Constitution de la République d'Haïti

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Constitution de la République d'Haïti 1964 amendée
Uniform Title:
Constitution (1964)
Physical Description:
1 online resource (57 p.) : ;
Language:
French
Creator:
Haiti
Publisher:
Presses nationales d'Haiti
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publication Date:

Subjects

Subjects / Keywords:
Constitutions -- Haiti   ( lcsh )
Constitution (1964) -- Haïti   ( ram )
Genre:
federal government publication   ( marcgt )
legislation   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )

Notes

General Note:
Title from PDF t.p. (LLMC Digital, viewed on Sept. 28, 2010)

Record Information

Source Institution:
Library of Congress Law
Holding Location:
Library of Congress Law
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
oclc - 666500175
System ID:
AA00000623:00001


This item is only available as the following downloads:


Full Text
























This copy of a rare volume in its collections,
digitized on-site under the
LLMC Extern-Scanner Program,
is made available courtesy of the

Library of Congress


I







CONSTITUTION


DE LA


REPUBLIQUE


D'HAiTI


1964 AMENDEE


PRESSES NATIONALS D'HAITI
1971



































































































4L



op






CONSTITU TION

DE LA


REPUBLIQUE


D'HAiTI


1964 AMENDEE











.KL ata NA I: 'L E5 D'HAITI
1971












































C

//f7'7










TABLE DES MATIERES


Pages

Pr6ambule .......... ....... .................... ... ..... ........ 9

TITRE I
Du territoire de la R6publique....................... ..................... 10

TITRE II.
Des Droits ..................................................... ........ ..... 10 .

Chapitre I
Des Haitiens et de leurs Droits................. ... .. ................ 10

Chapitre 11
Des Droits Civils et Politiques......................................... 11

Chapitre III
Des Etrangers.................. ......................... 11

Chapitre IV
Du D roit Public....................... ..................... .... ......... 13

TITRE III
Des Devoirs ........................ ................. ....... ............... 19
Chapitre premier
Du Devoir Civique ........................................................ 19

Chapitre II
De la Responsabilit6 des Fonctionnaires et Emp!oyes Publics... 19:

TITRE IV
De la Souverainet6 Nationale.......... .. ......... .......... 21

Chapitre premier
De 1'Exercice de la Souverainet6 Nationale.......................... 21





Chapitre II
Du Corps Legislatif.................................................. 21

Section I
Du Corps L6gislatif.................................... ..................... 21

Section II
De l'Assembl6e Nationale...................... ......................... 23

Section III
De L'exercice du Pouvoir L6gislatif........................... ............ 24

Chapitre III
Du Pouvoir Ex6cutif.................. ...................................... 29

Section I
Du President de la R6publique....................................... 29

Section II
Des Secretaires d'Etat........................................................ 34

Section III
Du Grand Conseil Technique.............................. ......... 35

Chapitre IV
Du Pouvoir Judiciaire........................................... ........ 35

Chapitre V
Des poursuites Contre les membres des Pouvoirs de 1'Etat......... 38.

TITRE V
Des Assembl6es Primaires................................ ........... .. 40

TITRE VI
Du R6gime Administratif........................... ....................... 41

Chapitre I
Des Institutions Communales et Pr6fectorales des Conseils Tech-
niques et Administratifs d'Arrondissements. Des Conseils d'Admi-
nistration des Sections Rurales....................................... 41

Chapitre II
D u Secvice C ivil................................................................ 43

TITRE VII
Des Finances Publiques................... ... .......................... 44




Chaoitre I
Des Recettes de l'Etat et du Buoget...................................... 44

Chapitre II
Des Organismes de Gestion des Recettes de 1'Etat et de Contr6le
des Depenses Publiques................................... ................ 46

TITRE VIII
Du Regime Economique................................................... 49

TITRE IX
Du Regime Social....................... ............... ............... 50

Chapitre I
De La Famille.................. .............. ........ .............. 50

Chapitre II
D u T ravail .................................................... .... 51

TITRE X
De la Culture.............................................. 52

TITRE XI
Sante et Assistance Publique............................................... 53

TITRE XII
Des Forces Arm6es.......................................... ................ 53

TITRE XIII
D ispositions G6nera!es ................................. ................. .. 55

TITRE XIV
De la Revision de la Constitution..................................... 56

TITRE XV
Dispositions Finales..................... .............. ............. 56


















































































LIBERATE


1961 A 17:.)F.E

S-Q*
1" X; .i.:J~l... jPj


LE F
PROC MF- A

Pour consacrer sa :
'our c .'" ses c ."
'.3lr C. ; ,S
-..ur 1' I
Pour ...r or
t."= ic1,-t,
Pour prot L' 7er le Tra
Pour garantir la Ji- ."
: ..* ocurer 1
t disti '"
P :r s J' ': -
1. ...


. -. i .TUTION



ses resp -. ilites;

S de .'


.te "ial:
l C: .. : a to-.

,,. :, Sant' dc


Pour consolider la paix ;rt '.'ieure
Pour con (f'ituer a.-:i u _.-: i 'i e nne soc~ .. nt
inste. economiquement libre et politiquement i -ir2-pen-
dante, dans la pratique d'une d-mocratie adaptee a ses
moeurs et a ses traditions. J


EGALITE FRATERNITY

REPUBLIQUE D'HAITI




COSTITUTION

DE .

REPU ...U' D'HAMTI


Hai -

t ,
-l.P




TITRE I
DU TERRITOIRE DE LA REPUBi 'QUE
Article ler.-Haiti est une I -piublique indivisible, sou-
veraine, independante, dim-c"'c-2tinue et social.
P -: '-uL-Prince, sa Capitale, c..' le si&ge de son Gouverne-
ment. Cc siege peut etre transported ailleurs en cas de force
man'; .:re.
c:.:,t; les lies qui se trouvent dans les limits consacr6es
p- Droit des Gens et don't les ricipale: sont: La Tor-
ti, la Gonave, l'Ile ai Vaches, les C:Lemittes, la Navase,
la Gii ndc Caye, font parties irtl.-rante du Territoire de la
Pr .ublique, lequel est inviolable et ne peut etre alien par
aucun Traite ni Convention.
Article 2.-Le Territoire de la Republique --t, divise en
neuf D'6partements qui sont: Le Departement du Nord, le
Department du Nord-Est, le D'pae'temen' du Nord-Ouest,
le Department de l'Artibonite, le D'epartement du Centre,
le D6partement de l'Ouest, le Departement du Sud-Est, le
D'i aitement du Sud et le D',. cement t de la Grand'Anse.
La Loi fixe les limits de ces Departements.
Chaque D ')artement est subd'_is en Arrondissements,
chaque Arrondissement en C 'rniunc:s, c'ldn-. Commune
en QOrrtiers et Sections Rurales. La Loi d'.terr-ine le nom-
bre et les limits de ces Subdivisions don't elle regle egale-
ment l'organisation et le fonctionnement.

TITRE II

DES DROITS

CHAPITRE I

DES HAITIENS ET DE LEURS DROITS
Article 3.- Les regles relatives a la Nationalit6 sont d&-
termirees par la Loi




Article 4.-Est Haitien d'origine tout individu ne d'un
pere qui, lui-m'6me, est ne Haitien. Est egalement Haitien
d'origine tout individu ne en Haiti de pere inconni, mais
d'une mere nee elle-meme Haitienne.
Article 5.-La vie et la liberty des Haitiens sont sacrees
et doivent etre respectees par les individus et par 1'Etat.
L'Etat a obligation d'assurer en outre aux Citoyens de la
Rdpublique la Culture, ie F;.- -T' Ec,-nomique et la Jus-
tice Sociale.
CHAPITRE II
DES DROITS CIVIT.S ET "OLa TIQUES

Article 6.-La reunion des droits civils et politiques cons-
titue la quality de citoyen.
L'exercice des dro'`; civils, ind6pc:,'dnits des droits poli-
tiques est regle par la Loi.
Article 7.-L'exercice, la jouissance, la sr-penrion f la
perte des droits pc'.iiqti.: sont r(.l's par la Loi.
Article 8.-Tous les i-'. 'icins de Fun ou l'autre sexe .gos
de 18 ans accomplish exercent leurs droits civils et politiques
s'ils reunissent les conditions privues par la Constitution et
la Loi.
CHAPITRE III
DES ETH R ANGERS

Article 9.-Toute Etrangere marine a un Haitien suit la
nationalist' de son mari. Toute Haitienne marine a un
Etranger conserve sa nationality Haitienne.
L'Etrangere se trouvant dans cette conditic-n doit au Fa-
lable enoncer cette formula ;:our etre inseree dans 1'acte
de Marriage : .
Article 10.-Les Etranzeris, apres dix-ns de residence
continue sur le Territoire de la Republique, peuvent icque-




rir la nationality Haitienne en se conformant aux regles
:t. lies par la Loi.
i e6trangers naturalists ne sont admis a l'exercice des
droit:: politiques que cinq ans apris la date de leur natura-
lisation.
Article 11.-La quality d'Haitien naturalist se perd dans
tous les cas prevus par la Loi notamment par la residence
continue pendant plus de trois ans hors du territoire hai-
tien sans une autorisation regulierement accordee.
Quiconque perd ainsi la nationnalite ne peut la recouvrer
Article 12.-Les strangers ne peuvent, par le moyen de
personnel morales constitutes conformement aux lois de la
R6publique, bendficikr des avantages consacres speciale-
ment au profit des haitiens. En l'occurrence le Commerce
de detail est reserve exclusivement aux Haitiens.
Article 13.-Tout stranger qui se trouve sur le territoire
de la Republique doit obeissance aux lois et reglements du
Pays et jouit de la meme protection accordee aux Haitiens,
sauf les measures don't la necessite se ferait sentir contre les
ressortiss.: ', de Etats ou 1'Haitien ne jouit pas de cette
meme protLc-iio:
Article 14.-Le droit de propri t& immobiliere est accor-
de a 1'Etranger r6sidant en Haiti et aux S'jci6t. s etrangeres
pour les besoins de leurs entreprises agric lIos, industrielles
commercials ou d'enseignement dans les li .i-c's et condi-
ic r -: d.'ter e i-.in'es. par la Loi.
Ce droit est egalement accord a I'Etranger resident en
Haiti pour les besoins de sa dei.-eure. Les S.:c it6s 6tran-
tc ; de construction d'immeubles b.'p1,'fici~ront d'un statute
special regle par la Loi.
_acnmoins, l'Etranger r(sldant en Haiti ne peut etre pro-
prietaire de plus d'une maison d'habitation dans une mime
Ibcalitd. II ne pe't en aucun cas, se livrer au trafic de loca-
tion d'immeubles.




Le Droit de propriety immobiliere prendra fin deux ans
apres que 1'Etranger aura cess6 de r6sider dans le Pays ou
qu'auront cesse les operations des entreprises agricoles,
industrielles, commercials ou d'enseignement des person-
nes ou soci6ets etrangeres.
La Loi determine les regles a suivre, en cas de cessation
de residence ou d'operations en Haiti, pour la liquidation
des biers acquis dans le Pays par les personnres ou societies
etrangeres.
La violation des dispositions du premier et du deuxieme
alinea du present article entraine la saisie pure et simple
des biens par l'Etat.
Tout cito\ t: est habile a d6noncer cette violation, ainsi
que les circonstances de cessation de residence ou d'op6ra-
tions.
A,'iclde 1-- Dans les cas determines p : I : 'cn','
ou le sejour sur le territoire de la R I i'.. 'ue ,ut ,ttre
refuse a 1'Ctran "r.
L'etranger peut etre expulse du Pa,; : j. ,.'il s'i .;-i ce
dirTcte:, -int ou indirectement dans la v,. :.-' i:-qu.! de 1'Etat
ou pr .,,2 c des Jioc.triner. anarchistes ou c'.i,-,ires la la D-
m cc ".;..' r
CHAPITRE IV
DU DROIT PUBLIC

A, nice 16.-Les Haitiens sont egaux devant la Loi sous
ha r' e des avanta-Tes confers aux Haitiens d'origine.
Tout .-Ytie 1 le droit de prendre une part effective au
Gouvernement de son Pays, d'occuper des functions publi-
ques ou d'etre nomme a des emplois de 1'Etat, sans aucune
distinction de couleur, de sexe ou de religion.
L'Administration des Services Publics de 1'Etat, en ce
qui concern les nominations,, terms et conditic.s de ser-
vice, doit etre exempte de tout privilge', de toute faveur
ou discrimination.


13




Article 17.-La liberty individuelle est garantie. Nul ne
peut etre poursuivi, arretd ou d6tenu que dans les cas de-
termin.s par la Loi et selon les formes qu'elle prescrit.
Au surplus, l'arrestation et la detention ne peuvent avoir
lieu que sur le mandate d'un fonctionnaire legalement com-
p6tent.
Pour que le mandate puisse 5tre ex6cut6, il faut :
lo) Qu'il exprime formellement le motif de la detention
et la di:?osition l6gale qui punit le fait imput6;
20) Qu'il soit notific et qu'il en soit laiss6 copie au mo-
ment de l'ex6cution a la personnel inculpde, sauf le cas de
flagrant ddlit.
Nul ne peut etre maintenu en c',tention s'il n'a comparu
dans les quaranl ? huit heures devant un J-~go ao--Jd a
statuer sur la 1 3aliti de l'arrestation, et si ce Juc n'a
confirm la detention par d ici-io motivee.
S'il s'agit d'une contravention, le detenu sera d :." au
Juge de Paix qui statuera alors d .finitivement.
S'il s'agit de crimes et dl6its, il pourra, sans per.oi:.ion
prealable et sur simple m6moire, se pourvoir devant le Do-
yen du Tribunal Civil du resort qui, sur les conclu ions
verbales du Commissaire du Gouvernement, zsatuera a
1'extraordinaire, audience tenante, sans remise ni tour de
r6le, toutes affaires cessantes, sur la lgalite de 1'arresta-
tion.
Dans l'un et l'ai.re cas, si l'arrestation est jugee ill1galk,
le detenu sera lib6re, nonobstant appel ou pourvoi en Cas-
sation.
Toute rigueur ou contrainte qui n'est pas necessaire pour
appr6hender une personnel ou la maintenir en d6to(tion,
toute pression morale ou brutality physique sont in) -. sites.
Toutes violations de ces dispositions sont des actes arbi-
traires centre lesquels les parties lesdes peuvent, sans au-
torisation prealale se pourvoir devant les Tribunaux
comp tants en poursuivant soit les auteurs soit les execu-




teurs, quelles que soient leurs qualities et a quelque corps
qu'ils appartiennent.
Article 18.-Nul ne peut etre distrait des Juges que la
Constitution ou la Loi lui assigned. Un civil n'est point jus-
ticiable d'une Cour Militaire quelle qu'elle soit, ni un mili-
taire, en matiere .de droit commun, distrait du Tribunal de
Droit ommun, exception faite pour les cas d'etat de siege
legalenent declare.
Arii:le 19.-Aucune visit; domiciliaire, aucune saisie de
papiers ne peuvent avoir lieu qu'en vertu de la Loi et dans
les foimes qu'elle prescrit.
Article 20.-La Loi ne peut avoir d'effet retroactif, sauf
en natiere pcnale quand elle est favorable au delinquant.
Ia Loi rdtroagit touted les fois qu'elle ravit des droits
accuis.
,riicle 21.-Nulle peine ne peut etre etablie que par la
Ld, m apphquee que dans les cas qu'elie determine.
Article 22.-Le droit de propriety est garanti aux cito-
yuns. L'expropriation pour cause d'utilite publique legale-
nrrnt conista':, e ne peut avoir lieu que mo:'- -i nt le paie-
nent ou la consignation aux ordres de qui de droit d une
jiste et pralable indemnity.
La propriety entraine 6galem-ent des obligations.
L'u-a-e doit en etre dans l'interet general.
Le proprietaire foncier a, vis-a-vis de la communaute, le
levoir de cultiver, d'exploiter le sol et de le proteger no-
tamment contre l'erosion.
La sanction de cette obligation est prevue par la Loi.
Le ,droit de propriety ne s'etend pas aux sources, rivieres
ou autres course d'eau, mines et carrieres du sous-sol. Ils
font parties du domaine public de 1'Etat.
La Loi fixe les regles qui conditionnent la liberty de
prospection et le droit d'exploiter les r.~nes, minieres et
carrieres en assurant au proprietaire de la surface, P 1'Etat




ou ses concessionnaires une participation gale aux profits
de ]'Exploitation.
La Loi fixe la hauteur maxima du droit de propriety.
Article 23.-La Liberte de travail s'exerce sous le con-
trole et la surveillance de 1'Etat et est conditionnie par la
Loi. N6anmoins, il est interdit, sauf les exception et les
distinctions etablies par la Loi, a tous les impoitateurs,
commissionnaires, agents de manufactures, de se livrer au
commerce de detail, meme par personnel interpose.
La Loi ddfinira ce que l'on entend par personnel inter-
posee.
Article 2.--Tout travailleur a droit a un just satire,
au perfectionnimc:it de son -:):xcntissage, a la protection
de sa s t .a, a la s6curite soc, -. et au bien-etre de sa fa-
mille c'd .> measure corre:.pc i&.an au developpomc~nt ico-
nomique du Pays.
C'est une obligation morale -.our l'employeur on-
tribuer, :rtni-,t ses moyens, a 1'6ducation de ses travail-
leurs il' ttr.s.
Tout !: ..,lleur a le d.c:' de participer, ." l': '..rn6-
diaire rc ses :'i5 ., la l? r. .rmirnation c c--- ds
co:'ci'" n travail. Tout travailleur a droit s ,t
aux 1 i'irs.
Tout lr a le droit de defendre ses .-, pa-
l'acticn ., ...'.le. Chacun r'" \e au Syndicat r- ac
tivit6s :S j- i'I-: r llc,.
Le c .t est oire.
Article :.-*--La pine de mort ne peut etre e`lJ..1e en
matire p: itioue, except pour crime de trah.ir-
Le crime de treison consiste A prendre les armes con-
tre la E &liou? d'Haiti, a se joindre aux ennemis -? cla-
res d'Haiti, a leur preter appui et secours.
Article 2..-Cr.icun a le droit d'exprim'er son opinion en
toutes~,matieres et par tous les moyens en son pouvoir.




L'expression de la pensde, quelle que soit la forme qu'elle
affected, ne peut etre soumise a aucune cr'-r-: pr(:'abl!,
exception faite du cas d'etat de guerre declaree.
Les abus du droit d'expression sont ('2,;s ct r:iprimes
par la Loi.
Article 27.-Toutes les religions et tout les cultes sont
egalement reconnus et libres. Chacun a le droit de profes-
ser sa religion et d'exercer son culte, pourvu qu'il ne
trouble pas l'ordre public.
Nul ne peut etre contraint a faire partic d'une associa-
tion religieuse ou a suivre un enseignement religieux con-
traire a ses convictions.
Article 23.-Le marriage tendant a la puret6 des mceurs
en contribuant a une meilleure organisation de la famille,
base fondamentale de la Societe, 1'Etat doit, par tous les
moyens, en faciliter la realisation et encourager la pro-
pagation dans le people et tout particulierement dans la
classes paysanne.
Dans l'organisation du marriage, la Loi protegera sp&cia-
lement la femme haitienne.
Article 29.-La liberty de l'enseignement s'exerce con-
formement a la Loi sous le control et la surveillance de
l'Etat, qui doit veiller a la formation morale et civique de
la Jeunesse.
L'instruction Publique est une charge de 1'Etat et des
Communes.
L'instruction Primaire est obligatoire.
L'instruction Publique est gratuite a tous les degrees.
L'Enseignement Technique et Professionnel doit etre ge-
v'ralis6.
L'acces aux etudes superieures doit etre ouvert en pleine
egalite & tous, uniquement en function du merite.
Article 30.-Le Jury, dans les cas det~rmines par la Loi,
est etabli en matiere criminelle et pour les delits politiques
commis par la voie de la Presse ou autrement.




Article 31.-Les Haitiens ont le droit de s'assembler pai-
siblement et sans armes, meme pour s'occuper d'objets po-
litiques, en se conformant aux lois qui reglent l'exercice
de ce droit, sans qu'il puisse y avoir lieu a une autorisation
pr6alable.
Cette disposition ne s'applique point aux rassemble-
ments publics qui restent entierement soumis aux lois de
police.
Article 32--Les HaYtiens ont le droit de s'associer, de se
grouper en parties politiques, en syndicats et en coop6rati-
ves.
Ce droit ne peut etre soumis a aucune m'esure preventive.
Et nul ne peut etre contraint de s'affilier a une association
ou a un parti politique.
La Loi reglemente les conditions de fonctionnement de
ces groupements et en favorite la formation.
Article 33.-Le droit de petition est exerce personnelle-
ment par un ou plusieurs individus, jamais au nom d'un
corps.
Toute petition adressee au Corps L6gislatif doit donner
lieu a la procedure reglementaire permettant de statuer sur
son objet.
Article 34.-Le secret des lettres est inviolable sous les
sanctions prevues par la Loi.
Article 35.-Le Francais est la langue officielle. Son em-
ploi est obligatoire dans les services publics. Nianmoins,
la Loi determine les cas et conditions dans lesquels l'usage
du Creole est permis et meme recommande pour la sauve-
garde des interets mat6riels et moraux des Citoyens qui ne
connaissent pas suffisamment la langue frangaise.
Article 36.-Le i'roit d'asile est reconnu aux refugies po-
litiques, sous la condition de se coformer aux Lois du Pays.


18 '




Article 37.-L'extradition n'est pas admise en matiere
politique.
Article 38.-La Loi ne peut ajouter ni deroger a la Cons-
titution.
La lettre de la Constitution doit toujours prevaloir.

TITRE III
DES DEVOIRS

CHAPITRE I
DU DEVOIR CIVIQUE
Article 39.-A la quality de Citoyen, aux droits civils et
politiques se rattache le devoir civique.
Le devoir civique est l'ensemble des obligations du Cito-
yen dans l'ordre moral, politique, social et economique vis-
a-vis de 1'Etat et de la Patrie.
Article 40.-Le suffrage constitute pour le Citoyen, non
seulement un droit, mais une obligation impose par le
Devoir Civique.
CHAPITRE II
De la Responsabilite des Fonctionnaires et Employes Pu-
blics.
Article 41.-Avant de prendre possession de sa charge,
le fonctionnaire defini et indique par la Loi jurera sur s< i
honneur de remplir consciencieusement les devoirs de sa
function, d'etre fiddle a la Republique, d'exccuter et de fai-
re ex6cuter la Constitution et les Lois ainsi que les regle-
ments pris en vertu de la Constitution ou de la Loi. II sera
dress de ce serment un procs-verbal, qui s,"a sic,;' du
fonctionnaire et don't une expdi:ition lui sera ddliv-r'e pour
servir et valoir ce que de droit.
Article 42.-Les function airc qui ontconnaissance d'in-
fraction commise contre le fise par leurs subordor;nas doi-





oi i i.. n!', da ) 1:i u. i ai, les a ; coM-
pil ... sous pci le da.re :..i h.1 s come Ci ceLirs et
poi ri. uivis comme tels.
AX i.'_ L'.-' 1: .-i-- *-,IL :!'c:i,- aux c id l- des Fi-
nances P.tigqu~s oblige les fonctionnaires ou employes pu-
blics qui s'en seront rendus coupables a restituer a 1'Etat
les .n- ,- -:- i'lt'Uelemint ace u;t. ; sans prejudices des pour-
suites pdnales prc'vues par la Loi.
L'enrichissement illicit pourra etre etabli par tous les
modes de preuves, notamment par pr6somptions de fait, II
se d6duira notamment de la disproportion marquee entire les
moyens du fonctionnaire acquis depuis son entree en fonc-
tion (capital mobilier et immobilier) et le montant accumu-
le du traitement ou des emoluments auxquels lui a donned
droit la charge occupee. Pour la determination de cet en-
richissement, sera consider comme formant un bloc le ca-
pital actuel du fonctionnaire augmented de celui de sa femme
et de ses enfants mineurs.
Les fonctionnaires et employes publics indiques par la
Loi sont tenus de declarer l'etat de leur patrimoine au
Greffe du Tribunal Civil dans les soixante jours qui suivent
leur entree en function. Le Commissaire du Gouverne-
ment competent peut prendre toutes measures qu'il juge
necessaires pour verifier l'exactitude de la declaration.
Article 44.-Le fonctionnaire coupable des delits sus-d6-
signes ne peut bendficier que de la prescription decennale.
Cette prsecription ne commence a courir qu'a partir de la
cessation de ses functions.
Article 45.-La violation de ces dispositions constitu-
li, -.nelles est particulierement sanctionnee par la Loi; et
les responsabilitqy encourues de ce chef ne sont suscepti-
bles d'aucune measure de clemence de la part du Pr.sident
de la RIpublique.




TITRE IV


DE LA SOUVERAINETE NATIONAL
CHAPITRE I
DE L'EXERCICEE DE LA
SOUVERAINETE NATIONAL
Article 46.-La Souverainetd Nationale reside dans 1'uni-
versalite des citoyens.
Le people exerce directement les prerogatives de la Sou-
verainete:
lo) par 1'dlection du Pr6sident de la R6publique; 2o) par
l'lection des Membres de la Chambre Lcgislative; 3o) par
1'lection des Conseillers communaux, 4o) par l'opinion
qu'il peut, par voie de rdf6rendum, Cmettre sur toutes les
questions l'interessant et au sujet desquelles il est consulted
par le Chef du Pouvoir Executif.
Article 47.-Sous la reserve des dispositions de l'article
precedent, l'exercice de la Souverainet4 Nationale est d6-
16gue6 trois Pouvoirs : le Pouvoir Executif, le Pouvoir L&-
gislatif et le Pouvoir Judiciaire.
Ils forment le Gouvernement de la Republique lequel est
essentiellement civil, de -;ocratique et reprcsentatif.
Article 48.-Chaque Pouvoir est independent des deux
autres dans ses attribut- :- 'i] e::;'c '--r.'r'mn;. t.
Aucun d'eux ne peut ( C:.jer ses a'i-i ,ibnn',m ni sortir
des limits qui lui sont -..
La respn nsailit est aacl~i'e aux actes de cacr *. des
trois Pouvoirs.
C 7.' TRE II
DU CO" F LE-ISLATIF
SECTION I
DU CORPS Lx-.GISLAT.IF
Article 49.-Le Pouvoir Lgislatif esf exerce par une
Assemble Unique d6nommee : CHAMBRE LEgISLA-
TIVE.
21.





Article 50.-Le nombre des MrTnbres de la Chambre Lk-
gislative est fixed a cinquante huit (58) deputies, en atten-
dant cue' le nombre et 1'etendue des circonscriptions elec-
tor .I, soient fixes en consider, ticn de l'importance econo-
nmiqt et )!.litique et de la density de la population de
cl .-, Arrondissement.
Le Deputy est elu a la majority relative des votes mris
dc les Assembl6es Primaires d'apres les conditions et le
mode prescrits par la Loi.
Article 51.-Pour etre Membre du Corps L6gislatif, il
faut :
1 o) Etre Haitien et n'avoir jamais renonce a sa nationa-
lit6;
20) Etre ag6 au moins de dix-huic ans accomplish;
3o) Jouir de ses droits civils et politiques;
40) Avoir r6side au moins cinq ans dans la Circonscrip-
tion a represented.
Article 52.-Les Membres du Corps Legislatif sont LIus
pour six (6) ans et sont indefiniment redligibles.
Ils entrent en function le Deuxieme Lundi d'Avril de
1'Annie ouf ils sont elus, sauf s'ils le sont pour remplir une
vacance. TYans ce dernier cas, ils entrent en function dis
leur election et leur mandate ne dure que le temps qui reste
a courir.
Article 53.-En cas de mort, ddmission, decheance,in-
terdiction judiciaire, radiation ou acceptation de nouvelle
fonrcion incompatible avec celle de Membre du Corps Le-
gislatif, il est pourvu au replacement du D6pute dans sa
reste a courir, par une election special sur convocation de
1'Assembl6e Primaire Electorale faite par le President dp
la Rdpublique.
Neanmoins, avant d'agreer une d6mission, la Chambre
Legislative peut entreprendre toutes sortes d'enquetes sur
les circonstances nui entourent cette demission.
L'Clection special a lieu dans une pdriode de trente
jours apres la convocation de 1'Assemblke Primaire.


22





11 en est de meme a d6faut d'election ou en cas de nullite
des elections dans une ou plusieurs Circonscriptions.
Cependant si la vacance se produit au course de la der-
nitre Session Ordinaire de la Legislature ou apres cette
Session, il n'y aura pas lieu a election partielle.
Article 54.-Ne peuvent etre Membres du Corps Legis-
latif :
lo) Les co-contj:rctants ou concessionnaires de 1'Etat
pour l'exploitation de services Publics ou des richesses na-
tionales;
2) Les representants ou mandataires des individus ou
Companies concessionnaires ou co-contractants de 1'Etat;
a moins que les interesses ne liquident publiquement ou ne
c'dent leurs contracts a des tiers autres que des membres de
leurs fa:milles, parents on allies; ou ne renoncent publique-
ment et effectivement a leurs qualities de re~; '- ntalts ou
mandataires des co-contractants ou conces ;1i.mnaire: de
1'Etat.
SECTION II
DE L'ASSEMBLEE NATIONAL

Article 55.-Les Membres du Corps Legislatif se reunis-
sent en Assemblee Nationale pour l'ouverture et la cloture
de chaque session ainsi que dans les cas prevus a l'article
56 de la present Constitution.
Article 56.-Les attributions de l'Assemblee Nationale
sont:
lo) de declarer la guerre sur le rapport du Pouvoir Exe-
cutif;
2o) D'approuver ou de rejeter les Traites de Paix et au-
tres Traites et Conventions Internationales;
30) De reviser la Constitution;
40) De s'6riger en Haute Cour de Justi..
Article 57.-Les s6ances de l'Assemblee Nationale sont
publiques. Neanmoins elles peuvent avoir lieu a huis close


23-




sur la demand de Cinq membres et il sera ensuite decidt
a ]a majority absolue, si la seance doit ctre reprise en pu-
blic
Article 58.-En cas d'urgence, lorsque le Corps L6gi..la-
tif n'est pas en Session, le Pouvoir Executif peat convoquer
1'Assemblee Nationale en Session Extraordinaire.
Article 59.-La presence Cans 1'Assemblee Nationale
d'une majority des deux tiers des membres du Corps L_-
gislatif est necessaire pour prendre les decisions.

SECTION III
DE L'EXERCICE DU POUVOIR LEGISLATIF
Article 60.-Le Corps Legislatif a son siege a Port-au-
Prince. Neanmoins, suivant les circonstances ce siege peut
etre transfer ailleurs, au mime lieu et en mime temps
que celui du Pouvoir Executif.
Article 61.-Le Corps Legislatif se reunit, de plein droit,
chaque annee, le deuxieme Lundi d'Avril.
La Session prend date des la premiere reunion du Corps
Legislatif en Assembl6e Nationale.
La Session dure trois mois. En cas de necessity, elle peut
etre prolongee de un a deux mois par le Puuvoir Executif
ou le Pouvoir L.gislatif.
Le President de la Republique peut ajourner le Corps
Legislatif, mais 1'ajournement ne peut etre de lu., d'un
mois ni de moins de quinze jours et pas plus de deux aiur-
nements ne peuvent avoir lieu dans le cours d6' *"me
Session.
Le temps de l'ajournement ne sera pas imput6e la du-
ree constitutionnelle de la Session.
Artichl 62.-En cas de conflict grave entire le FoLuir L-
gislatif et le Pouvoir Ex6cutif, le President de la Republi-
que a la faculty dc :dissoudre le Corps Legislatif.
Le DI5cret de Dissolution ordonnera en meme temps de
nouvelles elections.




La publication de ce Decret entrainera le renvoi imm6-
diat de tous les Membres du Cabinet Ministeriel, don't au-
cun ne pourra faire parties de la prochaine composition
gouvernementale.
Ces elections auront lieu dans un d6lai de trois mois au
plus tard A partir de la publication du susdit Decret.
Durant la vacance du Corps Le6gislatif produite par le
Decret de dissolution, le President de la Republique pour-
voira aux necessitds des Services Publics par Arretes pris
en Conseil des Secr6taires d'Etat.
11 ne pourra, cependant, user du droit de dissolution qu'-
apres avoir vainement recouru a la voie de l'ajournement
ou quand, suivant l'article precedent, il ne pourra plus y
recourir.
Article. 63.-Dans l'intervalle des sessions et en cas d'ur-
gence, le President de la Republique peut convoquer le
corps L6gislatif a l'extraordinaire.
Dans ce cas, le Corps Legislatif ne peut s'occuper d'au-
cun objet stranger aux motifs de la Convocation.
Cependant, tout Membre du Corps Legislatif neut entre-
tenir I'Assei 1 !:-.'. de questions d'int6ret ^ ,'i al.
Article 64--Le Corps Legislatif v6rifie et valide l_ pou-
voirs de ses Membres et juge souverainement les contesta'-
tions qui s'eklvent A ce sujet.
Article 65.-Les Membres du Corps Legislatif pretent
le serment suivant:
( a la Constitution>.
Article 66.-Les seances du Corps L.egislatif sont publi-
-jues. Neanmoins, 1'Assemblee peut passer A huis clos sur'la
demand de cinq Membres et decider ensuite A la majority
si la seance doit etre reprise en public.
Article 67.-Aucun monopole. ne peui etre .etabli qu'en
faveur de l'Etat ou des Communes et dans le cas et sous les
conditions determinees par la Loi.





Cependant, l'Etat ou les Communes, dans l'exercice de
ce privilege, peuvent s'adjoindre ou se substituer des So-
cidtes ou des Compagnies. Dans ce cas, le contract de conces-
sion devra etre soumis a la ratification du Corps Legislatif.
Article 68.-Le Pouvoir L6gislatif fait des lois sur tous
les objets d'intdret general.
L'initiative appartient tant au Corps L6gislatif qu'au
Pouvoir Executif. Neam-oins, le Pouvoir Executif a seul
le droit de prendre l'initiative des Lois concernant les d6-
penses publiques, et le Corps Lgislatif ne peut augmrn-
ter les d6penses proposees par le Pouvoir Executif.
Article 69.-Le Corps L6gislatif, par ses reglements,
nomme son personnel, fixe sa discipline et determine le
mode suivant lequel il exerce ses attributions.
II peut appliquer des peines disciplinaires a ses Membres
et mnme radier ceux d'entre eux qui auront 6t' reconnus
coupables de conduit r6prdhensible.
Article 70.-Les Membres du Corps Lgislatif sont in-
violables du jour de leur prestation de serment jusqu'a l'ex-
piration de leur mandate.
Ils ne peuvent etre exclus de 1'Assemblie, ni etre, en au-
cun temps, poursuivis et attaques pour les opinions et votes
emis par eux dans l'exercice de leur function ou a l'occasion
de cet exercise.
Article 71.-Aucune contrainte par corps ne peut etre
exerc6e contre un Membre du Corps L6gislatif pendant la
duree de son mandate.
Article 72.-Nul Membre du Corps Legislatif ne peut,
durant son mandate, etre poursuivi ni arretd en matiere cri-
minelle, correctionnelle ou de simple police, mime pour
delit politique, si ce n'est avec l'autorisation de 1'Assem-
blee, sauf le cas de flagrant dl6it pour faits important une
peine afflictive et.infamante. I1 en est refere alors a 1'As-
sembl6e Legislative si celle-ci est en Session; dans le cas
contraire, le President de la Republique convoquera le


26





Corps Legislatif a l'Extraordinaire, dans les quarante-huit
heures de l'arrestation, en vue de l'informer du sort encou-
ru par son membre.
Article 73.-Le Corps Legislatif ne peut prendre de de-
cisions sans la presence de la majority absolue de ses Mem-
bres.
Article 74.-Aucun acte du Corps Legislatif ne peut etre
pris qu'a la majority absolue des Membres presents except
lorsqu'il en est autrement pr6vu par la Constitution.
Article 75.-Le Corps Legislatif a le droit d'enqueter sur
les questions don't il est saisi.
Ce droit est limitW par le principle de la separation des
Pouvoirs conformement a l'article 47 de la present Cons-
titution.
Article 76.-Aucun project ne peut etre adopted par l'As-
semblIe qu'apres avoir ete vote article par article.
Article 77.-Le Corps Legislatif a le droit d'amender et
de sectionner les articles proposes. Tout project de Loi ne
deviendra Loi qu'apres avoir k6t vot6 dans son ensemble.
Tout project peut etre retire de la discussion tant qu'il
n'a pas 't' definitivement vote.
Article 78.-Toute Loi vote par le Corps Legislatif est
immediatement adressee au President de la R6publique,
qui, avant de la promulger, a le droit d'y faire objection
en tout ou en parties.
Dans ce cas, il renvoie la Loi avec ses objections au Corps
L6gislatif.
Article 79.-Si la Loi est amend6e par le Corps Legisla-
tif, elle sera adressee au President de la R6publique pour
etre promulgu'e.
Si les objections sont rejetees, la Loi est renvoyee dans
sa teneur primitive au President de la Republique qui est
dans l'obligation de la promulguer.





Le rejet des objections est vot6 a la majority des deux
tiers des Membres de 1'Assemble et les votes sont donnes
par OUI et par NON et consigns en marge du proces-ver-
bal a cot6 du nom de chaque Membre.
Si la majority des deux tiers n'est pas obtenue pour am-e-
ner ce rejet, les objections sont acceptees.
Article 80.-Le droit d'objection doit etre exerce dans un
d6lai de huit jours a partir de la date de la reception de la
Loi par le President de la Republique, A l'exclusion des
dimanches, des jours de fetes nationals, legales, des ch6-
mages ainsi que du temps d'ajournement du Corps L6gis-
latif, conformement a 1'article 61 de la present Constitu-
tion.
Article 81.-Si, dans les delais prescrits, le President de
la Republique ne fait aucune objection, la Loi doit etre pro-
mulgude, a moins que la session du Corps Legislatif n'ait
pris fin avant l'expiration des delais; dans ce cas, la Loi de-
meure ajourn&e. La Loi ainsi ajournee est, A l'ouverture de
la Session, adressee au Pr6sident de la Republique pour
l'exercice de son droit d'objection.
Article 82--Un project de Loi rejet6 par le Corps L6gisla-
tif ne peut etre reproduit dans la meme Session.
Article 83.-Les Lois et autres actes du Corps Legislatif
et de l'Assemblee Nationale sont rendus officials par la
voie du ,Moniteur, et inser6s dans le Bulletin imprime et
numerote ayant pour titre : ((BULLETIN DES LOIS ET
ACTES,.
Article 84.-La Loi prend date du jour de son adoption
definitive par le Corps L6gislatif, mais elle ne devient o-
bligatoire qu'apres la promulgation qui en est faite par le
President de la Republique et sa publication suivant les
modes prevus par la Loi.
Article 85.-Nul ne peut en personnel presenter des peti-
tions au'Corps Legislatif.

28





Article 86.-L'interpretation des Lois par voie d'autorite
n'appartient qu'au Pouvoir Legislatif; elle est donnee dans
la forme d'une Loi.
Article 87.-Chaque membre du Corps Legislatif regoit
une indemnity mensuelle de DEUX MIILLE GOURDES a
partir de sa prestation de serment.
Ar.;,le 88.-La function de Membre du Corps Legislatif
est incompatible avec toute autre f ncti. i retribude par
1'Etat, sauf celle de Secretaire d'Etat, de Sous-Secretaire
d'Etat, d'Agent Diplomatique.
Tout Membre du Corps Ligia-atif devenu Secr6taire d'E-
tat, Sous-Secr6taire d'Etat, Agent Dip,!a 'ilq; cesse d'a-
voir droit a l'indemnite qui lui est Cafloc'" l'article pre-
cedent, sauf s'il s'agit de Mission temporaire.
Le Parlementaire devenu Secretaire d'Etat, Sous-Secre-
taire d'Etat, Agent Diplomatique ne pourra prendre part
aux travaux de deliberation du Corps L6gislatif.
Article 89.-Le Droit de questionner ou d'interpeller un
nembre du Cabinet ou le Cabinet entier est reconnu a tous
membres du Corps Legislatif sur les faits et actes de l'ad-
ministration.
La demand d'interpellation doit etre appuyee du tiers
des membres de 1'Assemblee.

CHAPITRE III

DU POUVOIR EXECUTIF

SECTION I

DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

Article 90.-Le Pouvoir Ex6cutif est exerce par un Ci-
toyen qui regoit le titre de President de la Republique.
11 est assisted de Secretaires d'Etat et de Sous-Secr6taires
d'Etat.




Article 91.-Pour etre President de la Republique, il
faut :
lo) Etre Haitien d'origine et n'avoir jamais renonce a sa
nationality;
2o) Etre age au moins de 18 ans accomplish;
30) Jouir de ses droits civils et politiques;
4o) Avoir son domicile dans le Pays;
5o) Avoir deja regu decharge de sa gestion quand on a
6t6 comptabie de deniers publics.
Article 92.-Avant d'entrer en function, le President de
la R6publique prete par devant tout officer judiciaire de
son choix le serment suivant :
<,Je jure devant Dieu et devant la Nation d'observer et
de faire observer fidelement la Constitution et les Lois de
la R publique, de respecter les droits du Peuple Haitien,
de iravailler a sa prosperite et a sa grandeur, de maintenir
l'Ind6pe.ndance Nationale et l'integrite du Territoire.,
Article 93*-Le President de la Republique nomme et
r6voque l:z Secr6taires d'Etat, les Sous-Secretaires d'Etat
ainsi que les fonctionnaires et Employes publics. I1 est char-
ge de veiller a l'ex6cution des Trait's de la R6publique.
Il fait sceller les Lois du Sceau de la Republique et les
promulgue dans le delai prescrit par les articles 78, 79, 80,
81 de la present Constitution.
Il est charge de faire executer la Constitution et les L4ois,
Actes et Ddcrets du Corps L6gislatif et de l'Assembl6e Na-
tionale.
II fait tous Reglements et Arretds necessaires a cet effet,
sans pouvoir jamais suspendre et interpreter les Lois, Actes
et Decrets eux-memes, ni se dispenser de les executer.
II ne nomme aux functions et emplois publics qu'en ver-
tu de la Constitution ou de la disposition express d'une loi
et aux conditions qu'elle prescrit.
II pourvoit, d'apres les Lois, a la sufret6 interieure et ex-
terieurende 1'Etat.


30





II fait tous traits ou toutes conventions internationales,
sauf la sanction de 1'Assemblee Nationale a la ratification
de laquelle il soumet egalement tous accords executifs.
II a la faculty de dissoudre le Corps L6gislatif, conforme-
-ment a l'article 62 de la present Constitution.
I1 a le droit de grace et de commutation de peine, relati-
vement a toutes condamnations passees en force de chose
jugee, except le cas de mise en accusation par les Tribu-
naux ou par le Corps Legislatif, ainsi qu'il est prevu aux
.articles 126, 127, 128 de la present Constitution.
II ne peut accorder amnistie qu'en matiere politique et
selon les provisions de la Loi.
Article 94.-Tous les Actes du PrIsident de la R6publi-
*que, except les Arretes portant nomination ou revocation
les Secretaires d'Etat sont contresignes par le ou les Se-
cretaires d'Etat interesses.
Article 95.-Le President de la Republique n'a d'autres
po voirs que ceux que lui attribuent la Constitution et les
Lois,
Article 96.-A l'ouverture de chaque Session, le Presi-
dent d, la Republique par un Message fait au Corps Legis-
atif l'Expose General de la Situation et lui transmet les
rapports a lui adresses par les different Secretaires d'Etat.
Article 97.-Le President de la Republique recoit du Tre-
sor Public une indemnity mensuelle de DIX MILLE
-OURDES.
Article 98.-Le President de la R6Frbliqu2 a sa residen-
ce officielle au Palais National de la Capitale, sauf le cas de
3'placerment du siege du Gouvernement.
Article 99.-Le Citoyen Docteur Frangois DUVALIER,
Chef Supreme de la Nation Haitienne ayant provoque pour
la premiere fois depuis 1804 une prise de Conscience Natio-
nale a travers un changement radical au point de vue poli-
.tique, economique, social, cultural et religieux en 2aiti, lu





Pr 'id. it a Vie le 14 Juin 1964 afin d'assurer les Conque-
*-s la Pe,-1ianc c:': de la Revolution Duvali6riste, sous
1'i- .I de I'Unitd Nationale;
i'J. avoir :
1- '-. une opportune r3or-_a'isation des Forces Armees,
1'.-. Ordre et la Paix dangcr,:', -*-.licnt troubles
...rl les tragiques c. ~r.eole:; de o'ann<'i 1957;
', Rendu possible et realise la reconciliation des fac-
*i..,s politiques fLIuIchnei lnt oppose, es a l'occasion
de la chute du regime de 1950;
.) icsc les bases de la prosp.'rite national par la pro-
motion de l'Agriculture et l'industrialisation progres-
Sdu -'L., facilities par l'.:tablisscment de grands
ouvrages et travaux d'infrastructure;
).) Realis6 la stability economique et financiere de
1'Etat en depit de 'action ndfaste des forces conju-
guees de l'interieur et de l'exterieur aggravie des
d6sastres cycliques provoques par la violence des 1le-
ments;
,.;) Organise une protection efficace des masses laborieu-
ses en harmonisant les interits et les aspirations du
Capital et du Salariat;
60) Preconise et mis sur pied une organisation rationnel-
le de la Section Rurale et, par un nouveau Code,
r6glemente la vie dans les campagnes de mani&re a
y instaurer la Justice, ouvrant ainsi la voie a la re-
habilitation definitive du Paysan;
7o) Entrepris et reussi l'alphab6tisation des masses et
comble ainsi l'aspiration des petits et des humbles
vers plus de lumiere et de bien-etre;
80) Cre des organismes prepos6s a la protection de la
Femme, de la Maternite, de 1'Enfance, de la Famille;
9o) Institue 1'Universite d'Etat d'Haiti et repondu aux
legitimes ambitions de la Jeunesse, tendue vers les
c mes de la Connaissance et la Domination de 1'Ave-
nir par le Savoir;





10o) Impos6 le respect des droits du Peuple, des peroga-
tives de la Souverainete Nationale, consolid le pres-
tige et la dignity de la Communaute Haitienne et
sauvegarde de toute atteinte l'heritage sacred des An-
c^tres;
11o) Embrass6, par Sa politique interieure, toutes les cou-
ches sociales dans Sa sollicitude, et, par une politi-
exterieure habile et digne, dfendu l'int6grite du
Territoire et l'Independance Nationale;
12o) Fait Converger en definitive, Ses initiatives vers la
Constitution d'une Nation Forte, apte a remplir son
destin en toute liberty et en toute fiert6, pour le bon-
heur de tous ses fils et pour la paix du monde;
Pour s'etre constitute, le leader incontestable de la Revo-
lution, l'Apotre de 1'Unite Nationale, le Digne H6ritier des
Fondateurs ,de la Nation Haitienne, le Rdnovateur de la
Patrie, et avoir merite d'etre acclame inconditionnellement
par l'immense majority des populations, le Chef de la
Communaute Nationale sans limitation de duree;
Le Citoyen Docteur Francois DUVALIER, Prdsident de
la R6publique, exerce a vie Ses Hautes Fonctions, suivant
les dispositions de la present Constitution.
:Article 100.- Le President a Vie de la Republique, Dbc-
teur Francois DUVALIER a le droit de designer come
Successeur, tout citoyen remplissant les conditions prevues
a l'article 91 de la Constitution.
Article 101. -Cette designation sera faite par proclama-
tion du President a Vie de la R6publique, qui par Arret6
convoquera le people en ses corices pour ratification de ce
choix.
Article 102--Le Successeur designed par le Pr6sident a
Vie de la R6publique et ratified par le people prend charge
effective du Pouvoir Executif soit par decision express du
President a Vie de la Republique, soit n raison de toute
incapacity mettant ce dernier dans l'impossibilite diexercer
Ses Hautes functions.


33





Le Successeur pretera par devant tout officer judiciaire
de son choix le Serment suivant :
de faire observer fidelement la Constitution et les lois de
la Republique, de respecter les droits du Peuple Hai'ien, de
travailler a sa prosperity et a sa grandeur, de maintenir
l'Independance Nationale et l'integrite du Territoire.
Article 103.-Cependant si le President a Vie de la Rd-
publique se trouve dans 1'impossibilit6 temporaire d'exer-
cer ses functions, le Successeur design par lui et ratified
par le people est charge de l'autorite executive tant que
dure l'empechement.
Article 104.-Le Successeur designed exercera la premie-
re magistrature de 1'Etat sous l'empire de I'article 99 de la
Constitution instituant selon la volonte du Souverain la
Prdsidence a Vie et, conformement aux dispositions dudit
article 99.
SECTION II
DES SECRETAIRES D'ETAT

Article 105.-La Loi fixe le nombre des Departements
Ministeriels. Le nombre des Secretaires d'Etat ne peut ktre
inferieur a Cinq.
Le President de la R6publique peut, quand il le juge ne-
cessaire, leur adjoindre des Sous-Secretaires d'Etat don't
les attributions sont determinees par la Loi.
Pour etre nomme Secretaire d'Etat ou Sous-Secretaire
d'Etat, il faut :
lo) Etre Hai'tien d'origine et n'avoir jamais renonce6 sa
nationality;
2o) Etre age au moins de 18 ans accomplish;
3o) Jouir de ses droits civils et politiques.
Ne peuvent etre Secretaires d'Etat ni Sous-SecrItaires
d'Etat, l1s personnel visees a 1'article 54 de la present
Constitution.





Article 106.-Les Secretaires d'Etat se rdunissent en
Conseil sous la presidence du President de la Republique.
Toutes les deliberations du Conseil sont consignees sur
un registre special.
Article 107.-Les Secretaires d'Etat ont leur entree a la
Chambre Legislative ainsi qu'a 1'Assemblee Nationale
pour soutenir les projects de Loi et les objections du Pouvoir
Executif.
Article 108.-Les Secr6taires d'Etat sont respectivement
responsables tant des Actes du President de la Republique
,qu'ils contresignent que de ceux de leurs Departements
ainsi que de 1'inexecution des Lois.
En aucun cas l'ordre ecrit ou verbal du President de la
R.publique ne peut soustraire un Secretaire d'Etat a la
responsabilite attachee a sa function.
Article. 109.-Chaque Secretaire d'Etat recoit du Tresor
Public une indemnity mensuelle de T R OI S M I L L E
GOURDES (Gdes. 3.000) et chaque Sous-Secretaire d'Etat,
une indemnity mensuelle de DEUX MILLE GOURDES
'Gdes. 2.000).
SECTION III
DU GRAND CONSEIL TECHNIQUE
Article 110.-Il est institute un Grand Conseil Technique
les Ressources Nationales et du D'veloppement Economi-
que. C'est un organisme independent don't les mem'bres
sont nommes par Arritd du President de la Republique.
Son fonctionnement est determine par la Loi.

CHAPITRE IV
DU POUVOIR JUDICIAIRE
Article 111.-Le Pouvoir Judiciaire est exerce par une
Cour de Cassation, des Cours d'Appel i des Tribunaux in-
firieurs don't le nombre, l'organisation et la Jv.ridiction
sont regles par la Loi.





Le President de la Republique nomme les Juges des
Cours et Tribunaux. II nomme et revoque les officers du
Ministere Public pres la Cour de Cassation, les Cours d'Ap-
pel et les autres Tribunaux ainsi que les Juges et leurs
Suppleants.
Les Juges de la Cour de Cassation, des Cours d'Appel
sont nommes pour dix ans et ceux des Tribunaux Civils
pour sept ans.
Les periods commencent a courir A partir de leur pres-
tation de serment.
Les Juges, une fois nomms, ne peuvent etre sujets a re-
vocation par le Pouvoir Executif pour quelque cause que
ce soit. Cependant, ils restent soumis aux dispositions des
articles 122, 123, 124, de la present Constitution et aux
dispositions des lois speciales determinant les causes sus-
ceptibles de mettre fin a leurs functions.
Les functions de Juge sont incompatible avec toutes au-
tres functions salariees. L'incompatibilite en raison de la
parents ou de l'alliance est reglee par la Loi.
La Loi regle egalement les conditions exigibles pour etre
Juge a tous les degrees.
Article 112.-Les contestations qui ont pour objet des
droits civils sont exclusivement du resort des Tribunaux
de Droit Commun.
Article 113.- Les contestations qui ont pour objet des
droits politiques sont du resort des Tribunaux sauf les ex-
ceptions etablies par la Loi.
Article 114.-Les contestations commercials sont de-
ferees aux Tribunaux Civils et de Paix, conformement
au Code de Commerce.
Article 115.-Nulle Juridiction contentieuse ne peut etre
dtablie que par la Loi.
Article 116.-I1 est institute des Tribunaux Terriens, des
Tribunadax de Travail et des Tribunaux pour Enfants, don't


36




le nombre, l'organisation, le siege et le fonctionnement sont
fixes par la Loi.
Article 117.-Les Tribunaux Terriens ont une mission
temporaire. Leurs functions cessent des la realisation des
fins pour lesquelles ils sont organises.
Article 118.-Chaque Tribunal Terrien connait excep-
tionnellement des difficulties relatives aux operations ca-
dastrales, de 1'immatriculation des Biens Fonds, des droits
immobiliers et des actions possessoires uniquement de la
region pour laquelle il est etabli.
Les Tribunaux de Droit Commun et les Tribunaux de
Paix conservent la connaissance des litiges pour lesquels
la Loi leur donne competence.
Article 119.-La Cour de Cassation ne connait pas du
fond des affaires. Neanmoins, en toutes matieres autres
que celles soumises au Jury, lorsque sur un second recours,
meme sur une exception, une affaire se presentera entire les
mimes parties, la Cour de Cassation, admettant le pour-
voi ne prononcera pas de renvoi, et statuera sur le fond
Sections Reunies. Dans ce cas la Cour devra singer a -ec une
majcr:te de Juges n'ayant pas connu de l'affaire lors du pre-
mier recours.
Cependart, lorsqu'il s'azira de pourvoi centre les Or-
donn? -ces de Rcfer6, contre les Ordonnances de Jr" d'Ins-
truct, -, les Arrets d'Appel rendus a l'occasion de .s Or-
don,.: 'c:, dans les cas d:er niL'. par la Loi cont: : d6-
cisions relatives a l'dxecu !'.r: provisoire, centre les J'.':e-
ments '- Tribunaux T:r-i n:. des Tribunaux de .. ,ail,
centre les sentences :2 c'ernic'' resort des Tribs~n.:: de
Paix, la Cour de Cassation, admettant le recours, statuera
sans renvoi.
Aiicle 120.-La Cour de Cassation prononce sur les
conflicts d'attribution d'apres le mode regl& par latLoi.





Elle connait des f:'"s et du droit dans tous les cas de de-
cisions rendues par le Tribunal Militaire.
Article 121.-La Cour de Cassation, a l'occasion d'un li-
tigr? et sur le renvoi qui lui en est fait, prononce en Sec-
tions Reunies sur l'inconstitutionnalit6 des Lois.
Le recours en inconstitutionnalite n'est soumis a aucune
condition de cautionnement, d'amende ou de taxes.
Article 122-Les audiences des Tribunaux sont publiques
a moins que cette publicity ne soit dangereuse pour 1'ordre
public ou les bonnes moeurs; dans ce cas, le Tribunal le
declare par jugement.
En matiere de delit politique et de press le huis clos ne
peut etre prononce.
Article 123.-Tout Arret ou Jugement est motive et pro-
nonce en audience publique.
Article 124.-Les Arrets ou Jugements sont rendus et
executes au nomi de la Republique. Ils portent un mande-
ment don't la formule est determinee par la Loi.
Les actes des Notaires sont mis dans la meme forme
lorsqu'il s'agit de leur execution force.
Article 125.-L'interpretation donnee par le Pouvoir Le-
gislatif s'imposera pour la chose sans qu'elle puisse retro-
agir en ravissant des droits acquis par la chose deji jugee.
Les Tribunaux n'appliqueront les Arretes et Reglements
d'administration publique qu'autant qu'ils seront confor-
mes aux Lois.
CHAPITRE V

DES POURSUITES CENTRE LES MEMBRES
DES POUVOIRS DE L'ETAT
C,
Article 126.-La Chambre Legislative accuse le Pre-
sident de la Republique et le traduit devant l'Assemblde





National erig6e en Haute Cour de Justice pour crime de
trahison ou tout autre crime ou dlit commis dans l'exer-
cice de ses functions.
Elle accuse 6galement et traduit devant la Haute Cour :
lo) Les Secretaires d'Etat et les Sous-Secretaires d'Etat
-n cas de malversations, de trahison, d'abus ou d'exces de
pouvoirs ou de tout autre crime ou ddlit commis dans l'e-
xercice de leurs functions;
2o) En cas de forfeiture, les Membres de la Cour de Cas-
sation et les Officiers du Ministere Public pres ladite Cour.
La mise en accusation ne peut etre prononcee qu'a la
majority des deux tiers des Membres de la Chambre L6-
gislative.
A l'ouverture de l'audience, chaque membre de la Haute
Cour de Justice prete le serment de juger avec l'impartia-
lit6 et la fermete qui conviennent a un homme probe et li-
bre, suivant sa conscience et son intime conviction.
La Haute Cour de Justice, au scrutiny secret, et A la majo-
-itf absolue, designe le tiers de ses Membres pour se char-
ger de l'Instruction. Le jugement a lieu sur le rapport de
la Commission d'Instruction.
La Haute Cour de Justice ne peut prononcer d'autre pei-
ne que la decheance, la destitution et la privation du droit
d'exercer toute function publique durant Un an au moins
et Cinq ans au plus; mais le condamne peut etre traduit de-
vant les Tribunaux ordinaires, conformement a la Loi, s'il
y a lieu d'appliquer d'autres peines ou de statuer sur l'e-
xercice de l'action civil.
Nul ne peut etre juge ni condamne qu'a la majority des
deux tiers des membres de 1'Assembl6e Nationale erigae
en Haute Cour de Justice.
Article 127.- En cas de forfeiture tLt juge ou Officier
du Ministere Public est mis en etat d'accusation Wir l'une
des Sections de la Cour de Cassation.




S'il s'agit d'un Tribunal entier, la mise en accusation est
prononcee par la Cour de Cassation Sections Reunies.
Article 128.-La Loi regle le mode de proceder centre
le President de la Republique, les Secretaires et les Sous-
Secrdtaires d'Etat et les Magistrats de l'ordre Judiciaire
dans les cas de crime ou ddlits par eux commis, soit dans
l'exercice de leurs functions, soit en dehors de cet exercise.
Le ben6fice de la prescription ne peut etre invoqu6 par
des fonctionnaires militaires ou civils, coupables d'actes ar-
bitraires et illegaux au prejudice des particuliers, que dix
ans apres la cessation de leurs functions.


TITRE V

DES ASSEMBLIES PRIMAIRES

Article 129.- Les Assembl6es Primaires se reunissent
tout les six ans, sur convocation de I'Executif, ou, a defaut
de convocation, de plein droit, dans chaque Commune, le
deuxieme dimanche de Fevrier, suivant le mode pr6vu par
la Loi, pour I'6lection des Conseillers Communaux, des
Membres du Corps Legislatif.
Elles se reunissent sur convocation special pour e elec-
tions partielles prevues par l'article 53 de la present Cons-
titution. II en sera de meme pour le cas envisage a 'article
62 de la Constitution.
Elles ne peuvent s'occuper d'aucun objet autre q,.1 celui
qui leur est attribute par la present Constitution et sont
tenues de se dissoudre des 1'accomplissem'ent des firs de
leur reunion.
Article 130.-La Loi r6glemente les conditions du vote
dans les'Assemblees Primaires.





TITRE VI


DU REGIME ADMINISTRATIF
CHAPITRE I
DES INSTITUTIONS COMMUFAI" ES
ET PREFECTORALES DES CONSEILS
TECHNIQUES ET ADMINISTRATIFS
D'ARRONDISSEMENTS.
DES CONSEIL1S ADMINISTRATION
DES SECTIONS RURALES

Article 131.- La Commune est autonome.
Les conditions et les limits de l'autonomie de la Com-
mune sont reglees par la Loi.
Article 132.- Toute Commune don't les revenues ne per-
mettent pas une administration autonome pourra etre rat-
tachee a la Commune la plus proche a titre dt Quartier.
Article 133.- Le Conseil Communal est elu pour six ans,
et ses Membres sont indefiniment reeligibles.
Le nombre des Membres des Conseils Communaux est
fixed par la Loi.
Pour etre elu Membre d'un Conseil Communal il faut :
lo) Etre Haitien;
2o) Etre agd au moins de 18 ans accomplish;
30) Jouir de ses droits civils et politiques;
40) Etre proprietaire d'immeubles dans la Commune ou
y exercer une industries ou une profession;
50) Avoir reside au moins cinq ann6es dans la Commune.
Article 134.- Un Conseil Technique de trois Membres,
nommes par le President de la Republique, assistera cha-
que Conseil Communal.
Article 135.- La Section Rurale serageree par un Con-
seil d'Administration pr6sidd par un leader de la Commu-
ne et organisee pour reliever les conditions de vie dans les




campagnes ainsi que le niveau intellectual, moral et social
du Paysan. Les systems cooperatifs communautaires et
d'education de base y seront organisms, ainsi que le credit
agricole et artisanal.
Article 136.-Le Conseil Communal ne peut etre dissous
qu'en cas d'incurie, de malversation ou d'administration
frauduleuse dulment constatees.
Dans ce cas, le President de la Republique former une
,, Commission Communale n de trois Membres, appelee a
gerer les interits de la Commune jusqu'aux prochaines
61ections.
Article 137*- Le Conseil Communal administre les res-
sources de la Commune au profit exclusif de celle-ci et
rend un compete detaille et documented de sa gestion au
Pouvoir Central.
Il nomme ses fonctionnaires et employs sans l'interven-
tion d'aucune autorite.
11 etablit ses tarifs d'impots et ses taxes pour en faire
propositions de lois au Pouvoir Central qui peut, crepen-
dant, y apporter les modifications jugdes n6cessaires.
Article 138.- Avant d'entrer en function, les Membres
du Conseil Communal, ou, le cas echeant, de la Commis-
sion Communale pretent, devant le Tribunal Civil de la
Juridiction, le serment suivant :
S((Je Jure de respecter les droits du Peuple, de-trava~ler
au progress de ma Commune, d'etre fiddle a la Constitution
et aux Lois, et de me conduire. en tout comme un digne et
honMiee ciioyen ,.
Article 139.- En cas de dc. de admission, d'interdic-
tion judiciaire d'un Membre du Conseil Communal, ou de
sa condemnation passe en force de chose jug&e, important
une peine afflictive et infamante, il est pourvu a son rem-
placement par le C'hoix d'un citoyen nomm, par le Presi-
dent deQa Republique.




Le deces, la demission, l'interdiction judiciaire de deux
Membres ou leur condemnation passe en force de chose
jug6e important une peine afflictive et infamante autorise
le President de la R6publique A former une Commission
Communale appelee a gerer les interets de la Commune
jusqu'aux prechaines elections.
Article 140.- Il est cred dans les Departements, au besoin
dans les Arrondissements, la function de Prefet.
Les Prefets sont des fonctionnaires c.vils qui repr6sen-
tent directement le Pouvoir Ex6cutif.
La Loi determine leurs attributions et le lieu de leur r6-
sidence.
Article 141. -Dans chaque Circonscription Prefectorale
sont instituds des Conseils Techniques d'Arrondissement,
presides par le Pr6fet, composes de technicians tires des
cadres des Services Publics et proposes au control des
Conseils Communaux du resort. Ils prennent soin des in-
tdrets politiques, administratifs, economiques, sociaux et
culturels des Communes don't ils ont le contr6le, en prepa-
rent ou coordonnent les plans et programmes de dcvclop-
pement et s'assurent de la parfaite r6alisation de ces plans
et programmes confines a la diligence et aux soins des Con-
seils Techniques adjoints aux Conseils Communaux.
Article 142.- La Loi determine I'organisation et le fonc-
tionnement de ces divers Co-i-ils.

CHAPITRE II
DU SFRVICE CIVIL

.Arti:le 143.- Les fonctionnaires et employes publics
sont au service de 1'Etat et non d'une faction politique d6-
terminee. ils ne peuvent se pr_ aloir de leurs charges pour
faire de la politique electorale.
Article 144--La Loi reglemente le Service Civil, et,
particulierement, les conditions d'acces l'Adminisfration,





les l,. I.Ji, les mutations, -L'p:,l' ioiU., et cessations
de '. ';.i-, sur la bsr de 1'. -'.ude, du mdrite, du com-
poi! i Elle orn,.nise la j.: .,i : du maintien au service
et L. recours contre les incsui'. 'isi-.;linaires ou autres.
a. :jt pas compris dans la carriere administrative ceux
qui exercent des functions ou crY;pl-is politiques, et en par-
ti2 -: ic:s Secretaires d'Etat, les Sous-Secrdtaires d'Etat,
les ,'cels, le Ministere Public, les Ambassadeurs, le Se-
critare Priv6 du Prdsident de la R6publique, les Secr6tai-
res ou Directeurs Gendraux des Services Publics.
Article 145.- La greve des fonctionnaires et employes
public est interdite ainsi que l'abandon collectif de leurs
functions.
La militarisation des Services Publics ou la mobilisation
general peut etre d6cret6e dans le cas de peril national ou
de troubles civils graves, notamment en cas de greve gn&e-
rale illegal ou a caractere politique.
La mobilisation ge6nrale est decretee par le Pouvoir
Executif, en vertu de la Loi sur le Service Militaire.

TITRE VII
DES FINANCES PUBLIQUES

CHAPITRE I
DES RECETTES DE L'ETAT ET DU BUDGET
Article 146.-Les revenues publics ou les Finances de
1'Etat sont constitutes par l'Impot, la Taxe, les Ressources
Agricoles, Industrielles et Commerciales provenant des en-
treprises de 1'Etat et de ses Institutions de Credit. L'imp6t
est un prelevement de 1'Etat proportionne a la fortune du
Contribuable; la Taxe represente le prix direct d'un service.
Article 147.-Is Impots au profit de 1'Etat et des Com-
munes ne peuvent etre etablis que par la Loi.
Les %ois qui 6tablissent les impots n'ont de force que
pour un an.




Article 148.-L'Imposition directed repose sur le
de la progressivity et est calculee en function de
tance de la fortune, des salaires et des revenues.


principle
1'impor-


Article 149.-L'unit6 monetaire est la Gourde.
La Loi en fixe le titre et le poids ainsi que ceux de toute
monnaie d'appoint que 1'Etat a la faculty d'c-nett'._ vec
force lib6ratoire sur tout le territoire de la R6publique.
La Banque Nation:Me de la Rdpublique d'Ht;r.' \ 1 la
Loi fixe le statut, est investie ,du privil.c, exc : "' e-
tre des billets represenLant la G,- :dc.
Aucune Liss' n de .on'. de billets ne i',
lieu qu'en vertu d'une Lci qui en deter .:- le ": et
l'emploi.
En aucun c: S, ce chi e no '_ :ut (.h. 3 I:' .:,r,.t-.


' o: : ..- la
;~rtc:.' les c
:rkt de l' .


--.-II ne
re d'T-i:;:.


d" ,-


u l-.n.t 'e
.,I les li -





Lo .
* 1- Loi.


du
Lei


C.x1- "' S
fo: ." ,,
function a c:
lite.


: 1 z 1



.... _..... ;: -; d' ... : ,si: nt SI l"' I c .
r., ', : .:'"/ant de la rmt .


-Art-iic 1"',-L'Office du B 'dgt, r--vant :e- .
du Chef du Pouvoir Executif, est charge d'6labo. -, en In-
tact itroit avec le Secretaire Permanent du GrancConSeilI


L'Etat c
C cr t a
Cc.- '-* '


Sa,
an


01


14


Se-


: r _'




Technique des Ressources Nationales et du Developpement
Economique, le Budget des Recettes et Depenses de 1'Etat
et 'cen suivre l'ex6cution. II doit, en outre, s'appliquer a
promouvoir l'Economie Nationale en int6grant les recettes
et :ipenses Publiques dans des plans g6neraux de Develop-
pe -nt Economique du Pays.
Article 154'-Le Budget de chaque Departement Minis-
t6riel est divise en Chapitres et en Sections et doit etre vo-
te article par article.
Le virement est formellement interdit. Aucune some
allouee pour un chapitre ne peut etre reported au credit
d'un autre Chapitre et employee a d'autres depenses sans
une Loi.
Le Secretaire d'Etat des Finances est tenu, sous sa res-
ponsabilite personnelle, de ne servir, chaque mois a chaque
Department Ministeriel, que le douzieme des valeurs pr6-
vues dans son Budget, a moins d'une decision du Conseil
des Secr6taires d'Etat pour cas extraordinaire.
Les Comptes Generaux des recettes et des depenses de la
Republique sont tenus par le Secretaire d'Etat des Finan-
ces selon un mode de Comptabilite 6tabli par la Loi.
L'exercice administratif commence le Premier Octobre et
finit le Trente Septembre de l'ann6e suivante.

CHAPITRE II

DES ORGANISMS DE GESTION DES
RECETTES DE L'ETAT ET
DE CONTROL DES DEFENSES PUBLIQUES

Article 155.-Il est institute un organisme autonome de-
nomme :
<, charge du control ad-
ministratif et juriSictionnel de toutes les recettes et depen-
ses de ,'Etat.




Cet organisme est consulted sur toutes les questions relati-
ves a la L6gislation sur les Finances Publiques ainsi que
sur tous les Projets de Contrats, Accords et Conventions a
caractere financier ou commercial auxquels 1'Etat est
parties.
Son organisation et son fonctionnement sont d6termines
par la Loi.
Article 156.-En vue d'un contr6le serieux et permanent
des Depenses Publiques il est 6lu au scrutiny secret, au dd-
but de chaque Session Legislative, une (cCOMMISSION
PARLEMENT..;F E DES COMPETES GENERAUX, de
quinze Membres charge de rapporter sur la gestion des
Secr6taires d'Etat pour permettre au Corps Lgislntif de
leur accorder ou de leur refuser d6charge.
Cette Commission pourra s'adjoindre trois sp6cialistes
comptables au plus ainsi que des employes.
Ariicle 157.-Chaque ann,-' le Corps L6gislatif arrite :
lo) Le compete des recettes et depenses de I':n'i: cou-
16e ou des ann6es pri6cdentes;
20) Le Budget Gendral de 1'Etat contenant 1'apercu et la
portion des fonds alloues a chaque D6parte ,. Mi-
nisti'riel pour 1'annee.
Toutefois, aucune proposition, aucun amendment ne
peut etre introduit a l'occasion du Budget sans la pr :ion
correspondante des Voies et Moyens.
Aucun changement ne peut etre fait soit pour ,.. .n-
ter, soit pour r6duire les appointments des fonctic,-..i :res
publics que par une modification des lois y rel.tiL:
Article 158.-Les Comptes Ge6nraux et les Budgets pres-
crits par l'article precedent, accompagnes du Rapport i, la
Cour Superieure des Comptes doivent etre soumis au C: ps
L6gislatif par le Secretaire d'Etat des Finances au ',ius
tard dans les quinze jours de l'ouverture-Ie la Ses.-.i Le-
gislative. Il en est de meme du Bilan annuel et desupera-




tions de la Banque Nationale de la Republique d'Haiti ain-
si que de tous autres comptes de 1'Etat Haitien.
Le Corps L6gislatif peut s'abstenir de tous travaux l6-
gislatifs tant que ces documents ne lui sont pas presents. Il
refuse la decharge des Secretaires d'Etat et meme le vote
du Budget lorsque les competes pr6sent6s ne fournissent
pas par eux-memes ou par les pieces a l'appui les elements
de verification et d'appreciation necessaires.
Article 159.-Au cas ofi le Corps Legislatif pour quel-
que raison que ce soit, sauf celle de la non presentation des
documents indiques a 1'article precedent ou de 1'insuffi-
sance des pieces a l'appui n'arrete pas le Budget pour un
ou plusieurs D6partements Ministeriels avant son ajour-
nernent, le ou les Budgets des D6partements interesses en
vigueur pendant 1'annee Budg6taire en course sont main-
tenus pour 1'annee Budgetaire suivante.
Dans le cas ofu par la faute de 1'Ex6cutif, les Budgets de
la R<.ul;lique n'auront pas ct6 votes, le President de la
Republique convoquera immediatement le Corps Legisla-
tif en sessionn Extraordinaire a seule fn de voter les Bud-
gets de 1'Etat, sauf les sanctions constitutionnelles a pren-
dre co-" e les Secretaires d'Etat responsables.
Arh. -e 160*-Les Institutions et Entreprises de 1'Etat de
caractere autonome et les Entites auxquelles subviennent
les i.Js du Tr6sor, en totality ou en parties a l'exception
s tutions de credit sont regies par des Budgets spe-
S 't des systmes de salaires approuves par le Pouvoir
Executif.
A"'cle 161.-I1 est etabli pour tous les Services Publics,
un F '"r;. de Comptabilite unique arret6 par l'Office du
T'- de la R6publique.
,.- resources peuvent etre separdes de la masse des
u... de 1'Etat suivhit les pr&eis'cns de la Loi et etre assi-
n.r_: l ia conct'ffition ou a 1'accroissement de patrimoines
sp,.'t.. destines a des Instit.lions Publiques poursuivant


48.,




des buts culturels ou tendant a l'etablissement et a l'exploi-
tation d'oeuvres d'assistance ou de security social, ou vi-
sant au developpement de la petite propriete urbaine et
rurale ou a celui de 1'Economie en general.

TITRE VIII
DU REGIME ECONOMIOUE

Article 162.-Le regime economique tend a assurer a
tous les Membres de la Communaute une existence digne
de !'itre human. Il repond essentiellement a des princi-
pes de Justice Sociale.
Article. 183.-La liberty economique est garantie en tant
qu'elle ne s'oppose pas a l'interet social.
L'Etat protege l'entreprise privee et vise a ce qu'elle se
developpe dans les conditions n6cessaires a l'accroisse-
ment de la richesse national 'I. maniere a assurer la par-
ticipation du plus grand n-rA.bre au b i'n(fice de cette ri-
chesse.
Art. 1.? 164.-Aucune Corc-ation ou Fondation quelle
que soit sa domination ou son objet ne peut conserver en
I"~rpri c.: ou administer d'autres biens immeubles que
ceux destines immediatement et directement a son usage
ou aux fins de sa constitution.
A~*ticle 165.-Des privileges portant sur une period li-
mitee peuvent etre accords par la Loi aux inventeurs ou
perfectionneurs, des regies (taMlies en f. 'eur de 1'Etat ou
des Communes, si 1inter^t general 1'exige.
Article 166--L'Etat peut prendre en mains l'administra-
tion des entreprises qui pretent des services essentials a la
Co:--_ -.naut6 afin d'en assurer la co'- inuit'i si leurs pro-
pr' irs, entrepreneurs, adm-niiistratcurs ou grants se re-
fux-nt a respecter les dispositions legaies relatives a F'r-
ganisation economique et scia.le du Pays.




II peut 6galement prendre sous son contr6le et, mime
nationaliser les biens appartenant aux ressortissants des
Pays avec lesquels Haiti est en guerre.
Article 167.-La construction de logis d'habitation est
d6clar6e d'interit social.
L'Etat s'efforce d'obtenir que le plus -"and nombre possi-
ble de families soient propri6taires de leurs .r:.o':,s d'habi-
tation. II fait en sorte que toute entreprise c:gricol1 ou in-
di. ti'iclle assure a ses ouvriers et travailleurs une dem-ure
hygienique et commode.
Article 168.-Doit etre ~j.':ue de fagon express dans
tuut., concession accordee par l'Etat pour l'installation de
quais, chemins de fer, canaux ou tous autres ouvrages rela-
tifs a des services publics, la condition essentielle que, a-
pres un delai qui ne doit pas exc6der cinquante ans, ces ou-
vrages deviennent, de plein droit propriety de 1'Etat er
parfaite condition d'vi-ace, sans aucune indemnisation.

TITRE IX
DU REGIME SOCIAL

CHAPITRE 1
DE LA FAMILLE
Article 169.-La famille, base fondamentale de la society ,
est protege par 1'Etat, qui favorite le marriage, procure
aide et assistance a la maternity et a i'enfance, etablit les
Lois et dispositions necessaires pour que chaque foyer b6-
nfficie du degree de bien-etre indispensable a sa quietude et
a sa collaboration l'Fordre public et a la paix social.
Article 170.-Le marriage repose sur 1'egalite politiqc:e et
economique des conjoints.
Article 171.-Les enfants legitimes et les enfants natu-
rels legalement reconnus ont des droits egaux a 1'education,
a la proVction, a l'assistance et a la sollicitude de leurs pa-
rents.
50'




Article 172.-La Loi determine les conditions dans les-
quelles la paternity peut etre recherche.
Article 173--La Loi regle le cas des enfants adulterins
et incestueux.
Article 174.-L'Etat protege la sante physique, mental
et morale des mineurs et garantit leur droit a l'assistance
et a l'6ducation.
Article 175.-La Criminalite juvenile est soumise a un
regime juridique particulier.


CHAPITRE II

DU TRAVAIL

Article 176.-Le Travail, function social. jouit de la pro-
-ection de 1'Etat et n'est pas un article d'exploitation.
L'Etat vise a pourvoir le travailleur manuel ou intellec-
tuel, d'une occupation qui lui permette de procurer a sa
fan! 'e, ainsi qu'a lui-meme, les conditions economiques
:d'u I existence digne.
An kle 177.-Le Travail est regle.en:te par un Code de
Tra ial don't 1'objet principal est d'harnioi-iiser les rapports
du Capital et du Travail et qui est fondd sur les principles
;r'n.raux tendant a l'amilioration des conditions de vie des
Tcai ailleurs.
Article 178.-Les droits consacres en faveur des travail-
leurs ne sont pas susceptibles de renonciation; et les lois
qui les reconnaissent obligent tous les habitants du Terri-
toire.
Article 179.-L'Etat prend en charge les indigents qui,
du fait de leur age ou de leur incapacity physique ou men-
tale, sont inaptes au travail.




TITRE X
DE LA CULTURE
Article i89.- Le Developpement et la diffusion de la
Culture constituent pour 1'Etat une obligation et une fin
primordiale.
L'F~1,cation est une attribution essentielle de 1'Etat, qui
orga.i..: le systnme .'ucatif et cr6e les services n6cessaires
a cette fin.
Article 181.-L'Education doit tendre au plein epanouis-
.:'lc-lili de la per:-:-ii ]i',' a int'ress's de facon qu'ils ap-
portent une cooperation constru'li\ve a la society et contri-
-i.u. t a inculquer le r::; -ct des drc'! : de l'Homme, com-
1 .'e tout esprit cdint.i) dancee ct d? haine ct a d'- l'pper
F d'Unite Na' nal-,d P... i .' : et l.c'- '.T -.
L cIducatlo:n de 'has-: est bligatoire et doit 6tre iurnie
S.' i'.ement par l' "1. en vue de reduire le n:c-"' e des
Sabsolus et ttree a tc1e t rmplir .clem-
.. leur r^,. :i (' de ?.: de
2. V(S f U- '-
S 1 :..--. 7T ^ .. i- c '-'t l
S, veSi f U n.a-


S, Lo.
i .J re' eus s.
K.. I C-"' ,' ,.--ti-

'- + 1 -' oe
ti, la l a Co;,_. le
.: .. les : '' -.*.... I d'edu-
,..' q'..i: s(. i j"^ ',blics ou 1i 1, '-, ::. 1r L'. -urs
a.-. ic-s
+" -. 4 -- L a :: ic--.- >-ic >", ,:"' i.7 ", ... ,.h o-
lgiq et hi' ori: ue du pays fait parties du 'r. .:- Haitien.
Elle est place sous la prc''et. ion de 1'Etat et est soumise a
des Lok, speciales, qui en assurent la conservation et la
sauvegarde.




TITRE XI


SANTE ET ASSISTANCE PUBLIOUE
Article 185.-La Sant6 des habitants du Territoire cons-
titue un bien public. L'Etat assure aux malades une assis-
tance medical gratuite et a, surtout, l'imperieux devoir de
prevenir et, le cas echeant, de limiter la propagation des
maladies contagieuses ou endemiques.
Article 186.-L'Exercice des Professions qui sont en rap-
port direct avec la sante de la population est strictement
regle par la Loi.
Article 187 .- Un< Conseil Superieur de la Sante Publi-
que; veille a la Sante de la Population.
Son organisation et son fonctionnement sont fixes par
la Loi.
TITRE XII
DES FORCES ARMEES
Article 188.-Les Forces Arm:es sont institutes pour de-
fendre l'integrite du Territoire et la Souverainete de la Re-
publique, maintenir l'ordre public en tant qu'auxiliaire de
l'autorite civil de qui elles relevent.
Les functions de Police sont separees de celles de 1'Ar-
mee et confines a des Agents speciaux soumis a la respon-
sabilite civil et penale dans les former et conditions pre-
vues par la Loi.
Le President de la Republique est le Chef Supreme et
Effectif des Forces Armees, des Forces de Police et des Vo-
lontaires de la Securite Nationale; tous ceux qui comman-
dent les dites Forces sont census recevoir d616gation de
Lui; II prend, en ce qui concern les Forces Armees, toutes
decisions dans le cadre de la Constitution, des Lois et rd-
glements en vigueur.
Article 189.-Le Service Militaire est obligatoire pour
tous les Haitiens.




La Loi fixe le mode de recrutement du Soldat et la d i eE
du Service.
Article 190.-Les Forces Arm6es sont apolitiques et es-
sentiellement obdissantes. Leur organisation et l'exercice de
leurs activities sont soumis a des Lois, dispositions et regle-
ments speciaux.
Les militaires en activity de service ne sont pas eligibles
aux functions representatives ou executives. Tout militaire
candidate a une function de l'une ou l'autre categorie doit
demissionner un an au moins avant l'epoque fixee pour les
elections. Les militaires en activity de service ne peuvent
etre appel6s a aucune function publique.
Article 191.-La carriere militaire est professionnelle et
on n'y reconnait que les grades obtenus suivant 1'6chelle
rigoureuse etablie par la Loi. Celui qui aura legalement un
grade militaire le conservera sa vie durant, et n'en pourra
etre priv6 que par decision executoire.
Article 192--L'importation et la fabrication d'armes et
de materiel de guerre ne peuvent se faire qu'avec 1'autori-
sation et sous le control du Pouvoir Executif.
Article 193.-L'Organisation des Forces Armies et des
Tribunaux don't elles relevent est fixee par la Loi.
La Cour Militaire doit prononcer sa sentence en presen-
ce de 1'accuse et de son Conseil, et mention de l'accomplis-
sement de cette formality sera faite dans la dite sentence,
le tout a peine de nullit6.
L'accuse ou son Conseil pourra faire sa declaration de
pourvoi en Cassation soit a l'Officier remplissant la fonc-
tion de Greffier, qui doit la recevoir a l'audience meme,
soit au Greffe du Tribunal Civil de la jurisdiction du juge-
ment dans le delai de trois jours francs a partir du pronon-
ce. Le delai et le Wurvoi sent suspensifs.
L'Officier ou le Greffier qui aura regu la declaration sera
tenu de'l'acheminer avec toutes les pieces du proces, au




Parquet de la Cour de Cassation appele a mettre l'affaire
en Ctat dans le delai de quinze jours au plus.

TITRE XIII
DISPOSITIONS GENERALS
Article 194.-Les couleurs nationals sont le noir et le
rouge, places verticalement, embleme cree le 18 Mai 1803
a 'Arcahaie, par Jean-Jacques DESSALINES Le Grand,
Fondateur de la Patrie Haitienne et conformement aux dis-
positions de la Constitution Imperiale de 1805.
Les Armoiries de la Republique sont : Le Palmiste orn6
d'un trophee avec la lgende : ,L'Union fait la Force,.
La Devise est : Liberte, Egalite, Fraternite.>>
L'Hymne National est ( Article 195.-Aucun serment ne peut etre impose qu'en
wertu de la Constitution ou d'une Loi.
Article 196.-Les Fetes Nationales sont : celle de l'Ind&-
pendance, le ler. Janvier, celle des H6ros, le 2 Janvier;
celle de 1'Agriculture et du Travail, le ler. Mai; celle du
Drapeau, le 18 Mai; celle commemorative de la Bataille de
Vertieres, le 18 Novembre qui est egalement le Jour des
Forces Armees; celle de la Souverainete et de la Reconnais-
sance Nationale, le 22 Mai; celle de la Presidence a Vie, le
22 Juin; celle de la Decouverte d'Haiti, le 5 Decembre.
Les fetes l gales sont dlt-rm.ne-s n.r la Loi.
Article 197.-Aucune Loi, aucun 'rrete ou R?gle.-r:nt
-:i inist ration Publique n'._t obli. a it- qu'apres avoir
't' 0, bli,'b dans la forme determinee par la Loi.
Article 198.-Aucune Place, aucune p.liie du Tei it ire
ne peut etre declaree en .tat de sil.-- i, cans les ca de
:rcoubie. civils, d'invasion ii.nminentc de la part d'unec For-
ce Etrangere.
L'acte du President de la R.' -. iclique declaratif d 1'etat
de siege doit etre signed de t,...: les Secretaires d'Etat et




porter convocation immediate du Corps L6gislatif appele
a se prononcer sur l'opportunite de la measure.
Le Corps L'gislatif arriteri. avec le Pouvoir Executif
lesqutelks des garanties constitutionnelles peuvent 6tre sus-
pend, es dans les parties du Territoire mises en 6tat siege.
Les effects de 1'6tat de siege sont r6gl6s par une Loi spe-
ciale.
TITRE XIV
DE LA REVISION DE LA CONSTITUTION
Article 199.-Le Pouvoir Legislatif, sur la proposition de
l'un de ses Membres ou du Pouvoir Executif, a le droit de
d6clarer, au course d'une Session Ordinaire qu'il y a lieu de
reviser partiellement ou totalement, les dispositions de la
Constitution en vigueur.
Cette declaration est notified immmdiatement au Pr6si-
dent de la Republique et publide au Journal Officiel.
Dis la publication de la declaration, le Corps Legislatif,
au course de la meme Session ou sur convocation a l'ex-
traordinaire, se r6unit en Assembl6e Nationale pour statuer
sur la revision proposed.
Article 200.-La revision achevee, 1'Assemblee Nationa-
le proclame, dans une seance special, la Constitution nou-
velle s'il s'agit d'une revision total, ou les dispositions a-
mendees s'il ne s'agit que d'une revision partielle, et, dans
ce dernier cas, les incorpore dans la Constitution.

TITRE XV
DISPOSITIONS FINALES

Article 201.-Tous les Codes de Lois, Toutes les Lois,
tous les D6crets-Lois et tous les Decrets actuellement en
vigueur sont maintenus on .it ce qui n'est pas contraire
a la pr6ente Constitution.





Article 202.-La present Constitution entrera en vi-
gueur des la publication qui en sera faite au Moniteur,
Journal Officiel de la Republique.

Donne au Palais Legislatif, siege de 1'ASSEMBLEE NA-
TIONALE CONSTITUANTE, a Port-au-Prince, le 14
Janvier 1971, An 168e. de 1'Independance.

Le President de I'Assemblde Nationale :
Ulrick SAINT-LOUIS

Le Vice-Pr6sident :
Franck DAPHNIS

Le Questeur :
Felix BAILLERGEAU

Les Secretaires :
Antoine V. LIAUTAUD Euvrard GUILLAUME

Les Menmbres : Luc Senatus, Homere Hyppolite, Antoine R. H6-
rard, Murat Romulus, Ambroise Pierre-Lys, Dieutel Toussaint, Send-
que St-Vil, Mme. Marcel'e L. Augustirl, Vales Beaubceuf, Candelon
Lucas, Pressoir Bayard, Dup6ra P6ra'te, Mme. Ulrick Paul -Blanc,
Lamoussey Andre, Michel C. Auguste, Lauriston St-Fleur, Raphali
Mehu, Kercius Conze, Gasner Kersaint, Ernst Dumerve, Andre Simon,
Mme. Max Adolphq. Mme. Lise-Anne. Hgrard, Arnoux Louis-Jeune,
Metellus Chan'es, Webert A. Kersaint, Armand Raphael, Letroy Coi-
cou, Mme.. Orthelia G. Smarth, Luckner J. Cambronne, Pierre V.
Etienne, Jean-Paptisf/ M6nard, Debel Desmarattes, Ovide Baptiste,
Victor Nevers Constant, Edmond Jn-Frangois, Willy Bourdeau, Joseph
C. Turgot, Charit6 Louis, Seymour Carrenard, Astrel Benjamin, Louis
Durand, Denis Baltazar, Sichel Mont-Louis.