Supplément fiscal et économique ... annoté

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Supplément fiscal et économique ... annoté avec références au Code fiscal haïtien : recettes internes et communales, principales lois douanières, textes divers à caractère économique
Uniform Title:
Code fiscal haïtien
Physical Description:
Serial
Language:
French
Creator:
Haiti
Haiti -- Administration générale des contributions
Haiti
Publisher:
Impr. de l'État
Place of Publication:
Port-au-Prince, Haïti
Frequency:
biennial[1956/57]
annual[ former 1953-1955]
biennial
regular

Subjects

Subjects / Keywords:
Tax administration and procedure -- Haiti   ( lcsh )
Local taxation -- Law and legislation -- Haiti   ( lcsh )
Finance, Public -- Law and legislation -- Haiti   ( lcsh )
Impôt -- Administration et procédure -- Haïti   ( ram )
Impôt local -- Haïti   ( ram )
Finances publiques -- Droit -- Haïti   ( ram )
Economic policy -- Haiti   ( lcsh )
Commercial policy -- Haiti   ( lcsh )
Politique économique -- Haïti   ( ram )
Politique commerciale -- Haïti   ( ram )
Genre:
federal government publication   ( marcgt )
legislation   ( marcgt )
serial   ( sobekcm )

Notes

Statement of Responsibility:
Administration générale des contributions.
Dates or Sequential Designation:
1953-1956-57.

Record Information

Source Institution:
Library of Congress Law
Holding Location:
Library of Congress Law
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
oclc - 693373397
System ID:
AA00000783:00001


This item is only available as the following downloads:


Full Text





















This copy of a rare volume in its collections,
digitized on-site under the
LLMC Extern-Scanner Program,
is made available courtesy of the

Library of Congress






REPUBLIQUE D'HAITI


SUPPLEMENT


FISCAL


ET 'ECONOMIQUE 1953


ANNOTE,
AVEC REFERENCES AU CODE


FISCAL HAITIEN


(RECETTES INTERNES ET COMMUNALES, PRINCIPLES LOIS DOUANIERES,
TEXTES DIVERS A CARACTERE ICONOMIQUE)



ADMINISTRATION GENERAL
DES CONTRIBUTIONS

GEORGES EUG. ROY
DIRECTEUR GEN PAL

CHARLES FERNAND PRESSOIR
DIRECTEUR GENERAL ADJOINT



MARS 1954




IMPRIMERIE DE L'ETAT
RUE HAMMERTON KILLICK
PORT-AU-PRINCE. HAITI
1954


































DANS CErTE MEME COLLECTION-


Co.DE FISCAL HAITIEN


Imp. de 1'Etat, Mars 1953


en vente aussi au Bureau des Contributions






















Li br:ry -norc



2 _286718












REPUBLIQUE D'HAITI


ADMINISTRATION GENERAL DES CONTRIBUTIONS

Port-au-Prince, le 24 Novembre 1953

Sujet: Supplement Fiscal et Economique 1953.

Au Directeur Gen6ral des Contributions,

PALAIS DES FINANCES.

Monsieur le Directeur G6n6ral,

J'ai l'avantage de vous remettre le texte d'un volume intitul6: -Supple-
ment Fiscal et Economique 1953.,

II met a jour, par un systeme de r6f6rences constantes. le Code Fiscal
Haitien,publi6 avant la demiere Session L6gislative, et continent des rubriques
appropriees pour les matieres nouvelles.

Pour faciliter les recherches, et maintenir la correspondence des chapitres,
ce nouveau volume garde le meme plan que celui du Code soit:

Premiere Partie: Administration G6n6rale des Contributions et Recettes In-
ternes

Textes divers A caract&re 6conomique

Deuxieme Partie: Recettes Communales

Troisieme Partie: Douanes.

Les num6ros des chapitres sont rests les memes; ceux des nouvelles matieres
ont pris place dans 1'ensemble, selon l'ordre alphabetique.

Enfin, j'ai mis au d6but du present volume un sommaire unique du Code
et du Suppl6ment, de maniere oue les deux ouvrages n'en fassent qu'un.

Veuillez agr6er, Monsieur le Directeur G6n6ral, l'assurance de ma considera-
tion distingu6e.
CHARLES FERNAND PRESSOIR, av.
Directeur General Adjoint.


NOTE.-Cet ouvrage tient compete des errata parus jusqu'A sa publication
en Mars 1954.










SOMMAIRE UNIQUE DES CHAPITRES DU CODE T
ET DU SUPPLEMENT


Ce sommaire est suivi d'une table des matieres de ce volume.

Les numeros de gauche ci-dessous sont ceux des chapitres
et les numnros de droite ceux des pages.



PREMIERE PARTIES

ADMINISTRATION GENERAL DES CONTRIBUTIONS
ET RECETTES INTERNES
TEXTS DIVERS A CARACTERE ECONOMIQUE

1) ADMINISTRATION GENERAL DES CONTRIBUTIONS

Pages du Pages du
Code Suppliment

A) Loi organique et textes compl6mentaires ........................ 1
B) Successions vacantes.................................... ................. 37
C) Sequestres, syndics, etc... ................................ ............... 55

2) AFFERMAGE ET DOMAINE PRIVE
A) Affermage biens domaniaux........................................... 65
B) Dom aine Priv6.............................................................. 93

3) ALCOOL ET TABAC........................................ 119
4) ALLUMETTES (Voir Huile, Saindoux, Savon,
Allumettes)
5) AMENDES SIMPLE POLICE............................... 155
6) ARPENTA GE ....................................... .............. 163
7) ASSISTANCE SOCIALE......................................... 181
8) A SSURAN CES ........................ .......................... 187
9) BANQUE NATIONAL DE LA REPUBLIQUE
D'HAITI DEPARTMENTT FISCAL, ETC)............. 191 1
9a) BOISSONS GAZEUSES.............................(Chapitre nouveau) 7
10) BREVETS D'INVENTION ................................... 197
11) BU D G ET ............................ ............................... 207 13
12) CADASTRE ET TRIBUNAUX TERRIENS............. 233
13) CAFE (VOIR AUSSI SPECULATION EN DENREES 279 43
14) CARTE D'IDENTITE ............................ .............. 289 53
15) CARTES TOURISTIQUES..................................... 301 59
16) CASIERS POSTAUX ........................................... 305
17) CASINO, JEUX DE HASARD, LOTERIES............ 309 63
18) CITES OUVRIERES............................. ............... 327
19) CONSULAIRES (RECETTES)............................... 335 75
20) CONTRIBUTION CIVIQUE ........ ................. 351
20a) COOPERATIVES ...................................(Chapitre nouveau) 103
21) ENREGISTREMENT ET CONSERVATION FON-
CIERE Voir aussi: CADASTRE..................... ........ 359








VI SOMMAIRE UNIQUE DE3 CHAPITRES DU CODE ET DU SUPPLEMENT


Pages du Pages du
Code Suppliment
22) ENREGISTREMENT ET CONSERVATION FON-
CIERE LOIS SPECIALES ................................. ..... 407
23) ETA T-CIVIL ............................ ......................... 417
24) EXPROPRIATION POUR CAUSE D'UTILITE PU-
BLIQUE .......................... .................................. 433 195
25) FACADE (Cette taxe est maintenant abolie) ...... 439
26) FIGUE-BANANE .................................................. 445
26a) FINANCES (DEPARTEMENT) ............. (Chapitre nouveau) 107
27) FR A N CE ............... ........................... ................ 457
28) G A ZO LIN E ........................................................... 469
29) GREFFE (PREMIERE INSTANCE, APPEL, CASSA-
T IO N ) ............................................. .................... 473 115
30) H O TELS ............................................................ 481
31) HUILE, SAVON, SAINDOUX, ALLUMETTES
Voir aussi: SAVON ............................. ................. 491
32) HUILES ESSENTIELLES ............................... ..... 501
33) IMMATRICULATION DES VEHICLES ET PER-
M IS DE CONDUIRE............................. ................. 507 123
34) INDUSTRIES NOUVELLES.................................. 535
35) INSTITUTE D'ASSURANCES SOCIALES................ 543
36) INSTITUTE HAITIEN DE CREDIT AGRICOLE ET
IN D U STR IEL ....................................................... 567
37) INVENTAIRE ................................... ................. 579
38) IRRIGATION ...................... ................. 587 143
39) LICENCE D'ETRANGER ..................................... 593
40) MARQUE DE FABRIQUE ET DE COMMERCE
Voir aussi: BREVETS D'INVENTION................... 603
41) MATIERES INFLAMMABLES ............................. 611
42) MINES, MINIERES ET CARRIERES...................... 623
43) M ONITEUR ......................................................... 647 x
44) NATIONALITE ET NATURALISATION................ 651
45) ORGANISME DE DEVELOPPEMENT DE LA
VALLEE DE L'ARTIBONITE.............................. 663
46) PASSAGE (DROIT) DIT HEAD TAX................... 671
47) PASSPORT, PERMIS DE SEJOUR ET TAXES
ACCESSOIRES .............................. .................... 675 151
48) PENALITES ET AMENDES VOIR LOI ORGANIQUE
DU 6 JUIN 1924... .................................
49) PENSION CIVILE............................................. .... 689 173
50) PERMIS DE CONDUIRE VOIR IMMATRICULA-
TION DES VEHICLES
51) PITE ..................... .. ... ............... 701 177
52) PRESCRIPTION .................................................. 709
52a) PROPRIETES BATIES ..........................(Chapitre nouveau) 181
53) PROPRIETES EGLISE CATHOLIQUE................... 713
54) R A D IO .......................................... .................... 717 189







SOMMAIRE UNIQUE DES CHAPITRES DU CODE ET DU SUPPLEMENT VII

Pages du Pages du
Code Suppliment

55) REPUBLIQUE DOMINICAINE ....................... ..... 733
56) REVENU (IMPOT SUR LE REVENU).................... 745
57) SAVON Voir aussi: HUILE, SAVON, SAINDOUX
ALLUM ETTES ................................................... 773
57a) SECTIONS RURALES (JUSTICIABLES) (Chapitre nouveau) 195
58) SOCIETIES ANONYMES COMMERCANTS, CAPI-
TAUX, LIVRES (Voir aussi: TIMBRAGE LIVRES
COMMERCE, TAXE-ACTIONS, TRANSMISSION).. 777
59) SPECTACLES PUBLICS (TIMBRE ........................ 783
60) SPECULATION EN DENREES (Voir aussi Caf6). 787
61) S U C R E .................................................. .............. 819
62) TAXE SPECIAL VEHICLES Voir
IMMATRICULATION ET PERMIS DE CONDUIRE
63) TELEGRAPHES, TELEPHONES ET RADIOCOM-
M UNICATIONS ................. ................................ 829
64) TICKETS DE VOYAGE...................................... 833
65) TIM BRES ........................................... ....... ....... 837 199
66) TIM BRES POSTE................................................. 875
67) TIMBRAGE DE LIVES DE COMMERCE............... 891
68) RELEVE GENERAL DES DROITS DE TIMBRE...... 895 205
69) TISSUS FABRIQUES .......................... ................. 907
70) TRANSMISSION TAXE ACTIONS........................ 915
71) TRAVAUX D'AMELIORATIONS FONCIERES........ 927
72) VENTES A L'ENCAN....................... .................... 933
73) VISA DE MANIFESTE ..................................... 939 211
74) VIVRES ALIMENTAIRES, DENREES, CEREALES 943


DEUXIEME PARTIES

RECETTES COMMUNALES


75) LOI ORGANIQUE DE 1951 ET TEXTES ACCES-
SO IR E S ...............................................................
76) ABATTAGE ET BOUCHERIE, CERTIF. VENTE AN.
77) ALIGNEM ENT ....................................................
78) CERTIFICATE DE BONNES VIE ET MOEURS.........
79) CHIENS .................... ...................
80) CIM ETIERE .........................................................
81) EPAVES ................. .......................


947
965
979
985
989
995
1001


82) ETALONNAGE ........................ .......................... 1011
83) IMPOT LOCATIF, PATENTE, MARCHES, NUME-
ROTAGE, PARCS, SPECTACLES PUBLICS.......... 1021
84) MATERIAUX ET DENREES SUR LA VOIE PU-
B LIQ U E ............................................................ 1097
85) SEJOUR, VISITE, VOITURES (Taxes sp6ciales)...... 1101
86) TRANSPORT VIANDE PORT-AU-PRINCE.......... 1105









TROISIEME PARTIES

DOUANES

(TEXTES PRINCIPAUX)

Pages du Pages du
Code Supplement
87) LOI ORGANIQUE DE 1905 ET TEXTES ACCES-
SOIRES DE 1926 ET 1952...................................... 1109
88) CONTREBANDE ............................................... 1161
89) PROTOCOLES D'ANNECY ET DE TORQUAY......... 1175
90) NOUVELLES MODIFICATIONS DU TARIF, ETC. (Ch. nouv.) 225

ERRATUM
TABAC (Cigarettes) ......................................... 138 254

CHARLES FERNAND PRESSOIR, av.
Juillet-Nov. 1953







TABLE DES MATIERES DU SUPPLEMENT


NOTE: Les titres et numeros des chapitres sont ceux du Code Fiscal Haitien,
sauf en ce qui concern les matieres nouvelles.

PREMIERE PARTIES
ADMINISTRATION GENERAL DES CONTRIBUTIONS
ET ;RECETTMES JNTEIRNES
TEXTES DIVERS A CARA.CTERES ECONOMIQUES

9) BANQUE NATIONAL DE LA REPUBLIQUE D'HAITI
DEPARTMENTT FISCAL, ETC.)


Ann6e


Dates


Titres des Lois et Arretis


Pages


1953 16 Septembre




1953 28 Juillet



1953 19 Septembre
1953 19 Septembre




1953 26 Juin


1953 28 Aofit
.R6f6rence)






1953 12 Septembre



1953 19 Septembre


Loi harmonisant le fonctionnement du D6parte-
ment Fiscal de la B.N.R.H. avec les necessit6s
actuelles ........................................................

9a) BOISSONS GAZEUSES
Loi 6tablissant une taxe interne sur les boissons
gazeuses .............. .....................................

11) BUDGET
Loi sur le Budget et la Comptabilit6 Publique...
Loi r6glementant le fonctionnement de la Com-
mission Interparlementaire charge du control
g6n6ral des D6penses Publiques................

13) CAFE
Loi cr6ant une taxe provisoire sur le caf6 A
percevoir A 1'exportation A partir du ler. Aofit
1953, en conformity du tableau annex6............
Arrft6 autorisant la Banaue Nationale de la R6-
publique d'Haiti a 6mettre et A placer des Bons
du Tr6sor sur le marcl-6 dans les limits et
conditions stipul6es dans la loi du 26 Juin 1953.
(Voir Moniteur du vendredi 25 Septembre 1953,
No 88).
14) CARTES D'IDENTITE
Loi modifiant les articles 4 et 5 de la loi du 21
Avril 1939 sur la carte d'identit.. ........ ..........

15) CARTES TOURISTIQUES
Loi sur 'immigration et 1'6migration.............


17) CASINO, JEUX DE HASARD, LOTERIES
1953 10 Septembre Loi sanctionnant, avec modifications, le contract
intervenu entire le Gouvernement Haitien et le
Casino International d'Haiti, S. A. relatif A
1'exploitation de 1'H6tel Beau Rivage, situ6 A
Port-au-Prince, dans l'aire de 1'Exposition.
Contrat annex ....... .................................







TABLE DES MATIERES


19) CONSULAIRES (IREC~'lIES)


Dates
14 Septembre


Titres des Lois et Arr6tes
Loi sur le Service Consulaire....


Pages
.. .......... 77


20a) COOPERATIVES
1953 14 Septembre Loi relative aux Soci6t6s Coop6ratives ...... ... 105

26a) FINANCES DEPARTMENTN)


1953 16 Septembre


1953 14 Septembre

1953 19 Septembre


Loi organique apportant des modifications dans
le nombre et les attributions des Sections fai-
sant parties int6grante de l'Organisation de la
Secr6tairerie d'Etat des Finances................... 109

29) GREFFE
Loi modifiant l'article 231 du Code d'Instruction
Crim inelle .................................................... 117
Loi sur l'exception d'inconstitutionnalit6........... 119


33) IMMATRICULATION ,DES VEHICLES
ET PERMIS DE CONDUIRE


1953 15 Septembre
1953 19 Septembre


Loi cr6ant un Service d'Inspection des V4hicules 125
Loi assurant un contr6le rigoureux de la circu-
lation des v6hicules et accordant la plus large
garantie de s6curit6 au public...................... 133

38) IRRIGATION


1953 17 Septembre Loi sanctionnant, avec modification A l'article 10,
le contract pass entire l'Etat Hartien et le Syn-
dicat Agricole d'Avezac, relatif A 1'administra-
tion du systeme du canal d'Avezac par le dit
Syndicat. Contrat annex6......................... 145-

43) MONITEUR
Nouveau tarif Voir editions Moniteur

47) PASSPORT, PERMIS DE SEJOUR
ET TAXES ACCESSOIRES
1953 19 Septembre Loi sur ]'immigration et 1'6migration................. 153

49) PENSION CIVIL


1953 23 Juillet


1953 12 Juin


Loi interpr6tant et fixant le mode d'application
des arts. 8, 21, 22 de la loi du 20 Aoit 1948 et
les arts. 16, 23, 24, 25, 26, 27 et 28 modifies tant
par le D6cret du 21 Aout 1950 que par la loi du
26 Septembre sur la pension......................... 175

51) PITE
Loi modifiant l'article 7 de la loi reglementant
l'achat et 1'exportation du sisal...................... 179,


Annee
1953







TABLE DES MATIERES


52a) PROPRJETES BATIES

Annke Dates Titres des Lois et Arret6s Pages
1953 10 Septembre Loi cr6ant une taxe interne sur les propri6t6s
baties ................................. ....... ................ 183

54) RADIO

1953 8 Septembre Loi modifiant l'article 17 du d6cret-loi du 16 Sep-
tembre 1935 r6glementant la radiocommunica-
tion, etc. ......................... .......... .............. 191

57a) SECTIONS RURALES (JUSTICIABLES)

1953 10 Septembre Loi modifiant la loi du 5 Mars 1937 sur la protec-
tion du justiciable 6tabli dans les sections ru-
rales .................... .................... 197

65) TIMBRES

1953 17 Septembre Loi sur le timbre......... ........ ...................... 201
2 A v is ...................................... ...................... 203

68) RELEVE GENERAL DROITS TIMBRE

Modifications Relev6 G6neral Droits Timbre...... 207

73) VISA DE MANIFESTE

1953 14 Septembre Loi sur le Service Consulaire.... ........................ 213


DEUXIEME PARTIES

RECETTES COMMUNALES

83) IMPOT LOCATIF, PATENT, ETC.

1953 29 Juillet Arr6t6 fixant les nouvelles limits de la ville de
Port-au-Prince. (Reproduction) ................... 219
1953 26 Septembre Arret6 proc6dant A une nouvelle classification des
Com m unes .............................. ................... 221


TROISIEME PARTIES

DOUANES

90) a NOUVELLES MODIFICATIONS DU TARIF, ETC.

1953 3 Septembre Loi compl6tant le paragraphe 11011 du tarif doua-
nier modifi6 par le D6cret du 9 Aocit 1950...... 227
1953 12 Septembre Loi modifiant le tarif des droits A l'importation
sur les chaussures..................... ................... 229








TABLE DES MATIERES

Titres des Lois et Arrts s


1953 12 Septembre






1953 14 Septembre




1953 15 Septembre


1953 15 Septembre

t953 16 Septembre


1953 18 Septembre

1953 19 Septembre






1953 28 Septembre
(R6f6rence)


Loi accordant la franchise douaniere a l'impor-
tation aux artisans tanneurs haitiens et aux en-
treprises de preparation de peaux et cuirs pour
les matieres tannantes et les products chimiques
reconnus indispensables A l'am6lioration de
leurs m6thodes de travail............................ 232
Loi accordant aux artisans cordonniers haYtiens
et aux entreprises de fabrication de chaussures
groups en cooperatives la franchise douani6re
A l'importation pour les matieres et les articles
n6cessaires dans les conditions d6terminees...... 236
Loi modifiant le tarif des droits A l'importation
pour favoriser l'industrie des mati6res synth6-
tiques commun6ment d6nomm6es -plastiques, 241
Loi sur l'exportation des tourteaux de products
ol6agineux .................................................... 243
Loi harmonisant le fonctionnement du D6parte-
ment Fiscal de la B.N.R.H. avec les n6cessit6s
actuelles ..................................... ................. 3
Loi relative a une taxation equitable des articles
de premiere n6cessit6, de demi-luxe et de luxe 246
Loi chargeant l'Administration Douani6re de la
gestion et de 1'exploitation des installations
portuaires nouvellement amenag6es dans la
rade du Cap-Haitien et de celles qui pourront
a l'avenir 6tre am6nag6es par l'Etat dans les
ports ouverts de la R6publique...................... 251
Arret6 plagant le wharf du Cap-HaYtien sous la
direction et la supervision de l'Administration
Douani6re (Voir Moniteur du lundi 28 Sep-
tembre 1953, No. 90).


ERRATUM
Code Fiscal HaYtien p. 138 Arrkt6 4 Septembre 1933............................... 254

CHARLES FERNAND PRESSOIR, av.

Juillet-Novembre 1953


FIN


Ann e


Dates


Pages

















PREMIERE PARTIES


RECETTES INTERNES

LOIS SPECIALS INTERESSANT
L'ADMINISTRATION GENERAL
DES CONTRIBUTIONS

TEXTES DIVERS
A CARACTERE ECONOMIQUE




















Chapitre 9 du Code
BANQUE NATIONAL
DE LA REPUBLIQUE D'HAITI
DEPARTMENTT FISCAL, ETC.)







SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


LOI DU 16 SEPTEMBRE 1953
Harmonisant le fonctionnement du Departement Fiscal de la B. N. R. H.
avec les necessites actuelles.
(Moniteur du Samedi 26 Septembre 1953, No. 89)
PAUL E. MAGLOIRE
President de la R6publique

Vu les articles 57 et 79 de la Constitution;
Vu le d6cret-loi du 30 Septembre 1951, transf6rant a la Banque
National de la Rpublique d'Hailti les attributions prec6dernment
exercees par le Representant Fiscal;
Vu l'article 11 de la Loi du 12 juillet 1947 sur l'Emprunt Interieur
5%/ 1957;
Consid6rant qu'il importe d'assurer au D6partement Fiscal de la
Banque Nationale de la R6publique d'Haiti des fonds suffisants
pour lui permettre die remplir avec le maximum d'efficacit6 les
fonctions qui lui sont confides;
Considerant que 'La Loi du 6 Juin 1924 accord a l'Administration
Generale des Contributions un pouroentage des recettes internes
effectuies pour couvrir ses frais de fonctionnement et d'adminis-
trationi;
Considerant qu'il convent d'appliquer un regime similaire a.ux
deux Admini-trations charges de la perception des revenues putolics
et de I'execution des lois fiscales et douanibres;
Consid6rant qu'il y a lieu d'harmoniser le fonetionnement du
Departement Fiscal avec les necessit6s actuelles, sans pourtant
alterer son organisation et ses attributions;
Sur le rapport du Secretaire 'd'Etat des Finances;
Apres deliberation en Conseil des Secr6taires d'Etat;

A Propos6:

Et le Corps L6gisl'atif a vot6 la Loi suivante:

Article ler.-DEFINITION.-Le D6partement Fiscal qui consti-
tue un Departement autonome de la Banque Nationale de la Re-
publique d'HaY'ti, fonctionne en vertu de l'article 11 de la Loi du
12 juiilet 1947 eit est charge, dans le cadre du D6partement des
Finances, de l'Administration des Douanes, de application des lois
douanieres, de la Comptabilite des depenses et des paiements rele-
vant des competes fiscaux et non fiscaux du Gouvernement, et enfin








SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUF 1953


de l'Inspection des Services de perception de toutes les recedtes
internes et douanieres de 1'Etat.
Article 2.-ATTRIBUTIONS.-Le Departement Fiscal est con-
firme dans les attributions suivantes, d6finies a l'article 11 de la
Loi du 12 juillet 1947:
lo.) Percevoir les revenues douaniers
2o.) Inspeoter la perception des recettes internes
3o.) Comptabiliser et effectuer les d6penses du Gouvernement
Haitien.
Article 3.-REGLEMENTS INTERIEURS.,-Conformement a
Particle 11 de la Loi du 12 juillet 1947, le statut et les attributions
des different fonctionnaires et employes du D6partement Fiscal
seront regis par ides Reglemeints interieurs fixes dans un Arret6 du
President de la Republique, pris sur le Rapport du Secretaire d'Etat
des Finances et avis du Conseil d'Administration de la Banque
Nationalle de la Republique d'Haiti.
Article 4--CREDITS POUR FONCTIONNEMENT.-A partir
du ler. Octobre 1953, bes ,dpenses administration, de fonctionne-
menit, d'entretien, d'6quipement et autres n&eessaires a la bonne
march du Departement Fiscal seront couvertes par un prle've-
ment sur les arecouvrements et recettes reellement effects pro-
venant de droits de douane, des taxes, surtaxes et amendes doua-
nieres.
Ce pr~6dvement sera de 5% pendarit les trois premieres ann6es,
de 41/2% pendant les deux annees subs6quentes et de 4% apres
1'expiration (de la p6riode de cinq ans A partir du ler. Octobre 1953.

Article 5,-BUDGET.-Le Budget annuel prepare par la Direc-
tion du Departement Fiscal en accord avec le Conseil, d'Adminis-
tration de la Banque Nationale de la Republique d'HaY'ti est soumis
S1l'approbation du Secretaire d'Etat des Finances.

Les depenses seront effectue'es conform6ment aux regles 6dict&es
ou qui seront edictees par Ia loi sur le Budget et la Comptabiliti
Publique.

A la fin de 1'exercice budg6taire, tout exc6dent non depens6 du
pourcentage sera verse a un fonds de roullement destiny A couvrir
les depenses ,de materiel, d'entretien, de reparation et de construc-






SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


tions auxquelles doit faire face le Departement Fiscal; Projets et
les Devis de depenses prepares en (accord .avec le Conseil d'Admi-
nistration de la Banque seront soumis a l'approbation du Secretaire
d'Etait des Finances.
Article 6. MANUTENTION. L'Admninistration Douaniere
pourra se charger de la manutenition des marchandises import6es,
de leur arrive en douanie jusqu'a leur ilivraison aux portes de la
douane, conform6ment a l'artiole 39 de la loi du 26 juillet 1926,
tel que modified par le decret-loi du 12 Septembre 1944. Les per-
ceptions effectuees de ce IChef serviront a couvrir le coit de fonc-
tionnement du Service de Manutention. Le budget de ce service
sera soumis, pour son elaboration et son approbation, aux memes
r6gles que celui du Departement Fiscal, et devra 6tre equilibre au
moyen des resources propres a ce Service.

Tout surplus de recettes du Service de Manutention accuse i
la cloture Id'un exercise fera detour au fonds de rouilement pr6vu
a 1'article 5 ci-dessus.

Article 7.-'La present Loi abroge toutes lois ou disposiltions
de lois, tous decrets, d6crets-lois ou dispositions de d6crets, de-
crets-lois qui lui sonrt contraires et sera puibliee et eixecutee A a
diligence 'du Secr6taire d'Etat des Finanices.

Fait a la Chambre des Deputes, A Port-au-Prince, le 16 Septembre
1953, An 150eme de l'Ind6pendance.


Le President: ADELPHIN TELSON
Les Secretaires: LUC JEAN, DULY B. LAMOTHE

Donne A la Maison Nationale, a Port-au-Prince, le 16 Septem'bre
1953, An 150eme. de l'Inrd6penidance.

Le President: CHARLES FOMBRUN
Les Secr6taires: W. SANSARICQ, E. JONASSAINT


AU NOM DE LA REPUBLIQUE

Le President de 11a R6publique ordonne que la loi ci-dessus soit
revetue du Sceau de la R6publique, imprime'e, publi6e et executee.







6 SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUF 1953

Donn6 au Pa1,ais National, a Port-au-Prince, le 21 Septembre
1953, An 1506me. de l'Independance.
PAUL E. MAGLOIRE
Par le Pr6sident:

Le Secr6taire d'Etat des Finances et de l'Economie Nationale:
LUCIEN HIBBERT
Le Secr6taire d'Etat des Relations Ext6rieures et de l'Education Nationale:
PIERRE L. LIAUTAUD
Le Secr6taire d'Etat de 1'Agriculture et du Commerce:
DANIEL HEURTELOU
Le Secr6taire d'Etat de la Sant6 Publique et du Travail:
ROGER DORSINVILLE
Le Secr6taire d'Etat de 1'Int6rleur, de la D6fense Nationale et de la Justice:
DUCASSE JUMELLE
Le Secr6taire d'Etat des Travaux Publics:
GEORGES CAUVIN
Le Secr6taire d'Etat de la Pr6sidence et des Cultes:
MAUCLAIR ZEPHIRIN






















Chapitre 9a Nouveau

BOISSONS GAZEUSES










SUPPLEMENT FISCAL ET 'ECONOMIQUE 1953


LOI DU 28 JUIELLET 1953
Etablissant une taxe interne sur les boissons gazeuses.
(Moniteur du lundi 3 Aoeit 1953, No. 69)
(Erratum Moniteur du lundi 11 Janvier 1954, No. 3)
PAUL E. MAGLOIRE
President de la R6publique

Vu les articles 57, 79 et 130 de la Constitution;
Consid6rant que les boissons gazeuses vendues sur le teraitoire
de la Republique ne sont assujetties a auicune taxe interne;
Consi'derant qu'il y a lieu d'apporter au Tr6sor Public de nou-
velles resources provenant Id'une imposition 6quitalble;
Suir le rapport du Secretaire d'Etat des Finances;
Et apres deliberation en Conseil des Secretaires d'Etat;

A Propose

Et le Corps L6gislatif a vot6 la loi suivante:
Article ler.-Quotite de la taxe.
Il est 6tabli par la present loi une taxe interne sur les boissons
gazeuses, telles que d6finies A l'artiole i2 'ci-dessous, qui sera appli-
quee come suit:
Gourde
a) Caisse de 24 bouteilles don't le prix de vente par la fabrique est
6gal ou sup6rieur A Gdes. 7.00 ........................... .................. 1.00
b) Caisse de 24 bouteilles don't le prix d& vente par la fabrique est
6gal ou sup6rieur A Gdes. 3.50 ............................ ................. 0.50
c) Caisse de 24 bouteilles don't le prix de vente par la fabrique
est inf6rieur A G des. 3.50 ........................................ .............. 0.25
Article 2.-Definition.
Sont consid6r6es comme boissons gazeuses, et tombant sous 1'rap-
plication de la present loi, toutes celtes connues sous les appella-
tions suivantes: kola, coca-cola, pepsi-cola, seven-up; water soda
et toutes tautres boissons gazeuses similaires non alcoalisees, su-
cr6es ou non sucrees, contenant en dissolution du gaz carbonique
sous pression.

Article 3.-Perception de la Taxe.
La itaxe pr6vue a l'artidle premier de la pr6sente loi sera perque
a la fabrique de boissons gazeuses, sur bordereau des Contribu-
tions bas6 sur les declarations journalibres dressees par chaque
fabrique, indiquant la quantity fabriquee et mise en bouteilles, ou
dans 'tout autre contenant, a la fin de chaque journ6e de travail.







SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


Ces declarations seront signees par un repr6sentant autorise de la
fabrique et elles se front suivant une formule pr6par6e par l'Ad-
ministration G6nerale des Contributions.
Article 4.-Declaration de production et de vente de gaz carbo-
nique:
Tout fabricant, ainsi que tout commergant vendant du gaz car-
bonique, devra faire une declaration A la fin de chaque mois de
la quantity de gaz vendue, de mime il devra declarer les quantities
vendues de tout autre produit susceptible d'etre transformed en
gaz carbonique. Ces declarations se front suivant une formule
pr6paree par I'Adminisitration G6n6rale des Contributions.
Article 5.-Controle des declarations.
L'Administration Gen.rale des Contributions .tablira des ba-
remes fixant le poids des principades matieres premieres parti-
culierement le gaz carbonique, il'extrait de kola et autres extraits
- entrant dans la fabrication des boissons gazeuses par caisse de
24 bouteilles, en vue du contr6le ides declarations faites par les
fabricants.
En particulier, le control des declarations pourra etre effectue
en pregnant pour base ile nombre des capsules utilisees par les
fabriques. Dans ce cas, I'Administration Generale des Contribu-
tions fixera, par r6glement approuve par le Secretaire d'Etat des
Finances, les conditions d'uti'lsation ,de ces capsules
L'Administraltion G6n6rale des Contributions a pleine autorite
d'exiger des fabricants de boissons gazeuses, ainsi que de tout
vendeur de gaz carbonique, d'extrait ,de kola ou ide tous autres
extraits entrant dans la fabrication des boissons gazeuses, un sys-
tame de comptabilitM qui permette de contrbler effectivement la
sincerite des declarations faites par les fabricants de boissons ga-
zeuses; elle est egal'ement autorisee a verifier les lives des fabri-
canrts et des commergants et a prendre dans lie cadre des lois en
vigueur toute aultre measure qu'eille jugera utile, en vue de s'assu-
rer ide 1'exactitude des chiffres soumis.
Article 6.-Modifications des modalites de perception et de d6-
claration.
Le mode de perception de la taxe, les modalites de la declara-
tion de production et de vente du gaz carbonique, pourront, le cas
6ch6ant, etre modifies par Arret6 du President de la Republique.
(NOTE.-Voir erratum Moniteur du lundi 11 Janvier 1954, No. 3,
pour le mot <(pourront>> omis par crreur).







SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


Article 7.-Sanctions.
L'Administration G6n6rale des Contributions emettra un bor-
dereau d'amende de Gdes. 100.00 a Gdes. 1.000.00 chaque fois qu'il
aura 6te relev6 qu'une fabrique de boissons gazeuses, ou qu'un
commercant vendeur des matieres premieres mentionn6es a l'arti-
ele 5 ci-dessus, auront fait une fausse declaration concernant la
quantity des produits soumis au contr6le.
Le d6faut de paiement de ila taxe ou de l'amende autorisera
l'Administration Generale des Contributions a retire la licence
prevue aI l'articdle 8 ci-apres de toute fabrique de boissons gazeuses,
qui n'aura pas acquitt6 dans les dix jours de leur mission, les
susdits bordereaux des Contributions, sans prejudice de l'emission
d'un'e contrainte qui sera !dressee pour avoir pavement des taxes,
surtaxes eit ,amendes dues. La surtaxe de 10 par mois ou frac-
tion de mois de retard sera due dix jours ordinaires apres celui
ie 1'6mission du bordereau.
L'Administration G6nerale des Contributions est 6galement au-
torisee a retire la licence d'une fabrique, dans le cas oh cette
derniere aura manqu6 de soum-ettre dans miles dilais fixes les d6-
2larations menitionn6es a 1'artiole 4 de la present loi.
Le retrait de la licence comporte automatiquement la ferme-
ture de la fabrique avec apposition des scelles, et la prohibition
pour celle-ci de produire des boissons gazeuses. Une fabrique don't
l!a licence aura 6t6 retire, ne pourra recommencer a travailler
qu'lapres avoir acquitt6 la taxe, la surtaxe et ,les amendes dues.
Toute fabrique surprise travaillant sans licence, ou avec une
licence suspendue, sera possible d'une amende de G. 1.000.00 a
G. 5.000.00 sur bordereau emis par l'Administration Gen'rale des
Contributions. Dix jours ordinaires apres 1'6mission du bordereau,
une contrainite sera d6cern6e.

Article 8.-Stocks existants.
Sous peine d'amende fiscal de Gdes. 500.00 a Gdes. 10.000.00
perque par bordereau des Contributions, tout detenteur d'un stock
de boissons gazeuses. tout vendeur de mati&res premiere s. fabri-
qu6es en HaYti ou importees et se trouvant dans quelque lieu que
ce soit: magasin, fabrique de gaz carbonique, de matieres pre-
minres, de boissons gazeuses, etc., sera tenu d'en faire la d6clara-
tion au Service des Contributions de sa commune dans Jes huit
jours de F'avis a lui adress6 par ce Service .et sur une formule
pr6paree par I'Administration G6nerale des Contributions.








-'WPI'LEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


\'. i i E-* 9. -Licence.

Les fabriques de boissons gazeuses seront astreintes au pavement
d'une licence annuelle de Gdes. 250.00 payable d'avance. En cas
de demand ide licence en course d'Exercice, la dite licence est
divisible selon le nombre de trimestres restant a courir.

Article 10.-

La pr6sente loi abroge toutes lois et dispositions de lois, tous
d6crets, d6crets-lois et dispositions de d6crets, d'ecrets-lois qui lui
sont conrtraires ret sera publi6e et execut6e a la diligence du Se-
cretaire d'Etat des Finances.
Fait a la Chambre des D6putes, a Port-au-Prince, le 10 Juillet
1953, An 1506me. de l'Ind6pendance.

Le President: ADELPHIN TELSON
Les Secr6taires: LUC JEAN, DULY LAMOTHE
Donnr a la Maison Neationale, a Port-au-Prince, le 28 Juillet
1953, An 150&me. de l'Independanca.

Le President: CHARLES FOMBRUN
Les Secr6taires: W. SANSARICQ, E. JONASSAINT

AU NOM DE LA REPUBLIQUE

Le President de 'a R6publique ordonne que la loi ci-dessus soit
revetue du Sceau de la Republique, imprimee, publi6e et executee.
Donn6 au Palais National, a Port-au-Prince, le 31 Juillet 1953,
An 150eme. de l'Ind6pendance.
PAUL E VIAGLOIRE
Par le Pr6sident:
Le Secr6taire d'Etat des Finances et de 1'Economie Nationale:
LUCIEN HIBBERT
Le Secr6taire d'Etat de la Pr6sidence et des Cultes:
MAUCLAIR ZEPHIRIN
Le Secr6taire d'Etat de l'Int6rieur, de la D6fense Nationale et de la Justice:
DUCASSE JUMELLE
Le Secr6taire d'Etat de la Sant6 Publique et du Travail:
ROGER DORSINVILLE
Le Secr6taire d'Etat des Relations Ext6rieures et de 1'Education Nationale:
PIERRE L. LIAUTAUD
Le Secr6taire d'Etat de l'Agriculture et du Commerce:
DANIEL HEURTELOU
Le Secr6taire d'Etat des Travaux Publics:
GEORGES CAUVIN




















Chapitre 11 du Code

BUDGET









SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


LOI DU 19 SEPTEMBRE 1953
Sur le Budget et la Comptabilit6 Publique
et relative aux depenses de rExercice 1953-1954.
(Moniteur du Mercredi 30 Septembre 1953, No. 93)
(Voir Moniteur du lundi 8 F6vrier 1954, No. 12, pour errata art. 23 et 32)

PAUL E. MAGLOIRE
President de la R6publique

Vu les articles 57, 79, 140 et 141 de la Constitution;
Consid6rant qu'il y a lieu d'etablir d'une manikre aussi precise et
d6taill6e que possible les principles r6gissant le Budget ge6nral et la
Comptabilite publique;
Sur le rapport du Secr6taire d'Etat des Finances;
Et de 1'avis du Conseil des Secretaires d'Etat;

A Propose:
Et le Corps Legisiatif a vote la loi suivante:

Article ler.-DEFINITION DU BUDGET.-Le Budget General
est l'acte official qui prevoit et value les Recettes, autorise et 6nu-
mere les Dtpenses de l'Etat pour I'Exercice Admirnistratif commen-
qant chaque annee Je ler. Octobre et finissant le 30 Septembre de
l'annee suivante.

Article 2.-CREDITS BUDGETAIRES.-Les Cr6dits Budg6taires
sont les allocations jusqL'a concurrence desquelles les depenses
pr6vues par le Budget Gen6ral peuvent etre effectu6es sur les Re-
cettes de l'Etat. Les credits budgetaires sont des autorisations et
non des ordres de depenses

Article 3.-CREDITS SUPPLEMENTAIRES.-Les credits sup-
plementaires sont ceux qui doivent pourvoir a 1'insuffisance dfiment
justifiee d'un credit ouvert au Budget General et qui ont pour odbjet
1'execution d'un service fgurant de6j au Budget sans modifications
dans la nature de ce Service. Ils ne peuvent etre accords que par
une Loi. Ils deviendront une parties integrante des Cr6dits Budge-
taires qu'ils auront augments et leurs montants seront ajoutes A la
balance des dits Credits.

Article 4.-CREDITS EXTRAORDINAIRES.-Les Cr6dits extra-
ordinaires sont ceux qui sont commandos par des circonstances ur-
gentes et imprevues et qui n'auraient pas 6t6 d'avance regles par le
Budget General. Ils sont aussi accords par une Loi. Cependant si






SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


le Corps L6gislatif n'est p'as en Session, le Pr6sident de la Repu-
blique aura Jla facuilte d'ouvrir des Cr6dits Extraordinaires par
Arretes, contresignes par tous ,lies Secr6taires d'Etat et publics au
Moniteur. Les Arretes relatifs aux Credits Extraordinaires seront
soumis a la sanction des Chambres Legislatives dans la premiere
quinzaine de leur reunion.
Article 5.-VOIES ET MOYENS DES CREDITS ADDITION-
NELS.-Tout Credit suppl.6mentaire ou extraordinaire devra indi-
quer les Voies et Moyens ,qui sont affects a son execution. Aucun
project de loi de Credit Suppl6mentaire et aucun arrete ou project
de loi de Credit Extraordinaire ne pourront etre soumis a la signa-
ture du President de la Republique ni etre delibere en Conseil des
Secretaires d'Etat, s'il n'est accompagne de 1'avis favorable, ecrit et
motive du Secretaire d'Etat des Finances.
L'avis ecrit et motive du Secretaire d'Etat des Finances doit mon-
trer qu'il existe dans le Fonds de Reserve Budgetaire, prevu ci-
apres, les disponibilit6s suffisantes permettant de couvrir l'integra-
lite de tout project de credits supplementaires, ou la parties aff6rente
A l'exercice en course de tout project de credits extraordinaires, sou-
mis a l'approbation du Conseil des Secretaires d'Etat.
Article 6.-DISPONIBILITES MENSUELLES.-Il sera, sous la
responsabilit6 du Secretaire d'Etat des Finances et selon les dispc-
nibilites du Tresor Public, impute au premier de chaque mois sur
le montant des credits, un douzieme du chiffre des d6penses auto-
ris6es par les Budgets pour les divers D6partements Ministeriels.
Les credits supplementaires votes au course d'un exercise devien-
dront disponibles par mensualites 6gales calculees d'apres le temps
restant a courir jusqu'a la fin de 1'exercice.
Pour Tl'utillis'ation des credits, la regle a observer sera non seule-
ment de se renfermer dans la limited des douziemes budgetaires ou
supplementaires allou6s, mais encore de r6server les fonds neces-
saires aux d6penses aff6rentes a chaque article du budget general
et cela jusqu'a la fin de 1'exercice administratif a l'exception des
depenses qui, par leur nature, ou par contract, peuvent ou doivent
etre effectuees soit en un seul paiement, soit a des epoques deter-
min6es. Hors ces cas, le douzieme des credits -isponibles mensuelle-
ment pour chaque article budgetaire ne pourra etre depasse qu'en
vertu d'une decision special du Conseil des Secretaires d'Etat et
seulement pour des cas urgents notifies au Departement Fiscal de
la B.N.R.H.






SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


Article 7 -DUREE DES CREDITS,-Les balances non depensees
des Credits Budgetaires ou Suppl6mentaires seront annul6es dans
tous les Comptes de l'Adrninistration au 30 Septembre de chaque
Exercice, mais les balances non depensees des Cr6dits Extraordi-
naires resteront disponibles, A moins que, dans l'opinion du Secr6-
taire d'Etat interess6 et du Secretaire d'Etat des Finances ,jes objets
en vue desquels les credits: ont 6te accords soient entierement ac-
complis sans que cependant ils puissent s'etendre sur plus de deux
ans, a partir des dates respective des credits.
Article 8.-Le Secr6taire d'Etat des Finances, esi;imera, preparera
et arretera en tableaux chaque annee et soumettra en Conseil des
Secretaires d'Etat, le 20 Decembre le Budget des Voies et Moyens
de l'Exercice suivant, classes en chapitres et articles.
Chaque Secr6taire d'Etat estimera et preparera en tableaux, le
Budget des Depenses de son Departement pour le meme exercise,
divise en chapitres et articles, et il le fera parvenir au Secretaire
d'Etat des Finances, le 5 Janvier de chaque ann6e. Le Secretaire
d'Etat des Finances centralisera dans un project de Budget General
le detail des depenses des different Departements Ministeriels et
soumettra le ler. lundi du mois de mars, le project du Budget Ge-
neral au Conseil des SecrAtaires d'Etat avec des recommendations
pour 1'ajustement des depenses aux Voies et Moyens estimes.
La preparation du Budget est une attribution essentielle du Ser-
vice de 1'Inspection des Finances, sous le control du Secr6taire
d'Etat des Finances. Cette preparation comprend, la provision sta-
tistique des recettes pour chaque loi fiscal en vigueur, 1'etablisse-
ment des tableaux pr6vus au premier alinea ci-dessus pour le Bud-
get des Voies et Moyen- et les suggestions de revision des budgets
de depenses presents par les diff6rents D6partements Minist6riels.

Article 9.-CONTENU DU BUDGET.-Le Budget General de
chaque Exercice Administratif sera prepare dans la forme de deux
projects de loi contenant rspectivement les subdivisions et disposi-
tions suivantes:

Le project relatif aux Voies et Moyens comprenant:
a) La prorogation des imp8ts existants pour I'ann6e budgetaire
et I'autorisation de les pelcevoir conformdment aux lois en vigueur
et qui pourront etre ulterieurement votees.






sti'PL1EMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


b) Le Budget des Voies et Moyens fixant le total des provisions
des Recettes douanires, des taxes internes et des Recettes diverse
avec un 6tat de classement y annex des Voies et Moyens subdivi-
ses en chapitres et articles.
Le project de loi relatif aux Depenses comprenant:
a) La Loi des Finances de la Comptabilit6 Publique.
b) Le Budget des D6penses fixant le total des credits budg6taires
ouverts pour 1'exercice a chaque D6partement Minist6riel, avec un
6tat y annexed pour chaque Departement divis6 en chapitres et
articles.
Article 10.-VOTE DU BUDGET GENERAL.-Le Budget Gen6-
ral sera soumis aux Chambres L6gislatives par le Secretaire d'Etat
des Finances, chaque annee, au plus tard, dans les quinze jours de
l'ouverture de la Session Ordinaire.
Apres avoir et6 vote par le Corps L6gislatif, le Budget entrera en
vigueur le ler. Octobre de 1',e~cercice administratif quelle que soit la
date a laqueile ii aura ete public au >.

Article 11.-FONDS DE RESERVE BUDGETAIRE.-Tout exce-
dent de recettes sur les depenses, tout credit ou solde de er6dit non
depenses ou devenus sans objet serviront a constituer le Fonds de
Reserve Budg6taire pour lsquol sera tenue une comptabilit6 s6-
par6e. Chaque mois, tout surplus des recettes sur les d6penses du
mois sera credit au Fonds de Reserve Budg6taire: tandis que ,tout
deficit des recaettes mensuelles paxr rapport aux depenses sera porter
au debit du Fonds de R6serve.
En cas de n6cessite, le Fonds de R4serve Budg6taire pourra rece-
voir des avances de la Banque Na'tionale de la R6publiqu, d'Haiti.
Le montant total de ces advancess ne pourra pas d6passer Gdes.
5.000.000.00 pouri chaque advance, le Secr6taire d'Etat des Finances
devra obtenir i'autorisation du Conseil des Secretaires d'Etat elt
remettra A la Banque un bon don't 1'4cheance ne pourra pas depasser
12 mois, portant int6ret A raison de 2(-% an.

Pour fair face aux obligations du Fonds de R6serve Budg6taire,
le Secr6taire d'Etat des Finances pourra egalement, avec 1'apprdba-
tion des Chambres Legislatives, recourir a des missions de bons
du Tresor Les missions seront & 6ch'ance de six, neuf ou douze
mois et rapporteront un ineret qui ne devra pas d6passer 31/2% l'an.






SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


Chaque emission devra prevoir 'les recettes affect6es a son rem-
boursement. A aucun moment, 'l'enseamble des bons du Tr6sor en
circulation, soit provwnant d'une emission unique, soit provenant
de plusieurs emissions differentes, ne pourra d6passer G. 15.000.000.
Le Budget de chaque exercise devra comporter les provisions
necessaires en vue du retrait des bons don't ll'echeance se presentera
au course de l'exercice oub i!s ont 6t &6mis, la loi autorisant l'6mission
indiquera les voies et moyons affects au remboursement.
Article 12.-DEFICITS BUDGETAIRES.-S'il se produit une
moins-value dans les recettes nor. susceptible d'etre couverte par
les disponibilites en fonds de Reserve Budg6taire, le Secretaire
d'Etat des Finances devre soumettre a 1'examen du Conseil des
Secr6taires d'Etat les measures appel6es a op6rer 1'ajustement des
d6penses aux recettes: measures qui seront pr6sent6es a l'approbation
des Chambres L6gislatives

Article 13.-EXECUTION DU BUDGET.-Le Service de 1'Ins-
paction des Finances est charge de suivre l'ex6cution du Budget.
Cette operation comprend 1'examen de toute d6pense avant qu'elle
ne soit engagee en vue de s'assurer qu'il existe 4ds disponibillit6s
indispensables pour la couvrir; l',apurement des comptes des diff6-
rents d6partements ministeriels; la verification des d6penses en vue
de s'assurer que les fonds allou6s et utilis6s correspondent au mate-
riel et a 1'6quipement achetes ou aux travaux r6alis6s.
Les services don't les de6pnses sont assurees par un pourcentage
d6termin6 sur ,es recettes effectuees; percevront ce pourcentage
sur les recettes r6ellement effectuees.

Une commission de tresorerie sera payee a la B-nque Nationale
de la Republique d'HaYti sur un credit allou4 a cette fin au Budget
du D&partement des Finances. Si par suit? d'une plus-value des
recettes, le montant dui a la B.N.R.H. a titre de commission de tr6-
sorerie excede celui allou6 a cette fin au Budget, la Banque Natio-
nale de illa Republique d'Haiti compl6tera le montant dui par pr6l6-
vement sur les recettes douanieres et internes, et ce pr6lvement
sera dOment r6gularise.
CHAPITRE II
RECETTES
Article 14,-PERCEPTIONS.-Les droits et amendes seront
percus et appliques par le Service des Douanes, ses agents et em-






.L PPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


ploys conformmrnent aux lois regissant la mati.re. Les imports,
droits, taxes, fermages, abonnements, redevances et amendes fLscales
autres que les droits et amnendes de douane, seront percus confor-
mement aux lois par l'Administration Generale des Contributions.
Article 15.-RECETTES FISCALES -Les droits de douane a
l'importation, les droits d2 douane a '1'exportation, les autres droits
et les amendes de douane, les taxes internes, les .amendes fiscales et
autres revenues du Gouvernement, tels que les interets sur les fonds
de placement, les d6pots en Banque et les prkts de la Tresoreirie et
toutes autres recettes qui peuvent etre conside6res comme revenues
de 1'Et'at seront classes et iraites come recettes fiscales.

Article 16.,-RECETTES NON FISCALES.-Seront classes et
traits comme recettes non fiscilles:
a) Les versements aux fonds de roulement, les recettes ou profits
realises par les Administrations expioitant certain Services Publics
et tous autres paiements, aux Fonds de rouie-ment et recettes de
mnme nature provenant des contributions des particuliers ou des
Communes aux entreprises des Travaux Publics ou de la vente du
materiel et des fournitures usagees ou inutilisees.
b) les cautionnements de tous officers minist6riels et des comp-
tables de deniers publics vis6s a T'article 30 ci-apres. les cautionne-
ments et garanties stipul6s cdans les contracts passes par 1'Etat ou
toutes autres administrations publiques et les fonds ,en fideicommis
tels qu'e ceux provenant -des recouvrements effectues par les cura-
teurs de successions vacantes, les agents ou syrdclcs de faillite, les
agents des Contributions pour Compte des Communes.
c) Les sommes provenant des emprunts qui peuveint etre con-
tractes par le Gouvernement.
Cependant, les recettes provenant des organismes dependant des
Departements de Il'Education Nation'ale, de l'Agricul.ture, de la Sante
Publique, de l'Economie Nationdle e:t de tous autres qui administrent
sur une base rentable un service de l'Etat, seront encaiss6es sans
frais par l'Administration Gen6rale des Contributions. Ces recettes
seront deposees a la B.N.R.H. D6partement Commercial, au fur et a
measure de leur perception, au credit d'un compete approprie.
Du ler. au 15 de chaque mois, au plus tard, ,les recetteis du mois
precedent seront arrktees et le montant ainsi determine pourra etre,
soit verse au Tresor Public sous la rubrique <






SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


Gouverne'ment>> soit affect en pal tie ou en totality a telles amenio-
rations jug6es n6cessaires par ces D6partements, suivant decision du
Conseil des Secretaires d'Etat.

Article 17.-ENCAISSEMENT DES RECETTES..-Le montant
integral des Recettes Fiscales percues sera verse ,au compete du Gou-
vernement haltien a la Baque Nationale de la Republique d'Haiti,
les frais de perception ou de regime seront pores en rdpenses.
Aucune administration, a moins qu'elle ne soit autorisee par la loi,
ne peut effectuer un pr6livement direct ou indirect sur les Recettes
Fiscales, dans le but de paver son personnel ou de pourvoir a toute
autre d6pense.
Les refcettes non fiscalles mentionnees au second alin6a de ]'article
16 de la present Loi seront encaissees, depensees et contrle6es, con-
form6ment aux instructions qui seront emises par le Secr6taire
d'Etat des Finanrces, avec V'autorisation du Conseil des Secretaires
d'Etat, soit en vertu des decisions de Justice.
Les cautionnemen-ts, garonties et autres fonds mentionnes au 3&me
aline'a de l'art. 16 de la prksente loi, seront sur instructions du Se-
cr6taire d'Etat des Finances, transmis au D6parterent Fiscal de la
B.N.R.H., verses par les interess6s au compte du Gouvernement
d'HaYti a la dite Banque centre le Bordere-au de d6p6t delivre pair
cette derniere et copie en sera, par seos soins, exp6di6e au Secretaire
d'Etat des Finances.
Les remboursements sur de tels d6p6ts s'effectueront par cheque
de la B.N.R.H. sur presentation et remise de la copie du bordereau
de d6pot en possession de l'interesse, -apres l'accomplissement des
formalit6s 4tablies par la Loi. Les dispositions du present alin6a
s'appliqueront aux dep6ts effectues anterieu.yemFnt a la mike en
vigueur de la pr6sente loi.
Les sommes provenant des emprunts seront encaiss6es sous la
rubrique

Artic'le 18.-RESTITUTION.-Des bordereaux de restitution se-
ront 6mis par le Service competent apres autorisation et rapport en
sera fait au Secr6taire d'Etat des Finances, en rectification d'erreurs
de calculs, d'erreurs d'application des droits de Douane et des taxes
internes, ou pour toutes autres causes le.gitimes, lesquell'es viendront
en diminution des Recet.tes.
Aucune demand en restitution ne sera consid6r6e par le Service
des Douanes, par I'Administration G6n6rale des Contributions ou







SUPPLEMENT FISCAL ET 'ECONOMIQUE 1953


par le D6partement des Finances, si elle n'est pr6sent6e dans les 45
jours qui suivront le paienient de la .taxe.
Si un contribuable n'est pas muni de toutes les pieces indispen-
.a'bles a 1'appui d'une demaride de restitution, tels que factures, con-
niaissement, certificates d'origine, r6cepiss6, bordereau acquitt6 ou
tous autres documents appropri6s, il pour-a, n6anmoins, pour la
conservation de, ses droits presenter sa demand avant l'expiration
du dit d61lai de 45 jours, cn faisant par ecrit l'observation que les
pieces a l'appui seront pr&sentees tdlterieurement; lesquelles pieces,
sous peine de prescription du droit A restitution, devront etre sou-
mises dans les 6 mois du paiemenit -de la taxe, s'il s'agit de droiis
de Douane, et dans les 3 mois, s'agissant de taxes internes.
L'expiration de ces d6lais ne libere pas I'importateur ou tout autre
contribuable de 1'obligation de faire diligence pour soumettre aux
Services compktents 4les documents consulaires ou toutes autres
pieces requises, et payer les amendes pr6vues si les indications de
ces documents ne concordent pas ,aveic les r6sultats de la verifica-
tion des articles imports ou ne r6pondent pas au vceu des Lois et
reglements sur ia mati&re.
Article 19.-POURSUITE.-Les Commissaires du Gouvernement
pres lies Tribunaux Civils qui nreghge'ront, apres avoir ete requis par
d6nonciation du D'partement des Finances ou de tout comptable de
deniers publics, d'exercer des poursuites centre tous les contri/bua-
bles en retard de paiemeft ou contre un fonctionnaire ou employee
pr6venu de d6tourneme'nt de deniers publics, seront passibles de
suspension et, en cas de r&cidive, de revocation, sans prejudice de
peines plus graves le cas 6ch6ant.

CHAPITRE III

ENGAGEMENT ET LIQUIDATION DES DEFENSES

Article 20.-DISPOSITIONS GENERALES.-Aucune d6pense
faite pour I'Etat ne. pourra &tre ordonnanc6e, mandate et acquitted
que selon les dispositions de la pr6sente loi.
Article 21.-Aucune ordonnance, aucun mandate ne sera 6mis,
aucun paiement ne sera effectue que pour l'acquittement d'une
d6pense e6galement pr6vue soit au Budget, soit par une Loi ou par
un Arr&t6 de credit, e:t poar pavement d'un service rendu, de four-
nitures livrees ou d'une dette valuable de 1'Etat r6gulieremenit jus-
tifi6e.






SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


L'Etat n'est responsible que des engagements souscrits par ses
mandataires officials l6galement comp6tents dans les limits des de-
penses inscrites au Budget annual ou autorisees par une loi ou un
Arrete de Credit. Les obligations prises en exces des credits alloues
et, en general toutes obligations consenties cont'ai:,nen.t aux lois,
conventions et r&glements n'engagehit vis-h-vis des interesses que
la responsabii'et4 de ceux qui les auront contracts.
Dans aucun cas pour quelque raison que ce soit, .aucun Secrktaire
d'Etat ne pourra faire ordonnancer en depenses au-delh des credits
budgetaires ni engager aucune d6pense non pr6vue a son Budget,
avant qu'il 'ait 6t6 pourvu au moyen de 1'acquitter. Aucun engage-
ment devant etre couvert par un credit budgetaire ne pourra etre
pris pour une p6riode exc6dent 1'exercice en course.
Les Secretaires d'Etat ne pourront pas approuver une liquidation
de d6penses au-dela du credit ni a ileur disposition selon les terms
de l'article 6 de la present loi. Le Secr6taire d'Etat ordonnateur
est seul responsible des liquidations ou certificates approuv6s par lui.
Aucune liquidation n'engage l'Etat tant qu'elle n'a pas 6te valable-
ment ordonnanc6e et mandate conform6me-.-t aux dispositions ci-
apres des articles 24, 25, et 26 Toat contract ou Convention inettant
des depenses a la charge de 1'Etat pour plus d'un Exercice au-dela
du Id6lai prevu par l'article 7 de ila presenqte 1Foi pour la fternoture
deis Credits Extraoridinaires et en general tout Contrat ou Cenven-
tion imposant a l'Etat des obligations autres que les obligations
pecuniaires autoris6es par fle Budget ou par un credit special, doit
etre sanctionn6 par une loi.
Un credit budgetaire pourra etre, durant les trois premiers mois
de 1'annr e budgetaire, utillise pour payer toule obligation de meme
nature contracted durant l'ann.e budg6taire prec6dente, pourvu
que le solde non d&pens6 du credit de 1'ann6e budgeta.'re precedente
auquel la depense 6tait imputable ne soit pas depass6.
Aucun march, au'cune convention pour travaux publics, trans-
ports et fournitures, ne doiit stipuler d'acompte que pour service
fait. En tout cas, les acormptes ne peuvent d6passer les deux tiers
du montant des travaux constates ou des services fournis. Le tout
appuy6 de pieces justificatives. Le paiement final des dits travaux
ou service pourra etre fait s'ils sont completement acheves a la
satisfaction des Services int4resses. Les droits de iimbre et d'enre-
gistrement auxquels donnent lieu les m'arch6s ou concession de tra-
vaux de transports ou de fournitures, sont a la charge de ceux qui
contractent aveic l'Etat.







. PPiLEMENT FISCAL ET E(ONOMiQUI' 1953


11 est interdit a tout comptab1le de deniers publics de prendre
interfts directement dans les marches et contracts de fournitures,
transports et travaux publics, conrcernant les services des recettes
et depenses de 1'Etat, a peine do nullit6 de ces marches et contracts.
Article 22,-PRESCRIPTION.--Sont prescrites et d6finitivement
6teintes au profit ,de l'Etat, sans prejudice des decheances pr6vues
par les lois, itoutes creances qui, prevues par le Budget et les C'redits
Speciaux, n'auront pas 6tO ordonnanc6es et -oayees dans le 'dlai de
deutx annees a partir ide la cloture ide l'exercice auqueol elles appar-
tiennent.
La prescription de deux annees 4ta'blie dans I'alinea precedente
est applicable pour defaut de presentation en paiement a tout cheque
du Tresor ainsi qu'a tout cheque emis par les agents fiscaux de
PlEtat pour ile Service des inter'ts et de 1'amortissement de 'la Dette
Publique Interieure.
Les dispositions de l'alinia precedent ne sont pas applicables aux
int6r ets et h 1'amortissemenit de la Dette Publique don't le Service
Contractuel est fait l1'i6tranger, et leur prescription sera r6gie par
la loi idu lieu du paiement. Elles ne sont pas non plus applicables
aux creances don't ''ordonnancsment, le pavement n'ont pas 64t
effectues dans le d61lai d6tlermin6, par le fait de 1'Achninistration ou
par insuffisance ou absence de credit ou par suite d'opposition ju-
diciaire. Dans ce cas, tout creancier devra prouver 'avoir fait toutes
diligences n6cessaires pour ftre paye el- cet effet, il aura le droit
de se faire d6livrer par le Secr6taire d'Etat competent un bulletin
indiquanit la date de la demand de paiement et les pieces produites
a 1'appui. A d6faut des dies diligences, la prescription sera encou-
rue.
Article 23.-PIECES JUSTIFICATIVES.-Les pieces justifica-
tives de chaque liquidation doivent offrir la preuve des droits acquis
aux creanciers et etre redige'es dans les former r6glemnentaires, a
1'exception des depenses de police secrete ou liquidation doit etre
justifie. (NOTE.-Le texte porte taire de 1952-53.)
Sont assimil6s aux d6penses de police secrete, ]es frais de repr6-
sentation et ide reception et de voyage du Pr6sidenat de la Republi-
que, lies frais de representation et de circulation des membres du
Corps Legislatif, des Secr6taires et SousSecr6taires d'Etat, du Pre-
sident du Conseil de Gouvernement, des Agents Diplomatiques et







SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


Consulaires, des Charg6s de Mission 'a 1Etranger, des Prefets, les
frais extraordinaires de reception, Ies d6penses de propagandes de
la Secretairerie d'Etat de ]a Pr6sid.ence et les frais alloues h l'occa-
sion des Fetes Nationales.
Les pieces justificatives consistent en originau-x de compete, fac-
tures, bordereaux, quittances ou toutes autres attestations regle-
mentaires. En ce qui concern les appointments, rentes, pensions,
subventions et locations, elles consistent dans les etats de paiemenrt
du mois precedent, modifies suivant les avis requs des Secretaires
d'Etat int6ress6s par la Banque Nationale de la Republique d'HaYti.
Les conditions de forme que doivent remplir les pieces justificatives
seront dtermin6es par le D6partement Fiscal de la B.N.R.H.

Les pieces justificatives des ordonnances-mandats emis pour des
avances de fonds destin6s a couvrir le montant des commandos A
1'Etranger ne seront produites qu'A la reception des dites comman-
des. Ces ordonnances-mandaits seront accompagnes d'une note ou
extrait de catalogue indiquant le prix des articles commands.
L'origin'al des pieces justificatives sera annexed aux ordonnances-
mandats et un double restera dans les archives du Dpartement
ordonnateur. Le double d'une piece justificative doit porter la
mention <> en grands caracteres et parfaitement lisibles.
Les ordonnances-mandats envoy6 au D6partement Fiscal de la
B.N.R.H. serviront de pieces justificatives a l'appui des paiements
relatifs effectues. Leurs doubles resteront au Departement des
Finances pour venir h 1'appui des Comptes Gen6raux. Aucune piece
justificative ne doit etre gratte'e ni surcharge. La parties a modi-
fier est biff6e au moyen d'un simple trait de plume et remplac6e par
l'enonciation .exacte qui doit lui .tre substitute. '.es substitutions
en interfligne ou par renvois doivent etre paraph6es ou sigr.es par
le liquidateur et 1'ordonnateur sur 1'original et le double. Lorsqu'une
piece justificative annex6e a un ordonnance-mandat, ou qu'une
quittance donnee au Tr6sor Public ou a un fonctionniaire ou employee
faisant des paiaments ou des avances pour compete de l'Etat doit
etre sign ou qu'un cheque du Tr6sor doit etre ,acquitt6 ou endosse,
si celIui qui 6met la pi&ce justificative, donne la quittance ou l'acquit,
ou fait 1'endossement, ne :3ait pas signer, sa signature sera remplacee
par son norm ecrit et une croix qu'il apposera en presence due dieux
temoins. Un de ces {tmoins sera un fonctionnaire du Gouverne-
ment ou de preference le fonctionnaire ou 1'em.rloy6 par qui le







SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


paiement ou l'avance sera faite, et l'autre, un citoyen notable de la
Commune out la Croix est apposee et designed par la partie intercssee.
Une telle marque avec les signatures des t6moins tiendra lieu de
signature de l'instrument auquell elle sera apposee eat constituera,
suivant le cas, une attestation, une quittance ou un endorsement
valide a toutes fins, et en cas de paiement improprement fait, 1'in-
teress6 ne pourra exercer de recours que contrc les temoins, les
endosseurs intermendiaires ou les tir6s, suivant le cas.
Les fonctionnaires et employes ,ayant droit aux frais de voyage,
lorsqu'ils s'absentent pour ile Service Public pendant plus de vingt-
quatre heures du lieu oiu its occupent leurs functions, recevront une
allocation journaliere pour nourriture et logemznt proportionnele
A leurs appointments sans qu'lls 'aient besoir, de presenter des
pieces justificatives conformement aux reglements 'tablis A cette
fin. Les pieces justificatives de toutes autres d6penses de voyages
faites par un fonctionnaire et don't l demand re.i-boursement de-
vront consister en bordereaux acquittes par les fournisseurs sauf
cas d'impossibilite.
Artiole 244-RAPPORT.--Les Pr6fets, les Commissaires du Gou-
vernement pres les different Tribunaux, et tous autres fonrctionnai-
res places dans leur jurisdiction ayant un personnel sous leurs ordres,
enverront au dernier jour de chaque mois, au Secretaire d'Etat don't
its relevent, un etat certi69 en triple des fonctionnaires places sous
leur jurisdiction et se trouvant en service, avec indication de leurs
fonctions et du salaire revenant a chacun; ils veilleront a ce que tous
soient commissionn6s par ,Ie President de la R6pu)li'que.
Les Prefets dresseront dans la meme forme et front parvenir aux
D6partements interesses un 6tat d6taill .en triple, arrete au dernier
jour du mois, des rentes, pensions, subventions et locations don't le
service entire dans leurs budgets respectifs, et le Comptable de
chaque Departcment preparera egalement 1'6tat d'6margement du
personnel du Departement arre&te au dernier jour du mois. Ces
6tats devront mentionner la periode de toute absence sans autori-
sation.

Tout changement dans 1'6tat mensuel des appointments, rentes,
pensions, subventions et locations sera notified immediatement dans
un d6lai de cinq jours au plus au Departement des Finances, sous
peine, pour tout fonctionnaire qui sera trouve responsible d'un
pavement qui aurait 6t6 effectue induhment.






SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


Article 25.-LIQUIDATION DES DEPENSES.-La liquidation
est la determination .administrative du montant d'une dette de 1'Btat
vis-A-vis d'un creancier apres i'examen des pieces justificatives. La
liquidation des dettes de I'Etat est effeotuee par certification des
Comptables des Departements Minist6riels sur la formule d'ordon-
nancement, chacun en ce qui concern :le D6partement auquel il
appartient. L'ordonnancement d'une d6pense ne peuit s'effectuer
qu'apres l'approbation d'une liquidation effectuee. II est proo16
aux liquidations soit d'office, pour les cr6ances a l'egard desquelles
il existe des bases et el6'ments de liquidation dans les services du
Ministere interesse, soit d'apres les justifications produites par les
creanciers eux-memes. La liquidation d'office se fera sur les et'ats
des fonctionnaires comptcnts relevant des differents Departements
Ministeriels.
La liquidation d4signer-a le b6ndficiaire de la cr6ance par ses nom,
prenom et quality ou functions. Il y sera compris un compete signed
et certified sincere par le cra.ncier indiquant la nature de l'obligation
et le prix des services ou fournitures a payer. A d6faut d'un tel
compete, elle contiendra une description sommaire des dites obliga-
tions, services ou fournitures BEle indiquera en toutes lettres la
valeur A payer et les pieces justificatives originales y seront an-
nexees. Les forces de liquidation et d'ordonnances seront preparees
en trois copies par les Services ou les D6partfcnents Ministeriels
effectuant les depenses. Elles seront signees par le Compitable et le
Secretaire d'Etat competent, chalcun en ce qui le concern, et ex-
pediees au Departement des Finances pour ktre verifi6es, enregis-
tr6es et mandates si elles sont trouvees j'ustes et conformes apres
examen par les Services comp6tents do ce Departement.
Le Secr6taire d'Etat des Finances seul prevoit au mandatement
de tou'te ordonnance trouvee r4gulikre.
Article 26.-PAIEMENT.-Le mandate de paiement est plac6 au
bas de i'ordonnance et les deux pieces seront d6nommees: < nance-mandat>>. Il est nominatif et ne pourra etre 6mis et paye de
meme que les bordereaux prevus ,aux deux alineas suivants, qu'au
veritable cr4ancier ayant justifi6 'des droits a 1'exception des paie-
ments faits (aux ecclesiastiques, religieax, pour lesquels les regles
de la discipline edcl,6siastique et de ,eurs ordres seront suivies. Le
mandate de paiement sera nurmerote et dat6, contiendra ia mention
de l'exercice, de l'article ct du compete budg6taire, et sera signed du







SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUF 1953


Chef du Service des Ordonnancements et Marndatnments au D6par-
tement des Finances. II sera sign du Secr6taire d'Etat des Finances
et envoy a la Banque Nationale de la R6publique d'Haiti. La r&gu-
larit6 et la justification des Ordonnances 6m-ses pnr les Secr6taires
d'Etat, conform6ment au Budget ou aux Lois et Arret6s de credit
etant constat6es, les mandates de paiement du Secr6taire d'Etat des
Finances seront pays par cheque de la Secretairerie d'Etat des
Finances sur la Banque Nationale de la Republique d'Haiti, et les
ch&ques remis en consequence aux int6ress6s Pour ce qui concern
les employes de Tl'Etat, leurs droits au dit paiement ne seront jus-
tifi6s que s'ils ont e6te, au pr6alable, commissionn6s par le Pr6sident
de la R6publique.
Le D6partement Fiscal est irr6vocablemnent autoris6e faire, avant
ordonnancement et mandatement le pavement de !a commission de
tresorerie de la Banque Nationale de la Republilque d'Haiti, les paie-
ments relatifs a Ia Dette Publique ainsi que le paiement dans les
dix premiers jours de chaque mois du douzieme du montant des
d6penses convenues pour le D'partement Fiscal.
Les paiements des d6penses du Gouvernement pour ses divers
services, ceux des Communes, ainsi que les appointments, rentes,
pensions, subventions et locations en gen6rail et les quotes-parts
du Gouvernement aux Diepenses de diverse Institutions Interna-
tionales, peuvent etre fa.ts avant ordonnancement et man>date-
ment, sauf avis contraire du Secr6taire d'Etat interess,, transmis
au Secretaire d'Etat des Finances et notifi6 par ce dernier laa
Banque Nationale de la R6pulblique d'Hai'ti, pourvu que la d&-
pense figure au Budget Je i'Etai ou des Communes et n'excede
pas la distribution mensuelle des fonds. Les bordereaux 'autori-
sant ces paiements seront v6rifies par la Banque Nationale de la
Republique d'Haiti et ne seront pays que s'ils sont en due forme
et appuyes de pieces justificatives convenables. Les doubles
des bordereaux et des pieces justificatives en due forme seront
remis, au fur et a measure des paiements et au plus tard 'le quinze
de chaque mois, par les Services interesses aux D6partements Mi-
nisteriels comp6tents pour l- mois pr&6cdent, pour que la depense
solt ordonnancee et mandate en r6gularisation des paiements faits.
Ces operations de regularisation seront effectuees dans les quinze
jours qui suivront la remise des pieces par les Services int6ress6s.
Tout paiement en dehors des conditions tabless par le present
article de me&me que toute advance sur credit, a justifier ulterieure-







SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


ment, sauf les avances autorisees par -'article suivant restera a la
charge du fonctionnaire qui 1'aura requis ou ordonne.
Article 27.-AVANCES A JUSTIFIER.-Des fonds de la Tr6so-
rerie don't l'emploi sera justifi6 ulte.rieurement pouirront etre avan-
c6s suivant les besoins du Service par la Banque Nationale de la
RWpublique d'Haiti a des payers temporaires ou Dermanents, resi-
dant A l'6tranger ou en tel point du pays oiL ii n'est pas pratilcable
de faire les paiements par l'Interm6diaire de l'agent charge du Ser-
vice de la Tr6sorerie, ainsi que pour frais divers, depenses imprevues
des Departements Minist6riels, frais de circulation, frais de repre-
sentation, frais de c616bration des Fetes NationaTes, des Fetes 1e-
gales et autres frais similaires.
Ces payeurs seront designs par les D6partements ou Services
don't ils relevent e.t tous paiements faits par eux devront etre effec-
tues, conforminent a la present loi et en execution d'engagements
de l'Etat decent approuves.
Les fonctionnaires ou employes voyageant pour le service public
pourront de 1'a meme maniere etre nommes payers, et des fonds
de la Tr6sorerie don't l'emploi sera justified ult6rieurement pourront
leur etre avances en vue de couvrir leurs frais et autres depenses.
Article 28.-PERTE DE MANDATE ET DE CHEQUES,-En cas
de perte d'un mandate de pavement ou d'un cheque, il peut en etre
d6livre duplicate sur la declaration motive de ila parties interessee
et apres attestation ecrite par la Banque Nation-ale de la R6publique
d'Haiti, que le mandate de paiement ou le chlque adir6 n'a pas et6
paye. La d6livrance du duplicate ne pourra s'effectuer que quinze
jours apres la publication au <> de la declaration de perte.
Article 29.-ANNULATION DU PAIEMENT.-Lorsqu'il y aura
lieu, pour irr6gularite, double emploi ou insuffisance de credit, ou
de justification, ou pour toute autre cause, d'*annuler en tout ou en
parties un ordonnance-mandat, pour un paiement, l'annulation ou le
remboursement se fera par l'6mission d'un bordereau d'encaisse-
ment pour le montant annual ou restitue, leque1 viendra en dimi-
nution de la d6pense.
CHAPITRE IV

CONTROL DES COMPTES

Article 30.-COMPTABILITE.-Les &critures de la Comptabilit6
Publique seront tenues en parties double et par article du Budget,
Credits Extraordinaires et par Comptes Speciaux quand il y a lieu.








SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


Article 31.-COMPTABLES DE DENIERS PUBLICS.-Toute
personnel charge a un titre quelconque, de la manutention ou du
maniement des deniers publics ou de la gestion des biens de I'Etat
ou des Communes est comptable des deniers publics. Sont Comp-
tables des deniers publics, notamment:
lo.-Les Secr4taires et Sous-Secretaires d'Etart des Diff4rents
D&partements Minist6riels.
2o,-Le Directeur Ge4nral et le Directeur G6neral' Adjoint de
''Administration Gen6rale des Contributions et les proposes
du Service des Contributions;
3o.--Les Greffiers des Tribunaux;
4o.-La Banque Natiorale d- la R6publique d'Haiti en la per-
sonne de ses Co-Pr6sidents et Directeurs;
5o.-Les Comptables des Departements Ministeriels et ceux des
Services relevant de ces D'partements;
6o.-Les Directeurs des Services Te16graphiques Teriestres, les
Chefs de Poste et les Comptables du R6seau;
7o.-Les Directeurs et Caissiers du Service Hydrauhque;
8o.-L'Administrateur-Ge4nral des Postes, 7es Directeurs des
Postes et Agents Postaux;
9o.-Les Membres des Administrations Communales ou des Con-
seils Communaux, ainsi que leurs caissiers-payeurs dits Re-
ceveurs;
10o.-Les Agents Diplomatiques et Consuilaires;
11o.-Les Directeurs et les Receveurs de .l'Enregistrement;
12o,-Le Directeur du Moniteur et de l'Imprimerie de l'Et'at;
13o.-Le Directeur G6neral de l'Agriouilture;
14o.--Le Directeur Ge6nral de l'Education Nationale;
15o.-L'Ingenieur charge du Bureau Central de l'Administration
G6n6ra2.e du Departement des Travaux Publics ainsi que
tous les ,autres Ing6nieurs charges d'un Departement ou d'un'
District;
16o.---Le Directeur G6neral et le Directeuir Ge6nral A'djoint de
la Sant6 Publique et les Administrateurs des Hopitauix;
17o.-iLe Directeur et le Directeur 'adjoint de la Loterie de 1'Etat
Haitien et le Comptable;
18o.-Le Chef du Service de l'Intendrance de .'Arm6e et ses Auxi-
liaires;
19o.--Le Direoteur de 1 Ecole Centrale des Arts et Metiers (dite
Maison Centra'le);







SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


20o.-Les Directeurs ide I'Enseignement Professionne4l;
21o..-Les Directeurs et le Comptable en Chef de la R6gie du
Tabac;
22o.-Les Administrateurs de la Banque Nationale de 1a Repu-
blique d'HaYti et do l'Institut Haitien de Credit Agricole ,eit
Industriel;
23o.---Le Directeur et le Comptable de I'IDASH
Les Dispositions de la 'loi du 26 Aouit 1870, modifiees par
celTe du 15 Aouit 1871 et toutes autres lois non contraires sur
la responsabilit6 des fonctionnaires publics seront applica-
bles a tous comptables de deniers publics.
Article 32,-CONTROLE DES RECETTES -Le Contr6le du D&-
partement des Finances, en ce qui concern le Se'rvice des Douanes
et l'Administration G6n6rale des Contributions et de l'Enregistre-
ment s'effectuera d'une maniere permanent par les Prefets et les
Agents du D6partement d!s Finances accr6dites aupres de ces Ad-
ministrations, lesquels auront aces dans leurs offices, ouf les bu-
reaux necessaires leurs seront reserves.
Les originaux de toutes les declarations, factures, conniaissements,
documents, bordereaux, reclamrations, pieces et proc&s-verbaux re-
latifs 'a une perception, restitution ou paiement, ainsi que tous les
livres et registres de comptalbili't des Offices du Service des douanes
et de l'Administration G6n6rale des Contributions leur seront ac-
cessibles a toutes requisitions.
Un 6bat detaill; de toutes les pieces contro1les sera envoy au
D6partement des Finances, sdTon les instructions du Secretaire
d'Etat.
Toutes le3 erreurs relev6es ou re6larmations rescues second signa-
l6es pour corrections au fonotionnaire charge du Service de con-
trole. En cas de d6saccord, les Pr6fets ou les agents du D6parte-
ment des Finances front -au Seoretaire d'Etat don't ils rel&vent, un
rapport detaill, et motive.
Article 33.-INVENTAIRE.-Les diff6rents ID-pIrtements Minis-
tdriels soumettront au Secretaire d&Etat des Finances, le 30 Novem-
bre au plus tard, un inventaire estimatif et d6tai'll. en triple du
rnateriel, des fournitures et toutes autres proprietds mobilieres de
l'Etat en possession et jouissance de chacurt des services Publics
relevant d'eux respectivement, tainsi qu'une evaluation des pro-
prietes immobilibres qui leur seront affectees, arrests tous deux a la
date du trente Septemnbre.







SUPPLY MLEN FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


Article 34.-REDDITION DES COMPTES.-Tous les Compta-
bles de deniers Publics front 'aboutir du premier au vingt de chaque
mois au plus tard au D6partement don't ils rel&bvnt ou au D&parte-
ment des Finances, selon Te cas, les pieces justificatives de leur
gestion ou des d6pmnses effectuees pour compete de il'Etat pendant
le mois prezedent, ainsi que le relev6 d6taill6 de tous les competes
tenus pour l'Etat et tous et'ats qui pourraient etre requis par le
Secretaire d'Etat des Finances, leque'l est 6galement charge d'ache-
miner les dites pieces au fur et a measure, a la Commission Inter-
parlementaire pr6vue a l'article 144 de 5la Constitution.

CONTROL DES DEFENSES

Article 35.-En attendant qu'une Loi ou des R&glements G6n6-
raux viennent fixer les limits d'attribution, les modalit6s de fonc-
tionnement et les devoirs de la Commission Interparlementaire, au
d6but de chaque Session Ordinaire, il sera elu au scrutiny secret, et
par les deux branches du Corps L6gislatif: six Senateurs et neuf
D'put6s qul formeront lla COMMISSION INTERPARLEMENTAI-
RE pr6vue a l'artioe 144 de la Constitution. Elle aura pour mission
d'exercer un control minutieux et permanent des D&penses Pu-
bliques afin d- rapporter sur la gestion des Secr6taires fd'Etat en
vue de permettre aux deux Assemblees de leur accorder ou de
leur refuser decharge.
La Commission Interparlementaire devant exercer un control a
ca'.actere permanent poursuivra ses activists ,au-dela de la dur6e
de la Session L6gislative et pour le temps pour lequel elle est 6lue.
La Commission Interparlementaire, en se conformant aux dispo-
sitions de la Loi sur les Finances de 1'Etat, a pour attributions:
a) d'examiner les Comptes de l'Administration en g6n6ral et de
tous Comptables de deniers Publics;
b) de controler, en cours d'exercice les d6penses effectu6es par
I'Etat ainsi que le bilan des Organismes autonomes qui sont 'la pro-
pritI6 de l'Et'at HaYtien ou dans lesquels il a des int6rets,
c) d'apprecier et de v6rifier ai l'expiration de chaque annee bud-
g6taire afin de rapporter aux Chambres les operations des different
Services de l'Administration effectuees *au course de l'Exercice au-
quel se rapportent ces operations et les Comptes Generaux -de la
R6publique:
d) de sonmettre aux Chambres, avec ses observations, dans les
deux mois de l'ouverture de la Session, un Rapport Gen6ral sur les







SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


Depenses Publiques, et la gestion des Secretaires d'Etat de 1'Exer-
cice precedent.
Trois specialistes comptables seront adjoints a la Commission In-
terparlementaire pour 1'aider dans son contr6le.
Article 36.-COMPTES GENERAUXE-Les Comptes Generaux
qui doivent etre soumis au Corps Legislatif par le Secretaire d'Etat
des Finances en vertu de ]a Constitution consisteront en cinq 6tats
appuyds de pieces justificatives qui seront preparees' par le dit Se-
or6taire d'Etat et montreront toutes les Recettes et les Depenses de
fonds publics effectivement faites au course de la periode comprise
entire le premier Octobre et le trente (Septembre constituent I'exer-
cice; savoir:
lo.-Un etat de Recettes Fiscales dlass6es par source et montarant
le total recouvr6 sur chaque article de l'Etat de classement
des voies et moyens:
2oj-Un 6tat de recettes non fiscales classees par origine;
3oj-Un etat des D1penses faites sur les Recettes Fiscales, lequel
devra etre divise par Departements Ministeriels, comme Ie
Budget General, et devra montrer pour chaque Departement:
a) Les Depenses sur les Credits Extraordinaires:
b) Le Total des Depenses du Departement;
4o.-Un 6tat des D6penses sur les Recettes non fiscales classes
par objets;
5o.>-Un etat des biens du Gouvernement (Meubles et Immeu-
bles), convenablement classes, avec leur valeur estimative.
Article 37.-REGLEMENT DU BUDGET.-Le Pouvoir Legislatif,
apres avoir constate la regularite des Comptes, prononce, par De-
cret, la charge des Secr6taires d'Etat pour la g2stion verifiee. Le
Project de Loi de Reglement du Budget est soumis au Pouvoir L6-
gislatif, accompagne des Comptes Generaux previis 'a'artidle pre-
cedent. Dans le cas oui il y aurait lieu de refuser cette decharge,
les sanctions legales seront appliquees contre les Secretaires d'Etat
en cause. La decharge comporte de plein droit mainlevee des ins-
criptions grevant les biens des Secretaires d'Etat pour 1'Epoque a
laquelle se r6ferent les comptes verifies.
La decharge aux Comptables de deniers publics, autres que les
Secretaires d'Etat, sera accordee par le Secretaire d'Etat des Fi-
nances, apres rapport favorable du Service d'Inspection du Depar-
tement des Finances approuve par le Conseil des Secretaires d'Etat.








SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


CHAPITRE V

CREDITS BUDGETAIRES

Art icle 33.-Les Cr6dits ouverts aux diff6rents D6partements Mi-
ii.te6riels pour 1'Exercice 1953-1954 s'6tablissent comme suit:
Monnaic
National
D ette Publique................................................ ......................... 7.257.500.00
Institutions Internationales.................... ............................. 14.424.626.00
Outillage, D6veloppement Economique..................................... 12.000.000.00
Relations Ext6rieures.................................... .......................... 5.103.615.00
F in an ces.......................................................... .......................... 5.881.430.00
Econom ie N ationale.................................. ................................ 1.335.000.00
C om m erce.............................................................. ................. 2.324.500.00
Pr6sidence................... ...................................... .................. 1.513.680.00
Int6rieur................................................................. .................. 30.204.311.24
Sant6 Publique ................ ........... ............. 16.065.350.28
T ravail................................................................. ........ ................. 677.100.00
T ravaux P ublics........................................................................ 7.586.288.40
Justice......................... ............................... ......... .................. 3.827.190.00
A griculture............................................................................... 3.541.400.00
Education N ationale.................................................................. 16.300.294.00
C u ltes................. .................................. ... .... .. ..... ..... .. ................ 1.154.614.20

Total.......... ....... ............. 129.196.899.12

Article 39.-La present Loi abroge routes lois ou dispositions de
lois qui lui sont contraires et sera ex6cut6e a 'ia diligence des Secr6-
!aires d'Etat, chracun en ce qui le concern.

Fait a la Chanibre des Deput6s, a Port-au-Prince, le 7 Septembre
1953, An 150eme. de l'Independance.

Le President: ADELPHIN TELSON
Les Secr6taires: LUC JEAN, H. BRIGHT, a. i.

Donn6 a la Maison Nationalle, a Port-au-Prince, 'le 19 Septembre
1953, An 1506me. de l'Ind6pendance.

Le President: CHARLES FOMBRUN
Les Secr6taires: W. SANSARICQ, E. JONASSAINT


AU NOM DE LA REPUBLIQUE

Le President de la R6publique ordonne que la Loi ci-dessus soit
revtue du Sceau de la R6publique, imprim6e, publi6e et ex6cut6e.








SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953 35

Donne au Palais National, a Port-au-Prince, le 29 Septembre 1953,
An 150eme. de 1'Indepern'dnce.
PAUL E. MAGLOIRE
Par le Pr6sident:

Le Secr6taire d'Etat des Finances et de l'Economie Nationale:
LUCIEN HIBBERT
Le Secr6taire d'Etat de l'Int6rieur, de la D6fense Nationale et de la Justice:
DUCASSE JUMELLE
Le Secretaire d'Etat des Relations Ext6rieures et de I'Education Nationale:
PIERRE L. LIAUTAUD
Le Secr6taire d'Etat de la Sant6 Publique et du Travail:
ROGER DORSINVILLE
Le Secr6taire d'Etat de la Pr6sidence et des Cultes:
MAUCLAIR ZEPHIRIN
Le Secr6taire d'Etat du Commerce et de l'Agriculture:
DANIEL HEURTELOU
Le Secr6taire d'Etat des Travaux Publics:
GEORGES CAUVIN








SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


LOI DU 19 SEPTEMBRE 1953

PAUL E. MAGLOIRE
President de la RWpublique

Vu les articles 57, 79, 140 et 141 de la Constitution;
Vu la kdoi sur le Budget et la Comptabilite Publique:
Sur le rapport du Secretaire d'Etat des Finances:
Apres deliberation en Conseil des Secretaires d'Etat;

A propose:
Et le Corps L6gislatif a vot6 la loi suivante:
Article ler.-La perception des Impots pour e'oxercice 1953-1954
sera faite conform6ment aux lois existantes ou qui pourront etre
votees ult6rieurement.
Article 2.-Sont prorog6s pour l'exercice 1953-1954 la loi du 24
Octobre 1876 sur la R6gie des Impositions Directes, te~lle qu'elle a
6t6 r6tablie par la Loi du 13 Aouit 1903, ie Decret-loi du 23 Septem-
bre 1935 amenageant les Recettes Communales ainsi que la classifi-
cation et le tarif y annexes, la Loi du 21 Decembre 1922 etablissant
les taxes sur les v6hicules, les ilois des 19 Mai et 13 Aouit 1928 insti-
tuant les d6lais et forme de procedure pour le rocouvrement des
Impositions directes, la Loi du '5 Aouit 1931 imposant 1'al'cool et le
tabac en ce qui n'est pas contraire a la loi sur la Rcgie, 'le Decret-loi
du 29 Novembre 1937 qui porte a 20% 'la surt-axe etablie sur le mon-
tant total de tout bordereau de douane a l'importation ainsi que
routes les lois fiscales et tous tarifs et dispositions de lois actuelle-
ment en vigueur comportant des taxes ou impots en faveur de l'Etat
ou des Communes.
Sont aussi prorog6s, pour i'exercice 1953-1954, les droits et taxes
sur le cafe pr&vus par l'article 14 *de la loi du 4 D6cembre 1946,
lesquels seront pendant le susdit exercise verses a la masse gne'rale
des Recettes de l'Etat.
Est egalement prorogee iLa taxe provisoire exceptionnelle sur le
cafe cr66e par l-a loi du 26 Juin 1953.
Article 3.-Les provisions des Recettes Douanieres, des Taxes
Internes et des Recettes diverse pour l'annee budgetaire 1953-1954,
conform6ment a 1'etat de classement annex A la pr4sente loi, sont
comme suit:
Recettes douanieres............................. ....... .......................... 87.576.000.00
Recettes Internes..................................................................... 33.666.000.00
Recettes diverses.......................... .... .... ....................... 7.958.000.00
Total......... ........ ............... .................. 129.200.000.00







SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953 37

Article 4.-La pr6sente Loi abroge toutes lois ou dispositions de
lois qui lui sont contraires et sera.execut6e h la diligence du Secr6-
taire d'Etat des Finances et des autres Secretaires d'Etat, chacun en
ce qui le concern.

Fait A la Chambre des Deputes, a Port-au-Prince, le 7 Septem-
bre 1953, An 150eme. de l'Ind6pendance.

Le President: ADELPHIN TELSON
Les Secr6taires: LUC JEAN, H. BRIGHT, a. i.

- Donn6 A la Maison Nationale, A Port-au-Prince, le 19 Septemb',
1953, An 150eme. de l'Independance.

Le President: CHARLES FOMBRUN
Les Secr6taires: W. SANSARICQ, E. JONASSAINT


AU NOM DE LA REPUBLIQUE

Le President de la Republique ordonne que la Loi ci-dessus soit
revetue du Sceau de la Republique, imprimne, publiee et ex6cutee.

Donne au Palais National, a Port-au-Prince. le 39 Septembre 1953,
An 150eme. de l'Independance.
PAUL E. MAGLOIRE
Par le President:
Le Secretaire d'Etat des Finances et de l'Economie Nationale:
LUCIEN HIBBERT
Le Secr6taire d'Etat de 1'Int6rieur, de la D6fense Nationale et de la Justice:
DUCASSE JUMVELLE
Le Secretaire d'Etat des Relations Ext6rieures et de l'Education Nationale:
PIERRE L. LIAUTAUD
Le Secretaire d'Etat de la Sant6 Publique et du Travail:
ROGER DORSINVILLE
Le Secretaire d'Etat de la Pr6sidence et des Cultes:
MAUCLAIR ZEPHIRIN
Le Secretaire d'Etat du Commerce et de l'Agriculture:
DANIEL HEURTELOU
Le Secretaire d'Etat des Travaux Publics:
GEORGES CAUVIN







SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


LOI DU 19 SEPTEMBRE 1953
Reglementant le fonctionnement de la Commission Interparlementaire
charge du contrble general des Depenses Publiques.
(Moniteur du Lundi 28 Septembre 1953, No. 90)
(Erratum Moniteur du jeudi ler. Oct. 1953, No. 94)

LE SENATE DE LA REPUBLIQUF
Vu les articles 57 et 144 de la Constitution;
Vu article 34 de la Loi sur le Budget et la Comptabilite Publique;
Considerant qu'il a ete institute par la Constitution en vigueur un
organisme special denomme COMMISSION INTERPARLEMEN-
TAIRE, charge du control general des Depenses Publiques;
Considerant qu'il est de touite necessity de mettre cet organisme en
etat de satisfaire pleinement au vceu constitutionnel;
Qu'il convent idonc d'en reglementer le fonctionnemnent par une
loi organique appropriee '1'actuelle legislation financiere;

A Propose
Et le Corps Legislatif a vote la Loi suivante:

CHAPITRE I

ORGANISATION
Article ler.-La Commission Interparlementaire est un organisme
de control appeal, en tout etat de cause, a examiner et A verifier
les Depenses des differents Departements Ministeriels et de toutes
autres branches de I'Administration Publique.
Elle est chargee en consequence de rapporter sur la gestion des
Secretaires d'Etat pour permettre aux Deux Assemblees de leur
accorder ou de leur refuser d6charge.
Article 2.-La Commission Interparlementaire est composee de
Quinze Membres don't Neuf Deput6s et Six Senateurs.
En vue de distinguer cette Commission Interparlementaire des
autres Comnissions Interparlementaires, que Iles Chambres peu-
vent former de leur propre initiative, ellie sera design6e sous la
denomination de COMMISSION INTERPARLEMENTAIRE DE
CONTROL PERMANENT.
Article 3.-La Commission Interparlementaire devant exercer un
control a ncaractere permanent poursuivra ses activities au-del de
la duree de la Session Legislative et pendant le temps pour lequel
elle est 6lue.








SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


Les Membres de la Commission sont elus pour une duree d'une
annee et ind6finiment rieligibles. N6anmoins n'est pas eligible le
Deputy ou le Senateur qui, a un titre quelconque, est actuellement
comptable de deniers Publics. (NOTE: Voir pour ((eligible) erra-
tum Moniteur jeudi ler. Oct. 1953 No. 94).
Article 4.-Une Seance est d'obligation par Semaine; elle se tient
aux jour et heure fixes par les R6glements Inrterieurs. En cas de
necessity le nombre des Seainces pourra etre augment.

CHAPITRE II

ATTRIBUTIONS
Article 5.-Les attributions de la Commission Interparlementaire
sont:
a) d'examiner les comptes de i'Administration en ge4nral et de
tous comptalMes de deniers publics tels qu'ils sont d6finis en l'article
30 de la Loi sur le budget;
b) de controler, en course d'exercice, les d6penbes effectuees par
1'Etat ainsi que le bilan des Organismes autonomes qui sont la pro-
priet6 de l'Etat Haitien ou dans lesquels 11 a des int6rets;
c) d'appr6cier et de v6rifier A l'expiration de chaque annee bud-
g4taire afin de rapporter aux Chambres miles operations des diff6rents
Services de PAdministration effectuees au course de l'exercice auquel
se rapportent ces operations et les Comptes g6neraux de la Repu-
blique;
d) de soumettre aux Chambres avec ses observations dans les
deux mois de l'ouverture de la Session un Rapport Gen6ral sur les
d6penses publiques et .la gestion des Secretaires d'Etat de 1'Exercice
pr6c6dent.

Article 6.-Trois Sp6cialistes Comptables seront adjoints a la
Commission Interparlementaire pour I'aider dans son control.
Ils ne pourront cumuler aucune autre function.

CHAPITRE mI

PERSONNEL
Article 7.-La Commission Interpaillementaire nomme et revoque
son personnel suivant ses reglements initerieurs, fixe sa discipline et
determine le mode suivant lequel il exerce ses attributions.








SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUF 1953


CHAPITRE IV

PROCEDURE

Article 8,--Les pieces justificatives 'des d6penses effectu6es pour
compete de P'Etat seront acheminees chaque mois par Iles soins 'du
Secretaire d'Etat des Finances a la Commission interpar!lementaire.
Article 9,-Les Presidents du Senat et de la Chambre des Deput6s
achemineront les comptes gen6raux de la Republique a la Commis-
sion In'terparlementaire auissitot que, dans le d6lai fix6 par la Cons-
titution, le dep6t en aura ete effectue par le Secretaire d'Etat des
Finances.
Article 10.-En cas de besoin la Commission est 'autorisee a s'a-
dresser aux Comptables des deniers publics aux fins de renseigne-
inents ou de communication de documents.
Article 11.---Le idroit d'enquete est etabli en faveur de la Com-
mission. Elle peut designer 'Tun ou quelques-uns de ses membres
pour enqueter sur la nature et l'authenticite des pieces justificatives
qui lui sont soumises.

Article 12.-Les Secrktaires d'Etat prennent part aux delib6ra-
tions de la Commission Interparlementaire, s'ils y sont appeles. Its
pourront s'y faire representer.
Article 13.-La Commission Interparlementaire, nonobstant 1'ap-
pr6ciation qu'elle aura faite d'un compete, pourra proceder a la revi-,
sion soit sur la demand idu Comptable responsible. appuyee de
pieces justificatives additionnelles, soit d'office pour erreur, omis-
sion, faux, double emploi reconnus par verification d'autres comptes.
Article 14<-Le rapport prevu a i'article 5 alinea (d) ci-dessus,
avec les documents y rellatifs, sera adresse au Secretaire d'Etat de
l'Interieur afin de publication dans le journal official.

CHAPITRE V

SANCTIONS

Article 15.-Si a 1'occasion des controles entrepris par la Commis-
sion Interparlementaire, des faux, concussions, detournements, pr&-
varications, ou malversations sont constates, rapport en sera fait au
Corps L6gislatif qui, apres examen, 'd6noncera les faits au Secre-
taire d'Etat de Ia Justice aux fins utiles..






SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


Article 16,-La denonciation sera o.ccompagnee de toutes les
pieces relatives a 1'affaire et resultant de l'instruction preparatoire
a laquelle sera livree la Commission Interparlementaire.

Article 17.-La presented Loi abroge routes lois ou dispositions de
lois, tous D6crets-4ois ou dispositions de Decrets .-lois qui lui sont
contraires et sera executee a la diligence des Secr6taires d'Etat de
l'Int6rieur, des Finances, et de la Justice, chacun -n ce qui le con-
cerne.

Fait a la Chambre des D6puites, a Port-au-Prince, ?'e 19 Septembre
1953, an 150&me. de l'Independance.

Le President: ADELPHIN TELSON
Les Secr6taires: LUC JEAN, DULY B. LAMOTHE

Donne6 la Maison Nationale, a Port-au-Prince, le 19 Septembre
1953, an 150eme. de l'Ind6pendance.

Le President: CHARLES FOMBRUN
Les Secretaires: W. SANSARICQ, E. JONASSAINT


AU NOM DE LA RBPUBLIQUE

Le President de la Republique ordonne que la Loi ci-dessus soit
revetue du sceau de la Republique, imprim6e, publi6e et executee.

Donn6 au Palais National, a Port-au-Prince, Ile 24 Septembre 1953,
an 1506me. de l'Ind6pendance.
PAUL E. MAGLOIRE
Par le President:
Le Secr6taire d'Etat de l'Int6rieur, de la D6fense Nationale et de la Justice:
DUCASSE JUMELLE
Le Secr6taire d'Etat des Finances et de 1'Economie Nationale:
LUCIEN HIBBERT
Le Secretaire d'Etat de la Pr6sidence et des Cultes:
MAUCLAIR ZEPHIRIN
Le Secr6taire d'Etat des Relations Ext6rieures et de l'Education Nationale:
PIERRE L. LIAUTAUD
Le Secr6taire d'Etat de la Sant6 Publique et du Travail:
ROGER DORSINVILLE
Le Secr6taire d'Etat de l'Agriculture et du Commerce:
DANIEL HEURTELOU
Le Secr6taire d'Etat des Travaux Publics:
GEORGES CAUVIN
























Chapitre 13 du Code

CAFE









SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


LOI DU 26 JUIN 1953
Cr6ant une taxe provisoire sur le caf6 A percevoir A l'exportation
t partir du ler. Aofit 1953, en conformity du tableau annexed.
(Moniteur du Lundi 13 Juillet 1953, No. 63)

PAUL E. MAGLOIRE
President de la R6publique

Vu les articles 57 et 79 de la Constitution;
Vu la loi du 20 septembre 1952 sur le Budget et 4a Comptabilite
Publique;
Vu la loi du 4 septembre 1905 sur les Douanes et ses textes modi-
ficatifs et le tarif en vigueur sur les droits a l'exportation du cafe;
Vu les lois des 12 septembre 1951, 29 aouit et 13 septembre 1952
sur la creation et le fonctionnement de Y'Institut Haitien de Credit
Agricole et Industriel (IHCAI);
Vu le D6cret-Loi du 28 aou^t 1941 et les textes modificatifs sur la
creation et le fonctionnement ide la Societe Haitiano-Americaine de
D6veloppement Agricole (SHADA);
Vu la loi du 4 decembre 1946 sur l'Office National du Caf6 modi-
fi6e par ce1le du 15 septembre 1952:
Vu le Decret-Loi du 2 f6vrier 1942, en vertu duquel on prelve
en Douane une taxe de Gdes. 5.00 sur chaque sac de 80 kilos de cafe
expedi6;
Vu 'e D6cret du 15 novembre 1950 sur le developpement de la
culture de la figue-banane, et la loi du 19 septembre 1952 sanction-
nant le contract du 13 aouft 1952 intervenu entire 1'Etat Haitien et la
Haytian Banana Export CO. (HABANEX);
Consid6rant que les recettes de 1'Etat ont et6 influences d6favo-
rablement par la baisse des revenues provenant de la vente de cer-
taines de nos denrees d'exportation sur les march's mondiaux;
Considerant que, pour c.tte raison, Ile Gouvernement, malgr6 une
compression se6vre de ses d6penses ordinaires et d'investissement,
a 6t6 oblig6 d'avoir recours a des advances temporaires de lia Banque
National de la Republique d'Haiti;
Consi'derant que la creationn de nouvelles sources de revenues pu,-
blics est indispensable pour redresser la situation financifre de l'Etat
et permettre le financement sans interruption du programmed ide
d6veloppement 6conomiqve actuellement en course;






SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


Considerant que le d6marrage economique entrepris sera de nul
isi, 'dans le meme tem.ps, I'entreprise priv6e haitienne ,anemide
,?.:i le manque de capitaux disponibles, ne trouve pas a sa disposi-
tion A 1'Institut Haitien de Credit Agricole et Industriel les fonds
indispensables 1 la mise en valeur des possibilities du Secteur Agri-
cole, Industriel et touristique;
Consid6rant que le probleme du chomage qui s6vit dans le pays
a l'6tat endemique donne un caractere d'urgence a ila n6cessite de
m'aintenir et de d6vealopper les diff6rentes divisions de la SHADA,
et ,d'entreprendre sur des bases rationnelles extension de la figue-
banane;
Considerant qu'il peut y avoir ilieu d'organiser une Bourse des
Valeurs en Haiti, en vue de faciliter les investissements prives et de
promouvoir le dev eloppement 6conomique;
Sur le rapport des Secr6taires d'Et'at des Finances, de l'Economie
National, de l'Agriculture, du Commerce et des Travaux Publics;
Apres deliberation en Conseil des Secretaires d'Etat;


A propose:

Et le Corps Legislatif a vote la Loi suivante:

Article ler.-TAXE PROVISOIRE EXCEPTIONNELLE.--41 est
cre6 une taxe provisoire sur le cafe qui sera pergue a l'exportation,
a partir du ler. Aouft 1953, en conformity du tableau annexed a la
pr6sente Loi. Cette ,taxe provisioire exceptionnelle ne pourra etre
proposee que pour les exercices budg6taires 1953-1954 et 1954-1955.

Un d6lai de 15 jours, du 15 Juillet au ler. Aofit, est accord aux
exportateurs pour declarer les stocks de cafe existant avant lie ler.
Aou't 1953. La taxe ne sera pas percue sur ces stocks regulierement
dclares.
S'il est 6tabli qu'un exportateur aurait d6clare avec intention de
fraud tune quantity de cafe superieure au stock disponible avant la
date ci-dessus fix'e, outre la perception du montant de la taxe sur
1'excedent, il sera frapp6 suivant le cas, d'une amende de CINQ
CENTS A DEUX MILLE GOURDES, qui sera verse au Compte
Special pr6vu a l'article 2 de Ia pr6sente Loi.






SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


Article 2.-AFFECTATION DE LA TAXE.-Le produit de la
taxe sera depose a un Compte Special : la Banque Nationale de la
R6publique d'Haiti et, a aucun moment, ne sera confondu avec la
masse des recettes du Gouvernement.
Les fonds accumules a ce compete special seront utilises comme
suit:
a) Remboursement des avances temporaires de la Ban-
que Nationale de la R6publique d'Haiti du Tresor
Public .................. ........................... 5.000.000
b) Augmentation de ila part du Gouvernement dans le
capital de l'Institut Haitien de Cr6dit Agricole et
Industriel (IH CA I) ......................... ................. 1.500.000
c) Financement des travaux en voie d'ex6cution aux
GonaYves a 1'ocoasion du Tricinquantenaire de l'Ind4-
pendance Nationale ...................... ................... 3.000.000
d) Finarncement de l'aide raux plantations oafeibres sui-
vant plans et devis approuves par 2Ie Conseil des Se-
cr6taires d'Etat ............................... ................ 1.000.000
e) Financement du renouvellement des plantations du
sisal de la SHADA suivant plans et devis approuves
par le Conseil des Secretaires d'Etat.......... .......... 1.000.000
f) Financement du d6veloppement do la Figue-Banane
suivant plans et devis approuves par le Conseil des
Secretaires d'Etat............................. .......... ...... 1.000.000
g) Etablissement d'un fonds de reserve budgetaire avec
1e solde, apr's le service 'des int6rets et de 1'amortis-
sement des bons du Tr6sor prevus ci-apres.
Article 3.--MOBILLSATION DU COMPETE SPECIAL-En vue
de mobiliser, par anticipation, les fonds devant s'accumuler dans le
Compte Special, le Gouvernement est autoris6 a 4mettre des Bons
du Tresor, au porteur, dans les conditions ci-apres specifiees:
a) Montant total de 1'emission.-Le montant total de l'4mission
ne pourra a aucun moment depasser Gdes. 12.000.000;
b) Ech6ance el int6rt.- -L'6cheance des Bons sera de 6 mois ou
de 9 mois, et le taux d'intPret de 3%r,' l'an. L'interkt sera payable
trimestriellement.
c) Amortissement.-L',mortissement de chaque mission particu-
liere de bons du tresor se fera au moyen des fonds accumnul6s a
cette fin dans le compete special.






SUPPLEMENT FISCAL ET lECONOMIQUE 1953


Les details de l'6mission seront fixes dans un Arret6 du Pr6sident
de la R6publique, pris sur le rapport du Secretaire d'Etat des Fi-
nances et 1'Avis du Conseil d'Administration de la Banque Nationale
de la Republique d'Haiti.
Article 4.-PLACEMENT DES BONS.-Les avantages suivants
sont accords aux porteurs des Bons du Trescr:
a) Les inte6rts rapportei par ces bons sont exempts de l'Imp6t
sur le Revenu;
b) Les bons pourront, dans un d61ai d'un mois avant leur date
d'6cheance, s'il s'agit de bons ah chance de 6 mois, et de 2 mois pour
ceux a ech6ance de 9 mois, servir au paiement des droits de douane
jusqu'a concurrence de 20' du montant de tout bordereau y affe-
rent. A cette fin, ils compteront pour leur valeur nominale, y com-
pris iles interets dus jusqua l'6 ch&~nce;
c) Les bons pourront sorvir, dans les memes conditions, 'au paie-
ment de l'Impot sur le Revenu, toujours jusqu'a concurrence de
20' 'du montant duf:
d) La Banque Nationale de la Republique d'Haiti est autoris6e a
maintenir des Bons du Tresor jusqu'a concurrence de G. 5.000.000
comme parties de la couv-rture de la reserve contre la circulation
des billets gourdes. En aucun cas, le total des titres et bons du
Tr6sor du Gouverncment dans la sus-dite reserve ne pourra d6-
passer Gdes. 15.000.000;
e) La Banque Nationale de la R6publique d'HaYti est egalement
autorisee, dans la measure oiu le Conseil d'Administration estimera
qu'il y a lieu de le fair, a accepted les Bons du Tresor en garantie
des prets consentis par elle, dans une proportion que le Conseil
d6terminera;
f) Dans le cas ou il y aurait dans le Compte Special de valleurs
accumulees non imm6diatement utilisables, le Secr6taire d'Etat des
Finances, avec l'approbation du Conseil des Secr6taires d'Etat, pour-
ra utL)iser une parties de ces fonds pour Pachat des Bons du Tresor
a march ouvert, avec le droit de les revendre de la mieme maniere.
Article 5.-BOURSE DES VALEURS.-En vue de faciliter les
transactions a march ouvert concernant les Bons du Tresor prevus
a Particle 3 ci-dessus, il pourra etre etabli a Port-au-Prince une
Bourse des Valeurs.






SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


Dans ce cas, les status de la Bourse front l'objet d'un Arret6 du
President de la Republique pris sur lie rapport du Secr6taire d'Etat
des Finances et avis du Conseil d'Administration de la Banque Na-
tionale de la Republique d'Haiti.
Outre les transactions sur les Bons du Tresor, et autres titres et
valeurs, la Bourse pourra servir provisoirement aux operations rela-
tives a la vente et a l'achat des denrees produites dans le pays pour
l'exportation ou pour la consommation locale des marchandises en
warrant, des marchandises en depot dans 'les douanes de la Repu-
blique ou en stock dans les magasins.
Article 6.-DETAILS DE L'EMISSION.-Les bons seroat signs
par le Secretaire d'Etat des Finances et contre-signes par le Direc-
teur General de la Banque Nationale de la Republique d'HaYti en
sa quality d'Agent Fiscal de l'emission. La formule, le montant et
les denominations de 1'6nission seront arret6s par le Conseil d'Ad-
ministration de la BNRH, d'accord avec le Secretaire d'Etat des
Finances.
Artidle 7,-FONDS DE RESERVE BUDGETAIRE.-Le fonds de
reserve n'entrera pas dans la masse des recettes de 1'Etat; il sera
plac6 dans un d6pot a vue a la Banque Nationale de la Republique
d'Haiti. L'affeetation des revenues accumules dans les fonds de
reserve sera d6cidee par le Conseil des Secr6taires d'Etat sur la
proposition du Secretaire d'Etat des Finances accompagnee d'un
avis motive du Conseil d'Administration de la Banque Nationale de
la Republique d'HaYti et conformement aux dispositions de la Loi
des Finances.
Article 8.,-La pr&sente loi abroge toutes Jois ou dispositions de
lois, tous decrets, d6crets-lois ou dispositions de decrets et de d6-
crets-lois qui lui sont contraires et sera publiee et executee a la
diligence du Secretaire d'Etat des Finances.

Donne6 1la Maison Nationale, a Port-au-Prince le 23 Juin 1953,
An 150eme. de l'Ind6pendance.
Le President: CHARLES FOMBRUN
Les Secr6taires: W. SANSARICQ, E. JONASSAINT

Fait a la Chambre des Deputes, a Port-au-Prince, le 26 Juin 1953,
An 1506me. de 1'Ind6pendunce.


Le Pr6sdent: ADELPHIN TELSON
Les Secr6tares: LUC JEAN, DULY B. LAMOTHE







50 SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953

AU NOM DE LA REPUBLIQUE

- Le Pr6sident de la RWpablique ordonne que la Loi ci-dessus soit
revetue du Sceau de la Republique, imprimee, publi6e et executee.

Donn6 au Palais National, a Port-au-Prince, le 30 Juin 1953, An
150eme. de l'Ind6pendance.
PAUL E. MAGLOIRE
Par le President:

Le Secr6taire d'Etat des Finances et de l'Economie Nationale:
LUCIEN HIBBERT
Le Secr6taire d'Etat de la Presidence et des Cultes:
MAUCLAIR ZEPHIRIN
Le Secr6taire d'Etat des Relations Ext6rieures et de l'Education Nationale:
PIERRE L. LIAUTAUD
Le Secretaire d'Etat de l'Agriculture et du Commerce, a. i.:
ROGER DORSINVILLE
Le Secr6taire d'Etat de la Sant6 Publique et du Travail:
ROGER DORSINVILLE
Le Secr6taire d'Etat de l'Interieur, de la D6fense Nationale et de la Justice:
DUCASSE JUMELLE
Le Secr6taire d'Etat des Travaux Publics:
GEORGES CAUVIN


NOTE: Voir le tableau a la page suivante






SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953

TAXE SPECIAL SUR liE CAFE
A PRELEVER SUR LE PRIX FOB DU CAFE
PAR SAC DE 80 KILOS


PRIX DU SAC
,de 80 Kgs.


320
330
340
350
360
370
380
390
400
408
416
424
432
440
448
450
464
472
480


TAXE PROVISOIRE
exceptionndlle

G.O
50%
Sur tout excedent de
G. 320.00 a G. 400.00




12.50%
Sur tout exc6dent a
partir de G. 400.00


Pour copie conform:

Le Secretaire G6neral de la Chambre des D6putes:
(S) Arthur 0. BASTIEN


PRIX FOB
Par 50 Kgs.


$40


$45


$50


$55


$60
























Chapitre 14 du Code
CARTES D'IDENTITE









SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


LOI DU 12 SEPTEMBRE 1953
Modifiant les articles 4 et 5 de la Loi du 21 Avril 1939 sur la Carte d'Identite.
(Moniteur du Jeudi 17 Septembre 1953, No. 85)

PAUL E. MAGLOIRE
President de la Republique

Vu les articles 57, 79 et 130 de la Constitution;
Vu la loi du 6 Juin 1924 sur 1'Administration Generale des Con-
tributions;
Vu la 'loi du 21 Avril 1939 sur 1a carte d'identite, don't l'article 4
a 't' modified par les D6crets-lois des 10 Ocaobre 1939 et 8 Janvier
1944:
Consid6rant que les normes economiques actuelles appellent un
management nouveau de la taxe sur la carte d'identite; qu'il con-
vient, par consequent, d'apporter certaines modifications a la loi
en vigueur;
Sur le rapport du Secr6taire d'Etat des Finances;
Apres deliberation 'en Conseil des Secretaires d'Etat;

A Propose:

Et le Corps Legislatif a vote la loi suivante:
Article ler.-Les articles 4 et 5 de la Loi du 21 Avril 1939 sur la
carte d'identite sont modifies comme suit:
Art. 4.-Le montant de la carte d'identite sera calcule sur la base
suivante:
a) Pour les fonctionnaires, employes et salaries de Il'Etat ou des
Communes et pour les employes du Commerce et ,de 1'Industrie don't
les appointments ne depassent pas G. 150.00.....................G. 3.00
Pour les fonctionnaires, employes et salaries de l'Etat ou des
Communes et pour les employes du Commerce et de 1'Indus-
trie don't les appointments d6passent Gdes. 150.00 et n'exce-
dent pas G des. 500.00 .... .... ...................... .................... 10.00
Pour les fonctionnaires, employes et salaries de 1'Etat ou
des Communes et pour les employes idu Commerce et de i'In-
iustrie don't les appointments depassent Gdes. 500.00 et n'ex-
cedent pas Gdes. 1.000.00................ ................. 15.00
Pour les fonctionnaires, employes et salaries de l'Etat ou
des Communes et pour les employes du Commerce et de l'In-
dustrie don't les appointments depassent Gdes. 1.000.00 et
a'excedent pas Gdes. 1.500.00..................... .................... 35.00






SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


Pour les fonctionnaires, employs et salaries de l'Etat ou
des Communes et pour les employes du Commerce et de l'In-
Justrie don't les appointments d6passent Gdes. 1.500.00......... 50.00
b) Les commergants, industries, professionnels et tous ceux as-
treints au pavement d'une patente ou de l'impot locatif, paieront la.
taxe, soit suivant 1'6chelle base sur leurs appointments, salaires
ou pr616vements mensuels, 6tablie a l'alin6a (a) ci-dessus, soit au
cinqui&me (1/5) de leur patente ou .de leur impot locatif, etant
entendu que la plus forte taxe devra etre acquittee sans que la
taxe puisse etre moindre que Gdes. 2.00.
c) Les journaliers, gens de maison et toute personnel ag6e de 21
ans accomplish ou plus, aini que les mineurs 6mancipes, ne se trou-
cant dans aucun des groups mentionn6s aux paragi'aphes (a), (b) et
(d) (NOTE: Lisez a) et b) ,du present article, sauf les exceptions
pr6vues a l'article premier, paieront une taxe don't le montant est
fix6 a Gdes. 2.00. Toutefois, la taxe d'identit6 est exigible conform6-
ment aux divers tarifs comenus dans la pr6sente lot, meme s'il s'agit
de mineur non 6mancipe lorsqu'il se trouve dans l'une des conditions
prevues pour l'acquittement de cet impot par les majeurs.
(NOTE.-La nouvelle loi sur les cooperatives en date du 14 Sep-
tembre 1953, public au Moniteur du 28 Septembre 1953, No. 91,
ne comporte pas, contrairement a celle du 22 Avril 1939, de tarif
special d'identite en favetr des nmembres des cooperatives agricoles.
Voir note dans le Code Fiscal Hai'tien, page 293.)
Article 5.-Chaque carte d'identite comportera:
< reconnaissable, ne pas mesurer plus de 3V2 sur 4 centimetres et etre
fournie par le contribuable a ses frais; elle sera revetue de la signa-
ture de l'agent des Contributions de maniere a d6border d'un cot6
sur la carte d'identit6;>
< sexe, demeure et domicile quand ils sont distinct, statut matri-
monial.>>
<
Neanmoins 1'empreinte du pouce de la main droite du contribuable
pourra, dans tous les cas, supplier a la photograph-i; sus-mentionn6e.
Article 2.-La pr6sente loi abroge toutes lois oi dispositions de
loi, tous decrets-lois ou dispositions de d6crets-lois qui lui sont con-
traires et sera publiee et executee a la diligence du Secretaire d'Etat.
des Finances.








SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953 57

Fait a 1la Chambre des !D6putes, a Port--au-Prince, le 10 Septembre
1953, An 150eme. de 1'Ind6pendance.

Le President: ADELPHIN TELSON
Les Secr6taires: LUC JEAN, DULY B. LAMOTHE

Donne A la Maison Nationale, a Port-au-Prince, Ie 12 Septembre
1953, An 150eme. de l'Ir'd6pendance.

Le President: CHARLES FOMBRUN
Les Secretaires: W. SANSARICQ, E. JONASSAINT


AU NOM DE LA REPUBLIQUE

Le President de la Republique ordonne que la Loi ci-dessus soit
revetue du Sceau de ia Republique, imprimee, publi6e et ex6cut&e.

Donn6 au Palais National, a Port-au-Prince. le 16 Septembre 1953,
An 150eme de 1'Independarce.
PAUL E. MAGLOIRE
Par le President:

Le Secretaire d'Etat des Finances et de l'Economie Nationale:
LUCIEN HIBBERT
Le Secr6taire d'Etat de la Presidence et des Cultes:
MAUCLAIR ZEPHIRIN
Le Secretaire d'Etat de l'Int6rieur, de la D6fense Nationale et de la Justice:
DUCASSE JUMELLE
Le Secr6taire d'Etat des Relations Ext6rieures et de l'Education Nationale:
PIERRE L. LIAUTAUD
Le Secr6taire d'Etat de la Sant6 Publiaue et du Travail:
ROGER DORSINVILLE
Le Secretaire d'Etat de l'Aqriculture et du Commerce:
DANIEL HEURTELOU
Le Secr6taire d"'Etat des Travaux Publics:
GEORGES CAUVIN

























Chapitre 15 du Code
CARTES TOURISTIQUES










SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


LOI DU 19 SEPTEMBRE 1953
Sur 1'Immigration et 1'Emigration.
(Moniteur du samedi 26 Septembre 1953, No. 89)

(EXTRAIT)

Article 16.-Il en sera de n-me pour tout stranger desirant voya-
ger en Haiti comme Touriste ou Visiteur. L'Agent Diplomatique
ou le Consul lui delivrera un Visa centre paiement d'une taxe de
Dix Gourdes (Gdes. 10.00). Exceptionnell'-ment les tourists de
nationalitR ambricaine et canadienne ainsi que les ressortissants des
pays ayant conclu des Accords avec la Republique d'Haiti dis-
pensant des formalities de passport ou de visa, sont autoris6s a
entrer sur le territoire hai'tien et A y sojourner trente jours, sans
autre formality.
Toutefois, Iles tourists americains et canadiens se muniront d'une
Carte de Touriste et mention y sera faite de leur nom, prenom, na-
tionalite, voie d'entree et provenance. Cette carte sera fournie contre
paiement d'une taxe de Gdes. 5.00.
(NOTE.-Cet article remnplace l'article 18 correspondent de la loi
du 28 Aofit 1947 (Code Fiscal Haitien page 303).
























Chapitre 17 du Code
CASINO, JEUX DE HASARD, LOTERIES











SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


LOI DU 10 SEPTEMBRE 1953
Sanctionnant, avec modification, le contract intervenu entire le Gouvernement
Haitien et le Casino International, d'Haiti, S. A. relatif A 1'exploitation de
.l'H6tel Beau Rivage. situ6 A P.-au-P., dans 1'aire de l'Exposition, Cont. annexed.
(Moniteur du Samedi 26 Septembre 1953, No. 89)

PAUL E. MAGLOIRE;
President de la Republique

Vu les articles 57 et 79 de la Constitution;
Vu le Contrat intervenu le 21 Juillet 1952 entire l'Etat Haitien et
Mr. Bruno de Pol, pour exploitation du Casino International
d'HaYti, S. A.;

Considerant qu'il y 'a lieu de sanctionner le contract pass pour la
reconstruction et '1'amnnagement de l'H6tel Beau Rivage, 'e 20 Mai
1953, conform6ment a une decision 'du Conseil des Secretaires d'Etat
en date du 12 Mai 1953, entire PEtat Haitien, represented par Mr.
Lucien HIBBERT, Secr6taire d'Etat des Finances et de 1'Economie
Nation-ale et Mr. Georges CAUVIN, Secretaire d'Etat des Travaux
Publics, d'une part;
et le Casino International, S. A., represented par ses procurateurs
Mr. Giorgio CESARI et Vincenzo CARUGATI, d'autre part;

Considerant que 1'Etat Haitien en function des n6cessites actuelles
du commerce touristique. desire hater le moment oih un tel hotel
sera pret a fonctionner;

Sur le rapport des Secr6taires d'Etat des Finances, de I'Economie
National et des Travaux Publics;
Apres deliberation en Conseil des Secr6taires d'Etat;

A Propose

Et le Corps Legislatif a vot6 la Loi suivante:

Est et demeure sanctionn6 pour en sortir son plein et entier effet,
avec les modifications portees au preambule et aux articles 2, 3, 4,
5, 6, 7, 8, le contract, en date du 20 Mai 1953, intervenu entire M.
Lucien HIBBERT, Secretaire d'Etat des Finances et de l'Economie
National, Mr. Georges CAUVIN, Secretaire d'Etat des Travaux
Publics, agissant pour le Gouvernement Haitien d'une part, et le
Casino International d'Haiti S. A.. represented par ses procura'teurs
MM. Giorgio CESARI et Vicenzo CARUGATI, d'autre part;








SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


Le dit contract se rapporte a la remise par 1'Etat au Casino Inter-
national d'Haiti S. A., d'un immeuble sis dans l'aire de l'Exposition
d6nomm6 < et a la concession, la jouis-
sance et l'exploitation du dit H6tel, aux conditions prevues au con-
trat.
Article 2.-L'Etat accord la concession, Ja jouissanee, l'exploita-
tion du dit H6tel au Casino, aux conditions qui suivent, pour une
duree de vingt cinq annees consecutives qui commencera a courir
six mois apres la publication au MONITEUR du present contract
duiment sanctionne par les Chambres Legislatives.
L'Etat conecdera au Casino pendant toute la duree du present
contract une bande de terre d'au mois vingt mtres (20 m.) die pro-
fondeur derriere 1'htel afmn de permettre au Casino d'amenager un
jardin.
A 1'expiration de la concession, I'hotel el les ameliorations ou
additions apport6e, l'ameublement, l'6quipement, le jardin et la pis-
cine qui y sera construite front retour a 1'Etat H-Ytien sans qu'au-
cune indemnity puisse etre due par I'Etat.

Article 3.-Le Casino s'engage, dans le9 delai d'un mois apres la
signature du present contract, a soumettre a l'approbation de la
Secr6tairerie d'Etat des Travaux Publics les plans, specifications et
devis des travaux d'achevement, d'amelioration et d'equipement
qu'il desire r6aliser.
Il est entendu que 4le couft de 1'ensemble de ces travaux et du
materiel n6cess'aire au fonctionnement de I'hotel ne pourra etre
inf6rieur h UN MILLION de Gourdes (Gdes. 1.000.000.00).
L'ex6cution des travaux sera poursuivie suivant les plans, sp6ci-
fications et devis approuv6s par la Secretairerie d'Etat des Travaux
Publics qui aura tout pouvoir de contrOle et de verification de 1'ex6-
cution technique et de la comptabilit6.
Article 4.-Afin de permnettre au Casino ide faire face aux pre-
miers d6bours n6cessit6s par 1l'execution des travaux, l'Etat convient,
des la publication du contract s-anctionne de dbiloquer le Compte
Special ouvert a la Banque Nationale de ,.a Republique d'Haiti,
selon ce qui est convene dans les contracts qui lient les parties,
compete alimente par la retenue de 5% des recettes brutes provenant
des operations de la concession des jeux.







SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


Le Casino pourra disposer des fonds d6poses a ce compete i: i
a la date de la signature du present contract. 11 pourra 6 ;1&e IUntlt
disposer des depots successifs qui seront faits a ce compete et ce
jusqu'a complete remboursement en principal et int4rets des fonds
qu'il aura investis dans l'hotel au.-dela des sommes ci-dessus men-
tionn6es.

Les valeurs que le Casino aura investies en dehors de ccl-es ac-
tuellement disponibles au Compte Sp6cial constitute par la retenue
de 5Y' rapporteront un inte6rt annueil de 912, pour cent, lequel in-
teret sera preleve du Conmpte Sp6cial.

Apres remboursement ,les sommes dues, le compete special con-
tinuera 'a tre aliment6 par les 59^ des recettes brutes du Casino,
et les fonds figurant a ce compete recevront tellie affectation d6signee
par l'Etat HaYtien.
Article 5.-L'amen'agemaent de <> qui
devra comporter cinquante chambres au moins, et la construction
d'une piscine dans le jar'din de hotell par le Cosino, d6gageront
le Casino de toute obligation de construire un h6tel et une piscine,
telle que cette obligation figure dans les contrats qui lient lies
parties.
Il demeure entendu que l'<> est destine
au service du tourism et ne pourra etre -affecte au logement des
membres du personnel du Casino.
Article 6.-La taxe de 2(0' des recettes brutes pr6vues au contract
du 23 Juillet 1952 est ramen6e, seulement en ce qui concern 1~ex-
ploitation de l'hotel, aux taux suivants:

Taxe de 5': sur -ies recettes brutes jusqu'a $15.000 des receeVtes
brutes mensuelles.
Taxe de 10'i sur toute tranche de recettes brutes mensuelles
sup6rieures a $15.000.

Les sommes dues de ce chef seront versees a l'Etat sclon la pro-
c6dure et les conditions enume6res au contract du 16 Aouft 1949
modifie par la loi de sanction du 30 Aouft de la meme ann6e, et leur
montant annuel ne sera jamais inferieur a 30,;' des profits nets de
l'entreprise selon (le bilan soumis a l'Administration G6n6ra'le des
Contributions et accepted par celle-ci.







SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


Le tarif de 1'h6tel et la liste mensuelle des entrees et sorties de-
vront etre r6gulibrement communiques a l'Administration G6nerale
des Contributions.

Article 7.-Le Casino s'engage a commencer les travaux d'am6-
nagement de I'h6tel dans un d6lai maximum de 45 jours apres la
publication du contract duiment sanctionn4, et h comrmencer l'exploi-
tation de l'h6tel, completement achev6, au plus tard en D6cembre
1953.

II s'engage 6galement, par les so.ins du personnel etrangei specia-
lise qu'i'l emploiera, a entrainer un personnel haYftien en vue de sa
speciaflisation dans l'industrie h6telibre.

Cet entrainement qui doit etre rationnel et conforme aux me-
thodes de specialisation hoteolibre en usage, s'6tendra sur une p6riode
qui n'exc6dera pas deux ans, et apres qualification, le personnel
haYtien sera appele au fur et a measure a remplacer le personnel
stranger.
. Article S.-Le Casino s'engage a accorder une reduction de 10%
pour tout service fourni A 1'Etat Haitien.

II s'engage .6gallement, moyennant une reduction de 50' a same-
nager un appartement sp6eial qui servira a loger les invites du Gou-
vernement.

Artidle 9..--La present Loi a laqualle est annexee copie du dit
contract sera publiee et executee a la diligence des Secretaires dEtat
de l'Economie Nationale et des Travaux Publics, chacun en ce qui
le concern.

Fait a la Chambre des Deputes, h Port-au-Prince, le 7 Septembre
1953, An 150eme. de 1'Independance.


Le President: ADELPHIN TELSON
Les Secr6taires: L. JEAN, H. BRIGHT, a. i.


Donne a la Maison Nationale, a Port-au-Prince, le 10 Septembre
1953, An 150eme. de l'Ind6pendance.

Le President: CHARLES FOMBRUN
Les Secr6taires: W. SANSARICQ, E. JONASSAINT







SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953 69

AU NOM DE LA REPUBLIQUE

Le President de la R6publique ordonne que la Loi ci-dessus soiit
revetue du Sceau de Ila Republique, imprimee, publi4e et ex6cut6e.

Donn6 au Palais National, a Port-au-Prince, le 16 Septembre 1953,
An 150eme. de 1'Ind6pendance.
PAUL E. MAGLOIRE
Par le President:

Le Secr6taire d'Etat des Finances et de l'Economie Nationale:
LUCIEN HIBBERT
Le Secr6taire d'Etat des Travaux Publics:
GEORGES CAUVIN
Le Secr6taire d'Etat de la Pr6sidence et des Cultes:
MAUCLAIR ZEPHIRIN
Le Secr6taire d'Etat de l'Int6rieur, de la D6fense Nationale et de la Justice:
DUCASSE JUMELLE
Le Secr4taire d'Etat des Relations Ext6rieures et de l'Education Nationale:
PIERRE L. LIAUTAUD
Le Secr6taire d'Etat de la Sant6 Publique et du Travail:
ROGER DORSINVILLE
Le Secr6taire d'Etat de l'Agriculture et du Commerce:
DANIEL HEURTELOU







SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


CONTRACT

ENTIRE LES SOUSSIGNES:
lo. L'Etat Haitien, ci-aprbs d6nomme <>, represents par
Monsieur Lucien Hibbert, Secretaire d'Etat des Finances et de
l'Economie Nationale, domicillied Port-au-Prince, Haiti, identified au
No. 3902-00, pour ]i'Exercice en course; et par Monsieur Georges
Cauvin, Secretaire d'Etat des Travaux Publics, domicilie a Port-eu-
Prince, Haiti, identifi6 au No 3816-PP pour l'Exercice en course,
agissant en vertu de la decision du Conseil des Secretaires d'Etat
en date du 12 mai 1953, d'une part;
2o. Le Casino International d'Haiti, Societe anonyme au capital
de $100.000,00, ayant son siege social A Port-au-Prince, Haiti, repre-
sent6 par ses procurateurs. MM. Giorgio Cesari et Vincenzo Caru-
gati, identifies le premier au No. 231-B, le second au No. 1061-C,
pour l'Exercice en course, ei-apres denomme <>, d'autre
part;
Considerant que, par contracts existant entire les parties, le Casino
est appele a construire, au moyen de fonds specidlement mis de
c6te a la Banque Nationale de ,T!a ,R6publique d'Haiti, un h6tel et
une piscine;
Considerant que I'Etat HaYtien desire hater ile moment ou un tel
h6tel sera pret a fonctionner;

IL A ETE CONVENU CE QUI SUIT:
Article ler4-L'Etat Haitien convient de remettre au Casino, dbs
la sanction du present contract par les Chambres Legislatives, l'im-
meuble sis dans 1'aire de ,PExposition d6nomme < vage>>, tel que cet immeuble se pursuit et comporte, circonstances
et dependances, sans exception ni reserve, et conform6ment A 1'6tat
des lieux pc6vu au present contract.
Lors de ]a remise de l'immeuble, il sera dress contradictoirement
et en double original un 6tat des lieux. Un exemplaire de ce docu-
ment, difment signed par les representants des parties, sera d6livre
a chacune d'elles.
Article 2.-L'Etat accord la concession, la jouissance, 1'exploita-
tion du dit h6teli au dit Casino, aux conditions qui suivent, pour
une duree de trente annees consecutives qui commencera a courir
six mois apres la publication au Moniteur du present contract dui-
ment sanctionn6 par les Chambres Legislatives.







SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


L'Etat conc6dera au Casino pendant toute la duree du present
contract une bande de terre d'au moins vingt metres (20 m.) de
profondeur derriere 1'h6tel afin de permettre au Casino d'amenager
un jardin.
A :l'expiration de la concession, 1'hotel et les ameliorations ou ad-
ditions apportees, 1'ameublement, 1l'6quipement, le jardin et la
piscine qui y sera constrtiite front retour a 1'Etat Haitien sans
qu'aucune indemnity puisse etre due par l'Etat.
Article 3.-Le Casino s'cngage, dans le delai d'un mois apres la
signature du present contract, a soumettre a l'approbation de la
Secretairerie d'Etat des Travaux Publics les plans. specifications et
devis des travaux d'ach6vement, d'amelioration et d'equipement
qu'il desire r6aliser.
L'execution des travaux sera poursuivie suiv'ant les plans, spici-
fications et devis approuves par la 'Secr6tairerie d'Etat des Travaux
Publics qui aura tout pouvoir de controle et de verification de
l'ex6cution technique et d-e 1a comptabilit6.
Article 4.-Afin de permettre au Casino de faire face aux pre-
miers d6bours necessites par lt'execution des travaux, I'Etat convient,
des la publication du contract sanctionne, de debloquer le Compte
Special ouvert a 1la Banque Nationale de la Republique d'Ha'iti,
selon ce qui est convenu dans les contracts qui lient les parties,
compete alimente par la reltenue de 5', des recettes brutes provenant
des operations de la concession des jeux.
Le Casino pourra disposer des fornds deposes a ce compete special
s'61evant a $45.541,68 a laa date de la signature du present contract.
11 pourra 6galement disposer des dep6ts successifs qui seront faits a
ce compete et ce jusqu'A complete remboursement en principal et
int6rets des fonds qu'il aura 'investis dans I'hotel au-deth des sommes
ci-dessus mentionnees.
Les valeurs que le Casino aura investies en dehors de celles ac-
tuellement disponibles 'au Compte Special constitute par ila retenue
de 5 rapporteront un int6ret annuel de 9V, pour cent, lequ'e in-
terkt sera prelev6 du Compte Speciail.
Apres remboursement des sommes dues, le Compte Special con-
tinuera a etre aliment6 par les 5' -des recettes brutes du Casino, et
tes fonds figurant A ce compete recevront telle affectation d6sign6e
par I'Etat Haitien.








SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


Artiolle 5.-L'amenagement de l'H6tel Beau Rivage, qui devra
coinporter cinquante chambres au moins, et la construction d'une
piscine dans le jardin de I'hotel par le Casino, degageront le Casino
de toute obligation de construire un hotel et une piscine, telle que
cette obligation figure dans les autres contracts qui lient les parties.

Article 6.-La taxe de 20% des recettes brutes prevue au contract
du 23 juillet 1952 est ramenee, seulement en ce qui concern l'ex-
tpoitation de l'h6tel, aux taux suivants:

taxes !de 5'; sur les recettes brutes jusqu'a $15.000 des recettes
brutes mensuells;

taxe de 10'; sur toute tranche de recettes brutes mensuelles su-
p6rieures A $15.000.

Les sommes dues de co chef seront versees au Gouvernement
selon la procedure et les conditions 6numbree', au contract du 16 Ao t
1949 modifiU par la loi de sanction du 30 Aout ide la meme annie, et
leur mnontant annuel ne sera jamais inferieur a 30% des profits nets
de T'entreprise selon bilan soumis a 1'Administration Generale des
Contributions et aecept6 par ce le-ci.

Le tarif de l'H6tel et ]a liste mensuelle des entrees et sorties
devront etre r6gulibrement comnmuniqu6s A l'Administration G4ne-
rale des Contributions.

Article 7.-Le Casino s'engage A commencer les travaux d'ame-
nagement de l'h6tel dans un d6lai maximum de 45 jours apres la
publication du contract dument sanctionn6, et a comme'ncer 1'exploi-
tation de l'h6tel, compl6tement aoheve, au plus tard en D6cembre
1953.

Il s'engage 6galement, par les soins du personnel stranger specia-
lise qu'il emploiera, A entrainer, un personnel haitien en vue de sa
specialisation dans 1'industrie hoteliere.

Article S.-Le Casino s'engage A accorder une reduction de 10%
pour tout service fourni h 1'Etat Haitien. II s'engage egalement A
am6nager un appartsment special qui servira A loger les invites du
Gouvernement.

Artiole 9.-Les stipulations du contract du 16 Aouit 1949, et du
contract du 21 juillet 1952 demeurent en vigueur pour tout ce qui
n'est pas contraire aux dispositions du present contract.






SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


Fait a Port-au-Prince en double original et de bonne foi ce 20 Mai
1953.

Pour l'Etat Haitien:
LUCIEN HIBBERT
Secretaire d'Etat des Finances

GEORGES CAUVIN
Secretaire d'Etat des Travaux Publics

Pour le Casino International d'Haiti:

GIORGIO CESARI
Procurateur

VINCENZO CARUGATI
Procurateur

Pour copie conform:

Dr. PAUL NICOLAS
Secretaire General du S6nat
























Chapitre 19 du Code
CONSULAIRES (RECETTES)









SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


LOI DU 14 SEPTEMBRE 1953
Sur le Service Consulaire.
(Moniteur du Mardi 29 Septembre 1953, No. 92)

PAUL E. MAGLOIRF
President de la R6publique

Vu les articles 57 et 79 de la Constitution;
Vu les Lois du 27 Novembre 1912, du 24 AoCit 1925, du 13 Sep-
tembre 1947, du ler. Septembre 1948 sur le Service Consulaire;
Vu le D6cret-loi du 7 Novembre 1945 sur la Carri&re Diplomati-
que et Consulaire modifi6 par la Loi du 4 Juillet 1951;
Consid6rant que i'experience a r6vel6 qu'il 6tait necessaire de
reviser Ja Legislation r6gissant le Service Consulaire;
Sur ile rapport des Secretaires d'Etat des Relations Exterieures,
des Finances et du Commerce;

A Propos6

Et le Corps L6gislatif a vot6 la loi suivante.


TITRE I

DU SERVICE CONSULAIRE

Article ler.-Le Service Consulaire de la Republique d'H'aiti est
assure par des Consuls Gen6raux, Consuls ou Vice-Consuls qui peu-
vent etre des agents de carriere ou des agents honeraires.
Article 2.-Sauf 1'exception relative au Consul G6n6ral de 16re.
classes prevue a l'Particle XV du D6cret-Loi du 7 Novembre 1945
sur l'Organisation de la carri&re diplomatique et consulaire, modifi6
par l'artidle II de la loi du ler. juin 1951, les agents de carriere sont
les Consuls Ge6nraux de lere. et de 2eme. classes, les Consuls de
l1re., de 2eme. et de 36me. cOasse, les Vice-Consuls. Ils sont obli-
gatoirement des citoyens liaYtiens et ont droit a dcs appointments,
et le cas 6ch6ant, A des frais.
Article 3.-Les agents honoraires sont des Consuls G6enraux de
16re. et de 2eme. classes, des Consuls de 1&r?., de 26me. et de 3eme:.
classes, des Vice-Consuls non r6tribues du Service Consulaire hai-
tien. Ils sont choisis parmn les ressortissants strangers ou, par pre-
f6rence, parmi les citoyens haYtiens honorables resident a l' tranger.






SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


Ils .,int droit aux pourcentages prevus a 1'articie IX de la pr6sente loi
et peuvent en outre recevoir des allocations mensuelles a titre de
frais. (NOTE.-Voir article 21).
Article 4.-Sauf en ce qui concern les dispositions particulieres
ci-aprbs, la classes, les conditions d'avancement, la suspension, la
mise en disponibilit6 et la revocation des agents de carribre demeu-
rent determinees par le Dicret-loi du 7 Novembre 1945 sur l'orga-
nisation de la carriere diplomatique et con ulaire, modifi6 par la
loi du 19 Decembre 1946 et par clle du ler. Juin 1951.

TITRE I

DE LA NOMINATION ET DE L'ENTREE EN FUNCTION

Article 5.-Les agents -onsulaires de la Republque d'Haiti sont
choisis eat nommis par le President de la Republique, sur r2comman-
dation du Secr6taire d'Etat des Relations Exterieures. Les Consuls
Generaux et les Consuls sont munis de Lettres Patentes pr6siden-
tielles tandis que les Vice-Consuls recoivenc des Lettres Patentes
minist6rielles. Ces Lettres Patentes mentionnent et d6terminent la
jurisdiction dans '1aquelle s'exerce 1'autorit6 de 1'agent consulaire.
Article 6.-En attendant de recevoir l'exequatur d'usage, l'agent
consulaire pourra, sur requete du Repr6sentant diplomatique hai-
tien accredited dans le pays de sa jurisdiction ou, a son d6faut, su'r
celle de la Secretairerie d Etat des Relations Exterieures de la R4-
pubique d'Haiti, obtenir du Gouvernement du pays ou il est nomme
l'autorisation provisoire d' xerce r ses fonotions.
Article 7.-Muni de 1'exequatur, l'agent consulaire a pleine au-
torit6 pour exercer ses functions. I: en informe par lettre les autres
Consuls de carribre et honoraires de la Republique d'Haiti dans
le pays, !les Consuls strangers de s-a jurisdiction, les commerqants qui
sont en relations d'affaires avec Haiti de meime que les Compagnies
ou Agencies de navigation.
Artidle 8.-Il adresse a la Secr6tairerie d'Etat des Relations Ex-
terieures de la R'publique d'Haiti une copie certifi6e de 1'exequatur
avec sa traduction francab.e, le cas 6cheant.
Artiolie 9.-Il s'informe t'ant aupres de la mission diplomatique
don't il relive que du Doyen du Corps Consulaire ou de I'Autorite
locale competente des prerogatives et immunities reconnues aux
agents consulaires. 11 en fait rapport a la Secretairerie d'Etat des
Relations Ext6rieures.






SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


TITRE III

DES ATTRIBUTIONS DE L'AGENT CONSULAIRE

Article 10.-L'agent consulaire de la Republique d'Haiti tout en
se conformant aux lois du pays de sa juridiction exerce les attribu-
tions suivantes que lui confie (ia present tloi.
A.,-Attributions commercials;
Dans ses attributions commercials, il revient au Consul:
I.-De surveiller 1'execution de la part des autorites locales des
Traits, Accords ou Convention commerciaux auxquels Haiti est
parties et de faire rapport au Chef de Mission diplomatique et a la
Secretairerie d'Etat des Relations Ext6rieures de toute violation de
ces instruments diplomatiques.
2.-D'aider au deveioppement du commerce de la Republique
d'Haiti:
a) en fournissant tous les renseignements possibles a ceux qui
desirent etablir des relations commercials avec Haiti;
b) en accordant toutes ies facilities aux importateurs des products
haitiens et aux exportateurs des products locaux vers Haiti et en
intervenant aupres des autorit6s comp6tentes aux cas ouf des en-
traves seraient apportees au movement des changes;
c) en favorisant la creation de Chambres de Commerce mixtes
ou d'Institutions similaires et en faisant la propaganda la plus large
aupres des hommes d'affaires.
3,-De contribuer dans toute la miesure du possible au developpe-
ment du movement touristique vers Haiti.
4.-D'user de ses bons offices pour trancher les difficulties qui
peuvent surgir entire des commercants 6tablis dans sa jurisdiction et
ceux d'Haiti.
5.- D'agir come arbitre, quand il en est requis, dans les diff6-
rends de earactere commercial qui peuvent s'6levor:
a) Entre commergants strangers de sa jurisdiction et commercants
en Haiti;
b) Entre commergants haYtiens de sa jurisdiction;
d) Entre commerqants strangers eit commercants haltiens *6tablis
dans sa jurisdiction.
La sentence rendue en I'espkce par e Consul a les effects juridi-
ques que lui conferent les terms du compromis arbitra'l qui dlevra
ktre en harmonie avec la loi locale.






SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


6.-De r6soudre comme arbitre, quand iA en est requis, les diff6-
rends survenus entire le capitaine et les membres de 1'6quipage d'un
bateau battant pavilion national.
7.-De communiquer d'urgence les offres et demands de mar-
chandises et de signaler toutes les propositions d'extension des rela-
tions commerci-ales entire Haiti et le pays de sa jurisdiction.
8.-De veiller, ilorsque les conventions conclues par lla Republique
d'Halti le pr6voient, a ce que les marchandises a expedier en Haiti
soient accompagnees de certificates d'origine et, de viser ces certi-
ficats conform6ement aux dispositions des r&glements douaniers.
9.-D'assister les proprietaires ou 'armateurs de navires ou d'a6-
ronefs dans les cas de venLe d'un bateau ou d'un avion haltien, d'a-
chat d'un navire ou d'un avion stranger, de changement de pavilion,
d'inunatriculation et de tcus autres actes s'y rapportant, conform6-
ment au Code de Commerce et a ]a loi du 2 Fevrier 1948 sur 1'enre-
gistrement des aeronefs.
B) ATTRIBUTIONS CIVILES
Dans 1'ex6cution de son roil'e d'Officier de l'Etat Civil, i1 revient
au Consul:
1.-De dresser, conformr6ment aux dispositions edictees par le
Code Civil pour toutes les conditions de forme et de fond, les actes
de 1'Etait Civil relatifs a la naissance, au marriage et au d6ces des
ressortissants haiYtiens 6tablis dans sa jurisdiction, et de transmettre
les expeditions de ces actes a la fin de chaque mois a la Secretairerie
d'Etat.
2.--De faire dresser par un autre fonctionnaire consulaire haitien
les actes de 1'Etat Civil le concernant personnellement ou concder-
nant son conjoint, ses ascendants et descendants, sous peine de
nullit6.
Toutefois, ien i'absence du dit fonctionnair e consulaire haYtien il
fera dresser ces actes par les autorit6s locales competentes.
3.-D'observer, quaand il s'agit d'un acte de naissance, les 'dispo-
sitions suivantes:
ra) S'assurer de toutes les garanties possibles en dressant 1'acte de
naissance quand, en raison de la distance, 11 n'est pas possible de
presenter le nouveau-n6 au Consull.
b) Appliquer rigoureusement les dispositions du Code Civil con-
cernant les enfants natures, adullt6rins et incestueux.





SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


Specialement en cas de filiation naturelle doalaree, s'abstenir de
mentionner dans 1'acte !de naissance les nom et prenom du pere,
si celui-ci ne fait pas express6ment 10a declaration de paternity.
4.-De c6lbrer les marriages entire haYtiens. L'agent consuilaire
n'est pas competent pour remplir cette formalite4 i l'un des futurs
conjoints est de nationalist 6etrangeie.
5.-De d6livrer, quanid i1 en est requis, des extraits ou des cer-
tificats d'acte de l'Et'at Civil regus au Consulat.
C.-ATTRIBUTIONS NOTARIALES.
Dans 1'accomplissement de son role de notaire, il revient au
Consul:
1.-De dresser les actes Vuxquels les parties en cause desirent ou
doivent donner le caract re d'actes authentiques, lorsque ces actes
sont -appel4s a etre ex&cutes en ,territoire haltien, et d'en delivrer
des grosses, extraits et expeditions.
2.-De s'abstenir d'accomplir les functions notariales lorsque:
a) 1'acte sollicite est contraire a 1'ordre public ou aux bonnes
moeurs;
b) dans 1'acte figurent comme parties son conjoint, ses parents
ou 'aili6s, en ligne directed a tous les degres ou en ligne collate6rale
jusqu'au 4e. degr6 inclusivement.
Dans ses attributions notariales, le Consul ne pourra pas instru-
menter pour des ressortissants haitiens non immatricules au Con-
sulat ou pour des strangers don't ii n'a pas cortrole l'identite. II est
interdit lau Consul d'instrumenter pour les personnel incapables ou
interdites si celles-ci ne sont pas e6galement repr.sentees ou assis-
tes.
3.-De se conformer, d'une maniere ge4nrale, dans 1'exercice des
functions notarialles, 'aux dispositions du Code Civil et du Code de
Commerce, sauf exception tenant aux circonstances et don't il sera
fait mention dans 1'acte.
D.-Attributions politiques.
Comme agent politique le Consul devra:
1.-Organiser la propaganda en faveur d'Haiti, et de faire con-
naltre 1'orientation g6n6rale de la politique du Gouvernement, ainsi
que ses realisations tant sur le plan economique et social que
culture.
2.-Maintenir le contact .avec les ressortissants haitiens de sa juri-
diction.






[ : LAMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


3.-Representer a Il'occasion le Gouvernement aux manifestations
officielles.
4.-Veiller, dans la measure du possible, a ce que ne soit perpetr6
aucun acte susceptible de porter atteinte a la paix en Haiti, en re-
courant, si c'est n6cessaire, a l'appui des autorites locales. Rapport
en sera fait a *,a Secr6tairerie d'Etat des Relations Exterieures.
5.-Informer la Secr6tairerie d'Etat des Relations Exterieures de
toute situation susceptible de repercussions sur la politique ou l'or-
dre public en Haiti.
6,-N6gocier 6ventuellement des accords, faute d'une mission
diplomatique permanent 6tablie sur place et avec 1'autorisation
special de la Secretairerie d'Etat des Rdlations Ext6rieures.
E.-Attributions administrative.
a) Dans l'accomp]issement de son role d'auxiliaire de I'Adminis-
tration Douani&re et de l'Administration G6nerale des Contributions
il revient au Consul:
1.--De viser, ,au port d'cmbarquement defendant de son resort,
les manifestes de chargement ou sur lest qui sont pr6sentes. Tout
bateau n'ayant pas ide manifeste de chargement pour un port haitien
qu'il doit visiter idevra se munir d'un manifeste sur lest a l'un quel-
conque des ports strangers qu'il touche au course du voyage pour
Haiti.
Conform6ment !!Particle 3 du D'oret du 10 Aouit 1942, les capi-
taines ,de navires ou (leurs representants preteront le serment sui-
vant, qui sera transcrit au bas du manifesto par le Consul ou l'Offi-
cier assermente qui le replace, en cas d'absence- manifeste content exactement les colis embarqus a bord de mon
navire; que les quantities sont conformes A celles port&es dans les
connaissements. Je d6dlare accepter toutes les penalites que je
pourrais encourir pour infraction aux lois douani6res. Er foi de
quoi, je signe le present monifeste>.
2.-En cas de refus non motive par le Capitaine de faire viser 1e
manifeste de chargement ou le manifeste sur lest ou de preter le
serment requis, d'en donner avis immediatement a la Secretairerie
d'Etat aux fins pr6vues par les Reglements douaniers ,de la R6pu-
blique.
Cependant 1 peut etre permis aux navires venant de 1'Etranger
d'entrer sur lest dans un port haitien pour lequel ils n'ont pas de
manifeste consulaire, a condition que leur agent local ou leur repr6-






SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


sentant en obtienne pr6alablement I'autorisation exceptionnelle de
l'Administration douani&re haitienne.
Cette permission ne produira effet que sur pavement d'un borde-
reau emis par 1'Administration G.nerale des Contributions don't 'le
montant est pr6vu a l'article 26, paragraphe A (2, a et c).
3.-De viser sur simple requ&te du capitaine un certificate de
non-embarquement (short-shipped) pour les m-arehandises portees
sur le manifeste d'un bateau mais qui, pour une raison ou pour
une autre ne sont pas embarquees sur ce bateau. Ce certificate qui
devra etre sign en presence du Consul sera envoy par le Capitaine
a l'agence maritime a Port-au-Prince et aux autorites douani&res
indiqu6es aux regl.ements douaniers. Faute par le Capitaine de
remplir ces form-alites, les marchandises seront soumises A toutes
les prescriptions 16gales et les contrevenants passibles de toutes les
peines 6dictees par les lois douanieres.
4.-De viser les connaissements qui .ui sont pr6sent6s.
5..-De viser et de certifier les factures consulaires.
6.-De veiller, d'une mpniere g6nerale, au strict accomplissement
des lois et autres dispositions douanieres en vigueur et de faire
rapport A la Secr6tairerie d'Etat des Relations Exterieures par la
voie la plus rapide, sur toute infraction aux lois, dispositions et
reglements.
7.-De percevoir tous droits et taxes aff6rents aux visas et aux
documents delivres par 1e Consulat.
b) Comme auxiliaire du D6partement de la Sante Publique, il
revient au Consul:
1.-De viser les certific-ats de sant6 necessaires aux personnel
voyage-ant en HaYti.
2.-De refuser, selon les lois et reglements en vigueur en Haiti,
les visas requis pour il'introduction en Haiti d'animaux, plants ou
marchandises susceptibles de pronager des maladies ou epidemies.
c) Comme auxiliaire des D6partements du Travail, de l'Interieur
et de la Justice, il revient au Consul:
1.-D'agir eventuellement come inspecteur d'emigration dans
les zones d'exploitation industrielle ou agricole comprises dans 1'6-
tendue de sa jurisdiction et oii sont engages des haYtiens.
2.-De renseigner ceux qui en font la demand. sur les lois, d6-
crets-lois et reglements haYtiens en vigueur en ce qui concern:
a) l'6migration et 'inu-nigration;
b) P'es conditions de travail, d'embauchage, les assurances sociales,
etc.







SUPPLY EN I' FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


3.-De se conformer aux lois et autres dispositions reglementaires
qui regissent l'entree des strangers en Ha'ti.
4.-De veiller a ne delivrer de passport qu'aux citoyens haftiens
don't la nationality est nettement 6tablie.
5.-De legaliser, les formalit6s prescrites par la legislation locale
ayant 6te pr6alablemnent ramplies, miles signatures des fonctionnaires
du pays de sa jurisdiction, lorsque les dites signatures sont apposees
sur des actes ou documents qui doivent avoir leur effet en Haiti.
6.-De certifier, dans le pays ide sa jurisdiction, I'existence des lois,
d6crets et r&glements haitiens, en indiquant la date de leur mise en
vigueur.

TIlrRE IV

DES DEVOIRS DE L'AGENT CONSULAIRE

Article 11.-Le Consul est le Chef immediat des Vice-Consuls et
einploy6s du Consulat. Ses devoirs, outre ceux fixes par les lois,
d6crets et autres dispositions en vigueur, sont les suivantes:
A) ORGANISATION DU CONSULATE.
Le Consul a la charge:
a) D'executer et de faire executer par ses subordonnes les dis-
positions de la present loi
b) De r'partir 6quitablement le travail courant entire les fonc-
tionnaires et employs du Consulat, de determiner 1'horaire de tra-
vail et d'exiger de ses subordonn6s la strict observance des heures
de bureau.
c) D'exp6dier chaque ann'e a la Secretairerie d'Etat des Rela-
tions Exterieures un inventaire des archives et du mobilier du
Consulat, avec reconimmandations et observations s'il y a lieu.
d) De veiller a la conservation et au diassement methodique des
archives, de constituer, d'ameliorer et d'entretenir la bibliotheque
du Consulate.
e) De veiller a ce que le drape'au du Consulat soit toujours en
bon 6tat, qu'il soit notamment hisse les jours de 1'anniversaire
National d'Haiti, du pays de sa jurisdiction, et des Nations amies et
soit mis en berne en cas de deuil.
f) De veiller a ce que les sceaux officials du Consulat soient gar-
d6s en lieu suir et a ce qu'aucun usage n'en soit fait autrement en
dehors des fins legales et administrative







SUPPLEMENT FISCAL ET tECONOMIQUE 1953


g) De donner les instructions ou renseignements necessaires au
fonctionnaire qui le replace en cas d'absence, do conge, tcansfert,
rappel, etc.
h) D'observer et de faire observer par ses subordonnus la plus
strict circonspection dans les questions touchant la politique exte-
rieure et interieure du Gouvernement du pays o'i il exerce ses
functions.
B) CORRESPONDENCE
Le Consul a pour devoir:
a) D'envoyer mensuellement a la Secretairerie d'Etat des Rela-
tions Exterieures copies des lettres adressees aux autorites de la
locality ou il exerce ses functions et cells des r6ponses rescues.
En outre ill fera un rapport a il'administration central de toutes
conversations importantes qu'il a eues avec les fonctionnaires du
pays oi il exerce ses functions.
b) D'adresser chaque somestre A la Secr4tairerie d'Etat des Re-
l'ations Exterieures une listed detaillke certifiee conforme et sincere
des citoyens i-nmat.icul6s, de meme que de faire connaltre toutes
modifications aux listes ant6rieures pour cause de depart, de d6ces
ou de changement d'etat-civil.
c) D'accompagner d'une copie toute communication adressee a
la Secr6tairerie d'Etat. Quand une communication fait mention
d'annexes, celles-ci seront dument numerot&es. En cas de reference
a des articles de press, ceux-ci seront joints a la communication
avec leur traduction le eas 6ch6ant.
d) De ne traitor que d'une question dans une meme lettre. De
plus, toute r6ponse ou avis de reception devra faire mention de la
date d'expedition, et des r6f6rences de la communication de la
Direction correspondante de la Secr6tairerie d'Etat.
e) Sauf cas d'urgence, d'accompagner obligatoirement d'une tra-
duction francaise Ies documents important en langue 6trangere
adress6s A la Secretairerie d'Etat.
En outre, les communications officielles des Consuls de carriere
avec les Services ou ressortissants strangers se font obligatoire-
ment en francais. Le Consul pourra y joindre une traduction.
C) TENUE DES ARCHIVES ET GARDE DU MATERIEL ET
DU MOBILIER.

a) Le Consul est comptable des biens et proprie6ts de 1'Etat qui
sont en sa possession, savoir:







SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUF 1953


1.-Les valeurs en caisse.
2.-Les archives, registres de bureau, 6cusson, sceaux, drapeaux
et meubles.
3.-Les 6chantillons de commerce qui lui sont confines.
4.-La bibliotheque du Consulat
5,-Les immeubles, etc
II a pour devoir de malntenir en bon 6tat de fonctionnement le
materiel et le mobilier don't il a la charge.
b) La corresporidance rescue, 'les copies des communications ex-
pediees font partie des archives du Consulat, ainsi que toute docu-
mentation se rapportant directement aux functions consulaires.
c) Tout consulate doit &tre pourvu, aux frais du Consul, des re-
gistres suivants:
1.-Registre de la correspondence mentionnant les dates d'entr6e
et de sortie des lettres, memoranda et autres notes.
2.-Registre d'inventaire des biens, effects et mobiliers du Con-
sulat.
3.-Registre des passeports delivres et des visas accords.
4.-Registre des l6galisations et certificates.
5.-Registre des factures et documents consulaires oui seront con-
sign6s les details contenus dans ces documents.
6.-Registre d'immatriculation des citoyens haltiens tenu par
date et par ordre alphab6tique.
7.-Registre de perception des taxes.
8.-Registre des timbrcs-taxe.
9.-Registre des actes de naissance et de reconnaissance.
10.-Registre des actes do marriage.
11.-Registre des actes de deces.
12.-Registre et Index des actes notaries.
d) 11 est formellement interdit aux agents consulaires quelle que
soit leur cat6gorie, de divulguer le contenu des pieces et documents
appantenant aux archives du Consulat, sans autorisation express
de la Secretairerie d'Etat.
e) La biblioth&que du Consulat est obligatoirement consti'tuee,
aux frais de 1'Etat haitien:
1.-d'un exemplaire de la Constitution de la R6publique d'H'aiti.
2.,-d'un exemplaire de chacun des codes haftiens.
3.-d'un exemplaire de l'expos6 g6n6ral annuel de la situation
et des bulletins imprim.s par la Secretairerie d'Etat des Re-
lations Ext6rieures.






SUPPLEMENT FISCAL ET ECONOMIQUE 1953


4.-d'un exemplaire d& la prescnte ioi et de la loi sur l'organisa-
tion de la carri&re diplomatique et consulaire.
5.-d'un exemplaire de la loi sur l'6migration et l'immigration.
6.-de la codUt action du Journal official de la R6publique d'Haiti,
< qui sera reliee annuellement et de tous les
exemplaires de Bulletins des lois et actes requs de la Secr6-
tairerie d'Etat.
7.-d'un exemplaire des traits, pactes, accords et conventions
conclus et ratifies par 1a Republique d'HaYti.
8.-d'un exemplaire d'un ouvrage d'Histoire et de g6ographie
d'Haiti approuve par le D6partement de l'Education Na-
tionale.
9.-d'une carte de la Republique d'HaYti.
10.-des Bulletins mensuels du D'partement Fiscal et des Bul-
letins de l'Institut Haitien de Statistique.
1L-d'un exemplaire des lois, reglements et tarifs douaniers hai-
tiens et de toutes autres publications que la Secretairerie
d'Etat pourra juger utile de faire parvenir au Consulat.
12.-d'un formulaire d'actes civils et notaries.
f) En ce qui concern les registres des actes de naissance, de ma-
riage et de d6ces, le Consul les tiendra chacun en double exemplaire.
Chaque acte sera transcript dans les deux registres a ce affects et
comportera la signature des int6ress6s, celle des t6moins et celle
du Consul ou du fonctionnaire consulaire competent.
L'un des doubles sera envoy chaque annee a la Secr6tairerie
d'Etat des Relations Exterieures aux fins de remise aux Archives
G6nerales de la R6publique par l'intermediaire de la Secr6tairerie
d'Etat de la Justice.

D) PROTECTION DES HAITIENS DE SA JURISDICTION.
,a) Au cas oii un poste consulaire est nouvellement cre6, I'agent
consulaire par avis public dans les jourmnaux ou par tout autre
moyen a sa ,disposition, invitera les membres de la colonie haitienne
de sa jurisdiction, a se presenter au Consilat en vue de leur inscrip-
tion au livre d'immatriculation.
Un certificate d'immatriculation sera d61livr6, apres une declara-
tion qui comportera les renseignements suivants:
1.-Lieu et date de naissance.
2.-Date et numero du Journal Officiel < compor-
t-ant 1'avis de naturalisation, si le d6clarant est haitien par
naturalisation.