Bulletin officiel du Departement des relations extèrieures; bi-monthly, with exception of some doubled-up issues, 1926-31

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Bulletin officiel du Departement des relations extèrieures; bi-monthly, with exception of some doubled-up issues, 1926-31
Physical Description:
Mixed Material
Publisher:
Port-au-P. Impr. A. A. Héraux

Notes

General Note:
2b-L/E- 1926-
General Note:
Haiti. Départment des relations extèrieures

Record Information

Source Institution:
Columbia Law Library
Holding Location:
Columbia Law Library
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
LLMC31704
System ID:
AA00000766:00009


This item is only available as the following downloads:


Full Text
















This volume was donated to LLMC
to enrich its on-line offerings and
for purposes of long-term preservation by

Columbia University Law Library




w.- W%


REPUBLIQUE D'HAITI


BULLETIN OFFICIAL

D I

DEPARTMENT DES RELATIONS EXTERIEURES


PROPERTY
FEVRIER-MARS 1928
A21 Vv ED1


OF


A


IMP A. A. HERAUX
RPy. PAU-PRINCE
Fi I.


DO NOT DEFANE















SOMMAIRE:
- Modus Vivendi commercial entire Haiti et la Grande--Bretagne.
- Rapport du Ministre d'Haiti A Paris, en sa quality de Membre de
la Commission de Contr6le de la S. D. N.
- Rapport du Consulat General d'Haiti A Berlin.
- Service du Protocole : Receptions officielles, Tl66grammes 6chan-
g6s, remise de D6coration etc.
- Convention postal avec la Grande-Bretagne.
- Publications rescues par le D6partement des Relations Exterieures.




DEUXIEME ANNEE NQ 9 FEVRIER-MARS 1928



Bulletin Officiel

DU

DEPARTMENT DES RELATIONS EXTERIEURES




Modus Vivendi Commercial
ENTIRE

Haiti et la Grande Bretagne


BRITISH LE ACTIONN
Port-au-Prince February 25 th. 1928,.
No. 11?.24.28
Monsieur le Ministre,
It being the desire of His Britannic Majesty's Government in Great
Britain and the Government of the Republic of Hayti to establish
close commercial relations between Great Britain and Northern Ire-
land and Hayti, I have the honour to refer to the proposals which I
submitted to your Department by my letter of December 27th last to
place on record the mutual understanding between the two Govern
ments wizh has been arrived at and is to the effect that in respect of
import and export duties and charges affecting commerce, as well -s
in respect of transit, warehousing and other facilities, and the treat-
ment of commercial traveller's samples, Great Britain and Northern
Ireland, unconditional most-favoured-nation treatment, and that in
matters of licensing or prohibitions of import and export each coun -





- 2 -


try,so far as it at any time maintains such a system, will accord to the
commerce of the other treatment as favourable with respect to com-
modities, valuations and quantities as that which may be accorded to
the commerce of any other foreign country.
In particular it is understood that :
No higher or other duties shall be imposed on the importation into
or disposal in Great Britain and Northern Ireland of any articles the
produce or manufacture of Hayti than are or shall be payable on like
articles, the produce or manufacture of any other foreign country ;
No higher or other duties shall be imposed on the importation into
or disposal in Hayti of any articles the produce or manufacture of
Great Britain and Northern Ireland that are or shall be payable on
like articles the produce or manufacture of any other foreign country ;
Similarly, no higher or other duties shall be imposed in Great Bri-
tain and Northern Ireland or in Hayti of the exportation of any ar -
ticles to the other than are payable on the exportation on the like ar-
ticles to any other foreign country ;
Every concession with respect to any duty, charge or regulation af-
fecting commerce now accorded or which may hereafter be accorded
by Great Britain and Northern Ireland or by Hayti by law, proclama-
tion, order, decree or commercial treaty or agreement to any foreign
country will become immediately applicable, without request and
without compensation to the commerce of Hayti and of Great Britain
and Northern Ireland ;

The present arrangement does not however, relate to :

(1) Prohibitions of sanitary character or designed to protect human
animal or plant life, or regulations for the enforcement of police or
revenue laws.

(2) The treatment which Hayti accords or may hereafter accord to
the commerce of the Dominican Republic.

The present arrangement shall become operative on March first
nineteen hundred and twenty eight and unless sooner terminated by
mutual agreement shall continue in force for one year and thereafter
until six months after notice of its termination shall have been given
by either party.





-- 3--

I have the honour to be,
Sir, Your Excellency's Obedient servant
R. P. F. EDWARDS.
His Excellency
Mr. CAMILLE LEON,
Secretary of S ate for Foreign Affairs
Port-au-Prince
Pour copie conforme :
Le CheI de Division au Diparlement des Relations Extireures:
F. COURTOIS.


REPUBLIQUE D'HAITI
SECE 1ITA]RFRIE D'ETAT DES RELATIONS EXTERIEUPES

Port-au Prince 25 Fevrier 1)28
Monsieur le Charg6 d'Affaire-,
J'ai l'honneur de vous informer que le Gouvernement Haitien ac-
cepte les conditions d'un modus vivendi commercial entire la Repu-
blique d'Haiti et la Grande B-' agne et l'Irlande du Nord telles que
ces conditions sont stipvr'es dans vos lettres des 27 Decembre 1927 < L
r'vrier de cette annde.
Je vous confirm, en consequence, 1'entente intervene entire nour,
d'apres laquelle, relativement aux dioits d'importation, d'exportation
et autres droits et charges auxquels le commerce est assujetti, de me-
me qu'en ce qui concern le transit, 1'entreposage et autres facilities, et
regime applicable aux 6chantillons des voyageurs de commerce.
Haiti accordera a, la Grande Bretagne et l'Irlande du Nord, et la Grarn-
de Bretagne et l'Irlande du Nord accorderont a Haiti inconditionnel-
lement le traitement de la Nation la plus favoris6e, et en matiere de
licences et de prohibition d'importation et d'exportation, chacun des
deux pays, aussi longtemps qu'ils maintiendront un tel regime accor
dera au commerce de l'autre pour les marchandises, evaluations et
quantitis, un traitement aussi favorable que celui qui pourra 6tre ac -
corde au commerce de tout autre pays stranger.
II est specialement entendu que :
A l'occasion de l'importation ou de l'emploi en Grande Bretagne e'






4 --

ne sera perqu de droits plus eleves ou autres que ceux auxquels les
articles analogues products ou fabriquos dans tout autre Pays stranger
sont ou seront assujettis.
A l'occasion de l'importation ou de l'emploi en Haiti de tous articles
products ou fabriques en Grande Bretagne et dans l'Irlande du Nord,
il ne sera perqu de droits plus eleves ou autres que ceux auxquels les
articles analogues products ou fabriques dans tout autre pays 6tran-
ger sont ou seront assujettis.
De meme, ni en Grande Bretagne, et en Irlande du Nord, ni en Hai,
ti, il ne sera perqu, A l'occasion de l'exportation d'articles quelconques
A destination de l'autre pays de droits plus eleves on autres que, ceux
qui sont payables A l'exportation d'articles analogues A destination de
tout autre pays stranger.
Toute concession relative A un droit, une charge ou un reglement
quelcor que en matiere de commerce que la Grande Bretagne etJl'Ir-
lande du Nord ou Haiti ont accordee ou qu'elles pourront ult6rieure.
ment accorder A tout autre pays stranger, en vertu d'une loi, ordon-
nadc6, ordre, d6cret ou d'un trait ou accord commercial, deviendra
anssitot applicable sans qu'il soit besoin de demand ou de co-npen-
sation au commerce d'Haiti et de la Grande Bretagne et de l'Irlande
du Nord.
Le present arrangement ne vise cependant pas :
1] Les prohibitions d'ordre sanitaire ou destinies A prot6ger la vie
humaine, animal ou vegetale,ni les r&glements 6dict6s en vue de l'ap-
plication des lois de police, ou des lois fiscales;
2] Le traitement que Haiti accord ou pourra ulterieurement accor
der au commerce de la R6publique Dominicaine.
Le present Arrangement entrera en vigueur le ler Mars 1928 et A
moins qu'il ne soit d6nonce plus t6t, d'un commun accord, demeurera
en vigueur pendant une ann6e et apres ce delai jusqu'a l'expiration de
six mois A partir dCune notification par l'une ou l'autre parties mettant
fin au dit Arrangement.
Veuillez agreer, Monsieur le Charg6 d'Affaires, les assurances de ma
consideration tres distinguee,
CAMILLE J. LEON.
Mr. R. P. F. EDWARDS, D. S. 0.
Charge d'Affaires de Sa Majest6 Britannique
Port-au-Prince
Pour copie conforme:
Le Chef de Division au D6partement des Relation9 Extfrieures F'. COURTOIS











Iapport du Ministre d'Haiti a Paris
en sa quality de Membre de la Commission de Controle
de la Societ6 des Nations (Ire Partie)


Paris, le 25 Fevrier 1928
Monsieur le'Secretaire d'Etat,
J'ai l'honneur de porter ? votre connaissance, ainsi que l'a deja
fait ma lettre du 20 Janvier, que sue la convocation du Secr6taire
General fie la Soci6te des Nations, je me suis rendu A Geneve afin
d'asslster A la session de la Commission de Contr6le don't je suis mem.
bre,
Les tunions de la Commission ont eu lieu au Palais du Secr6ta*
riat G6neral.
Les Membres presents 6taient MM.Stefan Osusky,Ministre de Tch6-
coslovaquie A Paris, Dr. J. A.Nederbragt, chef de la division 6cono-
mique du Ministere des Affaires Etrang&res des Pays Bas, Jean R&-
veillaud, president de la Section du Conseil de prefecture de la
Seine, C. Parra-Perez, Ministre du V6n6zula A Rome et moi-meme.
Je connaissais dejA tous mes collIgues pour avoir eu le plaisir de
les rencontrer soit a Paris, soit A Geneve pendant la session de I'As.
sembl6e de la S. D. N. Je connaissais de plus longue date le Dr Neder"
bragt don't j'avais fait la connaissance alors que j'avais l'honneur de
repr6senter notre Pays a la Haye. Le 29 novembre 1922, rendant
compete A S. E, le President de la Ripublique de ma premiere r6cep-
tion par le Ministre Hollandais des Relations Ext6rieures, entire au-
tre choses, je lui mandais : "Les rrnssignemenLs quej'ai fournis au
Ministre lui ont paru si intiressants, qu'apres l'audience it ( Mr. Van
Karnebeck) m'a demand s'il ne me plairait pas d'aller m'entretenir
un instant avec le Chef du Secretariat General du Dspartement ainsi
qu'avec le Chef de la Direction des Affaires Economiques, le Dr.Ne-
derbragt. J'y ai consent bien volontiers."





-6-


Des relations 6tablies sous d'aussi heureux auspices, ne pouvaient
manquer d'etre agr6ables et fructueuses. Nous nous sommes revu
plusieurs fois A la Haye et nous nous sommes retrouves avec le
plus grand plaisir A Geneve.
J'y ai 6galemerit retrouv6 Mr. Hammerskjold don't j'avais fait la
naissance A la Haye.Morsieur Hammerskjold qui ktaitd6ja Greffier
de la Cour permanent de Justice international, vient A ce titre de-
vant la Commission de ContrAle afin de donner tous les 6claircisse-
ments qu'elle peut lui demander sur le budget des Associations qui
siegent A la Haye :la Cour Permanente de Justice Internationale et
la Cour Permanente d'Arbitrage. i.'ous avons eu grand plaisir A re-
nouer des relations qui datent de plusieurs ann6es deja.
Le premier soin de la Commission de Controle lors de sa premiere
seance a Wt6 de constituer son Bureau.Sur la proposition de Monsieur
R6veillaud, elle I'a maintenu. Mr. Osusky en demeure le President et
Mr. Nederbragt le Vice-President.
-L! Presidlent apres avoir remerci6 les membres de la Commission
de la nouvelle marque de confiance et d'estime qu'ils venaient de lui
temoigner, en leur nom et en son nom m'adressa quelques paroles de
bienvenue. II me f6licita du choix unanime du Conseil que lui avaient
dict6 ma participation aux travaux de l'Assemblee et ma recente no-
mination A la vice pr6sidence. II se rejouit de ce que nos relations
personnelles, qui lui avaient permis de m'apprecier, rendraient notre
collaboration plus agr6able et plus feconde.
Je lui repondis en le remerciant des mots aimables avec lesquels il
m'avait accueilli. Je l'assurai que mon pays pacifique, travailleur, en
plem progress, mettait tout son espoir dans la Societ6 des Nations et
quant A moi tres fior du choix du Conseil,je suivrais avec le plusgrand
interft les travaux de la Commission que je me fdlicitais de -oir si
dignement composee et pr6sidee.
La Commission passa A la nomination d'un representant pour rem-
placer lord Meston A la Commission de fixation des traitements.MM.
O3usky et Parra-Perez furent nom-Ais. Pais la Commission 6tablit
l'ordre du jour de sa session et fixa ainsi l'ordre dans lequel les
questions seraient 6voquees et discutees.
1.-Publications de la Societe des Nations.
2.,-Examen des measures qui pourraient etre prises afin de donner





-7--


plus de ten )s aux membres de la quatrieme Commission pour exa-
miner le rapport de la Commission de contr6le sur les demands de
credits supplmentaireset proc-dure A adopter pour r6gler les con-
flits qui pourraient s'elever entire la quatrieme et les autres Commis-
sions de I'Assemblie au sujet de credits A inscrire au budget.
3.---,Frais de voyage des fonctionnaires de la S. D N. se rendant en
cong6 dans leurs foyers,
4,.-Injemnitds pour charges de famille.
E,r-Admission A la caisse de prevoyance des fonctionnaires tern-
poraires ayant sept annees de service.
6.<-Communications entire le Prsident du Conseil,le Secr6taire G6-
neral et les parties a un differend dans un cas d'urgence.
7.-Rapport du Commissaire aux competes adjoint sur la deuxieme
verification effectuee en 1927.
8.---Cout de la vie et fixation des traitements.
Le Comit3 de fixation des traitements s'est r6uni au course de II
presente session de la Commission de Controle.
9.-Questions diverse.
Le premier point de l'ordre du jour appelait la discussion au sujet
des 'Publications de la Societe des NationS ". Le Dr Nederbragt, rap--
porteur, avail, fait un rapport tres documented. Mais ce rapport pre-
sent6 A la prec-dente session de Commission la Vingt-Cinquieme n'a-
vait paiparu assez co-nplet.La Commission avait demand au rappor-
teur d'y ajouter de nouveaux et nombreux details et de lui en pre"
senter un nouveau A sa prochaine session. C'est le rapport lumineux
don't le Dr Nederbragt nous a donned lecture.ll me semble guere pos-
sible d'y apporter plus de details, d'y consigner plus de fairs, d'y
exposer plus de chiffres,
L'on comprend tout I'inter&t de la question. Le nombre est consi-
derable des publications de la S. D. N La nature de ses functions,
son role, son importance qui graidit chaque annas, le3 resultats tries
appriciables deja obtenus grace A sa bienfaisante action, font qu'ils
sont de plus en plus nombreuw, les litiges qui lui sont soumis et qu'el-
le doit solutionner. Ft corner elle s'occupe de ce qui interesse a
divers titres toutes les Nations et qu'elle ne pretend pas tenir secretS
ses travaux-au contraire-elle vent les ea faire bsneficier les publica-
tions ofi elle lea porte A la co.naissatce du monde entier sont con-
sid6rables.





-8- -


Par ce temps difficile, oCt tout a rench'ri, il fallait veiller A ce qu'il
n'y eat aucun gaspillage, A ce que la plus grande 6conomie pr6sidat
A cet important chapitre du budget de la Societ6.
Les publications sont absolument n6cessaires A la S. D.N. Elles
constituent, d'abord, un instrument de travail. Prenons comme
example les publications ayant servi A preparer les travaux de la
Conference Economique. II est evident que ses membres n'auraient
pu se renseigner, 6tudier les questions A tracher, faire oeuvre utile,
sans les publications pr6paratoires.
Les publications sont 6galement utiles pour faire connaitre les r6-
sultats des travaux de la S. D. N.
Les brochures 6dit6s apres la conference 6conomique, celles 6dit6es
par la section d'hygiene, permettent de porter A la connaissance de
tous les resaltats obtenus par leurs travaux.
Lea publications servent aussiindirectement A fire de la propaga-
nde en faveur de la S. D.N. La propaganda directed est plus speciale-
ment faite par le Bulletin d'Information et les brochures speciales
publi6es par la Section d'information.
Mais afin de ne pas trop effrayer ceux qui les regoivent, puisque
partout il n'existe pas encore d'organisme en contact direct et special
avec la S.D. N. il ne faut pas que leur nombre soit trop grand.
L'on se rend compete que les defenses qu'entrainent ces publications
sont considerables.
Cesdepenses smnt de plusieurs sortes. Elles comprennent: les credits
vot6s tout expres pour les publications, les frais entrains par la n6-
cssit6 de certaines publications, les sommes payees A des redateurs,
enfin l'exot)dtion de ces publications.
Tout ce qui est imprim6 n'est pas mis en vente.
S'il fait illustrer ce rapport de quelques chiffres, je citerai ceux
fournis par le Secretariat de la S. D N.et par le Bureau International
du Travail.
Les frais sont les suivants au Secr6tariat: 500.000 Francs pour le
traite'neit des r6lacteurs; 200.000 Francs pour pour celui des fonc-
tio anaires des services ad.ninistatifs : 30.000 Francs A titre d'honorai-
res pour les personnel qui nesont pas membres de ces services, 1.
300 Francs pour l'impression et 120.000 pour les expeditions.
Le Bureau International du Travail accuse certaines differences. II
a pay6 624.000 Francs pour le traitement des r6dateurs, 58.000 pour






-9--
honorairas des personnel ne faisant pas parties de ces services, 594.
030 Francs pour l'impression, 120.030 pour les exp-ditions.
Les deuax institutions arrivent.au total de 3. 571.000 Francs.
Les s3irc2s des publications sant de diffarentes sortes. II faut citer
en premier lieu les traits et les conventions.
L'artiele 18 du trait de Versailles declare : "Tout traits ou enga--
geneat international conclu A l'avenir par un membre de la SociWte
devra 6tre immidiate-nent enregistr6 par le Secretariat et public
par lui aussitot que possible. Aucun de ces traits ou engagements ne
sera obligatoire avant d'avoir 6t6 enregistr6".
D'apres cet article, on se rend compte que la S. D. N. doit faire
certaines publications. Le traitA de Versailles lui en fait une obliga-
tion imperieuse. Mais le traits de Versailles n'est pas le seul traits
qui lui impose cette obligation.
Com-n consequence de l'tablissement des statistiques,des rapports
il faut que la S.D.N. fasse des publications. kConvention de l'Opium,
Commission des mandates, Accord de Locarno.)
L=s CoaE6reazs3 Iaternationales sont uae autre source de publica-
tions.
Ala suite des conferences il est public des mrmoires, comme apres
la]Confcrencz de Bruxelles en 1920,des enquites comme celles sur les
transports en Europe apr3s la Conference Gene en 1922.
De noa-nbreuses publications sont faites 6galement pour permettre
de suivre le3 travaux de l'Assemblie et ceux du Conseil de la S. D. N-
Qui autorise A faire ces publications ?
Le Conseil proppse et I'Assembl6e de la S. D. N. decide en dernier
resort. L'Assembl6e decide lorsqu'il s'agit de publications d6termi-
noes, de propaganda, de travaux don't elleldemande la poursuite.
Mais parfois le Conseil, de sa propre autorit6, prend une decision
ou approve les propositions presentees soit par une commission,soit
par une organisation technique. Dans ce dernier:cas,.les propositions
lui sont envoyees par le Secr6taire General.Le Conseil alors,les trans-
met A l'Assembl6e.
Les differentes sections du Secretariat general enfin peuvent etre






10 --

fa source de diff rentes publications. Les sections mettent des pro-
positions au Secritaire Gendral qui prend des decisions dans la limite-
des credits accords. S'il n'existe pas de credits ou s'ils sont ,insuffi-
sants et que le'Secretaire G-nera. a pprouve les propositions, il les.
soumet a l'Assembl'e.
Parmi ces publications citons le Resume mensuel public par la Sec-
tion d'Information,. les brochures publides par la Section de propa-
gandes.
L'influence du, Secritariat G.neral est done prepo-nJerante dans.
ce dernier cas et dans izs precedents que j'ai cites.
Cependant il faut bien s,2 dire que tous- ies cas envisages tom-
bent sous le control budgetaire.. La fili-re est la suivante : Tout
doit passer par le Secrdtariat General, par la Comnmission de Con-
trile, par la Quatriime Comminssion, par Ie Conseil et par l'Assem-
bl6e. 11 y a lieu de renmarquer que tout devant passer par la Com-
mission de control, celle- ci a donc une tache tries important a
remplir.
Apres l'avoir fait pour Ie Secrttariat G-ndral, il :erait intdressant
d'etudier maintenant le mecanisme des publications du Bureau In-
ternational du Travail. Ouvrons egalement le Traitd de Versailles.
L'article 369 declare Les functions du Bureau International du
Travail comprendront la centralisation et la distribution de toutes
informations concernant la reglementation international de la con-
dition des travailleurs et du regime du travail et en particelier l'F-
tude des questions qu'il est propose de soumettre aux discussions
de la Conference en vue de la conclusion des conventions internatio-
nales, ainsi que de I'executioi. de toutes enquetes spdciales prescrites
Far la Conf6rence.
Dans cet article, il existe pour le Bureau International du Travail
une obligation de publier. II prepare l'ordre du jour et doit done
faire les publications prdparatoires.
I -.e Bureau international du Travail s'acquittera en conformity&
des stipulations de la present partie.du present trait6,des devoirs qui
lui incumbent en cc qui concerne tous diff6rends internationaux.
II [le Bureau international du Travail ]' r digera et publiera en
Frangais, en Anglais At dans telle autre langu que le Conseil d'Admi-






-.

-nistration jugera convenable, un bulletin p6riodique consacr6 a l'6tu-
de dcs questions concernant l'industrie et le travail pr6sentant un in-
teret international. "
L'initiative de toutes les publications est prise au B. I. T. soit par la
Conference, u Travail,soit par certaines commissions, notamment les
*enquites sur le ch -nag le logement.L'initiative peut etre 6galement
prise par le Conseil d'Administration s'il s'agit des documents de la
Conference et d'une enquite sur la production. Elle peut enfin venir
du Directeur, lorsqu'il croit devoir faire une proposition', concernant
des periodiques a publier 6ventuel ement.
Ladiecision est, sans exception, prise par le Conseil d'Administra-
.tion, 1'execution est assuree par le Directeur qui, dans certain cas, a
quelque latitude.
De mirne que oour le Secretariat, tout ce qui a trait anx publilca-
tions doit obtenir la sanction budg6taire.
II y a une autre categorie de publications qui sans &tre des traits,
n i avoir 6t6 imposes 5 la S. D. N. en vertu des decisions des Conf6-
Tences Internationales, sont cependant indispensables. Ce sont les pu-
blications don't les services interess6s ne pourraient se passer. Dans
ce genre sont les brochures d la Section d'Informations de meme que
certain proces-verbaux.
II y a dgalement le budget qui doit etre imprim- La commission de
controle ne pourrait.travailler sans etre en possession d'un budget im -
PrimA. S'il etait dactylographie it reviendrait beaucoup plus cher. Il
est evident que les frais occasions par de telles impressions sont tres
leaves. Est il possible de realiser des economies? 11 n'est pas possible
d'en faire dans le domaine des publications obligatoires ; nonplus que
dans celui des publications qui sont n6cessaires au travail des Sections
ou des Commissions de la S. D. N. Peut-3tre parmi les publications
que l'on pourrait appeler facultatives come celles traitant de la
reconstruction financiere de 1'Autriche et de la Hongrie, pourrait on
4conomiser en supprimant quelques-unes.
En ce qui a trait au Bureau International du Travail, le nombre des
publications est aussi grand et aussi varied. II y a deux publications
obligatoires : La Revue Internationale du Travail et les Informa-
tions Sociales prescrites par le trait de Versailles.






-- 12 -


Les periodiques sont de deux sortes : hebdoomadaires, come la Re-
vue Hygienique,ou mensuels come le Resumrn Mensuel et le Bulletin
mensuel des statistiques.
Les Series de brochures par lesquelles se font &galemeat connaitre
les activities du B. I. T. sont diverse : brochures de la Coopiration In -
tellectuelle, proces-verbaux, rapports relatifs A l'Autriche, publications
de la Conference Economique. Citons cgale:nent cells issues de la
Conference de l'Hygiane relative au paludisme, A la maladie du som-
meil. Citons enfin les publications occasionnelles des ceuvres completes
en elles-mimes. Le Bureau International du Travail public deux bro-
chures obligatoires, huit periodiques,Cinq s'ries,une collection et quel-
ques gravures occasionnelles. Une seule autorisation est necessaire ;
elle doit &tre sp.ciale et renouvelee pour chaque brochure ozcasion-
nelle.
Apres avoir expliqu6 l'utilitc pour la S. D. N. d'dditer de nombreu -
ses publications, indiqu5 leur no nbre, leurs differentscaract.-res et le
mecanisrne de l'autorisation et du contr6le, il reste a savoir cmnment
ces publications soat miss ea vente et quels oat ete les rdsultats ob-
tenus.
Afin de les ameliorer, le Secretariat s'efforce d'en centraliser la ven-
te et de la commercialiser. L'on se renJ compete qu'll soit trash difficile
o'atteindre ce dernier but, car il faut que le Secretariat tieane compete
de questions specials qui n'existeat pas dans une maison d'6dition-
La S.D.N. public les documents pour les Gouvernements ou pour leur
envoyer des exemplaires. II ne peut done, dans ces conditions, etre
question pour elle d'en tirer aucun profit materiel. D'un autre c6t6 le
caractere special des publications de la S. D. N. ne peut Grre compare
a celui des publications courantes.
Afin de porter les publications de la S. D. N. a la connaisance du
public, pour en faciliter la vente, le Secretariat 6tablit des catalogues
complete, distribue igalement des prospectus ou glisse dans ses pu-
blications des feuilles volantes. II fait aussi (tablir des fiches sur les-
quelles est port tout ce qui peut int6resser le public qui est mis au
courant de ce que public la S. D. N. II s'adresse ainsi directement au
public et aux libraries ainsi qu'A des organizations amies. A Berlin
une librairie s'occupe des publications de la S. D. N. et un bureau
correspondent s'occupe de sesinterets. Les ventes faites par ces deux





13 -

organismes se sont levees : Pour la librairie en 1926 A 10.000 Marks,
ea 1927 a 9.6903 Marks ; pour le bureau correspondent a 3.800 Marks
en 1926 et en 1927 A 9 600 Marks. Le chiffre realis6 par le bureau de
Londres 6tait de 237 Livres sterling en 1925, de 392 Livres pour 1926
d2 422 pour 1927. II indique donc une progression cioissante.

Le Bureau International du Travail prit quelques measures des-
quelles il attend les plus heureux r6sultats. 11 a centralis6 tout le
Service des publications dans une section, dite Section d'edition ".
II obtient ainsi plus d'uniformit6 et r6alise de serieuses economies;
comme au Secr6tariat, il a 6tabli un contr6le des contracts d'impres-
sion qui a permis d'obtenir de fortes reductions de 20.200 Frs, en
1925' de 7.900 en 1926 et de 15.000 frs. pour 1927.

Par ces examples, vous pouvez vous rendre compete de l'efficacit6
du contr6le qui est exerc6 d'une maniere tres strict. Les credits
vot6s sont donc employes avec un soin jaloux.

Je me suis 6tendu sur cette question des publications qui est l'une
des plus importantes A cause du grand nombre de ces publications.
Si l'on songe A la diversity des questions traitees et toutes avec le
plus grand soin par le Secr6tariat de la S.D.N. et par le Bureau Inter-
national du Travail, l'on ne s'6tonnera pas que le nombre des pu-
blications soit si considerable.
Pour ne pas les augmenter sans de justes raisons et concilier les
divers interets en presence, le Secr6taire General d6clarait dans son
rapport: Le:Comite des Publications a 6galement port6 son atten-
tion sur la question de la limitation des publications occasionnelles.
A plusieurs reprises, en effet, il a ete saisi de demands pour de nou-
velles publications A la suite de voeux ou de resolutions adopts par
les diff6rentes Commissions.Le Comit6 ne desire pas soulever la ques-
tion de savoir si de tels voeux ou resolutions comportent l'obligation
d'engager les d6penses correspondent A ces publications.Mais il a et6
admis que certaines measures pratiques pourraient en limiter les in-
conv6nients et donner satisfaction aux observations et critiques ex.
primees A ce sujet, notamment par la Commission de Contr6le.Au cas
ou des resolutions ou recommendations tendant A des publications
nouvelles seraient proposes ou discutees dans une Commission, les
Secr6taires des Commissions devraient demander qu'il soit sur-






- 14 -


sis au vote, jusqu'A ce que la Commission ait eu connaissance des
consequences financieres de son vote. A cet effet, les Secr6taires
des Commissions 6valueraient autant que possible le nombre de
pages et de tableaux permettant de calculer le coot de la publication-
Cette evaluation serait soumise au service des publications qui cal-
culerait ce coit et formulerait son avis.
La Tr6sorerie, A son tour, serait appel6e A se prononcer sur le
point de savoir si les credits inscrits au budget pour les publications
permettraient, en tenant compete de celles qui ont d6jA 6tk autorisees,
de faire face aux d6penses d'une publication nouvelle.
Les Secretaires des Commissions seraient alors en measure d'6.
clairer completement les Commissions sur les consequences de leur
vote. Les dossiers ainsi constitu6s seront conserves au Secr6tariat
du Comit6 des Publications qui devra d'ailleurs les 6marger avant
que leur contenu soit communique aux Commissions int6ressees.
Cette measure proposee par le Secretaire G6n6ral produirait certai-
nement d'heureux effects.
Il me faut expliquer le r6le du Comit6 des Publications don't le Se-
cr6taire G6neral dans son rapport circonstanci6 a rappel6 les utiles
suggestions.
Le Comite des Publications a ete cr66 en vue d'utiliser le mieux pos.
sible les credits destines aux publications et de r6aliser des economies.
Pour arriver A ce double r6sultat, il s'est attache a restreindre les
frais de publications, A 6viter des distributions gratuites inutiles, a
augmenter les ventes, enfin A ne laisser imprimer que les publications
rcgu!ierement autoris6es, par les aut-)rit6s compktentes et dans la li-
mite des credits budg6taires.
A cet effet, les demands d'impression des diff6rents services du Se-
crdtariat ont dU Otre pr6senties a l'avance dans des programmes tri-
mestriels donnant les renseignements suivants : le nombre de pages,
1'6valuation des frais d'impression, le nombre d'exemplaires destines
a la distribution officielle, a la distribution gratuite, A la vente. Ce
n'est qu'apras ua minutieux examen du Conseil que les publications
sont autorisees par le Secretariat general,
Les Documents du Conseil et de I'Assemblee doivent etre tous pu-
bli-s. En ce qui concern les proces-verbaux des Comitesle Service,






- 15 -


des publications ne peut que se r6farer aux resolutions votes A deux
reprises par I'Assembl6e et prendre acte des suites qui leur out ete
donnees.
Les saules dpepnses qui nourraient peut-&tre, Otre r6duites son
celles des publications occasioinelles. Elles sont peu nombreuses. Sur
un total de 1.033.034 documents puiblis, elles ne figurent que pour un
chiffre de 124.376.
Le Co:nits a pensa avec raison, que la mnilleure facon d'utiliser les
credits et d'arriver A des econornies, 6tait de restreindre le plus possi-
ble la distribution gratuity et de divelopper le plus possible les ven-
tes. Nous avons vu ce qu'il a fait dans ce sens et les heureux resultats
auxquels il 6tait parvenu.
Pour ne citer qu'un example, en ce qui concern les periodiques, des
measures ont Wte prises pour limiter le nombre des exemplaires gratuits
de ces documents qui sont tras apprfciss, afin de maintenir leur valeur
commercial.
Mais comment determiner Ie nombre d'exemplaires A distribuer
gratuitement ? Dans les programmes trimestriels approuv6s, ce nom-
bre qui constitute un maximum, est fixed et il n'est pas depass6.
Dans la limited permise, la Section assure la meilleure distribution
gratuite.
Je ne reviens pas lir la question des publications occasionnelles A
propos desquelles j'ai cit6 plus haut le rapport du Secr6taire G6neral
II me faut repiter ce que j'ai dit plus haut que le contr6le des publi-
cations, au Secr6tariat Gen6ral et au Bureau International du Travail
se fait avec an tras grand soin et que l'on ne peut qu'approuver les
methodes employees par le Secr6taire Gineral pour diriger cet im-
porani et d61licat service des Publications, certainement F'un des plus
important de la Scci6d6 des Nations.
NEMOURS
Membre de la Commission du Contr6le de la S. D. N.
Monsieur CAMILLE J. LEON
Secrttaire d'Etat des Relations Exterieures,
Port au Prince













Rapport du Consulat Ge6nral d'hiti a. Berlin

le 22 f6vrier 1928






LeBresil estle plus grand pays producteur du manle avec une mo-
Venne de deux tiers de la production mondiale.Bien apres viennent
les pays de 1'Am6rique Centrale et de l'Am- rique du Sud qui, avec le
Bresil, d&tiennent les neuf dixiemes de la production total de caf6.Un
fait remarquable est la forte augmentation de la recolte en Afrique,
obtenue avec l'aide du capital anglais. La production de caf6 en Afri-
que s'Mlevait pour la campagnede 1925-25 A 2903 t. contre 9330 t.
representant la moyenne des annies 1933-1313. La question est de
savoir si 1'Ang!eterre r.ussira a r'aiiser un accroisse.neat ultArieur
de la production.
Selon sa position pr6domrinante comme producteur, le Bresil est
aussi le plus grand exportateur de cafe, ; en 1925 il a ft5 export
803.000 t. soit 95,5% de sa production Les autres pays de plantation
de cafe ont a pen pr.s la mrnme quote d'exportation.
Pour l'ann!e 1925,ii rev'ient aux Et3ts-Unis 531.930 t. soit 41.7% de
la consommation mondiale de caf ce qui roprtsente une augmenta-
tion de 45%' par rapport aux an:ies 1)33-1)13. La Fran:e don't la
consom:nation s'est accrue de 51% par rapport aux annees d'avant
guerre, a absorb.' en 1925 168.)03 t. de caf6, soit 12.4% de la consom-
mation mondiale. La part de l'Allemagne A la consommation total
a fortement r.gressL, a la suite de la baiss3 de sa puissance d'achat,
mais a pu cependant se relever peu A peu dans le course des deux
derni&res avnies.

















Consomnmation de < af. [ En Moyenne
milliers de tonnes et en o/c 1909-13 1924 1925
du total mondial]. t % t % t %

Allemagne .......... 181.2 15.3 55.3 4.1 90.3 -.7 50
Grande-Bretagne et Irlande 10.7 0.9 14.6 1.1 23.4 1 7 219
France ... ......... I111.55 9.4 170.6 12.7 160 1 12.4 151
Italie ...... ... ... ... 26.4 2.2 46.9 3.5 4 '.2 3 1 160
Sude. ... ...... ......... 33.7 2.8 43.3 3.2 36.5 7 108
Belgique ........... 35.4 3.0 39.3 2.9 3P.5 2 9 109
Hollande..... ..... 42.8 3.9 38.3 2.9 40 3 3.9 9.1
Autres pays d'Europe..... 169.1 11.2 150.0 11 2 144.5 10.7 85

Europe. .... .... ...... 610.8 51.4 558.5 4V.6 f1.8'8 13.1 6

Etats-Unis. ............... 389.0 32.8 620.6 46.2 564.9 41.7 145
Argentine ........ ... ... 128 1 25.3 1.9 20.1 1 5 157
Autres pays d'Amrique ... 109.0 9.2 49.4 3.0 103.4 7.6 95

Am6rique... .. .... 510.8 43.1 683.3 511 638.4 50.8 135

Asie, Afrique, Australie.. 65.4 5.5 98.0 73 82.8 6.1 127

Monde ..... .. ... 1187.01 100 1342.8 100 13550 100 114















Production
( en millie-s de tonnes et en % du total mondial
Pays producteurs Moyenne
de cafe. 1909-13 19-'4 25 1925-25 a

t % t % t % 2


Bresil .......... ....... 795.2 66.3
Colom bie............ .... 8[ 5.71
Guatemala ............ .. 48.21 4.0
H aiti .......... .... ..... 34.8i 3.0
M exique .................. 51 2.9
Salvador ................. 30 8 2.6
V6nezu6la........ ........ 52.3 4.3'
Autres pays d'Amerique... 53.0 4-4

Am rique.......... .... 1117.6, 9.2

Indes neerlandaises........ 50.0 4.2
Inde britannique..... ..... 14.1 1.2
Autres pays d'Asie ...... 7.9 0.6

A sie............ .. ........ 72.0 6.0

Afrique,Australie.. .... .. 9.3 0.8

M onde.......... ..... 1198.9 100


874.1' 64.6
108.0 7.9,
c 2.8!
31.7 2.3
-0.3 2.2
43.1 3.2


847.0162 41 106
120.0| 8.8 174
38.1 2.8 79
3L.0 2.2 86
J1.0 2.21 86
4t.0 3.41 149
Lb.O 4.1 105
uL.9 5.1 130

235.0 91.0 110

70.0 5.2' 140
11.0 C.8 78
11.5i 0.8 146

_2.5 6.8 128

29.0 2.2 312

356.5 100 113


-<
*;
:*
*^
-i












Service du Protocole



Le vcndredi 'Z7 Janvier dernier a pris mouillage dans la rade de
Port au Prince le Croiseur "Texas" de la Marine de Guerre dcs
Etats Unis battant pavilion de l'Amiral Wiley, Commandant en chef
la flotte americaine.
Le mmne jour dns l'apres nidi l'Amiral assisted des Cfficiers 'Ce scn
Etat Major et accompagne du Gdneral John H. Russell, Haut com-
missaire Americain et de Monsieur Willard L. Beauiac, Charg6 d'Af-
faires a.i. des Etats Unis, a et& re!;u au DIpartemnent des Relations
Exterieures par Mr.Camille J. Leon, Secr6taire d'Etat de ce Departe-
ment, et ensuite par son Excellence Monsieur le President de la Re-
publique au Palais National, oil, apres une revue militaire, une gran-
de reception fut offerte aux distingues visiteurs
Cette visit fut retournee a board par M. Camille J. Leon, Secre-
taire d'Etat des Relations Ext6rieures, accornpagn6 du Chef de la
Maison Militaire de Son Excellence Monsieur le President de la R6-
publique.

SA Maiest6.le Roi d'Angleterre
Londres
A l'occasion de la mort du Mar4chal Douglas Haig. qui frappe si
douloureusement Votre Majest6 et le Peuple Britannique, je vous prie
d'aqr&er l'expression de mes vives condoleances et de ma profonde
sympathie,
BORNO
President d'Haiti
Londres Feb. 7 1928.
President of the Republic
Port au Prince, Haiti
Was much touched by your kind message of sympathy on the







- 20 -


death of Lord Haig which is much appreciated by myself and *ny
People.
GEORGE R.I.

TRADUCTION :
Londres, 7 F6vrier 1928
President de la Republique
Port au Prince Haiti
J'ai 6t6 tres touch de vo'tre aimable message de sympathie a l'oc-
casion de la mort de Lord Haig, message qui est tres appreci6 de moi
et de mon people.
GEORGE R.I.

6 F6vrier 1928
Son Excellence Pr6sident Coolidge
Washington [ E.U. ]

Au moment oil la Capitale d'Haiti regoit avec enthousiasme la
visit du Colonel Lindbergh, je suis heureux d'exprimer a Votre Ex-
cellence mes tres vives felicitations. Mon pays c6lbre avec une joie
profonde le nouveau triomphe de l'illustre aviateur don't la mission
fraternelle A travers le Continent contribuera a resserrer de plis en
plus les liens de cordiale amiti6 entire les nations de l'Am6rique.
BORNO
President d'Haiti


Excellency Luis Borno, Pr6sident of Haiti
Port au Prince
Washington, 6 F6vrier 1928

Wish to thank your Excellency for your cordial telegram of congra
tulation on the occasion of Colonel Lindbergh visit to Haiti and to
assure your Exc 1lency that the Government and People of this Coun-
try heartily reciprocate the friendly sentiments expressed.
CALVIN COOLIDGE






- 21 -


TRADUCTION :
Washington 8 Fevrier 1928
Son Excellence Louis Borno
President d'Haiti
Je desire remercier Votre Excellence pour Son cordial telegram.
me de felicitation a l'occazion de la visit du Colonei Lindbergh a
Haiti, et assure votre Excellence que le Gouvernement et le Peuplede
ce pays partagent cordialement les sentiments amicaux qui sont ex-
primes.
CALVIN COOLIDGE

RECEPTION DU COLONEL CHARLES LINDBERGN

La Capital de la Republique a eu la joie de recevoir la visit du
Colonel Charles Lindbergh qui osa et reussit la traverse de 1'At-
lantique dans son avion "Spirit of St Louis ". L'illustre aviateur
atterrit le lundi 6 Fevrier A 2 heures p. m. sur le champ d'aviation
du Pont Rouge aux acclamations d'une foule iminen e venue de
touts les points de pays,
Des son atterrrissage, un comity de reception, assist du General
John H. Russell, Ambassadeur Americain, alla A sa rencontre et 1'ac-
compagna a la tribune ouf se tenaient Son Excellence le President
de la Republique, Madame Louis Borno, les Secretaires d'Etat, les
membres du corps diplomatique, les consuls strangers et de noin-
breuses hautes personnalites Sur les deux c6tes de la tribune 6taient
disposees en grand nombre des chaises of avaient pris place les
representants des deux sexes de la society haitienne. Le Comite 6tait
compose de Mr Cl6ment Magioire, Prefet de Port au Prince, Mr,
Charles de Delva, President de la Commission Communale, Mr.
Voorhies, Directeur de la Banque Nationale de la Republique d'Haiti,
Mr Elliot, Directeur de la Hasco, Mr Louis Roy, Pr6sident du Cercle
Port-au-Princien, Mr Jules Lizaire, President du Cercle Union, Mr
Georges de Lespinasse, President du Cercle de Mariani et le Dr.
Melhorn, chef du service national d'Hygiene. Le Colouel Lindbergh,
entour6 des membres du comit6, s'arreta A quelques pas du President
d; la R6publique.






-- 22


A ce moment, la musique militaire ex cuta l'hymne national
haitien et I'hymne national americain qui furent fcoutes rehgieuse-
ment.
Le President s'avanga vers le Colonel Lindbergh, lui souhaita la
bienvenue et lui donna l'accolade apres l'avoir decore des insignes
de l'Ordre Honneur, Mrite ".
Le President Borno s'adressa en ces terms a l'illustre visiteur :
I am extremely haopy, my dear Colonel LINDBFRGH, tO bid you
welcome on the soil of the Republic of Haiti ; and I thank you for
your kin'! acceptance of my invitation, I most warmly thank you, in
my name and in the name of my country, of all my people fwnl of
enthusiastic admiration toward you, and also toward your splendid
SPIRIT OF SAINT LOUIS which makes a part, so to F. 't-, of
your glorious personality.
Undoubtedly, my dear Co'onel, you are the most popular and the
most beloved of the heroes of the world ; you have no enemies ; *he
who!e civilized humanity is united in the same hearty joy of cheering
you Why ? Because you are the Smiling Conqueror ; because you
are not only the peaceful Herald of international fraternity, but also
you are, with the greatest simplicity, the radiant Messenger of the
greatest things in the world : sure science, dauntless courage, Unfli
ching faith.
We are glad, we are proud to open our country and our hearts
to you and to your lofty Message, symbolizing our feelings into
this cordial presentation of our highest national distinction accom-
panied by the gracious flowers of our homes.

TRADUCTION:
Je suis extramement heureux, mon cher Colonel LiNDBEPGH, de
voussouhaiter la bienvenue sur le sol de la Republique d'Haiii: et,
je vous remercie d'avoir, avec tant d'amabilite accept mon invita-
tion ; je vous remercie tres vivement, en mon nom et au nom de tout
mon people plein d'admiration pour vous, et aussi pour -votre splen-
dide ESPRIT DE ST LOUIS ", qui fait parties, pour amsi dire, de
votre glorieuse personnalite.
Sans aucun doute, mon cher Colonel, vous etes le plus popu-






- 23 -


laire et le plus airnm de tons les h6ros du monde ; vous n'avez pas
d'ennemis ; toute l'humanite civilisee est unie dans la meme cordia'e
joie de vous acclaier Pourquoi ? Parce que vous etes le sou-
riant Conqufrant ; parce que vous n'&tes pas s-ule:nent le pacifi4ue
Messager de la fraternity international ; mais vous etes aussi, et
a;ec !a plus granJe simplicity, le radieux Messager des plus grandes
choses du monde: science certain, courage inJomptable, foi in-
flexible.
Nous sommes heureux, nous sommes fiers d'ouvrir notre pays et
nos cWurs a vous et a votre noble Message, symbolisant nos senti-
ments dans cette offre cordiale de notre plus haute distinction na-
tionale accompagnee des gracieuses fleurs de nos parterres.
Une delegation de jeunes filles offrit une magnifique gerbe de
fleurs au heros de 1'Atlantique. Cette delegation 6tait compose de
Mesdemoiselles Janine Anselme, Carmen Bonamy, Daniella Boucard,
Yvonne Mathon, Anne-Marie Roumain et Denise Roy.
Le Colonel Lindbergh remercia en quelques mots Son Excellence
le President de la Republique pour I'accueil cordial et sympathique
qui lui etait fait, et exprima sa gratitude pour la distinction h'no-
rlfique qui lui 6tait conferee.
Le lendemain, a 9 heure 50, le Colonel Lindbergh assist du Capi-
taine R. Laroche, Chef de la maison Militaire de Son Excellence le
President de la R'publique, du lieutenant Philiipe Chain, et accom-
pagne du General John H. Russell et des membres du Cimite de re-
ception, se rendit au Falais National pour faire visit au President
de la RWpublique. I1 fut introjuit par Mr Abel Theard, Ministre pleni-
potentiaire, Chef du Protocole, au grand salon diplomatique ofi se
tenait, le President de la Republique, entoure de Mr CamnilleJ. J.on,
Secretaire d'Etat des Relations Extfrieures et-des cultes, Mr Charles
Fombrun, Secr6taire d'Etat des Travaux Publics et -e l'Int6rieur
Mr Charles Rouzier, Secretaire d'Etat des Finances et du Commerce,
Mr Emmanuel Beauvoir, Secr6taire d'Etat de la Justice, Mr Auguste
Scott, Secretaire d'Etat de l'Instruction Publique, de l'Agriculture
et du Travail.
Au moment de vider une coupe de champagne, le President re-
nouvela ses souhaits de bienvenue a l'h6te illustre de ce pays, en y
ajotLant des voeux particuliers pour la mere du heics.






24 -

A la sortie du Palais, le Colonel Lindberch, tonjours accompa-
gn6 du comity de reception et assist du lieutena -t Philippe Cham
attache sa personnel, se rendit A l'h6tel de Ville ofi il fut requ par
la Commission Communale, qui lui confera le titre de citoyen hono"
raire.
Mr Charles de Delva, Pr6sident de la Commission Communale lui
adressa la parole en ces terms :
Monsieur le Colonel,
Entre les 19 et 21 Mai 1927, dates jamais fulgurante de votre en-
volee de la terre de la jeune Am6rique et de votre atterrissage sur
le sol de la vieille Europe, le monde entier, d'abord 6tonn6 et per-
plexe, passa par trois etats d'Ame distincts. II connut, dans cet inter-
valle relativement court, 33 heures, le doute angoissant d'un depart
qui semblait sans lendemain, 1'espoir incertain de la traverse et la
joie enorme et d6lirante de la r6ussite.
Le project, certes,6tait audacieux,et d'autant plus t6meraire qu'une
tentative infructueuse venait a peine de sombre." sur la route mou
van:e et pdrilleuse au dessus de laquelle vousavez fixe,pour toujours
les lumineuses possibilities nouvelles du progres.
Aussi biea, des clameurs enthousiastes s'dleverent de partout et la
terre, d'un sentiment unar.ime et spontan6, reconnaissant que vous
avez bien m6rit6 de l'Humanitd, vous acclama Citoyen du Monde".
L'Amerique est fibre A just titre d'avo r porter votre berceau. Mais
chacune des autres nations du globe, se sentant desormais assure
dans l'ordre 6conomique, de trouper au dessus de l'Atlantique cette
nouvelle 6toile de Bethl6em qui est le Spirit oJ St.-Louis' vous
fait une place d'honneur parmi ses bienfaiteurs attitres.
Comme ellestcutes, la Republiqlie d'Haiti fut secoude du mirne
frisson. Elle a suivi, palpitante, la courbe de votre audace. Et la
ville de Port-au-Prince, sa Capitale, apres avoir connu toute la gam-
me de ce frisson et applaud au succ&s de votre glorieux exploit,
particulierement heureuse de vous accueillir aujourd'hui, a bien
voulu vous marquer sa gratitude et sa joie ultime en vous pr6sen-
tant, par mon intermediaire, le brevet par lequel Elle vous nomme
son





- 25-


"CITOYEN HONORIURE"
Le Colonel Lindbergh rdpondit en exprimant ses vifs remercie-
ments pour le chaleureux accueil de la ville de Port-au-Prince.
Un moment apres, toujours accompagn. du comit6 de reception, le
Colonel Lindbergh fit dans la ville et dans les environs une promena-
de au course de laquelle it visit l'Institution St. Louis de GGonzague
et I'Ecole d'Agriculture de Damiea.
A midi trente, dans la granle et m ilifique salle de l'Hotel de
Ville, le Colonel Lindbergh prenait part A un lunch offert en son
hanneur, et a 5 he 'res p. m. aprIs -un ravac militaire qui eut lieu
au Champ de Mars, Son Excellence le Pr6sident de la R6publique et
Mme. Borro donnaient une grande reception au Palais National, au
course de laquelle le Colonel Lindbergh fut pr6sent6 A tous les invites,
Les rues par lesquelles il passa 6taient magnifiquement pavoisees
et sur son passage une foule compact amassde sur les trottoirs I'o-
vationna avec enthousiasme. Pour perpetuer le souvenir de la visit
du c6l6bre aviateur, la Municipalit6 de Port-au-Prince donna son nom
A une des Avenues de la Place Louverture.
Le jour de son arrivee fut, par un arrRt& du Pr6sident de la R6pu-
blique, d6clar6 jour chom6. Pendant sa visit, chaque soir il y eut
concert sur la place du Champ de Mars, et la facade principal du
Palais National ainsi que l'Avenue Lindbergh, 6tait f66riquement
illumindes.
Le lendemain A 6 heures 20 a. m. l'intr6pide aviateur prenait son
vol vers Cuba. Au moment de son depart, Son Excellence le Presi -
dent de la R6publique arriva sur le champ d'aviation et lui pr6senta
des souhaits d'heureux voyage, le remerciant en meme temps de sa
gracieuse visit don't le people haitien gardera un inoubliable souve-
nir.










Convention pour l'Echange des Colis Postaux

(nt re la Republique d'Haiti et I'Angleterre


Le lundi treize F6vrier mil neuf cent vingt-huit (13 Fevrier 1928),
a 6t6 signee dans les salons du Departement des Relations Ext6-
rieures, la Convention pour F'1change des colis postaux conclue
entire la Republique d'Haiti, represent&e par Monsieur Camille J.
Leon, Secr6taire d'Etat des Relations Ext6rieures, representant le
Gouvernement Haitien, et M. Richard Prior Ferdinand Edwards D.
S. 0., Charg6 d'Affaires de Sa Majest6 Britannique, repr6sentant le
Gouvernement de Grande Bretagne.




Remise de Decoration

Le mercredi 15 F6vrier 1928, A 5 heures p. m. Monsieur Nelvil
Saint-Cyr, Consul du V6nezu6la, a et6 reQu en audience officielle, au
Palais National, par Son Excellence Monsieur le President de la
R6publique, A qui il a remis, au nom de Son Excellence Monsieur
le General Juan Vicente Gomez, President du V6nezuela, le Grand
Collier de l'Ordre du Lib&rateur.
A son arrive, le repr6sentant du Gouvernement Vnnzu6lien re-
qut les honneurs dis A son rang. 11 fut introduit par M. Abel Th&-
ard, Ministre Plnipotentiaire, Chef du Protocole, dans le Grand Salon
Diplomatique, oa l'attendait le Pr6sident de la R6publique.
Au moment oi le Consul remettait les insignes de cet ordre a Son
Excellence le President de la R6publique, la musique du Palais ex&-
cuta l'hymne national Venezu6lien. Et I'hymne national Haitien fut
jou6 immediatement apres le discours du Chef de l'Etat. Ces deux
hymnes furent 6coutes religieusement.






- 27 -


Le President Borno itait entoure de MM. Camille J. LUon, Secr6-
taire d'Etat des Relations Exterieures et des Cultes, Charles Fom-
brum, Secr6taire d'Etat de l'Interieur et des Travaux Publics, Emma-
nuel Beauvoir, Secretaire d'Etat de la Justice, Auguste Scott, Secre-
taire d'Etat de l'Instruction Publique, de l'Agriculture et du Travail,
de Monsieur Ernest Leys, Chef du Cabinet de Son Excellence le Presi-
dent de la Republique et des Officiers et de son Etat-Major.
-Etaient presents A la cer6monie :
Son Excellence le G6neral John H Russell, Haut Commissaire Am6-
ricain, M. Charles Bouchereau, Pr6sident du Conseil d'Etat, M. Em-
manuel Eth6art, President du Tribunal de Cassation, M. Dupont Day'
President du Tribunal d'Appel, M. J, L6!io-Joseph, Commissaire du
Gouvernement pros le Tribunal d'Appel, M. Rodolphe Barau, Doyen
du Tribunal de premiere Instance, M. Ed. Laporte, Commissaire du
Gouvernement pres le Tribunal de prermiere Instance, M.- Clement
Magloire; Pr6fet de Port au Prince, M. Charles de Delva, President de
la Commission Communale, M, Joseph Lanoue, Secr6taire du Con-
seil d'Etat, M. Emmanuel Tribi6, Secr6taire du Conseil d'Etat, Sa
Grandeur Monseigneur Cogliolo, M. Andre Chevalier, Administra-
teur G6n6ral des Postes, M. Arturo de Matteis, Charg6 d'Affaires,
ad interim de la L6gation d'Italie, M. Constant Behrmann, Chance-
lier de la L6gation Allemande, representant le Chag6 d'Affaires; M.
Damase Pierre Louis, de l'Information, M. H6nec Dorsinville,;Direc-
teur de i'Essor.
Voici les discours qui ont 6t6 kchang6s a cette occasion :
DIscoURs de Monsieur Nelvil Saint Cyr, Consul du Veniz'tela
en Haiti:
Monsieur le President,
J'ai l'insigne honneur de remettre entire vos mains la Lettre Au-
tographe par laquelle Son Excellence Monsieur le G6neral Gomez,
. President du Ven6zu6la confere a Votre Excellence le Grand Collier
de l'Ordre du Liberateur.
Cet Ordre fut cr66 en 1825 en m6moire du Heros Liberateur de
cinq des R6publiques de l'Amirique du Sud. Le grade qui vous est
conf6re est la plus haute distinction que le V6n6zu6la puisse accorder
A votre Excellence, en t6moignage de vos m6rites, et des 6minentes





28 -

qualitds qui vous distinguent, et comme un gage de sincere amitid
au Chef d'Etat de cette noble nation amie, don't l'aide inoubliable
et l'amiti6 traditionnelle scell6es par les immortels Petion et Bolivar
remplissent bien des pages agr6ables de l'histoire des deux pays
Son Excellence Monsieur le President Gomez me charge de pr6.
senter a Votre Excellence ses fervents souhaits pour la f6licit6 de
votre illustre Personne et pour la grandeur et la presp6rit6 conti-
nues du noble people haitien.

DISCOURs du Ptstident de la Republique :

Monsieur le Consul,
J'dprouve la plus profonde satisfaction A recevoir de vos mains la
Lettre Autographe par laquelle Son Excellence Monsieur le Pr6sident
du V6n6zu61la a bien voulu me conf6rer le Grand Collier de l'Ordre du
Liberateur.
L'inappr6ciable honneur qui m'est fait s'6tend A toute la Nation
Haitienne ; et c'est au nom de la RWpublique d'Haiti et en mon nom
personnel que j'adresse des remerciments A l'Illustre Pr6sident Gomez,
A l'homme d'Etat eminent qui est aussi I'une des hautes gloires de
l'Amerique.
Vous avez rappel6, Monsieur le Consul, l'histoire des deux pays
vous avez 6voqu6 l'dpop6e magnifique oi le prodigieux g6nie de
Bolivar fit du vieux sol colonial surgir des R6publiques, 6popde A la-
quelle se trouve associ6 le nom de notre immortel Petion. Je trouive
dans cet heroique souvenir une raison toute speciale de fiert6 A rece-
voir la noble distinction don't m'honore aujourd'hui le successeur de
Bolivar.
Je vous prie de transmettre A Son Excellence le Pr6sident Gomez
les voeux sinceres que je forme pour son bonheur personnel ainsi que
pour la grandeur et la prosp6rit6 du Peuple VWnkzu6lien.



Une coupe de champagne fut offerte ; et aux vceux formulas par le
President Borno pour le Pr6sie ant Gomez et pour le Vnnzu6la, le
Consul Saint Cyr r6pondit par les paroles suivantes :





29 -


Monsieur le President,

J'ai l'honneur de boire A votre sant6 ainsi qu'A celle de votre distin-
tinguAe familleet des membresde votre Gouvernement Je prie Votre
Excellence d'etre persuadee que, par mon compete rendu de cette so-
lennit6, mon Gouvernement sera tres reconnaissant de vos 6loquentes
expressions d'amiti6.et d'estime pour Son Excellence le President
Gomez et la Nation VWnezu6lienne, et, en o-ttre, de la rdcente preuve
d'&clatante sympathie de votre Gouvernement en denommant une des
avenues de cette Capitaie du norm de Bolivar. Je ne doute pas qu'un
jour cette belle avenue voie sa statue, comme celle de son grand ami
Petion orne actuellement la place qui porte son nom h Caracas. Que
cette statue de Bolivar soit une reproduction de celle de Caracas, sa.
luant le noble people haitien en temoignage de reconnaissance et d'a-
miti& !






Port-au-Prince, le 15 Fevrier 1928
Son Excellence G6neral Vicente Gomez,
President du V6nezu6la
Caracas.

Au moment oui je regois de votre Repr6sentant official a Port-au-
Prince le Grand Collier de 1'Ordre du Lib6rateur que vous avez bien
voulu me conferer, je prie Votre Excellence d'agreer mes vifs remer-
ciements et 1'expression de ma cordiale gratitude pour cette tres haute
distinction que partage avec moi le people Haitien tout entier, et A la-
quelle j'attache le plus grand prix.
Je suis heureux de vous renouveler mes voeux les plus fervents
pour la felicit6 personnelle de Votre Excellence et pour la prosp6rite
de la Nation VWnkzuelienne A laquelle Haiti est fire d'etre lice par
des souvenirs historiques si glorieux.


BORNO.
President d'Haiti.









Maracay, 21 Fevrier 1928
Excnmo Sr. Luis Borno
President dle Haiti
Port-au -Prince.
Agradezco muy de veras el noble mensaje deV E. con motive dc~
Gran Collar que se os ha conferido y correspondo a los votos de V.
.E. con los mios muy sinceros por vuestra ventura rer-,onal y por la
constante prosperidad de la Nacion Haitiana.
J. V. GOMEZ
Presidente de Venezuela


TRADUCTION :
Maracay 21 Fevrier 1928.

Son Excellence Monsieur Louis Borno
President d'Haiti

Je suis vraiment reconnaissant a Votre Excellence de son noble
message relatif au Grand Collier qui lui a kte confer, et en retour des
souhaits de Votie Excellence, je forme des vceux tries sinceres pour
votre bonheur personnel et pour la constant prosperite de la Nation
Haitienne.
J. V. GOMEZ,
President du Venkzuela.





PALAIS NATIONAL

SERVICE DE LA CHANCELLERIE
Liste des personnes recemment dHcorees par Son Excellence le Pr6-
dent de la Ripublique de 1'Ordre "Honneur, M rite".
( Relations Ext&rieures ).

1. Le Colonel Charles A Lindbergh, Aviateur.
2. Mr. Luis Maria Soler, consul general d'Haiti ;' Barcelone.






3. Mr Tin'o ,ore de Streitberg, consul general d'Haiti A Bruxelles.
4. MIonsiur Victor Kiefer Marchand, consul generald'Haiti A Lima.
S. Monsieur Augusto Saccomani, consul general d'Haiti a Rome,
6. Majcr Roselio Guzman. officer de l'arm6e dominicaine.
7. Capitaine Enrique Valverde, officer de l'armee dominicaine.
.8. Caoitaine Felix IHermida, officer de l'arm6e dominicaine.
9. Capitaine Salvador Michel, officer de l'armde dominicaine-
10. Lieutenant Almanzor Dujarric, officicr de'l'arm6e dominicaine.
11. Lieutenant Inocencio Pereyra, officer de l'armee dominicaine.
1?. Lieutenant Raphael O.'Meila, officer de l'armee dominicaine.



27 F6vrier
Son Excellence Pr6sident Vasquez

Santo-Domingo
A l'occasion de la fte rationale dominicaine, j'eprouve le plus vif
plaisir 5 offrir A Votre Excellence mes tres cordiales felicitations
et P'expression de mes voeux fervents pour le bonheur et la prosp'"
rite de la Nation dommicaine si 6troitement unie a la nation hai-
lienne par les liens d'une fraternelle et inalterable amitie.
BORNO
President d'Haiti


Santo Domingo

A Su Excelencia Dr Luis Borno
President Haity
Port- au- Prince

Complaceme expressar a Vuestra Excelencia el testimonio de mi
*sincero reconocimlento por las cordiales felicitaciones que me envia
y por lon expresivos votos que hace en favor de la Repubiica Do-
minicana con motivo del Aniversario de independencia siendome
propicia esta occasion para reiterar mi ferviente deseo de que se man -
tengan inalterables los vinculos de estrecha confraternidad que fe-
lizmente unen hoy a nucstros dos pueblos.
President VASQUEZ






- 32 -


TRADUCTION :
Santo-Domingo, ler Mars 1928
Son Excellence Dr. Louis Borno
President d'Haiti
Port-au-Prince
II1 m'est agr6able d'exprimer A Votre Excellence le t6moignage de
ma sincere reconnaissance pour les cordiales felicitations qu'Elle
m'envoie et pour les vceux expressifs qu'Elle fait en faveur de la
Republique Dominicaine A l'occasion de l'Anniversaire de l'Ind6pen
dance, cette occasion m'6tant propice pour r6iterer mon fervent
d&sir que se maintiennent inalt&rables les liens d'ktroite confrater-
nit6 qui aujourd'hui unissent heureusement nos deux peuples.
President VASQUEZ

Port-au-Prince, le 8 Mars 1928
Sa Majestd le Rn? d'I alie.
Je prie Votre Majest6 d'agreer mes vives condol6ances et 1'expres-
sion de ma profonde synpathie A l'occasion de la mort de l'illustre
Marechal DIAz. Le Peuple Haitien s'associe de coeur A ce deuil qui
frappe si douloureusement 1'arm6e, le Gouvernement et le Peuple
Italiens.
BORNO
President d'Haiti.

Son Excellence President BORNO
Port-au-Prince.
Je remercie sincerement Votre Excellence des sentiments que, au
nom aussi du Peuple Haitien elle a bien voulu m'exprimer A l'occa-
sion de la mort du Mar6chal DIAZ.
VITTORIO EMANUELE

EXCHANGE DE RATIFICATIONS
Le lundi 19 Mars )928. A 11 heures a. m.a eu lieu dans les salons du
Departement des Relations Exterieures l'6change des ratifications de
la Convention Commerciale conclqe le 3 Janvier 1927 entire la R&-
publique d'Haiti et le Royaume d'Italie.




332 -

T.e Gouvernement Haitien 6tait represents par Monsieur Camille
J. LCon, Secretaire d'Etat des Relations Exterieur-s et le Gouver-
r-ement Italien par Son Excellence Monsieur le Commandeur Gugliel-
mo Vivaldi, Envoye .Extraordinaire et Ministre Plenipotentiaire de
Sa Majestd le Roi d'Italie a Port au Prince.


L'Exequatur a (te accord 5 Monsieur Henry Rouzier, Agent Con-
s !laire de la Rcpublique d'e Bolivie A Petit GoAve.




Publications recues
PAR LE

Departement d s Relations Exterieures


SOCIITE DES NATIONS
Documents de la Commission preparatoire de la Confcrence du De-
sarmement chargee de la preparation de la Conffrence.
Proces-verbauxde la quatri>.ine Session etde la premiere Session du
Comite d'Arbitrage et de Sccurit6.
Commission Consultative et technique des communications et dti
Transit. Signalisation routiere.
Liste supplementaire de questions inscrites A l'ordre du jour proD-'
\isoire de la quarante neuvieme Session du Conseil.
Dons pour l'Ameublement et la Decoration du nouveau bftiment
projete de la Societe des Nations, offre du GouvernementAustralien.
Convention Internationale pour 1'Abolition des Prohibition et Res-
trictions A l'importation et A l'exportation.
Exceptions demandees par diff6rents gouvernements en conformity
de l'article 6. Autres declarations de differents gouvernements se r&-
ffrant a certaines dispositions de la Convention.
Saisie de drogues effectuees dans les Etats-Unis d'Amerique du ler
P vril 1923 au 30 Novembre 1927.





24 -

Saisies de drogues effectu.Ae A Macao, co n' n i liq ie par Ie G- i :er-
nement Portugais.
Project de Convention de Desarmcment pr,'sent6 par la delIeation
de I'Union des R6publiques soviehques Socialistes.
Etude m6thodique des Conventions d'arbitrage et des Traites r'e
SecuritI mutuelle. Arbitrage et S6curite.
Recueil des Traits et des Engagements Internationaux. Volume
59. Annexe 16.
Recueil des Traites et des Engagements Internationaux. Volure
61. 1927.
Journal Officiel 9a-e. annie. N .2.Prozes-vr'al de la 43 ne gesi ".
Enregistrement des Trait6s No. 76, janvier 1928.
Bulletin Mensuel de Statistique : 9me annee. Volume 9, janvier
1928. No. 1.
Requite introductive d'Instance concernant certain droits de m:-
norites en Haute Silesie (Ecoles Minoritaires).
Releve des Saisies de stupAfiants effectuees en Italie, pendant le
premier semestre de I'ann6e 1927.
Repertoire Analytique No. 89 des documents distribu6s au course du
mois de D6:embre 1927.
Ordre du jour provisoire de la quarante neuvieme Session du Cor-
seil Geneve 5 Mars 1928.
Resum6 mensuel ,des travaux de l'organisation international du
travail, Janvier 1928.
Recueil des arrets. Affaire de l'usine de Chorzow (Indemnite) Or-
donnance du 21 Novembre 1927.
Recueil des arrets No. 11. Interprtation des arrets No. 7 et 8. (Usine
de Chorzowl.
Rapport epidemiologique mensuel. 15 janvier 1928
Journal Officiel. Budget du dixieme (0lme.) exercise Janvier 1928.
Resume mensuel des travaux de la Societ6 des Nations.
ETATS-UNIS D'AMERIQUE
Congressional Record : Nos. 52 A 58 du 20 au 28 F3vrier 1628. 70.'me
Congress.
Bulletin of the Panamerican Union. Fev.
Automotive Market of New Zesland ; No. 527





35 -


Leather Production and Trade of Canada.
Italian Ship-Subsidy System ; P. I. C. 529.
Participating shares in British Investment Trusts.
Bulletin d'Inform. Commerc.
Irish Frce State as a Market for Electrical Machinery and Supplies.
Bull. 531.
Proceedings of the Fourtennth annual.
Convention of the Association of Governmental Labor officials of
the U. S. and Canada.
Bulletin 6dit6 par le Bureau des Statistiques du Travail. No.455.
Commerce Reports : Nos. 4 A 7 du 23 Janvier au 13 F6vrier 1928.
Bulletin of the Panamerican Union, Mars.
Congressional Record : Index des Nos. 47, a E6 et Nos 59 A 61 du
29 F6vrier au 2 Mars.
CHILI
The South Pacific Mail, Publication hebdomadaire de Valparaiso
Nos. 945 A 948 du 12 Janvier au 2 Fevrier 1928.
COLOMBIE
Diario official : Nos. 20669 A 20709 du 15 Decembre 1927 au ler Fev--
vrier 1928.
CUBA
Boletin official de la Secretaria de Estado; Nos. 273 et 274 des Mois
d'Octobre et Novembre 1927.
Supplements aux Nos. 273 et 274 contenant les Memoires Commer-
ciaux remis par les Consuls de Cuba A Madrid et A Barcelone 1927.
REPUBLIQUE DOMINICAINE
Memoria Correspondiente al Ano 1926 que al Ciudadano Presi-
dente de la Republica present el Sr. Rafael A. Espaillat, Secretario
de Estado de Agricultura e Immigracion. Edition 1927.
.EQUATEUR
Registro Official : Nos. 514 A 525 du 16 au 29 D6cembre 1927.
Informe que present El Director de Sanidad Publica de la Zona
del [.itoral al Sr Ministro de Prevision Social y al Director General de
Sanidad sobrc los trabajos sanitarios correspondientes.
El Ecuador Comercial : Nos. 52, 53, 54, des Mois d'Octobre, Novem-
bre et Decembre 1927.




- 33 -


El Banco Central del Ecuador.
Revista Municipal; Nos. 11 et 15 Novembre.
L'Equateur d'Hier et celu, d'aujourd'hui, par Marcos B. Espinel.
Napoleon st Bolivar, par M. B. Espinel.
La Escuela de Artes y Officios de Quito ; Dep. d'lnform. annexed b
la Secretairerie Privee de la Prfsidence.
Boletin Mensual de la Previsora. No. 12.
ESPAGNE
Revista Telefonica Espanola, Janvier.
GUATEMALA
El Guatemalteco: Nos. 46 A 51 du 4 au 10 F6vrier 1928; Tomo CXIX
Le No 51 du 10 ftvrier 1928 content la loi reglementaire de t'Ensei-
gnement Public.
HONDURAS
La Gaceta, Diario official : Nos. 7507 i 7524 du 15 Janvier au 4 Fe-
vrier 1928.
Boletin Legislativo : No 1 et 2 du 13 et 23 Janvier 1928.
Reconciliacion, Diario de Intereses Generales : Nos. 1113 a 1130 du
18 Janvier au 7 Fevrier 1928.
La Gaceta :Nos 7525 a 7538 du 6 au 21 F6vrier.
Boletin Legislativo : Nos. 3 a 6 du 6 au 18 F6vrier 1928.
Reconcilacion: Nos. 1131 a 114.: du 8 au 22 F6vrier 19 8.
ITALIE
Colombo, Revista:BJmiestrale dell Istituto Cristofore Colombo; Fas-
ciculo I du 15 F6vrier 1928.
PANAMA
Gaceta Oficial: Nos. 5251 A 5258 du ler au 18 F6vrier 1928. Ano XXV.
SUISSE
Le Droit d'Auteur : No. 2 du 15 F6vrier.
VENEZUELA
Gaceta Oficial: Nos 16420 a 16443 du ler- au 28 F6vrier 1928.