Citation
Bulletin des arrêts du Tribunal de cassation

Material Information

Title:
Bulletin des arrêts du Tribunal de cassation
Added title page title:
Bulletin des arrêts du Tribunal de cassation rendus en matière civile et criminelle
Creator:
Haiti -- Tribunal de cassation
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publisher:
Impr. nationale
Publication Date:
Language:
French

Subjects

Subjects / Keywords:
Law reports, digests, etc -- Haiti ( lcsh )
Droit -- Jurisprudence -- Répertoires -- Haïti ( ram )
Genre:
law report or digest ( marcgt )
federal government publication ( marcgt )

Notes

Dates or Sequential Designation:
Began in 1856?
Dates or Sequential Designation:
-exercice 1948/1949.
Numbering Peculiarities:
Some years issued in parts.
General Note:
At head of title, 18<89> 19 : République d'Haïti.
General Note:
1891 has imprint: Paris : Marchal et Billard.

Record Information

Source Institution:
Library of Congress Law
Holding Location:
Library of Congress Law
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
648674465 ( OCLC )
Classification:
KGS70.2 .H35 ( lcc )

Full Text
This copy of a rare volume in its collections,
digitized on-site under the
LLMC Extern-Scanner Program,
is made available courtesy of the
Library of Congress




I S.0 o Class LA Book




1)'Ut-ifiETIN I)- jS A RRIJ I)U
TRIBUNAL DE CESSATION
ANNtE IL900
RtDIG12: ET PUBLI]t PAR
Alonsiettv le SiMiatemANI:IEN C.O.M.MISSAIRE DU G()LTVFFtN,.MEN'r ET JUGE DI-T TBIBI-NAI 12VII,
PORT-AUTRINCE
I MPRIM ERIE AUG. A. HLRAUX
751 RUE HU PORT &-, 70, RUE DU PEITIJL, 19-06.




1, 1 D E I 1Tf, Ec-ALITL FRATERNITf;
Republique d'Haiti
DES ABBETS
D u
TRIBUNAL DE CASSA1 ION
SECTION CIVIL
-No lei'
SURSIS POU11. FAUX ENCIDEVr cj *11..
NULL[Tf, DE PROCtDURE : WTAUT DE QUALITY
11 )t'!/ rt pos liell (Poblrair lo" slvsi., fi, 1'e."wolen dall Polo,111)i ca q'inscrovallt ('11 / aa.r coatro 1'exploit de sl 1plification f1c.,; oloyms de cassatio". dont les clloaciatiolls sont shic6res
0 ,uffismiles d, so, v.alidii.I
bt lbi-de-noarccevoir Urie da 1zfaw de ptalilf", pottvant Ore haloqtWo ca tout clal de raitv, )i(, Iev)-a pas Ore coofontho, (torc low )1101W de SWql, ptible, (lit conty
tictre coliverle Par twe (Iffewse (tit fom/
P(WRV01 DES SIEMS 1,, 1--T C. STEIILIN.
Oifi. A I wullonce (lit 9 1;mviov ro;irml, Monsieur le hiae
(,it _on j*,,p1jt)jj, Mk(- Michol-Orosto on se,. ; obsolVittioll-, Alonsielli, Dallphill, (Aom tit kstire (11.1 GOLIvernement cil Scl. ;
Vu 10 Ie jii(Temont attaqno, 2, 1' !-, o de I-It Uclaration de




2
pour\,oi, 3, le.3 r-quOte, des parties, "0 1,-; -,Aulroi picGc-) prodnites ,
SLII' la demanded de ,ursl,; pro(luite pm, les d6fenfleors, A cause d'inscripLion de faux :
Vn I'arficle 215 dii code de procedure civil.
Attendu que les d6fendeurs 011 CiUS'AIOII denVIM10111 dO Surscoir, A shLuer sitr le-! moons dij pourvoi, ce
qu'il soit stutu6 stir le re'et (it., la signification de ces moyons, sequel est I'objet d'une Instance ouverte devaiiI cc trihun'll ;
Altendu qcie les (161'ell(IOL11-6 pr6Lcnderit que les, 6nonciations relative.; (( au parlanL -,i do 1'exploit de sianification, du 23 1106t 18997 Sont fZILISSes 0
AftendU ([LIC les 6nonclations vis6cs do 1'exploit sont ahisi con ues ii signfli!' ot hks6 copio ILI\,', siem's P. Krause
eL Cie, deimUrai]L -,ILI\, Guiiaives, on lour mason de commerc en parkmL ii h personnel clo sieur Paul KI'ULIS'e, lour principal associ6, ainsi dklai-6
ALLumill (1110 Id I ILOO 11-Sp('diOll de h 1)* 'O SUML POLII' (16 montrer qu'clie e. sitj& rc, en cc que Paul Krause Ini -m6nle a pris cette qualiL6 do principal. assuci6 ; ([Lie, dans cc cas, elle est main(enue cornme vraie au process.
Par ces moLirslo rejoUe la(lemando d'inseription
et par suite, la demanded de sm-,,is.
Examinant les moyens du pourvoi.
Sur le 2c moyen : ,
Vu I'article 171 du code de procedure civile
'Attendu que les ntillit6s oyant trait A la qLWH16 des parLies constituent tie v6ritabjes lins-de-non-recevoir propos;i1) es en tout 61at de G Wse et JUVILIelICS tIO S'appti(1110 PIS I'article 171 pi,66(6 sp6clal nw. nullit6is do proc6dnre ;
Attend quo, CC)Ilklil'Offlellt ( t cet(c r6gle, le trilmnal do commerce de,41011aives so b,-ISIIIt SLII' cc ;7 queles sieurs L. et C'. ;Lerlin, ayant conclu d'abord centre mic nomination Warbi(re ne pomiiient valablernent dire que les sicurs P Kr nise ot CO Wout pas (InA46 pom, poursuivre le r6glement Wime associatioryl d6chir6 inadmissible leLII' exception et les a d& bout6- de leirs Iiiis et pr6tentions : on quoi, le trilimml a fait uno fausse interprMmion et une fmisse application fle ]'article 171 do code de prOc6(j(jje.
I'ar ces inotil's, Ic TrIbma]) ;tpv s en "Ivoll, d6hl)61. salis avolr bo -oiij Texaminer le premier moyon, casse*et anmille le jugemew dn lrihmal de commerce des Gor,'*k' ell (I;'[(du 3t killed l(899, renflu on(re 1). I rmse eL C,,(! et L. ut C. Sterling ; ct, p')1W SI.U L16, COIII'orm(' IIICIII A ki loil ronvoif" la cause ut les partic.s deviant le tr1hum11civil de Saint-Marc,




DL TBIBUNAL DE GASSATiON
Jugeatit on zDe, attiibutions commercials ordoniie la reprise fie I'amende Uposec et condamne les sieut's P. Krause aux d, peiis liquid6z, A ka son'ime de P 57.10, avec distraction an prulit do Me NIH.,IwI-0reste qui affirine en avoh, fait Yavance, k co, non-coin pvis le. coOt du present arrdt.
Donn6 de 11OLB, Ernest Dorihomme, vice-pre'sident, Laroche fils, 11. llyppolitejlourjolly et F. Barolljuges, en audience publique du I I J.inviet- 1900, en presence de MOnSieUr E. Dwiphin, Commissaii'e dL1 GOLIverneinent et assists de Monsieur C. .L"et)iamin,(,.ointnis-crt-effiei-.
No 2
DEU-WATION POURVOI. SIGNIFICATION DES MOYENS DE
CA,--4AT10.N. D1'_-'LA1 D1,1- i)jsrA.NC;E. -- MANSE EXPLOIT A UN
Df-rECTUOSITf, DU POINT DE DROIT D'UN JUGEAMENT.
L'S (Uoi,5 do (list(mce (tjoiWs ti la haitaine fix e pour la (1."Chwulio'l depourvol Cz CaSS(1/1 On emp&hent Xencoariv auE4 whtble a it o-ploi. rctifis d Vemployj wt serviletv trollCL. (htii.5 ime mm'soii oi il ii'cs" p(t.5 okessaire qu'il habile e) ccile qaOi1j.
E's, )wt le.ptyeineit (Iont le point tie (.1roit a owis de poser /a qtlestion ) Chtlive (title de )Cos.
POURVOI DE'i SIEURS OTTO SCHUTT ET Cic
00i, Lt 1',tUdience dy 9 janviei courant, 'vlonsieffl' 1C jUge Polinx Hyppolilke, en on rappoil, Me., J. L, Dominique Pour 10. flf_'MH idetir.l ct A. flonamy pour le d6rendeLW, MOnSieffl' 1%. Ditophin, Cominissaire (ILI GOLIVelDement en ses covcluVU P le .4111-0111ellt attaqiA ; 2, Vacte de la d6clat-ation de Im li'voi, Y' 1'C(j11MeS deS Piflliei, li,- les autres pi6ces- pro(Illik's.
Sur 11a pr6senL6e A Ja barre
Vii articlecle 92"') du cole de, 1-woe6dnre civil :
Atlel' ILI I i, 11o ir f:ilt r6sifltel' Line, d6ch6ance de (.0 (1 le le.4 (q;mt fait leur (160-aration de pourvoi
li 12 hill'A 1,810 ol, oat I OL signifier teors moyens le 2)"1, (ILI (111, ill )1'., 10 i lillet, 11,; 61,6010 hoi -; &.i d6hai de huitaine pour Ce hill.e '
Atteii h; qiw, Vztvtici(, 929 dii co-le de pi'oe6dUt'e, en Prescllivmt le I&J fle Imitaine; A p wlit, de kt declaration du




I HUI LEJIN DE'S Alilif-A'S
jk),J'V0i, POLIII la sigilif112 Ihon Illoyells 'IC C i iA iull, little 1111 joill. pour chaqueeinq Icues (110 distance, Ile Pennet P"(s A pi-ononcer la d6cheance invo(IlIeLl (P1,011 Oct, les Sileffl'S Mto Schutt et Go demeurenl[ aill Cap-HaRien eL le citoyen Wwoslli6nes Sylvaln wi Poit-de-Paix, soit Line disLmiee lie
lietips teirestres, il y avaiL i a 100(]V SiX j0III'S aLl dAli dC Imilaiffil, ce (Ini lom- lonn-iiL qoatcii-ze jours qui, ajont6s aLI l2 JuilleL, date de lem- d6chrution de poiii'voi, lem- permulkiiciit de raije lem- slgrnificahon le 2G du diL mois -, que, 1'oyatit J'Ate le 21,, ils 6taient dans Ie d6lai lerfal : Toft il smt 1JLI'i1S 11'011t INIS elIC01II'll la dMi6ance.
Slit- la 2c (lit de lion -rocovoh, v6sentee darts Id roqn6le
Vii I'm-Licle 78 dii codo de procedure civil
Altellda qu'il v6sulto dos terms de Particle 78 (lit eud e
de pi-ocediwe civil, (Iti'd West pi n6cessaire que le setwitem', complable de ]a i-wison de commerce du destin-itaive 110 F \1)10i" 11,1bitO "AVOC Illi, 111'il ,Llffit (11.111 se troupe au domicile de cc dernier, lojsila'a lieLl IA remise de ['exploit ;
\1towlij atissi (lite la copic (I'mi exploit petit volablement cliv ieniise un des cotmui de la parties az signee AtLCWILl qii'il en a 616 ainsi (Jai-is 1'esp6ce ; ;D que I'huissier zi i em- la copio to. Exploit de signification des moyens de c;Is,,;II loll III Wroo. tlj6ne-s SvIvain, en son 6tude lie notaire, en parlant 'i ]a poi-somie de sort comparable, Monsieur Alix Tiplinine, : (liCil s'en suit que FexploiL ti'est pas Irlul.
Par ces mAils, le Tributi,-il tejel[te les deux fins de-DonI,( Cf,\ oic.
SLII' la 2c branches 'ILI premier moyen
Vii 1* wticlo I it8 (lit code de pi-oc6dure civil
Attond!i (Itic ],I menti.cin des points de droit dalls les ju( 0111(11.11s 0A proscrite a peille lie IIIIIIiI6, Par I'article 11,8 (Im, lo judgment altaqti6 a omis lie posei, la question relative iii t de cowhimiatimi aiix d6pens, ce (ILIi 10 rend UU1.
F;ii- ces motifs, le Tribunal, apr s cn avoil- d6lih&6, sans avoii, bc, oin (Ve\aininer l1us al.)(ITS bralIC1108 et lyio 'ens, casse Ot '11HIL116 10 '()'-'OM P lit (114 Il'ibLI11,11 CiVil (10 Poil-de Paix, ell li IIC (lit '):)' 111,1i 1899, retAti ellti-C IeS Siel.ll'-, Otto SCItutt et Co et le citoyen D. S.ylvain, notaiie ; ordomic In 1-01-nise de I"Imelld" d(l)(I"00, f('1IiV0jo 1,1 (-Ajl ,( (q les pai-lies dovaiit le it i1mm "ll (,I\ 11 fill polir 11'e
a ja lo', Col)(1,1111
tie 10 Si( Lll' D \'IVaiII M IX di"P('11S
L( Sm illm de 1'. io Iliplis In Cocit dtl III
5 --), o I c C, iloll-co I v,
001)10'1 11C 110LIS. F"I'llOSt I-(M 11011111110, VICC Iff6sidUllt, Immche fils, 1'. H yppolitf" I"ollij(dlyet 1". I'Lil-on, jilges, ell ;m dw wc pohlopw du 11 jmvier 1000, cii presence de Mon-




DU TRIBUNAL DE CESSATION
sieur Danphin, Commissaire dii Gotivernement et as: i:,Itls de Nfoiisienr C, S. Benjamin, commis-o-reffier.
No 3
CONSEIL DE FAMILLE : COMPOSITION : NULLITt .
DESTITUTION DE TurEUR : MOTIFS.
JUGEMENTS N71SA DES P.EXES.
Les civeonstances qui 1mivent donned lieu d piouonce,- la 10111ite d'un comeil (le famille solit laiss6 (i la sagesse et aux lumi&es des premiers 'htges : elles flhappeat A la censure (lit Tribunal de Cassation.
La (Icstilution d'un latem, devra Ore molivie, cowim tout
Ce som les pieces sur lesquelles les parties oat cowlit et qui* ont ensuite sevi de buse wt jztgewemll, q(i'il est essentielpoiw les lages de viser speeialement, pour hi. validity A leur diciSion.
POUHLVOI LIN CESSATION DE mo.Nsiixit EUC- -,NE 1)oi)f,-.-r
LE TRIBUNAf,
Oui, A I'audience du lit, d6cembre dernier Monsie;ir le Juge Bourjolly, ell Sol) rappol't, AMC sololi N16110s, on so i observations, lHorisieur L. Doni -, S;J (Lit dii CmmissrMlo d LI G-ouvernement en ses conchisions
v LI 'I-) le jUrtemeW. uttaq;i6, 2-) 1'acte de ki d6chi'ation (to pourvoi, 3,) les requOtes dom parties, iv) les mitres p i C, e s prod u i tes.
Sur leler moyeii du pourwi.
Vu les articles 337 et 0312 (ILI CO(b2 CiVil Ot 'I IS LIU Code de proe6dure civil :
Attend qLle Farticle 337 CIL( code civil dispose ([Lie le con ;eit de famille sera compose do juge de pa i.K e t
six parents ou alli6s, MOiti6 (ILI C6t6 paternel, moifid dii c6t6 maternal, ed suivant I'ordre (to proximilA dati6 ehaque ligne qu'A dffaut de parents, le Conied sera coinpos des amis que Particle3l,2 du m6me code, dan-i son (] -U.66ine atin6a, prescrit que, la presence de.,; trois quarts de,4 inemI)res convoqu6-, sera n6cessaire pour (lite to conswit il6lib re ;
Attendu que des six member; c-bnvopi6--O po;ir hi r wm)ll du Conseil de rai-ndlo cl, la mineure Etnint flod.a, les -sm"1011-1 ,ILIStifl Capi,6 Staco, parent et le sieur Job Ifogarth, ment parent et eii ai6rne tempi tuteur, ont rerus6 (,to prendre part A la de'lilAration et au vote ; (111e, dans ces coudltions, le Conseil de famille s'est done trouv6 en rninorit6




6 BULLETIN DES
PQ[11' deStitt-lef IC W tet.)V, PHiS(Itio ja lul le 110111lat. de cinq memhres convoqu6s est 116cossaire polli. h 11611 bc I 't. tioll et le vote :
Attend qUe to tribunal civil de Pork;m-Prliit,( ;i ain--;i ]Llce ; que si I'article 337 n'esL pas prt scrlt A peine it(, willite, 10 tribLimal avait plein potivoir POLIV Ij1f)fk iPI' IC-; Citconstances (Ini on[ pu modifier la compositimi 1'6 'H116VC 1IL1 conseil de fainille : (lite sa d6cit ion 6chappe (Imic A tolitc censure : (I'Oflil Stlit (ILI'iI IVY (a eu nikatisse lnicrpr6t'itlotl CL fausse application dus at tiles :337 et Vit-2 (It) code ck-11, tit violation des articles 37 et 31-2 du code ci%-Il, tit \iokilion des artices313 du I-D6tne code et HIS (ILI (MIC tie PI'0(6dure. Civile.
Sur lq2c moyen
Vu les ar tiles 358 do code ck-il-,, 'H8 (11.100110 (10 IWOC61(110.
Attend (ILI'aux terms de I'article dU COde CiViIjOllte (161iUration (ILI consell de famille clid prononcerk I exclu. ion sera 11101k,6e ; que colle regle OLI la destitution du tl.I[CLIV Z)
(ILI code civil ne SaUrait Ore mohis I'i('OLIITII',U (1-He C0110 (11.11. lui est identique A l',article 118 du code de pi-o(,6(lare Civile, P1.1isque, on peLIt rapper le tuteur, injiistcme jt, d'Olle inesure d6shonorante centre laquelle it a son e a
I-CCOLIPS, d V, htle..; tribun.'11LIX
Attend qu'il est constant par le jurrement attwln (ILie ]a Nclaration du Conseil (to famille de la mlnem'e E.miim I;o(let West pas molk6e, en cc qui concerted la destifl-lt[Oil de Job floaarth comme ttilet-Ir que, cependant, co counsel avait pout, devoir de dire en quoi consistaiL Finfid(di[O reproch6e au tLiteur par le SUbl'0116tLiteur, raisonnei- eidill Sa conviction ; que, cc d6raut de Iflotifs en pr ,sence (Ics acles qui prouv-aient le contraire des faits expo 6. par to tuteur, devait entrainer )a nullit6 de la d6claration ; (ILI 11 ]a pron ongant done, en la forme el an fond, le tribLI11111,10ill de violet les articles 358 du code civil et 148 (111.1 code de proc6dure eivile (n -I fait plut6t une sa-Ine ,ippllcation,sans FaLls-ement interpreter les articles 34;5, 362 ot ',)'65 du code Civil, ni violet encore les articles 355, 376 et 696 dti imme code.
Sur le 3c moyen :
Vu I'article '148 du code de pl'OC6(]Lll'e CiViIO
AttendU qUe si I'at ficle -148 prescrit anx PrICS defai]T. Mulltion, dans leurs jugernents., do,.., pieces produitoi [)m- les parties, la Jurisprudence a cons-azr6 que. le Le'gishteur tend que le visa des pikes principles ou essentielles it C, sparrissant (to I'appel d'unc d6lib6ration do counsel de I.Imille, la seule pike ayant, cc dotible caract6rec'est le pt'o&s-\'Crba1 de la d6lib6ration;




DU TRIBUN.A I DL CASSAT (ON 7
Attend clue le jurrement attaque fait niention de cette piece, parini les sept p;6ces on series ties pikes, 8o foule WZILItres pi6ces au dossier; (lifil est certain, que tout cc qni 6tait principal et essenhel a M vu par les juges, et qu'il est do pr6sornptiOll Llue tout ce qui e:5t ziccessoire ou peu utile, I'a dt6 aussi, cc dont on He [)C Llt leur faire aucon I'ePrOC'I(': (ILI'it s'en Suit (1011C que i'm-ticle t-18 W(a pas W V i () 16.
Par ces motir, le til'ibLitial, api-6s en avoir d6lib6r6, rejette comme inal fon(16 IC j)OLII'VOi (ILI SieLlr Eti"61le flodet, centre le. jhicremem dLI tl'ibLinal civil de Port-au-Prince, )endu e Iltj'e lui et monsieur Job Hogarth, le preinier subrog6-tuteLIr et le second MeLlr ; 01'(1011[10 lit CO!IfkCatiOli de I'(,,Tmende d6pose'e eL condamne le SieUr Eii;(,,; i;e Bodet, es-qualil:6,
Wx d6pens li(ILli-'68 A la somme de P. et cc, non comprise le coAt dd present arr6t.
Donne de 11OLIS, Ernest Hoehonime, vice-pr6sident, Nriclol'd, Pollux Ilyppolite, Bourjolly et 11'. Baron, jLl, CS, en '111dience publique (ILI 16 janvier '1900, on presence de Alonsieur Ein-nanuel Ghancy, suhs(ittit (I LI Commissaire (ILI Government et usilst6s de Monsieur C. S. Benjamin, con-I mis-crreffier.
No 4
'10LATION ]DU DROIT DE LA Di-FENS-E. E'Xc.ES 1)1 1'OUVOIR. JUDGMENT SUR iPIS FINS, DE, NON-REGEVOI Ilk.
La fin de non-recevoir oppose d. une (lemande on justice doit 't)-e Xabo?-d juge'e.
11 y a violation da droil de ht difea-se el excZm de poitvoh 1o)-sqzi'-i1 est statitj att jond sans catewl) e, d cet Jyard, la parties et avanl meme de resomh-e la fm de non)'ecevoz I- qzt It elle PI-Opose.
LE TRIBUNAL,
Ou*i MonsieUr Laroche fils, en soil rapl)ort Alotisieur L. Denis, sabstitnt Liu Commissaire dU GOLIvern,,ment, en ses conclusions et apr s en avoir d6lib6i-6 en la cliambre (ILI Conseil
Vu 10 le jucement attaqu6 ; 2() I'acte de la de'daration iti pourvoi ; 3,) la re(IL16te dLi demandeul'; 40 les autres pi ces par ILli produites
Les d6fendeurs Wont pas d6pos6.
Sur le moyen unique du pourvoi
Atten(lu que les exceptions p6remptoi.-es dLI fond doivent




8 13L 1 1111-11.N M.'s
6tre examines (,( ju-6es avmL toute d6fewe m fond
AttelIdU (ILIA I'acbon en r6soltition de coi I rat 0[ ell p liument do valounst diricr6e par les sieurs KaYner & Co conlre le sieur Cic6ron St-ALI(le, CelLli-Ci oppose 1'excopLion non bis in idem ;
Attend qUe le jLlffeinent attaqu6 rappelled dans Sol) (ILMtri6me motif cetie, fin de noti-recovoir e! statue au Fowl aiis Favoir r6solue et, saw, que le d6fendeur ait 61.6 invi16 a plaider aLl 1 011d : d'Oft MIC ViOhtiOll (ILI (11'04 (10 lit (1(. fenso et un exc s de POLIVOil';
Par ces motifs, le t6IJUD.11 OS ,O 01 anwile le jugetnent du tribunal civil du (.itp-11aitien, eii dale (Itt 21. avri Z I ) 1899, rendU 001-0 Jes sieLli'S Kainer &, Co et le sietir Cichon StAude, ordonne la rennse de Pwriende d6pos6e, rcrivoie la cause et les parhe,,4 (lev&nt le tributizil civil des Gonalves, pour 6Arc- statn6. conform6ment i't ta loi eL condamne les Sie[JI'S K,lillef & G) IUX (16PODS II(jL1id(*S t la SOMIM dC 1). 3li.. 557 et ce) 1-101) COIIIIJI'iS 10 C0171t (ILI ff6Sellt 11171'0t,
.60111)6 (IC 110LIS) Ernest Bonlioninie, vice-pr6sidenL ; 1,aroche fils, P61'igord, POIILIX HYI)POMO e( F. BUI-011, en audience PL1IjIiqLR3 (ILI 16 janvier '1900, en preseiiee de MonsIeUr Emm. Chancy, subslihit, du Cominissaire du Gouverneinent et assists. de Alonsieur C. S. Elenjamin, cornmisgreflier.
No 5
PATE.NTF EN JUSTICE ,- W]LAT Dr I,'Acrj,- w.1'cjA*RATIF Dl-'
POURWI F-IN CESSATION : ENREGISTRE-MENT. MANDAT DE, CAVOCAT DE SE POURVOIR.
JUDGMENT: POINT DE DROIT.
11 suffit tit la parlic A presenter i't la barre sa patent pour remplir le mxzt (le la loi.
Les trentejours exitlis att (lemamleitr en cessation pour J-aire sa (leelaration, parth, A la signification (lit jitgt inent d;aonc4; scrow coinpt s avec la (late md)ne A la (1,!claraiion de potirvoi C/ non allee la (late A Venregistrealent.
Lorsque (lans ectle dMaration fail (tit groffe. Ic greffer a fait mealion (lit waiidat tic Cavocat de se pourvoir, it est A prMowption que ce mandate a passt' sous les yettx de cet offlCier Iniblic. I
Le man(lat A se pourvoir peul-il elre do7wil par la parole tPell'baleweat ti Pavocal?
Le jitgcmenl esl mil si son point (le (Iroil ne renferme pas




DU ThIBUINAL DE CESSATION 9
ptestioas agilies par les parties dans lears coachtions qui c0vi)iinent le mandate des juges.
POURVOI DE LA DAME N7EU-VE PIERRE BEMIIET E.
LE TRIBUNAL,
OLI'I Monsieur le juge NrigorA, en son rappok Ale So,on N16nos, en ses ob,,;ervations; Monsi( Llr Edmond Dauphin, CommiSsaij e du Gotivernement, en ses conclusions
VLI 10 le ",irgement atlaqu6 ; 2o Pacte de la d6claration dU pourvoi ; 3o les reqL[6tCS des parties ; 40 la patented de ]a dame Berrettel sp6culatrice, pour Pann6e 1896-1899; 50 les aUlt'es pieces produites,Sur la preini6re fin do non-recevoir
Vu. Particle 32 de ]a loi sur les. patents
AtIendu (JUe confortnernent aLIX prescriptions dD 2" -tlin6a de Particle 32 do la loi sur les paLentes, la danv veuve t3erveLte a pi'OdUit aU tribunal sa patonte do sp&uiatrice pour 1'exercice de sa procession durant. Vann6e 1898-1899, au cours de laquelle elle a introdait sa demanded en cassation ; que cela 6tant, 6ette doinande est. recevable
Sur la ')e fin do non-recevoir;
Vu les articles 922 et 926 du code de procedure civil; Attend qu'aux terms des articles ci-deSSLIs du code de procedure e civil, les parties ont trente jours pour faire lour d6claration de pourvoi A dater de ]a signification du jugement d personnel ou domicile, et au greffe du tribunal qui a rendu le judgment;
ALtendu que la dame veuve Pierre Berrette s'est conform6e aux prescriptions dei articles sus-6nonc6s, le judgment. lui ayAnt W signifI6 le 8 d6cembre 1898, 'et sa d6claraLion de pourvoi ayant W faite au greffe du tribunal de commerce de Mr6mie le 7 janvier 489F;
Attend que la mention de Fenregistrement dat6e du 9 janvier suivant, ne PeUt 6tre op osee a ce pourvoi l6ralement fait dans le d6lai fik6 par ]a roli, PLIiSque cette mention ne fait que confirmed ]a date de Vacte public, la declaration Lie POLIrVOi regue par un greffier n'6tanL pas un acte sous signatUrC priv6e qui n'a de date ceitaine (lu'A computer du jour de sa mention au registry ;
Attend, en ce qui concerned le mandate. donn6 A Pavocat pour se POUrvoir, que sa mention dans Pacte d6claratif fait pr6sumer qu'il a pass6 sous les yeux du greffier; que, d'ailIeUrs, le mandate pout 6tre donn6 verbalement; qu'ici il r6suite de la force m6me des choses-




10 13 t 'L I ET IN 1) ES .'TS
Far ce, inutifs, le tribuwd rejette les fins de non-recewir.
Sur la premH re bratiche du tvoisi me inoyen
VoYarticle -11.8 du code de pl-OC&IL)IT CMIC
Attend (III'ALIX terms de I'article A 8 du code de proc6dure Civile, les jurretnents doivent. emiteiiii, les point'; lie droit, Cest-a-dire, que le juge doit Winterroger 'a H""It'd (le tomes les difficull6s que pr6senle h catise et, qu'll t te'solues datis le dispositif,. ce, A peine de nulllt6 -,
Attend (ILle le jugeinent al.taqo6 ,I cond-vini6 ki thime venve Pierre Berrette a payer aLl ',ie.Lll' Henri 131anchet la soinnie de P. 123-. 03 pour solflo dii coti-ipt- de son fils 11enjamin Lubin, sans qUe les *Ll(-,es a ient pus6 la question relative i cc clief du dispositif, (Au point de droiL de leur in(iornent, en quoi, ils ont vioI6 Iarticle 111-8 cl-dessus preir
crit, A. peine de nullit6;
I)ar ces motifs, ie trIh,,!nai, apr6s ell avoil, (16HU1,6, casso Ot OWILIle le jucremetit (ILI tribunal de conimerce de Mr6tniel en date du J.) avril 1898, rendU entre le sietir 11enrv Hlatichet el la darn( veuve Pierre Derrette, ordollne la remk;e de I'amende Upos6e, renvoie la canse et les parLies (](?\,,-nt le tribmial civil de I'Ansc-A-Vean, jugeant en SeS altl'ilffl(ions cornmerciales, pout, 6tre staW6 conforni6ment ('I la Ioi eL condamne le sieur Henry Blanchet aLIX d6pens liquid6s A la somme de 1). 53. 65, et ce, non comprise le coCit (ILI 1)176sent arr t ;
Donn6 de tions, Ernest Ponhomine, vice- president; 1_16ri,501'd. Pollux Flyppolite, DOLIIJOlly et F. Baron, J*Lt,Pe,,, en ILIdiclice publique du 16 janvier -1900, ell presence de MonSieLli, Emm. Chancy, SLIbStIlLIt du Commissaire dU GOLIVel' cement et assists de Monsieur C. S. F.enjaniin, cominiiareffier.
No 6
CONSE11, COMMUNAL EN JUSTICE: SON ,IIAC-16TIIATU Marlistrat commun.ahze peutrep)Yscider e tj*astice la Commiow sans Pautorisatiwi expressed dit Cwiseil cooommal.
1'OURVOI DU CITOVEN Josrpii N. MORISSE'r, INIAGISTRAT COMMUNAL.
LE TRIBL"NAI,)
OLJ A I'audience du 44 janvier courant, Monsieur I.-, JUETC 1). Ityppolite, ell soil rapport; Me J. P. IV. Francis, oil SzeS observations; Monsieur E'd, Dauphin, Coininissaire (ILI GOLlverneinent, ell Ses conclusions;




DU T R1BUN;kf_ i)E 6,%.ssArio,\
Vu I- Ic jaguinent attaqu6; VauLe de Lt declaration (ILI pourvol 3() les requ6tes des pat-Lies ; Ao les autres pieces, P MCI U I Les
SUr la fin de rion-recevoir pr6sentec pai, le d6fendeur
Vu I'arLicle -05, 7o do la loi (ILI 4 1 octobte -188-1, Sur les consells communaux
Atten(ILI CILVaLIX terms do I'article 55, 7" de. la loi du I I ocLobre 4861. sur les consells communaLIX, le MagisLrat comtnum-d ne petit repr6senl.er la Commune On justice, soit en demandant, s,)it en defendant, qu'apr6s avoir obtenu Fautorisation du Conseil';
AlLeridu que le ciloyea Josepti N, Nlorisset, N1 igistrat coin. munal des (..ayes, Wa. jnstifi6 par aucun. acte (ILCil a k6 autoris6 par le Conseil a se poorvoir cointt-o la decision (ILI 20 juin 1899; qu'il doiL Otte, en cons qtienee, d6clat-6 irrecevable en son pourvoi;
Par ces motifs) lo tribunal, apr's en avoir d6lib&6, (16claie le ciloyen Joseph N. Morisset, Magistrat communal des Cayes, non-recevable en son pourvol, POUr d6faut. (Pautol-isahorl, conti-e le jugement du tribunal civil des Cayes, en (late du 20 juin Lie Fann6e derni6re, rendLi entre le dit Conseil et Monsieur Au'guste Alackensie, ordonne la colifiscation (le I'amende d6pos6e et condamne le citoyeti Joseph N. Morisset, Magistrat communal Lies Cayes, personnellement, aux d6pens liquid6s d 1a somme de P. 41. 85 avee distraction au profit de Me J. B. W. Fi ancis, et ce, tion comprise le coWt du pr6se nt arr6t.
Donn6 de nous, Ei nest Bonhomme, vice-pr6sident; L-,Itwhe fils) P. Hyppolite, Bourjolly et F. Baron, juges, en au ience publique du 16 janvier 1900, en presence di)e IN1011sieur Emm. Chancy, SLIbStitUt du Commissafi'e du Gouverneinetit et as-. ist6s de Monsieue G. S. Benjamin, commis('rertier.
No 7
CONS7ITUTION DE Df-FENSEUR. DI FENSE DE SA PROPRE CAUSE EN JUSTICE.
y ct exc s A pozivoir et violation dit droil (le la (Iffense, e)i empkhaW qWitize parties plaid dans sa propre caztse., par cc qu'elle aw-ait constitute (le'feiisettr.
POURVOI DE LA DAME HERAIINIE; URALD GERMAIN.
1, i TRIBUNAL,
Oal Monsieur le juge P6rigord_, en son rapport et Mon-




t BUU IJIN I)ES
,ieur E'd, DaLlphill, COMM I er) ses
I i-s,,Jre fin GoLnerneiiient,
011CI LiSiOlIS;
kru -10 le J, UOUlnellt alla(lU6 2" klGtC (166,111 Lif CIU POUIAM 3o les requ6tes des parties; 4c diverse autres pi ces produite"';
N'ti encore les articles 85 et -148 du code de procedure Civile ;
Stir le premier moyen do pourvoi tir6 Wun exc s do POUvoit- et de la violation du droit de la d6fenso:
Attenuti (Ine toute parties (Iiii se donno un avocal iie se votive pas la faCUlt6 que lui accord Yarticle 83 chi code do looc6dUre civil do plaider elle-rn6rn(. sa cause;
ALtendu PU'en refusunt. Tentendre la dat-no Ilert-nime G'6rald Germain, sous le pr6texLe que Wayant pas r6voqu6 Mc,1 A],noch N sei t, (111'elle. IVIit COnStitU6, elle n'6tait p-is recevable "I plaider elle-in6ine, le tribunal civil de t-Marc a colnini., une violation dU droit de la defense et im exc6s fie Pouvoir devai-IL entrainer la cessation dU ]ugement atta(IL16
Pjr ces causes ot. motifs, le tribunal, apres en avoir (1611b6i,61 casse et, armUle le jUgenient. 1'eUdU par le tribLinal oivil fie St-Mare) le 14 jitin 4899, et, pour Otre status confol-.1116ment A la loi, stir I'appel interjet6 centre la sontetice dL1 de p iix fie St-Marc en (late du 26 septernbre 1889,
renvoie la cause et, les parties deviant. le tribunal CiVil (ILI ressoct des Gonaives, ordonne la remise de l'amende d6pos6e et cond;unne le sieur Eug6ne Godard aux d6pens, allou6s A la somme de 1-1. 48. 85,
Donn6 p;tr 31OUs, Ernest Bonhornine, vice president; P6riwwd, flyppolite, llonijolly et F. Baron, juges, en audience pUbli(lUe du 23 janvier 1900, en presence de Monsi -ur I'd. !)a-,phin, Cominissaire du Gouvernoment et assists do Monsieur Emile Lucien, comillis-f-freffier.
No 8
S[-,CO\DE D1.*,,C1.A11AT1O.N DE POURVOI. -- CONSENTFMENT:
ERREU11. CONNA,.NTIONT. JUGEMENT A 1,'f4,GA111) DE
CERREU11. VISA DES P.JkES.
on je Imut encoueb, awcune dMidance en ddelarant nul 2ol preotiet, acte I&Ictratif de 1)ourvoi, pour le remplacer par un second acte, lorsque Von est encore dans le ddlai legal pour exerece le Cours en Cassatio7l.
Une convention est valuable si elle a W consented sans errou), sur la sab8tance de la chose qui en est l'obJet. A vet egard, les alopreciations (les 1)remiers juges sont souveraines.
11 )Iy (t pas nullitd du jugenzent iie contenont pas specialement




DU TRIBUNAL DE ( ASSATWN I : 31
It! ut6u Xmt (t,-,tc qui Wa Oe Vobjet Wuuctm ddbat el rt'a pubit determind Ia (Wisim des juges.
POLEV01 DU sij- ,u, FoRTU.N VOLCY.
LE TRIBUNAL,)
Oui Monsieur le juge 11%,ppolite, en son rapport; ainsi tiLle Monsieur Ed. Dimphin, Commissaire du Gouvernement, en ses conclusions
Vu -I- le
, ugement altaqu6; 20 Vade Lie la d6claration du po u I'vo i les requOtes des parties ; 4o [es aUtres pikes produites ;
' ur la (1666ance oppose, aLI POUI'VOi
\Tu Particle 929 (111 code de PrOC&ILIre civil.c eL 1)22 dU m6me code;
AlLendu que s'il west 1):-Is possible, ,wx terms de Particle
)22 (ILI code de prouoCdure civil, pour que!que MOtif (ILW CO soit, de reliever de la (1466anee (ILI pourvoi encourUe, il o'en -,aurait 6tre de m6me, 101'S(ILie, Mant dans le de'lai pour exercer le recourse, I'acte (16claratif (ILI pourvoi est (-rml-116 et reinplace par im second ;
Atteiidu que, lorsque le demandeur a fait sa deUxi6rfie (160;11' diOll de POLII'VOi, A [,I (late (III 22jUillet .1899, en d6clarant nulle la premiere, il 61ait dans les trente jours accor116s par Varticle 92-2 POUI' Ce le judgment attaqu6 Im ayant &6 sigiiffi6 le 21 juin 1899 qu'en raisant donc si"Difier ses moyens de cessation le 29 juillet, il 6t.Ait dans le Mai de huitaine piescrit par I'artiele 929; que 'Lous les d6lais 6kant par Iui observes, il ti'a encouru aucune d6ch6aiwe;
Ptir cus inotirs, le tribl.111,11 rejette la lin de non-recevoil'.
S, r I es 1) rem ier e t cle U Xie me In OVCI1 S d U pO U I \ Oi :
Vo les articles -1 s (111 Code do' PI-O'C6,11,110 civil, 903, 90-11) 905 d Code civil;
Niterldu yie I'article 904, (ILI co(,Ie civil dispose
consentement West point valuable, s'il Wa 6(6 domA que par eIT12LIV, Ot PUNiCle 005, 11110 I'PIT01,11' n'est mie cause de tIL11146 de [a convention (ILIO lorsqu'elle tombe SLIF kI -;Lll)stance ru6me de la chose (Ini eii est I'objet ;
Altendu (III(, le sieur Forlmi6 Voley. pour fiiire ti6cl-arer wil-, les ac-"(,,. ; fl( s 6 avril (A 8 jmllet 1892, pass s a(i r,ippout IfC \P J.' H. Ilogarlh, nol;iire, en verhi de, q!Iels Marie La1)011[6" Ve An"wite Pasquet el Julienne Lal)OM6 IL1i faisaienL
de leurs droits et pr6lentions sur ]a propri616, sise I'th, [)'onne- Foi, disait (JUe Mai ie et Juliumie Labont6 Wayant Cllt(211.10 !I-(,, que le selzi6me de la propriW ain 4 que Celd 1'6,SLI[te (I'Llue transaction dLI 19 seplembre IM, et ILIi




1A BIA-LETIN W tVolcy, tulLdit6 C1H hiC11, it S'C11 SUI \ail 41 tic ll. P'll
ties Wont pas W d'accor(l s Li r la chose velldi.W, Pt (100 le Contract est nut pour cause (Ferreur;
Attend que la dernande 6tait bas6c SL11- ies lextes des articles ci deSSLI.S, CeskA-dire (11.10 PeITOLH' kait, datis ki caLISO, unique (-to 1'extinction de l'obli(Ttlition : que los' rnotir., d011116S FLII C chef par to jucrenieiit atlaqu6 sont -iuffS,11it'i P0111' (11.1e cetto demanded 1.11 IlLiijit6 rUt (16Ck-IF6e uml Fond e, sans que le tribunal civil de Port-au-Prince eCit beSOin (10 diStil)(Rier entre le d6faut Taccord sur la chose V011di-le Ot Verreur; qu'ainsi, le ju(yement est rnotiv6 'seloli I'article 148 et 1'apprkiAion des LI(res 6tant souveraine, on ce qUi concern 1'errel.11', it n'y a pas violation de Fartlcle S US-CM (.10 code do proc6dme civil et des articles 901- et 905 du code civil, iii fausse interpretation do 1',irticle 1003 du m6me code -,
Attend que I e d6faut de visa special Ae I'acte trans,,wtionnet sus-pai,16 West PaS Une caLISR, (to iiullit6 du jugemel't d6nouc6, en ce que cet acto aux yeux in6me (to A'o!cN, lie faiSail (]Ue confirmed les vendresses 'dans la pens e de 11,C1voir vendu que le seizi me de la propri&6 en queshoil que Wailleurs, it n'a fait l'objet WaLICLin d6but ot no pou\-ult en' i-ien modifier la decision des juoes;
Par ces motifs, to tribunal apr s en avoir d6lib&6, rojette le, pourvoi du siel-ir Fortun6 Volcy centre Ic jucreinent du tribUn,'d civil de Port-aLl-Pt'ince, en (late du 190mai '189',-), rendu ontre 10i et les dames Maric et Julientie Labont .,ordomic ki confiscation do I'amende (16pos6e et condamne le sieur Fortun6 Volev aux d6pen ,; liquids a ]a somme de G. '35,35, et ce, non- oinpris le cofit du present arr6t.
Doun6 de Nous, Ernest Ronhomme, vice-pr6sident, Wrigord, 11. Hyppolite, Bolirjolly et E1inond 116raux, jiige.- (III audience publique (Ili 0-5 J;invier -1900, on pr6seiiee de Monsieur Eil. Dauphiii, Commissaire du Gouverneinent et. ts sist6S de MOII i0l.lr Didle Lucieu, commis--rel'bor.
No 9
INTI*'Rl"T [)I,,- SE POURVOIR EIN CASSATIO.N. -- ADMIS-410-N Id., Ou nu lu"JI.-I, DE IA DEMANDED D)NS(:R1PT1(),N DE FAUX.
LIEU D'1,-X CUTER 1,E PAJEMP-,NT OB1,1GATION.
1) I'll' PENS 1)1," I.A Exk u'rio.N j)i,,ovisoiwI 'u
3 UG EMENT.
it faw avoir un r,'el pour i b crccevable en 111 tecou.)'.s en cass(O.ioa. U tribumil a ?mc souvcraine uppri-




D- T B11i UNAL DE (;A STATION
cialion, cib usaiLt de la faculti (Fadmettre ou A rejelev toze dcwandc (Voiscription de fawv.
Le paie)nent ct'twe obligation doit avoir liett el Vencboit (WOigadpar ht convention.
La non-compensation des d pcns, fitt-elle un mat jttg 1W Pew domier ouverlive d cessation.
It Wy a pas fausse up))Iication A Vallicle -14. (lit code de pvucMurc Civile ?e1ativement el Vex&ulicm pi-ovisoire saits caution ordomik, en presence (I'mi tilre authenlique.
POURVOI DE MONSIEUR ROUANE7 BDou
LE Tmi;U.NAL,
U(ii Monsieur leJuge Nrigord en son rapport, Me Michel Oruite, en ses observations, Moniieor L. Denis, substitute 41(l Conimissaire (lu Gouvernement, en -3-es conclusions. I. Vu ; lo le jugeinent attaqu' ; 2o I'acte de la de'clara,oil de pourvoi 3o'lei roqn6tes des patties Alo les auh-es 'i6ces produites,
SLIr la fin de iion-veccvoir prdsent6il Lar le defender
Attend quo I'int6rk e,; t lameSllre Tles actions ; que le emalicie'ut, avait sohicite Aes' 'prelillers jnges Un d6fai de au-K ans pour se lib6ver de son oblicraLion qLi'il no,- lLIi a C1
td accor(16 qu'un de'lai de six mots avec condemnation aux epens : qu'il a clone un tnf6r6t r6el 'A faire annuler la ddSion,
Par ces motifs, le tribunal rejette la fin-cle-non-recevoir.
Sur le ter inoyen ;
Vu les artic[cs 215 et suivants; 118 du code de procedure ,ile et -210 du m6me code.
Aftendu ([Lie le sieur Rouanez Bijou, par ses COI1CIL1',iOnS ,ises deviant les 1)rerniers juges, avait deniand6 acte des snrve6 qu'il fait rontie I'exploit de I'Ituissier J. 1). Uon bill, A fin Witiscription cle faiix, par ce que cet acte A IL)i TI)ifi6 le "0 du mok (Favril 1898, porte la ('late du 29 d.u t 111ok Wavril ,
AtterldU que le tribunal a trouv6 qLl'il iiy' avait pas HeLl dinerr Vacle detnand6, parce, que Vitiscription de faux
(11) 6tilit 10 bLIt serail sans ntilit6, eu &,ard A sa validit6
inonfr6e Par un des mo(if-, (ILI Jugement 0 ; quien Sol-ninclY
'AW Ronanez Ilijou Wy avao an
-'iC M ill i!1161-61
U01)(111 (ILle le-33 inotifsdonnes de cc chef ne constitueitt (III CN&S (10 POLIVOil' ; que, 41'affletirt;, si le tribunal a le Ivoil' Wappr6clation A 1"6gard de I'adinission de I*illscl-ipou du reJeL fie ]a demanded Win.5eiiptioii, il a le mOnle
V04 'A I'6"al-11 (10 I'MI[DiSSiOD UU (ILI reJet de la detnan [(,




BULI-ETIN DK! AHM"'I'S
d'acte de r6sei \e,, A fill de cette hisci option ; (pi'd "eii ult done qu'en refusal t I'acto demand et en -rno1lVlll t SOD il ti'a commis auctme violaLion des article,-; 215 et suivant., et 148 du code de proc6durc civil, Ili faLISSeRICIA appliqt"6 I'article 2,10 du m6ine code.
SUI' le 2c moyen :
AT Ll I'article 1033 du code civil
Attend qu'aux terms do I'artiele -1033, le paiemeiiL de obligation doit We fait dans le lieu. d6sian6 pm, la coilvention 0 0
Attcndu que l'obligation hypoth6caire sousewile par le sie.?ir Rouanez Bljou au profit du siour Chochotte Excellent, le 26 d6vembre 1896, au rapport dti. notaire A. Bellevue Gtrl-6' porte (JUe la somme pi,616c sera remise en la demetire (Ili cr6ancier ou POUI' IL)i a tout porter de ses orders
Attendu qu'en rejetant 1'exception de nullit6 (ILI commandement, le tribunal civil de-Porkau-Pi-hice a dklar6, suivant la teneur de I'acte Clue le pavement sera fait au domicile 61u du demandeur, cabinet de Me Michel Oreste ; (ILI'll eA done restd dans les terms sus-6tionc6s de Viarticle 1033 (ILI code civil qu'iI a observe, loin de le \:iolor.
Sur le 3c moven :
Vu les articles -137 et 418 du code de procklure Civile
Attend qu'aux terms de I'ar.. '137 du code de proc6durc civil, toute parties qui sticcombe sera condawn6e aux (16pens ; qUe le litigc a W tranch6 aLl PI'Ofit du er6ancier, le sieur C. Excellent, qLl'iI Wa done pas succomIA et tie pouvait 6tre condarnn6 aux depends ; que s'il est. vi'm (pi'mi d6loi de six mois pour paver a 6t6 accor(16 au d6bilem, Rouaijez Njou, cetle favet'tr Wautorisait. pas le 11d)[.111',11 A faire supporter les (16pens ppr le ci-&-incier qui West le table verdant ; qtj'ei) c(,ndanmant dOIIC P11.1t6t, 10 d6bit( 111' aux d6pens stir le motif (JUe P,Il' SOII OPPOFitiOll 3LI ('0111111aPdement A Itii fait de payer, il a rait, faire des frziis a(l cremlCier, le tribuiml wa pas viol6, inais a sainemeni ;ipj)h(p6 les artHes 1371 et .1 'JS Ju code de lwoc6dure civil.
Sur le 4c moyen :
Vu le,:, artii'les 142 el 4AS (]-,I code. de procMure
Attendii que le jurrellielit (0111re 1('(Illel ('Sl pom vol est critiq[16 Pour avoir ordom-I6 l'eX6CU1ICIl j)10Vi.S0il'e SMIS C 111tioll, parce, qti'il y ,i Wre anthentique, en cc (pie, il v ost ajOW6 (( 1)0111' le Cas 06 apr "- 1'expiralioll (111 (161rii, le I("bilem, li,is pa),6 sa detle qul stipposer iii we que
COIC MOSUre, qui West pas pronouck potir les il pcils' Serait hiefficace apr -, ce il est non-i-ecevzible A en faire till moyen, pLIi13(jlI'eIlC tie Itii ferait pas grief -, que Cependmt,,
I I




DU TRIBUNAL UP, GAS ATION 17
'I U l'ond, le chel' de Vexkutioij pro%,isoire pwnoric6 est l6gal et n1oti%6'- Ce (im i epotisse le rept-oche d'une fausse applicuLlon de Particle 112 et de la violation de I'article '148 du cotle de procklure.
Pat, ces motifs, le Tril)unal, apr6s en avoir d6lib&6, rejette le pourvoi du sieur. Rouanez fllijou centre le judgment du tribLIMd civil de Port-au-Prince, en date du 12 juillet 1899, telidu enhe lui et le sieur Chochotte Excellent, ordonne [a confiscation de I'amende et condamne le sieur Rouanez 111jOU aux d6penzs liquid6s A la somme de G. 33.45 c., et ce, non-compris le co it du pi-6sent atrk,
Donn6 de Nous, Et nest l3onhomme, vice-pr6sident, P6ri:0011d, P. Hyppolite, flour oily et Edmotid Heraux, juges, en audience publiqUe dU 30 janviet, '1900, en presence de Monslem, E. Dauphin, Commissaire du Gouvernement, et assists de MonsieLff Emile. Lucien, com mis-(rref tier.
No 10
NULLITt ET RLSILIATIO-N D'UTN BAIL
Quit-nd il West W expire ii risilii, le bail ize saurait 't)-e a)znulipar la seule volontj dit baillcur, ei faisant un autre bail azt pr -wlice (ht preneiw restj e)i possession. La risiliatio)i d'uii bail Wa pas lieu )iwz phts de 1)lein (lroil, si le 1)re)ieur ae remplit I)as bie)i ses obligations, d moi)is
d'une slipzilatiwi expr sse.
POURVOI DES DAMES VICTORIA ET IDf-MIA MARY,
LE TRIBUNAL,
Oul AMonsieut, le 'ucre Edmond F16iaux en son i-apport, altisl (lue Monsieur ELl. Dauphin, Commissaire (lu Gouverneinent en ses conclusions.
VL1 : 10 le jngement atta(lu6, 2-- I'acte de la declaration du potirvoi, 3,-) les requ6tes des parties, 40 routes les pikes pioduites.
Sm- les deux moyens du poorwi
VO les articles 1507, 1509 el 15-12 lu code cl\-;l
Attend, en prineiPe, (JUe le 1),01 qui n'est ni expit-6, ni r .siH, tie petit pas, par la SeL11C \'olont6 (ILI klilleffl', WC
-111111116 P,11' Lin nonveati kail consetiti put' c lui-ci au pi'(j (lice du possesseur res(6 et lalss6 en possession
Atteridu encore que s'il est (ju'iin ])ail petit are r6soW quand le pt'eneur a n gli,,16 de reaipliv. ses oWigations, il est atissi ividt-nt qua cette r6.8ffiation, A moins d'ane sti-




18 11121,LETIN DES AIARf,:T::,
pulatioii expressed, ii'a pas lieu tie pleiii druit aig. des art. J499 et. 15,12 combines do codc civil
AtLendu, dans 1'esp6ce, (ILIO le., 11-0i, dotnes Mary Juiiissitient en commmi Wun emplacemew, propric' t6 conmillnale, SUI sequel se (I'OLIVellL de., C011141'110i(JrIS (IL]i leur appattiennent pat, imlivis; que ]a dur6e de leLIl' lAil pour Femplacement est tOLIJOIll'S Wone aim6e, du 'let, octubre un 30 september SLIM111t, ainsi que cela r6sulte (III jLigement ilu tribunal de paix du Gap-llaitieti, en date do 9 docemhre 1898 qui, sans nullemeiit prononcer la r6siliation do leur hail, les midainnait A en payer la balance LICie l'aditiltilstration commutiale POUr 1897,- et Wmie sommatioti du 27
d6cembre, m6ine ami6e '1898, A elles I*aite A fin de pavement, dit Facte qui est fait a la requ6te de la commission commnnale, de leUr 1ernie POLII' 1'atm6e 1898 6-hue depuis le 30 september et. de celle pom, 1'ann6e 1899 qui est payable d'avance ;
At(endu qu'it est donc bien Mabli qUe le bail ei) verlu duquel les trois dames Mary sont rest6es et oil( 6f6 laiseles en possession de 1'emplacement l-lout il s'aait, Wavkflt de dur6e que pour une at)n6e,A 1'expiratimi de laquelle if colitilmait pour une nouvelle ami6e, eL (file cc bail rt'6tait pas r6sili6 pas plus par judgment que de plein droit. ; qUe S'il 61'lit. expire le 30 september 1898,il recommeii ail ainsi que l'a I cconnu I'Admini"Strtilioij commumale, le lCr oetol_)Ie poll,, prendre Fin le 30 seli(embre. 1899 ;.- que d6s lors, le hail (111 2 janvier 1899, coi-isenti pou I, une du r6e de neuf aiin&,; i'i la veuve Etienne Paret et. (A la dame Victoria Mary, A 1'eXCILIsion de la verve Telesmon Blain est dwic non-aventi.
Attend que les premiers juges oil[ ainsi dit, ils se sofit. conformOs A ]a loi et. le repruche qui ICLIr est fait Wavoll, C0111mis un exc6s de POLIVUil', viol6 les articles 1507 et 1509 du code civil, faUssement inlerpi-W. et rmissement applitJ116 Part. -.1512 dU 1YI6111C Code, West pas, par conskjoew, Foil(16.
Par ces motifs, le Iribunal, apv s cii avoir d6lih& rojette comme mal foml le ponr\oi exer(-6 p,,ir le.-; theme's Victoria Mar et veiive E'lienne Pare(, ii6e IdMia Alar N', omdre le jugemeia dii tribunal civil dii Cap-41affiell) ell (kite do 2 mill 18199, remin eiihe elles et. la dame veiivu Tolisimm RaM, n6e Lmrili,i Nhry ; eit cotis6pieiice, ordowle hl collfisc;ltioll de I'ainell1h. d pos("e (I Colldallillf, les domallderessus ;w\ d6jww, llolmd(* s A h somme de G. 72.,-).-) d(mt (IlstrachOll ill) profit de Me .1. A(1116111m. Au"(1ste (111i ill,111,111V ell avoir fill: Povance, et. ce, noti-compris le Col'It (111 111.6-ellt arrk.




DU TRIBUNAL DE C, STATION '19
Donne de Nou4 I H. Lectmwl, pr6si(lenk, M-1,,Qr(l, flullux Hyppolite, Bourjolly et F(finond 116raux, juges, en audience [)LIbli(II-le du 20 f6vi-Or 1900, en pre"seiiue do Monsieur E. DaLIP11irl, Cominis.,aire du Gouvernement, et assists de AL C. S. t qlljamiI12 coin mi S-gref tier.
No 11
OU DOIT SE FAIRE LA Dl ,CLAIIATION D'UN POURVOI.
LE DI"LAI DANS SEQUEL CETTE M-XIARATIO. I)OIT LTRLZ FAITE EA111011TE. DECIff-ANCF.
lJoi o, Ore i-alable Ile 7,ecoto's m cessation (!oil e1re diclari ait
Greffo meme du tribzt)tal qui a rewlit le jitgemew dMoned
el 710n, poha a' ?m aldre greffe.
11 y a diehea7zee si la d;claral.io)i (Van pom-voi Wa pas &j
foite dmis les treWejours depitis la sig)tificatio); dit jityement et persom7e oit domicile.
POURVOI DE MONSIEUR MESSAC, ADMINISTRATEUB DD-5 FINA-.NCES DE NIPPLES, iOUR CETAT.
LE TRIBUNAL
Ou'l Monsienr le.jticfe Edmond 116raux en son rapport
O"IMS'd 11110 Monsieur E. Dauphin, Commissairo. du Gouverne ment, en ses, conclusions.
Vbt to le jugement attaqu6, 2-) l'ac!e de la declaration de Pourvoi, 30 les requOtes des parties, 4o les aLltres pi6ces prad it i tes.
Sur la Im-de-non-recevoir Qr6senl6e pm, les d6fendet-IrS.
\,'it le.; articles 020, 9712 (111 code de P1 OC&ILIre ;
Attelidu qu'aux terms de I'article 926 (ILI code de proc6dure civil, fit declaration (ILI POLII-VOI doiL ft'e filit-O 'ILI Greffe du Tribunal qui a rendu le ju(-,emet)t
Attend (lite le judgment attaqn.A I t' t6 rendii par le trilimml civil des C;1ve:-,, (lite Ce ,t ;m C.rlelfi de ce tribunal (lite ,le pourvii devait e^tre d6vlat6
Atlendo (ILIt-, h d("fAaI-,ItiO1I ZI 6((, 1'al(e im greffe (ILI tribLInal' civil de Nippes: (ILI'il S'ell Silit (Ille 10 POLII-VOi est irrecevable ;
Vtelldll encorel aux terme, de kirticle 922 (ILI -n6me Code (IC I) M C61 LI re, que les I)arli(-, leUrS 1-161'ififfS Oil ttyat)t-cause ont trente J0111"; POLH. ktire leur declaration Io pourvoi, a dater de h signilictown th jugenient A per. -;obne Oil douilcile ; que ce dolai empoi te d6ch6ance
AttendIl que le jugetnent (ILI tribunal civil des Cayes,




40 BULLETIN DES ARRf,TS
centre 1equel ezt POLII'%'Oi, I W Si"llir16 '-'I I'Etut dans la pursonne de Monsievir Voucliat,(l Martineau, son reprdsentant d J&6mie en sa quulit6 d'Adrifinistrateur des finances dela Grand'Anse, le 0' mars 1897 ; que le potirvoi a 616 fait Ie 11'r juin 1899 ; qu'6 cetle date IT"tat avaiL encouru Ia (16ch6ance.
Par ces inotifs, le Tt ibunal, api6s en ,Ivoir d6lib6i,6, Uclare I'Etat d6chu en son pourvoi centre le jUgement (lu tribunal civil des Caye,;, en (late dU 3 d6cambre 1897, rendu entre ui) Ia daine Jos6phine Lizaire et consorts ordonne la confiscation de Faunende d6pos6e et condanine I'Dat aux (16pens liquids A la sonime de G. :94, et ce, non-compris le cufi L du present arrdt.
Donn6 de Nous, Ernest Bonhonime, vice-pr6sidont, Laroche fils, Nrigord, Edmowl fl&aux et F. J'aroii, juges. el) dierice pUblique du 13 f6vrier '1900, en presence de N onSieUr Ed.Dauphin, Commissaire du Gouvernement et asshide Monsieur Emile Lucien, cominis-greffier.
No 12
JUGEWENTS DES TBIBUNAUX DE PAIX E.N PREMIER RESORT VOIES D, RECOU11S.
Ily a licit (/'employer la voie de Vappel centre les jugements r1es tribunaux tle paix rendus en prenuer escortrt et non pas celle (lu recours en Gassation qui lcur est f era Iee.
-'OURNTOI DE MON-STEUR ANTOINI,' HFR,%AD1N IN 11
Lj.-, TnIBUNAL,
Oifi Monsieur le Juge Polhix I-lyppolite en son rapport, ainsi que Monsieur E. Ritiphin, Commissaire du GOLIVOVIR3ment, en ses conCIL11,401I.S.
Vu : 10 les deux jugements attaqu6s, I'acte de la d6claration du pourvoi, V 3,) les requ6te des parties, 10 loides les pikes prodUites.
Sur la 20 fin-de-non-recevoir soule\-h par le Nilinistere public.
Altendu, en pt-hicipe, que la voic du recom's en C;tssttion West pas oiivert centre les J(igements (1(,s tribunaux de pix, rondu,; on preiniter resort, *t I'6gard desquels In voif, de 1"IpplA 11"I 1),IS Me, elliploy6e Atteudii, (fims I'espke, q(ie la contestation dont 6 ait saisi It,Jwo de paix de Le;ogane, avait pour objet P fit resfitution LI'L111 ClIeVal, ou son prix esfim6 A cinquatite gourdes.




DU TRIBUNAL DE CESSATION 21
Celle d'utie somme de vinct-cinq gourdes, pay6e combine oulte et )o le pavement, A titre do, dom-nages-int6rks.
IL)
'I'li n e sonime, ite cinquante gm-iciles, soit u:-ie deniande pritiii)ale (le soixante (lainze gouv(les Ot Lille, demanded accessoire (I e a cinquante croardes, root-mant ensemble la somme de cent villat-cin(I (rotlMes
Attend qite, dans, ces.con(litioii:i, le f(iga ib, paix ne Poupronorlc r (It.1'en printer iesiort, ai-t. 22 pi-o. civ. 'IMILiel. cas, sa decision reste soamise 'i "appel ; que cette
0 ie de i'ecoms Wayant pas 6t6 einplov6c contce les deux ju(! ments attaqn6s, le I)OLli-voi en Cass,;[ioa dont its sont l'ob. et est done non-recevable.
Pat, ces motifs, le t6l)-inal, apt-e*.i en avoit- Ulib6te, d6lat-e, non-i e eevable le potivvoi rot-me,- p iv to sieur Antoine ei-na(liti Dautt-LICheJean-Gilles contce le-z deux jugements Li tribunal de paix de L&gane, en (lat 1 18 Aout et 6 ctobie 1899, rendLiS, le premier, 1)av (1 1'wt et le second) ontra(lictoit-ement et SLIV l'oppsition, enti-e tui et le sieuv ,,1enry tio-arth ; en consequence. ordonne. la confiscation
-de l'amende d6pose'e el condamrie le (lit Antoine Bernadin
autr uche Jean-Gilles aux d6ppns liqui(16i A la somme de P. 6,85 dorit di,sti-action an prolit de Mc Foucatd Rimpel qui ffit-me en avoir fait I'avance. ot ce, n6ii-coinpris le coftt du resent att'6t,
Donr,6 de nous, 11. Lechadil, pr6si(lent, P6rigord, Pollux
*yppolite, BoUrjolly et F. Bavon, inues, en audience publi,que du 13 f6vrier 1900, en pr seiice de Monsieur E. Dat.1,Rhin, Commissaire du Gouvel nemerit et assists de iMon,sicui, Emile Lucien, commis-areffier.
No 13
RENVOI DEMANDt POUR CAUSE DE SUSPICION 1J-'GITD1E MOTIFS.
Une vicusation en masse on denzande en renvoi pour catise x1esitspicionkgitime ne devra d1reaccorde'e qztepotv des motifs ligaux et certain pouvant dtablir zwe p)Ysomption pricise de kirlialiti,
DEMANDED EN' RENVOI DE INIONSIEUR OSCAR Al.,EXANDRE
OL11 Monsieur le Juo-e Pollux Ityppolite en son rapport, ,4insi que iMonsieur E. Dauphin, Commissaire du Gouveinement en ses conclusions.
Vu -. 1c) la requ tete du demandeur, 2o les pi6ces A I'appLli




01) IA'LLETIS DES ARRI-I"I'S
et 3,, leb uhservaLiuns pro luits par les Juges consul'aires de
ALtendu, oil priiicipe, que poiir 6tre Wimissible la. demandC Oil ITUVOi P001' C(IUSe de iLl',PiCiOtl 16gitime doit tre bas6e, tion pas Sur des allegations vugviies et sails, fondement, mais sur des fitits concluants, d'une exactitule inconteitable ;
AttendLI, dans I'esp ce, qLIC les i-noyens iiivoqu6s par le damandeUr ne 1'61.111kSetlt POillt CC caract6re ; que consid6r6s daim leur eti.semble ou chacun eri partictilier, ce niotifs ne r6v6lent que (Viiijustes apprehensions ot no peuvenL 6tre pris oil consid6ratiou, pour kablir une pr6somptiott 16gate de partiality ;
Attend, en effet, que ce strait, eu ce qui concerned le premier inotir augu6, falre Iiijure aux JLIffUS consiflaires de Mv6niie que de penser tin seLll instant qu'ijs pifissent, subissanL l'inthietica de leur (loyon oL 11'6COLIttilt que leUr amiti6 pour lui, trahir JeLIN devoirs ; (lu'eii presence de leur conduite toujours correcke, un pareil soup( on ne pout pas planer sur eux ;
Attend, oil second liou, qu'il eSt PI.16ril de supposed que parce qLIC on a 61,6 chel' de police dans une locality, on s'y strait cr6e des ennemis, au point de ne pas avoir confidence dmis hmpartialiL6 des JUgCS de 1'endroit
Attend onlin quo A parmi ICS j Llges du tribunal de coinmerce 4e Mr6mie, 11 s'eii troupe daux, Aessiet-It'S Gatina Sansaric(I fils et Eug6ne Lavaud fits qUi sont des alli6i du doyen et qui s'absLiendront de connaitre do ses affairs, it en reste en nombre suffisant pour foriner Un tribunal 16-al
Atton(lu (Iti'it r sulto des ob-iervations qLH prk6dent que la r6cusation en masse form6o par le sieLIV Oscar Alexandre centre les Juges dLI tributial de commerce de Mr6nlie West pas fondue
Par cec, motif;, rejotte, cointne inal fon(l6e, la deinande en retivoi pour Cause (10 SLISPiCiOll l6gitime forme'e par le siour Oscar Alexandre centre !es juges du tribunal do commerce de Mr6mie, lo condainne, en conse'([Lience, une anionde do (fix gourdes) par af)plication de ,, articles 3713 et 387 combines da code de procedure civil.
Doiin6 tie nOLIS, 11. L,3chaud, president, Nrigord, POIILIX jlyppolite, .13DUriolly et Edmond 110'raLIX, jUgesen audience pUblique du 13 i'6vricr 1900, en pr6se[ice de Nlonsieur Ed. DaLlphill, cominissairc du Grouveriiement et assists de MonSiCUV EU-111C lAcien, cofflinis Greffier.




DU TRIBUNAL. DE GAS-'- ATIUN
NO 14
QUAUTI WUN JUGE-NTENT : PROFESSTON) DEMURE)
L'st aul le iagement qtti ne coatient iii la demeuve, w
Ict p),ofessioa des parties e)i caitse
POURVOI DE LA DAME PRI- .M:SE MA.-CHIEt T
U TmDUNAL,
ii Nhn ienr le bige 1-16rigor] e i so-i rappoH, ainsi que Nlonsieur E. DdLIPhil-1, (.:oinmks tire (ld 'J'OLIverneirient on ses conclusiolls.
Vu : lo le judgment attolli6, 2) Ca ;le de la declaration [(I poln-Voi, 3') la re"'1116to (1-1 lit delt m le!,e.ise, lo touLes les pi ces par elle produites.
La d6fendet-esso ii';i pas d6pos6,
Sur le Cie inoyen du pwirvoi :
Vii I'article 1% du co]e de PNG 11(.Ire civil.
Attenil I qa'aux termo.i Io, c ,t lei doiven[ conterilt, 1:.t piofeisiwi --L 1--t (L,,natire des parties, -et co, A peine de 1ILIllit6 (JAe It 01i i J-igernent ZAtUt(JU6, il. ii'(,-it 1'aiL wille menhoo le lit profession et de la de[neure des parties en CWI.-ie -11LIe Ce jiig-etiient a done vio16 I'artiele 148 Sus-vis6.
Par ces motifs, le Tribunal, ap s en avoir d6lilAr6,etsans (I U soit liesoin d'examiner ies;Mtres inoyens (lu pourvoi casse et annual le judgment (ILI h-IbLinal civil du Cap-ffaitien, en date du 48 f6vrier 4899, rendU Sur opposition et contradictoirement enLre les parties en eaLise ; et, pour 6tre status conlorm6ment A loi, renvoie I'affaire pilt, deviant le tl'II)Llnal civil de Port-da Paix, ordonne la reinise de l'amende (16pos6e eL condamne h dame EcIelmot-ide L;tvatto, es-qLla-M6, anx d 'pens liquid6i A la somme de P.363-70 dom disLraction au profit de Mes J. W. Wooley et Solon N16nos sur I'arfirmation de droit, et ce, non-compris le cof-it dLI P1 6sent arr6t.
Doni)6 de Nous, 11. Leell,"11.1d, pr6si lent, Wrigord, Pollux Hyppolite, BourJolly et Eklmond 116raLIX, juges, eii atidience publiqne du 20 Fkrier 1900, en presence de Monsieur Ed. Dauphin, Cominiisaire du Gouvernement et assists de Monsieur C. S. Benjamin, cornmis-gref tier.




24 BUI-LETIN ULS AIML-IS
No 15
D1-" IA CASSA'rioN- WUN JUDGMENT. Un Jugc,,wat annual deuenant sans e.)--islence I yale rend ItIll
low acte Xc. ,Yculion fail en verhi de ses dispositions ?YpitMes non-avem(es
POURVOI DES SIEURS L. ET C. ST1.11U.N.
1, E TR 113 UN A 1,) 0
Oul Monsietir le- juge Pouijolly, en ses iappoi,(.i his A I'uadience (]it 25 Janviet, el a celle du 8 Fkiiev com,,Ant, NJO*, Alichel Oreste pour les demandeLli's et Solon IN16nos pour les d6fendeurs, en leurs observations, Monsieur E. D-,iup1tin, Gotm-nissaire du Gouvernement en ses conclusions ;
Vu : Io le im-fement ai-biti-al attaqu6, 2" I'acte de la (-16I Oo
clai Mion de pourvoi, ) les requ6les des parties, Ato toute-i les pikes pi-oduites et Pat r6t de cc tribunal, on date (I u I I Janvier de la pi,6senLe ann6e.
Stir le i-noNTen PI'OdUit d la barm pat, Me Michel Oreste.
Attelndl.l (jUe les sieurs P. Krause et CO, suites et diligences des AeUrs L. Kohler et 11. Krause, le premier d616,,L)6 des ci'6anciois le second liquidateut, do la mason P. KvaLlSe et C', avaient demand au t6bunal CIL] surseoir .A stattier sur le pouiwoi ewei-c6 pat, les sieurs L. et C. SLerfin conhe Ic jugement arbitral rendu entre eux le 29 j r'. .
AoAL de Fann6e demtei'e, jusqLI'A ce qu'iI ait W Ucid6 sur I'insci-iptjon dc faux qu'ils onL fort-n6e contie 1'exploit de signification des moyens do cessation qUi leur a W siC)rnifi6 le 20 Septetnbie 4899, rninist6re de i'linissier Paul E't-nile Sajotis
AtLendu quA la bari-e, Me Alichel Oreste, (tans le cours de ses observations, a dem,-AnU d son tout- au tribunal de sta[Liet, pt'6ablement sur les consequences de la cessation du judgment en. nomination d'atbiti-e., saus s'occupei, des (Triefs 0 mlev6is conti e le judgment, arbitral et de PinscripLion do faux, par inteipr6tation de son ai-r6t rendu le II Janvier dernier ;
A[Lenffil que les parties sonL encore en. instatice deviant le hibunal de cessation ; qu'il suffit qUe la nullit6 de a d6cision i-endue post6rietirement au judgment cass6, soit sim element signaled par elles, puisqu'elle est virtuellemen111.1110, 10 POL11WOi dans cc cas n'6taiit pas n6cessaire, pour quo 10 IIII)MU11 sot( dOment saisi ;
Attendu que le :')I hillet demier, SUI' une doinande on elimination, &,wbities produites pat, A-lessieurs P. Kiause




D'i TMBUN_ L DE (;A 5 ATION 25
et CO) le W'Munal de commerce des Gonalves d6sl,;ualt Monsieur J. R. Blain, comme arbitre de3 sieurs L et, C. Sterling,
aVait POLIV mission de se 'oindre A Monsieur Edmond sequel L -e cho's' J 'o -taSLIpplice, arbin I I Pal X Krause et C afin de r, tuer SUr une contestation survenue entre les parties, A raison de r6 element relaLif A une association qu'elles auraient fovin6e pour la conduit des eaux aux Gonaives
Attendu que ce ju(, ement d6f6re it la censure de ce tribunal a k6 wis,.6 et annuI6 par arrk en date du 'I I Janvier de la pr6sente anri e ;
Attend que la cessation a pour elYet de faire consid6rer Ia disposition annul6e, comme tion-avenue et ti'ayant jamais ou existence l6gale, et que, par suite, tout acte d'ex6cution fait en vertu de I'arrk cass6 est r6tract6 de plein clroit ;
Attend que pat la cessation (ILI 'Ligement du 31 JUillet 1809, te sieur J. R. Blain devenait sans mandate comme arhitre ; qu'en consequence, la sentence arbitrage qu'il a ren(lue on cette quality conjointement avee le sieffl, Edmond Supplies, devenait aussi nulle et non-avenue, ayant 6t6 ]a suite ou 1'ex6cution du judgment annuI6.
Par ces motifs, le Tribunal, ckpr6s en avoir d6lib&6, d6 clare que le judgment arbitral du. 29 AoAt est nul et de nul effet, par suite de la cessation du judgment du tribunal de commerce des Gona*ives, en nomination Warbitre, du 31 JuilleL 1899, ordonne la remise de Famende d6pos6e et condarnne P. Krause et Go aux d6pens liquids A la somme de G. 74.70 c. avec distraction a'LI profit de Mes Michel Oreste et F. Capoix Belton qui affirment en avoir fait Vavance, et ce, non-compris le co it du present ari 6tDonne' de nous, Ernest Bonhomme, vice-pr6sident, P6rigord, P_ Hyppolite, Bourjolly et Edmond Wraux, juges, en audience publique du 20 F6vrier 1900, en presence de Monsieur Em. Chancy, substitute du Commissaire du Gouvernement et assists do Monsieur C. S. Benjamin, commis,-,,reffier.
No 16
D I'll' GLARATION. EN RI PONSE A CELUI QUI S02MME DE DIRE S1 ON
VEUT USER DVNE PIUM CENTRE LAQUE1,LE IL INTEND S'ENSCRIRE EN FAUX. SIGNATURE DE CETTE DtCLARATION
La declaration en r6ponse d celitiquidentande si on intend
se server cl'itne pMce centre laquelle il vew si)zscrifre eii faux est ittille et saits effet, lorsqtt'elle West pas Siyn5e
de la parties nominee wt de son procurateiv sp&ial.




HUTA ETIN' DES AHRI'TS,
L'owiss!oit A cetlv formalize equivaut iin default A Aclaratiolt,
POURN-01 DES DAMES JOS1"I-11111-NE JOSE1111 ET JOSF,1,11.
LE TRIBUNAL,
OLI*i, 'A I'awlience (ILI '18 Fkricr conrant, Monsieur le juge Nri(,ord en soil rapport, ain, i clije Monsieur E. Dauphin, Commissaire (ILI Gouvernement en ses conclusions.
VLI : P le tttwIu6, 2' I'acte (to la (16claration
de po,,irvoi, 3o la requOte des demarideurs, 10 routes lei pikes A 1'aI)P-1i.
Sm, unique moyen (ILI POLII'VOi
Vu I'articit 217 du code proC6dUre civil.
AR011CILI que, en mati6re Tinscription. de faUX, la d6clation en r6ponse A hi sommatio-i prescritO par Farticle '216 dU COG(1 de PrOC&11-ire civil doit, pour 6(re valuable, 6tre sigm I e par ]a Partie elle-in&iie ou 1,)ai, le porleur de sa proclMition sp6ciale ot 11-1thentique, ainsi que I'exige I'article
-)17 sus--vizi6 ;
AttendU que -Ians ces conditions, la signature exig6e est une formality substantially dont I'absence 6quivant au d6faut de d6cla-ration ;
Attend, dans 1'espke, que pd-iii, r6pondre A la sommation qu^e lui ont faite le 23 Ao tt 1898, les dames Jos6phine eL Pr6zinette Joseph de d6clarer s'it veut oii non se servii, de Facto hypoth6caire du 28 juilleL 1898, le sietir Pierre Aloinplaisir Lorient a, par simple 'acte (I'llUissier, en date (ILI 7 Septembre 4898, non-sign6 de lui, ni do son mandataire special et authentiq(ie, d6clai,6 qu'il intend se server (ILI Jit -.ICtl, ;
Attend qL1'en validantcomme ii I'a ralt, la d6claratiOn LILI 7 September 1808, le tribunal civil (ILI Caf)-HPAieri a cominis 1exc6s de pouvoir et la violation de I'article 217 dii code de proc6duro civil (ILli lui sont reproch6s.
Par ces inotifs, le tribunal, api,6s on avoir deliIA-6, casse Ot ;1111)LIIC le judgment (ILI tribunal civil dLI Cap-Haitien, eti da(e du 20 Septernbre 1898, rendti entro les parties en cause; on consequence, ordomie la. reprise de Famende d6pos6e ; et, pour Otro sLatL16 conrorm6ment A la loi, renvoie la connuis.,ance de l'iticident pardevant le tribunal civil do Portde-Paix condamne Pierre Momplaisir Lorient aux d6pens ii(Iiii(Ids A la --,ommo fie G. 47.75 dont dis',raction aLI profit de Ale A. Adh6mur Auguste qui arfirine on avoirfait Pavance et ce, non-compris 10 cotit du present arr6t.
Donn6 do Sous, H. Lochaud, president. Pdrigord, Pollux Hyppolitc, Bourjolly et Edmond Wraux, juges, en audience




DU TRIBUNAL DE CASSATION 2,2
[)Ubh(11_11 du 20 Ft3vrier 1900, en presence tic Nlonsicur Eti, Dauphin, Cominissaive du Gouverncnient et. assists (1o Nf. C. S, Benjamin, com m is-gref Fier.
No 17
RLCUSxM0.N. SUSPICION LtGITIME. DEHANDE EN RENVOI.
Lorsqae des rdettsatio)is exerce'es centre les jwwbres d'un tribitnal sont fo)Ws et hilb-ment la majority, avec plusieurs absteWiwis, elles consUluent zwe suspicio)i tJgiiime justiflant twe dewmide en ie)ivoz deviant toze (tatre juridictioil pottr ?ze pas ai-r'tar le cotws de la jitstice.
DEMANDED DE MONSIEup EAHLE J. Me GUFFIE.
LE TRIBU NAL7
0111, A FaUdience (ILI 25 janvier dernier, Nlonsieu r le j u ge Bourjolly, en son rapport, He Nlichel Oreste en ses observations, Ahnsieur L. Denis, subsLitut du Commissaire du Gouvernement, en ses conclusions,
Vu : 10 la reqLldte du demandeUr et 120 les pikes qui I'accompagnent.
Vu les articles 375, 377 (ILI code de procedure civil et 4129 du code J'instruc!ion criminelle ; I
Attend que par la r6cusation et le d6port du juge N1. L. Philippe, la r6CLIsation du juge Ed. Th6baUd, le d6pat'L du juge Joseph Duval, la protestation faite par les sieurs C. A. Nlc GUrfie et CO centre toute decision que rendra le tribunal de commerce des Gonalves clans routes les affairs le concertiant aver, le sieur Ernile J. Ale Guffie, et par [a d6cisioa pri.
"bunal compose des juges Geo'rges Arbutnot, se par le Lri 0 1)
rernplissant les functions de Doyen, James Debros e jeune et. J. J, Massicot, A I'audience du 7 Nlars, 1899, par laquelle ces juges s'abstiennent de connaitre de ]a nominaLion en remplacement dU jUge sortant A. Latortue, d'Lin autre jugge commissaire a la liquidation judiciaire E. J. iNle Guffie, 'ce qui 6quivaut aU deport de ces Juges dans ce qui concerned cette liquidation, le tribunal de cornmerce des Gonaives est dans Fimposslbilit6 de se constitute A 1'effet de connaitre du proc6s pendant devout lui ;
Atteadu que de 1'ensemble des faits et circumstances qui accompagnent ces r6cusatious, d6ports, ab tensions, ot protestations, it r6SLIlte cause de suspicion l6critime et qu'it y a lieu de dessaisir.
Par ces motifs, le tribunal, apr6s en avoir d6lib&6, d6siI




BU1,LETLN DES AIAIIPT;
,,Ile le h-lbutidl cIvil d.e St Mare, jtigoant en SUS IttribLltiotis coil-, 11113"ei'l les, Pour corinititre taot dozi erl.0melits de la litILIHILttiOll JLI(IiCIOII e (1-33 1,1 in,,(isoti do coinimtrce du siolir I'AllilO J. KC GLIffie 6tablie aux Gonuives, que des proc6s y ay;int trait (Fetilre les parties sus-d6tiomi 6os et d LOLIteS a Ll t res.
Donn6i de nous, Ernest Bonliornirie, Vice-president, 116riOrord, 11. Ilyppolito floutjolly et Ediriond 146raux, juges, en audience pUbli(ILIC (ILI 20 ]"6rior WOO, en presence do f. Em. Chancy, substitute du Coinmissaire du Gotivernement et ,LIssist6s de Monsieur C. S. Beidamin coin niis-(rrerfier.
No 18
JUGEMENTS : SES -MOTIFS
POUBV01 DU SIEUR JU1,E'S PFEIFFER.
Est mil lejugement dont les motifs sout (les tlicla),ations, an heit d'Orc des )visons qui ont diterminJ et explique' la dkisioji des juges.
Li." TmI3UNA1,)
Ouil a Paudience du 13 f6vrier courant Monsieur le Jucre Laroche fils en son rapport, ainsi qu,. Monsieur Dauphin, Comi-nissaire du Gouvernement, on ses conclusions,
VLI : 4o le jugernont attaqu6, 20 I'acte de ]a d6claration du pourvoi, T les requOtes des parties, 40 routes les pikes par elles produites.
Vu I'article '148 do code, procedure civil.
Attend que pour se conformer aux prescriptions de cet articleon ce qui concerned les motifs, les j ug -s doivent exprimer, dans ceux qWils 6noncent, les raisons qUI oni (16termiij6 leur decision. ;
AtLendu, dans Pesp6ce, qu'apr6s avoir expos les pr6ten tions respective des parties, les premier juges, sans les examiner et saus advantage s expliquer sur les consid6ralions auxquelles ils se sont arr6t6s pour d6cider ainsi quits Yont. falt, se sont. contents de d6clarer dans un motif, le dernier, (( qu'il n'y a pas liou de s'arrker davantarre
aux lins ot. conclusions des parties ot qu'il 6chet -to d'ordonner les cautions r6clani6es par les 6pou% !Wc6ne CaN,6,
2)() la communication de routes les pikes detnand6es
Attend (jUe, eu enard. 'I [a nature ot A Pobjet du (161)-Atl cc rnotif, cet unique motif, Woxprime rien,. piiisq.u'il ne faiL pas connaitre les raisons qui oni determine ce jurement




DU TRIBUNAL DE GA6*-ATION 29
(111'Lltl tel motif n'en est pas un, (4 LOPS, it a viulaLiun de Particle J tg gus-vis6, pour absence de motil's.
Par ces motifs, le Tribunal apr6s en avoir d6lib6r6, et sans (JU'll soit n6cessaire d'examiner les devix a0tres branches. iiu moyen propose A Pappui du pourvoi, casse et annifle le judgment du tribunal civil de Port-au-Prince, en date du 10 Juillet de Pann6e koul6e, rendu entre les parties en cause, en consequence, ordonne la remise de l'amende d6pos6e ; et pour 6tre status conform6ment A ]a loi, renvoie I'affaire par deviant le tribunal civil de Mr6mie, oondamne la dame M&6ne Cav6 aux delpens liquid6s a- la somme de.... et ce non-compris e cofit du pre :,ent arrM.
Donn6 de nous, H. Lechaud, pr6iident, Laroche fik, Pollux Hyppolite, Pourjolly eL Mmon(l 116rank, juge.-; en audience publique du 27 f6vrier 1900, en presence de Monsieur Edmond 11inphin, Goihmissaire du Gouvernernent et assists (le Monsieij'r Emile [,,wien, commis--reffier.
No 19
COMP2TENCES DEs TRIBUNAUX DE CO-MMERCE
La compitmee eii MaWre ewwmei-ciale, )i'psl pas lou.iom-s cliterminee 2)ai, la quality de-comme,),(, anlmais j)ar la stature Ct I'Objet (lit litige.
POURVOI DE 1A DAME, JEAN-CHMUt '-s DAVID
LE TRIBUNAL,
Ouy, A audience du 8 f6vrier courant, MOnSieUr Ile Juge Edmond Wraux, en son rapport, ainsi que INJOIlSieUr E. DauphinCommissairedn GouverneraenL, en ses conclusions,
Vu : 10 le jucrement attaqL16. P', I'acte de declaration du 11OUrvoi, 3o les reclukes des parties, 1,o routes les pieces prod ii i tes. I
Stir les 2e et 3,! moyens dO POUrVOi.
Vu !es articles' 620 et 60-1 du code de commerce,
Atteril-ILI que en rnati te commercial, la comp6lence est d6termink non point par ]a quafit6 de commer ants des parties on de Fune d'elles, mais par la nature et Fobjet do la voOestation qui les devise ; art. 620 sus-viA ; qLl'il s'en .-mit donc que quoiqUe J. C. 1)avid ne Hit pas corner ,ant, ,a veuve et ses h 'riLiers seraient justiciables des tribUlMuX consulai.res, s'il (avait fait lui-m6me acte de commerce.
Attend cependant yCil WesL pas 61abli an proc s que few J. C. David, eu relevant des fonds de X1. Boutin et C" qu'il




:30 BULLMIN DES ARlkl*.TS I
four winhour-serait en bois de carnpOche, At fait acte (to coininerce qWil est de pr6somptl0l), aII Wfitrallle (Ille les OCCLIP'AiOlls de Coin in iss,d re du Gouveriien-witt iie pouvaient pas lui laisser to temps de, faire de la speculation et que le-, bois de campOche, ddli r6s N. 13OLItIll et Co eil, 6-alernent de leurs avatices de fonds, provenaient (to ses terres
Attend quejins ces cowlifions, la constatation qui existed entre les parties West point de la competence deS tl ibllnaL]\ de Commerce, art 625 code de commp-rce ; qti'il y a donc lieu de renvo -er ces parties ", so poarvoiv (levatit IL JLIridictioti civil ;
Par ces motifs, le tribui-tal, apt s en avoir d6lib&6, et sans ( 'itsoit nt',cessaire d'examiner les atiLres moyens du pour Voil casse et annual le jugenient (Ill 5 inai de Pann6e kou16 e, rendu par le tribunal civil de Sahit-Marc, on ses attribuLions cornmerciales ; et, pour 6tre st(atu6 confortn6inent A ]a loi, renvoic I'affaire deviant le tribi.mal qui doit en coniiaitre,-ordonne la remise, do I'ametide (16pos6e et condamne les sieurs N. Routine & Co au Upens liquid6s A la sornme de P... et ce, iioii coinpris le co iL du present arr6t.
Dontj6 de nous, H. LeChilUd, pr6sideiit- 13011LIx Hyppollite Edmond 116raux et F. Bat-on, juges, en audience publiqtie dU 22 f6vrier -1900, en pr sence de Monsieur Thal6s Lully, SOI)SULLIt (III Commissaire dU CrOl.lveriiement et assist&'- (-to. Monsieur Emile Lucien, cominis-grelfier.
Ne 20
4-SISTEMEINT; SE>; EFFI-'TS.
Ne pouvant se forine), qWavec le co)tsente)n en t cx.pr s des parl' le di siste))ieut ne sera point valible s'il West pas aecepid
Powivoi i)z NjoN,*jj..uj,. Sjj).Ni..,y TELFORT
LE, TffflU NAL.
()LIi NIMIA01,11' 10 11100 WI-i110i'd ( 11 SOII 1',IPOOI't, Iillsi (Ille Alolibit ul, E'Ill. C11,111 y Sill) blut (Ill Coinnds,, C ,airo dil GUUvernemeW, en ses concillsiolls.
VU : P Ic jttoenjent -Lmaqu 122 I'ade de le dMaratiou (Ill pourvoi, 3 le,.i reqUOICS des pailies, 11) routes les pi cos Plodilih's.
StIl. I'l fill-d(I-I)OWITCOVOir dii (1(' render.
Vu I'aillcic 1.0 (Ill (1(' l)l()C6(IUrC CiVilC.
Altew lu (Ino Ic (1(%sklonw io, alors SLII'tOIIL (III'll c.,I fait avec r servc,.,, doil, I our pioduire ses elfets, Mrt, Urernent accepL6e




DU'rRiBUNAL DK GASt AliON 31
AtteUdLI qtjapr&s avolt, form6 opposition A im jugement do corig6-Gfatit 1'endU COLItre lul le H kii1let 1889, 'Monslour Sidney Telfort a, par acte le '17 mai 1889, d6clard
se d6sister de cette opposition, sous ]a r serve expressed (Vu,zer de telle aLILI'e viie qu'il jugera n6cessaire centre le dit juo'ement
Attenchi que ce d'sistement ainsi fait Wayant pas k6 aceel)t6, fl-en r sulte que Fopposition reste debont, et alor*;,10 POUrvoi exerc6 centre le judgment, objet de la (lite oppositioll, e,:t non recevable.
Par ces motifs, le tribunal, apr6s en avoir d6lib&6, d6clare purement et implement non-recevable le POUrvoi du sieur Sidney Telfort centre le jugement du tribunal civil du Cap-HaYtien, en (late dU 'I'll juillet 1898, rendU PaV (116NM centre lui et a6 profit flu sieur Louisdor Z61)hyr
Ew consequences. rdonne la confiscation de I'amende d6po66e et condamne le demandeLir aLI.x depends liquiUs ]a somme de P. 35.85 (]out distraction an profit de Mes Ar)!6uor Firmin el J, L. Dominique qui affirment en avoir Iait I'avallce, et ce, Dori-Compris le co it dLi present arr6t.
Donn6 dP 1101LIs, H. Lechaud. president, Nrigorl, PollLix IfyPpolite, Bouijolly ctEdmoncl Ll6raux, jUges, en audience, pLiblique' du 22 f6vrier 1900 en presence de MonsieLll' Ed. D(,wphin, Commissaire du Gonvernement. el assis(6s de Mon, ;ieur C. S. Benjamin, commis-greffier.,
Ne 21
DkPOT DES JUGZMENTS EN CAUSATION
FORAIALITbS DES -MARIAGES A L'ETRANGER. LP"UBS EJ TETS
Noti's IMMOBILIPAIS EN EIAITI DuNIMAGES-INT1,1-RE-I'S : mPRECIATION DES JUGES DU FOND.
Le ddpdt exigd en cessation par I'a)-ticle 930 du code de proc ,Iare ea cc qui concern les Jugements attctqu s, est r gttlicr, lorsqu'd en 1:
est laissd une copie signifide au Greffic), qii! 1:atteste dans soi? certi fleat.
Le lt'qttidatem, Xmie mason Mwng re est rececable et poursuivre ")z droit iineoporel ait nom Ile la masse des cr6cmM)-es la liquidat ion.
,Ye qr)'a Point valuable le marriage contract e)t pays stranger paj, tin haitien sanQ les formes voulues dans le pays oii d a etc Celebile. CXt oeb- de wariage )ie proditira mts d'effet legal, 3',jI West pob7t transel'it sur leregistre public ties ma)-iages (lit lieu du dowlelle de Phaltien dans I'minde apr s sm ret010' dans la WImblique (i mobi,de im!lr Ime amande sit), 14ordomiance (lit i-ig-e de paix ct de Venreqistre), ensuite au bui-eatt de ITtat eivil. En omettant es formaIWs enters une haitionne qui a eporttsd un etrailger, elle n'a pas per-




32 BULLETEN DEt
(1-11 ( f's tlroa,- iiotummea celm d'arc propridtairc tie bic)t /onclc)'s ch Hd( t ; .
La condamialZwi aux dowmaqcs-hil ;Yts est lulss& t'( If( souverable apprdeialion des Juges du fond.
POURVol DU SIEUR JAME ,, IjAc-Gumi.-,
Li.- TnIBUNNI, DE- CASSAT.ION EN SECTIONS IjfUNIE'--')
OLI'i Monsieur le jLlge F. Baron, A I'audience du -16 Janvier derider, en sor) rapport ; Monsieur James I McGuflie personnellemenL comme clemandeur, et AP Michel
Oreste, I)our )a d6fewleresse, en leurs observations Monsicur Ernin. Chancy, substitute du Cominissaire du Gouvernement en ses inclusions.
\'it 40 les deux jUgernents attaqU6,; 20 Varte de la Uclaration dLI pourvoi; 3o les re(ju6tes des parties; 4o Pacte do marine des 6poux J. B. Alc-Guffie: 50 les titres de propriWode Madame I T ve J. B. Nle-Guffie; Go. A16moire par James Al. Alc-Guffie sur I'affaire Euphrosia Dauphin; 7(1 routes Jes autres pieces produites par les parties
SLIr ]a fill de non-recevoir pr6sent6e par )a d6fenderesse
N'Ll Fart. 930 proc. civileAttendu que la d6fenderesse pretend que le dernandeUr n'a (161)os6 aLl greffe, du Tribunal de Cassation qLl'une copie du judgment, a1laqu6 ( on tie sait sequel ) quant il au rait dii d6pos &r Pexp6dition O'Ll I-A copie des deux jugements centre lesquels il a exerc6 son pourvoi;
AttendL] que la d6fenderesse fait erreur ; qU'LlIlC COPie sicmifi& de chacun des deux jurrements attaqu6s a 61.6 d6posee, ainsi qu'en fait. foi un certificate du greffier de ce triIRMA, et dans le (161ai 16cral; que I'article 930, pr. civ. avant W observe, le dernandeur Wa pas encoul'Ll la GcMaitce.
Par ces inotifs, le tribunal rejette la fin de non-recevoir.
Stir le 2e moyen centre Je judgment par d6faut.Attendu (ILl',11 pert, le point, de fait du jiicrernent pat, d6faut (IU 20 Dken-)bre '1897, James M. Mr-Guffic, agissant combine liquidateur de 1'ex-raisoll scxiale J. I". AF-Guflie N< Go et li I'iti('.H gitilnc de feu J. k. NP-GIII'lle, \-LI l'indivisiolides C0111munal.11,6-, el SUccession J. 11. Mac-Guflie, la votive J. B, Mc. Gtiflio tanl saiis droll, pour disposer (I'mie liable sisc aux Gon.fives ot lvcolllme "I 1"Ichr de 1'( 11 .1. 1". AV-(ItIrlie, soll A titre de fc-rme' soil, A ti[l,(" flu IOLI*tl('V, SMIS 10 coll"clitcment, des coh6riliers, demawlait d'aunuler le Imil soilsschig prive OL) LILIHIC11tillile (ItColle a PO COWS011til' (A MOrCk 110ne'), k C'ia.




DU rh18UNAL DI-l' CA-.-AHON
Attell(ld l,11i'i'l C2tle dent (111CIO 10 VCLINO J. D. Nle Guffie i6pon(fint (Itic James [. W Gifflit-, soit qu'il igisse en son prolwe i-loin M coiwti h6tltier de feu James Bean Me Guffie, S 't (Iti'd o",
ol i,-;se combine liqt)i.lalu iir de la mason j. B.
NIC Gliffic (%. G, esf 1i're,1'.-%';iI_)1e on son action, car cette itctioii so foii(le sm- h quilt( ij.w ne peLlt avoir iii James Mc Gurke ni la iwm-zon .1. 1,1. M, Nic Gul'fie et Co puisque I'mi et, 1',tutre -oil[ e.triiii(cers el 111',1LIK terms des articles 6 (-to la Conslilutioii el, 450 dn .,o:lj civil, its tie peuvetiL dtre propi 161,dres de biens I'mwiers eii Iftati, etc, etc.
At(etidu que le tribunid uivi! de Port-au-Prince a admis (Ts deu.N fiijs de iwu- iecovoir en d6clurant James Nil. Nle Tijffie non-rece%-;(Ifle, et coinine h6rilier et conime li(iLlidateur; (Iii'il est 6vi.letrit c,2jwwl; i-il que lames I. Nfc GUrfie, COIDIfie li(lL11(Llt(3(Jr, ii'6mit pas ;'I lit I)OLli's )ite d'un Arclit iiiiiiiobilier, all nom de la inai-on haies 13ean 111C GLiffie et C") milis d'Un dt Oit iticorporel, wi noin de la masse des er6t-ificiers (1, lit liqiiidation, ce, (,,,I \'elJU des articles 522, C. C0111., 220, c. ci\, 2 et 3 de, lit ],,I (lu 30 Octobre 1860, sm, It! mui-imye entre Haiheijs e( 6irmigers; (ILI'ell le d6, Iat wit (loile (ion-recovid)1Z, ,m, 1-, inolil' que, ta mason de cominerce iont it se dit to llijiii,!ate ir, est une maisonle 111cfenient, Ati-i'llie a hil i.ine confusion cle Vol)iet de la deinailde, d'o(t Faus,4d ;iii.ei-pr6totion et faUssie application des ailicles G de h C,011 -WLlkon et 4.50, code civil.
Pat, ces rnotirs, le ti-ibl.11111, api ,, eii avoit, casse Ut LH1111.1le le judgment, par (161MIL 1 11 20 Ncembre 1897, et par voic tie cowiequence C( !Lli (10 (161)OL06 (VOPPOSitiOll dU 20 Juin 1898, Vell(ILl E21111-0 le's ptacti4es ('11 cause; Ordontle ell COHS( .(Iuenc(- [a reinise de l'aint.tide ti6po-;6e; et, comme it S' 'ec 11it',ine ;tllalre entre les
lcfiL sur ce second I '0111's, (1,1111o
m6tncs pai ties, e'e it le ca., poor le friburial do .4atut.r, seehOll', Uhluies, Stir le forld, par iipplication tie VuutiGle 131 de la ConstitUtiOn.
Au fond:
Attendl-I que James Aluir GUI'lie demanded aLl tt'ibUnal- de dire que c'esL la lot 11.)iiboi, (jul est applicable a 1'espl Ce et que par suile it it droit ;'t 1,,, !noiti6 de la valour de l'imineuble (Iont le loyor ()It lii rei nie est, en litige; de dire, (1,111S le. Cas 06 por intpos,11&,, Ii loi Duhois ti'6tait pas adinise. line ma;],inie (;jillic qui (-."L hicontestablement
,.I r %w pul, suile de (lll ill 1'i;lge ell 4avec till I-ci- sous to (1c kii-ticle 3 du 16cret de '184.5, kait
Tiidlt,, poll,, tvoir (Ie. immP.Libles en '1867 peDdanl. son I 61--int inliabiles
Initi'li(gfe et que par suite, les dewx, paities I
a poss&lur des inimeobles dans le Pays, les dits im-




BULLETIN DES ARRtTS
III(-,Uj)1eS )UIIL kt6ChA1'6S A la vacance dh l! er1fill (111'ell LULIt, 6tat de cause, Jame., Muir Ale Guffie comme. liquidateur a bien le droil Lie revendiciner fe montaul des itIM101.1bles, ces valeurs (yant appai fetILI d 1'011 J. B. MC GlIffie.
Atten 'Jl (10' l CCS demands Madame veuvo .1 11. Ale Guffie 01)1)0-,,6 one fin do non-recovoir bas6e sur la quality (1'6tlall(lel, .10 I:km(:,S M. McGni'lio, mrksanl en son propre nom, et siir lit qutli16 do ki mason (Arano6re J, U. AIC GLIfie et U douL il eSt 10 li(ILIV1,1teUt', et I CO!1GlU A CO ([Q'il SOIL d6chrl' 11oll-recevdile en Son action, (lu'au fond, se disatit, tant pm, litres que par prescription, unique et, mconlestable propri6tulve de la halle siso ,mx Gorta*ives. voc LouvertL11'e (A Qial Alexawitc, elle demandO Lie d6bouter le sieur James Muit, NIC G.11hic A -;O.i demands, fins et Conclusions, et dc le (- otidamner -A vincL mille piastres de dominagesinte1,6ts.
AttelAU que pour 1examen, tant 'do la fin de non-recevoir que cles effects l6gaux du in-triage des 6poux de Jarnei Bean MIC G'ufflc) il importe de rechercher 1'6l)oqUe exact de ce mar1-0go Aiii Tarriver, s'll y -I lieU, A ume application evicb," dc- lok!, d6crets, on C'onstitutlon,; s' rapportant, et irjVO(lLI6S (Lol, !'e-- P'co par les parhe eii cause;
A t h'11111LI 11LIC I SCUle pi C, tnontionn6e dans l'inve.Maire d1_1 110.SSWI, (10 h (161'elldf Msso 1-11.1'elle (10alifie (( acte dc '0101 ioge dcs c'poux J. 11. Mc Guffie )) est ainsi congLIC. (( Le ;O LI console do S. M. Brttanlli(fUe ilans 1'empire Wfla'fti (.-orllfie pli, c(,.-; pr6sonLls (111'11 -1. U11i LJAIIS les liens dit mariago cljn la lormule prescribe par VEglise Protestante, 01 eii vOr0i do poiivoir, qui lui ont 6L6 cotlf&6s A cet ellet le ,,Icur James Hean Mc Guffio vice-cow-ml Britannique r611mit aux Gon;Cf et la demokelle Kuphiosh W iphi .1(()\ejmc haftieiine iMS1;i 1-6sidaill MIX 6011,6\TS.
Port-mi-Piince, le 17 Hviier 1854
Consill deS. M.
i k2nifii ilm, si le certificat, dont la tonem, est, ci-dessns vilyoi It'i, (,iml ippuy6 do pi&ccs jumilicatives de 1'ubserV31100 (lit j tf'111101' ChApItI-0 Ile lit 10i No 0 dU COde CiVil SUI' fo maria ot de,; formalit6s prescribes par les articles -1.55, 150 i-A -1-'ij du intme cofle, te d -s 6poux James B.
-1 C GLIf Ile strait valablement contract en 1852 ; que- dalis




DU TRlbUN.%L DE (.A'-_,'- ATJON
cas contraire, il tie pout pro(inire aucun effet ; qU'iIS s'e11SLIit done que la demokelle Euphrosia Dauphin, ha*itienne Torigine, Wil j;II1TJ-S P('I'(]Ll colte quality et qu'elle osL habile par conskpientA poss der des imi-neubles en Haiti; title cela est Waillcm-, implieltement reconnu par la d6fenderesse dans les litres de prop i,%1:6 et dans le bail autI1Cl]ti(_IUe de la halle doun6e A CE(;it on 4868 of.i ne figure (ILIC S011 nom de detnoiselle : Eijplwowia DauphiD ; ces diff6rentes aC(jL!i.SitiOlJS Oyallt 06 bilee par elle apr6s 1852, et ,(%I 1'exclusion de son mi,ii
Attend qn'ainsi et solon le droit common, elle est par ;-os titres dat6s 1866 et 1867 M par prescription unique et incommutable j)l'Oj11-i6taiTe de la. halle sise aux Gona1ves, I'LleS Louverture et (ILIai Alexandre; Attend que le sieur James Munir Me Guffi, son fils a intent son action centre elle, en la double qualit6, d'h6riIier Wgitime de feu James Bean Me Guffi, son p6re, et de liquidator des masons J. B. Nic Guffic et CO, qu'en ces deUX (JURIR6S, il doit &tre d6clai,6 non-recevable et mal fon(16.
Attend qu'eu Lrard aux circowz1ances de I'affaire, A ]a position respective 0 des parties, il Wy a pas IieLI (Faccoder des donimaaes-iotk6t,. A [a d6l'onderesse, les torts causes
'6 k Zn
int. pas appr6ciables en argent.
Pal, ces motifs, le h-ibUllal, apr s en avoir d6lilAr6, (lit (lite la flame Euphrosia I)aup1jin, dite veuve J. P. Nle GLIffie.. est tant pal, titre,, que par prescription unique et incomInUtiAble propri6tai-e de la halle sise aux Gonaives, riles Louverture et Onai Alexan1re ; d6claie le sieur JaMes Al Uir Me GLlflie iion-iecevable et rnal Com-16 en son action ; rejette Ies domrnages-int&Ms iklam6s par la dame Enphrosi'a DMIJ)h 11 ditV VeLM J. h. AIC ('11 e I e I it, I*fi* ; Ot COnd,'11111 -iel
Imnes Muir Nic Gurfio anx Ilcinid6s A la sollinle de
G. 3 .50 avec distraction ;m prohl de Me Michel Oteste, qui 1!ffirme ell avoil. hilt el co 11011 Compris le COO', fill pl-6sellt
Doun6 do. nons, Erne d Poidwinme, vice-pr6sident, Laroche Ids, Pkigord, Ilolhix Ilyppollw, C. W'ean, Bout'jolly, J61.61111e, i'dillond W rmx ct I". I'Wl,011, i I g(_ ei) audience I)IIIAH111C (ILI 6 Mal'S '1900 en preseiice de M. E. Chancy, .-'Ob"litill ('111 C0111111i.'sall-o dII ("oil verlielnent Ot lssiW s tie commis-i't1fict.




111MLEMN DES Ati ntV;
No 22
Al fli-lh L;- ATJ ON MARITAIA" J)'E,,TEII EN JUSTICE
Lavloiisatioo maritale (Vester en justice est
ble (" 4' 1 validitJ des actes fuits pto- ht femme aussi biett ea premWi-c instance que sur son recowrs en cessation.
POURVOI DE, LA DA. ]E JANIES BEAN Me-Gumi-'
E TR t 1-1 UN A L,
OLfi A Faudience du 30 hllViel' eXril-6, MODSieL11- le J11"(2 F. Baron en son rapport, Me Michel Oreste, pour la dumanderesse, et Solon Mkos, POL11' les d6fendeurs en leL11", obsematioiis Monsieur L. Denis, SLIbStitIlt d(f COMinissaire dLI Gouvernement en ses conclusions.
VU ]" le JUgernetA atlaqLi6; 2,) Vacte de la declaration Ile poin-voi, les requOtes des parties 4o les autres pi Ces par elles I)FO&IiLes.
Sin- la fin fle timi-recevoir oppose au J)OL1VVOi Pal' les d6fendel-IFS:
Yn les artic.lei 199 et 210 code civil, 929 c. pr. c.
Allendu (pi'aux terms de Farticle 199 c, civ. la femme tic peuL ester on Jugement sans I'autorisation de son mari, (A (1110, suivallf i'arflfde 210 du m6me code lit imIM6 fond6e
le d6faut d'antorlsatioii peut 61re oppose par le mari (A par la femme;
AtLeridll (JUe NloiiAeur et Nladame Etienne Lmnarre Gar(h rc excipant de cette will'116, lit lire Ile ec que Mildame .1.1mes Bean Ale.Guffie, n6e. I"JI1J)II1'OSi,-1 DaLlphill a Si(-,,I1ifi6 Os Moyen, de cassition A Mmhme Lamarre Garde're 0 senle, (A que le mari Wa re u menne. significatioit d es d i I s moyew, ip'll rj' t dwic pas M6 ims en can.-ic par la demandcie: se en ca,,sation ;
Atfewhl IILIO ce (UraUt d';I(I1OCiS'A1iO11 I'6SUI(e de exploit do i,-,,Illficatiull deS 1110\*(-"Il,,, dela clemanderei;se. en dale (III 't .111;' 1 ol 1,898 ; 4-pie -I, apperf le jiigement du tribmini ci\11 do SAIlt-Mm-c' ('11 dale (111 IS Alui de la 111011C 11)116e, I c. I roii,-LiI6 dans les qwflil6s ipie Madame Efienlw IUIwlro r)6(, [J ,dn (,6eilia -Mv-(,()I-f1e Mait assist6k) d(-%
-m l livirl (1,1,01lo ,I (, W prim ili\% ment atllori0 f, par 1,1 ill.s.lict, p) ii ',I \:illdih'ide hiislancojl ne ponvait ('ilre qlw,- Iioll III( do 1-111shtlw( ell (.:)S-alioll (ini on C-st disfillch, ;
A li- (III (III, p )(11, l'iIIA,11we au 1rih,!n;d de Ic III;(11 11'a lw 6W Jppol pom, as-is tpr OU autorker sa fem-




DU TRIFICNAL DE 3, 1
me, par 1expluit tic signification des tno\en., cotitenmit (Ssi(maLimi la femme seule d fotirnir ,es dffeiisws ; que 1'et acte est 11,11 pour (16filut Ta"Iforis,11101,1, SUivant les irt. 199 et 210 du code civil, et que, comme ]a dernatideres6e en cassatiori ii'est plas dalis le Mai de lart. 929 proc. civ. pour renouveler ia signiticatiot-I (16 ses moyeiis, il y a liou de la d6clarer de'chue.
Pat- ces motifs, I(. tribunal, apre's eii avoir (16clare la damo Veuve Jaryies F)ea'n AM, Guffie, ti e Euplio-,14; a ,jugement du
Dimphiii, (16chue de-son pourvoi centre le "') tHIJOLIal civil de SL-Mam, ei-I date CILI IS M li 48W) I'011(h] 011tre elle et Monsieur et Madame Lamarie Gard&e, ordontle Ja ewitiscation dp Famende d6pos6e, et corida'me la demmusse aux d6pen-, liquid's A la somme de P. 62.5 ) dont distmetioii au profit de Ale Etioch D6-.eit (ILO aflirrae eii uvoir fait les avatices, et ce, tioti compiis le coOt 'ILI Pr6sent. arrOt.
Donue' de uous, Emest flonhornme, vice-pr6sident, P6virford, P. Hyppolite, Alexis Andi-6, UourJolly, D Pouilhe, G. D6jean, Mr6mie et F. 1)),11'011, JLI11eS, en ai dience publique du 6 Mars 1900 en pr6sutico de M, E. Chancy, SLII.)SLILUt (ILI COMMkSail-e (ILI COLIvememeiit, assists de Mr S. Benjamin commis-grertier.
No 23
SECOND DECLARATION DF POURVOI.- COMPE-Tk-NCF DE ; HUISSIERS POUR LA SIGNIFICATION DES ACTES D1,1' RECOUPS EN CASSATION.- Exc ,S DE POUVOIR : V101,ATION PU DROIT DE LA D ,FENSE ET DE L'ORDRE A ETAD1,111 DANS LES JUGEME.NTS.
Uize premi re de'claratim de pourvoi faite availl la si jalficatim Wun jugeme)?t. djno)zcJ sera -Wilemeat remp,acOe p(i), ime secowle declaration, d /a suite de cette sigailicatioa qui. fait courier le de'lai de cassatioiz Ct observer toujours peme de dkhjance.Dans les lieux autres que la Capitale ot*t, si gc le 71).ibi-mal de Cassation, il Westpoiat defend d tous les haissiers, sa) s auemie distbictim, de signifler des actes relatif,; d ce dit tribunal.
11 y a exc s de pouvoir et violation du droit de la djfense de la part des jugeg qui statuent au fo)zd dffimtivemeW, avant de se pro)zoiicer sur routes les exccptio)is et (1 fmses soumises h leur e.vame)i par les parties ell cause.
POURVOI DE INIONSIE-U, E.NocH DJ SERT
LE TRIBUNAL,
Oul) a I'audience du 27 F6vrier expire, Monsieur IeJU-




3s OULIJAIN, 01-"S ABhr TS
r)e Laroche fils ell :,oll rapport, aitt-ai pie Ni )iiwor Chancy) Substitut dit Commisaire da Gouvernenient en ses colICILlsions.
Vu 1,) le jugetnoiit ;ttlayi6 ; 2,) Lill lo acte (it! d6claraiion (to pourvoi, en dALC Jkl 20 SdiAembru 1.890; 3" un '20 eii date (ILI 1-1 octobre m6:-no ann6e; 10 lei requ6b,", LIO-S Parties; 5- les Pikes par elles produites.
Sur la Ire tin de tion-recovoir propose pir le d6fend,,ur.
Attendu que si la d6clavation de pourvoi, faite avant la si(Pnification (ILI jugeinent ol)'eL du dit, pourvoi, t st. pr6matur e, it ne s'eiisUit pas cin'elle tie puisso d[ro titilernetit z,61t&6e, alors surtout qu'olle ii'a 6[6 suivie d'aucune notification. A Peffet (to lier ['Inshtico deviant to ti-ibonal (le n isation ; que lors donc api,63 cette d6claratioti, il en e6t faite utie autre apr6s [a signification du judgment et, dans to 16lai impart, cette derni6ro est valable, (Inoqu 9 elle ne men, tionne pas PannUlaLion do la prerni6re.
AttendU qu'un jLlgem-mt du tribunal (to paix dei Gonaives a Md rendu le '20 Septembre 1899 entre t, deinat-ldeur en cessation (ILIC sans en atLendre la significallon qLli tie s'est faiLc que to 28 Septembre, it avait pens6 f.iire. sa d6claratin do pourvoi, to 25 SOptembro (jae comprenant que ,(,tte dkla ratio n 6tait pr6m(ttur6e, it ['a r6iter6 le 14 October apr6s signification (ILI jll"Clflellt et (1,111S le d6lai utile.
Oue cetto second declaration faite dans les circonstances ci-dessus relev6es, est done valuable et la tin de nonrecevoir oppose de ce clief aLl pourvoi est mal rond6e.
En consequence, le tribunal la rejette.
Sur la 2e- tin de non-recevoir :
Atten(lu q6e de la combination des articles 5 de la loi (ILI 23 D6cetnl)t-(,- 1867 Sur Forgapisation du tribunal de Gassition, eL 2 (to la loi du 41 Juillet 1859, concernant la comp& tence des huissiers des tt'il)UllaLl\ de paix, liors (]it lieu ob si gent Lill tribunal civil ou un tribunal de commerce, it resort que ces huissiers d;ms tout autre atitre lieu que [a Capital, sotit comp6tents pour signifier Vacte contenant les moyens du pourvol en Cassatioll, exerc6 centre les jugements rondus pat, leur tribunal.
Attelldo) ell elfet, qUe la defense faite aux Imissiers des tribunaux do paix d'instrumenter pour les affairs de la compkence des tribunaux civil-, et de conjinerce, dans les lieux oii 11 y on a, tie doit pas kre 6tendue aLIx affairs de la compkence du tribunal de Cassation qui, dans les lieux autres que la Capitale, tie sont pas attribl.16CS C.XCIIISi%'ement aiix huissiers de ces tribtinaux civil et de commerce




DU TRIBUNAL DE CASS kTION JU
qLIO les prohibition.-i k'irit de droit 6troit, 1 2 Lie pe went pai dans le silellCe (ILI Y : '_Ipjjj6ej"
Atfendii (pCil r6sulte de ces observations que la si( f i i Qeation faite (.to I'acto contenant les inoyens (ILI poill-voi en cessation e.Kerc6 coitre to *n(-'feai-,:a Ait tribun-d de paix des Gonaives on date du 23 Septembre 189,9, par un. Iwi-isier du dit tribunal est r6uali6re (A V thhlt-' ;- (ALI'li s'etisuit que cette 2e- fin do non-recevoir est eacore mid Cond6e; ce pourquoi le tribunni ka rejette.
Sur le lo moyen dLI POLIrVOI.
Aftendu que lorsque pom, rapolts er I'action PO U IS Llt'V i 0 centre lui, le d6feadem, oppo.ia 1'exeepuon h pve crlptiot- I les 'Llges ne peuvetit pas, sans ckmi w3th'i2 im oxc s de pouvoir, statue au fond szois avoh, pr6dkWernerit exaimn6 exception,
Attend que Monsieur Enoch Nset-t it fait donner citation au sieur R. P,-Fran ois I)OLIV s'entendre condainner POLI1' '1101101' Iil'es A 11.1i Ris, A Itli pay '-r Une, sornino (te quatre-vincrts gourdes, avec %'iiigL "OUrdes (to domt-nages-int6r6ts' le tout avec rrals et-d6 .-en.s.
Atteridu qu'apr6s avoir combaUa Ies pr6tentions du (tei'liandeur, le d6fendeur a d6clai,6 qn'iI v avait prescription, aLI.X terms de I'article 2038 cod. civ., a quoi Monsieur Enoch De'sert a r pliqu6i en invoquanL combine exception A A Particle invoqu6, Fart. 20,W aLl ni&ne code.
Attend qUe sans niffler-rient examiner les pvkenholls des parties SUr Ce point, le tribunal a staW6 an foad ;
Oti'en proc6dant ainsi, it a done comings I'exc s lie POLIVOW (111i lui est reproch6, en violent te droit Lie [a defense.
Par ces motifs, le tribunal, apre's eu avoit d6lib6t6 et sans qti'il soit n6cessaire d'exantiner I'autre nloyell da I)OUI.voi, casse et annute le jUgemeM CIU t6bUtUd Lie [)al\ de la commune des Gonaives, i eiidti en dormer resort et contradictoirement entre les parties en catise; en cons6quence, ordonne la remise de I'amende Gpos6e,- et I)OLIV kre stated conform6ment -t la loi, renvoi- Vatfaire pm- deviant le tribunal de pa ix. de ],,I conimune de Groi Morne.
Donn6 de nous, 11. Lechaud, president, Laro-he (its, Nrigord, Bourjolly et F. Bal'On, jMYL'S, ell audience puldlque, du 8 Mars -1900, en presence de. MOnSieUr Em. Chalw' ) SUbStitUt dLI Cotilmiss,lire du 'Grouvernement) et assists de
C. S. Benjamin, commis-greffier.




40 11 F. A I i It ETZ
No 24
EiRnITS HE 6AIIAN'111-' NU VEN01-T111 ET SON
EXGJ'-S DI-- POUN-0111 ET VlolATION DE, 1,A sUlt
DEMANDED REC0.NVL.NTW'.NLll,1,Wig,; de garantir la cho.ge zewlue, I'hildrel flit vendeltr est Aidew pour i ester pa?,fie en cause et pour si, pou rvoit en cctssationl q'il !/ a lieu.
111/ a exce's de pouvoir 01 1,101ation (lit droit (to la djfen4 e enversmie parties, en 10 refusant la com.mimicalion (&.s PYCC-85 employ es centre cite sur ime demanded recoavenhomielle pour stalker immidiatem.cal au fond, mns Venteadet, d Cet oard.
POURA-01 DE ]A DAME LANASSA AIARTiN.
LE Tmm.NA1.,
0 Wi A l'aUdience 11LI 15 F6VI i0l' CXpil'6 NfOllsieffl' le ]MIC BoLujolly en son rapport t, Me, J. L. Domilli(lUe et J. Arc-lill), en leurs observations respective ; Monsicor Einoi. Claincy, substitot du Commissaire dit GOLIvernement, eu ses C011CILlsions.
Vu '10 le judgment att 2o I'a c t e d e la declaration du
pourvoi ; 3o les requ6tc s--Ts6 parties 10 tou Les les pi6ces par elles produites.
SLII- la fill de non-recevoir sotilev6e por les d6fendel.11"S.
Attend (]Ue le vendeur est oblige de gar-antir la chose yCil vend, article 1388 code civil ot alors il a int6rk A rester partic dans Finstance aLI COL11' dC la(lllek il -I Vel)(111 la chose, objet de 11a contestation, et eela, pom, kre en ineSUIT de remplir, vis-A-vis de son acheteur, les obligations (ILle I'l loi 111i impose.
Atteriffil (JUe pendant le cours de Pinstance e n pa I, ta e POUI'SLlivie par la dome Lawissa Mortin, elle a \,cndu ses droils et Pl'6t0llti0nS* Sill' l'il1llneUblC i pmtager (Ille J)OLII, la o-aranhe 411.1'ellL doit -,'I son aclietCLII' qui Wa pa s p e i is 6 intervenir dans le d6bat, elle a iilt&M A rester dans ]a cause ; (Ine dans ces condiLions, le POUrvol pat, elle exerc6 est receivable, ;
En consequence, le tribunal rejette la tin de non-recevoir ci-d SSUS (11.11 est mal fondue.
Sur le 10',1, Moyeil du pourvoi.
Attend (joe l0l-S(lU',"l. Line demanded il. est op[)os6 des d6fenses (IL11, SMIS aV0il- le caract6re d'Une demanded recon\entionnelle proprernent dite, prevent cependaill Mre consid'rks comme telle) 4D 'd au but aLiquel elles tendent




DU TUAIBUNAL DE i:AS.SAI'ION "it
(11-011, j)OLll' le dern;tlldeffl', T r6pondre est lllcunte"Aable, et quand pour co Fiiire, it cotichit d la Corti tnulm"Ition des pi ,ces (Ini ont, sci vi de 1),-(se ; ce.i defense, le trih'1n-'d7 llejetanL cette oxcedtion, lie pouvait, salts exe6s de pouvoir statue aii fond ;
Atten(tu qLIC Sur lit deniande ell partake former par J. Areldn' P61isaire et, L-,tnassa Martin, ell leLlr CJURM6 Wh6ritiers de Ceu Anaizc 'Flj zan, Vvc llhilorn6ne AlarLin' leur in6re, d6ced6e, Lise ',Jartin, leUI' S(-J!Ur, a pr6teridtl, ell fai,,ant Otnt de pInsieurs ducurnents en sa possession, (li-Celle OSt ALIX (11-0i[S de Sit 1116re, senle propri6taire de la niolti6 de l'immenble dont to partake est denian(16 que pour
01re -A niesure de combattre cette pr6tention, Lawissa Mart a detnan(16 la communication des pikes invoqLl6es A son appui ; que le tribunal a rejet6 cette exception et sans appointer [a denianderesse A PrOdLlire sa r6ponse aLl forid, a staW6 au fond ;
Qu'en proc4dant ali)si, It a vioI6 le droil de ]a d6rense et collittlis, par suite, Vex6 s de fjotivoir qUi hii est a ))oil droit reproch6.
Par ces motors, le Wil)LInal tpr s en avoir de'lib&6, et ,-aijs q i'fl soit n6cessaire d'examiner les autres illoyens du Pourvoi, casse et annual le judgment (ILI tribunal civil do Port-au-Prince ell date du ').I Dkembre 1898, rendu coniradictuireinent ei)tre les parties en CiMse; en cons6quence ordonne la remlse do I'aryiende d6pos6e ; et -POLIr Otre staW6 coni'01,111611leot A la loi, renvoie Faffaire pardevant le tribunal civil (to Jacniel - condamne la (lame Lise ,NLtrtin, la (lame Th6lismon Bouchereal.], nk, Ckilia Th60dore et. le sieUr Mix Th6odore atix d6pens li(ILli(16S "i la.
distraction MI PI'Ofit
,zomrile de G. 5G.65, &nt de INV J.
L. Dominique qui afflrt-ne en avoir fait I'avance, et ce, rion comprise le coM du present arr6t.
F)onn6 de nous, 1-1, Lechaud, president, Latoche fits, N'I'laord. Bour i atix, juges, en audience
n jolly et. Edmond 116r, n
ptiblique du 8 Alars 4900, ell presence de AIr Erxim. Chancy, SLIb:-titUt CILI COMMISSaffe du frouvernement ot assists. de M. C. S. Benjamin, commis-greffier,
No 25
RENVOI A U.N AUTRE 'HICIBUNAL DEMEURP SANS EFFET.
It y a liett. cle rapporteur un a) rdt tle renwi ti un (tittre b-ibullal) lorsque les wuses pit Vauaient f(tit ortlonner ont cessJ




BULT.1-JIN DFS ARRftS
,1'exislev, 1w), svite A changements lails dans Itt eOltlposi It Olt dit pve)0e)- tribunal.
SUR LA REOUf-TE DE MESSIEURS HUGO KAINER ET CI).
LE TRIBUNAL,
Oul A I'audience du 27 F6vrier 6couI6 Monsieur le juge Laroche fils, en son rapport, ainsi que Monsieur E. Ditiphin Commissaire du GOLIverneinent, en ses conclusions.
Alu la requ te ci-dessus transcript et Farrk de ce tributial, en date du 3 Alars 4898 ;
Attend.u. que par cet arr6t, le tribunal civil de PorklePais a W dessaisi de la reconnaissance des affairs civiles que !es sieurs Hugo Rainer et CO POUrraient avoir A inh-o(luire oCi qui pourraint 6tre introduites centre eux, Et d6sign6 le tribunal civil du Cap-Haitien pour connaitre des dites affairs.
Attsndii que depuis et par suite des changernents op&6s datis la composition (lu tribunal dessaisi, les causes de ce dessaissement ont cess6 d'exister qu'il y a donc lieu, ainsi qu'y ont conclu les demandeurs de rapporteurr I'arre't sus mentionn6 du 3 liars 4898.
Par ces motifs, le tribunal, apr6s en avoir ddlib6r6, rapporte Farr6t par lui rendu le 3 Mars '1898 -- en conse'qUence, ressaisit le tribunal civil de Port-de-Paix de la connaissance des affairs qui avaitent. 6t6 attribLi6es par le dit arr6t au tribunal civil du Cap-Haitien, A exception bien entendu de cells qui sont actuellement, en cours de plaidoireries deviant ce dernier tribunal.
Donn6 de nous, 14. LechaLld, president, Laroche fils, 116rigord, BOUrjolly et. F. Baron, juges en audience publique du S Mars 1990,, en pr&zence de M. Em. Chancy, SubstiLut, Gonfitnissaire du Gouvernement, et assists de .1. C. S. Penjamin, commis-preffier.
No 26
ESSAI DE CONCILTATION.
Art, 7 7 dL1 code de proc, modifi6.
Les demanded q suiettes b Vessai de conciliation sont irvecevables) lorsqzt'elle wil W inienVes, swis Vaccomplisseinew




1) U CI i I B U N A L D E cA S T I ON 48
fle ceite forinalild ev q e par V(trticle 57 da Code 1))-oe 4twe Cile, avant sa wodifieatio)z.
POURVOI DES DAMES MARIE JACQUES LOUISL, 1):TE
RAYMOND 11LOTIN ET MARGUERITE DITE MItSUNIE PILOTIN,
U TRIBUNAL,
OLI'i A I'aUdiOnce dii 8 Mais courant, Alonsieur 10 jOcre U LI rJ011V eu son rapport, Me 'A. Nl6rion en ses observations POUr les dernanderesses ; MotisieUr Th. Lully. SUbStitUt du ,,orrtrnii saire du GOLIvernement, en ses conclusions,
Vu 1() le jurrement attaqu6 ; 92o I'acte de la Uclarttion dU potirvoi ; 3o les requOtes des parties demanderesses,4- tOUtes les pi(-',ces par elles prodUiIeS.
ia (16fenderesse Wa pas product.
Sur les deux nio ens du pourvoiAttendu Lpi'atix terms de Pancien art. 57 proc. civ. en VICTUCLIP an temps oft I'action dont il s'agit ici a 6L6 interit6e les dernandei sujettes A Ve3sai de conciliation devaient dtre d6clar6es non-reeevables, sl elles ii'avalent pas 6t6 pr6c&16es de cotte formalit6.
AttendU que les demands en partake de SUccession n'en, sont pas dispenses ; que, cependant celle intrOdUiLe par ['exploit d'ajOffnement du 19 Janvier 1893 n'a pas pass6 par ce pr6liminaire indispensable.
ALtendU, en effet, qu'il r6sulte des constatations du jUgenient a(LaqU6 que les deux citations en conciliation en date Liu 23 Novembre 1873 invoqU6eS mal A propose d;,ins la cause actuelle, sont relatives, Fune A Line deinande en restitution de fruits, en attenclaot le partake, et I'autre A une demanded en dornmage inter6ts et n'ont par consequent, aucan rapport avec [a demanded en partake introduite par Pexploit clu '19 Janvier -18' 3 qu'en d6clarant done cette dainande non-recevable, les -premiers juries loin de contrevenir z Lin texte de loi qi-ielcon(ILIP,, ont au contraire, fait Unejuste application de Fancien art. 57proc. civ.
Rw ces motifs, le tribunal, apr6., en avoir delibe'r6, rejette comme mal fon(16 le pourvoi des dames Marie Jacq es Ioulsa, (lite Istn6ne Raymond 111[oLin et Marguerite Louise (lite Wstinie Pilotin centre le jugenient du tribunal civil de POIA-MI-Princerendu le 11 Avril 899 entre elles at [a dame Aftua,iste Louis Joseph Rivi6re, (lite Cajuste Gulle ; en en cons6cluence., ordonne [a confiscation de Famende (16pos6e. 11. Lecliaud, president, Laroche fils,
Donu6 de nous,




44 BULLFTEN AIIATS
(1, P011LIX I 1 t)[)OHIC et 11001JOlly, .'jtiges, on audience pUbInple thi 13 Mais '1900, en Presence (18 M. E. Dauphin, C0111111isSC111'e d(I COLIVU111CInellt, et assists do M. C. S. Benjamin, comi-nis-,,reffier.
NO 27
Uo.N'r)-'S;TAT10,N ENTIRE HT11AN(.E'lkS : (-:OMPETENCE.
Les fribuamix hai'liens sont incompeleals pom- Cona'(11,11-C (les contestations civiles (les etranflers, it moins qite ceu.v-ci .11 coweatent formellement.
POURA-01 DES STEURs TiPPENHAt'Ell ET u'o.
L, TnIBUNAL,
OLI*i Paudieuce (ILI -13 Mars courant Monsieur le jUge PolILIX Hyppolite en son rapport; Mo-'; Luc DoininiqUe et 1. 13. W. Francis,en leurs observations ; Alonsieur E. DaLlphill, C01-Yll-niSSMrC (ILI GOLIvernement, en ses conclusions
Vu '10 le jUgement attaqL16 ; ),, I'acte de la declaration du pourvoi ; 30 les IT(IL16tes des parties 4o routes les pikes' produites.
Sul, le premier moven du pourvoi.
Vu I I article '118 procedure civile.
Attend que pwir se conformer aux prescriptions de cot article, il suffit, en ce qui concerned le point de droit, qu'll contienne clairement 6none6es les ClUestioni sur lesquelles les jucfes sont appel s ft SUZIkL10r, en ce qui a trait aux motifs, qu'ils experimentt Ies raisons (Ini ont d6terinin6 le jugement
Attend, dans 1'esp6ce, ilu'un d6clinatoire bas6 uniquement sur la (ILK1146 strangerr des parties. a 6t6 propose et fixait la limited (ILI d6bat. le d61'endeur Wavant pas conclu nu fond ; que, d s lors, les juges Wayani 5 statue quo sur cette exception, n'kaient pas oblicf6s do poser la question relative a la demanded principle qLli Wavait pas 6t disCLlt6e ',
Attend qUe la .-econde critique faite de ce meme point de droit n'a pas plus de consistence, et, pout, s'en convaincre. il SLIffit de rappelor (JUe Vincompkence soulev6e est bas6e seLilement sur la (jUalit6 (Jes parties : allemands dernandeurs. et d6fendeurs c'est-a-dire strangers ;
Atten 1u. quant MIX motors quo ceux exprit-ii6s sont compltjts. suffisant, expliquent clairement la decision ; que Cest




DU TRIBUNAL of," GASZ A'l fON I-)
se w6prendt e Otramement SLII' la pen-,6e (III l6giSlitteUl' 11LIe de croire un seu! instant quii ait entendu obliger les juges ij raisonner sur le-; arguments quels qu'ils fussent, prodults Pat, les parties A PnappUi de IeUrs pr6tentions resI)ectives yCen matie're de motifs. il exige seLdenient, (10e veLIX expriin6.6 vrais ou erronn6s, soient appropri6s au d6bat Atteridu qu'il r6sulLe des observations ci-dessus qUe I.irt. I I'S do code, de proc.civ. n'a pas 61:6 du tout vio[6,
Sur le 2e inoyen.
Attend qu'il esL de r6gle que les contestations civiles entre strangers, relatives A Fex&UtiOll Wobligations contrac0 C71
t6s en Haiti OLI ailleurs, ne peuvent 61re jtjg6es pai les tribnnaLIX liaftiens qu'avec le consentement des parties, et cc la, parceque les lois (11.6 r6crissept ces tnati6res sotit spkiziles aux haitiens et ne peuvent pas Otre i[Dpos6es aux Mtanque, lors (lone cenx-ei ne croient pas devoir acceplei, la jurisdiction haltienne et soulketit pout, le raire cot iprendre, l'incoinp6tence de nos ti-ibUnaux, les juges som obliges d'y I'aire droit,
At(endU que les premiersjuges l'ont atissi entendu et en ,i6eidant commo ils ont fa-it, en accueillant le d6c.linatoire 1.)ropos6, ils Wont commis nucun exc6s de pouvoir, ils ri'ont vioI6 en aucuno fagon les, r6gles cle ]a competence.
Par ces motifs, le tribunal, ap!,6,- en avoir deflih6r6, rejette le pourvoi form6 par les sieurs Tippenhatier et CO centre le judgment en (late du 22 september 1899, rendu Pat- le tribonal civil de Port-aU-PI'iuce, contradictoirement entre eux et le sieur J, [1). heimers; en consequence, ordonne la confiscation de I'amende d6posk et condainne les dits sleiirs 'rippenhauer et CC' MIX d6pens liquid6i i la soinine de G- :;(9.35 dont, distraction au profit de Mes J. 13. W. Francis qui affirtne et) avoir fait I'avance, et cc, non conipri le coOL dU Pr6-I r re
Doni)6 de I)OLIS 1-1. Lechaud, president, Perigord, Pollux Ilyppohle, flotit'jolly et 14'. Baron, juges, en audience publiilue dit 27 Mars -1900, e pr6senee de Nlr Em. Chan--y, SUb11tot du Commissaire du Gouverneu ent et assists de N11. C. ,S. Benjamin,, Corninis-greffier.
No 28
AUIORITI" DE 1A (:I[Oc;t-- JUG)'E. W'SISTEME, T
;,u Jttycment a acquis C(wtordj (le 1(t chose jtty&,, s'il )w pas dtj attaqttJ valablcme??t et en tenys wile.- 11 ne doit
0




14ULLETIN DES
pas Ore CO)ISi'd6(f comme izon arewit pour un (16Ristemeid (11ti it'aw (tit pas j1d acceplef par ziae pariie.
POURVOI DU crrm,s, U.NnOll AINI-1
LE I'll IBUNALI
OU1, -'i 1'audieiice dU 29 Mars dert-iier, N-Twisicut, le joge F. Baron en on rapport, aii)si qLIC Alwisieur E. DaO 11111, Comuni isaire (ILI gouverneineut. en ses coiielusimis.
Vu -1r, les deuxjugernents d6nonc6s ; 2-1 Pacte de la doel ration do pourvoi ; 42" les i'eqUOteS des parties; AP routes les piftes produites.
Sur le 2e rnoyen do pourvoi:
Vu les at,(. 399 et 11.00 pioc. civ. et 1126 cod. civ.
Atteiidu que le judgment pai- d6faut fauLe de plaider qui ii'a pas 616 attaqu6 en temps utile et. a, pat, conAquent, acqUiS Fautorit6 de la chose jugee, tie peut pas 6tre mis A n6ant par le d6sistemeut de I'Line des parties non accept,6 par l'antre;
Attend qUe par jiigernet)t par d6faut, faute de plaider, rendl.1 par le tribunal civil des Cayes, le 25 hil) '1896, SU1' ]WIL16te (A JUi pt'6 eiitk par le siem, Dorfeuille MrCtnie, cehii-ci a, W admis a raire, par t6moins, aux terines de 1'article /18 code oivil la preuve qui lUi 6tait demarid6e de sa. quaM6 de fils et h6ritier de Claudiiie Jean-Claude.
Attei-idu qU, ce judgment qUi 11',1 W signifi6 le 11 Juillet 1896 avait ')C(jUiS Faowrit6 de la chose jugee quand, par acte en date (ILI dix J uin 1897, signify(' le I I m6mes inois et an, Dorfeuille J6r6me d6clara ,'en d0sister, aiw i que de la reqo6te sot, laquelle il a M6 reiidu.
Altendo que ce d6sislerrient Wit pas 616 accept par Lindor.oiii6 s-qiialit(*., et les pveniiers juges, sans ,';wr ter A examMer si, dans les chcot)tances de la caiise, il (IOV1111 OL) non produire effet, Yont term poor valable et. mit d6cid6 en conS&ILleoce, par jilo(rYient do 20 Jaiivier -.1898 (pie par sidte de ce (16,,Isleineilt les parties. e twiiv,,tieiit. mi ni me ef sembLible Oat ilu'atiparavint ; quc le jiiocmetit (hi 25 Join 1896 Wexistait plos et (lu'll tie poov iif, en ce (Ini le concerned, avoir chose jupk ;
At(eridn que, celte decision e,( en coi-itraventimi avt- (, les (11-tiCICS 399 e( M I)YOC. CiV. M 1136 COd. CIV (ILCOle est donc nulle ;
Aftendu que cette millite' enli-aine iikcssiirenietit la nul-.
j1)"C11)(Alt dli 1, JUillCt '1898 (11.1i 2 AaW6 sor 1'ei-iquille A laqUelle il a 61\_1 proc&16 en execution (fit jugeineiit (tit -20 Janvier 1898 ; V
16




DU TRIBUNAL DE (,AS-ATION 47
Par ces inotil's, le tribunal, apr- s en avoir casse et annual les jugetnents du 20 Janvi3r et 4 JuilleL -1898 rendLis par le tributial civil ties Cayes entre les parties en cause ;- en cons6cluence, ordonne la remise de I'amende d6pos6e, et pour 61re stated conform6ment A la loi, renvoie IV~ fare levant le tribunal civil d'Aquin ; condainne Dorfeuille J&Orne aLIX deepens, liquid's A la somme de 1). 7 1.05, dont distraction au proit de Njes Solon Me'ribs et Al, AlorpeaLl qui a, rmenL en avoir fait I'avance-et ce, non comprise le cAt dn present arr6t.
.Dunu6 de nous, 11. LecliaLld, president, Laioche fils, PolILIX Ityppolite, Bou riolly et F. Raion jtiges, en audience publique dU 29 Mai 1900, eii pr6seDce de Mr Ernm. Chancy, substitute du Commissaire du gotivernement eL assists de Mr Emile Lucien, commis-ureffier.
No 29
DEMANDED EN RENVOI POUR CAUSE DE SUSPICION LtGITIAIE
Uordre des jurisdictions sc)-a observe et une suspicion ldgithne ?ie sota point accucillie, si elle West prMsdaicnt appuyde do I'aits de witure et faire outer de Vimpartialitd d'un tribunal.
LES CONSORTS JEAN-GILLES CENTRE LE TRIBUNAL CIVIL DU CAP-HAITIEN
LE TRIBUNAL,
oui7 A I'atidience du 19 Juin expire, Monsieur le juge FOUrjolly en son rapport Nles J. L. Doininique et Turetine Leconte, d'une part, Ales Michel Ore,,4e et A. Firinin, de i'aLltre en lenrs obset-vaLions Monsieur Emm. Chancy, substitute du cornmissaire dU government, en ses concluVL1 IQ les denx requ6tes des demandeurs ; 2o celle des in(.-rnants; 'a"' routes les pikes prodUites,
Attend qti'il est de r6gle qju'un t6burial tie peut 6trepriv dela reconnaissance des affairs que la la loiluiattribue que datis le cas d'une n6cessit6 bien (16montr6e ; que c'est pourqooi eii Fabsence d'un texte former, la jurisprudence a d6cl(-16 que pour 6tre admissible, la demanded en renvoi pour cause de su,,picion 16githne doit dire bas6e stir des faits pr6cis, de n ttu.re A faire outer s6rieusement de l'impartialit6 des juges qUi en font l'objet ; I
Attendu, dans 1'espe'ce, qne les faits articul6s n'ont pas




48 11 U L L LA IN Ij K'S A It 1, V F
cc cil I acti.'! re (Ine pris separ6ment, sm- 1011sid6r6s dans letir (211SOM ble, ces rLIi LS IJO CO M P01- L011 t 1 IC 11 11 i 1) Ll [)Oil I*Oi I justifier les appi6hensions des demanded ii s
Att.endtien effel (ILIC prkeiidre (ILC(m avoc;tl, p;tr(,e kjoil it ]a chatwe Woblenir sotivent, tl*6S SOLIVelit 111611le rain do cause dans los proc6s (-Iii'il p aido., exerce w1e, influence malsain' sur les juges, Cost avL slit, le(fliel,
e ancer mi fait
daus l'unique hit6ret des deman letirs le tribunal ne ra p.is, i6tant dorn6, Wailleurs, que d6wi6 do tOLIL vralselln. balance, it tie petit 6tre pris s6rieusemeiii en consiUratioti ;
AttPl)(11,11, encore, (Itto les reproch(,s faik il chaeon des IIIcres, pour kablir leur (16pendmice 'vis-.t vis de, Me A. Firmill ef justified, Ieq complaisances (Itli Oil SelliClIt lit COUS6qUellee sont 6galernent sans rowlenient, eu 6gard A lit borme r6ptitation des hotiorables inagistrms (lit t 1 1 ) -Ibmial eivil dU :i1l)lla'itiCD, it a lit-ILI de penser (ILle CeS reproches fi'unt, W invents (ILIO POLII' les besoins de la caUse.
Attend enfin qu'en ce qiii concerned Jes decisions intervent.ics dans la cause actnellenjent pendant entre ies parties deviant le tribunal dont. le d6ssakissement esi dernand6, elles lie prouvent, rien en faVeUr des pr6tenlions des derwindetirs parce que pour le cas oft elles seraleit ontach6c; des irr6gillitrit6s si nal&;, 1,1 loi a Mubll des voies de r6roriirillot).,; qui rv ,,Liient aux plaidetirs routes les guratitie., il .es aire,.
Attend qti'il F&Mlto des observations qui prk6demt que ]a SLISPiCiOl) 16(filitne soulev6e par les Jemi-Gilles We-_4 ims admissible.
Attelidu que le. Audi(-,(,, et avec eiix All, Anterior Firmin, soilt. illterventis dall's le d6hi ; que lelil. pot.11. aill.,i faire est ii)contestable ; (JWUJO S 3VOiI- COIICIII MI rejeL do ht .1emande en renvoi avec d6pens, it,; supplient le t rib u nal de Icur accorder les dominages-iiit&6ts par eLIX 1-6chlin s ;
Attend, en ce qui coacerne ces dommw-Ses-int6i-fts, que 1',ictiori des dernandeurs en renvoi, si *elle it retar(16 le itioein,-iit de la conlestalion qui diviso les parties, Wit pa, [)It rli1V 6I)FOLt\TI' MIX inkrvenimt., im I)I-6jtIdiCe (ILIMC01)(1110 '1111pliqualil ri paratioil ;
Par ce.- modrs) le iljw s ell :)\.Oil.
Chl't' ill:011-1i'sible la demand oil relivoi pour Cause Ile smpicioll W"'JI1111C foi-1)160 p'll, les ('011"Orls Jem)-Gqille- co lit I'l, le (I-il)tlll:tl (.10 1 (111 ;'1 raisoll (III proct poll(h ilt dt-vaid (,( 1ribmi;tl, entre eux ci les coii.-;oils Alidir) ; re.10He los (10111111j"Os Int("I.Ols dolnimd6s par les intervewmts, ct
1)01111 de 11011's, Ii. Loclialld, president, 1,Rroehe fit-;, Rom-




DU TRIBUNAL DE CESSATION 49
jolly, Edmond H6raux et F. Baron. Juges, en audience puI
bllqLle du 6 Septembre 4900 en presence de Mr Ed Dauphin cornmissaire du Gouveinement et assists de Mr Emile Lucien, commis-greffief.
No 30
A10TIPS DES JUGEMENTS
L'st nul le judgment qui pronounce une cwtdaiwtatioiz sans en dire la raison.
LE TRIBUNAL,
Oui A Faudience du 3 juillet dernier, Monsieur le juge Bourjolly en son rapport, ainsi que Monsieur Th. Luly, substit0t dL1 commissaire du Gouvernement, en ses conclusions.
Vu 4o le judgment attaqu6;-2c Vacte de la declaration du POLIVOi ;-3o les requdtes des parties;-Ito routes les pl'ces produites.
Sur le Jer moyen du pourvoi.
2,-, branche.-Art. 148 proc. civ.
Attend qu'il est fait aux Juges, l'obligation de motive leurs decisions sur cheque chef de demanded, ayant faiL l'objet de conclusions expresses, et ce, A peiue de nullit6;
AttendU quesurladouble demandededommacyeA-i.nt& ts formee parl'appelant etparl'intim6 deviant les premiers Juges, le second a W condamn6 A paver de ce chef la somine de cinquante gourdes que, cependant cette condemnation West expliqu6e par aucun motif, par aucun raisonnement; qu'it s'ensuit que cette absence compl6le de motifs doit faireannuler lejugement critique.
Par ces motifs, le Tribunal, apr6s en avoir d6lib6r6, et, sans qu'il soit besoin d'examiner les autres moyens du pourvoi, casse et annual le judgment du Tribunal civil des Cayes, on date -lu 43 Novembre 1899, rendu contradictoirement et sur appel, entre les parties en cause, en cons6quence, ordonne la remise de l1amende d6pos6e ; et pour 6tre status conform6ment ]a loi, renvoie I'affaire deviant le Tribunal civil. d'Aquin ; condamne le sieur Ulysse SaintV11 aux 116pens liquids A ]a somme de G56.75 dont distraction au profit de AMes P, Lesp s et M. Morpeau qui affirment en avoit, fait Vavance, et ce non comprise le coAt du present arr6t.




hULLETIN I)F,-,' ABItf,'I'S
Domi6 de nous 11. Lechand, president, I". T116'effill, BOLIrjolly, Edmond Ile,raux et, F. llktroll, -) n audience pulilique du 6 Septembre 1900 en presence (ILI commissaire Ed. Dauphin et. assists de Nlr Emile Lucien commis-p effier.
No 31
JUGEAMENT SUR BEQUfTE: POURVOI: INT]'R]"I'T.
Est iwevable le pov?-voi formJ conbe 2m jugemem sur ieqWte dune seule parties, s'il y a, comme en matUre de liqui lalioii jiuliciaii-e, prjwlice caiW uae pa?-tie mn-assignJc. Ce jugen'tent est mil s'il w conlient pas /a ?,equ te siw laquellc il a jW 7 ewht et qui dite -)nine le mandate des jages.
Lr TRIBUNAL,,
OLIY 6 I'audience du 12 'uin expire, Alonsieur le jUge F.
J in
Baron en' son rapport; Me J. L. Dominique en ses observations ; N.,Ionsieur E'rnrn. Chancy, substitute. du commissiire du Government en ses conclusions.
VU '10 le judgment att iqiA;- 2- I'acte de d6claration du pourvoi ;-.3c les requ6tes des parties;_4e routes les pi ces prod-fites.
Sur la fin de non recevoir du d6fendeur,
Attend que'le sieur Victor Me GLIffie pretend que le juattaqu6, ayant 616 rendu sur requ6te, c'est-A-dire Sur la demanded d'une seule parties, sans qu'une autre ait M6 appel6e, West pas susceptible de pourvoi; Attend qLl'it fait erreur dans le cas dont it Wagit, parce quo le JUgement, attaqu6. quoique rendu sui requ6te West pas ,,ependant un acte de la Juridiction gracieuse; qu'it a status sm, une demanded de conversion en faillite d'une liquidation judiciaire, et comme les dernandCL11", pr6tendent en 6prouver Pr6jMhCe, IeLIF droit de I'attaquer est ind6niable; qu'il s'ensuiL qUe celte tin de non recevoir West pas fondue.
Eo consequence le Tribunal la rejette.
Sur le ler moyen du pourvoi; 2c branclie.
Vu I'art. 148. Proc. civileAttendn qn'aux terms de cet article les Conclusions (ICS parties doiveni, ; pehw de milliI6, Otre ins&6es dans les, jugemews ; clo'en verto de cette prescription, la reqtike Sur Jiqnelle est rendu un jugerneot droit, conime les conChISIOns (111'elle lemplace) Ore ins6r6e litt6ralement. dims le dit j Ugement,




DU TRIBUNAL DE CESSATION 51
Attendu que le jugement centre sequel est pourvoi, rendu sur requOte ne conlient point dans sa r6daction, l'insertion de la d0e requelte; qu'il a donc contrevenu A l'une des rormalit6s substantielles exig6es pour la validity des jugernunts quel qu'en soit le caract6re.
Par ces motifs, le Tribunal, apr6s en avoir d6lib6m, et saris qu'il soit besoin d'exaininer les autres griefs articuV'-, casse et annual le judgment rendu le 27 juin 1899 par le TribUDal civil de Port-de-Paix en ses attributions comnierciales, entre les parties en cause; en consequence, ordonne la remise de I'amende d6pos6e; et pour 6tre status conform6ment d la loi, renvoie I*affaire pardevant le tribunal de commerce des Gonalves et condarnne la liquidation Victor Mac Guffie aux d6bens, liquid6s A la somme de ...... et ce, non comprise le coiAt du present arrest.
Donn6 de nous, 1-1. Lechaud, president, Laroche fils, Bourjolly, Edmond 116raux et F. Baron, Juge's, en audience publique du 6 Septembre,1900 en presence de Mr E. Dauphin, commissaire du Gouvernement et assists de Mr Ernile Lucien, commis-greffier.
No 311
CAUTION. -ORD ONNAN CE A BREF DtLAI.- ExctS DE POURY01.
y a exc s de pourvoi de la part du Tribunal qui cxfge de fournir caution avant d'exkuter Vordonnance du cloyen permettant d'assigner en )Yfdre d bref dilai.
Lz TRIBUNAL,
OUYJ A Vaudience du 3 juillet dernier, Monsieur le juge Hourjolly en son rapport; Me J. B. W. Francis en ses, oliservations -, Monsieur Emm. Chancy, Substitut du commissaire du Gouvernement, en ses conclusions.
Vu lo l'ordonnance critique ;
2o I'acte de la declaration du POUrvoi;
3o la reqnete du deinandeur.
Attend que l'ordonnance du juge, mise au bas de la roquke par laquelle il lui est demand permission Yassigner a bref d6lai en r6f&6, West pas de celle pour 1'ex6cution desquelles le Juge peut ordonner qu'il soit fourni caution, pour application de I'art. 707 proc. civ.
Attend, en effet, que la disposition de cet article ne'se capporte qu'A Vordonnance qui state. sur les diffttllt6s qui ont dowi6 lieu aLi r6f&6 (lu'eu I'appliquant6 'a celle qui




131'LLETIN DES Allfift.S
I
accorde lit permissiwi en VONLI de 1*211 706 PI'0C.
civ. le juge commeL ,tssI.tr6menL im exc s de I)OLIVOi!' ; que c'est cep-ndant ce que, dans Ve pcce, a falt le doven du tribunal civil de St-Marc;-re pourilijoi son ordo imic (est nulle, mais senlement dan., sa disposition relative A la caution.
Par ces motifs, le Tr1hunal, apr&s eii tivoir d6lib&6, casse et annual l'ordonnance rendue pki, le doyen du Tribunal civil de St-Marc, le 20) Avril demler, mais seulement dans le chef qui ordonne de fournir caution solvable, et cela, sans renvot ; en conq6quence, ordonne la remise de I'amende d6pos6e. A
Donn6 de kwus 11. Uchand, president, Bourjoily. Edinond Wranx, F. JI'mon et Th6vemn, cities, en presence du C'mmissaire (In Gonvornement Ed. DaLlphin et assisl6s de Mr Emile Lucien, commis-greffier.
Z
Ne 33
IMANDAT DE L'AVOCAT POUR SE POURV0111,
Si, (m lim (1'0re foite y-,ar les partie-, mw (WOwration de pourvoi (t eu lieu par to miio',Wre de I'avocal, il dol't &,-C mitn?, pour c1re rceevable, (i cette fin, (I'mi mandate sp( c1*(dD., TRIBUNAL)
Ou'i A I'an.!'ence din juillel cour.-int. Alonsieur le joge F. Haroll oli soil Ale- NV. Fr;mcis et J L. Dorniniqiie,
en leurs observations respective, et AfonsiemThal6s Luk, substitute (In Commis!;aire du Gouvernemont, en ses Concil-lSions.
Vu : 1- le jogewenf at(a(pi6 : 2() I'acle des requ6tes des parties M 3o routes les aL]tl'eS pi cos pal, efle,; produites
Si.-r la 1(!,,e fin de imn rerevoir opp(,,46eau pourvol pal, les defenders.
Vu les arl. 922 et 926 combln6s du code de procedure Civile.
Alt0l)(10 (III'd 0A de JH 111PI-11delILT (1110 '10 la (16CIRVatiOll du pourvoi ne pent 61re faite que wir ies parties, lours h6ritiers ou ayanfs-can (,, (-(, 2o lorsqnelie vst foile par Lill avocat, cclm-cl 1101t l)1A,(AAeI' A I'Zlj)[Ali, im mandaL.sp(,ckil des derwmd( iirs;
Attemin que dansl'(, ,pt cc, les delix procul-aliolls dont holl 6tilt ICS LICADMideLlIS, I'mic, dev;mt ALP Joseph Emile
I




DU TRIBUNAF- DE (;.kSSATION 5.1
Godet et swi coUgue, notaires A Paris, le dix sept Octobre mil huit ceril qualre vingt dix hult et I'autre, sous signature priv6e, en date (in hult Octobre tie, la m6me, auti6e, ne font mention de cette voie extraordinalve de reewirs;
Qu'en COHSPR[Uen e, la declaration du pourvoi faite clans ces conditions, rend invalid le dit pourvoi ;
ALLendu ([Lie cette fin de non recevoir accueillie, les deniandeurs doivent kre dklar6s d6dILIS de, leur pourvoi, ne se trouvant p1tis dans le Wai 16gal pour le renouveler;
Par, ces niotifs, le tribuird -apr6s en avoir d6lib6i,6, sans (lu'll soit besoin d'examinei- la 22o tin de tion recevoij, nroposee par los (Iffendeurs, d6da!e iion-recevable le pourvoi dirig6 centre le judgment du douze jLIIlleL '1899, rendu par le tribunal de commerce des (:a\,e.-; ; e" COW46quence, dit e[d& I'I1'e qUeles doinandeurs wit d(- chij; dUditpOL11'VOi- OIA0111le la confiscation t1e,"amende d6pw k et cowiamneles dilti deniandel-Irs auxd6peiis allotj6 ; 5 M Murat Chwie, J, L DominiqUe et luc Doniiijique, ]a -:1on-ii-ne de G. 37.65 dont dish-getion -,'I 10L11' profit, eL ce, non conipt-ts ie coMdu present: at r6t.
Donn6de OOLIS, H. Lechand, president, Bourjolly, Edmond 116raux, F. Baron et F. TlAvet)in, juges, en audience publiqiie du 6 S ptenibre -1900 eii pi-esence de N11, Fd DaUlAlill, commissaire dU GrOLIvei-nernetiL eL assists du citoyen Emile Lucien, commis-greffier.
No 34
CONDITIONS POUR OBTENIR DES Di""IAIS DE, PAIE.MENT.
11 Y a f(tasse app!icatioa el f( 'tasse iatelp8alion de 1'arl. 10,'))0 dit code civil si les juyes accordewt des dilais immocl&js 4 uii debitew par r(yport Fa boane foi, saas tcoiis1dire), sa position de fortune.
US I POUX LOYSEAu AUGUSTIN.
LE TRIBUNAL,)
Ou'l, A I'audience du 13 SepLembre courant, Monsieur le juge F. Baron en son ral)port, ainsi que Monsieur Emm. Chancy, Stibstitut du commissaire (ILI GOLIvernement, en ses conclusions.
Vu 'lo le judgment attaqu6 ; 2,) Vacte (to la declaration du pourvoi ; 30 la requ6te de la demanderesse ; et IV toute les




BULLETIN DES AHRtTS
I
pie'ces, par elle, produites; les d6fendeurs ti'unt pas d6po i6.
Our le premier moyen du pourvoi.
Vu Yart. 1030 du code civil.
Attend que Sur une demanded en pavement d*une somme de vinat Sept mille et tant de francs, former par la SociW g6ji6rale Mercantile deviant le tribunal de commerce des Cayes, centre centre la dame Loyseau Augustin, ea sa quafite de l6gataire universelle de feu le citoyen Fontaine Vaval ; intervient, SOLIS la date du 28 juin 1899, un jugement (jui, tout ne condamnant cette derni6re A payer les, valours it elle r6clatn6es par des versements trimestriels, de trente-cinq dollars, compensa les d6pens, sous, le pre'texte qL10 la Socik6 demanderesse avait A tort demanded centre so,, adversaire ]a contrainte'par corps ; ixttendu que s'il est vrai qu'aux terms de I'article 1030 du code civil, les juges petiver)t accorded souverainement de,,i d6lais mod6res d un d6biteur, il n'en est pas moitis vi ai et constant que dans ce cas, deux conditions esseri tielle sotit, exig6es par cet article : d'abord la position mallieureuse, et ensuite la bonne foi ;
Auendu que le judgment dont est pourvoi, en accordant d ka dame Loyseau Augustin, la facult6 de se lib6rer enters sa cr6anci6re par des terms trimestriels, de trente-cinq dollars, ce qui met le d6lai immod6r6 A trente Sept ans, n'a envisage' que sa bonne foi et Wa absolument rien dit Sur sa position matheureuse qui est Pune des conditions requires pour obtenir le b6n6fice du terme accoi,(16 par le dit article 1030 du code civil; qu'il est facile de comprendre le silence gard6 A cet dcrard par les premiers juges Sur la position malheureuse de la d6bitrice qUi, comi-ne ]a 16gataire universelle, ayant recueilli des biens qui Maient le gage common des cr6anciers de son testatem,, ne pouvait pas valablement faire 6tat dans 1'esp6ce, Waucun malheur et s'kait mdme empress6e de changer la desti nation d'une consignation de caf6s d6pos6e A la douane des Cayes et qui devait We exp6di6e A la demanderesse en cessation ; qWen consequence de tout ce qui prdc6de, le jugetaenL attaqu6, doit dtre casse' pour fausse interpretation et fausse application de I'article. 1030 du code civ.
J ar ces motifs, le tribunal, apr6s en avoir d6lib6r6, et saris qU'11 soit besoin de sLatuer Sur le 2e moyen du pourvoi casse et annual le judgment rendu entre les pat-ties par le ti ibunal de commerce des Cayes, sous la date dU 28 juki 1899; ordonne la remise de Pamende d6posde- renvoie la cause et lesparties deviant le tribunal de commerce




DU TRIBUNAL, DE GAS A.TIOIN
(lAqmn ot condaimie les 6poux Loyseau Augustin aux (16petis ai lou6s d Mcs J 11 13. Dartigue et W. Fvancis 'a la somme de G. 43. 65 et cc, non comprise le coAt du present arr6t.
Dotin6 de tious, BourJolly, juge, remplissant les functions de vice-pi-6sident, D. Pouith, Ed. H6raux, F. flarori el P. Thkpllin, juges, eimudience pUblique clu 18 Septernbre'1900 en presence de AMot-isieur Emm, Chancy, substitute du commissaii-e du Gouvernement et assists du ciLoyeti G. S. Benjamin, co minis- gref fier.
No 35
COqTRAT DESOCIRTE COMMERCIALE : PREUVE DE ."O-N EXISSTEINGE.
La pretwe de Vexistence d'im contract A socijt scra faile parlous les moyens J11ablis par laloi et Ct Vaide ))Mmc (le simples prisomptions.
P%.-UR\'OI DES siEuRs H. BECKER ET C-C.
LE TraBUNAL,
OUYIe rapport de Morisieur le juge 1 (!, H61-ilLIX, les ob6ervatims de Me J. L. Dominique, l'un des avocats des (16maodeits, les conclu-ions de Monsieur Th. Luly, substitute du conrniss aire du zouvernernet-i 11, et apr6s eii avoir (1611b&6 er la chamber du corlseil
VLi : lo le judgment atLaclu6; 20 les requOtes des parties -z 3c Fact( de la d6claratiou du pourvoi ; et V les autres pie'ces prowites.
Vu le articles 39, 422) 44 et 19 du code de coinmerce, 1127 (A suivants eL '1642 du code civil
Le tribunal,
0
Sur le leLixi6me moyet-i du pourvoi :
Attend que les r6gles particuli6res aux socik6s commerciales pernettent de prouver existence du coiiti ;it de soci6t,6 par tous hs moyens de preuve : lives de commerce, letters inissires, t moins, aveu des parties, et mAmes simples pr6somptions
Attend jue, appeI6 A rechercher et A determiner le heii commercialexistant entre Alhert Guerey et Dumai Th6zill et A fixer ei coiis6quence la responsabill t6 de ceux-ci vi'sA-vis do H. Becker et Cie, le tribunal de comrnei ce. de Port-au-Prime s'est born6 A d6clarer qu'en Vabsence de la




56 BULLETIN loEb AhRETpublicit6 prescrite, par Farl. 42 (lu code de coultnerce, le tiers ne sont fondeb A prouver existence des association cornmerciales que par la letter circulaire de la raison social,
Attend qu'en restreignant de la sorte le.;; rnoyens d preuve e e V61-ifier 1
tabless pat, la loi, et en s'abstenant
quality d'associ6 de la mason A. Guercy et U'ie attribu6 i DuMai Th6zan par les sieurs 11. Becktr et Cie soit au moyen des I-ttres missives produites par les parties ou d'au! tres modes de preuve institu6s pat- la loi, en vue d'um bonne et equitable distribution de la justice, le tribunal (1.4 commerce de Port-au-Prince a m6connu les principles ct dessus rappel6s et viol6 les articles 39, 42, 44 et 49 du cod de commerce, 1127 et suivants ot 1612 du cod. civ.
P2r ces motifs, le tribunal casse et annual le jugemept rendu par le tribunal de commerce de Port-au-Prince, 20 juin 1899 ; renvoie )a cause et les par-ties deviant le ti,bunal de commerce de Jacmel, ordonne la restitution 'e I'amande d6pos6e et condamne le sieur Dumai Th6zan ajx depends liquids A la somme de G. 49.60, et ce non com is le coilt du present arrk.
Ainsi fait et prononc6 par nous, Bourjolly, juge remp'issant les functions de president, D. Pouilh, Ed. H6raux, F. Th6venin et S, Marius, juges, au Palais de Justice du '/tribunal de cessation, le vingt Septembre 1900, en pr6since de Monsieur Ed. Dauphin, commissaire du gouvernenent, assists du citoyen Emile Lucien, commis-greffier.
No 36
POINTS DE FAIT ET DE DROIT WUN JUGEMENT.
Est ?wl le judgment qui, loin de risumer les di ultds qW divisent les parties dans les points de fait et de d it, se i t
content d'inse'rer les conclitsions qui les resentment dl'examen des cities.
PPURVOI DU SIEUR EUGkNE GEORGES PJ A.N.
LY TRIBUNAL,
Oui. I'audience du vingt september courapt., monsieur le juge F. Baron, en son rapport; All J. L. Wminiqle en ses observations et Monsieur Th. Luly, substitute du ommissaire du government, en ses conclusions ;
Vu : 10 le judgment attaqu6; 2o I'acte de la d6cl ation du




DU TRIBUNAL DR, CASSATwN 57
pout'voi ; 3u les re(jukes des parties et 110 routes les pie'ues par elles produites ;
Surle premier moyen du pourvoi.VL1 I'article'1118 du code de procedure civil
AttenduqueSUr I'appelinterjet6par le sieur Eug6ne Joseph Nan d'une sentence rendue par justice de paix du Limr)6 stir une action possessoire, le tribunal civil du resort du Cap-Haitien, maintain la dite sentence pour sortir son plein et enter effet et condamna, I'appelant. aux d6pens.
Attend que suivant les dispositions de Varticle 448 du code de procedure civil, la r6daction des jugemeMs faite par les, juges, qui auront si6g6, doit contend, a peine de nullit6 entre autres forinalit6s, 1'exposition sommaire des points de faits, et de droits.
Attend que, contrairement att voeu de cet. article, le tribunal civil du Cap-Haitien, loin de faire dans les points de bail et de droit du judgment critique, 1'exposition sommaire des pr6tentions respective des parties, s'est content(-, simplement de reproduire les conclusions ;
Attendu que, dans cet 6tat le judgment d6nonc6. doit 6tre casse, pour avoir viol6 manifebtement Farticle 148 du code de procedure civil;
Par ces motifs, le tribunal, apr6s en avoir d6lib&6, sans, qu'il soit besoin d'examiner le second moyen du pourvoi, casse et annual le judgment rendu entre les parties, par le tribunal civil du Cap-Haitien, ie 9 D6cembre 1898; en consequence, ordonne la. remise de I'amende d6pos6e renvoie la cause et les parties deviant le tribunal civil de Port-de-Paix et. condamne le d6fendeur aux d6pens allou6s; A Mes J. J. F, Alagny et J. L. Dorninique, a la somme de G. 50.15, dont distraction A leur profit, et ce, non comprise le coAt du present arr6t.
Donn6 de nous, Bouriolly, juge, remplissant les functions de Vice Pr6sident, D. Pouilh, F. Baron, L. Denis ot F. Thevenin. juges, en audience publique du vingt-cinq Seplembre '1900, en presence de Mr Emm. Chancy, substitute du comrnissaire du oouvernement et assists du citoyen Emile Lucien, commis-greffier.
Ne 37
QUALITf-S DES PARTIES DANS UN JUGEMENT.--- -CHANGEM ENT DE
DOMICILE : APPRUIATIONS.
Les qztalitJs sont valablemeut inoncies dans itn jugement lorsqit'il est impossible de se mePrendre sur l'identitd des parties par lours noms, profession et demure.




58 BULIA--'IIiN
I-C6 11"'CuilStances (;Otistilutives d"Ita C11(wrlemeW de doinicile itaat (1-it domain souverat i ties premiers j*jjfje3 ize peuvew Ore appriciies aittremeat ez cassatio)z.
POURN-01 DU CITOYEN J. A. 13ORDES.
LE TniBUNAL,
Oui le rapport de Monsieur le juge Ed. 146raux, les conclusions de Monsieur Ed. Dauphin, commissaire du gouvernement, et apr s en avoir d6lib&6 en la chamber du conseil ;
Vu : I le judgment aLtaqu6 ; 2o les requ6tes des parties; 3,, Facte de la declaration du pourvoi ; et Ir les autres pi ces produites ;
VU les articles 148 et 169 du code de procedure civil, 9111 827 *1,134 et 1,139 du code civil et Particle de la loi sur Organisation et les attributions du tribunal de cessation
Le Tribunal,
Sm- le premier moyen du pourvoi.
Attend, en ce qui concerned les noms, professions et demeures des parties, qu'il est suffisamment satisfait au vcvu de ."article '148 du code de procedure civil lorsque les parties sont d6sign6es de manie're A ce (lu'il ne puisse existed aucun doute sur leur idendit6;
Attend que les 6nonciations du judgment critique relatives au demandeur en cessation, A savor : MeJ, A. Bordes, avocat, demeurant et domicili6 A MiragoAne, ne laissent subsisted aucun doute sur I'individiialit6 de ce citoyen ;
Attendud'autre partque les pi&es priticipales sont cells qui peuvent exercer une influence d6cisives sur le proc s que Cest en vain qu'on chercherait d attribute ce caract6re d la commission d'aide-de-carnp lionoraire d6livr6e A Ate J. A. 13ordes par le president de la Mpublique ; d'o6 il stfiL que le jugement critiqu6 n'a pas viol6 le sus-dit art. 4/18 du code de procedure civil
Sur le 2c moyen du pourvoi.
Attend que par domicile ]a loi intend le lieu o i un individu d son principal kablissement et que les conditions dans lesquelles le domicile s'acquiert et se perd sont d6terminks par la loi ;
Attend que pour 6tablir qu'il avait transf6r6 son domicile A Miragoine, le citoyen .1. A. Borders A fait vaioir deviant, les premiersjuges une double d6claration de changement de domi-




OL' PhIHON kf, 1)1,,'
He taite tant d J&6mie qu'A Miracrodne en invoquant 't l'appui de cette double declaration des circumstances de fait qui strait, d'apr6s lui, de nature A prouver que le transfer de son domicile se strait r6ellement effect' au lieu indiqne' ;
Attend que la double declaration 6nonc6 dans Farticle 92 du code civil et app6l6e uniquement A r6vdler Yintention des parties, ne sauraiL op6rer la translation de domicile en l'absence d'uue habitation re'elle dans le lieu du domicile d6clar6;
Attend que, s'inspirant de cette r6gle, le tribunal civil de J6r6mie a pris soin de rechercher Oet d'indiquer routes les circumstances de 1'enserpble desquelles il r6sulte que, quoique, ayant manifesto' intention de changer de domicile le citoyen J. A. Borders n'a Jamais transf6r6 son
domicile A Miragodne ayant toujours r6sid6 A J6r6mie lieu o se troupe son principal 6tablissement, le centre de ses affaires commercials.
Attend que le tribunal civil de J6remie. en d6duisant comme il Fa fait des circumstances de la cause le fait de la non-translation du domicile du c.toyen J. A. Borders d Miragoane, n'a fait qu'user de son pouvoir souverain d'appreciaLion de la loi. Qu'il Wentre pas dans les attributions de ce tribunal de r6viser de tels faits, abandonn6s par la loi A la prudence et aux lumi6res des magistrates.
Par ces motifs, le tribunal rejette le pourvoi form6 par le citoyen J. A. Borders coitre le judgment rendu le 5 Fevrier 1900 par le tribunal civil de Jbr6mie ordonne la confiscation de Famende d6pos6e, et condamne le dit J. A. Bordes aux delpens liqliid6s A la somme de .............. et ce, non
comprise le cofit du present arr6t.
Ainsi fait et prononc6 par nous, Bouriolly- juge, remplissant les functions de President, Ed. 116raux, L. Wnis, F. Thevenin et S. Marius, juges au Palais de justice du Lribunal de cessation, le vingt-sept Septembre 1900, en presence de.Monsieur Ed Dauphin, commissaire du government, et assists du citoyen Emile Lucien, commis-greffier.
No 38
GkGE COMMERCIAL. APPLICATION DE LA LOI DE COMPtTENCE ET DE PROCEDURE.
La demanded en re'alisation dun gage donnd en nantissement par un owner ant est de la competence du tribunal de com-




60 bULLETIN DE.-) Afilif-A-S
McIC6. Une lot tie coijipeloice el dc procedure relative d aite lelle deiiande esr, pour le Juge, obligaloire d sa I) rom it lg(zt 104.
LE DIMUNAL,
Ow, A Paudienice du 3 juillet dernier, Monsieur le J'Ll('e Edinond 146auxen son rapportahisi que.N.forisieur Th. LLIIV, suhstitut du Cominissaire du "OLIvertiement en ses conCILlsions.
Vu. lo le iti"emetA attaqu6, 2o Facle de ]a d6claration (Ju Pourvoi, 3c les requ6tes des parties; /P tOLItOS les pikes pi-oduites.
Stir le lot' moyen du pourvoi.
Vu les articles '1- 2. :3 de la loi du 16 Sel)tembre 1898,
Attend que le gage, pour la r6alisation duquel est survenue la contestation, est commercial, ayanL 6t6 con,ititt.16 par tin comer ant pour tin at-te. de commerce.
Attend qne la loi du 16 september 1898 Sur h forme deproc6der pour la r6alisaLloij du gage commercial est wie loi de compkence et de proc6dure; que de's lors, elle 6tait oblicratoire au jour de sa promulgation, qu'en cons6quetice, la.juridiction civil est seule camp6tente J)OLIV statue SUr la deinande en i-6alisation (Yun gage conitnerelal.
Attendt) (lu'il iml)orte peu que cette demanded ait 616, avant la loi du 46 september 189.'-' introduite dev int le tribunal civil si cc tribunal Wa pas rendu de judgment d6finitif sur ce POiDt;
Attend que des principles ci-dessus, il r6sulte que le tribunal de comnierce des Gonaives, en rapportaiA l'ordonnance du Doyen de ce tribunal, d6livr6e en execution de Yavt. 3 de la du 16 september 4898, a comings un exc6s de pouvoir, en contrevenant aux I)re xriptions des articles sus vis&.
Par ces inotifs, letribunal, apr6s en avoir d6lib6i-6, et sau.s qu'il soit besoin Wexaminer les aUtres moyens du pourvol; casse et anule, et celk sans renvoi, le iLigemeiit du tribunal de commerce des Gonaiv( s, en date du 8 ao0t de Fanti6e expire, rendu entre les parties en cause ; en consequence, ordonne la remise de Pamende d6pos6e, dit que l'ordotinance rapport6e par le judgment du 8 ao(it 1899) sortira son plein et enter effet.
Donn6 de tions, 11. Lechatid, president, Bourjolly, Eidmoi-id 116raux, F. Baron et F. Th6venin, juges eii audience publique du 2 octobre 1900, en presence de Monsieur Th. LUlY, .,ul)stitut du commissaire du government et assist du citoyen Emile Lucien, commis-greffier.




DU TRIBUNAL DE CASSATION
Ne 39
MOTIFS DU JUDGMENT : FORMALITY S A LN VENTE D'OBJETS SAISI.S.
Est nul le jitgement qui, e)t validaw mie saisie Wobjets
mobiliers, w dit pas le motif pour leqztel il changer les for)nalttis Itablies pa; la loi, par rappon ait lim, att jow, et
la Imblicatio)z (le la vMte de ces objets.
AFFAIRE MADSEN
LF, TRIBUNAL,
Ouy) A I'auJionce du 5 juillet dernier, iMonsieur le juge
Umond 116raux, en son rapport Me J. L. Dominique en. ses observations ; NIonsienr Em. Chancy, substitute du Commissaire du Gonvernement, en ses conclusions.
Vii : le le jurrement attaqu6 -, 2c l'acte de la declaration du pourvoi ; 3o les requ6tes des parties; 4() les pikes prou it es.
Stir le 3o moyen du pourvoi,
Vu les articles 500, 538 A r4O, 540 et '148 proc. ci\
Attend que les griefs relev6s dans ce moyen sont bas6s sm, ce but Io pour la vente de.9 denr6es dout la ; aisie a 16 valid6e, les formalit6s prescribes par la loi Wont pas W ordonn6es, et 2o en ordormant que cette vente strait faite autrement crue de la mani6re prescribe, la premiOes juges n'onL pas motiv6 leur decision A cet 6gard.
Attenclu, en principle, que les objet mobiliers dor)t ]a saisie (I 6t6 valid6e, doivent-6tre vendus avec les forinalit6s prtscrites au titre de la saisie ex caution, arg. de I'art. 500 proc6dure civil. n
' Attend, dans 1'esp6ce, que contrairement aux prescriptions des articles 538 et suiv, proc. civ. le tribunal civil de Jaernel, en valiant la saisie pratiqu& par lo sieur Madien, 6s quality, tant en ses propres mains qu'en oelles dii sieur Turenne Taluy sui- les derir6es qu'ils d6tieDnent, a ort] oil n 61 qu'apr s leur declaration, ces detir6es seront re1111.ses d Monsieur Madsen et r6gl6es au prix du cours (16ment constant par LIU) COLIrtier asserment6 qu'il requerrit A cet. ofTeL, etc.
Aiten(JLI (11-Cen d6rogeatit aux formalit6s presetites pav la loi, les premiers juges Wont donn6 A leur fagon de I'aire UUCLin inotif ; (11-111S ont (lone vio16 les articles sus




62 13ULLETIN DES AIAII I"_Par ces motifs, le tribunal, apr6s en avoir d6lib6r6, eA sans qu'il soit besoin d'examiner les autres moyens du pourVoi, casse et annual le judgment du tribunal civil de Jacmel, en date du 0-7 avril de I'ann6e expire, rendu contradictoirement entie les parties en cause en consequence ordonne la remise de I'amende d6pos6e ; et, pour 6tre statu6 conforinknent A ]a loi, renvoie 1' ffaire par deviant le Tribmial civil de Port-au-Prince ; condarnne le sieur C. F. Madson, 6s.qualit6, aux d6pens liquids A la somme de G. 42.85 centimes dont distraction au profit de Me Robert Lafontant et Michel Oreste qui affirment en avoir fait I'avance et ce, non comprise le colAt du present arr6t
Donn6 de nous, H. Lechaud, president, Bourjolly, Edmond Wraux, F. Tlikenin, juges, en audience publique du 2 octobre 1900, en presence de Mr E. Dauphin, commissaire du Gouvernement et assists de Mr Emile Lucien, commis-greffier.
No 40
SERNTruDES L TABLESS PAR LA LOI SUR LES BIENS. DROITS DES
PROPRIPTAIRES ET .0-PROPRItTAIRES.
Si elles Wont rien de contraire I'ordrepubli(, les servitudes peuvent etre Jtablies par les propridtaires, d leur gre, stir le fonds des propridtds.
En cas de division d'ttn heritage, le droit de passage sera toujoitrs exerci dans le ineine endroit, eu conservant ainsi la serviWde dite pow chaque portion.
POURVOI DE LA VEuvE AcQuEs Louis.
LE; TRIBUNAL,
Oul A Faudience du 3 Juillet derDier Monsieur le juge Bouijolly en son rapport; ainsi que Monsieur Th. Luly Substitut an commissaire du Gouvernement, en ses conclusions
Vu ic le jurrement attaqud ; 2e I'acte de ]a d6claration du pourvoi; 3,1 les requ6tes des parties; 4e toules les pikes produites.
Sur le premier moyen du pourvol.
Vu les art. 517 et 552 cod. civ.
Attend que la dernanderesse fait erreur quand elle pr6tend que relativement ce qui fait Fobjet de ]a coatestatation, 11 Wy a rien dans la decision critique qui satisfait
la definition de Farticle 517.




DU TRIBUNAL DE C-bbAIIONI 63
A UO en effet, que deux fonds existent dans I'espke,
Habitation Halte Champin, propri6t6 priv e, pour I'usa.,,,e et I'UhRL6 de laquelle son propri6taire a 6tabli le canal et 1'embarcad6re dans les marals sealants, deLIXi6me fonds, d6pendant iplut6t du domain public.
Attend qu'en 6tablissant comme ci-dessus la servitude critique qui Wa rien de contraire A l'ordre public, le propri6tairo do Fhabitation Halte Champin a us6 de la facult6 qUe lui accord ['article 552 cod. civ. qu'il s'ensuit que lorsque le tribunal civil du Cap-Haltien dit qu'il y a servitude il ii'a commis ni une violation ni fait unc fausse application des art. sus-vis6s.
Sur les 2e et 4e moyens.
Vu les arts: 563, 449 et 547. 3o cod. civ.
Attend qne les premiers juges, apr6s avoir reconnu et d6clai-6, que la servitude existait avant la division dLi bien pour I'utilit6 duquel elle avait W 6tablie, n'ont fait qu'en r6gler 1'exercice, eu 6gard ,u partake dont ce bien a W l'objet depuis, pour chacun des copropi-i6taires; qu'jls se sont conforms POLir ainsi fairc, aux dispositions de ]'art. 563 cod. civ.
Attend que le droit A la servitude 6tant reconnue A chacun des co-propri6taires, il en r6sulte tout naturellement l'obligation pour le propri6taire du lot N 2a de donner Passage A celle du lot Ne I pour Pusage de la servitude arg. de I'art. 560 cod. civ. qu'il s'ensuit donc que le4 articles sus-vis6s Wont W ni viol6s ni faussement interpi6t6s ou appliques.
Sur le Se moyen.
Vu I'article 556 code civil.
Attend qu'en d6clarant dans l'un des conid6fants de (le leur jugement clue lors du partake du bien, la question relative 'a la jouissance de Fembarcadhe Wa donne' lieu A aucune convention les prerniersjugeS Wont pas envisages, comme le suppose d tort la demanderesse, ['art.. 556 code civil ; qu'en raisonnant cornme il vient d'6tre dit il y a lieu de penser que lors du partake, les parties Wavaient pas entendu d6roger A la r6gle de I'art. 563 code civil ; qu'il a interprW et faussement aVpliqu I'article 556 susvis6.
Par ces motifs, le tribunal, apr6s en avoir d6lib6r6, rejeLte comme mal fond6 le pourvoi -form6 par la Veuve Jacques Louis centre le judgment *du Tribunal civil du CapRa'Wen, en date du 42 D6cembre 1899, rendu .ontradictoicement entre elle et la dame Seymour Pierre Antoine, n6e




64 HOLIXIIN DES Alllltl" ,
Euvralse Jacques; en, consequence, ordomie ]a confiscation de Vai-nende d6pos6e et condamne la veuve Jacques Louis aux d6pens liquids A la somme de G. 38.55 centime,;, dont distraction au profiL de Jes Antenor Firmin et Michel Oreste qui arfirment en avoir fait l'avance, et ce, non-compris le cofjL (in present arr6t.
Donn6 de nous, H. Lechand, president, B-ourjolly, Edmond H6raux, K Baron et F. Th6venin', juges, en audience publique du I.), Octobre 1900 en presence du substitute du Government, Th. Luly, et assists du citoven Emile Lucien,, Comi-nis-greffier.
No 41
ExPLOIT : tQUIPOLLENTS. DEMURE OU DOTAICILE
DE L'ETRANGLR EN HAITI : SIGN IFICATIO-N D'EXPL01T.
PRESCRIPTION EN TNIATItRE WENRtGISTREMENT.
Les nonciations continues dans un exploit peuvent so compldter pour sa validity.
La demetwe de 1'Etranger qui habit Haiti peut etre considdr6e comme son domicile pour la signification des moyens de cessation faite en parlant i la per onqze de, son spouse.
La prescription de deux ans de Varucle 181 do la loi spdciale sur Ven)-egistrement court 6 partir du jour de Venregistretnent, contrairenient 6 la r gle gdrid)-ale de ne pas computer jejoto. acquis.POURVOI DU DIRECTEUR PRINCIPAL DE L'ENREGISTREMENT.
LETRIBUNAL,
Owl A Faudience du .5 Juillet der nier, Monsieur le juge Bourjolly, en son rapport ; monsieurr Em. Chancy, substitute du Commissaiie du Gotivernement, en ses conclusions.
Vu lo le judgment attaqu6 ; 20 I'acte de la d6olaration du pourvol 3o les requ6tes des parties 4o routes les pikes produites.
Sur la, le fin de non-recevoir soulev6e par les demandeurs Attend (Ine ]a designation incomplete, A. Simmonds pour A. Simmonds et Cie de ]a reason social des d6fendeurs dans lacte de signification des moyens du pourvoi. West pas de nature 5 vicier le dit acte, les autres 6nonciations relatives A cette designation la compl6tant suffisarnmen[ qu'il s'en Suit que cette fin de non-recevoir n'est pas fondue ',
-Sur la 1-)e fin de non-recowoir produites par les in6mes.
Attend qu'il est admis en principle que la demure Ou Haiti do I'Etraiiger qUi y habi(e PCLI(, dans des cas combine
n
celui dont il sagit ici, 6tre consid6rk comme soii domicile,




DU TRIBUNAL DE GASSATION
et alors la si-nification d lui faite, dans cette demeure en parlant A son spouse, de Facte contenant les moyens d'un pourvoi en cessation, remplit le vceu de I'art. 929 proe. Civ. et tie viole point le 6e parag. fie ['art. 99 m6me code qui, relatif A ceux qui habitent ;D hors le territoire, s'appliqueni A ceux qui Wy sont point domicilie's; qu'il en r6sulte que cette 2e fin de non-recevoir Weit pas plus fondue que la premiere.
En consequence, le tribunal, apr6s en avoir d6lib&6, les rejette routes les deux.
Stir le ler moyen du pourvoi.
Nru les art. 2028, 2029 du cod. civ. et 181 de ]a Joi sur Penregistrement ;
Attend que par derogation A la rkyle g6n6rale d'apres laquelle, en mati&re de prescription, le jour d quo ne compete pas, la prescription de deux ans de I'art. 181 de la loi sp6ciale sur Yenregistrement court A partir du jour de 1'enregistrement et esL acquire, par consequent, lor'que le dernier jour du terme est accompli, art. 2029 cod. civ.
Attend qu'en rapprochant les dispositions des deux articles sus-mentionn6s, H y a lieu dp d6cider que la demanded de 1'enregistrement, produite le N Octobre 4897, en payement de droits das sur des remises de sommes fates par concordat enrecristr6 le 26 Octobre 1897 est prescrite, le dernier jour du terme 6tant accomp!i le 25 OctobTe '1899 qu'il s'ensuit que le tribunal civil du Port-au-Prince, en d6cidant ainsi n'a nullement viol6 ni faussement interprW le, articles sus-vis6s ;
Stir le 2e moyen. Vu I'art. 148 proc. civ.
Attend qu'il West pas s6rieux de dire que le judgment centre sequel est pourvoi West pas motive : qu'en effet, il content dans sa r6daction des inotifs plus que suffisants pour 1'expliquer et dans ces conditions, les premiers jnges ne m6ritent point le reproche qui leur est fait d'avoit. Viol6 l'.art. sus-vis6.
Par ces motifs, le tribunal apr s eu tivoir d6lib&6,rejette le pourvoi du Directeur principal de 1'enregistrement centre le ju(-,,ement du TribUnal civil de Port-au-Prince, en date du 22 Wcernbre 1899, rendu contradictoirenierkt entre lui et les sieurs A. Simmonds eL Co en liquidation; d6pens compens6s.
Donn6 de nous, fl. Lechaud, pr6sidenL, Bourjolly, Ed. Nraux, F. Baron et Th6venin, juges, en audience publique du deux O-cfobre 1900.




66 HULLEri:\ DES AffliETS
N" 42
ETENDUE 1)1,,S CONCLUSJON t)l,,.S
1JiiL;'scmP'rio.N : DURPE DE L'ACTION, DUREE DE t,'jXCEPT1o',,
La ?Ydaction nicicuse des conclusions po, &?s par leg parties Ile saurait billuer sm, la validW Wim jitgemcO rendn conform6lielit au mandate (lonni anxjages par ces conclusions qu.'Its me dowent point changer.
La prescription ne s'applique qa'aux actiomq et no)) avx ex(lel)t1ow soulevdes pom, les repowwr ; cos exceptions sont en quelque sorte imprescriptibles.
POURVOI DE AIADAME VC CAMILLE LEGENDRL ET DF, BoucifETTE
LETiRji3uNAI,,
Ou*i Monsieur le Bout"olly, en son' rapport fait t
audience do 25 Septembre courant, Me Ugei, CAtivin en ses observations, ainsi qUe 11011-3ie(H E111M. Chanev, substitut do commissaire du Gouverneaient en ses conclusions, POUr le rejet do pourvoi.
Vu 10 le judgment d6non*2,) l'acle d6claratif du po(irvoi; 30 les requ6tes des parties ; et Ito les autres. pikes produites
Sur le Ier moyen do pourvoi tir6 (Fun vice de forme et Wiin exc6s de pouvoh- :
Vu I'article I VS do code de procedure civil.
Attend que si les conclusions sont essontiellement n6cessaires dans on judgment pout- fixer les pOintS (ILI litirre, elles doivent y 6tre inseiees, sans ZIUCLIII changement telles qn'ellei ont.W poses par les parties ; que Cest ainsi, dans 1'esp6ce quo les premiers jugei ont di't itiscrire et n'ont PLI modiher ni collies par les(Inelles les Houchette lour demandaient simplement, Wabotd, (Faceneillir les pretentious continues datis leor assignation et excitement confirm6es par one descent,,. sur les lienx or&mn6o par le tribinjal, ni les conclusions qu'ils d6pos6rent ensuite en r6pliquant'i Nladame Vve Camille Lecrendrc, pout, pr6ciser le d6bat que (F.ailleurs, la r6daction vicietise des, COnClUsions, ouvraNe des parties, Ile SIUI'(Iit i[IRLIOW SUP h 11111146 T1111 jll"o0 In
ment, si en meSUrant I'Otondoe do letir mandant, les PrTs 6taient in6mes forces de prendre connaissance de ses conclusions par roliltion A 1'exploit intioductif d'instalice, -- ce moyen ost vejet6.
Siir le rnoven pris de la violation des articles PIN of(] code pro(;. civil, 1101) (]it code civil, 1997 du m6me mfle, 20




DU TMUSAL DE CASSATION 67
et W de [a toi sur I'arpentage, d-e la. fausse interpr6tatiou de I'art. 4-0 de la sus-dite loi sur I'arpentage et d'un exq6s de POUVOir
\17a les dispositions des articles ci-dessus cit6s.
,Vttendu que lejagement critique a d6clare' non receivable t demanderesse on son exception de nullit6 d'un proc6sverbal d'arpentage fait, le 5 hin 1873, par Mond6sir D6lienne, sur cinq carreaux de terre d6pendant de Phabitation Lefranc en cette commune, pour le motif qu'elle n'y avaitfait aUcune opposition, ni auenne demanded en nullit6 de cette operation, A laquelle elle Wavait pas W r6guti6retrient appel6e; qu'en yajoutant que c'6tait la. seule voiequi lui Ha rest6e pour obtenir la nullite' dece proc6s-verbal sur lequel les Bouchette s'appuyaient pow, invoquer, par une possession conform A la loi, la. prescription du terrain litigieux, les premiers ont mdconnu cles principles invariablemont admis en la inati6re
Attend, en effet, que la prescription pe s'appliquant de sa attire qu'aux actions et non aux exceptions, its exc6daient IeUr pouvoil- en jucreant que le droit de la veuve Camille Legendre, n6e Caquet Alerte, de repousser Farpentage du
Juin 1873, 6tait prescrit, quand I'artiele 20 de la loi sur I'arpentage fait l'oblicration d'appeler A Pop6ration les voisins lirnitroplies par voic d'huissier et que cette obligation a pour
action, suivant I'article 40 de la. m6me 10i, la peine de nullit6, it Mait bion permits d la demanderesse de soulever cette nullit6 A Wimporte quel morneia ofi Facte qui la contenait lui 6tait oppose, dans le but m6me de fonder un droit de prescription de dix ans Sur une ptopri&6 qu'elle r6clamait comme sienne ; que non seulement le titre nut par d6faut de fornie ne peut server de base A celte prescription, conforni6ment A Varticle 2031du code civil, que le juge du principal est le juge de exception et. de I'accessoire mats encore et surtout qu'iI est de r6gle que les exceptions sont en g6n6ral imprescriptibles, en ce sens qu'elles durent aussi loncrtemps que les actions qu'elles ont pour objet de repousser eL q uon peut toujours les proposer, 'a quel(pie 6poque que ces actions soient introduites ;
Attend que pour avoir d6cid6 contrairement A ces prinelpes constants, par le judgment ci-itiqu6, le tribunal civil de Port-au-Prince a commis un exc s de pouvoir. Ce moyen o,,t fondd.
Par ces causes et motifs, apr6s en avoir d6libh6, le tribuwal casse le jugernent rendu le 17 Novembre dernier par le tirll)utialclePort-au-Pi-incerenvoie la cause et les parties, pour 6tre de nouvexux juads, pardevanL le tribunal civil de Jamel,




68 BULIXTIN DES AIIIIPTS
ordonne la remise de I'amende ddpos6e et condamne les(16fendeurs aux d6pens allou6s A Nle Michel Oreste A la somme d e G. 33. 10 7 et cc non coalpris lp coCit du present arr6t Fait et prononc6 par nous, Bourjolly, juge remplissant les functions de pr6sidenL, Ed. Wvanx. L.. Denis, V. Th6venin et S. Alarms. juges, en presence de, Monsieur Ed. Daupin, Coinmissaire du Gouvernement, el assists du citoyen G. S. Benjamin; commis-greffier, A I'audience du 27 Septembre 1900.
No 43
DEMISE r)'UN EXPL01T
Le parlant d de 1'exploit de sig0ficatio)i des moyms de cassaliwi doit etre clair, sotis Pebm A nullitd, d 1'Jgard de la pe)-smine d qW copie m a etj lassie.
LE TRIBUNAL,
Oui i I'audience publi(jue du 25 Septembre courant Alonsieur le juge L. Denis, en son rapport, MeJ. L. Dominique au nom do Me Luc Dominique, en ses observations, pour le d6fendeur, ainsi que M. Ed. Dauphin, commissaire du gouvernement, en ses conclusions.
Vu ; 4o le judgment attaqu6 ; 2o I'acte de la declaration du pourvoi ; 3o les request des parties ; et 40 totes les pikes par elles produites.
Sur ]a tin de non-recevoir propose par le d6fendeur, le sieur Dup6ra GlAry, tenant A la nullit6 de 1'exploit de siification de la requ6te des moyens des demandeurs
Vu les articles 78 et 80 du code de procedure civil.
Attend que Pacte par sequel sont signifi6s les moyens de cessation doit contenir routes les formes substanlielles communes A tous le- exploits ; que le parlant A est Line de ces formalit6s les plus substantielles, en ce que Pesploit, pour 6tre r6gulier, ne doit comforter aLICI.m- varrue A I'6gard de la personnel 'a qui copic a W laiss6e ; 0 1.
At(endu (Ille'en distant pftrIa'jjrj et la persomie de sa femme b-ouve'e. daus m mason sans d6nommer celle 'i 41iii la copie a 6t6 laiss6e et sans dive si c'est bien cetto personnel qUi it d6clar6e 6tre la fernme de I'assicrn6, I'liuissier par ce vague, a entach6 la signification de.i moyens fl'une irr6guhrit6 qui la rend nulle, vn quo rien iie prove quo le d6fendeur est mari6, et que le proce'i entre hii et les demandeur.4 a lip-ii simont A l'occasion dt! la de st cone(ibine, iW 6d6e r6cemment;




DU TRIBUNAL DE CESSATION 69
Attend que les (lemanAeurs no sont plus dans le de'lai pout, raire une nouvelle identification de leuts moyens, et que, par consequent, ils doivent eAre non receivables; etd6chus de leur pourvoi.
Par ces i-notifs, le Iribunal, apr6s en avoir d6libdr6, et sans qu'it soit utile d'examiner les inoyens du pourvoi, declare les demandears non receivables et d6chus de leur 1) Ourvoiordonne ha confiscation de I'amende d6pos6e et condainne le.idits demandeurs auv, d6pens liquids A la soinme de G. 60.45, dont distraction au profit de Mes Luc Dominique et Murat Claude qui affirinent en avoir fait l'avance, et ce, non compris le coiAt du present arrest.
Dorin6 de nous, Bourjolly, jLlge rempfissant les functions de president, Ed. ff&aUx, L.Denis, F. Th6venin et S.Marius, juges, en audience publique dU 27 Septembre 1900, en pr6sence de N1. Ed. Dauphin, commissaire d I Gouvernement, et assists du cloven Emile Lucien, cominis-areffier.
No 44
Doi[ICILE DU DEFENDER DANS L'EXPLOIT.
JUGE2119NT Df;,FINITIF : POURVOI.
LE CRIMINEL TIENT LE CIVIL EN RTAT APPLICATION DE CETTE MAXIMA.
L'exploit contenant la demure du difendeur, jans domicile pr6cis est valablement signiflJ. Est dffinitif est stisceptible de pourvoi le jagement qui accord un sursis, parce que le criwinel tient le, civil en tat. 11 y a excjs de pouvoir d'appliquercette maxima, qaaad West pas intenVe une action criminelle connexe d 1'acton civil
POURVOI DU SIEUR ISIDOR, RP(-,is
LE TRIBUNAL,
Ouf) d Faudience (lu 27 Septembre dernier, Monsieur le juge Lamarfini6re Denis, en son rapport, Me P. Lesp6s, en ses observations pour le demandeur, Vie D. Jeannot, en ses observations pour le d6fendeur ; ainsique Monsieur Edmond Dauphin, Commissaire du Gouverr)ement, en ses concluSiolls)
Vu 10 Vacte d6claratif de pourvoi, 2o le judgment attaqu6 3- les requdtes Jes parLies et 41o routes les atitres pieces produites.




70 BULLETIN Dk S ALRfITS
6ut ies deux this de non recevoir propo66es par le d6fendeur tenant A la d6ch6ance du pourvol ; Vu les articles 71, 917 ei 919 du code de proc6durc civile ;
Attend to que Pexploit de signification des rnoyens averassignation de fournir ses defenses au gi-effe du Tribunal de Cessation dans les deux mois n'est assujetti qu'aux fornialit6s substantielles de Yart. 71 du code de procedure civil, que celle du domicile Wkant pas une de ces formalit6s, il s'ensuit que 1'exploit du 21 avril dix-neuf cent comportant pour derneure du sieur Isidore 116gis !'habitation Praslin, I re section rural de ]a commune des Cayes, WeA pas nul, parce qu'il indique pour domicile dU dit sieur la Martinique, sans dire quelled ville do cette fle de France ,
Attend 0.(, que le judgment centre sequel est pourvoi en sursoyant au judgment de !a cause principle et, en pronongant le renvoi d'Isidore 116(yis deviant le Commissaire dti Government. pour en faire ce que de droit, en se basant sur la maxima : (( Le criminal tient le civil en 6tat, )) a rendu une decision definitive deviant porter prejudice au demandeur, laquelle est bien sujette la cassalion, surtout lorsqu'eu examinant 1'esp6ce on ne peut m6connaitre que les dommages soufferts par le non-paiement des fermages 6chus de I'liabitation Praslin, et la demanded en r6siliation de Wil, objet de la cause principle, pourraient 6Lre la cons6quence du Wit de d6tournement frauduleux reproch6 A Isidore Rdrris de certain objets appartenant A Afol6us Douyon et servant d exploitation de'Thabitation Praslin dont. ce.ui-ci est propri6taire ; qu'il en r6sulte que les deux fins de non-recevoir doivent 6tre rejet6s et le pourvoi d6clar6recevable,
Sur le 20 moyen excipant de la violation des articles 2 et
3 du code d'intruction criminelle.
Attend que pour qu'il ait lieu A I'application de la i-naxime (( le criminal tient le civil en kat )), il faut, que I'action criminelle ait W intent6e et qu'il y ait connexit6 entre elle et Inaction civil ;
Attend que dans 1'esp6ce aucune action criminelle West pendant entre les parties, et que cc West que sur une simple all6gation de Alol6us Douyon produite d FaUdience, que le tribunal civil cles Cayes a sursis au jurrement de la cause et a renvoy6 Isidore R6gis deviant le CommissAre dU Government pour en faire cc que drolt ; qu'en jugeant ainsi le tribunal civil des Cayes a cornmis un exc6s de pouvoir et viol6 les articles sus-vis6s.




DU TRIBUNAL DE CAUSATION 71
Par cet, mob['s le tribunal, apr6s en avoir d6lilAM, rejette les deax this de non-recevoir opposes par le d6fendeur, dit qtie le pourvoi est removable, et au fond, casse sans renvoi le judgment -du 21 Septembre mil linit cent quare vit)gt dix, neuf du tribLinal civil des Cayes, ordonne ]a i ZD
reirilse de l'ainelide d6pos6e eL condat-nne Nlol6us Douyori
iuxVpeni allou6s d [a sorame de P. 50 dont distraction aLt profit de Me P. Lesp6s et Alorpeau, sous I'affirmation de d ro i
Donn6 de 11OLIS, Botirlolly, juge remplissant les fonctiotits de president, Ed. Wraux, L. Denis, F. Th6venin et S. Alarius, juges, en audience publiqUe du 9 Octobre 1900, en presence de Alr E. Dauphin, Commissaire du Gouvernernent,
-tssist6s de "Vlonsieur Cyrus Ben*amin, corn wis-gref tier.
Ne 45
POINT DE L)Rorr DU JUDGMENT. COURS DE LA PRESCRIPTION.
INTERRUPTION
Le point de droit qui ne content pas la question) relative d la condemnation est ddfectucux, send nul le jugemenq
Uinterruptio)l civil est awt-avenue avec une assignation nulle par difaut de forme. La prescription ne sera pas acquire sl le ternte West pas complete et son dernier jour dcou1j.
POURVOI DU siEuR Bmss2xs BRISSETTE.
LE TRIBUNAL,
Oui -A Faudience du six september dernier Nionsieur le J up Bourjolly en son rapport, ainsi olue Monsieur E. Dauphin, Commissaire du Gouvernement, en ses conclusions.
Vu '10 le judgment atlaqu6 *; 2,3 I'acte Je la declaration du pourvoi ; 3e les requ6tes des parties. ; 40 routes les pikes prodaites ;
Sur le lo tnoyen du POUrVOi.
Vul'art. '148 proc.civile.
Attend, qu'il y a violation de, l'arLicle sus-vis6 dans l'omission, au point de droit, de ]a qUestion relative A la condainnation aux d6pens, demanded par ies pat-ties respectivetneliL, qae, (tans 1'esp6ce, cette question qui a 6to r6solue dans le dispositif n'a pas W cependant 6none6e dans le point de droit; qti'il en r6sulte donc une violation du (lit art. '148.
Par ces motifs, le tribunal, apr s ea avoir d6lib6re'. casse




HULLEATN DES kIMET, ,
et annual le jucrement contie sequel est puut wi eii cuns6quence, ordotine ]a remise de I'atnende depose et, coinme il s'agit d'un second recourse quant au clief de la demande qui a W d6finitivement jug6e, reticent I'affaire, mais seulement en ce qui est relatif d ce chef de demanded, pour y 6tre status au fond conrorm6nient d Particle 131 de la constitution.
Au fond
Attend (ju'iI r6sulte des faits de la cause que pout, avoir pavement Io d'une somme de huit cent quatre vincrt une crourdes, quatre-vingt trois centimes, reliquat dfi stir un complex de merchandise donn es en consignation ; 2o dune autre somme de deux mille cinq cent vingt six gourdesquaran te cinq centimes, reliqnat dft sur un compete de speculations on carnp6che, et 3o d'une somme de deux cent cinquante dew. gourdescinquante sept centimes, montant d'un complex demarchandises venues d sa femme, inarchande publiquelei sieurs KaYner et Cie firent donner assignation, le 21 mai 1896 d Briss6us Brisette, deviant le tribunal civil Lie Port-de-Paix.
Attend que Bris6us Brisette souleva centre ce tribunal une suspicion 16gitime qui a W accueillie par arr6t du tribunal de Gassation, rendii le 3 mars 1898; renvoyant I'affaire deva'nt le tribunal de commerce du Cap-Haitien ;
Attend que deviant ce tribunal aussi bien que deviant celui des Gona'fves saisi par suite de renvoi apres cessation. Briss6us Brissette appe[6 par exploit du 22 mars 1898 a oppos6 au chef de la demanded relatif au compete de consignation, Pexception de prescription de I'at. -20-30 cod. civ., en soutenant que ce compete ayarit W arrk6 le 20 mars 1878, it s'6tait 6coul6 plus de vinat ans depuis cette date jusqu'au 21 mars 4898, date de Yassianation qui lui a 6te' donnee devantle tribunal du (,ap-HaYtien, en execution de FarrR du
mars 1898 ; que I'assignation du 24 mai 1898, nulle pour avoir 6L6 sinnifi6e par tin parent au deori-6 proliib6 par la. loi, ne pouvait avoir pour effet d'interrompre la prescription par tui invoqu6e, art, 2015 cod, civ. que, dans tous les cas, it laissait entendre quo, pour [a vente par lui faite des rnarchandises consi(yn6es., il lui e'tait dO la montant de ses avanCos, de ses frais et de son salaire, et qu'en -cons6quence de cel it y avait lieu d compensation ;
AtLetidu que Kafner et CO ont repouss6 exception de prescription propose'e et ont conclu A la condamnaLion de 13riss6us Brisette au pavement par routes les voies de droit, et m6me par corps, des valeurs par eux r6clam6es avec int6r6ts et Fraisat hcequ'il leur soit donnd act@ de cc qu'ils




lit TRIBLINAL DE t AbbATIO;N 73
:soijL prOs (,ompenser sur le compete de consiguation le montant de la commission et des frais Ries apr6s justification, A Briss6us Brissette,
Attend que dans 1'6tat, il n'y a lieu, pour le tribunal Wexaminer que les pr6tentions cles parties relatives au compete de consignation, les deux autres chefs de la demanded 6tant toujours pendants deviant le tribunal de Commerce des Gronaives.
Attend, en droit, qLl'une assignation nulle, pour d6faut de forme, interrompt !a prescription, routes les fois que la nullit6 dont, elle est itifect6e Wa pas W propose en temps utile.par le d6fendeur ; que c'est le cas dans 1'esp6ce, la nullit6 de Yassignation du 24 mai 4897 dont rait* 61ait aujourd'hui Briss6us Brissette Wayant jamais W par lui invoqu6e ;
Attend done qu'en pregnant pour point de depart de la prescription propose la date du 20 mars 4878, fix6e par Bris6us Brissette, il r6sulte clue jusqu'au 24 mai 1898, il ne s'est point couple vingt ans, et qu'ainsi cette prescription n'est point acquire.
Attend que exception de prescription rejet6ele montant du compete de consignation, auquel elle 6tait oppose est done Ut avec inlt6rks et frais ; qu'il y a done lieu de condamner Briss6us Brissette qui, d'ailleurs ne I'a jamais contest6, A le payer, m6me par corps, et donner acte en mdme temps d Ka'Iner et Ce de ce qu'il,) sont prdts d compenser ce compete 4e consianation le montant qu'ils peuvent avoir, apr6s Jus ification d leur d6biteur, pour commission et frais.
Par ces motif le tribunal apr6s en avoir d6lib6r6, et statuant uniqueme t sur les demands, fins et conclusions des parties relatives u compete de consignations rejette ['exception de prescripti n propose parl3riss6us Brissette; condamne Briss6us Bri s tte A payer A KaYner et CO la somme dehuit cent quatre vi iat une gourdes quatre vinat tr6is centimes reliquat di) sur un compete de marchaudises donn6es en consignaltion, dODie acte d Kalner et CO de ce qu'ils sont prdts A compenser ,vec Briss6us Brissette sur le reliquat (Ificom
-me ci- dessus vec inthdts et frais le montant de sa commission des fr is par lui faits, apr6s justification; dit qu'en cas d'ex6cutio par la contrainte par corps, 1'emprisonne. mentzera de sx mois, condamne Briss6us Brissette aux d6pens liquid's, la somme de ....... et ce, non compris le cofit du prtese t arr6t.
Donn6 tie n us. 11. Lechaud, president, Ernest Bonhomme, vice-pr6siden A. Andr6, C. D6jean, Bourjolly, hr6mie at
I




BUILEMN DES ARDEMS
F. Haron, jUges, en audience I)Libli(]Lle (ILI 9 Octobre '1900, en presence do M. E. Dauphin, (Aorninissaire du GOLIvernement, et assisl6s de Monsieur (,. Benjamin, coin m is-greffier.
No 46
COMMTENCE DES T1111"UNAUX DE COMMERCE.
ACTES DE COMMERCE.
,Sont justiciabIcs des b-ibunaux cowulaires es acics de comm-erce lels que les chats de ina),chandises pour les revendrc.
POURVOI DES, SIEURS MUNZER LIT FIL'4.
Lr,, TmBUNAL,
Ou'i) d audience du onze OcLobre inil neuf cent, Monsletir le juge Laroche fils, on ,;on rapport, et les C011CILlsiolis de Monsieur Em. Chancy, Substitut du Corn missall1c, du GOLIvernement,
Vu 40 Ie imemetiL du Tribunal de cominerce, des Gona'fon (late dLl '10 JUillOt 1899; 2o les competes de marchandises fournies; 3" Pacte d6claratif de pourvoi oil (late du 28 Dkembre 1899, d0ment enrerristr6;- 4o les moyens des demanileurs, et d'autres pikes pi-oduites.
Vn I'article 621 dU CO(IC de commer,-e.
Le. Tribunal apr s en avoir Glibft6, statuint sur le second i-noyen, pris de la violation et de la faiisse application du sus dit article 621.
Attend que le Tribunal de commerce des Gtonaives, par SOD jugemenL dU dix JuilleL de I'ann6e derriere, s'est d6clar6 incompetent, d raison de la mati6re, et s'est abstenu de ucrer Faffaire Monzer et fils contie James D6brosse jeLlIle dans I'action qu'lls lui ont intent6e pour le pavement des merchandise 6trang6res d ILli venues et livr6es.
Attend qu'en consid6rant le chiffro des marchandises [OUl'IIiCS UU SiCUl' James Wbrosse jeune, appe-t les comp[eS pI'O(ILIitS, il ost facile de so convaincre qUe ces marcliandises Wont. pas k6 unicluetneiA affect6es d son usarre particulier, combine il le pretend, qu'il a posi-ivement fait acLe de cominerce, dans le sells de la loi, CL (Ll'il est bien ,justiciable des Tributiaux qui r6gissent [a mat re.
Attend (ju'll r6SLIltc de cc (ILI1 PN6, (k-,, quo le Tribunal de coinm(- icc des Gonaives, en se d6chnant pour ne pas j U"ell a fait Lille filLISSe Ipp[iCatiOll de I'article621 prkit(;
Par ces motlf l le Tribunal casse Qt annual le, jUgeniclit du Tribunal de commerce des Gunaives, en daLE du dix juil-




DU TRIBUNAL DE CESSATION 75
let mil Ituit cetit quatre vingt dix neuf rendu entre Mun7er et fits et James D6brosse jeune; renvoie la cause et les parLies deviant le Tribunal civil de Saint Marc en ses attributions commercials, ordonne la remi-e de I'amende d6pos6e, et condamne le d6rendeur aux d6pens.
Donn6 de nous, Laroche fits, jUffe, re.nplissant les fonctions de vice- Pr6sident, D. Pouilh, L. Denis, F. Th6venin, et S Marius, juges en audience pijblique du 11 Octobre 1900, en presence de Monsieur E. Dauphin, commissaire du GOLIvernement, assists do Monsieur C. S, Benjarnin, Tommis-crreffier.
No 47
NATURALISATION: SES EFFECTS. SUCCESSIONS EMMOBILIf'RES;
REPRESENTATION.
L'Imitien naturalist, Wayant point la jvopri td des biens fanciers e sera point admis Ct iecuedlir -des successions immobile res et (i
_z limitation des biens inino-ubles d une succession. Qitolque vivant pourra tre r,?prdsentl dans les successions immobile res.-- 11 wa roits qu'et la part mo ili re qui. luireviendra.
POURVOI DE FERNAND ET DE JOSSEm RIBOUL
LETRIBUINAL,
Oui a I'audience du 6 Septembre expire o6 I'affaire a 6t6 produite, Monsieur le 'uge Bourjolly, en son rapport, ainsi
-ie Monsieur E. Dauphin, commissaire du Goovernement, ses conclusion's.
Vu 10 le jUprement attaqu6; 2o daux actes en date des '13 90 Novernbre 1899 contenant declaration de pourvoi cone lejueremetiL sus-mentiOnn6; 30 les requests des parties les pieces par elles produites.
Sur le Jr moyen du pourvoi.
Vu Article 142 du code de procedure civil; attendU que 1'ex6cution provisoire sans caution est facnItative quand s'acrit d'expu 'sion de lieax, it ne peut pas 6tre admis qu'. le est demanded de ce chef, sous le pr6texte qu'll riy auit ni titre authentique, ni promesse reconnue, ni condamtion pr6c6dente, par ce qu'une telle erreur dans les mos-seraiL la. cause 6vidente d'une erreur dans le dispositif
1, par suite, ne strait pas contorme d la loi;
Attend que Fernand Riboul, proc6dant centre .1osepli iboul en revendication d'immeubles conclualt d ce que Ce. i-ci Mt expuls6 des imineubles revendiqu6s avec ex6cun provisoire -ans caution, faute par lul de les rernettre,e pour repousser 1'ex6cution provisoire ainsi demanded,




7 6 BULLETIN DE,, AllfiftS
les premiers juges ont (16clar6 qU'11 n'y a%,ait ni prornesse reconnue, ni condemnation pr6c6dente;
Attend que ce motif 6rron6 a d6terminI6 le dispositif qui se troupe n'dtre pas du Lout conrorme d la loi; ce, pourquoi 1,A decision atta(lu6e esL I)Ulle; arg. de Particle 148 proc. civ. hw ces motifs, le tribunal, apr6s en avoir d6lib&-6; eL saris LjU'il 80it n6cessaire Texaminer les autre.i moyens du pourVoi, casse et annual, sauf en cequicoucerne ]a iiullit6 des cession et parterre fatts entre N16zida Riboul, haltienne eA Josepli Biboul, son Wre, naturatise'- stranger, les 44 et 45 Avril 1891, le jU;gement du tribunal civil de Saint-Marc, en date du '.)0 octobre 1899, rendL1 contradictoirement entre les parties en cause, en consequence, ordonne la remise do 1'amande d6pos6e, et comme il s'a(riL Wun second recourse, dit (Iti'il va dtre par lui status au fond, conform6ment A Part. 11:30 de la Constitution,
Attend qu'il r6sulte en rait des circonstances de I i cause que la veuve Ninosth6ne Riboul, dont la communau[6 api-6,3 la rnort de sort mari, Wavait jamais W r6gl6, a VOUILI dans sa pr6voyante SOlliCiLUde faire enter son fils et sa Fille, ses seuls h6ritiers dans le partagedes biens, meubles et immeubles qu'elle laissaitA son dek-es.
Attend que de ce clief, mais sans nullenent tenir compete de la quality de son Cils naturalist etrancrer,- elle a, pat, testament olographe, en date du 45 Septembre. 4881, 16cru6 A sa m6re, commune usufrUit, et d sa Fille comme nu p ropriOtI6, le tiers de ses biens, quotit6 disponible, et laiss6e les autres deux tiers A ses deux enfants ponv 6tre partag6s eDlre eux, en portions krales.
;D
Attend qu-A sa mort, arrive en octobre 1890, sa m&e pat, acte au rapoprt du notaire JUIes Nbrosse, ."en date dii ,18 Avril 1891, fit cession de son usufruiL A N16sida Ribotil qui s'est trouv6e avoir la .pleine propriW du tiers dont avail (fispos6 la Veuve Nmosth6nes Riboul, comme quotit6 disponible; Attenda que Nilkida Ribout ainsi propri6taire du tiers des biens laiss6s pat, sa m re, consentit le 14 Avril 1891, au. profit de son fr6re, la cession de la moitie' du tiert.t. qu'elle poss6Jait de plus que celui-ci, et, apr s avoir di cette mani6re, ramen6 les droits do, chacun des h6ritiers 6gale quotit6, elle fit, d'un common accord avec Iosel)L, hiboull Sol] le 45 Avril 1899, le partacre des imr-neublei laiss6s par leur d6funte m4e;
Attend qu'apres la passation de ces actes, le marriage (T. Mizida Riboul avec Fernand Riboul euL lieu le 22 Avril 189.1 que, par testament olographe, en date du 20 f6vrier -1891,




DU TRIBUNAL DE CASSAT10,S1 17
madame Fernand Riboul institua son mari l'gatairre UDiversel;
A(tenllu qa'apv6s la mort de sa femme arrive le -19 Avril 1895, Fernand Riboul s'est. rappel6 que 1)osepli Riboiil son beau-ft6re,, ne pouvait pas, naturalist kranger,.succ6der aux bietis immeubles laiss6s par la veuve Wmosth6nes 111boul. sa m6re d6c6d6e et. en consequence, fit dODner assi-cnation le 31 Juillbt 1895 A Joseph Riboul. pour voir protioncer la nullit6 des parties de cession et de partake des 44 et '15 avril 4891 ; s'entetidre condamner A lui remettre, avec leurs titres, les propri6t6s que lui attribuaient ces actes A L' i restituer lei fruits products par ces propr]Ws pendant son indue jouissance, ainsi qUe les G. 427.50 qui lui avaient pay6es corning soulte.
Nttendi que Sur ceLte assignation est intervene Monsieur Ernest Sterlin, tuteur ad-hoc du miner Joseph D6mosth6ne Ribotil, fils du nattiralM stranger, qui demanded au cas oa la nullit6 des actes de ce*ssion et de partake des 14 et 15 avril. 1891 strait admire, le partake entre 0 les ayants droit. de Mkida Riboul ot son pupille, celui-ci par representation de son Wre incapable, des immeubles laiss6s par la. veuve D6mosth6nes Riboul,
Attend qu'en presence de ces pr6tentions, Joseph RibOL11 n'envisageant que les relations de famille, ayant exisk6 entre sa. scour et lui, invoqiie des considerations firks de ]a loi naturelle pour (-.ontester A Fernand Riboul le droit de poursuivre I'annulation Wactes fait par fen sa femme en pleffle. conna:issance de cause, et estime que la part immobilike que lui avaient attribute ces actes doit seulemeut Ore venues pour le prix en provenant lui 6tre remis.
Attend que relativement d Fintervenant Fernand Riboul
A
soutierA que Joseph D6mosthenes Riboul. tie peut pas par representation de son p6re 6tranger. mais vi,,arit, recuillir les biens imi-neubles de la succession de la veuve Wmosth .nes Riboul ; que par suite, il doit dtre d6clar6 irrecovable en sa. demanded en partake
Attend que dans ces circonstances, et. en coris6quence (je 1,1 nullit6 prononck des actes de cession et de partake
171 et 45 avril 1891, il y a lieu de determiner les droiis des parties en cause sur les i.nrneubles que ces actes avaieiit aLtribu6s A joseph Riboul, pour, eu 6crard A ces droits d6i (ler ce. que de droit ;
Attend que Vannulation des actes de cession et de paita(,e des 14, et. 15 avrit 1891, laisse debut le testament de la veuvc NmoWnes Riboul7 caduc seulernent en ce qui concerae les droits immobitiors qu'il accorde A Joseph Riboul




1i S JA LUIXIN DES AlAhLTS
que les biens SLIr lesquels poilent ces d ru I ts ite VeuN ent pas 6tre recueillis par Fernand Riboul soul A cause do la presence du inineur Joseph Dernosffi6nes Riboul ; qu'ils ne peUVeIlt PaS advantage d[re vendors pour le prix on provenant tre rcrni i A Joseph Wmostli6nes Biboul, stranger. Atlendu quo JOSeph Riboul, pat, sa naturalisation acquise en p iys 61vanger a perdu sa cjualit6 de elloven haiLien, et avec elle les droits civil y attaches, art. '18 et 22 cod. civ. que comme consequence de la perte do ses droits civils, so SLICCesSiOn s'esL trOUV6 ouverte, les successions, diL 1'art.
-)98 uod. civ. nQ s'ouvrent que par ]a mort et pat, la perte des droits civil qu'ayatit perdu ses (]IoiLs CiVilS I I PeLIL 6tre repr6sen(6 quoique vivant, daiis les successions inimobili6res qui lui 6el-joient: ; art. 601 cod, c i v.
Attend qWil suffit de ces observations pour faire ressortir que si Joseph Riboul, ainsi que le prkend Fernand Riboul, n'e-st pa comme naturalist 6tranger, frappe' des d6eh6ances de Farticle -19 cod. civ. il est bien a tj eint pat, cells de I'art. 22 m6me code, qui sont elles aussi exCILISives de la jouissance des droits civil;
Attend que ce point admis, il en r sulte que Jo ,oph Ribout qui, aux termesde 1'art. 586 est incapable de succ6der pour avoir perdu ses droits civil, se trotwo cependatit admis comme 6trancrer, par la disposition special et de faveur de I'art, 587. in&me code A suce6der aux biens mel-lbles laiss6s par so m6re haRienne, que, &s lor.,-, il West pas iflogique comme l'avance Fernand Riboul que dans la rn me succession, mais avec des droits dill6rents, ie repr6sentant et le repr6senI6 se bouveni. en presence, le preinier pour prendre la pall immobili6re 6chue au repr6sent6 Orange, ot celui-ci pour recueillir la part mobili6re qui ]ul revient.
Attend (Itie dani ces coalition. les ii-nineubles laiss6s par la VeUve Dkioslli6nes 11ibOL11 doivenL 6tre partag6s entire le mineurJoseph Wmosdi nes Riboul, POUr un tiers, quo016 A la(ILIelIC pourrait prkei!dre celui (ILI'il represented, el Fernand Riboul, s-qualM pour leS deLIX tiers ell DiSOR (111 legs de 11a yjotit6 disponible
Attend I, ell ce (11,1i Concerne la restitution des friflts, (Ine Joseph Riboul a pu, de boune lbi, se croire propri6taire des immeiibles que lui attribuaienL les actes des 'I I ot '15 avril 4891 ot faire sion s les fruits qu'il en a retires ; que copenfl,-Illt, del)HIS 1'aSSI(ruatiOn (ILI 31 juillet '1893, il devait siwir
(luoi senlenir qu'aux terines du 2e alin6a do I'art, .11,55 cod.clv. les frijit,, (lWil u por ws depuis la date de l'as'signa. tion doi% eiit donc 6tte pat, 11,11 restitu6s, ainsi quo la soulte




DU TRIBUNAL DE GASSATIO. i
de cent vingL sept gourcles, cinquante eenhmes qui lul avtit W pay6e 101'8 (ILI partake annual.
Par ces mo'tifs, le t6hunal apres en avoir de'lib6r6, admet le minem- Joseph D&nosth6nes Riboul A repi 6senter son p6re Joseph 111boul, naturalM 6traticrer, dans [a succession imrnobtll re do, la veuve Wmosthhes Ribout ; (lit, en conshluence, que les biens laisse's par cette derni re, scront parlag6s entre le dit mineLir pout, un tiers et Fernawl BII)OL11 es-qualii6 pour les deux aUtres tiers et en cons6Tience de I'arr6t de ce tribunal, en date du 22 Weembre 1898 qui a dessaisi le tribunal civil des Gonaives de la connnissance des affairs entre Joseph Riboul et Fernand Riboul et desic-n6 celui de Port-au-Prince pour en connaitre nomme le jurre Ed. 1_3oisson de ce dernier tribunal, juge commissaire pour or6sider au partake ordonn6, et renvoie pou r les operations de ce detail, deviant Me P. F. Fred6rique, notaire A Port-au-Prince; et pr6atablement aux dites operations, ordonne que par trois experts convenes entre les pat-ties dans les trois jotirs de la signification du present
trr6t, sinon par Messieurs D6s,,aix Daniel. a(,ent de chatiae, et courtier Christian Shr(l et Uopold Mices, proprikaires, detneurant et domicili6s a Gonaives, que le tribunal nomme Office, segment pat, eLIX pr&ilabletnent, prk6 deviant Ic
u"e de Nix de., Goriaives, les itTimpublei A partager seront vus et visits A 1'effet de d6tertnimer leur valeLll' OL Ten fixer 1'estimation dont ils pr6senteront le.-3 bases- (lire si les dits immeubles peuvent 6tre commod6ment partag6s en nature en ce cas livel' ClIaCLIne des parts et, leur valour eL lans le cas contrairefixer les irises A prix pour la licitatioti. de tout.quol les dit.,., experts dres-seront, pro(,- -verhat pout. fait et rapport6 Otre Rir le s pat-ties corichl et Par le tributud civil ile Port-wi- PVI nce d6sign6 commo il est (lit ct-dessus 6tre staw6 ce qu'il appartiendra; condamne Joseph Hiboul a restiluer aux co-pt.irtaoreants pour indue jouissance, A partir du 31 juillet '1895 la somme de trois Til I -rourdes et A Ferfiawl Riljo .O, celle (le cent ving ep
_1 0 LI V(les ciriquatite centitnei pour la soulte qui lui avait 06 pityee par M-6zida Riboul ; rejeue comme itial, fon(16 le surp1w,- des demands fins et conclusions des parties; condamne Jo- eph RibOLIl wix d6pews enters Fernand Riboul liquid6s A la sornme tie G, 338.55 dwit dktraction au profit d M J. fl. W. Francis qui afire on avoir fait Vavarice, ( 'ondutime Fernand MI)OL11 a ceux enver., Ernest Sterlin O'sqmdit6., liquids ]a sounme do G. 95.39 cent i mes dont (Itstraction it ,ion profit, pour en avoir fait, affirme-L-ii, les advances, et ce non comoris to codt dU present arr6t.




13 1 J L I ETI N I ) 1"o A I I I i E F-',
Dorw6 de nous, I I. I, eC1 M LI d, I)r6SidOll t, 1',1'11 CS I 130 11 h ODI III C, vice- jw6siderit, A. Andr6,, C. Wicaii, Hoin-jolly, 16r6mic, F. Baron, L. Denis ot 11'. Thevenin, juges, on audience pli bli(iLle (111 -23 Octobre 000, eri pl,&OlrCt (10 Monsicur Edmond Dauphin, coin in issai re du Gotivernement, ot assists do M. C. S. Henjarnin, commis-greHier.
No 48
PREUVES DE FILIATION COLLATL-AtALP,
La filiation collaWrale ne pom-9-a sYlabliv que 2)(tr un acte de reconnaissance tail par l'Oflicieq- de VEtal civil. Manmoins VidenfilJ des p(wents collal&aux pouri-(t i-Jsullcr (N.tne enquete Hgulihe.
Est non i-em-able enjusti(e, celui qui gie 1womic pas sa qzmliM ou ses i-apports de filiation el de pare)W, pozu:justifier ses dmils.
POUHVOI DE THAM BONIFACE
LE THIBUNAL,
Ou'i A Vandience dn 2 Octoljie courant, Monsieur lejuge, Minond 116raux, ell soil rapl)oIj ;_ jN1,!,; P. Iesp6s et, Raymond cii letlri ObSUVA6011S ;- N101ISiCUr 11". Dauphin, GomIniss.,lire, (111 Goil Vornelfiell t) on scs coticlusions.
Vu 4', ParrOt de cc tribunal, en (late du 42 Weembro 4899 ; 2') FoliquOte corfectionn6e le F6vrict, 1900 en cx6cution de cet arrk ; :30 les requ tes des parties.; 'P diverses ailtres I)Ikes.
Attend (ILIC l)OIIr 6tablir la qnalit,6 qu'il disait avoir et qui IUi a 616COlItCStOC (10 tlt6rill de fOLl CaMilIC JOSCPII etell cons6(iiience, son h6ritier WnMiciairc, Tham Bonirace avait
1 pl'OLIver V, sa filiation IVCC Celle (]Ll'il dit, 6tre sa m6re, eL ot 20 lit filiation do rOLI Camillo Joseph tvcc cette m6mc person ne.
Attelidu (ILIC CCUO (JOUble I)reuv(, ne I)otivait 6tre Mablie (JLIC [),ir 1,1 repr6sciitation do l'acte do reconnaissance de 1,112111 Honifaco et; de colui (le 1'eii Camillo Joseph, Tliam 110niface :t prodiii( comme sion un acle do naissance, en (late. du H, Vk iicr 181,7, (I'Llil cufant, (III nom do Jeall Lollis 10seph, fil, nature de Ja citoyonne 11aric Urstile, (lite Cft6 B:Iccil et c.omme ces d6signatioris ne r6porldliOlit POillt MIX ll()If)S Ole 13011iface CL de Celle (11-l'il disait O re, Sa Inere? le IrIbmial a, par soil -arrot en (late dii 3 Nov, mbrt, 1898. ordomi6 (*I Tham floniface de protiver., par rapi)ort




OU TRIBUNAL DN GAS ;ATION 81
a I'actu pat, lui product son Mentite et cello de Ursule D6Sit.) sa m6re pi6tendue.
Attended (pie 1'en(juke, faite pour 6tablir ce double fait ayant et6 amiulilie pat- arie,t de ce t6burial, en (late dii 12 Dkeinbm 1899 qui a onlomi6- qu'elle scraiL cointnerw6e, ime secoride ell(IL16tC U 6L6 cotjfectiomi&, lo '12 Ve'vrier dernier dwit I'arinulation est encore ClCinal)(16-C par les h6ritiers iouis 'ranis ;- (lu'il y a lieu, Wopprkler la dite enqu6te ;
Atteridu que cotte enqu te avait pour bi.it unique
Wkablir, par rappoil 1 I'al;Le de naiSSarW-0 product par Tharn bloniface cornme sien, son identit6- et cAte do la fernme qu'il dli, kre sa iu re, eL nidloment 10 fait de savor A 'I'llmn flolli.*ace esL oil non to fri*,.re ut6rin de fell Camille Josopli; la, 'preuve pat, t6moiris Wmi to[ fait 6tant nort adinissible )
Attend cepetidatit que parmi les t6inoins qui ont 6te' onteridWS SUl' IeS fUitS Mlatik A la dO JbIe ideiitit6 qWil s"agiiwlit Wkablir) it y en a qui, indiroctomerne-0 ot en 6ludarkt. !e.s dispositions de la lot, ont (16-pol-40 Sur ce derniew fait (file leurs d6clat-atiotis en. cc qui a trait A cc fail, sont 11 11c. tion aventies, le triburial ne p0imint pw-, y avoir 6gard ; arguincut de Farticle 256 du code de procedure civil.
Attend, ell cc qui conceftle I'l dollble i(,Icntit6 que I'Crlqu6to devait protiver, (tire sl les (6tnoins, eu 6gard, la faorl dorit ils orit ".16 interpoll6s, Wont Pas totijours CY11,0111-6 lours Gpositiorls do circumstances propres A faire appf-6cit-r le degi-6- do confiative A 1(.-ur accorded, il tic r6sulto pas trioins de 1'eiis trjible 6e leurs d6clarations que Tbain wrilrace et Jean Louis Joseph sont mie s tile et itie'ine persorme, con-itne le sotit C-galement Ursule 1)6sir et Marie Ursule, (lite C'66 l3acci ;
Attend que cc fait admis, it reste A Tharn Noiiifacc i prouver qu'll eit, le, fr6re uterine de fitij Cmfiillo Jos-eph ;que cette PrCLIVO, it [if! POOL 1,1 fairo (lo'en produkant I'acto dc recutmaiSSAUCe dii (16funt, drossi, conl'ortn6lilent aux dispositions de I'article 305 cod. (--iv.'
Attend (JUC ThUm lioniface ri'a pas fait cetto pret.1ve
'il doit doric kre d6clai-6 saris (Imilito' po r suivre sur It" pourvoi fortune par le Doctem, Joseph, conti-e le
jugernurit du triborml civil do JacinO, rendu ]( 8 Avvil '1897 cOntimli(Aoirement entr(,- 111i (A les llt,.( tiers Louis Tanis ;
Attend que Tharn Boniface, en procod int ainsi (Ill'il a fait) a uV1 de bouric foi et, par corisetinent, saris l'intorition de nuire (jul Ini est reproch6c; qWil fl'V a (1011C PaS lieLl CIR le condaturier A des dornmages-int6i'64s *
Par ces inotil's) le tribunal, apr s en uvoir dilib6r6, (166




S2 13ULLETIN i)ES AIMEJ ,
clare Tham Boniface -.an-; qu;dit6, el, par suite 11011 recevable a suivie SUr le pourvoi form6 pm, fen le doeteur Camille Joseph, centre le jiigement (III Imit Avril 1897 do LribUDaI civil de Jacmel ren'dLI contradictoirement. entie lui et les h6rltiers Louis Tanis,- rejefte les dommop-es-inl6r6L.s demands conite. lul, el le coodamije ayx d6pen., I(JUid6t, A la somme de P. 37.55 conts dont distraction au profit de Nle Michel Oreste qUi affirmed en avoir fait Pavance, et ce, Don comprise le coOt du present ni rM.
Donn6 de nous, 11. Lecliaud, pi,6.sident 1,_'mest Bonhomme, vice-pr6sident A. Andi,6, C. W.'ean, llourjolly, D. Pouilli, Jkkiie,, Edmond 116raox et F, l3aron, jUges enaudience publique (111 21") oclobie '1900, en presence (le Jr Ed. Daupliin, Cornmi, salie IILI Gooveinement, eL as.;ist6s de AlonsieurC. S, Ilenjamin, commis-greffier.
No 49
PRODUCTION DES MOYENS F:,X ',VA]TIONS RUINIES : D2 IA1. -DELATION DE SE11MENT': COMML.NCEMENT DE PRELVE PAR LhS REGISTRIES ET LINRES DE COAE1E1tCE.
Aimm delai fatol Wcsf prescrit j)om, lo pwhictioi? des moyew chi fowl deva)d les sections viuOes du h-ibmial de Cassalio)i ; il saflit de le:, signifier.
Un commencemott de pveuve, i Velfel (Fautoriser la (1 latio)z (le serme)it, peid )Ysulier des rcgistres et How de Commerce.
POURVOI DE, 'O-SEA 1T ET DE FERNAND RIBOUL
OLIY A VaUdience (111 9 Octobre courant. Nionsieur le i0ge Alexis Andr6 eti son rapport, Ale, A B). AV. Francis et Solon AWrjos en leurs observations ; Monsieur E. Daupliin, Commissalre do Gionvernement en ses C011GILISiOD.S.
AID I- I'arr6t sns-me ifionn6 du mai '1899; Oo le proc sverbal dress le '12 Jimi WO, cn ex6ention de cot airk, par le Doven du frilmnal do comnierce Lie Port-au-Prince 30 les req'tiOes y relatives des P;Irties.
S1,11' I('1 fill de Y)oii rocevoir (it) d6fendem,
Atleti(ILI que deviant les ;eclioos r6unies du tribunal do cessation, i! wy (-, p!i,, do d6lal fnial pom, la production deM OYCIIS (III foild, Ili 1.101-1 Idlk, 1161-W COIlt!S A I'm i-e apies III) avar)l dire-diolt ;--- (10C, (IUD-, I'LI11 OU FaUtIT de CaS, il Suffit que le, ieilmtes pro(Inites niont 6t6 Agnifi&s, el cela, alin d'6vitev tOLIteS SUPI'keS.
0




DU TRIBUNAL I)E uASS-MON 83
4 ttendu qu'll imported done peu dans Vespece que Joseph hiboul et GE alent product apr6s Fernand Riboul, d6fendeur, puisqLCIIS ont fait signifier A ce dernier leur requ6te en r6plique A tort critique ;-qu'il n'y a pas lieu, en conSklUetice, de de'clarer tardives et pat, suite irrecevables les PIWIL101011S de .1oseph Riboul etGe.
Pat, ces motifs, le tribunal rejette la fin de non-recevoir ci-(Iessms,
ALI fond.
AUendu qu'en execution de I'arr6t de ce tribunal, en dale dU 2 Mai .1899, le doven (in 11'ibUnal de commerce de Port-al.1-Prince, A ce (1616gu6, a, par son proc6s-verbal, en 1 tte &1 '12 Rlin 1899, dress en presence des parties, consW6 apr6s examen que les 6nonciations continues dans 1'extraiL de compete courant dont le pavement est r,clam6 de Fernawl Ribotil' sont conrornies au livr -journal de loseph. RIbOL11 et CIE et que Joseph Riboul a pr&6 le segment I U I d 6 r6i,6.
Attend que.loseph Riboul et CIE, munis de ce proc6s-verbal, ont conclu. A [a condemnation de Fernand Riboul, au pAement des deux mille sept cent quatre vingt-sept gourties Vingt-sept centimes, pour la justification desquels les measures ci-dessus avaient W ordonti6es.
Attend que Fernand Riboul ne critique point et cela se con oit sans' peine, ayant W procurateur de la mai.-;ou Joseph Riboul et CiE, la tenue des lives de cette mason (]U il reproche seulement A ces lives, ou plut6t au livrejournal de contenir des kriLures d'une, date ant6rieure A celle ofj le dit livre journal aUVait k6 vis6 et paraph6
Qu'au fond, il ne nie point la dette ;
Attend que, dans ces circumstances, la critique faite du (ILI livre-journal est sans port6e, parce que si, en cr6n6ral, les registries des marchands ne font pas preuve centre les noti-marchands, ils peuvent c(-peadant, m me lorsqu'ils sont i rr6(Tuli6rerneL1L tenus, 6tre consult6s A titre de reaseigneIneuts) OLI, comme dans 1'esp6ee pour on faire r6sulter un coin mencement de preuve suffisant pour autoriser la d6laLion du segment.
Altendu que, cela admis, le tribunal estime que le cominencetnent de pretive qui r6SLIlfe des lives de commerce de Joseph Riboul et CIE est complk6 par le segment pr6t6 pat, loseph Ribonl et qu'ainst se trotive pleinement jUstifi6e la (lemaiAe des dits Joseph Riboul et CilAttendu que Fernand RibOL11 flui ne doutait point de ce r6sultal,, a deman(16 en vertu de ['art. 1030 du code civil a s'acquitter en payant cerit goordes par trimester




84 13 U L L LT I N 1) E S A 118 ET,,
ALtendu quo en A lit situation geneuak-, de.,
res et A celle parhculi t'e de Fuirind Rlboi-il, 1i DeLit IM 6tre accord de paver avec t: rnict, et
Par ces motifs, le tribunal, apr6i en avoir 161ihk condanine le siet-11' Vel'11,111d Ribo-A zi paver aj\: sioal's Joseph Riboul et CIE k) sonitne de deUX inlile opf cent qwltrevinat-sept gourde,; vin,"rt sept cowirne., ( 2.787.27 ) et ce, par mille gOLirdes G. 1 .009 par an cowlainne en witre le sieur Fernand llibod wi\, d6pmi I t pi-o(,' I tre deviant le tribunal de cessation, lesquels dOpens 11(jUld 1 ,Ala somme dc-G. 281.05, et ce, tion compris 10 Coco (I u present arr6t.
Donii6 do nous, 11. Lechaud, pri',sideni, Krnest t1wiliomMe, vice -pr6sident, A. Nwh-6, C. Wjellfl, B01-11JOIly, rnie, F. Baion, F, Th6venit, ot S. \Iai-iu., juges, en widience publique du 22.*3 Octobre 4900, en presence de M. C. S. Benjamin, commis-greffier.
Mo 5 0
ExPLOIT S1GN,1F11'-. A LA PERSONNEL WUN ASSOCIf,
C01114,TE-NCE' : JUDGMENT PBEALAB1,E'
Est valuable 1'exploil de signification des moyeas de co,, sation d la personnel (le lun des assocte's d'unesocWtJ cowwerciale, c7i Vabsewe (le leur naisoa social.
Le Pigment est ?iul en ne statuant poin t sur wi (ldclWalol're fo ,Tnellemenlsoulev c'est un exc s (lit pouvob%
POURVOI DES SIEURs ANGELO Ei, GIORDANI VIACCA11A.
LL TmBUNA1,,
00, ,t I'audience du 16 0clobie courant, Monsieur le juge Septimus Marius, en son rapport ; Me Uger Canvill pour les dornandeurs, en ses conclusions ; Munsieur Th,,i16s Lully, substitute dU Commis -airo du Gctiveriiement, cl)
ses conclusions.
Vii '10 le judgment atlaqu I'acte de la d6claratioii du
pouiwoi ")e les re(_JU0t0-; (ICS p,0-tiCS 4c toute les autres pl
ces par elles produites.
SLIV ]a fin de non recevoir preseiit6e par les dffendetir,.
VU IeS Al'OCICS 928 el 793 3 : proc. 661e.
Altendu que les significations contonant des inoyent4 de
cassatioul solit 'alablenient I'altes, SUiValil les terines de 1',iH ficle 929' pro civ. personnel ou domicile ; (1021lus 10 so"t




DU TRIBUNAL, DE GASSATION
6g leniviajo,,-,que, s'agissant Lie sociWs commercials, tant qu elles existent, et en Pubsence do, IeLlr j masons socials, ces exploits sorit siguifi6s A la personnel ou au domicile de I'Lill des assocl6s, art. 793 proc. civ.
Attend que 1'exploit de signHication des moyens des demandenrs constant qUe Nionsieur L. Copello et. Cie ayant demem,6 A Port-au- Prince, Wont plus de mason social,
'il a 6t6 sicaiU en cons6cInence 4 la residence ac'uelle de Monsieur Luigi Copelli, Fun des associ s et parlant A la personnel du diL sieur Luigi Copello ; qti'it s'ensuit donc que les d6fetideUrS Wit W valablement assigns A fournir leurs l6fen, cs clans les deux mois au c,'reffe du tribunal de Cissahon, que 1'exploll n'&ant pas nul, la (in de non-recevoir doit 6tre rejet6e.
Pur ces motifs, le Lcibunal rejette la Iiii de, non-recevoit, qm West pas fondue.
SLIV lle 20 moyen. du pourvoi.
Attend qu'll esL reconnu qUe les Juges commettent tin exc6s de POLIVOll'S 101-S(IU'IIS font tin acle qui ne centre dans lezi tttt'ibLItions (I'auctin hibon'O, qui sort des timites du pouvoir judiciaire ; qu'il y a donc exc6s de pouvoir, lorsqU'Ul1 d6clinaloire a W SOLI[ev6 devanL les jucres, et que ,ceL].K-Cl ont omis ou refuse d'y statUer.
ALtendu (Iiie sm- la demmide en compensation demanded,
ar L. Copello et Cle Ll'un bon souscrit pat, Angelo et Giorani Viaccara conjoinLement avec S. V6(-,,Iio potir la. somme c P. 2.870. 56, les, Viaccara r6pon(tirent que le bon n'6fant
-pOiflt C01111nel'6111 Lie lour part, eL 6tant nut pour (Waut de C Wsc its se proposaient de le raire annuler, quand its se't, ils deinand6,raienL assicrn6s on p:iiemneiit ; qiie potir celL 'cuL au tribi.mal do comineroe, du Porkm-Prince de se d6clarer incomp6tent, sur h itern tilde oil compeiiiatioft demand6e pat, tours adversaries, sinon la rejeter comme noii-recovable ;
AtLetidu qUe le Li'llhunal de commerce (to Port-au-Prince,
illIs Son juvemerit du 25 avril '1898 renda entre les paries, a omis de stabjet sur sa compkence, inalgi-6 le (16cliatolre soulev6 (levant lui, et se fondant sur I'aV-_U des VicaLffa, a dit. ([Ll'il ll'y 1 pas hell do composer, d'oh it a comis Ul) exc6s de pouvoirs,
Pat, ces inotif-i, to tribunal apr6s en avoic dAlib&6, sans
volt, besoin Texaminer les aLltl'eS moyens du I)OLUVOi, cas.se t allnUte 10 jUgefflOnt (ILI tVibU11A de commerce de Port-ailviiice en (IL-Ite, du 25 avril '1899, relldLl contrc-1clictoirefflent
ntre les ileurs Aucfelo et Giorvani Viack-lara et les sieurs L.
,opello eL U et Pour 6tre status conform6ment A [a loiren-




8 G BULLETIN DE Ahh ,T',,
voie ]a cause et les parties (levant le Iribunal de commerce de Jacmel, ordonne la remlse de l'amende d6pos6e et concondatime Gopello et Cc aux de'pei:js liquids -A la somme de P. 59.15 et ce, non comprise !e coCit du present at r6t.
Donn6 de nous, Ernesl Bodhomme, Vice president, D. Pouilh, L. Denis, F. Tl',6,enin et S. Marius, jucres, en audience publiqUe dU 23 Octobre 4000, en p6sence de Mousienr E. Dauphin, Commissaire (ILI Gouernement, eL assist s de C. S. Benjamin, commis greffier.
NO 51
ABROGATION DES LOIS
DROIT PROPORTIONINE1, ; POUVOIR D'APPLICATJON DE S JUGES DU FUND
Eit cas de cowradictim e0re phtsieurs lob;, la loi abroge ce qa'il y a de contraire dans la loi (taterieure', quaid meme le 1 gj'slateiw am"all omis A le dh-e.
Le droit proportiomiel sera per(pt sur les sonmes et obligatiom q)zi ont jtj remises. A cet yard, il est laissi an pouvoir soweraht d'appr&iatio)z mix premlers juges.
POURVOI DE FPRD2Ric ELIE & CO
LE TRIBUNAL,
ou'i7 d Faudience du 13 octobre courant, Monsieur le juge F. The'venin, en son rapport ; Me Lespinasse en ses observations; monsieurr Emmannuel (Aiancy, substituL du Commissaire du Gouvornernent, en ses conclusions.
Vu Jo le ingement attaqu6 ; 20 I'acte de ]a declaration du pourvoi 30 les requkei des parties ', 40 Lin arrdt du ribunal de Cassation, en date du 3 octobre 1899.
Sur le premier moyen (it] POLII'VOi.
Vu la loi du 48 jUillet 1896 et particuUrement Varticle 7 de cette loi.
Attend qu'aucune loi ne peut, 6tre abrog6e ni suspenduiz que par une autre loi, atJ. 3 cod. civ. et qUe, lorsqu'il y a contradiction entre plusieurs lois transitoires, la loi post6rieure Wabroge que ce qu'il y a de contradictory, dans la lo1 ant6rieure, qnand m6me le 16gislateff aurait, omis de faire, mention de cette zibromation, (111-1. de Iart. 4 cod. civ.
Attend que les demandeurs n'ont reie%,6 aucune contradiction, qui d'ailleurs Wexiste pas, entre la loi sur I'Etire istremQnt de 1828 qni esL une loi sp6ciale et fiscal, at la




OU TRIBUNAL DE GASSATION 197
loi du t8 joillet sup Ii li(Inidation judiciaire qui est une loi I .
COmmerciale et de proo6chre, que I'arr. 7 de cette loi specialement vis6 par eux ne contienL auji-im disposition qui le mette en coptradiction avec cells de [a loi sup I'Etiregistrem,,ot ; qu en fait cet article invoqu6 par les demandeurs assure les -aranties des cr6anciews (ILI llqul(16, et la loi fiscale, la perception des droits sur des v:dwirs (16 'ennin6es;qlj'il Wen rosolte don,-. :wcune Libroutitioll dt,, la lui sur IEnreciskremen t, ou des dispositions rolalives MI concordat ti'6tant pas forine lemenL krite dms la loi nouvello, et I'art. 21 de cette 10i allSSi ifIVO(I1,0 A 1' Ipp(-Ii dU moven des demandeurs, ne visant que des lois o1i des disposihous de loi qUi IUi sont countries, il .'en suit que le 16gislateur, on 6dictant la loi sur la liquidation judiciaire de -1896, n';t entendu conacrer
-aticufie obligation t;*xpresso. o,,i helte ;1, h loi de 4826 sur 1'eum-ish-onient on de cerlaines ilisj) -)-iltions de cette loi d'oL le mid fond.6 de ce premier tnoy,- ii I ji deineure rejet6.
Surle 2o moyen ; .
Vu le 7c alin6a (te I'article .5,2 de h lot de 1828 SLIr ITnreoistrementAttendu que les dem .ndeurs eKeipent dims ce moyen Wwiet'liiisse applic:ttiwli (Ui T) 1"irt. 7i2 (le la loi de '18 28 sur I'Enm-,iistrement, loi qu'lk; patent, comme dang le Jer moyen, dans 1'ann6e 1832 ; eji ce k-lue, disent-ils, le drolt proportionnol lie PeUt 6tre percu stir une realism., que si cette remko ext.ste w4 morn( jit oLl I'acte est enregistr6, qu'en r6.11(6 ils ont 6t 6 poorstilvi, p;ir mi de .1eurs cr6anciers qui a obtew.. L111 *,jgeinent ies condamnant A payer les somme,; qui, snivant la i-6-Ae, k,'di' 01-It 6t6 remises
Atlendt-I (11.1e 10 161'-fi-datelll- Lie 182,' ), m 7e alln6a de Fart. 52 sns-6,6, n'a pa-, I'alt h distHiction (Ilie chercheat, A 6t Mir, le, detnaadetirs 60,1t 11'11 eirconstanco:-4 rapport6e,- par oux, les juges (In fond avaient un ponvoir SOLIverain Toppr6ciation ; quyabstiaction faite de [a jualit6 (ILI COJIt ; -I t, ,'ag's!-;aitde vemisesflesowwc.3 ot Toblig:ttioos; eted'ou' le JLigement d6botA6 d'opposition ; (In'ti s'ensuit, dono que ce moyen est ifr6covable -et mal fond6.
Par ces motifs, le tribunal, api-6 ; en avoir d6lib6t,6. rejette comme mat 1011(16 le, POUrnoi dez, sieurs Fr6d6ric Elie et Cie centre le judgment (ILI tribunal civil de Port-au-Prince, en (late da 1.2jaimer 119JOenLe OLI\: et le lirecteur de I'Enre(Tistrement, ordont-te h confiscation (le I'amende d6pos6e et
L
condainne Fr6dM.c Elie, ot Cie en liquidation aux d6pens liqui. d6s, a la somme de P. 16.66, et ce, non cornpris le cofit du present arrOt.
Donn6denousErnesl Bonhommevi-ce-pr6sidentD. Pouilh,




88 BULLUNIN DES AiAhl 'I'S
F. Th6venin et S. Marius, juges, en audience publique du 30 octobre 4900, en presence de Monsieur Ed. Dauphin, Coulmissaire du Gouvernement, eL assists de N]. Lerebours, greffier.
Ne 52
C',ONTRARItTt ENTRE IES, MOTIFS ET LES DISPOSITIONS DU JUDGMENT
La cowrari le' ciare les motifs et les dispositifs (Nm jitgemeW le rMd ?ml, comme Vabsewe dcs molif.s.POURVOI DU SIEUR AUGUSTE COMEAU.
L, TRIBUNAL,
Ou'i A Faudience du 46 octobre courant, Monsieur le juge, Baron en son rapport;- Mes Raymond ain6 Pt Laleau en leurs observations; iNionsieur Thale's Lully, substitute d u Commissaire du Gouvernement, en ses conclusions.
Vu lo le, juaement attaqLI6; 2o I'acte de, declaration du pourvoi; 3o Jes reqL16tes des parties; 4o les adres pi6ces par elles produites.
Sur la fin de non recevoir pr6sent6e par le d6fendeur.
Vu les articles 932 et 71, proe. civ.
Attend que 1'exploit de signification des moyens du d6fendeur tie pent 6tre d6clai-6 nul, A I'6gard du parlant Aqui est une formality substantially, que si cette formality West pas remplie de manl6re (A ne haisser aucun dOLIte Sur la personne, A laquelle copie de 1'exploit a 616 laiss6e;
AttendU qLie 1'exploit de signification des inoyens du d6fendour en cassatiOR porte qUe copie (,I W laiss6e au sieur Normal Chicoye, etc. parlant sa personnel, combine le pr6tend le demandeur, que cet(e constatation 6tant explicit et ]a remise, valuable. 1'exploit n'est pas nul, d'ofi le rejet de, la fin de non receiver (ILI demandeur.
Vu les articles 929 et 71, procedure civil.
Attend que les exploits de significatioti des moyens de cessation tie sont pas combine ceux destin6s (A la procedure deviant les autres tribunaux, soumis d routes les formalit6s prescribes A peine de nullit6; qu'il en est ainsi dans Vespoce, o6 ]a profession du deti.andeu r, 6tant dei-A connue de la partie adverse. quoique omise dans son exploit de signification de moyens, cette omission se troupe r6par6e dans ki reqnote contenant ces moyekis ou l'on voit que le demandeur ell cass' ation est propri6taire; qLl'il S'011 suit que 1'exploit West pas nul.




Du f)F,, C_ .SSATW N 89
Pat, se.-, H10tits) le tribunal rej-Lte la fiti de non recovoir.
Sur le nioyen de pourvol: Vu les articles 1,168 et 1169 code civil: et 148 proe6dore civil.
Attend qu'une contrari6t6 entre les motifs et les dispositions dun jugement le fait consider comme d6nu6 de motifs et rendu en violation de I'art. 148 procedure civil.e.
Attend que le judgment attaque, apres avoir constant un cas de force majeure en faveur du sieur Chitoye, centre le sieur Auguste Comeau declare que, Ye'tat des lieux n'a pas W fait entre le bailleur et le preneur et que Von ne peut soutenir Caisonnablement qu'il y a eu faute ou n6gligeuce de sa part, que sa responsibility. comme preneur est couverte, et que le demandeur Wa pas fourni la preuve de la faute ou n6alioence qu'iI all6gue 'a la charge d-u d6fendeur, a condamn6 pourtant ce dernier A payer trente crourdes A titre de d6dommanement, etc.
Attend que ]a contrariW entre Jes motifs et le dispositif est 6vidente; 4u'il en resulted que le chef de condarnnation s(is 6nonce' n'e,3t pas motive, ce qui r6nd le jugement du Lribunal civil de Jacrnel, en date du 14 juillet 4899, centre sequel est pourvoi, ntil, aux terms de I'art. '148 sus 6nonc6 du code de proc6( ure civil.
Par ces motifs, le tribunal, apr6s en avoir d6lib6re', casse et annual le jUgement du tributial civil de Jacmel, en date du 14 juillet,1899, rendu contradictoirement entre le sieur N. Chicoye eL le sieur NLICILISte Comean; ordonne la reinise de I'amende ddpos6e; et pour 6tre status, conform6ment d la loi, renvoi la cause et les parties (levant le tribunalciv it de Port-au-Prince; condamn6 le sieur Auguste Comeau aux d6pens liquid's 6 la somine de P. 47. 20, avec distraction au profit. de Mes N. Benoit et Raymond ain6 qui affirment e ri avoir fait I'avance, et ce, non cornpris le coM du present arr6t.
Donn6 de nons, Ernest Bonhomme, Vice-pr6sident, 1_ Amond He'raux, F. Baron, L. Denis. et F. Thepvenin, j Liges, en audience ppbliqiie du 30 Octobre 1900, en pr6sencc de Monsieur Ed. Dauphin Comm issaire du Gouvernement; et assists de Albnsieur P. Lf-,rebours, orreffier.
No 53
R ,GLE EN APPEL POUR L'EXERCIGE DU DROIT D'I VOCATION
I.e tribiwal Xappel w peut usei, (le son droit (Vivocalion que lors(Iteil infi?,nm, le jitgement allaqui; il s'en abstinent si le Juge',Izent est maintea.




POURVOI DU SIEUti ABILHOMME LuCA,-,
LE T RIBUNAL,
01o, 11 audience dL1 '16 outobre expiril, Monsieur le juge Larocha fils. en son rappoit, ainsi que Mr Th. Lifly, SL1b,,LiWL 111 COMMiSSaiVe dU gou\,ernement en ses conclusions.
Vu le le judgment attaqu6 ; 2e I'acte de la d6ciaiation de Poutwol ; 3e les requ6tes (le,-; parties; et 4e les autres pikes produites.
Sur le moyen unique du pourvoi.
Attend que, sil est d- 1'61fle (JUe I'appel est d6vointir, 11 n'est pas moins vrai que le droit il'6vocation est soumis A cet'taiws principles ; que dans la pratique le trihonal d'appel ne slahle sur le fond que lorsqu'il infirm le JUgement (16(mitif attaqu6 par la voie de I'appel ; que dans le cas cowraire, c'esi,-A-dire, 101S(IU'il confirmed le jiicrement, comme clans I'esp6ce du tribunal civil de jacmel, apr6s avoll, examine les vices et les irr6gularit6s qui lui avaient 616 si"11,116s par l'appelant, le judgment dwit est appel n'6tant pas infil,11167 le droit 4,6vocatioii n'est plus aL11O1'iS6 ; que 1'exc s de pouvolt, que ia demandeur fait r6sulter de I'abstention des juges, par violation des aits. 1100 dU co(le civil et 1,18 proe. civ.. ti'6tant. pas justi1ic6, mais 6[ant reconnu PlUt6t. mal fond6, A S'en suit que 10 jU;Dement du 7 Novembre -1898, dont est pourvoi, est, confort-ne aux principcs sur la. mati6re.
Par ces motifs, le ti-ibunal, pr6s en avoir d6lib&6, reyUe 'e pourvoi du sieUr Abilhome Lucas centre le jUgernent c'lti tribunal civit de Jact-nel r(-mdu sur appel le 7 octobre '1898, entre lui et le citoyen Goorlet Brossaint ; en consequence, ordonne la con1kcation de l'amende Upos6e et condainne 1+ demandenr ;iux (16penS li JL11(16S A la somme de i2,05 ot eel 11011 CoMpris le coOt du present arrk.
I)onn6 de nous, Ernesl Bonhornme, vice-pr6sident, Lajoche fils, L. Denis, F. Th6venin et S. NhHUS, juges, en audience PLIblique du -13 Noveml.we '1900, en presence de ,Mr Em. Chancy. sul)stiuL du commissaire ILI gouveriiemenL et, assists de Mr Emile Lucien, comi-nis-oreffier.
No 54
11rsri-rujiON r)l-. FRUITS ', TIONNE FOI
La (owlammition (lit possesseto' en ?,estihition de fruits potir whie jottissance ii'a licit qit'en pr6zence de la mauvaise f0i.




DU TRIBUNAL DE GASISATION 91
POURVOI DI," PITILILIPE ININOGENT ET DE PIERP'E M((:IIEL
LE TRIBUNAL,
Ou'i 't VaOdience du 6 Novembre courant, Monsieur le juge L. Denis., en son rapport, NLIes Alfred Thibault et Cainille LatortUe, en leurs observations; Monsieur Ed. Daup1iiii, Commissaire du Gouvernement en ses conclusion's'.
Vu : 40 lei deUX jugements attaqu6s; 2o I'acte de d6claration de poarvoi ; 3o les requ6tes des-parties; 110 les autres pikes produites.
Sur la 2- branches du -trois6me ruoyen, dirig6 centre le jugement par de'faut.
Vu les art.; : 136, proc. civ. et 203' cod. civ,
ALLendu qWil est de r6gle et en vertu de I'art. 2035 code civ., de ne, condamijer le POSSeSSetlf eD restitution de fruits pour indue jouissiatice, que lor-,,que sa maiwaise foi est prouv6e, WoO ill suit que le jUgement qui Je condamne A la restitution des fruits, en doit contenir la d&,lartatiou et la preuve;
Altendil que le jUgement par (16faut du 9 Hvrier '1899, a condamn6 Pierre Michel A re m'houser a Philippe Innocent tous les fruits dont, il a ben6fici6 titre de pos esseiir d'une portion de sept carre.iux de terrc de I'llabitation (( Joube. h6re i), commune de Port-de-Paix avec les trit6r6ts, en 6valuant le principal A la somme de P. 300 sans avoir 6tabli la mauvaise fol du possesseur ct fourni la preuve de cette mauvaise foi, qui ne se pr6stinie pas, qu'iI en r6sulte une violation de Yart, 2035, c. civ. et p,ir suite une faL]S-,e ap. placation de I'art. 436, proc. civ.
Attend qLIt I@ judgment par (16faut 6tant annu16 de ce clief, soil annulakon entrance celle dit jugement de d6boW opposition centre sequel est aussi pourvoi ; qu'il Wy a done pdS lieu d'examiner les moyet'js dirir,,6s centre ce dernier 'wrement.
Par ces motifs, le tribunal, apr6s en avoir d6libere', casse et annUle le judgment par d6faut (in tribunal civil de Portde-Paix, en date du 9 F6vrier 1899, rendu centre Pierre Philippe Pierre Michel et au profiL de Philippe Innocent ; ditqUe i'annulation da judgment par d6t'autentraitie celle du judgment de d6bout6 opposition, en date du 1*13 Juin 1899 ; ordoi ine ]a remise de I'arnende d6pos6e; et, pour 6tre status conform6illent, A [a loi, renvoie la cause et les pailies deviant le tribunal civil dU C.'ap-Haltien ; cotidamne Philippe Innocentaux d6pens liqui(l6s d la somme de P. 46 avee distraction ail profit de )Ie F. Jean-Jacques, qui af-




92 HULLEMN Alild"I'S
firme en avoir rat 1'avanco, et c(.N, tion GuAlpt-IS le COI'lL ALI present arr6t ;
Donn6 de nous, Erne.iL 1-3,mliomme, vice pr6sidetit, D. Pouilh) Ed. Wjaux, L. Denis et F. Th6venin juges, en audience publique du 13 Novernb-e 1900, en presence de Nil En). Chancy, sub.,tituL du Commissaire du Gouvernement et assists Njr E. Lucien coinmis-(rreffier.
No 55
DfPORT D'UN TRIBUNAL; DENIANDE EN RENVOI
Le deport d'un tribunal enter donne licit i une dewande en renvoi pour cause tie swqplcion 1 yitime et 4 la designation d un awre tribunal.
SUR LA REQufM," DU DIRECTEUR DE CENRE.111LEMEN'T
r
I E TRIBUNAL,
OLIY A PaUdience do 15 Noveriibre, couratit, Monsieur le juoe 1). Pouilh eri son rappporl, JillSi Uue Monsieur EJDauphin, cominissaire du Gouvernt ,inent, ea ses conclusions.
Vu : la requ6Le du demandenr et 2o les pikes qui J'accompagnent.
Attend que le tribun:11 civil des Goriaives, ayant eu A juger opposition du sieur Emile J. Me Guffie A line contrainte de l'adminisLi-ation &. 1'etire(yistrenient des Gonaives d6cefn6e centre IL]i le 22 Mai de cette aun6e, ii 011L d6port du doyen et de tous les juges, appert itio-emenL du (lit tribunal, en (late du 20 Jilin suivant ; que pour ce motif, le Directeur particular de 1'enregistrement des Gonalves, agissant dans Yint6reU de I'Et,it ) a form6 une demanded ell d6si,-,nation d'un autre tribunal pour cotinaitie de la dite oppotiOD )
AttendLi que le deport d'un tribunal enter, comme dans le cas present, donne lieu au renvoi POLir cause de suspicion 16Otime ; qu'il y a done lieu de designer un autre tt-ibl-Inal pour connaitre de Faffaire.
Par ces motifs, le tribunal apr6s en avoir d6lib&6, d-6signe le tribunal civil, de Port-au-Prince, pour connaitre de l'Opj)OSitiOn (III SieLll' Emile J. NP Guffie a la constraint (16cern6e centre lui par I'adininistration (I e Pe i i re g I b t re i n C I I t des Gonaives le 22 Mai 1900.
Donn6 de nous, Ernest Bonhomine, vice-pr6sident, D.




DU TRIBUNAL DE CESSATION 9:3
Poullh, L. Deits, F. Th6venin et S. Marius, juges, en audience PUb1i(lLie do 220 Novembre 1900, en presence de NionsieUr Ed. Dauphin, Commissaire du Gouvernement et assists de NIr Emile Lucien, commis-.Treffier,
No 56
CAS DE NULLITP, WUN ACTE: ERREUR DE: DATE
Un acte de proci(lure contenwitt itne errettr cle (late ne doit pas dtre (Ijclar6 )2ittl lorsque la nullite'Wen est pas prononc6e par la loi.
POURVOI IDU SIEUn ALPHONSE il]ISI R[
LE TniBINAL,
OuY, A Vaudience publique CILI 15 Novembre courant, NIr le juge Lamatini6re Denis, en son rapport, Me J. B. W. Francis, en ses observations POLII le demandeur ainsi que NIr Edmond Dauphin, commissaire du government en ses conclusions.
Vu 10 le ju(tement ,ittaqu6 ; to I'acte de ]a d6claration du pourvoi ; 3o la requ6te du demandeur ; 4c I'acte d'opposition signiU, le 5 Mars 1900; vt 4,11 les autres pikes produiles.
Sur I'Linique moyen dn pourvoi
Vu Part, 951 du code de procedure civil.
Attend qu'aucun exploit ou acte de procedure ne peut We d6lcar6 nul si la nullit6 n'en est pa,, foiniellement pronounce pat, la lol
Attend que dans I'acte (]'opposition A tin juget-nent par d6faut du tribunal de paix de la section nord d.e flort-auPrince, condamnant le sieur Alphonse iNlise'ri au profit de ]a D-e Tina JeanAla r6slitution (I'LI110 monte ousavaleurestim6e ,'t cent gourdes, il est fait plutOt mention dLI Pgement par d6faut (ILI 10 Hvrier -,ILI lieu du 6, qUe le 'Lige de paix, pregnant cela. pour Line cause de nullit6, dit que cette opposition a 616 faite centre un jugenient qui Woxiste pas et d6clara nul et de nul effet le dit acte opposition.
Attend qwe 6tant reconnu que c'est le seul judgment q u I a 6t6 rendU entre Tina Jean et Alphonse 11is6ri sur l'objUt dU proc6s existent entre-eux, la (late' (ILI 10 F6vrj(,r au heU do celle (IL, G, n'est qU'une erreur qui ne peut & tiner lieu A iine nullit6 I
Attendii yie le juge de paix tie la Capitale (section nord en annulant Yacte opposition pour le molif ci-dessus, a




04 lit UETEN DES Afill?T
cr6 tine nidlite non pronone6e par h lui, et ;i, par cous& quent, cointni.; Lin exc6s de POLIN-011'
Par ces motifs
Le t6bLinal, apr s enavoir (I6.Iib6r6, ca.-ise et arinule le ju0aement du 20 Mars 1900 dU 111I)LInal de paix de la sectioll nord de la capit-ile, rendu eutre TinJ Jean et Alphon6e Misdri, et pour6tre statLI6 coriforin6ment A la loijenvoie la caUseet les parties devatit le tribunal de paix de la section sud de 11orLau-Prince; ordonne ]a restitution de Painende depose, et condamne Tina Jean aux frais et d6pens, h(jLli(I6S A la somme de 39.05, distraction faite an profh de .11e j. 13. W. Francis qui affirtne ell avoir faiL I'avance, et ce, tion-compris le coi L du ps6sent arr6t.
Donne. de nous, Erntst l3onhoine, vice-pr6sident, D. Pouilb, Ed. 116raux. L. Denis et F. Bi6veninjUges, en al-ldience publique du 20 Noiembre 4900, en presence de Mr Ed. Dauplifii, coin missal re du government et assisL6 de AlrE. Lucien, commis-greffier.
No 57
COMPI ,TENCE DES TRIBUNAUX DE COMMERCE
Les tribunaux A commerce (Ioivent ealre routes personues
- uger iles conteslations rel(dives aux actes A commerce et d routes lesbp&alions commercials.
POURN-01 DES SIEURS HENRY SIEGLER ET Ci!.
LE TRIBUNAL,
Ouff7 l I'ZILldience du 13 Novembre courant, Mr le jUge S. Maritis, en son rapport, ahisi que Mr Em. Chancy, substitUt 1111 commissalre (In gotivernement, eu ses conclusions,
VU I o Ir jourement att'MIU6 ; 2o I'acte de la (16claration de POL11NOi ; 30 la re(p,6te des demandeurs ; 40 I'acte de dep6t Tll 11 1'e .Ll sous seing-priv6 par le citoyen Gaveau 51) les, atilres pieces produites.
IX d6rClIdeff 11'a POS (16POSL
Vu h-,4 articles 620 et (321 du code de cornmerce.
Stir le pourvoi :
Altendu que le citoven LOUis Gaveau a 6t6 a, ,sign6 devan[ Ie tribunal de cornmerco de Mr6mip, en pavement de hi soinme de trui- mille dollai-, or arn6ricail) qu'il a regue des SiCUr:s I lemi Seigle et Co n6gociants A Manchester ( Angle0 C




DU TRIBUNAL DE GASSATIO ,, 95
terve ), aux fins de I'Installation ot des travanx g6n6ralement quelconques de rusine restas, appert acte de d6pot d'un rev sous seingg-priv6 pass6 an n8ppotl de Mr P6tion Boncv notable i J6r6mle, le le Avvil 1895, dument enregistr6 Attend que l'op6raLion est de sa nature commercial que le tribunal de commerce de J&6inie est comp6lent, aux terms des article, 620 et 621, code- de comm. pout' en con'dtre.
Pitr ces motifs, le tribunal, apr6s en avolt, d6lih&6, casse et annual 16 jugemont du tribimal de commerce de J&6mie en dAe du 122) Sept. 1899, rendu ontre les sieurs Henri Seioler et CO et le citoyen Louis Gaveati ;- ordonne la retnise de Pamende (i6pos6e; dit (Ine le tribunal de commerce de .16r6nnie est cornp6tent pout, connaitre de 1',iction -n pAemeiiL des 0".000 dollars or am6ricaiu d(is pat, le citoyen Louis Gavean aux siet. rs Henri Sie,,Ier et Co de Manchester et condamne le citoyen Louis Ga'veau anx d6pen-) liquids A la somme de 46.45, avee, distra(Jion aLi profit de 'Viles P. Garoute et T. Laleau qui affirment en avoir fait 1e3 advances, eL ce, non-compris le co it du present art'61.
Donn6 de HOLIS, Et'nest Honhomme, vice-pr6sident, Ed. 116raux, L. Denis, F. Th6venin et S. Marius, imfes, en audience publique du 20 Novembre '1900, en presence de Mr E(J. Dauphin, commissaire du gouvernernent, et assists de Mr Emile Lucien, commis-,greffier.
No 58
AIANDAT DE SE POUVOIR
Le iwom-s en cassatioit est hiwevable, lo'isquc la djelaialim de powvoi a eie faite par mi mandataire izon-mimi d'ime po-curatioit spiciale et rdgWf6,e.
PUORVOI DU SIEUR HENRY BLAINCHET
LE Tj',IBU,,,;AL,
Oui, A audience du 26 november COurarit, Monsieur le uge 1,:dmon(I 116raux, en son rapport, Me Ai*r'ALIlL jeune, pout- Ies d6fondeurs, en ses observations ; Nlonsieut Ed1buphin, Commissaire, dI-I gonvernernent, enses conclusions
Vii : '10 le jugemeiit attaqu6 ; 2e 1',icte de la d6clat-ah"11 (ILI Pourvol 3c lei, requOtes des parties ; 4o un -mindat de ff. HlancheL A L. D. Boumer et Assyrus Sansat-icq, dat6 20 'I'LIM 1898 et onvegish-6 3 Aoilt'1900 ; 5o les autres pikes produiteS PUI IOS pailies, et notes de Me J. A. Borders.




96 BULLE'TIN DES Aflfdll'-T.Sur la fin de non-recevoir pr6sen(6e par 1(2 deman(leur
N'LI I'article 7,1 proc. civ.
AItendu que I'article 7-1, proc. civ. ne, r git pas la r6daction et les mentions des roqudLeS de cassatioll, mais les formalit6s a' observer dans a r6daction des exploits ; que ka requ6te, des d6fendeurs renii ie au demandeur, a pu bien contenir ]a mention (( pour copiecotiforme, I'huissier, 11. Lacossade )), sans, que ]a nuilit6 en puisse etre prononc6e, puisqu'aue.un exploit ou acte de proc6dUre ne pourra 6tre d6clar6 nul si la nullit6 Wen est pas formellement, pronounce par h loi. art. 951, proc. civ.
Attend qu'ou ue peut non phis firer l'induchort CILI f,-IiL ci-dessus pour d6elarer que la requ6te n'est pas signee de Pavocat de la parties, puisque I'limssier constant dans la. copie que Poriginal est, sign6 de Me- Arrault jetine, ainsi quon peut s'en assurer en 1'examinant lui-m6me.
Attend que la, copie eet cotiformbe A l'original et qu'il tie tie s'a(rit pas d'un exploit d'huissier, les c1litiques formul6es par leodernandeOr tie sont pas joshfi6us ; que cela, 6tant, ]a fin do non-recevoir est mal fon&e et demure rejet6e.
Sur )a fin de non-recevoir oppose aLl pourvoi par les d6fendeurs -,
Vu Particle 926, proc. Civ.
Altendt-I (ILI"IUX terms de I'article 926, proc. civ. les, parties doivent, faire, elles-m6mes leur d6claiation de pourvoi, ou par un mandataire ayant leur leur procuration sp6ciale ;
AtteIAU que la declaration de pourvoi West, 1)as 6te faite par Ailrilenri Blanoliet, demandeur en Cassation. mais, par le, citoyen As3yrus Sansaricq se disant son repr6sentant, tandis que le mandate dont on so pr6vaut. pour ce, faire, est
donn6 Me L. D. l3oumer et MonsiCLH Assyrus Sansaricq. -)
Attend (lUe la, declaration de POUrvoi a 1W faite, le 22 JUIn 1900, et le mandate est daI6 20juin 1898, enregisti-6 le
1) 6, A le man
AoOt H 00) ,-t--'-flire a-pr s la declaration : (JUe n'
(-'Qt (10111 16 POUr la (ILiestioti des int6r6ts commercianX du sieur Henri Blanchet qu'd y est bien ajout6 (I'mie antre tDain cette pot tion de phrase : (( faire routes d6chratiolls COII(I*e IeS jU,,ements, )) mais que cela est saw, pl- Ckoll ;
'i en i6suke dionc (Ine cc niandat est irr6pilier et WI-dif.
Par ces motil's, le tribunal, apr !s en avo i r d6lib&6, (16clare Ic poul-voi du sicur Henri 131anchet, centre le judgment du Irilmnal civil de lork iic en (late d1i 'I 'I, Mai 1000, enlre lui et lo-, ienrs Dantes ot Catmile l,6%,,6qLIe, non-rceevable ; ordonno la confiscation do I'amende d6pos6e et con(Immic lo. dernall(IOL11' '(WX d6puns liquid ,, A la somine tie 1'. 11,-00. non COmpris le cotIt du 1)r&,ent arr6t.




DU TRIBUNAL DE GASSATION 97
Donne de nous, Ernest Bonhomnie, vice-pr6sident, Ed. 116rILIX, L. Denis, F. Th6venin et S. Marius, juges, CD aU dience vbliqtie du 22 november 1900, en presence de Nlonslear Ed. D(-ujphin, Cominissaire do Gouvernement, et asA46s de Monsieur Emile Lucien cominis-(Treffier.
No 59
APPEL DES SENTENCES DU TRIBUNAL DE PAIX : COMPI ,TENCZ DU TRIBUNAL CIVIL
Les appeals des selltonces d'une justice de paixsont de l(t, compdeflcc dic lribunal civil de son resort qui doit en connaitre contme des awreS mati&es sommaires.
POURVOI DE FLANOUS PIERRE
y
UE TRIBU. ,TAL,
Oul, A FaUdience du 20 novernbre courant, Alonsieur lejuge Ed. 116raux, en son rapport, ainsi que Monsieur Ed. D m. phin, Commissaire du Gonvernerneni, en ses conclusions.
Vu 10 le judgment attaqu6 ; 211 Vacte de la d6claration de pourvoi ; 3r, ia refluke du dernandeur -:4o le jugement du tribunal de paix de I'Anse-A-Ve4u, en date du 22 Septembre
Les fenderss Wont pas d6pos6.
SUr le moyen unique du pourvoi
Vu Vart. 101, leralin6a proc. civ. jer
Attend qu'aux terms de I'art. 101, alin6a, proc. civ. sont r6put6s triati6res sommaireset instructs comme tels les appeals des juges de paix ; et que les jugeinents surac-[ions prossessoires sontsuseeptibles d'appel, To i lacompetence des tribunaux civil pout, en connaiLre ;
AtLendu que le tribunal civil de F-Anse-A-vau avait A Uger d'un appel de sentence du juge do paix de i'Anse-avau qui maintenait Vincent et Fleurissaint ( TlAlism a) en possession de quatre carreaux de terre dont ils se disaient avoir 6t6 troubl6s par FlanoCis Pierre, 1equel a &6 pour cela condamne par la dite sentence A vlnp gourdes de dommages-int6rks ; )
Attend qu'en vertu de I'article 401, Vr alin6a ei-desSLIS Vi,-,6, le tribunal civil de I'Anse-A-Veau, 6tait competent poui, connaltre I'appel do cette sentence -. qu' supposed rnkne que les-moyens de PappelanL talent des moves tiouveaux) le