Citation
Bulletin des lois et actes

Material Information

Title:
Bulletin des lois et actes reformatted from the original and including, Bulletin des lois ..
Uniform Title:
Laws, etc. (Bulletin des lois et actes)
Portion of title:
Bulletin des lois
Added title page title:
Bulletin des lois et actes du gouvernement
Added title page title:
Bulletin des décrets et actes du Comité executif militaire
Creator:
Haiti
Haiti -- Département de la justice
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publisher:
Impr. nationale
Publication Date:
Frequency:
Annual
Language:
French
Edition:
Ed. officielle

Subjects

Subjects / Keywords:
Session laws -- Haiti ( lcsh )
Droit -- Législation -- Haïti ( ram )
Genre:
legislation ( marcgt )
federal government publication ( marcgt )

Notes

Dates or Sequential Designation:
Print began: 1870.
Numbering Peculiarities:
None published 1887-1890; 1892-1915?
Numbering Peculiarities:
Numbering dropped with no. 22. (1891)?
Issuing Body:
1946 issued by the Comité exécutif militaire, which was in power at this time.
General Note:
At head of title, <1916-1957>: République d'Haïti; Département de la justice.
General Note:
Edition statement starts appearing in 1916.
General Note:
Bulletin for 1891, "publié avec la haute approbation de M. le secrétaire d'État de l'intérieur," was published in Paris by Ch. Dunod & P. Vicq.

Record Information

Source Institution:
University of Michigan Law Library
Holding Location:
University of Michigan Law Library
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
643540980 ( OCLC )
Classification:
KGS35 .A23 ( lcc )

Full Text
This volume was donated to LLMC to enrich its on-line offerings and
for purposes of long-term preservation by
University of Michigan Law Library




N
T1
EGALITf:, FP ATEBXAT]k.
RIRPUBLIQUE D''BAITI.
BULLLTIN DES LOIS
No 9. ANN E 1878.
7N" 1ER. ARRI ,TL
IBOISROND-CANAL,
Pyisident de la Ripublique d'.Uadi,
Yu le augment rendu, le 3 Mal 1877, par le Tribunal criminei'du Portau-Prince, qui condamne le mommd Beaurnonte Denis A trois ann6es de r6cluqion pour meurtre commis sur ]a personae dt Coutil Del-. Peche, etc ;
Sur ]a prope6ition du Seerdtaire d'E(at au d4par. cement de ]a Justice, etc,
VIA Iarficle 117 de la Constitation et lit loi dLi 26 September 1860 sur 1'exercX3 du droit do grAce et de commutation de pines'
AveNs AWTf zT AuRtTo-m
Artiel 11 e'ne ot eaRre est aceorGe
e ter. GrAce
drelts et iut4ros les ers riservis si aucuris s ut,




2
A partir de ce jour, au citoyea Reatimonte DenisArticle 2. Le Secrdtaire dEtat de taJustice, etc. est charge' de I'Wcution da pr&ont krrkk
Donn6 an Palais National du Port-au-Prince, le 'a Janvier 1878, au 75e. de 1[Wpendan-ce.
BOISLIOND-CANAL.
Par le Pr&ident:
U Secritaire d'Etat de Itt Justh-m-, des CmItes et de.,rlttsfrucao)i publique,
Dr. Jn. JOSEPH.
No. 2. ARRRM
BOISROND-CANAL,
Prdsident de la RIpublique rIlditi ,
Vt, le rapport de Messieurs fes Doyerx et Commissaire, du Goimwiiernent pr s le Tribunal civil des, Gon a ives en (late du 3 Janvier courant tenant 1 rect)mmander .4 notre el6mence fes iadividus ci-apr&s
Sur le rapport, (hi Secreft.1ire dEtat au apartmentt de la Jtisfice etc.
Vu Particle 117 de la Constitution et la loi 1a 251
-eptembre 1860 stir 1'exercice &. Arait de grace et de commutation do pines;
AY.ONS ARAfti Ct AIIRIftT0XS
Art. ler. GrAce pleine et enUre est accord6a, fe. droitss et; intft6ls des tiers r&ervC-s .4 zueuns sont iL partir de ce jour
to. A -la citoyenne Marie Louise lt&env cond=-




n& Te 25 Mai 1 ST7 ar le Tribunal criminal. des Gonalves h einq aun&sde r6clusion pour meurfre commis sur Ila perwime d'une iucounue trouv6c en -, oa
domicile ;
2o. An citoyeir Devanijour Pbilippo corida=6, le
24 Mai 187 7', par le Tribunal c3ri-ectionnel dudit ressort, A un an d'eraprisonnement pour blessuret. volontaires ;
A 3o. Au cito3reiiAlexandre Wsir, con4awiI4 'a. six
mois de- travaux pullies, par lem6me Ti ibuval correetionnel -pour dMournement d'objefs d'babillement.
Art. q. Le Secr6laire d'Elat au d4parternent de ]a
Justice, ele. est charge de 1ex6cutien du present A-rrk&
Dowi6 an Palais National du Port-au-Pi ince'-',- -le 9
Jawyier 1878, an 75e. de Plud6pendance.
BOISROND-CANAL.
Par It Pr&Idtal:
Le Secrilaire dEtaf de la Justice,
des Cullez ef de Unsfructi m puDr. JnAosEvia.
Pie. 3. ARRETE.
SOISROND-M AL, PrisWent d'H466,
Va le rappOrt du g6nfral de division Mon jeuue
CavamasWaut Ide rArrondissement jwcap anfen".-tli date'du dix dn' cowwd, concezm2ut le nommd Aiwi -Tftn IAtAw, commandant du 2e. batailJon du 27e.
vkUnwit dinfanferie 40 tendaw & obtenir sa grAce;




Sur le rapport du Secr6taire d'Etat au department 4e ta Guerre.;
I Vu I'ar:icle 117 de ]a Constitntiort et la loi du 26 September 1860 sur Vexercice da drait de gnice et tie commutation de pines
AvoNS ARR9TA et awiftmis:
Art. ler. Grace pleine et enti xe est accordde a partir do ce jour, an nommd Aini6 Jean Louis eommindant du 2e. bataiffon du 27e. regiment d'infant;rie condamnd par le Conseil special wilitaire de I'Arrondisaement do la Graude--Rivi6re. dix Nord, A tr6is anu&z d'emprisonnement, parjugementda13 Aofit 1877.
Art. 2. Le Seer6taire d'E(at de la Guerre etc. est cbarg6 de 1'ex6cution du present Arr&6.
Donn6 awYalais National du Port-au-Prince, Ee 16 Janvier 1878, an 75c. de FIR"Pendance.
BOJSROXV CANAL.
Par le Pr6sident
Le Secritaire d'Etat de [a Gwff re, eic.
Auz. MONTHS.
.-No. 4. ARR*rS.
9OfSROKJI -CAXAL'Pr4fdMI 1CMEW,
Vu I* rapport du'Comnlissahw (Tw Gmvwnemeut &e r"Bort do Hrgnde. er, date dh 7 "nvier courant, N(r. 16, et- la demanded en grAce pr&,mg& 1mr l'odqj&jjf rL.,




flPhigaie Croi-aie en faveu; de son petit-fils LeqViymse 6aufori, de I'Anse-du-Clere;
S-urla proposition dn Secr laire d'Etat de IaJustice,-ete. Vu I'arlicle 117 de la Constitution et la Ioi du 26 Sep,temi)re 1860 sur 1'exereice du dmit de grlce et de oom-mittalion de pines;
Arms A'RP,'Tg et ARRhON"; .
Arlide le.r. Gtrke pleine et enlike- est accond6e,
-.z parfir de cajour, au citoyert Lespinasse Gf-nfort. condamn en AoM 1877, a une ann6e de r4chision, pour fait de blessures volonlaireA, par le THbunal erifflind de la Grande-Anse ;
Artic'e. 2. Le SecrjWixe dEtat au d4parterheat de la Justice, etc., ete., estcha rgg de I'exkutian du prCsent ArrW.
. Oonn6 au Palais Nationol dit Port-au-Pritxe, le 17 Janyier M78, an 75 e. de Pln&peud-ancei
BOIS ROND-CAN AL.
Par le Prdsident
lx Scedlaim d'Etat dv 1(t hi-s-fice des Ctiftes el fli
Dv-. Ji.-JOSEPIL
ND. ARRfTlk.
BOLSKOIND-CANAL, Pre'sident d"llool
Vit le rapport du Doyou et du Commissairb da Qowvernemeut du resort du' Cap-Haltipm, en date du 2 Janvier 1878
Vu- I'articU- I 1 7 & 1. Cioasti.ilution et.,Ia loi du 26-




6
September 1860 sur 1'exercice du droit de gyAce a de, commutation de pines
AVONS ARRhi et ARRATONS
Article ler. GrAce pleine et enli re (mt .ccr,rdt'e
lo. A F&Mus Robillard, dit Nez charcr6, C0DdaMm6 le 21 Octobre 1875 par le Tribunail (riminel du Cap-Haitien A trois nannies do r6clusion ;
.2o. A Lucien Joseph condamne' le 24 Octobre 1877, par le Tfibuiual coriectionnel du m6me rcsEort, 'a u ri e zinn& d'emprisonnement ;
3o. A. Turenve Pierre, condarnre' le 26 Septembrc1877, par le nAme Tj ibimal, a buit mois d'emprisonverneut sans pr juice des droits d'autiui r(stiftant Ae reparations civil(s.
Article 2. Le Seerdtaire d'Etat au Upartement de ha Justice, etc. etc. est charge de 1'ex&mion du present Arr&&
Donn6 au Palais national d'Aquia, le 3GJanviev J878 an 756me. de I'ludgFendance.
BOISROND-CANAL.
Par le Pr6siderit :
Ic Secritaire d'Etatde
la Justice, etc., etc.,
Dr. J X.-JOSEFIII.
--No. 6. ARRRV .
BOIS ROND-CANA L President
Vu le rapport an date du 14 Janvier do eette




du Commissaire da Gouvernement pr g le Tribunal divit des Gjyes;
Avant 6gard 1'e'tat (I*infirmitg dans L quel se frouvent'les condamn6s ci-dessous d4sign4s;
Sur 11, proposition du Seer6taire d'Etat de la Justice, Et en vertu. de Particle t 17 de ]a Constitution et de h loi du 26 Septembre 1860 sur 1'exercice du droit degr5tce et de commutation da, pines;
I
MONS AW'r l Cf AM19TONS
Artic'.e I er. GrAce pleine et entie're. est accord6e a, pattit- tie cc jour :
1 o. Ati nomm4 Alexn -.dre Mass6ua, coijda=6 par le rramnal crimimel des Cayes, 'a cinq ann6es d'emprisortneMeDt e[ mix travaux forc(s, parjugement du. 21 Novembre 1876;
2o. Au wi-=6 Petit-Homme Antoine, condamne' par le m mu tribuDal, A trols ann6es de riclusion, par jugemeiit du 27 J uillet 197 7.
A-rficle 2. Le Seer"taire d'Etat ati department &3 Lz JustleE), etc., etc. es char-6 de 1'ex4cution du pr6scut
Donn6 an I'alais national des Giyes, le 9 F&rier 14-8. :411 75 de llnd6pendance.
BOISROND-CXNAL.
Parle Prisidert:
LeSeci-O(iire d'Elal de la Jastice, elc-'
Dr. Ju. JOSITH.




,8
No. 7. ARRE TE.
-BOISROND-CANAL Prisident de la R' oblique X11diti.Vu les articles 135, 167P 171 et 172 de la Coistitulion
Sur la proposition du Scer6taire d'Etat de I hitd-rieur et do I'ayis du Conseil des S ecrkaires d'Etat, Attend que ]a m6sintelligence profound existent.
enin tous les mEmbres ou Conseil communal du Porta rendu impossible le fonefionnewent du dit Conseil, par I'dlectiou do son 31agistrat et qu'.t l'oe. casioti de cette 61eutioD. des de'soHres out Mat;6 daus, le sein de I'Assembl6e
Cow Wrant quo le Conseil lui-m6me, h I'unwimW,. moins la voix dH consei'ler Ulysse Armand, a r6solu la d6ml,;siou geln,4rale du Corps; qu'il y a lieu en cons4quence, do mettre au plus t6t un terme A cette itualion, en ordonnaut des elections h 1'effet de remplacerles quatorze mernbres dimissionw)ires
Art.We ler. Trois jours francs apr s la public ttion, du present Arr&4, les Icctions s'ouvrirout la C a pour 'I'Mection des quatorze consvillers ona-mu-naux.
Arl. 2. Pondaint les troisjours ci-dessus mentioungs, les citoyens insclits sur Ia dernitre liste electorate, s'a-. dresseront au bui-eaudu Couscil communal, pour-Ohlenir toute nouveile expedition, s'iI y a li -u, do leurs
-caiie s d'inwipliou.
Ae. 3. U&ec -ioa des conseillers communauxellecWe, celte du 31-igisirat et ties Suppidants mra lieu ,Qans retard, wix terms do particle it de la loi sur le-c% Conse.11s cominuitaux.
Art. 4. Le Conseil actual restera on charge jusquIj MustAkioa w nouveau Couseil hitommer.




9
AO, 5. Le Wsent ArrAt6 sera ex&W &1adiligence-'Au Secrftaire d'Etat de lInt4rieur.
Donn4 au Palais National, aux Cayes,, le I I Fftrier1818f an 75e. do PI ud4p ell dance.
BOISROND-CANAL. Par le Pr6sident :
-Le Secr&aW WPM de 17rie'rieur, Aft- de VA *culhire ef de la Police
En. ill.-A. GUTIERREZ.
No. 8. ARRCT2.
I'0lSROND-C.kNAL, Prisident d'lfaiti,
Sur la proposition n du Secr6taire d'Etat de Flut&ieur-et de IA-riculture,
Consid6rant que le INIagistrat communal deL66ganer
'est ell ce moment justiciable des Tribunaux pour faitsde son administration et que les faits qui lui sout rreprocWs sont asez graves pour motive sa stispea-sion, en attendant l'ouverture do la session l4gislafive
De Pavis du Conseil des Seer6taires d'Etat
Vu I'article 10 do la loi sur les Conseils commuXONSARRftt et ARRtTONS
Article ter.. Le, Alagistrat communal do L4ogauc est
suspend do ses.folictious pour Irois mois.
.Donne' -in Palais national des Caye3, ce 12 F&riei'1878, an 75e. do l'Ind6peadance.
BOISROND-GANAL. Var le Pr6sident:
Le Secr&aire d'bat de VInfe'rieur,
Ex. ill.-A. GMERRE Z.




10
No. 9. -ARBET8.
BOISROND- CANAL, Prisident de la RJpublique &I-M*iii,
Si- r le rppor t du Seerkaire d'Etat do ]a Guerre et de la Marine, et de Tavis du Consell des Sccr6laires A'Etat ;
Yu : I o. Les acticles 188 et 181) do ]a Constitution
-2o. Laloi du 7 Aofit 1817 sur )a rJorganisation de Farm6e ; 3o. Celle do la m6me date sur le recruitment et sur le contiDgerit des bommes A recruiter; Consid6rant qu'iI est do Ocessite' urgent de compl.6ter les vides :1 existed dans le Corps de ]a garde du
-Gouvernemen; dans les regiments d'infanterie de IL
_gve dans les bataillons d'artillerie et les companies de geud.armerie
ARRETE ce qui suit:
Art. ler. Le contingent des homes 'a recruiter pour la prdsente ann6e est fixd A quatre mille cent soixante, ef un homes.
Ce contingut sera fourni par lo3 diff6rentes commu-nes et r6parti entre les corps do touted armes de la R& publique ainsi qu'iI est 6tabli par le tableau aunex6 au present Arr&& .
Art. 2. Les operations Ocesaires an mirage au sort
-sezont fates conform6inent aux prescriptions de ]a loi sur le recruitment.
Art. 3. Les operations de recruitment et de mirage iu, sort dans routes les communes de la 114publique devront. ,iAtre termin6es an 15 Mars prochain et ]a r6partition du ,contingent fourni par cheque, commune sera fafte imiWdiatement apr s
Art. 4. Le present ArrW sera imprimd, public a.




evktA4 A la diligence des SecrRaires d'Etat de la. Guene re et de Mnthieur.
DoniA au Palais national des Cayes le 15 Rvrier
1878, an 7 )e. de I'l ad 6pen dance.
BOISROND-CANAL.
Par le Pr6sident:
Le &cr6taire WOO de la Guerre et de la Marine,
AUGUSTE MONTHS.
LeSecrdtaired'Efat del'Intirieur
-ef de I'Agriculture,
E.m. M.-A. GUTIERREZ.
- ---------No. 10. ARRM .
BOISROND-CANAL.,
Prdsideiit de la Re'publique d'Ha-iti,
Vu le rapport en date du 14 Janvier de cette atinde,
-du Commissaire du Gouvernement pr s le Tribunal ,civil des Cayes ; I
Stir le rapport du Seer6taire d'Etat tie la Justice, Et en vertu de Fartiele 117 de la Constitution et de la loi da 26 Septembr. 1860 Sur 1'exereice du droit
grAce et de commutation de peines-;
AvoNS ARRAT9 E'r ARRhONS
Article ler. GrAce picine et enti re est accordde 'a 'Partir de ce jour :
to. Au nomm6 Alcim4 Valcy, condarftO i trois Wilih5 de r4clusion, par judgment criminal ea date dw 26 Juillet 1877




2a. aux nomm6s Dorvil Doreet et Petit-HommeGe'in, condamuds A la na me peiue, parjugement du-M Juillet 1877.
Art. 2. Est commune en trois ann6es de rMusion: lo. La peine de cinq ann6es d'emprisonnement ct
-aux travaux forc4s prononc6e centre le nomm6 Alb6ry Villemain, par judgment criminal du 23 Juillet 1877; 2o. Celle des tvvaux forc6s A perp6tvit6 pronone6e
-parjugemeijtdu24 Juilletcontre lendn=6 Durc Jules;
3o. Celle ties travaux forces a pp-rpetuitd projjow, e par jugemebt criminal du 26 Juillet 1877, centre le momme4 Pelit-Blane Pierreville.
Art. 3. Les pr6sentes grilles etcommutations de pines, sont fates sans pr6judice des droits d'autrvi r6su'lant
-de r6parations civiles, s'il y a lieu.
Art. 4. Le Secr4taire d'Etat au Wpartemnt de ]a Justice est cbarg6 do 1'ex6cution. du present Arr&4.
Donn6 an Palais National des Cayes, le I r. Marss, 1878, an 75e. de l'Ind4pendance.
BOISROND-CANAL.
Par le Pr6sideat:
Le Secritaire d'Etal
de la Justice, etc,
M. Jx.-JOSEPH.
No. II.-ARRf.TE.
BOISROND-CANAL,,
President de la R4pu6lique d'Ilaiti.
YU le rapport en date du 13 Fdyrier de cette anu&., iu Commissaire du Gouvernement pre's le Tribunai CiYR du Cap-HaYtien;




. 13Sur fe Tapp*Tl -du Secritaive d'Etai de la Justice, Et en verto de ]'article 117 de & Constitution et de ]a loi du 26 SeptemLre 1860 sur YExercice du droit de grfice et de commufalion de pines;
ATon AnRt-d el AftRhO-Ng:
Article ler. F-sI tommule en trois ann6es de r4cluSion la yeine dc--, travaux forces a perp6tuit4 prononc6e parjugemez)l rriminel du 16 Juin 1877, centre le moznW Antoine Pierre.
Art. 2. 1@ SecrOalre d'Etat au department de la Justice est ebargS de 1'ex6cutiondu present ArrW.
Donng au Pulais National des Cayes, le I er. 31ars 1878, an 795e. de rind6pendance.
BOISROND-CANAL.
Par le IIr,&iJemt:
Le Secrilaired'Etal de la Justice,
DR. J.N.-JOSEP11.
Quarter gair.d de ]a Tannerie, le 15. Mars 1878,
2m 75e. de I'ladipendance.
No. 12. ARBR T] .
%NONtOINT mura fWae'ral de division des arm4s de
la Adi bl' fe, Aide-de-Camp honoraire du Pr6ident rmaillpl,- c9mmandant I'arrondissement du CapHailiem,
AU 7MPLE ETA L'ARV9E.
Con6teyens Pt soldats,
Attend que le ghdral Jacsine s'est mis en 4tat if-, rAvolte armize conlyt. rauforW 16gitime et centre LA. "ciM surlapelle il cemplait se ruer;




- 14
Attendu quo ce g6n6ral, voulaut fkira nue r6r-istance acharn6e A I'aUtoriJ6, a Mev6 de.; ramparts -in carrefour <( Jean-Bernard .)) et a arrach6 hratalement tout, s les munitions exp di6es au commandwit de Farrondissement de, la G-ande-Riviere en terrassantles wiffitaires; Que ce g6n6ial a pendant un moment troubI6 et inquiW la soci616 et qu'iI agissait de concert a-voc Ie xiomm6 G61us Bien-aim6, pouss:int fes m6mes crii de sedition et pregnant lps m6mes dispositions; D6clare I '-dit g6n6ral Jacsine et ceux de sa stAte hors la loi et autorise ehaquB citoyen h leur couFr sus.
MONLPOIXT jeuneQuarlier-Giniral de Limonadel, Ip- 14 Wars 197S
an 75c. de I fnd( pend4nce.
No. 13. ORDRE DU JOUR.
MONPOINT jetine, GMdraf A division des arm e.v de la Npubliqtte aide-de-camp honoraire da Profiidenfd'Ha*iIi,,-commandanf IArrondissement dic
Cap-Hallien.
Ar Pmmr.
Concitoyen s et s)ldats
Dans la nuit d'hier le gfillenal G6111s Bieu-aime 'a la tAte, d'une baude Waventuriers coming lai a oi6 :s'em I parer par surprise da &aarg A-, Limaaada,,comptant saus doute -ur vatre a4h6sioa aL tmmbuvement do le ridicule' n'6chappa at persGaaa. Awdt-il Aone oubli6 si vito que cette hanomble po elation sup laquelle en Walitres temps it avait exercS des s6vices ,et des crimes avait hautement, a-i moment o* uue 4616gation du Gouvernemalut prorisaire l'installa-it com-me'roornmatidaut de cette commune, prateW con'tre




I'alitorit6 que 3e GoLivernement d'alors venait de conf&
rfr entre les mains de cot borne ?
Cc seul r-memple tie suffisait-il pas pour le d6tourner d'uzte voie faufste dans laquelle il s'est engage en aveugle ; et ne devait-il pas se rappeler que la soci&A et Iarrnee etaiwit la pour difendre leurs droits et leurs int&tls mLs en p4ril par ce bandit.- Et quel 'tait le but d- cette prise, d'armes si on pout appeler Am- ainsi cette miserable, action consomrn e dans de pareilles conditions Cc bukle 'voici : s'empar er do la caisse publique a son profit personnel, faire revive le A_gIme autoritaire d6jA enterr4 renouveler ces sci, nes brulesques, dout il ait si bien remplir les r6les, courber le people sous Te joug et enfin replouger le pays dans les afireuses liorreurs de la guerre civil comme
si nous iien avions pas assez !
Non). il n'en serapas aiusi. Le pays est fafigu4 do luttes
inteslitirs et maturellement Difructueuses ; le peupl-- ne ,se Rve plus pour dounpr satisfaction 'a que1ques
-ambitions privies.
Pourquoi nos sages 19gislateurs de 1867 out-ils ias6A dans IM pacte social le sesame de la Pr6sideuce.
lemporaire ? Pourquoi ceux qui sont venus apr s ont-41s
SauctiOD116 Ce syst me ?
West-ce pas pour domer aq Pays routes les gatauties
-disiraMes et pour e-rupkher le return d wis sc ues, qui out Inut de foi3 A6 frop sangantes et out dkouru6 de leur destination une forte parties des reveuus, de la Wpul)Ique affeWs dZ.s lors A ]a repression des r6'VoltesCoacitoyens soyez calm-s ayons confidence en la,
haute sagem du Chef de 1'Etat et do,,; members dv VAssernhVe m-iouale qui vent so r6unir biento't
pour disenterv63graAsiWrAts et pour am6liorer
ainsil*&-t 6 1 nous out plong6sces d4sordres.
Oji vous rest-Drez calms et vous chasserez do votrerehi ces homes dangereux pour la paix publique.
MONPOINT jne.




Q ttartier-genhal Ac Limiallade je f 4 Mars t 979
an 75e. tie UndipeadaarxNo. 11. -'ARRETE.
31ONPOINT JEUNE, 664e'ral de Division des armies de ta B bf ite, aide-de- camp honoraire dit President
411aZillcominandant I'arrandissement d Ca
lien,
An People et A rarnL&Coneitoyens et soldats,
Attend quo le g6v6ral G, Ius Biell-aims -S'est mis, ell 6tat de r'volte arm6a centre PautoFR6 14wtime et centre la sociW sur laquelle, it compfait se ruer;
Attend quo g4nb-al a poussf-F les cris do : c A bas la Constitution de 1867, A bas le Pr6sident BoisrondCanal et Vive le papier-mannaie D Que ce n6ral a pendant un moment troubl6 et illqui&6 la 's'oci6t6 et. qu'il a 616 accompagrt6 d'autres it 1->
idividus qui comme lui ont fai deviant I'attitude imposante de I'arm6e, apr s Hchange do qttdques coups de ten ; qu e traqu6s a e routes parts, ils se -oatjet6s dans jes bois ou ils sont chass6% et poursixivis ;
Dgelare ledit g4n6ral Gelus Bien-aim4 et sa suite hors la 10i et autorise cheque citoyert At fear courier sas.
MOLPOINT vik.
No. 15. ADILESSE.
Le Secritaire d'Elat des Finances et dit Commerce,'etc.,
charge' de fous les porfefeuiUes, A UX IIAI'rlE-,VS.
Concitoyons,
Le g4ndral Louis Tanis, que la cdiifiauce da (;hef de ITtat avait invest do la haute auforitd militif-re A la




Capitile, alde du g a6ral Fontan-a Chivallier rommandant do ]a phoe du Port-au-11iia, (- slest ctifiadknaque, cette nu"t, au rn'on ent cft it venait de. 4eurrer la po mlati,)n par de menong res d6monstrations de fid4litd au G)uverieynent do la R6publique.
Mais sa perfidie u'a pas tard6 a recevoir.un, 6mmencement de chaltiment.
A part que1ques bandits eW-rites et que1ques liommes 4-ar6s asstirhw nt par les attributes m6mes do I'autorit6 dont il etait rey6tu, la population cst reside, source A son appel et dtjh des citoyens acemirant au secours- des autor te's restees fidMes a lour devoir, ont assur(' le Itiomplie de Fordra s ir cotte aveugle et criminelle tentative de Osordre. Saul, la Fort National, oA s'est retire le traltre, est encore en s2L pMession, et, geace aux dispositions prises, sera bient6t r6mcUP6 par la force publique.
Ralliez-vous fw, s au tour du Gouverneme nt constiAutionnel, afin de e.mtribuer A assurer. la pa;x et la conflaInce un instant. Aranl4esGest le gWral Jeati-Chrysost6me, Fran ois qui est char-S de vous diriger, ILii si d*,gap do votre conflanceet des C'I()ges du PaYs pu- h rmtriotique conduit qn'it a sa tenir au milleti des citelms'ances difficiles que,
-notis verjons de traverser.
Vive FOrdre public
Vive la Constitution d-i 1867
'Vivo IP President BOISROND-CANAI
Vive I'Union dans ]a famille baYtienne
Donn6 A la Secre'tairerie d'Etat de la Guerre, le 11 51ars 1878, an 75e. de H ad6pen dance.
F. CAR1112.




No. 16. ARREA.
Le Secrita-re d'Etal des Ftvances, etc., chargi de
fous les Dipartenients tuin"stiriels,
Vu les articles 186 et 191 de la Conslituticij
Consiffraut que les circojist )jiecs actuelles comniandent imp4rieusement de pr-ndvo les measures fes plus prompted et les plus energipos ARM TE :
Art. ler. La ville et I'arronlisgement du Port-anPrince Sout mis ell 6tat de Si6ge.
Art. 2. Les gardens n tionales de cet arrondisserneut sont mobilis6es et appel4es sins retard sous les armes.
Donn6 A la Seer4tairerie d'Etat de la Guerre le I I Hars 1878 an 75e. de I'Ind6pendance.
F. CARRIE.
No. 17. ARRETE.
Le Secraaire d'Etat des Finatices, etc. charge (Ittous les Ddparfentents ministe'riels,
NARRATE : 11
L-s G6ndraux Louis Tanis 9M6 et Fonfang Che-vallier, en rebellion ouverte centre le Gouvernement, sont mis bors la If)i eux et tous ceux qui, daw, les troi-i beures confinueront A faire cause commune avee les rebelled.
Donn6 A la. Secr4tairerio d'Etat de la Guerre, le I i Mars 1878, an 75e. de FInd4pendance.
F. CARRIL




- 19
No. 18. PnOCIAMATION.
BOISROND-CANAL, Prisident(le /a Vpubfiquc d'lltiifi,
CITOYENS, WE. LN CXPITILE I Au moment ofi je ni'jecape d'6tadicr les be;oins des
populations du Sui, dei bruitq alarm i nts arrive tit jusqu it noi. Pappreuds qua lei incorrigible -, enfiemii de A Pordre s'appr6tent A attaqw!r lo Gouvernem-W doat Je
I suis le Chefet p--ir cois4claeat N3 fastitutions, lib6raC3
dans lesquelles le people a cherchA un refuge centre les maux du pa se'. Je u'ai pas basin do faire appel hL votre patriotism : le souvenir de soulfrance3 encore r4centes, le courage avec lecluel vous avez d6jh triomph6 4e situations autrement p6rilleasez, Ale soat un, sAr garaut que, -i les circumstances 1'exi-eaicat, voui sauriezvous montrer digaes de vou3-nitlmes. C.-I qua Ja veux voui dire, cc dout Je suis heureux de diner la, formelle assurance, c'est qu'en cas de danger le cancours du Sud toat easier vou3 est acqui.s. L'Urolj ie population qui a si vaillamment cornbaftu to de3pOtiiale Wa abjiirg ni so i piss 1, ni ses conviction; ; p irlout sur Mon pas!53ge J'ai pu constater son sincere attachment cc Government hb.,-ral qu'on cherehe vainern-mt h 6braa16r. Parto-Ut J*ai recuedli les Vraoignazes, t1clatants de son d6vouement aux itislitutions. actuelles. Si elles venaient 4 We attaqu4es, soyez (lone s6ri que le Sud se Mverait pour accourir A leur defense, A cetle do vos flatnilles. En vous conviant h voiller au maiutien do l'ordre et des libert4s qu- vous avez conquises au prix de tint de sacriVices cc WeA pas sou"ernent le coucours, da -Chef de I'Etat et de ses troupes quo le vo-)s prornets c'est Pappui mora.1 et mat6riet d'unc population quo yous avez Ujh vue A I'w -tvi c et qui n 'he'sitera pas un instant h verser de nouveau son sang pour la defense de
se,5 droits et des vOtres.
Les rapports qui Warrivent des hoii autres d4parte-




- 20
iments ne Me laissent aucun doute Eur Pesprit dont ils sont anim6s.
Ils sauront dgalement, soyez en convaincus, resister a ces coupables menees,' ca punir les auteurs.
Ces perturbateurs, nous les connaissons. Le Gouvernement suit d'uncoil attentif ]a trame qu'ils present lui d4rober. .
S6r de ]a force qu'il puise daus I'adh6sion du 'Pays, dans le de'voffnleDt des autorit4s qui le secondent, il attend avec patience le moment.ofi leur imprudence et leur perversity les livrerout au sort qu'ils auront m4rit&
Donn6 au Palais National aux Abricots, le 143lars 1878 an 75e. de I Ind6pendance.
BOISROND-CANAL.
Par le Prisident
Le Seerdtaire d'Etat de la Guerre et de la Marine
AUGUSTEMONTAS.
Le Seerdtaire d'Etat de VInt6rieur, etc.,
Em. K.-A. GUTIERREZ.
Le Secrdtaire d'Etat de la Justice etc.
Dr. JNAOSEPH.
No. 19. Le Secr&al 're d'Elat des Finances el dit Cominerce, chargidefous les DWpartements ministiriels,
Considhant qu'it importe de r4gulariser le servicedo ]a Place et de la Commune,
ARRRTE:
Art. Unique. Le Gh6ral J.:-B. Vignier est cliarg6 prQvispirement du cornmandement de ]a Place et de la, Commune du Port-au-Prince.
Port-au-Prince, le 14 Mars 1878.
F. CARRIE.




21
Port-au-Prioce, le 15 Mars 1879, an 75e. deI'lud6pendance.
No. 20. ARRU9.
Le Secr&alre d'Etat au Dipartement des Retatioiis VrI&ieures, charge de lous les poriefeiiillesm?*itiste't-iel. ,,
ARR9TE :
Art. ler, Le g4ti6rat de division Morin Montasse, s'nateur de la Upublique,' est charge du commandement des colonies investissant le Fort Dational.
Le gdDe'ral de division Sylla Guiguard est charge du commandernent en chef de I'Arsenal et des posters y cantonn6s,
Art. 5. Le g n&al de division Wriss6 Abeilard est cbarg6 du commandment du poste militaire du Pal-ais national.
Art. 4. Le g4n6ral de division S& que Pierre est t'hargd du commaDdement de la division central cantonn6e au burp-au de I'Arrondissement.
Art, .5. Le present Arr&4 sera publid afin que tous les 'citoyens faigant parties soit de ces colonies, do cps ligues OU de, ces posters, se sournettent aux prescription des lois et A toute ]a discipline n4msaire pour la sauvegarde de la. s4curitd publique. F. CARRIE.
---------------No. 21. ORDRE DU JOUR.
Le rebelled Louis Tanis aW ayant fait des dftnarches, pour. 6tre autorisd A sortir du Fort National et 4 hitter le pays, le Gouvernement avait accU6 A cetteTmande.




22
Ati moment n t suite allait 61re donnie A cette d4ciSion, cc g6a4val, tratt-e une fois eacore A sa parole est revenue sur sa determination. cithardi s:ins doute par les fauss, s nouvelles qua des malveillants ont fait circuler depuis cc matk et que les adh4re!As dit rebelle, qui sont encore libres parmi nouz, ont pu reussir a Iiii ftire p,-rvenir. Tonics les measures sont prises potir assurer d'ua moment h Fautre la redditiou dn Fort National. Das forcs do It Croix-des-Bouquet- et de Wtioa-Villovont compldter laligne d'iave tissernent Jtablie par Yautorit;6 militaire do la C)pitale.
La trariqaillit;4 la plus parfait r gne sur tous lea points de ]a R-1publique et no saurait 6tre altAree par I'Miauffour4e qui a eu I;eu .1 Limonade, dont ]a malveillance s'est plue A exaggrer importance, quoiqueffe ail etd imm4diatement r6prim6e par I'autorit;6 militaire du Cap.
Le P119SIDENT DTAITI est attend, cc soir, A la Capi-, tale, avee les troupes qui I'amompagnont datis sa tour116c ainsi qu, la Ga,,(L. nithnale de Jdr6mie, qni, i la nouvello de I'attentat du rebelled Louis TanisaW. a demand A veijir concouriv ih la d6fenso de la cause de Pordre et des institutions lib6mles.
Co rebelled et ses idh6rents Wauront done plus :1 computer sur la Wmence da Gouvernement de la 116publique. Mais seront amnisti4s les officers et soldat; Aes troupes r gtiPre,3 qui ont gtd entralOs par orreur flans cc mritivement, sTs se hAtent de profiter de fa ,OnhosM du Gotivernoment.
Donn6 h la Srwkaiverip d'Etat de ]a Guerra et de 1.1 Marine, le 15 Nlars 1878, an 75c. de I'Ind6peudance.
Le Secr laire d'Ltat chargi de tous les porlefeuilles,
F. CARRIE.




23
No. 22. ORD11E DU JOUR.
Le Secritaire d'Etal au Nparlemew des Relallotis Exlirieures, charged tous Ics portefeuilles mim'Wriels.
Tous les citoyens que ]a Loi et la Constilution obligent h faire parLie do la gardo rationale et qui ne se sont pas cneore rcndus il Pappel do Vautorit6, sont invit6s, un- derni6re fois, .:i iallier, le draprau de I'ordre et des institutions qui nous r6giisent.
En consequellep, quiconque no se sera pas, sur le champ, rendu A son pos(e, scro arr6td et poursuiviavee routes les rigueurs (to la 16.
Passd huit heures du soir, toule circulation dans les rues do ]a iffle est interdite.
Donn6 la Secr6taireri-, d'Etat de la Guerre et do la Blarine, to 15 Mars 1878, an 75e. do l'Ind6pendance.
Le Serritaire d'Elal charged de tous les portefemlles,
F. CARRIE.
No. 23. ORDRE DU JOUR.
SEIDE TRLR-.NIAQUE Glize'ral de division des Arvie'es de to UJimblique, aide-de-Gamp hotioraire (lit President d7kili, emimandant tArrotidissen.ent
4e la Grmzde-llivi reduNord,
AU PEOPLE ET A L 7 AR)IfE.
Citoyens at Soldats .
Hier h dix heures du soir, vous 61i, z avec moi sur les remparls du carrefour (Jean-Bernard)) au QuartierMorinY dans I'ari oiidissementdtiC2p-liaitien, repoussant




24
les rebelled qui s'y &,,dent rettancli& pour xuar(ber sup votre ville s'en emparer et y apporter I'Dicendie, Mdevastation et routes les horreurs de la guerre civife. Nous 'neu,; en sommes rendus maitres. Afais* peine ift- return de celte rampagno nous sommees de nofiveau.. assaillis par ce, cri : 1'ennemi est a St.-RapbaM Prnnemi march stir le Donlon, Pennemi est a 1-i porte de ]a Grande-lliviN-e !
Citoyens et sol.Jats comme un seul bovine neusvoiJA au Dondon et Pennemi en face.
Volre valur comme volre houneur vous Mrposent de d6fendre les institutions d6mocratique4que le Pays s'est doun es et qui sont confi6es ft la. garde de votre Tatriotisme. Nofte 6tape daus cette vifle amie, est pour peu d'heures. Marchons A la, rencontre de Fennemi ; (16truisons ce banditiime qui attente A notre autonomic ; la victoire de nos armes est dgjh chose certain, vomme an carrefour a Jean-Bernard )) et dans la GrandeI 'Jaine du Cap oit vous vene z de broker Yennemi et de r6tablip ]a sdcurW et I'ordre publics.
Vivo ]a Constitution de 1867 !
Viv,- le Pr6sident d'rfaYti BOIS ROND -,CA-NA L
Vive la Piix publique
Ponu4 an Bureau de la place de la Com raune da Dondoll, cc 15 Mars 1878 an 75e., A minute.
S. TVLEMAQUE.
No. 24. ORDRE DU JOUR.
SEIDE TEUM kQUE g6ie'lal de division des arme'es
de la ile ablique, aide-de-camp hwioraire du Pres deW dHalll cominwidad VarrotidisseineW de ki; G ratide-Rivie're dit Nord, aux habitaids dit quartier de Saijil-Raphad.
Citoyens 9
Vous vo)la' an boug de votre quarlier A Saint-




25
'Raphai!l o t nous ont, prec6djs le 5e. regiment et le, volontaires du Doudou sous les orders du gAA-al Bernard Saint-Autoine ebarg6 du commandment provisoire de la Commune. C-s braves soldats do Fordre sont entire's dans Saint-Rapha6 bier 15 du courant, sans coup f6riv, tant est fort le Gouvernement coDsti tutio-nnel, et liberal, appuy4 do Popinion publique 6clair6e et repr6sentant It s, principcs de la d6mocratie qui e st la liberty des euples.
L-s rebelled que, leur auda-e avait pouss6sjusqu'A la porte du Dondon decontenanc s par I'attitude qu'ont prise les (Iffenseurs des albeit& publiques, Wont pit tenir : ils se -)nt jeVs dans I s bois wi 91,10t sont rentr6s cliez oux 1),)ut- se retraucher derri6ve unp. ii,gaiioa du fit que le m-)'ndre examen d6truiL.
Citovells ,
L'ardre public est r6tabli &ns Saiut-Rapba6l et dantoute la commune du Dondon. Le g ndral Pchent Pa ul, clief do Finsurrection est tomW aux mains d 3 Pautorit4 14gitime, comme le servant ses pareils. Us instiluVions que la 116publique s'est donn4es aux prix de s:inglants sacrifices, reprennent I ur glorieux r gne avee la s6curit6 quo nous vous apportions au nom du Gou'Vernern6ift dont nous. sommes fier d'kre le repm5seii tant et le d6fons-eur.
Vive la Constitution de 18627 1
Vive IL N6 dent Wflafti, BOISROND-CANAL
Vive la DC'Mocralie !
bonn6 au Bureau di la place du quarter do St.RaphA. le 16 Mars 1878 an 7je d-e l'Ind4pendance.
S. -TRUNIA00E.




26
No. 25. PROCLAMATION.
1101SROND-CAN.U, Pre'sideiil de la Re'Publique d'maiti,
CONCITOYENS1
Depuis queIttit- tampz, to Gouveraement glait inIbrm4 cto'uno cciaspiration se tramait Ala Capitale.Conflant datis Lisagessa do la population du Port-attPrince, dans la. d4youement (Its autorit4s qui la commandaient, Jo ji'mis pas cru, malgr4 de3 avis r6it6ris, n4cessaire d'int-rrompre ]a tourn6i du Sud; Je Me plaisais A espher q je J'aurais le temps d'achever 1'6tude do seg 1) sans qLie Je m'jtais fais un veritable. devoir d'accomplir. La trahison des g6n6raux LouL; Tanis et Fentauge Chm-allier donDe -u movement une. iaiportaw,-e qui A. interrampre cetle tourn6e.
D jA ks coupables, battus dans 1,,-q rues de ]a Capilate pir le &4ralo.Jean-Chrysost6me, Fray ,ois, dout le courage et to d vorerrnetit ont W A la hauteur de eircollstalic'-s aui .l gives, les coupables cern6s att a Fort Nution-ol soit r6duits A l'impuissance et sur Ile poitit do to ebAtiment qui leur est dl. Qtielques ut)s d'entf'euxm cut pit se r1fogi-r dars les Consulats Or mqprs.
En Wset.we de 1'6,rotioii Vgjtilme qui a agitd la Capitale', c'est mi ffevoir impirieux pour Moi Walter rassm-er les espi-ils. Yemporte en quitlaut to Sed un souvenir des 01110igDages d'affection dont
it a payout slu4 ),Ioupassage;- Femporte cette force qtie donne Fun;versell-, adUsiotj des populations aux principles lib rmj.x dont to Pays _31'a coiiU lad6fense. Res trabisms pareilles & c4ls qtii vientient d- se produire ne vmt rien, elles ne serout jamais quo 1'expession d'amb'1;ons awsi ooupables qu impuissantes., (Ittand le people tout enter et I'arm-e manirestent un altachement aussi sinc re aux. institutions que ces trahisons Yetilent attatltier.- Ces Institutiot)s, eoncitoyens,.




27
enmptez sur Moi pour les (16fendre cornme Je compile sur Yous lour les maintei ir.
Eu distant adieu A cette lelle ( t Y oble popt laiion du Sud., F6prouve, en m6me temps que le re-ret de la quitter avaDt d'avoir terminer Ma mission, une joie prdbudo ft faire conDailre ]a Capi!ale, ]a sineftA4 du dgwouemcnt que J'ai renconti-6 ica. Dans ]a spontanditg que ]a jeunesFe du Sud a mise sl'offrir son concourse, dans Fardeur du patriolisme qui a MaW partout A la nouvelle de ces (Wnea.cnts ]a Capitale
trouvera une completion aux maux qui Font un instai)t menace. Elle s(ntira que 1'6nergie dont elle a fait prcuve, en s'appuyant sur cello du Pays tout
-entier, met la Patrie A Fabri des surprises do la trabi son et des n.alheurs; que de perverses- ambitiODS V011,draient encore d6chalvier Sur ulle.
Vive union de la famille balfietme
Vive ]a CoDstitution de 1867 !
DoniA au Pa1ai3 National do Mrdmie to t9 Mars 1878, an 75e. do l'Ind PfDdance. BOISROND-CANAL.
Par le Pre'sident:
Le Secritaire d'Etat de la Guerre et de la Marine,
AUGUSTE MOINTAS.
Le Secritaire d'Etat de HnMrieur et de I'Agricullure,
Em. H.-A. GUTIERREZ.
Le Secretaire d'Etat de la Justice, etc.,
Dr. Jx.-JOSEPH.
No. 26. ORDRE _DU JOUR.
L.-C. KERLEGANDI
COMMatidant Varrondissement de la Grande-Anse.,
a' la population de la GrandeAnse.
Coneitoy-ens
U g6a6ral Louis Tanis tW, qui vient de dinner




28-
Texemple de la plus noire tr2hison en levant 1'4tell'de la r6TOlte Ot centre les Institutions auxquelles-4 devait son 416vation et "ntre le Chef qui 1'aVait investi de s i baute confidence, ne tardera pas A recevoir le cliAtiment reserve' aux traltres et aux parjuies. Etroitement cern6 dans Penceinte du Fort National, me11.1ce de la famine et d6ji priyd Wean, en vain it essaya d'effi-ayer la population du Port-au-Prince en lanetwt quelques boulets sur cette ville qui n'a pa& voulu se rendre complied d'une si abominable perfidie. Les citoyens do la Capitale, an nombre de trois mille, resent les ferries deffenseurs du Gotivernerneut ronsfitutionnel. du PrAident BOIS ROND -C -AL'N.- -AL.
Xpr s avo'r obteuu une prami re victoire sous les ordres du valeureux g6n4ral JEAN CA1RY-S,0ST6,nr FRAAC,01S, Conitnandant de Pa-rondissement du Port-au-Prince, le People et I'Arm4e mainteuaient l'ordre public et attendaient 1'arriv& da Chef de 1'ght pour en finir avoc tine rdvolte au&ii criminelle. q-i"insens&.
EA ce moment le Pr6sident d'Halti est assur6ment h la Capitale, avee les braves qui l'accompagaeut et encore que1ques heures, uae deraibre l"an, leqon terrible mais n6cessaire, sera dounde a* ceux qui r vent jugqti'eu ce moment le return du despotism (tans .-nolremalheureuse Patrie.
CoAcitoyeas, soyez pleia-, de confi:iuee dans le triomphe du bon Droit. Ralliez-voush. 1'autorM pour iWerrdrele Goavernement, pour faire respecter lesfaniilles et lespropridt4s, pc)ur mainte''air ]a Constitution, ,c'e&t-Awaire, Fordre, la pa ix et la libeW.,
Vivo Milion !
Vive la paix
Vive th Constitution 1
Vive 1 Prdsident d'Halti!
boum6 an Quartier-Undral de Jdr4mie, le 17 Mars 4878 an 75e. de I'luddpendance.
KERMOMN0.




No. W. PlItOCLAMITION.
'BOISROND-CANAL, -igue d'Hditi,
President delaNpubl
CONCITOWENS
L'adiouse et folle ftuip& du traitre, jai a si piTfi'dewieut abusd de Ma cotifiance, vient e finir. Louis Tanis. And, suivi de queIqu"-un,,4 do ses adherents, West enfui du Fort national, qui a AA, imniddialement,
les forces du Gouvernement de I i R4 bli occupy pai Pu Ique.-Coux des coupables qui Wont pas dtd bless ,dans la lutte ont pu garner les Consulats strangers.
Revenue depuis quelques heures A la Capitale, J'6tais en tourn4e d'inspectio-i stir la ligne d1aveslissernent, au moment o' so prodoisait ce ddnotiement pr6par6 -par la vaillinte couduite des citoyew du Port-au-Prince, sous Unergique direction des a.utorite's rest4cs, fiddles
Jeur devoir.
Coneitoyen3! Issue do cet attentat inoui, dont le SlIcoN eut mis en p6ril 1103 libert4s;, aggrave' I'dtat pr4caire de la. fortune publique, d6truit 6me la s6curitS des families, cette issue fournit wic nouvelle preuve de la rorce invincible de nos institutions libdrales consaer,6es par Ia Constitution do-1867.
Puisse cette d4ni&e le ,oti, aprk tant d'antres, porter entire ses, ens*ignements pour Pavenir!
Le wouvement du Port-au-Prince uYtait as iSO16; il so reliant A tout un ensemble de. tentative qui devaient avoir lieu simultangment sur diffdrents points du Pays. Au Cap, 6 Limonade,,-, la.Tannerie, AL Saint-Rapha6l 4e,; movements out Mat,6 ou devaient Mate:. Partaut leg amtorit& et lea citoyens se sont montrJs A la hauteur de leur devoir, p2rtout les coupables ont 4td ou dispoWs on pr.&enus et r6duifs h l'impuisviance.
Cancitoyens! Je Wai pas besoin de vous dire d'avoir roi dans le Gouvernement pour mottre fin A de pareils (146sON"s. Si ef-s attaques Wetaient dirig&z quo couture Ma -personne, )e laanrraN peut-Ove, Wal-ter et muler




30
deviant les measures n&essaires pour co, server un, pouvoir que vous Wavez cependant, vous-mAmes, librement conU. Aucun sacrifice personnel ne Ale coAterait pour asurer la Paix. Alais dev2jit d(s tentatives assez criminelles pour tout remettre en question, dewnt des attaoues qui ne s'adrt ssent pas ovulement I:t personae du Chef de I'Ef at, mais A la SociW tout entire, aux principf s qu'elle a Mendi s et conquis au prix do tant de i acrifices, toute li&4tal ion strait un crime. Wailleurs ,en presence de Hnergique attitude do ]a population du Port-au-Pi ince, de la feymW des populations da Nord, du d6vouemen! que fai parlout rencontr6 daus le Sud pour les inst-flutions IiWrales, et do 1'enthou,iasme de
'a jounesse do Mrimie Ala nouvelle de c(s 6vkements, qutl Gonvernern(jit ne se sentirait fort d'une aussi univeiselle adUsicn, et up strait fier d'61re ]a tNe d'un people aussi p6igW de ces droits, aussi ja!oux de ses IiLert6s.
Concito-yeus, de pareilles tentatives, si elles causent des devil., Vailierliers qu'on ne saurait ass z deFl.orer, out aussixet Obt qu'cji r4y6lant (I'vne fa nn dc a f ante la communaW des sediments et d'id4es entre le people et son Gouvernement, olks affermiszent l'ordre public sur ]a bhse il'une ccifflonce r4ciproque entre le pays et ceux quile diligent., Pour ]a sauvegaide de' ces droits que Yous avez su ,i bien d6fendre, pour le maintain J6 ces libertA qui vous sont !4 cUres, concitoyens, encore une fois comptezsur Mol comme Je compete siir vous.
Vive la Paix
Vive Mi iioji de la fami'le haivenne!
Vive la Constitution do 1867.
Pound a Palais national du Port-au-Prince le 18 Mars'1878, an 75,e. de l'Ind6pendance.
BOISROND-CANAL.




31
Par le Pr6sident
Le Secrdfaire d'Etat de la Guerre et de la Marine,
AUGUSTE MONTHS.
Le SecHtaire d'Etat de l'Interieur et de I'Agriculture ,
E% M.-A. GUTIERREZ.
L SecMaire d'Etat de la Justice, de Hnstruction; publique et d,,s Cultes ,
Dit. IN.-JOSEPH.
Le Secrilaire d'Efat des Finances, da Conimrce et
des Relations Exl rieares ,
F. C.kRR1828. JEAN CI-IRYSOSTOME FRAN ,OIS, Coininandant de I'Arrondissentent du Port-au-Prince, aux conc i s de la Croix-des-Bouquels.
Concitoyens,
Le g6ne'ral Catulle Mirville, commandant de cette COMMURP, complice du g6n i-21 Loui,:, Tanis, s'est jetj dar)s les bois hier, I ODze retires du matin, apres avoir flait fusiller quatre de, nos emicitoyens. 1"ous couigaissez fous I(s sentiments du Pr4sident 11WISROND-CANAL, avare du sang de. ses concitoyens; le -6n6ral Catulle Mirvill,, en commettant cet acte de barbaric, Wa pas ex&ut6 les orders du Chef de I'Etat9l seul il en est responsible.
D4ja le g4n6ral Catu'le a pass6 dans Ii parties de VEst
il s'est volontairement exiI6.
Vencz toue, c1oveus de la Croix-des-Bouquets, vou.,; "an-ger sous les drapeaux de la Garde national pour mainteWr Pordre.
La paix r gne kir toute 1'( 'tendue de Ia, 116publique.




- 32
Je VOUS cou'vie done, mes chers coneitoycias, votfs-, ralliel- auteur du CLef Coistitutionel.
Criez avec moi,
Vivo I'Union
Vive ]a Paix 1
Yive la Constitution de 1867
Vive le Pr4sidea d'Halti!
Croix-des-Bouquets, le 19 Alars 1878 an 75e. Je% I'luftendance.
No. 21). AVIN.
Le Secrelawe d'Elat de Ntd rleitr el de I'Agrictilturel,
CoDsWrant que ]a ville dia Port-au-Prince est en 6tat de sWge, qu'il y a lieu de pouivoir sa sArW, que les enr6lements d6termin& par l'artiele 7 de ]a loi sur ]a Garde national ne peuvent Mre facilement ex6cut6s pmIe Conseil communal;
Coins'd6rant, d'autre part, que le couTage et le d6-vouement dout, les cito ens du Port-au-Prince on-t fait preave duraut les dormers ivenements ne sauraient laisser auction doute sur leur patriolisme et t ur jeur empressement se rendre A Pappel du Gouvernement;
Convoque les citoyens du Port-au-Priuce deffiain, A buit heures du matiD, sur la P'..ce Ntion, pour 1'organisation do la Garde rationale de cette ville.
Donn,6 la Secr6tairerie, d'Etat de I'li.t6rieur et de I'Agriculture, le 20 Mars 1878, D 75e. de Fln&pendance.
fe Secritalre d'Elat de rinterieur el de I'Agricu'lture,
Em.-A.-m. GUTIERREZ.




- .33
N o. '13 0. A 11 1 ET E
BOISI'OND-ClINAL, Prisicled de la Vpubl;que XFdit'
Conside'raid (rue depuis Ta prise, d'armes du It
couraw, eu eette ville du Port-aa-Piince, 1. mars. de, In hsfice n C*iwerrompu et que le ; eltownsoucui%es ih h (M."exise cDmn.mme, ont !6 &n.; 1 sibilA6 d'excwl-r leuas traits ct aclionz & nz; d6l, is prescrits par ]a loi;
OLI'il y -U helI n01a1_PHV3e!Jt df prendre en
I
t*,() la mature des insfnt;ces qui o!'t pit s vgager ie, Ttibunal do UIS'Salioll et pruvelit J! Si i?1Wi*rCS1?r les, justiciable de3 dirMmiles parties de fa kWpt0,1-Kq,,o, reievant9 foules, "u TrIbu-n-Al r gulateuv;
Sur In proposition. du Seer6taire d'Euit an R neement, de la Iumiee, des Cultes et de Hnstruetion 1,;Ublique
De Favis dii Conse'1 des Seer6taires d'Etat,
A auLhr ce qii ssuit
_Nrlicle ler. SOYA relav6es (IC3 d6cb6.mcc3, forclusions, phemptions qu'efles a!,,raient pu encourit-, touts personnel qui nont pu vxercer, da 14 au 19 )Ln-s Courant, leurs droits et nclioDs devout les Tribunam,
In OpitaleArticle 2. H est accord,6 aux dites personnel im Mai de buit jours, it partir de ]a publication clu pr Sent ArrCK6, Pou-r ffire les actes noccssaires deviant fes "hibuitaux comp6tenis, sons qu'il pui.cse 6tre pot-143 Ulteinte au Wnffiea des droits at quis ct 161 "), i
gc'11113 ant6rieurement au 14 Alars prhit6.
Article 3. L#_ S, crefaire WElat au Vp-ivkeme,,',. de fa Justice, des Culltes et de Nnstiuctiou publique aarO de Pex&alion du pr6sejit AriP6, qui seta im-midiatemeitt -pulAi6 et imprim6.




34
DonO au Palais Natio,)al da Port- au-P entee, le 22 Afars IL878, an 7.5e. do l'in(Upadance.
BOIS MOND -CANAL.
.Par le Pr6siderit:
Le Secrdtaire d'Etat de la JusticeJ. &s Cults el & 1histruction publique ,
DR. JN. JOSEPH.
No. 31.- ARM L '
BOISRONMAKAL, President de 14, 11&tbfique XHadi;
Vit Farticle 203 de la Constitution ;
Vu les troubles qui ont &IW le 14 11ars dans Varrondissement dit Cap-11aWien et qui oat n6cessit6 de promptes et kergique3 meiure.3 pourleur repression
ARRETE :
Art, ler. Est rati(M, p:)ur surtir son plein et enter effet, Farrktl (la Commandant de, Iarrandissement du Cap-Haitien, en date du 18 dtt couraut, qui met en 6tat de si6ge la ville et Parrandissernent du Cap-11altien, et qui mobilise les gardes witioiiales de cet airoudissement.
Art. 2. Le pr sent Arr6tj sera ptihIM et e-x&utd ii la diligence des Seer tires d'Etn ehacuu en ce qui le concern.
Donn6 au Palais National dix Port-au -Prince, le 2 Mars 1878, an 7.,-)e. de )'IndeSperidanceHOISMOND-CANTAL.
Par le Piisldent :
Le Seerdlaire d'Etal de la Guerre
el de la Maruie AvGusrE MwmisLe SecMaire d'Etat de Untifrieur
el de V,4qriculfure, GuTrEa.Ez-




le Serriftoff (I'DW des Finances'
et dit Commerve, F, CARRIL
Le Serr tall-e &Etaf de I'Listructioll 1,mblique, de la Justice, e/c., Dit. IN. JOSEPH.
No. ARRETR.
I3OlSftO'ND-C-kNXL, Pre'sident de la Re'publique ClaYll,
Vu Tes 13j et U i do h Constitution;
Vu la 16 da I- Novernbre 1876 ;
De favis (In Omnzeif S-,evetaires d'Dat;
A ARRETIE et. AIIIWTE
Article ler. Est ziafmi,' jjr63idetit da Coas;, ;! cl'Arrm 1011disserrwnt du Lin-M, le c,)nseiIIe,- Etieliie Audi-'
Article 2. Le pri5sent ArP&A dont 1'exocution est
au ', -tire d eur, qer.t PUI)I',6
confi6e ,m6t de I'InWi*
et ex&ut dans twile W!eneue & la R6pub *qte.
DoDn6 att Palais N ifona% au Port-au-PrInce, le 11,,rs 1878, aif 75e. tic Ph,(Mpendance.
, BOISROND-CANAL. Par le Pr sidenl
Le qerrefaim crtltif de Hiderieur,
Em. A.- Cu-vwAu.Ez.
No. 33. ARRfJV.
BUISROND-CANLAL, Pn idenldela Re ubhque&]Iaitli,
Sur le rapport du Seer&a*ra d'Etat de Plah'Aieur
Va rartic!e 55 de la Omislitution;
A R R RfE
Art. ler. L--s d6puta Georges Louis Lebrun el Geor-




36
gei Antoine Victor 4(ant, Mcdd.6;, les assemb!Je3 ptaimaires du A161e St.-Nicolaset, de Lascaholj2s, sont convoqu6cs a 1'extraordinaire, 1 reffet de pourvoir au real111,w-ement des dits ddput6s, an 15 AY61 procLain.
Art. 2. Le pr6sant Axrat6 ser.i pahlitS et cx6eatJ L la (fili-ence du Seerkaire d'Etat d., Hat6rieur o". de I'Agrieulturl-.
Donn6 an htla',s Natioml da Port-a i-Prime,, le I er. Avri'k 187 3, an 75e. de I'IaMpondance.
BOISROND-C.&TTAL.
Par le Mbident:
Le Secritaire d'Etat de I'Infixieur.,
E)i. ill.-A. GUTIERRF7.
No. 3 4. Secr'tairerle dElaf des Fitmixes,
et du CommerceLa verification des titres dipo-si.; Wayant pu sefaire a temps pour pert -e A tous hs porters, de jouir du be'vefiee du premier mirage an sort qui devait avoir ki a le I 'I-) Avril e)urant, le Gonvernement donne avis au public q,,i'il sera pay i parLir de 'a A;, 8 du prCt
mois, i I;t Banque o i si gn, le bureau sp&ial de la, Gaisse dam)rtissemeat, hs int&6ts sur fes cr(5ances advises du semestra'expirS da ter. Oetobra i877 aii 31 Mars t878. It se-ra atnorti les coupons d'appoint.q appurtenant aux articPs 6 et 74, conforrugmpat it It I)i. Au fur et A mesur4- de la d6livrance des ell-rifficats d'inscriptioa et des coupons par le bureau spcfcial, les porter, rs toucheroa Tes mArnes int6rdts jusqu'A c6ncurrence, de taus Tes Ctres d6posk et aec-T)t4s par la, Comm;ssion VgLsfativa &amortissement.
Port-au-Prine6i: to 2 Avril 187S.




- 37
-No. 35. ARRItTI',
'BOlSRO.XD-(AANAl,, Prisident de la IMpublique (I'llaiii,
Vit les artich s 1135, 157 de h Coustitution;
Xu laliddulI Novombro1876;
De Favis du Conseil des Smn'tairas (I'Mat
A JLRIII'M et XRRtTF,
4 Art. ler. Est nomme president du Guiseil (VarronAiss nient do Mi cebalais- Las caliobas, to cons illev Michel Prosper.
Arl. 2. Le presntit LkvikA do.it e;,;t conUe au SecMiiro ('I.'Et;jt (to I'lut4rieiir sf,t-a pubW
,et ex&uit6 daDS LOUCe I'MCWILIC d .],I IVq)ubliqti-.
Daiin4, au Palai-;Nifloaal, aii Port-wei-Ptince, le
6 Avvil 1878 wi 75z- ,. de Flud6pawla rice.
BOISROND-CAN.Ui
Par Ic Prosident :
Ix SecrNlrc d'Etat de 1'104rieur,
Ein. M. A. Guritmutu.
No. 36. ARIII 'rk.
'001SKOND-CANAL, flre'o'dent(lela R ublique Viditi,
N ii hArticle 117 do la Conititation et ]a loi dix 2G
zAeptembre 1800 sur 1'excreica da droit da grace do
vommiittfion do peinc3 etc.
Vu to rapport du Substitut (lit Commiss-aire du Gou-vera(Aine;it pr ,s le Ttibuml. do cessation;




38
Sur la recommendation du 'Sccr6iaire d'Etat tt D6--partemMt de la Justice, etc.
ARIII",Tr, :
Art. ler. La pei,,:e de inoit. piojvwic6, (! -,utre Delpliowne Frar(I-ois et Jo,.,(I.b, par pugement du Tribunal crinniiel da Port-au-Pritv.e, e ,, C"Ite, 29 Oclobre 1877,estc0mtraCeeu cellode tioli alin(,es de r6elusion.
Art 2. Les Sm6tair, s (I Eat de T,,, J stic o ok de I'Int6rieur sont, ce Fexl"cmion dit ArTW.
Donn4 mi PaLis national dit Port-au-Prine.-, le 9 A,,,ril 1878, an 75P. de, Plodipendance.
110ISROND-(-',A.\ kl,.
Par le llr(:sldcnt:
L- Seci-cll-iro d d,- la d(S ("It"Ics"'t de PbtslHiction, pubtlylic,
D!, J.N.-Josiiii.
Le secre'laire (POW de r1l"tel-iml, el (11, 1, krirlf",Illro Eli. A. GUTIERREZ.
No. 37. -- PROGIIA-MME
Pour la c0e'bration de la fe'le de I'Agi ICIdbWe
J [a I 18 -18.
Alardi, 3o du courant, iu couchn- du sc](j], le, fort Alexandre annoticera la Me lar une salve de 17 coups decanon, qu'il HpOcra le Itndemain au lever du solely.
Mercredi, ter. Mai, .i i, lieures du matin, I'Assembl6e, sera battle.
A 6 heures, le Commaudant de I'Arroudisstmem fera vrendre A la gardc it-Gomile et aux troupes tie




- 39
-1a garrison leur ligne de bataille sur la place Pkion. Vartillerie prendra position a I'Ouest de cette place.
A 6 heures 1,12, ordre sera donnd par la m6me Autorit6 de diriger les habitants-a-ricolteurs Fur la dite place, accompagn6s des officers de la police rural,
-its seront places deviant Fautel do la Patrie.
N 7 heures, les S6nateurs et les Repr4sentants pr6-sents h la Capitale, les Alembres du Corps judiciaire, ceux du CODscil d'Arrondissement et du Conseil comrounal, les finictionnaires et employs de routes les AdMiDistrations publiques, to Commerce ratioDal et Ranger lps directeurs, professebrs et 616ves des 6coles du Gouvernement, so rendront an Palais national.
A 8 heures pour so retire sur la place Mion, to cort ge so forinera dans Pordre suivant
Z)
Un piquet de cavalerie de la Garde du Pr(-sldent ,A'Haxiti
Un corps de musique.
Les commissaries de la police administrative et leurs sgents..
Les 01 yes des &oles rationale;,, accompagn4s de Jeurs directors, professors, etc.
Le Lyc6e rational.
t,'Ecole do m4decitic.
Les officers de I'Etat-major gdn6ral, les aides-de,camp des g6n6r au et les officers qtii ne sont attach6s k .;juctiu corps.
Le Chef des mouvemputs du port et ses adjointsL,-s Officiers de ]a Marine.
Le Wdecin du port.
Le Commerce.
Les Officiers miniWrtels.
Les Directeurs do la Fonderie national et de la Maison tentrale, avec leurs personnels.
Le, Directeur de I'Arsenal, ses adjoins et emplovisLe Directeur de I'Mpital militaire.
Lts Officiers' du service de santd.
'Le Mddecin e'n chef, le Chirurgien en chef et le Phar-




40
'In acien en cbef do 1116pitat natilitaire.
Les Juges do paix etleuts suppl6ants.
Le Garde-Magasin cei tral de PEtat ,
Le Diructeur del'Imprinierid ratio.aaie et st eiuj!kyIs.Le Directeur du MONaEuit.
Les Cbefs de division et Iles emj-loy6s des secr faireries 'd'Etat.
Les lng6niemrs civics atlacli!s an D'I'llparictnent de
Int6rieur.
Le S ,cr(taire du Coweil -al;2s Sl-ci- !aircs (ITtat et son adjoint.
Lp, ChUf da CaMn-t parlicullit,,r da Pi-JsiJontI'JIa'iii et ses employs.
Le D"recteur prine'p-il do PEnreg'strernnit a celui jes Postes aux lettres. L,, Chef dit service do ]a Ca'sse d'amot-tissem.mt et ses em"loy6s.
Le Tr6sorier pirtLul!'ep et ses emplopA.
Le Dii-ectear, loi Inspecteurs, les Conti,61eurs et les employs do la Douane.
I'Adminisiratew-prinuipal do,--, Vwilcos of ses employ6s.
Le Tr6 orier gJnoral et ses employ6s.
Le Jury medical central.
La Cominissioi central do 11histruction piublipcLe Conseil communal.
Le Conseil Warrondi setnent.
Le Tribunal de commerce.
Le Tribunal civil.
La Chamb-e des Comptes.
Le Tribunal do Cassation.
Les S6navurs et les Repr6seaLants presents A la Gapilale.
Les Seer6taires d'Etat.
Le PR9SIDENT do ]a 116publique.
Le Chef de PEtat-Major et les aideg-de-camp du Pr& &nt d'Halfl.
Les Officiers-Oaft;tx.




41
I a piquet do cma!crie do la Garde du Pre'sident d'th'iti fermera le cov( 'e.
0
L'autel de la Patrie sera occupy par to Pr silent do In I'Upublique, les Secr6taires d'Etat, les Afernlnres du Corps Ugislatif utv du Corps Judici dr3, ceux d u Conseil Iarrondissement et du (,oweil contmunal.,
Vne -alve de 17 coups do canon sera tir4o apr sles, discours qui seront prononc6s; puis les troup-s, sous les orders At Commandaut do I'arron&sement,, iront so ranger en bataille deva-tit FEgUse Cath6draf-, ofi le cort6ge so rendra d-ms I'ordre cl-dessus indiy6, avee les babitants-cultivateurs on We' Des Afaitres do egr4monies conduiront claque Corps ou Dignitaire A Ja place qui lui sera r6serv6e.
Le Cferg4 recevra le Pr&Amt de ht 116publique qui sera conduit a ca p!aco. S )n entire sera salue'a par
-ant, salve de 17 coups do canon.
Pareille ralve sera tirh h la Covs ration, an Te-Demm
-,et a la sortie du Pr6sident.
Apr s les c6r6monips de I'Eglise, le3 Agriculteurs ,seront reos an Co.,,,eil communal.
Le soir it v aura Wumination, g6n6rale.
Port-au-Prince, le 27 Avril 1878, an 75e. do I'Ind6pendance.
Le Secr taire d'Etat de Hide'rieur el de I'Agriculture
E rn. At. -A. GUTIE11REZ.
-----------------No. 38. ARRUL
-BOIS RON D-CANAL, PrMdenf de la Wpublique d7lditf,
Stir le rapport du Seer6taire d*Etat do I'lut6rieur Nit les articles 135, 1679 171 et 172 do la Consti-




42
lotion et Particle 19 de ti loi sur les Conseils commucnaux
Vu le judgment du Tribunal Civil do ce resort, en date du 11 Avril 187 d6ment signiN, qui annual 1'61ection des citoyeus Boyer Laforest, Saintard Eug ne, Alexis Georges et J.-A. Gaillard qui 6taient appeals A Atre members du Conse'l communal du Port-au-Prince dans la stance de I'Assembl6e primaire du 8 Mars dernifr
CODsid6raut qu'il y a urgent n6cessite que Fadministration communal du Port-au-Prince Wit complNemeA organis6e ;
AR11fiTE
Ait. ler. L'Assemblee primaire du Port-au-Piince est convoqu6e a extraordinaire pour le 6 Alai courant, Feffet do proc6der h I'Mection des quatre conseillers devant coml)14ter le personnel (in dit Conseil communal, an local existent surTe m placement (( Wtion, )) rue de]a Rkolution.
Art. 2. D6s la publication du present ArrOIJ7 les citoyecs itscrits sur le dernier caltier d'itiscription non munis do cartEs, pourront s'en faire d6lixrer do nouvelles par le Alagisti at cornnitinA et dans ce d6lai les citoypus jouissant dcs faculWs ilffinics par I'article ler. de la loi elecorale, sont atissi 11abiles ;'I so faire iuscrire jusqu'au 6 3hi h 5 licurus du soir. I
Art. 3. L'61ection des'Consoillor.A coinmunaux effectu6e, celle du 5log;strat et des Suppl6ants aura liett saus. retard, aux terms do I'article 12 de la loi sur les Conseils communaux.
Art. 4. Le present ArrN sera public et ex4cut4h ]a diligence du Secr6taire d'Etat de Phit6rieur et de I'Agriculture.




43
Poim6 au Palais National du Port-au-Prince, le 4
1878, au. 7.)e. do I'lud6pendance.
BOISROND-CANAL.
Par Ic Pr6sident :
Le Secrital're d'Etal de I'lide'rieur,
Em. M. A GUTIERREZ.
No. 39. AIMTEA
BOISROND-CANAL,
Pre'sideid de 1a] Ripublique d'Hwli.
Vu I'article 1 U do la Constitution. la loi du 26 SeP_embre 1860 et celle du 22 Novembre do ]a mAmeanStir la demanded en grIce presented par le commanmandanE Don Joseph Maria AuTpwi do la Marino espa.gnole, et renouvelde par Monsieur le Consul d'Espagae Antonio MERRO A la residence du Port-au-Prince En consid6ratiot-i do nos bons rapports avee le Gouvernement de S. M. Catholique et pour doDner any.
-Repr4sentants de cette haute Puissance un nouveau td,moignage de courtoisic et do bonne amiti6;
ARRftE
Article ler. La peina do mort pronounce, le 30 Octobre, 1877, parjugement du Tribunal critninel du Portau-Prince, centre le nomm6 Jose Santisi sujet espagnol pour crime d'incendic ddcisioa maintenue pararr6t da Tribunal de Cassation en date du ler. AvriL .de cette ann4e, est commune en celle du bannissemient i perp4tuit4.
Art. 2. Les Seerkaires d'Etat de la. Justice et de l'InIdrieur sont charges chacan en ce qui le concern
!"ex6eutioan du w4seut: Axrk6i.




44
Uowi6 au Palas National du Poit-.,-u-Prince le G Alai 1877, a1175e. de l'Ip&Feneauc-.
BOISROND-CANAL. Par le Pr&ident
Lc fccritaire dLtat de la Justice, des Cultes el de I'ListretcV076 publique,
Dr. Jn.-JOSEPH.
Te S(cHtaire d'Etat au D(rvartoncvt de l'Iv.Nricvr el de VAvriculture
Em.-If.-A.' GUTIERRFZ.
No. 40. AlUIRTL
DOISRONI),CANAL, Prisident de la Npublique d'Haili,,
Sur le rapport du Seerkaire d'Elat de Flnt&ieur et de I'Agriculture;
Yu le 31(ssage de la Chambre des Repr6sentants eit datc du 6 courant, A cc grand Fonctionnaire lui ,auxiongant qu'EI'e a invaliG, pour cause d'irrj laritg, les povivoirs du d put6 61u. i Saint-3fieliel du Nord eii reryupwer
,.. nent du citoyen )Iinuty;
Vu .51 de ]a Constitution%
Attend qWil imported de convepi-r do Louveait IlAssemWe primaire de cette ] -,.cal:t pour do jiouyelles O jciions;
ARB]"'TE:
Art. ler. L'AssenWe primaire de St.-Micbel du Nord cA (onvoqu& a 1'extraordinaire pour Nleclioji Idu V-putj de cette commune.
Art. 2. L s elections commenceront troisjours apre's, ]a publication du present Arx-&J, qui sera pubE6 et ex6cutd ]a diligEnce du Secr6taire dEtat de Finthieurde I'Agriculture.




45
lfonn6 au T"Anis Nnfioml du Port-au-Prince, le 13 Mai 1978, an 75e. do Flud4pendance.
BOISROND-CANAL.
Par le Pr&ident:
Le Secretaire d'Elal de I'Infirieur et de I'Agriculture,
Em.'M.'A.*GuiiERREZ.
T(>.. -11. AVIS de fa Secritairerie (I'Dat des
Finfinceq e! du Commerce.
11 est parve-mi I.-t reconnaissance de I'Administration suphieure qiie les pzc s mex',caihes ainsi que c0les am6ricnines ditesit cz figure ite sont pas accept6es comrm monnaie courant dain les truwactions cornmerciales.
Ces pi ces Wayant jamais M d6mon6tWes, le I ublie est pr4venu qu'clles difivent Vretiler com'U111'emment avec toules les artres pi ves Pm4ricaines et atilres monnaies mwnlionr as dmis le, Urif ci-aprts :
T&BLEAU COMPAENTIF, DES MONNAIES
t-TRPvNlM rrs Won r,T D'ARGENT
-4 la piastre rorle d'Aspagne pour server A la pei c
tion, des rerelhes K painnents A r-;ire dwis les tr 8creries dc lao BipuMque, fn ex6eut-ion des lois de finances.
AYrW du 9 H-mier 1863
MONNAIES VOR.
ANGLETERRE.
Taleur en pias!res
P. 4 9 1)
42 Sou'verain- 2 40




ESPAGIN B
Quadruple ou Doublon d'Espagne. 16 5I0
1j2 Doubton. - - - 8 25
114 Doublon 4 12 112
118 Doublon . . . .- 2 6 fit
111 6 Doublon . . . 1 3
ETATS-UNIS D'AMIRIQUEAigle. ........ ..-20
Les fractions en prapartion.
FRANCE-.
Dou~lon NapoI~on (40 Fs. '7 62 lNapol6on. ..(20 FS. ).-3 81
Ducat ad legend imperil..........22!
-nouveau de la ylle---------2 20 HOLLAND&.
Pikce de 20 florins dix roi Louis. 'S 20
- de 10 florius dito. -. 4 10
- de 10 florins dui rai Guillaiume-' 3 95~
Double Ridcr . . . 1
Rider.............. 6
122 Rider. ........ 3
Souverain des Pays-Bas can double-.
Ducat de Hollande. 2 25
E9TATS INDEPENDANTSWDAMg~RIQU&Doublon Nexicain. 16
Doublun Co!ombien . '16
(Les fractions en proportion-.)
Doublon de la Nou'velle- Grenade I pendant l'annde 1863 ).. .. .-...- 155
Et h& partir dui fer.. Janvier 1874- -. 14
Les fractions em provertioxtj




-47
IIOINNAffS D'AIGENT.
ANUGETER BE.
sche1ing P. 24 c.
112 Scelielin ... 12
1iSPAGNE.
Piastre Du gourde forte. I
112 piastre- 50
114 de piastre ..............25
KTA'rd.UNlS D'AMERIQUE.
Dollard .. .. .. .. ....1
112 Dollard................50
1?4 Dollard ..............25
1110 Dollar&.............. 10
FRANCE.
Piece de 5 fraes ...........95 1/4
Mice de 12 francs ...........38 1/10
Pj~ce de I franc..............19 1/
IIAMBOURG.
Rixdaede 1764 ............ ....1 10
-de Constitution ou. Euu de Banque. 1 10
.Pie de 2 ?faucs........... 57
Pth-ce de I Mhre. .............28
IIOLLXN DE.
Florin...................41
Ph~ce de 2 t-iorip ...........82
- do 2 Flomn 112........1 3
couronne................ 7
FlAS IDEIENDNTSD'AIERIQEE.
IDollard MTemicain 1822 h 1826. I
- (le YAm~rqu. centrale 1821 h 1825. 1
- dui P~rou 1822 hi 1826. 1
- dui Chili 1822 h 1823.........
- de ]a Plala 1813 it IS815. .
- Coombien 18 19 At 1820. . 75
Foxt-mu-Prnce~ le It Mai 1878.




No. 42.
B 0 1 S R O,\ D- C ik ?XN: it, I,,
President de la I'lublique &Ilaili'
Stir le rapport du Secritaire dEtit dp 1'[Wrieur A de I'Agrictilture, b,4sol ,ur la derelche do la Chimbre des RepT sent-jnfs du 24 114i cmirant, No. 23
ConsiVrant qua plasi urs arrondissements do la. 1,, publique Wout pas envoy de candidates au S(nat par le fiit qua les e-lecleuni Wara pos &6 nomrn(s daiis diverse 'commtme3 de In 1161)ubliqut, ce qui a emp&H le fogelionne-ment des colliges 61ectaraux pour la nomination des candMals, au. Sewit ;
Vu Ie3 artic] -s 169, 170, 171 de la CoaTtifution
ARRftE :
Art. ler. Les AssembVes primaries des emnmanes qni n'o-It p--s nomin6 dWecfeam au 10 do Janvier exp:W sont convoqu6es h cetto fia datisleurs arrondis3cments respectifs.
Art. 2. Trois jours apr s la publication du present A rrM6 dans la commute, les citoyeas inserts nommeront leurs e1wetirs.
Art. 0". Le Colliv electoral s-,ra ccnvo(ju6 par To president da Conseil d'arrondissoluent, irdis joursap'cs ]a nomination des dits &eaeurs, pour la narytinatim des candidates au S6nat.
Le present ArrW sera exileattl A la iligencedu Seer6taire d'Ftat de I'Intirieur at do I'Agriculture.
Donj)j wa Palais National du Port-au-Prince, le, 25
-Mai 1878, an 75e. do lInde'Pendance.
BOIS RON D -CANIALPar le Pr6sident:
Le Secretary d'Etat de IInf6deur ef ife I'Agric0u", Eu. TIf. A. Gt:vERrYz,.




'Libol 14" Fratcrt)46.,
B E, 11UPLIQUE DHAITI.
T 7o. 45.
BOISROND-C-ANAL, Pre'sident d'Had?
CASSEMUft NATIONALE.
Alessiems hs S4uateurs,
Mes.-ieurs les Wputds,
Vous conn-issez les h6nements qui out pr&06 louverture de ce'le session; UTW CODspiration dont les i-,,tiiiiticatiotis-""t, !nda icat dan-itout IA piys, et surtout &ms le Nord, ten[6 d'arracher noire PaIrie aux institutions qui la r6gis3evt, pour la rejeter dins les voics d6sas'reuses du despotism. -Avee un courage et un bon sens qu'on no murait assez loner, le3 populations ont fartout fiil justice do ces criminelles teotilives. 11 resort de c ;R-3 attitude wi e-iseignement sa!utaire,
un i'lit propre 11
1, It rassmer. les esprits qui dOUteDt encore
du succ s d6finitif des institutions libiraye; en Haiti; c'est quo le people q)pr6eie les bienfaits des libert4s qu'il a conquises, tt qu'it est d4cid6 It les d4fenere.
Ce sentiment, Pavais eu lie!i de le constater pendant
Al a lournJo dans le Sud. Vai pr(06, vous le savez, de l'intervalle de vos sessions, pour Idler (Studier par Moim6me les besoins, Us aspiratifts d'uiie parties du Pays.
Un ancient usage vetit que le Chef de I'Etat ail'c se Montrer aux populatiODs des diverse localiVs et recevoir ains" u a n,,-mvelle cons6crition de son pouvoir. Tel n'6tait im Mon but; p6i.&r6 do la n6cessitd d'um contact aussi Wquont, aussi intime que possible entre Ic Peuple et son premier Afacyistral, Vai tenu h aller eft IqUelque sorte surprendre sur les lieux-m6me5, le secret VA de ses Wes, do, ses d6sirs trop solvent YoU on d&




__ 50
naturg par des interm4liaires int6resigs on passionnis. J'ai eu tout lieu de Me Miciter d'avoir c6dd A cette pens4e; au b6n4fice des observations que J'ai pu recueillir, s'est ajoutd pour Moi le plaisir de coustater dans le Sud, 4galeMe.Dt, le sinc re attacbernent de tou3 pour le regime lib6ral.. Les bommages qui Al'ont partout accucilli s'adressaient Yen aux pnucipes dont Vos suffrages M'ont fait Ic garden. -le sus lieureux de pouvoir vous en trarsmettre expression et de partager avee vous Phonneur de ces manifestatiODS. Afais cet enAousiasme melme, qui cst en cc mon.ent uue force et une garantie, peut, si nous n'y prenons garde, deveuir ua datiger. Dans un pays aussi jeune que le n6tre, ofi le people est peu habitud h r6fI6chir sur les causes r6elles de ses souffi-auces, Pesprit des masses et m6me de la portion 6clair6e est enclin tout attended d'un homme on d'une Constitution. Hier, c'Ralt fe Ctief de I'Etat, aujourd'bui cc sont ^ les principles lib6raux qui doivent sati--faire tous les int6r&s, banger d'un coup de baguette la situation compromise de IODgUe date. Op. ne se rend pas assez compete qu'ut,e Constitkution, expression d'id4es et de besoins g4n6raux, ne peut r6agr qu'A la IoDgue sur hs cors(' ounces -des faio ant6ricurs; 4crite en vue Wen but aonr6, elle a &I, cc but atteint. faire Iur paTt h d'ai!cietmes erreurs, A des pr jug(s en contradiction flagrant awe les principes sur lesquels elle repose. It pent douc arrived un moment o t le people s'en prime de scs sotiffrance,, itces insiitutiius dont it a trop, v;.Ie exi,,6 le soulagemfut de ses maux, et coifoDdavt 1'effet des parties nuisibles avee I'ceuvre tout enti6ic, renic les principes qu'il pr6nait. Prdvenir un Fareil danger par des r6fortres prudentes, telle doit Ore la mission (In l6gislateur, telle sera ]a YO'tre, Messiours.
Pappelle votre attention sur les modifications que compote notre pacte social; Je to fais, avec d'autant plus de liberty, que cette Constitution m6me Wy an-




wr4e, que .31on respect ciupu'cux pour elle Me permet de signaler ses imperfection-; fa fin procbaine de Alon manlat 6te tout prkextt do voir dau3 Ma pens6e aulre chose que expression du Usir sinc re d'6pargner h Mon successeur les embarrass qui ont plus d'une fois entrav4 la march do Mon Gouvernement.
L'biorable president do I'A semblk nationAe dans un ]an-,age OeW oit se trahissaieut les 16gitimes pr6oecapatiODs d'un pattiotisme vigilant, n'hJs-taitpas a recoDnattre ce malaise inddinssable wAte terreur vague qui se ont empar6s des esprits. Comment ce inalaise peut-il se concilier avee 114clatante preuve do ,confiance dont nos institutions vienneut d'Atre I'objet do la. part du Pays; pourquiA vet enthusiasm d'an c6t6 con apr6hen'sions de Pautra ? Euin quM est cet 6trange c,-)iitraqte d'un dtat politique dout tout le monde reconuait les biEnf-Aits avec ua 6tat social i la s6curM duquel persoune no croit ? C'est que, Je le r6p6te, au legs d'un pass6 disastreux se sont ajou(6es les cons6quencea l9giques do lois qui out trop longtemps maintenu. ce people on debtors d'un. contact intime et Veond avec F06ment civilisateur et I'ant ainsi PriVA de Penseignement et des bienfaits d'une concurrence salutaire. C'est que nouq-in6mes, et par ces mots J'entends aussi bieu le Gouvernement quo les Chambrew. sous la pressing des cruelles ndclossites quo nous rancoutrions d6s nos premiers pas sous Pernpire d'un patriotism quo r voltaient les d6sordres de Fadmim'stration pass6o et qu'effi-ayait j uste titre Ntendue des en-agements qu'elle no,5s avait imposes, nous avous "daus nos measures financiers PeU t4tre comprise l'intdi 6t haltien d'une fagon trop exclullive nous nous fomme-3 plus pr6occupA d'6pargner au present des cbar-es ALcrasantes que d'assuver I'aveijir en rouvrant par ]a consolidation de notre crUit les sourCe3 tries du travail et de la richesse national.
44 le d6hut -Le FAdministraion actually. Nous NOI !Ii




sommes trouv6s, Alessir-urs en face de ]a grave qiwslion de I'Emprunt contra.04 A Pari, par le Gouvernement d4ebu ; de ]a -oltitton de cette question d6pendait Ntat de nos rapports avec ]a France. Vous savezavec, quelled (16f6rence Je Ale wis incliO sur cc poitit deviant les dhisons de I'Assernblge njalgr6 les objeclions que tout d'abord, PaVaiS PCDS6 devoir lui dresser el. qu'Elle a jeart6c.;. Deptiis la. promulgation de votre AMcretitous les efforts de Alon G ouvernOMeDt Ont tenAlu. A ex6cuter fidMenient vos d6csions, A remplir onvers la France, et les engagements que vous avez recounts (t ceux anthieurement contracts pour ]a Dette Nationale. Vous connai sez Irs rdsiAtats quo nous avo r s pu obtenir ic;, rnalgr6 les difficult6s du moment. Ces efforts %'ont niallieureusernent rJussi ni h faire reconnaltre le Gouvernement pat la France ni relever notre credit h I'EtraDger. De graves embarrass out surgi an sujet de la remise et la distribution des fonds. d6jA exp6di4s, les sacrifices que Dous nous sommes impose's e sout en que1que sorte annuMs par ]a contradiction qui existed entre vos decisions et les r4clamations des obligataires. Pouvons-nous rester phis ]on,, temps dans une situation arssi fa t:sse Woii peuvent sorlir d'un momea A 1'.utre des com plications nouvelles ? D'autre part, la niis re est general h ruine atteint la fois le Comm(-,rce et I'Agriculture. Cette siluation no nous fait-elle pas une nicessitJ (18
reliever notre erMit pour doter ce*Pays Wiw titut ions (Innt il a bfsoin d'artacher le Commerce ux primes exa.g6r6es de tiaites parfois douteuses I'Agric-u'ture, aux int6r6ts usuraires qui ne ki pernietteiA de renouveler, ni S-s proc6df's ni son oulflIage de rondre A ]a circulation ces capilaux que les ernboursementsa long terme de' la Caisse-Tamortissernent frappent de WriIW, d'ouTrir enfin par Pexploitation dusol, des carri res lucrative A routes c s activists inquires dont la comp4tition passionn4c pour les functions publiques .. conslitue un Writable danger pour FEW ? Une combinai-




53
-soa honorable qui, en relevant le Pays de I'i a rdit dont il est frapp6 pf rmettrait d'atteindre de pareils r4sultats s-rait une wuvre de haute sagesse, digne du patriolisme do cetto Assembl4e.
Cc sont Ia' Messieurs Ics questions que Val tenu. it. liver ii votre examen Mint d'entrer daus I'Expose dechacun d-s d6partoments minrit('riels.
REL&TIONS EXT2111EURES.
Comme cons6quenco du triste heritage que nous a laiss6 le Gouverne ment prWalent nos relations avee les Paissances Etran'-Orl-s ropr- Isoljte-es en Haiti Wssent en cc moment, a certain 6girds quelque close h d6sirer. Mais on pout -espe'rev qu'elles reprendront avaut lon-temps hur march stir le pi ,A satisraiiant d'autrefbis geA(m h la bietiveilhiwo de3 GDuvernoments avec lesquels n9us sornnes ci rapport.
Le Mica, aRn o contr",buer -a cot lieureux, r6sultat conciliera coin!oo toajo irs, les exigencies de cette bionveillance avee cello de la jiisti, e do. 1'6(lu*t6 et do I'inipartialit4, dans ]a solution des qu,,stion3 concernaat les Rangers.
Gette loyal, conJuit-3 influEra fivor,)Mement, sai. Inul eoute, sur le d6vo'oppemwnt de nos relations internation.-ifes.
En effet, S. 11. 1'& rperetir d'Alleinagne r6pondaut Ah letter qui lui inotirhiit llwi a 6-nemeW qu Pouy(lir; S. At. Humbert ter. Roi (I'llalie, NI'anno,qant son 616vation A cc tr6ne, par suite, do la perte cruelle de ,Orl bieii-aim6 p6re Nictor E-nmariu-1 11 ; Monsieur John Mercer I-AngStOD, remplagant Mr. E.-D. Bassett, comMe Alinistre-tl6sident et Consul-g6n&al des Etat Unis d'Am6rique en HaYti, et Nous transmettant do nouvelles assurances de ]a plu,.; grand,., sympathies de la part de Sou Gouvernewnt ; Messieurs L. AIrtiu de Castro L.




54
Seguy Villevaleix et J.-V. Lubin, -61evni on grades pir leurs Gouvernements dont la coidiale amiti6 nous est bien connue; plusieurs nouveaux Consulats 0ablis dans diffdrentes villas do la 116publique, tous ces faits, arriv6s depuis la presentation I Asenibl& Nationale de Mon Message de Fann4e derni4c, ne permettent-ils pas Ae nourrir des espgrances a F6gard do la prosp6ritd de .nos rapports ex0rieurs ?
Sa SaintW le Pape Uon X111 a daign6 awsi Waits
-noncer son aWncmeiit au Sublime Si6ge do Saiat Pierre et Wenvoyer Sa Tr6s-,zainte Wnddiction.
Toutefois, le 17 du moi-3 de Weembre- de Pann6e passe un incident inattendu regrettable a mevac6 d'alt6rer nos relations avee I'Espague. Mais la. dif:ficttltd doxitje pirle, et que relate dan3 ses moindres details, ]a feuille QIficielle de Fgpoque, Wa pas tard6 A se dissiper, A I'aide de 1'esprit de conciliation des parties et des bons offices du Corps diplomatique. .
Depuis, Monsieur Antonio Fierro y Cruz, arrive i 1.1 Capilale comme Cowul d'Espague Fa remis tine letter t le f0icitations de S. M. le roi Alphonse XII en date du 7 Septembre 1876, en'r6ponse a celle qui Lui notifiait Mon avenement an pouvoir et une autre, par laquelle S. Al. He fait part de ]a c6le-bration de Soq marriage avec Dona Maria do las Mercedts &- Orleaul% y Bourbon. Ce t6moigna-e d'amitd de la part de S. Ma rep Alon meilleur et plus sinc re -accueil.
Le Government et le Peuple eqpagnols seront ainsi p6n4tr4s, Je Wen doute pas, de.3 WritaMes sentimenIs qt-!i ont toujours A four 6gard anim6 fe Gouvernemeat et le Peuple baltieDs.
Le Cabinet de Lib6ria a W saisi do la demanded de celui d'Halti, tenant h obtenir ]a remise A la justice do notre Pays, des g4n6raux Louis Tanis afne', Fontanges Chevallier et Choisil Marc, recherch6s
-Pour crimes de haute trahison militaire d'assassinat et & pillage don-t les circonstances cara-adristiques
-!^ukJ4 wr le WDarla,




ment de I'Intirieur. Wfugi& A ]a Ugation de Lib6ria le Charg4 d'Affaires de cette Wpublique pr6s la n6tre les couvrait de la protection de soa
pavilion h laquelle ils ii'avaiem point droit.
Mon Gouvernement. attendant incessarnment la r6ponse de ce Cabinet lorsque, par une letter en date du 15 Alai expirJ, adress6c au Wpartement des RelatioDs Ext&ieures le Bepr6sentant do Libhia a fait connaitre h Mon Gotivernement quo ces g6n6raux ont quittd s t Ugation ewre le 12 et le 13 du m6me mois.
Le Charge (I'Aflaircs. do Frauce qui Mw Gotivernement a demand extradition du o,4ndral Louis Tanis refug,6 chez Ini a inform6 ce In D6partement, 1,,- 17 Alai qu'ayaut accord' sa protection ce g6n6ral il d6fererait ]a qu:,slion h son Gouvernement.
Toutefois, j'aime espirer que la solution h intervenir dans la eircoustance sera empreinte du carac! ra (to justice qu'ou no ptlut refused au Gouverluernent fran mis.
Les g6n6raux Fontauges Clievallier et Choisit Marc Se sont eloign s du territoire d1lalli.
D'autres individuals, implique's dans ]a r6beFion des trois gen6raux pr6ciVs et qui avaient aussi cherebcrefuge dans C'es Ugatioiis et Consulats eu cette ville, Do polivant y perp6tui:z, leur sciour ont py-616-j' quitter le Pays quo do so mettre h la disposition de la Juslice.
An mois (FOctobre do Fann&L derni ,rp, Monsieur Frangois Sauveur Faubert, quo quolque lciupiauparavant atitl Wayriver A r4lablir sans plu- t.arder notre Uga!ion en Franco Favais no-=6 AlimitreRdsid-nt fl.lalfti est parti daus op, but les circOnstauces imperieu-es qui Fen av,iient ernphh6 jusquo IA ayant cess'6 Wexister.
Arrive peu op. s Paris, il se mit immediateXnent A Neuvre.
Alais la crise minist6rielle survenu*e h Ce mo.neDt ea,:France et de graves preoccupations du Couvernement francais d6tournant I'atteWion de noire CW




11A firent suspeadre les d6marclics qu'il avait commene6es. 11 ne les a pas reprises jusqu'ici.
I)ans Fiutervalle afiti do doriner suite au d6cret do YEmpruut Dorniogue, le Dopartement des Ficances fit passer an (aissier g6ii ral do la Cuisse des d6p^ls et consignations, a'vee lequA il crut pouvoir se mettre directement en rapp irt u-'e somille da',500 et tant de mille frafics en traits avec prie:e d'eiicaisser 4 V& chance, aws ordres eu Gouvernement, I cette valour destined', ainsi quo les remise3 olt4rieures, qui seraient faites, au paienient des aunuite's do cot emprunt. 'Nlais ]a Directeur g6ti6ral de la. Caisse des d4p6ts ot con-. sigiiation4 avant refuse' d'accepter cot etivoi, en objectant qu'il it % avait. pa d'instructioas dij Gouvernement frangais pour le recevair,- une entente a eu lieu entre le Seer6taira d'Etat des R,.Iatiow Exte'rieures et le Charo d'AffairEs do France au Port -au-Prince, par suite do laquelle la somme remise h la'CaiFse des d6p6ts et un appoint qui y a Jt6 ajoate ont 40 v rs6s'au Alinist re des Finances do France, en paiem-iit des terms du H Weembre 1877 et du "')I Mars 1878 de la Double Dette Nationale, snit ensemble Fs. 534,415, 52.
kirsi, zpr s avoir 6galement pay6, jusqu'au 2 Wvrier de cette aunk, une somme do Fs. 4.67 1)265,41 c., pour arrijir, do la Double Dette, y comprise Fs. 210,100,03 d'hit6rks do retard jusqu'au 26 hinvier, I'Administration ,ctuelle, par suite des versements r6guliers faits, non Eaiii les plus grand efforts. A la France, s'dlevant un totaliI6 A la somnio do Fs. 5,205,680,93, est aujourd'hui ft jourdans service do cetteDette, dontl'extine6-)n aura li-m en 1883, Xapr ; le tableau anviexd k la convention de 1870 oi i figure ua solde de Fs. 51639,049,98.
Avec la m6me regularity qui a pr&W an pavement de la. double Pette, Mon Gouvernement servira. les annuit6s de I'Emprunt Domirgue. A cot effet. les r6sp.rves de la. CaiEse d'amortissement 616vent It Fs. 2) 7 700,000 environ.




57
Apropos do ]a Iol portent creation de cetto CQI'se'. ainsi qu'A Ngard de ce'-Io relative aux fn-wq do visa A percevoir par les Cw su.is d'llaiti, des v sectionsns concernant les inte'rks 4trailgeis ont 6164 faitw.i a Mon COUNCY'Veffierit. Mas it s'(st tou ours vppliqu6, comme. it le d-vait, "I d6feudra ef s disposmo7hs ecinzrne resultant 13 P,(c,,ssit(s imp(rieuses, et i;, contenatit ri-n d'a *11'eurk,, do conlraire il som drout, 'i sou devoir et a 1'41;t
es R( )tonts do la Gj nde-Bi
11 -p,6-oi -a- -aag-e et des
Etats-Ut)is d'Arn&ique out m6me prote ,At. t-ntre ]a Ioi ur les Nisan coniulaires. Solon I'op;,,ioi, ec FA. gent du Gouvero .crnent arn remain, elle
-surtout, une infraction au llrai!c distantt Haiti
et Ies Etdn-Unis, quoiquo lo n'Y v.;ie rieu & conLrairc a fe, Yi fit, i a la hure de cc tra't6 qu'il respcete et. qn ,11 : .ura fou 'eurs en baute solicimle, quo t( us les -,wres lmitgs
liant HaRi ft des rays amis.
Toutefoi-, Jo pense quo les cnnsidjrat ons que le Wpaacmerit des Relations Ext(rieurei; a expost'-es et exposera fle n(uveau p()ur 16gitimer lanouvellpimpo61ion cr66e par cette Ioi, scrotA e0fiD, apprhijes par lis deux Couvernernents.
Celui do I'Union Xm6rieaine appreciera oralkeinent, J'enail'espoir, Ies observations deblon Gouvernernerit, re ativement h la dernibre Ioi ,,ur Its pattntes, centre, laquelle il a aussi protesM tout Hcomnierit, lesimp6ts fix4s 6tarit, dans son opinion, et en cc qui a trait aux citoyens am6ricains qui les patient, eontraircs Part. du trait sus-meritionO.
Les efforts du Gouveruement pour la reprise et la IR Continuation des travaux bydrauliques A executer tt la CaPitale P-.r Mr. Stevens, wivant les pr4visioDs de la 10i du 16 Aefit 1877, ayant. reDCODU6 des difficulWs dans lesquell(s cst intervene IP Wnisire-R6siaent de S. M. B- un arrangement a ,t6 conclu, par suite duquel ces travaullout reptis et sout continues avec: acliviO.




Le GouverneMeDt n'a agi, dans Ia circonstance, qu'en:
vue d'6viter do nouvelles difficultds, que cette atfaire ,mennait de cr6er, et de satisfaire, en m6me temps, alL de'sir de Ia population du Port-au-Prince, justified par Ia nkes3iW (Fun des plus indispensable agents de 1'existence.
Le WpartemeDt de UnWrieur vous entretiendra
plus au 'long dc cette question, h I'Cgard de laquelle Ia conduit de I'Ex6culif aura J'aime 'a 1'espgrer votre approbation et Farrangement sus-mentionu6 !a sanclion du Corps Ugislatif.
Depuis ]a el6ture de Ia derriere session le Gouvernement a continue avec Ia Ugation britanpique les negotiations relatives h Ia r6clamatioji de TAlme. Vve. Maunder. L'arbitrage propose ayant W admis par le Government anglais sous des reserves qui I'annuJaient en fait, Notre Administration a cru devoir faire de nouvelles obs6-vations A ce sujet.
A Ia suite d'une longue corre-spondance 4changde A cet effet; entre Ia. 1,6gation an glaiie en cette ville et le D6partemeat des Relations Ext6rieures, les vues des deux Gouvernements oDt W encore clairement exposes, et le Secr6taire d'Etat des Rehlions Ext6rieures a dA, le -10 Avril 4coul6 announcer au Ministre-Rdsident; de S. Al. B. que,' dans le plus bref Mai possible. il aura Fhouneur de lui proposer une nouvelle base de r6glement.
Si elle est accepted par le Gouvernement britaunique J'esp re que Ia r6clamation d?, Madame Vve. Maunder aura avant longtemps une solution.
Le Government du Dauemark-et Celui des Pays-Bas, appr ciant les explicalious donn6es par le Mien sur Ia situation faite par le d6cret du Gouvernement Prwrisoire, en date du. 27 Avrit 1876 a monsieur Georges. Mora"Ia, comme vice-consul de ces pays A Jacmel et satisfaits de l'idie de, conciliation dont Ia suite de leurs observations Alon Gouvernement leur a doan4 le t6maiguage, ont remplaci lour agent i ce poste.




Nos GotiArernoments respeclifs on.t. ainsi obteru la pt,,-uve de levr mulue'l, sympatbie, co.qui no pout manq--er, it faut Fesp6rci do res error les liams d'aMiLi6 eXi ta:jt entre No; Plys.
La questioij do im relations ave'c la 116pablique DoMiDicaine, ) wis ii-Jetl6inonti-6 dails Monpric6 1; nt Messag, amenait ce'lt do (( Y tude du trai(d de 1874 de sa revi, ion Y) 'en v.,,c do la foi da 6 Octobra 181 et eu 6-ard aux slipulati )its du droil. international.
Ric". volis ht sav,,i,, n'a-pu 6(re. entanvi d:uns ce but pendaia la dorni recession, par suito du Mjvt du Cha'rg4 d'Aflaires Daminicain: ]a situation ca cc momeia est dove cticore la w6me.
Mon Gouvenienier1, do!. t 11a plitiqute Fk"g;Ird e I'Est scra con farnrnent cella expos& Fami6o pa-st le a ca conFe(II Cilco polir 41 010ir d- rechercher, aW 'u ewxours du Corps L6gislatif, les rivoy,-w- lo, plus ProproY h meltre le trait 'o 1874 ea fiara-wni avec nos droits 110 !(_'Is et leg aviration-, Ai Peup.le halti ,ii.
Un itoove, ordre de choices est ifwt,,gur6 atijomd'hut dans IlEst ;ipri,, wie r6voluCon qui a renvers6 to Gou'vernement du g6n6ral M&. Si to Gonverilv!nellt .djfinitif qui doit en sertir eqt anfrn -, comme it n'v a yms lieu d'eit outer de-, m6mes, sentiments do siric4e fraternity, et de parfait j*fco quo to G!)Uvernernent d1fla*iti, on pout esp6rer quo dans un av,nir tr s protbain des neffociations pourrout 61re entreprilses par des pl6nipotcutiaires des deux pays 6 1'effet, do cMe rJviSion si d6skable du traiO pour arrived ainsi h eirrenter da la tnani re la plus slide leg liens do cordiale amiti6 des deux' peoples.
Que1ques nouvelles r6clamations etrang rcs portatit Sur des faits, arrives sous Vudiniid tratiwfi pr6c6dente, out &6 addresses au Gouvernerneut daus I intervalle des deux s mw ioiis.- - Alais il s7ut adpliqu4 A en ,6earter quelques'-unes et s'eflorcera Won repousser d'autres en exposatif routes les co-. sidhafoc:s de namre it eu- .tablir le w-31 foudul. D'avtres enfin, dont Fill&




60
gitimit4 ne lui est point non plus d6uteuse, pourrout cUre
-communiquees au Corpi L.Igislatif, avant que leur solution soit adopt&
Tel est, Messieurs le resume do ]a situAtion actuelle do nos Relations Ext&ifures. Le Serr&air ) d'Etat d e te Npartement, lorsque les Cli,mbrei le dem-inderont., kur f jurnira tous les documents et tou,,- le3 renseigne-ments propres A facilifer letirs investigations et leur conIrO'le, et A leur peraiettrl- Fadoption do measures en vue do la bonne marebe de cette branches &a service public.
FINANCE:; ET ('03131ERCE.
Durant cette session, une des questions les plus im.portantes pour lo Departement des Finances, qui se pr6sentera A 1'6tudi, du Corps Ugisl.Aif, sera celle de notre complabilit6 cAdministrative dont h r forme est vivement s9Ilicit6---- (A qu'il imported d'6tablir definitivement d'uIIP_ au-;si Tunifforme que chire et r6guli re. La Chimbre des coniniurics a comprise cette n6cessit4 qui Ornpose pour ainsi dire au Gouveriiement, quand Fanfflte derni ra, elle a us6 de son iiiitialive pour pyovoser stir la mati6re ua project do loi qiii, peu de jnurs npr .F, a requ la sanction du S6nat. si, en conforinif.6 Wwi dro.'t quo INIaccorde tiotre pacte fundamental, J'ai cru devoir Fuspendre la prornul(ra-' tion de cette loi, c'est quo Vai liens quo les circonslances daus lesquelles elle a 6t4 voVe, aux deniers: jours d'une scs;ion laborieuse et bieii remplieau. moment o chacun avait bikle d';Aler- se reposer do scs travaux, pouvaient influer sur des dispositions qu'il 6tait n6cossaire do revAtir d'un cachet de inaturitd pour obtenir r4ellement les arn6liorations, les perfectionnements que Pon- recherchait, et les s*mplifications qui ,n sont ]a eons4quonce.




Mon Seer4taire d'Eta-t des Finances aura dODC 'a Yous presenter des -objections A ]a loi relative A la comptabilit4 publique, ct il a aussi pr4par6, A routes; fias, un nouveau project qu'll Yous soumetira et sur sequel vo.,s aurez, A You3 pronounce.
A Ngard de Femprunt 1875, r(--gl4 par votre d6cret du It Jaillet 1877, il faut quo je vous dise qu'en' ewiformild de son art*cle 4., ba D6partementdes Finances apr s avis prJalable de celui des Re'lat*ons Exthieurz-s au Charg4 d'Affaires do France, avait fiit parvenir, s- r les fonds de h Caisse d'amortisse .-.ent, it la Ca'sse des d6p5ts et consignations, A Paris, une "Ornme do Fis. 526.413.87 on P. 98.702.91 en traits stir I'EtraDgel pour 6tra tenue en reserve, jusqu'au moment du paiemetit -A faire Eux ayants-droit.
La caiss i des UpAts et consignations a rJus4 de s'occuper do Fencaissemer),t da ces valeurs.
Une beureuse cornbnaison a permis A I'Adminisfration do le3 laisser pour compete do la double dctte fran ,ais-, trimester de Dicembre 1877 et do Mars 1878, en memo temps qu'elle exp6d"ait sur les fonds du service caurant, ime somme d egale valeur qu'elle charge Monsieur NoO, banquier a Paris et uotre Conul 0 ,gral, Wejic iisscrFour le service de PernprunL 1875.
Les fon is d6pos6s clicz Al. No6l, pour Ce service, s'&.vent aujourd'hui A P. 193.561.74.
Cost A vous qu'il* apartment de Ucider si ce ref113 do ]a Gaisse (lei d(-p6ts ef c)nsignations do coop6rer A. 1'ex6cution du d6cret relatif -.t-l'emprunt, no nJcc,-"((A pa; de itouvelles mc.-mres ;,yant trait ,urlout a la designation de I'41ablissement q6 sera dJsorma-s charged de I'encaissem-ent des valeurs a expe'dier.Un examen approfondi Au d6cret pourra mettre ett 111111ibre d'aulres points 141,11eux, p-l"Ini losqueli on At"it, comptir en preniit re ligne Fobligation d'dmettre t)
de nouveaux titreq, en change de ceux actuellement en circulation.




Ces difficult Vs, joinfes a, Celle (Pulia SifuatI...- c n-.merciale anormAe qui nous prive de SigDallll'i S de tout rej,'Os' sars des Pimes (xceKives, Y.c a deii't 1'exp6dition de nouwFes valeurs ponr to service de Fcmprunt, (t en vmi projion ,aiit 1.4-des us, aitsi que,ur celtes oil la n6msW d uu accordd se fait senior vous 'contribuert z puisOmmeit it reh-ver nefra. I)FCSlige et mAre crMit A Fcxt(ricur, i grw oment atteints dans ees derni6res am-As.
La Commission centiale d'Enqu6te la Corn-niss"011 mixte Ugislative, Wayant pas (neore paffait leurs travaux ma1z't..6 toute Fa(tivit6 qu',,Ilcs incMilt dans I'accoMI)lisement de, leur tkhe, le tinge seme,"tricl pmcidt par la loi addit lonnelle ur la Ca*ssc V-anorfis-ement n'.a pu avoir li ,u et I'Administr aon rieuze a (M se border payer les int6r,1:1s &i sefflestre aux portcurs de, tifri s ainsi que Iles cr6ances et lies appoints ati-dessous de. cent pi stres,' pi-ovemijit da coupounement d6m'W.
It y a aussi h I'Air. observer quo diverse criances, notarnment cellei relatives aux c.-mpiunts colfractes pour le retreat du paFier-monnaic et lo paiemcut (1,, la. double DeVe fr,:n a's Wont pas &6 i gkes parco que les prfteuvs rcruseiit d',icquicscer .4 l'itit(r6t (10, G 0/0 fix6 par Ja ki addlio!)nclle d'amorlisseint fit du 25 Aotit 1877 et coatitment, r6clamer awc obstim.,tiott otlui qui leur avait et6 pr,c6demMeDt acccrM A F(t)oque de ces emprtints,, et qui disent-ils a Ad ccmsacr I'lleseconde fois par la 16 de 1876 st.r h C-dss,- cl'amortssement.
L'exercice phim6 all 30 Septembre de Fanu4e derni ro nous pelmet do vous doutier ci-apr s le r(lev6i g6n4ral des o;) ratios de cone caisse pour hinnk budg taire 1876-1877. lei, it y a lieu do remarquer que, conform&nent A la loi, les ecrilures del'exercica phimd me sontpoint confonjues avfc cellgs, de Pexercice courant et que les rn mi res F'arr6tertt ,1! 3 Mars de cette annge




AMORTISSEMEN~T. -EAE11CCE 1876-77.
DROITS DROITS Dxoirs Droits rests
constat~s. ordounanc6s. perpus. dus au 31
Mars 1878.
Adwinihration Port-au-Prjnce 50 0/0 et 20 0/0 365,636 85 65,636 85 309,057 70 56)579 15
Cap-Haitien. 157,775 674157,775 67 157,775 67 9 1
Cayes . 87,330 70 87,330 70 85,649 90 1,680 80o
Gonalves . 55,857 56 55,857 56 55,857 56
Jacmel .75,866 91 5)866 91 75,86~6 91
Jkr~mie . 38,967 79 38,967 79 38,298 29 669 50
MiragoAne .. 10,764 50 10,764 50 10,764 50 %
St.-Mare . 23,109 71 23,1109 71 18$285 97 *4,823 64
*Aquin. ... 12,498 84 9,739 18 9,739 18 2,759 66
Port-de.Paix 9,910 53 9,910 53 9,910 53
Petit-Gu~ve K 4,242 60 4,242 60 4)242 60
Anse-d'IHainault 686 310 686 30 686 30
842,647 96 839,888 30 776,135 11 66,512 85




AYORTISSEMENT. EXERCOE 1876-77..
I ,$Wois auTr~org~n~ral.Valeurs pergues yr. Amor~ti~se~nent, Exercice 1876.77, jusqu'au 31 MarR 1878.
Reste A~ exp~dier aux 31 Mars 1878. Port-au-Prince ............303,940 30 5,117 40
Cap-Hlaitien...........151,521 12 6,254 55
Cayes...............85,547 90 '102
Jacmod.. ............52,717 72 23,149 19
crDn#ves. ....... 36,071 37 19,786 19
J~r~mie. .............38,298 29
,31iragellne.............10,045 72 718 78
Saint-Hare.............11,427 48 6, 8 58 49
Aquin...............2,653 42 7,085 76
Poit-de-Paix. ....... ...9,910 53
Petit-GeAyve............4009 82 232 78
Anse -d'Hainault............686 30
706,829 97 61),"111 14
IIECETTEq. Tr6sorerie Gdrrae.-AmortisEgnritt.-ExeciccN 1 1; ,3 -77.
EnCaisE6 de diff~rents Tresors, appert details ei- dcssus 6 .76 829 97
Autini rWt des fonds disponiblei, Exereice 1 87 67, en traites pi. patet douhie dette 7,001 76 1877 78 aa 1579
6,8081




AMfORTISSE31ENT. -EXEIICICE 1876-.77.
1JECETTEA... 869,580 81
DEPE~Ss jusqu'su. 31 iars' 1878.
Arir6t. Double Dette. Sold y comprig intirdtg 6351712
Titres de er~ances. 2e. cat~gorie. fietrait et Double Dette. Pay6 1 prorata 42,499 96
Do. 3e. do. 0( ( 31, 992 59'
Do, 4e. do. (( 24,166 04
Prime sur Iraites aeciet&~es pour la Double Dette..........1,167 79
Appointments du bureau gpkcia1 du service d'Amortissement. .. 385
ReiubourOt A l'exercioe 18701-77 l'eniprurit qui avait Wt faith aux
foods disponible ......... .... ....7,001 70
ftembourk, hi l'Exercice 1877-78 sur l'emprunt qui a Wt fait aux
foods disponibles ..... ........ ... ...97,132 01
Autant prWt k la caisse d'Arnortissernent, Exercice 1877.78, en
Oetobre demuir Ii rembourser...............682 25
8-- 10.740
Balance au if Mars 1878, Esptces, ~28,840 81
laquelle est aux ordres dfs porteurs de titres inscrits
A la 2e. catkorie pour les 2 prorata, SoWd.............04
3P. do. a a a................10,507 41
4 e. do. . . .. ... 18,333 36
------------------------------ 28,840 81




AMORTMEMENT. EXEIRCICE 1876-77.
IIESUME.
all
cry
Dfoits Coustatis . 8112 6 4 7 7 6
Esp6ces et traits encaissdes jasqa'au 31 iar 187 706,829 97
Reste 4 ordonnaucer et 4 encaisser 135,817 99
Stir les 135,817 99 k recoavrer, si nous Uduisons les 58,617 07 solde restart k restituer au service cou.
rant 1877-78,
il rested pour Ofectuer le 3e. et derDier prorate.




Pour ce qui es-t de 1'exercice courant 'amortissme~nt pr~seitait au 30 Avril dernier. au Tr~sor g&n~ral iinc balaitce en caisse de P. 191.393.77 doi~t 189.24 7.87 en espces et 2.145.90Oen I raites.
Les 'valetrs pereues A. ]a Caisse centrali- jusqu'A- eerie date s'5I6yeut ;A P, 411.600.11 comnme Suit: Port-au-Prince .. .......... '183.860 11
CAP-Illitie .......... 57 202 36
Cayes 51 ~ 932 4 7
Jacmael. ............. ..93.065 20)
Gonaives. ................9.115 15
RJrtmie ............ 14 702 it0
Miragone ............ 12,132 85
Aquin................. .
Saint.Marc............ 9.278 24
Port-de-Paix. .. 3.836 4 8
Petit-Go~ve............ 2 130 23
Anse d'Hainault... ....... 67.1 27
EXercice 1876-1877 (PrTUS) .. 682 25
P. 441 609 0 1
Sur cett sommie il a M6 payt-: Les iutdribts du preier semest re d'Octobre 1877 h 31ar.4878, zkPPointements et frais divers 51.720 50 .Primie Sur traite8 achet~s .. 4.840
D46ts chez Charles T ol. en.
tfaites .. .. .. .. ... ...193 654 74
Ildance en caisse . 191 393 77
Somme gzle .. .. ... .... ..P. 44i1.609 O1
A cette balance du 30 Av'rilJ il faudra bient6t ajot-, Sterh Iaomie do P. 107.637.93 que les trisoreries particuli~res ci-apr~s itaietit sur le point d'achemi'ier L !a
C~5ecentrale_.
Port-au-.Prince, recette jnsqu'au 31 Mars P. 46 712 44 caP-lultien dito jusqu'au 30 Avril 17 289 O1 Gonalves dito dito dito dito, 32 784 20
Port-de-Paix dito dito dito dito 3 447 '56
IPtjt-G cv dito dito dito dito .7;404 72
P. 107 637 9j3




_69
Les receltes effective des arrondsmsements pour Faime'e 1876-1877 se sont effmies a P. 376.308.85, per ,ties comme ci-apris:
Da Port-au-Prince . . . P. 118.527.85
Cap-11ahien. 79.098.39
Cayes . . . . 32.782-85
jacmel .. . . . 50 515 17
Gone-Ives . . . . 24.994.06
36rdmie . . . . 18812.55
MiragoAne .. . . . 5876.20
Saint-31are 13.640.76
Aquin .. . . . 5 610
Port-de-Paix 5.005.79
Awe-d Hainault 1.508.15
Petit-Gofive... 427.05
Total . . . F. 376.308.85
r6parties comme suit :
Au Conseil d'arrondissemeutda Fortmu-Pr;nce. P. 22 466.12
Dito dito dito Cap- &Ydm. - 2808265
Dito dito dito Caye,; - - - 16.849 59
Dito dito dito Jacmel. . . 28.082.65
Dito dito dito Gonaftes. 22466.12
Wto dito dito J&&nie. 22.466.12
Dito dito dito INippes 28.082.65
Dito dito dito St -Hare 16 849.51)
Oito dito dito Aqui 16 849 59
Dito dito dito Uoglne - - 16 849.49
Dito dito dito Destalines . . 11.233 OG
Dito ( l t 0' dito I Mirebalzis; - - It 233.OG Dito dito dito Marmeladc. . 16849.59
Dito dito dito M6!e St -Siculm 16.849.59 Dito dito dito Port-de-Ptim It 233.06
Dito, dito dito Bo-gne 11.233 06
Dito dito dito Limb6l 11.23306
.Dito diL.) dito Gde -R-.YUtrc da Nord 11.233 06 Dito dito dito Fort-LiberLd - If 23306 Dito dito dito, Trou 11'.233 OU..
Dita dito dito Tiburon. Dito dito dito Cdteauic - .
Total. P. 376.307.5 f
_4




Celleg cffectu~es pour IVaunde budgdtaire courante iusquau 2-2 Mal montant & Y. 277 031.21:
Port-au-Prin~ce...... .. .. 115. 65,%07
Cap-Hlaitien .. .........34.36614)
Gow Ives .. ..........24.134 85
JacmeL. ...... .......39.693.0
Clayes.............34.253i)2
J(~rimie .............9.73341
Hiragodue ............6.260.49
Petit-Go~ve........... ....959.54
St.-Marc. .. ..........5.223-68
Port-de-Paix ...........2.374.0T~
Aquin. ...............1. 055,23
Anse!-dHainault ..........322.32
277 .03 1. 24
La r'ePartition 'en a &6 faite conime suit
Aux 3 arrondissements, de 5 comnmunes,
QCp-Halien, Jacmel, Nippes, P. 20.673-90 X3 62.021.70
Aux trois arrondissements de 4 comnmunes,
Ilort-n-.Pr G on-. es, 16 539.12 X3 49.61I7736
Aux S arrondissements de 3 communes, Cayes, St.- Marc, L~ogtre, 3.armelade Mole Saint-Nicolas Aquin, Tiburon Cdteaux 12.401i.31 X 8 .............99-234.72
Aux 8 arrondissements de deux cornmunes, fles~aliues, Mirebalai Port-de-Paix, Borgne, im b6 Grande-Rivi're dui No', Fort-Li41art6, Trou, 8.26956 X 8.- .. 66.156.48277.030.2ci
Ahisi, de puis "'Ims itulioi (des Conseils d'- ,rrondisemnii leur tt 00VeeS6 une valeur de 1P. 653.337.77L
I an des vwux pour quo les travaux entrepris par 'ce conseils soient t-ncn6s .i bonnei fin et pioduisent Illheureux r~sudiats pour le Playsz. Oni aura pas ainsi :4 regretter ]a' sornce des taca-itices qui ont &6a fair. U4,~dmjuisti'aioa WuP cr ia pas os6 cetto aun6e




70
porter la main stir les droits additionnels A FexportatiOD, supprini4s la session derni re sur sa proposition, par la Ch'arnbre des coi-4muues et couservClspar le S6naf.
Reproduire ,on project 'c-C strait porter atteinte a lxk Caisse d'amorlis crneiit, annuellement au ma-,
ximum, h iin niffio-a de piastres dont la moiU et-st Acquise au. service de Fempraut do 1875. Eu supprimant les 20 oloadditionnel,, Parnortissern-ntn'aurait plus ft sa disposition qu'une sornme do P. 200 000 qui suffirait h peine au paicn)eDt des ii-e4rOts ant;tiels de routes les categories des deities reconziufs.
Si l7galit6 deviant Fimp6t est wie chose, juste qtt(I'on doit constarninent reclif reher et appliques, qui me sait que, dans le3 moments diffiCiIC3,- cornrne caux que nous traversons il est (lut Iquefois imro, sible d'y ar-river et que chez bvucoup de p, uples ton3 I s cfforts et tortes les tentalives do Lt sc'euc.e 6ronornique n'ont pu jusqu'ici atteindra ce grani re'sultat.
Mamnoius, employcn3 routes no-, fore.es pour efras,,er an plut6t; de, cliez unus une accabloute injustice. 110.4 temps que chaque cowriLuable four.Aisse dans Iv mesure do ses resources de son trafail, de, Foi Wen6tre, la part proportion Fe d'imp6t que lui d-mande FEW eu compensation de ]a s(cut-Rd eL de ]a. protcvt,oit qii'll est fenu de lui donner.
Gest la r6f)rme, c'nos lois Wirnp6ts qui non3 faclfitera cette pr6cietse' couqu6tc.
AW des lumi res et des travaux de li Commission, sp6cia!e de laChambre dc-s communes chaig6ed6i Aloj-t avgnement an Potivoir, do I'dtude el do ]a r6visig-i de nos lois douani4cs et, fiseales, Mon Gouvernement, potirra contribute pour sa part ctRu.er de nos codes d'impAts ce qui s'y troupe d'h)juste, de vexatoire tout en prop.ssint 10 mode de perception le -pfus simple # lepItIs convkable ft nos moeurs et A nos usages.
Oann6e.derni4e, Jcvous aientretonus de nos lois sitr les dova'nes' J'ai appeW votre 'alteutiod suila pomwpliwi,




71
'de nos --oits e'irn-port tion' et deportation dont le mode n. Jo parAt plus r6pondre aux exigences et ft T(Stendut DOS Ff.Jaliong commercials. La r4forme
--ollic;V, Mon Gouveraernent deviant chaquejour de plub phis argente et votiq le recounaltrez deviant rexame chiffi-es qi, i eront sournis au Corp-, Ugisfatif qna.,:. la que.5tion se pr'sentera A son appr6ciatioD.
Si des pe;cepteurs.sp(ciaux pour quelques-uns do nos grand centres cominerciaux ne paraissent pas r6soudre eflicacement h que-siol.1 it y atira A rechereber, -A combiuer de itowieaux moyens pour enrayer des abus qui nous portent un prejudice si considerable et nous aiteigaeut dans fia portion ]a plus f3rte des ravenus publics.
Les abus qui p sent sur la rkeption des pi6ces que
_nonsr drnaadons A FEtranger pour le control de nos opiratimis deportation Wont P.13 CeW. Ces pikei
sou.-von't iucomple"tes, et quand elles Nous par'Vieunt lit de souref- officit3lle, co sont pre3que to ujours des iftats r&-p tu'atifs de cargaisons. De plus, it est impos-sible do se le; procurer dans les ports 6traugers libres.
lie grand deficits sont signilds daus les rappo-rts de la
des competes, et Mon Gouvernement a de se pr6occaper de h nlcas,, W d'arriver A une eati re et
--exaete per caption de nos d roits deportation pay6s par Jes Produo.leuri et ravis Zr I'Administratiolt. S-s efforts,
-ii'ont p eit loat le sucebs qu'il 6tait en droit d'attendr& d"nue, sw zc.,Qlaricc de chaque jour, d'utie pers&'rance
Vous Me peenie'trez d'ap)clcr la-dessus et denouveaul'atteationdela Cornrnii-ionsp6cialedo, hChambre des commu'les, charge du rernaniemeat d notre 14gisiation douani6va et fiscal afin qu',Atis de son intelligent opinion d3ns la question, nous puissionslui donner une
Iuc pirmis de pr6senter aujourd'hui m6me
a votre sanction une loi sollicit6o par tons, dont cornme IOU3 JO rCCOIHIaiS la n&essW et que Je seas encore la hagoin d'ajourner daus Mon ardent ddsir do fonder qu!-'_




72
quo ebosede slide adeAurable? Que de fo*,s ti'a-t-oji pas song6 chez nous atix institutions de crt4dit et que do lois pr4par&s dans cette intent ion sont rr .Ue3 a P61at de letters mores C'est que rien n'6tait b'e!i pr6pai'6 A cette fin et qu'il est toujours sage do dcblayr un terrain Won arracher lps rorice3 et les Jpineq avant de l'onse-wencer.
je ne suis pas de ceux qai cioient que no is habitons un pays. exceptionnel et en firent la H(luction que ce qui est ve'rit6 (Fun 6)td do I'Allantiqt ,e est enwir de I'autre C60.
Les lumie'r(s scientifiques ii'pppartiewicnt pas :i certa"ns climais, et la banquet Hesieurs, vous to reconnaitrcz avee Moi, c'e3t la vei it6, c'et I i science appliqu6e. Elle no pent onc noltre i i vivre ele co- ibi.llnlson'S plw ou inoins lini-dies, plus ott moin heureuse0. Prc% tenure en institner uno qui Ine ressenibIe en fien aux
'nf& exi tables; C'est
-utres, c'est ti tie amore ironic (leg Ye s exposer a d(s dccertions, h voh- crorlr un Jd fice dont no us. demons lwuisuivre ]a cnnstruet ;on avee atitant do sagesse que d'habil&6.
A toute banquet it fwA vn copltl. Et pour arqu6rir ce capital, it est i)&es aire que noslpr6teurs constatelif la bonn- foi. avoc laquell-, nous reconnaissors w); engagements malgr6 leurs charges ictnMatifes, notre fid(lit6., nolra PondualM ;I les remp"it. et C'est al-I-S, t"I s&urW aidant, que nous verrons vf"Iner cliez noussous routes les forryies, P(Wment in(lispensable du travail les capitaux qui muhiplicia les for ,.es et qui sont le puissant levier avee laquel Nn sou'16ve et Pon transforme Ics modes.
DaDS Ma p6riode quatriennale, )Ma sera-t-il donn4 de voir cesprogr s so rhliser chez nous ? Je 1'espe'reSi cependant Mon espoir veuait a 6tre d&u, J',-mporterai la consolation d'ayoir Tr par6 to terrain, Wavoir jpos4 les salons do notre credit et d'avoir contribu6 ainsi, pour une large part, A la r6alisation d'un project que nos homes d'Etat no doivent jamais perdre de vue




73
-,'ils fiennent A marquee, d'UDO mani re digne etlouable, Ieur pass'3ge dans 12 direction desaffaires du pays.
GVERRE ET AIARINE.
GUERRE.
La Hforme de Varme'e a 60 et est encore la plus constante pr6occu patio it du Wpaitement de la Guerre. Cette operation ij nportante, subordonn6e an recruitment, n a pu avo.,r lieu &s le ler. October do Fannde derni re, attend, que la loi sur Ia mati re en a fixe les offers pour la prerni re ftlis,-h parfir do Janvier 1878.
Mon arrW du t5 Fivrier, en m6me temps qu'iI d6- terminait le coutiogent h fourair pour cheque commutie, fixait la date du 15 MITS POUT la el6ture des- opg-. rations do re-ensenient et de mirage au sort. Le chiffire Ae ce cowingent, relativement tr s-QeW, ne vous 4tonitera pas, Messieurs, si vous consid6rez que tous ceux qui out 6t6 enroVs r6guli6rement out anjourd'hui plus do cinq ang do s rvice, les autres qui ont 4td incorpor6s depui3 1874, sans authorization du Corps Ugislatif, out 40 conserves sous les drapeaux. Je sais bien que ces deniers pouvaient demander leur renvoi, attenia qu'ils n'6taient p ,s devenus soldats 'i la suite d'urie Ocision des Chambres : il fau-irait
-alors renvoyer Yarm4e er)ti .re et en recruiter une nouvelle.
Vou-3 savez, Alessieurs, qu'un pareil sysl .me n'a jauaais dte esFaye, parce. qu'il produirait naturellement les effects les filus d6astreux. Li Secr6taire d'Etat tie
Guerre a &i done demander A ]a douceur et h la perSuasion ce qu'iI aYtait pas en droit d'exiger.
Ces soldats que I'arbitraire a improvises, constituent former les couscrit a la vie mi'itairo et seront bientAt




74
remplact's par le, nouveau contingent que VOVS accorderez cette ann6e. Les d;fficult6s qui se sont, rc,- z!-tantrJes pour Ie mirage au sort 'a faire par lesCons-;-ils. ;!ommunaux et ceux d'arrondissemeDt ont retarded i tr, ecutioii. de la loi sur le recruternent; cepeiidant le tir--tge a eu, Iieu dans plusieurs arrondissemenfs.
D(s histiuctioDs du Wpartement do In. Guerre mit' deji 6td envoy4es A tous les commmidUts d'arrondissement ; et Pesp re qu'avant longtemps lp chef do ceWpat tem(nt sera en poEse sion des regiAes-TraIr:#,,uIes de tous les corps qui doiyent composer Farm6a active de la R publiqie. Des instructors scront alors Aablisdar's les chef -Iieiix d'arrerjd,-3-m,-.nt- et Fintruction' du soldat deviendra l'objet de Mia plus vive solicitude.
La r6organisation do Farmh enlrahie force'rneitt la re-forme, parlielle ou total du mat6ri.l. A tout corps r g neW, il faut des besoir.s nouveaux ; le costume do toile bleue qui avait 't6 par measure dWanomie affeW A Phabillement do I arm6e, allaitfaire place aux Wtements on drap plus convenables ]a dignity national. Bien quo les aPocations YotJespour cette sr)rte do tense silent tr s restrointes ndaumoins, pardenouwIles combimisojis 6ponomiques, J'ai Fesp6rancE de r6aliser -Mon project d@ voir les deux costumes server ilter'Pativement le premier pour lesjours ordiuairr s et le second pour ef,,t)x do grade, c6r6monie. 11c n nombre do costum-s en drdp aviient 616 re ,us do Ntr.-naer; les milinires do ma garde en 61aient d jh pourvas et le reste que le Secrka-*ro d'Etat so r4 crvfjit pour 61r, distribu6 mix liouveaux militaries, fut piII6 dans ]a matin6o du I I Afar3. Des rnpsures ont 616' prises Iour les retrouvey et coux qui manqurout serout. remplac6s avecles m6mes allocations dej*h vot6e-.
Apr s l'babillement du soldat, vient tout natureliement son arraement et c'est 11 surtout qu*il f-ut cliereber ]a cause principle du peu de service qu'ont reudu nos troupes. Quand dans un mArne corps (1anune m6me compagnie, les soldats portent des armes




75.
--diff4rentes Fuuiti d'action chose si n6cessaire dans
-toute operation, deviant impossible h obtenir et solvent U310 telh confusion est jet6e, parmi eux qH'il en r6sulte les plus grand malheurs. Le Secr4taire d'Etat de la Zuerre s'occupe en ce moment d'introduire dans I'irmge PuniformAd do I'armement. Cette ani6lioration. pourra sobteDir sans un grand sacrifice bien qu'iI doive 6tendre cc syst6me A I*artillerit- car ils compete so d6faire de tons les vieux canons pour leit realplacer par ceux de la derni6re invention. k cet
-effet un travail de centarlisation se prepare 4 la Seerdtairerie d'Etat do la Guerre. Le Gouvernement a peus vie les canons de Laferri6re qui ne sont Waucune n&
-Ce ;sitd, pourraient We mis en adjudication, et le produil consaerd aux deniers fi-ais do la construction de I!Eglise du Ca p- 4 aitien. Voulant Yous associer A cette oeuvree Fai era devoir en r6server 1'ex6cution apr s volre sancliou.
* A propose do Finstruction mil;ttire doat i e vous ai pail". plus haut et qui sera obligatoire pour les soldats 4de routes armes les instructions parlicuUre s continues dins un code auront h tracer A cheque officer son' devoir et le service qu'il est appe16 h remplir. En raison
-4le nouvelles institutioDs il est de la plus gminde utility
-de fixer les attributiops des fonctionnairei militaries; car chactin 61aut limit dans ses, devoirs bien des conAits teront kit6s A I'aveair.
Le mainiielt de la s6curit6 publique M'a commandS ,de nouvell-s operations pour lesquelles un project de loi voui sera pr6sciit4 par Mon Seer6taire d'Etat de la It Guerre: Je veux parlor des posters militaries de Laliie de Jean Ciceau et de la Croix-Mission. Les abords d'une grande ville sont des iisiles oA vont se r6fugier les gens qui fondent lour espoir stir le bouversement d'un
tays ; t-op surveill6s dans les grand centres, ils out
esoin do se tenr A Ncart pnur cacher leurs manceuvres A I'mil vigilant de Fautoritd ils ne sl4loiguent par trop tapendant pour saisir les moment de se ruer sur la




76
et de d6vorer lour poic. Les deniers &gnemeiim qui ont eu lieu A la Capitale suffisent pour ddmdijtrerPutilit6i et; ]a u4cessitd de la measure que fai prilse, et. que certairiement vous ne manquer(z pas do ratifier. Vann& derDi&e, vous avez comprise qu'il 6tait juste de mieux r4munher les offleiers et soldals de Parmh vous avez doubM la solde. le vous proposerai p ar FintermMiaire du Seerdtaire d'Etat de la Guerre, d'iten-Are cette measure aux ouv6ers do nos arsenaux et do nos magasiis d'artillerie. L'ouvriei, qui trayaille poinI'Etat, assjetti h ]a discipline militaire poss6dant les! connaisiances sp6ciales doit recevoir un salaire au moins. aussi 61ev6 que ]a paie du soldat.
Les 6d;fices qui abritent nos C'dp6ts d'artillerie Eont dans un 4tat tr s-voisin de In ruine, il y faut rem'dier le plus promptement possible, afin d'6viter le renouvellement tiop frequent du materiel. Cependant Farsenal du Port-au-Prince oA s'ex6cutent les Iravaux les phis important est sur uzi pied assez satisfaisant. Ou y .construit de longs et largest han-ars pour r6lablir les ancient ateliers qui avaient cessA de fouctionner depuls peu.
Je ne dois pas oublier de vous parlor de Ntat de. nos fortifications qni laissent encore beaucoup h d6sirer ; cepen -Tant que1qnes reparations urgentes y ont N
-d6jh fates; cells A venir porteront sur Ies points les; plus important; et des dispositions constanies sont prises par le clief du Diparterneilt do la Guerra pour leur entratien.
Une Commission a 06 formic selon volre decision pour examiner Ie3 titres do tons les militi)ires qui ont droit h la pension. Le r6sullat de ses recherclies Me permettra do vous pr6sentef bient6t; un project de loi destio4 h fixer le sort de ces anci6ns serviteurs de la Wpublique.
Le service des b'pitaux so resent. beaucorp de T-v faiblesse do Fallocation budg6taire; CependaDt le Secr644-h-e d'Htat de N G-uerro Q Dia sml;ray'. rnovza d-I




_77
]a plus strict &OROMie et du control le plus
sWwe, A quelqnes bom rAultats ainsi 116pital dit Port-au-Prince dont le local vient d'6tre on pat-tie r& par eitrefient et soighe en moyetme quatre -vingt-dix mahades. Tons les aulres b5pitanx seraient sur le m6me pied, sans r4tat do d0abrement de quelques bhtirnezits tels que ceux de SAnt-Mare ct des Cayes. Des rdparatiotis t r s-importa nips y seront ex6cut6es sous peu, les Secretaires dTlat do )a Guerre et de I'Interieur W'tant N.jii entendus ft cot effet. L'b6pital. de Mrdmie est mat log6 : uu local trop trait airport do grades difficult& ii Ia mai che tie cet otAlissement et r4duit 'a pen do cfiose los, services -qu'on' devait en attended. Malgr6 tons ces incony6nients V il r6sulte des documents q6 sont.parvenus an Minist ye de ]a Guerre, que les b6pitaux (to Ia. 116publique donnent des sohis ii un nombre moyen de cent quatre-vin-t-huit, maladies ainsi r6parti -; :
Mpital militaire du Port-au-Prince 99 in ; CapHaTitien 23 m ; Cayes, 25 ; Jacmel, 11; Saint-Abre,10 Jgr6mie, 20.
La loi dit 7 Juin 1872 .accorde un pbarmacien cbacun, des b6pitaux du Cap-11alition, de Saint-Mare, de Mr6inie, de Jacmel et des Cayes. Cependlant to Corps Lggislatif neleura pas voig Ic3 appoititements auxquels its ont droit. Vous admettrez avec Moi M 2ssicurs, ]a ndceu;sitJ & kiparer cello omission, Fi vous con-3id6rez quo le mMecin Dc peut P s tonjours preparer les M6dieam, ents qu'if Ordonne, d'administrer aux malaaes qu'il i'ie sauraitjornais ,-tie astreint a willera Ia cotiservation, A Ia_ distribifflon des- products pharmaccutique,,, et en g6nhal A- prendre tone's le; measures 'it' ceSsfires ii la bonnie, tenuo d'ane- pharmacies.
'Iyaw de passer -4 bn nutre ordre do service cel"i de Ia Marine, Taxissei-Aloi aj6uter quelques mots h ce que Je'-' vu 'u's hi dit'prkideMwent sur celui-& Ia Giielrr Je veu parley des UonsoilB sp6ciaux do Ia Wpubli-I
Ifs membn 3 s7acquittent assez conk"eveieusew
de Ia ,mis,4in qa!.1mrP;t confl6e. La chan e cst tout




78
i fait honorifique, elleexige chez les toyeus appeals hL la remp!ir du, ddvouement et du d6sint4resiement. L, utiliO de cette branches da service public ne peut et ne pourra jamais 6trecotitest6e; ea opus6quence Jappelle, Messieurs, votre s6rieuse attention. sur c.ette autre classes des serviteurs de. la patrie.
MARIN&
Bien que nos navies ne repr6sentent p-s une:flotte ft i1sne in&itent pas moins d'attirer votre attention pour les services qu'ils ont d4jA rendus au Pays et quits sont ,-appel6s A lui rendre encore. Par les; economies qu'A pu "faire le Secr6taire d'Etat de L Marine, do notables me.difical.ions ont pu y dire introduites.
Nos marins- sont aujourdhui mieux ent-etenus, Ius couvenablement habillds et ne pr&-entent plus le spectacle hideux dont on nous a si sotivent fait le reproche. SI l'on compare ]a modicit6 des allocations votes pour cf tte branche si important aux nombrensf s et tonjoll"s iricessantes exigences d'un sen-ice oft la moindre lithgence peut produire les plus fatal rdsultats, on verra une transformation sensible, en vue des -fortes valeurf', qui dtaient d6pensees autrefois &,cet effet. Cet changement favorable est dil A I'ardre et i la surveillance irt essante qui y out gtd depu's pen inaugur&.
,Des r6patations importance que r6darnait Petat Att <( Siint Michel )) et du (x 1804 D out Atd ex6eutges presque sans frais, le Seer4taire d'Etat de I'lint6rieur avant pt-614 son concourse AL son colMgve, en mettailt a :.a dispos4ion les ouvriers de la Fouderie; natimaleVous devez -vous rappeler, Messieurs, quo vous:avez risolu la vente de it I'MiTtien A nizis par une d6cision du Conseil des Scer6faires d'Etit Fai dil njourner cette vente et confer encore la reparatinn de cet aviso aux ouvriers, de la Fondarie qui Pout rem, is presque A neuL
Si maintenant vous calcukz %Om r(prwau in Mer,




ne con'tern pour son entretien aucuns frais I'Etaf, lp isqtte ses d6penses swit dAJA couvertes.par les 4cono-mies, pr6levees sur les deux antres navies, Voll COMprendrez, racilement comNen il strait A regretter de le sacrifice pour la somme insigniffinte, & 1500 h 20'00 piastr, s.
Du re,,te il a 60 reconnu quo ce steamer peut 6tre d'une grande, utiliW pour server de navire de transpo-t en phice des steamers de la ligne duservice ace6l4r4, dont Aes frais sont cofiteux daus le cas oii im point quelconque du pays derail mewtc& Je ne vous parlerai point aujourd'hui de 1:-i iikessO6 d'uno 4cole navale, Je me suis dgjh ass.nz 6tenda sur ee point daus I'Expose' qui Yous a et4 sournis Fann6e pass6c et dout tow; les terms doivent 61re encore, pr seats 'a votre espritDani la derni re session 16gislative, le SeerAtaire d'Etat de I t Marine a e-j Monneur de vous d4poser u i pro et 4le loi sur cette branch de service. It ne manquera pas d'y revenir. Cest en lixant les droits Ct 103 obligations de chacun que Pon parviendra h maintenir Fordre, le mspect et ]a discipline si inlispensables dans le service militaire.
Nos ports m6ritent, un,, mention honorable. Ceux qui ,en ont le comm,3ndement sacquittent presque tous judicieusewnt et consciencipusement de ]a charge q d leur cst c,,)nfj'e; et nous ponvons avoir Fesp6ranee que bienta tout commerce illicit et frauduleux en sera totalement ba-nni,- M surveillance devenant chaque jonr de plus ell plus revive. Nos p lotes sont propremen.1; tetlus. et pr4sentent aujourd'liui uu. coup Wcell conVenab'e.
Les mvrins des ports faisant un ,,ervice p4niblo, MessieuTs devraient recevoir la m6me paie que cello aceord6e h ceux qu- sont sur nos uayirc , ce -qui n'a jarnais eu lipu et ils, Ont joujours W assimiles aux rn i iituires- En attendant que nos resources nous perm I, 12utde r6y2rer toulce quemous avons trouY6 d'irOpulivr




80
et qoi doit 6tva conform A It justice -vous PC inauquerez pas do leur consfierer aussi la nouvelle solzie quo Yous avez lWe aux, midtikes. Ua project de Ioi i ce rel2tif sera sownii a votre &-tuction.
Cos different changements qui auront lien da is le Mpartement de la Guerre et de la Marine, n'augmenterout pas les d6peases: experience faite A permits de les d6torminer dans les mdraes allocations que vous avez d jih vol4es.
mrERIEUR ET AGRICULTURE.
Trois renouvellements de Minist re out eu lieu pend nt ]a p6riode 76-77. Da!Ls Ies compete qui vous serout soumis, vous apprdcierez les d6penses fates par ebaque administration. Un rudme, esprit les a routes itispirdfs, vers 1ex4cutiort des loi3 et le de'veloppemeat r6gulier de nos iastittitions.
A ]a derni6re, session, il vous a 06rendu compete de3 mouvemant3 Ansurrectionnels qui avaient 6clatc darts les arroudissements du Port-au-Prince et du Gap-HaItieii. Toutes les measures prises h cette 6poque, pour raffermir ]a paix publique, vous sont connues.
Ces tendatiC03 A agiter le Pays out &6 constante3 do la 1)art do plusieurs citoyens qui, parce qu'ds out occup6 des positions rn litaires gleWes dans la R6publique, r6vent ]'usurpation da Pouvoir, et S ment partout des I belles plus on moins 'injunieux centre. les priacipales autorit6s, dais le but do provoquer la guerre civil.
Le Government tout cn suivant ces coupables men6es, u'a jamais pensg, (lite la Mpublique pylt 61va compromise dans une coupable Iovga de boucliers les institutions ripublicAutx =Iuelles 6IDnt 4




81.
Ac plu i ea plus comprises et appr4eiJes par les citoyens.
Masi I'antiee pa s&, apr6A Nv6nement du 23 F6. vrier, w-us avoni eu A d6plorer celui du 28 Juillet i la Croix-d-s-Boaquets, celui de Said-Ifarc et., tout r6cemmpnt, ceux di Pqrtati-Piinec, de Limonade.,,
-de St.-Raphs l et du Cap.
Le sang a malbeureusement cou'6 A Ix C"pitale surtout o6 to Gouyeraemcat devait s'atteadre le moias a subir de la p irt de ses agents, toute I'horreur d'un attentat A main armda et tout I'odieux d'une itiffirne trahison.
Ce saig reombera sur la 101te ds coupables ciloe ,yens qui ont m6connu e-s grand principles: que notrpr4sent r gime constitutional avoc ses guaranties iuAviduelles c'est la paix ; qua I'autoritd traitreft sou mandate de mainteuir l'ordre public le respect des personnels et dcg propriNs c*c3t le pire des crimes.
L-s arro ad issem eats du Port-au-Prince et du CapHaltien ont N mis en 6tat de si4ge. Des commis-sions Xenqufte ont suivi et constaO le fit des cou'pirations Doudes dans ces deix localit6i ; les tritbunaux mililaires vont bient6t statue sur to sort des citoyens incarc r6s; beaucoup au Port-au Ptince se sont r6fugi63 dans des Legations* et Coniulats et out qnittd voloubirement le Pays, refus-int de se soumettre h I'autwitti investie du droit de juger de la culpabilit-I ou do Pinnocence des citoyens accuses Wavoir p,irticip4. A la- rholte.
Nous avoDs lieu d'eipdrer que le peu'ple do plus en plus convaineu que la Pr6sidence temporAre est le pliare de salut des nations r4publicaines, restera sotard 4 Inittes coi inshim-ifious perverse ou malidives que sovMvent !e.; fautears d.,, t-oubles. Le people dernaude a grand cris un adoucisserneut a son sort, un bien1'0 mat6riel imm6l'Uat. Depuk quand a-t-on vu le bien-6tra croitre au milieu des tentative de d&organisation socia'e ou l'intiustrie faire les proiiges de 'i production saas le cr6 it qu'une pah inrontes-




82
tab'e p'eut seule donner an Pays 2 Ft cette conflance qui appelle le erflit et quf- I s I aRiens bonneltes et laborieux ont ie droit d'attendre de Utranger malgrd les fiutet et les flies de quelques compatriots InseDS6S.9 W-e.-f-Io pas dbranl6e A (hique counnotion
politique
Et cc qvi e -t eucor, noisible aux iflI61.6ts dt ]a 11(, publique c'f-st que cheque atter.t.t coiare Tordre public conduit 'a des d6penses CODSWral)les qui present sur 1'excreice courant et en ernp6chellt le libre jeu tandis que les paisibles 6toyens eux m6tne.,; &rangers aux covps de main des conspiratews en. subissent lp.s consequences par des pertes.
Ainsi les Maisons de la Capitale qui ont 6 6 bris4es par la canonnade du g6nelral TaDis aa (( Fort national sont au. nombre de cinq ; cells seule:nent endomma-6es et trou6es par les bullets, .4 qnatre-vingt
,quinze.
Conceits d'arrondissenzent.
Les'Conseils d'arrondissement qui, I'ann6c passe, lie S'6taient cw stitu6s qu'e n. parties, existent aviourd'hui sur t6a le &iciloire. Institution, pour Wkrc pas er,
-core bien con-prise dans ses nombreu.ses attributions, a mareb6. Elle a eu. des d6tracteurs comme toute administration nfitivelle. Elle s'est heurtvle h des susceptibiliWs qui ovt fini par reconnaitre que I'InUpendan e de3 pouvoir.3 6tant consaer6c dans la Constitution le bien, public, pour 6tre efficacej ree'ame le concourse. energique de routes les autorit6s.
It n'y a done qu'h am4liorer dans Fimtiwtion tout cc qui peut rendre sa marebe d cisive, en rostreignant ce qui peut aboutir A des abu,. L'iniiiative &.% meSures, prises par ces Conseil,; revelle que partout 1'esprit administration. s'infillre pen A pen, dans les Wes, et doit produire, dang I'avenr, d'hcureux et f4conds Wsu Hats.
Le Gouvernement a scrupuleusement fait parvenir aux




83
Couseils d'arrondissement bs valeare qiii leur kaient proportionnellement affecl6os. La comptab'146 finan&re q J voui pass- ra sotis les yen.-, fair preave do ces versements. Ces CoTiseili ont pu aboider de notables ameliorations djns beaucoup de localit6s, ct6er des jotirwiux qui rOLdeat compete do leur administration, prendre des decisions relatives h Ia r paration, I'entretion deg routes publiques a ]a construction des ponts et Ia reparation dWifices du culte.
Uesprit dominant daus les actes die ces Conseils t6moigue de plus ou du moins de vie administrative et des tendances indu3tri-lies des localit-s. Cepeniant, cortaini Consgili d'arrondis3ement I A Wpoque dei sesSious J, so A frapp6i d"incomp6tence par l'abstention de leurs mf mbres. D'autre part, des d4missio,)s vionneut solvent commander I'appel des colleges 4lectoraux pour Ja norninatioa de nouveaux consePlers. Dan3 lpslocalites o6 Vinstitution a &d soutenue parle patriotism des conseillers, lei Coweils wit ab3rJ6 do r4etes amdl'orations Wen qi'il aient 6.prouvA les dBiult4s inh6. renters a toWe organisation. no ivelle. Parloat no se reDcontrent pas un complab'e r4gulier, un seer6taire actif, un ing6nieur, un architects. De; retards. des fittonnements ont g6n6 leur 6fim. Toujiurs est-il qu6 PimpuNion est doan6e. L'ex6cution de Ia loi stir les Couseits d'atrondissement permettra do juger du md rite. do Vinst, tuti,)u et du bica qu'c'le pent promouvoir dans touted les localitdi.
Un ac'c s4rieux part du moins important t des arroudissemetits en population et on revenues : l'arrondisst nent de Ia. Marmalade. Cet sera soumis A votra sau tiou. 11 s'agit d'atie maiscir, achete'e A Hinche par le Conseil d'arron iiisement pour le Conseil comrnunal; le manque de local 6Lant manifesto dans eette commune. En cc moment m6rne, le Conseil d'arrondissement dei Cayes est ea voie Wentreprendre une operation du m me genre, en faisant PAcqqjsitiort




84
d'un emplacement et d'une maison, pour cause d'u-tilitd publique.
Le Governmentn, d4sireux d'obtenir le dkombrement g6n6ral do la population, a vdress6, h ceite fin, ZL tous les Couseits d'.rrondissement des tio, Ies d'6tat avee les indications n6cesswres pour Iles yilei; et les campagues. 11 attend encore le r subal le cate op6ration.. Ce sierait faire injure A Finu--fligetwo, des Conseils d'arrondis-ement Ei le Couvernewent ins Ftait Fur l'opportunilg d'uue ophation d'ordre public ,-i Ole'v6. Aussi esp4e-t-il pouvoir donDer prochair-ment'le recensement gdo6ral de la 116publique.
Vartielle 18 de ]a loi sur les C')nseils d'arrondis -sement, par rapport h kur action. ,ur If.- contours agricole r6clamerait certaines modifications tPndantA rendre obligateire pour ces Conseils, une Fession du 20 Avril au 20 Mai ; session q-i sera sphialement. affect6e aux operations de ce concourse, rous jugerez, Mesicurs si lasolennit6 du ler. Alai 6tant reconnue, fdte Dati Tiale etle contours agricole deviant dtre Ii6 h cette c6remODie, il Wimportepas (Puna fo ,on formelle que le Conseil soit en session ordimike A cette date.
Consells communaux
Uann6 piss'e, le G,)uveroen-ent vous annopgait que deux chooses manquaient aux Conseils cominuva ix pour assurer leuv march : Pesprit C'ommuDal et les res'zoulllces Suffisantes. Now; avons.pu nous ronvaincre quIA 616 do ces premi6re3 difficult6s il o!) exis"- U'!v autre non Imoins grande et qui prov:ent & s adminis trt's : Je voux parlor do Aa non pereq1tion des imp6ts Les populatiouis paint difficilement; maniqua, t de confiance dans ceux m6wes' qu'elIcs ont r6gtdi recent 61us ; de D un temps d arrdt funeFte- 11 faudrait que, partout Paction de I'autorit6 vint, en aide h la comniune pour le recouvreme.ut des revenues les p1us claims.
- _qsite-t-, -Ile 11ne modiAussi notre loi sur l'impAt 11(lep-fim r;al Pwip mpasl4idmw dz 'Criants &Lmr. Vat-




cbtd elle a servi h pressuror certain citoyens, tandis que d'autres, favoris6s par le Conseil communal luimAme et rnal-Y6 lesdMais, oat pu se soustraire an pavement de I'amende impose h tous retardataires ;et dans ]a plus important commune de ]a Mpublique,. A la Capitale Fimpk dei patents et I imp6t; locatif ne se recouvrent pai, taut les contribuables mettent de retard. h acquitter ces taxe3. Le Magistrat communalet les juge3'de paix reculeat devatit Niibrmit6 du cliiffre 'a imposer aux citoyeas, suivari la letter do la loi dont ils out ndglig6 d'ex4eatm- le; prescriptions. Lo Gouvernemen t croit sag i de proposer h votre appr6ciation le principp de no rendre Vami nde rigoureusement applicable qu'A partir de ]a sigairication du Jugement de condemnation.
11 a 60 encore reconuu qu'il- fillait quo, saas cesse et partout I'Administratian suphieure vint en aide aux Conseils d'arrondissemeat, dans ]a surveillance A exercer sur les Conseils communaux., ea ce qui regarded la r6guhritd daus la tenue des acte% de I'Etat-eivil l'uiiformitd de fa comptabiii!6 et; la justice dans la perception de Pimp6t. Aussi, les communes de N-tionville de Uogalne, de I'Arcahaie, do ]a Croix-des -Bouquets
-out-elles R6 cities pardevant les tribunaux poiir f si!s de leuradaiinistratioj.
Le Gouvernemeynt s'eit teou dans lel limits des pouvoirs qi, e la loi lui a donn6s sur les Conseils com-. munatix. Quelque Sollivitation qui lui vit kd faite daiis I'int&k doi population s, 11 Wa vouILI RaMv Mcun. pr6c6dent funeste Lu litleri6i pul:1 ques, esp&ant qu'avec le calme et la matwiW du l6gislateur vous viendrez armer I'Administration du droit de prkeniv toute manifestation de d6sordro da113 le sein des Conseils Communaux avec ]a ficuW do r6primer propose les abus portent; atteinto au rise.
Utat do lAdmioistration communal du Part-au-Priace suffirait seul pour coffimander cette meslirl si sur difl6rents Poirti e4i ortfiviFe, ize 6iw iki3




86
.clamaient, pirioiiqaeinent, ule repression immediate.
A cheque Us que I'Admin:stration communal est arrkde &ni sa marelip, soit p-ir la d6nonciation dit Conseil dlarronlissern- nt soit p ir celle de; conseillers eux-rndmes, it imported que le Gouvernoment ait le droit d'iatervenir d'uni f tqon effleace pour que cette stagnation administrative n e sia chiffre pai en pertes
consid&ables pourl-s populations.
A Port-au-Prince. vous ivez eonstaL4 que Joe, Oeetious.u'ont pu s-. fair qu apres quo les conseillers eus-I sent d6pos6 leurs derwisions. Ces elections oat Ad l'objet de protestations qui ont W wlress6es au Tribunall civil du resort. Un judgment ayaut iavalid6 I'Olection de quatre cons killers, I'assembide primaire a dt4 appelde A en 61ire de nou -e;iux.
Ces circonst inces out emp6elle de rialiser dans cette ville; aucune amelioration notable. La place Valli re a W, il est vrai, assainie, mais ori s'en est teau li. Pas de halles sur nos marches, pas de propret6 dans nos rues.
Uette administration commutiale du Port-au-Prince, par un 6tat porp&uel do criie administrative, u'a pu
-statuer sur aucune des demands on propositions qua Jhe Me suis fait le devoid dc, 1A transmettre, h cheque fois qu'il s'est agi de l'int6r6t de la cit6. On y remarque:
10. Celle de Monsieur Arthur Bird, pour 1'4clairage Ae la. ville;
20. Celle de Mr. Borott pour le m6me objet;
30. Celle de Mr. Lespinasse, relative A Fentretien de la place Valli re;
-10. Celle de Mr. L. Pilot, pour la construction Ae lialles, subzlivis4es an 6choppes tout auiour de Ij place ValUre.
50. Gib de., Mr. Borott, po ir le nattoyaga de la ville La Cornpagnie des Pornpiers librei r6clamait des scours irnm4dia(s pour 1'entreflea do son materiel. Ayant cous' Ur6 qua ce Wgtait pas. tout d'aclieter des i pompei, mais qu'it fallait les maintenir ea parfait gtatt et stir un pied sdrieux de surveillance; noui u'avous pas




- 87
h&W A accorded la subvention n6ces aire A cet entrelien.
Par rapport I'dtat normal d!i Conseil communal du
Portm-au-Prmc3, il Ya bient6t falloir donner quAqu'autre
scours aux pompi r3 libres pour k-ur equipment.
Do nombrou3es propo it oas Mo sont parvemies pour
chats do masons a nsi qiie plu iears dematides de subventions d'Infir6t. local; paraii lesquelles so disthigue celle de Jacin(A pour !a distritmlion d'eau A domicile. b. Quclqu- d6sir qu3 Paie en d'exo:,erer I'Etat de toos
jrais do locaLion. et (I'zibm-der partout do iiotables 'ImMioralions Pai cru ceondant ne pas dev.)Ir acc6der A ces dernanIes; pai- la rais,) i q..e les provisions budadfaires no- Me permettaient d'affecter aucune
valeur' A ces! d6penses.
Police adyn bi is Ira live.
Le Corps Ug;slatif,* avant de Are la derni6re session, Wait pas le temps da mettre la derni re main hl'organisatiOU do notre, Poliee. il'Usignait, pour eltre mis A ex6mition, le project qui lui avait 616 prhent6.
LeX.ouver--ornent a dotic form6, pour li Gapitale, Une police sur h base dii prmet accop,6. 11 Wa pas tariI6 A so canvaincre que FeM!cltir on etAt insuffisant Ct n6cessitait quelques modifications, au point do vue de h spki,)146 do agents; coax aflf :ctt's ux prisons; :lux bureaux p,,blic3, aux banlieuei est, sud eL nord do la Capitale, deviant &re dislike's do ceux charges de la circulation do nuit et (h jour, de ]a garde du
tr6sor, de la donate ot du magqs'if do FRtat.
La police fut olganis6o dans do fort bo-mes conditions, m!jii l'Inspecte ir, tr s-d(-vx1;6 du resle h sou service, no sijt pas s'attirlm li sympathetic de ses subordonn4s. Avant 'sa mnrt I'Lispection do la police 4ebut A I'tin &, scs'commissaires, et ce derp;er rait les Meillours efforts pour inainteiiir ce Corps h Ja hautour du but que nous demons att4udxe.
La police communal du Port-au-Prince est r6duite un cbiffre si minime qu'elle pelut ft peine suffice au,




88
inaint-en do l'ordre dans los niarch4s, fontainesy abreuvoirs abattoirs et autres lieux publics.
Uexp6rievce a d6montrti quo Notion des deux polices, our 4tre efficace doit Otre combine de fagon 41'I lje pui5sent se donner un mutual scours en 6vitant, entre elles tout,- competition de pouvoirs.
Police rurale.
C'est le moment d'envisager si Vgtendue des sections ruralei ne command pas imptirieusement un remaniement complete d,, leurs Mimitations. Nous avions 415 ,sections avaut 68; en 1873 et en 1874 des subdivisions ont &4 crUes. Mais comment? Lorsque le Code rural do 1826 fut promulgO le Gouvernement, des 25 ann6es avait fait constater les limits des sections. Ces. documents ont disp:iru ave.- ceux qui conitataient la, d6limitation do nos communes. Aujourd'hui qu'iI importe, d'imprimer a I'Administration do la vigueur et tie la rt gIArM, il estjuste que les Umarcationi; des sections soi-nt, do nouveau, consacr6es an plus grand int6rdt do Fordre pulidic et do3 populations; d'autant plus qu'a de certaines dpoques des autorit6s y ont op6r6 des cliangem;,nts arbiiraires, sans an uL.,e constatation, Hguli6re. En parcourant lei sections rurales, oil est t5toan4 de le)r 6endue et le Gouvernement entrevoit d6ja la n6cessit4 de lc d4doubler pour que la surveillance en soit plus complRe et FextScution des orders plus rapid.
Nous suivons encore les erremerits du Code rural quant A ce qui a trait aux titres militaries des chefs tie section. Les fune tcs coiis6quf nces do nosluttes intestines portent ene)re le Gouvertlement A maintenir cette orgaii s ition dont l'incoiivJniciit la plus grand est d'attiser Fambition au. scin des populations. L'augmentation des oppointemen'ts des cliefs de section devait ebre l'objet; ,I'uiie loi li- denii6rc sss ion.
En Yous soumettant de nouveau co project, nous le combinerons do fii ,on A mettre en blauce aver, notre




89
situation fioancte're, la question' des -,ppointem :,Tlfs Ct celle do I'acervissement du nombre d-s sc-etions rurales.
Agricullur..
Depuis Faimb pais4e, la nature a f"Vorise III)s efirnpagnes ; les vivres y sont abondarts. Noug Wavon.; pas cu. A d6ployer de cc.,, diskette% qui oVige-aient Yagr-cubteur, mAme, labomeux a user des products -flimentaires do Nfranger. Cepeniant, dans beauco!, ,p de lecali6s dans les planes le nombre des banaueri(s a dimhqu6 et dans L-,s altitudes exWmes do nos mores, oet, la temp nature 6quivaut cello des zones fempolrdes ]a plante de pr directionn do montagnard ten+ h disparaltre qu'elllo soit plac6o d nis mi A verge ou dans un sot deja exploM, La c:iuse do la diminutioll deC(11' Ailments pincipaux do I'alimentation du people, provient dai.,s les planes do cc quo I'agi-iculten- entretenantirop d'animaux sup sa petile propi s e,,
champ sort constamment d6vast6:3 ; et sm, lo sommot des montagne3 a dispmition do !a I-Itis abonda'nto do nos ra,,.-ines nutritive-i provident do causi's atmosph6iiqups inVrassantrs ih kodier, sors le do:.,. bh,'poiut do vue d-, I'Jeonmie, rurale et do la scie; cc.
Avant 181.3 le mi6:aim tl'6teneme de In jnroprittt' Turale avait CM fix6 "t elf.1 carreaux de torre. Do cette t poque a aujourd'Inti le moreellemeat s'ett d('velopp6 sur une vaite 6chelle, de, telle, sorle que Ykendue de ]a propriR6 so riduit dans certalm arroadissements un demi et m6me un qunt de om rcau do
terre pour unel'ami1c ; d'oij pi ovation complete do Vespace u6cessaire pour s'y mouvoir avec 1, s &'ments propres a une culture quelco"que. D'un ebti, cc morcellementind6fuji nuit A Faarandisscmnt dcs villas vt des bourgs; f-t de Pautre, porle atteinte a, I'Agricullure. 11 deviendrait important, pour I'aveniP, de limi.ter la propriM a UDC-fuperficie detcrwin& et suffi3ante, hors dd rayond'une denve lieu des villes.
L'Industrie sucri re si vivement sollicitt'e parfout




90
le pays principalement par les grand centres oA le sirop abonde et oft ['6coulement de Valcool est lourd et difficile, pr4occupe vivement I'Administuation actuelle, qui voudrait pouvoir Via abattre les difficult empdchatit Fkablissement d'usines centiales pour la. fabrication du sucre blauc daus le Nord, to Sud et I'Ouest de ]a 116publique.
Ei fait immigration une seule proposition est parvenue an Gouvernement ; elle DOUS iient d'Italie c'est celle de Mr. A. Corso Angelo et Co., h Fonrazo. 11 a &6 r6pondu qut to Gotivernement donaerait vo- 't loutiers des terres du domain public des condition-s favorable anx immigrants pour faciLter leur 6tablissemeat mais qu'il 6tait 0 rtant quo des capiltaux 6tran-gers leur vitissent eii aide la situation de no, finances Ee noas.permettaut pas de faire dAvaatage pour le moment. Tout r6cemment deux communications nous ont 40 falters, une do .olre, Consul general h Marseille, demandant des iti,,trlictions pour r6pondre aux nom-breuses demands qui Jui sont addresses touchant 11inmigration en Haiti; I'a!itre du sieur Mallet kaWissant on ce Ynoment utie suercrie sur ]a rive gauche des (( Aisesa,-Pitre, )) arrondissement do Jacmel, demaniant Ifs avantags Puvant, 6tre accord6s aux 6miyrants femj As qui voudraient se rendre en 11,6Q. It a R6 r6pon -Ju dans le m me seas quo prec6demment.
Dans ]a deriii re session, it vous avait W ddmoiitr& 'la n6cessitd Ae participer h I'Ekposition de Paris. Le Gouveraement Wayant pas eu de er6dit special pour cette d6panse avait cru tout d'abard devoir s'en abstenir; mais le local (to I'Exposition nous ayant &6 de bonue grAce accordii it 6tait du devoir Au Gouvernement Wen payer les frais. Daris ce-3 conditions un appel fut fait aux conceits d'arrotidissernent du. Pay-' J'armi Cos CODSCils quelque3 uns seulement 'Pon Jreut an d6sir du Gouvernement Je voir les produitsj, varies de notre sol figurer kins la joute ouver-




te ct-Ite an, 6c dans Fun des graii L foyers do ]a civilisation. Cos conseils sort,. it est Yrai, aux pris es avee les difficult63 que leur crie fa njeessit6 de rjaUser des aniffiorations ityim6oiales dans leurs local Cs: mais faire C011D.-Itre les rcssources de cesm mo3 localite's, mettre eiirelief les rielirsscs vari6es do leur sol accidertt6, nYtaitCe pas eDtrer daus la -voie fhonde qui peut conduire A I'cirgatiiatiou d'une exposition locale ; exposition. dout Ftin des priticipaux advantages sera de permett!e, un jour, au Pays Waffirmer. i I'Etranger, sa position reelle ? et les Conseili Warro-)dissement ne sauraient rester en arri6rc &iis ce Iravail oft it fiut autant de pers6v4rance que do soini ititeHigenis.
de Cependant. Monsieur D. Lefvre. un des memberss la Commission itsitue'e pour I'Expos li n s''fant offers pour la pr parafioji et 1'exp'dNon ii Patis de os principaux products du so], le Couvernerneiit adh6ra a !a propo-itio ), eil doniiant, ft la Commission d'ExpoSition le contr6le de routes sesol)6ratior)s. Wjh, ens produits ont '&6 expkldi s h M J. Charles Nool et 1-1. Laforestrie I)aris.
Un calcul mal entendii (to ]a part des agriculteurs et de3 sp6culateurs en deur es a jct6 du dist-Mit sur 111tre us important product d'CXDortaIion : to cW. / "
Pour cel grave moff, it a 6((, donii6,'h I'6g*rd de la prJ Pation du caW du cacao et du coton des orders thtres aux autorit6s ewistitti6es, pour qije ce qui s'apPelle, en lang-ige commercial, le vice propre disparaisSe de nos products. C 'est to moment de vous demanderune modification A la loi de 1876 sur inspection dPs denr6es, efin de focil:tcr la lache ne I'Administralion, et de solliciter de votis le credit nkessaire priur introduire slir une, wste &belle, des d6cortilueurs dans tous no; centres caMyers. DeJ*Zt, le Gouverijement a saisi 'Ag -GonsePs -- Warrondissement de I'utiliV du contours 119ricofe et-de la n6eessile' de de'cerner, en prix d'eneourggement, des mouYtris- it-decortiquer le eaM; 6grcIler le n; ra et A presser le man*oc;,,-',_,ex!raire




92
Phuile de nos grains oldagineuses; tous outils propres A d6v( topper Fintelligence, de I'agriculteur haltien, jusqunci livr6 a SC3 SeVICS forces et ne se servant que instruments primitifs. Le concourse T
dans cheque cbef-lieu d'2rrondissement doit Infailliblement exciter I'dmulation propre a r6veiller daus, nos campagues cette activity que suscit-, Fint&& bienentendu.
Vexportalion de nos fruits divers it I'Etranger a IIx6 Fattention da Gouvernement. Nos autoritds civiles,
-et militaries d'arrondissemeiA ont 6t6 avis os des avantages qui doiveut en de'couler pour les agriculteursI I leur a 6t6 enjoint do pousser vivement lei populations ,.t consacrer leurs nouveaux d6frichements A ce genre de culture si facile sur nos c6t6s; ce qui dans un avenir prochain acsurerait un plu3 vaste d6bit a ces products qui ue sont, pas encore Pobjet d'un grand souci tie la. part do nos agriculteurs, habitues qu'ils sont ft n'en voir acheter, sur nos march6s qu'une quant;td table, limited )a consommatiou des particul-iers.
LYIevage dei vnitnaux domestiques dins routes les, conditions d'ordre et de garantie pour ]a culture deg champs d'un ctV, et 1'6tablissemerit des hates de Yautre, :1 toujouTs (W tine (Itiestioa difficile a r6snudre par les 'I"Fent'i de I'Administration. Ju,zqti'A pr&eiit aucun
Iablissement u'a pu krC CODSiddl-6 COMMO tin modMe on c--- genro de facon qu'one indqstrie puissi prosp6r0l, slins porter prejudif-e .:I I'autre, tout un chacun
-%oulat (,itreprendre 1'('Iev,,,g(,, des animaux saus avoir les 616.niwos nectsiaires a cette indostrie, sans en supporter les clinrges', et surtout sans se soucier des pr judiccs causJs 't autrui : d'ob I'kA pea prosper, de I'61evvge chez i.,ous et cetto hit'X qui part dps villas et intendd jusqu"Ilix
rnonlaones pour et centre ]a jotiissanca do cett-, vaine nature que la loi a cependant limit6c; a I't propri&d Oe: chacun.
Travalix Pablics.
La 110i VoVe SU-1. les -trava-ux public n'a pu obterjir




jtjsqLrh pr&eat, une complex tx6cution. Le personnel des irighieurs, malgr6 nos demands A I'Etranger, Wa
-p-is- encore W form'e, par manque de propositions 4'hommes comp6lente. Vappel aux capiolistes 4tran.ger.t n'a pas eu plus de succ6s.
Le Government ne se dissimule pas que cet 6fat p&iodique de. tronbles dans sequel certain fauteursAe
-d&ordres se pl-,jisent A jefor la.114publique, est di _nature a influeacer les esprits A I exterieur ; mais it y a lieu d'esp6rer que lescombinaisew; de la loi sboutiTont t6t ou. lard 'a un heureux r6sultat, et que le conropn de I'Etranger ne nous manquera pas pour abLrder Iles gratis travaux publics indispensable.
Avec la creation des Conseils d'arrondisizement, le '03dre des travaux d'inl6r6t local sest cow6quemment agrandi. Cttte n&es,,iI6 en enlraitie d'autres, routes se soutenant par ime connexit6 vigourcuse.
Do tous coWs arrivent au Mpartemeut de l'Int6rieur, de la part des Conseiis d*arroadissement, des demandes pendant k engager de3 inge'Dieurs civik, aptes,
diriaer les enterprises quIls ont en vue. Ces d6mar-. I-lies prouvent leur lovable inle lion d'ex6cuter dea travaux dins les meilleures couditi ws d'art et de solidity.
Et quel. ne strait pas leur ze'le et leur activity si UjA le Gouvemement avait form6 des ing6nieurs nationaux qui so -disposeraient ft cc mettre au service de
-cps CoDscils.
Em face de cotte I jauric da sulefs, nous prenons C(Pur la quessvo-?, et recommandons avec insfauce att Corps Ugislatif, Waviier au moyrn (Penvoyer en Uurope des jeunes gens destinies .4 y 6tudier I'Agricul-. Nre, la Aficanique, to Gdaie civil, les fravaux des ARnes et I'Arebiteclure.
Cette We rhdrite (1'6tre d*aufaut plus appuye'e que tious avons d6jA des jeunes gens fac.onn(s pour sa r6li-. SaIion imniMiate, A Faide de nos ba-i(icus forrr6s' 'A I'Ecole Centrale des Ai ts et Alanufficturos de Fiance en atte-dant la foudaliod (hjn6 &olp sp6ii.'Ile.




La Commis-,ion extraordinaire iustitu4e par ht loi dtt. 26 AoAt 1877, pour la haute direePion des grand travaux publieg, a aid6 le G( tivervement daus la con clusion &finilive du c )btrat fitit avec Mr. Codmo le 12 Novembre dernier, pour lo poDt de I'Atlibou'Ite. Cc poi.t est acheW -et vient; 6tre 'expedi6 des ElatsUn:s pour Saint-Alare. Nous avons diA prendre routes les prkautions pour que les mat6riaux employ s aux EtatsiUnis fu5srnt verifies, Wordre de notr Col"Ul A Washington, par un ing6nieur competent, aux terms de I'article 6 du cahier des rhargPs annex au cotrat.
Le wharf du C-tp est achev6. C ette construction a 4te Fobjet de vives critques. Vous ferez, Messieurq, la part des, int6r0s froiss4s, dais le rort (lit Cap: cerfaines personnel qui jovissaietA, nagu(-res de privileges qui n'61,tient profflables qu'A 61 sset.les ne pouvant que m6conuaitre tons Ics aiantnges de cette am6lioration qtti, pour.'ant, est rJeFe. Veittrepreneur tant aus i i- t6ress6 A Ja so'idiO de la construe6on que FEtat lai-meme, il derneure evident qu'd pourvoim it tout6 Muctuosite que Fusage r6v6ler.q, dans Ia qw:146 des mWriauk et ]a pose des piles. 11 a N perinis A Monsieur Loynaz dans l'Interk d., la plus grande sr)lidit6 da wharf, de le prolonged daus I.t mer et da in(difier, au gr6 ([it Government, la conitruct',on des plits ponts cu fer ou en bois, apr s tros aDs Wdpreuve.
A part Pappr4ciation de l'Irg6nieur d.u Gonvernement et du Conseil d'arrondissement ime Commission a W charge d'exprimer son opin-.oji sur le wharf du Cap que Monsicur Loynaz a livr6 A I'activitd du Commerce.
Les travaux du wharf de Jactne! devaient kre commene6s en ce moment vu )a connexit6 qui existed entre le contract ayant trait b et, wharf et celui relatif an wharf du Cap. Entrepreneur slest rendu en oette vilk, et I'gtude des lieux N conduit a reconnattre ce que tout voyageur perspicace d&ouvr'ra A inspection du plan .-du port de J:.cxnet.:- I'utilitA d'une jet6e sur le haut fond plaeA au sud etit do la rade. Ueutrepret,-eur devil ntrer- -4




95
pren-dre ce travail ati commencement de cette annde le Government s'atitorisant de ce f7- (la'it 6tait important de garantir ]a t6te du wharf do Jjcuiel centre la furie des values n'a pas h6sitd A, 'I -i, ttre ce compl6nient de construction, le 3 Wcemti 1877 en faVeUL- d'une ville dont les rapports av,:: 'Zarope sont assez itenius pour commander ce d"bqjrs. Da reste, le Gouvernemeat dans le3 deux nou;eaux actes relatifs aux wharfs da Cap et de Jacm.-I, Wa eu qu'uit but : celui d'arriver A une bonne et prompted exkmion des confrats dej'h sanctions par le '-orps l6gslatif. Nous avoos lieu d'csperer que vous i rez ces deux actes en autorisdut leur compile t.N4,.,:.jion.
Le contract di N1. 11. Borott et WaddA a eu un comnieficement d'exkution dans l'iiit6rie de la, Capitale. Si les travatix avaient PR6 ex4cutds su r u-;e 4tendue plus consid6rable, its eussent- infailliblemen; portd Pos populalions A coQtrAbu-!r advantage A I'w;ivre. Esp6rons que -as i ails des trarimays et du cheinLi da fer ne tarderont pas a sortir. de Fenceiate de la Capitile, -pour SC -'diriger et dans ]a Gjande-plaine et ur la-route de Carrefour.
Vont 6tre soumis A votre sanction
Le contract passe avac Air. Loynaz pour le carnage du port du Port-au-Prince 3 Weembre 1877- ;
L, coutrat avec le i-n6me pour le wharf du Port-auPrince m6me dalle ;
Le contract avec Alo'ns'eur Gros pour la fabrication de hi glace arfiriciello, au f)rt Per. ,
Le contract avec Nionsieur Desird Lefebvre pour la navigation de I'Artibonite et Vexpleitatioii des rives de ce fleuvre, 1-8 Septembre 77.
Le contract avec Mon-ieur Girard Labastille pour exploitation de I'lle -A Vdchas 2 Mars 78 ;
LQ contract avec Monsitur Chdry Co n pour la construction de hangars annex6s aux douanes da Port-auPrince et des GoutAves -a Avril 78.
Diverse propositions swz. t.pirvenues au Gouvei-ue




96
ment pour l7clairaore au gaz le nettoyage quoudien de3 rups 'de, la Capitale, ]a construction dne halls sur les march6s publics ; Al a di! les envoyer au Conseil. communal en les recommandant tout spkialemeot h ce Corps tant I*Administration suphieure est pdnkree, de cette n6cessitd de de'barrasser Ja Capitale (lit co'lip d'ceil (t des hccmv6nients do rues trialpropres., de marches b traques d6goutatites et bizirrc3 et de eette obscurity si'favorable aux malfaiteurs.
Parmi les propositions qui ri'ont about encore a VRICUTI C011trat nous avons cells do Monsieur Burke, pour le guam), do Mr. Travidso pour lps mine% do houille, et da fr de FAzilp, de I'Acul des Savanes h I'Atise- ,Vcau ; de Mr. Moolloury pour -cb.!rnin de for i traction par c5ble souterrain, du Port-au-Prince a PCtion-ville, ; E. Gros -, pour mines de -fer de Leogaiie ; Strauss pout- les mine ; Uon LaIrrestrie, pour usines A gaz et ligues OJgraphiqu- s ; Haentjetis', pout- consiruction d'un pliare A -la poirde (,h tum.infit?'
imm diatement apri i la' promulgation de ]a loi residue, par 4e Corps Ugislatif pour 1'ex6eutioln (lit contract SteTens, des difficult6s surgirent en"re cot e;.treprencur et le Government. Des correspondarices furent jchaug6es a suiv;es d'entrevues oi les ljoinis difficAltieux furent Ion-temps d6batius, et dont to r6sultat fa Padoption do fa forme d'ex6cttion qui a fait Fol-jet (lit contract du 10 Novernbre 1877 dont vous apprecierez le mdrite. Cc colitrat a eu poiir but WiWrrsser personnellerrieut Monsieur Stevens h la distribution des eaux do la ville du Port-au-Prince et d'a,,surer 1'ex6cution de ]a loi rendue p3r le Corps Ugislatif, maintenance le contrat de 1874. Le reservoir qui va 6tre, construct d0ffliera, Nous 1'esp6rons, toute garantie it la ville. En presence de I'abaissement iustantaO -des eaux dans les temps de s4cberegse et du d4boisement successif des abords des Fources de Turgeau le Gouverrement a 6t songer aux avanfages qui naitraient de la construction d'uu r setWir daus .1a.partie Sud du Port-au-PrVce, 4 la hau-




97
leur do 1116pilal et do la Fon4rie,, oi sc, (14vfr,,-craicq t les caux de,; so-arces qui coule-It ef. Se pl rdent stir la roule de Bizoloo. VeOrepre 3(uv, (Itt, olt ttendu d'Aiwlelerre, aboneern sfirenxit (!aus to ni *me sers iravs de ]a -ville.,
1 es aliuezlioi)s sp ci,-;hs 1 1 cerfairs Mifi;1'e,, pub icq
d6Z igu -s dmis Ie budget, sont parveir-eq a lear's deztillaConsau Ca-,),, aux Cayes, a J61.6frie9 A Le G tiver-Pement, eu vue des graud, 4zivanxptiblics pow Jesqutls nout; aVendozs encoic ees offi-cs do, capiialisles sQlrieux, ji'a 1ju border que des r6par--fiwis urgentes. Elles sf)Dt parlout considdraVes. cs r rincipaux 6dificcs piJifirs int 6t6 r6i ar6s; k lout confurnignient-au tableau ci-joiJ.
PCtle!.-Rit MOR voyage d;ms Ie Dipartemen, 7o S ,(J, 1'elteudue des repmfio" A fwre aux M,:Hce, blics B'(st reyWe a ma vpe dans cheque cow ii, ulia c4 a ebaque pas. Lrs prisciis I Ou' il en existed )I L o.zn Ile, Gr.wd- Co5ve Aquin, SailALouis, Cawillon, Cayes, Awe-d'llainau,';t, Dajll",-31,zviel r6clameDt des rt!pjraiionsurgentf-s. Dau,,s IF)rm-etisment des Meaux, plusief. fs petiles ptisors 01.'t 6,L6 construites en Ix)is et s, ns cour. Euvelopp6es d'u-.i mur WeDceinte ou pourvaes d'une'cour A Fint(i-ieur ces construction smaient micux appropri6es A Icur destination. Leurs onverlures yout kre bienICt coiisol:Wes. Plusicurs ont W bates sous'le Gouv6pument &chu, et les. contracts passes pour Jeur conslivel im) 11,01it pu encore -m'&re products.
-A Torbeck, A ClardonDi4es,'d'anciennes cons1ruclions -pourraient 6tre releWes; la premi re ef ten mur de bones p proportions et Pautre, it 6tage ct en bois, 2chet6e. sous Feimpire. Qs constructions rf staui-jes exongreraient J'Etat de frais dispend ieux; affecVs du reste h des misons peu prepares a leur destipa tion Aans ces pefites foealit&Arrivg aux.Cayes, apm ]a visited ordinaire des ddiEces. publics'. Yad df,,. timt d'abord, faire ex6cuterl,




cortaines r operations urgentes tells que la construetion d'un mur do cl6ture i IArsenal pour mettre en sihreW le matdriel de riltabrissement et faire op&er la rentr6e des touches 6L fen, giant partout en ville; la r6eration. et )'exbausmment des murs d'enceinte de ]a prison pour arrAter les; evasions vop fr6quentes des prisonniers; ]a reslauraton du poste du portal aupr s du pont situd A Fenfr& de la -ville; [out on faisaut constater Wtendue des travaux ft faireen cette villa, au. vieux palais natiouat aux deafes, an wharf,, aux tribunaux Fadministration- Des charig,?ments
out Ad commands dans Im TocauK affeads h certain bureaux I ; dans un but tout d'economie : Mole des Smurs par example, ra dtre trausfdrige au. bureau de Arrondissement ce dernier iL I'administration des Financ,7s et celle-ci A la douane ofz se comtruit un fire proof destiny an tr6sor. Divers travaux sont ZL Utude et Yont We mis an coucours ceux relatifs au palais
national A I'gcole primaire rh6pital au Tribu al de paim at an wharf.
Une parties de la popalatioa manifstait Popinion de placer FEglise des Cayes sur I'empLtcernent Rigand, vaste propri6tS oit I'Eglise aurd-it de plus grades proportions et strait ddpgde de constructions resserrant ses abords; mais la populatiort,- priPrant rebitir son ancienne Eglize, le Gouyernement,' ua pas era devoir interposer son autorR6 dans une qu"tion de ce gen-re, deux edifices pouvant existed datts celte 01le p-oar le culte. I I
Apr s a:voir visit le Camp.-Pizin et la. prise Weau (Idi est au Nord--st de cette pa tuition militaire,-Jai
Me convaincre qu'a' sept cents F ieda an Nord de prise d'4nermes pierres'charri4es par la ravine du Sud, dans ses d0mrdenients ant obstru6 le canal qui alimented eette prim d!eau dont la maC.onnerie est intact; qu-uu nouveau canat Imunt du coude in Itnorne oii vienuent se heurterles flots.de la Fivike.4 pour so diriger ldg,&ement Ym rOuest est do n&e;s-




siltd absolute, afin quo les eaux, dont le.niveau nest plus en rapport awc cclui do I'ancien canal, reprewint Itur cour dans ]a prise, assent par le canal Davezac et, alimentpnt cello parties do la plane 'a Jacob, si piuvre depuis qu'clle he jouit plus des avanta. ges de l'irr;gation par co- canal.'Si, des ofTres ne nous parvienner.t, Je no tairal pas au'Corps Ugislatif la nkes-,iW pour lb Gouvernement do faire n ettre cc travail a exkwioD, apz4 avoir fait modifier le devis d6ja dre,s6 refaliwiment ft ceite eitr(piisp.
Pour cc travail Wj& class parmi les. grand travaux publics le Gouvernemeni presf nt(-rj it ]a. Commi,,sion Mgislalive le YtFsultat do ses op6rolions, avant d'arriver ft fex6cui-'on.
Clest le momea Alff.,&icuis de, louer F(xactilude et le z6!e do celte Commi&-don qui Al'a prW le con cours le plus aclif dans le sens d6fini par la loi.
Les d6gats de ]a Ravine du Sud Mont fait border, saus situation le can.0 qui avait W considei-6 comme le plus propre it pr6server ]a ville des Cayes de Aout sini,,tre. A ilia Toix Its populations sont accourues de routes Farts. Us oulils manquaient aux I'ms tant
1'empressement etait g4miralI Le canal a jU creus&sous la direction do Fiag6nieur Berret. 11 lui a donm6 des proportions en rapport avec la puissance do la Rav'nedu Sud.. I es d6blais jet4ssurles, bords favoriseni 1'endigaemeutdo ce cours d'eau par Jew batiteur.
Sur ]a rive puche oA deux. courants cn amont du canal menaigaieutconstarnment le cimeti&e et, partant, la ville i une digue sontenne par des pi!otis a W 4tablie; en m6me temps que sur la rive droite un canal de moindre dimension jette le trop plein des eau x ilans ]a sowee. chaude. En attendant un travail plus perfecUonne,, quarit i Pendiguerneut, clui exist. nt, donnera la measure de ce' qu'il faudra faire pour atteindre le but ddsh6 pr6sesver la ville des Cayes de Veavahisse-