• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Matter
 Matiere civile
 Table alphabetique des arrets...
 Matieres criminelles
 Table alphabetique des matiere...






Bulletin des arrêts du Tribunal de cassation
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/AA00000461/00025
 Material Information
Title: Bulletin des arrêts du Tribunal de cassation
Added title page title: Bulletin des arrêts du Tribunal de cassation rendus en matière civile et criminelle
Physical Description: Book
Language: French
Creator: Haiti -- Tribunal de cassation
Publisher: Impr. nationale
Place of Publication: Port-au-Prince
 Subjects
Subjects / Keywords: Law reports, digests, etc -- Haiti   ( lcsh )
Droit -- Jurisprudence -- Répertoires -- Haïti   ( ram )
Genre: law report or digest   ( marcgt )
federal government publication   ( marcgt )
 Notes
Dates or Sequential Designation: Began in 1856?
Dates or Sequential Designation: -exercice 1948/1949.
Numbering Peculiarities: Some years issued in parts.
General Note: At head of title, 18<89> 19 : République d'Haïti.
General Note: 1891 has imprint: Paris : Marchal et Billard.
 Record Information
Source Institution: Library of Congress Law
Holding Location: Library of Congress Law
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 648674465
Classification: lcc - KGS70.2 .H35
System ID: AA00000461:00025

Table of Contents
    Front Matter
        Front Matter
    Matiere civile
        Page A-i
        Page A-ii
        Page A-iii
        Page A-iv
        Page A-1
        Page A-2
        Page A-3
        Page A-4
        Page A-5
        Page A-6
        Page A-7
        Page A-8
        Page A-9
        Page A-10
        Page A-11
        Page A-12
        Page A-13
        Page A-14
        Page A-15
        Page A-16
        Page A-17
        Page A-18
        Page A-19
        Page A-20
        Page A-21
        Page A-22
        Page A-23
        Page A-24
        Page A-25
        Page A-26
        Page A-27
        Page A-28
        Page A-29
        Page A-30
        Page A-31
        Page A-32
        Page A-33
        Page A-34
        Page A-35
        Page A-36
        Page A-37
        Page A-38
        Page A-39
        Page A-40
        Page A-41
        Page A-42
        Page A-43
        Page A-44
        Page A-45
        Page A-46
        Page A-47
        Page A-48
        Page A-49
        Page A-50
        Page A-51
        Page A-52
        Page A-53
        Page A-54
        Page A-55
        Page A-56
        Page A-57
        Page A-58
        Page A-59
        Page A-60
        Page A-61
        Page A-62
        Page A-63
        Page A-64
        Page A-65
        Page A-66
        Page A-67
        Page A-68
        Page A-69
        Page A-70
        Page A-71
        Page A-72
        Page A-73
        Page A-74
        Page A-75
        Page A-76
        Page A-77
        Page A-78
        Page A-79
        Page A-80
        Page A-81
        Page A-82
        Page A-83
        Page A-84
        Page A-85
        Page A-86
        Page A-87
        Page A-88
        Page A-89
        Page A-90
        Page A-91
        Page A-92
        Page A-93
        Page A-94
        Page A-95
        Page A-96
        Page A-97
        Page A-98
        Page A-99
        Page A-100
        Page A-101
        Page A-102
        Page A-103
        Page A-104
        Page A-105
        Page A-106
        Page A-107
        Page A-108
        Page A-109
        Page A-110
        Page A-111
        Page A-112
        Page A-113
        Page A-114
        Page A-115
        Page A-116
        Page A-117
        Page A-118
        Page A-119
        Page A-120
        Page A-121
        Page A-122
        Page A-123
        Page A-124
        Page A-125
        Page A-126
        Page A-127
        Page A-128
        Page A-129
        Page A-130
        Page A-131
        Page A-132
        Page A-133
        Page A-134
        Page A-135
        Page A-136
        Page A-137
        Page A-138
        Page A-139
        Page A-140
        Page A-141
        Page A-142
        Page A-143
        Page A-144
        Page A-145
        Page A-146
        Page A-147
        Page A-148
        Page A-149
        Page A-150
        Page A-151
        Page A-152
        Page A-153
        Page A-154
        Page A-155
        Page A-156
        Page A-157
        Page A-158
        Page A-159
        Page A-160
        Page A-161
        Page A-162
        Page A-163
        Page A-164
        Page A-165
        Page A-166
        Page A-167
        Page A-168
        Page A-169
        Page A-170
        Page A-171
        Page A-172
        Page A-173
        Page A-174
        Page A-175
        Page A-176
        Page A-177
        Page A-178
        Page A-179
        Page A-180
        Page A-181
        Page A-182
        Page A-183
        Page A-184
        Page A-185
        Page A-186
        Page A-187
        Page A-188
        Page A-189
        Page A-190
        Page A-191
        Page A-192
        Page A-193
        Page A-194
        Page A-195
        Page A-196
        Page A-197
        Page A-198
        Page A-199
        Page A-200
        Page A-201
        Page A-202
        Page A-203
        Page A-204
        Page A-205
        Page A-206
        Page A-207
        Page A-208
        Page A-209
        Page A-210
        Page A-211
        Page A-212
        Page A-213
        Page A-214
        Page A-215
        Page A-216
        Page A-217
        Page A-218
        Page A-219
        Page A-220
        Page A-221
        Page A-222
        Page A-223
        Page A-224
        Page A-225
        Page A-226
        Page A-227
        Page A-228
        Page A-229
        Page A-230
        Page A-231
        Page A-232
        Page A-233
        Page A-234
        Page A-235
        Page A-236
        Page A-237
        Page A-238
        Page A-239
        Page A-240
        Page A-241
        Page A-242
        Page A-243
        Page A-244
        Page A-245
        Page A-246
        Page A-247
        Page A-248
        Page A-249
        Page A-250
        Page A-251
        Page A-252
        Page A-253
        Page A-254
        Page A-255
        Page A-256
        Page A-257
        Page A-258
        Page A-259
        Page A-260
        Page A-261
        Page A-262
        Page A-263
        Page A-264
        Page A-265
        Page A-266
        Page A-267
        Page A-268
        Page A-269
        Page A-270
        Page A-271
        Page A-272
        Page A-273
        Page A-274
        Page A-275
        Page A-276
        Page A-277
        Page A-278
        Page A-279
        Page A-280
        Page A-281
        Page A-282
        Page A-283
        Page A-284
        Page A-285
        Page A-286
        Page A-287
        Page A-288
        Page A-289
        Page A-290
        Page A-291
        Page A-292
        Page A-293
        Page A-294
        Page A-295
        Page A-296
        Page A-297
        Page A-298
        Page A-299
        Page A-300
        Page A-301
        Page A-302
        Page A-303
        Page A-304
        Page A-305
        Page A-306
        Page A-307
        Page A-308
        Page A-309
        Page A-310
        Page A-311
        Page A-312
        Page A-313
        Page A-314
        Page A-315
        Page A-316
        Page A-317
        Page A-318
        Page A-319
        Page A-320
        Page A-321
        Page A-322
        Page A-323
        Page A-324
        Page A-325
        Page A-326
        Page A-327
        Page A-328
        Page A-329
        Page A-330
        Page A-331
        Page A-332
    Table alphabetique des arrets civils
        Page A-333
        Page A-334
        Page A-335
    Matieres criminelles
        Page B-i
        Page B-ii
        Page B-1
        Page B-2
        Page B-3
        Page B-4
        Page B-5
        Page B-6
        Page B-7
        Page B-8
        Page B-9
        Page B-10
        Page B-11
        Page B-12
        Page B-13
        Page B-14
        Page B-15
        Page B-16
        Page B-17
        Page B-18
        Page B-19
        Page B-20
        Page B-21
        Page B-22
        Page B-23
        Page B-24
        Page B-25
        Page B-26
        Page B-27
        Page B-28
        Page B-29
        Page B-30
        Page B-31
        Page B-32
        Page B-33
        Page B-34
        Page B-35
        Page B-36
        Page B-37
        Page B-38
        Page B-39
        Page B-40
        Page B-41
        Page B-42
        Page B-43
        Page B-44
        Page B-45
        Page B-46
        Page B-47
        Page B-48
        Page B-49
        Page B-50
        Page B-51
        Page B-52
        Page B-53
        Page B-54
        Page B-55
        Page B-56
        Page B-57
        Page B-58
        Page B-59
        Page B-60
        Page B-61
        Page B-62
        Page B-63
        Page B-64
        Page B-65
        Page B-66
        Page B-67
        Page B-68
        Page B-69
        Page B-70
        Page B-71
        Page B-72
        Page B-73
        Page B-74
        Page B-75
        Page B-76
        Page B-77
        Page B-78
        Page B-79
        Page B-80
        Page B-81
        Page B-82
        Page B-83
        Page B-84
        Page B-85
        Page B-86
        Page B-87
        Page B-88
        Page B-89
        Page B-90
        Page B-91
        Page B-92
        Page B-93
        Page B-94
        Page B-95
        Page B-96
        Page B-97
        Page B-98
        Page B-99
        Page B-100
        Page B-101
        Page B-102
        Page B-103
        Page B-104
        Page B-105
        Page B-106
        Page B-107
        Page B-108
        Page B-109
        Page B-110
        Page B-111
        Page B-112
        Page B-113
        Page B-114
        Page B-115
        Page B-116
        Page B-117
        Page B-118
    Table alphabetique des matieres
        Page B-119
        Page B-120
Full Text
























This copy of a rare volume in its collections,
digitized on-site under the
LLMC Extern-Scanner Program,
is made available courtesy of the

Library of Congress


I





- Aw -


BULL

TRIB


PUBI


publique d.HEalti J


ETIN DESARRtTS >
I)U *
UNAL DE CASSATION :
A.IS'S LT3EE 112 jE)i
LIf SOUS LA DIRECTION i


DE LA
SOCIETY DE LEGISLATiON
Avec I'aulorisalion du [)(parlement de la .Justice


^ Matiere civil










Impriierie H. AMBLARD
i6, Rue du Centre, 13
PORT-AU-PRINCE
-Direct D Ie II)E I 7
-. --q n,- --.












MATIERE CIVIL
Errata


Arret No 12, ler Attendu, 6e ligne :

< x 416, 2e al.

(a (23


Page A6, 2e al. 2e ligne

Arr6t no 29, 3e attend

( 35 avant-derniere !igne
id. derniere ligne


) 98 2e al., 3e line


qu'il resort de son
jugement
Sur l'unique moyen
du pourvoi.
No 23-Mt16nsPier-
re- Vie Ph. Kief-
fer et Ce
le pourvoi exerce
par le sieur
sta:uant sur une
action possessoire
P. Jh. Janvier
non plus que des
moyeus
voulaut faire rafrai-


chir
Arrel n" 46, 5e ligue ( sommaire ) conformity de 1'art.
78 C. Pr, civ.
Page 91, 5e et 6e ligne S. Jn. Louis
( 9(, derniere ligne le plus 6qnitable-
ment possible
( 99, 4e al. Attendu que de ce
qui precede, il y a
lieu de rejeter
f 100, 4e al, 2e et 3e ligne dans les 25 jours de
la signification
critiques
'age 101 4e ligne de l'art. 1168
a 107 5e alin6a 6e n'a pas etd faussement
a 7e a ; ou faussement appliques;
s 108 No 59. -- Henri Soudel-
R. Gordon.
a 135 No 73. Menuau Geor-
ges.,--- Cheramy Georges
a t 2e Attendu 2e ligne; celle de 1827








Page 142


144
147 2e alinea
148 4e alinea
161
( 2e alinea
163
89 sommaire


NX, 75.- Cadet Salomon-
lii- lie Salomon.
be li( n do 18 juillet 1912,
4e ( ini attributions de parts
2e A Anselme, P. Jh. Janvier.
te < l'ait refuse
4e line par le tribunal civil
4e ligne sur !a requisition
2. 11 n'y a pas de terms


id ler Attendu 3e line

No 91 sommaire

Page 170 2e aliuaa 21 ligne


178
No 94 sommaire

Page 191
S199
a 201 4e Atten
No 102 ler t
Page 205

213


t No
Page
(t


No I


Page

PagE


sacramentels
du tribunal de paix de Don-
don
Lorsqu'une piece produite
est m6connue
Trente huit mille huit cent cin-


quante sept gourdes, soixante
dix centimes
3e line eas ofi l'art. 1728
Violation de l'art. 148 C. Pr.
civ.
derniire line la loi du 13 aoii^t 1903
lkre ligne l'art. 2002 du Code civil.
du 3 et 4e 1. Paulinus Jacques Louis
2e ligne et est revtu de timbres
4e ligne la renonciation a la succes-
sion
8e ligne en basant sur des presomp-
lions le dispositif.


u ler Attendu Attendu que si la simulation
07 derniere line du vingt et un octobre 1912,
S246 2e alin6a 3e ligne A. Champagne, J. J. F. Many
247 le al. 7e ligne art. 24 de la loi du xo avril
1827
252 2e alinea Vu l'art. 1728 du Code civil
26 sommaire Reserves. -- Visa des pi'ces.--
Equipollents. -- Obligations.
30 CommercialitL. Association
en participation. Cession a
un' tiers d'une concession
, 2e alinia Chaque associ6 peut ctder.
269 1.re line et de ses attributions


(t

((

No
No


v








et...
No 141 sommaire 5e 1. la condamoant a payer
a 142 dernieae 1. du 2 d6cembre 1912,
( 151 5e 1. Sur la 3e fin de non-recevoir
< 5e alinea Vu les art. 259, 1139 et 1206 C.
civ.
a 153 2e Attendu 6e et 7e lignes loin de persisler, dans
son deport, il continue
a garder son si6ge, le
demandeur, M. Pascal
Garoute, ayant insistd..
Page 320 5e et 6e 1. Le tribunal ordonnera-
t-il... ?
a Sur le 3e moyen.- Vu
les art. 148 Pr. civ. et,
No 160 P6p6 Laguerre. -- Vil-
jean Di6quin
Page 331 2e Attend'- AtteAdu qu- l'art. 857
du Code de Proc. civ.


No 148 3e Attendu







IsI 192 an lieu de:


Attend que cette re-
cusation a Wtd portde
devant le tribunal civil
de Port de-Paix, centre
lequel Madame-Charle-
magne a aussi soulev6
une suspicion legitime ;


192 A 190-


2e ligne Vu les articles 1731 du Code civil


Page 27?


192,


lire :


115~71"1










Liberty Egalite Fvaternite
iEPUBIiIQUE D'HAITI
--t--

BULLETIN
DES

ARRETS DU TRIBUNAL DE CASSATION


11aatiere Civile




No 1
Emilie Lamarque contre Duperin Perrin

Comment un exces de pouvoir ie juge qui, pour decider,
place sa volont6 au-dessus de celle de la loi, en tranchant
sans examen la contestation portie devant lui,


Oui, A I'audience du 18 d(cembre expire, le juge J. L.
Ve ilt, er son ra'ipport, ainsi que M. Luc Dominique, Com-
missaire du Gouverneinent, en ses coriclu-ions.
Vu : 1 le jugenent atlaquie ; o I'acte de la declaration
du pourvoi ; 3 les requdies des parties ; 4o toutes les
A.utres pieces produites.

Sur le 2e moyen dui pourvoi;

Attend qu'il comment un excis de pouvoir, le juge qui,
pour decider, place sa volonie au-dessus de la volont~ de








-2--


la loi fori mi1 ll, mn iii (xp)riiinm e, ce uiii a lieu lorsque le juge,
sans examen ancuni de la c, nIkslaion port6e devant iii,
la tran lche a bitrai:. nil ni, selon sa seule volonid ;
Attendu, dans I'espcce, que le juge de paix de la com-
mune de Jacinel (tait s;:isi ''unle demand en validity( de
vaisi -arret, ainsi que ctla risilte des corstalat ions du ju-
gement d6nonct; qie, sans I'exaiiiner ni en la forme ni
an fond, le tribunal 1i an ulu la dite :.aisie-airdt qui, a t-il
di, n':-, pas valuable, c quinoi il ;i commis l'cxces de pou-
voir reproche qui enlache s;i decision de iinllil ;
Par ces motifs, le Tiiliunal, apies en avoir delib6re et
sans qu'il soit besoin d'e.amioiner le priemier moyen du
pourvoi, as': e el aniniil le jug* cnell conlradicloire du tii-
bunal de paix de la communiil de Jacmel en dale du 3 aoit
1910, rendu entire 1. pailits en cause; en coinsequence,
ordonne la premise de l';m(incde d6posee it, pour dtre sla-
lu6 conformimenni i la loi, ciioie I'affaire devant le tri-
bunal de paix id'I la commune de Baine(t t condamnie le
sieur Dupcrin Pcrrin aux d6pens liquids a la somine de
.en ce non coumpis le cofiu du present arirt.

Donne de nous, H. LECIHAUD, president, L. DENIS, V.
HITHER DOMOND, J. L. VEIIT, et CAUVIN AINP, juges,
en audience piublilqe du 5 thvrier 1912, en presence de M.
E. DECATHEL, subst. du Cre du Gouvt. ct assists de M.
HENRI AD. MICHEL, C-greffier,


No 2

Francois Audige les epoux Beaumont Denis

Renferme un exces de pouvoir et viole l'art. 15 de Ia
loi du 22 aoit 1907 le jugement qui, sur une question de
nationality posee, ne l'a pas resolue en disant si la parties
don't la nationality etait contest6e 6tait ou non haTlienne.

Ou, A audience publique du 9 Janvier dernier M. le
juge A. Champagne, en son rapport, Me Constantin Be-
noit en ses observations pour le demandeur, ct M. E.








-3-


Decalrel, Su slitut du Commissaire du Gouvernement,en
ses conclusions.
Vu : 4 etc....
Sur le 2e 'noyen du pouruoi tire de la violation de
l'art. 6 de la Constitution :
Attend que, sur une action par lui engage devant le
tribunal civil de Port-au-Prince contre les 6poiix Beau-
mont Denis, aux fins d'entendre dire, entire autres choses,
qu'il est unique h6ritier ilgiimne de son grand'pere, et an
course des plaidoiereriez auxquelles a donn6 lieu cette affaire,
le sieur Philippe Francois Audige souleva une fin de
non-recevoir tendant A dire que le .ieiir Beaumont Denis
est ciloyen anglais ; que son spouse, fille de la dame As-
IrWe D6sormes Lafon;tait e-t devenue anglaise par le fait
de son marriage ; qu'elle ne peut nullem>,nt, anx terms
de la Cunstitution, revi ntilu -r on e.tM'ir des droits fon-
ciers en Haiti, la mort de sa nmre donnani overture aux
prelenilus droits immobilie;s qu'elle exerce anjourd'hui
6tant .survenue posterieuretoent a son cliangement de na-
tionalild ;
Atlenmu qu'eu se pronongilt sur le m6rite de cette fin
de non-recevoir, les premiers judges ont declare qu'alors.
mnme que le sieur Francois Audig6 aurait prouv6 de la
fagou la plus nelte I'extran;ild de la dame Beaumont De-
nis, cefle circonstance n'aur;iit pas la vertu d'operer en sa
favour Ia devolution ii';- bienis popres de Madame Astree
Dtsormes Lafonlant dans le palrimoine de son grand
pere Blanc Aiudigt, ppuique, au dire de Fraucois Au-
digit, la dame Astree Lif,'tiit t a en trois filles savoir:
Maldane Beaumont D)nis, w),i adversaire, devenue an-
glaise, Madame Rosambeii Sanz, devenme francaise, et
la demoiselle Polone restie h ilieunne, et que c'est done A
celle .lerniere que reviendrail la portion immobiliere de
I'hl'rilage maternel si les deux sceurs en 6laient exclues A
cause dt leur quality d'liangires ;
Allendi que ces motifs etablis, les premiers juges ont
reject[ la fin de tion-recevoir ( 'ip-"-e. a la defense des
epoux Beaumont Denis Ie basee sur leur extraniitd, son
Iriomphe, onl-ils declare, no pouvani Otre d'aucun profit
pour le demandeur en cassation ;
Altendu que, en s'arr aunt a ce qui pr'cede, le tribunal









-4-


civil de Port-au-Prince n'a pas resolu la fin de non-rece-
voir tire de l'extrannil'' de la (dame Beaumont Denis,
parce qlu il tait tenu d(e dire si cetle derni6re 6l;it haY-
tienne ou non, ce qui fiit que le fond (le la question en
debat reste encore entire le? parties ,
Que pour n'avoir pas applique A Ia cause le texte de
I'arl. 15 de la loi du 22 aout 1907 snr la nalionalilt, les
premiers juges ont viol le dit article avec excess de poi-
voir, ce qui dolt faire casser le jugemcnt d6nonci;;
WPar ces motifs, le Tribunal, aprs ,n a;ivoir delib&r6 et
sans qu'il soit besoin d'exraiiirir le au lres moyens do
poorvoi, casse et annole le iijgemnnt rend(I entire les par-
ti. par le tribunal civil de Pr -;au-Prince sous Ia d;ie du
*2! juillet 1910 ; en consrfithieice, ordonne la remise de
l':ii lenre d6posee, renvoie la cause et les parties deviant
le tribunal civil du Jacinel a;lin in'il soil statii confor-
m6ment A la loi et con l cun les 6poiix Be;iunoiil Denis
aux dVpens alloues a Me C. Benoil a la sowinue e. .
dont distraction i-' son profit, en ce non comupris le codt
du present arret.
Donn6 de nous, F. Baron, vice-president, P. Lainqui,
P. Jh. Janvier, A. Chaini/gp;g!n' et J J. F. Magny, judges,
en audience publique du 8 faviier 1912, etc.


N0o3
Hermogine Geffrard. Rosa Jules et consort
L'arpenleur n'est pas juge de l'opposition q.-'une parties
forme A l'operation entreprise. S'il passe outre. son opera-
tion doit dtre annulee.
Renferme donc on excess de pouvoir le jugement qui re-
fuse d'agreer un inoyen de nullit6 produit de ce chef.

Oui a I'audience p)ublique du 14 ddcembre dernier M.
le juge A. Champagne, en la leclure de son rapport, et
M. Luc Dominique, Commissaire du Gouvernjnent. cn
ses conclusions.
Sur le 3e moyen dit pourvoi tire de la violation des









-5-


articles 5, 20, de la loi sur I'arpentage, et 148 du Code
de procedure civil:
Vu les articles invoques. Attendu, que devant le tribu-
nal de paix de la commune de Ldogane, il s'agissait pu-
rement et simplement d'une opposition faite par le de-
mandeur a une operation d'arpentage entreprise par les
d6fendeurs ;
Attendu que l'arpenteur requis dtait sans quality pour
passer outre A l'opposition tormde A son operation ; -
qu'au point de vue l6gal, ii n'6tait pas juge de cette op-
position, car ce n'est pas en vain que le 16gislateur a
port dans I'art. 25 de la loi sur I'arpentage la prohibition
que l'arpenteur ne pourra passer outre e, et les juges
d'appel, en ne tenant pas compete du moyen produit de
ce chef, ont commis I'exces de pouvoir qui leur est repro-
ch6 ;
Attend que le jugement qui a d6clar6 que la possession
du damandeur en cassation n'dlait ni r6guli6re ni effec-
tive est postdrieur h l'oppositinn ; que si les juges, ap-
pr6ciateurs souverains, poivaient ainsi dire, I'arpenteur
ktait sans droil pour le d6clarer ;
Attend que dans aucuu cas l'arpenteur ne peut se
conslituer juge de I'opposition formee a ses operations par
une parties quelconque qua, dans I'espece, ilulliju i
soil le caracltre de la possession invoqu6e par. le sieur
Hernm'gne Geffiard, cela lui importait pilo': le fait brutal
et materiel ;i retenir, c'est qu'il est en de,.mseci n de
I'immeuble liligieux, si bien en io cssioi qiue son dd-
guerpissement a 6td demand et une action an p6titoire
a 6t1 form6e centre lui;
Atlendu que de ces observations it r6sulte que le ju-
gemrnt attaqun doit 6tre cassd et annul6 ;
Par ces motifs, le Tribunal, apres en avoir ddlibdrd,
sans qu'il soit besoit, d'examiner les autres moyens du
pourvi, casse et annule le jugement rendu sur appel par
le tribunal civil du Petit-Goave sous la date du -23janvier
1911 ; en consequence, ordonne la remise de I'amende
ddposee, renvoie la cause et les parties devant le tribunal
civil de Port-au-Prince afin qu'il y soit status conform6-
nient a la loi, et condamne les d6fendeurs aux d6pens al-
louds i Me Enoch Desert 4 la somrae de. .. don't di-









-6-


traction a son profit, en ce non conpris le cout du prt-
sent arrit.
Donn6 de nous, F. B1 Ii, vice-president, P. Lir.iiine,
P. Jh. Janvier, A. Ci inp-l.;i et .1. ,1. F. 1lagny, judges,
en audience publique du 8 f6virter 1912, etc.


NO 4
Auguste Lamarre Thdogene 7hdophile.

D6chdance pour non ddp6t des pieces et de l'amende dans
le ddlai de 1'art. 930 proc. civ.

Oui a l'aidience publique dii 6 f6vrier courant, M. le
juge J. J. F. Magny en son rapport, et M. Luc Domini-
que, Commissaire du Gouvernement, en ses conclusions
verbales.
Vu an dossier du defender: 1 c .... etc.
Sur la d6cheance opposee an pourvoi.
Vu l'art. 910 du Codde procedure civil modifiU par
la loi du 21 aofit 1907:
Attend qu'aux terms de cel article le demandenr e;1
cassation est tenu, a peine de dechlance, dans les 25
jours de la signification de ses moyens, ouIre un jour par
cinq lieues de dismtace entire le lieu de cetle signification
et le sioge du Tribunal de Cassation, de s'inscrire an
greffe du dit Tribunal et y ,lp.-"r : 10 unp amenile
de cinq gourdes ; 2 I'acte dOunient signified contenant ses
moyens ; z un une xpedition de l;i dtecla;aion de pour-
voi ; 4 une exp6idilion signitiie ou une copie .ignifide
du jugement denonc6, et 50 les pieces A I'appui ;
Attend que le sieur Th6ogene Thoophile, conlraire-
ment a l'article precit6, s'est poirvu Ie 15 novembre 1911
centre le jugement rentiu contre lui par le tribunal de
paix de la section nord de Port-au-Prince, le 16 mai de
la meme anne, et n'a pas fail an greffe de ce Tribunal
le d6p6t exig6 par la loi, ainsi qu'en t6moigne un cerli-
ficat delivr6 par le Greffier en chef de ce Tribunal, le 2i
decembre 1911, diment enregistr6 ; que, dans ce cas,









-'-

il a encouru la decheance prevue par le dit article 930
modifi6 du Code de procedure civil:
Par ces motifs, le Tribunal, apres en avoir d6liberd,
declare le sieur Theognne Theophile d6chn du pourvoi par
lui exerce centre le jugement rendu contre lui par le tri-
bunal de paix de la section nord de Port-au-Prince sons
la date du 16 Mai 1911 ; en consequence, le condamne a
l'amende de cinq gourdes qu'il -.lait tenu de d6poser et
aux d6pens allou6s A Me Antoine Michel A la some de.....
don't distraction a son profit, en cc, non compris le coit du
present arret.
Donn6 de nous, F. Baron, vice-president, P. Laraque,
P. J. Janvier. A. Champagne et J. J. F. Magny, juges, en
audience publique du 8 f6vrier 1912....


No 5
Alcidanie Carrinan. Fdlina Joachim Hyacinihe.

Viole l'art. 149 proc.civ. lejugement qui ne comporte pas
I'intituli : Au nom de la Rdpublique.

Oui A l'audience du 9 Janvier de cette annie M. le juge
Paul Laraque, en la lecture de son rapport, ainsi que M.
Luc Dominique, Commissaire du Gouvernement, en ses
conclusions.
Sur le ler moyen du pouruoi pris de la violation de
I'art. 149 du Code de proct lure civil;
Altendu que le jugement qii ne porte pas en tele l'intitu-
l6: AU NOM DE LA REPUBLIQUE, viole l'article '19 pr6-
cite du code de procedure ,ivile ;
Atlendu que le jugement du tribunal civil d'Aquin en
date du 6 decembre de l'annee 1910, don't est pourvoi, ne
content pas cette mention indispensable :
Attendu que cette omission rend nul le dit jugement,
don't la cassation doit 6tre ordonnee.
Par ces motifs, le Tribunal, apres en avoir delibere,
casse et annule le jugement du tribunal civil d'Aquin ren-
du entire les parties sous la date du 6 d6cembre 1910; en
consequence, ordonne la remise de l'amende d6pos6e, et,
pour Otre status cooform6ment a la loi, renvoie la cause









-8--


et les parties devant le tribunal civil+ des Cayes, et con-
damne la ci!t,'t,,ie Fdlina Joachim Hyacinthe aux d6pens
allouds a la some de....., en ce non compris le coft du
present arr&t.
Rendu par nous, F. Baron, vice president, P. Laraque,
P. Jh. Janvier, A. Champagne e! J. .1. F. Many, juges,
en audience publique du 8 fivrier 1912....


No 6
2heodore Rathjen Termnitus Jean Mary
Commet un exchs de pouvoir le juge qui base sa deci-
sion sur une piece non disculee entre Ics parties.

Oui, a l'audience du 14 dcenmbre dernier, M. le juge J.
J. F. Magny en son rapport, el M. Luc Dominique, Con-
maissaire du Gouvernement, en ses conclusions.
Vu : 10.. etc,
Sur I? ler imoyen du pouruoi pris d'exeis de pouvoir:
Attendu que, cite devant le tribunal de paix de Jacmel par
le sieur Arire L'.j,' i t, en paiemient de la some de 80 gour-
des, prix estimalif d'un cheval qu'il lui avail loud et qui
est mort A son service pendant le trajet de Jacniel a Port-
au-Prince, le citoyen Termilus lean Mary produisit A son
tour une dm1ii-in, ell garautie contre le sieur Thdodore
Rathjen, p:1- ~1 qr'-A- il voyage pour comply de ce der-
nier qui lui av it dit .i. !,j ,.:r im'importe quel cheval, le-dit
Theodore R t',j 6 1ait tenu de prendre faith el, cause pour
lui el de rl ,,wi .Sli .1 -: condamnations qui pouvaient 6tre
prononcies par le tiilan l. ;
Attend que le sieur Thdodore R:lhjen repoussa la de-
mande en garantie par iune triple fin de non-recevoir ;
Attendu que c'est dans cel 6tat que le tribunal de paix de
Jacmel, apres avoir accueilli la demand principal, fit
droit A celleen garatilie en s'ktayattsur un certificate ddlivi'
par le Directeur de la pose de .lacmnil attestant que le cito-
yen Termnitus Jean Mary n'a jiniais voyage pour compete de
['administration postal;
Attend qu'ily a exc;, de pouvoir de la part du tribunal,
lorsqu'il statue sur une piece exergaut une influence decisive









-9-


aux debats qui n'a pas dt6 prealablement discutee entire
les parties ,
Attendu que le certifical du Directeur de la poste deJac-
mel n'a pas 6lI disculd ;
Attendu que le tribunal-de paix. pour s'en dtre servi, comn-
me base de sa decision Door arriver a carter la fin de non
recevoir propose par le sieur Theodore Rathjen, a commis
l'exc6s de pouvoir qui lui est a bon droit reproch6 ;
Par ces motifs, le Tribunal, apr6s en 'avoir delibre6 et
sans qu'il soit besoin d'examiner les autres moyens du pour-.
voi, casse et annule le jugemeot rendupar le tribunal de
paix de Jacmel en dale du 21 Mars 1911; en consequence.
ordonne la remise de I'amende d6pos6e et, pour 6tre statue
conformement a la loi, renvoie la cause et les parties de-
vant le tribunal de paix de Bainet ; condamne enfin le sieur
Termitus Jean Mary aux d6pens allouds a la somme de ...
don't distraction au profit de Me E. Volel qui affirmed les
avoir avanc6s, et ce, non compris le cofit du present arrdt.

Donn6 de nous F. Baron, vice-president, P. Laraque, P.
Jh. Janvier,' A. Champagne et .. J. F. Magny, juges, en au*
dience publique du 8 F6vrier 1912, etc.



No 7
Premise Jean LUger et consorts Eugene Henriquez

Une declaration de pourvoi reguliirement faite par une par-
lie profit a toutes les autres parties ayant figure dans le ju-
genent attaqud et possddant le m6me interet, lorsque le pour-
voi est indivisible.
Le dMlai de huitaine privu par l'art. 929 proc. civ. n'est
pas franc. II est seulement susceptible d'augmentation & rai-
son de la distance.

Oui, a l'audience du 8 janvier de cette anhne,4 lejuge-
Jh. Ducis Viard en son rapport, ainsi que M. Luc Domi-
niqie, Commissaire du Gouvernement, en ses conclusions.
Vu : lo... etc,
Sur les fins de non-recevoir di ~d~fendeur,








-10-


Sur la 'tre. Attendu que, bien que la declaration de
pourvoi prescrite par l'arl. 926 proc civ. soit une forma-
lit6 siibsianlielle don't I'omission constitue un vice de forme
qui 6lbve une fin de non-recevoir contre le pourvoi, il y a ce-
pendant h cetle regle exception dans lecas ou, come dans
1'espece, le pourvoi est indivisible entire plusieurs parties
qui ont le m6me int&r6t et don't la declaration de pourvoi a
Mt6 f5ite par une seule d'entre elles en son privd nom, et cela,
parce que le sort des parties qui n'ont pas faith ia d6cla-
ralion exigee et qui sont intervenes dans I'instance en cas-
sation en prelant quality dans la r6qu6lecontenant lesmoyens
du pourvoi et dans I'exploit de signification de la dite r6qu6te
est liU au sort de la parties qui a procedd r6gulibrement ;
qu'il s'ensuit que cette fin de non-recevoir qui, n'est pas
fondde en droit, doit Wtre rejelde, ce que le Tribunal, aprbs
ddlibdration, a fail.
Str la 2e fin de non-recevoir. Atlendu que le ddlai
de huitaine de I'art. 929 proc. civ. modifit par la loi du 21
Aoit 1907 n'est pas franc ; qu'en I'augmentant, en confor-
mitl du dit article, d'un jour, la distance de Bainet A Jac-
mel tdant de cinq lieues, loi du 21 Novembre 1821-
il r6sulte que la dcclaralion de pourvoi ayant i66 faite le 23
juillet, le dernier jour utile pour la signification des moyens
avec assignation se trouve etre le ler Aott sui\ant ; que
celle qui, dans I'esp&ce, a Wte faite le 3 Aoft est tardive et
entraine par cons6quert la d6chdance 6dict6e par I'art. 929
proc. civ. sus mentionnd.
Par ces motifs, le Tribunal, apres en avoir d6libre6, et
sans qu'il soil hesoin d'examiner les autres fins et nioyens
des parties, declare les demandeurs sus denominds et qua-
lifies d6chus de leur pourvoi contre le jugement du tribu-
nal c iil de Jacmel rendu centre cux sur appel le 19 Mai
19'10, au profit du sieur Eugane Henriquez; en consequence,
ordonne la confiscation de I'amende ddposde et condamne
les demandeurs aux d6pens liqnid6s A la some de .......
don't distraictioni au profit de M Catulle Thebaud qui affirmed
en avoir fait I'avance. en ce non compris le coat du present
arrt.
Donnd de nous; H. Lechaud, president, V. R. Domond,
Jh. Ducis Viard, J. L. Verit, et Justin Ddvot, juges, en
audience publique du 12 Fevrier 1912, etc.









- 1-


N* 8
'Duvernd Julien -- Laurius Julien
L'assignation donnie au ddfendeur en cassation a fournir
ses defenses dans un dalai plus long ou plus court que celui
prdvu par I'art. 929 proc. civ. est nulle et fait encourir la di-
chtance au demandeur.

Oui, a I'audience du 9 jauvier dernier, le juge Jh. Ducis
Viard en son rapport, ainsi que M. Luc Dominique, Com-
missaire du Gouvernement, en ses conclusions.
Vu : 10... etc
Sur la 2e fin de non recevoir du defender.
Attendu que le demandeur en cassation qui assigned le d6
fendeur a fournir ses defenses dans un delai autre qu'il
soil plus court ou plus long,il n'importe,--que celui de I'art.
929 pr. civ. modifiH par la loi du 21 Aott 1907 est en con-
travention avec le dit article et encourt la d6cheance qu'il
prononce;
Atlendu, dans l'espece, que le demandeur a fait donner
assignation au ddtendeur A fournir ses defenses dans les 30
jours, nutre un jour par cinq lieues de distance, alors que
le delai fix6 est de trente ours ; qu'il a done encouru
la decheance, qui n'est pas comminaloire ;
Par ces molifs, le Tribunal, apres dlIiberalion et sans
qu'il soit n6cessaice d'examinor les autres fins de non-rece-
voir opposes au pourvoi, declare le sieur Dervern6 Ju-
lien dechu du dit pourvoi par lui exerc6 contre le jugement
de conOp-defaul rendu sur appel par le tribunal civil des
Cayes le 92 Avril 1909 centre lui, au profit du citoyen
Laur6us Julien : en consequence, oidonne la confiscation
de I'amnende d6pos6e et condamne le dit sieur Derverne Ju-
lien au depens liqnid6s i la some de .... dont distraction
au profit de Mes. Arlhur R. Rameau et C. Rosemond qui
affirment en avoir fail I'avance, en ce non compris le coot
du present arret.

Donn6 de nous, H. Lechaud, president, V.Rither Domond,
.Ii. Ducis Viard, J. L. Vritl el Juslin D6vol, juges, en au-
dience publique du 12 F6vrier 1912, etc...








-12---


No 9

Nela Laroche Emzlius Claude
P6cheance pour non d6p6t des pieces dans le d6lai de l'art.
930 proc. civ.
OuY A l'audience du 8 janvier expire le juge J. L. V6-
rite, en son rapport, ainsi que M. Luc Dominique, Com-
miSsaire dd Gouvernement, en ses conclusion's.
Vu : 1 etc.
Sur la decheance propose par la difenderesse,
Altendu qu'aux terms de l'art. 930 pr. civ. modified
par la loi du 21 aofit 1907, le demandeur en cassation
doit, a peine de d6ch6ance, faire le d6p6t an greffe du
Tribunal de Cassation, de l'amende et des pieces a l'ap-
pui de son pourvoi dans les 25 jours de la signification
de ses moyens outre un jour par cinq lieues entire le lieu
de cette signification et le si6ge du Tribunal deCassation;
Attend, dans i'espece, que le sieur Emilius Claude,
deniandeur en cassation, a faith signifier ses moyens A la
defenderesse A Port-au-Prince, le-16 mai 1911, et n'a-
vait pas jusqu'au 12 juin suivant, appert certificate du gref-
fier de ce Tribunal, fail le d6p6t prescrit par I'art. 930
sus-mentionu ; qu'il a done encouru la ddch6ance du
dit article ;
Par ces motifs, le Tribunal, apres deliberalion, declare
le sieur Emilius Claude dtchu de son pourvoi contre le
jugement du tribunal de commerce de Port-au-Prince, en
date du 22 decembre 1910, rendu sur opposition et con-
tradictoirement entire lui.et la dame Ndla Laroche, en
consequence, le condamne a l'amnende de cinq gourdes
qu'il n'a pas d6pos6e et aux d6pens liquids a la some
de.::. don't distraction au profit de Mes Etienne Mathou
et Francois Cauvin qui affirment en avoir fail l'avance, et
ce, non compris le colt du present arret.
jDonn6 de nous, H. Lechaud, president, V. R. Domond,
Jh. Ducis Viard, J. L. Verite et Justin D6vot, juges, en
audience publique dn 12 f6vrier 1912.










No 10


Les dpoux St Fort Colin Vve Chauvin
L'autorisation maritaleipeut 6tre, tacite et rdsulter de cird
constances qui ne laissent aucun doute sur son existence.
Les juges du tond d6cident souverainement, ,s'il y a lien
par application de Part. 1030 Cod. civ. d'accorder un delai
an debiteur.

Oui,| I'audience du 5 f6vrier courant, M. le juge J. L.
VWrile, en son rapport, Mes Arrault jeune et Michel Ores-
te, en leurs observations, et M. Eag. Ddcatrel, substilut
du Commissaire du Gouvernement, en ses conclusions.
Vu : 1 ;etc.
Sur le ler nmoyen du pourvoi
Attend, en droit, que l'autorisation de contractor don-
n6e par le mari a sa femme peut Otre tacite el resulter de
circonstances qui ne permeltent aucun doute 'ur son exis-
tence, les dispositions y relatives de .,l'art..201 code civil
n'6tant pas restrictives;
Attend, dans l'espce, qu'un interrogatoire sur, fails
et articles avail etW ordonne pour faire reconnaitre I'exis-
tence des faits articul6s par la Yeuve Chauvin creanciere,
et d6nies ou plut6t contests par les 6poux St Fort Cqlin ;
que ces deruiers, assigns pour subir ,cet interrogatoire,
ne s'6tant prdsenlts, les juges, par application de l'art.
329 proc. civ. ont lenu pour av6r6s les faits sur lesquels
devait rouler I'inh rrogatpire ; ,qu'ainsi faisant, la cassa-
,tion n'est pas encourue (par icur jugement; qu'il n'est
donc pas exact de dire qu'ilsont, viol et. fail unejfausse
interpretation, avec exc6s de, poqvoir, des articles 211
et.1100 code civil ;
Sur le 2e moyen
Atieudu que ce moyen est, en-droit, irreceyable, les
premiers juges ayant souverainement apprecid, les circoos-
tances qui les ont determines A refuser aux d4biteurs, le
d6lai par eux ,reclame, aux termes de l'art.1Q30 code ci-
vil ; que, dans ce cas, il n'est pas,exact de pretendreque
cet art. 1030 et I'art. 1100 -code civil, ont dt6 ,vols ,avec,
en sus, exc6s de pouvoir ;








--14-
Par ces motifs, le Tribunal, apres en avoir d6lib6r6,
rejette purement et simplement le pourvoi form par les
6poux St Fort Colin contre lejugement du tribunal ci-
vil de Port-au-Prince en date du 6 octobre 1910, rendu
sur opposition, contre eux, an profit de la Vve Chauvin ;
en consequence, ordonne la confiscation de I'amende
ddposee et condamne les dits epoux St Fort Colin aux
d6pens liquids A la some de..., en ce non compris le
cout di present arret.
Donno de nous, H. Lechaud, president, L. Denis, V.
Rither Domond, J. L. V6ritd et Cauvin aind, juges, en
audience publique do 12 f6vrier 1912....

No 11
Emilius Erasme Angela Milcette
Est non recevable une inscription de faux quand le de-
muandeur n'dnonce aucun moyen precis de faux et se borne
h une simple allegation non justitiee.
Le juge de paix, lorsque la demand produite devant lui
est en dernier resort, doit pour statuer avec competence,
6tre assist d'un supplant.

OuT, A I'audience du 5 f6vrier coiirant, le juge J. L. V6-
rite, en son rapport, ainsi que M. Eug. Decatrel, Substitut
du Commissaire du Gouvernement, en ses conclusions.
Vu : 1 o :etc..
Attendu, en fait, qu'au pourvoi exerc6 par le sieur E-
milius Erasme contre le jugement du tribunal de paix du
quarter de l'Asile, rendu contre lui le 7 octobre 1909,
au profit de la dame Ang6la Milcette, celle-ci a oppose une
demand en inscription de faux, par elle form6e contre
1'exploit de signification des moyens du pourvoi et a faith
la 'sommation prescrite par I'article 210 proc. civ. A la-
quelle il n'a pas e61 r6pondu dans le d6lai de I'art. 217,
m6me Code ;
Attendu que le d6fendeur A cette inscription de faux cri-
ti ue longuement les formes de cette dite inscription don't
la procedure a etd faite halivement ; qu'en cela le dit dd-
fendeur fait erreur, la procedure suivie dans 1'espkce t6ant
conform en tous points A celle prescribe par le Code en pa-
reille matire ; qu'il en est de meme de son allegation relati-
ve au paper timbre employee, qui n'est pas non plus juslifide.








-15-


Attend, en droit, qu'il est de jurisprudence constant
que le dWlai de huit jours de l'art. 217 proc. civ. n'est
pas prescrit a peine de dhcheance ; qu'il ,est encore de r,-
gle qu'il ne suffit pas de declarer qu'on s'inscrit ien faux
centre un acte quelconque, un exploit, come, dans.l'espe-
ce, uniquement parce que le faux serait dans l'origipal et
la copie du dit exploit, sans dire en quoi il consist qu'il
est indispensable que les moyens de faux soient 6nonces
avec precision pour en permettre la saine appreciation;
Atlendo que la demanderpsse en inscription de faux
ne s'est point eonformee A cette rigle don't elle n'a tenu
aucun compete ; qu'elle a product une simple allIgation
de faux qni n'est point jnstifie, et alors, c'est le cas de
diclarer la demand en inscription purement. et .imple-
ment inadmissible ;
Par ces molifs, le Tribunal, apres deliberation, declare
inadmissible la demand en inscription de faux former par
la dame Ang6la Milcette contre I'exploit de sigoitication
des moyens du pourvoi don't il s'agil, et,.statuant sur
le pourvoi
Attendu qu'il s'agissait entire les paitiees d'une demand
en restitution d'une some de 35 gourdes qui, aux ter-
me., de I'art. 22 proc. civ. devait Otre jug6e en dernier res-
sort, c'esl-6-dire par le juge de paix avec I'assistance d'un
supplant et du greffier, ai t. 32 de la loi sur I'organisation
judictaire ;
Attendu que dans la sentence criliquee, ces regles rela-
tives a la competence n'oot pas Rtd observes ; que cette
sentence a 6l1 rendue A charge d'appel par le juge de paix
seul, sans assistance du supplant, d'of incompetence;
Par ces motifs. le Tribunal, apres en avoir delib&r6 et
sans qu'il soil besoin d'examiner les autres griefs invo-
ques, casse et annule le jugement di Iribunal de paix du
quarter de I'Asile, rendu ,ontre les parties litigantes sus-
denomrnmes et qualifies : le 7 octobre 1909 en cons6quen-
ce. ordonue la restitution de l'amende d6pose,, et, pour
Wtre statue conformement. A la loi, renvoie Taffaire devant
le tribunal de paix de la commune de l'Anse-A-Veau, et
condamne la dame Angela Milnelte aux d6pens liquids
A la some de... don't distraction au profit de Me Jules








-16-

Bance qui affirme en avoir fait I'avance, en ce non com-
pris le.cott du present arret.
Donu6 de nous, H Lechaud, president, L. Denis, V.
Rilher Domond, J. L. VWritB et CGuvin aind, juges, en
audience publique du 12 fevrier '1912.


No 12
SMarie Bourjolly con/re Robertson Gentil
Commet un exces de pouvoir le juge de paix qui, en cas
de ddfaut de la parties d6fenderesse accord les demands
formuldes par. la citation sans les avoir examines


Oui i l'audience publique du 8 janvier dernier M. le
juge V. Rither Domond, en la lecture de son rapport,
et M. Luc Dominique, Commissaire du Gouvernement,
en ses conclusions.
Vu: lo, etc.
Sur le 2e moyen pris d'exchs de pouvoir
Vul'art. 27 du Code de procedure civil.
Attendu qu'un tribunal de paix jugeant par d6faut ne
dolt pas se border A adjuger les oemandes de la parties
prpsente, en disant simplemeot: parce qu'elles ont 6I1 trou-
vees justes et bien v6rifides; qu'ii faut, pour d6cider ainsi
et pour, 6tre d'accord avec 1'art. 27 du Code de proce-
dure civil, qu'it ressot de son jugement que les mo-
yens de cette pur!ie out 616 examines.
Attendu que le sieur Robertson Gentil ayant cit6 au tri-
bunal de paix c es Cayes la demoiselle Marie Bourjolly
pour s'entendre condamner A cent gourdes de dommages-
inte6rts pour un quasi delit resultant de ce que celle-ci
aurait dit que le sieur Robertson Gentil a fait enlever de
son parterre des plants d'un rosier exotique doot elle seule
poss6de I'espce ; que Marie Bourjolly fit defaut ; que le tri-
bunal fit droit aux conclusions du demandeur, ajoutant:
,parce ,qu'elles ont tli trouvdes justes et bien verifides
- Attend que le tribunal de paix des Cayes, en sta-
tuant ainsi sansque son jugement contienne une enoncia-
lion attestant que l'examen des conclusions qu'il a adjugdes






--17--


est trouvd dans I'arbilraire; que c'esl ui ii.ii il a coiiriii:
I'exces de pouvoir qui Ini est reproch6;
Par ces motifs, le Tribunal, apres en avoir dtlibre6 et
sans qu'il soit n6cessaire d'examiner le premier moyen
du pouvoir, casse et annule le jugement du tribunal de
paix des Cayes, en date dui 2 septembre 1909 rendu en der-
nier resort et par d6faut entire les parties en cause, et
pour etre status conformerent A Ia loi, renvoie I'affaire par
devant le Tribunal de paix de Torbeck, ordonne la remi-
se de I'amende d pnspe et condamne le sieur Robertson
Gentil aux d6pens liquids a Ia some de .... et ce, non
compris le cout du present arr6t.
Donn6 de nous, L. Denis, jiuge remplissmat les functions
de president, V. Domonil, Jh. Ducis Viard, J. L. V6rit6
et Justin Devot, juge.s en audience publique i Port-au-
Prince du 12 fevrier 1912 elc.


No 13.

Brissius Brisselte--Vve Rosa Charlemagne
Renferme un exces de pouvoir le jugement qui alloue a
une parties des dommages-intdr6ts qu'elle n'a pas demands

Oui, A-l'audience du 2I octobre dernier, M. lejuge Paul
Laraque, en son rapport, et M. Luc Dominique, Commis-
saire du Gouvernement, en ses conclusions.
Vu: 1o . e:c.:
Sur le ler noyen du pourvoi envisage dans sa deu-
xieme branch.
Attend que deviant le tribunal civil des Gonaives oil la
cause pendante entire les parties a 6td evoquee, les sieurs Char-
lemagne freres avaient seuls conclu a la condemnation
du sieur Briss6us Brissette a des dommages-interets;
Attendu que,comme I'a souteuu iw bon escient le deman-.
deur, il existe une contradiction entire le disposilif et les
motifs du jugement attaquB;
Atlendu que, sans le dire positivement, le dispositif ldi
jugement du tribunal civil des Gonaives a attribu6 ces dam-





-18-


mages-int6r6ts A la dame Vve Rosa Charlemagne quand
celle-ci, appert ses conricisions inserdes au jugement criti-
qu6, n'avait rcquris aucune coindtmnation dans ce sens centre
le sieur Briss(iis Briscle;
Aitendu qn't'n proci'dant ainsi les premiers juges ont
commis un exces de p(JlvnIir, ce qui doit entralner I'andan-
tissement du jugeinmen dcliioncd;
Par ces molifs, le Tribiin.l, apras en avoir deliberd, sans
qu'il soil besoin d'exainii e les autris mayens du pourvoi,
casse et annile lej itgemein rendu entire les inirlies par le
tribunal civil des Gon;ives, sons l; d;te dIn 25 mai '1908 ;
en consequence, ordoniie I:i reimise de I'amende dUposdc,
renvoie la cause et Ies ptnrlics devanl le tribunal civil de
Port-de-Paix afin qu'il y soil si;iatu coinforintmnent Ia loi
et condamne la dame Rosa Charlemagne anx dlpens allou&s
a :'" C. L. St-Amand PI C. Ilenoil A I some de .. I ont
distraction A leur profile, el ce, non comprise le cofit du
present arrdt.
Donn6 de nous F. Baron, vice president, P. Laraque, An-
selme, P. J. Janvier et A. Champagne, juges, en auilience
publique du 13 fevrier 1912, etc.



No 14
Vue Edmond Marq et consorts-les epoux Arthur Petit.

Le pourvoi exerc6 apr6s les delais contre un jugement est
non recevable ; et par suite, tous les moyens relatil's au ju-
gement qui a acquis autorit6 de chose jugee doivent 6tre
6cartls.
Fait une saine application de F'art. 174 proc. civ. le juge-
ment qui rejette une exception de nullit6 d'exploil produite
apris d'autres fins de non recevoir et des incycns du fond.
Les appeals de justice de paix elant rdputis mati'rc som-
maire, il n'cst pas ndcessaire de dresser proces-verbal de
l'enqu6le ordonne : il suffit de fire u nlion dans le ji ce-
ment des noms des tnioins et du resuliat de lkur deposi-
tion.
Les juges du fond d6terminent le sens et l'tendue de Iaveu
udici aire.






-19-


Oui, B l'audience publique du 31 octobre dernier,M. ie
jnge P. J. Janvier en son rapport, Mes E. Desert et J. B. W.
Francis, en leurs observations respective pour leurs clients,
et M.E. Decatrel,substitut du Commtnissaire du Gouvernement,
en ses conclusions.
Vn :10 etc....
Stir la premiere fin de non-recevoir propose centre les
sept moyens diriges contre Ie jugement du 7 Mai '1909.
Vu les articles 917, 919, 923 et 929 du code de proc6-
dure civil :
Attendu que le pourvoi du 5 i:nvier 1910, en ce qni a
trait au jugement du 7 in;i 1909, est sous le coup d une
d6chiance pour avoir ~tW fail cent-quatre-vingt-onze jours
trop lard, parce que le jiigenmnt signifi t(ant A a vocat qu'a
parties, le 29 mai 1909, la d6claraiioni ftin ie pourvoi n'a
616 faite que le 5 janvier 1910 ; qu'en colnsquence, il y a
lieu de d6clarer le lit pourvoi irrecevable en ci qui con-
cerne le jugemp.nt renlu Ipar le tribunal civil du Cap-Hlai-
tien sous la date dii 7 mai '1909;
Par ces motifs, le Tribunal, aprsA ddlibdration, d6cla:e
irrecevable le pourvoi du 5 janvier 1910 dirigd contre le
)ugement du 7 mai 1909:
Sur la second fin de non recevoir soulevue.
Attendu que le jugement du 7 mnai 1909 a difinitivement
status sur les chefs de demand suivants: 1 o L'annulation
en la forme de la sentence du juge de paix de la com-
mune du Cap-Haitien doot 6tait appel ; 20 le rejet. (u d(cli-
naloire qui avait Wte propose par les appelants et deman-
deurs en cassalion; 3o la recevabilil de I'appel incident
des 6poux Arthur Petit ; 43 la non recevabilit6 de I'inter-
vention de Madame Veive Edmnond Maiy ; 5 o le rejet de la
4lre fin de non-recevoir propose par M\. Richard Torchon
et fond6e sur I'article 34 du code de procedure civil ; 0 le
rejet de la deuxieme fiu de non-recevoir tire de l'aniorit6
Je la chose jug6e, et 7 0 le reject de li Iroisieme fin de non-
recevoir tire du dMfaul de qualile de Madame Arthur Petit
pour intenler I'action possessoire en ce que, elle, Madame
Arthur Petit, serait sans possession da s Canmpfort:
Altendu que les sept chefs de demand ci-dessus inumr-
res et dnonc6s concerned seuls les deux premiers moyenis;
Que, par voie de consequence, tout examen doit leur









('. icd i parcel qu 'is r pos'nt sur un jugement qui n'est
pas susceptible de cassatiun pour' avoir acquis I'autorit6 de
la chose juge ;
Par ces motils, le Tribunal, apr6s d6lib6ration, declare
les deux premiers moy,,ns irrecevables come reposant
sur un jugement qui ln'est pas susceptible de cassation
pour avoir acquis l'auloril de la chose definitivement ju-

Sur la 3e fin de non recevoir et on ce qui concern les
;,c, 4e, 5e, 6e et 7e moves :
Attendu qu'il est impossil)le de s:ivoir, aqiel des deux juge-
ments s'appliquent les griefs arlicules par les dem andeurs
en cassation ;
Qu'en eflet, les moyens formtules ne pricisent aucune des
allies de l'une ou I'aulre decisioi qu'ils entendent son-
mettre a l'examen de ce 'Tribunal ;
Qu'en consequence I'irrecevalilite des 3e. 4e, 5e, 6e et 7e
moyens doit Wtre pronounce, faute d'avoir fait coiiailre
d'une maniere precise le jugemntl qu'elles citeudaient sou-
mettre A la censure du Tribunal supreme ;
ir ces motifs, le Tribunal, apres d6liberation, dcla're
ii 'c-'\;lles les 3e, 4e, 5e, ()- el 7e moyens, faute d'avoir
1 i' connaitre d'une maniere precise le jugement et les par-
ties de chaque jugement defrt a la censure de ce Tribunal.
Sur la 4e fin de non recevoir et en ce qui touche tout
ce qui se rapporte anix fins de non-recevoir et exceptions
d6finitivement jugees par la decision du 7 mai 1909 et que
les demandeurs ont continue A discuter en ces cinq moyens;
nonobstant la tardivete de !ctr pourvoi quant 6 la dite de-
cision du 7 mai 1909;
Attend que, en d6pit du rejet formel par le jugement
du 7 mai 1909 de intervention et des trois fins de non-re-
cevoir par eux soulevees, les consorts Richard Torchon re-
produisirent, A I'audiince du 8 juin 1909, les mn6mes de-
mandes et fins de non-recevoir sans se preoccuper du juge-
ment du 7 mai 1909;
Attendu que ce mode de proc6der a etd redress par le
jugement dt 9 n' vembre 1909 qui a fait justice de ces
quatre chefs de demand (outre Ie declinatoire ), en dtcl:i-
rant que ces dits quatre chefs de demande ont (te dttiniii-
yement jugs par la decision du 7 mai 1909;








-21 -

Allendu que les demandeurs n'ont jamais attaqu6 le chef
dujugement du 9 novenbre 1909 qui avail ainsi an6anti
leurs pretentions ; qu'il s'ensuit que tous les moyens, en
quelque forme qu'ils aient d6i produits,concernant les chefs
de demand definilivenient ecart6s par le j gement du 7
mai 1909 doivent 6tre declares irrecevables;
Par ces motifs, le Tribunal, apr6s d6lib6ration, declare
irrecevables tous les moyens products concernant les chefs
de demand d6finilivemenl 6cart6s par le jugement du 7 mai
1909.
Au Fond
Sur a cinquidme fin de non-recevoir el seulement en ce
qui touche le jugement du 9 novembre 1909 :
Attendu que Madame Florida Prad6res, Veuve Edmond
Mary, est sans int6r6t dans le pourvoi exerc6 contre lejuge-
ment du 9 novembre 1909 par suite du rejet de soninter-
vention, ce rejet ayant acquis autorit6 de chose jugee pres
de six mois avant le dit pourvoi; qu'en cons6quence,la dame
Florida Praderes doit 6tre d6clar6e sans quality ni intlr6t
dans la pr6sente instance en cassation;
Par ces motifs, le Tribunal, apres d6lib6ration, declare
la dame Florida Prad6res sans quality ni int6r6t dans l'ins-
tance en cassation.
Au fond et en ce quiconcerne le jugement du 9 novembre
1909.- Sur le 3e moyen tir- d'exc6s de pouvoir, de la vio-
lation de l'article 6 du code de procedure civil, de la fausse
interprdtaltin des articles 174 et 74 de code de procedure ci-
vile et de la violation des degr6s de jurisdiction.
Vu les articles invoques.
Attendu qu'apres avoir soulev6 des fins de non-recevoir
et plaid au fond d'abord en justice de paix, puis en appel,
les consorts Torchon propos6rent la nullit6 de l'exploit de
cilalion en justice de paix apr6s un jugement sur exception
et interlocutoire ;
Attendu que le tribunal repoussa en verlu de la r6gle po-
s6e en l'art. '174 l'exception de nullit6 si tardivement pro-
duite en d6clarantaque la pr6tendue nullit6 n'a 616 propose
ni devant le juge de paix ni en appel et avant les conclu-
sions au fond ou les fins de non-recevoir de fond ;
Atiendu qu'il est inexact de dire que l'exception si juste-
ment repouisse n'etait pas tiree de l'art, 174 du code dq












oIuoctiuie civil, mais de I'art. 6 du meme code; -qu'il
n'y a p'-. lieu de s'y arr6ter, come I'ont soulenu a bon
!ioil les ':- ii icturs. parce que 1'art. 6 du code de pro-
c:'.e dre ci .'a pos6 aucune exception an principle de
l'art. 174 dul n me code.
Sur le ',' moien lir6 d'exces de pouvoir, de violation
de 'art. 47 du code de procedure civil, du principle des
degrees de juridiction, du droit sacred de la defense, et des
articles 31 et 33 do code de procedure civil.
Vu les articles invoqu6s.
Attendu que les appeals de justice de paix elanl rdpulds
matiere sommaire par I'arlicle 401 du code de procedure
civil, il n'Mlait pas n6cessaire, en conformity de 1'art. 407
du m6me code, de dresser proces-verbal de enqu6le, le
mnme article n'ordonnant dans cce cas que de faire seule-
ment mention dans le jugement des noms des tmnoins et
du resultat de leurs depositions ;
Qu'il s'ensuit que le reproche d'excis de pouvoir, de la
violation de l'art. 47 du code de procedure civil, des de-
gras de jurisdiction et du droit sacred de la defense n'existe
pas;
Altendu que le reproche adress6 au jugement denonce
d'avoir cumul6 le possessoire avec le p6titoire en ce sens
qu'il nie coiilient que des motifs tires exclusiveminnt du fond
sansLconi later non pins la-possession annale du demandeur
e n t.,iilair ile n'est pas fond6;
Que, quoiqu'en disent les d6fendeurs en cessation, la pos-
session annale des 6poux Petit est 6lablie par I'enqutle,
tant par lire qe u par t6moins, par l'absence de la contre-
enquete, pa r la comparution personnelle de MM. Richard
Torchon et Bossuet Joseph Noel, par le refus du premier
de s'expliquer el par les explications embarrassees du se-
cond ;
Qu L cet i; :rd, il imporle de lire les considdran s du
jugement du 9 novembre 1909 ainsi concus : (Allendu qu'il
resort de I'enquete que les 6poux Arthur Petit firent mis
en possession en inai 1905 de I'li;ihitalion Campforl atle-
nanle aux lshbilations Hdraux, Chance on Laraque el Pra-
dires ; que le sieur Richard Torchon n'a pas 6tabli q(ii du-
rant l'ann6e qui a pr6ced6 l'operation d'arpentage du 27
I6vrier 1908 la possession des epoux Arthur Petit avail ceiis










-23-


et qu'une aulre personnel avait eu cette r- I.,sessio a leur
place;- qi, le sieur Richard Torchon, invl a s'e\lliiier
sur co point, n'a cri i' voir rien dire et g.. I le silence';
q', le silence du si ur Richard Torchon dans cette circons-
tl;a ce, j,',, at t i' -;iion des 16moins et au billet de Me
Nrmil Noisy, du 16 mai !904, constitute pour le Tribunal
une grave Il~'-,mitlii en faveur de la possession utile
des 6poux Arthur Pelit au 27 fevrier 1908, date de l'opd-
ration effectute par I'arpenteur Bossuet Joseph No6l a la
requete du sieur Richard Torchon >.
Sur le 5e moi[en tir6 d'exc6s de pouvoir, de la violation
et de la fadisse interpretation de l'art.31 du code de proc6-
dure civil:
Attendu que les griets contenus en ce moyen 6tant exclu-
sivement dirig6s contre le jugement du 7 mai 1909 dout le
pourvoi a Wd. declare tardif, it n'y a pas lieu de s'y arruter
ni d'y avoir dgard.
Sar le 6e inoqen,pris d'exc6s de pouvoir, de la violation
des articles 34 et 148 du code de procedure civil et 1142
du code civil, en ce que Madame Arthor Petit fait r6sulter
sa possession tant6t d'une d6livrance faite par Madame Ed-
mond Mary en mai 1904, tant6t d'une operation d'arpen-
tage effecluee le '13 aoit 1306 :
sur la premiere branche.- Attendu que la violation de
I'art. 34 du code de procedure civil don't fot dtat les de-
nii.qdeui s n'Wtant dirigde que centre lejugement du 7 mai
1909 frapp6 de d6chdance, l'examen de ce Tribunal ne s'y
arrelera pas.
Sur la 2e brarche:- Attendu que la critique Wlv 'e i
piripos de la violation de l'art. 147 du code de procedure
ne sera pas prise au serieux; que si elle tend a affirmer
que des quarante-trois pieces produites devant le, juges
d'appel, dix-sept ont Wt( mises de c6i6, les demandaurs ne
se sont pas donni la peine de designer ces pieces, de faire
connaitre leur valeur lgaale, les preuves qu'ils entendaient
en tirer, et partant l'influence decisive qu'elles ont exercee
sur la decision prise par les premiers juges;-- qu'en con-
sequence la critique formulae de ce chef doit etre ecartee,
n'ayant pas de base 1lgale.
Sur la 3e branch tendant A dire que routes les d6clara-
tious de Madame Arthur Petit rapportses dats ce mobean,










-24-


dans l'listurique des fails de ce process et dans les pieces
no 31, 32 et 36 constituent des aveux judiciaires que les juges
d'appel n'ont pas pris en consideration par exces de pou-
voir, en violation de I'arlicle 1142 dn code civil.
Attend qu'au dire des dernandeurs, ces aveux sont tires
des conclusions de l'assignalion en ref6rd du 20 mars 1908;
Attend que ces prdtendus aveux n'ont pas did faits dans
l'instance meme oi ils sont invoque ; qu'il est de ju-
risprudence que les juges du fond ort le droit de d6termi-
ner le sens et de limiter I'etendue de l'aveu judiciaire;
qu'au surplus Madame Ac-hur Petit n'a jamais fond sa
possession utile sur operationon d'arpentage du 13 aout 1906:
Que, plus que de raison, l'examen et l'attention du tri-
bunal rdgulateur ne doivent pas s'arrdter a ces critiques
qui W'ont pas plus de consistance iegale que celles prec6-
demment formul6es; que dans eel ordre d'iddes et pour
ce qui a trail a la nouvelle violation de l'art. 31 du code
de proc. civ. il n'y pas lieu d'examiner le m6rite de ce
grief parce qu'on y retrouve les mnmes fits all6gu6s et les
n.,mnies questions soulevies dans le quat iime inoyen.
Sur le 7e imoqen tir6d 'exc6s de pouvoir el de la violation
de l'art. 20 de la loi sur I'arpentage.- Vn I'arl. invoqni :
Atlendu que I'optration d'arpentage faite le 27 f'vrier 19019
n'a jamais et6 critique pour insuffisance de tires, mais bien
pour clandestinit6 en I'absence de citation prealable, que
c'est dans ce sens que la dite operation ;a 6di annulde, en
conformity du dit article 20 qui prdvoit I'accomplisserrnt
de la cilation aux voisins limitrophes, A peine de nullilt
de l'arp(^-t -.
Sur le e el dernier moqen plis d'exces de pouvoir et
de la violation de I'article 20 du code de procedure civil.
Vu le dit article :
.Attendu que la p6remplion prononcee par la justice de
paix et prevue par Particle 26 du code de procedure civil
pour dl'dfat du jugement de la cause dans les deux mois
de I'interlocutoire ne saurait 6tre discntie pour la premiere
fois en cassation, celte pdremption dut-elle s'appliquer en
appel; par consequent, ce moyen doit Otre ddclard irnece-
vable ;
Par ces motifs, le Tr'ibunal, apres en avoir delibre et
sur les conclusions conformes du lMiistere public, rejetle










-25-
le pourvoi exerc6 contre le jugement rendu entire les par-
ties par le tribunal civil du Cap-Haitien sous la date du 9
novembre 1909 ; ordonne la confiscation de l'amende d6po-
sde et condamne les demandeurs aux depens alloues a Me&
J. B. W. Francis et J. Adh6mair Auguste, a la some de
don't distraction a leur profit, en ce non compris
le cofit du pr6scnt arrit.
Donne de nous, F. Baron, vice-president, P. Laraque, An-
selne, P. J. Janvier et J. J. F. Magny, juges, en audience
publique du 13 f6vrier 1912, etc..



N- 15
Veuve Edmond Mary les epoux Arthur Petit

DECHEANCE- MODIFICATION DES CONCLUSIONS
DOMMAGES-INTRFRETS
Les parties ont trente jours pour se pouvoir en cassation
contre les decisions rendues contre elles, a partir de la date ofi
elles leur out 6td signifies ; --- la dhcheance encourue
apres ce delai s'applique h tous jugeinents, d6finitifs ou inter-
locutoires.
11 est facultatif une parties de modifier devant un tribunal
soit par des conclusions 6crites, soit verbalement, les chefs de
demands contenus dans les exploits introductifs d'instance.
Les premiers juges oun un pouvoir souverain pour appre-
cier le caractere et la nature des dommages soufferts par une
parties et pour en kvaluer la quotitd.

Out, A l'audience du sept novembre dernier M. le juge
Paul Laraque en son rapport, Me J. Adhemar Auguste en ses
observations pour les dtlfeudeurs, ainsi que M. Eug. Deca-
trel, substitute du Commissaire da Gouvernement, en ses con-
clusions.
Vu : I... etc.
Attendu que sur'une action en reconnaissance de la vente
d'une quanlild d6terminee de douze carreaux de terre qn'ils
prtlendnt leur avoir Wet consentie par la dame Veuve Ed-
mroud Mary et d6pendant de l'habitation Campfort situie










-26-


an Haul-di-Cap, les 6npux Arthur Pellt oblinrent du tri-
buial civil de Ii jurisdiction di Cap-Haitien Irois jugements
sous les dates des 18 F6vrier, 4 juillet et 2 D6cenbre 1910,
le premier par d6faut, le second sur oppo6silion, ordonnant
une enquile, et le der nior dd initif, d6cl;ar:nt que les done
carreaux de terre vendus a Madame Arthur Petit sont ceux
borrins an rord par I'habitation Ikieaux, a L'est par les'ha-
bitations Branchi et Praddres, au sud par la grande route
publique,, et h I'oucst par les treize autres carreaux de la dite
habitation Camnpfort ;
Atlendu que, par acte fait au greffe du tribunal civil du
Cap-Hailienle 17 janvier 1911, la dame Veuve Edmond Mary
se pourvut en cassation contre les trois decisions -us-men-
tionn6es, en excipant de six moyens qui out edi repousses par
les d6fendeurs.
Sur la fin de non-recevoir propose par les dits dd-
fendeurs contre !es cinq premiers moyens :
Vu I'article 922 du Code de procedure civil;
Attend que les parties ont trente jours pour se pourvoir
contre les decisions renducs contre elles, a partir de la dale
o~ elles leur ont I66 signifies ; que la dichdance en-
courue apr&s ce dMlai s'applique a tous jugements. ddfinitifs
on interlocitoires;
A'tendu, dans 1'espece, que le jngement dii 4 juillet main-
tenant celui par d6fuut du 10 f6vrier; a Wtd signifi le 18 du
dit mois de juillel, A la dame Vve. Edmond Mary, par ex-
ploit de l'huis-ier Guervil Manigat ; que le pout voi par
elle exerc6 le 17 janvier suivant, se trove, par consequent,
frappd de d6chdance ;
Par ces motifs, le Tribunal, apr&s ddlibdration, dit que
la dame Vve. Edmond Mary est d&che de son pourvoi con-
tre les deux jugement; de d6faut et snr opposition en date
des 18 Fwvrier et juillet 1910.
Sur les deux fins de non-recevoir proposes centre le 6e
moyen du pourvoi :
Sur la premiere. Attendu que lors de la demand
modificative di chiffre des dommages-intlrets produite par
les 6poux Arthur Petit, le tribunal dtait seal juge de son op -
portunild, et le silence de la dame Edmond Mary A pro-
pos de la conversion d'or en gourdes ne saurait lui enleve-










-27-


anjourd'hui le droit qn'elle croit fond6 de se pourvoir contre
la violation des articles 1198 ct 1166. REjETTE.
Sur la deuxieme. Alleudu que les epoux Arthur Pe-
tit souliennent quel'espkce jug6e par le tribunal civil du Cap-
Hailien en coidamniant la V'e. Edmond Mary A six mille
gourdes au lieu de trois mille dollars qui avait Wte pr6c6-
demnlent reclamis, done overture A la requete civil et
non a la cassation; que, par consequent le moyen soulev6 est
irrecevable ;
Atlendu qu'il n'est pas relev6 dans le jugement du 2 dd-
cembre que le tribunal ait statue sur chose non demanded
ou ait omis de statuer; que ce n'6tait done pas le cas de la
require civil ; que par consequent la fin de non-recevoir
soulevee de ce chef n'est pas Iondee. REjETTE.
Suir le 6e moyen relatif an jugement d6finilif du 2 dd
cembre 1910 ;
Vi les articles 1168 et 1169 du God, civil 71 et 148 du Co
de procedure civil ;
Attend qu'il est facullalif a nne parties e modifier de-
vant le tribunal, soit par deo conclusions dcrites, soit verba-
lement, les chefsdedemandes contenus dansles actes introduc-
ifs d'instance;
Atlendu, en fail, que les dpoux Arthur Petit, dans laur
acte d'assignation a la dame Vve Edmond Mary avaiean de-
mandd, pour les torts et iprjudice qui leur out t61 occasion-
n6s, que celle-ci fut condamne e A leur vayer a titre de dom-
mages-irletrds la soinme de tr ,s mille dollars ; que plus
tard, devant le trib'inal, et par I'organe de Me. J. Adhemar
Auguste, il out modified le chiffre des dlomnages-int6rl6s et
conclu a vingt mille gourdes, ce don't le tribunal leur a
donn6 acle ;
Attendu qu'on ne voit pas en quoi le tribunal a commis
l'exc6s de pouvoir et l; violation des articles invoquds, en
condamnant la Vve. ldmond Mary A des dommages-intldrts
en go ,irdes plut6t qu'en or ; que celte premiere bran-
che du 6e moyen n'est pas fondue et sera rejetee ;
Attend que, d'autre part, les premiers judges ont un pou-
voir souverain pour apprkcier le caractere at la natu:e des
doinmmges sonfferts par unepartie et d'en dvaluer la quolit6;
que, sar ce point, leur appreciation 6chappe 5 la censure
du Tribunal de Cassation ;











lIleudu que le tribunal civil du Cap-ltaitien, pour con-
damner la Vve. Edmond Mary a dix mille gourdes de dom-
mages-intrt6ts au profit des 6poux Arthur Petit a motive
ce chef de condamnatioi, en usant a eetl gard d'in pouvoir
souverain d'appr6cialion ; que cetle derni6re branch du
moyen etant irrecevable, sera rejetee ;
Par ces motifs, le Tribunal, apres en avoir ddliberd, rejette
ie pourvoi exerc6e ar la dame Vve. Edmond Mary contre
le jugenient du tribunal civil du Cap-Haitien en dale du 2
decembre 1910 ; ea consequence, ordonne la confiscation
de l'amende ddpos6e et condamne la dite dame Vve. Ed-
mond Mary aux d6pens allouds A la some de ...... don't
distraction an profit de Me J. Adhdmar Auguste qui affir-
ment les avoir avanc6s, en ce on compris le coit du pre-
sent arr6t.
Rendu par nous, F. Baron. vice-president, P. Laraque,
Anselme, P. J. Janvier et J. F. lagny, juges, en audience
publique du 13 Fdvrier 1912, etc.
----

No 16
Abraham Jean-Madame Eucharis Colimon
ExcES DE POUVOIR CAUTIONNEMENT.

Le cautionnement, alors mmne qu'il s'agit d'une dette
commercial, ne peut donner naissance qu'a un contract civil,
et le tribunal qui reconnait a ce genre d'engagement un
caractere de commerciality et qui prononce la contrainte
par corps pour le recouvrement de la dette qui est due de
ce chef comment un exc6s de pouvoir.

Oui, a I'audience du 31 octobre 1911, M. le juge Paul
Laraque, en son rapport, \le Ernest Antoine, pour le de-
demandeur, en ses observations, ainsi que M. Luc Domini-
que, Commissaire du Gouvernement, en ses conclusions.
Vu: 16 etc.
Srr l'unique moyen dn pouuvoi pris de trois exces de
pouvoir :
Attendu que le cautionnement alors m6me qu'il s'agisse







-29-


d'une deltte commercial, ne peut donner nissance qun'a
un contract civil, el le tribunal qui recounait A ce genre d en-
gagement un caracierc de commercialit6 et qui prononce
la contrainte par corps pour le reconvrement de la delte
qui est due de ce chef comment un exces de pouvoir;
Attend que, devant le tribunal de paix de la Croix-des
Bouquets oi le sieur Abraham Jean avail te6 cited par Ij
la dame Eucha is Colimon en paiement de la some do
qna!re-vingt dix dollars cinquante centimes,,solde d'une
plus forte valeur, it a 6te 6tabli et reconnu que cetle cr6-
ance dlait rest6e due sur des marctiandises rdpoodue s pour
le dit Abraham Jean au magasin des sieurs Revest & C;
Que c'est en paiement de la some de soixante-dix dol.
lars que le jugement du 4 avril 1910 a condama6 Abraham
Jean, apris la comparution personnelle des parties ordon-
n6e par un prc6ddent jugement;
Attend que le mrme jugement dit que la dette Mtait
commercial et a prononc6 contre le d6biteur la contiainte
par corps pour une annee,
Attend que, 'pour avoir dniatur le caracltre du contract
existent entire les parties et pronoinc6 la contrainte par coirs
a propos d'une obligation civil, I, juge de paix de la Croix
des Bouquets a commis un exces de pouvoir qui fern casser
son jugement;
Par ces motifs, le Tribunal, apr&s en avoir ddlibdrd, et
sans avoir besoin d'examiner les deux autres branches du
pourvoi, casse et annule le jug.iment du tribunal de paix
de la commune de la Croix-des-Bouquets en date du 4
avril 1910; en consequence, ordonne la premise de 1'amende
deposee, et pour 6tre statue conformrnment i la loi, renvoie
I'affaire, devant le tribunal de paix, section nord de Port-
au-Prince, condaune la dalmeEucharis Colimon aux d6pens
allou6s A la sommn de . . don't distraction au profit
de Me Ernest Antoine. en ce non comprise le coftl du prd-
sent arr6t.
Douno de nous, F. Baron, vice-president, P. Laraque, An-
selme, P. Janvier, J. .1. F. Many, juges, en audience pu-
blique du 13 fevrier 1912, etc.






-80-

No 17
Martin Dvol -- Valderine Heclor
DOMICILE.- APPLICATION DES LOIS DE LA PROCEDURE.-
FACULTE D'APPRECIATION DES PREMIERS JUGES.- POINT DE
DROIT.- MOTIF.-
Les faits relatifs a la constatation do domicile ou de la rd-
sidence kchappent A I'appreciation du Tribunal de Cassation.
Les lois de procedure sont applicables des leur promul-
gation.
Lorsqu'un tribunal, saisi d'une assignation contenant plu-
seurs chets de demand, omet de statuer sur l'un d'eux, il
est tacultatif h la parties qui pursuit la demand de prendre
ou la voie de la requite civil ou celle d'une assigation
principal.
11 ne sufflt pas d'alleguer centre un jngement que les ques-
tions du point de droit sont vagues et que les moyens
eux-memes sont de veritables pititions de principes, le le-
gislateur exige que les questions vagues soient signalhes a I'at-
tention ainsi que les motifsqu'on pretend ktre de veritables
petitions de principles.

Oui, a l'audience du 30 novembre 1911, M. le juge P.
J. Janvier, en son rapport, ainsi que M. Luc Dominique.
Commissaire du Gouvernement, en ses conclusions.
Vu: 1 . etc.
Attendu que les 6poux Martin Devot se sont pourvus en
cassation coutre deux jugements rendus par le tribunal
civil de Port-au-Prince, don't I'un sur exception, en date du
21 mars 1907, et ['autre definilif. en d;ie du 2juillet 1908.
Sur le moyen dirigd centre le jugement du 21 mars
Vu les art. 78 et 79 du Code de procedure civil.
Attendu que, devant les premiers juges, I'exp!oit donn6
A Richard Allen par la demoiselle Valdenie Hector a Wtt cri-
tique et argue de onllite en ce que la copie signifile a Ri-
chard Alien a 616 remise au Ministlre public;
Attend que les juges du tribunal civil de Port-au-Prince
ont repouss6 l'exception en d6clarant que le mot domicile
don't s'est servi le 16gislateur dans le 5e. alin'a de I'art 79
da Code de Procedure civil est employed pour celui de
demeure






--1 -


Allendu que la jurisprudence enseigne que les fails rela-
tifs a la corstatation do domicile ou de la residence echap-
peut Il'apprdciation du Tribuna! de Cassatiot: que dans
cetle circonsltnce, le mnoyen soutev6 contre le jugament du
-1 niars, n',lant pas fonde, doit elre rejele.
Sur les mogens soulevus contre letjugement du 20 juillet
1908.
Stir lc premier
Vu I'article 150 dii Code de procedure el l';rt. 151 de la
loi dii 21 aofil 1907, et aussi les art. 2 du Code civil et
82 de la Constitution ;
Attend qu'il est reprocli au jugement critique d'avoir
faith r-lrotmgir la loi du 21 aoft 1907 en dispensant de
la siginificalion dii jigeinent exceptionnel a l'avocat, I quel
est pourtant antcrieur ;i la dite loi;
Attendu qu'il est de principe que les lois de procedure
soni applicables d6s leir promiltgation ; que 1- tribunal civil
de lPoit-au Prince a faith application de la loi du 21 aoit
1907 par son jugement dt 2 juillet; qu'il n'avait done inul-
lemient A s'occulner l'un jugenment rendu le 21 mars 1907,
ayant en A faire, dans le moment, application d'un texte
en vigueur; que le reproche qui lui est fait de ce chef
elant mil fond6, sera rejet6.
Sur e 2e 2 moen.-
Vu I'article 156 du Code de procedure civil;
Attendu que les qualitis du jugement portent que Me
Martin D6vot 6tait l'avocait taut de sa femme que de M. St6-
phen Allen, l'une des parties qui out figure dans l'instance;
Attedu que ces qiali!es n'ayant jamais 1t6 rectifides,
les demandeurs sont mal venus a exciper de ce moyen de-
vant le Tribunal de Cassation ; qu'il y a, par consequenl,
lieu de le rejeter.
Stir le 3e noqen:
Vu les art. 1 136 du C. civ. 410, 418 et 436 C. pr. civ:
Auendu que, lorsque le tribunal, saisi d'une assigns-
lion contenant plusieurs chefs de di-mande omet de statue
sur I'un d'eux, il est facullatif A ;a parties qui pursuit la
i( imnnnde de prendre ou la voie de la requdte civil ou celle
d'une assignation principal, que ce n'est lI qu'une faculty;
A:tendu en faith, qu'un jugement du 5 mars 1909 inter-
venu entire Valderine Hector et le sieur Richard Allen, avait







omis de statuer sur le paiement des fermage 6chus, ce but
constiluait un chef de demanded ;
Attendu, d'ailleurs que le tribunal a souverainemeut jnug
en d6clarant que les demands continues dans les deux
assignations des 9 mars 1901 et 2 d6cembre 1902 n'etaient
pas les mdmes ; que cette appreciation ne tombe pas .,ous
le control du Tribunal de Cassation; ce moyen sera rejet6.
Sur le 4e moyen
Vu l'art. 148, Code de procedure civil.
Attend qu'ilne suffit pas d'all6guer contre un jugement
que les questions posies au point de droit sont vagues et
que les moyens eux-memes sont de vdritables petitions de
principle; que le 16gislateur exige un peu plus: que les
questions vagues soient signalees A I'attention du tribunal,
aussi bieu que les motifs qui constituent de v6rilables pd-
titions de principle;
Attendu que la critique du pourvoi est vague et impr6-
cise et qu'il n'y a pas lieu de s'y arrdter, le jugement cri-
tiqu6 r6pondant au contraire a toutes les exigences de
I'art. 148.
Sur le 5e moyen.
Vu l'article 1100 du Code civil:
Attendu qu'il est reproch6 aux juges du 2 juillel de n'a-
voir pasindiqu6 a quel moment Richard Allen avait commence
A devoir les fermages reclames jusqu'au jour oft ils avaient
cess6 de courier, que, pour I'avoir condamn6 A payer mille
deux gourdes, ces magistrats ont viol6 I'art. 1.100;
Attendu qu'en consultant une premiere decision, rendue
par d6faul le 16 janvier 1908, on y voit qu'en verlu du
bail authentique qui liait les parties, Richard Allen devait
a Valderine Hector la some de mille deux gourdes et
quinze centimes, montant de dix-huit mois et quelques jours
d'arr6rages de ferme d'une portion de l'habitation < Fleu-
riaux , sise en la Plaine du Cul de Sac;
Attendu quec'est cemdme jugement qui contenait le chif-
fre dd apres le calcul qui a 6t6 maintenu sur opposition
par jugement du 2 juillet 1908;
Attend que ce premier jugement n'ayant jamais C~6 atta-
qu6, les demandeurs sont mal venus aujourd'hui A prd-
tendre que la condemnation prononc6e centre eux n'a pas
de base;






-33-


Alle.did que c; dernier jugement n'a en A fire ni t re-
piendre le calcul donnant le chiffre de mille deux gourdes,
niais seulement A d6bouter les consorts Allen de leur op-
position : que, par consequent, le reproche qui li est lait
d'avoir viol& I'art. 1.100 du Code civil est sans 'ondeineilt,
et le moyen sera rejet6;
Par ces motifs, le Tribunal, apr6s en avoir ddlib6-rt. re-
jetle le pourvoi des 6poux Martin Devot conire les juge-
ments des 21 mnars 1907 et 2 juillel 1908 ; en consequence,
ordonne la confiscation de I'amende d6posee et condamne
les dits epoux Martin D;vot aux d(pens allon6s A In some
de. . don't listractioni an prolit de MR J. H. Delatour,
en ce non comprise le coot du )pr.Isent arret.
Donn6 de nous, F. Baron, vice-president, P. Lrraque,
Anselme, P. J. Janvier el F' Mlagny, fuges, en audience
publiqie du 13 f6vrier 1912, etc.


N018
Alfred Lafontant --- Alexandre Ilanani

VIOLATION DE L'ART. 148 DU C. DE PROC. CiV.
MOTIFS.
Viole l'art.148 du C. de proc. civ. le juge qui n'appuie
sa decision sur aucun motif.

Oui A I'audience publique du 6 fvtricr courant M. le
juge P. J. Janvier, en son rapport, les C. Benoit pour
Me GelinAugugte, et Justin Siaco, en leurs obseivatiuns
respective, et M. E. Ddcatrcl, substitute dlu Comniisaire
du Gouverucmient, en scs conclusions.
Vu : 1 = etc.
Sur le deuximne nioyen du pourvoi.
Vu 1'art. 148 tdu Code de procedure civil.
Allendu qu'aux lermes de cet article, la reaction des
jigements faile par les juges qui autont si6g6 c .ii. zra,
entire aulres choses, les molifs ;
Altendu que, daus le jugement, object de pourvoi, on ne
consulate aucun motif relalit au bien ou at, mal fond6 de









la aisii.-ex ciili,,ii pI)rltij 'e Isur le sieut Alexandre Hanani,
quoiqin, poulriailt i p: ri'iiiiril6 et I'illegalil6 de celte ,ai-
sic aienit c0 st(illlinaiiit '., ; tspositif du jugement don't
s'agil ; qiiu, Imis c, I'coitliious, le jugement altaqul
a viold 1'art. 18 diu Co I (!d piroc6dure civil ce qui,
par consqueit, ddil Ic I'iiie c:lsser :e aniuler pour absea-
ced de motits
Par ces motifs, le Trilb)iiil, ipris en avoir ddlib&re,
sans qn'il soil besoin dl'ox~iiiiim"r s ;tlres movetis du
pourvoi, case t' ani1iilp It ji(geii('int i(liiu entire les par-
lies par le tiib lial civil (tll Pclil-G.i.I! ve sti,uS la da!c du
30 ma; i 1910 ; ( conOl'ltjIill'Ice'r. (11doiinne I:i reniise de l'a-
niende dipost p, renv\ oi In c:i i. l. ples i;' tic deva; n le
tribunal civil de Poi t-:iii-l'rticI altin qi'il y soil sta-
tli coiformno menil e l i loi, et cttninl;iniic Il si iur Alexan-
dre llanani aux d(pei lls Aill s a Me1 GOlin Augiise ;' i :
some ide.... don't distraction a u un proll(, ne,c nc o com-
pris le cofit du prtse'nt arrdt.
Donii de nous, F. Bairon, iicec-prcsidenl, A. Lar:ique,
P. J. Janvier, A. Chaiupagne et J. .1 F. Magny, juges,
en audience publique du 13 Ifdrier 1912, etc.


N4 0 19
Dame Ja mes Eyma. Beatrix Baker et consort.
CAUTION JUDICATUM SOLVI

L'etranger qui, contlamnn paI;r tun arrit du Tribunal de
Cassation it deposer la caution dlujugd, n'a pas fait le
d6dpt tie celle caution dans le dilaii imparti, a contrevenu A
l'art. 167 du C. de proc. civ. et doit etre ddeclar ddchu de
son pourvoi.

Oui, it l1''ddienc pul)bliq(ic (I) 8 fcvrier courant. M. le
juge A. Ch(i]ampagne, on la lecture de soin rappoit, el M.
Luc Doiniiique, Comumi-iaire tdu Gouverninicutl, en ses
conclusions verbales.
Vu : I etc.
Attendu que, par arrl de ce lTribunal Ien daLe dl 30
mars 1911, la dame Marie Capoix, epuuse Jamic Elviia, a


--34 -







35-

c6l' cutidamince, anx le'rmns dit I'art. 167 duI Code dc pro-
ci'.lire civil imodifi par In lo(i du 21 anfil 19)7, 'i dcpo-
r i' I11 gri dlu 'l'Tribunal do C"assaulioli l: c:laution) (nI jngo6;
Alllll l (Ique la dile (un ,1 mI, Kyl in, i',iy utl pais
d l'p o la dite caution dans lo li(lai im pirli par l'ariet fli
Z3U mars, doil dtre lclHclaric dtchliuc d son portlvoi ;
l ir cos motifs, le Trl l)iii: !l, tries ii avoir d(1 iib ic1,
declare la daine James lyini irrccevable) au prurvoi [);)r
el'e oxerc6 coi ilrc le ijg :n,'.n It rendu plar I( tiiriliuial ci-
vil du Cap- lflticii sous la dtite (1 '141 dl'. Ibre 1909 ; en
oL' si(liiiic oilon eiil I, :ln dt I'anlienld (dtJ)o-
s6e et conldlaiii1 li slu -dile lattee J1i1 s lylia uix d1-
penis alloun s i\ Me Emile St, ,I*i ;i' la so nitm e de ...... don't
di'liinctioI :i son prolit, cin c ro on curt ljr'is le colt (du
pIrd~int arrel.
Donn6 de nous, F. lulion, vice pfrcsid(int, I. Laraqi e,
P. J. Jlinvier, Chinpaglie et .1. .1. F. Magn~y, judges, en
audience publiqiue du 13 fT\vrir 1912, 0tc.
_____ L-~~-^ fcC- ,- -^,

20
Consorls Stephen coilre Vuc Hlenri Elienne el consort
lliAulALTI.S PARl DONATION. I'InEIVE' 4jW! L.A QUOTITE
DISPONII.IJ A E TE (" [. ,

Lorsque Ie seul maovyn dont dispose in demandcur
pour prouvcr (il( la (jiu)oil dli i..iilic a 1td exted3c
dans un nct te d (onation (ist la v\oie e l'cxpertise o.i cello
de I'estimnaion le triibuin11 (jldi t' jette c Itc prLuvC counmlet
un excis de p)ouvoir.

Oui a l'auilienc lii i 2 nov(cn'ii b dlerii'r, M Ie juge
V. 11. Doinoiid, on soni rappotl, (t1 M. E. ID-c;ilicl, Suls-
tilul du Conilniissaire du (IlGo vcICIrnmilCCi en scs conclu-
sioiis.
Vu: lo.,.etc.
Sur le 7e inoyen d(I puml t:vi
Vu les articles 717 et 748 du code civil invoques par
le pourvoi;
Atlendii que, devalt Icl tiibuil1ul civil de( Port-dc-Paix,
les dcniaindCurs avaliet conclu a ce qu ce ribuunl uc-







-36-


Clardl( la donation du 13 itovein:re 1889 nalle et inop6rante
commune 6tant sans cause ou reposant sur une cause illi-
cite ou sur une fausse ca;se on pour vice du consente-
ment de St. Picrre ct Cl-rcine Jean Pierre, par suite d'er-
reur, de violence et ile I ,I. sinon, el sons routes reserves,
ordonnit I'expertise et l' stimnAiion des biens laisses respec-
tivement par St. Pierre et Clei;cine Jean Pierre d'apres leur
etat et leur valeur au inoniim du dec6s de chacun des
dits de cujus. ainsi que tcellcs (d tous les biens (lonnds
par eux,notamment des nieif inilenibles susinentionilns, sans
prejudice au foods de boutique de Mine Vve Beaumont,
de routes remises de del!s ci do ltutles autres valeurs
Booucees daus les actes invo(jqe.,s pIr les :adversaires; dit que
la quotild disponible devra so calci ler sur la nmasse ainsi
form6e et que la reduction des I.bWralilts sera faite ;nu
marc la livre;D
Attend que ce tribunal, par son jl ugemenit en date di
20 juin 1910, declara, eu:re autres choses, qu'il n'y avail
pas lieu d'ordonner l'expertise ou l'estim n: iun deniandte
et qu'il appartenait aux consorts Slephen, demandelrs, do
prouver que les liber;lit&s continues dans le dit acte
de donation du 13 noveimbre 1889, ont excede la uuotile
disponible;
Attendu que le seul nioyei. dout disposaienit les deman-
deurs pour prouver que la quolit6 disponible a 6tI ex-
cedte 6tait la voie de I'expertise ou celle de I'estimation;
Attendu qu'en rejetant la measure d'instruction sollicit[e
sans aucun le6ment d'appr6ciation, tout en reconnaissant
cependant qu'il appartenait aux demandeirs de prouver
que les libdralitls continues dans I'acte du Id novembre
1889 ont exced la quotilt disponible, les premiers juges
out commis un flagrant exces de pouvoir;
Par ces motifs, le Tribunal, apres en avoir d6libdr6 et
sans qu'il soil besion d'examiner les autrcs inoyciis du
pourvoi, casse et annule lto jugeinett rendu entil les parties
par le tribunal civil de Port-de-Paix sous la date du 20
juin 1910; en consequence, ordonne la remise de I'amende
d6posde, et, comme ii s'agit d'uu second recours entre les
parties, il va etre statue sur le fond de la contestation
conform6ment A l'art. 131 de la Constitution.
Attendu qu'il est impossible a ce Tribunal de dire d6










a present si la donation du 13 novembre 4889 doit 6tre
rdduite A la quotit6 disponible ; que, pour y arriver, une
measure d'iustruction est ncessaire, ce Tribunal ne possd-
dant pas a cet guardd les l66ments suffisants pour se pro-
noncer e)i counaissance de cause;
Par ces motifs, le tribunal, apres en avoir ddlibdre,
ordonne, avant dire droit, que par trois experts conve-
ons par les parties, sinon par les citoyens Arthur Petit,
Thales Manigat et Alphonse Duvivier, que le tribunal
nomme d'office, serment par eux pr6alabiement pret6
entire les mains de M. le Doyen du tribunal civil du
Cap-Haitien, d6lgu6 A cet effect. to tous les biens laiss6s
respectivement par St. Pierre el Clercine Jean Pierre, seront
vus, txpertisds et estims d'apres leur 6tal et leur valeur
an moment du dc&s de chacun des dits de cujus; 2o tous
les biens donnes par eux, notamment les neuf immeubles
objets de la donation du 13 novembre 1889, sans preju-
dice du fonds de boutique de Mine Beaumont, de toutes
remises de dettes et de toutes autres valeurs donnees
d6pendant de la succession de la dite veuve; .dit que la
quotite disponible devra se calculer sur la masse ainsi
forme et que la reduction des dites liberalites sera faite
conformdment A la loi sur la matire, et reserve les de-
pens.
Donn6 de nous, F., Baron, vice president, P. Laraque,
Anselme, V. R. Domond, Jh. D. Viard, Jh. Janvier, A.
Champagne, J. J. F. Magny et Cauvin aine, juges, en
audience publique do 15 f6vrier 1912,etc.


N 021
Celestin fils -- Durocher Lapin
TIMBRE
La loi du 20 Juillet 1904 qui modifie celle du 18 avril
1827 sur le timbre autorise, dans le cas oii I'administration
serait depourvue de paper timbre du type don't on a be-
soin, I'emploi du paper libre en y apposant un timbre-mo-
bile representant la valeur du paper timbrd prescrit par la
oi pour l'acte A fire, et frappe d'une amended 6&ale a dj









-38-


fois la valeur du timbre prescrit toute contravention aux
prescriK' I -:-,' 'su;.

Oui, a l'u"i: ..' du 1 f2 vrier courant, le joge Jh.
Du i Vi lrd. .. i i t, insi que *M E. Decatr'l,
Si-1.' C ,. e' a c du Gouverincmet en ses con-

Vu : 1 .
Siur la fin de iion-r,- ,,,ou li di Minislire public.
Attend i que li loi dou I:. aofil 190 ', mndificative do
tarif sur I'iniiti. du paper timblr, vetl que les jugements
des trjbunaux civils el les actes pour le Tribunal de
Cassation soient fai s sur paper liinbie du lype de Irenle-
cinq centimes ;
Alt nI'i que la loi (lu 20 jiillel 190i qui modific celle (d
10 tvril s1 7 ir tle i iub anlorise, dlai: le cas oil I'Ad-
ini'isfratlou serit ." ii l .vie~de p' pir tim )br6 du type don't
on a I.,l,.1, i'e n Ii d"u p i -Ir libr' n y ,apposant un
timbr- 'l I'iiLint lia valeur dii p:ipier limbr6
prescrit p .r la loi pour l. I' ia fair, et frappe d'une amen-
de (' A ile L dix fois la valour du li bre prescril touted con-
traveni ion aux !.i .ci options ci-dessus;
Altendu, dans I'es; oce, que le jugemenw, objet du
pourvoi, et la declaration dn dit pouiroi .'ont faitssnr pa-
pier libre sous pirdtexte de nanque de paper limbri el de
timbres nibl.k- du type de trante-cinI cenlinmes; que dans
ce c- et c t d4 c prati ue courat1e, I'l11iploi du jiapier
lim o tilb'lr i O de ti .- biles inlferiilrs colt i Pxige
jusqu'a oi'.:'i ( c I nce de la valeur dil dei ier ,st autoris,
et l'amende est .ia,,ii ',e, faute ld'inl i fairc ;
Par ces molifs, le Tribnri:l, a|)r'.s 'd libhianion, con-
damne le sieur ( .C..li fills i la donubl ;>iiiein le de sept
gourdes pI:r luii *",i-, e, et (!d clare iirser,-iri a staluer silr
son pourvoi juLsluji represent dtioii d I; quiltii ie tdu re-
ceveIur de 1' i o gi irement chlar"I d-, icrce'voir la dile
amnende de sept gourdes par Il i e(conI Ie.
Donn6 de nio'I. H Leclhauil, pr'iduln, L. D.nis, V. Ii-
ther Domond, Jh. Ducis Viard et Justin D&vo!, jiuqes, ei
audience publique du 2t6 f1vrier 19M,etc.










N022
Florida Dupin et consorts.--- Noel Placide
TIMBBE

D'apres la loi du 13 aofit 1903, modificative du tarif sur
l'imp6t du papier tnmbr6, les jugements des Iribunaux civils
et les actes pour le Tribunal de Cassation doivent etre faits
sur paper timbrd du type dr trente-cinq centimes. Dans le
cas oei I'administration serait ddpourvue de ce type, 1'em-
ploi du paper libre est autoris6 avec apposition d'un tim-
re mobile representant la valeur du paper timbrd pres-
crit, ( art. ler, 6Q alin6a de la loi du 20 Juillet 1904, mo-
dificative de celle du 18 aofit 1827 sur le limbre, )

Oui, A I'audience du 12 f6vrier courant, le juge V. Rither
Domond en son rapport, ainsi que M. E. Decalrel, Subs-
titut du Commissaire du Gouvernement, en ses conclu-
sions.
Vu : 1 ; etc.
Sur la fin de non-receuoir propose par le Ministere pu-
blic :
Atlendu que d'apr6s la loi du 13 aofit 1903 modifica-
live du tarif sur l'imp6t du papier-timbri, les jugements
des tribunaux civils et l-s actes pour le Tribunal de Cas-
sation doivent 6tre fails sur paper linbr6 du type de
trente-cinq cenlimes ; que, dans le cas of administration
serait d6pourvae de ce lype. l'emploi du pap er libre est
auloris6 avec apposition d'un timbre mobile repr6sentant
la valeur du paper timbr6 prescrit, art. ler, 6e alirna de
la loi du 29 juillet 1904, modificative de celle du 10 aoit
1827 sur le timbre ;
Attend, dans I'espee, que sous pr6texte de manque de
paper timbi et de timbres-mobiles du type deo rente cinq
centimes, le jugement, objet du pourvoi, siguifi6 au d6feo-
deur, est ecrit sur paper timbre du type de vingt centimes
au lieu de trene-ciiiq centimes, et ]a requete en defense
du dit d6fendeur sur paper libre avec apposition de timbres-
poste au lieu de timbres mobiles, seul admis en pareil cas;
Albendu que, dans la pratique, les parties sont rescues,
1aute de paper tiibrd et de timbres mobiles du type don't
n a besoin, A employer pour y supplier du paper









-40-


timbi1 ou des timbres-mobiles de types inferieurs
jusqu'I concurrence de la valeur du lype prescril, ce
qui xclh.i 'empl( i de timbres autres que les timbres
I i, ; qu en agissant comme il a 6td fait dans I'esp&ce
pr senate, i' .i-l, est encourne pour contravention A la loi
sur l'i 1, (i du p):pi' f' tim bre;
Par ces molils, le Tribunal, apris ddlib6ration et fai-
s ,,: ti .iii,, de I'art. ler, 2e al. et suiv. de la loi du
201 ,. i'Ai4 qui modified I'art. 31 de la loi du 10 avril
1827 sur le timbre, condamne Ics demandeurs en cassa-
tion, pour le jugement signifid i leur requite a trois gour-
des et demie d'amende, et le defender, pour sa requele en
dfonise, a pareille amende de trois gourdes et demie
repr6senl2nt dix fois la valeur du limbre ;,uquel les deux
actes ci-dessus-menltionnes soil assujeltis, declare surseoir
i statlur sur le pourvoi dotl il est saisi jusqu'A pr6senta-
tion des quitiances du rtcevenr de l'enregistrement charge
de la perception de ces deux amendes; d6pens reserves.
Donnd de nous, 11. Lechand, president, L. Denis, V. R.
Donond, Jh. Ducis Viard et Justin Devo', juges, en au-
dience publique du 26 f6vrier 1912, etc-



No 23

AMENDED. JUGEMENT SUR OPPOSITION CONFIRMATIF D'UN
JL. i .ENT PAR DEFAUT. COMMUNICATION DE PIiCES. -
LIVRES DE COMMERCE.

Lorsque plusieurs decisions ont did rendues sur
le mnme litige et que I'on entreprend en mine temps
le jugement qui a status sur le tond et ceux qui onl or-
donne une instruction ou toute aulre measure d'avant faire
droit, it y a lieu a la consignation d'une seule amended.
Lorsq'nn pourvoi a 6td dirig6 contre un jugement sur oppo-
sition confirmatif d'un jugement par ditaut, il n'est pas
nececsaire que l'altaque en cassation soit aussi faite contre
le jugement'par defaut.
L'opporlunitd d'une communication de pieces est sonve-
rainement appreciee par les tribunaux.
Les livres que les commercants soit obliges d'avoir pe









-41-


sont rdputls rdgulibrement tenus que s'ils sont timbres.
c6lds, paraphes et vis6s, soit par un desjuges du Tiibunal
de Commerce, soit par un juge de paix dans les villes oi
il n'y a pas de tribunal de commerce. Its seront ensuite
paraphis et viss une fois par an ( arg. de I'aiticle 10 du
Code de Commerce.

Oui, A I'aunience publique du 12 fdvrier dernier, M. le
juge J. L. VWiitW en son rapport, Mes Michel Oreste et
Arrnult jiune, eJ leurs observations, ainsi que M. Eug.
Decatrol, Substitut du Commissaire du Gouvernement, en
ses conclusions.
Vu : 1 etc
Sulr la premiere fin de non recevoir opposee an pourvoi
par les defendeurs :
Attendu que lorsque plusieurs decisions ont et1 rendues
sur le mt6me filige et que I'on enlreprend en m6me
temps lejugement qui a status sur le fond el ceux qui ont
ordonne une instruction ou toute autre measure d'avant
faire droit, il y a lien A la consignation d'une amende ;
Attendu que le jugement du 2 mai 1911, rendu sur op-
posilion sur le fond, n'est que la consdquenco de celui
du 21 novembre 1910 qui a ordonn6 la representation
des livrcs de commerce de Mme Ph. Kieffer & Co, livres
don't la tenue rdguliire a fait I'objet de la dern;6re deci-
sion altaqude ; qu'iI s'ensuit que lorsque le demandeur
n'a depose qu'uie seulI amended A l'occasion de son
pourvoi contre les deux jngemetiis, son recours en cassa-
tion ne peut 6tre dkclard irrecevable ;
Sur la 2e fin de non recevoir:
Altendu qte,lorsqu'un pourvoi a t61 dirig6 centre un ju-
gement sur opposition confirmatif d'un jugement par dd-
faut, ii n'est pas necessaire qie I'allaque en cassation soit
au.si faite coitre le jugement par defaut ; que le sieur Md-
lins Pierre s'clhnt Ipourviu contre le jugement sur opposi-
tion dii 2 mars 1911 qui confirm le ingement par d6faut
du '15 decembi e 1910 et fl'il corps avec lui, le recours contre
la decision sur opnosilion sftit ; que do c' qu~i precIde
il rsnilte que les deux fins de non-recevoir Mlani m11I fon-
d( es, le Tribunal. presss dlibelib aioni, le rejetlc.
Surr Ie ler moqen centre le jugement du 24 novemere 1910.








-42-


Vu les articles 1100 dia code civil et 189 du c.de pr.civ.:
Altendu que I'opportunite d'une communication de pieces
est souverainement apprici&o par les tribunaux
Attendu que M66lus Pierre excipe, dans ce moyen, d'un
exc6s de pouvoir et de Ia violation des articles pricits,
parce. que, ayant demand la communication de I'acle de
sociWte de Mme Kieffer el Co pour sivoir en quelle qnalil6
is agissent, le tribunal i'a pas cri devoir admeltre celte
demand ;
Attendu qu'en d6cidant ainsi les juges onl us6 de Iur
pouvoir souverain d'aplprciation, qu'ainsi iis n'ont point com-
mis d'excs de pouvoir ni viol6 les articles ci-dessus vises
du C. civ. et du C. de pr. civ. ; que ce inoyen, par con-
sequent, 6tant mal fond6, le Tribunal, apries deliberation,
rejette le pourvoi en ce qui concern lejugement du 24 no-
vembre 1910.
Stir le 2e moyen de pourvoi contre le jugement du 2
mars 1911 resultant d'un exces de ponvoir, violation, fausse
interpretation des articles 10, 1,2, 13 du Code de commerce,
violation resultant du ldroil (o 1', auiorilt de la chose jugoe,
violation de I'art. 1100 du Code civil et de 'art. '148 du C.
de pr. civ.:
Attendu que les livres que les comrnernanls soot obliges
d'avoir ne sont repults,.rgulierement tenus que s'ils sont
timbris, co6ts, paraphes et vis6s, soil par uni des juges du
tribunal de commerce, soil par un juge de paix dans les
villes oft ii n'y pas de tribunal de commerce. Is seront en-
suite paraph6s et vis6s une fois par an (art. 10 C. cor. );
Attendu que dans les conclusions prises par Mellus dans
le jugement du 24 novembre 1910 ainsi que dans le jugement
sur opposition allaqun, il u'a entendu que des lives de
commerce r6gulimremeont tenus, c'esl-a-dire des lives timbres,
c6ts, vises, paraphes, conform6ment I'art. 10 du Cole de
commerce el avant tout usage;
Attendu que le Tribunal de Commerce de Port-au-Prince,
pour d6clarer mal fondue l'exceplion tire de l'irr6gulariit
dans la tenmte des livres de Madame Kieffer et C, au lieu
de rechercher si dans les livres represents se trouvaient ob-
serv6es les formalitls de I'art.10 preciid les a reconnus pour
r6gulierement tenus plutlt parce que les 6critures des Iivres
sont exactes, qu'elles sont conformesavec l'extrait de compete









-43-


pr6sen!6 et qu'elles concordent en lous points avec celles
menlionnes au carnel registry sign du commis de M6lins
Pierre ;que les juges voni meme jusqu'a dire qu'ils n'avaient
pas, (< dans I'accomplissement strict de leur noble mission,
statuant sur la bonne tenue des livres, a rechercher a quelle
6poque ils forent vises par le Doyen du tribunal, ce. serait
alors se mnler de choses qui ne conviennenl pas a leur ca-
ractere; que ce fail, mnme moralement jug6, ne pen t etre
reproch6 que de negligence et non d'irreglarit6 dans la te-
nue des livres, comme on semble vonloir le croire :)
Attend que le tribunal de commerce de Port-au-Prince,
pour avoir ainsi jung, a contrevenu aux dispositions de I'art.
10 du Code de commerce ; qu'il a violet faussement inler-
prit6 et appliqu ; que ce noyen est done fondd ;
Par ces motifs, le Tribunal, apres avoir dMlib6re, et sans
qu'il soil necessaire de slater sur le surplus de ce 2e nio-
yen et sur le dernier moyen dn pourvoi, casse et annule le
jugement du Iiibuial de commerce de Port-au-Prince en
date du 2 mars 1911 sur opposition au jugement par d6-
faut du 15 dRcembre 1910, rendu entire les parties en cause,
ordonie la premise de I'amende depose et. pour etre status
conform6ment a la loi, renvoie I'affaire devant le tribunal
civil de Jacmel j 'geant en ses attributions commercials,
et, attend que les parties ont respectivement succomb6 sur
quelques chefs, compense les d6pens.
Donre de inous. L. Denis, juge, remplissant les functions
de president, V Rilher Domond, Jh. Ducis Viard, J. L. Ve-
rile et Juslin DIvot, juges, en audience du 4 mars 1912, etc.


No 24

Caius Lamothe-Ulqsse Mondon
DIECHEANCE
Aux series de I'art. 929 du code de Proc. civ.,modifid par
la loi du 21 AoCit 1907, don't routes les dispositions sont
prescrites h peine de d6cheance, le delai dans lequel fe dd-
fendeur en cassation doit 6tre assign A fournir ses defenses
aux moyens du pourvoi qui lui sont signifies est de quarre-
'ingt dix jours, quand ce d6fendeur demeure au del de l'un
et I'autre Ocean.









-44-

Onii I'aundience du 26 f6vri.'r 6coiiul le juge J. L. VWri-
t6 enl son rapport. ainsi que M. E. Decatrel, subslitut du
Commissaire du Gouvernement, en ses conclu ions.
Vu: I etc ....
Sur la dkchdance propose par le defendeur
Vu l'arl. 929 pr. civ. mnodifid par la loi du 21 aolUt 1907 :
Attendu qu'aux lermes de ret article don't toutes les dis-
positions south prescrites A p-ine die ldhclance, le delai dans
lequel le defender en cassation dolt Oire assign)6 A fournir
ses defenses anx moyens du pourvoi qui lui sont signifies
est de qualre-vingt dix jours quand ce defender demeure
au delay de I'un et l'autre Ocean;
Altendu, dans I'espece, ique le demandeur en cassation
a fait donner assignation ;u detendeur qui demenre et est
domicili iA Bordeaux -- France a fournir ses defenses
dans Ic delai de deux cents jours, contrairement a la dis-
position y relative de l'art. 929 sus vis ; qu'il a done en-
couru la d6chhance dn dit article;
Par ces motifs, le Tribunal, apris deliberation, declare
M. Camis Lamothe dcmih de son pourvoi contre le juge-
ment du tribunal de commerce de Port-an-Prince rendu
contre lui le ler jiiin 1910 an profit de M. Ulysse Mondon,
en coins6qucnce, ordonne la confiscation de l'amende de-
posde et condamne le dit Cains Lainothe aux d6pens liqui-
des a la some de .. ,en ce non compris. le cooit du
present arr6t.
Donn6 de nous, II. Lechaud, president, L. Denis, V. Ri-
ther Domond, L. Varit.' et Justin D6vot, juges, en audience
publique du 4 mars 1912, etc.

N 025
O' Connel Benoit Aug. 0. Archer.
ORDONNANCES DE RIEFERE. --- SEQUESTRE
Bn droit, les ordonnances de referl ne statuant que provi
soirement, ne sont susceptibles de pourvoi en cassation que pour
income tence ou exces de pouvoir.
Le Juge de r6f6rd, en refusant de statuer sur le caractere
d'une possession discut6e, n'est pas sorti des rigles de la com-
petence.
Le sequestre est une measure provisoire et conservatoire qui
peut toujours 6tre ordonnde sans fire prejudice au principal,








-45--


toutes les fois qu'il y a litige, c'est-a-dire contestation sur la
propri6t6 ou la possession et peril que!conque pour le droit
et les intir6ts de l'une des parties.

Ou'i a I'a idience du 26 f6vrier Icoul6, le judge J. L.
VeWit6 ein son rapport, Me C. Benoit, en ses observations,
(t M, Ltu Domiinique, Conmmissaire du Gouvernement, en
ses conclusions.
Str les ler el 2e moyens du pourvoi:
Atelndu, t n droil que les ordonnances de rfer6e, ne
slaluant quo provisoiremenl, ne sont susceptibles de pour-
voi en cassation que,pour incompelence ou exces de
pouvoir ;
Atlendu. dans I'espece, que les griefs releves dans crs
moyens ne r rtirent pas dans ces deux cas et sont de na-
lure A constituer des contraventions 5 la lot,; qu'ils sont
done inadmissibles.
Sur le 3e moien :
Atlendu que Ie juge des i f&r6s, saii d'une demanded
alteri'le ive ioc naintenei eii possession, sinon de nomini:1-
lion de slquestre, se riconnail incoinptlent quant A lII
mainlenue en possession, lorsqu'il diclaie que I'expulsion
violence don't se pliignait jl fet''ie'r laiit d6ej consom-
mee, le judge de paix 6 ait seul coimp~tent pour examiner
la question ; qu'il n'y avail done pas lieu dans l'lalt de
la cause, de slater sur la possession d'Archer ;
Altendu que, daiii ces conditions, le juge des reflrWi
n';,vail pas recherch6 Ie c;ractree de la possession dis-
culte; el, ainsi f iiant il n'est pas ,oiti des rigles de la
competence.
Sur le 4e moyeln:
Attendu que 1( sequestl e esl une measure |provisoire et
conservatoire qui peutl toujours l6te ordonnee, sons faire
prejudice au principal, loules lus fois qu'il y a litige,
c'es!-'-dire contestat;iti, sur In pop)riete oi la possession
et piiil quelconque pour le droil ct les int&rtls de l'une
des pau lies, art. 1728 C. Civil;
Attlendu, dans l'espece, que le fermier de I'habitation
Fourgi etait en possession reelle de ce domain quand il
en a elt violenimeni expuls6 par un tiers s'en pr6tendani
prop:idlaire, d'oi litige ; que les droils et les interets qui
resultaienl pour ce fermier du bail don't il est porter, se








-46-

trouvant ainsi en peril, la nomination d'un dijuestie s'im-
posail, en attendant la solution entire les parties int6res-
sees, de la question de propriit6, que le juge ds rel'frs
ici encore, est restI dans les limits de 'ses allribulions;
Par ces motifs, le Tribunal, apr's en avoir dtliblr6, re-
jette le pourvoi exerci conlre le sieur O'Connel Benoit con-
tre l'ordonnance de r6fere en date du ler juin 1911, ren-
due par le doyen du tribunal civil de Port-an-Prince, con-
tradictoirement entire lui et le sieur Auguste Occar Archer;
en consequience, ordonne la confiscation de I'ame ide d6po-
see et condamne O'Connel Benoit aux d6pens liquids A la
some de... don't distraction an profit de Mes C. Antoine
et F. Rimpel qui affirment en avoir fail I'avance, en ce non
compris le coit du present arrtt,

Donn6 de nous, H. Lechaud, president, V. Rilher Do-
mond, Jh. Ducis Viard, J. L. VWrit6 et Justin Devot, juges,
en audience publique du 4 mars 1912 d etc.


No 26
Grandjean Guillaume Anglade et Co
F'N DE NON-RECEVOIR,- EXCES DE POUVOIR ViOLATiON DU
DROIT DE LA DEFENSE.
Bien que l'art. 927 C. pr. civ. prescrive la mention dans
I'acte de declaration de pourvoi de la date du jugement qui
en fait I'objet, ii ne peut rdsulter aucune nullitd de l'omis-
sion de cette formality, quand par la mention de la date de
la signification de ce jugement,on peut, sans effort,se rendre
compete exactement de la date dulit jugement,
En droit, les moyens d'opposition products contre un juge-
ment par ddfant, constituent des chefs de defenses et le si-
lence des juges en ce qui les concern. donne ouverture a la
voie de la cassation et non A celle de requite la civil.

OuT A l'audience du 5 mars courant le juge P. Jh. Janvier
en son rapport, ainsi que M. Luc Dominique, Commissaire
du Gouvernement, en ses conclusions.
Vu : 1o etc..
Sur la fin de non-recevoir opposee au pourvoi par le de-
/ledeur;








-47-

Attendu que, bien que I'art. 927 proc. civ. pI'escrive la
mention plans I'acte de la declaration de pourvoi de la date
du jugenment qui enl fail I'objet, il no pent resulter aucune
iullit de I'o:nissioni de cotte formality. quand par la men-
tion d(e lI date de la signification de ce jugement, on peni,
sans effort so rendre coinpte exaclement de la date du dit
jngement ;
Attend, d;ans I'espece, que I'exploit de signification du
jigement objet du pourvoi se trouvant transcript A la snile
d'icelui, on trouve "sans peine, en y jetant les yeux que le
jugement signifi le 21 avril par acle de 1'huissier Turnne
Devezin, ainsi (qn cela esl lit dans I'acle de la d6claratioi
de pourvoi, est bien celui do 10 avril don't copie a 6t6 don-
ine en tele de I'exploit de signification indiqu6 ; qu'il s'en-
suit que la fin de onon-roeevoir propose n'est pas fondue,
ce pourquoi le Tribunal apr6s dt6lib6ration, la rejetle.
Sur I'uniquie nmoqen dtu pourvoi
Atlendu en droil, que les moyens d'opposition products
contre un jugement par dIfaut constituent des chefs de dr.
fenses et le silence des juges en ce qli les concern dotie
ouverture A la voie de la cassjlion et non A celle Je la re-
quete civil
Attendu que Grandljean Guiillauine, sur l'opposition qu'il
a foruiee au jniemnent par d6fant qui avait prononc6 centre
lui la contrainte par corps, avail pritendu que eelle measure
d'ex6cution ne Iii 6tait pas 16galement applicable et avait
demand la rdtractition du jugement par defant qui, sur
d'autres chefs qu'il avait 6galemert combattus, lui faisait
grief, que le tribunal de comneerce n'a f;iit ni dans son
point de droil ni dans ses motifs et son disposilif, nulle
mention du chef de defenses relalif i la contrainte par corps
et a maintenu le jugenient pa;r dll'aut pour sortir son plein
et entier effect, d'oui exc6s ce pouvoir et violation du droit
de l; defense et de I'art. 148 proc. civ.;
Par ces motifs, le Tribunal, apres en avoir delib&r6, casse
ct anniule le jugement du Iribunal de commerce de Port-au-
Prince en date du 10 avril 1911, rendu sur opposition con-
tradictoirement entire les sieurs Grandjean Guillaume et An-
f'inde el Cie; en consequence, ordonne la remise de l'amende
ddposde et, pour 6ire statue conform6ment A la loi, renvoie
'aflaire par devant le tribunal civil de Petit Goave en ses







-48


attributioqns commercials et condamne les steurs Anglade el
Co aux d6eens liquids A la some de . en ce non
comprise le coit du present arnet.
Donu6 de nous, H. Lechaud, president, Anselme, P. Jh.
Janvier, A. Champagne et .1.J. F. Magny, juges, en audience
publique du 12 mars 1912, etc..


No 27

Protege Cadet, Vve Moncher Louis Florencia Pierre

EXCEPTION DE COMMUNICATION DE PIECES.-
ExctS DE POUVO1R.

I1 y a exces de pouvoir ou violation du droit de la defense,
lorsque les juges passent a I'examen du fond du litige sans
statuer sur une exception de communication de pieces
propose in limine litis.

Ou', A l'audience du 5 mars courant, le juge J. J. F. Ma-
gny, en son rapport, aiusi que M. Luc Dominique, Com-
missaire du Gouveremneut, en ses conclusions.
Vu: lo. . etc.
Sur le ler nioen du pouruoi:
Attendu qu'une exception de communication de pieces
ayant Wtd propose in limine litis, les juges avaient pour
devoir strict de l'examiner et d'y statue avant de passer
au jugement du fond;
Attendu que, devant les juges de l'appel, la dame Vve
Moncher Louis avait propose in'linine litis une exception
de communication de pieces ; que non-seulement les juges
n'ont pas cru devoir ou ont omis d'en faire l'objet dans le
point de droit de leur jugement; ils n'en ont fail non plus
aucune mention daus le dispositif du dit jugement; d'oli
violation du droit de la defense on excs de pouvoir et vio-
lation de l'arl.148 proc. civ.;
Par ces motifs, le Tribunal, apris en avoir deliberd, et
sans qu'il soit besoin d'examiner les autres moyens du
pourvoi, casse et annule le jugement du tribunal civil du
Cap-Haitien en date du 21 juillet 1910, rendu sur appel,










contradiclo ilernlel (i rL 1 'ec I parties en it u ; n1 ConL e-
qiLinc ordonnili li eiiii' (le I m ell ni' di s -' et, pour
6tre .l.s li.i ', cna it in 't lii fl it I I10 ienvoie I'_-, t-e devant
le Irib nal civil d, F iull- il lt'.
Done ile noui,. 11. ., i hand, president, .. e, P.
,Ih .lb anVier, A. Cll;ill.iipa re uI .1. J. Magny, juges, ei au-
dience piiblique du '21 iart 1912, etc.



NO 28
Marius Dancila cI ,:consoi Is Lanassa Lafonlant
MANDATE. POINT I); Or;' l.- CHOSE NON I \NDEE.--
OPERATION D'AIl'ENTAGE. :'lIl E 'I. A LA PCLi- ION. -
EXCEPTION Il CHOSE JLGi.l
La contilraveiiion r'ul inil iIn fait par un grv: i r de re-
cevoir une d(claIItion Il dIe iurvoi Iaite par iun manda-
tnire investi d'une pr(i cuiai .n notrarice iono-enrcgistree,
es! punie d'une am nede el duI pa:tyeent du droit ( article
147 de la loi sur I'Eliregistreient ) et n'entraine aucune
nullit.
11 ne doit ,tre enoncue l:iins I, point de droit des jug-nents
que les questions relatives ia\ t fits sur Iesquels les juges
sontl a:;l eles i sliluer ar. I18 pr. 1 cv.)
Si In lui, art 953 uJ' cell i't r I'nrpl -nlr lge, accord a loute
partie quli ste croiiail t .oi-' a .S tre tsee, lorsd'une operation
d'arpentage, le ili oil l I i Omn i o lpposilion a icelle, elle ine
relire pi aun juge I'ul ligatiii qui li est faite d'exan iiner
et de dclcarer iI a; I,.,a pi)o\ivant duonner lieu it la
coin)lniite ou o I I'oL.po-siltiil

Oui, i 1'auidienice ili; 7 m'i' s .!' le J]3i P. ';nra-
que en so,: rappoil. :i'n-i ,u-e 1. E. r SulIslilut
(I l (.C lloljn .:I il (,l i i i 11 i II 1 ik (' 11 .is '1 uI '. I '
\u : 1 elc.
Sur la jin de: n(i,- i t civoir de la i 1,ni.
Allendu qu( e lai c;.!ilrI\v niiion rcsullii du fail par un
grt ilier de rec'e.ll ite licl laiion de i e t i Lille par
Uil 111iaii l lltaie illIve:li I'Illn i' Il () i ; iOil nolali6e non
en reiltrele eslt punli d'une ailende ct du plieml:.t du


49-







--50 -


di,,il, art. 147 de la loi sur I'enregistrement, et n'entralne
aucune nullit6 ; que dafin ce cas, la fin de non-recevoir
propose n'est pas fondue cn iroit ; ce pourquoi le Tri-
bunal, apres d6libdration, la rej-tte :
Sur le ler moyen dut pourvoi.
hIc.Iii, en droil, qu'i1 m! dInit etre -6nonce dans le
f de droit des jugemercis qiu les questions relatives
a -i sur lesqurls les jiges sotu appel6s A statuer,
S .proc. civ; que loI'sqit ils ont slatu6 sur choses non
I'absence ai s I' point le ddroil, des questions
y A 'i,'. nie saurai' doiint!' :ien t uono violation de I'arl.
1 proc. civ ,
i' -! i que la im:.aiidte recr:iven!iouiielle, donl il
s t avait bien 1 D! puoduite par Lmnassa Lafonta:nt dlev nii
le : d paix, qui Ia decla:ree non recF-vable qiianl i
S '. ; que sur I'appel du jugemeni qui i ainsi dcai lt
tc 'e ,' 1an le, Lanassa Lafonlant, ilimee, a conclu sim-
S; au maintien de ce ingemeut renon :mnt par ainsi
A sa m'nde reconventiopnelle : el les juges de I'appel
q out ,Clait recevoir cetle dein;ide qui est fondue, ont-
is '" out statue sur tine chose non demanded, donaii ii
S ure A r-equd'le civil, arl. 410 pr. civ., et non a cas-
d'ohi irrecevabilit dIe ec moyen.
Sur le 2e moyen:
,.did que, dans I'6tat de la contestaiion, point n'est
besoin pour le Tribunal de rechercher le caractere de
I' lion don't le jiige de paix de Jacmel avail d1i saisi i la
suite de l'opposition faite le 4 mars 1909~ l'op,'ration d'ar-
i. iig de I'arpenteur Pharamond Roc, sur la requisilion
-I la dame Lanassa Lafontant, el cela, pirce que I'acliou
a 616 declare non recevable pour d6faut de preuve du
i, .' ;*I .l"',cii., puistjii'il nest pas 6tabli que l'operation
d'arpenlage a laquelle il a 11, faith opposition avait apporl6
aucun Irouble a Ja possession des demandeus/;
Attlendu qi n si la loi, art. 25 de celle sur l'arpenlage.
accord, A loutl p)arlie qui se croirait expose ia tre lesde
lors d'une o ',r tlion d'ar ienlage, le dtoil de former oppo-
sition aL icelle, elle ne' relire pas au juge l'obligalion qui
lui est faite d'examiner et de d6clarer s'il. y al6sion ou
trouble pouvant donner lieu A la cornplaiitle ou a l'oppo-
sition ; que lors done que le juge a ainsi proc6de, le re-








--51 -

pro'he qui lui est fait de violer I'art. 31 proc. civ. et I'art.
2) de la loi sur l'arpentage avec excs de pouvoir n'est pas
fond6.
Sur le 3e moyen:
Attend que d'une simple pr6somption, les deman-
deurs en cassation ont entendn faire une affirmation,
sans preuve a 1'appui, pour en induire une violation de
la chose jugee ;
Altendu que les iugements des 22 octobre 1907 el 29 jan-
vier 1909 invoqu6s come ayant acquis l'autoritM de ia
chose jug6e, recounaissent hIin I;i possession des deman-
deurs en cassation sur dix carreaux de terre dependant
de I'liabitation Vergnier, ce que Linassa Lafontant ne
leur a jamais contestI ; que celle-ci a prdtendu, et le
contraire n'est pas prouv6, iqe I'operation d'arpentage
A laquelle il allait etre proc6de a sa r ii' i'ii. 1 su1r la
portion de terrain don't elle a la possession sur la mnme
habilation, n'a caus6 aucun trouble i la po--i~ in de la
parties adverse ; el, dans ces conditions, on comprend
diflicilement qu'il puisse eOrc reproch6 an juges de
l'appel d'avoir viol les articles 1185 et 1136;
Sur le 4e moqen:
Attendu que pour faire tomber ie jugement du tribunal
de paix don't 6tait appel, les ;applelants avaient entire au-
tres moyens invoque la cho moyen, les juges onl declait virltiellement, en recher-
chant le sens du jugement di i2 odtobre 1907, d'o0 on a
tire I'exception de chose jug.,, que celte exception n'6tait
pas fondue ; qu'il en resulte que l'art. 148 proc. civ. ~u'a
pas et6 viol6 pour d6fau i de iotif sur ce chef.
Sur le 5e moqen :
Allendu que les judges de I'appel n'ont prononc6 contre
I'action des appelants ancune dcheancce, qu'ils l'ont plut6t
considered coinme une compltiiile qu'ils ont declaree non
recevable falle de juslificalion, le jigeient du 22 oclo-
bre 1907 n'ayapoint point reir a ,an:ssa Lafontant le droit
de fire arpenter son terrain, la defense de iroubler la
possession ne comportant pas celle d'arpener au besoin ;
Atlendu que l; critique fiile des motifs pour en faire
ressortir l'erreur ne prove rien conlre la validild du ju-
gement don't le disposilif, clair et precis, est jLusifie par
des motifs de droit; qu'il s'ensuit que les jugesi de Jacinol








n'ont commis ni excess de ponvoir ni violation des aits.
31 et 951 proc. civ. I10 1 Ctde civ. et 25 de la loi sur
l' l'j: l +n aC',,.
Sur le Ge moyen:
Alteudu quc les jugc de Jlacimel n'ont point contestI
aux iciiai e n.rs (:n cassation Ia possession qu'ils out des
dix .'-i ui~i de teie de I'llal)itation Vergnier ; que ce
qu'ils dieientr c'esl io trouble par eux invoqu6 et qu'ils
font resuiter de I'oplr'ion I i'arperitage du 4 mars 1909
don't le prc' c '- i'-rbatl ne fait nulle menettion
t.''lIlu, q it i'aclca!d I'a penteu'" Jh. Pierre Jules
Nicolas qui i.' l i non ias ei sa q alilt d'arpeiileiir,
rnm i, coimme repr', I it des consorts Doirin, il ne
p 'v i i i a e .-ii I ct mme un1 acle ai lhnc tiqu puis-
qu'il esl c i imandi des Doiiins eux-monms, et le tiibu-

pas viol6 I'ari. i0l civ. ni l'ai l. 148 pr. civ.. ce
dernier mal it .,,,-, invoqu dans ce m y1u.81.
Sur le 7e mofen :
Alledu q'il ne s',igil dl,;ns co moyen que de la de-
ma nde i', o-,v :lioi lw.lI. d.et la, asusa l.afdontant devant le
juge I. paix de. 1 ie. ct i:,i rtpruliite ei appel; que
le T ;! -ii 1, e lete r )iy'oven du pourvoi, s'est deja
eL,, I ur c dic.i ile qui (lonne lieu it iequete ci-
'vi" i n il ai i l. ll;
Par ces motifs, le Tiibunal, apris dtlibcrallon. rejette
come mal fonde le ponrvro' lormn par les consorts Doi-
rin sus-designes et qualilies ci nl. le jugemnent du tribu-
nal.civil de Jacmel enI date du 28 octobre 1909, reudu
sur appel, cotitradictoirement enlre eux el la dame Lanas-
sa Lafontant, en consequence, ordonne la confiscation de
1'amende deposde et compcnse l,,s delpens.
Donn ; de nous, H. ILechand, president, P.' Laraque,
P. Jh. Janvier, J. J. F. Magny et Cauvin aiiit, juges, en
audience publique du .2 mars 1912, eic

-r r-










-53-


No 29

OctavwIs Myrtil Orphise Saint-Amour Fi ang~dr

QUALITY DES PARTIES. CUMUL DU POSSESSOIRE LT DU
PATITOIRE.
Les dispositions relatives aux qualit6s des parties, 6dict6es par
1'art. 118 du C. de proc. civ. pour la redaction des j-gements,
ne sont pas rigoureusement applicables en justice de paix oti il
ne se fait pas de signification de qualities, ces qualities e:ant tirees
de la citation du deianadeur.
L[ejuge de paix, statuant sur action possessoire en reintigrande,
qui dit dans un des motifs do sa decision, uniquement pour
caracteriser la possession invoquec et nullement pour consacrer
un droit de propriete. que le bien litigi6ux appartient a la de-
manderesse en reintegrande par dcoil de possession maternelle "
ne cumule pas le possessoire et lc p6titoire, alors surtout que
le dispositif du jugement s'est strictement renferm6 dans les li-
mites du possessoire.

Oui, a l'audience du 7 mars courant, le juge J. J. F. Ala-
gny en son rapport ainsi que M1. Lys L l't :, illli.,t
du Commiss:ire du Goeiire.ni.m'.i, en s. C I : lu i-.i-,
Vu: 10. . etc.
Str le I'r moiqen dui pourvoi
Attend que les flip i ili . relatives a! .i ts dees -
ties, 6dictees par I'art. 148 proc. civ. pour la j '1 ti.-in
des jugements, ne sont pas rigourelSsemeInt ap;l;ic. ,ll's en
justice de paix oiu il ne se fail pas de signification de qua-
lites, ces qualilts 6tant tires de la citation dn demandieur ;
Attend qu'il r6sulte de ces considerations que 'oinission
dans les qiilites des parties irns~eres dans le jugement de
la profession de I'une de ces parties ne peut pas pro-
duire nullitl et, par suite, dli iier lien a cassation.
Sur le 2e moien du pourvoi .
Alleiidu que'l juge de p;iix, statuanti sau action posses-
soire en r6inlegrande, qui dit dans on des motifs de la d6ci-
sion, uniquemnent pour caracteriser la possession invoqude
ct nullement pour consacrer tn droit de propri6dt, que le
bienjlitigieux appartient A la demanderesse en r6intlgrande
par droil dt possession mat rtelle, ne eumule pas le pos-
sessoire et le pelitoire, alors surtout que le dispositif du









jugement s'est striclement renferm6 dans les limiles dn pose
sessoire; qu'il s'ensuit qu'i! n'y a dans I'espice ni incom-
pdlence, ni excis de pouvoir;
Par ces motifs, le TribaIal. apr6s en avoir delib&r6, re-
jelte come mal fond le pourvoi exerce par le sieur Oc-
tavius Ilyvlhil contre le Tribunal civil de Port-au-Prince,
en dale du 17 mui 191t2, entre li el la dame Orphise Saint-
Amour F g.itine; en consequence, ordonne la coullscation
de l'amldle d~lpoe, .
Donn6 de nous, H. Lechaud, president, P. Laraque, P.
Jh Janvier, J. J. F. M. gny et Canvin ain6, juges, en au-
dience publique du 12mais 1912,etc.


No. 30

Analhalie Dauphin Zeila Adrien & consorts.

POINT DE DROIT

Pour remplir le voeu de I'arl. 148 du C. de pr. civ., la re-
daction du point de droit des jugements doit Mtre un expose
sommaire, mais clair et prdcis, des questions que la conies-
tation present A juger.


Oi'i, a I'audience du 26 f6vrier could, le juge L. Denis
en son rapport, Mes Benoiti et Volcy, en I eurs observa-
tions, et a I'audience da 4 Mars courant of t'affaire a 6te
continue, M. Eug. Decatrel, Substitut du Commissaire du
Gouvernemnent, en ses coinc;usions ;
Vu : 1o. etc
Sur le ler nmoqen du pourvoi:
Altendu que pour remplir le voeu de I'art. 148 pr. civ.
en ce qui concerne la rIdaction du point de droit, celte par-
tie d(i jugement doit contenir une expose sommaire, mais
clair et. precis, des questions que la contestalion present a
juger ;
Attend dans l'espece, qn'il s'agissait de l'enlerinement d'un
rapport d'experts a fin de partage et qui avail oonn6 lieu i
des observations discutles entire les parties, et le tribunal,








55
en posant la question y relative s'est contents de se di:Lm.n-
der s'il devrait prendre en consideration routes les observa-
lions rant des demandeurs que des d6fendeurs
Atlendu qu'ainsi pose cette question est trop vague, ,',s
qu'elle no laisse meme pas soupconner la nature et ': ca-
ractere dles observations respectivement proJuites par les
parties, observations que le tribunal a declare n'avoir uas
lieu a prendre en consideration quant a present, la loi tra-
cant les formes des partages ; qu'il en r6sulte done une vio-
lation de I'art. 148 pr. civ :
Par ces motifs, le Tribunal, aprbs en avoir ddlib6r6 et
sans qu'il soit besoin d'examiner les tutres moyens di pour-
voi, casse et annule lejugement du tribunal civil de Saini-
Marc en dale du 23 ;uin 1910 rendi contradicloii o, en-
tre les parties en cause ; en consequence, ordonne ta e-
mise de I'amende deposte, et, pour 6tre statu con'';n '-
ment I la loi, renvoie l'affaire devani le tribunal civil '
Gonaives et condamne la succession Josephine D.aii,',; .
d6peus liquids a la some de ...... en ce non con,:i;; '',
colt du prIsent arrdt qui sera adress6 an Commissaire 'l
Gouvernemnent pr6s le tribunal civil de Saint Marc p.:Ir etre,
a sa requisition, transcript sur les registres du dit Iribui ;;, a-
vea mention en marge du jugement annual.

Rendu par nous, H. Lechaud, president, L. Denis, V. ,i-
ther Domond, J. L. VWritd et J. Ddvot, juges, en m.i.-,v:.
publique du 18 Mars 1912, etc...


No 31

Anathalie Dauphin les consorts Constant

POURVOI SANS OBJET


Oni, a Il'audience du 4 mars courant, le juge Jh. Ducis
V\'lrd en son rapport, Ales C. Benoit et H. Volcy, en
leurs observations respective, et M. Eug. D6catrel, Subs-
lilut du Commissaire du Gouvernement, en ses concl -
sions.








-56
Vu : 10
Alt .'i i t. e Irgle,en droit,(que i'annulation d'un
j'. l ,,i don ii (i[ail I'objet, remettant la
cai ', le 's an minme et sembhlable 6eat oil elles
6. I 'I nr t, s'eten I, par voice de consequen-
ce. A~ ('i-ioi:. residues pour I'execution du dit ju-
gement ;
AtI!-'t!. .,', l'ei: ll 'l, qia le jugement centre lequel
est diii;,' Ie prdsein I ri'' i a ti1; rendu pour I'ex6culion
du j;g, i I du i'ribunal civil lie S linl-larc oi date du 27
juin 1910, 'nt I':niiul;lio'i virilt ld'e 're prononcLe par
a:Irr't de ce haul Tribunal ir dtl:ile de ce jour ; qu e dtl
lors, le pourvoi ex- re, conlre Ie j dgment qui est la suite
de celui a niul6 I ,, Irouv 1e dire s;ris objet
Par ces miolifs, le Tr-ibunal, apris d1libi.6ation, declare
sans obIl) le pourvoi de la di(ame Anathalie Dauphin centre
Ie jugelnenll do trihbuiil civil de Sainl-Mare en date du 29
dc',m; libi,, 1910, rendii entre les parties eu cause ; en con-
sel ,I ,,iic oln 1 Ln i la confiscation de i'a;in ndle d6posee et
comi. i di la dame .Ailihalie D iuphin auix L.penis linidlds
A la a m1i i. ,' tde..., en ce 1noi coiipris le coat d(u prdse ti
arret.

D :ml' d& 'iils. H. Le-hand, prdsidenl, L. Deuis, Jh.
Ducis rd, ,. L. V\ rit6 et Justin D.vol, juges, en au-
dience publi., du 18 mars 19H. ele.



No 32

Florida D imin et consorts conlre Noiel Placide.
L'attestation donn6e au juge tie Paix p r I'oflicier de la police
rural appcie 6 assisler a une operation d'nrpentage, en vertu de
l'art.20 de la !oi sur la mnaticre, ne peut 6tre detruite (que par la
preuve contraire.

Sur le ler moqeni du pouriuoi.
Allendc, en "iroil, qu'en maliere d'arpemiltag.e Fallestla-
lion donmie an i j de p)aix par un ollicier de la police
rurale present sur les lieux, en verlu de I'arl. 20 de la








-57--


loi .Iur 1'arpenlage, de fails qui se sont passes sous ses
yeui, eo peut 6 re dlruite que par la prenve contraire;
Atiriidu qu'appeIl pour llre present i une operation
d'arpentige, i larluelle it dev:iit lire proceil le 23 d6cem-
bre 1907, : la requisitio'i )lu citoyen Noel Placide, sur
I habitation Millot en la section rural du Bonnet d l'E-
voque, le chef de cello section se presen'a sur les lieux
oit, devant lui les dames Dupin out declare faire opposi-
tion ai cette operation d'arpenlage qni, sur son interven-
lioni, a e6 disconlinue e;
Alletnd quo les juges du Cap-Haitien, en d6niant, com-
ine ils out fait, I'existence du cCOon I l .-in cll iil de ce teop6-
ration d'arpenlage el de l'opposilion qui l'; fail discon-
tinner malgrd I'atleslation dih chef de la section agissint
dans I'exercice de ses functions, out viol6 les rigles relati-
ves a li preuve en pireille maliere et co:nmis I'exces de
pouvoir qui leur est reprochle de ce chef;
Altedii que, contrairement a ce qu';i p'rtendu le d6fen-
deur au pouirvoi, la presence de 1 oficier de la police
rurale iux opiralions qui doivent avoir lieu dans sa 'cir-
conscription est ordonnee pir la loi dans un but die sur-
veillance pour emin6clier et signaler an besoin a qui il ap-
partient routes conlraventions A li loi; qn'il est done li
danis I'exercice de ses foiictions et son attestation des fails
qui se soul pI:ss Us sous sons ses yeux doit, qniand elle
u'est pa;s d6truite par ine altest;tioii contraire Otre prise
en consid6ralion;
Altendu. en droil, qu'il est des exceptions au pouvoir
souverain d'appr6cialion des juges du fond; que, dans
l'espice. ce tionvoir ne va pas juisq'it interdire au tribunall
r6gulateur le droit do v6rifier la rIgularit6, les effects juri-
dilues d'uu acle prodniit an proc6s; qu'il s'agit de I'exis-
tence d:ii fail con~sal6e par une partie ayant qualil6
pour ce tf;irc; que d-e tolt ce que dessus, il r6snlte que
le jugement, objet du pourvoi, est, de ce chef, Inl;
Atteii u qu'il st encore nul pour avoir valid I'ope-
ration d'arpentage du 28 d6cembre 1907 A laquelle il ;
16t procMd6 minlge 6 l'opposilion ii celle qui avail 6dt len-
tie Ile 23, iidme mois, et qui 6lai pendante devant le
tribunal de paix competent, et ':e, d'apres les principles
g'n .rauix du code judiciaire;







-58-


P rt cos motifs, le trib jial, apr,; d'iboration et sans
qn'il soit besioii d'examiner les autres moye.s du pourvoi
casse ct annule le jugement rendu par le tribunal civil du
Cap-Haitien sur appel, le 28 juillet 1910, contrailicloice-
ment eiitre les dames Dupin et Mi. Noel Placide; en con-
sequence ordonne la remise de I'amende d6posde, el pour
6lre slatu6 conformement A lh loi, renvoie I affaire' devant
le tribunal civil de Porl-de-Paix et condamne l. Noel
Placide aux depens liquids A la some de... don't distrac-
tion au profit des avocats des demanderesses sur I'affirma-
tion de droit, en ce, non compris le corit du present arret
qii sera adress6 au Commiszsaire du Gouvernnient pr6s
le Iribunal civil du Cipp-Hailien pour 6tre, A sa requisition,
transcrit sur les registres du dit tribunal avec mention en
marge du jugement annul6.

Donn6 de nous. 11. Lechaud, president,. L. Denis, V"
Rither Domond, Jh. Ducis Viard et justin DOvot, juges, en
audience publique du 18 mars 1912, etc...


No 33
Hlqacinthe Sanon-Sainvilus Sainvil et consorts.
DECHEANCE
Est d&chu de son pourvoi le demandeur qui accord au dd-
fendeur le dMlai de deux mois pour fournir ses defenses au
.greffe du tribunal de Cassation au lieu du ddlai de 30 jours
pr6vu par l'art. 929 proc. civ.

Oui, a l'audience du 12 mars de cette ann6e M. le juge
J. J. F. Magny en son rapport, et M. Lys Latortue, subsli-
tut du Commissaire du Gouvernement, en ses conclusions.
Vn : to etc.
Sur la fin de non-recevoir soulev6e par les d6fendeurs et
basee sur la dechdance du pourvoi:
Vu l'art. 929 du Code de procedure civil.
Altendn que le demandenr en cassation qui donine assi-
gnation au d6fendeur a fournir ses defenses dans uu ddlai
aotre que celui rigoureusement fix&'par I'art. 929 modified
du Code dU procedure civil read son pourvoi irrecevable -








-59-


qu'il imporle peu que ce d6lai soit plus long on plus court;
Attendu que dans la signification de ses moyens, le sieur
Hyacinthe Sanon a fait donner assignation aux consorts
Sainvil A louruir leurs defenses au greffe dn Tribunal de
Cessation dans le d6lai de deux mois ;
Alleridu qne ce delai- n'Ptit pas celui de I'art. 929 dn
Code de procedure civil qui est de trente jours, le sieur
Hyacinthe Sanon a, par conseouient, encourn la d6ch6ance
prononcee par le dit article modifiU par la loi du 21 aolt
1907;
Par ces motifs, le Tribunial, apr's en avoir d6lib&r6,
pronounce la dechIance du pourvoi exerce par le sieur Hya-
cinihe Sanon centre le jugement de cong6-ddfaut rendu
par le tribunal civil de I'ort-au-Prince en date du C2 mai
1911l ; en consequence, ordonne la confiscation de I'amende
d6posde et condamne le demandeur aux d6pens alloues a la
some de . don't distraction au profit de Me W. Mi-
chel, qui les a avancis, en ce non compris le co~t du pr6
sent arr.t.
Donna de nous, H. Lechaud, president, P. Laraque, P.
Janvier, J. J. F. Magny et Cauvin aind, juges, en audience
publique du 1' mars 1912, etc.
---*-~--

NO 34
Almoide Benjamin et consorts Norgaius Brutus
L'art. 699 cod. cv. n'est applicable qu'a la vente de. droits
successifs faite avant tout partage ..et non a la vente d'un objet
determine apres partage.

Oui, ia 'audience du 12 mars conrant, le juge P. Lara-
que en son rapport, ainsi que M. E. Dicatrel, Substitut
du Commissaire du Gouvernement, en ses conclusions.
Vu 1 etc.
Sur l'unique 'noilen du pourvoi.
Attendu, en droil, que l'art. 699 code civil ni. s'appli-
iqe q(i'a la vente f ile do droils successifs avant le parla-
ge, el non a la vente faite, comine dans l'espkce, d'ua ob-
jet determine apres le partage ;








-60-


Altendu qu'il risr e:i fait des constatations du ju-
gement objet du pourvoi, qu- le coliriiiers des deman-
deresses en cassation n'ont pas vewdlo leurs dr,)its ni nne
quote-part de leurs droits dais li succession de leur aieul
FrdItlric Either ; qu'ils ont veidu a Norgaius Brutus un
terrain d'un carreau de terre de I'habitation Revenas qu'ils
airaient recueilli de celle succ0sion apris partage ; que
des lors, il ne s'est agi qu ,l ('ine verte ;yant pour objet
nul in n ibll d6ter-rinir indivis en tre des heritiers, et
non ll droits suclessis diGtn un Ul Ii'redit ; qLu'l en rd-
suite que le retrait succcssoral poursuivi centre Norgius
Bruins n'est pas adinissible, ainsi que I'ont reconnu et de-
clard les li jtl d .1 tc nu qui, s ins ex.e; de pouvoir,
n'ont p;s viold,' m:iis sincerement appliqud I'art. 6J9 code
civil ;
Par css motifs, oI Tribuirl, april, ei avoir d6libbrd, re-
jette paorm ant el sim:lemrnt le po'irvoi 'ormn pac les
darn s Almoide el Er nlina Banjamiii contre le jugement du
tribunal civil ,de .Jamel en date di 23 d6cembre t910,
ren lu contra lictoirem 'nt e tire l s parties ea cause ; en
con'squenc,. ordonne la confiscation de I'amrnnde ddposee
et condainue les dies dimes Almoide et E'niiimni B3n-
jaini ainx dVpens liquid6i A la sommnne de...... en c>, non
comprise le coit du pr6;ent arret.
Donn6 de nous, H. Lecliand, president, P. L-iraque, P.
.l. Janvier, J. .. F. Magny et Cmrvin aine, juges, on au-
dience publique du 19 Mars 1912, etc


NO 35

Vve Saint-Juste Abraham et' consorts Elipha Jean-Pierre et
consorts
L'exception de qualild n'est pas d'ordre public; les juges ne
peuvent pas la reliever d'oflice.

Ou'i, A l'audience du 14 mars courant, le iuge P. Jh.
Janvier en son rapport, Me Michel Oreste, en sts obser-
vations pour les demandeurs, ct M. E. Decatrel, Substitut
du Commissaire du Gouvernement, en ses conclusions.
Vy : 10 etc.







-61-


Sur le ler moyen du pourvoi:
Attendu que 1'exception tiree du defaut de quality, bien
que proposable en tout elat de cause, no tient pas cepen-
dant A l'ordre public, et, en th&se gAndrale, ne peit pas
6tre oppose d'office par les juges, alors surlout que, coin-
me dans Iespkce, les pr'tentions des demandeurs sont,
dans une certain measure, justifiees par les tires ilu'ils
ont products et qui out Wte ecartds sans examen ;
Attendu que les demandeurs, porteurs de pieces qui les
reconnaissent propriktaires du bien litigieux comme hdri-
tiers de Ndeslant Jacques, ont actionn6 les d6tenteurs de
ce bien qui I'occupent indument A en ddguerpir ; que
ceux-ci, nyant faith defait, lei juges de Jacmel, sans avoir
dgard aux titres qui srvaient de base a l'action, onl, d'of-
fice, oppose A cette action le defaut de quality des de-
mandeurs, en quoi ils ont violet I'art. 153 proc. civ. et
commis un exces de pouvoir.
Par ces motifs, le Tribunal, apres en avoir ddlibdrd,
sans qu'il soit besoin d'examiner les autres moyens du
pourvoi, casse et annile le jugement du tribunal civil de
Jacmel rendu par delanti le 8 avril 1'(10 centre les de-
mandeurs au pourvoi, aii profit des d6fendeurs; en con-
seqpence, ordonne la remise de I'aimende d6posde, et,
pour etre status conformemeiit A la loi, renvoie I'affaire
deviant le tribunal civil de Petit-Goave et condamne les
d6fendeurs sur ddnorimds et qualifies aux dlpens liqui-
d6s a la some de...... en ce, non compris le coit du
present arrdt qui sera adress6 au Conmissaire du Gou-
vernement ,prs le tribunal civil de Jacmel poor 'lre. a sa
requisition, transcrit sur les registres du dit tribunal, avec
mention en marge do jugement anuiinl
Donn6 de nous H. Lechaud, president, P. Laraque, P.
Jh. Janvier, J. J. F. Magnyel Caivin ain,, juges, en au-
dience pnblique du 13 M'ars 1912, etc.

N- 36
Charles Mtellus Stephen Smith
Les moyens du demandeur doivent, A peine de d6chdance, etre
signifies au d6fendeur dans la huitaine de la declaration de ponr-
voi, alors m8me que cette declaration aurait Wte faite avant la si-
gnification du jugement attaqu6.









Oui, A I'audience du 11 mars de cette ann6e, M. Ie juge
J. J. F. Magny, en son rapport, ainsi que M. E. D6calrel,
Substitut du Commissaire da Gouvernement, en ses conclu-
sions.
Vu : 1 ... etc
Altendu qu'en r6ponse aux moyens du pourvoi exerc6 par
le sieur Charles MWtellus, is-qualilds, contre le jugement
primentionn6 dn tribunal civil de ce resort, le sieur Sti-
ohen Smith excipa de deux fins de non-recevoir basees, la
premi&resur la pehchance resultant de la signification lardive
des moyens du pourvoi, et hl second sur I'inobservance de
1'exploit de signification des dits moyens, d'ofi nouvelle d6-
ch6ance ;
Sur la premiere fin de non-recevoir :
Atlendu qu'il est de jurisprudence constanle base sur
l'art. 929 c. p. c., modified par la loi du 21 aoit 1907, que
la signification des moyens faite aprs I'expiration de la hai-
taine de la declaration du pourvoi rend ce pourvoi irreceva-
ble ; -
Que la pai tie contre laquelle un jugement est rendu el
qui se hate de faire son pourvoi sans attendre la significa-
tion est ccnsde y avoir renonce, et, dis lors, elle encourt la
d6ch6ance si ses moyens ne sont pas signifies dans la hui-
tainet exigie par la loi ;
Attend, dans I'esp6ce, que le jugement intervenu entre les
parties est du 23 mars 1911 ; que Charles Mdlellus, sins en
attendre la signification, a fait sa declaration de pourvoi an
greffe du tribunal civil le 5 septembre suivant, et n'a signi-
fi6 ses moyens que le 12 octobre 1911 ; c est-A-dire plus
d'un mois apr6s ;
Attendu que dans ces conditions son pourvoi d o i t
etre declar6 irrecevable et, puisqu'il n'est plus dans le d'-
lai pour le renouveler, il a encouru la dhchdance ;
Par ces motifs, le Tribunal, apres en avoir d6libr et sans
qu'il soit besoin de s'arreler A l'examen de la second fin
de non-recevoir non plus des moyens du pourvoi, declare le
ciloyen Charles Mdtellis d6chu de son pourvoi contre le
jugement du tribunal civil de ce resort en date do 5 septem-
bre dernier, rendu an profit du sieur St6phen Smith ; -
en consequence, ordonne la confiscation de I'amende d6-
posee et condamne Je dit Chai les M6tellus aux d6pens alloues
a la some de :..., don't distraction au profit de Mes Dd-







-63-

jean et Moise, en ce non compris le cott du presence arret.
Rendu par nous, 11. Lechand, president. P. Laraqiie, Ph.
Janvier, J. J. F. Magny et Cauvin aine. juges, en audience
publique du 19 mars 1912, elc.


No 37

St. Jacques Dssir -- Clervean Lucas
Les actes sous seng priv4 qui contiennent liberation de va-
leur sont assujetles a I'enregistrement,et il ne peut en ttre tait
usage en justice sans I'accomplisseinent prealable de cette
formality.


Oui a I'audience du 12 mars courant le juge P. Laraque,
en son rapport, ainsi que M. Lys Lrttorlu?, Suhstilu; du Cre.
du Couverl, en ses conclusions.
Vu : 10... elc
Sur l'exception proposee d'office par le Ministire public :
Attendu que les actes sous seitig pri'v, qui conliennent
liberation de valeurs 6tant assijellis A l'enr2gistrenenil, il
ne pent en etre f;iit usage en juslice qu'ils n'aierit W~t prea.
lablement enregistrds, arl. 12, 122 de la loi sur l'enregistre-
ment ;
Altendu, au surplus, que defense est faile aux juges, art.
161 de la inmme loi, de reldre aucun jugeinent sur des
actes soumis A I'enregistrement qui ne seraient par rev6-
tus de cette formality, a peine d'elre personnellement res-
ponsables de ces droits ;
Attendu, dans I'espece, lue les juges du -jugement, ob-
jet du pourvoi,ont faith tlat d'un rcgu donns le ler d6cem-
bre 1910 par un sieur Decas'ro a Clerveau Lucas, pour
tine quantild de 194 livres de caf6 ; que ce recu, bien que
soumis A l'enregistrement, n'est par revetu de celle forma-
litI, d'of infraction aux articless 12 et 122 de la loi sur I'en-
:egistrement.
Par ces motifs, le Tribunal, apr6s en avoir delib&r6, et
faisant d:oit a la requisition du minisltre public, declare







--04-


surseoir iia Ialuet sur le present pourvoi jusqu l'earegis-
trement du rcqu don't ii s'agil ; dit que les'juges du juge-
Ient, objet de ce pourvoi, sont teIius pour p- i n'inlle-
ment re.ponsables des droits A acquitler pour l'e regislre-
ment ordonn6. DWpens rdservis.
eendu par nous, H. Lechaud, president, P. Laiaque, Jhi
Janvier, 1. J. F. Many et Cauvin ain6, juges, en audien
ce publique du 19 mars 1912, etc...
---- 9L- -----

No 38

Pve Depmeyer (Georges ) Florelly FRrere

Un acle n'est pas nul pour avoir kt6 signified prdmaturd-
ment.
Les dommages-int6rets ne peuvent ltre alloues lorsque les
debats ne sont pas d6finitivement terinines entire les parties
litigantes.

Oui, a 1'audience du 23 novembre dernier, oh celle af-
faire a Wte reproduile, N1. le juge P. J. Janvier, en son
rapport, M. E. Decalrel, Substitut du Commissaite du Gou-
verniement, en ses conclusions.
Vu: 1 . etc.
Sur l 2e emoyen:
Vu les articles 938 et 951 du code d'e procedure civil.
Allendu que,par jugement rendu par le tribunal civil du
Cap-Hailien le 18 avril 1910, ce tribunal dcllara premature
un commnandement A fin d'ex0cution signifies le 27 d6cem-
bre 1909, pour avoir 6t6 donn6 avant le prononc6 de I'ar-
rdt du Tribunal de Cassation sur le premier pourvoi du
sieur Florelly Fertre; debouta ta dame Formilie Etienne,
Veuve Depmcyer, de ,on action, come etant mal fondue,
I'affaire 6tant encore pendante en cassation au moment
du dit commandement donned i sa requ6te et la condamna
a sept-cents gourdes de dommages-tn!erels, en reparation
des prejudices causes au d6fendeur et,en out e, aux d6pens,
Attendu que, par arrdt en date du 28 oclobre 1909, un
pourvoi exerc par le sieur Florelly F6r6re centre un ju-








-65-
gemrntl d6finitif en date du 6 novembre 1907, rendu entire
les mmins parties, a die rejeld;
Allendu que, d'apr&s l'air. U;)6 du Code de procedure
civil, eel arrit ne pouvait dire attaqud par aucine voie
par les parties qui y avaient figure;
Altendu que, dans ce cas, il y avail chosejugde, et au-
cune decision post6rieure (.tnAie," d'un tribunal quelcon-
que ne pouvait 6branler la foi due au jiugi',mr t idu 0 no-
vembre 1907, confirm part I'.. ( du 28 octobi e 1909;
Atlendu que I'art. 051 du Code de procedure civil a
Wte violet en .ce sens que 1e tIr i civil du Cap Haitien
a annule le coniin in' ment
  • cause de pi-rmaturiti ; 'un icle n'i. pas nul parce qu'il
    a 61e premature-ir ent ili: qiu',n 1i',..io:;i10i't done la
    nullit6 du coiniiii; id i, I l I don't s'agil, le tribunal civil du
    Cap-Haiitlei a viol6 les diillo-itions de l'arl. 951 du Code
    de procedure civil;
    Sur le 2e noy ien base sur la fausse application des arli-
    cles 1168 et 1169 du Code civil:
    Attendu que, s'il est de Irli i,. iu quo les juges du fond
    appricient souverainement les fails et circonstances desquels
    ils font r6suller une faule pni 'lit se resoudre en dom-
    inages-int6rits, d'apres les articles precitLs, ce n'est que
    lorsqup les d6bals south dt-fiiitivoinetit fermes, que les par-
    ties litigantes out f pouil tous letrs moyens pour et centre
    la demand que cette ;aplpici-ntion )peut tre 'aite; mais
    lorsque, commiinc l:'s l'esplc(c, ie conimmandemnent 6tait jug6
    premature, que I' :Tai ,i' eail encore pendlaile en cassation,
    il (lait tvidenl quce a dr,li:nd ,I.cL-. oire en domnmages-
    interdls devait (tt'L retenue ponr dtie examine apr6s l'arrMt
    A intervenir sur le pourvoi exerc6 centre le jugement in-
    lerloculoiie; qu'en procdaini ai si, les premiers juges ont
    faussenent appliquI el inteilprile les articles 1168 et
    1169 du Code civil.
    Par ces malits, le Tribunal, apr6s en avoir d6lib6r-, et
    sans qu'il ,ol besoin l'exn Ii It s aw 'tres inoyeis du
    pourvoi, casse tel ,iiml!', ie il;".. .ndui entire les par-
    ties par Ie tribunal civil tdu C;i ;L i; n, sous l. dale du 10
    avitl 1910, o done la premise de I'. .:ii-e d6pos6e el, pour
    d.re status conform6ment a la loi, renvoie la cause At les
    parties devait lIe tribunal civil de Port-de-Paix et condamne
    Ie dtleiideur aux dopeiis allou6s a M. J. B. W. Francis et










    Maullun, AuI,-iI lI, a Ii i soline de. . don't distraction A
    leur profit, c' ce non co io,!0i le cofit du present arret.
    Doinn de nojus, F lh;oii, vice-president, P. Laraque, P.
    J. Janvier, A. Chamiilpa:i et .1 J. F. Magny, juges, en au-
    dience publique dii U mars 1912, etc.


    No 39

    P. A. Theodat les consorts Beauge Lanartiniere
    Un jugement, pour cl1r rc'gulier, doit count I ir ( (s nr tif
    sur chacun des chefs de demande.

    Oui, A I'audience di 19 inmrs de l'ann6e couranwc, les
    iige P. Laiaque, en son rapport, M1 W. Miclel, en ses ob
    servations, et ,Mr E. Dicai~e., Subslilut du Conmmissaire
    !ai Gouvernement, en ses conclusions;
    Vu : 1. . etc.
    Sutr la Ire branch di ~e mo yen du pourvoi:
    Attendu qu'il esl tde ri('gl que I s jiigements doivent, a
    . icle de nullit, conlciiri des motils sur tous Ips chefs de
    demand qui ont fail Iobjet ile conclusions foimelles, art.
    148. proc. civ. ;
    Attendu, dans I'esp6ce, que P. A. Thoda;t avait excipt
    de la nullit6 d'une citation ,n date du 1 mars 1907 qui lui
    .1, il At6 doinnme A fin d' s:.i-tnnce A une operation d'ar-
    pentage el de l'annulation, p1ir voie de consequence,de cetle
    operation d'arpentage;
    Atlendu que, bien que les juges se soient, dans le point
    de droit de leur jugement, interrog6s sur cptte deman-
    de el I'aient rejet@e dans le dispositif, ils n'en ont fait au-
    cune mention dans les motils, qr'il ein ieulle done ine
    violation flagr:nte de l'art. 148 proc. civ. sus-nientionn;
    Par' ces molifs, le Tribunal, apr6s deliberation et sans
    qu'il soil besoin d'examiner les autres moyens du pourvoi,
    casse et annule le jugemeni, objet du pourvoi; en consO-
    quence, ordonne la remise de I'amende d6posee et, conune
    il s'agit d'un second recours erne les memes parties, re-


    -lt (-







    -67-


    lienl 'aflaire pour, au fond, en dire sfa!ue conformment
    a 1'arl 1:31 de la Constitution.
    Au fond
    Allendu qu'a la suite de difficultis entire les parties A
    propos de la possession d'un terrain de cinq carreaux de
    terse sis ii la Seringie, dan Ia commune de Pelil-Goave,
    P. A,\ugulin Thlodat fit ,it :' Beaugc Lamar'inimre en d6-
    gllcrplisemrnnt de 15 carln de terre de la m6me habi-
    tation La Seringue, c(i'm,' '. Ol-il, par Beauge comme
    son fernier, alors que ',i i qui se dit proprielaire des
    dits 15 carreaux declare en a ( ir ioujours ea la possession
    en cette qualii6 et n avoir j]i ri- le I fermier de Theodat
    quaint aux 15 carre:tiux don't 11 so declare propri6taire;
    Altendu que, sur celte action esseniiellement possessoire,
    sorlil conlie Beaiug un jugement par ddl'alt, ordonnant son
    deguerpissement, que sur l'p!:ll qu'il a inl[rjeld de ce ju-
    gement, il soutient, sans nutlli, u il contester A Th6odat a
    qualil& de proprielaire dtes I:' cairreaux do terre qu'il dit
    lui appartenir a La Seringiue (qii.' lui aussi il est proprie-
    laire de 5 carreaux de la neii Iihabitation don't il a loujours
    eu la possession et qu'il u'a j;i;is, coinie fermier, occupy le
    terrain de Thlodat qni, dans cel elat de conlestation a con-
    clu a une enqud e, avec -,, Ice dle pronver par cette vole
    o1 que 1'habilation Labbe Arleaud a La Seringue no com-
    prend que les 15 carin .u de tlerre don't il a la possession
    a litre de proprietaire ; 2o quii .,s 5 carreaux donti ls Beau-
    g6 pretendent qvoir la pOS, ii t come proprielaires sont
    silues ii Augue et nron a L, ;' Arleaud; 3 qve, le pore des
    Beaug6 n'a occnp6 Labbe Arletud qu', lilre de grant ou
    de fermicr, el 40 que c'16tail lonjou;is en I'une on l'autre de
    ces qualils qu'il paynilt i1 c. i de cetle habitation les pres-
    laliois annuelles de l; die ', ll;atiion LabbO Arleaud;
    Altendn que les p)rlies ,inlt iinsi conltraires en lait, re-
    lalivement a la pI oss'sion i ei ies ., : wic-livenment invo-
    Iqu.I, le Trilunal 'ime I V. cesl I cas d'ordonner, aux
    lermes de 1'art. 42 pioc. ,'. 't~Iand6e aux fins
    ci-ile sus .:. Mi i ..rs,
    Par ces motifs, le Tribun. p o's t' lbw;ralion, ordonne,a-
    vani dire droit an fond, ait I o ne Ai listinl Thdodat de faire
    I';r tnmoins Il preuvedes Iails par lui aiticulds A savoirl" que
    I'habitaion Labbd Arteaud a La Seringue ne continent que







    -68-

    les 15 carreaux de 1 -rre don't il a la ropriete et la posses-
    sion et qui n'onii t t .. lpo;r Beanti (1 ,Iuste Lamartinieie
    que coinie femicir (t g ,; i 2 que les cinq carre:iux de
    terre do Beaug; .lusle m ; it;n inli e .('il situt s A Augue et
    non a Labbe Arl, 1., (!cux Ial l ais siltmu A La Scringue,
    non loin Iun :' l'AuIIV, i; picive contiaire resevve aux
    Beaug6 Jt.s' I. inii e; I!.'. '!' an juge de paix de
    la colmIiniu de 1. '-G;uavi s, ii de irocCder CI l'enquele
    et A la contlr -i linu ,. ain i . i s ; i'nutorise, s'il y e-
    chet, A se flaire as I r dl a'ji ;I p unitu de son choix; dit
    que ces ,ol' I ,'i.'; ht minfln ,, il smi: par les.parties conclu,
    et par le Tribulml .!.(.' conltrmtimnlt ii a laoi,- d(pens
    r6serv6s.
    Dotn r de nous, H. LI. 1: i, pr 'ident, L. Deiis, P. La-
    raque, Ani rniw, JA. h n ..I J. L. "Vritl el J. J F. Ma-
    gny, C.invii aind H Ju lin P. ,,, juges, ci audience publi-
    que du 28 mars 1912. etc.


    fo 40

    Cdlestin fils--Duiocher Lapin

    Le demandeur n'est teou d'enoncer dans I'acte contenant
    signification de ses imo.ens que le delai de 30 jours, le seul
    que l'art. 929 lui prescril d'accorder au d6tendeur.
    Une action base sur le trouble apportd a la possession
    d'une partie par une operation d'arpentage esl une action
    possessoire de la compItence du juge de paix.

    Sur les fins de non -recevoir proposes par le ddfendeur :
    Sur Ia premidre.- Aitendu que IIt critique faite de 1'ex-
    ploit de signification ii s ;1 yen't dIu pourvoi est sans fon-
    dement : qu'nn simple c.' a! i'ceil sur cet exploit permit
    de recoInaitre que le .susnonlllndoIde la dernieroe phrase se
    rapporte A Durocher Lapin a qui issignation, dil I'acle. a
    t6l donnie a son domicile, en pailant a sa personnel.
    Sur la 2e.- Mttendti qnu, le lili accord an defender
    en cassation pour fournir ses defenses est de Irente jours
    quand il demeure en Haiti, arl. 9-2 proc. civ. mold. par la
    loi du 21 aofit 1907 ; que ce ddlai est donc le seul dorit









    69-

    'enonciaLioi, t'sl de rigueur dans 1'exploit qui content as-
    signalion ; qu'il s'eusuit que cette 2e fin de non-recevoir
    est, ccol ne l premremire, in il fond6e, ce pourquoi le Tri,
    bunal, apiCs dlihberaliun, les rejette toutes deux.
    Sur les deux inovens du pourvoi.
    Atlendu qu'il ressort en Frit des constatalions du juge-
    ment, objet du pourvoiqtIe lesieur Dnrocher Lapin, voisin
    limitrophe du sieur '9 lc.lin fils, voulant fair rapprocher
    les lisieres de s;. prop)riil'. i equity i celte fin n arpenteur
    qui, au course de son ilpdration, empidta sur 1i propridVl du
    voisin, occ.asionnant ainsi nor trouble A sa p,.session, ce
    qui le porla it faire (ilc.r DIr iheler LLpin, I'auteor du trouble,
    devani Ia juslicc ,Ic p:ix .' l 1.,.:!. pour voir annuler I'o-
    p&alion dI'arpeiniage cl ot.liner sa maintenue en posses-
    sion ;
    Attendu que dans e. c i ,i.:; '.ine il ne s'agissail point,
    commu e I'ont )preleldu IIs ju., de J..cmcl, d'une action en
    borunge a raisunii i- 1 ii- lle I juge de paix serait in-
    comlpetenit, iIu'il y a it iplu:iit une action possessoire resul-
    lant du Irouble apporle :i li possession de Cdlestin fils par
    l'operation d'arpicnage pro'i'qn~e A la r6quisilign de Duro-
    cher Lapin, on eaior .. ni, a lion en usnmpation de terre de
    la compleeuce e.\ IisiL\ c tit. iibunaux de paix ; que les juges
    de Jacmei, en ,i .ilili n. c. te action d'action en bornage
    n'out pas cru de\vir y si. uer au fond aprus I'in'frmation
    du jugement du Iribiulnil le paix don't eltit appel, sous
    pretexte l'inconilj'clenic ;,,.iatIt dans les molifs de leur de-
    cision, m;iN pas dirI icc ".i le i:.*- u,, ." nac le ju-
    ment du Iri buital ti Iai *. e Jactrel I. i. vicid;
    Attend qu'il sullil, ptI t le T! lu ..', de ces simple
    observations pou) r 1.ii1 e IL'-,o 'I i a v]i ',I n et la fausse
    interpirlation invoq iil.es dt. art. 31, ', el 148 proc. civ.;
    Par ces motifs, le Tribii Il, :,, i Ilibir, case
    et annule le jugemnent tit t' li. i Ciil a de Jacmel en dale
    du 17 novembre 1910 renill sur :,;., g.k'Icadictoirelment
    enore les parties en cause ;en Ci,'_, 'joi .i' ordonne la re-
    mise de I'amenute deposee, et pour dire i..ud conformnment
    A la loi, renvoie I alftire devant le tribunal civil de Petit-
    Goave el condamnne Duroclier Lapin (.\ dpens liquids a
    la some de .. en ce, non compt is le coat du prd
    sent arrlt qui sera adressti au Coiimissaire du Gouverneo










    -70--


    ment pres le tribujiil civil de .haemel pour dtre, A sa r6fulni i-
    tion, transcript sur les registres du Iit tribunal, avec men-
    tion enr marge d jugllnnIll annule.
    Donn6 de nous, I. Leih 1!, president, L. Denis, V. Ri-
    ther Domond, Jh. Ducis Viaril et .lIluin DI)vol. juges, en au-
    dience publique du 28 unirs 1J12, etc.



    N041

    Dupre Lestage Eugene Guilbaud

    INTER1TT. PERMIS A UN AVOCAT. NULLITE D'EXPLOIT. -
    PATENTE. POINT DE FAIT. POINT DE DROIT.--
    DEIFAUT. EXECUTION PROVISOIRE
    loToas ceux qui ont figure nomm6ment d(ans une instance
    ont intdr6t a se pourvoir contre le jugement lorsqu'une ou
    plusieurs dispositions du dit jugement leur sont prejudi-
    ciable. Une parties qui a inlf'it ne pent Otre d':claree irre-
    cevables a se pourvoir contre un jugemenl, p.rce que d'au-
    tresco-parties se seraient abstenues.
    2o Si un permis a 6dt d6livr i a un avocat par un juge
    et que le doyen et ce inime juge tronvent que ce
    permits est irregulier et qu'ils prenentn part ua .i jugemnent
    accordant d6faut contre l'avocat, Ie Tribunal de C:issalion
    n'a rien a y voir.
    SoN'est pas nul I'exploit d'ajournelmenl signifi par un huis
    sier-exploitant nommd par le doyen d'un Tribunal, et as-
    sermentd, mneme si l'huissier ne serait pias dans le nombre
    des huissiers exploitants fix6 pac In loi.
    4o Le commeruant n'est pas tenu d'exhliiber sa patent, dans
    une action purement civil.
    5oEn vertu de I'art. 148, C. pr. civ. les juges n'ont qu'L
    fire un expose sommaire du point de droit, pourvu clue les
    questions du point de droit repondent aux chefs de conclui-
    lion des parties.







    --71-
    Go. L'exdcution provisoire est r6gulierement pronounce cha-
    que fois qu'il existe un titre authentique. Le juge peut 1or-
    donner sur conclusions prises a 1'audience.

    Oui A l'audience du 18 mars courant M. le juge L.
    Denis en son rapport, ainsi que M. E. Decatrel, Subst
    tut du Commissaire du Gouvernement, en ses conclusions.
    Vu : 1 etc.
    Attend qu'il y a lite de statuer d'abord sur deux fins
    de non-recevoir opposCes an pourvoi par le ddfendre.
    Sur la premiere. Atlendu que tons ceux qui ont fi-
    gur6 notnmmment comme parties dans l'instance a la suite
    de laquelle a 6te rendu le jugement definitif qui fait I'ob-
    jet du recours, ont interet A se pourvoir lorsqu'une ou
    plusieurs dispositions de la decision leur sont pr6judi-
    ciables ;
    Attend que Dupr6 Lestage ayant dt6 appeal en cause par
    Guilbaud, son creancier hypolh6caire, figure come par-
    lie dans le jugement sur opposition du 26 juillet 1910
    centre lequel il s'est pourvu en cassation ; que dans sa
    requite d'opposition, il a sollicil, pour payer la dette
    hypothecaire, un delai de trois ans qui n'a pas Wtt ac-
    cord6 et qu'il a 6t0 coudamne aux depens; que cons6-
    quemment it ne peut Otre d6clare irrecevable en son re-
    cours pour d6faut de quality et d'intri6t;
    Sur la deuxidme fin de non-recevoir.- Atlendu qu'une
    parties qui a int6ret ne peut etre d6clar6e irrecevable en
    son pourvoi parce que d'autres co-parties ne se seraient
    pas pourvues ;
    Atlendu que lejugement par d6faul du'21 juin 1910 ayant
    statue au fond et ayant 6t6 maintenu par le jugement sur
    opposition du 26 juillet m6me annie, il rdsulte que le
    pourvoi contre ce dernior jugernent qui fait corps avec
    le premier, embrasse naturellement le jugement par de-
    faut qui ne peut avoir oblenu l'autorit6 de la chose jugte
    A l'6gard de Lestage. Or, Duprd Lestage qui avail int6-
    ret a se pourvoir centre le jugement sur opposition, ne
    peut 6tre d6clar6 irrecevable parce que les autres com-
    munistes de l'immeuble hypolhequd ote se sont pas
    pourvus, et encore que Dupr6 Destage serait reprisent6
    par son cr6ancier hypothecaire exereant son droit en ver-
    tu de l'obligatiou hypoth6caire, qu'il decoule de ces








    -72-


    observations que loe deux fii; de n i-recevoir sot m il
    fonddes et que le tribunal, apres l~liberation, les rejltte.
    Au FOND.
    Sur le premier moqen p-ri dl'exce; de pouvoir et :!e vio-
    lation di droil de la ,i U e1 ce lIe DuprLe I'-:g '. iant
    muni d'un pernis, le tribiin ii n';inrail pas d accorder
    d6faiut contire lui:
    Aletnda (oqo c'lst le bi!oinier de I'ordre qui done
    permits Ai un avocat ; It sun tidetiut, c'est Ie dven. Or, si
    le permits a ete delivr6 par un1 juge et que le doyen et.le
    juge lui-mimne tronvent qu'il est irrguiilier et prenient
    part au ingement qui a :'or lI d6fatt c,)ntre l'avocat, le
    Tribunal de C:Gssation n'a rica 'i y voir i'l ei ritsulte
    que le reproche d'exce; ile ptnvoic et ilt violation du
    droit de la defense ne pent 6tro pris en consideration.
    Sur le deuxieme moyen resullant I ex d' exes e po-
    voir et violation de ';:rt. 15 do la loi snr I'organislation jn-
    dicihire, en ce que l'exploil d'ajournen'ent siynifiL a I'op-
    posant seraal nil parce que la signilkiatn~ (In anrait ild
    faite par nl huissier fno iai contraire nent la !oi:
    Attend quci les ilnissiers exs litaii nts, ( art. 1 let II de
    la loi org .ique ) owt iwa)m a ", el conmm io I e6i p ir le
    Doyen du tribiual anquel ils sont attach :, qiu le nom-
    bre des huissiers '\Ipliil ,lti cs;t de troik pnour le tribunaux
    civil except pou, celii de Port-1au-Prince on il est de
    six ;
    Attendu qne l'huissier Lacassade ayanli 6tt nommni; et
    commissionnt par le Doyen du tribunal civil do Jertmiie,
    dit le jugemneut dans son motif, delant assermeni i et fa:-
    sant parties des trois l issirs r !doi- inls preserits pour
    ce tribunal, .'acle d'ajour 'i, I sigifidr par l' i ne pour-
    rait 6tre ddclard nul parce .'il i, serait pas idai s l l
    nombre des hidti i. rs exploit( ns (ix6,
    Sur le troii, nmo' lloen pri di la violalio:ni d. l oi snr
    la r6gie des ii iii,.i 'ir. t,.;, n! cia T1:- Eugene Guil-
    banid;:dtant c.n,,; .,' Iil sa i, n id] la nll'a iratf pas dil ft ire
    rescue puisqu'il n'avait pas ('xh !)j sa ipatene ;
    Altendu que Ie urnoi qn'a1 t jug1 le Iribuhna! civil de Jd-
    r6nie, a rould sur une dema.ide en pairtage d'un bien
    immobilier pour arriver iA I'edxeciion (l'tueobligation,hypo-
    thecaire, et non sur une affaire commercial ; que si Guil-








    ::-73-

    baud est commergant et est sonmis au droit de' patenle,
    c'est pour son commerce ; que par consequent, cette pa-
    tente ne pourrait etre exigee de lui lorsqu'il fail une action
    purement civil ; que de ces observations il y a A decla-
    rer que ce moyen est mal fond6.
    Sur le quotrinme moqen excipani de l; violation de l'art.
    148 du C. de pr. cv., eu cc que le tribunal, pour point de
    faith, aurait simplement renvoy" aux moyeus des pe lies
    invoqu6s et transcrits dans le jiugenent
    Attend (|i'un expose sonm nire des fits suffit it rem-
    plir le vucu de I'art. 148 dil C. de pr. civ que c'est
    bien ce (qiu le tribunal civil do J6r6mic a faith, et qu'il a
    de plus renvoy6 aux conclusions des parlies transcrites
    dans Ic jurinent; qu'ainsi ce nmoyen ne vant pas non
    plus.
    Sur le cinquieme moien que le demandeur fonde s:r
    une autre violation de l'art. 118 du C. de pr. civ en ce
    que le tribiunal aurait trop g''Iralis6 le point de droil,
    et qu'il in'aurait pas pos6 la question relative a I'ex6cu-
    tion provisoire sons caution:
    Attend qu'en vertu de l'art. 1 18 du C. de pr. civ.
    pr6citl, les juges u'ont qu'a fire no expose sommaire du
    point de droit pourvu que les questions du point de
    droit rpiin>!:,l t aux chefs de conclusions des parties ;
    Attendu qi'en lisaut Ie jligcin n! atnlqu6, on volt qcue
    c'est ainsi qa'ont proc6d6 les juges du tribunal civil de
    Jr6mnie, et que particuliorenent, ils out pr6cis6 le chef
    relatif I'ex6cution provisoire sous caution come suit:
    c Que dire de l'ex6cution iprovisoire denmande? que
    ayant agi ainsi leur jigg '.nn:it ne peut 6tre reproch6
    d'avoir violet 1'arl. I iS du C. de pr. cv.;
    Sur le sixiine moqcna pris de la violation de 'art. 152
    du C. de pr. cv., en ce (qu le d6faut nie poivait 6lre re-
    quis et accord qu'apr6s une assiga:i.)n rIgulidre et une
    sommation d'audience :
    RAttendu que si le d6fendenr ne se pr6sente pas au jour,
    indiqu6 pour I'audience, it sero donn6 dcfaut ( arl. 152
    C. pr. cv. ).
    Attend que l'acte introductif d'instance n'a janais 616
    anniil ; qu'il est par cons6lquent regulier, malgre6 ce
    qu'en dit le d6readeur ; que ce qui est vrai c'est qua la
    sommatiou d'audience pour venir plaider sur l'opposition








    -74-

    ayant e61 ainnulee une premiere fois, Eug6ne Gnilbaud fut
    oblige de inotifier une aulre sommation d'audience a la-
    quelle Dapre Lestage n'a pas satisfait : qu'il s'ensuit que
    lorsque Ie tribunal a accord d6laut contre lui, il a'a nulle-
    ment violet I'art. 152 du C. de pr. civ.
    Sur le septieme nmoqen resultanti d'exces de pouvoir.
    fausse interpretation et fausse application des art. 142 et
    143 du C. le pr. civ. en ce que le tribunal n'6tait pas an-
    loris6, sur simples conclusions d'audience, A accorder I'6-
    x6cution provisoire sous caution, sans que cette demand
    ail 61t por!ee dans 'assignation;
    Altendu que l'ex6cution "rovisoire sans caution sera or-
    donnre s'il y a titre authentique, promesse reconnue ou
    condamnalion prec6dente ( art. 142 C. pr. cv.)
    Allendn que de ce principle il resulte que 1'exdcution
    provisoire sans caution est obligaloire pour le juge lors
    qu'il y a titre authenlique, et qu'il peut l'ordonner sur
    conclusions prises A I'audience ; que les juges du tribunal
    civil de .Jhrmie, s'Mtant appuyes pour I'accorder sur une
    obligation hypolhecaire, litre aulhenlique, le reproche
    d'exc6s de pouvoir et de violation des articles 1 12 et 143
    du C. de pr. civ. ne pent 6tre fait A leur decision.
    Par ces motifs, Ie Tribunal, aprds en avoir delib6r6, dd-
    clare les moyeins du demandeur mal fond6s, rejette le pour-
    voi contre le jugement sur opposition du 26 juillet 1910,
    rendu entire les parties par le tribunal civil de Jr6rmie;
    en consequence, ordonne la confiscation.de I'amende depo-
    s6e et c ndamne le sieur Dupr6 Lestage aux d6pens liqnid6s
    A la some de.... en ce, non compris le cout du present
    arr tl.
    DonnA tie nous, L. Denis, juge remplissant les fonclions
    de vice-president, V. Hither Domond, Champague, J. L.
    Verit ct Justin D6vot, juites en audience publique du 28
    mars 1912.









    -75-


    No 42

    Talma Gousse J. L. Hatchmain.
    CO i \!. NI( TION DE PIECES.
    Lorsque les pieces employees n'ont pas te communiquees
    su la demand de t la parties adverse, qu'elles n'ont pas Wte
    produites r6guli6rement pour 6tre discutees dans le course
    de l'inslance, elles ne peuvent point servir aux juges pour
    appuyer leur decision.

    Oui a I'audience du !8 mars courant M. le juge J. L.
    Vriite, en son rapport, Me Elienue .athon, en ses ob-
    servations, ansi que M. Lys Lalorlue, Substitut du Com-
    missaire du Gouveriiement en lan lecture des conclusions
    de M. Luc Dominique, Comminssaire du Gouvernement.
    Vu : l 0; etc.
    Sur le premier moijen.
    Vu les articles 148, 189 du C. de pr. civ. et 1100 du
    code civil.
    Attend que lorsque des pieces employees n'onl pas Wd6
    communiquees sur la demand d'une parties adverse, qu'-
    elles n'ont pas ete produiles rdgulierement pour dire dis-
    cutees dans le couins de l'isltance, elles ne peuvent point
    servir aux juges pour appuyer leur decision :
    Altendu que, sur I'aclion introduile par Talma Gousse.
    au tribunal 1I,, commerce tie Port-au-Prince, ayant poor
    but de rdclainer du sieur J. L Hatchmann une police
    d'assuriance au no 50-i-514 que celui-ci aurait Irouv6e
    dans les pieces de ten Hugo Kainer. Hatchmann repoqd
    r u'il en est proprietaire, etaut cessionnaire des droils de
    Kainer ;
    Atlendu quii' la r.qclii'le du sicur Talma Gousse, et
    pour rOpondre aux conclusions ci-dessus signifies le 2
    juin 1910, Mes Elicii e althon et Lionce Viard furent som-
    mis de commuuiquer les pieces don't ils entendent se ser-
    vir pour leur client A l'appui des sus-diles conclusions, no-
    lamrnent le prdlendu acte de cession de la police d'assu-
    rance, les lives de commerce de Hugo Kainer et Co, I'ac-
    Ie transferant a Hatchmanu les droils de Hugo Kainer et
    Co ; quo le 14 juin 1910, Me' Lonce Viard se pr6senta an








    -76 -


    greffe et y deposa pour tdre commln:iqudes ia Me Aurrault
    jeune, les pieces suivantes : 1 0 une lettre derile en an-
    glais, du 28 mars 1899, adress6e i Talm' Gousse par
    la Compagoie d'assurance consulaire. ii Ni'w-York 4o
    le transfer de la police d'assuranice nto 50'i-514 fail par
    M. et Madame Talma Goussse lMM. Hlugo Kai'unr et Co
    6crit en anglais, et 3 o la tiaduction de ces 'lii x pieces eii
    francais par M. Granville ;
    Attendu que d'autres pieces n'ont pas 6td communiques
    a Talma Gousse ni livrdes A la discussion, come en t6-
    moignent les conclusions des parties trancrites dans le ju-
    gement critique. mais que cependant le tribunal de com-
    merce de Pcrt-au-Prince, a I'appui de sa decision qui a
    rejele tons les fins et moyens de Talma Gonsse, et prio-
    cipalement une demand d'enquete pour prouver la simula-
    lion de I'acte de cession, a cru devoir s'dlayer sur d'au-
    tres documents, notammeint une lettre de Me Hudicourt en
    date du 19 novembre 1908, adressee i J. I,. Hatchmann.
    cw !'avocat li disait que,,les dits frais s'dlevant i ccnt cinquan-
    le dollars, ayant Wte comptl.e A Talma Gousse, aprds la
    premise des pieces,, et l'avocat de J. L. Hatchmann, en lui
    trasmnettant les dites pie-es, lui disait ; a Bien que Gousse
    ait e caiss6 I'argent, je ne doute pas qu'il consenite a vous
    faire de nouvelles pieces an cas of cells ci-incluses se-
    raient incomplete ou insuffisantes ) ;
    A tendu que le Tribunal de Commerce en rendant sa
    decision critique sur des pieces non communiquees ni
    produiles regnlidrement an debat, a reellement entacht son
    jugement d'exces ie pouvoir, de viola ion du droit de la
    defense et des articles 148, 189 du C. de pr. civ. et 1100
    Code civil.
    Par ces motifs, le Tribunal apres, en avoir ddlib&re
    et sans qu'il soit necessaire d'examiner les autres moyens
    du pourvoi, casse et annule le jogement du Tribunal de
    Commerce de Port-au-Prince en date du 19 janvier 1911
    rendu entire les parties en cause, ordonne la remise de l'a-
    mende deposde et pour dire jugee cenformdnicnt A la loi,
    renvoie la cause devant le tribunal civil de Pelit-GoAve ju-
    geant en ses atlributions commercials, ct condamnb le
    sieur J. L. Hatchmann aux ddpens liquids A la some
    de... don't distraction au profit de Me Arraultjeune, ea ce








    -11-


    non compris le coot du present arrtl.
    Donned nous, L. Denis, juge, remplissant les fooctions de
    vice-president, V. Rither Domond, A. Champagne. .1. L.
    VWrit6 et Justin Ddvot, juges, en audience publique A Port-
    au-Prince du 28 mars 1912, etc.



    No 43

    Veuve Darius Evariste contre Evariste fils, dit Piton.
    POINT DE DROIT ACQUIESCEMINT

    II y a violation de 1'art. 148 pro. civ. quand les juges
    negligent de rdsoudre toutes les questions qui leur sont
    posees et agildes par les parties, surtout quand elles prou-
    vent avoir la vertu, dans I'hypoth6se de leur admission, de
    dispenser de statuer au fond.
    II y a egalement violation de I'arl. 148 pro. civ.et exc6s de
    pouvoir quand les juges negligen td'examiner et de viser une
    piece aussi capital que celle d'oi une parties fait resulter
    I'acquiescement de la parties adverse a un jugement.

    Oui A l'audience du 25 avril de cetle annme M P. .I.
    Janvier, juge-rapporteur, en la lecture de son rapport,
    ainsi que M. Lys Latortue, Substitut du Commissaire du
    Gouvernement, en la lecture des conclusions prises par
    M. Luc Dominique, Commissaire du Gouvernement em-
    pech6 ce jour,
    Vu: 1. etc;
    Attendu que sur I'appel d'iin jugement du Iribunal de
    paix de la commune de Gros-Morne rendu le 7 janvier
    1909. le tribunal civil des Gonaives rendit le 30 novem-
    bre de la m6me annie un jigement de cong6-d6faut con-
    tie le citoyen Evariste fils, dit Piton. le d6boutant de son
    appel comme dlant irrecevable, avec cent gourdes de dom-
    mages-interels; que sur I'opposition par lui form6e in-
    tervint la decision du 24 avril 1911 qui fit droit A Evari-
    te filt, et par laquelle le Tribunal se reconnut incompd-
    lent







    -78-


    Attendu que c'est contre celte decision que la Veuve Da-
    rius Evariste se pourvoit en excipant de deux moyens.
    Sur le premier pris de la violation de I'art. 148 du co-
    de de procedure civil et de vice de forme;
    Attend que pour faire repousser les moyens de I'appe-
    lant, la dame Veuve Darius Evariste avait soulev6 une fin
    de non-recevoir basee sur I'acquiescement du sieur Evarisle
    fils au jugement du sept jauvier 1919,"e c ce que celui avail
    assist sans protestation A la prise de possession des biens
    litigieux, ce que constate le proces-verbal dress le 23 juin
    par le juge Gtddla Charleston, et en outre avail adress6 la
    lellre du 23 janvier a la deinmnderesse pour solliciler d'elle
    l'acquisition du carreau de terre situ6 A GIroiste;
    Atlendu que le tribunal, qui avail pour devoir de s'ar-
    reler A l'examen de cette fin de non-recevoir, pour I'ad-
    mettre ou la rejeter, avant de statuer au fond, ne s'et
    pose aucuue question y relative au point de droit de son
    jugement, n'a pas d'avantage donn6 de motif, aL cel 6gard
    et n'en a non plus rien dit dans son dispositif;
    Attendu que c'est violer les dispositions de I'art. 148 du
    code procedure civil que de ne pas rdsoudre toutesles ques-
    tions qui out Wt6 agilies par les parties et qui, come cel-
    le de l'espFct actuelle, out la verti, dans l'hypothese de
    leur admission, de dispenser de I'examen du fond;
    Attendu, d'autre part, sur I'autrc moyen, que le tribu-
    oal civil des Gonaives a commis un autre exces de pou-
    voir par la violation de I'art. 148 du code de procedure
    civil en ne faisant aucune mention dans le jugement entre-
    pris de la leltre du 23 janvier de laquelle pourtaut la deman-
    deresse faisait r6sulter 1 acquiecement du sieur Evariste fils ;
    Attend que cette leltre, par son examen et pour le b6nd-
    fice que la demanderesse voulait eu lirer, devait exercer une
    influence capital dans le d6bal, que pour ne l'avoir pas
    mentionnie dans la parlie de leur jugement intitulde: Visa
    des pieces, ni autre parl, pour indiquer qu'ils l'ont eue sous
    les yeux et qu'elle a faith ainsi, l'objet de leur examen,
    les juges du 24 avril 1911 ont commis la violation qui
    leur est reproch6e de l'art. 148.
    Attendu que pour les raisons ainsi exposes leur oeu-
    vre sera anuulde;
    Par ces motifs, le tribunal, apres en avoir delibdrd, sur








    -79-


    les deux moyens, casse et aunnule le jugement d'appel ren.
    du sur opposition par le tribunal civil des Gona'ves en
    date du 24 avril 1911; en consequence, ordonoe la remise
    de I'amende deposee et pour dtre stalu6 conformement
    la loi, renvoic I'affaire au tribunal civil de Saint-Marc,
    en ses attribulions d'appel, el condamne le citoyen Evaris-
    le fils dit Piton aux d6pens allouds A ia some de ... don't
    distraciion en faveur de Mles. Ediuard et Camille Latortue
    qui affirment les avoir avanc6s, eii ce, non compris le
    colt du present arrit.
    Fail et proonnc par nons, Paul Laraque, juge faisant
    office de president, P. J. Janvier, J. L. VWrild, Champagne
    et Cauvin ain6, juges, en audience publique du 30
    avril 1912, etc.


    No 44

    Arthur Regnier -- Alcius Princivil
    AVEU-APPEL-DEGRES DE JURISDICTION
    411l n'y a pas violation du principle de I'indivisibilitd de l'aveu
    lorsqu'il existe une correlation 6troite entire des faits don't les
    uns sont avoues, et les autres denies, et que le Tribunal, les
    rapprochant, estime qu'ils out el6 commis dans les mrmes
    circonstances et au nimme lieu pour en faire dkcouler la res-
    ponsabilil .
    2ell est contraire h toute justice et A toute 6quite,en appel,
    d'aggraver la situation de 1'appelant.
    3011 n'y a pas prejudice cause du tait d'une parties d'6puiser
    tous les degr6s de jurisdiction crdds par la loi, pour 6tre dd.
    charge d'une condemnation.

    O11 a l'audience dii 16 avrii de celle annee M. le juge J.
    J F. Magny, en son-rapport, ainsi que M. Lys Latorlue, subs
    :tut du Commissaire du Gonvernement, en ses conclusions.
    Vu o ;elc..
    Allendu qu'il resnlte en faith que dans la ruit du 19 juillet
    1908, le cheval du sienr Alcius Princivil ayant rompu ses
    liens p6netra dans le jardin du sieur Arthur RUgnier, L
    la poursuite d'une jument;







    - 80-


    Attcndu que r6veille par le bruit que fit l'animal, Arthur
    Regnier, aid6 deson grant, en ent bient6t raison;
    Attendu que !e lcnliini ii. le sieur Alcius Princivil fit re-
    querir le juge de paix pour constater l'ctal de son chrval
    qui avait recu plusieurs blessures ;- que le procek-verbal
    de ce magistral dress& le 20 juillet, conslate que l'animal
    porte a la coupe ine blessure faite par iune arme tranchante
    el quatre autres blessures dans le m6me endroit, files
    par une arme aigu6, et i la tlte, une longue suite de coups
    de bAton;
    Attendu que armn de ce proces-verbal, Alcins Princivil
    cita Arthur tRegnier au tribi:nal de paix, et ce dernier, fit,
    par jugement d ddfaut, condamn6e payer la some de
    cent vingt cinq gourdes ;
    Altenda que sur I'opposition form6e par Arthur R[gnier,
    le jugemient de defaul t l retract seulement en ce qui con-
    cerne la condamnation principal qui fut r6duile A 75
    gourdes ; les autres chefs du jugement ayant et6 maintenus
    dans Ioute leur forme et teneur ;
    Attend que, sur l'appel interjete du jugement d'opposi-
    tion, Arthur 1R gnier fit condamni A payer non seulemeit
    le prix eitimatifdu cheval, mais encore la some de cin-
    quante gourdes pour son insistence, disent les juges d'appel,
    A ne pas vouloir reconnaiire sa fate, et en obligeant sou
    adversaire i des ddbours pour rdpondre i son injuste appel;
    Attend que le sieur Arthur Rignier soulrve deux ino-
    yens centre ce jugement.
    Sur le premier mogen pris de la fausse inlerpr6tation
    des articles 1134, 1135 et 1140 du code civil et d'exc6s de
    pouvoirs:
    Attend que le juge qui s'appuie sur des faits non denies
    dansun proces-verbal, lesquels sont corrobores par d'autres
    circonstances 6tablissant leur simultan6it6 avec les dits fails
    pour reconnaitre qu'ils sont imputables A une parties, ne
    comment pas une fausse interpretation des articles premtn-
    tiouuns;-qu'il n'y a pas non plus violation du principle de
    I'indivisibilit6 de l'aveu, lorsqu'il existe un.e correlation 6-
    troite entire des faits don't les uns sont avouds et les autres
    denies et que le tribunal les rapprochant a estimt qu'ils
    out it6 commis dans les memes circonstances et au meme
    lieu, pour en faire decouler la responsabili ;
    Attendu dans l'espace que le sieur Arthur Rignier a bieo










    avoije (qi les c 'ips de balon oni Ct4 0 portes par -. ,:.
    ranl an cheval ilu sienr Alcius Plineivil ; si ',j. -
    d~nl, il i'a lias v.mlii recoiillilir qie les atl es blessures
    oult Ctd fails par le m6mne gviri, le tribunal a -lri .ra
    lu'elles wo t c(n I:eii tnsls les ni' s circonstances, aia iiiine
    lieu el a In la e l iel heuIr, dnns son j[rdin, la nuit,oi il n'y
    avail que Ilii it .-,n gef anl : qne pour avoir' ni6 la fate
    ainsi commise ii la cllhrge d''Ari litr Rignier sur les ordres
    de q i le grant a agi. Ie tribliinal civil a faith une .-.iiic ap-
    plication des articles qu'un lii ri'lrocile mal a propos d'avoir
    violds; que dans ces conditions, il y a lieu de re etei- le pre-
    mier moyen;
    Sur le second Imoen e','in); )l I In f sse ltion
    et de la fausse apiplicaiion dcs u icl 1 e 1 dI ,l'ile
    civil et d'ui exces de pouvoir:
    Alljnd i q(ine, s'il esl de pi inr 'l. i les fails ,ii e.,
    te se resoudre en dumminUags-ilidj s son t. ,,~) t
    aplf.ircie, par les premiers ijugI. il il'est i: mC 1.,
    aussi que ces fails dt;ive' t C'rc O bli6 I i i ; i ne .-, r
    aiucuti doute sur le prejudice qui e nesI r;e
    Qu'W i la v6rild, il t'y a i .' ). j i, cai ust du t d'",c.
    parlip, de vouloiri upiser luus IcS e Ie j ,, 'i, lion crid s
    par la loi mdm e, pour dlie d,' I, .. + . (. . 1-n ;
    Altendu que I-, sieur Ar lh r R~ I .ii-,i a fail a i du ju-
    gpment du :80 sepletinbre 1908 que ;o , lil,'r
    de's dommagrs iftili .ls, les jiges d'a( p ont doniie ,oir
    prison que son insistence a ie I)as vouloir ,. i,. sa
    ftia le a caus6 A Aldius P 'iiciviil .on ,. 'obli-
    geail A conslituer avocilt pour so (11I i . injuste
    ap'pel;
    Attend, d'autr'e pai, qu'il esi ..':;iire : i jus ice
    et a toute dquilV, en apprl, d'aggra' r ia sitlna de I',.p-
    p.lant ; que c'est ainsi pourtant qut'a j' I' Iie iii itnal
    civil de l'ort-au-Prince.qui a par c ,,s ; it at fail I fau sse
    application des articles 1168 et Il code civil que
    pour lonlps ces raisots, il y a lieu ::. ,.'r i jigement
    sur le chef des coiidamnationi aux dolnmmage -in k 'ts;
    Par ces molifs, le Tribunal, aprt s n ( avoir t 'liSl,'ct. re-
    j'tle le premiier moyen du poirvoi .1nii ct:iin ii .. vc ble,
    el sur le second, casse par voie de rI lrL nclhi' i iI I I: soule-
    m ent oiur le chef des d(om]m:igus-itilrits, le jugemwnt du








    17 mai 1911 du tribui l civil de Port-au-Prince; en con-
    sdquence, oidonte la itemise de I'amecde d6pos6e et con-
    damne Arthur R(gnier anx d6pens allouds I la some de
    . pour avoir succombe sur le chef principal, en ce, non
    compris le coil d(1u pidscnt a;rret.
    Fait el prononc6 par nous, Paul Laraque, juge faisant of-
    fice de[ prrh.ii nil, V. H. Domond, I'. J aiivier, J. L. VWrili
    ft J. J. F. Magny, juges. rn audience publique diu ) avril
    1912, etc.


    No 45

    A. Guitol-Mlichel Vellen

    POINT DE FAIT.- CONCLUSIONS.- DOMIAGES-INTiERTS. -

    1. II est de jurisprudence que lorsque les fits ne sont pas
    entiereinent ( ,pos s dans In partie inlitulec point de fail, le
    renvoi aux conclusions (des )airies remplit le voeu de l'art.
    148 C. pr. civ.
    2. En matiere de domininges-intldrts les premiers juges
    sont souverains appi'eciateurs. N'est pas contraire i la loi
    le jugement qui repousse la demand de dommages-inltrtis
    produite par les deux parties en cause.


    Oui, a l'audieice du 1;3 f6vrier dernier oi celte affaire
    a t~l reproduile, Al. It juge L. Denis, en, son rapport, NMes
    Michel Oreste tl H. V'tlcy, en leurs observations respec-
    tives pour lenis clients, el Al. L. Dominique, Commissaire
    du Gouveriemnent, en ses conclusions.
    Vu: 10 . etc.
    Sir le Jer inmoqet du pcurvoi pris de vice de for-
    me, de violation de 1'artic'le 148 du Code de procedure
    ciile pour df;utl d'exposition des fails de la cause et d'ex-
    ces de pouvoir:
    Atletudu que le sieur A. Guyot n'est pas recevable a de-
    mander aux lermes de 1'art., 148 du Code de procedure
    civil, la cessation partielle du jugement d6nouc6, et ce,
    pour d6faul d'inthrel, pace que cetle cassation prunon cre
    erlralnerait I'anwiul lion lo'ale de la decision;








    -83-


    Attendu que le demandenr ,st encore non-iecevablc
    faule d'int6ret, a exciner de la non exposition du fait de
    la significalion lie l'acle colijrvaltoire 1du 7 decembre
    1907, puisque le dit jugemencn e(i a donid unc main-levee
    A son profit;
    Attend, au surplus, qi le moven nest pas fond6
    puisque le tribunal a val bleme~nl expos ce qui concernait
    la saisie-arrit wu .30 inni 19I1 l et l'assiination en validity
    d'icelle, en date du (i joiii snivan1t, ainsi que l'assignation
    en nu!litV donnee i Velten A la requdle de A. Guyot, le ler
    decembre 1900, et la demand en peremp!ion de cette
    derni~re instance;
    Attend liue les premniers juges n'elaient pas lteiis 'de
    relater ia substnc dede tons Ios t's signifi6s entrie les par-
    ties; qu'a cet 6gar'd, il leur suflisnil d'cxposer dans une
    des parties du jugement les diverse ,ditiiiaio i incidences
    subsidiaires, connexes, qui tnisi:ent I'objet du process, ce
    qu'ils ont fait au point de droil, d:als I unminmralion des
    pieces et dans lt's moiifs et dispositif de In decision atta-
    quie; que c'est ainsi qu'lil o1n menlionne sept fois 1'acte
    conservatoire du 7 decembre 1907
    Attend qu'il est de jur.sprudelnce que lorsque les fails
    ne soGt pas enli'ereenl exposes dans li partie iititulte
    point defait, le renvni aiix conclusions des parties remplit
    le voeu de l'art. 148 dii Code de procedure civil ,
    Attend que, dans l'espkce, c'esi bien ce qui a eu lien
    dans le jugement critique ouf Is premiers jiges ont renvoy6
    aux vingt quatre conclusions qui y sont insures; qn'en
    consequence, ce premier moyen, eluni recounn metal fond6,
    doit Eire rejete.
    SurL les 2e et 3S mI6yens tires de la fausse inierpri-
    tation, de la fausse application dle 1'art. 970 du Code civil,
    de la violation de la chose jug'e Ie' sullant dle l'arri6 des sec-
    tions reunies du C(: novemnbre 1907 etdesart. 1135 el 'li3du
    Code civil, d'exces de pouvoir, de la fa;usse application ae
    l'art. '1728 du Code civil et de li violation doe 'arr6l sus-dit
    el du principe que o la propricte est inviolable et sacrie >.
    Vu les articles invoques.-- Attendu que le dispositif de
    1'arrt du 26 novembre 1907 s'exprimie ainsi : Declare
    le sieur Velten, en ce qc'i concern les emprunts consoli-
    (ds et le; emprulits conveOtis, non recevable, quant h pr6-
    sent, en sa demrande; dit en ce qui concern L'Emprunt ld










    cinquante mi;lliuuo de francs qui est la suile d'empriiunt
    locaux aitx\luel avail souscrit la maison d( Port-au-Irince,
    que Velten conserve dans ce! emprunn les ldrilts d.orlsi ml;is
    resolus qu'il avait dans les emprunIs locaux dloni le dil
    emprunt de cinquante millions d2 francs estl aI cnversion;
    dit que les 1..300 or amin'icainf, prIleves par Michel Vel-
    :en en juin 1896), seronl rI~ les lors di reglemeni de 'Ein-
    prunt de, cinquanle millions de francs sur ,a part des bh-
    n6fice, nets re..li s'. :
    Allendu que le central qui a exist entire le sieur A. Gu-
    Vot et le sieir Michel Vellen a accord i celni-ci une parl
    delerminee de dix pour cent sur les enpinints locanx d(;da
    les bendfices nets rdalis6s apr6s la cl61ure de cliaqu-
    op6ration ;
    AttenduI que !i r l;i coinvrsion miles ell prunls lncmux ell
    celui de cinqn"itnte millions de francs, la pearl de Vellen suir
    les operations est d( dix pour cetii sur les b6lenlices raali-
    ses et qui ne ,. flon pr6leves qn'au reinbourselnent de I'em-
    priint de cinquanie millions;
    Atlendu qu'il estl iico eii stabe que ce fail en lii-ineir nm
    .i~ir tliIii un n (v6nement. fuln ; et certain, certain pace que
    1 '. .''i -I-meiln (I remll oursCe enIt diil arriver;
    AIl .ii- li que si le siet- Michel Vellen est tn ce icier'
    term. ii est Indeniale qne I'dleudue de son droil eAigeait
    qu'il recounit I des le-nures conservaloires qui d'ailleuirs,
    c.it,:ili, nl. les d uix inlij e' qui se lrouveni engag6s :
    Attondu que C'esl ce ua declare 6 Ir ilibu aiil civil de
    Port-au-Prince qui, cepcndant. n'a pas valid la saisie
    o va-tr\oi:e du 7 ddcembre 1907 et en a ordonni lIa maijl-
    ,.*; que, sur ce point, l, jugemen! dinonc6 n'a point
    viold I'art. 970 du Code civil ;
    Atte du qii'en ce qui concern le sequeslre, le tribunal
    civil de Port-a-u-Prince o':l a pa);Is 0l;d)li, ce quli eill iti son
    droil, l'art. 1728 du Cod' civil l is ant i la juslic. la t'i-
    calli d'ordonner nll seque-.rI lor':iltil s'ait il'un inmetuble
    don't la possession est tlitiieuse ntIrl" ]r deux oil plusieul's per-
    son nes;
    Allenda qnepi le b6nefice-, sur Is iainprurnls consliluaient
    la chose liligieuse, ce qui po\il legitimwr ce sequestre
    qui n'a pas .ttt ordonn6; maii. les premiers jiges irl.onine-
    rent, dans l'int6ril des parties t~'", dix. poir cet'i des in-








    -85-


    lerNls djai ;trmis .11H emprunts el tl e ~,ai cCr(5.sp),a
    dan(ile or, cor, ;/ulivie di c,'s ibidirl-s, soil dix pour cent du
    c'anpil-l initial I's dits empriunts consolides, seraient I
    nus en reserve i l;ia I1i que Nalionale d'llaili si mieux
    n'aimaient les pa ties s'enlendlre sur le cloix d'un ..iues-
    tre administrateur de cos valerrs;
    I Alteindii qu'ei prenanit CIfteI inesure en vue de la conser-
    vation des droils des parties, mesiire qni rentrait duns lears
    altribulions, le. premiers .jlgis n'ont viole aucune loi, '
    plus que I'arr61 du 26 novembre 1907 don't ils out facility
    I'executionr arrit doni in m!es motifs est aiiins concu: a Les
    inlerits echus des obligilions remis A Guyot serent par
    Ini tenus en reserve jusqu';u remboursement d6finitif apris
    leqiuel les bhnlfices nels r6alises seront connus >;
    Atlendu quc Ies expressions dool s'esl servi 'a:, '! du
    20 novemmbre, 1907 ne. pcuivalict t pas 'iem,^ It: r que le tri-
    bunal civil orlonntil qiue les ilnlerts fuesit g"'rd11 s i la
    Ban-que, measure conervatoire prise dans l'iiici t dls par-
    ties et qui n'immobili.,' nullement tou.te l fortune Gu-
    yot, come il I':li'gu-, puisque la pirltie A garden n, se
    chiffre qu'z dix pour cent des iniii'r6s echus des ol(d;:_. Iio ;s.
    Sur le 4e m ioyen lir6 de la violation de I'arliclJ, I I '. du
    Code civil, de celle du droit s:icri de la .I'nf.s et t(d'e ,
    de pouvoir:
    Vu F'art. invoqia.- Atlendu qu'en mntiere de diii,..g- -
    inliels, les premiers juges ont un pouvoir slIii.\ I. iii d'ap-
    prIicialion; que sons ce rapport, 4 jugement alltnque pour
    ;,voir repoIss6 les dommages-inii r. !r."I-lii\ :mont deman-
    des par les parties ech:lpc a la censure du Tribunal de
    Cassalion:
    Par ces motifs, apris en avoir dilihber., le Tribu)nal ie-
    jetti le pourvo, exerce contre le jugement rendu entire les
    parties pai Ie tiihunal civil de Port-au-Prince sons la
    dtate d,:: 19 avril 191(0; en consrquience, ordonne la conrisca-
    lion de 1';imende d6posee te condamne Ie demandeur an
    depens- allou6s a M-' H. Volcy et Solon Mdnos A Ila some
    de. ea ce non comprise le coitl du present arret.
    Donni de ino,i, F Baron, vice-president, L. Denis, P.
    Laraqtci, P. J. Janvier et J. J. F. alagny, juges, en au-
    dience publiqiue du fi mai 1912, etc.








    -86-

    No 46

    Batinwillc Etienne contre Buduel fils

    EXPLOIT.-EMQUE ITE
    1. N'est pas nul l'exploit oil l'hnissier constate n'avoir trou-
    ve au domicile dc l'assigne ni celui-ci, ni sa femme, ni aucun
    serviteur, ni aucun voisin capable de recevoir sa copie, et qui
    ajoute qu'il a parl6 a la personnel (ln citoyen ..... juge de
    paix. Cet exploit est coiilorme i a'nrt. 78 c. c.
    2. Doit ktrc casse le jugcment qui neglige de statuer sur l'oppor-
    tunit6 d'tnce measure d'inslruclion, come l'enquitc par exem-
    ple, quand cette instruction est reqiise formellemcnt par les
    parties. 11 y a violation de In loi en cas de silence du jugement
    au point de droit, relativcment. a I'inLtruction demanded.



    Oui A l'audience du 11 mars dernier, M. le juge V. R.
    Domond, en son rapport, et M. E. D&catrel, Substitut du
    Commiss;ire du Gouvernelion', en s-'s conclusions.
    Vu: lo; etc.
    Sur la fin de non-recevoir I)ropos e par la parties d&-
    fenderesse.
    Vu 1'article 78 (du code de procedure civile.- Atten ii
    que le d6fendeir sonti,-nt (qie I'exploil qIii I'appelle' de-
    vant cc Tribunal comportlle parlant ci suivan: en son
    domicile tat t et n'ayant p;s trouve le (lit citoyen Ba-
    duel fils, ni sa femme, Ii mciin serviteur Ii a:uctin voi-
    sin capable de recevoir nier copies, j'ai parl6e la personlne
    du citoyen Deaix Janvier, charge, (de la justice de paix
    des Abricots; que ce parlant ac ainsi constat6 fait voir que
    l'huissier ne considire parmi !es parents (lont parole la loi
    que la femme au domicile de I'pouix: qlu'en ne d6signua; t
    que cette parents I'huissier p)ermet de concevoir lque d'a1-
    tres parents out pu se tlrou\ver an do 'icile ai qui il i'a
    pas parlu;
    Altendu qu'aux lermes dle 'art. 78 Inl code de proce-
    dure ci-ile, lous exploits seront faits a personal e on 0lo-
    micile, mais si I'huissier ne t roive au domicile ni la par-
    tie, ni aicun de ses parents, ni servileir, it reemellra dr
    suite la copie A un voisin l(ui signera i'original ; si ce
    voisin ne pent, ne salt ou ne veuc signer, I'huissier re-









    -87-


    remelira la copie, savoir, d.ins les villes ei biourg., au jl-
    ge de paix;
    Attt'ndu que I'hnissier inslrumenlant a declare n'avoir
    froiiv6 ;' son domicile ni le ciloyen Baduel fils, ni sa fem-
    rme, ni oucun serviteur, ni Anlcun voisin capable do rece-
    voir sa copie, et ;a parid a la personnel du citoyen Desaix
    Janvier, charge dle la jislic:9 de p'ix dols Abricots;
    Atlendu qu'en proceij6nt ainsi, le dit huissier n'a pas
    contrevenu a x dispositions d(u lit article 78; qu'en con-
    sdquence. la fin de non-re ..:v* r soulevee doit tre re-
    jelte;
    Par ces molifs, Ie Tribtnal, apres d6lib'^ralion, rejette
    come mal fondrle la fio de non-recevoir proposed par Ie
    d6fendeur.
    Au fonrd
    Sur le premier moien di pourvoi (ird: to de la violation
    des arts. I IS, 404 (lu code de procedure civil, et 1133
    du code civil, et 2' de celle du droit de la defense, avec
    exc6s de pouvoir.
    Vu 1'arl. 148 dn code de proceddure civile.- Altendu
    que devant le tribunal civil de .l' .l' r'il saisi de la con-
    naissance de la cause par sniil d'appel, I'intinm deman-
    dait I ce tribunal de condamner le dit Badnel ils a lui
    payer A titre de reslitluion et de d i!n.,ig.Ls ilntWerds la iom-
    me de Cent cinquante gourdes qui lui avail did rdclamrn6
    devant les premiers jul e. et a Ious les d6pens i dlislraire
    au profit de son avocat el, pour c fire, ordonner, s'il y a
    lieu, une enqutle ordinaire;
    Atiendu qu'au point de droit du jugement denonuc,
    il n'est constald aucune question relative I la measure
    d'instruclioni qui avail 0t demand6e; que de ce chef, la
    decision attaquie doit dtre c le, pour violation de l'art.
    148 du code de procedure civil;
    Par ces motifs, le Tribunal, api ', en avoir d6libdre
    et sans qu'll soit besoin l'examiner le second moyen dn
    pourvoi, casse et annuie le jugemeint rendu sur appel en-
    tre les parties en cause par le tribunal civil de Jrdmnie
    sons la date du 16 inai 1910: en consequence, ordonne la
    premise de I'amende ddposde, renvoie la cause et les par-
    lies devant le tribunal civil de 1'Anse-a-Veau afin qu'il y
    soil slated conformnment a la loi, et condamne le defen-
    eur aux depeus allouds A Mes. Louis Mauger, Auguste








    -88-


    G.iii'. e! Il~:,i- t Alexis h la some de ... en ce, non
    compris le di'. du lpr'sent arre!.
    1I ,,- F. Iaio.n vice-prisideni, L. Denis, V.
    R. D)onmid, A. Champagne et Justin DWvot, juges, en
    ,d i' 1 .' 'li u m Ai 1912, etc.


    :" 47

    .,.s .. Louis Okill Pierre et Jarbath

    PAPIE[I TI onB iB AMENDED



    0.', 1 dtn 22 a;i\il \ir. le juge Jean-Louis Ve-
    ,1', i, et M. E. Dra!rel, Substitut du Com-
    i- ( i.- iir eon s:s conclusions.
    Vu 1...
    Su de I r, ,.'.ir propose d'office par le, linis-
    public:
    Vu la loi du 1) mill 1901:
    Attendui i.', aux tI ii;., dui ler alinia dte I'article 24 de
    la loi lu t10 ivril 1827 sir li timbre, inodifi6 par la loi du
    15 jili', 1 ).i, il cst fait. defense aux juges de pri.io ncer
    aucin j i.. t et al ux adiniiiistralions publiques de ren-
    dre .,ii .,; .''' sur un iace ou piece non 6crit sur pa-
    pier-timnbr (ILu liype prescrit ;
    Atte)ndu :C a l Icl rti;ion de pourvoi et Ie jugemenl al-
    tai;ie: : ,il i i ii ..1 ii i .i iir libre sans opposition de rim-
    brc mobile
    A '.. 'u que le certifical tldlivre par le Payeur do I'Ar-
    r ,:in t- le .lucnel. 1;' 21 noveinbre 1910, atlestant
    Iuie i : liire i1 0l ,I 'pII vo de p ;ipier-tinbre et limbrjs mo-
    biles du ly1 e de Ireite-cinq cenliaes ne sanrait avoir la ver-
    nL d'(, lapp'Jlication d l'a lui en ce qui concern !'n-
    lm eide i ,. i .',.
    Par ces i, in r., Ie Tribunal, apie e a'ivoir d6libeir, con-
    d( int]e le i.*! uiCitu' eon icassati'n l i)a er une aMuii cle
    " 1 dix n v !eie r d'l limbr', ;uqii el soni as.ujeltis :
    1 a ti t de pouitvoi, et 2 le jugemeut dionciic ;








    -89-


    diil iite ia continuation de l'affaire ne pourra etre reprise
    que nur le vu de la quillance du receveur de l'enregislre-
    mrn-il Itoles choses demeurant en eial.
    eiindu par nous, F. Hilron, vice-president, L. Denis, V.
    R. Domond, .1. 1,. Vrile et A. Champagne, juges, en au-
    dience publique du,6 mai 1912, etc...



    No 48

    Amalia Paul .. el H. D. C. Gomez

    INSCRIPTION DE FAUX DEISAVEU

    N, doit pas ,tre attaqud en cassation, mais par la voie de
    l'inscription de faux, le jugement don't se plaint une parties
    pace qu'elle aurait 6td codamnde sur des conclusions pri-
    ses en son nom par un fonde de pouvoir don't le mandala est
    contest, car dans ce cas le jugement est cru jusqu'a inscrip-
    tion de faux...


    Oni, a I'aunience du 30 avril de cette annde Mr. le juge
    \.-,mue, en son rapport, ainsi que Mr. Lys Latortue, Subs-
    tilut du Commissaire du Gouvernement, en ses conclusions
    !ies pour Mr. Luc Dominique, Commissaire du Gouverne-
    ient, enmpiche ce jour.
    Vu : 1... etc
    Attend qu'a I'appui du pourvoi par elle exerc6 contre le
    jugement du tribunal de paix de Jacmel du 10 d6cembro
    J0I)h, la condamnant A payer aux sieurs .1. et H. D. C.
    Coinez, commercantis 6tablis A Jacmel, la some de soixante
    Ireize dollar, la dame Anialia Paul present un moyen ba-
    s, sur un excess de louvoir, en ce que nul ne peut etre
    c:oiid ijinti, sans pieuve ;
    Attendu uue, coitrairement i son alligalion, ii est 6tabli
    dans e jugement critique que la dame Amalia Paul 6lait re-
    presenle par son fond6 de ponvoir, le citoyen J. Verna
    Bellande quim pour elle, a pris des conclusions 6crites qui
    south inserees dans le corps du jugement ;








    -90-


    Attendu qne si le niandat en verlu duquel le fonde de
    pouvoir J. Verna Bellande a represent! la dame Amalia
    Paul devant le tribunal de paix de Jacmel ne lui a jamals
    Wte octroyd, les tnonciations du jugement Mtant crues jus-
    qu'i inscriplion de faux, ce n'6tail pas la voie de la cassa-
    tion qu'elle aurait dfi prendre, mais bien celle de l'inscrip-
    tion de faux ; que tout faith supooser que pour n'avoir
    fail iucune diligence, A ce propos, la dame Amalia Paul
    n'n pas voulu sircirement contester la veracitd du mandate
    en vertu duquel son fond6 de pourvoi a pris pour elle les
    conclusions qui ont about an j ugement du '10 d6cembre 1909;
    - qu'il y a, dans ces conditions, lieu de rejeter son pour-
    voi commune 6tant mal fond ;
    Par ces motifs, le Tribunal, apr&s en avoir d6lib6re, re-
    jellte cemme mal fond6 le ponrvoi exerc6 par la dame Amalia
    Paul conlre le jugement du tribunal de paix de Jacmel
    rendu le 10 dicembre 1909 au profit des sieurs J. H. D. C.
    Gomez ; en consequence, ordonne la confiscation de I'amern-
    de et condamne la dite dame aux depens, en ce non com-
    pris le coft du present arrit.

    Fait et prononc6 par nous, Paul Laraque, juge faisant
    office de president, Anselme, Janvier, Magny et Cauvin ain6,
    juges, en audience publique du 7 mai 1912, etc...



    No 49

    Compagnie P. C. S. Exilus Clauvus.

    ENQUETE TEMOINS DOMMAGES-INTERETS.


    1 -- Les tormalitds de l'art. 272 c. p. civ. sout suffisam-
    mient replies lorsqu'il existe dans le proces-verbal de I'en-
    qu6te la preuve que le temoin,aprss avoir d6pos,,dkclareque sa
    deposition est sincere et qu'il y persist. -- 11 imported peu que
    cette declaration ait did provoquee par le juge on que le
    timoin l'ait lui-m6me fait consigner.
    2-- Est fondue la condemnation & des dommages-int&r6ts








    -91-
    prono, cee, en cas d'incendie, pour les objets presumes per-
    dlus dans I'incendie, lorsqu'il esl 6tabli que la maison 6tait
    liabit6e par un ouvrier qui y exercait son metier.



    Oni, a I'audience du 80 avril de cette ann6e, M. le Juge
    J. J. F. Magny, en la lecture de son rapport, Me P. .In
    Louis, represeitant Me Eth6art en ses observations pour
    la Compagnie des chpmins de for, Me Etienne Mathon, en
    les siennes pour le d6fendeur, ainsi que M. E. Decatrel,
    Substilut du Commissaire du Gouvernement.
    Vu .; 1 ... etc.,
    Attend que quatre moyens sont proposes par la Compa-
    gnie des chemins de fer de la Plaine du Cul de Sac con-
    Ire Ie jugement du 22 septembre qui la condamaie a payer
    quatre cents gourdes pour la m:iison en chaiume du cilo-
    yen Clavens qui a it6 incendiet et cent gourdes pour effects
    mobiliers perdus dins I'incendie.
    Sur le premier moyen.
    Vu les art. 148 du Code de procedure civil et 284 du
    m6me Code:
    Attend que le grief fait aux premiers juges d'avoir 6car-
    16 les reproches proposes contre trois 16moins de l'enqu6.
    Ie, pour avoir donn6 lrur avis sans 6tre appeals par la
    justice, ce qui 6quivant A des certificats, 'est pas justifi -
    Altendu qu'iil est au contraire etabli que c'est sur I'ap-
    pel du juge de paix, lors de la constatation de I'incendie
    que ces t6moins se sont pr6senlts et ont 616 requis de d6-
    poser ; que dans les conditions, le cas de l'art. 284 du
    Code de procedure n'a pas d'application et, par voie de consd-
    quence, I'arl. 118 n'a pas 616 viol6, en ce que le tribunal
    s'est pos6 la question du rejet des rrproches d'une facon
    concise mais sutfisamment claire; que ce premier moyen
    sera rejet6;
    Sur le 2e nmoqen.
    Vu 1'art. 272 dn Code de procedure.
    Altenidu (q e les formalitis de l';irt. prIcile sont suffisain-
    ment reniplies 'orsqu'il exisle dansle proces-verbal de l'ei-
    quite la preuve que le temoin, apr6s avoir d6pos6, d'-
    clare que sa deposition est sincere et qu'il y persisle ; qu'il
    imporle peu que cette formality ait Wt, provoqu6e par le








    -92-


    juge ou que le temoin l'iit Ini-memn e fait consigner
    Que, en tout cas,il n'est pas ab-olument indispensable que
    ce, soit par une queu;ion que la preuve de la formality se
    fasse :
    Attendu que ce moyen i'est pDis fondd. et qu'il sera re-
    jet6 en cons6qucnce.
    Sur le Se moyen pris de 11 violation de l'art. 148 et
    d'exces de pouvoirs.
    Vu le dit article 148. Attendu que, contrairement a
    l'opinion de la dem niieresse, lei juls da 22 septembre
    1911 se soot inlerrog6s sur toites les qu stions qni ont Wt.
    ,Ilb ttue. devatit eux sur 1'enqutte et la contre-enquete;
    et c'est aussi de cette enquite et de cette contre-enqu6te
    qu'ils ont tire les 61.ments propres it tablir la responsabi-
    lit die la Compagnie des chemins de fer; que ces 6l6-
    ments consistent dans le fait souveraineme.it appr6cie
    par eux, A savoir qu'il sortait d&s escarbilles enflammees
    pouvant allumer I'incendie et (qe la locomotive n'&iait ;ias
    pourvue d'apparmils pouvant prevenir ou emnpcher la sorlie
    des dites escarbilles ;
    Attendu que c'est chicaner que de soutenir que les pre-
    miers juges ont puis6 ailleurs que dans I'enquIte ordonnde
    la responsabilit6 de la C'mpagnie qui a aniene sa condam-
    nation : qu'il y a lieu de rejeter le grief de la demande-
    resse et d'kcarter le 3e.moyen.
    Sur le 4e moqen.
    Vu I'article 148 du Coce de procedure:
    Attendu qu'il est contraire A la vtritI que, sur le chef de
    condemnation pour les objets perdus dans la maison inceu-
    dide, le tribunal civil de Port-au-Prince n en ait 'cru devoir
    rien dire, comme le pense la Compagnie ;
    Attendu que celte question a etW posse au point
    d( droit du jugement et a anssi faith I'objet du considerant
    suivant: Considirant qu'il (Exilus Clav6us) a aussi de
    ce fait ,prouv6 par la perte de. ses meubles, instruments dle
    travail, un prejudice reparable en argent ; )
    Attendu que puisqu'il etait prouv6 que le sieur Claveus
    habitat sa maison o6 il exercait son mitier de menuisier,
    il 6tait !ogique de la part des premiers juges de lui recon-
    naitre une indemnity qu'ils ont d'ailleurs 6valuee le plus
    6quitablemeot que possible;









    Attend que pour avoir ainsi decide les pIeliers jiiges
    n'ont commis aucun exces de pouvoirs et encore moins la
    violation de l'art. 148 : que ce inoyen dlant aris-i pen fon (l
    que les autres, sera 6galement lejetl ;
    Par ces motifs, leTribunal, apris en avoir drlib6ri, re-
    jette commune Mtant mal fond6 le pourvoi dirig6 conlre le
    jugement du tribunal civil de Port-au-Prince re dn le 22
    septembre 1911 contre Ih Compagnie des chemins de fer
    de la Plaine du Cul-de-Sac; en consequence, ordonne la
    confiscation de l'anende d6post)e et condamne la dile Coin-
    pagnie aux dWpens alloues A la some de..., en, ce non
    comprise le coM! do present arr't.
    Faith et pronooce par nous, Paul Laraqne, j]uge faikanI of-
    flee de prdsidenit,Anselme,P.J.Jdnvier, '.J.F.Magny et Cauvin
    ainW, juges, en audience publique du 7 mai 1912, etc.


    No 50

    Zod Lamouth 'Tribunal civil des Gonaives

    RECUSATION


    Oui A l'audience du 7 mai courait \1. le judge Ansel-
    me, en son rapport, et M. Luc Dominiqje, Commiss;aire
    du Gouvernement, en ses conclusions pour I'admission
    de la demand.
    Vu: 1o ... etc;
    Sur la rHcusation.
    Attendu que la dame Zo6 Lamoutl expose que, par
    exploit en dale do 16 juin 1910, elle a t16 assign6e A la
    requite du sieur Arthur PrMvos: devant le tribunal civil
    des Gonaives en resiliation de baux consentis en faveur
    de M. Hasboune et A elle c6dds par ce dernier;
    Que le dit sieur Hasboune, assigned conjointement avec
    elle a d6ja exerc6 unie r6cusation en masse contre le tri-
    bunal civil des Gonaives: que malgre la connexie exis-
    taut entre la cause de M. Hasbdune et la sieone, elle a
    6t6 cependant sommde d'audience par I'avocat de son ad-
    versaire;







    -94-


    Que la rlcusation du sieur Hasboune devant necessai-
    rement irriter les juges des Gonaives. elle a de s6rieuses
    raisons de redouter la partialiti des juges, et c'est pour-
    quoi elle r6cuse express6ment ces magisirats dans la cau-
    se pendante entre/elle et le sieur Arthur Pr6vost;
    Attendu en effect, qu'il y a un rapport etroit entire la
    cause de la dame Zoe Lamouth et celle du sieur Hasboii-
    ne; que par consequent les raisons donn6es a I'appui de
    la recusation 6tani suffisamment justifies, il ya lieu d'y
    faire droit;
    Par ces motifs, le Tribunal, apr6s en avoir delib6i6. ad-
    met la r6cusation de la dame Zo6 Lamouth contre les ju-
    ges di tribunal civil des Gonaives; en consequence, des-
    saisit la jurisdiction des Gonaives de la connaisance de
    I'affaire pendante entire elle et le sieur Arthur Prevost
    par assignation dn 16 juin 1910, renvoie la dire affaire
    au tribunal civil de Port-au-Prince et dit qu'il n'y a pas lieu
    A d6pens.
    Fait et prornon.c par nous, Paul Laraque, juge faisant
    office de president, Anselme. Jauvier, .. J. F. Magny et
    Cauvin aine, juges, en audience publique du 14 mai
    1912, etc.


    No 51

    Justin Dejoie Tribunal civil des Gonaives

    RECUSATION

    0ui a l'audience du 7 mai courant Mr. le juge Anselme,
    en son rapport, et Mr. L. Dominique, Commissaire du Gou-
    vernement, ei ses conclusions pour le reject de la recusa-
    tion propose.
    Vu : o... etc ;
    Sur la ricusation.
    Attendu qu'entre autres griefs all6gues par le sieur Jus-
    tin D6joie pour appuyer sa demand de r6cusation contre
    le tribunal civil des Gonaives, ii pretend que le Doyen et
    Jes Juges ne peuvent conserver leur impartiality et leur







    -95-


    sang froid a son igard, A li suite d'ure icusLiin que,
    come procurateur tie la mrraison Simmonds fr&res, il avait
    soulev6e contre eux pour cause de suspicion 16gitime ;- que
    le Doyen surlout,.dont la preponderance sur le tribunal
    civil des Gonaive n'est pds a discuter, est devenu son en-
    i emi implacable depnis la tentative infructueuse faite par
    le juge de paix, fils du Doyen, daits le magasin des sieurs
    Simmonds freres et qui n'a en pour but que de faire,ap-
    prehender le sieur D6joie, un procis-verbal de rebellion
    pr'ilablement dressee ; que le Doyen, M. O. C. H$e-
    noit lui en vent d'avoird6noncef l'autorit6 I'acte inoui qu'on
    allait accoirplir sur sa personnel et qui se pursuit toujours
    puisque le marat lanc6 con're lui n'a pour fin que de I'in-
    terroger sur le prelendi crime on ddlit de rebellion et ac-
    complir sur sa personnel ce que le De16gu6 du Gouverne-
    ment avail arr6li par son heureuse intervenlion ;
    Attendu que ces faits ainsi exposes. -- eussent-ils et v&-
    rifies et reconnus fond6s, ne concerneraient que le Do-
    yen 0. C. Benoit ; qu'ils n'ont relev6, soit co'llre le ju-
    ge d'instruction, soit coutre les autres juges du tribunal ci-
    vil des Gonaives, aucune circonstan e ponvant faire nailre
    un soupconde partialit6 susceptible d'inspirer quelque crain-
    1t pour la Justice ;
    Attendu que c'est faire une injure gratuite aux Magislrats
    des GonaYves que de supposed que I'inimilie, si tant est
    qu'il y eo ait, existant entire Mr. le Doven et le sieur Justini
    D6joie pipisse influer sur leur impartiality el leurs sentiments
    de justice ;
    Attendu que, de ce qui procede, il y a lieu de rejeter la
    demand de r6cusation du sieur Justin Dejoie comme Mtaut
    d6nnue de fondement.
    Par ces motifs, le Tribunal, apr6s en avoir delib6rd, re-
    jette come etant irrecevable et mal fondue la demand de
    r6cusation en masse du sieur Justin D6joie centre le tribu-
    nal civil des Gona'ves ; en consequence, le condamne A
    cinquanie gourdes d'amende conform6ment A I'art. 386
    du Lode de procedure civil et aux d6pens alloues A la som-
    me de .........., en ce non compris le coat du present ar-
    ret.




  • University of Florida Home Page
    © 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
    All rights reserved.

    Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
    Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs