Bulletin officiel du Departement des relations extèrieures; bi-monthly, with exception of some doubled-up issues, 1926-31

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Bulletin officiel du Departement des relations extèrieures; bi-monthly, with exception of some doubled-up issues, 1926-31
Physical Description:
Mixed Material
Publisher:
Port-au-P. Impr. A. A. Héraux

Notes

General Note:
2b-L/E- 1926-
General Note:
Haiti. Départment des relations extèrieures

Record Information

Source Institution:
Columbia Law Library
Holding Location:
Columbia Law Library
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
LLMC31704
System ID:
AA00000766:00013


This item is only available as the following downloads:


Full Text
















This volume was donated to LLMC
to enrich its on-line offerings and
for purposes of long-term preservation by

Columbia University Law Library




REPUBLIQUE D'HAT ,


BULLETIN OFICIE L


DU


Depart ., RELATIONS EXTERIEURES
















*- -:" 'T r "


OCTOBRE-NOVEMBRE-DRCEMBRE 1923
,. NUMERO Xtll


DO -=


Il4P. AUG A. HERAUX
PORT-AU-PRINCE


- -^
















'SO MA IRE
- Correspondance avec la L6gatipn des Etats-Unis d'Amfrique, re-
lative an Pacte Multilat6ral de .Renonciation A la Guerre.
- Acte final de la 6ame Conference In ternationale A nericaine.
- Correspondance avec la Legation de Cuba, relative a l'6migration
des travailleurs haitiens.
- Loi accordant un credit extraordinaire au D)parte:'-rt des Re
lations Ext6rieures pour des travaux primini'aaires d'h 11ectiol
et de reconnaissance des lieux, en vue de I'ctablisseme! t df
ligne frontiere.
--Loi sur le passport.
-Service du Protocole.







717^


LfQ '






TROISIEME ANNEE NQ 13 OCTOBRE-NOVEMBRE-DECEMBRE 1928



Bulletin Officiel
DU

DEPARTMENT DES RELATIONS EXTERIEURES



Pacte Multilateral de Reionciation A la Guerre

LEGATION OF THE UNITED OF AMERICA.
Port-au-Prince, Haiti. August 27, 1928.
Excellency,
I have the honor to inform you that the Governments of
Germany, the United States of America, Belgium, France,
Great Britain, Canada, Australia New Zealand, Union of
South Africa, Irish Free State, India, Italy, Japan, Poland
and Czechclosvakia have this day signed in Paris a treaty
binding them to renounce war as an instrument of national
policy in their relations with one another and to seek only
by pacific means the settlement or solution of all disputes
which may arise among them.
This treaty, as Your Excellency is aware, is the outcome
of negotiations which commenced on June 20, 1927, when
M. Briand, Minister of Foreign Affairs of the French Repu-
blic, submitted to my Government a draft of a pact of per-
petual friendship between France and the United States.
In the course of the subsequent negotiations this idea was
extended so as to include as original signatories of the anti-
war treaty, not only France and the United States, but also
His Excellency Mr. Camille LEON.
Secretary of State for Foreign Relations.






-, 2 --


Japan, the British Empire and al! the Governments which
participated with France and Great Britain in the Locarno
agreements, namely Belgium, Czechoslovakia, Germany, Ita-
ly and Poland.
This procedure met the point raised by the British Gover-
nment in its note of May 19, 1928, where it stated that the
treaty from its very nature was not one which concerned
that Government alone, but was one in which the Govern-
ments could note undertake to participate otherwvise than
jointly and simultaneously with the Government in the Do-
minions and the Government of India ; it also settled satis-
factorily the question whether there was any inconsistency
between the new treaty and the Treaty of Lo arno, thus
meeting the observations of the French Government as to
necessity of extending the number of original signatories.
The decision to limit the original signatories to the powers
named above, that is, to the United States, Japan, the par-
ties to the Locarno treaties, the British Djminions and India,
was based entirely upon practical considerations. It was the
desire of the United States that the negotiations be success
fully concluded at the earliest possible moment and that the
treaty become operative without the delay that would inevi-
tably result were prior universal acceptance made a condi-
tion precedent to its coming into force.
My Government felt, moreover, that if these powers could
agree upon a simple renunciation of war as an instrument
of national policy there could be not doubt that most. if not
all, of the other power of the worl would find the formula
equally acceptable and would hasten to lend their unqua-
lified support to so impressive a movement for the perpetua-
tion of peace.
The United Sates has, however, been anxious from the be-
ginning that no State should feel deprived of an opportunity
to participate promptly in the now treaty and thus not only
align itself formally and solemnly with, this new manifesta
tion of the popular demand for world peace, but also avail
itself of the identical benefits enjoyed by the original signa-
turies.
Accordingly in the draft treaty proposed by it the United
States made -pecific provision for participation in th2 tre.ity






-3-


by any and every power disiring to identify itself therewith.
and this same provision is found in the definitive.instrument
signed today in Paris.
It will be observed also that the powers signing the treaty
have recorded in the preamble their hope that every nation
of the world will participate in the treaty, and in that con-
nection I am happy to be able to say my Government has
already received from several Governments informal indica-
tions that they are prepared to do so at the earliest moment.
This convincing evidence of the world wide interest and
sympathy which the new treaty has evoked is most grati-
fying to all the Governments concerned.
In these circumstances I have the honor formally to com-
municate to Your Excellency for your consideration and
for the approval of your Government if it concurs therein,
the text of the above-mentioned treaty as signed today in
Paris, omitting only that part of the preamble which names
the several plenipotentiaries. The text is as follows :
"The President of the German Reich, the President of
the United States of America, His Majesty the King of the
Belgians, the President of the French Republic, His Majesty
the King of Great Britain Ireland and. the British Domi-
nions beyond the Seas, Protector of the Faith and Emperor
of India, His Majesty the King of Italy, His Majesty the
Emperor of Japan, the President of the Republic of Poland,
the President of the Czechos lovakia Republic;
Deeply sensible of their solemn duty to promote the wel-
fare of making;
Persuaded that the time has come when a frank renuncia-
tion of war as an instrument of national policy should be
made to the end that the paeceful and friendly relations
now existing between their peoples may be perpetuated ;
Convinced that all changes in their relations with one ano-
ther should be sought only by pacific means and be the result
of a peaceful and orderly process and that any signatory power
which shall hereafter seek to promote its national interests
by resort to war should be denied the benefits which are af-
forded by this treaty ;
Hopeful moreover that by their example all the other na-





-4 -


tions of the world will join in this humane endeavour,anid by
adhering to the present treaty as soon as it comes into
force bring their peoples within the scope of its beneficent
provisions, thus uniting the civilized nations of the in a com-
mon renunciation of war as an instrument of their national
policy ;
Have decided to conclude a treaty and for that purpose
have appointed as their respective plenipotentiaries:
The President of the German Reich :
The Presidente of the United States of America :
His Majesty the King of the Belgians :
The President of the French Republic :
His Majesty the King of Great Britain, Ireland and the
British Dominions beyond the Seas, Protector of the Faith,
and Emperor of India;
His Majesty the King of Italy.:
His Majesty the Emperor of Japan :
The President of the Republic of Poland :
The President of the Czechoslovakia Republic :
Who, having communicated to one another their full po-
wers found in good and due form have agreed upon the folio-
wing articles :
ARTICLE I.
The High Contracting Parties solemnly declare in the
names of their respective peoples that they condemn recour-
se to war for the solution of international controversies, and
denounce it as an instrument of national policy in their rela-
ticns with one another.
ARTICLE 'I.
The High Contracting Parties agree that the settlement
of solution of disputes or conflicts of whatever nature or of
whatever origin they may be, which may arise among them,
shall never be sought except by pacific means.
ARTICLE III.
The present treaty shall be ratified by the High Contrac-
ting Parties named in the preamble in accordance with their







respective constitutional requirements, and shall take effect
as between them as soon as possible after the several instru-
ments of ratification shall have been deposited at Washing-
ton.
This treaty shall,when it has come into effect as prescribed
in the preceding paragraph, remain open as lone as my be
necessary for adherence by all the other powers of the
world. Every instrument evidencing the adherence of a po-
wer shall be deposited at Washington and the treaty shall
immediately upon such deposit become effective as between
the powers thus adhering and the other powers parties
hereto.
It shall be the duty of the Government of the United
States to furnish each government named in the preamble
and every government subsequently adhering to this treaty
with a certified copy of the treaty and of every instrument
of ratification or adherence. It shall also be the duty of the
Government of the United States telegraphically to notify
such Governments immediately upon the deposit with it of
each instrument of ratification or adherence.
In faith whereof the respective plenipotentiaries have
signed this treaty in the French arid English languages,
both texts having equal force, and hereunto affix their
seals.
Done at Paris the 27 th day of August in the year 1928.
The provisions regarding ratification and adherence are,
as Your Excellence will observe, found in the third and
last article.
That article provides that the treaty shall take effect as
soon as the ratifications of all the powers named in the
preamble shall have been deposited in Washington, and that
it shall be open to adherence by all the other powers of
the world, instruments evidencing such adherence to be
deposited in Washington also.
Any power desiring to participate in the treaty may thus
exercise the right to adhere thereto and my Government
will be happy to receive at any time appropriate notices of
adherence from those Governments wishing to contribute
to the success of this new movement for world peace by brin-
gii:g their peoples within its beneficient scope.






-6-


It will be noted in this connection that the treaty exprea-
sly provides that when it his on3e co ne into force it shall
take effect imm-diately between and adhering power and
the other parties thereto, and it is therefore clear that any
Government adhering promptly will fully share in the bene-
fits of the treaty at'thevery moment it comes into effect.
I shall shortly transmit for Your .Excellency's convenient
reference a printed pamphlet containing the text in trans-
lation of M. Briand's original proposal to my Government
of June 20, 1927, and the complete record of the subsequent
diplomatic correspondence on the subject of multilateral
treaty for the renunciation of war. I shall, also transmit as
soon as received from my Government a certified copy of
the signed treaty.
Accept, Excellency, the renewed assurance of my highest
consideration.
S) C. GROSS,
Charge d'Affaires a. i.


TRADUCTION
Le 27 Aofit 1928.
Excellence,
J'ai I'honneur de vous informer que les Gouvernements
d'Allemagne, des Etats-Unis d'Amdrique, de Belgique, de
France, de Grande Bretagne, du Canada, de l'Australie, de
la Nouvelle-ZMlande, de I'Union de l'Afrique du Sud. de
I'Etat hbre d'Irlande, de l'Inde, de l'Italie, du Japon, de la
Pologne et de la Tchecoslovaquie ont signedd ce jour A Paris
un traits par lequel ils s'engagent A renoncer A la guerre
come instrument de politique national dans leurs rela-
tions et A rechercher seulement par des moyens pacifiques
le reglement ou la solution de toutes disputes qui peuvent
survenir entire eux.
Ce Trait6,comme Votre Excellence le sait,est le resultatdes
negociations qui ont commence le 20 juin 1927, quand M.
Briand, Ministre des Affaires Etrangeres de la Rdpublique
Franqaise soumit A mon Gouvernement un project de pacte
d'amitid perpdtuellp entire la France et les Etats-Unis. Au







course des negociations ultdrieures, cette idde s'est d6velop-
pee au point de comprendre comme signataires originaux
du Traite contre la guerre, non seulement la France et les
Etats Unis, mais aussi le Japon, I'Empire Britannique et
tous le3 Couvernements qui ont participd avec la France et
la Grande-Bretagne aux accords de Locarno, c'est A-dire,
la Belgique, la Tchecoslovaquie, I'Allemagne, l'Italie et la
Pologne. Cett. procedure etait en accord avec la question
soulevee par le Gouvernement Britannique dans sa note du
19 mai 1928 A savoir que le traits, de sa vraie nature, ne
concernait pas ce Gouvernement seul, et que les Gouver-"
nements ne pouvaient s'engager A y prendre part autrement
que conjointement et simultandment avec les gouvernements
des Dominions et le Gouvernement de 'fnde ; il reglait aussi
d'une faqon satisfaisante la question de savoir s'il n' y avait
aucune incompatibility entire le Nouveau Traite et le Traite
de Locarno, d'accord ainsi avec les observations du Gouver-
nement Franqais sur la necessit6 d'6tendre le nombre des
signataires originaux.
La decision de limiter les signataires originaux aux puis-
sances ci dessus nommees, c'est-A-dire, aux Etats Unis, au
Japon, aux parties Pux traits de Locarno, aux Dominions
Britanniques et A I'[nde, 6tait basee entierement sur des
considerations d'ordre pratique. C'6tait le ddsir des Etats-
Unis que les ndgociations fussent conclues avec succes le
t6t possible et que le trait vint en vigueur sans le ddlai qui
en 6esulterait inevitablement si l'"n avait fait d'abord de
L'acceptation gendrale une condition primordiale de son en-
t'ee en vigueur.
Mon Gouvernement a pens6 de plus que si ces puissances
pouvaient s'entendre sur une simple renonciation A la guerre
vomme un instrument de politique national, il ne pourrait
avoir au'cun doute que la plupart des autres puissances du
monde, sinon toutes, trouveraient la formule 6galement ac-
ceptable et se hateraient de prater sans restriction leur ap-
pui A un si impressionnant movement en vue de la perp6tua-
tion de la paix.
Toutefois, dOs le d6but, les Etats-Unis s'6taient inquidtes
de ce qu'aucun Etat ne fft priv6 d'une occasion de partici-
per promptement au nouveau trait et ainsi de non seule-
inent se rallier formellement et solennellement A cette nou-






-8--


velle manifestation de la reclamation des peuples en faveur
de la paix mondiale, mais aussi de s'assurer les avantages
identiques A ceux don't b6n6ficient les signataires ori-ginaux.
En consequence, dans le project de trait propose par eux,
les Etats-Unis ont introduit une stipulation sp6ciale pour la
participation de toute puissance d6sirant y adherer, et la
meme stipulation se trouve dans l'instrument definitif sign
aujourd'hui A Paris.
On observer aussi que les puissances signataires du trait
ont exprim6 dans la pr6ambule leur espoir que chaque na-
tion du Monde participe au traits. A ce propos, je suis heu-
reux de pouvoir dire que mon Gouvernement a dejA requ
de plusieurs Gouvernements des indications officieuses qu'ils
sont prdts A y adherer A la premiere occasion. Cette preuve
convaincante de l'interdt universal et de la sympathie que
le nouveau trait a 6veill6s, est des plus satisfaisantes pour
tous les Gouvernements interesses.
Dans ces circonstances, j'ai I'honneur de soumettre officiel-
lement A 1'examen de Votre Excellence et A 1'approbation
de Votre Gouvernement, s'il y consent, le texte du traits ci-
dessus mentionnd, tel qu'il a 6td sign aujourd'hui A Paris,
omettant seulement cette parties du pr6ambule qui nomme
les different plinipotentiaires. Le texte est ainsi conqu :
Le Pr6sident du Reich Allemand ; le Pr6sident des Etats
Unis d'Amnrique ; Sa Majest6 le Roi des Belges ; le Prdsi-
dent de la Rdpublique Franqaise : Sa Majest6 I e Roi de:
Grande Bretagne, d'Irlande et des Territoires Britanniques
au delA des mers, Empereur des Indes ; Sa Majeste le Roi
d'Italie ; Sa Majest6 I'Empereur du Japon ; le President de
la Rdpublique de Pologne ; le Pr6sident de la R6publique
Tchicoslovaque :
Ayant le sentiment profound du devoir solennel qui' leur,
income de d6velopper le bien 6tre de I'humanit6 ;
Persuadds que le moment est venu de proc6der A une
franche renonciation A la guerre comme instrument de poli-
tique national, afin que les relations pacifiques et amicales
existant actuellement entire leurs peuples puissent etre per-
petudes ;
Convaincus que tous changements dans leurs relations






-9--


mutuelles ne doivent etre recherch6s que par des proc6des
pacifiques et etre realises dans l'ordre et dans la paix, et que
totite puissance signataire qui chercherait d6sormais A d6ve-
lopperses interets nationaux en recourant A la guerre devra
etre priv&e du benefice du present trait ;
Esp6rant, que encouragees par leur example, toutes les
autres nations du monde se joindront a ces efforts humani-
taires et, en adherant au present trait des qu'il entrera en
vigueur, mettront leurs peuples A meme de profiter de ses
bienfaisantes stipulations, unissant ainsi les nations civilisees
du monde dans une renonciation commune A la guerre com-
me instrument de leur politique national ;
Ont d6cide de conclure un traits, et A cette fin ont ddsign6
comme leurs plenipotentiaires respectifs savoir :-
Le President du Reich Allemand ;
Le President des Etats-Unis d'Am6rique ;
Sa Majesty le Roi des Belges ;
Le President de la Pdpublique Franqaise ;
Sa Majest6 le Roi de Grande Bretagne, d'Irlande et des
Territoires Britanniques au delay des Mers,
Empereur des Indes ;
Sa Majesty le Roi d'Italie ;
Sa Majesty I'Empereur du Japon ;
Le President de la Republique de Pologne;
Le President de la Republique Tchdcoslovaque ;
Qui, apr&s s'6tre communique leurs pleins pouvoirs recon-
nus en bonne et due forme, sont tombs d'accord sur les ar-
ticles suivants :
ARTICLE I.
Les Hatites Parties Contractantes declarent solehnelle-
ment au nom de leurs peuples respectifs qu'elles condamnent
le recours A la guerre pour le raglement des differends in-
ternationaux et y renoncent en tant qu'instrument de poli-
tique national dans leurs relations mutuelles.






S10 -


ARTICLE II.
Les Hrutes Parties Contractantes reconnaissent que le re-
glement ou la solution de tous les differends ou conflicts de
quelque nature ou de quelque origine'qu'ils puissent etre qui
pourront surgir entire elles ne devra jamais etre recherche
que par des moyens pacifiques.
ARTICLE III.
Le Present trait sera ratify par les Hautes Parties con -
tractantes designees dans le preambule conform6ment aux
exigences de leurs constitutions respective et il prendra
effet entire elles des que tous les instruments de ratification
auront 6t6 deposes A Washington.
Le present trait lorsqu'il aura 6te mis en vigueur, ainsi
qu'il est prdvu au paragraphe precedent, restera ouvert aussi
longtemps qu'il sera necessaire pour l'adh6sion de toutes les
autres puissances du monde. Chaque instrument 6tiblissant
l'adh6sion d'une puissance sera depos6 A Washington et le
traits immndiatement apres ce d6p6t entrera en vigueur
entire la puissance donnant ainsi son adhesion et les autres
puissances contractantes.
II appartiendra au Gouvernement des Etats-Unis de four-
nir a chaque gouvernement design dans le pr6ambule et A
tout gouvernement qui adherera ult6rieurement au present
trait, une copie certified conforme du dit trait et de chacun
des instruments de ratification ou d'adhUion. II appartiendra
6galement au gouvernement des Etats-Unis de notifier t616
graphiquement aux dits gouvernements chaque instrument
de ratification ou d'adh6sion imm6diatement apres d6p6t.
En foi de quoi les pl6nipotentiaihes respectifs ont sign le
present traits en langue francaise et en langue anglaise, les
deux textes ayant force gale et y ont appos6 leurs cachets.
Fait A Paris le 27 Aofit 1928.
Les stipulations concernant ia ratification et I'adhesion,
comme Votre Excellence l'observerra, se trouvent au troi-
sieme et dernier article. Cet article stipule que le trait&
prendra effet aussit6t que les ratifications de toutes les puis-
sances nommies dans le pr6ambule auront etd deposdes a






-11-


Washington, et qu'il sera ouvert A I'adh6sion de toutes les
autres puissances du Monde, les instruments 6tablissant
cette adhesion devant 6tre d6pos6s A Washington aussi.
Toute puissance d6sirant participer au traits peut ainsi
exercer le droit d'y adherer et mon Gouvernement sera heu-
reux de recevoir A tout moment des avis en due forme de
l'adh6sion des Gouvernements qui d6sirent contribuer au
succes de ce nouveau movement vers la paix mondiale, en
attirant leurs peuples dans sa sphere bienfaisante.
A ce sujet on notera que le trait stipule express6ment
qu'A son entr6e en vigueur il prendra effet imm6diatement
entire une puissance adh6rante et les autres parties A ce
trait, et il est done clair que tout Gouvernement adherent
promptement b6n6ficiera entierement des avantages du trai-
te au moment meme of il commencera d'operer.
Je transmettrai bient6t a Votre Excellence, aux fins de
r6f6rence utile, une brochure contenant la traduction du
texte de la proposition originelle de Monsieur Briand adres-
s6e A mon Gouvernement le 20 Juin 1927 et le recueil com-
plet de la correspondence diplomatique ult6rieure, relative
au trait multilateral pour la renonciation a la guerre. Je
vous transmettrai 6galement, aussit6t que je I'aurai reque
de mon Gouvernement, une copie certifi6e du trait signe..
Agr6ez, Excellence, les assurances renouveldes de ma
plus haute consideration.
(S.) C. GROSS,
Charge d'Affaires a. i.





-12-


SECRETAIRERIE D'ETAT
DES RELATIONS EXTERIEIURES
SERVICE DU PROTOCOLE
22 Septembre 1928


Monsieur le Charg6 d'Affaires,
J'ai l'honneur de vous accuser reception de votre lettre
du 27 Aofit dernier, sous le couvert de laquelle vous m'avez
communique le texte en langue francaise et en langue an-
glaise du Traitd signed A Paris Je 27 du mois dernier, par
lequel les Hautes Parties Contractantes declarent solennelle-
ment au nom de leurs peuples respectifs qu'elles condam-
nent le recours a la guerre pour le riglement des diffdrends
internationaux et y renoncent en ,tant qu'instrument de
politique national dans leurs relations mutuelles.
Au nom du Gouvernement des Etats-Unis et conform6-
ment au Trait6, vous demandez au Gouvernement Haiti3n de
bien vouloir, en y donnont son ad6sion, participer A l'ceuvre
hautement humanitaire entreprise par les Puissances signa-
taires pour la perpetuation da la paix dans le monde.
Le Gouvernament Haitien a suivi avec interet les ndgocia-
tions qui ont about & la signature de ce Traitd. En 1925, la
Rdpublique d'Haiti s'empressa de signer le Protocole dit de
Geneve, pour le rIglement pacifique des diffdrends entire les
nations, manifestant aipsi son sincere attachment A la cau-
se de la paix. Le Gouvernement de la Republique, heureux
encore de eontribuer aux efforts faits pour enrayer la guerre
dons les relations internationales, dprouve la plus vive sa-
tisfaction A adherer au Tra;t6 de Paris don't la haute portde
morale et chretienne ne peut dtre qu'un titre d'honneur pour
ses signataires.
Veuillez agreer, Monsieur le Charg6 d'Affaires, les assu-
rances de ma consideration tres distingude.
(S) : Camille J. LEON.


Monsieur Christian GROSS,
Charge d'Affaires. a. i., des Etats-Unis d'Am6rique.












Vleme Conf6rence Internationale Americaine


ACTE FINAL
La VI Conference Internationale Americaine, qui com-
menca ses travaux A la Havane, le 16 Janvier 1928, discuta
et adopta les Motions, Resolutions et Conventions suivantes :
MOTION.
La VI Conference Internationale Amdricaine accord un
chaleureux hommage de profonde sympathie a Son Excel-
lence le President des Etats-Unis d'Amdrique, Mr. Calvin
Coolidge, pour sa presence A l'inauguration de l'Assemblde,
tenue a la Havane, Capitale de la R6publique de Cuba, le
16 Janvier 1928.
(18 janvier 1928).
MOTION
La VI Confdren2e Internationale Amdricaine exprime,. au
debut de la Seance de son inauguration, un vote de grati-
tude et d'acclamation a Son Excellence le General Don Ge-
rardo Machado, President de la Republique de Cuba.
(18 janvier 1928).
MOTION
La VI Conference Internationale Amdricaine invite tous
les Professeurs de l'Universit6 de la Havane, a assister a
ses debats.
(18 janvier 1928).
MOTION
La VI Conference Internationale Am6ricaine, a l'inaugu-
ration de ses Seances, rend Hommage a la Memoire'de l'E-





- 14 --


minent Citoyen Arn6ricain WOODROW WILSON, Ap6tre de la
paix et de la Justice Internationales.
(18 janvier 1928).
MOTION
La VI Conf6rerce Internationale Am6ricaine accord A
son Pr6sideht pleins pouvoirs pour examiner et resoudre en
temps opportun, le compte-rendu de la Commission des
lettres de cr6ance.
( 18 janvier 1928).
MOTION
La VI Conference Internationale Americaine, en se levant
consacre un souvenir a feu Guillaume Sherwell, qui avait 6t6
Secretaire de la Haute Commission Inter-Amdricaine.
( 18 janvier 1928).
RESOLUTION
La VI Confdrence Internationale Americaine decide :
Recommaoder A tous les Etats qui n'ont pas, a cette date,
ratifi6 le Code Sanitaire Pan-Americain, adopted sous forme
de Convention par la VII Conference Sanitaire Pan-Ameri-
caine, signed A la Havane le 15 Novembre 1924, et don't le
texte a 6t6 l'objet d'interpretations diverse par la VIII Con-
ference Sanitaire Pan-Am6ricaine, tenue a Lima du 12 au 20
Octobre 1927, qu'ils obtiennent dans le plus bref delai pos-
sible, sa ratification et l'application 'de ses dispositions dans
leur plus grande ampleur, afin que tous et chacun des Pays
de I'Union Pan-Americaine soient A meme de presenter a
la IX Conf6rence Sanitaire Pan Am6ricaine, qui aura lieu
A Buenos-Ayres, les observations que leur experience res-
pective leur aura sugg6rees et afin de pouvoir ainsi modi-
fier son texte dans les endroits jugs necessaires par la
meme Conf6rence ou qu'imposeront ies progres r6alis6s ace
moment par la Science
(3 fevrier 1928).
RESOLUTION.
La VI Conference Internationale Am6ricaine decide :
I.-- Recommander aux Gouvernements des Pays Ameri-






- 15 -


cains 1'envoi aux futures conferences Internationales Am&-
ricaines de Conseillers techniques pour obtenir ainsi leur col-
laboration dans la Commission d'Hygiene qui doit y avoir
lieu, d'accord avec la resolution correspondante de la 56me.
Conference Internationale Americaine.
II. Recommander aux Gouvernements des Pays Am6-
ricains l'envoi aux futures Conferences Internationales Ame-
ricaines, des rapports sur les progr&s realises en matiere
d'hygiene, dans leurs pays respectifs, post6rieurement A la
Conference prdeddente, en conformity avec la resolution cor-
respondante de la V Conference Internationale Americaine
Ill. Recommander aux Pays Americains que lors de
| l'tablissement du personnel sanitaire sp6cialis6, ils s'oc-
cupent de former un corps d'Infrminres, visitantes, sani-
taires, ditment dipl6mees, qui sont indispensables A l'effica-
cit6 des services sanitaires, en evitant, autant que possible,
1'emploi de celles qui ne remplissent pas ces conditions.
IV.- Recommander aux Pays Americains que dans la
measure de leurs necessitOi et de leurs possibilities, ils s'ef-
forcent de stimuler 1'6change de specialists pour les ques-
tions de sante et d'hygiene, entire les Institutions officielles
et privies, comme moyen d'encourager un plus ample dd-
veloppement des connaissances sanitaires.
V.- Recommander au Bureau Sanitaire Pan Amricain
I'6tude des types ou "etalons" dans la preparation des pro-
duits bioloziques, pour que la IX Conference Sanitaire Pan-
Amdricaine obtienne leur unification.
VI.-- Recommander au Bureau Sanit-ire Pan-Americain,
la propaganda entire les Pays interesses de I'existence, de
I'Edition Espagi:ole de la X Revision de la Pharmacopee des
Etats-Unis de l'Amerique.
(.3 fevrier 1928.
RESOLUTION
La VI Conference Internationale Americaine decide:
I.- Attirer l'attention des Gouvernements des Republi-
ques Am6ricaines sur l'importance du travail qu'est appele
S realiser la Croix Rouge, en temps de paix, et d>. gran !s;






- -16 -


possibilities que comnprend son programmn,pour co npl6ter l'ac-
tion des Pouvoirs Publics en matiere d'hygiene et d'6ducat;on,
leur recommandant de preter un appui effectif A leurs res-
pectives Soci6t4s Nationales, encourager la creation des
Croix Rouges dans les RPbubliques qui n'en poss6dent pas
encore et rechercher le- forms les plus efficaces de coop6-
ration entire les dites Soci4t6s et les Autorites sanitaires et
6ducatives.
II. T4moigner sa reconnaissance pour les rdsultats des
Conferences Pan-Am6ricaines de la Croix Rouge, tenues A
Buenos-Aires et A Washington, en 1923 et 1926 respective-
ment, convoqu6es oar la Ligue des Soci6tAs des Croix Rou-
ges, et recommander aux Gouvernements des Rdpubliques
Americaines qu'ile pretent leur appui A la III Conference
Pan-Americaine de la Croix-Rouge qui aura lieu A Rio de-Ja-
neiro.
III. -Recommander A l'Union Pan-Am6ricaine qu'elle con-
tinue A collab-rer au d6veloppenent des Croix Rouges en
Amrrique.
( 3 fevrier 1928 ).
RESOLUTION
La VI Confdrence Internationale Americaine decide :
I.- Prendre note des conclusions de la I Conference Pan-
Am6ricaine des Repr6sentants de la Sant4 Publique, tenue A
Washington, en Septembre 1926, ainsi que des resultats pra-
tiques qui en sont derives.
II.-Recommander que les futures Confdrences Pan-Amr-
ricaines des Representants de la Sant6 Publique traitent de
preference les questions d'6change qui doivent exister entire
les idees, les points de vue et les experiences relatives A la
Sante et A l'Hygiene, s'efforcint d'utiliser les suggestions
qui, par leurcaractere et leur valeur informative, peuvent
servir de base A la formation de programmes des Conferences
Sanitaires Pan- Americaines.
III.- Recommander qu'un Repr4sentant official du Bureau
Sanitaire Pan Americain assisted aux futures Conferences
des Representants de la Sante Publique.
(3 F6vrier 1928).






- 17 -


RESOLUTION
La VI Conference Internationale Americaine decide:
1.- Reconnaitre que l'application des principles et des pro-
edies d'Administration en matiere de Sant6 Publique, ap-
prouv6s par la V Conference Internationale Am-ricaine, en
la seance du 16 Avil 1293, a dtd un facteur d'efficacitd et de
d6veloppement pour la Sante et l'Hygiine des Pays Ameri-
cains et recommander dgalement A tous les Pays Americains
qu'ils n'6pargnent aucun effort pour atteindre les buts qu'ils
poursuivent dans l'application des sus-dits principles et pro
c6dds.
II, Recommander 5 tous ies Pays Am6ricains que d'ac-
cord avec leur convenance et afin d'obtenir un personnel
aussi apte que possible et si indispensable pour 1'efficacit6
des services sanitaires, ils fassent tout leur possible pour
etablir :
a) L'enseignement sanitaire du personnel qu'ils uti-
lisent dans des dcoles soeciales ;
b) La carriere sanitaire, compose d'un group de
fonctionnaires, sujets a un tableau d'avancement, inamo-
vibles dans leur service, et don't 1'avancement est bas6
uniquement sur les m6rites de leur service et avec la ga-
rantie de retraite.
III. Recommander A la IX Conference Sanitaire Pan-
Am&ricaine qu'elle s'efforce d'6tablir les bases pour l'ensei-
gnement et la carriere sanitaire d6ji indiqu6s et qui peu-
vent facilement s'adapter aux'ndcessit6s de chaqu- Pays.
(3 fevrier 1928.)
RESOLUTION
La VI Conference Internationale Americaine decide;
1.- Prendre note des actes et des resolutions de la I6re
Coanfrence d'Eugdndsie et d'Homiculture, tenue a la Ha-
vane du 21 au 23 decembre 1927, et recommander aux Gou-
vernements des RWpubliques Am6ricaines, leur etude et
I'application de tout ce qu'ils jugent convenable.
II.-- Recommander a la IX Confdrence Sanitaire Pan-









Am6rieaine et,A la It Conf6rence d'Eiune6.ieet d'HomtnicuT-
ture qui auront lieu a Buenos -Aires, Republique Argentine,
qu'elles etaudient la mianire qui convienne le mieux pour
harmoniser le fonctionnement du Bureau Pan-Amnricain
d'Eugen&sie et d'Hornieulture avec le Bureau Sanitaire-
Pan-Americain, laissant le premier, constitute jusqu'A ce mo-
ment dans :es termes 6tablis par la I Conference d'Eug6 -
n6sie et d'Homiculture, tenue a la Hlavane du 21 au 23 d6-
eembre 1927, realiser les travaux et adopter l'organisation
jug&e La plus adequate salon [ts buti qui motiverent sa.
creation.
III.- Recommander que les Republiques Americaines, qui
n'ont pas de repr6sentants techniques pour l'6tude de 1'6mi-
gration dans les Pays d'origine, ainsi que ceux qui en pos-
sedent en nombre restreint, profitent des services de ceux
qui en possedent en nombre suffisant et don't les fonction-
naires pourront Otre destines A ce but, comme repr6sentants
ex-officio du Bureau Sanitaire Pan-Am6ricain, sans que soit
exclu le droit qu'ont ces Pays de soumettre leur propre
emigrant aux investigations qu'ils estiment n6cessaires pour
decider leur admission definitive, d'accord avec les condi-
tions nationals.
(3 fevrier 1928.)
RESOLUTION
La V'[ Conference Internationale Americaine decide:
I. A ):;)ruver et rec)rn-mander la reunion p6riodique de
Congres Pan-Amr-icains de Journalistes et confier au Con-
seil Dire,:tif de l'Union Pan-Americaine, la d6iignation des
lieu et date des sus-dites reunions.
II.--- Engager les Journalistes de I'Amerique A participer
activement a ces Congr&, et a s'efforcer a ce que leurs con-
clusions soient adoptees par les journalists de leurs Pays
respectifs.
III.- Recommander comme matidre prefdrde du future
Congres de Journalistes, 1'etude des moyens pratiques pour
le ddveloppement dans la pre.se quotidienne des informa-
tions inter-Americaines.
IV.'-- Solliciter du Conseii Directif de I'Union Pan-Ameri-






- 1D-


eaine,qu'il recommande A toutes les Associations de la Pre-s e
du Continent la plus grande publicity du Code d'Ethique de.,
Journalistes, approuv6 par le ler Congres de.Journaliste, et
auquel se refere le No. 13 de leurs recommendations.
V.- Solliciter du Conseil Direetif de l'Union Pan-Amrri
caine, qu'avant Ia Reunion du Ile Congres Pan-Americain de
Journalistes, il etudie la possibility d'une organisation per-
manente, dependant de l'Union Pan-Am6ricaine, qui serve
d'organe aux Congr&s Pan-Amrricains de Journalistes et qui
travaille A I'adoption, dans tous les Pays participants, de
Jeurs conclusions.
(3 fevrier 1928.)
RESOLUTION'
La VI Conference Internationale Americaine approve la
recommendation au prochain Congres Pan-Americain de
Journalistes, d'inclure dans son programme comme themes
de discussion les conclusions suivantes:
I.- L'on recommande la defense de communique et de
publier des nouvelles fausses, trompeuses ou exagerees qui
tendent a porter prejudice A la reputation ou aux int&6rts
de l'un des Pays de I'Amerique, en cr6ant une id&; fnusse
de ses institutions ou de ses coutumes ou en lui faisant unp
reputation indigne dans le reste de l'Univers.
II. --L'on recommande aux grandes publications Pan Am6-
ricaines qu'elles s'efforcent d'etablir dans chaque Pays, des
correspondants.bien informs sur I'histoire, la langue, la 1e-
gislation et les coutumes de l'endroit ou iis sont accr&dites
afin qu ils puissent transmettre A leur journal des nouvelles
serieuses, documents et dignes de foi.
III.- L'on conseille le voyage frequent des journalists
d'un Pays aux autres qui forment le corps Pan-Am6ricain out
ils seraient accueillis avec !a mnme consideration et les
memes conditions favorables don't ils jouissent dans leur
Patrie.
IV.- L'on propose I'6tablissement d'6coles de journalists
ou de course sppciaux dans les Colleges et les Universites du
Continent qui tendent A la formation de professionnels d'une
culture ample et bien ordonnde.






- 2C-


V.-- L'on demand aux publications du Continent, qu'elles
organisent leur librairie de telle faqon que, sans que leur ser-
vice en souffre nullement, elles ruisent t' e une source d'in-
formations pour le public en general.
VI--- L'on recommande !a creation dans les Journaux de
sections dirigees par des specialistes qui 6tudiint les sujets
sociaux, historiques, litt6raires et artistiques d'un intdrft
continental.
VII. L'on recommande A la Presse du Continent qu'elle
organise ou protege des contours oa des reunionA pour r6
compenser les oeuvres et les articles, qui, de fagon quetcon-
que, peuvent contribuer au rapprochement des Peuples de
1'Amnrique.
VIII.- L'on conseille la conclusion de traits entire toutes
les R6publiques Pan-Americaines qui garantis.ent la piopri-
ete intellectuelle et artistique pour les articles, dessinw, pho-
tographie-' ete, pablidi dans la Presse, ou bien l'incor-
poration de cette garantie aux Conventions generales ayant
dejA trait cette question.
(3 fevrier 1928.)

RESOLUTION

La VI Conference Internationale Amdricaine decide :
I.-. Recommander que la IV Conference commercial
Pan-Am6ricaine soit composee principalement de Represen-
tants des Associations Commerciales des RKpubliques Am6-
ricaines et qu'elle 6tudie plus specialement la fcrme la plus
efficace pour augmenter et resserrer les relat ons entire les
organizations coxmnerciale; des Pays, Membres de I'Union
Pan-Am6ricaine.
II. Recommander que les Associations commercials de
l'Am6rique etablissent entire elles des relations de coopera-
tion les plus 6troites possibles et qu'elles 6changent, avee
regularite, toutes sortes de publications concernant le com-
merce de l'Amrrique.
III.-, Recommander que I'Union Pan-Am6ricaine conti-
nue A publier les statistiques du commerce exterieur des
Rdpubliques Americaines et qu'elle coopere 6galement A la







mise en pratiqu- des conclusions des Conferences Commer-
ciales Pan-Americaines.
(3 f6vrier 1928.)
RESOLUTION
La V' Conference Internationale Am6ricaine decide :
I.-- La creation de l'Institut Pan-Am6ricain de Gdographie
et d'Histoire qui servira A coordonner, distribuer et propa-
ger les etudes geographiques et historiques dans les Pays
Amdricains.
II.-, L'Institut Pan-Americain de Gdographie et d'His-
toire servira d'organe de cooperation entire les Instituts Geo-
graphiques et Historiques de l'Amerique pour faciliter
I'6tude des problemes concernant la Geographie et l'Histoire.
III.-. II commencera et classera les recherches exig6es
par la cooperatton de divers Pays, en contr6lant les dis-
cussions scientifiques.
IV.- II aura A sa charge la publication de tous les tra-
vaux envoys par les Etats Amdricains.
V.--- II fera des etudes tendant A l'6claircissement des
questions de frontieres, si le dermandent tous les Pays intd-
resses directement dans ces questions.
VI.- II sera charge de l'organisation des archives impor-
portantes de plans et de documents historiques, relatifs A
I'Amerique, et d'une Bibliothdque pour les questions particu-
lieres de l'Institut.
VII.- L'Institut Pan-Americain de Geographie et d'His-
toire sera compose de tous les Etats Americains represents
par une Del6gation nommre par chaque Gouvernement. Cha-
que delegation aura droit a un vote.
VIII. Le lieu de residence de l'Institut sera la Capitale
d'un Etat Amrnricain, choisi par l'Union Pan-Amdricaine. Le
Gouvernement de l'Etat Americain dans la Capitale duque!
se trouvera le siege de l'Institut, devra fournir un Edifice
convenable pour les travaux A executer et d6jA mentionnes.
IX.--Le maintien 6conomique de l'Institut sera A charge
de cotisations annuelles, fixes par l'Assemblee de l'institut
lui-meme, avec l'approbation des Gouvernements respectifs.






- 22 -


X. Les Langues employees dans les publications et aux
Seances de l'Institut seront celles de l'Union Pan-Ameri-
caine, c'est-A-dire: l'Espagnol, I'Anglais, le Francais et le
Portugais.
L'on creera un Comit6 National dans chacun des Etats
Americains, qui adhereront A l'Institut. L'on donnera la pre-
fdrence au Gouvernement de chaque Etat pour la formation
de son Comite, mais dans le cas oft il ne le ferait pas, it sera
nomm6 par I'Assemblee G6nerale.

PROJECT DE STATUS

La VI Conf6rence Internationale Americaine decide :
Recommander aux Gouvernements des Etats Americains
l'adoption des status suivants pour l'Institut Pan-Americain
de Geographie et d'Histoire :
I.-- L'Institut Pan-Am6ricain de Geographie et d'Histoire
sera regi par un president, deux vice-presidents et un se-
cr6taire general, ce dernier residant dans le lieu o0i se trouve
l'Institut, choisis entire les D6legues des Etats Amerieains
et'qui ferment le comity ex6cutif.
Le Secr'taire sera responsable de la repartition de la cor-
respondance, de administration des fonds, de la redaction
des proces-verbaux et de la preparation et distribution des
publications autorisnes par l'Assemblee G6nerale.
II.- Le President et les deux vice-presidents qui devront
appartenir A des Etats different, resteront en fonctions le
temp, compris entire deux reunions de I'Assembl6e Gen6rale,
mais peavent 6tre rel&us.
III. L'Assemblee Gen6rale sera constitute par les d61e-
gu6s ou representants de chacun des Etats Americains.
IV.--II appartient A l'Assemblee G6n6rale de fixer les lieu
et date de reunions, et l'on pourra laisser entire les deux reu-
nions un intervalle de trois ans, d6lai accept dejA comme
ad4quat par le Conseil International d'Investigations.
V.-'- Le Comite Executif acceptera et s'efforcera de faire
accomplir pac chacun des Etats Americains les decisions de
I'Assemblie G6nerale et pourra s'adresser aux Gouverne-
ments des Etats Am6ricains. par I'interm6diaire de ses






23 -
services geographiques et historiques, ou directement par
celui des Gouvernements s'il le juge convenable.
VI. Le Conit6 Executif pourra designer des commissions
speciales pour l'4tude de toutes questions du resort de
I'Assembl&e Generale.
VIf.-- I.e president du Comitd ou ce dernier peut sur
leur propre initiative inviter- des hommes de science, bien
qu'ils ne soient pas d6l6gues, mais qui appartiennent A un
Etat Americain, comme Conseillers aux Seances de I'As-
sembl6e Generale.
VIII. Le Comite Ex6cutif presentera un rapport an
nuel sur la march des travaux et sur les entrees et frais
de l'Institut, A chacun des Gouvernements des Etats Am6-
ricains.
IX.- Le Comit6 Ex4cutif a la faculty de designer les em-
ploy6s qu'il croit necessaires pour le bon fonctionnement
de l'Institut et le President peut indiquer A l'Assemblde
G 6nrale la n4cessit6 d'augmenter les cotisations perma-
nentes ou bien solliciter des cotisations speciales pour 1'exd-
cution d'un travail, estim6 de grande importance et d'ex6cu-
tion immediate, par I'Assemblee Generale, si le Gouverne-
ment de I'Etat Americain oui elle doit avoir lieu, pour quel-
que motif que ce soit, ne pouvait le faire de ses propres
moyens. L'on s'efforcera de designer les employs de teile
sorte que les divers Pays adherents y soient repr6sentes.
X.-- L'Assemblde G6nerale fixera les sections qui la com-
poseront et leur donnera leur organisation scientifique et
technique.
XI.-- Dans les cas speciaux, le President du Comit6 ex6-
cutif, d'ac ord avec le Comite, peut convoquer une reunion
extraordinaire de I'Assembl6e Generale, mais it devra comp-
ter sur le consentement d'un tiers des votes des Etats Amd-
ricains qui composeront I'Assemblee.
XII -- De meme, le President du Comit6 executif, sur la
proposition du Comit6 ex6cutif d'une des Sections, peut,
dans les conditions exprim6es dans l'article precedent, con-
voquer une reunion extraordinaire de la Section.
XIII.-- L'ordre du jour d'une Section doit Otre fix6 par le






24 -
Comitd ex6cutif et commuiiqu6, quatre moist d'avance, aux
Ddlegues.
XIV.--Toute question qui ne figure pas A l'ordre du jour ne
pourra Ctre prise en consideration q''avec I'assenimrnent
prdalable de la moiti6 au moins des votes des Pays repre-
sentes A l'Assembl6e G6ndrale.
XV.-- En Assembi~e G6nerale ou en stance des Sections
les resolutionsconcernant les questions d'ordre scientifique
sont prises A la majoritO des votes des Dalegues presents.
XVI.-- En cas de doute sur la cat6gorie a laquelle appar-
tient la question A discuter, le Praildnt d6eiddra. S'il y a
6galit6 de votes, le President d6cidera.
XVII.-- Pour les questions administrative qui figurent A
I'ordre du jour, un Pays qui n'est 'pas repr&sent6 pourra en-
voyer, par 6crit, son vote au Pr6sident ; mais pour qu'il
soit valuable, it devra parvenir avant le scrutiny.
XVIII.-- L'Assembl&e GWnerale 6tablira les r6glements in-
tdrieurs concernant 1'ex-cution des travau l, ou les devoirs
generaux qui incomnbant aux MIembres d l'Institut, et en
general dans tous les cas non prevus dans les status.
XIX.- De m-ne, les sections front leurs reglements
pour l'ex~eution de leurs propres travaux, mius avant cld'tre
mis en vigueur, ils devront ktra approuv6s par I'Assemblde
Gin6rale, et il est evident qa'aucun d'eux n3 devra conte-
nir des prescriptions contraires aux reglements de I'Assem-
blde G6ndrale.
XX.- Aucun changement ne pourra 6tre accept sans le
consentement des deux tiers des votes des Pays strangers.
XXI.r- Chaque section 6lira son Pr6sident, deux vice-
pr6sidents et un secretaira, qui resteront en fonctions pen-
dant l'intervalle de temps compris entire deux reunions de
I'Assemblde G 6drale, mais ils peuvent etre re61us.
XXII. Le Secr6taire de chaque section se chargers de
*la correspondence, recherchera les fonds n6cessaires pour
ses travaux et s'occupera des archives et de la distribution
des publications.
Le Comit6 de chaque section nommera les employs qu'i
croit n4cessaires.





-25-
XXIV.-- Les proc6s-verbaux de chaque section doivent
etre communiques au Comite ex6cutif qui d6cidera s'ils
doivent &tre accepts ou s'ils exigent la ratification de 1'As-
semblIe Generale.
XXV.- Avec l'assentiment de l'Assemble G6nerale, une
section peut avoir ses propres publications et confier une
parties de son travail A des Institutions nationals ou A des
particuliers.
XXVI. Chaque Section doit avoir au moins une stance
ordinaire au moment des seances de l'Assemblee Generale,
et plusieurs sections peuvent s'unir selon l'horaire fixed par
le Comite executif.
XXVII. Le budget de chaque section se fera de maniere
sernblable a eelui de l'Assemblee Generale ; les cotisations
annelles devront etre fixees par elles et se calculeront pour
chaque Pays, comme pour le budget de l'Institut, mais de-
vront etre approuv6es par l'Assemblee Gen6rale.
XXVIII.- Les cotisations recueillies par ies sections se-
ront employees suivant ce qui aura 6t6 decide par l'Assem-
blee Generale.
XXIX Le Comit6 ex6cutif prdparera son budget de pr6-
vision pour chaque annie de la p6riode comprise entire deux
seances. Une Commission financire nommee par l'Assem-
blWe Generale se chargers de 1'6tude du budget et de la v6-
rification des cotisations de l'exercice precedent.
XXX.- Les fonds recueillis des Etats Amnricains peuvent
etre employes de la mani&re suivante :
a) Frais de rdiaction et discussion d'observations com-
prenant le paiement des employes necessaires.
b) Frais de publications et accessoires de l'Administra-
tion.
c) Frais dfis au paiement d'honoraires des Comites exe-
cutifs, tant de l'Institut que des sections et de leurs emplo-
yes.
d) Le surplus, avec l'approbation de I'Assemblee, s'utili-
sera pour l'execution de travaux exterieurs ou d'investiga-
tions,
e) Dans le cas oft I'on recevrait des dons, ceux-ci s'ap-
Dliqueront suivant les indications des donateurs.






- 26 -


f) Tout pays qui abandonne l'As sembl6e cedera ses droits
en faveur de l'Institut.
XXXI.--- Les comites nationaux ont pour attributions de
faciliter et de coordonner dans leur Pays respectif 1'6tude
des diverse divisions de la Geographie et de 1'Histoire, con-
sid&r&e principalement au point de vue de l'int6ret general
de l'Institut. Chaque Comite national, soit seul, soit uni a
d'autre Comites nationaux, a le doit de soumettre A l'Insti-
tut des questions A discuter, pourvu qu'elles soient de sa
competence.
XXXII.- Les Comites nationaux sexont les Conseillers et
les directeurs intellectuals des services geographiques et
historiques de chaque Etat Amdricain, avec l'approbation
prealable des Gouvernements respectifs.
XXXIII.- Les Comit6s nationaux rendront annuellement
compete de leurs travaux a l'Institut.
XXXIV. Les Statuts de l'Institut Pan-Americain de Geo-
graphie et d'Histoire, seront anneyxs a la Coflvention res-
pective et pourront 6tre modifies, abr6g6s ou augments par
la premiere Assembl6e Generale.
(7 f6vrier 1928)
DECISION
La VI Conference Internationale Americaine decide :
Recommander au Comit6 Executif de i'Union Pan-Amr-
ricaine, de joindre comme theme des prochaines Conferencs,
a partir de la Septieme, pour leurs etude et resolution, les
problmes relatifs a I'amelioration des travailleurs, et aux
" Standards do vie de ces derniers et des Pays du Conti
nent Americain.
(7 f6vrier 1928 )
RESOLUTION
La VI Conference internat-onale Americaine decide :
I.- Que l'on recommande aux Pays, Membres de l'Union
qui ne l'auraient pas fait jusqu'ici la publication de Cartes
geoddsiques, g6ologiques, agricoles, etc., qui donnent une
idWe de leurs resources naturelles, des possibilit6s de leur
developpement et de leurs voies de communication ; et qui
dans l'execution des cartes de leurs ress;'urces naturelles






- 27 -


suivraient des lignes semblabes A celles qui sont adoptees
par le Mexique, pour les rendre facilement comparable et
d'un plus grand profit pour 1'exploitation de leurs resources.
II. Qua l'on recommande aux Pays, Membres de 1'Union
que les operations qui doivent s'effectuer pour la Confection
d'une carte d'un Territoire soient les .uivantes:
1) Triangulations geoddsiques et typographiques de
diverse operations.
2) Topographie de details.
3) Reseaux hydrologiques.
4) Hydrographie.
5) Tracd de routes et de voies ferries.
6) Topographie des Frontidres.
( 7 fdvrier 1928 )
RESOLUTION
La VI Conference Internationale Amdricaine decide:
I. Reconnaltre comme de grande n6cessitd pour le pro.
gres imtellectuel de 1'Amerique, pour la connaissance et la
just appreciation de combien l'on travaille sur le Continent
pour ce progres, et pour la solidarity de la pensde qui doit
constituer A la fois une des plus grandes richesses de l'Union
entire toutes les- Nations Americaines, l'organisation de la
bibliographie continental.
II. Organiser la reunion d'une commission technique,
formne par des experts bibliographes, choisis entire les divers
Pays Am6ricains.
L'Union Pan-Am6ricaine reste charge des pourparlers
avec les Associations, les organizations et les particuliers
intdressees dans les travaux bibliographiques sur les moyens
de faire aboutir la presente resolution.
(7 fdvrier 1928)
RESOLUTION
La VI Conference Internationale Americaine decide :
L'Organisation d'un Congres p6dagogique Pan-Am6ricain
aux date et lieu choisis par l'Union Pan-Amdricaine, auquel








prendront part les repr6sentants des 6coles normales et su-
perieures primaires des Etats Americains et qui seront nom-
m6s par les Gouvernements respectifs.
Le Congr-s aura pour fins, les suivantes :
a) Extension Normale et Scolaire.
b) Exchange de professeurs et d'616ves.
c) Etude de la situation de 1'enseignement normal et
primaire dans les Etats Americains.
d) Etude des reformes scolaires qui doivent etre adop
tees tant au point de vue des m6thodes comme a celui de
l'organmsation scolaire.
e) Etude des moyens qui doivent 6tre mis en pratique
pour que le Professeur occupe officiellement et; socialement
la situation qui lui revient.
f) Constructions d'Ecoles.
g) Budget scolaire.
( 7 fevrier 1928 )
DECISION
La VI Confdrence Internationale Am6ricaine decide:
Que, comme hommage d'admiration, soit reconnue la d6-
couverte, faite par le Dr. Carlos J. FINLAY, de la Havane,
du moyen de transmission de la fiHvre jaune et soit pro-
clamd le merite qui lui revient pour cette decouverte gd-
niale ; pour avoir pose les bases de la prophylaxie de la
Fievre Jaune et pour avoir 6t6 le premier i annoncer,appuy6
sur des preuves resultant d'experiences, la doctrine scienti-
que de la transmission des maladies d'hommes A hommes par
un agent interm6diaire.
(7 fevrier 1928)

RESOLUTION
La VI Conf6rence Internationale Am6ricaine decide :
Recommander !a reunion d'une Conference inter-amdri-
ricaine de Contr6le Sanitaire Vegetal et Animal et, si pos-
sible, au mois de Janvier 1929, dans la Ville que d6signerait
le Conseil Directif de l'Union Pan-Americaine.







29 -
La dite Conference aura pour mission principal :
I. Etudier la possibility de rendre uniformes :
a] Les moyens de combat et de prevention qui doivent
etre employes individuellement ou en cooperation par les
divers Pays d'Am6rique.
b] L'idee que doivent soutenir les dits Pays concernant
les dispositions de quarantaines, de fumigation, de desinfec-
tion ou manque d'.accords sur les possibilities de transmission
de contagion et d'acclimatation des divers fleaux de mala-
dies, et
c] Les conditions indispensables pour l'admission de pro-
duits qui sont contamines ou qui peuvent devenir le v6hi-
cule de maladies contagieuses ou de fl1aux.
II. Etudier les bases pour la creation, A l'aide d'une Con-
vention, d'un Conseil Inter-Am6ricain de defense agricole
qui aura A sa charge de continue les 6tudes sur les points
precedents ; proposer aux Pays Am6ricains les moyens ten-
dant A l'uniformit6 en matiere de defense agricole, et de
suggerer dans chaque cas la forme la plus efficace pour i'ap-
plication et pour la portte des moyens de quarantine ou
d'exclusion.
( 7 fvrier 1928):
RESOLUTION
La VI Conference Internationale kmdricaine decide :
Recommander aux Pays de l'Union Pan-Am6ricaire d'in-
clure dans leurs lois le cong6 obligatoire a la femme-mere,
de quarante jours avant et apr6s l'accouchement, avec la
jouissance integrale de son paiement ou salaire, qu'elle tra-
vaille dans un service official ou priv6.
(7 ftvrier 1928).

RESOLUTION
La VI Conference Internationale Americaine decide :
Recommander A l'Union Pan-Americaine I'Ntude par des
oreanes competents, si possible par I'Assembl6e In-
ternationale de.Jurisconsultes, de la question de reglemen-
tation de l'emploi industrial et agricole des rivieres interna-






- 30


tionales et qu'elle soumette A la VII Conference les projects
formulas a ce sujet.
(7 fevrier 1928).
RESOLUTION
La VI Conference Internationale Americaine decide :
Recommander au Congres Pan-Am6ricain des Routes qui
aura lieu A Rio de Janeiro en Juillet de l'ann6e courante, 1'6-
tude et I'application des accords concernant 1'execution d'une
Route de communication longitudinale A travers le Conti-
nent, d'aborder et resoudre toutes les questions relatives
aux etudes, routes, embranchements, cooperation technique
et 6conomique des divers Pays, et autres qui se rattachent A
l'ex6cution de ce probleme.
L'Union Pan-Americaine se chargers d'accumuler les 616-
ments d'information et de preparer les projects qui condui-
raient de la facon la plus efficace A l'execution de la pr6-
sente resolution, en les soumettant en temps opportun a la
connaissance du sus-dit Congres Pan-Am6ricain des Routes.
( 7 f6vrier 1928 ).
MOTION
La VI Conference Internationale Americaine decide :
Qu'en seance pl6niere et a la suite de lordre du jour l'on
invite avec caract6re extra-officiel les representations
des diverse Associations f6mi ines qui ont sollicit6 A cet'
effet une Audience afin d'exposer A la Conference leurs points
de vue sur la question des droits civils et politiques de la
Femme.
( 7 fevrier 1928 ).
RESOLUTION
La VI Conference Internationale Americaine decide :
Recommander aux Gouvernements des Etats 1'6tude pour
l'adoption d'une monnaie commune A tous, en les priant de
vouloir bien indiquer dans les etudes et informations qui
ont 6t6 faites : la valeur de la monnaie, son poids, loi, nom
et talon, et les autres details particuliers les concernant. Re-
commander egalement aux Etats de se communiquer les pro-







jets respectifs dans le but d'obtenir un meilleur resultat ;
et de les transmettre, une fois terminus, A l'Union Pan-
Am6ricaine, dans un d6lai maximum de deux ans, A comp-
ter de la date de la presente resolution.
L'Union Panamericaine, en possession des 6tudes et des
projects des Etats, 6tablira le project definitif, en pregnant
pour base les 6tudes des Etats, et le communiquera A ces
derniers afin qu'ils 6mettent leur opinion.
Enfin, le project de la monnaie commune, propose par I'U-
nion, accompagn6 des observations des Etats, sera soumis A
la VII Conference Internationale Americaine, pour I'adop-
tioi: definitive de la monnaie commune.
( 13 f6vrier 1928).
RESOLUTION
La. VI Conference Internationale Am6ricaine decide :
Consid6rer terminus les travaux de la Conf6rence le 20 du
mois courant.
(13 fevrier 1928.)

CONVENTION*
Mettant en vigueur le Code de Droit International priv6 y
annexed.
RESOLUTION
La VI Conference Internationale Am6ricaine decide :
I Recommander au Conseil Directif de l'Union Pan-
Americaine la convocation d'une Conference special de
Reprssentantsde tous les Gouvernenents de l'Union aux lieu
et date d6sign6s par eelui-ci pour y 6tudier dans toute son
ampleur le problne de la protection inter Amrricaine dtes
Marques de Fabrique.
Une fois la Conference terminee, ses conclusions --qu'elles
soient des recommendations, des resolutions ou des conven-
tions -- serontsoumises a l'Union Pan-Amiricaine et par son
entremise commiuniquaes imm6diaternent A l'examen des

*Cette Convention, ainsi que le Code et les autres conventions, adop-
tes a la VI Conference Internationale Americaine devant 6tre soumis A
la sanction du Corps L6gislatif, seront ult6rieurement publi6s.





- 32 -


divers Gouvernements, sans aucune necessity de reference
ultdrieure, A la VII Conference Internationale Americaine.
(15 f6vrier 1928)
La VI Conf6rence Internationale Am6ricaine decide:
1.- Les Gouvernements don't les noms suivent souscrivent
la some ndcessaire pour 1'6dition complete de mille deux
cents exemplaires du Diccionario de Construccion y regi-
men de la lengua castellana compose par Don Rufino J.
Cuervo, some ainsi repartie :
Les Gouvernements de l'Argentine, de la Colombie, du
Chili, de Cuba, du Mexique et du Perou contribueront avec
la some de $ 3.000 or, chacun ; et les Gouvernements de la
Bolivie, Costa-Rica, de l'Equateur, dlu Salvador, du Guate-
mala, de Honduras, du Nicaragua, du Panama, du Paraguay,
de la Republique Dominicaine, de l'Uruguay et de V6nezuela
contribueront avee la some de $ 2.000 chacun, ce qui donne
le total de $ 42.000.
2.- L'Union Pan-Americaine sera chargee de recueillir les
sommes souscrites et de commencer les demarches n6cessaires
aupr&s des particuliers, des entreprises ou des 6tablissements
de tout genre, pour la publication de 1'oeuvre, et elle donnera
ample faculty woour conclure toute sorte de contracts ou d'ar-
:angements,pour effectuer les paiements et faire les avances
d'accord avec eux.
3.- Autoriser l'Union Pan-Am6ricaine a recevoir les con-
tributions que d6sirent faire spontandment les Soci6tes
scientifiques ou litteraires de caractere priv6 des Etats-Unis
d'Ameriquu, du Br6sil ou d'Haiti.
4.- L'impression une fois terminee, les exemplaires seront
distribu&s en proportion du montant des diverse cotisations,
sans prejudice de ce que le contract de publication assume la
forme de subvention a une Impritaerie, et dans ce cas, celle-
ci pourra mettre l'ouvrage en vente publique, pour son pro-
pre coinpte, avec la seule obligation de remettre A chaque
Gouvernement contribuant un nombre limits d'exemplaires
indiques sur le contract.
5. Recommander A l'Union Pan-Americaine de recher-
cher les moyens d'assurer, a l'avance, le meilleur accueil aux






- 33 -


linguistes d'experience reconnue, qui s'efforcent de conti-
nuer sous forme scientifique l'oeuvre philologique de Don
Rufino J. Cuervo, jusqu'A ce quelle soit terminee.
( 15 f6vrier 1928)
RESERVE DE LA DELEGATION DU CHILI
La Delegation du Chili approve le texte integral de cette
Resolution comme un homage A Cuervo, mais fait constater
sa reserve quant aux difficulties qui, A son avis, vont surgir,
pour recueillir les cotisations des Gouvernements pour les-
quelles sera necessaire l'autorisation de leurs Congr&s res-
pectifs.
RESERVE DE LA DELEGATION DE L'ARGENTINE
La Delegation de la R6publique Argentine fait sienne la
reserve precedente, de la Delegation du Chili.

RESOLUTION
La VI Confdrence Internationale Americaine decide:
Approuver en g6nDral les conclusions de la Commission
Pan-Americaine pour la simplification et l'unification des
procedures consulaires qui se trouvent dans I'Acte final de
la Commission ;
Recommander aux Gouvernements des Rdpubliques Am6-
ricaines de prendre les measures necessaires dans le but
d'executer les resolutions de la Commission dans la measure
que permettent les 1egislations int6rieures de chaque pays
et l'inter&t national ;
Recommander A I'Union Pan-Am6ricaine de convoquer
dans le plus bref delai possible une Seconde Reunion de la
Commission Pan-Americaine pour la simplification et l'uni-
fication de la procedure consulaire afin d'dtudier la question
d'uniformitd des droits consulaires, soumettant les r6sultats
de ces travaux au Conseil Directif de l'Union Pan-Ameri-
caine ;
Recommander A l'Union Pan-Am6ricaine, aussitot que ter-
mine ses travaux la Commission plus haut mentionnie, de
soumettre aux Gouvernements Membres de l'Union, les re-






34-

cornmandations qui pourront etre formules par la Commis-
sion sur l'uniformit6 des droits consulaires ".
( 15 f6vrier 1928)
RESOLUTION
La VI Conference Internationale Americaine, vu que
prochainement doit se reunir dans cette Ville, la II Con-
ference Internationale d'Emigration et d'immigration et
dans le but de ne donner ni des difficulties, ni des limits
au travail de la dite Conference ; mais qu'il est necessaire
et indispensable, en meme temps, de faire certaines d6cla-
rations de principles et 2ertaines recommendations.
Decide :-S'abstenir d'etudier dans son ampleur le probl6-
me de 1'Emigration ; mais elle 6tablit les principles et d6cla-
rations suivants sur le meme probleme, au point de vue des
Nations Amerieaines :
1. -- Que les Conventions sur l'Emigration et l'Immigra-
tion, effectuees entire les Nations du Continent Ame.ricain
et les Nations des autres Continents, ne puissent jamais
imp)ser a un Etat Amiricain des measures tenant a sous-
traire l'Emigrant A la 16gislation et jurisdiction du Pays dans
lequel il s'incotpore.
2.- Que toute resolution concernant l'Emigration et l'Im-
migration doit s'inspirer de ce double principle :
a) Egalit6 des droits civils entire Nationaux et Etrangers.
b) La quality d'homme libre qui doit etre reconnue a
tout emigrant. Doivent etre respects et proteges les droits
et la dignity de la persoinne humane, sans que d'autre part
ce respect et cette protection puissent justifier une offense A
ia souverainete du Pays.
3.-- Que les Etats Americains se r6servent le droit d'exa-
miner les avantages de 1'entree du courant d'6migrants sur
leurs territoiras, provenant d'autres Continents, hacrmoni-
sant leur mode de proceder avec leurs interets economiques,
politiques et sociaux.
4. Que l'on doit recommander, pour en faire une etude
special, a la II Conference Internationale d'Emigration et
d'Immigration, la proposition suivante formulee par la D616-
gation du Mexique ;





35 -
1.- Pour les effects de la protection des lois relatives, l'on
ldoit uniquement considerer comme Emigrants les'individus
,qui sans avoir de capital personnel, sortent de leur pays pour
travailler dans un autre, dans les industries, le Commerce ou
l'Agriculture,ou les travaux intellectuals, sous la d6pendance
d'un particulier ou d'une entreprise ; et comme Immigrants
les individus qui, dans les memes conditions et avec le mime
but, arrivent dan? un Pays qui n'est pas le leur ".
II.-- Les Gouvernements ne devront pas autoriser la sortie
d'un Emigrant, sans avoir au pr6alable, et avec son interven-
tion, 6tabli les contracts suivants :
a) Uu contract de travail qui garantisse A l'Emigrant
son voyage jusqu'A 1'endroit ou vont etre utilises ses servi-
ces, dans de bonnes conditions d'hygiene, d'alimentation et
de confort convenable.
b) Un contract de travail qui garantisse au meme Emi-
grant 1'emploi de ses services dans les conditions stipuldes
et surtout le paiement de son retour au lieu ouf a 6t6 signed
le contract.
Les Gouvernements, en plus des garanties stipuldes, doi-
vent dieter les measures de protection necessaires en faveur
de l'Emigrant, jusqu'au port d'entree du Pays vers lequel il
emigre ; et en faveur de l'Immigrant depuis le port d'entrde
jusqu'au lieu que fixe son contract de travail.
III.- L'Emigrant devra jouir des memes droits et garan-
ties 16gales que l'indigene du Pays vers lequel il emigre, a
['exception des droits politiques que chaque Nation concede
a ses Nationaux, sans que jamais ii ne soit dict6 de measures
qui mettent migrantat en situation 16gale ou de fait inf6-
rieure A celle des nationaux ".
Le Gouvernement du Pays ou arrive l'Emigrant, devra
accomplir, par les moyens 6tablis par ses lois, les contracts
de transport et de travail mentionnis dans le II paragraphe,
U la demand de l'Emigrant.
5.--Que l'on recommande, sans pr6juger, au Conseil Direc-
tif de ['Union Pan-Americaine d'inclure comme theme de la
prochaine Conference Internationale Americaine et de pr6-
parer en attendant que se c6lebre la Conference, le mate-
riel necessaire pour une meilleure etude de la question, ['ini-
tiative suivante de la Del6gation du Salvador:







"Aucun des Etats Americains ne peut entraver I'Emi -
gration et immigration des autres Etats, ni la limiter A ur,
certain nombre de citoyens d'un autre Etat".
( 7 F6vrier 1928).
DECLARATION DE LA DELEGATION DES
ETATS-UNIS D'AMERIQUE
La D616gation des Etats-Unis desire manifester, en ce
qui concern cette resolution, que le Gouvernement des
Etats-Unis considere que le control de l'Immigration est
une affaire purement .interieure, qui implique 1'exercice
d'un droit souverain et que, en ce qui concern les Etats-
Unis, l'autorit6 de son Congres, en question d'IMMIGRA-
TION est exclusive.
DECLARATION DE LA DELEGATION DE CUBA
Le soussign6 ( Enrique Hernandez Cartaya, Cuba) de-
sire faire savoir que, pcur amplifier la reserve formulae au
moment de signer le dictamen de la sous-Commission d6
signee pour concilier les diverse opinions sur le theme de
l'Emigration, expose qu'il n'accepte pas de ce dictamen les
particularites continues dans les Numnros 1, 2 & 3 et A leur
place il formule comme recommendation du Rapporteur, la
second conclusion reformie de son rapport sur ce theme
qui, A la lettre dit : "Seconde : Que, cependant, soient ex-
prim6s comme desirs de la pr6sente Conference Internatio-
nale Americaine que dans les prochains accords l'on vise le
perfectionnement de la protection des immigrants dans les
ordres juridique et social, en s'inspirant du principle de 1'e-
galit6 civil des nationaux et strangers ; que l'on arrive A
6tablir les bases qui fortifient l'organisatiotn des courants
migrateurF, en tenant compete des diverse necessites na-
tiotales' et de la souverainet6 des pays d'immigration, con-
sideree comme principle fundamental et que l'on s'efforce de
determiner, par des moyens adequats, des points extremes
qui, de par leur nature, doivent 6tre recommand6s, pour le
moment, a la concertation de pactes bilatdraux, pour 1'evo-
lution du Droit International de cet important ph6nomrne.
DECLARATION DE LA DELEGATION DE LA
REPUBLIQUE DOMINICAINE.
Avant d'emettre son vote sur la resolution relative au






- 37 -


theme de "aspects internationaux des probiemes d'Immi-
gration", la Ddlegation Dominicaine desire r6it6rer, pour
qu'elles soient mentionnees dans l'Acto, les observations
formulees par elle au moment de traiter la meme ques-
tion dans la Commission correspondante.
Malgr6 l'opinion soutenue par cette Del6gation que, ces
probl6mes, sous leurs aspects concrets, sont du domaine pri-
v6 de la legislation domestique, n'a pas trouv6 d'inconv6-
nient A donner son approbation A la lecture des principles et
declarations soutenus dans les Nos. 1, 2 et 3 de la resolu-
tion, pour avoir consider que cette lecture n'avait pas pour
but primordial de limiter 1'oeuvre de la Conf6rence Inter-
nationale d'Emigration et d'Immigration qui se r6unira pro-
chainement dans cette Ville, mais plutot les points .de vue
des nations americaines r6unies en cette sixieme Confe-
rence, et ces points de vue coincident avec l'esprit et les
dispositions positives de la Legislation dominicaine,
Le principle consigned dans le No. 1, proclame la souverai-
netd de l'Etat qui recoit immigration, A la legislation et
jurisdiction duquel doit &tre sujet l'immigrant.
Le principle de l'6galit6 des Droits Civils entire nationaux
et strangers, inspire toute la legislation dominicaine. Toute-
fois, je dois reiterer ici les reserves faites A la Commission
des Affaires Economiques. Le LUgislateur dominicain, dans
le but, non pas de rdduire ces principles, mais d'en assured
I'application au benefice des dominicains residant a l'd-
tranger et de prendre quelques precautions estimees ndces-
saires, a subordonn l]a jouissance ou l'exercice de certain
droits civils, pour les strangers, A la condition de la recipro-
cite legislative ou du b6nefice d'un traits ou du fait que
l'etranger a 6-t6 autoris6 A fixer son domicile sur le terri-
toire de la Republique.
Le principle consigned dans le "b" de la disposition No. 2,
non seulement est un point de vue actuel dominicain, mais
encore a 6td consacrd dans notre Constitution comme un
droit inherent A la personnalit6 humaine et pour ce motif
justifie pleinement notre plus absolue adhesion.
Quant au principle consigned dans le No. 3, je me permets
de suggerer une Ige~re modification dans le texte, pour





-38-


rendre plus claires ses dispositions. Je propose qu'il soit r6
dig6 ainsi :
"3.-'- Que les Etats Americains se reservent le droit
d'examiner les avantages de l'entree du courant immigra-
teur en leurs territoires, provenant d'autres territoires, et
de conformer leur maniare de faire a leurs intertLs econo-
miques, politiques et sociaux".
(15 Fevrier 1928).
RESOLUTION
La VI Conference Internationale Americaine decide :
Recommandar au Second Congres Panambricain des Rou-
tes qui se r6unira a Rio-de-Janeiro en Juillet 1928, qu'il
formule les bases d'une Convention pour la r6glementation
International de la Circulation des automobiles entire les
Pays Membres de l'Union Pan-Americaine, et que l'on sou-
mette les dites bases au Conseil Directif de I'Union Pan-
Am6ricaine, pour etre prise en consideration lors de la re-
daction de la Convention, qu'il formulera et soumettra aux
Gouvernements Membres de 1'Union. L'on recommande 6ga-
lement au Second Congres Pan Americain des Routes, qu'il
6tablisse un project de loi uniform qui rlglemente la circu-
lation et qui sera envoy a l1'Union Panam6ricaine pour
etre transmis par celle-ci aux Gouvernemnts Membres de
l'Union Panamericaine, pour que les principles 6tablis dans
ce dit project soient pris, si possible, en consideration lors de
la legislation qui se dictera a l'avenir sur cette question et
de cette facon obtenir graduallement que toutes les l1gis-
lations sur les questions de circulation en Amerique se rap-
proche de l'uniformit6 quant aux principles fondamentaux
(15 Fevrier 1928).
RESOLUTION
La VI Conference Internationale Americaine :
Considerant : que les Republiques Argentine, du Bresil,
de Cuba, du Chili, la Republique Dominicaine, du Salvador,
des Etats-Unis Mexicains, de Panama et du Paraguay, repr-.
sentees par leurs dlegues pl6nipotentiaires dans la Commis-
sion Interamnricaine des Communications Electriques, reu-
nie en la Ville de Mexico, du 27 Mai au 22 Juillet 1924, si-






- 39 -


gnerent une Convention qui 4tablit la reglementation juri-
dique uniform des services interamericains de communica-
tions 61ectriques, et que la dite Convention a 6galement 6t6
sign4e ad-referendum au nom de leurs pays respectifs, par
les D6legu6s des Republiques de Colombie, Costa-Rica, Gua-
temala, Nicaragua, Perou et l'Uruguay.
Consid6rant : Que les Republiques d'Amerique, A l'excep-
tion de 1'Equateur, ont 6t6 repr6sent6es, par leurs Plenipo.
tentiaires, A la Conference Internationale de Radio T616gra-
phie qui terminal ses seances A Washington le 25 Novembre
1927 et qu'il signerent une Convention Internationale G6n6-
rale et vn R4glement complementaire de Radio-T616graphie.
Consid6rart : Que ces instruments diplomatiques qui vien-
nent d'etre mentionnes, sont admis A la ratification des Etats
signataires, et pregnant en consideration que la r6glementa-
tion juridique des Services de Communications Electriques,
objet du th6me septieme du Chapitre troisieme du program-
me, a 6t6 6tabli dans ces dites Conventions.
Decide :
Recommander aux Etats, membres de l'Union Pan-Am&-
ricaine qui ont sign ces Conventions leur rapide considera-
tio. et ratification par les Gouvernements respectifs.
(15 FPvrier 1928).
RESOLUTION
La VI Conference Internationale Am6ricaine decide :
Recommander au Conseil Directif de I'Union Pan-Am6ri-
caine qu'il convoque une r6utnion de techniciens qui, en re-
presentation de leurs Gouvernaments respectifs, aux lieu et
date que la Direction voudra bien designer, 6tudie :
a) Les moyens les plus effectifs pour l'6tablissement de
lines de Vapeurs qui relient entire eux tous les pays d'Am6-
rique.
b) Les moyens d'6liminer les formalities superflues dans
les ports.
(15 Fevrier 1920).
RESOLUTION
La VI Conference Internationale 4m6ricaine decide :






- 40 -


Recommander aux Gouvernements des Republiques de
l'Amerique qui possedent des rivieres navigables, qu'elles en-
treprennent des 6tudes techniques sur leurs conditions de
navigability et les obstacles qui s'y opposent, m6thodes et
cofit de l'Flimination de ces obstacles et la possibility' de re-
Her ou d'augmenter les confluents qui existent entire les ri-
vieres navigables de l'Amerique pour arriver a des conclu-
sions concretes sur les points 6numeres, dans le but de re-
mettre ces ant6c6dents en des m6moires explicatifs a l'Union
Pan-Americaine, afin que celle-ci soumette les etudes men-
tionnees A la consideration de la prochaine Conference Pan-
Americaine.
(15 fevrier 1928).
RESOLUTION
La VI Conf6rence Internationale Am6ricaine decide :
lo.-- Maintenir dans toute leur vigueur les accords des
Conferences anterieures qui disposent la construction du
Chemin de Fer Pan-Americain par la route des Andes, suivie
actuellement et qui fut trace en 1890.
2o.-, Recommander aux Nations Ami:icaines In reorga-
nisation des Comites Nationaux du ChLrmin de Fer Pan-
Am6ricain pour pouvoir 6tudier les traces locaux definitifs
rendant compete de leurs 6tudes au Comit6 Central de Was-
hington pour leur selection et leur unification.
3o.-, Recommander 6galement aux Nations Americaines
qui n'ont pas en ore construit ou termin6, de construire les
sections qui leur correspondent du dit Chemin de Fer, la
n6cessit6 et l'urgence de les commencer ou de les terminer,
parce qua le Chemin de Fer Pan-Americain sera la mani-
festation la plus positive de l'esprit de fraternity continen-
tale.
4o.-- Exprimer ses remerciments A la Commission du
Chemin de Fer Pan-Amerlcain de Washington pour les
important travaux realis6s et rgit6rer l'accord de la V Con-
ference Pan-Americaine de Santiago qui recommande 1'6tude
des moyens pratiques techniques, financiers et d'autres
classes capable de faciliter la construction du Chemin de
Fer qui contribuera si puissament A l'union des pays am6-
ricains.






- 41 -


5o.- Recommander 6galement A la dite Commission
l'6tude g6nprale sur le terrain des tracks proposes prr les
ing6nieurs Briano et Hfivens qui doivent 6tre consid&res
comme l'6bauche de futures routes complementaires mais
qui ne pourront pas substituer celle ddjA actuellement cons-
truite sur les deux tiers de son parcours.
r6o. Inscrire dans I'Aete General des travaux de la VI
Conference les remerciments de celle-ci pour les efforts rea-
lis&s jusqu'a maintenant pour la construction de la grande
oeuvre, pour tous ceux qui y ont travaille depuis les premiers
technicians qui l'ont etudide, jusqu'a ceux qui, ulterieure
ment, lui apporteront leur precieuse contribution pour la
r&Hli a'ion finale et definitive du Chemin de Fer Pan-Am ri-
cain et de ses connexions avec les lines nationals.
(15 f6vrier 1928.)
A (suivre)


CORRESPONDENCE
ECHANGEE
AVEC

La Legation de Cuba relativement

a l'emigration des Tr:vailleurs haitiens


REPUBLICAN DE CUBA
LEGACION PORT-AU- PRINCE
Haiti
A 13 de Noviembre de 1928.
Senor Secretario de Estado :
Tengo el honor de participar A Vuestra Excelencia, que
segun informaciones recibidas del Secretario de Estado de
Relaciones Exteriores de Cuba, Senor Martinez Ortiz, el







- 42


Gobiern o Cubano entiende que todos los antillanos que sean
importados para trabajar en la Compania United Fruit Co.
recibiran la acostumbrada protection y la plena garantia
quel el Gobierno de Cuba require se les de a los todos
extranjeros.
En ta! virtud, me permit, en apoyo de estas seguri-
dades proteccionistas, copiar k continuacion el despacho
cablegrafico que Su Excelencia el Secretario de Estado de
Cuba, me ha dirijido sobre este particular, con fecha 12 del
mes en curso :
Habane CUBA
ENCARGADO LEGACION CUBA, Port-au Prince.

Como que el Gobierno Cubano nunca ha recibido queja
alguna sob.e el buen trato y protection dado a sus obreros
por la United Fruit Company,este Gobierno autorizo a la Uni-
ted Fruit Company en decreto Presidencial 1529 publicado
en la Gaceta Oficial de Septiembre 13, para importar 9600
antillanos para la zafra de 19;9. El Gobierno Cubano en-
tiende que los Antillanos que asi se importen, recibiran
la usual protection y la garantia plena que este Gobierno
require se les de a todos los extranjeros ".
Martinez ORTIZ ".

Todo !o cual me complazco en llevar a conocimiento de
Vuestra Excelencia, a fin de que el Gobierno de Haiti
este perfectamente edificado sobre el tratamiento que, con
arrmglo al derecho de gentes, recibiran tVdos los antillanos
que se in destinados A trabajar en las Companias Azuca-
reras de Cuba.
Aprovecho esta oportunidad para reiterar A Vuestra
Excelencia, el testirnonio de mi mas a!ta consideration.

(S) Enrique AGUIAR
Encargado de los Asuntos de Cuba.

Su Excelencia Mr. Camille J. LEON
Secretario de Estado de Relaciones Exteriores.
Palacio Nacional.






-43 -


TRADUCTION
REPUBLIQUE DE CUBA 13 novembre 1928.
LEGACION PORT-AU PRINCE Haiti
Monsieur le Secr6taire d'Etat,
J'ai I'honneur d'informer Votre Excellenca que, selon ins-
tructions rescues du Secretaire d'Etat des Relations Extd-
rieures de Cuba, Monsieur Martinez Ortiz, le Gouvernement
Cubain entend que tous les Antillais qui seront engages par
la United Fruit Co, reqoivent la protection habituelle et la
pleine garantie que le Gouvernement de Cuba requiert qu'il
soit accord A tous les strangers.
A cet effet je me permets, A l'appui de ces garanties de
protection, de transcrire ci dessous la d6peche telegraphique
que Son Excellence le Secretaire d'Etat de Cuba, A la date
du 12 du mois en course, m'a adress6e A ce sujet :
"Havane. Cuba,
CHARGE LEGATION CUBA, Port-au-Prince.
Comme le Gouvernement Cubain n'a jamais requ aucune
plainte concernant le traitement et la protection accords
aux travailleurs engages par la United Fruit Co, ce Gouver-
nement a autoris6 la dite United Fruit Company, par d6cret
Pr6sidentiel 1529, public dans la Gazette Officielle du 13
septermbre, A faire venir 9600 antiillais pour la recolte 1929.
Le Gouvernement Ciubain entend que les Antillais ainsi en-
gages regoivent la protection habituelle et la pleine garantie
que ce Gouvernement requiert qu'il soit accorded b tous les
dtrangers ".
Martinez ORTIZ ".
Je me plais a porter ces faits A la connaissance de Votre
Excellence, afin que le Gouvernement d'Haiti soit parfaite-
ment 6difi6 sur le traitement que recevront, conform6ment
au droit des gens, tous les Antillais qui seront engages dans
les Compagnies sucrieres de Cuba.
Je profit de cette occasion pour renouveler A Votre Ex-
cellence l'expression de ma tres haute consideration.
(S)Enrique AGUIAR.
Charge des Affaires de Cuba.
S. E. Mr. Camille J. LEON,
Secretaire d'Etat des Relations Exterieures,
IFlais National.







44 -

REPUBLIQUE DHAITI
SECRETAIRERIE D'ETAT DES RELATIONS EXTERIEURES
Port-au-Prince 22 Novembre 1928.
Monsieur le Charge des Affaires,
J'ai l'honneur de vous accuser reception de votre lettre du
13 Novembr-, courant, par laquelle vous m'avez communique
le texte d'une dep6che que vous avez reque de M. le Secre-
taire d'Etat des Relations Extdrieures a la Havane, vous in-
formant que la United Fruit Company a obtenu l'autorisa-
tion d'engager 9.600 travailleurs antillais, et que le Gouver
nement Cubain assurera a ces travailleurs la protection
usuelle accordee a tous les strangers.
'out en appreciant l'intention du Gouvernement Cubain
de nous donner toute assurance en ce qui concern la pro-
tection de nos travailleurs engages A Cuba, je desire porter
A sa connaissance que le Gouvernement Haitien n'a pas en-
core requ de reponse A la communication precedemment
adreseee A la Secretairerie d'Etat de Cuba, par notre Lega-
tion A la Havane, relativement aux citoyens haitiens qui
tout recemment ont 6t1 violemment expulses de Santiago
par I'Autorite Militaire, cont-airement aux principes du droit
des gens.
Les multiples difficulties auxquelles se sont trouv6s expo-
ses les Haitiens engages A la coupe de la canne A Cuba, ont
amend le Gouvernement Haitien a penser qu'il y avait lieu
d'envisager la conclusion d'un traits qui r6glemente d'une
faqon special les conditions du s6jour de nos migrants A
Cuba et celles de leur retour en Haiti, tout en accordant a
ceux qui desirent les engager, chaque annie, des garanties
relatives 5 un recrutement regulier.
Veuillez agrder, Monsieur le Charge des Affaires, les
assurances de ma consideration tres distinguee.
(S) Camille J. LEON.

Monsieur Enrique AGUIAR
Charge des Affaires de la L6gation de Cuba,
Port-au-Prince.







45--


REPUBLICAN DE CUBA
LEGACION PORT-AU PRINCE
Haiti.
El Dr. Raul Masvidal Y Marin, Enviado Extraordinario
y Ministro Plenipotenciario de Cuba en Haiti, saluda a Su
Excelencia el Senor Camille J Leon, Secret'ario de Estado
de Relaciones Exteriores, y tiene el honor de participirle
que como consecuenciri de tluestra cordialisima entrevi-ta,
comunique al honorable Presidente Machado mi declaracion,
esto es, que mi Gobierno, en las expulsiones llevadas a cabo
en Cuba, no ha tenido el proposito de mortificar al Gobierno
de Haiti ; lo cual me complace much confirmarselo. Permi-
tame Su Excelencia que califique de mal entendido las
diferencias surgidas con motivo de estas expulsiones.
Al mismo tiempo me satisface comunirarle que es un
placer para mi continuar colaborando por la cordialidad y
las mas estrechas relaciones entire ambos iTobiernos.
Port-au-Prince Nov. 30 de 1928,
A Su Excelencia Camille J. LEON
Secretario de Estado de Relaciones Exteriores
Su despacho.

TRADUCTION:
REPUBLIQUE DE CUBA
LEGATION POTT.AU-PRINCE
Haiti
Le Dr. Masvidal y Marin, Envoy6 Extraordinaire et Mi-
nistre Pl-nmpotentiaire de Cuba en Haiti, salue Son Excel-
lence Monsieur CAMILLE J. LEON Secretaire d'Etat des
Relations Extdrieures et a l'honneur de I'informer que, pour
faire suite A notre tres cordial entretien, j'ai fait part A
l'honorable President MACHADO de ma declaration A sa,
voir, que mon Gouvernement, par les expulsions qui ont eu
lieu a Cuba,n'a pas eu l'intention de froisser le Gouvernement
Haitien ; il m'est tr&s agr6able de le confirmer A Votre Excel-
lence. Que Votre Excellence me permette de qualifier de
malentendu le different survenu a l'occasion de ces expul-
sions.







- 46 -


Ce m'est une satisfaction de vous faire savoir en meme
temps que j'6prouve du plaisir A continue une collaboration
cordiale en vue de rendre plus 6troites les relations entire
nos deux Gouvernements.

Port-au-Prince, 30 Novembre 1928.
A Son Excellence
Monsieur Camille J LEON,
Secretaire d'Etat des Relations Exterieures,
En Son Office.



REPUBLIQUE D'HAITI
SECRETAIREPIE D'ETAT DES RELATIONS EXTERIEURES
Le Secr6taire d'Etat des Relations Ext6rieures a l'hon
neur d'accuser reception de la note en date du 30 Novembre
de Son Excellence Monsieur le Docteur RAUL MASVIDAL
Y MARIN, Envoys Extraordinaire et Ministre Plenipoten-
tiaire de Cuba, par laquelle elle a bien voulu I'informerque,
comme suite a la cordiale entcevue qu'ils ont eue, elle a comn
munique A l'honorable President MACHADO la declaration
qu'elle a faite, a savoir que le Gouvernement Cubain n'a eu
l'intention de causer aucun froissement au Gouvernement
Haitien, A l'occasion des recent .s expulsions a Cuba, les-
quelles ont provoque des divergences de vue qu'elle qualified
de malentendu.
Le Secretaire d'Etat des Relations E 0t&-ieures a note avec
interet la declaration de Son Excellence le Docteur MAS
ViDAL, relative au sentiment du Gouvernement Cubain au
sujet Aes recentes expulsions et saisit avec plaisir cette oc-
casion pour lai renouveler les assurances de sa haute consi-
deration.
Port-au Prince, le 4 D6cembre 1928.

Son Excellence,
M. le Dr. Raul MASVIDAL Y MARIN,
E. E. & Ministre Plenipotentiaire de Cuba.
Port au Prince.






- 47 -


REPUBLICAN DE CUBA
CONSULADO
PORT-AU-PRINCE
HAITI.
El Ministro de Cuba,
saluda muy atentamente a su Excelencid el Senor Ministro
de Relaciones Exteriores y tiene el honor de significarle que
le agradeceria much se sirviera darle los nombres de las
personas que ultimamente fueron expulsadas de Cuba y que
por tener negocios en aquella Republica, el Gobierno Hai-
tiano interest su regreso, pues es su deseo muy sincero de
obtener del Gobierno de Cuba la autorizacion necesaria pa
ra dichas personas, a cuyo efecto esta realizando las diiigen-
cias pertinentes con el mayor interns.
El Dr. Raul Masvidal y Marrin, aprovecha esta oportu-
nidad paia reiterar a Su Excelencia el Sr Camille Leon,
el testimonio de su mas alta y distinguida consideration.
Port au-Prirce, Diciembre 1 de 1928.

TRADUCTION :

REPUBLIQUE DE CUBA
CONSULATE
PORT-AU- PRINCE
HAITI.
Le Ministre de Cuba
salue tres courtoisement Son Excellence le Ministre des Re"
lations Exterieures et a l'honneur de lui faire savoir qu'il lui
saurait gre de lui donner les noms des personnel expulseas
dernierement de Cuba, don't le retour en raison de leurs af-
faires dans cette R6publique intdresse le Gouvernement
Haitien, puisque c'est son d6sir tres sincere d'obtenir du
Gouvernement de Guba l'autorisation n6cessaire. A cet effet,
les diligences utiles seront faites avec le plus grand interat.
Le Docteur Masvidal y Marin profit de cette occasion
pour renouveler a Son Excellence Monsieur Camille L6on
'I expression de sa tres haute et distingude consideration.

Port-au-Prince, le ler. decembre 1928.







REPUBLIQUE D'HAITI
SECRETAIRERIE D'ETAT DES RELATIONS:EXTERIEURES
Le Secretaire d'Etat des Relations Exterieures accuse
reception de la Note Verbale, en dat du ler Decembre,
par laquelle Son Excellence Monsieur le Dr. Raul Masvidal
y Marin, Envoy6 Extraordinaire et Ministre Pl1nipotentiaire
de Cuba, exprime le d6sir d'avoir les noms des Haitiens
recemment eypulses de Cuba, et don't le retour, en ce Pays,
A cause de leurs affaires, int6resse le Gouvernement Haitien.
Le Secretaire d'Etat des Relations Exterieures, conform6-
ment au sentiment qui lui est exprim6, indique, parmi les
Haitiens r6cemment expulsds de Santiago de Cuba, les noms
de Messieurs Bertrand Neptune et Marcius Delsoin qui se
sont plaints au D6partement des Relations Exterieures, les
autres n'ayant point manifesto leur intention de retourner A
Cuba.
Le Secr6taire d'Etat des Relations Exterieures saisit, avec
plaisir cette nouvelle occasion pour offrir A Son Excellence
le Dr. Masvidal 1'expression de sa haute consideration.
Port au-Prince, 5 d6cembre 1928.
S.E.Mr. le Dr. Raul Masvidal y Marin,
E. E. et Ministre Plenipotentiaire de Cuba,
Port-au- Prince.

TELEGRAMMES
Santo-uomingo 4 D6cembre 1928.
EXCELENTISIMO SENOR MINISTRY RELACIONES EXTERIORES
Port-au-Prince.
Comiplacidisimo transriero contestacion mi cable a hono-
rable Presidente Machado que dice :
D- orden del senor Piesidente acusole recibo cable sobre
visit Port-au-Prince, complacmep significarle que ha inter-
pretado acertadamente sentimientos de confraternidas pana-
mericana y especialmente hacia hermana Renublica Haiti
Lamenta muy sinceramente que su ilustre Presidente se
sienta comtrariado por medidas ailministrativas que seg ir -






- 49 -


mente han sido adoptadas con el unico proposito de resolver
situaciones que pudieron ser embarazosas y bajo ningun
concept insporadas en otros sentimientos hacia nacion amiga
a la que su gobierno se siente profundamente ligado por el
mas sincero afecto.
Martinez ORTIS.
Keitero a Vuestra Excelencia testimonio mi mayor con-
sideracion.
Ministro MASVIDAL.

TRADUCTION
Santo-Domingo 4 Decembre 1928.
SON EXCELLENCE MONSIEUR LE SECRETAIRE
D'ETAT DES RELATIONS EXTERIEURES
'C'est avec plaisir que je transcris la reponse suivante A
mon cable adress6 a l'Honorable President Machado :
D'ordre de Mr. le President, je vous accuse reception du
cable relatif a votre visit a Port-au-Prince.II m'est agr6able
de vous informer que vous avez interpret fidelement les
sentiments de contraternit6 Panamericaine et particuji6re-
ment envers la Republique sceur d'Haiti.
II regrette tres sincerement que Son Illustre Pr6sident, se
soit senti bless par les measures administrative qui n'ont
6t6 adoptees que dans l'unique but de regler une situation
qui pourrait 6tre embarrassante et qui, sans aucun doute, ne
furent pas inspirees par d'autres sentiments envers la nation
amie a laquelle son Gouvernement se sent profondement liH
par la plus sincere affection.
Martinez ORTIZ.
Je renouvelle a Votre Excellence I'assurance de ma plus
haute consideration.
(S) : Ministre MASVIDAL.





50 -

Port-au-Prince 5 Decembre 1928.
MINISTRY HAITI SANTO DOMINGO
Priere transmettre au Ministre Masvida! depeche suivante :
J'ai pris communication reponse Gouvernement Cubain
qui sera portee A la connaissance du Gouvernement Haitten,
Vous en remercie ".
(S) : LEON.
REPUBLICAN DL CUBA
LEGACION PORT-AU-PRINCE
Haiti.
a 12 de Diciembre de 1928.
Senor Secretario de Estado :
Tengo el honor de poner en conocimiento de Vuestra Ex-
celencia que segun despacho cablegrafico recibido por esta
Legacion con fecha de hoy, Su Excelencia el Dr. Raul Mas-
vidal y Marin, Enviado Extraordinario y Ministio Plenpo-
tenciario de Cuba en Haiti, me comunica que el Gobierno
Cubano ha acojido con marcado beneplacito todas las gestio-
nes realizadas por este acerca del Gobierno del General
Machado, relatives A las aspiraciones del Gobierno de Haiti
en 16 que respect A las pequenas diferencias establecidas
con motivo de la emigracion de braceros haitianos.
En consecuencia, y en apoyo de las aseveraciones anterio-
res, es mi mas grande satisfaction, anunciar a Vuestra Exce-
lencia, a nombre del Gobierno de Cuba, y segun las instruc-
ciones recibidas por el Ministro Masvidal, que el Gobierno
del General Machado ha trasmitido ordenes a lus autoridades
com)etentes a fin de que los senores Bertrand Neptune y
Marcius Delsoin, puedan entrar en Cuba, sin que estos
senores sean molestados en lo mas minirro.
Ordenes han sido trasmitidos tambien al Consulado de
Cuba en Port-au-Prince, para que los pasaportes de estos
senores sean visados tan pronto como ellos soliciten este
requisite consular.
Complacidisimo me permit trasmitir a Vuestra Excelen-
cia estas noticias, en la seguridad de que el Gobierno de
Haiti encontrara franca y ptopicia la occasion para afirr:arse
mas en la ideai ce I a huena y fraternal cordialidad que






-51-


el Gobierno de Cuba desea mantener inquebrantable con ?1
Gobierno de Su Excelencia el Presidente Borno.
Aprovecho esta oportunidad para reiterar a Vuestra Ex-
celencia, el testimonio de mi mas alta consideration.
Sign6: Angel PORTUONDO.
Encargado de los Asuntos de Cuba.
Su Excelencia Mr. Camille J. LEON,
Secretario de Estado de Relaciones Exteriores.
Palacio Nacional.

TRADUCTION :
12 D6cembce 1928.
REPUBLIQUE DE CUBA
LEGATION PORT- AU PRINCE
Haiti
Monsieur le Secretaire d'Erat,
J'ai I'honneur de porter A la connaissance de Votre Excel
lence que, suivant deoMche t6le'raphique reque ce jour par
cette L6gation, Son Excellence le Docteur Raul Masvidal y
Marin, Envoye Extraordinaire et Mlinistre Plenipotentiaire
de Cuba en Haiti, m'a inforn6 que le Gouvernement de Cu-
ba. a accueilli tr&s favorablemrent touted les d6marches qu'il a
faites aupres du Gouvernement du G6neral Machado, relatif
au d6sir du Gouvernement Haitien au sujet du different de
peu d'importance survenu a V'oecasion de 1'migration des
travailleurs haitiens.
Enconsequence et A l'appuide ce quiprecede,c'estune grande
satisfaction pour moi d'annoncer A Votre Excellence, au
nom du Gouvernement de Cuba, et conform6ment aux ins-
tructions rescues par le Ministre Masvidal, que le Gouverne-
ment du General Machado a pass les instructions aux auto-
rites competentes afin que les sieurs BERTRAND NEP-
TUNE et MARCIUS DELSOIN puissent entrer A Cuba, sans
qu'ils soient aucunement inquietes.
Des instructions ont et6 adress6es 6galement au Consulat
de Cuba A Port-au Prince, pour que les passeports destines
A ces messieurs soient vises des qu'ils l'auront sollicite.








Je me permets, avec plaisir, de transmettre A Votre Ex-
cellenice ces communications, et j'ai l'assurance que le Gou-
vernement Haitien ne manquera pas, en l'occurrence, de se
convaincre davantage du desir du Gouvernement Cubain de
maintenir inebranlable l'heureuse et fraternelle cordiality
qui marque les relations existant entire lui et le Gouverne-
ment de Son Excellence le Pr6sident BORNO
Je profit de cette occasion pour renouveler A Votre Ex-
cellence 1'assurance de ma tres haute consideration.
( S ) : Angel PORTUONDO.
Charge des Affaires de Cuba.
S.E. Monsieur Camille J. LEON,
Secretaire d'Etat des Relations Exterieures,
Palais National.

REPUBLIQUE D'HAITI
SECRETAIRERIE D'ETAT DES RELATIONS EXTERIEURES
Port-au-Prince, 14 decembre 1928.
Monsieur le Charge d'Affaires,
J'ai I'honneur de vous accuser reception de votre lettre du
12 decembre courant, par laquelle vous m'informez, selon
instructions de Monsieur le Ministre Masvidal, que votire
Gouvernement a donned des ordres aux Autorites compe-
tentes, afin que Messieurs Bertrand Neptune et Marcius
Delsoin puissent ret.-urner A Cuba, et que le Consulat Cu-
bain a Port-au-Prince a 6te autoris at viser leurs passeports.
En vous remerciant de cette communication, je vous in
forme que les interess6s ont et6 avisos de la decision du
Gouvernement Cubain qui net fin au different auquel les rS-
centes expulsions avaient donne lieu.
II m'est, A cette occasion, infi irnent agreable d'affirmer A
nouveau ls heureuses dispos-tions du Gouvernernment Hai
tien, don't le d6sir est de voir se maintenir et se rcsserrer
davantage les cordiales relations existant entire lesdeux pays.
Veuillez agreer, Monsieur le Charg6 d'Affaires, les assu-
rances dte ma consideration tres distinguee
(S): Camille J. LEON.
Monsieur Angel PORTUONDO,
Charge des Affaires de la Legation de Cuba,
Fort-au-Prince.






- 53


REPUBLIQUE D'HAITI
SECRETAIRERIE D'ETAT DES RELATIONS EXTERIEURES
Port-au-Prince, le 17 d6cembre 1928.
Monsieur le Ministre,
Au course de ia Conference qui a eu lieu entire nous, same-
di 15 decembre, au sujet des difficultis qui avaient d6termi-
ne le Gouvernement d'Haiti a suspendre l'Emigration,Votre
Excellence a bien voulu me faire savoir que, pour repondre
au vif d6sir manifesto par le Gouvernement Haitien de con-
clure avec le Gouvernement Cubain un Trait6 d'Emigration
qui assure A nos travailleurs engages A Cuba, la protection
et les garanties desirables, et 6galement une Convention
concernant les changes commerciaux et la concession reci-
proque de privileges sp6ciaux, son Gouvernement a nomme
un Agent charge de recevoir du Gouvernement Haitien des
notes et des statistiques y relatives, A fins d'&tndes prea-
lables.
En vous exprimant la satisfaction que me cause cette de-
cision qui est un heureux resultat des considerations impor-
tantes 6changees entire nous,je m'empresse de porter Votre
connaissance que des instructions ont 6te donnees aux bu-
reaux int6ress6s en la matiere, en vue de faire le n6ces-
saire, avec toute la diligence possible, pour la realisation
prochaine des buts envisages par nos deux Gouvernements.
Je saisis avec plaisir cette occasion pour renouveler a votre
Excellence le constant desir du Gouvernement Haitien de
voir se resserrer de plus en plus les liens d'amiti6 qui unis-
sent Haiti A Cuba, et la prie d'agreer la sincere.assurance de
mes sentiments de haute consideration.
( 3) : Camille J. LEON.
Son Excellence
Monsieur le Dr. Raul Masvidal y Marin,
E. E. et Ministre Pl6nipotentiaire de Cuba,
Port- au-Prince.







J. 54 -


A 18 de Diciembre de 1928.
REPUBLICAN DE CUBA
LEGACION
PORT-AU-PRINCE
HAITI.
Exmo. Senor Secretario de Estado :
En contestacion a la Nota de Vuestra Excelencia de fecha
17 de Diciembre en curso, y como confirmation de lo que
personalmente yo le habia expresado, tengo el honor de in-
formarle que ha sido designado de manera personal, por el
Senor Secretario de Estado de Relaciones Extoriores de mi
Gobierno, el Sr. Luis Abad quien tiene gran experiencia
commercial, para auxiliarme en todas las gestiones relatives a
la intensificacion de las reiaciones tanto Comerciales como de
Inmigracion entire ambos Gobiernos.
Doy a Vuestra Excelencia las gracias por las ordenes opor-
ttinas dictadas por ese Departamento, y ruegole recuerde mi
petition de autorizar a Su Excelencia el E. E. y Ministro Pie
nipotenciario de Haiti, en la Republica Dominicana, Dr. Leon
Dejean, a iniciar conversaciones con el Sr. Abad y conmi-
go concernientes a los puntos indicados, en obsequio a la ne-
cesidad que tiene el Sr. Abad de permanecer por un
tiempo en la vecina Republica.
Reitero a Vuestra Excelencia los deseos miosy de mi Go-
hierno de Ilegar a la concertacion de un Tratado y de una
Convention que de suguro seran muy beneficiosos para am-
has Republicas.
Con mis mejores votos por la felicidad personal de Vuestra
Excelencia complazeome en reiterarle el testimonio de mi
consideration mas distinguida.
(S) : Raul MASVIDAL,
E. E. y Ministro
Plenipotenciario de Cuba en Haiti.

Su Excelencia Camille J. Leon,
Secretario de Estado de Relaciones Exteriores.
Palais National.





55 -
REPUBLIQUE DE CUBA
Legation
Port-au-Prince
HAITI
Excellence
Monsieur le Secretaire d'Etat,
En reponse A la Note de Votre Excellence en date du 17
decembre en course, et en confirmation de ce que j'ai eu per-
sonnellement A lui exprimer, j'ai l'honneur de l'informer
que Monsieur Luis Abad qui a une grande experience des af-
faires commercials, a 6t6 design d'une faqon sp6ciale, par
le Secretaire d'Etat des Relations Ext6rieures de mon Gou-
vernement, en vue de m'aider dans les negociations concer-
nant l'intensification des rapports des deux Gouvernements,
relatifs au commerce et A l'immigration.
Je remercie Votre Excellence pour les instructions pas-
sees en temps utile par son D6partement et je lui rappelle
ma proposition tendant A autoriser Son Excellence Monsieur
Leon Dejean, Envoy6 Extraordinaire et Ministre Plenipo
tentiaire d'Haiti dans la R6publique Dominicaine, A enta-
mer des conversations avec Monsieur Abad et moi concer-
nant les points indiques, tout en tenant compete de la n6-
cessitM oa est Monsieur Abad de ne sojourner que peu de
temps dans la Republique voisine.
Je renouvelle a Votre Excellence mes vceux et ceux de
mon Gouvernement en vue d'arriver a la conclusion d'un
traits et d'une Convention qui, j'en suis sfir, seront tres
avantageux pour les deux Gouvernements.
Avec les souhaits les meilleurs pour le bonheur person-
nel de Votre Excellence, il m'est agreable de Lui renouveler,
I'assurance de ma consideration la plus distinguee.

Signed : Raul MASVIDAL,
E. E. et Ministre
Pl1nipotentiaire de Cuba en Haiti.
Son Excellence
Monsieur Camille J. Leon,
Secretaire d'Etat des Relations Exterieures.
Palais National.











Credits Extraordinaires

LOI
BORNO
President de la Republique
Vu l'article 55 de la Constitution ;
Vu l'article 20 de la loi du 11 Juillet 1928 portant fixation
des depenses de 1'Exercice 1928-1929;
Consid6rant que le Gouvernement Haitien et le Gouverne-
ment Dominicain ont repris les negociations pour le regle-
ment de la question des Frontikres et qu'il y a lieu de prevoir
des valeurs destinies A l'acquittement de certain frais rela-
tifs A des travaux preliminaires d'inspection et de reconnais-
sance des lieux ;
Sur le rapport du Secretaire d'Etat des Relations Ext6-
rieures,
Et de l'avis du Conseil des Secr6taires d'Etat,
A PROPOSE.
Et le Conseil d'Etat a vote d'urgence la loi suivante :
Art. ler.- Un Cr6dit Extraordinaire de QUINZE MILLE
GOURDES (15.000.00) est ouvert au Departement des Re-
lations Exterieures pour 1'acquittement des depenses et frais
relatifs aux travaux preliminaires pour i'etablissement de la
ligne frontiere.
Art. 2.- Le present Credit sera covert au moyen des
Fonds du Tresor Public.
Art. 3. La pr6sente loi sera exdcutee A la diligence des
,3eci6taires d'Etat des Relationts Exterieures et des Finances.
Donne au Palais Legisiatif, A Por't-au-Prince, le 9 Novem-
brc 1928, an 125eme oe l'Independance,
Le President :
A. C. SANSARICQ.


Les Sedretaires :


EM. S. TRIBE, DR. G. BEAUVOIR.





-57 -


AU NOM DE LA REPUBLIQUE
Le President de la Republique ordonne que la Loi ci-des-
sus soit revytue du Sceau de la Republique, imprimee,
publide et execute.
Donned au Palais National, A Port-au-Prince, le 9 Novembre
1928, an 125eme de l'Independance.
BORNO.
Par le Pr6sident:
Le Secr6taire d'Etat des Relations Exterieures :
CAMILLE J. LEON.
Le Secr4taire d'Etat des Finances
JOSEPH LANOUE.




LOI relative au Passeport

BORNO
President de la Republique
Vu 1'article 55 de la Constitution ;
Considdrant qu'il imported d'assurer un contrOle efficace de
l'immigration en Haiti et de proteger le pays centre les ele-
ments ind6sirables ;
Sur le rapport des Secretaires d'Etat de l'Int6rieur et des
Relations Exterieures,
Et de l'avis du Conseil des Secr6taires d'Etat,
A PROPOSE,
Et le Conseil d'Etat a vot6 d'urgence la loi suivante :
Art. ler. Tout stranger qui vient en Haiti dans le but
d'y resider plus de trente jours, sera tenu. pour 6tre admis
sur le territoire, de se munir d'un passport d'une agence
consulaire d'Haiti.
Art. 2. Le Pouvoir Executif est autoris6 A conceder,
par accord diplomatique avec un Gouvernement stranger,






58 -


la dispense de tout passport a'ix ressortissants de ce Gou-
vernement.
Art. 3.-- La pr6sente loi abroge toutes lois ou dispositions
de loi anterieures qui lui sont contraires et sera executee A
la diligence des Secretaires d'Etat de l'Interieur et des Re-
lations Exterieures, chacun en ce qui le concern.
Donn6 au Palais L6gislalif, A Port-au-Prince, le 24 D6cem-
bre 1928, an 1256me de l'Ind6pendance.
Lc President :
A. C. SANSARICQ.
Les Secr6taires :
Dr. G. BEAUVOIR, G. LEON, ad hoe,
AU NOM DE LA REPUBLIQUE
Le President de la R6publique ordonne que la Loi ci-des-
sus soit rev6tue du Sceau de la R6publique, imprim6e, publi6e
et ex6cut6e.
Donn6 au Palais National, A Port-au-Prince, le 24 D6cem-
bre 1928, an 125eme de I'Ind6pendance.
BORNO.
Par le Pr6sident :
Le Secr6taire d'Etat de l'Int6rieur :
LIEONCE BORN.
Le Secr6taire d'Etat les Relations Ext6rieures :
CAMILLE J. LEON.












Service du Protocole



Son Excellence President VASQUEZ
Santo-Domingo.
J'apprends avec la plus vive emotion la catastrophe qui
vient de frapper la region du Cibao ; et je viens offrir a
votre Excellence 1'expression de ma profonde sympathie et
de celle du Peuple Haitien pour vous et le Peuple Domini-
cain.
BORNO.
President d'Haiti.

Santo- Domingo, 4 Decembre 1928.
Su Excelencia Presidente BORNO.
Port-au-Prince.
Reciba las manifestaciones de mi profundo agradecimiento
y las tel Pueblo Dominicano por las palabras de simpatia
que en su proprio nombre y en del Pueblo Haitiano me ex-
presa usted con motivo de los desastres del Cibao.

President VASQUEZ.
TRADUCTION:
Son Excellence President BORNO.
PORT-AU-PRINCE.
Recevez l'expression de ma profonde reconnaissance et de
celle du Peuple Dominicain pour les paroles de sympathie
que vous m'adressez en votre nom et au nom du Peuple'
Haitien. a l'occasion des d6sastres du Cibao.
President VASQUEZ





- 60 -


SANCHEZ, Ministre Relations Ext6rieures.
Santo-Domingo.
Veuillez agrder les vives condoldances du Gouvernement
Haitien A l'occasion du d6sastre qui vient de s'abattre sur la
region du Cibao.
LEON.

LeON, Sec. de Relaciones Exteriores.
Port-au-Prince.
Gobierno Dominicano agradice profundamente vues-
tras expresiones de condolencia en occasion de los desastres
del Cibao.
SANCHEZ.
TRADUCTION :
LEON, Secretaire des Relations Exterieures.
Port-au-Prince
Gouvernement Dominicain est profond6ment touch des
condolIances que vous avez exprim6es A l'occasion des de-
sastres du Cibao.
SANCHEZ.