• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Cover
 Main







PAGE 1

ThisvolumewasdonatedtoLLMCtoenrichitson-lineofferingsandforpurposesoflong-termpreservationbyUniversityofFlorida Library

PAGE 3

..)_-.0.-,:::'I1 1.,.T .#,., INDEPENDAN'CE .. LIBERTE E'IR.OYAUME? D'HAYT [, -----_ ___.-1 _.,_...,_, -_. P'RO, EERBAL,DesSeancesduConseil general delaNarion.IeEJ0 U RD' FI U T, vingt-uniemedumoisd'Octobre,mil hUlt Icent;quatorze,l'an onzifnne del'independanced'Hayti, et la qualrieme dll l'egne de Sa Majesle. Lesgl'ands Dignilaires lesOmeiers civils, administratifs et militairesdurQyaume,extl'aOrdi11airementconvoquesencODseil general de Ia. Nation,en vertu d'ordredeSaMajesle,aupalais du ConseilciSans. Souei ,a reffetdeprendre 'Connaissance des pieces qu'UplairailauRoi. ;notre Ires-auguste et Souveraindemettre a leur deliberation.. Lesdils officiers,engrande leDue ont ete introduits et placesSelOl} Jemsl'allgs par M. IebarondeSicard, gl'andmaitre des ceremonies. Sa ]\'1ajeste ,11oll'etres-al1gusteet tres:grllcieuxSouveraill, estapparueayant a sagaucheS.A.R.MonseigneUL' Ie PrinceRoyal, et precedee, des gl'ands officiel's de la conronne.Lesacclamalions de,f7ive IeRoi! Vive IePrince ROJ'al !se sont' fait entendre. SaMajeste placee sur sontrone,a prononce Ie discours suivant.; (cRAYTIENS! : NonsVOllSaVOl1Sfait assembler et eonvoqner en Conseil generalde laNation, pOUl'vous donner connaiss,a nce des Lettres et Papiers qne1ll0US avolls du gemh'al:pauxionLavaysse,envoyeSa lVlajesleLOUISXVIII. .:Haytiens medilez ces ecrits aveccalmeet.sagesse, tel qu'ilconvient des hornmes libres quiont conguis leur inuependallceau El.'ix. deI \.A

PAGE 4

(2) lellrsang.J\Tetliie;z-les telqu'it convientenfinlides manclatait'esqui l'P!Jresentent lanation,et qui, encelte qualite, Ollt itprononcersm' leucsort et lesintel'ets le5pluschersdeleurs concilOyens !S.E.MrIecomte deLimonade. SeCl'etait'e d'etat, lVlinistredes affail'esetl'atlgel'es IadOlltle lecturedespieces ci-apres : Leure du general DauxionLavaysse ..c1atee. de Kingston Ie Ie :.11 Oclohre18r4.pot'tant pOUI' suscriptioll:AS.E.le ,lJ'eneral HENRYCHRISl'OPHE, CluJsupremeclaGOltvemclJul,lltdu,NorcZd<.fHaJ'ti,) ainsi COIJ9ll0 : ,!;, FousCtes informe de la mission importante aontlatrtf.,; l'lwllnellr d'etrechargeaupresde V.E., et ellarril'ontici mon}) intention etaitdem' adresser simllltamfment(1T/. E.et at!>-,.,)gelZt}ral Petion,.carfenesuispas l'e/Utyl'ollS ne tignorezpas.J comme messagerde discordc)maiscommeIe precursellr de la" paixetdelareconciliation .. Peu 'fIe fours apres mon arril'ee iei)jepayaiIetribut aUr elimat,ainsi que moncompagnon devoyage M.Dral'eman, ef; je n'aitToul'eieiqu'un selll/zommeen quilayeplt placer ma conjiance) pOitrm/ aider desa plumecomme secreta ire .)} Cependant I ai communique al'ecdespersonnes estimablcs1z/Oil7lZ' assure alloiT l'otre cO!7fiance)et quim:ontcOllfirmecequolarenommeein' arait deFt apprisde FOUS. ,)Ma'isal'antd'avoi,.tltO/meur de communiqueI'directemenl(H.l1\'ec VotreExcellence)ftIi d/t prendrelesrenseignemensles :} pluscertainssurrousetsurloutee qu'il importe all succes de ma mission deconna/irejet je confcsse, avecplaisir,.av. E. 7,.)que toutce que jesais aujollTd'lmi) abeaucoup ajoutea llles esperances,etTn'encourage aVOltS parler avec lafranc1dse d'll/Ii ;>soldat, et avec I interetquenepel/Vellt se rifuscr ceux quiOil!; SUil'i lacarriere militaire ..)}Le'Roil'ertueuxqni estenfinrendit alaFra/lce, 00 .})egale711entadmirable par lafcrmeteet Ia bontd desoncaractere, parl'dtcru!uc descs lumieres,) etparIe 'In'ilprofe'ssePOu..,f.

PAGE 5

-3 ( ) l,.toutprejugeilliberal) LouisXVIII agem i plusqueperSOf1:fZe.,.,des mesw:es(ltroces qui furent employees contreIe BI!ruirai)) Toussaint ala paixde1802.Ce cht!:lo)'al et eclaire/tzI'aitr(!I'ec lapresquetotalitedes ltabitans d'Hayti, prisles a1'll1CSelt.,}ftzlJeur de la causeroyale.11 rm'aitsoutenuepltJ.Sieursal'llu!e:;" ,(ll'ecenergie, et if{waitretablil'ord/e etles cultw::es(l aupointIeplusetonnant. Mais.lorsqueI'Eul'opeentierefut)'courbeeSOltS Ie jougde Bonaparte,iZ selltitqi/illallaitsesou-,HmeUrea cet reconnu. Aucun desactes elltgeneralt' TOltssaint n'al'aiIJannoncetindependance) cependantBona parte)soitpoursacrifierune'partie des troupes[I]immenses qui-l' embarrassaient (tlapaix) soitpours' approprier destrewr$."" imaginaires)enFoya unearmeeaSaint-Dominguelorsqtt'if n6'S,deFaity envoy-erque des recompenses. L'ef/et decettebarbareexpeditionfutunesecondedestructiorlJ ,> deIacolonieetfaperte tiltgeneral Toussaint. Le Roi regarderait cette perte irreparable) siVotre Excellencen'avait pas succede;, ia puiss-allcede cet hommecelebre: et. COIlI'aincuqueFOllStiles parfaitementinstmitde redtable:;interets,. et detout ce qui s' estpasseenEUTOpf!;certainque10bon!wurde I'olre pays)IeI'otre propre) ct:lui de l'otrejamille)et>"61e I'OS amis,sen:irB de regieavol:re Gonduite)iln' apasdoutequeVOltSn'agissiezaveclui commeToussaint et15agi s'il elitVeCll.D Ie l'iensdollc)General,par lesordresde eetllll{Juste .sou('erail;,) VOliS porter.des:parolesdesatiifaetion etdepaix. Etlors-quedl{hautdntrone Ieplusbrillantdel'Europeil commande:;1'a une annee de einfj cents, lnille hommes} it 111-' elll'oye seuZ traiter.'avecFOUS deI'OS interets.H' Nousne SOfl],mes plus au temps de.!Jonaparte1 tousres. SOlll'e.. ,) rainsde l' Europe s)elaientliguespourjaire tomberl'usurpalenr, '>,1;01l srestent reullis)pour assurerla tranquillite detoutesles I [11Presque toutes cestroupesayaient servi sousMoreau, a' qui elies restaien t..foi'tattac!lces;111ai.s les GeneraJ,lxetaient IJourIa pluIJart dn IJarticle lilonarilrte.

PAGE 6

,,partiesdu;ru)ncle.J!fJm-1ScemomeltttAnglete1'rel'uttir!iti 1500lielles d'elle, les !itats-Unis def ATfu!rilflte,quiat'aient,1>osd ppeter leltr appui a f ennemide l' ordreetducreposdu monde:. ,:>dejalacapilalede cenOlwelempire aetdlivree(lu,']) flammes,.l) deja son chefesten juile,'ce neseraquelorsquecesnzeme$ Etats-Unis professeront lesprincipesdes sou(Jerains deI'Europe. que I'Angleterl'e ccssera11e les, eoraser dupoidsdeses (Jengeances terribles : Qinsi t{fnt qu: it yaura unpoint del'universOU rordre neserapas rlitabli, les JOlwcl'aiflS allies neposeront pas les armes,'J.>its restel'Ollt lies pOllr acllever leur grandouvrage.)) Si (JOll"Sddutez de cette"erite,General,queVotreE,rcellencc fasseconsulter pa,r ses agens, fesdispositionsdel'Angleterre jadislennemie defaPnmce, aujourd'}uti SOllplusjirleleallidi}) etils vous attestoront, ce que 1'e (Jiens de vousdil'e..))Gdneral, siBonaparte, allCCunegrande partie des forcesde fa p'rancc, a succombd SOltSla mq.sse desforeesdes allies,. qui. .,) pellt aujoltrcl'hui resister a ia Pranoe lmie a I'Europe entiere; laFrance delJenue r alliee defAngletel're?Et quidonte,:.) Bonaparte n' rapidement 6OnSOmme l'mu('re infemalede .)) destruction qlt'ilq.(Jaitcommenpden 1802, sien 1803,lAngle,H terre n'ellt pas deelard la guerrea la Pranc.fJ, etrompu ainsi, par -.}) sesimmensesflottes, facOTn17lunicatiOlzenlreLaPranceat.ojSaint-Domingue?.) Touta eteprevu dansIe traiM de entreles sourerain$del'Eumpe. Neconnaissant pas lasagesseatles principe8 de YotreExcellence,on awppose Iecommercedefatraitedes ofrica ins,dansIe double bub de ramplacer las bras atlacllesalacultureJetd'enformerdl.ls.soM'tI./;s.Jo.l'imitatiolJ,t4tsanglais.. II

PAGE 7

I I ( 5) ,:11estsailSClOZll'e"inutile d'entrer nons'des {letails("wec1I19; ;, lzomme auk espritaussi superieurfluePolre Excellence) )i1 convient I peutetre quecesgrandesconsiderationssoient )presenteesauxpersonne.squeVol1'e EclJcellence honorede S6tcoi7fit;lnce:.\l'alliancedespuissancesdel' Europe a eu. pourbutIe retablls-sement derordre la chutede l'usurpato,urqui Ietroub/ait sans los t'wgustes llwnarqucs flui cOTl?posent cettealliance, ,,. n'ontpas montre pourcelamoinsd'estime ClUXdi{JIZes supports de la gloireetde l'intMpendanoe de la Franco)' ,i ces illustres mUitaires qu.i.. pendant 25 ansde calamites,n' ontjamai $cleserte 1eposte duperil, eGont Salwea leur patrieeeles IlOr Hreurs dela guerie cil'ilel'lzumiliation dudemembrel7lcnt de la.France.LeRoiIe plusgem!reux etIe plussagedll> monde, 1e vertueu.1:; Louis XVII I, a plus (Jivement senti flU'aucun de SCI; )grands allies lestitres qzlavaient ces braves fa munijice!lreroyale)commfJa 1a gratitude [Jublique,. itssontaujollrd'lwi combles d'lzo!zneurs Usjouissentdesfortunesimmenses et u:;bdnissent les el'enemensqui ont donne21: leursuperbe exis.tence., ia stab.iliteque 11e pOlll'ait leurdonnerun usurpatelll-.SuilJez leur Geiu!ral proclamez LOllisX]7II1Hayti)comme ils Z'ontproclame enFrance et non-seulemene:>,des lwnneursetdes recompensesl'OUS seront pres.entees) 11lais. 'Hceu,xquereceFront des marques delasatisfaction de notre sOllverain etdela recOlzn(lissance denotre H patrie,.et l'empipe des prdjugdsfJui est detruitarec['ancienregime,1l6 meUra aucur" obstacle ,i,cefine lesrecompenses >tsoien!e...fJalecstt la grtUZdeuT des sen'icesrenelus az"Rol. SansdOl/tesiBonaparte FOltS adressait dl& lwut datrone dela"Fl'ance, les paroles quejevous porte je lJOUS plaindraisde ('OUS" Y livrer. Sessucees,en etaientdus a l'art desa)' Jlclfldie e.!Jalait lapuissance de ses et Ie genera.! Toussaint )n' estpasIe seulquien. aitfait 7a fataleetcmelle experience..: B

PAGE 8

(6) "mats Ie Boilegitimeere la France} tauguste aetan'))'de sOUl'erainsil/ustres, Iedescendantde St-Louis etd'Henry IP'f,,," n'asans doutepasbesoin des moyen,sd'uw'usurpat:eu1':}sa:parole royaleest sacn!e autant qlte sa race est antiqueetw!ne-,)) rable,ettel que luneIe ses'magnanimesancetres,LouisXPIIp,'::!:l'a lit: que siIabonne foietait banniedela terre} clle detJaitse:,)retrolu'er dansIe cmup desRois. ,) A insi done ce qit'i1VOltS promettra, GemJral} sera certain et;-. sera stable, lJOUS ne poltvez endouter. .,',;I) Maisjesens ql/if estpeutetre parmi lJO:rgemJraux des pel....." sonnes qui craignent que les clufsenvoyes parIeroi Joub/ianl; 'lesinstructions qu'ils en rer;u, etselaissant inflltenCerpparlescrt!oles etles emigresJ neretablissent pel&a peuIe regime'"iles prejugfis. Mais croye,Z-moi,General,leregne des prejuges est }> termimJpourjamais. II ne revicJra pasplusdansles colonies .,> franraises} qu' enFrance}et qui peutcroire qu'il existeencore, danscedernierpays?lorsqu: acotedes Montmorel]/cy} des Rohan"'desPerigord} etc.sontassis les SouIt} les Sltchet" les '>etc.lorsquelzomrnes d'originesidifferentes ,maisegalement,})illll>Stre'les'uh;,,,parleurslzautS faits" les azttres parcellX dft,) leursancetres" siegenli en consequenceegauxdans la clzambre :\): des Pairs, et partagentegalemerll les grazules lignites del' etat?:" LeRoi quiVelttque Iebiense 'prenne partout Ol}, itpeutse trouper,,',agiro"n'en doutezpas"commelesMonarquesd'Espagneet de.,.,) Portugal, qui" pardeslettresdeblanc,doltnent aW7,;incliFidll' ',)dequeUecouleur"qu'il soit l'ebattluninclividu blanc. Sa puis.sancel'oyalequiaegale lcs NeJ'} les Soult"les $ucltet,les.J> Dessoles, etc.auxMontmorency, ou.'vRohan" etc.par un acte )" de munificence et d'equite auquel tOut8 fa France aapplalldi peut egalqnent rendreunlzomme noir Oltjaune semblable ,,.[lfJ,Jant Ie trone etla loi etdansleshabitudessociales ;)It'.'>l'lwmrhe Ieplusblond ile laPicardie. '>rousne nousjorcerezpas" GcmJral"a changerensoldotsles J7J:gl'csqlIJCtarttraiteilanscomomenta la coted'.dfriqLZe /

PAGE 9

), / .H,z!tfJnOlis'fOl'cetIJ;z.pasauser'de tOtis ie'Smo)'cn scl c.deslT'/u;{ion;;po,:.HsiMes,. (JOltsne vous exposerezpas fivail' cMser'ter ('OS['ataiUolls quiserontbientdtiIi/ormesque[adiscipli;zeftmu;aise ,quiestla)plusparj'aitedel' uni(Jers, nf exigepasla severite excessiveque ...,. ).(JOltSalJezSl. SOU(Jent e.xercee; nouS oonnal.9sons tous ('OSmay-ens.).dedefenses,.quand}e dis (JousJ}eveux direles personnes qui,jo.sont.sousvas ordres. -. Car}e(Jous crois fa tete trop saiiteJ unesprit trQIJer.lairet.* trap noble J pour ne pas etre satisfait de de(lenir u1tgrandseigneUf4;... ).. et un oflicier generalJ souscette antique dynastiedes Bourbons* .Hque laprovidencesemble .JeplaireJ en dfjpit detaus les calcub",.)humains)a (Joulolr perpetuer surIetrone de notrecllere France 1':,) (Iousprefererezdevenirun illustre ,, ausortplus tfue prl!caire de chef d'esclaves revoltes-.Eli fallaitdes exemples pour vousengagerIttimitation,(Joyezles.,genlraux Muratet Emnadotte.1 Chefs ou Rois) depuis ,.)annees,des nations qu'ils ant illustreesparies armes, descent,., dantnoblementdes trones sur lesquels les avaientelew}s les suite6',.. dela revolutionjran!Jatse. VOJ'ez-Ies, dis1'e) descendant.mentet(Jolontairement deces tr0l1:es J pour de(!enir de grandset .H d'illustres seigneurs,ctpnifdrert.lesIlOntzeurs ld{Jittmes et durau ,})bles, poureuxee leur posteriteJau, titreadieuxet precaire,Hifusurpateur.)JGar ne ('ous faites pas.iIlulion,GeneralJ les souIJeralnsde l' Eu rope,q ltOiql/ ilsaientfaitla J i ls n' ont pC/$encoreremisTepee'2)dans ie fourreau,'et sans douteJ (Jousn'ignorezpas ce qu. etOllt' Iemonde saiten EuropeJ quoique la chosene soitpasencore, diplomatique'mentpublique,que Ie principalarticle ell/pacte que.:n I'iennentele sigizer tous lessouverainseur 9peens, Sur leur lionneu,.;). royal, est d'unir lew'sarmes, s'il en est besoin, etdese donne-r))lous les secours necessairespour detruire tous les goZlI'ernememJi"qui sesontformes par suitedela revolution!ranr;tfise" soit en,''t;lEttriJpe, soit dans Ie 1l0lweazt morule. N'ignorez pas que c' est].,. . '. Grande-Bl'etagnee$tIt:centre et fa principale ptt-rtit:.datp!

PAGE 10

t 8 J:UCetl:eftlJI'ffJlJlu70nalaqualle il faudralJuelquM'11207$plui6toli plus tard, quetout goul/ernement$e soumette;et que tout ;>'vernement ou chefsqui ne se SOltmettront pas, serona t:raitescommedes trattresetdes tandisque ceu.xqui,volon .. tairementetdebonne grdce seront asse;:, raisonnables, eliassez:nhownetesgenspOlt1'ad/ufreraceprindipe,encOlltribu(ll1t a faire rentrel' les pellples (fl/ilsgOlwernent l'obeissance des sou,\'crains legitimes obtienclrol1t, de ces sOlJ,\'erains ; zwe existence ;''IJet des elablissemcns aussi honorables que durables, .<'" La dernlereconsiderationquejepresenteraiaYotreE..Teel lence Je' est lamoralitd etla Io}'autequiearaoterisent Ie lvlini.rtre,,'actuelde laMarine.ToutIe mondesaitql/au tempsde rsembleeconstituante,oft ilfittC012stamment tun desplus zelesdefenseurs de lacause duRoi,ilinsistasur la necessitt! et 10./) justice (fameliorer Iesortdesnoirsatdeslzommesdecouleur. Ienomde Malouet, c'eSIi'appeller /'idee des plus .Jz.autes(lertus atde 10. bonnefoi 10.plus inflexible,Tout ca qui, .. promisparuntal homme, sera au-ssi sacre etaussicertain, .,)que si c'etaitf je demandfJparclon delexfression)la Di\liniteme"meflui Ie ,,.>'agreer,Oemfral les senpimenself!,haute(:onsirlsi'"1>,rationapec lcsquels f ai [lwnneurd' DIE VOTRE EXCELLENCE, ;Letres-lmmble et tres-obeissant!Serviteur, \, SigneIegentfral1).dV X 0 1Yy4'Y SSE, : P.S.Lecolonel ftleclina,qui est associeIt ma 11lission, doit;?' sc rC,ndT'el,lupres deVotreExcellence Jdonfilmeritetoute la ; con/lanoe. 'Pourpneul'ede,lal,o,yaute apeo !aquelle f agis ,je joins ieilaH,copie dela/ettre quef aiadressee augeneml Petion:Apeine ),.l'avais-je ecnite'lucie tdmb(1i rnaladetee q,uim>empeclzad'avoirt}l'IIO!,17Zfrlll'cZ'eerh;e{tfl.:,;cr;llr;nce Ie l1uJmemoment"'-

PAGE 11

(9, ,f t'"'--"-" 71Ft'. .. Copiede 1a Lettre du general Dj\UXIONL.A.YAYSSEau general PETION. Kingston, Jama"iqnc, G 0cptcmbrc1811" G ENE RAL, ),rl1f>despersollnesqui ontJa conflance de Yotl'e Excellence, etilvec Ie w;nel'al Hodgson eutla hontede m'aboncher aCtll'D91nl la ttitesaine. IIn'est pas besoinde g"rtndes connaissallcesendroil puhlicPOlll.'Iilpercevoil' Ia difference qui existeentreJaformeCOl1stitulionnelle,da gonvernement deFranceaetuel etcel,ui(lui existait avant 1739->J Ce n'est pas ce qne les emigres etles republicainsappelaient nne ('on[re revolution.ilya f(llelql1esannees qui a replace IesBombans' stll'le[rone deFrance. Les[\ois del'Emopen'ont pointfail 1.1 guerl'e an peuple fran9Bis,n'ohtpointfaitJa dela li'ranct'.Le?;el1el'eux Alexancke etses allies",enlls en France rourse cJ\1l11)'l'i1nendelire ..ont Ie rointde ralliementdes 1;15dfj:uis'[ I11 1 1 ',!Jl1g[cmps(1np et UtlP'lUS5
PAGE 12

(10) )3 C'es! aupres d'Alexandrequese sontl'atlies les hommesenergic{ues, sages et habilesquiant jaue les premiel's rOles dmantnotre Cesonl les TaIleYl'and -,Benevent les Dessoles lesDupont, ]\Jfal'mQnt, lesNey,lesBournonville,etc.etc.qui, apl'es avail' Iravaille pendantplus de vingtansdurantles diverses variations de noll'e revo IUlion al'reuvre dela liberte etdel'independancede laFrance,ant ete, 1 'tlJensde notre patrie pour l'eedifier lamonarehie fl'anc;aisesm les hases d'uneconstitution libre etrepresentative;et celIeconstitution,c'est Louis4VIII quienest I'auteur et Ieredacteurprincipal;combien celIecirCol1slilnee, Genel'a I,ne doit-elle pasrendreIenomdeson royal aUletlCprecieuxa tous les vrais amisdelalibel,te Dequelleheureuse augur6 nedoit-elle pas etrepom nos friwes de l'ile, d'Ha j'li ; Qui, Genel'al c'estunroi philosophe ,unnouveau lVlarc-AUI'ele l1n nouvel IVquiestassissm'letronedeFrance;croyez-m'en,jene parle pasIelangagedeIa flaltel'ie, maisceluidela vel'ile ,celuidemes compatliotes.: Pourbienvous fixersurl'espt'itqui regne aujourd'huienFrance jetezlesyeuxsurlalistedela chambl'e despairs,etdes pl'incipaJes aulorites de }"Etat.La VOllS ven'ezeees antiquescolonnes cOl'inthiennes de lamonarchie frci'llaise, les l\!Ionlmorellcys, lesRohan,les Perigords, lesLaRochefoucaut, etc. meleesa cesco/annes herp'iques c1'ordremoderne,lesNeys,lesSnchet,lesMarmont,lesBomnonville,les Malouet, lesDessoles,lesDupont,etc. les defensems de 1.;1 gloire etderindependancedenotl'e chereFranee.: Vousverreztaus ceshommesquipal' lcm'stalens,leur geniet,... leur vaiHance etleursvertus,se sont ilIustl'es pendant lesoragesetlesgi'andes scenes denoll'erevolution;vanslesverrez,dis-je digne,ment placesentreIeRoiet Iepeuple,egalementsoutiens dela Majesl8 etdela puissancedeJacouronne, des droitsde Ianation,etdela Eberle puhlique. :Lisez la charteconstilutionnelle etles actesdugouvernementactuel,.'..' et vonsverrezqu'au mepris des cl'iaiIlel'iesetdes absurdites des partisans aveuglesouinteresses derancien regime,tou( ceqne1arevoll1liollaproduitde bien, deprincipes Iiberaux compatiblesavecnoshabitudes mouarcbiques a ete religieusementconserve.

PAGE 13

11) n,n'l' l'1 ,.,) nen"C'.llssez,)i811res C loses et Clilf':;VOUSJevousenprleGenet'al,LOllis XV IffunRoipbiloso!Jbe,quiflit(}\'i\Pt, clau (',OllUnenecment de la revolution, undes pluszelesdefenselllsdelaJiberte puhliql1e :les PT8nds magistralS,les gemh'auxqni l'cnlourent sont pl'esque tOilSles de la ei1l1ell1is d .Jd. ,', ('I .. I esanelBnsamsetes anCiens preluges., ...;(:;5lOlI1trleS se :;antCleVespal' la revolution,itl'egaldes!wernieresfamilies de France ....El n0l15; eux, cleves pal'le5 Ol'ages dela tlH'"merevoJuli,J11,elparIesmerne5causes, nOllS reslerions dansJ'avilissement.. Cda Ii'estpaspossible. Diles-vousaussi:c(Bonaparterutundespoteperfideetcl'llel,quin'employait guere enpolitiquequedesagensaussi iwmoraux et at1ssi pel'fidesquelui,mieuxelltvalu combattl'e jusquesdansnos del'l1iers l'elranchemens,quedenejamaisfaireaucun traile avecce Corsequi ne l'especta jamaisses prolllesses :maisLouisXYlIIestun SOl1vel.'ililllegitime', Iedescendantde'Saint-Louisetde Henry IV, Illl'ernploie pourtraiteravecnousquedeshomiliesd'hollnem',deshommes smnpreiuges,peut-etl'e deshommesqui,sousunautregouvernement,ant defendu notrecause dans lems ecrits, on lems discours...IIsll' ecouteront paslavoixd'hommesaveuglespat' 1ems prejl1ges. auaigris ral'leurs malhenrs,.,11est lepere et l'al'bitre comml1ndetons sessujers,., Pl'eliOnS fi . 1I'1"'1 (' 1conanceence1'01gellereux,oya ec aIre. 1nous Ieraparlagel'e3dl"Oits desniets etdecitoyens franc;ais cequicertes,est preferableall so,'! d'(Hre tl'aile cammedessauvagesmalfaisans,ou tl'aques comme des, l1egl'eSmarl'ons . Faitesces cemonologue, Genel'a!;pene:rez. enleshommes raisonnab\.es quillleritenlvatrec6nfianceetvous meciterezles marqueslesplushonorablesdelasatisfaetiondevotL'esouverainetlareconnaissancede votrepatl'ie etdeshabitans d'Ha.Yti, (rolenousnepouvonscessetde considerel' comme franc;ais, VotlSaveztropd'esprit,la tete lropsaine, General, vous connnissez trapbienlaFrance pour prendrecelangage pOUI' celuidelafaiblesse: la faiblessemenace;l'holllmefOl'tetpuissant frappe el ecrase,lOl'sclue l'on meconnait etqueron deJaigne sa generosilc.. Jesuis,etc.S ,Jgne DAUXIONLAV A Y SSE, Pourcapieconforme,DAUXIONLAVA Y SSE.

PAGE 14

( 12,:Apl'es, S. p. a Inau Iepamphlet d'un llamme H.Henry ..timprimea. la Jamai'que, ayantpOUl,titL'e: Consiqerations offertes au,-r:;.,RabitansdeSaint-Domjllgue" sur leur sort.actueletsurIesort prdsumequ,i lesattend . Ces Ieclm'es terminees Sa J\fajeste? dit : J'e Iaisse it Ia sagesse du Conseil general de laNalion, de prendre les mesures et lesresolutions qu'jl croira convenables POUl' Iesalut denatl'epays. ;))Le l'esnltat desesdelibeeations tontefoisqu'ilnecompl'omelh'a point notl'e honnem etles intel',ets dupeuplehaytien,sera la regIe inval'iahle de110!l'econduite ". Sa ]\In'it serait redige,seance tejlante.nne Adressean ,pom'votel' desJ,'emel'clmemit Sa Mpjesle, surJ'honneurCIn'ElIe lui a faitde meltl'e a53les cOll1munlcations impOl'tantesqu'ellelui 11donne,.,'ll12nifesteit59rvrajesle lessentimenscjui an'ment IecOllSeilet resolutionqn 'elle aprise. Apres la redaction, S. A. S.Mf Iepl'inee duLimbe, president, a al1noncenllcc)'nseilqne l'adre5seetaitI'edigeeque lec,tlll'eenallllitfttredonnee;ce (IoeS. E.M. Ie comle (rEnnery, secretail'e empresse de faire. I

PAGE 15

SIRE, C'estellvain que l'on chel'chel'aitdans les annates des nations l'exempled'uneouverlure de paix entl'epl'is sous de plus affreux iBuspices,et accompagne de ckconstances aussi deshonorantesqueeelIe entamee pal' Ie general fl'anyais DauxionLavaysse aunom eloomme. agentdeSaMajeste LouisXVIII. Lespeuples, les souveraius,les individus meme enparliculier ontdes droits qui sont respectes parmi les nations les plusbarbares ; ot il point permis it qui clue ce soit de lesenfreindre;mais si les 110mmesen general sont convenus de respectel' cesdwits,consacrespar1'11sageet I'honnelete publics,combien a plus forteraison,est-il odieuxquel'envoyed'nnroi,d'unpeuple eclaire, ait ose violet' ouverte ment ces droits sacres ? -,) Quai les plus abominables des tyrans ,quandilsont vouIu ()pprimer lespeuples,enleurimposant Ie joug delatyrannie, ont employedes moyens per fides et ont couvert de quelques pretextes specieux leurs crimillelles entreprises ( parce qu'ils n'osaient violer ouvertement ces dl'Oits despeuples);mais l'envoyeduroi des fran<;ais a lout viole impudemmellt;ita fait la crueI1e injure qu'il soit possible de faire it unpeuplelibre,enlui ptoposant celteabominablealternative d'c;>ptel' entre I'esclavage etlamort.Aqui ce viiAgentose-t-iI s'adresser pour manifester les intentions at racesdeSOl1gouvernement '!C'estaVOll'e Majeste ,auvainquem' des au\defenseur de la.liberteeldel'independance !Avous,SIRE,quiavez consacre votre vie entrel'eau maintiellet ala defense des dl'oits indestl'llctibleset eternets. ,.D

PAGE 16

" (14) de I'homme!A voh'eMajestequi'a eu pour regIedE' saconduite et de sesaClions, I'honneUl'ellagloil'edupeuplehaytien Onose vous'pl'OpOsel' de descendl'e d'unll'oneau vousa.vez ele place pal'I"amoul'et la gl'atilude de vas cancifoyens !0comble d'audaceefd'illfamie!Ou eseS0l1p9onnel' vofl'e gl'ande dmed\me insigne pedidie ...A quiose-l-ol.1parleedemaitre etd'esclmJe?Anous, a un peuple Iibreelindependant; a des gueel'iel's couvel'fs de nobles cicatrices gagllees au champCl'honnelll' quiant defl'll.it jusql1esdans ses derniel'es r8cines l'al'hl'e antique des.pl'ejuges etdel'esclavage; acesguel'l'iel's qui dans mille combats ant faitl11ol'dl'ela poussiere blll'bal'es colons dont les restes a nofeejustevengeance,osentenCQl'e pat-Iel' de rasseoiL' lci lemregime abhol'l'c quenOllSavmisproscrit ajamais! Non,jamais il n'existerade maltL'eni d'esclave a Hayfi !..:: Volre Majeste se serail-elle attendl1eaun tel exces d'il1dignitl de 1apart d'un souvel'ain que la l'enommee s'est pIlla 110US com me un roisage,bon et verfueux instl'uit areeole de I'advel'site-, ellnemi des peejuges illibel'aux, enHnjuste et humain?Quela mensongeee,SIRE,s'il faut comparel']es ffefs avec c("qu'elle dev8nce tant de foist La premiel'e ()llVerture de paix, les premieres paroles de qui nOllSsont adressees au nom de ceprince,donf I1?U! 110U5 elions formes unesi gralldeidee,sont des insultes des oUfi'age&saIlglan5; on 05eptoposerel "des hommes libl'es de puis vingt cinq a-ns, qui ant encore les aL'mesit lamain.deles deposer pour l'epl'endre leg chaines de l'ignominie et d'tm barbare esclavage !En nousees hOl'l'eurs. on les couvre du pl'etexte specieux de pal'oles de paiX'6t de reconciliation!OnenveloppeIepoignard delatrahison et de Iapm'Hdie sousIemanteau honorable et seduisant des senti-mens liberaux de justiceef d'humanite dn monarque des a noIre egard!MaissouJain,ce viiagent.ce monsll'e anll'op'ophage challgeant de langage prenantIeton etIe caractere alpoce de son odieuse mission,nOllSmenace d'aneanlil' notre race,et deIasubsistuer par une aulre Quelle justice quelle libera1'ite! quelle humallite! .)) A eeHe derniel'e demarche des francais, SIRE.toutnenousd'emOli.. tr.e-tjtpus(rue 18 calIse deshaytiensest separeede celIedesau Irespeuples1.

PAGE 17

f ,15) En effet! a quelpeuple! it quel souverain aurail-on ose proposerdes conditions aussi viles que deshonoranles? lIs. nous mepl'isenl,ils nOllS croyeut slupides flU point de supposeI' que noussommespl'ives merne de cet inslinct, qu'ont les auimaux pour leur propre conser vationj quel deJire! quel exces d'alldace!d'osel'DOUS pl'0I..\Oser de nons livrer nux frall9ais, tie nous soumetfl'ea leur o.dieuse domillation!Serait-ce pour leshienfails que nous en avons re9u quenOllS repl'endl'ions les chaines de laservilude? Semit-ce pourUllsOllverain qui nous ese lout a fait elrangel', que nous ne coul1aissons pas, qui n'a jall1aisI,ieufaitpaUl'nallS, [lU nom duquel on vient nousoutl'agel' quenOllsitions changer demaitre?Sel'ait-ceenfin,POUL' etre de nouveau liVl'pstm'lures etauxchiens a.devoret', quel1qusrenonceriollsaufruit de vingt ciuq ans de combats et desang repnndu ?Qu'avons-nol1s done de commun avec ce peuple? N'avons-nous pas beise touslesliens qui pouvaient nousunir it lui?Nousavons change denorn,de vie,elernreUL'S,nOtlS ne ressemhlons en rien aux fran9ais ; it ce peuple qui' n'n cesse de nous persecuter et que nous abhol'I'ons. Pomqnoi dono !lotre sort sel'ait-il condamne@. gemil'sous sa Iyrannique oppression? Ces bal'bares, ils osent naus me priseI' lis cl'oyent que nous sommes. indignes des hienfairs dela liberte etde l'independance !lis cl'oyent (jue nous ne sOrQmes pas sl1sceplilJles de ces senlimens sublimes, de ccs. eJans genereux quifonnent les hewset rendent les hommes mallres de.leurs deslinees ;ilsIe cr0j'ell! tmaisilssetl'Ornpent qu'ils coonaissellt bien penla magllanimitct l'enet'gie etIecourage de ce peup!eCJl1 'ils useul outrageI'!Nous voulolls eIre lihL'eset imlependulls, et /lOUs.Ie scrons en depit des lyl'anS t)) Ah!Sijamais notre cause est sepal'lfede celle des nutl'es peuples tsi l'onsecroil en droit de nons mellaCl', de nous insulter,de nOllS laye!:du nombl'edesviv
PAGE 18

I . qu'Haylj de vie nne un V
PAGE 19

, )' \17,LeConseil penetre des grandes ehoses que Vofre Majeste a failes pour'Ie bonheuretIa gloit'e dupeuple haytien ,a J'honneur de presenter a oIre Majeste ,aunom de ce peuple bl'a ve et genel'eUX sa resolutiondevivre libre et independantaumourir,et de temoigner ses sentimens cle devouement,de fid61ite et de reconnaissance it l'auguste personne de Vott'e Majeste et delaFamillel'oyale; vingt-cinq ans d'expel'ienc@ etde sel'vices rendusaupeuplehaytien,sont les surs garans que Iebonheuretla felicite de Votre Majesle sont ,intimement lies ausalutdetaus" Notre prerniel' mouvement est donc de criel' aux armes)et Ie second de porter nos regal'ds surVotre Majeste it quiIepeuple a confi6 sa destinee; nous vous offeollsunanimement,SIREnosarmes,nosvies,nosbiens, pour Ie service de VotreMajeste, de notre patrie,de notl'e et de notre independance ;' et nons renouvellonsaupied de volre tr6ne, ce sel'ment saCl'e:ObdissanceauxConstitutionsduRoyaumeet fiddlitd auB.0i!I,econseil a accueilIi celte aclresseaux: acclamations de Vive IeRoi !,' fa Libertd Inddpendanceou laMort!A l'installt taus lesmembresse sont empressesdese portel'aubureaupoury appose!: teurs signatures .BrGNES Leurs Altesses Royales,princeNoele prince Jean. Son Altesse Bert\nissime, prince de Saint Marc. Leurs Graces, duc del'Anse, duc'de Fort-Royal,duc de r Artibonite,duc de l'Avance duc de la Marmelade ,ducduDondon. Leurs Excellences les comtes deValiere d'Ouanaminthet --de Laxavon,de Cahos, de Limonade ,duTroll,de Saint-Louis, duTerrier-Rouge, du Gros-Morne,de Leogane, de Richeplaine, de Terre-Neuve,de de Mont-Rouls. Les marechaux de camps,de Barthelemy Choisy de JeanJoseph,deL. Fregis:de Faraml ,deDeville, de Chevallier, deRaymond,de Joseph Les baro'ns, de Thabares,deHenryProix,deSicard,de Dossou deFerrier, de BastienFabien,deCadetAntoine, de P. Poux deC.Cap, de Bottex,de Leo,. deMontpoint,deDupuy,de Beliard, de StanislasLatortue,deJosephLatortue tde P. A.Charrier,de J.n.Petit,deDelon,de Vastey > deJ.Dessalilles, de Lucas .. Leschevaliers,deLacroix. de lllais e ,de C.Leconte,deC.Petigny, deDbormes,dePrezeau, deDupin. Les colonels, de David, de Diacoue, deProphile,de LamentDesir, de (1'e P.ApoHon, deP. FriU'H;ois,d'Andrc Lejeune, Viflcent Louis, deGrandmaison, E

PAGE 20

(18 ) {le Hoban,Ignace,deJ.L.louis,P. Paul Colin, dedeDesoOly'"de R. Semble, deT.Gabriel}deJ. P. J.Baptiste, deFidele, deSamson,deJ. Cesaire" tIeS.L.Alexandre,deFrontis, 'uLin,de Yillarceaux, L.Poux,Jannine,Daniel Carre. Les lieutenanscolonels,d'AntoinePaul,Bien-aime (,uillaume, Lubin,C. A ugust ill) Leonel,deJumeau,Christophe,deP. Hardy, Titus,de FideIeFransois,deProphetc)tle SteFleur, Marc fils, deNordAlexis, de Belair,PropheteAugustin,Isidore, tieCesar Mineur,deManuel ,d'Etienne Bazile, de (;uiUemo te,G.Lafricain,Ul ysse.. AmbroiseHenry,Janite, deCorasm,in, Catabois,JosephBion,E.Guillaume, Crepin. de...Paul, Felix, Bardette,J. R Gabriel, Georges Fran<,;ois, C. Dullard, Dossou,ChevrauLapointe,AntoineDouet, 'A onrose,Bernard, Fran<;.ois, de Gourguest Maret,deTiton ,Celestin,Joachim,Severe, Boreaux,JulienPierre,Thoby,Philipe,33igaille, de D'llllis,dePaul,d'Azor Elise, deVincent, Perotte ,de Colas, A. Faraud,'M. Lafleur, L. Voltaire,d'Adonis,Eustachc,dePaul,deJanvier,d'Etienne,Denis f deIanite, A.brican, Felix,J.P. Colin, deBernard;Dauphin,de Silvain pierre Jean-Louis,deGeorges,dePierre,de Jacquet, deP.Philippe,deJacques,de Noel,Eugene, deP.Charles,d'Honore Andre) deJ.F.Champain,deBaine,Mouscardy.Les officiersdel'itdministration,G.Demangles,Diaquoy, Achille,MenarcI,Danney, Augustejeune,T.Guerinet,N.Gaward,Brevoltaire,GalloBirame, Dufresne/ C.Warloppe.Les conseillers,B.femoineIHector,Mancelle,Guisot, A urignac,Dubois,Jonka,Filiatre,Sommereux,Bayron, Heuraux.aine, P.MartinJSangosse,V. Domuge., ,P. Joseph,Ulysse,1.Blain, Pierre Louis,SanonDeruque,Penet,ViIton. Le,lieutenans de jllges,Jarques Lallemand,Corasmin,A.Tallo,EustacheAramYr Mardy, J. DhiHe ,J.P.Jeanot,J. Gregoire, J.B.Dessalines,Robert,Grandjean, 3. F.Danfour, Marcpere, GuillaumeJoseph,J.P.Antoine, Tholllils Pierre, T.Gilbert, -PasteurBrisson,PaulRousseau,JeanRemy,J.Gaulard, Michel Besse, Louis Fiene, ChristopheBaptiste,Joseph 1 Amaclis ,J.B.Tony,JeanLavigne; ,sui;eUTLgmll
PAGE 21

(19 ) S.E. M.Iecomle de Saint-Louis,maitl'ede ceremonies,qnnonea,'auconseilI'anivee de Sa lVIajeste ; tous lesmembresse Jevenl. Sal\fajeSle debout, sm'son lrone ,adi!: ccHAYTIENSl))Vossentimens, voll'e genel'euse resolution,sontdignesde Nons; RoiseratOlljoUl'sdignedeVOllS!))Notreindignationest a soncamble!qu'Hayti, des cetinstant,nesoilqu'ullvastecamp; a comhallreces lyml1S, qui 1l?U9Dlenarent defers,del'esclavageet la11Iort.;"Raytiens! I'ulliversenlieralesyeux fixes surnons;notreconduite doit confondre110Sdetractemset justifier I'opinion que les plJilalltropescOI1<{oivent denous.Ballions-nous,n'ayollsqu'unseul et memevreu celuid'extenninel'nos tyl'ans ;duCOllcomsunanimede1101l'eunion, da 110Sefforts,depeildraIepl'Omptsuccesde110trecanse.Donnons a Ja posterile un gl'illld actede cOlll'age; comballonsavecgloil'e;sayans effaces durangdes pen pies plutotquederenoncel' a Ia liberle et it J'independance.Hoi!nOlls saurOllSvivreelmouril'enRoi;vousnOllS verre2J tonjolll's a votl'e tete. pal'tagel'vas perils e[vosdangel's.S'il an'ivaitque. cessassions d'etl'(" avantd'avoil' consolieJe vasdl'oits, l'f>ssouvenez,'OUSde nos
PAGE 22

susditesi ,dessnnees 20J d'Octobl'e T:ec.Jeuxieme jour da rnois a sept heul'esdllmalin. Les membres dll conseil reunis "Laseance a eteouverteient l'endus publics par la voie de l'impression.Celtedemande ete adoptee.Le president a leve 1a seance auxacclamations de rive Ie Raj,r"Tive la Liberte l'lndependance! Fait at passe enconseil, les joms moiselan que dessus.,PrinceDULIMBE, CornteDELATASTE,vicepresident. IComted'ENNERYet baron de l' '..$1I'I lUCap-I-Ienry, chezP.Roux,ilnpr.in1cur duRo.i.


Procès verbal des séances du Conseil général de la nation
CITATION SEARCH THUMBNAILS DOWNLOADS PDF VIEWER PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/AA00000743/00001
 Material Information
Title: Procès verbal des séances du Conseil général de la nation
Physical Description: 1 online resource (20 p.) : ;
Language: French
Creator: Haiti -- Conseil général de la nation
Dauxion Lavaysse, J.-J ( Jean-J. ), ca. 1770-1826
Pétion, Alexandre, 1770-1818
Du Limbé
Publisher: Chez P. Roux, imprimeur du Roi
Place of Publication: Au Cap-Henry
Publication Date: 1814
 Subjects
Subjects / Keywords: Foreign relations -- Haiti -- France   ( lcsh )
Foreign relations -- France -- Haiti   ( lcsh )
Relations extérieures -- Haïti -- France   ( ram )
Relations extérieures -- France -- Haïti   ( ram )
Genre: federal government publication   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Summary: The proposal of General Dauxion Lavaysse, envoy of Louis XVIII, that Haiti should again become a French colony; and the reply of the Haitians.
Citation/Reference: Bissainthe
General Note: Title from PDF t.p. (LLMC Digital, viewed on Nov. 3, 2010)
General Note: Caption title.
General Note: At head of title: Liberté et indépendance. Royaume d'Hayti.
General Note: Signed at end: Prince du Limbé, président. Comte de la Taste, vice-président. Comte d'Ennery et Baron de Dessalines, secrétaires.
General Note: Includes: Copie de la lettre du général Dauxion Lavaysse au général Pétion.
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 678588844
System ID: AA00000743:00001

Downloads

This item has the following downloads:

( MD5 )

( PDF )


Table of Contents
    Cover
        Page i
        Page ii
    Main
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
Full Text
This volume was donated to LLMC to enrich its on-line offerings and for purposes of long-term pr�servation by
University of Florida Library


flf J
lr I A
L-- -�-L �-�-iJ* ^
CAP HENRY* CHEZ R. ROUK
1814


LIBERTE ei IND�PENDANCE
O Y A U M E D ' H A Y
1
PROCES VERBAL
DesS�ancesduConseil g�n�ral de la Nation
ejoURD'hui, vingt-uni�me du mois d'Octobre, mil huit cent quatorze, Pan onzi�me de l'ind�pendance d'Hayti, et la quatri�me du r�gne de Sa Majest�.
Les grands Dignitaires, les Officiers civils, administratifs et militaires du royaume� extraordinairement convoqu�s en conseil g�n�ral de la Nation , en vertu d'ordre de Sa Majest� , au palais du Conseil � Sans-Souci ,� l'effet de prendre -connaissance des pi�ces qu'il plairait au Roi� notre tr�s-auguste et tr�s-gr�cieux, Souverain de mettre � leur d�lib�ration* Lesdits officiers, en grande tenue , ont �t� introduits et plac�s selon Jeurs rangs par M. le baron de Sicard , grand ma�tre des c�r�monies.
Sa Majest� , notre tr�s-auguste et tr�s- gr�c�eux Souverain, est apparue
ayant � sa gauche S. A. R. Monseigneur le Prince Royal, et pr�c�d�e, des grands officiers de la couronne.
Les acclamations �zVive le Roi ! Vive le Prince Royal ! se sont1 lait entendre.
Sa Majest� s'�tant plac�e sur son tr�ne, a prononc� le discours suivant *
�HAYTIENS�
Nous vous avons fait assembler et convoquer en Conseil g�n�ral de la Nation, pour vous donner connaissance des Lettres et Papiers que bous avons re�u du g�n�ral fran�ais Dauxion Lavaysse , envoy� d�
Sa Majest� LC�U�S XVIII.
� Haytiens ! m�ditez ces �crits avec calme et sagesse, tel qu'il convient /� des hommes libres , qui ont conquis leur ind�pendance au prix de
A


2
h
leur sang. M�ditez-les tel qu'il convient enfin A des mandataires qui repr�sentent |a nation, et qui, en cette qualit� , ont � prononcer sur leuc sort et les int�r�ts les plus chers de leurs concitoyens � !
S. E. Mr le comte de Limonade, Secr�taire d'�tat, Ministre des affaires �trang�res , a donn� lecture des pi�ces ci-apr�s :
Lettre du g�n�ral Dauxion Lavaysse * dat�e de Kingston le ic* Octobre i8r4, portant pour suscription : A S. E. le g�n�ral HENRY*
____ _________________ ___ n r � 7
f supr�me du Gouvernement du Nord
� G & 1$ M R A L ;
r
� Vous �tes inform� de la mission importante dont fal �. J> l'honneur d'�tre charg� aupr�s de V. E. , et en arrivant ici mon � intention �tait de rn adresser simultan�ment � V* E, et au � g�n�ral P�tion; car je ne suis pas venu^vous ne Tignorez paSj
� comme messager de discorde} mais comme le pr�curseur de la
� paix et de la r�conciliation*.
� Peu de jours apr�s mon arriv�e ici, je payai le tribut au
� climat, ainsi que mon compagnon de voyage M. Draveman 9 eb
�. je n'ai trouv� ici qu'un seul homme en qui faye pu placer ma-
� confiance, pour m aider de sa plume comme secr�taire*.
� Cependant j'ai communiqu� avec des personnes estimables � qu'on m'assure avoir votre confiance, et qui m'ont confirm� ce quot
� la renomm�e m'avait d�j� appris de vous*
� Mais avant d'avoir t honneur de communiquer directement
+�
� avec Votre Excellence, f ai du prendre les renseignemens les � plus certains sur vous et sur tout ce qu'il importe au succ�s de ma mission de conna�tre ; et je confesse, avec plaisir, � V. E. 3
� que tout ce que je sais aujourd'hui , a beaucoup ajout� �mes � esp�rances, et m encourage � vous parler avec la franchise d'un, � soldat3 et avec l'int�r�t que ne peuvent se refuser ceux qui on� � suivi la carri�re militaire�.
� Jj&Roi vertueux qui est enfin rendu � la France, ce Roi� � �galement admirable par la fermet� et la bont� de son caract�re P
� par F �tendue de ses lumi�resj et par le i&�pri

3
*> tout-pr�jug� illib�rai, Louis XVIII a g�mi plus que personne-� des mesures atroces qui furent employ�es contre le g�n�rai � Toussaint � la paix de 180Z. Ce chef loyal et �clair�/ avaitt � avec la presque totalit� des habitans d'Hayti , pris les armes e/s � faveur de la cause royale. Il t avait soutenue plusieurs ann�es � ,avec �nergie, et il avait r�tabli l'ordre et les cultures � Hayti r �> au point le plus �tonnant. Mais lorsque l'Europe enti�re fut � courb�e sous le joug de Bonaparte, il sentit qu'il fallait se sou-t � mettre � cet usurpateur reconnu. Aucun des actes du g�n�ral X> Toussaint n'avait annonc� V ind�pendance y cependant Bond* � parte, soit pour sacrifier une partie des troupes [iQ immenses h qui F embarrassaient � la paix, soit pour s'approprier des tr�sors�
\
>> imaginaires, envoya une arm�e � Saint-Domingue lorsqu'il ne
*> devait y envoyer que des r�compei�ses*
� L'effet de cette barbare exp�dition futune seconde destruction
de la colonie et la perte du g�n�ral Toussaint.
� Le Roi regarderait cette perte irr�parable, si Votre Excellence
r> n'avait pas succ�d� � la puissance de cet homme c�l�bre ; et cou-* � vaincu que vous �tes parfaitement instruit de vos v�ritables
� int�r�ts ; et de tout ce qui s'est pass� en Europe; certain que la *> bonheur de votre pays, le votre propre , c�lui de votre famille, e
� de vos ami s, servira de r�gle � votre conduite, Un a pas dout� que
a? vous n'agissiez avec lui comme Toussaint e�t agi s'il e�t v�cu.
� Je viens donc-, G�n�ral', par les ordres de cet auguste Sou-�> verain , vous porter des] paroles de satisfaction et de paix. Et P lorsque du haut du tr�ne le plus brillant de l'Europe il commande
$> � une arm�e de cinq cents- mille hommesil m envoy� seul traite^: P avec vous de vos int�r�ts�
� Nous ne sommes plus au temps de Bonaparte,' tous les souve~ rains de l'Europe s'�taient ligu�s pour faire tomber F usurpateur, � tous restent r�unis, pour assurer la tranquillit� de toutes les-

s> [i] Presque toutes ces troupes avaient servi sous Moreau , � qui elles restaient fc.ibrt attach�es ; mais les G�n�raux �taient pour ia plupart du partide Bonaparte.


��
IAm
�fi os� pr�ter leur appui � � ennemi de tordre et du repos du monde:,
ef est erifi nofesseron
'A
�$> terribles ; ainsi tcpitquily aura un point de l'univers o� tordre ne sera pas r�tabli, les souverains alli�s ne poseront pa� les armes} 4> ils resteront li�s pour achever leur grand ouvrage.
Votre
fi
� et ils vous attesteront ce que je viens de vous dire*
fid�le
grande partie des fc se des forces des ail
amour ci
� la France devenue t alli�e de F Angleterre? Et qui doute que
consomm� � �uvre inft
'A
� terre n e�t pas d�clar� la guerre � la France, et rompu ainsi, par � ses immenses /lottes , Ici communication entre la France e� Saint-Domingue ?
� Tout a �t� pr�vu dans le trait� de paix entre les souverains
Ne
Vot
la conduite que vous devez suivre, et on est convenu que pour � remplacer la population d'Hayti, qui 3 dans ce cas, serait tota-�l�ment an�antie parles masses de forces quelle attirerait contre.
ifall
; la traite des africains, dans le douh bras attach�s � la culture, et d'en ft 'tation des anglais*
V II


5
w Il $sb s�ni "doute inutile d'entrer flans des d�tails avec ur* b homme d'un esprit aussi sup�rieur que Votre Excellence, mais >5 il convient, peut-�tre, que ces grandes consid�rations soient � pr�sent�es aux personnes que Votre excellence honore de s&
& confiance? K
Si Talliance des puissances de TEurope a eu pour but le r�ta* � blissement de Tordre et la chute de � usurpateur qui le troublait
� sans cesse, les augustes monarques qui composent cette alliance, � n'ont pas montr� pour cela moins d'estime aux dignes supports � de la gloire et de � ind�pendance de la France; � ces illustres y> militaires qui, pendant 25 ans de calamit�s , nont jamais � d�sert� le posle du p�ril, et ont sauv� � leur patrie, et les hor-� r.ettrs de la guerre civile, et l'humiliation du d�membrement de � la France. Le Roi le phs g�n�reux et le plus sage du monde , � le vertueux Louis XVIII, a plus vivement senti qu aucun de ses � grands alli�s les titres qu avaient ces braves , � la munificence
e
� royale, comme � la gratitude publique ; ils sont aujourd'hui,
n-H-
combl�s d honneurs , ils jouissent des fortunes immenses , et ils b�nissent les �v�nemens qui ont donn� � leur superbe existence> bi la stabilit� que ne pouvait leur donner un usurpateur*
�V
� Suivez leur exemple, G�n�ral, proclamez Louis XVIII & � Haypi, comme ils l'ont proclam� en France, et non-seulement
r
des honneurs et des r�compenses vous seront pr�sent�es, mais � ceux que vous d�signerez, recevront des marques de la satis" � faction de notre souverain, et de la reconnaissance de notre � patrie ; et � empire des pr�jug�s qui est d�truit avec F ancien
r�gime, ne mettra aucun obstacle , � ce que les r�compenses Yl soienp �gal�es � la grandeur des services rendus au Roi.
x> Sans doute si Bonaparte vous adressait du haut du tr�ne de la v> France 9 les paroles que je vous porte, je vous plaindrais de vous ->-> y livrer. Ses succ�s en politique �taient dus � l'art de tromper, sa P perfidie �galait la puissance de ses armes, et le g�n�ral Toussaint � n'est pas le seul qui en. ait fait la fatale et cruelle exp�rience^
33


6
53 mais le Roi l�gitime de la France, f auguste successeur de tan$
�i
33 de souverains illustres, le descendant de St-Louis et d'Henry IVf na sans doute pas besoin des moyens vils d'un Usurpateur;, sa
5� parole royale est sacr�e autant que sa race est antique et v�n�^ rable, et tel que �un de ses magnanimes anc�tres, Louis XVIII

a� a dit : que si la bonne foi �tait bannie de la terre, elle devait s� & retrouver dans le c�ur des Rois.
� Ainsi donc ce qu'il vous promettra, G�n�ral, sera certain et & sera stable,- vous ne pouvez en douter.
;� Mais je sens qu'il est peut - �tre parmi vos g�n�raux des pet> ^> sonnes qui craignent que les chefs envoy�s par le roi , oubliant* � les instructions quils en auront re�u, et se laissant influencer �� parles cr�oles et les �migr�s , ne r�tablissent peu � peu le r�gime 7> des pr�jug�s. Mais croyez-moi, G�n�ral\ le r�gne des pr�jug�s est f> termin� pour jamais. Il ne revivra pas plus dans les colonies � fran�aises, qu'en France, et qui peut croire qu'il existe encore � dans ce dernier pays? lorsqu'� c�t� des Montmorency,des Rohan? � des P�rigord, etc. sont assis les Soult, les Suchet, les DessoleS p f> etc. lorsque des hommes d'origine si diff�rentes ; mais �galement � illustre les iihs , par leurs hauts faits , les autres par ceux de � leurs anc�tres , si�gent en cons�quence �gaux dans la chambre ^ des Pairs � et partagent �galement les grandes dignit�s de l'�tat ?,
___ y
p Le Roi qui veut que le bien se prenne partout o� il peut se trouver, � agira, n'en doutez pas , comme les Monarques dEspagne et de. � Portugal, qui , par des lettres de blanc , donnent � un individu � de quelle couleur, qu il soit f�tat d'un individu blanc. Sa puis* � satwe royale qui a �gal� les Ney, les Soult, les Sachet, les-� Dessoles, etc. aux Montmorency, aux R�han , etc. par un acte � de munificence et d �quit� auquel toute la France a applaudi , � peut �galement rendre un homme noir ou jaune , semblable � devant le tr�ne et la loi , et dans les habitudes sociales ^ A � �honnfie le plus blond de la Picardie.
� Vousnenous forcerez pas, G�n�ral, � changer en soldats les
� rb�gres qibe lan, traite dans ce moment � la c�te d Afrique ; vous


(f y: )
**** nu nous'forcerez-pas � user de tous les moyeu s de destructions po's~
# sibles ; cous ne vous exposerez pas �voir d�serter vos bataillons, � qui seront bient�t inform�s que la discipline fran�aise , qui est la >> plus parfaite de l'univers , n exige pas la s�v�rit� excessive que � vous avez si souvent exerc�e; nous connaissons tous vos moyenss >f de d�fenses; quand je dis vous, je veux dire les personnes qui � sont sous vos ordres.
� Car je vous crois la t� te trop saine, un esprit trop �clair� et
# trop noble, pour ne pas �tre satisfait de devenir un grand seignew � et un officier g�n�ral, sous cette antique dynastie des Bourbons 0
que la providence semble se plaire, en d�pit de tous les calculs, � humains, � vouloir perp�tuer sur le tr�ne de notre ch�re France f � vous pr�f�rerez devenir un illustre serviteur dugraudsouveradndes
# fran�ais, au sort plus que pr�caire de chef d'esclaves r�volt�s-� Eu
� s'il fallait des exemples pour vous engager �� imitation > voyez les & g�n�raux Mur�t et Bernadopte , Chef s ou Rois , depuis plusieurs >i ann�es , des nations quils ont illustr�es par les armes , des ce/t*
-m
� dant noblement des tr�nes sur lesquels les avaient �lev�s les suites de la r�volution fran�aise. Voyez-les, dis-je, descendant noble* � ment et volontairement de ces tr�nes, pour devenir de grands et
� d'illustres seigneurs, et pr�f�rer des honneurs l�gitimes et dura**
� bles, pour eux et leur post�rit�, au titre odieux et pr�caire ?> d'usurpateur*
*> Car ne vous faites pas illusion, G�n�ral, les souverains de l'Eu-h, rope, quoiqu'ils aientfait la paix, ils n'ont pas encore remis T�p�e
dans le fourreau ; et sans doute , vous n'ignorez pas ce que tout* ^ le monde sait en Europe, quoique la chose ne soit pas encore t- diplomatiquement publique, que le principal�rticle du pacte que � viennent designer tous les souverains europ�ens, sur leur honneun m royal, est d'unir leurs armes, s'il en est besoin � et de se donner & tous les secours n�cessaires pour d�truire tous les gouvernement
qui se sontform�s par suite de la r�volution fran�aise j soit eu* P Europe, soit dans le nouveau monde. N'ignorez pas que c'est
i\ Grande-Bretagne qui est le centre et la principale partie^da&s


( 8 )
� ���W�ntlon > � laquelle il faudra quelques mots plut�t o�
� plus tard, que tout gouvernement se soumette; et que tout gou-
A
V vernement ou chefs qui ne Se soumettront pas, seront faites >y comme des tra�tres et des brigands : tandis que ceux qui 3 volon* s> tairement et de bonne gr�ce, seront assez raisonnables, et assez y* honn�tes gens pour adh�rer � ce principe } en contribuant � faire rentrer les peuples qu ils gouvernent sous l'ob�issance des sou-5> vcrains l�gitimes, obtiendront f de ces souverains y une existence &��t des �lablissemens aussi honorables que durables.
* *> La derni�re consid�ration que je pr�senterai � Wotre Excel-*> lence y c'est la moralit� et la loyaut� qui caract�risent le Ministre
m actuel de la Marine� Tout le monde sait qu'au temps de �As* � sembl�e constituante^ oh il fut constamment �un des plus z�l�s & d�fenseurs de la cause du Roi > il insista sur la n�cessit� et la t� justice d'am�liorer le sort des noirs et des hommes de couleur� & Prononcer le nom de M al ou etcest fappeller � id�e des plus *-> hautes vertus et de la bonne foi la plus inflexible. Tout ce qui
-
~w se m promis par un tel homme, sera aussi sacr� et aussi certain, ^ que si c'�tait ( je demande par don de � expression ) la Divinit� � m�me qui vous le promettaitf
TVeuiUlez agr�er, G�n�ral 3 les senpimens de haute �onsidp\ ration avec lesquels fai Thonneur d'�tre s
� �E VOTRE EXCELLENCE,
\
� Le tr�s-humble et tr�s-ob�issant, Serviteur,
� Sign� le g�n�ral D AU X ION LAVAY SSE.
P> S, Le colonel M�dina9 qui est associ� � ma mission, doit se rendre aupr�s de Votre Excellence , dont il m�rite toute la ^ confiance.
Pour preuve de la loyaut� avec laquelle j'agis > je joins ici la copie de la lettre que j'ai adress�e au g�n�ral P�tlon : A peine � T avais-je �crite que je tcfmbai malade t ce qui m emp�cha d'avoir �> ThoTfp�ur d'�crire � V�tre Eq�cell�nce dans le m�mv moment >v


9
Copie
Je la Lettre du g�n�ral DAUXION
L AVAY S S E au e�n�ral P E T I O N.
� Kingston, Jama�que, G Septembre 1S14*
ce
G�N�RAL,
y� Une des personnes qui ont la confiance de Votre Excellence, et avec aquelle le g�n�ral Hodgson eut la bont� de m'a boucher � Cura�ao , vous a sans doute rendu compte du but de ma mission , ainsi que des intentions paternelles et lib�rales de notre roi h�en-aim� Louis XVHL 35 Vous �tes trop �clair� , G�n�ral , et sans doute assez d�passionn� , pour ne pas concevoir et sentir toute la diff�rence qui existe, entre Tordre de chose �tabli, � la restauration de Louis XVIII , et ce qu'on appel� 'ancien r�gime , ainsi que le gouvernement despotique et arbitraire que Bonaparte avait essay� d'�tablir en France.
^ Tromper pour asservir , �tait devenu depuis dix*ans, le grand s-fnret, et ^principal mobile de la politique du perfide et haineux usurpateur. Ex�cr� du monde entier, abandonn� des compagnons de sa gloire militaire , le sort de cet Energum�ne sera , il faut l'esp�rer , une
le�on pouf-tous, ceux qui exercent un pouvoir ill�gitime et pr�caire ont cependant la t�te saine.
r
x> Il n'est pas besoin de grandes connaissances, en droit public pour apercevoir la diff�rence qui existe entre la forme constitutionnelle , du onvemement de France actuel, et celui qui existait avant 178g. � Ce n'est pas ce que les �migr�s et les r�publicains appelaient une contre r�volution , il y a quelques aim�es , qui a replac� les Bout bons sur le tr�ne de France. Les Rois de l'Europe n'ont point fait la guerre au peuple fran�ais, leurs'arm�es n'ont point fait la conqu�te de la France. Le g�n�reux Alexandre et ses allies venus en France pour se venger d'un tyran en d�lire., ont �t� le point de ralliement des fran�ais, Sas depuis 'ion g-temps du. plus extravagant et du plus sanguinaire despotisme.


10
� C'est aupr�s d'Alexandre que se sont rallies les hommes �nergiques 9 sages et habiles qui ont Jou� les premiers r�les durant notre r�volution, Ce sont les Talleyrand - B�n�vent , les Dessoles , les Dupont , les Marinant, les Ney, les Bournonville , etc. etc. qui, apr�s avoir travaill� pendant plus de vingt ans durant les diverses variations de notre r�volution , � l'�uvre de la libert�' et de l'ind�pendance de la France , ont �t�
2 - a gens de notre patrie pour r��difier la monarchie fran�aise sur les bases d'une constitution libre et repr�sentative ; et cette constitution , c'est
Louis 5^ VIII qui en est Fauteur et le r�dacteur principal ; combien cetie circonstance, G�n�ral f ne doit-elle pas rendre le nom de son royal auteur pr�cieux � tous les vrais amis de la libert� ! De quelle heureuse augure ne doit-elle pas �tre pour nos fr�res de l'�le d'Hayti !
3> Oui� G�n�ral � c'est un roi philosophe � un nouveau Marc-Aur��e , im nouvel Henry IV qui est assis sur le tr�ne de France ; croyez m'en , je ne parle pas le langage de la flatterie , mais celui de la v�rit� , celui de mes compatriotes.
� Pour bien vous fixer sur l'esprit qui r�gne aujourd'hui en France , jetez les yeux sur la liste de la chambre des pairs, et des principales autorit�s de FEtat. L� vous verrezxes antiques colonnes corinthiennes 3e la monarchie fran�aise, les Montmorencys, les Rohan, les P�rigords, les La Rochefoucaut, etc. m�l�es � ces colonnes h�ro�ques d'ordre moderne , les Neys, les Suchet 9 les Marmont � les Bournonville , les alpuet, les Dessoles, les Dupont, etc. les d�fenseurs de la gloire et de l'ind�pendance de notre ch�re France.
� Vous verrez tous ces hommes qui par leurs falens, leur g�nie f ear vaillance et leurs vertus � se sont illustr�s pendant les orages et les-grandes sc�nes de notre r�volution ; vous les verrez � dis-je , dignement
ac�s enire le Roi et le peuple, �galement soutiens de la Majest� et de ance del� couronne, des droits de la nation, et de la libert� publique
9
3* Lisez la charte constitutionnelle et les actes du gouvernement actuel
* h - '
vous verrez qu'au m�pris des criailleries et des absurdit�s des partisans
veugles o� int�ress�s de l'ancien r�gime , tout ce que la r�volution a uit de bien � de principes lib�raux compatibles avec nos habitudes
chiques a �t� religieusement conserv�.


( 11
J
� R�fl�chissez bien sur ces choses * et difes vous je vous eh prie,
G�n�ral,� Louis XV1�T est un Roi philosophe , qui fut avant , et au commencement de la r�volution , un des plus z�l�s d�fenseurs de la libert� publique : les grands magistrats, les g�n�raux qui l'entourent, sont presque tous les enfans de la r�volution, cons�quemment les ennemis des anciens abus et des anciens pr�jug�s.,.. Ces hommes se sont �lev�s par la r�volution , � l'�gal des premi�res familles de France� Et nous ; comme eux, �lev�s par les orages de la m�me r�volution, et par les m�mes causes, nous resterions dans l'avilissement...... Gela n'est
pas possible r>.
Dites-vous aussi : � Bonaparte fut un despote perfide et cruel, qui n'employait gu�re en politique que des agens aussi immoraux et aussi perfides que lui , mieux eut valu combattre jusques dans nos derniers retranchemens , que de ne jamais faire aucun trait� avec ce Corse qui ne respecta jamais ses promesses : mais Louis XVIII est un souverain l�gitime1, le descendant de 'Saint-Louis et de Henry IV. Il n'emploie pour traiter avec nous que des hommes d'honneur , des hommes sans pr�jug�s , peut-�tre des hommes qui, sous un autre gouvernement, ont d�fendu notre cause dans leurs �crits, ou leurs discours... Ils n'�couteront pas la voix d'hommes aveugl�s par leurs pr�jug�s ou aigris par leurs malheurs, ...Il est le p�re et l'arbitre commun de tous ses sujets... Prenons confiance en ce roi g�n�reux , loyal, �clair� , il nous fera partager les droits de sujets et de citoyens fran�ais � ce qui certes , est pr�f�rable au sort d'�tre trait� comme des sauvages mal faisans, ou traqu�s comme des
n�gres marrons �.
� Faites ces r�flexions, ce monologue , G�n�ral; p�n�trez-en les �ommes raisonnables qui m�ritent votre confiance , et vous m�riterez les marques les plus honorables de la satisfaction de votre souverain et la reconnaissance de votre patrie et des habitans d'Hayti , que nous ne pouvons cesser de consid�rer comme fran�ais.
� Vous avez trop d'esprit, la t�te trop saine, G�n�ral, vous connaisses trop bien la France pour prendre ce langage pour celui de ia faibless a faiblesse menace; l'homme fort et puissant frappe et �crase , lorsque
loti m�conna�t et que l'on d�daigne sa g�n�rosit�.
Je suis , etc.
Sign� D AUXION LAVAYSSE,
Pour copie conforme,
DAUXION LAVA S" S S E.


12
Apr�s, S. JE. a la au conseil le pamphlet d'un nomm� H, Henry 9
imprim� � la Jama�que� ayant pour titre : Consid�rations offertes aux
Habitans de Saint - Domjngu e, sur leur sort actuel et sur le sort pr�sum� qui les attend*
Ces lectures termin�es, Sa Majest� a dit :
� Je laisse � la sagesse du Conseil g�n�ral del� Nation, de prendre les mesures et les r�solutions qu'il croira convenables pour le salut de notre pays.
3> Le r�sultat de ses d�lib�rations � toute fois qu'il ne compromettra point notre honneur et les int�r�ts du peuple haytien , sera la r�gle invariable de noire conduite �.
Sa Majest� s'est retir�e aux m�mes acclamations de Vive le Roi !
Le conseil s'est alors constitu� sous la pr�sidence de S. A. S. Mr le prince du Limbe , ministre de la guerre et de la marine , de S. E. M1* le comte de la Taste, ministre des finances et de l'int�rieur � vice-pr�sident.
S. E, M. le comte d'Ennery, lieutenant g�n�ra! et M. le baron de
Dessal�nes � major g�n�ral , secr�taire g�n�ral du d�partement de la guerre, ont �t� nomm�s secr�taires,
Le Conseil g�n�ral de la Nation , d�lib�rant a l'unanimit�, a d�cid�
j�+
qu'il serait r�dig�, s�ance tenante, une Adresse au Roi, pour voter des vemerc�mens � Sa Majest�, sur l'honneur qu'EHe lui a fait de mettre � sa d�lib�ration, les communications importantes qu'elle lui a donn�, manifeste � S$ Majest� les sentimens qui animent le conseil et la r�solution qu'elle a prise.
Apr�s la r�daction , S. A. S. Mr !e prince du Limbe , pr�sident, a njmonc� au conseil que l'adresse �tait r�dig�e , que lecture en allait jBtre donn�e ; ce que S. E. M, le comte d\Ennery , secr�taire , s'e�t empress� de faire.


i3
U
E,
f
� C'est en vain que Ton chercherait dans les annales des nations l'exemple d'une ouverture de paix entrepris sous de plus affreux auspices, et accompagn� de circonstances aussi d�shonorantes que celle entam�e par le g�n�ral fran�ais Dauxion Lavaysse, au nom et Gomme agent de Sa Majest� Louis XVIIL
� Les peuples, les souverains � les individus m�me en particulier ft ont des droits qui sont respect�s parmi les nations les plus barbares ; �t il n'est point permis � qui que ce soit de les enfreindre; mais si les liommes en g�n�ral sont convenus de respecter ces droits , consacr�s
par l'usage et l'honn�tet� publics, combien � plus forte raison, est-il odieux que l'envoy� d'un roi, d'un peuple �clair�, ait os� violer ouvertement ces droits sacr�s ?
Quoi �
quand
opprimer les peuples, en leur imposant le joug de la tyrannie, ont employ� des moyens perfides et ont couvert de quelques pr�textes sp�cieux leurs criminelles entreprises ( parce qu'ils n'osaient viol�e ouvertement ces droits des peuples ) ; mais l'envoy� du roi des fran�ais a tout viol� impudemment; il a fait la plus cruelle injure qu'il soit possible de faire � un peuple libre � en lui proposant cette abominable alternative d'opter entre l'esclavage et la mort. A qui ce vil Agent ose-t-il s'adresser pour manifester les intentions atroces de son gouvernement? C'est � "Votre Majest� � au vainqueur des fran�ais, au d�fenseur de la libert� et de l'ind�pendance � A vous, Sire, qui avez consacr� votre vie
enti�re an maintien et � la d�fense des droits indestructibles et �ternels
D


de l'homme ! � votre Majest� qui a toujours eu pour r�gle de sa conduite et de ses actions, l'honneur et la gloire du peuple haytien ! On ose vous* proposer de descendre d'un tr�ne o� vous avez �t� plac� par l'amour et la gratitude de vos concitoyens ! O comble d'audace et d'infamie ! Ou ose soup�onner votre grande �me d'une insigne perfidie !... A qui ose-t-oa parler de ma�tre et d'esclave ? A nous* � un peuple libre et ind�pendant; � des guerriers couverts de nobles cicatrices gagn�es au champ d'honneur * qui ont d�truit jusqnes dans ses derni�res racines l'arbre antique des pr�jug�s et de l'esclavage ; � ces guerriers qui dans mille combats on� fait mordre la poussi�re � ees barbares colons dont les restes �chapp�, � notre juste vengeance , osent encore parler de rasseoir ici leur r�gime abhorr� que nous avons proscrit � jamais! Non, jamais il n'existera de ma�tre ni d'esclave � Hayti t , �
� Voire Majest� se serait-elle attendue � un tel exc�s d'indignit� de la part d'un souverain que la renomm�e s'est plu � nous pr�sent�e-comme un roi sage, bon et vertueux, instruit � l'�cole de l'adversit�, ennemi des pr�jug�s illib�raux, enfin juste et humain ? Que la renomm�s Est mensong�re, Sire, s'il faut comparer les effets avec ce qu'elle devance tant de fois? La premi�re Ouverture de paix, les premi�res paroles de conciliation qui nous sont adress�es au nom de ce prince , dont nous nous �tions form�s une s� grande id�e , sont des insultes , des outrages sariglans ; on ose proposer � des hommes libres depuis vingt cinq ans, qui ont encore les armes � la main , de les d�poser pour reprendre les cha�nes de l'ignominie et d'un barbare esclavage ! En nous insinuant ees horreurs, on les couvre du pr�texte sp�cieux de paroles de pabe et de r�conciliation ! On enveloppe, le poignard de la trahison et de la perfidie sous le manteau honorable et s�duisant des sentimens lib�raux de justice et d'humanit� du monarque des fran�ais � noire �gard � Mais soudain , ce vil agent, ce monstre anlropophage changeant de langage � prenant le ton et le caract�re atroce de son odieuse mission , nous menace d'an�antir notre race, et de la subsistuer par une autre ! Quelle justice � quelle lib�ralit� ! quelle humanit� !
� A cette derni�re d�marche des fran�ais, Sire, tout ne nous d�mon* fre-t-il pas que la cause des haytiens est s�par�e de celle des autres peuples?


( � i.S
En effet ! � quel peuple ! � quel souverain aurait-on os� proposer des conditions aussi viles que d�shonorantes ? Ils nous m�prisent, ils nous croyent stupides �u point de supposer que nous sommes priv�s m�me de cet instinct, qu'ont les animaux pour leur propre conservation ; quel d�lire ! quel exc�s d'audace ! d'oser nous proposer de nous livrer aux fran�ais, �e nous soumettre � leur odieuse domination � Serait-ce pour les bienfaits que nous en avons re�u que nous reprendrions les cha�nes de la servitude? Serait-ce pour un souverain qui nous es� tout � fait �tranger, que nous ne connaissons pas, qui n'a jamais rien fait pour nous , au nom duquel on vient nous outrager que nous irions changer de ma�tre? Serait-ce enfin , pour �tre de nouveau livr�s aux tortures et aux chiens � d�vorer , que nous renoncerions au fruit de vingt-cinq ans de combats et de sang r�pandu ? Qu'avons-nous donc encore de commun avec ce peuple? N'avons-nous pas bris� tous les liens qui pouvaient nous unir � lui ? Nous avons chang� de nom, de vie, do
�t
m�urs, notis ne ressemblons en rien aux fran�ais ; � ce peuple qu� n'a cess� de nous pers�cuter et que nous abhorrons. Pourquoi dono notre sort serait-il d'�tre condamn� � g�mir sous sa lyrann�que oppression ? � Ces barbares, ils osent nous m�priser ! Ils croyent que nous sommes
indignes des bienfaits de la libert� et de l'ind�pendance ! Ils croyent que nous ne sommes pas susceptibles de ces sentimens sublimes, de ces* �lans g�n�reux qui forment les h�ros et rendent les hommes ma�tres de �leurs destin�es ; ils le croyent , mais ils se trompent l qu'ils connaissent bien peu la magnanimit�, l'�nergie et le courage de ce peuple qu'ils osent outrager ! Nous voulons �tre libres et ind�pendans,. et nous le serons en d�pit des tyrans 1
� Ah ! Si jamais notre cause est se'par�e de celle des autres peuples si Ton se croit en droit de nous menacer, de nous insulter, de nous rayev du nombre des vivansjsi l'injustice pr�vauj sur l'�quit� dans ce si�cle de lumi�res; si nos tyrans enfin parvenaient � triompher de nous , du moin$r que la gloire du peuple haytien n'ait rien qui puisse l'�galer dans les-annales des nations! Oui, nous y souscrivons, plut�t que de renoncer � la libert� et � l'ind�pendance, que notre race enti�re soye extermin�e ! Nous y souscrivons r mais avant que le fran�ais poisse asseoir ici sa puissance ,


i6
qu'Hayti devienne un vaste d�sert, que nos villes, nos manu Factures, nos maisons� soyentla proie des flammes; que chacun de nous multiplie ses forces, redouble son �nergie et son courage, en immolant dans notre juste fureur , des milliers de ces tigres alt�r�s de notre sang. QuHaytine repr�sente qu'un monceau de ruines, que les regards effray�s
ne rencontrent que l'aspect cle la mort, de la destruction et de la ven-
�j'i
geance � Que la post�rit� dise, en voyant ces d�bris : Ici il existait un peuple libre et g�n�reux, des tyrans ont voulu lui ravir sa libert�, il a pr�f�r� cesser d'exister]... La post�rit� applaudira � cet acte de magnanimit�. H� ! quel est le mortel assez peu g�n�reux qui nous refuserait son admiration , son estime et ses v�ux ?
Dans les guerres politiques, entre �tats polic�s, les arm�es combattent et les peuples vivent en paix ; mais daas une guerre d'extermination , comme celle dont on ose nous menacer , lorsqu'il s'agit de d�fendre ses foyers , les tombeaux de ses p�res, sa libert� et son ind�pendance, Quedis-je?son existence, celle de ses femmes et de ses enfans; la guerre est d'homme � homme ; les femmes , les adolescens sont en guerre ; fout est en armes ; tout le mal que nous pourrons faire � notre
�il
ennemi est un devoir sacr� ; tous les moyens de destruction nous seront l�gitimes ; nous ferons revivre ces exemples terribles de l'exasp�ration des peuples qui ont �pouvant� la terre !
La post�rit� en fr�mira d'horreur ; mais loin de nous bl�mer,
elle ne les imputera qu'� la perversit� du si�cle, aux tyrans �tala
n�cessit� � ......... . Ma�s non , cela ne sera pas, cela est
impossible � Hayti est invincible, et la justice de sa cause la fera triompher*
de tous les obstacles � Non, jamais cette ex�crable entreprise aura lieu, il
y va de l'honneur, de la gloire des souverains et des peuples de l'Europe ;
et la Grande-Bretagne, cette lib�ratrice du monde, emp�chera une
pareille abomination !
Sire, l'insulte faite au peuple hayt�en pt � son souverain, l'outrage
particulier fait � l'auguste personne de Votre Majest�, r�jaillit sur nous
�i
individuellement et sur la nation enti�re ; dans notre juste indignation , s'il nons �tait possible 9 la vengeance e�t �gal� l'offense.
Le


17
� Le Conseil p�n�tr� des grandes choses que Votre Majest� a faites pour le bonheur et la gloire du peuple haytien , a l'honneur de pr�senter � Votre Majest� , au nom de ce peuple brave et g�n�reux , sa r�solution de vivre libre et ind�pendant ou mourir , et de t�moigner ses sentimens ie d�vouement� de fid�lit� et de reconnaissance � l'auguste personne de Votre Majest� et de la Famille royale ; vingt-cinq ans d'exp�rienc�-et de services rendus au peuple haytien , sont les s�rs garans que le bonheur et la f�licit� de Votre Majest� sont intimement li�s au salu� de tous. Notre premier mouvement est donc de crier aux armes , et ie second de porter nos regards sur Votre Majest� � qui le peuple a confi� sa destin�e; nous vous offrons unanimement, Sire , nos armes , nos vies, nos biens � pour le service de Votre Majest� f de notre patrie � de notre libert� et de notre ind�pendance ; et nous renouvelions au pied de votre tr�ne, ce serment sacr� : Ob�issance aux Constitutions
du Royaume et fid�lit� au Roi !
.TJ ^m'
Le conseil a accueilli cette adresse aux acclamations de Vive le Roi ! Vive la Libert� ! Ind�pendance ou la Mort ! A l'instant tous les
�aiembres se sont empress�s de se porter au bureau pour y apposer ieurs signatures.
Sign�s Leurs Altesses Royales, prince Noele , prince Jean. Son Altesse S�r�nissime , prince de Saint - Marc. Leurs Gr�ces , duc de l'Anse , duc' de Fort-Royal , duc de FArtibonite , duc de l'Avanc� , duc de la Marmelade , duc du Dondon. Leurs Excellences les comtes , de Yali�re , d'Ouanaminthe t de Laxavon, de Cahos , deLimonade, duTrou, de Saint-Louis, du Terrier-Rouge du Gros-Morne, de L�ogane, de Richeplaine , de Terre-Neuve , de Thilorier,. de Mont-Rou�s. Les mar�chaux de camps, de Barth�l�my Choisy, de Jean Josephg de L. Fr�g�s, de Faraud ,de D�ville, de Chevallier, de Raymond, de Joseph J�r�me?
Les barons , de Thabares , de Henry Proix , de Sicard , de Dossou , de Ferrier, de Bastien Fabien, de Cadet Antoine , de P. Poux , de C. Cap, de Eottex , de L�o, de Montpoint, cle Dupuy , deB�liard, de Stanislas Latortue , de Joseph Latorlue 9 rie P. A. Charrier, de J.B. Petit, de Delon, de Yastey, de J. Dessaliiies, de Lucas.
Les chevaliers , de Lacroix, de Biaise , de C. Leconte , de C. P�tigny, de D�formes, de Pr�zeau , de Dupin.
U
Les colonels, de David, de Diacou� , deProphile, de Laurent D�sir, de Dagobert^ de P. Apollon, de P. Fran�ois, d'Andr� Le jeune , Yincent Louis, de Grandmaison,
E


( 18 )
c�e Hoban , Ignace, de J. L. Louis, P. Paul Colin , de P. Apollon , de D�sobly^ de R. Sembl� , de T. Gabriel, de J. P. J.Baptiste, de Fid�le, de Samson, de J.G�sairef de S. L. Alexandre,de Frontis, Lubin, de Yillarce�ux, L.Poux , Jannitte ,Dariiel Carr�* Les lieutenans colonels, d'Antoine Paul, Bien-aim� Guillaume, Lubin, C. Augustin,
�t
Leone!, de Jumeau, Christophe, de P. Hardy, Titus, de Fid�le Fran�ois, de Proph�te* de Ste Fleur, de Marc fils, de Nord Alexis, deBelair, Proph�te Augustin, Isidore, tic C�sar Mineur , de Manuel, d'Etienne Bazile , deGuillemote , G. Lafricain, Ulysse� Ambro�se Henry, Jan�te, deCorasrru'n,Gatabois, Joseph Bion, E. Guillaume, Crepin >. de . Paul, F�lix, Bardette, J.B.Gabriel ,dejyiichaux,Georges Fran�ois, C.Duliard ,
Dossou,ChevrauLapointe, AntoineDouet, Monrose, Bernard,Fran�ois,de Gourgues, Waret, de Titon , C�leslin, Joachim, S�v�re, Bor�aux, Julien Pierre, Thoby,Phiiipe , BigaiIle,deDamis,de Paul, d'Azor Elise, de Tinrent, P�rotte , de Colas, A. Faraud, M. La fleur, L. Voltaire, d'Adonis ,Eustache , de Paul, de Janvier, d'Etienne, Denis % R�n�, de Janite, Abrican, F�lix, J. P. c olin, de Bernard, Dauphin ,cle Silvain Pierre p Jean-Louis, de Georges, de Pierre, de Jacquet, de P. Philippe, de Jacques, de No�l, Eug�ne, de P. Charles, d'Honor� Andr�, de J.F. Champain, de Baine> Mouscardy.
Les officiers de l'administration, G.D�mangles, Diaquoy, Ac�iilIe,M�nard ,Darmey5 Auguste jeune , T. Gu�rinet, N� Gaulard > Br�voltaire , Gailo Biraine , Dufresne > C. Warloppe.
Les conseillers, B.�emoine, Hector, Mancelle,Gu�sot, Aurignac, Dubois, Jonka, Filiatre , Sommereux, Bayron , Heuraux a�n�, P. Martin, Sangosse , T. Dom�g�^ P. Joseph , Ulysse, J. Blain, Pierre Louis, SanonD�raque, Penet, Tilton.
Les lieutenans d�juges, Jacques Lallemand, Corasmin, A. Tollo, Eustache Aramy7 Mardy, J. D�ville , J. P. Jeanot, J. Gr�goire , J, B. Dessal�nes, Robert, Grandjean , 3.F. Danfour, Marcp�re, Guillaume Joseph jj. P. Antoine, Thomas Pierre, T. Gilbert, PasteurBrisson , Paul Rousseau , JeanRemy , J. Gaulard , Michel Bess� , Louis Fierre^ Christophe Baptiste, Joseph ? Arnaclis , J. B.Tony, JeanLavigne : Sui\e un grande �nombre de signatures.
�t
S. E. Mr le comte de �a Taste , vice-pr�sident , proposa de nomme? une d�pula�ion pour apporter aux* pieds du Roi � notre tr�s-auguste et h:�s-gr�cieux Souverain , l'adresse et la r�solution du conseil.
S. A. S. Mr le prince de Saint-Marc, Sa Gr�ce Mr le duc de la Marmelade , S. E. M. le comte cPEnnery, furent charg�s de ce message.
La d�putalion de retour, S. A. S. Mr le prince de Saint-Marc annon�a au conseil que Sa Majest� avait accueilli favorablement l'adresse, e� quelle allait se rendre en personne au conseil * pour lui manifester* ds vive voix, ses sentiment


9
M
au conseil l'arriv�e de Sa Majest�; tous les membres se l�vent� Sa Majest� debout, sur son tr�ne , a dit :
� H A Y T I E N S !
-55 Vos sentimens � votre g�n�reuse r�solution, sont dignes de Notisj Votre Roi sera toujours digne de Vous !
� Notre indignation est � son comble ! qu'Hayti, d�s cet instant, ne soit qu'un vaste camp ; pr�parons-nous � combattre ces tyrans, qui noua menacent de fers, de l'esclavage et la mort.
� Haytiens � l'univers entier a les yeux fix�s sur nous ; notre conduite doit confondre nos d�tracteurs et justifier l'opinion que les philantropes con�oivent de nous. Rallions-nous , n'ayons qu'un seul et m�me v�u 9 celui d'exterminer nos tyrans ; du concours unanime de notre union , do-nos efforts, d�pendra le prompt succ�s de notre cause. Donnons � la post�rit� un grand acte de courage; combattons avec gloire; soyons effac�s du rang des peuples , plut�t que de renoncer � la libert� et a l'ind�pendance. Roi ! nous saurons vivre et mourir en Roi; vous nous verrez*
toujours � votre t�te, partager vos p�rils et vos dangers. S'il arrivait que
�ious cessassions d'�tre, avant d'avoir consolid� vos droits , ressouvenez-vous de nos actions ; et si nos tyrans parvenaient � mettre en danger votre libert� et votre ind�pendance j exhumez mes os, ils vous guideront encore � la victoire , et vous feront triompher de nos implacables el �ternels ennemis
Les cris mille fois r�p�t�s de Vive le Roi ! Vive le Prince Royal ! Vive l Ind�pendance ! Libert� ou la Mort ! Guerre �'mort au.v Tyrans ! ont retenti dans l'enceinte de la salle , et ont �t� r�p�t�s dans les avenues du conseil, par le concours du peuple et des troupes.
Sa Majest� , vivement �mue, s'est r�tir�e ; le Conseil l'a accompagn� dans sotL palais au cris de Vive Henry ! Vive � Ind�pendance 1 Viva le D�fenseur de la Libert� !
La s�ance a �t� lev�e � trois heures de l'apr�s-midi , et renvoy�e an lendemain � sept heures*


�0
Le vingt - deuxi�me jour d� mois d'Octobre � des ann�es susdites^
� sept heures du malin. Les membres du conseil r�unis ,
La s�ance a �t� ouverte^�ux acclamations de Vive le Roi !
S. E. M. le comte d'Ennery donna lecture du proc�s verbal de In s�ance du jour d'hier, dont la r�daction a �t� unanimement approuv� r>ar le conseil.
S. A. S. Mr le prince de Saint-Marc a demand� que lecture soir lonn�e au Conseil des diff�rens paragraphes de l'Ouvrage de M. Malouet, ninislre de S. M. Louis XVIII, concernant les vues de ce ministre sur e peuple haytien , �tant convaincu que ledit Malouet poursuit maintenant ex�cution du plan qu'il avait alors propos�. Cette demande ayant �t� iccneillie, S� E. M. le comte d'Ennery a donn� lecture des diff�rens iaragraphes dont s'agit, lesquels sont consign�s dans le IVe Volume les Collections de M�moires sur les Colonies, et particuli�rement ur Saint-Domingue^ publi� en l'an X, r�pondant � 1802.
Pendant cette lecture, des monvemens d'indignation se sont faits emarquer dans l'assembl�e.
S. E. M. le comte de Richeplaine a demand� que le proc�s verbal des lances du Conseil g�n�ral de la Nation , l'adresse et la r�solution prise , aient rendus publics par la voie de l'impression. Cette demande
�t� adopt�e.
Le pr�sident a lev� la s�ance aux acclamations de Vive le Roit Tive la Libert� l Vive � Ind�pendance !
3?ait et pass� en conseil, les jours, mois et an que dessus.
Prince du LIMBE, pr�sident.
Comte de la Taste , vice-pr�sident.
Comte u'Ennery et baron de DesSalines, secr�taires�.
lu Cap-Henry, chez P. Roux, imprimeur du R ok


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs