La législation de l'hygiène, de l'assistance publique, de l'enseignement et de l'exercice de la médecine en Haïti

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
La législation de l'hygiène, de l'assistance publique, de l'enseignement et de l'exercice de la médecine en Haïti
Physical Description:
1 online resource ( v.) : ;
Language:
French
Creator:
Haiti
Haiti -- Service national d'hygiène et d'assistance publique. -- Bibliothèque
Publisher:
Impr. de l'État
Place of Publication:
Port-au-Prince, Haïti
Publication Date:

Subjects

Subjects / Keywords:
Public health -- Haiti   ( lcsh )
Medical laws and legislation -- Haiti   ( lcsh )
Public welfare -- Haiti   ( lcsh )
Santé publique -- Haïti   ( ram )
Médecine -- Droit -- Haïti   ( ram )
Aide sociale -- Haïti   ( ram )
Genre:
federal government publication   ( marcgt )
legislation   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )

Notes

General Note:
Title from PDF fasc. 3, t.p. (LLMC Digital, viewed on Sept. 1, 2010).
General Note:
At head of title: Bibliothèque du Service national d'hygiène et d'assistance publique.
General Note:
Vols. 1- reproduced from type-written copy.

Record Information

Source Institution:
Library of Congress Law
Holding Location:
Library of Congress Law
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
oclc - 660034338
System ID:
AA00000466:00002

Full Text
























This copy of a rare volume in its collections,
digitized on-site under the
LLMC Extern-Scanner Program,
is made available courtesy of the

Library of Congress


I





BIBLIOTHEQUE DU SERVICE
NATIONAL D'HYGIENE
ET D'ASSISTANCE PUBLIQUE



RULX LEON
DIRECTEUR GENERAL





LA LEGISLATION
DE L'HYGIENE, DE
L'ASSISTANCE PUBLIQUE,
DE L'ENSEIGNEMENT ET
DE L'EXERCICE DE
LA MEDICINE EN HAITI







FASCICULE IV
1888-1917







IMPRIMERIE DE L'ETAT
RUE DU CENTRE -
PORT-AU-PRINCE. HAITI





IJBIOI()THEQUI( I1DV S[tRVICE
NATIONAL I. I) NG I NE
ET D'ASSISTA\NCE PIUBL.I, iI



RULX LEON
DIRECTEUR GENERAL





LA LEGISLATION
DE L'HYGIENE, DE
L'ASSISTANCE PUBLIQUE,
DE L'ENSEIGNEMENT ET
DE L'EXERCICE DE
LA MEDICINE EN HAITI







FASCICULE IV
1888-1917








IMPRIMERIE DE L'ETAT
RUE DU CENTRE --.-
PORT-AU-PRINCE, HAITI










SOMMAIRE*


Pages
1. ArrCte du 28 Juillet 1891 sur I'heure d'entree des navires dans les
ports ....................................... .............................................. ... 1
2. Loi du 7 Aofut 1891 ayant le m~me objet..................................... 3
3. Extrait de la stance du Senat du 3 Septembre 1891........................ 1,5
4. Extrait de la seance de la chambre du 7 Aofit 1891.................. 6,9
5. Circulaire du Secretaire d'Etat de la Guerre du 27 Octobre 1891
aux medecins des h6pitaux m ilitaires.............................................. 5
6. Arrete du 15 Septembre 1-892 sur la quarantine ........................ 7
7. Arrete de police du 26 Aofit 1893 sur I'i-at'i des voitures funebres 10
8. Arret6 du Secr6taire d'Etat de l'InstructiQn Publique du 28 Aouit
1894 sur la generalisation des droits universitaires.................... 11
9. Reglements de 1'Ecole Nationale de MAdecine et de Pharmacie du
30 A ofl t 1898 ................................................. .............................. 12
10. Extraits de seances de la Chambre des 6, 15 et 29 Juin et du 20
Juillet 1887 sur la reorganisation de 1'Ecole de MXdecine et de
Pharmacie ......................................... 21,30
11. Project de loi du 28 Juillet 1896 sur l'erection de 1'Ecole de M-de-
cine en Facult6 de M edecine.......................................................... 42,49
12. Loi du 22 Juin 1900 modifiant la composition du personnel de I'E-
cole de Medecine et de Pharmacie......................... ............... 31
13. Extraits des seances de la Chambre des 6, 15 et 22 Juin 1900.... 32,36
14. Extrait de la seance du Senat du 21 Juin 1900................................ 37,41
15. Arrete du 4 Juin 1902 sur la reconstitution du Conseil de Surveil-
lance prCvu par la loi du 19 Septembre 1870................................ 33
16. Arrete du 20 Juillet 1903 adoptant un regime provisoire pour les
examens de l'Ecole de M e1 decine.................................................. 35
17. Avis du Magistrat Communal de Port-au-Prince du 10 Juillet 1906
concernant la propret6 des rues, quais et places publiques................ 36
18. Loi du 13 Septembre 1906 d6clarant la Maternite de Port-au-
Prince d'utilit6 publique................................................. 39
19. Acte de constitution de la Maternit6 de Port-au-Prince, du 13 Jan-
vier 1900 ......................................................... ............................ 50
20. Extrait de la stance de la Chambre du 16 Aofit 1905................. 51
21. Extrait de la seance de la Chambre du 7 Septembre 1906................ 53
22. Extrait de la seance du Senat du 13 Septembre 1906.................... 54
23. Loi du 16 Septembre 1906 sur l'enseigneinent m6dical.................... 41
24. Extrait de la seance de la Chambre du 10 Septembre 1906............ 55,57
25. Extraits des seances du S6nat des 13 et 14 Septembre 1906.... 54,58,59
26. Loi du 16 Septembre 1906 ktablissant un asile pour les aliens
et les lepreux................................................. ............................... 50
27. Lettre du 29 Mars 1713 du Ministre aux Administrateurs touchant
les l6preux de Saint-Dom ingue................. .................................. 61
28. Extrait de la seance de la Chambre du 4 Juillet 1851.................... 62
29. Extrait de la stance du Senat du 10 Aofit 1906............................ 63
30. Extrait de la seance du Senat du 16 Septembre 1906.................. 64
31. Extrait de la seance du S6nat du 17 Juillet 1907............................ 67
32. Contrat vote par le Conseil des Secretaires d'Etat le 15 Octobre
1907 et correspondance............................................................. 69
33. Loi du 30 Juillet 1907 accordant la personnalit6 civil A 1'Hospice
Justinien, du Cap et A l'Hospice St-Vincent de Paul, de Port-au-
P rince ....................................................... ............................... 57
34. Extrait de la seance de la Chambre du 29 Juillet 1907 ........ .. 75


*Ces lois, arrktks et reglements ont eti tous abroges.







;.. Extrait de la sance dlu Scnat du 30 Juillet 1907........................... 80
36. \rret6 diu 2 Septeimbre 1!"'.;, relatif i 1'obtention du dipl6me de
chirurgien-dentiste ....................................................................... 60
C7. Arret6 du 15 P6vrier 1910 portant r',''olt mi tali,,o de 1'Ecole de
M ldecine et de harnacie... .............................................. 62
38. A\rr&tc du 16 Aofit 1910 portant r'u'-luiKilatiii du Service de
Sant6 des Ile'iii:Ixn de la Republique ....... .................... 85
39. Extrait de la S6ance de la Chanibre du 25 Juillet 1887 ................. 81
10. Extrait de la S6ance de la Chambre du 6 Aofit 1890.................... 82
41. Arredt6 du 8 Octobre 1910 relatif i 1'examen pour l'obtention du
certificate d'ktudes primaires accord aux etudiantes sages-femmes.... 111
42. Arret6 du 29 Juini 1912 prescrivait des measures saiiitaires pour
la protection des ports................................ ........ 112
43. Loi du 3 Septembre 1912 sur I'"rg:ii- atilii de 1'enseignement pri-
maire ........................................ 114
44. Extrait de la stance de la Chambre du 13 Aofit 1912 .................... 86
45. Pxtrait de la seance du S6nat du 3 Septemibre 1912....................... 86
46. Extrait de la seance de la Chambre du 4 Septembre 1912 ................ 86
47. Loi du 25 Aout 1913 sur les salaires des professeurs de I'Ecole de
droit et de l'E cole de MA decine.................................................. 116
48. S6ance du S6nat du 25 Aofit 1913................................................. 89
49. Loi du 27 Aofit 1913 relative aux terrains vagues................. 118
50. S6ance de la Chambre du 23 Aofit 1913...................................... 90
51. Sdance du S lnat du 27 Aofit 1913.................................................. 95
52. Arr&t6 du 24 Fevrier 1914 sur les conditions d'admission des aspi-
rants au dipltme de chirurgien-dentiste........... ............... 120
53. A\rrete du 11 Mars 1914 sur la quarantine centre la peste bubo-
niquc .. .................................................... 120
54. Arrete du 13 Mars 1914 sur 1'enseignement obligatoire de I'hygioee 121
55. Loi du 22 Juillet 1914 sur 1'utilit6 publique des consultations gra-
tuites du D r. Salom on................................................................... 98
56. S6ance du S6nat du 3 Juillet 1914................................ ......... 95
57. Seance de la Chambre du 22 Juillet 1914.................................... 110
58. Loi du 28 Octobre 1914 sur la Maternit6 de Port-au-Prince............ 123
59. S6ances du S6nat des 22 et 25 Septembre 1914........................ 111, 114
60. Arret6 communal du 22 Janvier 1916 contre la propagation de la
kl pre ........................................ 124








ARRETE

HYPPOLITE
PrCsident d'Ha'iti

Considerant que la police des ports et rades s'exerce par 1'Etat, qui
en est proprietaire;
Considerant que tout people a le droit de reglementer 1'entr&e sur
son territoire;
Considerant qu'il est impossible au medecin du port de verifier les
papers et de constater l'&tat sanitaire des passagers et de l'6quipage des
navires qui arrivent la nuit;
Vu la loi du 9 Octobre 1884, le reglement de police maritime, et
1'article 97 de la Constitution;
Sur le rapport du Secr&taire d'Etat de la Marine,
De l'avis du Conseil des Secr6taires d'Etat,

A ARRETE et ARRETE ce qui suit:

Article 1.-A partir du 8 Aoit prochain, 1'entr&e des ports et rades
de la Republique est interdite a tous navires, de six heures du soir A
six heures du matin.


SENATE

Seance du 3 Septembre 1891
PRESIDENCY DE M. D. JN. LOUIS

Rapport du Comite de la Marine au Senat de la Republique.
Honorables Colligues.
La loi vote par la Chambre des Deputes le 7 Aofit 1891,--assurant 1'ex&cution
des measures de police continues dans l'arr&t du 25 Juillet de la meme anne et &ta-
blissant une p6nalit6 contre tous navires qui enfrein-dront la defense qui leur est faite
d'entrer dans les ports et rades de la Republique de six heures du soir a six heures
du matin,-a eu la meilleure attention de notre Comite qui est d'avis que vous la
sanctionniez avec l'addition a l'a rti-cle ler de l'alin6a suivan,t:
<
Votre Comite vous propose cette addition, parce que par la nature du contract du
Gouvernement avec cette ligne, les bateaux qui la desservent peuvent &re appeals i
concourir avec les navires de l'Etat au service de la police des c6tes, comime cela s'est
dija solvent vu, et parce qu'aussi ces bateaux sont essentiellement affects au cabotage.





2 !.I I,'it titon de !'iyygtine, de I'Assistance Publique,

Article 2.-Les Secr6taires d'Etat de la Marine, du Commerce, de
l'Interieur et des Relations Ext6rieures sont, chacun en ce qui le con-
cerne, charges de l'ex6cution du present Arr&&.

Donned au Palais National de Port-au-Prince, le 28 Juillet 1891,
an LXXXVIIIe de l'Independance.
HYPPOLITE
Par le Pr6sident:

Le Secr6taire d'Etat de la Marine: BELIARD june
Le Secretaire d'Etat du Commerce: STEWART
Le Secr6taire d'Eta.t de l'Interieur: NEMOURS PIERRE-LOUIS ain6
Le Secretaire d'Etat des Relaxtions Ext:rieures: H. LECHAUD


Votre Comite, convaincu que addition demanded, loin de nuire ai l'conomie de
la loi, ne fait que donner force 2 l'avis de la Secrftairrl> d'Etat de l'Interieur, inser6
au Moniteur du 22 du courant No. 34, se persuade d'avance qu'elle aura votre entire
approbation.
Fait a la Maison Nationale le 28 Aoatt 1891, an 88Kme. de l'Ind6pendance.
(Signr M. Guilet, Laerte Ch. Pierre, D. Serres, V. Hyppolite, L. Barau, rap-
porteur.


M. L. Barau: Si votre comity, Messieurs, n'a pas jug6 necessaire de vous demander
le vote immediat de ces deux rapports, le Senat doit lui-meme sen'tir cette necessite.
Vous avez d'abord a statuer sur une loi qui a ht6 present6e par 1'Ex&cutif et que
la Chambre a djai votee.
Votre comity n'a fait qu'y ajouter un alinea qui se trouve conform en tous points
un avis de la Secretairerie d'Etat de l'Interieur paru au Journal Officiel; i.l faut vous
occuper de ce project de loi des a present, d'autant plus que c'est la sanction du Senat
qu'on attend pour le promulgcer et le publier.
M. Chalvir6: J'appuk fort la proposition du college Barau, car c'est une loi
urgente, n&cessaire, d'actualit6.
M. L. Lubin: II y a un inconvenient dans ce que nous propose le collogue Barau.
Je ne suis pas centre sa demand d'urgence, je suis d'avis qu'on vote la loi seance
tenante, moyennant que nous fassions appeler le Secretaire d'Etat de la Guerre.
M. L. Barau: MM., si vctre comity de la Marine a pris sur lui de proposer au
Senat d'ajouter au prcje-t ce second alinea, il a pris soin de vous deduire les raisons
pour lesquellcs il vous a dcmande cette addition. II se trouve en cela d'accord non
seulement avec 1'esprit du cc.ntrat du Service acc,-'6r6 que vous connaissez tous, mais
aussi avec un avis de la Secr&tairerie d'Etat de l'In.trieur paru dans le d'autant plus que dja lIe Mvinistre de l'Interieur a passe une circulaire aux comman-
dants d'arrondissements pc.ur les averfir d'execmpter de la mmsure genrrale les bateaux
de la compagnie Riviere. II fallait donc donner force A cet avis qui n'est pas une loi,
et c'est pour cela que nous avons ajout6 cet alin.6a qui ne prut en aucune facon nuire
3 l'economie du project de l'Executif.
M. L. Lubin: Je ne suis pas con.re la dmmande d'urgen:e: si j'ai demanded la pre-
sence du Ministre, c'est pour observer unz formality exiage par nos reglments.






de I'Enseignement et de I'Exercice de la MNdecine en Haiti


LOI

HYPPOICITE
President d'Haiti

Vu l'arr&te en date du 28 Juillet 1891, portant de-fense A tous na-
vires d'entrer dans les ports et rades de la Republique de six heures du
soir 5 six heures du matin;
Vu l'article 69 de la Constitution;
Sur le rapport du Secr6taire d'Etat de la Guerre et de la Marine,
Et de l'avis du Conseil des Secretaires d'Etat,

A PROPOSE:
Et le Corps LUgislatif a vote la loi suivante:

Article ler.-L'arr&tc du President d'Haiti su'r la Police des rades
de la Republique en date du 28 Juillet 1891 a force de loi.
Article 2.-Les navires strangers qui violeront la defense d'entrer
dans les ports et rades aux heures fixees par l"arrft., du 28 Juihlet 1891
encourront: les steamers une amernde de cinq cents piastres en or et les
voiliers une amende de deux cents piastres en or.
Article 3.-La contravention sera constat~e par proces-verbal du
commandant ou d'un officer du port.
L'amende devient exigible par le seul accomplissement de cette for-
malit6.


Mise en discussion, puis aux voix, la dcmande d'urgence est accepted.

Puis lecture est donnee du project de loi portant une sanction penale centre les
navires qui violeront la defense d'entrer dans les ports et rades de la Republique de
six heures du soir a six heures du matin.
M. le President: Je ne pense pas qu'il y ait lieu de mettre en dliberation le prin,
cipe du project, puisque nous 1'avons dejA adopt en viotant les conclusions du rapport
du comity. Nous allons passer a la discussion article par article.
Le considerant est lu et mis en deliberation.
M. E. Paul: Je vous propose, pour une simple question de forme, de supprimer
ce considerant et de mettre a sa place un article, qui sera I'article premier ct qui pourra
etre ainsi concu: <. Si vous ne faites
pas cela, le Conseil des Secr&taires d'Etat pourrait rapporter I'arrete et, par U1 seul,
la loi deviendrait caduque.
Mise aux voix, la proposition Paul est vote. L'article ler., devenu article 2, est
vot6 avec l'addition propose par le Comite et dcj5 accepted. L'article 2 devenu ar-
ticle 3, est lu et mis en discussion.






La Leqislat'on de I' Utqilenv, de I'Assistance Publique,


Article 4.-Cette amende sera payee meme par corps par les consi-
gnataires des voiliers et par les agents des bateaux a vapeur.
Donned A la Maison Nationale, 5 Port-au-Prince, le 3 Septembre
1891, an 88eme de l'Independance.

Le President du Scnat: D. JN. LOUIS
Les Secr6taires: A. ROLLAND, CADESTIN ROBERT
Donn6 5 la Chambre des Repr6sentants 5 Port-au-Prince, le 7 Aofit
1891, an 88Mme de 1'Independance.

Le President de la Chambre: PETION P. ANDRE
Les Secr6taires: M. GRANDOIT, B. BISSAINTHE

AU NOM DE LA REPUBLIQUE

Le President d'Haiti ordonne que la loi ci-dessus du Corps LUgisla-
tif soit rev&tue du sceau de la R6publique, imprimie, publiee et ex6cu-
t6e.
Donn6 au Palais National, a Port-au-Prince, le 24 Septembre 1891,
an 88eme de 1'Independance.
HYPPOLITE
Par le President:

Le Secretaire d'Etat de la Marine: M. MONTASSE
Le Secretaire d'Etat du Conmmerce: STEWART
Le Secretaire d'Etat des Relations Exterieures, charge par interim du
Portefeuille de l'In.terieur: C. ARCHIN



M. A. Roland: Je trouve qu'i serait necessaire d'ajouter 5 la peine portie dans cet
article une autre sanction penalc, c'est-'-dire d'ajouter que l'amende pourra itre
pay&e par voie de contrainte par corps.
Mr. E. Laroche: Par"la saisie, plut6t, et non par la contrainte par corps.
M. R. Domond: En maticre d'amende, routes nos lois proclament la contrainte
par corps, il n'est done pas besoin d'ajouter cet alinca.
M. A. Roland: Je sais bien que cela existe da.ns le code penal pour les amendes
prononches par les tribunaux de police, les tribunaux correctionnels et les tribunaux
criminals; mais ici c'est une loi sp&iale qui prononce une autre sorte d'amende, et
je ne pense pas que, pour 1'execution de cette loi, on puisse aller puiser dans le code.
Mr. R. Domond: Sur ce point, mon collogue, vous avez raison, car cette loi-ci,
pour ce qui s'agit d'amende, n'cst subordonn&e A aucune decision des Tribunaux;
partant, il est just et equitable que je me rende a votre avis.
Mise aux voix, la proposition Roland est votec.
L'article 3 devenu 4 est aussi vote: l'ensemble du project est mis en discussion.
Mr. T. Chalvir6: Je voudrais auparavant voir lire toutes les modifications faites
par le S&nat, avant de voter la loi.





de I'Enseignement et de I'Excrcice de la Meidecine en Haiti 5

No. 111.

Port-au-Prince, le 27 Octobre 1891, an LXXXVIIIe de l'Indepen-
dance.

SECT.; DE IA GUEFRRI-.-No. 529.

CIRCULAIRE

LE SECRETAIRE D'ETAT AU DEPARTMENT DE LA GUERRE

Aux Medecins des HWpitaux militaires de la RWpublique

Monsieur le M6decin,
Pour la bonne march du Service don't vous avez la direction, vous
me ferez parvenir, a la date du ler Novembre de cette annee, un in-
ventaire g6n6ral de tous les m6dicaments et instruments de chirurgie
que vous possedez dans votre &tablissement, en ayant bien soin d'in-
diquer les quantit6s de chaque article. Tous les mois, vous aurez d6-
sormais A me faire parvenir un rapport semblable.
Pour ce qui a trait aux autres rapports hebdomadaires et mensuels
que vous avez pour coutume de fournir a mon Departement, vous veil-
lerez a ce que tous les details et renseignements necessaires y soient
consigns, tels que: nature des maladies. details des m6dicaments four-
nis a chaque malade, num6ros et dates des ordonnances ou prescrip-
tions en vertu desquelles ces medicaments ont kt6 fournis, motifs des
sorties (d&ces, guerison, translation, evasion, incurabilit6, etc.), dates
d'entr6es et de sorties, etc..



L'ensemble du project est lu par le ler. secrt&aire du Bureau.
M. Th. Lafontant: MM., a 1'6gard de l'addi.tion qui faith encourir la peine de la
contrainte par corps, aux agents des bateaux qui auront enfreint la loi, je trouve
qu'elle n'est pas admissible. La contrainte par corps est une exception de la loi, elle
entraine des formalities tres longues, dans certaines localities, les agents des ccmpagnies
de navigation jouissent, en vertu de la loi mcme. d'une sorte d'immunit6: partant.
la contrainte par corps exigcant la detention de ces agents, serait impossible: on serait
oblige de recourir aux vcies ordinaires contre eux, car en agissant autrement. on
donnerait lieu i routes sortes d'incidents et de difficulties diplomatiques qu'il nous
faut 6viter.
M. le President: Vous &es arrivxe malheureusement trop tard, mon collogue: Ia
discussion de I'ensemble ne peut porter sur le fond meme de la loi, elle ne doit porter
que sur ies conditions des articles micjifiis, en vue d'une redaction r6guliere. II n'y a
done pas de discussion possible. le vote est acquis.
Mis aux voix, 1'ensemble de la loi est vct&.





Ia I I de Illyi ,ne, de I'Assistance Publique,


Je compete sur votre zeIe et votre devouement pour repondre A mon
attente.
AgrOez, Monsieur le \I&decin, l'assurance de ma parfaite conside-
ration.
M. MONTASSE.



CHAMBRE DES REPRESENTANTS
Seance du vendredi 7 Aofit 1891.
Presidence de Mr. le dCpute P. P. Andre.
Mr. BIliard Jeune, Secritaire d'Etat de la Guerre et de la Marine:
Je viens donner lecture a la Chambra, et faire le dip6t sur ses bureaux d'un project
de loi concernant l'arrft6 du 28 Juillet dernier, qui a trait i la Police Maritime.
En consequence Mr. Beliard Jeune donne lecture du project de loi suivant:

LOI
HYPPOLITE
President d'Hai'ti

Vu l'Arrht6 en date du 28 Juillet 1891, portant defense a tous navires d'entrer
dans les ports et rades de la Republique, de six heures du soir i six heures du matin:
Vu 'article 69 de la Constitution;
Considirant qu'il imported d'assurer 1'exicution des measures de police, continues
dans le susdit arr&t6, et d'6tablir, par consequent, une sanction penale;
Sur le rapport du Secr6taire d'Etat de la Marine,
Et de l'Avis du Conseil des Secretaires d'Etat:

A PROPOSE:
Et le Corps LUgisla'tif a vote la loi suivante:
Article ler.-Les navires qui violeront la defense d'entrer dans les ports et rades,
aux heures fixes par l'arrfti du 28 Juillet 1891, encourront, les steamers, une amende
de cinq cents piastres en or et les voiliers, une amende de deux cents piastres en or.
Article 2.-La contravention sera constate& par proces-verbal du commandant ou
d'un officer du port. L'amende devient exigible par le seul accomplissement de cette
formality.
Article 3.-Cette amende sera payie par les consignataires des voiliers et par les
agents des bateaux i vapeur.
Donned au Palais National, i Port-au-Prince. le 6 Aofit 1891, an 88e. de l'lnd&-
pendance.
HYPPOLITE
Par le Prisident:
Le Secretaire d'Etat de la Guerre et de la Marine: BELIARD Jeune.
Le Secrhtaire d'Etat des Relations Exterieures: H. LECHAUD.
Le Secr&taire d'Etat de l'Intzrieur et de la Police gn~cnale:
NEMOURS PIERRE-LOUIS ain6.
Le Secretaire d'Etat des Finances et di commerce: STEWART.





de I'Enseignement et de I'Exerctce de la MCdecine en Haiti


ARRETE

HIYPPOLITE
President d'Haiti

Sur le rapport des Secr&taires d'Etat des Relations Exterieures et de
l'Int6rieur:
De l'avis du Conseil des Secr6taires d'Etat:
Vu la consultation redigte par le Jury medical central, en date du
10 du courant;
Et considerant que nos ports ouverts ne sont pas pourvus de la-
zarets;
A ARRETE et ARRETE cc qui suit:

Article ler.-Aucun navire venant des ports qui sont signals com-
me infects par le cholera, porteur d'une patente brute, et ayant ou
ayant eu un cas de maladie pestilentielle A son bord, ne sera admis
dans les ports ouverts de la R6publique.
Article 2.-Aucun navire porteur d'une patente nette, venant di-
rectement ou indirectement d'un port infect, mais ayant eu ou ayant
A son bord un cas de maladie pestilentielle, ne sera admis dans les ports
ouverts de la Republique.
Article 3.--Les navires porteurs d'une patente brute, mais n'ayant
eu depuis leur depart d'un port inspect aucune maladie pestilentielle
A leur bord, seront soumis a une quarantine d'observation don't la
d'ur6e ne pourra exceder 5 jours, si aucun cas de maladie ne se declare
pendant l a quarantine.


M. Bdliard jeune. Secretaire d'Etat.: Je demand l'urgence pour ce project de Ioi.
M. le Prisident: La demand d'urgence. pouvant &tre appr&cifc par la Chambre.
je la mets en deliberation.
Sur la demand de quelques deputies, une deuxicme lecture est donn&e de cc project
de loi.
M. Figaro: Comme vous l'avez lu dans l'arr&t6 du 28 Juillet dernier, vous savez
que le Gouvernement dans Ie but de maintcnir la sfiret publique:

M. E. G. Laporte: Motion d'ordre! J'allais demander tout d'abord 5 M. Ic Secr&-
.lire d'Etat de vouloir bien exposer les motifs qui avaient nccssit6 la demand
d'urgence.
M. Figaro: L'explication que demand le depute Laporte lui est assez amplement
fournie par l'arr&t6 du 28 Juillet; s'il desire d'autres renseignzments, ils peuvent lui
ktre donnas par Mr. le Secrdtaire d'Etat.





de I 'Assistance Publique,


Article 4.-Les navires munis d'une patente nette, et qui ne se
trouveront pas dans Ie cas de l'article 2, seront admis a la libre pra-
tique.
Article 5.-Lcs navires, qui seront soumis a la quarantine d'ob-
servation, devront d6barqucr leurs marchandises, apres cette quaran-
taine, a bord des navires servant de dep6ts provisoires s'ils s'en trou-
vent dans Ie port; mais dans aucun cas, ces marchandises ne peuvent
etre deposees dans les douanes de Ia Republique sans avoir Rt6 au pre-
alable desinfecties co'nform6ment a cc qu'il sera dit en I'article suivant.
Article 6.-Aucunes marchandises, provenant directement ou in-
directement des ports infects, rnme si elles &taient transport6es par
un navire admis A Ia libre pratique, ne pourront etre debarqu,'es dans
un port ouvert de la Republique, si elles n'o'nt 6t6 pr6aIab'lement de-
sinfect6cs sur un navire servant de dep6t provisoire ou, s'il n'en existe
point, sur les chalands servant a leur transport sur Ie wharf et une
deuxieme fois sur Ie wharf Iui-meme a moins que I'autorit6 sanitaire
n'en ordonne Ia destruction.
Article 7.-Les Iettres et colis postaux provenant d'Europe, a cause
des ports infects, ne sont admis dans aucun port ouvert de la Repu-
blique sans avoir et6e au prealable desinfectves par les soins des autorites
mcdicales et locales; une premiere fois sur Ie navire qui les a appo'rtes,
une second fois sur le wharf ou rivage du port ofi ils sont depos6s, et
une troisilme fois au moment de leur classement ou de leur expedition
dans une ville quelconque de la R6publique.



Je disais done qu'en raison de !a situation du pays, en raison meme de celle de b'en
de villes voisines de notre territoire, ii est bon que le Gouvernement prenne certaines
measures concernant, tant I'&tat sanitaire, que la sfiret6 interieure de la Republique.
C'cst pourquoi j'appuie la demand d'urgence et le vote immediat demands pour la
discussion de la loi de sanction de l'arrft6 du 28 Juillet dernier.
Mise aux voix, la demand d'urgence est vote.
Mr. BMliard jeune, Secr-taire d'Etat: Je remercie I'Assembl&e d'avoir bien voulu
admettre la demand d'urgence. Le vote immediate 6tant 6galement necessaire, vu la
situation, je le reclame de ia bienveillance et du patriotism de la Chambre: il import:
d'cxpidier au plus t6t ce project.
Mise aux voix, la demand de vote immediat est agr6&e.
M. B6liard jeune, Secretaire d'Etat: MM. les deputes, je vous remercie du nouveau
vote que vous venez de m'accorder, je n'en attendais pas moins de votre bienveillance
ct du souci que vous prenez des intcrfts du Pays.
M. le President: La Chambre, M. le Secrdtaire d'Eta.t, s'associe entirem.ent aux
measures que prend le Pouvoir Executif pour assurer la security des families et l]e
repos public: elle s'efforcera tou'ours de marcher en harmonic avec lui.


ta de I', j -





de I'Enseignement et de I'Exercice de la ,1r6decine en Haiti


Article 8.-Pour assurer 1'ex&cution de ces prescriptions, il sera ad-
joint aux medecins des difflrents ports ouverts de la Republique des
medecins sp&ciaux qui seront charges conformement i l'usage de pro-
ceder, conjointement avec le m,6decin du port, a la visit des navires qui
s'y presenteront; ces medecins seront tenus de se conformer, en cc qui
touche ces visits, aux precautions indiques par lze Jury medical et a
toutes autres enseign6es par la science.
Article 9.--Ils devront, autant que possible, joindre les navires en
grande mer et proceder aux visits de la facon la plus minutieuse.
Les passagers a destination d'Ha'iti seront tenus, dans le cas de qua-
rantaine d'observation, d'attendre, avant de d:"barquer, 1'expiration de
la quarantine, soit a bord des navires auxquels on a-ura refuse la libre
entree, soit a bord de ceux qui auront t&6 designs pour servir de d :-ir
provisoire dans les ports o6i il s'en trouvera.
Les males et effects, A usage des dits passagers, ne pourront, meme
apres 1'expiration de la quarantine, htre debarques sans avoir &t6 sou-
mis a une disinfection.
Article 10.-Les m6decins des ports et ceux qui leur sont adjoints
seront tenus sur leur responsabil.it6 personnelle de faire proceder A
tou'te disinfection n&cessaire; ils auront aussi la surveillance spiciale
des navires pontons qui pourront servir de d6p6ts provisoires et des
navires qui seront en quarantine.



A ce moment M. D. S. Raimeau, Secretaire d'Etat de I'lInstruction Publiquc ct
des Cultes, penitre dans 1'enceinte, communique avec M. Ie Secritaire d'Etat de la
Guerre et se retire.
M. Beliard Jeune, Secretaire d'Etat: Si la Chambre n'a plus besoin de ma presence,
je lui demanderai la permission de me retire
M. le President: Votre presence est n cessaire. M. le Ministre, car la Chambre va
border la discussion du project que vous venez de lui presen.ter.
Mis ensuite successivoment en discussion, puis aux voix, les considerants des articles
1, 2 et 3 du project de loi sont votes sans modifications.
Au vote de 1'ensemble, M. C. Guillaume pr i. d'ajouter un quatricm2 article
ainsi concu: seront contraires>>.
M. Beliard Jeune, Sectrtaire d'Etat etc.: Comme c'est une Iloi de sanction, je vous
prie, Messieurs les deputes, de vouloir la voter telic qu'elle vous est soumise.
M. G. Guillaume: Ce que je propose ne peut ,.l ',in ,r en rien 1'6conomic de la
loi; mais, si M. le Secretaire d'Etat insisted pour que cc quatri'me article ne soit pas
ajout6, je ne vois pas d'inconvenicnt a rctircr ma proposition.
M. BMliard jeune, Secr6taire d'Etat etc... Je prie 1'Asscmblce de ne porter aucune
modification i ce project de loi. pour n. pas contrarier les autres lois sur la police
maritime, en ce qui concern surtout les douanes.
Mis ensuite aux voix, l'ensemble du project de loi est vote.





La L. ',i'la liin de Il'ufhin,., de l'Assistance Publique,


Article I l.-Les ports de la R6publique seront pourvus, dans le
plus bref delai, et sur la liste fournie par le Jury medical, des d.sin-
fectants que n&essitent les measures pr6ventives ou la presence 6velntuelle
de 1'6pidemie.
Article 12.--Le Jury medical sera tenu d'indiquer aux populations
les measures les plus propres 5 les preserver de I'epidemie, et les conseils
communaux seront tenus sur leur responsabi'lit. d'".excuter, dlans la
measure du possible, les instructions qu'ils pourront recevoir du Jury
medical.
Article 13.-Le Gouvernement recommandera, au plus vite, aux
populations les mei'l1'eurs disinfectants et leu'r indiquera Tleuir mode
d'emploi.
Article 14.-En dehors des measures ci-dessus, il sera rigoureusement
observe toute precaution recommandee par la science et 1'experience et
jug6e n&cessaire par I'autorit6 medical.
Article 15.-Les depenses resultant de I'application du present ar-
rRt6 seront a la charge de qui de droit.
Article 16.-Les Secr6taires d'Etat seront charges, chacun en ce qui
le concern, de 1'ex6cution du present arr&t6.
Fait au Palais National de Port-au-Prince, le 15 Septembre 1892,
an 89e de 'Independance.
HYPPOLITE
Par le Pr6sident:
Le Secr&taire d'Etat de l'Interieur: S. M. DUPUY
Le Secr&taire d'Etat de la Guerre et de la Marine: T. JN. GILLES
Le Secr&taire d'Etat des Relations Exterieures etc.: ED. DE LESPINASSE
Le Secretaire d'Etat des Finances, etc.: F. MARCELIN
Le Secretaire d'Etat des Travaux Publics: F. DUCASSE






ARRETE DE POLICE
LE DEPARTMENT DE L'INTERIEUR
ET DE LA POLICE GENERAL

Prenant en consideration l'article du Jury Medical Central de la
Republique insere dans le Journal Officiel du 12 courant, au No. 33,
par lequel il est donna certain conseils aux families, attirant notam-






de I'Enseignement et de I'Exercice de la Medecine en Haiti


ment l'attention du public sur les dangers que courent les enfants que
I'on place dans les voitures funebres pour accompagner Ies petits d&-
funts;
A ARRETE et ARRETE ce qui suit:
Article ler.-Il est expressement defendu aux loueurs de voiturcs,
d'e buss ou autres v6hicules destines i la circulation publique, aux care-
monies de marriage ou baptmes, de les Iouer sciemment pour les fun&-
railles des enfants, et aux families de les employer i cet effet.
IIs doivent avoir des voitures specials pour les pompes funebres.
Article 2.-Il est recommand6 aux families de ne pas permettre a
leurs enfants de monter dans les chars funebres, pour Ies motifs si-
gnalIs par le Jury MeOdical Central.
Article 3.-Le present arrete sera ex&cut6 A Ia diligence du Conseil
Communal et du Commissaire Inspecteur de Ia Police administrative.
Donned 2 la Secretairerie d'Etat de I'Interieur et de Ia Police gonerale
le 26 Aoit 1893, an 90eme de l'Independance.
Le Secre&aire d'Etat de 1'Intrieur: SAINT M. DUPUY


ARRETE
LE SECRETAIRE D'ETAT DE INSTRUCTIONON PUBLIQUE
Attendu qu'il y a lieu de gen6raliser a tous les dipl6mes et certificates
dlivres par l'Universite d'Hai'ti les droits universitaires prevus dans la
Ioi sur l'Instruction publique;
Attendu que, par suite de l'obligation faite 2 tous les haitiens de
recevoir l'instruction primaire, il est just d'exempter de tous droits
le certificate d'&tudes primaircs destin iA sanctionner cette obligation;
ARRETE ce qui suit:
Article ler.-Par assimilation aux droits fixes pour Ies degres uni-
versitaires, ii sera perqu:
Pour le dipl6me de pharmacien ... 40.00
Pour le dipl6me de sage-femme 30.00
Pour le certificate d'6tudes secondaires (sp&iales et classiques) 15.00
Toutes ces valeurs tomberont dans la caisse de I'Universite et les
dispositions de la loi et des reglements concernant l'organisation de
cette caisse leur seront applicables.
Article 2.-Le certificate d'etudes primaires sera delivr6 sans frais
A tous ceux qui, apres avoir parcouru le programme complete des &coles
primaires urbaines, auront satisfait aux conditions des examens.
Fait a la Secr&tairerie d'Etat de I'Instruction Publique, le 28 Aoit
1894.
Le Secr&taire d'Etat: P. M. APOLLON





La LecIslu.ton de I' f',ai. n de I'Assistance Publique,


REGLEMENTS

De FEcole Nationale de Medecine et de
Pharmacie

Libort E. dlU i Fraterniti
REPUBLIQUE D'HAITI

Le Secretaire d'Etat au D6partement de I'Instruction Publique

Vu la loi du 7 Decembre 1 860 sur 1'Instruction Publique et celle du
19 Septembre 1870 portant reorganisation de l'Ecole de M6decine et
de Pharmacie;
Considirant qu'il y a lieu de reviser les reglements de cette cole;
Le Conseil des Secr&taires d'Etat consult,

ARRETE ce qui suit:

CHAPITRE PREMIER

I. Regime de I'enseignement, ouuerture des course, admission, ins-
pection.
Article ler.-L'ouverture des course de l'Ecole Nationale de Mede-
cine et de Pharmacie est fix&e au ler Lundi du mois de Septembre.
Article 2.-Nul ne sera admis comme &tudiant a 1'Ecole de Mede-
cine s'il n'est po'rteur d'une carte de 1'Inspection scolaire attestant qu'il
a 6puis6 le programme de l'enseignement secondaire classique.
Article 3.-En vue de l'obtention d'un grade a l'Ecole, des inscrip-
tions sont accordees aux &tudiants. Elles sont au nombre de 16 pour
la M6decine et de 12 pour la Pharmacie. Elles sont delivr~es une tous
les trois mois.
Article 4.-La premiere inscription doit &tre prise dans le premier
trimestre de l'ann&e scolaire. Les inscriptions sont absolument person-
nelles et, en aucun cas, l'tudiant ne peut se servir d'un mandataire.
Article 5.-L'&tudiant ne pourra jamais commencer ses &tudes apris
le I er. trimestre de l'ann6e scolaire. A cet effet, il ne sera accord au-
cune dispense.
Article 6.-Chaque &tudiant qui se presente pour avoir sa premiere
inscription est tenu de se conformer aux obligations suivantes:





de I'Enseignm? ent t de'Er I xrci J I Jcin en ait


1.-Pr6senter son acte de naissance;
2.-S'il est mineur, le consentem'ent de ses parents;
3.-Un certificate d'6tudes de 1'enseignement secondaire classique.
Article 7.-En s'inscrivant, l'6tudiant d&clarera sa residence r6ell'e,
et, s'il vient a en changer, il est tenu d'en faire une nouvelle declaration.
Toute fausse d&laration de residence entrainera la perte d'une inscrip-
tion. Cette peine sera prononc~e par le Directeur.
Article 8.-Est possible de la perte d'une A trois inscriptions tout
etudiant qui aura pris u.ne inscription pour une autre.
II. Peremption des Inscriptionls.
Article 9.-Tout 6tudiant, qui, sans motif jug6 valuable, n6glige
pendant 2 ans de prendre des inscriptions et de subir aucune epreuve,
perd le b6nefice des inscriptions prises depuis la derniere epreuve subie
avec succes. La decision est prononcee par le directeur apres avoir, au
pr6alable, donn6 avis 5 l'inspection Scolaire.
III. Cartes d'inscription et d'admission.
Article 10.-Une carte d'inscription est delivr6e gratuitement a
chaque etudiant de 1'&cole, laquelle carte est renouvel6e au commence-
ment de chaque annie scolaire centre la remise de celle de l'annee pre-
cedente.
Article 11.-Le Directeur de 1'Ecole Nationale de Medecine et de
Pharmacie, peut d6livrer des cartes d'admission aux personnel qui veu-
lent suivre, A titre d'audit'eurs benevoles, les course et les exercices pra-
tiques r6serv6s aux seuls 6tudiants inscrits.
Article 12.-Les personnel qui, A titre d'auditeurs bhnevoles, d6si-
rent obtenir une carte d'admission pour les course et les exercices pra-
tiques de l'6cole, doivent a.dresser leur demand au directeur, qui l'ins-
crira sur le registre de 1'Etablissement destine a cet effet. Toutefois,
cette demand doit indiquer leur nom, pr6nom et adresse.
Article 13.-Les cartes d'admission dMlivrees aux auditeurs bn&e-
voles sont valables pour une annee et peuvent ftre renouvel6es au com-
mencement de chaque ann6e scolaire sans aucun frais.

CHAPITRE II
Matiires d'Enseignement

Article 14.-L'enseignement de 1'Ecole Nationale de M6d.cine et
de Pharmacie comprend: l'Anatomie, la Physiologie, 1'Hitcloi;., les
Pathologies m6dicale et chirurgicaie. la Physique medicale, la Chimie.





La I i rde I 'Hyqicn?, de I'Assistance Publique,


la I l .im., l L 'H fin. la 'l, .,.n. l'Mgi1c la Mati&re medicare, la
Thcrapeutique, les Accouchements, la Toxicologie, l'Odontologie et
Ics (Ciniqu, -.
Article 15.-ILes etuies pour obtenir le dipl6me de docteur en m6-
decine durent cinq ann6es et pour celui de pharmacien trois ann6es.


CHAPITRE III

Du Personnel

Article 16.-Le personnel enseignant se compose: d'un directeur-
.prU.'Ft;uru de professeuirs, don't le nombre est fixe6 par le D6partement
de l'Instruction Publique; d'un preparateur et d'un aide-preparateur,
attaches tous deux au professeur de chimie; d'un jardinier, attach au
professeur d'histoire naturelle; d'un secr&taire-biblioth&caire. Un gar-
con ou appariteur est aussi attach a 1'Ecole.
Article 17.-Chaque professeur doit trois heures de course A 1'ecole
par semaine conform6ment a la repartition faite par le Directeur.
Le personnel est tenu d'observer les lois et reglements sur l'Instruc-
tion Publique.
Toute absence non motive entraine une retenue sur les appointe-
ments, retenue proportionnelle au temps que le membre du personnel
doit fournir a 1'Ecole pendant le mois.
Quatre absences non motivees pendant le mois equivalent a une d&-
mission.
Article 18.-Les pines qui peuvent ftre prononc6es centre les pro-
fesseurs sont 1.-l'avertissement; 2.-la retenue; 3.-la suspension.
La suspension entraine, pendant sa dur6e, la perte des appointe-
ments.
Article 19.-Le Directeur aura la surveillance de l'&ablissement,
le soin et l'entretien des bitiments et du mobilier. II est charge de diri-
ger administration et la police de I'6cole et d'assurer l'execution des
reglements.
II correspond avec l'Inspection scolaire et le Secr&taire d'Etat de
l.'Instruction Publique.
Pour toutes les questions d'administration interieure, le Directeur
de l'Ecole de M6decine et de Pharmacie doit s'adresser a 1'Inspection
Scolaire.
Article 20.-Au Directeur appartient l'attribution des course a cha-
que professeur et selon les aptitudes de celui-ci.





de I'Enseignement et de VExercice de la Jcdecine en Hi'c:i


La r6partition des course sera communique au Secr&taire d'Etat de
l'Instruction Publique qui d6cidera en cas de contestation.


CHAPITRE IV
Des Boursiers
Article 21.--Les boursiers seront JO ,;':r.;s parmi les etudiants ad-
mis 1l'Ecole de Medecine et de Pharmacie, pour toutes les localit6s
de la R6publique.
L'Etat leur accord un traitement mensuel.
Article 22.-Ils seront r6partis entire les diff6rents departements.
Article 23.-Ils seront nomm6s par le Departement de 1'Instruction
Publique, apres concours.
Article 24.-La bourse est accord6e, savoir: aux &tudiants en m6-
decine pour un maximum de cinq ann6es; aux 6tudiants en pharmacie
pour un maximum de 3 ann6es.
Article 25.-Un d6lai qui ne peut exceder une ann6e, sera, en outre,
accord aux boursiers pour achever leurs examens de doctorate ou de
pharmacie; a d6faut de quoi, ils perdront le b6n6fice de la bourse qui
leur est attribute.
Article 26.-Le Directeur de I'Ecole de Medecine exercera une sur-
veillance active et sp6ciale sur les boursiers, qui devront &re tres regu-
liers. Ils ne pourront s'absenter qu'avec I'autorisation du directeur et
3our cause motivee.
Quatre absences non autoris6es pendant un mois entrainent la sus-
pension de la bourse pour ce mois. Apres trois suspensions, la bourse
es~t et demeure supprimee. A cet effet, le directeur devra exp6dier tous
les mois a l'inspection scolaire une liste nominative des boursiers avec
des observations sur leur regularit6 et leur conduite.
Article 27.-Les boursiers sont obliges, leurs etudes achbv.43, d2
pratiquer leur art dans le department d'ou ils sont sortis, pendant
cinq ans, pour les m6decins et pendant trois ans pour les pharmaciens.
Pass6 ce d6lai, ils seront libres de r6sider ou ils le jugeront convenable.
Article 28.-En cas de faute grave de la part d'un 6tudiant ou d'un
boursier, le directeur peut lui interdire proviscir:m2nt les course. Mais
il devra en r6f6rer dans les vingt quatre heures A lIInspection scolaire,
qui, apres une enqufte, fera son rapport au Secr6taire d'Etat de l'Ins-
truction Publique, qui d6cidera de la question.





I"I L-'Yistof in d?: I'IItq'ene, de I'Assistance Publique,


CHAPITRE V

I. Des examens
Article 29.-Les examens seront faits par le directeur et les pro-
fesseurs de l'Ecole, sous le contr6le et la pr6sidence de l'Inspection
Scolaire.
Article 30.-Les aspirants au doctorate en medecine subissent cinq
examens et soutiennent une these. Les deuxieme et troisieme examens
sont divis6s en deux parties:
A la fin de chaque ann&e, ii y aura une visit scolaire.
Premier examen: Physique, Chimie, Histoi're Naturcll: mfdicale.
Deuxi"me examen: Premiere partie.-Dissection (epreuvw prat:-
que), Anatomie (6preuve orale.)
DauxiEme parties: Histologie, Physio-logie.
Troisie6me examen: Premi.re parties: \I'deciin: Op6ratoire (6preuxe
pratique), Pathologie externe, Chirulrgie Op&ratoire (6preuve orale).
Deuxieme parties: Pathologic interne, Pathologic Gnen&rale.
Quatriime examen: Hygiene, M6decine l1gale, Thl;rapeutique, Ma-
ticre m6dicale et pharmacologie.
Cinqui&nme examen: Cliniques interne, externe et obstt&ricale.
These: Le choix du sujet est laiss6 au candidate.
Article 32.--Le premier examen peut &tre subi apres la sixieme et
la septieme inscriptions.
Le deuxieme examen est subi entire la quatorzieme et la seizieme
inscriptions.
Les trois autres examenss peuvent etre subis apres la seiz-ime ins-
cription au gr6 du candidate.
Article 33.-La nomenclature des 6preuves pour obtenir le dipl6me
de pharmacien comporte:
Premier examen: Botanique, Zoologie, Chimie M.inrale.
Deuxiwme examen: Physiqu~e, Chimie Organique, Pharmacie Chi-
mique.
Troisieme examen: Pharmacie Galenique, Toxicologie, Mati&re me-
dicale.
Article 34.-Le premier examen pour la pharmacie est subi apres
la huitieme inscription; les deux autres entire la huitieme et la dou-
zieme. En outre, l'6tudiant en pharmacie doit pouvoir presenter un
certificate attestant qu'il a fait un stage de deux ans au moins dans une
pharmacie.





de I'Enseignement et de l'Exercice de la AMdecine en Haiti


Article 35.-Chaque examen peut etre ouvert pour plusieurs etu-
diants a la fois, pou'rvu qu'ils ne soient pas plus de tirois.
Article 36.-L'ajournement est de trois mois pour tous les exa-
mens. Pendant la dur6e de l'ajournement, le course des inscriptions est
suspend.
Article 37.-L'6tudiant en medecine doit, a chaque nouvel examen,
presenter un nouveau certificate de stage de clinique sign par le direc-
teur ou le chef de clinique.
Article 38.-Les examinateurs se prononceront par bulletin de
vote, au scrutiny secret et pourront donner les notes suivantes:
lere. note: >
2&me. note: 3&me. note: <>
4&me. note: 5eme. note: <
Le resultat de 1'examen sera &crit et sign par les membres du Jury.
Article 39.-Les dipl6mes de docteur en medecine et de pharmacien
sont delivr6s apres le dernier examen, par le Secr6taire d'Etat de f'Ins-
truction Publique, sur le rapport du Jury de 1'examen.
Article 40.-Les examens sont publics et doivent avoir lieu a 1'E-
cole de M6decine.
II.-Fraudes dans les examens.
Article 41.-L'examen dans lequel une fraude est constat&e est nul.
En cas de flagrant dMlit, le candidate est invite a quitter immediate-
ment la salle.
La nullit6 est prononc&e sans delai par le Jury.
Sa decision est definitive.

CHAPITRE VI

Dispositions relatives aux conditions d'6tudes exigyes des aspirantes
au dipl6me de .,ld -femme.

Article 42.-Les &tudes pour obtenir le dipl6me de sage-femme
sont de deux annees.
Article 43.-Ces etudes doivent &tre faiths dans l'Ecole Nationale
de Medecine et de Pharmacie. Elles sont th6oriques et pratiques. A cet
effet, un service obstetrical hospitalier sera organism.
Article 44.-Les aspirantes au dipl6me de sage-femme subissent
deux examens:





La Legislation de lI'lui'ir, de I'Assistance Publique,


Le premier examen doit ftre subi a la fin de la premiere annie; il
comprend l'anatomie, la physiologic et la pathologies 6lementaires. Le
second examen a la fin de la deuxieme ann6e; il comporte la thborie et
la pratique des accouchements.
Article 45.-Les aspirantes au dipl6me de sage-femme doivent
s'inscrire A 1'Ecole Nationale de M6decine et de Pharmacie A partir du
ler. Septembre jusqu'a la fin du premier trimestre de I'annee scolaire.
Passed ce d6lai, aucune inscription n'est admise.
Article 46.-En s'inscrivant A 1'Ecole Nationale de Medecine et de
Pharmacie, les aspirantes au dipl6me de sage-femme sont tenues de
presenter les pieces suivantes:
lo. Leur acte de naissance;
2o. Si elles sent mineures non marines, l'autorisation de leur pere
ou tuteur;
3o. Si elles sont marines et non divorces, le consentement de leur
maria et leur acte d-e marriage;
4o. En cas de dissolution du marriage, l'acte de d&cis du mari ou
1'acte notifiant le divorce;
5o. Un certificate de bonne vie et moeurs.
6o. Un certificate d'etudes primaires.

CHAPITRE VII

Dispositions relatives aux conditions d'etudes exigees des aspirants au
grade de chirurgien-dentiste.
Article 48.-Les etudes pour obtenir le dipl6me de chirurgien den-
tiste durent trois ans.
Les aspirants doivent produire, pour prendre leur premiere inscrip-
tion, un certificate d'etudes secondaires speciales.
Article 49.-Des inscriptions leur sont d6livr6es tous les trois mois.
Elles sont au nombre de douze.
Article 50.-Ils subissent, apres la 12&me. inscription 3 examens
sur les matieres suivantes:

Premier examen:
BlEiments dd'Anatomie et de Physiologie. Anatomic et Physiologie
speciales de la bouche.





ae ;'Enseignement et de I'Exercice di 1j AI :'cin?: e-r II.trt


Deuxieme examen:
Elements de Pathologic et de Thbrapoutique.
Pathologie sp&ciale de la bouche.
Medicaments anesthesiques et autres.
Troisieme examen:
C,',nique, Affections dentaires et maladies qui y sont liieL. O-p-
rations.
Operations pr6liminaires a la prothese dentaire.
Article 5 1.-Les examens sont subis au siege de l'&cole devant un
Jury de trois membres pr6side par un membre de l'Inspection scolaire.

CHAPITRE VIII

Dispositions gen6rates.
Article 52.--Est autorisee, sur la demand du directeur, l'admission
a tit-re honorifique d'un certain nombre de professeurs libres 1l'Ecole
de Medecine pour y faire des course speciaux. Ces professeurs doivent
etre munis des titres universitaires valables.
Article 53.-Le brevet d'officier de sant6 ne peut &re assimil. au
dipl6me de docteur en medecine. L'Officier de sant6 qui voudrait ob-
tenir un dipl6me de docteur en m6decine doit subir les examens regle-
mentaires.
Article 54.-Les 6tudiants inscrits a 1'Ecole de Medecine sont obli-
ges d'en suivre regulierement les course. Le Directeur peut, a la fin du
trimestre, annuler l'inscription d'un &tudiant don't I'assiduit6 n'a pas
iti suffisante.
Article 55.-Il est defendu a tout autre qu'aux &tudiants interroges
par 1e professzeur de prendre la parole dan s Ie's 'a1 's c': course ou d'exa-
men.
Article 56.-Si un course ou un examen doit etre trouble, le pro-
fesseur invite immediatement l'auteur du d6sordre a sortir et le signaled
au directeur pour qu'il soit pris contre lui telle measure que de droit.
Article 57.-Les professeurs sont tenus de se presenter aux heures
fixes par les reglements interieurs pour chacun des course qui leur sont
confi.s. En cas de retard, dfiment constat6 par le directeur, un premier
avertissement sera fait au professeur. En cas de r&cidive, le retard sera
consid&6r comme une absence.
Article 58.-Le stage hospitalier et les travaux pratiques de labo-
ratoire et de dissection sont obligatoires.





_ L yishlrc n de i '' i


Article 59.-Tout postulant i un examen qui, sans excuse jug~e
valuable par le Jury, ne repond pas A 1'appel de son nom le jour qui lui
a etc indiqu6, ne pourra se presenter qu'apres un intervalle de six mois.
Article 60.-Les 6tudiants en medecine et en pharmacies font
exempts du Service Militaire.

CHAPITRE IX
De la Bibliotheque.
Article 61.-La bibliotheque se compose de tous les livres n6ces-
saires a l'enseignement de l'Fcole, sur un catalogue propose au Secre-
taire d'Etat de l'Instruction Publique par le Directeur et les profes-
seurs.
Un inventaire en double expedition sera dressed de tous les ouvrages
de la Bibliotheque actuelle de 1'Ecole de Medecine et de Pharmacie et
sera envoy a 1l'Inspection Scolaire qui en adressera une copie au D&-
partement de l'Instruction Publique.
Article 62.-L'Ecole sera aussi pourvue du matriMel, des pieces ana-
tomiques, d'un atelier d'odontologie, du cabinet physique, de labora-
toires de chimie et de bact6riologie n&essaires. Une revue mrdicale
mensuelle publiera les experiences susceptibles d'atitirer l'attention du
monde scientifique.
Article 63.-11 est defendu de deplacer les livres de la bibliotheque.
N6anmoins, pour les besoins de l'enseignement, les professeurs pour-
ront en disposer sur rec6pissL.
Quant aux pieces anatomiques, aux instruments et autres objets
appartenant 1l'Ecole de Medecine et de Pharmacie, ils ne pourront
dans aucun cas, 6tre disposes en dehors de 1'Ecole.
Article 64.-Les presents reg elements abrogent tous les riglements
ant6rieurs et seront immediatement mis en execution a la diligence de
1'Inspection Scolaire de Port-au-Prince.
Donn6 a la Secr6tairerie d'Etat de l'Instruction Publique, le 30
Aofit 1898, an 95&me. de l'Independance.
JH. C. ANTOINE


iL' l'A sis:an?:e Pii',h/.,u





de .'E;. ',,n..r..n et de l'Excrtcce d i l dicin? en :. 21



CHAMBRE DES REPRESENTANTS

Seance du 6 Juin 1887

Expose des motifs du project de loi portant r,',,r..wiiiui r? de I'Ecole de Medecine
et de Pharmacie.

A LA CHAMBRE DES REPRESENTANTS.

Messieurs les deputes:

La loi du 23 Septembre 1870 portant reorganisation de l'Ecole de Medecine et
de Pharmacie est depuis longtemps reconnuc inexbcutable et est. en .1 i, rcste? inexe-
cutee jusqu'a ces jours derniers. Or, rien n'est plus dangereux, plus demoralisant
pour un people, que d'avoir des lois qui sont iludies. C'est pourquoi ii est du devoir
du 16gislateur d'etre toujours cla:ir et pratique dans cc qu'il fait. Le project de loi
que j'ai i'honneur de soumettre ~ vos sages deliberations a pour but de i.;orgpnis>r
sur des bases serieuses 1'Eco'le de Midecine et de Pharmacie.
La loi du 23 Septembre 1870 m'a servi de point de depart; elle rmnferm2 quel-
ques bonnes dispositions qui meritent d'etre conservCes. Je l'ai seulement quelque
peu modified dans les parties reconnues, par experience, inexicutables ou nuisibles. En
fait de dispositions nouvelles, ii n'y a que le chapitre ler. ayant pour titre: ORGA-
NISATION DE L'ECOLE. Ce chapitre est indispensable.
La loi de 1870 a, il est viai, determine les course i enseigner i 1'Ecol?, ainsi que
le personnel enseignant; mais, ses dispositions ne sont pas assez daires, assez impira-
tives. Plusieurs course indispensables cependant au medecin ne sont point professes i
l'Ecole de Medecine, tels que: l'hygiene, medecine 1lgale, toxicologie. histologie, his-
toire naturelle m6dicale, accouc.hements, etc... Et, chose curieuse! on exige ces ma-
tieres des 6tudiants qui se prisentcnt aux examens.
I1 imported de rendre ces course obligatoires, par des dispositions claires et precises.
D'un autre c6te, les exaimens du doctorate sont riglements de telle sorte que 1'tudiant
en subit un tous les ans sur les matieres apprises dans l'annie: c'est du temps gagn6
sans que cela nuise au risulta.t a obtenir. J'ai aussi modifiU la composition du Jury
d'examen qui, telle qu'elle existed, est reconnue defectueuse. II n'est pas possible, en
effet, de mettre entierement en dehors de ce Jury les professeurs de 1'Ecoile qui sont
les meialeurs juges en la matiere.
Je propose de composer le Jury d'examen parties de membres du conseil de sur-
veillarnce, parties de professeurs de I'Ecole.
Enfin, j'ai frapp6 chaque 6tudiant d'un droit de cinq gourdes par examen, afin de
*couvrir les frais i fair. Actuedlement, pour un dipl6me de Dlocteur, on est oblige de
payer soixante gourdes: c'est trop. Avec les dispositions nouvelles, on aura a payer
vingt-cinq gourdes pour les examens (au nombre de cinq) et dix gourdes pour le
dipl6me: soit en tout trente-cinq gourdes; assuriment ce n'est pas au-dessus des
forces d'un etudiant en medecine.
Tel est, en resumi, mon project de loi. La profession de medecin est certainement
la plus important qui existed, par son utility. I1 faut done l'entourer de toutes les
garanties possibles. Vous ne manquerez pas, j'en suis convaincu, d'accorder a la loi
nouvelle toute attention qu'elle dema.nde.
CH. LAFONTANT





l.: i i i I l .d1, .. de l'Ass:stance Publique,


PROJECT DE LOI
Il:.rtant reojrianisa;ion de 1I'E 1ol: de ICdLn:me et de Pharmacie

ILA CHAMBRE DES REPRESENTANTS
Usant de i -i',,,. qui lui cst accords? par i'articlh 79 de la Constitution.

Consid :ant qu'il est du devor du Gouvle:ncm2nt de dotc2r 1I Pays de M6decins
ct de Pharmaciens capables ct suffisarment cl!aires pour offrir des garanties suffi-
santcs aux families:
Considcrant que la plupart des villes ct bourps de la Republique sont privCs de
mldecins et qu'il impcrte de remCdier a cet itat de choses;
Considcrant ( .' Ile plus sfir moycn de pcurvoir ces loca'it6s de mcdecins qui y
fixen: leur demeure ,c'cst d'en tirer dcs je-ncs gcns suffisam.ment Claires qui recevront
l'instructicn mCdicale aux frais du Gouvernicment, ct scront renvoyes dans leurs
foyers aprcs leurs etudes;
C, nsid6rant que, pour attzindre c- but, il cst urgent que 'Eco!e de MVic:ine et de
Il''i n.i.] seule cole suplrieure de la Ripubliquc, soit o.-ginis e sur des bases so!ides
pouvant presenter les rsu.ltats plus real's quc ceux constatCs jusqu'5 c: jour:
Considerant enfin, que la loi du 15 Septembrc 1870, dCfc-tueusa dans quelques-
uncs de ses dispositions, n'a pas produit tous I2s rsc'lrats qu'on en a:- tnda't;

A PROPOSE

Et le Corps LUgislatif a rendu la loi suivante:

TITRE I

Du personnel et des etudes

Article l er.-Le person.nd enseignant de 1'Eccile de Mldecine, de chirurgie et de
Pha.rmacie se compose comme suit: I-Un directeur, professanit: 2-Six Professeurs;
3-De'ux Rep&titeurs; 4-Un Prlparateur et un Aide Prlpara-teur.
Article 2.-Les course suivants s2ront professes a 1'Eccle: An.atomie, His:ologie,
Physiologie, Pathologie Interne, Pathologie Exte:ne. Melecin. op.rat'oirc. Hyg:ine,
Medecine LUgale, Thirapeutique, Accouchmecnts, Clinique intern.e, Cliniquc externe,
Physique, Chimie, Pharmacie, Toxicologie, Histoire naturelle mldicale.
Article 3.--L'attribution des course ai cheque profcsscur apparti;nt a; Dire.teur
qui ccnsulte i2 cet effet les aptitudes de chacun d'eux, et ce, d'acoo~rd avec .e conseil
de surveillance.
Cependant les course de clinique interne et cxterne scront faits par trim:stre par les
deux professeurs de pathologic.

TITRE II

DES ETUDIANTS
Article 4.-L'Ecole recevra deux categories d'6tu giants: Les bours:l's du Gouver-
nement et les 6tudiants liibres.
i.--Des Boursiers

Article 5.-II y aura pour touted la Rpuoblique seize bourslers repartis come suit
entire les cinq dipartements: 3 pour l2 DCpartement de l'Ouest, 4 pour le D6partement
du Sud, 4 pour le Dipartemen,t du Nord, 3 pour le Departemcnt de 1'Arti'bonite, et
deux pour le D.partement du Nord-Ouest.






de I'Enseignement et de I'Exercice de la MIdecine en Haitl


Article 6.-Les boursiers actuels de I' [..q: de Medecine seront attributes a chaque
Departement, dans la proportion ktablic plus haut, par decision du Secretaire d'Etat
de l'Instruction Publique, de teIlle sorte que les vacanc2s qui surviendront puissent etre
replies suivant les formes prescrites ci-dessus.
Les Boursiers ne percent la jouissance de leurs bourses que quand ils ont subi tous
leurs examens de fins d'ftudes.
Neanmoins, toutes circonstances prises en consideration, sur une declaration du
Directeur de 1'Ecole visant un boursier qui compterait plus de 5 ans sans avoir subi
tous ses examens, le conseil de suIv- 'l.hnc, pourra prendre, s'il y a lieu, la decision de
supprimer la bourse de l'etudiant retardataire.
Article 7.-Les boursiers seront choisis au moyen d'un concourse qui se fera au
chef-lieu de chaque circonscription scolaire, suivant le prc: r:mme don't il est question
a 1'article 16.
Article 8.-Les 6tudiants ainsi designs par Ie concours, seront achemines a Port-
au-Prince, a.ux frais de Ieurs parents.
Article 9.-Les boursiers sont obliges, leurs etudes achevees, de pratiquer leur art
pendant 5 ans dans le department d'oji ils sont sortis.
Passi ce dI.ai, ils sont libres de se fixer oii ils le jugercnt convenable.
Article I 0.-Les boursiers sont cblig6s de rcsider a la capital.
Une absence de plus d'un mois sans permis r6gulier du directeur de 1'Ecole, ou jus-
tification plausible fournie au conseil de surveillance, entrainze la perte de la bourse.

2.-Des etudiants libres

Article I I .-Outre les Boursiers, 1'Eco-le recevra aussi des tu6diants libres.
Article 1 2.-Ils seront admis par 1e conscil de surveillance en justifiant les exi-
gences Je ,l'article 1 6.
Article 13.-Toute absence non motive, de plus d'un mois, entraine la radiation
du nom de 1'etudiant die la l'iste de 1'Ecole.
Article 14.-Les course de 1'Ecole etant publics, des amateurs peuvent etre admis A
les suivre, en se conformant au reglement du dit itablissement.

TITRE III

I.--Des conditions d'Admission a I'Ecole

Toute demand d'admission A l'Ecole de M6decine dolt etre adress&e au conseil de
surveillance pour etre transmise A l'lnspection scolaire.
Article 16.-Pour etre admis come 6tudiant i 1'Ecole de Medecine, il faut 1-
etre 5g6 d'au moins 16 ans, ce qui est prouv6 par l'acte de naissance ou, a defaut, par
un acte de notori&t6; 2-- tablir par certificate du conseil communal de sa residence
qu'on est de bonne vie et mceurs; 3-produire un certificat de vaccination; 4---tre
porter d'un dipl6me de bachelier &s-lettres et bs-sciences ou d'un certificate de capacity
delivr6 ad hcc d'apris un programme sp&ial emani du minister de l'Instructioan
Publique.
L'tudianrt en pharmacie doit en outre subir un examen de validation de stage qui
roulera sur la preparation de quelques medicamen-ts officinaux et magistraux et la re-
connaissance de quelques drogues simples ou composes.
Article 17.-Les etudiants admis a I'Ecole de Medecine sont astreints a en suivre
reguliirement les course.





I a I i 1;, ', de I d 'Assistance Publique,


Lcur r gularitC sera constatte conformcm nt aux dispositions de l'article 23.
Aridcle 18.-L-cs u.,1 o,, en pharmacies front trois annies de course et trois an-
n'cs de ;' dans une des pharmacies I6galement &tablies. Ce stage devra pr&6der
tou cs Its 6tudes a faire a 1'Ecole de Pharmacie.
II sera constant au moycn d'un certificate dclivr6 par le pharmacien chez qui aura
travaillc I'etudiant lcquel certificate sera vise par Ie Pr6sident du Jury NMedical Central.
Article 19.-Les etudian~ts de I'EIcole dc Mlc:!cine et de Phanmacie sent exempts
du service i .. ct de cilui dc la Gard : Nationalh sauf le cas de danger imminent.

2.-Des Inscriptions
Article 20.--Une carte d'admission et une feuille d'inscription seront dIlivrees a
l' Y ctudiant, d&s son arrive a 1'Ecole.
Article 21.--Les inscriptions sent au nembre de 20 pour l'etudiant en medecine
et de 12 pour I'etudiant en pharmacie ct elles seront prises une par trimestre.
Article 22.-Ces inscriptions prises, trimestre par trim:strc, servircnt 3 6tablir
les droits de I'etudiant A passer ses examens.
Article 23.-Six absences dans I courant d'un trim'estre entraine la per:e de I'ins-
cripticn de ce trimestre.
Article 24.-A 1'expiration de chaquc anine, la feui!le d'inscriptions de I'etudiant
sera vise et timbre par le Directeur de l'Ecole.

3.-Des Examens
Article 25.-Jusqu'. ce aue des rbsultats ultcreiurs permr:'tront d'v dCroger, les
examens gn&craux qui ont lieu a la fin dc chaque annbe, continuercint a se fair, sous
la direction du Gonseil d'lnspection, assisted du conseil de surveillance.
Article 26.-Outre ses examens generarx. ii y aura des examens de fin d'annie et
des examens de fins d'itudcs.
Article 27.-Les exame.ns de fin d'ann6c s:ront au no.mbre de trois pour I'&tu-
diant en medecine et de deux pour I'etudiant cn pharmacie.
Ils pourront ktre sollicites par les 6tudiants pourvus, pour les 6tudiants en mede-
cine, de 8, de 12, et de 16 inscriptions et pour les tu'diants en pharmacies, de 4 et de
8 inscriptions.
Article 28.-Les reglements de l'Ecole fixent les 6poques auxquelles auront lieu ces
exa;mens qui rouleront sur les matieres suivantes:
Pour les etudiants en medecine: ler examen: physique, chimie et histoire natu-
relle medical.
2&me examen: anatomic, histologie, physiologie.
3&me examen: pathologic interne, pathologie externe.
Et pour les etudiants en pharmacie:
ler examen: physique, chimie et pharmacie.
2eme examen: histoire naturelle, botanique et matiere medical.
Article 29.--Les examens de fin d'6tude ou de doctorate, oii plus de trois etudiants
ne peuvent etre admis 3 la fois, commenceront apres la 20e. inscription et sont au
nocmbre de 5 suivis d'une these. Ils sont r6partis comme suit:
ler examen: anatomic, dissection, histologie.
2eme examen: parho.logie interne, pathologic externe, medecine operatoire.
3eme examen: sciences accessoires (Physique medicale, chimie medicale, histoire
naturelle medicale.)






de I'Enseignement et de I'Exercice de la Aledeclne on Haiti


4eme examen: hygiene publique e: priv;e. medlecine legale, ,h'rap.Luwi., matiere
me&dicale et toxicologic.
5rme examen: clinique interne, clinique externe, anatomie pathologique, accou-
che me n ts.
These: Un sujet a'u choix de 1'6tudiant.
II n'y a pas de delai de rigueur entire ces divers examens.
Article 30.-Les examens de fin d'6tudes, pour les cit, iiani, en pharmacie qui
comrmencent apres la 1 2eme inscription, seront au nombre de trois suivis d'une 6tude
ou dissertation sur une des planes ou minerals du pays. Ils comporteront lzs ma-
tieres suivantes:
ler examen: physique, chimie, toxicologic et pharmacie.
2eme examen: botanique, zoologie, histoire naturelle, des drogues simple, Hy-
drologie et Histoire naturelle des mineraux.
3&me examen: Preparations chimiques et pharmaceutiques, matiere medicale.
Article 31.-Sera ajourne a trois mois, tout candidate qui n'aura pas satisfait son
jury, ainsi que celui qui, sans motif, n'aura pas r'n ,n-iu a l'appl.
Article 32.-Les notes suivantes seront donn&es au candidate qui aura satisfait
aux questions selon que ses reponscs seront plus ou moins bones.
1.-Tres bien, 2.-Bien, 3.-Assez Bien on satisfaisant, 4.-Passable.
Article 33.--L'admission ou l'ajournement est prononc ia la majority absolue des
membres du Jury d'examen. En cas d'6galite de suffrage, c'est 1'ajourn-ment.
Article 34.-Toute demand d'examen doi.t aboutir A l'inspection scolaire qui en
fixe le jour et I'heure et en done avis au Directeur de l'Ecole de Midecine.
Article 35.-Le Jury d'examen sera compos&, suivant la matiere de cet examen, de
deux membres du conseil de surveillance choisis parmi les medecins et pharmaciens de
cc conseil, d'un mmembre du Jury Medical design par le President de ce corps et de
trois membres de 1'Ecole de Medecine dcsignes par le Directeur de cet ttablissement.
Ce Jury sera preside par le membre de l'inspection Scolaire.
Article 36.-La dur&e de chaque examen est de deux heures. Chaque examinateur
examine vingt minutes.
4.---Des Dipl6mes
Article 37.'--Apres chaque examen, le candidate qui sera admis, recevra de son
Jury d'examen un certificate qu'il soumettra au conscil d'Inspection pour en obtenir
l'insertion au journal officiall.
Article 38.--Ds qu'il aura soutenu sa these et qu'elle sera accept&., 1'&udiant en
medecine ou en pharmacie recevra par les soins du conseil de surveillance sur du par-
chemin son dipl6me qui devra &tre rev&tu de la signature de l'Inspecteur, puis vis6
et sign par le Secretaire d'Etat de 1'Instruction Publique.
La signature de l'impetrant est de rigueur.
Article 39.-Avant chaque examen, le candidate versera dans la caisse de l'Inspec-
tion des Ecoles la sonrme de cinq gourdes.
Avant la delivrance du dipl6me il verse A la ml me caisse, la some de dix gourdes.
Article 40.-Les frais de certificate d'examens et de dipl6mes sont a la charge d. la
dite caisse.
TITRE IV
Du conseil de Surveillance

Article 41.-11 est institu6, pres de l'Ecole de Medecine, de Chirurgie et de Phar-
macie, un conseil de surveillance charge de regler et de contr6ler tout cc qui a trait i
la dite Ecole.




Lu a iai lil r de I'llygiene, de I'Assistance Publique,


Article 42.- -Le conscil de surveillance sera compose comrme suit:
1-Un membre de l'Inspection drsign6 par elle.
2---Un membre du Jury Medical Central, au choix de ce corps.
3---Deux m6decins et un pharmacien, proposes A l'agriment du Secretaire d'Etat
de 'lInstruction Publique par l'Inspection Scolaire.
Article 43.-La function de membre du conseil de surveillance est honorifique.
Article 44.-Ce Conseil s'assemble d'obligation tous les 3 mois, sur la convo-
cation du membre de 1'Inspection. lequel preside la reunion l1'effet de visiter 1'Ecole
de MWdecine; neanmoins, sur la convocation de son president, ii pourra se reunir
pour une question qui intiresse 1'Ecole.

CHAMBRE DES REPRESENTANTS

Seance du 15 Juin 1887

PRESIDENCY DU DEPUTE THEODORE

Mr. R. CADET fait lecture du rapport don't la teneur suit:
Messieurs,
Votre Comite de l'Instruction Publique A I'examen duquel vous avez renvoy6 le
project de loi portant r6organisation de 1'Ecole de Medecine et de Pharmacie vient
vous adresser son rapport.
Le comity, pour bien fixer so~n jugement, a cru devoir proceder avec ordre, en
mettant en regard le project presentC par I'honorable depute C. LAFONTANT, et le
dernier d&cret promulgu6 en France en 1878.
II s'estime heureux de vous dire que ce project reflete l'esprit de la legislation fran-
caise qui a toujours guide le legislaiteur haitien.
Depuis nombr~e d'a.nncs. c'.es arrliorai'cns s-nsihles faisaient besoin 2 n.otre Ecole
de Medecine et de Pharmacie. En effet, ne voyons-nous pas constamirment interroger
les candidates au doctorate sur des matieres qui ne leur ont pas kt6 officiellement ensei-
gn~es et qu'ils ne possedent que grace a leur esprit de recherche et 2 leurs seuls efforts.
La oonnaissance de ces matieres est indispensable au medecin qui est appelh A prati-
quer sans danger pour les families et pour 1'Etat. Nous avons done cru nkcessaire,
de concert avec l'auteur du project, d'en rendre I'enseigneiment obligatoire.
D'un autre c6te, ne constatcns-nous pas le conflict regrettable qui existe entire la
direction de 1'Ecole et les Corps appeals a la contr6ler. Chacun, selon ses besoins,
croit pouvoir interpreter a sa faqon la loi et les reglements.
II est cependant reconnu en, principle que l'interpr&tation des lois par voie d'auto,-
riti n'appartient qu'aux Chambres. Pour mettre fin A un tel &at de choses, nous
avons admis que les reglements actuellement en vigueur trouveront place dans la loi,
sur laquelle vous allez deliberer.
On objectera peut-&tre qu'en th6orie ce proc6cd est mauvais. Mais A cette objection
nous repondrons que le temps et 1'expirience nous donncnt pleinement raison.
Voici, Messieurs. les modifications et les additions que le comity propose au pro-
jet de loi.
TITRE II

ler-Des Boursiers

Article 5.--25 boursiers au lieu de 16.
Les 9 boursiers en sus trouveront leur traitement dans les trois bourses prises sur
les dix porties au budget pour les itudiants a Paris.






de I'Enseignement et de I'Exercice de la Medecine en Haiti


Article 9.-2eme paragraphe a ajouter.
Tout boursier qui, apris avoir obtenu son dipl6me, ne se sera pas rendu dans le
delai de trois mois dans ses foyers, conformiment au present article, sera interdit de
1'exercice de sa profession jusqu'a ce qu'il remplisse ses engagements; et ce, sous la
responsabilitk du conseil de surveillance.

Des examens
Article 35.-Au lieu d'un membre propose dans le project, le comity en prend
deux dans le Jury medical central pour les examens.
Article 36.-La duree de chaque examen est de deux heures.

TITRE IV

Du Conseil de surveillance
Article 42.-Deux membres du Jury MIdical Central, au choix de ce corps, au lieu
d'un seul.
Substituer a l'art. 46, qui devient f'art. 47 ce qui suit:
Les appointments du personnel de 1'Ecole sont fixes come suit:

Un directeur professant, par mois .......................... 120
Six professeurs a ....... .............................. 80
D eux r6petiteurs ... .. .. .. .. .. .. .. ... .. . . 4 0
Un preparateur de Chimie ............ ...... .............. 50
U n hoqueton ou appariteur....... .... ... ................ 15
V ingt-cinq boursiers a ...................... .... ........ 20
Le Comit6 a I'honneur, messieurs, de vous demander l'adoption du project de loi
avec les modifications ci-dessus.
Fait a la Chambre des communes, le 14 Mai 1887.
(Sign) : Ch. Lafontant, J. L. Dominique, S. Valery fils, J&r6mie, F. Raphael,
Neop, Julmisse Jeune, D. Lesperance, Lamarre Arnoux, C. Joseph, Jh. C. Antoine,
president.
Pour copie conform:
Le Secretaire Archiviste: A. VILMENAY


CHAMBRE DES DEPUTES

Seance publique du 29 Juin 1887

PRESIDENCY DE M. THEODORE

Le Secretaire donne lecture du rapport du Comit6 de I'Instruction Publique sur le
project de loi reorganisant 1'Ecole de M6decine et de Pharmacie.
Mr. J. S. Hippolyte: Motion d'Ordre!
Je crois que la Chambre ne saurait, quant a present, s'occuper du project de loi sur
l'Ecole de M6decine et de Pharmacie. II nous faut d'abord le bien 6tudier, ensuite
avoir l'opinion des hommes de I'art pour que tous nous puissions le discuter en con-
naissance de cause. Pour ces raisons, je propose d'en renvoyer la discussion a l'une
de nos prochaines s6ances; et d'ici la nous aurons tI temps de nous procurer tous les
renseignements necessaires.
M. le President: Quand le principle du rapport sera mis en discussion, vous ferez
vos observations.





La I ,jiulfi ,,. de 'liI,1,ri de I'Assistance Publique,


Mr. J. S. Hippolyte: Parfaitement.
La lecture du rapport est achevCe.
Mr. le President: Le principle du rapport est mis en discussion.
I a parole est accordce au depute Hippolyte.
M. J. S. Hippolyte: Tout comme l'auteur du project de loi, je sens la necessity,
l'ul-,nt,: necessity meme de reformer 1'Ecole de Medecine et de Pharmacie, car j'ai
lieu de constater que reellement cette branch de service laisse beaucoup a desirer.
Je le felicite d'avoir pris l'initiative d. cc project de loi. Mais il conviendra avec moi
qu'il est de mron devoir, avant de le voter, de consulter les hommes de l'art, afin
d'avoir les renseignements qui me font defaut en cc moment. C'est pourquoi je per-
siste et vous demand l'aj.ournemcnt de ce project de loi.
Mr. C. Lafontant: Je ferai observer au depute Hippolyte que la discussion de ce
project de loi a Rt6 portte A I'ordre du jour de la seance de lundi diernier. Mais, ce
jour, i cause de ses nombreux travaux, la Chambre n'a pas pu statuer sur ce project
de loi. Aujourd'hui elle est en measure de le faire, il me semble raisonnable que l'on
ne doive pas s'y opposer.
Ce project de loi, messieurs, est d'une utility incontestable. II a pour but d'or-
ganiser sur des bases solides notre Ecole de Medecine et de Pharmacie. Vous le voterez
donc. Et j'ajouterai qu'il ne faut pas plus de 5 jours pour 6tudi.er u.n project de loi
de cette importance.
Mr. J. S. Hippolyte: Le dpute Lafontant vient de dire que nous devons voter
son project de loi, seance tenante, 6tant donn6 qu'il a pour but de mettre sur un pied
convenable 1'Ecole de Medecine et de Pharmacie. Pour ce qui a trait a l'importance
du project de loi, je suis parfaitement d'accord avec lui.
ivais il me permettra de lui dire qu'il ne me parait pas pratique de le discuter sans
l'avoir scrupuleusement examine. Il nous faut des renscignements, et ces renseigne-
ments, ce n'est pas assurement ici, d'aucun membre de cette honorable Assemblie, que
nous arriverons a les obtenir; il nous faut consulter, je le repkte, les hommes de 1'Art.
M. G. Lafontant: La Chambre a eu devant elle 5 jours pour tudier ce project de
loi. A mon avis, MM., il ne vous faut pas un plus long temps pour examiner, pour
vous rendre compete d'un acte quelconque qui vous serait soumis.
M. D. Pierre: Motion d'Ordre! Je prie le bureau de me dire si le Secretaire d'Etat
de l'Interieur et de 1'Instruction Publiquc, de qui relive ce service, a &t6 riguliiremnent
invite i prendre part a la discussion de ce project de loi.
M. le President: Le Secretaire d'Etat de l'IntCrieur et de l'Instruction Publique
n'avait pas Rt6 invite a prendre part 5 la discussion du project de loi; mais comme
d'usage, l'ordre du jour de la seance lui a Wte expidie en communication.
M. D. Pierre: Je laisse de c6te tout ce qu'il y a de bon. de fond dans la proposi-
tion du d6pute Hippolyte pour vous prier d'&crire un message au Secr.taire d'Etat
de 1'In'terieur et de 1'Instruction Publique, l'invitant a prendre part a la discussion
de ce project de loi.
C'est MM. la proposition qu'i mon tour je vous fais.
Cette proposition est mise en discussion.
M. JRremie: MM. la proposition du depute Dujour Pierre n'est pas sans portee,
mais je crois qu'en I'ado~ptant, vors ne prendrez pas une measure effi:ace. Je suis de
ceux-.l qui croient que l'inikiative de certaines lois doit Etre laiss'e au Po'uvoir Ex6-
cutif qui a la faculty de trouver des homes speciaux sous la main. I1 n'y a pas dans
cette Assemble un seul homme qui soit capable de discuter cette proposition de loi
en ce moment.





de I'Enseignement et de I'Exercice de la Medecine en Haiti


En France, quand on reconnait qu'il y a lieu de reviser la Loi sur 1'Ecole de Me-
decine, voici ce que fait le gouvernement...
Mr. R. Honorat: Motion d'Ordre!
Vous ne pouvez pas mettre la proposition du depute Dujour Pierre en deliberation,
M. le President, car, autant que je me le rappelle, a la derniere sance, une pareille
proposition avait ete faite et l'Assemblee I'avait adoptee.
M. Jeremie, poursuivant: Je disais MM. qu'en France, quand on reconnait qu'il
y a lieu de reviser la loi traitant la matiere, le Gouvenement convoque les homanes
de I'art afin d'avoir leur opinion. Avez-vous procedi ainsi relativement A cette pro-
position de loi? Non. Eh bien I dans ce cas, il convient de demander, par anticipation,
l'insertion de cette proposition au Journal official? La presse s'en emparera assure-
ment. Quand cette question aura &tc discutCve, nous serons plus en measure de nous
prononcer.
Vous aurez beau garder ce project de loi un mois, une annie, que jamais vo-us
n'aurez les renseignements qui vous font besoin.

CHAMBRE DES REPRESENTANTS
Seance publique du mercredi 20 Juillet 1887

Prcsidence de Mr. le d6pute D. THEODORE

Mr. Cl. Lafontant: MM. J'ai demand d'intervertir l'ordre du jour de la seance,
rien que pour vous donner a trous une satisfaction personnelle.
Dans mon expose des motifs, je crois avoir deduit suffisnmiment les raisons qui
m'ont port a vous presenter ce project de loi, pour ne pas v'ous entretenir plus long-
temps la-dessus.
En effet, MM. la loi sur 1'Ecole Nationale de M6decine et de Pharmacie, qui, de-
puis longtemps est rendue inexicutable, a donned lieu a des conflicts regrettables ainsi
que I'attestent, du reste, les different journaux qui s'imprimernt a la Capitale, entire
autres le journal du 28 Mai dernier. Et vous savez aussi, qu'il me soit
permis de vous le rappeler en passant, les consequences qui en ont r6sulte.
En presence de ces faits malheureux, le l6gislateur a pour devoir, sinon de prevenir
un plus grand mal, du moins de premunir, dans l'espece, I'huimanite contre tous dan-
gers qui pourraient a I'avenir en rcsulter pour elle.
C'est ce que j'estime avoir faith, en permettant d'abord a 1'6lkve de bien se pen6trer
des sacrifices que le Gouvernement s'impose pour son instruction, et, ensuite, en lais-
sant la facultd aux maitres de bien considerer le patriotism qui lui income dans
l'accomrplissement des devoirs de sa charge.
Mais, comme cette loi, d'une part, exige une etude special, afin que chacun de
vous puisse la voter en connaissance de cause; et, d'autre part, eu 6gard a certain ren-
seignements que j'ai pulses dans le contre-projet public. dans L'Avenir National>, je
n'hbsite pas a vous demander de voter le principle de mon project de loi cette annee et
d'en ajourner la discussion a la session prochaine.
M. le President: Les conclusions du rapport du comite de l'instruction publique
sur ce project de loi etant votes, nous allons vous en faire donner lecture.
M. L. Verite: Motion d'ordre! M. le Pr6sident.
M. le President: Vous avez la parole, d&put= Verite, pour une motion d'ordre.
M. L. Verit6: MM, I1 est inutile de nous faire donner cette lecture, le project de loi
a &et public et distribute a chacun de nous.
M. le President met en discussion le principle de ce project de loi.





La I.,"i ./ la, ,. de I'Hyglcne, de I'Assistance Publique,


M. J. P. St.-Louis: \Nli Je desire que lecture de ce pr,,j.t de loi soit faite a 1'As-
sembl~e conformement A nos reglements.
M. R. Honorat: MM. je ne vois pas la necessity de proceder aujourd'hui au vote
du principle de cc project de loi, puisqu'il n'y a pas de p6ril en la demure.
P. ur..lUii prejugcr, en effet, de la decision de l'Assemblke pour hater le vote du
principle de cc project de loi!
Je suis contre la demand du depute Cl. Lafontant.
M. Cl. Lafontant: MM., je viens de vous dtduirc les motifs qui m'ont determine i
vous faire cette proposition.
Ce n'est pas pour la premiere fois qu'on a eu a debattra de tclles questions.
En France, cela s'est produit sous Mr. Boulanger, en Allemagne, sous Mr. de Bis-
mark, il n'y a rien, MM. qui s'oppose a ce que vous votiez ma proposition.
Mr. R. Honorat: MM. le depute Cl. Lafontant souleve en ce moment une ques-
tion qui pourrait entrainer de trop longues discussions, quand nous avons A nous
occuper d'autres travaux tres important.
II n'a qu'5 nous proposer d'ajourner la discussion de son project de loi a l'annie
prochaine et ee serait tres sage de sa part.
M. 0. Francoeur: MM., la Chambre, sur la proposition du d6put6 Jeremie avait
d&cide de faire imprimer le project de loi du d6pute Lafontant et d'en distribuer un
exemplaire a chacun des membres de l'Assemible pour bien 1'6tudier; et c'tait encore
dans le but de permettre a la Presse de se saisir de cette important question.
Je ne crois pas jusqu'ici qu'aucun journal en ait parlk.
Nous ne pouvons rien statuer li-dessus quant i present.
Mr. Cl. Lafontant: MM., il parait que le dtputt Francoeur n'a pas jeti un coup
d'ceil sur le No. du journal <> o6i ma proposition a trouvi une
place tres avanrageuse.
Qu'il se done la peine de le consulter pour s'e.n convaincre.
L'AssenmblCe, je l'esptre, voudra bien donner un vote favorable a ma proposition.
M. 0. Francceur: MM., je maintiens ce que je viens de d&clarer: que la Chambre
ne doit rien statuer en ce moment sur cette proposition.
Mr. Cl. Lafontant: Votre seule voix ne suffit pas, diputt Francoeur, pour decider
de la volontti de l'Assemblhe.
Mr. 0. Francceur: La Chambre n'est pas appelie tgalement, diputi Lafontant, A
faire votre volontt.
Sa d&ision est souveraine.
Mr. Jeremie: MM. la proposition du depute Lafontant est tout i fait parnemen-
taire.
Le comity de 1'Instruction Publique avait le droit de demander le vote imrmtdiat
des conclusions de son rapport et 1'Assemblee pourrait se prononcer sur la question.
Lorsqu'un deputt a prisenti u-ne proposition de loi et que la discussion s'est en-
gagee, il peut m.me apris le vote de trois ou quatre articles, demander que la con-
tinuation de )a discussion soit portie a l'ordre du jour de la prochaine seance, ou
bien encore qu'elle soit ajournee jusqu'a la n.ouvelle session.
Je ne vois rien d'impossible i ce que la Chambre prenne en consideration la de-
mande du diputt Lafontant. Elie est parlementaire.
Mis en discussion et aux voix, le principle de cc project de loi est voti et la discus-
sion ajournie A I'annie prochaine.






de l'Enseignement et de I'Exercice de la Medecine en Hait,


LOI

Considerant qu'il est just et equitable de mettre l'Ecole Nationale
de M6decine et de Pharmacie sur le mime pied d'igalit6 que l'Ecole
National de Droit; que, par consequent, il y a lieu de modifier la loi
du 16 Septembre 1870, portant reorganisation de l'Ecole Nationale
de Medecine et de Pharmacie;

La Chambre des Representants, usant de l'initiative que lui accord
['article 69 de la Constitution,

A PROPOSE,

Et le Corps LUgislatif a vote d'urgence la loi suivante:

Article Premier.-A partir du ler Octobre 1900, le personnel de
1'Ecole Nationale de Medecine et de Pharmacie sera ainsi compose:


1 Directeur a
10 Professeurs A
1 Preparateur .
1 Aide-Pr6parateur
1 Bibliothecaire .............
1 Jardinier . . . .
1 Hoqueton .........


..... ... 130.00
100.00
..... ... .. 5 0.00
. 30.00
... 50.00
...... 50.00
.... 15.00


Article 2.-La presente loi abroge toutes lois ou dispositions de loi
qui lui sont contraires et sera ex6cut&e a la diligence des Secr6taires
d'Etat de l'Instruction Publique et des Finances, chacun en ce qui le
concern.

Donned, a la Maison Nationale, a Port-au-Prince, le 21 Juin 1900.

Le President du Sinat: GUILLAUME
Les Secritaires: RENAUD HYPPOLITE, L. MALEBRANCHE

Donned au Palais National de la Chambre des Representants, a Port-
au-Prince, le 22 Juin 1900, an 97&me de l'Independance.

Le President de la Chambre: HENRI N. PROPHETE
L-es Secr&taires: D. DESTIN ST-LOUIS, J. B. LAURENT






La L gislation de I'fUtI.in,, de l'Assistance Publique,


CHAMBRE DES REPRESENTANTS
S,'an..,. du mercredi 6 Juin 1900

M. G. GIdeon: Messieurs, toutes les fois qu'il s'agit de reparer u.ne injustice, on
n.e doit pas h6siter a s'adresser 5 vous qui avez pour devoir d'etre justes. Aussi est-
ce pourquoi je viens vous donner lecture de ce project de loi pour lequel je vous de-
mande l'urgence:
LOI

Consid6rant qu'il est just et equitable de mettre 1'Ecole Nationale de M6decine et
de Pharmacie sur le mErne pied d'6galit6 que l'Ecole Nationale de Droit; que, par
consequent, il y a lieu de modifier la loi du 16 Septembre 1870, portant reorgani-
sation de l'Ecole Nationale de M6decine et de Phamacie.
La Chambre des Representants, usant de l'initiative que lui accord I'article 69 de
la Constitution,
A PROPOSE

Et le Corps LUgislatif a vote d'urgence la loi suivante:
Article ler.-A partir du ler Octobre 1900, le personnel de l'Ecole Nationale de
Medecine et de Pharmacie sera ainsi compose:
1 Directeur ... ... ...... .......... .. 130.00
10 Professeurs a. .. ................................. 100.00
1 Pr6parateur .. ....... .............. 50.00
1 Aide-Preparateur ............................... 30.00
1 Biblioth6caire ................................... 50.00
1 Jardinier ...... ................... ........... 50.00
1 H oqueton ...... .................. .............. 15.00
Article 2.-La prisente loi abroge toutes lois ou dispositions de lois qui lui sont
contraires et sera execut&e a la diligence des Secr6taires d'Etat de l'Instruction Pu-
blique et des Finances, chacun en ce qui Ie concern.
Fait A la Charrbre des Reprisentants, le 6 Juin 1900.
G. Gedeon, Emile Vallks, C. St-Remy, L6lio Roc, E. Morel, G. LUon, T. Des-
graves, J. Vulcain, S. Dartiguenave, A. V. B. Gauthier.
Messieurs, comme nous avons ici deux 6coles superieures: l'Ecole de Droit et l'Ecole
de Medecine, il ne se peut pas que le personnel de la premiere soit mieux r&tribu6 que
le personnel de la second.
Le professeur a 1'Ecole de Droit ayant un traitement mensuel de cent Gourdes, il
est just et equitable que le professeur de l'Ecole de Medecine ait aussi cent gourdes.
M. le Pr6sident: La demand d'urgence present&e par l'honorable d6pute Gd&lon
est en discussion: elle est mise aux voix:
La Chambre a adopt.
Ce project de loi sera envoy I l'impression et les copies, une fois distributes aux
d6putes, la discussion en sera ulterieurement fixee.

Le President de la Chambre: HENRY N. PROPHETE
Les Secretaires: D. DESTIN ST-LOUIS, J. B. LAURENT
Le Secretaire-Redacteur: L. CADET
Pour copie conformne:

Le Chef de Bureau: EMII.E NELSON





de I'Enseignement et de I'Exercice de Ic M6decine en Haiti


REPUBLIQUE D'HAITI

LE GOUVERNEMENT PROVISOIRE

Vu les articles 10 et 14 de la loi du 19 Septembre 1870 et les ar-
ticles 1, 6 et 7 de celle du 24 Septembre 1884 sur la surveillance et
l'inspection des &coles;
Attendu que l'enseignement superieur, protege par l'Etat, a pour but
d'6lever l'intellectualit6 de la nation;
Attendu qu'il est utile d'encourager tous ceux qui, par des etudes
longues et patients, se preparent A l'exercice d'une profession liberale;
Attendu que la reconstitution du Conseil de Surveillance institu6
par la loi du 19 Septembre 1870 sur la reorganisation de l'Ecole de
MWdecine, de Chirurgie et de Pharmacie s'impose en vue de rapprocher
dans une commune pens&e ceux qui se destinent A l'art de guerir;

ARRETE:

Article ler.-Le Conseil de Surveillance institute par la loi du 19
Septembre 1870 sur la reorganisation de 1'Ecole de Medecine, de Chi-
rurgie et de Pharmacie sera reconstitu6 A la diligence du chef du Depar-
tement de l'Instruction Publique.
Seront appel6s A former ce Conseil:
1. Les Inspecteurs de la Circonscription scolaire de Port-au-Prince
exerqant toutes les attributions devolues par les lois a l'ancienne Com-
mission principal de la dite ville;


CHAMBRE DES REPRESENTANTS
Seance du vendredi 15 Juin 1900
PRESIDENCY DE MONSIEUR LE DEPUTE HENRY N. PROPHETE
Nous reprenons l'ordre du jour: discussion du project de loi sur 1'Ecole Nationale
de Medecine et de Pharmacie;
LOI
Considerant qu'il est just et equitable de mettre 1'Ecole Nationale de M6decine et
de Pharmacie sur le meme pied d'6galit6 que 1'Ecole Nationale de Droit; que, par
consequent, il y a lieu de modifier la loi du 16 Septembre 1870, portant reorgani-
sation de I'Ecole Nationale de Medecine et de Pharmacie:
La Chambre des Representants, usant de initiative que lui accord 1'article 69 de
la Constitution;
A PROPOSE
Et le corps Legislatif a vote d'urgence la loi suivante:





La Legislation de I luinaii,. de I'Assistance Publique,


2. Le president ou un membre du jury medical;
3. Tous autres hommes de l'art requis par les Inspecteurs.
A\ricle 2.-Les candidates au doctorate et les 6leves en pharmacie su-
biront leurs examens A I'Ecole de Medecine devant le Conseil de Sur-
veillance et en presence des professeurs.
Article 3.-Le Secretaire d'Etat de 1'Instruction publique prendra
toutes les measures qu'il jugera n&cessaires pour assurer l'impartialit6
du jury d'examen.
II pourra designer aux inspecteurs le membre du jury medical et les
hommes de l'art appeals a proc6der a l'examen d'un postulant confor-
mement A l'article 14 susvise.

Donned A Port-au-Prince, en I'H6tel du Gouvernement provisoire,
le 4 Juin 1902.

Le President du Gouvernement Provisoire: BOISROND CANAL
Le Membre du Gouvernement Provisoire charge des Dipartements de l'Instruction
publique et des Relations Exterieures: JEREMIE
Le Membre du Gouvernement Provisoire charge du Departement de l'Int6rieur et de
la Police Genirade: J. SAINT-FORT COLIN
Le Membre du Gouvernement provisoire, charge du Departement des Finances et du
Commerce: C. DENNERY
Le Membre du Gouvernement provisoire, charge du Departement des Travaux
Publics: D. CESARIONS
Le Membre du Gouvernement provisoire, charge du Departement de la Justice et
des Cultes: LALANNES
Le Membre du Gouvernement provisoire, charge du Departement de la Guerre et de
la Marine: NORD ALEXIS


Article ler.-A partir du ler Ootobre 1900, le personnel de I'Ecole Nationale de
Midecine et de Pharmacie sera ainsi compose:

1 D irecteur .... ... 130.00
10 Professeurs a .. ..... 100.00
1 Preparateur .... ... .... 50.00
1 Aide-Preparateur ...... ... .. 30.00
1 Bibliothecaire .... ..... .... ..... 50.00
1 Jardinier .. ......... ...... ... ...... ... 50.00
1 Hoqueton ............. .. ........ 15.00
Article 2.-La prisente loi abroge toutes lois ou dispositions de lois qui lui sont
contraires et sera ex&utCe A la diligence des Secretaires d'Etat de l'Instruction Pu-
blique et des Finances, chacun en ce qui le concern.
Fait 2 la Chambre des Representants, le 6 Juin 1900.





de I'Enseignement et de I'Exercice de la Mcdecine en Haiti


ARRETE

Considerant que la loi du 19 Septembre 1870 sur 1'Ecole Nationale
de Medecine et de Pharmacie est devenue inex&utable dans ses dispo-
sitions relatives aux examens;
Consi.d6rant cependant que, dans l'int&rft des 6tudiants et en atten-
dant que les Chambres statuent sur le project de loi sur ['enseignement
medical et sur 1'exercice de la Medecine et de la Pharmacie soumis a leur
sanction par le Pouvoir Ex6cutif, il y a lieu d'adopte-r un regime pro-
visoire en ce qui concern les examens;

ARRETE:
Article ler.-Les examens 1l'Ecole de M6decine et de Pharmacie
seront faits, a partir de la date du present Arr&t6, par le Directeur et les
professeurs de 1'Ecole de Medecine, sous le con~tr6le de l'Inspection
scolaire de Port-au-Prince.
Article 2.-11 y a deux sessions d'examens, l'une en Juillet (du 20
au 31), l'autre en Octobre (du 20 au 30).
Article 3.-Tout 6tudiant doit, sauf autorisation de l.a Direction
de 1'Ecole de Medecine, passer l'examen en Juillet, sous peine de renvoi
A la session de Juillet de l'ann&e suivante.
Article 4.-En cas d'autorisation ou d'ajourne-ment, 1'6tudiant doit
se presenter a la session d'Octobre, sous peine du mime renvoi. En
cas d'ajournement en Octobre, il est renvoy6 a la fin de l'ann6e sco-
laire, avec suspension du course des inscriptions; en cas d'admission, il
prend deux inscriptions en Dcemlbre.


G. Gedeon, Emile Valles, C. St-Rcmy, L6lio Roc, E. Morel, C. LIon T. Des-
graves, J. Vulcain, S. Dartiguienave, A. V. B. Gauthier.
Je vous rappelle, Messieurs, que ie principle de cette proposition de la loi est deja
admis, vu l'urgence qui lui a 6tE accord&e. Je mets done tout de suite en deliberation
l'unique considerant du project.
Aux voix, ceux qui veulent adopter la redaction de cet unique considerant resteront
assis, ceux de l'avis co n.traire se lwveront.
La Chambre a adopt.
L'article ler. est mis en discussion.
M. F. L. Cauvin, Secretaire d'Etat; MM. les deputes, je commence par d&clarer que
je suis absolument favorable A ce project de loi; cependant dans la loi du 16 Septem-
bre 1870, outre le personnel figurant dans le project qui nous occupe actuellement, il
y a deux rep6titeurs a G. 40.00 par mois, qu'il n'est pas convenable, il me semble,
de supprimer, puisque ces deux places sont occupies. II peut arriver que par suite de
l'augmentation des appointments du pcrscnn.c'l de l'Ecole, Ies Pouvoirs publics, dans
l'avenir, trouvent utile de le supprimer en ne comblan't point les vides qui pourront
se faire. Mais actuellement, je juge qu'il est just de maintenir les deux rCp-ftiteurs.






La Legislation de l'Hygigne, de 1'Assistance Publique,


Article 5.-Les 6poques des inscriptions pour les examens sont in-
diqudes par des avis affiches par la Direction.
Article 6.-Pour tout ce qui concern les matieres, le nombre et la
duree des 6preuves, la composition des jurys, le mode et autres details
des examens, les dispositions des chapitres 5, 6 et 7 des reglements de
1'Ecole Nationale de M6decine et de Pharmacie du 30 Aouft 1893 de-
meurent applicables en tout ce qui n'est pas contraire au present Arr&t.
Article 7.-Le present Arr&te abroge tous arretes ou reglements qui
lui sont contraires.
Donned a la Secr&tairerie d'Etat de l'Instruction Publ.ique, le 20
Juillet 1903, an 100&me de l'Independance.

Le Secretaire d'Etat de l'Instruction Publique: M. FERERE

Port-au-Prince, le 10 Juillet 1906.

AVIS

LE MAGISTRAT COMMUNAL DE PORT-AU-PRINCE

Vu l'artile 50, 12e alinea, de la loi sur les Conseils communaux;
Vu les prescriptions des arretes du Conseil Communal, en date des
22 Novembre 1887 et 26 Septembre 1893;


M. G. Gedeon: Je suis parfaitement d'accord avec M. le Secretaire d'Etat de 1'Ins-
truction Publique.
C'est en effect une erreur que nous devons rectifier.
L'amendement est adopt.

CHAMBRE DES REPRESENTANTS
Seance du vendredi 22 Juin 1900
PRESIDENCY DE MR. LE DEPUTE HENRY N. PROPHETE
J'appelle attention de 1'Assemblie sur le message du Senat concernant la riorga-
nisation de l'Ecole de MBdecine et de Pharmacie a laqulle le Grand Corps a apportr
la modification suivante:
Supprs;sion des deux ripftiteurs et augmentation du nombre des professeurs a
10 au lieu de 9>.
C'est cette modification que je mets en deliberation.
Je la mets aux voix; ceux qui veulent l'adopter resteront assis, ceux d'avis con-
traire se lIveront.
IL'Assemblee a adopt:.
M. le President, continuant: Cette loi modificative de celle du 16 Septembre 1870
portant ..' nistio-n de 1'Ecole de Medecine et de Pharmacie sera envoyee A l'Ex6-
cutif pour ktre promulgu&e conformiment a 1'article 77 de la Constitution.





de l'Enseigner-ent et do t Exercice de la Mledecine en Haiti


Attendu qu'il imported de maintenir les rues, quais et places pu-
bliques dans un 6tat convenable de propret6;

RAPPELLE CE QUI SUIT:
Article ler.-I1 est express6ment d6fendu de deposer sur la voie pu-
blique, sous quelque pretexte que ce soit, des pailles, sciures de bois,
immondices d'&curiels, lesquelIes doivent etre transportdes dans 1is en-
droits du littoral ou s'effectuent les remblais, aux soins des propri6-
taires ou locataires d'immeubles d'oi el'les proviennent. Les detritus de
manage doivent etre gard6s dans des barils ou dans des caisses pour
etre enlev6s par les tombereaux de la commune au moment de leur pas-
sage dans les rues.
Article 2.-II est 6galement interdit de laisser vaguer en ville et de
tenir attaches sur les galleries ou aux arbres pla~ntes sur la voie publi-
que, des animaux tels que: chevaux, mulets, bceufs et ines; ces ani-
maux, ainsi rencontres, seront deposes au parc communal.
Article 3.--Nul n'a le droit d'exe6cuter des travaux sur la voie pu-
blique sans une autorisation speciale de administration communale
qui determinera, dans les cas de construction, le passage a reserver aux
pistons et aux voitures, afin d'6viter les encombrements provenant de
de6p6ts de mat6riaux.


SENATE
Seance du jeudi 21 Juin I 'ii'
PRESIDENCY DE MR. GUILLAUlME
Le 4&me point de 1'ordre du jour est la discussion de la proposition de loi modi-
ficative de celle du 16 Septembre 1870 portant r:.'or.anisition de 1'Ecole Nationale
de Midecine et de Pharmacie.
Sur l'invitation de Mr. le President, M. J. T. SALNAVE, remplissant l'office de
deuxieme secretaire, donne lecture de cecte loi.
Mise en deliberation, puis aux voix, le principle de la loi est adopt.
Le considerant de la loi mis en discussion et aux voix est adopted.
L'art. ler. est en discussion.
M. le Senateur Dr. Arch. Dsecrt: MM. je suis d'avis,-et il y a longtemps deji
que je l'avais solliciti du Gouvernemenat-de mettre sur le mEme pied d'CgalitC 1'E-
cole de Medecine et 1'Ecole de Droit. Aujourd'hui qu'une proposition de loi sur la
maatire est soumise aux deliberations du Senat. je trouve le moment opportun de
vous declarer que les 6coles su.prieures ne doivent pas avoir de r6p&titeurs.
J'ai i'honneur de proposer au Senat de porter un Professeur au lieu de deux r6-
petiteurs pour I'Ecole de Medecine. II1 y aurait donc une chaire nouvelle et on con-
servera le chiffre presentc par le Pouvoir Executif.
Une voix: Quel chiffre du Pouvoir Executif?





La i. Ii 1 de I'Iyqi'rnu, de I'Assistance Publique,


Article 4.-Toute contravention aux ordonnances relatives A la
voiric sera punie confo-rm6ment ai 'article 390. 13e. alinea du Code
penal.
Article 5.-Le present avis sera imprim6, public et execute a la dili-
gence des agents de la Police Administrative et de ceux de la Police
Communale.

Fait a l'H6tel Communal les jour, mois et an que dessus.

A. SAMBOUR


M. le Senateur Dr. Arch. Desert: Au lieu de 2 repetiteurs, je propose de les sup-
primer et de porter le nombre des professeurs a 10 au lieu de 9.
M. le President: L'honorable senateur Dr. Arch Desert propose de crier une nou-
velle chaire i l'Ecole de Medecine, au lieu d'y avoir deux repetiteurs.
C'est cette demand que je mets en discussion.
M. F. L. Cauvin, Secretaire d'Etat de I'Instruction Publique: MM., c'est une
erreur de la part de 1'honorable senateur Dfsert de croire que c'est une nouvelle chair
de rCpititeur que nous demandons. Ces deux chairs existent dans I'ancienne loi et
c'est pour cette raison qu'elles se trouvent consignees dans cette proposition de loi
qui est aujourd'hui devant le Senat. Les deux repetiteurs sont actuellement a I'Ecole
de Midecine et remplissent reguliirement le devoir de leur charge.
Comme le senateur Desert, je pense qu'a la rigueur on pourrait confondre en une
seule les deux chairs de rep6titeurs: malheureusement elles sont actuellement occupies.
Usant du droit que lui confirm 1- loi cd 1870, Son Ex:cllcnce le President a tout
derniercment commission les deux r6petitcurs.
I1 me semble que s'il s'agit de faire cette reform dcmandee ou plut6t de remplacer
les deux repetiteurs par un professeur pour lequel on creerait une chair nouvelle,
il me semble qu'il convi-endrait d'attendre que ces deux charges soient vacantes avant
d'arriver A cette measure.
Je suis d'avis que le Senat de la Republique maintienne la loi telle qu'elle est pri-
sent~e par la Chambre des Reprisentants.
M. le Senateur Dr. Arch Desert: J'ai, en 5 fois, eu i'honneur de confondre avec
I'assentiment de 1'Inspection Scolaire et la sanction du Gouvernement, les deux chai-
res de repetiteurs en une seule chaire de professeur et ce, dans le but d'obtenir plus de
risultat dans I'Ytablissement et c'est sous ma direction que I'Ecole de Medecine a eu
huit professeurs; or, je puis dire que ces 8 professeurs n'ont jamais manque de bien
remplir leur devoir et n'ont jamais surtout manque d'employer tout leur temps.
On vient aujourd'hui vous demander d'y admettre deux repetiteurs, vous ne le ferez
pas, Messieurs; confondez les deux chairs de repetiteurs en une chaire de professor
et vous aurez un homme i la hauteur de sa mission; car vous ne pouvez pas confier
a un jeune mCdecin une charge pareille dans une Ecole SupCricure, course qui demand
l'expCrience et la pratique: et les huit professeurs qui sont i I'Ecole de Medccine sont
tous des homes d6jA faits dans la carriere m6dicale. On ne peut done pas confier
une charge si delicate aux jeunes gens qui ont a peine laiss6 les classes.
Pourquoi, Messieurs, ne pas confondre les deux chairs de repetiteurs en une scule
de professor. VoilA la proposition aue j'ai ''honneur de vous faire.





de I'Enseignemen t et de I'Exercice de la Medecine en Ha'iti


LOI
LA CHAMNBRE DES REPRESENTANTS

Vu l'article 69 de la Constitution;
Vu les grands services rendus a la Societ& ha'itienne par la Maternite
de Port-au-Prince;
Considerant que cette institution est une veritable &cole pratique
d'accouchement et de gyn6cologie en m&me temps qu'un asile ouvert
aux femmes enceintes frapp&es par la misere;
Considerant qu'il est du devoir des grands Pouvoirs de l'Etat d'en-
courager et de proteger toutes les oeuvres fond&es dans uin but huma-
nitaire et de propagation de la science;
A PROPOSE
Et Ie Corps LUgislatif a vot6 d'urgence la loi suivante:
Article ler.-La Maternite de Port-au-Prince est d6clar6e d'utilit6
publique.
Article 2.-Une subvention de trois cents gourdes mensuelle est ac-
cord&e a la Maternite de Port-au-Prince.
Article 3.-Elle jouira, a dater de la promulgation de la presente
loi, de Ia personnalit6 civil et de toutes ses consequences 1,gales et ju-
ridiques.

M. l, Senateur Dr. Arch D6sert: Je suis heureux de voir l'honorable Secretaire
d'Etat de 1'Instruction Publique se rallier a tout ce qui a kt6 fait de 1875 A main-
tenant, c'est-a-dire de confondre les deux chairs de repetiteurs a 1'Ecole de Medecine
en une seule.
M. F. L. Cauvin: Je m'apercois qu'au fond, je suis absolument d'accord avec
l'honorable s6nateur Desert: mais il me semble que dans application, nous di llrons"
il n'est pas possible que des jeuncs gens qui viennent de faire leurs etudes a 1'Ecole
de Medecine ne puissznt pas Ctre admis cornmm rptp&iteurs en cette cole: ils sont sC-
rieux et ont acquis suffisamment de science pour remplir dignement Ic devoir de leur
charge; mais l'art medical, com'me vous !e dites fort jvuicieusement, exige de l'exp6-
rience et la pratique, pour bien fire le course: sur ce point, je suis oblige d'tre d'ac-
cord avec l'honorable senateur Desert; mais a ceci, il y a une chose qu'il a oublie c'est
que ces deux chairs sont actuellement occupies. I1 n'est pas possible, Messieurs lzs s6na-
teurs, que vous confondiez ces deux chairs en une seule comme le I n.: i.ir vient de le
rappeler; dans ce cas, il faudrait, Ctant donnC l'6tat des choses, prendre certaines pre-
cautions avant d'adopter la measure. Je vous le repete, Mlessieurs, ces rep&titeurs sont
a la hauteur de leur charge. II serait dur de les renvoyer de 1'6cole; au contraire, il y
a grand inter&t A les y maintenir, car autrement, ce serait contrarier une carriere si
bien commence, et il nest pas bon de briser une carriere honorable qu'on a em-
brass&e.
Avec la th6orie de I'honorable s6nateur Desert, il faudrait renvoyer ces deux jeunes
gens qui occupent ces deux chairs de r6p6titeurs et qui sont commissionn&s par Son
Excellence le President.





La Legislarton de I'l,.i ,nwe, de 1'. \i,,;lr, Publique,


articlee 4.-La presente loi sera ex&cut6e a la diligence des Secretai-
res J 1[ i-.t de l'Int6rieur et de l'Instruction Publique, chacun en ce qui
le concern.
Donn6 au Palais de la Chambre des Repr6sentants, le 7 Septembre
1906, an 103e de 1'Ind6pendance.

Le President de la Chambre: S. ARCHER
Les Secrftaires: G. Di.' R,"SIF t '; LOUIS BRUTUS

Donn6 a la Maison Nationale a Port-au-Prince, le 13 Septembre
1906, an 103e de l'Independance.

Le President du Senat: T. A. DUPITON
Les Secretaires: R. DAVID, DIOGENE LERREBOURS

AU NOM DE LA REPUBLIQUE
Le President d'Haiti ordonne que la loi ci-dessus du Corps LUgis-
latif soit revftue du sceau de la Republique, imprim6e, publi6e et exe-
cut6e.

Donned au Palais National, a Port-au-Prince, le 13 Septembre 1906,
an 103e de 1'Independance.
NORD ALEXIS
Par le President:

Le Secr&taire d'Etat de l'Interieur: PETION PRE ANDRE
Le Secretaire d'Etat de l'Instruction Publique: T. LALEAU


Messieurs, si vous voulez reflc&hir 1B-dessus, vous verrez que ces deux charges n'ont
pas leur raison d'etre, je ne veux pas dire le dernier mot, mais qu'il vous suffise de
savoir que c'est une veritable sinecure: car comment peuvent-ils remplir leur travail,
la journee 6tant de 12 heures.
Quand j'6tais Directeur de 1'Ecole de M6decine, je parcourais les salles, et j'affirme
que je n'ai jamais rencontre sur ma route u.n seul r6petiteur. Messieurs les Senateurs,
il faut appren.dre pour enseigner et pour enseigner aux autres, il faut apprendre de
nouveau, et les repftiteurs d'aujourd'hui peuvent-ils avoir la dose de connaissances
n&essaires pour inculquer a leurs camarades d'hier les notions m&dicales?
Vous dites qu'il n'est pas possible que le Gouvernement accepted de confondre ces
deux chairs en une seule; cependant, je vous ai dm.ontr6 les raisons qui demandent
cette sage measure.
A peine les 6tudiants ont-ils le temps de fair a la clinique le lavage de leurs mains
que moi, directeur de 1'Ecole de Medecine d'alors et pendant 17 ans, je les voyais a
la queue leu-leu, se rendant au premier course de 1'&ole.
Pour terminer, je demand encore a mes collgues de confondre ces deux chairs
en une seule.
M. F. L. Cauvin: Je suis vraiment d6sol6 d'avoir, encore une fols, a insisted pour
reliever deux petites erreurs commises par le Senateur Desert dans son argumentation:





de I'Enseignement et de I'Exercice de la Mddecine en Haiti


LOI
Sur l'enseignement medical et sur l'exercice de la Medecine et de la
Pharmacie.
NORD ALEXIS
President d'Hai'ti

Vu l'article 69 de la Constitution;
Considerant qu.e la loi du 19 Septembre 1870 sur l'Ecole de Mede-
cine et de Pharmacie n'est plus en rapport avec nos moeurs et qu'elle
est devenue inexecutable dans ses dispositions relatives aux examens;
Considerant aussi qu'il y a lieu de reglementer l'exercice de l'art
medical;


il dit qu'il n'y a que 12 heures dans le course de la journee et que ces Messieurs n'ont
pas le temps de faire leur travail; il oublie, comme ancient directeur de 1'Ecole de
Medecine qu'il n'y a jamais eu que 10 heures de course; par consequent les 2 heures
restantes sont affecties aux deux r6p6titeurs.
A ce compete, il part de li pour soutenir que ces deux chairs peuvent &tre ccnfon-
dues en une seule.
Je lui en demand bien pardon. Les choses ont change depuis.
Je sais que les deux chairs ont 6t6 remplies par un seul m6decin. Quand il s'est agi
de signer la commission, pour un seul individu, Son Excellence le Prisident n'a pas
voulu; il a mieux aim6 commissioner ces deux r6ptiteurs comme d'ailleurs il vient
de le faire tout recemment.
L'honorable s6nateur se trompe A propose de la r6partition des heures quand il dit
que les professeurs travaillent 12 heures ct qu'il n'y a pas de temps pour le travail
des repetiteurs. Aussi je me suis rendu un jour A 1'Ecode de M6decine, a 4 heures,
j'y ai trouve Mr. Lechaud, un des rCeptiteurs qui faisait son course. Vous voyez donc
qu'ils ont le temps de travailier, et j'affirme a mon tour, contrairement A ce que
pense l'honorable contradicteur, que cette charge n'est pas une sinecure.
M. le President: Je mets aux voix la proposition de l'honorable senateur Dr. Arch.
Desert, tendant A remplacer les deux chairs de repetiteurs a 1'Ecole de M6decine par
une seule chaire de Professeur.
M. C. Moliere: Si ces deux chairs sont consacr6es par une loi, je ferai observer
au Senat qu'il n'a pas le droit de faire cc que demand le collogue Desert, il ne peut
en ftre ainsi que par une autre loi.
M. le President: C'est une loi que nous faisons en cc moment, mon collogue.
M. C. Molierc: Je propose alors de laisser la loi telle qu'elle a kt6 vote par la
Chambre.
M. le President: Ceux qui sont en faveur de la proposition de l'honorab!c s6na-
teur Desert, resteronrt assis, ct ceux qui sont de l'avis contraire se klveront.
La proposition du Senateur Dr. Arch Desert est adoptCe.
L'ensemble de la loi mis en discussion et aux voix est vote.





La Legislation de I'Hygiene, de I'Assistance Publique,


Sur le rapport du Secr&taire d'Etat de l'Instruction Publique;
Et de ['avis du Conseil des Secr&taires d'Etat,
A PROPOSE,

Et le Corps Legislatif a rendu la loi suivante:

CHAPITRE I

Organisation de I'Ecole de Medecine
Article l er.-L'enseignement de I'Ecole Nationale de M,6decine et
de Pharmacie comprend: la physique m'dicale, la chimie, l'histoire na-
turelle, l'anatomie (dissection et m6decine operatoire,) l'histologie,
l'accouchement, la physiologie, la pathologies m6-dicale, la pathologies
chirurgicale, la th6rapeutique, l'hygiene, la m6decine legale, la toxicolo-
gie, la clinique m6dicale, la clinique chirurgicale, la clinique obst&-
tricale, la pharmacie, l'art dentaire et la bacteriologie.
Article 2.-Le personnel de I'Ecole comprend un Directeur profes-
sant, des professeurs de chaire, trois professeurs supplants, un jar-
dinier botaniste et un appariteur.
Les places de professeurs-suppl6ants sont donnies au concourse.
Pour prendre part A ce concourse, il faut ftre porteur du dipl6me de
docteur en m6decine ou de celui de pharmacien.


PROJECT DE LOI
Sur la Faculte de Medecine
TIRESIAS AUGUSTIN SIMON SAM
President d'HaY'ti
Considerant qu'il imported d'entourer l'enseignement de la Medecine de toutes les
garanties de science desirables;
Consid6rant que, pour obtenir, a cet 6gard, un resultat satisfaisant, il est n&cessaire
de r6organiser l'Ecole Nationale de M6decine et de Pharmacie:
Sur le rapport du Secretaire d'Etat de 1'Instruction Publique, et de l'avis du Con-
seil des Secr6taires d'Etat;
Vu l'article 69 de la Constitution;
A PROPOSE,
Et le Corps LCgislatif a vote la loi suivante:
Article ler.-L'Ecole de Meldecine, actuellement existante, est 6rigee en Faculte de
Medecine.
L'Ecole de Pharmacie y est annex6e, ainsi qu'une eole pratique et une Mat'ernit6.
Article 2.-La Faculte occupera l'ancien bitiment de 1'Expositi-on Nationale de
1881, avec cour et dependances.
Un jardin botanique y sera &tabli pour les besoins de 1'Enseignement.





de I'Enseignement et de I'Exercice de la Medecine en Haiti


Apres un stage d'au moins deux annees, lIes professeurs-suppl6ants
sont de droit appel6s a occuper les chairs vacantes ou nouvelles.
Sur la dCsignation du Directeur, ils seront charges du service du se-
cretariat, de celui de la bibliothbque, de celui de preparateur de scien-
ces physiques et de sciences naturelles et de la supplIance provisoire
des course.
Article 3.-Les professeurs fournissent trois heures d'enseignement
par sem-aine.
Les course sont r6partis entire eux par l'e Directeur.
Article 4.-Les professeurs se reunissent en conseil sur la convoca-
tion du Directeur pour statuer sur toutes les questions qui leur seront
soumises concernant l'Ecole notamment sur les difficulties soulevees
par I'application des Reglements et les conflicts qui peuvent s'6lever
entire le Directeur et les autres membres du personnel.
Article 5.-Les peines disciplinaires qui peuvent etre prononcees
centre les membres du personnel sont: l'avertissement, la r6primande,
la retenue partielle des appointments, la suspension pour six mois au
plus avec privation partielle ou total du traitement, la revocation.
L'avertissement est prononc. par le Directeur: ii en est de meme de
la r6primande, mais avec avis du conseil des professeurs.


Article 3.-Le personnel de la Facult6 de Medecine se compose d'un doyen, de
professeurs d'agr6egs et d'un biblioth6caire.
Article 4.-Le doyen est 6lu chaque annie, parmi les professeurs de la Facult6, par
la reunion g6nirale des professeurs.
II est indifiniment reeligible. II est charge, sous le contr6le de l'autorit6 scolaire, de
diriger l'Administration et la police de la Faculte, d'assurer 1'exeoution des regle-
ments.
Il convoque et preside le conseil des professeurs de la FacultL. En cas d'empeche-
ment du doyen, il est remplac6 par le plus ancien des professeurs.
Article 5.-Le conseil des professeurs se reunit d'office, le premier lundi de chaque
mois, et sur la convocation du doyen, aussi souvent que les int6rkts de la Facult6
1'exigent, pour statuer sur toutes les questions qui lui sont soumises, concernant la
Faculty, et, sp&ialement, sur les difficult6s soulevfes par application des rcglements
et les conflicts qui peuvent survenir entire le doyen et les autres membres de la Fa-
cultL. II decide des suspensions provisoires de course, sauf ratification du Secretaire
d'Etat de l'Instruction Publique: il determine des conditions suivant lesquelles peu-
vent etre agrees des demands d'6quivalence, presenrtes par les dipl6mcs des Facultes
ou &coles etrangeres.
Article 6.-Les peines qui peuvent etre prononc6es sont:
L'averti'ssement, la reprimande, la suspension pour une annie, au plus, avec pri-
vation partielle ou total du traitement, la revocation.
Article 7.-Ces divers points, sauf la revocation, sont prononces par le Conseil
des Professeurs. Toutefois, pour etre definitive, la suspension devra etre sanctionn6e
par le Secretaire d'Etat de 1'Instruction Publique. En matiere de discipline int6rieure,





La Legislation de I'Hygiene, de l'Assistance Publique,


L.a revenue a lieu pour toute absence non motive: elIe est propor-
tionnelle au temps que Ie professeur doit 1l'Ecole pendant le mois.
La valeur retenue est versee dans Ia caisse de I'Universit6 pour ser-
vir .1 *.. besoins de l'Ecole. Quatre absences non motives pendant le
mois equivalent a une admission.
La suspension est prononc6e par le Secr6taire d'Etat de l'Instruction
Publique apres deIiberation du conseil des professeurs et sur le rapport
de 1'autorit6 prepos.e au contr6le et i la surveillance des Ecoles.
Quant 5 la revocation, elle est faite par le Prosident d"Hai'ti sur le
rapport du Secretaire d'Etat de I'Instruction Pablique apres avoi'r mo-
tive tant du conseil des professeurs que de l'autor.it scolaire.
Article 6.-La dur&e des 6tudes medical-es est fixee a cinq ann&es,
celle des &tudes de pharmacies i trois; celle pour l'obtention du dipl6-
me de chirurgicn-dentiste a trois et de sage-femme a deux annees.
Suivant l'opportunit6 et les resources du Tiresor, le Gouvernement
est autorise a crder des Ecoles prepara-toires de Medecine et de Phar-
maci'e dans les chefs-Iieux des D6partements.
Article 7.-L'inscription des 6tudiants a lieu 1l'Ecole.
Est admise 5 s'inscrire toute personnel d&tentrice d'u.n certificate de fin
d'&tudes secondaires classiques.
Les etudiants sont tenus de priend're une inscription par trimestre.


la revocation est prononcee par le President de la Republique, sur l'avis conforme du
Conseil des professeurs, transmis par le Secretaire d'Etat. Toutefois, avant de trans-
mettre au Chef de 1'Etat la demand de revocation, le Secr6taire d'Etat, juge s'il y a
motif suffisant.
Article 8.-Le Conseil des professeurs ne peut deli'b6rer qu'a la majority absolue de
ses membres. Ses d&cisicns sont prises a la majority abs'olue des membres presents.
Toutefois, la revocation ne peut ktre proposee qu'a la majority des deux tiers des
professeurs de la Facult6. Le Doyen, en cas de partage, a voix pr6ponderante.
Article 9.-Il sera cr6e pros la Facult6 quatre chairs d'agrig6s. Ces chairs seront
donn6es au concourse.
Tous les docteurs en Medecine seront admis a s'inscrire comime candidates, apres
avoir subi les examens correspondents A la 66me ann6e de scoolaritr. Un reglement
de la Faculte dCterminera le nombre et le mode des 6preuves.
Article O.--Les A'Cr,'&s ont drolit exclusivemen.t et par ordre d'anciennet6 aux
chairs vacantes ou nouvelles.
Entre deux ou plusieurs A.-rrii.s de mcme promotion, la chaire sera attribute au
premier de la :r,-'mn ti,-,n
Sur la designation du Doyen, les A:zrJ.:,'s scront charges du Service de Secretariat,
de celui de m u'r.rjt.tf de sciences physiques et de sciences naturelles, et de la sup-
S"n,. provisoire des course.
Article 1 1.-Le professeur de la Faculte appeal a une autre function continue, s'il
le desire, a faire parties du personnel de la Faculte.





de I'Enseignement et de I'Exercice de la Medectne en Hoiti


L'inscription est prise au plus tard dans la quinzaine de l'ouverture
du trimestre. Elle se prend en personnel par l'6tudiant, jamais par
mandataire.
La premiere inscription ne peut &re prise que dans le premier mois
d'u premier trimestre de 1'ann&e scolai~re.
L'Ecole pourra tenir compete a un 6tudiant des inscriptions qu'il
au'rait prises dans une Ecole ou Faculte Etrangere et deis examens qu'il
y aurait passes.
Article 8.-Des bourses pourront &tre accord~es a des etudiants des
localit6s autres que la Capitale, dans les limits des credits budg6taires.
Elles sont donn~es par concours pour un maximum de cinq annees,
en ce qui concern les 6tudiants en Medecine, de trois ann6es pour les
6tudiants en Pharmacie, de trois ann&es pour les 6tudiants en I'art den-
taire et de deux ann6es pour les 6leves sages-femmes.
Les boursiers sont tenus, leurs 6tudes achev&es, de pratiquer leur
art pendant cinq ans, pour les mndecins, trois ans pour les phar-
maciens, trois ans pour les chirurgiens-dentistes et deux ans pour
les sages-femmes dans ,la locality que leur d&signe le Gouvernement,
sous peine, en cas de refus, d'etre obliges de restituer 1l'Etat tous les
d6bours faits pour eux. Cette condition fera l'objet d'un contract au
moment de la d&livrance de la bourse.
Article 9.-Les peines disciplinaires 5 appliquer aux etudiants sont
fixes par les reglements.


Son nom est mainrenu au tableau pendant 3 annees. Au bout de la 3eme ann e,
s'il n'opte pas pour la Faculte, la chaire est definitivement consideree comme vacant.
Dans l'intervalle, elle est supplCee par un \ r,.'- qui recoit,. outre son traitement
ordinaire, une indem.nit6 correspondent au tiers des appointments du titulaire.
Les deux tiers restant sont verses dans la caisse de l'Universit6.
Article 12.-Chaque professeur de la Faculte s-ra charge do deux course, et donnera
trois heures de lemons par semaine. Les prcparateurs de cbimir. devront cgalement trois
heures de lecons par semaine a 1'Ecole. Tous les autres Membres du personnel, y
compris le Doyen, seront astreints au service journalier.
Article 13.-Le programme de 1'enseignement comprendra, pour la Faculte de Me-
deci.ne, I'anatomie, 'hl ', i. I. Ls ri,'., '..: d:s fzmmr s ct des nouvcau-nis, la theo-
rie des accouchements, la pathologies interne, l'hygicne, la physique, la physiolo-
gie, I'histoire naturelle mndicale, !a chimie, la toxicologie, la pharmacologic, la chimie
organique, la pathologic externe, la medicine operatoire, la medecine Iegale, l'histoire
de la m6decine, la pathologic generale, la clinique et les travaux pratiques.
Et pour 1'Ecole de Pharmacie: L'hygiene naturelle, la chimie, la physique, la
toxicologie, la matiere medical, la pharmacologic, I'analyse chimique qualitative,
l'analyse quantitative, la micro.1:i iph la -',ct ri.-l i..- et Iks travaux pratiques.
Article 14.-Les appointments du personnel de la Faculte sont fixes comme suit:
Professeurs (y compris le Doyen) P. 130 par mois chacun.





Ia Igislation de I'HygtL re, de 1'Assistance Publique,


CHAPITRE II
Des Examens

Article I 0.-Les &tudiants en medecine, pour obtenir le dipl6me de
docteur, subissent cinq cxamens.
Les examens pour le dipl6me de pharmacien et pour celui de chi-
rurgien dentaire sont au nombre de trois.
Les 6poques auxquelles ont lieu les examens, ainsi que tous les de-
tails qui les concernent, sont d6termin6es par les reglements.
Apres le cinquieme examen, Ie postulant au doctorate en med'ecine
soutiendra une these sur un sujet de son choix.
La these n'est pas fliminatoire.
Article 11 .--Les examens sont faits par le D'irecteur et les profes-
seurs de l'Ecole Nationale de Medecine sous le contr6le de 1'autorit6
scolaire.
CHAPITRE III

Des elves Sages-Femmes
Article 12.-En vue de compl.ter 1'enseignement obstetrical donn6
A 1'Ecole Nationale de Medecine, les &tudiants, ainsi que les le1ves sa-
ges-femmes, sont tenus de suivre les course de clinique obstktricale dans
les 6tablissements oui ces course sont professes, conformemen't aux re-
glements et lois en vigueur.


\-r.\', P. 80 par mois chacun.
Biblioth&caires: P. 50 Far mois chacun.
II sera en outre alloui a titre d'indemnite:
Au Doyen (frais de direction et de representation) P. 40.
Service de clinique (frais de preparations) : P. 20.
Laboratoire de physique et de chimie (frais de preparations et entretien) P. 20.
Secretariat (frais de bureau) P. 10.
1 Jardinier: P. 50.
1 Garqon de Service P. 10.
Article 15.--I,a FIacult6 de M\decine recevra deux sortes d'6leves, les boursiers du
Gouvernement et les etudiants libres.
Ies course de la Facultc 6tant publics, pourront ktre suivis par tous ceux qui vou-
dront se conformer aux reglements.
\.I,.I 16.--Pour etre admis 5 s'inscrire ccmme 6tudiant aux course de la Facultl,
le postulant devra Otre porteur des dipl6mes de b3chelier es-lettres et de bichelier es-
sciences.
Article 17.--Pour etre boursier, il faut etre deja itudiant en Medecine et avoir
satisfait aux 6preuves et aux conditions sociales privues par les reglements. La durec
des etudes sera de 3 ann&es pour Ie dipl6me de pharmacien ou de sage-femme; de 5
annecs pour le grade de Dccteur en Midecine et de 6 annies pour celui d'Agrige.





de l'Eri-,.,jr r17', t et de I'ELx'rcice de l: MeIdlcine en Haiti


Article 13.-Les aspirantes au titre de sage-femme devront &tre
pourvues du certificate d'6tudes primaires.
Article 14.-Les inscriptions au nombre de huit ont lieu dans les
m&mes conditions que celles prescrites pour les etudiants en mdeccine
et en pharmacie, et les examens sont au nombre de deux.
Article 15.-Seront accord6es des bourses aux 6lkves sages-femmes
des localities autres que la Capitale.

CHAPITRE IV

Dispositions Ge&nrales
Article I 6.-Les etudiants en medecine ou en pharmacie sont
exempts du service militaire.
Article 17.-Les dipl6mes de docteur en medecine, de pharmacien,
de chinurgien-dentiste et de sage-femme, dlivres par le Secr6taire
d'Etat de l'Instru.ction Publique, sont enregistres au Jury medical
central.
Article 18.-Les medecins, pharmaciens, dentists et sa.j'Y-femmes,
dipl6mes a 1'Etranger, ne pourront exercer leur art ,en Haiti qu'apres
s'ftre fait dclivrer une equivalence.


Article IS.-Le nombre des inscriptions prendre par chaque &tudiant est de
quatre par an. Elles seront prises aux opcques dererminaas par le reglement interieur
de la FacultL.
Tous les six mois, le Conseil d'Administration se reunira pour examiner chaque
eleve de 1'Ecole et savoir s'il est apte i prendre les in'.- i:'i. du semestre suivait.
Article 19.-Les &udiants libres et les boursiers sont seuls admis a l'obtention d-s
titres de capacity delivres par la Facult,. scus lEs conditions d&terminecs par les r&-
glements.
Article 20.-Dans les six mois qui suivront le dernier examen, le postulant au
grade de Dc'cteur presentera une these de doctorate manuscrice a la FacultY; huit jours
apres cette formalitY, il soutiendra cette th&se en sCance publique.
Les postulants au titre de pharmacien soutiendront egalement une these en seance
publique. Le sujet de cette these sera choisi par le postulant soit dans les matieres
de pharmacologic, soit dans I'histoire naturelle ir ; -.
La these de pharmacien sera doposce en triplicata, 15 i. u1. avant sa possession.
Les theses qui seront jugces 11 ii. d'une mention special seront, a tire de recom-
pense, expediees et recommanddes au department de l'Instruction P b'[ i.: ; .r etre
publiles. Les postulants admis a la these recevron.t, par I i.i i iJi.kir. de la Faculta,
en mkme temps que leur diplime, la licence d'exercice ic.' par la loi.
Article 21.-Les Ctudes en medecine et en pharrr.a:ic s:ront consacrces par un
dipl6me portant les signatures du doyen dec la FacultC, ce I'Inspecteur des Ecoces de
la circonscription de Port-au-- ,n, ct du ,i. d'Etat de 1'Instruction Publique.
Les dipl6mes porteront egalement la :in-iui. du chef de division 5 l'Instruction
Publique ou de son remplacant avec les sceaux rcspectifs de la FacultC, de l'inspec-
tion et de la Secretairerie d'Etat.





Lua i ir,',,t' de I'Hygiene, de I'Assistance Publique,


IU'quivalence est donnec, apres examen des titres et de l'imp&trant
lui memc, s'il y a lieu, par l'Ecole de Medecine. Le nouveau dipl6me
iest .-. :.i:tr. au siege du Jury MWdical Central et la licence d'exercer
I r i... par le Secr6taire d'Etat sur l'avis conforme du Jury Medical
Central.
Article 19.--Nul ne pourra, A l'avenir, exercer les professions de
,i.dcMin, chirurgien-dentiste, pharmacien, sage-femme s'il n'est por-
teur des dipl6mnes et licences y relatifs deflivr6s conformrment A la pr6-
sente loi.
Article 20.-Les personnel munies de dipl6m~es r6guliers delivr6s
ant6rieurement a la promulgation de la presente loi seront tenues, dans
le delai d'une ann&e, A computer de la date de la promulgation, de faire
enregistrer leurs d'ipl6mes au siege du Jury iM6dical Central.
Article 21.-Toute personnel qui exercera l'une des professions in-
diqu6es prkc6dem~ment sans etre munie d'un dipl6me regulier enregis-
tr6 au sicge du Jury Medical Central ou sans la licence prevue en l'art.
18, sera poursuivie, A la requ&te du Ministire public, et punie de la
peine port6e en l'article 21 7 du Code Penal.
Article 22.-Le brevet d'officier de sant6 ne peut &tre assimilH au
dipl6me de Docteur en MWdecine.
Article 23.-L'enseignemcnt clinique de 1'Ecole Nationale de M6-
decine a lieu a l'H6pital Militaire.


Article 22.-Pour exercer en Haiti, les M6decins, Pharmaciens, Dentistes, Sages-
Femmes des faculties Etrar-'rIs devront presenter leurs titres a la validation du con-
seil de la FacultC ct s'acquitter des droits universitaires prescrits par les reglements.
Des lors, ils recevront, par I'intermediaire du Jury Medical Cen.tral de la Republique,
la licence exigee par la loi.
Article 23.-La Facult6 sera pourvue d'une Bibliotheque, compose des livres n6-
cessaires I',r-s.;incnm,nt de la Medecinc, sur un catalogue fourni par le conseil des
professeurs.
Article 24.-Le doyen de la Faculte, apres avoir pris l'avis du conseil des pro-
fesseurs, pourra autoriser 1'Ctablissement de course libres dans le local de 1'Ecole.
Article 2i.--Les 6tudianits rgudlierement inscrits A la Facult6 sont exempts du
Service Militaire.
DISPOSITIONS TRANSITOIRES
Article 26.-Jusqu'5 ce que, par !a formation du corps des Agr6ges, il soit pos-
sible de pourvoir aux chairs vacantes ou nouvelles, les prc.fesseurs seront nomimes
par le Chef de 1'Etat sur une liste 6man6e du Conseil des professeurs de la Faculte,
apprcuvcc du Secrltaiie d'Etat de l'Instruction Publique et comportant deux can-
\ii. p, pour chaque chaire. Dans la suite, le personnel de la Faculte pourra &tre aug-
mente, selon que le Gouvernement en reconnaitra Ia necessity, par voie d'inscription
budgitaire.






de I'Enseignement et de l'Exercice de la Medecine en Hai'ti


Article 24.-La pr6sente loi abroge toutes lois ou dispositions de
loi, qui lui sont contraires, notamment la loi du 19 Septembre 1870.
Elle sera publi&e et ex6cutee a la diligence des Secr6taires d'Etat de
l'Instruction publique et de l'Interieu~r, chacun en ce qui le concern.

Donned au Palais de la Chambre des Representants, a Port-au-
Prince, le 10 Septembre 1906, an 103e die 1'Independance.

Le President de la Chambre: S. ARCHER
Les Secretaires: G. DESROSIERS, LOUIS BRUTUS

Donned a la Maison Nationale, a Port-au-Prince, le 16 Septembre
1906, an 103e de l'Independance.

Le President du Sinat: T. A. DUPITON
Les Secretaires: R. DAVID, DIOGENE LEREBOURS

AU NOM DE LA REPUBLIQUE
Le President d'Hai'ti ordonne que la Loi ci-dessus du Corps Legisla-
tif soit rev&tue du Sceau de la Republique, imprim&e, publi6e et exe-
cut6e.

Donned au Palais National, a Port-au-Prince, le 27 Septembre 1906,
an 103e die l'Independance.
NORD ALEXIS
Le Secretaire d'Etat de 1'Instruction Publiqcie: T. LALEAU
Le Secretaire d'Etat de l'Intirieur: PETION PIERRE ANDRF


Article 27.- Jusqu'a I'..r. ii-,hii 11 d'une Faculte de L cttres et de Sciences, lcs pos-
tulants au titre d'6tudiants de la Faculte de MIdc ine s ront examines par le Conseil
de la Faculte, sur la rcccmmandation de l'Inspzction Scclaire de Port-au-Prince,
conformiment a un pr,..:t ninm, determine par les riglcmmnts intirieurs de la Facult6.
Article 28.-Jusqu'a la creation de services spiciaux. la clinique de 1'Ecole de
Midecine se fera a l'H6pital Militaire; et la salle de Mars de cot h6pital rcunira pour
les besoins de 1'enseignement tous les cas que le chef de clinique jugera utile de de-
miander au service de santm.
Article 29.-Le Secretaire d'Etat de 1'Instruction Publique pourvoira, par les ri-
glements diliberes prialablement en Conseil des profcsseurs, a tout cc qui n'est pas
privu par la present loi.
Article 30.-La prisente loi abroge toutes lois ou dispositions de lois qui lui sont
contraires. Elle sera exicutie et publiCe a la dil '. r' .: des Secritaires d'Etat de I'Ins-
truction Publique, des Finances ct de la Police GenCrale, chacun en ce qui le concern.
Donned au Palais National de Port-au-Prince, le 28 Juillet 1896, an 93e de 1'In-
dependance.
T. A. SAM
Par le President:
Le Secretaire d'Etat de l'Ins.truction Publique et des Cultes: J. J CHANCY





La I J X'uii.t. de I'HyIyzine, de l'Assistance Publique,


LOI
NORD ALEXIS
Prieident d'llaiti

C, ,idJir.nt qu'il y a lieu d'6tablir a Port-au-Prince une maison
pour les fous et une mason pour les l6preux;
Sur la proposition des Secr6taires d'Etat des Travaux Publics et de
1'Int6rieur,
Et de l'avis du Conseil des Secretaires d'Etat,

A PROPOSE,

Et le Corps LUgislatif a vote la loi suivante:
Article ler.-Un 6tablissement public sp6cialement destine 5 rece-
voir et soigner les aliens et un 6tabliss'ement specialement destiny a re-
cevoir les l6preux seront fondus 5 Port-au-Prince, hors des murs de la
ville sous la direction de l'autorit6.


ACTE DE CONSTITUTION

DE LA MATERNITE DE PORT-AU-PRINCE
Pour venir en aide aux femmes nCcessiteuses au moment de leurs couches ou pen-
dant le course des maladies qui affectent leur sexe,
Les medecins soussignis ont adopt la resolution suivante:
Article ler.-Une Sociit6 est fondle A Port-au-Prince pour l'assistance obst6tri-
cale et gynecologique des femmes de la classes pauvre.
Article 2.-Cette assistance sera gratuite et comprendra les soins, medicaments,
logement et l'alimentation des malades, ainsi que des consultations qu'elles pourront
rCclamer.
Article 3.-Les femmes enceintes seront internees d&s que les medecins de la So-
ciete le jugeront nicessaire: ou bien A n'importe quel moment, si elles se sont lais-
sies surprendre par les premieres douleurs.
Article 4.-L'asile ouvert aux femmes par la Sociite prendra le nom de Mater-
nitc de Port-au-Prince et sera regi, autant que possible, d'apres les rfglements des
Maternitis Etrangeres.
Cet asile recevra toutes les femmes sans distinction de locality ni de nationality.
Article 5.-La Maternit6 de Port-au-Prince sera desservie par 1'Ecole Nationale
d'accouchement et par les medecins associes.
Elle comprendra, A titre de service distinct, une consultation gynecologique et une
creche.
Article 6.-Le budget de la Maternit: acceptera dans ses voies et moyens tout ce
que la charity publique voudra lui verser, notamment les dons, legs, subventions, etc..
Fait a Port-au-Prince, le 13 Janvier 1900.
(Sign) : Docteurs V. Ls. Michel, C. V. Boyer, Destouches, C. Bon.ny, Mahotiere.
Docteurs: Riboul, president, St.-L'ger, secritaire, I. E. Jeanty, tresorier.





de I'Enseignement et de I'Exercice de la MAIdecrine en Haiti


Article 2.-Le Secr6taire d'Etat de l'Int6rieur, le Doyen du Tribu-
nal Civil du resort de la Capitale, les officers du Parquet et les Juges
de Paix de la Capitale sont charges de visiter ces asiles une fois par
mois pour entendre les r6clamations de ceux qui y seront places et
prendre tous renseignements n6cessaires.
Article 3.-Aucune personnel ne pourra ouvrir un asile d'alien6s ou
de l1preux sans l'autorisation du Gouvernement et en se soumettant
a toutes les obligations qui lui seront imposes.
Article 4.-Le personnel de chaque asile se compose d'un directeur,
d'un secretaire, d'infirmiers ou de servants, de medecins et de pharma-
ciens.



CHAMBRE DES REPRESENTANTS

Seance de Mercredi 16 Aoit 1905.

M. le depute Dr. PNtion Savain: MM. les deputies, je viens vous demander une
petite augmentation sur les indemnites accord~es a la Maternite de Port-au-Prince.
Vous connaissez comme moi les grands services que cette Institution rend au Pays,
je n'ai pas besoin de les 6numerer. Vous avez entendu. MM, le Depute Fequiere a cette
tribune dans un language eloquent et persuasif prendre la cause des enfants en nous par-
lant de la necessity de les 6duquer en vue de former de bons citoyens pour l'avenir.
Je viens i mon tour rLcIamer votre sollicitude en faveur des nouveau-nes et des
enfan.ts a naitre.
La Maternity de Port-au-Prince est fondue depuis 7 ou 8 ans. C'est grace i elle
que nous n'assistons plus au spectacle navrant d'un nouveau-n6 jetE sur la voie pu-
blique ou ailleurs. C'est elle qui recueille les femmes enceintes n'cessiteuses en vue de
favoriser leurs couches. Une oeuvre de cette importance vous en conviendrez
MM..., doit vivre. Eh bien! avec 1'exiguit6 des sommes allouees, l'Institution est sur
le point de former ses portes. Nous autres medecins, qui la desservons, nous ne
sommes pas rftribu~s, nous ne r&clamons, non plus. aucune remuneration, gui-
des comrme nous sommes, par une penshe charitable, humanitaire.
Je viens vous demander, d'augmenter de G.75 par mois. l'allocation en faveur de
l'weuvre de la Maternite. Si Mr. le Secr6taire d'Etat nous demand de lui fournir les
voies et moyens, je suis prkt i les indiquer.
M. le President: Le Depute Savain propose d'augmenter de G. 75 I'allocation de
G. 150.00 en faveur de I'ceuvre de la Maternite.
Je mets cette demand d'augmention en discussion.
Mr. le Secretaire d'Etat des Finances. Du moment que le Depute Savain donne
les voies et moyens, nous n'avons qu'i ktre d'accord avec lui.
Mr. le President: Donnez les voies et moyens, depute Savain.
M. le D6pute P. Savain: MM. I'honorable Secr6taire d'Etat des Finances me de-
mande de lui fournir les voies et moyens. Je puis les lui indiquer largement. D'a-
bord, il est a.llou6 une some de G. 1.000.00 pour cas d'6pidemie.
Nous savons comment I'on tient compete des epidnmies chez nous; elles sevissent,
la population est d&cimee et l'on s'en moqoe comme de I'an 40.




La I.a. olla a de I' lul,,ih.. de I'Assistance Publique,


Article 5.-Le directeur responsible de l'asile des ali6n.s, sous peine
i ir, poursuivi et puni d'un emprisonnement d'un an au moins et de
trois ans au plus, ne pourra recevoir une personnel pretendu.e fol:le si
,'-. ne lui est pas remise une au'tor:isation du Secr&taire d'Etat de
I'Intericur indiquant les noms, professions, age, domicile, tan't de la
personnel qui sollicite 1'internement que celle qui doit etre internee;
l'autorisation fera aussi mention du degree de parents, ou, en cas con-
traire, des rapports qui existent entire elles.
Le Secretaire d'Etat exigera la signature de c'elui qui aura formula
la demand et si elle est pr6sent.e par le curateur d'un interdit, elle de-
vra &tre appuy6e par ce curateur d'un extrait de jugement d'interdic-
tion ayant acquis 1'autorit6 de la chose jugee.
Toute demand d'admission adress&e au S.ecrtaire d'Etat de l'In-
t6rieur sera accompagnee d'un certificate de med.ecin consta~tant l'6tat
mental du malade, la n6cessit6 de le faire soigner dans 1'Asile. Ce cer-
tificat ne pourra servir s'il a 6t6 donned par complaisance ou si le mede-
cin signataire est parent ou alli6, second degree inclusivement, d'u direc-
teur de l'tablissement ou de la personnel qui voudra op',rer r'interne-
ment. Toutefois, en cas d'urgence constat&e, le directeur pourra se dis-
penser d'exiger, sauf regularisation ult6rieure, et le certificate du mede-
cin et meme l'ordre du Ministre de l'Intrieur.


On peut facilement prendre G. 450.00 de cette allocation.
II1 est port une valeur de G. 2000.00 pour le Jury Medical, j'estime qu'on peut
prendre ici encore G. 450.00.
M. le President: Ces valeurs se rapportent 5 un chapitre deja vote. Je ne puis pas
les accepter comme voies et moyens.
M. le Depute Savain: On peut prendre la-dedans.
M. le Pr6sident: C'est impossible.
M. le Depute Savain: MM. les deputes, je ne suis pas plus royaliste que le roi.
Si vous ne votez pas cette augmentation d'allocation, il ne restera plus qu'5 jeter le
manche apres la cognee.
Nous autres medecins de l'oeuvre, nous remplissons notre r6le com.me un sacer-
doce. Nous passons des journees, des nuits entieres pour soigner les femmes n&cessi-
teuses. des fem.mes enceintes recueillies souvent atteintes de maladies infectieuses.
C'est un sacrifice que nous nous sommes impose pour la realisation d'une pensee hu-
manitaire. je vous le repete. J'estime que la Chambre reconnaissant le bien fonde
de ma demand n'hesitera pas 5 voter cette augmentation de G. 75.00 sans la-
quelle la Maternite de Port-au-Prince aura vecu.
La proposition Savain est adoptee par l'Assemblee dans les formes reglementaires.
M. le depute Savain: Mes chers colleagues, je vous remercie du meilleur de moi,
je vous remercie au nom de la Patrie, au nom de l'humanit6. Vous avez compris
avec moi qu'une Institution dc cette importance ne doit pas perir. En cela, vous avez
faith a'uvre qui vaille, ceuvre dans ce qu'il y a de plus cher dans l'humanite; j'ai nom-
m6 la femme.





de l'Enseignenment et de I'Exercice de la Mldecine en Haiti


Article 6.-Dans la huitaine de l'internement d'un pr6tendu malade
dans l'6tablissement d'alienes, le m6decin de l'Asile sera tenu d'adresser
au Commissaire du Gouvernement et au Ministre de l'Int6rieur un
autre certificate confirmant ou rectifiant avec details les observations du
premier certificate.
Article 7.-Chacun des deux asiles aura un registre sp&ial cot6 et
paraph6 par le Magistrat Communal de Port-au-Prince sur sequel se-
ront inscrits sans aucun retard les noms, professions, ige et domicile
de personnel places 1l'Asile, le jugement d'interdiction de l'alien6 si


CHAMBRE DES REPRLELNTANTS

Seance du Vendrcdi 7 Septembre 1906
PRES1DENCE DE M. LE DEPUTE STE-THEN ARCHER

Le bureau donne lecture de la lui suivante sur la Maternite de Port-au-Prince:

PROPOSITION DE LOI

Vu I'article 69 de la Constitution;
Vu les grands services rendus a la society ha'itienne par la Maternite de Port-au-
Prince;
Considerant que cette institution est une veritable &ole pratique d'accouchement
et de gynecologie, en mrme temps qu'un asile ouvert aux femmes enceintes frappees
par la misire;
Considerant qu'il est du devoir des grands pouvoirs de 1'Etat d'encourager et pro-
tiger toutes les oeuvres fondles dans un but humanitaire et de propagation de la
science;
A PROPOSE

Et le Corps Legislatif a vote d'urgence la loi suivante:
Article ler.-La Maternite de Port-au-Prince est dkclar~e d'utilit6 publique.
Article 2.-Une subvention de trois cents gourdes lui est accorded.
Article 3.-Elle jouira, a dater de la promulgation de la presente loi, de la per-
sonnalit6 civil et de toutes ses consequences l6gales et juridiques.
Article 4.-La present loi sera exicutee a la diligence des Secretaires d'Etat de
l'Interieur et de l'Instruction Publique, chacun en ce qui le concern.

Fait a la Chambre des Representants. le 24 Aofit 1906, an 103e de l'Indepen-
dance.

(S) : Dr. P&tion Savain, J. M. Bredy, F. Fhquiire, Ls. Ed. Pouget, F. B. Laroche,
M. Ev. Ducheine, Jh. Severe, Th. Remain, Dr. A. Vieux, L. Memnon aine, J. B.
Laurent, J. J. Figaro, C. F. Pierre-Louis, W. Bellegarde, J. B. N. Marcelin, J. M.
Wiss, Em. Desir, A. D. Chancy, R. Lafontant, Pluviose, Dr. Ch. T. Chariot, A. R.
Durant, S. Mompoint, Monbeleur, P. M. Ducasse, L. Lumarque, L. Mauger, C.
Rinchire Lebon, Crepsac, R. Daguindeau, Em. Gabriel, N. Leconte.
Les ler et 2e considerants, les articles 1, 2, 3 et 1'ensemble de la loi, sont votes
sans modification par la Chambre.





La l .'. i'-1 de I'Hygiene, de l'Assistance Publique,


un ,iti ti,! competent en a prononc6 et les noms des tuteurs, et toutes
Ies indications continues dans l'ordre du ministry touchant le signa-
lement de la personnel qui aura sollicit6 l'internement du malade. Ce
i.,;i,., mentionnera 6galement les deux certificates fournis par le m&-
decin consult et par celui de 1'asile. Celui-ci consignera sur le registre
une fois par mois 1'6tat mental de chaque malade. Les autorit6s vise&s
a l'article 2 devront A chaque visit apposer Ieur visa sur ce registre,
leur signature et leurs observations, si c'est n&cessaire.
Article 8.-Des que le medecin de l'asile des aliens aura d6clar6 sur
le registre un malade en etat de recevoir son exeat, celui-ci ne pourra
plus etre garden.
Si c'est un mineur ou un interdit, le directeur en avertira le Com-
missaire du Gouvernement ou le tuteur.
Article 9.-En tout etat de cause, la sortie d'un malade hospitalise
a l'asile des alien6s, si elle ne peut compromettre ni l'ordre public, ni
la sfret6 des personnel, pou'rra toujours &tre requise par les personnel
ci-apr&s d6sign6es savoir:
I1.-Le curateur nomm6 en execution de l'art. 5 de la pr6sente loi.
2.-De 1'6poux ou de 1'6pouse.
3.-Les ascendants, s'il n'y a ni 6poux, ni spouse.
4.-Les descendants, s'il n'y a pas d'ascendants.
5.-Ia personnel qui a sign la demand d'admission, a moinms d'op-
position A vider.


SENATE
Seance du Jeudi 13 Septembre 1906
PRESIDENCY DE M. LE SENATEUR T. A. DUPITON
Sur Finvitation de M. le Prisident, M. le Senateur Robert David donne lecture
de la loi relative a la Maternit6 de Port-au-Prince.
M. le Pr6sident: Le principle de la loi est mis en discussion, il est mis aux voix.
Le Sinat a adopt.
Les ler. et 2c considirant, mis en discussion et aux voix sont adopts.
Les articles 1, 2, 3, 4, puis l'ensemble de la loi successivement mis en discussion
et aux voix sont adopts.
M. le President: Je dois attirer attention du Sinat sur ccci: c'est que par cette
loi que ncus vencns de voter il y a encore augmentation de G. 3.600 par an ap-
r '' au budget; il faut faire en sorte que le budget soit 6quilibr6.
M. B. Canal Jeune: La Maternite a dCij une subvention inscrite au budget. Ce
chiffre ne pcut pas monster ~ G. 3.600: il n'y a que G. 1.200 d'augmentation et non
pas 3.600.





de I'Enseignenent et de I Exercice de la Medecine cn H'iti


6.-Toute personnel autoris6e par le Conseil de famille.
Article 10.-L'aultorit6 competente a plein pouvoir d'ordonner
d'office l'internement dans I'asile des ali6nes et des lepreux de toute
personnel folle, compromettant l'ordre public et la sfiret6 des citoyens,
ainsi que de toute personnel atteinte de la lepre sur n'importe quel point
de la Republique.
Article 11 .-Dans aucun cas, les aliens ne pourront &tre d6tenus
dans les prisons des l'ouverture des asiles: les malades des autres loca-
lit'es seront expedi6s a Port-au-Prince aux frais de l'Etat.
Article 1 2.-Les depenses d'entretien, de s6jouar et de traitement des
personnel places dans ces asiles seront fixes par le Secr&taire d'Etat
de l'Int6rieur et des Trava'ux Publics charges des installations pour la
construction desquelles un credit de 20.000 dollars est ouvert a cet
effect.
Article 13.--11 est facultatif aux parents des malades pouvant
payer, de s'entendre avec les directeurs des asiles afin d'avoir le con-
fort desirable.
Article 14.-Le Tribunal Civil die Port-au-Prince reglera toutes les
contestations relatives a la sortie des aliens; le directeur de l'Asi'le,


CHAMBRE DES REPRESE'IFANTS
Seance du Vendredi 10 Septembre 1906
PRESIDENCY DE M. LE DEPUTE STEPHEN ARCHER
Lecture est donnee du rapport du Comit6 de 1'Instruction publique relatif a la loi
sur l'Ecole de M6decine dont les conclusions sont adoptees.
La loi est vote avec la modification qu'y a faite le comity.
RAPPORT
A la Chambre des Deputes
Messieurs les deputes,
La n&cessit6 d'une loi organisant I'Ecole Nationale de MCdecine d'une fajon con-
forme aux progres de la science contemnporaine et reglementant l'exercice des pro-
fessions de m6decin, pharmacien, dentist et sage-femrme, se faisait depuis longtemps
imperieusement sentir.
La preuve en est que le comity de i'Instruction Pu'b'ique s'est trouv6 en presence
des deux projects soumis A la Chambre dans un intervalle relativement court. L'un
date de 1903, l'autre de la presente annie.
A sa seance du 23 Aoeit dernier, votre comit6,-M. le Secretaire d'Etat de l'Ins-
truction Publique dfment convoqu--s'est livre A un travail de comparison des
dits projects dont l'esprit et la contexture ne different pas sensiblement.
Usant du procedi qui &tait tout indiqu6 en la circonstance. nous les avons com-
pletes l'un par l'autre.





La I de l'i ii ,,, de !'Assistance Publique,


sous peine d'etre poursuivi et puni ne pourra retenir un malade don't
Ia sortie est ordonn&e.
Donned i la Chambre des Representants, a Port-au-Prince, le 15
Septembre 1906, An 103e de l'Independance.

Le President de la Chambre: S. ARCHER
Les Secr6taires: G. DESROSIERS, LOUIS BRUTUS

Donn6 a la Maison Nationale, a Port-au-Prince, le 16 Septembre
1906, An 103e de 1'In~dependance.

Le President du Scnat: T. A. DUPITON
Les Secretaires: R. DAVID, DIOGENE LERREBOURS

AU NOM DE LA REPUBLIQUE
Le President de la Repuiblique ordonne que la loi ci-dessus du Corps
Lgislatif soit rev&tue du Sceau de la R:publique, imprim.6e, public et
execute.
Donn6 au Palais National, a Port-au-Prince, le 28 Septrembre 1906,
An 103e de l'Ind6pendance.
NORD ALEXIS
Par le President:

Le Secretaire d'Etat de l'Interieur: PETION PIERRE ANDRE
Le Secr&taire d'Etat des Travaux Publics: F. N. LARAQUE


Certains points, comme vous le constaterez, ont 6t6 modifies soit en vue de mettre
!a loi en harmonies avec le movement scientifique, soit pour donner A l'instrument
plus de resort et de souplesse.
De la sorte, nous croyons avoir trouv6 en la forme sous laquelle la loi vous est
enfin pr6sent&e la formule exacte grace a laquelle seront resolus bien des cas naguere
sujets a des interpretations plus ou moins abusives.
En pregnant comme base de son travail le project soumis par le Dipartement de
1'Instruction Publique, il y a de cela trois ans-ile Comit6 a d'abord inscrit parmi
les matieres d'enseignement la Bacteriologie:
L'article 6 a Rt6 redig6 comme suit:
Article 6.-La dur&e des 6tudes medicales est fixee A ci.nq annies, celle des &tudes
de pharmacie a trois, celle pour l'obtention du dipl6me de chirurgien-dentiste et de
sage-femme a deux ann&es.>>
A l'art. 10.-Outre quelques details compilhmentaires-le comity, sur la proposi-
tion de notre collogue Em. Desir, a ajout6 le paragraphe suivant: Apris le cinquieme
examen, le postulant au doctorate en md.ecine soutiendra une these sur un sujet de
son choix.
La these n'est pas 6liminatoire.
L'article 12 relatif a la pratique de l'art obs.ttrical a donn6 lieu A une tres s6rieuse
discussion.
La seule 6nonciation d'une telle idee rend tout de suite presente A l'esprit la Ma-
ternite de Port-au-Prince, unique foundation de ce genre due a l'initiative privee.





de I'Erseignement et de I'Exercice de la Medecine en Haiti


LOI

Con:sid6raint que l'Hospice Justinien d'u Cap et l'Hospice St.-Vin-
cent de Paul de Port-au-Prince, par leur utility, sont dignes de l'atten-
tion de l'Etat:
Consid6rant, d'autre part, qu'il imported, pour qu'ils puissent r6-
pondre aux exigences de 1I'oeuvre entreprise, de soulager la misere pu-



Serait-il bon d'annexer cet &ablissement a 1'Ecole de Medecine, c'est a dire de 1s
placer sous la main mise de 1'Etat?
La question a ete resolue par la negative.
Dans 1'intirkt de tous, initiateurs et autres, il imported, a-t-on conclu, que cette
tondation, tout en rendant service a la communaute, conserve son caractere d'ceuvre
priv&e.
De 1'ensemible des considerations 6mises, nous avons RtC amends a ridiger ainsi qu'il
suit l'article 12.
tionale de Medecine, les 6tudiants, ainsi que les elkvcs sages-femmes, sont tenus de
suivre les course de clinique obstetricale dans les ktablissements oi ces course sont pro-
fesses conformment aux lois et reglements en vigueur.
Precisant les conditions pour l'obtention du dipl6me de sage-femme, nous avons
poursuivi:
Article 13.-Les aspirantes au titre de sage-femme devront ktre pourvues de cer-
tificats d'&tudes primaires.
Article 14.-Les inscriptions au nombre de huit ont lieu dans les mrmes condi-
tions que celles ci-dessus prescrites a l'article 1 1.
A partir de I'art. 15, toujours du project Bonamy, nous avons proc6d& de la ma-
niere suivante:
Article 15.-(Projet Bonamy) a remplacer par l'art. 11 du project Laleau.
Article 16 voir art. 14 du project Bonamy.
Article 17 voir art. 15 du project Bonamy.
Article 18 voir art. 16 du project Bonamy.
Article 19 voir art. 17 du project Bonamy.
Article 20 voir art. 18 du project Bonamy.
Article 21 voir art. 19 du project Bonamy.
Article 22 voir art. 20 du project Bonamy.
Article 23 voir art. 21 du project Laleau.
ainsi concu: L'enseignement clinique de 1'Ecole Nationale de Medecine a lieu a I'H6-
pital militaire.>
Repondant assez parfaitement aux besoins urgents de 1'enseignement medical et aux
progres realises par la science, cette loi don't tous souhaitaient a just raison la venue,
mettra fin a tous les malentendus nCs de l'interpretation de celle de 1870, visiblement
tomibie en disu&tude.
C'est pourquoi nous la recommandons a votre haute et bienveillante attention.
Fait a la Chambre des Repr6sentants le 5 Septembre 1906.
(Sign6) : F. FNquiere, Em. Desir, Pluviose, Ed. Pouget, Crepin Pierre-Louis.





La Lgislatron de I'!lI,-ii,, de I'Assistance Publique,


blique, de leur accorder la personnalit6 civil pour contractor et de faire
rentrer dans leur patrimoine les biens legues aux pauvres et administres
actucllement par les Communes du Cap et de Port-au-Prince;
Vu I'article 69 de la Constitution;

LA CHAMBRE DES REPRESENTANTS A PROPOSE,

Et le Corps LUgislatif a rendu la loi suivante:
Article ler.-L'Hospice Justinion du Cap et 1'Hospice S. Vincent
de Paul de Port-au-Prince sont declares d'utilite publique.
Article 2.-La personnalit6 civil leur est accord&e. Ils auront, par
consequent, le droit de recueillir les donations et legs mobiliers et im-
mobiliers et d'accomplir tous les actes civills co nform6ment a la loi.
Article 3.-Les biens legu&s aux pauvres du Cap et de Port-au-
Prince et administr6s actuellement par les deux Communes sont ren-
tr6s dans le patrimoine des deux Hospices qui desormais en ont l'ad-
ministration.


SENATE
Seance du Jeudi 13 Septembre 1906
PRESIDENCY DE M. LE SENATEUR T. A. DUPITON
Inviti par M. le President, M. le Senateur Robert David donne lecture du project
de loi relatif a l'Ecole de Medecine.
M. le President: Le principle du project de Ioi est mis en discussion.
M. le Dr. Laroche: Messieurs les Senateurs, vu l'importance de cette reforme qui a
trait a toute une profession don't nous devons sauvegarder les interfts, nous ne
pouvons pas a pied lev6, border la discussion de cette proposition de loi &manant
de la Charnlbre ou bien du Departement.
Je demand, tant dans l'interft des pouvoirs publics que dans celui de la profession
elle-mkme, que cette proposition de loi soit envoyie purement et simplement au co-
mite don't elle relMve pour ktre l'objet d'une &tude approfondie. II y a beaucoup a
ajouter et beaucoup a retrancher a cette loi, et cela ne peut se faire qu'a tfte reposee.
Quel que soit le desir que nous ayons de doter I'Ecole de Medecine d'une loi sem-
blable, qui repond a un veritable besoin et non pas a une urgence, je crois qu'il serait
necessaire de l'envoyer au conseil d'Instruction Publique.
M. le President: La proposition de I'honorable Senateur Laroche est mise en dis-
cussion.
M. D. Lerrebours: Le principle de Ia loi 6tant vote, le Senat ne peut envoyer le
project de loi a un comitL.
M. le Dr. D. Laroche: Le principle de la loi 6tait en discussion, quand j'ai demanded
la parole.
'lu;i urs voix: Parfaitement.
M. le President: Je mets aux voix la proposition du Senateur Laroche.
Le Senat a adopt.






de I'Enseignement et de I'Exercice de la Medecine en Haiti


Article 4.-La presente loi sera ex&cut.6e 5 la diligence du Secretaire
d'Etat de l'Int6rieur.
Donned au Palais de la Chambre des Reprsentntans, le 29 Juillet
1907, an 104e de l'Ind6pendance.
Le President de la Chambre: S. ARCHER
I.es Secrrtaircs: G. DESROSIERS, LOUIS BRUTUS

Donned a Ia Maison Nationale, a Port-au-Prince, le 30 Juil'let 1907,
an 104e de l'Ind&pendance.
Le President du Scnat: TH. DUPITON
Les Secr&aiCs: E. CINEMAS, DIOGENE LERREBOURS

AU NOM DE LA REPUBLIQUE

Le President d'Haiti ordonne que la Loi ci-dessus du Corps Legis-
l'atif soit revetue du sceau de la Republique, publi&e et exkcult&.

NORD ALEXIS
Par le President:
Le Secr&taire d'Etat de l'Interieur: PETION PRE ANDRE


SENATE
Seance du Vendredi 14 Septembre 1906

PRESIDENCY DE M. LE SENATEUR T. A. DUPITON

M. P. Paulin: Mes chers colidgues, vous venez de prendre, il y a un instant, la d-
cision de voter aujourd'hui meme la loi sur 1'enseignement medical et sur 1'exercice de
la Medecine et de la Pharmacie. Bien que I'heure soit avancee je vous demand de
vouloir consacrer encore quelques minutes au vote de cette loi qui est trrs court, et
apris cela nous pourrons lever la seance.
M. S. Dennis: Je suis de l'avis du collfgue Paulin. II y a i peine un quart d'heure
que nous venons de prendre la decisi-on de voter la loi, nous ne pouvons pas lever
la seance sans l'avoir votee.
Plusieurs voix: Votons la loi une bonne fois.
Monsieur P. Paulin, cbtenant la parole, donne lecture du rapport du comity de
l'Instruction Publique sur la loi en question.
Les conclusions du rapport mises en discussion et aux voix sont adoptees.
M. St. Remy, rermplissant l'office de l er secr&taire, donne en-suite lecture de la loi
don't le principle, mis en discussion et aux voix, est adopt.
L'article ler est vote dans les formes reglementaires.
Mr. le President: A l'article 2, le Comite propose de dire: Un directeur professant
et des professeurs de chaire, etc., et de supprimer professeur de bacteriologie A cent
dollars.
Je mets cette proposition en discussion.
Elle est aux voix. Le Sen-at a adopted. L'article 2 ainsi modifi6 est vote.
Les articles 3 et 4, reguliirement mis en discussion et aux voix, sont admis.
M. le President: L'art. 5 est mis en discussion.






Lu I .',,lai, de I'liygiene, de 1'Assistance Publique,


ARRETE

relatif aux examens d'entree c I'Ecole Nationale de Medecine et de
Pharmacie pour les etudiants qui veulent obtenir le
Dipl6me de Chirurgien-Dentiste.

Le Secretaire d'Etat au Departement de I'Instruction Publique.

Considerant que la loi du 16 septembre 1906 sur l'enseignement
medical et sur l'exercice de la Medecine et de la Pharmacie n'a pas de-
termine le ti'tre universitaire nece.ssaire aux etudiants qui veurleint s'ins-
crire i 1'Ecole Nationale de Medecine et de Pharmacie pour obtenir le
Dipl6me de chirurgien-dentiste, tandis qu'ell'e exige le certificate d'#etu-
des secondaires classiques des 6tudiants en Mdecine et en Pharmacie et
le certificate d'&tudes primaires des aspirantes au titre de sage-femme;


Le comite a d&cid6 que les valeurs retenucs seront employees au basoin de I'Ecole.
L'article 5 est vote avec la modification faite par le Comite.
Mr. le President: L'article 6 est mis en discussion.
Le comity propose d'ajouter a cet article un alin6a ainsi congu: < tunit6 et les resources du Tr6sor. le Gouvernement est autoris ai creer des 6coles pr6-
paratoires de Medecine et de Pharmacie dans les chefs-lieux des Departements.
La proposition faite par le comit6, mise en discussion et aux voix, est adoptee.
L'ar:icle 6 ainsi modifiN est vote.
L'article 7 est 6galement vote dans les formes r6glementaires.
M. le Prsident: L'article 8 est mis en discussion.
Le comity propose d'ajouter a la fin du 22 alinea de cet article les etudiants en I'art dentaire et deux ann6es pour les 6leves sages-fem-nes> et apres les
mots pharmaciens < les sages-femmes.>
La proposition du Comite, mise en discussion et aux voix, est adoptee.
L'artlcle 8 ainsi modified est vote.
L.es article 9, 10, 11, 12, 13, et 14 successivement mis en discussion et aux voix
sont admis.
M. le President: L'article 15 est mis en discussion.
Le comity a decide que des bourses seront accordees aux eleves sages-femmes des
localities autres que la Capitale.
L'article 1j, mis aux voix, est adopt avec la modification faite par le comity.
Les articles 16, 17, 18, 19, 20. 21, 22. 23 et 24, puis l'ensemible de la loi, suc-
cessivement mis en discussion et aux voix, sont adopts par le Grand Corps.
M. I, President: Vu l'heure avanc6e, la stance est levee.






de I'Enseignement et de I'Exercice de la ANdecinc en Haiti 61

Consid6rant qu'il imported de remedier a cet 6tat de choses prejudi-
ciable i la bonne march de 1'Ecole Nationale de MWdecine et Phar-
macie;
ARRETE:
Article ler.-Les aspirants au Dipl6me de chirurgien-dentiste pour
etre admis A s'inscrire l'Ecole Nationale de MWdecine et de Pharmacie
doivent etre porteurs d'un certificate delivr6 par I'Inspection Scolaire
de Port-au-Prince.
Article 2.-Pour obtenir ce certificate, les candidates doivent subir
un examen &crit et oral satisfaisant sur le course d'Histoire Naturelle
inscrit au programme de la classes de rhetorique.
Article 3.-Les candidates pourvus de la premiere parties du certifi-
cat d',tudes secondaires classiques sont dispenses de cet examen.

Fait A la Secr6tairerie d'Etat de l'Instruction Pu-blique, le 2 Sep-
tembre 1908.
Le Secretaire d'Etat: T. LALEAU








MOREAU DE SAINT MERY

LETTRE du Ministre aux Administrateurs, touchant les lepreux de Saint-D: mingue.

Du 29 Mars 1713

Sa Majest6 a approuv6 le parti que le Conseil a pris d'ordonner une second visit
les habitants du quarter qui sort attaques de la Tlpre: il est tris interessant de les
separer pour que ce mal ne puisse point se com muniquer; mais Sa Majeste n'approuve
point qu'on destine leur habitation a 1'sle de la Tortue; il faut au contraire la con-
server pour s'en servir en cas d'une contagion ou de quelque irruption des ennemis:
;i on y plaqait des liprcux, ce serait 6ter ~ la Colonie une retraite sfire dans le cas
que je viens de vous expliquer: ainsi sa Majeste desire que vous cherchiez un autre
quarter 6loign6 pour les placer: et que vous preniez de justes measures pour qu'ils
n'aient aucune communication avec les autres habitants, etc....
R. au Conseil du Cap. le 7 Juillet 1713.





LaI "'.,*1!, ,.. de I'H ygine, de I'Assistance Publique,


ARRETE DU 15 FEVRIER 1910

PORTANT REGLEMENTS DE L'ECOLE DE

MEDICINE ET DE PHARMACIES

LE SECRETAIRE D'ETAT DE L'INSTRUCTION PUBLIQUE

Vu la loi du 16 Septembre 1906 sur 1'enseignement de la MWdecine
et colle du 29 Octobre 1901 sur l'instruction pubilique;
Considerant qu'il y a lieu de reviser les reglements de cette Ecole;


Seance du 4 Juillet 1851

A l'occasion du vote du budget des depenses qui vient d'avoir lieu, le Represen-
tant A. Lespinasse obtient la parole et s'exprime ainsi:

< travaux, quand j'eus i'honneur de porter devant vous une proposition tendant a
adresser un message a Mr. le Ministre de l'Interieur pour lui signaler la necessity
d'entretenir dans un hospice, les infirmes qui frappes de sales et contagieuses maladies,
n'ont pour demeure que des galleries de nos 6glises et n'obtiennent quelque aum6ne
de la charity publique, qu'en circulant dans les rues de nos villes, et en tendant eux-
memes la main devant chaque maison. C'est la petite monnaie qui sert a la circulation
generale, que ces malheureux recoivent, et ils le rendent encore 5 la ml me circulation.
Je n'entends pas faire injure a cette portion souffrante de I'humanit6 que je plains et
en faveur de laquelle, je desire attirer votre attention et la sollicitude du gouverne-
ment de Sa Majest6 qui a deja donn6 des preuves si Cclatantes de sa bienveillance en-
vers elle. Mais, Messieurs, la circulation des lepreux et d'autres infirmes de ce genre,
au milieu de nos villes, est tout-a-fait comprom.ettante pour la salubrit6 et la security
generaies.
Deja la Ipre s'introduit dans u.n grand nombre de families, sans qu'on puisse s'en
expliquer la cause; deja, nos places publiques presentent de nombreuses maladies de
peau don't il imported d'arrkter le diveloppement. L'humanit6, la charity, la religion
imposent a la sociWte le devoir d'6tablir en faveur de ces malades, un hospice oil ils
recevront un entretien conforme a leur 6tat. Ce ne sera pas 1B une source de depenses
nouvelles pour le Gouvernement. Le people haitien est trop connu par i'amour de
la charity qu'il professes a un si haut degr6 pour que par des souscriptions volontaires
ii ne fasse les frais de l'hospice, et je suis d'avance persuade, messieurs, que le Gou-
vernement de L. M. M. qui a deja rendu de si grands services au pays, le dotera avec
empressement d'un 6tablissement que redament la charity, la religion et la civilisa-
tion. Ce sera pour leurs majestes un titre nouveau a la reconnaissance national.
La proposition du representa.nt Lespinasse mise en discussion, puis aux voix, est
unanimement adoptee. Le bureau est charge de la redaction du message qui devra
ftre adresse au Ministre de l'Int6rieur et de I'Agricutu.re.






de I'Enseignement et de I'Exercice de la MIldecine or Haiti 63

ARRETE CE QUI SUIT:

CHAP. I
Ouverture des Cours-Admission

Article ler.-L'ouvcrture des course de I'Ecole Nationale de Made-
ciine et de Pharmacie est fix6e au ler lundi du mois d'Octobre.
Article 2.-Nul ne sera admis come 6tudiant en medecine s'il n'est
pourvu d'une carte de l'Inspection Scolaire de Port-au-Prince attestant
qu'il est muni du certificate d'etudes secondaires classiques.
Article 3.-Pour ftre admis A suivre les course de Pharmacie A I'E-
cole de Medecine et de Pharmacie, l'ftudiant doit &tre muni du certi-
ficat d'etudes secondaires classiques (l1re parties .


SENATE
Seance du Vendredi 10 Aodt 1906
PRESIDENCY DE M. LE SENATEUR T. A. DUPITON
M. H. Baussan: Messieurs, vous devcz vous rappcler, qu'il y a de cela quelques
semaines, j'ai propose au Senat d'adresser un Nssigi au-x Secretaires d'Etat de 1'In-
terieur et des Travaux Publics pour qu'ils s'entendissent aux fins de deposer sur le
bureau de la Chambre deux projects de loi; F'un portant foundation d'un hospice pour
les individus frappes d'aliination mental ct l'autre portant foundation d'une l6pro-
serie. Je me rappel'le qu'en term'es absolument 6loquents et enthousiastes le Secretaire
d'Etat de l'Interieur a exprim6 le desir de donncr suite a la resolution du Grand
Corps. Je profit de sa presence pour lui rappeler qu'il y a n&cessit6 absolute a ce que
no.us ayons un asile pour les alienes.
Si le Gouvernement ne peut embrasser toutes choses A la fois, je mets en fait qu'il
y a urgence a ce que nous ayons un hospice pour les alien&s. C'est une honte natio-
nale de n'avoir pas song jusqu'ici a fonder un hcspice pour les individus prives de
raison; car nous savons que c'est a coups de baton qu'ils sont traits dans les prisons.
Et, MVM. nous pouvons avoir a chaque instant un parent fou, et nous-memes pou-
vons le devenir dans un pays comrn.me celui-ci.
M. P. Pierre Andr6: NMM., vous savez combien je partage l'id&e genereuse et huma-
nitaire du Senateur Baussan et dans quels terms j'ai repondu au Message du Senat:
c'6tait 1'expression sincere de mes sentiments. Si nous n'avons pas encore present
a la Chambre la loi en question, c'est que pour un petit pays comrme le n6tre, il nous
faut adapter cette loi i nos mceurs et a nos resources financicres; il n'est pas facile de
trouver des medecins alienistes; c'est une grande question. Cependant la chose peut
se faire en petit. C'etait mon idee de presenter un project de lo.i dans ce sens au Con-
seil des Secretaires d'Etat, mais ayant &t6 malade. je n'ai pu le faire. Je suis bien
heureux que le Senateur Baussan m'ait rappelU cela afin de stimuler mon zile et mes
sentiments que vous connaissez.
M. le President: Cette nouvelle promesse du Secretaire d'Etat de l'Interieur donne
t-elle satisfaction au Senateur Baussan?
M. Baussan: Parfaitement.







La I '.j I ..: de 1 'yqten, de l'Assistance Publiquc


Inscriptions

Sticle 4.-En vue de l'obtention d'un grade a l'Ecole, des inscrip-
tions sont accord&es aux 6tudiants: elles sont au nombre de vingt pour
la m6decine et de douze pour la pharmacie. Elles sont dilivries une
tous les trois mois. La lre inscription doit &tre prise a la fin du ler.
trimestre de 1'ann6e scolaire et les autres de trois mois en trois mois.
Article 5.-Trois absences non motives, constat6es sur le cashier
de points, pendant un mois, entrainent d'embl6e la perte de l'inscrip-
tion.
Article 6.-Les inscriptions sont prises a l'Ecole et par 1'6tudiant
en personnel A qui elles appartiennent.
Article 7.-L''tudiant ne pourra jamais commencer ses &tudes aprts
le ler trimestre de l'ann6e scolaire.



SENATE
Seance du Dimanche 16 Septembre 1906

PRESIDENCY DE M. LE SENATEUR T. A. DUPITON

M. P6tion Pierre-Andre: Le Senat desirait avoir des renseignements du Secretaire
d'Etat de l'Intirieur relatifs au vceu exprime par le Senateur Baussan et qu'avait
adopted le Grand Corps, relatif a la foundation d'un hospice pour les aliines et d'une
liproserie; j'ftais absent: je viens aujourd'hui donner routes les satisfactions disirables
au Grand Corps.
Oui! Messieurs les Senateurs, nous avons compris comime vous que ces malheu-
reux don't la raison est affaiblie, pervertie totalement ou en parties par l'usage de leur
liberty, devenait un danger incessant; soit pour I'ordre et la sfiret6 publique, soit
mime pour leur sfuret personnelle ou pour leur fortune. Nous avons compris, com-
me vous, qu'il fallait une loi pour combler cette lacune, deplorable dans notre 14gis-
lation, une loi devant presenter les trois caracteres principaux: de police, de suirete a
1'6gard de tous les citoyens, de bienfaisance et de tutelle a 1'6gard de ceux des infor-
tunes que leur position et celle de leur famille laisseraient sans resources. C'est done
ainsi que l'Ex6cutif s'associant a la haute pens&e du Senat de la Republique, a pr&-
sent6 une loi a la Chambre des deputes, selon les besoins du moment et selon la situa-
tion financiere du pays, en attendant mieux. Et justement, nous avons saisi I'occa-
sion aux cheveux pour demander l'autorisation au Corps LUgislatif d'acheter une
vaste propriftd de l'autre c6te du portail St-Joseph, avenue Jn. Jacques Dzssalincs.
Cette propri&te est de la contenance de 65 pieds de facade sur 250 de profondeur,
sur laquelle se trouvent quatre corps de bitiments distincts.
I.-A 1'extrrmit6 sud de la facade, il est a remarquer une grande halle en maqon-
nerie; formant a elle seule une grande piece d'environ vingt pieds carries. Adossee a
cette halle se trouve une grande galerie fermie donnant accis a un escalier aboutissant
d'une part i une large veranda recouvrant toute la halle, et de l'autre i un deuxieme
corps de bitiment.
2.-Ce deuxieme corps de bitiment est une grande et comfortable mason haute
compose de deux pieces au rez-de-chaussee et de trois autres i l'tage suiprieur.






de I'Enseignement et de I'Exercice de la Medecine en Haiti


Article 8.-Chaque 6tudiant, pour etre inscrit 1l'Ecole Nationale
de M decline et de Pharmacie, est tenu de se conformer aux obligations
suivan tes:
1.-Produire son acte de naissance;
2.-Produire un certificate d'6tudes secondaires classiques.
Article 9.-En s'inscrivant, l'6tudiant d6clarera sa residence rbelle
et s'il vient 5 la changer, il est tenu d'en faire la declaration a la Se-
cr6tairerie de 1'Ecole. Toute fausse declaration de residence entrainera
la perte d'u'ne inscription.
Equivalences

Article 10O.-L'Ecole pourra tenir compete a un etudiant des ins-
criptions qu'il aurait prises dans une Ecole ou Faculte ftrangere et des
examens qu'il y aurait passes, a condition qu'il apporte devant le con-
seil des professeurs des pieces a l'appui.


3.-Le troisikme corps de batiment se compose aussi d'une maison haute, ayant
comme la pr&c6dente deux pieces au rez-de-chaussie et trois A l'6tage supirieur,; im-
mediatement apres on remarque une grande barriere en maqonnerie, solidement cons-
truite en briques, donnant facilement acc8s i chacun des batiments, et au fond de la
propri&t6 of s'&l6vent dix bonnes chambres en pitchpin couvertes en t6les, protegees
sur le devant par une galerie carrel6e et formant un seul corps de logement, mesu-
rant chacune environ douze pieds carris, airee chacune par une porte et une fenetre.
4.-Enfin A gauche de cetfe barriere on remarque une deuxieme halle en maconnerie
mesurant vingt pieds de facade sur vingt-cinq pieds de profondeur. A celle-ci se
trouve adapties deux autres pieces mesurant environ douze pieds carr6s chacune.
Places dans un milieu tres air6, composes de pieces tres vastes, ayant une cour spa-
cieuse et proteges par de grands arbres, ces 2 corps de logement distincts l'un de I'autre
offrent les avantages et les conditions hygieniques voulues.
Telle est l'importance de cette vaste propriete qui constitute cet 6tablissement pu-
blic don't une parties serait destine a recevoir les aliens, et l'autre i loger l'une des
6coles primaires de la section Nord;. L'Etat en paie cbcr lac:ocatiron.: Nous sominez
en train de trouver un endroit isol6 pour la l6proserie.
Vous connaissez comrmc moi les grands services que cette Institution rend au Pays.
Oui, Messieurs les Senateurs, nous devons venir au secours de la plus affligeante des
infirmit6s humaines. Nous devons A tout prix, preserver la socift6 des disordres que
des individus peuvent commsettre dans l1s moments o6i leur raison est trouble. Nous
devcns aussi les preserver eux-memes de leur propre fureur, nous devons encore les
soustraire A tous les abus don't ils peuvent etre victims, garantir leurs personnes et
leurs biens, en un mot, entreprendre resolu'ment une oeuvre 6minemment utile, au nom
de la charity hors laquelle il n'est point de salut.
M. le President: Le S6nat, par mon organe, declare accorder l'autorisation.
M. H. Baussan: Ne croyez-vous pas que cc serait le moment de voter une fois la
loi? BIle est d6jA votee par la Chambre des Reprs.ntants et d'autant que vous venez
d'accorder l'autorisation d'acquerir la propriety, et surtout avec l'adh6sion du Chef
de 1'Etat.






La I a'i .laiV'r? de l'Hygiene, de r'Assistance Publique,


Peremption des Inscriptions

,'-cticle 11 .-Tout 6tudiant qui, sans motif ju'ge valuable, neglige
de prendre ses inscriptions a l'6poque r6gl'emerntaire et de subir aucune
6preuve, perd le b6nMfic'e des inscriptions prises depuis la der.niere epreu-
ve subile avec succcs. La decision est prise d'emblee par le Directeur qui
en avisera 1'Inspection Scolaire.

Carte d'Identit6 et Cartes Speciales

Article 12.-Une carte d'identit6 est delivree a son entree a chaque
etudiant par le Directeur de l'Ecole. Cette carte est renouvel&e au corm-
menoement de chaque ann6e scolaire centre la remise de la pr&cdente.
Article 13.-Le Directeur de l'Ecole Nationale de MWdecine et de
Pharm'acie peut dlivrer des cartes sp&ciale.s aux personnel qui veu'lent
suivre a tirtre d'audliteurs b&;nevoles les course de l'Ecodle Nationale de
M6de:cine et de Pharmaci'e.
Article 14.-Les cartes sp&.iales d.elivr~es aux auditeurs benevoles
sont va;lables pour une ann&e et peuvent ftre renouvel6es au commence-
ment de chaque annee scolaire.
Penalites

Article 15.-En cas de faute grave de la part d'un etudiant, le Di-
recteur peut lui interdire provisoirement les cours. Mais il devra ein
refrer cdans Les 24 h-eures a F'Inspection Scolaire qui, apres enqufte,
fera son rapport au Secretaire d'Etat de l'InVs:truction Publiqu-e, lequel
decidoera d-e la question.
Article I 6.-Les peines disciplinaires qui peuvent etre appliquees
aux &tudiants sont les suivantes: l'avertissement, la censure, prononcos
par le Directeur; l'exclusion temporaire n'excedant pas trois mois,
avec suspension ,du course des Inscriptions, prononce par l'Innspection
Sc-olaire, apres rapport au Secrtaire d'Etat de l'Inst-ruction Publique;


M. le President: Nous allons vous faire ce plaisir, mon cher colligue.
M. H. Baussan: Je prie mres collogues de voter avec moi, et le bureau ne maanquera
pas d'adhbrer a cela, j'en suis sur.
M. Robert David: Je vous donne, co'llgue Baussan, pleine satisfaction pcurvu que
vous me permettiez de lire la loi.
M. H. Bau.ssan: Vo.us avez parfaitement raison.
Lecture est donnee de la loi par Monsieur le Senateur Robert David.
1 le President: Le principe de cette loi est en deliberation. II est at x voix. Le S6-
nat a adopt.
Le consid6rant, les articles 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, puis l'en-
semble de la loi, mis successivement en deliberation et aux voix dans 1.es formes regle-
mentaires, sont votes par le Senat.





de I'Enseignement et de I'Exercice de la Medecine en liaiti


1'exclusion prononcie par le Secr6taire d'Etat de l'lnstruction Publi-
que, la retenue partielle ou to-tale du traitement d-,s boursiers. Cette
retenue est verse dans la caisse de 1'Ecole pour les besoins de 1'Ecole.
Article 17.-Les 6tudiants sont tenus d'asslister regulierement au
course de 1'Ecole. Ils ne peuvent s'absentcr qu'avec l'autoris'ation du
Directeur et pour cause motive.

CHAP. II

Matieres d'Enseignement

Article 18.-L'Enseignement de 1'Ecole Nationale de MWdecine et
de Pharmacie comprend: 1.-Histoire Naturedlie M td'icale; 2.-Phy-
sique Medicale; 3.-Chimie Medicale; 4.-Anattomie; 5.-Physiolo-
gie; 6.--Histologie: 7.-Pathologic Medicale; 8.-Pathologie Chi-
rurgicalc; 9.-Hygienc; 10.-Medecine Lega'le; 11.-Th6rapeutique;
12.-Accouchement; 13.-Pharmacologie; 14.--Odontologi.e; 15.-
Clinique MWdicale; 16.-Clinique Chirurgicale; 17.--- linique Obs-
t6tricale; 18.-Bacteriologie; 19.-Pathologic T ropicale: 20.-
Toxicologie.


SENATE
Seance du Mardi 17 Juillet 1907
PRESIDENCY DE M. T. A. DUPITON
M. H. Baussan: MM. je profit de la presence de M. le Secritaire d'Etat de 1'In-
tirieur pour le prier de nous donner que'ques explications. L'au-tre jour, la question
relative a l'Rtablissement d'une liproserie et d'un asile pour les alinis a &t6 soulevie
dans cette enceinte, et M. le Secretaire d'Etat des Finances, present a cette barre. a d6-
clare avoir dij5 payi, soit pour la lIprcserie, soit pour I'asile des fous. une valeur
de tro'is milile dollars. Je demand a M. le Secretaire d'Etat di l'Interieur i quoi sert
'imrnmeuble qui a cofit i 1'Etat trois mille dollars et qui est encore vacant, p'uisqu'on
n'a 6tabli aucune liprossrie, ni aucun asile pour les aliens.
M. Petion Pierre Andri: NM.. I'honorable Senateur Baussan sait combien je par-
tage ses idies nobles et humonitaires; j'ai eu l'cccasion de les proclam'er ici. 11 a Rte
faith l'acquisition d'un in meuble pour l'itablissement de la lIproserie: mais on a re-
conn'u que le lieu ne convenait pas. Il y a bien des choses a faire avant d'arriver a
fonder ces deux Rtab'lissements qui ne peuvent pas itre riun~is en un seul. Nous ne
mnanquerons pas de vous tenir au courant de ce que nous avons fair; car nous n'a-
bandonnons pas cette idee, nous en poursuivons toujours la realisation.
M. H. Baussan: MM. les Sinateurs, M. Ie Secritaire d'Etat de l'Interieur nous
avoue, avec sa franchise ordinaire, que l'immeuble qui a cotf 1' lEtat trois mille
dollars, ne convient en aucune facon, ni pcur 1'Etablissement d'une leproscrie, ni
pour 1'Asile des aliens. Eh bien, je ne vcux pas trcp me payer de mots, j'aime les
faits. Tout A l'heure. M. Ie Secretaire d'Etat de l'Int:rieur nous disait qu'en matiire
de vente et d'achat, il prend toujours ses precautions; il y aurait lieu de croire qu'il





La Legislation de I'H!qicnc, de I'Assistance Publique,


Article 19.-Les &tudes pour obtenir le dipl6me de docteur en me-
decine durent cinq ann~es.

Travaux Pratiques et Stage

Article 20.-Les travaux pratiques, le stage hospitalier, le stage
obstetrical let le stage en pharmacie sont obligatoires. La dur&e des
etudes pratiques, dissection et medecine operatoire, est de deux ans.
Ces exercices pratiques commencent apres la 4eme inscription.
Le stage hospitalier dure 4 ans et commence apres la 4eme inscrip-
tion. Le stage obstetrical est d'un an et commence apres la 12ime
inscription. Le stage en pharmacies est de 3 ans. L'Utudiant en phar-
macie doit faire avant son admission a I'Ecole, un stage d'un an dans


a pris touts ccs precautions pour cc qui concern 1'acquisition de l'immeuble qui a
coute trois mille dollars. Toutefois, en attendant que 1'Etat se defasse de cet im-
meuble, qu'il me soit permis de donner un conscil au Gouvernem2nt, repr6sVnt6 par
ces deux honorables Secrftaires d'Etat ici presents.
I1 y a 1'Hospice de St Vincent de Paul, dirige par lcs Z61atrices qui se devouent
pour les pauvrcs, ne pourrait-on pas utiliser cet &ablissement pour mettre les fous
qui compromettent la s&curit6 publique? Qu'on fasse au moins quelque chose, pour
qu'une loi votee par le Corps LUgislatif ne rest pas une lettre morte. Nous ressem-
blons a des peres de famille qui abandonnent Icurs enfan'ts malades. Nous n'avons
pas le droit d'abandonner nos fous et nos lepreux ct de les laisser circuler par les rues.
Nous devons prencqre une measure A cet 6gard.
M. le President: La loi a 6t6 dej5 votee quand s'est present6e cette question don't
vous venez de parlor. C'cst tres bien, c'est a vous, mon cher collkgue, 5 aider MM.
les Secr&taires d'Etat de vos heureuses inspirations.
M. H. Baussan: Que MM. les Secrftaires d'Etat prennent ]'engagement d'ex&cuter
ia loi cette ann&e. Il y a en ce moment une qui confectionne des casaques et des bon-
nets pour enfants. (sic)
M. le President: Je pense que MM. les Secr&taires d'Etat prendront en considera-
tion les observations qui viennent d'etre produites par le senateur Baussan.
M. P&tion Pierre Andr6: MM., je viens de dire combien je partage les idees huma-
nitaires du Senateur Baussan.
NMais lorsqu'il s'agit d'6tablir un hospice pour les fous nous avons certaines pr&-
cautions a prendre, A moins que nous soyons fous nous-memes. Le Senateur Baus-
san a parlk de l'hcspice Saint Vincent de Paul, on ne peut pas y mettre les fous et
les leprcux ensemble. 11 faut, je le rep&te, prendre les precautions n&cessaires.
M. V. Hilaire: Le Secretaire d'Etat de l'Interieur vient de d&larer que 1'Etat a fait
acquisition d'un immeuble qui a couite trois mille dollars. 11 m'est revenue que cet
immeuble est grevy d'hypotheques. La vcnte strait donc entachhe de nullite.
M. Petion Pierre Andre: I1 me semble que vous n'avez pas les renseignemznts ne-
cessaires, vous &es complement dans 1'erreur. Puisque vous &tes avocat comme moi,
nous causerons de cette question a deux.
.I V. Hilaire: Les affaires de l'Etat se reglent en public et non en prive.
XM. le President: Je vais proclamer l'ordre du jour de la prochaine seance.





de I'Enseignement et de I'Exercice de ia Medecine en Hr'iti 69

,unie pharmacie et un deuxieme stage de deux ans dans une pharmacies,
lequel commencera A la 2&me ann6e d'&tudes faites A 1'Ecole.
Article 21.-Les travaux pratiques obligatoires, Ie stage hospitalier
obligatoire sont faits A l'H6pital St-Alexis, dans les sales sp6ciales de
l'H6pital.
Le stage obstetrical est fait dans Ies &tablissements o& les course sont
professes ordinairement.



CONTRACT

Vote par le Conseil des Secretaircs d'Etat dans sa seance du 15 Octobre I '.i -
pour la construction et l'installation d'un Asile d'Aliines et d'une Leproseric a Port-
au-Prince.
L'an mil neuf cent sept et le 4 Octobre, entire les soussignes:
I.--Messieurs F. Marcelin, Secretaire d'Etat par interim au Departement de 1'In-
terieur et Numa Laraque, Secretaire d'Etat des Travaux Publics, agissant au nom de
l'Etat et diment autorisis en vertu d'une decision du Conseil des Secretaires d'Etat.
en date du 3 Octobre courant, d'une part:
Et 2.-Monsieur I. E. Jeanty, Dr. en MCdccine de la Facult6 de Paris, Directeur
de l'Ecole de M6decine et de Pharmacie, propriftaire, demeurant et domicilii en cette
ville, d'autre part:
II a 6t6 convenu et arrRt6 ce qui suit:
Article ler.-Conformiment a la loi du 16 Septembre 1906, il est accord au Dr.
I. E. Jeanty, l'entreprise et l'installation d'un asile d'alienes et d'une leproserie.
Article 2.-Le Docteur Jeanty s'engage i construire ces deux Etablissements pour
1'Etat moyennant la some de 20.000 dollars payable:
1.-cinq mille (5.000) dollars d&s l'acceptation du terrain choisi;
2.-cinq mille (5.000) dollars apres I'apprcbation des plans et devis;
3.-Le solde en deux terms 6gaux de cinq mille dollars (5.000) selon le degri
d'avancement des constructions, de I'aminagement de ces Etablissements et leur ache-
vement duiment constates.
Article 3.-Le terrain choisi par le Docteur Jeanty devra ktre prialablement agr6e
par le Gouvernement.
Article 4.-Un plan d'cnsemble des constuctions et aminagements et les dessins
des diffirents bitiments avcc devis descriptifs a l'appui, seront soumis a l'approbation
des Secretaires d'Etat des Travaux Publics et de l'IntCrieur.
Comme dans tout chantier de construction de l'Etat, les travaux sercnt l'objet de
visit et de control des agents du D&partement des Trava~ux Publics dsi -r-. a cet
effet.
Article 5.-Les materiaux. materiel ct appareils n&cessaires i la construction et
A installation de ces deux &tablisscments sercnt cxoneirs de tcus droits et taxes de
douane.

Fait en triple, A la Sccritairerie d'Etat de 1'Interieur, les jour, mois et an que
dessus.

(SignC) : Dr. I. E. Jeanty. F. N. Laraque, F. Marcelin.
Pour ccpie conform:
Le chef de Division: PETHION ERRIE





I a l' ,, I.a, .o- de I'Hyqiere, de I'Assistance Publique,


CHAP. III

Personnel et Conseil des Professeurs

Article 22.-Le personnel se compose: d'un Directeur professeur,
de professeurs, de professeurs supplants, d'un bibliothbcaire et d'un
jardinier botaniste: d'un preparateur et d'un aide-preparateur.
Un garqon ou appariteur est attach a 1l'Ecole.
Article 23.-Chaque professeur doit trois heures de course par se-
maine.
Du Directeur

Article 24.--Le Directeur a la surveillance de l'&tablissement, le
soin et 1'entretien des batiments et du mobilier. 11 est charge de diriger
1'Administration, de faire la police de l'Ecole, et d'assurer l'ex6cution
des reglements. II a le haut contr6le des sales de l'H6pital destinies a


Port-au-Prince, le 23 Octobre 1907.
Section de la Cce. Gle.
Le Secretaire d'Etat par interim,
Au Dipartement de l'Interieur,
A Monsieur le Docteur Jeanty,
Directeur de 1'Ecole de M6decine,
Monsieur,
Le terrain de Thor que vous avez design et choisi pour fonder I'Asile des aliens
et que nous avons visit a &t, sur la proposition des Departements de l'Interieur et
des Travaux Publics, accept par le Gouvernement dans la seance du Conseil des Se-
cr&taires d'Etat en date du 22 Octobre courant.
Cette question risolue, il est urgent de nous faire tenir au plus t6t le plan de cc
terrain qui doit nccssairement conmprendre un carreau et quart au moins.
II est bien entendu que cc terrain doit :tre entierement close et que la devanture
comprendra une barriere en fer de neuf pieds de large et une petite porte d'a c6te de
trois pieds. Les piliers devront ftre en briques et de chaque c6te des portes, il y aura
quinze pieds de cl'iture en maconnerie surmontie d'une grille en fer.
Au dessus de l'entre, il v aura une inscription portant la designation de 1'Eta-
blissement. La devanture en maconnerie pour la porte du milieu aura la configuration
d'une demi-rotonde.
EspCrant, Monsieur, que les clauses ci-dessus 6numr&scs seront execut&es selon les
I,1 de l'art et i la satisfaction des Dipartements de l'Interieur et des Travaux
Publics, nous vous prions, en 6nummrant a nouveau les dites clauses, de nous accuser
reception de la prisente.
Veuillez agrier, Monsieur, l'assurance de notre consideration.
(Sign6) : F. N. Laraque, F. Marcelin.
Pour copie conforme:

Le Chef de Division: PETHION ERRIE





de I'Enseignement et de I'Exercice de la Medecine en Haiti


l'enseignement clinique et aux travaux pratiques de 1'Ecole Nationale
de Med.ecine. II correspond avec l'Inspection Scolaire et le Secretaire
d'Etat de 1'Instruction Publique.
Article 25.-Au Directeur appartient l'attribution des course a cha-
que professeur et selon les aptitudes de ce'ui-ci. Le tableau de reparti-
tion des course sera communique au commencement de chaque ann&e
a 1l'Inspection scolaire.
Conseil des Professeurs

Article 26.-Le conseil des professeurs est reuni par le Directeur
de 1'Ecole toutes les fois qu'i.l le juge ne6cessaire-n6anmoins les pro-
fesseurs peuvent se r6unir en conseil, sur Ia demand 6crite, sign6e de
cinq d'entre eux, sous la pr.sidence du Directeur ou, en cas d'empeche-
ment de celui-ci, du professeur le plus ancien pour statuer sur toutes
les questions qui seront soumises par eux au Directeur.


Port-au-Prince, le 25 Octobre 1907.

Ecole Nationale de Medecine et de Pharmacie,
A Messieurs les Secretaires d'Etat de l'Interieur et des Travaux Publics,
MTvessieurs les Secretaires d'Etat,
J'ai l'honneur de vous accuser reception die votre lettre en date du 23 du courant,
au No. 221, par laquelle vous m'informez que le terrain de Thor que j'ai designed
et choisi pour fonder I'Asile des Aliin6s a 6t6 accept par le Gouvernement dans la
seance du Conseil des Secrktaires d'Etat, en date du 22 de ce mois.
D6.ferant a votre demnan.de, je m'empresse de vous envoyer so-us cc couvert, le plan
de ce terrain ct vous pri: de bien vouloir me mzttr.- meme de faire acquisition de
ce carreau et quart que vous dcsirCz pour la creation de cet asile.
Ainsi que vous l'avez i;' Messieurs les Secretaircs d'Etat, le terrain sera entie-
rement clos; la devanture ccmprendra une barriere en fer de neuf pieds de large ct
une petite porte d'a c6ot de trois pieds. 1,cs piliers seront en briques, et de chaque
c6te des portes, ii y aura quinzC pieds de cloture en m-aconnerie surmont&e d'une grille
en fer. Au dehors de I'entrce, une inscription porter la designation de I'Etablisse-
ment, et la devanture en ',. n..,i. pour la porte du milieu aura la c.'nfi urlii.ii'
d'une demi-rotcnde.
En terminant, je remercie tI iu n .1 miii de la Ripublique de I'insigne honneur
qu'il m'a fait en me i ,, la construction ct 1': .11I 'n de cet 6tablissem'nt,
et lui donne l'assurance que tout sera ex&cute selon les regles de l'art et a Ia satisfac-
tion des Departements de l'Inctricur et des Travaux Publics.
Daignez ..'r.'i. Messieurs les Secritaires d'Etat, 1'expression bien sincere de ma
p.ofcnde gratitude et de mon enticr dCvouement.
(Sign6) : Dr. I. E. Jeanty.
Pour copi2 conforme:
7-2 Chef de Division: PETHION ERRIE





La I '.! i '. de l'l, de I'Assistance Publique


ticle .--La moitie plus un du nombre des votants decide dans
.!L.i sens la question devra etre regle.
Article .'.-Le vote n'est valuable que si la presence des deux tiers
des professeurs est constatee a la reunion.
Article 29.-Les reglements int6ri'eurs doivent avant d'entrer en
yi. uur &re approuves par le Secretai~re d'Etat de l'Instruction Pu-
blique.
Penalitds

Article 30.-Les peines disciplinaires qui peuven't etre appliquees
centre les membres du personnel sont: l'avertissement, la reprimande,
la retenue parti-elle des appoint-ements, la suspension pour six mois
avec privation partielle ou total du traiktement, la revocation.
L'avertissement est prononce par le Directeur; il en est de meme de
la reprimande, avec avis du Conseil des professeurs.
La retenue a lieu pour toute absence non motive; elle est propor-
tionnelle au temps que le professeur doit a l'Ecolc pendant le mois.


SENATE
Stance du Mardi 5 Aorit 1913

PRESIDENCY DE MR. LE SENATEUR SUDRE DARTIGUENAVE

M. H. Baussan: Un proces n'est pas de nature 5 effrayer I'ancien avocat et l'an-
cien President du Tribunal de Cassation qu'est Mr. Auguste Bonamy. D'ailleurs,
Monsieur le Sccretaire d'Etat des Finances sait parfaitement qu'il n'est pas en cause.
Le reproche ne s'adresse pas 5 lui, mais bien h ses predcesseurs. J'ai voulu cepen-
dant lui rappeler que ses collogues et lui se sont pr6sentCs ici et ont pris l'engagement
d'ex6cuter la loi sur 1'Asile des aliinis et la Leproserie.
Ils n'ont pas fait ce 5 quoi ils se sont engages. C'est pourquoi j'ai parlk de proces
5 faire aux membres du Pouvoir Executif, ce qui effraie Mr. le Secretaire d'Etat des
Finances.
Mr. Aug. Bonamy, Secr6taire d'Etat des Finances: Je ne sais pas etre effray6 d'un
process.
M. H. Baussan: Mais puisque le Corps LUgislatif va faire le n&cessaire vous devez
de votre c6t. Mvlonsieur le Secritaire d'Etat, pr&ter un concours franc et loyal 5
I'ceuvrc.
M. Aug. Bonamy, Secr6taire d'Etat des Finances: Je viens de parler de proces qui
est fait au cabinet actuel, car i'honorable s6nateur Baussan vient de dire que nous n'a-
vons pas tenu 5 notre engagement. Mais comment nous serait-il possible de verser
une valeur qui n'est pas inscrite au Budget? Mon coullkgue de l'Interieur a done rai-
son de dire qu'il s'en rapportera au Conseil des Secretaires d'Etat.
L'honorable Dr. Jeanty m'a rappel ces jours-ci qu'il lui est di une valeur de
neuf mille dollars ($9.000) pour l'achevement de la Leproserie et l'Ltablissement de
I'Asile des aliinis.
Je lui promise de fair inscrire cette valeur au budget apris avoir fait des racherches.





de I'Enseignement et de I'Exercice de la MWdecine en Haiti


La val'eur retenue est verse dans la caisse de I'Ecole pour ktre em-
ploy&e aux besoins de 1'Ecole.
La suspension est prononc&e par le Secr6taire d'Etat de l'Instruction
Publique, apres delib6ration du Conseil des profeisieurs et sur le rap-
port de lrInspection Scolaire. Quant a la revocation, eflle est faite par le
President d'Haiti.
CHAP. IV

Article 31.-II y a deux sessions d'examens: une en Juillet et une
en. Octobre. N6anmoins, il est lai.ss6 la faculty au Directeur d2 1'Ecole
de MWdecine d'ajourner une session d'examen, apres avoir consulted Ie
conseil des professeurs.
Article 32.-Les examens seront faits par les professeurs die 1'Ecole,
sous le contr6le de l'Inspection Scolaire de Port-au-Prince.
Article 33.-Les aspirants au doctorate en m6decine subissent cinq
examens. Les deuxieme, troisieme et cinquilme examens s'eront divi-
ses en deux parties.
ler exanmen.-Chimie Medicale, Physique Mldicale, Histoire Natu-
relle MWdicale.


La s'arritait mon r6le. J'ai done le drcit .i .1 1, 6tcnn6 de co reproch2 que nous
adresse le senateur Baussan.
M. H. Baussan: Je me rappelle qu'apres le vote de la loi, un contract fut passe
entire l'Etat et M. le Dr. Jeanty qu.i a eu a sojourner en Europe et qui connait par-
faitement la facon d'organiser ces ktablissements. Des ordonnances ont &t6 6miscs:
un commencement de paiement a eu lieu et la valeur a permis au concessionnaire
d'6difier le local de Thor et de fair I'acquisition d'un terrain pour I'&ablissement
de la LUproserie. Depuis, les travaux n'ayant pas it6 poursuivis, par suite du non
paiement du solde de ces ordonnances, j'ai demand& aur Secr&taire d'Etat interesses
de faire le nccessaire pour leur achivement. Ils ont promise: rien cependant n'a kt6
fair. Et voilB qu'aujourd'hui I'honorable Secrftaire d'Etat de l'Interieur. dans sa
lettre qui vient de nous &tre lue nous dit qu'il s'en referera au Conseil des Secretaires
d'Etat. Mais que peut faire le Conseil des Secretaires d'Etat en la circonstance?
Quoique les Ministres soient mes amis, ii faut que je leur dise que ce proc6de ne
me plait pas.
MvI. le President: II faut bien que le Min.istre s'en refre au Conseil.
M. H. Baussan interrompant: Je demand une n,,u'.,'l lecture de la letre du Se-
cretaire d'Etat de l'Interieur.
M. le President: Le Secretaire d'Etat de I'Interieur dit bien dans sa depeche qu'il
s'en rCf6rera au Conseil des Secretaires d'Etat, non pour 1'execution de la loi. mais
pour la demand de credit.
M. H. Baussan: 11 n'avait aldrs qu'o inscrire le sold-e di au Budget de la D-tte
publique.
M. le President: Si vous savez co mblcr cn rested devoir au Dr. Jeanty, proposed.
qu'on inscrive cette valeur au Budget de la Dette Publique.
M. L. C. Lherisson: Neuf Mille dollars.




La Legislation de I'l ,./;tj,, de I 'Assistance Publique,


2Lnme examnen.-lere parties: Dissection (epreuve pratique) Anato-
mic descriptive (6preuve orale).
2me Partie: Histologie normal, physiologie normal et parasito-
logie.
3eme examen.--lere parties: Anatomic topographique et medecine
operatoire (epreuve pratique) Pathologic externe, chirurgie operatoire
,(&preuve orale).
2eme Partie: Pathologie interne, pathologic gen6rale, Accouche-
ments.
4eme examen.-Hygiene, Medecine gale, Thfrapeutique, Toxi-
cologie.
5eme examen.-l1re parties: Hematologie et bact&riiologie (epreuve
pratique).
2me Partie: Clinique interne, clinique externe, clinique obs'ttri-
cale.
Article 34.-Le premier examen doit &tre subi ap'res l'a quatri'me
inscription. Le deuxieme e st subi apres la douzicme, le troisiime entire
la quinzieme et la seizieme, le quatrieme apres la dix-septieme inscrip-
tion, le cinquieme apres la dix-,neuvieme inscription, aux 6poques fixes
pour les sessions.
Article 35.--Les postulants aux grades de pharmacies en subissent
trois examens:
Ser Examen: Botanique, Zoologie, Chimie minrale.
2eme Examen: Physique, Chimie organique, Pharmacie chimique.
3eme Examen: Pharmacie galenique. Toxicologie, matiires mcdi-
caltes.


Mr. H. Baussan: On reste devoir neuf mille dollars au Dr. Jeanty.
M. le President: Formulez votre proposition, co'llegue Baussan:
M. H. Bauissan: Je propose au Senat de prier la Comtmission du Budget d'ins-
crire A la Dette publique la some de P. 9.000 dollars pour l'acbhvement de I'Asile
des aliens et de la construction de la LCproserie.
M. le President: La proposition du Senateur Baussan est en discussion.
La parole est au Secretaire d'Etat des Finances.
Mr. Aug. Bonamy: Je rencnce i la parole.
M. le Dr. D. Laroche: Je crois qu'il conviendrait de soumettre la question A la
Commission des Finances.
M. H. Baussan: C'est le Senat qui doit decid.r dans cc sens.
M. le President: La decision a prendre par le Senat tend A ordonner inscriptionn
au Budget de la Dette Publique de la valeur necessaire a l'achevement de 1'Asile des
Alienes et A la construction de la LUproserie.
La proposition du Senateur Baussan est toujcurs en discussion. Elle est aux voix.
Le Senat l'a agr66e A l'unanimite.
M. le PrCsident: Il en sera faith ainsi.




de I'Enseignement et de I'Exercice de la Medecine en Haiti


Article 36.-Le premier examen pour la Pharmacie est subi apres
la quatrieme inscription; 1e second apres la huitieme; et le dernier apres
la d'ouzieme.
Article 37.-L'ajournement est de quatre mois pour tous les exa-
mens. Pendant la dur6e de I'ajournement le course des inscriptions est
suspendu.
Article 38.-Un 6tudiant qui a subi un echec ne peut se presenter
pour la mrme matiere dans le course de la session oui i.l a &t6 refuse.
Article 39.-A chaque examen, 1'6tudiant en medecine doit pr&sen-
ter un certificate de stage de clinique signed par le Directeur ou le Pro-
fesseur de clinique.
Article 40.-La non-presentation de ce certificate emp&che l'6tudiant
de subir l'examen pendant la duree de la session.
Article 41.-L'6tudiant en Pharmacie presentera avant de prendre
sa premiere inscription, un certificate attestant qu'il a fait un stage d'un
an dans une pharmacie legalement &tablie. Ce certificate sera signed du
propriftaire de la pharmacies ou de son representant.
Avant de prendre la douzieme inscription, 1't&udiant en Pharmacie
sera tenu de presenter aussi un certificate de stage de deux ans fait dans
une pharmacies lgalement etablie.
La non-pr6sentation du certificate de stage en pharmacie emp&he
l'etudiant de subir son examen.


CHAMBRE DES REPR F S'."IANTS
Seance du lunii 29 Juillet I 1' '7
PRESIDENCY DE M. LE DEPUTE ,..i f'.'i.i
DESROSIERS. Ie:. SecrCtai:
La Chambre entend ensuite le rl-ror' des Com.it s des Finances et de I'Interieur
riunis don't suit la teneur:
RAPPORT
A la Chambre des Representants,
Mes cheers colIlgues,
Les comit6s des Finances et de I'Intirieur reunis sous la :,ir j.' nce du d6pute Joseph
Severe ont soumis a 1'rtude les deux petitions des Hospices du Cap et de Port-au-
Prince, adressees 5 la Chambre a la date du 26 Juin et ler. Juillet de cette annie.
Pour ce qui concern 1'Hospice du Cap.
La petition, apres un expcse somm.aile dcs utiles services que rend I'Hospice du
Cap et de la pinurie dans laquelle il se trouve, ne pouvant pas prodiguer des soins
i des centaines de malades, parmi lesquels Ics d6fenseurs de la Patrie, conclut:
1.-La declaration d'utilit6 publique de I'Hospice Justinien, en lui accordant la
personnalitd civil;




La I '.,i I i. r, de 'l'flyie;ui, de I Assistance Publiqui-


articlee 42.-Les examinateurs se prononceront par bulletin de
vote et pourront donner les notes suivantes
Tres bien ...... 10
Bien ....... 9-8
Assez bien ........ 7
Passable ...... 6-5
Mediocre ........ 4-3
Mal ............. 2-1
N ul ................ 0

Le resultat de 1'examen sera &crit et sign par les membres du Jury
et de 1'Insp'ection scolaire.
Article 43.-Nul ne peut subir deux examens au course d'une ses-
sion.
Article 44.-Les dipl6mes de docteur en medecine et de pharma-
cien sent de6livres apres le dernier examen par le Se.crtaire d'Etat de
l'Instruction publique, sur le rapport d'u jury d'examen transmis par
l'Inspe'ction scolaire.
Article 45.-Les examen.s sont publics et doivent avoir lieu a 1'E-
cole de Medecine.


2.-La rentrce dans le patrimoine de I'Hospice de tous les biens l6gues aux pau-
vres et administr6s actuellement pour la Commune du Cap:
3.-L'Etablissement des droits suivants au Cap-Ha'tien:
a) sur chaque colis A l'Importation un demi-centime.
b) sur chaque sac de cafe A l'exportation. un centime.
c) sur chaque miller de cam~pche A 1'exportation, un centime.
(Ces droits, dit la petition, seront 6tablis avec d'autant plus de facility, que deja
en 1901, les negociants du Cap-HaYtien avaient eux-memes et volontairement de-
mand6 A les verser A la Banquc au profit de 1'ccuvre.


Les pauvres, cette parties miserable et dipourvue de 1'humanite par leur infirmity
et leur incapacity, ont Rt6 toujours A la charge de ceux qui sont dans l'o-bligation de
travai"ller pour subvenir A leur nicessiti personnelle et a celle des incapables. C'est
une loi que command le sentiment de I'humanit6, entretenue depuis notre enfance
par le sentiment de la piti6 et de la charity innie dans le cceur de i'homme. Suivant
done la measure de chacun, les manifestations de ces sentiments se montraient plus
ou moins grandes dans le monde, et chacun en travaillant, consacre ou instinctive-
r. nt ou consciemment une part de son travail aux pauvres, i l'humanite souffrante.
.\'. ,1t la creation des Hospices, 1'ccuvre de soulager les maux des pauvres 6tait en-
par des coeurs qui prenaient a tiche de remplir ce sacr6 devoir et qui faisaient
en quelque sore le veru de se payer cette consolante satisfaction.
i ., ne citer que deux de ces immortels humans pour la population du Cap et
de -au-Prince: Mimc. Vvc. Alphonse au Cap dans sa maison priv6e au Carenage,




de I'Enseignement et de I'Exercice de la Medecine en I-u'tl


Fraudes dans les Examens

Article 46.-L'examen dans sequel une fraude est constate est
nul. En cas de flagrant dolit, le candidate est invite a quitter immedia-
tement la salle.
La nullit6 est prononc6e sans dtlai par le jury. Sa decision est d6-
finitive.
CHAP. V
Disposition's relatives aux conditions d'6tudes exiyges des candidates
an grade de chirurgien-dentiste et des aspirants au dipl6me
de Sage-Femme
Article 47.-Pour etre admis a 1'Ecole de Me&decine come pos-
tulant au grade de chirurgien dentist, le candidate doit etre muni du
certificate d'etudes pr6vu par l'arr&t6 minist6riel du 21 Septembre 1908.

Grade de Chirurgien-Dentiste

Article 48.-Les 6tudes pour obtenir le grade de chirurgien-den-
tiste durent trois ans.
Article 49.- Les inscriptions au nombre de douze, sont dClivrees
touis les trois mois.


transformCe en Hospice, consacrait une bonne parties de son existence a d6penser son
bien, ses revcnus personnel au soulagcmcnt de toute une classes de malheureux; a
Port-au-Prince. Minme. Vve. Belmour LCpine, soutien des veuves ct des orphelins,
qui pour la prodigalitC de son bon coeur ne manque de laisser de profonds regrets.
Cette ceuvre, au Cap, rcv&t une autre form aujourd'hui, grace A initiative d'un
honnete citoyen im'bu des memcs sentiments.
L'Hospice Justi-nien, cre6 par M. Juste Etienne, continuerait a marcher, a la gloire
de son fondateur, s'il pouvait etre l'objet de attention des grands pouvoirs de 1'Etat.
Cette institution d'unc grande utilitC publique sans contest, merite necessairement
1'encouragement.
C'est dans ces considerations que vos Commissaires ont adopt la premiere et la
second measure, constituent en la declaration de 1'Hospice d'utilitC publique et en la
rentrie dans son patrimoine de tous les biens l6gues aux pauvres et administres ac-
tuellement par la Conmmune du Cap-Hai'tien.
II
Les Comitcs ont rejetc la troisicme measure que sollicite Ie p6titionnaire:
Vos communes estiment que les marchandises et les denries ne peuvent plus etre
frappes de ces droits: puis, au fond, il serait injuste de, par une loi particuliere, im
poser seuls les importateurs et exportateurs du Cap. La loi est une measure prise gen6-
ralement pour tout le monde et pour le bien de tous. Les commerqants. qui se ver-
raient seuls frappes d'une disposition legislative de cc genre. seraient en droit de pro-
tester et de renoncer plut6t a leur genre de commerce que de payer des droits onereux
et injustes. Si, comme dit la petition, des negociants du Cap avaient eux-memes et
volan:airemen. demandU a versr des droits a la 3anouc au profit de 1'Hospice Jus-





La I 'wj ia.: ,, de l'Hygient-, de l'Assistance Publique,


Article 50.--ies examens sont au nombre de trois. Us compor-
tent les matieres suivantes: ler examen: Elements d'Anatomie et de
' '.',i .-b.I :i, sp&ciales de la bouche.
2cme examen: El6ments de Pathologie et de Thbrapeutique; Patho-
1,i,.', sp6ciale de la bouche; Medicaments, anesth6siques et au-
tres.
3ime Examen: Clinique, affection dentaires et maladies qui y sont
.lies: operation; operation prhliminaire i la prothese dentaire.
Article 51.--Le premier examen est subi apres la quatrieme ins-
cription, le second apres la huitieme et le dernier apres la douzieme.

Dipl6me de Sage-Femme

Article 52.-Les aspirantes au titre de sage-femme doivent ktre
pourvues de certificate d'6tudes primaires.
Article 53.-Les &udes pour obtenir les dipl6mes de sage-femme
sont de deux ans.
Art. 54.-Les etudes obstftricales sont thboriques et pratiques. Les
etudes pratiques sont faites dans les &tablissecments oaf les cours sont
professes.
Article 55.-Les aspirantes au dipl6me de sage-femme doivent
s'inscrire a 1'Ecole Nationale de M6decine avant le ler lundi d'Octo-
bre; passe ce d6lai aucune inscription n'est admise.


tinien ct qu'il soit facile par consequent de les 6tablir, le Corps LUgislatif ne peut
prendre cette initiative, et, vos Commissaires estiment qu'il est encore facile de placer
un percepteur pour recevcLr ce que volontairement les negociants du Cap peuvent
vouloir payer.
Conformiment a sa d6lib6ration, le Corps des Comites reunis propose d'adopter
le r,,,ii suivant afin de mettre les Hospices du Cap et de Port-au-Prince sur un
mrnme pied igalitairc.
PROPOSITION DE LOI
C. -im,'1rii que I'Hospice Justinien. du Cap et I'Hospice St. Vincent de Paul, de
I au-Prince, par leur utility sont dignes de -'attention de 1'Etat;
Considirant d'autre part, qu'il imported pour qu'ils puissent ripondre aux exigences
de l'(1uvre entreprise de soulager la misere pLblique de leur accorder la personnalit6
civil pour contractor et de faire rentrer dans leur patrimoine les biens l6gues aux
pauvres et administers actuellement par les Communes du Cap et de Port-au-Prince;
LES COMITES PROPOSENT,
Et le Corps Legislatif a rendu la loi suivante:
Article ler.--L'Hospice Justinien, du Cap et I'Hospice St.-Vincent de Paul de
S.. -.;,Prince sont declares d'utilit6 publique.
Article 2.--La personnalite civil leur est acco-die. Ils auront par consequent le
droit de recueillir les donations et legs. mobiliers et d'accomplir tous les a:t:s civil's
conformement a la loi.





de 1'Enseignement et de I'Exercice de la MAldecine en Hiti


Article 56.-En s'inscrivant, les aspirantes au dipl6me de sage-
femme sont tenues de presenter les pieces suivantes: 1.-1eur acte de
naissance constatant qu'elles ont l'age de vingt ans; 2.-si elles sont
mineures non marines, l'autorisation de leur pare ou tuteur: 3.-si
elles sont marie's et non divorsees. le consentement de leur maria ct leur
acte de marriage: 4.-en cas de dissolution du marriage, 1'acte de d&ci s
diu maria ou l'acte notifiant le divorce.
Article 57.-Les aspirantes au dipl6me de sage-femme subissent
deux examens. Le ler examen doit &re subi :la fin de la npr,'i inrc
annee d'6tudes. II comprend: l'Anatomie, la Physiologie et la Patho-
logie &Ikmentaires.
Le 2&me examen est subi A la fin de la second annie. I1 comprend
la th6orie et la pratique des accouchements.



Article 3.-Les biens legues aux pauvrcs du Cap et de Port-au-Prince et adminis-
tres actuellement par les deux communes sont rentr6s dans le patrimoine des deux
hospices qui desormais en ont administration.
Article 4.-La presente loi sera ex&cutce a la diligence du Secretaire d'Etat de
1'Interieur:
III

Pour cc qui concern la petition de 1'Ho'spice St. Vincent de Paul:
Vcs commissaires appr&cient 1'exposC sommaire de cette petition qui leur fait voir
clairement la situation malheureuse dans laquelle se trouve cette institution.
Cette ceuvre, pour laquelle se consacre toute 1'humanit6 des ',s' ri mcrite qu'on
la relive et qu'on en 6vite la chute imminent par un encouragement de l'Etat.
Vos commissaires pensent que la Chambre rentrera dans le sentiment d'humanit6
qui les domino: c'est pourquoi ils propcsent l'inscription. au Budget 1907-1908, de
la somime de dix mille ur,'..- en faveur des deux Hospices du Cap ct de Port-au-
Prince 2 titre de subsides.
Vos comit6s reunis, mes chers i: II...'-, ne mettent pas en doute vos sentiments
de bienveillance et de charity.
Que la Charbre done une fcis de pius se manifest au pays en rvcirn: le present
rapport.
Fait i la Chambre des Deputes, ce jour 26 Juiil.' I''_".
(SignO) : ITh. Remain. A. D. Chancy, G. Desrosiers. C. Beaufils. C. A. Tous-
saint, G. BcuchL, R. Roche. Dr. Peticn Savain, Jh. D.. "i' Blaise C. Lavachz, A.
M. Douyon, Zephirin R. Daguindeau, Eug. Raynaud, R. Lafontant, L. Memnon
ain6, S. mn. Gilles, S. Archer. P. M. Ducasse, 0. Menos. Edmond l.aroche. Le Pre-
sident du Comito des Finances: Jh. Sev&re. Le President du Comitr de l'lnt rieur: X.
N. Pre Louis. Le rapporteur g6inral: N. Leconte.
Les conclusions du rapport sent adoptees et consiquemment le principle de la loi
est admis. Les deux considirants sont successivement votis sans m:tlification.
Sont votis aussi dans les formes r6glementaires les quatre articles et 1'ensemble du
project de loi qui est expedie au Sinat de la Ripublique.




La Iiysllaion de '. l i .. de I'Assistance Publique,


.,-ticle 58.--les examens pour les dipl6mecs de chirurgien-dentiste
et de sage-femme sont subis au siege de 1'Ecole Nationale de Mede-
cine et de Pharmacic ct sont faits par les professeurs de 1'Ecole sous
]a prcsidcnce d'un membre de l'Inspection Scolaire.

CHAP. VII

Dispositions Generales

Art. 59.--Est autoris6e par le Secr6taire d'Etat de l'Instruction Pu-
blique, sur la demand du Directeur, I'admission, A titre honorifique,
a 1'Ecole Nationale de WMd'ecine, d'un certain nombre de professeurs
libres charges d'y faire des course speciaux. Ils peuvent faire parties du
jury d'examen pour les course qu'ils professent.


SENATE
Seance du mardi 30 Juillet 1907
PRESIDENCY DE M. LE SENATEUR T. A. DUPITON

11 s'agit de nous occuper de la proposition de loi qui declare d'utilit6 publique les
hospices du Cap-Ha'itien et du Port-au-Prince.
M. E. Magloire: Je sol'licite la parole.
M. le President: Je vous l'accorde.
M. E. Magloire: Mes chais colleagues, j'attire particulierement attention du Senat
sur la proposition de loi qui nous est soumise en vertu de laquelle la personnalitd
civil est accordce aux hospices Justinien et St.-Vincent de Paul. Si je n'ai pas 2
faire I'.1,O.J de ces deux Ctablissements de charity aupres de vous qui, d'ailleurs, ftes
assez renseignis sur leur compete, je ne vous en convie pas moins ai imiter la Chambre
des Communes dans son beau geste en faveur de 1'Assistance Pubnique.
Je prie donc le Senat de voter d'urgence et immediatement cette proposition de
loi qui tend a secourir l'nrdjii' ,; a soulager le malheur et qui met 6loquemment
en relief la solidarity humaine.
M. Vaudr; Hilaire: J'appuie fortement la demand de mon college Magloire, en
reccmmandant 6galement la proposition de loi a attention du Grand Corps qui a
toujours fait acte de justice et d'humanit6.
J'ajouterai que le Senat peut 6puiser son ordre du jour et apris on passera au vote
de la loi.
M. D. Laroche: Je dois dire au Senat que je suis absolument de l'avis des deux
honorables I.ll'gucs. Hilaire et Magloire, au sujet du vote d'urgence et du vote im-
mediat reclames en faveur de cette proposition de loi.
M. le Prisident: Je mets en deliberation la proposition faite par l'honorable Sena-
teur Magloire.
Elle est aux voix.
Le Senat a adopt. Mis en discussion, puis aux voix dans les former riglementaires.
le vote d'urgence et le vote immediat son: 6galemen: votes par le Senat.





de I'Enseignement et de I'Exercice de la Medecine en Hlaiti 81

Article 60.-Le brevet d'officier de sante ne peut &tre assimik'l au
dipl6me de docteur en medecine. L'officier de sante qui veut obtenir
un dipl6me de docteur en medecine doit subir les examens r6glemen-
taires.
Article 61.-I1 est d&fendu, a tout autre qu'aux .tudiants inter-
roge:s par le professeur, de prendre la parole dans les sales de course
ou d'examen.
Article 62.-Si un course ou un examen vient a &tre trouble, le
professeur invite immediatement l'auteur du desordre a sortir pour
qu'il soit pris centre lui tell measure que de droit.
Article 63.-Les professeurs sont tenus de se presenter aux heures
fixes par les reglements int6rieu~rs pour chacun des course qui lIur
sont confics. En cas de retard diment constat6 par le Directeur, un
premier avertissement sera fait au professeur. En cas de r6cidivc, le
retard sera consid&r6 comme une absence.
Article 64.-A la rentr&e d'Octobre, chaque professeur est tenu
de remettr.e au directeur le tableau des lemons qu'il doit fair dans
l'ann6e. Ce tableau sera affich6 dans les sales des course.
Article 65.-Le professeur qui, pour un motif lkgitime, desire
obtenir un permis d'un mois au moins, doit en faire la demand au
Directeur de 1'Ecole, lequel la transmettra a 1'In.spcction Scelaire.


CHAMBRE DES REPRESENT? i
Sean:e du 25 Juillet I
PRESIDENCY LE DEPUTE P .I. D CI
M. Jicrmie: La Commission a tenu, autant que possib'.., a ne pis rI lei .. Ic
service public. Qu'a-t-elle pris du i de la Guerrc? Quinze mill piastres qui
ont etc remises au mcme budget. Depuis sepi ans la Cha'nbrx vote au ', i!. de la
Guzrre une forte allocation iic 63 officers de s2ntL. Nous avons done riduit cc
ncmbre a dix.
Un midecin est un homme qui exerce une prcfession !i, d..;I.. Vous ne pouvez
pas lui dire: Abandonnez vctre clientele et it, -i .r -vocs a raison de .in. cinq
gourdes par mois. Si vous lui teniez un pareil ,-, il pourrait vous ripondre:
< 5 80 gourdes par mois ou au L.ycee National. soit comtme professeur de musique soit
comme professeur de Chimie.
Nous avons done reconnu, messieurs, que le i. le "* t' ,tait dans I'impassi-
bilitC materiellc de trouver 63 mcdecins. En attendant qu2 des mesares soient prises
en vue de donner plus d'extensioan possible a la carri;re mrncdcale, en attendant quc le
service de sante soit I in..; et qu'il s it re'lcmn eni faith aux tuadiants en mndecine
l'obligation de consacrer un certain nombre d'annees au service d& la RCpublique.
nous avons cru devoir rcduire a dix. an lI1u de 63, le nombre des officers de santi
et avons realisi une economic de 15.000 ,rJ., valzur qui. en grande parties. a cdt
remiss au meme budget.




LMa I ,,i;l,/. de dth Iiific de I'Assistance Publique,


II prcsentera en mime temps pour le remplacer a ses frais, une per-
sonne dont le choix doit ktre pralablement agree par le Directeur
de I'Ecole.
Article 66.-Le stage hospitalier et les travaux pratiques de labora-
toire et de dissection sont obligatoires.
articlee 67.-Tout postulant 2 un examen qui, sans excuse jug&e
valuable par le jury, ne r6pond pas a l'appel de son nom le jour qui
lui a Rt6 indiqu6, ne pourra sie presenter qu'a la session suivante.
Article 68.-Les 6l&ves de I'Ecole sont dispen,,s du. service mili-
taires.
CHAP. VIII

De la Bibliotheque

Article 69.-La bibliothbque se compose de tous les lives n6ces-
saires a 1'enseignement de I'Ecole et choisis sur un catolog'ue propose
au Secr&taire d'Etat de 1'Instruction Publique par lo Directeur de I'E-
cole.
Un inventaire en double expedition de tous les ouvrages de la bi-
bliotheque de I'Ecole sera dressed et envoy au D,6partement de 1-'Ins-
truction Publique.


CHAMBRE DES REPRESENTANTS
Seance du mercredi 6 Aout 1890
PRESIDLNCE DE M. LE DEPUTE GRAND-JEAN GUILLAUME
Mr. le Dr. V. Ls. Gilles: Messieurs, j'attire votre attention sur ce nouveau project,
il concern la sant6 d.e tout le monde: c'est de la science, il renferme une important
question medical sur laquelle je prie la Chambre de bien vouloir refl6chir.
Le voici:
EXPOSE DES MOTIFS
Messieurs,
II a 6tC fort longtemps reconnu que le nombre de Medecins, Chirurgiens, Officiers
de Sant6, Pharmaciens, Infirmiers et autres attaches aux h6pitaux militaires, une des
institutions les plus importantes et les plus reelles du Pays, est devenu insuffisant et
que les appointments accords i ccs amis de I'humanit6 sont dCrisoires. En temps
de paix comme en temps de guerre, ils rendent, a l'instar des Ecclesiastiques et des
R,I; i,:.., des difffrents ordres don't nous sommes heureux d'avoir A nous occuper
ici, des services certain, apprfciables et prCcieux i la nation. Dans les cas de secours
et d"' 'ini,' ils sont les premiers i 1'ceuvre, i la guerre, ne connaissent ni amis, ni
ennemis, ils violent sans hfsiter au secours des uns et des autres.
Le pr. r%\' de la science exige que ccs pionniers de la civilisation, que ces ap6tres
de I'humanite souffrante, tous apres tout hommes d'un caractere Cleve, tous
a', I un sacerdoce, si je puis m'exprimer ainsi, soient l'objet de la bienveillante
'I -. LI., de la nation.






de I'Enseignement et de I'Exercice de la Medecne en HIaiti 83

Article 70.-L'Ecole sera aussi pourvue du materiel n&cessaire: ins-
trutments de chirurgie, de travaux pratiques de dissection et de m6-
decine operatoire et d'ophtalmologie, d'un atelier d'odontologie, de
cabinet de physique, d'un laboratoire de chimie ert de bacteriologie.
Article 71.-Il est dffendu aux ftudiants de deplacer les livre3 de
la bibliotheque. Pour les besoins de l'ensei'gnement, les professeurs
peuvent en disposer sous r&cepiss&. Chaque professeur ne peut dispo-
ser a la fois de plus de trois livres. II est tenu de les r emettre au biblio-
thicaire dans un dielai qui ne peut exceder un mois. 11 ne peut r,:pr.n..
dre les mrmes lives qu'apres un delai de quinze jours. Les pieces
anatomiiques, le.s instruments et autres objets appartenant 1l'Ecole
Natio'nale de MWdecine et de Pharmacie ne peuvent dans aucun cas
sortir de l'enceinte de l'Ecole.
Article 72.-La bibliotheque est ouverte tous les jou'rs, sauf le
dimanche, de 8 heures a 11 heures du matin et de 3 heures a 6 heu-
res du so-ir.
Du Bibliothecaire
Article 73.-Le bibliothc&aire est tennu de se presenter aux heures
fixes par les reglements. II est personnellement responsible des livres
de la bibliot.hque, instruments de chirurgie et autres objets appar-


Dans ces conditions, Messieurs et chers colleagues, je crois devoir prier la Chambre
des Reipresentants des corrnmunes d'user d'initiative que lui accord l'article 69 de la
Constitution et de vouloir bien prendre consideration de la proposition suivante:
PROJECT DE LOI
LA CHAMBRE DES DEPUTES
Vu l'article 69 de la Constitution;
Considerant que, vu ie progres de la science et importance attache a la function
des Mbdecins, Chirurgiens, Officiers de Santh, Pharmaciens, Infirmiers et autres sph-
cialistes affects aux h6pitaux militaires de la Republique, ainsi qu'aux differentes
maisons hospitalieres, il y a lieu d'augmenter le personnel de I'H6pital militaire de
Port-au-Prince, de reliever les emoluments qui lui sont attributes ainsi que ceux des
autres h6pitaux militaires.
Considerant qu'il est constant que les religieuses des divers ordres 6tablis en Haiti
et les eccl&siastiques rendent des services incontestables dans toutes les occasions, tant
aux families qu'aux 6tablissements qu'ils dirigent avec zele et desinthressement:
Consid6rant surtout que le titre de Directeur de l'H6pital doit ktre rationnelle-
ment remplac6 par celui d'Eccnome, plus en harmonies avec le service auquel est af-
fect6 le fonctionnaire prpose A cette branch du service public;
A rendu la loi suivante:
Article ler.-A partit du ler Octobre prochain, le titre de Directeur de I'H6pital
militaire est change en celui d'Econome






La Legislation de I'H'giqne de I'Assistance Publique,


tenant a 1'Ecole. II fera annuellement un relev6 des livres de la bi-
bliothbque, des instruments et autres objets appartenant A 1'Ecole,
qu'il remettra en personnel au Directeur de 1'Ecole.
Le bibliothecaire, au besoin, remplit ule r6le de secr.etaire ide I'Ecole.
Port-au-Prince, le 15 Fevrier 1910.
L'Inspecteur des Ecoles: TH. MARTIN
Le Directeur de 1'Eccle de Medcine: Dr. PAUL SALOMON
Vu et approuve:
Le Secretaire d'Etat au Dcpartement de 1'Instruction Publique: MURAT CLAUDE


Article 2.-Le Service de Sante est 6tabli comme suit:
H6pital militaire de Port-au-Prince Iere classes:
Piastres
1 M edecin en chef par mois .. .......... ... ............ 130
1 Chirurgien en chef .... .......... ....... ...... 130
1 Pharmacien en chef . ..................... .. ... 130
2 Officers de sante de lere classes a P. 80 par mois.... .......... ...... 160
1 Pharmacien de 1 re classes ............ .......... .. 70
2 Officers de sant6 de 2eme classes (Un medecin et chirurgien i P. 60 par mois) 120
1 Pharmacien de 2eme classe..... ..... ........... .......... 50
4 Officers de sante de 3eme classes (Medecin et chirurgien a P. 40 par mois) 160
2 Pharmaciens de 3eme classes a P. 35 par mois ...... ............... 70
4 Attaches au Service a P. 20 ......... .. ................. 80
Service des Infirmiers.
1 Economy e . ......... ... ................. 60
1 Secretaire ........... ..................... .... :..., ....... 40
1 Infirmier major .... ...... ........ ...... ,,. .. ...... .. 15
10 Infirmiers A P. 10 ...... .. ................... ...... ... 1.00
Article 3.--Le Service des H6pitaux militaires (ci-dessus) sera organism come
suit pour chacune des localities suivantes: H6pitaux du Cap-Hai'tien, des Cayes, de
Jacmel, des GonaYves, de St-Marc et de Jeremie (2eme classes .
I Officer de sante de Iere classes chef de service par mois .......... 70
1 Officer de sante de 2eme classes par m ois .......... ............... 50
2 Officers de 3eme classes par mois (35 gourdes chacun) .. ........ .... 70
1 Pharm acien de 3em e classes ............. .................. 30
Infirmiers.
1 Econome .. ... .. ........................... .. 40
1 Secretaire .. .. .......... .. .................... 20
2 Infirmiers A P. 8 ........ .... .... .................. 16
H6pitaux de Port-de-Paix, Anse-i-Veau, Aquin, Petit-Goave, Anse d'Haynaut,
de 3eme classes a instituer:
1 Officer de sante de lere classes ... ...................... .... 60
1 Officer de sante de 2eme classes ........... .. ................ 40
1 Officer de sante de 3eme classes .. .. ...... ........ 25
Infirmiers.
1 E conom e . . .. .. .. ... ... 30
I Secret taire ... ............ ............ .. 15
1 Infirm ier ... ... 5






de l'Fn ..i i .,:.i,; et de I'Exercice de la Mledecine en Haiati


ARRETE
DU 16 ABOUT 1910 PORTANT REGLE\IENTATION DU
SERVICE DE SANTE DES HOPITAUX DE LA REPUBLIQUE

FRANCOIS ANTOINE SIMON
President de la Repub!ique

Vu l'article 69 de la Constitution et la loi du 16 O'ctobre 1880
sur l'organisation du service de sante des H6pitaux militaires;
Sur le rapport du Secr&taire d'Etat de la Guerre et de la Marine;
Consid6rant qu'il est n6cessaire de reviser les reglements sur le ser-
vice de sante des H6pitaux de la Republique;
ARRETE CE QUI SUIT:
Reglements sur le Service de Sante des H6pitaux de la Republique

Article ler.-Les membres du Conseil de Sante et de surveillance,
nommes par le President de la Republique, sur Ia proposition du Se-
cr6taire d'Etat de la Guerre et de la Marine, s'occupent de toutes les
questions qui peuvent se rattacher 5 la sante de 1'Arm.e, surveillent et
contr6lent l'Administration m6dicale et generale des H6pitaux de la
Republique.
Article 2.--Tous les six mois, un des membres du Conseil de Sant6,
d61'egu6 par ses colleagues, fait I'inspection des H6pitaux militaires dans
lesquels le Conseil aura jug6 utile ou convenable de l'envoyer.


Article 4.-Le service des infirmiers, prevu en l'article 2 de la present loi pourra
aussi itre rempli par les religieuses et les ecclhsiastiques de tous les cultes, sans aucune
exclusion de personnel laiques. Dans ce cas, un traitement de. .. sera accord aux
dites religieuses et ecclesiastiques don't le concours dans les h6pitaux est r&clame ou
admis par l'Administration.
Article 5.-La presente loi abroge toutes lois ou dispositions de lois qui lui sont
contraires et sera exicute2 a la diligence des Secretaires d'Etat de la Guerre, des Cultes
et des Finances, chacun en ce qui le concern.
Fait a la Chambre des Representants des communes, le 30 Juillet 1890.
Sign: Dr. V. Gilles. Appuye: J. C. Antoine, J. A. Bordes, Sapini. Renaud Hyp-
polite, M. S. Jacques, F. L. Cauvin. S. Marius. B. Bissainthe, A. Derac. J. N.
Narcisse.
Apres avoir achev6 cette lecture:
Messieurs pursuit le Dr. Gilles, cette question interesse beaucoup la ville des
Gonaives, une des villes les plus importantes du pays: je compete sur les deputes de
1'Artibonite pour m'aider 5 la faire voter. II y a aussi les villes d'Aquin, du Petit
Goave. de 1'Anse d'Haynaut, ois il n'existe pas d'H6pitaux, et qui sont, par conse-
quent, fortement interessees dans la question; je compete aussi beaucoup sur les de-
putes de ces differentes localities. Ils doivent nous aider a 6loigner les charlatans et
les caprelatas. Plus tard j'aurai I'honneur de vous entretenir des H6pitaux civils.





La Legislation de I'Huaiii:,. de I'Assistance Publique,


Article 3.-Le Conseil propose les moyens qu'il juge convenables
pour 1'amelioration du service de sant6.
Article 4.-II prend, d'accord avec le Departement de la Guerre, les
measures n&cessaires pour prevenir ou enrayer les pid6.mies qui psauvent
se produire dans les H6pitaux ou dan:s les corps de l'armee.
Article 5.-II visit ou d.l1&gue un des m6decins militaires charge
du service hospitalier pour Ia visit des militaires nouvellement engages
et se prononcer sur les cas d'admission ou de riforme des militaires.
Article 6.-Les membres du Conseil de sante ou un des membres
est :enu de faire une visit dans les sales de 1'H6pital militaire de Port-
au-Prince, au moins une fois par semainrt.
Article 7.-Sur la presentation du Conseil de sante, il est nomme
un secr&taire-archivi:ste avec appointments de soixante gourdes par
mois. Les membres du Conseil touchent chacun des appointments de
cent cinquante gourdes.


CHAMBRE DES REPRESENTANTS
Seance du Mardi 13 Aodt 1912
PRI sIDFNCE DE MONSIEUR LE DEPUTE ARTHUR AMISIAL
Les articles 1 a 63 ainsi que l'ensernble de la loi mis successivement en discussion,
puis aux voix, sont adopts par i'Assemblhe sans aucune modification.
M. le President: La loi sera expedi&e au Senat de la R6publique. Le Ministre des
Finances n'6tant pas present, j'ai le regret de lever la seance i I'extraordinaire.

SENATE
Seance du Mardi 3 Septembre 1912
PRESIDENCY DE MR. LE SENATEUR SUDRE DARTIGUENAVE
Enfin A I'article 60, il est ajout6 comme 2&me alinea, la sanction suivante: < refus non motive de leur part entiainera l'obligation de restituer le montant des
bourses don't ils auront joui>>.
L'Assermblne decide d'adopter ce 2eme alinea, a 1'article 60 de mrnme.
Ensuite les articles 61, 62 et 63 sont adopts sans modification.
L'ensem'ble de la loi est mis en discussion.
L'ensemble, ainsi modifi6 est vote.

SESSION EXTRAORDINAIRE
Seance du Mercredi 4 Septembre 1913
RESIDENCE DE MONSIEUR LE DEPUTE ARTHUR AMISIAL
La majority de l'Asscmblke 6tant constathe, la seance est declaree ouverte.
M. le President: Nous abordons le premier point de notre ordre du jour en vous
donnant lecture du message suivant du Senat de la Republique relatif a la loi sur
i'enseignemcnt primaire:





de I'Enseignement et de E'Exercice de la WMdecine en lai'ti


CHAPITRE II
ADMINISTRATION MEDICAL DES HOPITAUX
1.-Attributions du Personnel

Article 8.-Le personnel est institu6 par la loi budgktaire. II se
compose, pour Port-au-Prince:

1.-Un M6decin-major.
2.-Un chirurgien-major.
3.-Un Pharmacien-major.
4.-Un Medecin de lere classes aide-major.
5.-Un Chirurgien de ler~e classes aide-major.
6.-Un Pharmacien de lere classes aide-major.
7.-Un Medecin de 2eme classes sous aide-major.
8.-Un Chirurgien de 2eme classes sous aide-major.
9.-Un Pharmacien de 2eme classes.
10.-Un Medecin de 3eme classes.
11 .-Un Chirurgien de 3eme classes.
12.-Un Pharmacien de 3eme classes.
13.-Un Directeur de l'H6pital.
14.-Un Secr6taire.
15.-5 Religieuses.
16.-2 infirmieres.
1 7.-5 servantes lai'ques.


Maison Nationale. Port-au-Prince, le 4 Septembre 1912. No. 49.
SENATE
MESSAGE
A la Charmbre des Reprisentants
Le Senat a l'honneur de vous informer qu'a sa seance d'hier il a vote la loi sur
1'enseignement primaire avec certaines modifications qui sont les suivantes:
A 1'Art. ler., il a ajoute apres le mot: <> les mots: et par les com-
munes.
A I'art. 33 le Senat a reduit la pdnalit6 A vingt cinq gourdes au lieu de cinquante
et A l'article 37 il a 6galement rduit le chiffre de l'amende a cinq gourdes au lieu de
dix gourdes.
A l'artidle 39 le Senat a ajoute le mot ctoutefois>> entire les mots devra et ktre.
A I'art. 40, 2bme alinea, 1'amende de cinq gourdes est portte a 2 gdes.
L'article 41 regoit la redaction suivante:
heures de classes, seront conduits par les agents de police devant le juge de paix qui
fera immcdiatement appeler les personnel responsablcs auxquelles il rappellera leurs
devoirs a 1'6gard des enfants don't elles ont la charge.






La I ilii ,r, de l' ,,., de I'Assistance Publique,


Article 9.-Le Service des h6pitaux a pour objet ou but general,
Ie traitement des militaires o'u individu's employes au service des armies,
maladies ou blesses, en activit'C de service.

2.--Attributions de I'lnspecteur Gne'ral

Article 10 .-L'Inspecteur GUn6ral est en rapport direct avec le per-
sonnel medical et entretient:
1.-Une correspondence suivie avec les Officiers de sant6 en chef de
tous ,les h6pitaux et des corps de troupe, pour ce qui a rapport A l'art
exerc6 par chacun d'eux.
2.-II examine les remedes nouveaux don't on propose l'emploi
et analyse ceux qui sont susceptible d'&tre employes.
Article 11 .-L'Inspecteur Gen6ral des Services de Sant6 tient un
registre de contr6le du personnel des officers et i'nscrit toutes k,?s notes
qu'il est en measure de rec'ueillir sur leu.r moralit,6, leur capacity, leur
instruction et leurs talents, afin d'etre toujours en 6tat de fournir des
renseignements que le Secretaire d'Etat de la Guerre peut lui demander
A cet 6gard.


une amende de cinq gourdes.
t6 la maison de leurs parents pour se rendre A 1'cole.
< pecteur qui les fera d'office inscrire a l'une des ecoles primaires situies a proximity
de leur demeure.
le Juge de Paix pour les motifs ci-dessus, seront reputes vagabonds et interns sur
l'ordre de ce Magistrat la Maison Centrale, sans prejudice toutefois de l'amende
applicable aux personnel responsables.
poursuivis pour abus d'autorit&.
A l'article 43, les mots < sont siopprimis.
Les mots > a 'article 57 sont igalement supprimes.
I1 est ajout i l'art. 60 2Rme alinha la sanction suivante: de leur part, entrainera l'obligation de restituer le montant des bourses don't ils au-
ront joui.>
L'Assemblie recommande ces differentes modifications a vos sages deliberations et
saisit cette occasion pour vous renouveler, Messieurs les deputies, l'assurance de sa
consideration distingu6e.
Le President: SUDRE DARTIGUENAVE
Les differentes modifications apportnes par le Senat a cette loi, mises successive-
ment en discussion et aux voix dans les formes r6glcmentaires, sont accepties.
M. le Prisident: La loi sera envoyhe a 1'Executif pour Etre pro~mulguee.






de I'Enseignement et de I'Exercice de la Mdecine en hi'iti


Article 12.-L'Inspecteur Gnera.l a le contr6le des Officiers de san-
t6, s'assure de leur r6gularit, afin de fournir mensuellement, d'accord
avec son collogue du Conseil de sante, les renseignements sur la mar-
che du service.
3.-Attributions et Fonctions des Officiers de Sante
Article 13.-Nul ne peut &tre nomme m6decin-major, chirurgien-
major ou pharmacien-major de l'H6pital mil'itaire central de Port-au-
Prince, s'il n'est pourvu d'un dipl6me de docteur en med.ecine et s'il
n'a subi le concours exig6 par les reglements.
Article 14.-Les membres chirurgiens et pbrmaciL ns,, aides-major
ainsi que les sous aides-majors sont astreints a subir le concours fixed
par les reglements.
Article 15.-Les medecins, chirurgiens et pharmaciens-majors doi-
vent &tre choisis parmi les aides-majors et les sous-ai'des-majors qui ont
subi avec succes le concours prevu ci-dessous.
Article 16.-Pourra etre nomm6 infirmier militai're tout individu
sachant lire et 6crire et ayant fait un stage de deux ann6es comme sous-
infirmier dans un h6pital de la R6publique.
Article 1 7.-Les Officiers de sante sont tous brevets par le Pr6si-
dent de la Republique:
1.-Officiers de sant6 en chef ou msdecins-majors, colonels,
2.-Aides-majors de l re classes, commandants,
3.-Aides-majors de 2&me classes (sous aides-majors), capitaines,
4.-Aides-majors -de 3&me diasse (,sou:s aides-majors), lieutenants,
5.-Les Infirmiers majors, sous-lieutenants,
6.-Les aides-infirmiers, sergents-majors.
Article 18.-Les Officiers de sant, n'ont droit de tirer de l'h6pital
ni aliments ni medicaments ni aucun autre objet de consommation,
sauf le cas pr6vu pour les officers de sante de garden.
Article 1 9.-Les Officiers de sante attacbhs a un h6pital sont tenus,
en cas de changement de destination et avant de quitter l'&tablissement


S V".',CE DU 25 AOUT 1913
Le- ler. considerant est vot.
M. le President: A 'article 2, le ComitE propose d'ajouter pour 1'Ecole de Mnde-
cine un bibliothecaire a Cent gourdes (G. 100.00), 1 salarii a Vingt-Cinq Gourdes
(G. 25.00).
L'article modifi6 est vote.
Puis 1'art. 2 et 1'ensemble sont votes.
Mr. le President: Le project de loi modifi6 sera retourne a la Chambre.
La seance de la Chambre du 18 Aofit 1913 oui cette loi a kt6 votee n'a jamais 6t6
publiee au Moniteur.






90 La I.'ai.lat. .r?! de I'Hygier e, de ,'Assistance Publique,

de faire la premise, A leur remplaqant ou au directeur *de i'&tablisisement,
des objets, du materiel, qui sont a leur disposition et de mettre au cou-
rant toutes les &critures qui sont dans leurs attributions.
Article 20.-Les Officiers de sante en chef d'u;n h6pital (medecins,
chirurgiens et pharmaciens), les professeurs de clinique se concertent
entire eux pour :la repartition du service ainsi que pour la designation
des chirurgiens et des pharmaciens qui doivent suivre les visits et les
pansements.
Article 21.-Les Officiers de sante en chef et les professeurs de cli-
nique surveillent et dirigent les operations de leurs subordonns. Ils
communiquent A II'Inspection Gn6ral tout ce qui a trait a *l'a police et
A administration de leur service.
Article 22.-Le medecin en chef et les professeurs de chimie mcdi-
cale d'un h6pital sont sp6cialement charges du t~raitement des malades
internes, ils sont responsables de leur service.


CHAMBRE DES REPRESENTANTS
Stance du Samedi 23 Aoit 1913
PRESIDENCY DE MONSIEUR LE DEPUTE SAINT AMAND BLOT
(Suite et fin)
Lecture est donn&e du project de loi suivant:
PROJECT DE LOI
MICHEL ORESTE
President de la RWpublique
Vu I'article 69 de la Constitution;
Vu, en outre, l'article 80, 2e alinea de la loi de 1881, sur les Conseils Comrmu-
naux de la R6puhlique;
Considerant que la salubrit6 publique est une condition essentielle du bien ktre
social;
Considerant que 1'6tat habituel des terrains vagues dans les villes et bourgs de la
R6publique constitute un danger pour la sante publique et un obstacle A la bonne
voirie;
Sur le rapport du Secretaire d'Etat de l'Interieur et de l'avis du Conseil des Secr6-
taires d'Etat,
A PROPOSE,
Et le Corps Legislatif a vote la loi suivante:
Article ler.--Toute propriet6 non bitie, jusqu'a un quart de lieu des limits des
villes et bourgs, doit etre c16turee.
Article 2.-II sera donn6 avis par &crit par le Conseil Communal a tout propri&-
taire de terrain non cl6tur6 d'avoir a remplir cette formality.
Un dilai de deux mois sera accord a cet effet, passe lequel, administration com-
munale du lieu pourra faire cette cloture don't elle notifiera les frais a l'interess6 qui
devra les acquitter dans un delai de deux mois.





de I'Enseignement et dc I'Exercice de la MWdecine en Haf ti


Article 23.-Deux sales sont affect6es, l'une pour les maladies v6-
niriennes et cutanees et l'autre pour les affections fCbriles contagieu'ses.
Les sables affectees a l'instruction medicale et chirurgicale des 6tudiants
relevent, au point d2 vue medical ,du Directeur de 1'Ecole de MWdecine,
qui en d6signe les professeurs de clinique pour faciliter 1'enseignement
medical. Les professeurs auront droit de choisir dans les autres ser-
vices et d'admettre dans leurs sales les malades interessants. II leur est
facultatif, apres l'examen, soit de garder ces malades soit de les retour-
ner dans leurs services anterieurs.
Article 24.-Les chirurgiens en chef et le professeur de clinique
chirurgicale s'occupent du traitement des maladies externes et chirur-
gicales et surveillent les diff6rents pansements ou operations de petite
chirurgie faits sous leur responsabilit6 par leurs subordonnes.
Article 25.-Le chirurgien et le professeur de clinique d6signent
chaque semaine des chirurgiens et des medecins de 2eme et de 3&me
classes pour ftre de garde.
Article 26.-Le pharmacien en chef d'un h6pital militaire est
comptable des m6dicaments, des objets de consommation qui lui sont
confi6s; il est, en outre, responsible des ustensiles mis a tsa disposition.
II veille a ce que la pharmacie soit toujours convenablement appro-
visionn6e.


Le Conseil Communal tiendra compete de la situation p&cuniaire de 1'interess6 pour
accorder, s'il y a lieu, un autre delai de deux mois pour le paiement des frais.
Article 3.-Apres 1'expiration des ddlais sans que la commune ait obtenu le paie-
ment reclam6, elle requerra inscription hypothecaire de sa creance sur l'immeuble,
son titre 6tant 1'6tat des depenses sign d'elle et vise par le Doyen du Tribunal Civil,
ou par le Juge de Paix et sans frais pour sa commune.
Les sommes inscrites rapporteront au profit de la commune les interts l6gaux.
Article 4.-La prisente loi abroge toutes loi's on dispositions de lois qui lui sont
contraires et sera publiee a la diligence du Secretaire d'Etat de l'Int:rieur, affichee et
ex6cutee par les Conseils Communaux.
Donned au Palais National, le 30 Juillet 1913, an 1 l0e de l'Independance.
MICHEL ORESTE
Par le President:
Le Secretaire d'Etat de 1'Interieur: SEYMOUR PRADEL

Le principle des deux consid6rants et l'art. ler. sont votes sans discussion.
L'article 2 est mis en discussion. A cet article la Commnission propose la modifi-
cation suivante: d'un mois>.
Cette modification de la Commission est mise en discussion.
M. Chs. Leconte: MM. dans le projcr de loi de I'Ex~cutif, il est question d'un
delai d'un mois.





SL LeLgislation de I'Hyginre, de I'Assistance Publique,

Article 27.-Aucune command de medicaments ou d'instruments
ne pourra etre faite sans l"assentirment du Conseil de sante et de sur-
veillance.
Article 28.-Un d6p6t central sera affect, A 1'H6pita1l militaire de
Port-au-Prince, a ces commands. Ce d6pot sera sous la surveillance
du pharmacien en chef et sous le contr6le du Cons-eil de sant6.
Article 29.-Des medicaments seront donnas chaque semaine au
pharmacien en chef pour le service de l'H6pital et A la fin de chaque
semaine, il sera tenu de remettre au Conseil une liste de medicaments
employs.
Article 30.-Les Officiers de sant6 de 2&me et de 3&m'e classes font
alternativement 3 mois dans le service de chirurgie et dans le service
de m6decine. Les officers de san'te de 2eme et de 3Rme classes suivent
la clinique et assistant aux course th6oriqu-es que font les professeurs de
clinique.
Article 31.-Les chirurgiens et les pharmaciens de garde doivent
etre toujours en uniform. Les Chirurgiens de garde recoivent et font
placer les maladies, lors de leur entree a 1'H6pital.


Mais le Comite trouvant ce delai trop court a propose de le porter a deux mois.
Je viens a mon tour combattre la modification proposee par le Comite et vous de-
mander d'accorder un plus long d6lai, car vous devez prendre en consideration la
situation des contribuables qui vivent dans la plus grande misere.
Un dMlai de deux mois ne suffit pas A la classes malheureuse qui peut A peine trouver
de quoi subvenir a ses premieres necessites et la Comimune I'a tellement compris
qu'elle ne reclame pas de cette class: l'imp6t locatif qu'elle avait a payer. II est tout
natural qu'on ordonne de cl6turer les propriftes non baties dans le but meme de pour-
voir 5 la salubrite publique et a cette occasion, qu'il me soit permis de faire mes feli-
citations au Ministre de l'Interieur, mais vous conviendrez avec moi que vous devez
accorder un delai raisonnable aux propriftaires. Aussi je vous propose de dire que
le dMlai sera de six mois.
Quand le people souffre, MM. et que vous pensez A le frapper d'un im'p6t vous ne
faites que le monter centre vous. II s'en prend toujours au Gouvernement, car c'est
lui qui le frappe dans sa misere, en ne faisant pas cas de sa situation. D'ailleurs il
y a des gens qui possedent des propriftes depuis nomibre d'anntes, ils les ont acquiscs
au prix des plus grands sacrifices: vous ne pouvez pas prtciser a quelle 6poque ils les
ont possedees ni comment ils ont pu en faire I'acquisition. Vous voudrez bien voter
le dilai de 6 mois que je vous demanded de leur accorder.
M. le President: Je mets en discussion ]a proposition du depute Charles Leconte.
M. Pradel, Secretaire d'Etat de l'In.ttrieur: MIM.. je me rends przsque compete des
bonnes raisons alleguees par le depute Leconte lappui de sa proposition.
En examinant l'article 2 du project en discussion nous voyons qu'il prevoit un
double dMlai: it y a le delai accord pour l'acquittement des. frais. Or, dans quel but
la loi est-elle present6e? Nous voulons que les terrains va.gues soient cl6tures dans I?
plus court delai. Je suis heureux de me trouver d'accord avec le depute Leconte pour





de I'Enseignenent et de I'Exercice de la AMedcine en IlH'iti


Ils doivent satisfaire aux demands impr6vu-es qui leur sont faites
par les medecins et les chirurgiens ou faire venir le pharmacien en chef,
afin qu'il y soit pourvu sans retard. Les pharmaciens et les chirurgiens
de garden sont nourris aux frais de l'&tablissement. Its percoivent dans
ce cas une ration de pain, de viande et de legumes.
Article 32.-Toutes les charges de medecin, de chirurgien et de
pharmacien i 1'H6pital ne sont obtenues qu'au concours. II en sera
de meme pour les charges de l'internat et de 1'externat. II est bien en-
tendu que pour prendre part a ce concourse, il faut &tre dipl6me en la
section pour laquelle on se present.
Article 33.-Trois absences non motives des officers de sante en-
trainent la perte partielle de leurs appointments. En cas de r6cidive,
ils seront considers demissionnaires.

ADMINISTRATION INTERIEURE
l.-Attributions des Directeurs, des Secretaires et des Sceurs

Article 34.-Les Directeurs sont tenus de faire tous les jours la
visit des sales afin de se rendre compete de leur entretien. Ils sont
charges de la police des sales et de l'H6pital en general. Ils doivent
signaler a l'Inspecteur ou, en son absence, a l'un des membres du Con-
seil de sant6, tous les actes d'insubordination et toutes les contraven-
tions commis par les malades. Ils sont responsables de l'ex6cution du
service administratif.


augmenter le delai de paiement. Mais il me permettra de lui dire que Ie delai qu'il
propose est a mon avis trop long. La Commune &tant oblige de par la loi de faire
les frais de cloture, il est tout natural qu'elle rentre dans ses fonds le plus t6t pos-
sible. Des que la cl6ture est faite, les propriftaires qui en ont binificie doivent se pr6-
parer A rembourser les frais.
Le Conseil Communal a pour devoir d'annoncer a tout propriftaire de terrain non
cl6ture d'avoir a rcmplir cctte fcrrr.alit6 et pcur Ie faire un delai de deux mois lui
sera accord, ai 'expiration des dcux mois, la commune est oblige de faire la cl6ture.
Vous savez, Messieurs, que la commune est toujours besogneuse, que sa caisse est
toujours en deficit et qu'il faut ou'elle rentre dans les debours qu'elle a faits.
Je demanded done qu'on mnaintienne le delai de deux mois pour la cl6ture et qu'on
porte a deux mois le delai pour l'acquittement des frais
Et dans le 3Rme alinea de l'article en discussion, il est dit que le Consril Com-
munal doit tenir compete de la situation p&cuniaire du proprietaire pour accorder, s'il
y a lieu, un autre delai pour le paicment des frais. Ce d.clai sera aussi de deux mois
et de cette facon j2 me trouvc absolumcnt d'acco-d ave: I'boncrable dcpute Leconte,
puisque le proprietaire aura toujours 6 mois pour s'acquitter.
Mr. Charles Leconte: MM. vous ne devez pas oublier que d&s que la cl6ture est
faite, la commune aura une inscription hypothdcaire sur la proprieti et elle n'aura
d'indulgence pour personnZ. 11 y a a noter que tout le monde ne dispose pas des





La I '-, 'ii: ,-, de 1'Hygi'ne, de I'Assistance Publique,


Article 35.-Le Directeur de l'H6pital fournit a l'Inspecteur un
n,,uvc'i\mnci journalier sur les entries, les sorties, les d&ces des malades
dans chaque salle.
Article 36.-En cas de d6c&s d'un malade, le Directeur de l'H6pital
est tenu d'en avertir le Directeur de l'Eco'le de MWdecine, avant de pro-
ceider a l'inhumation. Si la dissection a lieu, le cadavre, apr&s les tra-
vaux, sera remis au Directeur de l'H5pital, dans les meilleurs cond'i-
tions possibles pour &re enterr6.
Le Directeur de l'h6pital commander des frunrrailles de 3eme classes
pour chaque mort a moins que les parents n'en d6cident autrement.
Article 37.-Le service int6rieur des h6pitaux militaires est confie
aux Soeurs de la Sagesse. La superieure perqoit la valeur aff'ect&e a l"en-
tretien de l'h6pital et des maladies. Autant que possible, cette valeur
devra &re en rapport avec le nombre des malades et les soins a fournir.
La Sup6rieure des Sceurs est charge: 1.-de l'acquisition et de la pr&-
paration des aliments; 2.-de la surveillance de l'hygiene prescrite aux


m6mes moyens pecuniaires. Telle personnel peut cl6turer sa propri6t6 sur simple avis,
telle ne pourra le faire, malgr6 sa bonne foi. II y a donc i envisager la situation de la
classes n&cessiteuse et c'est surtout sur ce point que je veux attirer votre attention. Je
me trouve absolument d'accord avec le Ministre pour ce qui est du delai de cloture.
Mais quant au dMlai a accorder pour le paiement des frais, je vous propose de le
porter a 6 mois, certaines considerations m'ayant emp&h6 de vous demander d'ac-
corder un an. Je vous prie tous MM, de voter dans le sens de ma proposition, car
vous devez connaitre, mieux que personnel, la situation de ce people.
M. S. Pradel, Secretaire d'Etat de l'Intericur: MM. celui qui veut bien examiner
la loi verra qu'elle prevoit trois categories de proprietaires. Celui qui peut payer,
cdlui qui est de mauvaise foi et le propriktaire qui ne peut pas payer ou qui appar-
tient a la classes necessiteuse.
La commune tiendra compete de la situation pecuniaire de cette derniire categorie
de proprietaire pour lui accorder un autre dMlai de deux mois.
Donc cette personnel necessiteuse aura un dMlai de six mois pour s'acquitter envers
la Comntmun e.
Je demand i la Chambre de voter le delai de deux mois pour l'acquittement des
frais et de prolonger ce delai de deux mois pour les personnel necessiteuses. De cette
facon nous aurons agi dans celui de la Commune.
M. le President: Nous allons voter, MM. alinea par alinea.
Mise aux voix. la modification du Comite faite au ler alinea est votee.
Au deuxiime alinea, le Ministre propose un d6lai de deux mois pour l'acquittement
des frais.
Cette proposition est adoptee par 1'Assemblee.
Le 3eme alin6a est vote avec la modification du Ministre tendant a accorder un
autre dMlai de deux mois pour le paiement des frais.
L'article 2 ainsi modified, les articles 3, 4 et l'ensemble du project sont votes sans
modification.
M. le President: La loi sera expedite au Senat de la Republique.





de I'Enseignement et de i'Exercice de la Medecine en Haiti


malades; 3.-de 1'entretien de l'Ftablissement et de ses dipzendan.ces,
de l'entretien de la lingerie et du blanchissage du linge de corps et de
lit. Elle est sous le contr6le du Conseil de Santo et de surveillance au-
quel elle rend compete chaque mois de son administration.
Article 38.-Les Soeurs affect&es aux sales des malades relevent du
chef de Service. Les infirmiers la'iques sont sous les ordres des Sceurs.
Les Directeurs, les Secr6taires et les Soeurs forment le personnel ad-
ministratif des h6pitaux et sont places sous les ordres immediats du
Conseil de Santo et de Surveillance.
Article 39.-En temps d'epid.mie et de guerre, les lits peuvent etre
augments, et les valeurs affectCes a l'entretien et aux soins des maladies
6galement.
Article 40.-Les Sceurs charges du Service des malades tiennent la
main i ce que les infirmiers ordinaires remplissent leurs devoirs; elles
font bal'ayer les sales et y font maintenir la propret6; elles sont tenues
d'etre presen.tes a la visit.e des Officiers de Sante et des professeurs de
clinique, distribuent les aliments et les m.dicaments et font de fr&-
quen.tes tourn&es dans les sales, afin de faire pourvoir, sur 1e champ,
a tous les besoins des malades. Elles sont 6galement charges de distri-
buer aux infirmiers ordinaires places sous leurs ordres, le linge de corps
et de 1lit, afin de changer celui des malades, et de veiller exactement a
la remise d;u liinge sale. Elles sont responsables d& to'us les effects qui
leu:r sont confiks.
Article 41.-La cour de I'H6pital sert de jardin botanique i 1'Eco.le
de Mdecine.


SENATE
S6ance du 27 Aouit 1913
Les l er, 2e considerants, les articles I, 2, 3 et l'ensemble dc la loi sont adopts
regulierement.
M. le President: La loi sera expedi&e au Pouvoir Ex&cutif pour etre promulguce
conformCment a la Constitution,
SENATE
Seance du vendredi 3 Juillet 1914
PRESIDENCY DE MONSIEUR LE SENATEUR SUJDRE DARTIGUENAVE
Mr. le Pr6sident: 11 n'y a pas de piice 2i la corrcsp-ondance. Nous passons a la dis-
cussion de la proposition de lei, qui declare d':-,!itr publiquc Ie service des Consul-
tations gratuites du Dr. P. S:lomon.
II est donn6 lecture de cctte proposition.
Le principle est en discussion.
Mr. le Dr. I. J. J. eanty: Je desire, Monsieur le president, etre fixed sur le s~'ge du
service des consultations gratuitcs du Dr Paul Salcmon.