• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Matter
 Cover
 Title Page
 Personnel du tribunal de cassation...
 Premiere partie: Arrets civils
 Deuxieme partie: Arrets crimin...
 Table alphabetique des matiere...






Bulletin des arrêts du Tribunal de cassation
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/AA00000461/00023
 Material Information
Title: Bulletin des arrêts du Tribunal de cassation
Added title page title: Bulletin des arrêts du Tribunal de cassation rendus en matière civile et criminelle
Physical Description: Book
Language: French
Creator: Haiti -- Tribunal de cassation
Publisher: Impr. nationale
Place of Publication: Port-au-Prince
 Subjects
Subjects / Keywords: Law reports, digests, etc -- Haiti   ( lcsh )
Droit -- Jurisprudence -- Répertoires -- Haïti   ( ram )
Genre: law report or digest   ( marcgt )
federal government publication   ( marcgt )
 Notes
Dates or Sequential Designation: Began in 1856?
Dates or Sequential Designation: -exercice 1948/1949.
Numbering Peculiarities: Some years issued in parts.
General Note: At head of title, 18<89> 19 : République d'Haïti.
General Note: 1891 has imprint: Paris : Marchal et Billard.
 Record Information
Source Institution: Library of Congress Law
Holding Location: Library of Congress Law
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 648674465
Classification: lcc - KGS70.2 .H35
System ID: AA00000461:00023

Table of Contents
    Front Matter
        Front Matter
    Cover
        Page iii
        Page iv
    Title Page
        Page v
        Page vi
    Personnel du tribunal de cassation annee 1890
        Page vii
        Page viii
    Premiere partie: Arrets civils
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
    Deuxieme partie: Arrets criminels
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
    Table alphabetique des matieres
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
Full Text

















This volume was donated to LLMC
to enrich its on-line offerings and
for purposes of long-term preservation by

University of Michigan Law Library



















REPUBLIQUE D'HAITI



BULLETIN DES ARRIETS
DU


TRIBUNAL DE CASSATION












































PARIS. - IMPRIMERIE L. BAUDOIN, 2, RUE CHRISTINE.








REPUBLIQUE D'HAITI


BULLETIN DES ARRESTS
DU

TRIBUNAL DE CASSATION

RENDUS

EN MATIERE CIVIL ET CRIMINELLE


ANNEE 1890


PUBLIC SOUS LA DIRECTION
DE
M. DALBEMAR JEAN-JOSEPH
PRESIDENT DU TRIBUNAL DE CASSATION


PARIS
IMPRIMERIE ET LIBRAIRIE GENERAL DE JURISPRUDENCE
MARCHAL ET BILLARD
IMPRIMEURS-EDITEURS, LIBRAIRES DE LA COURT DE CASSATION
27, Place Dauphine, 27
1891
Tous droits reserves.












































































'I










RfPUBLIQUE D'HAITI.



PERSONNEL DU TRIBUNAL DE CASSATION
Annde 1890.


Roulement du 4 fivrier 1890.


Section civil.
DALBEIMAR JEAN-JOSEPH.
J.-A. COURTOIS.........
A. REGNIER............
ROBIN.................
EDo UARD..............
A. ANDI ...............
C. DtJEAN..............


President.
Juge.
Id.
Id.
Id.
Id.
Id.


DORCaLY ETIENNE.
LAROCHE FILS.....
PERIGORD .........
L.-E. VAVAL.......
F. NAZON.........
E. BONHOMME .....
P. HYPPOLYTE .....


Vice-Prdszdent.
Juge.
Id.
Id.
Id.
Id.
Id.


Roulement du 4 aofit 1890.


Section civil.


SDORCtLY ETIENNE.
J.-A. COURTOIS.....
A. REGNIER........
C LAROCHE FILS......
SPERIGORD...........
L.-E. VAVAAL.......
A. ANDR .........


Vice-Prdsident.
Juge.
Id.
Id.
Id.
Id.
Id.


Section criminelle.
DALBEMAR JEAN-JOSEPH. President.
F. NAZON............... Juge.
E. BONHOMME.......... Id.
ROBIN............... .. Id.
P. HYPPOLITE.......... Id.
EDOUARD ............... Id.
C. DEJEAN.............. Id.


MinistBre public.

DUVERNEAU TROUILLOT, Commissaire du Gouvernement, a prWtd serment le
14 janvier 1890.
EDMOND DAUPHIN, Commissaire du Gouvernement, a pret6 serment le it sep-
tembre 1890, en replacement du pr6ecdent, nomm6 Secr4taire d'Etat
de la Justice.
A. MERION, Substitut du Commissaire du Gouvernement.
EM. CHANCY, 2e Substitut du Commissaire du Gouvernement, a pr6t6 sermen
le I1 d6cembre 1890.


163410-~�~


Section criminelle.





PERSONNEL DU TRIBUNAL DE CASSATION.

Officers ministiriels.


P. LEREBOURS.. Greffier.
F. FIGARO ..... Commis-greffier.
G.-S. BENJAMIN Id.
DEsIR ALEXAN-
DRE ......... Huissier audiencier.
C. CARVALHO.. Id.


HYPPOLITE LU-
CAS ..........
MILE DUVAL..
CORIOLAN NAU.
A. BOISSETTE..


Huissier exploitant.
Id.
Id.
Id.


VIII

















PREMIERE PARTIES

ARRiTS CIVILS





No 4.

Mention des pieces. - Degcente sur les lieux.

Le vceu de l'art. 148 du Code de procedure civil est rempli, lorsque les
pieces qui ont un rapport essential et direct avec l'objet de la contestation se
trouvent mentionn~cs, soit dans une parties, soit dans une autre du jugement.
Ce n'est que dans le cas- of le tribunal le croit n6cessaire, qu'il use de la
faculty d'ordonner une des:ente sur les lieux.
Le jugement est motive sur ce chef, lorsqu'il reconnait formellement dans
ses motifs l'inutilit6 de la measure d'instruction.

18 f6vrier 1890.
LALICE LEREBOUIts et consorts, procedant par MA HI. BAUSSAN,
Contre les h6ritiers IlIPPOLYTE VIVENs, pr. par Mes L. DUCnATELLIER
et ED. DAUPHIN.


NOTICE.

Une obligation hypothicaire ayant Wtd souscrite le 14 mars
1884 par Calice Lerebours et consorts en faveur de II. Vivens,
les ddbiteurs ne payrrent pas A 1'6ch6ance.
Commencement de poursuites d'ex6cution arretbes par une
opposition A la vente et une assignation en d6lai de payment
et dommages-interets, attend que 1'obligation, soutiennent
les d6biteurs, avait pour cause, non seulement une some
d'argent, mais encore une machine A vapeur A fournir en
Arrets civil. *4







2 ARRETS CIVILS, IN 1.
parfait Mtat et que, nonobstant, le cr6ancier avait remise
incomplete.
Jigement du tribunal civil de Port-au-Prince du 21 sep-
tembre 1887, qui, apres avoir rejet6 la demand en descent
sur les lieux, condamne les d6biteurs A payer la some de
8,480 gourdes avec intircts et frais, et accord un d6lai de
deux ans.
Pourvoi de C. Lerebours et consorts, pour violation des
art. 148 et 296 du Code de procedure civil, par defaut de
mention sp6ciale des pieces, refus d'ordonner une descent
sur les lieux et d6faut de motifs sur le rejet de cette measure
d'instruction.
ARRET :
D. Jn-Joseph pr6sidant,
Oui M. lejuge ]mile Robin, en son rapport fait h I'audience;
Oui Me L. Duchatellier, qui s'en rapporte simplement A ce qui est
contenu a l'acte de defenses pr6sent6 au dossier;
Et apris avoir entendu M. A. MBrion, substitute dutCommissaire
du Gouvernement, en son r6quisitoire concluant au rejet du pourvoi
et A la confiscation de I'amcnde d6pos6e;
Vu les pieces au dossier, notamment le jugement don't est pourvoi,
la requite contenant les moyens des demandeurs, et celle en
r6ponse portant les defenses;
Vu aussi les art. 148 et 296 du Code de procedure civil;
Le Tribunal, apres en avoir ddlib6rB,
Sur le premier des deux moyens des demandeurs :
Attendu que le voeu de 1'art. 148, procedure civil, est rempli,
lorsque les pieces qui ont un rapport essential et direct avec l'objet
de la contestation se trouvent mentionnees, soit dans une parties,
soit dans une autre du jugement;
Que, dans l'espce, I'obligation hypotfh'caire qui est, en eflet, la
piece principal et qui fait essentiellement la base du procks, est
mentionn6e *tres explicitement dans les conclusions des parties,
dans les points de fait et de droit, dans les motifs et le dispositif du
jugement attaqu6.
Sur le second moyen :
Attendu qu'au prescrit de l'art. 296, procedure civil, cc n'est
que dans le cas of le Tribunal le croit necessaire, qu'il use de la
faculty d'ordonner une descent sur les lieux;
Que le jugement don't est pourvoi a fait h bon droit une apprd-
ciation dans laquelle le Tribunal 6tait souverain, en d6cidant qu'il
n'y avait pas lieu de proc6der a une descent sur les lieux; - qu'il







ARRETS CIVILS, N 2. 3

a aussi motive ce chef de sa decision, en reconnaissant formelle-
ment, dans ses motifs, l'inutilit6 de cette measure d'instruction; -
qu'il a enfin parfaitement rempli le voeu de l'art. 148, procedure
civil, en posant dans son point de droit, la question de savoir s'il
fallait ordonner la descent sur les lieux;
Par ces motifs,
Rejette le pourvoi form par les 6poux Calice Lerebours, la
dame Pulcherie Lerebours et veuve Fontaine, contre le jugement
du Tribunal civil du Port-au-Prince, du 21 septembre 1887;
ordonne la confiscation de l'amende d6posee; et condamne les
pourvoyants aux d6pens allou6s h la some de g. 39 85 c. avec dis-
traction au profit de Me L. Duchatellier et Ed. Dauphin, qui affir-
ment en avoir fait l'avance.
Donn6 de nous, Dalb6mar Jean-Joseph, president; J.-A. Cour-
tois, F. Nazon, H. Lechaud et E. Robin, juges, en audience pu-
blique du 18 fEvrier 1890, en presence de M. -A. M6rion, substitute
du Commissaire du Gouvernement et assists du citoycn C.-S. Ben-
jamin, commis-greffier.
(Ainsi sign par les president, juges et commis-greffier.)


No 2.
Excess de pouvoir. - Contrainte par corps. -
Ordre public.

Abuse de sa competence et comment un exces de pouvoir, le tribunal qui
s'attribue le droit de prononcer la contrainte par corps, hors les cas d6ter-
mines par une loi formelle.

20 fdvrier 1890.
CYRILLE LAURENT, procidant par 3Me C. ARCInN,
Contre PIERRE ALERTE.

NOTICE.
Des mineurs au service de Pierre Alerte dtant poursuivis
pour vol de fourrages au prejudice de Cyrille Laurent, une
transaction intervint, en vertu de laquelle Pierre Alerte,
civilement responsible, paya la some A laqueile avait etd
fixde la reparation due.
Mais les mineurs ayant Wte cependant soumis au jugement
du tribunal de simple police qui les renvoya de la prevention,
Pierre Alerte actionna C. Laurent devant le juge de paix de






4 ARRETS CIVIL, No 2.

Petionville, en restitution de la some comme payee indu-
ment.
Condamnation, en effet, de C. Laurent, avec d6pens, meme
par corps.
Pourvoi qui s'appuie, entire autres, sur 1'exces de pouvoir
resultant de la contrainte par corps prononcie en l'espce.

ARRT :

D. Jn-Joseph pr6sidant,
Oul M. le juge F. Nazon, en son rapport; Me C. Archin pour le
demandeur, en ses observations ; ensemble M. D. Trouillot, Com-
missaire du Gouvernement, en ses conclusions tendant a la cassa-
tion du jugement;
Vu les pieces au dossier, notamment le jugement don't est pour-
voi et la requite contenant les moyens du demandeur;
Vu lart. 918 du Code de procedure civil et l'art. 1829 du Code
civil;
Le Tribunal, apres en avoir delib6r6,
Sur le second moyen :
Attend que la liberty des personnel tient essentiellement au
droit public;
Que l'infraction, par un Tribunal, qui tend a porter atteinte aux
principles d'ordre public constitute un exces de pouvoir;
Attendu que l'exces de pouvoir se comment, entire autres, par
l'abus que fait un Tribunal de sa competence, en se permettant de
faire une chose qui lui est interdite par la loi, et dans une matibre,
comme la contrainte par corps, qui touche A l'ordre public;
Attendu que par l'art. 1829 du Code civil, il est d6fendu a tous
juges de prononcer la contrainte par corps, hors les cas determines
par une loi formelle;
Attendu que la contestation, en 1'espece, n'est pas de la nature
de cells pour lesquelles la loi autorise cette voice rigoureuse ;
Que le Tribunal de paix de Petionville a done exc6de ses pou-
voirs, dans le jugement attaqu6, en s'attribuant le droit de pro-
noncer la contrainte par corps, malgr6 la defense express de la
loi;
Par ces motifs,
Casse et annule le jugement du Tribunal de paix de P6tionville,
rendu le 4 juin 18S8, entire Pierre Alerte et Cyrille Laurent; remet
les parties au meme et semblable Rtat oh elles etaient avant ledit
jugement; et, pour Wtre statue conform6ment a la loi, renvoie ]a
cause et les parties devant le Tribunal de paix de Port-au-Prince,







ARRETS CIVILS, No 3. 5
section nord; ordonne la restitution de l'amende d6pos6e; et con-
damne Pierre Alerte aux d6pens,. don't distraction au profit de
MR Archin, qui affirmed en avoir fait l'avance.
Donn6 de nous, Dalbdmar Jean-Joseph, president; J. Courtois,
F. Nazon, E. Bonhomme et E. Robin, juges, en audience publique
du 20 fWvrier 1890, en presence de M. D. Trouillot, Commissaire
du Gouvernement, et assists du citoyen C.-S. Benjamin, commis-
greffier.

No 3.
Appel de sentence de juge de paix. - Quotit6
des condemnations.

L'accessoire suivant le principal, un tribunal qui se declare incompetent,
ne peut retenir aucun chef de demand et y statuer.
Le tribunal civil, statuant en appel d'une sentence de juge de paix, doit se
renfermer, pour le quantum de la condemnation, dans les limits de la com-
p6tence du tribunal de paix.

4 mars 1890.
IIORTENSIA MIDOUIN, veuve GRANDIN, proc6dant par Me C. AncnLN,
Contre BIEN-Alml REVANCHE.

NOTICE.
Sur la demand de la veuve Grandin contre Bien-AimB
Revanche, en justification par pieces et titres, du droit que
celui-ci dit avoir sur un terrain litigieux entire les parties, le
tribunal de paix de Dessalines condamne Bien-Aim6 Revanche
A d6guerpir du terrain et A payer cent piastres de dommages-
int6rets, avec d6pens.
Appel interjetd devant le tribunal civil de Saint-Marc, pour,
entire autres, cumul du possessoire et du p6titoire, 1'appelant
concluant, en m6me temps, au maintien de son droit de pro-
pri6taire et A 500 piastres de dommages-int6r6ts.
Jugement du tribunal civil qui. infirme la sentence, dd-
charge l'appelant des condamnations pronounces contre lui,
inais se declare incompetent pour le p6titoire et condamne
1'intime A deux cents piastres de dommages-intdr&ts et aux
d6pens.
Pourvoi de veuve Midouin, appuy6, entire autres, sur ce
que le tribunal de Saint-Marc s'6tant d6clar6 incompetent,
n'avait plus pouvoir pour statuer sur le fond de la demand







6 ARRtTS CIVILS, No 3,
principal, et encore sur ce que le tribunal civil, jugeant en
appel de sentence des tribunaux de paix, viole sa competence
lorsqu'il d6passe le taux de 150 gourdes fix6 pour les justices
de paix.

ARRT :
D. Jn-Joseph pr6sidant,
Ouc M. lejuge Emile Robin, en son rapport (voir le rapport);
Me C. Archin, pour la demanderesse, en ses observations; ensemble
M. D. Tronillot, Commissaire du Gouvernement pres ce Tribunal,
en ses conclusions tendantes A la cassation du jugement don't est
pourvoi;
Vu les pieces au dossier, notamment le jugement attaqu6 et les
moyens de la demanderesse;
Vu l'art. 173 du Code de procedure civil et Part. 22 du meme
Code,
Le Tribunal, apris en avoir delibere,
Attendu que le Tribunal civil de Saint-Marc, infirmant en appel
la sentence du Juge de paix de Dessalines, et faisant ce qu'aurait
df faire le premier juge, s'est declare incompetent, en pronongant
cependant une condemnation en deux cents piastres de dommages-
interkts;
Attend qu'A part la regle en vertu de laquelle, I'accessoire sui-
vant le sort du principal, un tribunal qui se declare incompetent,
ne peut retenir aucun chef de demand, statuer sur aucune ques-
tion se rattachant A la cause, qu'a part cette regle et A supposed
qu'il fit possible au Tribunal d'appel de condamner en des dom-
mages-interits resultant du prejudice souffert depuis le jugement
de premiere instance, le Tribunal civil de Saint-Marc devait, en
tous cas, se renfermer dans les limits de la competence du Juge
de paix, don't il r6formait la sentence frappeo d'appel;
Par ces motifs, i
Casse et annule le jugement du Tribunal civil de Saint-Marc,
rendu sur appel, le 21 mai 1888, entire Bien-Aim6 Revanche et Hor-
tensia Midouin ; remet les parties au meme et semblable etat oh
elles 6taient avant ledit jugement; et pour 6tre de nouveau jugees,
renvoie la cause et les parties devant le Tribunal civil des Gonaives;
ordonne la restitution de l'amende d6posee; et condamne Bien-Aim6
Revanche aux d6pens allou6s A la some de quarante-six piastres,
don't distraction au profit de Me C. Archin, qui affirme en avoir fait
l'avance.
Donn6 de nous, Dalbemar Jean-Joseph, president; J.-A. Cour-
tois, F. Nazon, E. Bonhomme et E. Robin, juges, en audience







ARRETS CIVILS, NO 4. 7
publique du 4 mars 1890, en presence de M. D. Trouillot, Commis-
saire du Gouvernement, et assists du citoyen C.-S. Benjamin,
commis-greffier.

N0 4.
Point do droit. - Appreciation des actes et contracts.
Cautionnement.

La loi ne fait point un devoir aux juges de presenter les points de fait et
de droit d'une maniere distinct et s6par6e des autres parties constitutives de
leurs jugements, si d'ailleurs ces points se retrouvent virtuellement et en
substance dans l'ensemble desdits jugements.
C'est aux juges du fond qu'il appartient souverainement d'appr6cier les
faits et circonstances materielles des actes et contracts, de constater leur
existence, de meme que la volont6 ou l'intention des parties.

1 4 mars 1890.
ANVItNOR VIEUX, JOSEPH LESPts et consorts, proc6dant par Me J.-C. ANTOINE,
Contre EDOUARIN LOCHARD, proc6dant par Me RAYMOND aln6.

NOTICE.
Pierre Desir6 jeune est condamn6 a payer une valeur qu'il
doit a Rom6lus-Edouarin Lochard, pour autant pret6.
Aristide Desire intervient en faveur de son frere, print le
cr6ancier de suspendre les poursuites commences jusqu'a
ce qu'il vienne a L6ogane s'entendre avec lui sur un mode de
payment, et ajoutant dans la lettre qu'il 6crit a cet effect:
(( Que la pr6sente vous serve de garantie ).
Aristide Desird meurt bient6t, sans avoir eu le temps de
r6aliser son dessein. Ses h6ritiers procddant au partage de la
succession, appellent Edouarin Lochard, lequel ach6te, lors
de la licitation, une propri6t6 et une jument, et pratique une
saisie-arret sur le produit de la vente des autres biens, come
cr6ancier de la succession, en vertu de la lettre d'Aristide
Desire.
A l'assignation en validitA devant le tribunal civil de Port-
au-Prince, les heritiers Aristide Ddsir6 repondent que les
terms g6ndraux de la lettre invoqu6e ne sont pas formels et
ne peuvent pas constituer le cautionnement tel qu'il est pr6vu
A l'art. 1780, C. civ.
Jugement du tribunal civil, - 8 fevrier 1889, - qui declare
que la lettre invoquee pent 6tre consid6r6e comme un con-







8 ARRPTS CIVILS, N� 4.
trat de cautionnement de la part d'Aristide DBsir6 pour
son frere Pierre Ddsire jeune, - valide la saisie-arret, etc.
Pourvoi, d'une part, d'Anvienor Vieux, repr6sentant son
pere Antdnor Vieux; d'autre part, des autres hiritiers de la
succession, base sur les memes moyens : 10 violation de l'art.
148, Pr. civ., en ce que le jugement attaqu6 a rdsolu dans son
dispositif le chef des dommages-int6r&ts par eux r6clam6s,
lorsqu'aucune question y relative n'a 6td posee dans son
point de droit; 20 violation de l'art. 1780, C. c., resultant
de la meme argumentation deja faite devant le tribunal
civil.
ARRET :
D. Jn-Joseph president,
Ouf M. le 4uge Imile Robin en son rapport (voir le rapport);
Mes J.-C. Antoine, pour les demandeurs, et Raymond ain6, pour le
defendeur, en leurs observations; ensemble M. D. Trouillot, Com-
missaire du Gouvernement, en ses conclusions tendantes au reject
du pourvoi;
Vu les pieces au dossier de chaque parties; notamment le juge-
ment don't est pourvoi, les deux requites s6parbes contenant les
moyens des demandeurs, et les defenses, en r6ponse;
Vu l'art. 148, procedure civil, et 1'art. 1780 du Code civil;
Le Tribunal, apres en avoir dl6ibre, et joignant les deux pour-
vois qui soulevent et pr6sentent les memes moyens;
Sur le premier moyen :
Attendu que s'il est vrai en general que'l'on doit trouver pos6
dans le jugement le point de droit relatif h chaque chef de de-
mande, - qie si notre jurisprudence a toujours, et i bon droit,
reconnu que ( l'art. 148, Procedure civil, a impose aux tribunaux
ordinaires I'obligation express de s'expliquer avec precision sur
les questions que le proces offre h r6soudre �, - cette m6me juris-
prudence, n6anmoins et dans un mrme arrit, 6tablit aussi que a la
loi ne fait point un devoir aux juges de presenter les points de fait
et de droit d'une maniere distinct et s6parde des autres parties
constitutives de leurs jugements, si, d'ailleurs, ces points se re-
trouvent virtuellement et en substance dans 1'ensemble desdits
jugements ,. Arrit du 4 aoti 1843. L. P., note 70, sous l'art. 148,
Pr. c.;
Or, par la lecture et I'ensemble du jugement attaqu6, on voit
facilement que attention du Tribunal civil de Port-au-Prince s'est
positivement port6e sur la question de savoir ce qu'il y avait a
statuer sur les dommages-int6r6ts, attend que, apres s'etre occupy







ARRkTS CIVILS, No 5. 9
des autres chefs de demand, il revient et dit s6par6ment : ( Sta-
tuant sur les dommages-int6rBts )), annonqant par li qu'il s'arr&-
tait a la consideration de ce point particulier a rdsoudre, qu'il en
posait done la question, pour, imm6diatement apres, motiver son
rejet de ce chef de demand.
Sur le second moyen :
Attendu qu'il appartient souverainement aux juges du fond d'ap-
pr6cier les faits et circonstances mat6rielles des actes et contracts,
do constater leur existence, de mmme que la volont6 ou l'intention
des parties;
Attendu que le cautionnement ne saurait 6tre place en dehors de
cette rdgle sur la mat6rialit6 ou la morality des faits constitutifs de
la convention, puisque la loi, tout en d6clarant qu'il ne so presume
pas, n'a pas prescrit une forme et des terms sacramentels pour
l'etablir valablement;
Qu'en consequence, lesjuges du Tribunal civil du Port-au-Prince,
pour former leur conviction et motiver leur decision du 8 f6vrier
de l'ann6e derniore, n'ont port aucune atteinte a la loi, en raison-
nant sur les lettres d'Aristide Desire et autres circonstances de la
cause, et en trouvant dans ces faits du process les caracteres mate-
riels et moraux d'un contract de cautionnement.
Par ces motifs,
Rejette le pourvoi form par Anvienor Vieux, d'une part, et
Joseph Lespes et consorts, d'autre part, contre le jugement du Tri-
bunal civil du Port-au-Prince, du 18 fdvier 1889; - ordonne la
confiscation de l'amende depos6e, et condamne les pourvoyants
aux depens, allouds contre Anvi6nor Vieux, a trente-sept piastres
soixante centimes, et a trente et une piastres soixante centimes
contre Joseph Lespes et consorts, don't distraction au profit de
Me Raymond ainW, qui affirmed en avoir fait advancee .
Donn6 de nous, Dalb6mar Jean-Joseph, president; J.-A. Cour-
tois, F. Nazon, E. Bonhomme et E. Robin, juges, en audience
publique du 4 mars 1890, en presence de M. D. Trouillot, Commis-
saire du Gouvernement, et assists du citoyen C.-S. Benjamin,
commis-greffier.


No 5.
* Ordonnance de rgfi6r6. - Urgence. - Obstacle caus6
& I'4coulement des eaux. - Dommages-int6rCts en
cassation.

L'urgence est la condition principal, essentielle et suffisante pour donner
lieu au rf6re6.







10 ARRETS CIVILS, No 3.
L'appriciation du caractere d'urgence est abandonnae au discernement et a
la sagesse du juge des ref6rbs.
On peut porter en refere, quand il y a urgence, une demand entire parti-
culiers tendant a faire ordonner provisoirement le retablissement d'un course
d'eau, sans prejudice de 'action possessoire qui pourra 6tre intent6e plus tard
devant le juge de paix.
II n'y a pas lieu d'avoir 6gard h une demand de dommages-inthrts,
A l'occasion d'un pourvoi en cassation ordinaire, voie de recours qui est dans
les droits des parties et of suffisent l'amende et les d6pens pr4vus par la loi.

11 mars 1890.
GUSTAVE JASTRAM, procedant par MI LEGER CAUVIN,
Contre MATIIILDE DELAUNAY, procidant par Mes EDMOND BAILLY
et JUSTIN-LELIO DOMIrIQUE.

NOTICE.
Les parties 6taient en contestation, A la justice de paix de
Saint-Marc, sur 1'usage common d'un corridor et canal,
quand une forte pluie survenant, occasionna des dgiAts chez
Mathilde Delaunay, oi pidntrArent et s6journ6rent les eaux
pluviales qui ne trouvaient plus leur 6coulement ordinaire
dans le canal bouch6 par Gustave Jastram.
Nouvelle requisition de Mathilde Delaunay pour la consta-
tation de 1'6tat des lieux. Declaration de r6cusation de la part
de Gustave Jastram contre le tribunal de paix. Et alors,
assignation en r6f~r6 devant le doyen du tribunal civil, vu
l'urgence, s'agissant d'un premier d6bordement d'eaux plu-
viales que pourraient bien suivre d'autres d6bordements en
raison de la saison.
Apres avqir fait visiter les lieux par trois experts, et sur le
rapport d'iceux, le doyen rendit son ordonnance du 5 mai
1888, qui decide que, provisoirement et sans rien prejudicier
au principal, Gustave Jastram supprimerait dans les vingt-
quatre heures de la signification de 1'ordonnance, I'ouvrage
en maconnerie qu'il a fait lever sur le parcours des eaux
pluviales coulant des propridt6s des dames Jos6phine Dau-
phin et Mathilde Delaunay, etc., les parties renvoyees au
principal pour soutenir leurs droits soit au maintien, soit A la
suppression du canal.
Pourvoi de Gustave Jastram contre I'ordonnance de
rdfer6.







ARRETS CIVILS, No 3.


ARRET :
D. Jn-Joseph pr6sidant,
Ou'i M. le juge E. Bonhomme, en son rapport, Me J.-L. Domi-
nique, pour la d6fenderesse, en ses observations; ensemble
M. A. M1rion, substitute du Commissaire du Gouvernement, en ses
conclusions tendantes ai maintien de l'ordonnance attaquee;
Vu les pieces au dossier, notamment I'acte contenant les moyens
du demandeur, la requ6te en r6ponse de la d6fenderesse, l'ordon-
nance du doyen du Tribunal civil de Saint-Marc, en nomination
d'experts, le rapport des experts et l'ordonnance de refer6 don't est
pourvoi;
Vu les art. 704 et suivants du Code de procedure civil;
Le Tribunal, apres en avoir delib6r6,
Et sans s'arreter h la fin de non-recevoir soulev6e par la defen-
deresse et basee sur une incapacity civil du pourvoyant, exception
h laquelle Me L. Dominique a, d'ailleurs, renonc6, pour avoir 6td,
en effect, mal h propos present6e et quant au temps et quant au
lieu;
Statuant,
Sur le premier moyen :
Attendu que l'art. 704, Pr. civ., content deux dispositions diffd-
rentes, don't la premiere : l'urgence, est la condition principal,
essentielle et suffisante pour donner lieu au referd;
Attend que l'appr6ciation du caractere d'urgence, 6tant subor-
donn6e aux circonstances particulires de la cause, est de droit
abandonnee au discernement et h la sagesse du juge des r6f6r6s;
Qu'en principle, il y a urgence, quand il y a p6ril en la demeure,
quand le retard peut ktre la cause de pertes souvent irr6para-
bles;
Attend qu'une measure, comme dans l'espece, tendant a faire
lever des obstacles causes A 1'coulement ordinaire des eaux, rentre
dans les cas d'urgence qui donnent competence au juge des
r6fdres;
Que telle est pr6cis6ment la jurisprudence suivie en Haiti come
en France, t6moin un arrkt de Cour d'appel qui decide qu'on peut
porter en refer6, quand il y a urgence, une demand entire particu-
liers tendant a faire ordonner provisoirement le r6tablissement d'un
course d'eau, sans prejudice de Faction possessoire qui pourra
etre intentee plus tard devant le Juge de paix (25 avril 1826,
Rouen);
Ce qui fait voir du meme coup le mal fond6 de l'autre moyen.
Sur le second moyen, en etfet :
Attend que l'ordonnance du 5 mai 1888, provisoire de sa nature







12 ARRfTS CIVILS, No 6.
et de plus formellement ainsi dans son dispositif, ne saurait, tell
qu'elle est, prdjudicier au principal, empecher ni arreter sur l'ac-
tion principal, l'exercice des droils existants, et devant telles juri-
dictions voulues par la loi ;
Attendu, en outre, et ainsi qu'il appert des actes, que l'instance
commence le 22 avril 1888 devant le Juge de paix de Saint-Marc,
portrait sur les droits des parties h la possession et jouissance d'un
corridor et d'un canal alors encombres, quand une forte averse
survint le 23 dans la nuit et que les eaux pluviales resterent sans
6coulement sur la propri6ti de Mathilde Delaunay; c'est ce fait qui
occasionna une second visit des lieux ct, par suite, I'instance en
r6feir pour, vu l'urgence, empicher ou pr6vcnir, est-il dit, I'inon-
dation de la proprid6t, et, a I'effet d'y parvenir, supprimer I'ou-
vrage en magonnerie 6lev6 par Gustave Jastram et faisant obstacle
b 1'coulement des eaux; cela, en attendant, et sans y pr6judicier,
la decision definitive au principal;

Par ccs motifs,
Rejette le pourvoi form par Gustave Jastram centre l'ordon-
nance de rdferd rendue le 5 mai 1888 par le doyen du tribunal civil
de Saint-Marc; ordonne la confiscation de l'amende d6posee et con-
damne le pourvoyant aux ddpens allouis i la some de quarante
et une piastres quarante-cinq centimes.
Pour les dommages-intdrkts demands par la ddfenderesse :
Attendu qu'il n'y a pas lieu d'y avoir 6gard A l'occasion d'un
pourvoi en cassation ordinaire, voice de recours qui est dans les
droits des parties et oit suffisent l'amende et les d6pens pr6vus par
la loi. Rejette.
Donn6 de nous, Dalbdmar Jean-Joseph, president; J.-A. Cour-
tois, A. RIgnier, E. Bonhomme et E. Robin, juges, en audience pu-
blique du 11 mars 1890, en presence de M. A. MArion, substitute
du Commissaire du Gouvernement et assists du citoyen C.-S. Ben-
jamin, commis-greffier.


No 6.
Iequlteo en defense an Tribunal de cassation. -
aIslie-arret. - Creonce liquid.

La redaction et la forme de la requite contenant les moyens du d4fendeur
en cassation sont abandonnees au libre choix de la parties.
La cr6ance d'une some d'argent ktablie par acte public non contest ne
cesse pas d'etre liquid par cela seul que le debiteur a des quittances A opposer
a son cr6ancier.






ARRETS CIVILS, N� 6.


ii mars 1890.
AUGUSTE VICTOR FORTUNATE, proeddant par Me TnnBAUD jeune,
Contre C. DtLINOIS et ses fils, *proc6dant par Me J.-C. ANTOINE.

NOTICE.
Par jugement du tribunal de commerce de Port-au-Prince,
les dpoux Auguste-Victor Fortunat sont reconnus debiteurs
envers C. DBlinois et ses fils, et comme tels condamnds au
payment, en deniers ou quittances, d'une some de
6,637 85, avec intdr6ts et depens.
Pour avoir payment, les cr6anciers font pratiquer une
saisie-arr6t sur les appointments de A.-V. Fortunat, alors
inspecteur de douane.
Jugement du tribunal civil de Port-au-Prince, en date du
15 septembre 1887, prononcant la validity de la saisie-
arret.
Pourvoi de A.-V. Fortunat, alleguant que la balance reel-
lement due n'a pas Wt6 d6termin6e par le jugement ; - les
d6biteurs qui avaient la faculty de s'acquitter par payments
mensuels de quarante piastres, avaient des quittances vala-
bles a reprdsenter. Le pourvoyant en tire la conclusion
que le jugement a valid une saisie pour une creance non
liquid.
II oppose ensuite A ses adversaires une ddch6ance tire de
ce que leur requ6te en defense ne content, dit-il, aucun
moyen dans le sens de la loi, et reste done comme si elle
n'existait pas.

ARRET:
D. Jn-Joseph pr6sidant,
Ou' M. le juge Laroche fils en son rapport (voir le rapport), le
citoyen V. Fortunat, demandeur et Me J.-C. Antoine pour les d6-
fendeurs en leurs observations; ensemble M. A. MWrion, substitute
du Commissaire du Gouvernement, en ses conclusions tendantes au
maintien du jugement attaque et A la confiscation de l'amende;
Vu les pieces au dossier, notamment le jugement du tribunal de
commerce de Port-au-Prince, en date du 21 f6vrier 1881; celui par
defaut du Tribunal civil de Port-au-Prince, rendu le23 fdvrier 1886;
le jugement confirmatif d'icelui, rendu par le meme tribunal, en
date du 16 septembre 1887 et don't est pourvoi; la requete conte-






14 ARRETS CIVILS, No 6.
nant les moyens du pourvoyant; celle des d6fendeurs pour leurs
moyens de defense;
Vu les art. 148, 473, 480 et 932, Proc6dure civil, invoqu6s par
le pourvoyant,
Le Tribunal, apres en avoir d6liber6,
Sur la d6ch6ance opposee aux d6fendeurs par le pourvoyant:
Attend que la r6daction ou la forme des moyens de defense, don't
s'occupe l'art. 932, Proc. civ., sont abandonn6es au libre choix de
la parties; qu'on n'est done pas recevable h quereller sur ce point la
requ6te en defenses existant au dossier et signifi6e en temps utile;
Rejette.
Au fond et sur les 1er, 2e et 3e moyens qui, sous ces trois formes,
pr6sentent le mime grief: I'illiquidit6 de la cr6ance ;
Attendu que les deux bons qui font la base du process, 6tant d'une
some bien d6termin6e ct payables en entier et a jour fixe, s'il y a
eu des acomptes, - ils ont pu, selon les circonstances, Utre consi-
d6r6s comme des versements provisoires, -des especes de d6p6ts a
imputer sur les bons au moment du payment integral;
Attendu que c'est A celui qui se pretend lib6r6 partiellement ou
completement, a en faire la preuve convenable;
Que le tribunal de commerce, qui n'avait pas h s'en tenir a la
simple allegation du d6biteur, a eu soin alors d'ordonner une v6ri-
fication devant unjuge-commissaire; a quoi les cr6anciers ont ob6i,
tandis que le d6biteur a refuse ou n6glig6 de le faire, ayant, par
consequent, a s'imputer A lui-meme les effects de sa conduite; car,
autrement, il d6pendrait toujours de la mauvaise volont6 on de la
negligence du d6biteur d'arreter les justes poursuites du cr6an-
cier;
Attend que c'est ainsi que le tribunal de commerce de Port-au-
Prince a condamn6 le d6biteur A payer la some de l'obligation en
deniers on quittances valables;
Que des lors, il ne s'agissait pas pr6cis6ment de compete A faire;
que ces terms deniers ou quittances ne sont que I'indication des
valours au moyen desquelles le d6biteur avait i 6teindre une dette
d'une some d6terminBe, une cr6ance done exigible, certain ct
liquid;
Attendu d'ailleurs que la jurisprudence est bien fixte sur ces
points, i savoir ( que la creance d'une some d'argent 6tablie par
acte public non contest ne cesse pas d'etre liquid par cela seul
que le d6biteur a des quitances i opposer A son cr6ancier ) (Paris,
24 flor. an xm; 7 oct. 1807; 21 aott 1811); ( que lorsqu'un cr6an-
cier, porteur d'un titre authentique pour une some fixe et d6ter-
min6e, a 6t6 d6clar6 oblig6 a tenir compete de quelques sommes re-
cues a valoir, et que, par jugement, il y a renvoi devers un notaire







ARRtTS CIVILS, No 7. I5

pour computer; s'il arrive que le d6biteur ne se rende pas chez le
notaire, qu'a cet 6gard ii soit en demeure et que, par sa faute, le
compete no soit pas reglM, le cr6ancier porteur du titre authentique
pent proc6der par voie de saisie, etc. > (Id., 25 mars 1825); enfin
V < que la saisie-arrit pratiqu6e en vertu d'un titre authentique pour
S une crdance certain, liquid et exigible, est valuable, bien que des
acomptes ayant Wt6 pays par le d6biteur, il y ait dissentiment et,
par suite, incertitude sur cc qui reste da. II n'est pas necessaire, en
pareil cas, ajoute l'arret, de faire pr6alablement 6valuer la cr6ance
par le juge. a (Douai, 31 dec. 1858.)
Que de tout ce qui precede done, on peut dire que le tribunal
civil de Port-au-Prince, dans le jugement attaqu6, ne portant au-
cune atteinte a la loi et restant d'accord avec la raison et la juris-
S prudence, a sainement appreci6 la liquidity de la cr6ance pour
valider la saisie-arret et a bien motive sa decision;
Par ces motifs,'
?. Rejette le pourvoi form par Auguste-Victor Fortunat contre le
S jugement du tribunal civil de Port-au-Prince, rendu le 16 septembre
1887 en validity de saisie-arret, ordonne la confiscation de l'amende
S dpos6e et condamne le pourvoyant aux d6pens, alloues a la some
de 40 gourdes et 70 centimes.
Donne de nous, Dalb6mar Jean-Joseph, president; J.-A. Cour-
tois, Laroche fils, E. Bonhomme et E. Robin, juges, en audience
publique du 11 mars 1890 et en presence de M. A. Merion, sub-
stitut du Commissaire du Gouvernement et assists du citoyen
C.-S. Benjamin, commis-greffier.


No 7.
Possession annale. - Prescription acquise. - Depos-
session violent. - Preuve du droit de proprite6. -
Enregistrement d'acte. - Conmencement de preuve
par 6crit. - Conclusions des parties. - 1Ilention de
PDices.

La privation de jouissance pendant un an pout emp6cher la recevabilit6
d'une action au possessoire, mais non au p6titoire.
Elle opfre interruption dans le course d'une prescription encore incomplete,
mais non pas lorsque les vingt ann6es se sont 6coulBes sur une possession
gard'e dans les conditions de la loi.
Le droit acquis alors par prescription donne et confere une propri4t6
aussi solidement fondue que si elle 1'Ntait sur n'importe quel autre titre former
et ecrit.
L'annalit6 de la possession ne fait pas obstacle i la preuve du droit de pro-
priWt6 contre le d6tenteur actuel.
Une measure d'instruction, comme l'enquete, pout alors Wtre ordonn6e







16 ARRTTS CIVIL, NO 7.
sur le fait de la d6possession violent op6ree contre une prescription valable-
ment acquise.
La mention d'un acte sur les registres de l'enregistrement peut, selon les
circonstances, servir comme la transcription entire de commencement de
preuve par 6crit, sp6cialement lorsque la relation de 1'enregistremeut fait
mention express et litt6rale de la date et de l'objet de l'acte et aussi du nom
des parties.
II n'est pas indispensable que les conclusions se retrouvent distinctes et
s6par6es des autres 6nonciations constitutives du jugement.
Ii en est de meme de l'6num6ration des pieces, lorsque les essentielles sont
mentionn6es dans une parties ou une autre du jugement.

11 mars 1890.
GARDEN DUFOUR, proc6dant par Mo H. LESTAGE,
Contre DELPHINE DAPHNIS, procedant par Me A. ROLLAND.

NOTICE.
Ainsi qu'il r6sulte d'un certificate du directeur de l'enregis-
trement, Delphine Daphnis achete, en 1861, de Antoine
Dufour, deux carreaux de terre dans la commune de Jerimie.
Elle en prend possession et reste en jouissance par elle-
meme jusqu'en 1882 et par son frere, Damis Daphnis, son
representant, jusqu'en 1883, 6poque oi Gardon Dufour, fils
de son vendeur, expulse Damis Daphnis, declarant que le
terrain lui revenait par heritage de son pere.
Jugement interlocutoire du Tribunal civil de Jdremie, qui
ordonne l'enqudte sur la possession de Delphine Daphnis.
Et l'enquete faite, jugement d6finitif qui reconnait Del-
phine Daphnis propri6taire des deux carreaux de terre et
condamne Gardon Dufour aux d6pens et A g. 450 de dom-
mages-int6rkts.
Pourvoi de Gardon Dufour contre l'un et 1'autre jugements,
qu'il attaque pour exces de pouvoir, violation ct fausse appli-
cation de la loi, touchant la prescription, les cas d'enquete et
la forme des jugements.

ARRET :
D. Jn-Joseph pr6sidant,
Oul M. le juge Emile Robin, en son rapport, et M. A. M6rion,
substitute du Commissaire du Gouvernement, en ses conclusions
tendantes au maintien des deux jugements;
Vu les deux jugements, don't est pourvoi, la requite des moyens







ARRETS CIVILS, NO 7. 17
du demandeur, - celle en reponse de la d6fenderesse, - la signi-
fication du dernier jugement faite le 20 octobre 1887, la declara-
tion du pourvoi faite le 15 novembre 1887,1e certificate du receveur
de 1'enregistrement du lieu et le proces-verbal d'enquete des 14 et
16 juillet 1887, en execution du jugement interlocutoire susvis6 ;
Vu les art. 148, 254, 255 du Code de procedure civil et 1121 A
1137, 1997 h 2011 et 2030 du Code civil,
Le Tribunal, apres en avoir dl6ib6r6,
Sur le premier moyen:
Attendu qu'il est bien etabli au proces (ce qui est dans le domaine
d'appr6ciation du Tribunal civil) que Delphine Daphnis avait pos-
sedW le terrain litigieux plus de 20 ann6es d6ja quand, en 1882, elle
en fut expuls6e par Gardon Dufour qui ne s'en est pas dessaisi
depuis;
Attendu que le pourvoyant dans ses moyens oii il 6nonce des
principles g6n6raux sur la possession actuelle et annale, fait une
continuelle confusion de l'action possessoire et de l'action p6titoire,
comme aussi de la possession acquise et de la prescription acquise;
Qu'en effect, la privation de jouissance pendant un an peut emp&-
cher la recevabilit6 d'une action au possessoire, mais non au p6ti-
toire; que cette privation de jouissance durant un an opere inter-
ruption dans le course d'une prescription non encore accomplie;
mais des lors que les vingt ann6es se sont ecoul6es sur une posses-
sion gardee dans les conditions de la loi, il se produit, par prescrip-
tion, un droit acquis, lequel donne et confere une propriet6 aussi
solidement fondue que si elle l'6tait sur n'importe quel autre titre
formel et ecrit;
Que la prescription ainsi acquise ne pourrait etre perdue, - ne
pourrait disparaitre que par la survenance d'une autre prescription
de mime sorte, - ce qui n'est pas le cas de Gardon Dufour qui n'a
pas vingt annees de possession h offrir;
Qu'en consequence, la d6posscssion survediue en 1882 n'a pu effa-
cer la prescription vicennale dejh acquise et consomme par Del-
phine Daphnis; que done le jugement attaqu6, en decidant dans ce
sens, a sainement appliqu6 la loi.
Sur le deuxieme moyen:
Attendu que l'annalit6 de la possession ne faisant pas obstacle,
devant le Tribunal civil, A la preuve du droit de propri6t6 centre
le d6tenteur actuel, une measure d'instruction comme 1'enquete pou-
vait etre ordonnee dans les circonstances de la cause oh etait invo-
quie une depossession violent opr6oe apres et centre une pres-
cription valablement et completement acquise et oh 6tait produit
un certificate de l'enregistrement d'un titre d6clar6 perdu durant les
troubles politiques de l'6poquc;
Arrkts dciils






18 ARRETS CIVILS, N. 7.
Qu'en effect, si le simple enregistrement d'un acte n'6quivaut pas
a la transcription don't parole l'art. 1121 du Code civil et ne suffit
pas 6 lui seul, en g6n6ral, pour supplier a la representation du
titre, n6anmoins il est certain que la mention d'un acte sur les
registres publics peut, selon les circonstances, servir comme la
transcription entire de commencement de preuve par ecrit; qu'il
en est ainsi sp6cialcment de la relation de l'enregistrement d'un
acted lorsque cette relation fait mention express et litt6rale de la
date de I'acte, de son objet et du nom des parties.
Sur le troisieme moyen:
Attendu, quant au jugement du 3 octobre, que le pourvoyant
ayant fait d6faut pour la plaidoirie du fond audience du 29 aofit,
il n'etait pas possible que cejugement ins6rAt des conclusions de la
part du d6faillant, des conclusions qui n'6taient pas pr6sent6es;
que cependant cc meme jugement, au point de fait, rappelle celles
prises pour l'interlocutoire A l'audience du ier juin par le pour-
voyant alors comparant;
Quant au jugement du 15 juin :
Attendu que c'est surtout d'un jugement interlocutoire que l'on
peut dire qu' ( il suffit que la connaissance des conclusions des parties
result de l'ensemble du jugement : il n'est pas n6cessaire que ces
conclusions se retrouvent distinctes et s6parees des autres Bnoncia-
tions constitutives du jugement ;
Qu'il en est de mime de l'enumeration des pieces, les essen-
tielles 6tant mentionnues dans une parties ou une autre du juge-
ment;
Attendu, en outre, que l'art. 148, proc. civ., n'exige que l'expo-
sition sommaire du point de droit; - que d'ailleurs il ne s'agissait
pas de la nature de la possession de Gardon Dufour comme actuelle
ct annale, ce qui ne pouvait pas avoir d'influence sur la decision;
- qu'il s'agissait seulement, A l'6gard de Gardon Dufour, de v6ri-
fier le fait et l'6poque de l'expulsion violent;
Et qu'il suffisait, pour remplir le vceu de la loi, de preciser les
faits a prouver comme l'a fait le jugement dans son dispositif;
Par ces causes et motifs,
Rejette le pourvoi form par Garden Dufour centre les jugements
du 15 juin et du :3 octobre 1887 du tribunal civil de J6ermie, rendus
en favour de Delphine Daphnis; ordonne la confiscation de l'amende
depose et condamne le pourvoyant aux d6pens.
Donn6 de nous, Dalb6mar Jean-Joseph, president; J.-A. Cour-
tois, L.-E. Vaval, E. Bonhomme et E. Robin, jugcs, en audience
publique du i1 mars 1890, en presence de M. A. M6rion, substitute
du Commissaire du Gouvernement et assists du citoyen C.-S. Ben-
jamin, commis-grcffier.







ARRETS CIVILS, NO 8.


N" 8.
IEnumBration de piices. - Preuve doe 'obligation et
du payment. - Appr6ciation de dommages-int6-
rets.

L'6numbration des pieces du dossier fait voir que le tribunal a pris connais-
sance de tous les actes sur lesquels il doit baser sa decision.
Aux terms de I'art. 1100 du Code civil, le demandeur est tenu de justifier
l'obligation don't il r6clame le pavement, avant que la parties adverse soit, A
son tour, oblige d'etablir sa liberation.
L'appreciation des dommages-intu6rts est laiss6e aux lumibres et A la
conscience des juges du fond.

13 mars 1890.
EUstBE MONTERO, proc6dant par M" G. Ricnt,
Contre STEPHEN PERALTE et PIERRE MICIEL, proc. par Me ED. LESPINASSE.

NOTICE.
La dame Vicente Ramirez pretend que Stephen Peralte et
Pierre Michel se sont indiment empar6s de portions de terre
A elle appartenant dans la vallie de Hondevalle.
Stephen P6ralte et Pierre Michel repoussent les pr6tentions
de leur adversaire, disant que c'est A just titre qu'ils occu-
pent des terres don't ils sont proprietaires en ce lieu et pr6-
sentent des actes A 1'appui.
28 aodt 1883. Jugement par d6faut du tribunal civil de
Port-au-Prince centre S. Peralte et Pierre Michel, qui sont
condamn6s en d6guerpissement des terres et chacun en vingt
piastres de dommages-int6rcts et d6pens en faveur de la dame
Vicente Ramirez.
Sur I'opposition des d6faillants, jugement d6finitif, en date
du 16 d6cembre 1884, qui declare la dame Vicente Ramirez
malfond6e en sa demand, et la condamne envers chacun
des d6fendeurs, en vingt piastres de dommages-int6r6ts et
depens.
La dame Vicente Ramirez 6tant d6cdd6e sur ces entre-
faites, Eusebe Montero, son hiritier, se pourvoit en cassation
du jugement ddfinitif, pour vice de forme, exces de pouvoir,
violation et fausse application de la loi.







ARRETS CIVIL, No 8.


ARRT :
D. Jn-Joseph pr6sidant,
Oui AI. le juge Laroche fils, en son rapport, et M. Duverneau-
Trouillot, Commissaire du Gouvernement, en ses conclusions ten-
dantes au maintien du jugement attaque;
Vu les pieces au dossier, notamment le jugement don't est pour-
voi, la requite contenant les moyens du demandeur et cell en
reponse des d6fendeurs;
Vu les art. 148, Procedure civil, 1100, 1168 et 1169, Code
civil;
Le Tribunal, apris en avoir delibdr6;
Sur les fer et 20 moyens :
Attendu que la longue 6numeration des pieces qu'on trouve dans
le jugement fait voir que le Tribunal civil a pris connaissance de
tous les actes verses au dossier;
Qu'il a notamment vise ceux sur lesquels il a bas6 sa decision;
Qu'il -a done indique la nature des pieces dans lesquelles il a
trouv6 la raison d6terminante de son jugement;
Que si le pourvoyant tire de ces documents une conclusion tout
autre que celle du Tribunal, il ne resort de cette divergence d'opi-
nion entire la parties et ses juges qu'une question d'appreciation qui
n'est pas du domaine du Tribunal de cassation;
Attend, d'autre part, que tous les points et questions a exa-
miner necessairement dans la cause ont Wtd touches et r6solus;
Qu'en effet, dans lejugement attaqu6, on lit ce qui suit :

Au point de droit : ( Si... le jugement (par d6faut) doit dtre
, maintenu, 10...; 20 parce que l'action sur laquelle est intervenu
a le jugement du 28 aoft est justifiee par les pieces versees au
a procks; 30 parce que la demanderesse serait seule proprietaire
a de la vallee de IIondevalle; ... il s'agit de savoir encore si ... un
, sursis d'exccution peut etre accord a Pierre Michel pour lui
( donner le temps d'appeler son vendeur en garantie; )
Dans ['6numeration des pieces : ( 50 L'acte du President d'Haiti,
( en date du 3 d6cembre 1873, qui confirm les droits des h6ri-
( tiers Petro Montero sur deux mille cinq cents livres d'actions de
a terres, situees f Hondevalle...; 60 l'acte du President d'Haiti, en
( date du 26 f6vrier 1874, qui... confirm les droits de la dame
( Vicente Ramirez sur seize cents livres d'actions de terres a Hon-
( devalle; ... 80 la vente des heritiers Petro Montero a Pierre
A Michel..., d'un reste de terre A Hondevalle; ... 100 une procura-
Stion donnee par les Diaz Solans, en presence de l'un des hdritiers
( Petro Montero, relative a la gcstion de lours propriedts h Honde-






ARRETS CIVILS, NO 8. 21
( valle; ... 120 vente & S. P6ralte, par un h6ritier Diaz Solans, de
( neuf carreaux de terre a Hondevalle... ;
Dans les motifs : ( Consid6rant que la dame Vicente Ramirez
� n'est pas, comme elle 1'a pr6tendu, seule et unique propri6taire
a de toute la valley de Hondevalle; que, comme elle, et avant elle,
( les h6ritiers Petro Montero ont 6t6 maintenus en possession dans
a leur droit de propri6t6 sur les actions de terre qu'ils possadent
( dans la vall6e de Hondevalle; que ce sont ces derniers qui ont
o vendu... h Pierre Michel et a Stephen P6ralte; - Consid6rant
a que cela 6tant, la dame Vicente Ramirez aurait df prouver que
o c'est sur ses terres que Pierre Michel et Stephen Peralte se sont
( 6tablis... n;

Et cela, pour arriver au dispositif qui declare la dame Vicente
Ramirez mal fondue en sa demand et la condamne;
Qu'ainsi, en faisant mention, et argumentant de tous les actes
relatifs a deux mises en possession diffErentes de deux portions
d'in6gale 6tendue de la valley de Hondevalle et a des ventes qui y
ont 6et faites par un autre que la dame Vicente Ramirez, en visant
et raisonnant ainsi, apres avoir pos6 la question de savoir si la
dame Vicente Ramirez est seule propri6taire de la vall6e de Honde-
valle, le Tribunal civil de Port-au-Prince, a suffisamment port son
attention sur la circonstance particulibre de la vente faite A Pierre
Michel, il s'est utilement et effectivement occupy de tous les chefs
de demand a lui pr6sent6s, il y a valablement status, il a satisfait
a la loi.
Sur le troisieme moyen :
Attendu que le voeu de 1'art. 1100, Code civil, est que le deman-
deur prove d'abord l'obligation don't il r6clame l'ex6cution; et ce
n'est qu'apres la justification du fait qui engendre l'obligation, que
l'autre parties reconnue d6bitrice est tenue, a son tour, de justifier
sa liberation. Or la dame Vicente Ramirez n'ayant pas, dans l'opi-
nion du juge du fond, fait ]a preuve de ce qu'elle a avanc6 et que
les adversaires pourraient se border a nier, le Tribunal, en la
deboutant, n'a pas viol l'art. 1100, Code civil, ni commis d'exces
de pouvoir.
Sur le quatrieme moyen :
Attendu que 1'appr6ciation des dommages-int6rets est laiss6e aux
lumieres et a la conscience des juges du fond; que, dans l'espece,
le Tribunal civil n'a fait qu'user de son droit, en appliquant les
art. 1168 et 1169, Code civil;
Par ces motifs,
Rejette le pourvoi form par le citoyen Eusebe Montero contre
le jugement du Tribunal civil de Port-au-Prince, du 16 d6cembre







i2 ARRETS CIVILS, N� 9.
1884; ordonne la confiscation de l'amende d6pos6e, et condamne
le pourvoyant aux d6pens, don't distraction au profit de Me Ed. Les-
pinasse, qui affirme en av.oir fait 1'avance.
Donn6 de nous, Dalb6mar Jean-Joseph, president; J.-A. Cour-
tois, Laroche fils, F. Nazon et C. D6jean, juges, en audience
publique du 13 mars 1890, en presence de M. D. Trouillot, Com-
missaire du Gouvernement, et assists du citoyen C.-S. Benjamin,
commis-greffier.

N0 9.
Sections reunles. - Arr6t definitif.

Aucun recours n'est ouvert contre les arr6ts du Tribunal de cassation qui,
rendus sur le ford en sections reunies, terminent definitivement le process.

13 mars 1890.
A.-V. FORTUNAT, procldant par Me J.-L. V.RITi,
Contre DELINOIS ET C0, proc6dant par Me J.-C. ANTOINE.

NOTICE.
Un jugement du Tribunal civil de Jacmel, rendu entire les
parties apres une premiere cassation, est attaqu6 a son tour,
et est mis au ndant par le Tribunal de cassation qui, sur ce
second recours, statua au fond, donna gain de cause aux
sieurs Dl6inois et condamna Fortunat aux d6pens. Celui-ci se
pourvut alors contre l'arret m6me, sous le pr6texte que c'est
par une erreur mat6rielle qu'il a Wte condamnD seul aux dB-
pens ; que, dans 1'Ftat de 1'affaire, ces ddpens devaient Wtre
compenses.
ARn T :
D. Jn-Joseph pr6sidant,
Ou' M. le juge Emile Robin, en son rapport; le deman-
deur en personnel, et Me J.-C. Antoine, pour les d6fendeurs, en
leurs observations; ensemble, M. A. MOrion, substitute du Commis-
saire du Gouvernement, en ses conclusions;
Vu l'arret don't est pourvoi, les moyens du demandeur et ceux
des d6fendeurs;
Vu l'art. 131 de la Constitution;
Le Tribunal, apres en avoir d6liberd;
Attend qu'aucun recours n'est ouvert contre les arrets du Tri-
bunal de cassation qui, rendus sur le fond, en sections r6unies,
terminent d6finitivement le procs ;







ARRtTS CIVILS, No 10. 23
Attend que contrairement h ce qu'avance le pourvoyant, il n'y
a pas d'erreur mat6rielle dans le dispositif de 1'arret du 19 no-
vembre dernier, qui, sur un second recours, apres avoir mis au
n6ant lejugement du Tribunal civil de Jacmel, a statue au fond,
donn6 gain de cause aux siours D61inois et condamn6 A.-V. For-
tunat seul aux d6pens, vu que toute parties qui succombe doit les
supporter, dit tres bien 1'arr6t;
Que c'est done fort a tort que le sieur Fortunat cherche encore h
d6naturer la pensee des juges, exprimee dans ce chef de condam-
nation sans ambiguit6 ni obscurity, mais au contraire tres claire-
ment et formellement;
Par ces motifs,
Dit et declare la demand du sieur A.-V. Fortunat non recevable,
et en tous cas mal fondue; condamne ledit sieur A.-V. Fortunat
aux d6pens.
Pour les dommages-interets r6clames par les d6fendeurs contre
la demand, en effet, blAmable de A.-V. Fortunat,
Attend que le Tribunal estime qu'en 1'6tat de la cause, il suffit
de prononcer la condemnation aux d6pens, dit qu'il n'y a pas lieu.
Donnd de nous, Dalb6mar Jean-Joseph, president; J.-A. Cour-
tois, A. R1gnier, Larochefils, L.-E. Vaval, F. Nazon, E. Bonhomme,
E. Robin et C. DWjean, juges, en audience publique du 13 mars
1890, en presence de AM. A. Merion, substitute du Commissaire du
Gouvernement, et assists du citoyen C.-S. Benjamin, commis
greffier.

N0 10.
Sections runies. -- IDchgance. - Pourvoi tardir.

La fMte 1lgale du 4" janvier, qui se rencontre parmi les jours interm&-
diaires du ddlai prescrit pour faire la declaration de pourvoi, est comprise
dans la supputation des trente jours.

13 mars 1890.
Dame ORISTELLE CAVE, veuve ANGELO CADGIt, proc6dant par Mes ROLLAND,
ED. LESPINASSE et S. M~NOS,
Contre les h6ritiers DIOqGNE BRAS, procedant par le LtGER CAUVIN.

Les motifs expliquent suffisamment la nature de l'es-
pece.

AnnRI :
D. Jn-Joseph pr6sidant,
Oul M. le juge E. Bonhomme, en son rapport, ct M. A. M6rion,
substitute du Commissaire du Gouvernement. en scs conclusions







24 ARRATS CIVILS, No 11.

tendantes au reject du pourvoi, par ddchdance pour declaration tar-
dive;
Vu le jugement don't est pourvoi signify iA parties le 24 decembre
1887, l'acte d6claratif du pourvoi fait le 24 janvier 1888, les
moyens de la demanderesse, de meme que sa rEplique A l'excep-
tion de dech6ance soulev6e par les d6fendeurs pour tardivet6 de la
declaration de pourvoi;
Vu l'art. 922 du Code de procedure civil, ainsi concu : Les
parties, leurs h6ritiers ou ayants cause, auront trente jours pour
faire leur declaration de pourvoi, a dater de la signification du
jugement a personnel ou domicile. Ce d6lai emportera d6chdance;
il courra contre toutes personnel, sauf le recours des personnel
incapables contre ceux qui auraient dfi agir pour elles; �
Le Tribunal, apres en avoir delib6re,
Sur la d6cheance oppose a la pourvoyante :
Attendu que du principle que tous les jours autres que ceux des
terms sont continues et utiles pour faire courir les ddlais, il est
sans contest que la fete 16gale du "er janvier, qui se rencontre, en
l'espece, parmi les jours interm6diaires du delai, est comprise dans
la supputation des trente jours;
Et attend que le jugement attaqu6 ayant et6 signifi6 le 24 dd-
cembre 1887, I'acte declaratif de pourvoi, pour 8tre a temps, devait
Otre fait le 23 janvier 1888, au plus tard; - or la demanderesse,
ayant d6clar6 son pourvoi le 24 janvier, s'est mise sous le coup de
la d6ch6ance invoqu6e contre elle;
Par ces motifs,
Rejette le pourvoi form par la dame Oristelle Cave, veuve Angelo
Cadgi6, contre le jugement du Tribunal civil des Cayes du 3 no-
vembre 1887; ordonne la confiscation de l'amende d6pos6e et con-
damne la pourvoyante aux d6pens.
Donn6 de nous, Dalbemar Jean-Joseph, president; J.-A. Cour-
tois, A. R6gnier, Laroche fils, L.-E. Vaval, F. Nazon, E. Bonhomme,
Alexis Andrd et C. Ddjean, juges, en audience publique du 13 mars
1890, en presence de M. A. Marion, substitute du Commissaire du
Gouvernement et assists du citoyen C.-S. Benjamin, commis-gref-
fier.

No 11.
Sections reunies et section simple.
Le pourvol exerc6 contre un jugement qui a statue sur des difficulties
relatives & l'ex6cution d'un arret du Tribunal de cassation, - de meme que
lorsqu'il s'agit d'une instance nouvelle intentee par action principal, - doit
Wtre present I la section civil et non pas aux sections r6unies du tribunal de
cassation.







ARRETS CIVILS, No 11.


20 mars 1890.
Dame PULCHERIE PAUL et consorts, proc6dant par Me C. Louis CIARLES
Contre MleGtNE DOUDOUCHE, proc6dant par Me TnHBAUD jeune.

Pourvoi contre jugement du Tribunal civil de Port-au-
Prince, du 10 mai 4886. - Voirles motifs pour notice.

ARRfIT:
D. Jn-Joseph pr6sidant,
OuY M. le juge E. Bonhomme, en son rapport et M. A. Merion,
substitute du Commissaire du Gouvernement, en ses conclusions ten-
dantes au maintien du jugement don't est pourvoi;
Vu les pieces au dossier, notamment le jugement attaque, ]a
requite contenant les moyens des demanderesses et celle en r6ponse
du d6fendeur;
Vu l'art. 131 de la Constitution;
Le Tribunal, apres en avoir deliber6,
Attendu que les demanderesses, dans leur requite, s'adressent
aux sections r6unies, tandis que le d6fendeur, soutenant que l'af-
faire relive de la section civil, adresse h cette derniere ses defenses
en r6ponse;
Qu'il y a done lieu de decider pr6alablement A laquelle des deux
compositions doit 6tre presentee l'affaire;
Attend que soit qu'il faille consid6rer la cause dans laquelle est
intervenu le jugement attaqu6, comme resultat d'une difficult re-
lative A l'execution d'un arrit de ce tribunal, soit qu'il faille la con-
sid6rer comme une instance nouvelle qui a dui etre intentee par
action principal, on ne saurait voir dans le pourvoi actuel un
second recours sur une meme affaire A presenter devant les sec-
tions r6unies, la demand Rtant tout autre que celle d'entre les par-
ties d6jh venue en ce tribunal;
Par ce motif,
Dit que le present pourvoi, qui n'est pas un second recours, doit
etre pr6sent6 A la section civil, ainsi que 1'a fail le defendeur pour
ses moyens de defenses; qu'en consequence l'affaire sera appel6e
de nouveau et reproduite devant qui de droit.
Donn6 de nous, Dalbemar Jean-Joseph, president; J.-A. Cour-
tois, A. l6gnier, Laroche fils, L.-E. Vaval, F. Nazon, E. Bonhomme,
C. D6jean et A. Andr, juges, en audience publique du 20 mars 1890,
en presence de M. A. Merion, substitute du Commissaire du Gouver-
nementet assists du citoyen C.-S. Benjamin, commis-greffier.








ARRIITS CIVILS, NO 12.


N� 12.
D6cheance. - Inscription et d6ept nu greffe.

Est non-recevable en son pourvoi, le demandeur qui n'a-pas effectu6 le
dep6t de l'amende et des pieces prescrit par 1'article 930 du Code de proce-
dure civil.
20 mars 1890.
Les heritiers BELLANDE, procedant par Me" C.-M. WILSON et TiiBAUD jeune,
Contre les h6ritiers LAROCHE, proc6dant par Mes AUBIN DE BELLEVUE
et C. ARCHIN.

Le pourvoi est centre le jugement du 5 avril 1888, du Tri-
bunal civil de Jacmel.
ARRT :
D. Jn-Joseph pr6sidant,
Oul M. le juge F. Nazon, en son rapport, Me C. Archin, pour les
d6fendeurs, en ses observations et M. A. M6rion, substitute du Com-
missaire du Gouvernement, en ses conclusions.
Vu lejugement don't est pourvoi, la signification des moyens de
cassation faite par les demandeurs le Ier juin 1888, la requite des
d6fendeurs, le certificate du greffier de ce tribunal attestant qu'A la
date du 30 juillet 1888 il n'avait 6t6 encore fait au greffe, par les
pourvoyants, aucun d6p6t d'amende, actes ou pieces h l'appui de
leur pourvoi;
Vu l'article 930 du Code de procedure civil, modifi et ainsi
concu: a Dans les quarante-cinq jours de la signification de
( ses moyens, le demandeur devra, h peine de d6ch6ance, s'ins-
o crire au greffe du Tribunal de cassation et y d6poser : 10 une
a amende de 5 gourdes; 2o l'acte diment signified contenant ses
o moyens; 30 l'acle de la declaration de pourvoi ; 4� une exp6di-
( tion signifi6e ou une copie signifiee du jugement denonc6; 50 les
o pieces a l'appui. I1 sera fait mention des pieces produites au bas
c ou en marge de l'acte de d6p6t. )
Attendu qu'il est 6tabli par le certificate susvis6 que le d6p6t
ordonn6 de l'amende et des pieces n'a pas 6t6 fait, ce qui frappe le
pourvoi de la d6cheance pr6vue par la loi;
Par ces motifs, et sans avoir besoin d'examiner l'autre exception
par fin de non-recevoir, le Tribunal, sur les conclusions conformes
de M. le substitute du Commissaire du Gouvernement, declare les
sieurs et dame Nazere Bellande, Catherine Bellande et Josaphat-
Joseph Auguste d6chus de leur pourvoi, les condamne A une
amende de 5 gourdes et aux d6pens allou6s h la some de 46








ARRETS CIVILS, No 13. 21
S gourdes, don't distraction au profit de Mes Aubin de Bellevue et
C. Archin qui affirm'ent en avoir fait l'avance.
SDonn6 de nous, Dalbemar Jean-Joseph, president; F. Nazon,
S A. R1gnier, A. Andrd et C. Dejean, juges, en audience publique du
20 mars 1890, en presence de M. A. Merion, substitute du Commis-
saire du Gouvernement et assists du citoyen C.-S. Benjamin, com-
mis-greffier.

No 13.
Fin de non-recevoir et conclusions subsidiairement
prises au fond.

Lorsqu'une fin de non-recevoir precede les conclusions du fond, qui sont
poses subsidiairement, le Tribunal, pour apprkcier le fond, est tenu de se
prononcer sur le m4rite de la fin de non-recevoir, de la rdsumer et men-
tionner tant au point de droit que dans les motifs de son jugement.

25 mars 1890.
POTION RIVIfRE, proc6dant par MO ED. LESPINASSE,
Contre la dame CHOUCIOUTE ROBERT, veuve TeLACIN BARREAU.

NOTICE.
Les communaut6 et succession TVlacin Barreau sont con-
damn6es A payer A Miott Scott et Co une balance de compete
montant A 16,432 piastres 62; - par suite de quoi, une sai-
sie-ex6cution est pratiqude sur deux immeubles d6pendant
desdites communautd et succession, et adjug6e enfin A Pktion
RiviBre, qui veut entrer en possession.
Opposition de la veuve Telacin Barreau, soutenant que,
aux terms de son contract de marriage, elle est usufruitiere
des hiens meubles et immeubles de la succession, et doit
done continue sa jouissance sur les immeubles adjug6s.
Jugement du tribunal civil de Port-au-Prince qui lui faith
droit, ordonne l'ex6cution provisoire sans caution et con-
damne Petion Riviere aux ddpens.
Pourvoi de celui-ci, bas6 entire autres sur une violation de
Fart. 148 par le jugement qui, ni au point de droit ni dans
les consid6rants, ne s'est occupy d'une fin de non-recevoir
qu'avait cependant soulevee le pourvoyant devant le Tribunal
civil.







ARRITS CIVILS, No 13.


ARRAT:
D. Jn-Joseph pr6sidant,
Oui le rapport de M. le juge C. Ddjean et les observations de
Me Ed. Lespinasse, pour le demandeur; ensemble les conclusions
de M. A. Merion, substitute de Commissaire du Gouvernement;
Vu ]e jugement don't est pourvoi et qui a 6et signifies le 7 f6vrier
1888,1'acte declaratif du pourvoi fait le 16 f6vrier 1888 et les moyens
de cassation signifies le 18 du m6me mois;
Vu l'art. 148 du Code de procedure civil.
Sur le premier moyen :
Attend que l'examen du jugement attaqu6 fait voir que dans ce
qui a 6t6 pr6sent6 et demand par P6tion Riviere au tribunal civil
de Port-au-Prince, il y a, separees l'une des autres, d'abord une fin
de non-recevoir et subsidiairement les conclusions au fond;
Que le Tribunal civil done, pour apprecier le fond, ne devait pas
n6gliger de decider sur le m6rite de cette fin de non-recevoir, de la
resumer et mentionner tant au point de droit que dans les motifs
de sonjugement;
Attendu que ce d6faut de question et de motifs sur ce point par-
ticulier constitute une violation de l'art. 148, procedure civil;
A ces causes, et sans qu'il soit besoin d'examiner les autres
moyens a l'appui du pourvoi, le Tribunal, aprbs en avoir ddliber6,
et sur les conclusions conformes du Ministbre public,
Casse et annule le jugement du Tribunal civil de Port-au-Prince,
rendu le 7 novembre 1882, entire M1me Chouchoute Robert, veuve
Tdlacin Barreau et le sieur Petion Riviere; remet les parties au
meme et semblable 6tat oi elles 6taient avant ledit jugement et,
pour' tre statue conform6ment h la loi, renvoie la cause et les par-
ties devant le Tribunal civil des Gonaives; ordonne la restitution de
l'amende d6pos6e et condamne ladite dame veuve Tdlacin Barreau,
aux d6pens, don't distraction au profit de Me Edmond Lespinasse,
sous I'affirmation de droit.
Donn6 de nous, Dalb6mar Jean-Joseph, president; J.-A. Cour-
tois, A. Rdgnier, A. Andr6 et C. D6jean, juges, en audience pu-
blique du 25 mars 1890, en presence de M. A. MIrion, substitute du
Commissaire du Gouvernement, et assists du citoyen C.-S. Benja-
min, commis-greffier.







ARRETS CIVILS, No 14.


No 14.
Chefs distincts d'un jugement. - Recours simultane
en appel et en cassation. - Demande au p6titolre.-
Comparution personnelle.

On peut se pourvoir en cassation contre un ou plusieurs des chefs sans
attaquer le jugement dans son entier.
La qualification de ( h charge d'appel , donn6e A un jugement qui, en
realitO, comporte des chefs distincts don't les uns sont susceptibles d'appel et
les autres de cassation, ne rend pas irrecevable le pourvoyant qui, soit
sciemment, soit dans le doute, prend l'une et l'autre voies de reformation.
Viole les regles de la competence, le jugement du Tribunal de paix qui
statue sur une demand qui roule exclusivement sur le p6titoire.
La comparution volontaire ne donne pas attribution au juge de paix dans
des matieres oh son incompetence est d'ordre public.

25 mars 1890.
GUERRIER CHARLES MARC, procedant par Me LUGER CAUVIN,
Contre JusMt JUSTE et consorts, proc6dant par Me J.-C. ANTOINE.

Les faits de la cause sont rapports dans les motifs.

ARRfT :
D. J"-Joseph pr6sidant,
Ou'i M. le juge L. Vaval, en son rapport, Me J.-C. Antoine, pour
les d6fendeurs, en ses observations; ensemble M. A. M1rion, subs-
titut du Commissaire du Gouvernement, en ses conclusions ten-
dantes. l'irrecevabilit6 du pourvoi;
Vu : o le jugement d6noncei, signified le 24 mars 1887; 20 l'acte
du 3 mai 1887, a la requite du pourvoyant, interjetant appel dudit
jugement; 30 la requite du demandeur contenant ses moyens de
cassation; 40 celle des d6fendeurs en r6ponse, signifiee le 20 juillet
1887, et 50 un acte du pourvoyant signified A la meme date et d6cla-
rant qu'il se d6siste dudit acte d'appel;
Vu les art. 39, 171, 917 & 919 du Code de procedure civil;
Le Tribunal, apres en avoir d6libir6,
Sur les fin de non-recevoir et d6ch6ance proposes par les de-
fendeurs;
Attend qu'il est sans contest qu'un jugement peut avoir plu-
sieurs chefs de condemnation; qu'il peut 6tre pr6paratoire on inter-
locutoire dans un chef et d6finitif dans un autre; et que la parties
qui se croit 16s6e dans ses droits pent se pourvoir en cassation
centre un ou plusieurs des chefs de ce jugement, sans meme 1'at-
taquer dans son entier;







30 ARRETS CIVILS, NO 14.
Attendu que le dispositif du jugement don't est pourvoi est ainsi
congu : ( Le Tribunal, apres en avoir delibere, et avant dire droit,
( rejette le d6clinatoire pour incompetence i raison de la matibre
( pos6 par le d6fendeur; maintient, quant & present, les deman-
( deurs dans leur possession plus qu'annale desdits six carreaux et
a un quart de terre plus haut mentionns ; ordonne audit defen-
e deur d'avoir a appeler en garantie, dans le d6lai de la loi, ladite
( dame Gnongnon, sa venderesse; et se reserve de renvoyer ult6-
( rieurement les parties par-devant qui de droit, pour ce qu'il
( s'agira du titre de la susdite venderesse quand il lui sera sou-
a mis. ))
Qu'ainsi, quoique se qualifiant A charge d'appel seulement, le
jugement du 10 mars 1887 n'en comporte pas moins des chefs dis-
tincts de condemnation, susceptibles, les uns d'un recours en appel,
il est vrai, mais d'autres, du recours en cassation, comme notam-
ment le chef relatif a la competence; ce qui explique assez com-
ment le pourvoyant, soit sciemment, soit dans le doute, a Wtd
amen6 & prendre l'une et l'autre voices de reformation;
Qu'au surplus, il est de jurisprudence haltienne qu'il n'y a pas
conflict, lorsque dans le doute une partic croit devoir prendre en
mcme temps les deux voices. Il en r6sulte seulement que 1'un ou
l'autre recours demeure non avenue * Lors done que, dans le doute,
une parties prend simultan6ment les deux voices, si la Cour de cas-
sation reconnait que le jugement attaque est en dernier resort, et
que le pourvoi est motive sur l'incomp6tence et l'exces de pouvoir,
elle ne saurait d6clarer la parties non recevable en son recours,
par le motif que cette parties se serait pourvue aussi en appel;
Que de ce qui precede done, le demandeur en cassation no peut
6tre ici declare dechu de son pourvoi;
Rejette lesdites fin de non-recevoir et dechiance.
Au fond et sur le second moyen :
Attendu que la demand pr6sent6e au Tribunal de paix de la
Croix-des-Bouquets dans les conclusions inscr6es au jugement du
10 mars 1887 don't est pourvoi, roule exclusivement sur le p6ti-
toire, n'agitant que la question des droits de Mime Gnongnon, con-
testes comme hiritirre de la succession Saint-Germain, laquelle
dame Gnongnon etait, disent ses adversaires, sans droit pour
vendre le terrain litigieux, ce qui est une vente de la chose d'au-
trui nulle et sujette A repetition, ou une alienation de bien indivis
sans la participation des autres communists, pour conclure a cc
que le Tribunal de paix ordonne i Guerrier Charles-Marc d'ap-
peler en garantie Mme Gnongnon, sa venderesse, avec les titres qui
6tablissent son droit d'hiritiere;
Quo c'est done h bon droit que le pourvoyant, pour r6pondre a







ARRETS CIVILS, No 15. 31
cette demand faite en justice de paix, et en vue de verifier si une
venderesse avait r6ellement le droit d'aliener un immeuble, que le
pourvoyant a soulev6 l'exception d'incomp6tence en raison de ]a
matiere; - et que c'est A tort que le Tribunal de paix a rejet6 le
d6clinatoire et retenu la cause; qu'il a done viol6 les regles de la
competence;
Attendu que la comparution volontaire, meme r6gulibrement
faite, ne saurait donner attribution au Juge de paix dans des ma-
tiercs oi son incompetence est d'ordre public;
Par ces motifs,
Casse et annule le jugement du Tribunal de paix de la
Croix-des-Bouquets, rendu le 10 mars 1887, entire les citoyens
Jusm6 Juste, Juste fils et Jacquet Colin, d'une part, et le sieur
Guerrier Charles-Marc, d'autre part; remet les parties au meme
et semblable etat oa elles 6taient avant ledit jugement, et pour etre
status conformdment A la loi, renvoie la cause et les parties devant
le Tribunal de paix de Port-au-Prince, section Nord, ordonne la
restitution de l'amende d6pos6e, et condamne les defendeurs en
cassation aux depens.
Donn6 de nous, Dalbdmar Jean-Joseph, president; J.-A. Cour-
tois, L.-E. Vaval, E. Bonhomme, E. Robin, juges, en audience
publique du 25 mars 1890, en presence de M. A. MArion, substitute
du.Commissaire du Gouvenement, et assists du citoyen C.-S. Ben-
jamin, commis-greffier.


N� 15.
Decheance. - Inscription et d6pot au greffe.

Est non recevable en son pourvoi, le demandeur qui n'a pas effect le
d6p6t de l'amende et des pieces prescrit par l'art. 930 du Code de procedure
civil.
25 mars 1890.
OMIDiRAC JEAN-FRANCOIS,
Contre ROBERTS, DUTTON ET Co, proc6dant par Mes C. SAINT-RBMY, MODE
ct J.-N. LEGER.

ARRfT :
D. Jn-Joseph pr6sidant,
Oui M. lejuge F. Nazon, en son rapport;
Et M. D. Trouillot, Commissaire du Gouvernement, en son r6qui-
sitoire don't suit la teneur :
( Considdrant qu'en vertu de l'art. 930 du Code de procedure







32 ARRETS CIVILS, No 15.
civil, le demandeur en cassation devra, A peine de dechdance,
d6poser apres l'inscription : 1o une amende, etc.; 20 1'acte signifi6
de ses moyens; 30 une expedition du jugement denonc6; 40 les
pieces a l'appui;
( Consid6rant que d'apres le certificate d6livr6 par le greffier du
Tribunal de cassation, A la date du 10 avril de l'ann6e 1889 expi-
r6e, le sieur Om6d6rac Jean-Frangois, des Cayes, n'a depos6 ni
l'amende, ni les pieces A l'appui du pourvoi qu'il a dirig6 centre un
jugement rendu, entire lui et les sieurs Dutton (Robert) et CO, 6tran-
gers, par le Tribunal de commerce des Cayes, le 31 novembre
1888;
( En consequence, je requiers qu'il plaise au Tribunal de pro-
noncer la d6cheance prescrite dans ce cas, etc. ,
Vu les pieces au dossier, notamment le jugement don't est pour-
voi, la signification des defenses en response aux moyens du deman-
deur, signifies le 18 f6vrier 1889, et le certificate du greffier de ce
Tribunal, attestant qu'A la date du 10 avril 1889, il n'avait 6t6
encore fait au greffe par le demandeur aucun d6p6t d'amende ni
de pieces;
Vu l'art. 930 du Code de procedure civil, ainsi concu : Dans
( les quarante-cinq jours de la signification de ses moyens, le
( demandeur devra, h peine de d6ch6ance, s'inscrire au greffe du
a Tribunal de cassation, et y d6poser : 10 une amende de cinq
o gourdes; 20 l'acte dfment signifi6, contenant ses moyens;
3 30 l'acte de la declaration de pourvoi; 40 une expedition signifies
o ou une copie signifiee du jugement d6nonc6; 50 les pieces a I'ap-
( pui. Il sera fait mention des pieces produites, au bas ou en marge
Sde lacte de d6p6t ) ;
Attendu qu'il est 6tabli par le certificate susvis6 que le d6p6t de
I'amende et des pieces n'a pas &t6 fait dans le d6lai prescrit, - ce
qui frappe le pourvoi de la d6ch6ance pr6vue par la loi;
Par ces motifs, le Tribunal, apres en avoir delib6r6, et faisant
droit au r6quisitoire du minister public, declare le citoyen Om6-
d6rac Jean-Frangois, dechu de son pourvoi contre ledit jugement
du Tribunal de commerce des Cayes, Ie condamne a I'amende de
cinq gourdes, au vceu de l'art. 936, Procedure civil, et aux
d6pens allouds A la some de quarante piastres soixante-quinze
centimes, don't distraction au profit de MIe Mod6, sous l'affirmation
de droit.
Donn6 de nous, Dalb6mar Jean-Joseph, president; J.-A. Cour-
tois, F. Nazon, A. Andr6 et C. Dbjean, juges, en audience publique
du 25 mars 1890, en presence de M. D. Trouillot, Commissaire du
Gouvernement, et assists du citoyen C.-S. Benjamin, commis-
greffier.







ARRETS CIVIL, No 16.


No 46.
Dechiance. - Depot de 1'amende.

Le demandeur en cassation est tenu, h peine de decheance, d'effectuer le
d6p6t de l'amende prescrit par I'art. 930 du Code de procedure civil.

25 mars 1890.
Dame RESINETTE CAZEAU, spouse LEONIDAS BALIN-BALAN, procedant par
Me P.-L. CAUVIN,
Contre UNOIY PATION, procedant par Me L. DUCHATELLIER.

ARRIT :
D. Jn-Joseph pr6sidant,
Oui M. le juge C. Dijean, en son rapport; MAe L. Duchatellier,
pour le d6fendeur, en ses observations ; ensemble M. D. Trouillot,
Commissaire du Gouvernement, en son riquisitoire comme suit :
( Consid6rant que faute de deposer I'amende pr6vue par l'art. 903
du Code de procedure civil, le pourvoi est frapp6 de d6ch6ance ;
- Consid6rant que le greffier du Tribunal de cassation, a la date
du 21 septembre 1889 expire, a delivrd un certificate que la dame
Resinette Cazeau,. pouse autorisee de LUonidas Balin Balan,
s'etant pourvue contre un jugement du Tribunal civil de Port-au-
Prince, rendu entire elle et le sieur Unomy Petion, n'a pas depos6
l'amende obligatoire;
( En consequence, je requiers que, dans l'espkce, il plaise au
Tribunal de cassation de prononcer la ddcheance convenue. )
Vu le jugement don't est pourvoi, les moyens de la pourvoyante,
signifies le 30 avril 1889, et le certificate du greffier de cc Tribunal
attestant qu'h la date du 13 juin 1889, il a Wet d6pos6 au greffe, par
l'avocat constitu6 de la pourvoyante, trois pieces relatives au pre-
sent pourvoi, et que jusqu'A la date du 21 septembre, mime ann6c,
l'amcnde pr6vue n'avait pas Wtd verse ;
Vu l'art. 930 du Code de procedure civil ainsi concu : Dans
a les quarante-cinq jours de la signification de ses moyens, le
d demandeur devra, A peine de decheance, s'inscrire au gretie du
STribunal de cassation, et y deposer : 1t une amende de cinq
a gourdes; 20 l'acte deiment signifi6 contenant ses moyens ,, etc.;
Attendu qu'il est 6tabli par le certificate susvis6 que le d6pot de
l'amende n'a pas 6t6 fait dans le delai prescrit, ce qui frappe le
pourvoi de la decheance pr6vue par la loi;
Par ces motifs, le Tribunal, apres en avoir d6lib6r6, et faisant
droit au r6quisitoire du Ministere public, declare la dame t16sinette
Cazeau, spouse autoris6e du sieur Ldonidas Balin-Balan, dechue de
Arrtts civil 3







34 ARRETS CIVILS, No 17.
son pourvoi contre ledit jugement du Tribunal civil de Port-au-
Prince, la condamne a l'amende de cinq gourdes, au vceu de
I'art. 936, Proc6dure civil, et aux d6pens, don't distraction au
profit de Me L. Duchatellier, sur l'affirmation de droit.
Donn6 de nous, Dalb6mar Jean-Joseph, president; J.-A. Cour-
tois, F. Nazon, A. Andr6 et C. D6jean, juges, en audience publique
du 25 mars 1890, en presence de M. D. Trouillot, Commissaire du
.Gouvernement, et assists du citoyen C.-S. Benjamin, commis-
greffier.

N� 17.
D6cheance, faute de d6pot de 1'amende et des pieces.

25 mars 1890.
COPELLO frlres, procdant par Mcs SAINT-REIY et SOLON MINOS,
Contre GEORGES BAYARD, proc6dant par M'e P. LESPES et D. TROUILLOT.

ARRET :
D. Jn-Joseph pr6sidant,
OuT M. le juge Laroche fils, en son rapport (voir le rapport);
Et M. A. Merion, substitute du Commissaire du Gouvernement, en
son r6quisitoire, comme suit :
(( Considerant qu'd la date du 8 d6cembre 1887, les sieurs Co-
pello freres et Co n6gociants, consignataires strangers, 6tablis sur
la place des Cayes, firent signifier au sieur Georges Bayard leurs
moyens de cassation contre un jugement du Tribunal civil des
Cayes, en date du 25 octobre de la meme annee, rendu contre eux
en faveur de ce dernier; considerant qu'il resort du certificate d6li-
vr6 A la date du 19 fevrier courant, par le greffier du Tribunal de
cassation, que lesdits sieurs Copello freres et CO n'ont pas faith au
greffe de ce Tribunal, ni le d6p6t de l'amende, ni celui des pieces i
l'appui;
a D'oi il suit une dEcheance prevue par l'art. 930 du Code de
procedure civil;
( Requerons le Tribunal de cassation, declarer les demandeurs
d6chus de leur pourvoi, pour les causes ci-dessus 6numBr6es. a
Vu le jugement don't est pourvoi, la copie des moyens des pour-
voyants, signifies le 8 decembre 1887, deux requites signifies du
d6fendeur et le certificate du greffier de ce tribunal, delivrB le
19 f6vrier 1890, A la requ6te dudit substitute du Commissaire du
Gouvernement, et attestant que jusqu'a cette date il n'avait et6 fait
au greffe aucun dep6t de pieces, ni d'amende, par les pour-
voyants;







ARRETS CIVILS, No 18. 35
Vu 1'art. 930 du Code de procedure civil, ainsi conqu : ( Dans
a les quarante-cinq jours de la signification de ses moyens, le de-
a mandeur devra, A peine de decheance, s'inscrire au greffe du
, Tribunal de cassation et y d6poser : to une amended de cinq
< gourdes; 20 1'acte dfment signifi6, contenant ses moyens;
( 30 I'acte de declaration de pourvoi; 40 une expedition signifi6e
o ou une copie signifiee du jugement d6nonc ; 5o les pieces a I'ap-
a pui, etc.;
Attendu qu'il est etabli par le certificate susvis6 que le d6p6t de
1'amende et des pieces n'a pas ete fait dans le d6lai prescrit, ce
qui frappe le pourvoi de la d6ch6ance pr6vue par la loi;
Par ces motifs, le Tribunal, apres en avoir ddlibdr6, et faisant
droit au r6quisitoire du Ministere public, declare les sieurs Copello
freres et Co d6chus de leur pourvoi centre ledit jugement du Tri-
bunal civil des Cayes, les condamne A l'amende de cinq gourdes, au
vceu de l'art. 936, Procedure civil, et aux d6pens allou6s a la
some de quarante-huit gourdes dix centimes, don't distraction au
profit des avocats du dffendeur, sous l'affirmation de droit.
Donn6 de nous, Dalbdmar Jean-Joseph, president; J.-A. Cour-
tois, Laroche fils, F. Nazon et C. DWjean, juges, en audience pu-
blique du 25 mars 1890, en presence de M. A. M6rion, substitute du
Commissaire du Gouvernement, et assists du citoyen C.-S. Ben-
jamin, commis-greffier.

NO 18.
Division des d6pens. - NTullit6 de commandment. -
Action principal.

L'action en division des d6pens et nullit6 de commandement est une
instance ordinaire sur une obligation personnelle, qui doit 6tre introduite,
par action principal, devant la jurisdiction ordinaire.

27 mars 1890.
Les dames PULCn RIE, DINA et EMILIE PAUL, proc8dant par Me C. LoUIs
CIIARLES,
Centre MBIGNE DOUDOUCIE, procedant par M" TI BAUD jeune.

NOTICE.
Sur un pourvoi des dames Paul centre un jugement du
Tribunal civil de Port-au-Prince, le Tribunal de cassation,
par son arret du 26 juin 1884, cassa, renvoya devant le Tri-
bunal de Jacmel, et condamna Doudouche et consorts aux
dfpens, distraits au profit de 1M C. Louis Charles.






36 ARRETS CIVILS, NO 18.
Commandement de payer fait a MWgene Doudouche, qui
assigna ses adversaires devant le Tribunal civil en nullit6 de
commandement et division des depens, la solidarity n'ayant
pas Wte prononc6e et n'existant pas entire Me6gne Doudouche
et ses consorts.
Me C. Louis Charles, rdpondant pour les ddfenderesses,
excipe de l'incomp6tence du tribunal en ce que, par suite de
1'arret du 26 juin 1884, ce serait au tribunal de renvoi A con-
naitre de la contestation ou que l'opposition A 1'6tat de frais
ne pourrait 'tre vid6e que devant le president du Tribunal
de cassation.
Jugement du Tribunal civil de Port-au-Prince du 10 mai
1886, qui d6boute la parties de Me C. Louis Charles et ordonne
de r6pondre au fond, avec d6pens.
Pourvoi devant les sections riunies, comme d'un second
recours, et par le meme susdit moyen d'incomp6tence.
Arret du 20 mars 1890, qui dit que ce n'est pas un second
recours, et ordonne la reproduction de l'affaire devant la sec-
tion civil.
ARRf :
D. Jn-Joseph pr6sidant,
Oui M. le juge E. Bonhomme, en son rapport, et M. A. MWrion,
substitute du Commissaire du Gouvernement, en ses conclusions
tendantes au maintien du jugement don't est pourvoi;
Vu les pieces au dossier, notamment le jugement attaqu6, les
moyens des demanderesses et les defenses de l'autre parties, enfin
I'arr&t de ce tribunal, sections r6unies, qui declare que le present
pourvoi n'est pas un second recours, doit etre pr6sent6 a la section
civil;
Vu l'art. 937, Proc6dure civil, invoqu6 par les demanderesses,
Le Tribunal, apres en avoir d6liber6,
Sur le moyen unique des demanderesses :
Attendu que l'arr6t du 26 juin 1884 ayant, apres cassation d'un
premier jugement, renvoye devant le Tribunal de Jacmel, et con-
damn6 Doudouche et consorts aux depens de l'instance en cassa-
tion, la mission du Tribunal de renvoi est de connaitre de l'affaire
comme aurait dA faire le premier Tribunal, mais non de toucher a
ce qui regarded les d6pens allou6s en cassation;
Que la nouvelle contestation, - en division des d6pens et nullit6
de commandement, - contestation sur laquelle est intervenu le
jugement don't est pr6sentement pourvoi, est une instance ordinaire
sur une obligation personnelle, nee, il est vrai, de la condamna-








ARRETS CIVILS, No 19. 37

tion aux d6pens prononcee par l'arrkt du Tribunal de cassation du
26 juin 1884, mais une obligation personnelle consommee et defi-
nitivement acquise;
Qu'elle est, en effet, de mime qu'il en serait, si MWgene Dou-
douche avait fait des offres reelles pour sa quote-part des d6pens,
elle est relative i un point d6finitivement jug6 par le Tribunal de
cassation, point sur lequel on ne pourrait pas rouvrir le d6bat
devant le Tribunal de renvoi, et sur lequel ce Tribunal de renvoi
n'aura pas A statuer;
Que c'est done a bon droit que le Tribunal civil de Port-au-Prince
a consid6r6 l'affaire non pas comme un incident relatif a l'execu-
tion d'un arret, mais comme une demand et une instance nou-
velles a l'6gard desquelles on devait saisir, par action principal,
la jurisdiction ordinaire, c'est A-dire le Tribunal du domicile du
d6fendeur;
Par ces motifs,
Rejette le pourvoi form par les dames Pulch6rie Paul, Dina
Pahl et Emilie Paul centre le jugement du Tribunal civil de Port-
au-Prince du 18 mai 1886;
Ordonne la confiscation de I'amende d6pos6e et condamne les
pourvoyantes aux d6pens.
Donn6 de nous, Dalb6mar Jean-Joseph, president; J.-A. Cour-
tois, E. Bonhomme, A. Andr6 et C. D6jean, juges, en audience pu-
blique du 27 mars 1890, en presence de M. A. MArion, substitute du
Commissaire du Gouvernement, et assistBs du citoyen C.-S. Ben-
jamin, commis-greffier.


No 19.
Signature d'huissier. - Disjonction - Visa d'exploit.
Inconpatibilit6 de functions.

Une parties de signature difficile A lire n'entraine pas la nullit6 de l'exploit,
si l'ensemble ou le prenom est bien lisible et clair, ne laisse aucun doute sur
la personnel de l'huissier qui a effectivement signifiM I'acte.
Le jugement qui rejette une demand de nullitd d'exploit, carte de plano
la demand en garantie contre l'huissier, et n'est pas critiquable pour d6faut
de motifs sur cette derniere, ni pour la disjonction de la demand principle
et de cell en garantie qui n'a pas itd prononcie, quand surtout cette dis-
jonction n'a pas wt~ demand.e.
Le visa prescrit par l'art. 79 du Code de procedure civil, pour 6tre
valuable, doit Otre donn6, non pas par un employS, mais par le fonctionnaire
lui-mmme, A qui l'acte est signifies.
Un juge du tribunal de cassation ne peut etre en meme temps secretaire
d'un conseil communal.







ARRETS CIVILS, No 19.


27 mars 1890.
Le CONSEIL communal de Port-au-Prince, procddant par MeC J. ARCHaN,
C. ARCHIN,
Contre la dame AVILMAR TIPIIAINE, proc6dant par Me RAYMOND ain6.

NOTICE.
Une saisie-gagerie est pratiqu6e par la dame Avilmar Ti-
phaine centre le conseil communal de Port-au-Prince, son
locataire debiteur.
Sur la demand en validity, le d6fendeur excipe de la nul-
lit6 de l'exploit. La demanderesse, tout en appelant l'huis-
sier en garantie, soutient la validity de l'exploit.
Jugement du tribunal civil de Port-au-Prince du 26 oc-
tobre 1887, qui rejette l'exception et ordonne de proceder au
fond.
Pourvoi du conseil communal bas6 : 41 sur une violation
de 1'art. 185, Pr. c., en ce que le tribunal ne devait pas sta-
tuer sur la demand en nullit6 seule, sans avoir prIalable-
ment prononc6 la disjonction de la demand en garantie ;
2� sur un vice de forme et violation de l'art. 148, Pr. c., en
ce que le point de droit ne content pas distinctement et s6pa-
r6ment tous les chefs de demand ou defense soulevds dans
les conclusions ; 30 sur un exces de pouvoir, etc., en ce que
la nullit6, invoqude et n'6tant pas comminatoire, devait etre
prononce par le jugement pour irregularit6 du parlant A...
de l'exploit.
La d6fenderesse rdpond, entire autres, par une ddcheance
base sur la signature inddchiffrable de l'huissier qui a
signified les moyens de cassation.

ARRET :
D. Ja-Joseph pr6sidant,
Oui M. le juge E. Robin, en son rapport, Mes C. Archin, par
substitution A Me J. Archin, pour le demandeur, et Raymond ain6
pour les d6fendeurs, en leurs observations; ensemble, M.D. Trouil-
lot, Commissaire du Gouvernoment, en ses conclusions tendantes
au rejet du pourvoi;
Vu les pieces du proces, notamment le jugement don't est pour-
voi, la requcte du demandeur contenant ses moyens, celle des'
d6fendeurs pr6sentant leurs defenses, l'original et la copie de l'ex-







ARRETS CIVILS, NO 19. 39
ploit d'ajournement du 16 fevrier 1886, argu6 de nullit6 par le
demandeur;
Vu les art. 71, 78, 79, 80, 148, 185, 929 et 950 du Code de pro-
c6dure civil,
Le Tribunal, apres en avoir ddlib6r6,
Sur la d6ch6ance propose par la d6fenderesse comme resultant
de la nullit6 de la signification des moyens de cassation, pour
signature ind6chiffrable de l'huissier qui a faith la signification :
Attendu que si une parties de cette signature laisse 5 d6sirer
comme 6tant difficile a lire, n6anmoins l'ensemble, ofi le pr6nom
est bien lisible et clair (Austerlitz), ne laisse aucun doute -sur la
personnel de l'officier minist6riel qui a effectivement et utilement
signifi l1'acte dans le d6lai prescrit;
Qu'il n'y a done pas lieu de prononcer la d6ch6ance;
Et vu les conclusions conformes du Ministere public sur cc point,
- Rejette.
Sur les ler et 2e moyens :
Attendu que, a part que gen6ralement la disjonction ne peut etre
prononc6e d'office par le juge, a la rigueur il n'y aurait lieu 4
cette measure, en l'espece, que si la demand en nullit6 d'exploit
avait dt6 prise en consideration et qu'il fut alors n6cessaire de
determiner une fois ou plus tard la responsabilit6 de l'huissier;
mais le Tribunal civil ayant rejet6 cette demand en nullit6, celle
en garantie devenait sans objet et se trouvait de piano dcart6e;
raison pour laquelle il n'y avait pas non plus lieu de consigner des
molifs speciaux sur ce point;
Et quant h la question de nullit6 h poser au point de droit, l'ex-
position sommaire exigee par la loi r6sulte suffisamment de ce qui
y est dit : L'exploit doit-il Otre declare nul pour contravention aux
art. 78 et 79, Pr. c., - rapproch6 des autres parties du jugement.
Sur le 3e moyen, pour exces do pouvoir et violation des art. 71,
78, 79 et 950 du Code de procedure civil :
Attendu que si le renvoi don't s'agit a 6t6, par m6garde, place
plus haut qu'il ne devait etre dans la marge, il se retrouve cepen-
dant dans l'acte pour compl6ter l'6nonciation qu'a voulu faire
l'huissier;
Mais attend qu'en principle la copie doit Wtre remise aux fonc-
tionnaires eux-mnmes charges par la loi de la recevoir et non a un
employee;
Que si dans les grands centres et les bureaux d'une certain im-
portance l'un des employs est charge sp6cialement de recevoir les
copies, c'cst a la condition de faire viser original par le fonction-
naire d6sign6 par la loi;
Que ce fonctionnaire Rtant lui-mime un d6l6gu6 du defendeur, le







40 ARRETS CIVILS, No 19.
visa qui lui est prescrit a peine de nullit6 est un acte personnel qu'il
ne peut pas dl66guer A son tour;
Que ceux qui, en cas d'absence on d'empechement, sont appel6s
A viser l'exploit a sa place comme un des supplants oil A leur
defaut un conseiller communal avant d'avoir recours au juge de
paix ou au Ministere public, sont ainsi appeles de par le voeu de la
loi et non par la volont6 priv6e du magistrate;
Attendu, en outre, que 1'exploit critique, les conclusions de ]a
requ6rante, tant devant le Tribunal civil que devant le Tribunal de
cassation et le jugement m6me du-Tribunal civil dans ses motifs,
donnent au citoyen Joseph Courtois,juge au Tribunal de cassation,
la quality de secretaire du Conseil communal de Port-au-Prince;
Que de plus, c'est comme tel que le citoyen Joseph Courtois a mis
sa signature pour visa au bas de l'acte critique;
Attendu qu'il n'est pas possible au Tribunal de cassation, pas
plus qu'a un autre, d'admettrejuridiquement dans un de ses propres
membres la quality de secr6taire du Conseil communal;
Que devant cette impossibility morale et legale pour un des
membres de ce haut tribunal d'6tre en mEme temps un employed
dans les bureaux et sous les ordres du magistrat communal, la
signature du juge Courtois, mise officiellement au bas d'un acte
d'huissier comme secr6taire du Conseil communal, doit etre tenue
pour non avenue;
Qu'en consequence, le visa n'est pas r6gulier; le visa, l6galement,
n'existe pas;
Or, attend que le visa, dans le cas de l'espkce, est prescrit a
peine de nullite;
Que de tout ce qui precede done, c'est avec raison qu'il est repro-
che au jugement du 26 octobre 1887 de contenir un exces de pou-
voir pour avoir donn6 force 16gale A un acte nul, 6tant en contra-
vention aux art. 79 et 80 du Code de procedure civil;
Par ces motifs, casse et annule le jugement du Tribunal civil de
Port-au-Prince, rendu le 26 octobre 1887, entre.la dame Avilmar
Tiphaine et le Conseil communal de Port-au-Prince; remet les par-
ties au mime et semblable 6tat oi elles 6taient avant ledit juge-
ment; et pour ktre statue conform6ment A la loi, renvoie la cause
et les parties devant le Tribunal civil de Jacmel; ordonne la resti-
tution de l'amende d6posee et condamne ladite dame Alvimar
Tiphaine aux depens alloues ala some de 55 g. 50 c. don't distrac-
tion au profit de o1M J. Archin, qui affirmed en avoir fait I'avance.
Donne de nous, Dalb6mar Jean-Joseph, president; F. Nazon,
E. Robin, A. Andr6 et C. Ddjean, juges, en audience publique du
27 mars 1890, en presence de M. D. Trouillot, Commissaire du Gou-
vernement et assists du citoyen C.-S. Benjamin, commis-greffier.








ARRETS CIVILS, NO 20.

No 20.
Violation du droit de In defense.
Exces de pouvoir.


Quand une parties conclut A une exception et declare surtout le faire avant
de r6pondre au fond, le tribunal a pour devoir de vider l'incident, c'est-a-
dire statuer sur l'exception, meme pour en motiver et prononcer le rejet s'il
le fallait, avant d'entamer le fond.

27 mars 1890.
Les 6poux TURENNE CARRIE, proc6dant par Mes L. DUCIIATELLIER
et ED. DAUPHIN,
Contre JOSEPH POLYNICE JEAN JACQUES, procedant par Me ED. MONIER.

ARIRT:
D. Jn-Joseph prdsidant,
OuT M. le juge F. Nazon, en son rapport; Mes L. Duchatellier,
pour les demandeurs et E. Munier pour le d6fendeur en leurs obser-
vations; ensemble M. A. MWrion, substitute du Commissaire du Gou-
vernement en ses conclusions ;
Vu le jugement don't est pourvoi, I'acte d6claratif de pourvoi, les
moyens des demandeurs et ceux du d6fendeur ;
Vu les art. 148 et 917 du Code de procedure civil;
Attendu que de l'examen du jugement attaqu6 il r6sulte que les
6poux Carrie, devant le Tribunal civil, ont conclu seulement A une
exception et que le Tribunal, sans en tenir compete, a statue au
fond;
Qu'en effet, pour r6pondre a l'action en partage intentde contre
eux par le d6fendeur en cassation, lesdits 6p6ux Carrie, a tort ou a
raison, ont excip6 de la ndcessitd pour eux de s'assurer des qua-
lit6s prises par leur adversaire, d6clarant formellement qu'ils le
faisaient avant de rdpondre au fond;
Qu'ainsi le Tribunal civil avait pour devoir de vider l'incident,
c'est-a-dire statue sur l'exception meme pour en motiver et pro-
noncer le rejet, s'il le fallait, avant d'entamer le fond;
Que ne l'ayant pas faith, ayant au contraire simplement ordonn6
le partage, sans s'occuper des conclusions exceptionnelles, les
seules posees par les 6poux Carrie,sans s'en occuper, tells quelles,
nidans les points de faith et de droit, ni dans les motifs de son juge-
ment. le tribunal civil de Port-au-Prince n'a pas satisfait au vceu de
l'art. 148, Proc. civ.; et ii n'a pas permis a une parties d6fende-
resse de se faire entendre sur le fond de la demand: ce qui est une
violation du droit de la defense et partant un exces de pouvoir;








42 ARRETS CIVILS, No 21.

Par ces motifs, le Tribunal, apres en avoir delib6r6 et sur les
conclusions conformes du Ministdre public, casse et annule lejuge-
ment du Tribunal civil de Port-au-Prince, rendu entire les parties le
14 juin 1887 ; remet lesdites parties au meme et semblable 6tat off
elles 6taient avant ledit jugement; et pour 6tre statue conform6-
ment a la loi, renvoie ]a cause et les parties devant le Tribunal civil
de Jacmel; ordonne la restitution de l'amende d6pos6e et con-
damne Joseph Polynice Jean Jacques aux ddpens allou6s A la
some de quarante-cinq piastres cinquante centimes don't distrac-
tion au profit de Mes L. Duchatellier et E. Dauphin sous l'affirma-
tion de droit.
Donn6 de nous, Dalb6mar Jean-Joseph, president; J.-A. Cour-
tois, F. Nazon, A. Andrd et C. D6jean, juges, en audience publique
du 27 mars 1890, en presence de M. A. MWrion, substitute du Com-
missaire du Gouvernement et assists du citoyen C.-S. Benjamin,
commis-greffier.

No 21.
Fin de non-recevoir. - Remise de copie d'exploits
t I'officier de police, dans les sections rurales.

L'huissier qui, en cas d'absence de la parties et des parents ou serviteurs de
la maison, remet copie de son exploit A l'officier de police, dans les sections
rurales, doit, A peine de nullit6, s'6tre d'abord adress6 A un voisin et 6noncer
qu'il a prialablement requis ce voisin de recevoir la copie et que celui-ci l'a
refuse; - comme aussi il doit constater 1'absence des parents ou serviteurs
de la maison. Regle applicable A l'exploit de signification des moyens de cas-
sation come a tous les exploits en general.

1 avril 1890.
DELMISE MAITRE, proc6dant par Mes DUBREUIL et N. MITTON,
Contre Ros9LIE CIVIL, proc6dant par MCS JEAN Louis VERITI et MORAVIA
MORPEAU.

ARRfT :
D. Jn-Joseph president,
Oui M. le juge E. Robin, en son rapport; Me J.-L. V6ritE, pour
la d6fenderesse, en ses observations; ensemble, M. D. Trouillot,
Commissaire du Gouvernement. en ses conclusions;
Vu le jugement don't est pourvoi, la requite contenant les
moyens de la demanderesse, 1'exploit de signification d'icelle et la
requite en defense de l'autre parties ;
Vu les art. 78, 80 et 929 du Code de procedure civil,
Sur la fin de non-recevoir oppose par la d6fenderesse :








ARRETS CIVILS, No 22. 43
Attend qu'au prescrit des art. 78 et 80 du Code de procedure
civil, l'huissier qui, en cas d'absence de la parties et des parents
ou serviteurs de la maison, remet copie de son exploit A l'officier
de police, dans les sections rurales, doit, A peine de nullit6, s'6tre
d'abord adress6 a un voisin, et 6noncer qu'il a pr(alablement
requis ce voisin de recevoir la copie, et que celui-ci l'a refuse;
comme aussi il doit constater l'absence des parents on serviteurs
de la maison;
Attendu que 1'exploit de signification des moyens de cassation
porte que l'huissier 6tant au domicile de la d6fenderesse et ne
l'ayant pas trouv6e, a remis la copie au chef de la section, etc.,
sans constator que c'est par suite de l'absence de parents ou servi-
teurs et du refus d'un voisin a qui la copie serait pr6sentee;
Que cette inobservation des formalit6s irritantes de l'art. 78
applicables A l'exploit de signification des moyens de cassation
comme A tous les exploits en g6n6ral, entraine la d6ch6ance pr6vue
A l'art. 929;
Par ces motifs, et sans avoir besoin d'entrer au fond, le Tri-
bunal, apres en avoir d6lib6r6, et sur les conclusions conformes de
M. le Commissaire du Gouvernement,
Rejette, comme non-recevable le pourvoi form par la dame
Delmise Maitre contre ledit jugement du Tribunal civil des Cayes
du 18 juillet 1889; ordonne la confiscation de l'amende d6pos6e,
et condamne la pourvoyante aux d6pens alloucs a 44 piastres
45 centimes, don't distraction au profit d e M. Morpeau, qui
affirmed en avoir fait l'avance.
Donn6 de nous, Dalbemar Jean-Joseph, president; F. Nazon,
Robin, A. Andr6 et C. D6jean, juges, en audience publique du
Ier avril 1890, en presence de M. D. Trouillot, Commissaire du
Gouvernement, et assists du citoycn C.-S. Benjamin, commis-
greffier.


No 22.
Aflinite. - Pouvoir d'interpreter les jugements. -
tIRsum6 des faits. - Point do droit. - Enumeration
des pieces.

L'alli de l'6pouse n'6tant pas l'alli du mari, deux juges qui ont epous6
deux smurs peuvent entrer simultan4ment dans la composition du tribunal.
La regle qui 6tablit que l'interpr6tation d'un jugement doit 6tre faite par
les memes juges qui l'ont rendu, s'entend nacessairement du meme tribunal,
et non pas des mimes juges individuellement.
Le point de fait qui content le r6sum6 des faits necessaires A l'intelligence
de la cause satisfait A la loi.







44 ARRfTS CIVILS, N" 22.
Un raisonnement fait en passant et a l'appui de ce qu'on veut prouver et
qui ne se trouve meme pas dans le dispositif des conclusions, ne fait pas
une question que le tribunal doit specialement consigner au point de droit.
Lorsque les pieces qui ont un rapport direct et essential avec la decision ont
Wtd particulibrement vis6es, le Tribunal peut, sans violer la loi, viser les
autres pieces par une mention gEn6rale et sommaire.

1" avril 1890.
La dame LISE MARTIN, procedant par Me C. ARCOIN,
Contre les autres hWritiers de la veuve PHILEMON MARTIN, procEdant par
Mes L. DUCIIATELLIER et ED. DAUPHIN.

NOTICE.

Par acte notari6 du 22 aotit 1883, madame Anaise Thkzan,
veuve Phil6mon Martin, vend A Lise Martin, sa fille, la moiti6
d'une propri6t6 fonds et batisse, sise A Port-au-Prince, rues
du Quai et du Magasin-de-1'Etat.
A la mort de la veuve PhilBmon Martin, arrivee le 27 jan-
vier 1886, ses autres enfants mettent opposition au payment
que les locataires faisaient jusque-lA A Lise Martin, de la
moiti6 des loyers.
Sur la demand en mainlev6e faite par Lise Martin, ses
coh6ritiers attaquent son acte de vente pour simulation, cap-
tation et insanity d'esprit de la venderesse, et, comme moyen
de preuve de la simulation, invoquent la vilet6 du prix payd
par l'acqudreuse. Lise Martin. repoussant ce moyen, explique
l'apparente modicit6 du prix pour la moiti6 de l'immeuble du
c6t6 de la rue du Magasin-de-1'Etat, etc.
8 octobre 1886. - Jugement du Tribunal civil de Port-au-
Prince, qui declare Lise Martin propri6taire incommutable
de la moitid de la propridte. Le jugement est signified, passe.
en force de chose jugde et exscutd.
Alors les cohdritiers attaquent 1'execution comme abusive,
disant que Lise Martin n'avait pas droit A la moitie de la halle
en maconnerie du cot6 de la rue du Quai; et en consequence,
demandent au Tribunal, par assignation A l'extraordinaire,de
d6clarer que la moiti6 de Lise Martin doit dtre plut6t prise du
c6td de la rue du Magasin-de-1'Etat.
16 septembre 1887. Jugement du meme Tribunal jivil de
Port-au-Prince, qui, interpr6tant le premier, fait droit a la
demand contre Lise Martin.






ARRETS CIVILS, No 22. 45
Pourvoi de celle-ci, qui l'etablit par quatre moyens:
. concours de parents ou allies dans la composition du Tri-
bunal civil et composition diff6rente lors du jugement inter-
prtet ct lors du jugement qui interprete; 20 vice de forme
relatif au point de fait; 30 autre vice de forme relatif au point
de droit et A la mention des pieces ; 40 exces de pouvoir et
violation de l'autorit6 de la chose jugde.

ARnET :
D. Jn-Joseph pr6sidant,
Oui M. le juge F. Nazon, en son rapport; Me L. Duchatellier,
pour les d6fendeurs, en ses observations; ensemble, M. A. MArion,
substitute du Commissaire du Gouvernement, en ses conclusions
tend antes au maintien du jugement.
Vu les pieces du proces, notamment : 10 le jugement don't est
pourvoi; 20 celui du 8 octobre 1886, interpret par le precedent;
3� la requite contenant les moyens de la demanderesse; 40 celle
en rdponse des d6fendeurs; 5� les notes de Me Archin, pour sa
parties; 60 un testament d'Anaise Thizan, veuve Phil6mon Martin,
en date du 13 juin 1885; 70 l'acle de vente A Lise Martin, en date
du 22 aoAt 1885;
Vu les art. 14 et 47 de la loi organique, 148, 472, 478 et suivants
du Code de procedure civil, 1022, 1136, 1367, 1368 et 1387 du
Code civil;
Le Tribunal, apres en avoir delib6re,
Sur le premier moyen :
Attendu que la pourvoyante, excipant de ce que deux juges de
la composition du Tribunal qui a rendu le jugement attaqu6 ont
epous6 deux soeurs, Augustine Bouquet, spouse du doyen A. Dyer,
et Elisabeth Bouquet, spouse du juge supplant D. Chapotin, en
tire une violation de la loi organique qui empeche des parents ou
allies d'entrer simultanement dans la composition du Tribunal;
. Attendu que l'affinit6 n'engendre pas l'affinit6 : l'allie de l'6pouse
n'est pas 1'alli6 du mari dans le sens de la loi; qu'en consequence,
lesdits magistrats ne peuvent pas etre tenus ici pour parents ou
allis ;
Attend, en outre, que la r6gle qui 6tablit que l'interpr6tation
des jugements doit 6tre faite par les memes juges qui l'ont rendu,
s'entend n6cessairement du meme Tribunal, et non pas des juges
individuellement, qui ont pu, dans I'intervalle, quitter le Tribunal,
ou etre empech6s de facon ou d'autre.
.Sur le second moyen :
Attendu que le point de faith, tel qu'il est dans le jugement, forme







46 ARRETS CIVILS, No 22.
suffisamment l'exposition sommaire exig6e par la loi; les faits
necessaires a l'intelligence de la cause etant resumes et enonces;
Que si le Tribunal n'y a pas attach le mmme sens que la pour-
voyante, c'est une question d'appreciation, quant au fait, qui ne
peut ktre soumise au Tribunal de cassation.
Sur le troisieme moyen :
Attendu que dans les conclusions de Lise Martin, devant le Tri-
bunal civil, on ne peut pas voir un chef de demand relatif A un
partage pr6alable et devant faire l'objet special d'une question a
poser au point de droit;
Qu'un raisonnement fait en passant dans le course du plaidoyer,
un simple argument A l'appui de ce qu'on veut prouver, lequel ne
se trouve meme pas dans le dispositif des conclusions, ne faith pas
une question proprement dite que le Tribunal doit consigner au
point de droit;
Attendu aussi que 1'6numeration des pieces faite an jugement et
qui finit ainsi : 70 differentes autres pieces et los conclusions des
parties, remplit suffisamment le vceu de l'art. 148 pour la mention
des pieces, cells qui ont un rapport direct et essential avec la
decision ayant Wte, d'ailleurs, particulibrement relev6es et d6taill6es.
Sur le quatrieme moyen, attaquant le jugement pour exc6s de
pouvoir et violation de l'autorit6 de la chose jug6e :
Attendu, en fait, que les adversaires de Lise Martin, pour sou-
tenir leur opposition au payment en ses mains de la moiti6 des
loyers, et pour obtenir l'annulation de son titre d'acquisitiori, exci-
perent, entire autres, de la vilete du prix (g. 3000) pay6 pour la
moiti6 d'une propri6te qui avait trouv6 acquereur A g. 16,000; -
A quoi Lise Martin r6pondant, expliqua, comme suit, l'apparente
modicit6 du prix qu'elle avait payer, savoir : a qu'il n'y aurait rien
( d'6trange et de surprenant, que, vendant la moitie de cet im-
( meuble du c6te de la rue du Magasin-de-l'Etat, portion sur
( laquelle n'existent que de 16geres batisses en bois, la veuve Phi-
� lemon Martin ne pft obtenir que trois mille gourdes qu'il n'y a
Se6videmment dans ce prix equivalent a la valeur actuelle de cette
a portion de propri6t6, etc. ) ;
Qu'ensitite, le Triburial civil examinant et pesant le reproche de
vilete de prix fait en vue d'6tablir la nullit6 de l'acte argu6 de
simulation, enonca dans un de ses consid6rants le motif pour
lequel il ne prenait pas on consideration le moyen de vilet6 de prix
employ comme preuve de simulation, pour faire tomber I'acte de
vente, ( considerant, dit-il, que... il est encore prouv6 que cette
a moitie achetee par Lise Martin est la moins-value, puisqu'il
( n'existe sur cette propriWt6 que des bAtisses en bois, tandis que
v sur l'aulre moiti6 il cxiste une halle Ahl'preuve du feu; quo cctte







ARRATS CIVILS, No 22. 47
Sderniere portion a done une valeur plus elev6e que la pre-
< mitre );
Qu'enfin, le jugement du 8 octobre 1886, annulant l'opposition
des defendeurs pour incapacity de l'huissier et vice de forme, et
d6clarant maintenue la vente faite a Lise Martin, la reconnut pro-
prietaire de la moiti6 de l'immeuble en litige, sans dire dans son
dispositif comment et de quel c6td devait etre prise cette moiti6;
Et que lors de l'ex6cution du jugement, accept de part et
d'autre, les parties comprirent diff6remment et contrairement le
sens de la decision, a cause, d'une part, de ce que le dispositif
n'avait determine ou r6pet6 comment prendre la portion vendue,
non plus que I'acte de vente qui, donnant les abornements g6n6-
raux de la propri6t6 se taisait sur la delimitation particuliere de la
moiti6 vendue; et, d'autre part, de ce que l'un des motifs, corres-
pondant exactement aux propres conclusions de Lise Martin, expli-
quait en terms formels que le prix de la vente avait 6te tel, et ne
pouvait done etre tax6 de vilet6, parce que la moiti6 vendue 6tait
du c6t6 ofi sont les batisses en bois, et qui est d'une valeur moindre,
et non du c6t6 ou est la halle h 1'dpreuve du feu, qui est d'une
valeur plus elevye;
Attend qu'en cet 6tat il parut necessaire au meme tribunal,
saisi de la nouvelle contestation, de rechercher et d6clarer quelle
avait Wte, lors du premier jugement, sa pens6e sur le point qui divi-
sait encore les parties;
Que c'est ainsi que le Tribunal civil de Port-au-Prince, pour rendre
le jugement don't est presentement pourvoi, fut amene, vu qu'il y
avait contestation sur le veritable sens d'une prec6dente decision, a
interpreter le jugement du 8 octobre en rapprochant de son dispo-
sitif ses motifs et aussi les conclusions des parties; en consequence
de quoi il trouva, dans l'appr6ciation de ces faits, que ( leditjuge-
( ment du 8 octobre, en disposant que Lise Martin est proprietaire
( incommutable de la moiti6 de l'immeuble sis rue du Quai et du
( Magasin-de-l'Etat, n'a 6videmment entendu que la moiti6 don-
. nant face a la rue du Magasin-de-1'FItat sur laquelle existent des
O constructions en bois ) ;
Attendu que par le resume de ces faitM rappel6s tels qu'ils r6sul-
tent des deux jugements en question, comme aussi des produc-
tions des parties, on voit d6ja que le tribunal civil de Port-au-
Prince, lors du jugement du 16 septembre 1887, 6tait saisi de
questions qui n'outrepassaient pas les limits de son pouvoir inter-
pretateur et qu'il a pu, au contraire, en user sans aucunement
m6connaitre l'autorit6 de la premiere decision, passee en force de
chose jugde et de laquelle il s'est appliqud seulement a degager la
veritable pensse des juges qui I'ont rendue;






48 ARRtTS CIVILS, No 22.
Attendu, au surplus, que si l'on semble sugg6rer 'id6e que le Tri-
bunal civil a fait, en l'espece, un partage de la propri6td, ce qui
ne lui 6tait pas demand, au lieu de s'en tenir A la simple d6clara-
tion du maintien ou de l'annulation de l'acte de vente, ce qui 6tait
en question, cette objection, abstraction faite de ce qu'on y pour-
rait trouver de sp6cieux et voulfit-on meme conceder a son carac-
tare quelque chose de plausible, cette objection suppose n'aurait
pu, dans tous les cas, etre 6levee que contre le premier jugement.
Or ce premier jugement, auquel tout le monde a acquiesce, 6tant
pass en force de chose jugee, le second n'avait qu'a accepter tel
quel ce qui y est contenu;
Attend qu'il en est de meme des reproches en g6n6ral qui pr6-
tendent s'appuyer sur l'acte de vente, vu que, en dernier lieu, il ne
s'agissait pas tant de l'acte de vente sur lequelle premier jugement
avait dejA statue d6finitivement et souverainement, que de ce juge-
ment lui-meme sur le sens duquel les parties 6taient en d6saccord
et que le tribunal avait done a interpreter seulement;
Attendu en droit que tout en respectant l'autorit6 de la chose
jugee, les tribunaux ont le pouvoir d'interpreter les sentences par
eux rendues et sur le veritable sens desquelles il y a contestation ;
que, dans 1'exercice de ce pouvoir, 1'explication naturelle de la
chose jug6e n'en est pas la violation;
Attend que s'il est constant que c'est le dispositif qui constitute
1'essence d'un jugement, il ne l'est pas moins que les motifs servent
a 6claircir le dispositif, que ce dispositif ne doit point etre s6par6
des motifs qui lui servent de base, qui concourent h manifester la
volont6 du juge ;
Attendu enfin qu'il est de jurisprudence certain que non seule-
ment le dispositif doit Wtre au besoin interpret par les motifs, mais
encore on peut se ref6rer aux conclusions des parties pour, en les
rapprochant des motifs et dispositif, bien saisir les points qui ont
fait 1'objet des declarations et bien determiner la solution qu'a
entendu donner le juge;
Qu'il result done de tout ce qui precede que 1'interpr6tation
faite par le jugement du 16 septembre ne d6truit ni ne contredit le
dispositif du jugement anterieur; qu'elle ne fait que l'expliquer,
sans rien forcer dans son texte, se bornant, au contraire, a reliever
et fixer le sens et la portee que le juge a reellement entendu donner
a sa decision du 8 octobre;
Par ces motifs;
Rejette le pourvoi former par la dame Lise Martin contre le juge-
ment du Tribunal civil de Port-au-Prince rendu entire les parties
le 16 septembre 1887 ; ordonne la confiscation de l'amende d6posee
ot condamne la pourvoyante aux depens alloues a la some de







ARRETS CIVILS, NO 23. 49

g. 46 60 centimes don't distraction au profit de Mes L. Duchatellier
et Ed. Dauphin, qui affirment en avoir fait I'avance.
Donn4 de nous, Dalb6mar Jean-Joseph, president; A. R6gnier,
F. Nazon, E. Bonhomme et E. Robin, juges, en audience publique
du ler avril 1890, en presence de M. A. Merion, substitute du Com-
missaire du Gouvernement et assists du citoyen C.-S. Benjamin,
corhmis-greffier.

N0 23.
Immatricule de I'huissier. - Point de droit. - Pres-
cription. - lMotif erron&. - Dornmages-interets. -
Ex4cution provisoire sans caution.

L'apprdciation des faits est dans le domain souverain des juges du fond.
Un motif, m6me entach6 d'une erreur materielle, ne saurait, s'il est d'ail-
leurs surabondant, entrainer la cassation du jugement based sur d'autres con-
siderants corrects et suffisants pour expliquer la decision.
Dans 1'appriciation des dommages-intirdts, les juges du fond ont la libre
faculty de s'arr6ter aux 61ements qu'ils croient propres a former leur con-
viction.
L'art. 142 du Code de procedure civil ne dit point que l'ex6cution provi-
soire sans caution ne peut ktre prononcee qu'entre parties contractantes,
leurs heritiers ou ayants cause; - le l6gislateur pose pour seule condition
indispensable qu'il y ait titre authentique, promesse reconnue ou condamna-
tidn prdcedente.
'1" avril 1890.
Z�IDE RICHAID, procddant par MIs J.-B. PETIT et J.-C. ANTOINF,
Contre PALlIRA et VICTORIA S9VELINGE, procedant par Mes ANTE O. FInMIN
et J.-L. DOMINIQUE.

NOTICE.

Palmira S6velinge, veuve Volny Thdodore et Victoria S&-
velinge, spouse Salgado fils, assignment ZMide Richard relati-
vement A une portion de terre dependant de 'habitation Duri-
vage, leur heritage, et occupde par Zeide Richard.
Celle-ci allfgue que par acte sous seing privd elle a achet6
de la mere de ses adversaires, madame veuve Sdvelinge, deux
emplacements connus sous le nom de Theldmaque et atte-
nant A ladite habitation Durivage; que la portion de terre
rdclamde aujourd'hui depend de ces deux emplacements;
invoquant an surplus la prescription qui lui est acquise par
une jouissance de vingt-trois ans.
Arruts lvils.






30 'ARRTS CIVILS, No 23.
Jugement du tribunal civil du Cap-Haitien, en date du
Ier mars 1887, qui fait droit A la demand de Palmira et Vic-
toria Sdvelinge, avec dommages-int6rets, depens et execution
provisoire sans caution.
Pourvoi de ZWide Richard, bas6 sur quatre moyens:
I� vice de forme au point de droit ; 2* exc6s de pouvoir,
fausse interpretation et fausse application des dispositions du
Code civil sur la prescription; 30 violation de la loi dans la
manibre d'arbitrer les dommages-int6rets ; 4� exces de pou-
voir pour 1'exdcution provisoire ordonn6e contre la pour-
voyante.
Les d6fenderesses en cassation repoussent les moyens ci-
dessus, et opposent en outre une fin de non-recevoir pour
vice d'6nonciation de la demeure et du domicile de l'huissier
dans l'exploit de signification des moyens de cassation.

ARRET:
D. Jn-Joseph pr6sidant,
Oul M. le juge PWrigord, en son rapport, Me J.-L. Dominique
pour les d6fenderesses en ses observations; ensemble M. A. M6rion,
substitute du Commissaire du Gouvernement en ses conclusions;
Vu les pieces du proces, notamment le jugement don't est pour-
voi, les moyens de cassation, l'exploit de signification d'iceux ct les
defenses de l'autre parties;
Vu les art. 137, 142, 144 et 148 du Code de procedure civil et
1168, 1169, 1196 f 2,000 et 2,030 du Code civil,
Statuant,
Sur la fin de non-recevoir propose par la parties d6fende-
resse pour 6nonciation vicieuse de la domeure et du domicile de
I'huissier dans la signification des moyens de cassation:
Attend que la demeure de l'huissier 6none6e dans l'exploit
comme suit: ((Huissier regu, asserment6 et immatricul6 au tribunal
( civil du resort du Cap-Haitien, demeurant et domicilie dans la
( cit6, soussign6 ), n'a rien de vague ni d'inintelligible;
Qu'on voit, au contraire, que les mots la cite, tels qu'ils sont
places et tout comme auraient fait les mots cette cite, d6signent
clairement le Cap-Haitien 6crit en toutes lettres dans l'immatricule
qui precede imm6diatement 1'enonce de la demeure;
Dit et declare cette fin de non-recevoir mal fondue.
Au fond;.
Sur le premier moyen:
Attend qu'en cet endroit de sa requete la pourvoyante, pour








ARRfTS CIVIL, No 23. 51

quereller le point de droit du jugement, dit elle-mEme: a quo le
� Tribunal, apres avoir nettement 6tabli le point de droit sur le
a sujet qui en faisait l'objet, n'a aucunement d6cid6 sur le sort du
a jugement rendu sur le possessoire, en se basant uniquement sur
la question de propriety, etc. ;
Attendu que la cause 6tant alors directement au petitoire, il ne
pouvait etre question de possessoire pr6cedemment jug6 et don't
n'6tait pas, lA, relev6 appel;
Que done le tribunal civil, en s'en tenant i la question de pro-
priete, a sainement appr6ci6 le cas et bien observe la loi.
Sur le second moyen:
Attendu que ce moyen ne roule, en some, que sur une appr6-
ciation de faits, ce qui est dans le domaine souverain des juges de
fond;
Qu'en effet, la pourvoyante, invoquant la prescription centre ses
adversaires munies de titres authentiques, 6tait tenue de faire
I'dnonciation et la preuve des faits sur lesquels s'appuie son excep-
tion, comme aussi le tribunal civil avait A appr6cier la v6racite et
le caractere de ces faits pour constituer la possession voulue par la
loi ;
Attendu, d'autre part, que, dans le eas meme d'une erreur mat6-
rielle dans un des motifs, - ce motif, d'ailleurs surabondant, ne
saurait entrainer la cassation d'un jugement base sur d'autres con-
sid6rants corrects et suffisants pour expliquer la decision.
Sur le troisieme moyen:
Attend qu'cn general les juges du fond, pour appr6cier les torts
qui font adjuger des dommages-int6rets, ont la libre faculty de
s'arrfter aux elements qu'ils croient propres A former leur convic-
tion;
Que, d'ailleurs, l'on ne peut pas voir dans le dispositif du juge-
ment attaqu6 que les dommages-int6rets ont Wtd allouEs pour tenir
lieu de d6pens faits au possessoire et auxquels les defenderesses
avaient Rt6 condamn6es;
Sur le quatrieme moyen :
Attend qu'il est de jurisprudence adoptee que I'art. 142, Pr. c.,
ne dit point que l'ex6cution provisoire sans caution ne peut etre
prononc6e qu'entre parties contractantes, leurs h6ritiers ou ayants
cause; que le l6gislateur pose pour seule condition indispensable,
qu'il y ait titre authentique, promesse reconnue ou condemnation
precedente;
Qu'il n'y a done pas lieu de faire ici la distinction, que no fait
pas la loi, entire ceux qui ont 6te parties dans I'acte et ceux qui y
ont Wte strangers; il suffit qu'il y ait titre authentique;
Attendu, enfin, que le jugement en portant condemnation aux







52 ARRITS CIVILS, �o 24.
d6pens, en conformity de l'art. 137, dit-il formellement, et en
ordonnant plus bas et dans uie disposition sdparde, l'ex6cution
provisoire en vertu de l'art. 142, porte-t-il encore, ne peut pas 6tre
reputd avoir ordonn6 l'ex6cution provisoire pour ces d6pens;
Par ces motifs, le Tribunal, apres en avoir d6liber6, et sur les
conclusions conformes du Ministere public,
Rejette le pourvoi form par la citoyenne ZVide Richard, centre
]e jugement du Tribunal du Cap-Haitien, rendu entire les parties, le
ler mars 1887; ordonne la confiscation de l'amende d6pos6e, et
condamne la pourvoyante aux depens allou6s i la some de
g. 49 25 centimes.
Donn6 de nous, Dalb6mar Jean-Joseph, president; P&rigord,
F. Nazon, A. Andr6 et C. Dejean, juges, en audience publique, du
Ier avril 1890, en presence de M. A. MArion, substitute du Commis-
saire du Gouvernement, et assists du citoyen C.-S. Benjamin,
commis-greffier.

N0 24.
Itemise de cause. - Nouveaux d6lais.
Nomination de juge-rapportenr.

La remise d'une affaire, sur la demand des parties, est facultative pour le
tribunal, et A la rigueur, n'est accordie qu'une seule fois.
L'art. 23 de la loi organique du tribunal de cassation touchant la distri-
bution des affaires et la nomination des rapporteurs, ne determine pas un
mode particulier et exclusif d'y proc6der.
Les nullites de forme, en generaj, sont 6dictBes lorsque les parties seraient
exposes, sans la reproduction textuelle de la forme litt6ralement prescrite, a
6tre frustrees d'un droit essential.

15 avril 1890.
JosEPH LAMOTHE, proc6dant par les P. LESPeS, RAYMOND et C. ARCHIN.

Le ddveloppement des motifs explique 1'espkce. V. d'ail-
leurs la notice au no suivant.

ARRna :
D. Jn-Joseph pr6sidant,
Vu les art. 23 et 28 de loi organique du Tribunal do cassation;
Attendu, en faith, que la signification des moyens de Joseph
Lamothe ayant Wet faite le 28 novembre 1889, ses adversaires y
r6pondirent le 14janvier 1890, par trois fins de non-recevoir entire
autres; ce qui fait que legalement et par observance des ddlais
impartis par le Code de procedure civil, des le 20 f6vrier 1890,








ARRETS CIVILS, NO 24. 53
l'affaire pouvait et devait 4tre mise en 6tat, c'est-h-dire inscrite au
rOle et affichbe, et notamment des le 14 janvier 1890 le pourvoyant
avait pleine connaissance des fins de non-recevoir 6lev6es contre
sa demand;
Attend que sur ces entrefaites le juge rapporteur H. Lechaud
ayant Wte nomm6 Secr6taire d'ttat de la Justice, il fallout le rem-
placer ici, A 1'effet de quoi le juge A. Andr6 fut d6sign6;
Attend qu'a l'audience du 27 mars oh l'affaire fut appel6e, le
president, A haute voix, demand si le rapporteur 6tait present et
pret; - le juge A. Andre r6pondit, aussi a haute voix, et se dB-
clara pret A fair son rapport; et Me Raymond, avocat constitu6 du
reclamant et present A la barre, obtint la parole et fit l'observation
que Me Archin, qui voulait se fair entendre et qui 6tait retenu
ailleurs ou cmpech6, demandait la reserve de cette affaire; a quoi
Me J.-L. Dominique, avocat d'une parties des d6fendeurs, refusa d'ac-
c6der, vu que, dit-il, la cause avait Wte d6jh suffisamment remise
ct que, d'ailleurs, un des avocats constitutes du pourvoyant etait
present; - Me Raymond insist pour prier le Tribunal d'attendre
son confrBre, n'ayant pas, d'ailleurs, avec lui le dossier rest aux
mains de MlI Archin; - le Ministrre public, de son c6t6, requit le
Tribunal de passer outre pour les memes causes articulees par les
defendeurs; - et le Tribunal, ayant delib6er seance tenant, et
sur le motif que Me Raymond d6clarait ne pas pouvoir ropondre
faute de dossier, condescendit a remettre la cause A l'audience du
mardi jIr avril, qu'il fixa formellement en ayant soin, par I'organe
du president, d'avertir Ale Raymond, present, pour le pourvoyant,
que c'6tait bien la dernireo premise accordee; et qu'A I'audience
indiqu6e il serait proced6 en presence ou en absence des par-
ties ;
Que cependant le Ier avril, le Tribunal ayant pris siege comme A
1'ordinaire et ouvert I'audience par le prononce de trois arrets, le
president donna ensuite lecture d'une lettre de Me Archin qui de-
mandait encore la reserve de toutes ses affaires parce qu'il mariait
sa fille ce jour-la; le L. Dominique r6pondit et protest vivement,
vu que audience a 6te formellement fix6e pour l'affaire Lamothe,
dans laquelle, du rest, il y avait trois avocats constitutes; et qu'il
venait de voir Me Archin qui lui a parl6 de la nouvelle remise et
qu'il allait s'y opposer formellement a l'audience; le MinistBre
public conclut dans le m6me sens, et le Tribunal d6lib6ra et d6cida
de passer outre; alors fut fait l'appel de la cause qui, sur le rap-
port du juge A. AndrS, fut entendue et mise au delib6r ;
Attendu que c'est centre tout ce qui a Wt1 fait et d6finitivement
decide a cette audience du ler avril que, au nom de Joseph La-
mothe, on est venu protester, avec remontrances faites aux magis-







54 ARRETS CIVILS, NO 24.
trats qui ont entendu l'affaire en dehors des heures reglementaires,
dit le r6clamant, et malgr6 la demand de remise de Me Archin;
attend, dit toujours le pourvoyant : 1o que le tour de r6le de cette
affaire, d6rang6 par la sortie du juge Lechaud, n'etait pas encore
lgalement r6tabli, puisque aucune ordonnance de M. le President
n'avait pourvu a la nomination d'un autre juge rapporteur; 20 que
le juge A. Andre, constitu6 ex abrupto rapporteur, n'a pas eu le
temps d'en prendre aucune connaissance, et, n'ayant aucune piece
des dossiers des parties, n'a fait que lire A l'audience le rapport
qu'en avait dress l'ex-rapporteur, et qui est 6crit de la main meme
de cet ex-magistrat; 30 que le pourvoyant n'ayant pas repondu par
ecrit aux fins de non-recevoir de ses adversaires, s'etant reserve de
le faire A l'audience et, oralement, il s'ensuit qu'en proc6dant
comme il a Wt6 faith a l'audience du ler avril et sans l'avoir mis en
demeure de se defendre sur les trois fins de non-recevoir, le Tri-
bunal a commis une veritable et volontaire violation du droit sacr6
de la defense, entrainant deni de justice de la part des juges;
lequel requ6rant finit, enfin, par sommer les magistrats de declarer
nulles et de nul effect l'audition faite et la mise en d6lib6re du
pourvoi comme faites ill6galement et en violation des regles 6ta-
blies au Code de procedure civil et dans la loi organique du Tri-
bunal de cassation, etc., etc., avec menace de prise a parties centre
les magistrats, faute par eux de faire ce que demand ledit sieur
requ6rant, d6fendeur a interdiction pour cause de d6mence;
Pour ce qui est de l'all6gation du pourvoyant affirmant que l'af-
faire a Wt6 entendue en dehors des heures reglementaires, attend
qu'elle ne m6rite pas qu'on s'y arrite, etant tout a fait denu6e de
verit6 et tres inutilemen avancie, comme cela resort du simple
enonc6 des faits;
Attendu, d'autre part, que, si aux terms de l'art. 28 de la loi
organique du Tribunal de cassation, les affaires peuvent, sur la
demand des parties, Wtre remises ou continues, c'est premiere-
ment une faculty laissee au Tribunal qui, appriciant l'opportunit6
ou non de la remise, peut toujours, selon les circonstances,
accorder ou refuser; deuxiemement, cette remise ordonn6e uneseule
fois et i jour fixe, il ne peut etre accord, ajoute l'article, sous
aucun pr6texte, de nouveaux delais.
En ce qui touche les trois points sur lesquels s'appuie la recla-
mation :
Sur le premier point :
Attendu qu'il est manifest que la designation du juge A. Andru
comme rapporteur en replacement du juge H. Lechaud, 6tant
rdellement et officiellement connue des parties, puisque notammen't
a I'audience du 27 mars, l'un des avocats constitutes de Joseph La-







ARRETS CIVILS, No 24. 5~

mothe present A la barre a entendu le nom du rapporteur officiel-
lement prononc6, a entendu et vu le juge A. Andre annoncer qu'il
6tait pret et faire le movement de lire son rapport; qu'alors sans
protestation ni reserve sur le mode de nomination non plus que sur
la personnel du rapporteur, ledit Me Raymond, constitu6 au meme
titre et pouvoir que Ale Archin on Me Lespes, a plaid pour un
sursis sur la seule absence de Me Archin et du dossier de la
cause;
Attendu, d'ailleurs, que de ce qu'un rapporteur a 6t6 originaire-
ment design6 en telle forme laissee au choix du president, il ne
s'ensuit pas que pour son replacement on soit n6cessairement
astreint A employer une meme et semblable formule;
Attendu que toutes les fois que la loi a voulu faire d6pendre
d'une forme particulibre et exclusive la validity des actes et
measures prescrits, elle a soin de le dire en terms expres;
Et que s'il est, en matiere de procedure, des formalitis irritantes,
former et terms sacramentels donn6s par la loi elle-meme, il cn
est aussi, certainement, qui comportent des equivalents, formalit6s
don't le legislateur enonce la substance, se borne en quelque sort
a poser le principle, abandonnant la formule ou la pratique qui les
r6alise au choix du Tribunal ou meme seulement A celui qui le pr6-
side; qu'il en est ainsi particulierement de tout ce qui ne serait
qu'une measure d'administration interieure;
Attend que 1'art. 23 de la loi organique du Tribunal de cassa-
tion dit seulement que ( lorsque les affairs ont et6 mises en dtat,
elles sont distributes par le president de chaque section aux juges
qui doivent en fair le rapport ); ne determinant, pas plus que
l'art. 931 du Code de procedure, un mode particulier et exclusif de
proceder A cette distribution, soit par 6crit, soit de la main a la
main en chambre du conseil, et encore moins sous la forme d'une
ordonnance du president, toujours 6crite en marge de quelque
piece du dossier;
Qu'il apparait que le r6clamant fait inconsciemment ou A bon
escient une confusion de cette formality au Tribunal de cassation
avec ce qui, aux terms des art. 99 et suivants, procedure civil, a
lieu au tribunal civil en cas de d6lib6re sur rapport; 1, en effet,
les art. 99 et 101 font nommer le rapporteur par le jugement et,
en cas de replacement, 1'art. 116 6nonce formellement une
ordonnance de M. le doyen sur requ6te: ce qui n'cst pas le cas
ici;
Attendu au surplus que les nullit6s de forme sont 6dictees lorsque
les parties seraient exposes, sans la reproduction textuelle de la
forme litt6ralement prescrite, A Wtre frustrdes d'un droit essential,
ce qui n'est pas non plus le cas, puisque le .rapporteur 6tant effec-







56 ARRETS CIVILS, No 24.
tivement nomm6, effectivement d6sign6 dans la distribution faite
par le president, sous une forme on une autre,il ne peut en r6sulter
aucune atteinte au droit de defense, du moment 10 que ce rappor-
teur est suffisamment connu des parties pour l'exercice du droit de
r6cusation, s'il y a lieu; 20 que le rapport est fait publiquement a
I'audience pour les observations et rectifications d'erreur mate-
rielle A faire au besoin;
Attendu que toutes les dispositions de loi, de forme on de fond,
prises par le l6gislateur, ne le sont qu'en vue d'assurer le maintien
ou le triomphe du bon droit, et non jamais de favoriser une mau-
vaise chicane.
Sur le second point :
Attendu que par les faits relates de l'audience du 27 mars, on a
vu dejh combien peu s6rieux est le reproche fait a la designation
du juge A. Andr6, que le r6clamant dit avoir Wt6 constitu6 ex abrupto
rapporteur, comme si c'etait au moment meme de la derniere
audience, ler avril, que ce magistrate avait Rte nomm6 rapporteur;
Attend que l'examen du dossier par le rapporteur est un fait
personnel et d'ordre intime, completement abandonn6 h la capacitL
intellectuelle, A la conscience et A la discrStion du juge, et ne sau-
rait done d6cemment 6tre 1'objet d'une appreciation et critique de
la parties.
Sur le troisieme.point enfin :
Attendu qu'il est peu raisonnable de dire qu'A l'audience du
ler avril le pourvoyant n'a pas Wtd mis en demeure de se d6fendre
sur les fins de non-recevoir continues dans les defenses A lui signi-
files depuis le 14 janvier 1890; qu'il a eu ainsi deux mois et demi
pour r6pliquer si bon lui semblait; qu'il doit done s'imputer A lui-
mbme, avec ses trois avocats et apres une derniere remise, de no
s'etre pas pr6sent6 A I'audience fix6e au ler avril pour r6pondre aux
fins de non-recevoir;
Attend qu'en 1'6tat de la cause le pourvoyant, s'il voulait encore
se faire entendre, au lieu d'agir comme il I'a fait, n'avait qu'a user
de la faculty que lui accordait l'art. 97 de la loi organique.
Par ces motifs,
Dit et declare que c'est bien A tort et de fagon abusive et bla-
mable que le pourvoyant a fait la signification du 10 avril don't
s'agit; qu'il n'y a done pas lieu d'y avoir 6gard; et en consequence
le Tribunal passe outre.
Fait et prononce par nous, Dalb6mar Jean-Joseph, president;
J.-A. Courlois, G. Perigord, A. Andre et C. D6jean, juges, en au-
dience publique du 15 avril 1890, en presence de Ml. Duverneau-
Trouillot, Commissaire du Gouvernement et assists de M. C. S. Ben-
jamin, commis-greffier.








ARRESTS CIVILS, N' 25.


No 25.
Jugement interlocutoire. - Acquiescement. - Juge-
ment par defaut. - Irrocevabilite de pourvoi. -
Interdiction.

Le jugement qui ordonne l'interrogatoire du defendeur a 1'interdiction est
un jugement interlocutoire.
11 y a acquiescement lorsque la parties s'est pr4tee A l'interrogatoire et
qu'elle P'a subi, confirm et sign sans protestation ni reserve.
Le jugement qui prononce l'interdiction et oi le defendeur n'a pas com-
paru, est par defaut et susceptible d'opposition.
La voie de opposition encore ouverte rend le pourvoi en cassation irrece-
vable.
17 avril 1890.
JOSEPH LAMOTHE, procedant par Mes P. LESPRS, RAYMOND aine et C. ARCIIIN,
Contre ses enfants, proc6dant par Me J.-L. DOMINIQUE.

NOTICE.
Le tribunal civil de Port-au-Prince, saisi de la demand
en interdiction form6e contre le g6n6ral Joseph Lamothe par
ses enfants, rend, entire autres jugements, deux en date des
44 aoAt et 16 octobre 1889, le premier ordonnant l'interroga-
toire du g6ndral, et le second prononcant son interdiction et
lui donnant, pour sa personnel et pour ses biens, un admi-
nistrateur provisoire.
Pourvoi en cassation, appuy6 de six moyens, contre les
deux jugements.
Reponse des d6fendeurs, entire autres, par trois fins de non-
recevoir : 1t touchant le premier jugement qui est interlocu-
toire et non prdparatoire, tardivet6 du pourvoi et acquiesce-
ment; 2' touchant le second jugement qui est par defaut et
non contradictoire, irrecevabilit6 du pourvoi, la voie de I'op-
position 6tant encore ouverte alors ; 30 incapacity pour l'in-
terdit de donner un mandate mime A l'effet de se pourvoir en
cassation, disent les d6fendeurs.

ARnT :
D. Jn-Joseph president,
Oui MA. le juge A. Andr6 en son rapport; Me J.-L. Dominique
pour les d6fendeurs; ensemble M. D. Trouillot, en ses conclusions
tendantes au rejet du pourvoi;







58 ARRETS CIVJLS, N� 25.
Vu 10 les deux jugements don't est pourvoi; 20 la signification de
l'interlocutoire faite le 9 septembre 1889; 30 le proces-verbal d'in-
terrogatoire dress le 12 septembre 1889; 40 1'ajournement donn6
le 21 septembre 1890; 50 la declaration de pourvoi faite le 21 no-
vembre 1889 ; 60 une signification faite le m6me jour A C. Overt, A
la requ6te du pourvoyant contenant defense d'ex6cuter le jugement
du 16 octobre 1889; 70 la requite contenant les moyens de cassa-
tion; 80 celle contenant les defenses en r6ponse;
Vu les articles 917, 919 et 921 du Code de procedure civil,
Le Tribunal apres en avoir d6lib6re,
Sur la fin de non-recevoir oppose par les d6fendeurs compa-
rants et relativement au jugement du 14 aotit;
Attend que le jugement qui ordonne I'interrogatoire, etant fait
en vue de verifier les facult6s intellectuelles du d6fendeur a I'inter-
diction, est certainement un jugement interlocutoire puisqu'il s'agit,
comme ce serait au cas d'une enquWtc, de verifier des faits perti-
nents et concluants des faits don't il n'y a qu'A constater l'existence
tels qu'ils ont et6 avances, 6tant de leur nature propres A faire
admettre le fond de la demand;
Attend que s'il est facultatif, selon 1'art. 919 du Code de proc6-
dure civil de se pourvoir centre les interlocu'toires, avant ou
ensemble avec le jugement de fond, c'est bien entendu lorsqu'on
n'a pas positivement acquiesce aux premiers;
Attend que le sieur Joseph Lamothe s'est prWte volontairement
A l'interrogatoire qu'il s'est d6clar6 pr6t A subir, qu'il a, en effect,
subi, confirm et sign sans protestation ni reserve;
Qu'il en r6sulte de sa part un acquiescement reel et positif qui le
rend, aux terms de l'art. 921, non-rccevable � se pourvoir en cas-
sation centre ledit jugement d'avant faire droit.
Sur la second fin de non-recevoir des memes et A 1'egard du
jugement du 16 octobre :
Attend que le sieur Joseph Lamothe a 6tW dfment assign pour
entendre prononcer son interdiction et nommer un administrateur
provisoire A sa personnel et A ses biens;
Attend que tout jugement rendu centre une parties qui a 6et
appel6e a se defendre et qui ne l'a point fait, est un jugement par
defaut;
Qu'il on est ainsi, come des autres, du jugement qui prononce
l'interdiction susceptible done d'opposition;
Attendu, en effet, que l'opposition est de droit common, 6tant
une suite et un complement necessaire du droit natural de la
defense; que pour que cette voie soit ouverte legislateur n'a pas
besoin de le dire A chaque cas: il suffit qu'il no l'ait pas interdite
formellement par une disposition special;








ARRETS CIVILS, ND 26. 59
Attendu que l'opposition, pour une parties qui n'a pas de d6fen-
deur, est recevable tant que le jugement n'a pas 6t6 execute;
Attendu qu'il est 4tabli par 1'acte signifiM a la requ6te du pour-
voyant A l'administrateur provisoire et aussi par les declarations
unanimes des parties en cette pr6sente instance, que j usqu'au 21 no-
vembre, date du pourvoi, le jugement n'6tait pas ex6cut6 ;
Attendu que les voies extraordinaires ne peuvent 6tre abord6es
avant qu'on ait exerc6 les voies ordinaires;
Que done la voice de 1'opposition encore ouverte h la date du
pourvoi rend celui-ci irrecevable;
Par ces motifs et sans qu'il soit besoin d'examinerle surplus:
autre fin de non-recevoir, moyens de cassation, non plus que ce
qui est dit subsidiairement dans les conclusions du Ministere
public,
Rejette, come non-recevable, le pourvoi former par le sieur
Joseph Lamothe centre lesdits jugements du tribunal civil de Port-
au-Prince, rendus entire les parties les 14 aoit et 16 octobre 1889;
ordonne la confiscation de l'amende deposee et condamne le pour-
voyant aux d6pens liquids i la some de g. 38 65 centimes.
Donn6 de nous, DalbBmar, Jean-Joseph, president; J.-A. Cour-
tois, A. R6gnier; A. Andre et C. Dejean, juges, en audience pu-
blique du 17 avril 1890, en presence de A. D. Trouillot, Commis-
saire du Gouvernement et assists de M. G.-S. Benjamin, commis-
greffier.

No 26.
Fin de non-recevoir. - Omission du numero de la
patent. - ResponsabilitB. - Demande subsidlaire
de sernient decisoire.

Une fin de non-recevoir, 6tant soulevle pour difaut de mention du numero
de la patente dans l'acte introductif d'instance, la parties peut reparer l'omis-
sion par la production de sa patente ayant une date anterieure ou post&rieure
A la fin de non-recevoir.
Le Tribunal qui trouve dans les pieees du dossier des 146ments pour former
sa conviction, peut d6clarer l'inutilit6 d'une measure d'instruction suppl men-
taire subsidiairement invoquee.

17 avril 1890.
L. DESBOUQUETS pere, procEdant par Mes ERNEST ADAx et RAYMOND aine,
Contre JULIs-ALEXIS CoicoU, proc6dant par Mes L. DUCHATELLIER
et EDMOND DAUPr1N.

NOTICE.
Par un jugement par defaut du tribunal de paix de Port-







60 ARRETS CIVILS, No 26.
au-Prince, Jules-Alexis Coicou est condamn &a payer 120
piastres A Lucien Desbouquets pour un travail.en maconne-
rie fait par ce dernier A la prison de Port-au-Prince.
Sur opposition de Jules-A. Coicou, qui soutenait n'avoir
pas d'engagement envers Desbouquets, tandis que celui-ci
affirmait qu'il y avait eu convention, un second jugement
maintient la condemnation rendue par d6faut.
Appel devant le tribunal civil de Port-au-Prince. Et juge-
ment de ce tribunal en date du 18 septembre 1889, qui annule
le jugement don't appel, dit qu'il n'y a pas lieu de d6ferer le
serment decisoire A Jules Coicou, rejette la demand de
Desbouquets qu'il condamne aux d6pens des causes princi-
pale et d'appel.
Desbouquets se pourvoit en cassation par deux moyens :
1� defaut de motifs sur la question d6battue de la responsabi-
lite directed et personnelle de Jules Coicou comme ancien di-
recteur des travaux publics ou entrepreneur du travail de la
prison. Il s'agissait de savoir qui, de l'Etat ou de Jules
Coicou, avait contract avec Desbouquets; 20 violation de la
loi, touchant le serment d6cisoire denand6 par le pourvoyant
et refuse par le tribunal.
Le d6fendeur, repoussant ces motifs, pr6sente une fin de
non-recevoir tire de ce que le pourvoyant, soumis au droit
de patente comme macon do profession, n'a pas mentionn6
dans ses actes le num6ro de sa patent.
Et le pourvoyant, pour r6parer l'omission, se fait d6livrer
une patente et la produit.
ARRAT:
D. Jn-Joseph pr6sidant,
Oui M. le juge J.-A. Courtois, en son rapport A I'audiencc;
Mes Raymond ain6 pour le pourvoyant et L. Duchatellier pour le
d6fendeur en leurs observations; ensemble M. A. MWrion, substitute
du Commissaire du Gouvernement, en ses conclusions tendantes a
l'irrecevabilit6 du pourvoi, en tout cas mal fonde;
Vu les pieces du procks, notamment le jugement don't est pourvoi,
les moyens du pourvoyant signifies le 10 decembre 1889, les d6-
fenses egalement signifiees de l'autre parties, la patente de macon
d6livr6e A L. Desbouquets par le conseil communal de Port-au-
Prince en date du 14 f6vrier 1890, pour 1'epoque du le' octobre
1889 au 30 septembre 1890; ct les simples notes de Me Raymond
aine pour le demandeur ;







ARRETS CIVILS, NO 26. 61

Yu les art. 32 de la loi sur les patentes, 148 du Code de proc6- -
dure et 1144, 1145 et 1146 du Code civil;
Le Tribunal apres en avoir delibere,
Sur la fin de non-recevoir soulev~e par le defender:
Attendu que l'art. 32 de la loi sur les patentes, qui porte defense
de recevoir aucune demand en justice sans le numero indiqu6 de
la patent des personnel qui y sont soumises, content un second
alinea ainsi congu:
, NManmoins, en cas d'omission de la formality ci-dessus indi-
( qu6e, la production de la patente devant les tribunaux ou toutes
( autorit6s 6quivaudra 4 1'accomplissement de la foi malit6. ,
Attend qu'il n'y est fait aucune distinction sur la date de la
patente don't la production sort a r6parer 1'omission de num6ro,
date antdrieure ou post6rieure A la fin de non-recevoir;
Attendu qu'il ne convient pas de distinguer la oh la loi ne dis-
tingue pas, surtout lorsqu'il s'agit de dispositions rigoureuses, les-
quelles ne doivent pas 6tre etendues au delh des terms qui les
limitent;
Attendu que le sieur Desbouquets pere, pour reparer 1'absence do
num6ro qui a donn6 naissance a la fin de non-recevoir, s'est faith
delivrer et a produit une patent pour 1889-1890, annee dans le
course de laquelle sa demand en cassation a et6 presented ;
Qu il a ainsi satisfait au voeu dudit art. 32, qui, edicte dans un
interet fiscal, a pour seul but ici de fair acquitter l'imposition par
les contribuables; car autre chose est la sanction penale sp6ciale
au d6faut de patente ou retard, laquelle sanction se trouve l'art. 18
et non ici;
Rejette la fin do non-recevoir.
Au fond et sur les moyens du pourvoyant qui, bien que divis6s
en deux, sont bases sur les memes points et pr6sentent les mimes
griefs:
Attendu que, par l'un et l'autre moyen, le pourvoyant attaque
lo comme ne s'6tant pas du tout occupy, dans ses motifs ou dans
son dispositif, de la question do responsabilit6 de Jules Coicou
envers lui pour savoir qui, de Jules Coicou ou de l'Etat, avait con-
tract6 avec lui et 6tait rest son d6biteur ; 2o comme ne s'etant
arret6 qu'a une simple analyse d'une d6piche du Secretaire d'Etat,
intbrimaire de l'int6rieur, au lieu d'ordonner le serment invoque et
defer6 par le pourvoyant, serment duquel seul on devait faire
d6pendre le jugement de la cause et enfin rejet6 par le tribunal en
violation des art. 1144, 1145 et 1146 du Code civil;
Attendu qu'il est constant en fait que, pour repondre aux moyens
d'appel de Jules Coicou, qui argumentait de cc que Desbouquets
pere, pour avoir valuable jugement, aurait dh etablir et prouver






62 ARRETS CIVILS, No 26.
l'existence de sa cr6ance, celui-ci fit signifier a l'appelant une
d6peche du Secr6taire d'Etat de Pint6rieur en vue de cet 6tablis-
sement de preuve;
Que, dans ses conclusions devant le tribunal civil, Desbouquets
pere s'appuie sur ladite d6peche, en ces terms, entire autres: ( A
l'all6gation..... de l'adversaire, le concluant n'oppose ici que la
d6peche du 5 f6vrier courant, dit-il, A lui adress6e par M. le Secr-
taire d'Etat, int6rimaire du d6partement de l'int6rieur, section des
travaux publics, no 110 �..., a d6epche qui vient supplier avanta-
geusement au d6faut de preuve invoquce par l'adversaire et qui
justifie d'une maniere 6clatante la decision (du juge de paix) rendue
en faveur du concluant e.:., ( qu'il r6sulte incontestablement, en
effet, de cette d6piche.... que le concluant ne pouvait s'adresser a
d'autre pour le payment de son salaire qu'a J. Coicou ,, etc; et
que ce n'est que subsidiairement, en cas de rejet seulement, dit-il,
de ce qui est observe pr6c6demment, que Desbouquets a conclu A
ce que le serment d6cisoire soit deferd a son adversaire pour en
fair d6pendre le jugement de la cause ;
Attendu encore que MAe Iaymond, pour sa parties, A I'audience du
26 juin oi l'affaire est continue au Tribunal civil et oh il prend de
nouvelles conclusions, revient et insisted sur la d6peche A laquelle il
reconnait le caractere d'un acte invoqu6 par l'adversaire meme &
l'appui de sa defense, faisant jaillir la lumiere A l'encontre de ce
que ledit adversaire soutenait primitivement, et devenant piece
commune entire les parties, apres la signification qui en a 6et
faite ) ;
Attendu que c'est sur tous ces faits et circonstances que le juge-
ment attaqu6 a raisonn6 pour trouver dans ses motifs, qu'il n'y a
pas lieu d'arriver a d6f6rer le serment A Jules Coicou et que le Tri-
bunal peut des lors statuer au fond;
Qu'en effect, la d6peche sur laquelle est base la decision atta-
quee, est une production de Desbouquets lui-meme, devenue, a son
propre dire, piece commune entire les parties, et jetant assez de
lumiere sur les d6bats; point sur lequel le Tribunal civil n'a faith
que se montrer d'accord avec le pourvoyant pour trouver, en con-
sequence, qu'il y a lieu d'examiner la piece et de voir si elle peut
rdellement appuyer la demand;
Attend qu'alors meme, et cela en d6pit d'une jurisprudence
serieuse et 6tablie, qu'il y aurait encore doute sur le pouvoir facul-
tatif que possede le juge de refuser, selon les circonstances, d'or-
donner le serment, il ne peut y avoir question, lorsque la dilation
du serment est demandee subsidiairement, comme en l'espce ;
Que de tout ce qui precede done, il r6sulte que le jugement don't
est pourvoi est bien motive; que le Tribunal civil, trouvant dans







ARRITS CIVILS, NO 27. 63

une pibce 16galement entree dans le dossier, des 6elments suffisants
pour former sa conviction, a pu trEs valablement declarer l'inutilit6
d'une measure d'instruction suppl6mentaire invoquee subsidiaire-
ment, inutilit6 de recourir A cette resource extreme r6serv6e par
Desbouquets lui-meme pour le cas seulement ofi le tribunal n'au-
rait pas, comme lui, trouv6 que la piece produite jetait assez de
lumiBre sur la contestation ; qu'il n'y a eu done aucune violation
des art. 1144, 1145 et 1146 du Code civil;
Par ces motifs,
Rejette, comme mal fondd, le pourvoi exerc6 centre le jugement
du Tribunal civil de Port-au-Prince, rendu sur appel, entire les
parties, le 18 septembre 1889; ordonne la confiscation de l'amende
d6posee; ct condamne le pourvoyant Desbouquets pare aux depens,
alloues h la some de g. 28 65 centimes, don't distraction au profit
de Mle E. Dauphin, sous l'affirmation de droit.
Donn6 de nous, Dalb6mar, Jean-Joseph, president; J.-A. Cour-
tois, A. R6gnier, A. Andr6 et C. Ddjean, juges, en audience pu-
blique du 17 avril 1890, en presence de M. A. MWrion, substitute du
Commissaire du Gouvernement, et assists du citoyen C.-S. Ben-
jamin, commis-greffier.

N0 27.
Execution provisoire. - Promesse reconnue.
Condemnation precedente. - Jugement avant dire
droit.

La promesse reconnue, privue A l'art. 142, Proc. civ., pour autoriser 1'ex6-
cution provisoire, doit Wtre une reconnaissance qui porte sur l'objet m6me du
litige.
Un jugement d'avant dire droit ne peut pas etre considered comme une con-
damnation pr6c6dente autorisant l'ex6cution provisoire.

22 avril 1890.
LUCIANA-CHARLES COQ, procedant par Mes J. ADIItMAR AcGUSTE, SOUVERAI"
JEAN-JACQUES et ED. LESPINASSE,
centre MARGUERITE NOEL, spouse Constant Manigat.

NOTICE.
Les parties sont en contestation sur 1'6tendue d'une
chambre vendue par Luciana-Charles Coq a Marguerite
Noel, spouse Constant Mlanigat. II s'agit de savoir si la por-
tion disputee est oui on non une dependance de la chambre
vendue.






64 ARRETS CIVILS, :0N 27.
Dans le course du proces, une premiere operation d'arpen-
tage 6tant contest6e, le tribunal civil du Cap-Haitien rend
jugement qui ordonne, avant fire droit, qu'il soit procedd a
un nouvel arpentage.
Enfin jugement definitif du tribunal civil du Cap-Haitien,
qui condamne Luciana-Charles Coq, en faveur de la dame
Constant Manigat, avec dommages-int6rdts, depens et execu-
tion provisoire sans caution.
Pourvoi bas6 sur deux moyens : i� exces de pouvoir, dit la
parties, pour avoir annual un contract reguliBrement fait, etc.;
2o autre exces de pouvoir, pour execution provisoire ordonnde
en violation de l'art. 142, Pr. c.

ARfT :
D. Jn-Joseph president,
Oui M. le juge E. Robin, en son rapport fait a l'audience;
Me Ed. Lespinasse, pour la pourvoyante, en ses observations;
ensemble, M. D. Trouillot, Commissaire du Gouvernement, en ses
conclusions tendantes au rejet du pourvoi;
Vu les pieces composant le dossier et qui sont : le jugement don't
est pourvoi, les moyens de cassation signifies le 3 juillet 1889, l'acte
d6claratif du pourvoi, un proces-verbal d'arpentage, en date du
29 d6cembre 1887, et un jugement d'avant faire droit du 13 no-
vembre 1888, entire les parties et ordonnant une nouvelle operation
d'arpentage;
Vu les art. 142 et 917 du Code de procedure civil;
Le Tribunal, apres en avoir dl6ib6r6,
Sur le moyen pris d'un exces de pouvoir, dit le demandeur, par
violation de l'art. 142, procedure civil:
Attendu que le jugement don't est pourvoi a ordonne l'ex6cution
provisoire sans caution, en cc que, dit-il, la dame Constant Manigat
a en sa faveur promesse reconnue et condemnation pr6c6dente
contre la citoyenne Luciana-Charles Coq, concernant une chambre
par elle vendue a la dame Constant Manigat;
Attend que la promesse reconnue pour autoriser l'execution
provisoire s'cntend d'une reconnaissance qui porte sur l'objet mrme
du litige;
Que le procis n'a pas 6t6 en definitive sur la question de savoir
si une chambre a 6t6 vendue par Luciana-Charles Coq a dame
Constant Manigat, mais bien si la vente non contest6c en elle-mmme
de cette chambre comprenait dans ses terms, et ce qui a 6te tou-
jours en la possession de l'acheteuse, et ce qui est dit avoir 6t6








ARRETS CIVILS, N� 27. 65

retenu conditionnellement et jusqu'A parfait payment; c'est sur
ce deriier point sp6cialement qu'il devait y avoir promesse
reconnue pour pouvoir autoriser l'execution provisoire;
Or, en fait et en rdalit6, c'est au contraire lh-dessus que les prd-
tentions des parties n'ont jamais cess6 d'etre contraires; qu'on ne
peut done pas dire qu'il y a eu promesse reconnue sur la question
en litige;
Et attend que les conclusions memes de la dame Constant Ma-
nigat devant le Tribunal civil, qui demandent 1'execution provi-
soire pour promesse reconnue n'invoquent pas, elles, de condam-
nation pr6cedente;
Que, nonobstant, le jugement porte, dans un de ses motifs, quo
la dame Luciana Charles Cocq, quoique dfment condamn6e par le
jugement de ce tribunal, en date du 13 novembre de 1'annee der-
nibre, n'a jamais voulu obtemp6rer aux fins de passer la vente d6fi-
nitive ;
Que c'est done ce jugement du meme tribunal, en date du
13 novembre 1888, qu'il considbre comme la condemnation pr6c6-
dente, donnant lieu a l'ex6cution provisoire;
Attendu que ledit jugement du 13 novembre 1888, n'est qu'un
jugement d'avant faire droit qui, trouvant hon d'6carter de la cause
le proces-verbal do l'arpenteur Jean-Pierre Petit, ordonne, avant
faire droit, dit-il, qu'il soit proc6d6 A une nouvelle operation d'ar-
pentage en ayant soin de bien examiner, v6rifier les titres de la
propri6t6 en question pour aprbs ladite operation etre status par le
Tribunal conformement h la loi. - D6pens r6serv6s; ce qui n'est
pas du tout la condemnation pr6cedente pr6vue A l'art. .142,
pr. c.;
Qu'ainsi done, dans l'un et l'autre cas, il a et6 fait au jugement
attaqu6 une fausse application de la loi;
Attendu que I'art. 917, Pr. civ., dispose que les jugements d6fi-
nitifs pourront Wtre annul6s pour : 10 vice de forme; 20 exces de
pouvoir; 30 violation de la loi; 40 fausse application de la loi;
5o fausse interpretation;
Par ces motifs,
Casse et annule ie jugement du Tribunal civil du Cap-Hai'tien,
rendu entire les parties le 27 mai 1889, remet lesdites parties au
m6me et semblable 6tat ofi elles 6taient avant ledit jugement, et
pour etre status conform6ment a la loi, renvoie la cause devant le
Tribunal civil des Gonaives; ordonne la restitution de l'amende
depose, et condamne la d6fenderesse aux d6pens.
Donn6 de nous, Dalbemar Jean-Joseph, president; J.-A. Cour-
tois, A. R6gnier, E. Robin et C. D6jean,juges, en audience publique
du 22 avril 1890, en presence de M. A. Merion, substitute du Com-
Arrkts civil. 5








66 ARRETS CIVIL, No 28.
missaire du Gouvernement, assists du citoyen C.-S. Benjamin,
commis-greffier.

No 28.
Demand en renvoi pour cause de parents. - Suspi-
cion 16lgtime en matiere civil.

En outre de la parents entire une parties et deux juges dans un tribunal, la
suspicion 16gitime est aussi, en matiere civil, un motif de renvoi A un autre
tribunal.
Dans ces circonstances et quelque certain que soit la respectability des
magistrats, la sagesse de la loi a voulu que le renvoi fdt permis, afin que le
soupcon mrme ne pdt pas s'6lever sur 1'integritO de la magistrature.

22 avril 1890.
Veuve LAVIAL, n6e CadgiM, proc6dant par MI TnABAUD jeune,
Contre le Tribunal civil de Jerdmie.

On trouvera la notice des faits dans les consid6rants.

ARRT :
D. Jn-Joseph pr6sidant,
Oui M. le juge E. Robin, en son rapport fait a l'audience, et
M. D. Trouillot, Commissaire du Gouvernement, en ses conclusions
comme suit : (voir les conclusions).
Vu : 1� la requite de la dame veuve Lavial au Tribunal de cas-
sation; 20 un jugement du Tribunal civil de Jer6mie rendu le
8 avril 1885 entire la requdrante et la citoyenne Jalouse Dupoux;
30 trois obligations hypoth6caires de cinq cents piastres chacune et
don't une souscrite par A. Gaveau et deux par Villemont-Villedroin,
au profit du comit6 r6volutionnaire de Jdremie, en novembre 1883,
et transportdes en faveur de la requerante;
Vu les art. 367 et 372 du Code de procedure civil,
Le Tribunal, apres en avoir dl6iberd,
Attend, en fait, que du jugement du Tribunal civil de Je6rmie,
en date du 8 avril 1885, il resort que le sieur EugBne Margron fut
condamnD envers la requ6rante par jugement du m6me tribunal
et par d6faut, le 15 dccembre 1884, comme d6biteur solidaire avec
les autres membres du comity r6volutionnaire de Jer6mie, en 1883,
qui auraient faith emprunt et dispose pour les besoins de la rdvolu-
.tion, d'une some d6pos6e A J6r6mie et appartenant a la dame
veuve Lavial, mais dans le moment mime remplac6e et garantie
par des obligations hypoth6caires volontairement souscrites par







ARRETS CIVILS, No 28. 67

A. Gaveau et Villemont-Villedroin; quo pour avoir payment du
montant de cette condemnation, elle tenta do faire annuler comme
simul6 et fait en fraude de ses droits, un acted donn6 par les 6poux
E. Margron a Jalouse Dupoux, et succomba;
Attendu que l'on voit, en effet, que les trois obligations susdites
out Wt6 transportdes en faveur de la requerante pour des sommes i
elle appartenant et livrees au comit6 par l'entremise de David
Sansariq, chez qui 6tait d6pos6 l'argent;
Qu'enfin la dame veuve Lavial, fatigue, dit-elle, depuis ce temps
d'attcndre le payment amiable de son argent, est dans l'intention
de faire un proc6s a ceux que lesdites obligations 6tablissent ses
d6biteurs, et qui, directement ou par representation, sont en grand
nombre dans la ville de Jeremie; - et qu'elle se trouve en cons6-
quence dans une situation difficile pour porter son affaire devant
le tribunal de cette ville; raison pour laquelle il est absolument
n6cessaire, affirme-t-elle, de demander le renvoi de la cause pour
suspicion legitime, base sur des motifs de parents de deux juges
avec deux de ses adversaires 6ventuels, et d'autres circonstances
qui pourraient influence et impressionner d6favorablement les
autres membres de ce tribunal;
Attend que s'il est vrai que le doyen Joseph Vilaire et le juge
Maximilien Gaveau, du Tribunal civil de Jer6mie, sont, le premier,
neveu par alliance, le second frere, respectivement de deux des
d6fendeurs 6ventuels, il y a motifs suffisants pour demander le
renvoi en vertu de l'art. 367 du Code de procedure civil, ainsi
conu : ( Lorsqu'une parties aura dans un tribunal deux parents ou
allies jusqu'au degree de cousin germain inclusivement, 1'autre
parties pourra demander le renvoi de la cause A un autre tribunal
voisin ,.
Attendu, en principle, que la suspicion 16gitime est aussi, en
matiere civil, un motif de renvoi d'un tribunal a un autre par le
Tribunal de cassation;
Attendu que la cause, pregnant sa source en des troubles et en des
faits qui ont diversement agit6 le public de J6remie, et interessent
encore 6troitement un grand nombre d'individus et de families en
cette ville, joint aux difficulties qu'a d6ja 6prouv6es la requ6ranto
pour se faire restituer son avoir, l'on conceit sans peine, abstrac-
tion faite de ce qu'il peut y avoir d'excessif dans les terms
employes par l'avocat de la parties, l'on conqoit la disposition de
ladite requerante A obtenir le dessaisissement de la jurisdiction de
J6rrmie;
Qu'il est admis, en effet, dans de telles circonstances, qu'un
S doute et une certain crainte peuvent, A tort ou A raison, s'Blever
dans l'esprit du justiciable; que dbs lors, et comme sans doute le







68 ARRETS CIVILS, No 29.
voudra toujours la d6licatesse du magistrat lui-meme, il convient
de faire, autant qu'il se pent, que l'impartialit6 du juge soit A l'abri
du soupcon; que la parties plaidant devant lui n'ait pas m6me l'in-
quietude d'une partiality sinon volontaire, mais possible;
. Qu'enfin, bien qu'il y ait certainement tout lieu de croire que les
honorables magistrats de Jer6mie, connus pour leur respectability,
ne subiraient pas d'influence r6sultant soit de la parents, soit de
leur maniere de penser sur les 6v6nements de 1883, la sagesse de
la loi a voulu, en pareille occurrence, que le renvoi fit permis,
afin que le soupcon meme ne pft pas s'elever sur I'int6grite de la
magistrature;
Attendu, au r6sum6, qu'h part les relations de famille de deux
juges don't excipe la requ6rante et don't elle aurait A faire la
preuve, il est constant que le proces a pour cause et origine l'6tat
r6volutionnaire de la ville de Jer6mie en 1883; qu'ainsi l'existence
de ce fait 6tant manifeste, point n'est besoin d'employer les
moyens d'instruction pr6vus aux art. 370 et 371, procedure civil,
pour que le Tribunal fasse son appreciation et declare une fois que,
de tout ce qui precede et vu I'art. 372, il y a lieu d'ordonner le
renvoi;
Par ces motifs, renvoie la cause don't s'agit devant le Tribunal
civil de Port-au-Prince.
Donn6 de nous, Dalb6mar Jean-Joseph, president; J.-A. Cour-
tois, E. Bonhomme, A. Andr6 et C. D6jean, juges, en audience
publique du 22 avril 1890, en presence de M. A. M6rion, substitute
du Commissaire du Gouvernement, et assists du citoyen C.-S. Ben-
iamin, commis-greffier.

N0 29.
Fin de non-recevoir. - Dich6ance. - Timbre
insuffisant.
Les requites et m6moires A presenter au Tribunal de cassation doivent 6tre
faits sur timbre de vingt centimes.
24 avril 1890.
Me PIERRE-LUoPOiLD LECHAUD, notaire,
Contre le Directeur principal de l'enregistrement, proc6dant par Me J-L.
DOMINIQUE.

NOTICE.
Pour droit proportionnel et amended encourue, une con-
trainte est d6cernde par le Directeur de l'enregistrement
centre le notaire Pierre-L6opold Lechaud.







ARRESTS CIVILS, No 29. 69
Opposition du notaire devant le Tribunal civil, et r6ponse
de l'enregistrement qui, sans border le fond de l'opposition,
soutient qu'elle est tardive.
Et le Tribunal civil de Port-au-Prince, statuant sur cette fin
de non-recevoir, declare le notaire non recevable en son op-
position faite apres I'expiration du dlai.
De Il le pourvoi.
ARRET :
D. Jn-Joseph president,
Oui M. le juge J.-A. Courtois, en son rapport fait A l'audience;
Me J.-L. Dominique pour le defendeur, en ses observations pour
maintenir les moyens de sa requite, sauf la fin de non-recevoir
tiree de l'insuffisance du timbre sur lequel est Bcrit l'acte de son
adversaire, et A laquelle il declare renoncer, vu que c'est une
amended qui est applicable au cas, dit-il; ensemble M. A. MWrion,
substitute du Commissaire du Gouvernement, en ses conclusions
tendantes A faire d6clarer le demandeur d6chu de son pourvoi en
tous cas mal fond6; maintenir le jugement attaqu6 .et ordonner la
confiscation de l'amende, et cela en se basant, nonobstant la
renonciation de l'avocat du d6fendeur, sur la meme fin de non-
recevoir tire de l'insuffisance du timbre;
Vu les pieces, notamment le jugement don't est pourvoi, l'acte
contenant les moyens de cassation signifies au d6fendeur et la
requ6te en r6ponse de ce dernier;
Vu les art. 929 du Code de procedure civil et 24 de la loi sur le
timbre, plus le tarif actuellement en vigueur;
Statuant sur la fin de non-recevoir oppose au pourvoyant par
le d6fendeur :
Attendu que l'acte contenant les moyens signifies avec assigna-
tion au d6fendeur, A la requete du pourvoyant, est dcrit sur un
timbre de dix centimes, en contravention du tarif annex h la loi
sur le timbre, et en vertu duquel les requites, m6moires et autres
actes a faire devant le Tribunal de cassation, doivent Utre sur
timbre de vingt centimes;
Attendu que pour sanction de cette disposition, en outre d'une
amende de vingt fois la valeur du timbre ou du complement du
timbre auquel l'acte est assujetti (art. 3), ( il est fait defense aux
notaires, huissiers, greffiers, arbitres et experts d'agir, auxjuges
de prononcer aucun jugement sur un acte ou piece non ecrit sur
paper timbr6 du timbre prescrit , (art. 24 de la loi du 16 avril
1827);
Que o'est en presence de cette defense formelle de la loi, que le
Tribunal de cassation, comme il l'a fait constamment, doit decla-







70 ARRETS CIVILS, No 30,

rer irrecevable le pourvoi non fait sur le type prescrit; ce qui, du
mfme coup, fait encourir la d6ch6ance pr6vue a l'art. 929, proce-
dure civil, centre le demandeur qui n'est plus alors dans le dflai
de huitaine accord par ledit article;
Par ce motif, et sans qu'il soit besoin d'examiner le surplus des
defenses non plus que les moyens du pourvoyant, le Tribunal,
apres en avoir d6lib6r6 et sur les conclusions conformes du minis-
tere public, declare le pourvoyant, Me Pierre-L6opold Lechaud,
irrecevable en sa requite et production de moyens, et en cons6-
quence d6chu de son pourvoi, vu qu'il n'est plus dans le d6lai pour
le r6gulariser; ordonne la confiscation de l'amende dGpos6e et con-
damne ledit pourvoyant aux depens liquids a la some de
quatre piastres cinquante centimes, don't distraction au profit de
Me J.-L. Dominique, qui affirme en avoir fait l'avance;
Donn6 de nous, Dalb6mar Jean-Joseph, president; J. A. Cour-
tois, E. Robin, A. Andr6 et C, D6jean, juges, en audience publique
du 24 avril 1890, en presence de M. A. MWrion, substitute du Com-
missaire du Gouvernement, et assists du citoyen C.-S. Benjamin,
commis-greffier.

No 30.
Declilance de 1'une et de Iautre parties.
Procedure en cassation.

Est tardive la signification des moyens de defenses en cassation faite le
15 janvier, quand les moyens des demandcurs ont 6tE signifies le 29 octobre
precedent.
C'est la production des requites ou m6moires qui faith r6puter la cause con-
tradictoire et en Etat, le d6veloppement oral a l'audience Rtant purement
facultatif et les parties ne pouvant d'ailleurs obtenir la parole, le MinistAre
public une fois entendu.
Les moyens d'ordre public, comme les d6ch6ances et forclusions, peuvent
et doivent 6tre supplies d'office par le juge.
Le recours en cassation est une measure extreme otablie plut6t dans l'int6r6t
de la fiddle execution de la loi que dans l'int6r4t des parties, et I'amende h
deposer est moins une measure fiscal qu'un moyen de repression, une espece
de frein que la loi a voulu imposer A la t6mBrit6 des plaideurs. ,

8 mai 1890.
MARIE-LOUISE LoNGcnAMPS et ALTIDA THOMAS, Epouse FLOTTE IIARBOT,
proc6dant par Bhe L.-J. BAILLE et C. ARCIIIN,
Contre CLAIRE LATAPIER, procedant par M~ F.-L. CAUVIN.

Los faits jug6s sont suffisamment rappelds dans les consid6-
rants.







ARRPTS CIVILS, No 30.


ARRPT :

D. Jn-Joseph, pr6sidant,
OuY M. le juge E. Robin, en son rapport fait a l'audience,
Me C. Archin pour les demandeurs, en ses observations sur la
d6ch6ance soulev6e de leur c6te centre les d6fendeurs; ensemble
M. A. Merion, substitute du Commissaire du Gouvernement, en ses
conclusions tendantes A l'irrecevabilit6 des defenses, A cause de
leur tardivet6, et au fond a la cassation du jugement;
Vu les pieces, notamment le jugement don't est pourvoi, les
moyens des demandeurs signifies le 29 octobre 1889, - ceux des
d6fendeurs signifies le 15 janvier 1890, - une nouvelle requkte des
pourvoyants opposant une d6ch6ance aux d6fendeurs, un extrait
du registre general des actes de d6p6t de ce Tribunal et la feuille
d'audience A la date du 17 avril dernier,
Vu les art. 929, 930, 932, 935 du Code de procedure,
Le Tribunal, apres en avoir delibe6r,
Sur la dech6ance soulev6e par les pourvoyants centre les de-
fendeurs pour signification des moyens d'iceux faite hors des
d6lais :
Attendu que l'art. 932 du Code de procedure civil dispose que
, dans la huitaine qui suivra I'expiration des delais A lui accords,
( outre un jour par chaque cinq lieues de distance, si la significa-
Stion a lieu A domicile, le d6fendeur fera signifier ses moyens au
( demandeur, a personnel ou domicile, et remettra ses pieces au
, greffe, si dejh ii ne 1'a fait. Ce delai emportera d6ch6ance centre
a le d6fendeur, sauf le recours pr6vu au deuxieme alin6a de
1 l'art. 922 ;
Attendu que les moyens de cassation, en l'espece, ayant Wt6
signifies le 29 octobre 1889 avec assignation, en vertu de l'art. 929,
de fournir les defenses dans les deux mois, la signification desdites
defenses devait avoir lieu le 7 janvier au plus tard, a cause d'un
jour A ajouter pour le delai de distance de L6ogane, demeure des
d6fendeurs, A Port-au-Prince, lieu du domicile Blu et oft a Wt6
donn6e cette signification; que faite done le 15 janvier, elle 1'a 6t6
tardivement et se trouve sous le coup de la dech6ance pr6vue au
susdit art. 932;
Par ces motifs, dit et declare les d6fendeurs dechus du droit de
produire leurs moyens;
Et attend qu'une question de procedure d'audience, comme il
va 6tre dit ci-apres, a 6tW soulevee le jour oi la cause a 6t6 entendue
et dans les circonstances suivantes : les demandeurs ayant signifi6
et produit deux requetes, la premiere contenant leurs moyens de
cassation, la second opposant A leurs adversaires une d6cheance







72 ARRETS CIVIL, No 30.
tire de la signification tardive des defenses, Me C. Archin pour
lesdits demandeurs et a ladite audience du dix-sept avril dernier,
d6veloppa son exception de d6ch6ance, et fit connaitre son inten-
tion d'attendre un premier arret A rendre sur cette d6ch6ance
avant de d6velopper ses moyens de cassation; le President lui fit
remarquer que c'est ordinairement a toutes fins que procedent les
parties, d'autant plus que tout est d6jh par 6crit dans les requ6tes
ou m6moires; it insist sur sa maniere de voir que le ministbre
public repoussa, soutenant qu'il fallait proc6der a toutes fins
comme il allait le faire lui-meme; alors le President, pour clore ce
d6bat et en raison du caractere facultatif du d6veloppement oral,
declara que les parties pouvaient d'ailleurs agir lh-dessus comme
elles l'entendaient, sauf au Tribunal a decider ce que de droit et de
raison sur le point. C'est ainsi que Me C. Archin, se renfermant
toujours dans ce qu'il avait dit, le ministere public prit ses conclu-
sions, et sur la dech6ance tendant a carter les d6fendeurs, et sur
les moyens de fond tendant a faire casser le jugement don't est
pourvoi, concluant done dans l'un et l'autre cas, c'est-4-dire sur
l'exception comme au fond, en faveur de la partie de Me Archin.
En consequence, vidant l'incident:
Attendu qu'en cassation, l'instruction se faisant par ecrit, en des
forms speciales etd'une grande simplicit6,la production de requites
ou m6moires suffit pour que la cause soit reput6e contradictoire et
en 6tat, de sorte que, advenant l'audience oh se fait le rapport,
tous les moyens, fins et conclusions, signifies et products par les
parties, sont deja poses devant ]e juge qui y trouve toute la measure
et le champ de son mandate; ce qui faith que le d6veloppement oral
est purement facultatif, et que les parties, m6me en portant la
parole, ne peuvent rien dire, au fond, qui ne soit d6jh soumis aux
juges;
Que si, A la rigueur, on admet qu'il peut encore proposer a 1'au-
dience des fins de non-recevoir qui touchent a l'irr6gularit6 de la
signification des defenses, lors meme que ces fins de non-recevoir
n'auraient pas ct6, comme elles le sont en l'espece, signifiees a
l'avance, il est du moins certain que pour ce qui a trait aux moyens
meme de cassation, rien de nouveau, rien de ce qui ne soit d6jh
acquis au proc6s, ne peut plus etre alors propose;
Que les seules conclusions, necessairement obligatoires, A prendre
l 1'audience publique, sont celles du MinistBre public;
Dit et declare qu'il n'y a pas lieu de faire deux arrits distincts,
le Tribunal 6tant d6ment et completement saisi de toutes les
demands des pourvoyants, la cause 6tant d'ailleurs suffisamment
6claircie et le d6bat ne pouvant etre rouvert apres les conclusions
du Ministere public, aux terms de l'art. 97 de la loi organique







ARRPTS CIVILS, NO 30. 73
ainsi conqu: ( En toutes affaires, le Ministire public une fois
entendu, aucune des parties ne peut obtenir la parole; il leur est
seulement pcrrdis de remettre, sur-le-champ, de simples notes, ;
En consequence, statuant ici sur le pourvoi:
Attendu qu'en principle consacrB par une jurisprudence g6n6rale
et constant, les moyens d'ordre public peuvent, doivent etre meme
suppl66s d'office par le juge, celui-ci 6tant cens6 en etre toujours
saisi, et la circonstance qu'ils n'auraient pas 0te compris dans les
conclusions des parties ou que ces conclusions les contenant seraient
reputees non avenues, cette circonstance re peut clever une fin de
non-recevoir contre leur admissibility ou y etre un obstacle devant
la Cour supreme, ainsi que cela arrive lorsqu'il s'agit de moyens ne
touchant qu'i l'int6ret priv6 des parties en cause;
Attendu, en effet, que le recours en cassation est une measure
extreme 6tablie plut6t dans l'intdret de la fiddle execution de la loi
que dans l'intdret des parties; qu'en particulier, l'amende h d6po-
ser est moins une measure fiscal qu'un moyen de repression, une
espece de frein que la loi a voulu imposer a la t6mrrit6 des plai-
deurs;
Toutes choses sur lesquelles la doctrine est formelle et expli-
cite;
Attendu que les d6lais prescrits en cette matirre sont de rigueur
et d'ordre public;
Que done les dech6ances et forclusions 6tant de droit 6troit
et d'ordre public, existant de plein droit et'par la seule force de la
loi, doivent etre suppl6ees d'office;
Attendu, en effet, que toutes les dispositions concernant la forme
et les d6lais du pourvoi, sont conques en terms qui s'adressent au
juge lui-mime, comme on ]'a bien dit, lui prescrivent son devoir de
facon tellement directed qu'elles le rendent ind6pendant de la
volont6 des parties, en un mot, font au juge de cassation un devoir
d'appr6cier lui-mime les procedures qui lui sont soumises et de
prononcer meme d'office, des fins de non-recevoir et des d6ch6ances
contre les pourvois irr6guliers ;
Attendu que l'inspection des pieces au dossier d6montre que la
signification des moyens de cassation ayant 6t6 faite le 29 octobre
1889, et 1'inscription au greffe de ce tribunal, le 14 d6cembre sui-
vant, cette dernifre formality a Wt6 remplie le 46e jour, non compris
la date de la signification; d'oii il suit que les demandeurs sont
et demeurent dechus de leur pourvoi, aux terms de l'art. 930,
Procedure civil, ainsi conqu : a Dans les quarante-cinq jours de
la signification de ses moyens, le demandeur devra, a peine de
d6ch6ance, s'inscrire au greffe du Tribunal de cassation et y depo-
ser, etc. ,








74 ARRETS CIVILS, NO 31.

Par ces motifs,
Rejette le pourvoi, ordonne la confiscation de l'amende d6pos6e
et compense les d6pens.
Donn6 de nous, Dalb6mar Jean-Joseph, president; J.-A. Cour-
tois, E. Robin, A. Andr6 et C. 17jean, juges, en audience publique
du 8 mai 1890, en presence de M. A. Mdrion, substitute du Commis-
saire du Gouvernement et assists de M. C.-S. Benjamin, commis-
greffier.


S No 31.
Sections r6unies. - Intervention force. - NumBro
du bordereau des drolts locatif et foncier. - De-
mande en dommages-interets incident on princi-
pale. - Action possessoire et action p6titoire. -
Choix des parties. - Actio judicati. - Cassation par.
tielle.

L'intervention volontaire devant un Tribunal de renvoi est facultative et peut
rtre permise a ceux qui auraient droit de former tierce opposition; c'est le
r6sultat de la volont6 de celui qui intervient et qui se prive ainsi lui-m6me de
la jurisdiction de son domicile; mais quand l'intervention est force, le dU-
fendeur qui s'y refuse ne peut etre contraint a demeurer dans une instance
oft il n'a pas Wt6 appel6 A temps.
L'action en dommages-int6rAts peut etre introduite incidemment A une
demand on par action principal.
Les parties ayant le choix entire l'action possessoire et L'action p6titoire, i .
leur est loisible d'exercer l'une de pr4f6rence a l'autre.
Un des effects des jugements est de produire l'actio judicati pendant vingt
ans encore bien que l'action primitive fdt prescriptible par un laps de temps
moindre.
La nature de 1'actfon se determine par les conclusions du demandeur A
l'intention duquel il faut particulibrement s'arreter.

13 mai 1890.
AUGUSTE-VICTOn FORTUNATE, procfdant par Me TIIUBAUD jeune,
Contre les 4poux C. DE LALEU et la veuve LAGERROY, par MIc C. ARncmI
et JOSEPH ARCHIN.

NOTICE.

Le 16 ddcembre 1884, la dame C. de Laleu, en appel au I
possessoire, est condamn6e par le Tribunal civil de Port-au-
Prince, en faveur d'Auguste-Victor Fortunat A d6molir, dans
la huitaine de la signification du jugement, un mur dlev6 par
elle sur la limited de sa propri6t6 d'avec celle de Fortunat, et






ARRETS CIVILS, No 31. 75

empochant ainsi, an prejudice de ce dernier, 1'coulement des
eaux pluviales; avec execution provisoire sans caution et con-
damnation aux d6pens pour tous dommages-int6rets.
La condamnee se pourvoit en cassation, et son pourvoi est
rejet6 par arret du 16 f6vrier 1886.
Apres sommation d'executer restee sans effet, A.-V. For-
tunat assigned les 6poux de Laleu A lui payer 50 piastres pour
chaque jour de retard de l'execution du premier jugement et
en outre deux mille piastres de dommages-int6rrts. A 1'au-
dience of la cause est appelee, les d6fendeurs se bornent a
r6pondre que Mme de Laleu, par suite d'un d6cret de l'Assem-
bl6e national, rendu dans l'intervalle et en vertu duquel elle
se trouvait d6clar6e Mtrangere, avait Wt6 forcee de vendre la
propriet6, objet du litige, et 6tait d&s lors dans l'impossibilit6
d'ex6cuter le jugement.
22 decembre 1885, jugement du Tribunal civil de Port-au-
Prince par lequel la vente des deux propri6t6s faite A la veuve
Lagerroy, mere de la venderesse, est annulee pour dol et
fraude, et la dame C. de Laleu condamn6e A payer au deman-
deur cinq gourdes par chaque jour de retard, A partir du
8 janvier precedent, date de la sommation, avec d6pens et
execution provisoire sans caution.
Pourvoi des epoux de Laleu en cassation et demand de la
veuve Lagerroy en tierce opposition.
Or, avant que la tierce opposition fdt jug6e, le Tribunal de
cassation, par son arret du 22 juin 1886, avait cass6 le juge-
ment du 22 d6cembre 1885 et renvoy6 l'affaire devant le Tri-
bunal civil de Jacmel.
Par suite de quoi, le demandeur fait donner sommation
d'audience aux epoux de Laleu devant le Tribunal de Jacmel
et assigner la veuve Lagerroy, au meme tribunal, en d6clara-
tion de jugement commun.
5 avril 1888, jugement du Tribunal civil de Jacmel, qui
admet le d6clinatoire propose tant par les epoux de Laleu que
par la veuve Lagerroy et renvoie la cause et les parties d(evant
qui de droit.
C'est centre ce jugement que vient le present pourvoi, base
sur cinq moyens don't le premier est pour fausse application
des art. 69, 169, 172 et violation de l'art. 411, Proc. civ., en *
ce que, soutient le pourvoyant, la demand en intervention






76 ARRETS CIVILS, No 31.
force ou declaration de jugement commun 6tait, dans les cir-
constances du proces, valablement presentee centre la veuve
Lagerroy; et le second moyen pour exces de pouvoir, etc.,
resultant de ce que le jugement a consider l'instance comme
la continuation de 1'action possessoire qui a pris fin, sans
doute, par le jugement du 28 octobre 1884 maintenu.
Les 6poux de Laleu repoussent le pourvoi d'abord par une
fin de non-recevoir tire de ce que, en violation de 'art. 32 de
la loi sur les impositions directed, le pourvoyant n'aurait pas
mention le numdro du bordereau acquitt6 de ses droits loca-
tif et foncier.
De son c6t6, la veuve Lagerroy soulhve aussi une fin de
non-recevoir tire de ce que le pourvoi n'est pas, quant A elle,
un second recours A porter devant les sections r6unies du
Tribunal de cassation.

ARa T:
D. Jn-Josephpr6sidant,
Oui M. le juge J.-A. Courtois, en son rapport fait a l'audience;
le sieur Auguste-Victor Fortunat, demandeur, et Me C. Archin pour
les defendeurs, en leurs observations; ensemble M. A. M6rion,
substitute du Commissaire du Gouvernement, en ses conclusions
tendant A la cassation du jugement attaqu6, au renvoi hors de cour
et de proces de la veuve Lagerroy et a la fixation d'un delai moral
pour que les parties produisent au fond;
Vu les pieces, notamment 14 le jugement don't est pourvoi; 20 les
requites des parties; 30 le jugement du Tribunal civil de Port-au-
Prince, en date du 16 d6cembre 1884, qui condamne Mme C. de
Laleu & d6molir un mur, objet du litige; 40 celui du 22 decembre
1885, annule en cassation; 50 l'arr&t du Tribunal de cassation, en
date du 22 juin 1886 qui prononce cette annulation; 60 un extrait
du registry de l'enregistrement h la date du 4 f6vrier 1885 et relatif
a l'exploit d'ajournement, introductif de I'instance;
Vu les articles 22, 69, 148, 169, 172, 411 du Code de procedure
civil et 131 de la Constitution;
Le Tribunal, apres en avoir delib6r6,
Sur la fin de non-recevoir soulevee par Mme veuve Lagerroy:
Attendu, quant A ladite veuve Lagerroy, que la pr6sente instance
n'est pas, a proprement dire, un second recours devant etre port
comme tel devant les sections r6unies, car elle n'a pas Wt6 parties A
l'arret du 2 juin 1886, lors du premier recours entire le pourvoyant
et les 6poux C. de Laleu; que cc n'est que depuis le jugement du







ARRETS CIVILS, No 31. 77
dernier tribunal qu'elle est entree dans le proces, que c'est done la
premiere fois qu'elle figure dans le recours en cassation;
Et voulft-on meme consid6rer son 6tat comme accessoire A l'in-
stance valablement pr6sent6e aux sections reunies et lui appliquer
la regle que l'accessoire doit suivre le sort du principal, le pourvoi,
quant h lle, n'en serait pas moins repouss6 en ce que la regle qui
permit I'intervention A ceux qui auraient droit de former tierce
opposition, s'applique bien au cas of une parties intervient volontai-
rement dans l'instance; mais la question n'est plus la meme lorsqu'il
s'agit de forcer A intervenir, surtout devant un Tribunal de renvoi,
la parties qui s'y refuse et qui n'a pas et6 appelee lors du process
primitif; que, dans le premier cas, la demand est purement facul-
tative: ses effects sont le r6sultat de lavolont6 de celui qui la forme
et qui se prive ainsi lui-meme de la jurisdiction de son domicile,
tandis que, dans le second cas, le demandeur doit s'imputer de
n'avoir pas appel6 d6s la premiere instance la parties qu'il assigned
plus tard pour intervenir devant le Tribunal de renvoi; que, puis-
qu'il lui 6tait possible de le faire devant les premiers juges, il doit
subir les consequences de sa negligence et ne peut contraindre cette
parties de demeurer maintenant dans une instance oh elle n'a pas
6t6 assign6e A temps; il ne peut la priver de la jurisdiction de ses
juges naturels, des qu'elle la r6clame;
Ce qui fait done, quant a la veuve Lagerroy, que le pourvoi est
irrecevable et en tout cas mal fond6.
Sur la fin de non-recevoir soulev6e par les epoux C. de Laleu
centre le pourvoyant, en ce que le num6ro du bordereau acquitt6
de ses droits locatif et foncier ne se trouve pas mentionn6 dans sa
requite ou son exploit de signification et d'assignation;
Attend que la loi du 24 octobre 1876, sur les impositions
directed, la derniere et celle actuellement en vigueur en cette ma-
tiere, ne continent pas, comme pour la patente, la disposition qui
exigerait pour faire admettre une demand en justice, de porter le
num6ro du bordereau acquitt6 des droits locatif et foncier;
Attendu que l'art. 32 de cette loi est sp6ciale h la patente;
Attendu que les prohibitions ne peuvent 6tre 6tendues aux cas
qu'elles n'ont pas textuellement d6termin6s;
Attendu d'ailleurs qu'on trouve au dossier d'Auguste-Victor
Fortunat des bordereaux acquittes du receveur communal pour les
ann6es 1886-87, 1888-89, 1889-90;
Rejette;
Au fond et sur le deuxieme moyen:
Attend que l'instance qui a donn6 lieu au jugement du 22 dd-
cembre 1885, du Tribunal civil de Port-au-Prince, 6tant consid6rde
par une des parties comme un proces nouveau introduit par action







78 ARRESTS CIVILS, NO 31.
principal, et par l'autre parties comme la continuation et lo com-
pl6ment de l'instance au possessoire, il y a lieu de rechercher
quelle est la nature de I'action intentde;
Attend que si cette action est intervene a l'occasion et a la
suite du jugement du 16 d6cembre 1884, c'est que ce jugement qui
a vid6 l'action possessoire content une obligation de faire qui, aux
terms de l'art. 933 du Code civil, peut se r6soudre en dommages-
int6rets;
Attendu que les dommages-int6rets peuvent 6tre demands inci-
demment a une autre demand ou par action principal; et qu'en
outre il y a des cas ofi la parties ayant Ie choix entire Faction pos-
sessoire et action petitoire, il lui est bien loisible d'exercer l'une
de pr6f6rence a l'autre, et cela indiff6remment;
Attendu qu'en g6n6ral un des effects des jugements est de pro-
duire ce que les docteurs appellent actio judicati, c'est-h-dire une
action ayant pour objet l'ex6cution des dispositions qu'il renferme,
action qui dure trente ans, chez nous vingt ans, encore bien que
l'action primitive, autrement le droit sur lequel le jugement a Wtt
rendu, ftt prescriptible par un laps de temps moindre; action qui
estpersonnelle, lors meme que l'action jug6e 6tait rdelle, la contes-
tation formant entire les parties un contract judiciaire tacite qui
produit novation;
D'oi I'on voit dejA que l'action dujugd, c'est-h-dire par applica-
tion ici: l'instance en question, peut etre tout autre que 'action
jug6e, c'est-a-dire ici 1'action possessoire et en appel;
Attendu encore que la nature de l'action se determine par les
conclusions du demandeur, a l'intention duquel il faut particulibre-
ment s'arreter;
Attendu, en effet, qu'il n'apparait pas que l'exploit introductif
d'instance assigned a comparaitre devant le Tribunal civil comme
juge d'appel et au possessoire; qu'au contraire le demandeur a
toujours soutenu depuis qu'il a actionn6 devant le Tribunal civil
dans sa competence ordinaire;
Attendu que dans le doute mime, l'interpr6tation devait etre
plut6t dans le sens de la competence ordinaire, oI le Tribunal civil
a la plenitude de jurisdiction;
Qu'en effet, la pr6somption naturelle est qu'il s'agit de la com-
petence ordinaire quand on dit simplement Tribunal civil, puisque
lorsqu'il s'agit de sa competence, par example, de Tribunal correc-
tionnel, on a soin de dire: jugement dans ses attributions correc-
tionnelles, comme on le ferait de meme pour ses attributions de
juge d'appel au possessoire;
Attendu au surplus que la loi n'a pas voulu compliquer inutile-
ment les procedures ct cr6er des difficulties sans issue; car, si la








ARRETS CIVILS, N� 32. 79
thdorie des jugcs de Jacmel 6tait admise, la demand ayant 6te mal
pr6sent6e soit devant le Tribunal de renvoi: celui de Jacmel, soit
devant celui de Port-au-Prince, il n'y aurait plus d&s lors de Tri-
bunal pour connaitre de action, ou bien il faudrait revenir devant
le Tribunal civil de Port-au-Prince; or ce serait faire precis6ment
ce qui a Wt6 d(jA fait des le debut et ce quo pr6cis6ment aussi cri-
tiquent los juges de Jacmel;
Que par tout ce qui precdde, il est constant que la second instance
intervene A l'occasion du jugement du 16 decembre 1884, n'en est
pas, A coup shr, la continuation dans le sens que veut lui donner
la decision don't est pourvoi, c'est-a-dire une contestation ou simple
difficult d'ex6cution a vider toujours en appel et au possessoire ;
que c'est done A tort et par une fausse application de l'art. 22 du
Code de procedure civil, que le Tribunal civil de Jacmel s'est
d6clar6 incompetent on ce qui touche la demand principal;
Par ces motifs,
Iejette le pourvoi pour ce qui a trait & MA' veuve Lagerroy;
condamne le pourvoyant aux d6pens, quant A elle ;
Et pour ce qui regarded les 6poux Crasmenil de Laleu casse et
annule le jugement du Tribunal civil de Jacmel don't s'agit; en
consequence, dit et ordonne que dans vingt-deux jours, le deman-
deur signifiera ses moyens sur le fond auxdits 6poux C. de Laleu,
qui auront pareild6lai pour y r6pondre, et le tout d6pose an greffe
dans les quarante-cinq jours i partir du prononc6 du present arrit,
pour proc6der et Wtre status come de droit. D6pens reserves.
Donn6 de nous, Dalbemar Jean-Joseph, president; J.-A. Cour-
tois, A. Begnier, Pdrigord, L.-E. Vaval, E. Bonhomme, E. Robin,
A. Andr6 et C. DDjean, juges, en audience publique du 13 mai 1890,
en presence de M. A. MIrion, substitute du Commissaire du Gouver-
nement, et assists du citoyen C.-S. Benjamin, commis-greffier.

N0 32.
Jugement de justice de paix.
Les demands en cassation contre les jugements des justices de paix ne
peuvent 6tre faites que pour cause d'incomp6tence ou d'excas de pouvoir.

13 mai 1890.
DtSIR MAGLOIRE,
Contre MICHELINE JEAN-BAPTISTE.
ARRfT :
D. Jn-Joseph prdsidant,
Oui M. le juge C. Dejean en son rapport fait a l'audience et M. A.







80 ARRETS CIVILS, No 32.
MWrion, substitute du Commissaire du Gouvernement, en ses con-
clusions tendantes a la cassation du jugement pour exces de pou-
voir motive par le moyen qu'il pr6sente d'office consistent en ce
qu'aucune mention n'a- 6et faite touchant la signature des parties
dans leur declaration autorisant le Tribunal h decider sans citation
pr6alable; et aussi en ce que le jugement ne content pas la preuve
du serment pr6alablement prWt6 par le greffier ad hoc qui a assist
lesjuges;
Vu 1o le jugement don't est pourvoi; 20 les requites des parties
pour les moyens de cassation et les defenses; 30 les conclusions
susdites du Ministere public;
Vu les art. 12, 22 et 918 du Code de procedure civil, et 32 de la
loi organique :
Le Tribunal, apres en avoir delibere,
Sur les Ier, 2e et 4e moyens tir6s l'un d'une violation de l'art. 31
du Code rural, les deux autres d'une violation de l'art. 148 du Code
de procedure civil :
Attend que l'art. 918, Procedure civil, n'autorise les demands
en cassation centre les jugements de justice de paix que pour cause
d'incompetence ou d'exces de pouvoir, et que les trois moyens en
question ne sont bases ni sur l'incomp6tence ni sur un exces de
pouvoir;
Sur le troisieme moyen reprochant au jugement un exces de pou-
voir :
Attendu qu'en reality, ce moyen ne s'appuie encore que sur une
violation de l'art. 31 du Code rural, apres avoir dit seulement que
le juge a mis sa volont6 a la place de la loi et que le jugement n'est
base sur aucune disposition de loi, explicitement indiqu6e, veut-il
dire sans doute, ce qui ne donne pas non plus overture de cassa-
tion centre les jugements de justice de paix ;
Sur le moyen invoqu6 d'office par le Ministere public:
Attend que le jugement attaque ne disant rien d'abord qui
montre que la comparution des parties a Wte volontaire et sans cita-
tion pr6alable, vise seulement, dans 1'6numeration des pieces, ( le
( consentement des parties, dit-il, d'etre jug6es par nous en dernier
( resort ,;
Attendu, dans tous les cas, que le juge de paix, il est vrai, proc&-
dant sans citation pr6alable, est tenu de suivre les formalit6s de
l'art. 12 du Code de procedure civil; mais l'inobservation de cet
article / l' guard de la signature ou de ]a mention qui replace la
signature des parties au bas de leur declaration pour autoriser le
juge a decider en dernier resort, cette inobservation constituera
une violation de la loi ou vice de forme, 6tant un d6faut de forma-
lit6 ou de mention, une orhission de constater, a redresser en appel







ARRETS CIVIL, No 33. 81

h I'occasion, mais ne donnant pas ouverture a cassation, au sens de
l'article 918;
Attendu, d'autre part, que de cc quo le jugement mentionnant
l'assistance d'un greffier ad hoc ne dit pas s'il a oui ou non prWte
serment, le MinistBre public 616ve un motif de cassation reprochant
audit jugemcnt, non pas pr6cis6ment d'avoir Wte rendu avec l'assis-
tance d'un grefficr ad hoc qui n'a pas prWt6 le serment exig6, mais
bien de ne pas fournir la preuve de l'accomplissement de cette for-
malit6 ;
Attendu que c'est encore 14 un defaut de mention dans la relation
des formalitds, un vice de forme, une violation de la loi, qui pour-
rait etre relev6 en appel et non en cassation;
Qu'il r6sulte done de tout ce qui precede, qu'il n'y a dans l'espece
aucune des deux seules overtures de cassation autoris6es centre
les sentences de juges de paix;
Par ces motifs,
Rejette le pourvoi form par Desir Magloire contre le jugement
du Tribunal de paix de J6remie rendu le 16janvier 1888;
Ordonne la confiscation de l'amende d6posee et condamne le
pourvoyant aux d6pens.
Donn6 de nous, Dalbemar Jean-Joseph, president; J.-A. Cour-
tois, E. Bonhomme, Alexis Andr6 et C. D6jean, juges, en audience
publique du 13 mai 1890, en presence de M. A. M(rion, substitute
du Commissaire du Gouvernement, et assists du citoyen C.-S. Ben-
jamin, commis-greffier.

No 33.
Exces do pouvoir. - Delaut d'ajournement. -
Cassation sans renvol ni dipens.

Nul no peut Atre jug6 et condamn6 sans avoir 6t6 dtment assign.
Les juges qui ont condamn6 sur une demand produite A l'audience par le
Minister public, sans assignation pr6alable, ont commis un exces de pouvoir.
Le principle en vertu duquel le Ministere public no peut jamais etre con-
damni aux ddpens, est general, soit qu'il agisse come parties principal, soit
come parties joint.
20 mai 1890.
M' J.-A. BORDEs, proc6dant par M"e M. DfVOT, L. DUCIIATELLIEI,
EDMOND et ALBERT tHRAUX,
Contre le Commissaire du Gouvernement pres le Tribunal civil de JHrEmie.

AnRIT :
D. Jn-Joseph pr6sidant,
Oui M. le juge E. Robin en son rapport fait a l'audience; Me J.-A.
Arrels cliils.







82 ARRtTS CIVILS, No 33.
Bordes,' personnellement, en ses observations; ensemble M. A.
Mtrion, substitute du Commissaire du Gouvernement, en ses conclu-
sions tendant a la cassation du jugement et au renvoi a un autre
tribunal;
. Vu lo le jugement don't est pourvoi; 20 les moyens du pour-
voyant; 30 le m6moire du Commissaire du Gouvernement de Jere-
mie en r6ponse; et autres pices du dossier;
Vu les art. 917 du Code de procedure civil et 84 de la loi orga-
nique,
Le Tribunal, apres en avoir d6lib6r6 :
Sur le troisieme moyen pr6sent6 par le pourvoyant, soutenu par
le Ministere public pres cc Tribunal et tired d'une violation du droit
de la defense, en ce que le pourvoyant a Let jug6 et condamn6 sans
avoir 6et appel6 :
Attendu que Me J.-A. Bordes, surprise i l'audience oi il militait
en quality d'avocat constitu6 d'une parties, a et6, sur le r6quisitoire
du Ministere public de Jerdmie, sans ajournement pr6alable et
malgr6 sa protestation, condamnt par le Tribunal civil du lieu qui
( declare que sa commission est nulle et de nul effet, qu'il cesse
d'etre avocat, qu'il n'a aucune quality pour plaider les causes
d'autrui, declare, en outre, surseoir a la plaidoirie de la cause pen-
dante ,, etc.;
Attendu que pour garantir le droit de la defense, il est de rlgle
etablie que nul ne peut 6tre jug6 et condamn6 sans avoir et6 dt-
ment assigned; que c'est en vain que le Commissaire du Gouvernc-
ment de J6remie, r6pondant aux moyens de cassation, excipe de
la quality d'officier ministdriel du condamn6 pour dire que la voice
incident pouvait 6tre employee a son regard, pourvu qu'on ne
decidat rien en son absence;
Attendu qu'il ne s'agissait pas des simples measures d'ordre et do
discipline auxquelles sa quality peut soumettre l'avocat h l'au-
dience, en vertu des art. 94 et suivant du Code de procedure
civil ;
Et que, meme pour une demand incident, faut-il encore pr6a-
lablement appeler et mettre en measure de se d6fcndre, celui qui
n'est pas parties personnellement dans l'instance pour laquellc le
Tribunal est r6uni et saisi;
Or, Me J.-A. Bordes plaidant pour un client, n'itait pas person-
nellement parties en la cause appel6e cc jour-la;
Attendu, an surplus, que les juges de J6r6mic ne so sont pas con-
tentis de decider si le pourvoyant avait quality ou non h plaider
en l'espece pour laquelle il 6tait en audience, mais ils ont encore,
comme il est d6jh dit, prononc6, sans assignation aucune, sur la
nullit6 d'un titre personnel au pourvdyant et lui conferant des







ARTS CIVIL, No 34. 83
droits en dehors et ind6pendamment de l'instance engage, droits
don't l'cxercice se trouve lui 8tre ainsi enlev6 dans touts les in-
stances g6neralement quelconques pour autrui, a J6remic ct ail-
Icurs;
Qu'ainsi le jugement don't est pourvoi est reollement entach6 de
1'cxces do pouvoir qui lui est reproch6 pour violation du droit de
la defense;
Sur les conclusions du pourvoyant pour la cassation sans renvoi
et la condemnation personnelle de M. G. Kerlcgand aux d6pens:
Attendu que c'est bien par l'ajournement, point de depart essen-
licl de toute instance, qu'une cause peut etre li6e centre parties et
attribute aujuge devant lequel elle est portee ou renvoye ;
Qu'en consequence, lA ou il y a d6faut d'ajournement, il y a d6-
faut de demand : l'exercice de 'action pouvant mettre on cause
une parties, manque;
Vu done les circonstances particulibres dans lesquellcs a 6te
rendu le jugement attaquI;
Et attend que l'art. 84 de la loi organique dispose que ( dans
aucun cas, le Ministere public n'est possible d'aucuns frais de jus-
tice, ni d'aucune consignation d'amende n ;
Attend que le principle en vertu duquel lc Ministere public ne
pout jamais Wtre condamn6 aux d6pens, cst g6ndral, soit qu'il
agisse come parties principal, soit comme parties joint;
Et que c'est comme Minist6ro public que M. G. Kerlegand a re-
quis dans le procis;
Par ces motifs,
Casse et annule le jugement du Tribunal civil de JMr6mie rendu
le 27 mars de cette ann6e, au prejudice de Me J.-A. Bordes;
Ordonne la restitution de l'amende, depose ; dit ct declare n'y
avoir lieu h renvoi ni a condemnation de d6pens.
Donna de nous, Dalbdmar Jean-Joseph, president; J.-A. Cour-
tois, E. Robin, A. Andr6 et C. Dejean, juges, en audience publique
du 20 mai 1890, en presence de M. A. M6rion, substitute du Commis-
saire du Gouverncment, et assists du citoyen C.-S. Benjamin, com-
mis-grcfficr.

No 34.
Action poasessoirc. - Motifs succiiicts.
Le peu d'tlcndue des motifs n'est pas une cause de nullit6 du jugement.
Les faits servant a etablir la possession annale sont A l'appr6ciation des juges
du fond.
Le juge, malgr6 la dundgation d'une parties, n'est pas oblige d'ordonner
l'enquite, alors que par les elements de la cause, il se trouve suffisamment
iclair6 sur I'objet de la contestation.






84 ARRETS CIVIL, No 34.
I1 est permis de consulter les titres products et y puiser des 616ments de
conviction pour la preuve de la possession annale.

27 mai 1890.
JOSSELINE-JOSEPII HARLEQUIN, proc6dant par Aes C. CIIASSAGNE
et J. LELIO DOMINIQUE,
Contre BELUMETTE LAFOREST.

NOTICE.
Les parties, voisins limitrophes, sont en contestation devant
le juge de paix de J6r6mie, A l'occasion de I'arpentage que vent
faire opdrer la demanderesse et auquel s'oppose le ddfendeur
qui dit que sa propri6t6 sera entamde par l'op6ration.
Sentence du juge de paix, 3 novembre 1887, qui maintient
la possession de Bdlumette Laforest, admet son opposition et
renvoie les parties devant qui de droit pour la question de
propritd6, co.ndamnant en outre Josseline-Joseph Arlequin d
25 piastres de dommages-int6rets et depens.
Sur l'appel interjet6, le Tribunal civil de J6remie, 6 f6vrier
1888, infirmant la sentence en la forme, et 6voquant le fond, a
maintenu Bl6umette Laforest dans sa possession, renvoy6 l'ap-
pelante i l'actionner au p6titoire, si bon lui semble, rejetd les
dommages-inter6ts, compens6 les d6pens sur l'appel et con-
damn6 l'appelante aux frais de la cause priacipale.
Pourvoi en cassation de la condamn6e qui propose les
moyens suivants:
1o Violation de I'art. 148, Pr. civ., pour d6faut de mention,
dans le point de droit, de la demand de dommages-int6r6ts
formee par la pourvoyante, demande qui cependant a Wte
examine et rejet6e; 20 exces de pouvoir et violation de l'art. 31,
P. civ., resultant de ce que sans aucune preuve, sans avoir
ordonn6 aucune measure d'instruction, les juges ont admis la
possession annale, invoqube par Bdlumette Laforest; 30 viola-
tion de l'art. 33, P. civ., en ce sens que les juges auraient
cumul6 le possessoire ct le p6titoire, ce qui resort du consi-
d6rant dans lequel ils disent que c'est en vue de la possession
annale de l'intim6 sur le terrain litigieux et de son litre de
propridtaire dudit terrain que cette possession est maintenue;
40 ddfaut de motifs, violation de I'art. 148, P. civ., en ce
sens que les motifs donnds ne justifient pas le dispositif ; des







ARRETS CIVILS, No 34. 85

dommages-intdr6ts ont Wte rejetds sans motifs, et la possession
annale qui a Wtl accord6e P'a Wt6 aussi sans motifs.
ARRfT:
D. Jn-Joseph pr6sidant,
Out M1. le juge C. DNjean, en son rapport fait h l'audience du
20 mai courant; Ml Ll6io Dominique pour la demanderesse en ses
observations; ensemble M. D. Trouillot, Commissaire du Gouver-
nement, en ses conclusions tendantes au rejet du pourvoi;
Vu les pieces, notamment le jugement don't est pourvoi et les
moyens de cassation;
Vu les art. 31, 32, 33 et 48 du Code de procedure civil;
Le Tribunal, apres en avoir d6lib6r,
Sur le premier et le quatrimme moyen:
Attendu qu'en r6alit6 la question de dommages-int6rets deman-
d6s accessoirementparla pourvoyante, a 6et l'objet de l'attention des
jugos de JRr6mie ; et qu'aussi les motifs de leur decision se trouvent
suffisamment 6nonc6s au jugement attaqu6;
Qu'en effet, le peu d'6tendue des motifs n'est pas une cause de
nullit6; bien quo concis, le motif touchant la possession annale
existe en l'espce et montre assez la 'pens6e d6terminante des
juges;
Attendu, de plus, que les motifs peuvent etre valablement expri-
m6s dans le dispositif ou apres un premier dispositif du jugement;
ot qu'il y a, du reste, ici tout un considerant a l'6gard des dom-
mages-int6rets, don't le Tribunal s'est occupy s6par6ment et apres
avoir prononc6 sur le maintien de la possession reconnue, et en
annongant la question comme suit:
Statuant sur les dommages-interdts par I'appelante;
Qu'on n'est done pas fond6 A dire qu'il y a d6faut do motifs et de
point do droit sur les dommages-int6rets, par cela seul que les
motifs et la question se trouvent A la fin du jugement;
Sur le deuxieme moyen:
Attendu que les faits servant A 6tablir la possession annale, sont a
appreciationn des juges du fond;
Et qu'il n'y a pas de rapport entire la prttention de la pour-
voyante ct lart. 32 du Code de procedure, don't le sens est non pas
de donner h l'enqukte un caractere toujours obligatoire, mais d'em-
pccher, lorsqu'elle est ordonnee, qu'elle ne [porte sur le droit de
propriet ;
Attendu, au contraire, que l'cnquIte en elle-mome est faculta-
tive; que le juge, malgr6 la dendgation d'une parties, n'est pas
oblig6 d'ordonner cette voie d'instruction, alors qu'il se trouve suf-
fisamment 6clair6 sur I'objet de la contestation:








86 ARRTTS CIVIL, No 35.

Sur le troisieme moyen:
Attendu que le jugement, en disant: ( en vue de la possession
annale et du titre de propri6taire de l'intim6, ) ne fait qu'employer
les propres terms de l'art. 31, Proc. civ., qui ouvre l'action pos-
sessoire h a ceux qui, depuis une annie au moins, 6taient en pos-
session paisible pour eux on les leurs, a titre de propri6taires ;
Attendu, d'ailleurs, qu'il est permis de consulter des titrcs pro-
duits et y puiser des 616ments de conviction pour la preuve de la
possession annale, pourvu qu'on n'en tire aucun argument ou d6ci-
sion pour le fond mmme du droit;
Qu'il n'y a done pas ici cumul du possessoire et du petitoire;
Par ces motifs,
Rejette le pourvoi form par Josseline-Joseph Arlequin contre le
jugement du Tribunal civil de Jer6mie du 6 f6vrier 1888; ordonne
la confiscation de l'amende et condamno la pourvoyante aux
d6pens.
Donn6 de nous, Dalb6mar Jean-Joseph, president; J.-A. Cour-
tois, Robin, A. Andr6 et C. DWjean, juges, en audience publique
du 27 mai 1890, en presence de M. D. Trouillot, Commissaire du
Gouvernement, et assists du citoyen C.-S. Benjamin, commis-
greffier.

No 35.
Rtcusation. - MSoyens de cessation. - Contrainte par
corps. - Cassation partielle par voie de retran-
chement.

En matibre de recusation, comme en toutes matiercs, le demandeur en cas.
station doit presenter des moyens pour appuyer son recours.
La contrainte par corps, prononc6e par l'art. 36 du Code p6nal, n'est pas
applicable en matiere civil; il n'est pas permis a un tribunal de transformer
sa jurisdiction: les juges civils ne peuvent pas puiser le principle d'une con-
damnation par corps dans les dispositions de lois criminelles.
Le moyen pris de ce que la contrainte par corps a et6 prononcee hors des
cas d6termin6s par la loi'est d'ordre public et entraine la nullit6 du juge-
ment, quant " ce chef.

27 mai 1890.
Ontrus-ORIOL ALEXANDRE,
Contre un jugement du Tribunal civil des Gonaives.

NOTICE.
Sur la plainte de Jess6 Leroy Philippe, qui serait son
cr6ancier et auquel il aurait dit des injures et faith des me-







ARRETS C1VILS, No 35. 87
naces, OrBus-Oriol Alexandre est arret6 par le chef de la
police des Gona'ves et expddi6 au juge de paix, M. Ernest
Sterlin, qui, par un ordre de dep6t, le fait 6crouer le mime
jour. Ce qui s'en est suivi aucune piece au dossier ne le dit.
Cependant, environ trois mois apres, Jess6 Leroy Philippe
faith donner citation h Ordus-OriolAlexandre, en condemnation
de cent onze piastres pour balance rest6e due sur avances
faites pour achat de campiche.
Le d6biteur cite fait signifier une r4cusation contre lejuge de
paix et deux de ses supplants, en all6guant des motifs que,
apres les formalities de laloi remplies, le Tribunal civil des Go-
nalves a jugds inadmissibles. La r6cusation a done 6td rejethe
par jugement du 18 novembre 1889 et le recusant condamn6
Ai 50 piastres d'amende et aux d8pens, ce par corps, aux terms,
dit le jugement, de l'art. 36 du Code p6nal.
Pourvoi en cassation d6clar6 au greffe du Tribunal civil
des Gonalves. La parties y declare aussi soulever une suspi-
cion 16gitime contre le Tribunal de paix des Gonaives, et rfpPte
les memes motifs donn6s au greffe du Tribunal de paix pour
la r6cusation.
ARniT:
D. Jn-Joseph pr6sidant,
Oui M. le juge E. Bonhomme, on son rapport fait A l'audience du
20 mai courant; ensemble M. A. MWrion, substitute du Commissaire
du Gouvernement, en ses conclusions tendant au maintain du juge-
ment don't est pourvoi;
Vu les pieces au dossier, notamment: to le jugement don't est
pourvoi; 20 I'expedition de la declaration faite le 22 novembre 1889
par le pourvoyant au greffe du Tribunal civil des Gonaives centre
le jugement susvis6 avec d6pOt de pieces a I'appui; 30 I'acte de
recusation faith par lo mime en date du 30 octobre 1889 controls
trois magistrates susdits don't les r6ponses se trouvent inscrites h la
suite; 40 l'acto de requisition d'envoi h fair au Ministere public
pris le Tribunal civil des Gonaives par le greffier du Tribunal de
paix;
Vu les art. 52 et suivants, 387 et suiv. et 917 du Code de proce-
dure civil;
Le Tribunal, apres en avoir d6lib6r6,
Attend qu'il ne saurait 6tre question ici de suspicion 16gitime A
presenter directement au Tribunal de cassation, puisqu'il y a eu
recusation port6e et jugee a un Tribunal civil don't la decision seule
peut alors etre l'objet du pourvoi; cela 6tant:







88 ARRfTS CIVILS, No 35.
Attendu que nonobstant la forme particuliere du pourvoi en cas-
sation, en matiere de r6cusation, il important n6anmoins que le
pourvoyant pr6sentht des moyens pour appuyer son recours contre
le jugement qu'il entend denoncer A la censure du Tribunal de
cassation;
Que dans l'acte fait au greffe du Tribunal civil, le pourvoyant
n'a pas indiqu6 comment le jugement a contrevenu A la loi, ni
meme simplement cite la loi ou l'article de loi. qui aurait 6te viol6,
mal appliqu6 ou mal interpreted, dans le rejet de sa r6cusation;
Qu'en effet, le pourvoyant se borne a r6p6ter dans ledit acte les
pr6tendues causes de recusation qu'il avait, avant ledit jugement,
d6clarees au greffe du Tribunal de paix, et que le Tribunal civil
des Gonaives, dans la plenitude de son pouvoir d'appr6ciation des
faits, a jugees inadmissibles en ce qu'elles ne pouvaient constituer
aucun grief legal et fonde;
Vu l'art. 924, Pr. civ.; portant que ( le Tribunal de cassation ne
( peut prononcer que sur les moyens pr6sent6s, soit par les par-
( ties, soit par le ministrre public ) ;
Mais attend que l'art. 1829 du Code civil dispose que hours les
cas formellement d6termin6s par la loi, il est d6fendu a tous juges
de prononcer la contrainte par corps A pine de nullite; or, le Tri-
bunal civil des Gonaives, en rejetant la recusation, a condamn6 le
r6cusant A l'amende et aux d6pens, ce par corps, dit-il, aux terms
de l'art. 36 du Code penal;
Attendu qu'il ne s'agissait pas d'amende et de d6pens au crimi-
nel; et comme il n'est pas permis h un tribunal de transformer
ainsi sa jurisdiction, les juges civils ne peuvent pas puiser le prin-
cipe d'une condemnation par corps dans les dispositions de lois
criminelles;
Attend que la liberty des personnel tenant essentiellement au
droit public, Ie moyen pris de ce que la contrainte par corps a
Wtd prononc6e hors des cas determines par la loi, est d'ordre pu-
blic ;
Attend que la nullit6 affected particulierement la parties du juge-
ment portant la condemnation par corps; ce qui fait que, par voie
de retranchement, on peut d6clarer la nullit6 du jugement sur ce
chef seulement, les autres parties conservant leur force par les
raisons ci-dessus donn6es en premiere ligne;
Par tous ces motifs, rejette le pourvoi du sicur Orbus-Oriol
Alexandre contre le jugement du Tribunal civil des Gonaives du
18 novembre 1889, qui en consequence sortira son effet, saufla
condemnation a la contrainte par corps, qui est declare et
demeure nulle et de nul effet;
Dit qu'il n'y a lieu h condemnation aux d6pens et ordonne la







ARRETS CIVILS, No 36. 89
restitution do l'amende d6pos6e, vu que le jugement est annul sur
un point.
Donn6 de nous, Dalbemar Jean-Joseph, president, J.-A. Courtois,
E. Bonhomme, A. Andre et C. Dejean, juges, en audience publique
du 27 mai 1890, en presence de M. D. Trouillot, Commissaire du
Gouvernement, assists du citoyen C.-S. Benjamin, commis-greffier.


No 36.
D6cliCance, faute de dDept d'amende et de pieces.

29 mai 1890.
PRtSINA TIIOMASSIN, proc6dant par Mes SOUVERAIN JEAN-JACQUES
et C. ARCIIIN,
Contre SAINT-JUST PAUL et CELIM~NE PAUL, procidant par Mes J.-B. Petit
et J.-C. ANTOINE.

Pourvoi en cassation d'un jugement du Tribunal de paix
de Port-Margot, rendu entire les parties le 5 octobre 1888.

ARRfT :
Oui M. le juge E. Robin, en son rapport fait l'audience,
ensemble M. D. Trouillot, Commissaire du Gouvernement, en ses
conclusions comme suit : V Vu le certificate du greffe du 8 courant,
( attend que ]a demanderesse n'a d6pos6 ni amende ni pieces A
, I'appui de son pourvoi, je requiers qu'elle en soit dechue confor-
( moment a la loi. Parquet, 8 mai 1890. (Sign6) D. Trouillot ,.
Vu les piBces, notamment : 10 le jugement don't est pourvoi;
20 les moyens de cassation signifies le 22 octobre 1889; 30 les
defenses signifiees le 30 novembre 1889 ; 40 le certificate du greffier
de ce Tribunal attestant que jusqu'A la date du 8 mai 1890, la
demanderesse n'a d6pos6 ni les pieces ni l'amend ;
Vu l'art. 930 du Code de procedure civil,
Attendu quo cet article dispose que a dans les quarante-cinq
a jours de la signification de ses moyens, Ic demandeur devra, a
� peine de d6ch6ance, s'inscrire au greffe du Tribuual de cassa-
� tion, et y d6poser : 1o une amended do cinq gourdes, etc....., les
o pieces a l'appui, etc. ,
Attend que tel qu'il appert du certificate susvis6, la demanderesse
en I'espece n'a pas fait le dpbot exig ;
Par ce motif, et sans qu'il soit besoin d'examiner les defenses
non plus que les moyens, le Tribunal, apres en avoir deliber6 et
sur les conclusions conformes du ministrre public,







90 ARRETS CIVILS, No 37.

Declare Pr6sina Thomassin d6chue de son pourvoi; la condamne
h l'amende de cinq gourdes; la condamne en outre aux ddpens,
allou6s a la some de trente-sept piastres 90 centimes.
Donnd de nons, Dalb6mar Jean-Joseph, president; J.-A. Cour-
tois, E. Robin, A. Andrd et C. D6jean, juges, en audience publique
du 29 mai 1890, en presence de M. D. Trouillot, Commissaire du
Gouvernement, assists du citoyen C.-S. Benjamin, commis-greffier.


N0 37.
Points de droit et de fait. - Motifs. - Appreciation
de faits. - Demande incidonte.

L'omission de prononcer sur l'un des chefs de la demand est un cas rKgl6
par l'art. 416, Pr. civ., pour la requite civil.
Pour l'exposition sommaire des faits et relativement a une exception et fin
de non-recevoir proposes, le vaeu de la loi est rempli par l'6nonc6 de cette
exception et fin de non-recevoir avec renvoi former aux conclusions plus haut
transcrites.
La constance des faits constitutifs de possession et jouissance est une ques-
tion abandonnoe A la conscience des juges du fond.
Une demand incident pouvant 6tre, selon les circonstances, consid6r6e
comme valablement formAe A la barre du tribunal par de simples conclusions,
l'inobservation de l'art. 336, Pr. civ., distant que de telles demands seront
form6es par acte d'avocat h avocat, n'emporte pas nullit4, lorsque surtout des
conclusions h toutes fins mettent le tribunal A mcme de statuer sur ces de-
mandes en mAme temps que sur le fond.

29 mai 1890.
GLEIO ain et consorts, procedant par MC" J. ARcmN et P. LESPrs,
Contre CAsstus GLtMO ami, proc6dant par Me's HOLLANT et SOLON MAfNOS.

NOTICE.

Une action en partage, A la requite de Cassdus Gl6mo
ainu, est engage entire les parties. Mais des biens strangers
A la succession ayant 6t6 compris dans la demand, le Tri-
bunal civil des Cayes, sur la reclamation des ddfendeurs qui
conclurent aussi en des dommages-int6rets et aux trois quarts
des d6pens A la charge de Cassdus, rendit jugement pour la
distraction de ces biens.
Les parties revenues A 1'audience, le demandeur prdsenta
une demand incident en payment de fruits, fixde A
500 piastres, pour jouissance exclusive par les autres h6ritiers.








ARRETS CIVILS, NO 37. 91
Ceux-ci, par des conclusions exceptionnelles et fin de non-
recevoir, combattirent cette demand qu'ils dirent Otre tar-
dive.
.Jugement du Tribunal, 13 juin 1888, qui rejette 1'ex-
ccption ct fin de non-recevoir des defendeurs, dit que la
demand en restitution de fruits est une demand incident,
et vu sa connexit6 avec la demand en partage, la joint au
fond; ordonne le partage, etc.; value a 150 piastres le mon-
tant des fruits don't le tribunal ordonne la restitution A Cas-
s6us Gldmo ain6 par les defendeurs.
Pourvoi d'iceux en cassation de ce jugement, par les
moyens suivants :
10 Vice de forme, violation de 1'art. 148, Pr. civ., au point
de droit; 20 idem, au point de fait; 30 violation de 1'art. 4100,
C. civ., cxces do pouvoir, en ce que la preuve de la jouis-
sance des fruits don't la restitution est demanded, n'aurait pas
dt6 faite par Cassdus Glemo ain ; 40 vice de forme, violation
do l'art. 148, Pr. civ., pour d6faut de motifs et de dispositif
relatifs aux trois quarts des d6pens et aux dommages-interets
r6clames centre Cassdus; 5� violation de I'art. 336, Pr. civ.,
pour avoir consid6r6 la demand en restitution de fruits
comme une demanded incident, qui alors dans ce cas, devrait
etre produite par requcte signifie; 60 violation des art. 69 et
82, Pr. civ., exces de pouvoir, en cc que toujours la demand
en restitution do fruits n'6tant pas incident, mais bien prin-
cipale, Mtait, disent les pourvoyants, astreinte aux formalitks
de l'art. 69, etc.

ART :
D. Jn-Joseph prdsidant,
Ou' M. le juge J.-A. Courtois, en son rapport fait a l'audicnce du
20 mai courant; ensemble M. D. Trouillot, Commissaire du Gou-
vernemcnt, en ses conclusions tendant au rejel du pourvoi ;
Vu les pieces, notamment le jugement ddnonc6 et ]es requires
des parties;
Vu aussi les art. 69, 82, 148 et 336 du Code de procedure civil
et 1100 du Code civil;
Le Tribunal, apres en avoir delib6r6,
Sur les ter, 2. et 4e moyens tir6s de la violation de I'art. 148,
Proc. civ., au point de droit, au point- de fait et aux motifs et dis-
positif:








92 ARRtTS CIVILS, No 37.
Attendu qu'A ]'audience du 7 juin 1888 d'oh est sorti le jugement
attaqu6, les pourvoyants ont conclu 10 par une exception contre la
restitution des fruits pour d6faut d'assignation sur ce point qui est,
disaient-ils, une demand principal et non une demand inci-
dente ; 2 et en cas de rejet de ce point, par une fin de non-recevoir
pour defaut de preuve de 1'indue jouissance ; ensuite et 30 au fond
par un acquiescement a la demand en partage, rappelant, au
surplus, des conclusions pr6c6demment prises h l'audience du
8 novembre 1887 pour distraction de biens qui n'appartiennent pas
h la succession, avec deux cents piastres de dommages-interets et
les trois quarts des d6pens & la charge de l'adversaire;
Attend que, contrairement a la pr6tention des pourvoyants,
l'ensemble du no 8 du point de droit en question disant: q que
( decider des fruits don't Casseus G16mo demand la restitution ,,
et du no 5 qui avait d6ja dit: o que decider de la fin de non-rece-
a voir soulev6e par Me P. Lespes n, pose suffisamment et 4 tous
regards la question touchant les fruits, c'est-h-dire une restitution A
faire par qui serait reconnu en avoirjoui indfment, question im-
pliquant done la preuve de cette jouissance indue;
Attendu que les trois premiers numeros posent 6galement la
question sur le droit de former une demand incident en l'espkce,
sur la condition g6n6rale et sur le caractere particulier de cette
demand ;
Et quant aux dommages-int6rets auxquels se r6fere aussi le qua-
trieme moyen:
Attendu que, tant au point de fait qu'au vu des pieces et dans les
considerants du jugement attaqu6, ii apparait qu'un precedent
jugement en date du 15 d6cembre 1887 avait djha prononce contre
la parties de Me Hollant, defender ici, la distraction des biens que
Cass6us G16mo avait compris dans la demand en partage, quoique
strangers a la succession;
Que c'est done plut6t lors de ce jugement du 15 decembre, que
le Tribunal avait A s'occuper des dommages-int6rets et trois quarts
de d6pens, if est vrai, rappeles le 7 juin 1888, mais surabondam-
ment sans doute, puisqu'ils avaient et6 r6clam6s A l'audience du
8 novembre 1887 comme accessoires a la demand en distraction
de biens, et que de ce dernier chef est sorti jugement au 15 d6-
cembre 1887 ;
Qu'il n'y a done pas lieu de s'arreter ici a ce qui, dans tous les
cas, ne serait qu'une omission de prononcer sur l'un des chefs de
la demand, cas regle par l'art. 416, Proc. civ., no 4;
Attendu. (2e moyen) que l'art. 148 n'exigeant que l'exposition
sommaire des faits, le voeu de la loi est rempli par l'6nonc6, tel
qu'on Ie voit au jugement, de l'exception et fin de non-recevoir,







ARRETS CIVILS, NO 37. 93
avec renvoi formel aux conclusions plus haut transcrites; on voit
parfaitement de quoi il s'agit A cctte phase de la procedure;
Sur le troisieme moyen pour violation de l'art. 1100 du Code
civil et relativement h la preuve de la jouissance des fruits :
Attendu que la constance des faits constitutifs de possession et
jouissance, come c'est ici le cas, est une question abandonn6e a
l'appr6ciation des jugcs du fond, de la seule conscience desquels
it depend de d6cider s'il y a pour cux insuffisance de convic-
tion;
Qa'il faut done on induire qu'ils ne sont pas du tout obliges de
demander encore cette preuve, lorsqu'ils trouvent d'ores et d6ja
dans los faits du proces, et qu'ils le d6clarent, des 616ments suffi-
sants pour former leur conviction;
Sur les deux derniers moyens, pour violation de l'art. 336 Pr.
civ. (5e moyen) et des art. 69 et 82 (6e moyen) :
Attendu que le Tribunal civil des Cayes a pu, sans sortir du
cercle de ses attributions, appr6cier et reconnaitre la demand en
restitution do fruits comme incident a l'action en partage, A
laquelle elle se rattache, avec laquelle elle a identity de cause et
d'origine; que le Tribunal a pu aussi, et par 1'effet des conclusions
rnmmes des pourvoyants, joindre une fois l'incident au principal et
decider sur le tout par le meme jugement;
Qu'il cst A remarquer, en effet, que les pourvoyants, qui pou-
vaient sur cetto demanded incident, so borner a conclure soit au
renvoi pour les significations necessaires, soit h un d6lai pour
r6pondre, soit a une communication de pieces, s'il y avait lieu,
soit encore au reject pur et simple, en se r6servant de rdpondre
ensuite au fond et sur la demanded principal, les pourvoyants qui
le pouvaient ainsi, ont au contraire conclu A toutes fins : c'cst-a-
dire, comme il est dejh rappel6, d'abord par une exception qui
contest le caracltre de la demand incident, ensuite subsidiaire-
ment par une fin de non-recevoir pour d6faut de preuve de l'indue
possession; et enfin par des conclusions formelles au fond et h
l'elYet d'acquiescer A la domande principal; ce qui montre que les
pourvoyants ont eux-memes demanded et consent que le Tribunal
civil jugeht une fois, en la forme comme au fond, dans lc cas oi il
trouverait qu'il n'y avait pas lieu d'admettre l'exception ni la fin de
non-recevoir;
Or, attend qu'il est bien admis en jurisprudence que, selon les
circonstances, une demand incident peut 8tre consid6r6e comme
valablement form6e a la barre du tribunal par de simples conclu-
sions : l'inobservation de l'art. 336, qui porte que de tells
demands seront formBes par actor d'avocal A avocat, n'emporte pas
nullit6, lorsque surtout des conclusions h toutes fins mettent le tri-




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs