<%BANNER%>

Les Affiches americaines

HIDE
 Front Matter
 Main
Digital Library of the Caribbean LLMC - Law Library Microform Consortium UFL
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/AA00000449/00026

Material Information

Title: Les Affiches americaines
Physical Description: Serial
Language: |||
Publisher: s.n.
Place of Publication: Haiti s.n., 1766-1791
Creation Date: 1779
Publication Date: 1779
Edition: Microfilm (26 reels). Negative.

Subjects

Genre: serial   ( sobekcm )

Record Information

Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001894300
notis - AJW9563
Classification:
System ID: AA00000449:00026

Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/AA00000449/00026

Material Information

Title: Les Affiches americaines
Physical Description: Serial
Language: |||
Publisher: s.n.
Place of Publication: Haiti s.n., 1766-1791
Creation Date: 1779
Publication Date: 1779
Edition: Microfilm (26 reels). Negative.

Subjects

Genre: serial   ( sobekcm )

Record Information

Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001894300
notis - AJW9563
Classification:
System ID: AA00000449:00026

Table of Contents
    Front Matter
        Front Matter
    Main
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
        Page 375
        Page 376
        Page 377
        Page 378
        Page 379
        Page 380
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
        Page 385
        Page 386
        Page 387
        Page 388
        Page 389
        Page 390
        Page 391
        Page 392
        Page 393
        Page 394
        Page 395
        Page 396
        Page 397
        Page 398
        Page 399
        Page 400
        Page 401
        Page 402
        Page 403
        Page 404
        Page 405
        Page 406
        Page 407
        Page 408
        Page 409
        Page 410
        Page 411
        Page 412
        Page 413
        Page 414
        Page 415
        Page 416
        Page 417
        Page 418
        Page 419
        Page 420
        Page 421
        Page 422
        Page 423
        Page 424
        Page 425
        Page 426
        Page 427
        Page 428
Full Text















This volume was donated to LLMC
to enrich its on-line offerings and
for purposes of long-term preservation by

University of Florida Library




-n"""- -""","~~-----


AFFICHES


AMERICAINES


Du Mardi


Janvier


Y779.


pIDS DU PAIN.
. 13 onces.


s MARONS.


Au Cap ,, ef entire A la Geole, le 24 du
mois dernier, Charles creole de la Guade-
loupe, dN tampe D, ig6 de 14 ans, fe difant
appartenir ,a Mde Fayol/e, Habitante a la
,Grande-Riviere, arrete en ra e dans un cannot:
SMarie &tamp e lfur le fein gauche PG, aigde
de 18 ans, laquelle a dit appartenir a M. de
Rouvray : Jean-Bzaptife, creole, fans etampe,
ag de 18 ans, fe difant appartenir a M. Cha-
.pifet Habitant la Plaine-du-Nord; & un
.Negre IBo, nomme Cifar, age de 44 ans, s
etampp,',~ la cuiffe gauche LT G. :Le 25, I
Hi'povlyte' nation Miferable, etampe fur "Ie
:fein gauche DEPAVLIHARD AV CAP'
& fur le'dAioit CHARIER AV CAP, fe di-
fAnt appartenir ,a M. Depaulhiard. Le 27,
Phalton., naton Moffondy, fans etampe, age
de 2.4 an~s,, ayant un coup de manchette a la
levre infieuret, Le z8, Francois, nation Aya,
etampe fur le feiin droi H & fi6r le gauche
GAGE, fe difait a ppartenir a, Mainard;
& Petfigie, Congo, etam~ee, fur le'fein gau-
che SIMONa,'gee de 40 as, laluelld a dit
appartenir au Sieur Laforgue.,

.. SPE C T'A', LE.- A. ,
Les Comedieris du Cap ddnnerfont le fa-
medi 16e du courant, au bendfice de la Dllu
Thibaudoit, urie reptdentation' d la' Belle Ar-
fene, Comedie-Feerie en. quatre .Aes -dont
les Parqles f6nritde M. 'Farrt, & hl Mufique
de M. Monfigni. Cette Piece fera ornee 'de
tout Con fpetacle ce pe lu~pufieurs decorations
nouvelles : la Dlle Thibah~iot y temnpliira le
role e dla Bel Arfene. .-
, nt re le .troem 8 equatfi ti~i e Adeil


fera execute une nouvelle chaconne de M.
le BIretohn, Diredteur 'd*.'Acadnmie Royale
de' Mufique.


AVIS


.DIVE R S.


M. Franpois Guilbaud a Fhonneur de pre-
venir le Public que fa Maifon de commerce
efit maintenant fous la raifon de Franfois Guil-
baud & Compagnie.
Le Sieur Boye, Cordonnier au Cap, fe
difpofant a partir pour France dans le courant
de marsprochain, prie les perfonnes a oui il
peut devoir de fe.prefenter pour recevoir leur
paiement, & ceux qui lui doivent de le folder
inceffamment.
Jeudi derhier, fur les fept heures & demie
du foir, il a te enleve des mains du Negre
de M' Rivery fun Chien levrier qu'il tenoit
enchaine, par -deux hommes & -une femme
qui ont fort maltraite ledit Negre, ce ia quoi
il n'a pu's'oppofer, lui ayant ferme la bouche
& les'yeux avec des mouchoirs, & amarr6
les mains detriere le dos.:Ceux qui auront
connoiffa'nce dudit Chien levrier, poil gris
rougeatre, font pries d'en donner avis audit
Me .Rivery : ils front recompenfis de leurs
peinies.
M. Lamy, demneurant au Cap, donne avis
-qu'il part pour France. II prie ceux a qui il
peut devoir de fe prefenter pour recevoir leur
pavement',& ceux qni lui doivent de le folder.
I NAVIRiE EN CHARGEMENT.
0' t,


SLe Bateaui lAradd, bon voilier, partira du
Cap le i5 du courant pour leb has de la C6te.
Ceux qui voudront y paffer ou charger a fret
p6tfr les Gonaives' le Mo'le, Saint-Marc &
atitres Pbrts dubas de la C6te, pourront s'a-
dreffer a M. Perien; tenant les Paffages ;'dans
14-naifon de M4e Vevelftanfan.


[N* I". 3
1 ___ _i -iN i m niiT riri -n~ dii* m .. mr in iMii~i ui ii- -- j., ^ |.


a


~8~$~`-.------~-LI-~I~I~~IYIUllsl~ II~Y1I ~^ I~_~YIPI~-~II~d~~


I .








BIENlS ET EmFTS A VNDa

Une Habitaton fife a.Beau-Sejour i. quarw.
.tier de la Gran4e-Rivierei appartenante M.
VAbbi Lecterc, de' pr~ent en France, de la
contenance d'environ zi quarreaux de bonne
terre, don't 1z en bois debout, & le refle
plantI en vivres & en 30 mille pieds de cafe
en mauvais etat, avec une bananerie confi-
derable qui demand quelques reparations,
fur laquelle Habitation it y a.une grand'cafe
nouveilement confiruite fur poteaux en terre,
de 40 pieds de long fur zo de large, confif-
tant en trois pieces, une galerie & deux ca-
binets; deux cafes a Negres, don't une de zo
pieds quarres & Pautre de iz, couvertes en
effentes; une autre cafe de 13 pieds de long,
fervant de cuisine & de magafin, en fort bon
Ctat, & plufieurs ultenfiles propres a fIexploi-
tation de ladite Habitation. 11 faut s'adreffer
a M. Chapuifet de Guerinet, fur fon H-bita-
tion i la Plaine-du-Nprd, ou"a M" Dubor &
Demante, Negocians au Cap. On donnera
toutes les facilities pofiibles a l'acquereur, at-
tendu qu'on ne vend ce bien que pour acquit-
ter les dettes. Les perfonnes qui defireront
vifiter !'Habitation, pourront encores'adreffer
au nomme Parmantier, M. 1. Econome fur
ladite Habitation.
SUe Guildive fife fur la Riviere-Marion,
au Quartier-Dauphin, a un quart de lieue du
bord de la mer, a c6te des heritiers de. Croi-
.feil, ci-devant appartenante A M. LeT, Chi-
rargien, dela contenance de 16 quarreaux de
-bonne terre .pprop A Pindigo &. en toutes
fortes de vivres,. entouree de haies vives,
fur laquelle y a une belle cafe a maitre', b atie
entire poteaux de bois incorruptible, confif-
tant en une falle, deux chambres, fix cabinets,
galerie Nord & Sud, carrelle & couverte en
effentes.; une cuifine, un poulailler, trois ca-,
binets, une remife avec un parc de maqonne-
rie, couverte en paille j,un colombier avec
clapier de maronnerie, fir quatre piliers, coi-
vert en efientes 5; 130 pieds de cafes a N egres,
en piliers & pignon de maconnerie, y comprise
. une cafe a a abro uet en mrauvais. tat unecafe
de maconnerie, fervant de guildive, de 88
Spieds de long fur 12 pieds de large, couverte
-,partie en tile & parties en paille, y ayant, une
.. cau.dier de7 barriques adeux bras, upne de
S;, barri qes, oute.neuve, avec z2. pieces de,8
& de nmeIues..ui~enf el un puts, eevant
derriere, prehanit 1eau de ladite riviere Ma-


ion un baith 4d tnmcMnnerfe, conteoAnt ae
viron i no barriques de fiop, covert en pailles
une cafe de maconnerie, couverte el ef entes,
servant i loger IEconome, avec tonnelleric
& 4nagfin: a tafia. On pourra s'adreffer j M.
Dubou.ag, proprietaire, Habitant au Grand-
Balin, ou au Sieur Noguey, chez M. David,
rue du Bac, au Cap. -Cn la vendra aucomp-
tant, ou on fera une fociete des conditions
Sl'avantage des defix parties.
N e'greffes domeftiques, cuifinieres, coutu-
rieres; perruquieres, blanchiffeufes, &c. 11
faut s'adreffer A M. de Saint Amand, rue
Notre-Dame &' place d'Armes.
Vivres en retour d'un voyage de Guinee
du N avire le Meulan, de la Rochelle, Capit.
Peronne., rue du Gouvernement, confiftant
en 1zo gamelles de Feves, 300 gamelles de
Riz du Levant, 73 gamelles de Farine de
manioc, vingt-cinq quintaux de Bifcuit, une
piece d'Eau-de-vie, trois pieces de vin d'equi"
page, trois quarts de Boeuf, deux quarts de
Lard, deux ancres de Pieds & Tetes, deux
ancres de Langues de boeuf, trois ancres de
Petit-Sale, deux frequins de Beurre, une ancre
d'Huile de lin & un baril d'Huile de palme.
Une belle Goelette, arrive detrierement
de Bofton, d mntee de fon grand irat, ayant
tous fes agres & apparaux en bon 4tat. On
prendr- des degrees de la Colonie en pale-
ment. 11 faut s'adreffer aux Sieurs Tirez &
Ravy, Negocians au Cap.
Le Public eft averti que le 2j du ou-
rant, il fera pro ced au Fort-Dauphin, a .Ia
re'tuete de Me Duranton, Receveur des au-
baines, ger-ant en cette qualjte la iuccetion
du feu Sieur Pouol, dit Sain- Ydgue, 'N-.
gociant audi lieu, ala vehte; & adjudication
aux plus offrans '& derniers encheriffers de
diverfes marchandifes, bijoux, linge, meu-
bles & autres effects dependans de ladite fuc-
ceffion, a la charge par les adjudicataires de
payer conmptant avant de deplacei, entire les
mains dudi.t Me Duranton,
A BAif OtU A LOUER.

SJhe Maifoni faifait le coin des rues d'Aini
j6u e& des Boucheries, corififant en fix cham-
bres, quatre cabinets, trois cuifines avec leurs
cheminees,, dans l'une defquelles eft un four,
uine court & un puits. I1 faut s'adreffer a M.
.Leclerc, rue du Coifeil', '
Deux grrides:Chambres'& ti~ Cabinet,


- -------- -rr~a~mf~




itS


Sarni$s Oc n01t 1nrats, a it plor er ntefrnc, l
Ifur la place d'Armes a e6td du corps-de-
garde, malfon de Mde Thibaule, au rez de
chauffie. I1 faut s'adreffer 4 ladite Dame,
mnme maifon, out4 M, Sauffay, Maitre Apo-
thicaire, rue de Conflans & du Gouverne-
ment, au Cap,

SOUSCRIPTION
D'UNEZ MACHINE POUR PREPARER LE CAFL.
II n'eft pas neceffaire d'etre Habitant pour
fentir favantage qu'il y a de fimplifier les
moyens de preparer les denrees; mais ii faut
1Ftre pour appr&cier une machine qui dimi-
pue les deux tiers d'une operation penible &
codteufe. C'eft dans cette idde que le Sieur
Anglas, Habitant au Margot, a l'honneur
de prefenter a M" les Habitans en cafe une
machine propre le preparer, c'eft-a-dire que
lorfquele caf6 aura 6et pile & groffierement
vanne par les moulins ordinaires, elle finira
de le nettoyer de toute autre immondice; les
ttees a cafe front mifes feparement, ainfi
que le bon caf6, le caf6 caffe, les refles des
vannures, roches ou autres vilenies qui font
tres-difficiles i 6ter par les moyens ordi-
naires.
Ceux qui auront du cafe inegal en groffeur,
pourront en fair deux qualities par le moyen
de la meme machine; elle fera aufli propre a
luftrer le caf6, en lui enlevant la pouffiere
fine qui s'attache fur la surface du grain & en
ternit a couleur. Le Sieur Anglas fe propofe,
en donnant ine plus belle quality' au cafe, de
Sdiminuer aiu moins le's deux tiers de:louvrage
qu'il exige du moment qu'ile eli vanne pour
etre mis en v.ente. La machine fera portative,
simple, peu difpendieufe & prefque pas fu-
jette a des reparations: un feul Negre fuffit
pour y preparer le caf;i il peit en nettoyer
de 4 a cinq. millers par jour, & fi on veut
me~ttre deux Negrtes au lieu d'un, on dou-
blera l'ouvi-age. La foufcription el a trente-
trois lives. IIcompte dans peu donner ega-
JeWnent celle d'un moulin a piler a bras, fort
fimnple, avec lequel on pilera par le moyen
d'un Negre une plus grande quantity de cafr
qu'avec les moulins a betes ordinaires:11 ofe
efperer qu'apres plhfieurs autres ouvrages
qu'il .adomws au Public, & particulierement
Pheureufe r'uffite du moulin a eau de fon
iivention, qt.uAa fhit -ex&utc u Marg'r


thue 'Habitation de M, Deperierew il pourra
meritr fa confiance, MI" les Soufcriptears
;uront la bonte de s'adreffer pour les foufcrip
tions I' mprimerie Royale du Cap, ou cheZ
PAuteur meme de la machine. On foucrira
pendant trois mois, I computer de ce jour, (k
a machine aura lieu, fi tourefois le nombre
des Soufcripteurs eft fuffliant. Au Cap, le
I janvier 1779. Sign ANGLAS.

NOUVELLES POLITIQUES.
A M-i R I Q U, E.
Extrait de la GaTette de Boflon du 15 ocobre
dernier.
Le Vaiffeau de guerre Americain le Cum-
berland elf arrive ici apres avoir fait upe croi-
fiere des plus heureufes, dans laquelle il s'd-
toit empar6 de beaucoup de Vaiffeaux Anglois
charges d'une grande quantity de poiffons,
don't il fe fait un grand commerce dans ces
parages, & auquel ils faifoient le plus grand
tort, ayant detruit des tabliffemens confide-
rables de pecheries dans le New-Founland,
On a decouvert a cette occasion que des N-
-gocians de Liverpool, par les vues les plus
mdprifables & les plus inercenaires,, toient
du nombre de la plus,grande parties, des infiH-
gateurs du cruel ade du Parlemenrit Britan-
nique qui prive ces Etatsde la pecherie, don't
le commerce faifoit vivre une, quantity pro-
digieufe de families, & cela parce qu'ils front
.pas voulu fe refigner i remettre leurs droits
entiree les mains du Gouvernement defpotique
.& inflexible de la Grande-Bretagpe.
Les Croifeurs Amricaitisont ifaii t plufeurs
pricess. :Le Ranger, entire autres, s'ek empare
de deux. Briqs charges de fruits, allant de
Malagaa' Londres, & a pris audfi dans le.canal
de Saint-Georges un Briq tres-richemeint char-
ge. II s'eft empare, pres de Dublie, d'un
Vaiffeau venant de Londres, charge de cotton,
.de fer & de chanvre. Ce mine Vaiteau:,
apres avoir eu lavantage fur. in Senau & une
Golette Royalifte.qu'il a couples a .fond, a
fait la rencontre du Drake, Vaiifeau deguere
de la Grande-Bretagne, auquel il a livre coin-
bat: apres, une here de rdfiflance~, le I4rake
a amene, ayant perdu fon Capitaine & piu-
fieursiOfficier.s. Le lendemain le Ranger a pris
un Briq venant de Withe-H-aven, qu'il a
conduit avec le Drake a Et eic : e 'iombtre& ds
.pri'ilhaies a mhict., iSb..


ll~t^^R~huLr




4~ .,.---- - -~..., ... ~. .-.-
.1-i


On a ft c dun Corfaire Angiois, pris a la
* forte de Falmouth le 17 feptembre, que YA-
S miral Keppel etoit refforti avec 35 Vaiffeaux,
& que 'Efcadre de Breft etoit de la meme
* force. Les deux Flottes toient en prefence
au d .part diu Paquebot.
.II eft arrive dans le mime temps a Breft
une prife de 0oo tonheaux, venant de Ruffle
a Londres, & confillant en chanvre & cor-
*dages.
Erifin. le return d'u Ranger nous. apprend
que la Flotte deBreft, confiflant en z8 Vaif-
feaux de ligne, outre les Frigates, etoit fortie
Je 1-6 aou t.
Anecdote Anglolfe.
Un 'Marchand quietoit paffe d'Angleterre
dans une des Colonies Angloifes en Ameri-
que, -y acquit une fortune considerable mais
il crut qu'il ne pourroit pas &tre heureux, s'il
m ne-la partageoit avec une femme de merite,
& come il a'en trouvoit dans.lfle aucune
quilui convent (cet homme-la n'aimoit pas
-les-Creoles) ii prit le part d'ecrire a un de
fes correfpondans a Londres, don't il connoif-
-foit 1'exaditude & la probity. Come il ne
,cnrioiffoit d'autre flyle que celui du com-
'merce, il ecrivit a fon ami une:letre;dans
laquelle apres: ui avoir parld de: plufieurs
affairs, il vient`i- 'Particle de:fon marriagee :
voici la teneur de' cet article. F
,, Item, voyant que j'ai pris la resolution
Sde'm'e miarier, & que je ne trotive pas ici
,, un part convenable pour moi, ne:manquez
-; pas Ade m'envoyer par le premierr Vaiffeau
Charges pour cette i-lace, une jeLine femme
:. des quality's & de la forme fuivantes > quant
1,: a dot je nfen demand point'.: qu'elle
foit d'unie honnete famille, entire 20 & 25
Sans, d'une taille moyenne & bien propor-
Stionnee,. dun vifage agreable, d'un carac-
Stere- doux, durie reputation fans tache,
,, dcune! bonne fante & .dune constitution
., affez forte pour supporter le changement
Sde climate, afin de n'etre pas oblige d'en
chercher une autre par le. defaut fubit de
: celle-ci, ce qu'il faut pr'venir autant que
Sfaire fe pourra, viu la grande distance & les
Dangers des mers. Si elle arrive, condition-

Par Permiffon de:MM.


DE: LI M P R I M ERIE


ne come ci-deffus, avec la prCfente lettre
endoffle par vous, ou du moins avec une
copie bien atteftie, crainte de meprife ou
tromperie, je m'engage afaire honneur a
ladite lettre, & d'epoufer la porteufe a
quinze jours de vue. En foi de quoi j'ai
Sfigne, &c.
Le correfpondant de Londres lut & relut
cet article extraordinaire qui traite la future
epoufe fur le meme pied que les..balles de
marchandifes qu'il devoit envoyer a fon ami ;
il admire la prudente exa6itude & le flyle
laconique de cet Americain, & il fongea a le
fervir felon fon gotut. Apres plufieurs recher-
ches, il crut avoir trouve la femme qu'an
demandoit dans une Demoifelle aimable, mais
fans fortune, & qui accept la proposition.
Elle s'embarqua fur un Vaiffeau avec les mar-
chandifes, & bien pourvue de certificates en
Sbonne forme, endoffes par le correfpondant:
elle etoit comprife dans flenvoi en ces terms.
SItem, une jeune fille de z ans, de la qua-
lite, forme & condition comme par ordre,
ainfi qu'il confle par les atteftations qu'elle
Sproduira.
Avant le depart de la Demoifelle, le cor-
refpondant avoit fait partir des lettres d'avis par
d'autres.Vaiffeaux., pour informer fon ami
qu'il lui envoyoit par tel Bitiment une jeuwe
peifonne -telle .quil Favoit demanded. Leg
lettres d'avis, les marchandifes, la Demoi-
felle, tout arriva heureufement au Port. No-
tre Americain fe trouva au debarquement,
& vit fortir une perfonne tres-aimable qui,
l'ayant entendu nommer, lui dit : i Monfieur
a? jai une lettre de change furyjous, & j'ef-
Spere que vous y ferez hoaneur",. Elle li
remit en meme temps la lettre de fon corref-
pondant, fur le dos de laquelle etoit ,ecrit:
i La porteufe d'iceie eft Ie poufe que vous m ave.
donned ordre de vous envoyer. ; Mademoifelle,
S di.t. 'Americain ,; jn 'ai jamiis laiffG pro,-
,. tefter mesettres de change &je vous ue
Sque je fe. commnencerai pas par celle-ci:j;e
: me regarderai comme;le plus heIreux des
Shommes, fi vous me permettez de l'ac-
quitter,". Gette premiere entrevue fut bien-
t6t fuivie des noces, & ce marriage fut un des
plus heureux de la Colonies


les General &' Intendant.


ROYALE D.U.:CAP.


-.. I -L


<


4'i

~..





Al~


I

i4
,i' 1


P'
i
^fi


















i'*'
4;rl
I
S



S.;i
.I






'!

;*'?


~.C__-------L-I~`"C~- ----I~-L-*T~LI_- 5 _




-C .--


( No


1er*~ )


tME


N


OFFICE
Da Mardi 5


AMERICAI


Janvier


i779.


AU PORT-Au-PRINCE, le 4 de
ce mois, Sucre blanc, premiere qua-
lit, 3 33 1. feconde, ;o 0 312 1. troi-
fieme,z2.8 2.9 1. brut, i4h 6I1. Indigo
bleu, 6' 6 Io f.cuivrt, a 1 a. oC Cadf
nouveau, 6 7 f. vieux, .h 6f Co-
ton, 7' .a 85 liv. Cuirs, 8 h 9 lives,
Piaftres gourdes, 37 & demi pour cent.
CPrix des Alarchandi fs de France.
Au PoRT- AU-vPRINC, le 4 de
ce mois, Vin vieux, 400 a 4 oliv.
nouveau', 310 '3 2 1. Farine de Moif-
fac, x80 190o. commune, 140 a itol.
Bcuf fall, I 5 i k z. 1. le baril. Petit-
fal6,, 40 a 45 liv. I'ancre. Beurre, 40 o
4 f. la 1. Huile, 70 75 1. la cave. Sa-
yonx, O140 a 5o 1. le cent.
Cours du Fret.
Ai PORT-AU -PRICE Sucre
blanc, '7 d.brut, 65 d. Indigo, 8 d..
Cafe 58 'a 70 d. Coton, 85 a 90 d.


NE GRES


M ARON S.


A SAINT-BOUIS Ie 27 du mois
dernier, font entree la la Geole dux Ne-
gres 'un nomin.d Andre & autre


.Mercure, tous deux de'nation Mouya-
ca, ecampes LA BICHE, n'ayant fu, dire
lenom de leur maitre.
A SAINT-MARC, Ie 29 du mois
dernier, un Negre nouveau, dtamp6 D,
Age d'environ 14 ans, taille de 4 pieds 6
pouces, qui n'a fu dire fon nom ni celui
de fon maitre : Ie 30, .ean, Creole,
fans erampe,.age d'environ 18 ans, taille
de 5 pieds, fe difant libre, ayant le corps
covert de coups de fouet, & reconnu
pour appar.tenira M. Latoifon, habitant
i -Mirehalais; & Ignace Creole de
i'Arcahaye, Aged'environ 25 ans, taille
de 5 pieds 7 pouces, fe difant libre :
Ie er de ce mois Champagne, nation
Bambara, erampe fur I'efomac DE-
MANNY), :ag d'environ zo ans, taille
de 4 pieds io pouces, fe difant appar-
tenir a Madame Demany.
A JACMEL le 16 du mois dernier;
Mercure, nation Moniqua, e 'amp6 illi.
fiblement fur le fein droit, agd de z4ans,
taille de 5 pieds z pouces, ayant une ci-
catrice fous I'cil droir & des marques de
fon pays fur le venture: le z5 Pierre
Creole de la Martinique, age de 45 5~
ans, taille de pieds 4 pouces, grave de
petite verole, fe difant deferteur d'ur
bateau.
A LOGA>NE, le 2.5 du mois der-
nier, Antoir- Congo, eramp JEAN
JEAN, fe difant aifenr ai M.. Goureau;,


S


U


P


P


L


T


NES.


Bu{m_


mi


41 0





U--


,au Port-au-Prince : le zt1, on petle
Negre nomm. nJean- Louis nation
Arada tampd MAIG, fe difant de
I'habitation Sigonncan en plaine : le
I"e de .ce mpis un Negre nouveau,
etarnpe en fr a cheval fur Ie fein gauche
BEAUSSAN ayant une cicatrice fur
ie meme fein etropic do bras droit.
Au PORT- A U-PRIINCE, le .6 du
mois dernier, Charlot, Creole Anglais,
etampe NADAV, au -deffous PT GVE,
difant que M. Nadaa, habitant au Pe-
fit -Goave, I'a vendu a Dam Gafpard
Charles, commandant dans la parties
Efpagnole; & Benjamin etampe fur
le fein droit BELANGE, au -defftus
ST MARC, ag6 .de :8 ans, .ne fachant
dire le nom de fon mature le 2.8 un
Negre nouveau, Congo, eampe fir le
fein gauche DL, age de 2. a:ns, braille de
5 pieds 7 pouces, beau & bien faith, 'ne
fachant parler francais : Ie 2.9 Lubin.,
Creole, 6tampe fur Ie fein droit LA.
TOISON,, au-deffusiillifibbmenct fur
gauche MIREBALAIS, gd :de i8 ans,
marqu6 de petite v6rdle., difant qoe M.
Latoifon I'a vendu au nomm 'Gabril
Pitton, M. L., habitanth Mirebalais.


A N I A U X


t'A yV .


A. SAINT.-LOUIS e A 27 dlu tmois
dernier, il a ee6 conduit :la Geole,
deux vieux Chevaux, l'un fonts poil
bran tampere TIL ayarntr oreille cla-
baude & I'aucrefous poil.rouge, 6tampo
ilifib lernment,
Au PETI T-:G O AV E e 3o du
tnois dernier, une Bourrique fous poll
gris, fans etampe, avec fa fire : le 1,
une Jamu nt fous poil rouge, etampde au
nontoir TL lies.
' A L ROGAN E, Ite 8idu nois dernier,
un petit Cheval fons poil brun-fale,
iaemp6 CDL, fo~t maigre : le 3.1, une


vieille Cavale fous poll rouge dtam re
R B, ayant pour fuite .une jeune Pous
liche-fous poil brun.
A: PORT-AU-PRINCE, le 28 du
mois dernier, un vienx Bourriquet fous
poil gris,., tamper illifiblement, tres-
maigre; un Cheval fous poil roiige
&eampe au montoir DI, ayant le chan-
frein & les pieds blancs; & un Cheval
fous poil roan etamp6 an montoir
DL & hours montoir HP Iies, ayant une
etoile an front: le 31 un Cheval. fous
poil rouge, ctampe au montoir LMR,
ayant le front blanc; & un Cheval focus
poil rouge, ecampe fralchement au mon-
toir AC & au-deffous A : le rer de ce
mois, ounCheval encier fous poil brun-
fouris, teampd au montoir LB, ayant
deux pieds blancs; & une Cavale fous
poil blond, etampee au montojr A9
&c au-deffous MA, ayant pour fuite un
Poulin fous poil bai, fans 6tampe.
SI .IU


4S PC T A CL .


Les Comtudiens du Port an -Prince
douneront mercredi 6 jour des Rois
ube premiere reprdfintation du Ri dt
COagne, comedie eta trois a&es & eri
ver-s, : de M. Legrnd. Cette piece, qui
n'a jamais te .joabde n cette vitle, fe
ornee de marches, de chants & d'agr6.
mens nouveaa-x,; entr'aurres changemens
de decorations on efpere flatter les
fpe&ateurs pair cehti de la dco'ration
d'ut palais peint en fucre : ce genre dd
fpedacle n'a jamais dte vu danms cetd
ville,

Is donrieront le dimanche fuivane rc
Ze'mire & Aor, & le fir Grand Bal:
le faux plancher fera pratique en enrtei
depuis Ie theatre jufqu'a IlanmphichitCA


I
II:


-~----------~-- -XI1---*-C---------I~----C------C -------r~--L----


- ------------------- ---


_._~..~ .--c---------n---r~ifi~~


-,----- ---


*II








AVIS DIVERS.
Le fieur Bourdon Imprimeur do
Roi au Port-au-Prince, prevent ceux
qui voudront s'abonner aux Affches
Admericaines pour I'annee 1779, de
s'adreffer aux Imprimeries du Port-au-
Prince & du Cap; B MM. les dire&eurs
despdftes dans lesdivers quarciers; pour
la parties des Cayes, h M. Defpaulx, ne-
lgociant audit lieu; pour le quarter de
S. Marc, a M. Lanfade, tngocianc audit
'lieu; & pour celui de Liogane, h M. De-
lamothe, ancien dire&eur de la poffe atu-
dit lieu auxquels ils paieront le prix
de l'abonnemientt comprant: on ne rece-
:ra cet abwinement que pour fix rmois
& un an. :On trouve c'hez es mtntnes
sdes Etrernes Andricaines pour I'tndee
1779.
II a e't perdu une Montre d'or uie ,
fur le movement de laquelle font gra-
ves ces mots, F. Jurine, a Gendve, &
i laquelle pend uh cordon en cheveux.
Ceux qui la trouve'ront font pries d'en
donner avis a M. Gaudy, maifon de
M. Taillefer, au Port- au- Prince: li
y aura bonne rccomqenfe.
tLe navire1e Charmant, de Bordeaux,
capitaine Faures, prendra du fret : ceux
qui~'0o drrbit 'y charger pourrdnt s'adref-
'fer atdit capitaine, dans les magafits de
VM. Labarthe.
Oni trouve*ra chez le fieur Jofeph
Icardin, dans la inaifon de M. WefJe,
Au board de la etier, du fel 3 quarorze
fcai'lifs le baril : on y trovera a:u'ffi
d'"xcelent Rtu'm uh gourdin la bou-
teille.
II fera procedd jeudi 7 du courant,
fur la place de Valliere,h trois heutes de
releyee,, a la vente d'un Negre Cr6ole,
'bon cocher & bon cuifinier.
,tl t ttroau iart le Ntegre & M,


Gaftlet de f'pithe, a I'Arcahayt, une
Montre d'or. Celui h qui elle appartieni
pourra la reclamecr; elle lui fera remife
en payant feulement. les frais du prefent
avis.
On a Iaiffi une Canne a pomme d'or
a l'imprimerie du Port-au-Prince. Celii
Squfi elle appartient pourta la.r6clame
en la dfignant.


AFF E RME R.


Unre Place fife dans les hauteurs' d~
Bellevue, d.pendant de la fucceflion dt
feu fieur Mahiel, fur laquelle fe trouve
u.ne maifon principle de foixante pkdes
de long & des rnagafins en dependaris,
deux colonmbiers bien'garhis, des cafesi
Negres, des parts, &c.; le tout e i boh
dtat; dix quarreaux de terre planntes ei
vivres de toute efpece & en obtons tr s-
bien reunis, le rette ien bois ddboant
huit beaux Negres de jardin, trois bbur-
riques & tous tes ufenfiles nti&effairs
poor 1'exploitatibn de ladire Place, qie
l'on affermera pour trois ou cithq ahv.
S'adreffer h M. Joiette, capiraine de Mi-
lices, habitant a Lcogane, ou a M. It
comnte de Ponthieu, au Cul-de-Sac,
EscLAVES EN MAROrJNAGE.
C'pidBon, Congo, dtamthp CHANE-
BON, ge de io aris, taille de 4. pies 6
poudes; & Dorkrinique, Congo, eCa'tiP
comtine Ie preceddent, Ag de zis ans. Ce!
deux Negres font parties marons depuis S.
h 9 iodis : eux qtfi les Ie'bndnotront
font pries d'en ddfner avis 'h Madamg
veuve I. B. Boyer, au Port-au Ptince.
Lafrance, dtampd FLANDRY, tail-
le de pieds 5 pouces, paltant An-
glais, eft part maron il y a envirom
1i jours : ceux qui le reconnoltrone
font pries d'en donner avis 'a MM. Paris
frerees, marchands fur la played de Pil'i
tendaice., aa Port-aa-Printe


irr~R-~


MI I -. IF


-~---~----UU--~


___ ___ ~___I_~_




--r----- r-r- ---~, -- ~ ~ I -- --- -- ---sT `-- --- iT -r-C

Inf


:I


I[ habitante h I'Artibonlt


e a qul ils ap-


- Yfacques, Crdole, e&i fur les detu
feins M TURBE dit maron depuis le
15 du mois dcrnier. Ccux qui en an-
font connoilince font pries c en donncr
avis a Madame Turbi, au Cul-de-Sac.
Une Nigrc'e nommde Gerrrade,
nation Arada danmpec fur !e fein droit
,CHL fur le gauche NANETE & au-
deflous SILVESTE, ayant des marques
de fon pays fur le front, les yeux a fleur
de tete'& un gros nez. Ceux qui la re-
.connoirron: font prids d'en donner avish
1'Imprimerie du Port-au -Prince.
ULn jeune Negre nomm P Pierre ,
.Congo, grand & bien fait, & une N&-
grflie nommie Zilia, Congo, de petite
taille, tous deux etampes MIAILLES ;
ii font marons depuis deux mois. Ceux
qui en auront connoifiance font prids
d'en donner avis a M. Sarra7in ne-
gociant au Port-au-Prince.
DeuxNegres, l'unnommdlTean-Bajp.
fife Crdole, dtampe fur le fein droic
ISNARDY & fur Ie gauche BRIQ UET,
taillede s piedsquelquespouces, de belle
corpulence; & l'autre rnomm Piterre, .
;ge d'environ 45 ans, n'ayant prefque
point de dents : ces deux Negres font
marons depuis le 23 de ce mois; ils ap-
appartienncnt a M. IJnardy, chirurgien
& habitant au Mirebalais, quiprieceux
,qui en auront connoiffance de lui en
,donner avis, ou a M. ion frere, ndgo-
ciant au Port-au-Prince : il y aura r6-
compenfe.
Un Negre & une Ndgreffe, tous deux
Crdoles 6tampds BOISSONNIERE,
marons depuis environ in mois. Ceux
:qui en aurnt connoiffance font pries
.d'en donner avis i Mde Boif/bnniere,


IAN IMAU X


E GA RE S,


II s'Lf &chappi le 16 du mois dernier
de cette ville, une Mule fo6s poil brun,
dtatnpe NP lies, d'une grande taille.
Ceux qui en auront connoiflince font
prids d'en donneravis a M. Arnaut, au
Boucaflin, ou a M. C.adieu, au Port.
au -Prince.
Un vieux Cheval fous poil roan ,
etampe fraichement AC fur la cuiffe du
montoir & plus bas d'une S barrie,
ayant la queue course. Ce Cheval ap-
partient a M. Calenge, qui prie les per-
fonnes qui pourroient en avoir connoif-
fance de lui en.donner avis chez le fieur
Dupuis, au'Port-au-Prince: il y aur4
bonne recompenfe.


D*E 'IMPRIMERIE ROYALE DU. PORT-AU-.PRINCE,


41


1.


v


j ., -? -. -- -- -- _


--M


h~ilLh--TI ---~_~_~_~~arrcl~*ir~U~T~dll~ld---~-~-


partiennent.
M' arquis, etampd DENAUX, au-
dcflous P. PcG, age d'environ zo ans,
taille de 5 pieds un pouce, bien fair,
ayant une cicatrice au-deffus du genou
droic, eft parci maron le o2 de ce mois.
Ceux qui en auront connoiffance fone
pries d'cn donner avis au fieur Denaux,
tailleur au Port-au-Psince : il y aura
recompenfe.
Un Negre nommd Pierre- Lowis, na-
tion Canga crampd fur les deux feins
DE BOYNES, age d'environ a .7
ans, taille d'environ 5 pieds, de bonne
corpulence, ayant le vifage round, de
groffes levres, un gros fon de voix, etant
eftropie du pouce de la main droite, .et
marrcn depuis Ie 18 odobre dcrnicr.
Ledit Ncgr'e apparticnt a l'habitation de
Boynes, dite de Beon, a la Plaine du
Cul-de-Sac.







[N" i.l


AFF CHES AMERICAINES
a i ~ Janvier 7 '9.
f^ i ....di Janvier ryY3.
k ----\n I il a -- .I.----


DEPA R.DE NA IUES DU CAiP.
LE iI de' c moist, le Duiay- Trouin, Capit.
Dugay; le Souci, Capit. Charlet; la Jeune-
Aimee, Capit. Dupre; I'A aud, Capitaine
Duhart; le Duguay- Trouin Capit. Louizier;
la Paulin Capit. Seris; 'Economie, Capit.
Dulhart; le Voltigeur, Capit. Sallaut; e Fort,
Capit. M archegay, Util, Capit. Defmion-
tl; la C/iee'rier, Capitaine Pevrieu le Saint-
Jacques, Capit. Marjon; le Fortune, Capit.
Rap; tAimabTe-Jeannne, Capit. Denignau;
lAimale Therefei, Capitaine Perret, & la
Jeanne-IHenriette, Capit. Caharel de la Che-
niyS, totis les feize pour Boid'eaux : &eSaint-
Mi khel Capitaiie Rice; le Quaitier-Morin,
Capit. Mayet; i Achile', Capit. Gaffis, ls s
,Dei-Siexirs, Capit. Bourguaud, & la Ma-
ettre, Capit. Briffon, tous cinq pour Nantes:
je Sabran, Capit. Guyotr les Trois-Freres,
Capit. Cellis; la Marguerite, Capit. Tout-
dbulin, & e Saint-Marc & Saint-Philippe,
Capit. Maffe, tous quatre pour Marfeille: la
Louife, Capit. Gabarret, ilAmitie, Capit.
A'rgouz, la Probite, Capitaine Lafargue,
ts tois pour Bayonne : le Scipion-i'Afri-
cain, Capitaine Deftrais i le Poritde-Paix','
Capit. Lacorne; 'Eaterpe, Capit. Parfait
le Saint-Marc, Capit. Bellanger, & le Mars,
Cipit. Avril, tous cinq pour le Havre : /a
Marie-Therefe, Capit. Dutemple, pour Saint-
Mal'o & la Marie-Mairthe, Capit. Tedrfeier,
pdur Dieppe.
Prix des Marchandifes de France au Cap.
Vin vieuc, 400a 450 1. nouveau, 290 a
30o iv. Farine de Moiffac, 2oo a 1to liv.
conimune, 1901. Boeuf fale, 2o 1. le baril.
Petit-Sale, 36 a 45 1. 1ancre. Beurre, 4; a
So f. la livre. Huile, 36 a 75 liv. la cave.
Savonr, l 3z 14o 1. le cent.
Noba. If ny a point de course fixe pour les
Marchandifes de la Colonie.


Cours du Fret au Cap.
Sucre blanc, 48 a 4 d. Sucre brut, fr a-
T7 d. Indigo, 54 60 d. Caf6, 48 a Jo d.
Coton 60 a66 d.
Tarif du poids dui Pain.

Pain d'ui efcalin. . . onces.
NEGRES M A. RON S.
Au Cdp, eiet entree a la Geole, le 2 de
ce mois, Alexandre, nation Thiamba, fans
dtampe, ag de 6o ans, ayant des marques
de fon pays au vifage, lequel adit appartenir
&aM. Deffources; & Martin, dit Pierrot, na-
tion Bambara, e&e fur le fein droit H.
-OIRIS, ag6 de 34 ans, taille de 5 pieds 4
pouces. Le 3, Jean-Pierre, Congo, etampl
en fe'r a cheval L. BOURGELAS & dans
le milieu P. PX, age de 18 ans; & Pierre,
nation Thiamba, etamp6 fur le fein droit PT,
age de 4 ans, taille de 5 pieds 4 pouces, fe
difant appartenir a M. Leger. Le 4, Paul,
Conigo, etampe fur e fein gatiche TACH &
au deffous AU. C, fur le milieu de 1eftlomac
C, & fi le fein droit ITNC, age e 8 ans.
Le 8, Mathurin, nation Barba, etampn fur
le fein droit BIROT, age de 2z ans: George,
Anglois, age de 4 ans, ayant une defcente
tres-confiderabe; & Marie, Congo, etampee
fur le fein droit PR, Iage de zz ans, fe difant
appartenir a Pierre Leroux, a la Grande-
Riviere. Le o1, Marie-Louife, creole, etam-
pee fur le fein gauche illifiblement, agee de
5 ans, laquelle a dit appartenir a Jofeph Bou.
le', Habitant a Plaifance, & Laviolette, na-.
tion Congo, etampe fur le fein droit JMF
& fur le gauche ICU, fe difant appartenir a
PHabitation Bodin. Le ii, Alexandre, na-
tion Congo, tampi fur le fein droit GR,
age d'e'i7 ans, fe ditrant appartenir a 1Habi


El--- p-------I -


i_ ____ ~___ ~_____L__I__I


_ --- ---- ~c~---c~e


-:- i -tc~~ir~


--~--~-^-' ---ly-LI L IIYIUIII~YIU- _IIII~CY1~^--JeI ~~e~-~-y PI~-~L~~


'*









tatidon le Iu ia acfu T &Tikwoa s, cr O0tc,,
fans tampe, taillede f pieds 5 pouces, ayant
des pians, fur-tout a l'oeil,gauch, .


SPECTACLE.
Les Comediens du Cap donneront famedi
prochain I6 du courant, au benefice de la Dll
Thibaudotr, une representation de la Belle Ar-
fene, Comedie-Feerie en quatre Ades, don't
les Paroles font de M. Favart, & la Mufique
de M. Monfigni. Cette Piece fera. orne. de
toutt fon fpedacle & de plulieurs decorations
nouvelleS : la Dlle Thibaudot y .remplira le
r6le de la Belle Arfene.
Entre le troifieme & le quatrieme A&e, il
fera execute une nouvelle chaconne de M.
le Breton, Diredeur de 'Academie Royale
de Mufique.


AV IS


D VE-R S..


Mr" le Chevalier de la Martre & Pille,'
rCfidans au Cap, ont 1honneur de donner
avis au Public qu'ils ont contrade une focie't
de commerce qui aura lieu pendant cinqans,
a.commencer de ce jour, fous la raifon le.
Chevalier la Martre Pille'. ls lui 6ffrent
leurs services. Ils ont des Ducdales a ven-
dre.
M. Dalet, Chirurgien, a 1'honneur de pre-
venir le Public que fa demeure aduelle eft
rues de Vaudreuil & Sainte-Marie, 'mme
maifon qu'occupoit feu le Sieur Ie Grand,'
Horloger.
Le Sieur Hornot, Chirurgien au Cap, fe
difpofant a partir pour France dans le courant
de ce mois, prie les perfonnes a qui il peut
devoir de fe prefenter pour recevoir leur paie-
ment, & ceux qui lui doivent- de le folder
inceffamment. II a un bel affortiment de Me-
dicamens a vendre, don't on pourra voir e'tat
en fa maifon rue des Trois-Chandeliers, vis-
a-vis M" Ranfon freres: un Etui d'infirumens
portatif a la Garengeot, un Trepan & un
Amputation, le tout neuf & complete, avec
quelques autres infirumens & uftenfiles de
Pharmacie : il vendra auffi quelques meubles.
II a un jeune Negre bon' domeftique, facharit
fire un peu la cuifine, & une jeune Negreffe
bone blanchiffeufe, qu'il loyera avant Con
d4patt.


-4-

Huht q rreaux d'excellente Terre f.e art
Vazeux, quarter du Dondon, fur laquell
il ya 8 mille pieds de cafe de deux ans; & Ie"
refle en bois debout. Plus, un jeune MulAtre
bon valet, fort entendu, bon perruqaier, un
peu cuifinier, blanchiffant les bas de foie,
& bien fac. II faut s'adreffer M. Delarre,
Habitant au Dondon, ou M~" Friou&'ffDef
quilbe, Negocians au Cap.
Une cargaifon de beau Riz, chez Mr'
Demont & Soulie, Negocians au Cap, rue'
Neuve.
On trouvera dans le magafin du Sieur Du-
perron au Fort-Dauphin, de la Farine de:
Moiffac, Planches, Merrein i lucre, TerI'
benthine en barils, Avirons, Bifcuit d'equi,
page, Suif en barils, Sel des Ifles Turques,,
Bois de comble du pays, Madriers de.3 pou.
ces & Bordages auffi de bois du pays,a ven,
dre en gros & en detail a bon compete. :
II fera vendu famedi prochain 16 du cou-
rant, a la Barre du Siege Royal du Cap,
trois Negres boulangers & trois Negreffes.
couturieres, blanchiffeufes &, marchandes,
avec un petit Mulatre & deux petites Mula.,
treffes, provenans de la fuccefion du feu
Sieur Bifon, faifis a la requete de M. Augufe
Paphillon.
Mardi prochain 19 du courant, il fera pro.
cede an Magafin du Roi, a la vente au plus
offrant & dernier encheriffeur de Salaifons,
Bifcuit Anglois, Gruau & Pois.
On troupe a 'Imprimerie Royale du Cap
rAlmanach general de la Colonie pour la
prefente annee.
ESCLAVES EN MARONAGE,
Une Negreffe nommee Vilooire, nation
Arada, agree d'environ 40 ans, de moyenne
taille, etampee fur un bras M. R, etampe du
Navire, extrneinmeht gravee, ayant au vifage,
des marques de fon pays, laquelle a appartenu
long-temps a M. Cornu, Negociant au Cap,
eft parties marone le zo novembre dernier,
Ceux qui la reconnoitront, font pries de la
fire arreter & d'en donner avis au S' Robert,
Charpentier A l'Accul, a qui elle appartient,
ou au Sieur Barbe, Machoquier au bord de
la mer, au Cap: il y aura 66 1. de rec6mpenfe,
Une Nggreffe creole du Mirebalais, nom-
mee Anne-Marie agee d'environ 2 ans
ayant unw cicatrice fur lepaule gauche, e


_ ~~~~__ ~_.....__wri~


.... r------- --------- -.-. -..


L .- cl


'4










I..


I
44<
'I






















4.









iemAerone 7 y ddcembreddemerle, avec fon
infant Maric-ReRf~e age de i8 rmos. Ceux
qu.ila.reconnoitront, font pries de la fire
aireter &, 'en donner avis M. Jacques Le-
maire, Habitant au Dondon.

IVO U VE LLES PQ LI TIQ UES.
AM E R I Q U .E.
SDu Cap le I janvier T779.,
La Fregate a Minerve, depuis quelques
ours en croifiere, a pris ces jours-ci deux
Corfaires Anglois de iz & o1 canons, qui
infeftoient nos c8tes vers les debouquemens,
&: les a envoys en ce Port oui ils font depuis
le 8 de ce mois.
SHier i i, notre Flotte marchande au nom-
bre de 35 Barimens a mis la voile pour Fran-
ce, efcortee de la Frigate du Roi la Concorde,
commander par M. le Gardeur de Tilly, &
de la Flute du Roi la Menagere, commander
par M. de Lobaratz, qui la convoyeront ainfi
jufqu'en Europe .oui Fon peut efperer qu'elle
arrivera heureufement.
SNous n'avons pu nous procurer plutot a.
piece ci-apres, qui furement fera plailir a:
nos leteurs. C'eft la Dclaration publi6e par
ordre de M. d'Eftaing ',fon depart de la
S Nouvelle -Angleterre. Ce morceau, extrait
des Papiers Americains, eft un echantillon
Sdu ftyle male & nerveux du Vice-Amiral qui
l'a public, & il doit avoir faith une grande im-
prefion ,fur 1efprit des Canadiens auxquls
ce manifefte eft adreffi pour les detacher du
pari de !a Grande-1retagne & les ranmener i
S a la Domlination Franqoife.Voic .cette piece
qne lon a tranfcrite mot pour mot fur les im-
primes faits a bord du Languedoc.
Declaration adreffee, au nom du Roi de France,
a tous les Amerricains Franois de I,4me'ri-
g"ue feptentrionale.
,Le fouffigne., autorife par Sa Majeflee, re-
Vetu par ce moyen du plus noble des tires,
de celui qui eft au deffus de tous les autres,
S commis au nom du Pere de fa Patrie, & le
prote&eur bienfaifant de fes Sujets, offre une
protection a ceux qui etoient nes fes Sujets,
pour jouir des graces de fon'Gouvernemnent:
A .ous fes. Compatriotes, dans PAmerique
d i Nord.
Yous tes nes Francois, vous ifavez jamais


.,- z f.
pu ~t'facer de vote mmorc. La derniere
Sguerre qui n'a 4,&e declaree qu apres la cap-
twivit e la plus grand parties de nos homes
de mer, & les principaux avantages que nos
ennemis communs en ont retires, n etant uni-
quement dus qu'au courage, aux talens & au,
nombre des braves Americains qui ont aujour-
d'hui.les, arnes a la main centre eux, vous ont
enleve ce que les,hommes ont de plus cher,
jufqu'au.nom meme de votre Patrie. Vous
obliger a prendre des armes parricides, feroit
le derier des malheurs; vpu$ en etes menaces.
Une- nouvelle guerre doit vous fair craindre
d'etre obliges de vous foumettre a cette loi
infupportable, marque diftinaive de lefcla-
vage : elle a commence, come la derniere,
par des brigandages fur la parties la plus avan-
tageufe de notre commerce. 11 y a deja trop
long-temps qu'un nombre confiderable de
malheureux Francois gemiffent dans les pri-
fons de lAmerique: vous entendez leurs fou-
pirs. La guerre a6uelle a ete declaree par-une
Commifflon envoyee le mois de mars dernier
par S. M. B. aux deux Chambres d: Parlement,
a&.e le plus authentique de fa Souverainete,
appnoncant a tous les ordres de 1Etat, que
d'ehtretenir des liaifons de commerce avec
l'Amer6ique; quoique fans exclure les autres de
ces advantages, etoit commettre une infulte;
que dejultifier ouvertement une tell intention
6toit braver fa puiffance, qu'elle le reffentiroit
& diff'roit feulement fa vengeance jufqu'a
une occasion plus favorable, lorfqu'elle pour-
roit le faire avec une plus grande apparence
d'equiteque dans la derniere guerre; car elle
declaraa qu elle avoit le-' roit, la volonte &
;laforcede.fevenger, & en confequence de,
ianda des fubtides au Parlement.
Les malheurs d'une guerre ainfi declare
ont ete evites & retards, autant qu il a ete
poffible, par un Monarque don't les difpofi-
tions pacifiques & defintcreffles exigent au-
dourd'huides preuves de yotre premier atta-
cbemennti pour faire feulement votre bonheur.
Oblige de repouffer la force par la force, &
des hofilites multipliees par des reprefailles,
il a enfin autorif6, s'il eff nceffaire, de porter
fes armes ou cells de fes Allies dans un pays
qui Jui fut toujours cher. Vous n'avez pas a
craindre les ravages d'une Armee infolente,
ni d voir reduire en cendres vos heritages:
& filaareconnoiffance & la vue d'n Drapeau
qui ftut toulours efpe&e par ceux qui ont
combattu fous wlu, vous rappelloient aux


"
I~.~-.jC--L --~--lr -C~T~---C~I--


- ---- --- L- I J


__ __~_ I_~




r ------ -


itendards de la France ou a ceux de no Allie's,
les Indiensqui nous aiioient & ont ete corn-
blds de fes preftens, u'ils appellent auffi leui
Perej jamais, non jamais, n'emploierornt con-
tre vous feur maniere trop cruelle de fire' la
guerre ils y renonceront entierement, ou ils
ne front plus nos amis.
Ce n'eft pas par des menaces que n6us evi-
terons d'en venir aun combat avec-nos com-
patriotes, ni nous n'affoiblirons pas cette de-
claration par des inverives contreune Nation
grande, courageufe, qui merite nos refpe&s
& que nous efperons defarmer.
Comme Gentilhomme Franqois, je nai pas
befoin de faire mention a ceux parmi vous qui
rPtes par votre naiffance ainfi que moi, qu'il
n'y a qu'une Maifon digne du plus grand ref-
peR dans l'univers, fous laquelle les Franqois.
puiffent vivre heureux, & porter les 'artes
avec- plafir, puifque le Prince qui regne &
ceux qui lui font le plus attaches par lesliens
du fang ont etc flattes dans tous les temps,
par unelongue generatibn-de Monarques, &
le font aujourd'hui plus que jamais, de' prter
ce meme titre que Henri le Grand regardoit
come le premier de toius. Je n'exciterai point
vbs regrets pour ces tires, ces marques de'
diflinCions, ces difflrens ordres qui, dans
nbtre faion de penfer font' les trefors les plus
precieuxt, mais par ce sentiment de vas mal-
heurs communs, que les Americains Franqois
oui ont fu fi bien les meriter en foient aujour-
d'hui exclus : oui, j'ofe efperer & promettre
que leur zele donnera bient6t les moyens de
Is reipandre fur eux; ils les miterrnt lorf-
quils auront le courage de devenir les amis:
de nos Allies.
Je ne demanderai'pas aux compagnonsdu
Marquis de Levy dans fes travaux militaires,
Sceux qui ont eu part a fa gloire, qui admi-
roient fes talens & fon genie dans lart de la
guerre, qui aimoient fon affability & fa can-
deur, cara&eres diflin&ifs de notre Ndbleffe,
s'i y a d'autres grands Hommes dans les di-
verfes Nations, parmi lefquels ils feroient
plus flattes que leur nom fit tranfmis a la
pofterite.
Les Canadiens qui ont vu le brave Mont-
calm perdre la vie pour les defendre, peu-
vent-ils devenir les ennemis' de fes neveux ?.
teuvent-ils porter les armes contre leurs pre-
miers Gendraux, & s'armer contre leurs pa-
tens? En prdferant leur nom feulemeent, les
armes leu tomberoient des mains,


je ne feral point, observer ,aux Miniftres
des Autels, que leurs foha&ions Api6oIliquie
demandent la protedion particuliere de. 1
Providence, pour prevenir quela foi netouif,
fre par l'exemple', par'un. irlteet mondain, &
par des. Souverains qtle la force les a obligei'
de reconnoitre & don't la complaifance poli-
ticue diminuera a proportion que ces Souve.
rains auront moins a craindre. Jen'obferverai
pas qu'ilef e ffentiel pour la Religion, que
ceux qui. prechent YEvangile., foriment un
Corps dans PEtat, & que.dans le Canada it
n'y auroit point de Corps plus confidere, &
qu'il n'y en auroit pas qui rendit de plus grands
services que celui des Pr&tres, ayant un rang
dans le Gouvernement, puifq"ie leur conduite'
digne d-eloge leut a merited la confiance dtt
people.
Je ne reprefentera: point a tout un grand.
people, nia tous rnes compatriotes en gene-
ral, qu'une grande Monarchie ayant.fe mmee
culte, les memes ufages, la memelangue, oml
ils ont leurs parents, leurs amis & leurs freres,
doit etre une force ineppuifble de commerce
& dericheffes, plusfacilement acquife &mieui
affurde par leur union avec de puiiffns vbifihs,
qu"'avec des erafi'erS dune autre ih6iiiiphere,
. ehtre lefques to.utdifftere, &qui, SouVerains
jaioux & defpoteP, plutft ou ptus tard les'
traiterbrit comme utt people conquis & fans
aucun doute beaucoup plus mal qtiils n'ont
fait leurs anciens compatriotes qui avoient
verfe leur fang en leur obtenant la vidoire.
Je ne perfuaderois peut-etre pas' a tout un
people, que de ie&joiridre aux Etats-Unis de
l'Anerique eft e nmoyen de s'affufrer fon bon-
heut, quoique tout un people, lorfqu'il ob2-
tient le droit'de penfer & kagir, dive fentir
fan propre interest. Mais je declarerai & dd-
clare formellement, au nom de Sa Majeft -
qui m'y a autorife & me 'a ordonne, que tous
fes anciens Sujets dans 'Amerique feptentrio-
nale qui ne retonnoitront plus fautorite fou-
veraine de Sa Majefte Britannique, peuvedt
etre affures de fa protection.
Fait a bord du Vaiffeau de Sa Majeff~
le Languedoc, dans le Port de Bofton, le 28
d'o&tobre 1778. Signed, ESTAING. Contre-
figne, BIGREL DE GRANDCLOS, Secretaire,
nomme par le Roi, de fEfcadre fous les or-
dres de M. 1. Comte d'Eftaing.

Imprime' a bord-do--Lapnguedoc par F. P.
Demange, ISmrimeur du Roi & de I'Efcadre,


10=,, -.---~------- l---'I


^'4


;1'


K
* 'I
"'I
'-i
.i








.4, 'i
'4,
VI



I
L:*
m





' ^





*.';;4


Lnl^


._ahin~i-1uur;iswr~wrrPrr~-*u--u~--w. ~-130q01~


r











IM
Pi. I ,-
StUPPLE .NT





E' E"rRE def-f. Art aud, 1
Cot.f u~ndse la So
decline de Paris & de I'
- Chirurgie, az M. de '
Meldecine, Redacteur de
S' decline & d'Hippiatrique,


Ki Vous vous fouvenez,
que nous nous propofons
S la science que le jugeme
dites, avec raifon, que la
S f6s dans tous les pays du
moins nombreufe que c
prit (z), parce que pour p
le chemin eft glijfant & pe
Vous critiquez avec la
les perfonnes,qui ont dor
remedes dans les dernieres
leur prove' admirable
eu tort, enles appellant av
demi-Savans MedicafJres
tans (4).
S Votre critique fur la Cor
Veterinaire que M. vVo
heureux, a fait inf6rer dan
ricaines du 19 feptembre,
cieufe. Eft-il poffible ef5
Ecote fabaiterne, o rfon
coup de loins, & par ed
course, les jeunes gene qi
Jes Colonels de Cavaleri
dans toutes les parties de
piatrique, produife autre
amo,,.te Uc fcientifique (5)
teur fe hafarde a parler MN
connoifnces que celles de
qui faith qu'il reunit labfit
come corredif, dans un

(i) Emile, tomze z, pa
(z) Gatette, page zi.
-. 1 \ 7 ) A _. n .


[No z.I


S3)
(4)
(5)


rAUX A]

Du Mardi t


Dogeur en M-decine,
ci&te Royale de Me-
Academie Royale de
Etang Dodeur en
Sla Gazette de Me-


Monfieur, que ce
d'acquerir eit moins
nt (i) ; mais vous
i claffe des gens fen-
monde eft toujours
elle des gens d'ef-
arvenir au bon fens,
ible a tenir (3).
plus grande jufteffe
in leur avis & des
Sepifooties, & vous
ent bien qu'ils ont
ec uneverite hardie
Shonteux, Charla-

nfultation de rEcole
rock, Inoculateur
Is les Affiches Ame-
eli egalement judi-
fedivement qu'une
forme avec beau-
mulation des con-
ue les Provinces &
e y entretiennent,
la Medecine Hip-
chofe qu'un ecrit
, dans lequell'Au-
'decine, fans autres
I'Anatomie (6), ce
ithe ia fofeizHe (7),
lavement, & qu'il


ge 99.


FFICHES AMERICAINES

2 Janvier zJ 9g.


nous donne une mixtion de mercure doux
avec le camphre, fans favoir quels flbt a coup
fdr les cas d'employer cette huile efentiee ,
concrete, tr;s-chaude & peut-etre jimulante (8),
don't les Medecins Francois fe fervirent avec
fucces dans la pefle de Marfeille (9), ainfi
qu'. Verone ou0 Heinfius fit de fi belles cures
dans une pefle qui ravageoit cette ViIle, avec
un remede don't le camphre etoit la bafe,
qu'on lui erigea une fiatue apres fa mort (r:o);
auffi prefque tous les Medecins recomman-
dent le camphre dans les maladies peffilen-
tielles (i ), fans s'inquieter s'il agit de droite
'a gauche ou de haut en bas (r1).
M. Joubert, Medecin au Piort-au-Prince,
qui nous a donned un avis ellimable fur li-pi-
demie du Cul-de-Sac, nous dit : Ne redoutez
pas Pufage du camphre allied a.vec le nitre. Ce
remede convient fingulierement dans les in-
flammations internes : on peut confulter Tral-
les & Hoffman, tous deux grands Medecins,
qui en ont fait des traits particuliers. Sa verta
antifeptique en outre eft indique dans cette
malheurefe maladie (13).
Il eit difficile de fe perfuader que PlAuteur
de la Confultation ait pu avancer que le cam-
phre pouvoit envelopper les parties acres du
mercure doux, & former avec lui un alexi-
pharmaque puiffant & un vermifuge energi-
que (14) incapable d'irriter nile genre nerveux
ni le genre variqueux.
Jamais les Medecins du temps de Moliere
n'ont endormi leurs malades par un jargon
auffi ridicule (i5) ; & vous demanded avec
bien de la raifon, cet Eleve, s'il croit que

(8) GaT. ibid.
(9) Huxam, Traite des Fievres, page 147.
(io) Etmuller, tome I, page 564.
(i ) Huxam ibid.
(12) GaT. page 25.
(13) Avis, page. 7
(14) Confultation de IEcole Royale Vc'dri-
naire de Paris, No 1z.
(1i) Gal. p. 2y.


DozZeau. Art oetique.
Ga.P. p. 10.
Ga,. p. Z5. (6) Ibid, (7) Ibid,










les huils effentielles, tells que celles du cam-
phre, foient bien propres a mouffer les poin-
tes & detruire Pacrimonie d'un autre medica-
ment (16). Je jouis avec plaifir.de fon embar-
ras ; car ii ne faith furement pas que mtne les
huiles douces & grofiteres emouffent al'ativite
des poifons metalliques, que le camphre adou-
cit le fel acre & diffolvant des veficatoires,
ce que ne produiroit furement pas l'huiffe ef-
fentielle de girofle, de cannelle, lhuile acre
& cauftique des pignons d'lnde & celle de la
noix d'acajou qui eft plus incommode &
moins fure pour etablir des cauteres, que les
moyens connus & ufites.
Mais que veut effedtivement dire votre
Eleve avec fon genre variqueux ? n pardon-
neroit cette expreifion burlefque i MM. 'Io-
iris, Desfonandres, Macroton & Bahis (17),
ainfi que celle de Finitrument cutelaire. Mais
fi le Copifle ou PImprimeur avoit mis vari-
queux pour vfcu'eux votre critique feroit
rigorifte...... Peut-on fire un crime a un
Artifte d'employer les terms techniques de
fon etat? Les Machiniftes que vous avez in-
trigues n'etolent furement pas Couteliers car
le term de cuteiaire ne leur auroit paru pas
plus barbare. que ceux de phariugotome, de'
couceau te,1ticlaire, d c lithoome &c. ddnt
les Chirurgiens fe fervent pour defigner des
infitrumens. Veram modo de reconveniat, nuw.-
lam de nominibus movebo themm (18). Croyez-
mnoi, Monfieur, tachons d'imiter Sydenham
laiffons-la les disputes de mots, & revenons
a la chofe.
II elf indecent que votre Eleve donne une
vraie galimafree (i5) en reuniffant dans une
formula les aftringens aux alexipharmaques,
iquoique cela foit conforme aux principles
recus (zo). Dans obligation oa lFor eft
d'employer les remedes acides & fubaftringens
dans les fievres malignes & petechiales, pour
entretenir la craffe du fang, pour conferver
le ton des vaiffeaux, & empecher que la cor-
ruption des humeurs n'augmente, on doit y
joindre les diaphoreticues entire autres le
camphre, pour faciliter la perfpiration cue les
premiers font capable de retarder. Le confeil
que je donne ici eit parfaitement conforme a


(i6)
(17)
(itS)
(1C)
(zc)


Gar. p. 26.
L'7,mour MAedecin, Com. de Moliere.
Sydenham, f. 6, ch. i.
Gal. p. 26.
Iuxam c. pag. 147 &' 148.


la patique des aneiens, leftuels m~ lotet les
aftringens aux alexipharmaques dans la com-
pofition de leurs antidotes, come on peut
le voir dans la theriaque, le mithridate, &c,
Ces remedes out merite l'approbation de tous
les fiecles, & ils font fans contredit excellent,
quoiqu'll y ait bien des retranchemens t y
fire %.
Je defire, Monfieur, que vous juftifiez la
bontd de I'mulfion purgative agreable (11)
que vous nous avez donnde pour epargner
des naufees aux perfonnes qui out de lanti-
pathie pour la manne, par une auffi bonne
autorite que celle d'Huxam jmais je crains
qu'il n' ait bien des eflomacs qui ne 'accu-
fent d'etre une veritable ga/im. free.
Etes-vous bien autorif6, Monfieur, a crain-
dre que 1lefprit volatile, qui n'eft pas beau-
coup pris la meme choef que F1eau ae Zuce (Lz),
ne s evapore en executant la formule de votre
Eleve fuivant fes vues? 11 dit de mettre Pefprit
de fel ammoniac, Feau theriacale dans la dd-
co&ion de ftumeterre & de prefle, apres avoir
fait bouillir ces deux plants, ce qui prove.
evidemment que fon intention eft oue 'Ion
mette ces remedes voltils, fudorifiques &
alexipharmaques, dans la deco&ion froide de.
ces deux plants vulinraires afiringentes, &:
non dans la decotion bouillnte comme
vous l'avez fuppofl.
Etes-vous bien infiruit Monfieur, des
connoiffances cue peuvent avoir les Eleves
des Ecoles V eterinaires ? je crois qu'ils me-
riteroient bien mieux d'etre decores du Pon-
net de Dodeur (z2) qui n'empeche pas M.
Thomas Diafoirus ( 24) d'etre un fot, que-
les Niegres, entire lefquels il y en a qui ont.
des connoiffances fur les proprictes des plan-
tes, qui ne font pas a meprifer 2'z5), qcuoi-
cu'elles ne foient pas auifi etendues que celles
de Salomon, fils de David & de Bethfabe,
lequel n'a pas plus merited le titre de Sage pour
avoir connu aepuis ie cedre des mores jif','
Ihyfope des favannes (z6), qu'il ne Pa nmrite
pour avoir fait egorger Adonias fon frere,
Joab & Semei (27).
La faite a2 Iordinaire prochain.

(zi) Ga. p, 20o. (22) P. z6. (3.) P. 10o.
(24) Voy. le IMalade imaginaire, Come'die
de Moizere.
(zy) V. mon Efai fur les Pians, Preface.
(16) GaT. p. 10.
(Z7) Voy. la Bible,


I,.:













ii
H
I.P

















41
':;

"''I





i.1'

^'J



']




}:''
-. ,
'.s i
i.


Li------------------ --------e ---c-1---; -------------- -------

ill


,, .*/ '-
















#i
I:,:



?!
-,." .
,,,. '-;'*

1^
,"* ';'

.,r


s'lS
i:
. ,T
" .,''

:




" .."'
i:i.
;iA









:+.
1-





t ;


f^'.

10

,' '




.1
ri






u


LrrS A M, de t'Etang, Doa eur n Meidecine
& RldaHeur de la GaTett de Medecine,
fervant de reponfe a fes Riflexions far une
Confuitation imprimre fous le nom de tEcoie
Royale Ve'tirinaire de Paris [i].

Lorfque vous vous etes donned la peine,
Monfieur, de fair la critique de la Conful-
tation de MM. de FEcole Veterinaire rela-
tivement la maladie epifootique qui a regnde
dans cette Colonie, vous comptiez fans doute
fur le filence de ces Meffeurs, vu leur eloi-
gnement: car au fait, Monfieur, lorfque vous
dites que vous vouliez examiner avec impar-
tialite cet ecrit qui, felon vous, pourroit in-
duire MM. les Habitans a des ddpenfes inatiles,
& qui d'ailleurs concient plufieurs erreurs qui
pourroient devenir prejudiciables az leurs ani-
maux, vous n'avez difpute que fur le ftyle &
fur des mots; mais vous auriez dui vous rap-
peller ce verfet de PEvangile : Q.dd autem
videos feflucam in oculo fratris tui, & trabem in
oculo tuo non vides [2]. Toutes vos reflexions
fe reduifent a dire avec impartiality & fans
erreur, qu'on a employed dans cette Conful-
tation le mot variqueux, au lieu de vafculeux
mais c'eft une faute de Copiite & non de M.
Chabert que vous fuppofez l'Auteur de cette
Confultation. Quant aux articles de vos re-
flexions, fi vous voulez vous donner la peine
de relire cette Confultation avec quelque.at-
tention, vous y verrez qu'on n'y a point pro-
nonce que la maladie eipifootique qui a regnee
i Saint-Domingue ne fit point uniquement ver-
mineufe, qu'on ny a point prefcrit labfinthe
dans un lavement emollient, & quon na point
indique dejeter de lefprit de fel ammoniac dans
de 'eau boailiante. II paroit, Monfieur, que
vous avez interpreted tous ces paffages de la
Confultation de la maniere don't vous avez
juge A propos, & c'efl ce qui a donned lieu aux
erreurs que vous avez cru y apercevoir. Quant
a la reflexion que vous faites a ce que MM.
de PEcole Veterinaire ont propofd d'envoyer
dans cette Colonie un de leurs Eleves pour
remidier aux maladies des animaux, & les
offres gracieufes que vous faites d'y fuppleer
comointement avec vos confreres, c'eft un
zele tres-louable & pour lequel on doit vous

[t] Voyer la Gazette de Medecine du I5
dicern.re, No 4,
Sl[ S. Maftthieu, chap. 7,


inW'i ,"


favoir bon gr : mais n'y aurot-il pas a crain-
dre que Papplication qu'exige la Me1decine
des hommes, ne vous donnat point tout l
temps neceffaire pour fatisfaire exadement i
celle des animaux quadrupedes, toujours tres-
preffante dans les cas des maladies epifotiques
peftilentielles.
J'ai Phonneur d'etre, &c. Signed, N ...
Habitant de la Plaine du Cap.


AVIS DIVERS.

II a etd perdu le 6 de ce mois, depuis le
Haut-du-Cap jufqu'au Cap, une Montre d'cr
unie, avec fa chaine, a laquelle font attaches
tn ruban & un cachet de fimilor le verre eft
fIld dans le milieu. Ceux qui lauront trouvee
font pries d'en donner avis au Sieur Dcpeton,
chez M. Neveux, rue d'Anjou, ou a M. Ber-
trand, chez M" Douat &' Rambaud.
Les Creanciers de la fucceffion de la feue
Dame Defportes, Habitante au Bonnet, font-
pries de la part des Sieurs Teflart & Compa-
gnie, fondes de la procuration du Sieur Leon
Ducros Ex'cuteur teffamentaire de ladite
Dame & fon Legataire, de remettre en P'tude
de Me Tach, Notaire au Cap, un etat de
leurs creances : its font en meme temps invi-
tes de s'y affemblcr le 30 du courant, afin de
fe nommer entire eux un Syndic entire les
mains duquel on comptera'le prix du bail a
ferme de ladite Habitation. Les perfonnes aui
auront tires & papers appartenans a ladite
fucceffion, font galement invitees de les re-
mettre es mains dudit Notaire.
Les S" Armand & Reinaudfils ont Phon-
neur de prevenir M"I les Habitans de cette
Colonie, qu'ils font charges du Bureau ge-
neral du veritable remede univerfel de M.
le Mddecin Ailhaud, vulgairement appell1
Poudre d'Ailhaud. Pour prevenir la diftribu-
tion de celle que les falfificateurs ont intro-
duite dans cette Colonie, & prouver au Pu-
blic que c'eft dans leur Bureau & dans tous
ceux de la Colonie qui en refforrent, que l'on
trouvera la veritable Poudre d'Aizhauid, cha-
que paquet fera contre-figna au nomn de la
fufdite raifon, qui vient d'dtablir un fous-
Bureau pour la distribution de ce remede,
chez M. Trouchon., Boul-nger au Fort-i)aut-
phin, ou M" les Hlabitans de ce qlurter .
d pendance pourront avec confidence s'adrciner
pour avoir la veritable P doud dAiiiiaudl


~









D E M A N D E S.

Un Particulier defireroit affermer un Ter-
rein de zo a jO quarreaux, a la diflance de z
a 4 lieues du Cap. On s'adreffera a M. Lory,
Negociant au Cap.
Un autre Particulier defireroit acheter cinq
a fix bons Negres potiers. II fant s'adreffer
M" (Rauret &' Boucharlat, Negocians au
Cap, qui les payeront comptant apres s etre
affairs de tleur capacity. On defireroit aufli
trouver un Blanc en etat de conduire cette
manuLfad&ure.
Le Sieur Devans, Habitant a Plaifance,
ayant afferme fon Habitation, voudroit trou-
ver quelqu'un qui auroit befoin d'acheter
huit Negres & deux Negreffes faits au pays
depuis 8 & 5 ans, de Ige de 17 jufqu'a zs
ans. Ceux qui fouhaiteront en fire Pacqui-
fiiion, pourront voir lefdits Negres fur ladite
-tabitation, afin de convenir du prix au comp-
tant, ou s'adreffer a M. Devans fon free,
demeurant au Cap, rue Notre-Dame, qui
leur donnera les indices neceffaires.
BIENS ET EFFECTS A VENDRE.
Une Habitation en cafeterie, ddpendante
de la fuccetfion du Sr Caffin, fife a la Crete-
i-Marcan, Paroiffe de la Grande Riviere,
de la contenance denviron 36 quarreaux, don't
6 en bois debout, le furplus employ pour
les bitimens & plante d'environ 36 mille pieds
de cafe rapportans, de 400 touffes de bana-
niers & de manioc bon a fouiller, eitimee par
Experts, avec les batimens & uftenfiles en
ddpendans, a 20741 liv.. La vente s'en fera
par adjudication, le 6 fivrier prochain, a la
Barre du Siege Royal du Cap, au plus offrant
& dernier encheriffeur.
Vinrouge, vieux & nouveau, en barriques;
,dito vieux, en bouteilles; Chaudieres a fucre
afforties, de toutes grandeurs, potin de Ber-
gerac ; Grillages, Clous a barrique, Suifen
barils, Cuillers, Ecumoires & Truelles a fu-
cre, Houes, Serpes, Huile en caves, Soude
d'Alicante, Bougie du Mans, Laval, Toile
& Mouchoirs de Cholet, Linge de table de
Flandre, Toile fine pour chemifes dito, de
z aunes & demie pour draps de lit fans cou-


ture, Fil de Rennes, Brin de Dinmn, Sacs
cafd, Draps de Carcaffonne en bleu, ccarlatc
& marron, chez les Sieurs Teftart & C'.
Un joli Negre, bon perruquier, aig d'en-
viron 20 ans. 11 faut s'adreffer a rl'mprimerie
Royale du Cap.
Belle Morue en boucauts & au quintal,
Harengs en gros barils, Saumon idem, Flan-
ches Angloifes & Madriers, a vendre par le
Capitaine Simmons, au Fort-Dauphin, dans
le magafin de M. Bedane, qui a aufli une'belle

A VENDRE OU A AFFERMER.
Une Habitation life au Pilate, quarter de
Plaifance, fur laquelle il y a 86 mille pieds
de cafe, don't 80 mille en rapport, avec tous
les baitimens neceffaires pour exploiter les re-
venus, & autres batimens pour fe loger. On
s'adreffera au Sieur Dupuy, Habitant audit
quarter ou au Sieur Guil/aume Dandiz,
Habitant au Limb6, qui vendront ou affer-
meront ladite Habitation, payable en revenues
d'icelle.
ESCLAVES EN MAR.ONAGE.
Une Negreffe Congo, nommee Ange!ique,
fans etampe tres-noire, le nez un peu re-
trouffi, d'une figure affez revenante, maigre
& feche, taille de 5 pieds i 5 pieds i pouce,
gdee de 36 A 40 ans, eft parties marone il y a
cinq mois & demi. Ladite Negreffe a appar-
tenu a plufieurs Particuliers du Cap entire
autres a la veuve la Tour & a M. Mignot,
Chirurgien, qui fa derni&rement vendue a
Me Bree de la Touche, Avocat, a qui elle
appartient, & qui prie ceux qui la reconnoi-
tront, de la faire arreter & de lui en donner
avis.
Une Negreffe Congo, nommee Dorothee,
etamp6e fur les deux feins MFD, fluette,
extremement gravee de petite verole, les dents
de devant cariees, eft parties marone dans les
environs du Fort-Dauphin le 2z aout dernier.
Ceux qui la reconnoitront, font pries de la
faire arreter & d'en donner avis '. Mlle Formel
Durenoir, rue Saint-Jofeph, au Cap, qui
cette Negreffe appartient : il y aura recom-
penfe.


Par Permiffion de MM, les General & Intendant.


DE L'IMPRIMERIE ROYALE DU


CAP.


-- V.,


__~_ ~~---r--J----^r..~--IIILLIJII~


i" I ~--


--r-----.-~ ----


I
Iri







(Na .)


:'18


1 ,


L'





'' I


33~
4I,

.l~i F?


S

A r 5
::



SA t'

Av Po
ce mois ,
Bordeau
o&obre,


UPPL E M

A L' FICHES AM

... .Vu Mardi jz Janvier
'.' ~ **.^ ,


Ut ijV V NAVI E.


RT-At -PRINCE, le 7
, a Jeune-Franfoifi ,
:, capiaine Luce, particle
ayant touch- au M6le.


de
de
13


DtPART DE NAVI REs.
Du PORT-AU-PRINC le 8 de
ce mois, le Voyageur, capir. Hraud;
li Fantaifie capit. Hince ; Uranie,
capir. Croizilac; I'Amilcar, capiraine
Cafigliola ; le Jufle, capit. Dudillot;
la feanne Vicloire, capir. Bcaudet
la Julie, capit. Thomas; le Lemoyne,
capit. d'Anglade; la Cytoyenne, capit.
Pytard ; la Plaine-de-Leogane, capit.
ThMzan; le Franpois capir. Mellet;
I Empereur, capit. Lautois; le Comte-
de-Furnel, capit. Gardcre, venu de
reliche des Cayes; I'Alliance capit,
Dumay ; k Thcre capit. Blandin ;
la Saintonge, capitaine Helies, tous de
Bordeaux; Ie Vennudien capit. Chau-
diere ; l'Amitid- -1'Epreuve capir.
Hilleret; le ModflJe, capit. Abautret;
le Comte de;-Saint- Germain capi.
Gaye; le Jean- Marie, capit. Degonor;
Ie Doyard, capit. Sorcau; 1' Iris ca-
pitaine Forget; le Lion capit. Pellart;
t'Eole, capitaine Berthaud; le Saint-
Auguflin capit Lormeau; la Mar-
gerte, capit.ine Turb6; la Petite-


[


E


NT


SRICAI


NES.


1779.


Pqfle capit. Roux, venant de reliche
de S. Louis, tous de Nantes ; I'Empe-'
reur, capitaine Lemaffon; la Vicloire,
capit. Bellanger; 'Arlequin capitaine
Hagnereau la Newa capit. Andri;
I'Aimable-Agathe, capitaine Cornet ;
l'A genor, capit. Ferray ; I'Eole ca-
pitaine Lucas; le Comte- de- Vergennes,
capit. Conftantin; le Phoenix, capic.
Morin, tons du Havre ; le Pigae ,
capit. Martin ; & le Port-au-Prince,
capit. Curet tous deux, de Marfeille
le Daubenton capit. Durand ; & le
Robufle, capir. Goguet, tous deux de
la Rochelle ; la Marquife-de-Brancas,
de S. Malo, capitaine Defplantes.
Prix des Marchandifes de la Coloniec
Au PORT- AU-PRINCE, le Ii de
ce mois, Sucre blanc, premiere qua-
lit~, 27 a 30 1. feconde, 24 z2.6 1. troi-
fieme, z a zz 1. .brut,1, a x 1. Indigo
bleu, 5 h61 o f.cuivre, 31.1 of. h4 liv.
Cafi nouveau, 5 a 6 f. vieux, 3 a 4 f.
Cocot, 8o h xoo liv. Cuirs, 8 a 9 liv.
Piaftres gourdes, 37 & demi pour cent,
Prix des Marchandifes de France.
AU PORT- AU-PRINCE, le rI de
ce mois, Vin vieux, 400 a 0oo liv..
nouveau, 3z10 h 330 1. Farine de Moif-
fac, I8o I90o. commune, o a~ 6io L.
Bueuf fal, qo a i6o 1. le bazriPeit-


_~_ __ __1~ _I__I_ CI ~ I __f ~t _L _______ I


ii, rr L~-C~r_-rr, ~C--~i~_UI~)L~ il~-LI I -(r -r x -I, u r- _l~l~i.~r r ~--~-rh


~----~


II1111111 l


aa~e~








fald, 40 4' lir. I'anere. Betirre, 406
4lf la 1; Huile, 70 a 75 I. la cave. Sa-
vofS, 140 a 60 1. le cent.
Coiurs du Fret.
Au POR1T-A U-PRINCE, Suereb!anc,
S'a 60 d. brut, 66 7z2d. Indigo, 75 a
84 d. Cafo 0o 66 d. Coton, 90 a 96 d.

N G K E s .MA Ro O S.

A SAINT-MARC, Ie 4 de ce mois,
efl entr 'a la Geole, Antoine, Congo,
dtampe fur le fein droic PYNAUD, age
de x8 ans taille de 5 pieds, fe difant
appartenir a M. Dein.
AU PORT-AU-PRINCE, le 3 de
ce mois, Alexandre, Congo eampe
fur le fcin gauche MABIRE, fe difant
appartenir a M. Mabire fur 'habita-
tion de Luynes : le 4, Canga Congo,
fans etampe, ag de 24 ans, taille de4
pieds xo poucess, marque de petite ve-
role, fe difanr appartenir a M. Claiche-
bofcau, a Kingflon; & Hopore, Crolie,
etampe fur les deux feins SEIGNE &
au-deffous OIVd, ag de 1 ans, fe
difant apparrenir a M. Seigne, habitant
a la Riviere- Froide: le une Negreffe
rsommee Agar, etampee BEAUSSAN,
fort maigre, fe difant appartenir 'a M.
Beaufann ; & une autre NegrLffe nom-
nice Marguerite Crdole, fans dtampie,
fe difant appartenir a la nommee Pierre-
Louis, N. L., habitanre au Boucaffin,
a&uellement en cette ville.


A NI M AUX


E PA V E S.


A LiOGANE, le de ce mois,'Tii~
ete conduit a la Geole, un Cheval fous
poil rouge rcampe ID ; & un vieux
Mulet fous poil ai fale etampe illifi-
fiblement fort maigre : le 7, un Che-
val fous poil rouge, ecamp6 PM, ayant
la queue,courte.


A T PoRT AU-PRTWNCE, le 2 de
ce mois un beau Mulct fous poil brnan-
fouris, ctampc an montoir IVIP lis :
eI 3, une grande Cavale fou~ poil gris-
blanc C ampee au montoir PS & plus
bas illifil hmtnt : le 5 un jeune petic
Cheval bous poll brun clair dramrp an
montoir CD ayant le front &les picds
de derriere blancs : le 6, un Cheval fous
poil bai, Ctampe au montoir AB li6s.


S P E C T A CL E.

'Les Comediens du Port-au Prince
donneront mardi 19 de ce mois, au br-
nifice pariculier de la dgmoilelle De y,
une reprfrentation de Li Fee Urgelle,
grand opera en quatre a&es, orne de
tout fon fpcaacle de fes divertiffemens
&. d'un nouveau coup de theatre : a.
demoiselle Dey remplira les trois roles,
comme elle a deja fair. On ne negligcra
rien pour rendrcce fpctacle agreable.


AVIS


D IV ERS.


On trouvera chez le fieur Jofeph
Icardin, dans la maifon de M. WeJJe,
au board de la mer, du fel- a quatorze
fcalins le baril : on y trouvera auffi
d'excellent Rum a un gourdin la bou-,
teille.
M. d Angelberghe, habitant a la pe-
tire plaine de Leogane, en fa quality de
veuf & de donataire pour une part d'en-
fant, & autres droits dnonces dans fon
"c ntrat de marriage avec la feue dame
d'Angelberghe fon epoufe, prevent le
public que 1'avis qui a &te infred dans les
Affiches Ame'ricaines, du z2.2 dcembre.
1778 N 5o, eft auffi illufoire que
mal invented, puifqu'il eft de notorite
publique que M. d'Angelberghe 4e


'.3

II
, .'
S'';

r;,'
*"1


.; '*'
r

i
i, -il



I' '**n
i 5]


5^;I

i, ,



I;
r^'-i

1' ',^


p_:
i,' ,



I


I "




i


r~,~L------l----------,_ -. --.~-~^~--;fr~-`-- -~---- --~-------C--r--l-- ---------- --__ ---~'-
~-rr*L---~---n~-*---~-~-~-~--lr~--^~7- -----r^---------~----'~1^~3---*1C1--


i












,-1,



S',,
,i4d

*ii.

',
: ;,r
*. I *I

:'^
,, ,,




. ,
,.iii
,ii.



'^:
.r
f': i,


I?
i :i




, [ .

i
i II







[::4
;
-i. "",I




l...._:






f ,




\ r


puis quinze ans, s'cfl facrifi poir aug-
menter Ics bins de fon dpoufe & de fes
dcmoif!l!es, qu'il a combld de bienfaits,
conflates devant notaires ; en confe-
quence, il affirme au-public que fi la
ventede.que1ques objets compofant, ou
qui one pu composer la fucceTion de la
dame d'J4ngcebergh: peut etre atta-
quee comme nulle, ce ne fira-jamais
que celle qu'ont pu fire fire, on que
pourroient faire la dame vicomteffl de
Fontrnoy & la demoifelle Honore de
Trtvignon; c'cft pourquoi M. d An-
gelberghe fe propose de pourfuivre la
nullit' de toute vente qui pourroit ou
auroit pu fe faire a leur requce des
oojets dependans de ladite fucceffion.
II 6td perdu du Port-au- Prince h
1'Arcahaye trois manda(s foufcrits par
M. Noaidles fils, 'a 'ordrede M.Faurls,
capitaine de navire, accepts par M.
Bafile, nDgociant en ccte ville. Chacun
de ces mandatseftde3464+. 7 fols 4 den.
Ceux qui les trouveront font prids d'en
donner avis 'a M Mazrtin Bellifon,
proctireur.
Le ficur Vaidry pcre, don't 1'~ge &
la fantm ne lui permettcnt plus de refider
fur fon hahitation de la Seringue, vou-
droir y placer qutlqu'habitant qui auroit
rtrenx, ou quarante Negres ; il lui aban-
idonncra l'habitation pendant rout le terms
dela guerre, & la moitie de fes cafes
rapportans; il y a de quoi ramaflir an-
nee courante 60 h 80 rnil!rs.de cafe. II
faut s'adr f er audit fieur Vaudry pere,
ou a MM. Garcche & Billotteat, ne-
gocians au Port-au-Prince.
M. de Rouvray, colonel d'infanterie
& habitant au Terrier-Rouge, daps la
dtpendance du Cap, donne avis qu'un
de fes Negres, nomme Stanflzas, me-
nuifier & cocher eft parti maron ; il
doit erre certainement dans la ddpen-
dance da Fort- au- Frinct. Ce Negre a


' f'rvi autrefis M. le chevalier de R'ohan;,-
& M. de Rouvray I'avoit prece depuis k
M. le come d'Ennery; de maniere qu'il
a des intimits dans prefque tous les at-
tcliers de la Colonie : il et part ve~i
d'une redingotte grife, & il doit avoir
une vcfle verte a la livrde de M. de Rou-
vray. 11 edt lon de prevenir encore que
ce Ncgre eft un fc6dlrat trs dangereux,
B qui M. de Rouvray a les chores les
plus graves a imputer : it donnera cin-
quante piafrres de recowpenfea' cclui qui
1t lui ramcnera.

D EM A N D E.

Un particoulier, qui a Io.Negres
fits au pays & au travail, defireroic
acheter une habitation &tablie en fucre-
rie don't le propridtaire pourroit retire
parcie de fes Negres en laiffant les plus
eftntiels a la manuffaure, comme fu-
cricrs, cabrouetiers & ouvriers. S'adref-
fer 'a MM. Lilavoisfreres, au Port au.
Prince, qui indiqucronc I'acquireur.

A VENDRE OU A AFFERMER.

Un Negre & deux Negrefles, travail-'
lant a la culture du cafe & du cacao de.
puis deux ans. S'adreffer a MM. Laffg-
teau & Lafargue, ndgocians au Portc
au- Prince.

A AFFERMER.

Une Habitation fife au quarter de
Mirebalais, de la countenance de cent
carreaux ou environ, la mcilleure parties
propre a la culture de l'indigo & fufcep.,
tible de rapporter quinze mi!liLrs de cettq
denree fur laquelle il y a environ 80
carreaux de terre entoures n hales vives,
don't .5 ou 30 plants en indigo;,dix ot
dou'ie en vivres de pluficurs efpeces;


IC~7-- ---


i
. ~i


"~''"-"'~-
































IL





1.



















i.
II


qutle mndigoteres ba ttan tes rTos, en
tres-bon etat, avec une ficherie & rou s
les uflenfiles propres a cette manufac-
ture ; il y a de tres- belles commoditds
pour conftruire de nouveaux vaiifeaux
battans a !leau ; one maifon principal ,
fort vafte & bien logeable, une cuisine,
uh magafin de deux chambres, un co-
lombitr; le tout covert en eflintes:
un autre grand btitimenr ,.compof6 de
quatre chambres, conitruit avcc d'excel-
ins bois, boufille & couvert en paille ;
dix bonnes cafes a Negres, auffi couver-
tcs en paille; un pare a betes & un
moutcns ; enfin tous lesobjets n&ceffaires
Il'exploitation d'une place. On affermera
ligament cent & quelques teres de Ne-
ges pour fix'annees. S'adrefler' Me La-
rneauve ainl, notaire- royal audit quar-
tier, qui donnera les elairciffemens ni-
ceffaires pour aftermer.

SSCLAVES EN MARON NAGE.

Adonis, tampere fur le rein gauche
P. MOLA & au-deffous AV MOLE,
ag de z2ans, taille de 5 pieds z pouces,
eft maron depuis e z8 du mois dernier.
Ceux qui en auront connoiffance font
prds d'en donner avis h M. Blom, te-
mant boulangerie au Port-au Prince.
Jofeph,, Creole, connu au Cap fous
le nom de Cachimbeau, &tamp6 MA-
NI ST MARC, taille de 5 pieds z pou-
ces, bon cocher & cuifinier,, fe difant
libre, ett atnaron depuis le mois de fep-
teirbrt dernier. Ceux qui le reconnot-
I#nt fott priis de Ie fire arr4ter & d'en
dinner vis at fierr Bergette, exempt
de police a S. Marc.


A NIYATAV UCX


E GA R S .


II s'ef e'chapp le re6 du mois dernier
de cette ville, une Mule fous poil brun,.
&tampee NP lids, d'une grande taille.
Ceux qui en auront connoiffance font
pries d'en donier avis a M. Arnaut, au
Boacaftin, oo a M. Cadieu, au Port-
au -Prince.
Un vieux Cheval fous poil roan
&e fralchement AC fur la cuiffe duE
montoir & plus bas d'une S barrie,
ayant la queue court. Ce Cheval ap-
partient M. Calenge, qui prie les per,
fonnes qui pontroient en avoir connoif
face de lui en donner avis chez le fieur
Dupuis, au Port-au-Prince: il y aura
bonne rdcompenfe.


SDE rfIMPR1MERIE ROYALE DU PORT-AU-PRINC,


Cupidon Congo, &rampd C-HAM'
BON, agA de 2o ans, taille de 4 pieds 6
potces; & Doninique, Congo, atamp&
comme le precedent, Age de zo ans. Ces
deux Negres font parties maron depuis 8
a 9 mois : ceux qui ls reconnoitrone
font pries d'en donner avis a Madame
veuve J. B. Boyer, au Port-au Prince.
Jacques, Creole, 6tampe fur les deux
feins M TURB ,, eft maron depuis le,
'~ du mois derniet. Ceux qui en au-
ront connoiffance font pries d'en dohner
avis k Madame Turbe', habitante an
Cul- de Sac.
Un jeune Negre nomme Pierre,
Congo, grand & bien fait, & une N6-
grefl nornmre Zilia, Congo, de petiEl
taille, tous deux etampes MIAILLES,
font marons depuis deux mois. Ceux-
qui ef auront connoiffance font -prie6
d'en donner avis a M. Sarrat.in, n&
gociant an Port au- Prince.


1'1
I
i )
I:1
jl
i ,
i;
i


~,~. _~,.., ~ _~~~_i ~~~_;~~~__~__~~~__~~~__ ~_ _~ --.,,....--- ------Mi-


i


m.







LNo ?.31 ______


AFF
I" /,
,? -





i: Pain dun efcalirm
NE G R

Au Port-de-Pa,
le 29 du mois der
taille de 5 pieds 3
gauche illifibleme:
M. Sauval, Habi
: ce mois, Matthie
Spieds 2 pouces,
SRVNET, fe ,
SDubois, au Mouff
age d'environ 36a
ces, etampe fur le
& au deffous PPI
Sieur Longtemps.
Au Cap, eft ei
ce mois, Louis,
Sgauche R. B., age
Senior a M. Bouvier
&tampe, age e
au Sieur Trope',
SIz, Pierre, Cong
ans, fe difant app
., bitant a Ouanami1
veau, etampe fur
delfous AV CA:
..: Franyois., Congo
TPOIRIER, ge
:tenir a Mde Lecd
tion, fans tampe
appartenir a Hat

S, SPE
Les Comedien
medi 30 du coi
Dub.iffon, une
deux Arlequins,
SThutre Italien ,



IS li* .......... ... .. .... ........


HES

)'Du Mar
,.. i


AMERICAINES


'di


19


POIDS DU PAIN.
... . 12 onces.

ES MARONS.
ix, eft entr a la Geole,
nier, Jean-Louis, Congo,
pouces, etampe fur le fein
nt, fe difant appartenir a
tant a Jean-Rabel. Le z de
u, nation Nago, taille de
itampe fiur le fein gauche
lifant appartenir au Sieur
ique. Le o, Louis, Congo,
ans, taille de 5 pieds 3 pou-
. fein droit B. ROVSTAN
X, fe difant appartenir au
ntre a la Geole, le 1 de
creole, etamp6 fur le fein
de 17 ans, fe difant appar-
; & Etienne, Congo, fans
17 ans, fe difant appartenir
Habitant aux Gonaives. Le
;o, fans etampe, age de 25
partenir a M. Conegut, Ha-
nthe. Le 16, un Negre nou-
le' fein gauche PR P & au
P, age de 20 ans. Le 17,
etampe fur les deux feins
de z2 ans, fe difant appar-
erc ; 8 Bernard, meme na-
, ag de 32 ans, lequel a dit
stationn Daux.


CTACL E.


is du Cap donneront le fa-
urant au profit de Mde
remiere representation des
Comedies en trois A6tes, du
dans laquelle Fiece ladite


Janvier


y779y.


Dame remplira le r6le dArlequin cadet, & le
Sieur Chevalier celui d'Arlequin aine. Cette
Piece fera fuivie d'une premiere repr6fentation
du Faucon, Opera bouffon en un Ade, don't
la Mufique eft de M. Monfgny.

AVIS D IVERS.
M. Cathelinays, demeurant an Haut-du-
Cap, donne avis qu'il part pour France fur le
Navire le Duc-de-Chartres, de Bordeaux.
Les conditions de M. Delile pour I'Anglois
font d'un louis chez lui : en ville, c'eft le dou-
ble. Son mois eft de vingt lemons. Sa merhode
confifte en 6 parties elle eli le fruit de plufieurs
annees de travail & d'un long f6jour parmi la
nation Angloife. Heureux, que les fucces
l'aient juffifiee! 1 fe fera toujours une etude
de meriter la confiance du Public. II demeure
rue Saint-Laurent, dans une maifon de M.
Vivies.
11 a etC perdu un entourage de montre de
diamans. Ceux qui lauront trouve, font pries
de le faire remettre i flmprimerie Royale du
Cap : il y aura recompenfe.
Le Sieur Jean Ore aine, ci-devant Capi-
taine du Navire FAimable-Jeanne, de Bor-
deaux, donne avis qu'il reftera au Cap pen-
dant la guerre : il y tiendra maifon de com-
merce, dans laquelle M" Bonafe' freres, de
Bordeaux, front intereffis. II prevent qu'il
ne fera aucune advance ni credit : neanmoins
fi cuelqu'un a affez de confiance pour des
commiffions ou vente de denrees, il s'en char-
gera, & a linflant on trouvera la valeur ou
produit des objets adreffTs. Ii a d'excellentes
provisions Iavendre. II defireroit acheter deux
Negres tonneliers, bons fuiets. Ledit Sieur
Ore loge rue de Penthievre, vis-a-vis iM" de
Ruffy & Gauget.
Le Sieur Brugere ancien Commis chez
M. Guiet, Marchand de Fer, rue de la Fon-
taine, prevent le Public qu'il a achetele fonds


MONO


___ --_ ~_*~~'-n"-_:-~--~c--- -. --------I-- _~-I--- _~_ __ ____~_


__ ___


--11-111















I


I
I
I
I


I






I
~k j








I



ft

H

ii

Ii


de magaf di dSieur Deatihre, Marchald de
Fer, rues du Gouvernement & de Conflans,
de fociete-avec le fils de ce dernier, & qlu'ls
ont la meme maifon .qufavoit ledit Sietur
Dealbitre fous la raifon de Brugere & Deal-
bitre.
Le Sieur Laporte, Apothicaire du Roi,
vient d'ttablir deux Bureaux de Pilules de
Loubeau, outre ceux qu'il a annonces dans le
Supplement aux Affiches Americaines du o1
novembre dernier, favoir : chez M. Dejfrouas,
IJlaitre en Chirurgie au Port-de-Paix, & chez
IM1t' Raboteau, Renau & Compagnie, a Leo-
gane. Cn trouvera de plus chez M. Taillefer,
Negociant, les veritables Bougies fondantes,
ainfi que chez le Sieur Defgrouas, au Port-
de-Paix.
A computer dii r fevrier prochain, la maifon
du Sieur Laporte fera fous la raifon de Laporte
& Compagnie. Son depart pour France etant
fixed pour la fin de mars prochain, & cela pour
caufe de maladie, il prie les perfones a qui il
peut devoir par compete, de fe prefenter pour
recevoir leur paiement, ou faire des compen-
fations; il prie aufli tous fes debiteurs de vou-
loir lui donner des a compete, s'ils ne peuvent
payer au total. II prendra de la denree en tout
.genre jufqu'a concurrence de ce que chacunr
lui devra. Les quittances pour ce qui lui fera
du jufqiuau I fevrier, front toutes fous la
raifon de Laporte'& Compagnie.
Les Sieurs Pereyra & Totra font favor au
Public que leur fociete de commerce eft dif-
foute depuis le Io.fevrier dernier. Le Sieur
Totta, charge de, a liquidation de la ite fo-
.ciet, prie les-perfonnes a qui il peut etre du
par ladite focie't de vouloir bien fe prefenter,
& ceux qui font debiteurs de le folder, pour
lui eviter le difagrement de fire des pour-
fuires centre eux.
Le Sieur Daugus, Marchand Tailleur au
Cap, place .d'Armes prgvient le Public qu'il
eft afforti en Habits de mafque dans tous les
genres : il abonnera a i z6 liv. pour tout le
Carnaval. Les Amateurs trouveront chez lui
de quoi fe fatisfaire pleinement.
SLe Sieur Cliquet, Habitant dans les mornes
du Cap, donne avis que le 15 de ce mois fes
Negres ont trouv' deux Brebis & une fuite.
,Ceux a qui ils appartiennent peuvent les lui
rdclamer, en payant les.fraisdu pr6fent avis.
DE ~MAN'D E.
On d'fireroit acheter un attelage de jeunes


Chevatix fiits a la chalfe avee un boti Co~
cher connu, I1 faut s'adreeer au Sieur Saufay,
Maitre Apothicaire, rues de Conflans & du
Gouvernement, au Cap,
NAVIRE EN CHARGEMENT.
Le Prince-de-Conde, de Nantes, Capitaine
Bellanger, partira au premier convoi. Ceux
qui voudront y palmer ou charger a fret, s'a-
drefferont audit Capitaine, qui croit tre affez
connu'du Public, ainfi que fon Batiment,
pour meriter fa confiance.
DIENS ET EFFECTS A VENDRE.
Une Habitation de la contenance de o5
quarreaux de terre, arrof6e par plufieurs. ra-
vines courantes, tres-propre pour la culture
du cafe, fife a la montagne de la Plate, Pa-
roiffe du Port-de-Paix, bornee a POuefl de
M. le Comte de Grajfe, au Sud du Sieur Marc
Souty, au Nord & l'aEft des limits qui f6-
parent ladite Paroiffe d'avec celle de Saint-
Louis. Ceux qui voudront faire cette acqui-
fition pourroht s'adreffer au Sieur Save',
proprietaire, de prdfent au Port-de-Paix, ou
au Sieur Defroches, Grand-Voyer & Arpen-
teur du Roi, d6pofitaird des tires, & qui,
ayant fait ci-devant flarpentage de~adite Ha-
bitation, pourra leur donner tous les renfei-
gnemens a ce fujet.
yne Maiton fife au Fort-Dauphin, rue
Saint-Charles, confiftant en trois chambres
fur la tue, galerie avec un cabinet chaque
tout, grande cour au fond de laquelle font
jine cuifine & une petite chambre. I1 faut
s'adreffer au Cap a Mde Blanchaid, rue de
Vaudreuil, au delay & pres la place de Clugny,
& au Fort-Dauphin a Me Mafe', qui en don-
neront les renfeignemens.
Une Habitation etablie en cafe, de la
contenance de 60 quarreaux de terre, fife aux
Fonds-Bleus de la Marmelale, fur laquelle
ily a environ 40 mille pieds de cafe dans leur
cinquieme annee, & environ o0 mille pieds
d'un & deux ans, beaucoup de bananiers &
autres vivres, avec des batimens faits flannee
derniere. Cette Habitation eft divife en deux
Places, fur Fune defquelles il y a une grande
cafe compofde de quatre chambres & trois
cabinets, une grande cafe a cafe avec galerie
& quatre cabinets, le tout de bois de char-
pente dquarri & paliffadd 3 deux cafes i Ne-


~~_ __ ___ ___~---~-c-.. ---


____~'____f______~lbIlllr*~811(1~












%?
'I


.1




,I









4. 1
-1


Ic.4
k ;.', *.<
';* ,;'







N **



:I














4_.'
19
I
4'"





4^.
::1
-: 3
;* Z








i' .



1.. ,4













4, 43
,, _'J'




'-'' ^1
:''- *'-
-'.,,

h;2




ti?


..':"?,
: .'

I ""
;.
," :ii"
i.7,'::_


M'N

(m


*)^


yes format iix chambres, & le acs lacs e-
ceffaires pour une plus forte exploitation : il y
a fur lautre Place quatre b~timens divers. On
vendra le tout enfemble ou fC'pariment, ainfi
que 18 teres de Negres ou Negreffes en tres-
bon etat. II faut s'adreffer au Sieur Baily,
ancien Arquebufier du Roi, ou a MC Rivery,
Notaire au Cap.
Vin vieux de Quairies, qui eli des premiers
crus de Bordeaux qu'on charge en cargaifon,
egalement que du Vin d'autre quality, tres-
bon & moins.cher, chez le Sieur David, rue
du Bac, au Cap.
Huile de poiffon en barriques & en barils,
& Huile de in en barils, chez M" Manefca
& Milly, N6gocians au Cap, rues de Pen-
thievre & de Conflans.
Une Goclette du port d'environ 60 ton-
neaux, avec tous fes agres & apparaux. II faut
s'adreffer a M" Roux & Compagnie, qui
prendront les arrangements les plus convena-
.bles avec racquereur, foit en change de mar-
chandifes, ou a terme pour le pavement.
Le Sieur Dufaud, Negociant au Cap, rue
de Penthievre, a l'honneur de prevenir le
Public qu'il t trois balles de Pelleterie a ven-
dre, ainfi que du Bifcuit de France.
Le Brigantin le Gentil, du port de Iyo a
16o tonneaux, fortant de carene, tres-bon
voilier, a vendre, ou A freter pour Bordeaux
ou tout autre Port de France, ou a armer par
action pour le Nord de IAmerique. II faut
s'adreffer au Sieut Pivard, Negociant au Cap,
rue du Bac.
On trouve a lImprimerie Royale du Cap
rAlmanach general d- la Colonie pour la
pr fente annee.
A BAIL OU A LOUER.
Un Negre cuifinier & un Negre bon valet,
A louer prefetitement. II faut s'adrefer a M"r
Friou & Degfuilbe', Negocians au Cap, rue
de Penthievre.
Deux grandes Chambres & un Cabinet,
don't une falle garnie, a louer prdfentement,
fur la place d'Armes, proche le corps-de-
garde, maifon de M. Thibault, au rez de
chauff.e. II faut s'adreffer au Sieur Saufay,
Maitre Apothicaire, rues de Conflans & du
Gouvernement.
Le Sieur Roger, demeurant au Petit-Care-
nage, centre & fur le morne en face de la
rue du Gouvernement previent le Public
qu'il a plufieurs Chambres & Cabinets garnish


louer, en bon' air & bellevue, *& qu"i1 es
louera pour le temps que Pon en, aura.befoin',
ne ffit-ce que pour deux jours.
ESCLAVES EN MAR.ONAGE.
Un Negre Congo, normme Mars, erampe
MONFORT, fetampe un peu effacee, taille
de 5 ieds 4 pouces, bien fait, les yeux en-
fonces, la bouche grande, la levre fuperieure
relevee, macon de fon metier, eft maron de-
puis le mois de n6vembre dernier. Ceux qui
ie reconnoitroht, font pries de le fair arreter
& d'en donner avis A M" Friou &1 Defquiilbe,
Negocians au Cap, rue de Penthievre.
Un Negre nornme A.or, aig de t8 ans,
etampe BARADAT, taille d'environ y pieds
I pouce ef maron depuis trois femaines.
Ceux qui le reconnoitront, font pries de le
faire arreter & d'en donner avis au Sieur L.J-
pole, Marichal expert, rues Saint-Simon &
de Penthievre.

NOU VELLES POLITIQUE S
AME' RIQ U E.
A I
Du Cap e; 19 anevir 779.,*
La Fregate la Minerve eff rentree ici le i3
de fa.croifiere., ayant eu avec te Corfair'e Ai-
glois le Bel-Koort un combat don't void Ia
relation tell qu'elle nous a ete doneepar M.
de Grimouard, Lieutenant de Vaiffeau, comn-
'mandant ladite Frigate.
Nous eumes conoiffance dans la nuit dlii
8 de ce mois, A orize heures & demise, d'un
Batiment en avant de nous. Nous courions
'alors au N. quart N. E. les amures a firibord
pour reconoitre au jour la Cayque du 0. de
laquelle nous nous faifions a iz lieues, la mer
groffe, le vent violent & la nuit obfcure.
Nous fimes fur le champ branle-bas,
& donnimes chaffe A ce Batiment que nous
joignimes a minuit & que nous combattimes
auflitot. o
Nous avions conferve furlui l'avantage
di vent, pour pouvoir le tourner & couper
au cas qu'il vouult continue a prendre chsfle.
La premiere border part lui endommager
confiderablement foh grement & fes voiles ;
elle lii coupa et outre fon mat de perroquet
de fougue & fon petit mat de p "roquet. II
ripoita avec vigueur, & nous' jugeIams qun
ce devoit etre un Batiment d'une certain
force. Nous fimes mettre alors double charge


~4~s~ii~ns~


- --- -- -- ,--- ~i~lrutrr~F---*r*plai(







dans toute la batterie, & laifftmes arriver fur
lui le plus pres pofTible pour pouvoir I'ecrafer
dune feule border e elle reuflit an gre de nos
efpirances; car fon mai d'artimon & fon petit
mat cuantite prodigieufe de manoeuvres & de voi-
Ls coupees. Nous continues toujours a le
turner en faifant fur lui un feu qu'il pouvoit
diflicilement foutenir long-temps i nous nous
a.erqumes alors qu'il venoit de perdre encore
fn' baton de foc, & nous jugeames qu'il de-
voit avoir fa barre ou roue de gouvernail cou-
pee. Ce Batiment en effect ne gouvernoit plus
qu'au hafard, & qiiand nous revinmes au vent
pour le combattre de notre batterie de bas-
bord, nous nous approchames a nous toucher
bord a board au point que les boulets le per-
coient de part en part.
L'air qu'il avoit acquis apres avoir oriented
les voiles qui lui reftoient, I'ayant faith un peu
courier en avant en abattant, nous fuivimes
fon movement pour lui prefenter toujours
le travers, & I'obliger enfin a fe rendre. La
groffe mer, au moment oil nous ne tbuchions
plus a bas-bprd ,lui fit eriter fon arriere, &
il fe trouva a ftribord, en nous prefentant un
peau avant.i Nous ,cherchamnes alors a ma-
pmuvrer de maniere A loger fon beaupre: dans
nbos'haibarisde mifaine & les grands haubans,
pour Ie combattre dans cette situation avan-
tage~ufe,<& fire fauter a.bord au cas que cela
'ftt pofiyle. Celareufit au point que nous
nous frouvames a toucher une feconde fois,
& qu uune bdrdre charge a doubles boulets
ronds, iboulets rams, mitrailles & botes,
finit par Iecrafer..
Nous entendimes apres cette decharge,
crier en Anglois, & quelques perfonnes di-
rent entendre qu'il etoit amene 6 mais le pa-
vilion ne s'amenoit pas il partoit d'ailleurs
encore de temps en temps quelques coups de
ufifil & de pjerrier, quand une derniere bor-
dee aufl ineurtriere que la precedente I'a enfin
defempare de maniere qu'il a ceffI abfolument
fon feu, a crime qu'il &toit amen& & qu'en effect
le pavilion fut bas.
Des qu'il fut. re'duit, nous mimes en
panne & ifmes mettre un cannot a la mer, en
faifant crier au Capitaine d'en faire autant
.de fon cote & de venir a .ord. II y vint avec
un N6gociant paffager, & nous dit, apres
.s'etre rendu prifonnier, que le feu ,toit a fon
bord, mais que c'etoit peu de chofe, & qu'il
feroit facile de reteindre. Le cannot partit en


confequence avec ce qui etoit neceffaire pour
fire cefler le feu ; mais en paffant fous la
poupe, nos gens aperqurent le feu dans toute
la parties de Parriere, & tous les Anglois qui
les appelloient pour fe jeter dans le cannot,
ce qui lauroit. ifailliblement fait couler.
Un moment apres, nous nous aperqdmes
nous-mmei s de Pincendie de ce malheureux
Batiment don't la parties de larriere fauta en
I'air ; le fcu fe communique dans iinflant
meme A tqut ce qui reftoit, & il coula auffitot
A fond.
Nous avons fauve 33 prifonniers & une
jeune femme, veuve d'un Officier Anglois
tue a Philadelphie, & qui a eu Ie malheur de
perdre dans Fa6tion Con enfant A la manmele
qui s'eft noye fous fes yeux.
Nous avons fu par le Capitaine & les
prifonniers, que ce Batiment, de oo ton-
neaux, etoit armed en guerre de zo pieces de
canon en batteries, nouvellement conftruit a
Liwerpool & fortant d'Halifax pour aller a
la Jamaique, ayant a bord 6000 guineespour
y acheter une cargaifon. La perte de: ce Bati-
merit eft value a pres de 400 mile lives.
L, e Capitaine nous a ajoute qu'il eto:t
ouvert de toutes parts par le canon, & qil
nous eut etC impoffible de Ie conduire dani
aucun 1 ort 5 que le feu avoit ete porter a board
par les valets enflammes qui fortoient de nos
pieces i qu'il toit parvenu a reteindre eh
deux endroits, en puifant feau dans la cale,
tant il ,avoit de boulets dans fa carene mais
'qu'il s'etoit gliffi par la membrure dans la par-
tie de larriere que le canon avoit partage, &
qu'il avoit faith des pregrs qu'il n'avoit pu
apercevoir.
Ce Batiment auroit ete moins maltraite,
fi quelqu'n avoit eu le courage d'aller amener
le pavilion, le Capitaine Anglois nous ayant
dit qu'il etoit rendu avant notre derniere bor-
dee.
Nous avons eu dans ce combat 4 hom-
mes tues & z6 bleffs, don't 15 tris-grieve-
ment, & z font morts de leurs bleffures. Une
parties des Anglois venus A bord ont aufli
plufieurs bleffures. Nous en avons, malgr6
le gros temps, fauve trois a7 heures du ma-
tin, qu'on aperqut fur des debris, & un qua-
trieme a 2 heures apres midi, qui ,toit depuis
12 heures fur Feau, entoure de requins, & qui
arriva A board avec une jambe caffee.
Nous avons ete affez heureux pour ne
perdre aucun Officier dans ce combat 67.


__~_.L.,_.~----~ ----^----------`-i--------?^----~---


2
Mni-~~ "~...-'".'n..l. ------- -- ^---~--ri^-----






(N 5.1


AFFICHES AMERICAINES


M'Etang.


LES Eleves des Ecoles Vetrinaires de Lyon
& de Charanton, don't les Maitres ne peu-
vent etre compares aux Maitres d'ecole de la
Chaloffe & du Pays de Labour (18) que par
un Journalilte impartial (29),, ont fait preu-
ves de talens & de bones vues par letrs fuc-
ces dans plufieurs Provinces ol its ont iet
envoys pour traiter des 6pifooties, & ii fe-
roit peut-etre plus avantageuux quion nejima-
gine & que vous ne paroiffez le croire, quiql
y edt dans chaque quarter un Eleve de cette
Ecole, a qui l'on feroit un traitement con-
venable. Cela noteroit rien il a confideradtion
que miritent les vrais Medecins & les bons
Chirurgiens (30), &. cela ne lesiemip&cheroit
pas d'ttudier le cara'tere des 6pide'iems & le
moyens curtifs. II me femble' mffm- quilS
le feroient bien plus fuirement, lorfqu'ils pour-
roient etre .infirts du: tableaux qut- prrfente
I'pidemie par des perfonnes eercees; 'car fi
un' Jardinier dit: quelquefois de bonnes' cho-
fes, ne doita-on pas ene attendee plutot dHip-
piatres, quoique jeunes, inftruits des ptinci-
pes de leur etat, & adonnes ereitierement au
traitement des maladies ( ).'
Tous:les Medecins, Monfieur, n'ont pas
eu I'avantage de fuivre Ms" Lafoffe pere &
fits (z2), davoir chez eux des boeufs pour
les traiter, dXavoir vu perir prefque toutes les
vaches dw faubourg iMontmartre,, & ,daVtir
vu la maladie dontles chevaux dur6tlgiment:
de Damas etoienr attaques (33) a Nevers:
,tos n ont pu s'adonner l'aetude de.la Me-
,(Z1) Ga. page z1. (21) Ibid. page 25.
(3o) Creavit de terra medicinam, & virpru-
denzs non abhorret illam. Et ailleurs, Honora
medium propter neceffitatem.
(37). KVns-Wieten,, de maro. epidem.
(3. ) Hiiypiatres fameux & connus par de
bon s Ouwvrages.
(33) Ca-. puge 22,


decline Vetrrinaire, parce qu'ils toient p6-
netres de la verite du premier Aphorifine
d'Hippocrate, ars longa vita brevis. L'art eft
effefivement bien etendu, puifqu'il embraffe
'etud e de toute la nature : mais quel eft le
Medecin qui, au'terme de la carrier. la plus
longue, peut fe flatter de n'avoir recueilli que
des verites& toutes les connoiffances qui lui
font neceffaires ? Baglivi vouloit, pour per-
fefionner la Medecine, qu'un Medecin ne
s'attachat qu' une efpece de maladie : cela
n'eft pas poflible; iais ii n'eft pas poffible
non plus qu'un Medecin praticien, un Pouffe,
un Dumoulin, un Bouvart, un Maloete, foient
Chimiftes comme BoErkave & Rouele, & Bo-
taniftes comme Tournefort ou de Jufflie. Le
M-6decin praticien a l'enfemble ou le refultat
de. toutes les connoiffances particulieres; mais
il n.ent a pas les details.
Ne foyez donc pas etonne, Monfieur,
iue des Habitans & non des Mddecins aient
envoy des mrnoires a PEcole Veterinaire,
pour fe procurer des lumieres & des fecours
qu'its croyoient ne pduvoir trouver ici.
,Ei-il permits, Monfieur, a un enfant gros
& gras d'un bon lait qui lIa nourri, de battre
fa nourirrce (34) ? Comment peut-on voir que
vous affe&iez du mepris pour' Ecole Ve't-
rinaire & fes produ&ions; que vous cherchie
a' les d6precier d'une maniere prefque outra-
geante,& que vous ne donniez fur les mbyens
prefervatifs S curatifs, que ce que cette Ecole
vous a fourni dans fa: Confultation-? Vous
conviendrez, Monfieutr, que cela prove des
rapports de vues' & de principles & que l'on
peut a deux mille lieues donner des moyens
therapeutique lorfque les infiru&ions far
lefquelles on les etablit, font le vrai tableau
de la nature.
Vbus paroiffez furpris, Mofiiieur, que I'on
ne connoiffe pas la' nature de F'pifootie ni la
maniere de la traiter (35). Hippocrate nous


(34)
(35)


CaraEeres de la Bruyere.
Gaj. p. 10,


,_ I







dit oquil ya quelque chofe de divine das ls w ohumaine, c'eft en corchant Ies animarnu,
tpidemies, c'eit-i-dire quelque chofed incon- i" inftCes, c'eft par la puanteur des charo-
cevable, un principle cachh & fubtil don't les gnes,, c'eft lorfque des fcelerats vendent en
effects nous ctonnent, que les fens ne peuvent cachette & a bon march de la viande in-
decouvrir, & que nous ne pouvons rapporter feftee (40) ". Tout le monde fait qu'il n'y
a aucune caufe connue. Tous les Medecins a eu que quelques Negres hattiers ou ceux
qui ont crit depuis Hippocrate conviennent qui avoient mange de la viande des animaux
de cette veritd. Vous voyez done blen, Mon- morts avec le carbon, qui en ont etC les
ffeur, que qui croiroit (36) qu'il eit facile vi6times; cela nous eft encore conftate par les
de decouvrir la nature d'une pid-tiie, ne observations de M. Bouvier, dans lefquelles:
feroit pas un aveu qui prouveroit Fetendue il dit qu'il a decouvert par fes perquifitions,
de fes conrioiffances. que les Negres qui avoient mange des boeufs
Vous nous dites'bien, Menieur, que-l'- qu'on'faoit faith jeter dans la riviere, avoient
pifootie commence a reparoitre encore; mais tous ete attaques du carbon, fans que cette
vous ne nous dites rien de la constitution de maladie fe f~t communiquee i aucun des au-
la faifon, fi elle elt analogue a cells ou elle tres, pas meme a ceux avec qui ils toient
a deja paru, files vents font.les. mmees, files enfermes dans le memeh6pital (41).
qualities des eaux des paturages font les me- Ces observations de M. Bouvier, quoi-
rnes, fi cette epifootie eft.fimple on peftilen- qu'excellentes, me fonit fremir. Quoi, per-
tielle, s'ily a de lanalogie dans .les, pheno- mettre qtue Fon jette des animaux infe"es
menes qu'elle prefente, dans les crifes, quels dans une riviere qui peut porter avec fes eaux
font les fignes favorables, les fignes funefles, la contagion dans toute 1 etendue d'un quar-
&c. (37). Vous favez cependant combien tier!...... Permettre que 'on enferme des
cela feroit neceffaire pour faire un Code de Negres attaques d'une maladie don't le prin-.
SI Mejdecine locale, & fubflituer aux erreurs qui cipe elt auffi fubtil que celui du feu, avec des
fe font introduces ici dans la Medecine, des Negres fans ....... Cela me rappelle les
pratiquesplusfurs d'une utilit reconnue. (8). horreurs des hopitaux oii 'on voit Phomme
vJ Nous favons que les faifons pendant lef-i vivant confiderer avec terreur le cadavre:in-:
;) quelles Icpifootie a ete dans fa force:o.nt ete fe&t tend pres de lui dans le mem'e lit,
tres-feches ii y a eu plufieurs fecouffes de, 0 mifers leges, qua talia criminal fertis'!
tremblementde terre. Le fol itoit ardent, les Pourquoi, Monfieur, tous les animaux
favannes toient defflchees, & les mulets herbivores n'ont-ils pas eprouve des' effects
grattoient la terre avec le pied pour en arra- du principe.contagieux fi alteration des
cher les racines & les devorer prefque toutes piturages, la rouille des herbes ou leur cauf-
les forces etoient tries, & il n'y avoit dans ticite 'avoient product ?
les mares qu'un limon don't les principles fer- Pourq'oi, fi F'altIration des eaux a donned
mentant fous un foleil britlant, rdpandoient naiffance a ce principle deftrufteur, tous les
encore dans Fair un mephitifme dangereux. animaux qui buvoient de la meme eau n'en
Pourquoi, Monfieur, cette epifotie a-t-elle ont-il pas eprouv' les effects
affe6te principalement les betes a comes ? Si Ce.principe deletaire emanoit-il done de
le principle en etoit repandu dans Fair, ou s'il quelque mephitifme fubterrane come Sor-
y nageoit comme vous nous le dites (39), bait F'a obferve a Vienne? Provenoit-il de
pourquoi n'a-t-il pas agi fur tout ce qui ref- quelque nuage infe&, comme Ford6tier 'a
pire a Saint-Domingue ? La contagion ani- obferve a Alcmaer? C'eft.peut-rtre ce qui a
male ne fe tranfinet pas aux hommes, c'eft faith que des Habitations n'en ont pas eprouve
un fait constant; & fi la mortality a product les effects, quoiqu'elles fuffent intermediaires
quelquefois de mauvais effects fur Fefpece d'autres -Habitations o6i l'pifootie regnoit.,
fingularite qui a deja et obfervee (42).
(36) Gat. ibid. A prefent font-ce les barils de boeuf fale
(37) Memoire inflruilif rdige par M. Wick
Dair, Secretaire de la Societe Royale de Me. (40). Hif. nat. de 'Homme malade,. par
decide de Paris. M. Leclerc, tome ., page 483.
(38) Profpedcus de la Gaterte, page 3. (41) Gat. p. 18.
(39) Gal. p. 23*. (4) Fernel, de abdicis rerum cafs.







Ici nous viennent du Nbrd, ou les vaches
laitieres que nous amenent les Nantois & les
Bordelois, qui nous ont apporte cette con-
tagion qui a une fi grande analogie avec cell
de France & du Nord (43) ?
Cette grande analogie, Monfieur, eit-elle
bien demontree? Si les barils de boeuf fale
peuvent incarcerer le venin peftilentiel3 cela
prouveroit que le fel marin ne feroit pas un
grand prefervatif, quoique vous difiez contra-
diaoirement que les Savoyards & les Suiffes
prefervent avec lui leurs animaux des mala-
dies, tant endemiques qu'epidrmiques (44).
Mais peut-on fuppofer que l'on prenne des
boeufs morts ou infde6s de la contagion,
pour faire ces falaifons ? Vous favez, Mon-
fieur qu'on en tranfporte dans d'autres
Colonies ou Iepifootie na pas regn;e vous
favez encore que la plus grande confom-
mation s'en fait dans les mornes ou l'epi-
fotie n'a pas non plus paru. Si les vaches
Bretonnes avoient apporte les principles con-
tagieux, ils fe feroient annonces chez elles
par des fignes fenfibles dans les traverfies, &
elles feroient fans doutenmorto s de leurs effects.
Nous avons eu de petites veroles qui nous
font venues d'Afrique; mais avant de rabattre
leur fureur fur la Colonie, elles avoient ra-
vag6 les cargaifons qui en etoient infe&des.
La maladie de Siam, au rapport de Defpor-
tes, nous a etC apportee par l'Amiral Quinci:
la peile de Marfeille venoit du Levant par la
navigation; on a vu perir des malheureux qui
sdetoient infe6ds de la contagion en ouvrant
des ballots que Flon avoit debarqu6s. La peete
peut done fe tranfporter d'une extremite de
la terre a l'autre par la navigation: mais pour-
,quoi aller chercher des caufes eloignees &
invraifemblables, lorfque nous voyons pref-
que toutes les circonftances reunies dans un
local, pour donner au feu principle une modi-
fication deletaire & qui detruit fes rapports
avec le principle vital don't la modification
n'eft probablement pas la meme dans aucune
efpece d'animal.
Lorfque les pluies font venues, l'epioo-
tie a-t-elle ceffee ? La premiere pouffe des
herbes n'a-t-elle pas product des maladies d'un
autre cara6ere, des epidemics fimples ? Nous
favons qu'il y a eu alors des diarrhies, des
dyffenteries, des ulceres fordides & phage-


(43)
(44)


Ga?. page 2z.
Ibid. paget '4.


Sdeniques : quelles en rtolent les causes (45) ?
On dit, Mornfieur, que quelques Habita'ns
ayant perdu des animaux 'd'une mort tres-
prompte, ont puni leurs gardens, & qu'i-ls
n'en ont plus perdu. Si cela et vrai, ne pett-
on pas foupqonner que les Negres pourroient'
profiter, -avec noirceur, de la circonftance
d'une epidemie, pour fatisfaire, par le male-
fice, des projects de vengeance ? Mais il faut
eviter la prevention a ce fujet: c'eft une ma-
ladie de Fame qui detruit la fecurite & le
bonheur, & qui conduit a bien des atrocities.
On a quelquefois confondu avec l'epifootie
des maladies accidentelles ou intercurrentes."
Une epidemie a des fignes propres qui la ca-
ra&erifent; elle product des fymptomes conf-
tans qu'il ne faut pas confondre avec les fynmp-
t^mes des maladies intercurrentes, dont- ce-
pendant le caradere peut etre' altered par l'ac-
tion du principle epidemique; ce qui fait que
les traitemens qui conviennent a ces maladies;
ifolees, font infuffifans & meme dangereux
lorfqu'elles ont requ l'empreinte de l'epide-
mie (46).
Les mulets don't M. Bouvier a fait flou-
verture ne font pas morts de 'Fepifootie. La
p&ripneumonie qui. les a tues n'&toit pas epi-
demique r; ais elk e toit accidentelle ou in-
tercurrente. Nous avons ouvert en 1776,
avec M. Durand, dans la favanne de la Fof-
fette, trois mulets morts de pdripneumonie,
& nous n'avons trouve qu'un engorgement
i la poitrine & les branches engouees d'une
vifcofit6 fanguinolente. Cela n'6te rien a la
fagacite de M. Bouvier pour lobfervation ;
mais je vous affurerai, fans conjedure, qu'une
pleurefie, quelque violent qu'elle foit, &
parcourdt-elle tous fes temps en' deux fois
vingt-quatre heures (47), ne produira pas
plus de gangrene ni d'erofion aux inteftins &
a Feftomac, que le pitre ne produira des epi-
demies, quoi qu'en ait dit votre ami Philo-
fophe compatijfant, qui auroit vu difttibuer
avec indifference a un Negre le refte du pitre
don't il fe feroft fervi fur un mulet pour le

(4) Cur Libycus tantis ewundet peflibus aer
Fertilis in mortes, aut quid fecrta nocenti
Mifcuerit natural folo, non .cura laborque
Nofler jcire valet. Luc, 1. ix.


(46)
nel & le
(47)


Voy. Vans Wieten, Sydenham Fer-
Me'moire de Wich.
Gad.jage z0,







f~ie forth, d'un boarbieb. Quelle compaffion!
Quete philofophie !
C, tnvenons, Monfieur, que les grands
Mdlecios qui ont brave tous les dangers des
pidemies peftitentielles, ne nous donnent pas
de principes plus pofitifs que Sydenham.
SS'il furvient quelque efpece de maladie
Sdont le caradere foit inconnu, it faut exa-
Sminier avec quelle maladie elle a plus de
Rapportt. & efFayer les m'mes remedies con-
Sfacres au traitement de cette maladie, car
l'analogie peut faire d'couvrir une mithode
' curative.. Cet obfervateur nous dit encore
myec candeur : Lorfqu'une epidemte a ceffi
. & qu'il en paroit une autte, je fuis embar-
,. raffe, fur la method curative, & quoique
3 jaagiffe avec precaution & que jfy apporte
" toute Pattention poffible, je ne puis guere
Sevter.que les premiers maladies ne fouffrent
,, un peu de mes effais, & je n'ai une march
3, affure & une method reguliere que:Ioff-
,; queje Iuis parvenu reconnoitre e carac-
,. tere.d amailadie (48).)
Vous nous dites, Monfieur, que 'es pre-
fervatifs. indiques control la; peftle ou pour
etCpecher les epidemies de s'etendre & de fe
propager, r'ont prodait aucun effeten France,
& en .produifent encore-bien moins dans les
Iqes ou nous, navons pas d'ecuries (49)
-Si cela eft vrai, les Orientaux ont raifon
de s'expofer avec ine ftupidite hardie a\ la
contagion (5o)L. Le Gouvernement a eu tort
d'envoyer des Medecins dans Tes, Provinces
ravagees par les epifooties, & 'des Troupes
pour former des hgnes &, empecher la com-
nunication, des endroits.infe&es avec les en-.
droits fans.
Mais, Monfieur, comment vous accorder
avee vous-meme. i car vous dites dans votre
consultation, que ce fera egalement une fage
precautiotx d'empecher les. Negres de com-
muniquer avec ceux des voifins qui pourroient
leur paffer dela viande fufpete. A:quoi fer-
vent les precautions inutiles:?
Nous confeilons mmeme ,. dites-vous en-


(48)
(49)
(5.o)


Sydenham, fied. I chap,, z.
Ga., page Z3.
Profper Alpin., de Med. Egiptiorum.


core, a M. *** de f~ie foignenfeumentviiter
par fon Chirurgien toutes les betes que rue
fon Boucher, pour s'affurer qu'il n'y en a
aucune d'attaquee ni mnme de menace de Ia
contagion. Vous conviendrez, Monfieur,
que ce Chirurgien ne pourroit condamner les
animaux que fur des fignes fenfibles de con-
tagion ; car s'il condamnoit tous ceux qui en
font menaces, il n'y auroit plus de boucherie.
Vous favez, Monfieur, que non-feulement
les principles contagieux nagent dan rs air,
mais qu'ils s'attachent & fe concentrent dans
les endroits close, dans les meubles., dans le
linge, dans les habits, dans les etoffes. 11 me
femible donc que c'efl un bien que nous n'ayons
pas des ecuries dans ce pays. Je voudrois
meme, lorfqu'on s'aperoitt du plus petit de-
veloppemrentt du germe epidemique, que Pon
changeit les parcs, & qu'bn ne les rendit pas
fables ; q:u'on fparat les animatrx fains des
animaux infedts; que Fon changeat les har-
nois, les traits, les brides les eperlins qui;
auroient pu fervir auxanimauxinfe&ds; qu on
bouchonnit les animaux avec des lotions aci-
des;, quei.es gardens des animaux infedes ne
fuffent pas les m mes que ceux des anitmaix
fans; que ces Negres fuffent nus, & qu'on
les fit laver avec desilotions acidutales, lorf-
qu'ils auroient fini de. pranfer les' aniraux atta-
qtus de carbon, & que les uftenfiles qui aa--
roient fervi & ces panfemens y fuffeent enti-
rement deftine's, &c.
Vous confeillez, Monfieur, de panfer les
charbons avec la th&iaque ou dautres drogues
moins cheres. Nous regrertons que:vous ne
nous ayez pas) indiqub ces droguesi: li'cono-
mie eft bonne, mais. les connoiffances falt-
taires valent encore mieux. On ne panfe guere,
Sce que je crois, les charbons avec la, the-
riaque feule mais on y joint P1euphorbe, les
cantharides, la myrrhe, r'aloes, lefprit de
vin, &c. On emploie quelquefois ave fucces,
dans ce pays, les onguens faits avec la fuie,
'orange, le citron, l'herbe A bil, le klarata,
le fel ammoniac, le tafia, le fel commun-,
&c. Ce que vous dies: a Yoccafion de ce der-
nier remede, me rappelle que Rivierea gurii
deux pefliferes avec, la faumure.
La fin a fordinaire prochain.


Par Permiffion de MM. les Ge'neral & Intendant.


DE L'IMP1IME.RIE ROYALE DU CAP.


I - Y


-_-------^--------^ --)----i-c-~~l-- :------- ---
- -- ------~.~I-xr~:.I-~e~;;;f--;I~,I~




( N 3. )


__C$-Srelaial .7,.;ra -L~_~bB*1PI'


P

FICar
a Marc


L M ENT
SES AMERICAINES.


i 19


Janvier 1779.


.Prix des Marchandifesde la Colonie.
AU PORT AU-PRINCE, le i8 de
ce mois, Sucre blanc, premiere qua-
lite, z8 a 33 1. feconde, 14 h 26 1. troi-
fieme, 22. 1 2. 1. brut, x2i x .a Indigo
lleu, h ,6 1. cuivrb, 3 1. o 4 liv.
Cafi nouveau, a 6 f. vieux, 34 f.
Cotcon, 90 i Goo liv. Cuirs, 8 a 9 liv.
Piafres gourdes, 37 & demi pour cent.
SPrix des Marchandis de France.
SAu PORl-AVU-PRINGCE, le i8 de
ce mois, Vin vieux, 400 a 0oo liv.
nouveai, 330 h 3 0o Farine de Moif-
fac, a7o h tSo. commune, I o 6o .
Bmuffail,, a zoh ix o 1. le baril. Petit-
fale, 40 a 45 liv. 'ancre. Beurre, 40h
4$ f la1. Huile, 70 a 75 1. la cave. Sa-
Ton, iAo At 60 1. le cent.
Cours du Fret.
.AU PORT-AU-PRINE, SSucre blanc,
6oh 66 d. brat, 66 a 7 d. Indigo, 84 a
pod. Cwaf, 60o 71 d. Coton, 96 a to8d.


NEG AES


MA R ON S.


A SAINT-LOUIS, le io dece mois,
eft entr 'a la Geole, Cefir, Congo,
tampere illifibklment fur les dcux feins,
fe difant appartenir a M. Simon ,, au
vieiux bour, de Torbek, qui 1'a achet6
4ta^iurBourry.,


Au PET t -Go AV E, le 8 dece
mois, Pierrot, Congo i eampi illifible
meant fur le fein gauche ag d'environ
30 a 40 ans, d'une belle corpulence i
liene, Congo, dtampe fur le fein gau-
che OH ag d'enviton 2.3 ans, taille,
de 5 pieds 3 pouces, joli de figure,
ayant des marques de fon'pays fur l'ef.
tomac; un Negre nouveau, Congo p
fans dtampe, i.g d'environ 16 ans, taille
de S pieds 3 pouaes ; & une Nigrefle
nomrmne Zabeyh, Congo, etanmpe efue
le fein droit RON, enceiite & malade:;
le 14, Apollon, Congo, tramp6 fur
le fein droit DEHAY & au deffous GG,
blfli au- deflous de l':wi droit, Ag6
d'environ 30 ans, de rmoyenne taille, Ce
difant appartenir a MadameDek;y, ha,-
bitantr au Grand- Goave.
A SA INT-MA RC, kI 4 -C e moist
Philippe:. Crtole, ffns &e, AgY.de
2i ans, taille de 4 pieds ro pouces, fe,
dilant apparcenir a M. Fouache, nvgo-
ciant au Cap : le io, Fidele,, nation'
Ibo,. eampd fur le fein gauche GAN-
DERAT, age de 2z2 ans, taitle de e
pieds, ayant des marques de fon pays
fur le venture : le 12. une Ndgritte notti
meie Julie, Creole, rtampee entire les
dcux feins VILLE, agee d'environ 12.
ans, taille de 4 pieds 2 pouces, fe di-
fant appartenir a Madame Picard; &
un Ngrce, ationAouf .ditamp fur 1#


I





SAN IMAUX:


1PA V E'S.


Au PETIT- Go AVE,-le o decc.
mois, il a it conduit a la .eole un pe-,
tit Cheval fous poil rouge, etamp6 au:
noncoir DI, ayant, une ctoile filante au.
front: le II, une Jument fous poilgris,
fans dtampe apparent, ayant l'oreilJe
droite couple.
Au PORT-AU -PRINCE, le TI de
ce mois,. un grand & beau Cheval fous
poil rouge, ctampe au moncoir I..D,
ayant une petite 4toile au front: le i ,
une Bourrique pleine, fous poil brun,
.tampde au montoir illifiblement.
t -
SP E CTACLE.
Les Comediens du Port au -Prince
apncront dimanche z4 de ce mois, une


reproentadton du tCor;erux, "omddle e6'
cinq ates, dans laquellel'amateurjoueta
le r61e de Glorieux. Cette piece fera fui-
vie de Lucile. Le foir, grand Bal, en
attendant la Belle Arfene.


Tln dr0otPOIE, ag dJe lo ans, talle
de pieds a pouces, qui n'a voulu dire
foInnom ni celui de fon maitre : le x ,
un M.ulatre nomme Scipion, itamp6
fur le fein droic SEMQ, au-deflbus P-r
GOAS & fur le gaucie E. MALLET,
4g' de 4q5 ans, taille de 5 pieds 2 pouces,
fe difant apparcenir a M. Gabeure, con-
feiller au confeil fuperieur du Port-au-
Prince.
A LEOGANE, le 9 de ce mois, tun
Negre, nation Ibo, dtampe I. DEPAU,
fe- difant appartenir k M. Depau, aau
Petit- Goave: le I z, un Negre nouveau,
acampd P. ROBERJOT, ayantdesmar-
ques de fon pays fur le venture.
Au PORT- AU-PRINCE, le to de
ce mois0, trois Negres nouvea.ux, ecam,*
pEs E. DAVID: le 1i, Cefiar, nation
Capelaou, ramp6r fur le fein droic SOU-
LANCE & fur le gauche VIVOT, ag6
de 14 ans, perruquier, fe difant de l'ha-
bitation Greffn : le 14, un Negre, fe
difant appartenir h M. Dupouy, chirur-
gieri .&Ihabitant au Bqucaffin


D IVERS.


Le fieur Vaudry pere, don't l'age &
la faritd he lui pertnectten plus de refider
fur fon habitation de la Seringue vou-
droit y placer quelqu'habitant qui auroic
trente ou quarance Negres; il lui abad-
donnera l'habitacion pendant tout le temis
de la guerre, & la moitin de-fes cafes
rapporcans; il y a de quoi ramaffer an-4
nee courante 6o a 80 milliers de caf6; It
faut s'adreffer audit fieur Vaudry pere,
ou A MM. Garefchd & Billotteau, n6e
gocians au Port-an-Prince,
Le fieur Jean Lartigau, ci-devant
capitaine-du navire le d'Alembert, de
Bordeaux naufrag6 par un vtnement
de force majeure, pros de 'ifle des Pins,
an fudde l'ifle de CubeI la nuit du '4
aut z feptembre 1777, vient d'arriveor
de Ia Havanne en cetteville le 3 de:ce
mois, apres, avoir 6v ue- otocts les af.-
faires qui l'ont d~tenu a raifQn dudit nau.
frage, & nanti de pieces juftificatives aat
bfotie,,:, poqr en rendre bon & fidele
compare a quilI appardendra, I pnrvienc
auffi qu'il erablic une maifon de com-
merce fous la raifon de fdan LartiVga
& Cdmpagnie, fife derriere la rue des
capitaines, oh il y a un grand magafin
des plus pres du bord de la mer., tres-
propre h recevoir de la denrc &c, En
confdquence ii offre fes services pour
tout ce done on voudra le charger : les
langues Anglaife & Efpagnole qu'il pof
fede pourront le mettre h mdme de remni
plir fes defirs..
Meffieurs les cr4anciers faififans des'
nomm4s Jean-Baptf ,. Pierre, JuJIe


A VIS


'7 ---c`-----~---~`-T


I
I~
tii .


iL1A
.'.*"'II


;il
r
' *' r i
* <

*1.^!




.T' I
'I. r '
'*"-
*r:' .-r






Teph, Louts & Jacques Lei6ux ha-
bitans aux Vafes, font pries de la part
des fieurs Pre Bafile & Compagnie n&-
gocians au Port-au-Prince charges de
la procuration de M. Tean .-Baptifle
Hofien, habitant aux Vafes, de prefent
en France, ci-devant fermier principal
de I'habitation des fufdits Leroux de
s'affemblkr en l'etude deMe Borgella ,
procurer au Port-au-Prince, le I"e
mars prochain, pour convenir de ce qui
revient a chacun d'eux, eu dgard a leurs
faifies.
Le fieur Abeilte neveu, negociant au
Port-au-Prince, donne avis qu'il a a
yendre du favon, de 'huile, de la belle
chandelle de Provence & de differences
groffeurs, du fel du pays, des poudres
d'Ailhaud, du vin de Malaga & deteinte
d'Alicante.
' Meffieurs les creanciers de la fliccef-
fion de feu fieur Franpois Guibert,
vivant entrepreneur de bctimensau Port.
au-Prince, forintinvits de la part de M.
Abeille, leUr fyndic, a s'aflemrblkr le 12
de ce mois chez Me Micheil, notaire-
general, a l'effet de confirer entr'eux
fur les affaires de cette fucceflion.
SIt fera proced6 le z t de ce mois, h
la barre de 'audience, a la vente & ad-
judication -difinitive de la goelette la
PFgui', du port de cinquante tonneaux
& de confirufion Bermelette.
1 I1 a et vold, dans la nuit du 14 an
15 de ce mois, chez M. le chevalier'de
Proify5, urie montre d'or a fond fabld
& une fieur au milieu, marqute fur
I'email: le Prevoft, au Havre, avec fa
chaine en or, 'trois branches, 'ajour,
& une clef d'or, ainfi qu'une garniture
de bouclesd'argent, pour fotliers..& jar-
retieres, en faqon- de palmes. Ceux qui
auront connoifiance defdits objects font
pries d'en donner avis a M. le chevalier
de Proiffy a qui ils apparticnncot.


'II fera pocded le 4 fe'vrier pirochainr
a la barre du fidge royal du Port-au'
Prince, h la diligence du receveur dei
batardifes, a la vente d'un terrein d..'
pendant dela fucceflion du nomme Gert
iain, M. L., fitue dans les hauteurs dd
la Grande-Riviere de L"ogane, lieu die
la Calbaniere, fur lecuel ii y a fept ca-
fcs, environ 4000 pleds de cafe, Sod
touffes de bananiers & une petite piece
de patates.
11 fera procede le 18 fevrier prochain ,
a la barre du fidge royal du Port-au-
Prince, h la diligence du receveur ded
aubaines, a la vente d'un terrein d6pen-
dant de la fucceflion de feu fieur Pierre
Norman, fitude dans les hauteurs de la
Grande- Riviere, lieu dit le Guimby, fue
lequel ii y a un batiment compof6 dd
deuxchambres, & environ troiscarreaus
de terre plants en vivrcs.

DEMAND Di.

M. Fabre, ancient grant de I'habita
tion Mithon, a Leogane, defireroit croa-i
ver une perfonne qui edc douze teces de
Negres& quelquesanimaux, & quivou-
luc s'affocier avec lui pour une habita-
tion fur laquelle il d.meure & qui lui
appartient, fituee la a Riviere du Maf-
facre, quarter du Petit-Goave, a fii
lieues de ladite ville, contenarit o00 car-
reaux de terre, zoooo pieds de cafi plan;
tes, done z1ooo rapportans, 30co pies
de cotton, zooo touffes de*bananiers'
des patates & autres vivres pour nourrir
40 Negres : les etabliffemens confifend
enaun magafin de 4s pieds de long fur I
de large, cinq cafes a Negres, une cafe.
a coton de 14 pieds de long & de troika
chambres, une cafe a mouiin, une cui-
fine un poulailler, une grande cafe de,
60 pieds de long & de quatre chambres,
letoGtccouvert en paille, ily a aufli-huit


"~ -II--^ll-Ulll~~~~y"~"3Uy ~r-- 1 C-L 11)-L~ll ~ I~----.. IU~L~MIII






Negres &: quatre Negreffes travalilans,
qipfi que deux mules. Ledit fieur Fabre
youdrioit que la fciece pour'cette terre,
qui ei .propre a toute force de, culture,
fe fit pour cinq o feptans; ii defireroic
a outrre qu'on evaluot la terre & les tra-
vaun qui y font faits, & qu'on lui n
p.ayatJa noitid can ptant: ii fe propose
Ie rdfter fur ladite habitation pour la
gl&rcr. /
A A F F E R ME R
S' ,
Stne Habitationfitude a la montagne
de l' Epital, orhtenant 40 carreaux de
terre, don't 8 ou i o planes en tres-beaux
cafes de cinq ans & en rapport, & 4car-
3gLaux en legumes, vivres & unebelle ba-
nannerie; }es rtabliffemensconififent en
ine belle.gnr.de cafe de 6opieds de long
fur 2o de large, divide en trois chanm-
dres, deux cabi-nets & une galerie, cou-
verte en eflentcs & plancheiee; dans une
des chambreil y aun-grmier ferman ha
clef, & autour de ladice maifon il y a des
dalJesen menuiferie~qui conduifent-l'eau
dgps huit pieces deihuic hariques; plus:,
ui pavilion de 30 pieds quarres, fervant
e cuisine & covert en effentes, dans
eqel i y a un moulin a deux roues &
Sfef ize peds de diametre pour piler du
caft e+ un beau colombier de .zo pieds
quarres & covert en eflintes, avec un
clapier au- dflous; une,grande cafe fer-
yant pour les Negres, de 4- pieds de
long, divifee en tros chambres, couverte
en lflntes: il y a fur ladite place des
sois propres h fire des effentes, du mner
ainm, des~ rtes, moyeux abattisis; on
y ,oin4a aufl huui t es de Negres ou
S4geIie's. Ceux qui deieront ferrer
Ie tout fontpris de s'adrefer a M. Le-


franc,; procureur au Port-au-Prince;
qui en fcra bonne compoficion,
ESCLAVE EN M ARONNAGE.
Un Negre nmme Cefzr, tampi
d'un cote DROUILHAC & de 'autre
JAVELLE AU PETJT-GOAVE, ex-
:ellent cuifinier & confifeur, gros & d'u'
ne affez belle taille, ayant les ipaul-e
fort large & des marques iie fa nation
fur le vifage, eft part maron la nuit du
26 au- 27 du moisr dniern il a &6 ma-
ron plufieurs fois & a ece pris muni d'um
paffeport, fe difant libre. Ceux qui en
auront connoiflance font pries d'en don.
ner avis h M. Paulian, procureur ad
P3etitc-Goave
I '. + 2 1" ;
AM x M A 1 AG A RAS.
1 a rte enleve la nuit du Ix anu
de ce mois, de la favanne des PP, de la
tharitk, h Leogane, un grand Cheval
baia-- onde, poil grise-de-fer.-brun,
drampei di coet du montoir AT .i"s, ag6
d'environ huit ans, ayant une -toile aq
front & un oo deux pieds blancs, apparv
tenant a M. L. Taverne aind, habitant
aux Cayes. Ceux qui enauront connoif-
fance font prids den donner avis Mi
Lambert, noraire a Leogane.
11 seflf gare de la favanne du Fond*
au-Diable, il y a environ trois mois,
un Cheval poil bai, ayan tous fes crins,
6tamp6du c6te du montoir M*F. & plus
bas d'une croix renverfle Ceux qui en
au0ont connpiffance font pries d'en don'
per avis a.MM. Forgues & Mauvezin
demeurans audit lieu, ou i tM. BouznI,
iarchand au Port-au-Prince: il y aurt
rdcompenfe.


.D YAR DIN
V;.. ,L' &lftE&LA JQYE DV PQ1RTAVW PRINCr4
1 A l l +.


~~_-------*Y--- -







[NO 4.3


I
''%
i
I



,?,
8;!
i.


,' ,''
t~!:r
^
4



I







II
r,.'_
1^






I ~


, .,A





r
ns


I.^
-*.:'






ii:


ES


f


NEG RAES MARONS.


Au Fort-Dauphin, eft entree a la Geole,
le I de ce mois, Louis, creole, etampe fur le
fein droit J. MANIE, fe difant appartenir
au Sieur Jourdani, au Terrier-Rouge. Le 8,
Alexandre, nation Bobo, ramp6 fur le fein
gauche illifiblement, ag6 de 6o ans, fe difant
appartenir a M. Barre, au Quartier-Morin.
Le 13, Jean-Baptifle, creole, fans etampe,
age de 18 ans, fe difant appartenir au Sieur
'Brunelot, a la Matrie. Le 14, Henri, Congo,
tampere fur le fein gauche illifiblement, ayant
la main gauche couple, & fe difant apparte-
nir a fHabitation Lemefle & Patricot.

SPECTACLE.
Les Comediens du Cap donneront famedi
prochain 30 du courant, au profit de Mde
,Dubuiffon, une premiere representation des
deux Arlequins, Comedie en trois A6es &
en vers, du Theatre Italien, dans laquelle
elle remplira le rble d'Arlequin cadet, & le
Sieur Chevalier celui d'Arlequin aine. Cette
Tiece fera fuivie d'une premiere representation
du Fauconb Opera bouffon en un Ate, don't
les Paroles font de M. Sedaine, & la Mufique
de M. Monfgny.

AVIS DIVERS.


Le Sieur Jean Favier, Negociant au Cap,
donne avis qu'il a diffous fa fociete avec le
Sieur Monmrartin, fous la raifon de Favier &
Mommartin; qu'il fe trouve le feul poffeffeur
du magafin de commerce, au moyen des ar-
rangemens qu'il a pris avec ledit Sieur Mom-
martin, fon affocie ; qu'il eft en outre charge,
tant de I'acquittement des dettes de cette rai-
Con, que des recouvremens d'icelle, & qu'elle
ae fubfifte que fous le nom de Favier.
SLa focite, ci-dvant de Bargues frres &

;


AMERICAINES


26 Janvier zyy9.


Hefdra, eft depuis le 25 decembre dernier
fous la raifon de Bargues freres, Monfanto &
Hefdra.
Les Creanciers du Sieur Laville, Habitant
a la Trouble, quarter de Plaifance, font in-
vites a fe trouver le mercredi o1 f6vrier pro-
chain, trois heures de relevee, au cabinet de
MW Langlois Avocat au Confeil, fis rue
Royale. Le part de paix qu'il fe propofe de
leur offrir, deja accepted par la plupart d'entre
eux, affure d'avance aux uns & aux autres
une entire fatisfation dans les circonftances-
donnees.
Le Sieur Tabary, Charron a l'embarcadere
de Limonade, Executeur teflamentaire &
Legataire univerfel de feu Pierre Laly, Char-
ron, prevent les Creanciers de cette fuccef-
fion de lui produire leurs tires de creances,
pour les acquitter le plus promptement qu'il
ui fera poffible. II prie auffi ceux qui doivent
i ladite fucceffion de le payer, pour lui eviter
le difagr'ment de les y contraindre par les
voices de droit.
-Les Creanciers de la Dame veuve Merlin
font pries de vouloir bien communiquer tous
leurs titres de creances, foit a MW Bourlon,
Avocat au Confeil du Cap, foit a Me Pin-
cemaille, Procureur au Fort-Dauphin : on les
prevent egalement que la Dame veuve Merlin
eft rentree depuis le 17 de ce mois fur fon
Habitation du Grand-Baffin, en vertu d'un
Arret qui a condamne les acquereurs & de&
tenteurs de cette Habitation a deguerpir.
II-a etc trouv' le 1o de ce mois, par les"
Negres de PHabitation Charitte, au Quartier-
Morin, un fac de Cafe cachete & etampe.
M. d'Heillecourt le remettra en d6fignant F'-
tampe & en payant les frais du present avis.
DEMAND S.
On defireroit acheter au comptant une
Maifon fituee dans quelque rue de commerce.
On s'adreffera l'Imprinerie Royale du Cap.


A F:Fr(
AF (


.+ 1 ;_ */. 1
A 1-,:r^..//


u Mardi


I


IL~Cl~dC~5r~-LI----. -.1.-.


. + ........WiiO Irl I


1.
I' I







~iI








$iI~



~ ~I


SB








IDn de'freroit trouver une perobnne'po(fe-
.dant fuperieurement la theorie & la pratique
de lfart d'acrire., d'une conduite recdnnue,
ayant de la patience & de la douceur, enfin
propre enfeigner des enfans. On s'adteffera
a fIimprimerie Royale du Cap.
On d~iireroit acheter un attelage de jeunes
Chevaux faits a la chaife, avec un bon Co-
Scher connu. II faut s'adreffer au Sieur Saujfay,
Maitre Apothicaire, rues de Conflans & du.
.Gouvernement, au Cap.
NAVIRES EN CHAr GEMENT.
Le Nelfon de Nantes, Capitaine Bridon,
partira pour ledit lieu au premier convoi, &
prendra a fret du cafe & de indigo, ainfi que
des Paffagers. On s'adreffera audit Capitaine,
en fon magafin au Cap, rue du Gouverne-
ment, qui a encore plufieurs articles de fa
cargaifoni vendre.
Le Sartine, de la Rochelle, Capitaine le
Blanc, du port de 450 tonneaux, fin voilier,
arim de Iz canons, partira pour Bordeaux
au premier convoi. Ceux qui voudront y
.pater ou charger a fret, pourront s'adreffer
audit Capitaine, chez MC" Poupet freres, ou
auxdits Sieurs Poupet freres.
Le+ Comte-d'Artois, de la Rochelle, Capit.
Giraud, du port de 450 tonneaux, connu par
fa march fupe'rieure, armed de 18 canons,
partira pour Nantes au premier convoi. Ceux
.qui voudront y paffer ou charger a fret, pour-
ront s'adreffer audit Capitaine, dans fon ma-
gaTin vis-a-vis M. Cornu, oun M" Poupet
freres.
BIENS ET EFFETS A VENDRE.
Deux Habitations, I'une fife a la montagne
du Port-de-Paix, & 'autre aux Cabanes, dC-
pendance auffi du Port-de-Paix, propres a
Pindigo & au cafe, y ayant fur Fune & Pautre
.des plantations de cafe affez confiderables,
& fur celui des Cabanes un jardin a indigo,
indigoterie, baffin, moulin a indigo, moulin
a caafe, magafin, glaflis, quantite de bois de
confirution prepare & 'quatre-vingts de fes
.Negres, &c. Ceux qui voudront en fair lac-
quifition, s'adreiferont M. Allemand, pro-
prietaire defdites Habitations, ou a M. Nor-
madnd, Marchand au Port-de-Paix.
Un. Emplacement fis au coin de la grande-
rue & de la rue de la Paix, au Fort-Dauphin,
de 61 pieds & demi de large. fur I 4 de pro-
fondcur, fur lequel il y'a une cafe de maqon-


nerie, confltat en un magafin de 4t pied4
de long fur zo de large & une chambre de i
fur la grapderue, un cabinet de i pieds quar-
res, une autre chambre de 17 pieds fur la rue
de la Paix, une galerie tournante ; une autre
cafe en bois fur la rue de la'?aix, de 41 pieds,
contenant trois chambres & deux cabinets
fous une galerie, couverte en effentes i une
cuisine de z4 pieds, avec un grand four, cou- .
verte en tuile; un poulailler, un colombier,
une cour, un petit jardin & un pits. Ceux
qui voudront en faire Iacquifition, s'adreffe-
ront au Sieur Francois Ma e y demeurant,
qui en fera bonne composition pour du comp.
tant.
Un Bon Negre cocher. On s'adreffera a
Me Ducommun, Curateur aux fucceffions va-
cantes, au Cap.
Le Sieur Dufaud, Negociant au Cap, rue
de Penthievre, a Phonneur de prevenir le
Public qu'il a trois balles de Pelleterie, Peaux
de chevreuil, ainfi que du Bifcuit de France,
a vendre.
II fera famedi prochain 30 du courant,
proceed a la Barre du.Siege Royal du Cap',
A la requete de MW Ducommun, Ctrateur aux
Aucceffions vacantes de la Jurifdidion, grant
en cette quality celle du feu Sieur Marchegay,
a la vente & adjudication au plus offrant &
dernier encheriffeur d'un Terrein fis au
quarter de Limonade, de la contenance de
huit quarreaux ou environ, dependent de la-
dite fucceflion, borne' au Sud d'un Terrein
appartenant ci-devant au Sieur Quaguerre, au
Nord d'un Terrein appartenant a un propri4-
taire inconnu, a POueft de M. Desforges~
& a 'Eft du nomme Guihard, M. 1.
ENCLAVES EN MARONAGE.
Un MulAtre nomme Charles, dit Mafuiine,
etampe fur le fein NEVEU TON, age d'en-
viron z6 ans, taille ,de pieds, les yeux ha.
gards, une cicatrice au front, lui manquant
une dent de devant de la machoire fuperieure,
les pieds mal faits, fachant lire & ecrire, &
parlant Franqois & Gafcon, eft maron depuis
environ trois ans & demi. Ce Mulatre fe dit
libre, ayant une fauffe liberty. Ceux qui le
reconnoitront, font pr;is de le faire arreter
& d'en donner avis au Sieur Lataille, rue
Efpagnole, au Cap : il y aura bonne recom-
penfe.
Une Negreffe Congo, nommee Madelon',
narchande, 'tampee G B, eft parties maronj-
.,q.,'


'I
,i



L j
f!?'r.'v_ '
ii"
I;
"^';'^l


I
:!




1:, ,,-

K



pI
'I
t+,,
i : j










1 1 2
i
'. ',' s
i;. '_:, ;







I:
I, .- I
,, -,


i






,'
;'** .A*




'.."h)
II


i.
'[..

I,


~~~~------~---~ ---` I~ -L----~-~__~~~ ~







f y a environ cinq nois. Celn qui la recotn-
noitront, font pries de la fair arr8ter & d'en
donner avis a la Dame Balleroy, au Cap:
il y aura meme recompenfe pour ceux qui la
lui rameneront.
Deux Negres no(veaux, nation Congo,
tampes fraichement MITAUT, font parties
marons depuis deux mois. Ceux qui les re-
connoitront, font pries de les faire arreter &
d4en donner avis i M. Leroux, au Port-de-
Paix;
Un Negre nomme Iafon, nation Tacoua,
ag6 d'environ zy ans, etampe fur le fein droit
CJNVyV 'LS, eft part maron ily a environ
cinq femaines. Ceux qui le reconnoitront,
font pries de le fair arreter & d'en donner
avis an Sieur Saint-Amand, Huiflier aux Go-
naives, ou au Sieur Philippe Hache, audit
lieu, a qui ledit Negre appartient : il y aura
recompenfe.
Un Negre Congo, etampe DE. BON-
NETIE, taille de 5 pieds 5 pouces, fluet,
d'une jolie figure, ayant une ancienne bleffure
au gras d'une jambe. Ceux qui le reconnoi-
tront, font pries de le faire arreter & d'en
donner avis A M. de Bonnetie, Habitant a
la Marmelade.
10. Hippolyte, nation Fond on Savarou,
fans etampe, age de 54 a 55 ans, taille de 5
pieds 4 a 5 pouces, maigre, bien bati, autrefois
ouvrier orfevre, ayant une marque legere au
milieu du front, trois autres perpendiculaires
comme la premiere fur chaque joue, & quel-
ques marques grainees a chaque tempe, par-
lant Francois il eit commander, & foup-
conne d'&tre retire dans les cafes a Negres de
I'Habitation de Mde de Vaudreuil, au Haut-
du-Cap, on a la petite Place, on occupy a
fire la pacotille.
z. Spadille, Congo, auifl commander,
-tamp de plufieurs tampes notamment
RIVET &c P. D. C, taille d'environ 5 pieds
i pouce, age d'environ 40 ans, poitrine large
& bien jambe.
3'0. Gabriel, Congo cuifinier, 6tampe
P.D.C, age de n ans, taille de I pieds 1
pouces ou environ, ayant les levres rouges.
40. Rock,'Congo, ag de 21 ans, maigre,
meme etarmpe, ayant quelques dents de de-
vant pointues.
jo. Alexandre, Mondongue, age de z x
-ans, meme &tampe.
6. Jacques, Ibo, agede 26 ans, uwme


7* Sansuar der, TIb, mime tamp pd,
age de 6 ans, taille de j pieds 5 a 4 pouce,
robuffe, incommod des'crabes fous les pieds,
ayant les.dents de devant fcides A la machoiie
fuperieure.
80. D-offa, creole, valet & perruquier, aig
de z6 ans, taille de 5 pieds 1 pouce ou envi-
ron, fans etanipe, tres-marque de petite ve-
role, ayant des humeurs froides au cou, & fe
tenant mal.
S 9. Louis, nation Thiamrba, fans etampe,
age d'environ 66 ans, cuifinier, commander
& cocher, taille d'environ j pieds 2 pouces.
o.. Jacques Paille, creole, fans etampe,
ou sil en a une elle doit &tre P. D. C, ag
de z2 ans, taille d'environ 5 pieds.
10. Tranquille nation Mina, valet &
cocher, etampe LMP entrelaces, age d'en-
viron 40 ans.
1z. Lafortune, nation Nago, etampe P.
D. C, Age de 39 ans, taille d'environ j pieds
4 pouces, ayant des marques de fa nation au
vifage.
Ceux qui reconnottront lerdits Negres,
font pries de les fire arreter & d'en donner
avis a M. Patiffier de Chdteauneuf, Lieutenant
de Juge au Port-de-Paix, A qui ils appartien'-
"nent, ou a M. Louis Foucher, Nigociant au
Cap.

NO rVELLES POLITIQUES.
A M E R I Q U E.
Du Cap le z6 janvler T779.

Extrait d'une lettre de Philadelphie du 9 .de-
cembre dernier.

Les nouvelles en affairs politiques que je
puis ici vous donner, font que M. le Comte
d'Etaing n'a pas etc feconde par les temps.
Cette malheureufe traverfee fi longue, occa-
iionne par les vents contraires, a mis un freia
a fes projects. II eft affurd que s'il f6t arrive
quinze jours plutot, les Anglois feroient dans
une plus trifle position: il a fait neanmoins
beaucoup de prices, fait bri'er & echouer
des Fregates, & donned bien de la tablature
aux Anglois. Son Efcadre eft fortie de Bofloi
le 4 novembre d'ernier, a l'dpoque du depart
de cinq Vaiffeaux de ligne Anglois qui efcor-
toient environ 32. Batmens de transport avec
des Troupes 3 on ignore de quel c6te ils au-


---'"" .I I 'L ~O_ I~QS~Y._,~-a'~ ~ ~sils~ ~q


-, ....








unt dirige leur route.: 11 pourrot bien etre
aufli que M. le Comte d'Eftaing ayant eu des
avis, fdt forti pouIles joindre; c'eft ce qui
done de l'inqui&tude aux Anglois.
IEfacadree de 1Amiral Byron, compofee
de 0o ~.-14 voiles,, dtoit mouillee a Rhode-
Ifland lors de.la fortie de la n6tre; elle mit a
la voile trois ouqua.tre jours apres. Elle requt
,un mi violent coup de vent, qu'elle fut difper-
fre; un Vaiffeau de 64 fit cote & confequem-
ment fe perdit ;.un ivtre de 74.vint mouiller
a New-Yorck, deimit de fon rd't de mifaine.
D'apres ces faits, il faut croire que cette
meme Efcadre aura beaucoup- fouffert. Dieu
veuille que celle de M. le Comte d'Eftaing.,
qui ne pouvoit etre bien loin alors, n'ait pas
eprouve le meme fort!
I1 femblcroit, a en juger aux apparences,
que les Anglois travailleroient a evacuer
New-Yorck, vu toutes les Troupes. qui en
'font parties & embarquees, &ne fe confer- ;
ver dans cette fle que les forces fufifantes
pour fe defendre en cas d'attaque. II ne reftoit
en cet endroit,au 2o novembre, que\4a ooo
hommes, le Vaifeau de 1'Amiral Gambier
.de 64, le Montmor d'egale force, le Vaiffeau
don'tt je vous ai parl ci-deffus, 3 Fregates &
environ i t~Navires de transport. Ces pre-
miers'devoient partir a la fin de ce mois pour
Londres. Le Rotoc, de 40 canons, eft parti le
27 du mois dernier pour Londres, avec deux
Fregates dans lefquelles ont paff6 les deux
Commiffaires qui dtoient parties de Londres,
munis des ordres de la Cour pour fe recon-
cilier avec les Americains; mais ils font re-
partis come ils font arrives.
On ignore ici ou M. le Comte. d'Eftaing
a et; en mon particulier, je crois fort qu'il
aura ete paffer fon quarter d'hiver dans vos
Colonies., .
La Fregate la Chimere eft parties d'ici le 5
de ce mois, charge de farine i fans doute
que c'eft pour notre Efcadre.
Un Briq du Congres, parti de Nantes &
arrive ici, nous a donned pour nouvelle que
,1Efcadre de Breft, en feconde attaque, avoit
pourfuivi celle de fAmiral Keppel jufque de-
vant Plimouth, & que les boulets de I'Efcadre
Franqoife alloient jufqu'a terre i qu'il fut en-


voyy par la Cour de Londres a celle de France
un Expres pour propofer des accommode-
mens. Voila, Monfieur, les dernieres nou-
velles; mais je ne peux vous donner des de
tails r'
L
Life des Batimens de guerre perdus par Sa
Majefle Britannique depuls le commencement
de la guere avec I'Amerique.

Le Mercure, de 24 canons, perdu fur les
chevaux de frife dans la riviere du Nord.
L'Augufle, de 64, & une Fregatede 3z, per-
dus dans la riviere de la Delaware. ,Le Liwer-
pool, de z8, perdu fur PIfle-Longue. La Ju-
non, de 3;1 le Cerbere, de 28 ; Orphe'e, de
325 le Lark, de 31 la Rofe, de o ; le Grand-
Duc, de 32; le Pecheur-du-Roi, de 14; le
Cigne, de 16, & une Galere, brules ou couples
a Fond a Rhode-Ifland. Le Drake, de zo, pris
par le Ranger. La Judith, de 31, perdue a la
Pointe-Judith. L'Aekion, de 3z, & une autre
Fr6gate de 18, brulees a la Caroline. Le Mer-
lin, de 20, forc a terre par M. d'Eftaing.
La Minerve, de 3z, avec fes Mouches, &
'AAiive, de 32, prifes & conduites au Cap-
Franqois. La Bombarde le Tonnerre, de I~-,
& le Se'negal, de 16, pris par M. d'Eftaing.
Le Lively, dezz, & lAlerte, de 14, pris &
conduits Breft. Le Sommerfet, de 64, perdu
fur le Cap-Cod. Le Mermaid, de z8, perdu
dans la baie deChefafpeak. Le Hoift, de 16,
perdu a la c6te, pr's du Cap-Henri. Le Bel-
Koort, de 20, brule & couple a fond aux de
bouquemens. Une Galere & deux autres petits
Batimens garde-c6tes, perdus dans les caps.
Des lettres de la Partie Efpagnole nous
apprennentParrivee de M. le Comte d'Eftaing
ra Martinique. Son Efcadre a repris rIfle
de Sainte-Lucie don't les Anglois s'etoient
empares pour fe venger de la perte de la Do-
minique don't M. le Marquis de Bouille,
Gouverneur des Ifles du vent, a fait la con-
quete.
Larrivee de M. d'Eftaing a la Martinique
eft confirmee par les Parlementaires venus de
la Jamaique : on affure mime que nous ne
tarderons pas a le voir arriver a Saint-Do-
mingue.


R_.r~_F~-r**rs;;~a. --~T-----------l a~-~14-bl~-p-bl I -II I --


Par Permifion*de MM. les Gne'ral 6& Intendant.


DE L'IMPRIMERIE ROYALE DU


^k

i'";^
*''',^ '.
.:' 3$.i


Bi".
' .';


!:,
.^



-- I I -- --


CAP.





( N* 4. )


PL ]

INCHES

Mardi 26


M ENT

AME RICAINES.


Janvier 1779.


Prix des Marchandifes de la Colonie.
A PORT AU -PRINCE, le 2.5 de
ce mois, Sucre blanc, premiere qua-
licti, 30 B 32. 1. feconde, 14 2 z6 1. troi-
fieme, 2z a z7 brut, x z i 1 1. Indigb
bleu, 6 7 1. cuivre, 4 1. o. 5. liv.
Cafe nouveau, a 6 f. vieux, 4 C5 f.
Coton, 80o 90 liv. Cuirs, 6 h 7 liv.
Piafires gourdes,' 37 & demi pour cent.
Prix des Marchandifes de France.
Au PORT 'AT-PRINCE, le 5 de
ce mois, Vin vieux, 400 a o00 liv.
nouveau, 300 h 330 1. Farine de Moif-
(ac, 190 0oo0 commune, 170 h 18ol.
Baeuf falB, I xo ha zo 1. le baril. Petit-
falt, 45 h 48 liv. I'ancre. Beurre, 45 a
48 f. la 1. Huile, 60 a 75 1. la cave. Sa-
von, xio A x60 1. le cent.
Cours du Fret.
Au PORT- AU-PRI NCE, Sucre blanc,
6o 6 6 d. brut, 66'1 7 2d. Indigo, 84 ,
o d. Caf4, 60 a 7 d. Coton, 96 i o8 d.


NVE GRES


M~ARON S.


' A SAIiT-LOUIS, le I e dece mois,
eft entr6 la Geole, Auguflin, nation
Bambara, covert de bleffures a l'epaule
gauche & aux feins : le 13, un Negre
nouveau nation Mondongue, tamC$


F. SOUBIRAU ayant un malingre k
la jambe droite, qui n'a fu dire fonnomn
ni celui de fon maltre.
Au PETIT-GOAVE, le2.odece
mois, Alerte, nation Bambara, e'ampd
fur le fcin droit ANIP age d'environ
.3 ans, de petite taille, ayant des mar-
ques de fon pays fur le vifage.
A SAINT-MARC, le 16 de ce mois,
un Negre nomme Alexandre, Congo,
etampd fur le fein droit TARANE, Age
de 2z ans, Faille de 5 pieds 2 pouces, fe
difarit appartenir a M. Larante; -Jo-
feph, Creole, fans 'rampe, age d'envi-
ron 4o ans, taille de 4 pieds xc pouces,
fe difant appartenir'a M. Renard; & une
Nkgreffe nommie JIFer,, nation Nago,
etample fur Ie feintidroit PELLIE, &c.
& au-deffous ST M, avec d'autres let-
tres illifibles, agde de rx ans, taille de 4
pieds io pouces, fe difant appartenir B
M. Bifot: le 19, un Negre nommh Lac-
quet, Congo, etamp6 fur le fein droit
BOUDET, les deux dernieres lettres
lid.es, age de 18 h 2o ans, taille de 4.
pieds 5 pouces, fe difant appartenir H M.
Boudet: le 2z, un Negre Congo, etam-
pd fur le fein droit BLED & au deffous
ST MARC, age de z5 ans, taille de $
pieds 2 pouces, qui n'a fu dire fon nom
ni ctlui de fon maitre; & Zabeth, na-
tion Nago, &tampe fur le fein gauche
MOLET, ag.e de z ans, taille de .


A


r r~riw -I II -- I .I --


i~l~--'-"*"l--"yl"~""~ICLU-(slllllllll -LYI--Lllls~I1~C-g*6-11-1 P~X___a)lBpU~LPpDi~saa(Kg~psf






























I


pleds 6 pouches, fe difant appartcnir h M.
Moler.
Au PORT-AV-PRINCE, le 17 de
ce mois, un Negre nomme Boue, na-
tiorn Aoufla, trampe C B D, fe difant ap-
partenir h M. Boifbnniere Definornais:
le 8, Jean, Congo, 'tampd FRONT-
GOUS, marque de petite verole, fe di-
fant appartenir a M,`Frontgous, chirur-
gien & habitant a Jacmel; & un Negre
de nation Ibo, erampe J. DEPAV, fe
difant appartenir a M. Depau, habitant
iu Petit-Goave: le 2.z, Mafthurin, na-
tion Bambara, etampe CARADEUX,
fe difant appartenir a M. Caradeux : le
2.1, une N6greffenomm6e Lalitte, Con-
go, etampee illifiblement, fe difant ap-
partenir a la nommee Marie Rofi,
N. L. au Port-au-Prince; & Marianne,
Congo, &tampee illifiblement, fe difant
appartenir a M. Arnaud, habitant au
Boucaffin.


A NIMAU x


APA VES.


Au PORT- AU-PRINCE, le 2o de
Cemois, il a 'te conduit a la Geole, un
Cheval fous poil bai, dtampe au mon-
toir PSF & une Cavale fous poil bai-
orange, etampee au montoir ROC &
plus bas L. P.


SPECTACLE E.

Les Comediens du Port au Prince
dpnneront mardi fevrier, au bendfice
du fieur Deriaan, une premiere repr&-
fentation d'Alzire ou les Amricains,
tragddie h grand fpetacle, ornee de tou-
tes les decorations done elle eftfufcepti-
ble, & dans laquclle l'amateur remplira
le rble de Zamor. Cette piece fera fuivie
4e iErreur d'un moment, opera en un


a&e, de Monvel. 11 y.a.ura, Ie mMnW
foir grand Hal 'a Con benefice.
Ils donneronr, le dimanche 14 fevrier,
le F fin de Pierre & e Cj'iinois de re-
tour, opera en un ade, qui n'a jamais
etd joue en cecce vile, & grand Bal en-
fiite. .
Le lundi 1 f fevrier, le Malade ima-
ginaire avec fa reception. Cette piece
fera fuivie des Deux Avares, opera en
deux a&es, orne d'une nouvelle decora-
tion de la place publique & de tout faQ
fpe&acle.
Et le mardi i 6 fevrier, jour du Mar..
di-Gras, ils donneront une feconde re-
pr'fentation de la Belle Arfrnne, opera
bouffon en quarre a&es, tel qu'il a &e' an-
nonce dans les Afflches precedences,
mais avec un nouveau coup de theatre,
qui excitera 'admiration des fpedEateurs;
le meme foir grand Bal.


SVIS D IVERS..
Meffieurs les creanciers faififFans dei
nommes Jean-Baptifte, Pierre, Juftle,
Jokeph, Louis & Jacques Leroux, ha.
bitans aux Vafes, font pries de la pare
des fieurs P"e Bafile & Compagnie, ne'.
gocians au Port-au-Prince, charges de
la procuration de M. Tean -Baptifi
Hoflen, habitant aux Vafes, de present
en France, ci-devant fermier principal
de l'habitation des fufdits Leroux, de
s'affembler en 1'ecude de MC Borgella.
procureur au Port-au-Prince, le ie
mars prochain, pour convenir de ce qui
revient a chacun d'eux, eu regard leIurs
faifies.
Le fieur Jean Sorbier, habitan't
Mirebalais, heritier en parties de feu fieue
Jean- Pierre Lacombe fils, fon neveu,
vivant habitant audit quarrier, oil il eft
decedd vers la fin de 77 5, previenct ceu


-- -ra- mo







qul porroicnt etre charges en cctte Co-
lonie dela procuration des autrcs co-he-
riticrs, que les Negres ddpendans de la
fuccefijon dudit feu fieur Lacombe fils,
qui avoient ere affermcs h la barre du
fige au fieur Dalefl, pour trois ans, ont
et6 remis audit fieur Sorbier le 2.5 jan-
vier 0179 par le ftrmier, dontle bail eft
expire, afin que ledit charge de procu-
ration fe pourvoye pour le partage def-
dits Negres, en jufiifiant de fes tires.
Le fieur Sollar, ndgociant au-Port-
au-Prince, rue des Capitaines, donne
avis qu'on trouve chez lui de tres-bon-
nes Longues-vues, du Feuillard, du
Vin en caiffes &en bariques, da Savon,
'de l'Huile fine & en caves, du Plomben
planches & lamine, des Cordages, du
goudron & plufieurs autres objets,
quil vendra a de bonnes compofi-
tions.
Le fieur Pujol cadet, marchand con-
fifeur au Port-au-Prince, donne avis
qu'il a quatre Negres pecheurs a vendre
ou B affermer.
Le fieur Raoult, ancien receveur des
o&rois du Petit Goave aujourd'hui
receveur des mrmes droits aux Cayes,
jurifdi&ion de S. Louis, a l'honneur de
prevcnir MM. les habitans de cette Co-
lonie que le 30 feptembre dernier le
fieur Herbert, caboteur, capitaine de la
goilette la Vic7oire, fe charge de lui
tranfportcr fes meubles & effects aux
Cayes; que jufqa'h prefent il n'a eu au-
cunesnouvcllesde ce caboteur, & encore
moins de fes effects & qu'en outre on
I'affure n'en avoir eu aucune connoif-
fance, meme dans aucuns des ports de
la cbte par oi il devoit neceffairement
paffer; ce qui cependant, fans foup-
onner la probity dudit fieur Herbert,
& joint encore a ce que tous les parle-
mentaires venus de la Jamaique n'ont
pureen donner des nouvelkes ce quidi.


fons- nous, force Ie fieur Raouil de
craindre fur le fort de fes effects, que-
I'enfemble & les circonflances rendenc
un objet confiderable. II price en conf,-'
quence les perfonncs qui auront des nou-
velles dtdit fieur iHerbert, ou qui vien-
droient a avoir connoiffance defdits ef-
fecs ci-apres defignes, foit en cas que ce'
caboteur ait ite pris ou pill6, 'ou que
fes meubles aient etc expofes en vente,
de vouloir bien lui en donner avis. Ces
objets confilfent en belles armoires d'aca-.
jou, ameuiblement de rotin, tables an-
glaifes d'acajou pieds d'aigle tournes,
diffirenres caiffes replies de cryflaux,
verrines, porcelaines, fayence, bras
dords, trois glaces, don't une tres-
granhde & tres-belle, avec fon pied dori
& fa table de marbre, encaiflReschaeune.
feparement; trois groffes malles pleines
de line de' table & de nuit, dans ef-
quelles font encore plufieurs garnitures
de lit de chicte avec leurs mouftiquaires
de coton fin ; quatre barriques de viI.
rouge & blanc en caiffes, marquees IR;
quatre paniers d'huile & quatre caifles
de favon; batterie de c4lifine; en un mot
tous les uftenfiles neceffaires h un me-
nage.
Il a te vo6l, dans la nuit du 14 ati
i de ce mois, chez M. le chevalier de
Proif'yy, une montre d'or h fond fabl6
& une fleur au milieu, marquee fur
l'mrail: le Prevoft, au Havre, avec fa
chain en or, h trois branches, a jour,
& une clef d'or, ainfi qu'une garniture
de boucles d'argent, pour fouliers & jar.-
retieres, en fagon de palmes. Ceux qui
auront connoiflance defdits objects font
pries d'en donner avis a M. le chevalier
de Proify, qui ils appartiennent.

DEMAND D E.

[ M. le comte de Maltdi. Gravirt


I_ __I__IIUIUWU4YYUIIYUPPs)PsllJllllllll(s


r- -









elietenant;colorel d'infanterie, cheva-,
lier de S. Louis, habitant aux Anglois,
quarter des Ances, defireroit trouver un
entrepreneur qui eut affez de forces en
Negres pour faire l'entreprife d'un canal
pour lui procurer l'eau a ia plus grande
hauteur de fon habitation, qu'il iroit
chercher h deux lieucs de distance, oi la
pente eft naturelle: il donne avis qu'il
paiera d'avance le tiers du prix qui fera
,onvenu, un autre ticrsaux deux tiers
de l'ouvrage, & le tiers reftant h la per-
fgeion dudit ouvrage. Ceux qui auront
intention de fe charger de ladite entre-
prife, font prids de s'adrefler dire&ement
h lui, & de fe pr6fenter le plut6t poffi-
ble, attend qu'au d6faut d'entrepreneur,
il eft decide a faire faire ledit ouvrage
par fon attelicr,

ENCLAVES EN MARONNAGE.

Un Negre nomm Ceifar, de nation
'Arada, etarmpc GOGUIET, eft part
anaron le premiere ce..m ois. Ceux qui
en auront connoifiance font pries d'en
donner avis k M. Goguiet, habitant a
1'Arcahaye,
Dauphine, de nation Ibo, dtamp6
CHAVANNES, ,ag6 de 29 k 3o0 ans,
provenant de la fucceffion Terrien, dit
martin, vivant charpentier a l'Arca-
1aye. Ceux qui le reconnoltront font
priis d'en donner avis a M. de Saintard,
capitaine de Milices aux Vafes, ou a
iM. Camfranq, Marcorelle & comp.
au Port-au-Prince.
Charlorte, Creole du Port-au-Prince,
itamppe MARQUET, ayant appartenu
4 difunt fieur Dandouin; elle a enmend


avee elledeux de fes enfans, don't unef
Negritte agCe d'environ 8 h 9 ans, &
un petit Grif, fg6 de 18 mois & a la
mamelle. Ceux qui en auront connoif-
fance font prids d'cn donner avis au fieur
Petition, a qui elle appartient, ou h
MM. Nau & comp., ndgocians au Port-
au. Prince.
Quatre Efclaves, don't un Multre &
trois Negrcs, favoir: Jean-Louis, Mu-
litre Creole, fans erampe, taille de 5
pieds z pouces ,-d'une jolie figure,
difant libre; un Negre nommi eDo-
mingue de nation Mine tamper
ASTIER GRENON, ag6 de 45 ans,
bon patron; Manuel, nation Congo,
dtampe GALICE- GRENON, age de
30 ans, de forte corpulence; & AugufJ
tin, dit Sambon, Congo, Negre de
ferme, etampe GANDUC : le fufdit
Mulitre ainfi que lefdits trois Negres
font parties des Cayes le zi ddcembre
dernier dans un cannot appartenant a M.
ParsOou, demeurant audit lieu. Ceux
Si les connoItront font pries d'en dons
ner avis h M. Grenon de Pintault, ca-
pitaine-major des miliccs & habitant a
Cavaillon; ou h M. Toutqlein, au Port-
au-Prince: il y aura bonne recompenfe.


CA VA Z.E


SGAR R


E.


II s'efft gare des favannes du gouver-
ment le vendredi I de ce mois, une
grande Cavale fous poil gris-blanc,
rcampee au montoir PS & au-deffous
illifiblement. Ceux qui la reconnoltronc
font pries de la faire conduire chez Me
Daumont procureur au Port-au-
Prince, qui donnera ricompenfe,


;E D L'IlMKRIMERIE ROYALE. DU EQRT-AU-PRINCg,


/-


~1

I"i
ra
;"
fi



i, ,
R*^l
. ,
":,]


own


.,



I'
21," q
1 1',!'




'h
ir:
i"-;,'.',

. .

' ', "i

"-I
.- "I


~-1II1 C -- I -
--- ---~


q
... .1
'! i
._ 4










PP-LE MEN NI

,' \ *, -,,.
^ ^^ *
*T'!.- '


AUX


A FFIChIES AMERICAIN ES


Du MarddiG


Janivier zyjg9.


a M. de


. ourquol n'avez-vous pas parle de faignees ?
Elles ne convienneht guere, iites-vous, dans
les maladies peftilentieles. M. Leclerc pretend
que l'on peut tirer a un boeuf fix a fept livres
de fang par des incifions faites au cou ou a la
poitrine, mais qu'il ne faut. jamais :faigner
paff6 le troifieme. jour. Au delay de ce teinee;,
fuivant cet Auteur, elle.eft totalement inu-
tile, fi ele n'eft pas mortelle. On,peut mmete,
continue-t-il, Ifi le befoin leit urgent, faigner
deux fois en un jour, come jel*'aifait pra-
tiquer avec beaucoup de fucces (y ). L'Au-
teur de la Confultation Veterinaire dit en
maitre : La faignee ne doit etre employee
:" Iqu'autant quela fievrei feroit vehiemente, la
3 chaleur brtlante & la foif en quielque fauoh
"I inextinguible. '
Gallien, dans une pefte,qui devaftoitr'Afie,
ne trouva pas de fecours plus efficace que
d'amples faignees. Sydenham en a tire avan-
tage; mais il dit qu'elles front abfolument
nuifibles dans le temps oti il y a dcja des tu-
meurs pelfilentielles.;1 rapport Plhifioire d'un
Chirurgien qui traita une pefte avec, fucces
par des faignes .copieufes dans 'invafion de
la maladie. Cela eft cniforme a ice que, jai
entendu dire a des: Habitans, qu'ils avolieit
faigne avec fucces leurs boeufs jufqu'a ce
qu ils paruffent tres-foibles. Le mulet que M.
Bouvier a trait, & qui a eu de la peine a fe
retablir, avoit une fauffe peripneumionie, ou
une fluxion plut6t catarreufe qu'inflamma-
.toire, fur les poumons ; & cette maladie ne
fupporte pas plus les faign'es que la pleurifle
.pidemique que Vans-Wieten dit avoir vue.
Diemer-Broehc n'a vu que de mauvais ef-
fets de la faignee dans la pefte. Sorbait a
appris dans la pefte de Vienne, par une fatal
experience, que la faign6e etoit funefte. Cela
prouve que le caratere de la petle & des ma-


(j ) L. c, page 463.


ie M. Arthaud
'Etang.


ladies epidemiques varie fuivant la modifica-
tion de leur, principle; qu'il faut bien de la
'prudence pour.les, traiter, & que Fon ne doit
-pas' s'carter abfolument du precepte d'Hip-
-p~crcate ,:;Li morbi; tos luos is minimb cognof-
:cit medicamentum non ,vehemens potandum.
SOn ne doit pas adminiftrer de remedes vio-
- lens dans les maladies don't on ni connoit
-, pas le cara6dexe'", parce. qu'oA denature
:la maladie,& qu'elle fe furcharge alors d'ipi-
phoenomenes queile remede product, & qui
fe confondent avec les effects de la aufe mor-
bifieue.. ..:-..1:
Si'.on brule lIesanimaux;, on doit bien les
consumerr (2z) cfequi n'ariive pas toujotrs
fi on abandonne cette operation aux Negres
Jlair fixe.qui ,fe degage de leurs~parties el eri-
traine par les flames dans Patmofphere.aiveb
des principles :cobtaggieux qui ne. font: fans
doute, pas aitffi :inalteriables: que le e diam a nt.
SOn, ne faitia; quelle: piofonddur on pourroit
enterrer les animaux,: pour' que les principles
contagieux tie puiffent parvenir en exhalaifon
a la surface de la terre, ce qui eft bien plus
dangereux pour les animaux qui paiffent ou
qui broutent, que 1orfque ces principles font
repahdus dans Iair a une certain hauteur.
: Je. fais qu'on a vu a Varfovie la pefte re-
paroitre.: a a fuite d'un incendie, & qcue les
feuk allumnI s a Toulon idans 'une peite ont
paru inutiles; mais je fais aufli que Saches
en Egypte, Acron a Athenes, ont acquis une
grande veneration, pour avoir affoibli la pefle
& fauve beaucoup de maladies en faifant allu-
mer des feux pres des malades & dans les
Villes. Hippocrate a faith la mmine chofe &
avec lememrne fuicces. N'eft-il pas probable
d'aptes cela, que uf4ge-oui lon' eft de bruler
les tetes de canne eft utile pour alter ou
changer la cornfitution de Pair ?. Et c'eft peut-
etre un malheur de plus, par cette confidera-
tion, que les roulaifons aient te fii fort dimi-
nudes par les fecs.

(5j) Ramaiini, de contag. boum luce.


[CN 4.1..
L X I i I i-i- -T -n 1 ... I i i I 1I1 r


-- --- ---- -- ---


*-~f~i~E~C~









. II eft mort beaucoup d'animaux fans char-
bon, fans tumeurs, qui annoncent erferner
degr6 de l'altration cauftique des humeurs.
Les morts ont et6 prompted, precedees de
convulfions, d'accablement. On a trouve a
leur ouverture, des vers .-ferpens eritre les
membranes de 1eftomac ou'ils formoient quel-
quefois des tumeurs comme nous l'avons
obferv ( 53), dans la duplicature du mefen-
tere, commie M. Sire Pavu au Cul-de-Sac (4).
Nous avons vu des ;eftomacs, les inteftins
perches, corrod&s par les vers,. & ces;infe6tqs
defiru&eurs repandus dans la: apacite du v:en-
tre. Vous vous rappellez fans doate, ,Mon-
.fie', de lobfervation que nous fimes avec
M"r Caftillon, Cezeron, Durand, Lafont.,
Giroud, de l'eflomac d'un mulet de M. Brof-
fard. Le fonda de eftomac, fa grande cour-
bure la petite extrenitie. etoient corrodes
jufqu' la membrane mufculaire. Vous d&i-
.diez que le poifoni avoit produit ces effects,
lorfque j'ouvris le pylore : trente vers arms
& encbre vivans, quoiqu'iN ai'ent refte dix-
huit heures dans le tafia, bordoient le pylore
circulairement, & etoient implants par des
grappins recourbes jufque dans la membrane
nmufculaire. f. -
On a attribu la: mort de ces animaux.
Vitrritation des vers, quiAdtriuit Uharmonie des
fondions en. alteiaht le principe vital ; ce 4tii
product chez les homes, come' chez les
animaux, une multiplicite de phoenomenes!,
mais particulierement des convulsions, un
accablement extreme. Trouvez-vous cela fi
-ridicule ( j), vous,. Monfieur qui croyez
fi iaifment que les 6pines.'du bois capitaine
.ont pu tuer des boeufs (56) ? N'avez-vous
j amais vu d'epidetaies verrmieufes: fur les'.ul-
ceres ? Ouvrez; j;e vousprie, Baglivi'& Def-

(5 3) A I'ouyuerture d'un cheval quej'ai faite
cher M. Artau, Entrepreneur, enprtfence de
M. de Saint-George, Chirurgien. du. Roi au
Cap ,
(54).Avis de M. Joubrt.
(50); Ga!r page.t. 1M. de. lEtangA doubie'
qe, le ridicule ,dartoit fur les manieres '& non
fur les chofes.
-(.). 6) M.de tEtang nous dir (page de fa
.Gaette ) que, les Hubitans ont foumis leurs
.anicaN.x auxefais pour 'conflaterfi les pines
qui herifent le bois capitaine pouvoient fire
mourir les oeufs. Cela paroitra incroyable ici,
quoijquel cela,,i t gtre cru en. Fiance.: (".i. jo).


portes : is vous inflruiront fi cela arrive quei-
quefois..... Pourquoi done ne feroit-il pas
poflible qu'il s'engendrat des vers pidtmir
quement dans Iinterieur, dans ces faifons
particulierement ou la conflitution putride
s'annonce par la pullulation enorme de toutes
fortes d'infe Aes?.
Nous attendons, Mbnfieur, avec bien de
'impatience, le traitement qui vous a rduffi
& que vous avez confeill, peu de j6urs.apres
votre arrivee au Cap, a des Habitans qui
vous ont confulte (57). Si la Colonie recon-
noiffaite vous accord le meme honneur qui
fut decerne a Heinfius a Verone, fi enfin ele
vous eleve une statue, je lui difputerai le plaiir
de pofer la premiere pierre..... Mais, Mon-
fieur, n'auriez-vous pas du commencer par-la?..
Cela nous et. autant intereff6 dans votre
feuille, que la lettre de M. Decout & ce qui
la fuit, qui paroit une lettre de change pay&
a vue (58).
Je vais, Monfieur, vous devancer & non
vous egale.r, en publiant quelques moyens
-fimples qui ont reuffi dans une maladie ver-
mineufe. M. Cezeron, Chirurgien-Major du
Regiment du Cap, vint me confuter pour
un Cheval (59) a un Officier fuprieur de fon
R4giment. 11 me remit unee consultation d'un
Marechal qui condamnoit a.mort ce cheval,
.parce.qie, di'fit;il, il avoit des vers a aiguilles
qui lui perqoient le, mfentere, & qu'il n'en
avoit jamais vu echapper aucun. Je confeillai
a M. Cezeron de donner.des lavemens d'eau
de mer, avec le fel common & le gros firop;;
je lui indiquai une; potion avec le nitre, le
;femen contra:, la limaille-d'6tain &. Ie girds
firopi Je lui fis donner par M. Giroud une
eau vitriolique martial, pour.aklter la boir-
:fon. Ces remedies eurent tout le fliices poffi-
ble ; 'animal rendit des pelotons de vers.:
M. Cezeron lui donna deux medecines, & it
fut gueri malgre le pronoftic du Martchal,
idont le diagnoffique etoit jutle.
Veritatis potius, quarm honor .Eamnicitik
vinculo obftringamur d vero nunquam abdt
camur, nec prece nec pretio, nec .vi, nec fotte
fiapremd. Fern, de abd. rer. cauf. 1. p. 173.
J'ai Phonneur d'etre, &c. Au Cap le 21
dt&embre 1778. Signed, ARTIHAUD, M.


(57)
(y8)
(59)
p, I1.


Gda. page 21.
-Ga-. page. 1 J.
C'eft de cc cheval dent ii s'agitGay


t-,
ii ,
i ;
i




I
I




i. I
i
i:
I::
j:'
I''


.------ ---
ii


~11~3~1~,~







[N S.3



AFFICHES AMERICAINES

Du Mardi z F'vricr z 779.


NEGRES M A R ON S.

Auu Fort-Dauphin, eft entr at la Geole,
le 5i du mois dernier, Jacques, nation Aouffa,
fans etampe, age de o3 ans, taille de 5 pieds
r pouce,fe difant appartenir a M. Laroche,
aux Frdoches. Le 21, cfar, creole de la
Martinique, etamp fur le fein droit PHI LI-
BER & fur le gauche BUISSARD, ayant
un'nabot ah; pied droit, & fe difaft appartenir
au Sieur BuiY~ard. Le 2.t Paul & Jean-Louis,
nation Congo, lefquels ont dit appartenir atu
Sieur Lormie Marchand au Cap, venant de
S lEfpagnol. Le 24, un Negre nouveau, nation
Nago, ag6 de 16 ans, taille de 4 pieds 8 pou-
ces etampe fur le fein droit B, & Bla4if
creole, fans etamnpe, ag de 5d ans, taille de
4,pieds 8 podtces, fe difant appartenir au Sieur
B ertolle, atix C6telettes. Le 2. Te'lmaque,
Congo, etinipei fur le fein droit illifiblenent,,
age de z6 ans, taille de 4 pieds 8 pouces.
A u Cap, eft entrl a la Geole,-le 19- dt
mois dernier,. Armand, Congo, etampe fur
le fein droft Cbcron, age de i8 ans, fe difant
appartenir a M. Cochon; George, mnme na-
tioi; etanpe fur le fein droit DAN'& autres
leties-illifibles, & au deffdus DUTREJET,.
ag de z8 ans, fe difant appartenir a M.
.Dutre et; & Jofeph nation Mondongue ,
fans etampe, age de z5 ans,. fe difant auffi
appartenir a M. Dutrejet ,-tous. trois venant
de PEfpagnol. Le o0, un NegrT nouveau,
nation Mandingue, etampe A &i autres lettres
illifibles, age de 36 ans, taille de j pieds 7
pouces i, & un autre Negre nouveau, nation
Popular, etampe ROTURO, age de 17 ans.
Le 23, Jean-Louis, creole, etampe fur le fein
droit autant qu'on a pu le difl-inguer MF
entrelacees, fe difant appartenir au nomme
Arm and, Muldtre. Le 24 Taon nation
Mina, tamp6 fur le fein droit PAINTY &
fuor le gauche SOL, age de iz ans, fe difant
appartenir a M. Sohl, Le 27 Jean-Pierre,


Congo;, itampe fur le fein gauche LORY
& au deffous EPC, fe difant.appartenir a M.
Server, & ,un Negre nouveau, nation Mife-
rable, etamp DEPRE. ag de 18 ans, taille
de 4 pieds. Le 28, unNegre nouveau, nation
Congo, etampe V & autres lettres ilifibles,
ag4 d'environ 18 ans. Le 19, Colas, nation
Miflrable Iag d'environ. o5 ans ayapt
les pieds plein de crabes, sequel a dit.appar-
tenir a iM. Ferme, Chirurg-en. Le 31 deux
Negrpes nouyeaux, !inm nomrne T.ouvJaInt &.
Iautre TMeremaque, etampes ,P:ET~ ag0.-s de .
i8 & to ans, Iefquels ont dit apparitnir i
Mdc Oret ; Janvier, Congo, ag de 17
ans, etampe LAMOLERE. Le I de ce nois,
Telcmaque, Congo, fans tape, a g3 de, .d
ans, fe difant appartenir a M. Jean ReIeaud,
a laa Grande-Riviere i & deux Negres .nou-
veaux, nation Congo, I un etamp PILLAR
AV CAP, age de z5 ans, 8& fautre etampe
illifiblement, ag4 de 24 ans, lefquels ont dit
appartenir A M. Pillar.


S SPECTACLE.
Les Comediens du Cap donneront famedi
prochain 6 du courant, aube6nefice de Mde
Teif.eire, une reprefentation d'Iphigenie en
Tauride, Tragedie en cinq A&es, de M. de
la Touche, ornee.de tout fon fpe&ace dans
laquelle elle remplira le rl6e d'lphigenie. Cette
Piece fera fuivie de la Petite Iphigenie, Pa-
rodie de Ia Tragedie, dans laquelle le Sieur
Chevalier remplira le role de Pilade dans le
coflume d'Arlequin.
Entre les deux pieces, le Sieur Chevalier
danfera la Chaconne de rArlequine qii n'a
jamais etC danfe ici.
Le Spedacle fera termine par une Angloife
danf6e en homme par la jeupe Tcif'eire, iage
de 7 ans, & Oleve du Sieur Dool, Maitre
de danfe.


I^~--I------`--~"~~~~I--~"~~-~ --,IIYI -.lsC'M4~E~MI~SI~Tj~i~~ES;~


''




:i1


At









'I


-
NOU/VELLES POLITIQUES.

A i It I Q E.

Du Cap le z fevrier 1779.

Parmi les nouvelles debitees a Porto-RicQ
par le Paquebot Etpagnol, on annonyoit que
SM. d'Eftaing a fon arrive a la Martinique
av.oit bloque 'Amiral Barrington, occupy al
fair le fiege de Sainte-Lucie avec 7 Vaiffeaux
de line & 76 Batimens de transport. L'arrivee
au Port-au-Prince de la Fregate di Roi 'An-
dromaque, commander par M. le Chevalier
de Buort, a dementi tout cela. Les Anglois
font bien a Sainte-Lucie; mais its s'en font
rendus maitres, & nos efforts pour les en em-
picher ont td jufqu'a prfCent inutiles. On
fair monster a 80 le nombre des Vaiffeaux de
transport qui ont fiivi M. d'Eftaing. Ce Vice-
Amiral eft'l la Martinique depuis"enviro 'un
mois & &rmi. On ditqu'il attend le Comte
de Graffe qui ne doit pas tarder A le joindre
avec 6 Vaiffeaux de ligne. Ce rapport eft
confirm d par un Corfaire d'Antigue arrive
,Saint-Eutlache le 14 janvier.
, M. de Kerfaint, commnandat lphigenie,
a efcorted la Martinique un convoi de plu-
fieurs Batimens & 1zoo homrmes de Troupes.
On nous made de la Corogne, que le
Vaiffeau de 74'contre sequel M. de Ligondes
s'eft battu, a ete tres-maltraite, & que la
Frigate a coule a fond. Le-Gouverneur de
la Corogne, Irlandois de nation, qui avoit
refufd des fecours a M. de ligondes, a ete
cafft & renferm. .
On a d&bite en: Efpagnela prife des Ifles
de Jerfey & Guemnefey; mais cet advantage
n'eft point confirm.,
Peu de jours avant le depart del'Avifo, il
eli arrive a la Corogne un Paquebot Anglois,
apportant un Envoye de cette nation qui a
fait route auflltot pour Madrid ou ii n'a fe-
journe que trois ou qu*re heures, & il eit
returned fur le champ a Londres par le m'me
Batimnent qui favoit apporte. On prefume
qu'il venoit propofer un accommodement,
mais qtfil n'a pu obtenir audience.
Aucunes nouvelles .d'n deuxieme combat
entire l'Efcadre Ahgloife & celle Frranqoife
flir les c6tes de France. Les nouvelles de Breft
du 9 feptembre les difoient en presence a la
haui~teur d'Oueffant i mais equinoxe a faith


gentrer la n6tre Ie x dudit inois. Toute cette
cote elt ddfolee par des Corfaires.
Le Gouverneur de Porto-Rico a ordre de
demander' du fecours, en cas d'eveneinent,
a M. le Comte d'Etaing. 11 paife pour conflant
qu'il y aura au printemps prothain tn accom-
modement on une declaration de guerre de la
part de TEfpagne. Les forces maritimes de
cette Puiffance montent a 6o Vaiffeaux de
ligne prets A mettre en mer.
On 6crit de Breft que nos Fregates y difo-
lent le comnierce Anglois de la Mediterranee:
la Terpficore entire autres, en croifiere fur les
cotes d'Efpagne, a pris uii Paquebot, allant
de Lisbonne a Falmouth, oi il y avoit beau-
coup d'or. Cette prife elt eitimee a un million.
SOn a recu des ordres a Breft pour y conf-
truire un Vaiffeau, &5 A Rochefort.
La Ville-de-Paris elt rentree, ayant befoin
d'etre carenee, & fon equipage eft paffi fur,
le Neptune que comrmande M. de la Touche'
Treville.
M. Fabry, Chef-d'Efcadre, commandant
I'Efcadre de Toulon, a ordre de fe joindre
avec fa division a la Flotte que command
M. d'Orvilliers.
II y a, dit-on, A Londres des Navires neu,
tres qui chargent pour la France, Sc fe font
prendre le lendemain. Cela paroitun jeu, ou
il faut qu'il y ait bien peu de police dans les
affaires de 1FAmiraute.


AVIS


DIVERS.


Le Sieur Catarette, Chirurgied Dentilte
de M. le General, requ a l'Academiie de
Montpellier & au Port-au-Prince, vient d'ar-
river au Cap', .& l'honneur d'offrir fes fer-
vices au Public. L accueil gracieux qu'il a recu
dans la Partie de l'Oueft de cette Colonie,
ou il a fejourne plus d'un an, lui fait efpirer
la meme bienveillance dans la Partie diNord,
de la part de ceux qui voudront biefh Fem-
ployer. II ofe en effect fe pr6valoir ici du fuf-
frage de M" les-Habitans du Port-au-Prince
& du Cul-de-Sac, fur efquels il a 0pper avec
le plus grand fucces. La longue connoiffance
que le Sieur Caparette a' de fon art, I'tude
particuliere qu'il en a toujours faite, les dd-
couvertes que fes travaux & fes veilles lui ont
procurees, tout lui infpire cette noble con-
fiance que l'on permnetaux talens, qui feuls,
doivelt la communique aux perfonncs qui



-MI


:1


',
I,''
I

I






,/-:i













L .I


I'
i:

























'.i'.







I a ,I
fr.i
|.'
Sii~it- ,
S
"",i
s
















'-,i
" ,1













t,:M
ii
j
''




Ii~
i1/,':l
aI






I
i" t
iM
ti


rP


p


__ --__- -[


I


~II








tiront hefoln de ton miniiere. Tout ce que
le Sieur CaTarette fait concernant cette parties
de la Chirurgie, tend la conservation des
4ents :lorfquelles fe trouvent couvcrtes d'une
craffe jaune, verte ou noiratre, appliquee
comme une couche de couleur, ainfi que du.
tartre qui ordinairement fe trouve entire les
dents & les gencives, il faut avoir recours
au Dentifle pour empecher que le tartre ne
faffe un plus grand progress non-feulement
it altere les gencives & les rend ulce~res,
-itais il ebranle les dents, occafionnele fcor-
but, procure des fiflules, des chancres, des
epulis, des parulis, des abces, des ulceres, &c.
Ledit Sieur Cacarctte traite routes ces mala-
dies avec fucces : il plombe les dents cariees,
les egalife, les f6pare, done une bonne di-
retion a celles des enfans; il remet des dents
naturelles avec Iutrs racines, qui en peu de
jours front raffermies au rang des autres, &
es polliches ; i arrache les dents, avec toute
la dexterltt poffible; il donne tous les moyens
neceffaires pour entreteHir kls dents. fines &
propres de foi-meme. II debite une excellent
liqueur qui fait recroitre les gencives, &3 af-
fermit les dents les plus tremblantes. II vend
un excellent opiat pour blanchir les dents,
ainfi lue de la-vraie poudre de corail, des
eponges & racines preparees pour lentretien
dela bouche..I1 demeure fur la place d'Ar-.
mes, maifon de M. Thibault proche le
corps-de-garde.
Le Sieur Brila, Dentifle au Cap, a Ihon-
fieur de privenir le- Public qu'il demeure ac-
-tiellement rue du Palais, aboutiffant dans la
rue du Confeil., aupris du Bureau des Claifes.
Me Dualmmun, Curateur aux fuccefflons
vacantes du effort de la Jurifdi6ion du Cap,
charge en cette quality. de celle du feu Sieur
Manes, N6gociant en cette Ville, prie M"
les Capitaines des Navires a bord defquels
ledit feu Sieur Manes peut avoir charge des
fucres, de vouloir bien pater chez lui pour
fire la declaration de la quantice defdits fu-
cres & autires denres, afin quil puiffe en
figner les connoiffemens pour fervir a en conf-
tater.la proprite & ce qu'il appartiendra pour
ladite fucceflion.
ILe Sieur F. Gui!baud, Negociant au Cap,
a Phonneur de prtvenir le Public, qu'il a
forem e ne focite avec le Sieur Dubergier,
& que fa raifon de commerce eft depuis le
de ce Inois ,ous celle de Guilbaud 6' a-
Sergier. "


Me Gaulrer Lagaultrie, Procuretia au Siege
Royal du Cap, fe difpofant a partir pour
France dans le courant d'avril prochairt, prie
ceux a qui il peut devoir & pour qui ii peut
avoir requ quelques fonds, de vouloir bien fe
prefenter chez lui pour en.recevoir & toucher
le montant. Ii prie auffi ceux qui font dans
le cas de. lui devoir & qui p-etvent avoir des
titres & pieces dans fon etude, de vouloir
bien les faire retired inceffamment & lui payer
ce qu'ils peuvent lui devoir. II les prtvient
qu'il prendra en paiement de la denrire. & au-
tres objets de convenance. II prcvient mnme.
que parmi les papers & titres qui font dans
fon etude, plufieurs commencent a etre en-
dommagds par les vers, & qu'etant oblige
d'enliaffer & renfermer lefdits tires & pieces,
il eft a craindre qu'iis ne fe gAtent & percent
entierement.
Samedi dernier on a oublie dans une des
premieres loges, i la Comedie, un Jonc &
pomme d'or enlforme de de, avant un embout
un peu uf6. Ceux qui fauront trouve, font
pries .Le le remettre M. Even, chez M
Lory, Plombard & Compagnie.
Le Sieur Mulnier, Peintre de 1'Academie
Roy.alea, a Ihonneur de prvuenir le Public
qu'il peint le Portrait a l'huile, au patfel &
-en miniature ; il peint auffi les chiffres & al-
legories en cheveux fur les bracelets & taba-
tieres., I1 prie ,k'" les Habitans & LD)ames de
Ja plane qui voudront fe faire peindre chez
eux, de vouloir bien 'avertir huit jours d'a-
vance. Sa demeure eti rue du Cimetiere, a
c6td de M, Gauche, Apothicaire, faifant fe
coin de la rue. du Bac.
La Dame veuve du Sieur-Leroy De'fgranges
invite les Creanciers de fon nmaride vouloir
bien faire remettre, dans le courant de ce
mpis, fl'tat de leurs creances en l'tude de
Me Collet, AViocat & Procureur au Port-de-
Paix, afin qu'elle puiffe connoitre tFdtat de
fes affaires & prendre quality. Elle d6fire pou-
voir prendre avec lefdits Creatciers les arran-
gemens les plus convenables.
-M. de Saint-Amans, r6fidant an Cap, fe
difpofant a partir pour France, prie les per-
fonnes a qui il peut devoir de fe preenterr
pour recevoir Jeur pavement, & ceux qui lui
doivent de le folder inceflammeent. I1 vendrat
fes Negres domeltiques, ainfi que des Negres
ouvriers de differents metiers.
Le Sieur Tabary, Chavr:.n a I'remlbatader
'de Limonade ExcuCxur"' tcinamenuaire &








Legataire univerfel de feu Pierre Laly, C4ar-
ron, prevent les Cranciers de cette fuccef-
flon.de lui produire leurs tires de creances,
port: les acquitter le plus promptement quiil
lui fera poffible. II prie auffi ceux qui doivent
a ladire fucceffion de le payer, pour lui 'viter
le defagrement de les y.contraindre par les
voices de droit.
11 a etc trouve le 19 du mois dernier, par
lin Negre des Sieurs Prudhomme freres une
STabatiere d'argent pros la cafe de bois. Ceux
1 qui el!e appartient, peuvent la reclamer en
la ddeignant & payant les frais du present
avis. '
Le S' Df,,forps, Maitie Taiileur au Port-
e-'Pix, prie M" led's Negocians, Capitaines
& atres perfonnes, ide ne fire aucun credit
a fornepoufe fans un ecrit figne de lui, les
prevenant qu'il ne payera aucune des dettes
qu'elle contra6era fans fon confentement.;
11 a edt trouve fur le grand chemin du
Eort-Dauphin, pres de PfHabitation Mere',
tine Cuiller d&argent par un Negre de M. de
Saoucke, quii;la remettra 3 ceux a qui elle ap-
phutient, en lui rembourfant les frais du pre-
lent avis.
: Les Sieurs Caftera & Compagnie, tenant
l IFaffage- du Fort-Dauphin & de Mariba-
roux, previennent M"'r les Habitans de re-
commander .leurs-Negres ,quand its enver-
ront-.chercher leurs provisions bu autres mar-
chandifes que lorfquils s'aper-cevront de
quelque fradure, foit aux caiffes ou dans les -
balles, de ne pas s'en charger, & de les laiffer
au magafin pour leur compete, pour en virifier
le deficit : que les marchandifes diplacees,
ils n'en repondent point. Us fe proponent auffi
de tenir dans leur magafn des prqvifions &
marchandifes Angloifes: ils prendront de la
cdenree en pavement, ou l'enverront a leur
maifon. du Cap pour leur compete, & cela
pendant toute l'annee.
Le Sr Pochet, Tuteur de fon fils mineur,
feul & unique heritier de la Dame Neufvilie
fa-tante, donne avis au.Public que les Dames
Riviere & Blanchard n'ont aucun droit de
vendre ni fune ni fautre, pas m me parties
des deux maifons que ladite Dame Neufvile
a haiffies au Fort-Dauphin, ledit mineur ayant
toute hypotheque fur ces deux maifons &
mrme fur la portion eguee a, la Dame Ri-
viere, pour des femmes confiddrables, & y
ayant en outre des Creanciers qui doivent
ttre pays avant tout.


Le Sieur.PiednQal, Charpentier de Moulln
au Trou, previent M" les Habitans que
n'ayant pu partir pour France avant la guerre,
il continue fon etat avec la meme exaditude
qu'il a toujours eue. 11 a affocie le Sieuir Lar-
meroux, auffi Charpentier de Moulin, qui a
la meme exa6titude pour fatisfaire M" Jes
Habitans.
Les conditions de M. Deiile pour lAnglois
font d'un louis chez lui: en ville, c'eft le dou-
ble. Son mois eft de vingt lemons. Sa minhode
confifte en 6 parties; elle ell le fruit de plufieurs
annees de travail & d'un long fejour parrnii la
nation Angloife. Heureux que 'les fhcces
l'aient jutficie 11 fe fera 'toujours uene:etude
de miriter la confiance dui Public. 11 denieure
rue S. Laurent, dans tine maifn de M. Vivies.
Une perfonne bien nie, ige de 40 ans,
ayant de bons repondans & un pen d'expe-
rience dans les affaires en general, dfireroit
trouver 1 fe placer da6rs une premiere m~aifon
du Cap 'pour y tenir li correfpondance & let,
objets relatifs. On 'pourra s'adreffer A M. le
Gras, Confeiller I1onorai're, rue Saint-Do-
mnigue, ou a M. Lirou, laVacance, mai-
fion de M. Ducommun.
NAVIRE -EN CHARGEMENT.
Le Port-de-Paix, de Bordeaux, Capitaine
Gardere, partira deciddemett pour ledit lieii
au premier convoy. Ceux qui voudronti y
pafler ou charger a fret, pourront s'adreffer
audit Capitaine, en fon magafin au Cap, rue
du Gouvernement. II prendra dut cafe, de
l'indigo, du coton & environ So barritjues
de fucre.
EFFECTS A V ENDR .,
On trouvera de la Farine toute fraiche,
chez les Sieurs Tird-& Ravy, NegQcians at
Cap, rue Neuve.
On trouve a I'Imprimerie Royale du Cap
la Pommade a dartres, de la compofition du
Sieur Dupuy, Habitant au.Gros-Morne, don'tt
'efficacite eft reconnue dpuis lohg- temps
dans cette Colonie. Ce fpecifique guerit ra-
dicalement toute efpece de dartres, quelque
inveterdes qu'elles foient, en fuivant exa&e-
ment la maniere de s'en fervir. Le prix eft de
3o 1. le petit pot.
On y trove auffi une petite brochure inti-
tulee : Lettre de M. Pejcay fi!s, contenant
.quelques reJflexions fur I'Agriculture & def
obfervations fur la culture du Cafeyer.


it
r,


.1'





"'
* it
-'I
























'".
ri
|r.",
[,] ,V '
%
1':^

1^',


~C~C~C~t~i~-W--Yp --i- ~tJ~-+~ g-L= I-__IICI~RII JCL-~---- IC -___~I -dL-ll ~7-C-I~LI--------I-~---~---r~--,,-- -I,,;cll~l~C~Msl ~L~--i





( No )


SU


P


P


L M


EN T


AU


'HES AME RICAINES.

ardi 2. Fvrier 1779.


x
Prix des Ma hfit dfta Colonie.
Au PORT A-PA IN le, -e de
ce mois, Sucre blanc, premiere qua-
lit, 30o 36 1. feconde, z6 z4 1. troi-
fieme, 22. a 2. I1.brut, oh i2.L1. Indigo
bleu, 5 1.1o f. a61. rof.cuivre,4 l.a 1.
Caf6 nouveau, ~ 6 vieu h 4 9f
Cocon, 80o h 10o 1. Cuirs, 6 7 7 liv.
Piaflres gourdes, 37 & demi pour cent.
Prix des Marchandifes de France,
/
Au PORT- AU-PRINCE, le erde
Ce mois, Vin vieux, 400 a oo liv.
nouveau, 30o 1 35o 1. Farine de Moif-
fac, zoo lives, commune, 6o 0 170 1.
Bauf fall, 120 h 130 1. le baril. Petit-
fale, 40 h 45 liv. i'ancre. Beurre, 40 I
45 f. la 1. Huile, 55 a 75 1. la cave. Sa-
von, iro 1i60 1. le cent.

Cours du Fret.

Av PORT-AU-PRINCE, Sucre blanc,
6o0 66 d. brut, 667zd. Jndigo, I20o
Sr44 d. CafC, 60 a 72 d. Coton, 100o
,no deniers.


NE A ES


MA R ON S.


A JACMEL le 2.0 du mois dernier,
Ai entr6 la Geole .un Negro, qcamrnp


fir les deix feins Rj-T & au- defTous
GAIE, age de 30 ans, taille de 5 pieds
4 pouces, ayant des marques de fon'
pays fur le vifage, fe difant appartenir
a M. Thomas : le 2z Alerte, nation
Mondongue, etamp6 fur le rein droit
CNjB & a'u-deffous VIDL+L age de
to ans, taille de 5 pieds, fe difant ap-
partenir h M. Villaire, habitant h'
Leogane.
Au PETIT-COAVA, Te zi dti
mois derni'cr, Baptifle, Congo, etamp6
fur le fein gauche MT; & Pierre-Paul,
Congo, ayant une cicatrice amu deffous
de l'oreille gauche & une au creux de
l'eflomnac: le 26, Roqjmelaure, Congo,
dtampe fur Ie fein droit ANIP, ayanc
une grande tache blanche fur I'eiiomac,
fe difanc appartenit a M. Bereau, ha-.
bitant an Rochelais.
A LEoGANE, le 13 du mois dernier,
Joliccaur, Congo, dtampe illifiblemenr,
ayant des marques de fbn pays fur Ies
deux feins, fe difant apparrenir a M,
Cahid h Jacmel : e 2.z, deux grand
Ncgrcsnouveaux, I'un tamper fur le fein
droit BINAU & I'autre drampe fur lc
fein gauche G. MICHEL, avec beaucoup
de marques de fon pays fur les bras &
fur l'efomac.
Au PORT-AU-PRINCE, lez3 dat
mois dernier, unNegre nouvca,), dranmp:
VINCENT & au; deilous S.T. M&ARG ,


,-I-


b I--- IN ,1


-'~"-I"I-UUIII-I.LIY4UIIUILp"U"1I""III I~dICC llr~. -.--- Dlh-




1 i I_


le 16, unnejee Negrefe (iouvelle ,
4Camptde fur le fein gauche B ,.de petite
taille arredce 1'Efpagnol.
:"~~~


A N I A U X


, PA E '. .


A Au PETIT-GOAVE, Ic 16 du
mois denier, il a eed conduit a la Geole
un Chcval fous poil fouris, teampe au
montoir G, ayant l'oreille du meme cote
clabat:de : 1l t8 un Cheval poil gris,
ecampe au montoir N+ ---; une Ju-
ment fous podl bat orange, ecampee LA,
ayant pour fuite in Poulain fous meme
poil, ecampe ilifiblement ; & un grand
Cheval fous poil brun, tamnpe au mon-
toir AL, ayant trois pieds blancs.
A LOG AN E, le 2.8 du mois dernier,
un vieux Cheval fous poil rouge, etampe
HL lies, forr maigre, ayant le farcin.
* Au PORT AU -PRINCE; le 2.4du
mbis dernier, un Cheval fous poil rouge,
etampe au montoir CHL & au defous
M V.
JA) ,.i I I I I |[ ] iiiI-7..


SA VI S


D IVE RS.


II fera procedd le 18 de ce mois,
'a la barre du fidge royal du Port-au-
Prince, a la diligence du receveur des
aubaines, a la vente d'un terrein depen.
dant de la fucceffion de feu fieur Pierre
Norrmn fitue dans les hauteurs de la
Grande- Riviere de Liogane, lieu ditle.
Guimby, fur lequel il y a un bitiment
compofe de deux chambres, & environ
trois carreaux de terre plants en vivrcs.
M, effieurs les crdanciers faififans des
nommcs Jean-Baptiftcl, Pierre, Juft/e,
.Tofph, Louis & Jacques Leroux, ha-
hitans aux Vafes, font pries de la part
des fieurs P" Bafile & Compagnie n-
gocians au.Port-au-Prince., charges de


la procuration de M. .fean-RBapt'le/
Hoqflt, habitaint anx Vafes, de prefene
en France, ci-devant f rmier principal
de Ihabitation des filfdits Leroux., de
s'affembler en 1'etude. de M Borge/la ,
procureur au Port-au-Prince, le ie
mars prochain, pour conveniirde ce qui
revient a chacun d'eux, eu regard a leurs
faifies.
II s'efl rendu fur l'habitation de M. S
Raffy, a Jacmel, un Negre.age d'en- .
viron i h 16 ans, bien faith, de jolie
figure, parlant Francais, .qui dir s'ectre ':
feul fauve d'un bateau de la Martinique,
actaque & couple bas fur les cote du fud.
Ce bateau appartenoit au fieur Fourfal,
qui le commandoic & qui naviguoit or-
dinairement pour S. Euitache. Les per-
fonnes qui auroient quelques renfeigne-
mens fur la famille dece navigateur, fon ,
prices de les fire paffer a M. R.afy,
habitant 'a acmel, qui, remetEra ledic
Negre, au vu des tires de proprrete &
en payant les frais du prefenc avis.
Le fieur Trejr Sdgzuineaui, neoociant
en cette ville, 6tant fur fon depart pour
France, prie ceux a qui il peut devoir
de venir recevoir leur di, & ceux qi lui
doivent de le folder inceframment, pour i
lui 6vicer le ddlagr6ment de fe pourvoir
par les voices de droic centre fes d bi-
teurs.
Les perfonn'es qui ont des pa.piers,
tires & dofl ers a retire de l'ecude de
-feu Me ChiIrles, avocat au Con(eil,
font intamment prices par le fieur Sava- I
riau, chirurgien du Roi, f(on exdcureur-
reflamentaire, de les retire au plut&r 6j
des mains de Me Thomin, notaire de
cette ville, par lai chargeI d'en fire ia.
remife & de lui payer cc qu'elles peu- '
vent devoir h Ia fla ccedion du ddfunet
pour les frais des infances dans lequclles
il a occupy fi elles veulent eviter les
pourfui;s qu'un plus long retard le






rettroit, en fa quality dans la nicef-
fitc de faire centre ellcs.
II a dte perdu Ie 2.3 du mois dernier,
furlks huit heures du foir, entire l'habi-
tation d'Angelberghe & celle de Madame
de Talleirand, une Canne a pomme
d'or, guilloche, avec une guirlande en
or de couleur; elle a un cordon treff6.
Ceux qui la trouveront font pries de la
remettre a l'Imprimerie du Port vau-
Prince, ou a M. Douault marchand
a Leogane; il y aura r6compenfe.
Urie cargaifon de beaux Mulets de la
grandc-cote, 'a 'adreffe de MM. Nau,
Francois & Compagnie qu'ils vendront
en argent, fucre blanc, indigo ou caf6.

DE M A N D ES.

M. le comte de Malet dfL Gravier,
lieutenant-colonel d'infanrerie, cheva-
lier de S. Louis, habitant aux Anglois,
quartierdes Ancec, defircroit trouverun
entrepreneur qui tiut affez de forces en
Negres pour faire l'entreprife d'un canal
pour lui procurer l'eau a :a plus grande
hauteur de fon habitation, qu'il iroit
chercher a deux lines de dillance, ou la
penre et naturelle: il donne avis qu'il
pakera d'avance le tiers du prix qui fera
convenu, un autre tiers aux deux tiers
de l'o'vrage, & le tiers reftant a la per-
feciQon dudit ouvrage. Ccux qui auront
intention de fe charger de ladite enFre-
prife, font pries de s'adrcfhr dire6ement
lui, & de fe prrfenter le plutot polli-
ble, attendtl qu'au diftnt d'entrepreneur,
il eft dcide 'a fire fire ledit ouvrage
par fon.attelier.
M. Fabre, ancien grant de l'habita-
tion AMiihon, a [.eogane, defireroit trou-
ver une ptrfonne qui ewt douze ttecs de
Negres& quelqus animaux, & qui vou-
1it s'affocier avcc lui pour une habita-
tion fur laquelle ii demure & qui lui


appartt t, fltuee a la Riviere du Maf-
facre, quarticr du Petit-Goave, a tii
lieues de ladite ville, coitenant 2oo car-
reaux.de terre, zoooo pieds de cafe plan-
tcs, don't 1oo000 rapportans, 300oo pied
de cotton, 2.000 touffes de bananiers,
des patates & autres vivrcs pour nourric
40 Negres : Ics etablifremens confiftent
en un magafin de 4 pieds de long fur i
de large, cinq cafes 'a Negres; une cafe
h. coton de 24 pieds de long & de trois
chambres, une cae 'a moulin, une cui-
fine, un poulailler, une grande cafe de
60 pieds de long & de quatre chambres,
le tout covert en paille;il ya auffihuic
Negres & quatre Negreffes travaillans,
ainfi que deux mules. Ledit fieur Fabre
voudroit que la fociete pour cette terre,
qui cfi propre a toute forte de culture,
fe it pour cinq ou fept ans; il defireroic
en outre qu'on evalu`t la terre &les tra-
vaux qui y font faits, & qu'on lui en
payAt la moitie comptant : il fe propose
de refer fur ladite habitation pour la
gerer.

NAVIRE EN CHARGEMENT.

L'Aimable- Artibonite de Bor-
deaux parrira pour ledic lieu par le
premier convoy; ii prendra du fret,
comme de 5o a 60 barriques de fucre
blanc, da cafi, de l'indigo & du cotonm
Ce navire efi en rade a S. Marc.

A V E N D R E.

Une Habitation, contenant 40 quar-
reaux de terre, fitu'e aux Sarrazins, qu ar-
tier de Mirebalais, borne de la Savanne.
Longue & de- 'habitation Chambrun:,
parties en bois dehout & propre a la cul-
ture de l'indigo. 11 faut s'adrefferau fieu
Vinay, huiffier audit quarticr.
Une Chaile avec fes harnois, pre.fquI


1.


all


A


-- --


-_-- -- -------















t '.







I'U



1,:


U'


reuve, & an attelage de tro;s chevaux
on pi~cdra, h dtfautcd'argent, de la,
denrde en paiement. II faut s'adrefflr a
M. Lanfade, negociant a S. Marc.

ESCLAVJSS EN MARONNAGE.

Quatre Efclaves, don .un-Mulatre &
troisNegres, favoir : Jean-Louis, Mu-
fitre Croale, fans arampe, taille de 5
pieds z pouces d'une jolie figure, fe
difant libre ; un Negre nomme Do-
mingue de nation M eine, 6rampe.
AsTrER GRENON, Ag' de 45 ans,
bon patron; M anuel, nation Congo,
tamper GALICE-GRENON, ag6 de
30 4ns, de forte corpulence; & .uguf-
tin, dit Sambon, Congo, Negre de
ferme, etampe GANDUC : le fufdit
Mulatre ainfi que lefdits trois Negres
font parties des Cayes le 21 decembre
dernitr dans un cannot appartenant a M.;
Pargou, demeurant audit lieu. Ceux
qui- Jes connotront oonat pries d'en don-
ner avis h M. Grenon de Pintault, ca-
piraine-major des milices & habitant a
Cavaillon; ou a M. Tou7zalein, auPort-
au-Prince:il y aura bonne recompenfe.
Vic7vr, Congo, ertanp6 MTH, Iag
de i8 ans, taille de S pieds 3 pouces,
de belle corpulence, efl maron depuis le
2., dL mois dernier: ceux quien auronE
connoifflance font pri6s d'en. donner avis
au fieur Etienne Aimnes, boulanger au
Port-au Prince.
Alexatzdre, Congo, etampe fur les
deux feins E. D AV I D, de forte cor-
plutfcc, ayant des marques de fon pays
fir le-vifage; LefjPrance, Congo, 6tam-
pd comme le president, gt d'environ 8
ans, de jolie figure; & Gregoire, de


mdme nation que. les deux premiers &
rampe commeeux, mais fur le fein droice
feulement, age d'environ z2 ans, ayant
beaucoup de barbe. Ces trois Negres
font marons depuis deux mois: ceux qui
en auront connoiflance font pries d'ew
donner avis h M. David, habitant dans
les hauteurs du Grand-Goave ou 4..
MM. Hamon freres, negocians a LIo-
gane.
Un Grif fort clair, nomm4 traeques,
etampl fur les deux feins PERNELET,
Ag6 d'environ 2z ans, braille de pieds t
pouce, ayAnt le vifage un peu allongo
& la jambe aficz bien faite. Les peronn:s
q6i l] reconnoitrone font priCes d'ert
donner avis a M. de Ialleval, negocianc
aux Cayces.
Charlotte, Crcole du Port au-Prince,
&tampee MARQUET, ayant appartn
a difunt fieur Dandouin; elle a enmcn4
avec elle deux de fes enfans, don't une
Negritte agee d'environ 8 a 9 ans, &
un petit Grif, age de 18 nois & la
mamlile. Ceux qui en auront connoif-
fance font pries d'cn donncravis au feiu r
Petitton, a qui elle appartient, ou a
MM. Nau & compagnie, negocians au
Port- au Prince.


C A. VA :


t G A R E.


II s'eftl gard des favannes du gouver-
ment le vendredi 15 de ce mois, uns
grande Cavale focus poil gris-blanc
&tampec au montoir PS & au-deffous
illifiblement. Ceux qui la reconnoitront
font pries de la faire conduire chez IMI
Daumont procircur, au Portc-au-
Prince, qui donnera recompenfe.


.DE L'IMIMMRIERIE ROYALE- D.V, PORT AU -PRINCE


JI. -r~. -WI -4JMI JUiu5iIE -.!II-.I~I.1. T


'I ""ll--YIII1-'----l-~---I_ -












11:6





.,(',,u.
I








, ii












I'-',-




,i A'-,
L
** .1*-.
^
*A-4
'.,,


-:3
i'.r;-"











;,':, -
*:,.'
'%E
-*i













i --.:,
'
'-3
. ** *'
.'*.'.'



'!
i'..






*.y'

,';;
b^'


IV ER S.


LES Cre eCrsde la fucceffion .de feu .M
-Lacate, vivant)Notaire au Cap,. font pries,
tant de la part des Sieurs Teflart & Com-
pagriie, fubtiitues a la procuration des heri-
tiers LacaTe, que de celle de Me Tach ,;fonde
des pouvoirs de Mdc veuve La'cae, de fe
trouver le 13,du courant ent'tude dudit Mc
Tach, afin de fe nommer entire eux un Syndic
auquel on puiffe d6l6guer'les loyers.de trois
mnaifons dipendantes de ladire fucceffion. .
Les Creanciers de lIa Dame veuve Merlin
fobt pries de vouloir biei-communiquer:tous
lcurs tires de cteartices, "foit a M1 Bourlon;
Avodat au Confeil du Cap foit a. Me Pin-
cemaile Procureur au.Fort-Dauphin : onles
prevent galement que'la Dataevquve Merlin
eft rentrie deputs Ie 17 janvier dernier fur fon
Habitation du .Grand-Baflin, en vertuu d'uil
Atrt. qui acondamne esa'cqu6reurs & ce-
tenteurs de cette Habitation. a le guerpir
M. Richard, done avisiqu'il vient de:faire
une fociete avecle Sieur Favier fon gendre,
& qu'attendu fon age & fes infirmities, les
affairs front contraetes fous la raifon de
Jean Favier & Richard; que les deux magafins
des Sieurs: :Richard, Caffaignard & ,J1. Favier
font joints enfetmble & n'en font qu'un$ qu'ils
tiennent toute forte de Fourbifferie, Armes
de toute efpece,:Fertaille groffe & menue,
Quincaillerie, Mercerie, Toiles & Indiennes
de toutes qualities.
SLe Sieur Bouillon, Menuifier at Cap,
partant pour France-par le premier convoi,
prie les perfonnes a qui il peut devoir de fe
pr6fenter pour recevdir leur pavement, & ceux
qui lui doivent de le folder. II vendra une
Negreffe blanchiffeufe & cuifiniere, avec trois
enfans.
Dans la Gazette du 19 janvier, le Sieur
Laporte a annonce fon.depart pour France au.
mois de mars prochain: mais comme certaines
perfonnes ont pretend que fon depart n'eft
rien moins que certain, il a l'honieur de pr6-


venir le Public qu'ii partira fans faute par le
,premier convoi. Ainfi il.prie ceuxqui lui doi-
vent de le payer en totalou en parties ;il pren-
dra des denrees quelconques pour.faciliter fes
debiteurs.? Son magafin el depuis le i de ce
mitois foans:la raifon deL(aporte & Cornpagnie e
les quitrtances.pour les'ffaires, tant an c1iennes
qiue modernes, fe front fous la:minehe raiibw.


NT A TTt rT- T't.T r'TT A T tI r '?T-f


1L A V IR- iNC C IHT.L 2A M 1T.IVLi j.;
Le Duc-de-Chartres, de Bordeaux, Capit.
Chartier, bon voilier, armed de .24 canons de
&& ii2 lihvres-deballe & autnesrmes, ect'prt
a partir au premier convoi : ce Navirc eft t4-s-
commode pour Ies PaTageers. .Cct.x-qui vou-
ropt y paffer, s'adreffer'on't audit Capitaine,
en fon magafin rue du Gouvernement, qui a
avendre un joli Mulhtre, bon comeitique &
perruquier pourfemnme, age de S1 ai 1i ans.,
SEFFElTS A V'ENDRIE.
.Le vermifnge flomaeal; antiputride & f~.
briftge de :Menot donnie j'ouneller1ent &
depuis.long-temps des preuves: coniafhtes -de
fon efficacite dans toutes les maladies depen-
dahtes des vers, chi les enfins A la mamelle,
commaichez les-adultes, en fe condtiifant de
La maniere que porte fon imprime', fans petdra
de vue Jles avaftagbs (que 'on retire de is
donner par .precautions, &' les dangers 'que
1'on court de ne pasile -donner affez tot;, 6t'
d'y .fubilituer d'autrem s remedies fouivent au-fl
contraires a la nature de la maladie qu'u rtem-
perament du malade, don't il neft que trop
fouvent vi6imnie. Un beau Negre de -zo 2z
ans,; vrndu & revendu plufieurs fbis attres4vil
prix, pour caufe de Frequentes attaqucs d'pi-
lepfie & de fon etat-languiffant, a it'een der-
nier lieu achete trois portigaifes parole noi'imn
Larocke j Tonnelier, rue Saint-Jean auquel
on confeilla de lui faire prendre ledit Vermi-
fuge, qui dans l'efpace de deux jours lui a faith
rendre une quantity prodigieufe de vers plats,
d'un volume considerable. Le prompt reta-
bliffement du N egre '& lentiere cefation des


SUP ., ENT AUX AFFICHES AMERICAINES

L9, \, -Du Mardi 2 Fevrier z ,7y.
\~j **^ '^ -*__* __ :i.* *-. :


IFl;


. f '.


,, *' "


. J


.r N'P; 5. 1








attaques ne- Ie Sont pas eftfmer aujourd'hui
bins de z6600 1. Ce rin'et pas leTfeui example
que l'on pourroit citer dans la Colonie, mais
mille autres de cette efpece & -un: nombre
infirii de cas differens ou il a reuffi avec autant
de fucces. --- La Marmelade purgative, don't
la.quantited manger repugnant a beaucoup
de monde, a et&. par fon auteur, depuis fix
mois, rduite a moitie, fans hu rien fire per-
'dre de fes excellentes qualities. -- L'un &
Pautre fe trouvent dans le:magafin Menot,
qui a requ par les derniers Navires arrives de
France, un tres-bel affortiment de Drogues
fraiches, les veritables Poudres d'Ailhaud,
rEau antiputride de Beaufort, Ie veritable
Baum-e-de-vie de Lelievre, Effences & Eaux
d'odeur de Lafaye, Vinaigres & Moutardes
de Maille, &c.
Le Sieur Dufaud, Negociant au Cap, rue
de Penthievre, a Phonneur de prevenir le
Public qu'il a a vendre trois balles de Pelle-
terie, Peaux de chevreuil paffees, & du Bif-
cuit de France. :
Le Sieur .Boudene, tenant le Paffage du
Li.mbe, au bord de la mer, donne avis qu'il
a a vendre un grand Soufflet de forge, une
groffe Enclume & deux Etaux, le tout neuf,
don't il fera bonne composition au comptant.,
Le Sieur Clopin, Marchand au Cap, vis-
a-vis la place de Montarcher, &tant fur fon
depart pour France, a vendre 400o canhe-
vettes d'Huile de Provence, du Savon & de
la Chandelle : il fera bonne composition du
tout.
1 fera vendu jeudi 4 du courant, au plus
affrant & dernier encheriffeur dahs le ma-
gafin du Navire lArada,.du Havre s,,Capit p
I;let, rue de Conflans, diverfes Voiles, M&-
trres Vergues & autres agres & apparaux
auditt Navire, egalement que quelques mar-
chandifes provenantes de la cargaifon dudit
N avire.
:A BAIL OU A LOUER.
DJeuxgrandes Chambres & un Cabinet,
kont une fall garnie, a louer pre6entement,
fur, Xi place, 4~Armes, proche le corps-de-
garde, maifon -de M. Thibault, au rez de
chauff6e. I faut s'adreffer au Sieur Saujfay,


iMaitre Apothicaire, rues de Confans S&du
Gouvernement."
ESCLAVES EN MAItONAGE.
Une Negreffe creole, nommee Marie-
Jeanne, ageerde 5y a 6o. ans, fort grande,
les yeux enfonces, r ige, un peu maigre,
ayant appartenu A la fucceffion Baufreri,
vendue par M. de Gioucb/et au Sieur Berot,
Habitant aux Fonds-Blancs, eft partie ma-
rone le i janvier dernier: on prefume qu'elle
fe tient ordinairement aux Perehe-s ou aux
environs du Terrier-Rouge. Ceux qui la re,
connoitront, font prids de la fair arreter.&
d'en donner avis audit Sieur Berot, A qui elle
appartient.
SUn Negre nomm6 Da i, fans etampe,
d'une jolie figure, taille de 5 pieds 2 pouces,
ci-devant appartenant a M. de Lobarat{, com-
mandant.la Flute du Roi la Menagere ,etoit
part maron la veille diu depart de cette Fllte
ou on le trouva; cache dans la cale. M. de
Labarat left ren. yer a M. David, Md.e-
cin, qui le lui avoivaqhete. Ce Negre a en-
fuite difparu la veille de la for tie des Fregates
la Minerve & PAaive. Ceux qui le reconnoi-
tront, font pries de le faire arreter & d'en
donnet avis aM. David, M decin rue Sainte-
Mairie : ily aura recompenfe.
,Un Negre nomme Auguje, perruquier
pour home! &; pour femme, parlant Fraqois,
ayant etC eleve en France,age de I8 a z0 ans,
taille de y pieds 3 a 4 pouces, d'une jolie
figure, un peu cagneux, eft parti maron le z.
du mois dernier. Ceux qui le reconnoitront,
font pries de le faire acr.ter & d'en donner
avis aI M. Crouqeilles, Niegociant au :Cap,
on a M. Defts Lacofle, Habitant, atx Fonds-
Blancs, a qui ledit Negre appartient : il y
aura recompenfe. On croit qu'il fe dit libre.
MULET PER P DU.
Un Mulet fous poil roux cendre, etampr
fur la croupe du cote du montoir ,AB ,s'eft
echappe le 17 du mois dernier de la favanne
de 1'Habitation des heritiers Borde, au Bon-
net. Ceux qui en auront connoiffance, font
pries d'en donner avis A M. Bouteillier, N -
gociant au Cap, a qui il appartient, ou a M.
Maille, grant ladite Habitation.


Par Permiffon de MM. ler General & Intendant.


D. DE L'IMPRIMERIE ROYALE DU CAP.




____~ ~ _..--. -.--.- --- .. ---*-" -------* **.. -*-* v --- --fwH H^~~ eJ1


-- --1---M-- Nil I--






[N C6.
7 7--


CHES


AMERICAINES


Du Mardi


Fdvrier


17.79.


\ WI AIF DU"
.P .n un efcain.
ain d'un efcalin.


POIDS D U PAIN.


. e e .


. ii once.


Prix des Marchandifes de la Colohie au Cap.

Sucre blanc, premiere quality, 49 5 0o 1.
Second quait, 43 a 44 1. Trdifieme quality,
37 a 38 1. Sucre common, z6 a 4 1. Sucre
brut, z4 281 Indigo bleu, 7 1. 7 1.10 f.
Indigo cuivre, 5 a 61. Caf nouveau, 8 A9 f.
vieuix, a 7 f. Cotoh, 1401. Cuirs en poil,
5 1. piece.
Prix des Marchandifes de France au.Cap.

Vin vieux, 350 a 400 1. nouveau, 290 a
300 1. Farine de Moiflac, 264 1. commune,
2o 201. Boeuf fale, i i 1. le baril. Petit-Sale,
36 1. 1ancre. Beurre, '4 f. la livre. Huile,
66 1. la cave. Savon, 132.1. le cent. /
Course diu Fret au Cap.

Sucre blanc, 44 den. Sucre brut, 48 den.
Indigo, 7i d. Caf6, o5 d. Coton, 72 d.
NEGRES MARONS.
Auz Fort-Dauphin, eft entree a la Geole,
le j i du mois dernier, deux Negres nouveaux,
de nation Aouffa, etampes fur le fein droit
LOHIER. Le I de ce mois, Jean T.anquille,
nation Congo, etampe fur le fein gauche
PONSARD : Viviane, de meme nation,
6tampi fur le fein droit DDMO, age de 30
ans; & Ce'far, auffi de meme nation, etampe
furle fein droit B. BARIGNY, lequel a dit
appartenir A M. Colette. Le 2, un Negre
nouveau, nation Ibo, fans etampe, age de
;o ans, taille de 5 pieds 2 pouces, venant de
IEfpagnol. Le 4, Jean, Congo, fans etampe,
Ag6 de zy ans, taille de 4 pieds 11 pouces,


lequel a dit appartenir au Sieur Lange, i la
Ravine-a-Mulatre, venant de 1 Efpagnol; &
Tony, meme nation, etamp6 fur le fein droit
DUIHAMEL, lequel a dit appartenir au Sieur
AJfcnard, a la Ravine-A-Mulatre, ven ant de
'Efpagnol. Le 5, Jean-Louis, Congo, etampi
fur le fein gauche LABAROSSIER, ayant
un nabot au pied gauche & les orteils coupes,
lequel a dit appartenir aM. de la Baroffiere.
Au Cap, eft entree a la Geole, le 2 de
ce mois, Antoine, creole de la Havane,
etampe fur le fein droit MARTIN & au
deffous AU CAP, age de 30 ans, fe difant
appartenir a Signor Jan, Efpainol & Zphyr,
Congo, etampe FONTEN &L & au deffous
M. P. H. E, age de 18 ans, fe difant appar-
tenir a M. Buclair. Le 7, Scipion, Congo,
etampe fur le fein droit BOQUET & fur le
gauche B. P, age de 24 ans, fe difant appar-
tenir a M. Lombard. Le 8, Jean-Baptife,
Congo, etampe JOUANNO, aig de I3
ans, fe difant appartenir a M. de Jouanneaulx;
Adonis, nation Mondongue, age de eo ans,
tampere CAMUSAT ; & Jean, creole de la
Martinique tamp RE Y & au deffous
HERVE, Iag de 16 ans, fe difant appartenir
a lM. Rey, Chirurgien. Le 9, Apor, Jacob
& Hector, tous trois de nation Congo,e tam-
pes CHABAUD, ages de o0 a z3 ans,.
Nota. II eft entree a ladite Geole du Cap,
le 24 du mois dernier, un Cheval fous poil
brun, etampe fur la cuiffe du montoirC. H;
& un petit 1 oulain, poil rouge, fans etampe,
ayant les pieds blancs. Le 3 1, une jeune Ca-
vale, poil rouge, fans tape ; & t une autre
Cavale de meme poil, aufli fans etampe,
ayant une etoile. Le 2 de ce mois, une Mule
fous poil brun, etampee fur la cuiffe du c6te
du montoir B, autant qu'on a pu le diflinguer,
ayant ia come du pied de devant fendue
& une Cavale de meme poil, aVec fa fuite,
etampee fur-la cuiffe du montoir RtO.


_~___ ___~ _I_ __I~____ _*ICC~ __~ ___~_/__ i~-~i~I-ljl//iL r____ _._._.__7


i







i


I.


dcrTEl~gSgg~i~


- ~- I- -- I -- -- --


7









A VIS DIVERS,
Le Sieur Caqarette, Chirurgien Dentifte
de M. le Ge6nral requ a PlAcadmie de
MontpelUer & au Port-au-Prince, vient d'ar-
river au Cap, & a honneur d'offrir fer fer-
vices au Public. L'accueil gracieux qutil a reutt
dans la Partie e lOueft de cette Colonie,
o0i il a fijourne'plus d'un an, lui fait efpeter
la merne bienveillance dans la Partie duNord,
de la part de ceux qui voudront bien Iem-
ployer. II ofe en effet fe prevaloir ici du fuf-
frage de M"~ les Habitans du Port-au-Prince
& du Cul-de-Sac, fur lefquels il a opere avec
le plus grand fucces. La tongue connoiffance
que le Sieur Ca{arerte a de fori art, Ietude
particuliere qu'il en a toujours 'fite, les de-'
couivertes que fes travaux & fes veilles lui ont
procurees, tout lui inspire cette noble con-
fiance que lon permet aux talens, qui feu!s
daivent ja communique aux perfonnes qui
auront befoin de Ton miniifere. Tout ce que
le Sieur Ca-arette fait concernant cette partie
de la Chirurgie, tend a la confervarion des
dents: lorfqu'elles fe trouvent couvertes d'une
craffe jaune, verte on noiratre, appliquee
come une couche de couleur., ainfi.que du
partre qui ordinairement fe trouve entire les
dents & les gencives, il faut avoir recours
au Dentifte pour empecher que le tartre ne
faffe un plus grand progress; non-feulement
ii altered les gencives & les rend ulceres,
mais il dbranle les dents, occafionne le fcor-
but, procure des filtules, des chances, des
epulis, des parulis, des abces, des ulceres, &c.
Ledit Sieur Ca0tarette traite toutes ces mala-
dies avec fucces : il plombe les dents caries,
-les egalife, les fepare, done une bonne di-
redcion a celles des enfans i il remet des dents
naturelles avec leurs racines, qui en pen de
jours front raffermies au rang des autres, &
des poftiches ; ii arrache les dents avec toute
]a dext'rit. poflible ; il done tous les moyens
niceflfires pour entretenir les dents fines &
propres de foi-mime. II ddbite une excellent
liqueur qui fait recroitre les gencives, & af-
fermit les dents les plus tremblantes. II vend
un excellent opiat pour ,blanchir les dents,
ainfi que de la vraie poudre de corail, des
epon.ges & racines prepares pour Ientretien
de la bouche. It demeure fur la place d'Ar-
mees maifon de M. Thibault proche le
c9rps-de-garde.


es Des DAns Rivve B/&ird dotewnt
avis au Public que announcee infr~'dans le
AWiches du. z de ce mois, de la part d Sieur
Pochet, Tuteur de fon fils mineur, eft une
indifcretion de fa part, en ce qu'elles nnten-,
dent vendre les biens & niaifons dependans
de la fucceffion de la Dame Neuvilie, que
pour fe conformer exa&ement a fon testament,
on veut dire, pour payer premierement les
dettes de la fucceffion & enfuite les legs con-
formiment f Vordre judiciaire, &'qu'it 'eft
pas vrai d'ailleurs que le Sieur Pocket fils foit
le feul & unique hiritier de la Dame Neaviile.,
fa' tante, puifqu"i eft' vrai au contraire que
par le tefiament de ladite Dame Neuville, la
Dame Ri-viere fa four &la Dame Blanchard
fa niece font auffi appelles i fa fucceffion,
fuivant le droit du fang & le voeu de la nature
que le Sieur Pocket ne connoit peut tre
pas.
M. Richard donne avis qu'il vient de fire
une fociete avec le Sieur Favier fon gendie,
& qu'attendu fon age & fes infrmites,. les
affairs front contradces focus la raifon de
Jean Favier & Richard; que les deux magalins
des Sieurs Richard Cafaignard & J. Favier
font joints ensemble & n'en fo'nt qu'un; qu'ils
tiennent toute forte de Fourbifferie, Armes
de toute efpece, Ferraille, groffe & menue,
Quincaillerie, Mercerie, Toiles & Iidiennes
de- totutes qualities.
Les Sieurs Corneille & Letourville, tenant
le Paffage du Port-Margot.ont Phonneur de
prevenir M" les Habitans &1 Negocians,
que malgre que Pon vienne de leur prendre
un Batiment, il leur refle encore un Bot &
une Goelette au moyen defquels ils front
meme de continue a les fervir avec le m"me
zele & la meme exa&itude que ci-devant : ils
ofent efperer par-lh miriter la continuation
de la confiance qu'on leur avoit accordee;
ils la rechercheront par tous leurs foins &
leur ativite. Trop heureux, fi M" les Ha-
bitans daignent les feconder & rendre juice
a leurs fentimens.
La Dame veuve du Sieur Leroy Defgranges
invite les Creanciers de fon mari de vouloir
bien fire remettre, dans le courant de ce
mois, Fetat de leurs creances en ictude de
Mv Collet, Avocat & Procur.eur au Port-de-
Paix., afin qu'elle puiffe connoitre l'tat de
fes affairs & prendre quality. Elle defire pou-
voir prendre avec lefdits Creanciers les arran-
gemens les plus convenables.


Sij~iP-F~F-PnaRlrr*---- -a. ~~_~ _,~,,_C~p-~;~5~-,7,-;i- -r~---n--~1----71~1TSP-~ii~--T~-i----- 1


r: ___~_______ .. .~tL._.. _.. _
-.I-.I-.-- ----------








Les (a cders de la Dame veve Me/rlin
font pris de vouloir bien communique tous
eiuirs titres de creances foit a M9 Bovurlon,
Avocat au Confeil du Cap, foit a M" Pin-
cmrnai2le, Procureur au Fort-Dauphin : on les
prevent egalement que la Dame veuve Merlin
eft rentree depuis le 17 janvier dernier fiur fon
Habitation du Grand-Bafin, en vcrtu d'Lun
Arret qui a condamne les acquereurs & de-
tenteurs de cette Habitation t deguerpir.
M. Philippe Michelprrvient fes Creanciers
& toutes perfonnes qui pourroient avoir des
tires centre lui, tant chus qu'a choir, de
fe prefenter inceffamment pour recevoir leur
pavement. 11 eft loge rue de Vaudreuil, a crt
de M. Gaubert de la Haye,, Procureur.
Le Sieur Tabary, Charron a fembarcadere
de Limonade, Executeur ,teftamentaire &
Legataire univerfel de feu Pierre Laly, Char-
ron, prevent les Crfanciers de cette fuccef-
fion de lui produire leurs tires de creances,
pour les acquitter le plus promptement qu'i1
lui fera pofllble. 1I price aulli ceux qui doivent
a ladite facceflion de le payer, pour lui dviter
le ddfagrrment de les y contraindre par les
voies de droit.
II a e t perdu, le 5 de ce mois, une Boite
d'or pour homime, du poids d'environ 4 on-
ces gros, forme de navette, corps gutillo-
che, bordure &c pilailres en or de couleur,
a cinq medallions, don't celui de la fermeture
reprefente en relief la Cigogne qui donne le
repas au Renard. Ceux qui en auront con-
noiffance, font pries d'en donner avis au Sieur
Maydieu, Marchand Bijoutier, place d'Ar-
mes, au Cap, qui recompenfera genereufe-
ment celui qui en fera porteur.
Me Gau/tier Lagaultrie, Procureur au Siege
Royal du Cap, fe difpofant a partir pour
France dans le courant d'avril prochain, prie-
ceux a qui ii peut devoir & pour qui il pent
avoir reyu quelques fonds, de vouloir bien fe
prefenter chez lui pour en recevoir & toucher
le montant. II prie aulfi ceux qui font dans
le cas de lui devoir & qui peuvent avoir des
titres & pieces dans fon etude, de vouloir
bien les faire.retirer inceffamment & lui payer
ce qu'ils peuvent Iui devoir. I1 les previent
qu'il prendra en paiement de la denree & a n-
tres objets de convenance. 11 prevent mnime
que parmi les papers & tires qui font dans
foil etude, plufieurs commencentai ere en-
domimages par les vers & cioutant oblig:,
'enliaffer & renfermer lefdits tires & pieces,


il eft cfaindre qu is re fe gitent 8 percent'
enticement.

BIENS ET EFFECTS A VENDRE.

Un Emplacement fis au coin de la grande-
rue & de la rue de la Paix, au Fort-Dauphin,
de 61 pieds & demi de large fur 124 de pro-
fondeur, fur lequel i. y a une cafe de macon-
nerie, confiftant en un magafin de 41 pieds
de long fur 20 de large & une chambre de iS
fur la grande-rue, un cabinet de i pieds quar-
res, une autre chambre de 17 pieds fur la rue
de la Paix, une galerie tournante ; une autre
cafe en bois fur la rue de la Paix, de 42z pieds,
contenant trois chambres & deux cabinets
fous une galerie, couverte en eflentes ; une
cuisine de 14 pieds, avec un grand four, cou-
verte en tuile un poulailler, un colombier,
une cour, un petit jardin & un puits. II fant
s'adreffer au $ieur Franfois Ma 'te, y demeu-
rant, qui en fera bonne composition pour du
comptant.
Un Negre maaon, nommd lean-Louis,
ag4 d'environ 30 ans. On s'adreffera au Sieur
Dorcodoy, au Petit-Carenage.
.Une jeune & belle Negreffe nourrice, avec
fa.Negritte age de cinq femaines. O(n s'a-
dreffera au Sieur Rives, Chilrgien au Cap,
rue Neuve.
Deux Vaches Bretonnes, bonnes laitieres,
qui viennent de mettre bas depuis cinq fe-
maines, d'une gazelle chacune. On s'adreffera
a M. Tanneret, Entrepreneur de Batimens,
a la Petite-Anfe.
Une Ngreffe perruquiere, une Negreffe
blanchiffeufe, un Negre cuifinier & plufieurs
autres Negres ou Negreffes domeftiques. 11
faut s'adreifer ~ Md' Pingond, place d'Armes,
au Cap.
Le Sieur Jacques Balan.fan, Neiociant au
Cap, donne avis qu'il a recu des Cuirs tann.s
en rouge & noir, propres a totes fortes d(ou-
vrages & harnois, de la Tannerie du Fort-
Dauphin, reconnue pour une des meilleures
fabriques de la Colonie: il en fera afforti dans
tous les temps, & les vendra au plus jufte prix
dans fon magafin, rue du Gouverncment,
au Cap.
On trouvera dans le inagafin de Ro:ix &
Compagnie, rue des Religietif2s, vis-a-vis
M. Fournier, de tres-beau Riz. en b'oucauts,-
de la Morue de pluieuIrs qualitcs pour les
Negres, bon march, & de Mo.iru, de pri-


~If~-------
F







meur en boucauts & en detail pour la com-
rpcdit ddes acheteuis, Htile de baleirie, Bfanc
d:Lbaleine en caijTes, Manteque tres-fraiche
ea barils, Sel des Ifles Turques, veritable
Huile de palme en bouteilles, Farine de 'ago,
excellent pour la diarrhee & flux de fang,
Cordage ieuf pour enturage Planches,
Effentes & divers autres uienfiles pour la
marine.
II fera vendu famedi prochainf 3 du cou-
rant, dix heures du matin, a la Barre du Siege
Royal du Cap, iffue d'Audience ordinaire
de la Jurifdition, celle des encheres de FA-
miraute tenant, un Bateau du port de 2o ton-
neaux, avec fon cannot, fes agrees & apparaux,
nomme la Depiche, de Philadelphie, mouille
S au Petit-Carenage furune ancre & un cable.

ESCLAVE EN MARONAGE.

Une NegrefTe nommee Catherine, nation
Adia, etampee-fur un fein AUMAITRE &
fur Pautre d'une dtampe illifible taille d'en-
viron 5 pieds 5 pouces, un peu picotee de
petite verole, groffes levres, ayant une cica-
trice a une jambe, eft parties marine le 7 abdt
dernier. Ceux qui la reconnoitront, font pries
del la fire arreter & d'en donner avis a M.
Lafarge, Habitant au Boucan-Guimbi, a quil
ceste Negreffe a.lartient.

CHIE v UX PERDU S.

Une Cavale Angloife, de moyenne taille,
poil fouris, itampee G. T, s'eft echappde
de chez Ie Sieur Judome, Aubergifle a Limo-
nade. Ceux qui en auront connoiffance, font
pries d'en donner avis audit Sieur Judome,
ou a M. Decafaux, au Fort-Dauphin : il y
aura recompenfe.
Une Mule, poil brun tirant fur le marron,
le veptre fort gros, le crin fait de trois mois,
grande queue, les comes des pieds de devant
un peu affed6es, ayant quelques teaches blan-
ches du c6to du montoir & une vieille bleffure
fur le garrot, un peu enfellee & une etampe
Efpagnole, s'eft echappee de la favanne de
l'Habitation de M. Lartigau Dubedon, i laa
Brande-des-Gonaives. Ceux qui en auront


connoiffance, font.pries ,de vpuloir blen en
donner aviis Mde veuve Marcet, au Cap,
a qui elle appartieht, ou a M. Jean Mary,
aux Gonaives, ou a M. Berjai, a Saint-Marc,
ou a M" Jarine & Gaudry, ail Port-au-Prince:
il y aura recompeife.


NOU VELLES


POLITIQ UES.


A M R IQ U E.
Du Cap le 9 fivrier T77-9
Les riouvelles apporties par 1a Fregate du
Roi IAndromaque, & don't nous avons rendu
compete, font jufqu'a prefent les feules qui
nous infiruifent de notre position aduelle.
L'Efcadre de la Jamaique, rentree dans fes
p6rts, ne met plus aucun obilacle a notre
commerce maritime interieur. Tout elt affez
tranquille a Saint-Domingue, & le theatre des
hoflilites eft aux Ifles du vent oti il n'eft pas
douteux que les Anglois, maitres de Sainte-
Lucie, chercheront a etendreleurs conquetes.
L'entreprife en fera toujours difficile : M.
d'Eftaing qui les obferve a la Martinique, eft
dans une position fire pour s'oppofer a leurs
moindres efforts; mais les Angloiseux-nemes
dans leur nouvelle poffefikon ont a letter con-b
tre, la malignite du climate ou leurs Troupes.
ne boivent d'autre eau que celle des citernes
& des pluies dans un pays boife,: fujet a de
frequens orages, & remipli d'infe&es & de
reptiles venimeuk. Ainfi nous ofons affurer
que la conquete de Sainte-Lucie ne peut
qu etre fatale a 1'Efcadre entire de fIAmiral
Barrington, qui a deja perdu beaucoup de
monde, & a une grande parties de fes Soldats
& Matelots maladies. 11 faudra done qu'il &va-
cue bient8t cette Ifle oui il n'eft pas a pr6fu-
mer qu'il gardera long-temps dans linadion
la majeure parties de fes forces: c'eft a la fortie
que Pattend M. d'Eflaing qui, s'il fe trouvoit
alors reuni a Efcadre de M. de Graffe que
l'on attend tous les jours, fera dans le cas de
fondre fur nos ennemis, & leur fera payer
bien cher un moment de fucces don't ils ne
peuvent tirer aucun advantage.


~--liLIII1pm p;; n';-,Z -~----


Par Permiffzon de MM. As General & Intendant.


DE JLIMPRIMERIE ROYALE DU C-AP.


Ifi



'1
u
i: .
(*'r









It


5


--- ----- -- ---- -- ---- -- ----- -- ----


- ----- ----------" -~-





( No 6. )


P.L


a

'
i~0
I
;~~
ili
,rc~
.,. .i
':7
~.
~:;Y
;rnJ.
"1-1'1
'
_:h'
1-'~I
~14
1
'r
j
~~1 7
.;r








S
B


5


M ME NT

AME RICAINES.


Fevrier 1779.


Sa Mardi 9


Af RR E D NMA VIRE.

AU PORT AU-PRINCE, le 4 dece
mois, la Venus, de Nantes, capitaine
Boitard, part le 2. dicembre 1778.

Prix des Marchandifes de la Colonie.

Au PORT- AT -PRINCE, le 8de
ce mois, Sucre blanc, premiere qua-
rt,, 30 a 36 I. feconde, i2 5 2,8 1. troi-
fieme, 23 a z. 1. brut, o i2.1. Indigo
bleu, 6 7 livres, cuivrd 4 5 lives.
Cafd nouveau, 6 i 7 f. vieux, I h 4 f.
Coton, 8 h i0cc 1. Cuirs, 6 h 7 liv.
Piafircs gourdes, 37 & demi pour cent.

Prix des Marcihandifis de France.

Au PORT- AU-PRINCE, le 8 de
ee mois, Vin vieux, 400 a 0oo liv.
nouveau, 30 35o 1. Farine de Moil-
fac, zoo livres, commune, 170 a 80 1.
BIcuf fald, 132. I 5 1. le baril. Petit-
fal, 40 h 45 liv. I'ancre. Bcurrei 40 a
45 f. la livre. Hlule, 66 a 75 1. la cave.
Savon 1 xo 1601. le cent.

Coars du Fret.

Au PORT-AU-PRINCE, Sucre blanc,
60 66 d; brnr, 66'72zd. Indigo, 1i0o
ha xj1 d. Cafe, 60 a 7ad. Coton, too
2zo denier,


.NEGRES X ARONS.

Au PORT AU-PRINCI, le 3 du
mois dernier, elt entrd la Geole
une Negreffe nouvelle, Congo, 6tam-
pde fur le fein gauche PROVEN-
CHER ne fachant parler francais; un
Ncgre nouveau, nation Aouffa, etampei
GIRARDOT, ne fachant parler fran-w
cais; Jean, Creole, ramp illifiblemene
fur le fein droit, de grande braille & affie
bicn fair, matchot de la main gauche,.
fe difant appartenir a Madame Dehais,
habitanre au Grand-Goave: le I er fivrier,
deux Ncgres & une Negrefle les deux
Negres etampis DELAVNAI, la N&-
grefre etampde P. GINE, tous trois fT
difans appartenir h Madame Delaunai;
un Negre nouveau, dcampe fur le fein
droit L. G. D. CP, ne fachant parler
francais;le 3, unNegrenomme Gabriel,
nation Adia fe difant appartenir a
l'habitation Dumee : le 4, Tambour,
Congo, fans &tampe, fe difant apparte-
nir h M. Delaunai, habitant au Cul-
de-Sac: le i, Mercure, Congo, etamp6
I. F, ag de 14 ans, fe difant appartenic
h la nommee Zanith Caries M. L. ect
cette ville ; Bnjamin, nation Ibo,
etampd fur le fein gauche illifiblcmcnrt
age de 4. ans, ayant des marques de
de brfilurc fur I'eflomac, fe difanc appar-
teir au nomme Louis, M. -L pertr


11116968Prerpy"' ~


~~~- r-rl~~1~1~ ___n_~___ --.I .. --1-I~ ___ ~_


... --~~---------------- I~






quier en cette vile, Lafortune, Congo,
Ceampd illifiblcmcnt, a"g6 de 2.2 ans,
taille de 5 picds 5 pouces, bien fair,
arrec afc e une carte fignde Boulein, fe'
difant appartenir au fieur Jean, char-
pcnticr, demeurant en etee ville.


eA. NIr r A U


SPA VE S.


Au PORT-AU-PRINCE, le Ier de
ce mois, il a edr conduit a la Geole une
Mule fous poil brun, fans etampe : le 4,
tne jeune & petite Bourrique fous poil
brun, fans ctampe.



A VIS D IV E S.

II fera procdet le i8 de ce mois,
a la barre dn fidge royal du Port-au-
Prince a la diligence du receveur des
aubaines, k la vente d'un terrein depen-
dant de la fucceffion de feu fieur Pierre
Norrman, fitue dans les hauteurs de la
Grande- Riviere de LUogane, lieu ditK/l
Guimby, fur lequel it y a un b.timent
compofe de deux chambres, & environ
trois carreaux de terre plants en vivrcs.
Le public eft informed qu'il vient d'etre
trabli un courier particulier de Jacmel ia
Aquin, qui fe chargers dorenavant pour
Jacmel des lettres & paqt'ets venans des
Cayes & de toute la parties du Fond : le
grand courier rendu a Acquin, celui-ci
en recevra les paquets, & les remectra
en moins de deux jours a Jacmel; par ce
moyep les affaires a traiter par la correfr
pondance entire cette parties & les Cayes
me fouffriront plus le retard qu'on 6prou-
voit par I'ancienne march. Ce courier
palfant par Baynet, il vient auffi d'y etre
etabli un dire&eur qui fera la difiribu-
tion des lettres & paquets deffines pour
ce quarter.
Meeurs les creanciers faififlans des


nhrnihm s fean-Baiptile, Pietre, YiAie,'
f'oiph Louis.~ & Jacques Leroux, ha-
bitans aux VafeT,; font pries de la part
des fieurs P"~ Bafile & Compagnie nc-
gocians ar Port-au-Prince charges de
la prbcuration de M. Jean Baptifie
Hofen, habitantt aux Vafes, de prefent
en France, ci-devant fermier principal
de l'habitation des fufdits Leroux de
s'affembler en I'ecude de Me Borgell ,
procureur au Port-au-Prince, le C
mars prochain, pour coavenir de ce qui*
revient a chacun d'eux, eu dgard a leurs
faifies.
Le fieur Trefor Se'guineau negocianh
en cette ville, 6tant fur fon depart pour
France, price ceux a qui il peut devoir
de venir recevoir leur du, & ceux qui lui
doivent de le folder inceffamment, pour
lui evicer le defagrdment de fe pourvoir
par les voices de droit contre fes dkbi-
teurs.
Les perfonnes qui ont des papers,
tires & doffiers a retire de 'dctude de
feu Me Cha'rles, avocat au Confeil,
font inflamment prides par le fieur Sava-
riau, chirurgien du Roi, Fon execateur-
teflamentaire, de les retirer au plut6o
des mains de Me Thomin, notaire de
cecte ville, par lui charge d'en faire la
remife, & de lui payer ce qu'elles peu-
vent devoir h la ficceflion dn dffunt
pour les frais des inflances dans lefquelles
il a occupy, fi elles veulent eviter les
pourfuites qu'un plus long retard le
mettroic, en fa quality, dans la necef-
fit6 de fire contre elles.
On a mal-- propos inferd dans le
Courier d'Europe, NO 38, page 304 ,
que le navire la Ville-de Lyon, de
Hordeaux, capitaine Belinghen, pris par
le brigantin l'Antigoa, avoir 22 canons
& 60 homes d'equipage : ce capitaine,
aduellement au Port au -Prince, pro-
tefe qu'il n'a jarais ec6 armed que de 4


.--II~-------------~~


RYswn~Aslprrssn~----~-~ rs~l a


r
I
i
I
I
~'

L-.l

s
b~
i:.
'1
:
I,,
;


~

: I
' '
il
I ,
I:

~~-i
E.',
'
: :;-:
';''








r

I'


I






'anbons & 37 liornmes d'dquipage : i eft
aif6 de s'en convaincre.
Le fieur Ducrabon demeurant au
Cul de- Sac, previent les perfonnes qui
defireront faire paffer des fonds en
France, qu'il rcc-vra leur argent, &
leur fournira des traites fur Paris & fur
Jantes, au term & au change don't on
conviendra avec lut.
II a 6td perdu le 5 de ce mois, dopuis
I'habitation Damiens jufqu'aw Port-au-
Prince,. un Cachet en or maflif & fort
pefant, ayant dans l'ecuffon trois glands
& une couronn6 au-deffus. Ceux qui le
prouveront font pridsd'en donneravis au
fieur Cado charpentier, chez le fieur
Felons. 11 y aura rdcompenfe.
Le fieur Abeille neveu, negociant au
Port- au-Prince, prCvient qu'il a
vendre un part de marchandifes Hollan-
doifes, confidant en Zinga, Fil d'epreuve,
Platille Indiennes, Toiles, Colette,
Bretagne, Coutil &c., don't il fera
bonne compofition. II aura aufli incef-
famment de la graine d'indigo.
.Etat des Negres Epaves qui, conforme'-
ment a l'Ordonnance dii Roi du z 8
nov. z 7 67, doivent etre vendus le
"er Avril t779 a la Barre du
Si,'ge Royal du Port-au-Prince,
fi te & diligence du Receveur de ce
droit audit lieu.
Le 23 o&obre, un Negre nouveau,
itampe illifiblement fur le fein droit,
Age d'environ 24 ans, taille e 4 pieds
'8 pouces, de forte corpulence, ayant
les dents jaunes & petites, cells de la
"machoire fupericure pointues, des petits
points, marques de fon pays, au front &
fur les tempes, ne fachant parler fran-
5ais, arrete a l'elpagnol.


SLe mrme jour,
raps ltampe agd


Seraphin, Crdole,
d'enyirop 36 an%,


t0ille de pied' 4 .poticer, eftropid
d'une jambe fe difant maqon de fon
metier, & appartenant a M. Lagneau
Delary, habitant a la Grande-Riviere
de LUogane.
Le 3r, un Negre nouveau, nation
Aoufla, ecampe fur le fein droit DDB
ces deux dernieres lettres liees, eampe
de M. Durandde Beauval, Age d'cn-
viron 2z ans, taille de 4 pieds 10 pou-
ces, ayant des marques de fon pays for
le vifage & fur le corps, les oreilles per-
cees, etanc malade, ne fachant parole.
francais.
Le a.z novembre, Pierre, dit Ignace,
Congo, fans dtampe apparent, Ag d'en-
viron .6 ans, braille de 5 pieds i pouce
de belle corpulence marque de petite
verole, fe difantappartenir a M. Baron,
reflant chez Madame de Montfort, aa
Cap.
Le i" decembre Lafleur, Congo
e'ampe fur les deux feins FONTENEL,
au -deffous BOUCHE, age d'environ
i2 ans taille de 5 pieds 5 pouces, bien
fait, ayant beaucoup de marques de
fon pays fur le corps, ne pouvant dire
le nom ni la demeure de fon maitre, ar-
rete h I'efpagnol.
Le i un Negre nouveau, nation
Tacoua tampd fur le fein gauche
AMARD, autant qu'on a pu le dif-
tinguer, age d'environ 18 ans, taille
de 4 pieds 11 pouces, etant tres-
.,naigre, ne fachant parler franqois.

D E MA N D .

On defireroit trouver un part de 18
a 2o Negres faits au pays & a la manu-
fat6ure du fucre: on payeroit comptant.
11 faut s'adrefier a MM. Seguineau, nd-
gocians au Port-au-Prince.


_ _____1__11__1^^__-~L~~i~-ii~rms~-


--~-- I-- ~IIIILIUIU*IIIYL;i;E:













































Ii


1 V E N D .' AB

Un cris-beau troupeau de r o mou-
tons, ensemble ou f1pairment. Ceux qui
defireront en fire l'acquifition pourront
s'adreffcr M. Bdane, fur I'habitation
Bonrepdo*, qui en fera bonne compofi-
tion moycnnait du comptant.
Unc Habitation fife au lieu dit le
Trou -C Cnari, dans les hauteurs du
Petit- Goave, de la contenance de zoo
carreaux, don't 3o onret plantesen caf6
'annee derniere : cette Habitation n'a
point d'etablifiemens. On vendra encore
une Conceflion de la contenance dezoo
carreaux aderni-liue de 1'Habitation
ci-defus, & propre h la culture du
safe. 11 y a auffi quarante t&es de Ne-
gres on Negrdfftis, de i'age de 15 i l2
sns : ces objets feront vendus ensemble
ou feparemcnt: Ie opoprictaire -prendra
volontiers des engagemcns your le paie-
ment. S'adreffer MM. Poulle freres,
tiegacians Grande-Rue du Port-au-
Prince.

.ESCLAVES EN' N2ARONNAGE.

Quatre Efclaves, don't un Mulatre &
trois Negres, favor : Jeln-Louis, Mu-
litre Creole, fans etampe, raille de
pieds z .pouces d'une jolie figure, fe
difant libre ; un. Negre normm Do-
mingue de nation Mine,, 4tampe
ASTIER GRENON, ag6 de 45 ans,
bon patron; Manuel, nation.Congo,
dtramp4GALUCE- GRENON, ag6 de
o3 ans, de forte corpulence; & Augufr
tin, dit Samibn Congo, Negre de
fermc, erampd GANDUC : le fufdit
MulItre ainfi que afdits trois Negres


font parts des tayes le zti d&cembr
dernier dans un cannot appartenant h M.
Pargoat, demeurant audit lieu. Ceuxg
qui les connoltront font priis d'en don-
net avis a M. Grenon de Pintault, ca-
pitaine-major .des milices & habitant i
Cavaillon; oun M. Touzatein, au Port.
au-Prince: il y aura bonne recompcnfe.
Un Negre nomme Lafortune, nation
Ibo, &rampd S3dIN V Sii2Nt91ON
ige d'environ 24 ans, gros & trap ; &%
Lariole, Congo, tramnpDUSSAU A
NIPES, ag6 de 24 ans, taille de d pieds.
Ces dceux Negres:font barons de I'Ance-
-Veai du di an 14 du mois idernietk
Les pcrfonnesqui les reconnoltront fone
prides de les faire arreter & d'en donner
avis a M. Duflru, navigateur 4 I'Ance-
h- Veau, ou a M. Diezdonne, nego-
ciant au Port-au-Prince.
Jolicceur, dramp6 TERRIEN, mar-.
que de petite verole & de moyenne taille,
maton depuis trois mois. Ceux qui en
co ~-auront connoifTance fon t pri4s d',nr
donner a.vis & M. Terrien, h:abitanit a
l'Acc)l des-Savannes.
Victor, Congo, etampe MTH, ag6
do I8 ans, taille de 5 pieds 3 pouccs,
de belle corpulence, et maron depuis le
22 diu mois derni.er: ceux qui en anronr
connoiffance font pries d'en donnir avis
au fiur Erienne Aimes, boulanger-au
Port-au Prince.


CHE V A L


E A R .


11 s'eft dchappe un Cheval focus poil
alezan, tamper ST. Ceux qui le trouve-
ront font prids d'en donner avis h MXM.
Mafrmajoux, 'un rdfidant au Port-anu-
Prince & l'autre a Liogane.


DE L'4IMPRIMERIE ROYALE DU FORT--AU -PRINC,


I I Ing







[No 71.3 ___
lot P--. 111 0 111 1


*A~r1FIO' rB ES
J^ -gH- ]L S.1 ^\1
4 2.. *< ^ f .^. IU .
1 7 '. ^ ^/ C'-.
'.*' .7 y
II
V I ~ I ,,^^- _--


I6


Fevrier


1779.


TARIF DU POIDS DU PAIN.

ain d'un efcalin . .. once.

Prix des Marchandifes de la Colonle au Cap.

SSucre blanc, premiere quality, 49,a 5o i.
Second quality, 43 44 i. Troifieme quality
37 a 38 1. Sucre commune, z6 a 3 '1. Sucre
brut, z24a z,. Indigo bleu, 71. 71. Of.
Indigo cuivre, 5a 61. Cafe nouveau, 8 a 9f.
Tieux, J a7 f. Coton, 40 1. Cuirs en poll,
j 1. piece.
Prix des Marchandifes de France au Cap.,

Vin vieux, 35o a 400 1. nouveau, 290 a
300 1. Farine de Moiffic, 264 1. commune,
zo 1. Boeuf fale, i L.le baril. Petit-Sald,
36 1. Iancre. Beeurre, 45 f. la livre. Huile,
66 1. la cave. Savon, 131z le cent.
NEGR I ES lV A R O NS -
Au Fort-Dauhin., eti entire a a 1 Geoe,
Ie 8 de cemois, une Negreffe creole, nom-
MnIe Phiis, tampee fur le fein droit L.
MONIER, fe difant.appaftenir au nommei
Franqiuinbere, Metif, au Cap. Le 9, Marie-
Catherine, creole., fans ,tampe, fe difantli-
bre. Le-0r, Pail, creole, teampi fur le fein
droit PAINCHOT, fe difanit appartenir ani
mineur P'ainchot, ,& afferme au' Sieur Abel,
a.u Cap.. Le II, Hiercule, nation Aouffa,
etampe.fur le fein droit P. DARE, ige de
3j ans, taille de 5 pieds 4 pouces. Le II,
Cupidon, nation Aouffa, etampe fris le fein
gauche OUCHET, fe difant appartenir a
Mde de .Monchiizet, aux Fonds-Blancs.

| .:S PEC T:A CLLE. :
Les Comcliens -du Cap donneront le mer-
crdi 2z4 du courant., au binefice diuSieur


Baron., u.ne repr.eentation dc. Poulyceua-e ,
Tradie liCretic.,ne en verss & en cin Aie,,
de P. Corneille, orn e d tout fon f pectdcle,
dans laquelle la Dame Tueijfeire rc npira le
r6le de Pau!iae.
Cette Piece ;fGra fui'vie de Lucdle, Cpt.ra
bouff6n en 'un:iAie de i.. Grtry.
Le Spe&acle fera termind par 1'Angloife,
danf.e par MlI. T2eij^jre.

A VI S DI V E R S.
Mk Gau!tir Lagmaultrie, Procureur aui Siege
Royal du Cap, fe difpofant i p"rtir pour
Franice dans-lecourat d'"avril prochain, prie
ceux a qui.il peut devoir &- pour .,qui i pent
avoir recu quelques fonds, de vouiloir bien ife
prefenter chez lui pour en recevcir lt: toucher:
le iiontant. !1 prie auffi ceux qui.font dans.
le cas de lui devoir & qui peuvent avoir des
tires & pieces dans fon (tude, de vouloir
bien les fire retire inceflamment & lui payer
ce qu 'is'peuvent lui devoir. ii les previent
qu'il prendra en pavementt de la d.enree & au-
tres objets de convenance. II prevent meme
que parnm les papers & titres qui font dans
fon etude, pltuieurs commencent a etre en-;
dommage's par les vers, & qu'etant oblige
d'enliafer & cenfermer lefdits tires & pieces,
il eft a craindre qu'ils ne fe gatent & perden't
enticrement.
M, dHeilUecourt, comme fond~ de procu-z
ration de la part. de Mdc la Vicorntefe. de
Choifcdal-Meufe, a l'honneur de prevenir fes
Creanciers qu'il 1f difpofe : fire. la reparti-
tion des deniers qu'il a perqus depuis le i"
mars 1778., I1 invite ceux d'entre eux qui au-
roient td omis, dans celle qu'a fait Md" de-
Choifeul-Meuft avant fon depart pour France,
Slui fire parvenir leurs profpe&us de compete
avec elle, &-leslui adrcefler chez Me Laplace,
Procureur au Cap, rue -Royale, ou it les fera
prendre f6ignedufem.ent.


,---___-__________^_ ______ -------------------- I-..


I -~J~P~a~--rr~----~-----r~-~-nr~--7~- ~_ ---~~------------r~--r~,l-


AMERI"CA INES


I


----------r-------


----------- ---------- ~_.7~ '- -~------~








La Dame vveuve du Sieur Leroy De~granges
invite les Creanciers de on marn de vouloir
bien fire remettre, dans le courant de ce
mbis, I etat de leurs creances en etude de
MN Collet:: Avocat &. Procureur au Port-de-
Paix, afin qu'elle puiffe connoitre Fetat de
fes affaires & prendre quality. Elle defire pou-
voir prendre avec lefdits Creanciers les arran-
gemens les plus convenables.
'Le Sieur Deshayes, Marchand au-Cap,
place de Clugny, vient de vendre fon fonds
de magafi, part pour France au premier
convoi. II prie les perfonnes a qui-il pett de-
voir de fe prtfenter, & ceux qui lui doivent
de le folder. Comme il a de largent comp-
tant a placer, il prie ceux qui auroient des
Maifons en ville a vendre, ou des effects fur
France a Negocier, de s'adreffer a M Grim-
perel, Notaire, ou a lui-meme.
Le Sieur Miileit, Machoquier & Forgeron
au carrefour du Morne-Rouge, a l'honneur
de prlvenir M" les Habitans, qu'il raccom-
mode les chaudieres A fucre par le moyen
de liens a ecrou & un matic qui refifte a
toute la violence de la chaleur don't les chau-
dieres font fufceptibles de fouffrir, & repond
que par ce moyen elles valent autant que les
neuves pour le service. II vient d'en fair
Pepreuve fur 'Habitation de M. le Marquis
de Gali ffet,

BIENS ET EFFECTS A VENDREI

Huit Negres & deux Negreffes de place,
faits au pays depuis 9 & 6 ans, don't le plus
age n'a pas 2z ans, & le plus jeune 17 ans.
II faut s'adreffer a M. P. Devans, Habitant
a Plaifance, de prefent au Cap.
Douze Couverts a filet & a coquille, quatre
Cuillers a ragodt, une Cuiller a foupe, douze
Cuillers a caf6, douze Couteaux a manche
d'argent, a filet & a coquille, un grand Cou-
teau 8& une grande Fourchette a decouper,
Linge de table & Draps de lit. Une Mule
batarde Angloife, creole des Fonds-Blancs,
domptie au brancard, agee de 4 ans & 5 mois.
Un Cheval d'un tres-beau poil, qui va'pren-,
dre 5 ans, dompte A la volee & fousla main,
propre a en fair un Cheval de monture. II
faut s'adreffer a l'imprimerie Royale du Cap.
A AFFERMER.
II fera le famedi 27 du courant, procede
Sla Barre du Siege Royal du Cap, i la re-


quete de MO Ducommutn, Curateur aux fruc
cetiTons vacantes du effort de la Jurifdi&tion,
grant celle du feu Sieur Maffon, de Verneuil,
au bail a ferme pour'trois ans d'un Terrein
de-la contenance de 26 quarreaux, avec les
batimens qui font deffus, fis au quarter di
Port-Francois, aux charges & conditions de
la carte bannie qui en a ete dreff6e, & qui
fera publiee & affichce.
II fera le famedi 6 mars prochain, procede
A la Barre du Siege Royal du Cap, i la re-
quete de Me Ducommun, Curateur aux fuc-
cellions vacantes de la Jurifdition, grant
en cette quality celle du feu Sieur Mulle,
decade au Cap, au bail a ferme pour un an
de trois Negres dpendans de ladite fuuefflon,
& ce aux charges, claufes & Conditions de
la carte bannie qui en a etC dreffle, & qui
fera lue, publiee & affichee.

ESCLAVES EN MARONAGE.

Un Negre Arada, nomme Jean, 4tarnmp
DERIVAUX & au deffous PPX, age d'en-
viron 25 ans, taille de 5 pieds 5 pouces,
parlant le Francois & PEfpagnol, eft pard
maron le 5 'decembre dernier. Ceux qui le
reconnoitront, font pries de le fair arreter
& d'en donner avis au Sieur Languedoc, au
bord de la mer, au Cap.
Un Negre Congo, nomm&rJean-Pierre,
ag e de2 24 ans, taille de 5 pieds 2 pouces,
de belle corpulence, groffe tete, grands yeux,
extremement rouge, etampe LAFONTAN
AU CAP PLANES part maron depuis.
environ douze jours; & Baptifle taille de 5
pieds,'laid de figure, part maron le 13 de
ce mois. Ceux qui les reconnoitront, font
pries de les faire arreter & d'en donner avis
au Sieur Planes, demeurant au Cap, A qui
ces deux Negres appartiennent.
CHEVAUX PERDUS.
Un Cheval fous poil rouge franc, ayant
les deux pieds de devant blancs & une etoile
fur le front, etampe MAD entrelaces, s'eft
&chappe le 31 du mois dernier de la favanne
Sauvage & Defmaron, a Jacquefy. Ceux qui
en auront connoiffance, font pries d'en don-
ner avis au Sieur Anglade Chirurgien fur
ladite Habitation, ,ou au Sieur Duhalty,
Negociant au Cap.
Uri Mulet' &n fur la croupe A--B,
s'eti echappe de la favanne des hritiers Bore, '


nr~puar I-- I --


i








I !

ia



,i


;



-.

''".








u B3onnet, Ceux qui en auront connoiffance,
font pries d'en donner avis au Sieur Mailie,
Procureur de ladite Habitation, au Bonnet,
ou an Sieur Boutcillier, NCgociant au Cap:
il y aura une portugaife de recompenfe.

NOUVELLES POLITIQUES.
A M E R I Q U E.
Du Cap le 16 fevrier 1779.

Leindependance des Colonies Angloifes
forme fans doute une de ces epoques remar-
quables dans la conflitution univerfelle, qui
illuitrera a jamais le fiecle pr.fent, & ajoutera
aux diverfes revolutions qui fe font palffes
pendant fon course. Qui croiroit cependant
que cette revolution etoit neceffaire, qu'elle
etoit depuis long-temps predite, & qu'elle
n'eft que Fiffue determine du fyiteme Anglois
qui lui a donned fltre, & don't la forme en
affure & garantit la duree ? On en a la preuve
dans un difcours prononce Londres meme,
a la Chambre des Communes en 1762, lorf-
qu'il y fut agit6 limportante queflion de fa-
voir s'il etoit plus utile de garder le Canada,
que de le remettre a la France. L'Orateur
affura pofitivement qu'en gardant le Canada,
on pouvoit efperer de detruire une branch
principal du commerce Francois; il flattoit
meme la Nation de gagner infenfiblement
toutes les Colonies du Mlidi. 3D Mais, ajouta-
3 t-il, confiderons FItendue du Canada,
,3 & fremiffons de notre impuiffance pour
conferver un pays auffi confiderable. Bien-
Stot, n'en doutez point, fes habitans aug-
Smentes par une population abondante fon-
3 geront a Findependance, & nous ferons a
leur regard la mere de 70 ans qui croit con-
ferver encore quelque autorite fur une fille
o de 30. Ni nous ni I'Europe entire ne pour-
o, rons I'empecher, attend qu'un tel evene-
Sment elt dans Fordre de la nature. Repre-,
Sfentez-vous, Meffieurs, les progress qu'un
Steel pays pourra faire dans Fefpace de jo
S60 ans.......
33 En remettant le Canada a la France, nos
? poffeffions en front moins grandes; mais
Snous nous epargnerons beaucoup d'embar-
ras & d'incnuietudes : que dis-je ? le Ca-
3, nadadetache de notre domination n'en fera
que plus utle a notre Gouvernement, en
rendant moins formidable toutes nos au-


t TvesColonies qul, privecs d'un tel fec6urs,
Sne fongeront jamais a fecouer le joug de
3, notre autorit6. En effect la France elle-mmem
3 aura des-lbrs l'interet le plus rel a 's'op-
33 pofer a cette independence, fi elle etoit
Sprojetee, dans la crainte des progrs que
Speut faire une R 6publique dans le N ouveatu
SMonde, qui feroit capable dans la fuite des
,, temps de fubjuguer tout le continent. Con-
fultons les fails de cHiftoire : ce font les
, Peuples du Nord qui ont toujours vain:cu
Sceux du Midi. Un tel Etat bien gouverne
ne tarderoit pas a dominer fur tons les Etats
,, par la facility qu'il auroit d'entretenir des
3 forces de terre 8c de mer, & la nature mmee
,. de fa position qui le plaqant entire 'Europe
,3 & 1Afie, femblele rendre a portte de met-
tre a contribution toutes les parties du
Monde. Ainfi Rome autrefois vit ifes
3 pieds les Nations, & part pour donner
des loix au refie de la terre ,.
L'Orateur Anglois terminal cette vive fortie
par confeiller a la Chambre de rendre la
France les Colonies du Nord de Amerique.
Par-lI, dit-il nous demeurons paifibles
& tranquilles poffeffeurs de ce qui nous
: :refle. Tout project d'agrandiffement nous
o3 feroit nuifible & il ne faut qu'un moment
de reflexion pour s'en convaincre". Cet
avis etoit fage ; mais il ne fut point ecoute.
On a requ par la voie du Fort-Dauphin la
nouvelle de l3arrivee de M. de Graffe A la
Martinique, ainfi qu'il dtoit attend par M.
d'Eflaing. On affure qu'il eit arrive avec 6 Vaif-
feaux, 4Fregates & ooBatimens de tranfport.
C'eft un Bateau Hollandois qui en a apporte
la nouvelle qui ne tardera fans doute pas a fe
confirmer. Nous en attendons les details avec
impatience, & nous nous emprefferons aufli-
t6t de les communiquer a nos leCteurs.
L'Efcadre Angloife en fiation I la Jamai'que
a repris fa croifiere & a paru devant le Mole.
Elle a tented vainement de furprendre notre
Frdgate la Minerve qui revenoit du Port-au-
Prince en vain encore lui art-elle detached
une Fregate qui Pa combattue : Ia Minerve
s'eft emparde de la Frigate Angloife, n'ayant
perdu qu'un home, & eft entree avec fa
prife au MWle. On ne pent affurement fire
une retraite plus glorieufe. La Frigate An-
gloife etoit armee, dit-on, de 14 canons,
mais n'a pu re i'ier la valeur & linterepiditc'
de I.equipage de la Minerve, qui feconde p r
Fexemple de fon chef, M. de Grimoiard ,



'=i"~~"~"*~-... .:..".. ..,.-..:-- ._,,


~'-----I- --9~-~-l~-r~-~~?-~-rr---------,---~l








4tnandoit a grIandl cris sPabordage,-& a donned
'en cette occafon la preuve d'un 4ele & d'une
ardeur incroyables.

,Nou ve'es appOorthes par le Navire la Venus,
command i par M. Boitard, Capita-ine de
Fiue, monte' de 24 canons & de 1Z hommes
d'esqipage, part de Nantes ;e 25 ddecenre,
& arrived auL Port-au-Prince.

Nous avions dans nos Ports Jz prices An-
gloifes, fans y comprendre les prices de NM.
Lamotte-Fiquet avec lefquelles ii venoit de
rentrer; on les faifoit monter, huit voiles,
y comrpris deux Fregates.
)On vendoit par ordre du Roi toutes ces.
prife's que fon avoit gardees jufqu'au 0o de
ce mois fans en difpofer.
Les croifieres fe continuoient; il y avoit
mnme des Vaiffeaux defines pour croifer avec
des Fregates dans le golf.
M. de Graffe etoit prkt a fire voile avec
huit Vaiffeaux de line & des tranfports; on
prefumoit qurl alloit joindre Mi. d'Eflaing
qu'on favoit devoir hiverner en Amerique.
On parloit d'un convoi pour des mar-
chands, & dcja quelques Navires fe reidoient
a lfle d'Aix. Cela dependra des circonhlan-
ccs; mais on ne prefumoit pas qu'il put pair
avant mars : on croit qu'il fera efcorte d'un
VailTeau & d'une Fregate.
SOn ecrivoit du 20 de Rochefort,. qu'il y
irrivoit des Troupes ; on ne favoit fi lon
craignoit des defcentes fur la cte, ou fi elles.
devoient s'y embarquer. On y dquipoit deux
Vaifleaux & quelques Fregates, & Ton con-
tinuoit d'armer dans tous les Ports du Roi.
Notre Flotte fous le commandement de
M. d'Orvilliers, n'eft point rentree dans le
Port, mais fe tient toujours prete A fortir:
on difoit qu'on avoit le project d'enlever les
ifles Jerfey & Guernefey.
Un Navire revenant de l'nde & entree le 18
a 'Crient, a fait craindre pour Pondichery,
en difant que le Nabab qui tient pour les An-
glois laffilgeoit avec une forte Armee. Les
gens qui connoiffent cette parties penfoient,
fur fon rapport, qu'il etoit pris.
La Reine eft accouchee d'une Princeffe,


&r on announce ,quelques rj-ouifrnces a cette
occasion.
Le Commerce 'fouffre, les affurances' tant
a 45 pour ico pour aller dans nos Colonies,
& 60 pour les retours.
Outre quelques Fregates que le Roi fait
bticr dans nos Ports marchands, on en conf-
truit au compete du Particulier, & il ya dans
ce moment plufieurs fotsCorfaires en croiiere.
La guerre entire VEmpire & la PrilTe s'efl
paffie, comme on fait,.en marches & obfer-
vations. (n croit que la' champagne prochaine
s ouvrira par-tout par des arrangements.
La 'Venus a trotuve plufieurs Corfaires dans
Ies caps qui lui ont donned chaffe : continuant
fa route avec leplis de voilure poffible, elle les
a fouvent induits en erreur, & fouvent elle les.
a chal~fs a fon tour, pour ne pas les avoir
la nuit; elle eit pu meme en prendre en con.-
tinuant fa chaffe ; mais outre qu'elle avoit 4
craindre les Frigates & Vaiffeaux, elle vou-
loit profiter des vents pour decaper & fortir
de ces parages. Enfin elIe a continue fa route
fans etre derangee que par trois Batimens don't
elle a jug6 un etre Frigate convoyant les deux
autres iTs faifoient route pour la Iviediter-
ranee, & fans doute pour Gibraltar, Ctant
grands Navires.
Le 27 janvier, etant dans le canal de la,
Dominique & Martinique, elle a vu deux
voiles au vent qui lui ont paru Bateaux en
dcouvertes. Peu de temps apres ayant donned
chaffe A un Bateau devant elle, courant at
Nord, elle en a appris qu'il alloit A la Do-
minique, & fortoit de Saint-Pierre.,Le Ca-
pitaine etoit un Boftonien qui a rapport que
M. d'Eflaing etoit dans le Port du Fort-Royal
avec Iz Vaiffeaux ; que l'Amiral Byron toit
a Sainte-Lucie avec 16 Vaiffeaux, & avoit
detachd 1'Amiral Barrington avec 5 Vaiffeaux,
qui s'etoit empare de cette Ile, ainfi qu'on
'a appris dans le temps, & que M. d'Ellaing.
n'avoit pu les en empecher, &c. que M. de
Graffe etoit attend avec fon Efcadre & des
Troupes, & que M. d'Etaing avoit envoyd-
4 Batimens au devant de lui, pour le prevenir
de la prife de Sainte-Lucie. On a pris dans
ces parages aux Anglois 3 Fregates, don't z
font a la Guadeloupe & rauttre alaMartinique.


Par Permijtfon de MM. les General & Intendant.


DE L'IMPRIMERIE


m 11.I I -i -I .I a- I -.I I I IN, I Ic0.. I. -.-m "-r


---"Wli


_ ---


1


p I


DU CAP.


ROYALE




( NO 7 )
>-^j ij|i|i'r' ir i ii f .iii 1 i 1 ii ij i *_ 'i -ii1 i* ir -- -i._ _


ICHES

Mardi 16


N j G J jT M ARON s.
AU PORT-AU-PRINCE, le 8 de
ce mois, eft entrd a la Geole un Negre
nouveau, nation Quiamba, fans etampe,
ag6 d'environ 2.6 ans, taille de 5 pieds
pouces, fluet & marqud de petite verole,
ayant des marques de fon pays fur le
vifage & fur 1'eftomac, ne fachant parlor
francais ; & Marie- Jeanne nation
Poulard, fans teampe, agde d'environ
16 ans, rouge de peau, fe difant appar-
tenir la nomm6e Zanith, M.. L. o-
gane : le 9, Jean Louis, tamp6 fur les
deux feins DROVLARD & fur l'efo-
mac LEFEVRE fe difant appartenir a
M. Drouillard Delamarre : le ii, Ja/-
mrin, Creole, Itampe FOVGV, fe di-
fant appartenir a M. Robiou: le iz, une
Negreffe nouvelle, trampDe CBD.


A VIS


DI VERS.


. II fera procedd le i8 de ce mois, a la
barre du fiege de l'amiraut6 du Port-au-
'Prince, & a la diligence du receveur des
confifcations, h la vente d'un corfaire
momrnm la Surprif Icquel eft mouillI
en ce port, & a t&. pris fur les cnnemis
command par M.;le vicomte d'Efcars.
Les perfonnes qui ont des papers,


L M E


NT


AU


S U P


F.


P


AME RICA INES.

Fevrier 1779.


tires & doffiers 'a retire de l'teude de
feu Me Charles, avocat au Confeili
font inflamment prices par le fieur Sava
riau, chirurgien du Roi, fon executeuZr
reftamentaire, de les retire au plut6o
des mains de Me Thomin, notaire do
cette ville-, par lai charge d'en fair le
remife, & de lui payer ce qu'clles pea-u
vent devoir h la fuccefilon do difunt
pour les frais desinflancesdans lefquelles
il a occupy, fi elles veulent eviter les
pourfuites qu'un plus long retard le
rettroit, en fa quality, dans la neceC&
fite de faire contre elles.
II fera proc6de le 2. du prifent, la
barre du fiege de I'amirautd du Port-auo
Prince, & a la diligence du receveurdes
confiscations, 'a la vente d'un brigantin
nomm le Freindship, lequel eft mouilli
en ce port, & a e t pris fur les ennemis de
'eitat par la frigate l'Active, commander
par M. le chevalier de Fontaine-Mervy.
M. Leprdtre, prevot particulier de l4
ville & ddpendance du Port-au- Prince,
(par ordre du Roi ) & exeeuteur tef
tamentaire de feu Me Doublet, notaire
en cette ville, a I'honneur de prvenirlo
public que ceux qui ont confi6 des pa-*
piers & qui en ont h retire; duditM9?
Double, les trouveront chez Me De..
grandpre, notaire audit Port-au-Princed
dins la maifon neuve de M. Joton, ato
nant M,.Faure, avacar,,


,'




te feur Tre'or Segutneau, negociant
*n'cette ville, etant fur fon depart pour
France, prie ceux h qui il peut devoir
de vehir rccevoirleur dui, & cetix qui lui
doivent de le folder inceflamment, pour
lui iviter le dlfagrement de fe pourvoir
parr les voics de droit centre fes dEbi-
teurs.
Mefficurs les creanciers faififfans des
nommes Jean-Baptuifle, Pierre, Jqfle,
Jobeph, Louis & Jacques Leroux, ha-
bitans aux Vafes, font pries de la part
des fieurs pr Bafile & Compagnie nC-
gocians au Port-au-Prince charges de
la procuration de M. Jcan -Baptifle
Often, habitant aux Vafes, de present
en France, ci-devant fcrmier principal
de l'habitation des fufdits Leroux, de
s'affembler en l'tude de Me Borgela,
procureur au Port-au-Prince, le I"
mars prochain, pour convenir de ce qui
rcvient a chacun d'eux, eu dgard a leurs
faifies.
II a etd perdu je iz de ce mois uir
rnandat tire fur MM. Poulle freres, a
I'ordre de M. Marfillac hL ogane, de
la fomme de 110o livres, au dosduquel
-eft le nom de DefJlaux en blanc. Ceux
quile trouveront font pries de le remettre
a M. Boifleau capitaine du navire le
Georges, de Bordeaux, h qui il ap-
partient.
Le fieur Latouche, reflant fur I'habi-
tation de M. Peyrat, au Cul de Sac,
prie MM. les capitaines, negocians,
marchands & autres, de ne rien livrer
pour fon compete, fans fon ordre; il
declare que deformais il n'aura de
competes ouverts que ceux qui les front
par fes ordres, ou par fes bons ; & ce
pour eviter les ddfagremens qu'il a eu.

On trouve toujours a 'Imprimerie duo
Port-au-Prince.du paper Grand-Eld-


phane, de z pleds de long rur t9 police
de large; Imp6rial, dB zo pouces .de
loug fur 14 de large; Super-Royal, de
18 pouces de long fur x3 de large; Royal,
de is pouces de long fur I[ ,de largw ,
Grande & Petite-Telliere; Grand &
Petit-Cornet a lettre. Tous ces Ppi#vs
font cires des meilTleres fabriques de
Hollande. On y trouve auffi des Papiers
de France de dlffrrentes qualices; Regif-
tres de routes grandeur y veritable Encre
de la Petite- Vertu; Canifs, Gratoirs,
Cire d'Efpagne:;. Crayons fins Angais;.
Non parcille ; Ecritoires garnies; Plu-
mes de Hollande de la premiere quality;,
&.generalement tour ce qui eft i l'ufage
des' Bureaux.
1~~... ..... -- I(II


AVIS


D ES: PO'STES.


L'intention de l'adminiffrateur des
poles n'icant pas qte fes dire&eurs ol
commiis s'ecartent des rarifs & ordon-
nances rendus fur la taxes dos lettres &c
paquets, le-public eft privenou que s'il
arrivoic que, par inadvertance, quel.i
ques Fettres ou paquets fe trouvalfint
fur-taxes, h la prefentation defdites
lettres on paquets au premier bread
des poftes it fera fait raifonb de- la
fur-,taxe.
ESCLAVE EN MAARONNAG .-
Une Nigrefle nommee Catherince
Creole du Port-au- Prince, edampe'
F. DORLEANS, agee de zo a z2. ans,
taille de 5 pieds z pouces, rouge de peau,
eftropide du pied droit, maronne depuis
le 29 o&obre 1773. Ceux qui en auront
connoiffance font pries d'en donner avis
a M. DortUans, fur I'habitation Letort.
II y aura rdcompenfe.


/


~-~~....









N0I 81 *9;


A R "iV't; E I NA VIP ES A" J
-- M ----- -.- -l & > LA










11, d e. c is, j nft
C rit :de o..it pr ed


'Patia jlanier.i 1 coi iL
-etm o. fl Ct I t6Uic '
-ume6 :'e! gv h; i Wita Z.






leit. Dili ger DUR.,' A age ez6.asIanie di.tit
tapprtenri Men lDur ,, apir. i Beri t-ei -




.i ,'ean ;tols, Mandin ue. a.aigi de 16,an- ,
itampit iLAMOfLERE. Le74, S nan -






:Pi erre ,d V eltehd,'criale tamp-ifutleei n 'i
-tii ^iaQiJiiei s5 ;. '^Mulatir^e Holiiadois',



-demiti CH fBREi gMOLE:& tfuile gauiu !
P-OIRIER. C Si r M-, age de.3 .ans;' f difari-



'ani apparten iraDHabitaiorn P Mriaer, i1Ar-
.tib jnrteil: an4bs Lnding.us e Congo:, iampn
:tamtp LAMOLERE:. diftinerA ALIER
Saf6 e3b ai-s,, fe P
-di fantf ag~rtniv~r^ tabttbinds (idfabtJ t; &c
^Pienre J~ "Mieh 1i) creolee, e~tame fi'w4le reiti
4d^)it CHOUBR7E M LE & foil gauchsi
POIR1ER. C ST M, a3ge de.5boans. ifeAdiM
:fant appartcimr l'Habitation biWrier ,la PAr-
itiabyoitei. Ler t, ,Louis Congo ,eramTp
:ailtanlt :qu on -ar Pu le" diftinguerC YALIE'R,
Agi de.6- 'ansofe difaint appartenixr rHabi-
i tatidn. hardy2 ,.iaw D'"ndon:~ ie. Javi o
,Congo~ ~tam lPORFON: aige.de:: ans,
iappirtenant. Mi CcEfineau; au.Bois-Neuf;.,&
Coiin, mrme nation, etampe B..FRIGIERE.
^ ^ ^ ^ i _


**' Sark
Smith/
ufn Gk"

Les
a. ,
Sf&vt



dansi la
^4e de


C" '-' !'

Cv 'SA
C a~ / N 4 9 'J

*t / .s .9
r^~ ~ L pim i*v1111
\ b ^V l l .\:^ -. f,\,.- **,*., *
ri 4y4 a/ ''/ ..*^ ) '.- .+ C1 1
* iA O ^ ; .j' '// 4 ;,- .


I mo e. ruu fQgevor
Kc.C ; teic.FaC i~at ,uv.ie',de /ie,, pra
bb.uffon..,e uf Ael, 'de'-M, G/ry. ,.,.r ,
niL tSpec&acle ferai tbrrrmined pr lAngloife,
danfe' par Mil Teljfeire.., '.



M. Larralde donne avis que Te Sr Dt fer ,
\.G ,ied[ailnt cfao C.,r $.,is', p lhpiz ls helni.
i L %isrSieu^ De4ictyN: 4Ma-rchand, auCsip,
place-devi Ctiugnyrs vicatciYendtq ,iCfoifidLs
deimagafin., & partapp.ourE fr;ance' au prenier
,onvoi. 11 pi less perronries,; qii il:;peintde-
,oim dd feprcfertexr.- .ceOux qui.lui dolverit
:de: le. folder~l Comme .il. a.'de- I'argeot cpnm-
tant a placer, il prie ceux qi .auroierit ,.es
Maifbansen,. vile a vifdre :d'& s'ad^fSelj Ni0
*. p Aeau ,;,(...
Gri/mpe el :N taire,pu a'Jlcit-mre Ie. ; -' i,-, ,
Sie, Sieirc.P eaur ,Chirurgien a rArti-
bonite, de retour:du Gip dansek tiois d'aodEt
.dernir i avoit laiffe i .M ule rouge& efflan
.qu ee:; apartenantel a. ci de ;euve -Raulin, fix
1'Habitationmrdd M. .Di c. ia ra.Giande-
,RayinedMa Dlimbi -i:tamipeu duc8te:-du ion-
t6 i, fRNWPClhNi, ,:18-layit prie fe S:wval
geraratladitt ;flbitatlion, ide s'en:- charger;,
qu'en effet ledit Sieur Revals'en etoir charge,
puifqOu qucl1ue t~emr p pres il et forti de
ladit' tHabaitati ot,, a-etriene ladite Mo le
I- 1f 'r


SDT iA Q' av avec iu. eu x quiar arop conn ouance aud-rt
S.. : -v i! Aou. de .:A-phrfone., ,.'quiAi!' au roit,.pu
di'lprothn' 217 du coprant,Ale!Sieir ,laiffer ladite.Mille, fstprines en 0dnner avis
do'nnera ,dans Ia.Salle dun:Sp&dacle, a M. Gtlbatd :PD e ier, 4Negolails pau
ANb CoNCERT vocal& inlfrufital,, Cap, ou 'a"s Graffct 6-Pi'fiexL,,gociatis
a teimin par une Redoate o, ti Bal.' Saip-Mar.) ,.
C Le;Sieu- E.ven, (chez MS Lor P/omrbard
Comdiens: du Cap dnneront mardi ompinagnie) part p 6ur Franice par le pre-
ier piodain.' au 4inence. dpSeu. iSieu .mi.y..is pr vio ceuix i ,ilpeit
", .n eprfentation Cde notyeae,. ..devoirc de fe pfe pntet pour recq Voir leurpaie-
lie Chretienneenetvers&en cinq:Ates meht.: )...: ) .
Corteite lorane /de tdht fohi fpe&acle:, ;!1, Jl' ate, t(uv4 dans la favanne: du Sieur
quelle la Dame. .Teiifeirte emplira le n Mozal, au/Trou, un, Cheval tamper fur la
Paulinze, cuiffe du c6t m du onoitr VC & GV avant:


"- --L-Uy-~-- r~1I--I~ _~iT ~*~~yl *yI^--I ll^ 'L~nTII~O-IiLi~l~.F~e~~~~Ui~~IILl


_ r~----------- '-L C ---


~-~UI ~ --- -- ----- -- --- --- ---i -


: z .~ -,


..-.. ~.~~~


~- --- i


i I r
-r .II r)


[N* 8.3




211Rlll -' I- S.113~ '~I


S 'on a pu lediciinguer. Ceux qu il appear.
tent, peiWent le reclamr en payant les trais
du prtfent avis.
tJSTE d .Negres Ipaves q9rti, 1oformimht.
fl Ordonnance du Roi du 18 novembre 1767,
doivent ~tre vendus a la Barre du Siege Royal
du Fort-Dauphin, le 1i avril prochain a
la require du Receveur de ce droit.

Du iz novembre dernier, un Negre nom-
ai DzugouJ-, dit Neptuank nattion Dat bame,
etampi fur le fein droit REY & fur le gauche
.LHER, lequel a dit apparteiir au Sicur
Lohier de Beaupuy.
Du 14 decembre, un Negre nouveau,
nation Congo, tampi fur le fein droit J. B,
lequel n'a fiu dire fon norm ni elii de fon
maitre .*
Du.i r janvier, un! Negro nomme 'Lou.,
nation' Congo,: etamp:.fur- le frin droit J.
MANIE, lequel a dit appartenir au hnomir
Jourdain, N. 1. tHabitant au Terrier-Rouge.
Du 13 dudit mois, un Negre nomme
Jean-Baptifle, creolei fans eampe, leque a
dit appartenir au'Siteul Grenot, Habitant la.
Matie.. -
1 Du iz, un jeume Negrve nomme Cifar ,
creole de la Marlinique, etampe fir lefein droit
P-HLIBER & fir -e gauche BU1SSARD,
sequel a dit appartenir au Sieurt Bidifard.
Du 24, un Negre out eam, nation Nago,
canmpe fur le fein droit B, lequel na fta dire
forEdni n ni !celui de- bn imaaive.
. z ,5 ,-l n lNegre ~ndnim' Tlemaque,
ACongo, itanipe fut: le 1fein droit 'MONET,
ilequel n'audii~e le nom de fon ma ttre.
NAViRES'. EN CH AB GEMEXNT,
Le Nelfon, de Nalates, Capitaine Bridon,
.partira pour ledit lieu au-premier convoy, i &
-pour acel rer famarchie fap ieureiledit Ca-
pitaine diefiteroit trawver A friter du tabac',
icaf6, indigo ou-coton. Son magafin eft rue
du.Gouvernement.
Le Guerrier, de Nantes, Capit. Richer,
armed de d14 canons de 6, partira pour ledit
-lieu, fans differ, par le premier convoi :il
hui manque encore une trentaine de barriques
-de fire, de boucauts ou-de cafe pour remplir
fa cale. Ceux qui voudront y paffer ou.char-
ger a fret, s'adrefieront audit Capitaine, rue
idu .Gouvernement, vis-a-vis M5 Foache,
Hellot & JCompagnic.


Bius E EPEfFTS A vBNxtE.
Une Habitation fife ~,la quatrieme anfe de
a Bande-du-Nord; de Z5O p' s 'de largeur fur
860o e hauteur, 8&i e outre ja joyiffapce des
yo Pas du Roi fur ladite'largeur, ladite Ha-
bitation etablie enjardinage & vivres, avec
uhe grande quantity de'vignes, tant en ton-
nelle qu'en efpalier, & les batimens neceffaires
.pour ladite Habitation, le tout de maana-
nerie. II faut s'adrefferalkM Rivery, Notaire,
rue Royale.
Une Maifon de 60 pieds de long fur p9
de targe, compofie de:plufieurs pieces, ayait
une galerie fur le devant, converte ei ardoife,
fife fur la place, a Saint-Marc ; & une Har
bitation en caf6, de t1oo quarreaux de terre,
avec fes bitimens & C .Negres, fife au Petit-
Cahot, pes la Petite-Riviere, Jurifdition
de Saint-Marc. On s'adreffera au ap, & M.
C..ortmaisx Defnaes, iAvQcats & au Iort-at,-
Prince oua;.Saint-Marc, a M, Garnierr, Grand-
PrevAitde lArme de M. le Comt d'Eftaing
& Prevot-G'eneral de la Partie du .$ud .& de
J'Oueft de cette Colonie, A-la flite de M.
SNoailles. .
.M. Grouin Dufef, partant, por France,
vendra une Chaife \ une place,- ave fes hat-
nois ~c trois :cevaux. On s'adrefera audit
Sieur, t e. Monplaifir, Traiteur a. Cap,
.ue adu Palais.
Le Sieur Neveu., Tonnelier an Cap, tant
.fr fon depart pour France, prcviertm .ail
-vendra .a amiable fon fods:sde boutique &
-magafin, quatr4teons Negrss oneaeieirs, trois
astres Negres depuis aBin8 is.au pays, & qui
,ont toujours ete.attachis 'a ta tonndIeiei ,
-deux N~gre&es blancfhfefefs.,:repafeufe ,&
.euiinieres.
A AF ER M E R.
Une Place fife a Sainte-Sufanrie, Paroiffe
de Limionade, dc la contcna~ ne de ji6 ,quar-
reaux de terse, don't parties ce viv~es ,& .,e
,cafa, beaucoup de manioc, helles banerieas,
& le refte en favanne ntoure ,de. haies yivos,
avec une grande cafe de charpente ayant ga-
ilerie des deux c6tes, les autrtes brittneis ne-
:ceffaires & in colombier tresbien giarni, :,
.toUt affermer pour irois;, cinq v-u feptan-
anee, en donnant bonne cautious Sc certifica-
,teur. On s'adreffera a'M. Dagu gn, Ngor
ciant a uCap,. ou .aM. Lenormint, Habi.aknt
aux C6tel.ettes, m me Paroife, charge Aes


- -.------ '----*"' .--^"~1---.--1.--- ---_8s~








affairss 44 M. DiWbonne qui apparent
cette Place.
ESCLAVES EN MARONAGE.
Un Negre iouveau, nomme Antnine, na-
tion Congo,etampe VIG, ag6 de 18 & to ans,
taille d'environ y.pieds, eft part maron le i,.
mnai dernier. Ceux qui le reconnoitront, fornt
pries de le fire arreter & d'en donner avis a
M. Porcherau, Habitant au Port-Margot,
ou M. Puny, Negociant au Cap : il y aura
r'compenpe.
Un Negre Mefurade, nomme Charles,
matelot, etampe BOX, part mron du Fort-
Dauphin. Ceux qui le reconnoitront, font
pries de le fare arreter & den donner avis
i M. Baux, N4gociant au Fort-Dauphip,
-ou M"S Larrieu & Faures, Negocians aui
Cap.
Ua Negre creole, nomme Auguflin, age
.4e 39 ans, afflige d'une concretion polypeu;fe
CQonlderable la joue droite, eft pari maroni
depis quinze ours. Ceux qi le reconnot-
tront, font pries de le fair arreter & 4'ep
donner avis a M. Penifort Habitant au BBon-
net a qui il apparpient, ou i M" G~ke
^ go0pagne, Apo~hicajres au Cap.
CH VAUX PERDU S.
Une Myle fops poil brun, itapipe fur
1t.paule d 4 Imontpr AI, & ui Cheval fous
ppOi rougg, etampe Efpgno le brhle la
jambe du monttoir, ls cicatrices nWi'nt pas
enqr~ bjeii frmlIe, 1 bo dle t de cette m em
jambpplis grqs qe l'autre, fe font eichappds
J 1uit 4u 3 4 4 C 4e ce mo0is le 6 lafivanp
4e Md4 Lementonnoir, a Rocou. Ceua gqi
en aurontn onnoifianae, font pries 4'en foa-
ner avis~ M. B. Marchkand, N gocI t ap
Cap, ou a M. Ducros, g&ernt 1Habiatiop
Larue, iu Qiuamr-Morin: iiy aura reom-
penfe.
... .. ,, i '.'..' ," .'" .,- ,S r ,
N 0 U VELLE S. POLITIQ UES.
A M P R I Q U E.
Du Cap le 23 fevrier 1779.
Nous nous empreffons de reliever ricqr
.liffe dans la feuille precedente au fiiiet de
fa prife faite par M. de Grimnaor4, dc[aman,-
dant la Frigate du Roi la Minerve. 11 eft tres-
vrai cue 'M. de Grimouard a couru les plus
brands dangers ena fajiant La reason re pa, JA


travers des Caymites ,-dns la Partie du Si4,
de 'Efcadre Angloife qui a cherche 'eq-
elopper; ce n'eft que par des efforts incroyg-
bles la manoeuvre la plus favante qu'il A
hchapp 'aux efforts du Rubis & d Niger
avec l1efquels ii lui a fall canonner. C'eft
fous Inague qu'il a fait la prife de la Frigate
Angloife la Providence qu'i y a trouve retiree,
ladite Fregate armie reellement de 24 pieces
de capon & 1oo hommes d'dquipage. Cette
prife .ddommage bien honorablement M. de
Grimouard des peines & fatigues de fa croi-
iere. Cet Oficier eft centre auffitot au Mole,
ayant befoin de r4parer fa Fregate fott en-
dommagee des cops de canon qu'elle a requs.
Le 14timent pris et tout n;uf, excellent voi-
lier 8c conftruit depuis quatre mois. M. de
Grimouard n'a pas perdu un f'eu homme dans
ces difffrens combats.
Le Bordelais arrive en ce Port le 19 de ce
mrps, doit ,a hafard fpn arrive prompted .
Saint-Doningqe puifquil etoit mouille ,
1'Ifi d'Aix le 8 janvier, attendant le complete
de 1 F otte marcha ip deftinee a fire voile
po.ur nos Colonies elle etoit alors a 40 Bti-
Age$ : up coup dg yent Yiolept, furvenur l
mn e our, a forc( ce Navire de couper fes
ca6i e~ de fxre route ; ia 4mem avec Nui
fop Piot de ivrier, ce qui confine qu'il
Onayoiti point dffei'i e yenir 4infi feul en
Ajnpeiqu 1I n'a mis 4ue 40 joprs a fa tra-
yerfe .; ajs q.pm.e 11d refte tris mois au
bas de la riviere de Bordeaux, il ne peut nous
donni r 4e grades qno well. Ce N4vire eft
le ('qa t, Capit. Duguatz, arne de if
Mcaqps$ rs oipye d'equipage. Suivant 1e
rpprt d CapitaueM, M. de Graffe etoit
part i x joqrs avap lui, ce qui pourroit fire
prefunm~r qu'il g )trrne epus zo jours en-
viron a la rt4 jqtue.
Les lettres de aris nous apprennent qu ag
.rmbire des drnjir, captures confiderables.
que les ApglpoQs opt .fites fur nous, eft Ie
Ga/ton, de 400 tonnpaux, revenat des gran-
es j 4s: a prfe e tft d'a autai plus atee,
q.e cpN vire 4igroroQt a4folument les hofti-
lites pref etep: Jpureufement celle du Vail-
fe. ie fitq-James' e.fe cbnfirmie pas, 0 ort
peup efprer le Iy vor rvr i ban port; it
eft de 900 tenneaux, & outre fa forte car-
gcifgon.il apporptsdes manufcrits curieux de la
Chine que M. Bertmi, Miniftre d'Etat, en fait
venir pour 1ufage des Savans occupies des
xher4ebe relativesp q la Natioan Chinoife.








tLe nombre des Vaiffneau attends cettieari-
iiee des grande Indes 6toit de" 16. De ces 16,
le Terre Trr800. tonneuax a& Phdippi4 e,
k' 660, & le Chwumont,' de 40o, ,revetint
,e Benidale & de Pohdihery, ainfi i.que le
Ta/.eyradnd, te .0oo, revenarit d la Cihe, ;
2fbint arrives a 1'Orient. Le'Ferme & kr Gai7on,
:tons deux de 400 & revenant de Pondichery,
ont' ct pris & conduits, un a Briffol, au-
tri' Liverpool. Le Mode'fle, de 8oovenant
de' l Chiie &, a etcpris & conduit a IPl'-
finQut. i ZAd.tCo, 5de.oo ,' enante de Pon-
ndichery -, e.pris p r Aitrmateur.Ie Peters,
8& repr:s ,p'les Vaiffeaux' dir Roil; 1 y an,
enc re .8 dorit on ignore le 'fort, favoit:
l'Eizfabet h de 900; le Carmate &' e Duic-
dc.-la- Vrziie,'e, de 800; le Boyne, de 70o,
vweant de 'Behgale t& de Coromandel ; le
PondichIery, del. Iooo l Dueci-Fit -Jans, ,
Cde 9OO; le Fortune0, deSoo.,&?es Trois-Ainis,
de S6'o, venait'de'a Chine; Le. Chaunt,
: 'un de c.ux quiifont en'tres' a:Orieint, adit
pris tir. c6te de Bengale, pour compete ds
Anglois, une cargaifon evalune. a3 millions";
en confequence ii avoit ete arrete a fon arri-
"vee ; mais la Cour, a qui. :oen "e"a' rend
conmpte ayant confire -que .le ,chartgemiie
de ce'Navire avoit ete fait fur lifoli'dai doAit
desgens., parceque-lors de fon depart oni ne
pouvoi'etre inf tuit au Bengale des die ffens
atuels, a declare Ia cargaifdon libre & que
reftitution du product en feroit faite aux Ani-
glois.
Cointne les circonflances exigent des de-
-pen fe.extraordinaires, particulierement pour
,aiiitehir la Marine R-oyrle dians 'Ptat flo-
iffant OFi elle fe trouve ,.on parole d'utn em-
prunt de, 80 millions, 'auquuel M. Necker,
Diredeur-General- des Finances, s'eft d6ter-
mine, comme a la voie la moins onereufe a
TEtat. a
Le Roi vient de crer une charge f6us le ti-
tre de Colohel-General des Troupes-Legeres,
& Pa accordee a M. le Duc de Chartres,
iavec l'agrement d'un Regiment de Houffirds
qui porter le nom de la touvelle charge,
& donrt ce Prince aura le travail avec S. M.
On a vu avec peine en France la prife,
par les 'Anglois, des Ifles Saint-Pierre &


'Miguelon qu nsiit appattenoietft ps dit
Banc de Terre Neuve : plufiei'us family's
ont t6e rdeduieas, la -en dcifti 4lles ont
ete renvoyees en trance fur le.:'Nlvire la
'Marqufi-d -k')ifc .t.Ce G 6 iiyl~ h cffiits
Sfeinmblentf elo&1g't:Ir totes ptopofrl i6fis )ka'-
-conimmde-hent ,' ainfi i:qt'fo~ll'iinri nqdit'pofur
cet hiver alors on dbit s atteehdre au print-
temps a des operations yigoureufes.de part
& d'autre- ''
'On ecrit de'Sait-Malo -que'par .les foifs
de MN. de la Houffaye, PiegociahritSn cettf
'Ville ion-eff enhfin, parVnu a 'lve~ rn Navire
Su0t0edotse, charge' de fr', V`"qui s'etvo it erdu' 1
y a trois ans aIl'ehtree de la radd. :Toute' la
cargaifon a ete eifmie encore tres-bonrie,,
malgr" la quantit de rouille quitaxcouvroit.
-On a trouve dans ladchambre du Capitai4'e
fa fquelette, fa, montre &.fqn argent panntart
a. iune frime.e ei4A& oo 0 :.
SDes leftres "de. B:ef& 'portenrt :qie- w N.:
'la Touche-Treville, Chef-d'Ef&adie eiin ft
forti le 19 hnovembre avec deux Vaiffeaux ,&
une Fr6gate pour caller en croifiere, '& que le
lendemain M. de Lamotte-F iquet; comianir-
di'nrte Saint-Ef rit :de~vit v en fortify avecii u
autre Vaiffeau &uine Fr&egate. -:IsyIe-, de
38,canons j command par 1A dej erouen-
Mahe, a ordre de croifer avec 1e Cormorand,
'Lougre neuf, 'di cgte: de la riviere d Bor-
deaux, & d'entrer Idans la- Girohne jufqu' a
Blaye. Toutes ces croifieres ont te &eablies
pour la'protefion du: commerce cqontrf les
Corfaires Britanniques don't la riier :6fiurt,'ill.
'Les' Negociahs pref er'oient' des eFcortes
pour leurs 'Navires reunis en Flotte6'.eix
-de Bordeaux ayant'fooffert extrimement p'r
le grand nombre de-leurs' Vaiffeaui 'kui oit
e6t pris, on fait que la Chambre de Commerce
de cette Ville a faitde vives instances aupres
de M. de Sartine, pour que ce.Mififtre leur
accordat des convois, & que ces' repreifei-
tations bnt donn' lieu'a'celiii qu'a du efcbrter
.M. de Graffe, ,& qui riettra finalii nterrup-
tion fenfible de notre communication avec
la Metrop'ole. Par tun calcul qui eft fans
doute exagere, on fait monster ai 2 millions
les pertes que notre commerce a.dja effuyees
Sfur mer.


Par Permiflon de MM. les Gdnkral E Ihtendant.,


DE LI MPRIMERI- ROYALE DU CAP.

I *i


I


, i





( N 8.)


L M


E


NT


FICHES


a Mardi 2


3


AME RICAI


Fdvrier


1779.


NE G ES MARON S.


AU PORT-AU-PRINCE, le 4 de
ce mois efi entrd h la Geole un Negre
nouveau, etampe SIBERT: le 16, une
Negreffe nommee Francoifj, Congo,
fans etampe age d'environ z2 ans ,
ayant un enfant a la mamelle, fe difant
appartenir a feu M. Ledoux, habitant h
la Petite-Riviere; Marianne, Congo,
e6ampee S. ARNAUD, fe difant appar-
tenir a M. Arnaud, habitant au Bou-
caffin ; Ce~ar, Congo, fans etampe,
Ag6 de 14 ans, beau & bien fair, ayant
une petite cicatrice au mention; Nicolas,
Congo, itampe fur le fein droit RGH &
fur le gauche GIBGN-E, age de 16
ans, perruquier-de fon metier: ces deux
derniers fe difent appartenir a M.Pierre,
cordonnier a Jacmel; & Philippe,
Congo, dtampe illifiblement, age de 40
ans, taille de 5 pieds, tres-maigre,
ayant deux cicatrices au-deffous du fein
gauche fe difant appartenir au fieur
Beaufbleil, en cette ville :le 18 Joli-
cceur, ctamp6 IBT, fe difant de 'habi-
tation Trutier : le 19 Zabeth, atam-
pie DAMIEN, fe difant de l'habitation
Damiens; un Negre nouveau, Congo,
itampe L. G. D. CP, dcampe de M. Le-
grand de Campeaux ; & un autre
Negre nouveau, Congo, etampe LA-
TOISON. R1, autant qu'on a pa le dif-


tinguer ayanr des marques de fon pays
fur le vifage & fur l'eftomac, ne fachant
parler francais.


AN IMAUX


PA VE S.


Au PORT- AU-PRINCE, le 7 de ce
mois, il a dtd conduit a la Geole un
Cheval fous poil alezan, dtampeau mon-,
toir PG & au-deffousVO, tres- maigre,
ayant une oreille clabaude & le front
blanc: le 9, un vieux Cheval fous poil
rouge, dtampd illifiblement, ayant la
tite grife & le front blanc : le i un
Cheval fous poil bai, ctampe MOB : le
14 un jeune petit Cheval fous poil
rouge, ~rampe au montotr AM lies,
ayant une tale fur l'cdil du meme c6td,
& une droile filante au front; & un
Bourriquet fous poil gris, ctampe hours
montoir DEY.

SPECTACLE.
Les Comidiens du Port- au- Prince
donneront, le mardi 2 mars prochain ,
( abonnemens fifpendus) une premiere
repr6fentation de la Mdtromanie co-
medie en cinq ades & en vers, de Piron,
qui n'a jamais ete jouee en cette ville :
cette piece fera fuivie du Serrarier,
opera bouffon en un ad-e, ornd de tout
fon fpe&acle, dans lequel le Sr Depoix
remplira le role de Guillaumne.


- -.-- .'-- ~ -.--.-.-- .-.--- -~. -- ---.-------


P


NES.


.51111 ~ ;-~- -_~~---~_--c--r~'~--P IPICC~I~aI ~YI~(L 1~~ill)~lIPmoo-,-II


n7

fr
III
1
; r
jr
i'
i
ii
11
; i

i
f i

,I


L~WIIBIIIOIIIIIIIILIlsllklL~II~~811111 ly --
---------- --- ---- c --- -- -- -~. -----, c








AVIS DIVERS.
Meffieurs les creanciers faififlans des
nommes fean-Baptifle, Pierre, Jqfle,
Jofeph, Louis & JacquesLeroux, ha-
litans aux Vafes, font pries de la part
des fieurs P" Bafile & Compagnie n-
gociansaau Port-au-Prince, charges de
la procuration de M. Jean BaptiJle
Hoflen, habitant aux Vafes, de present
cn France, ci-devant fermier principal
de l'habitation des fuifdits Leroux de
s'affembler en l'dtudde de M Borgella ,
procureur au Port-au-Prince,le Ir mars
prochain, pour convenir de ce qui revient
Schacund'eux, eu guard leurs faifies.
11 a etd trouve par le fieur Fournier,
couvreur, une Montre d'or. Celui a qui
lle appartient pourra la r&clamer en la
d6fignant & en payant les frais du pre-
fent avis.
11 a tc perdu le i o de ce mois depuis
l'habitation de Madame Fauchi, du
Grand-Goave, jufqu'a Liogane,, un
Jonc a pomme d'or uni. Les perfonnes
qui l'auront trouve font prices d'en don-
ner avis a M. Fouque, a Leogane, ou
chez M. Brfoufef, ngociant 'a Jacmel.
11 fera procedd le 2.z du present, la
barre du fiege de I'amiraute du Port-au-
Prince, & a la diligence du receveur des
confiscations, 'a la vente d'un brigancin
nommd le Freindship, & enfiuite a cclle
d'envircn 30 milliers de mairain; lequel
brigantin efl mouille en cc port, & a dtd
pris fur les ennemis de l'Ntat par la frigate
l'Ac7ive, commander par M.le chevalier
de Fontaime MervC. Le mairain eft 'a
I'embarcadaire de la dame Rafleau.
11 fera proc&dC le i mars prochain ,
a la barre du fidge royal du Port au-
Prince, a I'adjudication definitive du
bail ferme d'une petite place depcn-
dantc de la fucceffion du feu Sr MouiJl-
zat, fitule dans les hauteurs des favan-


nes du gouvernement, de la contenanee
de dix carreaux de terre. Ceux qui defi-
retont avoir connoiffance des claufes do
la carte-bannie pourront s'adreflir an
fieur de la Souchere Riviere, on 'a M.
BIaudamant, procureur audit fiege.
DEMA NID E.
Un jeune homme de bonne vie &
moeurs defireroit trouver place chez un
negociant pour la teneur des livres; ii
eft verf6 dans les parties-doubles & le
detail, ayant ci-devant navigue pour
le marchand. S'adreffer a l'Imprimerie
du Port-au- Prince.
ESCLAVES EN MAARON NAGE.
Un Mul tre nomme .Tean, Creole de
tI Jamaique, dtampd BRETONNI.RE
& au-deffous ET SORIN; un Ncgre
nomme Neron, parlant & lifant I'An-
glais; & un autre Negre nouveau nomme
Neptune Congo : ces deux dcrniers
font etampes BRETONNIERE en fcr a
cheval. Ils font parts marons tous trois.
la nuit du 1 5 au 16 de ce mois & one
enlvd eavec eux un cannot de l'embarca-
daire Merat, l'Arcahaye. Ceux qui
en auront connoiflance font pries d'cr
donner avis a M1. Bretonniere a I'Ar-
cahaye, a qui ils appartiennent.
Deux Negres, I'un Martiniquois,
ctampd MANIt & l'autre DE LA
COTTE; ils apparticnnent 'a M. Duclos
d'Abon. Ceux qai en auront connoif-
fance font prids de les fire arreter &
d'en donner avis h M. Pafquet, nega-
cianrt 'a 'Areahaye.
Une Negrefle nommee Thibe'e, nation
Nago, ecampee MONTLIAR, ayanc
des marques de fon pays fur le vifage &
fur le corps, elf maronne depuis fcpt
mois. Ceux qui en auront connoiffance
font pries d'en donner avis h M. Ihier,
procurer de l'habication Montliar,


1. ri;..



r~ .


,'


r. 1



.i
,' '^


'0 -. ,








A-g


if!:'





.a.-i'a '
rl -',

1'1i"


MII







EtN 9. ]"


ES


_cS.


AMERICAINES


Z77.9


ARRIVEE DE NAVIRES AU CAP.


LE 2s du mois dernier, la Negrejfe, du
Have, Capitaine Landolphe, venant de la
C6te-d'Or avec une cargaifon de beaux Noirs
a Padreffe de M. Defprairies, qui en ouvrira
la vente jeudi 4 du courant. Le i de ce mois,
la Favorite, de Marfeille, Capit. Reynaud,
part le 18 decembre.
NEGRXES M ARONS.
Au Fort-Dauphin, e t entree a la Geole,
le 14 du mois dernier, Jafmin, nation Barm-
bara, reampe fur le fein droit DEL & au
deffous ERE, fe difant appartenir a M. de
Vars, au Grand-Baffin n & Thomas, nation
Mondongue, Iag de 11 ans, taille de 5 pieds
3 pouces, etampe fur le fein droit THOMAS.
Le I ,Jean-Baptifte, Congo, etampe fur le
fein droit DEPE, fe difant appartenir a M.
Depe., a Maribaroux. Le 16, Jean-Pierre,
Congo, etampe fur le fein droit LAFON-
TAN & au deffous C AU CAP, & fur le
gauche L. ROUX, fe difant appartenir a
M. Desfontaine, au Cap; & Antoine, meme
nation, etampe fur le fein droit. BIELET
& fur le gauche R. L B, fe difant appartenir
au Signor Louis, Efpagnol. Le zo, un Negre
nouveau, nation Thiamba, etampe fur le fein
droit MAVLDE & au deffous AU TROU,
lequel n'a fu dire le nom de fon maitre.

SPECTACLE,
Les Comediens de cette Ville donneront
mardi prochain 9 du courant, une premiere
reprefentation du LUNDI DU CAP OU LES
RECOUVREMENS, Comedie nouvelle en
trois Aftes & en profe.
Cette Piece fera fuivie de lAmi de la Mai-
fon, Opera en trois A6tes, qu'on n'a pas joue
depuis un an, & qui eft demand par plufieurs
perfonnes.


Le Sieur Clement, au benefice duquel eft
ce Spedacle, a trop de bonne foi & trop peu
de pretentions pour fe couvrir du voile de
'anonyme & donner lieuu a quelque meprife
affligeante pour 'amour propre de fon pro-
chain ; c'eft pourquoi il a l'honneur d'annon-
cer, d'avouer authentiquement au Public qu'il
eft le feul & unique Auteur de la premiere
des deux Pieces mentionnees au prdfent avis.
Habemus confitentem reum.

A V I S D IV VER S.
Un homme de Lettres defireroit fair des
dIeves dans la Grammaire Franroife. II eft
Pauteur d'un Trait6 qui rend cette erude cu-
rieufe & intereffante, en tempere la fechereffe,
carte les difficulties. Les Dames, la jeuneiTe,
les hommes mdrs y trouveront Futile & Fa-
greable. Ce genre d'education, fi eftime a
Paris, pourroit-il n'etre pas accueilli dans une
Ville ou regnent opulence, le godt & les
beaux arts? Son adreffe eft chez Mde veuve
Raal, proche la belle maifon de Mde Gafin.
Mrs Staniflas Foache Hellot & Compa-
gnie, Syndics des Creanciers du Sieur Perard,
ont Phonneur de prevenir lefdits Creanciers
qu'ils peuvent fe prefenter chez eux pour re-
cevoir leur quote-part dans la repartition des
revenues que leur a faith paffer ledit Sr Perard
pendant Fannee 1778.
M. Hibert, au Marche-des-Blancs, partant
pour France par le premier convoi, prie les
perfonnes A qui il peut devoir de fe presenter
pour recevoir leur pavement, & ceux qui lui
doivent de le folder inceffamment.
M. Jean-Benjamin Dubois, Habitant au
Joli-Trou, etant fur ton depart pour France,
prie les perfonnes a qui il peut devoir de fe
prefenter pour recevoir leur pavement, & ceux
qui lui doivent de le fatisfaire.


~l~~--~--~^`-IX----^-`--`~^-l.~-----rr.r ~~~ ~









, II a Et peru le IG'du mois deniler, depuis
le Cap jufqu'au Camp-de-Louife, une Selle
garnie en velours vert. Ceux qui 1auront
trouvee, font prids d'en donner avis a M.
Bernon des Satins, ad Camp-de-Louife, ou
a M. Boifon, Negociant au Cap.
II a tre vole le 21 du mois dernier, au
Sieur Dipqiri, Habitant a Rocou, dependance
de Litnonade, zt Couteaux a manche d'ar-
gent, 4 Salieres de criftal, garnies en argent,
avec leurs couvercles en coquille, toutes neu-
es, une Vefie de drap-ecarlate, galonnee en
or, double de fatin bleu de ciel, une Cu-
lotte de velours noir, demi-uf6e. II prie
inilamment les perfonnes entire les mains def-
quelles quelqu'un de ces objets pourroit tom-
ber, de vouloir bien les arreter & de lui en
donner avis, ou au Sieur Vallat, Apothicaire
au Cap : il y aura recompenfe.
II a eth vole une Selle rare a la dragonne
ou I ecuyere, double de velours cramoifi,
rembourree de crin, avec fes fontes pour les
piftolets-& fes -panneaux a la Francoife, fa
couverture de drap vert, ,piquee en blanc.
Ceux eintre les mains de qui elle tombera,
font pries d'en 4donner avis a M. le Vicomte
de Cruffol de Montaufier : il y aura recom-
penfe.
Le Sieur Even chezz M" Lory, Plombard
& Compagnie) part pour France par le pre-
mier convoi. 11 prevent pour la feconde fois
ceux a qui il peut devoir de fe prefenter pour
recevoir leur pavement.
LISTE des Negres epaves qui, conformement
T I' Ordonnance du Roi du 18 novembre 1767,
doivent etre vendus a la Barre du Siege Royal
du Cap, le 17 avril prochain a la requite
de Me. Bullet, Receveur de ce droit.

Du 3 novembre dernier, Laviolette, na-
tion Ibo, etampe BLE' GVAV, age de z8
ans, ayant un collier de fer, & fe difant ap-.
partenir a M. Salva, ramene de 1Epagnol.
Du meme jour, Jacques, Congo, etampe
HOSSE, ag de 34 ans, fe difant appartenir
a M. Pion, ramene de l'Efpagnol.
Du meme jour, Angelique, nation Nago,
Itamp6 PION age de 30 ans, fe difant
appartenir a M. Pion, ramene de 'Efpagnol.
Du 9 dudit mois, Jean-Louis, Congo,
etamp6 GER, age de zz ans, arrete a la
Grande-Riviere.
Du ii, Luc, Congo, fans etampe, age


de 24 ans, fe difant appartenir a Yean, M. 1.
arrete au Morne-Rouge.
Du 12 decembre, Nicolas-Antoine, creole
de Curaiao, fans etampe, age de 34 ans,
fe difant libre, arrete en ville.
Du zo dudit mois, Alexis, creole, etampe
BRASSIER BREMONT, arrete a Limo-
nade.
Du z2, Pierrot, nation Tapa, fans etam-
pe, age de 40 ans, fe difant appartenir a M.
Grajeat, a Saint-Marc, ramene de 1Efpagnol.
Du 24, Charies, creole de la Guadeloupe,
etampe 9', ag de e24 ans, fe.difant ap-
partenir a iMd Fayolie, arrete en rade.
Du 3 janvier, Pierre nation Thiamba,
etampe PT, ig6 de 40 ans, fe difant appar-
tenir a M. Leger, arrte a la Grande-Riviere,
Du 8 dudit mois, Mathurin, nation Barn-
bara, etampe BIROT, arrete en ville.
Du meme jour, George, Anglois, iag de
45 ans, ayant une defcente, arrete au Dondon.
DiPARTS POUR FRANCE.
M. Sabonadiere, chez M. Viviet
M. N. Nau.
NAVIRES EN CHARIGEMENT.
Le Comte-d'Artois, Capit. Raut, define
pour Nantes, & le Sartine, Capit. le Blanc,
pour Bordeaux, n'ayant pu fe procurer leur
enter chargement pour partir au convoi pro-
chain, les Capitaines defdits Navires previen-
nent les perfonnes qui auront a freter, qu'ils
ne partiront qu'au convoi fuivant celui qui
nous eli announce du o1 au id du courant,
ce qui mettra les Freteurs a meme de donner
leurs avis. Ils pourront prendre chacun envi-
ron I o milliers.
Le Comte-de-Noe, de Nantes, Capitaine
Raffin, armed de x8 canons & IO0 a 120
hommes d'equipage, partira pour ledit lieu au
second convoi. Ceux qui voudront y paffer
ou charger a fret, s adrefferont audit Capi-
taine, rue Saint-Laurent, ou a M" Lory,
Plombard & Compagnie. Ce Navire ,eft
avance en charge, & reconnu pour bon voilier.
BIENS ET EFFECTS A VENDRE.
Le Sieur Neveu, Tonnelier au Cap, fe
difpofant a partir pour France au printemps
prochain, prevent qu'il vendra a l'amiable
fon fonds de boutique & magafin, quatre bons
Negres tonneliers, trois autres Negres depuis
18 mois au pays, & qui ont toujours et6


I!--rca~. _


I


L-'


3








attaches A la tonnellerie, deux Negreffes
blanchiffeufes, repaffeufes & cuifinieres.
Le Sieur Dufaud, Negociant au Cap, rue
-de Penthievre a Fhonneur de prevenir le
Public qu'il a a vendre du Bifcuit de France
encore affez bon, & a beaucoup au deffous
du prix de celui que lon fabrique aetuelle-
ment ici.
M's Mefarer freres & Chaudruc donnent
avis qu'ils ont requ par le Navire la Negrefe,
Capit. Landolphe, 43 tetes de Negres trait's
'a Juda, C6te-d'Or, qui les a pris A fret a
S ifle du Prince, fqavoir, zz Negres, it Ne-
greffes, '6 Negrillons & y N grittes, qu'ils
vendront ensemble ou feparement, A bonne
composition, moyennant du comptant.
Les Sieurs Larrieu & Faur'es, Negocians
au Cap, ont l'honneur de prevenir qu'ils ont
requ des Vins de premiere quality de Medoc,
en barriques & en caiffes de 5o & 30 bou-
teilles..
Samedi prochain 6 du courant, la requete
'du Sieur Sarradin, Infpe6eur de Police, au
nom & comme Executeur teflamentaire du
feu Sieur Jean Commat Solet, il fera procede
a la Barre du Siege Royal du Cap, iffue d'Au-
dience ordinaire, a la vente & adjudication
au plus offrant & dernier encheriffeur de qua-
tre tetes de tres-beaux Negres dependans de
"' ladite fucceffion, run excellent tailleur &
une Negreffe nourrice, avec fon enfant age
de deux ans, & ce conformement A la carte
bannie qui fera dreffee a cet effect.
II fera vendu famedi prochain, a la Barre
du Siege Royal du Cap, une Voiture faite
au pays, a une place, avec trois chevaux &
tous leurs harnois.
A BAIL OU A LOUER.
Une Place fife a Sainte-Sufanne, Pardiffe
de Limonade, de la contenance de I6 quar-
reaux de terre, don't parties en vivres & en
cafe, beaucoup de manioc, belles bananeries,
& le relte en favanne entouree de haies vives,
avec une grande cafe de charpente ayant ga-
lerie des deux cotes, les autres batimens ne-
ceffaires & un colombier tres-bien garni, le
tout a affermer pour trois, cinq ou fept an-
nee, en donnant bonne caution & certifica-
teur. On s'adreffera a M. Daguman, Nego-
ciant au Cap, ou A M. Lenormant, Habitant
aux Cotelettes, meme Paroiffe, charge des
affaires de M. Diobonne, a qui appartient
cette P1 ace.


Une belle Maifon de maqonnerie, fife ati
Cap, faifant le coin des rues Neuve & des
Religieufes, occupee par M. Fournier, Ne-
gociant, confiftant en trois chambres baffes,
quatre chambres hautes, deux cuifines, halle
haute & baffe, un caveau, quatre cabinets,
un grenier, galleries, cour & puits, le tout
en tres-bon etat, a louer pour le i feptembre
prochain. On s'adrefferi a M.. Arnaud de
Matflly, rues de Bourbon & Saint-Louis.'
Autre Maifon formant le coin de ladite rue
Neuve & de celle du Cimetiere, occuple
par M" Demont & Soulies Negocians, con-
fiflant en deux chambres baffes & une petite
chambre non fermee du cote de la cour.,
deux grandes & deux petites chambres hautes,
hale haute & baffe, deux cuifines, trois ca-
binets, un caveau, galerie haute & baffe',
court, baffin & puits, a louer pour le I aoit
de la pr6fente annee. On s'adreflera audit
Sieur Arnaud de Marfilly.
ESCLAVE EN 'MARONAGE.
Un jeune Negre, fort & robufte, nomme
Jofeph & Dugue, creole de PHabitation Leroy,
au Cul-de-Sac, ige d'environ 25 ans, rouge
de peau, tache de petite verole, fans etampe,
eft part maron le 6 decembre dernier de l'-a-
bitation de M. Tourtarel, au Trou, a qui ii
appartient. Ce Negre eft bon maquignon,
connoit prefque toute la Colonie, & fe dit
libre. Ceux qui le reconnoitront, font pries
de le faire arreter & d'en donner avis audit
'Sieur Tourtarel, fur fon Habitation, ou a
M r Douat & Rambaud, Negocians au Cap:
il y aura 1to 1. pour la prife.

MULETS PERDUS.

Un Mulet fous poil tirant fur le cannelle,
etamp6 fur la cuifle L. B. L, s'eft 6chapp6 la
nuit du mardi gras de la cour de M. PeJfoa,
rue Efpagnole. Ceux qui en auront connoif-
fance, font pries d'en donner avis a M" Totta
aine' & Compagnie, rue des Trois-Chande-
liers, au coin de la rue Dauphine.
Une Mule fous poil rouge, etample fur la
cuiffe du montoir I. L & au deffus MB en-
trelaces, avec cinq barres fur le cou, s'eft
.echapp6e de Fauberge de la Tannerie la nuit
du 24 au zy du mois dernier; on la croit du
cote du Grand-Boucan. Ceux qui en auronzt
connoiffance, font pries d'en donner avis fur
FHabitation de'M. Ie Chevalier de Bau;forc,


~~~~I"'-"~~I~I"*1UW"D~ii~lP1I~LIIFL _~~~__~








au Grand-Boucan, eu au S Bergue, Huifier
au Cap : il y aura recompenfe.

NOUVELLES POLITIQUES.
A Mt RI Q U E.
Du Cap le Z mars 1779.
L'arrivee d'un second Navire Bordelois en
ce Port le zo de ce mois, a repandu ici quel-
ques nouvelles don't nous avons recueilli les
plus intereffantes, jaloux de remplir ainfi la
loi qui nous eft impofee de fatisfaire de notre
rnieux la curiofite du Public.
Les nouvelles de Paris du mois de decem-
bre confirment la retraite de M. le Duc de
Chartres du service de la Marine, & qu'il
e}, ainfi que nous favons announce, Colonel-
General des Troupes-Legeres. Le bruit court
a cette occafion que M'onfieur fera nomme
Grand-Amiral, fur la demiffion de M. le Duc
de Penthievre.
Par Ordonnance du Roi du zz 0o6obre,
Sa Majefit en consideration des services ren-
dus a la Monarchie Franqoife par le Marechal
de Turenne, & de la difiincion avec laquelle
le Regiment d'Infanterie done il dtoit Colonel
a fervi depuis fa creation, ordonne qu'a com-
mencer du i novembre 1778, le Regiment
de Nivernois portera le nom de Marechal-
de- Turenne & le confervera a perpetuity. II
n y aura point de changement dans fon uni-
forme ni tfon rang de 38e Regiment.
Le fujet des conversations de tout Paris
eft un Edit du Roi, envoy au Parlement,
portant fupprefion des Treforiers-Gendraux
de' lordinaire & de Yextraordinaire des Guer-
res, de ceux de la Marine, ainfi que des
Controleurs-Generaux. II y aura creation de
deux nouvelles charges de Treforiers-Gene-
raux, Pun pour la Guerre & Pautre pour la
Marine qui front remplies par M" de
Sainte-James & de Serilly. Ces Treforiers
front un million de fonds, & la rente qu'ils
.en tireront 1 5 pour 10o leur tiendra lieu de
gages; il leur fera accord pour 6molumens,
frais de bureaux, &c. 30 mille livres par an-
nee. Cet Edit que la Finance ne voit pas de
bon ceil, eli une nouvelle preuve des foins
Par Permifjion de MM.


que Sa Majefte apporte pour que fes Finances
foient debarraffees des entraves don't elles
n ont ete que trqp furchargees jufqu'a present.
Monfieur & M. le Comte d'Artois font
conftruire a 'Orient une Fregate corfaire de
36 canons elle aura i5o homes d'dquipage
& jo Volontaires.
Suivant les lettres de lETpagne, on ne ceffe
de. travailler avec la plus grande aftivite dans
tous les Ports du Royaume, & la Marine s'y
trouve fur le pied le plus refpedable. En effect,
fuivant les lifles qui- fe diitribuent, il paroit
que la Marine Efpagniole e t forte aftuelle-
ment de 165 Vaifeaux arms, de diffirentes
grandeur, don't un de I 1 canons, un de 90,
6 de 8o, 48 de 70, 9de 64, & z de 6o;
4o0Frgates, don't 18 de 30 canons, 12. de 26,
j de 2.1, & 5 de 20; 20 Hourques, don't z1
de 40 canons, I de 24, & 7 de 20 i x Che-
becs, don't j de 3z canons, 3 de 30 & 3
de 12. 7 Paquebots, don't I de 2o canons,
3 de I8, & 3 de 16 3 Brigantins, don't. de
18 canons, I de 16, & i de 8 4 Bombardes,
chacune de 8 canons & 2 mortiers; une Goe-
lette de 18 canons, une Saique de 8, 3 Ga-
liotes de 3 canons chacune & 4 Brdlots, for-
mant en tout I65 Bitimens arm's de 7003
canons de diffdrens calibres.

Extrait d'une lettre de Portfmouth en Angle.v
terre, du 9 novembre dernier.

D'apres favis qu'on a requ qu'iune Efcadre
de Vaiffeaux de guerre Francois,. bloquoit la
Manche & le canal Saint-George, on attend
ici FAmiral Keppel pour donner chaffe a
lennemi : la plupart des il Vaiffeaux qu'il
a ramenes, font prefque hors d'etat de fervir,
ou pour le moins prendront beaucoup de
temps a.reparer; non-feulement ils manquent
de mats, vergues, &c. mais meme d'hommes:
on en a envoy beaucoup a~ notre h6pital.
Avant qu'ils arrivaffent, nous avions cinq
Vaiffeaux de ligne prets a mettre en mer;
mais ils inanquent egalement d'hommes. Les
Pataches qui arrivent d'Irlande & du canal
Saint-George nous en amenent peu, & je fuis
fir que tout comprise, chaque homme coute
au Gouvernement 25 1. fierling.
les General & Intendant.


DE L'IMPRIMERIE ROYALE DU CAP.


. .. IIi i i- --W





( N* 9. )


E ME


NT


AUX, FICHE

a Mardi


NV A sR0 M ARONS.

AU PORT- AU-PRINCE, le zo de
dernier eft entree h la geole, Toupf
faint, nation Bambara, tamper illifible-
ment, jeune'& bicn fair, ayant les doigts
des pieds & des mains rong&s par les
chiques, & des teaches de rougeur fur
e venture provenant debrulures, fe difant
appartenir h M. Dubourg, habitant h
S. Marc : le 2t, Charles & Antoine,
fe difant appartenir a M. Jdnot, en cette
ville; & Robin, nation Tacoua, &ramp4
DROULARD,aurant qu'on a pu le dif-
tinguer, ayant beaucoup de marques de
fon pays fur le vifage fort maigre, ne
fachant dire le nom de fon maitre : le
23, Marie-Jeanne, nation Tacoua,
etampee illifiblement, ayant les jambes
de travers, fe difant appartenir a Ma-
dame Noguds, habitante an Grand-
Goave : le z6, Simon nation Mine,
fans etampe age de 40 ans, trapu,
ayant. les dents fore noires, fe difant
appartenir a M, Dangiron, habitant
h Mirebalais; & un Negre nouveau,
nation Quimba, etampe fi'r le fein gau-
che .. RNIER, laid de figure & mai-
gre, ayant des marques de fon pays fur
le vifage & les pieds remplis de chiques,
ne fachant parler frangais: le 27, une
Negreffe nouvelle, ~tamphe L. G. D. CP,
Ztampe de M. Legrand de Campeaux,


S AMERICAINES.

z Mars 1779.


AVIS


DIVER


II fera procede le i de ce mois;
a la barre du fiege royal du Port-auu
Prince, h I'adjudication definitive du
bail h ferme d'une petite place depen-
dante de la fucceffion du feu Sr Mouil.
hat, fituee dans les hauteurs des favan-
ties du gouvernement, de la contenance
de dix carreaux de terre. Ceux qui defi-
reront avoir connoiffance des claufes de
la carte-bannie pourront s'adreffer au
fieur de la Souchere Riviere, ou h M.*
Baudamant, procureur audit fiege.
II fera vendu h Saint-Marc, au plus
offrant & dernier encherifeur, le lundi
8 de ce mois, douze Negres dependans
de' la fucceffion de feu Me Reynoird de
la Barliere, curateur aux vacances. &
receveur de l'o&roi; ces Negres font:
Angoiumois, nation Mondongue, &
Julien, tous deux boulangers; Colas &
Gabriel, tous deux Creoles & bouchers;
une Ndgreffe nommee Zabeth, blanchif.
feufe; un MulAtre nomme Louis; une
Negrittenommd Eeal.lie; ces deux der-
niers font enfans de la Negreffe Zabeth;
Laramnee, nation Mondongue; Lajeu.
nefe, Ndgrillon, de nation Arada;
Jean, nation Arada, pecheur; Jean .
Congo, cuifinier ; Cejhr, Creole, bog
cher & cuifinier,


S


U


L


__~_~r~--m---"CI-7~-~-rr-01-0- I N- L ,


~:--=;;;;;;~;~-~-z;;;;f;~;~;;E~


- --- -- --


----- -~UUnCCYUIUUUIILI~CICI~Uhfi~~lY1~l~i-_ __gi .~b~BCli n,.r-.,.-_ r.~... .~...~..~~...,.~I


"r" r .. -r-A q.


p p








11 fera procddd le 18 de ce mois, la
Bairre du fidge royal du Port-an-Prince,
l'adjudication definitive du bail h fcrme
de cinq tdtes deNegres & trois Negri'-
lons, appartepans aux mineiurs Gui{-
laudeau. Ceux qui dtfireronr avoir con-
noiffince des claufes de la carte-bannie
pourront s'adreffer au fieur Vinai,
huiffier Mirebelais&h MeBfaudaman.t,
procureur au Port-au-Prince.
II a et6 perdu du Port-au-Prince ah
la Croix- des- Bouquets une Epde d'ar-
gent a pointe de diamant, avec un cein-
turon de foie grife. Ceux qui la trouve-
ront font pries de la faire remettre chez
,Tanne Deflandes, au Port-au-Prince;
il y aura r&compenfe.
Meffieurs les creanciers de la fuccef-
fion Denis font pries par le S' Remp-
noulx, ex&cuteur-tetlamentaire de la-
dire fucceffion, de fe trouver le z2 de
ce mois en 1'6tude de Me Caneaux,
procureur au fiege royal du Port-au-
Prince, pour y prendre les arrangements
ieceffaires h une prompted liquidation : il
prie egalement les perfonnes qui doivent
b cette fucceffion de ne payer qu'en fes
mains.
SA VE N DR E.

Un parti confiddrable de Rubans An-
glais & Francais, en pieces, de toutes
}es couleurs & de toutes les largeurs, du
rneilleur gouit & des plus a la mode. II
y a fur-tout beaucoup de Ruban de
queue noir & h gros grain de deux
doigts & demi de large. S'adrefTer au
fieur Martin, l'Imprimerie du Port-,
au -Prince.

A AFFERMER.

Une petite Place fituee au quarter de
la Gafcogne propre a la culture de
toutes fortes de degrees, fur laquelle il
y a quelques 6cabliffemes : on.aifermera


auflF quatre totes de Negres & deux ani-
maux. S'adreffer au fieur.d'Angiron
a qui ladite Place appartient, ou au S'
Martin, aubergifie au Port-au-P-rince.

SESCLAVES EN! .ARONNAGE.

SDeux Negres, Pun nommre Congo,
de nation Mondongue, & l'autre nom-
miahlfez, Congo, etampes ICARD
& au-deflous P. A. P. Ils ont enmen6
avec eux un cano.t. Ceux qui en aurone
connoiffance font pries d'en donner avis
au fieur Jean Jalabert, boulanger au
Port-au-Prince.
Un Negre, Creole de la Grande-Ri;
viere, erampf fur le fein droic PILIE,
tailie d'environ 5 pieds 6 pouces, appar-
tenant aM.Pili, habitant ah Mirebalais.


ANI M AUX


SGARES.


II s'eft echappe, le 14 du mois der-
nier, de la favanne de M. Trutie, au
Lamentin, deux jeunes Chevaux fous
poil gris-de-fer, ayant les crins dtt cQo
melds de noir & de blanc, de moyenne
taille, & une grande queue blanche;
l'un etamp -jISd du cote du montoir, &
l'autre dtamp auffi du c6 d du monroir
CN. Ceux qui en auront connoiffance
font pries d'en donneravis a MM. Heur-
telou, Sheridan & Brufj, negocians a
Leogane, a M. de Bercy, procureur dt
Roi au Port-au-Prince, ou a M. Char-
lier fon beau-frere capitaine de milice
& habitant au quarter de Nipes, h qui
lefdits Chevaux appartiennent: il y aura
recompenfe.
II s'eft cchappe de l'Arcahaye le 3
du mois dernier un Cheval fous poil rouge
tocade, etampe fur les deux feffes GD.
Ceux qui en auront connoiffance fonz
pries d'en donner avis a Dupin Doucet,
habitant au Montrouis, ou a Tabarticl,
brigadier de marechauffie au Port-at-
Prince.


1:11
!~'ir
~ I
'"
~~;4i
;d
1 s
j`l
''''
i i"~l
'r
.
L1IZ



~ :I
~ I:' i
:I I
.i ;
I'
.\
*'1
3.:--111(
:
I.~ .I
I 'r~l

'''
.
''i
i ~
~
~ ':; ,
i ~]::
;,i
i. ,
'

: .i
'''

I
''`'
I
i.




i .I .1

I;f!~
r39i6


-'--"--------'-"-'--- -c~-"~`- ~-----~~-I" ~------"' II
~--'~~''~~'~




-- ---r-^- ~ -r^---m ~ -r --.l~rr ________ ~


I i ''i
N'



AF, ES A

S'.y.',*, *
SM ,: .rdi j'


S ARRu -nA VIRES AU CAP.

LE de e mois, le Jonathas, de Marfeille,
Capit. Andr part le 18 oaobre; & IAu-
a' ici fe, du meme Port, Capit. Pourcin,
parti le z5 o6tobre. Le 6, lAdif, aufli du
meme Port, Capitaine Tabaries, part le 16
feptembre.
..i;'., "
TARIF DU POIDS DV PAIN..
Pain d'un efcalin. .. . onces

NFG NEGRES MARONS.
Au Fort-Dauphin eift .etrie la Geole,t
Sle 2r du mois derrnie-r, iu Negre!nquveau,
J Congo, etampe fuir les deuix feins HAY,
; yaant un collier deferdef deux branches : Do-
rothee, meme nation, etamnpee furlle feih droii
H illifiblement &t lr le gauche MFD,'laquelle
:i! a dit appartenir a Mlle Durenoir, au Cap
L: & Narcijfe, meme nation, etampe fur le fein
i droit H. SANS.. e z3','BofJa; natidh Pou-
lar .fans etamipe, ige de30 ans, taller de
pieds I pouce, fe difant'i appairte'ir a Mdi
Phiitbe'rt. Le 24 Baptife, nation Timbou,
etampd fur les deux feins illifibleinent, age
Sde 6o ans, taille de 5 pieds, fe difant appar-
tenir au Sieur Bodint : Jafmin, nation Taqua,
ctampe fur le fein gauche RP, age de 18 ans,
Staille de 5 pieds 6 pouces, fe difant appartenir
a M. Paterfon; & Pierrot, CongoAi tamp6 fur
le fein droit PE & au deffous GAiLLARD,
ag| de ze 1ans, taille de j pieds i pouce, ayant
une brdlure au c6td gauche. Le 16, Matthieu,
nation Congo etampe fur le fein gauche
DVBOVRG, lequel a dit appartenir A M.
Dubourg, a Limonade. Le 4 de ce mois,
deux Negres nouveaux,, de nation "C6ngo
etampes fur le fein gauche BOUC-HEREAU,
& une jeune Neigre'nouvelle, de meme
ton, fans rmpeI lcfquels ont dit appar-
Elation, fans crampe krquels ont dit Lppar-


0 Io.3



.MERICAINES


Mars


y g79.


tenir au meme maltre, fans le nommer. Le f,
Vidor', Congo, etamp ,fir le fein gauche
R. L. B, lequel a dit appartenir. au nomme
Ba-the Lemy, ,Mulatre libre, demeurant a
Maribaroux.
Au Cap, eft entrd la Geole, le 16 dn
mois dernier, Co.in, nation Sofo, fans etam-
pe, age de 24 ans, fe difant appartenir a
Pierre oDurafoir N. 1.1 Le I7 atherine ,
creole amptrpe CHAPUZET age de 17
ans, lauielle a dit appartenir I M. Qhaputet.
Le 18, Domingue, nation Mifrabre, etampe
illifiblement & au deffous CAP & H. R. Y,
age de 6 ans & Franfois, Congo, etampe
LAVIGNE & au deffous PP, age de 2z
ans, lerquels ont dit appartenir a M. Lavigne,
Le 9, Bacchus, .Cngo, etampe VALIER
age de 30 ans, fe difant appartenir 1 M. Cha,
rier. Le zz, Mdrie-Louife, creole, tampec
BOUCH & au deffous ROCOU, agee de
29 ans, laquelle a dit appartehir a M. Boil-
chau, ramen6e de 1fEfpagnol: Franfois, creole,
etamp LV, age de 18 ans, fe difant appar-
tenir M. Corbo OuanamiRthe : yilexis,
na;onMayombe etampe llifhblkment, age
de 24 ans, fe difant appartenir au Signor
Lidre : Sante', dit Jupiter, nation Cotocoly,
etampe fur le fein droit LARTIGAUD, ag6
de 24 ans, fe difant appartenir a M. Lartigaud;
& un Negre nouveau, fans etampe, age de
16 ans. Le 24, Adonis, nation Bambaia,
etampe autant qu on a pu le diftinguer FH-Y,
age de 30 ans, fe difant appartenir a M.. Pons.
Le zo, Fe'icite, creole, etampee BRUIX,
agee de 14 ans, laquelle a dit appartenir a
M. Bruix. Le i de ce mois, Felicite, Congo,
etampee autant qu'on a pu le diflinguer OLI,
agee de 20 ans, laquelle a dit appartenir a
M. Louis Layergne : 'Efperance, mene na-
tion, etampe aul defaut de eVpaule A., ae de
zo ans, fe difant appartenir MPl Anne,
Ho11andoifei, & Barraquet, nation Mondin-
gue, etampe M. DIRIS, age de 24 ans.


...... ......----- ----.,- -.--.-.- .---- ---- --- ----- .-------------.----.-.--.--- ..---- ----.. .-- --r---~~ ~~ i, .~.~




.."7I M 7.57


EAU DE SALUBRITE.
M .. He!rietr ,' Mdecin a Parisz vient :d'en-
voyer a laconfiGnation .de M' .Pbpet-freres,
Negocians au Cap plufieurs caiffes conte-
nant un nombre de bouteilles, d'Eau antiqi-
nerienne de la compofitiorl'du S'-de Marbeck,
connue fous le nom d Eau de Salubrite'. Ce
remede eprouve, par ordre du Miniftre de la
Guerre, a VIHpita g ranral de Bicetre, ainfi
qu '1Hopital Miiitaire e Lille en Flandre,
fous les yeux des Infpe6teurs generaux defdits
Hopitaux, a eu de il grandsfUtcces en opirant
la dgurifon des maladies venerennes portees
au plus haut.degr, d'intenfite, qu'is ont valu
S If Auteur des applaudiffemens flatteurs &
des. Lettres-patentes du Roi, regilffres en
Parlement, portant privilege exclufif pour fa
ditribution. r
SLas avantagas de la ptparation de 1'Eau
ie Salubrte, fio(nt d e prflrerve du mal vene-
fien, de le guerir fahs dahger & fans cette
gene a laquelle on eft aftujetti par les traite-
mens ordihaires. L'on donriera un diredoire
pour fe conduire dans 'ufaige qu'on defirera
fire d ce retiide.
-M Servay', IHabitant & Negociant au
FPort-de-Palx, a adtininiftie 'Eau de Salubreit
a des Negies chiz lefquels le Pian invetere
s'etoit rifufe a tons les remedies connus : la
cure radical a etC aufli prompted que fure,
ainfi que le conflate le certificate qu'il en a
done.
Le R. P. Honored le 'Coine, Siperieur. de
Hospital de la'Charite de cette Ville, a'ega-
letnent fait trailer ave I'Eau de Saulubrite des
Inalades atteints des fymptomes veneriens les
mieux car&aderifs elle a per6 uine gu6rifon
certain & prompted, fans accident pendant
Ie course du traitement.
M" Poupet freres fans s'etendre fur les
vantages dut remade qu'ils annoncent a la
Colonie de la part de fon Auteur, donneront
A toutes les perfonnes qui defireront etre inf-
iruites, une analyfe de la propriety de PEau
tie Salabrite, des differentes experiences qui
en ont ete faites, ainfi que des proces-verbaux
qu'on en a dreffes par ordre du Minifire de
la Guerre, par lefquels fon verra la quantity
& le nom des malades traits, la date du
commencement de chaque cure, celle de leur
gutrifon, la quantity d'Eau de Salubrite em-
ployce, ainfi que la nature de chaque maladie


& les diffr&ens Cympthmes qui I'accompa
gnoient.
On peut prefumer d'apres les experiences
A defflis citees, qu une bouteille, ordinire 61e
plus que fuffifatte pup Fguerir latnmalad ie ve
nerienne la plus inveteree. Le prix de chaque
.botteille eft de 48,iv. argent de la Colonie:
c'efl chez les Sieurs Poupet freres feuls qu'en
eft Ctabli le Bureau de difIribution.

NOUVELL ES PO:I TI 4, UE S.
A M ER I -IQ J E.
Du Cap le 9 mars, T779.
On nous affure que letat de Marine ci-
apres eft un des plus exacts qui ait encore
paru : tout bon Francois jettera loeil avec
plaifir fur ce profpe&us de nos forces mari-
times, & pourra fair comparaifqn.avec celles
de 1Angleterre. C'eft bieh aujourd'hui que
cette Puiffance rivale ne peut, plus avouer Ia
preponderance orgueilleuffe qu'elle etaloit au
commencement du fiecle : loin de cela, on
fait a n"en point douter que 1'Antglois eft
effraye. de cet accroiffement fubit & imprevu
daans nos preparatifs, & cet a&e de poltique
faith le plus bel loge de tiotie admiriiftration.
Deja a inftar 'du Commerce Anglois, eI
notre a obtenu d etre conioye par la Marine,
moyennant 8 pour ioo qu'il payera au.Roi.
On tent combien une telle convention eft
avantageufe de part & d'autre ; elle left prin-
cipalement au Conminetce, donties affurances
de 6o a 7o tomberont't ai &y '. Des-lors
plus' d'irterruption, la circulation general va
renaltre, & la guerre, ce fliau jadis fi red6ou
table, 'faura plus d'effets funeftes que.pour
les ehriemis de l'Etat.
Etat de la Marine Royale de France au mois
de novembre dernier.

Onze Vaidneaux du premier rang, favor:
le Royal-Louis (en refbnte ) de 116 canons
la Bretagne de Io10 Augufle de too; la,
Vi/e-de-Paris, de 92. le Languedoc, de 90 ,
le Saint-Efprit, la Couronne le Tonnant, le
Duc-de-Bourgogne, le Neptune & le Trionm-
fphant, de 80.
T rente-cinq Vaffeaux diu secondd rang,,
favor : la Vi'toirei .e ros 'Ainitbal, le,
Scipion, tlHercule le, Pluton, Orient, le
Magnifique, I'ntrepide, 1e Sceptre, le P'almur,


eii

'T







9~









I DIfenfeur, Ie iadnme, le Zodiaue le
Minotaure, le Robufle, le Citoyen, les Six-
Corps, le Diligent, le Glorieux, le Conquerant,
TM if'l, le B'en-Aime, Ie Fendant, le Guerrier,
I'leIor, le Zelle, le Prote*eurr le Marfeillois,
le Cefar, la Bourgogne, le Souverain, le Deftin,
le Dauphin-Royal & le Northumberland, tous
de 74 canons..
Vingt-fept Vaiffeaux du troifieme rang,
favoir : le So/de, le Sage, le Jafon, Ic Protce,
Ie Sphinx, P'Eveille, le Vengeur, le Solitaire,
TIUnion, le Brillant I'Aionnaire, flindien,
le Roland, PlAlexandre, le Bifirre, le RKei&ci,
'ie Triton, tlAltier, le Lion, le VailIant, la
Provence, le Fantafpue, le Hardi, Ie Caton,
'Artcfien, le Refolu & le Saint-Michel, tons
Sept Vaiffeaux du quatrieme rang, favor:
le Flamand, de 56 canons; PIAmphion leFier,
le Sagittaire, le Bo1rdelois Utile & l'Hippo-
Potame, de o0.
Soixante-treize Frigates, favoir : la Pour-
voyeufe .& a Confolante, de 40 canons cha-
cune; la Surveillante, la Belle-Poule, PAm-
phitrite la Dedaigneufi la Tourtere!e ,. la
Nymphe, la Malicieufe (la Licorne & la Pal-
las, cernees par les Anglois)-, I Z phyr,
tAigrette, rOifeau., la Sole, TmpI e"riep
Enviufe la Terpficore, la Rehomthec ;a
Sibylle ,. la. Comete, la Courageufe la Char';
mante, l'nAhdromalue, la Prudente, la Con-
corde, I lphigenie IAlcmene a Junon, Ia
Fortune, fIndifcrette, la Senfible, la Llgere,
l'nfidelle, la Sincere, lInconflante, la Bou-
deufe la Blanche, la' Dana e, la Moiche,
fEnjouee, la Diligente, le Triton, la Coquette,
'Athalante, la Precieife la Sultane, la Chi;-
inere, l'Engageazte., la Gracieufe, la Pleiade,
la Magicienne, la Favorite, I'Hcbe, la Refolue,
la Gentille, la Gloire, I'AmaTone la Medie
c la Bellone de 31; la Fine, la TopaTe,
fAurore, la Flore la Mignonne, lAnenmoie,
tAimable la Thetis &8 rHelene de z18
.tEtourdie & 1'Eclair, de 14 la Truite & le
Sdumon, de zo.
Cinq autres Fregates prices fur les Anglois
en Europe & en Amerique, favor : la Mi-
nerve, de 31 canons I lAive., de 30. e Fox,
de z8; le Pelican, de z4, & le Liveli, de zz.
Dix-huit Corvettes favor: le RofIgno'f,
tlfis, la Silphide, fEcureuil, le Cerf-volant,
la Perlye, la Favorite, Ie Vigilant PHiron-
..Ielle & le Serin, de 18 canons; la Sardine,
la Bergere, la Curieufc &-AI'ge'lique, de 16i


la Forte ; la ~inttare';, ie Vlir & 'le ZpZepy,
de 14 (les deux dernieres prices fur les An-
gloss).
DiC Chebecs, favoir : le Requin, de z4
canoes ; le Silnge, le kenard, le Seduifant &
le Cafhelcon de 0,oo le Rufi., le Serpent &
I'Ecciii'r de 18; Ia Sirenee & leMars, de 16.
Sept Lougees, favoir : 'PEfjiegle, le ChaqJ
feur & le Moucheronz, de It 5 le Mi!an & le
Levrier, de 8 ; le Furet & Ia Puce, de 6.
Dix Prames favoir : a Th refe; la Chrf-
tine & li Moniquze, de 36 canons la Ctan-
gonde, la Charlotte la Fortunee la Lozfe ,
la Bathilde, la Sophie & la Franfoi i, de 2.4.
Vingt-trois Flutes, favor : la Balance &
la Garonne de 31 canons; la ,Aortnandc ',
la Bricokc, la Coulijfe, le David, I'Eieephant ,
la Fortune & Ia Seine, de 18 la Me'nagere,
de 22; 'Etoile, la Tamponne la Porteufe,
PEclufe I Boufole, le Compas, IlEfturgeon
:Ecole & le Courtier, de 0zo la Nourride l
Barbue, la Corifante & le Sa:'omoni de "i4.
Neuf Senaux, favoir : la Dorade, de z
-canns ; ta Ville-de-Bilbao It Ian on i
Saumon & le Pluvier, de to ; le Grand-Saint-
Louis & le Saint-Jean-Baptifle, de 8 I fAfri-
que & Ia Diligente de 4.
Quatre Galiotes bombers, de 8 canons
chaeun"e favor : lat Tinpete, La Salamandre,
ITErita & Ia Fleche.
Qiiatre Galeres'de 3 canoffs chacune, fa.
voir : Ia Ducheffe, la Brave, la Hardie &
I'Ambitieufe.
Htiit demi:Galer6. & cinq Chaloup6s ca-
nonnieres, formant en tout z5o BItimens.
1 y a en outre Breft fix vaiffeaux en con-
trudion, don't un de io canons, un de 1oo,
& quatre de go; quatre a Rochefort de 74,
& tiols a Tbulon de 74, I y a aufi beaucoup
de Frigates en conftrution i Toulon & i
POrietit.

Etat de la Mirine Royale d'Angleterre du moik
de novembre dernier.

bDit-heif Vaiffeaux du premier rang, don't
3 de 1oo canons, iz de 90, &c 4 de 80:
quarante-fix du second rang, don't 44 de 74
carions, 8& de 70: Vingt du troifienmerang,
totis de 64 canons : dix-neuf du quatrierse
rang, don't 7 de 60 canons, & 2Z de 641
Quatre-vingt-une Fregates & Corvettes, dont
S de 44 eanons, i de 36, i de 32, 27 de 18,
5 de 24, & 17 de o2 : quaranwe-quatre Sloop~


mt m -- r r --~nn~


7 I keemwtftil! !, !m- .- -- --mil








& vingt Cutters, formant en tout 149 Bati-
mens.
Suivant des lettres de la Jamaique du zS
.ferier., les Fregates Angloifes font rentrees,
entr'autres la Loveflaf qui a combattu la Mi-
nerve.. Tous les Anglois fe reuniffent pour
donner les-plus grands eloges a la bravoure
&c& hbabilete de M. de Grimouard dans fon
combat avec le Rubis, le Briflol& la Loveflaf.
II y a eu a bord du Rubis un des premiers
Officers de tue, & le Maitre a eu la moitie
du vifage emporte. Les deux Vaiffeaux An-
glois continent leur croiliere; ils n'ont pas
encore fair de prices : cependant il a tC pris
par differers Corfaires trois Batimens, don't
deux -de la Flotte du Port-au-Prince, & le
troifieme un Negrier de Bordeaux qui avoit
700 Noirs.
On affire qu'on fait;en Angleterre le process
I' rAmiral Keppel, & que le commande-
nment de l'Efcadre- qu'il, avoit eft donned au
Lord Hiowe,

Extrait d'une lettre ecrite de Paris, du 8 d -
cembre I778 par le Sieur Pierre Labaturt,
Negociant de Bordeaux au Sieur R. Laba-
iut, Negociant au Cap.

ai faiet gregiftrer les trois refcriptions
Sfur le Treforier de la Marine je compete
.quelles front payees en fevrier. Ce paper
Sfera, exaeement pay' ~ faites les; remifes en
Scela de preference.
Po, ur extract conform original. Signed,
LABATUT

SP' S -EC T A`C L E.

SLes Comediens du Cap donneront famedi
prochain 1y dau courant, au benefice de la
DIlM Narborzne, une representation de L'A-
MOUREUX DE QUINZE ANS, Op6ra en
trois Ates, qui n'a pas ete jou6 depuis deux
ans, dans lequel la petite Teijfeire remplira
le ro1e de Babet.
SLe Spedacle fera termine par VAngloife,
danfde par le Sieur Chevalier..

Le famedi 20 du courant, au benefice de
aiDllP Teiffeire & du Sieur Chevalier, une
reprefentation de LA BATAILLE D'IVRI,
Opera en trois Ades, de M. Derofoy avec
tout fon fpefacle. Cette Piece n'a pas e't
jouce depuis 4dux ans.


Entre le premier & le second A&e, ladite
DII Teifjeire danfera l'Angloife en home.
Le Speftacle fera termine par l'Allemande
a quatre, dan fe par la Dame Clerval, la Dame
Tcijfeire, ie Sieur Chevalier & le Sieur Baron.

A VIS D I VE R S.
M" les A&ionnaires du SpeCtacle du Cap
font invites de fe trouver ou de fe fire re-
prefenter par des fondes de pouvoir l'affemn-
bwee qui fe tiendra dans la Salle du Spetacle
le Dimanche z8 du courant, a deux heures
apres midi, pour y deiberer fur des affaires
concernant la Societ6.
rM" les Avocats & Procureurs qui ont
dans leurs etudes des papers appartenans aux
heritiers Hirdc, font pri6s de vouloir en don-
ner avis au S' Chabaud, Habitant au Limbe,
qui les repr'feate & qui en payera les frais
en les retirant : on penfe qu'il doit y en avoir
dans ertude de feu M, Baujouan. I1 a une
Chaudiere a guildive de trois barrques, a
vendre.
M"r Staniflas Foache, Rellot & Compa-
gnie ont l'honneur de prevenir les Cieanciers
des fucceflions Beaunay-Dutot, qu'ijs font
aduellement une repartition, & qu'ils peu-
vent fe prefenter pour recevoir leur quote-
part.
Le Sr Rigordy ayant gere au Fort-Dauphin
une parties de la cargaifon duNavire la Sirene,
de Marfeille, Capitaine Giraud, etant fur
fon depart pour France, prie les perfonnes
a qui ii peut devoir de fe presenter,. & ceux
qui lui doivent &, a ladite cargaifon, de le
fatisfaire, pour lui epargner le drfagcrment
de les y contraindre.
Les Sieurs Damour &6 Lalanne, Marchands
Chapeliers, rue Dauphine, venant de diffou-
dre leur fociete', le Sieur Damour a 1.honneur
de prevenir le Public quil' continue. feul f
maifon de Chapelier, qu'il ell charge 'd'ac-
quitter les dettes de ladite fociete, & que
celf a lui-memie que M1' les IDebiteurs font
pries de vouloir bien fair leurs palemens. II
prevent auffi qu'il n'eft pour rien dans. les e.-
gagemens que pourra deformais contra&er
ledit Sieur Lalanne. Sa demeure etl toujours
au meme endroit, rue Dauphine ou du Bac.
Une parties de Maifon a loucr, fituee fur
la place d'Armes. II faut s'adreffer M. Mar-
chand, Negociant au Cap, rues de Penthie-
vre & Saint-Pierre.


I,




S,' ,' ',
''
i ,*.,/




i .;












I.

~I4
I ^
r .
'. -



I. ,...r* -,
'II
',' :,':,


/-':.i :;!,"lu
!, (,',.,

l ',' -11;:',1;


t !.:^t

!*"*;;';



Zii
i1
r^.
[1.ti .,.I.
:
'H.
l "^1?
r ; I

i-1. .';-n
^ ^
I^*? ^
r^i
.fl
aC1

|g,


~_ .-~.1. ._ _._..c~
,I-II-----YP""II~""I"~YPII^





(N Jc"


r


4 ''
. ',, .

' i-



i '

,.

. ,
r ,i '

i [ ."; ,

i '+. '*


"I

: I
P, ,. ,, I~

Y "r.',
. ,.. :


il
!.!: .. .


"'.3
(" ,,'- .'.<



,":_. ?

,.a ...d' .,-
j, :: ,.

So .',, ..;.,'
r; '* ;* *
i...

,,i~





,
hd i"
**'"'*''
*l^


A


ICL


a Mardi


NEGRES MA RONS.


Au PORT-AU-PPRINCE, le 19 du
mois dernier eft entree a la geole un
Negre nouveau, Congo, erampe fur Ic
fein droit ... TON, 'g6 de z6 ans,
grand & fluet, ayant des marques de
fon pays fur le viftge &.fur I'eftonac,
fe difant appartenir h M. Moiton le
4 de ce mois, on Negre, fe. difant ap-
partenir a M. Mabire, fur l'habitation
de Luynes.


AN I MAUX


tPAVE S.


Au PORT AU -PRINCE, le 26 du
mois dernier, il a ete conduit a la geole
une belle Mule fous poil brun-clair,
etampee au montoir .. NOV au-
deffous... DGS : le 3 de ce mois, un
Bourriquet focus poil brun, fans erampe
apparent, tres- maigre : le 5, une jeune
Cavale fous poil gris-fouris, etanmpde
au montoir FD.
S--. 1


SPECTACLE.


Les Comidiens du Poret-au Prince
Sdonneront, le femedi 27 de ce mois,
pour la cl6ture du fpetacle, (au bend-
I ce partielier du fieur Juhan, machi.
nife) une reprdfentation de Pourceau-
gnac com6die en trois a&es, brnd


LeMENT

[ES AME RICAINES;


Mars


1779.


de touch fon fpedacle, dans laquelle le
fieur Depoix remplira le rble de Pour.-
ceaugnac. Cette picee fera fuivie d'une
feconde reprefentation du Serrurier,
opera bouffon : entire les deux pieces
le fils di fieur Juhan, ag6 de to ans,
cxdcutcra fiur le clavecin, qui fera place
for le theatre, une Sonate avec accom-
pagnement. Le fpedacle fera termine par
un coup de theatre des plus extraordi-
naires & des plus nouveaux.


AVIS D IVERS.

1 (cra procedd e le8 de ce msis, 'a a,
barre du fiege royal du Port-au-Prince,
a l'adjudication definitive du bail a ferme
de cinq t&tes de Negres & trois Negril-
Ions, appartenans aux. mineurs' Guil-
laudeau. Ceux qui defireront avoir con-
noiffance des claufes de la carte-bannie
pourront s'adreffer au fieur Vinai
huiflierh Mirebelais& MeBaudamant,
procureur au Port-au-Prince.
Meflieurs les creanciers de la fuccef.
fion Denis font pries par le S' Remp-
noulx, exucuteur-teftamentaire de la*
dire fucceflion, de fe trouver le z2.de
ce mois en 1'etude de M, Caneaux,
procureur au fiege royal du Port-au-
Prince, pour y prendre les arrangements
niceffaires 4 une prompted liquidation : i


P


--~~.~.*'IL~YL~sr~~.~ -~IIC--^Dt-_ _


10.


.'P'
[P,,..++
.,,


S.







prle egalement les perfonnes qui doivent
b cctte rfucctfi6n de ne payer qu'en fes
mains.
MU Grandjean d'Aubaritourt, ci-
devant notaire a Ldogane & a&ucllement
au Port-au-Prince, au lieu & place de
feu MR Doublet, a I'honnnr de preve-
nir qu'il y a dans fon etude a&uelle
Grande- Rue, maifon de MM. Lilavois,
nombre de premiers tires de proprietcs,
tres- anciens, & autres pieces, come
conceffions proces-verbaux d'arpen-
Iages, plans figuratifs d'habitations
fous feing-prives porcant ventes, obli.
.gations, liberties, &c.. Le tout appar-
Senant h divers.

DE M A N DE.

On defireroit favoir des nouvelles du
'fieur Pierre Olivier, natif des environs
de Nantes. Suivant les lettres de fa fa-
mnille, il paroit qu'il efl mort depuis i 3
ans dans la parties du fud. Les perfonnes
qui pourroient avoir connoifance de fon
exiftence on de fa mort font rrides d'en
donner avis a M. Robiou, habitant au
Cul de-Sac.

NAVI'B EE CHARGAEMENT.

SL'Intrepide, de Bordeaux, capitaine
.tiou Detagefe du port de -00 ton-
ieaux, arm6 de huit canons & trente-
cinq hommes d'6quipage, reconnu pour
,bon voilier & tris-commode pour les
paffagers, partira pour ledit lieu au pre-
inier convoi: ce navire eft neuf & a fbon
fecand voyage. 1I prendra h fret de I'in-
digo & du cotton. Ceux qui voudront
ypaffer on y charger, pourront s'adreffer


audit capitaine, en Con nagafin, rue d&s
capicaines, au Port-au-Prince.

JESCZAVE EN MARONN N -E.

.Un Negre nomm.Jfulien, Congo,
., .,,, ,
dtampe fur un fein BAILLY & fur l'aiu
tre VINCENT Sr M age d'environ s8
ans, taille de pieds i pouce, affez joli
de figure, porrant ordinairement fes che.
veux en queue & des boucles d'oreilles.
Ce Negre efl part maron le 8 du- mois
dernier apres avoir ec6 taille, vetu
d'une feule culotte noire; ii a ete depuis
rencontr6 muni d'un faux.biller. C ux
qui le reconnoitront font pries de Ie fire
arreter & d'en donner avis a M. Lautard
jeune, negociant a S. Marc, a qui ledit
Negre appartient; il y aura recompenfe.


On trouve toujours a I'Imprimeric du
Port- au Prince du paper Grand-El6.
phant, de z pieds de long fur 19 pouches
de'large; Imperi~a, de 2.0 pouces de
long fur !4. de la'ge; Super-Royal, de
18 poucesde long fur i 3 de large; Royal,
de 18 pouces de long fur Iz de large,
Grande & Petite-Telliere; Grand &
Petit-Cornet h 'lettre. Tous ces Papiers
font tires des meilieures fabriqucs de
Hollande. On y trouve auffi desPapiers
de France de diffcrentesqualites; Regif-
tres de toutes grandeur; veritable Encre
de la Petite- Vertu ; Canifs, Gratoirs,
Cire d'Efpagne; Crayons fins Anglais;
Non pareille; Ecritoires garnies; Plu-
mes de Hollande de la premiere quality;
& g6ndralement tout ce qui eft h l'ufage
des Bureaux.


PDE L'MPRIMERIE RQYALE DV PORT-AU-PRINCE,


-- -- -- nnaam,~-.-rr*-r~-~~~------rrrrrmna~


PIP.


-J ---I -- ------ -- ------------U~


'-- -- ----. -


___ ^u~-nrrl-^_ll^ --- ^l ..- 1-lrr. -- -| -T I- I-H^ --M. ^~ ^----- ---- -"- --.--^-^ 1J ,- .-.1.1I. I Il y-. .* -. H- .. -- ..JB- ff-a ^--*-^Wfn-.T- ,.<.f.. *- *" ^*^^^^ 3 ^^-J ^^ '^t -t 3''!ig ^" ^'^'
-^-^--"^*"*-"--Arfta~a^BW~'""'**-''''1* --" 1"" ~~^ ^*'^^R^^ ^I^^


-


'1tj

'I
I








A. ^ ,,'
SI~
K,

'"1
|/;:,i








fr:-
^'^
kQ1^
^, J
F*. :

'"4;t^
"i .<^


il;l
e*v;



:^^





^'*l

*"" I'




_I-- I -ac-- --Tn--t-- ------ ---~~-"-~- ~-,- --


TIN* o.3
__r7- I __ ___ ; 1_ 1 .i _^ j ^ ^ ^^_ .^ .^ ^ f^ a ^^ !-- ^-


SUPPLEMENT


AUX


AFFICHES AMERICAINES


Du Mardi 9 Mars ziy 9'


It. *1
.'!L..1/'^
- ,, ,,%



I,. 'j
'- -',i' ,' .'



' '"





?.: ".
'' In '
-'', :~''"
;i; ,",' |
i"' r:,

Ii -. .



^r%|


ih',:',





4'v. al
.1

i
., -
,,l. ',.




, *..,, i,










~a
S,'ill,

, a ,,J il
)h'.
" ,
-- .
.t-,e ^',
;',
'.;
r ;
*a ',
,,h
',;,,
-,
,,'
t-.
.4A
.,
i'
?^


LE Sieur yiard,.demeurant au Cap, donne
avis qu'il part pour France.
M. Loutrel partant pour France par le pro-
chain cdnvoni, prie les perobnn'es qui il peut
devoir defe prefenter pour receyoirleur pale-
rnent, '& ceux qui lui doivent de le folder,
inceffamment.
II a ete perdu au MBle-Saint-Nicolas une
Montre d'or de couleur, dans un boitier don't
le contour eft rouge & dans certain endroits,
paff avec un cordon gris & ue lianejaune
garne en or. Ceux qui lauront trouvee, font
pries de la fire remettre a M. Walt, Officier
au Regiment de Cambrefis.
Le Sieur Even chezz M"r Lory, Piombard
& Compagnie) part, pour France par le pre-
mier convoii II en prevent pour, la troifieme
fois le Public, &;. prie ceux qui lui; doivent
d'apporter ai minme exa&6titude ale folder ,
qu'ont eu a fe fire folder ceux a qui il pou-
voit devoir
NAVIRES EN CHAnGEMENT.
Le Comte-d'Artois, Capit. Raut, defline
pour Nantes, & le Sartine,iCapjt. le Blapc
pour Bordeaux,, n'ayant pu, fe procurer leur
enter charsement pour partir au convoy prro
chain, les dapitaines def4its Navires previen-
nent les perfonnes qui auront a freter, :quils
ne partiront qu'au convoi fuivant celui. qui
nous elf announce du io au 15 du courant,
ce qui mettra les Freteurs 'a meme de donner
leurs avis. uIs pourront prendre chacun envi-
Ton o150 milliers.
BIENS ET EFFECTS A VENDRE.
Excellent Rum, 3 efcalins la bouteille,
chez Mde Cabarrus, au Marche-des-Blancs.
Deux grande Armoires vitrees. On s'a-
dreffera M. Larefches., Horloger, demeu-
rant prefentement a I'entree de la rue du Bac,
dans la maifon qu'occupoit ci-devant M. Ri-
chard CajJaignard.


DIVER S.


AVIS


H uit '* ,
Huit tetes de Negres de la COte-d'Or,
don't cinq hoirmes & trois femmes, venus
par le N4vire la Negreffe, Capit. Landolphe.
I ,aut s adreffer a rM UPoupet fercs, qui ont
auiil un'parti, .de Vin rogge de Med.oc en.
Sbrriques, 8 ,rpuge, & blanc en caiffes.;
., Depres-Leau.iiz, chez Md, veuve Lehoux,
au Marcheades-3Dlancs.
'Deux bonds Bourriquets equiors ,'un Che-
val bai allant- amble ,. & un Cheval gris,
pautre batard Bayaonde. If faut s'adrcffer
Saux Sieurs Dal/cfi & Sa'rau ,Apothicailes,
ruede la Fantaine....
.Le Brigapptinp inis .L Satinte-Croix, de
Saipt-Thomas deO recentt mouiHd fiur la rade
du Cap,. conftrut la laNouvelle-Angleterre,
du port de, IQo tonneaux ou environ, bien
mati6, greedI &pouryv u de tous fes uflenfiles,
ayant un jeu de vpilesneuf,. acres & cables
& pret a prendre charge. euxqui voudront
l'acheter a ram'iable, podrront s'adreffer a
M: de Mallevile; ColboelGoimmnaidant de
lifle ainthprlois, p roprietaire dudit Ba-
timent,.; demeurant chez M. Marcihand, M*
en-Chrigi, ,rue C Confeil, ou a M.
Bionn ,INiQgciant, meme rue, qui donne-
ront lun, &, auire communicationn de rin-
Sventaire audit rigantm.t
.T lMon4it Sieutr'i4 /[eyei prevent qu'au
cas qu 'i1 ne trpouv4as desarran emens con-
venables pour vendre le fufdt Bariment a
P'amiable, il le fera mettre famedi prochain
Ix du courant a la Barre du Siege de PAmi-
raute de cette Ville, pour y etre adjuge au
plus offrant & dernier encheriffeur.
Le Sieur Neveu, Tonnelier au Cap, fe
difpofant a partir pour France au printemps
prochain, prevent qu'il vendra I l'amiable
fon fonds de boutique & magafin, quatre bons
Negres tonneliers, trois autres Negres depuis
18 mois au pays, & qui ont toujours et'
attaches la tonnellerie deux Negreffes
blanchiffeufes, repaffeufes & cuifinieres.
Le Sieur Thubeuf, Diftillateur de Paris',
done avis at Public que lon trouvera cheC


I


I______________~______________ _~ ___~_~__________~__I__"____~____~LYirir








Idftout ce qui concern ladifultatlioi, come
Liqueurs, fine Anifette & Sirops de toute
efpece, Eau de vie deFrance double & ordi-
naire, Efprit de vin, Rum, Liqueurs de la
Martinique de toute efpece, Dragee fine, &c.
Sa demeure eft rue Neuve, au -coin de la
rue Saint-Simon, au grand balcony.
Le Public eft averti qu'en -excution de
Sentepce rendue au Siege du Cap le, fe7-vrier
dernier, il fera procede inceflammenit a la
Barre du Siege de cette Villk, a llavente d'une
Habitation en guildiverie &: entrepot, de la
contenance de 96 quarreaux de terre, munie
de Negres, animraux, Uifenfinis batimens
neeffaires ux charrois 8& la fabrique du
tafia, fife auirMornBets,' & apparitenante par
indivis aux Sieurs Chailkau & Morel. Ceux
qui voudront encherir pourront fe prefenter,
ainfi que les Creanciers des Sieurs Chailleau
& Morel, pour recevoi leur pavement fur le
prix de-Vadjudication.- '
II fera proced4 a I arrest Siege du Port-
Dauplin., e,k 18 dai coprant T ta vente dunr
Negre nonimef Afi to e- d5-I.6 ans, bon
charpentier en eatde coiduire: un chantier,
provenant de la fucceffion du Sieur Larriou,
Charpentier a Maribaroux, faifi, la requ&te
du Seur Chaloupz., fur le, Si'eir Correger, i
qui ledit Negre appartient., ;
a ,aA fBAmrn;I.ros f .. -,
-ine Maifdn'en bis;,, fiteI ptesla Proi-
dence des homes; copfiftant entrois cham-
bres, trois cabinets, tit dicuine' avec fes po-
tagers, une courdevant entoure, de gommiers
& ube erree enitour'e:de diHonnierie, dans
laquelle il y a des.piqgds se vigneen tonnelle,
in cobombier 4 lu t biket de'mnaonriere &
une b 6olaihgeie enifiire6 rde planchds, M oter
prefentement. ra:it s-idreffer a Md" veuve
Maurer, Boulangere pour I1 Roi, au Cap.
Une Place fife A Sainte-Sf.anne, Paroiffe
de Limonade, de la contenapce de 16 quar-
reaux de terre, don't partie en vivres & en
caf beaucoup de manioc, belles bananeries,
Sle refte en favanne: entouree de'haies vives,
avec une grande cafe db charpente ayant ga-
terie des deux cotes, les autres batimens nd-
ceffaires & un colombier tres-bien garni, le
Par Permij'on de MM.


ton~i aftetrner potr ~troi, c ohune fept ai-
nees, en donnant bonne caution & certifica-
teur. On s'adreffera A M. Daguian, Nego-
ciant auCap, ou a M. Lenormant, Habitant
aux C6telettes, meme Paroiffe, charge des
affaires de M.. Diobonne qui appartient
cette Place.
U. ne Maifon fife au bord de la. mer, .atte-
nante a celle de. M. Lefevre occupee par M.
Camufat; don't le bail finit le ir'-juillet pro-
chain. II faut s'adreffer a M. Clement, Pro-
cureur fonde de la procuration de h'ritiers
Couton.
ESC-LAVE EN MARONAGE.
Un Griffe nomme Jean-Pierre, etampe futr
le fein JLDS, age d'environ 2z ans, taille'
de 5 pieds 3, pouces, portant une vefte rouge
galonnee en argent, eft part maron le z28 du
mois dernier, avec fes hardes. Ceux qui le
reconnoitront, font prids de le fire arreter
&d'en donine avis au Sieur Manet Landrivie,
A qui it appartient, demeuPant chea la IDame
M'f(ard, Aubergifle, rue Efpagnole,
.Un petit Griffe, creole de Banic, age
d'environ Iz ans, etampe fur le fein droit
PLANTE AU CAP, eft part maron mardi
dernier. Ceux qui le reconnoitront, font pries
de le fire arreter & d'en donner a iis a M.
Plante, Maitre en Chirurgie, a qui i appear.
i tifntr :'" < *- '
CHEVAUX PERDU S.

Une Mule etampee VT, & une Jument
etampee B & autres lettres, fe fontechappees
le 14 du mois dernier de' la favanine de MK
Bayon. Ceux qui ef: auront; conndiff-nce,
font pries d'eti donner-avis a M. 4 Mairquis
de Najac, au haut dw Trou, du Dondon.,
qui elles appartiennent, ou A M. Camufat,
Negociant au Cp.
Un Mulet 6tamp6 fur la jambe du mon-
toir SELLE, s'eft echappe le 1z du mois
dernier de THabitation mJ .Afel, a Plaifance.
Ceux qui en auront connoiffance, font pries
d'en donner avis au Cap a M. Saurine, Ne-
gociant, ou au Port-de-Paix a M. Huet,
Subilitut de M. le Procureur da Roi : ii y
aura recompenfe.


les General & Intendant.


DE L'IMPRIMERIE ROYALE


-C


I I -I- r I~ -


.." -.l~rJ~LB~anrrr*YLI~YLI~Y~-s~"UTlrrU -----~


DU CAP.







No II. !
N6O i Ll
- i i i~i. *-~ r if- -Ni-ff r*i .Ii -- ,. ,.~i...t .. .i' iiin 1 .1 11. I ..I iri i,, 's. ...m .1. 1 iate iiis--,.


- -o -p I .iIN *I a www III


HES

Du Mardi


AMERICAINES


z6 Mars


Pr es Marcndifes de la Colonie au Cap.

Sucre blanc, premiere quality, 47 a 48 liv.
Second quality 43 a 44 1. Troifieme quality,
39 a 40 1. Sucre common, 27 a 35 i. Sucre
brut, 2j5 a;o 1. Indigo bleu, 9liv. Indigo
cuivre, a 71. Cafe nouveau, 8 f. 8 f. 6 d.
vieux, 6 a 7 f. Coton, 140o a Io I. Cuirs en
poil, 5 L piece.

Prix des Marchandifes de France au Cap.

Vin vieux, 390. a 400 1. nouveau, 290 a
300 1. Farine de Moiffac, 266 I. commune,
200oo Boeuf fale, i2o1. le baril. Petit-Sal6,
40 1. lancre. Beurre, So f. la livre. Huile,
33 661. la cave. Savon, Io 1. le cent.

Cours du Fret as Cap.


Sucre
Indigo,


blanc, 44 den. Sucre brut, 5o
84 d. Caf6, 52 d. Coton, 84


den.
d.


NEGRES MARONS.
Au Port-de-Paix, eft entree a la Geole,le
6 de ce mois, Mou uiby, nation Congo, aig
d'environ 30 ans, taille de pieds I pouce,
etampe fur le fein droit MICHEL, fe difant
appartenir au Sieur Michel, Habitant a Jean-
Rabel. Le 7, Pierre, Congo, aig d'environ
30 ans, taille de 5 pieds., etampe fur le fein
gauche illifiblement, fe difant appartenir au
Sieur Chaudeau, Habitant a Jean-Rabel. Le
xI, Midor, Cbngo, age d'environ 28 ans,
taille de 5 pieds, etamp6 fur la poitrine illili-
blement, lequel n a voulu dire le nomn de foin
maitre; & Toaffain, Congo age d'environ
30 ans, taille de y pieds, etampe fur le fein
droit illifiblement, fe difant appartenir au
Sieur Ddvid, Habitant h Gros-MqNoe.,
Nota. II 'eit ntr ladite Ge'ol du Port-
de-Paix, ie 2z du mois'dernier, un Cheval


rouge e.tampe d'un c6te fur I'paule G
& de -Iautre cote fur la ciffe ( D autant
qu'on a pule diflinguer. Le io de ce mois,
une Bourrique focus poil bai, tamp&e fur ia
cuilfe du cot du mentoir I & autres lettres
illiifibles.
An Fort-Daupkin, eft entree Ia Geole,
le 7 de ce mois, Mathurin, Congo, etampe
fur le fein droit CHAMBELLAN, fe difant
appartenir a Md' de Chambellan; & Quenet,
nation Bambara, etampe fur le fein droit
PONCET, fe difant appartenir a M. Hays,
A Jacquefy. Le 9, Germain, Congo, etampe
fur les deux feins VAREN, fe difant appar-
tenir a M. de Varewe, a Limonade & un
june Griffe creole, nomme Jean, rcampc
fir le fein droit PLANTE & au deffous AU
CAP, fe difant appartenira -IM. Plante', Chi-
rurgien au Cap, pris a PEfpagnol.
4Au Cap eft entree a laGeole, le 4 de
ce mois, Athis, nation Arada, age de 19
ans, tampere LOHIER, fe difant appartenir
a M. de la Ckarmeraye, arrete en ville. Le 7,
Domingue, Congo etamnpe J B GY, age de
2o ans, auquel il manque quatre doigts au
pied droit, fe difant appartenir a M. Guitteny;
& Jean-Louis, nation Mina, igt de 34 ans,.
i:tamp LOUBO & autre r&e illifible,
sequel a dit appartenir au Sieur Jofeph, Char-
pentier. Le 8, un Negre nouveau, nomme
Paul, nation Gambary, fans etampe, taille
de 5 pieds 4 pouces, arrte a la Tannerie.
Le 9, Jean-Baptifie, Congo, ag' de 2o ans,
tampe DENISART, fe difant appartenir a
Jean Pouiile & a Toujfaint Denifar, ramene
delEfpagnol: Lubin, Congo, fans etampe,
age de 28 ans taille de 5 piedis, bien fait,
les yeux enfonces, fe difant appartenir a M.
Jourdan, aux Ecreviffes, ramene de 'Efpa-
gnbl : Julien, meme nation, tamper fur le
fpin gaudce F. FAVRE,& ,DVD, age de 20o
ans, boiteux, fe difant appartenir a M. Faure,
ramend de iEfpagnolI & Regis, creole de la


waS-


m
fl


17X 79~


,m*nn~l-l-ruurrc- ------------------ -~.. -~-?TI -1- -- LI--~-- ---~r3----------~ _--~----- ~-~--T------- ~---l-~-'----C--


-- ~I


_L----
I: ----


I
r-
r


ii'



ii


i;


i























'I









Martinique, etanmp4 LEQUOC, Ag, de a
ans, fe difant appartenir a M, Lecoq. Le io,
Charles, creole etampe FAUCONNET,
agI de 6 ans, fe difant appartenir a M. Fau.
connet. Le 12z, Pierrot, Congo, etampe illi-
fiblement, age de 33 ans, ai manquant la
moitid des dents, & ayant un nabot au pied
gauche. Le 14, Mars, Hollandois, etampe
AV CAP & V, age de 30 ans, taille de 5
pieds 4 pouces, lequel a dit appartenir a M.
Guerdin; &8 Alexis, creole, etampe BRAS-
SIER ET BERMOND, age de 30 ans.

SPECTACLE.
Les Comediens du Cap donneront famedi
prochain zo du courant, au benefice de
la DIUl Teifeire & du Sieur Chevalier, une
reprfentation de LA BATAILLE D'IVRI,
Opera en trois Ades, de M. Derofoy, avec
tout fon fpec&acle. Cette Piece n'a, pas ete
jouee depuis deux ans.
Entre le premier & le second A&e, ladite
Dll TeijJeire danfera l-Angloife en homme.
Le Spe&acle fera termine par l'Allemande
a quatre, danfie par la Dame Clerval, la Dame
Teif'ire, le Sieur Chevalier & le Sieur Baron.

Mardi 23 duccourant, au bnefice du Sieur
Favard, une reprefentation de TANCREDE,
Tragedie en cinq A&es & en vers, de M. de
Voltaire, ornee de tout fon fpeCtacle, dans
laquelle la Dame Teifeire remplira le role
d',Atmezade. Cette Piece fera fuivie de SIL-
VAIN, Opera en un Ade, don't la Mufique
ef de M. Gretry.

NOUVELLES POLITIQUE S.
A M B R I Q U E.
Du Cap le 16 mars 1779.
Par notre Feuille precedente nous avons
fait part au Public de letat des forces mar-
times de la France & de l'Angleterre; nous
avions auparavant faith mention de celles de
l'Efpagne, & quant a.cette derriere beaucoup
de perfonnes ont cra reconnoitre de l exa-
giration dans le tableau que nous en avons
cdonne. Cette observation nous porte a en
tracer ici la situation exade : puiffent nos lec-
teurs etre convaincus enfini que lEfpaghe a
d'autres reffources' qu'en fon numeraire don't
on connoit 'imrmenfiti, & dont.le bon em-


ploie ouour fra ouour jour cette PuifTance le
plus grand role fur le theatre de PEurope,

Etat de la Marine Royale d'Efpagne au mois
de novembre dernier,

Sept Vaiffeaux du premier rang, don't un
de 124 canons, & 6 de 8o; quarante-un du
second rang, tous de 70 canons; onze du
troifieme rang, tous de 64 canons i trente-
deux Fregates, don't une de 32 canons, 24 de
26, 6 de 24, & une de 20 douze Chebecs,
don't 8 de 30. canons, z de 26, i de zo,
& i de 12; trois Brigantins, don't. i de 16
canons, & 2 de 0o; quatre Galiotes a bom-
bes, de 8 canons chacune; fept Paquebots,
don't i de 18 canons, z de 16, & 4 de 14
deux Goelettes de 8 canons, une Corvette
de 8, fept demi-Galeres de 3, huit Hourques
fr'gatees de 18, & neuf Hourques regulieres
de z. Total, 144 Batimens de toute gran-
deur.

LiZfe des Bdtimens de Roi en flation a la
Jamaique.

Un Vaiffeau de 64 canons, & un de jo5
quatre Fregates de 32 canons, uie de 28,
une de 24, une de zd, & une de 16; fix
Brigantins, don't un de 24 canons, trois de
16, un de 12, & un de 1io une.Goelette de
o1 canons. Plus, dix-htiit Corfaires, don't les -
principaux font le Gaytou & le Balahou, lun
de 14 canons & 18 pierriers, fautre de 4 ca-
nons & 18 pierriers. .n tout 35 Vaiffeaux,
Fregates &, Corfaires -

Extrait des Papiers ,Anglois.

Suivantune lettre de Falmouth du 17 aout,
il s'eft tenu ai board d'un Vaiffeau de 90 canons
un Confeil de guerre onI 'Amiral Keppel a
itC jug6 incapable de fervir le, Roi. On ajoute
que ce nouveau Byiig nmonta aufitit dans un
carroffe, au dos duquel etoit ecrit en craie
( Cowarly Byng) Poltron Byng. La populace
le hua a la fortie de la Ville, & il ftfiffle a
la vue de lEfcadre. On affure qu'il eft enferme
a la Tour de Londres.
A 'epoque du i1' feptembre les Anglois
yenoient de fire une perte de' -i Navires,
don't 8 d'Archangel, & le refle venant de Pe-
tersbourg & de Norwege ; perte irreparable
par la nature de la cargaifon de ces BaitimeCns


iu fI '. U'^l,


K
-*, 1 ,.,




f ';
[ i.. '..J
'; I ,i'



II




I..:) ',
I' 1 i.[










V.,




'-I'
'*" T i''' .'
- '..
f. *- .


















4"'''-
*s~i
^;,2;,,



'.,, ,;..i


' ''"
: -';

, ;': ,

,'*--;,^: ,
5' ,: 111' '



'.:


I
^*.'^*"X^






i.; 1




tll 'r
rs; r.


,_--_-______ ~ ............ ..........---- -u -.... --


_ .- .~-~------__==r=I=l-=s-=l-----




- .-7T.rr~r~r.^~ ,-o-r~-~-r*-~---;----. -~ -. __ __ _


"r'i.*;*"*'







1;,






,,,- *',,, "



, i' t *i
: '
* ,- -?i' ,'



































I,' /1'
,...-;








































'I'
i^.f







B. ,'';,





























, ,-?I;
,; -., ..,



': ,,,;

























''";i 1
^'1
i;. '- .

- I
. ', '' ,
^^^;





.'..',,


?^,,' ;,


;{, '^i:-
^'*.
ii
^'**ir.''




;,; I,


.
: ,- ,







;''^
.:


cul tolent remplis iapprovifionnemens pour
J Marine, tels que goudron, refine, tere-
benthine, bois de conftruaion, &c.
Le commerce du Levant eft dans la fitua-
tion la plus deplorable, nul convoi ne pou-
vant paffer au delay de Gibraltar, & les Fran-
cois demeurant maitres de la M diterranee,
oi ils ont pris tout nouvellement quatre Na-
vires richement charges. Cette prife excita
a Londres les murmures du Commerce; mais
lorfquil s'adreffa au Lord Sandwich, Minif-
tre de la Marine, pour demander des convois
pour le Levant, il lui fut repondu qu'on ne
pouvoit en fournir.


EAU DE SALUBRITE.

M. Henriet, Medecin a Paris, vient d'en-
voyer a la confignation de M" Poupetfreres,
Negocians au Cap plulieurs caifles conte-
nant un nombre de bouteilles d'Eau antive-
nrienne de la composition du S' de Marbeck,
connue fous le nom d'Eau de Salubrit. Ce
remede eprouve, par ordre du Miniffre de la
Guerre, a l'H6pital general de Bicetre, ainfi
qua IHopital Militaire de Lille en Flandre,
fous les yeux des Infpe&eurs generaux defdits
H6pitaux, a eu de fi grands fucces en operant
la guerifon des maladies veneriennes portees
au plus haut degree d'intenfite, qu'ils ont value
a 'Auteur des applaudiffemens flatteurs &
des Lettres-patentes du Roi, regiftrees en
Parlement, portant privilege exclufif pour fa
difIribution.
Les avantages de la preparation de YEau
de Salubrite, font de preferver du mal ven"-
rien, de le guerir fans danger & fans cette
gene a laquelle on efl affujetti par les traite-
mens ordinaires. L'on donnera un dire&oire
pour fe conduire dans l'ufage qu'on defirera
fire de ce remede.
M. Servary, Habitant & Negociant au
Port-de-Paix, a adminifitre Eau de Sal"bri "t
a des Negres chez lefquels le Pian invetere
s'e6oit refufi a tous les remedes connus : la
cure radical a &t6 auffi prompted que fare,
ainfi que le conflate le certificate qu'il en a
do.nne.
Le R. P. Ionor' le Comre, Superieur de.
'Hopital de la Charite de cette Ville, a ega-
leIment fait traiter avec I'Eau de Salubrite des
mn.lades atteints des fympttines veneriens les
ntieux carac rif~,s elle a opcre utie guerifon


certain &8 prompted, fans accident pendant
le course du traitement.
Mr Poupet freres, fans s'etendre fur les
advantages du remede qu'ils annoncent A la
Colonie de la part de fon Auteur, donneront
a toutes les perfonnes qui defireront 'tre inf-
truites, une analyfe de la propriety de l'Eau
de Salubritc, des differentes experiences qui
en ont et faites, ainfi que des proces-verbaux
qu'on en a dreffis par ordre du Miniifre de
la Guerre, par lefquels lon verra la quantity
& le nom des maladies traits, la date da
commencement de chaque cure, celle de leur
guerifon, la quantity d'Eau de Salubrite em-
ployde, ainfi que la nature de chaque maladie
& les differens fymptomes qui laccompa-
gnoient.
On peut prefumer dapres les experiences
ci-deffus citees, qu' ne bouteille ordinaire eft
plus que fuffifante pour guerir la maladie ve--
nerienne la plus inveteree. Le prix de chaque
bouteille elt de 48 liv. argent de la Colonie:
c'eft chez les Sieurs Poupet freres feuls qu'en'
elt etabli le Bureau de difiribution.

AVIS DI VERS,
M" les ACionnaires du Spedacle du Cap
font invites de fe trouver ou de fe fire re-
prefenter par des fond6s de pouvoir a I'affem-
blee qui fe tiendra dans la Salle du Spetacle
le Dimanche 28 du courant, a deux heures
apres midi, pour y delibier fur des affaires
concernant la Societe.
M. de Ruffy aine a Phonneur de prevenir
le Public qu'il a diffous fa fociete avec M~S
de Rufy Gauget & Compagnie; que la Mai-
fon, toujours fous la raifon de Ruffy, Gauget
6' Compagnie, reite charge de la liquidation
des affaires de fa' focidet, & que c'eft A elle
feule qu'il faut s'adreffer pour les fiennes pro-
pres, ainfi que pour fes dettes.
11 a ete perdu le z6 du mois dernier, entire
la riviere Salee & le carrefour du chemin du
Morne-Rouge & la Plaine-du7Nord une
groffe Montre d'or guilloch'e, le centre du
cadran dore, riguille daacier, avec ces mots
le Roy a Paris & meme infcription en dedans,
un mauvais ruban fervant de chaine, auquel
,eft attached une clef de cuivre. Ceux qui
Pauront trouvee, font pries de !a fire re-
mettre a M" Larrieu .& Faures, Negocians
au Cap, ou chez M. Defor, au Limnbe : i y ,
aura recompenfe.


~i-~i~-~i-~^;--~=~-15;-~rr_~;.-;1L; I--.--C.-.. ". -' I~.I~-CL-I- --""llll-.ur.
'"""~O-qRW".lrruL,~n, I-C91Ll~l~h~-~LIL~Ml~aRII_I_-__--








11 a ctd perdi at Cap, le 6 de ce tois,
un Porte-feuille de ctiir de rouffi, contenant
plufieurs Bons & autres papers. Ceux qui
'rauront trouve, ont pries de le faire remettre
an Sieur Franqois Tefleil, Chaudronnier, a
qui ii appartierit demeurant rues d'Anjou &
Saint-Simon.
Le Sieur B. J. Ore, Capitaine du Navire
les Trois-Soeurs de Bordeaux, partant au
prochain convoi, prie les perfonnes qui doi-
vent a la cargaifon dudit Navire, de le folder
an plutot. 11 lui refie du Feuillard plie & des
Booucauts de cardines vides,dont il fera bonne
composition.
Le Siuur Fabry, ci-devant Apothicaire au
Cap, aauellement fixed au Fort-Dauphin oiu
fon commerce eft 6tabli fous la raifon de
Fairy & Compagnie, a Phonneur de prevenir
M" les Habitans de ia dependance dudit lieu
que fa Fharmacie fera munie de routes les
preparations de fon etat. 11 efpere mriter les
fuffrages du Public par la bonte des m6dica-
w 0ens qa'il fournira toujours au meme prix
que M'5 les Apothicaires du Cap.

BIENS ET EFFECTS A VENDRE.
Vin vieux de premiere quality, chez le
Sieur Denis, Negociant au Fort-Dauphin.
XUn Emplacement de 3 pieds de large fur
60 de profondeur, fitue rne Saint-Louis,
pros la place Royale, fur lequel i y a deux
chambres, une galerie, trois cabinets & une
cUiiine, ;avec cheminne & potager, Ie tout de
maconnerie, covert en tile, ,our & pits.
11. faut s'adreffer au Sieur Jollet cadet.
,Une.Maifon fife au Petit-Carenage, fur Ie
bord de la mer, confifiat en trois chambres,
un corridor, une galerie, deux cabinets, une
cuifine & un pits : plus, un Negre bon char-
pantier. On s'adreffera au Sieur Etienne La-
-vi4 Charpentier de 1'Amiraut6, qui prie fes
Creanciers de lui en procurer lavente, pour
qu'il puiffe les :payer.
iUne Habitation de la contenance de :zt
quarreaux & un tiers de terre, proche du
bourg du Dondon, appartenante aux heri-
tiers Legurie, fur laquelle il y a environ I
mille pieds de caf6 en rapport, fufceptibles
de zo milliers de caf4; 20o mille touffes de
bananiers, une favanne, & le refte en bois
debout bien fitue le long de la riviere; une
grand'cafe, une cafe a Negres, trois glacis
c& n colombier. On s'adreffera 4 M. Raynal,


i" 1 I ------------r=~lp----=~--IEL=i~i


Marchand Orfevre au Cap,. ou a M.,Lpra-
delle de Laffalle, Habitant au Dondon.
Une Maifon avec deux Emplacemens fis
au bourg du Dondon, fur le march, faifant
face A l'Eglife. II faut s'adreffer a M. Lapra-
delle de Laffalle, Habitant an Dondon.
Une Habitation fife au canton de la riviere
Mancel, Paroiffe du Gros-Mome, de -fa
contenance de too quarreatx de terre n plat
pays & coftieres deuces, fur laqLelle il y a
un jardin a indigo d'environ 50 cuves d'her-
bes; deux indigoteries battantes; avec un
canal de maqonnerie pour y conduire 1'eau
des vivres de toute efpece pour la ftibifiance'
de plus de 6o Negres; tune gvand'cafe de 6o
pieds de long, avec galerie un autre bati-
ment fervant de cuisine & de poulailler, un
colombier de 16 pieds quarres, garni de pi-
geons, un four de maonnerie, le tout en
bon etat. Ladite Habitation a encore 60 quar-
reaux de terre en bois debut, dans lequeFl
font quantity de beaux arbres d'acajou &
cyprus : elle eft A cinq lieues de 'embarcadere
du Borgne. On pourra s'adrelfer au Sieur:
Jofeph, tenant PHotel de Provence auCap,
ou au Sieur Preiofl, Habitant a la riviere:
Mancel, propri&taire de ladite Habitation.
Les Sieurs Saget & Gdillaume donnent avis
qu'ils ont requ une cargaifon de Morue de
Saint-Pierre de Miquelon de la premiere qua-
lit6; ils en ont aufli de la feconde & de la
troifieme quality pour les Negres, qu'ils ven-
dront a un prix honn&te. Leur magafin eft rue
du Gouvernement, pres la rue Saint-Simon
oU lon trouvera aufli du Goudron.
A VENDRE OU A AFFERMER.
Une Habitation fife au Bonnet, Paroiffe
de la Petite-Anfe, a quatre lieues du Cap,
de la contenance de 91 quarreaux de terre,
don't moitid en plaine & le refte en mornes,
aujourd'hui Ctablie en indigo, fur laquelle il
y a une grand'cafe toute neuve, ainfi que la
cuisine en brique, avec four,: &c. ecurie,
f6cherie, hangars, cafes A Negres, deux puits
intariffables pour les indigoteries, fix Negres,
dix a douze betes a comes, une chaife a deux
places, quatre ou cinq lits, meubles meublans,
beaucoup de vivres, tels que manioc, patates,
bananes, &c. On vendra ou on affermera le
tout a une perfonne connue ou folide. II faut
s'adreffer a M. Daparquier, Negociant au
Cap, ou a M. de Robiou, Habitant au Cul-
de-Sac, proprietaire de ladite Habitation.


_~_~~_____________~~__~~______~____._.. ..~-- ~.--- ----- ~---r~=l~i=l-"'-'"""=~I-~~`-"'~~-




--------m*;--7-;-'"*C"~'~ r7111~~-~-:~r~--`~~'"-"Drr*-r-- ----~"~ r..~?. ~r---,--,, ;~~._-,..~~~.. ~~~_~_~~~_~~


( No i. )


P


L


I,'
"'1
'! .I'l"
' ff"3




' 4 'r
i.,> ';%',k'f


S'. ', '"'"
P. .,.,~ 'L
,,',','' ^'i,-


*' *^ ,?.:'

'I'
,' ,,- '"'




S'^


^^'
,: ,' ., r







1






il-
'^". -
j i ,
.1 ..,,,
,'m '- ,


'ARR--irt DE NAVIRE.

AU PORT- AU-PRINCE, le Iz de
cc mois, l1. Sainte-M irie, de Mar-
ftille, capicaine Felix Berne, part le
2.S o&obre 1778 ayant rclAch6e
M alaga.

Prix des Marchandifes de la Cotonie.

AU PORT-ATJ PRINCE Te I1 do
re mois, Sucre blanc, premkire qua-
Cit, 33-a 34 1. feconde, 30o 32 1. troi-
fieme, .7 a 2.8 1. brut, 1 a i31. Indigo
blend, 7 liv., cuivr', 4 1. 5 f. a 5 1. To f.
Cafe nouveau, 6 a 7 f. vieux, 5 a 5 f.
6 den. Cocon, 85 1. Cuirs, 6 a 7 liv.
Piaftes gourdes, 37 & demi pour cent,

Prix des Marchiandijfs de France.

Au PORT- AU-PRINCE, le, I d'e
ce mois, Vin vieux, 4o0 a 0 00 liv.
nouveau, ;50 a 36o 1. Farinee de Moif
fac, 2..40 lives, commune, i2o 3 Z0o 1.
Pa-uf fald, 140 a i ,0 1. le baril. Petit-
fale, 4 o 50 liv. I'ancre. BIurre, 45
48 f. la li.. Huile, 16 a too 1, la cave.
Savon, i5o at 60 1. le cent.

Cours du Frct.

AU PORT-AU-PRIITCE, Sucre blanc,
46 den, brut, 72..1 7 deniers. Indigo,


E ME N T


AME RICAI


Mars


NES.


'7790


8 h 9 lois. Caft, 71 a 78 dcn. Coton,,
9 10o fols.


NEGRE S


2 A R N S,


AU PORT-AU-PRTNCE 1e 7 de
ce mois eff cntr 'a la geole un Negre,
reampe THEVENET,. fe difant appar-
tenir M. Thevenet, en c.tte ville ;
Je,.zn- Pierre, Crdole, erampd illifible-
mrnt, jeurne & rouge de peau, deane
charge d'uie halne a deux colliers, fe
difGnc appartenir a -M. Argvnd, farlha-
bitation Jur:; Jear Simfn etampe
IFOVGV f difant apparcenir h l'ha-
bitation Foug' u; & urt Ncgre nouveau,
nation Nago, etampe GNVNHIaT, na
facliant parfer francais : le 9, Jearn-
Louis, Congcre.am'd DVBOVRG, au-
deffous ST.MARC, fe difant apparrenit
'aM. Dubourg : e 1 1, un Negrenouveau,
ecampe fwr le fein gauche en ftr a cheval
SABOVRIN;. un Negre & une Ni-
greffe Crarnpms MEJA, au deffous ST,
M ; un Negre nouveau nation Biby,
dramp6 DROUCHAU, au -deffous .NT.
MARC; & un Negre nouveau, fans
etampe apparenre,.age d'environ 30 ans,
taille de 5 pieds z pouces, ayant le vifage
ainfi que le nez couverts de marqiies
de ton pays, ne fachant parlcr francais s
le 1. Jeannette nation Rada fans
tamspe,. fc difanc appartenir a MriLrgue


'FICHES

Du Mardi 16


_~ ~L--'---U---


rr_~Lcc ;: -- --- ~--I)


-~ILlllr.~Ti~:n~'CI"--


'"'" `-- ------- ----






rite Parret, M. L., I la Croix-dcs-
Bouquets; ean -Pierre, Creole,d tampm5
ROVSSE, fe difant de I'habitation Tur-
bd; & Lamcrique, nation lbo, ctamp'r
LALANDE, fe difant apparcenir a M.
Lalande proche la grande riviere du
Cul-de-Sac.

A I M A U X\ PA V E S.

Au PORT- AU-PRINCE, le 5 de
ce mois, il a te'-conduit a la geole une
jeune Cavale fous poil gris-fouris, etam-
pee au -montoir FD : le7, un Cheval
fous poil roan, etamrnp au nrontoir CAS:
le z12, un Bourriquet fous poil brun,
etampp au montoir illifiblemcnt ; un
jeune Cheval fous poil rouge deampa au
montoir L, ayant une &toile filante au
front & la queue moyennc; & un Pou-
lin fous poil rouge, erampe an montoir
cII ayant une etoile au front & la
queue longue : le 3 une Cavale fous
poil gris, etampee PL lies, ayant pour
fuite un Poulin fous poil brun, dtampe
T.M ; & une Cavale fous poil rouge,
trampee T. M, ayant pour fuite un
Poulin de mime dtampe,


SPECTACLE E.

Les Comidiens du Port-au-Prince
donneront, le mardi 23 de ce mois,
( au benefice du fieur Goulard) une
premiere repr6fentation de la Metroma-
nie, comedie en cinq a&es & en vers,
de Piron. Cetse piece fera fuivie du
Chinois de retour, opera en un ale,
qui n'a jamais joue en cette ville.

Ils donneront le femedi fuivant 27,
pour la clbture du fpe&acle, ( au bend-
fice particulier du fieur Juhan, machi.
nifle) une reprrfenration de Pourcau-


gnac, comedie en trois a&es, orne
de tout Ton fpeaacle, dans laqgelle le.
fieur Depoix remplira le rble de Pour.'
ceattgnac. Cette piece fera fuivie d'une
feconde reprdfentation du Serru;ier,
opera boulffb : centre les deux pieces,
le fils du ficur J.uan ag6 de to ans,
cxecutera fur le clavecin, qui fera placed
fur le theatre, une Sonate avcc accom-
pagnement. Le fpedacle fera termind par
un coup de theatre dvs plus extraordi-
naires & dcs plus nouveaux.
c .I i ..


AVIS


DIVER S.


I1 fcra procedd le 18 de ce mois, 'a la
barre du fidge royal .du Port-au-Prince,
a I'adjudicationddfinitive du bail.aferme
de cinq tdtes de Negres & trois Ndgril,
Ions', appartenans aux mineurs Guil-
laudeau. Ceux qui defireronr avoir cone
noifiance des claufes de la carte-banni,
pourront s'adreffr au fieur Vinai,
hutiier a Mirebelais & Me Baudamant,
procureur au Port. au Prince.
Meflieurs les creancicrs de la fuccef.
fion Denis font pries par le Sr Remp-
noulx, exccuteur-teffamentaire de la-
dite fucceflion de fe trouver le zz de
ce mois en 1'etude de Me Caneaux,
procureur au fiege royal du Port-au-
Prince, pour y prendre les arrangements
niceffaires h une prompted liquidation : il
prie egalement les perfonnes qui doivent
a cette fucceffion de ne payer qu'en fes
mains.
Les IntreeffTs dt bas de la Riviere-
Creufe previennent qu'ils, font dans le
deffein de faire confiruire Icurs baffins
de fibdivifions : ceux qui voudront en
entreprendre la conftruaion trouvcront
les plans & devis de ces ouvrages dans
les mains de M. Petit, arpenteur dU
Roi, demeurant chez M, Ballan, qui


4,-- --- -


,r~ -


i. ;iAL


-~I-


i"-"^-'1 J~nd








Tear indiquera les perfo6nnes avec lef'
quclles ils auront h traitr pour la tota-
lit6 do prix de cette entreprife.
Le fieur Chiniat, chirurgien, done
avis qu'il vient d'arriver de France avec
des 'vritables poudres d'Ailhaut & des
bandages pour les hernies. Comme ledit
fieur Chiniat fc difpofe a partir inceffam-
ment pour le'Cap, il invite les perfonnes
qui defireroient de fes poudres on de fes
bandages, a s'en procurer le plutot pof-
ible ; il les donnera a bon compete. "Sa
demeure eft chez le fieur .ToJly, place
Sde l'intendance, au Port-au-Prince.
Le capitaine Sainmaigne, comman-
dant le navire les Deux- Henriettes, de
Bordeaux, volant profiter du premier
convoi prie Meffieurs les Habitans qui
d'4vent a la cargaifon de fondit navire
d'avoir la bonte de le folder de meme
il invite ceux qui font en compete avec
lui de venir rdgler ; il prCvient qu'il ne
peut attendre que le courant de la prd-
fente femaine, afin de fe mettreau clair
de fes affaires pour le 2. de ce mois:
le capitaine Sainmaigne efpere quc les
ddbiteurs de fa cargaifon ne le mettront
pas dans la dure nkccffir de faire des
pourfuites toujours defagreables.
En execution de sentence du fidge
royal de Saint-Marc, du z8 fivrier
1774, confirmee par arrec du confeil
fuperieur du Port-au-Prince du 30
mars 1776, & d'ade a. rapport de
Me Constant de Caflelin, notaire audit
fidge, en date du 15 fivrier 1777,
MM. les heritiers & les creanciers de
feu Me Frangois Saljufau DefIoches,
d&cedd habitant au quarter de I'Arti-
bonite, font invites de la part de MM.
Grafft, Pitteu & Compagnie, nego-
cians en ladite ville, comme depofi-
taires des deniers dus h la fucceflion
du dcfunt par M. Roy de Clotte favor
VIM. les crdanciers de rernettre dans


le'ddlai de ir jours, en l'tud de d He
Monlaufun, procureur en ladite ville,
leurs tires & dicompte certifies d'iceux
en principal & acceffoires, & MM. les
les hdririersd'en prendre communication
fans diplacer, dans-le mdme delai, pour
enfuite, fi ledits tires font trouves re-
guliers, 6tre procede fans aucun retard
a la repartition defdits deniers, aux
termes-dudir arret, foit que lefdits h6ri-
tiers aient faisfait, ou non h la pr6-,
fence invitation, & entire les creanciers
Squi auront remis leurs tirres, fans que.
les autres puiffent enfuite y tre admis,
les prealables ordonnds par ledit arrc:
ayant d t tous remplis.
-A V E N Db R E.
Vingt-deux tetes de Negres Faits an
pays, favoir, zo hommes, 6 femmes
& 6 Negrillons de 12.z 15 ans, tous
bien portant & bons travailleurs. S'adref-
fer a MM. P e Bafle & Compagnie. On
pourra voir lefdits Negres fur I'habitation
de Madame de Noailles.
ESCLAVES EN MARONNAGE.
Jofeph Congo, de nation Congo,
dtampe CUC & SESERIA, ag6 d'envi-
ron zo ans, taille de 5 pieds 5 pouces,
ayant les dents de devant limees, part
maron il y a environ deux mois de l'ha-
bitation Deshais, hauteurs de l'Arca-
haye : il appartient au fieurBrenan,
charpencier. Ceux qui en auront con-
noiflance font pries d'en donner avis aux
fieursf oinin & Julien, b l'Arcahaye..
Jolicceur, Congo, fans deampe, taille
de 5 pieds 5 pouces, laid de figure, ayant
les dents mal ranges, la jambe bien faite
& le pied fec, ne parlant pas frangais:
ce Negre eft vctu d'une vefte h raises
jaunes, d'une chemife & d'une grande
culotte de zinga hollandais. Ceux qui
cn auront connoiffance font prids d'en


S' At









*1
""'* '[ l
- -,2


.'*- :".' -









"'4
7.,,Aii


.. i',
.e
li l\'i




ft'
;,r
.,-].
,, !.,,t
.. .'


g








donneravis au fieur Her3ret, marchand
au coin de la place de I'incendance : i y
aura une portugaife de recompenfe.


CH E VAL


A GA R E.


II s'eft dchappd du magafiri du Roi la
nuit du- 7 de ce mois, un Cheval fous
poil rouge, &rampd prefqu'illifiblement
du c6t6 du montoir A, ayant une face
d'ine, trois pieds blancs & la queue
court, de moyenne grandeur. Ceux
qui le reconnoitront font pries d'en don.'
net avis au magafin du Roi.


On trouve roujoursa 'Imprimerie dit
Port-au-Prince du paper Grand-Eld-


phant, de pleds de long fur.1 9 poucete
de large; Irmprial, de to pouces dej
long fur 14. de large; Super-Royal, de.
18 pouces de long fur 13 de large; Royal,
de i8 pouces de long fur x de large ,
Grande & Petite-Telliere; Grand &t
Petit-Cornet b lettre.. Tous ces Papiers
font tir6s des meilltures fabriques de
Hollande. On y trouve aufli des Papiers
de France de diff'erntes qualitis; Regif-
tres de routes grandeurs; veritable Encre
de la Petite- Vertu ; Canifs, Gratoirs,
Cire d'Efpagne; Crayons fins Anglais;
Non.- pareille; Ecritoires garnies; Plu-.
mes de Hollande de la premiere quality ;,
& generalement tout ce qui eft 'ufago
des B.ureau.x


ROYALE )U P'ORT-AU-PRINCE.


mr


Y-r.--- II~--- --I: -- ----I IIIII~~UICICClr -- II~-IC-~C--JI*UIUlr -- --~---'- ~


-nr~--------- -----I----~--"^"-~ -'--r-`
---


c


DE L'I .1PRIMIRIE'








_tN i.o ]


SUPPLE


T AUX AFFICHES AMERICAINES


t6 Mars z y9.


r
'''




! *.':"*,?
;:I

-' ,,,]
, .,,


k. .', i'. .
^^'





'-.. ,' n
" -.*>'.
rl.
1',;




,' i,,'.
.' .'"i




?',
,' ,.^


,) d

,::
, ,
,-"['-''






!,, ,,:
:?.i








d.li "
;r
', *f
:,,..,f


LE Sieur e JM a.hand Chapelier au
Cap, donne avis i public qu'il demeure
aduellement dans la maifon qu'occupoit M.
Richard Caffaignard, rue du Bac, a c6te de
M. Larefches, Horloger. II efpere que les
perfonnes qui lui ont fait lhonneur de lui
accorder leur confiance, voudront bien la lui
continue, & il fera tous fes efforts pour la
meriter. II prie ceux qui lui doivent pour fes
affaires anterieures a fa fociete avec le Sieur
Damour, de vouloir bien le folder, afin qu'il
puiffe payer fes Creanciers.
Le S' Rigordy ayapt gere au Fort-Dauphin
une parties de la cargaifon du Navire la Sirene,
de Marfeille, Capitaine Giraud, etant fur
fon depart pour France, prie les perfonnes
a qui il peut devoir de fe pr6fenter, & ceux
qui lui doivent & a ladite cargaifon, de le
fatisfaire, pour lui epargner le defagrement
deles y contraindre.
11 a ete trouve le 3 de ce mois, dans le
chemin du corps-de-garde du Bail, un Cheval
fous poil alezan, fcelle & bride, qui a ete
amene par un Negre dans la favanne de M.
Thomas, Habitant a Bahon, quarter de la
Grande-Riviere. Ceux a qui il appartient,
peuvent le r'clamer en payant les frais du
prefent avis, & en defignant ledit Cheval,
fon equipage, & juftifiant de la propriete.
M. d'Habancourt demeurant au Cap,
donne avis qu'il part pour France.
A BAIL OU A LOUER.
Une Place fife dans la baie du Fort-Dau-
phin, de la contenance de 25 quarreaux de
terre, don't 12 en bois debout, fur laquelle il
y a une grand'cafe avec galerie carrelee, en
bon etat, une cafe a Negres, unecuifine, un
four & un, bon embarcadere donnant dans
ladite baie, pour le charroi du bois. II faut
s'adreffer au Sieur Duchene, Paffager du Fort-
Dauphin, qui l'affermera pour le temps que
r on voudra.


Une Maifon dependante de la ficceffion
du feu Sieur Auriol, Chirurgien au Cap,
occupee prefentement par M. Menor, Doc-
teur en Medecine, a louer pour Ie jluin
prochain. 11 faut s'adreffer a M. Alphonfe
Danglade, fonde de la procuration des he-
riters Auriol.
Une Maifon fife au bord de la mer, atte-
nante a celle deM. Lefevre occupee par M.
Camufat, don't le bail finit le I" juillet pro-
chain. 11 faut s'adreffer a M. Clement, Pro-
cureur fonde de la procuration des heritiers
Couton.
II fera procede a la Barre du Siege Royal
du Cap, le 27 du courant, au bail a ferme
pour trois ans de trois Negres bons brique-
tiers, appartenans aux mineurs Dele'.

ESCLAVES EN MARONAGE.

Deux Negres nouveau, 'un nomme Ben-
jamin, Congo, taille de d pieds, etampp fur
le fein droit ANDRIETTE & fur le gauche
PIQUESSARRY, & fIautre nomme NIgo-
ciant, nation Ibo, etampe ANDRIETTE,
taille de 5 pieds 8 pouces, tous deux appar-
tenans a M. Piquefarry, font parts marons
depuis environ fix mois: ils font a&uellement
dans le quarter de la Grande-Riviere. Ceux
qui les reconnoitront, font pries de les fair
arreter & d'en donner avis a M. Delribal,
N gociant au Cap : i y aura r'compenfe.
Un Negre nomme Jean, nation Arada,
etampe DERIVAUX & au deffous P. P. X,
eft part maron le I decembre dernier. Ceux
qui le reconnoitront, font pries de le fair
arreter & d'en donner avis au Sieur Roubes,
Charpentier au Dondon, aqui il appartient,
ou au Sieur Languedoc, Marchand au Cap,
au bord de la mer.
Un Negre nouveau, ayant 6 a 7 mois de
Colonie, age d'environ 40 ans, taille de j
pieds 7 a 8 pouces, de nation Mandingue,
etampe MARTIN & au deffous CH, eft
pard maron le 18 janvier dernier. Ceux qui


-------- 1~-1---~~-~~~-~~-~~~~ --.~.- ------- -


| I IIWww


-- -----~--


*I~~--..-__.____. ___
'~' -' --~~ ~~~~~-I --~-'-~ ~- L~-il .~_-1__1~,7____-_____---11-1---~.~~_ ___~_ _~~
----~X-------*- --








le reconnoitront, font pries de le fare arrter
- & d'en donner avis a M. Duguet, a la cafe
de bois, au bord de la mer, on a M. Martin,
Chirurgien au Fonds-Chevalier, a qui ledit
Negre appartient.
Quatre Negres de Nation Congo, parties
marons de lHabitation de M. Cornilhe, au
Vazeux, le z6 du mois dernier, favoir : Pro-
vence, etampe fur le fein droit CORNILHE,
age d'environ 16 ans, taille de 5 pieds 6 pou-
ces; Angoumois, meme etampe, age d'en-
viron 30 ans, taille de 5 pieds 5 pouces ;
Larofe, meme tampe, age denviron z5 ans,
taille de 5 pieds 4pouces; & Jupiter, etampe
fur le fein droit C, age denviron zo ans,
taille de 5 pieds 3 pouces. Ceux qui les re-
connoitront, font pries de les fire arreter &
d'en donner avis 1 lImprimerie Royale.
Un Negre nomme Jean-Louis, etampe fur
le fein droit THIBEAUD, ge de 16 a 17
ans, taille d'environ j pieds, eft parti maron
.depuis huitjours. Ceux qui le reconnoitront,
font pries de le faire rifrter & d'en donner
avis a M. Thiibeau ,. Marchland au Fort-
Dauphin, ou a M. Dbliey, Marchand Or-
fevre' aa Cap.
Un Negre nommd Tony, creole, de Suri-
nam, agde de4 a- i, ans, taller denviron
4 pieds 6 pouces, etampt LEGER, mar-
chant les pieds en dedina eft part maron
Ie 7 de ce moi. Ceuxtit ui le reconnoitront,
font pries de le faire arreter & d'en donner
avis au Sieur Leger, Diredteur de la Bourfe
des Huifliers du Cap, a qui il appartient.
Une Muiatreffe nonimmee Marie crole
dui Fort-Dauphin, fans etampe, iage d'en-
viron 35 ans, dune laide figure, eft parties
marine le 8 de ce mois. Ceux qui la recoft-
noitront, font pries de la fire arreter & d'en
ddonner avis au Sieur Languedoc, Marchand
au board de la mer, a quf elle appartient, ou
a M. Dubois, a Ouanaminthe: i y aura 661.
de recompenfe.
Un Negre creole rtommi Gilles, etampe
fur le fein droit DLGE, age d'environ 7
ans, s'eft echappe de la chaine du Rol. Ceux
qui le reconnoltront, fint pries de le faire
arr*ter & d'en donner avis au Sieur Moulie,
Habitant aux Fonds-Blancs, a qui il appar-


tient, ou au Sieur Depolliart, demeurant. an
Petit-Carenage, au Cap.
La Dame veuve Ganteaume ayant achet6
du Sieur Jofeph Feiat une Negreffe creole,
etamp6e VALENCEY, agee de 5z a z6 ans,
rouge de peau, ayant une cicatrice au bras,
prie pour la feconde fois ceux qui reconnoi-
tront ladite Negreffe, de la fire arreter c
de lui en donner avis: il y aura recompenfe.
Elle prevent audfi qu'elle defireroit la vendre.
Ceux qui voudront en faire lacquifition,
pourront s'adreffer a ladite Dame ou au Sieur
Vallat, Apothicaire au Cap, rue du Bac.

MULETS PERDUS.
Un Mulet erampe du c6te dumontoir
A-B, s'eft echappe de PHabitation des hdri-
tiers Borde au Bonnet. Ceux qui en auront
conioiffance, font pries d'en donner avis a
M. Maille, Procureur de ladite Habitation,
ou a M. Bouteillier, Nigociant au Cap.
Une petite Mule etampee fur la cuiffe cu
c8te du montoir I L, s'eit echappie de PHa-
bitation de M. Bonnot, au quarter du Petit-
Saint-Louis. Ceux qui en auront connoiffan-
ce, font prids d'en donner avis a Mi. le
Normand, Procureur de ladite Habitation,
ou a M. Bouteillier, Negociant au Cap.
Un Mulet fous poil bai fouris, un pen
roux, etampd fur la cuiffe du c6td du montoir
* rI *., portant toujours fes oreilles fort
droites, ayant fur les jarrets de derriere des
raies d'un brun noir prefque horif6ntales,
s'eft echapp6 la nuit du mardi gras de la court
de M. Peffoa, rue Efpagnole. Ceux qui en
auront connoiffance, font pries d'en donner
avis a M. Totta aine N6gociant au Cap,
ou a M. Brun Larcherie, Habitant au Port-
de-Paix : il y aura recompenfe. On prie aufli
MM'" ls Concierges du Fort-Dauphin & du
Cap, dans e cas oiu ledit Mulet feroit con-
duit atix paves, de leur en donner avis.
Un Mulet etampe TP entrelaces, s'eft
echapp6 de devant la porte du Sieur Jofeph
Feiat, Traiteur au Cap. Ceux qui en auront
connoiffance, font pries den donner avis
audit Sieur Jofeph Feiat, ou a Mdc Tefier,
Habitante a Plaifance, a qui ii appartient.


Par Permifion de MM. les General & Intendant.


DE L.IMPRI'MERIE


I -


ROYALE


DU CAP.







Ni 12..
r .1 .. ...~,.I


A FIMCHES

..:4 Du ]Ilardi
*- ^ > **-. .-- /__


23


Mars


1779.


P.r ,'eniifs di la Colowe au:.Cap.
Sucre, ;blan, premiere quality 47 a 48 lv.
Seconde qualte, 43 a441. Troifieme quite,
9 40 1. Sucre common, 27 a 3y 1. Sucre
'briiut, i 36o 1 Indigo bleu, lv. Indigo
,cuivre a 71.,.Caf6 nouveau, f a 8 f. 6 d.
ViUX,i 6 a 7 Cf .oton, 140 a i45 l. Cuiis en
po'it,j 1. piece. ,i: ". "
; NEG RES MAR" -0S.1 4*'.
"A' Ca, aef enire a'la Ge9ele, le de
ce mois, Paul, nation Taqua, etampe fur ls
. deux feins illifiblement, & fur Ie gauche AV
CAP, agede4..t2as,,ayant eu la lambe droite
caff.e, & fe .fantappartenir a M.', tiart
,-ret e vile. e.io, .un Negre npuveau,
. nation .Gamnay ,.etampe fr les, deux feins
,.J., a; deffous LAPORTE &,encore au
.defroes0 T S, M,airr2ete au Limb. .Le l, char-
es, creek, etarnpe' fur le eein droit. .V &
autres letres illifibles, age de 14 ans, fe difant
apparteair AM..Lefranc, Chirurgien Sainte-
Suranne arrete a 1'Accul & Toufaint,
Cng?., aAmpe PBERyIERg6 de,Z4 ans,
e,'ifat .appar.t,'iir a,. i cors er er,, ,.au
. Iqrn -R' ugfe. L zip Negre nouveau
utan d ,, i iur le feinorp !A
& au deffoust age c i.an s,.ar-
rete 1la Gran i.Riviere : ,Magdle ie, nation n
M ,din.e tamI~i AN' f, A5 i '* u ,~L
Matliandnue, etampee 'iN ., au deno.us


HL-,BLUU "agede 2i ans, ayant une "cnaine
jau, ou, arrete au,. V.azux. ,, ,N '
---,, ... t .. . ? -

fonib v~it es ,e iu? tlfre rp duS nea ,re -


7-l------'cxI.r.,~-,- ~ _-_L_ ._ C_ C-LII1--*_ 7.__LL..---,:..~......----CltYlL-..____^1111 p ~ *IU-___~LI~l~


AM ERICAINES


'I


Sprfenter par des'fondes'de pouvoir a I'afem-
Sblfeequl fe tiendia dans a Sialle di'Spe&cle
le-'Dimriche 28 du courant, a deux hehr s
Sapres midi, pour y delibere r fur desaffaiis
concernant.la Societe.
Le Sieur Lafargue, Chirlgien-Maofbidu
Bataillon de Limonade, prie les Creancfers
Sdu Sieur Julien Fouck e HIabitant A la large
A l1 Roche du:.Dondon., de communiquer
leurstitres ta M Clement, Ptocureurau Ca,
ou a M 10iB Notaire.aiDoidon, aftn
qu'il puiffe ptendre dc arrangeniens avet eux
jufque & a la concurrence duihe fomme He
180oo liv. qu'il doit audit Sieur Foiich pour
un Terrein qu'il a acquis .de ''ui, payable' 6
trois paiemens egaux, de 6o' livy. chatun,
i en '1781 178 3: & 1784.
I ;I eterrouve dans lar"ue"du Bac, auCap
1e I 9,de ce dmis, e'ue Montre d'o, avec
;cord& Cu ; jx aui ee' ipartent, peuvent
hl: reclmer chez Mde vve 'Mner er, ia ;la
SBoulangerie du R6oi, n' dAfignant ladite
Montre.
Le St Rigordy ayantgere au For4IfDaipphm
unepartie dela cairgaifof du'N avire tdSirene,
de. Marf`illfe, Cata.tGiwude, ,,Ghd tat, fir
: fon dpit pour ridce' pi le n'p irnes
.a qiufi petit 'Vpr di ie ptfnter, f ctix
quri lui divett & a& -taitet cagaifo.n, de le
fatisfaire, poui furi parnehp. r dIefai'teht
'eles y conttairldre. I .
I1 a::et perdu le 9 de .ce mois,,n Ca-
'tet d'btr maffifr; :avc une gravure p''tan t
lou rme' d~ris 1ecuffoindei'x"arnres et b-
to'r, a tide:fTus tr6fs Itoiles'& ne ~curOt e,
vec deti cerffs pour fuibpp6rt;Cee ucix aiiu-
nrt trouve font pri de e e farexetitre
'a M. Maydieu, Marcr nd BijPoiieie a4 Cap:
if y aura uhe portugaife de recomppnfe, ;
plu fi on 1exig'e.
,11 a etet rruve au Cap, Dirancie drnier,
i~Ue annate a pomme.'dor. M" ,Ife..x'
P7am y $e.gocians, la remettronti :elui A
,< .









iu lke Appartient, /en ia dftigt payaht
les frais du present avis.
r, M. de R1fTy.ainm aifhonneur de prevnenr..
Ie Public qu'il a diffous fa fociet' avec Mr"
'de Rjry Gaaget '& Compagnie ;que iaMai--
fon, toujours fous la raifon de Rufjy, Gauget
& Compagnie, refle chargee de la liquidation
des affaires de fa focie'6, & qife c'eift elle
feule qu'il faut s'adreffer pour les fiennes pro-
pres, ainfi que pour fes dettes.
M. Delpc,. Marchand-au Fort-Dauphin,
cipartant pour rance par 1e prochain convoi,
Sprie les perfonnes 1 qui il peut devojr de fe
Sprfenter pour recevoir leur pavement & ceux
qui lui'doivent de le folder, pour lui eviter
.les defagremens de les y contraindre par les
voies:de droit..
M. Gerar fis, Habitant Maribaroux,
.donne avis .qu'il part pour France.
Le Sieur Boy. Cordonnier au-Cap, reitere
iu'il p rt po,ur Franc i n ceffamment. II prie
.Jes perfones i dUll0e ie i de l!e folder. J1-
a vena ire Noge iaqrrice, igee d'en-
.vironzo i! ran, :acconhe.e ,epuis deux mois
:,'tunepetite Giiffeadite Negreffe marchande
Sforrt gffaiarde.
Le" Sieur Montaiuen ayant ci-devant Bou-
Jangerie aue,'-apri t 1eble ublioqu'ayant,
datonsT fn demier- Roye en. :rance, liff' a
la faite de .cette boutangrie le Sieur Dfoix,
qui i11 aoit bte t verbaleiment un interest
dans ladite aleBulangeria certaines raifons
ont engage a repafer a Saint-Domingue ou
jil-eft arrive au commencement d'aodt dernier.
Peu, de jours apr s n detour, ledit Mon-
;raulona difos',to:teoutairee ~ar interest, avec
ledit 1I4f i :a Boiua rie ayant ceff dee
travallerXeai;tM. p 4 yieit de:faire un
y oyage 'aila N IAtlte 1Oru'il i
eftopiarifi i s'liapptique a: lfaire connot6re
au Public, & a teirminiavec to.usceux a.qui
jpouvoit devoir relativement a la 'Boulan-
gele .oU etoit inter~e kedit. D'foix. Ledit
onT don.,prtvient., nealement routes les
perfonnes .qui auroient ,iglige ailors 'de fe
prTenter, ,davoir. a fe fire conntqime & .
venir. recevoir ce. qii: pourroit leur etre iAd
Spogur raifon de ladite Boulangerie; & faute par
enix de fe-;,r~fenter dans huitaine, il fera les
'formalits requires, ne reconnoitra a I'avenir
aicune efpZecenadgengent queedit Dfoix
suroit nglig;rde fire cnfignitre audit Mon-
tauiton Aqui part, pour Fraqnce prie es per,
fonnes qu lui doivent'dele payer fins'd lai.


BrNs: 'TT PFETs A VHnPtr,'

Une Mulkreffe grandee perruquerie ppur
Sfemme, avec ,trois -bonnes couturieres. On
s'adreffea- au -Sieur .Simon, Perruquier de 4a
Comedie, demeurant proche du Spe6tacle,
.rues Saiqte-Marie:& des Marmoufets.
Une Negreffe agee de 26 a 18 ans, cou-
fant fuperieurement; une autre Negreffe de
mene age, blanchiffefe, bonne dourrice &
menagere, avec quatreenfans, dnt une Mu.-
lHtrdefe de iz ans, un- Negrillon & deux
Negrittes ayant eu la petite verole, except
la derriere a la mamelle, agee de fix mor$.
II faut s'adreffer a M ormaux de la Chatpele,
Notaire au Cap, rue du Morne-des-Capucias
& de la Providence.
Houes Serpes, Haches, un part de Cotis
SeI barils affortis, la plus grande parties a bar-
rique, Salfepareille fraiche, Plomb Anglois
en rouleaux, beau Feuillard,, trrs-bon Boeuf
d'lran4e & Petit-fal, chez le Sieur Manuel
Antoine, au bord de la mer, rue des Trois-
Chandeliers, au Cap.
Un jeune & fort Negre, bon. perruquier
& valet un autre jne Negre cuifinier
Stonnneliet uneforteN greffe menageretan-
chihfeti~f & confitUriere -une aurr~~Ngtreffe
6inagete i& blac,hiffeufe. One s.adrtteffeta
!Sieur -Loui Jertou, reftant dans' a mnijf1 i
qu'bcupe M. Dauphin,, prs la :bbuhetic
du Bac, paffage de la Petite-Anfe.


IA BAIL "O A LO IER.


Une Maifdr.dependanite de la ficc lfl4 n
du feu Sieur uiot, Chkirgien.au Cap,
oc&tupee prefenteirent par M. Menoi 6c-
'tear en ~ieaecine, *'loiuer potire i')n
:prt 6 ini. i1' faut 's'adreffer'a 'M. Alpho;fi
Dagltade, fondc de 'la procuration des 'h-
ritiers Auriol.
Ut6e MaiTlr fit audrId de laher, 'ttt-
; m-, :fi


SCbtoin.
11 fera procede' "la Barre' du Sfege Ro'I
du Cap,Te 17 du courant, au bail ferme
pour trois inside trois Negres bons brique-.
ti s,,.appartenans ,aux miners ,Dell .
I .fera ,Dtocide a la Barre du Sle'e
do rSit-Dirthh e ddi 8viiu~,


- -~=-- = _- ---- -------T. Z7-


I

'.'* i




1)

r:.?
i'l .' 1,
r '
, ;
.^ !
.* '
1 '***
". *i : I


;r' ..r

j'^

*-.'," .^
* J*;
i '


h


:ii
'"-


.' ^
^;


.,~iui~iur*w e~iuci-"~-l-i-ul.- ----------


;. ;




I~I----------r~-"~~'- ~ -,~-cv-a L*--* -.~ .-.-- p--C-T)-S~C~~- C~C C-^--ll(-~~--~*O~~-~ .I~XYI ~Y--


spq6i:Wkeeoffledep tidernhiewpabickio A laj
t.requItedeM D ilavaud ,Curaier arux vba-)
Scances duddit4i, au,' i uui: fermi, pountrois
.annees.ntier~s & cdifficutives, de '19 t&tes
: de Neges, 'Ngrffes &kNgrillons, fucrieks,
cabrouettiers, &ec. de~endans de la fucceflion
Thomas, Habitant a l Acculde-Samedy, aux i
c charges, claufes. & conditions de la carte
-bannie qui at6 edreffle a cet effet, don't ono
pourra Frendre communication chezledirtMei
Delavadid.
Es CLAV E EN MAt1ONAGE.
Un Negre nommeiManuel, nation Congo, I
etamp J.; LEVAIN ,ge d'environ 3S ans,
trapu & pique de-petite vdrole;,: eft pafti
maron Ie t o&6bre dernier. Ceix qui .le
-reconnoitrn font, fit ptisaele faireWater
& d'en donner avis au Sieur Tijfon Ghar-
!.pentier au 'tatrefdur'-di Morne-:Rot4e ou
au 6i'eur Jofeph, ;Aubebgike aun Cap. ; ,
MI &IE P pD
., .. n '-

+, : :5 b. i n' .. .-.. ; & amW.. ,'4'u. i
U. n nMult etouil j bun dair 'tan ua
cote' du montoWitPeirelaces s'efieIhap,
il y a environ ,un :mois, ide ichez ie t-SrI
Jaofpk Feiat, Tiaieur aa Cap', rue deViu- I
dreuil. Geux qui en autont connoiffaned, fht
pries dienr donner avisbaudit-SieurJofph FeiJt,
ou a Plaifance au Sieur J4.oi Dever-y ,i
SExenipt de Mrekidhauife, q-iil pparrdent :!
i-'i 'y1 uda AedxpfugdfidAereCOdnipenri
*' UnbMtktxetsf 'oil w:b fourisnm 1ul:
4oux:tariiptflla ctffeTdu eteldwunofioir
:f1g' ,gepitajhto'totiujes fes ^reillieeos'rt |
treite',s: !)y'h, tertries' oiarets eitrie-relld es-
rdaies d'uh : brun rnoir pree:fque '.horifort ,i
: ft 'cha'p6 la tui 'du m iiA ra ~gmas li te ur.
ede M. Peffoa ; tue Ef'agn6kl Ceax q~ n
- auOat kihifnnliffance Efoitt pri dn dtvidier
"is &-M.,ffrt ait1,.I ghbhat,' ,
StJa M) Bt^ e i; Ma sttffPYt-
de-Paix : il y aura recompenfe. On pri~i8fi
arfaggldAneergeiduphhc du'
Sap, ains le cas6:liAedit Mld fUgtith-
iartit'aux paires, delekur en.driner ais. a
Ue MhYle itneeea ldudtf 41e i 0A hei
LAC & au deffous DLOST. & de 'u
FD set ecKl':li''^ m^ fl5 vti
M" L1 s 1ga iirit
c6 e la e 17 dA eeu,' Te
connoiffance; t en aner avis ai


^F;^i)Mhboacletltag itastMArtti^Qftifen
Squi elle appartient, ou a M" Fefbhenx' (
PinayP. N"&ocians,au Cap.

NO VE LLE ; POLITIQUES.
M.A -Mi.E I Q U .E.
SDu Cap'c, i mars 779.
-. n : ; 7
La Fregate du Roi la Minerve, conomman-
-i de par 1~h de Gritioard,;left:rentree:en cc
PFortlIe 1 5de cemois, a fept heutes & demise
du foir;:Oi fe, cappelilefon combat avec lfEG
cadre Angidife & la maniere diflingube avec
- daiahelle iM, 'de Grimonard a a chappf o la
S'pourfuito des ,Annglois conjures .tous centre
-luii feu. II.Hafait iplus; iiL 2a 'fiprofiter de )fa
,vid~itoir-e.<.ldvnan fous.,tagiue s'temparet,
-prefquei~ a- .vuet deiE feadre entire. dei)a
;.figatdAn loife qui ~ etroit refugi ee.. e-
: pendant M. de Grimouard eoit fatiguedidan
premierr combat; c.hafT par PEfcadre 24 hen-
Tep aide i cr fdaeeiblI:de;co.iiy rde~canon :qhi
6nt tous endoimage fa mi~cre .,il vole adc
-mouvdlle- snliutes, :'.malgre yfes) faTgues,
barideur de in l quipage ne' s~'ijamais-rahe-
,tie ;,"8 ce atIe,: cet-emprefnfment que- toat
gran, Capitaine :infpire a ceoux -qu'io 'coSn-
' thande, eidie ;plustbelieobge de la: onduite
: de M. de Glrim~Eta d. Nous' ne pnetrero-is
Spd6it ici % ,sI aeniritinc.inon anr d un'tl
Officer les r'compenfes que le mei1reurf'des
i.daieit^a ,trdi tjutrauside. qi fervent
ei 4thigefa bfnt st*qe^c&letiMivyle pafti s
A Pac Hi fkltierf dtes Gitroyes ade tolsles
s ievedre ~'ty tisfidi']a g eh^^ia ictate in-
a id^emt(eirdicifila b^( dip 4
KalniPte.Ghlhuaia dadStriygf:e'-Mc l 6-
ieral ii y futf f'ifigBC ia
-4s5 iteifl tt) Bias o'aaInis de


Ia, ca ration atin ,eros; qul 'et to une
sench3 n ebi "I :+ IO t li c., ,.
i ench r Qu d oux d'&ttt'aihM i,
I ....& 1p~ oe de bouche en bou-
She! Le re sempretpeffe e Ie monter fes
fj etnfws, les giersfe"eTroa
l Iato itie e rePouit d avoir
prI(ui ;lua grand Snfe Nqi f s announce pour