujours cho:fis parmi les capirines lieutenant
enifeign s de vaifleaux, et pamti les fficitrs
d'artileuie et malit es canlonniors.
Dans la situation actuelle de nos ports, dit
encore le mellage, entour6s comnme ils font d'en-
nemis intrieurs et exthrieurs, eft-il prudent,
elt-il poflible de mettre fous la d pendance iminme
dia=e et excufive des officers d'adminiftration etran-
gets a I'art du coummandement, cette fuie ;deA
myrins et d'onvriers qui peupln,2t nos port, et
de les foufit.tire A l'obiifai;ce et a la direction des
clidcirs appeals ;t habitues a les commander dans
1ls combats."
Le feivice des ouvriers employs aux trrvaux
des ports, n'dtf point un service miHitaire; i' qi
donc ces ouvriers doivent-ils &tre fubnrdonnrs Ii
ce n'elt aux arttiles, aux ingenieurs et aux autres
agons de l'adminiltration (dIrg6; de les diriger et de
les fuirveiller dansl'einploi du teams et des matieres ?
Et depuis quand les officers de la marine font-i;i,
haituis a commander dans les combats cette f': l
de forgerons, de fetu-.iers, de cordiers, de pentiors do mentifiers, do, onneliers, de ma -


.gO &"., qtqi peipl:t 1i- .tetier, de ais parts,
et q:.i, cc.umnie s .utrcsc itoyw dnet; !a .i' co:n-
tiul..e, rine cona'l.etnu et ti peuvent contitre d'at.-
tr.s cih. f, Ni'iiires qua bLs ni"Li.:r, d- Ia. garde
nationia!e dont its foit partic? Quant :nix nWtrit's,
perfonne n'ignore qu'ils tie fciit apples d.uts lee
ports qu'au mnolient dui befoin et qtli' ufituL IcIur
arrive l'adin;iffrati n 'e oC ils font die.-ors em loyds aux travaux d'aime-
ment et d'd.1,ipoment focus Ia dii-:. ciers.miitaires d8e Ia marire.
,LUs principle d'orar.iifarion dit le directoire
enl tem'initant tonr miflage que liotis touwetto;s aa
vote fagefle font les i ye:.i- qui fovt fi utir les
marines doe Europe les plus cdicbres. I
Je tie fatigueiai pas inutilement vote attention en
la fixant fucceffivectent ftr le regime d'e la marine
ch-z les diffcrentps puifinces de lEurope, oti Vous
chercheriuz eh vain le modele d'une orgatii'a:ion
fembiable a celle qui vous eft propofle par le
mtiiage duin fnmiiie. Je ma boarerai doine A un
fi-ul eoeinlie q'ai paiaC devotii m difpcuter aen
citer d'aucres. -
Portons un moment nos rtogrds fur la marin-
d'Angleterre et nous verron' que I'aJminif"ration
de fes-ports, depuis plus de deux flecies, repofe
abfolument fur les m&oaes priiaipes que. Celle' qui
a et et.b'ie par la loi iu z br-amaire.
Ea A'.gleterre, des agenis civils, fubardonnds
A un adminiftiateur en chef, comnmilofio r refdcatc,
dirigent dans chaque port:
I' Les confiructions, radoubs et ttavaux de
tous genres ;
0 Les mouvecrens des vaiffeanx, c'f[-a-dire,
Ieur entrie danis les p6:ts er a ffint, leur fortie,
leuir marage, leur abiitage en careine., Ieur mouit-
lage en-rade &c. .
3 Les diff-ren: details, te's quq les cordtiAls,
le matiriel de Partileiee, ies gr4cKeen, &-'. '
40 La coliiptbilit et e: fin tours les autres
branches de I Admnioitratiou do atienaux de mia-
rine.
Les officers de mer n'ont, come on le voit,
aucunre part dans le'f rvice -adninitiratitdes ports.
I1 y a inme-plus. c'eft que-quand ces officers,
foit par goilt, foiu par touch autre motif fe de-
terminent a etbraffer ce fervic ils deviennent
agens, civil<, et 'cflfnt a!ors de fare fartie des
oflciers militaires rt de niatine. ,
Un aniral eft t'h.rg4 de la police de chaque
raae-d'Argleterre-,- lot fus-l' fSiier qui _y com
matide rn'ft pas ancienin mais cet ofilier n'exerceo
aucune autorite-fur 'Padnif tiliation aes trfenaux.
Si 'on'comoareocefte forme d'admainiftration 'a
ceile que la loi du 2 brumaire tA &ablie, on rie-
marquera entr'elks une fi.nilitude abfolue, et o'on
Ntonnera avec raifon que 'on alt voulu perfuader
,,U la nouvelIe o'ganif.tion maritime ne prefcitait au
government que ies entraves, ct '.jucelc Ienchainait dans
tons fes moyens d'ex-cution. ,
Votre coitiflion a donn a 1'examen du meffage
relatif l'orgar.ifation de la marine toute 'atteen-
tion cu'exige un (objtt de fi haute importance,, et
non feulement el!e u'sa aperjut dins les derairres
lois rendnes fa.r Ia mariiie, aucua des yices que
leur revioche ie meff;ge; mais elle s'eft m"me
-coapyiit-eue-quoe-cc-. ii r, pJolcrt ft'l de-..drircipes'
inconteltab'es et genralement reconnus par tous les
.ggl.tateits: je veux dire !a division des pouvoirs.( i)
En efter, par.la nouivweie oa rif.r ;n de la miia-
rine, dAcrktne au mois de bruanire derrier, Tad-
minifration eft fiparee de faction, en forte cjiq dais
It s ports le f-rvice de la marine e'i rellemeiit rparti,
entree deux autorit6s diftinctes tune adnminqrainve
et Pautre militaie.
La premiere eft ca"-gie de la pr6piaraion des
moyens ou de tadmini i!rationfi 6coomnique; et
la feconde.d de. tdiTectirf di-l'actoir det t..rc1s
nava'ss.
Dans le pr'jet d'orgarif.tion 'propofd par e e
meflage du iz fAinmire, -vctre coitarilfion. n's
vu qii'utn idg.inle adniuitrat:f purelnetit militaire,
les bales d'un feivice d'autant plus ruineux ,
que dins ce project lautorieU qui conferve et'celle
qui confoanme font r&,tles dan's la mine per-
Tels font les deux plhns d'organifation qie votre'
commilfiou a eu A examiner. Eile croit you; avoir
fufficamnrent diimontre les tavantoges de fun et
les inconuvniens de l'autre. Mais s'il &ait encore
pofI;ble de balancer an ininant entire ces deux
fyfl&:ces d'adminiltration l prudence ne com-
imandeii;elke pas d'adopier celui qui, apzts avoir
cree ia marine fraii.uf,. I'a regie dans fes plus
beaux jours, pendant pi6s de quatre-vigt ans i
cel don't une lorigue expdrielce a g.rantitie Iuc
ces celui, enfi ., qni depuis fi lonig-tems fault
flerir la marine d'A, g:tl'tw ?
Quoi qu'it en foi, l'inter pt-blic exie imp6-.
rieufement de f.i:e ceff r ati plus trr I dat mati
heureux caX note marine eil rdauite. Votre coim-


(i,) On i6e peut voir fars furprife qu' la fia
du i3S fircle, et fous un gouve nemient rdpb,i-
cain on propofe de violer ces pinci, confer
vateuis, que les miniftres de Louis XV ne ion-f
c'nnrItit jamais dans le t 74 fidcle, et fous la
monarchic la plus abfolue qi1 i Aiti -i;nas exiit6,


rC I IC1L -1 ull1e 111 Opp-


milt&io' fl' e pus im '. tuctflth tit la
Jc.ueb; ,e nos attenaux et d1 ins Ilttes ;"t io
ela dl vou ddewtieiclaier oue fi Von .... n31
core le m.ind-e .ciai a[,l ton;U.ganitol en-
de cette parte atportlnt de a force .pltit.e'
I anarchie finira par la d6voter d, qu,
melit fera bienoi au co-:nAbL, et no ..oa..1 .
rops au printeims prochain danrs ,I,,,,. o
fare la a, .p...zie, du moins avec dL t, J Ie e
que nous wUarious wiz dtoit daattendre u .cs *
rAg&enrie. ne mali 1e
11 n'eli pas quefdion de fire rt ce t
tne du aint elle eailt 5 il faut It lemh Zte ia,
preter di la ietirer duth s.rea chas a e se.
et 1'on n-' parviendra qu'vn fubiltuant ai e,
revolittonnares 6ue lPon a adoptees dep.is trois
ans, des lois laCes et fiuflifne. Ce i: trol
faiLes. lox on
La Convention naiiona'e, aan de-ri
a feflion _n-t-eae pis decr.t l-orgia .mi,ndet
toutes les branches da fervice 4e a marin ePEt
fi ces loisnavaiCr:t r4. kur ek6cuion, c
e!les le p.reliiv;,ient, le carps des ,iicie.rs e
marine 'a :,,ai;i ,a des ports, le, t ,
d'ari!ene, les quafiter nmaritimes enfi Ito.rs,
.es parties de .ce service itportait feraient di ,
ce moment en p eine activity, et nouia s n'au
pas a regretter la perte irrmpara!le de deux .i
qui fe font coulds deruis l spcque od 1 ora .
-akion auait dl 6tre comnmene.c. organir
'PIn6reee do la ncefits de occuper :tx .'L,
ve.ent d.s royoiuis qui f,1t 1,'jet du inef- '
fag doU i2 f irmaire, votre crmriiffon n apas cr, ,
devoir fe lirfer a lex.men.r d'u e Gufoipn i010f1
tante que (finlre fa ire rir le n>i.ge. Je v '
parier ie Ia facult de foire du .t 1 r..vip,,s fur
kis lois avant dt n a ou"r r r c,! I ,I i',..I ,
lu i'inf. ffia,,ce cta s Ct.'cution ii I A
t- rni.s-n-us, 1l, ds a'une loi ferait rndie,1.
inilhe th.rgi. dte IPe-cuier s'arrog:a:t le droit
de lexani.-er, de a p.aayf:r, et d'en demnndet'
le cha:gement, on piov,.quat un nieflage dudi-
rectoiie exZcutif don't it aurrit furpris la r e-.
gion ? Je m'abfiendrai de .46duire les conif.
-quences d'un pareil f,fiQe i
Votre conmilffion votis propofd de paffer 1'or-
ite du jour iti le meti. g du directoire exicuetf
du 12 friruaire concetiant ladminiiliadion de la
miarinie. '
S it/crs. I f1 i flrt de s'occlper des travaux do'
la-cami 1 g 0 p ., i ,',i-. i-., t n [, .S t'o ir ils'-
long-remns a, nartine dans ur etit do delabreiment
tel que celui occafionnt par la fufpenfion de h l
du 3 brimaire telativea l orgnilation ,de la
marine.
Je demand que I'Afemblie fe dkiideA eier"
la furpenfion. .
Rouhier. Je m'oppofe A ce qUe la fufpenfioni fit ,
levee l'ir;fi.tnt et fns aucun examen, atten'duig q
cette levee n'eft demnnd8c qua par ceux qui ont
apruye la loi en .queition et qne d'ai.liuns cetjO
niatiere merite utie granJe attention.
N. ... J'appuie la mniotide Villers, pa l .
motf que la fufpenlion de la loi rediit IAs trduplts
de la marine datrs uno inaction 'abfolue.
Dfnotr-L'bobjeqtui& de favor comment Il' n d pE '. l. I plrd e
S'pe de maniere qu'elles ne foient'pi tPulou: -
en-g'ierre Q'uin-la loi fat difcutweI, pj demy I
que le mni.taire nie fut pas lots IA fliil"[iialin'in
des autorites civiles. Cette loi ft adopius lirs i
grand Lxamen : il lerait nt&cffaire d'y proc&ler.
Je dernande que d mi in on nious life cett loi ,
afin que nous puiaions Ia difcutar fur le champ et
nious occnpor d lia fepaist.on des deux pouv0i1, i
-civil et n-ihtaire.__
Alarec.. La marine el. fans farce et vritablemlt
ftns lois, on peut m6ime dire q'il n'y a p Pa sj.
marine. J'efpere qu vousvous hatsrea d. rienet
a d uf.ur; en conliquence, )e me bore i demanUd .
V'impreflion dui difcours qui vous a et lu, al qlS:
la difcnulion s'ouvre le plus pomptemeatqiilt f *t
potible. ,
L'impreflion eflt dordrnne.
,Le rapporteur d-une commfion particu'ic
ap',s avoir enrretentien pe tde rmots le cooili
des reclamations r r6fntecs par uefoulo de leoift,'
contre la qli qui fifiend touted actiot el rl
de vente pour came de lfion, foumet i cad'
fion un project qni a pour but dt lver (ewt
peafton. '
Le cotfeil ordonne 'wItefWPn rus apr t
du project, et ajourun la difcullionan pis Cif
deiai.
La
CONSEIL DES ANGIN'

S Prefic, de Vernier.


te conrel sprbs avoir |ecerti re s?'
ptove detex zofoletioIs.' ia peIw









1.,









f d *--- fantj lga1ewmenr acti~lnoni-s pout
-'0.ie d'terne et. de mer font comri s dLns la
duZfuctijdor, an 3, qui accorde un fulppiIment
Said en num6ratre .
a (econde porte que toute refolution fera termi-
era s miors: La pr6feote r~folution feiaa on no
rinmp im Le, bLut de cettel oiefl de dimiiiI r
.k f(pis l ion, t de ne faire imprimer que les
h ii d'an igt-re t g ,'-r.d't l.
Une noi.ie:ne ,elm Iion, prcd6ed' nrel clara-
eon d'tgence motiv6ae far ce qu il efl prei.nt de
fit6 exctiter les lois, et en paiticuber celle du.i
b -nui. ore lte quele citoven Aymd l'ais6 il exchl
d es tost toi legiflatives jutiqu'a la paix. -
SAv'oi urgence! s'6crient Claifel et que'.ques
inirLesi mbres.
L da'+it. Je demand la parole.
Le csaux voix ul'rgence fe rdpetent.
Zitprifident. It y a quelqu'un qui eft infcrit coitre

C'. ir.t d'Aude. Je damande a lui rdpondre.
g1pica. J4 demanded auffi I foutea!i. ur-
S ne t .
Bo0i~.lrua. Et moi aufni.
" alll, ill J, dois peut-Atre commencer par 6doi-


44Y
erait-il broin a'employer cette fage !eniour, ceite.
maturity de tl -:,. i, qai prvient le at:d gr des
fiducCtiMtis u gaiantit I1 quite et lil.partidlite dvs
d-crets ? 0
On vous a dit il y a quelhues jours, que les
dicret d'urgence dtaknc a:Gfi cos.liiut:onme's. OCi,
fans'doute, la conllitution permet dn certai(ues
cir:oiiftinces de' s'ecarter des r;gles oidinaties
qu, .ie done pour la fbtpne de vos di6lib-ia i,.ns u
niais' .'onfait-il que vous puiffiez, fans blfi'er Ja
conflitutio:i, employer indiffcinrient t'u're et
S';ultre mnmiere ? .'e;;lui{-il ce voui puiifi:-z flatter
. ..an la f)nue. d u'ignce fir les matieres es plus
initer-vantes de Pordre public, et.daus lefqac;es
0ul danger prdlaqit ne toliicte la prc.ciitatiVnl
de vos decrets ? Qui de vuis o-erait i'avotier ?
II a et4 i:.rpoflib!e fats dute, de d&teiner
d'une imniere ptcife cans i'acte co.ft-ttiionel,
les cas ct il erait peimis te proctder Iai urgenic,
aIt 1'dn a eti fbrc6 d o laifer la d&cifon a ila
fag.'rfe des deux cori'eils : mais YI bon fons dit
Alefz que ces cas duiveiht fe conbinuer 6n- r1aiio
de la gravity du fitjet et du perilt ; e forte qu'il
it polihb'e de ft-tui-r par urgence tr quite ina-
tiere l-gere, quiqaiqe le danger du r;tard no foi0
pas tries grand tand:s que vous ne pouvn4z
vous le permete i. uone iqueflion inpoitanrte,
I moins que le p6ril dans le retard re t eit im-
minent.


.r


du cops 6giflt tiF n ci toyet qui eft entrc par
h \'oluY'nte du .Piitple ol iae p. at ttop in.lttit,d
anututite. .'opi.ion pub'ique petf fur nus totes ;
te 1. hcuitons doi c pa'' 3 littol-s atu moins de la
rdelexion dans une decfion do.t les fuites peuvfnt
&tf du plnu grand intei&. Ce parti n'empkchera
paoiw ctt qui ,fint dep decides do do -ner ttir
opinion, et il f'ci itoia aux autres les moyens de
s'eclairer.
Girard de PAu.de fe prefbnte encore a la tribune
;vvcc In dilc.u rs Itit, ptearparerkcontre la pio-
pt&ition de Legiand.
Beaucuup-de membres. Aux voix la propofition.
Ciradi dde 'Aude. Je demand la parole centre.
Poultier. I1 eftimpciffble de I filer h creation
d'une ctmmillioi,, puifque perfonaie n'ti prtpai'.
Goupilleau. Je demand ai park centre la com-
atilioon,
Marlot. 'Et moi auffi,
Regnwie Jie demande a prouver qunelle eft nd-
cell.gre.
Core:uF,:fier. Je patie dans le naime fens.
Le confeil decide qu'li-fera formed une commifflion
de troh membres.
Charlier. Je demand qu'elle fiffe fon rapport
cldemaini.
Lanj:inais. Jo dernande. qu'e'lI le f:iffa cette
nt.tt.
Le conrf.il o-.onne q-:e le rapiortn. Crit faith
denuait.
ie :. rdt. Comment fero-'z ':::mmn s les nmem-
bret, de retre cannulflio,, ? Sara'ce pa ie buisanl
ou au Icruti' ?
Pluficars mernres. 'Au l ('t in.
D'attrzs. -Pa, le bureau.
L- conibit d&'.cide que le bureau pr6fcnterales
remiabrcs, de laccmnii.;n.
Le bureau propofe.l-s cit-,yns CIauzcl,Legrand
et Plegrier.
_J D ela cofp e.ac t o y e s L i'.t -, r e w -a v z -n -o m ,:4 .
iune commni'ion ."ao ctam.m-rn Isa rrf..hniin reh-
tive a sike tiiiiele i .e.ion du triiLtd timiiinel
du d4partement d L:. Sic-e.
Organe de ctte (o',iwnfii,.1n je vais vous rendre
comrpte du rdcu'lat de i'e:iamii qu'clle a f>it da
cete rtf-Atitin.
Je va;s coainenre par voui rappe'er qie le
directoite exdcutif,; "es ie f.in'ar. derpr, a
prreei.td iar un tmIiage, ;a neceliiti d'ajout.r
une trauifi :tmue fecton a ce tribunal ctriz'ti ;
Que le cun.lil des ci,,q cents a adZIOpL. cette
prooln i on.
Votre comm:nifion a cru entrivoir le point d{e
diffinite6 et par confcujnit le feul objet de fa
miliun dins la qwutt.c.n de fAvcir 'fi lfa rfol t-
tio ie .<~tld;t uc:. ,. _L, t coitutJior,:ldELi_
a done ecarte d fa il ctiln des in. fs qui, daes
toute autie icf.,I il ce, ewine t c., m,,, .:l 'i,'>p-
tion d ur.e mefure qtie nit :e!.:eariet.- .:.m. r.. -
faire.
11 ui a fans d"ute cd-te d'&tre ob!ge d'&ca'ttr
de p ..i6llei co'.fiJrtion.. 11 :dt 6t. fliit:-ur pour
elle de pouvoir border fon rapport a ces natis,
ouit, de cette tribune eufleCnt nti dans le fiojur
aes privations et d l a doue'.,ti; ces miots qui euffeet
_ccfo!d l'i.;nocer.ce oppriwu-e, e redu.ifelpo;r .
l'h:mmrnc jule, q.it nre do-iiande qt'un jugeinent:
L'inportefacc Cde mt:dfs ne nous permet p,: de dliii'trer
far l'adoptioh.
Mais tous les Fratncai; en font convainctlus; ceux
ifniie qui gnem.!lent dars les maifo:.s d'arrdt en
cornvtieent notre bodlieur depe:.d du refpect
que nou-s porteront au miainties de l'acte conlti-
I tu.ionnel. Si nous permcttioms d en einfreindre une
feule difpoition n&iie pour la lendiie p u;f utile i
fno;si ( uii nioiluniquoc efooir de tlui; 0., conci-
Ioyeus, ct nous les replorgevions d:uis les horreurs
de a.ahAie. --
Elevonis-nos done rI la hautemt de notemillfion,
fernons t'oreiiie i ces ca!ct !s d.hi;ant ;, a ces
afl'cicmns do.l;r.ntes a ccs rrti, Lrt:ndritns qui
accimir>igtenct 'o.t de nrote deciin 3 defndons
pour quelues inftans nritre amoe &cs motivemens
Je la fent birte, et noite elfi des pi .vntionf. qvi
11aiiicnt dc la c :fi.tce i laiflttnC a otrrc raifonne-
neiit route '-ii, p.tid.ce dvnt ii dict .,,uir, liur
p Irveinir a a folutio, du probldne ieportatrn quo
vOus nouw av.z f.iiiiS.
[,a c'ntl tudi ,i i e at'icle .- : I1 y a ug
rri:-.inal cra.imin p-r 'a qu, Se .uiirii Ti.
E e v et, dans 'a ,1 ,i : 2. 5, ;ue ce :rilura! foic
com of d'uiu phrjint, d'un accul-.taur iuabic,
Ie quatr6 jitwes prik dit ns ;e t rib v'ul r., du
,'oinmifaire du pouroir tx.Ctf prif Ie msile tri-
tiniu, ou doe fon iub:tut, t dr. ,1i.. nfl? tri

'~onal t i ei:1r. t ; v i !e2 d.aacnas dO: t il doit d re


I _I~Lb-L -Pslsslls~eL*IIC--~F-- ----~


ticr tout lu" r-m de partialitique p-utrait clever MUis, d'apr!s ces principles avdu6s par !a faine
(ostre nmci la demarclhe que j vais fire. Je declare raifon comiitrnt peut oi vous propoler de vcus
qe 'e n:,ii I'i.t intret direct ni indirect dans' carter des, forms conflitut'idnelles dmas !a lma-
10i.e d'Ay.m.i .. iee mnintena.t foii.rife a votre d',ib rtioron ?
'... ,o ei. 11 tve petit s'en priLniter de pi- < imrmw.e cJ
)releco.eill. cettail iefint tout ce qui .,i i 1r le E Ctiot' e vte .
c.. F.',r. Pidfile trmaintcnez la parole aceli colleges t la fouve amtd ,I- Feuplpe, incite de
i'quevol i'a. 2.iaccoidde. v"ot, p it t exm.n.n .I piusi cvere et I'act j iii a 1.
S. G l lcr;;.ualcul( : ce (olt !-a prop: e neit dr.s qt.,:l-
le .',t. TJao rappelle ai C etzel que la parole tions d'Erat qui doivent :ire t aites avec Lh Yp us
nLll pui,, I li.. grande lbL.g;.j:3.
./a.,'i. Je r'pete que ie'n'ai aucun'irt'rt danm Et, d'autrt, part, comment, apres avoir !aiiIe
cnit'tf'ir~ je n'ai point Ihonnetird'av6ir d'd6nig:6 tranq.uiesIment. finger ac milisu 'd veus pendant
dans I famille. plus de dcux mois, les citoyerns dont on deman.e
l .... aujourd'hur i',puft:lfinn, peut-on venir autjoiu hi i
P!uii.-ur mer.bres felevent en cr.ant. vous,'i .Pl'r li, de,.it d'urgence pour leschalaei
P.u-sd. QOn d6fsnd les 'houans a cette tribune ; a 'p- s vrite, come fi le fliUt '-e hEtat fn do-
je diia.i.1JL e tiopiinait foit cenfur&. pendait,. et que la Republique (ll perdue s'ils y
demeur.-ient rne ed6cade de plus ?
-raqJ.. C'eft ap.-uy6 ; president, inettez aux 'U- I -p1ii i'i.ar.id ~i fiiguli4rcment embarrafk
Vo0! ..i. pour expliqt:er une p Ireil!e co'duir& pour alier
L' ...,.-~J'.,irr, r.I ,l ',pi, i : e dt t .oollefe .avc tant d'aideur-et de-pr;e.i-
Le i pi, -Y ;auIr I;$r.yptlPopi en s 1 It 1tlOtn.
.li.c ;.i i; a u ir 1 '; r .,t q br i. A p qu fut de m on -de cetre fance des citoyens qu on veut exclure,
Virdart .,re uil eit ftin f(aphrafl pour en con- on pourrair, tur ce motif, pal:ier la refolution
Efti tL v.,sb', fen t cm 16 ens du preier root i'urgeuce. MaLi, nous ouvons le dire, qyoiquit.
it lvi '' t ra fouvl de tel on tel autre. Poeu- va'tfi mieux doe lea .er dire d'autitos deptis
ir, l'.limaut vi-t.il vous die qu'il n'a voulu fare notre ifiaton nous novs fmisnes p e:st
qulsncr,.ua:vk iro.le" rendre tous le 'dtcrets qua les circonfllancew ort
Uwd lirait. Pr6fi.ent, 'rerf:rin'z-vous da-.s yes parm exigcr; et ce n'eft pas I'cpinion dans Lquelie
foictuns, et n'ex~liquez point les intoitions des on pgurrait fupporer les memnbrts qu'on veitc ex-
oprs c,' lure, qui a dirge nos dA:1b:-ra.tins.
'- Airfn, e; la gravit:6 du fiet, et le non p&ril
Let'me- fe r -tablit. 'oppoleint egIimenit a h d-ci.r:ation d'urgence i ,
M. iviif.. Le pt fi lent a devin6 p enfie et e on ne p.ut en anttrbar Is proposition qtl'a
c'tItiirne manitrr irtique habitudee 'n ne ol nnous fomitns d'en reidre clulquet
S i our de ferb'abr h iv. :__.-"- -' c- titr e drts ure
-cetal.e 1-ilroiance, iile inadvertance .da' 1:e.1 .
Claaod. On ne plaifaite pas comme ca. A cet g'rd.
Mti c'ed pr4cif'Sment oe noivele raifon et
.ili'r.,,. J'l.,, alni-r que, loin qu'on piffo e une ra.on nifrajeure -pou re;eter cette u gaone
I'accutir d'a-.'o: partag6 Iopiiion d'Aym6, j'ai, dar.s a queftiii q no us eft Ioumiie aujour h.iij
s iqju.iita de pr- fiuent dte Vaffem'o'e prinmairic de et il peut .re her.-iix qi lYe fe foit ptf:nt- e
.. on caron fait un difcours pour initer nies 4das, cette forme pour rom ire enfi a ceztt'naiuvaire
roniiyens i accepter les ddciets des et 1' lihabitude.
flucuiis. Apts cetUo d6claataion, puis-je con- Si nous laifflons dchapper ccttre occfion fivo-
uer?. rableI l'(xtenttion d-itrui a irfesnfiibemr _la :i 1-,
th-jtrs votx.- Sansdiffcuhe.-t iflt" eliie e l de Ia fji quo la conftitunion
Ia feutinent toieree pour qiidqle cas preflans f.-ra
daiio-. J, voterais avec plaifir.pour l'urgence-, ntinlber en delfuetrie, abolira celle qu'elie a pref-
1it u it.i quIlhon d'adtiettre dais votre f-!in des crite panr toun !es as orii::aires.
putes do PeiplY; niais s'il agit an contraire 4'en C'fl ce qii eft active dans ha prnmi.ere affemble
tcuclue iti.vurs citoyeti qui depu.s votre i f.lM- dgiamve ; ct c'et ce ua .n penu., fans t-oo de
Y"iiinre-.plielint conjointenment avec vous les pr6voyance, -ra;indc de voir arriver er'coe danm
,.on"u a ugullts atixqualles la confiaUcedu Peupie t ree Natioi qni, a mille qualirhs, alie i'nc1 vivacitd
esaappclas *et ua enthoittf.,'a- o.ie!quefois t -nulibles. Je
11a"6t de pronncer cette exclusion dans cette vote pour le ijec de ia, declaration d'urgence.
trconiftance terrible, o lexercice feul qu'lls ot
7i2ekui tonttir'is les aii j.ttit lapeme !a pls G rar, delo' !ide, fe prfeate A Y l'auniie avec-
,e pPuw de loi,;. citoyiens; cell du banniilemnte un diflou;s dcrit.
.t memn Pattle qui les avait hotsores de fon ilPheurs membrcs. Aux voix Purgence.
l 9gt,ehfin, de flatter fur les effects d'ine no- Le co.f-ilt reconniAt 'urgence.
1innstn t.iIr or le P;iuple ,deo favor ft e'll coo-
.redpnte. l' le P n de avoir elleccrai-d, Je domnvde q'il fit Frm une commif-
S. t befoin de I'attache de quelq'ut fin pour examiner la tefolution.
it41i r10,e ipuiffe, en fulper.4e ie titre et- Grad, de /'Audc. Je demand A parlor contr'.
I' '.. .. '. = ,ce t a h ro p o fi -ioM '
flen t-n t mot dfe prononcer fur les confd- cette.
Qen~"s du droit le plts eflrntivl de la fonvevai- Qades memt,'es. Atix voix la rfo!ntion.
d., or du feut .nta qii un grand Peup!e
'uffe' ir Cr i eul in u grad -eupe i Lnriinais. Oui, detruifons 1a coutAitution for le
EIle, ,i J tIt1
t n v propofe de ftuer fir ces ief- champ. ,,
'r6,s l f e t exp6ditive et coiniodo de d e r e emande la parole pour etaba Ma
a iis qUeAl cas vois rfovercz-vous done Que:le que foit 1'olinion d(I canfei, fur la r.1fo-
P")t le 0 ,fotrnes que b confiirution prefcri lution prlenteer i! eft d;une ncefine indtl enib'e
i me commn et ordinaires fi vons de 0ne:hrine nine. in m is.t[ in, pour e'exgminer : antun
R Sd4ans celui-C? D.i -.cs que9U ci.co ac. de uti $'eit prlpar6 at irfqti'il s'tI agi d'xcm:e










Cetre t td'uimn trofiemee rcaion .pourrilt n'dtre pas fu tvio n f|S ,: *r.ntpart leloisde ton l
Cee organatn t fyae g4 Ios er. e do to s J pys.
.k ineos en font tl f n( y(.n. S it eit 6t6 permns la cominmjffion, dit le rap- Un 1 iciebre de cette Aftemabl4 e vous 'a i
L'ot ,tnifatiun des tribunaux civi's eft fondue fur porter, de fe reporter aan terns o IT acte colift- dit, et 'avec vriOte e fermier ne pai- re n
anutres bafes, comine ayant un but ditefint (ti) tutionnlel a t6 m6 dite de fe placer en idWe au I nature., i fe joue des actions f erieCes COntb T
- 1F y ar un tribunal civil par d6partement; i eit e tan de fes fondateurs, elle eft pu rencontrer 11 traitie la coi.eflation en laongtu i io,
cormpe de vii.gt juges au moins ur comiiffaire iuesunes des grandes confid6rations qui out t;iburitux par des fuppofitioas et des fubtiliat ea
et Urgde vit.gt judes au moires 4jut coiemiffaiire
et d ungreffier.*, di article de laconllitution conaiire 1'6ta- lives; it en obtient des jukaes qui 1Pautdlr
(z) Le tribunal dcvl fe divif en fictions; e c bliftnent de la troifieme fection qu'on propose tout payer en affiguats. Pls fouent encore
lion ne peut jugcr au-deflfus de cinq juges. e tribune imnel du dpremen de la proptare eft das ui ce d le
Arr6.oons-ious ii poor remarquer les principales Seine. frais, de fes juites pourfuites foit devat Ie
dillinctions que la conflitution a tabless entire ces tle rappelleraij le souvenir de ces extensions, ,bun tx de premiere 1ofItce f it dev At it
liux craatiorns. d v
a:ixt creations. de ces fubdivifions, de ces mutiplications de jugcs unal dMtpel; il e( furc61 de d6vorer diiu
Da i l'one, qudes cta poir objenst de protncer fr et de factions de jtigz s.; elle conduirait a redouter funefte fence fa mifere et fon dfefpoir.
la vie et r hotone des citoyens, tout eft liuit hifis betucop plus Iacc6&ration des forces judiciaires,
circonfilrit; tou les dmens fonu t clc s h s ue leurs entersr; elle ferait voir a combien da La fe d a
r Xpprocli rpalancolnfftutionm6me: tienn'eftlaiLe afig~ers eutr doin6 lieu la faculty indefinie le cr er L fe d
aux circonitant.es, aux localitis, aux befoins reels des jages crimiinels i dans ce moment, vous eut-elle I -. B. Dans la fian'- du 20, Andr6 DUunt
.ou al6egues. dit, vous feriez raffurbs fur Petet de laiqui Bore, Bodin, Chifef, Madier en
Dans fautre, qut n'cft Clue qu' prqonncer crderait une troifieme fiction ; ceux qui lde.Iai- tenttus fir le ptroet peatt part Puons do V "n
ftr deo inti r 6ts pnves, qui-tpeiut tre fuppi.eee par de nt, V'ot enen vue ue d'accd rer le j;gVment I .. ... l s due
1'arbitraRe 'par kcs tianfactions., par les conven- des d-tenus. Le'confeil, qui a pris cette dmarnide La i.fcui.on a 6t6 fetnee; et le project ao.t
lions la onfli.ution borre fon foin a placer leur en cotfidration ne vent que feconder des vues aa prefqu'unani mit maintiernt la 1oi du 9 floai
conservation dans le nouibre de fes principles ; et loaibl s i vou ne vouirezvous-urimes que donner relative aux pFres et meres des (migrds.
cette'conrervaion d6pendra do la defenfe qu'elle an tribunal uner trnihe plus active pour le bien des
faith de diminuerle nonbte des juges' au-delious du ju-ficiab!es'; les Jues .ui feraieur nomms, rpn- ---
minimum par Aite fix. Pour le r ite, elle abaddonne draient parfaitermeit avos vues.
tout,,f)italaloi foit aux judges. Vous f.i. idtfor6se pour le moment p6efent; l...\ arts. .
*Dans :a premiere point de librt p, pas m11 e &d le fericz-vous potr Vavenir d3is les prcnmiers jors
potfibilit6 de fe divifer en fiction. de l'exiflene de la conftirttion ? Vous ni'autriz COSTUMES des repr6fentans du Peuptle, meir.
Dans h feconndee cette division eft prF:ire ~..is q.. n trioun. l :iip,ta. ma, s qmui rpoindra bres des dAuic con feis du corps l6giflatif, 4u puu.
fo-a la few!e condition d' figab pour chique f2ct'on. A cecte conicion ie EfiT, apres ? re arta hI 1 dlnmontrer que la m-fehers d'Etat hauffiers et aUtres'ftonctioniO;t
tribunal civil cormbinera, commee il le voudra, f rfolution eft incuolirution e le, qu'eile eft im- p.tPc.s, &-. graves par le citoyen .Labrquff,
division en fiction. praticable, qu'elle eft fibve five ce routes ls lois, artte de Bordeaux, et colors avec le plus gr.d
i4appro h ans un troifieme genre d'orgiaif.ition Ie rapuor`-;u.r termine par ces ot -o prs d'p s .s idliuiCs r'.xin -cipfispar le
celui du trhrlaide call.it:o:i.. S'i t actueilament per nis de confiderer les miirotle de lintetieur au citoyen Gtli -Sain.
Pour cmiui-ci le piincipe de conservation ne devait far. quii' ont pre.fent6s pour fire fantir la nt Sauvt. S vn :n
plus k:re la tie.ne' qm, point ls tribunaux civils : cit d'ure pareille mefure, nous irons, fas s Chaque figure egt acemrpag6e d'un teie hill.
c'enait d'agmevtaoiou de fr. mer bres qu'il con ,- chercher attenuer ces fails, qli I no- folrt pas A t que. ,
veniut de prevoir et d'par:ter : c'6tait on re- tels qt'on foit r duir dui ferprer de la march i, L'ouvrage complete grand i -.8 'par:ra vers '
nouvelemetnt annual par parties qu'il fallAitc o- fi ;,udiiiure. In ie m ; vofe ; ii coit ea eo al'gnats 6o liv. fOinc
donner. T- .... -- I reofte d'Autres moyens pernis a employer.- !de port ; t f tro~ve.a_ Pat, chiez.Deroy, li-
leprenuon... "- [' C~elui de multiplier momentandment les fee- brare, r cio uC1mctiere-Andr.:.s Artt..ito,
$S la conflttuian s'en frt tihue a la premiere t:o.s. expfalt avec cxactirtde le oitai.' nio,
patne de fonr article 4; : It eft compole ( iO Celim dk'igmenter le nombre des d&recteurs du ve`?ix qile Ia loi pr crit a cheque ftnctlonnaira
tribunal crdmnel ) d'ii prhfiaent &c. et que ,jury d'accufation et des juges civil qui f rolt p'ub!lc ,en accutuiirnt Ioeil a I -s ilthlii ur pi0on.
la question que ncus difcutons fa fuc pr6fenrei, charges de ces fonetions.. t, mnt par leurs diff-renm aract&es ext(rieurs, ce
je ne veux point dire ici quelle ferait ou devrait Le zele dos juges f.ipplera, nous ne femmes reciteil dtvicet uwile a tous 1. s citnyeis--' 1, ntoe
-eaue nla-dch.ian ,- mas-je_ veux coier erquo ioa_ feco.irs qu saendiaint de nous, m- s m ine i *elfir. iment ,ir i Ii' lion. ri la :oj
aurait un tafe champ ouvert aox confideratio.s: e a confittuion et les principal nous dfe.enT.t, rImaine a io .v. <..E i. b ,'rtnihouifie J.i
la contitietion dirait-on a laiTl, une lacune; fes ieo leu accorded s jeunes cens pi,,ur tle Peupie uiomri-i, la ,vue det "
rite'urs n',at pas fixc lejprs regards far /'t-. I commiiifon penfe que vous davez dice que le .colihmes fr..ius ne pourra que ilipl.r leur amen
zzenfe population de ce dparteme fur fa ,pofitt co',il ne pet adopter. a rcfpect des lois et de ceux q ii n font l
particuliee far la quanetia prodigieufe d affares im- L or .g:r.s.
portantes qui s'y prfenatert' iabitiuclcment at con'am.- Le confel ordonne I'impreflion de ce rapport
melt, et ajourne la difcuffion. -- ---. _
Eh bien, les rldacteurs de la conflitiuton les La f iance eft lev6e. ,,
im.mbres de la Convcrtion qui Port difcutre l La l ance e 1e Paement .e retien a:* wnal. ,
Convention eoniere qii J'a pr6:entee alt People
r2-?.is, oiat vu tout cola, iis tin ont et: fappes, CONSEIL DES CINQ CEN TS. Le psieninnt des parries de entes v.cre n '
et ius yoont en gard. 'ande chue au ir germinal an r i' pu. rl
Mais comment ? s AN c 1 6 N V os t6to: out avOlc fiiurvie, d.pofle. dans les quars
En accomInio'ia:t a.:x principes requs la fcu;e b .e(Xh e !a !!qui;tl'iio avant le I'" vendimuie,
exceptions qui fi1( admi'ib le. Riiouet ptefen:e un project de r6fohltion rcl.tif a ; lct clv,'t jutI'Iu.In )" '6oo.1.
ly-a 6ias ledpa:t-ement do aSine un vice- akx changemens- faire au-code-hypothlcaite.-- L paiememnt des m!=ecs parties du n* 164
pri6idt, uit fublitutii de 1 ac.ufaateur public. eot ahentepulis ie 2 fri ire an 4:
Ce tribunAd eft drivif en deux fections; bhitt Le confeil en ordonne limpteffion et ';jour- 7 a lie
wnembres du tribunal civil y .t,-i.iks functionss nement. Ot p ,c auffi depais !a r rt aIfuSi 00,o d
de judges. D;foi, fur le rf lie np s de Ie r-e di i al
Voil ce qu'a prohlit, il y a qudques .i. Difuon fur le r$flemet des baux.
I'examen le pirs rsflchi de tout ce qu'd 6tait pot.- Mrilhe. Depuis long-te ignition puiqurs m de fan
fible d'accoder a une population plus nombreufe, eleD lo-rmt Iinii Lzpa em6nt du second metfre de an m
a une pofition plus propre i devenir le refupe ,.es pot f s terbel ox .ca&. I rxfi jrio a r? P ? d second s viAeres fur phiie tnd i
Atres immorauix au nonabre jous grau4 id'affaites leuts bux. l. parties Ae+ renates viaeres fur plufieurs rtcs I3
ri y pfn. be lus Lran daaes l rapporteur de la commiffion attaque la 'ei- avec f tvie d6pofdes ns lquare urea;l 4
Au lieu ed'pe feule fection c d'iin tribunal thnit6 de ceote mefure ; il allkgue d'ailleuis contra lioidation avant le i' vyndtmiaire a- n
conpofl d'on feul prfident, d'un f2ui accutateur else les incoi vi ens les p us graves. ouvert jqu'au nL e12,000.
public, de o .'tatre juges, la conflitotion a voulu ,2Je rparleral point des baux des maifon,. Le tr- Le 5aiement de. nemee parties des oct A Wt
qu'il y )ed d.ns ; ce dep rtn.ct ctux fctio s. teau tdes dangers attache a le fi;iatioa m'a for- e i vert depuis le y frimire an 4
Ici fe pr6fe:te ue qitueltion incident. tement tapp e ny vois p s de r6or.fe.
En accordant au d:parrcnment de la Seine une Je ne conbtts leI fyllme+-du rapporteur que re!a- Care d'efcompte.(
feconde fection, Ia constitution a-t-eloe entendue tivernent aux fermesrturates. ,. ....
qu'il n-y en c- qre de1 ? 11 pretend que la rfiliation de ces baux ferait i res cra-ciers et ctionlAirk's dO Ici -d
1Ouacnrt.re,n -t-eIIle-faotqedo:,ner'exem- Jue, et qu'elle dimoraliferait les trinfactions fo- caiffe ifcomTte portetur de r.i;latds tilcrl
p'e d'u:o exception a fa prenmere parties de '- cte.. troifirmc etat, et qui onit t6 o, C .s
ticle :at~, et laiffir par J la fact:elr d'imi er cot Mlds les ferniiers ont-ils ex6cutr, ex6cutent-is i.dix hvit premiers i tats parties, drs op
example +i les circonfances l'exigeaientn? le trancGtions qu'ils ont paffdes avec les proprie- r~eifion peuvent recevoir los Irrls s,6rs I +,
ki lc rapporteur fxit connatrre les raifinnemens taes ? .... r foi perp"tuesu, de Ia flonIe pr tI Il
qui ont guniA l. commiffion daas fes rehdwrches ; S nous fuppofonsla valeur du quintal do bled porn6e dans lefiits ccrttfisats. ;,
elle a penfe quil erit contraire i la conriftution po:-tee A ,oooliv. affignat nous refterops mant- Le patiemr.nt det fix derniers moi de I's
d'ajouter une troificme fection ait tribunal criminal hcurenfcment bien au-deflous de la vbrit6 : eh des crances ci-deffuis nonc6ts, a ien por
du dpartement de la Stine. Pour rsitiver cette b~en dans cettoe htothefe m n, le fermier, avc f:iaire an 4 favor, quant ai siP;r
opinion, le rapporuir cire divers paffgzs de I'apte quatre quiaux d led cqitteu on bai de ,ooo le ihut tats, et quant au perpetue p
conitiuttiomnel. yiv. ; iit ct r6out lib r6 envers le propri6taite et hpit premiers .trat ? .,.; l i
La comnwmifin a penf6 aufli que cette creation pfine a-t-elrempli la deux centieme parties de fes Oa fra averti war de nouieaux an r
......II_ ;c gagemenis. o de3 nuros fubfdqueins. f"
Sil 'y plus de contract, i n'y a plus d'affociatlon,' On trfuvera, da2 i Ia le dot 6m d lei
() Artie 216. quand tout I'avantage a pafl~ d'un c6t6 et Ia rtune dae afs irf indic.jatrite ds bureau,
(2) Article z2. de I'autre : ilnlie refle tout au plus qu'une affocia- faudra t'adrefflr.

I'blonncrcort.fe fair Iaris, rue e'cs Voitteviins, i i?'. re pr; weft e astoliv. pour troois ioi, tant pour Paris oae pour les d6partemens. On ne fsg.utltti mr041 f
cmieti de u c tIu n mtois, et fculement pour trois mois. Leux qui pr6ftreront payer en xnutmraite enverrKn't 12o liv. pour t'anwne enjiere, l' PliV- p
30 liv. Pour trois n'ots. t 1
11 falni ab etlt les k prys Cttra.tnr. ronMqi t ,o ris cdit/ytre ATry dirmeteur e fioirpnal *re ndts Ponet~ies, ndo i t. 11 faut cprcdrt dans leItc Cv
pavS oft Von nnr pent aftr-nchir. L.s lIttres des dCpartenwns, in lll,.n, ti, ie ferontpas retires de la rofte. l dc r( s
11 taint avoirt foin pour plus de lreter, ce charger ceclles ti reiermfenot des valeuri, ct adrefier tou ce qui concern la i;jaction de la feuille au
L'ab6nnenient poutl ks pays tilangerk, conquis ou reitis, doic etle payk en tuxnraire 3cette condition eft de rigueur.
_________________.___.________________________________________________________________________, Iu~mu_. -i~-1" -""" 1 1*11'**"*"1"*" ^J'


~rrr~c~ L -- -- dl I~_C- ~7r~-~7









'GAZETTE NATIONAL, ou LE MONITEUR UNIV2RSEL.


S1 Duoi 2,2. L, I .a 4 I slas R'Ypiliies Fra.jip f ansc e indivifids. ( m. iz janver I76 -s j y )

Les Franclis ont A Voltri tin corps d'envirorf fi fMrs d'y r6uffir, que letrs oildats et iours mnatelet
P L T I U E. 12oohommes. avaient d'ja en imagination 'reop i leIrs pothes
-i r .I Les Franqais vietnient de s'emparer ici d'une cha- des trefirs de c tcte capital. de
SE loupe, de deux olficiers, Ot de quelques matelots Suivant honorable mnembre, la declaration de
0 anglais envoy6s'dais co port par na vailtea de la guee fae pait les Frarqis ne prove point qu'ils
.. mme Nation. foient les aggrcITurs; Ls doute, il eft poffible
/'" "} .. que l'aggreftiop ne vienwn pas dn premier qui dd-
afrsie le 5 ddcembre. Le batiment anglais s'eftren-iht Genes pour r6- dare la guerre ; mais ce principle ell-il vr.i dans
clamer centre la prife de f thaloupe ; i a nienac6 les citconflancets prefentes ? Le Frantqais ne 1e font-
mi- I "", unchlitz, et le ggn6ral de Genes d'un nouveatublocus; et. e e fet, queitq-es its pas rendus coupaIllb. d'un ggrethIA.n qui navait
vat, v nnt ,de prendre poflATion de cette navires qui s%'y rendaient ont .dejA 6t, forc6 de etd provoquee en ien pluti .u:s mins avant la d-
ca* i u im ot "a F "-- Gi.lauime. rebrouffer chemn. ara:ion de guerro; je veux dire A i poque-dq
Rhant!i V de Viat (vic. a p;fi 1aM. de Buchol-z i. i. i.e du duc sle Bruinftt'iik e de rcele de unos
'neiat'le dais liquelle il IJillitre les bont iUt roi A N G L E T E R t. E. aimb.l.,.1, i,. UIs ne fe doonerent pas ivem e la pine
S d dii,.Aueir Ituts vue,: hoftiles centre la confti-
CrCete r:r hmtblf adlrffe a &te allez bien ac- Dibats die P,'lc'n'-t. Chzambr des station britainniqie. n pritendit ndanniinsque nout
tolthe. ", C.o mtttltcsi ,, potivions ngocier. Eh t-iir:n.! nous ncgocmams ;
S.aftere.... ., ab w;tius a qudi cela fervit-il ? Quile i.tip.dt ti-,n
L'oigIiflation des D;fci tferes, ab"is pa. le donnetent-is au f.meux dcrer du 19 novenbre ?
ni rile BtCl,,io'deni, fera confeive jufquan Suite de la fiance da 9 dicembrc. Is ne .s'imifceraient dans les affes ir toru-re$
So de m.rs ito-liain. d'u;.cu ipavs, except de celui t 1ula voloit. g.enAile
pri Rpnin, gouverer- g ral de ous e Dundas. fe trouvranit p'ut ia.cee conitr. e C .',tvc-r,,- h -t,
': i; iea d'apn s oordre 'e C their: n o.. et aol la majority lgs;arait invites de leur j.retcr
,Li'ri,: tre re a. Polonaes Inei onut Mis pour reverir Al'obi.eotion, j'en appel!e fecours.
It divi ,ia, q. mimoire de chacun d,.s membres: toutrce pays .
h--- .. ..... ..i,.- cat .. n' am6moitt ps d 6hacans de frieubrs tout me pa s r Maiis cette p4tendte majorited, quels en feraient
ShI s~ nc rprtaf n Uti t"noiaLt' ctermiD6c de e n' tterdai?-il pt s,.das do f nreeafes ailarino' los r4- esJumes ? le ratqa-s- V1- a ila r~ponfn ou 1 & 6-
chi ne e'ra foir ui no er. nd de futats que povaient praduire les fucc& des Frai- flesjuget q eos obrnmes Voila rde egocitionse qe-
fi.t IL lneterrible imais tot i n e pr i. ds tr fors des reibources, Ct n' e- nus nbi entne pt des negocations qur.
k.1 PHp-..S qti iaifleoit &ehapper Voui...rii< talMl. x e la rn;ine et des ports de la Hotlande? Oa i e j c On6ti pas en vetlt6 l pImne dntamer.
jirj.mr.kurlibe.e. : diceutait pva, comme on le fiit a.tjuld'h-!i, pour Ii ne me rlt-e pins a prefenrer Ia cha'mibre qUe
'. favor s'i tf.llaic diarnumer le nomb:e de nos forces ; in,*s > -xionis fur deux points. Jai cru voir trop
S U E E. I'toi r~gnait partout, ta'es de (. roy.:ni talent. et prsis A la prayer rd-lativement A la paix ;o et effet, il n'y a aucune
r- l, le .r v.:.i laCLtaire, domt je rcnds grace al ci-A f.- promeiff de pa-ik mm n date dans le rnm.ilagL de fa
Stockholri le z o decembre. ti., :,,,, r, puffq'te too rtfi.ttt a 6td a ette majeid. It no faut pas lai fire dire plus qu'ii nd
mentation de notre marine N..i nous a' ris A di re icment ; itl l baiue a ?n-o:icer la difpuli-i
N Ok vient de' conduire a Gottenbotrgs plufnf:rs Yabi d tout da.ger. Qa..nd j,ine f,-rs du mor de lion de rt ego4cr des tondit :os hoarorables oc
4ompliL, ie d'Annfled,_ condati'esi li .t1.;;,- f ayur,_ jeentReids pointt parler- de cet, s-lAahe avatagAutes. .- -- --
t, l~pn, pout de 11 etre cuduimts a i e Saint- tiay iit qui eragendre lt defefpoir et t:ne foum f(ion Iim'a paru idifpenfable de m'expliquer lur cet
iEh:ie mi, dans ids. Indes occidentales.; nlun tame, nmais ces alarms qu'uie g-ande Nation aricle, pour iter i'aicufattio d'v.ii : voulu trcm-
x, .-t. aie e n i,, t f ifpeut fiatir et qit font ia.ir.-d, efforts gendreiix et per le People et !a chamnbra, fi nous dchitto!is dans
tex-rginffre tfrarais Saint-PrieWt, et fox Ws puifa;s, abirmts tout :i fi oppofees de cert- a pourfitie de 1'objet q.ri fait le but de nos vio i x
v"ot fe rendra a Peterbourg. terreur paniiq.e qui s'eft cmparde de toue la Holt i tous.
l. I ,, 1 d -T' ... I ..I ,


On allure qur le ci-dqvant .uc de Cl.nrtres
Itait ces jonrs-ci i, g,:ito danis cette capisale. I1 va,
it.on, trtendre dams les Etats Unis d'Ammique.
S L'ouragan qui a ddfold tune pavtie de 1IEurope a
fir i das nos mners des ravages horribls.
, 11 fe'trouve.encore 466 vaiiueaux danois en 6tat
" de fail dans les ports britanniques.

A : '^ EMA G N E.,

Trarbach, le am decemb -i

Is t articles de I'artnilice conc!u entree l!s g4-
itaix Chiitfiyt et Jourdan font death it v1:n11:t
jilhgeS. L's cantonniumens font rlpecoti''ve;: t
L- rrngds let Irtrs foi m -iin-IaNa-be
O. 'n s'cccupe cdu me.ne objet A i'armne du gin ral
ithegru. .
On regarded g6n6ralement cette trrve comme un
athkmineminnt a paix.
t ,
Le quarter general de Parm6e de Sambre et
Ti4iu, eit toujonrs A 3.Witi '..

E S P A GNWE.
. s', G N "* -

Madrid, h If diambrr.

L roi', la rine leur famille et le pr;e de la
PJ,( le duc d'A'cuda ) te difpofent A faiie un
vpFge Badajos, en Eltramadure. On retinquee
'14 depuis.le regue de Philippe V, cet venementr
.tns example.
Ue P.ric de la coitr refftra peniant ce voyage
I ranluez et i- faii ie ir. paifert enfuzt:e ti !-
.msi a;S4ville. 11 paric qu. le but du voyge A
ajos eti t de procurer a la family : roy ile une
Str"evilet v[ ,1a- reie deA Portugti, et la piutcEfle
Ducht,) file idn roi.
f. difr.i:e de M. de Valiz 'minifire de la
,' ine, (lar te nelft pas 1u i q i a d ean 4 f(a dd-
Lt,.iootnme on 1'avait anmnic6 ) a entrai.
4 t ~B o beaucoup de perfounnes i l cour.

ST A LI E.
.' Savowe, le zo ddcemnt-r,

tto, Rittcr, conm;f.ire du gouvernewmnt
sc e fii en ce m',,ent avec le g6iCr.ii en
tSceti, et les ge6udratx L.aha pe, Pigeon, &::.
ire franais5 atprs de note R4pubtique, le
t ,iiA, s'et e'cndu aupibs d'eux avec fon
Fro .


ina e.
Mais tair-cea 1 le terns et le moment fivorib!e
puir nigcier la paix ? Et y a-t-il aucuna u fjtce
de comparaifon ent'e notre situation d'a ors et
cetle qui e(xfte aujoiurd'hti ? A ceite epoque ,
d'apis les fuccs &tontans des armin6s franfiifes,
leur IUtpubhque pa:aflLit, ion)4e-eimeint inivifi-
be mais encore invinible. Si nons eullions fair ii
paix alors, 'qand mnime vous aurions obtenu des"
conditions fiiuportabl-s, dans tous lca 6.6nemens,
la France e6ic retenu fcrn pouvoir, et ce qui pieut-
etre 6eait encore plus fT i'orguei: que tli infpirait Les fucchs.
Les Autrichiens avaiet-ils remport6 lts avan-
tages qu'irs ont ob:enus depuis en repouffint V'en-
nelii ? Mainheim s'ktait-il renhdu avec une gunifQji
de 9000 homunrs ? L'objet de la Grand<-Jttagne
'6ait oiart entfercenct d'..inerer en, rr _n .7
certain fine de gout en emrnt, m os de redtrnir
fa puiffiace ati poi :t d\'btenir an miins tine henu-
reufe prtobibiliti qoe tous los t.a .te de paix fe-
rainet perinanens ; et pour rrouver qie inous avons
6choue dans tiore entreprife il f.rdrtait foutonir
que la France eti en quelque fortte dans lo mame
etat auquel je fais alufonn..
On a pr-tendst que nosop&rations avaient tA-
he tefes: je) conv'l.nt que toutes nos entreptiics
n'ont pas obtenu le tnl6,e 'fut-.et, mais je f.lu-
tiens qu'au'cune n'2 64t honteue ct q iv la guezre,
fi on la confidere focus tous les points de viue
et par rapport 3 P'ennefni q.!e nolus avions a com-
batuie, a 2t6 trs-glotiteure.
EH effect, le; trois paints don't tout home
d Etrt ~xc defir6 al commencemeat de la gaerre
de s'emparer foit en nrtre pouvoir; je venx
dire la Martinique le cap Saint-Nicolas et ,e cap do
Bonne-Efp6rance. De plus, nous avons obtenui
ce que nous n'avions pus tff-ctuer dans aucune
guerre, nous avons r&-C.flii a d6t:ire commerce
de uio're tiyple et iMuimer fa marine. Le tt&s-
honorab:e nmewbre a priten-i que ds l'anr.6a des-
niere, la d6treffe des Frapais ctair tel qu'i!s
Sotvaient &cre tthi-ayides de faile la paix, il me
,rffifa, pour convaincre Ia -thinibre que c'eft
la premiere fois q:e lus travqvs mo-trent des in-
teutions pacifiques, de rappeier le latgage uni-
foine tenu par la Converuon.
La declarAtion do gouvernement de France, a
'.poque otl il conclut la paix avec la Pruffe, eft
fitns Adute encore pSlfeate At la ,hambre. Le prin-
.ipal moti deo gouvcmnans d'alors pour faiie la
p-x -avec ce monarque, c'eft qui!s 'pouvaient
recueilir lets 'forces pour les tourter centree
P'A'g ene qu'i's tie m'namaient de rien mom,
qu' daneantir; car erfii Ia I ambre doit lef
rippeler qu'ils drclarertlt Aqie cette nouvelle
(arthags dcvait ere detu'ite et qu'on ne pre-
tenje pas que ce fdt 11 feulement le language de
queiques exagT16s de la Convention toute la
Nat:in I'ententdait avec transport, et ils fe croyaient 1


-Jai encore a relever uie allertion de Phon rab'e
imabr,_,ac'eft cell e-par laque le-ila pr.tenaug ue
les miniIres repr6fentatent le danger que carfaiirnt
ici les focik6t6s feditieulte; commie plus on imoins
g ard ,felon que ceia cadrait avec ieurs arriere-per-
fees. J'av. us, pour ma part, quo le da:.ger d'au-
jowud'hui me paraikent imoins grands que c,,ux quio
ncus courioris a la fin de 179Z 5 et fti ron r:'enl de-
mande la railrn, mi repo ,: eitpr&e et bien fim-
p'' : cc n'elt pas que les f-ditieux aient .reionce :i
leurs princlpes, onu que leur noibre fait dmnni,.u,
mrnii c'eft que le peuopL s'aft heure::femen:r gueri dui
fatal engoumenerit qu'ii avait pris pour les p inc'pes
frat ais, ic'titqu le perpl.:, mioeux 6clair6 eftp.us
en gate contre les ma,.hi la.ioilns d; m3 initeniovI-
p6s i c'c'il ent .qule i g:vuverntlemet a di-eve 'es
digues c.apb:- cjontteni:. le torrent .u.--i.r
qi Ii".rtt '. tLb-rget totus tes princis dJ
-Jl.- : d i ai>. er-de'-fociaeilit
J.J terminie par de ,icfires f6licirations A: la
thi inbre it au, P-upeI .1.; i ai d.:- .to q e ices
a leur courage peri6v6rman, nous fotrines arrives
at, point d'df,&ierone pipas- 6galement. adrnitiifrlo
pour la idreth et ihomnneur national.
L'nttendement da M. Sheridan a 6t6 rejettd.


REPUBLIC U E


Paris, ne i5 nv/fi'.

Le mi;iftre de la guerre aux gi'nraux en cheff, aui
S '......- de divifiRn c command n aIux comfn.,;,!res-
vrdq'natcurs ea che, e cot omnmifaiies-ordontnavtcs do
div;jions mdilitaies.

Le jour eft arrive, citoyeos, ,t tons le, abus
doivent crfler. Afflz et trop lorg-rems l's dilai'i-
d.tiois hmntemes out pef btur tois les points de
l'a R6prb.iue :- cet opp..-obr ,ren a do plus de-b t-
not r tie Nan.tin libre. Bi-ntrti un roinvel or:-c da
*h If s vt4ommenticev, biernto-; 'es n..aii les,e-
,iers vott s'ouvrir; bimi let ri. lAe h ti.t de ica 1atOrO
fortiront des reonits o01 'a cu;:iditii lc ernl'ora e wt
lAs cache i et l'*g",irmne furvci'e, tertiff c fenduc
impuifl a.r, r e p-)ura plus dVrrve fr fri la fici&t` les
maux ilcalcutlbls s, les bIigandags journaiie's qu'il
pr,'d itt.
Pour parvenir, cioyens, A: ce but faitaire,
pur re'rplir '' hs bilantes di'flines poromiles, an-
orinces a la F.ance par la gioir; dJe fes ar:n-s il
fAut que 1kord-e er i'6economie rp'i.n- t exclufiv.e-
ment fur tout:s les branchds de l'.miniitIraiorn de
cette vai e 116ptbliq'e; i faut qoe l'amr-ur prto-
fond amouror incorrnptib e le !a PAtue, I dae
tbutev, les ames l6ectrife toutes le]v pcnCe j mine furtoute; lei affections; il taut quetort F a: Ais
re 0o(e a 1'efpoir decevant, A illi'iuor, Jangeremie,
que (-"bin p-ett s'oprmr fans qu'il es coute quelque
rfacilice. ** r


zzz;-.;


FRAN AIS E.






448
Citoyens ,,)o voIus tifi.its ci-joint les inen qu'elle deviendrait le ilu de agriculture, diI Goupillean de Motadgu, Le contract de ho
tions immnuables diu directoire executif : it rdoiiie comm -rce, de tous les rts. peut fr former lals lt concurs di iu hle
au nomn de la loi moi, j'obis.: acco!pitflz donc Etmnoi, je dis que tons ces argumens fe r6tor- du cofentemet des paities contractnte et 'ue.
fans dalai ce qu'il vous command par rmoai or- quent naturellement et avec le plus grand avan- prix convene entire elles. Lorfque les r t eGtP
gane. tage en favour de >i redfii4tion. t trait avec leurs fcrmeiers
Le gouvernement eft itliruit qu'une fou!e L'Uffignat a faith la r6voluition et la revolution a en argent, is out cahlul6 lPargIent au tt uns
d'hommes Ians capacity fans morale plans tout f.it-pour les farmiers. Qu'dnt-uis rfit pour il. alt alor, et oat cru trover dans Uquel
principes rangers a 1%~mour de leur pays, i a la .ffiglnat ? qu'oit.ils fait pour la revolution ? Its tfipul6 la ifte repr6fentatiob' .. ce a 1 errle
fihicite publique occupant des emplois impor- meprifet;t I'liun, iis calomnient Pautre devait leur rendre. q 'ie ~ fords
tans. Pour ces homines ia, tout m6tnagemt nt ferait Qudl ufage ont-ils fait de leurs novelles richeffes ? La baiffe exceffive des aignats a .dand" c
un crime, touted cor.fid6raionr efl.defeadue; its Leuits fibres fouffraient, les ont-ils foulag6s? ies conibnaifuis et le pzoptri6ta e n trang ces
doiveirt mtre roform6s irr6vocablement: la Patie villes nianquaient de t-Out, les a-t onil vus accoulir danris le fcrmig-:cov'nu (uli'ne bin l
qu'ils outragent ne leur doit rien. leur fecours? Le gouvernemnent dans fes folli'-i- pre!tntatin de Ia valeur (tipul.
Le g-uvernement fait encore qu'un grand nombre tudes leur a demandI des g'rns, q'o'nt-ils se- Si o fuivait Ies (,i tiquigoerinent les
de jeunes g,ens dent 1'aga marque la place dans les pow.du ? comment ont-ils trait avec ies agents des vent;ons des homnmes, et ls baus a fertm en
tangs des dtfenfeurs de la Patrie, entravent la fiubliflances ? comment ont ils vend aux t ,v-, ticulier, it faudiit dire' qite 9'exiftat nllr"t
march des aff.ires encombrent les bureaux, aux l-res do familie, au2 propi taies rmemeTe prix d.ans la location les baux -ont-;uk i I
ruinent le fife public par lenr inutile et codrtenuf leurs fermes,, qui, tnus les ours, vneldaient ui droit. Le corps g'ngltif, en lesde"' d t piea
multiplicit.5; q.e la fuppreflion ordonnie tombeza meuble, uneharde fouverkt n6cetlaire, pour nepas ferait donc lue conacretr tn principle conf
particuli6remeit fur eux. voir p6rir de faimi mors f mmes et leurs enifan3 ? toutes les ,lois far ette i,0i1e. '-,I
Et vous., amans fi.elles de la liberty, defenfeurs. Entrez dans la maifon ddabree dt renter, dils Mais, ds.raifons politiques. des corfi 0 '''
des droits du Peuple, fortiens du gouvernemeEt 1'atelier tde h'artiftn dans la tchamiare du villa- puilianies peuvenjt n16 lCr pout hi lt
republican, fi lai r forme vous atteignait, tie geois 3 interrpgez cetto fouled inimenfe do mn heur Pippiication de votre voix ne fafle pas entendre des plaintes etodes reux: leurs rdponfes vous front fr6mir d'indigna- g.;uerate qui arnulierait au n.6ne ifiie angt t er
cris do douleur, qu'elle r.fonne feu!ement I'ac- tionct de pitie. baux a ferneJ, pedt-avti;une reacSion dee
cent de vos befoins; et, fenfible I f6r a expreflion En frappant les fermiers par la rgfi:iation des futrlagriculture el'e putcnuire i la reproductl *
touchante je minagerai an directoire le bonhaur baux, vous ne fiapperez pint, ou bien l6gere- de notre fol, qu'il f.iudraitdotblera s'ileft-loftijb?
de vous cotifoler de reparer; les maux don't vous ment les mains qui cultivent la terre. II n'y a loin de courier le hazard de a diminuer.
atdriez momentan6merit & vous-plaindre. gueres dans chaque commune qu'un g os fermner L'inrt 6t des propri 5alres eux-ldms n
Jo vous invite done, Citoyens, a vous con- qui, cedant a 1orgueide fes nouvellcs rich ifas,. peut-etre pas ine mefure aulfi ;:ni.n e. N'eftldI
former firictement aux diffrens atiT&6s du direc- s'eft d6barraffe du fardeau de la culture en fuius- pofible d' ciaindre que les fetmiers ne tt:ivet
aoire. Alors ; et alors feulemet tout Ie bien adlmodiant A de petits cuitivateurs a 1ann6e les dans le belfin nime que Ies propritaires auraivt
pofllible, tout le bian qu:ili vetit, tout le bien que champs qu'd ne travalle plus ; et tandis qu'il no d'eux pour cltiver k urs teires, un ino.en do
le defire, s'p6r.era nautirelament et fans pine payait le propri6raire qu'en .iliggnats, itl 'a jamais leur inpcfi- de dures lois, et, 'ar minciirn
alirs comnme!:cerna pour la France cette existence manqu6 de Ifipuier, en nature, Ite prix de la fous- dont'la cupidiie et le fordide iitdret n'ont don't~
rdpublicaiue,.cettr.-rfitrdction national objet adamodiation. que trop d'exemples, ne s'approprient, a vil prix
de routes nos veilles et de tous nos voeuxn; alors Ainfi, ceux qui cu!tivent aujourd'houi, font les les ddpouilies enrierea des champs que leuas pro
Ja profp6rird, la grandeur de la Nation devien- petits laboureurs, les fous.fermiers les rn:dtayers. prietUires ne peuvent cu'tiver par sIx--r'nes.
dront la faite inevitable de nos triomphes, et m6me Voila les v6ritables infirmnens de la fortune publi- Ces pmlat.t s confi.erations parailhent devoi-
de nos ma hers. ,que ; voila ceux qui afont afEtire aux propriecai- fair re'eter iidae d'alnnuller, d'un feul coup, toul
AUBERT DUBAYET. res fi les baux font refilihs. Ies) bax exiflans, et de rendre A tous ks proprji
Le cornmmifaire-ordonnateur, ficre.aire lm du de- La refiliationne frappeta done pas le plus grand traires, com-ne,a tons Its fermiers i. f.c :t de
partemet de la guerre CHAUVET. nombre des citoyenia, elle tnatteinira que des mar- trailer fur donouvelles bales.
chands de fitbfitat.ces que des monopoleurs. Mais, fi le confeil dtetmin6 par des rairoi
.. Ele s'operera natureileament rapidement, et polritiques, emp che faction d'un principevrai-e
Armee de l Ouefl. Du 6 niv'e. fans, pour aMfi dire, rien changer a Vordre actuel "ui-memae, il ne fe croira janimis difpet d:"
S, des chores. jufle envers tos : il ne permettra pas que le d oj
LE chf de brigade Dubois, commandant a Cha- La rhfiliation ne nuira ni aux approvifionnemens facr6 de propridet foit violt pa.r la pii .alLp11 ~rfue
lains, a fairarreter la nuit dn 4 au y dans la cOm- publics on particuliers, ni au co-immerce ni ~ la la tale de r'venus qu'eprouve le Pr'rp.. r it
mune de Ban 'Eicouet, coimman~ant en fecond fortmne de-l'Etat el4 kleur f'vra au contrcaire trs- cherchcra les moyans les plus propres '.rtalbii'r i
de I armee de Charette ; I Epinais et Padrea, favurab e. balance qui doit exihr entire la ric m ,'rrf.;16iri;;o
Dubois, chef de la'divilion de Mathecoul; Rou- Plus vous multiptierez les concurrent, plus vous due au travail du cultivateur, et le prodit quetou
ze:um taide-de camp de-lc-hret-oe-et-chefde-la dirirntir.z r-l p.ix dcs lIbltilr.Ies.AiInfi lorfqi'en- propriitaire doiF treter de fon ha mp.
divon de Bois de Cenu; Pichautl officer do rfiliiant les baux, vous renveirez les proprideaires C'eft ce moyen que j'ai cherch6 et que je viens l
lartmne royale ; Rouzeau capitaine et une tren- en prffeflion de lears biens foit qu'ils cu!tivent foumettre a vos hnieres.
taine de cavalies. lis itaient liuuis dans cette eux-mnmei., foit quTs traitent avec les fou,-fer- D6ji citoyens reprafentans touhs de lha.M-
mlifiaired dpoiuvoir ex.cutif a f-it tra.inire de fifite rablement. les prop6etaires nc tormevontr pas de venus a leur fecours en ordonnant qu'ils teraient
ces rebu!!es deva.t une commnilion militaire ,-qui a ces ligues tyranniqucs, qui font pubkiquement la loi pays en nature de la moii6d de leurs fermags, et'
dil les juger le 8 de ce mois. dans les marches, e privativement dans les hrb>- en appr6ciant les grains auxquels cette moitiileut
stations. Inierteffs a l profp6rti "de la Rdpubliqne, donrerair droit, fur le pied de 1790.
..-= ==.s=3= c,-.---.:= .i's no.e ddpr&eceront pas fa monnaie par des fpecu- Mais avcz-vous fair pour les propriftaires tout
hlatons du moment, certaiis qu'en ruinant 'Etat ce qu'ils avaie!.t droit d'attendre de votre juflice?
Is fe rinumlraent eux-m-mes n Lorfq'ne vous avez penis aux fermiers de payer
CO RPS LEG ISLATA F Enfin a refiiation des baux ne n.uira point a moti.du prix de leurs baux en affignats, valeur
SIagrculture, pnifque, come je 'ai dlji f ir voir, npminate, avez vous entendu leur donneirquittanc
CONSEIL DES CINQ CENTS. fes travaux cont;umeront apeu pesd'&:re exbrccs de la moiti6 de tlurs fermages? Non, fais dq4te;
Sptr hles maes mains. -_ -_ous avez-compris qu'il-y-aurait une diffdrtnce
Pr-flde de Tril Jamr-aisl-ocafion ne fnt etn nefera probablement entrela vaaeur nomiilate deT atfigna7 et I valeir
Prrfedence de Tieaiaird. plus favor:b'e pour reliever en France. l'honneur nridtallique ; mais vous n'avez pas privu etvolus
de l'agiculture, et y op&rer par elle cette rtg:nt- ftiez loin de pr6voir la baifle que l'infame agiotge
SUITEr A- LA 5ANCE U- 6' \ iVosE, ration effective de-1'efprit- public, lun des objets tesn riens deros enneieIis foit.paveri i, teil
les plus conflans de yevos paternelies follicitudes. eprouv iun fine reprfenitatifadoptr parl Nation:
Suite de opinion de Mail/he. Renvoyez les propri6:aires day's ;eurs chaamps-; en- cependantil en refukte qu'un fermier paielamoiti
Scuragez les A les cultiver eux-nmemes, vous aurez de !a firme quelque Corfi table qu'ou hlaf,
Les propritaires Wnont 6t0 qe trop long-tems bieni&t des hommines nouveaux. V6us verrez s'eta- pofe, avec prefqne tien; 'aflignat que regoit l
paivs duI prcduit de jeurs foods ruraux la lot bli'r, t dans les campagnes et dans les vil!es propritaire valour nominal, pour la moitie de for
ina 6t que trop long-tems muette furleur defaf- P1mpire des hoerurs_ republicaines ; vo:s irnpri- tOev- n'eLfpas la deux centieme parties deocequi
treufe position. merez le bonheur aux Franqais et l'immortalit6 a lui eft du.
Lorfq :e des inondations of des 9uragan ont leur conflitution. Chaque fermier fe trouve donc, hibor, 'fian
avag6 les campagines, les fermiers font-ils fovmis Je conviens que, pottr le rg!ement de quelques bourfed6!ier de la moiti6 de ce qu'il anit
aux conditions de leurs baux ? Lorfque les d6- indemnit4s particuliere. it f. udra prdvoir etclafler ordinairemint promise au proprietaire'; ce quit
fares de la giuerre one fair di!paraitre les efp- certains cas roeahifi a -a diverfite des cultures et n'efl ni jufte, ni conform aux intentions du corps
races des laboureurs, les fermiers font-ils tenus des 6poquoes otI les baux ont 6t6 paffTsj mais ces l6giflat;f.
a I urs engagetens ? Abandonne-t-on A la perfpeo- cas font files a prevoir et A pr6cifer. hI fautaiouterque far 1'autre motiS quaele fermier
ve la plus proabe d'une aondanc pr haine Je demande que vous adoption en principle i doit payer en untare il commence par prlevet
le foin d les foulager du farleau de le:rt obhi- refiliation des baux, et qe .vous Criz vorre tons hes img ous fanciers don't l e rolrclfe tr
tion ? la loit ne vient-elle pas promptemert a leur com.iflion de vous prfcnter dans ie plus brcf delai chag1 da-s touts les baux; do f tre jte "llt d-
fecours, et ne ddclare-t-elte pas qu is no font dd6j un mode d'ex6cution i hf a icii6 payt e en nature eft ab;a6bie o
qtte trop malheureux d'avosi .erdu le frnit de par les impts on par-les .rparations ind pen
oleurs fu,-urs? ": t- Vi.lers jette un coup-d'eil rapid fur lets opi- fables, et autres chores du p.Ioprietai(e auqt I
Pourquoi done, des que le difcrdit des af- onions qui ont paru fur cette matiere, etl examine il ne refre p ue re pour flier. ,
gnats eut acquis une certain confillance, ne s'en- quel peut ,tre le rdfultat de leui opposition bien A cot6 de ce' tableau vrai de Ia position .
preffa-t-on pas d'kendre r les propitaires les lois marque 5 lincertitude qu'elle laiffe dans lame propri6taires, mettons celle des ferrmier. J
faernes de la reciprocit6 ? ies obfervateurs hui fait craindre quune n veux pas ici rapeler les benafices ia5i'r
Teout s le. pert.snqaprouvent l fe q pune to I iles fato cra q n gr vettixt.f pt s "er
outS los portes q prouvenr les fenievs par fire trop prncipitte ne donne licu e grasor fai. dets.pufers anis ,ne'
i'etfet d'une force maieure, font avec raitbn par- amlheurs.
t eavec les propritaires et lorfqu'noe force Ne s'expooe t-on pas, dit-il, A mettre Ie pro- deoo,oooliv. e t r obj.t important affrdent
uijeure d'unelefpece toutero-iletn abfolnume- prieraire dans la n!ceffit6 d'accepter tontes les el pay6, par fon Sfenuer, pourla n w iui ,
impr6voyable, a lev6 les uns A la plus brilante conditions q'e lui, prefcrimrait le fermicr? Exaninez fe.age q'il i doit val ure.ontinale, avec
orltune et prucifpit:| les actress dar tss la pins di^o-t'l.t..e":
Sos a qi fpaffe ns los dparteens infurgis .oA produi un foul objet on 1moin i t c
rablo itndigenc ,e lorlqu'on s'occupe .nfi de ce 16r& le preuder eft oblig4 de recevoir ce qle I'autre produirs de Ca fertie.
voitait contralle, on hdfite, on eft effray6 par de veut bin lid donner. En rvolution, la parati oDes b6ndfircs aufti immenfes arI uriet bei
Vous dai. itt esf n d un r al en aimee fouvent un plus grnd.i Atten- fuflire A la ctpidit6 ; mu.i elle ne cont
Vous dites que la qefi. tin des baux attaque 1 idez du gouverneient e uji s't_ i tet ce qurilde bon es e on nt n ...voi t pus ..est fdii
Tait Yintl-t& du plus grand no o 1bde ds citoyes, poulir rr tlnter itonlcn bi hui-mime duns los cir- vedre louts trails A ha Bubt t A'indigeit
qu'vlle berait uxe fource d o dir1fion de contantes r fc n es. Jo de,-an de k d. ci. --ro e nlus ealll qit
cr odd-, de fam ine qnie tle fer ur de ,tructiv o d o fir a qud_. iIn du refi.eIdot des baux', t fur o qu'ils ho vendaient n ,7 90. T etlo oft do rc Ia a
Aortune. pubhiq':o qu'elle, 1et-ai iuexQLutrable ou 1 pnojet qu'a pidfent ,h con tnxiffon, fiion" des fermiers" qu"its t 'oit plus, ni diii@


I


I., 0 1 1 olo "04, O 0*. O, 0, 4 mo 11 0.0 wl m l 40,lo, 000"o 16 W., h












:


P*


Sith5
Oj ic
pui lui




YEr I
1q0i'll
1i,!




ia fan

g leu
.1u
fi ii


tleu


'e'
fai bo


a, It

prerq
(el


e1 n.
for u
ua

litc
* pier

ped
hda
060
d'un
drt,
E
rec

(Ile f
bit

di e
rdb
tak
G

fi



.1
di
iir


C~T-`


- I ii ._..


St ni drpits f'oda l x taill proprit6 de.lentrepreneur de bourne Li e"e !ui de Iagriculture W'en feroit pas ni fCutl moment
npa i /erI que le 'ri de lectrs baux efi, 'ppartienret conmine lu fond fiur icqit il exerce i.tet nipus ; les colors inrerefl's a retire de ieus
Gic inhu de mtoicd ; qei'ls vendent Ion indultie .apprtient as pu pitaite L'eUtrepre- champs le weilleur patti po-ible, continuironlt i
a le double et le triple en ntiumraire de neur a acqiIr S il' s'eft appropi6 lAes ChancCs heu- les travailler avec l, in6me zele et iis n'dpren-
so vendaielt en 1790 q ;eni n, Ic feul rufe it lies a pay t' par les rifques qu'il a court verolit dans kurs pailibles chauuiieres d 'autte chal-
Se Icut badle-cour les ieI" ell tat de payer des chances imalJutleuties, et par Iaicqit filelle de gement que d'aller porter dans les .greniers do
I 1'ils ctitivent. toltes les charges de fun march i fout ce rapport, leur mnttre la part de rcolte ,que depuis quelque
Sz.v.as, citoyens reprRentans, une ai- la r6fiauon des baux co petit done pas avoit lieu terns ils potaient dants ceux d'unj iexorable
eill Io quinate entire la condition du pro- et ce rapport eft le premier et Je pius important da ferrnitr.
Set ceie du ctitivataur ? N'et-il pas rems tous. M;ds, je le rdpete, commie it ne s'agit pas do
e eutic aux premiers les offers fa!utaires Mais dansbla circonftance particuliere ofinoustious pro:.oncer d'une mianiere poftidve la rdfilatian des
te justice diifributiva qui r6paii 'fes bieta- trouvons, it n'eft p:,s leftenl .I on pent bicn brifer, baux qu'il neft question que d'accorder an pro-'
I ou parcele qi'elle done a. chacun ce par la force un tra.te, rmis oin lie peit cotraindra prietaire la faculty de provoquer cette refiliation.
Ni attt perfonne a en contracteria miwnfs que, par i exces )e nIe vois pas quoe exercise. do cotte faculty
t Ie'ctctitiidn des baux int6r t de le plus $.otii de abts de la pturauce on tie cont~ puille etre plus dJaw rr. dains le pays de g:ande
Ieaige mii que le proprietaiire reoive tirat Iefclavage d'une parties des citoyens et que de petite culture parce qu'entioree ute fois,
atenr t d ce ftier qoi i1 a compel, quand it qu'oon ne trattat en notes une lafie d'hloip aesiguux. vou puuvez tcnir pour corf, tt u'li ne f trot-
lgaI ec; fll- fr.inier. en droit a tou; lea aurres. vera pas Un feul prp;i taire atl-z pen ailt pout
L ea aurL Oin cno(yn afdr6 en ob'iigeant Encore frait-il 'Iai q'i'alors il n'y a'rait plits de pourifivie une rHAilaition dont le reluitat aggr&-
niers 1 payer leur fermnnage en nature. Serait- traite pwaifq!'l ny aurair pins ni confent n~int ni vcrait fon fort et lui cauforait ce n,ouveatlZ
rIEire une iniuiice? Non, Cans doure car droit refoectif, ii y umrait violence d'un c6ot et mi ;t lheurs.
es trop iniflititt5 pour ne pas favoir que efclavage de 'au(re. Je ne repeterai pas ce que plus d'un (crivaia
nn feimier a trait6 tn urgent avec fpn pro- Je fu, oiiien lin fans done de vouloir excufer ; ctbre a ecrit depuis kil.g-tem': que les pro-
re, i| a comnenc par calculer ce que la P'ufure atroce des f-rtmiers !eur t' i'.n coupb;:e, .pri-taires forment la claffe la plus pzecieufe dans
' on lui losiaw pouvait donner do feptjers lur avidi devotcarce et ifai:;:be. un Eras, et que le gouverneintit tour doit des
d par annie; il a enfuite portiS le feprier Mals tell e:' a nature de l'empunr for"c6 que omeri.gemens particu.iers; Sle diiai feuirinent qutils
i Ie plus bas .du marchh, et il n a fait fon vous avez 6tabli, qu'lt oTile aux r'eipublicaiais foc- fo1t citoyenis cornme les atit)es; que, comiime
en agent que fur ces deux bafes. (iiia.n ,,ii jouflce inalti'able pour cux-, celie ton-, les autres F:a,"isi, iil ont dr'it t voting
le ftrac dnec point hours de fes calculus en de facrifier fir lautel de ia Prftie ,-et qu'en m&ine jflice et que le premier acre de cete uItiice que.
itj1r cn nature la quantity de grains don't il terns il unit le fpiculateur av.de pai e'erndroit le vors leur devez, eft de les fire jouir t6e!iement
c'dcule le prix qnand il a protmis de payer plus fe':fib!e. de ce qui leur appattient.
ient it en foif itai d'autant moiris, qu'il l faith plus il rdtablit l'qliliire dans vos va.- J onchius lat qucW on prralable fur !e proiet
auiloud'hui ce rn&yne grain le double et leurs mion.taires et par c ,,i queqent, centre te de la commifli6n et a ce qe leconvfeil arrdto
tue le ttiple de ce'i qii ldvaluairten l1790. proprietaire et le f-rier i mais pour qe cette qu'inmmpdiatemeit apres I'echeance til premier
ciqie ces donnees foient certaines,,,je pro- melfre conferve tcute i forc~ arttndz-sfn Ie terne des baux a ltnrme on ai yer, tant des
ai ependint de fire in avant.,ge te! au fir- d veloppemeet ave.c ;tetnce ne 'etortfle pas biP:a s 'uraux qi:e des nmaifons et lfi :e,, le,"pto-
ne le plus avide dove le recevoir avc en 1'environantt de mnifues parlielles qui pour- pti etaires aurolit la faculty e 1rdf iecr 'is pbau ,
n1lian1ce. Cet ava.tige fera a remi',e pure recent en atrer i'f.feft. Ii miuxx 'es fermi-rs on iocatire.C n'aimint prandra
iple d'in.citiquieme convenu, on, ce qtui 'ailentirs, Ia refi;iation des baux eft tine me- avt'ceux d'e' nouveaux arrangemaii.
nraai me,,e le pavement du fermage enter fire g6hr&ale qu'on te pent pit admeettre fans Duois-Dubais. Si vouIs voulez etre uftes ra-
atire, mlts eln calculant 'e prix des grains tjulihce, a m s quil nolie foit certain que tous mner l'abondance., iie g.1 ii ,ar~ .,-ftirve-
u pij.I plus hatit 'un cinquieme qujil n'it .les farmies out v&ritablenie pr i 6'de augmen-- baider le 'riic deT-e r.s et fiee rr hautfer le
ab'cn rii en 1y90.. -.,-- -. -t:wn* .- .- credit d es aflignars idduifz io cLtiva,.-ur a laI
I em..- mrendra mn id4We plus fenfible : Or, il et certain que les fermiers qui n'ort ntcefliti de viidre on -m.loyait tn iyff;a;r ab-
)f3,)' ql'un onMaine ait t04 lou63,6o liv. ,pas devance langmentation e't vendant leurs den- fol'pient oppoe A ciei qi a ete adopts juqu'f
g.rnt, en .90, l ferinier s'il payait la tota- rIes, rmas qui y ont dte entrainds par l'augmen- pro:teit routes ,s iois de co:.traiate centre es
it fin fermage en nature, et que e16dfeptier station de la maun-d oeuvre et de leurs (16,en'es, pofl:.feurs de grins, tour. les requilitions le
?aris fik i 14 livres ,en 90, devrait io fep- n'en ont pas profit ; et il, en eft beaucoup de ce maximum, !a taxes lrs pai- means en i-,:ufe l'Obl-
do bt, putfque r o f:is 24 valet 3,6oo00 v. igerre. ano ot l'o et d'al.tr f- n,.rtie aux IouX du
bie',I ir propose :Iv lIcr le grain (u.e Miis ce neft pas tout, fi vous rtfiliez les bax ctm.,t=ulI .,ttur .hic: .1- a 1'.A: t '..l -i -nc ;aurrt
de to francs Ie feprier; alors-le f2rmier ne parcte que valenrs monJtaires-onr-changd-p-rde mayens tunetes qur a!met-tft cupdte at
a, pour le-. 6'.. iv. .t'il -a-tr-omis-ue--zo eme ept de j ce vous freir obige deg iui a ne peuventi f-ervir qu-'a mrolonoer ti dure des
Sd gumn, pe. o font refilier, qt:aid 1un a :tre changemrnt fera furveFnu ca'.mnitCs .ouliqus. A ~t u z ft cupiiit de front ;
liv. dans un feis conitraire or, Jugez quel d6trimir:t flites iegorger ces .ich:fif., mi aumifes pour
uel el le fermier qui n.- doit pas fe contender laicri lture doit fouffir de ces refiiatioris con fdre fortir et remertre'tds la iculuton les den-
e itrei.le eniife ? le Fropriktaire feul aurait tinuelles. res. ct grains d t, utes efpeces q''el.e.s -f.nt erm-
t e sen p.'indltr-. Je conclus done i la queflion prea!able propofoe agaiiiier ec cacher; faires a ct. ff r reflituer aux
n aiopliri cC' pr .let, 1,2 fermier fera auntant par ]a commilhon. propri.taires ruins et all g uverl.:ene:t les fommes
en rat Ae p e, fuon emprunt force, qu'il *._J.., qi, leur appartiennent legistintnlTr ; jue 'Viipok
rnnera rien au pr6pri&ai"e de tous les b Dprat. e vies invoquer la question prealable fit celi t t ct
I quil a' fits' depuis trois ans; je proper 6- centre le proct de la commi.lon, et je demande o .- j ur s f acr,-ire oi lI dimiiuer
epnna fournir au fien, ce qui iui .ferait diffi- au contraire qu'il fo-t rei'ms aux prppittires de da la proportion de 'es prfrit et des beoin du
Ii I'on ne venit fn flcour*. r-fil er les baux, fi iLeux ules frt r n'amoeu t ouv]rnemnt .i nt irtout Wofblier pas in infhida
e pri aIu grain diimniuer, parce que lorf pil- P redre avec eux d nruveux arraugemens. ins i ya p et p a d e d
roverer' entre les remains d'un plus grand noni- Comment voulez-vous rarnener i'abondance dans viet rnre et e p:e que itynts p boh-
de l..f1t.res, l. s marches front plu ta- les marh-s. fAire tonber, le oprides denrles, e; t t r i r. c a tient emm iny;n '.-c t- u il-
merit apir.- ilionnt 1o pauste aura plus. de- attaqier au cor t r _t cupfd it ,tit-s'f tni-acor, ei forc6 d'lier
aure e fin, _vous -exercerez-une-julice -dif-- empare, dans ces d-nters temr, de prefque tous l l eaner f
Se. i les fecruiir tat qnue vous iailrez les iufilt es Le mom cte ve ie
c n pe e eture lea mains oe ceux qui Wayant rien on prefque e i- lt i. i dtate n
.1pillean prk'fente un pro et de rffolution pot- rien a -payer,-ascn oarreepie cun b in a reco!1nue, fera cela /qi com:;A t.ra la action
t;p c eu 0 ir payer,-ati p-fe ancr brrf A de nos enremi inter6.ieuts o- extrreuirs force
esa in s elitieri, pour la rcolte tde rs b o e b f du Peillceftrai qu'alors, et feukmen'nt aIorI les g'eniers ile dei -
vie ftyle ,' ronr pyes en ntue aux pro- la certitude d' fe fire payc: tout ce qu'is veC- -co' eti ,grais fort des'ex oa iks fn
V.lre pat les fermiers des biens ruraux mais lent. Au:ieu p fi vou. accord x propre- ca e ete'.talies. Al os s'orrorint tousles canaux
leptica d. grains fera evalui un cinquieme en tires IA ftc.ttl de refil.er Ies baux, ds le de tl bodlace, les nturcie front garnis, et vous
de ce qu'l val-it d'aprs les mercuriales de jou e prix es gins va din d e anire v esdetrees couler d'i es mems et airver
qu vaLet dars ls merc ales de oule nx des gr.s vadm unuer d'une nere i ,e dan esl x ) tries, ou'l appi
'.oi I' e les fe iets iaeuront pas A rc nl t' le. ; car lel f.rmiers., p*i t qu e 'gaaaindonner du gn et )e b efoin de ero. A les porteront. "u
is ou lints n a e var c It- e des fr'm s d efqoules ls lfont des profits aufli Jei vote, i con ue cd iliAtion Ades b lux
itn, ,o, rulWeena, wront reco t6que ccnlide e'bes, s'eapiefePt,:t'de fire de nouveaux, : o..__ :
ty r i q ouils f ont autoti a -' etenir pourt arrangenens avec les p *opridtaires ; ou ils e)1- pa s nour que roprietaires e roentie fie
at fu ance et celle de leur fanilhe par i runt en nit' i e, ci p pai m. it en vaur p datye q cu des ues agnats ou ee ,umer re, i
paltot ,t-, 1 eton. all. cour... i. dil ."" -- ter des termes echusiaus I'annee'I79f, vi6uX
? 'p I.devtes, il'o 'acon" an co- irs j .- rIeells de 1T90. An premn'er ca e, es propritalres n
SCOicutnrEnc 'ae quarre cinquiemes du prix prtls pat I rbeftin t'ermpr6(reo;oat de faie por- .a
t ies ouxllf coidr6eres commea valeur mincal-ter les grais fuer les mrcli6s Ia la .n. irnnei fe oud!.. Je vimns appnyer-la question pr alable fur
..' er o e retablira, erilt eftfvitcntr que lie px des enriees f la refiiair.n des baux : voider es motifs.
eot ... ". eprouvera tie baiffs corified.able. Au fecond cas, !i e ibien c1eitaiir qe'or n'a demand e ette re
Meat 74 Priuemlt eti1 grains, ceux qui revien- les ferners abligcs d fpayer i' ,- i,' leoprix du liation que dans la vse de f Ac votlfer les propnr6-
;ce-i'i:'Pr e tous Ia cc',dtVri toute-fos bail ne- pourroilt plits ie fire ccmme autrefois ta't-s.
C, lue uilp0oi t drte enausde porter au-da de b qu.t.. Lie uds leg..m is oiu qelques volaiilts;, il I 0:, la rfi'iation ne polarrair avoir li fi que
,0al IOirc lelers df-uI me$. n tta s'opd simula d. e de e e ur q. rooprie.til-
11 L .. ",ie ded .L.CoS faudra q'rl s -vemitnr nat e patient de la rncolte ,t dan 6 6moios et damis tL all, epr les exploitat'ons
e _',,onleu en d mra tine r6tfo4ltlon partinculiere n aeux s feronic obligs dampprovifionne :es. rural ;., ans monis et duin' 6 moi. poulr le muai-
o nc les Ufmne et I(,yers de maifors. ,nai les. efl 'de laifier deftendrele porix des gains ftris de r.arr. I..es premiers teres de fermnages et
Sut iard. Dvezivous autorifer la r vfiiation des a taux mroder cu il drtait ayant Ia revolution de oves de ces ro(uvieaux baux ne commence-
be ] du e 1 en fort e t dans tou' les cas, v,,us atu:ez artert' raieni it fa ,hoir que dains 6 miis, un an et $
S.ePe(fe qu e le foi 'L ; ; e b elicnuel d 1 g;fit.tr, ce'ui de faciliter la moi;. Par cwnit let, Ie 'ouligement q'le ron voh-
lequel leur diffolution total s'op0 sirculation des denres de premiere net fie, et o drait proeuim er par ctte mnierure aux mo oprirtalue-,-
t.t A. itii dt tot- ainfi que 'inre:r dela rometcre naturellement eti fans fecoufle a tin ne letir artiverairt qu'a une epbque o(i les ancient
prix tel qie le Prcuple puifles y attihndre. t rapport, cans routes les tranfacdons, devr!-ng
t9lt'i'q1is dins la focie' doit craindre toute Oji a cherchi vous alarmer fur Ie fbrt de fe t.eouver ri.bliAs, a in ,i'h quieo ne flippofe quo
1 i', de. cveCntionst c'efl furtout le prto-n agriculturee nais qiand il yauralit quelq!e dAr;- Ie prix rdes ieut' s tie dive refer dtanielle,,,,ic
ek, t' qiquat.d, impatient dun mtal ventuel et ger a pernmttre la refiiiation des baux dans -les an aux actuel, coeli -dive, a M-.s qi'on r e efup-
ad- quil y foit port6 atteinte, pays de grande culture je vous dernande sYl peut pofe IA di i&(Ation di c.-rpi tio 1 ; auqllel ca< it
kill til mnulade qui, dcourag par fes ton r(iher le pus lger inconvenient dans 4, frairt fort 6gal, dans 6 ,t,l ou d.:r;. unl 4n ,'erre
Siplore e fecours u poifon p es P d pcti:e culrurc qui eml-,rafflent au mom le ; piop irte ou fernier, ou de ne'tre i 'un I ai
tiers d' .i France, of los f:rnmiets ne foit, a I'a"'re.
tlle oiet vent r6pr'"er a fiaude pa.rout bien paHer que lea perceptenrs de lai portion i E: pron.Iwnt 3u1o11, 'liuit Ie refiliation des baux,
IL 11 t es doiventAlprotection G des fiuirs app:lteat au propiietaire. Ii 1t lvi- vu.e tn'i re p fne tit Jonc que dan 6 mo.is
fI M Lea chances houreuf fontt a diet qu'il ne peuti en rAuiltcr aucua. LUs rrvaux 'n dans ua an, ls denrix S kerailnt eneorQe plus (hre


/ '


ii








-,0

q4'a I-9p : arpufq v'-s, P l fe payer ks for- (rs font hiftfntes., donnl2z-:u "af'z"" dextexta -eC
,io.ts dccs b' ns ruraumt a peu p-fs come en 1790, lion pour qu'les ativent au point oa i iall' lepo
il eit clair que ks nclyfes refi.nt au taix acnuAl, plus de'ilion pour les proprietaites. Mis gar, deiL
ea dimiluant un peu l'intet&t des propri6taires vous bien de vous lailler entrainer dans utn dale 110ce
fcrait confervL par le maintien des, baux exiftans. d'opdrations pui produiraient des effets tout 6ppofi.s e
Eh bien I fi vous prononceL actuellemesit ce a ceux qu'en efperent leurs partjfians. f
rIitlitemnt des baux, et que le piix des chores En toute choVe, ,il faut .conifii&er euI iner it do
fe trouve en mnlIfidor et en nivofe prochain 1 pen ceux qui folcitent La. rtflation veulent jugei de do
pres come aujourd'hui, vous aurez complette- fes dane-s quils eflient d'en r6diger Ix rifo- dr
insert mine les propri6taires et agriculture. Eu lotion i ls verront bientot qu'elle ferai t nex&cut.- qu
eff-t, les formiers fortans feraient obligs de lai- ble ., et qcue le remade feramt pire que je mal. cir
fer les beltiaux, ou ils auraient la faculty de les Je denmando done la. quellion pre.dable fur la a
enleve, rdiiliation des bqux.
Dans le. premierr cas, prtfoune n'aurani ni lei Favatt preferite unproj)'et, don't lIbutc ft defor-
moyons,, ni la volont6 de les payer. Et fi les fer- er tois les fe-r.icrs d'excute'r routes le$s i4poli- el
oiers les nalevalent les domain es relleraient fans tions de la loi du thermidor, fous peine d cre Q
exploiclati s ; obligis de payer davantage. til
Ces rofultits font intvitables ; et qa 6t pour y Iii e py ,tntgl. P.
remdixdierqt:.- la Convention national dicr6ta que Pearin.- Convinci u e la rfi'.iation elt ft.ile P.,
les fenniers ct wtniayers dont les baux expiratieit aux proprietaires, a a Rpub511qu et a ae a
feranient obliges de hifler les beftiani dans les do- foule d'mndigenis demarie la cloture de Ia cd
maitmes et ne pourraierit en eaig.r le reitboiufe- diJctffvn, et la primote pour le project dA j
ment on la plus value, qu'A pet pr6s au prix do Favwit. fit
790 le e f Bcffoi. J d-imit l, e renvoi de toutes les opi 1u
Reglerez-vous auffi le taix auqubt les fmroiers .ore a n;e c..'.'irer cell de Goupilleiu paf.'t il
* que Vols voule% exulfer laifferpuit les beltiaux nio e ; ,,r r; en cell fde Goupillu it pai' quelque a
a leurt fort., Jans fix nois et dans un an ? Ferez- nhiter ensf.ffrae, en lui faifant litbir quelques
vausce-tte tixaticn Iujour-t'hli, on attendrez-vouis h" nrm
pour la fire ks 6p-ques de la rdfiiiaeion ? Si le La diftuffion eflifrm6. lo
tatix dt icve vout ruinerez les proprit.2ires s'il Le cinf, il declare quil n'y a paslietj td&.ib6rer I
ne 'eft R.s vous les f.v,. iferez ; mais ils n'en fir toutI eflece derdliiaion. e l-
vet.dronit pas leurs degrees moins cher que leurs co
fermiers a moins que vous ne vous d6ternfiaiez Le renvoi de l'opiniiin de Goupilleat eft ordonno.
x tablir le maximum. Le directire executif apple I'attenion du con-
Aindi, non-feulement les proprietaires ne po r- i titne Joi porat qu l actionsn un,
an e nt i-toucher les ;nouvas en atermndags q v dan u e ctnatins as ieront intent es, au nom -de-la
eanpet vi-hm i mois iiS en aboundtrt, l os befia esNation, par les produreurssgneraux-fyndies de V
expofere ar, i te pouvo.C retbourfer les befltnux o iit icts. -v
dolique de ai-r.geliatiop. C :e riition ne feait -II de a ide fi cos fonctionnaires qui Afontt furi-
done pas av tageu%'e aux prpritaires. prinies par la conltitution peuvent &:r ret reirpLacc
RKelaivrnment au pnx actuel des denr6es, on peut ares commiffaires dn pouvoir excutif. -
dire que les ferniiers out leurs baux pour rtien
et maigre-cette nmioicitt de fermages, les denimes- -Bzardtp.rcpfe afffirnutive.
font A uri pr;x excefif. Que deviendr4it done ce
pnx fi Ils pcotri&taicts euitent autorifis a renou- Llle ft adoproe. i
veler leurs bax? Et comment pourriez-vous efpi-' OA renvoie a une commifllion.particuliere une l
rer de rnier.er iks denrees a un taux raifinnable, autre di6the quia pour cbjet de f.l,. it.. r ulc
10onque, par le rcn.uvclement des baux, vqus incerpratdon do la loi du 7 vend~miaue tfri ht
auriez donri a la chert6 actue'le uino labilitd, line circulation des grains.
fiitd qre:- t ,ures les pedratioins de finani e _r pourt Lr- fance ef -eve.
raient plus fire baiffer ? Lafnce ef e.
Sou:.mctt afpect, la rrfiliation des baux ferait
done iue v ritabie calamity pour la nmjorit de CONSEIL DES ANCIENS. l1
la Nation aui iiapercevrait plus de tetme 1'ex- b ,
ceffive chertv des dentie, do
Je fhppofe, avec rAifon qu6 la pa;x -gd.& Prfideifce de Verner. c
rale, le remtiement des affignats et la rflaur.stion
des finances, auront, ava.nt leA epoques de mefll- S A C E D U 16 N I V os E.
dor et nivofe prochaiis, rameri6 les idenrcs n.l c(
ta-.x de 1790, vous aurez donc faith une opdra-
tiun au l o'is irtutile eaus l'int4iQt des propris.- Oa-donnel lectire d'une -refolution du cop.fil f,
taice s aurent aur: dagags u int t des propi des ciiq certs q,,i, fur la propolicion f ite par R
des aiens ba u. t ga a co t in nmembre d dic'a;er que les reprdlentans dl q
Mais acos a ch:, jic fera cotre les fermis. Pe le qli pourraienttd re exclus du corps lgii-
A to -, ls is uerc ns iayf i fu[ 1a ''x, d'a.p:es les difpcfitions d lai
o0 (ont mainte,-nrt ks propriaires. Vo's ferCz Hoi d brumlle, nO ppurront 6:r.e :ccztfs ni r
-done forces--or-3on'er urn nLvee-lit puron i p uis, pour-ne s'ce pas, conforatd a. t
fondue fur des motifs conEtaires A ceux qui. vous articles 3 et 6 de cette loi, que dans les fo rre q
dhtrminerAienrt auourd'hni. Aicrement, les nou- prefries par la conflitation pourI la garanie doe la i
ve:,x fe&,I. rs r i.r.t co-.IJ-Il:.[...Ltelxrui/s)t repridentation-nationle pfle a ortfr du )our d
I'agiicuitare perdue. Je dctnande i tout hommo de motivd fur Ja conuttution.
bonne foi, fi lEtat pourxait fe fiutenir 1an iniitui On demand qi'e ce'te piece foit renvoybe 1 la v
de ces viaai'.as et de ces dr6placemens coti-t coi;mdilion charge d'exa..iier la rfoluition relative g
nuels dans. tous les rapports fociaux et comimer- a J. J. Aym6. '
Ciauxi? Plo. '
Vous ayez voulu, avec raffn charger les fer- Roer'Ducos. Je ne vois pas 'utilit6 du- renvo. q
mniers dlans lemnprunt frc6. Avoc les agfoteus t s Je nt cotc pas me.ne po.urjuoi cet ,cte nous
grandes coenmune, ils ont ..,pir t.t le inumj.- a etd envoy6d car ce n'eft poihu tie r6folutiilp,
raire, toute la tubiahcc dii Peuple; et i tPon c'cit en fia.ple ordie do. 'oir.
p opofait un moyen do ie';r fire supporter fouls Je dL,iinde que le co.ail dkilare quil n'y a pas
a totality de I'empicant .rce, j'y do-ners de |ea.1 deliberr.
bon cme'r mon affent'imneit, ?(in do venier 'thumira- Gou C il de ;r,;:,". Si cet acre n'eft point une rdrfe-
ie des outrages qu'ils lui font effuyer deplis la s Ition, au in)irs f.aut-il avou-r qu'il en porte lI c
levee'du maximum. Mais les circoritarnces actuielles ti r_, ct qu'il rots a 6te env-y6 par un neflager a
etaient-elles celks qu'd fallait chifir pour agiter l dA'4lt.a co'nne m ne rdfolution. Jexxnmine cet acte,
question de 4a radiation des baux ? En nous affit- e "te Vno -o poeit qu'il foit prec'd d'une d i ck-P
trat du fuces d& 1'emprunt forc4, ne fairfont- i, l d'eiuence .i d'ne noniation qu'il a edq
rnou pis beaucoup p)our am6liorer le fort des pro- d!:ibi6 i trois outs differens ; caci pofe, j'ouvre a
prietares. .. la cc.nititation et j'y vois, anicle 88 que le d
Enloi, nous devons et-nous vou.on tO.t fair confeil des anciens refuse d'approuver les refolu-
pour rendre du credit aux affignats qui refteront It us 4t con feild '& ciaq cents qui n'ont point et.
dans la circula-icn ; et nous ainoiioons, par des pi:es dans les fojnsi prefcrites par la confli- .
ilecs de refiliation do baux pour tees poques eio:- turion.
ge.es que nous nle ctoyons pas noius-i6mes a!a A cun de ces fomesWn'ent 6td fuivies po 'ra ,
rehabilitation de notie papier-muoniale. Qiuele i rJilution dent il s'gi en ce moment c'el done f
Coutequence! e cade deecater, conformimenta Particle 97, que
'Buprelentans, il a deja 6rt pris desf iireo ,r a coni t tuition anai lle. .t
ettre les fermner dar s la nocelli fde paver lets
firinages a peu p,&s come en 179o. Si ces mo.- Coiitlicau. On ne-pent pas confiUrer cet arrest t


iwne uuna ifoitfutn, puiui U'on ,11iasi rvi t
prendre los forces que la cotulit I s. eftil
ur les refolutions. C"pepndatupo i tat 11Prefcti
em, parce que tous les acter du .cof.i p iteri
nts portent le nom de rifolu"i on elal des Cn
int une loi ; 'elt fimplemet !. ae is le net
lnt le con(eil des cinq cents a cr dev'rt 1tU
pnier connaitlance, pour vr ceux quiw pre
aient ici la dpfenfe de Job Ay mr n6 '-e cre
font dj- ; eues phtiueurs mevmbres nl con tn
nq cents fttrle lboit ultk'ieur rrcerv* 6 ce d Yput,
ous devez vous borner A fire mention de c-
ns le 'proc&-verbal. o udetacte
Goupillwau. II me femble que mon r'. :-
t. fetil qui ait parfaitement cbntenu a r 1u n
ijoi qiton en diie, -acte qui ioils ,i- P ,.
ie venitbe rdfolution qu'- fea ;'t. 'I "
buvwr lotiqu'elle f:ra ,evwtue drs fo r kt
tutiiuelles, pour emcp&her qie la grsaenti d
reprefentaioo national le fi it(-,,lU:e. qn
I., loes accufateaur publics m p..,ccii. t '.I-11,hi [r
J. Ayme pour ie s e:re pas c,.it ..1." .t
ions de la loi du 3 bu-umai.e li 'a ,,.| rl
1i l'exclut di cor p t-SiI ,ll fell ?',pou. -
.propoiDtion ae Goupsl. '.
Betr. Je fris'-du m ,ne avis. Un' o0rra di joilr,
otiv6 tiir tune loi, eft uie inmerpretaton Ce Cel
i C Celt done une nouvelle loi qii a b.1a f 'i.^ ,
piiouveesprr le confeil des anDci:s ,e;t ,.i-i, nr,
tre d:;it prefenter I obfervaiion del fiks ,e
ulltioui lkts. -
L2,'e. 1. y a tout lieu de croire qu-. irfileip
e iiaiation d'u'geoce a te catlIt e C l'o bi ,-b
cot feil d-s tci;q cents a decIaw urwl'te pU
n s utfb <,d.ta du jour motive zl.uit, autx ico,
:urs des d&partemens.
Le confeil ferme la difclifloni, et dilire qus 1t
o.ttiutution annual a 'actr qui lui a' t pieit6 14
ar le confeil des cinq cents. -
O. lit luie ficonde .r f-utnion qti, far un ief'
ge du" directoira p le a i'or :r.: ,'1j..u,, mntiid
t ce que is coflit.ro. ne s'oppi-e p:s j aqu
s srccveuis easii, s!earteune..s ptlilent enlvyr
i3ut .'a tvitd d-.s recouvromens, des ptpdlt
aius les coiitintuule-'cs plus eWa.igiecs.
Le -.r. f.il recom ,. t l ui ece. 1- ... --
Legraad. Cet.e relo.ution no dit pas fi- lesif
aic-s ai ces propies i roi.t payes par .:a P:pu, t
;ique on b;-ii s i; j i cro'.t par it t.c.veuete
es ddpart'n4ms. Ce prij.t id. loi elit lt;iii. ii
omplet c'ett (0e gui me port a ic rejetcr.
Le!run. II eft n'ec6:i.i"e p.or I' jriv' des r
ouvrefxains, de pcim.ttre aux'receviursd'iV6ir
es prepoit s pulilque Cie cette w.nc.'\ *m.nI ds
oncti n.aiare, ii noit rztluit'r u.in avange pourl
41ub[iiqju, i' S1 ftippate i'Vugmantnoop de f.tis.

Lajijdinats.Oumre lvice ,u'on a djii reev',cesri.
'6o;ut oin .s a c .. '.iutrs ; cii. u i dt des -.
(o.i 'llaoin es J u i- ,nij,.''re i~-gatr L i'-,. Ie,
ua lle t ie tie pa1 qu'il loil p -r.Mis dic I: e ii
r.it sre' ,nuva s d introduire uaeoatcidil ltim
e fare les lois.
D pus, en di.i-nt qie les receyvurs peuvont en.
oyer des prepofs dansles cormnonas les ,plus 1."
nes, la ritbltirin fenable crfor des retevetil "
nibu'ans, t.nt.is q'ie le bef.oin du fervlcu do-
.anie des rvectveuls fdenltaires. C'ef aulli.ce
In avait deniiant Ile dirfctoire ex&cutif par fort
".iige.f
( La f.ite dcmaun.)

e l... -.o- .,
N. B. D:ns fa fSA1ce d tt le confeil ,es ci
enis a aiste qute les citoyes qui (Iiier. p1"
c-oitt6 ava.-It Ie 1" apluso0 o n bla s ir
eur cote d'emnprt fotIrc, 'feorot 6,,n.i'a,....
our los deux autres tiers.
Si, le ,s pluviofe, I .1f'cond tier&"n'eft
c:uite ,i eront contrtig .abbls puiirla wLtua
as lesr 4 ht-4 r lues.
Les corntraictes par corps feront extrc, 1 pi
dminifhat3uis de d6parrtemnnt.
S n fiio de Goffisin le confeid i,
Sier la propfio .io uti G fire, i
ortle Ie dirvhetoire ex.tttg m -'-.,'it I'
oimi des troupes, les -g .de qicolflli P
tOs.t neceffair's f oaus tenteois changcr le fond des conleUrs e
ionaks.' ,


L'alonnement fe fait Pa:is, 1t e dcs Poitcvins, no T8. Le prix eft de Is iO'iv. pour lros tnoi, tant pour Paris que pours dUpartcmenl. On ne jai" ldur mefi 0'
cement de chaque mois, ec (teileke .t T our trois tnoi. L.,:ux qui pr6f6.erout payer en numeraire, enverront no ,iv. pour L'aunee entire, 6 Ii nrti *
3o liv, poor trois n ..r.. .. da s lea h s 1 Pot
I faut adre',er le -i tr:es et 1'argent, f.rac de port, a, citoyvn Aubry, directeur de ce jour'al, rue des Poitvins, no s. 1 faut comiprcudre dansl e e
pays oftn on ne -eua ,;i.. chir. Lcs lcttres des d,,artemtin5, nri afttra ,ches ne front point retirees de la pofte. la feieail Rdal rt,, n'
II faut avoir finm, pour phus de firretn, *,J charger cellc qui ref-rmncnt des valeurs, et adreffer tout co qui concern la r6da-tiotu d, la ile a
Poitevuis, nis depuis ncut heur s du mating fufqu'a huit hrcs du f ir.- -
L'abunnemenfi poirt 1l>s pays 6ctanges conquis ou r6unis, doit Ctre pay6 en' num6raire; c4tue condition eft de riguiur.


*yCu~rCrC-iirWIIICI~' IL~.r~*lIY11311Ci*I~




~Fa-'--:.


GAZETTE NATIONAL, ou LE MONITEUR UNIVERSAL

Trii, a I l'ar 4 Jde la Rp liue Franfafe une t indiJfible. ( m. j j3 J er 1796 vieux /l'e.)

tieheriheront lescoupables, et Its envettoiot art ae commence a crre que naus couchons bient6t
au nern U E. u nSral pour qil en foit fait julice.Tous au moment de voir ce pays fe pacific. Je vi,.ns
Ses deux jours. Jes g nraux.d6 brigade rendront de lire one lettre de umoklau date du PoirA, le
compete a leurs g6n6raux de d?vifion de la conduit z niv6fe, qui annonce que plufieurs habit;r.s de
LP 0 0 G N E. de leurs demi-brigades refpectives, et iefdits g&- la commune du poir6 ont retidu les armes que
S' aux de division m'en feropt rapport, fans aucuH- cependant beaucoup de jeunes gens font avec Ch-
d dlai, aet par kcrit. La *moindte negligence A cet rette, et qu'A leur retvur les peres ,prometteat do
r Grodo lC demre. ard fera puni .avec f vr6, er exemplaire- fire rendre ks armes a leurs enf4os.
ment. Jai tufli lu uie lettre'de Dupkifls de Beaufou!t
Lptlus Caherine, en dpoilant in r qui s'eft tendu et a faith re drere les communes d
t ntill.uI lebl tvOiret *n VOUe n gliger e S U I S S E. SAint-EtiLme, le Luc et B3eatfoult, et qui travaille
,rbuver d'acltertume. avec Savin a faire tendre quinze auttes paroifles.
ur ymbre, settle d tentieme anniver- Bdle e l' dicem re. D'Ipr1s cela mon bon ari, if ne faint qu'una
Sr monnemenit de Staniflas, avait 6t coninuation de courage, et nou r vertons efin fe
aire d c o ifi rpour mettre fin I fa trftecar- VND..EDi dernier, la prifonniere du Temp'e terminier la guerre de la Vendee.
pawt part t n r.fitmeht de ruaut6, le prince arrival 4 Huningue. Une foule immenfe accouraitIt On rapporre aufli que Charette a fair demander
S t. e iame quai, trente ans avant i'avait d, toutes parts; on duf fermar les portes do la au general Gratien la liberty do palhr, avec fun
place. majr ngleerre.
f le trne at nomr d- I'imp6ratrice, fut ctat or, e Angleterre.
- :u-h 'o en ccrte occxfio, aun nom de lim- Les d mtenus franjiis, qui talent i Fribourg _______
or an depothder ce D prince jais' narriverent que le 6, vers les cinq heures ant.
e taut de faveutr. village bAlois de Rieclen i fur la rive droire du
.b. d M. de t. trRhin. Its dtaient acCompagads de comminffircs et CO R P S L t Gi S L A TI F.
RcpDia reinit Stanflit une lettre de Catherine d'officiers utrichiens qui, de concert avec ISL A TIF.
potm jen fubllance : t que 1tffrt da s arrange- fecrdtaire dbmbahlade, les ot remis, fur l ut
1i3 I'egari de la, Pof'ogne. 6taitlavceth- parole dhohnettr, an iitoyea Legtand, confeiller CO NSEIL DES ANCIENS.
ian fon amtnite royale, quinfi on lui donnait dEtat de la RTpubliqu de BIle, feigneur bailli de
Sjugr s'il n tAit pas convoenble qu'il abdiquat Riechen. Le reprduentantdu Peupe Canmus a doa9nd Preftence de Vernier.
forellemnt.." I a parole d'honneur pour lii et fes coilgues. Le


Suanifll apris quelques moment d'une motion
his.vive, h hsa I acte d-abi.ilcatioi. ....
.ALLE M'4 G'N E.

Coy,,ne, le 4jJnier..

'ToUTH5 les lhAlilit6r6 ot cffl depuis la publica.-
tind '. jrmiltice. -
L'arm4e du qdnaral' Pichegru occupe toujours
lm nms6ii Fofiimans depuis GermeksheiAm juqt'a :
SItonmburg.
-telle da gniral Jourdan s'tend depuis Coblentz
1ifu'A rhaves. Plufieurs divifisns font fur la rivre
pache de la MIfelle-,-et- pluieuts fur -la rive
dmoiKe.
La Chartraufae .prbs Cob'entz, vient &detre for-
~sie; ele eft difer.dAue par un camp retranch6
mlub a Coteilaun.
bn affar qu le geinral autdichlen Clahifayt
n f rendre a Vienne. Son qiartier gdndral a 6e

a g~nral rpubicain Kkber a crit unelettre
aspri:ide VWirtenberg pour lui notifiar la fuf-
n Bfraihe d' *e~v


confeillier Etit de la RKpub.iqu bioize, a
mis toute la dignity convenable dairs cette cir&-
monte.
EnfuiteIe fecr&aire d'abaff de, BIacher, avec
un cortege autrichien dt all' prefidre Mitrie-
Th6refe-Charlotta dans une maifon de campag.e",
A utie port6e de fufil de I ville de tale, fur,
It cheirn de Huningue, et lPa remife au prince
de Gavers qui l'attendait depuis prbs ud'u
mois.
Un dftachementd'irifanterie et un autre de dra-
gons de Ia Rspublique de Bi!e, avaient 6to com-
mandds pour maintenir le bon ordre.
Les caroffes autrichiens ne firerit que travwrfer
la vile ; et quoiqu'il Ihd neoufh.ures dui f>ia les
rues fe trouverant remplies d: ni'nde qui fe nmain-"
tirit-dansa plusfiticten utrAlite." -- -
Au lmme'momrnti oah i jeune poerfonne montait
en voiture, lei dMtenus frantis fe trouverent libres
au milieu de leurs bons amis et allies les Siffles ec
apres ute collation au bailliag. de hikchen ils
vinrent coucher a Bile i I'auerge ; le lendemnain
ils dincrent chez Pamnitbat4eur Barthelemri.


E PUBLIQ U E


FRANQAISE.


D',partement du Calvados. C-en fe'lt
ttivafe.


". AvNTHIE Cormntin eftU arrive ii, efcortr
S A 1 par cent homes de cavalerie, qui Iont conduit
A la maifon d'att& ; il a fjoorn'6-hier et eft _arti
.. ,t o-fj 3 imaire.----0- aujourd'lii ipour-fe-rendre -Chrb-oTrg, et y
'z edtie enfermd dansle fort de Ilie Pelde'; on a aug-
Prvdma ti d/n hdialcr'chcfShirer a oa armic. ment6 fon efcorte, car il va traverfer un pays oft
.. ----- les huasf font trs -filtiplils dephiirquel--
$Sodats 4lttalie vans avez. vaincu nos en- que teams, et ils-pouriaient bien tenter de 'en-
amis; vous avez muntr tine valeur h6roique, et lever
i0to ivez bien mnritr de laPatrie. Ceux qui parmi Les meurtres; et le pillage fe conmiuent autour.
ns fe font difll:guts par des preuves extraordi-a de nout d'ane maniere felayante ; il parait qu'on
A tet de vaeur auro(t Iur idcompen.f, ret j'urai en ve1t particulibrement aux agens du goluverne-
Sfin de f.ir, cornaitre -t; la France Ils belles ac- ; ment : lccommifftire du pouvoir executit di can-
flins don't is tnt -:6 capab!es. Mais apt s avvir toa dJo Creul y viwnt dfere aafflind 1zl ,ipar
tiiomph- pour la libetrth, plifieurs d'Cntre vors fe -te troupe' dhommes arms qui o.iInvei fa
6fot dtshonur6, par des vo!s. par des incendies maifon, et rp6ntr4 de f. rce p our conmnettre
rI une condfne puniffable e vers les females. ce crime ; une parties etait c cheval gr.lait les
;Voe avenue fitreur s't port, e a ces eXcs dds&- avenues forcait les habitans de refer au lina,
rns jilqus dans leis pas gnois, qi ne vous l o aenaic da e eIts filler sils aprochaient.
tfdIt "(uclni i r al etq qoui conflanin ro .IfAut des mefurts prompts pour carter ces
k fecalfr avccv y i nneci.. e 'd6fordres ou il elt a craindre que le parti des
Sdr I viae pere. us avet. pour. Iaf Chouans ne fe groffiffe ci et ne devienne dan-
re r ',; de ra ttre fi-i. A des proc6dds qua gereux. ,
Iuet a riutatllo de l'arrmn d'Italie. Vous Ar.ni. de I'Otefl:
I t 1t1ni lts lois qri dfcn.ienr, fous peine de f I I
"Mt, les xi ,auxquels vous vous tes laflifs : Extrait d'ua co'mpte rendu par I'aFnr maritdne-et Ie
ttr. Vout ferr. .a3s excufe, rome dans los commandant des arms 4 Roc.fa rt, en date diu
latest un p;y's coplqulis. Ii, piuque vou n'avez 8 nivfi ant4.
s ne Vres que ioun exLeimiler ceux qui fe fdnt
"a ontte Vqwtr Patrre, at non contre de mal- La fr4gatel Andromaque commander par le cio-
ur et pifiqes hiIrian. toyen ,Moi-el, lieutenant de vaitlean, et parties
i consequence, ie vous previens de la ferme de i Gtiadeloupe le 6 frimaire mouilla hier danis
aitbranlabler l iriou oAhje fotis de punir, felon ice port.
ti'm""igP''ur d < l.,i, le premier d~entre vo |s Cet oficier rapporte 6 drapeauK pris for le
felvrera desex qd ne peuv.nt hevu s I Anglais tant A Guadeloupe qii', a Grenade ;
dr e ho.nr Xe- f his que parrpi les chefs 8 caiffes temp lies de lingoes d'argent; 7 mitle marc
s officers .alet vils pour fe dclarer pro- de wViflle plate, 31 officiersanghis pris au camp d6
m~u~ltd ue fniblable inconduit mnais ils fe- Berville ,le de la Guadeloupe, don't un brigadier
-tly oFol F ,.et ils le front phts ,(tirem'ent gdntral ( Grahatm), I lieutenant colonel, 7 capi.
mp fol dIat.. rends refponfables taines, 16 lieutenant, 4 enfeignes ec 3 lieutenant
tindai ns dom( c ,mragries les chief. drs du g nieo; plus, 2 matins frangais r6put6s fuf.
( 1 (.leitNraux.le bigideset de divifions, d )pects.
s [ eXCt qeiC fe ommettront, dans les cas Extrair d'ele Ictrr des Sables, 17 nivdfedn4.
A W rmt pas mis term 0on emnpchemeht.
m tioer, tons lea chefs de brigades fer6nt, Je Om'empreffe de to donner des aouvelles de la
ol 'ap,, tIme vilite dans leus, cantons, y Vonddt rles font plus confolantes q"u jamais


surrT A I.A sfiiANCe r0 x6' rvos.
Lecoutetlx. II y avait autrefois ;46 recevurs d4
d1ftrcts qui coa prtiem avec le trebor -pubic ; a
conflitution ie a tdjuits ai 86, ce qui fimbpfi.t
beaucoup la coniptabifit& et dimiue le.i f as. M-iiat
pour activer Is rcouvremans dana uno eteaituo
aull g'anade qu'un department, c IW'eil point
|aflez a'un feui homimitd, iil- aut-itdes pMxp('s.
II peurles payer ftu fes appointemens pwC'q'ils tai
plus forts que neaidtent ceux des it'cenemus da
diftricts. La rfolution ne s'oppofe roiti A ces ar-
rangemens ; ainfi ja ne vois pas ce q5i -pouraift la
fire rejetter. "
La oie. i',c &conome de fonIet s ert4fornmsft
1undtes pjgemiers principes de touted bonut a,mnnura-
iration la r6folution propofee n'a aucun de ces
avantages,.car elle cre 4e nouvelies functions et
de nouvalles dpetnfes.
A qudi fer.vira le prepr4d qu"on vent 6tblir ?
N'y a-t-il pas deja dansi chaqrte comtmrune un pre-
pof -hai.g .de la recotte de la comihune.,avec
sequel le receveurtpuincipat, eft en cur tefi,oluatce ,
qu'il peutrprefler, par des Icetres, de faite renr
.trer les fonimes dues a la R6pubiique ? 'Qie fera
de plus lehtiouveau fnctiar.naice ? Quols pouvoirt
aura-t-il de plus qtie le receveur general duquelil ies
tiendra ?
Je conviens que 1'etabliffement (dune caffe inter-
m6diaire pourit r6te utiie pour parpgner aux cp.-
I munes 1loignees lhFeine de porter fosf loin oteer
{-argent.:-M-i ne vau.iat-I[ pa.-rnmieux asors eirhcl
| geant de ce d6pot les pzrcepteurs des communes, les
payer un peu mieuxrqu'ils ne le fant. Je vote contra
-a refolution.
N.... La loi du.. fire l'4poque I laquell!
les contributions devronr &rre payies et, te6faut
de rentrde, elle autorife le receveur du dlparte-
Jment, i dtlivrer une contrainte contre les dix
plus forts contribuables des c'. mrtns en retard,
pourrceaqi refierade lacontri inion da la communal
entire. Le recevArr da dparteinoe: pent doua,
avec une contrainte dckernde dans fon cabinet, fire'
tout ce qui ferait attlbud a ce nouibre die prepofs
qui fe difjdminoratiel fur taus les points du dd-
partement, -
Clautel. La rtfolution eft d'autant plus ircrm-
plette, que le- meffga -du directoire quia Ia pro-
voquee demand que le trairterent de cet pre-
poufs, foit pris lur celai des receveun 'du dfpat-"
cement. ',
Le conteil frame la difcuflion et-teijette lt r.-
folution. *'"11"
Une troifieme refo!ution charge le directoile exi-
cutifde flawter fur la r&camation du repr6fentant
du People Deatizl, en indemnrit des perces quit a
6prounves.
Le confeil nomme nne commiflion comiofde des
citoyens Bar, Chirlier at J.hanoot, pour pr er.,it
connaiflance de la xeclagiation de Dentza., i, en
fire fon rapport.
La fiance eft levie.

CONSEIL DES CINQ CENTS.

Prefidenrce de Treilard.
siAN C9 b v 17 rf x v o 1 .
On donne lecture su ne lettre de G6niflieux, qui
mande ua cvnfeil qt'il a t6 nommb par Jo dAir* ;


-- I I I lr II









tire d' :: de la jltice, et qe *, confitrtant plis remp'it lsI functions, reuniffent en aae term e
fon zole que les rInycns, il accepted cett e place' patriotic ne et cette moraiti fi indipeifablemeint
il regrCtte de lie pius concomirr avec fes coihgues ntcclldires I ces fortes d'emplois.
a la confection des loih qui doivent amener li Le ntitement atrribu6 ce forictionn-lres n'6rant
Drofp'itL de la Rlpubique et le bonh.ur di pis, d'un autre c&6., toujours ltffifitIt your les
Peuple Franiis ; mais it affiire q'ie, come d terininer A un dep;aceftielit, ii exrte use t rs-
minittre, il ne negligera rien pour -es faire cxo- grande difficult, et quelgutf9oi mime uie nu-
cuter. poflibilit6 complete de fire tin hon choix. lu-
fieurs de ces commillaires nommrns par le directoire
Sav.y fait uin rapport fur les fecours qve doit ort di;j rE fuf6 d'accepter fur le feuil hotifd'un
la lpublique atx habitans r6ngids des deptemens chatgenient de doml'-ile.
de Pl'oueft. L.e directoire excutif evf dbnc .u'il no pour-


Ces citoyens dit-il, ont flit les plus grand
facrifies pntur la cafe de la libart4 its one tat o
perdu pour elJe ; il ne leur relRe que le defir de la
voir plein,';ncint triompher, et de ramener fous
1'obifl'ance des Jois une foule de frees garn-s. On
les a calomnids. On a dit qt'ils nourriffaient et que
ddji ils avaient moritr6 un eiprit de vengeance. Cette
aflertion n'a aucun fondemeni.
Les refu3ids de la VendIe font en grand inombre
dans Ies bataillons qui combattent les rebelles ; ils ;
ont parcourn fouvent, les armes i la main, cess
ma'haureufes contries ot i's'ont pris naiffatic et e
ot iis font profcrits par le fanatifinie jamais ils n y
ont commit d'exccs ; toujours its font reftis Ibumis
Sla loi ;'t'efl elle feule qli doit les venger : encore
voudraient-ihs que la loi nl'sc a frapper aucti ciI-
miniel; ils airnerai".et mieux que la ,railb touted feiule
leur rament:. des frees.
Los flcois que la 14Ai du z7 venddmiaire de i'an
3 accord a ces citoyens font inflfiians; on peut
mnrne dire qu'ils font nuls.
Le rapporteur qui a fait ia guerre dAns Ia Vend6e
comme officer gnr:dral, entire dans de lorg; details
fur les causes, les progris et les forines de citte
guerre..
II dit que les lgiflateurs, le gouvernetnent et
le public out toujours kt4itromp6s a cet gard ; qiue
prefque toutes les relations 6taient fnmffes, et que
c'eft a cette ignorance antretenue par 'ar.bition que
1en doit cette Idogue fuite do ddfaltres qui pfent
fur I'OuJft de la France.
Vooci1 'extrait de la r6fo!ution propofde parole
rapp orter.
10. Les patriots rtfugies des arrnndiffemens
des arines de I'Oueft, des co:es de Beeft et des
cotes de Cherbourg recevront par jour, a
Litre de fecours ,rovifoires a valeur d'un livre
de fi:ome::t. .
2. -Las admiiiflrations de- canton-de leur-r'fi-
der.ce envorroit ai cells de d6partemeint des
itats ipcifi6 .par noms,, prknoms lieux de naif-
fance, dnmiciies et dprefmfliir:..1
3'. Ces i tr-t fei'ont adrfle'i an a miifltres des
finlarces, qui ordoniera l'e:.voi des finds n;-
coff::res. '
4. Po+r recevoir tes fe:otrs il fudra prou-
vwr fon civn i 'u foit p2r nI d&clarati.n de fou-
rniltion aux lois de la R-t'biiq'oe foit patr des
cetrIfii-ats de civifrme. art.:tieuts fjlc par l'azz:eta-
t'O~l de trois cutoyens ci;nl's.
So. Ce'ix q-i fervrnt da:-,s les co'.onnes ri6-
puolicnin s contiunueornt da reccvoir la paie de
rnliitaie..
6-. Sent erceptr's de la dif.:ibution des fecoiirs
cenux quo_ la .ptiihblirqnA'lara__q~ieiqanettre.
que ce foit et cerx qni font w n cornmrce quel-
conque, pour lequel ii ffrait necdiiiite c'aVoir des
pZtentcP. ._ -
O demanded l'inpreffion du rapport et du project.
Douc.-t-Pointcoulant. Je crois qu'il faut cnompren-
die d.;ns ce ,.-roier les rrfug .s du Calva ios.
Dins pi .fi urst.ar-',,ns do e ce ep.'rtiiene th, il ti'v
apas up i f-ln pit'ntequi pu:r:,';.r hi u',
on bid.e tit homee,, femuie, et eith-as. Je
propofe aufli au rauporttur de fupprimer tine
expre-flon de fon rapport. Ii a parli de l'infrrection
de la Veidrlte le faint mot 4'injlrrcction ex'rime
le devoir le plu, facr6 des Pauiles ~ il exprimne le
movement d'un P-uple qui fecoue I'oppr(flion et
qui s'61ance 'la libert- : ce n'eft done pa le mot
dontur i faut fe fervir en pdrlant de ce qui (e pale
dansl')ueIt,: on peut employer le-mot foulevement
on celpi de. ribellion.
-Le enfei ordonne l'imprumlon du rapport avec
les-aen-r1emnens propofs par nDoulcet. La difculfion
en tft ajhurnde apres la diflribution.
N.,.. Votre devoir le plus facr6 eft de fe-
courtr les malheureux : le.- rer,tiers ne peuvent plus
fabfifier: occupz-vous enifin de leur situation.
Une coummilfion eft charge de fair inceff.umnent
un nitppoit fur cet: cbjet.
Un des fecretaires donne lecture des meffuges
fivi'ans adrefies au confeil par le directoire ex&-
cutf.
Premier mcfigc.
Citoyens l4giflateurs, Particle XIV de la Ili du
21 fuctidor denier., obligE a r6fiid-r dans les chjfs..
li'nx de canton les con'miflaires du dsrectoirt cx i--
cutif prH& ,le diverfes adi-thiiliations municipales
il en )eilute t'6efr-quetuient, quo lorfque les
chefs-lieux 1ne font que ds communes peu peu-
pl'es, il devient abfolument.impoflib'e d y trouver
des homes qui, avec les talens ptopres ai enl


rait tre que tis-ava.utageux La chofe pubique
de dicreter q'.e les coimiillaires p es 'les adn6ii-
niflt'-ations minunicipales nei feraiet teius i refi-
dence dans les cl,:f li'ix die cantons, que danrs
le cis !fu'euient c i fs le trouveraient pteil s de
Vcb hLbitans et ai-defflis ; et qie da s le cas
contraire il leur ferait libre d'habiter dans touted
1'6tendue du mime canton.
Le directoire exkcutif vous prie citoyens 16-
.iflateurs de prendre le plus t6: poffib e Let objet


I


en tofidtration. '
Deuxieme mejffrge.
Citeyens Mgflriteurs, P'aricle V du decret du
3o prairial dernier porte que les habitats des
cimipagaes entrainds ei (irpris clans les raflfnm-1
bletrens de Chouans, et qii ne front pas con-
vaincus d'avoir particij~ aux affaffinats front
puais fuivant la gravite des cas de deux, trois
on quatre mois de. detention, et d'une amende
gale la la oiti de leurs revenues. .
Cette loi que le l.'-g'l.teur i' ti. proonncee fi
deuce, que pour ,pararier l'errur fert a en-
,lhat4ir le cr m.JI ean r6filte en-effetqtuc.le-pillage
n'etfnt puni que de la detention les Chouans ,
que la 'ed6ret de cette pine n'effraie point, fe
rmpandent, danm les champagnes, et s'y livrent an
vol et an brigand-ge. II fut done un frein plus
f6vere pour arrerer Je couri de ces attentats.
L'infuflifance de Particle V du dicretr du 30 prai-
rial eft edvidente; c'eft par des difpofitions plus
rigoureufes -que-o 'int6et- public exige qu'il-foit
promptement remp'acS, et le direct oire exdcutif
appelle, fur cet objet, toute la follicitude du con-
feil des cinq cents.
Troificme meffage
Cit6oyens IVgilIateuts, une circonftance paricu-
liere -ndceffite-une- lifkation anx -difpoff ions-
doe l'ordonuance de 1673 relartiement auxcomptes
dq retour que les porteurs de traitel notiacquitt&es
on. non accep;des font daus i'ufage de fuiire ilu
les tireur. .
Les abuse que Pl'n Fait en e moment doe ces
coniptes de retour font crians; ils peaveent potter
urn ciup futnefe .ix hi;,ges avec lhtrangf.r, qu'lls
avilifl-nr ; iis conftituent ia tkdfo-erie national dans
,d1; double paiemcris, qui earichiffent miles agioteurs
et p.uiW trr -es forHd public. '
Cas a'ItuI vous feronr re'idus fenfibles par la \le-
ture dii n.'inoire ci-johrt. -; o' .
II e fticile f de le' f-ire ceffer, par une difpofi-
t on fiinple qui cot.fift&ait A ordonner que le d4bi-
teur d'une eure de change qui reviendrait A-protet,
-fera-comd- m,6-ia-r-eboifer Ia-i.Mmofmiudo
nmomnwie 6trangeie qii'il dcvrait fire payer avec
ies fn eai t int& s de retard. C'elt le foul moyen
de privenir toute- iiufire.- -
Le directoiie excut f vous pie, ciroyens 16.gi-'
lateurs te prendre cet objet dans la it:us grande
corfiet atioen.
Q (atriem' metpge.
.La hi (,l itz de ce mois a etabi un feptienme
meniifitee, fous le nom do Police ginerale de la Ripui
blique, II eft inflant de pourvoir aux d6penfes qi'exi-
geria e fctvice do ce rnouveau dp it'temiint; i! corn-
prend les fraiu d'adminifiration de la police ; les
depenfes rehives aux mouvemans de la' force
armee, employee a' mi .inti-a de Pordie pubic,
celle's des prilftns iii''ons d'arret et. de reclufion
ceilcs dei etab;iffeliens dellinds A la rrprffion de la
mend Ces divers object co'npris pri6cdemme-nt dans
les ttri'inions du mintifie le l'initrieur avaient
ctt jufil'ici ports en infile, a.ec d'auttes arti-
cles d-alns les ktats des fonds dmaindes pour ce,
iniiiftere.
Nons ne pouvor:s donc encore vous donner
,'apecq' exact et d'tlaill6 des fonds neceffaires A
ahaque p-'rtie. Nous croyons feulement pouvoir
les Nous vous invitons niettre rette fomme ou la
valour en effignats A la difpofitiori du minihe de la
police g6ind.ale.
. Le dniectoire doit appeler en mbrne tms votrr
attention fur I-s befoins du mnimfltre de iintdrieur.
Son e,6dit en niJmiraire eft 4puife ; ce qui lui rifto
en affignats ne pouet affurer qu'une parties de fon fer-
vice et pour pen de ti-m;.
Nous joignocs Ace ircitge, '6tat aOpproximatif
de fwds en valeur im:t ilique qu'il juge necef-
faires aux ddpeities de (bn depatenment pendant une
ann'i'.
le directoire vous propn-fe de- fire mIettre
quaaat a px6lent la i dipofition vingE mille


11


lions en nuim a'te mitaliqtie oun leurae e
allignats. ect en
Sir:I, REU BELL p
Par le directoire executif, ,
Sig^., LAGARD), fecrt;,re-,'gr
Des commitions tfot oiures r e
ces imeflages pour exainer
La fiance eft levee.
CONiSEIL DES ANCIENS.
SIANr CE D)U 7 NIV0S
Regnkr a' nom de lacommijffon. L'orAi,.
jour appele iCLi fur laffahrdeean a
Aym.6
Vous avez :a de'ib6rer fitr une r"foli
a d ciar6 qe le citoyen Aym6 hin ttIot qu
jifqu' ala paix, exercer aticone fnIctiozl l p,,eut
cette r6folition a pour bfle la lei dua br"'uairr'
La Convention n0 a jg6 que la force d. I,rf.
ta-ices, e t le fdut .de la Pattie exig. co t
mefure. Si avjourd'hui elie n'6rtk que fimple cre.
lution-, fi nous avions a examiner cetteo ti "
nous forait propose nous devriois la bienJf,
cuter, en ex.nmihter hlsmotifs, et ne prn wen t
qu'aprs unern;l,e d(eibiration. Mais ilne plaeil
de la 10o du brumaire, mais il ne igir p,- t i'
fond de la loi d 3 3 brumaire, il nos' agyt u, e
de fon application s car tant qaelle ne pas_ ra.
portde, elle doit tre ex&cutee. P
Ii fiut done rifoudre les deux quleflicns ni.
vantes : i
La loi du 3 brumaire eft -elle. applicable 1
Aym6? ,
Peut elle tre .apipliquie par Is corps if.
.latff?" ,p' c
Pour rdpondre la pre-niere queflion, il futL
favor compare les articles de la loi et les fya
relatifs a Aymd. '
La ioi dit que tout individu qi:i a fign( ou rrd.
yoquys des mefures liberticides dans les JAmimb! n
primaires ot 6lectorales ,ne ,eut exeicr ULL.Di,
functions 'lgiflative adnminiilritive ei judicirre.
L'arr&t6 de l'aflembl6e de Mont6limirt tf'ro.'a :1
.contre une loi fanctionnde par le Peuple. '
11 eft conitauit que cet, arirt a 'et6,forifcrit par
le citeyen Aym6 ; il n eft com'veiitl au rorifil
des cinq cent, et cet nridt6 n'a pas befoin de
commentaries. Ce-n'eft pas-cependa':t-que jo
venille nitl jug.'r de linteution de ceux qui I'oit
provoq ui ou jigii6. Peut- &tre a- -ii t 1 pi.c
l rtflchie. Cevendant, d'apres fes terms mnieis,
oni voit qu'il rEfufe de recoin'ie des d..creti
d'atitant pius refpertables q(u'ils 6taieult f.'1'crioius
p."r t'acceptition du Peuple, et la faiute d(l CRI c
aggrav6e par FIenvoi qui y eft mentiotin auxfe'-
ifons de Pa:is, I toutes les aff-mbiees praniimre.
C'-mment n'!a-t-on point vu que ce patmi mrlhr i i
pouvait occ iionner das dcchir6inens,dort toutboa
citoyen doit avoir une profonde horreur.
Larretd eft dohc coupable ; il n'y a doncpoint do
doutc que la loi ne foit applicable ai citoyenAya6,
qui en elA figu:ataire.
fMaiS_ v._< i'ci. i Lev-'rihe'e print d.e ldilil:
vnici la vritab'e queflion de cette i r:.urlanig
alfaire. IIne s'agit plus d'un individu: tia, let n .
le corps social, niais de I..reprJ-iiiii.'ln natiot,0ce,
d-nt 1-s deffnee.s fuori i ,f.pai.klmlnt lisi c.cs
de ha R4pubbique.
Des hoinines, don't je refpecte les lumieres t.
1'amour pour la Patrie out cru appercevoir deux
inconvenions g-aves dans Padoptionr de la erfohtio.
Salon eux, P-on doit craindie qu'elie ne tfai.
dans les mains du corps l!g latif, une cuimn nation.
de pouvoirs qui, en ferait naitre I tmauvais em'
ploi, qui lui-mme frfe'ait bient fuivi de albu,
qmi nft atttre chofe que la tyrannie. Is peflient
,encore que lUi rfoluition eft une air:tiiie I1.'io
ooins directed portoe I !a garanpi ,>ts n,"itlla
dtie la reprfentation lationaie. Cas deuix poiMt
nirrite- t 'attention la plus firieufe et lajudetio
doit -tre trait-evec lha fg-ffe q iexig et I ,pnr.
tance de la matiere et la igitti de ceux a q,,, dI
eft foumife.
Et moi aufhi reprffentans, je pr fif,ai to
jours le dogme facr6 de la girant'e des men ,
du corps Idgiflat;f ,j'aurai toujours prfens h
penfie Ies teams dsp'oiabks de !a tyran"ir do"
Robefpierre; je jnorblierai jamais que F em0ris
ne phrvint a Iaccompl{fflement de fes atbomi. ,ab
defleim qu'aps avoir ditruii cette gtrantle let
que ce fat alors que, fous les plus nial.
p rtextes il dcitna la convention TI qe les
arg fes furent glacles, 16s c urs reffrs,' le \
intemI ti dui Peple mnconnus, abandon s ntrah
Si votre ccnimiffion edt penf qe1iJe nvots
de cette nature talent fond6es, certs ne
propolerait pas d'approuver Ia rafoluti'n ,rce
Mais j'cbferve en premier lieu qu teponac
mrme que le confei des cnq cents a ,
la hrfpenFion d'A ymd lufqu ia lai gf,, aC' t
reconnU en lui e Icaractere da 1 ,1 nation
People, et e ditI en exercer le$s ae. f nn
car favs cela il n'aurait pas pau 1et edan, r 'indi.
ft la r6folution reconneit ce catactere .dn j iia c
vidila quelle vent attaindre, ne fatil p


I1











i 'c ie tou1e pof directede et a la
;rtteq luhi di; f~d r^ e ? et' -d-ce' paq t"e o0r-
(,- t mntel' a 'It e e reprf entant pndI ne.
re Y11 j.m15 accutL, pounfuivi ni jg6 fans
11 v.i s fomnes prefc"ites par la cmifh-
Ce drcit, en effet, n edf pas att.che A
Urice des fdncd'eons, maits au car.ctere, et tant
d tUbi -I ;et on ne pett priver hindividu qti
Sit fr itB, ldu bifitge qiu y e(t attLdhi que pour
S lufes et par les forces que le Peuple a etab is
Is la convtitutiol.
S ini il n'ya point de pril pour I garanr e fous
"remieroit e .. vue.
Mais, a-t.on objected, it ne ifutft pa; que ,la
4,'1rjlion lie porte point 11 e at"Ctine dirccte aux
SiL dI "repr6fentantit accuse, ii faut e.core q'.ie
ir ieirte voe. in directed elle ne pufle y prdju-
ictfr, nf invetitffant le corps lgihlatifdu droit de
.,er Par lIe fait. Je conviens de bonne foi que
;' (1 nfli )'i1 ta f.turait pas balancer a re-
ier 12 r6~blutio. Mais la lecture de la lo01 du 3 bru-
e a i coav.ii vote comminiflott que la conf-
litution in'tat ntil!ement vioke par fes difrfli-

jpplrochnri-t n les prilipales. Elle vant d'.abm'rd
'i ceu"rquiauront provequd on figne des are6les
J ildeux er coitraires ;aux lois no puiffcrt exercer
u, i ue i.icriii-.in publique ilfql.i a la p.aix.
L'artkic 11 preiid la m6 e melure :i i'gard des
p rcnlS d'cnigeos a un degrc prLhL,.'. EL.fii e', a
dcitd, pa articlee III, quie cutix qui ler;ienr
dins le'c.s k I'artic!e jcr devraient donner kLur
&mi'lio' -1dts leI V1i!gt-qL''atIe hl.ures de fa pi.bli-
ati I,.et q.ue ceux q:ui nei lura'feeit pas ftit feraietit
cr.ndam.i ai ba'ii' ..rt a perpetjiiLe. C'efa er-
c.' ,.ro h ,t'inre qu'ele pronounce centre ceax qui au-
Staent, it de faufles'dic'a.ations.
,Sil idfo!nticn qiui voius occupe avait prononcd,
ut fae i Je ion .6smifiuon, on declaration fautle ,
e ni 1aincr.ii pas a [.ropofetr de la rejete,
PI c qi'alors .rle atr.alt d founmart'e le revr -
S'rtani a ui )i'gcineni faivant ks f.imes co;Iliit,-I
Siind'Irsci, ifpuils'agifl.-it-de pronncet la-pt.i ne
do bamslfferm-' a perpenitie.
J'jenrd d,'e qiti 'i I c.is de non dimiffion e'u
da f:ul' ddclaraiin n.'it pais dcidi par la ref-Au-
lion, il n'1n eli pas moins vrai quil exifie. Jo
,i'igole, Citryes et vons devez. aulit ignorer :
Sou0s n'a-'ezi a pToinincer qua fvr. It ref6ltion ,
qjili'tE -lari:- ., ; tiuais-qi'. faififfa. t A ya, .'u
irumein '.t iiIi aprov q. u.e i. fur,. f-di..ufc ,
t, il I appolf fia fig'ature dia:C e en vertN
de 1h ki, qi if le petitexcrer les lonctiol.s 16-
; lOi K-t: .
Or, t'ti:-ce ici le cas de renvcyer devaht les
I'ibunaux ? il dit AvIdnt que non ; car le decrct
du 5 l',ua it p'erige point dn crime la provoca-
,to, o1 la liiilatre d'ui;e nf4ure f6dirieie pnIf-
e,si tai t ai!;fi il, it prononc6 unepeine
10o'io'liouiede ce qui iu'dt pas, conmme je va;'s
; l[,:ouvcr.
!Rmar<.ez, en lffet, qi e ceux quiiont flit cette
pi0voc.it. nie fiint traits que cor.me' los parents
It'gris, i un dL.Ir iprohibi Or eft-il poflible
qu',nl at ailn 'ime ai.ces -derosis- un crime -da
frt parent. ? lEt fi ct la-.oait -la loi-neferait-ilege
"iC ort(;i,e a, principle fondamientat dte toute
SIigfliu'i, qiA v4it que Ie craeu fit perfi;n-
*i, et qie la pcin en fioit pforee ar celuiqiui
tcemmis i
.Not, a loi 41n 3 brilmzire n'a point traits comme
s, ( sni cenx qui out provoque des nefr tm
i Eeles nil.es paiens d'6mirgrs a un (c'ri'
SI.b i t p iii i ei v it'ure de u'n te.t
Sirge er liierl. ,,i ,s 1 ." ii ii ir. 'rCes difi"i; e. (il
f troaivei l ,1 pti,ll,! Ele a vou'u ail.fi'ecarr.r
d 'iIplois ceux doort 1a c6nduite n'itpitre pas a
t o, conmfe ceux q't'eil peut jultement eo')p -
Collier de n'6trapas attach is a fes int&6res, caufe
atirt ilonr avec des hmoines qui ont pis les varies

,t i1 n 'y a point dh crime, il n'y a point
AM U. l n, ni par confl'1uent a une mite
nits t ,- defi itif 'emploi des forces
1jr jar'e1:'.s de 1 garantir; des reprffer.tans du

U. dit.on encore, la (tifpenfion efit 6vi-
.*rit une peline, et en g&indral une peine te
t reI app i.ie que par" nn tribunal. Sans
% 1 ', cCe privation des f$ tonctiolns
H B BI^ e pottr iin rep'rdentant du Pe-iple ;
(to e r>epete Ia is ,i "e doit hI cofidket.'r
.itlte pne. Ue pasine, ern cff-t, eft h
Si ,.i. d4un crime et i'ai fit voir qu'il'n'y
0t de e ctime aux yeux de la lki dans la
,i',ntiioni on a fiiltv. tui duuan mefure fuditieufe
i ePeit'r acac a* ppuierai encore ce rai-
Ie ,t de 'exfmp'e des parents d'dmigr5 ,
,1t1nel5 Ia Ioj fant usire injufte, ne pouvait
r. ,Sty e^ I'l.1 I puifqu'ils n'ayaient point
's e ,ri rix
H i n rot, i nte lunt pa, confondre avec les
Sd riba mefure te faltit public prife par la loi
r t 1aWII ya de peine que dans le ban-
fll. *- '-itl'6'y a de cr im ,.een hf la lo,-i, En f*ifant cette diftiction
i i tottet les cr'aintesi fe .difilent on ne
*. j Jugement, ni partLcl,.'t.n de re-


cours a !a gr-a-,tie des meu.bres de la repr'fl't,.ation

11 eft tie dernicre objection cut a trarfpire, et
qui mdrit,.t ne ri,.nle. Si l1oi ,.e croit pas nicef-
faire, a.t- I dit, 1'oblifrver r-Ls foinie: c, ihtitition'
nelies et de renvcyer aux trlbu, ., crihniiels, ii faut
aufti fe dirpenfer 4l juger dui fit doe li provocatiot
ou de la figntur(de i la nttetlfe que 1 cn dit &ere
ftditieufe et d'ppliquer la fiu'efion p onoucee
en confequ.;iece.
C'dt ici R'ri6flrentans, one fe ti liVOe la fo-
lution collpi. tte de la feco'de qefllion. L'ap-
plicanon de la pine a.pattitnt-dle au corps
hIgiflarif ?
La coniflitution a prevu le cas de l mnie en ju-
geme.-t d'un reprcie:.itnt, pour i ,' dlit contenu
an code penal, empertant peioe :fAi c.i e ot i; fa-
mante, et pour ce'a elle a fig nie-.t e abL les
former de la g.rantie. MAi,. et ii vlai q 'c pro--
nonq.tn t tli le ifat don't it sagt., he coips ILgi:-
latif blefle la division des pouvoirs, uftupe I au-
trite de 'ordre judiciaj-e ? Cela ne pourrait
Store que fi le cas tait de a comp';ence de quelquce
tr.btal., Or, je foutiens qlu'il 'y en a pas de
ccinp6tens.
En' .ffzt, je vous le demande at.qui renvervez-
vous l'examen d'une d fliuuie elevde fur le; con-
ditions d eflg bilite d'un repr(fentant du Pcup'e a
qi i on pl rterdr.it qu'il irar:qu,, par exemt!e, ott
ag? on l r,:filence ? Ce ne ferait pas un luge-
nient,' il s'agirait Iftuktn .t de iproorce'-'r fur ie
fit : ferait-ce dQo c le% tnibunaux ci.ii.e:, a-i
puitiraent prononcer ? Non fans done, le fair ref-
f ,:tirit unitqueinent dti coups lig flatif.
Suivart moi, c'efl ici la rn.ne chofe. It s'agit de
fa-oir fi nn imiembre peut exetcer fes for.ctiins,
olt s'ii doit en d&re ft61Clendtt, x. azce qu'il fe trouve
dans un des cas que a 1( i du brumaire a pevr.a
Or, fi les tribunaux ne font pa; admifi.bk 2 dans la
pre-miere hypothefe, ils ne te font pas davantage
dan,, ccle-ci.
Ne fiuait-ce pas, en effort, compromcttre-notre
in I-Wlp..Id.Iue, -ele corps ligiflat f nelt-il pas fenl.
competent piur pro-onccr fur les conditions d'e i-
gibilit6 de fes mntnbres ainfi que fuir Iexkcition
des conditions inpofdes par la loi du, 3 b:u-
naire ? ..
Aitii Pordre judiciaire neft koint bleff64 1'ordre
conflititionnel-n'cftlpoirit viold. Notrefefil guicie
eft ici la loi du 5 br3un;aire i eile eft dvideniment
applicable au ci oye. Ayrnm6. An corps6guflatif leul
appartinr Ile di ot de 1ipplizucr..
Vontre -columillic Uiit a'avis que la refoiution fait
approuvee. a

Talpihonfe. Jai demand- la parole pour corn-
battre la rdfolution. Prempitreme et, elle d&rruit la
garantie du ccrps -lgifllatif. En efflt, la rtolbi'on
confetve-t elle i Ayrns et hs fornies et la j!ri-
diction confiittiionnele' ? Non. D'are pzart, pour
faitr criminals ancune mife en jugenwnt ne peut
avoir lieu contie in nitinbre di cops l6giflarif,
que le confeil des cinq cents ne l'it prv pide, et
qne le conf-il des ancirns lie ";xit difca tee ; de
-Iautre aucun-aut:e trtl.i.:.-l repeFent-e-re-compe-
-teantque lihaute cour de juttice. \V0i i la double
paranuie du( corps I g:flatif, garanrti dans le. forme-,
garanue-dans-lis jig-s.-
Maintnart Ayrni eft cri-ninel on it ne 'eflt
pas. Sit n'eft lias criminal, ait(u:,e peine ne penti
lui 6tre infl gee auc me fiif.'eention tie pentc ere
prono::cee' contrCte i ; il doit jquir de la p1e-
nitude de fes droits. S'il e 1 ciiminel la mile en
jigemer.t doit erec propos67 par le confeil des
cinq cer:ts et de, dt6e par io-confeil des-arciens,
et il doit &re tiadulit Jvant le tribunal dela hatie
-ott" de lattice.
Tot tz anutre frrne n'eft plus qa'in acte arbi-
rtaire; et 13 commnieace la tyrannie ctu commence
P'arbitrairc. Tout autre tribuial eft incompet nit et
11 ot, eli 'nicotnmpencAce, L. cii'Tiitfurpation des'
poutnvils. Or la rflolui'rt ne propofe point de
miLt en lIgement, p-oint de traduction devant le
tribunal de la hautl cour de justice; tout a la fois'
e!ie jugl le d&:it et ele l'applique la peine du dd-
lit ; ele ddrtiuitdforc ia garantie.
Seconderrnt, edcie viole la corflitmiion dans fes
bafes princfip;les comnme dans fes di.pofiioas les
plas ,'.-r' fi et le< plus frmellas. "
Ado.p;z, en ff.t, la rfoihinion, et your exer-
cerez pir von'--n6dms le pouvo:r julieiaire ; vous
l'exercsrez cn vous cotfltu:ant jiuy de jugement,
pnifque vous dclharez-d'une part que l'arie d de
alfjiemblee o rimaite de M antelimart, du 8 vend&-
nmiaire flune nficlet fdditieure et conruiire auk
loiit par confrLuentt que le ddlit eft co'rtant ; de
1'autre, qu'Aymn ,i6 n sayanr. recannu fa figna-
tute, en eft 1'autcur. Voili bien les functions de
jury. Le ddlit eft conflant i Aymed en efti Pau-
teur, itl ie nuanqule p.us que la queft;on inten-
ioniele.
Vous exercez e-rcore les functions judiciaires en
protoni'u:t la pein?, piiiqoe v.us pronencr queo
jutqI'i Ja paik g PTer:i !.ymbV l'i.6 t ne poarra
ex-;r-rer auc ,rna focIncin id;illtive, et que cetie
excil.fiin ou cette fufpenfion lt ia pe'ne pronon-
cdo p"t'a loi da brumanire.
S Ai Li, la divfioa des fouvoirs n'erill plus:


cvr hli:-iites foit rompp!es, et les bates pJi:,iJpals3
de la corlntiction fUrt renverftes.
Ele eft encore violet dants fes di'pcfitions les
plus prtifes et les!ptlus fo:mlnes; L'aidc e 204veut
que nul noe foit dilait d As juges que la loi hti
ailigne.
Or les articles 1i4, i y et 12, de la cotlti-
tutmiot alf'gnantt AymA 'aiid s'il eft coupable ,
pour ingt et feetil jutge, le tribunal de la hIute cour
de jfltice.
Vous le ponver done pas 1'en dilhraire nmoins
enceor vous cider fes juges, puifque vous tpouvei
decrtter fa.mi,'t- en jugement, et qte ce fcrait unt
mot ftre en ldgflation que vus paiffiez mnittre cn
juge.-ent ct juger.
L'artcle 6z qui done aux cor:flils le drit ref-
pectif de police fur leurs mniembres, ne leur peruntt
de p:on.t-ilcer de pe;ine ilus forte que la cenfuie,
!es arr&ts pour hait joins, et la pi-fon Foul trois.
La fe borne votr:- aitmirn for vus-mines ; a'-
deia ce n'e-ft pls iune atitorird legitime mais u:t
potuvoir injufte et opprefleur. Vousne pouvez done
pas proonocer la fifpe.-fion.
Cette fuilpenfion anlx terms de Particle 1z3
ne peurt tre que la fuite d'une accutftion pro-
nocee. Or, vous n'avez pas prononce d'accu-
fati-n i il ne peut done pas y avoir de fil-
pe; fion.
li y a done violation de la conftitation, et dant
fes bales et dans fes difpofitions.
Troifi'nimeent eofin, la-rdfolution paralyfe et
Life fans execution la loi du 3 brumaire'," eile
ordonnre que quiconque fe trouvant dans les cas.
po.tAs dans les deux premiers articles, accepterait
ou aurait accepted line ftbnctifn publiqt'ede la ntat ure
de celies defignees, et nie '/en -dm ttrait pao dans
les vingt-quatre heures, foit pui .ie la peine do
b iniflteiment ai perpdrit-r.
De 11 un raifonnem:nt bien fi np!e : 'arr&6d da
l'aflemblie primaire de Montelimart qu'Ayvmyi
Vai;:d eft accurf d'avoir fig 6e, eft ou n'elt paa ute
melire f6diticuife et contraire aux lois. Si ce n'6dt
pas une mefure fd3itienfe, Avmy6 ne p; ut &tre
irquiLt6 ni re.herchd. Si l'arrie eft une meitu'r
f-ditieife, ayant accept ine function iJegflative ,
Ayme a d6 s en diinettre dans les i+ heures de 14
publication de la loi.du 3 brumtire : il noe Pa pas
fait il a encouru la peine du b-,'.ifletnenrt a perpi-
tuit-: carla loi doit [tte ou rapportee ouexkcutba
dai's *fo enter.
11 ne peut y avoir detn poids et deutx mefures.
Par f0n anite du 4 brumaire dernier, ie directoir-
ex6cutif a bien expteflimnernt charge le minuih-e da
la-j- fi ce de fair dn ouiic-r et pourtiiivre uni jua
de paix commnie rant comptis dans la loi du 4
brumnite Ct ne s'ecant pas dinis dars Ils dilai,
qu'e~le a fixds.
Et v6us, citoyens coll'guns, vo-is prononceries
centre un d.e vo. r:-'n-bres une pine que la loi nc
prononce pas et vouts hercheri'z a 1'rAffanchir de
ccile qu'elhe pronounce! Vous lui devez la garantie
Idgale, et non -as ure inpunitr 16gale.
J, fuis convai.cu que it. c.rfeil ne pent pptouver
la rdfulition : concius ce qu'elle foit tejet'6e.
Bo: incfur. La que-ion iL;drle le fi.lut de PEtat.
11 s'agi de favgir li toni eyecuteta on fi on i,'ex6-
cutera par la-loi4(Lu- 3 rumeine et-je croixsqu'aprAi
rvoir lu I'aire..d du 8 vndemiaire lign6 par
Aynai on ne put 'etni .hr d'appliquer lar-
ticle le".
Si vous rt'ffiez de faactionner cette rdfolution
ne ferait-ce "as vous arroger un droit. que vais
n'avcz pas ? Ne: ferait-ce-pas abrcger- formeh'emeno
la loi du 5 bruinaure ; prenidro Iinitiattive das
lois.
Jean- Jcques Aym6 eft reprfrentant da Peup!e
fCn, doute ; on invoq,,e- four lui la garantle des
mcmnbres du corps 16g-fl0tif: mais ,e devons.-nous
pas d ftinuer Ic fufpenlion de la difpofitien pdnala
iiu buiniffrmenrt, qui fe trove dans I'artic'e I ?
Que fait la l,)i du 3 bruimaire par fon premier
aittic!e ? Elle inpofe pour condition d'admlilfibilit6
actuelle an ou fign6 d'arr&t6s fdditieux. Or, 4 qui apparttietit-it
de flatuer fur c. tte condition d'admiflibi itd, fi ce
n'eft au corps lgiflaitif? Eh biednl voila eo qu'on
a fait par ratport a Aymn. Le corps ldgiflatif exerce
foon d. oit de juridiction interieure.
Mais, dira-t-on peuit-6tre, le corps 16giflatif a
bien le droit de flatuer fuir )es conditions d'dligi-
bililu ou d'adin'flfbilitd exigdes ttxtuellamenr par
li cornfiitition, inais non pas fur celcs addition-
nellemant exigees depuis par la loi du 3 bru-
maite.
Mais fire une femrblable objection, n'eft-ce pas
ouliir pIar des toiuroures, par des ditlinction-,
'par des e.itofes mnachivdliqtues, eluder l'exdcution
de la loi du i brumatre ? J'ainerais mieux quo
'on die franchement que 1'on ne veut pas do
cette loi.
Elle nell point inconflituro'inelle. N' evident, en ftit, das !'elpit et dinm la lemtte do
la coi fltituion qn, !e ftditicuix qui s'e'eve au-
dellus des airtoiires leigintims q ic Je cnlipirateur
oui viole totites es s l:s qe'e t'ernemi en un
mot, de la liberty de f>n pays tie puiibepas exercer
des ft ncti,'s-pab ique,. Oc, la loi d, 3 bi umaito
1.it nmI s que :a co:,lti.i;on, puiflu'ell' as pro,
'i


CP~ I L IC --


; I i'










nonce'a r f;lediao'i qui nmintainment et jujfqu'i
lj'Aiix iitt'.' J' .tia3 la r solution.
Chinwsi. La r~t'utihimn qui voius ell ptrfentte
ft e deuttx objets a votre examen ; favoir : les dif-
up.itons; de lloi fur laq',elle cetto r6folution eft
f nd6v, ert 'app ication qui en e elfaite contre le
ci(oyen J. J. Ayime. "
Cette loi trop tmeuf4 d1u 5 brumaire eft, a-t-on
dic, necefiaire dans les circonfhnces prqfentri. Si
cc'.t afLtrtion eltt aieve, qvie s'enfhit-- il ? que le
u;,rpS 16gifllutf doit redoubler de courage it do
iee psur frou:hir, le plus tst, p6fible, inmter-
va!1- qui fnpare Lt terns od nous foomes d'un tonms
n-Xl:cur, dans la crAinte que la tuop loamg,.ie ext-
'cittion deo ette lui ne perpeiue n'Wternife, en les
atg avaet pent etie encore, les circonflances mal-
hiteufas qifrotir fait renire,
Pe.:imr nous pnen&rer de cetrt crainte falutaire, il
fi' ait bon dxCinainer cette lAi focus tawns fes rap-
pots miais ,entreprite feratt au-deffus de mes
tcrdes, et lo talent n:cetlaire pour renmplir cette
tsclie enstiere ne'a pas dte d4parti.. '
"Je ie biorinerani denc, ap'res avoir dutmontre
cL.ml)itn-,' elle frait injifec dans des t m.s,6ydinaires,
I P'xaminer fous le foul rapport de l'tff.t ant'-
focial ct rfuntte qtfelle prcdturait naceffairement fi
elle tait long-temns e it!it6e. ( On mnurmure.)
Flajfim-s voix. Ce tieft pas I li jqueflion.
Goupilleau. Nous n'avons ,point Pinitiative du rap-
pot d'.s lois. Oi nie petr pas inettre en qiaftioia fi
c qulAs qui eitent ,doj-ent 6tre executes.
Lanjuhiais. Jo dcmande la parole fur la'mnaiere de
poler in queflion.
C!'J:cld. La -li n'3sspas dt attaq':e au confeil des
crnq c~nts ; nous ise, devons pas nous en oc-
cuper.
Crvdieres. Jmfqtmu' prudent je n ai lu ni entefidu
aucuite objection contre ce que j'ai i dire; et daps
'infiuffi Ance de mes mpyeans, je tcherai au moins
de cofervor iet avantaga, tn inexprimanT de ma-
aicre q'aucune c.bection-fondde ne puiffe trefaite
oerntre ce que j'aurai dit. .
SU.i dclaratitn des droits et des devoirs, une.
vctnlritrlion etdes lois corf-rrmes'A cotte declara-
tion et i cette conritution,, doivent fornar notre
code naturel, polit',. 'e et civil; et c'eft ce code
_ ti, llii.I et fCns aunue efpoe de modificatioti,
dnit rr.gir aiuaaird'hii tons les citoyens franJr:s ifou-
ant argovemrhenient rpublicain. Voil t je crois
ut priicper iuiaortellable.
Tous let actes du corps leg flatif qui front con-
formes at la declaration des dioit et l'ace conf-
ttariotnwel, frontot donc !plemrnent jufles ; tous
ceux qui leur feraerrt cotraires feraient itgalement
i 'tles. Vili, je pene, une c'onfdquence bien
uvi'ene. ;,; ; ,
'i at rivaic t an ouvoir 144ititif de mconnni-re
ce carncere et d'kablir queque exception aux
lit ,aaors cette exception erait tout a la fois un
priltge et un dornmage; un privilege pour ceix en
fwevir de qui 'Petcepti on ferait faiie; dommage
pfr' ce". contre qui. ferait f.ite ce.te mneue ex-
ceptL .,a.
S i; art-ivjit ice pouvoirlde miconn oai-e ce carc.
there ft d'dublir qle'qne exception i )'acteconfti-
titmnn~il, alors -cette, exceiition ferAit tout i la
fois une dill'n.:tion, une veritable prerogtive et
tin otitragi. prerogative pour ceox en favcut de,
qiA l'cxception ferait faite ; outrage pour ceuxa
contre qui ferait faite cette mdme exception.
S il arrivait ace poiivoir d'alier plus kino encore,
et d'ktabiir quelque exception la declarations des
droits et des deois dle-;ne rs, alorst acte qtI
t itiirair cette exception ferait up acte de mimfe
"n oppieffion, uine dchlration de tyrannie don't
I'- uns feraient les inftiumens, et les autres les
victims.
Po .quoi fant i! qite laloi du 5 brumaire. .
( Do nopuveaux nmutnures intetrompent Popi-
nmnt. )
Plafieurs membres, Ce n'eft pas-la la question.
Goup.ll:au. La question eftl entire le roy lifmne et la
RB('ub.ique. '
)... A t .i N ,ei'u. J Odem-nde a pronver que la
qy ihtoan eit l'exaamln de la loi du 3 brutnai)e.


Charlier. Le renvoi i 1'hiorien. (Les murmures
fe prolougent. )
Lepravd. Ii nre s%'gi t pint de fouteniron d'fttan


CoupuIeau, Et mol, je demanded a. r6pondr6 a ia
motion. ,
i C rJrde VAude. Lanjuinais veut-ilattaquer ia loi
du 3 brumaire ?
Zt prrfident. Je rappell I'affemble an calme etr
a all ignit6 qui lui conviennent. It eft inutile, de
fair dt'n incident une difcullion principale, opi-
nant proni6t de f(6 renfermer dans la question.
Crd!icres. Je renoace a tout ce que j'avais i dire
fur Ja oi du 3 brunaire, et je me borne a-
examiner fi fon application a Aymb eft jufte ou
non. "
L'artic6 I" veut que les individus qui, dans
les affemblis primaires on dlectorales, auroni:
provoqn6 ou fign6 des iefures t'ditieufes et con-
traires aux lois. no pufflent, jufqu' 'la paix gd-
tinrae ex:-rrer'aucunesfonctions lgifla ives, &c.
i i fant dic, pour qea J. J. Ayme, foit afteint
par cet article, qu'll ait provoqa6 ou fign6 des
in efures fdditieufes et contraires aux lois.. ..
II a fign6 un arr&t des affemblies primaires de
Montrljnarc videmment contrraiie vux d6crets des
y et i; fructidor et en date' du 8 vendemiaire.
Mais fi a cette 6doque ces drcrets n avaieat pas
force delai, les fi3nataires de ct arrttd i.e pen.
vent &tre attti- ts par la loi du 5 brmanaire.
Ce n'eft point par une fubtit, niais par Ja
,hdori. la-:plus -fi.ple et la plus fenfibie, que 'je
vai; prouver que les dkcrets des 5 et 13 fructidor
n'ont pu avoir force de loi qu'i I'poque du zo
au.'ovendmiiaire, et que par confeq'ment tout ce
qui a dte fig6e avant ce rnc ment de contraire i ces
dicrets, n'6rait pas contraire a ces lois.
Ii y avait deux etpeces de decrets ; les fimupes
dncrets de l6gifladon on d'adminifiration, et les
ddcrets conifutiu nr.e's. P6ur quo les fimpks d6-
crets euffent force de loi, il fuffifait que voters
par la majority des membres de la Convention,
et revetus, des formes ordinaires, ils fiffeatpro.
mu'guds, fuivant l'ufage, on infdrds an Bulletin';
'noyen plus court, irnagin p cur.harer 1effetde ia
promulgartoa. Tout le_-nnde fair qu'avant cela ils
ne pouvaient &treobiigatoires. Mvis pour que les
doicrets conflitutionnels le devinffert., il falait
d'autres conditions, il fallait quils fuffllentaccep.
trs etque l'acceptation filt reconnueparla maiodii
des citoywns franiais. I I I
Je crori qu'aucun home de bonne- foi n'a per.fX
que la Comf-1nrion en faifant le-dponilletient
aes procs-Yverbcux d'acqpt."tion ou de refis ]I
exe' gait des fonlcrions d'autorlte et de pouvoir ; et
.que tokit le monde a fenti qne le ne pouvait
qu'exorcer les functions d'une commiffion qui
examinait, pour en fare fon rapport au Peuple.n
Ccmbien de citoyens avaient accept, combien
avaient reff6,? Ce rapport h'a donlc pu aver
force de loi qiue lorfque le Peuple' en a ri-colin.
a vyrit6e; reconnaiffiaice qui re pouvait le fai.e
par de nouveaux proceswvetbaux ,qui aurawent tou-
jours dotnd lieu ia nmine incertitude, maim' qq'
a et6 confiat6e de la ma'jere la plus unanilr,,
la p'us authentique'par le fair, c'eb-a- ire, par
l'ex.cution me.ne de ceq dd.rcts. ( NLuveauix
mirftmurcs.)
G* o i'e.,. -C'eft une protefltation cotitqi les di-
crets des $ et 15 fructidor.
--Claud.- Je demand I* parole pour reliever, on
faith faux.
Non fsuletnent J. J. Aym6'a pr&ch6 la revolte
kontre les d~crets des f et 13 fructidor, maii
encore it a menti A fa confcience,pui qu'll f"aait
bion en rndigtant l'aritei fedirieu qu'lls kaiefr.t
accept s par 'e Peuple, carn4i y dit: 'Affeamb'ee
primafie da Montrlimart, divide en deux fac-
tions, et qui font en permanence, iniftuites du
decret de ]a Convention, du -it vanddniaire, qui
declare qne la majority& du Peup!e Franqais a
-adopt,, -
Gautier, de I'Ati, Charlier et plufieurs autres. Aux
voix ia relolhtion. I
Clautel. Je demand s'iT pent y avoir tine plus
i:ignoe mauvaite foi que denier leur exiftence.
Crlicres. 11 y a confafion dans les idel.. Je nai
point dit qiie les dkcretsn'avaient point &t6accept6s
Ie 8 vendcmiaire ; j'ai dit qu'ils n'exiftaient point
avant que cette acceptation air &t6 reconnue par la
majorityti du Peuple.
Goupig!eau. Jo demand .a parole petur une motion
d'ordre.


l$ 4 cr t s t i frucitlor ; latnai
li t't rlC II.nt l f igt ai0 a
idai. eur deoIardt! aes a iebn rlIe inicomre
eft coamenu de lour exiftence: E eo, otlim r e
eto arant dc Ja liberty. n olsle dire
Mfaist au fete je le demiande cil "
n'e.ft-elle pas fcandaleufe ? Quel eln i d( irullo
qui, fentauntdans fon oeur des fentim ens r
blicainsetr fe otrouvant dans le cas de Job Ayn d
aurait pat a cors lIdgillatif y. fc ose
une dfcuffion auili folennele ? Ja refi apn
Peat faith, sii lm1avait feni1, it fAtan dire outeI VI
v t sil '%int avaitenti un point d'atrepui das le
oyalifties du comit, central qui cher h it fe tefo
iner dans le reftus dpars de ces da e .i,. e oi
vendnmiaire, ont voulut affafliner la. ibet dan
fon fanctuaird. .
La question, Ciioyens, doit &tre d ciide t
1opini 'n de Treithard et vous ferc. colyvaincus
quae lo, n'a f.it jufqniici autre-chafe qucde coni.s
ftndre lapplication d'une peine avec la mefure d.
police qnu u1i peut ere applaquee mque par dI o -
ldgtflartif. p corp.
Le fait en question mainteriant eft de fe die
en:tre la royaute et la R.publique. HReir fcri t
le Peliple vott obfrtea :1 s homes qui ch .iffeh
la libert attendantt Votre dcifion quhelle ne
fiit pas favorable at ceux qui at ndaet leir
meflie, la rqyaut6. La royaut I elle ne reviendri
jlm ai s :, -. I
Non, nomn, jamals I s'dcrie tout le confeil.'
P ufiturs metm3res. Aux voix la rdfolution. ,
Goupilleaut Jo ne demnde -pas qu'on ferm, 1h ,
dd: cwflion, malt qu aa moinis oil fC ieinte di.A
la question.
[ Cornilleau. La Patrie ferai perdue, fi Pl'n nou
vair douter de .'af lentiient. general de l'Affmn.
.lke p Atr la trfoliutin. PO ne pourra rien 'ire
da plus que ce que les aris royali.tes nouA f.nl "i
etttieni e.
Un tumuote violent s'6leve dans 1. confel.
Rappele I'orateur Vordre s'd orient prefque i on
les inembres.
Dupont, o'd< Nemours. Prl-fident, faitet votree. ,
voir, il n'y a point de royaiiltes dans It confeil
tout le motade veut la constitution de 179f qui e
repubiicaine: --- -- --__- "
Le ptrfiJerit prononce le rappel I t r re.'e
Cornilleau termine en domandant la cloture de IS
difcuflion. '
Baudia. Je rn'^opofc a la c'oture dd la'diS-
culfion. Le fca idaie ne pent provetir qil'de di.-
bars tumultuiux mmai jarnais d'Uae difiullion
approfondiet. : -


Le cae eft rbtsl'i.


/ (La fire deMaian.)


T. B. Dais la f. hrnce du 2z ki cit'yelns MrAnt,
S.,noml i't:, B: ur,monville, fes du.- aide,.-d .-camnp,
ei n k n.rml,,ria- "- fire onr etr adnis au fein du
:confeil des cinq cents. .
Camti, au norti de Ifs trois auttes c olqua
a doiin lecafnre deMlI pmm-ere parre du r ff9t
de euir d4tertion jfqfqu'a leuir I',ire dcs rlF ". do
Maeftiicht, pour' dtre transfers dins cles i
IA'lemagne. Le 2f, la fec n ie parties u auPpOrt
fra entendue. '
Le rep.-Wfntant Drauet en fera demainul p iti'
cutier i U .lcre'iion.
Le corfeil a adopt une r6folution, 'ui porte
que le zi jawvic-r, I'aniverfaire de la Imtt ud
Idermtier roi des Franpais Cbra 6616brO-. Tous In
i membres pr&reront individuellement, termnt B
hain la royaut.



'Paiemens de la trifoieric national.-

Leto pavement des pcrtiesde reaites singere
annie chne au i" gernmi)lI, an ,p i for p
tates ott avec furvie, d6porcs 'a1s. 05 le
bureaus dea liquidation ,av lIHc


q'iter L i du brumainr., mais. d'en appliquer La parole lui eft accord6o., pr an "e ei-oue q i- e- '
s ifpofitions a la xifolttion qui vous eft ,, i Le pavement des mmrnes, parties 41 *
f .umiie. Goupilea. J1 toft impo ible de monster a cette tri- x6,oo, a lieu depuis le ftimsre, .
L.wj.iii, Je l, _bune de fang frold quand oh voit faire ici des difL 6,lieu irt ) .i
Laniainais. Je demand la parole pour lune motion euffions de cette nature, alors qu'il ne s'agit que de On ye sttfai depis -ie wa O' -
SorJe. application d'une 101r. On s'infrecrit en faux contre l les pofos depuis t *

I'f onnme.icnt fe fait a 'aris, rue ds Potir"ios, nsi Le iix cAdeisolitv. i por troisioo, taut pour Parisque pour te d6prartncns. On ne 'Ibon"e oi
S e ch aqu now, et feuliement pour trols mois. Cux qui pfiifteront payer en numtraire, enverrot o y. pout f rinate enicre, 0o liv. rO
tv. pour trois n ois. r > .... .. i Ii
baut adreferI les lettres et 'argent, franc de tort, au citovea AubtF, direcreur de ce journal, rute di PoiteWins, ni xA.'ll faut cmptandre daaied v s
n u o ne peut aftlialchiir. Les l1ttres des departemrns, non affTlltlcs, tie rfrt pas retires de la poftt. ,
: Aut avoir foin ppur plus. de furct4, de charger cclles qui renfermnnt des valeaur, et adreflet tout ce qut concern la r6daction d4 h fiiule,
". ,. i i- ; i tu t"ui u ti t11tt'i h ut Ii t tl i t' i Ii .
L'abounement pour les pays dtrangersi, onquis out tus, doit etre pay6 en aumdrairc' cctt condition eft de figueur.


I









GAZETTE NATIONAL, ou LE MONITEUR UNIVERSAL

, U14. ->niih i "nivoje, ran 4 de la palique Fr ife Ms Ia indivifibl. ( j. 4j an.ier b vieux flyi. >
.1 11- ....a v er 1 5 6 v e


SXLI T I Q U E.

ALL MA N E.
T .. T. jawtvier.

aprys s'etre empards de la pof.-1
i on a JeTor.Tronque (-Stumpfen-Thihren),
on enu Ileuis avant-potes juiqtta D.umen, et
'roent ntrr q siqios d&dacheme-.s jufyqes dansr
Ste ville. U.a 1Lataillon du corps de Pellegrini
ftir parnie tde ces Adtach:-mens, au moment o0
"ls'Fpan~ia, par mine mar ce-vre habile, parvui-
ln; T e nvuIoppr. Ce bitkillon avalt pour
imandatm la major baron de Strachwitz,
41 pri un combat affez opiniatre, fut oblige de
i lier. ar Fiatcrs ,, qqi, toiut fon batailon,
IQut les auires dd6iacheme1is, ut deux pieces deI

S* *-' ITA, LI .

', .''-' Floren t le 4janvie.

"" btr ICL.Nr futv&nn 4u comwte Carletti a Pa:is
ib nid cLIi ',,,u c, et Ct'a Ornnc pe, finrie. L'6-
Souider,ic la vair et ia conduit tquivuque de ce
paildulU phi.of.plie deviiefit luin ttirer oto oiu
IMa l ailtrols qini 'a tait chaffei: iguomonineu-
f ent .
NGro cour s'ft comportie en cette occafiun,
cr!,m elle devait le fire. Elle a regard ce-te
,iffu come perfonnelle a M. Carletti, eto :elt
e. mpi'iee, pmar m.dinte.tir la bonne intelligence,
4e lui ndmrnmr un (ficcefleur dans la porfonne de
1, Ie comite Ofini-, qtui. e-fti r le champ part
four Paris avec de .fimpes lertres d 6 recomiman-
duion, devant incefiamment y recevoir fes lettres

S C l Ge es, le to dicemb re.

Its Frinniis rommoncent a merrro d4 Pordre
da lei prices immenfes qu'i's out fAires ox Au-
d\tiens. Ces prilfs cr, fiii.en furtiit en chevaux,
to v&emens et en fufili. IIhfe f fot empares auffi
a Sare t a 'Vado de 8g bitimens aimes tant
Wilet qu'auditchens.


cuif de la Ri3publique Frautaife a appris la rdf-
lttion prife par les Etats-Gdndraux, au 14 tW-'
vembre, vieux Ilyle, pour la formation. d'une
afenambl6e nationale.
Certainement une r6folhttion de cett* impor-
tance demandait d'rtre pr:fe en mtare ddlibdra-
tion, difcutre avac fagefli i et on ne doit null*-
ment fe reprocher le temns, quand il s'agit de
r6unir de bone foi des dr-its es des int&6s:
tgaux, ainfi que de poler fur do nouveaux fon-
demens la gluire et le bien-&tte 4'une Nation.
Mais il y a un terme au.dea -duquAl la lenteur
n'eit plus fageffe ; oa elle dobne onCnfion a la
malveiilance de nouire, on e:le tleve l'efprance
de's parties, et done de la joic aix mdcon-
tens. ,. ,
Aufti le directoirp? ex&cutit., en thirgeant ex-
preflfment le fous-figni da filiciter dffllKcidlent
leurs hates puiffances de la r6folution impor-
tante qu'elles out piifes et en exhortant les
Bat.ves a fe reunir coijointement d(fire f. con-
vaincre q'Je touted les difficult s'aaplan:ront,
et que Itharmonie qui renaitra entire toutes \ l
provinces, prcrtattra les plus heureufes fuites
pour I'h'aenir, er fortifiera de ,plus en plus ia
o.,nne hiarnioie et eftime mutuelie, quti, do-
relavant, doit r(6ner entire les 'deux Rdpublii-
ques. ,
Sigt, r. No. I.


REPUB LIQ U E


FRAN QAI SE


Paris, le 24 nivf.
Extrait des lettres icrites aur munifre d la. marine
par le vice-.amiral Villaret, commandant les forces
navales I'Qrient, par 1'ageht maritime de Nantes
a e k onmim/inaaire des clafs dlCroific tes 7, 8 ,
,9 et 10 nivife.
LA fl 'tte anglaife viont d'appareiiler du moull-
lage d'Hedic et HouSt, au aombre de quatre-
vugt-deux voices, doeT tre ie viffeauxde ligne:
elle a pris la route de la Manitie. et n'a plus
reparu. Des batimens-1ger- ont det fur-le champ
expdids de l'Orient, pour s'gffurer de la ren-
trde de cette flatto dans le' portts &Angle-
terre.,
Ca depart precipid ef cauf par 4les maladies
quai egnent for certo efcadre. ,


I.'annl e frar.qaife fe f.rtrfie dans ia tiviere. II- -Les c6tes de la ci-devant Bretague fe tronvrnt
arpi qu'elle fe difpofe a.y prendre des quarters iib'\ys, la communication va 'are st ab'ie etrre
driver et que cot arrangtnmetr eft la r tfuhai deo tots les ports. Des ordres viennent d 'ere donnes
J3 corf&ence tenue a Savone entree les 6ndraux pour fair fier a Breft ls convois charges d'ap-
,frar;is. ,L quatier-gn&ral eft rPef Savone. provifionnemens de toute efpece, qui etaent re


eivaieft toujours bloquee.
e ei ;ommunications fe truvent I pr6fent re-
tasil* enttr ce port ot Marfeille et toute la cote,

L'olcadre ag!aife efl en croifiere a la hauteur de
rile d Corfe. elle atterd le convoi btitari-
Pique qui doi; arriver dans la MWditerranae, et
0lD f rendra enfuite dans ce porn.
S11. tlarrive 1 Livourne, ntic-on de cette vilte,
tn h plpait venant d'Afiique t d Egypte.

EPBULIQUgDEStPROVINtCESUNIES.

S La Halie le zer janver,
O ,vient d5e r'qu(rir' les adminifitateuts des
domines dui i-devant Aiathouder ide p.yer deux
millions 613,1 z florinrs mointant des ernagements
toui autionuamenis de ct's doinaincs.
ti ff5emb'.e des Etats CGin3raux a augmienid doe
f tt fous par fumaine la paie des flats d4e la
l publique : (ette augmentation durera pendant
fi mois 'i i cempter du 0" riovembre. Edle a or-
0o1n en ad.,e tens A tous coux qui avaiert
Si'ed. de fto readre a kur poqio avant Ie i
4 i r. .. .
1' t h"ire let arAngemt.ns convenut avec nOt-re
tru"entement pour la defenf6 des ftontieres.
'itaffl' r de ls t apublque Frarqife,i e ,
t" N "ll .vient de remettt la note fuivante
81 grmer des Etats-Gnderaui:
'e plen;potentiaire de la R .ublique Franr ife
s, t',ov+in,-Uhiis ,'an citoyin Qfuartls
ter dei ers hautcs puimccs.

Il, iniftre pl6nipetentiaire do la R6
filq frariatle a iho-inelir iO vous inviter de
PVc A le* s hat.es puitiAnces que c'eft
a trai COMtoantctmnot. qu le dirctoire ex&-,


teraus d:ns les rades de Bordeaux RochAfort,
le Havre, &c....
Les Anglais ont forc6 quelques im gris I d-
barquer pour fe- r ursir atux: Chonans ; mais ces
debiiers-ne-fTivoyani ptus foutenus par le-voifinage
de 1'efcadre fe difperfent, et ne ferment plus dve
corps nombreux. -



CORPS LEGISLATIF.

CONSEIL DES ANCIENS.

Preifdence de Vernier.

SUrTB A LA siANCe 1O 17 NIVOS,

Criaieres. Je fis doulaureufement afbct4 da la
fcene (candaleufe dont je viens d'tre la caufe inno-
cente ; mais on s'eft tromp6 lur mon intention.
Perfonnen'a prouvm, dans le difco'!rs qe je ddpo-
ferai fur le bureau, qe I'acceptation des decrets des
5 et 15 fructidor a 6t& completee.
Je recherchais quel'e avait dt4 Ia conduite de
i'afemblde de Mont6limart, et je difais : Qu'a doe:c
fait PIaf&thiblde primate de Mont;eiimarr? ce qe'on
tfit ici tous les jours. Uorfqft'ine comrTiflion, norm-
nree par vqus, fair un rapport, it eft contredit ,
combatu par ceur qui proffldnt uno opinion dif
fitente de ce!e de la c mminlion; et ce n'eft que
lorfque le project de ceL1 commifion eft adopt
par Is majorit6d, quil oft convert en dicrt t
comrme ce n'a r que lorfque a majority du Peuple
a eu reconnt IPacceptation des ddcrets des 5et i
fructidor, par le fait, et e6t Ies exdcutant, qu'il a
airfi donn6 toe sanction irr6fragable & ces ddcrets,
qu'il font devenusleis, lois conftitutionnelles, lois
a jamais obligntoires. .. ..
Goupilleau. Je demand de nouveat le rappel a
Po, dre. Les lois exiftent dhs to moment do leur
pomaniiag .i(o
-.l "


Cr.iaieres defcend de la tribune.
Bar y nmonti et fourient la refolution-: i croit
qu'elle feule peut faire ex6cuter la loi du ; bru-
maire, puifqu'tin tribu na6Ine peut prononceri appli-
.cationde la nefure qfielle a prife.
Durand-Maillane. La refolution qui nous eft fou-
mite dans. l'.fftire de 'J. J. Aymin, notre colligue,
eft a mes yeux de 'intdirt le. plus grand i elt'
touche directement au droit le plus cher a hai
Nitipon, au feul droit, don't elle air, don't elfe
pufle avoir la police dans t a foavetaineut, elui do
choifair es reprdfentans.
Des motifs tr'8 ages out fait adopter dans la
Convention Finteinndiaire des 6lecteaits ; maris
pax la m&nme, I'lectiot n 'ep eft devenue qwte pfu
dige de rnot gairds. L'dlu dants qui il ntie fe te
centre aucune des' quality cxcit.ives, marquii6
dainsl'ate conflitntionnel, eft, par le f.ul fait do
torn 6le.tion revtu d'un Caractere qni porte aver.
lui le frc,; I de ia fouteraioe,. n.iionale. Or, danis
cet- ta ; ib-ne fuirait itre di .nuill6 de fesidroits
Oui font ceox du Peup'e, que duns les faois
,conf.itutionnelles. La co.inqu'ence efit.bfle& ol
fi i'on s'ean care, on t.nque -a la'tois et & Is
conflittrion e-an fouveraia. ,
Mais J. J. Ayrnd ntotr coliguc, t41 -ildans lt
icas de e jugetrinrt conflititio;lnef C'eft fur quo1
nous n avo it-a prononcer que Atp ] la lo dt
S.btrrmire et flura diflcnit q'.i <- it inatre ;
tt Pi n'y aurair p oirt de &,nite aI'fictmarive, s'iI
I ne &'ag;Uittied' t dipurt q.te I'aCL r.ifl;t,'!-
tionnel exliUt foitr!elme,,t du corps '1gflatif: -o
corps a fa po'ice durs laqua 'e'i; entire ndedit-f
recent la verification de. po rv.irs et des qalhsits
de tous fes membres f il ne taic que reh plir nflt
function .qui lui eft propre, putnot qu'l nI rend
un jugement, quandl il exc.t Ide fon fein io fajte
que la conflitution ddcnd d'y '4me:te, cominme par
le-dWfaut d i3e, de dumnii'ile, ;c.
Mais s'agit-il de touted autre chofe, de tour
autre peine come dans le cas prefent ? le' corps
legiflhtifdoit alors s'abibnir de prononcer, c1a t1
exc6derait fes pouvoits, en er-tteprenant fur cudai
gqui n'appartien.t quaux tribunaux.
-- La- co.fitition- ne dit rien qti-puiffe nous fervir-
A decider cette queflion ; auoune autre loi no dit
pas plus, fi ce n ett Ia loi di ; brumaire elle-.
m6me, qui 'a pas cepend.at r i6g! li cooipeteacq
onu 14 formies de jugment qui nous occupe ; les
conititu ns rie pouvaiut par paivoir les difftrict,
do, cette loi, et nou t r,'avons pas I decided fi elle
doict vre auivie, puifqu'el!e n'eft pas rapport6e.
Toute la dikcult! cor.ifal donc A fAvoir qui doit
en fire 'applitatidon, s que la, pine qu'ellf ,
prononcL, pat e les borties da Ia police que la cont-
titurion dorine au tn ps lgifli.tif fur ceux qui 16
compofetr.
Par les articles z et za de la conffitution, je l ois
q'e 16 conrus le6gtlarit it'a pas mrie ole droit d6
prononcer fur les diicults qui s'dlevent danas l
afemlfes primaireL, tocjhaiAiJ-less qualitds requires
pour voter, ntandis que lors de ce c.ds, il pronorcs
feiu far la validity des opeiatiot:s de ces asffm-
b-Wes. Dcoa je-(uis fond-6 a i.orcure qie tout- cb-
rji ijntrcfle en gdi&.af Itar citoyens int6-
riff. leurs ldrits, et fait n-ceffairemnenrt la matirdo
trs-fdrieufe d on jugeiient.
Cot argument eft. bk-n p!us f f jrt encor3 pour
un arepi terdranot qi fon6c 'ertion donre lies oin6
qui ostx-fauln-m-irt n Fin refetiei lui-it&me mais
encore la pnrtie duhi People Mni 'a choflm i ais laes
foimes con itiution-rieics Auin partout 1A oil ftr
renconcrcra ccrnmne :-i la double iial.c d(I fon-
veraini t do la coflituiiion le corps ;ngiirtif f6
dJic a Ibi-(sine les plus grandces reftrves; ilt dot
craiPdre les erffers ou les fies de fon exeinpleO
car,, it perd e droit d condamner l 'oubli deos pin-
cipes, quand if ne !es relpecte pas lii-tnpor. LS
Sprmncipc-s nctte cohlgue ls lgclame,; it a dioii
de les rcl;mr:r, et itls fort de nature i ne devoi
jamnais cdier u fuc ue circonaUince, puifu*ils f 'ri
mntit -toute la g iwitiie do la reprhf.ntation na-
tionale.
Je fi.is par one darnuere obf-cr.itifr. at loi di
; brumaire a etA ftire dans la Conver.ntion, ec
nous fomniep dranis ta corps ila rttif. La Convein-
tion, datis fa t-ouc-Ps Iff'ce, os'ufVAit pour ainti
dire point de former dans ft I cgflarion, fulrtot
dans les occafiins diffpiles dui Oclleurf. mats
lts ternm rvolutrounaites forf'p'ifts le corps !6-
giflatif n'exille que par la INitin'Imi-in et t il na
peut aler ou agir que fous fon empire. D'autrr
part, Ie Peuple Fraspis a mis daos cette cotflitu-
tion routes les efpdrances c'eff les lui fire perdre
que d'y porter nous-nmrnes atteinte; et mnalheu
au gnuvernemc-t qui n'a Fas rtu celfe d'avouir l
confiAnce des gouvernos.,
Je vote contre It refo'ution pace u'ele et
contraire A la conflitution et aux rot, s de
People.
'Le confi.-il jeorne la difkri in,,in et ljev U fea ,c,.


-----r---~---- -II~ ----- -I~ ~-~--~--~


Lt~ ~:










I Art. I1". Toutes les actions en iu(lice pfinci-
CON SEIL DES CINQ CENTS. pales, incideitis, en reprise, qui femont inten-
'res par les corps adnminiiiRatfs, le f-root, au norm
PrAfidence de Treilhard. de la R1pubtique par ls conimifalires du dirce-
toire ex6cutif pxhs 1ls adininiftrations d6partemen-
sitANeC DU IS Ni V .o-S E. tales a la diligence-di- ccmasitHaire du direct )iret
eX4cutif pIrs les administrations unicipalrs dJiis l.
Rouem au nom de 14 ommiffion charge de rdlfort defquelles lfe trouverotic les" objets con-
l'examen et revifion du co3e hypsthicairej fait tenteux. ; ..
adopter le project de rdfolution fiivant. II. St ccs actions .donnent lieu & des pourfiites.
devant le tribunal de dAparternentr ; elles front
Art. I". Les lettres de ratification fur acqnifition fu"ivies par ,.es c. iT-iiti s ..a "oir' executif
faire ou a faire av'ant le 4" germirnal prcchAin p1i s lets .admjniwfations ti'2 tr..e tales.
ferontufceilees au tribunal civil du departeamet de4'l La .p:firie r6iblution fera i~nilime 16 et .p,-.e
situation des biens, dans la frmine qui Atait filivie par nn ldtagcr d'LEi11 au conkii des anciens.
auxtribuinaux des u-d.v.,nit ift.iits. /I
11I. Les regiftres, minutes et autres actes exif- DP'viite .r iir.b e, du confeil des ant-ens ,
tant aux chancelleries des tribunaux do difriact et. pro.i"t 'a i'-s e nt mii, et rappeld dins le fii,
.dans les tribunaux des confertyaters des hypo- e la ColtIwentyop par le dcrct du 3 fritmiaio,
thiques, front inventories par les ddpofitaires 6crit aui confet qu'itvienr d'tre poitn fu"r Ih li'-e
a;ctuels A ]a diligence et fous la ftiv vill nce dsIs des enmigrts dil d parteinent de la Somime,. .l
coinmmiflaires dLi directoire p?,s raidmainitration de deande ii 1i' ldi ~tii ; brunrare qi exclut
canton, qui les front transferer rfpcti..entc des fonri' iris pIl'.xll-s les cit.'y nis noea av s
fans dlai, aux chanceleries dcs tibunaux ciYjls de de la white des ei'jis ps t lili e:re ippli-
d&part--ncnt et chez les confeivateu.s ariiens quee. .
feillt.s sins les communes du fiege dei-cits tribu- l fle fr c en
nanx de d6partminct. Le coteil flatue fio cett? rcl.niatin en
II. Les tttres de ratihqation front minutes aopt:t unert o iutio qui porte que: le decret
pa$ le confetvatenr en exeicice, et delivrdes F1 du I8 frimare, qui rappplle DeWvrit6 au, fein'
le greffier ex0diionnaile auprbs da tribunal,civil' &a Corventio lui, tiendra licu ,de radiation,
4e d~partement. Ce fonfaer-vateur en percevra .Ics, t.
droits et y joindrales de non opp'ofixon i onformieaent aux lkgilites qu'il n'approuve pas la rroinution portant ordre
et actes don't il aura rqeu le dipot. f du jour motive, px, pai>f par Louvet, fur la propo- I
IV.'Sera aufli joint, ,a 'appui ite lettires de r.ti- fiion de Thibaujean relative ment Jaean-J'i ques
fiction, le certficat dilivs par leg effier dufi;- .
de t'expofition du contract au tableau de 'auditoire .
pendantles deux mOixs preflcrts. i. Le confeil des i;q- cent' aprbs une court dif-
V. Dans les cas oi rexootition n'aurait en lini cution, p(,iff, I-lor.re dujodur lur le tout pure-
au rable.u de 'auiditojre du trib:meal du ci-devant msnt et fimpeme:!t.
dif.ict que pendant un% parties des'Aeut mnois pref- La feance'eft levee.
c't 'fxpofition fera fi.:e au txibural' (ivilJ"dp
&pa tenInt, pour le tennis qui manquerair au con- C ONSE L DES r ANG EN'S.
pltnent dafdits deux mois 'et il en fera?. fait men- S IL DES ANCIENS.
tion it la nouvelle expoiition fans qu'on Fiifife
exiger de nouvzaux droits. siANCE DU 1i N iV os B.
VI. Les oppofitions aux hypotheques front
rc ai bureau diu confervatecr', dans le lien du de la difon relative Jean-acqus Aym
fi;ge du tribunal crivil dui department jifqi', n relt J- es Aym
&ab ment da nouveau regime hypo haire, -a Girard, de 'Aude. Je demianie que Ia r6folution
VII. Dins les lieux ox les leteres de ratification 'o approuvee feance tenamclte i eft preffnt (e
ne font pas tables, les hypotheques front pui- ;1' -r les litte s de la conlpiation de v.en;;-
gdes, jipqu' a mla uene 6poque tie I6tabliffement *
du nouveau regime dans la f>rme qui y aura C,.-, Frjfl:. RPepf6fentans ,'en confid.kAnt la
6, fuivie juiqu'* prdifrt, fauf qxe les functions rWoliutiio o1fumife a. votre c c ib&tion je} 'avais
attributes sa cet 6gard anx tribunaux de diftlicts juge: fi contraire atux princip,-s les plir' uxirds d:ns
front remp!ies par les tribunaux civi.s de d.6pa'- h foci&et, qiie i- crus fa rejection infailhble mn'ais
tement. i part la dilaculion d'hier, fr:pp de la 4df,-
,Borne fouet 4dif on dexyprojets d veur qu'oin Voultt provoquer contre les oratturs
Borne foumet i a difc1n:on deux projects de opposes atette refolution, etonn6 de voir.p!aner
riluntion relatifs, qui po.i. ~tts en ces dtet par encore fur nos. .t&& lombre infenale de notre
tepent ie Pais, qua font ato!.sen ces temes: I drnier r; tan, de i voir revive les manoeuvres
Le confeil, confi.i6rart qu'un nombre confid6- cn,!oY:es ponir faihe r6euflr l' iganifation des
rable de citoyens laiguitletn dpai:ns long-tenis dan ari.axlin ts les plas atroces, 1a prd.terndxle ldu 1d
les maaions di'Arr&t d- Pari (que hliama,_.it rdi -prairial-. j- i.. f.tis i. r i e i iu .'tr fr "
lamne pour etux de fire .ULt., tans dilai les biche, et :.a sois ,,m numq-.ir ries rn-tlxins fur
obstacles qui ra!ent.ff.:nt La m.rche de la jnrice cette imnport~;rte q.ieflionf .
da-ns nette grande Coinmiune _declare qqu3l y- a Jo nl di'.ai pat qe-lalni du- bir.are eft con-
ugence. traire a la iette de la coiiflituti on q.- ell at, te i
11 fera ajjoiirt pendant fix mois aux h :it di- h f imveriai.exed dui Pei'p'e : es d'6enfers res plus
recreunr du inry daccu nation cres a Paris jp.r a' reos de Ia relfolutirm aont- pas pu -s'ermpiPher.
la loi du 3 brumaire rur le ceIihts et peine ,fix d'en conveni*. On foiitient que les circonltances
anttes directears du j)t:y, ipecia:cnent atmtzchlis a ini:eieules des tres en- exigent oI maintic r: nous
larrier6.. ne pIvlons exercer dans nios functions aucune
Le pr 'mier d ces. directeurs fera pi< dans !e irative, et ie me ,tas fur ce point 5 mais j'ofe
tribun:a dvi!, f':vantl'ordre d n.t pr i'articte louex.ir que le corps egeiflatift pao de cmtere
171 de ia md-ne !oie, et ls inq j.tggs fippl6ans du pour i u plicauian cdes dpofitions de cette loi
tribunal civil, front nris en activt comime di- et qne ,'sttriluion eft abfolu..int acq, ic: aux tri-
recteurs dujryd ac ion bunaux : je vais demontrer la pIo.,,iion. o
Le dir ctoire eft autorfF6 a nomnmar pour le L'axticle '1" de la loi, en ortio:nan't que les
nxdnaa temrps ti l fcnnd fi.bnitut diu pouvoir ex,- individ.:s c1ii, dans les affembh4es prifaites-ou dans
cutif, ft&:a!ment attached aux dire(tetrs dujury les ,al)mbis delctdl-.ds, autont provoqu6 o
d'accuation. fin des mlfures fditieufes et contrares auix lois,
Le confeil, fonfiderant qie P'article 492. du code I tI .ro..u iu:S.f'i la p.ix g6ndrale exercer aucunes
des d61its et des peines apporte des lenteurs nuiff- tonctioxs IN tgilltiyves, .&c. fippofe uneo figs~tnrre
bles ia i'expddition des process c'iiminels dans les o1u une provbcatk.n dr l'aoe. cui.tcnart dt s me-
plus grades communes, quilt eflt necifaire et- iures liberticides ; ele Cxige Iit ex.'mn de l'act
infant d'y rem6dier par une difpofition gen6rale contananti ces mifures, une corntmuhication avecle
et permanente declare qu'i y a urgel ce. prevem pour verifier les faits ,de 'a fiintuc tl de
Dans les communes oil il y a plufieurs direc- la provocation uneinitruccion, des dtbats, en un
teurs de jury d'accufation,, les tableaux de jtr mont, une procedure. i
pourront &re forms tous ks ours; ert daque La LIef'ion- de fait exa:rin., i. f waut. a'pricier
jury pourti tr-e alIembi6 q'atre jours aprst la le po01t de droit, d larcr fi l ,metires.provo"
forination du tableau. quees -ou figaes font rellement iberticides ; il I
La prrfente :.eUo'utii n fera imprimbe $ elle fera fait appliqter ail prevenu la peinie portre par ia Iqi, 1
port6e par ii "ie ,i g.. I d'Etat au confeil des dWiberer, flat.uet, en'*v m.i, jug r qac le pr6-
anciens. 1 rvenu ne pnunra, conformement a IA lo1, ufqu'l
Ia pox genrace exercer aucu;e fonctionu lgfl -
Boiffy dAng'as fait une fecon--le lecture du tive, &c.
pro et de r6lolution relatif alix actions en juf- Or on vent q le corps l.iflatifp'fle exercer I
twice q6.i front intetees par les corps aditui, cette tonction ,quil apprpcie licre i hul a lt6
n ill n '. d"., c.. i,0 .e ,-, par J. J, A ,mud qu 'it d -
Le confeil confiddraovt qu'i! eft important dec dare que les .lar ni y font ar)&es doivent:
donner afx corps adminiflratfs les moyens d'ac- &tre reputeYs fibeoticioe t, que le prtvenu eft das I
cdl6rer le revouvrenent de tous les objets q ti apt lI cas ,e h lo ,,qu'il ne p. fi' ia pa ir
partiennent ir la Natin, et de veiller i la confer- aucunefocon egiflative; en un mio, q ril. ir
ovation ae toutes les propni6ts nationaaes ; ddclare les foncuion- de fury c n ddclarant ,ue i'arrr' im !
^u-,i ya urgence. I put6 au repr.ix4tant Aym6 dcit ;il,h:> ., qt'il pa.


approuv4 pu a fig.aunire t et delles e ,
a*p'qa.t Particle de la 6 de l'e i
c'lt a.1 ie, en dcclarint qu'itl 3 al11r,
paixg- nrale exeedr- aucune fonr e i11-' -
Fut-il jamais ctia olationt plus arbi'ruira t Il tU .
doxile et plus ty.xn-riI'..L ? ; I i"' Ji SPaa.
rT nontrer uoe contiravCmeion plilis1 "0l''- .0 4ai
pacte social, i la conflitut'on? J; 1 i l' at
quq le cqfps ugflutlife'petit anxt 46 d1
imme, nitpar des dilign6s, le pouvoir parja.
le pouvoir judicidae. .ttit,,
La diflicu'td a &t6 vrtab m Itpr e ed
J; d .i'0xx ,In iu'o:i'i des ,ixxq c. l.r etd, 1 I
I p LLV d votre conImidi:n, et oia rUb le
fond-e d un cotU en affoci itr 1ie. tite
ro v a, t .r des n.lit li .iic iml.l s ax-ue k
A s nI t ,,,d u ci l .IC ,,,,
dJt .Oc.r cas oi n pt.ie t s ton ,ev .. ,'r lid-. ',
p. ie on. e doit is p s lls s.ln lpennerLei Caur
ii. ii i a Sis ic ptiii.it.r. 'i
a. .:a la reponfe.efl facile car fi tlaeire di(,
"mene pour l,'un, et. alie cas it. tt (Oxi r
,que. les e-fpeces fonrt diltfreltes. Le letirJ,
.64i fort frapp6 ,ecexte dLf-rence, que
eft ddtetmine par un artic'o-f6pai, ce .c '
fLit dans uno ftui et mine article, s'il ava fe
difflimler la i.,1.1,, .e. Cel eft" fi vrai, e p1,f
qu'il a voulu I..,i- .r : P'identit,4de Ia peie, it 1,
pronounce ppur les deux cas dars un leul et mxx
attic!e.
On( ne peuit.donc pas identifier les deux efpeces:
la premiere atmonce tin dt'it qulifid, one r6Ael
hon a la oi, qui dIe; dra;t cir ffe -.'. I I
p.ral; ie reconde n cffce qu'Ie efpece de four.i ,
dA nnme.il ,nce, une '-,.ehl.( : itle n' e l it) ,
excite aucu e aninadverlion directe : ces efpe 's
font done d!ffrentes, on ie peuitpas .1 iic'"r,.;r '
t'identit* aligttde. '
D' tili nilt fuppofons que cette iH-ntn rfoitaifli
fi;ieule qu'e'e efli chiminrire, elte nIv I~f it a
p'u Cin c u.lhua ta pOLi rt iI '.'. 1x,1 i : il .ni rtilxwrt
w 'e la lo fi i 'iii r.t- n- p. rh ;ue :icue
fi.mat'ire; on les pyoinit', i, des metureit fibni-
cideq ne font pas ccupables de diclit: ias il ferait
toi'jo urs certain quee l c2s exige quie Ire pi-vl
foit d6clar6 ne pouvoir julqu'i la pai fl eun'D
exerce aucunes fonctios leeiflaties, &c.) etla
dicifioa confliiterait tdujours efleiti!!ckment uRe
fonctionr jnidiciaire qui et xpretlcn- ti it rhilI ,.u
Ici -ir' l.r *
On.a encore <;bjer.td que Ia refolutiin ne pr(-
pofe qu'tin fiiple :cre de dilcipiinrf e 4L rat a
corps 14gflatif fur un de fes membres; maix.c- .-
parons la nature de cet acte de difciplini avec tar-
ticle 63 de )a conflitution: les deix clitfls n
peuvent pi onlnoi(er de peine plus f. rte ique h cel-
fure les aners pior huit jours i-e la plitunpour
trois. II y a plus : I'exerice du droit de police
-fitr les merbres du corps 1gillatif"appierivrit ,
chaque confeil en particulier, fats le concthir, de
I'autrej et comme le confeil des cin6 cerits a ct, qie
la function des anciens 6tait ndcffeir l ii rif"li-
tion, il faut convenir qu'il re peai pa trIv quelion
de police dans cette(occurrence.
O-'a ajoutd qua le c'i, Ipgillatif avimt leroil
de juger des qua it6s d'igib'iite de dIo nl-nbres
-tl peut eg'"ement prononcer l'exclufion tempoaire
doint il- s agit : mais il ne -fIut pas pLrre r de ',6 -
qua ce'droit lui eftit x ell-ment i qli*epar'lacrlli-
t uiton, et que cette conflituiioif net d6paffe pr IFT
cas des conditions d'dligSbiltd;, ovoir J is Id a*
1o.age Itqquis s'il eft Francjil on s'i a nigi.: e
come on n6 peut p.s argurnenter d'un cas
F'autre ; ccinme dans celui do';t il s'agit, oil e
dohi pas decider fi i'61d eli capable, mais (feuinient
s'il eit digne ; 'argumrnnt ne pLilt cre J'autixileco-
fidUration.-
II ferait oifeux d'appr6cier lesi moyens propofl
par la commifion pour Coutenir la1 r6fulitioni cr,
qu'importe que cotre r6(folutIon ait recibnn le"
caractore d'Aymi fi au mpris de ce caraClt0r,
e!le lai ia enlcve l'exercicc. Dire que I' droitd4
repr6fentant n'eRt pas attach i Pexercice ce ,.
vr'itablemrnnt 6utrager la *."er..iiet6 du Pexiai'ei
car fi je is 'faifi du droit d efr'-r, r it min rat,
i.ll, piffance hu1maine ie peut I1 conliaVnr,et
n-on caractere ferait veiitablcmerlt ,l.iiiLi.e i j
pouvais Stre d4pouil!6 de cer eercice.
II n'e{l pas irins oifrux d'.Xll'gtlcr qeI la (
lutiol n'eft pas relative ,T 1'article 1 de.a
3 brumaixe et qu'elie n'eriga pas en fllt' i,
fate attend qu'elie ne prononce ful1 10,1.
Eli! nelf-ce pas.une peile qle la p t/atbo I
droit folenr.el, du droit d'exce-r la Cfoverantlhear
de remplir (on maniat de cooper boi
pubic; 'en un niot, de fire Opfice de l 'pie l
Les fimples lumieres de la raifon conidaen
paradoxe ; d'ailleutsr li rel-olmioln J e"ft.
office purement jdicaiie, et la 1eflhixn fufltrO"r
la f re Aejet ?r. '" des reg, l .reg
Je n'ai, in"oqu6ld jfifi que des .reg 1 r
rales po ,pof6e i votre fancTion mai i "os von
circongances 2rtticeti'efr- laivc'. a ffaire ctVon
trouverc z afLuIbiftnm nt la !llr de rii
encore plus fr.i'f nile i cat la loi d, l .rrl
pronounce es p'inet cel'e Aec Ia i.
et celle dui bannifftnent; I prbven1

_~ I~ _~__~1 _~11~1~1_ __~~1










S.I,,trpe cis l r~intiaoii a c ,.i.t fonj lIa de a Repblitque ue nous votlois tous maintenir ; it fAut Iaintejiir Ies gnarAies accorddes par la
,* je ne perln pas P q<'til y,ait ici d'auttes h mmes.,u I,;u1nfltutiln. '
'.ji ,Irs .I f rfe d1. re.r6fenatt Ayn des r.pub.ic.ins. Nouij d&fendooIs tous la contii- On craint que fi cette affaiire pri;nd le caractere
ii lt igi ] lijeil Ili jlt.I;i e i. 'a 1e' q(Ul *i ti tltu o # ll a$is d'uine in.llui tliferen1 t, parcel qpie d'line .a l'. I tini elle n'cr ai.. Jdes le tcurs;
CLInput'" u'e te uo'u.1'j.uL quo la ',tflou fl'ousi ne v'yus pns tots,4e im1ue. loi gpeis dune l mais ne I e tou&vtit-,in pas que 'ces k(te urs outt
Sh-':.q'ult- lodtr hl] p'" Ini decetrri i ls Im / et nr t.pps n, pis tsS ct;4e tiuque falutaires aUx accuf&s, eti dlieS a hii'frttcion
I a i' .- it- is u d.Li. i..i...ni. fa6 euie qui deopul!arifait ks hienlis |tar l.s s des jugs r 'Pent-on, 'dapihts cdia, oUuloir les
.t.'.un ti d: la ve.geance et de 1a plau options qu ls avalent eiles et ies opinim .s par reeter ?
t ur.uon e p.rniette unie dcilion ani inuiiln s ilme ui les. av Ieiit pronorc4. II eff des O trainmt encore quie fi ette affaire eft porte
..Iq. cel'e deiit il s',g, d i' .cAt etat des 6 .vaius queit -pris i rat ie da diflrib,:cr I s i- la hautm our de justice li sfutcs n'en foit dou-
.iLS ..c fe,..it ei vfeit vt le j,:" de Lanoite J.ures5 laillons leur el le foin: '"k rnflenhblint a ces tetix j io'eft pas bien ratli-.6 fur la comp'fition
j'i0vt t infectes .dort l'aiguilio tI't tiune liere 'piq aure i de certe hl(ute' cau', rqui'; c~tce parades a(fermb es
l iprei iniL s, n'oubli m p is "gue 1ia l i-c' tin, mais don't lesaIles cai feitt ui 'fort bidotnemen i t oate's dnt P'eiprit n'-r: s g..:,It enicr.t
'. -,ilunp'.ule doint r fi.aBr dat i i t niSs qu'lis ple.nent pour de ,II renommee. tls-pir p.itr. tt poillfirnPii)t aider A fanae la
3 ,,, e. r :l.a rT a'n de ; fon i.viola-' 1. Je v!eus nai .tenanI.t -a reloluI'ioM que j'attaque. ('* i:i.e-r.V.-'JtionL cojfli ti.JlwiPe t e". h bien !
di .i..iniiicent l.e1 i i ai l ..itien 4p la On. ne ni'accufera certainemetIt pjiint 'L' preen.re ceft pricif&lnent ce doute qui me faith defiter la
litn publi4' > pati tde-rebel'esde veiindnia.re s je declare qu'ew iconvocation de la hautfe-cour 'de juffice, je veux
On rbiu a lleger que la solution propose .in, I 'ai e e ait buo J3. J. Aym6 .e ,melii i- ,o,- rstiche hincertitude oti je luis ; je veux lat.oir fi
'hpha ikinhinite ai cendie s cormni'i ei.r fiu- pli eles difcours I fitieux que les 'h,'. Jd # :.; cetrI;h e:tl.h-coutl it conmprf e de contre.-ivolu-
rdl.t Lt kI r.ne neft p.i.s nuair sonslde Paris venaicnt dwbiter a la bbtre de la t .ini'ies i je VrIx fivoirfi la loi du ; brmmaire,
ceg..Lct Convention national fur la fin de fa f ili6n. Je f-is qoi eft reconnu atI k- corps leg f-t1.1' et .u le
sa,Poimpe, C -fa, Octave Rionzi, Ci'ofi- que le d6parteimrnt de la Dt ine- 'r i. en rvote diiectoire executif, le f(irap r cle p,', iunr 111 i .4e
el',l.et., e ddomer lieus Robefpierre 'ont oUvert., qu'on y interceptait les eouiers du g;u- "l-rar. Ileft d'autant Aiis ac.:fl.ire d 1;:ird
.cmin.e leur tyrannie rardes entrkprifes mepIri- vdrnementr, et que tout cela-taitt I'onviag de ifr ''fptit -de ce co ps, p1qil pourrait aVoir a
l.bs cL.ou.mIe ieptitilesi et les' "g&nations ont quUel-jues menIeurs ; trais je n'en atpa-;e' pas liwer d'autres perfoomes ql'Ain,,. '11 tf pcflib'e
e inidiite 'et gmiront des att:oices-, des .moinis la rtfolution, parce- que je la 'treve in- q"u'un .menbre du c'rps ltgi!latif; on mtnne.<..'ui
Jt etides rIfultats de Iinfouciaite de leuis fuffifante. .membre dd-directoite c .cutif foir d.-cr.te d'.,icu-
contqenpains. On ne peut difconvenir qice J. J. Avm6 i-e cfit flation etr tralkit devatit cette haute-coi'r l faut
S'avoti'que j one mre-pardnnterai jamais mon zse dans le cas (1i: la loi du 3 ,ink' .,ire ; ccpeniant on favor ft ele fit uine autcofif re, puibicaine, out
inail-rrt dawi l'alte d'accufation decerne en 1793 fe rcrie b.an oup fur I'pilicatin qu'on en veut bien un corps nmoriflruelx dent on li puiffe fo
cullic Mjrar. faire, on foitienit qt'ell ii e iorih.1i..n e ; debarraffer.
SJe me liappr .k avoid lu, il ya.org-teis qu'lie on. lui4 fait encore :.t.-,,l'p d'autres 'rerpches, Cio'ens olligues, ,ti etendu mes
rite reoifinjit des linon-s, chirgee des fatis les que ja ne rpeiterai pas. Je ditai fiuleme't que je motifs. Je vote coritre la iefAuti6n.
pusi leditns, J'rtab tion qui voulut fe les app:o- fais tur ia: formration de cette lei, aiJei-qni fitr o 'r a .
cpier, cnmrie i. idematrier la petilffion d'aip.rer plifi uis autrcs point's y, balcou:c!>de paaiit'uiitis S-r la propbfition de Gonp~li, le confeil d'crete
-,.,,que.% i .'ut;. de leil iqi:,Cui ; et l:.it patr 1ifur- qu'it n'elt pa encoir ceitis de ri ve!'r. I,as piUique l'iipretfrion du difcoaL r de Baudi;'.
t,0.de lacu .' la- rivo'ution nou a -ail r hs du T d dc a
rience du pour v n con IRoger-Diucys. La rTfohtion otie notis deircftuos
pi.h[.,is de I'exp/rience du paffl pour. nonis aifiine, ijgens is is <.ampu/ cs h ,s RogerD tn os dito
,rfmulifir dans notre- nouve!!e ca-rierr cc ntre des -abfitractioi, taitevdc-er gna gice et dles 'ircoili- porte lr I sectionn d'ure lo; ( celle du bin-
.eisqui'fouyeivr f ihent -par &6te iirr'pirbbles. tances q'ui ont pu er:to're,- le*,r berccia. inaVr') cette loi frappe les deputus au corps
so mnniiIie rrts-..cus,fortoosunbaltai loncai6-. Je 'i demanded, ell-ce ne loi barba.i que Ie 'le ds6flif, come tot kles antres fa.'wtioni,ares
i.1iiJq'i i> p. ii'er des fuwes It;ii nous qui f- crer-e ,~ r- d. f4ouion.j pi:b i tiublc'l q I, fe trouv.jc comnris d.ans fes dilp.-
yois romptsL a "le g corr'ger fraterine:eent : ques loes rbeleso quw'rle pa6vritirai ter (uir i'cha- ficioniS t.ats fa rifohition a-t e!l faifi le r -tr.ble
iis it"ndons I~ a 11t: ,n.- b.-, aal t:onfo6ida- i>,d ? cf' on ir; ontfHt-ra pas ou'ar-is la revlte et ufiique mode qo y avair fuivre pour Pappli-
nii Je la R-;publq re et !oi' borhx1ir de no cornm- du 13 vendemiaire la Convention pounait firee e6ton de Ia lo, a Ayme lNi66 d6purd au corps
.rttnan-' LtI I. il cc retain que nous Ie remppirons punir de inort ceux qui avaient voulu 'goig-r. 6giflarif, par I'aff.tmb e eectorale du Adpartement
httU doLale adiche que,par luiion, la fraterni:d, Ce premier reproche fait A la loi ncft done pas a e Drome? Voila, je crois, toe ce qil y a
ib ugte, 1. .p udeoce que par tie l'gifltioa foin. a examiner ; voih a quol pet fe iduire touted a
6'tnOt irit ue et confme aux lii-cipes delay Oi dir encore -qne les fates etant pet'onnel'es, difculion.
Cuiiiiation. Je vote pouit l rejection. la lor i'aurait pa<: di6 exck.re &ds fonctions publi-' Avm6 l'ai ,, a nfig un acte ft'1it;itix et cop-
'L,. La t.'o, uion "qi vots cfl aiiref;e ques le patens d',es eigr ; mis on'a point fair trairc aux Iicis; la, loi du 3 birmair n'e6it
o.,r,,,,e a. le ,t(oen A)m excu jusu attention que c(ete dii oficlon n'cff'as nouvele ps a veritd, encore rendue lor'qu'Anqm a
,'- i,ie o iflivs e por avo:r Ie qi 'el!e clt imitee des lois qui r.ilent autrcfois fig,e cet acte de rdbePion,: qui remotait an '8
cn, r. lidt -l lfen_. ie pri aiai: de Mon- la France : ouvrt. iez .'-,:.e de 1667 ct vous v n.einia-e ; mais en itait it moins coupab'! ?
teanrai ,Is n fifees crntiaires ax lois. M y verrez qiiun hount-, lie pouvait tpas etre inug en 6rait-il moins en r6volte coatit deux lois
"Pd'r i ntr.r la jtllie de ctte rafolution clarts la caufe de fon parent, lors mine qu'il ne conhltutionne-les, centre la Convention 'natio-
i b dr ile r' es'agi aift Vqe di ph;s leger intr6&, en nmadere na'e et !a fouverainete du Peuple ? ex qui pounrr-i'
en,.as beon dcpronaivrle ttr ln- e. PoIrqoi, pc e qla loi n'a jam isvoula die quil nexiflat pas de- oi centre un redil
l p L il t nTmetrre les htmes aux prices awvc leur conlfcieoce. delit? Wen exitlait-il pas moins ine d Y v1an1
1it i a cc, roie aifu c toyen Aymve, de I'aveu Lorfquela loi ne permetrait point autrefois de juger denmiaire, antrieure par confequett, a. d6it
O Usil ra ru It i u ilefIt da s Je as I a plus petite affaire otl avait d'aut e commis ar Ayme laquele (art. Ill ) dclarait
d. da cii d i q irt d en ,i-t d; crps qeue celti qu'on p-e.nat A la cSufe d'in indiviju dars !e ne ne les prfidevs e lecr6taires
'diflatifuj Ia ax. Airf, i di eexclui du pourrait-on exiger aujourd h li qu'ete pcrmirt a es figiataires, coupables d'attentar a 'a fnret :iatz-
i fre a oi A e rd, il 'ex paens iigrs de venir ilars le corps Iegfl if riiur de la Rpublque et punffa'les come
,e fnie ao e d 'e -_prouoncer fur les cas qles cacernent, i entrer-tes _---
Jaede b"'erai i examiner fi 'le e dans les adminiflrafions, potr ftltuer firt lear radia- On dit que les pouvoirs ont &6r verifi-s ;,mais
Ctes el drot de prexmineri le tconfei r6o cmq tion de la life de fire parties des triuiaux qui ce io'eft pas dans e acte de nr minmtioon q-e nous
oe'n eldroit de prendre cette. r&uio, c fi veit tge ra;ec tate ',.it; e- .i .I devons rechetcher lapplica.ion de -la li du -bru-
ll .ic- L a i d r I etl. la P..t'c- -? Ah! fi :ft- ti ue p riiv .'.:i, jI t uai. ? i- ; c'efl dans des actions cui quo q, .indepen-
;il / '.. t' poit' : Lecorps verais bien douce fi je devais la foppottrer; car dantes de( ces pouvoirs nen font pas noious lies
SA a,l^ feul fre ai id t eaes noe oratirnsI elle m'ipaignerait de fire taire ma coi(cxiencc pour a iadmitfib'lit6 j la loi vtut quo les ii .ividus qui,
diua ct r ajes.J Cet -aride tieacopre cdder a:c affection.; limaines ou d'ot:b'ier les-tiens dans If, all-mb e.:s primaires ou das les ailenmbW4e
ild l CA&~ c olu t q lik t d16 fig a6 dans ce.iP oqui o t .u 0 e
il tlin q1 u dt relarif 311X as ciqi du fang pour ob-ir A la rgourul'. J'..-. (lctra!es, auntp -ovoque ou ig-d6 'des tmefu.es
tL cr l fon elar i~foxrualitetd rcquile ot:r- La loi du 3 brimare eft une m amniile anticipe, fd t.eds et contr.:-res aux lais re pourront,
be i cr f folrunis plcovtfra e tiibiiI l. et: ie volt "avec petrie que, -d.: s la circoxfunce juqu l*a paix g.iW-rale exercer atuicnes functions
Airfi,' I6rps Iulef ro tab l cvil. gpr feote, on ne Plexcute pas drans touted fotn leg tlatives adminiflrativ's et atres. ....E
frt 1: crt d tiale .. -i; pomi ed6 etcndne. Pourqaoi ft-il venu fiegcr tamni les cemmne I'arAb'i le rapporteur ilnapparient point
M, .' verbal 1 i ..be pum e foidateurs de la Rpubliqe, cet A-m. qui a : a coro.s :egifltif de ifcuter cette loi; elle fuiftt,'
.Nie ..'e,it fi lae pi o.uatio qu vus etll fou- volu la druire ? Pourquoi a- -i fatrAttle ,' e.n ele doit cre exdcute..
fluit te~, fdditiert'es o at ces a11 ois corps don't il a. v.-mi em nch-r 1h formation ? La Jeule otiectioa qui ma parm foe'cienfe, c-'ft
i *d.,l tie i ti'eupe a:ra~aestove anx loi, P,,uquol lorfilce la voix pub.ique s' eviit centre cel:e' de favor fi le cops 1Igfltif pear fair
'. i,. u Cn Pefri s d jue ie n1blbITe 1u pour len fire fortr', a-t-ii-ms tant d'epihia- ap'ication de cette li fi &1t dans Pace
i ( oi l foutieniait Ilef t e3b'lye e treat5 3 r fte"? Pourqujoi a-t-il gaidd tn fi.ence 0conitutionnel qu'on doit. aVer recletch'-r les
i on outiendr uteent e le ,c- co.jb'e de la leoi qui i ordoennait tif5 d'apprbation oi de rejection djla refolco
lu li cents aurait u exci6 e u de ffare a d'ciaration ? Ce filince efl ur ddlit que nous difcutols.
( ps e 3 glaitf. l conftt d r nc e fua idi que le ddctt du 3 bumainire a pri6t, et dont it Cit-,yens colidgtes on votii 'a djA, obfk&v. ;
'IPra lio', d .l ,l, cr fur )a valie a pronoiw,6 la teine c'eft cello du bnoniffemenr. -il ne s'apir a l'tgard d'Ayme de tout re,.,r 1|'i-
C't rar Ira T.e, 'ms. s piaimraies. Ceoendnt la rif'altion vepare point do cctte peir:e. tant du Peuple qui fe trouvorait dans f-nr hypo-
._Tnr a'i'r *ln s e lealAemblie pslfrnaue Le confeil des ci-'q c-nts a' fait ce qni n'tait thefe, que de I'ex6cution de Iarckle I" de 1i
r.lt. ., lIe ciuoyea Aymin s'ft fpi pas eln le po.voi : il ne lui appaitenait pas lai ; cot attic!e ne faitue aucune p.alid mais
iC diif i q 'd ci: d da dmrni at cops le-de fire renife do la peine, d'exe'cer un acte feutlenent une mefire de fur"et gendral., un
,r -ln air, Sf f lanag fd btiv dans de clern nti e t; dars miee edpblihque, tin acte de acte de police qui na befoin ii d'accufatioii i
-'.,aimt[r' a tre I A o f a v', ae -. ,.r.u-c... eat tlne lettte de cahiet qui tnuflrait le d'infitiction, t,i de d6cifian judiciaire ; la fofpen-
i f. Ln ..i .1 :i .w.rigi.i ntif ce coupalte au chati'ient quil "a mi ,t. C'elt dans fi m que cet article pir once eft encourue de
LknJ,..y u, t ,, d, 0 orps .i ', quau *tcc. ~ite doupar teItilt bcnai- e ac ft fous ce point de vuc.e i l'attaque ; c'ft lution ne dit pas auttc chfa ;, elIe n en!ove pas
i"m"' aucorps li ':ilt ; u crme l A: caufe de cela que je penUle tjue le confell des Avn'd fon druit de d4put-d ; e!e ne fait que Jli
'1(at1t ibrncaoai': etr .i.... ce l t ; cinfi ccntrs doit nous en produrne tnle feconde e fitfp -ndie orovifoireient I'extrcice : par eettc
toltiti "onl d e dot d le ,,, a q.. pat -laquele iu netema j. J. Ayime en etat de pr6- execution genirale de la-loi, Aym6 partage une
t4as fit p' r i 7pr0fonexncer dins tou. ,no fnivant les fonres co-ftit'ittionn-Ves, i mfure comm-ine ai tus les autrei fornctinnaires
et c. or tii deds afheiOes i"ct Oi iv t kes' forces con:titutionnel'e parade p 1ab'ics lui out partag4 (es .carti : la did.. n.,
141 C',i o' t et fr'1 'a ,.I.i,' ,des mere Il lie viu. plil, qu'tin accuf6 lfit prive des qu'i! y a e ,t'cuz c'd t q-'Avm. 1 ui n garani
rtti.er. qr I ie pett t -e. dro io t irmes qui garat;l.ent fa aret U, pace queje! par la contitunrr de id.rP jiug qua par la
i'co li.. e tt'tjuqruAp 1 "M"76 u rne fcuviens du tens oj .un repriienitant exeiqanr I haute court national s'il s'iR IitI de'la penalit4;
l--< doul;q udp ~p ix. A a midi routes fes functions, dtait accufd a une I c'eft-a-dire, de poiirfuivre foei dffaut de .djni'-.
S pour Ia refoltuton. bheure, ariil6 A-; deux traJuit lelendemain anu i tio ou la fauff: declaration qi'il aturait pti fire ;
ctl),!1.16 ene ftis pointi du tout itnrt de la 'tribunal, et A tois bheires mortait fir l6 hafaid. jc'eli-a-lire, i'exoution des a!tic'es III t VT de'Ila
>a.rd o. ain at mue da-s cest, ciconflance Ja e veux croirte, j aflre mu.ne qu el" lux opinintUs oppof es; il y a du fahut vienidia ps may's pour e.u;'her flu retour porte point fur cos artic'e-.










On a voulu ravoquer en dtute l'autorit la
ptduLIe de la Convention national, pour avoir
tendu le d6cret du brunmaire mais qui eot-ca
qui avAit ddpouill6o de fas pouvoirs illtmitis et
canftitnans ? Le Peuple Francais ne Jes Ini avaitilI
pas au contraire.exprelfflrent recomnus et coiifti-
tl6s par la loi du fructidor; car il eft dit en
'article 7, titre de cette loi coalitutionnelle :
-La Convention dttetminera Ih jour de la c!6tuto
de f,.s travaux conime pouvoir comflituans.... -
Or, par le- dcret du i" vend6tniaire.)elle avait
fis6 cette cldture au ,j btumaire, et par,un autre
du 1o, IPayait anticip6 au 5. La Qapnvention nWa
done ceflfs qu'au t brumaire d'1tre conflituantr
ot revrtue de tous fes pouvoirs; elle a donc pu ,
1.'le a done d4i., dans les circonitances difficiles et
p6trileufes, od les enenmis de la Patrie pourf i-
vaient la liberty l'altAfliniert jufques dans las
alfenibites du PeupLe mne, rendre la loi du 3 bra-
maire : c*eft dans cetto loi qv'eft le falut public.
Citoyens colleagues, la revolution tVeft pas ter4-
4'niu6e ; pienons-y garden. La t6folution qui vous
Oetpropofde parole confeil des cinq cents eftA dcifive
pout le falut de la libertd :yreporttez-vous aux me-
mens de dangers que vous .avez; courus et don't
vous etes ericore menac6s. Pour moi, met coll6- I
Cnues je trouve la tifolutioi ft jufle fi ilgale, fi
n6ccflaaie, que je voterais encore pour le ddcret
4dornt CQle mane : mon d6vofiment eft fans bornes
.pour les prnmcipes ; mais dains les momes de dan-
-er ma proposition dq foi fera toujours que j'aime
miteux faner mon pays au pr;udice e d queque
principle qu d. letuer par les prinipes. Ja vote
pouvr la r6fo:urio..
I frjfidM. La parole eft a Lebrun.
Flif!rser 'vuix. La c'oture de la difcufiion.
Le coneill ferme la difculion et approuts la
rifolution.
La fiance eft 1ov6e.

-CONSEIL DE CINQ CENTS.

:'.siANC l L 1R 9 N YVoE.

n citoyen, propridtiire d'une penfion alimen-
talle prdfepte uie rdclamatioil relative au -peu
de valeur oA le difcridit des aifignats lat r6
duite. '
DVefrmont. LeT fort du pdtitionnaire et de tfus
ceux qui font dads le mnme m-cs, eft v'ritablement
l p'aindre, attend qus leurs peasfions leur font
pay6es en affignuats valeur nommiale. Je demand
que la ccmmiufion des finalses foit charge de fire
prumptementn ut rapport fi t la question da fa-
v:Ar f tles proriraires de penfions alimentaites
ne doivent pas &tre affimni;s a ceux de pensions'
viaageres.

Boulid expofe, par motion d'ordre, le ddplo-
rible etat oil fe trouvent les d6partethrsnr de
--VlOaefltpartout les fonctions p'ibliques y oiit-dt&,
oUn itn moyen de trahiforn, ou on fujet de prof-
'cr'ption, fitivant ies fcniinens flqui animaient les
adminiffrateurs ; partout lis lois font meconsues
le gou'ei*ecment elf fans force, le trouble regeie,
6t l a igiwne ripublicain ne pent s'y mettre en acti-
Dins 1'impoffibilitS oal oneft d'y fuivre les IL'is
coi-inntuionneiles, he forait-il pas a propose de don-
ner au directire la p us grande latitude, poir y
former des d~abiiffemens adminiftratif et judiciaires,
teis qu'il 1 pusilent y comptimer les malveiilans, et
y rppier ia paix. .
Jedeinande qu'ilfoit adjoint 4 nouveaux mtembres
Sla conumillion chatgie des fecours a accorder aux
patriots de la Vendee.
Leur attribution fera d'examiner, 09 comment
front gouvernd les cantons des d6partemens trou-
bles ,(jufqu'i e quo la conflitution y foit imife ea
activity;
.0. Conimmnt on rtprimera les di;its don't des,
commimes entieres fe font rendues coupables;
0 Qualles front les lois pdnales et les former
i isiivre centre les auteurs et complices de la
rebelion .;
4 La police g6nerale at les meftares locales al
prnindre.
Delau at d'Aingrs. La Ripublique eft uone t indi-
vifible ,; ete ne peur admsettre dans fon ftkin deou
fortes de gouvernemerit. La loi du to vend4miaire
hien eittndue doit hfufire pour ramener la paix,
'otrdre et le regne des lois dans les dipartemens
itfurgis. Je demand le le revoi put et fliple do


propofitions de rpinant 1 la commimfiion que vous motifs qui Iont dte.mino, p' r ,
r ..omm.. ,ewte coatre des individusq q tin e f Ial
C... p.o.it.. que davoir des enfans d6natu fort o e o p'tC a
Cotte proportion eftAdopte. coflquent &re approuv ellu ne
La difcuffion s&4ablit itt le project de Pons d4 dleman da or la queon pralbl-
.e' ii. oclalaotton d'argance.; la ,fcuff
Verdun, relatif a f(equeftre des biens des peres e genr doit te *la dc'Lffl d', d i
et mores d'migr6s, et a u matntien de la lot a9 le tfultat d'u rie, ea r dit prdfen ter
fordl. Je Vote pour le rapport dfii d,
ioaille. La oidu 9 floral, relative aix uparss 9 f11o l. o .. i w l lo
de$ e6migrs, A laquelle on vous propofe aurour.- o lP t u P I ,
d'tti dos additions, neft peart une lo deet eobt des f. s .cch Wlu, p
conflance, une loi que les tefoins du mometnet obefr dtn e fuccs, qut unelo i fot quit.ab
doiveit fire adopter fans qu'on .e examine e t nefai e ue tous fo"etit "onnus e
avec lr plus grande attention. Quant tmoi i,e n6quiid:defmednc fot e s ce rapport que ,ie a
4dclare franchcment quo cette lot m'a parue con-; ne a br ve ent le rojet qui v ellt s ci
traire aux droits de Ihoomme, elle attente aux droits ul ice. l tit une 6manation do la fain
de rp'ropri6t4d es u Pr.ce ..
SLaricie V desdroits del'hptmme s'exprime ainfi: P d fo.nn Tlevioque en doure mqe les blea
La propncte el Ie droit de jouir et de difpr n pi tdcgids aparrierinent ila l. Rpdbiquo,
do fvs bi ns, dle fes revenues, du fruit de Ion JI i + ide oee pear raifonr.able
travail et de fon indufirie." fouterIi r quoe .a. pton d. hrt>ge 4, tor is
C'eft furt le maintain des propri4tis, porte d mgr6s n"e lfa pas pastie de leuis bieuo Veil
article VIII des Devoir, ,que repofent ja culture dIer c u ai" e t convenu : Ie pItrier eet tol
des terres, routes les productions, tout moyen erntlea a labri te am tldemerns,prefens et f tur
de travail et tout 'ord.refocial. C a conflitution a t & mnt .terdi a
"Les biens des emigrds font iirrvocablemtent ..gfla. f de cr6ter do nouivelles exrcetions n
acquis au profit de la R6pubhiq.e. ( Article 573 ir des ra is q ont abandoned ler Pat,
de ia coniatution. ) Cette difpofi:on exclut tout- depus lo I J juillet 89: quaot au second, it I
autre5 les biens dei tnmigr6s feuls foot foumis ptofible delenvifager de deutx nmaretes u i
la confiscation, ceux de leurs ayecx .et de leurs ri up bre. ... .1, s
peres ne peuvent etr ne doivent y tre fujets. la. lRpubi.ue recut!iJlera-t-el!eq thI hipt Of
La confifcation eft lindemniO due a la Nation anticipation ? I;l'p p.bliqu arendra.uie ine
par Edmigre pour le prejadice quril lui porter; mi des pes P -omets tii drieu" 4 O igres, pour fe pli.
es parents des dmigres qui nWont point enfreint le peter cormt m e tir de )e a portion A ilheoir
pacte facial, doivent -is supporter uine pareile auxx 6nigr$s ? Cette double queftior fern rxolue
odemniti? Les parents qui nont point particid p ft oc. "11 onjite a i fois et l'int
an crime de leous enfatis, doivent-ils en f.ubir la dela. Rltpbiquie, et Iintrtdes ees a ntt(
peine? 4migr'. .
Les fiates fontperfonnelles, ce prince eft rfe- inrtet doe I R publiq.e 3e que 'expmo.
I tii A tout genre de peine qui en eft la faite priiion des 6migr6s foit fur le champ .. nf.,rime.
et la confiscation on indemaitrS g6nerale ou pani- L expropriation fubite enleve re r fourr. '.
cnliere, eft comprise par addition aux peines in- d6arble A nos ennemis, et la verte dans le trol
flghes envers les-grands -climinels. La cotflitution pul.1c,; I h ritte- a dftermin6 cells qui doivent atteiridre les emi- poir de, contre-ivoitionnaires, et ne foinira
gr5 m; titis lurs parents ne fout-ils pas affez mal- point Ettat les advantage qui ril.tent d'nga p
eureu'x do leurs crimes? n'a.gravons pas lenr fitua- r nombre do portions reunites au tuntoe inftanr: ,i*.
tion. S'ils foot coupables pour avoir favorifed 'i'- proptiatiort ubie augment le- m.vens d pricier
gration d6 burs enfans, qu'ils foierit purist; les I guerre avec vigur pour vor bei
caracrcres de la comrplicitrdu di lit -d'migration paixh nonrble; I h6iit,;e ip p;rs ert l,ignearrimn,
font 6tabiss par la loi du a brumaire de Van 5. pour at It afre', lorq Ie la Rcpubique ncon am
Qar.d it faut rerwverfer avec la royaite Pem- plus below-. 1 11
pire des prdjig6s, 'on feetic ,qe la paiffa'ce pa- Cenx ut 1 nt de bonne fAN, ne melttent pnt:ie
t'tr:,le op oferai une barrier irfurmontabie aux vant cet axiome qui potte queles fautes lfo perp
prdj.ngs de la raifon d e bors Ies chain s qui fonnelles ; is favent itre bsei qe lfltvuina
tenaiiut l'enfarit en tutel e pendant I vie de les I, .PU. pas des crime de leur in n..u quil
pare et mere doivent 6tre rompues, et, la loi qui ne rclame, pour Ia R6piiiquI q wla porinon
fiaa Ia wiaoriresd a1 tans futt ur.e des loise ui cond- o e bttet Udot lots ; enfats 1fo0t Xp:. 1xrC POIItU
tribui rritlp pu anu fuct.ts de ia r6volutioa ; rien i emigratior. Ceu qui font do e nuviif fi ',u.
n'art&ea plus cet hltrux enthQufiafme'qui nous a i ennent Ic conraie ; mats perfo nene ueb'i, g
donn6 '!a 6publique. A es croire fur leur p.r.,le, et encore mors a leu
Mais fi nos lois ont fag-ementrompon les liens d'une r6pondre. Je deriandel fa-.u mrint i tous teli qai
puifance qui edt pu oppofer ute digue aupro- vultraent que la R+pub'iqne attenit h monrt
o1 Sdeo la revointion, poive7 VOus auj..,ur'jhui P preS et meres, pour entrer ean pflflion de It
endre refpoik les pa s des esa de s dea urs portion de leu s fi. emigr.s ; 1 leJur demanesil
enfins ,quand its nontufuca-i,,nssm ,,olenspouies t lt enn mix.-'i rconttaidr tes pcrLs et iomei
retonir, quand ii eft certain pour Ia plus grmde foar;r, Ita,;u a. Ia p.1, general I'h'bilement,
partie-d'entre eux, q 'iiosont faith tous lours efforts I '-'In' u l .'"ldede d hof.mes p. (hqu.
pour empdcher-un crime; quand-,- pour-les-au- fi:s d'ele; 's i aimeralent mi.ux frapr I".-"
tres, i ln'eit pas poffible do conltater leur compli-. -icu" t 1t fe'qu rdta it ous leis tienst en rooif'
citei ? crer ialidnabilit:6, Jeur interdire toutevin'e,.t(40n,
SD'apr&s Particle II, 1'efft r6troactif donn6 I la arraogeuent ; leur 6ter le puuvoir d'amijnmer
loi du s7 niv6fe, et fagement rapportS depuis forte less enfans reltss en France, str ,dllsre
l'Kfft rd,.roacif, qui, fuivant i'article 14 des d.coits rplter des ecttit les tenir en arre fet.dain.,ie
deo l'howrne, eit u : crime oit de nouveau po- exlofer .1 paraitre devant un tribunal qTi Ile n.
pcf ; la dclaration doit contenir ce que le parent !r r.gai t fue lers efforts pour are"ter 1 erg ,-
de I'mi,'. a donn4 da fes biens depuis te o4jiiet deiurs fi s, fur les preuves de leur ii,
1789 j eou il s'erfltit q n les donations fhites depuis conffant, lur l loiglnx.nt qu Wli nt nti (.i A rt
cette poaqie ijufqAti-aA loi du 17 niv6fe, qui nt, i. n'te-niats de leurs enfans, At a loi.loycr ,kid
-ty valides par la 16i du vernd6miaire dernier, f-il..i, '(Lai ,. t mai.
font auiourlhui annui.es quaint is ut parents des Laedma.)
6igrsts, et les bians qui en dependent doivet le conti i
fiite parties do ceux filt lefque's la Nation exercA N. B. Dans la f6ance du 13, J e ~jd
fes drots. aotns a approuv6 Ia r solution qui 4cIt.e con'
Aprts avoir d6montr6 que la loi dui 9 floral eft ttaignables, pour Ia totality de kuJ .. .n'e mpn
Sconrxtre en principe aux droits de l'hotnme et ,I force, ceuX. qui, aut 30 niv6 e,, ,f l
1'a conf~itution, ildevraiq: mnifiulfre d'en demander pas acquittd le premier tiers eet ifl _. r
Pab: .Ga:ion ;miis votre conviction en ,etvienhra ie fecend tiers, to tout art vodlie et Ve ,
pins iatiine, quaind, en jetant les yeux rapidenent de maeubles das les 24 b.ures. .i. 1
fur ls articles qui la corpofeut, vous verre. que 3touet a fair le rap ,"1rt d e a'L:vl. lt
leurs difpofi tons contrarseat la faie morale que doit a une entrepnrle g6nefe qut Aumvahie,
les ldgifl4tunrs,.oivent fans ceffe profiffer, et don't butde d iivrer Maubeuge, cerne par ,,l ICA
i:s doivent pc center 4es examples au Peuple qui Lb riit des traitemoen attren que .wo
lui a remis apouvoir de le r4gir, q autrichiens lai ont faith iubirdurn.s (a 6 l "t i .rei
Toute conlTcation, touted i"'demrni quin'ellpas i et di moyen extraordi,'aire a" Icqir .Csi
Ia paOne d'un time conflata$, et une inju lice c'eft nement, et au p6til de (a vie ,de Lir
unr acted contraire tout ordre focal, aux droits vivement emut le' coinil. iIa ,-. I t
da I'homme, li cortfiuiction. +7 ( L'imprellion de ce rapport oet *V
La loi du 9 floardal, dans foatenfemble, dins les on 6t ordonnls.


SL'ahotinement fe fait it Pt"is, rue des P .or ips, no x. Le prix eft deexjo liv. pour croit mois, ant pour laris que pour les d6parttlen.'On n' ,O sab rf li neA ih
c-ement de chaque maois,, ,a eulcme.>t pour trois mois. GCux qui prA6trn oC payer en num6taire, enverront tao liv. pour I'ann6e cntiere, o" ..* -
3o liv. per ttois mos. s tvoIl prt
I.faut adre'er les le(tres et l'ar.eut, franc de port, ai citoyen Aubry, directeur de ce jour al., rue des Poitlvins, no it. II faut otnprendte ,das tSO'
pays oh Yon ne peut afftachir. Les Ictlres des d6parcomens non affra chies, ne front point retirees de la poftel, M .Rd r, a s
II faut avoir foin. pour plus de furet6, de charger cclles qui icafi.rmnt des Vaeurs, C adtreftet taut ce qui concerns la rdda-tioi de 4I feuille n U.
Poi'vimsO n* i, d tuis neuf hurts d mattin luiqu' hbuit hears duo tit.
Labunneitent pouttr les pays cttorgets, comquis oc t6uais, do. Otrt payi en num6.akie; s tte coniition eft de rigcur.o


IC


I








GAZETTE NATIONAL o LE MONITEUR UNIVERSAL.

, iQ,'li 1 nivfe, I'an 4 'e la Reublqu Franrca'fe une et indliv'fble. ( v. iJ jtazvier 1796 viex fiye.


AVIS AIX SOUSCRITPTEURS.

Spr x ictl ade 'abbtnnement eit de 1;50 liv.
riiiiots pour tos mews, feul term pour sequel
;sA Fout ocrire' ete moanq, 1
1. 13. A nunrMaire, eft de 120o li. par an,
4o0v. porntfix aois. et 30 liy. pour troit moss.
Ct. condition oftl de rigueur pour les paysdtran-
prs et rdunis. ,
Nofreres d'aimes jouiont de la faduik6 de fouf-

SIos lettCes non affranchie4 no reront pas reques.
--, -' ,




.CONSEIL DES CINQ CENTS.

Prlfidence de Treilherd.

liT US LA .SiANC" 351 19 NMVOsE.
Sake d e t l'opmnio d'Audouin.

Ah! qu'on leur lailTe donner, par anticipation, a
Is Republique, la portion que l ois li affig'eiit
qIk$ i partage, et que la conflitution ordonne
de prendre, ptiiquetous les biens des imigrts
apprtiennent a la Nation ; er qu'oh les delivre
de toutes les genes, de, toutes les inquidtudes ,
do routes les taxes, de routes les interdictions.
J.enr ioterit et celui 4e eIursenfans refts en France,
;y&ciment eenre loi douce et jufte: fls ne diront
Ia! qu'on hirite d'eux pendant leur vie ; car ils
ienteac tbs bien' qt'en ls sffranchiffant de tous
lei liern don't iis tai-nt charges, moyenra:it la
portion qui eit require 1 la Republique, on ne
fait que tranfiger .avec eux e i leur plus' grand
viantage. .
II faut observer quite' rendant le refte de leurs
liens libre de Ourte entrave an leur permit de
nclhaer la portion don't it,s'agit ai phx de 1'ef-
irnmlon dictaige par eix ; it fiut observer encore
lue loi de floral ddifair du patrimoine, d6-
Fa6 par les reis er mires d'dtugr4s Iss biens
donres aux fucceffibles avant le 1a juillet 1789,
leI deite paflives antriiutres a i16migrztion'de
nur fi : la REp blique runonce an prdiage. du
ttinioine, s' l n'excedle pas zo,ooo0 ivres. Dans
%* ous los cas enfuite l'aCt'cdant commence par
prAlever les zo,ooo livres, et britent fa position
In l paicage, indipendoniment des Zlo'6-o liv.
fduite, il elt vrai, i3 ',jO liv. en numiraire par
Senaouvelle mdifi<-aticn.
''Que leI vritables pamiotes qtion cherche c hrf-
tiniment idivilfr, en lear iiipir.rit miea des ides
drperfection, et ceci n'itA point inuti'e Adir-, le
rtumlent, dans la finc,-rit de leur cseur, Lia
evolution qui a reiverfa le trrne, et qui nous,
a conftitus en R6puiblque : nous fomines tutr t
rhoure aux terres 4d nos fouffrances. Cetce union
ficrta, produito par 'amour de la liberty, ct
fornifi6s par les lots corf-!ivatrices de leurs dtrots
fera pl s puiirante que Is coniplor ade nos ennemis,
lue ( coonjurations d'un Thctdore Lameth et de
Si banwle, qui torniyms initigient en Stifle, et
S rins loia que la Suifli, avec I'angla;s Wicklatin
Sdintileft pre dans la correfpopdance de Leinwitre;I
plus Fpu:lante rnfin que les efforts de -ceux qui
a'pirent fans cell., i la d6t:uire, et qui quelquefois
31arent des ripublicains plus" exalts que prudens.
,,, Jmats ces efforts paraiffaient ntuacans de
xte tribune du Penple pariiait la v&tit6 terrible,
Avpix de la Patrie percerait cette enceince et
"eentillant dans outes les parties dela Rdpub'ique:
tenmels et inferifs novateurs, s'cri-'rAit elle,
ouis voulez dnc que loes difcordes represent leur
fele empire ? que let rjctiolns ,no foint Jam2is
accabloes fous la puiffance des lois; queles cicoyens
"I puilEnt lamaisretourner -a leuts travaux nourri-
i qut tet arble couverr d6 fruHis prits-i &:re
Cuil fbit arrach iufqutes dans- fes raciness, et
.... laiffe que Plopptobre et la pipfere ? Vous
pi ae peufection 1 veuil'le bien p!mrAt y par-
Z.l, e 1filleolesmoyens, ver:illez 'Iducation de
d' "8 raon rpr"nte, vevpile~, attet.re les kqons
d1ms, 14 concours des lumieres, lts confeils
a raifon,'- P(fCandant d la conitience publique.
.a rfiblimedas Fraiais virs la 1-bertC (era dinet
d'aratior des fiecles ,i-nous fommes affez
Spour. prparer Jeut hnbelihtr ; nlnis nous ne
thourorgeIon que des fers t ls 'ieux que les
hiles par ntus bri(e ft nous laifion, j-mals
ftruer la ritpublique par I liberinage rIevAuitinr-
ti' .V u'. bls dillinguer de la puret6 de la
P luaon. lor du domaiua des lois propres tu
Pple Poir lequel ell1 font f4ircs, tout ei d&-
9. sIn lt't t eldavag ifamie., ute kdg


dans les camps, hors des camps, pattout, les thermiidor, prut &tre uniquement de r6parer les
manes des hrosr qui ont piri pour la liberty; ils paux de la tyrannic fous laquie le lie avait ge&iA.
Voes conjuregt de vous attacher A cette JRpu- La fuite de mon difcours, ft le confeil vout .en-
bliquie cimentde de leur fang : defirei fortement tendre' prouvera que je tiai point eu d'in edition
cemme nous le matioien de la conflitution, et nous reprthenhible. Apres citte explication, fi le confeil
taiompherons enfemble des partifans de tous les veut tme rappeler Il'ordre, je tme louners a fa
ennenis et es infames emigres. Et vous, reprdfen- ddcifion.... .
tarts, obtenez pour laPRpublique la portion,'hA&i- ,
* .ta ele -- b" ,i on. PPl2eurs membrts. Oui, oui : aux voix la cn-
tag# qu'elle a Ie droit de demander ; c eft fon interet Plr s o :i
que vous ailex ddfendre. fure ,
Je demand qu'on mette aux, voix ie project de Le prfident. La parole eft a Tallien.


Cheinier. Je demande Pitmprefion du difcouits
d'Audouin.
L'impreffion eft ordonnse.
.. Dumolard. Trop fouvent au fein des orages r6-
volutionnaires; et otns des prdtextes .us on
moins frivoles, des mains 6gar es ion petfides ont
dbranid, dans un coupable desire, la premiere
colonne de V&'ifice fooial, la propridt6. Ces pro-
pofitions fallacieufes, et lhivies d'uh ifuccs facile,
A des dpoques don't !e fouvenir explique tcot, ont
faik au corps politique des bleflures cruelles, et
qui faigneront long terns. Totues les iides de
juftice confondues et bou'everfces, le brigandage
des individus confacr6 par. 1'exemple du gouverne-
ment..... (Le plus violent tumulte interrompt
l'opinant. De routes parts on s'6crie A I ordre'
a lPordre! ) ,
Tallin. A lAbbaye i....
Boudin. I a infuiltela Rdpublique.
Plafartr voix. C'eft calkianniar la revolution.
Lefage-Sdnau!t et Betiabolle r6clament la cenfire.
Ch6nier court la tribune.
Chinicr. Je demand que l'orateur qui s'et permtis
d'infuster a 'ce point 3t la morale, national, a
'dquite6 rdpublicaiie, foit rappeld [ 'ordre avec
ienfure au procis-verbal.
Une foule do niembret fe levent, etn criant:
Out, out.
(kinier. 'Je fais -bien qiuen invoquant fans c iC
la declaration des droits, les priAcipes; la confli-
utrioa mnme, on attaqtera fuccelve ent les lois
les plus republicaines, les plus falutares j;e fais"
qu'Ln parlant continuetl, ment do la r:4ceffite d'en-
tretenir pirmi les cir'yens la douce fraternity ,
on ira pout-erre jufqu'i nous demander de rraiter
en fteres, les bathares emigres qui ont fui leur
terre natale, pour y venir porter la devaflationi
et Pefclavage, nais je fais auffi quit eft. dans le
confeil' des cifiq cats dans ,telui des deux cents
cnquiante, dans le directoire executif, une foule
d'hommes qtii ne fe i'ff:rnnt pas fdduire par le
language afltudiei qu'en emrniloie devant eux.....
hlutffers voix. Non, i-on I
Chinier. Je fais combicn il efA dil de respect a
la liberate des opinions, Mais cetre libetit ne pout
aller jufqu'i permettre qui la tribune republictine
on infulte ippuntinent A la morale national.
..4e demand que Dumo!ard foit ceifurb arprocs.-
vetbal. .
Cette proposition eft ttrr-vioement ,appuaye.
Pafloret court la tribune.
.Talliaz. Prifid nt ja demand la parole aptss
Paftor'et. '
Laloi, Bentib6lla, et d'autres membres appel-
lent Tallien i la tribune.
Le prlfident. Dumolard a la parole;.
Une fouie e membres. Aux voix la cenurae 1
Dumolard. Je fuls doulouretfettenrt 2ffect6 d'avoir
dt6 la caufe invlantraire. (Des tunnutuues
fe radlent a des iclats de rire.) .+
r'LqIoi. Tuo as bian fait exprks.
Dumolard. Je prouverai par la faite de men dif-
cours que mon intention n'Atait ni d'attaquer les
lois falutaires renduies titre les migrds, i d'in-
fulter i la moralit6i rAublicaine, commefI viens
d'en &re accufc. Je 'ai parle que dans le fens des
orateursqui, au fein de Ia Convention nationmle ,
'attiquerent la loi du ,7 nivefe, etr en obtinrent le
rapport. (Nouveaux mutrmures.)
Plujiaurs vdix. bans le fens des royaliftes.
Laloi.' C'eft Lanjoinsis qui fiv rapporter la loi.
Dunmolard. Je parlais dans le fens adopt par la
Convention' lorfque portat un coup-d'veil rffor-
mateur furiWs lois dceCmvirales, elle a rappOrt, par
exemple, Jes dcretrs ordonhant la confiscation des
biens descondamnis. La CGoavition fentit actors
qu le torrent r&evlutionaire 'avait e trainde aux
mneltIcM les plus injuftesA as fan but, ap16s lt 9


Tallient. Je vians appuyer la proposition de
Chenier. Je viens demander que DmXalard foit
rappeld i i'ordre, pour les expreflions impropies
dont il s1ft er v. IL et important darr e r, des le
premier .moment, ce d6bordcnmlt d'injures qu'on
fe propofe de verfar fur la R4pipbliqte et les
R.publicains, dans uine caufe ela I'iiti& gnrn&al
doit 1'emporter fur de mnifiables intthtAs particu-
liers. Oui, l'on veut fair fuippotter tout lepoids
de la rtv,+l-tinb, tous les facuifices quielle impol
aux patrrio.s qui Ont dd,;a tout fait pour elle,
tandi, qul' n ne conferve des entrailles qus pour
les parents de coux qui parcourent iEutrope en lui
fMfcitant des ennermi. II faut qu'cnn rappel a Vordre
manifefRe la vo!onte bien prononcde du confeil ;
il faut qu'on' fache qu'il et ici des homes .ui
defendronit avec courage les principes rdpuiblicains
qu'on ataque avec atudace. Vous al ez doaier u11
grand exemplt, donnez l'veil aux patriots en leur
proivant, que Pon n'aura pas deviant vous itnpuod-
merit traiie dins la bo:-'e, les prindipes que les
amiss de la 116pubique ne cffiTrotnt dinvoquer
centre fas' ouffios, datracteurs. Je dem.nde q e
le iom de Dumo!ard foit infant au proc6s-vetbAi
a2ec cenfure.
Cettepropofition eft trbs-vivement appuy6e.
On demnJc ure rfconde lecture de la [phrafe
interrompue par les mutnurcs du confeil. Duao-
lard relit cette phrase.
D routes parts on demand. allerauxvoix.
Ifnard. On a dit cent fois iJa tribune da la
Convention.. .. .( Das violent murrarures
inte tompent.) .--
Lo6 coufeil ari&te, I fne aSIe; grande niajrited,
que to nom doe DiuLnnlad fera inferit aat plocks-
verbal avec ceaiure.
Dumooi'd continue. 1a. premiere garantie de la
liberty la morale du Pe'ple corrpmnpute jurque
dans fa force, et piomenant un virus mneurtrier
dans toutes les veines de PEtat, tels font -es crop
fenfibles effects de' ces atteintes imprudenties aa
droit de propi4ota atteintes ddf.tareuiefs, et q(j
rerentiront darts les fikcles pour l'opprobre meritS
de leurs auteurs.
II eft tents ou j:m:is d abjurer la fufefle marin
de r~6olutionner les forcutes come les inftiu-
tioris.poliriques, de rig'r 'es droits du g..ivetute-
men- fur des m'nifs d'.ite's ou tide conve-
nance et d'outrager par calcul les prncipes
ivnmuab!es de crette justice dternelle devaot qui les
hommes et les Peupies-doivent flechir.-Plein de ces
iddes grandes et vrates j'ai mediit, datis le filence,
,fur le project que fon difcute aujourd'hdi. Aban-
donnant les details comme des confsquences nd-
ceffaires, je me fuis empard da principe, et Itai
founmis fans rdferve aus creufet de la raifon. Ec
moi aufii, je flipide les int&&ts, je veux le fe-
lut, la gloire et l! boaheir du Peuple qus j'ai
'honneur de reprdfenter. Mais cet int&rt, ce
falut, certe gloire, ce bonheur, je le proclane
avec cofliance, 'e ne les ai vis je ne les verrai
de ma vie que dans le regne abrolu de I juiftice ec
le refpect le plus profound pour les doits, et les
propridtds de taque citoyen.
Qu'on ne s'inugine pas r anmoins qutje me a
conflitue dans cctte caufe le ddfenfeur officieux
des dmigrds et de leurs complices. La volontd du
People s'eft fait entendre a leut 6garJ leur forc-
eli rdgld par la constitution, et je dis cg t' ,ment
anatlieme A tous ceux qui lhercieint.a 'alterer
dans le moindro de ces articles.'
Mais tels font les malhdureux cftf.t; des gsierrel
inteflines, que les liaifons dt fang ne dternninent
prefque jamais la d6marcation des parties.
L'opinion forme, pour ainti dire, une parents
nouvelle, et la faction vaincue tiedt encore aux
vainqueurs par tous les liens de la nature. Oh I
combien j'donnerais ceux qui m'entendent s'il
m'ntait pollible de d6figner wvec precifion la foul
d'individus lont le coeu r 6abore ;e mi.ne fang qui
circle dansile veines de ces emigres fi criminals et
fi m6prifables.
Ces hommes-li citoyens reprdfentans, peuvent
&tre malheureux dans L'objet de lears alfections
primitives: inais ils n'ont point pwrdi leurt droics i
aI garantie fociale.
'Lidentit6 dit fang no produit pas Pidentiir dti
crime, et 'on pout f4ns reproche invoquer em
leur favour votre justice et votroe humanity.


~,*---~---*-~pll1~-1-11 -- 1~-cl










11 ne s'agit plus dans le langage du rapporteur, commis un crin'e irriiiiib'., cdai de te le, avoir,
ge pourfitivre al'acenda!t i' un 6emigi-, conmme le p.a fitivi.,. I
depolitai, defa fortune oin le complice de ltes Loin de moicependartiitan ion d'app.ter vote
aines : Vindemniti qu 'oti rtclame na -fiktte climence fur les v6ritables cOmAicesde letlrs or-
deloniais que la refponfabilit6 civilek, tou)oursw faits! Non, non, point de cl.i.i.i vat;, nnis la juf-
exercee centre tin pere pour les delits de f1' twice, encore la juitice, toUjoas la justice et la
enfans. Republique eft.fauvk,.
Qu'il me foit permis d'obferver an rapporteur On a part de b:lbins de la'tr6forerie des
que cette refponfabilit6 qu'il invoque eft une chofl f mnies ',niifidiab. dout le-projet doit opener le
ablfrde en legislation corner en morale, lorlqu'o,n verfement.
prend lai g6neralifer. A ia lecture de ces attoces calculs, faifi, rdvolt6,
II ef vrai qua nous fommes civileman't ref(ponf- js dois le dire je me fis crui par nid a.le, dahs
fables des dfits de"nos enfins tait qnuils font le confeil do N. r. Lh qloi le s colfrs d'un
dans un age oit la furveirlance habitoelue u pee PViple libre 'fon.tMlS di&-ne&s i fa rempir deO dd-
eit tn devoir qou-mpofant ia nature et la focie-te : ail s, des larmes etdujaSg i1' ,nere, ? Le
lamis cette refponfabilit6 celle, lorqn'ils pa'Aien- Peuple a faicde grand its l, ii ef ra i
nent a cette autue epoque de la vie, oA kle~r nouve ,i fan a!t ,exi, niis it pourvoit
raifon commencant inlrirm prcfente Ia i ocikt6 1es d etfes pr des ta.i. G :..i pr 'pot0-
tine garantie directed de leur conduite et re- neles iil nappartiuu qu'au tyrans d:linenter le
ponffe d-fourmis les foins multiplies qu'exigeait icur filc par ds & pro'criptions .tb. r oin. N puifos ,
eifnce. croyez-nwoi, que danrs uine lourco 11t;re, colnilne
S, 1 ileur glore, la folde et 1'entretire n C;es m;rnes vic-.
Aiifi le vetilent la nature, la raifon et les lois tribes de lEnrope et qui rvpr f-tent, pour
ci-iles de tons les Peuples ; et tel trait- en par- inft .dire a Nations au chanip de Ihlonneur,
ticulier la jurifprludence francaife 1 ~poque des comi ous la repre'eatons ?u Pinat.
migrations. Aucune ioi n'exgeai dans eette m Ls voil cependant appricies ces confidma-
tiere une attention plus directed des peres fur leurs tins majeures d'ordre et d'irti polirique, de-
eufans. De quel droit ds-lor, par une loi pofte- vt qui h'ordre civil la juffice et Ihumnite
rieure et retroactive le punitiez-vous dun d6faut me diet fhi. Je ne 'atchetrai psm a
de fu.veillahce laquelle ils n'taient pas tens ? Iprfnter ici iLin&rile refam6 des diterles parties
Quels etaiernt, d'ailleurs, leurs ihoyens et leurs e e ditcor. Jai convtlr cu tous pouvoirs pour retenir des enfans adults et pent- vent l'tre, et je ne me difdminle point que la
6rre '1oignds d'eux depuis p!ufieurs annees ?Etrange ,nalve.l1ance..voudra s'empa6er de cette opinion,
inconf4quence I Ceux qui detruifirent la puifance malveilier nce voun rsdieux vrnis attenter a la
paternelle et fes efiets rendraient in hoimme ref- penf6e ju-ques- dans fon fanccuaire, et dtshono-
ponfblede linexercice de-cette puiffance 1IIommes rer les indivius pour perdre la chafe publiq.e.
imjufs et barbare ,, cherchez.' encore usn motif 1 et des horn ms qui fuent la calomni:a cornice
plausible d'atteindrecette foule de mereset d .ieules le crime mais la verit fe fait jn>ur tbt ou rard :
fur le declin de 1 ge, fans pouvoir et fans influence, les ivend means fe prfl.nt, les prijug:s sftacent,
et don't tout le crme eit Ia materunit Si les m ar les pa ions famortilffnt, ls parts eueigneat on
de Panckin regime frapaient d'nn oppr6bre immne- fe coifonient, et la iultic, rernelle dcmeure.
rit6 la famiile innocenIc d 'un1 co1ipa le. les loes fe Vous .es digntes', 6 me co!l6gues, de braver
taifaient du moins, et re les rendaient pas folidaires ces miftiables conjurations de-toties les intrigues-
-ducrime-, uant aux effects ciils.e pan avec gire fu erurs et les crime
Pourquot crrindrai je de le dire ? Tout, dans od planer avec gluire fur ues 'e s etlos crimes
le proeet de la commiflion, r6volte la raifon et folitiqes ,corribe fur tquande Ie factions. Soyuoz
la 1pfte ice; tout, jufqu'aux exceptions qu on lui foyeres en terrieux es qnd it le fait matis .toiors
done. Comment exo iquer, en effet, cet abandon .ybe g-nvrex et jt ces, vous enotsirnfmertez hl.
4es foitu'le. ao-defi .s de 2o000 hi., cotte publique voutttacherez vos naois i'itnmortalit:.
des foitu.cn au,-de.es des pares riches t Je vote pour le rapport du dfcret du 2 fl -
diict t<,ni.c eln tue des parents r ,hes ou ril, et de toutes les dipolioutis Igillative qui s'y
p a, v -_: a s, fe ln v oeus e ...n .- t (rim nt els r- f e.ent.- --.-- 1 .. .. .
,a^>!;m;eit rit.aibl-es? D cqall.: C.aiante inf.mie
vous chargTriL- ,'-tre minmojie, en liant parni nouns Engerrand pronounce une opinion dans, laquelle
l- fyf.xie odicux des confiscations au degree de i s'attache A prouver que le project de la comiiif-
f.r iun du'in (itoyen, et non pas A fa culpabil65; lion apporte a la Ioi dn 9 floreai toutes los ro-
en dil liint, p.r le tfair, qie chez nous I'homm.- difications qie I1 juftice la plus exacte peut rd-
eft put i, non varce qu'il eft crit ineli mais parce c'amer.
q.'il eft rd.ms 1'aiiatce. Loin de mci ces diftinc- Boeijy. La juflce n'eftias use vertu d'Etat : t
t>,Ss itiutsieuies que 1thomme hoon&te. quelle qu, e it Lax ie de Ia tyran ue
puifte ere fa proptiete, repoultera toujours avec Iax 6he e i a ]atyrannic.
pue re a propriety, epouliera jours avec Mais quelle analogie peut-il y avoir entire cette
hoieui. polirique atroce et celle d'une Repub:ique nadfinte
Lepre6fentans c'eft Jans Papplication coift,,nte environnde d6s fon berce.1u de puiliance, d'eclat
des pri-cipes immuabil.s de Ia t'," :. &erntelle et de grandeur, et repoulfant avee tant de dignity
que rJfidera pujoums la verirable pliiq e, l 'f.:ut routes les er:treprifes d. fes ennemis ? Commr-ent fe
et la [loire des gouvernlmens et des Nations. fait-il done qu'ii thit niceffL/e 'de combattre iu-
Ai.i 1'ont penld tous les grands homimes, anci:s jourd'hui devant des r-prcfentans dignes d'elle.
et iiodorue, en th-rtout le ,:i1vatis illnfes, dontt- -nyl.~m .-u'ni ,onitrate-a--fa gloire ,-a-foan
les noinm v6neris i ient i friiite del revo- int e.' s
lution francuaie. Des traitres iifames, ennemis de leur pays oft
Telle tait la_politique deRouffe u, de_,in- abandVo6nd la terre d i-la liberut6;- ils font all6s
mo-ttel aiiteur des Entreiin;s &e -hocion, et de donier aux Nations erranger'-s le fpectacle de leur
vus tous qui plagiats dais l d6&laration des de- mifere, de leur lichotd, de lent dcifefpoir; lurs
voirs cet atiAle honorable pour vous et que nies parents mAlheueux r!t6s; fi.-'les a lear P.,.1 ien
y.iux ne parcourent jamais fans r.fpect et fans atten- ont partage 1ls dangers, l',tt fcourue de tout eur
drillemnent. pouvoirs, et fe foot vus en butte a tots les foup-
C'eRl fur le maintien des propridts que rep- co.s,-.tes-ls vexa.ti ns et^ tus les maux.
fent la- culture des terres touted les produc- Loin d'eJltycr lenas larmes Iin de ratcher de leur
tons tout moyen de travail,,, et tout 'ordre fire oull et des e.nfans jaidi,; hers "a lotrs coeirs,
social. .mais fur iefquels leurs cmour 6triint obliges de tf
Reprdfentans, foyez dies de vous et de vorre feinmer, parce que la Patrie q,'il. outage.dient, les
ouvrage I Abahidnnez, pour ce qu'i!s font, la loi drfavouait avec joitice, tanto: on les trainait f4e
de floral, le p.rincipe d6cr&t le 17 frimaire de cachets en'cai h ts, tantrt on leur fCaiti un crime
Ian 2 tous les produits impu s et veneneux des des larmes infdparables de leurs ma hkurs, tantft
temp s.&e on les pri-alt de toute reffourFe, et, Ion ajoutait
PIalliez-vous fans r4ferve au nonvet 6tendart A Ia situation d&hi'ante de leur ame, toutes les
que le'Peup!e vous a co; fid. Que la jutfice et la angoiffes de la mifere. .. .
conflitution triomnphent de toutes les erreurs commne On s'aperqut enfia que e fyfltme impblitiques
de tous ks parts, et n'encourez pas imprudem- loin d'enichir 'ITE.u, prapr.:t fa :;n1e ; on vn-
ment cot anathinee lanc; jI 'is kpa li',n de vous : lut tranfiger avec ces mah.:'reux qu'on avait d6-
Infenfos I volts voulez etue libies, et vous ne favez pouilis ou plutit avec h justice. Mais on ne
pas o o e juflss! tranfige poinz avec ill. '
Votre con'miflion a-a-elle calculd le nombre pof- La loi du 9 flor&Il intervint; file d'individus que fon (pojet doit atteindre, les dos fyqueftres mais e'le voulut que.tous les afcen.
ramifications imnienfes qiii es lienr de touwes parts dans des emigrqs fuffent tenus tie ceder fur le champ
A la g6n6ralit6des Francais? A t elle prvu les juttes a la Nation la portion de leur patrimoite ,qui
inquietudes, le tm6contetement fourd et progreffif, d'apits ces lois nouvelies, EAt appartenu, aprs leuo
la fermentation gen6rale, et la, detonation ef- mort, a ces erfa is d6naturds.
frayante et dufaflreuie qui peuvent en &re ':a Ouvrir-t+ou la fucceflio'i d'ur homim vivant
fuite ? Li juflice fit entendre fa voix; on fufpendit cette
Ces mallheureufes families qte vous frappez au- Ioi dans fon execution et 'eftirance de la lo
joutd'hui dans leur reputation t leur furet6 comme rapport6e fit naitre l'id1e cohlfolante que la fortune
dans leur. fortune, peOfex-vous f&ieufemtent;- publique, affife fur fes vritable-s bafes, n'allaii
quelques exceptions pris, qu'elles feraient par- plus repofer que fui le refpect inviolable dd dan
gn6es par les d6ferteufs coupables que la Rdpu- tous les teams et dans routes les cirtrntances, au
Llique a vomis de fon fein ? Oh I comubien vous fortunes parriciliere.
cennaiffez mal le coeur de Phomme, Porgueil, la On cherche aujourd'hui A pr6fenter la 'fufpenfioi
-haine et le ddfefpoir frdndtique de ces 6tres d6- de cette loi comme l'ouvrag6 d'une faction centre
naturds I Leurts parents leiar font d'autant plus r6volutionnaire, don't le but evident eft de fvwo
.diux, -qu'ils lour 6aient plus cheers: ils nt rifer les migdsj on parole de la confpiratioan du


t





















1


































oi
t





i


1

i


v rn iar on dV n ere !e t .t t i de re.
fp ll CIn pIropoe une It, ;pi dite.t i coi,
I'oiln v:t .cr gM rd'tince, flr t tI
voix centre ce fytime, la dvei.-, ,1a plfs u
geanr te. out
Quel eft Ic drertt d'un nri{fu-" f1u' i ptref i
Con pere? au- ilt t o A 1 : i rbr.
ou n'a-t-il mllnI,, t qt n Jl r,,t. a ,.t'f
inemies biens lortqune fon pere i,,M.rra PU
a cet c,\id fint finples et inconteflabli, 1 Pae
doit A Ion .enf. r que des "limens, ..co.e e. trle
doit-il v.: j f :u Al i`puue o ilp y a .i t t l
les" p"rc' x:"J i; a -dtie i, i i 'exia l nntl'.o. que a" e
rapiovrs miorauyx, que des affections de r-ie, 'e
des lVTs do iist coeui-. .
N'is :;ilors dans la declaration des dri!ts
les faure f;intI p.rfannelles. Elt-ce en vert de
pricipe quite ion veut dpiuiller de lut Y: -
d.q ',toyens ft, les bions deiquel, on ..a auct
droit ? a q,,i, par confdquo nt, on no p I.' e tI,
quta rei de'ptine ? Pourquoi punir diir re de'fc
li i ti citoyen infortui;6 qui le dif p,,r ?Vols
av<(z ,u n' potuvait tc eqsuelquetoismutil 6depii0
par.la coifi cation los enftis du crime di eur et..
aflin come I'a dit CL(iron., de toteir au L rolt deig
Patrie les jfintimens de tendree enter Us lear, i,
qye ai N,,we a graver aan,s te car de tous I's Pere
nt fi, podr Ie dire en paflant, il eft I.,ilb d
trouver des cas OtY cette mefare nie .f)k
incompatible avec la juice, elle a 60 toujo -
conda;imne ppr la fine philolophie; car,. au litud
punir les c.atius desfautea da lairs pers difiit le divia
Platon, 7d vaundrait mieux les hvtorr'pourne lkurrefft.
bier pas.
Ma s cher quelk Peuples chez quell.-s Nal; ns
a-t-on puni Its peres pour leurs trntt ls Le baut
de la 'nature t'exigeat point que 1s enfans ai-
tmaflf.rt leurs peres comaie its en taient aims:. ,
Cdans les fnt:s viulgaires les p-flions .-nd.: ies
fenrimenoti fecrets de la pie6d filiale, I'inti[ '.
toutffe, le vice en face jii'qu'aux n,,;:,ire tctre..
La refponfabilit6 des per4as pour le::rs enfans, '
eile n'6tnitinjuifte dentewmrerait doi c touji0t1 or-
pof la hnatiure du cmci huuain.' 0- pun A 1&
Chi/tie, dit Moiittfqiieu, leyespes des fautes delitr i
fans ; c'tait aiff l'ufig du Pbrou; c di el
tn des iddes i s efpotiques, et le defpotifitn nr
guerit les plains que par l'applicatirn tid feui. Miit
la coutrme quoe pous rappoit is ellt m ins juffe
A la Chne qu'elle ne le ferlit parmi niobs. A It
Chine l'antorinI p.itt,. I. eft dis tsute-fa force,
le ,pee eft darns 1- tfa-ti le un vlritI.' vag tHrat
et l'on peut au moins I'accufer de tlii.l~1iriitlf- '
qu'il ne prevent pas le crime : la loi met uis irni
-dans fa main et e1le lui ordotne d'en ufer; mnis
parini notis, I'aitorit, parernelle eft iulle piarnp-.-
port A l iga le plus bouillant; renfamt, livrd a abli
mndme, -it d,.ivrd par la loi de la tutelle paer.
nelle; ii devient fon feul aibitre er par co,0 6 "
qtqent fa feule caution. II forait doin .i't atfinldo
qu'injiufe qu'un pere dfl puni de 1'ii, ii"ondi
les einfus ; et fi ce'a freait abfurde plr utinpere,
A plus foite raifon ce'a doit-il I'etre qitand il s'agit
de I'Paul on de 'ai -ule don't 'A~ge offre nh no0-
velle excufe, et qui non-fttleinent ne confervert
aucune autorit6 far linrjt patits-fils,_ uis encore
fouvnrt-ne les out j~a nais --s
Arte'.ons-nous tin iritlant pour rtpondra 1 quel-
ques ,ob e'etions. Parjerons-nous de clle queo en
tir e de Iitat de nos fiiiances-? Eli! no -gal"t- -
i!s pas ceux qui la propife,.t, et ne trri'let-is 1
pas en reflchiflant auix fisneffes confdqtipn>ei quin o '
peut en tirer r et i1e croient-iis pas qio, fi bo
fain eft pour i'Etat uine raifon d'tire iqljueit ,
fera pour le particiier une autorifation pourIl'tr
auffl On vous appellerun couitqIrant, diflit utincotlait
a Alexandre parc; que vous command iAi arn it .t
ct ton me .nomme un brig:nd parce queje t'ia q0
fiule ga/cre.
Une indemni-t fe paye-t el!e pour un tdom '
cominis par un aitre ? Les peres lse p a
itpomrire des dommiages icommis par leurs enfa n
que jufqTA ler imajoriti. Vs tiennent, dit Ip r.t-
porteur entree leurs maius /a fortune de le..rs h o,
Quel dtrahge rewe ,femrnt d'ides! Quoi Ia P10
ptidte d'un hommie al t 3 1 t.:,. A les eifans o
ne -ui eft plunk pa-iticulic-re ? Ii .,pou-t d rncn .
,,,., ni e.,gger ? On a d.truit kls f-,l i
conmme c ntr.ires A la I..v. n,', et on enl :o l
une nouielle qti lie les g6ndr-itions d6tri
protrrittdt dns 0r( fon a ens, etlaresuita'st
ufif nirt, an uimpil ufaoge. o
On, Fplaide la cauP des itrngh ;nots fOm ? C
en velaCi:4;eC, s'e(rie encore le Irappotet? F
qu'ont de cormmun uf e faction et la, U iCe? pa
qei des fdditionx fefeeraient fervis. de on0t
pour juftfier lenuts detnaches, ferait-.ctire taifo
pour q,'il n nous fit plus permits de Imlatoqiw,
Eu vendhm aire, hla reprentation total fiteta
omrade, faut-il pour cela que lN'quiiti le ftn
niv e ? vots q *'
Pouvez-vo0 s Otre de bont df,.n ya q loit
noncez la rdfurrection des lois die fn" rttet,
revolui6nnaires, .t qu4 la force fe Iou eu,
et diot les pin lip'ut aLer, talent rides bn,OrA
11l put .rc,,,, la i da 9 b a ,
A b/en d'autres. .- Non vout n revi .e el
en vous e_ voulez pas y roevetr, Le ite as t'
bres de la Convention no reconeofapt y


_ _IC ~


dI'
de~
do
lot












datt
tiil
lid


*t
Iii
Cut
I'ut
* i
nit



liti

~ill




ib
an1




^titi










--le ulif.e.ar.nt fe.fion et en .vaO t 've dine de ces miuvais citoyens et a
j,,itrn l e iuv r a x ,' ; ..... t o lje u cri iels projects.
~rs; chacun deac rklamera a rt "qil Le tiers de, lemprut frc doit, ifuant ia loi
S lat rr.ion des foifaitS qil f.vait pu du I8 fri nfe, 6tre acquitt6 dansladerniiete decade
jt .her, e c6ommhrte.. L'on e citadra poiit dde nivf6e. On pourtait ori onner que cetix qui ne.
'P"Ia_, lni- fl;b'1'ffe- On iLd'.1 M une main l'auraient pas Verf6 an o niv6te, feraient coitrai-
- "''lLiblancef rstre tons les parties, 'on e vie.:a gnables pour la t, tlit2 de l'emiorunt. On pourrait
nouvelle pp,,efon et i on fe p'itrera et.tfin., ~ que ccux qui, aji ,s avo.ir acquitt:le
a de ~ce gratak tur' c'eft que ce n't pas premier tier.t, n iivaiti pas verft le second ao a
nmuliip;i, t les elminiu de la R ub.qi qu on 15 phtiviet, feraiet cotiaigznables pour les deux
,rendr flor:Albte et cal.m ; t on fe ILIVIni,-1a tiersi retans. Pifqui la voix de a Patrio eli taS
q4e ro' 'a:.Tche rmours p. r les iC L;r.t et par force fur cs coeusts que la ri h efl a endaicisn :
|uit6 ceux- que 1o 1 ne pcut dorppter par la faint les conduire par la voix inp6rieule de la
^ceue... o e p.i ditccffli ; et, pour qu'is ne puiilert avoir aticu:e
oi finit prar invoquer Ie fa!ut public : 1 Rome, exculo, (bus rret.xte que les rIles neferaierit pas
Sleur public ut Ib pretexte des priftriptiions encore fatits on eA rec- uvr..mnr, vous poutnez,
, Rupuil;ues, toujoars agit6es, rolusnt de fac- citoyens k6giflateuis, leur applique: les difpofitions
:ons in fljiolns, et le falut public que chicune de 'article 4 de la loi du 5 fiivfe. Le directoire.
t. 11e in:onue 1 ion tour, n eft prefque toujours ex6cutifvotis invite de prendre cet objut en prompto
ap raliement d'un part. Le falut public c'elt confid6ration.
l3 ul'ice hI5is d'elle, plus d'equlible, plu dor-
r *on r.e tnonve plia qufanarchie, confifin'iet e Mathibiu. La cormiiffion des finances a dej, cn-
chlues SoydL lilted, et vous fauvetrz la ipu. fiere avec le mti.ifire fur let imyoens de trioin' hlr
blioe et voni la r2aintiendrez environh6e de de la mauvaife volon6 des nonveaux ernicha ,
lo're lr des bf:s imp riflables. Soyez juftes, et elle pr6fenrtera iuc'eflamment-un project de refo-
V.iis lft.urer: l'Etat, et vots rentrez la coriffi- lution. .
ji..n iiirial'iblc i et votre gouyernement, ref-
taii-dehoas, rnira au-dedans toutes les vo- Le m me fecr6taire lit l& emnflge fuivant:


jicS et routes .les altections.
jo coanrlu au tejet du proj-t de rtfolution
oi el rn, et au rapport de la loi du 9 floral.


On Jdmande que-la difcuffion foit ferm6e.
ajoro,,H de I'0;e. I1 eft impo(ibe de firmer la
ditalion ftan reita'Iit, les principles quton a d6figturds
dei ni.,nier, la plus de rige. II ld fe. fib'e qu'on
dii aviir beut'--co p d'avanage dans ia difculfn ,
iif qi'on fe pt:;'tue avec des dicogurs prdpis, ,
dinsild'qi'ls on par.it i.fpift par uti fTntiment de
j,,lihe y'on poirrtitr cependant fnl'p cter de-n'ktre
P i nte-ipiiblh.'ii." ( Des nvarmures s'elevett.. )
Cepeiint il n'LIt pas diffi te de-rd6ondre-aux
obietci0ons Ef.ites centre le prcjet de Ia-com-
Laonflituiion potptformelnimnrt que les biens
d ii. in.1es Wrnt acqui i la RPApiiblique. 11 eft
"s.-certain que le gouvernement- doit fe fdflir de
ce qui lui appartient. On objectera que ce qui
:pp-it;rr a in'" pere n'et ,pas encoic jpropri'te6
u fi mis dans la itrite rit e cur Pe '.,- n'a que
Idilfir q i k la portion qui doit revenir i ftn hf,
'(t ulhifit eft born a la vie de ce'pere. La loi
1ni aco:de d'ailkurs beaucoup p!us qu'elle fie lui
6 ;i ca ells lui concede routes les fuiccefioni
etentdilt. On a fenti qu'en voulant atteindre ces
fucfli.ws, on f)apperait de fequefire u:ie quirl.
titn.nfi.Itr.b et de proprti6ts ; et que pour obtenir
les part luccdfllvcs on ferait tn tort irreparable
il',piilinitu ec A une foule de paiticuliers don't
rI'inence ne pouvait 6cre conteflhe.
Ce f'fl p,.init ici Poivrage d'une fiction; le
1'defir4 firee un gouverne.nent avare n'a poirt
&di' la loi du 9 flfr'al. Sept comites r6u.'is l'ont
l"ojifte. 1I, ont dit: il tie faut pas qu'on con-
nilm. cin Truce s pcreset rr-ees d',twgr: 'n'i's
abiildoieat la port o i-d li tnir d ie [ lI-ns hi 5
et q'il lii rJ lie p.li. a L.ui ;,.a~ at.cun a.te .
,taiuieinefne partoculiire qui Its divife de5 autres
thiovy.. C:' e 'l fans-dute-tulie fingu iere-f c
t'al q e cetie do fept comiris d6iberant fur les
'.., d'lAfcer une line de d6mniac.tion fuinaie
1ilt irep.airi les citoyens franqait. La 1oi du 9
.tll'etl ade justice dittributive ; ele elit pius ,van-
ig^ii, anI ir- d'6migrl que c.Cle qui lui biterait
i"iilitlit diin bien d.;r.t l'a!iinaion lui frait iimof-
Sble, eI litr lequ- usie fiirv i-ih-acl cjiLt uiie:l.e i'irait

.6 demance que le proje 'de la conmnilion foit
5ii aux vtix.
Cette proposition eft yivement appuyee.
On deimande la cloture de la difcuflion.
Andxt Dumnont r,,l.i;iie la parole.
,oli". IJ dcinn,.le pir motion d'ordre que cette
nuh,[iinripoitarte ne foit pas fenrmiefans qu'on
Ct tentndIu Ions les orateurslqui voudront parler
"ntrrele p,,,jet de la couimuflion.. -

La prooofition de Boudin eft aAopt6e, et la
PeZion.it1f ajournde It deia;n.
Un k ferr& aires lit un meflage du directoire
WEV iuf, conqu en ces tormes :

di0,ven idgiflateurs, ino,,Is ne pouvons vous
t l 111f, d.a;s le d6partement de l. Seine flr-
St,c.e f,,nt les nouveaux ri, hs qui montrenrtle
4e u.-ue I venir au fcuiis. la Patrie.
'Fsii ,avant l i ifmaire t, d laient le lhrF le
i 1" ',!,t et r1O permettaient des -d6enfes les
Sfcandaleufest f dilfnt timt a coup panvres
dint f e4d r an verfement de leur continent
-u lemprunt f.or6. Ce font eux qui grofliffent
'l, l.:e"s i nr pps dans la r mpar ttion et
dic tI orat Je tthombre ; dans la feute vue de
,tr; c n 4t et de Ia fakie manquetr. Mais,
.akle t'n pe-'..i' iiflexitledans I'exkcution de
hI ecutes me fues propires A procu-er la rentr6e
SPromiptp de i'mprunt on parviendra A


Citoyens 14giflateuis, par la loi du 24 frimaire J
vous avez chaig5 le directoire exdcutif ie nommer
proviroielnient et jufqu'atk x elections de fan ,
les juges de paix dans les cantons et ils n'ont pas
6t6 nommis par les aff, mbldes primaires; et par la
)oi dtn 25 finmaire vous Pavez charged de nomimer
provioirnier.t les membies des adminifirations
'municipaes.' non formnies.
Le dir:ctoire exdcutif ?tait, en conf)quence,
occupy de la nomination des membres des admni-
niffrations munician es de', cantors de Paris, don't
l'orga,,iflion eit fi trgente lorfqu'on lui fit aper-
cevoic que la rid.iction de la ,iA du zi friniaire
-eraitteheq e- le directoire -ex6etitif-ne-lparailit-
pas textuellement cha g6 de la nomination des
men.bres des adminiftrations municipa!cs de Bor-
deaux, de Lyon, de Marfeille et de Paris, que
'on fuppofait ne pouvoir eire nommis que par les
affibmb!ecs primaires; et on alla mane juFqu'
infinrier que ce'a ne pouvait fe fire autnement,
fans blefier la constitution ou les lois fanctionir-.s
par le'Peup!e.
Com"1ie, par la loi du 24 frnmaire, vous avez,
pnru !ioign6s de fiire convofquer les aflemblees
primaires poir la nomifat on des judges de paix, et
que, par celle du lendemain, vous borniez la con-
vocation aux fimples affemb!ies comnimuwaks, le
directoire ex6cutif a cru devoir examiner a fond
',objection qu'on fefait relativement i la necefli;u
de la convocation des aflembndes piniaires pour la
nomination des membres des administrations muni-
cipales des cartons -de Bordeaux, de Lyon, de
Marfeille et de Paris.
.11 a trouv6 que fuiivant 'at'cle 2.7 de la confti-
tution ce n'eft que, pour le i" germinal de cheque
annee que les affernbles plin..iircs fe r6uniflentr
de plein dtoit pour la nomination des juges de
paix du pr..f'i-rt d. l'adir.infiih..r'on uni, .i i.a'..:
di ('lton n *-'-s oil.r. i' S Ih l. i; iri; IL'
co' .]],ul:.e: a,--'llin d.. ,iL ,i,] ilk: hb.lu i ; t q,,i:
fei arft It s 2:tia .l. .4 t i de la-loi -d-I II. ti-
dor, accepted pa; le Peuple, il ne peut p:u e&re
tenu d'afflinblae printaire, pendant i'an 4 apt&s le
mois de frimaire et qe Ies premieres allemblee.s
priimares qui puflfer.t avoir lieu, font cells dui mois
da germinal de Van. .
S il y avait done oppofitlon-entre la loi du $
fructidor accepted tar le Pcup`e et les difpnfi-
tions de cell du 19 ven i6miaire, relatives aux
mu'-icivailits des caaIons de Bordeaux, de Lyon ,
de Marleiile et de Paris, ce ne ferait pas a ces
dernieres qu'on poiirrait, donner la pr6f6rence,
et cela d'autant moins qite fuivant la li.mnme
du .9 vendnmi irne, ces difpofitions, qui fe trou-
vert an titre 4 font traitgest de ciicoiftandielles et
tranfiroircs. et qu'en conf6quene rien n'emp .lie
ql orl puifle s'en tenir aux lois fondamnntales pour
ces c.int.ns comnie pour les autres. ---
1 y a -plus : finvant ces difpofltions eirconf-
tanielles ec tranfitoires la convocation de PIaf-
fembi6e Fr'maire devzit fe fire auflitt que le
bureiu fera.t en functions.
Vous avez end a port6e, Citoyens 16giflateurs,
de juger qie les circonflances W'ont pas permits
cette convocationn a Paris auffitot aprbs Pentr6e
en functions du bureau central ; au moyen de quoi,
non feulement rous pouvez vous c.inctei de cesdif
pofiionrs ctco.flancielles et trat fitoiras pour la
convocation des aflembl6es prinuires pour'la nomni-
nation dns adiainittrations municipale-: de Paris,
mait it faidrait mnime une loi expreffe qui proro-
geat le datL. et autorifat a ies tenir..
it ne s' gt den plus que d'examiner fi les cir-
-coui.,mcs L permettent au directoire executif de
provoquer Li mefure de convocation d'affembl6es
primaires pour Paris, Lyon, Bordeaux et Macfeille.
Mais les dangers d'une convocation pareille ne.
font malhbeureufement que trop connis. Lyon,
par exempie, ren ferinf en ce moment ute multi-
tude d'dmigr6s, de pretres tyfractaires, de defer-
teurs et d'Lrangers. Les eAnaetis de la Fatri s'y


enf-nii en foule. On y enrle pourl'asrmeede Cond6.
L.es autorites conltitut6es y iint fans volnt6, fans
force, ou y font mncontwes. L.s$ i... 5 .. et les
preparatifs de girien ccltru la RdprIlhubie s'y font
ouvertemint ; on continue d'y m:ifiac m. impnimlenit
les patriotss qui n'ont pas encore fli cette citt
malheureufe. Ce ferait en v.iia quite le ditectoire
ex&c'tif aurnit pris des melties pouir 1c maintien
des lois et la rprteffion des rebAles dans ce repair
de contre-,i evolution, fi on y convoquailtles aflfem-
blies primaires.,
Le diret.ti.e ex4cutif, citoyens lgiflateurs, tie
vous entretteidra pas lrgunemi nt de P.nis ; mais
lts confpir.'teurs de vendeni. ire y relpirent en-
core ;et c tft Paris que Ie ratta'hent tous les fils
des neurtres des vols, des brigandgecs et des
conf pirations qui s'oig.Unifent dans plulieutis dupar-
temens.
Les ennemis de la Pattie foupirent apr&s une
ronue d'aflembles primaiies, pour y e'mcr le getme
fatal des divilions et fire edater tire guerre civil.
Mais votre tagtfle., citoyes lgiflfatetns, (tura les
djiouer et d6tcrminIr un mode de ncminiatiobl des
adminiltiations nmunicipales des quadre grands can-
tons qui ne niette pas l,tPatlie en dangr. Les
adminiflrations actuelles re peuvent fi bfi ter plus
long-tems, fans amener Ii d'ltlaution prochaine do
toute police. II vous invite donc edr cont6quence
de prendre 'cet Objet important en prompted confi-
d6ration.
Signie, REDJBELL president.
Par le directoire ex6cutif,
Signed, 'LAGARDf, ficrhtaire-gtneral.
Le confeil nomme tine conmifflion de trois
membres pour fire n rapport iur ce meffage.
La fiance eft lvee.

CONSEILL DES ANCIENS.

Prefidence de Vernier.

S s.A C- DU I19 NIVOSB.

On fait lecture d'une r6foluqion du confeil des
cinq cents, q i arcorde an aliectoire exicutif la
faultrl de nomnmer un fubititut pies letrnb.inal da
departemeht de la Seine.
Le confeil reconnait l'urgence.
Paradise demanded l'examen d& cette rifiqlution
ainfi que de pinufieurs autres et propofe-de les
refr.voyer a ddifirentes commiffions qui front leur
rapport dans {e plus court delai.
On reprend la difcuffion fur la r6fdlution qni
adjoint une troifieme fection au tribunal crimintel
du d6partement de la Seine.
Vernicr. La r6eflution doit etre approuv6e: It
cotiitirution ne t'y oppofe pas ; it fauit tab'ir une
diff6rento entire les terms il y a, et ceux ne font,
ne frtont, ne peat, &c. Toures les foisique la conufli-
tution a voulu defndre une chofe, elle a em-
pIo il'-' pill ini ,, t etnit/ve co4mme dans
Iarticle zIo : 11 ne peut e6.e port atteinrte ai
lL.i..i _[ai_'- ti'r .)'".'ic lilt l. tir if ica ur paui d..
aibmies du i hix dts panties.
Mais lorfqu'elle Wa point prohife une choQfe
elle a employ une exprefflion en quelque forte fa-
cu.tative en difant i y a. C'eft airfi que J'aiicle
2.33 it: I! y a ds chaque dt.partement trois tri-
bunaux correctionnels au moins, ec fix au plus.
Cette difpoftion ell fnfceptible d'ampli;trion. L'ar-
ticle 234 eft dans le n eme cas; et en difat : il y
a un tiibnn:d criminal pour chaque d6parternent,
il ne defend pas d'en eablir deux.
D'apres ce raifonnement. puifqu'il t petmis de
cr6er un nouveau tribunal, s'il eft befoin il n'y
a point 1 balancer pour adjoindre tine troifirme
fection au tribunal criminal du d6pattement de la
SEine, puifque le nonibre des pr6venusetle devoir
de leur rerndre une justice promote, I'ex;gent.
Darmnagnac. Cette con id6rtion ne, doit point
determiner le confoil; car au moment oil la conf-
tittiion fiat fate, il y avait dans les plifons an
nmoins1 autant de pr6venus qu'il y en a I pr6fent.,
c-pendant le nombre n'a point engage les r6dst-
teurs de la conflitution A accorder p:us de deux
f-ctibns au tribunal criminal du d&partement de la-
Seitte.
La cn.ftitution Iegiflatifne peut point lui en accorder dAvantage;
car il n'a point le pouvoir createur, il u'eft que lo
confervateur de la confitution.
On pent d'autaiit nomins augmenter le nombre
des elections du tribunal criminal du d6partement
de la Seine, que la cotiflitution a fix6 impdrative-
ment et particulietrement pour ce department fa
nombre de juges qui doiventcompofer ces factions.

Poultier. On vous propofe d'ajoiter au tribunal
criminal de la Seine une twoifieme fcution. J'ai crat
d'abord cette propofitioninconllitutionnelle ; mais
en la confid6rant plus attenutvermnt je me fuis
d6tronip&. La conltitution dit:, Le tribunal du d,-
parcement de la Seine tit divif eon daux sections..


*'


~-----rr~--larrrCIIFICI~C~--~- I ---r---llliC--sl-r"--7-"-C---*1.


I









Cet article eft imnpratif, dans ce ftns, qW'il rto
Veult y avoir moimts de deux elections i mait fi trois
iectin s devienenat niceftires, ta confLtutioon tse
difeltd en aucune ina ioce cette aimptliation. Elle dit
il y a 3kux factions ; mais el!ine die pat il u'y a
quo deuax actions : et remaiq ie que routes les
f0is que la conflitution a dtabli des difpofitions
abfolit'net lirmititives lle l'a expriFfaornialle.
inent i elle a voulu que la furface d'tinddparte-
tnent le pat-exc64er cent iniiametres ; elle a dit:
1, La furface d'un d6partemlint tie peut exc6der cent'
miriametres. Eile a voulu que le directoire ne
fdt compof ique de cinq membres ; elle a dit:
S Le pouvoir ex6cutif eft ddl(gue a un directcire de
cinq mecmbres, Elle a vouiu que le confcil des
tinq cents flt limit a cinq cents; elle a dit :
'Loe confeil des cinq cents eot invatiab'ement fix6
A ce nombre. Edle a voulu que le nombre des
minifltes ne pilt excoder huit, et ne fut pas Au-
deflous de fix; elle a dit: Le nornbre des miniftres
-aft de fix au.moins, et de huit au plus. Elle a
dit, erni-: 11 y aura par d partemene trois tri-
buriaux correctionnels aun ninrs, et fix au plus ,,
et toutes les fois qu'elle a oulu on maximum et uni
-nnimumwn dans les 6tabliflemens, oelle l'a exprim6
explicit, mn et et abfolument. Mais ici elle fe tait:
Ca voloni6 feulement eit qu'il y ait deux fections,
elle n'en vent pas ntoits mais elle he defend
nulleinant d'en mettre plus; car l'exiftence de ceo
plus, te contrarie en aucune maniere, la conftitu-
tion. L oil il y a trois sections, ii y en a deux.
A I'aproui de ces raifons, je dirai que les arti-
cles XII et XIII des Droits de fH'omme, difent:
- La loi ne doit adeerner quie des peines firictement
-n6cefl'ires-et-proportionnees-au-dA6it._Tout traite-,
meat qiin aggrave la peino ddtercminde par la loi,
eft un crime. Et, je vous le dJeminR ., lPhomnme
innocent que vous lahffz fix mois'dans les an-
goiffes de la-captivit6, fans pron6ncer fur fon
fort, ne fubit-il p.s une peine qui ndtait pas ftric-
t0aenett n6tcffaire ? et h ,ime coupable don't le
d lit ne mi:ke que fix mois de d6tention1-s'il eft
priv 6de fa libert6 pendant dix inois, n'aggravez-
vous pas A fon dgard la peine d6terminde par la
Joi ? Eh bien! voila cepend3nt la situation crucelle
des citoyens entallts dans les prib6ns de Paris; ils
voun tendent des mains fuppliantes ; ils vous de-
manadent des juges et vous leos lear refuferiez et
vous les r6dauriez au d6fefpoir et pnut-.&re a la
mort, par ce deni de juffice! Qui doit vous
fervir de regle dans -interpi4taitioi ddeola confli-
tution? La dechration& des droits : et cette 4d-
claration vous ordonne fortement 1'dtablffement
d'une trOifieme fection.
Qt'on ne me dife pas qie les juges pourraient
doubler ch,tque mois leur feffion, cela eft impof-
fible ; pendant quinze jours, ils font an tribunal
crininelI, et les autres quirze jours its font enm-
pl'cys ai prononrcer fur les apfc!s de police cor-
retiionnell Avant l'6tabliffement doe a confitii-
tion, le tribunal criminal de Paris r6ait divifr aufli
en 4eux factions ; mim i jugeait pendant ttente
Jot ,1 et atjourd hui il ne pept finger que pen-
dact quirze i c'elt commae s'il n'y avait qu'uae
fection.,
D_'ai klu r citoyens_,_foigezqn'ily a vingtsfois
phs'd'acctaf6s da.s le dUparttment de la SiAne
4ue dans vingt a atres d6pattemens enfemble. J'en
t 'vu 16s lifted comparatives, et ce fpectarc affli-
gejilt eto nible tn'a deiteimina inimploier-votre
humariit6 et vottre juftice en favetir de tette foule
d'infortunds que des maux lents' et continues
confument dans les cachots.
J'ai confiutir dans les deux coefAils les coop6-
rateurs de la conflittion : tous Ifornt convaincus
ti: l'indirpenfabilit6 od Plon eft d'etablir une troi-
ineme fection au tribunal criminal de la Seine tous
font perfui :s que la corflitution ne s'oppofe point
cette nfttutioen, et queo .dlc:aratwon des droits
et la multitude des accufds la :fo cite impdrieSu-
feinnt. En conf6quence, jo vote on favour de la
rdfoiution.
Le confeil ajoirne la difcuffion.
La fiance eft lev6e.

CONSEIL DE CINQ CE.NTS.

SAN C I U 0 N V O $ I.

Suite de la i difcaji]on fur la 1oi du 9 floral.

Aadri Dwnont. Si la !oi du 9 floral ,files projects
de orlolution qi'on rous prtlfente, n'ctaibnt rclatifs
qu'aux afcendans prevenus de comp'icit6 avec' leurs
enfans 4miigr&s, je fetais le premier 3 provoquer
la lewdritr des lois, Et j'appeilerait a haute voix
lent punition :. mais fi jo prouve que la loi du 9


florieal et le project qu'on vots psdfento font affeiz
MLjulles pour n'atteindre que des Frani us rangers
r toures trahifons, des Francais reftis fidelles A leur
pays, des Francais enfia don't cette lojelle mime
proclame 1'innoence, j.e me flatte alors, qu'en
6cartant toutes pr6ventions contraires a la justice
fimeltUs a 1'humaniti, vous m'accorddrez votre
attv!ntion;
,rilbnine de boone foi ne peut fe diffimuler
que les incurables partifans de ]a royauth no foient
tans cdffe aux aguets, et hen confpirenit centre la
liberc,6; nais, avecla m mnee. bone foi, on ie penta
difconvenir que les affreux ficaires de la fanguinaire
aharchie, et par leurs raffemblemens f6 itieux et
par leurs ectits d6goi:ans, veilent ramnener la coigf-
titutlon de 17, fur laquelle its verfent des pleurs.
Nous avons done deux 6cueils 6galement daiigerE. ux
A viter, la royautd et la coifltitution de 1793 :
nos regards doivent done fe porter fur Pun et lur
'lautre; I
11 ne fut pas feulement voitles roya'iftesdeven-
imisie, it fautauffi fixer ceux degerminal et de
praiial, ceux qui out fait demander par Tallien que
le foleil ne fe levda pas le lendemain pour eux; et qui
ont fit dire "- Chinier : Noublieqjamnais, repri-
entt; cette t tjurnhe hortiblement mminorable o Ila
Convention a iteforcele par une horde avide de fang et de
pillage.
EC, q'toique des hommes q'li s'appell nt libres
affurent qu'a la fuite de ces journeies affreuefs de
Drairial on a imnsol6 ties medlleurs r6publicains,
favout qite j'ai pine A croire qu'on puifle perifua-
der que es aflaiins du vertueux F6raud foient des
republicaips : et fit, pour l'.&re, it falait avoir les
prindpesdece.s_affaflins dAe_paitiaL,,_jele diclare,-
je dois 4tre r-gard6 comaie un contre-rbvolution-
naire;, car bien certainement je v'ode une haine
;rct:Id:e aux feditieux qui ont viold le fanctuaire
J'es lois, et y ont aflafln6 Fdraud. Je detefte les
roya!iftes de vefidmriaire et j'abhorre les biigands"
anarchiftes de germinal et de prafrial. Nous -avons.
renverf- le tt6ae et andanti la tyrannic royale-; le
9.thermidor, nous avons abattau ne autre tyrannie
non moins atrote: foufe;irons-noius aujoud'hiti que
les vils fatellites de ces deux tyrannies relevant.,
inaputemnint lears monftrueux 6&hafaudages de"
crimes ? .
La loi du 9 florrial concernaint lesiperes et meres,
aieulk et ai, rules d'6migr6s, en les fuppofant' tr&s-
pofirivement innocans de toute complicari de l'imi-
gration de leiurs entfani ou pLtits enfans, les frappe
n6anmoins de la cor;fifcation de la tajeure patve
de leurt bieis), et un grinA noabr e de 1'expulfion
douloureufe de leurs habitations. Je dis en les
fuppofant innocent, car s'ifs 6taient prevents de la
moifdcre complicity, ils feraient aux tertnes,des lois
des i8 mars 1793,et zyfbru air. an ;', frappes de
uiort ivi!e, dela confiscation tocale de leurs biens
et du baitifemenr perp6tuel.
La-loi du 9 flor)ait'et lo project de r6eolution qul
vous a kt6 pr6feift, confacrent done la maximrn
atroce et inconnue chez.tous lesPeuples civili6 -
qu'on pntit inflger des pines, et des pei;s graves,
lors m-mqu ii ny a pas de delir.. .
Si on parvenait A fair admettrre de parcils prin-
c pes, que deviendraient ceux-ci qui font do droit
nature?
< Les delits (ont perfonnels. ..... Nut n'eft
refponfable des dMlite auxquels il n'a pas cooper ,
-et-qu'4 n'a-eu ni-le-dtost ni-le pouvoir d'emp6_
cher : tout home eft prt6um6i innocent juqu a
ce qu'il ait 6t6 convaincu d'un ddlit. Et efin,
Snul ue-peitn dtre priv6 de'la moindre portion de
Ia proprie;6 f .ns fon confentmtnent, fi ce n'eft
Iorfqte. (a n6ceflite publique Igalement Caftlae
l'tx'e et focus la condition d'ine jufte et prealable
indemntr6. ,
La loi du z8 chars et Aelhl du zy brumaire d6-
voueront acmx pines cepitales prononnces centre
les 6migreds, les peres et meres convaincus,, d'avoir;
dpuis 1J 9 Oma 1791 aid6, favorite les projefs
,hoflei des migr6s, d'aoir envoy leurs'enfaris ou
foudoy6 des homines far terre Otrangere, de leur
avoir fourni des,.chevaux, des marines des muni-
tions ou des fecours p&ceniaires, ,t
Ces lois font fdveres, mais elles ne frappent que
des coupables, et j'en r6clame i'excution lricre et
rigoureufe.
La loi du 17 frimaire, ana ,i ordonne le f&-
qeltre fitr les biens des peres et meres d'migr6s,
fans distinction: mnais alors it ne s agiffait que d'une
inefire provifoire, et on s'occupait 'ies moyens de
.ne frapper que ceux de ces parents qui fe trou-
vaient dans le cas de la loi du 18 nar ; e t alos
encore inenaii avait envahi une parties do notre
territoite, at ous loes moyens d'arrater fes progrks
dans une pareille crife pouvaient 4treprovifoirement
employs ; mais le but de la Convention, dtait t'le -
merit do no frappet d finitivement que IJs cou-


leur otrelpute. nu t t e pouvi
La Convention nationals a fufoendu
meffidor dAcnier, l'exdcution de I ,:u l a,
rdal: et quo qu'on ait pu 41 9 o
cette fufpendion. i une faction 1libe.tttnbic
diens, et cependant j'ai en hor It ... ., jt fo.
et leurs complices, je fout.ens.d., .. ar
d'avcir trop fait actors, laCor 0venti s.e 01A
affez i eltl devirit rpprter ceteto" 1 ,.r
a prendre., a tcre d'emprunrt orC6,` o Wf, ef
guerre, une fonime for les peres et ceLs er .
ges qui, par leau, fortllues, pou.vaieera pI
fns r laree pr li rdduits A la n miere apaye
eft constant que la loi du o floral, netl611
.ni ous el pr6feat6, y rtduirajent des .. llolt
Mais Sis font des parents d'6mig," dir.t
peqt-etre: et que fit aux yeux de I home in-o.
tral, du v6ritab'e Repub icam. cette parent. i
a'apoint alter les principei? S'il s'agiffaitdef
fi on 4evrait ou i on les charger de l'excutiond l
lois de la R publ;que, j0 dirais : Non; mais I
punir en les proclamant innoc.ns; e fouden qi.
c'et le comble de l'injuflice. t q.
( La iie domain.)
N.B. Dws It fiance du 14 ivoe, le coanfe
de6 cinq cents a adopt un project de r-.ol.,',
lui, n,. vertu de la )lo du brumai'e, exlut It
-ciomWeMlerfan, d-putO-da Leiet-, de fbnctiois
ligiflarives.


AVI S.

Le Jcruta.r. gi" nral .e l'Infirction publique, .u ritdaua
da Moniteur.
JE vnus piie, Citoyen, d'armoncer par Itvoie
de votre journal, que les bureau de la direction
g6n6rale doe linftruction ppb'iqUe viennetit d'a
tranif6r6s de la mAiion Jhigne, quai MalquiLt,
A la mnaifon Mairepas, rua de Grenelle, fatuxiourl
Gerinain, r 36. ,
Salut et fraterair6e. GAASit.' -


CoUIs .S BBS CAtAANIEIS.

Paris le It ni4 V,.
Le louts d'or .pZo. pO5. 5ftli
Le louis blanc. .. . .
L'or ti. .. ,. ..
Le lingot, d'argent. ... .
Les i4loripti n a 4. .
Bon a po Aitr. ,. *. 1
&mlterdan:. o .. '. r
,.adriug.-._, ._*. 9,
Mlidrid. . ... .. *
GC s .-. -.- .. .-. .-..-.-90
Livoutine. .. *
B le. . *
PRIX DE DIVERSES MARBCHANDIStS.
Caf6. . a 3lf
' ,.ctr de Hiiibourg. O.
Sucre d'Orldan .... l
Savon de M arf ille.'. .. a a ,, O
Chandele. .* ** '4^


Paimenut de la trifdrcrie national.
Le p ement des parties de rentes viagetlf ON
IUannde chue au I" germinal, an 1, f l"
t&res oun avec fiarvie, pof.es. .s.s 10.e
bureau de la liquidation, ayant le i" vendam 0,
an >, eft ouvort juri'atu nO 6,oco.
Le pavement des mn tees pirtite du *
17,00o a lieu deptisi le zf ftinaire, .8 .
O. ae auli depais "o 1 I ufr.: 7
cellest peofCes depiis le I" ve0 ~ 0 l,' -a
Six dernitrt moi de I'a *.
Lm paiewet4 du second, f6me.ree d ran
parties des rentes fiageres fur phi ...tbre
tayc furvie d6pofles dans les qate bre
la liquidation avant le x'" vean iatw ** '
o n.ter jfquau a"* 4a,ooo.


.L'abonnment fe fair Patis, rue des Poitevios, n ias. Le prix eft de l to liv. pour trois mois, taut pour Paris que poles apartments. On ne a fix Iol
cement de chaque "mois, cc feement pour "ros rmi. Cux qui prf-rteront payer en nuii6raitc, ihverront u&o Uv. ptur I'annd eatiere, v ,pu ,
3y liv. poI trtrovs most. @ I l 'i le OIt pt
1 fat adreer los lettrei et l'argent, franc de pore, an citoyen Aubry, directegr d cc journal, ru6 des Poii u .1.1fa comptedre das le enoi--
pa s o l1'oa ne pent afra chitr. Los letrtres des d6parterpens, non affra.lchics, ne ferone point retireat de Ia polc ft.ic
Plfut avoir foin, pdourpls do ret d ieArger cells qui ren erment des vilers, et adre er tour ce qui ncate iaI trdasttiol d4 la feuillc rt
Poiabuls, n o iem depuinstneufl p ey es du mang ijufqa'Ahuiuo huti duii ir.r 4cr
L'abonnement pout Its pays 6ttangcrIs, conquis oI tr6unis, doit tte pay6 n tutirkakri; ettre condition et 4 rigwcur.


_I__ _~ __II_~_~__IN


I


I









GAZETTE NATIONAL, ou LE MONITEUR UNIVERSAL.

S6. Sextidt, z6 nivoj ran 4 de A dfilifue Franafif ua e at idivifible. (J 16 jnivier 1y76 visx Jyle. )


AVIS AUX SOUSCRIPTEURS..

L .pix actuel e l'abonnement eft de I2~o liv.
P .lats pour tros mois feui term pour lequel
Oi peut foifcrir'e en cette motilmae.
L Prix, en -um'rale, el, de 12zo liv. par an
6li V. on fix nois, et 30 liv. pour tron mois.
CtIt condition elt de rigueur pour les pays etran-
gets et i tunis.
Nos frees d'armes jouiront de la faculty de fouf-
cite en afgnats.
SLes lettres non affranchies ne front pas reques.



POLITIQU E.

POLOGNE.

Varsovie le z o decembre.

IES Ruffes fe retirertt enfin de notre ville qu'ils
opt trop long-terms fait gmir fous leur fceptre de
fer. Leurs derniers moments font encore marques
-erfies acttes-de tyrannie-, quils difent n6ceflaires-
-pourpercevoir le rifte de leurs contributions.
Beaucoup de femmes polonaises avaient con-
tract6 des mariages avec les Ruffes, dans I'attente
lue leur f6jour ici ferait de p!us longue ducre. Ces
ermes fuivent maintenant leurs nouv6aux 6toux
ea forte que les bataillons qui nous quitteint font
pfique gaeieirint nombreux-en-individus-des deux-
extes. 'eft ainti que s'opere itafenfiblement 'amal-
gane dis Nations.
Leci-devant roi de.Pologne, en quittant Grodno,
doit-fe rendie Kiow, en Ukraine, pour aller
rifiherfur les terres du feld-marechal de Roman-
1*i. Le nonce du pape le prelle de venir fe fttirer
Raome, pour y goiter les douceurs de la vie
priree.
On dit que Staniflas eft lui-mnme tres-port6 a
choifir cet afile, apths qu'il aura paff 1'6t6 prochain
i Spa.
Ce prince d4tr8n6 projette, a ce que Von aflure,
W-ne adrefle routes les puiffances de l'Europe fur
fonfonret celui de la Pologne. Puifle-t-il ,
ce qui n'eft pas difficile, leur prouver ju(qu'a 'e6vi-
dence que leur premier int6r&t eft de venger ce
grand crime poli tique
Stanillas va, dit-oen, publier fon marriage avec
lacomteffe de Grabow.vki.

ALL EJd AG G E N.-

Vienne le 25 dicembre.

L'EMPEREUR vient d'ordonner que Farm6e ferait
habillie ianeuf. Tous les regimens porteront d6for-
mais l'uniforme gris, et n uiffereront les uns
des autres, -que par la couleur des paremens et
les revers, et par les nrumros des boutons. Is
n'auront plus de colonels-propritaires et ne por-
terQnt que des denominations nuineriques. Les
minteauxr on capottes des foldtrs front dortna-
Vant Mnoins amples ; mais auHfi, A la place de
kiurs habits-vefles on leur en donnera de plus
longs.,
Ces changeimens font fans doute on ne peut
dI~btenrs, mais il refte maintenant i vaincre urne
'ifftiult, la plus graride de toutes c'eft de ttouver
a IaSrgent pour em ftire les frais.

Stutgard, le 4 janvier,

L'ARM6.t da prince de Cond6 bien loin de
teter le paflage du Rhin come on I'a tant de
Liss aninont6, eft en retraite veis le Brifgaw. Elie
atit hte i Bahl, ptes Rafladt
Ls troupes de 'a garnifon franc ife de Man-
r.i aunies a detux on trois mille autre-. pri-
~rtlets de Ia mdme Nation viennent d'4:re
trantf6es Afpe g, A Neufladi et a Bahiringn.
nOe parties d'entre eles fera cantonnee lautre
dit tre diftribue e dans les chateaux du pays
lioheim o et fur les frontieres de a


ieux que la patience et le courage de ces
vtees p'tunniers inttrelrent I leur fort, efperent
I go0ivernenment de leur pays s'snpreflera de
e ocier un t6hag e pour les arracher aux maux
a cativie. V


ITALIE.

Turin, le 3o d&cemrbre.
IL regne entire les Autrichiens et les Pi6montais
une mWfintelligence ouverte. Ceux-ci font dtgoflts
de la guerre et attribuent leurs derniers maiheurs
A. 1eurs allies. La cour parait partager ce fen-
timent.
Les Autrichiens de leur c6t6, accufent la
lachet6 des Sardes et F'inexperience de leurs g6-
ne&aux.
On affure que l'Pemereur a 6crit au roi de Sar-
daigne pour lui timoigner fon m6contentement de
la conduit des Pidmontais.
Les victoires des Frarqais dans la riviere out
op6er parmi les ennemis une utile diveifion ; les
Autric'iens font cbliges, pour couviir leurs pro-
vinces d'Italie, d'envoyer, en toute diligence, une
parties de leur armie du Rhin.
La cour imp&riale en attendant P'arriv6e du
general Beaulieu en Pidmont, a nomm6 trois de fes
gen6raux confervateurs des debris de fon armie.
Toute 'Italie eft en alarmes&-



MELANGES.

Armede d'Italie.

Actions d'eclat et de bravaure qui ont eu lieu dans
la glorieufe journey du a frimaire, I'an 4' de la
-Rpablique Franfaife-une-et indivifible.

JiiROMS adjudant major du 4e bataillon de
1'Ard6che requt ordre de fon chef de bataillon
de fe rendre, avec vingt-cinq h-mmes, p:&s de la
Chartreufe dans la vall6e de Toirano pour pro-
teger la gauche de la colonne qui y ddfilait; it a
execut6 avec intelligence cet ordre, et a foutenu
une fufillade-tr&s-vive.Bleffi-la ta-ie--il-rejoint-
fon chef, refafe d'aller A. I'mbulance pour fe
fire panfer, marche- avec le bataillon et gravity un
des premiers au-dtffus des camps ennemis. Artiv6
fur une hauteur qui prtfentait un aflez vafte pla-
teaud'il apercoitun peloton de plus de i5o. Au-
trichiens, au milieu duquel on d&shabillait quatre
freres d'armes prifonniers; i fe pricipite fur eux a
la tte de quinze homes (protcg6 heureufement
par un bataillon de la 39' demi-brigade ii dd
gage les quatre voontares et fait prifonnier les
cent cinquante Autrichiens. Enfin, toujours actif
it parcourt les cr&tes les plus 6levies pour s'af-
lurer des positions; et a ,rs avoir d6ployd beau-
coup d'intelligence et de bravoure dans le feu il
eft encore atteint d'une balle dans le bras gauche ,
qui=le=forced abandonnerzle combat_ ixheu1res_
du foir.
Un moment avant de recevoir fa bleflure, il
s'etait 1and fur I'ennemi le fabte_ i Ja main mal-_
gr6 un feu terrible ; il frappait avec tant de vigueur
far ce qu'il trouvait devant lui, qu'il en a caffG
fon fabre : afors it s'arme de pierres qu'il lance
avoc force, et ep renverfe beaucoup d'eine m s' ;
plufieurs officers fous-officiers et volontair'es ani-
vent au m6me infant, et faute de munitions, fe
fervent des mimes armes et forcent l'ennemi a la
retraite.
Tendil, fergmnt-major du 4' bataillon de l'Ar-
d&che aperonit fur les hauteurs de Toirano un
peloton d'Autrichiens qui prot6geait la garde d'un
drapeau ne consultant que (lon courage, it fe
pr&cipite, avec un de fes camarades, don't on
regretted de ne favoir le nomn,-au milieu de ces
efclaves fait mordre la pouffiere i celui qui
cherchait A le defendre, s'empare du drapeau au-
trichien, fait prifonnier un capitaine et le porte-
enfeigne, et revient enfuite modeflement reprendre
fa place da'os les rangs i pendant toute faction il
s'eft diftirr.ga, par fon courage.
Les citcyqns Teiffier et Auzas, du meme ba-
taillon, compagnie iso i., ont galement enlev6 A
'Vhnnemi cincun un drapeau.
Laini, lieutenant au 3 baaillon de la 6c demi-
brigade d'infanterie lkgere, voyant dix volon-*
taires etCnlopp6s par Venvemi s'61lance avec
trois (iafreunrs, les d6gage et amene fept pri-
fonniers.
Lacombe, &claireur de la (6' demi-brigade
ayant fait prifonnier lIe major du regiment d'Acqui,
elt affailli par un officer dunmdmhe regiment qui
fe portait fur lui avec fon fabre ; il 1abat d*un
coup de bayonnette amene fon prifonnier fans
toucher I fes bijoux et I une bourfe de quarance
pieces d'or qui lui eft offerte; it remet fon prifon-
nier et retout le fur Ie champ au combat.


Aubin, capitaine au 2i b2atillon de la *.t deni-
brigade compagnie n' y ; Guillaume B.tfart ,
caporal des grenadier an i" bataillon ,'e la I,'
demi brigade; Moulot, grenadier au 1; betaiilon
de la- iz9' demi-brigade Antoine Bauqyierot,
foldar au z' bataillon de la zi2 demi-brigade, tous
les quatre empor-,s par Faction ont ett enve:'p-
'p6s par un detacheinent emiemei de 17 honir:Ia s
d'abord affaillis par le noimbre ils ontt tiun
infliant teirrlles; mais biertot apies fe relevant ct
ra'liant leurs forces its out de6atrmn ces vingt-
fept hoinmmes et les out conduits comme priLon-
niers de greerre.
Mauroux, fous-lieutenant de la o10* demi-bri-
gaJe, ap,'s avoir tqujours 6 6it la ite de fa
troupe, s'eft jet6 feul dans line redoute, le f:bie 1
ia main et a emp&h6 es canonniers de faire feu
'fur nos troupes qui montaient pour s'cmparer de
la redoute.
Lou:rin, fous lieutenant du corps franc, a mon-
tr6 la plus grande intr6pidite a la tato de la troupe,
et a fuivi de pros Mauroux dans la redotte pour
partager fon action et fes perils.
S'mbon, fergent major an z9 bataillon de la
W16 demi brigade d'infanter:e lge-re s'eft conduit
dans la jouirnee du frimaire, avec un courage
vraiment har(ique a ;fa demi-brigade rqegit I'oidie
d'emporter d'aflaut le fameux po de de la montagne
du Banco, eill ele e rt puffl'ee S:nm6en refte ferie ,
-et--a ppr-oche ti'ennemi il contTefafiflebIctfe
deux grenadiers hongrois le harcel'ent mais du
plus granti fang-froid il tue d'un ',oup de f.iil
un de ces grenadiers, et pionge fa bayonnttte
dans le fin de l'autre en ciiant toujours :i la v'c-
toire. Nos trotpes revienner(t a la charge et Ie pofie
eft enleve ; ce brave militaire, fans attendre la co-
lonne, ni consultant que ion courage, s'&iance fur
deux-p~e: tide- an nl,.fe a-ifait duTousi-officier de
canonwers qui avaitJa min tfur fa piece et le fai:
prifonnier.
11 fe conduifit d'une nirniere non moins hlr. ilue
le 3c jour complmentaire, lors de V'attaque du to-
cher dit I Petit) Gibraltar, ( 't s esennmis diouerent;
aptes avoir fait lui feui 4 prifonniers il ape,~otr
dans uate;olline desennnetmSquLfuyaient,illy-al e
tout feul et ramene i prifonniers.
Amon caporal an i" batailton de la 39 deni-
brigade, 4tait devant une redoute ennemie, qui
itait d6fendue avec acharnementi-il fe tune vcrs
fes freres d'armes et leur dit: Quel efl cclai qai vcut
me fuivre ? Aullit6t p:ufleurs braves -le -luivtint e
enteventt, conjointement avec lui, la redoute A la
bayonnette : ce trait de bravoutea eparg.a piufieurs
defenifeurs laa Rpublique.
Renail et Tilli6 ,grenadiers au 3e batai!lon de la
39' demrii-brigade, ont eniev6 chacun un drape'au I
i'ennemi.
Lombard Hamar', fergert dans la 12 9 demi-
brigade faint le service aux claireurs depuis
le _cmniencementfdel a-campagne, fauta des pre--
miers dans les retranch..m-ns etinemis et fic un
grand nombre de prifonmers : l'intrpidit6 dte ce
militaire efl-reconnue depuis-qu'il fait ie fervice-aux- -
6claireurs; il s'eft plufieurs fois ligna.e par des artiois
d'ciat.
Lois de I'attaque de Champ di Preti, it s'clanqa
le premier dars les retratl hamnebs enremnis 1 Labre
i :a main, et fit otize canonniers ptliinniers apius
les avoir d6faimus.
Le 7 courant au martin 2p 6s que le gn6aral
Serrurier fe fut empar de Carrezio it fentaic
qu'it tzit prelhant de fa porter en avant le long
tie la rive gaudhe du Tanaro Ile pzia dtair dCl a
la troupe ; s'il I'avait attend on ne fteait parti
que ties-tard ou point du tout; it puit le part
de faiie battle a l'Grdre a la thte de la divifin ,
et fit coiinaitre en peu de mots (on embarras s
tons d'une voix unanime s'dcrierent : parrons fjr ic
champ ; pas un ne voulut attend, le pain qi Ifi
t.it idd, malgr une nuit au bivouac do it yne partie
avwit otd employee A l'attaq-e de Trappa et fes
luuteurs ainli qu a I'nilevment ,di Garrezi, :
fur le champ le general Senriier mi la divifirli
en mouvenient, et malgr4i uneb :tterie de canon qut
enfilait le chemin de 2 G.;ii, i Miii .., ele tli
allee, fans s'arr ter iv..u:. i'.i, .-. I uteurs de
Pievetta apes avc-ir enlev4 les mingifins des enrenms
de Mufeco et Priola, et avoir faith difltibuer du paiu
qui eiait detiine aux ennemis.
SCHERER, gi,:ctral en c'tef de 'armic d'Italie.


Armee des Alpcs.


Le general en chef de farmic des Alpes au ridactcur
dul Moniteur.
Je vons prie, Citoyen de vouloir bien inferer
dans voire prochain num&ro, la lettre ci-jqi,.re
que j'cris au rtdacteur du Journal des Hmmrnes
lhbres do tous les pays en rxponfe article do


_ ~~_ --IIIII~-II~-C~-C









fIn j.outnal du to qui me concern a je vous en
hrai tr s obiig .
Salut et fraternity, KELL.ERMANN.

Le gbie'ral en chef de 'armle des Alpes, au redacteur
du Journal des Honmes libres dc tous les pays.-
.Au quarrier gin/ral de (Chdmbety, le 17 nuveft, anl 4
de la RepubiiqueR Franfaife une et mdhifible.
Vous avez infer6 centre moi, Citoyen, dans
vote journal du 10, us article iafaime conqu en
ces terms :
S11 ferait urgent que l. directoire fiAc enfin
fon attention ({ir 'armide des Alpeb. On prtetd
avoir vu iune lectre de Kellermann *I Turin, qui
donnre avis qi'il f.tut changer de batterie, parpe
qu'il eft obferv die t'e-pis. ,,
On vous tes un calornniateur ou vous avez
les preuves en mains de ce que vo"s avancez
centre tn g~ndral qui depuis la revolution n'a fu
r6pondre aux calonmnies qu on ad6bit6es contre lui,
qu'en fervar t bien fon pay*. Si vous avez ces
preuves, ce n'eft point au public, mais au direc-
roire, que vous deviez les produire pour qu il
fit ptendra les mefures les plus f6veres contre Uan
gnrn&al don't la trahifon ferait d.monrrie. Je vous
fomtme done, Citoyea, de prouver ce que vous
avancez autrement il neft pas de FranAis qui
no foit fond6 a vous regarder comme un mauvais
citoyen, et la loi vous punira comnie tel.
Salut. Signed, KELLERMANN.


-- MINISTE-R-E-D-ES-FINANCES.-

Vente au profit de la, Republique.
D'UNE grande quantity d'ornemens de vel6urs
de diff6rentes coul eurs brocart d'or et argent ,
fatin, damas gros de tours et drap d'or de toutes
efpeces, richement brodds, brochds et galonn6s
en or et argent provenant des d6p6uidles des
6glifos fupprim6es, tant fits, qu'en pieces et cou-
pons i le tout de la plus grand. richefle.
II y a beaucoup de pieces et coupons qui pourront
fervir a. fire des meubles.
Plus, unt grande quantity de linger d'6eife
come aubes furplis, rochets, parties garnie en
dentelles.
Cette vente ffera an d ila -maifon nation-ale
dite N.ntouillet, rue Neuve-Auguitin, n0742z, pi bs
celle d'Antin, le ir pluviofe, l'an 4 de ia R6pub ique,
et jours fuivans, quatre heures pr&cifes de relevee.
On pburra voir tons les mrtins ce qui fera vendu
le foir.
Les acqunreirs ne pourront rien enlever qu'en
payant comptant, en num6raire.


ANECDOTES DIVERS IS.

Lt miniftre d'Hanovre, Heinberg, ayant voulu
rkcemment fair des repr6fentations au roi Cebrges ,
-fur un p'an-de-promotions militaires Georgesaen_
-colere,-a-dit elif;appant-du-pied-:- God-damn ,-
fi je ne puis tre fouverain ici, je veux au moins
1'rtre en Hanovre; et Heinberg a r6pondu : Pas
m- me 1., vote majift6 ne le fera jarais.



CORPS L GISLATIF.

CONSEIL DES CINQ CENTS.

Prdfidence de Tr.ilhand.

SUITE DE LA SEANCE DU SO NIVOSE

Suite de l'opinion d'Andrd Dumont.

J'ai dit et it eft d'une verit4 inconteftable ,
que les fautes font perfonnelles, et que la peine
ne doit Trapper que le coupable. Si la loi du 9
floral et le prolet de rdfolution qui vous eft pre-
fent6 apppiquent une peine. la ou it n'y a pas de
delit, il eft evident que cette loi et ce project
font injuftes c'eft ce qu'il m'eft faciledeo vous
d6.oontrer.
Pour le faire, it nW'e pas neceffaire de le pr6-
fewner article par article ; il fuffira de vous'prouver
q'lils frappent indiftinctement inpocens ou cou-
p :bies, tous les peres et meres, ayeuls et ayeules
d'emigrbs.
Mais je vals plus loin; et je, foutiens que la
hli du 9 floral et le project qu'i oft a pen pres le
inem, ne ifont applicables qti'a ceux des afcendans
d'6nigr6s reconnus innocent et rangerss a I'6mi,-
gration de leurs enfans; cette remzrque n'eft pas
une conjecture un effect d 'raifonnement ; el'e
refulte textuellement d'une dif!ofition formelle de
la loi du 9 floral qui p6'te: II n'eft en rien derogl
ux Iois exifantes centre les complicesd'tmigris. (Celles
a s i8 mars 1793 et 2j brumaire.)
de


462

I1 eft dolc bren tii-.tr netii loi et le project de gr; ielle peut donc pas s'emparer de c
efobution nie font applic;,bles quaiix .afcendaus du vivant des afcendans.
d',migr s non cornmpices de 1'migration puiutfue, L execution de la loi .du 9 floi -
s'ils 6taient coupables, on i'enten-l pas les louf-. millieis de famniles, et fnrtout desvlagsdan
traire a la rigueur des lois pr6exiftantes, auxquenles Ia mifere et le befoin. ards,dan1
an contraire article 17 de la Ihi du 9 floral es Ce n'ef point aflez d'avoir prouv e
founiet tres-pofitivement. injuffe dans fon principe, la loi a ui cr 'i'e eft
11 s'enfuit done de cette cenf6quence terrible, centre one clafe entire de ci on re ue pair
mals vraie que fi, par 16venemet ile l'inilruction alltjettit a ute indemnit, lorm'ii tu,,qi les
critninelle, ces parents talent declares innocent (At qu 'ls nont ni caufe par eux-mfi nes i cmnt
pleineuent acqits, is ne feraient pas pour cela vec leurs enfans a caifer- do
exe~psts de Nlfet de lia loi do o floral, er de celi Reep b'iqno ; L f.,ut encore firef 3 i]
du nouveau p.ojet qui vous eft prefentd ; cela eft daitgtrs elle pidfente dans fun x,:, tiit
fi clair et fi evident que lbi'n de combattre pour cel de la parer.urir rpideent- ilfue 1
come parait le crone le rapporteur, jappoierais le border A deuxxcis principaux, qu'aucUn s va e
project, fi on y ajoutait un article a peu prWs con'u te pent btre fd, d'dvitet. "n a t
en.ces teinies: Quel eft celui qui avec la m illeure voloit6
Seror.t exempts des pines ou indemnites pro- fe flitter de, fournir dans fon inrtegit- a "t
noncees par la loi du 9 Alor.al ceix, des p-tens eoacts de tour fon mobilier ? EtB~ai 'araion
d'dmigrns qui, ayant t0 traduits, ou s'et;i;t eux- chalIs de.eur. h.bitations; plutif eurs de cept b
mdines traduitsdevatit -les tribunaux criminals pour tatinfns ont ete incendides ou pill6fe s d esl .
6tre jutg~s fur le fait de complicit de I migration cement de la revolution : its pourront biero f
de leurs enfans, auront dte ou front acquittcs par V numeraticn de ce qui leur refle ; mais
un jugement.' garAntira du danger qt'un depefitaire frauduie
SMais, a obferve le rapporrdur, les fAnutes font pourrait leur fare courier en fairant reparatie u
perfonnelles jnflu' uat ceitaiu point. .. It faudra effect qu'il fuppofera a aoir it6 fuuflrait la dT l
bien que la legtilation explique ce qu'elle entend tion ? Vti a pourtant en ce cas Pa tendat cl
par la. Ah j 1'avoue, un tel language rm'a- f:>rt de la portion que la loi elle-meme parait lai,.i .
ktonn6, et jefuis bien fdr qu'il a produit fur I'ef- rdferver. "
prit d6 tous ceux qui lIont entendu, un effect fern- La declaration fournie eft-elle exact, voidci
biable. Quoi I on poutrair metne' en douts fi les second danger, la loi 'atlHettit, fous la trB
fautes font perfon'nelles Oi notas (.ondiirait une pemte ( une quadruple amende), a fixer la- ,-if
pareille idWe ? Je ne la combattrai point la focidtd valeur vanale, au teams present de chacun des ald.
toute entire la repouffe, et s'y artrer fCrait reliever cles dclar4s. ,
une her6fie politioue. De bonne foi, dans a position actuelle, d,'
-- Par-le nouveau project -i n~e' plu/-pa efin, -ajoute leo ddrangementtbfoltufd-fdyfteme monftite,d' apr
le rapporteur, deficcider, mais bien .J ; I j..ar: ai fi les defordres affreux de 'irt fme agitage qui rem.
cejeu de mots dit-il difprait et entraine avtc lui place le commerce,quellepeut etre laibaflequi ginr.
l'objection. tiffe laiufteffe et a pricifion de l'efthiation xigde
Je ne vois pas que i'objection foit d6truite; je la o:? esmnmisriflexionss'apliqeintl'tefltiiniat
remarque au contraire un abuse de mots avec sequel de, propri&dts foncieres : elles font devenues'elles.
on cherche en vain a d6guirer Vouverture de la mrnm s des objets d'agiotage, et ler valeur efl fu.
fucceflion faite au noma d'un fils mort, fur les vent factice et variable. D'apres ces trit printci.
biens de pere et more, aieul ou aieule vivans, etr pux er caract.r:ftiques de la loi du 9 fl.hi,. i|
pour punir un coupable en frappant des innocent. ferait fuperflu de la difcuter davartage mais.iti e
11 eft hors de doute aue la lot fait cnvrir la ftic- refte neanmoins quelques observations a vyon
ceflion de tous les afcendans d'6migrds auxqiels pr&Center.
elle femble no laiffer la vie que pour les fouftraire Si on rdfl&chit que beaucoup d'afcendansi dlmi
a 1'humiliation refervde a la fraude et affitufe grs fo!t neg )cians, contefterat-on le danger des
pour la probity, de remettre leur bilan et 4:expo- d6clarations cemand6es ? diHconvie;tdra't'on quo
rauxy_eux_delamalveillancele-tableaude-leurs- tikfoeatent e-faifon-de-columerce-ne-fe fo.-
affxires les plus fecrettes, fous peine, en cas de tent q ie oar le credit, et que 'fet'r de laloidla
refuse ou m&ne de retard d'tre puoii par la d4-- 9 floral peut en un jour 'Vanialtir ett trainer danl
chance de tous. les advantages qu'on fuppofe leur tla nerte une infinite d'autres iai ots de:conmmeitc
atte accords. gal-ment impbrtantes a confervar?
La loi du 6 f.ir6al, et le project de rifolution Comment cnfi, ferez-vdus exdcuter cette loi
quee j corlb *'s puniffent inAihinctement tous les a lFgard d'une infinite de peres de famille, don't
afcendans d 6migtrs; tandis qu'en les fuppofant tons 6n a ma! i-propos porti les enfans fur ties
inflriiirsdl'eineignaion deleurenfansetpetitse .t:is, liftes d' migres, et qui cependant n'ont pas en.
foit q,.'ils aie,-t'con(entiotncoopite, foirtpour ne' a-i cure pu obtenir leur radiation, quoiqu'il foit
voir pas tmneihe, il n.e s'eriftivrait,pas qu'i's fiffent conflant que pulfieurs ne font jamrns fortis, it
tons egalemen. coupab!es edt cela ei facile 3 d. ne dirai pas du territoire de la Ripublique,,'mai
mo trer par ce prir.cipe : Nal n'eft refpoJfalje des de leur d6parttment.tje diraiI mTi edeleurcommnund
ac,'ons d'actrai, qu'il n'a en ni le droit n.i 1 p ,ouvoir II en ft un dont je n'ai pu obtenir la adia-
d'empicher. Ce principle polf, je voiu dl mande: tion et qui, depuis la revolution, n'a c~f6
Tous las afcendans d'demigds, aux diverfes epoques d'etre maire de fa commune ou juge de pait
de i'migration, avaient-ils, -en verttLde queoJqt:e de fon canton, ce r6publicain mourut il y.'
lort, Icdroitndet s on pofvieri t'-i igrartionqe leirs deux mi'is fins etreo iayd I lifte des ni.
enf.ns et on avaieiit ils le pouvoir et les' gi9 s : irez-vous demand er a3 fes afcendans le par-
mpoyens? tage de eurs_ _bins pour y prefer la 0prin
Les principles invoqus en faveur des afcendans d'un ami de la liberty, injuftment compus fur
des emigres majeurs s'appliquent avec beaucoup Ila life des emigres ? Certes, ce!ui-1i n'efl ps lto
plus de force encore aux i'uls ou .,iules des mi- i feul et de tels examples niditent iien ellcorede
neurs 6migrds.avec leurs peres. L';i -iu et i';i:ule fixer votre attention.
n'a ant ul pouvoir fur leurs enfans majeurs et Je vous rappellerai ce qu'a dit avec tant do
maris, its en avaient moins encore fur leiis petits- force Louvet lors de la difcufflion relative tan
enfans, qu'il ne dpendait pas d'eux d'arracher biens de condamnis ; et ce qu'il a dis al0ts,
aux auteurs de leuts jours. peut tecevoir ici fon application lorqu'il denisau
D'auttes mineurs emigres, nuis en petit nom- coiflant que j'entends parler qu des arfen
bre, fe trouvaient loin de la fuTvei hnce de leurs dans itranges a toute migration et retli
afcendan. darns es corps militaires; mais de bonne fidelles a la Patrie. Voici comment Louvet se
foi, ferait-elte juifte la loi qui rendrait leurs afcen- expiim:
dans refponfrb'es d6 cetre emigration devenue II no peut y avoir conqute de propri t
pour des militaire uae affaire de corps ? entire les niembres d'une mime focidtd: utoqt ,I
Un membre dece coafeil, qui l'itait aufll de ia uns fe rendent-ils coupable de quelquesaelss
Convention fA trouve dans ce as : tandis q'il font founis aux lois, foumis a des peineS qUl
travailait ici A tabliffement de la R publique, ipourraient tomber que fur eux, et qu'on p, eF
fon fils abandonna nos armies, Le pere eft il fns in qudte etendre a leurs itnocetets famillc. t
coiupable? done eftla declaration des droIs, co tient
Mais, dit-on ce n'eft pas le bien des afcendans que deviant la garantie que tous dolvent 3 chacf"r
d'bnigrWs que la Republique reclame par la loi du o font les dlemens doe cette dqitpremie
9 floral, mais feulement la portion de ces biens laquelle le cops facial fe fonde. ? le
aui devait revenir aux enfans on petits- enfans i Les fauus font peronnelles. S'il eft vrai q I,
emigres et qiu, par cm coafiquences fait parties fauesJ fnt perfonclles de qatl, droit reer..-,ali
du bien de ces derniers. trente individus les ddlits d'un ful ? pourqio. #nitePi
Cette confiscation ine peut tomber que fur les tion d'un crime qui n'cft pas le mIni' Les fautedl
biens appartenans auc etmigrds de fait ou de droit perfonnelles, il en refnitne iincontefmt. q
a Nldpoque de leur migration ou dans le cas la peme ne doitfrapper que le coupalte., fl :
davancement d'hoirie, auquel cas les biens, ainfi Je finis en rappelantce qu ,0o a d im lezt)
dons par anticipationsonnt ceff d'6tre les biens <' Rendons, rendons eu r afiln Ra, igt1 revefia
des A;1cr idjns, yt font devenus les biens des 6mi- depoui!lon.-la de la robe don't ,"av:.-et treu0
grns donataires : quant aux autres biens des afcen- les dicemvirs : qie 'a justice t f .1n lii,:t
dans les emigres n'y avaient aucun droit ; la loi lns vertus forment fon cortege ioi. fitrt5oid
ne leur affurait que le partage entr'eux a oinflant et adopte'r par des lois ages .emIf'.lo inl.'
du dcs des peres, mer aieuls ou aicules qui poindre"une nouvelle tvfano e. l r ,g dfi. pto) [I
en conferveraienta la ibre et entierejouiflances de- mere de tous les crimes! oI e ncore J
rant leur vie : or, la Rp..blique pregnant la place quelqu'tn parni noustenterait-i d ~~~e~oire
des .migrs., ne peur avoir que les m&mes droits procher de fes lrvresla coupo, non i es *
qa'ils auraient eux-mrmes s'ils n'aTient pas 4mi- Gardoas-iiois de woettre dans i dt'


_L~ ~___





~ 7- -----1 -- h L-~- ~ ~ L~l-.1 -1 1- --q


tores q1i tendent 11'abtraire, plusde p iit;tion po grilles ntes .n ,arlaient que des vertus de quil fadrait obtenir : fals ceh, : r -
Spour endre des dc:ets toades fur 1'etrnelle Convetlion nuationale; ile li quittaieut pas le parents de3s -nigre, qu:md on vert 1 b oiic-
Sl,, ien de fs al ces j ils applaud fflient a en fire av c un ordre Lu joar de la douleur ,q'ii6 1 pJrou-
edeiande q Puelble fr ce project et after ,a fatle. A pine in decret fiu.il rendu vent de migration de leurs e .ms.
"te cette demand cele du rapport de la lo quis ne s'occuperent plus qu' tramr la perte Pourmoi, je pre6ten.s que uous-tendrons un fer.
te et tyra du 9 loral. a'Convention et le re.verflerne.t do la Repu- vice bien autrenictiiefled.tel aux parehsdes eininres
it iault Appuv et a voix 'im- que. en licitant d6s A p6feunt la part de ces %:ies er-
La A 6 etl El-ce ainfi que ce font conduits ces terroriftes fans. It n'y aura p!us en Fra,-ce des bien- d,'-i-
piiln.1 '. ,, n remet fi ftouvent et fi mnil-.iiroitement en grVs, il n'y aura plus que des biens nationaux ; et
p;1i9urs membres laillent dchippbr des eclats icene ces$ terroriftes qiuil a falluconptimnir parce dOi qu'on fe founn ttir aux lois ce la R~puliquie,
d;re. que les riftocrates les avaient aigris et 6gars, ; on ne verra plus que de boIs cLyens dans les
yr o. ,'eft uie plaifanterie. ces terroriftes qui dans la journie du 13 vend&- pzrens d'imigrds.
f.rton.!. ........ air t b r ... .. i. oralt qe ,
ty -,. .nt bIar. eurs Colts ices terro-t. Mais, dit-on, ceft tine immoralit6 que dh6-
prlr/fihrt. On demanded 'ilmprefion du dircours. rftes qui fe font immno tatifes par leur moderation, liter d'un hommne q6i n'eft pas mort ; c'eft rt-
brs Non .noti.par leur hnumanit6 apres la victoire coinplette fur verfer la pierre angulai e de l':diflice fcciil 1!u
plufiers mem bre s.lesfectionnaires r^belles? Les amis de la Rdpub!iquie ,de lui enlever de fon vivant ti une portion de la
L'ordte du jour eft reclatr6 et adopt. oublient airfment eout le mal que les circonflances prOopite6.
n vt en riant our 'imront oblige de leur fire ; mai fes ennemis pateont Ctrtes quand je vois avec auelle cnmplai'ance
Lefage ,.Sntvote en riant pour impreflon. toujours d'ingratitude les bienfaits doit on les ata on s appelantit fur les excs de la crile revoiu-
Boudia. Nous difcutons fur la loi du 9 floral, coinbl s. tionnaire, je fuia tenti de remonter up, pen plus
.i,, nous av'.ns faith fur ce!lo du 3 brumiairejje VoilA de ces tableaux fidelles de ces rappro- loin; et de reveldiquer an lrl-m du Peuple Fin.-
,'isptrfuaad6 que le rfe ltat fera le mime dans les cIheens faluitaires qu'il eft juife de fire fou- cAus, toutes ces portions du domaine- pubic qu'oil
d-confeils.. Yent au fein du corps 16giflatif, parce qu'ils avait confides a la nobleffe, focus le nom de
A peine trails autour de la confnitution, nos dif- honorent la revolution et confolident la' Rpu- bentyfices militaires, pour fubvenir aux d6penfes t
(uions foreffentent encore de la chaleur revolution- blique. a 1a defenfe duii gouvernemrnent. On moppoferait
nAir. Notts prenoprs fouveit la difference d'opinions On nous affure que nous ferons plus heureux la prefcription. Mais la prescription n'eit-elle done
pouir unse difference de fenrimens; car quel ferait cette fos ; qu'auffitt 1'embargo levd_, les parents pas la plus grandde e toutes les immoralites, losf-
armi nonus 'infenf6 qui oferait nourrir dans fon des emigrs romnpront en vifiere avec leurs enfans qu'on sen lert pour fanctifior 'ufirpation du do-
CIrr d'autte fentiment que le r6publicanifmine le plus et qA'au lieu de leur faire palmer tole revenue de la maine public ?
prtnfncC6, aprts avoir fcell6 la profctiption des rois portion de leur biens a laquelle on renoncera Avons-nous done ounb-li que lofqu'on' propofa
et des 6migr6s, enacceptaut le caracterp augufte de ls 1 emploieront a venir au fecours de la Repu- de reftituer le Peuple Frari.ais dans les droits
teprifentant du ei ple ? blique. imprefcriptibles de citoyen la noblefie cri.i (ga-
Je ne pun donc pas approuver dans les atitras, On nous affure bien plus encore : c'eft qu'il element a l'injuftice ? Ne pritendit-clile pas que
idas moi-wme l'ipatience que. nous nanI n'y a que ce moyen de raffurer les acqu6reurs c'ktait faper 1'6difi.e facial par les foodemens ?
feftons quelqutefois posrPes opinions que nous ne des biens nationaux ,e e furtout de fire en- Et puifque le Peuple Francais fo ieflfififLit do les
paratgeons pas. C'eft du choc des opinions que fort dre avec confiance, avec advantage les biens des droits politiques n'etait -il pas Ag+emet bien
1a lumiere., ftrdans les questions importantes, les 6minigri6s. fond a fe retfailir du domaie public, ufrp6 fur
difcufions.prdlongues nous ont toujours conduits a Tel dtait, Citoyens, le langage qu'on nous lui par les ancetres des enneiRnis les pius achlrrnes
eitfliultaits ufaltaires. tenait lors de la relidtution des biens des con- de la revolution ?
*Mais n enme terns que je blme notre prlci- damnes.. Cepehdant, dbs que cette rlftitution for Oui, jo le foutiens, il n'etait pas plus jufie do
itin n, nos mouvemens d'impatience, je ne puis prononcde les ennemis de la revolution s'en priver la noblefle de fes f anchifcs, de fes privi-
mn'empacher de. t6moigner ma vive douleur de lervirent pour rdpandfe l'alarme fur routes les 1iges, de fes droit feodaux, que du domain pa-
f'efpece d'Affectation- avec lquelle certain opinans alienations des domaines nationaux, fir la fta- b.ic qu'elle avait ufurp6.
fafiffent tcutes les'occafions de nous remettre focus bili 6 de la revolution. Peut tre regardaient-ils Et lorfque, la Nation laiffe joiir pa;ihi'erent
lis yjux la peinture d6goiltante du regne de Ro- de bonne foi cette restitution come tn ach>- les parents des emigres de ces ru.einies dcomiine;,
beilperre, de ce morftre fur'lequelles repr6fentans mninement au retour de l'ancien regime. IFs ne Je me vois point d'immoratite -A leur demander, des
di People ne pouvaient ni ne-devaient porter la virenit plus de reptrfentans vertueux -que parmi a prudent, au ineins la portion de ces n.&ncs do-
main.Il n'y a que les morts qui aient le droit de quelques-uns de ceux qui avaient montr6 le plus marines affirante a celui d'entre eux qui porte ceptis
notls repit.cher les malheurs de la revolution, d'dnergie pour faire adopter cette mefure : eux quatre ans le fer et la flamme au fein d'une Patrie
Cei qui n'ont pas etu l courage d'accourir de feuls trouverent place fur leurs liftes dans les qu'il a abandonnde. -
fus-ules coin -de-tla-France-pounr-poignarder-les afilembiees- lectorales.-tes-d&crets-des--etI 3- --C-e-n'ef-donc--point-le-Peuple-Fran-tis-qui-
tyransabattus le 9 thermidor n'ont rien de mieux fructidor pure!"t feuls leur fair ouvrir les yeux,; et manque de g6n6rofitr. Ce font fes ennennis qui
i fire que de tirer come nous un voi'e fur les ce n'eft que depuis logs, que, defefpirant de la manquent de reconnaiflfnce.
f.fiits qui'ils leurs reprochent, et de nous aider 1 contre-r.volution, i!s ot, a quelques trrs-petites Citoyens, accdldrei le moment oil le fang hu-
ist ae:er. exceptions pirs, jur6 la perte de la repi6fentation main ne coulera plus en Fiance que fous le poi-
Al'egard des emigrs il ny a que Charrette national. guard des affaTfins ou fur le champ de bai;le '
et les compagnons de Jefus on du Soleil qui ofe- L'ordre du jour fur le rapport de la loit du mais failiffiezd'une main de fer les biens des enltieini
tent prendie ouvertement leur d6fenfe; auffi tout 9 floral ne produirait pas des; effects moins d& de la revolution; annoncez aux pereset meres qtu'i:s
le monde s'accorde-t-il ici i leur jeter la pierre ; laflieux. On ne manquerait pas de le faire con- nWont d'autres moyens de conf.rver leur fotune, e
c0 font des fc66lrats des monftres profcrits a fiderer come un movement rkerograde, pi- de la tran'mettre a leurs enfans., qu'en leur ftiiant
jamais du territoire franais ; its font les feuls au- curfeur de la difpofition du corps l6giflatif-a ref- herir et defendre la r evolution i ainoncez-leiar, a
teturs de la guerre que nous foutenons depuis quatre tituer les biens des 6migr6s; non -feulement on V'avance qu'au moment o lla paix g6n6ta'e aura
as. emp6cherait lavent de ces memes biens, mais on rendu la mer libre, vous vomirez de votre fein
Mai quand il s'agit de punir ces memes nmigr6s donnerait encore des craintes fur la folidit6 des tout ce qui fera convaincu d'avoir tram6 centre
Sdns l'endroit fenfible ; c'eft alors que nous ne nous ventes qui en ont d6ja t6 faites. la R6publique et que les biens de ces nouveaux
emtendons pnus ; c'eft alor-qu'on cherche-' nous- Par la r6folution fur la loi du 3 brumaire, le 6po~t6s front confifquds, non pas -au profit de
durouter avec du grandes phrases, de finiftrosrap- coar s _giflatif a _clairementrmanifeft6 fes-inten- leurs-parens,t-mais employ-6s_-liquider une--ette
pr.chemens. tons fur les imigrds et les contre-revolutionnaires. qu'ils augmtentent tous les jours par letr re6liftnce
On nous'rappelle par example, qu'aprMs aioir Par la mefure que nous difcutons les deux con- criminelle.
confifqtu6-les biens-des-coodamns, nous avons t& feils-prouveront -clairement aufli que -leurs prin- Je merdfurme. La mefure a laqnelle on vons pro-.
oblig8i de Jes reflituer. D'oil Pon tire la conf(- cipes front invariables fur la confiscation des biens pofe de revenir n'el ni injufte ni inimorale. E!ll
qiAnce qui'aprs avoir mis le f4queftre fur les biens des ennemis de la revolution ; ils prouveront n'ell point contraire 1 l'i toi6t des parents des
des parents de 6migres, il faudra bien nous r6- enfin qu'ils ne fouffriront jamais de nouvelle emigrs ; s'ils font de bonne toi, ils vous en te-
foudro a rerioncer a la portion que l'on vondrait reaction. mercieront. E lfi-i, le faint du Peuple la commnande
attibuer a la Rdpub'ique dans ces m&mes bieni. Mais pour qa'on ne nous accufe, ni d'enthou- impdricufement.
Certes, fi le glaive de la loi n'eflt fra{pp6 q;e fiafine, ni de precipitation, ni d'irrrfi-fxion, il Je vote denc pour le principle de la rifoluton,
des gonfpirateurs ( et il en a frapp6 beaucoup ), faut, cchime je dilais hier, laiffer la plus grande fauf A combattre desmodifications etdes reitnrctions
lmiis on n'ett obtenu des r publicains la reftita- latitude a la difiuffion, et ne la former qu'apres que les parents des 6migres ne m6ritent en aucune
tondes coi.fitcations qu'il ne la prfentera plus perfonne pour parler en maniere.
Cein'tl point la cotififcation en elle-mdme qui fhveur des parents des 6migr6s. Mais je perfille i demander qu'on laiffe a Ia
At injuffe, immorale, c'eft labus qu'on en a ait Quant a moi, je penfe que fi nons voulions difeulfion toute la latitude queles opifians voudront
dans fon application. 11 faudra bien un jour difcuter reflerrer la quAftion dans fes v6ritables limits iui donner.
tec6re une fois folennellement cette grande quef- nous ferions bieut6t d'accord. Voicicomme je rat- Q,,e es voix. L'impreffion du diT rs de
tion dea co: filcation; alors ie prouverai, je l'e- fonne. Boudi
pere, fa nmoralit6, fa gitimitn ; alors je prou- Admettez-vous le principle d'une indemnity due Bo
Verai la nceffit6 de Ion extenfion pourvu que le A la R publique par les emigrds ? Oui, fansdoute, IBion. Je demand 'ordre du jour fur l'impreffion
corps lgiflatti fe determine a fibfituer la d6por- direz-vous. En ce cas, vous admettez donc le quoe 'on propofe. Le difcours peut contenir des
station .A a pine de mort: oni, je prouverai alors principle de la co fircation do tout ce qui appartient v6ritis focus, le rapport de Vinter6& public, mais
qrdaiis une Rpu1ilique .bienoxganife on pent at 'x iigres, On doit Winme quelquefois s'emparer de la tota- timtion ? Ce n'eft pas fans feandale que j'ai entendu iettre
i4 ou d'une portion des biens d'un pete de famille Or, la confiscation doit porter fur la part de uno opinion tendante I rtablir un germe de division
2fy* 'a mott, et fans &re ob'ig6 de le faire l'mnigr6 dans les biens de fes parents et dans toutes intefline qui a ddja produit tant de maux, ert ,..ns
mLrauti \ les fucceffions ventuelles ; et cette action, fuivant lequel on feme des iddes de lois agraires. ( Ds
t tellitution des bins des condamn6s I Jouis les jurilconfiltes, .doit durer yo ans. Done, pen- murmures s'6levent.)
vi loign6 de la reprocher A ceux qui l'ont pro- dant- o a les biens des parents des migrds L'imprfin eft ra e; ordre du d
nuie avec t. nta.echaleur et de performance. Un feraient gr6v6s au profit de la R6publique; don. ma par plutio eurs members et rdre u jourlid-
e lAt 16 les ainimat fans doute mais it pendant o ans, tous ces biens feraient focus les preffion ordonn6e.
Aeha ef pas moins vrai que c'eft elle qui a fait liens d'une veritable failie nelle : et, pour exercer preffion oidonn"e"
timber les aflignats dans le difcr6dit; il nen eft pas routes ces actions, fire lIs paitages, recueillir les Borne. La loi du 9 floral eft contraire au prin-
im0Ine "aV qve c'eftelle qui a amen6 la r6volte fuccellions, il faudrait nomimer un curateur A -1'mi- cipes de la justice ; il eft de la dignity du corps
'ie du 1 vendemiaire ; il n'en eft pas moins vrai grb mort civilement. 16giflatif d'en ordonner le rapport. La propriite n'eft
tiie ceft elle qti, en redonnant aux ennemii ici- Or, on vdus a dmontr!, fans pine, que cette pas t'ouvrage de Ia foci.,t6 ; elle a pr6c6d6 lo
tittt t e tieuts efpoir d*arra. har lamajo- petition ferait infi.timeit mia.hurettfe pour les pacte social, puifqud c'eft pour fa confervation
i an .de a Cnvt national des coniceflions plus parents des emigrs don't on pretend plaider la que cepacte a t6 f it.
'"utes, aes a encourage ai redoubier d'efforts caufe era demandant 'ordre dn jour. A la verit6, dans I'6tat de nature il r'y a poinr
pign a 'ale. D'aillem ce ordre du i our ne fignifie'rien. de traninflion de propri 6 c'dt la loci t qui
teme rappellerai toute la vie les circonflances lI faut aller plus loin ;il fnit d6clarer que la N.tioae determine, affure et garantit cette tranfiisl;oi ,
St compagn cette reftirution. Penda'ant a 'hd ritera pas des n6migiks penJant .o a.s. Voill le aux conditions qul'il lui pait de r6g!er.
on, tus les appeals A recueillir ces d- mot qu'il faudrait prononcer voia la r6folutioa Les parents ds mntigas et ceux des defenfeurs









de la Pattie peuvett t&re galtmenit bo'n eitoyaen,
et cep..rart on petn trouver les priemietrs aufi
mra'hi-iurux que les at tres font heureux : les parents
d 6m grs ;o t condamrv A trainer leur vieilleffe
dans let chagrius et dans le ddeffpoir:ils 6prouvent
le tourienit d'avoit donfn6 A la Patrie des enfavns
icgrars et d6naturds tan iis que les autres fe
g'onfi ti de lui avoir donid des heros, d'illuftres
d- n fenurs.
En vain chert herait-on dans les annales de l'ancien
r'gine des examples d'une confiscation telle que
ce'le don't ii s'a.git : les propri&tes de Damien qui a
aflailind Louis X V, fatent bien confifquies,mai s cn
ne toucha point i celles de fa fa mile; et la feule vio-
l! ion iqe l'on poiffe remarquer dans cette afftire ,
<'eft le cha-geneint de nom prefcrit aux individus de
cette fmil'e.
Je vote centre la tdfolution.


M.is lesi migrs ont commis les plus graves des
delits leurs biens doivent appartenir a la R.pu-
blique et il eft evident que les lois de rigueur ,
les lois do confifcation rendues contre eux font
illufoires et refteront fans execution, fi vous ne
maintenez pas celle du mois de flQrial. Que demand
la R1publique ? Sa portion et non la portion en-
tiere du bien qui revient I rhhnigr6 la ceffion de
cette portion eli la confIquence immediate de la
lIg:flation g6ndrale rendue centre les emigr6s. Sans
cette loi, qu'arriverait --il ? il arriverait qua les
parents des emigres auxquels vous laifferiez la
dilpjfition de la totality de leurs biens; aline-
raient mnme la portion appartenante i leur fils imi-
grd : aini la R6publique ferait frultrde.
Plufieurs voix. Cola eft vrai.
Ch/eni/r. Jen appelle a la conscience de tons cenux


q M ,et. Vrq-.
Chinir. Je regarde comme noceffaire de r6pondre particulier aux prifes avec l'it6r&t general, et
a qaeelques idees 6mifes dans le course de cette lorfque vous avez donn6 a lint6rat particulier
dlfcuilion. Sans doute c'eft une cholf mauvaife en le moyen d'&uder la loi conform a Fintr6rt
loi que de demander des lois injufles a norm du public, croyez-vous que ce dernier puiffe l'em-
falut public et malhenreufement cela eft arrive trop porter ?
fouvent avaint le 9 thermidor; mais auffi c'eft oine La loi qu'on vous propose de maintoenir eft la
chole 6galement imatvai!e en foi que de rcilamer confequence de la legiflatioi g6nnrale adopted
fans ccfle, an nom de la justice, des lois con- centre les emigrds. Le mal affreur qu'il nous ont
traires A la chofe publique de plaider fans cefle fait eft actuel, indemnity6 que nous r6clamons
l.s iiit&i-s pa;ticuliers et jamis ceux de la Pa- el actutlle autfi et vous ne devez pas en retar-
trie. En EffAt, it eft tine juftice due aux individus, d er ici la. perception. Je n'empioirai point ici le
il fant la leur rendre; it eft un juftlce due 1 la mot falut public common fe fert dt mot justice,
jhepoblique, il ne faut pas qu'elle foit vainement ces grands mots font inutilesu i(;j ne rclame que
tivoquee. les nations les plus fimples du bon Cfns. Dans cette
Sns doute l:s terns d'horreur et de carnage, inefure falutaire ,vous doub'ez, vous triplez, vous
pL.ndant lefqueis ;a France a g4mi fous la tyrannie centuplez les forces de vos ennemis; et vous fuc-
(dec:mv.raie, feroet perpetuellement ilvrds i Aex'- comb z. *. .
cratioii et ce n'eft pas :wtx vaiaqueurs du 9 thtr- Mais non ; le courage des amis de la liberty ,
mi.tor et du 13 vendmi tire qi'on peut reprocher le v6tre, celui des patriots de France me raffure,
de les avoir oublics ; ce n'dt pas aux vamqueurs de it maintiendra votre ouvrage fi vous te confolidcL
vendimiaire furtout, qui, aptes le tricmphe des voas-mdmes par des lois 6nergiques et falutaires.
am:s ie ia libert6e, ont eu pour les rebelles abattls La loi du 9 floral a &t6 rendne dans un terns oil
tant de clkmence non pas cvlle de la firicte juif-l Convention national s'efforqa deo rparer les
twice, mais celle d'une politique courageute cel'e maux affreux de la tyrannie pouvait plut6t &tre
meme du m -pris. Certes ces hommres ne peuvent accufde de trop d'indulgence que de trop de
6tre acctiles de vouloir reliever les &chafauds de r;gueur. Ce d'eft point une loi de rigueur c'eft
Robefpietre. une loi de justice diftributive fans laquelle toute
11 ne s'agit point ici d'un regime r6volutionnaire, votre Idgiflation fur les, 6migr6s devient.,inutile et
de ramener un rigimie de fang, de battre monnaie, illufoire.
comrme on a cru devoir le dire, i la place de la Je vote pour le project de la rifolution.
Rvotution. Nous avons combattu les hommes qui
tenafitt crt affreuxlangage.Les pbhiesqu'ex---Madier.-La--R4publique-en-fe-fubrogeant-aux
ci.ienrt les horreurs qui le cominirent fous leur fi's des 4migr6s, ne peut exercer fon droit que de
regue, ne peuvent etre reproduits; je nevois ici la minme maniere qu'ils 'euffent exerce eux-m6nies.
perlonne qui ait fes habits converts du fang iuno- Or, les fits d'6migres auraieat-ils eu le droit de
cent, perfotne don't la volout6 atbitraire ait fait dipouiller leurs parents de la portion de leu s
verfer dans les cachots les larmes de innocence. biens qui leur revenait ? Non fans doute. Et
Cependant, j'ai lien de m' tonner qu'on affected cotte cpnduitas, qui ferait une atrocity rivoltance
de deployer du courage en attaquant a la tribune dans les enfans, perd-elle ces caracteres dans la
la nvArnoire du tyran que nots avons abattu. Certes RMpublique ? Ce n'eft pas par des exclamations
les perils ne font pas imnineius il y en avait du qu'on decide des questions d'une auffi haute impor-
petii lorfque les d6cemviis promenaient fur la re- stance; c'dft par les principles 4ternels de la justice,
presentation national le g alive de la profcription : qui dependent d'ouvir les fucceffions avant la mort
I y en avait lortque des confpiiateurs furieux affie- tes parents.
geaient le fenat, et aiguifaientkurs poiguards pour Dans les premiers jours de la R4publique Ro-
les teprfl'!:ntai:s fi_ eles que la calomnie avait d6- maine, la confiscation 6tait inconnue. Penftz-vous
fignes etprofciits, Alors les reprnfentans du Peup!e que la mere de Coriolan fe fdt place entire la
ne tiouvaient pas dans les former conftiutionneiles_ vengeance-de fon filsetlajufte-colere derfa Patrile
un' guantie Lfrbi e; alors i y avait des perils er fi un gouvernement injuftelui ett enlev6 fes biens?
du /ourage a imettre fon opinion. Aujoura hui La douceur des lois qui 6&aient alors en vigueur,
tout eft echalge et, je le demand, que fignifient fauvala R6publique. Danslesfiucleshuivans, Rome
ces prcau ons oratoires avec lefquel'es on s'ap- furt agit6e par des factions fans ceffe renaiffantes:
pludit foi-meme du courage que P'on fait confifter A la corfifcation fut t ablie ; mais jamais elle ne porta
4mettre fon ol inion. far les biensdes peres et meres. U:-e pareillerigueur
Apies ces rkflexi >ns que j'.i cru n6ceffaires, je n'a point d'exemple dans aucun Etat police : fi elle
viwcs au fond de Ia queftionf. a lieu encore, ce n'eft qu~ dans les Etats defpo-
Y a-t-il dans ]a loi du 9,fl )rdal lIfion de pro- tiques de lInde, de la Perfe, de la Turquie ; et
tite e? Ce point eti ttr-important a clairr ,ir fAns doute, ce noft pas dan&sla_-giflation-de-ces
a-examiner; car-le-onot-propii eft -eline de ces; euples, que des reprefentans d'un Peuple libre
expreHions magiques qui, comme celles-ci, juflice, doivent aller cherther des models de loss juftes.
f/'ut pu14lic, humanity, peuvett s'appliquer fort mal A Je demand le rapport de la loi du 9 floral.
('opos.
L'emprunt force eft-il une l6fion ? Je fais que La difcuffion eft fcrmhe.
plufieurs journaux plufieurs feuilles publiques, Le confeil reconnat P'urgence et decide que la
.Lfieurs failons retentiflent de ce mot : l'emprunt firfpenfion de la loi du 9 floral eft levee: it adopted
forc6 eft une lifion. plutieurs difpofitions propofdes au nom de la com-
Non, c'elt une indemnity que la RCpub'ique million, pat Pens de Verdun, et tendantes a faci-
r6clame qu'elle peut reclamer a fon guard, de liter l'ex6cution d cette lotei.
ceux que la force des circonflances et des 6vne-
mens extraordinaires, place dans une position N..... Jeo 4mxnde que ces additions foient
diff-rente de celle des autres citoyens. fondues dans la loi, at que la difcuflion foit
La R pabiique, en effect, eft dans cette position ajourn6e.
A regard des petes et meres d'6nigrrs; elle peut on rne a difcofion.
non leur imputer les malheurs don't les nmig.6s font On adjourn la dcutfion
la cafe premiere, niais au moins riclamer d'eux Ramel. Je viens, au nom de la commillion des
ure julle indemnity. S-il s'agiflait de prononcer finances, vous fair un rapport fur le meffage du
contteeux une peine de les traduire en jugetnent directoire exdcutif, contenant une demand de
Ie mf leverais ie premier centre celui qui en ferait fonds.
la prop. tio;n car il ne petit y avoir de peine la o I' La commiffion des finances a penf6 que le direct
il n'y a pas de ddit. : toire n'avait pas produit des details fulfifans pour


jftfKhr la derman,'e des trois irll(o -ns
pour a poce, et e vingt millions ( nsIueatire)
pour Vint6rieur. Elle vois propose en cofvaleur)
d'accorder provifoirement un million on uce
mier objet, et pour Pautre, trois millour e n pre.
nant, pour le furplus, jufqu' ce que le, enalou-
requ des 6tats plus d6taill c le il at
Delbret Je demand l'ajournement i fau Of.
ver que c'eft A la fin de la fiance q-a'o4 Vous
Sce rapport. s i
Le project de Ramel eft adopt.
La fiance eft lev6e.


N. B. Dais la fiance du 2 nive, le lconrli
a entendu Rouhier, Villetard Bacoet lBoiffer
parler fur organizationn de la ntrine, .
r Une rdfolution autorife le directrire a vendre
S'Arfenal ae Paris.


COUR-S DES CHANGES.

Paris., le ly nidfe.
Le louis d'or f. o. f f. fool.
Le louis blanc. .. .... .......
L'or fin... *.
Le lingot d'argernt......
Les iifcriptions commenceront a jouir le i"t'r
minal ..........
Bon au porteur ...... ,. ..
Amaterdam .... .. .
Hambourg... .. .. 3 7,Oco,
Madrid ........... .. 000.
"ix .... . 2000.
Cadix000.
GLnes................... 9,...
Livourne. ..
Bale. .. *


{ PRIX DE DIVEUSES MARCHANDISES.

Caf6.. .............. ........290.
Sucre de Hambourg. ...... .
Sucred'OrIans. ..... .
Savon de Marfeille . .... 190.
Chandelle.... . .. ..



Paiement de la trdforerie national.

Le paiemnant des parties de rentes viageres pent
P'annee echue au r" germinal an i fourplufieus
t&tes ou avec furvie depofee dans les bureaux de la liquidation avant le I" vendemiaire,
an 3, eft ouveit jufqu'au n* 6,ooo000.
Le paiement des m&mes parties dt n* 16,oo '
17,000, a lieu depuis le2- frimaire, an 4.
--On paye auti depis le n* 1 jifqu'i 7o000
celles 4pyofies depuis le x" venidwiaire, an;.

Caft d'efcompu.

Les cr6anciers et actionnaires de la ci- ldevat
caiffe d'efcompte, porteurs de certificates timbrfi
troifieme at et qui ont t6 comnpris dans le
dix huit premiers &tats parties dreffs depiulis
r ifint, _peuvenLt eceYoir-les arrstrages, f.
fingers feit perpstuels, de la fomme principal
port6e dans lefiits certificates.

Six derniers mois, de I'an 3.

L1 pavement des fix derniers mois de Pans ; 4.'
parties des rentes viageres fur plufieurs tdtes 0
avec furvie d6pofdes dans les quatre bureaudalo
la liquidation avant le i" vendmiasire, a 'A
ouvert lufqu'au s~ i z,ooo.
Celui des fi -dcrniers mois de -I'n t$s
cr6ances de la caifle d'efc-mpte, ci Jfius 6on-i-
cess, a lieu depuis le firimaire an 4 i favor
quant au viager pout les dix-huit 6tats, et quai
an perpetuel pour tes huic premiers &atss
Ot fera averti par de nouveaux avis dupsiesM
des aum6ros fliub queens.
ON trouvera, dams ls allerie des vdricaej
des affiches indicative des burew aux qub
faudra s'adreffer.


L'ahoancment ft fait A Faris, rue des Poltevins n* Is. Ie prix ti de io liv. pour trols mols, tant pour Paris quo pour le d6parteen. iL'" V s'abon- l"5 qu o IJ"'v
een,-""t de chequc mois, ot teulement pour trois mois. Ceux qui p6freront payer en numeraire, enverront ao liv. pour 1'anne entire, pour trois mo.is.tt
it f&.u; arsclc Irs Ie lctres t I'Argent. franc de tort, al citovr" AbrTv. directeurT de et iournal rue des Poitrvila n 18. II faut colpatndsi, danss I rsravoh, Is P
pa py o i'oan ca w affranchir. Les leitres des 6partemens, non afframchies, ne f:ont pat" retires de la pofte. R ace, e
f faut avoir [oio pour plus de lrceti, de charger les lettres qui reifenrment aes valeurs, eradrcfler tout ce qui ooncerne la r6daction de la feuille,au Cndae e d
L'Abonnemaent pour les pays strangers, conquis ou runs doit atre pay6 en num6raire, cette condition eft de r'gcur.


t
[









GAZETTE NATIONAL ou LEMON ITEUR UNIVERSAL.


L.ai 4 de .La Rtr/li,;i Fraincaje ns et it.dIvfi. ( l-. 17 jAier 1-96 vieux jyie.


,-

pCO LI,7T i Q U E.

A ,L EL MAG E.

'* t .e',le 26' J'remn'c.

novele, dts ,lM.flr.s .de notre arnime en
faitr Cfl 'efpiit do ,'inpereur une rnl'
SVLdinlra..O le .r*., dilpoif plus que ja-
ii! i pre.ir a des -5o.-. ,tionrs de paix. Les;
.a -iJue s / ceat ta iit.elkflnc la plus )a
6otr de V'it -le, font cetux qui en pfodiventr le
put ~ell ,tii b., loil. '', '. :
Safi r d'aill.'rs que les anllis de la crut
'jip f a!0 c, et iorm;inentr le loi de Sardaig.- l r
i'u.iM'it OiivleiTemlnC apt&s la ia 4e cctte ga.etie

'L i;vfion que )es Franqais s'dtaiepat flatts
""'"p L a Tutei ai g' de lenir ddfir, puifque
n.;rj court e'l obljic de d6dtachirde fes anine s
IItin C tolls de tr eilloe af i ionflid.bi'e
,ir 'fenvoyer a~~.lcours d' celle domt es d.bb
01iIvr'nt ,e I'nid.ni it, .
I' a ant q:e i'e0 erre-r a pmrfon 'l ient uti1"
c"n ile ab!f.a!e ,lails lt g -.'rA.i C'.a fit. ,Ce-
ii.ci- hi a.irelle drec'enent Ires d.ic lhe,. On,
(dit Ini:.ii qu'31 doic t; re;idra dans ccte a,
"r,'e, ,'ut avoir un.e coifl.Acic6 t&ae a it.; avec
'. ia1T 0 s. "

S ,Mtunich, l x.8 dicembre.

Lo0 conutrdos polobaif'es, dchunei en prari';e l
.our de Viente J, VOt Aire dwivkles en (l,~P-latt
" p' J.i .eS qai forinirIonat ian gouverm.m nt

Le mljflie pa6t1n 'Oboerndoiff, trailit comm.
on fail par ordre de 1'eiimpareir avec utie duret6.
filiovu.tant devant une comnni-linn auithii.nti-, a
May-ncd, a d.Mari-d rczre ci nun:tion-ircemp--
terate,'it Tef-fi d. rc-poFiidre anx quillionil q'* Ali
at kath fakes.
Le core de Tattenbach., envoy par notee
court atupr~ de cclle de Vienne pour. y d-maiider
fNisfaction d-i defirmpireiit de de;uX bitsillnms pi-
btir.s, a JAj,1 rer.is plnlicurs uotts, foi( a41 piiLce
CIlloiA,, v'icd-hanc1liie-r de I'l'Enire foit au
uil:iil.e d'Etrt Thuigur. On prfrend qu'il a
S-tponru ai'unle dens no qatl faintai, avatit tie
, mn dicder, coinaitrte ls in tIf. d'apre I.quads
S15 g'rikiaix autrdchiens, avaiercnt :;.
Le ri oI niaf, ,e,,,~a font ,


*Le Er s de la la ail~adi, de a.vioie font
, Iies Autcihlains en pays conquis.

1Manheimn le 26'G ,d'.nmbre.- -


traitda


t'..stlMait du cercle du Haut-Rhi-i a refotiu
dle t |ila die la ficiation d. Lvile' do-tlv aeK,
r d prIdrem des mufires '.pour ent tenre1' les
for ii.umansi, q,'il eft miniie q-teftion do pouffer
a-dtli du IH..ideIbteg. '
.lectilre n'a pit dirtre pacalculd6ce qt'i' faundr
a, r mies pour acheveer ces travauxa, .t pun;'ls
fc.nd~e qand i.S faiolit leihisn -- --
V'&tange de's 'pricnii'rs fe continue de pa~t
S'utte, fi ivant io cliaufes du d -i iir ca el.
aI airica de Fiaice b daucoup d'oflieis et ie foldcts
L9!4. .icH...
L'armilice cl en vigucur, Les avanit-poes du cot4
de MAyrlcr oit ,i o-dre rttrograder. II cn, efkde
&a du cu de-Ctobkntiz.

N, L,'A G E R R-E. .

S'. Li,'r,!r, de p a ecemr


taxe progrellive pour lis ;doeusllit.s i.e l t
eifi lu pour cent des taxes d&j it exittantes.
Da 13. 11 y eat conference entre fir t1..lnis (au-
trement.lord AntI.and) ei M. Pittqit)i e'enve'na
a Par;s remplir les fonctions diplomatnuti,.s .en cas
de itgociation de paix, done il court qIiueqisu-
bruits.
D'Artoi t raignr.ant dt'erer si r pouf dettes, fe re.
f l .A .I;i.ratei.ie f.ia t *th. t1lm1urilt I Fra l', i
dans le trilte chaitau de Holyvood, a .Ei.a bUn,,,
qUe le roi i at1'orde : foa motof d&et ninant eni'
que cet adcien palais des tois d Ecofl jouit i (oe
come autrefois le Temple a Paris du privifge j
de mettre Ils debiten:s 3 1.,b-i de leurrs ciLanrcis .:s
centre efquels it leur fprt d'afi.l. Le a! Cde e clatcau ell cebAelditr int.rdit-aux h llties
captureur. .
Da 8t. Lesd.ir' s de p.eniere a,,cefilr... fe 1out-
tienrjent 1 un pr i. i L .tmeinmnertr hiait, t-r a. nde
tes pauvres no petivent atteindre I auli, la cour W*
pour alnir un pea lk m.:t o: tent.:meiet du Pl'--p'
a-t-0cc pits le part d'adopter la rl'..luti U dI
Calnui)lUi S ar iia.'juelle ih laque nmineibi(- seip.g.'.- A
dimrrinuer a1 confer..mation ordinaire diipain dans
la mifon. ,
On cotinenc& parler de la pvi% cemmp peu
loogne:les l~,ai'.n., ordir.'irement afl.z ben
informins,par -e qu ii'i.t inurrat a lette co'.eg-
dient, pour la pirurr., les tlom %is qa'i' entr '
tiennent fur leurs vffaux et don't ils paitent les
falaires a tin ",i;-ix cxolit..; t: its efperei potuvoir
L4i. n6t les ranger ain -'ix de paix. '
SOn parole anli non pas d*une diffolutionr im-
rn.mJi.ae au pal' I a rn '. btiit qui n'etait pas affez
fond.- pour fe foutetir, rmais d'iune piotoIat.uit
des deux hambres qui d. ,inr, dit on, s ajiour-
ter 1i veille des ftes ,de Noe~l, jufqu'au a


revenlant A cheval du parc Samt-James a corit
de M. Addington, ( I'orrtem deAi-chamnre-des-
comriuriey a at infit4ea par !a multitude qui
croyaln que le I'-,i allair fe rendre f la chambire
haute pouri y, far ntiri.cr les donux fametUx bils.
Qe mini:rte fait ob'iJ.- >e matt. fa ch val-au
galop pour fe fe floaile A tiln home qali vvul.ir
laifir la bride iil eft rneari chsz ui cio.v:t td
b.lae.
Aujouri'hi,, le roi a nom"6 d.i1 eoA mili'iaires
pour I&o repr~fer.ter dans la Iormaht' de i ?la F.'a-
tion des bil., qui ont. Lthfoin de, on, confentemenit
pour avoid farce de oi., "
Ces coar.miffiirc s font: leT chinceier, l'arche-
vyque de, Cantotbiry, l& dc de Poitland etle cctnfe
de MiansfidJ. .. .
On, ten depuisper di MJide L i niefT;r-r
d Etnt qui, du moins Ai ce qu'on p:;.ten a tota-
tinment tranqiiitlif1e gouvcr..,r.iIni bl itani,,iqIe 1
i'egard dc ceito ptillance.
SDi it. It s'etl tenu; le r S A la t.vei ne de
la couronne 6t de rancre, une aff2 mb!'d1 exuao-
dinaire, prdTidke par M" Erskine.' tnrembre du
par'eiment, conntu par fer t.ales biatoria.ss et par
fai dkfeftie de Thn.;is Paytie; on ya a rld-.,
fOr a arotion de M. Fox, a pry.',.' par le dtiC
de-EBdf.rdqi 'il fc formerait 1ia,- alloauaion pour
obtenir: .
0. Le ,rapport des acres du gouverten..lt, rec-
latifs ax t affembldes populaiire et .1a la l', t- de la
preffe; ,
e La reflituron au PoIple ang!ais de la pln6i-
tude des avantagI s qui IT foint affairs par le
41ill des droits et le maintien de. la confli-
tutioil .. .'.- .
a>". II -1a 6t arrAte imanimement que oFog for-
inia'.t ill irornnit charge d'avifer aux Inyerns de
mettri a exocurtiton leis dx rdfhcliutior. pt)ciJdel-
tes et de fair adupt',r, par tons les ainis de
Ja c uie de la libarte, le t-io.e d'aflociatio
que les naembr de ce commit atiuaieut trouvi.


. n.H..1H111n11 fcii f; poiul j6 procurer I I
tr f i 1 de PAX ot ie As ll'vi. .,% .- D li dsbrpig


RP UBL'I Q U'E FI{ AN(AIS

DIt ZnctaoiVlstt XX cutty F.

Ar.,' d 'J;... sitie exicatif, di ,1 z je.

Li'irectoh, eCx-ntilf artete
A'\l. I"'. I'IM.L I'g1. dJans tous les dparctmcns
autteL que c61ui de la Seinee, le course fivarnt leq'el
1 .Lii,...... ierorit rtgus dans Jes divers paic mrts
,,*ils IIaouii et6 dtdlar.i adiitfibles au courts de
'la place de Paris on fe fCrvira toujouts dul cotrs
de ette place, 'qui fe rapportera an dixieti jour'
Aqui aim ic6.i. celu-"ti p..i ...t. Aiiffl-I-tlt
,.ie n i .it ...l :tt," ei aifignats le 19 ;,!vio fera
relde l'r je courts do la place do Panis du 9 da
II, Dans lecas 6it la co.nriflance du course du
dixie.,-.i joinr p: .cn' -1 ,o ii tl-rait pus psatvenwe
dins le lieu on1 IL ftivira iu deinier c6irs connu
de la pace de Pai. ,
Il. Le pr6fent atrd& fora iafrd& au bill6tei
des loix, et le iiiiflice des finaa(es charge de
l Iveiller 'fon e4cution, eft aimtorii' a. prorson-
cer fitr les difficult's .auxq:.eloes. iI pourrait doali
ner leu. .

MtNiST1ERE D6 LA POLICE GENERAL.

tettre, dit, fin'Te lan ;!.',.": dir'.:- dela RI pubque ,
p, .." i'. d ouv,'io .. x al j i i/tH( l :ll'flllllldt.4"
tons mnlcp s. ,

Citoye's, iun rouvean inir.itirf; ,i2leve chalr6
degla poiic gein.alne >,. i .-'.,,nblwue, et c'eit ea
neas mains q'e fa, 't rnl'b:..; !e tu'O t',o'11 ; en les'
acceptant", j'ai tii qill I( a iie.c c()n'i etraisi.tLit
imalenfe t.h-Itilli d'obllhcies je J ai nefrdee ;3 '.i
j.1ni'1. fiur voter, zele i m;'..'pi.,aiTr la. rbute ., et 1ja
,lif vA. p iU quo le bui qail ifaut atteindie. Sa1s
douteJl I t aflez, baut ipur exoiiaenotre-a4eur-
-comlmlune.-A.fllr-r F'ordre et la paix dans la R'pu-
bliqae, bxlayer dp foi ftin tons les imniondices de
la, woyap6d t des factions diverfes, renire .1air
qu'on y i-fi e 6alubre ctr r ragen6rer la tmrale
publiqiite, tafl..ii.; ert vivilir cetteplante delicate,
itrcp fvinrit blintu par les or2ges. Si ces travaux
foni p.-rbdllos, en ell it dout les fuilts f*eijt fi u;
alou,: J.It in Ll.ai d'avancei A '.ri. ;.'ravc vimus;
amais, pour lesi tecueilir,, i faut ii ctii ver ec
jai befoin deconinairr l6tenidu des foins qu'ils

Que-Ve elf done la fixation actuelle de votre
canton? .y ,
Les peifonnes et les 'ropri,. ts y font,- 'les
refpectees' ? .
Le service de la garde national et de la gendar-
lelice 'vy1a-il '1AI c t %';.ituil ?---
-Les ineri.iiaas er ls ,'agilotidI y font ils tolsr6s
et queleo ell. pat .pperys le nombre ?
Quels delits 'y ln'tr3. n r;:t -t s*y renfouve Iet.
.e plus fouvent? '
Les emigres, les pr trees condamains on fujets A la
6por-,i. tn, ofent-its "earaitr, on t.i.-ili;
dy lecraet ?
Qtiilhes opinions r.-li iifes y regent, et qalj
empire, quel'e inflnenc, el'e. y treerient ?
'uS U;ou-n.wx- y oat Is p ii q u -
Q a : eli efter:finl' 1l'p, I :bitbu. ?
.I'at,,Ids de vote zele da:s reafpignelnens prdcis
et vrais for ses poi.itsdivers. .
' Il..es )p'es du Peiple i! vois efl file ,'in tco-
ger ltn coeuret d'y lire ; 'eit un," I mitai..que -s,
voii epvie; -Imais vu5 ai Iacse CI IIpcI.V1 u miI e
!a faite parvagetrpar vote exactitude a m1e tr! aif-
iner't: l' xpr.'lion fielle de fes voeu.r, et la co'
',i ifir.ce de fo s befoins fous le rappo-t 4 tout ce
tqui inter,. lI police.


Aruitee de i'Owefl.
EXtrtit d'at 'rapport fait var le caminmaidnt de
SBcauwmont.


x ....e... 0 i ', 1 ~.t' i e I Ta. a i a ci i -I -. i
di er cntre l I, bi, n ,r .r ic... .. la i.tii_ cidc lt et fe a'a12icnl .Ccepend nt il exited d a
d citoylsers, a fair un nonveoel ipt aisf fiT t 1Cdlaip une dfenie d. laiffert p. neer dans lintd. Dis la utit du u 6 ;m iviac,. la troupede Beau.
Ier les ic ; if e le relet er a rieur de a R4publiqte -"ncalade arucun indiidu month forta fur qutatre colennes ; ne futattaque
iruriles i b^e ti va i ,,t e A 'Ai-'.:'; ce qi fairtprdfimer qul e pa in 1.11,u naombre de o h>uans ,au d.h..i, de
i Surl i -"- .. leP Fr.clq ui ne folr. point difpaofs A la paix. Otn i, Vernci ic f'lt u mnis: en deroute par les Ropubli.
?rbI d'umanav Io)n dasl 'imt1i I'r+y qai rinda ;.^, p .,rant, d'ii, autre part que les n6gocia. i caiins et laufa'rent cert mnorit fur le i Un de jen I lor p o, c t ,, cr.. NtaInmes en SuAffe fous Ja mndition de I. ati I.', Le is.".n: .rz d,. I.ms ,'*A1s eil confid&ra-
tt.., de I o-! .vfe., R cent ru. iTa Sudd et de la Ptulle, font en pi iia ac- be ; du c,:';: .1s iiiul..;iaiin, il1-n'y a qu'ma
. i, al eeptIior faits e i e i li ivit. blIdf .
,. noiveue taxft i4 saiL ddeie, Ie domrna~g, ocraafionn6 1ar la derni '.c teata-. ,La duii omn caoione a pnrs quatre 'Ihoant ,
Ikier iths la proporti..n de leeir n,,. b,,-, re A ia fl.ite .l e l '.'mimal Chifla"n, d.flin.e pour, envoydsau c,oii:1 tmilitaie au Mans.
re vl'l eai otra m9 fchecli.~. pour unles Ies occidenle l p!cnfijerblqu'n trtjirlien) cologne ,ni pris deux autres dqut
1i li. fitert pott det x et ., z,-,,.-s on lavait cti: qudques vaifleaux ont co0l6 bas", d'au. un il. h .p des pifoits dt M,-, I.
t 'e Ilh pour ie, trifi e et your d iu... trees foilutseitr. JdanJ les p,(a apres avoir caucTip -
d Ca t ,'*~~~ ~ ~ i ^ '1', 1 l 1'" .'1


--~-- ~ L~r~i~-- ~---_ q ~-qc~----


j









Xxtrait d'un rapport fight par le I omiandant di
bill.

Le 9 nivCe cinq ddtacliemens 6tant fortis
pour afler thercher du foin pour le magafia de
Sill6 un d6tachement lfailat dchrger du fin au
chateau de Bouiil cinq a fix cents Chouans,
vinrent I'attaquer la Ihiliade dura une heave et
tiemie ; es HI'-purilicains fe battirent courageule-
m::nt et l.'s. Chouans furent niis en deroutc : un
grand' nonbre a,~ti blcffi. ; mais on n'en a troutni
que deux .Ile mo'rts Cir la place. Les R publicains
I'onit en q'un honinie biefll.
Signed i, LABARERE.

Extrait dt rapport fdt ai l'eat-major par le commandant,
d dajirict du MAas.
T.e 4 nivofe tiun dkth-B nt dh 4- homes
d. ca!-tonnement de Vidlon venaat au Mans cher-
ithr leur folde t y rameiener 'fix prifoniiers pr6-
venus d'tre auteuis ou compli-ees dtun-afl tir'-t et
de plufizurs vwh a &t4 attzqud par o00 Chouans
ebnbuiquis entire Saint-Gcorges et SouLgie. Ce
d6ta -hemepnt s'eftbattu'vigoure? tfement pendant plu-
fieurs haures ;ili n'ai ett jue 6 blefle6 ; hs Cheuans
onte lifl; i z 1 .h6mlnes fur la p'ace.i tin grAnd
nombre a 6t0 b'.eid.
Sign' BROUVILLE.
N. B. Pl;:fi urs Chouans font nmorts depuis, des
fuites de leuas bledlures entire autres un nommie 'e
Souiigne.

D4partcmetnt du Calvados. Caen, le z 8


DEux cents brigands font venus derni6rement
dans le bourg de Cieuti ; iis fe f'nt emnpar6s de
la place pubiique plufieurs fe font d6tach6s ils
ont 6td chercher un fonctionnaire public et fa mere
qu'ils ont fafiid6s fur la place. Ils ont fir leur route
b 416 plifi urs propri6tes. Du cot6 d'Harcourt ils
out furpris et affaffind l'un apr6s l'autre hulit
chalt urs de la Br6teche, dort le _igiment ell i
F.aiile et qui'o aait envyds pour eclairer et
dfendr,: ie pays. Les homines ~ sles chev.ux ouit
iti pirdus.



CORPS LEGISLATIF.

CONSE-IL DES ANC1ENS.

Prefi/ence de Verziier.

siANCE DU 290 NI VOS B.

O01 reptend la difciflion fur la r6folution qui
ajoute une troificme fection au tribunal criminal
du d6partemer.t 'de la Seine.
Larmagrnc ct Gloupil de Prefeln parent contre
la refo'utio. -
La difcu(lSon eft fermie.
Le co-feil rcj-t.e la, rfo'uwion A la prefqie
ananimir6.


Bonnefircur. Je viens au nom de h commnifion


466

les motifs qui mit engage le confeil at ne poin.
appiouver Ja rcfolhiitin qui criee ne novelle
Jfction ault 'binal du dipartemelit de ia Seine,
'lii frerot ulne loi de rejeter celle-ci. Si iariUcle
233 de la contiuituion p,rt".:t qu'il V avalt deux
fef tions pr&, le tribunal criminal de h Stine, Iarticle
"4j dir pt iiv cent ru'i'. y a un con di ectoire eKxcutif pi*, thaque tribunal, correc-
i;-iniiel, et ne -prie puit d firbftitut. Le corps-
leg flatif quii n'eft poim-: n ptuvoir corinlinant ,it
pcut done p.is ci ri-r d'a.uioritai qui n1 ferl nt point
d.ans ia .. .'.', i. ... i .
Mals o.i ilqa peut iro'que le code d-&s dtl'fis:'
et tes penes a dji 5t.A:bi un premier fubltitnt
pt6s du rribui.J, corrictionnel ; ettv raffoi n'en
eit poiwt une ce'a prouve tout au plus qule Ic
code des de itj et dCs penies content une difpo-
fltiin don't je ne blal.ncerais pas a demander le
rapport i je fa:fais parties du confeil des cinq
*cents.' .
Je conclus au'rejet de la r6folution.
-Le-confeil-notunlm-une--com:nlfilioh -pur -exa-
miner.
La i4ance eft levde.

CONSEIL DES CINQ CENTS.

Prefiaencee e Treillhrd.

siANCE DU 21 NIVOS5 .

Plefieurs adminimrations de d'partemenas 6crivent
Que les citoyens s'einpreffcnt de founrir aLl'tmprunt
foice. Elles demanident s'il Itur appaitient de plo-
noincer'fur 1is rc'amaniioqns pour fn:iia;'rc, ct fi, en
cas de refuse de paiin-nntj e.les pcuve.nt fire vendre
les meubles des reftuians.
B:ard. L'inftruction du miniftie des finances rdpond
a ces queflions, dont an refte je demand,t le renvoiau
directoire executif.
Le renvoi eli ordonne.
Dulot, par motion d'ordre, propofe un project
de rcfUoltion ayartt pour ubet la c6,6bration d'une
tdte le I~' p!uvile ,corrtfp1on.Va1,t aun i janvier I g;
( vieux flyle), jour 'aniiveiraire de la mort ,.u
dernie t ran-roi.
Penierns. J'apuierais !.a propo.)fiion du pr6opi-
nant, s'il n'exilfait pas deja une loi qui porte que
chaque annee oa celebrera I'nniverfaire de la mort
.du tyran-roi. Je penfe quil fiffit d'executer cette
loi, et qu'il 'elft pas nece(ffaire d'cn, fair une
nouvwylle.
Pons ide Verdun. Je demaride qu'il foit nomm6
tine commithoen pouw examiner 'a proprfition de
Duhot, ele s'afiurera auflf ila loi don't parole Penieies
exile.
La prgpofition d-.' Pans eft adopted les membres
ddfi, -.s pour former la' colnmiltin font, Duhot,
Penieres et Pons.
Doulect. Je rlniande que la co m'irflon des finarices
f.fle cans le plus (ouit d.-Ii t i,. p -rt lut le
doit d'enregiitemet et fur les contributions di-
rectes.
Deux membres de cette commillion annoncent
que le p nemer rapport fera f4it dcimin, et le second
ie i' ptuviofe..


nomnlle a cer tfft, f iie le rapport forr la refo-
lution rel:.ive a election fate d'un inge de paix Riemel. Dans I'um de ces deniers meffages le
par I'Jl'ibi6e plinucire du canton de'Sa nit-Ly6. directoire ex6cutif vois a announce que la malveil-
Le peitient et le fecr'taire de I femb'ee ont 6e6 lance qui s'empare de tout ihirchait a fare
':us A haute voix, centre le vo de 1Particle 21 -chnier la mefure de l'emprunt force par la len-
de lI. coftititioi, qui v-ut que res nominations fe teur des recouvremenm. 11 vous a foumis quielques
fff.itr.t au fcurtiq. Le juge do paix a 6t6 oomirn6 prCopfition que vous avez. renvoy6es i iune corn i
litivait ce mode r;nais c cte t lert'on eft rurle y mnifi,; c'eft le refiultar du travail de rtcce com-
pui;q-ie I'allemb6e n'6tait pas legalemaat c mionf- min que je 1 icns vots pr enter. Mat:, avant de
tituee, vou lire. le project de resolution, je dois vous
De plus au lieu de nommer de fuite les affef-r dire, que s'il y a de la lenteur i Paris dai le
feuis fuivant l'article 7, on renvoya cette cp- recxcuvrdment de Iemprunt force cette lenteu'r
ration I' .ff'emb'de comnmunI!e qui n'avait pa le n'a pas lieu dan. toute 1la Riubbiq.e i toutes les
pouvoir do la fire. Cette nomination eft d',nc lettrel. encore nulle aux terrmes dle.'aruic'e 19, qui dit: tion s'y bitavec la plus grande activit,
que ce qui fe fait dans une affenble primaire on Voii le project de resolution adopt par vote
conunwna!e au-delA de 'objet de fa convocation, comnii'tion. -
et coptre les forms dtermnindes par la conllitutin, At. Tout ipofe emp rc u
eit nul. Art. P oultt impot b'e a 1'emprunt force qui
La commitiion eft d'avis, en annul'ant ces nomi- "n'ura poiut acquitti, avant le 30 pre-
nations, de maintenir les actei f-its par ces offi- nwier tiers de fa quote part, pourra 6tre obbgg.
citis illegalement nommint, parce que d'un cot6 par contrainte pour, a cette 6poque, la totalir6
il fera rvs-difficile de remettre les parties dans de fa, taxe.
I'c6at oi e!les 6taient loffqu'e les jiiuges'; et pace que-de 'a'tre fi ellas n'ont de lewr taxes avant le i5 pluviofe, pourront, a
pas rtclamei contre les jugemens rcnidus, c'eft cette t.po.&]te, dtre obl'grs, par contrairte, de
qu'elles fe font; trounvds bien jug6es. payer la tot -ite de c, qpi leur reltera a payer.
III. tLes ti.ni...i,. front dhcernies par les
Le confeil approve la r6folution. adminifirations de 'p.-artcment; i ddiaut de paie-
On foumet la difcuflitn une r6folution du me-it, ving'-quatre hpur;-s apr&m lat notification, il
confeil des cirq cents, qui, ea adioi nant fit nou- fera procid6 A la vente Ides inm:bles et effects.


veaux directeurs du jury 1ces.x digi nomm6s, crde
on second fithfhtot du commdfai o


E:
Ia


Le confeil adopted ce project de r6folution.


'- twif pros le tribunal correctional du dpatte- Engerra':d. Vote ti tension eft d'etre jillts envers
elit de la Seine. tolut le mon~de. Je tenmande que les renters no
foient pas tenus de fire enregiftrer leuis coti-
Laceud. Je conbats cette derniere difpofitioi; ficats de rdfidence ;l;es droits trop confid6mrbes


ne pouvant resfuppaert.par des h ir l
cilconitancs rendent d.ji tte-m..-,eu' it, les
Cette prop fiction eft reic/i.i Ia
ded finances.lacouItniffi
Le council ordonne l'mp)i,-ll ,, et p.r :
d'Tn project de rdfolution que 5l i pee
membre fur la fixation du traitement de die
fonction:iaires publics. e rs
Gofluon. Ve ,dirirctoire excuiitif vous t ,i
'autoifiitanon d' on.,or, dan les tnifres d:il
trole s del la Rppublique, hs hangetes qi
pa alhnt avanta eux, juPs le ,gppott de ic'oit
et de la comnmodid dq fo/4ts. La commiflion,, harle
p.4, voLis d'ex.iner foi !in. ... sft I ir
des devoiis ltitruels que le corps' ldgiflaif et le
directoite one a reinrlir envters les no-ibre1fe
armdees qi- las ril;ueurs de ia faifon, ni les fcis
gues ,, uit j-msis arr!es d(ans leurs mrh
v ctoieife., I soc upcr fans colie de leur, bafoins
c 'etbianti mertei de ia r'at ic. L fIi',,,_ I fl
'-fc-e aux eiiferentes armes a t lacceiv.mel.
r6gll par d6cret i la Convention nationa'e
euniflAit tous les pouvoirs, a did neceflai fint
s occuper de tow. !es objets r6gL:memtaires, aieit.
dIhd que la c'onftitution eft en activi6 "cl'-,,e
citoyea, tel!e function qu il i a ;..i,, el
lou.i a ti une hiraichie de pouvoirs d,0ti de'.
pendent abfroumetit iirhtrt deli'Ftat, Ls mint'
de la R6pubibque ia :i ,I inridiate
appatti-nt ar '.,; i1 ..i ; c -' di d drectoire exct.
tifque doivent eumaner taus .'. reg.~meniu cli f'.i
'e&ecutioni punctuaelleet -piofiipte de la lui. ,....
On ne vous propof pas ici Citoy.0-s reprCfeu
tamn. de ie.i changer au fond de couletir dellubit
u:ifrrme de- ch.!que corps ouilde' dhaqui giJe d'
nlii.nive ; les ,"'! i i. n''eb; ndonneront 1.111; i
'aiu:., s mai.:' le fain itdr.;ff;,-,t de r.-glr i'uii.
for.cs. des dffcrerntes ailmes S ii s'a,- iclement de
.favoir fi, e3 raifon des cr-coi:taces er. :iron
de la penutie d'ouvriers, et do tell ou t-lc me- '
Jiere un boutonb!anc par example A poutrr
6trePfibftitu6 dans tel on tel corps a un boutqn
none ; une botte a fi'cuvere i nrie bone simple;
fi tin bord6 en or, tii:e brodelie un panache,
iune ganfe, ie cni:. ir-, tin !uban de queue,
ferint plus ou moins logs ,' plus on in mo)s
large.
Si. lapa.e de l'habit et L: Il isc fr..:nt u _i
no fuppii s; fi 'elou tel niodelede caique,
de bonnet de police fera adopt de prdference,
et fi le direetoire exdcutif devra recousir ait corps
16giflatif pour ces derails.
La coimmillion, qui s'eft concertte avec Ranier,
Pmembre de la co nmiilion des finances; ne doil
pas vous ti,e qun chaque habit d'uniformi na-
tional conform au iodele qui lui a 6t6 mis fous
les yeux, cofirera 4.o foes de moies en argent.
Le foldat,en terns die goirre, ufs ccr.fidtable-
ment; jugez fi cet objet doit fixer vos regards,'
puifqu'il eft vrai deidire qu'il fe f.aonae par annde
pour. la troupe, environ treize cents mille habits. -
Vous voyez, repr6fetitans, qu'il s'agit d'affurer.
a't t,6for national une 6co.omie annuelle de plus
de dcux rnil;ions, valeur m6tallique. On dit qua
le d tfeiurde-IL P.mit e f-r -niolns ge..e diins In
6quipement, et que fan habillemc:n fera de plus
de dur,;.
-Urh-objet noimo inbih-siiprtanit Li prendre ea
prompted co'fiaJration, c'eft le v*i:ement de 'in
me: fi: d'emplovs la la fuite des armnes derterr
et de mer ; les fois reciament galen l ent uris ni-
formes ; mais ius font par top difpendieux, et
ccmmient ponurez-vous y iii,.- i:n. .e d'aprisIa
raret4 et la chertr exceffives des dtctfes et des
teintures bleues. La bone tenue de l.< troupe
de Ii-,ne veit qu'on lui r6ferve cette reffource. A
'eg; d ide ces einploy6s, que le genre Je service
n'afluiettit pas a 'extreme proprete qui doit r- ,
ceflaircumnt re gner dats les rangs, la Nation troum
vera encore ici une 6conrnmie confid.rable, ii vous'
donnez au directoire executif 'a farilte6de faire
mettre en oeuvre des .6tofls fol'ilesdes fabilqles
frai s,.ifs pour leurs uniformes, en prefctiv:.nu qc'
les trois couieurs iationales y front bien ppi-
I rentes. ,
1. La commiCoen a penf6 Cit. .v'en, que ce ferit
entraver la ma chq du divectoite executif, t(elle"I
armeis et la vc6re, fi pour chaque detail rearte. -
rant de frerer d'armes i fallait flliciter et obteni
u,:e loi. Elle a pentf enfin quoe 16conomie d des(16
nieis ptLbics et de votre terns, la conimodits d i
fo.dart, l'encourag -menltde nos fhriqutes, et frit
tour chofe la refponabiliz6 di g,utivern"qt,
militaienr en -faveur du project de rrolhition quo
j vousll prlfente ea fun 1noi0.
Voici cce projet.
Qaelques ,vo:x. L'ajourntement.
Racl.-J prie le confeil observerr, quo
les retfotims que veut fire le gou.vernew.i t.
ne t unt nt e &conomie de 40 fuIs ,pa.t nat,u
.4 millions en total, le toot en n iraure vemn
la couleur bleue de' ltoifortne elt exce
there, et que d'ailleurs abfoibant Ies raYO'j dti
foleil, le foldat t plus incoinmo de Ia ch
leur ; que cette dhrnlera rairon forcera, pblh c
Sla paix, de fire lo fond des habits en b


I









'al.or toujours les tr.- i ceu,'s cihies I
ei? dai's I. Ic tunrii t t,, pared, chcgement
S -it ie fare sans da:gar. Je vote pour
da d p o jet p 1fe d.
e o, il a-iopte le project de rdfolution en
,13 ll i c sh : -
-r Le dircctlie extcutiif eft atutorife a
Air cuj-s u, ,ifsorme5 t et Iq-,pemens des t.,i>Ipe6.
lreT .p lie le. targeune:ss qni liI parai-
rer -tgeix, f us ie apiport t. ac C i 3 olluie
t ient. ava-t h! fh. dt. f dat. -
j! l ne ,ceut riern chlnger akt fond, des cou-
lirs de- uniformes. II fera te-n de fire en forte
qeas tcolers nuationales if-ient toujours diiihicte:


Le I,.ppoiteuti de la loi fir .ies emigr6s prdfente
qielquS artic les additionines a cette loi.
plufie'is nie nbre propofent d'autres dipofitions
ii arn, .clques &bats, fbnt c uitres, par la
,(;ion PrsaIab'e.
Les articles prdfentis par le rapporteur font
ail'ice.
La fanreefl levee.

CONSEIL DES ANCIENS.

I( ANCE LU V 21 NI V 0 S E.

[I pril:eint ahnonce u'il, vient de recevoir
duiti ul'uI-'t n du confeil (sS cinc.ccnits.
Ll preiridre port, qut'il fena gi' a dia irfifioi
u 'minillie de la'police gendrale, 11n million vaeuar
r, rkt.1. quc'. v '
I.e co0rkil, apia' .'avoir recorinu Pwgence ap-
ove la irolihion.
Li fkeconde qui met a la difpofitioa du minifire
.l'intiri-ar un fecours de cinq millions, eit egate-
r eis approuivde.
S l'u.' Citoyens Idgiflateurs, votre coinmiffion
,'!e de vouts presintnr un rapport fur la refi-
ltion di i con(fel des rq- certs, ( d. 19 iiv6f,- )
'hijiu 4L.x hy'po'h:q.ies, na pas eu befoin d'un
l, ing Lii,ilii Ipunr tt coniv:in,:re tielle :a .l'_ca-l
i f,,t .x ipn!ipes et qu- vols:ne pouviez vous
dilpriier A'ea ,.il.iper. les difpolitionr.
lorliltw It lgfll'teur socctupe dans le filence a
6diter a loifir les interdts de fes commettans j
lor0fqe craignant de laifler dans la loi par trop
de prec;ii;ation ott quelqu'erreur oil quel-
qu'.y,.li bsjit i ltonntle moirsdre inconvenient hfrait
C're tlurc- tie fe iivrar de nouveau a tin travail
Frrible ,l fai dans cet intervdle qoe les af--ires
wtdinkiiis W'ptoiovent pas une ftflpenfion fah.heAfe
on itLlhibl ; flue les cit,-yelis puiflent troniver la
,.ur t dans levr commerce ou dnas leurs erg;age-
e r ipros iP q', c s.
TJslit les iro: ifs relpectables qui ont determine
fd;itflItiirin do'E il s'agit.
Lt lei diiu i,'2 .imaire dernier a prorogr juf-
Cala I" .cji inl precciihai'la h umife en acuvitd
Snouyveasu regime hypcothmcranir. L'intetva'ie de
iums qii iit 's ecou ir jufqi:' i cette fpoi] lie ,
Siidrair en ftu'rens' les-acquerei4r, de bien. f .nds
taif tos'te 'a Republicue et ics priveraic da ade
f'itiicron que eoil' un proprimtaire ia purger fonl
bi6 de t.,ute Itypvtheque.
J.i ncie qAi vuws efl propotele obvie a cet
itOnverrit. (,ls eiibir;-'i- r hia march du notl-cau
IF r >,1,i diir s.'etabbir, et auquel elle fesb le
RITL piOpati. s I,.s voices. .
,'i p.ll': I re tous les reg";fres, acte; et papers
lltalixhypoth:'ques al tribunal civil tinjiqse
ttl dansl hque department, facility toutes les
;'liiosil polfervateur, lequel d'ai;leur.< par
irldle; II et Ilk, fe trouve jufipt'A i'ertaifle-
,e(iitditeuvem tregime, leq eme que cclai qui
enerie,it ies fontctions ati chef-lieu.
L, et articles V et VI prvoient le cas otu les
ttr ts.d' tcqiifitlon aura:ent &t alffichs pendant
VClqe :m. at tribuflaTdu diftict, tet defendenr
"Mmtl1ne tms ret de proroger les deux mois que
.1 i &'el-rit, et de grever les citoyens pour mnn
SunPi.lon .i la2qul ils ,or.t plrcdeiomeot fatis-
E ". I ,I nide VII coofacre lis forms an-
nM1RE de raunhclti.n jufe6u'au nouvcast r-gime
to lire,pin les deparcehAens dans lefquels
tUes de ratification tf avaient pas t6 eta-
'.'0 tes obfervationas, vote conPifflion eft
S'qtis Vous adoptieZ la r6foltilton. '
rf'hllttl,n eii approuvee.
-, c feil s'jourie a demain.

CONSE L DES CINQ CENTS.

iA NCR DU aa NI v os 8 E.


.e deinande q'ue a confeil pvenane en
it r-'irai (deux objets qui, sils ne paraiffent
S as at premier 'coup7d'oeil & tu6driternt
' t on" attention., e dii.iuao quo denu


117
cor.'nif~o;:s de tA- 1 m-i1'ees f ikrn. nominees
que la. pre)mi-e ,x.i ois.- fi ia ol du tI vc:dd--
uiire qui accord aux ct'ni.p5 es qo -i ul'l L- .. t., a cetl.e pruie, dex n ,io' e-. leur t,;i-
ten eni, dotir ue ., !:, A_,'. s:.x np ov-.( aui vont
fe trouver !a.-, p.!cc ; et al lieu ic:ts pay i' deux
nots gratiutement., on re pou.rr:i, p)zs, par exem"ple,
los fair., travailer pc:-d.:nt ce teiis.
La fecotrd miu,,li' .r* qie je propfrl d',tabir
auralt pour objet. dexuinuer quIls figes tarac-
triftoiques devra po ter le fce:au de I'Etat: il n'y7
en a poi;:t encore de determine.
La double proposition de Ramel eft adcpt6e.
Le prjfident. Des victims de la plus noire tra-
hifop les comupagnons d'iti. 1t: et de cantivir,
de inos coligue-, vont paritre A la barre. I!s
ti'ennetiendront point le lon(IIil ; nos colleagues
front connai.re d.-is lenrs rapport ce que cos
gerenux citovens ortL fit-pour -a-libel ~-, ce
quTris o;,t 'cuff, it,. pour elde. Je preds les or(dres
du confriil 'ponr donnrer (-ilui de les i;:tr, dire ;
ie n'ai pas b .loin de rap';.clc aux f.ectaltens ql-.
queil que foi lo feicrtiment q'i JeS entrl.e, q.el
Sqa b im qu'ils reflentient d'ciprimer une alLi-
grcilfe que nous reflfetoi.s toits, le< fines 0'ap-
probation fort interdits par la c' .,livu:i n. ( Un
prufond fitnce rgne' dans le conelil. )
Le prcfidlent done aux h'hifiers V'ordre d'istro-
duire le gkn.iral, ex-ninifire e e la guerre: B ,r-
rnonville paair ; Jes arrbafladcuts Maret et S)"ron-
vile, d,'ux aides, de uirip di general et nue lui .e
.flf.z norumbt-ee 'ol;t isir.'du, s ; is c Ilac.-Pt fur
d's fi g .s prd'w;&1 'our es reCcvoir. Dr-iue paraI t
dans l. file, et psind pace p;ri rfes co.l-gues,
Le rfidint. Vic inte d'".e i.fame tiahifon ,
er;fi,. apies le p!tus l-tig e-t 'e utis ciue de&s orai-
gas, vous refpiez fitI Je fol d'uue R1publique ,
non pas d'une Rti-pubhliqut limp nenit decre-ie ,
mais d'une RPpub ique 6dab.ic et aflife fur des fon-
demens iiibrrnl;b!es.
Les fers, les indignes fers don't vos maihs fa-
rent charges, ont &raf6 la tyrannie i!s ont ex-
citd des trarfpo.-rts jufqu'alors inouis dans 1'hif-
toire ds Natio:is.
Nous combatt;ons auparava'it po'r notre li-
bert6 i ;noms avomn! demits conJattpour-la--aufe
-de--l'TiRaiji estie;e ; et des prodigies de tou;te
e:pece ont f.itiexpier d nos ennemis vos fouffran-
c-s par de loi;gs et iinomubrables revers.
Qh'ils les expient encore, en voyint vos nonis
infcrits parmi ceux des premiers fondaceurs de la
liberty ftar.aifce If'icnergie qui 'a conq'.:ife nous
en garantit la dur2.e et cetle R apubliquie eft v6-
ritablenment imp&rifflible datrs iaquci!e vous voyez
la 'loi exprefialn de la voloant4 g-6r dle, s'e'evcr
au-deffus de totes les volontis er de touts les
FaPions particulieres.
Ce fiierie mmene, ce filece prof-ond que gar-
dent autour de vous des fre es qtui brent de \vou.
ferrer dans leurs b-as et oui co miinnent avec
tant de.peine l fcetimuiit done ils font p eins ; ce
filence dis je vous annonI e le C te lecr iivi-
-1.hi 'e J r iP: u', .i 'o tLr laloi ; er tout voum
Mtcfte ic; que leJnaftr& ded i anarchi., expire a ec
celul d'uJ.er o in o -' i-.
Ill-ncus -rAte-pr-TdAit encore un vengeance
e)e" cer; 14i; if' -s M's eWti t; pour cicatrif"r des
Plaies lust-: ftneilcs t.t :,[1 I. i:- ur:.-n.rI irf4'pa--
rabe s d'une a-i voc~ t ion. El-Von s [agrltUl -
ture, c:'f;erc', s a 'ts A ce deg':6 d'eclat
; inco.inu f "r nii f l le ave.
QO.'e le f"emCicle, io otrencorcorde, denosvertis,
-de n gcire d toit i b 'ss. Voil" l_ vergtaitce re.p(blicaine,
a iver'flat.ce dot r, ou di.Vdwsi L't xniple a i'Univers,
Le co.ifii vous in\i "a fa-' a ace.
Le pr4Qid.-:t. La parole eft a Cnirmz. ( La famille de
ce dpu:c.e efl daini u tii.une publque.)
u C4Ius p'>rono!.ce !e rapport qu'il avait annonce
concernaic a 1captivite et celle de fes trois co'-
lidgues.
I 11 s'at-'e aprs la premiere partie et deuar.de
ti) nouveau ueiai pour prilLntcrr la fitue de cc
rapport.
Le dlai eft fixed jufqu'au 26.
De totes parts on r6clame l'imprefflon du rap.
polt.
| Ch.ql. Je detnande l'imrrflion, l ditribition at
nooibnl ide fix exemplaires. et la traduction dan


toutes les langues.
Cette p~iopofition eft ad>ppte.
(Nowt, f.rons connaitie ce rapport des qu'ill aura
ec. iniprimn.)
Droiet obtient la parole pour domain afin
de prefenter 'le rapport paiticulier de fa cap-
tivite. : '
On deimande que k s citoyens qui .ont partagl
le foit des quatre repr6erntins du Pevple livrd
a F'ernemi, rtcoiyven l'accolade fr..ternidle di
prifident.
Cette, proposition eft adopted.


L'ex-nnifire, les deox amnbamifieurs et leur
f'i:e mo,.tent au bureau da pielidt-nt, et rre-ti-
vent l'ac>,olale.
Les fpectateurs et quelques tneniires de P1Affeai-
blee lAItIent echapperdes.appltidittlknens. -


11


Le president conmnande le fi'ence, aux terms do
Ii coiflitution.
Dahot. Vous avwz hier charge une counm:fliot
d'exnisler, s'il 0 exiliit iun loi ('i ordonat la
;.-'i n annri:.el:e de 1'bpoque memorable du zi
j.i,vler 1793-
Ctte commiflio a vu que le decret du iS flo-
rral fur les fices decadairzs en avait pole le prim
.cipe; mais clie a vu' auffi- que Pan pafle, une loi
nouvelle avait rappele la premiere, afin furement
quo les autorit6s conftitudes Iayant prdfe':te a la
-nmoire, ne perd fl'.nt point de vie qu'elle avait
fi fagement ordonn6,
DWns ces ciicoo:ances ot' le gluvetnement ne
f-it que nasitre ol ,fon bitceau eft entoure d'en-
:cm:s, nous avoas cru qu'il n'Ctait pa.s imntik de
rappe-ler egaltment cette annde ain P.u'ple Fra' is
eir cment de cete dpoqe ce cbre, :fii a re-
vei ler lapathie de cert-ins citoyens de fii-tenir
i'tnergie dc beaucoup d'autres,-de detr-uie encore
tune fois les chi ririques efpr-ances des vils parti-
fa.ti: de la royatie.
Nous avons cru auffi, qu'il trait infiniment imn-
pirratat, dans ce;te joturn6e aiigulfa que le corps
legiflatif !ui meme montrat fomieent dans fon en.
cein e fa aiie pour la tyrannie, etfon amiour pour
Ia liberty.
Ce n'eft point que la tyratnie ?it ici in feul
ami, ce n'tft point qud l4 i;b-r ..it iLi un iutl
en:e:ni ; mits coimme 1 0'cion p 'iq:ie i'e c' nm-
pofetoujdurs de Ilcpii s.n des 'ghla erts ct cue,
lorfvu'il y a p.11m1 e'1 x tinite d'cp hi l3 i tl y eln
a b:ant6t aulit qun ue It:ule pariti lI Peiple, il *itousf
a fembtL qu'il etait politiq'mA- d~e fe pro;'o;cer for-
tement pur cette unsit6, atin de eno point voir ie
corps social dechi-e par d'. utre, principes incohid-

des chores.
Oui, repr6fentans prononqons-noun pour la
liber t, pronovons-nous -)our ia PR,iub!iqu et '
tots les Francai,. voudront ieftr' libke' w ulont
--refter-rbptlTcains-Its n auro t ators, :.(; mie ljos,
pour veritables ennenis qtie les royaitfc, et le:o T
anarchifles; ils fe raliieront de plus en pius 14
l'arche fainte de la coinfitution, par teux accept- e
comnme le g:ge le p'i; facr6 de leur bonheur',
et bientot isl ne fo0smertllt plus entrie eux qu'nga
People de freres d,,nt l'union indib:anlable aliurera 'a
jamais la profpnrit6 la pl(,s parfaite.
Voicl le project de rdiblutiot que je vous prif--ntte
an niom de votre conmmillion.
Leconfeil descinq centsconfijranitquiele preumiei
bafilin d'un Peuple libre eft ie celebrer 1'epoque oil
il s'tftafftanchi de la tyranvie *
Declare qu'il y a uigence.
Le conriij, aprbs avoir ddclard 1'urgence, a pris ',',
Itl ietifol.otiquLlhit-: --'
Ast. P. Le i" pl iviofe pro.hIin, jour corref-
por daIt att 21 jA. vif r, I _JiiE tin,.- ,.!acutif fera--
c-dl1 brer, p ,' tzic uTs e communes de la Rpubliimue. "
et par les armis-s de to-ric et de min., i'aio.vert'ire
de la juft pupii-on dI i dernier i d(ies F. a.r,)'iq '
conforidment ia l'aruide VI de la loi du iS floral,
an 3'C.
11. Ce jour, a midi precik, le pritident de
chique con'-ii du corps ulgifl.itif pre"onccra un
difcours relttif i cette e) 1que in:morabl ? t,
reccvra le feinm nt des reprt~flitans du Peupie qui
ri .ultanimeunr jureron. haine a ia roytcute...
III. LA proiente rfiolution fira imprimne.-'EIt
fera. portde par un minffagea 3Etat au conleld des
ali'enris.
lHardy. J'ai remarqtui dans le project qm'il eft dic
que 'e ferment fera pt4te fiilt5 em-nt : i. fuis tine
aitre proposition et je demand ie q(le l fIrmernt de
h ine A !a royaut6 foit pr&i( individuailcmient par
chaque mernbre du corps leg-flatif.
Plaficurs voix. Appnuy f appuyc I
L'amienaement et mis aux voax et adopt.
horne. Je dern-de auffi que ochaque membre
prfte individuellerment femment de fiddlite a conti-
tation de 179f.
Cette proposition eft vivement appFuy6e.
T'.-i'idlaeau. Je feas comblen il v a de def.tveur A
venir pair A la tribune centre la proposiion de
renouvelle~, un ferment d.6fi d'ite A la Ripubliqine t
A la conftiRution, (c'eflla mn&ns chore.) Cepuudr.s-
Snous avos eu tant d'e.e:;nples ,de l'itilite de
fenrneri ptreils queo nous avotis it' recont altre
copybien il eft d6riltfire de pt'cer des h.inmnfs entro
letur conf,:ience oet des fi;r[, s (( t';i. ur.. Ce n'eft
point une loi qelo pent j'lre j'rononcer des fermetr o
de fidelity. Les repubri ains ddfendront la Repu-',
blique et la conflitutsin que le People a accepted
fans preter ferment do leu'rI:r. fide.es. Rien ftlog
u moi ne ferait inconvenait, rien on ferait contraira
A fa flabi'it du gouvermement .emO:- uru r-l!f
profefliua do foi. Jurer do m inateini I '") -i .b'iq,


1
s





/


f-enb'-rait 4eyv-r 1e doe (e <'e t exilence ; et
l"' '_ f:i .oit-on ;ioitc auix Cetins d'uin honiiiit
qu'un; lAi ob'ige de j.aoindre le lien ai ctlui cde
.I-liTmbldec doret il eft imemnbre ? Je vote centre
touite piopofition tendante i renouveler des fer-
niuns inuilei. Je vote pour que le pr6fident do
(ihaque conl.il expriame datrs un difcours analogue
Iet. f'rti>mins reputblicains don't tous fes cp011gues
fwut ainirtis.
La proposition de Thibaud .a eft 'ivement ap-
piuyee, et on deimande 'ordro da jour fur le project
de resolution.
Du/ois Dubay. Je demand I'ordre du jour,
imrotivd fur ce queo le gouveriateiut conflitutionnel
eit repub:icain.


469

Si;':iAe fetm-:t pour le recou'vreement de 1'emprunt;
Snolus ie dievon autorifer des melfires It vers
qu'apfi6 avoir Rms a l'abri de la loi le citoyen qui
.bit daus limpuiflatice d' cquitter fa tae.
J'ai vu fuir les murs de Paris un arrt4 qui m'a,
paru tris-6trange: cot arnt6 porte qOon ne ft'-
luera qiu fit les r~clamations accompagn&es de la
quittance duii premier tiers. Je n'ai riet vu de paredi
dants la lCi.
Je demand s'i nie feraplus aucun moyen pour
le nialheureux qu'une erregr a fait'comprendre
dans une cafle q6i excede fes facultes. Ira-t-on
vendre fes dbpuilles parce qu'il a d6t inj.tflemeint
tax- ? ( Murmures.)
Je trois que Fimportance de ces' observations
''ceffite la formation d'une commitlion pour i'exa-
m d l. 1. r.i in oOl t ioys r alleOfa.ntie t


N. B. Dins la f'iace du 6,u :.
mq cent3, Lamarqt L, jl "rleil dis
fr:t le rapport de leur (..pi.i *. tr o(tlt
Sur la propoeidon" de Jean DbI t
divetfes parties du rapport feron .toutes t
prinmoes dans toutes los langues. ntes itn.


G R A V U K gS.
Nouveaux cojfames des autorit con:itu s ,,
le 3 brumate 4 anne, dei ne fr les Ai l,
on d'aps tin niembre ie chaque asuto:
par Garney graves par Alix et ^ iolori6ave'
Con, en dix planches grand injf-.o "en a
cofimtes fuivans. tenant 1i


Hardy. Je te fais je l'avot'e comment un 'envoi d'un melfage an director ex&cutifpour lui Membre d co, e cents
protjet tel que cehu qui vous eft, prfent6, peut demander connaillince.des mefureos prices pour la u ei, re exudes cin -cent ds an,, e,&
torfftir de difficult, oet pourquoi o ne vent pas r6partition de T'mprunt, et -our donner aux conc huillier, haute-cour. dme i.ies, n ger de tatd
que nous dcouvnrins s'il eft quelqu'un dans notre t.ibuables Iks moyns de fire con-aitre la juffie e c ttibinal de
-sin qui regrettea royat.. a j leurs rlamati6n. drctre ccutfo
N.... On ne e dcouvrira pas air.fi. ette propofiti.n a -uy-eft mife aux voix. d4cret far ces coftumes qui pent fe avi c,
Hardy. Les Penples anciens avaient cette cou- Trois 6preuvbs font do reues. tion aix figures.
tunen, tt i's s't:.-:taient mutuallement dans cette "(acu' ::e ces planches peut 5'encadreret
haina pour Ja tyrannie qui lent a fait faiit tant RffPe Dans le doute ila commimion ng doit pas fire tableau. Piix 6oo00 liv.
de prodiges en renouveliant fouvent, et d'un &re nomaide. I y en a queiques exeirplires fur paper velin
m.a;vemeiit unanimne, te ferment d'&tre Rdpu- Gauaier de LAin. C'eft abominable de demander p retIiere- preuves. Prx a Pans oo liv.
licins. urie corimiffion pour tine pareile imatiere. On c aura tute pu multiplier les plasches de cett
Une foule de membres s'crint : Aux voix le Olivier Gerentec. Je demand qu'on rappel!e a graver es uges depd x, offers muaiiax, &.iq
project. l'ordre ceux qui trouvent abominable qu'oa veui;ie nuis commit des costumes n9 font remarqua nW
DVfermont. Dans l'AffnmblIhe contitiuante, et da.s examiner une pareidie rdfo'ution. que; par une marque distinctive', co(mme n cachet
le ;cment oif les circonftances les plus diffic-ies Latomnbe-Saint-Michel. Je demand la liberty des ti" Licean, un coilt ce que lon peunt toitparI(
menicna.eot la libeir6 iiftante, on fit preter fou- opiniais pour tout le nondde. dcer, lon croit ceta collection tis-.omnetc.
vent des fermen? de i- lit6. Eh bien on vit !es. nd Llant rien a dieicerj '
p:mi:ers A !a tr'buie ceux dout le cok.r dUmen- Lccouteulx. Quoiq'-e je croie qu'en gen6ra! ce foit A Paris, chez D6tcrvilie,libraire, rue duiatoir,
saic la b',uche ; tous ceux qui avaient conu un un u bonnernelure ae non.mner une camritiifion pour no 16.
p as de trAhifon, venaient dir avec ceux qui examiner les rdfointions qui nous font propofees1 O .n gararit l.esJpix ci-deflus jufqn u n3 pin.
pronie.aiet d'acre fidelles A la Nation : Oni, I je my refuse aujourdhui .pr6cif6menirt caue es vore et en envoyant 5o liv. de plus, on il
le jure. motifs qui ontdr donnis pout lademander. recevra franc de port dans les dpartemens.
Citoyens, ce n'eft point 11 un moyen de bieti 3Jo convies qu'ii y a eu de 'irrigularit4 dansles Ctt ouvrage a t_ p r.-nto, le 2 'nivQfe.,iu
dirig.r, de ranimerl'efpric public; I'enzhoufi.ifie taxes; le directoire Pa fi biei fenti qu'il,a auto- confil d&s cinq cents, qui pn.a ordonn6 IOd 4
ne tu commniide pas a jour iadiqti6, i here lixe. rif6 le d6partemenht a.ifatuer fur les reclamations aux archives ie la R6publique.
Hardy nous a cirt les Peupleg anciens ; mais qui feraient faites. II1 a derog4 en cola i 'utago _______ .
qu'acrniv:it-i, fn efflt parmi ces Peuples ? Un dain- ordinaire qui ne permit pas a l'autorit6 qui a fairt
gerprefitnc menzaiit leur libert6,iis fe runiffaient la taxe de la idfoimeri mais il a confidere que
ot j-raieu t, parl un movement unanime de c'tait ici nn emprunt et non un impbt il a criu 'c oR s D B s CHANGS 1.
m_!LrirpuArla_difendr-.$ommies-nous-'dans -de- :-fl.ie cpendnt-qu.on n firdroit aux :-
tc!les circonitances? Si le danger fe mont -e, noaus nations qu'autant que le premier tiers aurait et6 Paris, le 16 nivtfe.
j'tflfi'.-rons par nos actions que nous n'avons'p.is payd ; fans cela tous los couttibuables auraient fuf-
oublie nos prmiers fermeras. J'appuie la propofiuon penduleurs paicmens, en attendant qu'on et flattu6 Le lou.s d'or. floo yzio. (iit1,
de Thibaudeau. fur leurs rdelamations, ce qui aurait eflentieilerftent Le -!kis bianc .. .. l.. oo f liv.
Talot. Le ferment qu'on vous prpofe de re- Icompromis le service public. L'or fia .. . .
aouvelor l jour de Ianniverfaired o la mort d'urn Qu'on ne dife pai que par cette difpfition, ls lingot d'argt......
tyan, ielt une idde grade, faith e pour rehiuffr citovent fiurtax6s 4prouvetont une l6fio, confide' e- s i fcrptions commenceronti'jouirle l".g.t.
a, ub. One di~t q ga de vfit us rehuier rable car Ierreuar ne fera jamais de pius des dcux tuinal an 4. ..
de'pritjyublic. On a dit que d s div:fi ,ns etaiit -an ..a.n. .. ....
d .ja iblies dans le cops l g flarif; eh bien! c'e ttiers de'la taxe, et coinme ,,n prononcera fur la r6- Don auporteur.......... ,.
ita .r o do no denier r qu nous re. caamation avant te paiemet Au second tiers, ii s'en- Amfterd:m. ................. .
r,,'s d'^tre unis et de mourir avant quil ait un fruit q( on approchera, auitantque poffible de la Ham.'.ug . 7,,
fuccdLf.1Vr. I! fera beau de voir les d6gilhteurs de cote la plus jule. Mad id ... . ... .
l'm .ire don:nir cet exemple, et cette impalfion Pluficurs membres. Aux voix a rmfolution. . .
rt.pb'icaitn. Jappuie le piojet de rtfol.ition. J deanda p po n m L\| n-s. .. .. .. .
Lanjuinais. Je demand la par;oie pour tn mot. Livourna. a . .
I.e projt e refouon (t0 adoptcf uwanimnr.ienine niin.
ave I 1 ..ati ene.it de- lHuidy.- t A ,.x vo1.x i6 etentl; ;. nes m ,,b -- ..... .- '
La fiance.eft levie. Lanjuinais monteoa la tribune. Mirlot et Bon- PRIX M iIVESS MARICHANDists.
Sneffeurdemandent de plus-fort que la refolution-foit-
CCONSEIL DES ANCIENS. mile attx vol' Caf. .. 9o liv.
Lanjuinais. Ce n'efl que pour un mo't. Ce.qtue Sticre de Harmbourg. *.. *


Si ANCE DU 12 NI V S E.


On fait lecture d'une rdfolution qui porte., que
"le; otiftbles l1'emprunt 'frid6 q(u n'aurornt pas
p ayI le pienier tiers le 30 niv6fe, on le second
Si pluvi6:e, front contrairts pour 1e tout, par
la f.lfie et la vente de letrs miubles dans les 2,
heures du dhtaut de paiemset.
Le confeil reconnait l'urgence:
Larond-Ladebat. Le caractefre effentiel des lois
d'un PN.ple libre, c'tft la juflice.
Les lots qui violent la juffice ne peuvent Jtre
obfervees que par des efclaves.
-'ouloir contraindre des. citoyens payer ce
qu'ils n'ont p.is, c'et fan's doute tine injoflice.
La ioi fur l'emprunt forc6 ddterminait la peine
qu'6prouveraiert los contrbuables en retard.
Aulo'ird'hui on vous propofe 'de contraindre les*
contribu-.bles epn retard ,des deux premiers tiers,
pour la totalit6 de leur taxo, et d'ordonner la faifie
dans les 24 heutes.
.Auunide nous n'ignore I'atbitraire des taxes qui
out et6 faites. Aucun dtie uous n'ignore que piu-
fieus citoyetis ont 6t6 tax6s pour des fomires qui
cxcedent la tota'it4 do leur poptiete.
Les befons do 1 Etat exigenst fans doute tine


je veux dire, tend a endre la revolution md'-.
ieure fi elle eft adoptee. Je remarque quie li
demniere ditpoi:.ion mdont vient de parlor Lecou-
teulx, n'et pdint dans la rIfo.lution,; e la pour-
rait etre prop.le par addition. Je fais cette r6-
rexion afia que le confeil des cinq cents en
nous la propofant, donne au moins au mnalheureux
fi~tax6 r1efpoir confolant qu'il ne fera pas entibre-
mniet 4upouilU6 du product de fes fueurs.
Aux voix la refolutio, s'6crie-t on de nou-
veae.
La rifolution eft approuv&e.
Le confeil en approve une autre, qui autorife
le directoire a fire dans les uniforms oet 6qui-
pemens des troupes ide la R4publijue, les change-
I ens qui luI paraitront avantageux fos les .rap-
[pots de l'conomnie et de ia commodity du
foidat.

Lanmagnac, au nom d'une corimiffion, fait un
rapport fur une',r6folation portant qu'il fera, pour
fix mois feutement ajout6 huit directeurs du
jury d'accufarion p Its le tribunal ctimirieldu du d-
pattement de Ia Seine, et propofe au confeil d'ap-
prouver cette refolition.
I ( La fuiie domain. )


Sucre d'Ot4ans. ..... 1. ,
Savon de MIlarfeill!e. .. I
Chandelle. .. . *


Paierme; t de la trefioe4e n tinodalt

Le palement dos parties de renters visgere On
l'ann e chueon u germi al an ar le
rtes ou avec