(Herrmann Co. Public Debt fraud case, 1) La consolidation, 16p, Port-au-Prince, 1904

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
(Herrmann Co. Public Debt fraud case, 1) La consolidation, 16p, Port-au-Prince, 1904
Physical Description:
Mixed Material

Notes

General Note:
3-jud-1904-

Record Information

Source Institution:
Library of Congress Law
Holding Location:
Library of Congress Law
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
LLMC31096
System ID:
AA00000812:00001


This item is only available as the following downloads:


Full Text





















This copy of a rare volume in its collections,
digitized on-site under the
LLMC Extern-Scanner Program,
is made available courtesy of the

Library of Congress













LA CONSOLIDATION


PORT-AU-PRINCE
F. SMITH, 155, Rue des Fronts-Forls.

1904












.. .o
' i i t ,,...;, l c 5 ;.. ^
i j- "^" .,!*;k y .' ^ "
V,"^ ^ ,'1'1' '
jL :f, t^,.^ ,












CONSIDERATIONS


SU R

LA CONSOLIDATION





La Chambre du Conseil de l'lns'ruction cri-
mitelle ne conside ie come line emission
flaud(ulcusc que les bons 12 o/o et les obliga-
lions de la delle inltrieure coiiverlie, litres bleus
imnis pour payer :
1o Les Commissions dues a la Banque ; 2
*les frais gdneralement quelconques de la Con-
solidalion- g6nirale de la delle flollanle ; 3 o
les gralificalions pom les heures supplemnen-
laires de travail ; 4 le courNage ; 5 o la rimui
neration de ceux qui se sont entremis pour la
reussile de I operation ; el la Chambre du Con-
seil s'apl)uie )our incriminer ces emissions sur
les fails suivants :
1 0 Que les bons et les obligations emis en
verlu des deux leltres de Faine du 28 Avril et
14 Janvier, sont enliches a l'origine d'un dWlit
par ce qu'on in'avait pas prevu dans la Conven-
lion du 26 Janvier 1900, ni dans la loi de sanc-
tion du 26 Avril, le paiement de ces frais et
commissions, que, partant, les emissions failed
pour ce paiement, 1'ont 616 en dehors de tout
texle legal.







-2-


2o Que Ia Banque exiclila les detx ordres
de Failne sans objection el surlout dans Ie se-
crel Ie plus abIsolu.
3o Que les Commissions pri-levtes en exeCu-
lion de ces ordres C'ontI e16 Sir des ciltres imna-
ginaires volontairemelln exagers.
4o Que bonne parlie des l)ons el des obliga-
lions 6mis en pCiemeni de cos commissions et
el des isfris iils poir la Consolidalionl se retlron-
ve entre Ics mains depersoiinnes quii iv availent
plas droil.
Examinons si ancinn de ces fails rolevs eni
les siippoa;iili exacts pCeulconsliltn r i di lit on
tiln crime.



L'absence d'nn lexle cdgal, nil orisaiil 1'iis-
sion des lilres de 'Ell n p)iemenl l d'lille som-
me 1tgilimemenl dtue peul-elle consliluer iili
deli il on un crime ?
La Banque a-I-elle onii on non, fail les friis
de la Consolidalion ginerale ? L'Elal (jq i I'avail
aiiorisee i t'aire ces frais iti en devail-il Ie
reml io)'uisement ? Lui devail-on on)i oni non
linle comilmission extra poilur ses peines el ses
services el poul. son eiilremise dalls la rtdussile
de 1'operat ion ?
Oni nle peit repondre ni6egalivelent a ces
quiieslions qne s'il est adiis (pie I'avance de
ces frais el l'excuilion de la Coiivenlion de la
Consolidalion soilt des services (fi1i renilrent
datns la caelgoric des services publics (qie cet
0lablissiment esi lenn de fournir graliilemelI.
TM is, si an coiliaire on reco nill qi ie I'Elat
esl oblige e rembonotsel ces I'ais el doil line
colmilissiol po r le Itratvail eCNcntle j)Oi"r sonll







-3-


compile, 11 i s'agiia i)lI s que (e. rei-lch rclici si
Ie mode de remilhoIurseimellil employee constitlue
Unl d(lil.
Lemlission laite pour coilvrii la Banque des
Irais I'ails par elle pour it Consolidaiion et des
(Commisiisionls (qiii Il1i Claient dues sur I'opera-
lion. conl'litne, dil-onll, 111e' violalioll de Ia Con-
ventiion du 26 J.:nivic'r, alcilndu (qule ces fruis et
commissions n'elaienti pis t)irevi\s dains ladile
Conivenlio i.
I1i fal so dcmnIinnder d(';i)bord si la mention des
fi;is cl Cl)iiloissionis |)Oiivail IroN1ver sa pace
dals Celle conventiliolln

()n'cst-ce en rfiel que celle convention t? Une
talciic CenIre le i\'GouernIenM it et les porlteurs
tie Ions dl 'emprun)iil cl ve'rlit de laquelle illoyen-
na; I cerlains avanilages, ils consenleni ai ri-
loIirner an Gonverneiment tnle p)ar :e des droils
(Ie donane ailT1c'is all rembhoursement dakis une
p|rilode de deux Ai piali'e alns de leirs bons,
el aI recilenira ircize ans cO remI)ouLi'semen. Ce
son seleinenii les cond(litions de celle enlente,
arr'lees cnire les parlies (!qi outl 1e consignees
dans la convclionl de Janvier ; il ne )onivait
yilre qieslion de commissions ni de frais fire
pour I :I )'rialion de la Consolidalion ; ce sont
des Ioinis qui iegardeni exclusivement le Gou-
verneliiien.qi, sctl,doil suipp)orer les charges
de(. 'optri lioii, el Ine penvnil-elre di )alius avec
I s crianeiTs, c;r" ce n'esi pias eux ion plus
qui soul charges de I'exceiilion de la Conven-
tion a; : i ce moment rien n'implique que ce
sain sera conli it la Ban(lie.
Car il eil pini itre p)ossil)le par Uil Ministre
dtis fiianc, es(Ic 'aiie exOc l "er le travail de la
Conisoliliola i par d e coLli n i llul mission qii, souls le
haill contri leC d1 Milisi.1irte des filnalnces serait








-4-


charges de verifiei I'aulhenlicile des creances
a consolider.
C'est loul lau plus si la BI3anqe scrail char-
gde de I'dchange des lilres vei lies par Ila Coin-
mission contre ,des lilies lnouveaX.
La mention d'une Commission el des frais
i\ f'aic pour 1 1 execuilioll tie la Consoliditlio ,
lie poluvait done p)as Iuonver sa place darns cet-
te Lonvenlion ; idu rIesle, eli siipMjostl q(e IcOs
debours i venii eussentl ii il're ii'6viis di(ls
celte (Conveiilion, l'itii levoalice de cenx qni
e'iciile places pour I'y 'iaireC ilnscire lie pouillrait
(n ai tiiln cus dcliiire le I d oil Ides cel iit'iel's
aun emboun ismenil de lenis aiV nces.
Esl-ce la loi dui 26 uvril q(ii devail aitioriser
ccs detours ? Oin lie doil pas supposed I'abs il-
de. La loi du 26 avril -lilt aill riculie ai ces
delonls 1n pouvail enl fatire lmenllioli ; uli Stlr-
plus adictllie que ces 6inissions soul illtgales ct
p]ar luil franduleiises parce qu'eiles lie soil ili-6-
vues dtns l lo oi d'avril, e'est mellre en qiieslion
Ie ipiilicipe C illle de la Conisolidationl. Cur, ell
verlu mime d 'iune cliiis! de la Coniveiilion, la
Consolidation s'execiulait a pallir du ler Mars
1900, le GolveCi'lnemeiilt 11 liirail des avaiiilaiges
ia paiiir l ce mnomenti en I'absence des Cli ll-
bics 1egislalives les Commissions eulaieni dues,
les li'ais s'eC&CIluntseilt avai iii meiue qlC la Con-
v nilion llt salnclionnliie.

Comment prelendre alors, ai moils (qi'1on
lie dise que it G(jouvernement devail allendre
I'arrivde des Chambres avant de coiniencer ai
jouir de la Consolidation, el niellre alors en
discISSioln l'opraiolin elle-ne ; commeniit
air lelinde alois, que es Colmmissions el ces
frais eiissent du rl'e utlorises dans line oi qui
lell est anilriiurei Et si an vote de la loi, le









principle de cus debours n'esl pas pose,peul-on
enl infirer t(ie Its droils de ceux qui les out
fails in'exislent pas !
La responsabiltl dii Gonvernement seule,pou-
vail dtre inise en catise, car c'est ,a lui el lion a
ccutx qui contracletl a'vec lui qut income le
de\oir de t'aire l6galiser les engagements qu'ilts
contlraclent al nomi de ( 'Ic lal. Mais Monsieur
Faine vous dil lii-in me dans sa lellre du 28
,v-il, )poirquoi il ne pou ail ias dre question
ldans la loi voie deItx jours plus 161, de I'emis-
sion faile pour reiboil-orser Ivs commissions et
les frais de la Consolidalion.
a Auloris6 explique-t-il, dans celle lellre
dii 28 avril, 6 contracler des engagements se-
crels envers les p'incipaux crdanciers dans le
but de s'assurer le concours de leir influence
et en consequence la r6ussile de I'op.ration, it
a die dicid plar le Conseil des Secrelaires d'Elat
de faire prelever sur ie chiflre lotal de la Con-
solidatlioni e e e lires 12o/o une commission de
6 o/o compr que; 2o les fiaisgeneralement quelconques d'd-
niss-ion ; 3o les gralifications pour les heures
siippl6menilaires de Iravail ; 4o le courage; 5o
i6muneralion aux dits creanciers.
Enl oulrc, il sera accord t Monsieur Anion
Jeagerhliuier sur sa creance une majoration de
(dix huit mille dollars et a Monsieur Schewders-
ky de dix mille dollars, e produit de 6 o0o elant
insuffisanit.
Detix raisons s'opposeni 6 ce que, au mo-
ment du vole de la loi du 28 avril, Mr Faine y
fasse inscrire celle emission.
l)'al)ord il a contracle des engagements se-
crels envers les princip:tix creancie,'s, si ces
engagements sont rendus publics, les autres









creanciers 1chiiicruuil les in'imes .avann ges
qui vieindroiil aiigmenlliler Ie chilfre des lions i
6nellre ian deIlrimenll de I la forilne publique.
I'aniu parl, lIe (iotveilnemeni l ni'I; t ncunii
inoyen de rem iourscr en espe)ces, en or, les
fr:is dCe la Colisolid(iaioti,c'csI pnar une c6mission
de lilres 12 (o () (j'ill v s acqiiiller. Si ce mode
d( relilmbolursCii'ntl csl irelndu public, les )()r-
leurs de bolns d'cinl-)riinl ipteveil I)roi'eslvr, car
cell I mission) vi leser liurs inler! is enll recii-
ltiut I'c)poqlre pr1 vlle p)()oi llniiorlisenieinl de
Il(,lr capital. i.ln onilre, Ic im irclih utix lilres va
s'el ressentir, cf l v'aliiir b)aiSscIrcii prison de
1'iingmenillioii tics iiHHs en cii culaioiii \iar
suile de cclic Cmission.
0:r, on doll s rciapplelr (qiic Ie (ioi'vei ne-
ient e.lIil d( is ii cc1ssil ( de faIirc albsoln-
m11cnl la Coinsolidil.ion Hl pouir Ila f irv il a 0allu
pisser )pair les exigences des cr'lanlcicrs. On lihe
disposal p)s dilii c1 n liiim 1, lous les droils ii
'im i)oi nation el t I 'ex oi, llioin 2Iliicnl reitlis
enilre is maiins des p)cl'loirs. 1)' iilom rl)i ix
m.nois d'apj)oinilcmlin.l eliiciil diHn s I'niciI d-
i)p n e i )i)bli( ic i ) polit ail plus s'clleclier. Ia
inque iic rehisil de fIire auiicne noinvelle iv'in-
ce. Ne rcfuis-l-elle pus ii M. Heiraid Roy (.aic-
(iiiller iln ordre de 50 gourdes ? Dhins ces con-
dilions lnciin sacrifice ne devait 1 1ire p)| iie
pollur n'ei re plus ;i lai nierci des cranlcielrs, i
f 11ai degagir anl nioiils Iuie pa 'lie des recelles
el assnuLerr ainsi hla reprise des paiements.
iPour y pairvenir, Moisic-ilr Faine, qui s'est
troinv6 inoiiis ,i l'aise ql'il ne croynait C; nc-
cepant hl succession de M. H. Roy, a di passer
par les exigenices don't il parole. El come )poil
Pl)ier les exigences el les frais ilecessilds p;ir la
Consolidationi, il 'anil incoln antrie ino,en
q 'iille llnission (o llons el qti'il *ne pollvail,
sais faire flechir la v\al ur de lilres iir I'Eltl,







7-


sans provoqtuer de notuvelles exigences et des
r1oieslaliols, ne pas garder le secret de celtle
emission jusqu'a ce que Ia Consolidation flit
conlpllelementi achieve, il n'a pU fire sanclioln-
ner cel l emission que dans la loi des Finan-
ces de 1901, car il eLt 1 premlalur6 et imprn-
dent po1ur les raisons indiquces de rendre
celle emission publique dans la loi de 1900.

II r3silte de l'examen du premier fail incri
imine1 q(ICe I6mnissionl failed ioulr payer les conm-
missions el les frais dLis a la Banque ainsi que
les-; gralilicalions et les rvmunmralions, ne pou-
vaieniii ire ji p'vue dans la Convention du 26Jan-
vier 1900, non seulement pace que rien a'im-
pliquait au moment de signer celle convention
que le soin d'exeulter l'ol)eration serait confie6
a cel 6tablissement, mais p)aice qu'il n'6lait pas
possible de d6lerminer a l'avance les frais qu'elle
co IleiO il ;

Qu'au surplus 1'imprevoyance dans ce cas
ne pouvail pas d6truire le droit des creaniciers
A e6ire rembiourses. Que celle emission lie pon-
fait pas dire menlionn6e non plus dans la loi
d'Avril sans comprolmeltre gravement la fortu-
ne publique en laissani savoirque le Gouverne-
ment s'adressail it ce moyen pour s'acquiller
cnvers les creanciers de I'Elal. Qu'ui texte 16gal
aulorisant I'emission de ces litres ne pouvait
pas venir avant cetle eniission puisque l'on ne
pouvail pas prevoir le mode de reglement qui
ineriviendrail i)our I execution de la Consoli-
dation et que ces lilres out servi A acquitler
des depenses qui sont de la calegorie de celles
que les lois ne prevoient pas, mais qu'elles
sanclionnent ; que partant, la Banque eni ex6-
culant I'ordre de Faine en faisant celle mission
n'a conmmis aucun d(lit.







-8-


Le deutixieme point reprochM c'esi que la Ban-
que a ex6cut l'ordre du Secrdtaire d Elal sans
objection et dans le secrel le plus aisolu (qui
resia inviole jusqu'aux Iravaiix de la Commis-
sion d'Enqu6te administrative.
Pour faire bomber ce reproche, il faudrait
redire lout ce qui a el deja dit, louclhantl 'in-
leir6 qu'il y avail pour le pays a lie pas rdvdler
cc secrel. Mais une reason lout aussi perein)p-
toire i donner a i'allilude de ia Banque c'est
qu'elle esi obligee par devoir d e ne pas rendie
publics les aces du Gouvernement sans y dirc
formellemeni autorisde.
La Banque n'avail atucune objection i fire
puisque cel ordre prescrivail le reglei eni d'uine
crdance due pour ses commissions el que ces
frais 0laient l1gitimentent dos.



Le lroisieme grief consisle dire que la
Commission de 6 o/o a 6l, prelevee sur des
chiffres imaginaires volonlairement exageres.
Ne nous allUadons pas a d(chiffrer celle afli-
Ibese qui doil cacher plus qu'elle ne dit. Com-
ment' a-l-on i)u exag6er des chifTres imaginai-
yes, une chose imaginaire 6dlant une chose
inexistanlie 9
On n'a pu exagerer que des chiffres exislants;
or, si la commission a 6el prise sur des chiffres
exislanis, ce qu'il s'agissait de d6imonirer c'est
que ces chiffres avaientl 0l volonlairement
exageres. Mais celle contradiction dlant inevila-
ble, car I'informalion judiciaire n'a pas cher-
cle a s'eclaiier, niant d'emblee la lIgalili de
1',mission faite en verlu des ordres de Faine,






-9-


elle ni pouvail rcchlercher si celle mission cou-
v'rail line ddJepse necessiiee par la Consolida-
lion, e!le n'a lendu qu'i Irouver des ~diments
de crimllinalild conflirmallnt son opinion.
La v6rild c'esl que Ia Banque ayanlt ld charge
tie i'dmission des Bons consolid(s et des obli-
g.olions des denx caldgories de la delle conso-
ide, on I'lla ti l rise i pi)relever line premiere
coniiiiission de 6 o,'( sur Ie chiffre de 6.000.000
cl une 2e commission de 41/2 sur le ineine
cliiflre el ? eimellre des bons el des obligations
pl)0or se payer. Le ireiieier devoir de I'inforina-
lion, il seinmb)le, dlail de rechercher si en effel,
le clhil're de 6.000.000, correspondail au chiffre
rdel des deux delles 12o0jo el 6o/o, ou si en
adopl)an la inelhode indiquec par la commis-
sion d'Enquile adminisl'alive, de prilever les
frais sur chaque categorie de delles separmnent
on n'arrivail pas aun inme resullal. Ce qu'il
dlait surloul important de ne pas oublier, c'est
que la commission prelevIe servait a payer,
non seulement les frais des seules consolida-
lions 12 o/o el 6o/o, mais les frais de la conso-
lidation de Ioule la delle flollaiale, y compris
la conversion des obligations de la delle int6-
rienre ( lilres bleus ) .
Nous allows placer en regard les deux mdn-
hlodes de reg!ement, celle qui a d16 adople et
chlle de la commission et I on se convaincra
que par I'une on l'autre m6thode, le resullat
esl idenlique el que parlanit I'Eal n'a rien per-
dti."






--10()-

1i, MElTHOI)E
CELL ADO'PTIEE PAR LL GOL'IEHNE.MIENT.
6 o, o sur 6.000.000 lilres 12 o o. 360.100I
4 1/2 sur 6.000.000 i 5 o0o. 270.000
630.000

2e. METIIODE.
(OPINION DES ENQ'EI'ELRS. )
6 o/o sur 4.374.328 tilres 12 o,o 262.-139
6 o/o sur 1.427.252 a 6 o o 84.653
4 1/2 sur 2.288.996 a bleus. 103.004
4 1/2 sur 3.339.001 v roses 150.000
Majorations Jeagcrhunber . .... 18.000
Majorations Schedersky . . 10.000
628.116

Or, en prenn IIn i commission sur Ie (lol) de<
6.000.000, on jlproc6dail par i\ pen pres et il se
Iron ve que eel ai pen press donne presque le
i nCe (qu celui qI'on atnrail obIleii en suiVaint
hi i mthode I)prelConisiee par les [li)qiiteurs.
MIais c'esi le chiffre de 630.000 dollars qu'on
Irollve exageird, pace qie 'on lie venil pas voir
que ce ne soul pas les seulsfruisde la Consolida-
tion 12 et 6o/o qn'ils onl servi i payer, mais
les firais de la Contsolidalion gelierale laquelle
s'cleve a 11.181.218 c'esl-ai-dire que la commis-
sion represclte 5.60 o/o.
Quelle est l'operatlion qui a jamais edl faile
I iieilleur comple '? Sonl-cc les emC)unl)tls qni
Ions out conile pour le moins 10 o/o, sonl-ce
Ies emissions de papier on de monnaie melal-
lique? Esl-ce la sibslilulion des 4.000.009 taile
en 1893 el qni a cotlue la some ronde de 250.
000 dollars pays complaint ? Esl-ce I'emprunt
de 1895 (qii n'dlail pas autre chose que la








Consolidation des emprnnts, combien orn-
reix dt Gouvenlc'menl Hyppolite el qui a
cofic plus de 20 o/o '?

Mais si cc n'est pas le chifire de 630.000,
c'esl Ic qi anln de 5,60 o/o de commission
q'on itro1ve exagere!

Eh Iiel personnel pas m6me l'i lisruclion ju-
diciaire ne (peul inicriminiier !e qtiuantum d'line
comniission efabl)lie d'(un common accord entre
de.s iparies contrackliles. Les laux d'inl6redls, la
sppuilation des profits dans une operation fi-
noalciere, dependent d'une foule de circon-
sl.ances q(i ne pen vent passe rdglcr d'une fagon
)pricie : ils dependent de I'dlal des marches,
de li solvabilile des dhbifeurs, do lemps "plus
on moins Iong pendan! lequel les capilaux se-
1r(1nt itimol)ilises, des risques a coiirl', des
Iltic'lualions des valac rs ei surlouti du credit
des personnes. Toules circonslances qui font
oblenir des, conditions plus on moins avan-
Ifageses scion les risques a cotrii, la menla-
lile el la moralile de ceini qui demand. Mais
A Iout i)rendre, ce quanlum tel qu'il est dtabli
est-il exagerd ?

N'est-il pas seilement nominal ?
N'est-ce pas en bons consolides que les Ccm-
missions ont d~1 acquillees el que Ieprdscn-
ientl-ils au mometil de I'dmission.?
360.000 dollars en litres 12 o/o perdant i
l'escomple 25 ojo 270.000
270.000 dollars litres bleus perdant
a l'escomple 75 o/o 67.000

337.500
c'eslt--dire 3 ojo effeclivemcol sur 11.181.248







-12-


C'est la plus iimodiqi(u commission qle I on
pilisse preindli payer stlir lilne operation de
celleimll porlance.

M\ais si ces colmmilission.s ln.ielnl (dtles ;.si elles
lie soull pas exagerees, c'est '1ibsence (I'll lex-
Ic legal les aniorisanil (iii les reiind criminelles ?
Ont va voir que ce (ierielr grief nl rlpos.e i)as
plis que les pr1)ed6icIns sur line donnec solid.
On va voir que le lexle I6-1:l (lii tin pou ivail
)iaIs prli cder l'eiiiission )ilis(IiiCe u Coli.solidai-
lion s'exectitil avaint l nii eiiC e (l .1 conveiii\ iiliol
inl dle sanctioiiile, (que cC exte legal esl v'cii
en sonl lemps.
Duns Ia loi du 26 avril, les Chamli beil)'s ii'vaiient
cu (iulli lgualiser la col.vctilioii inllei veniie iilre
Ics c anci'lers de la glaiide cl de ia petile Coin-
solidalion ( il ii'et1 il pais encore q(leslionl des
lilres roses ) et Ie (Golvernel enil oli on eva>llitil
duns cell, convention le capilal de ces deux
creinces 12 el 6 o/o i 50.800.000.
Duns la loi fixanl IC budget de i'exercice 1900
S)ir ile ( des I liorlissle~ lln s elleclltn s, Ie c;ipi-
ial rel W lail de 5.364.000 el c'esl ce chillre qui
y esl inscril.
Par deux fois done dans la m6nie anne 1900,
ien avril elelln seplembre, les ChGal)ibres onll en
a slI'occuper du chilfre des craniices 12 et 6 oo
el en onl elabli iC capital.
nll 1901, ces 11in6es ch.imbres en fixant le
biidgel de 1901-02, oil en aL s'occiiper encore
de cesdeux creances ; inais cele fois eires enii
elablisseii le capital avec 849.282.26 de plus.
Pen'i-on dire qile le conlrole Ig6isla if, ne
descendanii pas dans le detail des compilk's, il
a p ii chap)per anix legislaleuis que ce capilal
clail anguneitc' d iirs la p)ioportion de piles de







-13-

nill million de dollars. Qoi tin million est uni
det1~ail q(i a pl passer iinaperu pour les seuls
conlroleiis qn i penovent fire halre aix gas-
pillagesdesdeniers publics, les seuls con rdoletnrs
<;iii violent les d6penses. Aulant voudiail dii e
quei ie control l6gislaif n esI ni unile ni nlces-
saire qiue le role le p)lus imporiani, le plus
delicate des maindilkaires du pays, n'a ini signifi-
cailion, ii 1.o01 ie, Car admelire que le role des
Chalinlbres se borne i verifier la concordance
cxis!ainl entire les credils voles el les tableaux
des depienses presenilcs par le Secr'taire d'Elat
ldes finlances, c'est dire que le conlrole 16gis-
lalif* estl liie lpure illusion, c'est onvrir grande
l poir'e an gaspillage et au vol ; c'est dire
piice A la faveur de celle immunity les gouverne-
mienis peulent se )ermneltre toules sores de
(lelolriielents, en balissant des tableaux de
dep)enses fanilaisisles lonjours conformes aux
credits voles. El, ce qu'il y a de plus important,
.'est que cell thdorie consislanil iA orner le
. ilotrle 16gislalif auii seuI control d'apr6s les
lableaux |pe'sentils par le poiuvoir excutlif sans
penelrer lesd tlails,laisserait le droil de refaire
Ie conirole dejit exerce par les Chambres, de
reviser ses travaux ; laisserait ouverte la facul-
Ie pour les aultres pouvoirs de rivoquer ses
decisions rendues sons forme de loi, crdant ain-
si la plus dCe'plorable anarchic dans le gouver-
nementll, neltlant en peril les droils les plus sa-
cr6s garanlis par le principle si salutaire de la
separation des )pouvoirs, principle consacre par
la Constitution.
Mais en suipposant celle tlihorie inadmissi-
ble, que le conlirdle des Chambres fut ainsi res-
tliini, il ne ressortirail pas inoins que c'est par-
ce qu'il n'y a pas eu de concordance entire les
chifri'es voles I'ainne pricedenie el les tableaux
prl'selttls en 1901, que c'est pace que les ta-






-14 -


blealux de Ia dellc pIubliqine en cc qiii concerile
les conlsolides 12o/o el 60/0 onl prdsenli ulne
6norile difference. que le Seial a el e aniei: i6 i
(lemandler .des reiiseignlmeills a;l Secrdlaire
d'(l Ial des finanisCC el qiue c'esl pur saile de ccs;
Jrellscigilne ei ls (|ii e le co'Crps legislalif a: ad mis
lc Cap)ilta ti d6.219.282.21 ilscril au budgcl 1901
1902.
Non, il fault proclamer (ie les Chanmbres de
190() l 1901 out inieulx comil)is Icur Irdle; clles
soni descel dles d(a;is l deln;ils, elles se soil
doInne aI peine de classer ipa; clhailes el :ir
scelions les differeples cal ogoricsde lc delte i)iI-
blique, c'es! ninsi (jile dains les seclions 3 el 4
rlCes olu inidiqiie Ie capil;al ipropre i chlactilne
des deux delles 12 el 6 o,'o soil
pour le 12 ojo 4.786.029.50
t 6 0/0 1. 127.252,75
Nouts gallons de1on lrcr q(ie cc ca pilad de
6.213.282 25 elail bien celui qui elail d(It an 30
Sceplenil)re 1902, en nows bIsanil sill les b laiin-
ces eil)blies palr la Commission adminilislrlive
elle-mei6lme.
l)'napris le lableani ptul)li. ai Mionileur d( 26
seplemlbre 1903, les sonmnes 'i consolider au
1"' mIais s'elevent en c pilal i 3.439.274,75


II fall y njouler les majoralions
advises dais la coniveniion du
26 Jan vier.
1 0 nm joration sur les bonsdils
consolidds
2 C majoralion sur 1'emprunil de
fevrier.
3 C Cleance de F.Hermann & Co
4 C Iidemnil, Hermainn & Co


a Reporter


141.114,86

17.877,26
266.00(0 60
93.000 )

3.957.266,87






-15-


Report 3.'057.266,87
5 It's iijoialionls l)ro'ellanti
des COnvenlionis p)ricdanit
cCllcs du 26 janvier, mais
implicilement contenues
dans soin article 11lsur les
temprunlsdes 3,8,14,20 juin 177.697,32
6 Ics hons Imis p)oiur les 2
reglmenils de I'affaire des
Cables sons-mari. s 300.371,49

On ca uti total a consolider de 4.435.335,68
Or, Ie total dolnn an 30 seplembre au budget
dec 1901-02 lantl de 4.786.079,50,celui trouv, en
se basaitI sur les donnies de la Commission ad-
minuistralive elle-mme, 61ant de 4.435.335,68,
Ia difference de 350.693,82 ,repr6sente plus que
exa:lciemenl I'i`t mission faite pour couvrir les
frais el commissions accords pour I'operation
de la Consolidation des creances 12 et 6 oo.
Le Corps legisla if en approuvant ce capital a
done sanctio.nl6 I'6missioin failed pouL: couvrir
ces frais el commission et les differences opera-
lions financieres comprises dans la Consolida-
lion a celle dale, c'est-a-dire A octobre 1901.
Quelle auntre sanction 16gale exige-t-on deplus?
En resume que reste-t-il des vols et des d6-
lournemeni s d6nonces avec plant de chaleur et
de bruit par la Commission d'Enquete ?
II fant vr',iment d6plorer que cerlains mem-
bres de la Commission, Ires prevenus contre
l'op6ration de la Consolidation, qui n'a tIe, sui-
vant eux, qU'unn moyen de pillage des deniers
I)Miblics, aient CL I'imaginalioin si fortement






16-

hantle ide millions elaieni perdu le came el la
reflexion qui convenient dans I'acconiplissc-
ment de leur liche si delicate; ils se fLss-ent
moins presses de communiqueran pubiilic leurs
preventions, ils eussent recceilli les renseigne-
ien:s qui onl servi a ra ener les choses dans
leur veritable dialt e eussent fail uine cuivre
moins suspecte de parlialild.

Port-au-Prince le 28 Novembre 1904.