Supplément fiscal et économique : annoté, avec références au code fiscal haïtien : recettes...principales lois )do...

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Supplément fiscal et économique : annoté, avec références au code fiscal haïtien : recettes...principales lois )douanières,...Administration… (3 vols.)
Physical Description:
Mixed Material
Publisher:
Port-au-Prince, Imprimerie de l'État, 1954-1956.

Notes

General Note:
2b-L/E- 1953-55
General Note:
http://www.llmcdigital.org/default.aspx?redir=31052
General Note:
KGS4597 .A28 1954

Record Information

Source Institution:
Library of Congress Law
Holding Location:
Library of Congress Law
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
LLMC31052
oclc - 693373397
System ID:
AA00000783:00003


This item is only available as the following downloads:


Full Text
























This copy of a rare volume in its collections,
digitized on-site under the
LLMC Extern-Scanner Program,
is made available courtesy of the

Library of Congress


I








REPUBLIQUE D'HAITI











SUPPLEMENT FISCAL


ET ECONOMIQUE 1955

AVEC REFERENCES AU CODE FISCAL HAITIEN
(RECETTES INTERNES ET COMMUNALES, PRINCIPLES LOIS DOUANIERES.
TEXTES DIVERS A CARACTERE 'CONOMIQUE)



ADMINISTRATION GENERAL
DES CONTRIBUTIONS


GEORGES EUG. ROY
DIRECTEUR GENERAL

CHARLES FERNAND PRESSOIR
DIRECTEUR GENERAL ADJOINT


MARS 1956





IMPRIMERIE DE L'ITAT
RUE HAMMERTON KILLICK
PORT-AU-PRINCE, HAITI
1956


























DANS CETTE MEME COLLECTION


CODE FISCAL HAITIEN......................................... Imp. de 1'Etat, Mars 1953
SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953........... Imp. de 1'Etat, Mars 1954
SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1954............ Imp. de 1'Etat, Mars 1955
SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955............Imp. de 1'Etat, Mars 1956

en vente aussi au Bureau des Contributions




















1 I j I















REPUBLIQUE D'HAXTI


ADMINISTRATION GENERAL DES CONTRIBUTIONS


Port-au-Prince, le 2 F6vrier 1956

DG:

Objet: Suppl6ment Fiscal et Economique 1955.



Au Directeur G6n6ral des Contributions,

PALAIS DES FINANCES.

Monsieur le Directeur G6n6ral,


J'ai 1'avantage de vous remettre, avec la pr6sente, le texte du 'Suppl6ment Fiscal
et Economique 1955*.

Ce nouvel ouvrage met A jour, par un syst6me de r6f6rences constantes, le Code
Fiscal Haitien, et les Suppl6ments de 1953 et de 1954.

J'ai gard6 le plan adopt tant pour le Code que pour les deux autres volumes
ci-dessus mentionn6s. Cette ann6e encore, la table des mati6res est pr6c6d6e d'un
sommaire unique des chapitres du Code et des Supplements, qui fait, notamment,
ressortir les additions de chapitres n6cessit6es par les matieres nouvelles.

Les quatre ouvrages, au moyen de ce sommaire unique, n'en forment qu'un,
conform6ment aux subdivisions suivantes:

Premiere Partie : Administration G6n6rale des Contributions et Recettes Internes
Textes divers A caractere 6conomique

Deuxi6me Partie: Recettes Communales

Troisieme Partie: Douanes.

Veuillez agr6er, Monsieur le Directeur G6n6ral, l'expression de ma consideration
distingu6e.


CHARLES FERNAND PRESSOIR, av.
Directeur G6n6ral Adjoint.




























NOTE IMPORTANT

Il est recommande au lecteur de consulter d'abord le
sommaire unique des quatre ouvrages, place immediatement
apr&s cette page, et de se reporter, ensuite, a la table dss
mati6res du present supplement (pages IX et suivantes).

C. F. P.













SOMMAIRE UNIQUE DES CHAPITRES DU CODE
ET DES SUPPLEMENTS


Ce sommaire est suivi d'une table des matieres de ce volume
Les numeros de gauche ci-dessous sont ceux des chapitres
et les num6ros de droite ceux des pages


PREMIERE PARTIES
ADMINISTRATION GENERAL IDES CONTRIBUTIONS
ET RECETTES INTERNES

TEXTES DIVERS A CARACTERE ECONOMIQUE
1) ADMINISTRATION GENERAL DES CONTRIBUTIONS


PREMIERE PARTIES

Pages d gesed s du P., du Pages du
Code Supplem. Supplem. Supplem.
1953 1954 1955

A) Loi Organique et textes compl6mentaires ......... 1
B) Successions vacantes........................................ 37
C) S6questres, syndics, etc.................................... 55
D) Caisse des d6p6ts et consignations...................... 1 1

2) AFFERMAGE ET DOMAIN IPRIVE
A) Affermage biens domaniaux............... ........... 65 5
B) Domaine Priv6 .............. ....................... 93 131
(Voir chapitre 63a) Terres

2a) Agences de Voyages....................(Chapitre nouveau) 15
3) Alcool et Tabac....................................... 119
4) Allumettes (Voir Huile, Saindoux, Savon,
A llum ettes) ........ ..................................
5) Amende Simple Police................................ 155
6) Arpentage ........ ....... ...... ............... 163
7) Assistance Sociale..................................... 181
8) Assurances ............................................... 187
9) Banque Nationale de la R6publique d'Haiti
(D6partement Fiscal, etc.)......................... 191 1 7
9a) Boissons Gazeuses .................................... 7
10) Brevets d'Invention................................... 197
11) Budget ....... ............. ... ......... ......... 207 13 17
lla) Cacao ........................................... (Chapitre nouveau) 21
12) Cadastre et Tribunaux Terriens................. 233
13) Caf6 (Voir aussi speculation en denr6es)... 279 43 23
14) Carte d'Identit6 ......................... .............. 289 53








VI SOMMAIRE UNIQUE DES CHAPITRES DU CODE ET DES SUPPLEMENTS

Pages du Pages du Pages du Pages du
Code Suppllm. Suppldm. Supple.
1953 1954 1955

15) Cartes Touristiques................... ............... 301 59
16) Casiers Postaux.......................... ............... 305
17) Casino, Jeux de Hasard, Loteries................ 309 63
18) Cit6s Ouvri&rcs ....................................... 327
18a) Commerce..................................(Chapitre nouveau) 29
19) Consulaires (Recettes.............................. 335 75
20) Contribution Civique................................ 351
20a) Coop6ratives ........................................ 103
21) Enregistrement et Conservation Fonci&re
Voir aussi: Cadastre................................ 359
22) Enregistrement et Conservation Fonciere
Lois Sp6ciales........................ ............... 407
22a) Entreprises Nouvelles...................(Chapitre nouveau) 47
23) Etat-Civil ............................... ................ 417
24) Expropriation pour cause d'Utilit6 Publique 433 195
25) Facade (Cette taxe est maintenant abolie).... 439
26) Figue-banane ........................................... 445
26a) Finances (D6partement) ..................... 107
27) France ........... ......... .... ... ..... ...... 457
28) Gazoline .......................... .................. 469
29) Greffe (Tribunal Civil, Appel, Cassation)... 473 115 57
30) Hotels ........... ................. ............ ....... 481
31) Huile, Savon, Saindoux, Allumettes
Voir aussi: Savon.................................. 491
32) Huiles Essentielles................................... 501
33) Immatriculation des Vehicules et Permis de
Conduire .................................................. 507 123 29 61
34) Industries Nouvelles (Voir Entreprises Nou-
velles) ........ ..... .............. .................. 535 73 X
35) Institut d'Assurances Sociales.................... 543
36) Institut Haitien de Cr6dit Agricole et In-
dustriel ............................. ........... ...... 579
37) Inventaire .................. ........ ................ 579
38) Irrigation ............... .... ...... ............. 587 143
39) Licence d'Etranger................................... 593 101
40) Marques de Fabrique et de Commerce
(Voir aussi: Brevets d'Invention).............. 603 77
41) Matieres Inflammables................................ 611
42) Mines, Minieres et Carrieres...................... 623
43) M oniteur ................................ ....... ..... 647
44) Nationalit6 et Naturalisation..................... 651
45) Organisme de D6veloppement de la Vall6e
de l'Artibonite....................... .... ......... 663 95 105
46) Passage (droit) dit Head Tax...................... 671
47) Passeport, Permis de S6jour et Taxes Ac-
cessoires .............................. ............... 675 151 109







SOiMMAIRE UNIQUE DES CHAPITRES DU CODE ET DES SUPPLEMENTS VII

Pages du Pages du Pages du du
Code Suppl6m. .. ,. .
1933 1954 1i5

48) P6nalit6s et Amendes Voir Loi Organique
du 6 Juin 1924
49) Pension Civile........................................... 689 173 113
50) Permis de Conduire Voir Immatriculation
des V6hicules........................ ............
51) Pite ................................ ................. 701 177
52) Prescription ..................................... 709
52a) Propri6tes BAties ................................ 181
53) Propriet6s Eglise Catholique.................... 713
54) Radio ................................ ......... ... .. 717 189
55) R6publique Dominicaine .......................... 733
56) Revenu (Imp6t sur le Revenu)................. 745
57) Savon Voir aussi: Huile, Savon, Saindoux,
Allumettes ............... ..... ................... 773 117
57a) Sections Rurales (Justiciables ................... 195
58) Soci6t6s Anonymes Commercants, Capitaux,
Livres (Voir aussi: Timbrage Livres Com-
merce, Taxe-Actions, Transmission)........... 777 121 111
59) Spectacles Publics (Timbre)..................... 783
60) Sp6culation en Denr6es (Voir aussi Caf6).... 787 127 XI
(Voir aussi Cacao)
61) Sucre ................. .......... .................... 819
62) Taxe Speciale V6hicules Voir Immatricula-
tion et Permis de Conduire
63) T616graphes, T6lphones et Radiocommuni-
cations ................ ........ ......... 829
63a) Terres ................. ................ .. ........ ... 131
64) Ticket de Voyage................. ................. 833
65) Timbres ... .. ............... ..... .............. 837 199
66) Tim bres Poste ......................................... 875 137
67) Timbrage de Livres de Commerce.............. 891
68) Releve G6n6ral des Droits de Timbre........... 895 205
69) Tissus Fabriqu6s ................. ... ............. 907
70) Transmission Taxe-Actions....................... 915
71) Travaux d'Am6lioration Foncieres............. 927
72) Ventes A 1'Encan...................................... 933
74) Vivres Alimentaires, Denrees, C6r6ales........ 943


DEUXIEME PARTIES
RECETTES COMMUNALES

75) Loi Organique de 1951 et Textes Accessoires 947
76) Abattage et Boucherie, Certif. Vente Ani-
maux ...... .................... ..... .... ............ 965
77) Alignement .............................................. 979
78) Certific. de Bonnes Vies et Mceurs............. 985
79) Chiens ............................... .......... 989







VIII SOMMAIRE UNIQUE DES CHAPITRES DU CODE ET DES SUPPLEMENTS


Pages du '..., du Pages du Pages du
Code SupPHlm. Supp1em. Supp1Um.
19 53 1954 1955


Cim etiere ............................ .................. 995
Epaves ........................................... ......1001
Etalonnage ............................................... 1011
Impot Locatif, Patente, March6s, Num6ro-
tage, Parcs, Spectacles Publics...................1021
Mat6riaux et Denr6es sur la Voie Publique..1097
S6jour, Visite, Voitures (Taxes sp6ciales)....1101
Transport Viande Port-au-Prince...............1105


TROISIEME PARTIES


DOUANES

(TEXTES PRINCIPAUX)


87) Loi Organique de 1905 et Textes Acces-
soires de 1926 et 1952............................. 1109
88) Contrebande ............................................. 1161
89) Protocole d'Annecy et de Torquay..............1175
90) Nouvelles Modifications du Tarif, etc........


225 145 121


ERRATA


Tabac (Cigarettes) ....................................


Circulation v6hicules ............... ............
CHARLES FERNAND PRESSOIR, av.






TABLE DES MATIERES


TABLE DES MATIERES DU SUPPLEMENT

NOTE: Les titres et numnros des cliapitres sont ceux du Code Fiscal Haitien, sauf
en ce qui concern les matieres nouvelles figurant aux Suppl6ments.


PREMIERE PARTIES

ADMINISTRATION GENERAL DES CONTRIBUTIONS
ET RECETTES INTERNES

TEXTES DIVERS A CARACTERE ECONOMIQUE
1) ADMINISTRATION GENERAL DES CONTRIBUTIONS
D) CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS


Titres des Lois et Arr&tes


Pages


1955 26 Juillet





1955 29 Juillet


1955 17 Aofit


1955 15 Juillet


1955 17 Aolit


1955 16 Aofit


1955 23 Septembre


Loi modifiant les articles 16 et 36 de la loi du 4 Sep-
tembre 1918 sur l'appel remise en vigueur par celle
du 5 Septembre 1951, et rendant francs tous les
d6lais qui y sont pr6vus.
(Voir chapitre 29 Greffe)

Loi modifiant l'article 4 de la loi du 19 Juillet 1954
sur la Caisse des Dep6ts et Consignations.............

2) AFFERMAGE ET.JDOMAINE PRIVE
A) AFFERMAGE BIEN IDOMANIAUX

Loi r'--l mentant les cultures, la coupe, le transport
et le commerce du bois, les fours A chaux, les
zones sous protection et zones r6serv6es, etc........

2 a) AGENCIES DE VOYAGES

Loi ir'L.. m n F:i-t I'6tablissement et le fonctionne-
ment des Agences de Voyages ainsi que 1'exercice
des m6tiers de guide et de chauffeur-guide (Re-
production) ............... ................... ..............

11 a) CACAO

Loi assurant A la culture du cacao un rendement
1 lc'- I il (Reproduction)...................................


18 a) COMMERCE

Loi portant une nouvelle r6glementation de la pro-
fession de commercant.............................. ..

Arr&t6s determinant les articles de premiere n6ces-
sit6 pouvant 6tre vendus au detail par l'Haitien
et classes dans les categories I, II, III, IV, V, VI,
VIII, IX, X............................................


Annie


Dates






TABLE DES MIATIERES


22 a) ENTREPRISES NOUVELLES


Ann6e Dates

1955 8 AoCit


Titres des Lois et Arretes Pages

Loi prot6geant l'Agriculture et l'Industrie Nationale
en leur permettant de se d6velopper, d'am6liorer
et d'accroitre leur production...... ................... 47


29) GREFFE (TRIBUNAL CIVIL, APPEL, CASSATION)


1955 26 Juillet


Loi modifiant les articles 16 et 36 de la loi du 4 Sep-
tembre 1918 sur l'appel remise en vigueur par celle
du 5 Septembre 1951, et rendant francs tous les
d-lais oui y sont prevus..................................... 57


33) IMMATRICULATION DES VEHICLES ET PERMITS DE CONDUIRE


1955 2 AoCit


1953 19 Septembre


1955 8 Aofit


1955 27 Juin


ArretS 6tablissant de nouveaux reglements sur la
circulation des v6hicules......... ........................... 61

Loi assurant un contr6le rigoureux de la circulation
des v6hicules et accordant la plus large garantie
de s6curitA au public. Erratum article 11. ........... 97

34) INDUSTRIES NOUVELLES

Loi protAgeant 1'Agriculture et I'industrie Nationale
en leur permettant de se d6velopper, d'am6liorer et
d'accroitre leur production (Voir Entreprises Nou-
velles) ......... ................ ............. .. .. .... ...... 47

39) LICENCE DD'ETRANGER

Lei relative A l'obtention de la licence par tous
II-, rI i tablis en Haiti nour l'exercice du com-
merce, une industries ou d'une profession quel-
c ....... ... ..... .. ................. 101


45) ORGANISME DE DEVELOPPEMENT DE LA VALLEE
DE L'ARTIBONITE


1955 12 Aofit


Loi apportant certain amendments aux articles 5
et 6 .il la oi du 6 S:r tr-n: .:, 1948, en ce qui con-
cerne le Projet de la Vall6e de l'Artibonite et les
: ,..' .:..- :.de 1 C DVA ............... ... ....... ................ 105


58) SOCIETIES ANONYMES COMMERCANTS, CAPITAUX LIVRES,
(Voir aussi: TIMBRAGE LIVRE COMMERCE TAXE-ACTIONS,
TRANSMISSION)


1955 3 Aofit


Loi r6glementant les conditions dans lesquelles les
Socikt6s Anonymes peuvent se constituer, s'ins-
taller et fonctionner sur le territoire de la R6pu-
blique........................ .. ....... ............. 111






TABLE DES !MA ~lRES


60) SPECULATION EN DENREES (Voir aussi Caf6)


Titres des Lois et Arr6tes


1955 17 Aoit



1955 17 Aott


Loi assurant A la culture du cacao un rendement
profitable (Reproduction)
(V oir cacao) .................. .....................................

Loi r6glementant les cultures, la coupe, le transport
et le commerce du bois, les fours A chaux, les
zones sous protection et zones r6serv6es, etc.)
(Voir Affermage Biens Domaniaux)...................


DEUXIEME PARTIES
RECETTES COMM1UNALES

83) EVIPOT LOCATIF, PATENTE, MARCHES, NUMEROTAGE,
PARCS, SPECTACLES PUBLICS.


1955 15 Juillet





1955 17 Aoit


Loi r6glementant l'Ftablissement et le fonctionne-
ment des Agences de Voyages ainsi que l'exercice
des m6tiers de guide et de chauffeur-guide (Re-
production)
(Voir Agences de voyage)...................................

Loi r6glementant les cultures, la coupe, le transport
et le commerce du bois, les fours a chaux, les
zones sous protection et zones r6serv6es, etc.)
(Voir Affermage Biens Domaniaux)......................


TROISIEME PARTIES
DOUANES

(TEXTES PRINCIPAUX)
90) NOUVELLES MODIFICATIONSS IDU TARIF, ETC.


1955 14 Juillet





1955 18 Juillet





1955 11 Aofit


1955 17 Aoit


Loi favorisant le developpement de 1'industrie tou-
;., r6duisant les droits a 1'importation des
articles susceptibles d'interesser les visiteurs 6tran-
gers ou pr6voyant un regime special d'entr6e et
de sortie Liste des articles annexes................. 121

Loi favorisant l'Industrie Nationale des articles en
mail, celle des boutons, des matieres plastiques,
des sacs en sisal, et modifiant les articles du tarif
des droits A 1 mlpoi tl:,ion 1514, 4375-A, etc. Repro-
duction).............................. ... ................ 128

Loi encourageant l'augmentation de la production de
la pomme-de-terre............................ ............... 131

Loi accordant aux artisans tailleurs haYtiens et aux
entreprises de coupe la franchise de droits pour les
matieres premieres et outils aux conditions d6finies 133


Annie


Dates


Pages


















Chapitre 1 du Code
ADMINISTRATION GENERAL
DES CONTRIBUTIONS
d) Caisse des depots et consignations
Voir Supplement 1954 page 1
Voir aussi page 57
du present supplement (Greffe)









SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


LOI DU 29 JUILLET 1955
Modifiant Particle 4 de la loi du 19 Juillet 1954 sur la Caisse
des D6p6ts et Consignations.
(Moniteur du lundi 19 Septembre 1955, No. 84)
PAUL E. MAGLOIRE
President de la R6publique

Vu les articles 57, 79 et 130 de la Constitution;
Vu la loi du 19 Juillet 1954 portant creation de la Caisse des De-
p6ts et Consignations;
Consid6rant que le dernier alinea de 'article 4 de cette loi, en faisant
obligation a celui qui exerce un recours de d6poser l'amende le jour
qui "pr6ecde la decision ordonnant le d6lib6r6-. est inapplicable dans
la pratique; qu'il imported de le supprimer;
Sur le rapport des Secr6taires d'Etat de la Justice et des Finances;
Et de l'avis du Conseil des Secr6taires d'Etat;

A Propose
Et le Corps L6gislatif a vot6 la Loi suivante:
Article ler.- L'article 4 de la loi du 19 juillet 1954 sur la Caisse des
D6p6ts et Consignations est et demeure ainsi libell6:
Article 4.- Dans toutes les instances entrainant consignation de va-
leurs, le greffier, sur la requisition de la parties int6ress6e, devra dresser
les proces-verbaux sans prejudice du simple droit de greffe.
Le r6c6piss6 d6livr6 par 1'Administration G6n6rale des Contributions
devra 6tre produit au plus tard dans les vingt quatre heures de la date
du procss-verbal et sera annex au dossier du d6posant pour tout d6li-
b6r6 du Juge.
Article 2.- La presente Loi abroge toutes lois ou dispositions de lois
qui lui sont contraires et sera ex6cut6e a la diligence du Secr6taire
d'Etat de la Justice.

Fait au S6nat de la R6publique, a Port-au-Prince, le 26 Juillet 1955,
An 152eme de l'Independance.
Le President: CHARLES FOMBRUN
Les Secr6taires: WALTER SANSARICQ, EMILE JONASSAINT

Fait a la Chambre des D6putes, A Port-au-Prince, le 29 Juillet 1955,
An 152eme de l'Independance.
Le President: ADELPHIN TELSON
Les Secr6taires: L. MILORD, a. i., H. BRIGHT, a. i.

AU NOM DE LA REPUBLIQUE
Le President de la R6publique ordonne que la Loi ci-dessus soit re-
vetue du Sceau de la R6publique, imprim6e, publiee et ex6cut6e.






4 SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955

Donn6 au Palais National, a Port-au-Prince, le 19 Aofit 1955,
An 1526me de 1'Independance.
PAUL E. MAGLOIRE
Par le President:

Le Secr6taire d'Etat de la Justice, de 1'Interieur et de la D6fense Nationale:
LUC G. PROPHET
Le Secretaire d'Etat des Finances et de 1'Economie Nationale:
CLEMENT JUMELLE
Le Secr6taire d'Etat de la Pr6sidence et du Commerce:
MATCZL FOMBRUN
Le Secr6taire d'Etat des Relations Ext6rieures et des Cultes:
MAUCLAIR ZEPHIRIN
Le Secretaire d'Etat de la Sant6 Publique et du Travail:
ROGER DORSINVILLE
Le Secr6taire d'Etat des Travaux Publics:
RAOUL ST-LO
Le Secr6taire d'Etat de l'Agriculture, a. i.:
ROGER DORSINVILLE
Le Secr6taire d'Etat de l'Education Nationale, a. i.:
MAUCLAIR ZEPHIRIN




















Chapitre 2 du Code
AFFERMAGE ET DOMAINE PRIVE

A) Affermage Biens Domaniaux









SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


LOI DU 17 AOUT 1955
R6glementant les cultures, la coupe, le transport et le commerce du bois, les fours
A chaux, les zones sous protection et zones r6servees, etc.
(Moniteur du lundi 26 Septembre 1955, No. 87)
PAUL E. MAGLOIRE
President de la Republique

Vu les articles 15, 57 et 79 de la Constitution;
Vu les articles 14, 15 et 16 du Code Rural;
Vu la loi du 3 F6vrier 1926 sur les forts r6serv6es;
Vu la loi du 27 Mai 1936 sur la protection des arbres et la conser-
vation des forces;
Vu le decret-loi du 23 Juin 1937 sur la protection des terres declives;
Vu le d6cret--loi du 22 Juin 1945 sur la r6glementation du transport
et le commerce du bois;
Consid&rant que l'6rosion de plus en plus accentue du sol des re-
gions montagneuses constitute un tres grave danger pour l'avenir du
pays et qu'il imported de mettre sous protection et m&me de reserve
certaines terres du territoire national;
Consid6rant qu'il y a lieu de prot6ger d'une facon effective les bas-
sins hydrographiques des sources, rivieres et cours-d'eau desservant les
villes et les bourgs en eau potable ou servant a l'irrigation;
Consid6rant que les cascades d'eau, les reservoirs naturels, les sites
historiques sont de nature a d6velopper le tourism et qu'il imported
d'en conserver la beauty et l'agr6ment;
Considerant en outre qu'il y a lieu de r6viser les decrets-lois des 23
juin 1937 et 22 Juin 1945 en vue d'une meilleure application des
pr;.ii:e:s de la conservation et de l'utilisation des resources naturelles;
Sur le rapport des Secr6taires d'Etat de l'Agriculture et du Commer-
ce, des Finances et de 1'Economie Nationale;
Et apr6s d6liberation du Conseil des Secr6taires d'Etat;

A Propose

Et le Corps L6gislatif a vote la Loi suivante:

CHAPITRE I
REGLL MVNTATION DES CULTURES
Article ler.- Il est formellement interdit d'entreprendre aucune cul-
ture annuelle, aucune coupe de bois, aucun brfilement:
a) autour des sources, sur un rayon de 50 metres;
b) sur la berge des i LIW s. rivi6res, ruisseaux, sur une larger de 50
mrtres de chaque c6t6, dans les terrains don't la pente est sup&rieure a
5 degrees;
c) sur le pourtour des lacs, etangs et reservoirs naturels d'eau, sur
une distance de 50 m&tres.
Sur les terres don't la pente est gale ou sup6rieure a 35 degr6s par
rapport a l'horizontale, les cultures annuelles et les coupes de bois ne






,iIPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


pourront etre entreprises que sous les conditions express6ment stipulees
par le D6partement de 1'Agriculture.
Article 2.- I1 est interdit, sauf avec autorisation du D6partement de
i'Agriculture, d'arracher ou de d6truire des caf6iers, des cacaoyers et des
h6veas en production et tous autres arbres ou cultures qui pourront
etre d6sign6s ult6rieurement.

CHAPITRE II
REGLEMENTATION DE LA COUPE. DU TRANSPORT
ET DU COMMERCE DU BOIS
Article 3.- II est interdit de proceder a la coupe, a l'6corgage ou
S1'incision des arbres de toutes esp&ces, quel que soit 1'endroit oii ils
poussent, sans une autorisation pr6alable, sp6ciale et 6crite, d'un A-
gent qualified du Departement de 1'Agriculture et suivant les conditions
stipulees dans la dite autorisation, entire autres, le replacement de
chaque arbre abattu par (10) dix autres, compete tenu de la Saison.
Cette interdiction ne concern pas:
a) l'6corcage des mangliers;
b) la coupe des especes envahissantes telles Bayahonde, campeche,
guatapana, bois cabrit, croissant dans les terres de planes, quand la
coupe est faite en vue de l'utilisation industrielle du Bois ou de la pr6-
paration des terres pour la culture;
c) les arbres isolds dans les champs et paralysant la m6canisation
des cultures.
Article 4.- L'autorisation pr6vue ci-dessus ne sera d6livr6e, lors-
qu'il s'agit d'une operation a effectuer sur les terres du domaine pri-
v6 de 1'Etat, que sur paiement des redevances qui seront fixes soit par
arbre, par bCch ou par mbtre cube, par le D6partement des Finances.
d'accord avec ceux de l'Agr!culture et du Commerce, suivant un tarif
qui sera pTibli6 au Article 5.- Dans les villes, bourgs et agglomerations rurales perma-
nentes aucun arbre ne peut etre coup, abattu le long des voies, routes,
chemins vicinaux, sentiers, sans une autorisation 6crite d'un agent qua-
lifi6 du D1partement de l'Agriculture.
Article 6.- Le transport du bois d'oeuvre et du bois de chauffage,
par terre et par eau. ne pourra se faire que sur permis de transport dii-
ment d6livr6 par un reprisentant qualifi6 du D6partement de 1'Agricul-
ture.
Cette disposition ne s'applique pas aux personnel qui transportent
du bois a brCiler pour la vente dans les marches publics ou de maison
en maison, en vue d'un usage domestique, ni a celles qui exploitent le
Bois chandelle en vue de la distillation de 1'essence.
Article 7.- L'exportation des bfiches de bois durs utilis6s comme
bois de chauffage et come traverses de chemin-de-fer, est formelle-
ment interdite.
Article 8.- Toute personnel achetant du bois d'oeuvre ou du bois
do chauffage pour le revendre; toute personnel autoris6e a taire des
coupes sur les terres de l'Etat, autre que le fermier occupant, ou sur






SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


les terres d'un tiers, dans le but de vendre le bois coupe, est r6pute
de marchand en gros et d'une licence annuelle de Cent Gourdes (Gdes.
100.00) h d6livrer par 1'Administration G6n6rale des Contributions, si
son commerce s'6tend sur au moins 100 stores par mois pour le bois
de chauffage et sur 20 stores pour le bois d'oeuvre.
Cette patente et cette licence ne sont pas exigibles des personnel
d6sign6es au dernier paragraphe de l'article 6.
Article 9.- Tout propri6taire de scierie mecanique devra obtenir
une autorisation du D6partement de l'Agriculture avant l'installation et
le fonctionnement de sa scierie.
La demand d'autorisation devra indiquer:
1) le lieu oii il compete l'6tablir;
2) la liste et la description de l'outillage;
3) la capacity maximum de la scierie;
4) la valeur de l'outiliage;
5) les essences a travailler.
Les installations d6ja en fonctionnement devront se conformer aux
dispositions de la pr6sente loi dans un d6lai de six mois.
Article 10.- Tout particulier ou toute society qui exploit une fort
a pour obligation d'assurer la reg6neration naturelle des surfaces ex-
ploit6es ou d'en faciliter la r6g6n6ration artificielle en essence de
meme quality ou de quality sup6rieure si possible.
Article 11.- Toute personnel s'adonnant a l'aide de scie a la main
(scie de long) au debitage en madriers, poteaux ou planches des ar-
bres abattus, devra payer une licence annuelle de CINQ GOURDES
(G. 5.00), sur presentation de l'autorisation a d6livrer par le D6par-
tement de 1'Agriculture.
CHAPITRE III

REGLEMENTATION ET FONCTIONNEMENT
DES FOURS A CHAUX
Article 12.- Il est interdit de construire des fours a chaux en ma-
connerie et a caractere permanent sans une autorisation pr6alable, sp6-
ciale et 6crite d'un Agent qualifi6 du D6partement de 1'Agriculture.
Les proprietaires de fours a chaux a caractere permanent, devront
etre munis d'une patent a delivrer, centre paiement d'une taxe annuel-
le de CINQUANTE GOURDES (G. 50.00) par l'Administration G6ne-
rale des Contributions, sur presentation de l'autorisation delivr6e par le
Departement de l'Agriculture.
Les fours a chaux de champagne dits fours caraibes n'acquitteront
aucune taxes.
Article 13.- A l'occasion de chaque operation du four a chaux, une
autorisation sp6ciale avec permis de brfilement sera sollicit6e d'un A-
gent qualifi6 du D6partement de l'Agriculture.
Article 14.- Les fours A chaux en maconnerie, doivent etre distant
d'au moins 1 kilom&tre les uns des autres.






SUPPLEMlIENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


Le D6partement de l'Agriculture peut, en tenant compete du nombre
de fours a chaux fonctionnant sur tout le territoire de la R6publique
e,: de la situation des peuplements, en r6duire le nombre lI out il le
juge necessaire.
CHAPITRE IV
ZONES SOUS PROTECTION ET ZONES RESERVES
Article 15.- II pourra etre d6sign6 sous la denomination de ,Zones
sous protection)), toutes 6tendues de terre appartenant, soit a 1'Etat,
soit a des particuliers don't la protection s'avere n6cessaire et urgente
pour le bien-6tre de la collectivit&.
Article 16.- Les ((Zones sous protection, sont toute 6tendue de ter-
rain don't: lutilisation sera reglement6e par le Departement de I'Agri-
culture, dans le but de combattre l'erosion, de prot6ger la sant6 publi-
que d'assurer la saine r6cr6ation ou de promouvo:r le tourism.
Article 17.- Les limits de ces zones seront d6terminkes par le
Departement de 1'Agriculture, conjointement avec celui des Finances
et des Travaux Publics.
Article 18.-- Sont d6clar6es ((Zones sous protection":
lo) toute 6tendue de terres appartenant a l'Etat ou a des particuliers
sur une superficie d'au moins 5 hectares, autour des cascades, chutes
d'eau et autour des sources alimentant en eau potable des agglom6ra-
tions urbaines et rurales;
2o) toute 6tendue de terres appartenant a l'Et!t ou a des particuliers
autour des sources thermales ou sulfureuses, autour des reservoirs d'eau
gen6ralement quelconques, sur une superficie d'au moins 5 hectares;
3o) toute 6tendue de terres appartenant a 1'T:-t ou a des particuliers
autour des sites et monuments historiques, sur une superficie d'au
moins 10 hectares;
4o) toute 6tendue de terres appartenant a l'Etat ou a des particuliers
formant le bassin hydrographique des sources et des course d'eau;
So) toutes autres 6tendues de terres appartenant a 1'Etat ou a des
particuliers qui seront d6sign6es par le D6partement de l'Agriculture,
conform6ment a l'article 16.
Article 19.- Dans les limits des zones sous protection, des 6tendues
de terres pourront 6tre, conform6ment a la loi du 3 Fevrier 1926, decla-
r6es ,(Zones reservees,) et retirees de toute exploitation.
Article 20.- L'Administration G6n6rale des Contributions sera te-
nue d'obtenir l'avis du Departement de 1'Agriculture avant de donner
suite a toute demand d'affermage de terres de l'Etat situ6es dans les
zones dites -sous protection).
Article 21.- Les propri6taires de terrains relevant d'une zone sous
protection, devront se munir, avant toute exploitation, d'une autorisa-
tion delivree par le D1partement de l'Agriculture, dans laquelle seront
stipul6es les conditions auxquelles est subordonn6e l'utilisation de ces
terres.
Les occupants ou fermiers de 1'Etat seront astreints aux memes obli-
gations, sous peine de r6siliation de leur contract d'affermage, sur rap-
port motive du D6partement de l'Agriculture.







SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


Article 22.- Les propri6taires priv6s de terres faisant parties d'une
zone dite reservee,, seront expropri6s, conformement a la loi.
Aticle 23.- Aucune demand d'affermage ne peut btre prise en con-
sid6ration pour les terres de i'Etat relevant d'une ,zone r6serv6en.
L'Administration G6nerale des Contributions sera tenue de r6silier
tout contract d'affermage qui aurait 6et consent pour ces terres avant
la d6limitation de la dite zone.
Article 24.- Dans les zones sous protection, l'exploitation des carrib-
res de sables, de pierres de taille et de pierres a chaux, la construction
de fours pour la fabrication de la chaux et du carbon, sont interdites
sans une autorisation 6crite du D6partement de l'Agriculture, sur la
demand express de l'int6ress6.

CHAPITRE V
SANCTIONS
Article 25.- Les contraventions aux articles 1 et 2 seront, sur pro-
ces-verbal d'un Agent qualifi6 du D6partement de l'Agriculture, punies
d'une amende G. 15.-- a G. 25.- ou d'un emprisonnement de 15
jours a 1 mois, par decision du Tribunal de Simple Police. En cas de
r6cidive. le contrevenant sera possible des deux peines.
Article 26-- Toute contravention a l'article 3 sera, sur proces-ver-
bal d'un repr6sentant qualifi6 du D6partement de l'Agriculture, punie
par decision du Tribunal de Simple Police, d'une amende de G. 15.-
B. G. 25.- lorsque l'arbre a 6t6 abattu. ecorche ou incised par le pro-
pri6taire du terrain; de G. 25.- a G. 100.- lorsque l'abattage, I'6cor-
chage ou l'incision a &te fait par un tiers sur une terre piv6e; et de
G. 50.- a G. 100.- lorsque l'incision. l'6corchage ou l'abattage a ete
fait sur une terre du domaine priv6 de l'Etat.
De plus, les arbres abattus seront confisqu6s et vendus au profit de
FEtat par le D6partement de l'Agriculture. En cas de r6cidive, l'amende
sera du double.
Article 27.- Toute contravention a l'article 6 sera, sur proces-verbal
d'un des repr6sentants qualifies du Departement de l'Agriculture, pu-
nie, par decision du Tribunal de Simple Police, d'une amende de G.
25.- ou de 15 jours d'emprisonnement, lorsque le contrevenant est un
conducteur de transport public ou un capitaine de bateau ou un agent
d'une compagnie de chemin-de-fer. et de G. 10.- lorsqu'il s'agit de
toute autre personnel. En cas de recidive, les deux peines a la fois
seront applicables et la licence du contrevenant lui sera retiree.
Article 28.- Toute personnel se livrant au commerce du bois sans
ia licence prevue a l'article 9 sera, sur proces-verbal d'un repr6sentant
du D6partement de l'Agriculture, punie, par decision du Tribunal de
Simple Police, d'une amende de G. 100.-- G. 500.- ou d'un empri-
sonnement de 1 a 3 mois. De plus, les bois seront confisques pour etre
vendus par le D6partement de l'Agriculture. En cas de r6cidive, la pei-
ne d'emprisonnement sera ajout6e a celle de l'amende.
Article 29.- Toute contravention a l'article 11, sur proces-verbal
d'un des representants de 1'Adrrinistration G6enrale des Contributions







SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


ou du Departement de l'Agriculture, sera punie, par decision du Tri-
bunal de Simple Police, d'une amende de G. 10.-.
Article 30.- Toute contravention aux articles 12 et 13 ci-dessus, en-
trainera la confiscation et la vente des mat6riaux (bois, pierre et
chaux) au profit de l'Etat.
En cas de recidive, Ia contravention a P'article 12 entrainera la des-
truction du four; la contravention a 1'article 13, entrainera le retrait
temporaire ou d6finitif de l'autorisation, et cela, sans prejudice des au-
tres peines pr6vues par la loi.
Article 31.- Le montant des valeurs pr6vues aux articles 4 et 8, le
montant des amendes pr6vues en la pr6sente loi et le produit de !a
vente de tous bois et materiaux confisqu6s verse a un compete non fis-
cal, pour servir A la reconstitution des peuplements de bois precieux.
au reboisement des terres declives et aux travaux de conservation du
sol.
Article 32.- Les proces-verbaux pr6vus aux articles du present cha-
pitre saisissent les tribunaux de simple police sans qu'il soit besoin de
citation. L'affaire sera instruite et jug6e dans les formes et delais pre-
vus par la loi, toutes affaires cessantes, sans remise ni tour de r6le. Les
jugements de simple police devront ktre rendus dans les 24 heures.
L'appel et le pourvoi en Cassation centre les jugements qui seront ren-
dus en cette matiere, ne seront pas suspensifs.

CHAPITRE VI
DISPOSITION TRANSITOIRE
Article 33-- Les usines, fabriques et autres installations micaniques
utilisant le bois comme combustible, devront, dans les deux mois de
la promulgation de la pr6sente loi faire par ecrit, la declaration de la
quantity de stores de bois n&cessaire A leur fonctionnement annuel au
Departement de l'Agriculture qui d6terminera leurs zones d'approvi-
sionnement.
Ces usines. fabriques et autres installations mecaniques, quand elles
s'approvisionnent dans les terrains en plain, qui n'ont pas besoin d'etre
prot6g6s centre l'erosion ou quand elles utilisent les especes dites en-
vahissantes, ne sont pas astreintes A aucune autorisatlon pour I'achat de
leur bois de chauffage. Cette disposition s'applique 6galement aux bou-
langeries, guildives, distilleries et les petites installations de pr6para-
tion mecanique du caf6.
Article 34.-- La lutte centre l'erosion repr6sentant un probibme na-
tional que le contribuable tout seul ne peut r6soudre, I'Etat en maniere
de contribution au programme de reboisement et de lutte centre l'6ro-
sion, et pour permettre aux usagers du bois comme combustible indus-
triel, de participer, eux aussi, au dit programme, prendra toutes les me-
sures propres A favoriser l'6tablissement de stations d'approvisionnement
de carburants a bon march par les societ6s p6trolieres existantes. Ces
stations, une fois 6tablies, les usines, fabriques et autres installations
micaniques, auront un d6lai de 6 mois pour modifier, A leurs frais, leur
materiel et utiliser le nouveau carburant.







'SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


Article 35.- L'Etat encouragera l'6tablissement de fours a chaux A
caractere permanent qui utilisent un combustible autre que le bois de
chauffage, et accordera a de telles installations, le b6n6fice de la loi sur
les entreprises nouvelles agricoles et industrielles.
Article 36.- Les agents du D6partement de l'Agriculture seront te-
nus de d6livrer sans aucun frais, toutes les autorisations pr6vues, dans
les diff6rentes dispositions de la pr6sente loi.
Article 37.- La pr6sente loi abroge toutes lois ou dispositions de lois,
tous d6crets-lois ou dispositions de d6crets-lois qui lui sont contraires
et sera publi4e et ex6cut6e A la diligence des Secr6taires d'Etat de l'Agri-
culture, du Commerce, des Finances, de l'Economie Nationale, de
1'Int6rieur et de la Justice, chacun en ce qui le concern.
Fait au S6nat de la R6publique, A Port-au-Prince, le 17 Aofit 1955,
An 152eme de 1'Ind6pendance.
Le President: CHARLES FOMBRUN
Les Secr6taires: WALTER SANSARICQ, EMILE JONASSAINT

Fait a la Chambre des D6put6s, a Port-au-Prince, le 17 Aoit 1955.
An 1526me de l'Ind6pendance.
Le President: ADELPHIN TELSON
Les Secr6taires: DULLY LAMOTHE, JEAN KERNIZAN

AU NOM DE LA REPUBLIQUE

Le President de la R6publique ordonne que la Loi ci-dessus soit re-
vetue du Sceau de la R6publique, imprirne, publi6e et ex6cut6e.

Donne au Palais National, a Port-au-Prince, le 20 AoCit 1955.
An 152eme de l'Ind6pendance.
PAUL E. MAGLOIRE
Par le Pr6sident:

Le Secretaire d'Etat de 1'Agriculture, a. i.:
ROGER DORSINVILLE
Le Secr6taire d'Etat du Commerce et de la Pr6sidence:
MARCEL FOMBRUN
Le Secr6taire d'Etat des Finances et de 1'Economie Nationale:
CLEMENT JUMELLE
Le Secretaire d'Etat de 1'Int6rieur, de la D6fense Nationale et de la Justice.
LUC G. PROPHETE
Le Secr6taire d'Etat des Relations Ext6rieures et des Cultes:
MAUCLAIR ZEPHIRIN
Le Secr6taire d'Etat de la Sant6 Publique et du Travail:
ROGER DORSINVILLE
Le Secr6taire d'Etat de 1'Education Nationale, a. i.:
MAUCLAIR ZEPHIRIN
Le Secr6taire d'Etat des Travaux Publics:
RAOUL ST-LO

























(Chapitre 2 a) Nouveau


AGENCIES


DE VOYAGES










SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


LOI DU 15 JUILLET 1955
R6glementant 1'6tablissement et le fonctionnement des Agences de Voyages ainsi
que 1'exercice des m6tiers de guide et de chauffeur-guide. (Reproduction)
(Moniteur du Lundi 22 Aofit 1955, No. 74)

PAUL E. MAGLOIRE
President de la R6publique

Vu les articles 57, 79 et 137 de la Constitution;
Vu le Decret du 27 Septembre 1950, cr6ant l'Office National du
Tourisme;
Vu la Loi du 15 Septembre 1953, instituant le Conseil Technique
du Tourisme Haitien;
Considerant qu'il convient de r6glementer l'6tablissement et le fonc
tionnement des Agences de Voyages ainsi que l'exercice des m6tiers
de guide et chauffeur-guide;
Consid6rant que cette r6glementation contribuera, dans une large
measure, a faciliter le s6jour des visiteurs strangers en Haiti et, par
consequent, a favoriesr le developpement de l'Industrie Touristique;
Sur le rapport du Secr6taire d'Etat du Commerce;
Et apres d6lib6ration du Conseil des Secr6taires d'Etat;

A Propose
Et le corps L6gislatif a vote la Loi suivante:
Article ler.- L'Agence de Voyages est une entreprise qui se charge
dans un but commercial d'organiser pour ses clients des voyages et ex-
cursions et de faire pour eux tous les arrangements utiles avec les h6-
tels et toutes organizations preposees au service des voyageurs.
Article 2.- Aucune agence de voyages ne peut fonctionner sans
une licence d6livr6e, conform6ment aux articles 3 et suivants de la
pr6sente Loi.
Article 3.- Tout candidate a la licence doit d6sormais justifier qu'il
remplit les conditions suivantes:
lo) Etre de nationality haitienne.
Dans le cas d'une society, celle-ci doit etre haitienne, confor-
m6ment aux dispositions du Code de Commerce.
2o) Presenter des garanties de morality et etre de bonne vie et
moeurs suivant certificate du Magistrat Communal de son do-
micile..
3o) Fournir des r6f6rences eu 6gard a ses possibilities financieres et
a son experience dans ce genre d'entreprise.
Article 4.- L'octroi de la licence permet au beneficiaire de s'orga-
niser en yue de rendre les services qui competent a l'Agent de Voya-
ges. I1 ne pourra cependant exercer effectivement les activities d'Agent
de Voyages qu'apres avoir fourni la preuve a 1'Office National du
Tourisme, dans un delai maximum de trois (3) mois, qu'il possede un
bureau convenablement am6nag6 pour la reception des clients et orga-
nis6 pour leur fournir les services professionnels requis. Faute par l'A-







SUPPLEMENT FiSCAL rl EX (), 0i.(gI E 1955


gent de se conformer a cette prescription, il perdra l'erppiration du
d6lai sus-mentionne le b6n6fice de sa licence.
Article 5.- Aucune entreprise, soci6t6 ou individu ne pourra exer-
cer, sans licence, les activities d'Agent de Voyages telles que d6finies
plus haut. Toute agence don't 1'6tablissement n'aura pas eu lieu con-
form6ment aux dispositions de la pr6sente Loi sera fermee par decision
du Secr6taire d'Etat du Commerce et sur rapport motive de l'Office du
Tourisme.
Article 6.- La licence est accord6e a titre personnel. Si le titulaire
est une society, toutes modifications dans la personnel de ses adminis-
trateurs ou dirigeants doivent etre portee-, a la connaissance de l'ONT,
aux fins necessaires.
Article 7.- Outre la licence qui lui sera delivree sans frais, l'A-
gence de Voyages est assujetti au paiement annuel d'une patente de
500.00 gourdes.
Article 8.- Les voitures appartenant aux Agences de voyages de-
vront etre pilot6es par des chauffeurs professionnels ou par des chauf-
feurs-guides de nationality haitienne.
Article 9.- Les agents de voyages communiqueront aux services
comp6tents, au moins 24 heures avant l'arriv6e de chaque avion ou
bateau, la liste de leurs clients.
La preuve de l'existence d'un accord pr6alable a l'arrivee du tourist
en Haiti pourra toujours etre demand6e aux Agences; et elle pourra
etre faite par communication de cAbles, de lettres, de coupons, etc.
Article 10.- L'Agence de Voyages ne pourra assurer le transport
que de ses seuls clients de leur point d'arriv6e a i'h6tel oiu ils ont leur
reservation ou bien qu'ils ont librement choisi.
Article 11.- Les voitures appartenant aux Agences de Voyages
ne pourront pas transporter les tourists dits ind6pendants de l'a6ro-
port ou du d6barcadere aux hotels. Elles ne pourront pas stationner
aux spaces r6serv6s aux taxis, aux abords des a6roports, des quais et
des hotels. Les chauffeurs des dites voitures qui enfreindront les ordres
de la Police a cet 6gard. seront diferbs a la Justice pour r6pondre de
cette contravention, conform6ment aux reglements sur la circulation
des v6hicules.
Article 12.- Les repr6sentants d'une Agence de Voyages ne pour-
ront monter A bord d'un bateau de croisiere pour se livrer a leurs acti-
vit6s commercials, a moins que ladite Agence ait 6t6 charge par en-
tente prealable d'excursions organis6es en Haiti pour des passagers du
bord.
Article 13.- Les repr6sentants des Agences de voyages ne pourront
pas p6n6trer a l'interieur des hotels pour prendre contact avec leurs
clients. Ils s'adresseront au bureau d'information de l'h6tel qui les met-
tra en rapport avec les int6ress6s.
Article 14.- Apres deux infractions aux stipulations des arts. 7, 8,
9, 10, 11, 12 et 13 dCiment constatees par l'Office National du Touris-
me dans le courant d'une mime annie fiscal, la licence de l'Agence
pourra etre supprim6e par decision de la Secretairerie d'Etat du Com-
merce sur rapport motive du sus-dit Office. II est entendu que le Di-






SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


recteur et les Employ6s de I'ONT ne peuvent diriger une entreprise
hcteliere ou une agence de voyages et que tout traffic d'influence, dcl-
ment prouv6, de la part de l'un de ces fonctionnaires entrainera des
sanctions l6gales.
Article 15.- Nul ne peut, a titre commercial, servir de guide a un
ou plusieurs visiteurs de passage en Haiti s'il ne d6tient une licence
de FONT i'habilitant a le faire. Tout contrevenant a cette disposition
sera def6r6 au Tribunal Correctionnel. Il sera possible d'une amende
de 200 a 1.000 gourdes, ou d'un emprisonnement de 6 a 90 jours.
Article 16.- Le chauffeur-guide est celui qui exerce a la fois la
profession de chauffeur public et celle de guide.
Article 17.- Tout candidate a la licence de guide ou de chauffeur-
guide doit justifier qu'il remplit les conditions suivantes:
1) Etre de bonne vie et moeurs, selon certificate du Magistrat Com-
munal de la ville oiu est 6tabli le siege principal de ses activities;
2) poss6der des connaissances g6n6rales suffisantes tant en langue
anglaise ou espagnole que sur 1'histoire et la g6ographie d'Haiti,
sur le commerce, I'agriculture, industries le folklore et l'art hai-
tien pour renseigner utilement les voyageurs de passage dans le
pays. Les dites connaissances seront appr6ci6es par un jury de
3 membres A former par decision du Secr6taire d'Etat du Com-
merce et qui comprendra: Un representant du D6partement
du Commerce, un D6legu6 du D6partement du Travail et un
Membre d'une Organisation Professionnelle se rapportant A l'In-
dustrie touristique. Des course pratiques sp6ciaux seront organisms
A 1'ONT pour la preparation A cet examen de toute personnel
int6ressee.
Article 18.- La licence de guide sera accord6e par l'Office Natio-
nal du Tourisme sur recommandatior du Jury mention( i l'article
pr6c6dent. La licence de chauffeur-guide sera accord6e aux m6mes
conditions et en outre, apres presentation par le postulant de sa licence
de chauffeur.
Article 19.- Les guides et chauffeurs-guides prendront contact avec
leurs clients dans les hotels, aux bureaux d'information et de ses 6ta-
blissements.
Article 20.- Le chauffeur public A qui un client est adresse ou a qui
un client a demanded, avant son arrive en Haiti, de le rencontrer a
l'a6roport, pourra le faire, quite A se conformer aux dispositions de
l'article 9 ci-dessus.
En outre, le chauffeur public ainsi que le chauffeur-guide ont pour
obligation:
1) de conduire A l'h6tel oiu il a sa reservation ou a l'h6tel qu'il a
librement choisi, le voyageur qui loue leurs services a son arri-
v6e A l'a6roport ou au d6barcadere.
2) de respecter le tarif de la circulation en vigueur qui devra etre
affich6 en bonne place dans leurs voitures.
Tout contrevenant aux dispositions qui precedent sera def6r6 au
Tribunal Correctionnel. Il sera possible d'un emprisonnement de 6 a
90 jours ou d'une amende de 200 A 1.000 gourdes.







SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


Article 21.- Toute infraction a l'une quelconque des dispositions
ci-dessus relatives aux guides et chauffeurs-guides et toute plainte
grave reconnue fondue pourra entrainer la suspension ou le retrait de
la licence du guide et du chauffeur-guide par decision du Secr6taire
d'Etat du Commerce, sur rapport motive de l'O.N.T.
Article 22.- Tous autres r:Im. f;m n relatifs a l'application de la
pr6sente loi seront pris par la Secr6tairerie d'Etat du Commerce, avec
l'approbation du Conseil des Secr6taires d'Etat. Ils seront rendus pu-
blics par communique de la dite Secr6tairerie d'Etat.
Article 23.- La pr6sente Loi abroge toutes lois et toutes disposi-
tions de lois, tous d6crets-lois et dispositions de d6crets-lois qui lui
sont contraires et sera publi6e et ex6cut6e a la diligence des Secr6tai-
res d'Etat du Commerce et de la Justice. chacun en ce qui le concern.
Donn6 au S6nat de la R6publique, a Port-au-Prince, le 16 Juin
1955, An 1526me de l'Ind6pendance.
Le President: CHARLES FOMBRUN
Les Secr6taires: WALTER SANSARICQ, EMILE JONASSAINT

Fait a la Chambre des D6put6s, a Port-au-Prince, le 15 Juillet 1955,
An 1526me de l'Ind6pendance.
Le President: ADELPHIN TELSON
Les Secr6taires: LUC JEAN, LELIO MAGLOIRE, a. i.

AU NOM DE LA REPUBLIQUE

Le President de la Republique ordonne que la Loi ci-dessus soit re-
vetue du Sceau de la R6publique, imprimee, publi6e et ex6cutee.

Donn6 au Palais National, a Port-au-Prince, le 18 Juillet 1955, An
1526me de l'Ind6pendance.
PAUL E. MAGLOIRE
Par le Pr6sident:
Le Secr6taire d'Etat de la Pr6sidence et du Commerce:
MARCEL FOMBRUN
Le Secr6taire d'Etat de l'Int6rieur et de la Justice:
LUC G. PROPHETE
Le Secr6taire d'Etat des Relations Exterieures et des Cultes:
MAUCLAIR ZEPHIRIN
Le Secr6taire d'Etat des Finances et de 1'Economie Nationale:
CLEMENT JUMELLE
Le Secr6taire d'Etat de 1'Education Nationale, a. i.:
MAUCLAIR ZEPHIRIN
Le Secr6taire d'Etat de 1'Agriculture, a. i.:
ROGER DORSINVILLE
Le Secr6taire d'Etat des Travaux Publics:
RAOUL ST-LO
Le Secr6taire d'Etat de la Sant6 Publique et du Travail:
ROGER DORSINVILLE






















Chapitre 11 a) Nouveau

CACAO










'SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


LOI DU 17 AOUT 1955
Assurant a la culture du cacao un rendement profitable (Reproduction)
(Moniteur du Jeudi 6 Octobre 1955, No. 91)

PAUL E. MAGLOIRE
President de la R6publique

Vu les articles 57 et 79 de la Constitution;
Vu la loi du 26 Septembre 1952 dite -CODE DU CAFE-;
Consid6rant que la culture du cacao doit etre envisage d'une fa-
gon rationnelle en vue d'un rendement profitable;
Consid6rant que la preparation d6fectueuse du cacao entraine une
d6pr6ciation de cette denr6e sur 1c.s marches consommateurs et qu'il
convient d'obvier a cet 6tat de choses;
Consid6rant que la r6colte des cabosses de cacao incompl&tement
mrires et la vente de ces dites cabosses ou du cacao frais qui en pro-
vient constituent une pratique deplorable, de nature a emp&cher une
bonne preparation du produit et entrainent une perte serieuse pour
l'Economie Nationale;
Consid6rant qu'il y a lieu d'accorder des facilities aux speculateurs et
usiniers poss6dant l'installation requise pour le lavage, la fermenta-
tion, le s6chage, en un mot pour la preparation convenable de cette
denr6e;
Sur le rapport des Secretaires d'Etat du Commerce, de l'Agriculture,
des Finances et de l'Economie Nationale;
Et de l'avis du Conseil des Secr6taires d'Etat;

A Propose
Et le Corps L6gislatif a vot6 la loi suivante:

CHAPITRE I

DE LA CULTURE DU CACAOYER
Article 1.- Il est formellement interdit de d6truire en tout ou en
parties des cacaoyers, sans une autorisation prealable et 6crite d'un
Agent qualifi6 du D6partement de l'Agriculture, conformement aux lois
d6jiA tables.
Article 2.- Les cacaoyeres doivent etre soigneusement entretenues,
debarrassees de toutes plants grimpantes, epiphytes et parasites-

CHAPITRE II

DE LA CUEILLETTE DU CACAO
Article 3.- Il est formellement interdit de cueillir, de transporter, de
vendre, d'6changer, de donner ou de recevoir en paiement pour quelque
cause que ce soit des cabosses de cacao incomplktement muires.







SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


CHAPITRE III
DE LA PREPARATION DU CACAO
Article 4.- L'ouverture des cabosses ne pourra avoir lieu chez les
producteurs, sp6culateurs, exportateurs et usiniers, que sur des aires
bien propres et bien seches, en ciment, en maqcnnerie ou en planche, ou
sur des nattes, pr6larts ou autres objets pouvant preserver les feves de
tout contact avec la terre.
Le s6chage des feves ne pourra se faire chez les producteurs, les
sp6culateurs, exportateurs et usiniers que sur des aires de s6chage rem-
plissant les conditions fixees a la pr6sente loi ou dans les s6choirs
mecaniques.
.Article 5.- Tout producteur de cacao qui contreviendra aux dispo-
sitions des Articles ler et 2 de la pr6sente loi sur le proces-verbal d'un
Agent qualifi6 du D6partenient du Commerce ou du D6partement de
l'Agriculture, sera possible d'une amende variant de 15 a 25 gourdes.
Article 6.- Toute contravention aux art. 3 et 4 sera, sur proces-ver-
bal d'un Agent qualified du D6partement du Commerce, punie d'une a-
niende de 10 gourdes si le Contrevenant est producteur, de cinquante
gourdes s'il est sp6culateur et cent cinquante gourdes s'il est usinier
ou exportateur. En cas de r6cidive, au course d'une meme ann6e fisca-
le, l'amende sera double et les licences, patente et autorisation pour-
ront etre retirees aux contrevenants.
CHAPITRE IV
DE LA PREPARATION COMMERCIAL DU CACAO
Article 7.- R6serve faite de ce qui est dit aux articles ci-dessus il
est formellement interdit de conserver en stock, de transporter, de ven-
dre, d'acheter, de recevoir en paiment pour quelque cause que ce soit:
lo) du cacao en feve frais, c'est-A-dire imm6diatement apres son ex-
traction des cabosses;
20) du cacao en feve, contenant des matieres etrang&res;
30) du cacao contenant en nombre plus de 1% de feves d6fectueuses
par 6chantillon de 500 grammes.
Les feves d6fectueuses sont:
a) les feves cass6es;
b) les feves piques ou v6reuses;
c) les feves plates, 16geres ou fausses;
d) les feves moisies;
e) les feves sales ou terreuses;
f) les feves prematur6es.
Le cacao dit -tel quel, demi-sec ou trois-quarts sec pourra toute-
fois etre livr6 aux sp6culateurs disposant d'une superficie de glacis r.i-
sonnable, tel que sera fix6 par le service competent du D6partement du
Commerce.
Article 8.- La vente et l'achat du cacao en cabosses ou en feves ne
peuvent se faire que dans les limits de speculation et avec une auto-
risation special d'un agent qualifi6 de l'Office de Contr6le et de Deve-







SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


loppement des Denrees d'Exportation, sous peine de sanctions prevues
A l'article 68 de la loi du 26 Septembre 1952.
Toutefois les 6tablissements de preparation m6canique etablis en
dehors des zones de speculation pourront installer des postes d'achat de
cacao en cabosses sous les conditions suivantes:
lo) que les regions d'installation des postes d'achat soient agr66es
et autoris6es par un Agent qualifi6 de l'Office du Contr6le et de Dave-
loppement des Denrees d'Exportation;
2o) que seules des cabosses completement mfires soient acceptees
aux dits postes d'achat;
3o) que l'installation fonctionne effectivement.
Article 9.- L'autorisation prevue au premier paragraphe de l'article
precedent n'est valuable que pour une ann6e fiscal. Elle doit etre re-
nouvel6e A la fin de chaque exercise.
Elle sera d6livr6e aux speculateurs, quand ils remplissent les condi-
tions suivantes, en dehors de celles d6ji fixes par la Loi pour l'exerci-
ce de leur profession:
lo) que leur 6tablissement soit pourvu d'un d6p6t d'au moins 4 me-
tres de long sur 4 metres de large et trois metres 50 de haut, sans pla-
fond s'il est recouvert de tuile, d'ardoises ou d'autres materiaux du
meme genre et plafonn6 s'il est recouvert de t6les, A parois solides et
bien 6tanches, en murs ou planches a sol carrel6, ciment6 ou en plan-
ches et d'un niveau sup6rieur de 20cms. au moins a celui du sol envi-
ronnant, a ouvertures suffisantes pour permettre une bonne aeration;
2o) que l'6tablissement dispose d'une table assez large pour le
triage des fbves et qui sera toujours proprement tenue;
30) qu'A proximity de 1'6tablissement on dispose d'un glacis en ma-
qonnerie de 100 m2, au moins en bon 6tat ou d'un sechoir mecanique
en etat de fonctionnement.
Article 10.- Les sp6culateurs d6ja installs pour l'achat du cafe
peuvent acheter le cacao aux memes lieux et l'emmagasiner dans les
memes d6pots.
II leur est cependant r6clame une superficie de s6chage additionnel
d'au moins 100m2, au cas oiu ils achktent du cacao frais ou demi-sec
ou l'equivalent de cette superficie en s6choir mecanique.
Article 11.- Le triage a la main du cacao en feve ne pourra se faire
que sur des tables convenablement aminagees a cette fin. propres et
bien seches.
Article 12.- A aucun stade des operations, (livraison, pesage, fer-
mentation, lavage, emmagasinage, ensachage... etc...), le cacao
en feve ne doit etre en contact avec la terre. L'aire qui doit recevoir
les feves doit etre toujours bien propre et bien seche.
Article 13.- Les sp6culateurs pourront etre autoris6s A acheter
aussi du cacao en cabosses si, remplissant les conditions prevues a
l'article 10 ci-dessus, ils disposent en outre, A leur etablissement, d'une
caisse de fermentation reconnue adequate par un representant quali-
fi6 de 1'Office de Contrl6e et de D6veloppement des Denrees et d'Ex-
portation, ou d'un dispositif de sechage permettant la preparation im-
m6diate des lots regus.







JFPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


Article 14.- Toute personnel qui, sans avoir r6uni les conditions re-
quises par la Ici du 26 Septembre 1952 et par les articles 8, 9 et 10
de la pr6sente loi, aura fait un acte de speculation du cacao sera, sur
prcces-verbal d'un Agent qualifi6 du D6partement du Commerce ou de
F'Administration des Contributions, possible d'une amende de 200
gourdes ou d'un emprisonnement de 15 a 25 jours ou des deux peines
a la fois. En cas de recidive au course d'une meme annee fiscal, la peine
sera double.
Article 15.- Toute personnel qui aura, dans la preparation du cacao,
employee des proc6d6s ou utilis6 des products susceptibles d'alt6rer les
caracteristiques essentielles de cette denr6e, sera frappee d'une amende
de 10 a 50 gourdes s'il s'agit d'un producteur et de 50 S 100 gourdes
s'il s'agit d'un interm6diaire.
Article 16.- Tout lot de cacao reconnu impropre a la consommation
sera, apres constat effectu6 par l'Agent competent du D6partement du
Commerce, en presence du Juge de Paix, remis au Service d'Hygibne
pour etre brile.
CHAPITRE V
DES DEPOTS
Article 17.- Le dep6t des sp6culateurs ou des exportateurs devra
6tre bien nettoy6 avant tout emmagasinage de feves et il ne devra etre
toler6, a ces d6p6ts, aucun product ou objet quelconque A odeur forte
ou de nature a alt&rer l'arome ou la quality du cacao.
Le parquet sera en planches ou en beton; le parquet en b6ton sera
pourvu de rances en bois.
Article 18.- Le speculateur ou l'exportateur est tenu d'apporter a
son d6pot les am6liorations exigees par l'Agent qualifi6 du D6parte-
ment du Commerce dans le dl6ai qui lui est fixed sous peine d'une
amende de Cent gourdes si le contrevenant est sp)culateur et de 250
gourdes, s'il est exportateur.

CHAPITRE VI
DU TRANSPORT DU CACAO
Article 19.- Tout cacao en feve transported d'une ville a une autre,
d'un bourg ou centre autoris6 A un autre bourg ou centre, devra etre
accompagn6 d'un certificate sign d'un repr6sentant de l'Office de Con-
tr6le et de D6veloppement des Denr6es d'Exportation, attestant que la
denr6e est conforme aux dispositions de I'art. 7 ci-dessus et indiquant
les noms de l'exportateur et du destinataire, les points d'exp6dition et
de destination, le nombre de sacs, le nom du voilier ou le No. du ca-
mion, ainsi que le nom du capitaine ou du chauffeur.
Article 20.- Lorsqu'au lieu d'exp6dition, il n'existe pas de repr6sen-
tant qualifi6 de l'Office ou que ce repr6sentant est absent, le transport
pourra se faire sans certificate, a charge par l'exp6diteur d'en avertir
le representant qualified du dit Office en tout lieu de transit ou au lieu
de destination, et a charge par le Capitaine de voilier, le Chauffeur du
camion et le destinataire de requ6rir le control.







SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


Article 21.- Tout capitaine de voilier, chauffeur de camion, conduc-
teur d'un v6hicule quelconque qui contreviendra aux dispositions des
articles 19 et 20 precedents sera puni en justice de paix d'une amended
de Gdes. 50.- sur procis-verbal d'un representant de 1'Office de Con-
trole et de D6veloppement des Denrees d'Exportation.

CHAPITRE VII

DES USINES

Article 22.- Seront considers comme usines a cacao tous etablisse-
ments poss6dant le materiel su:vant en bon 6tat de fonctionnement:
lo) des cuves a fermentation
20) un ou des s6choirs mecaniques ou un glacis d'au moins 200 me-
tres carries;
3o) pelles, r:ei .L:: etc... en bois.
Article 23.- Aucune usine ne pourra etre 6tablie sans une autorisa-
tion pr, .:: et 6crite du Service comp'tecnt du D&partement du Com-
merce.
La soumission prealable et l'acceptation du plan de l'installation se-
ront i-.' p'T P nsao!'s.
Article 24.- Les usines ne T,ou; 'on pas fonctionner sans une autori-
sation pr6alable et ecrite attestant que ces installations reunissent les
conditions de fonctionnement requises.
Cette autorisation qui sera d6livr~e par le Service competent du De-
partement du Commerce ne sera valuable que pour une seule annee fis-
cale.
CH '.-3ITRE VIII

DE L'.3T C -'-A I' DU CACAO

Article '.- Il est ,t-., aux er:r.ctateurs de cacao:
lo) d'acheter des lots de cacao qui ne seraient pas de quality loyale
et .n rd rcl r];
2o) de recevoir des lots qui ne seraient pas accompagnes d'un certifi-
cat c "xp-'c'itlon si'C i.. Agent pr6pos6 au contr6le ou de melanger
ces lots a d'autres sans les avoir daciar6s a l'Agent propose au contr6le,
sauf cas de force majeare i]. ,. r- constate.
Article 26.- Toute contravention aux dispositions de l'arn. pr&c6dent
sera, sur procis-verbal d'un Agent qualifi6 du D6partement du Com-
merce, possible d'une amende de Gdes. 250.- A chaque nouvelle con-
travention f'amende sera double.
Article 27.- Le cacao fermented bien sec, tri6e la main, d6pourvu de
matibres 6trangeres et ne contenant en nombre que 3% de feves de-
fectueuses par 6chantillon de 500 grammes, est exoner6 de tout droit
1. I'exportation.
Sont maintenus les droits, surtaxes et droits additionnels A l'exporta-
tion actuellement en vigueur, sur tout cacao qui content plus de 3%
en nombre de f&ves d6fectueuses par 6chantillon de 500 grammes,
quelle qu'en soit la preparation.







SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


Article 28.- En sus des taxes pr6vues par la loi, il sera applique a
l'exportation de tout cacao, une taxe additionnelle de G. 5.00 par sac de
75 kilos quand le prix FOB minimum est de 35 dollars les 50 kilos.
Le produit de cette taxe additionnelle sera verse a un compete non
fiscal pour etre affected A l'amelioration de methodes de preparation du
cacao, notamment A l'6tablissement de sechoirs mecaniques dans les
principaux centres de production cacaoyere du Pays: s6choirs qui
pouront etre remis par le D6partement du Commerce et de l'Economie
National aux Coop6ratives de production ou de preparation du cacao
en feves, constitutes dans les dites regions.
Article 29.- La pr6sente loi abroge toute loi ou disposition de loi
qui lui sont contraires; elle sera publi6e et executee A la diligence des
Secr6taires d'Etat du Commerce, de l'Agriculture, de la Justice, des
Finances et de l'Int6rieur, chacun en ce qui le concern.

Donn6 au S6nat de la R6publique, a Port-au-Prince, le 12 Aouit 1955,
An 152eme de 1'Ind6pendance.
Le President: CHARLES FOMBRUN
Les Secr6taires: WALTER SANSARICQ, EMILE JONASSAINT

Fait A la Chambre des Deput6s, a Port-au-Prince, le 17 Aofit 1955
An 152eme de 1'Independance.
Le President: ADELPHIN TELSON
Les Secr6taires: DULLY LAMOTHE, JEAN KERNIZAN

AU NOM DE LA REPUBLIQUE

Le President de la R6publique ordonne que la Loi ci-dessus soit re-
vetue du Sceau de la R6publique, imprim6e, publi6e et ex6cutee.
Donn6 au Palais National, a Port-au-Prince, le 20 Aoft 1955,
An 152eme de l'Ind6pendance.
PAUL E. MAGLOIRE
Par le Pr6sident:
Le Secr6taire d'Etat de l'Agriculture, a.i.: ROGER DORSINVILLE
Le Secretaire d'Etat de la Pr6sidence et du Commerce: MARCEL FOMBRUN
Le Secr6taire d'Etat de 1'Int6rieur, de la D6fense Nationale et de la Justice:
LUC G. PROPHET
Le Secretaire d'Etat des Finances et de l'Economie Nationale:
CLEMENT JUMELLE
Le Secr6taire d'Etat des Relations Ext6rieures et des Cultes:
MIAUCLAIR ZEPHIRIN
Le Secr6taire d'Etat de la Sant6 Publique et du Travail: ROGER DORSINVILLE
Le Secr6taire d'Etat de l'Education Nationale, a.i.:
MAUCLAIR ZEPHIRIN
Le Secr6taire d'Etat des Travaux Publics: RAOUL ST-LO






















Chapitre 18 a) Nouveau

COMMERCE










SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


LOI DU 16 AOUT 1955
Portant une nouvelle r6glementation de la profession de commergant.
(Moniteur du Lundi 29 Aouit 1955, No. 76)

PAUL E. MAGLOIRE
President de la R6publique

Vu les articles 16, 57 et 79 de la Constitution;
Vu le Decret-Loi du 28 Septembre 1939 r6glementant l'exercice du
Commerce;
Vu le D6cret du 11 Janvier 1943 modifiant le Decret-Loi du 28 Sep-
tembre 1939;
Vu la loi du 26 Septembre 1951 reorganisant les divers Services de
la Secr6tairerie d'Etat du Commerce;
Consid6rant que l'exp6rience a d6montr6 la n6cessite d'une refonte
de la L6gislation r6gissant la profession de commergant;
Considerant que le d6veloppement de l'Economie Ha'itienne appelle
une nouvelle r6glementation du Commerce plus en harmonie avec le
movement actuel des affaires;
Consid6rant que l'article 16 de la Constitution interdit a tous les im-
portateurs, commissionnaires, agents de manufactures de se livrer au
Commerce de detail, meme par personnel interpose, sauf les exceptions
et les distinctions etablies par la loi;
Sur Ie rapport des Secr6taires d'Etat du Commerce, des Finances. de
1'Int6rieur et de la Justice;
Apres d6lib6ration en Conseil des Secr6taires d'Etat;

A Propose
Et le Corps Legislatif a vot6 la Loi suivante:
Article ler.- L'6tranger est autoris6e exercer le commerce dans
la Republique en quality de Negociant Consignataire dans les ports
ouverts seulement.
Article 2.- La vente au detail des marchandises dites de premiere
necessit6 qui peuvent &tre classees dans les categories ci-apr&s design6es,
est exclusivement r6servie a tous ceux, sans distinction, qui ont la
quality d'Haitien et sont habiles a exercer ce genre de commerce, con-
form6ment a la Loi, ce, en vertu de l'article 3 du D6cret-Loi du 28 Sep-
tembre 1939 modified par I'article ler. du D6cret-Loi No. 252 du 11
Janvier 1943.
Ces categories sont les suivantes:
1) Tissus et autres articles de lingerie en Coton;
2) Produits comestibles et boissons;
3) Article de toilette;
4) Quincaillerie, bonneterie, mercerie;
5) Article de menage et verrerie;
6) Ferronnerie;
7) Mat6riaux de construction;







SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


8) Papeterie;
9) Article de cordonnerie;
10) Autres articles dits de premiere n&cessit6 tels que: Tabac, k6ro-
sene, bougie, gasoline etc...
Article 3.- La r6glementation du Commerce de ces products
pour chacun des groups indiqu6s, ou s'il y a lieu, pour un produit con-
sider6 isol6ment, se fera par Arr8t6 du Pr6sident de la R6publique pris
en Conseil des Secr6taires d'Etat. Ces arr&tes pr6ciseront au point de
vue qualificatif, les articles don't la vente au detail est exclusivement re-
serv6e a l'Haitien. Ils fixeront 6galement les quantit6s minima de cha-
cun de ces articles que le n6gociant consignataire est admis a vendre
dans ses 6tablissements.
Article 4.- La vente au public de 'un quelconque de ces products
est formellement prohib6e au n6gociant consignataire. Celui-ci ne pourra
vendre les marchandises en question qu'aux Commerqants dfiment pa-
tent6s et autoris6s par la Loi A les d6biter en detail ou aux autres Com-
meriants de sa cat6gorie.
Article 5.- Les ventes effectu6es par le n6gociant consignataire de
l'un quelconque de ces products doivent etre constat6es par 6crit. Les
fiches 6tablies a l'occasion des dites ventes comporteront les noms des
acheteurs, les num6ros de leurs patentes et les quantities vendues.
Article 6.- L'importateur de nationality haitienne ne sera pas non
plus admis a se livrer simultan6ment au commerce en gros et A la vente
en detail des dites marchandises de premiere necessity.
Article 7.- L'importateur haitien qui recoit de l'ext6rieur des mar-
chandises de premiere necessity pour l'approvisionnement des commer-
cants detaillants, est reput6 importateur grossiste et est assimil6 au n6-
gociant consignataire. Il ne pourra, en consequence, d6biter les
marchandises don't la vente au detail est conditionn6e par la pr6sente loi
qu'en se conformant aux articles 3, 4 et 5 ci-dessus. Les Arr&t6s pr6vus
a j'arc;cie 3 pr6ciseront les quantit6s minima au-dessous desquelles la
vente des products en question est interdite a l'importateur grossiste.
La quality d'importateur grossiste pourra 6tre 6tablie par enquite
ou autrement, en vue de l'application des sanctions legales, le cas e-
ch6ant.
Article 8.- Toutefois, en function de certaines conditions de milieu,
de capital et de chiffre d'affaires, l'importateur de nationality haitienne
qui regoit des marchandises de premiere necessity pour les besoins ex-
clusifs et son propre commerce de detail, pourra 6tre admis a les d6bi-
ter directement aux consommateurs, avec I'autorisation pr6alable des
Departements du Commerce, des Finances et de l'Economie Nationale,
approuv6e par le Conseil des Secretaires d'Etat.
Ces autorisations seront valables pour trois ans et elles devront etre
affich6es, en bonne place, a la vue du public, dans les 6tablissements
de tous b6neficiaires.
En aucun cas l'importateur grossiste ne sera autorise A exercer son
commerce dans le meme local que le d6taillant.
Article 9.- Le commerce en gros ou en detail des articles qu'il
repr6sente, est interdit a l'agent de manufacture, quelle que soit sa na-






SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


tionalit6. Ses activities commercials sont desormais limit6es a l'impor-
tation pour compete de negociants consignataires ou de commerqants im-
portateurs des products don't il est l'agent.
Toutefois. il est accord6e l'agent de manufacture, le droit d'importer
tout nouveau produit pendant une p6riode d'une annee, dans le but
de faire connaitre la nouvelle marque sur le march. D'autre part, l'a-
gen: de manufacture pourra d6douaner et vendre en gros toute mar-
chandise qui aura 6-6 refusee par un client, ce, pour lui permettre de
sauvegarder les int6r&ts de ses represents.
Dans 1'un et I'autre cas, le dit agent devra au pr6alable, obtenir l'au-
,orisation du D6partement du Commerce.
Article 10.- L'agent distributeur, au contraire, quelle que soit sa na-
tionalit6, importera en son nom propre les marchandises don't la dis-
tribution lui est confine. S'agissant des products de premiere n6cessit6
dont la vente au detail est r6glement6e par Arrete Presidentiel, l'agent
jistributeur ne pourra les d6biter aux consommateurs, qu'en se con-
formant aux dispositions des articles 3, 4, 5, de la pr6sente loi.
Article 11.- Aucun agent de commerce n'est d6sormais autoris6 a
-'adonner simultan6ment aux deux ordres d'activite: (representation
el: distribution) d6finis ci-dessus (articles 9 et 10) dans le commerce
d'un meme produit.
Article 12.- I1 est interdit a tout stranger en transit ou de passage
dans le pays, comme a tout individu resident en Haiti (Haitien ou
stranger), non patent, de faire acte de commerqant sous une forme ou
sous une autre. Le commerqant voyageur en transit ou qui sejourne
temporairement dans le pays, ne pourra le faire que par l'interm6diaire
d'un agent de commerce dfment patent&.
Article 13.- La distribution de tous les products de fabrication lo-
cale qui peuvent t r. classes dans Ics oupes vis6s a l'article 2 de la
pr6sente Loi est soumise au cc'-vl-e du D6partement du Commerce.
Elle pourra faire i'.,bj : de dispositions sp6ciales dans les Arrte6s r6gle-
mentant le commerce des dits products.
Article 14.- Nul n'a le droit de s'adonner au commerce de paco-
tille, s'il n'est dument itnte a cet effet. La patente de pacotilleur sera
refuse a tout co!.Jn, :-.nt (i:S..' comme n6gociant consignataire, im-
portateur, marchand en gros et detail, marchand en comestibles. De
meme, aucun commis de rn.- ,asin et aucun individu agissant comme tel,
quoique pa'.:it' ne sera d6sormais admis a se livrer au commerce de
pacotille, Le contrevenant aux -- ,. dispositions, encourra une
amende de cinq cents A mille urlth ou un emprisonnement de un a
trois mois. En cas de .':' les deux ,rcnes lui seront appliquees.
.'r'iciE 15.- Les X:"' .c:' c. i-' -t..'r:-;. Iha'iens et strangers, les
i!!1 : r'-t ur-. munis de la -----te de marchands en gros et detail, qui
fo: .,:nc;ia! .. -I.I le commerce de products alimentaires et qui ne
sont pas tenanciers i: ::;,.n. dits de caf6, de restaurants ou d'h6tel,
pourront d6biter dans leur etablissement, les articles ci-apres designs:
1) biere et boissons malt6es, par verre;
2) kola et autres boissons gazeuses, par verre.







SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


Ils acquitteront, a cet effet, la patente pr6vue au tarif annexed au D-
cret-Loi du 23 Septembre 1935 pour les tenanciers de caf6.
Les tenanciers proprement dits de caf6, de restaurant ou d'h6tel,
quelle que soit leur nationality, sont autoris6s a d6biter dans leur 6ta-
blissement, les articles ci-apr&s d6sign6s:
1) cigarettes, par pochette;
2) cigares par piece;
3) bire et boissons maltees, par verre;
4) kola et autres boissons gazeuses, par verre;
5) allumettes, par boite.
Article 16.- Tout contrevenant aux dispositions de la present Loi
sera possible d'une amende de deux mille a cinq mille gourdes. De
plus sa patente pourra etre annul6e, et s'il est stranger, sa licence li
6tre retire par decision du D6partement du Commerce.
Article 17.- Tout individu habilite par la pr6sente Loi a faire le com-
merce de detail des marchandises vis6es a l'article 2 ci-dessus, qui aura
servi de prete-nom, en couvrant de sa patente, l'Haitien ou l'Etranger
a qui ce genre de commerce est interdit, sera consider come person-
ne 'nt, m 4e II encourra, de ce chef, l'amende pr6vue a l'article 16, et
sa patente sera annul6e.
Article 18.- Pour 6tablir le delit de prete-nom, il sera tenu compete,
comme pr6vu au D6cret-Loi du 28 Septembre 1939, de la situation de
fo tune ou du credit notoirement connu de l'individu, ainsi que de toutes
autres circonstances de fait, relevant de I'appr6ciation du Tribunal.
Article 19.- En cas de r6cidive, l'amende pr.vue a l'article 16 de la
present Loi, sera double, et le contrevenant pourra, en outre, 6tre
condamn6 a un erprisonnement d'un mois a trois mois.
Si le delit est commis par une Soci6t6 Commerciale, la peine de l'em-
prisonnement s'appliquera personnellement aux erraits ou adminis-
trateurs de la dite Socite'.
Article 20.-- Les agents du Service d'In.:-'Clioi du D6partement du
Commerce, de meme que ceux de l'Administration Communale, apres
cn'.c t des infractions punies par la present Loi, seront tenus d'en dres-
ser procis-verbal et d'acheminer cette piece dans les quarante huit
h L.res, pour les suites n6cessaires, a l'autorite judiciaire comp6tente.
Les (.is agents )r'tiwrt serment conform6ment A la Loi, et les pro-
chs-verbaux qu'ils dresseront, seront crus jusqu', inscription de faux.
articlee 21.- Les contraventions aux dispositions de la pr6sente Loi
seront jugees, toutes affaires cessantes, sans remise, ni tour de r6ie, par
le Tribunal Correctionnel et le Jugement sera executoire, nonobstant op-
position ou pourvoi en Cassation.
Dans le cas de d6lit de prete-nom, la condemnation a l'amende sera
prononc6e solidairement centre le prete-nom et centre celui qu'il a cou-
vert de sa patente. Le recouvrement de l'amende sera poursuivi, soit
sur le fonds de commerce du prete-nom, soit sur le magasin principal de
celui qu'il a couvert.
Le pourvoi centre le Jugement d6finitif, embrassera tous ceux pr6c6-
demment rendus dans la m6me affaire. La cause sera entendue par le






SUPPLEMENT FISCAL ET LCONOMIQUE 1955


Tribunal de Cassation, toutes affaires cessantes et sans remise ni tour
de role.
Article 22.- La pr6sente Loi qui abroge toute loi ou dispositions de
loi, tout d6cret-loi ou dispositions de decret-loi qui lui sont contraires,
entrera en vigueur a partir du ler Octobre 1955, et sera execute a
la diligence des Secretaires d'Etat du Commerce, des Finances et de
la Justice, chacun en ce qui le concern.
Donn6 au S6nat de la R6publique, a Port-au-Prince, le 12 Aofit 1955
An 1526me de l'Ind6pendance.

Le President: CHARLES FOMBRUN

Les Secr6taires: WALTER SANSARICQ, EMILE JONASSAINT

Fait a la Chambre des D6put6s, A Port-au-Prince, le 16 Aofit 1955,
An 152eme de l'Independance.

Le President: ADELPHIN TELSON

Les Secr6taires: LOUIS MILORD, a.i., HUBERT BRIGHT, a.i.

AU NOM DE LA REPUBLIQUE

Le President de la R6publique ordonne que la Loi ci-dessus soit re-
vetue du Sceau de la r','-i;.:u-; imprimee, publi6e et execute.

Donn6 au Palais N..ti. _!., a Port-au-Prince, le 19 Aoft 1955,
An 152eme de l'Ind6pendance.
PAUL E. MAGLOIRE
Par le President:

Le Secr6taire d'Etat de la Justice, de l'Int6rieur et de la D6fense Nationale:
LUC G. PROPHETE

Le Secr6taire d 7;. L de la Pr6sidence et du Commerce:
MARCEL FOMBRUN

Le Secretaire dE .; des Finances et de 1'Economie Nationale:
CLEMENT JUMELLE

Le Secr6taire d'Etat des Relations Ext6rieures et des Cultes:
MAUCLAIR ZEPHIRIN

Le Secretaire d'Etat de la Sant6 Publique et du Travail:
ROGER DORSINVILLE

Le Secr6taire d'Etat de l'Agriculture, a. i.:
ROGER DORSINVILLE

Le Secr6taire d'Etat de 1'Education Nationale, a. i.:
MAUCLAIR ZEPHIRIN

Le Secr6taire d'Etat des Travaux Publics:
RAOUL ST-LO






. ','I'LEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


ARRETES DU 23 SEPTEMBRE 1955
Detcrminant les articles de premiere n6cessit6 pouvant ktre vendus au detail
par I'llIatien et classes dans les categories I, II, III, IV, V, VI, Vm, IX, X.
(Moniteur du Vendredi 23 Septembre 1955, No. 86)

PAUL E. MAGLOIRE
President de la R6publique

Vu I'article 79 de la Constitution;
Vu la loi du 16 Aoitt 1955 r6glementant la profession de commercant;
Consid6rant que la susdite Loi pr6voit une nouvelle reglementation
du Commerce en vue de la sauvegarde des interets respectifs des diff6-
rentes categories de commergants;
Consid&rant qu'il imported, suivant les dispositions de l'article 3 de
la loi du 16 Aofit 1955, d'etabrir la liste des marchandises de premiere
n6cessite don't la vente au detail est exclusivement reservee a l'haitien
et de fixer les quantit6s minima que l'importateur, haitien ou stranger,
est admis A vendre aux commercants d6taillants diment patents ou
aux autres commergants de sa categorie;
Sur le rapport des Secr6taires d'Etat du Commerce, de l'Economie
Nationafe et des Finances;
Et de l'avis du Conseil des Secr6taires d'Etat;

Arrete:
Article ler.-Les articles de premiere n6cessite appartenant a la
cat6gorie I COTONs design6e A Particle 2 de la Loi du 16 Aoit 1955 sur le com-
merce sont les suivants:
Chambray Carabella
Chambray Lafuente
Denims ou bleus, tous genres
Otis (checks)
Chambray 115
Siam, tous genres
Drill blanc ordinaire
Drill couleur ou 6toffe en coton
Siam croise 109
Calicot
Indiennes imprim6es, tous genres
Kaki en general (2 par 2 except)
Tricoline inferieure
Rayonnes inf6rieures don't les prix FOB sont inf6rieurs a G. 1.25
'e yard
Gingham inf6rieur
Herringbone Jeans
Article 2.-L'importateur, haitien ou stranger, n'est admis a vendre
les dits articles aux commercants-detaillants patents ou aux autres
commergants de sa categorie qu'a partir de 150 yards du meme tissue.






SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


Article 3.-Seul re commergant de nationality haitienne se livrant au
commerce de detail est autoris6 a vendre les dits articles au-dessous
de la quantity fix6e de 150 yards.
Article 4.-Le present Arret6 entrera en vigueur A partir du ler
Octobre 1955 et sera ex6cut6 a la diligence des Secr6taires d'Etat du
Commerce, des Finances et de 1'Economie Nationale, chacun en ce qui
le concern.
Donn6 au Palais National, A Port-au-Prince, le 23 Septembre 1955,
An 152eme de l'Ind6pendance.
PAUL E. MAGLOIRE
Par le President:
Le Secr6taire d'Etat du Commerce:
FRANCK DEVIEUX
Le Secr6taire d'Etat des Finances et de 1'Economie Nationale, a. I.:
RAOUL ST-LO




Vu l'article 79 de la Constitution;
Vu la loi du 16 Aoit 1955 r6glementant la profession de commercant;
Consid6rant que la susdite Loi pr6voit une nouvelle reglementation
du Commerce en vue de la sauvegarde des interets respectifs des diff6-
rentes categories de commercants;
Consid6rant qu'il imported, suivant les dispositions de l'article 3 de
la loi du 16 Aoflt 19-55, d'etabfir la liste des marchandises de premiere
n6cessit6 don't la vente au detail est exclusivement reserve 1'haitien
et de fixer les quantit6s minima que l'importateur, haitien ou etranges,
est admis a vendre aux commergants d6tailfants dument patents ou
aux autres commercants de sa categorie;
Sur le rapport des Secretaires d'Etat du Commerce, des Finances et
de 1'Economie National'e;
De l'avis du Conseil des Secretaires d'Etat;
Arrete:
Article ler.-Les articles de premiere necessity appartenant A la
cat-"-or' II -COMESTIBLES ET BOISSONSn design6e a l'article
2 de la Loi du 16 Aofit 1955, et les quantit6s minimia auxquelles ils
doivent etre vendus par l'importateur, haitien ou stranger, aux commer-
cants d6taillants dfment patents ou aux autres commergants de sa
cntl -rie. sont fixes comme suit:
har-=ngs saurs ................. 10 fardeaux de 20 caisses de 18 livres
harengs sel........................ 5 -r;' de 200 livres
more ............................. 5 caisses de 100 livres
manteque ......................... 5 caisses de 12 ferblancs de 5 fivres
manteque en tin................. 10 tins de 37 livres
riz .............. ................... 5 sacs de 100 livres
pommes de terre .............. 5 sacs de 100 livres
oignons ........................... 1 caisse ou 1 sac de 50 livres






SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


poudre d'6elvation ............
levure ..................... .......
lait condense ...................
lait evapore ................
lait en poudre ................
farine de froment.............
pates a'imentaires..............
spices divers ...................
oleomargarine .................
beurre ordinaire ...............
huile comestible.................


1
120
1
1
1
5
5
10
3
3
5


caisse de 2 douzaines de 8 onces
ferblancs de 6 onces
caisse de 48 ferblancs de 14 onces
caisse de 48 ferblancs de 14 onces
,caisse de 24 boites d'une livre
sacs de 200 livres
caisses de 20 fivres
livres de chaque oategorie
caisses de 8 ferblancs de 5 livres
caisses de 8 ferblancs de 5 livres
ferblancs de 5 gallons


Article 2.-Seul fe commerqant de nationality haitienne se livrant
au commerce de detail est autoris6 a vendre les dits articles au-dessous
des quantit6s fixes.
Article 3.-Le present Arre&t entrera en vigueur a partir du premier
Octobre 1955 et sera execute a la diligence des Secr6taires d'Etat du
Commerce, des Finances et de l'Economie Nationale, ichacun en ce qui
le concern.
Donn. au Palais National, a Port-au-Prince, le 23 Septembre 1955,
An 152eme de l'Independance.
PAUL E. MAGLOIRE
Par le Pr6sident:
Le Secretaire d'Etat du Commerce:
FRANCK DEVIEUX
Le Secr6taire d'Etat des Finances et de 1'Economie Nationale, a. i.:
RAOUL ST-LO

*
*

Vu l'article 79 de la Constitution;
Vu la loi du 16 Aoit 1955 r6glementant la profession de commercant;
Consid6rant que la susdite Loi pr6voit une nouvelle reglenentation
du Commerce en vue de la sauvegarde des int6rets respectifs des diffe-
rentes categories de commercants;
Consid6rant qu'il imported, suivant les dispositions de l'article 3 de
la loi du 16 Aout 1955, d'etabrir la liste des marchandises de premiere
n6cessit6 don't la vente au detail est exclusivement reserve a l'haitien
et de fixer les quantities minima que l'importateur, haitien ou stranger,
est admis a vendre aux commerqants d6taill'ants diment patents ou
aux autres commercants de sa categorie;
SuT le rapport des Secr6taires d'Etat du Commerce, des Finances
et de l'Economie Nationale;
De l'avis du Conseil des Secretaires d'Etat;

Arrete:

Article ler.-Les articles de premiere necessity appartenant k la
cat6gorie III "ARTICLES DE TOILETTE- designee 'a article 2 de






SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


la Loi du 16 Aofit 1955 et les quantit6s minima auxquelles ils doivent
etre vendus par l'importateur haYtien ou stranger, aux commercants
detaillants dfment patents ou aux autres commergants de sa cat6gorie,
sont fix6s comme suit:
Savons de toilette ordinaires en carton........ 1 grosse
Pates dentifrices....................................... 1 grosse
Brosses a dents en fibre............................. 1 grosse
Article 2.-Seul Le commercant de nationality haitienne se livrant
au commerce de detail est autorise6 vendre les dits articles au-dessous
des quantit6s fixes.
Article 3.-Le present Arret6 entrera en vigueur a partir du premier
Octobre 1955 et sera execute a la diligence des Secretaires d'Etat du
Commerce, des Finances et de l'Economie Nationale, chacun en ce qui
le concern.
Donn6 au Palais National, a Port-au-Prince, le 23 Septembre 1955,
An 152eme de l'Independance.
PAUL E. MAGLOIRE
Par le President:

Le Secretaire d'Etat du Commerce:
FRANCK DEVIEUX
Le Secretaire d'Etat des Finances et de l'Economie Nationale, a. i.:
RAOUL ST-LO



Vu l'article 79 de la Constitution;
Vu la loi du 16 Aoit 1955 reglementant la profession de commergant;
Considerant que la susdite Loi pr6voit une nouvelle r6glementation
du Commerce en vue de la sauvegarde des int6rets respectifs des diff6-
rentes categories de commergants;
Consid6rant qu'il imported, suivant les dispositions de l'article 3 de
la loi du 16 Aoit 1955, d'6tabfir la liste des marchandises de premiere
n&cessite don't la vente au detail est exclusivement r6servee a 1'haitien
et de fixer les quantit6s minima que l'importateur, haitien ou stranger,
est admis a vendre aux commergants d6taillants dument patents ou
aux autres commercants de sa cat6gorie;
Sur le rapport des Secretaires d'Etat du Commerce, de l'Economie
Nationate et des Finances;
De l'avis du Conseil des Secretaires d'Etat;

Arrete:

Article ler.-Les articles de premiere necessity appartenant a la
cat6gorie IV ,QUINCAILLERIE BONNETERIE MERCERIE,
design6e a I'article 2 de la loi du 16 Aouit 1955 et les quantit6s minima
auxquelles ils doivent etre vendus par l'importateur, haitien ou stranger,







SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


aux commergants detaillants dCiment patents ou aux autres commer-
gants de sa cat6gorie, sont fix6s comme suit:


Boutons divers ................
Agrafes ..........................
peignes ............... .............
Fil sur bois .....................
fil pefote .........................
fil a broder (coton) en 6che-
veau ................... ..........
fil a broder en pelote.........
bas de coton...................
chemisettes (coton)...........
calegons (coton).................
lames de rasoir..................
cuilleres en fer ...............
fourchettes en fer...............
chausettes coton.................


a partir de 1/2 grosse
par grosse
1/2 crosse
1 grosse
5 rivres

1 boite ferm&e
12 boites ou 18 paquets de 10 pelotes
1/2 grosse
1/2 grosse
12 grosse
paquets de 100 lames
1 grosse
1 grosse
1/2 grosse


Article 2.-Seul Te commercant de nationality haitienne se livrant
au commerce de detail est autoris6 a vendre les dits articles au-dessous
des quantities fixes.
Article 3.-Le present Arret6 entrera en vigueur a partir du premier
Octobre 1955 et sera execute a la diligence des Secr6taires d'Etat du
Commerce, des Finances et de l'Economie Nationale, chacun en ce qui
le ccncerne.
Donn6 au Palais National, a Port-au-Prince, le 23 Septembre 1955,
An 152eme de l'Independance.
PAUL E. MAGLOIRE
Par le Pr6sident:
Le Secr6taire d'Etat du Commerce:
FRANCK DEVIEUX
Le Secr6taire d'Etat des Finances et de 1'Economie Nationale, a. i.:
RAOUL ST-LO

*
*

Vu l'article 79 de la Constitution;
Vu la loi du 16 Aoft 1955 reglementant la profession de commergant;
Consid6rant que la susdite Loi privoit une nouvelre r6glementation
du Commerce en vue de la sauvegarde des interets respectifs des diff6-
rentes categories de commerqants;
Consid6rant qu'il imported, suivant les dispositions de l'article 3 de
la loi du 16 Aofit 1955, d'6tabfir la listed des marchandises de premiere
n6cessit6 don't la vente au detail est exclusivement r6servee a l'haitien
et de fixer les quantities minima que l'importateur, haitien ou stranger,
est admis a vendre aux commercants d6tailfants duiment patents ou
aux autres commercants de sa categorie;






SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


Sur le rapport des Secr6taires d'Etat du Commerce, de l'Economie
National et des Finances;
Et de l'avis du Conseil des Secr6taires d'Etat;

Arrete:
Article ler.-Les articles de premiere n&cessit6 appartenant a la
categorie" V ((ARTICLES DE MENAGE ET VERRERIE- d6sign6e a
l'article 2 de la foi du 16 AoCit 1955 et les quantit6s minima auxquelles
ils doivent ktre vendus par l'importateur, haitien ou stranger, aux com-
merqants d6taillants dfment patents ou aux autres commercants de
sa cat6gorie, sont fixes comme suit:
lo) Article de menage en faience, en verre uni ou
a fleurs, graves ou peints............................. par /2 grosse
20) Articles en aluminium ou 6maill6................... par 1/2 grosse
Article 2.-Seul fe commercaat de nationality haitienne se livrant
au commerce de detail est autoris6 a vendre les dits articles au-dessous
des quantit6s fixes.
Article 3.-Le present Arret6 entrera en vigueur a partir du premier
Octobre 1955 et sera execute6 la diligence des Secr6taires d'Etat du
Commerce, des Finances et de l'Economie Nationale, chacun en ce qui
le concern.
Donn6 au Palais National, A Port-au-Prince, le 23 Septembre 1955,
An 152&me de l'Ind6pendance.
PAUL E. MAGLOIRE
Par le President:
Le Secretaire d'Etat du Commerce:
FEANCK DEVIEUX
Le Secr6taire d'Etat des Finances et de 1'Economie Nationale, a. i.:
RAOUL ST-LO



Vu l'article 79 de la C-, itui'._
Vu la loi du 16 Ac'.: 5 r'",:!Tneli.ant la profession de commercant;
Consid6rant que la susdite Loi pr6voit une nouvelle r6glementation
du Commerce en vue de la .u-,.,oe .rt, des int6rets r -'-,tti-' des diff6-
rentes categories de commercants;
Considerant qu'il imported, suivant les dispositions de I'article 3 de
la loi du 16 Aouit 1955, cd t-,'iir la liste des marchandises de premiere
n6cessit6 don't la vente au l 0 est exclusivement r6servee a l'haitien
et de fixer les quantit6s minima que l'importateur, haitien ou stranger,
est admis a vendre aux commercants detaillants diment patents ou
aux autres commercants de sa categorie;
Sur fe rapport des Secr6taires d'Etat du Commerce, de l'Economie
National et des Finances;







PILEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


De l'avis du Conseil des Secr6taires d'Etat;

Arrete:

Article ler.-Les articles de premiere n&cessit6 appartenant a !a
cat6gorie VI , Aouit 1955 et les quantit6s minima auxquelles ils doivent ktre vendus
par l'importatcur, haitien ou stranger, aux commergants d6taiflants
dument patents ou aux autres commercants de sa categorie sont fixes
comme suit:


Pinces a creuser.................
Arraches; clous...................
Machettes, manche en bois...
Serpettes .................... ...
H oues .................. ... ....
H aches ...... ............. .. ...
Pioches ............. ......
Couteaux indigo ................
Fers non a foyer int6rieur...
D ra .i nes ................. .....
Ferblanc en feuille...............


par douzaine
" douzaine
aisse de 5 douz.
caisse de 5 douz.
2 douzaines
douzaine
-. .-- :in ?
caisse de 5 douz.
douzaine
douzaine
oisse de 56 feuilles.


Article 2.-Seul l'e commerceq1n de nationality haitienne se livrant
au commerce de detail est autoris6 a vendre les dits articles au-dessous
des .-. 'I .- fix6ez.
Article 3.-Le present Arret6 entrera en vigueur a partir du premier
Octobre 1955 et sera ex6cut6 a la diligence des Secr6taires d'Etat du
Commerce, des Finances et de 1'Economie Nationale, chacun en ce qui
le ccncerne.
Donn6 au Palais National, a Port-au-Prince, le 23 Septembre 1955,
An 152eme de l'Ind6pendance.
PAUL E. MAGLOIRE
Par le Pr6sident:
Le Secr6taire :-'El it du Commerce:
FRANCK DEVIEUX
Le Secr6taire d'Etat des Finances et de 1'Economie Nationale, a. i.:
RAOUL ST-LO


Vu l'article 79 de la Constitution;
Vu la loi du 16 Aoft 1955 r6glementant la profession de commercant;
Ccnsid6rant que la susdite Loi pr6voit une nouvelfe r6glementation
du Commerce en vue de la sauvegarde des int6r6ts respectifs des diffe-
rentes categories de commergants;
Consid6rant qu'il imported, suivant les dispositions de l'article 3 de
la loi du 16 Aoult 1955, d'6tabrir la liste des marchandises de premiere
n6cessit6 don't la vente au detail est exclusivement reservee l'ha'itien
et de fixer les quantities minima que l'importateur, haitien ou stranger,







SUPPLEMENT tI-,C.AL ET ECONOMIQUE 1953


'est admis a vendre aux commergants detiaillants dfiment patents ou
aux autres commercants de sa cat6gorie;
Sur le rapport des Secr6taires d'Etat du Commerce, des Finances
,et de PEconomie Nationale;
De l'avis du Conseil des Secr6taires d'Etat;

Arrete:
Article ler.-Les articles de premiere necessity appartenant A la
cat6gorie VIII AoCt 1955 et les quantit6s minima auxquelles ils doivent ktre vendus
par i"importateur, haitien ou stranger, aux commergants detaillants
dument patents ou aux autres commergants de sa categorie, sont fixes
comme suit:
PAPETERIE


Cahiers pr. 6coliers ne d6passant pas 24 p...
Ardoises .......... ................ .........
Crayons 6coliers ...................... ........
C raie 6coiier .......................... .........
P orte-plum es ........................... ........
Plum es ............. ...... ... .......
Enveloppes ordinaires.........................
Papier d'Emballage (kraft)....................
P apier-Journal .................. ..............
Papier a lettres ordinaire quel qu'en soit
le format ............. ..................


par 12 doz.
2 doz.
" 1/2 grosse
" bte. de 144 morceaux
" 1/2 grosse
" 6 btes.
miller
" 2 rames
" 5 balles

S rame


Article 2.-Seul l'e commercant de nationality haitienne se livrant
au commerce de detail est autorise6 vendre les dits articles au-dessous
des quantit6s fixes.
Article 3.-Le present Arret6 entrera en vigueur a partir du premier
Octobre 1955 et sera executed la diligence des Secretaires d'Etat du
Commerce, des Finances et de l'Economie Nationale, chacun en ce qui
sl ccncerre.
Donn6 au Palais National, A Port-au-Prince, le 23 Septembre 1955,
An 152eme de l'Ind6pendance.
PAUL E. MAGLOIRE
Par le President:
Le Secr6taire d'Etat du Commerce:
FRANCK DEVIEUX
Le Secr6taire d'Etat des Finances et de 1'Economie Nationale, a. i.:
RAOUL ST-LO



Vu l'article 79 de la Constitution;
Vu la loi du 16 Aofit 1955 r6glementant la profession de commergant;
Consid6rant que la susdite Loi pr6voit une nouvell'e r6glementation
du Commerce en vue de la sauvegarde des inte6rts respectifs des diff6-
rentes categories de commergants;







,.i i'ILEMENT FISCAL ET ELONOMIQL'I 1955


Considerant qu'il imported, suivant les dispositions de l'article 3 de
la loi du 16 AoCt 1955, d'6tabrir la liste des marchandises de premiere
n6cessit6 don't la vente au detail est exclusivement r6serv6e A l'haitien
et de fixer les quantit6s minima que l'importateur, haitien ou stranger,
est admis a vendre aux commergants d6tailfants dulment patents ou
aux autres commergants de sa categorie;
Sur le rapport des Secr6taires d'Etat du Commerce, de 1'Economie
National et des Finances;
De l'avis du Conseil des Secretaires d'Etat;

Arrete:
Article ler.-Les articles de premiere n6cessit6 appartenant A la
cat6gorie IX "ARTICLES DE CORDONNERIEn d6signee a Particle
2 de la Loi du 16 Aoilt 1955 et les quantit6s minima auxquelles ils
doivent etre vendus par l'importateur, haitien ou stranger, aux com-
mergants d6taillants dCiment patents ou aux autres commergants de
sa cat6gorie, sont fix6s comme suit:
Cuirs A semelle, cuirs et peaux d'animaux pre-
par6s ou non, sal6s ou s6ch6s, tann6s ou apprit6s
avec poils ........................ ....................... 1 douzaine
Dkchets de cuirs, rognures ou morceaux prove-
nant de peaux et de cuirs tanns.................. 50 livres
Lacats pour souliers................................. 5 grosses
Clous pour cordonnerie................................ 50 livres
Talons caoutchouc et semelles en caoutchouc... 1 grosse
Peaux tann6es et carroy6es.......................... 12 peaux
Peaux de boeuf, cheval et autres non refendues... 12 peaux
Basane ..................... .............. ...... .... 1 douzaine
Boucles ................................................. 25 grosses d'unite
CEil'ets .............................. .... ............. 1 grosse
Fers pour talons...................... .. ............ ... 1 grosse
Fil cordonnier ................. .. ............ 2 Dz. de pelotes
Cim ent pour cuir......................... ......... 6 gallons
Article 2.-Seul fe commergant de nationality haitienne se livrant
au commerce de detail est autoris6 a vendre les dits articles au-dessous
des quantit6s fixes.
Article 3.-Le present Arr6te entrera en vigueur a partir du premier
Octobre 1955 et sera ex6cut6 a la diligence des Secretaires d'Etat du
Commerce, des Finances et de l'Economie Nationale, chacun en ce qui
le concern.
Donn6 au Palais National, a Port-au-Prince, le 23 Septembre 1955,
An 1526me de l'Independance.
PAUL E. MAGLOIRE
Par le President:
Le Secr6taire d'Etat du Commerce:
FRANCK DEVIEUX
Le Secr6taire d'Etat des Finances et de 1'Economie Nationale, a. i.:
RAOUL ST-LO







SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


Vu l'article 79 de la Constitution;
Vu la loi du 16 Aoit 1955 r6glementant la profession de commercant;
Consid6rant que la susdite Loi pr6voit une nouvelle r6giementation
du Commerce en vue de la sauvegarde des int6r6ts respectifs des diff6-
rentes categories de commergants;
Considerant qu'il imported, suivant les dispositions de l'article 3 de
la loi du 16 Aout 1955, d'6tablir la listed des marchandises de premiere
n6cessit6 don't la vente au detail est exclusivement r6serv6e a l'haitien
et de fixer les quantities minima que l'importateur, haitien ou stranger,
est admis A vendre aux commergants d6tailrants diment patents ou
aux autres commercants de sa cat6gorie;
Sur le rapport des Secr6taires d'Etat du Commerce, des Finances
et de l'Economie Nationale;
Et de Pavis du Conseil des Secretaires d'Etat;
Arrete:
Article ler.-Les articles de premiere necessity appartenant a la
cat6gorie X ,AUTRES ARTICLES- d6sign6s A f'article 2 de la loi
du 16 Aoit 1955 et les quantities minima auxquelles ils doivent etre
vendus par l'importateur, haitien ou stranger, aux commercants de-
taillants diment patents ou aux autres commercants de sa categorie,
sont fix6s comme suit:
Kerozine par........................... 10 gallons
Allumettes par zinc de................. 10 grosses
Bougies par ............................ 5 caisses de 20 livres
Ail par ................................... 1 caisse de 50 livres
Bicarbonate par sac de.............. 50 kilos
Savon de lessive par ..................... 5 caisses de 250 barres
Savon de lessive en poudre par...... 1 caisse de 60 sachets
grand format ou
1 caisse de 144 sachets
petit format
Borax par................................. 5 livres
Article 2.-Seul fe commercant de nationality haitienne se livrant
au commerce de detail est autorise a vendre les dits articles au-dessous
des quantities fixes.
Article 3.-Le present Arr&t6 entrera en vigueur A partir du premier
Octobre 1955 et sera execute a la diligence des Secr6taires d'Etat du
Commerce, des Finances et de l'Economie Nationale, chacun en ce qui
le concern.
Donn6 au Palais National, a Port-au-Prince, le 23 Septembre 1955,
An 1526me de l'Ind6pendance. PAUL E. MAGLOIRE
Par le President:
Le Secr6taire d'Etat du Commerce:
FRANCK DEVIEUX
Le Secr6taire d'Etat des Finances et de 1'Economie Nationale, a. i.:
RAOUL ST-LO

























Chapitre 22 a) Nouveau

ENTREPRISES NOUVELLES










SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


LOI DU 8 AOUT 1955
Prot6geant AAg'riculture et l'Idustrie Nationalc en leur permettant de se
d6velopper, d'amnliorer et d'accroitre leuir production.
(Moniteur du Jeudi 25 Aoiit 1955, No. 75)

PAUL E. MAGLOIRE
President de la R6publique

Vu les articles 57 et 79 de la Constitution;
Vu la loi du 6 juin 1924 sur l'Administration G6n6rale des
'Contributions;
Vu la loi du 11 Aoft 1903 sur le paiement du droit de licence des
strangers;
Vu le d6cret-Ioi du 23 septembre 1935 sur la patente;
Vu la loi du 26 juillet 1926 sur le tarif douanier ainsi que tous autres
d6crets-lois et lois en vigueur concernant ce tarif;
Vu la loi du 12 Septembre 1951 relative a l'imp6t sur le revenue;
Vu les lois du 8 Octobre 1949 et du 24 Octobre 1954 sur les Indus-
tries Nouveiles;
Consid6rant qu'en vue de promouvoir le developpement 6conomique
du pays. il imported d'encourager la creation d'entreprises nouvelles,
agricoles ou industrielles, aux fins de favoriser l'utilisation maximum
de la main d'ceuvre et des matieres premieres locales et de stimuler
l'investissement du capital priv6, national et stranger;
Consid6rant qu'il convient de prot6ger l'agriculture et l'industrie na-
tionale, de leur permettre de se d6velopper, d'am6liorer et d'accroitre
leur production;
Sur le rapport des Secretaires d'Etat de 1'Economie Nationale, des
Finances et du Commerce;
Apres d6libration en Conseil des Secr6taires d'Etat;

A Propose
Et le Corps L6gislatif a vote la loi suivante:
TITRE Ier.- DEFINITION DE L'ENTREPRISE NOUVELLE
AGRICOLE OU INDUSTRIELLE
Article ler.- Aux terms de la present loi, l'expression PRISE NOUVELLE, AGRICOLE OU INDUSTKIELLE, s'entend:
a) de tout atelier, usine ou manufacture utilisant, conform6ment a la
legislation en vigueur sur le travail, les services de vingt personnel au
moins en vue de la production, par l'1laboration ou la transformation
de matieres premieres d'origine locale ou 6tranggre, d'un ou plusieurs
articles non encore fabriquis en Haiti sur une base industrielle a partir
d'octobre 1949;
b) de toute entreprise qui cultive une espece v6g6tale, soit nouvelle,
soit non encore exploit6e sur une base commercial, ou bien qui s'adon-
ne soit A I'6levage d'esp&ces ou de races animals nouvelles, soit a un
6levage quelconque non encore etabli sur une 6chelle commercial.







SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


A titre exceptionnel. la quality d'entreprise nouvelle, agricole ou in-
dustrielle, avec les avantages qui y sont attaches, pourra etre reconnue
a un ,t.-lit r. usine ou manufacture qui, tout en satisfaisant aux autres
conditions 6nonc6es a l'alin6, !ter, utilise les services de moins
de vingt personnel, pourvu que l'6tablissement en question d6pense
nitnsuellrninl,. en salaires au personnel exclusivement affect A la
production, un montant de trois mille gourdes au moins et soit en me-
sure d'6tablir ce fait pour n'importe quel mois de l'ann6e fiscal, A la
satisfaction des autorit6s comp6tentes. Dans le cas de l'exploitation agri-
cole, les salaires mensuels distribu6s pourront s'l6ever A un minimum de
mille gourdes.
En aucun cas, la quality d'entreprise nouvelle, agricole ou industriel-
le, avec les avantages qui y sont attaches, ne pourra etre reconnue A un
6tablissement don't les operations se limitent a la preparation, la modi-
fication ou l'achevement, I'assemblage ou le montage d'un produit ou
article import en vrac, en 616ment, parties ou pieces s6par6es ou d6-
tach6es, sauf si le dit produit ou article, modifi6 ou achev6, assemble
ou mont6 en Haiti est destiny a l'exportation.

TITRE II

AVANTAGES FISCAUX ACCORDS AUX ENTREPRISES
NOUVELLES, AGRICOLES OU INDUSTRIELLES
Article 2.-Toute entreprise nouvelle, agricole ou industrielle, joui-
ra pendant une p6riode de dix ann6es cons6cutives, des avantages fis-
caux ci-apres 6nonces:
1.- Exon6ration des droits de douane A l'importation, non comprise
les taxes consulaires. les droits de dep6t et les frais de manutention,
pour:
a) les mat6riaux de construction des batiments ou locaux destines
a l1'tablissement de l'entreprise ou a l'agrandissement des bitiments ou
locaux existants, lorsque ces mat6riaux de construction ne sont pas
products sur place;
b) les machines, appareils ou outils n6cessajires a l'installation et au
fonctionnement de l'entreprise, ainsi que les pieces de rechange desti-
nees a ces machines et appareils, les machines et appareils destin6s ex-
clusivement aux travaux de prospection et de recherches, ainsi que le
materiel et les products chimiques servant aux operations de labora-
toire;
c) les matieres premieres n6cessaires aux activit6s de production de
1'entreprise, lorsqu'il n'est pas possible d'en trouver sur place;
d) materiel et les fournitures propres a l'empaquetage et A l'embal-
lage des articles manufactures, s',ls ne sont point products en Ha-iti;
e) les camions, locomotives, remorques et leurs accessoires et pieces
de rechange, ainsi que les wagons et charriots affects exclusivement
au transport du materiel, des fournitures et products manufactures de
l'entreprise;








SUPTI'TF NT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955 51

f) pour ies combustibles utilis6s par les tracteurs agricoles et les mo-
teurs des stations de pompage agricoles et industries quand l'industrie
nouvelle r4pond aux conditions de Particle ler.
Cette exoneration ne pourra 6tre accord6e que sur le rapport favo-
rable du D6partement de l'Agriculture determinant les besoins trimes-
triels et annuels de l'entreprise, en function du nombre de moteurs et
tracteurs effectivement en service et de leur puissance en chevaux va-
peur.
2.- Exon6ration des droits de douane a l'exportation pour les pro-
duits manufactures de l'entreprise.
3.- Exon6ration des droits de patente communale et de licence d'&-
tranger en faveur de l'entreprise et de l'entrepreneur.
4.- Exon6ration de l'imp6t sur le revenue au course de la premiere
ann6e de fonctionnement et reduction de l'imp6t sur le revenue dans
la proportion de 20% durant les cinq premieres ann6es d'exploitation.
Article 3,-- Les entreprises 6tablies sous l'empire de la loi du 8 oc-
tobre 1949 b6n6ficieront d6sormais, pendant une p6riode de dix ans.
a partir de leur date de fonctionnement, des avantages suivants:
1.-Reduction des droits de patente communale, droit de licence d'6-
tranger et imp6t sur le revenue, dans la proportion de 50% pendant
la premiere ann6e et de 20% pendant les cinq autres.
2.-. Exemption des droits de douane A l'exportation pour les pro-
duits manufactures.
3.-- Franchise douani&re a l'importation pour les machines et appa-
reils n6cessaires a l'entreprise et les pieces de rechange destinies a ces
machines et appareils, les matieres premieres qui ne sont pas produites
dans le pays, le materiel n6cessaire a l'empaquetage et a l'emballage des
articles manufactures.
Toutefois. celles qui pourront 4tablir qu'elles satisfont aux conditions
enum6r6es l'article ler de la pr6sente loi b6neficieront desormais et
jusqu'a concurrence des dix ans des avantages pr6vus a l'article 2 ci-
dessus.
TITRE III
DE LA COMMISSION CONSULTATIVE ET DES DEMANDS
D'EXONERATION FISCAL

Article 4.- Pour l'application de la pr6sente loi, il est institu6 au
sein du D6partement de l'Economie Nationale une Commission Con-
sultative compose de repr6sentants des Secr6taireries d'Etat de l'Eco-
nomie Nationale, des Finances, du Commerce, de l'Agriculture et des
Travaux Publics.
Article 5.- La Commission Consultative exerce, sous le contr6le di-
rect du Secr6taire d'Etat de l'Economie Nationale, les attributions sui-
vantes:
a) Examiner sous leurs aspects financier, economique et social les
demands d'installation d'entreprises industrielles produites conforme-
ment a la pr6sente loi;
b) Examiner et approuver la liste des machines, materiel et matieres
premieres pour lesquels la franchise douaniere a 6t6 sollicit6e;








S* 1. 1~~1 -I .( 1, ET E(ONOMIQUE 1955


c) Suggl .i pour chaaue entreprise autorisee, la facon la plus prati-
que de contr6ler l'utilisation des matieres premieres pour lesquelles la
ir it his dc uani.'rc a 6t6 accord6e.
i-cir les fins envisages aux alin6as a, b, c, la Secr6tairerie d'Etat de
I'Economie Nationale, sur la demand de la Commission Consultative,
pourra ollicit r l'avis de tous autres technic'ens qualifies.
Article 6.- -La Commission Consultative tiendra s6anos a la Secr6-
tairerie d'Etat de l'Economie Nationale toutes les fois que les circons-
tanccs. .' xi i'C.: n. Les travaux de la Commission seront pr6sid6s par le
Repr6sentant du Secretaire d Etat de l'Economie Nationale qui aura
la responsibility du Secr6tariat de la Commission.
Article 7.- Toute personnel phys-ique ou morale qui desire ben6fi-
cier des exon6rations pr6vues dans la pr6sente loi, devra presenter a
la Secr6tairerie d'Etat de 1'Economie Nationale une demand mention-
nant les rensegnements suivants:
a) le montant du capital a investor;
b) la loca!isation de l'entreprise;
c) la liste d6taille et le cofit des machines et appareils qu'elle comp-
te utiliser, avec mention de leur pays de fabrication;
d) le nombre approximatif des personnel qui seront employees par
l'entreprise. y compris les sp&ciaiistes strangers, s'il doit y en avoir,
dans; ce dernier cas, mention devra ktre faite de la dur6e probable de
leurs services;
e) la nature des articles ou products qui seront fabriqu6s par l'entre-
prise; des modules seront soumis si possible;
f) la liste complete des matieres premieres, en sp6cifiant leur origine
locale ou 6trangere;
g) les marches d'6coulement envisages;
h) les d6lais dans lesquels l'entreprise peut commencer ses travaux
d'installation et ses operations de production.
La demand devra etre accompagn6e des plans et devis des bAtiments
au cas ou l'entreprise desire b6n6ficier de l'exon6ration douaniere pour
leq nmat6riaux de construction.
Article 8.- Dans la huitaine de la reception de la demand d'exon6-
ration fiscal, la Secr6tairerie d'Etat de l'Economie Nationale en ache-
minera le dossier complete a la Commission Consultative, pour 6tude et
rapport motive.
Article 9-Dans les quinze jours au plus tard suivant la transmis-
sion de la demand a la Commission Consultative, cella-ci soumettra
le r6sultat de ses deliberations au Secr6taire d'Etat de 1'Economie Natic-
nale sous la forme d'un rapport avec recommendations, et copie dudit
rapport sera exp6di6e a chaque D6partement int6ress6 par la Commis-
sion Consultative.
Article 10. Apres examen par le Secr6taire d'Etat de 1'Economie Na-
tionale du rapport de la Commission Consultative, la decision favora-
ble ou non sera notifi6e par la lettre recommandee a l'int6ress6. En
cas de decision favorable, avis en sera donn6 au public au moyen d'in-
sertion au ,Moniteur, et dans un quotidien de fort tirage. La publica-
tion dans le quotidien se fera aux frais du b6n6ficiaire.







SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


Le Secr6taire d'Etat de l'Economie Nationale informera celui des Fi-
nances de la decision.
Article 11.- Les industries d6j e6tablis dans le pays qui se croient
exposes a des prejudices graves du fait de la decision d'exon6ration
pourront, dans un delai de 30 jours a partir de la publication sus-men-
tionnee, presenter leurs doleances a la Secretairerie d"':'t de 1'Econo-
mie Nationale par lettre recomn-and6e avec avis de reception. La Se-
cretairerie d'Etat transmettra le dossier a la Commission Consultative
qui proc6dera a un novel examen de la question en effectuant, si elle
Ie JLju: necessaire, une enquete supplementaire.
Si la Commission decide de revenir sur sa decision, elle adressera un
rappor': motive au Secretaire d'Etat de l'Economie Nationale qui, d'ac-
cord avec le Secr6taire d'Etal des Finances, souznettra la question au
Conseil des Secretaires d'Etat pour approbation ou disapprobation. La
vc. -I -:. decision sera publi6e au grand tirage, aux frais de l'int6resse.
Article 12.-- Lorsque la decision est favorable, la Secr6tairerie d'Etat
de 'e ccnamie Nationale fixera un delai d'un an au moins et de deux
ans au plus dans l-crul I'entreprise b6neficiaire de 1'cxemption devra
commencer ses travaux de construction, d'installation et ses operations
de production.
La dur6e de l'exemption cormptera a partir du moment ou I'entrepri-
se aura commence a fonctionner et a produire.
Article 13.- Si les besoins en matieres premieres d'une entreprise
excedent les c6op-.I i!itts de la production locale, I'exon6ration prevue
A Palin6a 1 de l'article 2 et a Falin6a 3 de l'article 3. pcurra etre ac-
cord6e pour les quantities complementaires de matieres premieres
import6es. Dans ce cas, Ientreprise sera tenue de scumZttre au moins
tous les trois (3) mo's 3 la :; -cr6tairerie d'Etat de l'Economie Nationale
une estimation des u ',:itl'- de matieres premieres -;:,'elle se propose
d'importer.
Article 14.- Pendant les dix annies que durera _..i"r:rtic accor-
d6e a una industries nouvelle et dans le cas oi il s'6vidente que la pro-
duction de l'industrie ne repond pas aux besoins de la consommation
locale et pendant la ,'riode qui restera a courr pour i'expiration des
dix ans le Conseil des Secr6taires d'Etat pourra sur leur demand oc-
troyer la mime exemption a d'autres fabricants devant s'adonner a la
1eme activity, a la condition qu'un rapport circonstancie soit pie3sent6
par la Commission Con.i-ijllt ; e en conformity des dispositions de la
pr6sente loi.
TITRE IV

CONTROL ET SANCTIONS

Article 15.-- L'Industriel qui aura recu des articles en franchise
devra 6tre en measure, A tout moment, de justifier l'usage qu'il en aura
faith. A cet effet, il sera tenu d'avoir un livre de stock qui sera num6rot6
et vise par la Direction Generale des Contributions, et devra 6tre prb-







SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


sent a toute requisition. Ce livre de stock 6numbrera les marchandises
commanders et r ;Iius avec toutes les indications utiles au contr6le:
Numero de connaissement, date d'arriv6e, quantity et poids, etc.
Article 16.- Sous peine de se voir refuser l'examen de toute deman-
de de franchise, selon la procedure administrative arr&t6e, l'industriel
est tenu de presenter a toute requisition du service competent son livre
de stock tenu a ce jour. En outre, il est tenu de faire, au plus tard le
10 de chaque mois, un rapport statistique sur la production de son en-
treprise suivant un formulaire qui sera pr6par6 a cet effet. Le dit rap-
port, certifi6 sincere et diment sign, devra etre adress6 la Secr6tai-
rerie d'Etat de 1'Economie Nationale.
Article 17.-D&s l'ouvertur, dle toute entreprise b6neficiant de la
franchise douaniere a l'importation, la Section du Contr6le Industriel
du D6partement de l'Economie Nationale, d'accord avec l'int6ress6, ar-
rktera en vue de ses verifications un bar&me d'utilisation des matieres
premieres et autres articles requs.
L'acceptation de ce bareme s:ra constat6e par proces-verbal dress
par deux d4!6gu6s de la Secr6tairerie d'Etat de l'Economie Nationale et
sign6e de entrepreneur interess6.
Article 18-- Aucun article ayant b6nefici6 de 1'exon6ration doua-
niere ne pourra etre vendu ni d6tourn6 de sa destination sans l'autorisa-
tion 6crite de la Secr6tairerie d'Etat de l'Economie Nationale et le paie-
ment pr6alable des droits de douane aff6rents.
Toute-s ventes et utilisation d'articles requs en franchise faites con-
trairement a ces dispositions seront r6put6es frauduleuses et ill6gales.
Les articles ainsi vendus et utilis6s seront assujettis au double des
droits pr6vus don't le recouvrement pourra etre effectu6 par voie de
contrainte administrative, en conformity du d&cret du 25 juillet 1940.
Le contrevenant sera de -';s frrppi d'une amende don't le montant
sera de Grdes. 5.''", j .. .". ;.00 a ;ron.ncr par le Tribunal
Correctionnel sur les rj-i :t :s du i -in;-t;' i 'ib:,ic toutes -';.'aires ces-
santes.
Ces amendes seront p.ir ,' par I'Administration G6n6rale des Con-
tributions et verses au Tr6sor Public comme recettes diverse.
En cas de r6cidive, t'amende sera double et la suspension des avan-
tages fiscaux sera de droit.
Article 19.- Les ;ns_'c' .trs de la Secr6tairerie d'Etat de 1'Econo-
mie Nationale, les agents de l'Administration Douaniere et ceux de 1'Ad-
ministration iGenerale des Contributions auront quality pour inspector
et contr6ler, notamment par I'examen du livre d- stock, les 6tablisse-
ments industries b6enficiant de la franchise, en vue de deceler tout
abus des avantages fiscaux accords par la pr6sente loi. Les contraven-
tions seront constatees par proces-verbal dressed par deux inspecteurs.
Ce proces-verbal sera achemine par la voie hi6rarchique I la Secr6tai-
rerie d'Etat de l'Economie Nationale.
Article 20.- Les exon6rations fiscales privues aux articles 2 et 3 de
!a pr6sente loi pourront etre suspendues lorsque le b6n6ficiaire se sera
rendu coupable d'une des infractions suivantes:







SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


a) Lorsque 1'entreprise n'aura pas 6t6 install6e dans le delai fix6
par la Secrttairerie d'Etat de I'Economie Nationale, sauf cas de force
majeure dfiment constate;
b) Lorsque le b6dnfice des exon6rations aura 6t6 obtenu aux moyens
de fausses declarations concernant l'importance et la nature des activi-
t6s de l'entreprise;
c) Lorsque l'entreprise aura discontinue ses activities de production,
pendant une p4riode de trois mois, au course d'une meme annie, sauf
cas de force majeure dfiment constat6.
Dans le cas pr6vu au paragraphe (b), seront dus tous les taxes et
droits don't 1'entreprise avait 6t6 exonere jusqu'au moment oui est de-
venue effective la decision du retrait des exon6rations. Les dits taxes
et droits seront alors calculus, imposes et perqus par les administra-
tions int6ress6es conform6ment aux lois y relatives en vigueur.

TITRE V
PROTECTION DI L'INDUSTRIE NATIONAL
Article 21.- Les entreprises industrielles regies par ia pr6sente loi
qui pourront prouver a la satisfaction des D6partements de l'Economie
National, des Finances et du Commerce, qu'ell-s sont exposes a dis-
continuer leurs operations du fait de la concurrence des products simi-
laires imports. auront droit a une protection douaniere dans le cadre
des Accords 'i.-:rn:s i:lnru- en i-:L: r
Toutes les fois qu'une ";-o' -c.. aura 6t6 accord6e, sous une forme
qielccrniu. S une in.:1u;-i; : cr;l.. les Secr6taires d'Etat de l'Eco-
nomie IN.::- et du Commerce auront qur ;;- pour prescrire toutes
measures u.'-r_ c. a ,u L des ;": '-' ,-. des consomma-
teurs et -_.u-ront notamment r6clamer -n den des i\ri-; et do-
cumentr ,, jt ''.. en vue de fixer des prix maxima de vente sur le
march interieur.


C... D' F'GA-. ON
Article 22.-La pr6sente loi -, tous lois, decrets, d6crets-lois
et: toutes c':.po..*:. l: l de lois, dcre, drs, d4crets-lois qui lui sont contraires
e't sera !pu.j'it-"i t ex6cutce a la -1 -nce des Secr6taires d'Etat de 1'E-
conomie Nationale, des Finances et du Commerce, chacun en ce qui le
concern.
Fail: S la lC ..... des -'. .'. a Port-au-Prince. le 3 Aolt 1955.
An 152eme de ". -' -;..e
Le President: ADELPHIN TELSON
Les Secr6taires: M. J. RENAUD, a. i. L. BRIERE, a. i.
Fait au Senat de la R6publique. a Port-au-Prince, le 8 Aoult 1955,
An 1S26me de l" idtp. ncldnce.
Le President: CHARLES FOMBRUN
Les Secr6taires: E. JONASSAINT, E. ELIZEE, a. i.








SUPPI.FMFNT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


AU NOM DE LA REPUBLIQUE

Le President de la Republique ordonne que la loi ci-dessus soit reve-
tue du Sceau de la Ripublique, imprimbe, publiee et ex6cut6e.
Donn6 au Palais National, a Port-au-Prince, le 11 Aoft 1955,
An 152eme de l'Ind6pendance.
PAUL E. MAGLOIRE
Par le President:
Le Secr6taire d'Etat de 1'Economie Nationale et des Finances:
CLEMENT JUMELLE

Le Secr6taire d'Etat du Commerce et de la Pr6sidence:
MARCEL FOMBRUN

Le Secr6taire d'Etat des Relations Ext6rieures et des Cultes:
MAUCLAIR ZEPHIRIN

Le Secr6taire d'Etat de 1'Int6rieur, de la D6fense Nationale et de la Justice:
LUC G. PROPHETE

Le Secr6taire d'Etat de la Sant6 Publique et du Travail:
ROGER DORSINVILLE

Le Secr6taire d'Etat des Travaux Publics:
RAOUL ST-LO

Le Secretaire d'Etat de 1'Education Nationale, a. i.:
MAUCLAIR ZEPHIRIN

Le Secr6taire d'Etat de l'Agriculture, a. i.:
ROGER DORSINVILLE





















Chapitre 29 du Code
GREFFE


(TRIBUNAL


CIVIL, APPEL,


CASSATION)


Voir Suppl6ment 1953 page 115










SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


LOI DU 26 JUILLET 1955
Modifiant les articles 16 et 36 de la Loi du 4 Septembre 1918 sur l'appel remise
en vigueur par celle du 5 Septembre 1951, et rendant francs tous les delais
qui y sont prevus.
(Moniteur du jeudi 11 Aoit 1955, No. 70)

PAUL E. MAGLOIRE
President de la Republique

Vu les articles 57 et 79 de la Constitution;
Vu la loi du 4 Septembre 1918 sur l'appel remise en vigueur par
celle du 5 Septembre 1951;
Considerant qu'il y a lieu de modifier les articles 16 et 36 de la dite
loi et de rendre francs tous les dl6ais qui y sont pr6vus;
Sur le rapport du Secr6taire d'Etat de la Justice;
Et de l'avis du Conseil des Secretaires d'Etat;

A Propose
Et le Corps L6gislatif a vot6 la loi suivante:
Article ler.- Les articles 16 et 36 de !a loi du 4 Septembre 1918
sont et demeurent ainsi modifies:
Article 16.- L'appel d'un jugement pr6paratoire ne pourra 6tre in-
terjet6 qu'apres le jugement d6finitif et conjointement avec l'appel de
ce jugement, et le dglai de l'appel ne courra que du jour de la significa-
tion du jugement d6finitif. Cet appel sera alors recevable, encore que
le jugement pr6paratoire ait 6te ex6cut6 sans reserve. L'appel d'un ju-
gement pr6paratoire ne pourra empecher le premier Juge d'y passer
outre et d'ordonner la continuation de 1 fa rc.
L'appel d'un jugement interlocutoire ourra '-tc. interjet6 avant !e
jugement d6finitif; il en sera de m6me des jugements qui auront accorded
une provision.
Article 36.- Dans les 3 jours de la decision ordonnant le d6liber-.
'appelant consignera une amende de dix '-.uird:-s A la caisse des Dep6ts
et Consi-.nations du lieu de la jurisdiction d'appel a connaitre de 'ap-
pel. Elle lui sera ;es:'tue. s'il a gain de cause et confisqu6e au profit
de l'Etat, s'il est c' l:'L )ct-'
Cette amende sera de cinq gourdes, lorsqu'il s'agit de sentence de
Justice de Paix. Elle sera deposee dans le mime d6lai la caisse des
D6p6ts et Con-ir,,n ';i:,nr. du lieu ou 1' p; 1 sera port.
Article 2.- Tous les dla:is pr6vus dans la loi sur l'appel et ses mo-
difications sont francs.
Article 3.- La pr6sente loi ibro; toutes lois ou dispositions de lois
oui lui sont contraires et sera executee a la diligence du Secretaire
d'Etat de la Justice.
Fait a la C-:'bi: des D6put6s, a Port-au-Prince, le 27 Juin 1955,
An 152eme de l'Ind6pendance.
Le President: ADELPHIN TELSON
Les Secr6taires: L. JEAN, D. B. LAMOTHE








SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


Donn6 au S6nat de la R6publique. a Port-au-Prince, le 26 Juillet
1955, An 152eme de l'Ind6pendance.
Le President: CHARLES FOMBRUN

Les Secr6taires: WALTER SANSARICQ, EMILE JONASSAINT

AU NOM DE LA REPUBLIQUE

Le President de la R6publique ordonne que la Loi ci-dessus soit
revetue du Sceau de la R6publique, imprim6e, publi6e et ex6cut6e.

Donn6 au Palais National, a Port-au-Prince, le 29 Juillet 1955, An
152eme de l'Ind6pendance.
PAUL E. MAGLOIRE
Par le Pr6sident:

Le Secr6taire d'Etat de l'Int6rieur, de la Defense Nationale et de la Justice:
LUC G. PROPHETE

Le Secr6taire d'Etat de la Pr6sidence et du Commerce:
MARCEL FOMBRUN

Le Secr6taire d'Etat des Relations Ext6rieures et des Cultes:
MAUCLAIR ZEPHIRIN

Le Secr6taire d'Etat de la Sant6 Publique et du Travail:
ROGER DORSINVILLE

Le Secr6taire d'Etat de 1'Education Nationale, a. i.:
MAUCLAIR ZEPHIRIN

Le Secr6taire d'Etat de 1'Agriculture, a. i.:
ROGER DORSINVILLE

Le Secr6taire d'Etat des Finances et de 1'Economie Nationale:
CLEMENT JUMELLE

Le Secr6taire d'Etat des Travaux Publics:
RAOUL ST-LO



















Chapitre 33 du Code
IMMATRICULATION DES VEHICLES
ET PERMITS DE CONDUIRE

Voir Supplement 1953 page 123
Voir Sup:.:lment 1954 tarPe 29










SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


ARRETE DU 2 ABOUT 1955
Etablissant de nouveaux reglements sur la circulation des v6hicules.
(Moniteur du Jeudi 29 Scptembre 1955, No. 89)

PAUL E. MAGLOIRE
President de la R6publique

Vu I'article 79 de la Constitution;
Vu I'article 28 de la Loi du 19 Septembre 1953 r6glementant le mode
d'enregistrement et de circulation des v6hicules;
Vu la Loi du 15 Septembre 1953, concernant le Service d'Inspection
des v6hicules;
Vu le D6cret-Loi du 10 Octobre 1939, concernant les patentes des
chauffeurs et cochers d'automobiles, de camions, tracteurs, etc...
Vu le D6cret-Loi du 23 Septembre 1935, 6tablissant un am6nage-
ment nouveau des recettes des Communes;
Vu l'Arr&te du 9 Juillet 1954 6tablissant des r6glements sur la circu-
lation des v6hicules;
Consid6rant qu'il y a lieu d'en 6tablir de nouveaux;
Sur le rapport des Secr6taires d'Etat de l'Int6rieur et de la Justice;
Et de l'avis du Conseil des Secr6taires d'Etat;

Arr&te:
Article ler.-La voie publique s'entend des voies de toutes sortes et de
toutes dimensions, qui sont ouvertes a la circulation g6n6rale a travers
tout le territoire national, tant en montagne qu'en plaine ou sur le litto-
ral; dans les plus importantes agglomerations comme dans les plus mo-
destes.
Article 2.-La voie publique appartient a 1'Etat et toute personnel a
le droit de s'en servir, sans nuire aux autres ni les goner, conform6ment
aux Lois et R6glements sur la Circulation.
Article 3.-a) La voie publique sert A l'homme pour se transpor--
ter ou pour transporter d'autres hommes ou du fret d'un point A un autre
du territoire. A ces fins, I'homnme se d6place par ses propres moyens,
c'est-A-dire a pied; ou il se sert d'un animal c'est-A-dire a dos d'animal
ou il se sert d'un vehicule.
b) Sur la voie pu'-i u circle done: 'V!n'.-, animaux et v6hicules.
c) Le v6hicule est tout i-in qui se d,-llce par traction animal, a
bras ou a pedales ou -mopuls6 par un moteur.
Article 4--a) La voie publique qui relie villes et agglomerations quel-
,:-.. -~rs prern1A le nom de route.
b) La voie publiaue, dans les -vi1 bourgs et vil' ---s prend les noms
de rue, boulevard, avenue, place, ruelle et impasse.
Article 5.-La route, rue, avenue ou boulevard comprend g6nerale-
ment:
1.-La chaussee: qui est cette parties de la voie faite en macadam,
terre, beton, ou asphalt et destine A la circulation des v6hicules et a-







SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


nimaux. La chauss6e est partagee sur toute sa longueur par une ligne m6-
diane: 1'axe de la route, qui la divise sur toute sa longueur en deux par-
ties 6gales et paralleles. Cette ligne mediane g6neralement imaginaire
est parfois peinte ou clout6e.
2.-Le caniveau: qui est cette parties en d6clive qui borde la chauss6e
pour faciliter l'6coulement des eaux.
3.-Le trottoir: qui se trouve au delay du caniveau et qui est reserve
exciusivement aux pistons.
Article 6.-La voie publique est compose d'un r6seau d'arteres de
dimensions variees qui aboutissent les unes aux autres en des endroits
qu'on appelle: crois6e de chemins, jonction ou carrefour. 11 y a done des
voies principles, des voies transversales et des voies a grande circula-
tion.
Une rue est principal par rapport A toutes celles qui y aboutissent.
Elle est ou devient transversale au point ou elle-meme aboutit a une
autre rue. Elle est ,,voie a grande circulation, quand elle est d6sign6e telle
par la Police.
Article 7.-Pour leur commodity et leur security commune, il est
fait obligation aux usagers de la voie publique dans les villes et agglo-
m6rations comme sur la route d'observer strictement les presents r6gle-
ments don't toute violation constitute une infraction pr6vue et punie par
la Loi.
Article 8--a)Pour la commodity et la security de tous les usagers de
la voie publique, il est interdit de jeter, de poser momentan6ment ou
d'abandonner sur la voie publique, des materiaux de construction ou au-
tres objets de quelque forme que ce soit.
N6anmoins, en ce qui concern les mat6riaux de construction, si Itat
des lieux ne permet pas de les introduire a l'interieur de la propriet6,
une autorisation special levra ^t obtenue de la Police, avant de les
enti r -oser sur la voie publique. Dans ces cas, ces materiaux seront en-
cadr6s de planches et d&s la tombee de la nuit, 6claires par un feu rouge
et ils devront en outre, &r"- enlev6s juscu'nux derniers residus dans les
vingt-quatre heures de l'achevement des travaux ou l'expiration du de-
lai qui avait 6t6 accord, ou imm6diatement a la premiere requisition
de la Police faite en cas .1'u'r'rce.
b)Toute infraction a cet article enh-trnnora pour son auteur une a-
mende de C.nin'u;nte Gourdes et en cas de non pavement un emprisonne-
ment de dix jours.
Article 9.-a) Pour la commodity et la s&curit6 du pieton, personnel
n'a le droit d'obstruer par des 6talages ou des objets de quelque na-
ture que ce soit les trottoirs ou galleries qui servent exclusivement au
passage des pistons.
b) Toute infraction a cet article entrainera pour son auteur une a-
mende de Quinze Gourdes et en cas de non-paiement un emprisonne-
ment de Cinq jours.
Article 10--a) Il est fait obli;-.tion a tout le monde de respecter
l'inte.rit6 de la voie publique dans son sol, dans ses amenagements,
bones, plaques de signalisation, etc... de n'y rien faire qui la degra-






SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


de nime partiellement ou 16gerement et de n'y laisser tomber aucune
substance sale, nocive ou glissante.
b) Toute infraction a cet article entrainera pour son auteur une a-
mende de Quinze Gourdes et en cas de non-paiement un emprisonne-
ment de cinq jours.
Article 11.-a) Aucun usager de la voie publique ne devra y
circuler sans ktre rnuni d'une piece d'identite qu'il sera oblige d'exiber
a toute requisition d'un agent de la Police, sauf les exceptions pr6-
vues par la Loi.
Pour le pi6ton cette pi&ce ne sera que sa carte d'identit6; pour le
conducteur d'animaux ce sera sa carte d'identit6 et la piece d'identit6
de I'animal qu'il monte ou qu'il conduit; s'il conduit plusieurs ani-
maux la piece d'identit6 de chacun d'eux; pour le conducteur de vehi-
cule A traction animal son permis de conduire si la Loi lui en fait obli-
gation ou sa carte d'identit6; pour le conducteur de v6hicule a moteur
son permis de conduire si la Loi lui en fait obligation et la carte d'im-
matriculation du vehicule.
b) Toute infraction a cet article entrainera pour son auteur une
amende de Cinq Gourdes et en cas de non-paiement un emprisonnement
de trois jours, A l'exception des conducteurs de v6hicules a moteur qui
sont rbglement6s par le Chapitre VIII article 72, paragraphes a et b et
sous paragraphes 1, 2 et 3.
Chapitre II

DU CHEF DE LA POLICE

Article 12.-C'est au chef de Police qu'il income de veiller a la
strict execution de la Loi sur la circualtion et A celle des presents Re-
-: i-n nts.
Article 13.-Le Chef de P. es; a Port-au-Prince le Comman-
dcent du DE-'-: t -.--Tnt de la "ni.k A -;: il est dans les autres villes les
Commandants de District ou de sous District de l'Arm6e d'Haiti.
Dans certaines villes, un chef de Police est sp6cialement d6signe par le
Chef r'Et.-.t Major de l'Arm6e d'Haiti.
Article 14.-Pour la con-.'o,.'it et la security des usagers de la voie
publique, le maintien de l'ordre et de la paix, le chef de Police peut in-
terdire la circulation dans tt'-s voies ou parties de la voie ou prendre
toute measure jug6e utile et urgente, par example: en cas d'incendie, d'ac-
cidents, de cataclysme ou tout autre 6v6nement provoquant ou suscep-
-'::e de provoquer un rassemblement, augmentation de la circulation,
obstruction ou toute autre perturbation pouvant entraver la circulation
et la rendre dangereuse.
Toute personnel qui, sans I'autorisation de la Police, s'introduira
dens l'espace de la voie oi la circulation est interceptee, ou qui, d'une
S: quelconque, contrariera les dispositions prises, sera possible d'une
amende de Cinquante Gourdes et en cas de non paiement d'un empri-
sonnement de Dix jours.
Article 15.-Les chefs de Police sont autorises A augmenter ou A dimi-
nuer la vitesse des v6hicules, dans leur jurisdiction, avec l'approbation






SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


de l'autorit6 comp6tente, ces limits de vitesse seront indiqu6es par des
signaux convenables places dans les banlieues des villes ou agglomera-
tions.
Article 16.-Les chefs de Police d6signeront les voies a sens unique
et les voies a grande circulation dans les villes de leur jurisdiction avec
l'approbation de l'autorit6 comp6tente.
Article 17.-a) Les chefs de Police pourront designer les lieux de sta-
tionnement pour voitures publiques (transport en commun). Dans ce
cas le stationnement comprendra un space de vingt pieds au moins le
long de la voie afin de faciliter, a 1'arriv6e et au depart des voitures,
l'embarquement et le d6barquement des passagers. Les endroits oiI le
stationnement est interdit, seront indiques par des enseignes et par des
marques peintes en jaune sur la chauss6e en bordure de la voie ou en
bordure des trottoirs la oi il y en a.
b) Les endroits r6serv6s aux autobus, voitures et camionnettes publi-
ques ( transport en commun) seront indiques par des enseignes et des
petites bandes verticales peintes en jaune et noir sur la chaussee en bor-
dure de la voie ou en bordure du trottoir 10 o il y en a.
Article 18.-a) Aucune fete foraine, 6preuve sportive, manifestation
quelconque, corporative ou autre susceptible d'occasionner un embarras
de la voie publique, de gSner ou restreindre la circulation normal, ne
pourra avoir lieu sur la chauss6e ou sur les trottoirs et sur la voie pu-
blique en general sans autorisation du Chef de Police.
b) Toute personnel qui ne se sera conformee aux dispositions de cet
article sera possible d'une amende de Vingt Cinq Gourdes et en cas de
non paiement d'un emprisonnement de huit jours .
Article 19.-a) En cas de faute grave ou de violations rep6tees de
la Loi et des reglements qu'elle prescrit le permis de conduire du chauf-
feur ou conducteur pourra 6tre enlev6 et meme annule par le Chef de
Police. (Article 33 de la Loi du 19 Septembre 1953).
b) Cette sanction n'exclura pas le paiement de l'amende encourue.
Article 20--a) Le Chef de Police pourra, apres inspections et rap-
ports des Services comp6tents, d6clarer ,hors de service- toute voiture
circulant sur la voie publique dans des conditions d'insecurit6, de mal-
',- D;- ; ou de d6labrement.
b) Le propri6taire de toute voiture, circulant dans cet 6tat, sera pas-
sible d'une amende de Cinquante Gourdes et en cas de non paiement
-i" i .-1 -mrisz--nr-nint de dix jours. En outre, les plaques d'immatricula-
tion seront enlev6es de la voiture qui sera conduite a un garage par la
?' :e et aux frais du proprietaire. II demeure entendu que la Police
n'aura aucune responsabilit6 des dommages qui pourront etre causes
au course du trajet.
Article 21.-a) Pour r6glementer et faciliter le service de la circula-
tion et pour la protection des personnel, les Chefs de Police sont autori-
s6s a faire usage d'enseignes de circulation, 6tanqons, signaux lumineux,
sur tous les points de la voie publique oiu c'est necessaire et des bandes
peintes ou clout6es a intervalle r6gulier sur la chaussee.






SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


b) Celui qui d6lib6r6ment d6place ou d6etriore en tout ou en parties
ces enseignes etc..., sera possible d'une amende de Soixante-Quinze
Gourdes et en cas de non paiement d'un emprisonnement de Quinze
jours.
Article 22.-a) Aucune voiture ne sera admise a la circulation si elle
ne remplit les conditions requises par la Loi et les reglements.
b) Le propri6taire en fera la demand d'immatriculation par ecrit
au Chef de Police. II soumettra les pieces 6tablissant sa propri6t6 et
comportant la description de la voiture (No. du moteur, No. de s6rie,
la marque, le module de la voiture et tous autres renseignements jug6s
n6cessaires). La voiture sera ensuite conduite au Service d'Inspection
des v6hicules pour 6tre inspect6e.
c) Si la voiture est achet6e directement de l'etranger ou d'un membre
d'une organisation jouissant de la Franchise Douaniere, I'acqu6reur de-
vra presenter, outre les pieces mentionnees a l'alin6a precedent, un
certificate de la Douane ou le bordereau attestant !'acquittement des
Taxes douanieres, (Article 2 de la Loi du 19 Septembre 1953).
d) En cas de vente, d'ali6nation sous une forme quelconque d'une
voiture, le propri6taire est tenu d'en aviser par ecrit et dans le plus
bref delai le Bureau de la Police et de lui indiquer le nom et 1'adresse
de celui a qui la vente ou l'ali6nation a 6t6 consentie, ainsi que la date
de l'op6ration. Ce dernier se pr6sentera imm6diatement et en personnel
au Bureau de la Police aux fins d'obtenir les transferts. (Article 4 de
!a Loi du 19 Septembre 1953).
e) Toute personnel qui ne se sera pas conform6e aux dispositions du
present article, sera possible d'une amende de Vingt Cinq Gourdes et
en cas de non paiement d'un emprisonnement de 8 jours.

Ci. ritre III

DU PIETON

Article 23.-Le pi6ton est. ui qui circle a pied sur la voie publique.
Article 24.-a) Dans toutes les voies ptieiir:l-s oi il y a des trottoirs,
le pieton seul peut et doit les utiliser. II ne peut abandonner le trottoir
que pour traverser d'un cBtc de la voie a Y Lurre. Pour effectuer la tra-
versee il doit:
lo) S'il y a un 5~ stnme lumineux de signalisation s'arr&ter et ne passer
que quand le feu vert apparait en face de lui.
20) S'il y a un passage reserve aux pistons il devra suivre ce passage.
(Les passages r6servis aux pistons sont g6neralement places aux carre-
fours).
30) S'il n'y a ni signalisation, ni passage r6serv6 aux pistons, il devra
bien regarder a droite et a gauche et se rendre compete que la traver-
s6e est ainsi sans danger pour lui. Il ne devra traverser que par le chemin
le plus court d'un bord a l'autre, c'est-a-dire perpendiculairement a
l'axe de la route, et ce, le plus vite possible.







SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


b) Toute personnel qui, d6lib6r6ment, n'observe pas ces principles
sera possible d'une amende de Cinq Gourdes et en cas de non paie-
ment d'un emprisonnement de trois jours.
c) De toute facon, le contrevenant qui, n'ayant pas observe ces condi-
tions, est renverse, heurt6 ou fr616 par un v6hicule, endossera la respon-
sabilit6 de l'accident.
Article 25.-Dans les voies non pourvues de trottoir, le pieton doit
de facon constant, marcher sur son extreme gauche de maniere a avoir
en face les v6hicules venant en direction oppose dans les voies a dou-
ble sens et garder 6galement la gauche dans les voies a sens
unique. Pour traverser, il suivra les prescriptions de i'article precedent.
Article 26.-D'une faqon g6n6rale, il est interdit aux pistons de
s'assembler au milieu de la rue ou route et d'obstruer ainsi la circulation,
il leur est interdit de lire ou d'6crire en merchant sur la voie publique ou
de se livrer a toutes occupations qui pourraient le distraire et a tous
actes contraires a la prudence, tel que s'arreter au milieu de la voie
pour allumer une cigarette, de marcher plus de deux sur une voie 6troite.
Il est recommand6 aux infirmes, aveugles et sourds etc..., de se faire ac-
compagner, surtout au moment de traverser la voie.
Article 27.-Le pi6ton poussant une brouette ou tout autre engin
analogue devra prendre, d'une facon contante, sa droite le plus que pos-
sible. En aucun cas, il ne pourra charger l'engin qu'il tire ou qu'il pousse
d'un poids visiblement trop lourd ou d'articles depassant d6mesur6ment
son gabarit.
Article 28.-Tout pi6ton doit, sans cesse, se souvenir que sur la chaus-
s6e, il est expos aux accidents et met souvent les conducteurs en p6ril
grave. II doit partant strictement observer les dispositions du present
chapitre.
Chapitre IV

DU CAVALIER

Article 29.-Le cavalier est l'usager de la voie publique qui va a dos
d'animal. Tout cavalier est soumis aux obliL:.;ons gen6rales des pre-
sents rbglements. Il est dispense de plaque, d'appareils avertisseurs et de
dispositif d'6clairage comme dit au chapitre des vehicules.
Article 30.-Toutefois si plusieurs cavaliers voyagent en group la
nuit, l'un d'eux au moins doit bcl _toirement porter un fanal allume
et ils ne pourront pas circular a plus de deux de front sur la chauss6e.
Article 31.-Tout animal circulant sur la voie publique devra avoir
un conducteur. Les animaux allant en group devront prendre 1'extreme
gauche de la chaussee et ne pourront pas etre menes par plus de deux de
front. Ils devront etre maintenus avec des liens solides et places en co-
lonne.
Article 32--S'agissant d'animaux indompt6s un conducteur ne pourra
pas conduire plus d'une bete a la fois.
Article 33.-Le conducteur devra se tenir a portee des animaux et
le plus pres possible, afin d'emp&cher tout cart brusque vers le milieu
de la chaussee.







SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


Article 34.-Sans prejudice des dispositions du Code P6nal concer-
nant les animaux, il est d6fendu de les attacher le long de la voie pu-
blique.
Article 35.-Toute violation de l'un des articles de ce chapitre entrai-
nera pour son auteur une amende de Quinze Gourdes et en cas de non
paiement un emprisonnement de cinq jours.

Chapitre V

DU CYCLE, DE LA BICYCLETTE A PEDALIER OU A
MOTEUR DES TRIPORTEURS ET VEHICLES
ANALOGUES ET DES MOTOCYCLETTES

Article 36.-L'usage des bicyclettes a p6dalier ne comporte ni limited
d'Age, ni permis de conduire.
Article 37--a) Tout cycle doit porter une plaque m6tallique ayant un
num6ro que delivrera la Police apres son inspection et son immatricula-
tion et paiement au Bureau des Contributions de la taxe prevue par la
Loi.
b) Toute violation a cet article entrainera pour son auteur une a-
mende de 10 gourdes ou un emprisonnement de trois jours.
Article 38.-a) Tout cycle doit &tre muni d'un appareil avertisseur,
constitu6 par un timbre a note aigue ou un grelot don't le son puisse
etre entendu a vingt cinq metres au moins. L'emploi de tout autre signal
scnore est interdit. En outre il doilt t. 0' muni de freins en bon 6tat, d'un
phare a lumiere blanche qui sera allum6 d&s qu'il commence a faire
nuit jusqu'au retour du jour, d'une plaque phosphorescente de couleur
ro-u:? place a l'arri re. Le phare doit etre fix6 a l'avant. L'usage des
torches 6lectriques dites b) Toute p-'r.--nn cr ,: -h-. de violation des dispositions de cet ar-
sera punie d'une amende de Cinq Gourdes et en cas de non paie-
ment -',_n emprisonnement de trois jours.
A. : 39.-a) Aucune bic'cl-tt- construite pour l'usage d'une per-
sonne ne devra transporter plus d'une personnel dans les rues ou sur la
voie r-_'blique.
b) II est interdit de transporter sur une bicyclette un colis de dimen-
sion anormale qui pourrait en compromettre la stability et la direction.
c) Toute violation aux dispositions de cet article entrainera pour le
coupable une amende de Qu:ne Gourdes et en cas de non paiement
un emprisonnement de Cinq jours.
Article 40.-a) II est interdit A un cyclist de se faire remorquer par
un v6hicule ou de s'y accrocher.
b) 11 est interdit aux cyclistes de circuler sur un trottoir, une all6e
r6serv6e aux pistons ou dans un parc d'enfants.
c) Il est interdit aux cyclistes de se livrer A toute exhibition sur la voie
publique sans une autorisation special et dans des circonstances d&-
terminees.







_';T F ISc.-L ET ECO; 110..ikC)M JE 1955


d)Il est interdit aux cyclistes de se livrer a des competitions sur la
voie publique ou d'y circuler A une vitesse exag6ree ne leur laissant pas
le contr6le de la machine.
e) Il est interdit aux cyclistes de passer a travers un cortege ou do
trouble de quelque maniere que ce soit la discipline de ce cortege.
f) Toute violation de l'un des paragraphes de cet article entrainera
pour le coupable une amende de Quinze Gourdes et en cas de non
paiement un emprisonnement de Cinq jours.
Article 41.-a) Il est interdit a un cycliste de coucher sa machine sur
la voie publique. Il est tol6er qu'une bicyclette a p6dalier ou h moteur
soit mise en stationnement debout dans le caniveau, appuyee sur une
p6dale. Aucun autre v6hicule ne pourra se mettre en stationnement a
c6t6.
b) Toute personnel coupable de violation de cet article sera possible
d'une amende de Dix Gourdes et en cas de ,non paiement d'un empri-
sonnement de trois jours.
Article 42.-a) Le cycliste se servira de la voie publique en gardant
toujours sa droite.
b) Outre ce qui est sp6cialement dit a ce chapitre le cycliste est sou-
mis aux obligations g6n6rales des presents reglements.
Article 43.-a) En cas de contravention, la bicyclette sera confisquie
et amenee au poste de Police le plus proche. Une fiche de contravention
portant le numero de la plaque, le numero de serie, la marque de la
bicyclette et la liste des accessoires, s'il y en a, sera remise au contreve-
nant qui devra se presenter au Bureau de la Police dans un delai de
24 heures.
b) Si A l'expiration de ce delai aucune reclamation n'est produite, un
avis sera public par la Police, invitant le propri6taire du vehicule a venir
le rcclamer dans les trois mois qui suivront l'avis. Pass6 ce delai, la bi-
:\'v,..'e sera acheminee A 1'Administration G6n6rale des Contributions
pour tre vendue a la criee publique, conform6ment a la Loi.

BICYCLETTES A MOTEUR ET MOTOCYCLETTES

Article 44.-a) Les regles ci-dessus et celles qui suivent, sont appli-
cables aux bicyclettes a moteur et aux motocyclettes qui doivent etre
munies d'un avertisseurs, de freins en parfait e:at, d'un phare a lumiere
blanche rayonnante a 1'avant et d'un feu rouge a l'arriere. Ces feux seront
: :I'. is des la chute du jour.
b) La motocyclette munie d'un side-car outre les feux plus haut re-
adh devra porter un feu blanc non rayonnant sur le garde-boue du side-
car.
c) La plague d'immatriculation 'n:t etre 6clair6e par un feu blanc.
cEn aucun cas l'usage d'un feu 6blouissant n'est admis.
Article 45--Les conducteurs de motocyclettes pourvues ou non de
side-car, sont soumis aux obligations gen'rales des chauffeurs de vehi-
cules a moteur et en cas de contravention seront passibles des memes
pines.
i







SUPPL".M 'T F.l~'. ET ECONOMIQUE 1955


Article 46--Le conducteur d'une bicyclette a moteur ou d'une moto-
cyclette devra pour circuler etre muni d'un permis de conduire que lui
delivrera le Bureau de la Police.
Article 47.-Les motocyclettes seront munies d'un mecanisme per-
mettant l'6chappement des gaz sans trop de bruit.

Chapitre VI

VEHICLES A TRACTION ANIMAL

Article 48--Les dispositions g6n6rales des reglements, en ce qui les
concern, sont applicables aux vehicules A traction animal.
Article 49.-a) Tout cabrouet tire par une ou plusieurs bates de
trait doit avoir un conducteur et un valet. Ce dernier se tiendra a la
tfte de l'attelage sur l'animal qui est a l'avant gauche.
b) En outre seront d6sign6es par la Police les rues par oi doit cir-
culer dans les villes cette cat6gorie de voiture.
c) Outre les phares exig6s, le valet allant a pied ou mont6 sur l'ani-
mal plac6 a l'avant gauche portera une lanterne allumee des la chute
du jour. Ces dispositions sont inutiles sur les chemins vicinaux oui n'y a
pas de circulation.
') Tout v6hicule a traction animal devra etre muni de deux lan-
ternes allum6es d&s la chute du jour. Ces lanternes devront etre places
de part et d'autre du v6hicule et de facon a etre visible de l'avant et
"- 'arribre.
e) Le Chef de Police pourra interdire dans les villes ou agglomera-
tions l'accis de certaines rues aux charrettes, brouettes, etc..., quand
cela s'averera necessaire.
Toute violation de l'un des p'raoraphes de cet article entrainera
Sle cc une amende de Cinq Gourdes et en cas de non paie-
ment un t. irisonnement de trois jours.
S~ 1 -Fit les r:-n": ie a bras et les vehicles a traction -nimale
"oir la loi du 29 Aoit 1952) ;u',ie6 dans le "' .: .'r du Sep-
,'cn m au No. ?.) sanction: Cinq A Cinquf-._ Gourdes d' c:
ou 5 a 30 jours d'emprisonnement ou les deux a la fois.

Chapitre VII

/r.-,CULES A MOTEUR VOITURES AUTOMOBILES
CAMIONNETTES ET CAMIONS

-T Le terme voiture employee dans ces -' 1-- ments signifie
tous les v6hicules a moteur pourvus d'un dispositif m6canique de pro-
p'.! leur perme-tt.- nt de fonctionner par leurs propres moyens: auto-
Ic1t: r,-"-rr motocyclette; tous les v6hicules a traction animal:
b buss, tombereau, cabrouet. Il s'applique egalement a la bicy-
clette, tricyclette, brouette, en g6n6ral a tous les vehicules destin6s au
tra.- -,-t par terre et sur les voies publiques. (Voir art. ler de la Loi sur
la circulation).







' r IS(AL ET ECONOMIQUE 1955


Article 51--Toute voiture doit etre munie de roues bien prot6g6es de
ft;. n a ne pas abimer la voie publique. Les roues des voitures, automo-
biles, camions et g6n6ralement de tout v6hicule servant au transport
des personnel ou marchandises ainsi que les roues de leurs remorques
seront munies de bandages pneumatiques. Les roues de toutes autres
voitures devront, A leur surface de contact avec la chauss6e, ne presenter
aucune arr&te vive, aucune saillie sur leur surface de roulement pouvant
d6t6riorer la voie publique.
b) Toute voiture don't le roulement ne remplit pas les conditions ci-
dessus ne sera pas admise A circuler sur la voie publique, A moins qu'elle
ne soit munie de patin ou de tout autre systeme de protection pour la
voie publique. Cette disposition s'applique surtout aux tracteurs, bul-
dozers et tous autres vehicules destines aux travaux des routes et A la
motoculture.
c) Les chaines ordinaires contre le derapage pourront etre utilisees
sur les routes d6trempees.
d) Tout contrevenant a l'un des paragraphes de cet article sera pas-
sible d'une amende de Soixante-quinze Gourdes et en cas de non paie-
ment d'un emprisonnement de Quinze jours.

ECLAIRAGE SIGNALISATION

Article 52.-a) Toute voiture doit etre pourvue d'un syst&me d'6clai-
r, actionnant lo) deux phares a lumiere blanche rayonnante, places
le r' possible aux extr6mites avant gauche et droite; 20) d'un feu rouge
place Farribre et a gauche, mais d'une intensity lumineuse suffisante
p;_. 6tre perque a cent metres au moins, par temps clairs; 3o) d'un feu
blanc ':.c,' 1'arriere de facon A 6clairer la plaque d'immatriculation
et la rendre visible A vingt cinq mitres environ par temps clair.
b) D&s la chute du jour, toute voiture en march doit avoir tous ses
f ..! -lumec. permettant d'6clairer efficacement la route A l'avant sur
une r .ic" de cent m&tres environ. La voiture en arr&t doit avoir bien
S du c6t6 gauche un feu blanc non rayonnant a l'avant, et un feu
-i-i .- l'arriere, ces feux sont dits ,feux de stationnement,. Par excep-
tion -1 une voiture arret6e sur la voie putHliue est eclair6e par une
lumiere quelconque qui la rend visible pour d'autres voitures en march,
les lumibres de stationnement ne sont pas exigibles.
c) Les Camions et autres v6hicules lourds doivent 6tre pourvus outre
des feux -i7em.'.-trires plus haut requis, de deux petites lampes refle-
chissantes de couleur orangen places aux extr6mites avant et en haut
de la carrosserie, et de deux autres du meme type, mais de couleur
-rouge-, placees aux extr6mites arrieres et en bas de la carrosserie. Ces
feux doivent ^'tr- bien apparent de facon a permettre d'apprecier net-
tement les dimensions du vehicule au moment d'un croisement ou d'un
d6passement. Ils doivent etre maintenus dans un 6tat de proprete par-
faite.
d) Les remorques doivent etre munies d'un feu rouge A l'arriere et
du co6t gauche.






SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


e) Le systeme d'6clairage devra permettre au chauffeur de se servir
de trois categories de lumiere: grande, petite et de lumieres dites de stationnement".
f) Pour les petites lumieres, les phares doivent etre ajust6s de fagon
qu'aucune portion de rayon principal de lumiere ne frappe le sol a
plus de vingt m&tres devant le v6hicule.
g) Toute infraction a l'une des clauses de cet article entrainera pour
l'auteur une amende de Vingt Cinq Gourdes et en cas de non paiement
un emprisonnement de huit jours.
Article 53.-a) L'usage des grandes lumieres est interdit dans les li-
mites des villes et des agglomerations. Sur les routes, les chauffeurs
peuvent utiliser les grandes lumieres, A charge par eux de passer les
petites lumieres au moment oiu deux voitures se croisent.
b) Toute infraction a cet article entrainera pour son auteur une a-
mende de Cinquante Gourdes et en cas de non paiement un emprisonne-
ment de dix jours.
FREINS

Article 54.-a) Toute voiture doit etre munie de deux systems de
freinage qui agissent ind6pendamment l'un de l'autre: l'un a bras dit
frein de secours, I'autre n I, 'i1
b) Les freins A pied doivent agir si.,il2r:-'n.;men. sur les quatre roues;
les deux systems doivent 6tre a action rapide et suffisamment puis-
sants pour arr&ter et immobiliser le v6hicule sur les plus fortes d6clivit6s.
Ces freins doivent toujours 6tre en excellent 6tat de fonctionnement.
c) Le chauffeur ou conducteur surprise, conduisant une voiture ayant
des freins en mauvais 6tat de fonctionnement sera puni d'une amende
de soixante quinze gourdes et en cas de non paiement d'un empri-
sonnement de quinze jours

AVERTISSEUR SONORE

Article 55.-a) Toute voiture doit etre pourvue d'un appareil sonore
susceptible d'etre entenr'i, a environ vinq cinq metres et qui lui sert
d'avertisseur.
b) L'usage de cet avertisseur dans les villes, -.urgs ou simplement
dans les agglomerations, devra etre assez modir6 pour ne pas incom-
moder les habitants, ni '-"" er les animaux.
c) Ii est interdit au chauffeur ou conducteur de faire resonner son
avertisseur dans les quarters commerciaux, dans les zones dites ,zones
de silence,, Bureaux Publics, Ecoles, H..pitaux Cliniques etc.) et la
nuit dans les zones de residence.
d) Il ne sera adrms comme avertisseurs des trf-pes a son multi-
ple ou encore des siffles. L'usage des sirenes est exclusivement r6-
serv6 aux v6hicules de la Police, aux ambulances et aux vehicules du
Service d'Incendie.
e) Le chauffeur ou conducteur d'un vehicule muni d'un haut-par-
leur pour annonces, publications etc., ne pourra mettre en action ses ap-
pareils pour produire de la musique ou faire des annonces lorsque la






SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


voiture est en station, sauf dans des cas speciaux et avec autorisation
de la Police. II ne devra pas non plus utiliser son haut-parleur
quand il fait le va et vient dans la meme rue. Il est formellement
interdit de faire fonctionner le haut parleur aux abords des zones dites
(zone de silence-. En outre, il s'abstiendra d'augmenter le volume de
ses appareils d'une maniere excessive.
f) Toute infraction a l'une des dispositions de cet article entrainera
pour son auteur une amende de vingt cinq gourdes et en cas de non
paiement un emprisonnement de huit jours.

DISPOSITIONS GENERALS

Article 56--a) Les organes d'une voiture automobile doivent etre
disposes de faqon a 6viter tout danger d'incendie ou d'explosion; leur
fonctionnement ne doit constituer aucune cause de danger ou d'incom-
modit6.
b) Les moteurs doivent etre munis d'un dispositif d'6chappement si-
lencieux et permettant la sortie des gaz sans trop de fum6e.
c) Toute violation de l'un des paragraphes de cet article entrainera
pour son auteur une amende de Vingt Cinq Gourdes et en cas de non
paiement un emprisonnement de huit jours.
Article 57.-a) Aucune voiture ne devra circuler avec un charge-
ment exc6dant celui pour lequAl a. a et3 construite. Le Doid's du v6-
hicule (camionnette, camion de transport et camion a passagers) avec
son chargement maximum devra etre inscrit visiblement sur la carros-
serie et a l'ext6rieur.
b) Aucun camion ne devra avoir une carosserie qui d6passe la dis-
tance existant entire les roues-arribre ni porter un chargement qui en
d6passe les limits ou qui soit a une hauteur de plus de dix pieds au
dessus de la chauss6e.
c) Toute violation de l'un des paragraphes de cet article entrainera
pour le coupable une amende de Soixante Quinze Gourdes ou un em-
prisonnement de quinze jours.
Article 58--a) Il ne sera pas permis de charger un camion ou une
camionnette d'objets d6passant la parties arriere de plus de 3 pieds.
Toutefois, il est fait exception pour les objets tels que: planches, barres
de fer, poteaux ou mat6riaux de cette nature; dans ce cas un drapeau
rouge sera accroch6 A leur extr6mit6 durant le jour, a la tombee de la
nuit on emploiera au lieu d'un drapeau rouge, une lumiere rouge.
b) Les objets constituent le chnar. -met d'un camion ne pourront
en aucun cas depasser la defense avant du vehicule. De toute facon
ils seront disposes de mani&re a manager la visibility complete du
chauffeur vers I'avant.
c) Toute violation de l'une des clauses de cet article entrainera pour
son auteur une amende de Cinquante Gourdes et en cas de non paiement
un emprisonnement de dix jours.
Article 59--a) Le compteur de vitesse ou , ture automobile doit toujours 6tre en parfait 6tat de fonctionnement.








SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


b) Toute voiture devra etre am6nagee de maniere que le chauffeur
ne dispose a sa gauche d'aucune place destinee a un passage ou a placer
des effects. De toute fagon le chauffeur en conduisant ne placera jamais
une personnel adulte ou non a sa gauche sur le siege qu'il occupe et n'y
entassera aucun bagage. Cette disposition s'nppli-'u_- aussi bien aux voi-
tures automobiles qu'aux camions a passagers, aux autobus et aux ca-
mions de transport.
c) Toute violation a cet article entrainera pour son auteur une amende
de Vingt Cinq Gourdes et en cas de non paiement un emprisonnement
de huit jours.
Article 60--a) Le siege du conducteur de toute voiture doit etre
dispose de maniere a ce que la visibility du chauffeur soit bien d6gag6e
vers I'avant.
b) Le pare brise doit etre muni d'un essuie glace automatique presen-
tant une surface d'action suffisante pour que le chauffeur puisse de son
sibge voir distinctement la route.
c) Toute voiture automobile doit etre munie d'un miroir r6troviseur
dispose de telle maniere que le chauffeur puisse effectivement aper-
cevoir de sa place tout vNhicule venant apres lui et susceptible de le
depasser.
d) Les camions et autres v6hicules de ce genre seront 6galement
pourvus d'un miroir r6troviseur dispose a l'ext6rieur et a gauche, de telle
maniere que le chauffeur puisse effectivement apercevoir de sa place
la route vers l'arriere du v6hicule sur une bonne distance. Ils devront etre
munis en outre, d'un appareil indicateur de changement de direction, vi-
sible de l'avant et de l'arriere, de jour et de nuit.
e) Les dispositifs de command d'une voiture offriront toutes les ga-
ranties de solidity desirable. Le conducteur doit pouvoir actionner, de
son siege, les dispositifs de manoeuvre et de signalisation et consulter
les appareils indicateurs sans cesse de surveiller la route.
f) Toute violation de l'un des paragraphes de cet article entrainera
pour son auteur une amende de Vingt Cinq Gourdes ou un emprisonne-
ment de huit jours.


PLAQUES D'IMMATRICULATIONS

Article 61.-Toute voiture portera bien en evidence le jour comme la
nuit a !'avant et a l'arriere une plaque d'immatriculation d6livree par la
Police apres communication par le propri6taire du bordereau duiment
acquitt6 au Service des Contributions des droits et taxes d'immatricula-
tion. La dite plaque d6livr6e gratuitement demeure la propriety de
l'Etat auquel il en sera fait retour a son renouvellement.
b) Le tourist ou agent d'affaires stranger, de passage en Haiti, et
dbarquant avec sa voiture, la fera imm6diatement enregistrer au Bu-
reau de la Police, apres les formalities douanieres remplies.
Cet enregistrement est gratuit.










c) Ncainmoins il sera astreint au paiement de toute taxe prevue en
la matiere s'il prolonge son s6jour au delay du temps fix6 par les lois
sur l'immigration.
d) Le permis de s6jour n'est pas exigible en pareil cas.
e) La violation de l'un des paragraphes de cet article entrainera
pour son auteur une amende de Cinquante Gourdes et en cas de non
pavement un emprisonnement de dix jours.
(Voir article 7 et 5 de la Loi sur la Circulation des v6hicules).
Article 62.-a) Les plaques pour voitures ne sont pas negociables et
ne seront places que sur les voitures pour lesquelles elles ont 6t6 ob-
tenues.
b) Les contrevenants, preteurs et b6&nficiaires, seront passibles
d'une amende de Soixante Quinze Gourdes et en cas de non paiement
d'un emprisonnement de quinze jours.
Article 63.-Tout individu qui sera surprise conduisant une voiture
sans plaque d'immatriculation, sera possible d'une amende de Soixante
Quinze Gourdes et en cas de non paiement d'un emprisonnement de
quinze jours.
Article 64.-Les tracteurs ou autres v6hicules de ce genre porteront
une plaque d'immatriculation, place i 1'arriere. Leurs propri6taires
sont astreints aux m&mes formalit6s reclamees des proprietaires d'au-
tomobiles et encourent les memes peines prescrites a l'article precedent
Article 65.-a) L'Administration Gen6rale des Contributions d'ac-
cord avec la Police fixera le nombre des plaques de demonstration a
d6livrer aux agents pr6pos6s a la vente des voitures suivant l'importance
de leurs 6tablissements. (Article 14 de la Loi).
b) Les b6n6ficiaires de plaques de demonstration sont personnelle-
ment responsables vis-a-vis de la Police de l'usage qu'ils en auront fait
et ne pourront ni les employer a des fins personnelles ni les pr&ter ou
n6gocier sous peine de retrait des dites plaques.
c) Toute contravention aux dispositions du present article entrainera
pour son auteur une amende de Soixante Quinze Gourdes et en cas de
non paiement un emprisonnement de quinze jours sans prejudice des
autres peines pr6vues par les presents reglements notamment au cha-
pitre II Art. 22.
En cas de r6cidive, outre la double peine prevue par la loi et les r&-
glements, la dite plaque sera confisquee par la Police pour le reste de
1'exercice en course.
Article 66.-a) En cas de project de vente d'un vehicule notamment
celui portant une plaque de demonstration, un delai de vingt quatre
(24) heures est accord a l'acheteur pour 1'essai du dit vehicule.
b) La vente une fois consentie, l'acheteur devra remettre imm6diate-
ment la plaque de demonstration au vendeur, et se presenter sans d6lai
au Bureau de la Police, pour remplir les formalit6s prescrites au Cha-
pitre II Article 22 du present reglement.
c) Toute personnel qui ne se sera pas conformee aux prescriptions du
present article sera possible d'une amende de Vingt Cinq Gourdes et en
cas de non paiement d' un emprisonnement de huit jours.


- IL- IA T E 4- R LF,15







SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


Article 67.-a) II sera pr6vu une plaque sp6ciale pour le garagiste;
cette plaque portera le nom de l'6tablissement et un num6ro de serie,
elle ne sera utilis6e par le personnel qualifi6 du garage que pour l'essai
des vehicules en reparation, au cas oui les dits v6hicules ne seraient pas
nunis de plaques d'immatriculation.
b) II est formellement interdit d'utiliser cette plaque aprbs la chute
du jour.
c) Toute contravention aux dispositions du present article entrainera
les memes sanctions que celles pr6vues a P'article 65 paragraphe (d.
etc... du m&me chapitre.
Article 68--Les plaques d'immatriculation doivent etre constam-
ment mainterues en 6tat de propret6 et places en evidence de fagon
a etre lues d un seul coup d'oeil. Tout chauffeur surprise circulant avec
des plaques sales ou abimees jusqu'a etre illisibles sera puni d'une
amende de Quinze Gourdes et en cas de non paiement d'un emprison-
nement de cinq jours .
Article 69--a) En cas de perte ou d6t6rioration de plaques d'imma-
triculation le chauffeur doit en aviser immediatement le poste de Police
le plus proche et devra dans le plus bref d6lai remplir au Bureau de la
Police les formalit6s prescrites par les presents r&glements pour l'obten-
tion d'une nouvelle plaque. En aucun cas, il ne sera autoris6 a circuler
avec une plaque d'une fabrication non approuvee par la Police (Art. 8
de la Loi du 19 Septembre 1953).
b) Toute contravention aux dispositions de cet article entrainera
pour son auteur une amende de Vingt Cinq Gourdes et en cas de non
pavement d'un emprisonnement de huit jours.
Article 70--a) Les agents pr6pos6s A la vente des v6hicules devront
d6clarer par 6crit au Chef de Police toute vente de v6hicules. Cette de-
claration contiendra l'indication des noms et addresses de l'acheteur de
meme que la description du v6hicule vendu, notamment: sa marque,
No. du moteur, No. de sirie, nombre de cylindres, couleur, type, module
et son tonnage. Il n'est pas fait exception pour la vente des tracteurs
ou de tout autre v6hicule a moteur servant a des fins industrielles ou
agricoles.
b) En outre ils doivent soumettre chaque trimestre au Bureau de la
Police (Service de la Circulation des v6hicules) un rapport detaille,
d6clarant le nombre de v6hicules de tous types et de toutes marques
import6es ainsi que le nombre de vthicules neufs vendus pendant le
trimestre.
c) Toute infraction aux dispositions du present article entrainera
pour son auteur une amende de Soixante Quinze Gourdes et en cas
de non paiement un emprisonnement de Quinze jours.
Article 71.-a) La patente des v6hicules est renouvelable chaque
ann6e (voir tarif de la Loi sur la circulation des vehicules); elle est as-
sujettie au regime de l'ann~e administrative qui court du ler Octobre au
30 Septembre.
b) La patente n'est divisible que pour les voitures non enregistr es
ou remis6es durant 1'exercice pr6ecdent. En ce dernier cas le proprie-







eO Fi2 I' FIS(JAL ET ftON0,MIQUIE 1955


taire devra remettre la plaque d'immatriculation au Bureau de la Police
au plus tard le 30 Septembre de l'exercice fiscal.
c) Ne sont pas exempts des taxes 6tablies par la Loi sur les v6hicules,
que ceux appartenant en propre a l'Etat et exclusivement affects aux
Services Publics, ceux des membres du Corps Diplomatique accr6dit6s
aupres du Gouvernement et ceux des membres des Organisations In-
ternationales assimil6s a des diplomats ainsi que ceux des companies
et de leurs membres don't les contracts avec le Gouvernement Haitien
comportent une clause qui les exonere de ces taxes. N6anmoins, le Pre-
sident de la Republique, les Secr6taires et Sous-Secr6taires d'Etat etc...
(voir 1'Arrit6 du 16 Septembre 1952 public dans le Moniteur au No.
86 du 23 Septembre 1952) auront toujours droit a la plaque officielle
et b6n6ficieront des privileges qui y sont attaches.
d) Les fonctionnaires ayant droit a la plaque officielle, ne sont
pas exon6r6s des taxes 6tablies par la Loi sur les v6hicules et sur le
permis de conduire. Ils doivent, comme les autres usagers respecter et
observer les presents reglements.

Chapitre VIII

DEVOIRS DU CHAUFFEUR

P -ticle 72.-a) Tout chauffeur doit toujours avoir sur lui ou a port6e
de la main son permis de conduire de faqon a pouvoir le presenter A
premiere r,-uisition d'un agent de la force publique ou de l'autorite
comp6tente (voir article 23 de la Loi du 19 Septembre 1953).
b) Tout ';,1:'idu surprise conduisant une voiture sans etre muni de
son .i (. conduire sera -nor6hend6 par la Police.
lo) S" n'a :-m iis obtenu son permis, il sera possible d'une amende
de Soixante (-inz.: Gourdes et en cas de non paiement d'un emprison-
nement de Quinze jours.
'o) Til n'a pas renouvel6 son permis, il sera possible d'une amende
de Cinquante Gourdes et en cas de non paiement c un emprisonnement
de dix jours.
30) S'il n'est pas porteur de son permis il sera possible d'une amende
de ~',i e Gourdes et en cas de non pavement d'un emprisonnement de
cinq jours.
Article 73.-Tout chauffeur, sans exception aucune, sera tenu d'avoir
un livret des presents reglements et devra le presenter au moment du re-
nou-'e:lement de son permis.
Article 74.-a) Le chauffeur a tous instants devra 6tre libre d'effec-
tuer avec un minimum de s6curite les manoeuvres necessaires.
b) Le conducteur ou chauffeur obeira a tous les signaux et A toutes les
enseignes places par la Police.
c) Toute violation de l'un des paragraphes de cet article entrainera
pour son auteur une amende de Vingt Cinq Gourdes et en cas de non
paiement un emprisonnement de huit jours.







-- ,? t S -;1. ET lONt'. I .lUE 1955 79

Article 75.-Le chauffeur ou conducteur ne discutera ni n'aura aucune
altercation avec les hommes de Police charges du Service de la Circu-
lation, dans 1'exercice de leurs functions.
b) Toute d6sob6issance a un ordre d'un agent affect au Service de
la Circulation, toute expression irrespectueuse, tout manque d'6gard
envers cet agent dans l'exercice de ses functions entrainera l'arresta-
tion de son auteur qui sera puni d'une amende de Soixante Quinze
Gourdes et en cas de non paiement d'un emprisonnement de quinze jours-
Article 76.--a) D'une maniere g6nerale toute voiture doit circuler
sur la parties droite de la chauss6e, a l'exception des endroits oi le con-
traire est express6ment autoris6.
b) II devra, autant que possible, garder sa droite et au besoin ralentir
sa vitesse lorsqu'il apergoit un autre v6hicule venant en sens contaire
ou avant d'aborder les tournants, les sommets de cotes et les croisements
ou bifurcations.
c) Dans les rues non traces les v6hicules allant dans le meme sens
doivent circuler 1'un derriere l'autre.
d) Dans les c6r6monies publiques, les processions, les fun6railles, les
voitures iront a la file sur la moiti6 droite de la voie.
e) Aucune voiture ne pourra se frayer un passage a travers un cortege
sans une autorisation special du Chef de Police. II est interdit aux v6-
hicules de croiser un d6fil6 de troupes militaires.
f) Toute violation de l'un des paragraphes de cet article entrainera
pour le coupable une amende de Cinquante Gourdes et en cas de non
pavement un emprisonnement de dix jours.
Article 77--a) Dans les rues a sens unique et traces, le d6passement
pourra se faire i.i : f.m ? I.I. a uche ou a droite.
b) Dans les rues a sens i. ic le stationnement pourra se faire indif-
-c.~ menr t a gauche ou droite. A moins que la Police ne l'interdise
"..:L. la commn-,_ te et la s6curit6 des *.- v.r. En pareil cas une enseigne
sera place pour indiquer le stationnement est interdit.
c) Aucun chauffeur ou conducteur ne doit enr ,er ou turner sa
vo;ture et la fire circuler dans la c -':: -:. c .)ios*e a celle qui est in-
di'-i..'& dans une voie a sens unique.
d) Il est formellement d6fendu de s',-. a ger en march arriere dans
une voie a sens unique.
e) Toute infraction aux .--r'-:. .. du 4s,-nt article entrainera
pour son auteur une amende de Cinquante Gourdes et en cas de non
paiement un emprisonnement de di: jours.
Article 78.-a) Des qu'ils entendront r6sonner la sirene ou qu'ils a-
percevront le feu rouge clignotant (soit d'un vehicle de la Police,
des Pompiers ou d'une Ambulance) les chauffeurs s'arrangeront pour
s'arreter le plus vite possible, tout en laissant le passage libre aux
sus-dits vehicules
b) Toute infraction a cet article enrtainera pour son auteur une
amende de Soixante Quinze Gourdes et en cas de non paiement un
emprisonnement de quinze jours.







SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


Article 79--a) Le chauffeur ou conducteur d'une voiture gardera
ea.tre sa voiture et celle qui la pr6cede une distance proportionn6e a
sa vitesse de f. I i a pouvoir manoeuvrer en toute security si ce dernier
vient a s'arreter brusquement.
b) Il est permis au chauffeur d'une voiture de d6passer la voiture
qui la pr6cede, mais a condition de respecter ce qui suit:
lo) Il faut que les deux voitures ne soient pas a l'approche d'une croi-
s6e ou carrefour, d'un sommet de c6te, d'un tournant, ou d'un passage
a niveau.
2o) Le Chauffeur qui veut depasser une voiture devra faire resonner
son avertisseur de fagon a se faire entendre du chauffeur d'une voiture
qui la pr6cede.
3o) Le chauffeur qui aura entendu l'avertisseur de celle qui la suit
devra imm6diatement gagner son 1extr&me droite pour faciliter le d6pas-
sement.
4o) A ce moment li seulement le chauffeur de la voiture qui veut d6-
passer celle qui la pri6cde pourra faire la manoeuvre, s'il ne vient au-
cune autre voiture en sens oppos6.
50) I1 passera A gauche de la voiture qui la precede et ne montera
vers sa droite qu'apris i'avoir enti&rement d6passee.
c) Si la voiture qu'on veut dCopas er va a vingt cinq miles A l'heure
c'est a dire a la limited de vitesse permise en ville et dans les faubourgs
le depassement est interdit.
d) II est encore interdit dans tous les autres cas non pr6visibles
qui constitueraient une perturbation.
e) Toute violation de I'un des paragraphes ou sous-paragraphes de
cet article rntrainera pour son auteur une amende de Cinquante Gour-
des et en cas de non paiement un emprisonnement de dix jours.
Article 80--Tout chauffeur ou conducteur de voitures surprise au vo-
lant en 6tat d'&brite6 sera appr6hend6 immndiatement. Il sera possible la
premiere fois de trois a six mois de suspension et d'une amende de Soi-
xante Quinze Gourdes et en cas de non pavement d'un emprisonne-
ment de quinze jours. En cas de r6cidive, outre la double peine pr6vue
par la Loi et les presents r6glements son permis lui sera d6finitive-
ment enlev6. (Article 29 de la Loi).
Article 81.-a) Le chauffeur ne peut lancer sa voiture dans les Vil-
les et agglomerations a une vitesse sup6rieure a vingt-cinq miles a
l'heure pendant le jour et vingt miles i l'heure d6s la chute du jour.
b) II devra cependant se garder d'atteindre ces limits de vitesse, si
cette allure est incompatible avec les dimensions et les conditions de la
voice. I? density0 de ,a ci''ltil-fion. ou encore si Ta visibility6 n'es: Tr par-
faite: (er cas de pluie ou de brouillard etc.).
c) En dehors des villes et agglomerations, la limited de vitesse n'est
pas fixee. Cependant. le chauffeur doit toujours rester maitre de sa
voiture et ne pourra la lancer a une vitesse tell qu'il ne puisse l'arr6-
ter en toute s6curit6 dans l'espace de route qu'il voit completement
libre devant lui.







SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


d) Toute lutte de vitesse est formellement interdite.
En cas d'accident resultant d'une lutte de vitesse, la responsabilite
sera impute aux deux parties.
e) Le chauffeur ou conducteur de voiture ralentira sa vitesse a dix,
(10) miles a 1'heure ou mime s'arretera si c'est n6cessaire aux appro-
ches des ecoles, des 6glises, des terrains de jeux non clotur6s, dans les
zones d'une manifestation populaire ou sportive, en croisant un corte-
ge, en d6passant une bande d'animaux, a l'approche des passages a ni-
veau ou de tous autres embarras ou encombrements.
f) Le chauffeur se conformera par ailleurs strictement aux affiches
de Police indiquant la limited de vitesse dans la zone qu'il traverse.
g) Toute violation des dispositions de cet article entrainera pour
son auteur une amende de Cinquante Gourdes et en cas de non paie-
ment un emprisonnement de dix jours.
Article 82--a) Pour passer d'une voie a une autre ou pour franchir
un carrefour, le chauffeur ou conducteur observer ce qui suit:
lo) II ralentira sa vitesse a dix miles a l'heure et au besoin s'arrete-
Ta.
20) II gardera toujours sa droite, sauf dans le cas ou le contraire
est express6ment indiqu6.
30) II fera la manoeuvre quand il sera sfr qu'il n'y a pas d'obstacles.
b) Pour sortir d'une all6e, d'une maison, d'une porte cochere, d'un
terrain, le chauffeur ou conducteur observer ce qui suit:
lo) II s'arr&tera complktement.
20) II fera r6sonner discretement son avertisseur.
30) II ex6cutera la manoeuvre lentement quand il sera stir qu'il n'y a
pas d'obstacles et que la voie est libre a droite et a gauche.
40) II gardera toujours sa droite.
c) Pour d6marrer une voiture, le chauffeur inspectera la voie a gauche
ou a droite et vers I'arriere et ex6cutera la manoeuvre lorsque la voie
sera libre. II ne pourra pas d6marrer s'il y a une autre voiture qui s'ap-
proche, cette derniere ayant la priority.
d) Pour virer a gauche afin de passer d'une voie a une autre le chauf-
feur observer ce qui suit:
lo) II l&vera le bras gauche a 45 degres environ au-dessus de l'hori-
zontale. Ce geste doit etre execute a temps pour permettre au chauffeur
de la voiture qui suit de comprendre le signal.
20) II observer les principles contenus dans le paragraphe (a) du
present article.
30) II ex6cutera la manoeuvre en decrivant une courbe d'un rayon
aussi grand que possible.
e) Pour virer a droite, le chauffeur ou conducteur observer ce qui
suit:
lo) Il abaissera le bras a 45 degr6s environ au-dessous de 1'horizontale.
Ce geste devra etre execute a temps pour permettre au chauffeur qui
suit de comprendre le signal.
20) II executera la manoeuvre en contournant le trottoir et en d6-
crivant une courbe d'un rayon aussi petit que possible.








JPPL: ., NT FISCAL ET LE-N()OMIQ'E 1955


f) Pour arreter son v6hicule, le chauffeur observer ce qui suit:
lo) II sortira le bras gauche qu'il tiendra tendu horizontalement jus-
qu'A l'arret complete.
2o) Ii diminuera progressivement sa vitesse et dirigera sa voiture vers
le trottoir A droite et s'arretera le plus pres possible et parallelement
a la bordure du caniveau.
3o) Dans les voies A sens unique oiI le stationnement 4 gauche est
autoris6, le chauffeur qui voudra s'arr6ter ou stationner sur ce c6te, pren-
dra au pr6alable la moiti6 gauche de la voie.
g) Pour virer A gauche afin d'entrer dans une all6e, porte cochere etc...,
le chauffeur devra ex6cuter a temps le signal prescrit au present article
paragraphe (d) et turner, si aucune voiture ne vient en sens oppose
Dans le cas contrailre, il s'arr6tera, avant d'executer la manoeuvre.
h) Le chauffeur qui suit une voiture ex6cutant la manoeuvre pour en-
trer dans une all6e, porte cochere etc... devra s'arreter et attendre que la
manoeuvre soit ex6cutee.
i) Dans les conditions normales il est interdit de dim;nuer brusquement
la vitesse d'un v6hicule, soit pour en changer la direction, soit pour l'ar.
rater complktement.
j) II est interdit de faire march arriere pour turner, sur une distan-
ce de plus de cinq metres. En aucun cas, on ne doit le faire, si cette ma-
noeuvre doit obstruer la voie ou interrompre la circulation.
k) Il est formellement interdit de faire un virage en demi circle dans
une rue, pour changer de direction, si une telle manoeuvre necessite une
march arriere, ou est susceptible de ralentir la circulation.
1) Toute violation de l'un des paragraphes ou sous paragraphes de
cet article entrainera pour son auteur une amende de Vingt Cinq Gour-
des et en cas de non paiement un emprisonnement de huit jours.
Article 83.-Tout chauffeur ou conducteur don't le permis a et6 retire
provisoirement ou definitivement et qui, pendant cette suspension se
ra surprise conduisant une voiture, sera possible d'une amende de Soixan-
te QuinzE Gourdes et d'un emprisonnement de quinze jours. (Art. 31 de
la Loi).
Article 84.-Un v6hicule est en ttat d'arr&t ou arret6 quand le v6hicule
est immobilis6, le chauffeur est A sa place et le moteur en march, au-
trement il est en 6tat de stationnement, stationn6 ou en station.
Article 85.-a) Le stationnement est interdit aux croisements de deux
voies sur un pont, sur les trottoirs, aux spaces reserves aux pistons,
devant une porte cochere, devant l'entr6e ou la sortie d'une propriety,
d'une usine, d'un garage, d'un atelier, d'un 6tablissement public, d'une
cole, d'un theatre, d'une bouche d'incendie, le long et au travers d'une
voie ferree et devant tout autre endroit designed par une enseigne.
b) II est interdit d'arreter ou de stationner une voiture sur le bord
d'une chauss4e si, pour une raison quelconque, du fait de cet arret ou de
ce stationnement la larger du passage qui reste disponible pour les au
tres voitures est moins de trois metres.
c) Une voiture ne peut s'arr6ter, stationner en ayant la bordure a gau-
che, sauf dans les rues a sens unique oif le stationnement est autoris6.








SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


d) Une voiture ne peut s'arreter stationner en plein milieu d'une voie
meme pour prendre ou deposer un passage, ou pour permettre au
chauffeur ou A un passage de s'entretenir avec un autre usager de la
route.
e) Aucune voiture ne peut s'arreter, stationner a moins de vingt pieds
d'une encoignure. N6anmoins si la voie a plus de douze m&tres de large,
autrement dit, si cette voie peut supporter ais6ment le passage de quatre
voitures allant de front, cette distance sera r6duite a dix pieds.
f) Dans les carrefours oi0 la circulation est r6glement6e par des si-
gnaux lumineux, il est interdit d'arreter un v6hicule ou de stationner
A moins de trente pieds des encoignures.
g) Deux voitures ne peuvent stationner l'une A co8t de l'autre du
m6me c6t6 de la chaussee.
h) Deux voitures en direction opposee ne peuvent s'arreter, station-
ner l'une en face de l'autre, de part et d'autre de I'axe de la voie, s'il ne
reste encore sur la chauss6e un passage d'au moins de six metres de
larger.
i) Une voiture ne peut stationner plus de six heures consecutives sur
la voie publique.
j) En cas de panne, le chauffeur est tenu de pousser imm6diatement
sa voiture le plus vite possible le long du trottoir a droite et prendre
sans delai les dispositions n&cessaires en vue de debarrasser la voie
publique.
k) Il est formellement d6fendu de stationner d'autres voitures dans
les points reserves aux autobus, camionnettes ou autres vehicules pu-
blics.
1) II est d6fendu de proceder aux reparations, lavage ou nettoyage
d'une voiture sur la chauss6e, ou sur un trottoir.
m) II est defendu d'arreter ou de stationner une voiture sur le trottoir,
ou sur la pelouse dans les places publiques.
n) II est formellement interdit de stationner un camion en travers
ou de biais dans une rue pour charger ou decharger des marchandises
ou autres a moins d'une autorisation sp6ciale et 6crite de la Police (Ser-
vice de la Circulation des v6hicules).
o) Toute violation de l'un des paragraphes de cet article entrainera
pour son auteur une amende de Vingt Cinq Gourdes et en cas de non
paiement un emprisonnement de huit jours.
p) Toute voiture trouvee a des endroits oii le stationnement est for-
mellement interdit par la Police sera conduite ou remorqu6e immedia-
tement au Bureau de la Police aux frais du proprietaire. Si le propri6-
taire est present sur les lieux une contravention lui sera remise avec
ordre de d6placer le vehicule immediatement. (Art. 6 de la Loi).
q) Cette disposition sera prise conjointement avec la condemnation
a l'amende.
Article 86.-a) Lorsqu'une voiture est immobilisee par suite d'acci-
dent ou que tout ou parties d'un chargement tombe sur la voie publique
sans pouvoir ktre immediatement releve, le conducteur ou chauffeur doit
prendre les measures n6cessaires pour garantir la s6curite de la circula-







-a .I iF. AI m ET E(O\0i1IQUiE 1955


;i,.. le plus vite possible, et des la chute du jour, il devra 6clairer l'obs-
tacle et aviser imm6diatement la Police. Un d6lai de six heures durant
le jour et de douze heures pendant la nuit est accord au chauffeur ou
au propri6taire pour d6placer son v6hicule et son chargement. Passe ce
d6lai, la Police le fera deplacer aux frais du proprietaire.
b) Toute violation des dispositions du present paragraphe entrainera
pour son auteur une amende de Cinquante Gourdes et en cas de non
pavement un emprisonnement de dix jours.
Article 87.-a) Toute voiture abandonn6e sur la voie publique sera
consid6rbe comme pave. Cette voiture sera immediatement transpor-
tee ou remorqu6e aux soins de la Police et deposee dans un lieu appro-
prie, ce, aux frais du proprietaire.
b) Cette disposition sera prise, conjointement avec la condemnation
a l'amende prevue au precedent article paragraphe (b). La Police
n'aura aucune responsabilit6 des dommages qui peuvent etre causes a
ce v6hicule au course du transport ou remorquage et pendant le temps
qu'il restera au lieu design&. Le proprietaire ou la personnel responsible
du v6hicule devra se presenter dans les vingt quatre heures pour re-
pondre de la contravention. Si, a l'expiration de ce delai, aucune recla-
mation n'est produite, un avis sera public par la Police invitant le pro-
prietaire du v6hicule a venir le r6clamer dans les 3 mois qui suivront
I'avis. Pass6 ce d6lai le v6hicule sera achemine a l'Administration Ge-
n6rale des Contributions pour etre vendu a la cri6e publique, conforme-
ment A la Loi. (Article 6 de la Loi).
Article 88.-a) L'acces de certaines rues de ville ou de bourg ainsi
que celui de certaines routes, de meme que le stationnement sur certaines
voies d6sign6es par une enseigne peuvent etre interdits aux v6hicules
lourds, pour la s6curit6 et la commodity de tous les usagers.
b) II est formellement interdit aux camions de toutes sortes de fran-
chir les entries des places publiques et des boulevards r6serv6s aux
promenades, ils doivent toujours emprunter la voie de la peripherie,
sauf sur une autorisation de la Police et pour une mission determinee.
c) Toute violation des dispositions de ce paragraph entrainera pour
son auteur une amende de Cinquante Gourdes et en cas de non paie-
ment un emprisonnement de dix jours.
Article 89.-a) II est recommande d'entrer dans une voiture ou d'en
sortir par la porti6re donnant acces sur le trottoir ou le caniveau.
b) Celui qui monterait ou descendrait par une porti6re autre que
celle recommand6e le ferait a ses risques et perils.
II est interdit a tout occupant d'une voiture d'ouvrir une portiere sans
s'6tre assure au pr6alable qu'il peut le fair en toute security.
Article 90.--L oui il n'y a pas de signalisation lumineuse, s'il y a un
passage reserve aux pistons ceux-ci doivent l'utiliser pour la traverse
des rues. Dans ce cas, le pi6ton une fois engage dans ce passage a droit a
toute la protection du chauffeur, qui doit s'arreter jusqu'a ce que le
pi6ton ait traverse la vole, et se montrer particuli6rement attentif lors-
qu'il s'agit d'enfant, de vieillard. d'infirme. En cas d'accident le chauf-
feur portera toute la responsabilite.






SUPPLEMENT FISCAL ET Et. 0-: .!QUE 1955


Chapitre IX

PRIORITY DE PASSAGE

Article 91.-a) Lorsque deux voitures se rencontrent A un croisement
de rues celle qui, par rapport A l'autre se trouve sur la gauche s'arretera
completement jusqu'a ce que celle qui se trouve a droite ait passe.
b) Lorsque deux voitures se rencontrent A un angle former par une
rue principal et une rue transversale, celle qui se trouve sur la voie
principal a la priority sur celle qui se trouve sur la voie transversale.
c) Lorsque deux voitures se rencontrent A un croisement d'une voie
a grande circulation et d'une autre rue, la voiture qui se trouve sur la
voie a grande circulation a toujours la priority, meme si elle se trouve a
gauche de l'autre.
d) Lorsque deux voitur=s se rencontrent au point oiu une voie a grande
circulation aboutit A une autre rue, celle qui se trouve sur cette derniere
a la priority sur celle qui se trouve sur la voie a grande circulation.
e) Lorsque deux voitures se rencontrent au croisement de deux voices
a grande circulation, celle qui se trouve A gauche s'arretera complete-
ment jusqu'a ce que celle qui est A droite ait passe.
f) Lorsque deux voitures allant en direction opposee se rencontrent a
un angle ou un croisement de deux voies, celle qui desire poursuivre en
ligne droite a le pas sur cell qui desire turner A gauche.
g) Lorsque deux voitures viennent en direction opposee et qu'un obs-
tacle quelconque (v6hicule en station ou autre) empeche le croisement,
la voiture qui a l'obstacle A sa droite devra s'arreter derriere cet obstacle
pour permettre a celle qui vient en sens oppose de passer.
h) Le chauffeur ou conducteur qui, arrive a un angle ou un croise-
ment de voies se'trouvera en presence d'une enssigne portant la mention
aSTOP- devra s'arreter COMPLETEMENT A hauteur de la ligne
d'intersection de ces d-ux voies. Il repartira quand la voie dans laquelle
il veut s'engager est libre.
i) Toute violation de l'un des paragraphes de cet article entrainera
pour le coupable une amende de Quinze Gourdes et en cas de non paie-
ment un emprisonnement de cinq jours.
Article 92.-a) Tout chauffeur ou conducteur qui aura commis un
accident s'arretera immediatement. S'il y a des victims, il les trans-
portera sur le champ a un ktablissement hospitalier ou a la clinique le
plus proche et fera tout de suite apres, rapport de I'accident au Bureau
de la Police.
b) Toute contravention a cet article entrainera pour son auteur une
amende de Soixante Quinze Gourdes avec retrait de son permis pour
une dur6e de trois (3) mois et en cas de non paiement d'un emprisonne-
ment de quinze jours. En cas de r6cidive outre l'amende et 1'emprison-
nement pr6vus, son permis de conduire lui sera enleve pour un an.
c) Dans le cas oi l'accident aurait occasionn6 de grave dommage, des
blessures graves ou la mort et que le chauffeur se d6roberait aux obli-
gations prescrites au present article, I'amende et la duree de l'empri-







:;;Ur'.LEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


sonnement seront doubles et le permis de conduire lui sera enlev6. (Ar-
ticle 31 de la Loi).
Article 93.-Tout chauffeur ou conducteur qui par inobservance
des principles contenus dans ce Chapitre aura franchi un carrefour a-
vant son tour et aura, de ce fait, cause un accident sera dans ses torts
et sera possible d'une amende de Cinquante Gourdes et en cas de non
paiement, d'un emprisonnement de dix jours, sans prejudice de action
civil.
Chapitre X

DE LA CONTRAVENTION

Article 94.-a) En cas de contravention, la Police requerra le per-
mis de conduire du chauffeur pour les constatations legales. La contra-
vention dress6e, le permis de conduire sera remis au titulaire qui a vingt
quatre heures pour se presenter au Bureau de la Police. (Service de la
circulation des v6hicules). En outre le contrevenant doit signer la copie
de la fiche de contravention, attestant qu'il 1'a reque.
b) En cas de non '-esentation, a l'pxpi~ation du d6lai, le chauffeur
sera appr6hend6 et le permis de conduire lui sera retire pour une dur6e
de un a trois mois, apr6s application de la peine a laquelle il aura e6t
condamn6 pour sa contravention.
c) Si le chauffeur prouve au moment de la contravention, qu'il va ef-
fectuer un voyage, le Bureau de la Police pourra accorder un dl6ai rai-
sonnable, et mention en sera faite sur la fiche de contravention par
l'agent.
d) En cas de non presentation a l'expiration de ce delai, le permis
de conduire lui sera retire dans les memes conditions et pour la meme
dur6e que dans le cas precedent.
Article 95.-a) Le chauffeur nui, par n6gli-nnce ou imprudence aura
caus6 un accident grave, aura sa licence de conduire suspendue ou d6fi-
nitivement retire selon i'importance de cet accident.
b) Le chauffeur qui, par imprudence ou negligence, aura commis un
accident mortel, aura son permis de conduire retire d6finitivement.
c) Les sanctions ci-dessus seront toujours prises conjointement avec
la condemnation a 1'amende.
Chapitre XI

LES VEHICLES PUBLICS

Article 96.-Est appel6e voituree publique, la voiture qui fait le
transport des passagers contre r6mun6ration soit a la course soit autre-
ment.
Article 97.-a) Toute voiture publique dite -voiture de ligne, portera
plac6 a l'ext6rieur et en evidence sur la parties avant de la capote, un
indicateur lumineux portant l'inscription (TAXI-. Cet indicateur sera
de couleur blanche et l'inscription -TAXI, de couleur noire.







SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


b) Cet indicateur restera allum6 toutes les fois que la voiture est
libre c'est-a-dire en measure de prendre des passagers. Dans le cas con-
traire, le feu sera 6teint.
c) Les camions a passagers et les camionnettes faisant le traffic inter-
urbain devront porter A l'ext6rieur et en evidence une inscription painte,
mentionnant le trajet auquel ils sont affects. En cas de changement
d'itineraire l'inscription sera change.
d) Les autobus devront port-r A l'exterieur bien en evidence une ins-
cription mentionnant leur itin6raire.
e) Toute violation de l'un des paragraphes de cet article entrainera
pour le coupable une amend de Vingt Cinq Gourdes et en cas de non
paiement un emprisonnement de huit jours.
Article 98--a) Toute voiture publique affect6e au transport des pas-
sagers doit etre en parfait 6tat de propret6, de security et offrir un maxi-
mum de confort et de commodity. Elles doivent 8tre 6quip6es d'un pneu
de secours et d'outils permettant au chauffeur de r6parer certaines
pannes dans le minimum de temps possible.
b) Il est fait obligation aux chauffeurs de voitures publiques de se
vetir d6cemment et proprement.
c) Toute violation de l'un des paragraphes de cet article entrainera
pour le coupable une amende de Vingt Cinq Gourdes et en cas de non
paiement un emprisonnement de huit jours.
Article 99--a) Toute voiture publique, tout v6hicule affected au trans-
port en commun portera a l'int6rieur et plac6 en evidence, sous les yeux
des passagers, une carte d'identit6 du chauffeur. Cette carte qui sera deli-
vree gratuitement par la Police, comprendra la photo du chauffeur, un nu-
mero de s6rie, les noms, adresse et signalement de ce chauffeur.
b) Toute voiture publique portera a l'nt6rieur et place sous les yeux
des passagers, une copie du tarif official des courses ainsi que Ie nu-
m6ro d'immatricualtion de la voiture.
c) Tous camions et camionnettes publics affects au transport des
passagers doivent porter a l'ext6rieur et a l'int6rieur en evidence, sous
les yeux des usagers le nombre de places fix6 par la Police et le prix
des places.
d) Toute violation de l'un des paragraphes de cet article entrainera
pour le coupable une amende de Cinquante Gourdes et en cas de non
paiement un emprisonnement de dix jours.
Article 100.-a) Aucune voiture portant la plaque priv6e ne pourra
etre employee A des fins commercials, tel que transport de tourists ou
tous autres passagers, susceptibles de concurrencer les chauffeurs pu-
blics.
b) Toute violation des clauses de cet article entrainera pour son au-
teur une amende de Soixante Quinze Gourdes et en cas de non paie-
ment un emprisonnement de quinze jours. En outre la voiture sera
gard6e A la Police jusqu'a ce que son statut soit revise.
Article 101.-Tout conducteur d'une voiture publique qui aura re-
clam6 un prix plus 61ev6 que celui fix6 par le tarif l6gal ou disponible, re-
fusera de prendre des passagers, sera possible d'une amende de Vingt







SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1955


Cinq Gourdes et en cas de non paiement, d'un emprisonnement de huit
jours.
Article 102.-Le nombre des v6hicules publics affects au transport
desservant telles zones ou routes, sera limit selon les besoins, par le
Chef de Police apres entente avec le D6partement de l'Economie Na-
tionale.
Article 103.-a) Les chauffeurs ou conducteurs de voiture sont per-
sonnellement responsables du chargement de leur vehicule. En aucun
cas, ils ne transporteront plus de passagers que le nombre qui leur sera
fix6 par la Police.
b) Les enfants ages de moins de quatre ans assis sur les genoux d'une
personnel adulte ne compteront pas comme passagers et ne paieront pas
la course.
Article 104.-a) Les conducteurs de voitures publiques sont tenus
de remettre au plus t6t, centre un requ du Bureau de la Police le plus
proche, tout objet trouv6 dans leur voiture.
b) Toute violation des prescriptions du present article entrainera pour
le coupable une amende de Vingt Cinq Gourdes et en cas de non paie-
ment un emprisonnement de huit jours.
Article 105.-a) Le chauffeur ou conductuer de voiture publique sera
tenu d'observer la plus strict courtoisie a I'egard des passagers qu'il
transport; il doit aux passagers des deux sexes le plus grand respect.
I1 evitera d'entamer aucune sorte de conversation si ce n'est pour
s'informer de la destination de ces passagers. De plus quand il offre une
place a un confrere ou a un ami il se gardera de s'entretenir avec lui
a haute voix et de rire bruyamment, sa conversation s'il en a une devra
ktre discrete.
b) Si un passage jugeant la maniere de conduire d'un chauffeur im-
prudente et de nature a mettre sa vie en danger, lui en fait la remar-
que, le chauffeur devra obtemperer a ces doleances.
c) Toute plainte fondue entrainera l'arrestation immediate du cou-
pable. Et il sera possible d'une amende de Cinquante Gourdes et en cas
de non paiement d'un emprisonnement de dix jours. En plus de 1'amende
encourue son permis de conduire sera suspend pour une duree d'un
mois sans prejudice des consequences de la mise en movement de l'ac-
tion publique (article 36 de la Loi du 19 Septembre 1953).
d) En cas de recidive outre la double peine prevue, son permis de con-
duwre lui sera enleve pour tout le reste de l'annee.
Article 106.--En cas de conflict entire le passage et le chauffeur, ce
dernier devra se re6frer a l'arbitrage du Poste de Police le plus proche.
S'il ne le fait pas, il en portera toute la responsabilite et encourra la peine
pr6vue a P'article 105, paragraph (c) des presents reglements.
Article i07--a) Aucune voiture publique affect6e au transport des
passagers autobuss, voitures et camionnettes publiques) ne peut s'arreter,
notamment dans les zones commercials ou d'affluence, pour prendre des
passagers ou pour attendre ces derniers a des points autres que ceux qui
leur sont reserves par la Police. (Voir article 17 paragraphe (b) des
presents r6glements).