Bulletin des lois et actes

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Bulletin des lois et actes reformatted from the original and including, Bulletin des lois ..
Uniform Title:
Laws, etc. (Bulletin des lois et actes)
Portion of title:
Bulletin des lois
Title varies slightly, 1891:
Bulletin des lois et actes du gouvernement
Vol. for 1946 has title:
Bulletin des décrets et actes du Comité executif militaire
Physical Description:
Book
Language:
French
Creator:
Haiti
Haiti -- Département de la justice
Publisher:
Impr. nationale
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publication Date:
Frequency:
annual
regular
Edition:
Ed. officielle

Subjects

Subjects / Keywords:
Session laws -- Haiti   ( lcsh )
Droit -- Législation -- Haïti   ( ram )
Genre:
federal government publication   ( marcgt )
legislation   ( marcgt )

Notes

Dates or Sequential Designation:
Print began: 1870.
Numbering Peculiarities:
None published 1887-1890; 1892-1915?
Numbering Peculiarities:
Numbering dropped with no. 22. (1891)?
Issuing Body:
1946 issued by the Comité exécutif militaire, which was in power at this time.
General Note:
At head of title, <1916-1957>: République d'Haïti; Département de la justice.
General Note:
Edition statement starts appearing in 1916.
General Note:
Bulletin for 1891, "publié avec la haute approbation de M. le secrétaire d'État de l'intérieur," was published in Paris by Ch. Dunod & P. Vicq.

Record Information

Source Institution:
Library of Congress Law
Holding Location:
Library of Congress Law
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
oclc - 643540980
Classification:
lcc - KGS35 .A23
System ID:
AA00000455:00012

Full Text
























This copy of a rare volume in its collections,
digitized on-site under the
LLMC Extern-Scanner Program,
is made available courtesy of the

Library of Congress


I



























S o/


1I /
7~























Digitized by the Internet Archive
in 2010 with funding from
University of Toronto


http://www.archive.org/details/bulletindesloise28hait










I ~pasrtemrerit de 1a JT~iE tic e.


..

I I I


DES LOIS ET ACTES


ANNIE 1916.

EDIrTIOIN OFFICIELLE


Prix G4 ourdes









PORT- \U-BPINCE


IMPRIMERIE NATIONAL -- DIRECTEUK E.;L


I r'


1917


I


BULLETIN







lD)>]paurteixaaent cle lac J1ustico.


BULLETIN


DES LOIS ET


ACTES


ANNEE 19 6.


Editicrn O tf'Cicfiel l-









POIRT-AU-PRI NCE(
IMPRINIERIE NATIONAL DIRECTEUR EDG. CHENET.
1917







LAW
Copy 2
HAITI
/




















THE! ,




GOPV---.
COPY.-rn. p-qr
.. :











BULLETIN DE8 LOIS ET AFCTE

ANNEE 1916.




LOI
accordant lnIe rente lviatrli(ce lde soi.-vaiic qninc dlollt rs (
M1"" V" Oreste Z(u'l2or


Considdrant quc les grands Ponvoirs de I'Elat doivent ve-
nir en aide aux veiv\cs des ciloyens qui out rcndu des servi-
ces A la Patrie ;
Consid6rant que fen le Prisidcnt Onm:sTrs ZAMOR qui mournt
iI la prison de cetle ville, en la journee d1l 27 Juillet, a laiss6
une veuve et des enfants dans Ia plus peniible des situations;
Usant de l'initiative que lui accord l'article 69 de la Cons-
titution,
LA CHAMBRE DES REPR SENTAN.TS
A PROPOSE
Et le Corps L6gislatif a vot6 d'ur_ iIn la loi sutivanic :
Article ler. -Une rente viagere de Soixante quinze dollars
par Imois est accord&e la a venve de fen Ie hPr'sident Oreste
Zamor.
Art. 2 Celte rente est insai,;issale.
Art. 3. -- La pr6sente loi qui est exicuioire ia parlir du ler.
Janvier 1916, abroge toutes lois ou disposilionis de loi qui
lui sont conlraires.
Elle serna cxIcicutce a dI lil. II n, des Secretaires 1d'ELta de
l'ltnlricur et des Finances.
Ionn6 an Palais de la CIhciia.r des I1. prI sentants, le
Decembre 1915, an 112e, de I'lit:hj, iii li i _
Le president de la (Chamnbre,
A. ANI)11E
tLes SCCirtaires,
.1. N Clll':lON, A CREPSAC










Donlmt'I 'h l >;i i Nationale, Ai Por- I Pi in Ic, e -
S-inl. 1915, an 112c. (Ia Ilink',l mrlwi *e

Le prc;sidentl ldu Sntal,
S. AICllEll.
Les secIrc;aires,
Vo,:.,, CAII.IJE LAToIroTeL.


AC NO.M 1)', LA llPL'Itn
I.e l'rsidcitl d'lli i onrd ilune soil reviliie (I Seeai. do la ihipubliiinc, iiil|rii('(e, puiil)lice el cex0 ile.
I)nnI~' ;nll Palais N oliinal, ii Iorl-aii-Paince, Ie 10 I'cc'iiilnbrc 1 15 an
1 1 e. le I Indtl' niitdance.
DARITIGU INAVE.
I'ar le I'rrsid il :

Le SecrNIirc :tie (d'Fltl (del II'(riclr,
CONSTANTIN MAYAlID.

Le Secrcldire (I'llt/l de s l'inainces,


---------F--------~------

I IIBERTI IL(ALIT Fl.ATEIN IT

IRElI'TLiQUE )D'l IAITI


PROCLAMIATION


DA ITI G UENAVI E
I'II]SI/DENT liE LA IEl'IRLIGI E

(NONCITOYVENS,

()lObissan t i unne [radilion s6ciilaire e ch re ii n iolire souve-
nir, nous nous ro111uissons cGn ce jour de 'ie, au pied de








I'Arhrce de In ibi eri, pour glorifier la m6moire des Ai'eux ct
enl pr)endre inspiration p)our poursuivrc dignomlent la taiche
(lli nous cst d(l olive e dlans 1'lluinanlild '
Hon euiiir ai eux (lui cnut fail (l'iillivi'ilus colurbII s, lier, dans
l'abjection dIe l'eclsCIvage, Ics Cioyenlls (Id'ue Natin .souLIveCrnire
et ind(l6penidanteI!
~PouVOls-nous nou I Irappler, sans I'c11motion d'lln lg timeie
orgiicil, les h:uts faits (d'arm2 (s (qui arriltrent sur euix .0 re-
gnr(l du mondole (Itonne ct les imimortalisIrenl !
En crean le noIvel Etal Ilintien, Icur grande pcnsic fiul de
Ic soiiicltre I toulc s es conditions )proprl s finacilier soil
d6veloppement aux trois points de vNue iimatiricl, intellecliel
el moral, sculs l61'ments capable de fonder une aiti respec-
Ice, 'orte de 1'union de ses enfants, rice de la produclivile
dl'u territioire incomparal)le.
UI'ne telle 'ondlation. (uiii etlt Wl uni sijel (d'0tonICn menil polur
I'histoire, scraitun dtmenti eclatant i iiillig nux l ) pronostics
del'avorab)les (lui accucillircnt la Patric au l)e'rceau, h Idas !
leur rIve grandiose fut siivi de 1la plus tristc, de la plus a -i-
re des raalit s Un genic malfaisant s'dlait, semIlec-t-il, sul)sti-
Iu i a celii a(ii avail i)plrside fI notre naissance ; la discord
sc miit (an1s nos ralngs pour n)ous armor, au lien de 1'oulil de
la lutec p)acilique remnani le vaste champ du travail, d'ins-
triuments menurtriers (ui jonclhren t etomnbcaux tout Ic pre-
mier si6cle de notre existence sterile. Dans iun sentiment
d'horrcur patriolique, irons i tout jamais le voile sur celto
suite ininterromipu i e d l glirres civiles (lui n'ont lcgt' fi la
Patric mouirtric (1ue I'ines ct desolations.
L'cpreuve a donee l61 doulourcuse 1)po0r nous et a failli com-
promettre i jamais l'(Xuivrc nalionalc si heurcuscmcnt inau-
gu rce.
I'ayant colmpris iS lcmps et,dans unrctour sur nots-mlimes
(qIi peuIt-0tre considr(1 C conm le ccommencementll du rachat,
nous voici nujourd'uii, ct dliniivmIcnt,souhaitons-lc, plincs,
grace ai l'aide loyal d'une nation amic, dans la voice de la
civilisation
El1 eflfet, la Convention (qcu nous avons signed avec le (ou-
vcrncmenll des Itals-Unis, ct it Irgard de laqntCulle touit a etc
dijA (lit, est l'avenneient en la iti d'unce ere nouvelle, 6re de la
vraie d(Imocratl ; car dlle met tools, dtlarrasss des enlraves
(qui paralysaiert lIs efforts de chann, en measure de (Cevenir
vraiinlc t tiles A eux-ln ..:s el a la colle tivite.
lien loin de porter at i au tt'-i'l' l'!n(L .l.' ,ce (qui
nous esl si chlrc, dlle 1: cimne. i la i rlantit 1)0po r I'avenir,
ct, par dessus un siecle (d'rreurs, renoiuanl le prisentl au pas-,
nous permct' de puiser dans note energic rcnoutveice la





ti'


f cn t < n' I. s v: sur le terrain. pal ili i eC du Ira-
vail ', 'I le (Convention nous inlcrdit dc-
sorw Ii us K i lci CeS geslC s (Ili Inn s onl cotill
si 1,. i" + o (Ie 1'"cicux rI pandu ct ailnt de d'sas-
tres imui s Os i O Ii, p i sse le Traile a 've les Einlts-t'nis de
i'Auinu' l' (lit Nolrd 'tr'e tni p.)tct fail avc ilous-memcs de res
lor '. s e;tl ldc avoill, "I renlaitre e I los ruiics, en lirant
avant : de u 0- les 1'1, il 10 l riin ricls ct moralix mainle-
lnant i1 noire I (i c, et ,i itr XIanxqels nous nouls ouvr:rons
enfin l;i Ionic de la Iusion, de la ( .'oIi'ncord c dc la iprospl'ril .

C I t il(\ein.-;

Vous Il'avcz connlu si loiigiclilp.s li a iiscre que parce que aI
security, lI plus elfectil decs instrliill cns (lu TIravail, vous a
fail d lL'ant. Vous n'iavcz 't nili aid('6s ni enconlrag's par ccux
don't la vraie mission n;iil (le votis glider dans le I )oii clc-
min. Ternus, an cniilrairc, ,i l'eart (du p)rogrFs qi(i fail mier-
veille autour Ide \ s1i;, ,vo lis o tfrcz encore le s;)cclacle lamen-
table d'(unne. i.,i'iii'ralion d'liom:ies inouraiint de faim au mi-
lieu de rici ess'i-s nlt rclles inotlices. Posscsseuirs du sol le
plus f6cond de la creation, vous lic .produiscz gu&re, compa-
ralivement A des voisins, cerles moin s icen dots que vous.
I.'hcure pr6sentc doit itr.i' Ia confiance.
Ayez bon esploir. Nous venons d'accompllir un devoir p-
nible, mais inevitable, dans la lerme esp6rance de ramener
la Com mune Patrie i i n las de b)on hear e dc Iranquillilt ;
d'assurer la lilerl6 de chance, la gloice ct Ia prosperity na-
tionale.
Que tous ccux (lui aiment sincerementI la Ialrie, (que tous
ceux qui scnelnt le priix (ld'c Libheirl garantic ]par Ies lois
n'aicnl plus qu'une scule pensc : celle de consolidcr l'ordre :
(qui'u c sctile aspiration : cclle de rig6inircr IHaiti. Sur uinc
telle base, le (Gouvernemen t attendant, d'accordl avcc sa cons-
cience, et avec calme Ic jugemcent impartial de la posletile,
complex que,si'itiesement ;app)uy6 par volic amo111011r (i biien pu-
blic, il polurra developp, I' ct organiiser rationnellemecnt le
travail. (Crcrl des voices no\veclles de communication, r6-
p '.andrc i' i roIl'sion F'ii.struclio:n (Ians tonics les prol'on< dcurs
de In Nation ct sur t1oluc la: s rii':i'', dl n l et cre ritoirc,il com-
baltre rcsoliument Ics i'raliques supecrsliticuIsc; par I'Ecole ct
par les grads prIccplcs moraux de la Incli.gion, ci nin encou-
rager itonuts Ics initiatives avant le I ien I pour but C'est li, "i
mes vcy ix, Ic iIo')('Iln (id'nliglelll cr la I)podu( cliol 1nalionale ct
(dinliloduire (dl:a s s lovers, avce c le ien Itre, hla joic.





-L


Co ncioyc ves,

Ne perdons jamnais de vue (que c'est l'ulion (uil fit la I'orce
de nos AleuIx, que c'est I'nnioll qui, de vils esclaves fit des
hoimmes.
Rel'alisons done ehaeln, inl ri'eurement Il sermenlt lde 180-1.
A l'inlslar des A\leux, juronls de vivre unis a l'onl)ire de colte
devise :

PI.x! "i AVA. l Lil nrTI !

D)onne6 a Pal lis National 1 Porlt-a u-Prince, le ler. .Ianvier
191(6, an 113c. de 1'Indl(ipendanec.
I)A lT1I ( ENAV K.



ILE SEiClH::1TAlllE I'iTAT

AU D)IPAIkTEIMENT )E L INTEI:EUH






A 1'ocension des difficUlts qui sc soil i)poduites i la( Capi-
tale, it .Jaemel et a IPetil-GoAive, elnidclihant Iaccomplissement
des travaux des Assemblles I primaires dalns ces trois com-
InunCes, 1'on a (ldoni i I I'altilude du Gonverneminent les inter-
prelatiors les p)lis fantaisisles, fianltasistes et tendancieiuses
collme tons les bruins que Cdes malve'illanIts ct des dismuvr6s
Iont courier depuis deux scmaines.
Voici la v6rit pour Port au-Prince; ces explications, a rai-
son des prilnci~es invo(qls, vaudront Cgalecment pour les
autres ColulI111ICe (i1ui se troulvelt da1ns le mime cas.
La (ColninissioIn (. nOllllhilllll i de Port-au-Prillce lient de la
lol du 19 Aoftl 1913 le niandat <( de gircr les intlihls de la
(Co0mlue jus(qul'aux jprochaines 6lcclions. )) 1 s50it (Ie ln (que,
toul lc temps (lie ces prochaines elections sont possibles, la
Commission colmmnlOalle doit roster eIIn 'olneions.
Ia 1piriode leectorale onverte le10 .lanvier devalt dlrer
jus(Iqi'all 3 FIvricr, en verlu de I'Carticle 26 de la lei Oilcto-
rale. e'est donei se lemi ent 'a l'expiration dI d ilai lixi pour les
eIlecliois qu'il sera possible, au cas oil ne s'accomplissent pas









les 'j i ;lions ;'I< I. 1h il voulucs par la Constilution et par lcs
Si, ~. de s,( e aire intervenlir lc I'ouvoir Executif ) ouir la
ntI,,ii'i lon (I'tsm noiuv lle Co'mmission.
I i:rticle 128 de la Conslitutiion iicle que Icls conlcslations
qui ont I)por obljct Ies droils poliliqucs sonu du resort dcs
"l'ril ina'ux, sauf Ics exceptions (lalblics par la loi. > Coim1me
on ne sc Irouve enC IC'espec, (l:ins acuniie exception Ctallic par
In loi, I. I'ouvoir lExcut.it nc pcut (que r6fcrer Ics intlrcsses
uIix "Triilulnaux, auiX(licls, (dl rcstc, ils sc sont eux-mincms ldeja
ldIrcsses, conlormimcinit .i 'article 128 de la Constitution.

--


ARRETE

i i -di/fnil(I dlns leur rI'tparlilion les porlefenilles minislcricls.


1)DAITIG U IENA V
I'lhSII)E/\NT DE LA I I/'IJ'QI'E

(Coisid( raInl (lue l';iricle 113 (de la Constilulion pr6voit qu'il
doit v n\voir six Secreilaircs d'E:tat Ie que Ics DIpartements de
clIaIlque Sccr(taire d('Eat sont fixes par arreic du PIrcsidcnt
(1 laili ;
Consid(ranL (lie la ri(Iluction des services de la Cucrre ct
de la Marine impose ulne modification dlans la rd6partliion dcs
portfc!'c ills miniistl ricls;
A A Eu':':: 1:T A,111T':r :

Art. Icir.- eI. cilovcn .J. B. 1I)Ainrli', SecrCtaire ('Eita dcs
Tl'ra\vaux pu Ilics ct cle I'Agriculturc, cst mainlcnu Sccretaire
(ld'Ellt des Travaux publlics.
ArI. 2. Le citovcn ANNui.-ssiE AmNDI' est nomml Sccr6ltair
('Elatl de I'Agricultrc, de la (;uCrrIc c de la Marine
Ari. :3.- Le pr)'scnl airct scra im-)rimc, p)ulic et executed.
!)o1nn aiu lalais National, ai llort-au-lrincc, lc 21 Janvier
1)a1i, n 3 1l c (ic 1'(In(d pcn)ldancc.
A I'llI G U ENAYV I.


- -8-






9 -_

Le Goiverneiicinl donIne p"nblicild au.r pieces sluimn-
tes qui montrent les condilions d(i reglile provisoire-
mteni! iabli dtans l'ini;'r de fordre public, sons reserve
de loules decisions qui pl l i it soriir de la confirenlce
entire Ie Deparlement d'Elul c/ noirelc Con111lissionl (i
Waishington.

LE STEClET''AIRE D'EITAT
AU D.*PA-RTEMEiNT DI INTI'l i!'(i t ,

Circutlalire

Aux 31agislrals Conmunumtu.rc de la RIdpublique

Monsieur le Magistral Communal,
J'ai I'avanlage de porter A votre connaissance (111qu dans sa
seance en date (d 21 .lanvier courant, le Conseil des Secro-
taires (d'Eat, pi'rside par Son l"xcellence le 'Prsident de la
R1cdpubliquL, a d(1cidC (qle les Commandanlllts (es (C(ommunes
qui peuvent quel(quefois avoir renduii ds services dans le
passe, n'ont paS clendant Iproc}url, en son, n s ni aux lpopu-
lations, ni nux Pay:; ,ni aux Gouvernelents toul Ile )icn qu' i
en devait esplrer. Au surplus, la Convention qic la R pr:-
blique a signie avec les Elats-Unis d'Aniri(Iquprvoit, en son
article 10, que ( lec GouverllnementlI lailien en vule de ]a )pre-
servation de la paix iintrieure, de la sOcuriiiti des droits indi-
vilduels et d(e la compnlle observance de cc Iraiie, s'engage ai
crcer, eli cooperation avec la force Inamiericainei, 11ue gendn'r-
merie cflicace, ruirailc e t urinin' ) Las d'voirs d:)nl cellt gen-
darmerie prend chiar'go sont, vous le voyez, le plus essential
des devoirs qui incomllbaicent aux Commandants mitlitaircs.
L'office (1ic ceux-ci reimplissaient devienit ldolc, disormais,
sans objet Cependant, ils avaient dans leurs attllriliilions des
services lels que le service de la voierie prCevu al Code rural,
le service de represellter le (;)iovernlement centrall et de le
renseigner sur les faits 1 i.ux (q.i so pIri. iL.i.-.en dans les
localiles.
A litre provisoire, le (Gonvre ; ilt l 81 1 M l a .'. idi de vous
demand r dc vo s charge dr s clire ( iics r, is services qui (taient
ldans les obligations des (Collt:i'ndni; ls de( (Communeiiii s cl
(lui, du rest, so;t, d'une 'Icon gni irale, dans le caractlre
(que la Constitution doila a vol'e institution.







G 1 11: ie 0 ;)ti it I[ d( it
liloills, en alle(ii ltl, il In agenl (de ccI
lions sur la ,i pv ;I1'.- (es (Co ni
'Arroii III it est cod *r\ lni, 'i
)per d'nlicin bi : ; (jili 'lientii
lliiiionis .t q iii )poii\ iciit r ecl: n-i r I'c,
(lite. I` i co bi,'.li i;Pee, il ne s'occiupe


gnurc I>e Pou oiilr 'xOClit' siir l ctt ct
nes de soni a11rrondissc1 ntii. I)nls ces


Ion joirs p-ssedcr, nin-
tlrli.'is; lion, des i' ,form a-
SuIICs, Ie ( .i niI I dJ(;i lt (ie
condition de nei s'occu-
n11trel'ois dans IsCs ittri-
m11ploi de la force piulbli-
)pas de la police, il II'cst
IioIIn e politique,el il n'est
civil chairg' de risci-
les I)2soins des Coimmnn-
condlitions, vous vondrez


lien correspondre continuellc ent avec lui pour le Inuniri
des renseigiementiis iutiles sur 'ctat de votre (Comimune, ren-
seiglnements (lq'il c"'ntraliscra pour nm) fire ses lIrapports
hll)doinadaires, touchant lout. 1' Orrol(dissemenCl.
lY)'aure parl, j'ai fI vos informer Ogalemlent nl 10om du
Conseil prisidtl p;ar Son I xccllence lcQ President de la leipu-
(lii(q e,iqu'il Ia nI lc cn I e dtIide lslt(l I 'lC I i dei( s oflicicis rii-
ralix,cheics (ie section l Ct antrc s,snr toutI Ic Itlerrioire Vous OLu-
drez done, Cn ci!ns ilu iec.' el, cii ;tlendnilt line organlisationi
nouvellec applroprie i1 I'ordre d(. clho ses acluel, exercer iine
surveillance cli\ act ive d'"ic. l a: -d It.s .l i : de p) aix de 'volre
coniiiiune siir toite 'iclindliue des anciennes sections relevant
adminlistrativeiment de vote cir conscription. Vous fcrez pairt
icloinadlairePmCent an Commandant civil de l'Arrondisse-
mlent des resultats de cetle surveillance c, el, tos les mois,
voIs adtlrcsiere tilln ral port (genC-ral i mo1n l)plartcmeint.
Ie nouvel elal de choses coICienceCra i pIartir di premier
FIOvrier 1916
Ie (;ouverneml ent se lie ti votre intelligence, it votre pa-
triolisme Ce ia i'interct que voC s preinez an I ien de voire com-
lmune I r trei )ii cCrtain iuie vous n' i argncrez rien Cn v
d'oblenir les Iecilleurs rosuiltas pour la collectivist., dans cc
regime provisoire oi uni role si important volts est devolu.
1)ans celle assu.irance, je vous Invoie, Monisieur Ie MIagis-
trat C(ommunal, l'expression ie ma ihaite consideration.


CONSTA-. nIN MAYA\I).





- 11


P r lt-au l'rlinc(, le 2 Janvier 1 10.


LE SE(.CREITAIRl I)'ETAT
AL DIPAl' r-MI NT n 1)1; IINTI:I'II;I. I

Cirec u.lai-re

Au.r Co(minn( mu(l(s Ids deArs'ondi. 'ti W.: de la IM(publique

Monsieur le Commanda,:t de V'Arl 1;n!i::.~ cL.t,
1'ai Ic devoir de porter Ai votrc col laissance que ldanls sa
seance en dale d(l 21 .laiviercouramit, le Coniscil (des Sccire:i-
res (d'l7a, p)rPsi(16 p;ar Sonl Exce'lelnce le Prisidetl de la R0-
pIl)li(iqu a d( ci(ld (.i0e les Comin; ilan;i;ls ( (,nommiune ce Ics
officers rurauix, chefs e section et ailres s) nt (Isormnis sup-
priimi s de l'ndilniistiration (iiu PI ys. Vous cc:rlli- cidrez :la
p)orl. ct Ia c(':)ivenaa;lC.; i rol'on:le (d ce eic ine.Cllre quaind volus
considererez qle la (onlveintio: (clue la li )uil~!iqiue a siglle
avec Ics Etals-Unis d'Aiieri(que prdvoit en soil article 10 (1iue
( le (G uiiverne:nent ll t itien, en: viue d la p)rm s"rv:lion de la
paix intcricure, de la secllrile d(2Ls droits indivild els ct de la
compllOte observance e cc Crailc, s'eingage a crier, en cool)6-
ration avec la lorce amnricaine, uine G(iendarmerie efficace,
rural c uriib:.ine. )
En verlu d(e cele (disp-)silioi, tons le3 services qui ctaient
coifids aux co:)m:n mnl Ins mililaires el qui ilicessitaicnt I'ei-
)Iloi de la force pInh!lique sont Iransl'[r's 'I cetlle (Gendl armerie.
Les folnctions de (k)Com anant011d1 de Co in:innt; n'(ont (dne plus
de raison d'tire. Le G;ouver nementC m (n consequ(ence, a ddcide(
de conlier provisoirenl 'it le sWin qui Icur incoimnlail de reCpr -
senlcr le lPouvoir Ixeinlif t an1s les comrnunesin cs. an agislals
com Iunatl u a x.
lPour cc (iqi concerned volre enllpl i de (Commninm.dant de
l'Arrondissem lent. il a oet decide ( 'il seraii c:.m)seC, 'v iiails,
scllem c ei C n n,, l n t : ) ',,; '.'! (Io;11 leI lilt laire devient
l'inlern i diaire enlre i'ilnslitlion des .Conseils cominmllunatx el
I'Etal, c'esl-ai-dire le P)ouvo(ir centi l I :., .:,i i\t Ia Capitale ,1'ni
6crit aixMagistralscommuiiiuiniiix poi1r 'urd(Iemander de corres-
I)ondre avecc vous cn tlanit q:(i't:ua.,i civil (Il:e vous 'lc s dlevenul
Ipol r centraliser touiles Ics in !"rimn aions ito'ilianti la vie locale et
I : cbsoins des I)Ol)ulallio:is d(hns cs coilmuneiCs, inllfirlnations
(que vots anrez fi me tra:.iniiellre continliellemenl I)sormais,






- 12 -


done, vot!s balndoninerez lout appliril milhil/re el cu leAfrc-
lioni de police, \,ous n'xercerez aInc1nII a l(toilc (dans Jle eIns
(ILe' vou\ s 1' .. I i z ~tia lrefois votle atlt l'oil"- S. a ])Il'p -i'el t
moo .' I ei rd I 1'. s riloult el exclusivemen:!t (d ns le fail (quc
votusi es p')ir le i .l l Qi 'ii i n repi e lsentant [I i ln ag nc t,
civil (e .' ', n' (C role est co!lsi(derab>l0 et rev L tnill
c(lia ct: re tie tris In:I l t l igc. car c'SI votre iIlellie.cnce,
voire iiiii c t el vo le activild I iersonnelles (lii'il va fllloir
mcllre i* con iltriI llioii e1t on 1 )lus Ia lbrulalitl ininlelligenltc L'es
tenips passess, non nlus uine force aveti'gle exlirieire ai vu ts-
meine ct d ont les (iouverineminils ime n vouls Ilnllissaiient
aunrefois
Les chefs (de section avant 0li sul))primics conime les Com-
i ma~ndants de comml ne, I'activit responsaile et I'Cale Cdes
Mag(istrals comiiunaux se sulbslituic'a it 1'aeivilci disaslreuIse,
arbiraire el illonscieni t de ecs officiers Iruraux. Les Magis-
trals comImunanlx vous tiendronl an coourant contint:liiement
dte lous Ics fails de lentr clommin nle c( de st s environs pour (que
vous im'cn fassiez rapport *i votre tour.
Le nouive! claln (!e choses comm n.1cera At parlir du premier
FIvrier 1916.
DI)as la cercilude oi se Irouve 1C GouvernCen nt que vous
nmelltrz toute votre intelligence et vote divouement it fire
sortir pour le pays les rdsultats les plus fructiieux de cc c6-
gimce l rovisoire, je vous assure, Monsieur le Commandant de
1'Airro ndissemenlt, do n pluis p:irite consideration.

CONSTANTIN MAYARI).



Porl-iii-l'ri:ce, le 22 .!a vier 191Gi a I 13in de linl opendance.
No. 17.02(-.'
I.E SECliT1"'A1' I 1)'ETAT
A' 1)D:P.'ARTE:MENT DE L'INTI'.II'UII



Au.r C, I~n i..:nires du Gouv'rnenl'nl.

Monsieur le Commissaire,
.e m'empresse de vous fair part d'une ditcision iue le Con-
seil des SccrLtaires d'Elal, preside par S. E. le Prisident de










1ia lil'pulliqi(ue. vient de (I :prendc( e tdans a e.anc'ce du 21 (:u cc( u-
rant.
Voici quelle est cclle l,.-i- .,1 :
Les commandants de ('G ii:.,i.'.e c' leCs chefs de section sont
supprimels, a part r i I d ler F: Ier I pn i1, ldans toulcs Ics
parties d(l Pavs. La Convention amr11Cicano-hlaitiennle prevo-
vant, en sn so atiicle 10 la f'ormationl (l'ueiil c arl mericefllicace,
iilbaine c(t rIrale, p)Olur In preservation ide la p)nix intcricure
et la garantic des droits: inilividuels, ct(e ign(nlrmeric cons-
tituern dcsormrniis toute la force pulliqlue.
A titre provisoire, ct en nllc end at ine n1ovelle organisa-
lion adniiniiistraiive, il a ti' demi nandi nux Mawgistrals conmmlu-
nanx de prendre chlair;e, i la )lace des confln ndants (e
Communinc et des chefs de scclion, (du devoir d'exercer lnce ac-
tivc surveillance et de re nseigCnr le (Gou'vernemen t central,
tant directement qle ipar l'intermlldiaire des command aits
civil de l'Arrondissemelnt, sur les ,v'ncements locaux et sur
les besoins des l)opu)lations.
II est )ien entendlul q(ue vos rapports demOlCrallnt le s minmes
et devant menic devenir plus 6trloils et plus colicrens avec
les Juges de paix de vote jurd1lictionl, vous alurz A: vous ser-
vir des comiunniications quii'ils vos flournissent pour tonir
mon D)'partcment nat courant de toutes les circonslances de la
vie )publique (I dans vote circonscriplion.
C(ommell it imported, d'autre part, q(e le GConvercinemenlt pos-
stle 1un agent admiilistr':tif civil (lqli cc tralise les ill'orlnna-
tions des Ma'1gistlras c con:mmuit lu1 ct lqui conslituc le lien ni'-
cessaire cntre I'Etal t cles (Co")munl ies, le commandant de
l'Arrondissemoen t c istc. ,\c pou' r ( :., I -: I sa vigilance suill
toute la division administrative dce l'arondissement.
SetleIment, il n'a plus d'alttribti: lio s militaires ni de police;
son autoriti active ien deviant plus rsider das sid ns 1'cnploi arl)i-
traire deo la force' pui)!i(|quoie, devient li ne antoritl pi)rement mo-
ral t e ct i;l I aj)iliil<'' a recher.i:'er et a sini. nl Ics be-
soins des populations.
t'ne chose (pii (I ilupis specialCmeni r':i i ir volre alten-
ti ii, c'est q,'le d .li.; les pr'' <.il' es ilitions, Ila justice redc-
vient ce (lI'Clle I'Ca rait ji i ;i d( : d'0tre : I'CAml m1lme
du Gouvernem'n11 t 1C1 1 .I 1 i pl dou ( i. rn' 1 i. n national.
Mais, come I'c11.i 'acilt de son acti'. c 'st iliilonn ,eC par
I'npp oi Ol)l)ortin et a1 .,, iri I I)il)l ub ique, 11111on col-
ltiie i a i D i'lem: n i. dL j la Justice (Ii i v '. r. i' .. dircc-
tcllnIt.ll \'ous indiiquc1l r1a l I'o i)r e 1 l Il I' i' iOtI de e vos rallpplorts
avec la gend.lrme'ric (qui fait disoirmis exclusivement fIonc-
tion de la force publique haiiaticne.


- 1_ !








- 4 --


Cc (G i l .. i.. Il, n i 1iolls a.l Ia '11 lI-.lll rc' de v S ill) )IN (IOllliC'S('l le ir eijoigeianl
d e r ', (; lctiv ll cel 1 C c ( ( 1 :lit l 'oljetl..
l I., lD) parl, IM :il k' I'lnplp c tii reiii: it slr votre intelligence,
volre p);:t1 iolisillc et vote dlvouI 'in i ilt poi r fl ire sortir de
ce I '11in'11 provisoire les 'resullItats les )tls I rl'licletilx pour le
Pays.
DlIns cette ( ):iliInc je vo:is envoi Monsicur le Commis-
slire, les assurances de I in plhns p)arlaite consideration.

CONsTANTIN MAYA lI).



I'ort-aii-Priiince, le 22 Ja. ivii'r I 91).

IE S I(lCRETAIRE IY'E'TI'AT
AU DI EPA lIII.IENT DE L INTEII1EL'

AU COLONELL I iTTLETON NV. \\ALLEIR,
Chef (de la Forc, ExrpCdiiioniaire A mnzicaine
En ville.
Monsieur Ie Colonel,

.lai 1'avantage de porter Fa votre connaissance que dans sa
seance en date tdu 21 d( courant, le Conscil des Secretaires
d'Etat, preside par Son '..eI llInceL le Pre6sident de la Rlep U-
blii ue, a decide la suppression total des Commandants de
commune et des chefs de section sur tout le territoire.
Voici les measures )provisoires qu Ii ont 6t& prises, en atten-
dant Line nonvelle organisation administrative du Pays:
1". II a etl demand( aux Miagistrats Communaux de srvir
d'agentsau Goiuverniemnt pour l'e ren:eigner sur I' al et les
lihsoins des Conmmuntles el des anciennes sections (Iqui en de-
pendlent
2'. Les Commandants d'a(rrondissements soit conserv6s,
imais il leur a et6 expressement specifi (qin'ilsn'auronit exer-
cer anicune attribution mlilitai e, ni dtie police, i nel'aire auicun
acte nieessitant Flemploi de li force puiiblitque, i ne se revltir
d'atci ll apparcil mililaire. Ils sero:it seule:nent la pour servir
d'inlernmidiaires entire les ColInitnIks aitoniomes etl e Pou)voir
Central sicgeant a I ort-an-Prince. Ils ne sont plus, en soin-










11ic, (que des acfnits civil (ditl'o1rmiation suI r les neecssitcs el la
vie des localitis de I'FnllerieI r.
lEn collnsd(qlu : ,I c,(I 'l.' it,' (i, lritio:i c ):n;)lot dos; auloril ,sit ;
(pq i servaiciit I'Ia xilia'ir's :;r G v' 'lv nel!l le I 'lr sident et
sci Conscil w' chl 11-ir1lnt vIoI l s dle anle'r dI'viselr "ux ie-
sures ni''ceOss:ireii s Pi )1ou silbstitiil'r, dI', l I '1'n lie,- iOvr'er,h 'es
aIlciL'iis d leiitelri s de liA force pil)!iiq Lne 11 iftieloei la ii:ivelle
)force dI lta (Gendaiir erie sur tons les Imiinits (ll territoire.
(C s IIIcsurIs (|iui vo'Ls soult d Iienim le's I)i'e ncel iln carac-
1Irec de C iccessilt in )Itucla)ble, si vo)s voL ulez consid 'rer (ie le
(;ou'iver1-iciL'l t ne1 pelil its, s:is iIan"(t r A tonls ses devoirs,
lie p);s rc-kcl mer l'lllisscienten im min (dil ldes or, lines Chlar-
oi. dCe preserver la Ipaix inLtrieure et d(I garanltir la security
des drolls individliels.
.Ic siis bicl persulad(IC que dans l'1tal oil voLs avCe d(Cji
niihIne l'or.gI a isaliohi IV Ia ge~c1darl necrie el (lant donle l'ar-
lranlgeincIlt p)rovisoirce ldon voLs avez conv enu'I Onc moi d'uel
police <;. .-:ulnu'ri suI l' nli'' la (IuIeslion sera regl6c
p)ar voLs nu p)lus 1to et an mieux des intI6rIs des populations
eC d(Ie 'iilrtel dIu G(ouliIveriemlet I Pl I rcideiilt DAI).t lnI'nA.vE.
I)ans celle ceriitudc, je vo(s assure, lMonsieur le Colonel,
dle imno enti 're estii te.
C(oNSTA.NIN MAYAIII).



f,;poLse (h' d Monsieulr bI c(olnrl Lill/,lon I \ 11Wller, ch('f d(e la
Fo rc Elx.{) ditioimair( ani;ricine an Scrcta'('(ir(' dk'lal do
I'nl/'rieur.

PI' l ; -I- rinci, Ir 22 .lauivier 19l i.


Monsi 'ur IC S .,' ":ire d'ltal,

ln j)rlpol sc, a vo)tre iotle (' (dale (de joinr relative ia ]
su)ppression ds flciclic s d1 e (Coi llnandan1ts (IVde COlIiInunlC et
('cs Chel's dc Section e' li aili, je dois voIus fire relmiarq(er
dl'abor (lque je crois (iuIc Ih (Conu mission laitiennc etl l, I)-
JIrli't nienl d'Elta de \V:S:.hii.i;i 11 soul tomb)Os d'accold sur
Is articles suivanls : (1) La, -, rmeri se r ser in seulCe frcc
Ililitlair' et de police de la l Idpui lique d'lH aiti, investie des
plcinis pouvoirs pouir la I)pr6selrvation d( lI paix intorieure, la
stcur'ilc des droils individ(Ils I l !a colni|lcle observance des
f'lauses de la Convcntion. l'lle aur la surveillance et le con-
trile des aril es etl 1nuniltions, des fournitur s niilitairs Cet







1 -


~l iL I v i i.i da( s lout Ie pays. llle ne seria (lue sous
les (. ii Ii Pr sidcnil i'llaili cl! di Seci'tlaii'e d('E1Itt de IT'n-
i',', r": tonls i -. ,';;. s o!ficiels ayant lbes inll des
S .. (Ie la ('. Ii ',I i (< iligcs de s'adresser par
Ocril A1 tAuIt i.' la 11 1de :anlisalion ))
\A jarl Is attributions mililaires ct d(e police de la Gencdar-
., ses I.c ils (doive nl fire des r'ai)p orts suir l'c tt des rou-
I I'ela sa~iinire d s loc i s,e s ocas Ibesoins de I'ngriculture
y ci'ii',pri.s l'irrigalion.
(epend(ant ils Ic devront (que fire (ds rapports ct n'agironl
pas, snuf dan; les ens oti la vie personnellc et les propri6t6s
seraiciet einnacCes pa;r Iiiiolndation oni auitres c(atastroplies.
D)ans ccs cas, ils doivent prei' r tout le contours Ipossiblle,
(5) Un tribunal colmpos6 de cinq (5) ot'iciers de la Gendar-
ineric est aittoris5 pour juger la (Gendarmerie ct touts aun-
tres perI's .ini ci rappIort avec clie, pouril' jger tous les cas
de consi)iratioii coiinrc le G(ouvernenment d'i'ili. Cc Tribunal
sera sous les ovl :-. du (Coininandanti de Ina (endarmlerie, et,
en cas de conidaiInatiol, il est aiitoi'isc i infliger la pcini de
i1mort ou ounte aulre peinc (qile Ic Trilunal )pronncecra oi jtu-
ge'a c 'l\i lina le. 'To s les jllecni.-nl. dc cc Tribunal, apris
revision (du (Commlandant de la G.lldalrmlerie, seront sounmis i
l'anprol)ation (du Secrctaire d'Etat de l'Int6ricur, ct en cas de
condamination ai mort, ils djli\ vnI iLre appr'ouv6s par Ic lPrsi-
dent d'llniti avant d'c tr minis en execution. )
(5) a ) le)s rcglemnnts ct des slatlus pour l'administration
et In discipline de la Genldanlerinc seronl publiios par le Com-
imandant apris I'a Ipprobalion du Secri'aire d'Etat de (Ilnt1-
ricur. Les contravenlions anux ri'glcments et staluts par les
imembrles de la Ghenidarlneric pleuvent Otre punies par 1a'rres-
tation, la s.1Isp. vision sans salnire, la confiscation des anp])in-
tecllents, ou l n revocation conlbrmO'iiien anx status publibs
par le Commandant, d'aprnIs la forinc ci-dessus prescrite.
(6) l Les (endarines accuses de crime on d'inconduite grave
(dellt, ) saul danns les cas de conspiration centre I'Etat, seront
jiugs alini que Icur cullpabilit6 soit clablic et scront punis de
la nimcc maniiicr e (u lels autrcs cilovcns. Les Agents de la
Gendarmerie ct toutcs autres personnel trouvecs leurs com-
plices dans les cas de conspiration contre Ic Goutvernenent
d'llaiti seciont j ug6s common c'cst indiqu(I C I l'arlicle (5.)
( 8 ) Ia Gendarmerie d'Illiti sera sous Ic contr6le du Se-
iretC'aire ld'llat de l'Intcrieur dont tous lcs ordres seront pas-
ses au C('Alinlniirli til.
Tons les aulres fonctionnaires I laitlins ayant hbsoinl de la
protection on des services de la G;endarlmierie s'adresseronlt a






-- 17 -


I'ollicier supljricur de l'endroil. L'ol'ficicr i? qui sera tiite uini
pareille demand scraii jllge d la tiL essi l de tels services ou
protection cl du inom!ibce de G(ieiinrmin.s a' ai'fecter, satif ap-
pol en crcours ct revision par iil~ O(f' ir en chef de la (icn-
darmeric.))
Ccs article; suise o, p : i : l'o) JL d c tle 1tla re, n li;s le.;
autrcs questions d-( dI ils sriiat il disc iiter.
.Ie remin lace, aussi vile (ie ip:sssillL, la n ? lndarnmirie pro-
visoire p)ur :I l P ovi ice, deslin ti 'i 0A ct su iilD u ; e ;i an ofli-
ciers 4 supprimer el co sra. aco.'oii ) d (1ici le lei. F.vrier si
je pCux avoir le inoLi d( conx q( i.' G ()ut niiion von(drait
employer,
Cot accord pIrmAi'ttra 12 r,' ), I i d lls dK la Gcnda:irne-
rie Al a dale du lor. F1\vrier.
II est csplir qcue, d'ici I' ler. M.Ai, l5 caidre d( la Gendarme2-
iie scra au coinM )lot ct cirer c'l pl;.'i; force cl vigucur. I1 y
aural alors n 111 irectl e r pour cai:]i2 l)Dp)artl ie int avcc les
Inspecoteurs n- 'c:li',-; (ha nie capitaine de Conpagnie aura
les po)uvoirs d'iiun Comininand1ant d'Arronidisscmcl-In, plus les
p)ouvoirs accords I la l Gendarmerie. Chaq(ui o'ficier cl chla-
(ie nIon- iiitiiie ou d'(un1 clelf de section d(alls son commail iimellnil.
Nous avons tIransmiis des iisltructli:)ns, aij'iirId'ilui, d'avoir
a employer, anilait qiue possi bic p)roviso()ircment, les Com-
'ii indants dc (A o uiininc' e It les cii .s (I" section, sauif (Ians les
unllroils ofi vo\ls avez I)ass6 des ordrtle contlraires dans \'os
pl)rcdentcs communications.



Avec, etc.
LirTrulON W. WALLEI{.
~----<------

P r. -uil- Prince, Ic 21. Jalnvier 10 G,
Yo. 1707.
SLE SECIILETA1\ll E I'ETAT'
AU in'- AITE.MENTr DE I IN'lTE llB 'K


Aux Magistlrls Commnunauax.

Monsieur le UIc gislral Communal,
Pouir Iaire suite ai ma circulaire en date du 22 du courant








Scc(* iil. .i 'e i i ( de volre lonclionl ivile \ ulls po) 1-
vcz Ivoir besoii de C force puIlliqluie ipour dlonneb r ei' e aux
dliu, ti In ,ioin Uii'ls el aux mesurcs lqei vous pourrez lolon-
\vCr ,ll -; nets .i voIre connaissalnce in (lisposition sui-
valle :
( La GIciulr'ameri' scra sons I l conl role (id Secrtl(aire (I'E)lal dei
'Inhi'ii. ir d(on{ llos les olrd(rs scronl passl s an (1CoiIn aIndi( ilde
hl c Guendareie. Tos acres f'onitli oin res utinllens dIlsiranl la-
pit,,!. lion on le service de la Gendarnerie, ien /f'ronl it requi
sition t` i'officier supcricur de la Gendarmenrie, dais hI locOlil.
L'officier (*i qui une pareille r(quisilion '-Ira mdressde scra j]u-
(e de lIt ncessilh d'tnn pardil service Gu d'in1' pareille protection
ainsi que dlit nmibre des fe'ulhriles If affecler, san/' appel en
recoirs ton rI'ision par un officer cn chef de hI Gendrmnerie. b
RHcevez, Monsieur le MLagistral Communal, la nouvellc as-
surance de ma ihaute consideration.

CONSTANTIN MAYAII).



Porl-au-Prince, le 24 Janvier 1916.
No. 'i028.
LE SECRIETAIRE ID'ETAT
At' IDPAI'TEIMENT D)E L'INTfIRIEUR

Circul aire

Airx Coninanlndanils des .A rroIIis3Clniels de la Rtplbliquie

Monsieur le Commandant lde l'Arrondissement,
Pour fire suile A nn circulaire en date du 22 du courant
ct comnme (dans 1'exercice des devoirs civils qui vous sonl di-
sormais conlics, il i)ent vous paraitre utile que la force publi-
que intervienne (dans 1'int&ret de l'ordre public on des popu-
lations ou biicl mmilne pour assurer le respect et Ic prestige
1i.cessaires a l'eflicacilc de vote role, je mrets i vote con-
naissance la disposition siivanle :
SLa Gendarimerie sero sonrs le conlrole dui Se/irllaire d'Etl
de I'Ini'rieur (dontl ons les ordres seront passes asi Commnandant
1de l Geundarmerie. 7Tons au/lres foinciounaires hoiliens d(lsirant
la protection oni le service de lI Genduarnerie,en feiront In requli-
sition a l'officier supirieur de la Gendarmerie dants la localilW


- 18 -






- 19 -


L'officier at qni rine parcille rnquisition sera adressce, sera jil-
ge de la / c('essihe d'liii pareil service on d'uine parcille prolec-
lion ainsi que du noting re des (glidatrnis 'l ti af clearr saif ap-
pel en recours on revision, par tan o/ficier en chef de ia Gen-
darnmerie.))
Recevez, Monsieur le Commandant de 1 Arroindissienent, la
nouvelle assurance de 1ma plus parlaite consideration.

CONSTANTIN MAYAR1).



I'ort-au-Prince, le 26 Janvier 1910.

LE SECRETAIRE D'EITAT
AU DIPARTEMENT DE LA JUSTICE

Circ-ulaire

Aux Conmnissaires du1 Goiuvernemeni prbs les Tribunaux civils
de la Rcpblique.

Monsieur le Conmmissaire,
Le Conseil dcsSecr6taircsd 'Eat,pr6side par M. le President
de la IH1publiquc,a adopted dans sa seance du 22 du courant, la
suppression des Commandants de Commune et des chet's de
section. Cette measure a ~1t prise en execution de l'art 10 de
la Convention conclude entire la 16I)lplique dlllaili et les
Etats-Unis, ninsi conicu: ( Le (ionvernement s'engage A for-
mer une gendarmerie ellicace, irurale et url)aine, etc e
IEn Iorltant cc lfait l votre connaissance, ii imported, M. le
Commissaire, que je precise votre r61e ct vos nouveaux de-
voirs en regard (d novel ordrc de choses que crde la subs-
titution A notre apparcil militaire d'une organisation purcinent
civil.
Vous n'iginorez pas u'au point de vue gouvernenmental et
ex6culif, les commandants de place et les chefs de sections,
iaient des agents internimiaires entire les communes et I'Etat,
chargt6s de renseigner le Pouvoir cen trial sur tous les fails de
la vie publique locale. L'experience a d6emontre que dans la
suite, ces fonctionnaires claient devenus plus agents du pouvoir
governmental, que reprcsentants autorises de la Commnu-






- 20 -


e (do1lt ils dev'aiienl ire v Iloir : l. n l 1: inll(r ls ct les
ldroils. Si le liien l it i conllserver', il dc :.'n c(cwldlantl ur-
genilt d'ell (c1h: -I la tfor ne 11 "l' h it tr'Oa .' un Lm '"'A e C -
q(ual l ai p ill voil central p o ci ,nde consCi.ervcr ; poinis
de con)llI el l de p' i 'tIr tion .a'..' les (ioveres lo alic s :s p) r-
senter les inconiiv nieiits de l'a,i' i liecn mililtire (ldont lom-
nipil ,c .c enC vN.lii.- iii 1 oul'taitl l vie loC iO lc : i jio int (I'en
Iairi'e un lover mo lt, s:ins rell et. ('est l lout l'cspiil de n i c-
bforie iqui vicnt d'1ire cntreprisc. Les coiniiimnda.its d'irron-
disseincnt ont Wlt, il est vrai, conserv&s ; innis d1'ouills de
lout p)ouvoir iilitaire el t de police, ils le dlevien ent que deI
simple agents civils de control, iaisant fol)ctiol, avec les
Magistrats coinmmuinaux it (lui il a e0L delmii.lde plovismircrmer:t
de p)rendre c larig des attrilb tions nonln militui.,. el de poice
q(ui revenaient anx nnciens comn i,,Indl mt.s de ]place, ilinlter-
inedinircs entire l'taltn et les Communes. Sans altrilbus mnili-
tIires i'roiCres, ces deux agents le poiIrroit en imposer (fiue
par leur preCstige intriins(iiue el l'na loi'rit mornl ale (ji leIur au-
roni apl)orte les services qu'ils sonw t a))e!es 'i rendie i t es
deux Commnunauiis l.tat et Comnlllllile -- enre les(quiielles ils
servent de( Irnit d'union
Ai-je besoin (l'indi(iiuer (]'I (d:ns ce r n .. 1 le (Com: mis-
saire, In p)lace idue "i i'oli entl i judicidiire est toule iairq(iice,
el (jque l'action des (Ieux ngents sus-1)arles, nli s:iurzliit clie )ipi-
lique et el'lience, (Itie secondle (le Colle (iue v)ous done votre
double quality de re)riseniltal de ( Gouvernl' enten ei t de ICi so-
iel et de chef (de la police preventive napelee t rcclierclier
les crimes et d( lits.
Aussi bien, vous incoml)be-t-il, M1. le Cotlinissnire, i'enlre-
lenir Itint par vous-mn0me (lue puar vos nuxiliaires lganux, les
jnges de paix, des rapports cons'ants avec les M1agistlras
con m unaux, afin de vous renscigner d'(1,e fn11 o con Iplle
snr tout cc qui Int 0tre une manil'eslatilion die Ila vie pubiblique
de volre juridiclion. Les rapporls, qu'it cIl el etI, votns adres-
seront les juges dce paix, aussi souvent que p)ossil)le, scroiii
par vous centralisos. Ils Icront, an alysss dnlas Ics grades li-
gnes qu1i )peuventl plrcsenlcr 1n iinltret serielix el comill 'Es
de vos renseignemenls personnel, l'ol)jet dtn rnpport helbdc-
imadnire qu(c vos adresserez Iant a m3n l)I1):irlemient (I "UI
celC i de 1'lnlrVieC r Vo)us vcillCre, I vec Ie soiuci eC le SCriii' ile
(lue le Dpl)Cr)teieni vous reconnail, iue cc ra'ipporlt Ie so r,-
sume pas e n la formula traditionnelle: (( ordre et Iranii illi(l
rItgent ;) mInis ai cc que cc rapp)lort soil Ie redltl de in vie lo-
cale dans toute PlCelndine de volre juridictioni ainsi jque de
votre action constanle el vigilante sur nl march des Tribu-
11 x.









EnC cc qiii concern cc I);L. 'ri ,..it, vous conlinuerez d'd1-
joindre ani rapport, les al's que les dilcFrents gr'cfes vous
Iran sm" llent.
l)'Y ltre part, M le C(,iIni i-. re, il n,. iaut altlircr votre at-
tention silr le fonctionnement de la gelndarmerie rurale "t
urhaine, qui, desornlais, alter du ler. Fevrier prochain,
fern exclusivemenllflollciion defoeForce pulilique iclillne.Volus
no'ere/z,pouri'rsumerla:)id:ii c nent son rol(e,qu'ellc est a In fois
nolie Ipolice Ipolili(ltle,iadm intisli-tli\'e cli jit ici;irect all besoin,
note armn e. Ainsi (que je vous F'ai dleji (lit (Inns in circll-
laire ( li 11 Septemlibe dernier : ( Nous devons retenir, en ce
(uii ressortl i nos attril)iiions, le fail capital que de onoiiven.u
nuxiliaires parfai'tenient enl Irainds dan s Icut service ec d'ulne
moralild controlde, vont lire mis ai vote disposition, a celle
des juges d'instruction, des juges de paix, pour la recherche
des crimes ct (dlits (qui a:luront porld aIleinle aux personnel
et aux pIropriidls.>
ID)s lors done (iue la forcee pulliqne est necessaire pour
app lyer vos rcquisitions, c'est i la (iendarmerie cque vous
vois adresserez direclement el sans intermddiaire ; il en est
de mime dui julge de paix dans sa jurisdiction locale
S'il est vrai (que cectte g,-id.lirmeric est sous le control du
Secretaire d'Etat de 'Intcricur de qui tous les ordres 6mane-
roni, il est liors de doiute (ue d(s Iinslant oin votlre rdlquisi-
tion hasec sur le code, cclle (d juge d'inslruclion oi di juge
de paix en leurs allributions 1gales.;ne s inspireronlt d'auculne
consideration ullre, ily sera satisfait sans ddlai ni recours,
conmme le veut, d'ailleurs, F'inltiit de la Justice et des jusli-
ciablles.
E1n un mot, MI le Commiissaire, vos droits legaux, ccux de
vos auxiliaires resent enters ; la gendarmerie ne faith qu'ap-
porter a vos activilds judiciaires l'efficacit6 qui leur est indis-
pensable.
Pour consacrer la discipline hiirarcliique que le D6parte-
ment a toujours voiul tracer entire ses subordonnis, il n'a
pas cru n ,' I.i' ire d':idrc'-cr, dans le sens :ls pirdsentcs, des
instructions dir"...l s anix '* s de paix
II vous incolmbe donec, sans d'iLii ilnitile, d'attircrl'atlention
de ecs derniers, sur le I .i I ohjet de cite circulairc lo
la ni''c'.,ild de coopdrer cdt -! ( I d'une flacon suivic avec
ls 1.-li' 't os l.iniini.ix de ic 1" .-'.it, en vic (de vous
renseigner d'une fb'cn c'l,'1'te par leurs rapports, sur la
vie publliq ei e leur locnlile ; 2o l'ollii,.ioin d'adresser leurs
requisitions dt'.solr .ii- i liculcnant de gendairmecrie de la
COI I0I1mune
Le I)partement espCre que vous \vois Ip(ntc.eriez des plin-


- 01 w








cips cssenlticls des Iprisentes iiistructions et. dInns ce senti-
mcint, je ,'l., reitere, MI. le Co(mnlllissaire, I'assurance de ma
pilus haulte consideration.
E. I)OHNEVAL



ARRETE
:'ui' nidintehlnail Monsieur L.omis orno Secrdlaire d'Etal de.s Re-
lations E.rlhricures, Ic nominee Secr(''!(ire d'Elat des 7TrIvaux
puLblics el M )mvictr I, 1) L"',o Adlaili, Secriaire d'Elal de
lInslruction publique.

P IILIPP SDI1I, DA)ITI(GUNAVE
PRESII/ V/T 1E Li l.'A I'I'7LIQI'E

V\' lIs articles 98 et 113 de la Constitutioln;
A AlliTK ET AI1HETIi C1" QUI SUIT
Article ler.--- Monsieur L.OUs BO NO, maintenu Secrciaire
d'Etat des Relations Extiricures, cst nommne Secr6taire d'Elat
des T''rava'ix publics en replacement de Monsicur JEAN-BAP-
rTIS-rI' DAlTIUE(; den ilissio : ai ie.
Monsieur le Djct_11r Lt)ONx AU:)AIN est noimmli Secr-eaire
d'Etat de F'Instlruction publ)lique.
Art. 2. Lc present Arrc' sera imlprimn, pul)li et execute.
Donn6 au Palais National Ai Port-au-Prince, le 29 Janvier
1916, an 113c. de fl'ndepeoidance.
DAlTIGU LNAVE.



ARRETE
a(ccordantl mnislie pleicn) el entiC'c au(.r individus impliques
dans l'arffaire des (Cal's dtcion;lc Ic hIr. Decclmbre 19T15.


PPan SD Ic oi DATi iG dE lir sNAVE
'PR SI/PE.T /iELI lA iEP/'l'L(11'E;.

(Considcrant [que le Goiverncenicent actuel, issue du libre suf-







- 23 -


frage des mandalaircs autorisis de la Nation,a des Ies premiers
jours, compri's que sa prenliere mission est de s'eiiiploycr
A ineltre fin au regime des coups de force, le plus solvent
provoques par I'absence de mnod(ration da,;.s cls inspirations
du Poutvoir dirigcant;
Considtrant que Ics circonstances que traverse auljoird'hui
la Nation, dues partliculierement aux insurrections ininter-
rompucs de ccs ctmps lderniers, imposent au I'ouvoir Exocutif
l'iimpricuse ct p):loriolique obligations d'exhorler tous Ies ci-
tovens i l'alpaisement, iA la conciliation, i l'union, i la con-
corde, et de les convier A I'aider dans 1'cuIvrc commune (du
reclvement de la patric, en donnantI lui-mnime l'exemple de
l'oulli des injures;
Vi l'article 103 de la Constitution, et la loi du 22 Scptembre
1860;
Sur Ic rapport des Secretaires d'Etat de 1'Intericur et de la
Justice,
El de l'avis du Conscil des Secrclaires d'Etat,

A AUI fET ET Au ITE :

Art. ler.-- Amnistie pleine et entire est accorded A toils
ccux qui se sont Irouv6s impliqucs dans l'affaire des Caves
d6noncde ai la date du ler. I)Dcembre 1915.
Art. 2.-(Ct ArrCt1 sera inlprim6, pulbli& et execute i la
diligence des Secrl6aires d'Etat de l'Inltricur et de la Justice.
IDonn anl Palais National, ai Port-au-Plrince, Ic 4 Fv\rier
1916, au 113c. de I'lnd6pei'dance.
DARTIG U ENAVE.
Par le P'residet t :

Le Secretaire d'Elat dte I'lVricu'tr,
CONSTANTIN MAYA ID).

Le S', i 'l rire d'Elal de ht Justice,
E. )DORNEVAL.

Le Sec Ca(ire d'Elat dc I'hlt:lruiclion Publiquc,
LlONv ATIDAIN.

Le Se'cri:lire d'Etal des Finitccs cl du Commerce,
EmI1LE ELI1.






21 -


Lc SecrHdire d'Ei/l / de (1 ,-: iliu, de (la (; r;, el de la
Marine,
A. ANI)H!'.

Le Secrcltire d'lEM (It's Tri r, Publ ics cl des cIellions Er-
Ihrieures,



LiB m-n:i F .I M:, l :ATIIn:I N ne,

lRIl .iQIUEI n' IATI


1AI l'IGULENAVlE

IPIUESII)ENT DE LA REP 7BLIQUE

ADRESSE AU PEOPLE

(ONCITOYEl :NS,
Si nous ponvons, en ce moment, penser qu l' re des hou-
Icvcrsemen s politiques esl (idsormiis lermee tn laiti, il est
sage d( compriend(re que l'heure des grands devoirs a aussi
sonil.
C'est de l'accomplissecnent (e ces devoirs que doit sortir le
rel&venient de la Natio n en ruine, si nl:)1s voionls que le )prd-
sent Ct l'avenir ne soient la coIntinlaL ion d'ln )lpassc nd1fst e A
conjurer.
CONCITOY-NS,
Une grande taiche ni'incoimnb vis-A-vis de vons, et il imporle
que(je in'en explique ici, en toute franchise. Mais, J)ouir vous
en hlien pcndtrer, il convient quie vous enltriz IquCIques inslanis
danns le somb)ire recueillemnent oil je ie suis si so0ivent sii'rpris.
PIenchons-nous enseln!)le su r les piges sanglaItes de notre His-
toire, et, soiurds a'x clam ines inltressCes de ccex (iqui so coim-
plaisent an jel d'liln apostolat p):atriotique de commander, sac:i-
lege oserai-jc dire, sondonI les ls n.. de la Nation, avec la
pelnsc since re d'ap))liq er sir ses i)IaiUs vives, d'iune lain vi-
golireuse Ce rcsolue, le :'Ceide soulverain (l'.Ii doit les gu0rir.
Eln presencee des i rIV :.,1 ,ces ilnol)blial)les a11 milieui des-
q(ielles j'accepltai la P1l,1 i-,.,,. de la Illi iublique, cir'oisltan-








ces nouvelles pour tous et (ld la gravild cxceptionnelle que
lpersonne n'ignore, je nj pe i:v:fis ie pas ime rendr unll compete
tris nle des dillicult s lnom I'Ireises semCIls sur la route que
j'allais parcourir, et pr',voir lcs lullt s ti soulcnir : vaincre des
lIocurs pul liques sc culaireme I' vicie is, ve ir i l)otl dle ran-
cunes invetre,., dompler dls appltilts ins:-Iiables, an anltir
l'anuarchic d6bordtant do totes lesl brsiclies ouvertes par 1'am-
bition clftrin' c, quclle durie tiche !
I'analvsc sciriipilecusc des OvJ,:~ements d( niotre existence de
peuplc iindpel)nd:flnt nous n1ontre, eon eff'e, la situation aeluelle
comnme la consequence d'une ( uite ilninlter 'ron|puic de coinmmo-
tions intestines ct de iautes naccutnill'es. Nos (Gonve|rnercnts
Otaient d'avance fraippi s de I'iinpuis:sa: nCe Ct de la stcriliti inhld-
rentcs Ai Icur origine mi mile, foreOs 1q'ils etaient, pour sC d(on-
nler (iqlque chIane CCe d(c (ICe, de recourir aI rOgime du des-
potisime militaire double d'un forncionnarisime i ouitrance,
alsorbant I'lln o t Ia e toc rgietoe Iii nal tionalc. C(. Imeni-
tablc sysleme, t'ruit amler des rFvolutions violenlcs toujours
fatales i la mnarche dli progrcis, avait pour di saslrcux effet
ld'6piser, a clhaque cha1nglement de (iG-L)uvrnCllemen, le plls
clair des revei:. ts iib'ics, pi tr I'xtension des l'aveur'S t d s23
recompenses, tandis (qi, la dlinilultic(n dtl nIs lorcea produc-
tives allait sans cesse croissante, avec lai dcserlion graduelle
des champs (du travail.
A quoi cctte Otrange facon 1de concZvoir F'org nisation poli-
tique et administrative devait -cll alAouti sinon i t l'an1anIftissc-
ment de l'initintive labIrieus le t a une siurabondlance de sala-
ries publis forcnmCent condanm iCs, par letr nmultip)licitl mIlme.
i la famine, quand1 cc rie so:nt pas, la plupart du temps, des
complaisants a la devotion dIu m1al, (des c(31omplices 6holnts (du
crime au lieu derIels cl intelligent servitelurs desintriets dela
collectivilt ? -Alors, cliacun, usant de procedes reproiuves par
toute civilisation, ne songc (q'it I'accaparement de( tout ce qlii
est du patrimoine common, lrligi.inl ait 'a-rirc-plan les le-
soins gernraux de 1'l:tal, conmm si 1'1am11 liolration appreciable
de l'individu pouv0ait frI'ucluiselncl sc rlalitser en dcliors d(
l'ordre et de la securiil q(ue scutle procure la satisfaction
complete des exigences de la vie de sociote. l u1 tel l Olat de
choses devaient aussi naitre et re t ,'-~cI I'Cpr paraFll lement
intriguee d( cour, 1'esprit dec (.. aie. ac' ,minl n(_.1, l inlucta-
ble i l'abaissement du nivOe'n mral gallant jius(qui' 'inconls-
cience social. Filni.lcnci l l, c'est i. rlgregL sii n (da s toutes les
sphllires de l'activilt nalionale
l uis(ql'l1n chlangcmenl essenliil s'est fail dalls noire destiln,
Ip)isflhLe 1noIs somImes i tni ',i e ll Ce d'exann de conscience
et que 1nul ne dcil, ne pout plus menitir ni ai la Nation nIi au






- 26 --


MId, ic, il est jusle de lire 6galemennt-au risque (de d6plaire ai
quelqucs-uns de imes concitoyns pls it plaindre (u'11 bla-
imer, combien, par l'iiistlinct de domination eloulltanit cllez
nous Ie sens de I'( r' e i les Ilno ions ld'"il_':il' cl de 1( galile le
people a jusqu'ici p)ls soulert du moanque de discipline que
(Ii manque (d liberal' ('cst par cela aussi qu'il ofre moins les
caracicres d'uneic Nationalil (juCe (l'ul veriltal)le amnalgnme so-
cial oft chinaquo ('"l" ei t est aiil;a iiq'ui par rapport aux ai-.tres
on Ai l'ensel l)le.
D'anure part, il est igalement permis d'avalncer, iijuste rni-
son, qu'il n'est pas In touirliint de otre llisloire (q i ne cons-
litue un chie d'acctusation centre notre vieux svstile nmilitai-
re of0 pour le plus grand inomiure l'arliltraire clait la loi. Oni,
c'est a cc sysltme, qui compi)rimna la socitle iailenuiiejusqiiu'
la paralysis, que sont impiulllles lios revolles intcrmiltentes
et cc solmmcil apath'que ioi agonisait la o)ilion lal)orieuse de
la Nation.
Voilai le Iriste bilan que nous ont laiss6 les cent douize an-
nfecs dissipecs sur I'lhritage sacro des Aieux.
Ayons assez de force morale pour regarder le Imal en face et
reconnailre 1'urgenee de nous en dclharrasser,en exlirpanlt sans
piti6 les causes qui l'ont engendr6
Pour ma parl, si j'ai assunmi bravement, an milieu de la
tourmentc oi ln IPatric paraissail devoir sombrer, le fardeau
accablant du I'ouvoir, c'est dans le lbut d'entrcerendrc celie
tiche redoulable. .Je n'v faillirai point, ayant pour soulicn inc-
branlable, d'abord la prirciicse collalioralion d'amis lovaux,
dc(vouiNs et p)rits i tous les nobles sacrifices, ensuite mna propre
conscience, que je sais pou voij' me maintenir dans la logique
inflexible dut devoir accc)pl sans arrire-peCnsec aiucunet. C'est
I quei je veux cherclher ce resort indispensable aI qui n'enltnd
oblir qu'aux nicessitis nationals riclamant impnlricusement
satisfaction.
()ui, issue du lilire suffrage de l'Assemblle Nationale du 12
Aofit dernier, Ie Gouvernement Ilqu nous formons cst et de-
meurera persuade( que de son activitO infaligal)le, puissam-
ment aidee et franchemlent encouragce,p)cut sortir ine Ieuvre
utile, une veritable renovation, rice aux facleurs nouveaux a
noire portle, lesquels,netiiliralisant nos agitations incolie renles,
subversives de noire evolution norm1nle, assureront dosorimais
le progrcs dans l'ordre par l'ellicacil des ireforimes longue-
ment altenducs ct appeloes i fonder celle stability gouverne-
mentale, obljet td nos vcxux inanimes el encore it 1'lat de
rIve dans les imeilleurs esprils.
C'est done pourquoi Ic Gouvernement, sals cFainte, certain
de bien fire dans 'iniilre conmmun, a acconmli des suppres-







-27


sionsrationnelles ans Ic cadre administratif, apris avoir aboli
le militarism. Et, je m'empresse de le diclarer, chaq.ue fois
qu'il s'est vu place enltre une riformi niccssairc el (i qelque
droit acquis, il n'a pas ine ir in tll e hi sitle imeltre ]a justice,
I'utilite et Ic bien public au-dessus les formules, pregnantt 1'en-
tiire responsabilitl de la nesrllec, attendant le moment d de-
mander aux Chamlbrs L gislatives lecur sanction, et se r6scr-
vant Ic supreme rccours a l'opin ion publliiue tant contclmpo-
raine que future.
,le ni me dissimllec nullemenIt que la lrii qrtelric de cette r16-
voluion 1paciliqu doil produire 111i erlain di( sarroi passagcir,
des cas regrettables dans ls (le l)ils. Q('in porl e! s'i) en rsunlte,
enliin de complex la rideimi)liion d(t Plays, pllis Ia sativegarde
de la justice distributive an binificc 6qliiitabile tie la grande
masse des citovcns.

CONCI'roYIENS,
J'ai la conviction profound lie q( ie loevre quc je c desire r6ali-
ser cst patriotique. Quel profit pluis-je en esp)rer, apres que
j'aurai consent toites les allnigations, )asss les pires quarts
d'icure poulr la Nation ? Le Ii ),lhcetr de i voir lune 11liti agran-
dic morlalemnent, intellectucilement ct comlblde de prospirilt
matcriclle.
Si cc n'dlait cetle conviction e ct el espoir Cce je caress, si
cc n'dtait aussi mon esprit de dlsilntdresscment allcsl par toule
ma vie, j'an ris, e lec jt're, rt is'( F I'hoiilnc r de la Premii&re
Magistrature de i'Etal q(aand, cmpelli d'uine fri-missante 6mnotion,
je fus appelc ft reccvoir des mains de l'Asscmbldle Nationale
la plus gi.ande invesliture d(u pays, c'csl-it-diric, i)or Ic m)o-
ment pr6s pt, Ia plus lourdl d'es croix Et si je in'avais la cer-
titude absolute qulie Ic Poivoir devait i1rc dipotuill6 des artifices
grossiers ct des avanlages ])icliniaircs illicites d'allrefois, a
l'hcnurei mimc je ne L irdernis s i liiin second de plus celic
MagistraturI don't Ic prix, en lia diselte d'lhommes de cc(oxr
on nouis vivons, esl I'insulle cl la calomnie quotidicnnes.
Malgr6 les n'ils d'angoisse, les Inlles iparlois )iprcs don't cha-
q(ie risu al h ell rex (Ioil 61ir clic remnl nt paycI algr, lCs sonf-
frances pesantes que j'enduiire, en Ipnsanlllt anx ri tigers dc la
cruise (ili va i trindrec des Ivoers liniliens, d'ici qti sc rinalise
line notable amioliorati on (oiqmi (cli Ic l (iouClveirnncmnt
est en droit d'allenl dre de( s mllcs rics (1 u'il c;st en rain de preln-
dre ; malgre los injustices donit m'aiilri venlt I< ilains concio-
yens, les ennuisjournalieri s ((i- i ni 'assi4C oent: inallglr tollt,ditIs-
vons h)ic, CocI rovelS j ie j i om dli coil rae plas, q c jus-
qu'au bout jie nc inc dtecoLragerai amnals, iune meilleic desti-









ic0e pour iouls elanl m1lln unique mobile.)ic, .Ji assez de palience
pour mailriser mo10 indignalion ell presence ide's (10dections,
d'an lail que in; conscience, N\V: l'nide de Dieu, ne ( -( v de
faire ravonner l inCes v !,I le hiel 'i choir du novel ordre
de choses exisanl cl ayn~ il plei ie co:wfii i. e lld s la proinesse
de la Granld PIissance anmie d'afl'ranclhir nolle inlorhlnc pays
du desp)otisiiim ignorant, cUl ide cl sallguiiln ire lqui l'. coindlit
au board de Ia lombe.
CONCITOYI:NS,

An 11nom du Snilu national, je vous convict tous ulie fois
encore, Ai eloul'ir nos discordes civiles ct nos sltpides pl)rjiu-
g6s das I les liens bienlfaisants de l'iunion,de Ia concorde fCdcon-
dann le travail : je vous exhorte A Ia patlicncc, na courage,
convaincu qu'api)rs nos dcboircs secunlircs,(lue du douiloiureux
enfaenlemennt (qi se f'ilt snr not c sol, initra, 'i n'en )pas dou-
ter, ICne Hlaili assagic, line llaili coh ioenlte, cnlin u) nc plaric
respeclIc, gloricusc, vivanl dans la paix, danUs I'ordre et In
prospi rile.
D)onn6 an lPalais National, A Porl-au-Priinc, le 10 FIvricr
1916, an I113me. de l'Indipeldance. .
I ) A TIGU ENA VE.



I'Porl-an -Pri'ice, le 0 Fi'vrier 1016.

LE SECRETAIIIE )D'ETAT
AU IDEPARTEMENT DE L INSTRUCTION PUBLIQUE

A Son Excellence Monsieur le PrJsident de la Re('mbliqle.
Palais Nalional.
Monsieur le Prcsidenl,
Avant de vons exposer le plan gnciral (que jC coimpC a)p-
pliquer ldans 1'Insllruction p)1ulique(, perimellez-mai (d vous
remIrcer d'avoiir I'pensC) a i pour collab)l'rer avec vons a
l'oenivre de relCvenicn, dc n:lAre ilnforlune1c Plrie que I'igno-
rance plutil (lq e I 1 .!-i inclit de nos coman alriotes n plon-
gCc dans l'Oal lal lmnctlable oil nous la voyons en cc momenil
Mais, il inesL Ias de plaics donL oil li gncril lorsqu'on venl
employer ds i)rocd(6s suflisaimment radicaux, il n'esl pas de








iuines don't oil ne so rcelCve lorsql'on Ipct surltout comlptce
sur l'aide sinc've et loyale d('un tal linancir'eillent aussi p)Uis-
sant que cls Elats-t'lis d'AI rique (du Nol d. Pouvoir comip-
ter sur l'aidce l'licace do no tre G(;rnde voisine ne vou t pas
dire abdication cormplItie d( nos cles ofn notre activist propre pout so moltrer elt s divelop-
iper, nous d.I vons travaillvcr part' nous-n6idmes, inmntrer q(u'laiti
est capable e (c concenoir el u lle si jusqul'tl pir6scent 1'exciution
n'a 1)p snlivre 'idlee. ilnoire lficlhe x ilal I)olti(lq e i1tait la seule
cause e do notre regreltalle pietiinlnienlt pournle p)as dire recul.
lu rcste dans l'o'(Ide ina:loricl a ssi l)ien qu'itelllectuC el et
moral, nous connaissons x nos i x Is soins pour les avoir
tuiditis del)uis longlemnilps. (l:ie (lui iq cc soil. II est (c notre
devoir de les faire conmnitre, I)om que l'aide iqui nous a etc
solennellement promised ne soil l)oint avengle, inefiicace et
nuisil)le. Ji'i done 'lChoincui de vous siiie tre, Monsieur le
President de la licpl)1lique, un i)eu sclchiecient. sans grads
dtveloppements plun' cvite'r (do trop) crirc alors ique I lheure
est A Faction, le plan (J(:u'ral de la r'eorl'ine d( 1 Instructlion
PIubliIque, lqi ime seni)Ie IC Iplus p)roP)rc a ssuLIre la bonlne
evolution d(e notre Pas.
Certaines consideration ls vous panriltronl pieut- tre uin ipe
crues, mnais j'cslimie (que 1: i'raiichiise est elicn ore la nicillcure
des poliiqu(Les. Elle milne I Ia conliaiMncce d1i public el je penlse
que tout hioinie d'Llat devI\';it nvoil pi)our devise: 'To i dire
cl ne lien iaiie (qui nle )p issue c0tr ditl. ))
J'ai toujours OId, Monsieulr le Prosident, peniblclement frap-
p1 d(e l'ignorance 6pouvantlntle de la trns utrndie iinjorile d(e
Haitiens, aux(uels nimll lesles notions primnaiics les plus 6le-
mentaires manquent totalemennt. J'ai dcit lIeaucoupi insisted
aillcurs sur les grai.nds inconv6nients de cette situation ct je
n'y revicns pas. 11 est de premiere importance que cette si-
tuation change. Le pe )Cpe a d1Iroit ia Finstruction, I'Elat a le
devoir de IFinstruire T'oul citoyen de( tout pays qui aspire i
la liberal doit savoir au moins lire ct ecri re, coinnaitre ses
devoirs et ses droits, avoir une ri'gle morale (cqelquc simple
qu'elle I)iisse illrc J'acc Ilderai in ,-. efforts lcs ])lus grand i
l'instriuctiolI du j.; ,,iL la ri ormnC dc Cel. iginn l nt priniaire
seri jIusqLu' sa .' '" ,"Ii' r1' ilioin ilolict de mes constal'es
1 ' cii)pations.
10. EN 1, i..T PlUMAIu E

11 est I.. lai ., c 'lrnl, au-si ur. li! (qu'im I )ortanl' les dalns
l',irdlr' print il.re. IParmi cclles-ci, 1: c.,I In auction des maisons
d'0cole tient la IpreiF ii'. place. J'ai longucnicnt dcrit et plu-
sicurs de rmes distingulcs coml)atricGt:s ont ccrit sur la n1tes-
0""'" "`'C" "'








*,ili' absoll u des ,.iiso, Is, d'c'colc. 11 est inutile d'insister sur
leir ca iraclcrc d'indlispcinsa bli .
11 nous faul (done construirc IL ..; i oii,,-llS d'colc.
D)oivent-elles l'0tre progressive nCtle: ou est-il pri6 rl'able de
rialiser presqle d'eml(i e cel allichailt programme?
A iloa avis, s'il est boln (d' clilrecr progressivemcnt, il esl
presque impossible de r1/orinmer progressivement. sirltout sur
tii terrain anssi inltressant qule cclui de 1'liistruction publi-
que: il 1'est i)s de temps .i perdre.
11 flaudrnil pour la construction de nos maisons d'Ecole
imiter la maniire a(llc;ic(ricne, suivr:e Ic Ion example (quc 11ous
donnent les Amnricains dans la r6fection de nos villas: par-
Ioul (t la /blis ct )pitrlo l snr line ivisle s chelle.
La chose est-elle praliquement realisable?
.l'cn suis convaincu. Toiles les fois que l'ordre, la r6gularit6
r&gnent dans les finances d'un pays, les capitaux s'offrent
('eux-nmimes, surltot lorsque des garanties sulffisanles soit
olfertes aux capitalists.
Une excellcnte loi attriluait autrefois fi la caisse de 1'Ins-
truclion publique 0,10 centiiues sur le talac. Nos dcsordres
politiques el administratifs ont enlev6 pour d'autres affecta-
lions 0,08 centimes sur le l(aac Le rapport de celte affecta-
tion etait autrefois de p-rs de 100.000 dollars.
Si une compagnic 6tait certain de toucher pareille some
tant pour couvrir l'intdrit de son argent (quepolur amortir son
capital, quels capilaux ne mittrail-clle pas i notre disposi-
tion ?
En supposant mimei que les anciennes lois d'affectations
soient modilifes par nous, ii est plus quc certain que les Etats-
Unis d'Amrique don't la ionne foi est indeiniable n'hisite-
raientpas une seule minute i meltre par un mnoyn quelconque
parcille valeur a notre disposition, car dans cc grand pays
democratique 1'inslruction priinaire est fort eon lionneur.
La construction dces Ecol e;, primaiirs nationals s'impose
(done. CO ( qi atrCefois )potait 0tre considOer, etant donnd
I'iat du pays, come inc rive, deviant rdalisable iminmdiatc-
inent, stiremient ct rapidement.
Le nimlnbre des ecoles primIaires nationals de garlons et
de lilles a cirder scrait I)as6, pour chaque localilt, sur le nom-
bre d'enflants en aige de frdquenter ces icoles.
Ces 6coles scront vastes, capable de conltnir dans Ics
grades villas de 300 A 6(00 ciO\ves, d'aspect agrcable et cons-
truites suiv:nt les rglles s plus rigoureuses de l'hygiene
La question dte F'organisalion de l'ecseigaement primaire a
6tc trailde pair tout cc que nous avons d(e lus comp'ltent
come pedagogues et il a iet admis d'une facon g6ndrale


- 30 -






- 31 -


lqu'aui-d(ssus des coles prilnmires il iimporterait (quon e:t des
c(coles I)pinlire!'s suip);ric'(res, ovec titne section lprof('ssionelle.
.1'aimerais (tite cell section fit Calem:llc cn obligatoirc,par con-
scq(uel lt graluil e,car il iiiiiporte (lie tout Iioimme nit n11 mliitier.
Cell orlganisation ilie parail excellent en cc (Iui concern
les ecoles primnaires des villas. Commle ilquivalent (lans I'en-
seignement primaire des bourgs et villages (lit intcricur, il me
sellble 1i souhailer (lue danls nos (coles I)lrimaires nous cricoins
unec scrlio'i agricolh primiire
Lorisque cetle section aura (lonn6e a cs 61eves les notions
d'agricultlure (lu'exigera ntill proglrammle d6terminer, il v
aura lieu, lans deux on trois ans peut-itrc, de creer des ( f'r-
meCs-ccoles (lqi constitulront IIne sorte ('enscignemient secon-
tdirc agricole. Ln grande p)laine d(u Nord, colle dce I'Artilo-
nite, du Cul-de-Sac, de Jcremie ct des Caves me paraissent
toutes d(1signccs pour le sicgc de ccs coles secondaires agrico-
les.En sortant de ces fcrmes-6coles, les levcs diplm)1ns pour-
ront avec advantage on se liver a la culture pour leur propre
compete on ctrce employs come prolesseurs dans la section
agricolc de l',cole primairc.
Les details dte elte organisation seront At fixer par des hom-
imes conmpltents en la mati6re.
Pour ce qu'il s'agit des professeurs des 6coles primaires, s'il
est vrai (que d'apris Ic rapport de nos Inspecteurs nti certain
nombre i)pclih par la competence, le zMle et l'autorit6, ces
faits regret tables dispar;itront tres rap)idement a la suite d'une
hlonne et sdv6re organisation de nos ecoles et nous serons as-
suir6s, lorsque l'enseignemennt deviendra rcellement une car-
ri're en l Haiti et 11non tn llis-aller, de troiver til nomnl)re suffi-
sant de lons )rolfessseurs d'ecoles primaires des villes dans le
nionde hanitien mnme. I)u reste, certaines measures de details
(lue nous prendlrons de concert avec les Inspecteurs glncrautx,
noti I)I' rmettront d(1 carter tous ceux q(li scraient innptes a
rempli Ic le rle important ld'ducateurs de nos enfants.
Ceiix (lui Hiin:, parait'ront dignes d'lune si noble mission
trouverolt, .j !' ,,'.' ,n. jusic rcm p, ii., dans l'npplican-
lion d'une ex. chii.. I loi voie l'anl dernier par les Chamnbres,
doublalnt les a)poin;. i ., de nos prolesseurs. Doubl)ler des
appl)ointlements peCu par.,1 ,h;ii. 1.1i,' chose de fantastique en
tn moment o il nots tli 1 1 de 1 Iil l nos forces a l'6cono-
mie, mais les a:pp)'il, tII l.ls des mnembres du Corps ensei-
gnant Itaient si drlisoires (lu'en les doublant on arrive a pei-
ne A. uin miiinimumt raisonnabllce II sufilit pour s'cn convaincre
(lu'on les compare At ceux que percoivent les professeurs en
d'autrcs pays.







- 32


La question d111 riecruk t ilt des pro'" -. 1.-rs poulr l ('-*>)!.;
rurales csl plus delicate, ilais 'Cest pas ilns( luI le. Ici, I'ele-
ment religicux me parait devoiri j le role capital ; A lui
devra Otre dcvolu, aI des nL oniis iiil -, po r Iui, le
role d'edi caiteur et de Imoralisatei r I l j, i; ,.,.c deo c nm-
pagies aussi bicen lalls Inos colcs ;i ;nIiaircs agricoles que
dalls nos Ioerines-Ocoles, aNvec on sans Ia participation de 1'cl6-
mient li(que
La solution du pirob)line de la rcformne de 1'elnscignement
prinmaire,- riforie i aInquelle noussommnes lenustloil d'anord
p(uisque c'est 1pou0r nous une obliClitUlio s(Iacr(C( qued'li stlruire
Ic 1pe)ple est l'acilement et promplement raclisable.
D)e la oti)le volonte et de l'argent. I'iemp)loi do cel argeil
est si judiicieux qu'il est certain que nous ne trouverons de la
part de nos protectcurs financiers aucune difficulle.

Iio. I'ENSEIGN(EMENT SECONDAIB-:.

Le lprolblCime de l'enseilicnemenl scolnd(iri eni ne tenant
comptc que de la raison et des circonstances actuellcs est lout
ce qu'il y a de plus simple
iEn aucun p)ays de la terre (qiuel(ue rice soil-il, I'enseigne-
mein secondaire n'est gratlnit, 'i moins que je ne ni'al)use, il
I'est cln liaiti, aclucllcien I t 1'n1 des pays les plus mnisdralles
du monde.
11 y a li une situation alh -;.oluiin:il a;normale ue (Ili peIut
manquir Id ira pper les csprits clairvovyals.
La Convention haitiano-amniricaine n'avant nmiine pas cf-
flenur la question de 1'Instruclion pullique eon Iaiti, je me
trouve dans la possililitl d'adopter les riformes qui, de l'avis
du noml)rede nos distinguls conipatriotes et de mon avis pcr-
sonnel, scront les Iplus profitables i I'interet goniral. Je Ie f'e-
rai dans un esprit de conciliation qui satisfera, je l'espire, les
esprit ls les ps prcvenlus.
L'ire inouvellc qu'a crsde )pour nous I'()Occupation aninricai-
ne scra tris certainement unce orc ilorissante pour 1'Instruc-
tion publliquc. Autrefois, ciifatits prodigtles, nous dlpensions
i large mains, sans calculer, plus que nos recvenns nc nous
le permcttaient. Aujourd'hui devenus sages, nous avons ac-
cept6 l'aide de. Ellats-Unis an pioinl de vu ie o mos linaces.
Dans mes projects de relforic, je suis olblig6 de tcnir comptc
des d6penses qu'ils entraincront et les limiiter pour les fire
stirement accepted. Ccttc limitation d,: 1n1cra1 ccrt.iiniicnLent,
avcc une honne organisation, d(1 Ineilleurs resultats que la
diffusion l'aiutrefois.
Mais, medirez-vous, lagratuild ie 'enseignerient secondaire







-.- -


est inscrit'e dans notre Charte constitutionnelle ? Je ne saiiz
raise Ic contcsler, mais que d'articles de la Conliitution sont
devenus d6suets du fail mcme de I'cxistence d la Convention
ha'liano-amcricaine.
L'intervention amIricaine en lHaiti, il faut bicn qu'on Icdise,
crde dans notre pays une cre \vritablement rvolutlionnaiire.
C'est i bien consider Ics choses, la sculc revolution qt'e
nous ayons cne, nos frdquentes turl)ulenccs Indritant tout an
plus le qualificatif d'insurrectionnelles Dans les p6riodes r6vo-
lutionnaiircs que vaut le pace constitutionnel : cc que les
chefs rvolutionnalirs veulent qu'il vaille
11 est plus q(ue probable, a cause de celte revolution qui
exists dans nos finances, qu'on ne tielndra, malgr( les protes-
tations qui pourront s'dlcver, qu'un failed compete de nies r6-
formes, si- celles-ci devaient nous cntrainer financienrcIent
plus loin (lue nous nc pou vons ralisonnablemcnt aller.
La limitation de la gratnite de l'cnscignement secondaire,
tout en respectant le vwcu de la Constitution, nous pcrmet de
resoudrc e l probl&me, et 'accomplissemenl du devoir du pI)re
de famille deviendra facile, dans un avenir que nous nlous
efforcerons de rendr e le plus prochain possible pa:- l'organi-
sation du travail et 1'appel des capitaux ae notre pays.
En principle, la suppression de la gratuilt g6n6rale de l'en-
seignement secondaire me semblletoutce qu'il y a de plus juslc.
L'Etat n'est pas oblig6 de donner l'instruction sccolndaire. 11
l'avait fail jusqu'A present, c'dtait fort bicn ; il ne le )peut plus
maintenant, il le supprime. J'avais uini propri6tc superl)Ce (Iue
je vousai priete, vous en avezjoui longtemps. L s circonstain
ces exigent que je reprenne ma propriet6 (ue1 je n'Olais ):as
oblig6 de vous prIter. Qu'avez-vous Ai dire ?
Mais cn pratiqule, la diffusion de I'cnscignement secondaire
6tant une chose bonne cn soi ct partant desirable, je pcnse
qu'avcc un peI de doigtd on arrivera d.ins une misure assez
large A concilicr les interlts opposes, je ne dis pas adverses, ct
A salisfaire A un desideratiti extrcdmcmient pIalrioti(que (iii
consist i fire jaillir des prootndeurs du pLt'U li, de I'onlblr
ofi clles se perdntl, une foule d'ineilligences ignores, qui se-
ront la force et la gloire de noire pays.
En consequence de la limitalion de la gratuilt de 1'ensci-
gnement secondaire, je me trouve dans la neccssilc de sup-
primer, ids que la r/li'rlmepoIrra coIImmencer, tons les lycves
ct dcoles sccondaires de la province.
Nous ferons en cc moment un appel aux maitres te l'ensei-
gnement secondaire de la province de s'associer, d'unii leurs
efforts pour crcicr, en leurs villes respcctives, de oraies ccoles
secondaires, r6ellement dignes de cc nom, auxquelles Ic Gou-








V, 1i n1 i ll i .tI((,i'dera l11e Suil)Velioil (I F rl ,ip t al ve ses
lilt L IIS ,
E'n clianlge, ces coles prim'i, secondaires recevront till
Cert ain o1101111) e (I boirsiers d(e I'Etat.
Uin senl lvyce sera mainitlent, ceiii q((i aura pour sige la
Capital. Ccne sera pas le lyceC de Port-au- 1'rinlce, imais le
lycec d Haiti.
Ce Ivcee vrainIent national seCIrit organism de tell fat;on que
rien n'v laisserait it desircr at point de vue matlriel et au
point de vue dc la competence des prolfesse lrs Dans cc grand
Ivcde scraienl dIverses chaque ann6c iA tilre gratuit, eni aissi
grand nonbre (que p 1)-sil!e, les e1&ves (qui, i la suite d'in
coi:cours s6ricix, oni le niirite seil aura chance tde trionmplier,
auront rempli les conditions d'admissibililt.
De la sort scra etallie la gratitnil de I'enseig ;emcnt sccon-
daire, reslreinle an scul mc1l'ite, ct la gratlit de cc grand
lycce spplcera ft la lquantitl de ces 6coles.
Pour que to s les classelei Classes de la sociCtl piisscnt jouir des
avanlages (d concoursi general ct des avanlages v atellnants,
la classes la plus fibleh du lycec devra itre place immlediate-
ment an dessus ie la classes laphlls file des 6coles primaires
superieures.
Toit nc sera pas d'entrer dans cc lvcec, il faudra s'y main-
tenir ct ceux qui apres 1'cfort initial fructucux ne satisferont
pas aux conditions de maintain ]pourront dlre exclus du lycec.
Le Conscil technique dte 'lnstruclion lPubliquc 6tudiera
dans ses ioindres details 'organisation (d I'ltablissemenit et
nous rcnscignera sur nominre de questionss qu'il seraii superfll
d'alborder aijolird'hii,eiitre autrcs cellc de savoirsi les 616ves
Ipaanlts I)OUIrront cnltrer ct reslcr an lycec comni1e bon leur
semble en n'ob6issant qu'(A la loi des exaimens de passage.
Plus lard, lorsque nos cloves sclcclio!ul;s ainrolnt atteint la
premiere, il v aura lieu (d'enencr an Ivyce d'llaiti uine section
noormale prilnaire, 1no10rale letre s ct normlIal sciences, oil
scront forms ns nos flulurs pirofesseuCls nalionaux secondaires
de lettres et de sciences et nos ftiurs professeuirs ld'colcs pri-
maires.
Ilo. ENSEIGNIMENT SPri'lmUIEi'

L'enseignement siuperieur n'a pas plus droil i la gratuitlc qcue
1'enseignement secondaire. 11 a autatil droit q(cl cclui-ci iA la
sollicitude de l'Etat. II cst Ai espIrcr lque l'Etat Irouvera, ses
finances reorganisees,(ds Inoyens suflisalnts pour entretenir ses
6coles supirieures oil ne devront 6trc adimis que des 6elves
capable riellenicnt de prolilcr de cct cnscignemIcnt. Nous
avons ddji en mains les moyens qui nous permettront d'at-


- 34 -






- _5 -


leindre cc but, moyens qui jusqu'a present n'ont jamais ild
applilqu s.
Telles sont Ics irformes (q'on devrail poUvoirapporlerdans
les diffTrents degrI(s d niotre esecigineient.
J'aimerais, Monsieur Ic ~Prsidenti, pouvoir convertir le corps
de nos professeurs halieins en ulne grande famille oil chacun
contribueirit at bien-6tre d& tous oil tons s'intdresseraient au
sort de chacun.
Les iprofesseurs Mtrangers don't le scjour dans notre pays
n'a qu'une dul're limited, Ics pr tress ct les fr'res qui sont sou-
inis A des rIgles speciales, les professeurs haltiens des 6colcs
libres qui lie relevent pas de nous financierement seront for-
cement exclus du project que j'envisage, mnais ces derniers
pourront, si bon leur semble, suivre l'exemple association
que leur donneront -- nimme contracts --- Ics inmebres du
Corps enscignant national.
II y a peu d'anndes, nul ne prenait souci du Corps ensei-
-gnant Grace aux efforts dignes d'dloges d'un de nos tr&s dis-
lingues compatriots, Mr. Tertulien Guilband, tine loi a et6
volc qui assure ai nos instituteurs unei retraite et du pain sec
)pour leurs vieux jours.
Le project que j'aurai l'honneur de vous soumcttre et qui est
en ce moment ti l'dtude assurera aux professeurs leur retraite
aprcs un nombre d'annCes moins grand, les assistera dans
leurs maladies, dans les malheuis qui pourront les frapper,
leur permettra de secourir les leurs en cas de d6sastre im-
prevu, les mettra it mlme, lorsque sonnera l'leure de la ire-
traite, d'entreprendre quelque travail 16ger en rapport avec
leur Age et leurs forces, travail qui contribuera ia augienter
leur bien-Otre, A leur assurer I'(area mediocriits du poete ct
A prolonger jusqu't la tombe sans aucun djbours pour Ic pays
le bonheur de ces bons et devoucs serviteurs de I'Etat, dc ces
maitres v6nedris qui auront mirite pour toute une vie d'abne-
gation notre amour, notre respect, notre admiration.
Veuillez agreer, Monsieur le President, I'lhonmage de mon
profound i (',pc I et de m1on enter dtvonement.
Dr. L:ON AUD)AIN,
Ministre de I'Instruction Publique.










N.- ;


)DAHTIGUEiNAVE :
I'lESIhEN'T DE LA IllEI'UIL)QUE

A Monsieur le Docteur LEON AUDAIN,
Secredaire d'Elal de I'lnstruclion publiqie.

Monsieur le Secretaire d'Elat,

J'ai lu avec un vif interCI la Iettre qu'A la date du 9 F6vrier.
courant vous avez bien voulu m'adresser pour ime fire I'ex-
pos6 des grades lines du programme de rforines et d'aiiic-
lioralions q(ue vous comptez appliquer dans notre systime
d'enseignement )public, en vuc d'y realiscr'tout Ic bien-possi-
ble, nccssaire et a(dquat Ai l'oricntation nouvelle inmprimnic
a pays.
Les graves questions que vous y agitez m'ont fourni Ilic'u-
reuse occasion de constater votre noble et profound souci -de
r-)6andre l'instruction, d'une facon rationnelle et fructueuse,
dans toutes nos couches sociales. Je vous en felicite vivement
Aussi, m'est-il agrmable de dire qu'en portant mon choix sur
votre personnalit6 pour g6rer celte branch de toute prenmirre
importance de 1'Administration publique, je ime suis assiur
une collaboration don't la competence est un gage precicux
pour le triomplhe dce I'ruvrc de renovation national (lue j'en-
lends p)oursuivre sans relache.
D)ites-vous d'ores et d(16'i que les dilfcirents projects (qi'il votus
plaira de soumetlre aux dleil)6crations du Conscil des Secre-
taires d'Etat ne nanqueront pas d'etre l'obict de ma plus
scrupui)leuse attention
En attendant, agrexz, Monsieur le Secri6aire d'Etat, I'assu-
rance de ma consideration dislinguec.


DARTIGUENAVE.


I'ort-an-Prince, h1 I V FBvrier 1l'16.






- 37 -


SECRIETAlEIRIE D'ETAT DE L'INTElRIEUR


COMMUNIQUE

Il a .aru s .dan s l Iquotidicns un avis du. Comilt Ipermanent
du S6nat conviant les membres du Corps LUgislalif i se rduiir
h la Capitale le premier lundi d'Avril, < ein raison des lmuiilliples
Des )D6putis et des Sinateurs s'6tant adress6s an Goiuverne-
mennt pour savoir s'il a sugge6r on mme pr)Ialablclement connii
un pareil api)l qu1i n'est pas dans les conditions pr6vues aux
'articles 56 et 64 de la Constitution ofi sc trouve l'unique motif
pour lequel le Comilt permanent a le droit de convocation,
Ic Gouvernement se crcit le devoir de d6clarer que cet actc
est un acte personnel au Comitd permanent dli Snat ct t son
president et que I'article 62 en distant: ((Le Corps Legislali/s'as-
a semble de pIcin dlroi,chaqute (annle, le premier hlndi d'Airil,
n'a certainement entendu instituer aucin organe competent
pour ha ter on retarder cette reunion.
Au surplus, le Gouvernement, soucicux uniquement de l'in-
tirt national, Mtant oblig6 par cet intIrkt d'attendre l'acheve-
ment ldu travail de la Commission Ilaitienne it Washington
pour pouvoir laborer la 16gislation nouvellc en accord avec
la Convention ct pour itre en measure de preparer tous les
actes lqui doivent fire cssentiellement lamatiairc d'une session
parlementaire, le Gouvernement declare que, du fait de ces
circonstances que tout l1 monde voit, il n'a pour son compete
ct dans sa possession actucllc, la solution d'aucune des mul-
tiples questions qui doivent arrdtcr l'attcntion du Corps L6-
gislatif.
Port-au-Prince, le 10 Mars 1916.



ARRETE

DARTIGUENAVE
PII"SIIENT DE LA BItEPI'LIQ'E

Vi les articles 29 et 37, 40 el 4 15 du Code de Commerce ;
Sur le rapport ldu Secritaire d'Etat des Finances el du Com-
merce, ct de 1'avis du Conseil des Secr6laires d'Etat,








A h llf I1. :
Article lei. La Socield anonVlme forli1nc soils la d6inomli-
nation (( L.1: CoMi'roin Fn.\iNs:.\s avant son Sigec social nil
Iliavre miie c~ Victor IIngo, N" 1.15, suivant acle signed. en celic
ville Ie 3 )eembre I)191, esl et demliure aunorisf e
Sont approves, sous la reserve de d la irolil)ilion iiinclusc en
l';rlicle 6 de li Conslitution, les status de cclle Soci6l6 les-
q ucls, ainsi que Ic (lit acle, reslcront annexes au present Ar-

Ar 2. L'autorisation accorded par 1'articlc premier ci-
lessus pourra itre rIvo(iiqee ell cas de violation on die non-
excculion des slaiuis al)lpronv6s sanls lprjuldice des do(mmuages-
int cres dtcs liners.
Art. 3. IL, SecrC~taire (dEllat des Fin ll- s ecl du (Commierce
est cliarge ic 1'ex6culion du present Arruel6 (Juii scra impriinc
cl pitublic
Donne an Palais National, a Port-au-Prince, le 21 Fevricr
1916, an 113c. dc l'lnde1)endance
DARTIGUENAVE.
Par le Prleideit :
Le Secrdtaire d'Ell des Finances el dti Commerce,
EMILE ELIE.

Mir. L. V. LANGENDONCK
.M.\NiATA.\iIE DL LA SOCIETY '
(' LE COMP'TOll0 FlA.NCAlS


I'aIr devant LIouis Etienne Edmiond Oriol ct son collogue, no-
taires IPort au-Princc, sonlssign6s,
Est compare Mr. L.6on van Langendonck, commercant,dc-
minerant n celle ville;
A\gisant an nomn et com:nm mandataire du Conseil d'Ad-
ministrationde la Soci lo anonyme Le Comploir francais,ayanti
sen si&ge au Ilfvrc ( France ) ct aant son principal clablis-
scmecnt i Port-au-Prince,aux terms dc sa procuration en date
dtl dix sept )Dcembre de I'.innCe dernicre, cnregistrce le len-
demain i Paris, sixiOmlc hbuirca, volume 684, folio 9, case 2
an droil de 3 francs soixanle q(inze centimesct dcposec pour
miniul a Monsieur Augnsic llenri Philii)ppol, notaire A Paris,
suivant son acle de depot en tale iu mnieme jour et cnregistre
ai laris, sixieme bauracau I dix liuit DIccmlric mil necuf cent






-- 39 -


q'iiizce volume 632, folio 9, c l,2 2,au droit dce trois francs soi-
xante quinze centimes, ainsi qu'il r6sulte (1'une expedition de
In dite procuration dlivrec par Ie (dit Me. Auguste Hecnri Phi-
lippot, d ilentl logalisce el enlregistrie ia Port-aul-Prilnce, le
dix nenl F vrier courant, folio -149 150 Ho. case 3300 du re-
gistre 1) No. I des acles civil, an droil de vingl cinq centi-
imes, laquelle expedition relpii 'seIntic nux nolaires soussignlls,
an et pal)r Clx a l'inlstlat rendC e an coiiiarannt qlli le recon-
nail.
Le(qlel comniparanlt Cs-qualild par ces )prsentes, dlpos6 A
Me. Edmnond Oriol, l'In dies notaires sonssignls, pour iLre
imise an rani dle ses minillutes, ulle expdditioin d'ui actc e de d6-
clarntion dle soiuscrii)tion des actions iinises coltre esp)ces
de la Soci6tc ainonyine Le Comploir f/ancais ct (ld verseellnt
(lI (qilIrt (d mon1111tt de ces actions (dressI par Ie dit Mr. Au-
guste Henri Phliililppo, Ic s;x I)ceillbre muil neilifccnt quillze,
ci register i l iaris, sixi6me bunreaul, le dix l)cel.lre mil ineuf
cent ([inze, volume 683, folio 108, case 15, an droit de trois
francs soixalle e (lize centimes.
Eln consi(Iuelnce I'cxpicditionl sus-mnen tionneec, d(lilent li;g-
lisic ct lnire istrc in PIorl-au-l Prinlce, Ie villl trois Fi vrier
courant, folio 157 '158 1o. case 33S55 (d regcistre 1). No. .1 des
acles civil. au droit de vin g cinii celitiimes, esl dclllcurcc
annncxc ai la minute des pr6scntes i tonites les lines ligales.
Au meme instant cl comparanti s-quialit na d6cliare ( tu'en
vertu de l'acle (e declaration de souscription, ct de verse-
ment sus-mentionn d(ont l'expedlition sus-p)arle vient d'tlre
annex6e au p)rsciet acte de Idlp)6t, les deux cent soixante
quinze olligaticns de mille francs chacune, 6mises pour la
constitution d(u Comploir f/'raiais ont l61 prises come suit :
les deux cent cinquanie attribuIes a Fould & Co. pour ses
apports en nature aux terms de Farticle six des Statuts dolnt
ulne expCdition nous a tdc dOposic suivant notre acle de
d61po61, en date du dix neuf Fevrier courant, enregistr6 Il
me11ie jour;
2o Seize allriluIes i M.3. LI.A'TAMni & Co. Sociile en nom
collectif, si Oge social n:1 Il vre, rucL Victor Ilugf, No 115 ;
30. Deu x i MM313 For) & C(o. Socid6t en niom collectif et
colninalndite par action, siege social A Paris, rue Faubourg
Ioissonnicre, No 30;
4o, Unc it Charles William Latham, negociann, rue F&lix
Faure, No. 45 au Ilivre ;
5o. Une ai Monsieur (Georges Artzner, emiloy dte commerce,
rue idcs Golelins 63,c I ivre ;
Go. Une aionsieur AlhlonsceAl)cert Louis Latlain, employ'
de commerce, rue de Carrieres 7, an Ili\vre ;






- 40 -


7o Unic a Monsieur Edouard Albert (iilg, employC de com-
imerce. rue Maric Talbolt 16, Sainte. Adresse';
80 UnLe A Monsieur Andlr- Jules Eigenie Fould, I rgocianl,
Qnuai I)ebelly 26, ih Paris;
1). (Tlne aI Monsieuir Mix' Gelling, n1g )ciant, rue de Lisbonne
30. Paris ;
El 1Io. Une A Monsieur HI enri Rhein, employee de commer-
ce, Place d'lena I, Par's, ct qu'en outre, Ie Conscil d'admi-
nislratioll du (lit Comptoir Franllais est coinIpose coinmc suit
)pour ulne p6riode de six ais :

Charles Illhamin, Andl-l Fould, Gorg s Artzner ct lHenri
Iliciin.
Donl acle
Fail et pass i Port-a::-Prince, en I'(lude, cc vingt trois Fe-
vrier mIil nucf cent seize.
Et april's iccture, le comparant a sign avec les notaires
(Sign6) L V Langendonck, Ciirles Millery et Ed. Oriol.
nilaires, cc dernlier dcp)osiairc de l a minute ensuite de la-
(l:ielle est 6crit: enregistr i PIorl-a il-Prince, Ie 'vi-.n trois f&-
vrier mil inef cent seize, folio -1571158 Vo Case 3351 du Re-
gistre 1) N ) I (I:s a'teis civil. I'eru1 : Droit fixe vingt cinq
centimes. I'our le Directeur priincipal (dc I'enregistrement, si-
g ": Ril Argilagos, Vi : par autorisation du Controleur.
(Signi) Ci'nu:s SAURIEL.
lire. Ex)pdition. Collationn6
(Signe ) En. ORIOL.

Suit la teneur de l'acle de si iscripti)n ct dc versemcnt.

Pardevant Me. Auguste lenri Phili)ppot, notaire i Paris
soussignA (( commis par.jugeient (e la (:l aml)re du Conscil
, d1 la S-inac :i date du 12 Aoiit miil neui cent (iuatorze. pouir
( sIu'))lcr en veCrt dI la loi (dI cinq dli mi11m mis Me. VEmile
SIt ilii, son colligne, anssi notaire a Paris, appeld sous les
a dirip)ea ix par suite Id mobilisation g6nrale
A compare :
[M vuiceir HUIcnri Il hi-in, employ de ccoimmerce, d(lencuran
a Paris, Place (d'Ina, No. 1.
L.elpil al)prs avoir expose (qu'aux tenirs ('iin acle sons
siliialtir's riv es, cn d(late I'Paris, din Irois l)c'emnl)'e il
jic"l" cenit (uliinze, il avail laIbli les S!atits ('liile Sociole alio-






- 41 -


nyme al Capital de deux cent soixante quiinze mille francs,
qii'il sOc prop)osail de consitluer sons la dn1011omination V Le
Comptoir franqais ) et don't le siige doilt ele 6tabli au lIli-
vre,'uec Victor Ilugo, No. 1 15
Que 1e Capital de celte So.ri6tc, fix6 rolmmie oln ivielnt de le
dire a ldeux cent soixalte (iniizc miille francs, a W0t dirvis en
deux cent soixante (uilnze actions de mille fra ncs cliacnne
don't dceux cent cinqllante attrilles en repr(sentalio d'ap-
ports en nature et viIgt cinq a ilmettre conitre espcccs et Af
libircr du quart, lors de la souscription;
A part ces lprsences declared
Que les vingt cinq actions de nmille franrs chaclune repre-
senlant la partie'emise contre espkccs d(I C(a;iital social de la
SoJi0t(3 Le Comptoir franluais )) onl 0t inti(gralemlcntl sons-
critcs par diverses personnes ct socicts ;s
El (ue clha(que souscripteur a verso en nrmraire u ne som-
ne de deux cent cinquante francs par chaqelie action, sous-
ciite &gale au quart d( Capital de chacune d'clle, cc qu(i a
fait un Capital disponil!e de Six mille deux cent cinquanile
fra ncs.
Le comparant ajoute qu'il fail celte declarationn de'souscrip-
Eton du Capital des actions C6mises colIlre espces pour se
conformer aux prescriptions des lois sur les Sociolcs actnellc-
ment en vigueur.
A I'appui de cetle declaration le comparant a re)prcscnt6 aln
notaire sonssigne, line liste con tenant les in3ms,)pr(noms, (qn-
lit6 et domicile des sonscrii)teulrs, F'indication du nombl)re d'ac-
tions souscrites et I'c6lit des versemcents opiircs par cliacull
d'cux, laquelle listed tdrei3se el ceritifice veritable pIar le com-
parant est demeiuric ci annexOe aI)rcs avoir 6(16 sign(ie nc va-
rietur par lui et revOtue plar le notaire sonssignc d'l ::e men-
tion constatant le lout
Conformnment h la loi du vingt qualre Juillct mil hit cent
soixanle sept, I'un des originaux de l'acle sus 0none6 co:!te-
nant les Statuls de la SociCtl est dcnlemleui ci-annlll(x alpres
mention et sera enregistr6 en mlime temps (Iue les pr(senles.
Don't acte:
Fail ce passe ai Paris, rue de la Chaussce d'Antin, Numnro
60, en l'6tude de Me. IR:lin, notaire slpplilc.
I'an mil neuf cent quinze,
Ic six Dccemhre,
El le comparant a signed avr Icl n')taire, les prI sc':ites q(li
scront I)ortccs anu repertoire de i e 11e ,fin, notlaire suipli[)|C ct
resteront ani rang des miiints de cc dernier.
( Suivent les signialtres)







- 42 -


Ensuite est 6crit :
a Enregistri6 A Paris, siximne bureau, le dix Deccmlrc mil
< neuf cent quinze,Volume 683 folio 102, Case 15, RIcu: Trois
c francs d6cimes soixanic quinze cenlimes.))
(SignO) BRUGAIO.
Suit la teneir de la lisle de souscription de vingl cinq ac-
tions de mille francs chacune, emises conlre espcces de la
Socid61 anonyme dile <( Le Conp)loir Frany'ais )) en voice de
formation, don't le si&gie doil dire an Il lvre, rue Viclor Hugo,
No. 145.
El elat des versements opdr6s par les sousciipleurs :


n No1ms, PI',KNOMS, QITAITIS ET DOMI- F ,-

( CILES DES SOUSCIHlPTI'IIS
( ,- -"

t'o Messieuirs l.atliani cl (iCompagnliC,
Soci6616 cii ilO colleclif, si('ig si-
cial an l;ivre, ir e Victor 11igo,
Niiium o 145, ci .................... 10 10.000 4.000
2o Messieurs Fould el Co (inpainie,
Socid0l en noii colleclif ce coin-
ianditi par action, sic'ge social il
Paris, rue du Faubourlg I'oisson-
nii re, No. 30, ci ........... 2 2.000 500
30 Monsieur Charles William La-
Ihain, iingocianl, rue Fdlix Faiurie,
45, anll lhire cl .. ... ........ 1 '1.000 250
4o Monsieur Georges Arlneri, cin-
plsoyh 'e commerce, rie tdes Gole-
lins, 63, le l vre ci ..... 1 1.000 250
5o Monsieur Alphonse Albert Louis
l.a;lli nl;,.ii "loM de comi n ierce, rIlie
des (arri''ilres 7, an1 Ilia'vre ci 1 1.000 250
6o Monsieur 'Floinarid Alberi il' ,
oiiilploy le colllilt e, rile Maline
Tallol 10, Sainile Adicsse ci 1 1.. i.i 250
0o M3onsieur Ailre l J.iles E'mii ie
Fould, ll-gocianll, Q ali I)elellev
Paris ci ........ I 1.000 250
80 MIonsieuri Max (Gellirng, nii 'ociant,
rue de ILishoiine 30, IParis, ci 1 1.000 2.50
.)o Monsieur llenri I'hein, emplolyl
de coirim erce, Place 161a '1, i
Paris, ci ... ..... ........... 1 1.000 250
Tolal des actions sonscriles
vindl-cinq 25
Montant des actions souscriles
inllgt cinq niille fralics 25.000
Monlant des versemenls ell'eclurds
Six mille deux cent cinquainte '1 ... 6.250






- 43


Dressed et ccrlifid sincere c ve\'ritable par Monsieur Ilenri
Rhein, employ de commerce, decelurantla Paris, Place d Idna,
No. 1, fondaleur soussign6 tic la Sociot6 anonymne dite Le
Coniploir Fran'ais. >
lParis, le six Dlcembre mlil Ine1u cent quiinz.
(Signi 6 :) IlENis 1111EIN.

Signed ne varietur lipar Mansic'r llenri PI'lei:i, soussign6, el
aninexe i la miinnie de la declaration de souscription et tce
verscment 'reu par lc nolaire At Pa is, aussi soussigne, le six
)ccmbre inil neuf cent quinze.
(Stivent eIs signaturess)
En marge est erit ;
Enregistrh *' Paris, sixiCme bureau, le dix D)iccnbic mil
neuf cent quinze, volume G83, folio 108, case 15, rccu trois
francs d6cimes, soixanue quinze centimes.
Sighnd : BnroARo.
Ensuite est dcril:
Simon Auteroche: Vuii ar nou i juge p or la legalisation de
la signature de Me. Philippot, notaire Ai Iaris, pour empclich-
mcnt de Mr lc PrIsident du1 Tribunal civil de 1cre. instance de la
Seine, Paris, lc 21 Ddccmbre 1915, Signl : StIoN ArI:'TEOCml:.
Vu pour la 16galisation de la signature te M Simon Ante-
roche nlpposde ci-contre, Paris, le 22 )ccmbre 1915 Par de-
l6gation du garden des Sccaux, Ministre de la Justice. Le soun-
chcf tie bureau, Signd: BUiossAin
Le Ministre des Affaires Etralngeres certific v6rita.le la si-
gnature de M. Brossard. Paris, le 17 l)cc mbre 1915. Pour
lc Ministre. Pour le clicf de bureau, (Signd) Scnl:xn.
Vu au Consulat G6ndral ( llaiti fi Paris pour ligalisation
de la signature de Monsieur Schneid, apposce ci-tdessus.
Paris, Ic 23 I)dccmlrre 1915.
Le Consul GOndral d'a'ilti, (Sign6) : I). 1)i.oA rn.
Enregistr6 ai Port-au-Prince, le vingt-trois Fevrier mil neuf
cent seize, folio 457/468. Ro. Case 3355 dtln Iegistrc 1). No. 4
des actes civils. Icrcu :
Droit fixe vingl-cinq centimes.
Pour le Directeurde 'Enregistrcneni, (Signe): I AnIcmIAS.
Vu : Par autorisation (du C'onittrolc r (Sign0i ) : CYRI' SAI'I: ...
I'our copic conforiiic :
(Signe) : F). O!IOL,









ACTE CONSTITUTIF

DE LA SOCIETY < LE COMPTOIR FRANCAIS;i


Patrdevant LorIs E, IIi VI. EDMlOND OnIOl et son collgue,
notaires a Port-au-Pri nce, soussignes,
Est compare Monsicur oLdon Van Langendonck deneiurant
en cette villc,
Agissant au non et c omme mandatair (Idu Conscil d'Admi-
nistration du ( Comptoir Fran nais )) socidt6 anonyinc ayant
son si&ge an HaIvre, ( France ) anux terms de sa procuration
en date (du dix-sept l)cembre de I'ainnce dernicre, enregistrce
at Paris, sixime bureau, Ic dix-huit D)eemlbre mil netif celt
quinze vo.umc in81, folio 9, case 2, an droit deC Trois francs soi-
xante quinze centimes .t d6pos6e pour niiitle 'i M1e AUGUSTE
llExNi IPtII.IIPPOT, notaire a PaHris. sUlivant Soi actc it e dc p6tt
date d( nm'ime jour etl enrcgistrd iA Paris, siximnc Bureau le
dix huiit D)ceml)rc mil neuf cent quinze, volume 682, folio 9,
case 2,au droit de Trois francs soixante quinze centimes ainsi
qu'il rdsulte d'une expedition de la dite procuration delivrde
par Ic (lit MIe AUGUSTE 1 INIi1 PHIIIPPOT, .dimlentIl(galisec et
enr-egistrde A Port-au-Prince lc dix-nenf Fevrief courant folio
41'9'150 Ro case 3300, an Registre I), No. 4 des actes civils au
droit de vingt-cinq centimes, laquellc expeditilion representlc
aux notaires soussignes a Oet par cux ai 'fistant rendue an
conl)parant qui Ic reconnait.
Lequel comparant &s-qualit a (lddpose it M. ED.MONxD OnIOL,
'iun des notaires soussignes, pour Otre nmise an rang de ses
minutes, Line expdditinll ddlivrec par le. dme" Me AUGUSTE
IIENRI IHILIPI'OT, (hdn acted so0ls signatures )privtcs conlenant
les Statuts de la dite Socict6 ( Le Comptoir Fr'ancais ) en date
du trois l)6cem)bre mil neuf cent .quinze, cIIegistrc6 a Paris,
C6 Bulreau le 10 Ddceim',re mil neuf cent qiuinze, volume 683,
folio 102, case 15, au droit do tr is francs soixante quinze cen-
times et demeure annex fa un acte recu par (c dit AlM Auguste
Hlenri Philippot le 6 IDcembre 1915, contenant la d(clara-
tion de souscription des actions emises centre espcces de
la Socitcd ( Le Com)ptoir Franqais )) et Ic versement du
quart dui montant de ces actions, et cnregistlr6 a Paris, sixi6me
Bureau, le dix D)ceimbre mil-neuf cent quinze, volume 683,
tolio 102, case 15.
Enl consequence, 1'expidition sus-meintion.ic, d(iment liga-
ise ct enregiistrec it I'ort-au-Prince le dix-ncuf F6vrier pmiu






4 -

neuf cent seize folio -1.49 150 Ro. case 3301. du registry I), No. 4
des acets civil. n droit de vingt cinq centimes, est demeCurce
annexee A laI minute des pr6scntes A tonics les fins I'gales.
Au mcme instant, Ic comliarant cs-qualilc a diclar qcue le
principal cabiilissemen de la Societi6 ((e omploir Francais)
se trove cin ccttc ville de IPoil-au-Prince avce fac iul d'cla-
bIlir des succursales danls les anires villes d(u Pavs
DONT ACTE
Fait et pass i Port-an- prince, en 1'tiude, cc dix-neuf Fi-
vrier mil neuf cent seize.
Et, apris lecture, le comparant cs-qlualitc a signed avec les
nolaires. (Sign6) LI. V. Langendonck, (Charles lillery et Ed.
Oriol, notaires, cc dernier d(Iciositaire, de la minute en suite
de llcquelle est 6crit : enregistr6 i I ort-a -Plrince le dix-nenli
Fdvrier mil neuf cent seize folio 44-01150, Ro. case 3999,du Re-
gistre ) -No.. 4 des acts civils, Iercu : Droit fixe vingt cinq
centimes. I'our le Dirccleur principal de l'cnregistremeint (si-
gne) 1R Argilagos : Vu: Par antorisalion du controlc6ur signede)
Cyrus Saurel.
S Collationnm
(Sign6) En. OI{IOIL

A la minute d'un actee rec le six )ccembrie mil nef cent
quinze par M" Ar .;tsr : IIENRI PIILIPPO'r, notairC i PIaris, sous-
signe.
Comme par jugenent de la Chambre du Conscil du Tri-
< banal Civil de Ia S in ea d it d da:lz \oloit mil neuf cent
a quatorze, pour sppleer en vertn de la Loi dl cinq du minme
( m )is-. M' EULllE, R.FIN,. son c)llegue, anIusi nolaire ~i Paris,
( appeal sons le drapleaI x par suite d( mnobilisation gZn'.rale
t Et contenant la declarations de souscription des actions
& dmises contre espkces de la SociWtd. (( L.e Co Iproin FI.AN..:IS
ct tie versement dul quart du moLntant de ces actions et lpor-
a tant la mention suivante:
< Enregistr6 a Paris, siximnic bureau, le dix )ccembre mil
t neiif cent quinze, volume 683, folio 108, ease 15
i IRecu' trois francs (d6cimes soixante q(linize centimes.

(Signd) BIRUGARO.

Est d(meurnii annexed Fun des origilnaux portan't cette men-
tion : Enregislrc at Paris, sixiime Bureau le 10 I)eembre Ilil
neuf cent quinze volume 683, folio 102, case 15. Recu trois
francs d6cimes soixante-quinze centimes,sign6 Brugaro dte l'acte








so.i.- i. itt ,' priv .es c )le;I:nit le :; status d nla dite Soci6t6
et dolnt la telncur little rale suil :
Le solssigle, Monsieur l 1 1:S1N II l-:IN, Cemploye de commerce,
Place d'lInena, No 1, a 1 labli de la maniierc suivalnte les statl.ts
de l:I S ).ii(l anon iyme lqu'il a l'inlten; ion de constituer



STATUTS


TITRE IPIEMIER.

Fi- l.\l.TION. OIJET. II:\.MINATION SilGE. --- DUII:.

Art. ler. -Il est form. ecitre les propri6tair(s ties actions qui
scront ci-apris cri-es ct de cells qui pourront I'tre ulltricure-
ment une SocidtW anonyme qui scra regic par les dispositions
des lois en vigueur et par les presents status
Art 2. -- La Soci 6t a pour objet la creation et l'exploila-
tion a Haiti d'ln ou de plusicurs comptoirs pour l'achat et
l'exportation des caf6, colon, cacao ct toules autres denr6cs
provenant du sol hailien ;
L'exploitation d'(tablisscments servant a l'acha t et la
preparation de ces denries l'importation ct la vente de co-
tonnades, provisions alimentaires et tons autrcs articles pou-
vant convenir it la consonimation haitienne;
La commission des marchandises el gc6nralcment toutes
affairs commercials, tontes operations de banquet, telles quc
acliats ct venues de traits, chl ques, elc;
L'achat, la vente, I'echange, la location avec on sans pro-
messe de vente de tous immenubles, au micux des besoins et
int6r6ts de la SociWte;
Et g6n&ralement toutes autres operations financieres, com-
merciales et industrielles, mobiliires n'ayant pas un caractire
de speculation.
La SocidL6 pourra rcaliser son objet de Loules les maniercs
ct suivant totes les modalitis qui paraitront approprides,
sans aucune restriction, notamment en favorisant les fusions
de diverse societes on cntreprises particulieres. soil par voie
d'annexion ai la prIsecnte Soeiet&, soil par voice d'alliance par
tout attre m\oven.
Art. 3. La Societd prend la dinlomination de A( CoI TroIR
FRANA IS. )





- 47 -


Art. 4. Le Sitage de Il Soci M e3t lixe aIn H:vre', iue
Victor Hugo, No. 1 13
II pourra itre trainsfl r, dalls tout autr' cindroil de la nimine
ville oi dans tolut autre ville, en France, par simple decision
du Conscil d'adminislratioll
Art. 5. La durc e la Soci616 est lixie it vingt cinq ans
Si partir du jour de sa constitution ddlinitive, sauf le cas de
prorogation oi de dissolution anticip6e )prvue aux presents
Statlt s.
Cette durec poniii'a ele restreinte on prolonged par det
cision de l\'Assclnbl&e geni'rale extraordinaire des actionlnaires.

TITIHE II
CAPITAL SOCIAL ACTION-Al'P011T.

Art. 6. Le Capital social est fix6 fi deux cent soixante
quinze nille francs (275.00( fs. ) divises en deux cent soi-
xante quinze actions de mille francs chacunc.
)Deux cenl t ci inquante de ces actions en iicremenl lildrlces
scront 'attrilbues en representations des a)pports en nature
qui vont itre fails ci-apres et porteront les nuiiros uni deux
cent cinquante inclus.
El les vingt cinq actions desurplus seront souscrites et pava-
bles en especes et porteront les nunicros deux cent cinquante
et u1n a deux cent soixante quinze.
Les actions souscrites en espices seront privilgi es quant
ai la repartition des blndfices ainsi q('il sera indiquI sous les
articles vingl Ct vingt quatre ci-apres

Apporls.

Monsieur ANDIU': JULES EcGf:-NEI FOULD, soussign6, nigociant,
denmeurant a Paris, Quai Lebelley No. 26, A ce present el
pour cc intervenant.
Agissant au noin et coinmie dant in des grants avant la
signature social de la Socidt& en noin collectif el en coi-
mandite par action << Fould et Coinmpagnic au Capital de
onze millions de francs don't le si0ge est ai Paris, rue du Fau-
bouirg Poissonni're, No. 30 et don't la durce doit expircr le
trente et tn DI)ceimbre inil neuf cent trete sept ainsi qu'il
rlsulle :
lo d'un acte reiu par Me. Itafin, notaire A lParis, le vingt
sept Novlenbre mnil neuf cent douze, aux lernies duquel les
lnenibres de la Socidte < Fould ct Conmpagnic )( ( ancienne-
ment Fould freres et Compagnie ) ont d(cidl In i'ransforila-






- 48 -


lion pure ct simple de Ia dile Socilde en Socici1 en nom col-
lerliftel commanidite ])ar action et olt 'labli les Slatul s (qli
ri~irnaicint la Socie66 ainsi Iransfi')rmec a coinmptr (I premier
.lanvier mil neufl cenl treize;
20. El du proces-verbal de la dl!ibdration prise par 1'As-
Smiile, (.f gInu ale ties actionnaires dic i dile Soci el( recu en
miiteil par Me. lialin, sus-nomm6, le dix Janvier mil ineuf cent
treize, et qui a rendu cette tlransformation delinitive
Le tout lpubliO conformiment i la loi, ainsi que le consta-
tent les pieces d6posecs au rang des minutes du dit Mle alifi
suivant acte re~iu parlui Ie trois Mars mil neuf cent treize.
DIclarc (qu la (dite Socie6l fail apport a la Sociele en foir-
mation de:
le D'un fond industrial et commercial d'usinage, dte pri-
pa'ration, manipulation, achat et vente de toulcs les dellnrcs
provenant d( sol haitien ct notamment des cars eldes colons
exploilCs en Haiti comprenant :
lo. La clientele on achalandage.
2o. Le materiel, mobilicr industrial et commercial, machi-
ncs et pieces de rechange, servant A son exploitation.
Et d'une 'faon g6n6rale tout ce qui appartient aux usines A
l'exception toutcfois d'un sdchoir A caf6 qui bicen que devant
se trouver encore dans 1'usine ci-apres d6sign6c du Carn-
four n'est pas comprise dansle present apport.
Ainsi que le tout existera et sc comportera an jour de 1'en-
tric en jouissance ci-apres fixee.
-La Socidt6Fotlld et Compagnic extend se rscerver ct par
consekquent exclure du present al)lort outre le s6choir don't
il cst parle ci-dessis les stochs de caf!'s les fonds en caisse ct
les creanccs pouvant exister andit jour de I'entrec en jouiL-
sance.
Monsieur Fould declare qunc l'Ctablissement ci-dessus ap-
portc n'est greve d'aucun privilege ni d'aucun nantissement.
11 ent dcux usines pour la prIlparationl di cafe, sises ai Haiti.
lo. La p)remiere dile ( IUSINE In) CAIIIIEFOUR )) dIans le d(-
parlement (Iu Sud-Onust, lieu dit (( LES TiOIS RIGOLES D an
board de la Rivi&re Froide, comprelnant :
Sept b1Atiments don't quatre pour les usines propremenltdites
et trois pour l'habitation du personnel avec vingt six glacis
pour le secliage du ca'e.
Diverscs pieces dc tcrre en partic cullivecs ct en partic
incultes.
ILetout d'linc contenance, t'alrs la measure eln usage a Haiti
de soixante dix sept carreaux cent luatre vingt quinzemillmes.
26me. La second dite 'UsINE i-:. FAR\ il\anl dans le mime dd-
parllemnt, lieu dit.( FAUCIIE )) c)nmprenant six baitimcnis don't







- 49 -


quatre pour les usines et deux pour I'habitation du personnel
clt itrntre c'nlq glcis pour le sichagc du caf6.
Le lout d lie contenance d'envilro huit carrcaux.
;'&'me. Lcs terres d( Moriset sises au miemc d(partement
(l;ins les 1:humlteurs de la liiviere-'roide, Section de Taifer, en
cclte coimmune11c, a luiit kilometres environ de l'Usine de Car-
ref'ur. lineie contenalce de quarante ct un carreaux un quart
env'iron dont iune parlic en culture caf6i&re.
liIec. El un tlrrain sis m0me department lieu dit (( Petite
Iiviire )) (dc Nippes, d'unc contnancce d'environ un quart lde
carrea. .
Tels que les dits inimeubles sc poursuiventet se comportent
avec toites leurs aisanccs et dcpendances sans aucune excep-
tion ni reserve.
Observation faite qu'nn procis cst actucllement pendant
entire la Socidt6 Fould et Compagnie d'une part et Monsieur
constantt Vicux, Industriel, dcmeuriant A Port-au-Prince, pro-
p1ri6tairc d'immeul)les, confrontant les d6pendances de i'Usinc,
'auiilre )artt. au sujet d'unc prise d'eanu don't Monsieur Vicux
a i it us:ige ilndl(nmelt an dire (lC la Sociit6 Fould et Compagnic.

Sr I'oriigine de propridil d(u fonds el des iminiebles.

Monsieur Fould clarete que les origins de proprict6 du
fonds et des immeubles compris dans l'apport sus-6nonc6
sont rguiliers et il oblige la Socit66 Fould et Cic' remcttre Ai
la socicti en formation les lilres 6lablissant ces origins.
11 ol)!igc egalement la Socitt6 Fould et Compagnie i donner
tout coiicours n6ccssaire plour la transmission an pointdc vue
de la possession des immeubles ci-dcssus apportls.

Enltre en jouissance.

La Soci6( en formation sera propriltaire des biens et droits
apportis t computer du jour de sa constitution definitive et
clle en aura laj.ouissance a computer du iiime jour.

Charges el Conditions.

Le present app)ort cst fail franc et quite de tout passif de
la Society FIould et Compagnic relatif aux fonds et iimmcubles
y apportls, cc passif, s'il cn existait, devant rester At la charge
pcrsonnelle de la Societ6 Fould ct Compagnic; il est fait sous
les garanties ordinaires et de droit et en outre il a lieu aux
charges ct conditions suivantes :








La Societe eln form:ationl prenldra le folnds et los illillli'lp.-
ai elC jOppoi ls dlais I'elat on I loul se troiverai ni jonur de
I ntlr'e elln jouissallnc ci-d(esstIs lix(, sinls ancui e g:aralti de
la parl de la Sociele apporleuse poulr raison de 1',tal dni ma-
tiriel et des oAjets mobiliers d route to nature en ce qui con-
cerne le fInds on plusn c cc qu (ii conceCrne les iimmn bles,
(jie, I)poir raison soil dte ittoyennele onl 110 non mllitoyenncleli des
inurs separatlifs d'a'ec les voisins, soil de (1aiut d'alignement
on d(u plus oin d( moins ])oiin 6a des I itiments et murs de
cldture on des vices de constrictions (lui pciuvent les allecter
soil d'etrculr danls la designation et la contelance ci-dessus
expriin'e, la dilrf'recce en )plus on en inoin s excidant-clle 111
vingliienc devant 'laire le profit on la peIle de !a Socitd eCn
formation.
'llc soufl'riri les servitudes passives apparenles on occultes,
,nttinues oi discontinues quiii ipeuvent grever les inttiitnetlles
a 1)l)orltis saif i' s'en d(6endldrc el Ai proliler de collcs active,
s'il on exisle le lout it scs risques et perils, sans recoirs coi:-
Ire Ia Socicl6 app)ortiese et sans (li1 la pr1senste clause pltisse
donner ai qui qe cc soil plus de droils qu'il n'en, aurait en
vertu de titles ri' giliers non lprescrits, ou e verlti de la Loi
collme aussi sans qu'elle puisse niire aux droits risultant
en fav\ne de la Soci6lt dei toules lois cn viguci1r dans la lie1u-
blique d'( laiti.
A ceel guard Monsieuri Andre Fould declare an nom d(e la
Sociolt Fould ct (eCoin)agnic q(u't la conlaissancc de cette
Societc les inminlciles ap)porlts ie sont grev6s d'aucunc ser-
viitude et que perso'nncllemenl clle n'cn a contfr6 anucune.
Sous rscerve de cc qui est indiqut plus hait reclativement
Ai la solution du litigc sus-6nonce )pendant cntre la Soci6tC
F'ould et Compagnie ct Monsicur Vieux.
A cc sujet il est forinmllement stipul qu(e la Societ6 en for-
miation scra sIubrogec par Ic soul f1ail de sa constitution d1-
linitivc ldans tous les droils ct actions de la Sociele Fould et
Companies, relatifs an dit litige et qu'cllc fera son afll'ire per-
sonncllc de la continuation on de I'alandon du dit p)roces
don't le gain scra ia son avan age exclusif de mIllmei ql'eni cas
de pertc elle en supporterait seule les consequences ct les frais,
le tout de manIlrc qe cue la Soci6t apporicuse ne ptisse ja-
mais tire inqui3lec ni recherclice I cet 6gard.
Elle acquiltera a compiler idu jour lixe poulr sen entric en
jouissance les implts et taxes de touted nature auxquels peu-
vent et pourrontc l 6tre sonmiis Ic fonds et les immeunlles ap-
porl('s.
IElle continucra i computer Ic mten c jour, toutes polices d'as-
surances contlre 'incendie, les accidents ct ls risqucs de






t 1 ---


tonte nature et tons abonnements lix enux, n gaz, :i l''efec-
tricilt, aul t1l6pllllho etc ........ ...(.. i oui t piu tre fits ont c:itrac-
tis par la Soci6te apportense, relativelment au x f'onds et aux
immenubles apportos el elle en acquittera les primes el cotisa-
lions, ai computer du mnme jour

Iilerdlic/ion de se r:ltblir.

La Sociotd Fould et Comlpagnie nie Iourra exploiter un
6tabllissement industrial de la nature e cclui comprise an pr6-
sent apport on s'v intiresser directemient ou indirectemenlt :L
I aiti.
Toutefois la Soci0el Fould ct (Comipagiic se Ircserve la fa-
cullt de fa.ire Ai Haiti loites operations de lanque, d'impor-
tation et d'exportation ai commission avec on sans ouveritre
de credit rentralnt dans son olbjet spi)cial

Allriibulion el reprtsentation des app)orls.

En representation des apports ci-dessus tails, il est attribnu
"I la Soci6t1 Fould et Compagnic deux cent cinquantc
actions de mille francs cliacnne entierement libCeres de na So-
ci6tl en formation portant les num6ros un i dcex cent cin-
quante A prendre dans les deux cent soixante quinze actions
ci-dessus crWces.
Ces actions scront soumises iu routes les dispositions stain-
taires et aux p) escriptions de la loi (l premier Aofil mil lihit
cent lquatre vilgt treize
Art. 7. Le Capital pourra etre angmentV en une on pliu-
sieurs fois, par l'dmission de nouvelles actions ddlivrecssoit con-
tre espices soit contre aI))orls en nature, soit cumnlativement
centre espcces soil contre apports en nature; les nouvelles ac-
tionsainsi cries[pou vant I r re rivile g ee-. minme par rapport a ux
actions privilgices cr&6es parles )prsentsstatuts; de nimmcque
lecapital social originaire on augment& pourra etre diminuo
le tout en vertu des decisions prises par I'Assemblec generale
extraordinaire des actionnaies sr la rotionaire pr ion dll Conseil
d'Administration.
D)ans touted augmenltation de capital centre especes, un droit
de prefdrence sera reserv, aux proprietaires des actions 6mises
anterieurement, sauf, toutefois I'effet de la rIserve qui va etre
ci-apries stipule
Les delais et conditions dans lesquels devra s'exercer cc
droit de pr6f6rence seront d(lerminis par I'Assembiee qni
d(cidera l'augmentation.







52 -

C( (ld oiLt p3urria trc Stres illt o0 supLiii, i nl' ):n *iliii 'I*ll [t
o: (1elinitiveimen conceded iA d(es liers en totalitM oi en partit
plir simple docisiol d'line Asseiiiml. gn.erale extranordinaire.
L'Ass.:ill,0 gcneraile extraordin ire pout anssi sur ]la pro-
positio n (Id Conseil d'Admin isolation, d(cidler Iux cond(hiions
(-quelle d(1termiiine la reduction du capital social n1 miloyen
('un rachal d'actions,(ld'inc reduction (e leiur taux, (d'nn 6cI;ian-
ge (dc litres, d'un rembolurscment p;artiel et (de to'ite: a :itre:
manieres avec on salns soulle
Art 8. Le montant des Aclions 6mises cnlltre cspi) cs
scra payable savoir :
Un quart lors de la souscription.
El Ic surplus an furl' et i measure des appeals de fonds q ni
scront faits par le Conseil d'Administration
Ccs' appeals de fonds scront ports ai la connaissance des ac-
tionnaires par lettres rccoimmandces,adrcssccs aux actionnaires
aux domiciles indiquds par cux lors de la souscription et des
transfcrts.
A d6faut do verseienti dans les claims ci-dessus fixes l'intl-
ret court de plcin droit i` la charge de l'actionnaire en retard
sur le pied de cinq pour cent par an, a partir di jour (de
1'exigibilile, sans demlandc en justice, ni mise en ldeneuire.
Le retardatairec peul-Ctre mis en (delnurie i)pr un avis )pu-
blid dans un journal d'annonces legales du i'vre.
Cct avis indiquc Ic numn1ro d3es actions sur les lClles le
versement n'a Ias 6t6 effectue.
Faule par les retardataires (le s'acquitter dlans le 1 dli d'lin
mois a parlir du jour de F'exigibilitl, la sociMt6 aura le (droil,
sans qu'il soil besoin d( reco uir fi ;i auiicne formal l judiciairc
ni d'ajouter aux dilts dclais aucun dIlai ld distance, de faire
vendrc les actions en retard par s'imnpls lduplicata, )ar le
ministlre d'un agent de change )prs la Bourse (de Paris ou
prls la Bourse du l:i'vre, si CCs nctions sont cotles el par le
minister d'un notaire dans le cas contraire, aux rIis(clus ct
perils des retardataires, le totlt sans lprLjudice du droit que la
SociWt6 conserve (de poursuivre par les voies-ordinaires, I'ac-
tionnaire ein dCfcaut.
Cette vente pourra 6tre faite en masse ou cI dltail, soil un
mnme jour, soil it des 6poques successive, toujours sans
mise en demceure et sans aucune formalild judiciaire.
Les tires des actions ainsi vendues deviennent nuls de
plein droil ; il en est dlivr6 aux acqucrecurs de nouveaux
s m esles mnmes num1ros.
Le prix (de la vente des litres d'actions s'iinputera dans les
teClnes de tdroit, sur ce qui reslera dfi ai la Socitdl par I'ac-






- 53 -


tio nirie expropridi qi restera d6bitCur (12 I difference on
profitera (12 l'exc6djnt
Tout titre qui le porte pas mention reguliere des 'versements
exigibles cesse d'(lre negociable et Ie paiement des coupons
en sera refuse.
Les dispositions du present article seront npplicables en cas
d'angmentation (du capital social sauf toutefois en cc qui con-
ccrne le d3lai de versement, qui scrap fix6 par I'Assein!bloe ge-
nerale qui dcidler la dlite augmentation.
Tout souseripteur on actionnaire qui a cc lc son titre cesse
deux ans nprls la cession d'et re sponsable des versemenits
non encore appeals.
Art. 9. Les actions sont nominatives.
Leur conversion en litres au porteur, apr&s Icur lilh61ration
intlgrale,ne pourra avoir lieu qu'antant qu'elle scrait allorisce
par linc delibiration de l'Assembl6e g6enrale prise conforini-
ment A l'article dix sept ci-apres.
Les dividends des actions sont payables au porter.
Les litres d'actions sont extraits de registresti souches f'rnip-
pds du timbre de la Soci0t6 et revolus de la signature du pr6-
sident du Cons-il on de deux Administratells.
La cession des recepiss6s et des titres nominaltifs s'op~re
aux frais des actionnaires par simple d6claation de transfert
signee du( c6dant et du cessionnaire on de leurs mandaltaivcs
et mentionnie sur Ie Registre 1de la Socict ave c 10 visa d'un
Administratcur
La conversion des tires nominatifs en litre an porter, s'il
en est crie ct reciproquement, s'opere aux frais des actionnai-
Ies.
La Socict6 peut exiger pour les transfers et conversions
que la signature et la capacity des parties lui soient cerlifiCes
par un agent de change on un officer public
Art. 10. Chaque action de chaque categories done au
titulaire un droit piroportionnel 6gal aux autres actions de
minme nature apres Ie nombre d'actions existent dans les pro-
duits de la Socield.
Les actions privildgiees on ordinaires indistinctement don-
nent droit chacune ti une part gale du capital social.
L'action aura toujours tin caractOre imobilier, les dividen-
des sont pays an porlenr des tires.
Les droits et obligations attaches A l'act'on suivent le litre
dans quelque main qu'il passe.
La possession de faction emport e d plein droil adhllsion
aux statutes et aux decisions des Assemblnses g6enrales. La ces-
sion conmprend toujors les ivends iicnc en course d'exercice,
ainsi quc la part Oventuelle du fonds de rIserve.







S54 -

Le dices on I ,l aItr c llt:p( -i ntt.' d'un associc ne pourra
ldonnllrc lien A la dissolution de Ila soci' 6 qui conltinuera avcc
ses h riiticris ct repriscntlatls
En a nctill cas, soil p.-,i I:int la l .Irce de la Soci1cC, soil pen-
(d :lt sa liquidation, il lie pourra 0Ire requis d'apposition die
scillds stir les i)alviers ct valciirs de la Socidtl ni tdinvecnlaire
onl delat de situation )ar Icls Iieritirs o cranrso d' (liun ac-
tionll airc.
La piroprilH dtc cliaquc action est indivisible :l l'gnard de
la Sociel
Slihaqie aclionnaire n'est engage (qlue jiisqu concu Irrence d(
Inontallt de chliaq-e action ; en consitIlencce les liers ne pour-
ront excrcer Ic rs droils et poursiitei s quick sur I'acti social

TITIEF III

A l )M INI STATION

Art. 11 I S )ciSt6l esl admininstrec par tn Conscil d'Ad-
inlislralionl de rois ieimnlhres an mioins et de cinl( au plus
choisis parmi les actionnaires et nonii:ls par l'Asscmll)Ie g6
ineralc.
Les Administrateurs solt normnics pour trois ans, sauif I'cf-
fcl du recnouivellecicnl don't il va tre p:arlc.
Ils sont indeliniiellnt ri'ligil)lcs
Le plremiier Conseil sera nonminm par la second assem-
lilce constitutive dte la Societl, il rcstera en function sans re.
nonvellement peindant six :lls.
(.liaque Administraleur doil ilre Ilrolpri0taire d'ilne action
(qiii sera nominative, inali6iiable el frapp)e d'(un timbre indi-
quanlt I'inali6enalilit pe)ndianl la I d r.ii c e d ses fonlctions. (letle
action sCra dcposie dlans la caisse social et allftec t Ia garan-
tic des acts de sa gcslioll.
ILorsquce Ils fonctions des premiers Admniinstratelrs aurtonl
ccss3 le Conscil sera r'enovl\'d' i la arlir' d( celle Op')0(ic,
tde inanier ir qu Ic renoIvellement soil complete (das c1li(aqiue
p3riode de trois anls et sc fasse atssi egalcientCl que I ossi-
lble dtl'ii'Cp s Ie nlilbrt e decs AdIiniistrate ir.s.
1) ils les prelmieres applications de celte disposition Ie sort
i:lliqulera, l'orJdrc de solrtie; line Iois Ie rouleiment ltabli; Ie re-
inoi\cllemenit a lien par ancienneiie e d nonlinalion.
I',i cas (12 v'acalnces pai"r d'ccs, dcmiission oln alitrc cause
d'liun di ss mCmilllbr.lcs. C]onse(il Ip l poili'voir piroviscirem ll nt
a soin i'r iilacc lm nt juiisq 'l'i i p)rocliainl Asscmiil c cici'al
q',i proc dc- ia I'eectcionll d finitiv .








Toulefois le Conseil ne scrait lenu de pourvoiri all renila-
cement que dans le cos ofi le nomlre des Administratlurs
strait desciudui au-dessous de trois, aiiquel i as la nomination
d'un troisieme Administrateur sc-ait valablcment faite par les
menimbes restants.
L'Administrateir nomm i en remplacement d'ln aitre don't
Ie manIldat nest pas expi'r ne demieure en function quo Ie
temps restant ii courier de l'exercice de son pridcccsscur.
Si la nomination ld'uii on de plusicurs Administrateurs faite
par le Conscil n'6tail pas ratified par l'Assemhilce gendrale, les
acles accolmplis par ces \Adinllistrate urs et les dclil)crations
prises par le Conseil pendant la duric de Icur gestion n'en
scraient pas moins valalales
Le Conseil d'Administration nomme chaque annec parnmi
scs imembrcs in i)rsident
En cas d'cimpchclmentdui president, Ic Conscil dlsigne cclii
de ses memblres qui doit en remplir les fonctions.
Art. 12.- Le Conseil d'Administration se r3nnit sur la con-
vocation du president on du membre qui le replace on en-
core de deux Administrateurs, soil an Siige social, soit dans
tout autre lieu des villes du IlHivre ou de Paris, indique dans
1'avis de convocation et aussi souvcnt que l'intdr~t de la So-
cidte 1'exigc.
Pour la validity des delil)brations la presence de la moiti6
plus lun au moins des memln'es composant le Conseil est ni-
cessaire.
Les ddlilwdrations sont prises ti la majority des voix des mem-
bres presentss.
Ein cas de partage, la voix du i)iprsident est lpr)ponderatCe.
Les noins des memicbres presents au Conscil sont consigns
an proc6s-verbal de chaque reunion.
Nul ne p)eut voter par procuration dans le Conseil.
Les dcllihdrations sont constatecs par, des procis-verbaux
inscrils sur iun registry spl)cial et signs par deux au imoins
des inemnbres qui v ont piris part.
Les copies ou extrails ai produir'e en justice ou ailleurs sont
certiflis par le president du Conseil ou 1un Adtlinistratleulr.
Ainsi signs ils sont valuables pour la justification du nonm-
bre des Administrateurs en exercise ct la quality d';Adminis-
trateur risulte valableimentl vis-A-vis des tiers, de la simple
nncnciation faite dans le proces-verbal des noms des Admi-
nistratenrs lprsents et de deux non presents.
11 est inlerdil aux Administrateurs de prendre ou de con-
server tun intdrcrt direct on idircct dans lune entreprise on
un march fail avec la Socitit ou pour son compete 1 i moins
qu'il n'y soit autorise par l'Assemblde gendrale ; il esl, chaque


5
1O .-,





- 56 -


;IIItII', Iidii ai l'Assembn le g6ndcale ct miipl11c special de
l'ex6cution des marchls on entrepriscs autorisis comnle it
vicnt d'etre dit.
Les Administrateurs ne contractent I raison de leur gcstion
anucne obligation personnelle ou solitaire relativement aux
engagements de la Socitd6.
ls lie repondent que (e 1l'excution de Ieu:' mandate.
Les memlbrs du Conscil d'Administration pourront avoir
droit i des jetons de presence don't I'imporlance ecra fixre
par 1'Asscmblee g6ncrale.
Les frais de voyage effects par les Administrateurs pour
Ils besoins de la Socic l serontrembollrs6s apres que l'ordon-
i:nncement en aura 6t6 fail par le Conscil d'Administration.
Art 13. Le Conseil d'Administration est investi des poll-
voirs les plus 6tendus pour la gestion ct I'andiniislration de
la Societ1.
I1 a notamment les pouvoirs suivants, lesquels souit nomi-
natifs et non limitatifs.
II repr6sentl la Soci6td vis-it-vis des tiers et des Adminis-
trations.
II nomme et revoque tous agents, dircclcurs ct employes
de la Soicitd, fixe leurs trailements, salaires, gratifientions ct
emoluments dc toute nature, il fixe, s'il y a lieu, le cliffre de
leurs cautionnements don't il autorise la restitution quand il
Ic juge it propose.
II passe les traits et marches de toute nature et fait routes
sonumissions.
I1 touche Ics sommes dues i la Soci1d6 ct Iaye cells qu'elle
doit, il donne et recoit totes quittances ct d6clharges;
II souscrit, endosse, accept et acquitle tous effects de com-
merce; il cautionne et avalise.
II consent tous p)rel, advances et crdit ainsi que tons trans-
ports et cessions de crcances ct valeurs.
11 accepted toutes garanties et s'en d6siste.
II consent on accepted proroge et resilic tons haux on lo-
cations.
11 faith et autorise tous achats, ventes ct changes d'inimeu-
lcs pour les besoin, des operations sociales
11 prend tous engaPements quelconlque, mais pour ceux
conlraCts par voice d'ouverture de crCdit it dicotvert, nie peut
le fire pour un montant global supericur i (250.000 francs)
deux cent cinquante mille francs.
Pour tous engagements contracts par voice d'ouvertlire de
credit it dcoiivert qui. soil senls, soil ajoutils an monl:a1 nt de
e(ux d(jiit contract s, formeraieiit Uil total glolbil de p)lus de
deux cenl cinquante mille frauics, comnme aissi Jpour la coD:s-






- 57 -


tiitetio i ( t S utIs liyp, th Ia s el en gandral. de routes garan-
ties il nobilicres quelcoi n les m me pour' ttle sonlnle infe-
rieurC it deux cent cinqil1untc mille francs, la d decision du Con-
seil devra 6lic prise iA 'unanimilt d1 ses mehmbres presents
En cas de dissidence dans Ie Conseil, I'Assemblco g6nerale
devra itre convoqIe et d(cid(la en dernier resort.
Les cmprnnts sons fornic d'obli gtions lie pouriront 6tre a;u-
toriscs que par l'Assembllee gAnirale des actionnaires.
Loe (onscil d'Administration rI'gle 1'emploi des ca)itaux td
la Socield, de son fonds de reserve Ct id tLus les fonds do
]prvoyance.
II exerco routes actions judiciaires tant en denncldant qu'cn
d6fendan t.
II faith et autorise tous traits, transactions, compromise et
consent tontes mi in levdes die saisics,olp )sition-iscompromis,
inscriptions ou antres elmpechements queclconcques et se dsiste
de tous droils ct actions, le tout, avc on sans constaiaticn de
paiement
II decide routes sonscriptions ou prises d'intdr&ls dans toulte
Soci6td on participation.
I11 arrte les inventaires et les comptes qui doivent Ltre son-
mis i l'Assemblic gcnerale ct fail chaque annie, ii cetle As-
sembldle, un rapport sur le cts cts t la situation des affairs
sociales et lui soumet toutes les propositions qu'il croit tiles
II determine chaquc annic la quote-part des produ ts de la
Socidt6 q(i est misc h sa disposition jusqu'a concurrence ma-
xima de cinquante cinq pour vent produils pour 6tre em-
ployds par lui soil ant6ricuiircl ent, soil tlt6ricurement it la
riunin ration dcs c n mars quli lui sont fournis.
Enlin il statue sur tous les intdrets ct routes les operations
qui rentrent dans l'Administration de la Soci6td et don't la so-
lution n'est pas spicialement abandonn6c par les status de
l'AssemblIce g6ndrale,
Le Conscil pcut ddleguer tels do ses pouvoirs que bon lui
semble i un ou plusieurs de ses membres. Le (Conseil peut en
outre, conflrer lIs pouvoirs que bon lui semlle ai des direc-
tleus et sous-directeurs et conslit er pour mandataires spd-
ciaux tclles Ipersonnels (que 101on lu semblera pour un objet dd-
ternillnd.
II jiput autoriscr ses dlcligu6s "i consentir des sulstitulions
de pouvoirs pour des objIs j speciaux.
II r6gle 1e montant des indlemnnites fixes oil proportionnelles
ai allouer a ses mandataaIi es, ces lildeinnits seronlt porltes elC
comple des fi'ris gilenerux
La corresJpon dan ce, I'eoal:ssem nt at t 'ac(cqit des elfets ainsi
que les ( qilt inches .les solmmens dues ai la Socicdl, Ics retraits









el I(rtiii lcrts d(e rf et s, < fi I. puiblics, tlires el valcurs de loute
nature appartenanit In; Societ6, les mandats sur le trisor pu-
blic, la Illclque de France et sir tous t(ide itcurs de la Soci te,
le cesas d'aclat, de vele el dee e location de mc 11cles on ill
inculles, mains-le ves, contracts, Iraitcs, marchid et souinis-
sions et #i'i ri:inlIct tous actes po)0tant engagement de la part
de la Socitle scront signl s par deux administrators on par
un adnll istralcir d(le "gue1, enlin p r unil iandataire special

TIT{E IV
C(OMMISSA II E, ASSEM1IIBEIE GI1NIIALE

Art. 14. L'Assemble genierale nomme chaque annie in
on plusicurs coinmissaires lonijours religibles.
Les attribtions des commnssaires sont celles d(linies par
la loi (du vingt (iq atre Juillet mil huit cent soixante sept.
Ils vc rilient les inventaires et coinptes annnels et pr6sen-
tent i cc suiiet leur rapport quinize jours au moins avant la
r6iunionl de I'Assemlibl6c g6nrale ainnuellc.
Ils peuvent, en cas (d'lrgenlce, convoqcuer l'Assembll e gene-
ralc.
L'Asseml)lic g6ncrale ixe l'indemnit allouce aux commis-
saires.
En cas d'empiclhement de l'un des commissaires, cclui on
ceux qui resent pourra oi poiurront proc6der seils
Art. 15. -- Unec assemblll geincrale ordinaire aura lieu cha-
quc a1nnc1 dans les six mois q(ii suivront la cl6otlre de l'exer-
cicc an Siege social on h lout autre endroit fix6 par Ic Conseil
d'adminislralion
IEn outre, l'Assembl6e gf!d'.rale pourra etre reunic extraordi-
nairement ia toute 6poque, soit par le Conscil d'Adminislra-
tion, soit en cas d'ur-gence par les commissaires.
Les convocations aux Assnemblds g6ncrales ordinaires et
extraordinaires sont riigulic'emennt faites parl un avis insc're
vingt jours an moins "i I'avance pour i'Assemblc g6ndrale an-
nuelle et dix jours an moins pour les Assemblces extraordi-
nair. ss, dans n dles jornaiux d'annonces Igales du (llivre,
oi si touts les actions sont nominati ves, par letlres recom-
mand6es adressfcs aux actionnaires aux domiciles indiqucs
par eux lors de la soiscription et des transfers, le d6lai de
vingt jours, ci-dessus inliqu5 pour l'Asscmible g6n6rale an-
nuelle, pourra 'tre r6duit A dix jours en cas de second con-
vocation .
Pour les Assemblccs exliaordinaires les Savis de convoca-
tion dcvront indi(quer l'ol)jct de la rCeunion.


- .11- -






M)5 -


Par d6rogation an d0lai ci-dessus prescrit, Ics Assemibl es
generales, qui en ncas d'auginentation du capital social, aun-
raient i statuer sur la sinccrile de la declaration de souscrip-
lion on de versement on sur la nomination des commissaires
charges d'apprecicr la valcur d'apports en nature lt la cause
des advantages et attributions stipules, pl is sur I'approbation
d'apport en nature et des attributlions et advantages particu-
liers, p)uorront itre convoqlcs dans les deux premiers cas
six jours an m1oins I' Favance et dans le troisieme cas liuit
jours au moins par simple insellion dans un des journaux
d'annonces l6gales d(u I lvre, on si toutes les actions sont no-
minatives par lettres reeominandIes adressies ;ax actionnai-
res aux domiiciles indilques par eux lors de la souscripltion et
des transferts.
Tout titulaire on porleur d'actions riugulirement libh ces
est, de droii, memlbre des assembles gOnirales ordinaires ct
extra o dinaires.
La former des ponvoirs est dtlermin&e par le Couseil d'ad-
ministration.
Les temmes marines sons tout autre rigiime que celui de la
separation de biens peuvent v etre replrisenles par leurs
maris coimme exerctant lers dr'oils et actions, les miners ct
les interdits par leurs tuteurs; Ics socih1Vs anonymes, les
comminnautis ct 6tabllissements publics par leurs Adminis-
trateurs et directeiurs, pourvus d'iune ulorisalion oi d'un pou-
voir suffisant, les socidlts en commandite simple oi en com-
mandite par actions par l'un (d leurs g rants ; I'usufruitier ct
Ic nu-propriltaire par I'un d'eux muni du pouvoir de I'autre
onl par lun mandllalire comiminum.
Dans toutes les Asscmblies ginarales les d1libc6ralions sont
prises a la majori' des voix des lmembres presents on riepr6-
sentes sauf hien cnlendu les cas pr6vus par 'article trente ct
un de la Ioi du vingt quatre Juillet mil liuit cent soixante sept
modified par la loi du vingt trois Novelmbre inil ncuf cent
Ireize.
Chacun des mcmbres des asseililces aulres que cecles qui
ont a delibrer dans les cas pIr6vus par ccette derni're loi, a
une voix par action ordinaire et dix voix par action privile-
gide qu'il represent, s,,il en leur ninI, soit come manda-
taire.
A la demand d'actionnaires reprIsentant le quart en nom-
bre et le quart des voix de ceux pr6scnts on reprcsellnts, il
pourra itre vote anu scrutiny secret, dlans toils les nutres cas le
vote aura lieu a mains-levecs.
Les propri6taires d'actions au porter, s'il en est crie, doi-
vent pour avoir droit d'assister aux Assemnbles gU'nrales, de-






- CO -


,- i lN1 -. litres (Ians les Caisses d<.siil'Ces on o i ygr '-.c, par le
(C d,, d il dI Aministralion day's sles six jours (lui suivront la
coni\ 01on aux dites :isseni'hll h'' ;il est rienis a cliaque d( -
pr ii-.r If carte d'admission romliinative e personnelle, cons-
tatant le nom I bre d'actions d6posccs.
Les propri)flaires 'actions inativs oina pourrolnt retircr
leur carte (Id'aldission js'a jus o'(a ur de I'Assemnbllec.
Les c io i nllires d'actions nomlinatives doivenlt li-re inscrils
sur les rI .;i-,tr s de la Socil6t seize joi us an moins avant celui
de la reunion pour ipouvoir assisted a l'Asseinbl6e.
Le C(IoIcil d'Adniin istration a toujours la I'faclloc de reduire
les dilais ci-dessus ind(iquos et d'accepter les d(epts en dehors
des delais ci-dessus fixes.
I'Assemlblce genr1-ale a la faciult de relcver la dech6nnce
encourne par lui tout actionnaire (qui se )i'rsenterait a l'as-
seimhlle mini de ses actions.
Art. 16. --- SauI cc qui est dit )pour les assemblIes g6ndraleS
extraordinaires, l'Assenbl6 lceginerale doilt,conforminmient i I'ar-
ticle vingt neuiIf de loi du vingt tquatre juillet mil hii it cent
soixante septl, tre com osie d'(un nombre d'actionnaires re-
)pr'sentant an moins le quart (Il capital social
Si l'Assemllcc g6'nrale ne r6unit p)as cc nombre, une nou-
velle Assemnl)le est convoq(lue a (uiinze jours d'intervalle uill
moins et (lil)cire valablemecnt (iuel quie soit le nombre des
actionnaires et des actions replrlsentees, mais seilement suri
les questions i I'ordre dui jour de lIa premiere assemiblec. Dans
cc cas les convocations peuvent ni'ctre faites que dix jours a
advancee .
I'Asscmhblce g6n&rale ainsi complosde pent d6cider tolut e
)prlnIt ar mission d'obl)igations ainsi que tous engagements
avec on sans garanties hypothicaires on autres qui excide-
raient les limits assigndes par l'article treize anx )pon-
voirs du Conseil d'Adm nistration, et mime dans ces limits
tous engagements au sujet desquels il y anrait dissidence dans
Ic Conseil.
La dite assembl6ce pcut d'ailleurs dclil)crcr et statuer sur
tou es les questions )orti~'cs l'ordre du jour et conf6rer toules
atlorisations ct tolls pouvoirs an (Conscil d'Admi nistration ;
toutefois les Asseml)les qui ont i dIlibi)rer sur on des objels
6nionc6s en 'article vingt-dcux doivent r6unir les conditions
prescribes par ceel article.
L'ordre (ill jour est anrrtl p)arl Conscil (I'Administration si
si la convocation a Mt6 faite par lui, oil par les conlllissaires,
si ce soil cuix qli l'olt faile
Toutefois inc proposition signed par des actionnaires re-







- 1 -


prlsenlant Ic cinquiice au mn oins des actions et soumise I in
Coniseil an llm oiis vingt cinq jours avant I'Asscemblc ln pnut
irec ccartee de I'ordre (lu jour.
Aucun autre objet (lue ceux qui sont port'is a Il'ordre du
jour ctalli connme il vient d'i it're (lit ne put l re 1mi s en (de-
lij, Iration.
Art 17 -- L'Assemble gdndrale est iprcsidc par Ic )prisi-
dcut du Conscil d'Adliillistrition ou, cn cas d'empfchencnlt
de cclui-ci, par cclii de ses miembrcs (ii le c Conseil aura dd-
sign1t f ccl efet.
Les deux micibres die l\semnbldc pric;eints ai l'ouverture de
la reunion qui replrsente nt chacun le plus grand inomlrc ld'eac-
tions et sur le refus de ccux qui les suivent dans I'ordrc de
la liste jusqu'ai l'acccl)taiion,remiilissent les functions de scru-
tateurs.
Le bureau ainsi constitud (cdsigne un secr6taire quli )pent
1tre pris ni dcehors des actionnaires
11 est tenu A chaqiiu asseml)lde une fenille de presence.
Ille content les noms ct domiciles des actionnaires et le
nomlhre d'ancions doint ciacun est porter.
(ette feuille est cerilifi3e p I le bureau dc l'Assiemblde. Elle
est ddposde an Si&ge social ct doit tire coinmuniq ud it tout
actionnaire.
I'Assemblce g6lndrale annuelle intend et discule le rapport
du Conseil d'Aministration et celui des Commissaires sur la
situation des affair es sociales et I ur les competes iprsenleds, le
bilan et les inventaires.
Elle apprlouve les comptes, s'il y a lieu.
La dclil)iration portant approbation des compiles est nulle,
si elle in pas Mti prdcddde dc la lecture ldu rapport des com-
miissail Cs.
L'Assemble g6ndrale fixe les dividends s, su la proposition
ldu Conseil.
Elle noinme les Administrateurs ct le ou les cominissaires,
elle I'railie les nominations fails a titre provisoire par le Con-
soil.
Elle decide les missions d'obligalions ct les engagements
dolnt il a dtd parld sous i'article prdecdent.
Sur la proposition dli Conseil d'Administrationl'Assembld6e
g6ndrale extraordinaire pourra autoriser l'amortissemcnt des
actions t l'aide de la reserve spdciaic don't il scra pairl sons
l'article vingt, et, s'il y a lieu, les creations d'aclions de jouis-

Cct amiortissement ne pourra avoir lien que par fractions
dgales pour routes les actions, plant privildgiees qu'ordinaires
Art. 18. Les ddlibdrations de I'Assemblde gdndrale sont









c( n-,l I.!k' ls p Iar des pirocCs-verl)baux iliscl its sur registire special
et sigllis par la nmajorit6 anu 1 inis des Imelmbrcs (II l)bueau
L.a justification vis i-vis des liers des (delilb rations de l'As-
semblec gCendrale resiilte des c', si on extraits certii is con-
fornies par uil Admin:istrateur.
Apres la dissolution de la SocietV c piendaiint sa liquidation,
ces copies on extraits sont certifies pal l es liquidatet rIs on 1'un
d'c ux.
TITH'lE V.

INVENTAIES ET COMPTES ANN'ELS. IlA I'ATITITON DES IE.NEFIICES.

Art 19. L'annte sociale commence le premier .lillet et
prend fin Ic trentc lJuin.
Par exception prer eccli ec pre xercice coiprecndra Ic temps
Ocoulc depis le jour de la constitution definitive die la Soci&t6
jusqu'au 30 .uiin mil ineuf cent seize.
Chaque scmestrc, il est dressed un Mtat rcsumant la situation
active et passive de la Socit61 et 'i laI fin de chaque annee
l'inventaire g6nCral de 1'actif et du passif.
L'inventaire,le bilan et le compt d pros t de pofs pecrtes se-
ront mis i la disposition des commissaires au moins qua(rante
jours avant l'Asseinbl6e general.
Art. 20. Des proldnils de la SociOtt on d6duit toutes les
charges de la Soci6t16 comprise les a)apointeincnts du person-
nel et les dmnoluments sous queliqe fore que cc soit, al-
louis par le Conseil ou par lui mis en reserve pour la remu-
neration des concourse pr6vus par I'article treize.

lMe/fic<'s.

Sur lesproduits annuels, deductioi faite de toutes les char-
ges sociales, il sera encore pr1ilev6 :
Dix pour cent pour 1'amortissement du materiel ;
Cinq pour cent pour 1' inortissement des immeubles ei
propri&t6s ;
Et cinq pour cent pour la rcscrve ligalc.
Le surplus constitle les b6nefices nets ai partager, sur les-
quels it sera d'abord prelev daIns I'ordre suivant :
lo. Somme n6cessaire pour distribuer cinq pour cent d'intC-
rkts annuels non cumuilatifs aux actions privilCgiCes, mais seu-
lement sur la partic non re mbonrsec ide ces actions.
20. Somme niccssaire pour distril)ber parcils inter&ts aux
actions ordinaires, mais seulement sunr la parties non rembour-
s6e de ces actions.







- 63 -


:io Sixpour cent duI sldit pour Ie Conscil d'Administratioli
4o. li une some q(ii sera lixce par le Cons-il d'Adminis-
tration et pourra s'lever jiisqu'ii vingt cinq poul.r cent de cc
sold et servira ai constitner une reserve spcciale,sur laquelle
polrraient 6tre prl6evIes les sommes nccessaires aux rem-
l)iursements d'actions qui auraient c61 decides par I'Assem-
ble generale
Enlin le sold sern parlag6 par moili6 entire les actions pri-
vil0gi6es souscrites eln esp&ces, et les actions ordinaires ( ac-
tions d'app)ort ).
Le prelevement de cinq pour cent pour former la reserve
legal cesse (d'trc oblligatoire lorsque le fonds de reserve a at-
tcinlt le dixiIme du capital, il rcprcnd soil course si pour tiun
motif quelconque cette reserve vient d'etre enlam6e.
Art 21. Le paiement des dividends se fait aux epoques
fixecs par le Conscil d'Administration.
Apres la cl6ture de 1'exercice, si les b6eneices realis6s et les
disponibilit6s le permettent, le Conscil d'Administration pourra
antoriser le versement d un acomplte sur ces h)n6fices.
Tout dividend non reclam6 dans les cinq annees de sa
mise en distribution est prcscrit au profit de la Soci0t6.

TITRHE VI

1. I 'll kVTION AUX STATES. \L'i ;\lENTATI)N, RIDI'UCTION 1)
CAPITAL SOCIAL.

Art. 22 L'Assemhlec gn6rale pent apporter aux pr6-
sents slattts les modifications don't I'utilitl scra reconnue.
E lle cpent decider notamment:
L'extension des operations sociales et la modification de
l'objet social
L'augmentation d( capital social en line ou plusicurs fois
soil par voice d'aIpports, soit centre espces, soit cumulative-
ment par voie d'apports et contre esp&ces
La creatio I d'actions priviligices.
La reduction du capital social originaire on augmlente.
La prorogation ou la dissolution anticipe die la Soci&t6.
La fusion avec d'au"tres soci6tes par voice de rachat ou- au-
Iremcnt.
Le changcment dc la denomination social.
Le transport ou la ventc a tous tiers qu'il appartiendra,
ainsi que l'apport i toute socit(6 de parties ou de 1'ensemble
des biens, droits et obligations tant actifs et passifs de la So-
ciWt.







- 64 -


1):ans cc derniier ens, I'Asscinll lee ginlrale sran comn;psce
te dclibl, ercai d nles s les c Iitiols \prievues :ar l'arlicle trenle
cl nll de la loi du vilngt (qua re .lillel Hil i nitl cciIt soixallle
sepl, lmodifiiee par f artici'e pireincr de I loi di(i vint',1 Irois
NovembrcI e Imil neoii cent tireize.
Art. 21. En cas de perl e t a I )ii(i l d c 'apitil ocidl,
le Con(seil d(d';lmilistratioii serCI leIn de co(nvo(qult e i ticnioin
d line assemIbli ganerale des aclionnaires 'i i'elel de stkituer
I la question de savoir s'il ya lieu de pro0noncer a1 disso-
luIioi 1d la Societ6 dans les ternices dte 1'article trenie sept de
la loi (du viingi quatrce .Juillel mil buit ccn soixanie sept.

TITiRE VII.

DISSOLUTION. LIQUIDATION

Art. 2. --- A moins de decision contraire de l'Assemlblke
g6ndrale, en cas de dissolution il scra procedeft ain liquidation
dte la SociWl par les soins du Conseil d'administration invesli
des pouivoirs el altributions (qui lui 6taient confiis en course
de la SociL e et en outre des pouvoirs de liquidalenr
Le on les liquidalcirs ipourront, en verlu d'une dililbra-
lion de I'Assemblle gc6nlrale, faire ti une aulre sociWld la ces-
sion ou l'alpport de tout on pariic des droits actifs et passifs
de la Soeitel dissoule moyennant les prix et conditions A sti-
pluter oni mime en change des tires liblrds ; ils pourront
egalemenl faire la cession des mimes droils A des parliiculiers.
Pendant le course de la liquidation, l'Asseinmbl6e generale
conserverail tous les pouvoirs come ipendant l'e1xercice de Ia
Socidle
Elle aura nolamment Ic droit d'approuver les comples de
la liquidation et d'en donner (quillance.
Apris Ic reglement tes engagements de la Soci6tl, le pro-
dull net de la liquidation scra employed d'abord au rembour-
sement an pair de toules les actions, I nt Iprivilegides qu'ordi-
naires si cc reml)oursement n'a pas encore cu lieu; le surplus
scra rlparti par moitic entire les actions privilcgiOes et les ac-
tions ordinaires.
TITRE VIII

CONTESTATION

Art. 25.- Toules les contestations qui pourront s'lcever sur
l'execution des Iprsents status seront soumises it la juridic-
tion des Iriullnaux du si'ge social.






- 65 -


Les contestations touchant 'intiret g6ndral et colleclif de
la Socit6l ne pourront tr'e dirig6es contre Ic Conseil d'Ad-
ministration ou un de ses meimbrcs qu'au noml de la masse
des actionnaires et en vertu d'une delihbration de I'Asscmblfc
gcnerale.
Tout actionnaire qui vent provoquer une contestationu de
cclle nature, doil en fire, deux mois an inoins avant la pro-
chaine assmbl6e gcner'ale, I'objct d'une communication an
president du Conscil qui est cenu de mettre la proposition Ai
I'ordre du jour de cellt assemble. Si la proposition est re-
poussee par I'Assemblke, auciin aclionnaire ne peut la repro-
duire en justice dans son inteirt particulicr ; si clle est ac-
cueillie, I'assemblee g6ndrale d6signe 11n on I)lusieurs Coi-
missaires pour suivre la contestation an noni de tons les in-
thresses, les significations auxquelles done lieu la procedure
sont adressdes uniquement aux Conimissaires. Aucune si-
gnification individuelle ne peutl tre faite aux actionnaires.
En cas de proces, I'avis de l'Asscmblle devra dtre soumnis
aux tribunaux en nimme temps que la demand elle-mime.
En tout cas, il devra tire fait election de domicile dans Ic
resort du siege social et toutes notifications ct assignations
seront valablement faites au domicile 6iu sans avoir igard a
la demeure reellc.
A d6fant d'elections de domicile, les notifications judiciaircs
seront faites valablement au Parquet de M. le Procureur de la
Republique pris le Tribunal de premiere instance du Sikge
Social.
TiTRE IX
CONDITIONS ET CONSTITUTION DE LA PREISENTE SOCIETY' ET
AUGMENTATION 1I" CAPITAL SOCIAL.

PUBLICATIONS.

Art. 26 La prisente Socidtd ne sera d6finitivement cons-
tituce qu'aprIs l'accomplissement de routes les formalit~s
prescrites par les lois en vigueur.
Par exception it cc qui est stipulh dans I'arlicle quinze ci-
dessus, les deux assemblllt'c constitutives pourront dtre con-
voquies chacune par unc leltre recommandec, adressee aux
souscriplteurs, la premiere un jour I I'avance et la deuxiilme
six jours A I'avance.
Les deliberations de ces deux assemblies devront (du rest
etre prises dans les conditions d6terminies par la loi (d
vingt-quatre Juillet mil huit cent soixante-sept ; les manda-






- ((;* -


li.ircs (q i r lcpi ~ i iti' oni ls actionnaires at -I :-,sr in' lees
pl)o rroni t tire indil( Trnciuient des actionnaires o ti des 6 'tran-
ges I
Ait 27. Pour f'aire ipuilblier les presents slatils el les anl-
ires docllnuentss codlstijitiis (e la SociiMt, Ious poiivoirs sont
dolnl s au Ip rletir (1'nie ex lilion oil (un exlrail ldes prc-
senles.
Fail en quiatre origillaux, don't deux pour pub)llier A Paris le
trois I) eenii)i're Iil ieuil cent quinii e I. et approluv\ (Sign)
IIENIII HIiEN:t. I' el a pproiive : (sign6) ANi Ie1 Fotlm.

Collationn1 : (SignO) PHIILIPPOT.

En inarge est 6crit : 10 Vn Ic Consul general d'llaiti pour
la lc'galisation de la signature de Mr. Schneid applos dl'aiutre
part'l I'Paris, le 25 l)ccmlre 1915 signn) I). BIergeand, el 2o
'.nOregist r a IPort-au-lPrince le dix neiil' Fevrier mil nefl' cent
seize folio l,19/55)0 o. case 3301 di Regisire 1) No t des
actes civil. )roit fixe vingl-cinq centimes. Pour le Direcletur
principal de l'Enregislremenl: (Signi) R. Argilagos 'Vu: par
antorisalion di conlr61eu"r :(Sign6) CGyrus Saurel. Ensiile ost
6crit: Vu par nous judge pour la legalisation de la signature Me
lPhilippol, nolaire ia Paris, pour emplclcemen de Monsieur le
president du Tribunal civil td 1Irc. instance de la Seine,
I'aris le 21 D)ceimbre 1915 (signO) C Simon Anleroche.
Le Ministry des Affaires IElrangires cerlilic v6riltable la si-
gnature e M1. Brossard P aris Ic 27 IDcembrc 1915. 'our le
Ministre. Pour le chel' de Bitrean adl Igu6 (signO.)
\1u po1r la 16galisalion de la signature de Monsieur Simon
Anteroclie appos'e ci-conlre : Iaris Ic 22 IDcembre 1915
P'ar d(lgalion du Garde des Sceaux,Ministre de la Justice. Le
souis-chef de B1ureau : (SignOI Bonnard
I'our copic confolrme :
(Sign&) ED. ORI1L.


SECIRTAIRERIIE D'ETAT DES RELATIONS
EXTERI IE URES,


e:ceplion de Irh. Willliam Mhc-.Adoo, Secrcluire d'Elal des
Flilnlnces des Elats-I'nis.

Samedi, 11 IMars, vers 3 hicures de I'apres-midi, lc croisci r
Tennessee de la Marin e d Guerre des Etals-Unis, )prenait






- (7 -


infouillage (dans niotre rade, avant a son bord Son Excellence
Monsieur WILLIA.M 3.MAC-ADoo, Secritaire ('Etat des Finances
des Eltals-Unis, president de la DIl)1gation Anfiericaine A l:
(ollf6rence Financi&re qu(i doit Iprochlailnmenlt sc rdunir li
Bntenos-Ayres.
Son Excellence Monsieur \MA-Anoo a en la gracicuse al-
tentioln de proilter ide son voyage dans la Il6publique Argenti-
ne pour Fairee lne court visit ai Son Excellence Ie Pr6sident
de la illpublique d'llaiti ; il tlait accompagn dte Madame
\MAC-ADoo, ainsi qu(ie dIc 3. ANDRnIEw G. E-'-I':ES, Sous-Secre-
taire d'Eta (li Tr'sor, Senateur )UNCAN, U. FLETCIIHE'n,SAMUEl.
U'NTEIMErln I, .lJoN II lFAIIY, IPA)U. \Ir. WARnnUR(, AIncI(:mAL)
K.AIs, Mlni)bres de lia ln ute Commission Financierc Interna-
tionale Section dcs Etats-Unis et Monsieur Wil.uAL M M\A:-
Anoo .In. Outre Alem. .MA-Anoo, Mesdames PIETriEAs ct UN-
TE'Ir:IVElI ava ent )ien voullu sc joinldre ai nos ciine:nts visitors.
Ap)rs 1'dchange des salts d'usage entire le Tennessee ct
Ia terre, Mr. ct Mine. MAc-ADoo se rendirent sur le quai ofi ils
fu1rent accucillis par Ic chlef du Clrimonial qui ler souhlaita
lai ienvenue an noni d(i Gouverne n ent le pr6senta le chef
de la Maison militaire de Son Excellence Monsieur le IPrsi-
dent de la Ilpulplique ; pnis il sc mit Ai lcur disposition pour
les conduire au Palais de la I'residence.
plans la premiere voitnre prirent place L. I. E. E. Mon-
sieur le Secretaire d'Etat des Finances des Etats-Unis ct Ma-
daame MAc-Anoo, Son Excellence Monsieur AwnRTHUR IBAuL
ll.AN'CuAnn, Envoyd Extraordinaire et Ministre Ptldnipolen-
tiaire Aminricain et Monsieur .JULES Liz.Ari chefl di C6re-
monial; les anires personnages ciu'accomiagn~aient 31 F1A-
miral CAPEi-IroN, le Capitaine BlEACici t qiiclques officers dii
Tennessee occuplrent d autres voitures et autos Le cortlge
(qu'cncadrait une escort dce liuit oflicicrs de la Maison Iili-
tairc du Chefl' de 1 Etat commands par le chef de I'EItat ma-
jor de Son Excellence Monsieur le Prisident Id la lKpuibli-
que, sc rendit an lPalais National. Accuecillis anx accents de
l'llymne national amiricain, nos visiletrs I)recid6s de Mon-
sieur Loits BlonNo, Secr(';laire (d'Ital des relations EIxtlrieu-
res, (lii offrait Ic lras a Madame MA c-ADoo, se rendirent au
salon oi sc trouvaicnt Son Excellence MIonsicur le President
de la c16publique, IMM. les Secr6taires d'Etat ct quclq(Ies in.
vil s.
Les presentations ayant 6t6 faitce, de par t cl d'autres Mon-
sicur MAc-Anoo s'adressa en ces terms, i Son Excellence
Mansicur le P1rsident de la la'puiblique :











k It is wili keenI pleasure aul i li n DilIIsaisfaclion thIat 1 con-
voy to y'oil tihe cordial greeings of thllle IPresi(del i nt Ilio e Uniited
St"ites and express Io you on behalf (of Ile people ali (he
Government ofl' 1li United States their deep and genuine inte-
rest ill the welfare and prosperily of) the people ;and thle Go-
vernmient of the Repliublic ol' Ilaili. The people illd (overn-
mient of' nmy couintrv have long wntclied w\illi syinl:llhetici in-
terest tli efTorts ol tlie Pleople of lHaili to work out lheir des-
tiny through tli ideals anld principles of independence nnd
Democracy through which alone can tl!e greatest benlefits,nma
trial and spiritual, come to anly lihumanl race.
SWe feel more thani ever deeply interested in tlie prosperity
and happiness of youlr people, b)ecaulse of tlie recent treaty
between voulr Government alld the Goverment of I he United
Slailes, which brings the two nations into closer anld inore
inltinlate relations witll each other We believe that these
new relations will inevitably make tlie ties of friendship andl
commercial intercourse between our respectiv e countries
stronger and more elldlring all tlhe inlercsts ofl the ltv
countries will grow and expand under tle benlevolenl coope-
ration of oiur respective (ovelrni ents to such an exCteil that
a genuine prosperity and enduring peace will come to tle
people of this Repullic.
( Permit me, Mr Pret'idlnt, to assure vol and vour collea-
gues in the Government ofl tle Hlepublic of I 'lliti,of tlhe sincere
good wishes of the People and tle Government of tlli United
States, and of' their beinevolenlt purpose and intention to lend
their support and assistance in every proper nmater'il and
imoiral way to tlie uphullilding of your country, tlic promotion
of your happillness, tlle ienhanlcelmenlct (,f your prosperily, anl d
the preservation of tranquility.
a Need I advert, Mri. President, to tli noble principle
enunciated by o1ur illustrious President, that tlie Uniled Stales
covests 1no terriitoiry of' alny of its neighblou, and will never
acquire al additional foot of territory by coiiquest. It is the
hope of (lile United Slates to achliivei throuighfi a common iiin-
derstandillg willith all the Americian liepublics, guiariantees of
tlie territorial integrity nld political indepel dlenice, under a
Republican forming of government, of all tlie nations of tile
Western Hemisphere ))








TIAIDU ACTION.

a Monsieur eI IPr'isident,

C(cst avec un hien vif plaisir el une profonde satisfaction
c(queje vols tralnsmens Ies sollails cordiaux d(u 'Prsident des
Elals-'nis ct que je vous explimel an nom du pcuplc ct (ldu
(Gotuvernentic n des Elatls Unis les sentiments sincores ct pro-
fonds (u'ils attall ent I l'inl tr't du bien-Otre et de la )prosl)p-
rili dl pleu ple t du Gou vcremcnt de la Hil1publique d'Hlai i.
Le Peuple ect lc Gouvernement de mon Pays onl suivi pendant
longlempls avec tiun intlrdt svmilpathique les efl'orts du pecUple
d'llaiti pIour i:caliser ses destinces ia 1'idCe des principles d'ln-
dc6iendance et de 1Dmocratic an moven desquels sculs, totei
race lihmain e p)et reCaliser les plus brands dl)fciices, tant
mal riels (lue spiritluels
<( Nous sommes plus que jamais pirofondcmenti intlrcsscs ii
la prospirito et a.n bo11lieieur de voire lpepeiI)c i cause dcu rI-
cint Traitl pass& entLr voltc (louivernement el c clui des EIlats-
Unis, Iccuel Traitl crc entrie les ldeux Nations des relations
plus 6troitls ct plus intimies. Noi s croons ique ccs nouvel-
les relations rendront incvitabllement l)It i solids ct plus idu-
rables les liens d'amili3 ct les rapports commerciaux ceirc
nos pays reslcctifls et (lue les intirots des deulx pays sc
d6vclolppelroni ce s'cteidrIolt par ]a hiienveillanice cooperation
de nos (Gouvernemenis rcspcctifs au point (lie le peiiple de
cctte Ilipulliquc jouira (ld'lne prospl riti riclle et d'Iune paix
du rableC
(( Perimletez-mnoi, M. lc Prlsident,de vouis assurer ainsi que
vos Collal)or ateurll dans le Gouverniemlcnt d'llaili, des vNeux
sincores du IPeuiple et du (GoI'vernnemeInt des Eltas-lnisdc leur
hienvcillanic intention de pliter leur concourse et Icur appui
l'ar tons lensl ovens mildariels et moranx p)roprecs an relve-
ment de votrie Pays, a Il r0alisation de volre honhcur, A I'ac-
croissementi de volre Iprospicrit6i ct A la l prcserv.lion de Ia
paaix.
0 Ai je hlsoiin, Ai. lc Prisident, d'eC anppeler aux ioliles
principles 'priconisis i<);, note illusire IPrisidentiS, savoir q(11
les Elals-Unis nCo Cm\ -til ait anictn tlrriitoire de scs voisins et
n'ac(lqlrroi'nt jamllais par inl I'orce t n1 oiveant liecd (de terrc.
< C'cst l'espoir des Eltats-Ulnis de ;-'aliscr ipar in cormun1
ac, ord c(nltre ouleis les 11lpublilques aminCricaine s ls aranlies
d'intl grite lceritorialc e d'inidiopendancc pollilique, sous les
allspices (id'Fn Gouvercnement rop)ullicain, de toutes les Na-
tions de l'hmispli)ere occidental >


(- 9







- 70 --


Le P" Nilt l de la 16pulblique r1pondit :

a Monsieur le Secrntaire d'Etal,
S(C'est avec une vive satisfaction que je vous remcrcie des
sentciments de cordialite quie vous venez de ni'exprimer au
110111 (l Peuple et du (Gouvrcnement dtes Etats-Unis.
Mon (Gonvernemenl cl Ic Peuple haitien voient dans celle
visible, tonite amicalc, (d'n MemCIbre iminenlt (d Gonverne-
nment des Etats-Unis, Ic t6moignage evident de la sincerit' de
In Grande R16publique du( Nord dans Ics engagements (qu'clle
a pris de priter it note Nation Ic concourse Ie plus efticace
pour Jui assure la paix inltricure et arriver i' son d6velop-
ipeiment cconomiique
SJci n'ignore pas quels principles elev6s prIconise votre il-
luslrc IPr6sident, et c'cst dui plus profound de m on ccur que
je Ioirme des vcuix pour la realisation de son noble ideal: as-
surer par un common accord cntrcs Ics RI)publli(pies Amri-
caincs les garanties d'intgrit6 terriritoriale ct d'indpendance
poliliquc, sons Ics auspices d'un (Gonvernement I:ipubllicain,
de loulcs les Nations de 1 I Imisphlrc Occidentalc.
a Dans cetec pensce, je forme ides v(erx pour Ic bonlheir
Personnel du PrIsident W\VI.soN ct de sa famille, Ipoulr Ic vol6e,
Monsieur le Secrltaire id'EIi, et pour ccliii de Madame MAC-
\Anoo, qui a icen voulu. a'vec les dames distingules (ui l'ac-
compagnent, reliausser de sa grace votre agrcalic visible.
Puis Son Excellence Monsieur Ie iPr'sident de la IlRepnbli-
que invita Monsieur le Secr6taire d'Eila des Finances des
Etats-Unis et Madame M AC-Anoo, ai pirendre place a ses c6les
ct une conversation des plus courtoises el animicss' engagea ont
furci t changes Ics vues les plus int6ressantes i)outr le Pays.
An champagne l'honorablle S6enatlllO DI)ucAN U FI.ETCIIER
cut la gracieuse attention de porter un toast ia la prosperity
d'liaiti et a l'u ion cordial des deuI x Etats, affi rmant,a I, sur-
plus. les sentiments de lovaniu et de sincere d6sint6rcsscment
du People Amcriia;n I fi'gard dcs Ipul)liques dIe I'A ndri-
que Latine, sp6cialcement ia l'6gard d'llaiti.
Son Excellercc Monsieur Ic Pr6sident de In lrpullique re-
merc'a vivement I'hlonoral)le S6nateur Dl)I'NCAN U Fi.L'rciIEn lde
ses aimables soulh:ts ct de ses ipricieuses assurances ct
porla cnsuitc un ltoa,,t Ai Moonsieur le I'lr'sident W ILsoN et it
sa famille, au Secritaire d'EIlaI IAC-Amoo, aux Dames lqli
avaient llien 'voiul rehoausser lletc visible de leur gra'cilese
presence, ainsi (iq'a x honoral)les personnages quiii les ac-
compagnaient. La conversation reprit et se poirsuivit agrca-
1 lemcnt durant environ ni quart d'hieure encore.







- 7j -


I'P is nos h tletsminI sc retirivrcl, snil l s une nouvell
'ois par I'hymn, c national amliricain ; ils fiircnt recondl ils,
avec le mime ceremonial qu'Ai l'rrivic, i I 'hl6el de la Lgn-
lion amic ricainei of, )pen alpris, Monsieur le Secrotaire (d'Et:ll,
LoUts lkHoiNo leur reltour'nait la visit "I nom1 dIu G(ouvrne-
nImeCt Illitiin, Monisieur LoUns HOiNO, credit i Son Excellenco
Mr. MAC-Anoo, comIlien vive dlail la satisfaction que Ic Goi--
verinement 6pronvait 'line visible o i il trotnvail tun gage pr'-
cieux (des heIlreux rtsiUllItas qlii'il alltC d de ( 'CexecutioIi des enC
gagements conlraclcts par les deux (;ouvernenc-ins, cl, ;p)rc
a 'oir transmis I Mladlame MAI-Aioo les liominages !espec-
tlucux du Chef de l'Etlt et ses souiiails de JonI voyage, expri-
ma 1'espoir (iue nos dislinguns visilcurs rcviendraicnt en Haiti
oil ils aniient 'occasion de mieux apprdcier potre IIU et sc
ressources.


DECRET

SU7R

LE CONSEIL D'ETAT


)DATIG UENAVE
I'I/IESDN'ET liE LA REVI'BLIQlIUE

Comi. idr.i tnt que l'exp6rience a d6montr qciue le travail 16-
gislatif requiert ulne preparation spcciale qui n6cessite, par
conseiquent, un organe ad(quat anpres des Assenibl6es poli-
tiques ct dtu Pouvoir Ex6culif ;
De l'avis ldu Conscil des Secrdlaiies d'Etat :


Art. Icr. 11 est institne un Conscil d'ltal (ui a pour at-
tributions :
lo.- )ce donner son avis sur tous projects que le Gouver-
nementl jge it 1propos de lui envoyer ;
2o. l)e ipr'6parer et rcidiger les projects de loi, arrilds on
aultres aclessur les nuitires pour lesqulelles le Gouverneipent
rtclame son action






72 -


3o, !)e .IOln11 son avis sur toules les qlllue ionl s iii lui
.,,l ,lrunii ,S par le Pr1 sideIn de la 11pulblique el les Secr6-
laires d':Etal.
Art 2 -- )es Conscillers d'Elta pei vent 6tre charges par
le outvoir Ex6cutif de sotltenir devant Ic Corps Lcgislatif Ies
projects de loi qli ont pass par le Coniseil d'Elat.
6 rt. 3 Le Conscil d'Eltt esl compos6 de vinyl cl uni
nmcibres 1no1mms Ip Ic IlPrsident de Ila 1lpubllique.
Ices Seccriaires d'Etat ont la laculte de prcendre part, avec
vaix delibralive, aux s6ances de I'Assemblec g6nfralc et des
Sections.
Art 4 -- Le Bureau d(u Conseil d'EIta, compose d'nn pre-
sident ci de deux secretaires, est 6lu par le Conscil au scrulin
secret
Le ma nd:al (di u 1 Burcau dure u:1 n et piul c lre indfieinicment
reilonuvlc. ln l'alscence dui president, Ic Coinsiil est prisidl
par le plus iag des presidents de Section.
Ai t. 5. Les I'lnctions de Consciller d'Elat sont incompati-
llcs avec louite uitre follclion uiil)lique salaries. C(ependant,
des sp6cialisles, ing6nicirs,jurisles on antires,penvenl O re (6-
tachls d'un service )publlic p)o1i' pirenldre part aux travaux du
(onscil i litre e ( Conscillers extraordinaires. avec voix con-
sultative ; et dans cc cas, durant leur mission special, ils
conscrvent les (droils, )prdrogalives ct traitcinents attrilluics i
leurs premiirecs functions, mais sans pouvoir culiuler leur
traitemenct avec celii (du Conseil d'EIlat.
Art 6 Le Conseil d'(Eat esl divis6 en quatre sections.
Un r ,glement d'administration publlique slatlera sur l'ordre
inlirieur des Iravaux du Conseil, sur la lrpartition de ccs
travaux entire les Sections, sr lIc fonctiolnnement de l'Assem-
bl)c gi6ndrale, srl Icroulement des mes memI entire les Sec-
tions, sur I'organisation d l personnel qui sera nonm111 par le
President de la RIlpublique, et en gdfinral sur toules les mc-
sures neccssaires A la bonne marche de l'lnslitltion.
Art 7. Une indelninit mrcnsnclle de Ccnl Cinquanle
Dollars scra service A chaqcue Conseiller d'Elat.
Donn6 an Palais National,A Port ain-Princc le 5 Avril 1916,
an ll3enic de l'Idlpendance.
DAITIG ENAVE
Par le I'r(l'idenl :

Le Secrclaire d'Elal de I'lhidrieir.


C(osN)1TANN MAYA DI)





- 73 -


Le Secrdtaire d'Elat des Finances el du Coninerce,
EmtIu-E ELIE.

Le Sccretaire d'Elal de la Justice ci des Ciulfcs,
E. DORNEVAL.

Le Secrelaire d'Etal des Relations E.rldricures ci des Tra-
vaiu. publics,
Lontls BORNO.

Le Secrdaire d'Elat de I'Inslruction pIublique,
LEON AUDAIN.

Le Secrdlaire d'Etal de la Guerre, de la Marine el de I'Agri-
culture.
A. ANDRE.
-- *---


DECRET


DARTIGUENAVE
IPRESIIDET DE LA RIEI'IBLIQUE

Consid6rant que la vie ct le developpement dcs Nations
< b6isscnt i des lois naturelles auxquellcs le Droit )publi doit
orc6iment s'adapter;
Consid6rant que, depuis longtemps, I'opinion publique et
les Pouvoirs dirigeants out reconnu ia n6cessit de rIformer
la Constitution cxistante ; que les dcux dernic&rs Legislatures
en ont manifesto la volont6 formelle;
Considerant qu'aux raisons g6neralement admiscs jusqu'Ai
I'annce derniirc sont venues s'en ajoutcr d'autres, plus pres-
santcs encore, cri6ces par le. conditions nouvelles que les
6v6nements ont imposes A la Nation ;
Considcrant, en cffct, (u'il est indispensable,) ponr que la
Convention du 16 Scptemlre 1915 soil efficacement appli-
que et produise les advantages qiii sont sa raison d'l re, d'ar-
river, a brieve 6chlance, A l;i revision d'ln grand nomlre de
textes constit i tionncs, n olm iment ceux concernant j1a Force
publique, les Finq ces, les Inst!itritiots locales, les rapports







- 74-


des P(I i \il~., pullics, le nonmbre des Deputes et des Sdna-
tcurs, Ic droit de propricle ilnmobili&re ;
C("on1,.rIIIn que la procedure actuelic de la revision nlie
permel poinl d'aloulir, dans Ic temps utile a ces reformes
urgentes, qu'une icesuire decisive doit done intervenir sans
retard dans Ic sens le plus conlformc aux n1cessits nationa-
Ics ct aux j)rincipes d6nlocrati(qus lqui domininct Ios institu-
tutions ;
Considdrant (ue 1'actuelle Clhambre des DI)6put1s est sortie
d'ine consultation populaire sp6ciale qui l'a investie direcle-
ment du pouivoir constitant ; que cc caractire distinctif,
fundamental, manque an S6nat de la lejpubliq-ic;

PAll CES MOTIFS ET DE L'AVIS DU CONSEIL DES SECRnfTAIIES
)'ETAT

I)DECHRTE :

Art. ler. -- Le Senat de la Rcpuiniique est dissous.
Art 2. La Chanihre des I)purts scra convoquee en qua-
lilV exclusive d'Assembllc Constituante pour, en cooperation
avec le Pouvoir Ex6cutif, reviser la Constitution du 9 Octobre
1889 ct prendre les dicrets organiques de l'Administration pn-
blique el tous antres actes de caract&re urgent don't les projects
lui seront pr6sent6s par 1'Exccutif.
Elle scra constituAe a la majority alsolue de ses members.
Art. 3. Une indemnity dc Trois cents dollars par mnois
sera allouec aux Constituants prsscnts Ic ler sigce.
Art 4 Le present I)crct sera public e exculte ai l di-
ligence des Secr6taircs d'Etat, chacun en cc qui Ic concern.
Donned au Palais National, A Port-au-Prince, le 5 Avril 1916,
an 113eme. de I'lndipendance
DARTIGUENANYE.
Par I Pr'sidenl :

Le Secritaire d'Eiat de I'ninlrieir,
CONSTANTIN MAYARD.

Le Secretaire d'Etat de I'Instruction lpiblique,
I.EON AUDAIN

Le Secrditire d'Etat des Finances et dii Comnmerce,
EMNILE ELIE.






- 75 --


Le Secritaire d'Elat de la Guerre, de la Marine et de I'A-
griculture,
A. ANDRIF.
Le Secretaire d'Elal de lat Ju.ice et des Cull/s,
E. DI)ORNEVAI .
Le Secretaire d'Elal ,des Relations E.xlrieures el des Tra-
vax.r publics,
Lotns BORNO.


LIBEITI GAIT Fl.ATE RNITE
REPUB1LIQUE D'IAITI.


DARTIGUENAVE
PRESIDENT DE LA. REI'LIQUE


PROCLAMATION


CONCITOYENS,
Nul n'ignore qluelleest la situ tionacliiclledc la Il1puhlique.
Les forces militaircs des Etats-Unis, appelkes par les Ibi-
gandiages politiqucs de ces trois dernieres annies, occupant
note territoire, y mlainliennent I'ordre ct la sccurit6, et don-
ncnt it la Nation le Gouvernement stable auqcel clle n'dlait
pas habituie ct qui ilait indispensable Ia d(IveloppmCent de
ses facullis et de sa puissance Ocolnomiqlle.
II faut que nous coiprenions tous que 'ire ds rIvolutions
est close, que 1'ire des politicians est close, que ricn ne peit
plus desormais s'opposcr ;' Ila marche de cc Pays vcrs un
avenir neillcur, que toutc tentiative de rIegression vers le d&-
sordre sera irremediablement lbriskc.
Un T''rait& de cooperation amicale a 1 sigii le 16 Septem-
bre 1915 entree le Gouverniimcnt des Etals-Unis et Ic Gouver-
nement dI'Haili. Cc trail, sanictionn3 p]ar les Chliamlbres Hai-
liennes ci par le S6nat Ariericain, fail, en cc momentI, A Was-
hington, I'olbjet des travaun due n'1tre Commission spiciale et
du IfLpartemcnt (dl' at.






-. 7c) -


II est t, idlv il, pour lout homnm de honne foi, que les aces
qui doivent resultcr tant des delilbrations de Washington
(que de la just comprdlhension (ld Tlraiti, sont appel6s ia 1110-
difier senisibllcie ent note organisation politiquc ct adminiis-
trative. 11 cst evident, par exemple, quce le Pays ne pent plus
continue A sc payer Ie luxe d'une representation parlemen-
tairc de Cent quarante Membres; que florganisation de la
Force putblique, transform6e dejii, en fail, par la creation de
la Gendarmerie, ne pcit rester ce qu'elle est dans notre
Constitution et dans nos Lois ; que le regime d la propriel6
foncire ne peut rester tel quel, sans contrarier gravement
Inaction bient'aisante des capitaux Mtrangers ; que les linments
de notre Budget dependent, d'une maniere essenticllc. des
decisions qui scront arrtl' cs sur la liquidation de nos dettes,
sur Ie rcglemcnt de nos emprunts,sur notre ,egime mnonitaire,
sur la situation qui scra faite I1 notre papier-iuonnaie, etc
II suit (de lh, dtabord (ue la revision de notre Constitution
s'impose, ct ensuite, que jusqu'f I achievementt des travaux de
ia Commission haitiennc a Washington, une Session Legisla-
tive, improductivemn nt cotiteuse, est d'une absolute inutilit&,
le Gouvernemlent tant dans l'ilmpossibilit6 actuelle de sou-
mettre aux Chambres aucune solution precise sinon sur
routes les questions poses, mais au moins sur les questions
fondameniales.
Dans de tclles conditions, le devoir des Membres du Corps
16gislatif 6tait d( ne consid(l rcr que l'intlrit supericur (d la
116publique et d'ajourner leur reunion, ainsi (que le permit la
Constitution, jusqu'au jour oil cettc reunion pourrait avoir sa
claire justification. Alors, Ie Gouvernement en possession de
projects dtfinis,appuyds sur des donndes certaines,cit pu clher-
cher, dans une entente loyal avec le Corps LUgislatit, le r1-
glement de toules les difficulties.
\Mais les intrigues politiques dcvaient ruiner A l'avance une
entente si desirable pour la dignity de la i Rpublique..
Sans s'arrlter nulement aux considerations sages, mod6-
rdes, pleines de d6f6rence, quee le Icur fis soumettre, les m1nem-
bres du Pouvoir Lsgislatif, pour la premiere fois, pcuit-dtre,
dans notre histoire, manifest&rent la hlite la plus vive ia sc
rdonir an ler. lundi d'Avril.
Cetti miconnaissance positive des nicessitis les i)lus ma-
nifcstes a soulev6 l'opinion sainc dtu Pays. Elle n'a trouve
d'apologistes que dans Ie sul camp des amniltieux incorrigi-
bles, dies assoifes du Plouvoir qui, impuissanLs iI renverser Ie
Gouverncement par la force des armes, avaient ilmagind d'i-
inaugurer une nouvellc form de la: conspiration, la conspira-
tion parlcme ntall ie,









Mis en face ('un pareille altituJe qu( i etait de nature i
comnpromletre la tranquillity, A crder tin ltat de guerre entire
les Pouvoirs publics, qui menacait ainsi de lancer le pays
dans les pires avelItures, le (GouvIrnement a d(1 agir
D)ans la pleine conscience des s loitlos responlsabililhs qui
p&scnt siir li en cette dil'licile pI rio(le de reconslitition, et
tfrmemllnltt decid I les a:-sumer tout entiCres, 10 PouIoir ExC-
cutif a poiirvu, sans retard, aux n6cessilds nationals qui rd-
clanmaient son action.
e''nant colmpte de l'orrigine sp6cialc de la Cliambre dies I)d-
pl)uts, directemen.t investic i par lPeuple idu Pouvoir cons-
tituant, Ie (iouverncment a reconnu it la Chambre la mission
ie reviser la Constitution de 1889,
Et, eni attendant, arfn dte prpalcre tons les dlmiients des
travaux futures de la Constituante, le Gouverneminnt a crde un
C(onseil d'Etat qui doit trce coiiipos de citoyens 6minents
recvitus dc la confiance )iipulique.
Iors'que ce Conseil d'Etat aura prdpard avec tout 1e soin
scrupuloux iu'exige cetic tievre capital, les l66cments dcs
travaux de la Constituante, cclle-ci sera iminmdiatement con-
voquee.
)ce cette lnanicre,i il 'y aura nii perte de temps, ni emploi
sterile des resources du Tr'sor ; les acts ddCinitifs A rdali-
ser seront mieux 6tudids, approfondis, les intrt6ts vitaux tie
la Rdpublique mnicux.assurds par consdquent.
Le CGouvernement espire que les Elus du suffrage univer-
sel accompliront la taiche patriotique que les circonstances
leur oit devolue. S'il en Ltait autrement, il ne resterail plus
qui'A en appeler it la Nation elle-mime.
CONCITOYENS,
En agissant coinic il l'a fail, le PIouvoir Ex6cutif n'ignoer
point qu'il marche iintcimenlt d'accord avec l'Opinioni pu-
lblique; aveoe c lecntiment national, avec tout ce que la Rdcpu-
bliquc colmpte d'csi)ris senses, de coeurs droits ct lionnMls,
de citovens d(sintlrcsscs.
('est ctlle conviction profonde qui le soutient dans ses
graves devoirs et qui souliendra sans cssse son eicergique vo-
lontd d'assulerr A cc I'avs, sur des bases ddlfnitiives; l rIgime
de I'cordre tdans la lilel)rt; I mcr gine id la paix social darns le
travail pjroldg6 et honors, le regime, en un 1mot, d'lune v6ritalel
diimocratie, lhureluse ct prospicr, digne tid respect universal,

I)DARTIGUENAVE.









V

CONVENTION
Conceirnat los Droits et les Deuoirs des Puissances et Pmrlonnl neutres
en c3s Ie luerru sur terre.
Pour I'indication des Paissances el leurs ReprIsenlanls (voir la
premiere Convention concernant le I< RgtlemenIl pacifiqiue des
con/lits internationat.v. (MONITEUR du 21 Aoiit 1915,No. 50.)


CHAPITRE I
Des droits el des devoirs des Puissances neiilres.

Article premier.
Le territoire des Puissances neutres est inviolable.
Arlicle 2.

11 est interdit aux bellig6rant de fire passer t travers le
territoire d'une Puissance nentre des troa)pes on des coiivois,
soit de munitions, soit d'alpprovisionnemien s.

Article 3.
II est 6galement interdit aux l)elligcrants
a. d'installer sur le territoire d'une Puissance neutre une
station radio-t6l6graplhiique ou tout apparel destine A servir
comma move de communication avec des forces bellig6-
rantes sur terre ou sur mer;
b. d'utiliser toute installation de cc genre Mtablic par eux
avant la guerre sur le territoire tie la Iuissance neutre dans
un but exclusivemcnt militaire, et qui n'a paS dtd ouverte au
service de la correspondence publlique.

Article 4.

Des corps de combatants ne peuvent Mtre forms, ni des


-78 w






- 79 -


bureau d'enrolenient oiverts, sur le terriloire Cd' (iIn Pinfs-
sance nentre au prolit des bclligerants.

Article 5.

nlie IPissance neutre ne doit tolcrer su1r sonl tlrritoireC ilu-
cun des actes visis par les articles 2 ai 4,
Elle n'est tenui e e punir des actes contraires A la neutra-
lite (Ique si ces actes ont ~et commis surson propre territoire.

Article 6.

La responsabilite d'iine Puissance neultre n'est pas engagic
par le fail que des individus passent isolmcnt la frontiire
pour sc imettre au service de l'un des belligerants.

Article 7.

Unc Puissance ncutre n'est pas tenue d'empccher I'exporla-
lion ou le transit, pour le compete de l'un on de l'autre des
bellig6rants, d'armes, de munitions, et, en general, de tout ce
qui peut etre utile ai une arm6e ou Ai une lotte.

Article 8.

Une Puissance neutre n'est pas tenue d'interdire on de rcs-
treindre l'usage, pour les bellig6rants, des cAbles t(61griaphi-
ques on l l6phoniques, ainsi que des appareils de t(lgraphic
sans fil, qui sont soit sa propriety, soit celle de companies
on de particuliers.
Article 9.

Toutes measures restrictive on prohibitives prises par tne
Puissance ineutre A l'agard des matieres visces par les articles
7 et 8 devront 0tre uniformnment appliqunes par elle aux
bellig6rants.
La Puissance neutre veillera au respect dte la ninc obliga-
tion par les companies on particuliers Iropritlaires de cai-
bles tcligraphiques on ticlplhoniques ou d'appareils de tdle-
graphics sans fils.
Article 10.

Ne pcut ctre considerC come un acte hostile le fail, par
une Puissance neutre, de repousser, m0me par la force, les
atteintes i sa neutrality.







rto -

CHAPITRE II.
D s 1. IIi!l :',i u inlerne s el des ble.;.:s soie:l'., che: les nelres"

Article 11.
L.a Puissance neutre qui recoit sur son territoire des trou-
pes appartenant aux armies belligerantes, les internera, au-
tant (que possible, loin du th6 titre de la guerre.
Elle pourra les garder dans des camps, et ii~ne les enfer-
nier dans des fortresses on dans des lieux applroplries at cet
clret.
Elle dcidera si les officers peuvent tlre laisscs libres en
prenant l'engagement sur parole de ne pas quitter le terri-
toire neutre sans autorisation.

Article 12.
A d6faut de convention special, la Puissance neutre four-
nira aux interns los vivres, les lhalillements et les secours
conmmand6s par l'hlumanit6.
Bonification sera faite, A la paix, des frais occasionn6s par
l'internement.
Article 13-
La Puissance neutre qui recoit des prisonniers de guerre
6vades les laissera en liberty. Si elle tol&re leur sejour sur so I
territoire elle peut leur assigned une residence.
La m mne disposition est appliquable aux prisonniers de
guerre amends par des troupes se rtl'giant sur le territoire
de la Puissance neutre.

Article 14.

Une puissance neutre pourra autoriser le passage sur son
territoire des blesses ou maladies appartenant aux armies bel-
lig6rantes, sons la reserve que les trains qui les amenieront
ne transporteront ni personnel, ni matlriel dte guerre. En
pareil cas, la PIuissance neutre est tenue de prendre les mestu-
res de sfiret6 et de contr6le n6cessaires A cet elfet.
Les blesses on mialades amencs dans ces conditions sur le
territoiree neutre par un des belligerants, et qui appartien-
draient A la parties adverse, devront dtre gard6s par la Puis-
sauce neutre de maniare qu'ils ne puissent de nouveau pren-
dre part aux operations de la guerre. Cette Puissance aura
les nm6mes devoirs quant aux blesses ou malades de l'anure
arm6e qui lui seraient confines.







Article 15.

La Convention de Gen\ve s'nppliqile aux malades et aux
blesses intern-s sur territoire neutre.

CHAPITRE III.
I)cs per'solme/s netiillrs.

Article 16.

Sont considers come neutres les nationaux d'un Etat qui
ne prend pas part a la guerre.
Article 17.

Un neutre ne peut pas se privaloir de sa nentralit6 :
a. s'il comment des acts hostiles contre un bellig6rant ;
1). s'il comet des acts en faveur d'un )elligerant, notam-
ment s'il prend volontairement du service dans les rangs de
la force armed e e l'une des parties.
En pareil cas, le neutre ne sera pas trait plus rigoureuse-
ment par le bclligerant centre lequel il s'est d6parti de la neu-
tralite que ne pourrait l'tre, it raison du ni'me fait, un na.
tional de I'autre Etat belligera,t.

Article 18.

Ne seront pas considers come acts commis en faveur
des bellig6rants, dans le sens de l'article 17, lettre b :
a les fournitures faites ou les emprunts consentis ia 1'un
des belligerants, pourvu que le fournisseur on le prleteur
n'habite ni le territoire de l'autre partic, ni le territoire occu-
pi par elle, et que les fournitures, ne proviennent pas de ces
tcrritoires ;
1) les services rendus en matifre de police on d'adminis-
tration civil.

CHAPITRE IV. Du mal-riel des chemins de fer.

Article 19.

Le materiel des chemins de fer provenant du territoire de
Puissances neutres, qu'il appartienne ia ces Puissances oin i
des socid6ts on personnel privies, et reconnaissables come


- I --








filc e, ie p *im 1.1 itre rcquiisitioiii et utiliss par n IIL) ige-
rant (que dains le cas et la mes re oil I'exige une imnpdrieuse
necessiti-, 1 sera renvoy, aussit6o que possible (ndans le Pays
d'origille.
La Puissanc cure neulre poi0r de lieme, en cas de necessitd,
retenir et utiliser, jsq'ai tdue concurrence, le materiel pro-
venant (id territoire de la Puissance )elligriante.
Une indemnilet sera ipaye tie part el ('aultre, en l)ro)or-
lion (Id mlatlriel utilis6 et de la durI de tie 'utilislation.

C(IIAPITi E V. Dispositions fin iles

Article 20

Les disposittons de la pr6sente Conv\ntion ne sont appli-
cables qu'entre les I'issances contraclantes et senlement si les
belligrrants sont tous parties a la memne Convention.

Article 21

La pr6sente Convention scra ra ifi6e aussit6t que possible.
Les ramifications seront dtpostes A La HAvE
Le premier d6ip6t de ratifications sera constant par un pro-
c6s-verbal sign par les reprisentants des Puissances qui y
prennent part et par le Ministre des Affaires Elrang6res des
Pays-Bas.
Lts d(p61s ult6rieurs de ratifications se front an moyen
d'une notification ecrite,adresste an (;ouvernement des Pavs-
Bas et accolmpagne de l'instrument de ratification
Copie certifite conform du proces-verbal relatif au pre-
mier d6p6t de ratifications, des notifications mentionntes At
l'alinoa precedent, ainsi que des ins'irments de ratiications
sera inmmidiatement remis par les soins du Gouvernement
des Pays-Bas et par la voie diplomatique aux Puissances
conviees A la deuxieme (Conflrence de la IPix ainsi qu'aux
ntres I nissances q(li auront adh6tr- A la Convention. Dans
les cas vis6s par l'alinea ipr)eddent, le (lit Gonvernement leur
fera connaitre en mime temps la date A laquelle il a recu la
notification.
Article 22.

Les Puissances non signataires sont advises A adherer A
la present Convention.
La Puissance qui desire adhere nolifie par tcrit son in-
tention au Gouvernement des Pays-Bas en lui transmeltant


I)"








lace d'adll(sio n qui sera delSpose dan(s les airclives dudit
Gouvernei ent
Cc Gouiverlncmen transmiettra inlmrdiatemient l routes les
autres IPuissances cop)ie certified coniforme de la notification
ainsi que de I'acte d'adhisioin, en indiquant la date a laquelle
il a requ la notitieation.

Article 23.

LIa prIsente Convention produira e.Tet, pou; les Pilissances
lqui auront participe au premier d(61)pt de ratifications,soixaln-
te jours apres la (ate du proccs-verbal de ce d(p6t, et polur
les Puissances qui ratifieriint ulterieurement on qui adhere-
ront,soixante jours apr's que la notification de leur ratification
on de lear adlhsion aura e reue p ltr le Gouvernemennt des
PIays-lBas.
Article 21.

S'il arrivait qu'unie d (s Puissances contractantes voultit dd-
noncer lai prsente Convention, la denonciation sera notified
par 6crit au Gouvernement des Pays-Bas qui communiquera
inumediatement copie certified conform de la notification a
routes les autres Puissances, en leur faisant savoir Ia date ,i
laquelle il I'a re.ue.
L.a dononcialionl ne produira ses effects qu'a l'tgard de la
puissance qui l'aura notified et un an ual)pres que la notification
en sera parvenue an Gouvernement des Pays-Bas

Article 25.

Un registry tenu par le Ministire des Affaires Etrangrres des
Plays-Bas indiquera la date du (1d6ept des ratifications effec-
tuoes en vertu de I'article 21, alineas 3 et 4, ainsi que ladale
i laquelle auront ti reues les notifications d'adhlision ( Ar-
ticle 22, alina 2) ou ie dlenonciation (article 24, alinea 1.)
Chaque lPuissancc contractante est admise il prendre con-
naissance de cc registre ct a en demander des extraits certifies
conformes.
En foi de quoi, les IPle6ipotentiaires ont revttu la prdsente
Convention de leurs signatures.
Fail i Ia Ilaye, le dlix-huit Octobre mil neuf cent sept, en
un seul exemplaire qui restera d6pos6 dans les archives du
(ouvernement des Pays-Bas et don't des copies, certified
conformes, seront premises par la voie diplomatique aux Puis-
sance (qui out itC convi6es a la Deuxiime Conference de la
Paix.






- 84 -


I. P A ... ............



, N R1 LES JTA.-TS-. S D' \fh \ lllj


3. POL'.1I L'AIIIENTINE:


Mlar--, 'h.ill
k liege,
/ osepht Il. Choate
Ilorace Porler
U. MA. Rose
David Jayne lill
C. S. Sperry
\ Williami I. Bilmllhanii


IRotlue S;enz I'cn;i
Luis iM. llago
C. Iiinez Ilarn'fla


SAlercv
4. PJouIR L \ ['TIit(:iE-Illo ...: .............. a
Iton" Maccino

A. Ileernaert
5. ou A LGI E .................................... an )De llenvel
Guillaume

6. Poun LA BOLIVIE ...................... Claudio Pinilla

M )y Barlhosa
Porrn LE IBRESIL ................. ................... .... .. ly )
L E. Lisb6a
8. or LA L l in llral-Major \Vinar itl'
8. Po n LA BU LGAR E ................................... KaranIdjotilol


9 Pon LE C HILI .................. ...................

10. POLu' LA CHINE ........ ........................

SI\. POUR LA COLOMiIE .................



12. Poun LA IIH PUiILIQUE BE CUDA


Domingo (Ga.a
Allgmilslu Malile
Carlos ConII'lIa

Jorge lolg(uin
S. Per Tz Tr iana
. Vairgas

Antonio S. de Piislaiientc
Gnzalo de Quesada
Mlanuel Sanguily


13. POUlI LE DAN IARK. ......... ..... .......... C. lIUN


i i. POUR LA HI'PUBLIiQUE DO.MINICAINE


15. POU L'lQUR ATE ........ .... ................. I


Dr. lHeiri(liiez y Carvajal
Apolinar Tejora

Victor Al. l'mndoi
E. Dorn y De Al ai


--- --- i


I `.I Ipf'lulili:,e Ar-
g lntlii r ail rI'sm i
de I'.f-ulich, 1,


--... i










16. Pornl L'E' I A.NE.



17. I'orn LA FnANCE


W. 1). dIe Villa Urnilia
.los0 de La liica y Calvo
Gabriel Malura

lCon Bouirgois
(l'Estou1rnelles le Constant
. ieniiault
Marcellin Pellet


18. Poun LA (GnANDE-13B ETAGN E ..............


Edi\. Fry
1Ernest Salow
lteav
Henri Howard


Sous rlscrve
des articles 16,
17 et 18.


Po rl LA G IECE. ..... ..... ...........................


PoUn 1.:; GIUATEMALA ...............


21. PorUn AIITI......... ....


22. PI'1t 1 L'ITALIE .................

23. PoUn LIE JAPON .. ..............

24. P'oUn LE LUE xE3' ..............


23. Po'r11 LE MEXIQUE ....... ..



20 P'oUn E o T..................................


27. Poun LE |: N A .............

28. Porn LA Non i\,i.
29t. PouR LE PANAMA
30. Poun LE PAIIAiGAY



31. PoUn LE.sqPAb'-BAs ..


Clon li izo RangabO
I Georges Streit


..................... Jose Tible Ma lshado

Dalbemar Jean-Joseph
J. N. Leier
S 'ierre Iludicourt

tPompilj
G. Fusinato

Aimaro Salo

.. L yslicihe
SComte tie \illers


G. A. Esleva
S. 1. de Mier
F. I. de la Barra

Nelidow
Martens
N. Tchariykow


1. Ilagerup
B. Porras
G. dou Moineca

N W. 11. dec Beaufort
I T. M. C. Asser
SDen Beer Poorlugael
J. A. l. oell
\ A. Loeff


-- s -


.. ......... ...............







- S6


32. Porn I.oI':A it
:31. Porni LA P:1i .



:{ I'Po n I IIPoIlrri (


43. Porn L ito.aull .


3:(. Pol'r It. ~t r ssi U. ......



;{7. Porn LE SA..i'ADO.



S I(),'rn LA Se-atml.; "



31. Pou u1 Sll.m



40. Potrn I.A S I:nI ....


i41. Polrn l.A Sri.% : ...
12. Por1 .A Trnor)i.:
43. Ponr LT''Gi\v"
41. PoUR LE VN+zEU:,LA


C (. (;G C:aiidao

1 1. Saniil Khan .Monlazo-,Sallanih
( I1. Alimn Klian S'dlilh UI liillk

SMairuiis ide Soveral
SConmi I dc Selir1
.Allberto I'Olivcera

(I'l lavroconrato


N.-lil1,w
M.arlens
N. Tcharil ow

P .1J. MIalhion
S. Perez Triana


(Groii'tch
Ci. MAlilovanovi'lch
lG. Mililchlievitch


Monl C(Imlijlc l'l
C. Co,'a-ioni d('Orelli
iLuaing Illihnv;inarlih Narinmlal

K. 11. 1,. llaIn narsl,|iol(
Jolu. liellincr

Carlin
Turlhan
.Jose liallc N O1donlez
.1. (il F'ortloil


NOUS IFRAN(COIS ANTOINE SIMON

PrIsident dc la RIcpuibliquc d'Ilidii


Avant pour agrcable la Convention concernant les Droiis ei
les Devoirs des Puissances ti (des Personnes ncntres en cas dc
guerre sur lerre, sign6e it la -l aye par les Ill6niol'nliaires
resp)eclifs des Puissances qui ont pris part ii la I)exilme Con-
l ernce Inlernalionale de la Paix, tenue en la d Ile ville diu
(quin ze Juin an 18 Oclobre mil netf cent sep)l, d6cla 'rons ap-
p)rouivcr, ratilier ce confirnjer la sts-dile Coniivenlion, p)romenl-






87 --


1i:it dte la fair ex c cuter ct observer scion sa foriic t tencllr
sa'is pernelttrc qu'il y soil contrever.u.
En foi de quoi nous avons sign, de notre main, :l pr6senle
ralificalion et y avons faith apposer le Sccau de la IH6publique.
)Donne au Palais National (c Port-au-Prince, le 23 Aotit
1909, an 1066ne. de l'Inddpendance.

( L. S. A. T. SIMON.
Part le PI'6sidcnl :
Le Secritaire d'Elat aiu Dep;arlenzeni
des Relations E.vilrieures,

( L. S. ) MURAT CLAUDE.




DECRET


LE CORPS LEGISLATIF

Usant du ponvoir qui lui est atlril)u par I'article 101 de la
Constitution, apr&s avoir exaniin6 la Convention concernant
les Droils el les Devoirs des Puissances el des Personnes neutres
en cas de guerresur terre, signed ai la Have par les Plnipoten-
tiaires respectifs des Puissances qni ont pris part a la deu-
xiime Conference Internationale de la Paix tenue en la dite
ville du 15 Juin an ;8 Octobre 1907, laquelle Convention a
tie ratified parle President de la RWpublique d'Haili le 23AoAt
1909;
)Dcrtc la sanction de la dite Convention pour sortir son
plein et enter effet.
I)onne I la Chambre des Rleprsentants,ai Port-a-IPrince, le
27 Aofit 19091, an 106inm de l'Ind6pendance.
Le president de la Chanibre,

(S) G DESIOSIERS.
Les secrI'rtres
(S) BEAUIhARNAIS JN.-FnIANCOIS, I)mi. LAMARTINE CAMILLE







- SS -


I)Omi- ii la la i.sion Nationale a Porl-au-1Priijcc, le '0 Aout
1909, an 1()Hiclme de I'lnd6pendance.

Le president (idu Sidal,

(S) F P. PAULIN
/,es secrl aircs,
(S ) J. DI)SSEK, DIOG(;iNE- LiEliF ol lin



LE I)ICRET DU 5 AVRIL


Le Contre-Amiral CAPERiTOx a expriml qu'alprs av\oir vai-
nement essayf pendant ccs trois dernicres semaines, d'une f'a-
'on toule amicale avec Ic concourse de certain patriots
neutres haitiens d'arriver a ine n entente dans le conflict exis-
tant entire les I'ouvoirs ExOculif et Logislatif dii Goiverne-
ment Haitien, il lui -a 0t impossible de tronver une base
d'entente qui pouvait ctre accepted par les deux parties en
Scntroverse. Par consequent, vn I'impossibilitI de mnctlre
d'accord le Gouvernement et I'opposition, maligr les olires
conciliantes faites par Ic (Gouvernement i opposition, il a
done avisc les bureau de la Chambre et du Senal, (qui a-
vaient 0cl dissous par le D)cret du 5 Avril 1916, que son plein
devoir de maintenir la paix et l'ord.r en Hlaiti rend neces-
saire (u'il appl)iic Ic D)cret d(u (;Governement constitur ct
reconnu d'Haiti.


Port-au-Prince, le 2 Mai 101(0.

SON ExcII.II:NCE L.: PRESIDENT DE L.A. IMP'nUBi.LtE,
PIalais National.

Monsieulr Ic Prosident,

Le Cabinet, ai qli vons aviez Iien vouln confier la laurde
mission, touted de sacrifice ipcrsotnncl, de poser avec vonts les
premieres assists de la reconstruction nalionalc, consirce
auijourdl'iuii (flie sa mission est accoml liie.









L''sclav\age militaire, don't tous ls lehommcs de progress re-
clamaient vainement la suppression depuis un temps imml -
morial, n'cxisle plus ; In liberty, la liberty v6riitable cell qui
ouvre toutes les plus Inrges possibilities d'action nu hicn, i
I'lionnitcto, au travail, (st disormais OlLa lic ; la stability gou-
vernementale est assure ; la paix puiiblique West plus un my-
tlie; Ie B budget, d(lelnrrass6 (id poids miort des D)parle-
Inents de la Guerre eL d( la Marine et ld'in certain nombre
de functions de complaisance, sern iicnt6t allcg6 (d'une re-
Iprsentation parlemenlaire trop cofilense ct s'all6gera de plus
en plus des d6penses inutiles ou excessive, alin de r6aliscr
la formule salutaire id Gonvernement 6conominue, c'esl-i-
dire de Ia reduction an mininmuin des frais de l'Administra-
tion plubllique, en vnc e (I parvcniir, ai br6ve ichiance, au dc-
glrviemeinl de l'IExportalion, en vue de consacrer In plus
grande lpart possible des resources nationals i la scurite
liour Ito s, a 1'Instruction pullique, a I'Agriculture, a l'anmi-
lioration du sort des paysans, des classes lahorieuses, aux
routes, aux Iravaux ipulblics, ia l'hygiene, i lnemblllissement
d(e nos villas, aux Beaux-Arts, I'expalnsion, en uni mot. de
tontes les forces vitales (de la 11'publiquc. (C'st pour assuirer
Ie slicces d'uni tel programme pi'neic Assemblle (Constituanle,
Levant son palriolisme i la I uintcur des nicessil6s nationa-
les, centreprendra hient6t la revision g6ncrale de Ia Constitu-
tion.
Le Cabinet vouis a ainsi aid&, Monsieur Ic PrLsident, ,i dC-
blaver Ie terrain, ai riinir les niatiriaix, A fonder lcs assists
Lt maintenant, c'est I'uniivre ni-mme de la reconstruction (Iu!
s'offre A I'activilt du pouvoir lxEcCutif.
Le C(alinct, aipris un protond examen de la situation, esli-
m eque c est pour iii, a cctle lteunrc, In impirienx devoir de
loyaut6 de laisser \Volre Excellence, Monsieur le President,
toute la liberl6 ia Inquelle Elle a droil pour choisir ses colla-
liorateurs dans la taiche nouvellc.
lin dOposant en vos mains sa d(1mission, il client a vous
remercier cordialement dte la fermet6 inlbranlablle nvec la-
quelle vous l'avez soutlenu e il est lieureux (d rendre horn
Inage a votre pur :patri ltism a votre hanI. et exclusif sonci
des v6ritables inl rits, des inl'rl's sup6ricurs et permanenits
du People Haitice.
Veuillez agrIer, Monsieur le lPriesidenl, la nouvclle assu-
rance ded nos sentiments respecliteux el ditvouCs.

Co('Nx.\xsvr MAYAIlI), l'l.MI-: I'.!1E, A ANiDRE, E 1O)()1-
NEVAL, I.o ls OI5i)NO.






- t0o -


I'ort-.a -I'riicee le 2 M.ii 1 0.) .

DAITIGUENAVE
President de la lHepublique.

A Messieurs CoNsr.ANrIN MAYAD, E.litLE Li.iiE, ANNLYVSSE
ANoni :, ETI-ENNI-'s DOI)OiNI:VA ct Lo'ls BORNO.
En ville.
Mes chers concitoyens,

C'est sous l'empire d'une vive et sincere motion que je
rcponds A la leltre collective e cc jour, par laquelle Ic Ca-
linelt lque vous formicz d6pose entire mies mains sa demiis-
sion, en faisant v\aloiir (u'il considCre aujonrd'hni conmme
accomplice, la lourde mission, toute de sacrifice personnel,
que je lui avais confide, de po:er avec moi les premieres as-
sises de la reconstitution national
(Cdant aux raisons devant lesquelles vous crovez devoir
fire ilechir routes les considerations quli eussent pu vous
porter A legilimement d6sirer me continue votre pr6cieuse
collaboration, appriciant, d'antre part, les hauts sentiments
qui vons ont portes A juger bon de me laisser toute la liberIt
pour une nouvelle collaboration appelee a complete l'oeuvre
rcalis&c par vous, j'acccpte la admission du Cabinet.
Toutefois, je dois et me fais un doux devoir de rendre un
homage cordial aux labeurs patriotiques auxquels vous
aviez consent A vous devoucr au nom de la Nation et don't
il m'est agreable de retrouver l'empreinte fiddle ldans vote
leltre
Envisageant avec sang-froid, A l'abri de tortes les funestes
suggestions de la passion, cc qu'en un court space de temps
vous avez faith pour laisser i cette here le Pays dlharrasse
du fardpau don't 1'avait accabll plus d'un sicle d'erreurs et
de malicurs, 1'avcnir ne vons marchandera point sa haute
approl)ation et le tnmoignag dle la reconnaissance Nationale.
Iour cc qui n'est personnel, je suis heureux de vous rei-
tlrer jci les remerciements chaleureux que je vous ai si sou-
vent adresses pour Ie concourse d6sintercsse, loyal et d6voud
que j'ai constanmment trouv6 en 'ous, aux heures les plus
idollourcuses, inoultlialels, v6cues ensemble.
.Ie maniquerais a moi-m6me, si je me surprenais un ins-
tant A penser que jc doive teacher de vous persuader qlu'c






- 91 -


nous separain vous enmporlez dans vos fovers toules mon
eslime unie i la v6re par des liens indissollibles. El c'est en
m'y appuyant fermemcent que je me reconnais le droit de fire,
ailleurs, appel Ai vos lumieres el a votre experience 6prouvee
pour enlreprendre et achIver', come vous 1'ecrivez fort
juslement (( l'ceuvrel melme de la reconstruction qui s'offre a
1'aclivil d(li Pouvoir Ex culitif. ,
.lusqu'au choix de vos succcsseurs, je vous scrai obligO de
vouloir I)ici pourvoir aux services courants de vos D)tparlc-
ienits miinistlriels.
En vous distant encore merci, je saisis, avec plaisir, cclle
nouvelle occasion de vons donner, mes cheers concitoyens, 'as-
surance de mion invariable sympathies et de mon afftecluuese
consideration.
DAIRTIGL 6'ENAVE,



ARRIT]1


DARTING ( ENA VE
I'lEISII/ENT DE LA III'1i'ILLI('E.

(Considerant que, par suite de la admission des Secrleaires
d'Elat, il v a lieu de constiluer un nouveau Calbincl
Almul'rr :
Art. ler. ILe ciloven CONST-ANT' VI:e esl nomm6 Secr6-
taire d'Etat de l'lnlricuir ct des Travaux publics.
Le Docteur EDMOND HtnRAx est nomim6 Secr6taire d'Elat
des Finances et du Commerce.
I e ciloven LoUis Bonso est nomme Secritaire d'E(tat des
Relations Exilricures el des Cultes
L.e cilo\en I'-:TIxxNN: DIonAIIx'v.,, esl nommn Sccritaire d'Elat
de la Justice et de I'Ag'iculiitlI.
Art 2. Le SecrOinire (d'Elt des Relal'ons Exterieures el
des (Cillcs esl charge par inlerim du ID)parlement de I'Ins-
truction l)ipu li(que.
Art. 3. -- Le present nriel( tran imprime6 et public.
D)onn au ll ainis National, t I o1i lai-l'rince, le 9 Mai 1916,
an I13e. de I'Inde(pendanlce.
1)ATI'I UENAVE,









1i' 11 Pi i I Iice, Ie 1 'F vvricr 1 1JC).

L.- St i h TAin-: D'ET.AT A t DI)P'A TI M NT AIt: 'IJ.il"i, 11.t

A Messieurs les Docleurs W MENOS, Direcieur de 'Ecole ide
h;dccinc.
LEBRUN BilRUNO, I)putIle, meimnbre duI Bureau Municipal
d'hygiiene
1. RICOT, Professeur i 1I'E -l i' dle 3f,'.'in,', menmbre du La-
boraloirc de B(tchcriologie de Porl-al- Prince.
LISSADI)E, memizbre .liu Laboraloir e Ide Btrciiologie.
I. IIYSON, Professeur tI I'Ecole de 3Mdecine.
Cn. MAIT''lO)N, Profisseur 6 I'Ecole dre Me;decine, mnemnlv-e dui
(Labori(loire d(e Bhiutriolohgic.
.J1L.rs FLEIJL'Y, menibre diu Jury 3Mdical Central, M3decin du
Porl.
En ville.
Messieurs les Docleurs,

.'ai Favanitage de porter ai volre connaissance :lu'en verlu
de Ila ddeision du Conseil des Secrclaires d'Elat, eni dale (d
9 Fevrier courant, mnon DIpartmenit a fail choix de vous,
pour former' unc Coninlission (l'tygielle
Celle (Commission aura pour mission de fire ani Gou-
vernemien un rapport sur :
lo. Les conditions gOnirales de la sanl l p1ublique dais le
pays;
20. Un plan des reforms et innovations A fire enter dans
la Legislation national louchant la sant6 publique,
3o. L'institution ct le fonctionnement du Bureau de la Di-
rection generale de 'llygicne CPublique a crier au D1)
partement de l'Inltricur;
lo I.es irelcments g6neraux d'lygiinc Ai llablir et don't
l'application scra "i la diligence plant de Il'tati (le des
Communes r&glemcnts lonchaint notamment la police
sanitaire des ports.
oo I.es grands travaux d'assainissemcent publlic a cffecluer.
Go Unc Ovaluation alpproximative du prix de ces travaux.
)ans 'allencte du resultat de vos :tudes, je vousenvoic, Mes-
sieurs, l'assurance de ma consideration distingiuie,


(CONSTANTIN MAYAIRD








Porl-all-Prince, Ie 22 Mars 1916.


AU SECltui'rAlxE D'EorA DE L'IN-rITERIEUR

Monsieur Ic Secritaire d'Elal,

Nous vcius prIsentons aujourd'llui une prelmieie partic dLI
travail que vote )epartement nous a faith I'lonncnur de nous
confier.
D'apr&s votre letlre en date duI 1I4 Felvrier dernier, nous
institlant en commission, nous sominins charges de fire an
(iouvcieiieienit unl rapport sur:

( lo les conditions generalcs de la sante p)ublique dans le
Pays;
2o. un plan tde reforms et innovations A fair enter dans
la legislation national touchant Ia sanie pul)lique ;
0o. 1'institution et le fonctionnemenlt (u l)urLau de o la I)i-
rcction general d 'hylgiienc pulliique ai creer au Dpalrte-
inent de l'Intdricur ;
4o. les r0gleiiimnts glnlraux de 'l ygiene ia ltablir et don't
l'application sera ai la diligence plant (de 'Etat (ilue des Coni-
intnes, rIglenients touchant notaninient la police sanitaire
des ports ;
5o. les grands travaux d'assainissemncn public a effectuer
()o. line evaluation approximativ e (dlu prix de ccs travaux.

La imultii)licit ct 1'el'enduc des points a trailer nous out
determines ai tudier d'abord les paragraphies 2, 3 et 4.
Dans uine de nos pricedentes lettres, nous vous avons faith
)ressentir d'ailleLrs (lue certain points, ltls que les condi-
tions gnls (Inc sde la santi)L publlilue dans le Pays, les grands
travaux d'assainissenient public 1" efrtccluer ct leur 'valuation
approximative ne )npeuvellt Itrc 6tuldiis, minoe dans leurs
grandes ligncs, qu'a)ris (le cdeux imlnmbres de la Conimis-
sion, an moins, auront fail n11e enqu0te sanilaire dans les
principles villes de l It cpulbliiquel Proccdler autremIeint se-
rait fair une e(nvre ptirement ti"oriqlie don't 1'application
risquerait do manquer le but utilitaire que Ie Gouverncment
ve til alleindre.
En inatiire d'hyginie, si I'on doit s'inspirer des principles
ge0neraux admis dans tous les pays, il n'est pas moins vrai
lque leurl al')licnlion reside ldans les conditions particulicres
de chaque contr6e Et l'importance de la question est tell






- 94 -


(ite ,nous a,\ Wi.', d(i envisager I'organisation sanitaire dc beoal-
coup de pays, avant d'imaigilAr I'organisationl suivante (Jue
inouls rtv ,,is reserve des modifications A v ipporter plus tard.
1 ('C, in/,,itiio dtt personnel hec Ihniqw- dn bureau de la direc-
tion G(n rale de I'llgidene plblique.
Nous disons personnel tecliuiique,parce qu'il y auLr aussi 1n
pi onintel ad(iinistratif, coimposc de secrltaires, dlaclylogra-
iphes, a rchivistes, l)ibliotlihcaires, don't le nomlbre sera deter-
mini suivant les ecsoins du service.
Ce bureau sera compose de :

lo. un directeur m6decin,
2o. (quIatre Ilm decins,
3o. deux specialistes (1 bacltlriologisle ce 1 paraI iluli tle', )
4o. un chimiste expert,
5o. un ingeOnicur,
6o. un architect,
7o. 1un vtierinaire.

Choi. des membres.

Dans la loi (quli cric cc Bureau de direction g6nerale, nous
prcvoyons Lque ipour en fire partie, il faut avoir, an moins
10 ans de pratique de son art et que les membres de cc per-
soninel penvent itre choisis indilfTremnment panri les specia-
listes haitiens on strangers.
Nous avons adopt& ce mode de recruitment afin te donner
a la direction g6nerale les garanties suffisantes d'autorite que
confere une grande prati(iue intelligence des arts en general
et pour supple r A l'insullisance des spfcialitts dans notre
milieu.
Mais le Gouvernement ne pourra trouver des homes
vraiment s6rieux paur remplir le r6le de gardens de la santo
)pulli(qe qui exige une vigilance de tous les instants qu'au-
tant qi'il les rCtribucra dans de justes proportions.
Cuba qui pr6sente une organisation hygi(nique remarqua-
ble pent servir d'cxemple ai cet tgard.

A ltribulions.

Quelles seront les attributions de la Direction gt6nrale de
l'hygiene publique ?
Elles consistelroit d'une facon g6n,1rale dans le haut con-
tr6le des bureaux d'ihgivene ImIIiicipa ux qui devront etre
crCCs immdniatemnent par les Commtnnes ct pour (que la Di-








r'eclton puisse avoir le control de la police sanitaire maritime
dans les Communes A port de mer et de la police sanitaire
de la frontiere Ha'ftiano-dominicaine, dans cells situies a pro-
ximit6 de la frontiere,le bureau d'lhygienc municipal doit avoir
un m6decin specialement charge, de chacun de ces services
particuliers
Ses attribution ds ans ler detail seront :

Io. Contlrle de. l'ec.;culion des retlenments sanilair'es cOl)iIll-
inaulii. conicernnt(i les individus.

I@6ception des declarations des cas de maladies transmis-
sibles ou contagieuses, leur contr6le.
Contr6le de la prophylaxie et de l'isolcment.
Contr6le de la vaccination ct revaccination obligatoires.
Contr6le du service de la desinfcction.
Contr6le de l'inspection sanitaire des h6oels, caf6s, restau-
rants, ecoles, casernes, etc: contr6le concernant les individus.
Statistique des cas de maladies transmissibles ou conta-
gieuses.

2o.Conitr6le de I'execcllion des ir,'(letnentls saniltires coiLnimtnal(I
conrernant les ilnn:'nbles.

Contr6le de la dclivrance des permits de construire.
Contrle e de la surveillance des constructions au point de
vue sanitaire,
Contr6le de la surveillance des habitations insalubles, des
hibitations collectives : hipitaux, hospices, casernes, thLiitres,
6coles etc., contr6le de leur assainissement.
Contr6le de la surveillance des eaux d'alimentation, des
puits, des reservoirs ; contr61e de la surveillance des bassins.
RItception du easier sanitaire des imnmeubles.

3o. Control de l'ass(ainissenlent g.neiral de la locally et de la
voie publique.

Contr6le des distributions publiques d'eau potable et des
reservoirs publics d'eau d'alimentation.
Control du service des &gouils.
Carte sanitaire des communes et cigographie md(a 'e
d'Haiti.
4o. Service mIlical de l'Ella civil.
Contr6lede la constalation des naissanceset des dices. Sla-
tistique d6mographique.


_ <}~) _








.o. I / lion de la slatlislique des lmahulies co la..li,.u.ses vl
ltrnsaiissibles des ;coles, des: casercns, des liches saniliares
scolaires el des ('(csernes.

6). Co"nr111Fu de la 1!i: sa.li: Iire des alimaiilx.

Control tde n snrvei llance Ides :Ohattoirs.
(Controle die inspectionn des v'i'nlles foraiines.

7o. Conlr6le de I'nspeclion des. de'lles alinr'nlaires.

Control die leur provenance ct fabrication.
Control de la qiuallite du lait, control des vacheries.
8o, Contr6lc de la surveillance des halles ct marches, I)nu-
langeries, guildives,tous t'ablisscnents industrials ct agricoles.
9o. Contrl61 et su:rveillance de la prostitutio:i an point d(.
vue.de la nprophylaxic des tn-iladies v6tinriennes.
lO. Control de I'cxcution des riglements concernant la
police san:itaire des p)rts et d2 la ( 1'rntijre hlaitiano-domni-
nicaine.
1lo. Enfin la Direction g;nirale donnera an D6parteiment
de 1'lntiricu'r ct anx Communes s3: avis qui sera obligatoire
str toutes les questions concernant la santo publique : tra-
va,'x d'assainissemlniit, cj.;strJc.tio1 d'etablissements hIospi-
taliers puilics et priv6s, conseillera et prendra des iImsureI,
en cas d'dpid6mie oU menace d'Ipidcniie Et le personnel
technique des 6tablissements lhospitaliers de 1'Elat devra Lrce
nam lii sur la proposition de la Direction g6ndrale.

II est ai s3aulihiter, Mr. le Selri3taire d'Etat, que la Direction
ge enrale, en l'risonl iinm ie de importance qu'elle p)rendra dos
sa fornmtion par 'son nom ')reux pXers3o:'el, ait uan l)timnent
sl)ecial pour ses I:laraux, bAtiient d.i s le quel seraient pla-
eds &galemenut les bureau td'une direction de I'assistance pu-
blique don't la creation est nlcessaire, croyons-nous.

II

Conseils d'hygi;ne diparle'lenlan.r.

Pour rendre plus efectif le control e la Direction gcnde-
rale sur les bureaux d'hygicne ntunicipalx de toute la It6p)u-
blique, il est ndcessaire de crecr, dans cliaque chef-lien de
I)partemnent, except la Capitile, un conscil d'hygielc d&-
partemental, qui releveradirectci nent de la Direction g0nldrale.


- 9(1C) -