Les Affiches americaines

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Les Affiches americaines
Physical Description:
Serial
Language:
|||
Publisher:
s.n.
Place of Publication:
Haiti s.n., 1766-1791
Creation Date:
1774
Publication Date:
Edition:
Microfilm (26 reels). Negative.

Subjects

Genre:
serial   ( sobekcm )

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
aleph - 001894300
notis - AJW9563
System ID:
AA00000449:00025

Full Text















This volume was donated to LLMC
to enrich its on-line offerings and
for purposes of long-term preservation by

University of Florida Library






C. U
; ... ..^ -..' *"", J *. ,.
nr .'**
'.'* .4 ., ,-, A,. *
fc'"'--.-~~~~~~t~ % ^ ,^bs .rAU-L^ ^ <* 3 -{ H


SeCHES
SMercredi


IMARICAINE S.
$ Janvier 1774.


AffV ;de Navires.


. Ux CAyES le z6 du mois der-
nier, 1'Europe, Capit. Denis, venant de
Nan tes.
Au PORT-AU-PRINCE, le 29 du
rnois dernier, le Jeune-Henri, Capit.
LJartiague : le 30, le Thomas, Capit.
Bukley : la Gracieujf Legere, Capit.
Griffe; &'le Huron, Capit. Gaudin, tous
parties de Nantes le 19 Novembre : le
S30, le Bruni, del'Orient, Cap. Mabille,
parn le 19 Novembre : le 31, 1'Eole,
du Havre, Capit. Cheritz, part Ie 19
Odobre: le ie de ce mois, Iris, de
Nantes, Capit. Terrien, part le 2.oNo-
vembre; & le CGptal-de-la-Trefhe,
de Bordeaux, Capit. Dubedat, part le
2.0 Novembre.
DEP A R T de Navires.
DES CAYES, le 2.3 du mois dernier,
la Vejiale, Capit. Ives Denis, pour Nan-
tes.
: Du PORT-AU-PRINCE, le 29 du
nois dernier, la -/ranFoiJ, Capit. Du-
bergier, pour Bordeaux : le 30, Ie Se-
guinau. Capit. Lafite, auffi pour Bor-
deaux, & faifant efcalc a Saint-Marc.
Prix des Maarchandijes de la Colonie.
Au x CA YES, le 2.6 du mois dernier,
Sucre blanc, premiere quality, 5 a 60 1.
feconde, 36 40o 1. brut, .8 'a o 1. In-
digo bleu, io ia L cuivrd, 9 to 1.


Cafe nouveau, Io h t f.i ( il'n'y en a
point de vieux. Coton, I60 a I6 1.
Cuirs 7 1. iod a 9 1. Piaftres gourdes,
8 1.5 f.
A LIOGANE, le Ierde ce mois,
Sucre blanc, premiere qualire, 5 oa 55 1,
feconde, 48 a 5o1. troifieme, 4i a 46 1
commun,35 a 41. brut, 28 a ol. Indigo
bleu, 2. 1. cuivr6, 9 a o 1. Caf6 nou-
veau, 11 a Ii f. vieux, 9aiof.Coton,
I6 a 170 1. Cuirs, 8 a 9 1. Piaftres gour-
des, 37 & demi pour cent.
AU PORT-AU-PRINCE, le 4 de
ce mois, Sucre blanc, premiere quali-
te, 56 a 57 1. feconde, 52. a 54 1. troi-
fieme,48 a 5 ol.commun, 40 a 46 1.brut,
32 a 33 1. Indigo bleu, 2. 1. cuivrd,
10 a i 1. Caf6 nouveau, 'a 12 f.
vieux, 9'a o f. Coton, 175 a r 801. Cuirs,
8 a 9 1. Piaftres gourdes, 37 & demi
pour cent.
Prix des Marchandifes de France.
Avx CAYES, ledit jour 26 du moist
derni r, Vin vieux, 250 a 30o1. nouveau,
8o aa 2zo 1. Farine de Moiffac, 90o
xoo 1. commune, 66 a7ol.Baruffald, 9o
h oo 1. le baril. Petit-fala, 36 a 45 1,
I'ancre. Beurre, 2.0 a 5 f. la livre. Hui-
le, 60 a 66 1. la cave. Savon, 80 a 90
1. le cent.
A LEOGANE, ledit jour ier de ce
niois, Vin vieux, r8oa zoo2 1. nouveau,
.g15 oa 160 1 Farine de Moiffac, 7~ 1.


Amon Lui. L iom~fri-sLa r i ip 1 i 11.1r 1 1., I


~-;-1T-~----~


~~~'~E~~~,C~-~-i-~;~j~:~#~~4"~';a~30[




~'%~ ~
2'
.


co fDne41 I. Bcuf fale, 72 1. le ba-
ril. Pedtt-S 4o0 45 1. i'ancrveBeur-
re, 5 f. la livre. Huile, 17 a 72. 1. la
o ve. Savon, 80 1. le cent.
Au PORT-A-U-PRIN CE, ledit jour 4.
de ce mois, Vin vieux, 2.o a 2.40 1.
nouveau, 140 'a i5o 1. Farine de Moif-
fac, 71 a 7; 1. commune, 5 'a 6o 1.
Baruf fal;e72' a 8o 1. le baril. Petit-
Sale, 30 h, .3y3'l. l'ancre. Beurre, z2 a
go f. la lihV-.' Huile, o0 'a 6o 1. la ca-
ve. Savon, 70 a 75 1. le cent.
C a R s Du F R E T.
Aux CAYEs, Sucre blanc, 9 a 10
d. brut io a x2 zd. Indigo, o a 14 d.
Cafe, 10o a2.d. Coton 30 a 36 d.
A L EOGANE, Sucre blanc, io d.
brut, ii a 12. d. Indigo, 2.2 d. Cafe,
i ax 2. d. Coton, 30 'h 33 d.
Au PORT-AU-PRINCE, Sucre
blanc, 9 d. brut, 10 d. Indigo, zo d.
Caf6, Io hia d. Coton, 30 a 33 d.
M 0 R T s.
Pierre Labord, Provencal, Doleur de
profeffion, eft mort fur la Paroiffe du
Petit-Trou de Nippes le 10 de ce mois,
age d'environ 34 ans,
NEGRES MARONS.
AST. MARcC, e 2. du mois dernier,
eft entree 'a la Geole Adam, creole An--
glois, etampe P. DUFOSSE GONAI-
VES, ag6 d'environ 3 5 ans, taille de
pieds 3 pouces, fe difant a M. Dufoj e:
& Touffairt, Creole, fans etampe, age
d'environ 1 ans, taille de 4. pieds 9
pouces, fe difant a M. Beranger : le
.4, Laramine, nation Congo, etampe
J. DUMOULIN AU MOLE, age d'en-
viron 30 anw. taille de 5 pieds i pouce,
fp difant a M. Dolone : le 2.8, Jofeph,
Creole, etampe P. TESSIER fur le fein
4roit, & fur le gauche PT, age d'en-
viron 23 ans, taille de 4 pieds i i pou-
c.es, fe difant a Tcifier Mulatre : le 31,


.une Negrefreboflale,1-eampee VALAR
DON ST. MARC, Agee d'environ 17
ans, taille de 4 pieds 8 pouces, ne pou-
vant dire fon nom ni celui de fonmaitre.
Au PORT- AU -PRINCE, le iec.
decemois, Midas, nation Congo, 4am-
pe fur les deux feins P. LARRE, fe difant
a M. Larre, age de ) ans, taille
de 5 pieds 3 pouches. & Calliot, nation
Adia, etampefur le fein droit ID, felon
ce qu'on peut diftinguer, fe difant ap-.:
partenira'aM. Pera, don't M. Dorigny eft
SGrant, ag6 de35 ans, taille de pieds:
le 2, Bellehumeur, nation Adia, etam-
pe fur le fein droit illifiblement, fedifant
a M. Fonidle, iage de 45 ans, taille de
5 pieds 2. pouces.
CHEV AU X 1 PAVE S.
Au PORT AU PRINCE, Ie 1, font
entries a la Geole 3 Pouliches, don't une
fous poil gris de fer, etample au mon-.
toir AS, les pieds de devant blancs, &
ceux de derriere noirs : une autre, fous
poil brun, les pieds de devant blancs,
ceux de derriere noirs, & une ecoile
blanche'au front: & l'autre, fous poil
bai chaudronnier, les crins bruns, les 4
pieds noirs, le pied de derriere hors du
montoir gate, ayant toutes trois la me-
me etampe.

NOUVELLES D'EUROPE,
Tu R QUI E.
Le Grand Seigneur a de frequentes
conferences avecles principauxMembres
du Divan : on en ignore l'objet; mais.
l'on croit qu'elles roulent fur les mefu-
res h prendre pour pouffer la guerre avec
vigueur, & reparer les pertes que l'armre
Ottomane a dcu faire dans fes differentes
a&ions contre les Ruffes, quoique les
nouvelles que la Porte public 'a cet 6gard
foient toujours des plus favorables. Le


'. -. *.. ..-.-......" ..-- ....ow.. *. -
.> .*.( r




a_-- *.- 4 w

, ,


jsTuillet dernler elle avo"t reu tin Cou-
rier avecavisque le Pacha Achmetayant
pafle le Danube pres de Krajova, avoit
attaque'un grosditachement Rufle, que
le combat avoit dure 9 heures; mais
qu'e in les ennemis avoient ete defaits,
& obliges d'abandonner leur artillerie,
que l'on deflinoit a tenter la fiurprife de
Vidin. T e Courier ajoutoit qu a fon de-
part !e meme Pacha s'itoit ddja rendu
maitre de tout le diftrid de l rajova, &
qu'il ditigeoit fa march vers Bukareft.
Le mreme jour S. H. recut des lettres
du GouvLrncur d'Oczakow ; elles por-
toicnt qic les P ufles s'&tant avances vers
ectt vilic dans l d(ef in d'(n fair le
ficge ou de la f'urprendre, il etoit forti
avcc (a garnifon a ktur rcncontre, & les
avoit repouffis jufques fur les bords de
la Mler-Noire, oui le eraskier avoit fait
fur eux un feu fi vif, que tres-peu d'en-
ncmis s'en etoient fauves. Cctte derniere
acion avoit durd I 3 heures; mais on ne
inarquoit la date d'aucune des deux.
Quoiqu'il en foit de ces rencontres,
il eft certain qu'il ne fe trouve plus au-
cun Ruffe en-deca du Danube, & que
le Grand-Vifir campe au pied du month
Balkan dans une position d'ou l'ennemi
aura bien de la pine a le chaffer. C'eft
auffi un grand advantage pour la Porte
que la mauvaife reuffite des Ruffes dans
kur entreprife fhr %iliftrie, & la necef-
fite ou ils fe font vus de repalier le Da-
vube, aycnt ranime la confiance des trou-
pes qui commcncoient 'a fe decourager.
La bonne volonte qui en refulte facilite-
ra fans doute la levee des 4oooo0000 hom-
znes de rccrues que le Grand Seigneur
vicnt d'ordonner.
L'" fcadrc qui fit voile pour la Mer-
Noire au mois de Juin dernier, eft encore
F l'arcre pres de Varna. Les vaifleaux
Rules dans l'Archipcl laiflcnt pafftr,
Uns aucun empcchemcnt, tous les Btid-


means neptres, quotK charge's d ro--. -
vifions pour Conftantinop. .
On attend inceffammientdes nouvelleg,
de la Crimee. On diAtque les Tartares
font favorablementdifpofis; mais il n'y
a pas d'apparence que les Rufles preve.
nius depuis fix mois ne fe foicnt prepares
centre cette entrcprife. 11 auroit fiilu,
pour reuffir, moins de delai & plus de
fecret. Les negociations pour la paix font
dans un 6tat de langueur qui fait penfer
qu'on ne pourra la conclure, tant que
les Ruffes nefe relacheront point de leurs
conditions.
tP, 0 G N E.
Ltat a&udedece Royaume & les fen-
timens de ceux m2me qui aujourd'hui y
ont le pouvoir en main, ne permettanu
pas d'entrcr fur ces objets important
dans aucune difcufflion, le demembre-
ment de ce Royaume qui a tenu l'Eu-
rope attentivedepuis un an, fe confom-
meroit bicnt6t, fi les vues particulieres
des principaux Delegues n'exigeoient de
rigler en meme temslafutureconflitution
qui doit leur afTurer le pouvoir dontilsfe
font mis en poffeffion, & qui eft le prix
de leur devouement fans referve aux
trois Cours. Ils demandent en confLe-
quence que ces Cours s'engagent, en
mime teams qu'on leur cedera les Pro-
vinces occupies, a.garantir la forme de
Gouvernerment qui fera arre&te par la
DleIgation, & confirmed par la Dicte.
Ils ont remis pour cet effetune note aux
trois Minifires. On prdfume meme que
fi on ne les contente fur ce point,
pluficurs Delegues protcfteront. Les
vrais Patriotes avoicnt e'pere que la
Pologne, en perdant une partie de fes
plus belks Provinces, pourroit trouver
ce malhcur compenfe par la reforme des
vics groflicrs de fa' onflitution, & que
du demcmbrcmcnt de ce malheureux
Pays, il rdfultcroit au moins Ik bien do




-" -. I.. N.- ~- -


ne plus voir prefque rtoutes les Nations
continuellemet ,exofes a une guerre
S.4 general par les dffentions inteftines &
La jaloufic des Grands-Polonois; mais
I'on a tout lieu de craindre, qu'au lieu
de remedier A ces defordres, la fa&ion
qui s'eft pretp e h l'aviliffement de fa Par-
t,rie, n'acquiere par cette meme raifon
I'occafion de les augmenter.
Rien cependantn'eft plus palpable que
la ncefflite de mettre enfin un frein a
M'efprit d'ambition, de defordre & d'in-
(fibordination qui regne dans: ee Pays;
le Roi lui-meme a demontr6 ette n-f
ceffite dans le difcours qui'il; a prononce
a la Commiflion du Regicide; mais mal-
grd fes inftances gne'reufes, on announce
4~ja le Jugement qui paroit des plus f6
veres. Koflinski eft le feul en faveur dui-
quel l'interceffion du Roiait ret efficace;.
mais Lukawski, & tons les autres pri-
fonniers, front mis a mort. Le premier
de ces malheureux aura meme le poing
coupe; & apres qu'on lui aura tranchie
la tete, fon corps fera brilt6, & fes cen-
dres jetees au vent. Sa femme doit, apres
un certain teams de prifon, &tre bannie ia
perpetuite. Ceux des accufes don't on n'a
encor pu fe faifir, font declares infames,
leurs biens confifquis; & il eft donned
pouvoir a tous les Grods de les faifir &
4e les punir de mort, fans autre forme
e process,
P R U S S E.
Dans l'Affemblke que 1'Acad6mie
Royale des Sciences & Belles-Lettres de
Pruffe a tenue a Berlin, le jour de la ren-
tree, apres les fries caniculaires, M. le
Confeiller-Prive Formey, Secretaire Per-
petuel, lui prdfenta une lettre du Roi,
portant que Sa Majefit etant fatisfaite
des ouvrages du Comtede la Tour-Rez-
zonico, Lieutenant-Colonel des Gardes
t S, A. R. Monfeigneur le Duc de Par-


me, Elle le d&clarelt Mtembre de f-'o
Academic, ordonnant qu'on le lui no-
tifiat auflitbt, & que le Secretaire Per-
p&tuel lui envoyit une reponfe de S. M.
joint la prefente &c.
Au mois de Septembredernier, le feu
prit au Villbge de Lino, pr' s de Rhins-
berg. Les Habitans 6toient a la Cam-
pagne; tous les fecours manquoient;
l'Eglife & la maifon du Cur etoient voi.
fines du batiment incendi6, & le produit:
de la recolte tant en magafin, auroit
Ce' de meme la proie des flames, fiuti
veritable ami de l'humanit', le Prince
Henride Pruffe, n'c'itfauve ces malheu-
reux, S. A. R. n'apprit pas platuc l'ac-
cident qui venoit d'arriver, qu'elle or-
donna d'atteler d'abord fes chevaux a
la pompe d'incendie appartenant ait
Chateau, Elle fe rendit enfuite elle-mme.
a Lino, donna les ordres les plus prompts
& les plus efficaces, encourage ceux
qui travailloient i &teindre les flames,
& ne fe retira qu'apres qu'on fiit parve-
nu a en arr&eer les progres. Le lende-
main elle y retourmn, & prit des arrange-
mens pour foulager les malhcureux qui
venoient de perdre toute leur fortune,
Elle les fit venirau Chateau de Rhinsberg,
leur donna'adiner,leur diffribua des fome-
mes confiderables: en un mot ce Prince,:
que !'Europe a admir h'a la tece des ar-
mees, prouva que les talens guerriers ne
font pas incompatible avec les fentimens
de bienfaifan'ce & d'une tendre compaf-,
flion pour les infortunes. Une grande fer-,
me avec tous les baitimens qui y appar-.
tenoient, & 4 aurres maifons ont ~t6 en-
tierement confiimees.
Jamais la puiffance militaire dela Mai-
fon de Brandebourg n'a e&e fi formida-
ble qu'elle l'eft h prefent. On value a
18ooo hommes les augmentations faites
depuis un an dans l'armee. Quoique co
ne foic p-oint la faifon des. revues, o 0-.




n~~lI*r c~lY`e~OIC~-~


Irv,


4) -


viit ci & Jans tit'fela Marelie, clu rma-
tin au foir, qu'exercer des foldats au ma-
nicment des armes: il s'agit non-feule-
ment de dreffer grand nomnbre de recrues
polonoifes don't on a complete & aug-
mentc tousles R girnens; le changement
dans la forme des baguettes en a product
dans l'exercice, & c'ef 'a y former tous
kesfoldatsqu'on s'occupe 'a prefent. L'in-
fanterie Pruffienne tiroit ci-devant cinq
coups dans une minute, & quelques Rd-
gimens jufqu'a fept: 'a prefent, avec les
nouvelles baguettes & les nouveaux exer-
Cices toutes les troupes tirerontdix coups
dans ce court efpace de teams.
SUED E.
On fe preparoit h Stockolm a celebrer
Avec pompe le premier anniverfaire de la
revolution du Gouvernement de cette
Monarchie : les Magiftrats de la ville al-
lerent en confequence trouver le Roi pour
lui demander fon agreement; mais ce
Prince, en leur temoignant toute fa fen-
fibilitd, leur declara en meme teams que
kes calamitis qui, malgrd fes foins, af-
fligeoicnt fon Royaume, I'empechoicnt
de permettre qu'on fit, pour lui plaire,
des depenfes qui pouvoient &tre infini-
ment mieux employees au foulagement
des necefliteux. En conf6quence on fe
borna a chanter des Te Deum dans tou-
tes les Eglifes, & les Magiftrats de la ville
firent executer un Concert au benefice
de la Maifon -Publique de Travail, '
laquelle Sa Majefle fit un don de 72-000
Thalecrs.
Les Particuliers fe font aufli donnas ce
jour-l'a des fetes mutuelles, oi ont regn6
la joie & l'union. Cette fuite unanime de
rfjouiflances multiplies a 6te le fpe&a-
cle le plus touchant pour les ames ver-
tueufes & fenfibles, & Stockolm tout
entier fembloit dans ce beau jour ne con-
yenir qu'une feule & meme famille r qui


elebroit a 'en-vi la e dupere.ld plhi
tendre & le plus ch&ii, "
D AN E MX C K.
On a fait dans l'EgTlfe de Solum, pa.
roiffe de Bratsberg, une ceretnonie qui
merite d'etre rapportie. II y a dans ce
villageun Payfan nommeRougtved: cet
Agriculteur, a force de foins & d'affi-'
duites, etoit parvenu a amdliorer confij-
derablement fa ferme, & h lui faire pro-
duire une grande quantity de grains; mais
regardant fon 6tat comme un des plus
propres a eI rendre bienfaiteur de la So-
cit6d, il n'a pas voulu profiter luifeul di.
fruit de fes travaux. Pendant la dernierd
cherte ayant des proviflons en abondan-
ce, on lui offrit de les acheter touted
a haut prix; il le refufa, & les dif-
tribua a un taux tres-modique a fes voi.
fins indigens. Le Roi a voulu r6compen.
fer avec eclat cette preuve de definteref-
fement authentique : en confiquence le
Dimanche, Ier Ao t, toute la Commu-
nauted meant affemblee dans l'Eglife, M.
Adelcr, Bailli du Diftri&, fit venir de-
vantlui cethonn&e Payfan, & luiremit,
de la part de Sa Majefit, une m6daille
d'argenc, avec une lettredcrite de la pro4
pre main du Prince Frederic : il en fie
lui-mdme le&ure 'a l'affemblee, puis fit
un difcours pour exciter les Affiftans k
imiter 1'excmple de ce vertueux Conci-
toyen. M. Adeler donna le mime jour
un grand repas au fieur Rougtved & aux:
principalesperfonnesde la Communaute.
Si de telles rdcompenfes attendoient tou-
jours l'induffrie & la gcndrofit6, la pra-
tique de ces vertus feroit certainement
moins rare; I'Agriculture fur-tout feroit
encouraged, & fa profpirite influeroit
fur toute la Societe.
Le Miniftere a ordonnd de conftruire
en differens endroits des Etats de S. M.
Danoife fix Obfervatoires, 'a chacun def-
quels il y aura un Aftronome charge





1 e ire des 4fervations exa&e$ fur le
mouv6Wenent deg ps celefies, la temp6-'
p&rature desfaifoni la variation des vents,
des marees, &c.Si tousles Etatsprenoient
de pareils arrangements, on parvien-,
4roiL bient6t h perfe&ionner entierement
1'Aflronomie, qui a deja fait pendant ce
fiecle des progress plus confiderablesqu'au-
cune autre Science. Un de ces Obferva-
toires fera confiruit a Wardhus, a Vex-
tremite de la Laponie, N'un des endroits
le plus pres habit du pole.
I T A L 1 E.
La fuppreffion de la Societeg des Te-
fuites traine apres foi des/Tuites qui pour-
ront occuper encore quelque teams ceux
que l'on y a employes. Les voifins du
College Germanique a Rome ayant vu
fortir de la fumee d'une cave, en aver-
tirent les Miniftresde la 'uffice, qui trou-
verent qu'on y bruiloit des papers. Le
Pere Stefanucci, que l'on en accufa, fut
guffictt conduit au Chateau Saint-Ange
avec I'Abb6 'on neveu. L'Abbe Ricci eft
toujours renferme au College des An-
glois, & l'on a redouble les Gardes a fa
porte: il n'eft permis qu'au feul Avocat
Andreani de lui parler. On eft fur-tout
vmpreffi de decouvrir oui ont paffe les
bins de la Compagnie don't on faith que
le Procurcur-General avoit feul pour un
million d'ecus remains en months de Pid-
te, fans y comprendre les capitaux des
autresMaifons& Colleges qnimontoient,
a ce qu'on aflure, au-dela de 8 millions
d'ecus, fans computer ce que la Compa-
gnie avoit encore dans les diverfes Ban-
ques de l'Europe, principalement dans
cells de Londrcs & d'Amfterdam.
La Bulle de fuppreffion des "Cfuites a
etc envoyee dans routes les Cours & 'a
tous les Prdlats de l'E!urope. On apprend
de Genes que leGouvernement a fait auf-
fit6t prendre poffeffion, au nom de la
l6publique, de tout ce qui leur appar-


tenoit. On en a fait autant h Florence &'
dans tout le Grand-Duche de Tofcane:.
enfin par toute 1'Italie on a nomme des.
Surintendans pour regir leurs biens, juf-
qu'h ce qu'il en foit ordonni autremcnt
par le S. Pere, qui doic feul en fixer la1
destination.
ANGLETERR E.
II s'eft tenu a St. James un:Confeil de
Cabinet, dans lequel le Parlement a ete
denouveau prorog : en attendant fa ren-
tree', qu'il doit faire au mois de Novem-
bre, le Parti de Ploppofition fe donne les
plus grands mouvemens pour traverfec>
Ics propositions du Miniftere. On eft ce-,
pendant parvnu a calmer Ics troubles
furvcnus a Dub!in 'al'occafion de la cher-
te des vivres & du mecontentement des
Manufaduricrs. Des lettres de cette ville
qui annoncent cet heureux retour de la
tranquillice, l'attribuent a un ecri dut
Lord-Maire, qui a fait tant d'impreffion
fur les Artifans, que, renoncant 'a tout
efprit de defordre, ils fe font tous deters.
mines 'a reprendre leurs occupations.
Le Baron Berlindis, RMfident pour Ia
R6publique de Venife en cette Cour, a
eu depuis peu quelques conferences avec
les Miniftres. Quoique l'on ne Cache point
au vrai fur quoi elle a roule, il y a des
gens qui pretendent que cette Republi-,
que, au cas que la guerre continue en-
tre la Ruffle & la' Porte, parolt determi-
nee a y prendre part: mais tout ce qu'on
en dit pourroit bien ne fortir que de la
mecme force d'oui decoulcnt les bruits
d'une prochaine guerre, a laquclle afflu-
rement le prix excflif de toutes Ics ne-
ccfflits de la vie, l'incongruice des nou-
velles taxes, & la difliculte de mettre
une Soufcription en train, meme aux
conditions les plusonercufes, ne per met-
tent point au Miniftere de penfer, d'au-.
tant moins qu'apres 10 ans de paix, on
n'a pu encore parvenir a fupprim e amu


- -'-----*~'~ ~-*~- 'a j -- ~ -. -. '--*-*. I r -- *~~-~-


































I


lplrqm w..-


etine des charges fois lefqtelles' le Pen-
ple gemit. Plufieurs des Vaiffeaux de
guerre qui ont croif6 dans la Manche &
dans l'Ocean font rentres 'a Porfimouht
& a Plimrouth, oils demeurent en com-
niflion pour la garde des c6tes. Enfin le
refte de la Flotte eft defarmr dans les
Ports, & l'on n'y voir pas faire la moin-
dre difpofition qui puifle annoncer une
prochaine guerre.
FRANCE.
Ce n'eft pas d'aujourdhui que des fen-
tences tout-a-fait oppofles & contra-
didoires dans une meme affaire ont fait
voir que la quality de Juges n'exemte
point de la faillibilite humaine, & que
la Juftice eft fouvent aveugle "a plus d'un
egard. La fameufe affaire du Comte de
Morangies en eft un example. Ce Pro-
ces memorable a ete enfin juge au Par-
lemcnt de Paris, le 3 Septembre der-
nier, & le Comtea pleinement triom-
phe. Les Grand'Chambre & la Tournel-
le, affemblees ce jour-l'a depuis 6 heures
du martin jufqu'h 7 du foir, ont rendu
tin Arret qui le decharge de toute ac-
cufation declare nuls fes billets de
3.7000 1. come lui ayant ete furpris
par efcroqueries; condamne Dujonquay
a un banniflement de 3 ans de la ville de
Paris; fa mere, la dame Romain, a etre
admonetec, & conjointement a 1000 1.
de dommages & intdrets applicables a la
volonte du Comte, par forme de repa-
ration civil; ordonne un plus ample-
ricnt informed de fix mois 'a l'dgard de
leur temoin Gilbert, detenu 'a la Con-
ciergeric; met hors de Cour tous les au-
ttes Coaccufes ou timoins; fupprime les
ldmcoires des Avocats Falconnet & de-
la-Croix; deboute le Comte de la de-
rnande de prife h parti contre les Tuses
du Bailliage, &c. Un monde infini at-o
teidoit au Palais l'iflhe de cette affaire,
Sle Jbuement fut tris-applaudi par les


nolnbreux Partifans du Coriite, qui for.
tit de prifon comme .ei.*iomphie. M
Linguet fon defenfeur a cquis beaucoup
de gloire par cette heureufe fin de fes aft.
faires pour ton illuftre Client : au reflYe
fi'cet excellent Avocat a fulmind centre
la Sentence du Bailliage, en ce que le
Comte y &roit condamne, & non puni
comme efcroc, les Partifans que le mal-
heur apparent de la famille Veron avoit
concilies a cille-ci, trouvent galement
peu de proportion de la peine de Dujon-
quay & de fa mere a leur crime, s'ils en
ont te rdellement convaincus. Des ef.
crocs de ires-petites fommes font con-
damnes 'a la marque & aux galeres, &
ici un Seigneur de diftin&ion a cffuye,
par une fuite de l'efcroquerie meme, la
prifon, la diffamation, les traitemensles
plus humilians : c'eft ainfi que raifon-.
nent ceuxque leJugement du Parlement
n'a pu convaincre; mais les perfonnesim-
partialesavouantque les Juges fonthom-
mes, fe rappellent en meme terns qu'una
Sentence definitive prononcee en dernier
effort, doit dre tenue pour verite.
AVIS DIVERS.
Le fieur Felix Fifoure, qui a ddjh
donned plufieurs Feux d'Artifice a Saint-.
Marc, fe propofe d'en donner, le x6 de
ce mois, un des plus curieux, qui fera fon
dernier en cette Ville. La grande-piece
reprdfentera tin arc de triomphe, divifd
en cinq reprifes, orne de fcux brillans,
d'unc fontaine chinoife, & de chandelle
romaine; a chaque cotd un globe mou.-,
vant & dans le centre une piece nouvelle,
rcprdfentant un frolon Bolonois h r z re-
prifes: le tout fera termin6 par un bou-
quet de izfufies volantes; il y aura d'au-
ttes pieces & amufemens, fepares don't le
detail feroit trop long ici, & par le jeu
defquels le fieur Felix Fiffoure efperO
meriter I'attention des Spe&ateursa


-Y ~l C~-cn-- --~- ,., --~~-~- C~-rr. ~i~~~-WII~:,


Li




7~


M~ Bellon Avocat en Parlemennt,
Smocureu Saint-Marce prevent
M.l.esCreaiclers du nomm Geoferoy
: de Saint-Marc, Habitant a l'Artiboni-
te, qu'il tiendra Wune affimblee en fonr
itudele mardi, I8 lanvier, present mois,
trois heures de relevee, afin de prcndre
les arrangements les plus convenables pour
affurer leur paiement par la voice de la
Dire&ion.
A VE N. DR E
SUne Cargaifon de tres-beaux Mulets de
la Grande C6te, h l'adreflede M. Nau
& Compagnie Negocians -ai Port au
Prince. On pourra les voir fur 1'empla.-
cement de M. Vaiffe au haut de la
grande rue, au Port au Prince.
Une place en cafe appartenant a M.
Debreuil, fituee dans la Paroiflf de l'Ar-
cahaye, au lieu dit Montagne des Ma-
theux, contenant i oo quarreaux de terre,
fur laquelle font zoooo pieds de cafe
en rapport, un Magafin en deux cham-
bres de 3 5 pieds chacune, & trois a qua-
tre cafes 'a Negres. 11 faut s'adreffer au
fieur Pierre Martin, Marchand h l'Ar-
cahaye, qui en fera bonne composition.
A A FFEM E R.
Une Habitation fituee fur la grande,
Riviere du Boucaffin entire cells de
M. Bafia & de Madame veuve Cafale ,
contenant environ 3o quarreaux de terre
propre h la culture du 'indigo & du co-
ton avec une Negrefl des vivres &
plufieurs cafes. S'adreffier au fieur Louis
Petit, au Port au Prince c qui en fera
bonne composition.
ESCLAviS EN NMARONAGE.
Un Negre, nommd la Fortune, na-

Avec permifjion de MM.


' ton Caplaous, 4tampeTur le (in gaulche
HELIOr, charpentier, & fe dif ant libre,
taille 5 pieds 3 pouces, age d'cnviron
37 ans, efl maron depuis quelque jours:
on foupqonne qu'il rode du cote du Mi-
rebalais. On prie ceux qui en auront
connoiffance, d'en donner avis M. .
I-lillot, Entrepreneur de' batimens au
Port-au-Prince.
Un Negre nomme 1 ron, nation Co-
tocoli, fans &e, age d'environ 40
ans, taille de 5 pieds ) pouces, eft ma-
ron depuis le .1 du mois dernier : ce
Negre qui fefoit la pacotille au Cul-de-
Sac s'eft echappe avec une mule baie,
etampee ELY. On price ceux qui en au-,
ront connoiflance, d'en donner avis au
fieur Ely, Marchand au Port-au-Prin-
ce: il y aura i 50 liv. de recompenfe.
Un Negre Congo, nomm lIa Ramie,
etampe DUMOULIN, ge6 d'environ
24. ans, taille 5 pieds 4 pouces, eft ma-
ron depuis quelques juurs. On prie les-
perfonnes, &q. d'.en donner avis. a M.
Fourcade, Caboteuir k I'Arcahaye.


MU~ L E


EGA RE E.


II1 s'eft gare depuis environ r 5 jours,
du Bourg de Cavaillon, une Mule, poil
rouge, etampee du cote du montoir G
& de l'autre LL. On prie ceux qui en
auront connoiffance, d'en donner avis a
M. Laferriere, Habitant a Cavaillon : it
y aura recompenfe.
Une petite Mule brune etampee
R C, agee d'environ 3 ans, s'eft egaree
en revenant du Petit-Goave h Leogane.
On price ceux qui en auront connoif-
fance, d'en donner avis a Madame l,
Marquije de Rancougue, ak Leogane.


General & Intendant.


les


AU PORT-AU-PRINCE, chez GUILLOT, Imprimeur brevete du RoL


qI






ANNiF 1774' [N0 ] r. '



SUP- MENT AUX AFFICHES AMERICAINES.

Du Samedi S Janvier.


_____ ____ ------ -rn~iiir US ~JL)I


\A4RRLFE Navire au Cap.

.L E7 ece mois ,. I'Apollon, du Ha-
vre, Capit. Baffac, venant de la Cote-
d'Angole. "
DEPART de Navires du Cap.
Le z de ce mois, 'Ac7if', Capit.
Geflin, pour Nantes: le 5 I'Aimable-
Louifon, de Bordeaux, Capit. Malahar,
pour le bas de la C6te.
PRIx des Marchandifes de la Colonie
au Cap.
Sucre blanc, premiere quality, 67 A
68 1. feconde, 6o0 a 66 1. troifieme,
52 a 54 1. commun, 39 a 40 1. brut,
29 A 30 liv. Indigo bleu, i i liv. 1o f.
cuivre, io liv. o f. Caf6 nouveau, i1
t 13 f. v;eux, io a 1 f'. Coton, g190 a
193 1. Piaftres gourdes, 38 pour oo00.
PRIX des Marchandifes de France
au Cap.
Vin vieux, 2oo a 30 1. nouveau,
132.liv. Farine de Moiffac, 70 a 75 L
commune, 5o0 6oliv. Bceuffal, 69
A 70 1. le baril. Petit-fale, 33 1.1'ancre.
Beurre, 18 f la livre. Huile, 24 a 451.
la cave. Savon, 6o 1. le cent.
COURS du Fret au Cap.
Sucre, blanc, i h 12i d. brut, 13
a i4 d. Indigo, 33 A 36 d. Caf6, 16 d.
Coton, 45 d.


T x E du poids que dol'Qior le Pain
de premiere quality da J/urifdition
du Cap.


Pain
Pain


d'un efcatin 26 onces.
de emi-fcalin .13 onces.
NEGRES MARONS.


Au FORT-DAUPHIN, eft entree A la
Geole, le 24 du mois dernier, Pierrot,
nation Congo, etampe autant qu'on
a pu le diflinguer LA ; & Jean-Baptife,
nation Mondongue, etampe' fur le feir
droit LAVIGNE : le 25, Magdeleine,
Creole, dtampee PINSON : le 27,
Louis, nation Congo, erampe fur le
fin droit MAZIERE : le 28, un Negre
Ibo, etampe illifiblement ayant des
marques de fon pays fur la poitrine :
le 3 de ce mois, Franpois, de nation
Mandingue, fans etampe ayant des
marques de fon pays fur les joues.
Au CAP, le 31 du mois dernier,
Choihy, de nation Mifdrable, etampe
BAVCHe, lequel a dit appartenir a
M. Boutelier, arrete 1' Efpagnol: le 2
de ce mois, Jafon nation Congo,
etampe GARNIER, age d'environ 2z
ans, lequel a dit appartenir a M. Gar-
nier; & tin Negrillon nouveau, nime
nation, fans drampe, 5g6 d'environ i1
ans : le 3 Mercure, meme nation,
etainpe autant qu'on a pu le diflinguer
DEN.SIL, lequel a dit appartenir h M.
Maifonneuve; Eufaiche, mrne nation,
fans ,tampe, age d'enyiron 40 ans,


4.


p* ,


is ELM I involamg




,.,, -^ --1-, -^ now.&
li .-1 ----*-.---- ...-, ... -" .1 -.* -


I


1b
lequela dit pp artenir a M. Beauveau,
aux Vafeux 'Ierre, Creole, fans etam-
pe, 'ge d'en~k n 3o ans, lequel a dit
appartenir A M. AMgnan, au Port-an-.
Prince; Jofiph, nation Congo, etampe
MESNARD, age d'environ 16 ans,
lequel a dit appartenir a M. Mefnard,
au Limb ; Pierre, nation Fond, etampe
DVCHESNE, g e d'environ 31 ans,
lequel a dit appartenir a M. Duchefne,
a l'Artibonite. ces quatre derniers ar-
r t's A 'PEfpagiiol; & Jean, de nation
Arada, etampe illifiblement, age d'en-
viron 30 ans, ayant des pians sequel
a dit appartenir A M. xrtlier.

AVIS DIVERS.
Le sr Gajolle Habitant au Borgne,
donne avis au Public qu'il a confenti
au Sieur Brette deux billets A ordre, de
13000 1. chacun payables 'uri en jan-
vier prefent mois, & I'autre en janvier
prochain 1775, pour prix d'un Terrein
fis au Borgne que ledit Sieur Brette lui
a vendtu, mais que le Sieur Gajolle
ignoroit au temps de la vente la pre-
tention du Sieur Marin A la propriety
du meme Terrein ; & comme ledit
Sieur Marin s'efl fait recoonoitre pro-
prietaire dudit Terrein par Sentence
du Juge du Port-de-Paix, don't le Sieur
Gajolle a fait appel au Confeil, it dd-
clare qu'il ne payera point les billets
don't s'agit jufqu'au jugement dudit
appel.
Le Sieur Faurbs, Negociant au Cap,
donne avis A M" les Habitans & Ne-
gocians qu'il fait le pafl'age du Cap A
la Grande-Anfe, quartrier de Jeremie.
Son magafin au Cap eft au bord de la
mer; & a Jerdmie, chez M. Anguier,
qui recevra les marchandifes adreffees
aux Habitans ainfi que les denrees
qu'on voudra lii adreffer pour envoyer
au Cap.


Le Sieur Crebaia, CapIthane de Mi-
lices & Habitant au Haut-du-Cap, 6tant
furfon depart pour Franceavecla Dame
fon 6poufe, prie les perfonnes A qui
il peut devoir de fe prefenter, offrant
de les fatisfaire, & prevenant qu'apres
fon depart il ne fera paye que de crean-
ces revetues de fa fignature.
Le Sieur Nicole de Dunkerque,
Tonnelier au Cap, rue Saint-Pierre,
pres le Sr Autrufau donne avis qu'il
enfutaille des cafes marchands en
bonne futaille affortie de bois neuf,
a 3 5 fols le quintal.
Le Sieur Michel Aplada, dit le Grec,
Marchand au Fort- Dauphin, s'etant
appercu que plufieurs lettres lfi avoient
et6 interceptees fous le nom de Michel
Blanc, il previent de lui adreffer les
lettres A l'avenir fous le nom de Michel
Aplada, dit le Grec, ci-deffus enonc.e
Le sr Manefca Negociant au Cap,
a repris le tirage des Lettres de change
fur France, A fix mois de vue : il en
fournira pour telles foriimes don't on
aura befoin.
NAVIRE EN CHARGEMENT.
Le Duguay- Trouin de Marfeilfe,
Capit. Faugere partira pour ledit lien
dans tout le courant de fivrier pro-
chain : ce Navire eft tres-commode
pour les Paffagers. Ceux qui voudront
y paffer ou charger A fret, s'adrefferont
audit Capitaine, chez M" Teflart, Far-
rouilh & Compagnie, rue de Penthie-,
vre, au Cap.
IIENS ET EFFECTS A VENDRE.
Un Muldtre d'environ z5 ans, bon
poflillon & un peu cuifinier ; & un
Negre de la Louyfianne, de meme age,
charron & maniant la hache. II faut
s'adreffer A M" Poupet freres, N'go-
cians au Cap, pres les Halles Angloiles,







Vingt ttes de Negres, jeunes, don't
douze Negres & huit Negreffes, A bail
A ferme fur r'Habitation de feu M.i
Etienne Dupont, fife au Morne-rouge,
avec quatre Negrillons & quatre Ne-
grittes provenant defdites Negreffes.
11 faut s'adreffer a M"W Vivibs & Comn-
pagnie, Negocians au Cap.
Les Sieurs Guignard & Maydieu,
Marchands Bijoutiers place Notre-
Dame, au Cap, ont l'honneur de pre-
venir le Public qu'ils viennent de re-
cevoir de Paris un tres-bel affortiment
de Bijouterie en tout genre, de nou-
veau gouit & de toute fatisfaflion,
comme Boucles d'oreille, Croix, Saint-
Efprit & Bague de diamans en folitaire
& rofette; Montres d'or de toute ef-
pece & a repetition enrichies en dia-
rnans, avec garantie ; Tabatieres d'or
de toute grandeur & de toute facon,
pour homme & pour femme ; Etuis
d'or, Boltes A mouche & a rouge, en
or ; Des A coudre, Flacons d'or, Boites
a 6ponge, Cannes a pomme d'or, Cou-
teaux & Cifeaux A lame d'or, Necef-
faires en argent; Argenterie de Paris,
unie & A filet, & autres de toute efpece
en Cafetiere, Theiere, Moutardier,
Porte-Huilier, &c. un affortiment de
Glaces A la nouvelle mode; R edingotes
de beau drap, galonnees; Houffes de
velours, galonnees & a crdpine; Selles
A homme & a femme; Bas de foie de
Paris, de toute quality, le tout A jufte
prix.
M. Callamand, commandant le Na-
vire N'Intrigant, de Marfeille, previent
qu'il a de la Soude. Ceux qui voudront
en acheter, s'adrefferont audit Capi-
taine, en fon magafin, rue de la Fon-
taine, au Cap.
Se Sieur Michel Aplada dit le Grec,
Marchand au Fort-Dauphin, vient de
recevoir de Provenge un parti de Grai-


nes de jardinage,3e BpRtmade & de
Poudre A poudrer, qui'l vendra A jufle
prix. I
Le sr Bremond, Marchand Orfevre
au Marche-des-Blancs, vient de rece-
voir de Paris un bel affortiment en.
Vaiffelle d'argent & Bijqux d'or, qu'il
donnera a grand march voulant par-
tir pour France au printemps prochain.
Mardi prochain Ix du courant, a
neuf heures du matin-, M. Beaujouan
fera proceder dans fa maifon, au Cap,
A la vente de. plufieurs Meubles.
11 fera procedde la Barre du Siege
Royal .GLr',p, le famedi 2.2 duccu-
rant, au bail A ferme d'un Emplacement
fis A la Petite-Anfe, de la contenance
de 1oo pas quarres, appartenant A la
D11e mineure de Carbon fur lequel it
y a un mnagafin confiruir en ma onne-
rie, de 70 pieds de long fur environ
10 de large, covert en effentes, fer-
mant A clef.
A VENDRE OU A AFFERMER.
Une Habitation fife au Chateau de
la riviere de Bar, Paroiffe du Petit-
Saint-Louis, de la contenance de 07
quarreaux de terre roches A chaux,
fur laquelle il y a 45 mille pieds de
cafe qui front en plein rapport la r-.
colte prochaine, oh il s'y fera 5o A 60
milliers de caf6; quatre glacis de ma-
5onnerie A ciment, de 40 pieds quarries;
environ 300 barils de chaux ; une cafe
cliffde, de 50 pieds de long, avec ga-
lerie; quelques cafes A Negres, de pcin
de valeur; des poteaux, travers, che-
vrons & bois de fciage pour faire une
cafe; du plat pays pour plus de ioo
mille pieds de cafe; feize Negres tra-
vaillans & trois Negrillons ; le tout a
vendre ou A affermer enfemble on f6-
pardment. II faut s'adreffer, au Port-
de-Paix, A M. Audige; a Saini-Louis,


________n -r ^ r-"-f- -----.i'--- .^- <^ '"^ ----w--M*-=--M:/ I-* -- ~..- --. | -


p

















I









ii




';.'


1~












i


M '. Brk,,r
a M. Bari & tier & au Cap, A M.
S Boifl, propriM.aAe,oaM.Alefrier.
Une Habitation fekA la Grande.-
Colline, Cquartier des Gonnives, de la
. ontenancee de 80 quarreaux de terre,
bornee d'un cot par une riviere, &
couple par plufieurs ravines don't la
'plipart ne tariffent jamais, fur laquelle
Habitation il y a environ r40 mille
pieds de caf6, don't 8o0mille font aleur
premier rapport & les autres l'annee
prochaine; deux cafes de bois rond
& incorruptible, de o pieds de long
fur 18 de large, tres-bien c6uvertes en
paille de palmifle, cliffes'&kofillees .
une autre cafe de 5o pieds de long,
i-emrne confirudlion, fervant de cafe A'
Negres ; beaucoup de poteaux equarris
& autres bois travailles-pour faire une
cafe a caf6 ; des vivres de toute efpece
pour nourrir 00oo Negres, & toutes
fortes de commodities pour des etablif-
femens, comme chaux, fable, &c. On
s'adreffera, au Cap, a M. Marchand,
Negociant; a Saint-Marc, a M. Du-
lary auffi Negociant ; au Port-au-
Prince, a Mr Nau & Compagnie; &
aux Gonaives, 'a M" HIondagne, pro-
prietai-res de ladite Habitation, qui en
front bonne composition & pren-
dront en paiement leurs engagemens
dchus ou A choir. Uls front une fo-
ciedt avec quiconque voudra fournir
les Negres neceffaires A l'exploiration,
ou affermeront ladite Habitation.
A BAIL OU A LOUER.
Une Maifon fife au Cap, rue Royale,
pres la place de Clugny, confiflant en
cinq chambres, galerie cabinets 8
cuifine, &8 appartenant a M. Beaujouan.
11 ffut s'adreffer chez M. Aubert.
Une Maifon fife au Cap, rues Saint-
Francois-Xavier & Saint-Louis, fail'ant
face fur la place de Montarcher, &


appartenant aux mineurs Desfofes;
ci-devant occupee par M. Guillaudeu.
II faut s'adreffer A M. Larroque, Nego-
gociant, rue de Penthievre lequel
vendra au comptant, de gre A gri ,les
Meubles qui garniffent ladite Maifon,
confiflant en un fuperbe Canape dore,
douze Fauteuils, une Chaife longue,
en deux pieces, & une Ottomane af-
fortie; un Ameublement en canne,
diverfes Glaces avec tables de marbre,
une belle Pendule, des Armoires de
bois d'acajou deux Lits, une Bergere
garnie, un Coifre-fort & pluficurs au-
tres meubles relatifs au menage.
ESCLAVE EN MARONACE.
Un Mulatre nomme Saint- Jean,
etampe fur l'cflomac BOUSOUMAT,
marque de petite verole, aIge de 17
ans taille d'environ 5 pieds vet^i
d'une chemife & d'une vefle blanche,
avec un chapeau border d'argent eft
part maron le 2 de ce mois. Ceux qui
le reconnoitront, font pries de le faire
arreter & d'en donner avis a M. Bou-
foumat, Prevot de la Marechauffee au
Cap, qui donnera 66 1. de recompenfe
a celui qui le lui ramenera.
CHEVAL PERDU.
Un Cheval, poll brun clair, etamp6
fur la.cuiffe du montoir DL entrelaces,
ayant une raie de mulet fur le dos, la
queue peu garnie de crin, s'efl echappe
du 16 au 20 di mois dernier de I'Ha-
bitation de M. Delaunay, au Borgne.
Ceux qui en auront connoiffance, font
pries d'en donner avis a M. le Chevalier
1 Lamartre, Negociant au Cap, on A M.
Gallon, fils aine, Negociant an Port-
de-Paix & audit Sieur Delatunay,
Habitant au Borgne, a qui elle appar-
Stient.


I'


,.,~-Ll----C.IIII----~-)~111~1 I-LI_-L-C- --







(NO Z2)


AFFICHE S


AMIRICAINES.


'Du Mercredi 2 z Janvier 1774.


I -.


ARRIv. Ide Navires.

Ux C-fEs le z8 du mois der-
nier, la .Teune Armide, de Honfleur,
Capit. Leflaud, venant de la C6te d'An-
gole, avec 175 beaux Negres; & le Saint-
Charles Borrome'e, de Honfleur, Capit.
Graverand, pard le 17 O&obre.
AU PORT-AU-PRINCE le 3 de ce
mois, le Scipion, de Bordeaux, Capit.
Jarreau, part le 2.2. Novembre : le 7, la
.Miette, de Marfeille, Capit. Brouchon,
part le 2.7 O&obre: le 9, le Marquis de
JBrancas de Nantes, Capit. Delieffe,
parti le 2.x Novembre.


D EPARTr de Navire.
DU PORT-AU-PRINCE, e 10 de
de mois, I'Iroquois, de Nantes, Capit.
Pavie, faifant efcale 'a Saint-Marc.
Prix des Marchandifis de la Colonie.
Aux CA YES, le 3 de ce mois,
Sucre blanc, premiere quality, 5 o'a 5 6 1.
feconde, 36 a 40 1. brut, 2.8 'a o 1. In-
digo bleu, i o a x 1 1. cuivr, 9a x o 1.
Cafi nouveau, io h x 1 f. ( i n'y en a
point de vieux.) Coton, 160 'ax 65 1.
Cuirs 7 1. o10 f. 9 1. fiaftres gourdes,
8 1. 5 f.
A L.OGANE, le 8 de ce mois,
Sucre blanc, premiere quality, 50 a 551.
feconde, 48 k 5ol1. troifieme, 4 'a 46 1.
common, 3 5 a 401.brut,2.8 a 3o 1.Indigo


bleu, I 2.1. cuivr, 9 h'a o1. Cafe nou-n
veau, iIx h iz f vieux,9'aiof.Coton,
x65 a 7ol Cuirs, 8a o 1. Piaftresgour-
des, 37 & demi pour cent.
Au PORT- AU-PRINCE, le II de
ce mois, Sucre blanc, premiere quali-.
t6, 56 'k 57 1. feconde, 5 'a 54+ 1. troi-
fieme,48 k 5 ol.commun, 4o 'a 46 1.brat,
28 31 1. Indigo bleu, i2. 1. cuivre,
10 h I 1. Cafe nouveau, Ix h i f.
vieux, 9 i of. Coton, 170 a 175 1. Cuirs,
8 h 9 1. Piaftres gourdes, 37 & demi
pour cent.
Prix des Marchandifis de France.
Aux CAYES,ledit jour 3 dece mois,'
Vin vieux, z2o 'a 300 1. nouveaui,
x8o'a z2oo 1. Farine de Moiftac, 80 h
90 1. commune, 66k7o01.Beuffale, 8o
h 90 1. le baril. Petit-fale, 36 a 45 I.
l'ancre. Beurre, 2.o h 2. f. la ivre. Hui-
le, 60 h 711. la cave. Savon, 80o a 90
1. le cent.
A LiOGEANE, ledit jour 8 de ce
mois, Vin vieux, 180 o 2.oo 1. nouveau,
iso 'a i6o 1. Farine de Moiffac, 75 1.
commune, 6o 1. Boeuf fale, 75 1. le ba,-
ril. Petit-Sale, 36 'a 40 1. 1'ancre. Beur-
re, 25 f. la livre. Huile, 27 a 71 1. la
cave. Savon, 80o 1. le cent.
Au PoRT-AU-PR.INCE, ledit jour x
de ce mois, Vin vieux, 2.2.o a 240 1.
nouveau, 14u0 a 150 1. Farine de Moif-
fac, 72. a 75 1. commune, 55 a 6o0 1.


"EA x1774.


13.


j*


rr IIU _~_r~~L, ~~L~-"-~cl~_,- ~ b p I I.-I --r~L;--_ I -~ --r --


-


~~




- ~ -0.* -


1~. I:)























It

1




















I


NOUVELLES D'EURQOPE.
T UI R Q UI .,
On apprend de Smyrne qu'on c6riti-
itUe d'y jouir de la mdme tranquillity
'lont on eft redevable a la fevere admi-
lifiration du Mufelim. On fait que d s
fon arrive plufieurs Janiffaires micon-
hens avoient qtitte la ville: depuis ce
"*emps il ne s'eft pas paff de jour que ce
Gouverneur n'ait fait pendre ou tran-
ex cin ou fixde es rbllesi ila faith en


tufy t 1 80 t&UI arll. PetTr-
A 1, 11o h 1,. l'ancre. Beurre, af .i
30 f.la Ir ire. Hiuil, 4. a 6ol.la.ca
- vt. Savon, o 'a 7 1. le ceht.
0 Co rJvS DU FRt -.
Avx CA ES, Sicre bla~c9 txb
d. bruit to-i t d. Thdigo, to a 24 d.
Cafi, 1so 1id4. Coton '30 a 36 d.
A LEOGAIE, Sucre blanc, io d.
It it, a 12. Indigo, z2. d.Gaf
io a hi d. Coton, 33 a 36 4.
Au PORT-AU-PRINCE. Sucre
lane, 9 d. brut, 1o .d. Indigo, 2o 4.
Cafe, 10 oa 11 .. CoCotCO a 33 d4
NE1GRES MARONS.
ALOG ANE, le 2, de e mois, eff en-
vr a la Geole, Amadis, nation Congb,
fans ctampe apparent, ag6 d'enviroh i j
ins, ne pouvant dire le norm de fon mat-
tre : le 7, Jean, Criole, fans etampe,
fg6 d'environ 18 ars e voulant dire le
0inx de fon maitre.
C "R 1 A tr t P AV B S.
AU PORT.-A-U-PRINICE, Ie 8 de ce
nois, il a ete ponduit la Geole, une
jBourrique & fa fuite, fous poil gris,
estampee du cote du montoir, felon ce
'quon a pu diftinguer, A; & une Mule,
fous poil routran, etampee du cote du
4nontoir RF, & de P'autre cot4 IF


mi&e temps les perqbifitiops les pItt
exa&es pour decouvrir les auteurs dui
derniler tutulte, & ces perquifitions
f'ont pas eteiA.fru&ueufes. iI a de plIs
fait publier une dnfenfe a tous les haMbi,.
tans, de quelque nation qu'ils foient,
de parotire en public avec aucune ef-
pece d'armes, & cette ordonnance eft fi
-pon&uellement obfetree, qu'un Turc
ne fe hafarderoit pas meme a, porter uat
couteau : iI a egalement public la Com-i
miffion qui lui donne plein pouvoir de
punir les giditieux, & de fire partir les
Janifllaires. Certe Cormiilion eft res- fa-
vorable aux Francs, qui fe voyent du
moins a I'abri des infultesqu'ils 6proua
voient auparavant: la tranquillity re-
nalt; la juftice fe rend, & le bon ordre
qui commence a fe fire fentir, r6tablie
enfin dans cctte ville commergance & la
confiance & le bonheur,
Si l'on en croit les nouvelles de Confl,
tantinople, jamais les forces Ottomanes
n' ont te dans un &tat auffi brilliant. L'ar-
m6e Turque f, a ce qu'on atllire, de
plusde 350 oooohommesmieuxdi fciplines
qu'auparavant, plus aguerris & encoura-
ges par lesderniers fuccis; elleabonde ea
vivres, fubfiffances& munitions de guer-
re, tandis que les Ruffes font dans uae
efpece de difette. L 'eat a6uel des Efca-
dres Turques ajoute aux efperances de la
Nation: celle qui ient la Mer Noire
parolt s'ecre tiree avee advantage d'un
combat qu'elle a livre a la vue des c6tes
de Natolie a quelques frigates enemies.
Les mers de I'Archipel continueht ka tre
libres, & tous les paffages font fortifies
& gardes de maniere a ne craindre aut.
tune furprife: enfin ia paix qui regne
dans les Provinces tributaires, eft uea
nouvelle reffouree qii fournit journel-t
element au Grand-Vifir un moyen fuA
de'changer la face des affaires de faqou.
a ftimsfaire ks defirs de fon Souveraii-


- 1, 7 '!'- ,


r:.'








0, o. o RA( J :.-i
te Baron de Stackelberg, EnvoyS de
luffle, a continue fes conferences aye.c
ls 'D4guas, qui paroifent fort contends
4e la.maniere dontil enagit alepr 6gard,
1 eftd? toujours afoez probable que l'af-
faire d u.dmembrement fera dtermirient
ayant le 15 Septembre; mais quapt a la
Future Conf itution, i n'y a a cune ap-
parence qu'on en puifli convenir fitot,
quoiqIuele Palatin de G.nefne, & plu-
eurs autres dclng'ss fffe nt les plus
fortes inflances pQ.ur que ce point im-
portant foit finien meme temps. Le pro-
jet qu'a former la plurality deplair, en
attendant, a tons ceux qui n'efperent
point 6rre du petit nombre de ce Goup-
vernement oligarchique, & le Peuple
qui d eja, fous I'ancicnne forme, s'eft
plaint du defpotifme des Grands, trop
pufflins pour etre foumis aux Princes &
aux Loix, prevoit aujourd'hui q.u'il feral
opprim.4 par autant de petits tirans qu'il
y aura de Membres 4dans le Coneil pe.r-
S nanent. L.a Nobleffe inf6rieure fe fent
dpojuille, par l'tabliflement de ce Con-
feil, de fa preponderance dans les affai-
res, & le Clerg6 n'en eft pas plus con-
tent. Les Patriotes gemiffent en secret,
& les Mintifres aff'&ionnes au Roi, d-
plorent le prochain naqfrage de la Puif-
lance monarchique, qui ne fe.ra bientht
plus qu'une ombre de Royaut. Le Pxince
Michel Gartoriski, qui &dpuis 5o ans,
a rempli, avec la plus grande reputation
de prudence, I'importante Charge de
Grand-Chancelier de Lithuanie, volt
pans fa vieiOlci fcs travaux recomnpenfes
par la perte du pouvoir qui lui avoit C't
ponfie, & par les bouleverfemens de ce
qu'il pouvoit encore y avoir de bolp dans
Ua Conffitution de ce Ro1yaume.
Le. Gnercal Ruffe Bibikow eft tou-
jours h Varfovie, don't il nepartira vrai-
femblablement qu'apres la. signature du


Trfti.frj.cotredit hbttemepnt!gs bruits
qu'on avoit r~pandus de difffifns avan-
tag. rempor!ts.par les Turcs & les Tar-
tares fur l'Armrie Impejale. On af;
furoit meme que les Turcs ayant paff
le Danube, ayoient mis les Ruffes eit
routet, & s'ayancoient h grads pas
dans 1A Moldavie; mais les crens impar-'
tiaux fe defient de ces nouvdeles vagues,
d'aptant plus que l'on a recu de l'arm&e
du Feld-Marechal Comte e Roman-
zouw des lettres qui ne difent rien de
ces pr6tendus evenemens, & felon lef-
quellesIl'armfe Ruffe cape toujours ,
Jalonicz, & celle .du Grand-Vifir au
pied des mont.agnes de Balkan.
La Commiffion du Regicide a teni
une nouvelle fiance dans la Sale des Se-
nateurs; mais le Jugement n'eft point
encore public On pr fume que la faifie
faitke depuis pe, i, de trois autres com-
plices, a retad6e cett.e publication,
avant laquelle 'Ton ne peut regarded
come certain ce qui fe d4bite, par, rap*
port 'a la Sentence. On pretend entr'au-
tres que le fieur Pulawski y fera com-
pris, & condamn. a' mort; qu'on 1'exe-
qutera en effigie; que fes biens feront
cofififqus, &c. Kofipski qui a toujours
fa grace, obtiendra une penfiqn do?
parties Ihi fera payee par 1 Roi, pawts
pOr la Republique.
PRO VIN cIs-v E S.
D E L HA Y E.
On reverra hient6t ici l'Envoye dt
du Bey de Tripoli a la Cour de Suede,
o0 il a fdjopprn depuis l'eIr de 1771.
On croit quil refultera de Ca ncgocia-
tion un nouvel advantage powr le Comi-
imerce entire lai Baltique & hi Mediter-
ranee. La, relation de ces deux mrers eft
tell, qu'on aflure que les Danois one
feuls aujourd'hui 900 navitcs dans lak


I


;*~ ':'"I~ -~I'" ~u'"'" '"'r ~''lc"*




. "" N- ... A -. .


'i


Doute anciens des Synagogiue P"16o-
tioifes tombdes dans le lot du RoIb de
Pruffe ont ete prefent6s a ce Monarque
& Potfdam par le General Ziethen ils
deman'doientla revocation d'un iditd'l-
migration rendu contr'eux ulterieure-
ment. S. M. P. moyennant un don de
7oc0o ecus, a permis aux Juifs qui ont
Un capital de 500oo ecus de rentes, de ref-
ter dans fes Etats. Elle a accord aux
autres un delai plus ou moins long, pro-
portionned leurs faculties graduelles.
Le marriage du Grand-Duc de Ruffle
avec la Princeffe de Darmftadt n'eft pas
le feul qui fera cellbrd cette annee dans
le Nord; il eft queflion de celui du Due
de Sudermanie, frere du Roi de Suede,
avec une Princeffe de Holftein-Eutin :
le premier aura lieu au mois d'o&obre;
I'dpoque du second n'eft pqint encore
fixee.
ITA LI E.

La Congregation que le Saint-Pere a
itablie pour regler definitivemerit tout
ce qui regarded la Societe des Jefuites,
eteinte par la Bulle du z1 Juillet, con-
tinue de s'affembler au Quirinal, & avec
I'approbation de Sa Saintete donne les
ordres neceffaires pour que fon objet fe
remplifle avec touse l'exaditude poffible.
En confiquence on commenca de por-
ter au Mont de Piece, ou 'Ion avoit pre-
pare des chambresh cet effet, l'argenterie
& les ornemens prkcieux de la Sacriflie
ilu Noviciat. On y a enfuite egalement
port ce qui a dte trouve dans les autres
Maifons & Colldges, &tout y fera foi-
gneufement gard6 jufqu'a nouveaux or-
dres du Saint Pere.
* On fait les plus exa&es recherches dans
le College Germanique pour recouvrer
les papers qu'on fuppofe n'avoir pas t6e
entierement bruilIs; on a reconnu par
partins fragmens qu'ils contenoient des


chores de la dernere importance, & 'oti
porte toute attention poffible a recou-
vrer ce qu'il en refte.
L'Ex-General Ricci efl toujours gardd
a vue au College des Anglois; on la
oblige de donner avis de la fuppreffion
de fa Compagnie, dans les Miflions
Etrangeres, avec injon&ion h tous ceux
qui pouvoient y etre incorpores, de ren-
dre a l'avenir aux Eveques l'obeif ance
qu'ils lui avoient prdtee a lui-meme.
On apprend toujours avec fatisfa&ion
que la Bulle a etemife a execution avec
la m6me tranquillity que dans la Capi-
tale, a Ferrare, Peroufe, Ancone & au-
tres endroits; ainfi ce coloffe, don't la
chuite fembloit devoir crafer ceux meme
qui l'avoient ebranle, eft tombe fans
qu'on en ait reflenti la moindre fecouffe.
La Socie't avoit fonde fur l'Allemagne
la plus ferme efperance ; mais il parole
qu'on y eft tres-peu affe&d defa deftruc-
tion, & qu'on a fimplement la genero-
fite de ne pas ajouter 'a fon malheur par
la durete du traitement.
De tous les Princes, il n'y a que ld
Due de Modene qui paroiffe prendre un
interest reel a cette cataffrophe, mais,
quoiqu'il en arrive, les plus grands coups
font frappes, & il eft a prefumer d'ailo.
leurs que ce Souverain, fe voyant feul
de fon part, fe ddfiftera bientbt d'une
opposition inutile, don't il ne peut reful-
ter d'affez grands avantages pour une
Sociee' qu'il honore de fa prote&ion.
A N G L E T E R R E,
Les conferences font toujours tres.
frdquentes a la Cour, par les d4peches
qui arrivent du Continent: il en eft ar'
rive en particulier de tres importan-
tes de la part du Minifire a Conflanti-
nople, & il eft part un Meffager pout
ceux qui font a Berlin, a Vier.ae & ni
PFtersbourg.




- -


On eft prefentement occupy h remd-&
dier "a la mifere que fouffrent les Pau-
vres en Irlande. Tous les Officiers don't
les Rdgimens font dans ce Royaume,
ont requ ordre de s'y rendre inceflam-
ment. On pretend qu'on veut y ctablir
une taille fur les Terres; mais ce project
trouvera de grandes oppofitions: on au-
ra auffi bien de la peine ba convaincre
les Irlandois qu'il leur feroit avantageux
que ce Royaume feit uni a la Grande-
Bretagne, quoiqu'on continue de tra-
vailler a cette reunion.
On voit ddja faire a Londres bien des
mnouvemens pour la prochaine lie&ion
du Lord Maire. Il y a trois Partis,
& l'on a lieu de craindre que dans
leur.mutuelle opposition ils ne renou-
velknt les troubles qui divifent le plus
fouvent cette Capitale dans de pareilles
circonflances, par l'animofite des Caba-
les & l'opiniatrete des Fa&ions reci-
proques.
Un Navire Anglais arrive de la Chine
a apporte la nouvelle qu'il y avoit eu 'a
Canton un incendie qui avoit cauf6 les
plus grands ravages dans cette ville, oil
Pon compete un million d'habitans. Les
Hollandais ont, ainfi que les Anglais,
dans ce Port, le feul que la defiance du
Gouvernementouvre aux strangers, une
Fa&orerie qui a ete prefervee des flam-
rnes; celle des Anglais a dtd moins heu-
reufe : elle a perdu un magafin.
Le Commerce qui cherche toujours
i brifer fes entraves, gene le long du
Rhin pour entrer en Allemagne & en
Suiffe, va fe frayer une route entire Bre-
me & Francfort fur le Mein. Charge
d'impots dans le Sund, il va d'un cotd
s'ouvrir, entire la mer dui Nord & la Bal-
tique, une voie plus libre par les lacs de
la Suede; & de l'autre, tirer du fond de
la Pruffe & de la Pologne un canal juf-
,ques dans 1'Elbe, & par 'Elbe jufqu'4


SHa uutrg d'oU l 'gagneraavec moins
d4 contrainte tous les marches du monde.
Cependant les A&ions de la Compa-
gnie des Ipdes vont toujours en augmen-
can;. La dispute des Colonies Anglaifes
avet.Jeur Metropole, loin d'y porter
quelqu'echec, femble lui donner plus
de vigueur : enfin il fe fait en Amnrique
une navigation immenfe, tandis que les
efforts de toutes les Nations de l'ancien
Continent pour avoir une Marine, &
pour fe frayer une route nouvelle juf-
ques fous les deux Pbles, contribuent i
rendre notre fiecle un des plus adifs. Les
Efcadres qu'on voit fortir de Bofton,
d'Archangel, de Maroc, de Conflan-
tinople; les Navires Efpagnols & Por-
tugais inconnus anciennement dans le
Nord, & qui augmentent annuellemene
le nombre des expeditions marchandes
jufqu'au fond du golf de la Baltique;
de nouveaux Ports, de nouvelles forces
maritimes; les prix donnes par les Puif-
fances aux entreprifes de la Peche & da
Commerce; les Fanaux multiplies & leg,
Obfgrvatoires confiruits pres du p6le arc-
tique pour la furete des Navigateurs:
tout announce une revolution progreffi-
ve, qui tranfporte de plus en plu's l'ac--
tivite humaine fur un clement h peine:
connu des Anciens, & qui lie & rap'
proche, par les efforts du Commerce, les
Nations fepardes fur le globe.

FRANCE.

La Chambre des Vacations du Parle-
ment efl tenue prdfentement par M. le
Prefidentdela Briffe. La dccifion decette
Cour dans l'affaire du Comte de Moran-.
gies fait le fujet de tous les entretiensi
Les partifans de ce Seigneur auroient fous
hait6 que Dujonquay & fa mere euflent
cte plus f6verement punis, & ils efperent
qu'au moyen du plus amplement infrg1


I
I




.. "I 1 --.--,. --J-- -


aie ordonea( a regardd de leurstimdms,
lm &S les fieurs Aubourg & Aubriot fe.-
ront convaimicus & punis come coupa-
bles de fubornation :d'uan aucre c6te,
l'n pretend, que le peu de rigieu.r don't
6o a, ufd a l'gard de la family, Vern,
dipofe a leeur d6charge; que le rapport de
M. Goudin lear ecoic entierement favo-
rable; que de 2.9 voix., IL ont-t pour
eux contre 17 qui ont abfous le Comte
de Morangies, &a. Enfin, que Dujon-
quay entierement convaincu de. fonin-
nocence, va, recourir an Trnec pour de-
nrander la rdvifion de F'Arrec du Parle-
ment. Quoiqu'il en foik de ces diff6rens
fentimens quipartagent pour ainfi dire la
Nobleffe & les Citovens d'un rang inf6-.
rieur, M. Linguet fe vok ua ne poque
des plus brillantes de fa vie. Le premier
uifage que le Comte de Morangies fit de
fa liberty, ft d'alter a Verfailles rendre
fes refpe&s au Rei. Sa. Majeflk l'accueil-
lit tres-favorablement, ainfi que la Fa-
npi lle Royale. M. Linguet I'accompa-
gn6itr & fuat complimented par toute la
Cour. On affare qu'il va ctre decore da
Cordon de Saint Michel, & qu'il lIi fera
accord des lettres de Noblefle; mais fon
plus beau titre fera toujours fon eloquen-
ee & la gloire qu'il s'eft acquire au Bar-
3eau. 11 vient auffi de gagner la Caufe
qu'il a plaidee 'a la Tournelle, touchant
un Teftament qu'on pr&endoit faith par
captation ,& qui a eteconfirm6. Une nou-
telle Caufe tes-finguliere pourra lui fire
cueillir de nouveaux lauriers, fur-tout
auprbg de ceuX qui jugentt de la bonte
4'une difenfe par le gain du Proces.
On a effuyd un grand orage en Breta-
gne qui a cauf6 deterriblesdegats en plu-
*ieurs endroits, entr'autres a .Moncon.-
tour, 'a Saint-Brieuc, 'a Saint-Malb, ou
quelqucs Navires ont p6ri dans le Port,
-i fur-tout 'a Chattlaudren, petite Villq
S quatreicoues a -deffuis de Saiws-Brieuc,


qu5 a drd'prelqu'eadeem1ntfibworeg4e
On y comprtit, le ..o Septembrc, plts-
de cent perfonnes noy5es,& la perte des.
badmens renverfis ou effects gatrs etott
evalu6e 0 0ooooo liv. Le Comte de Gra-
ve .& I'Eveque de Saint-Brieuc s'y font,
tranfports. pour y fire donner des fe-,
cours au xHabitans.
Le fieur Guys, Secretaire du Roi, con-
nu principalement par un Ouvrage inti-
tule, Voyage Litreraire de la Grece, a.
e.u I'honneur de pr6fenter au ,Roi, de la
part du Chevalier James Bruce, ,ceebre,
Voyageur Anglais, avec lequcl il eft en
relation, un Manufcrit Abyflin, qui con-.
tient la Prophetie d'Enoch. Sa Majefie a
ordonne que ce Manufcrit precieux don't
Saint-T er faith mention, & que fea
M. Colbert avoir tent, plufieurs fois inu*.
tilement d'acquirir, fit ddpofi 'a fa Bi-
bliotheque. Le fieur Guysa remis pareil.
element, de la part du meme Voyageur,
desPlarTtes rares & descuriofites pour le.
Jardin Royal & le Cabinet de Sa Majef-
rd, entr'autres uicn Graine, appelle Ia
Tieff, qui a d6ja level au .Jardin des
Plantes, & qui fournit, en temps d'abon..
dance, une notrriture tres-faiti pour les;
animaux, & en temps de difette, une ma-
tiere propre ka fair du pain. Le fieur Bru-
ce avon-e qu'il e compte-pour-rineesfr-
tigues qu'il a effnyes &. les rifques qu'il
a courus, par le plaifir de cette impor-.
tante dicouverte, & qu'il facrifieroit tout
ce qu'il a acquis de curieux en tous gen-
res da-ns fes courfes par tout le Levant ^
I'Afrique, jufqu'en Ahyffinie,'a lagloire
d'avoir apporte en Europe ue Plante ti
precieafe.


Des leecres de Gaatirmala, Province
de l'Anirique feptentrionale 4ans 14
Woile-it -pfr agen jous ,pprenennt l


~nr~-r


W,




`'DI-: f:--. ~ l- c~**ll**- -~- -. -.~ ~ Cr- r~-U I ri.* -.~~... .-. S,"-''~ -..L~ *-~- -


I


.tt&alls fiAfvans fCr feau nul fa Ad foil
It Capital de ce Pays, les o10 Juin &
Juillet 1773.


n e xo Tuin dernier on fontit, ha
a heures du foir, une fecouflte crs-for-
i te qui dura deux minutes, faniocca-
x fionner d'autre mal que la frayeur la
U plus grande parmi les Habitans. Une
3 autrefeeoudffeaccompagnee d'un bruit
,0 extraordinaire fe fit fentir de nouveau
) deux heuresapres: il tomba trois-mai-
) fons; d'autres furent endommagees,
-P ainfi que lesEglifes. Les fecouffes con-
i tinuerent de demi heure, & 1'on en
) compta jufqu'h I8 dans la nuit. On
abandonna les'maifons & les couvens
> pour s'etablir fous des baraques.
K M. le Prefident fit procurer alors
Stous les fecours poffiblesdans unetelle
calamity. La pluie qui tomboit avec
S force pendant tout ce temps, rendoit
o la situation plus affreufe : les fecoufles
-furent fuivies de bruits fouterrains qui
fe firent entendre dans tout le course
S> du-mois de Juin, & qui ne permirent
pas a lHabitant de regagner fa demeu-
... re, fous les ruines de laquelleil pou-
'voit craindre "a chaque infant de fe
,trouver enfeveli. .
Les fecouffes & les pluies ayant ceff6
& cette epoque, chacun travailloit hre-
-parer le dommage que pouvoit avoir
prouve' farnaifon, lorfque, le 19 Juil-
"let, a 4 'heures du foir, la fecouffe re-
commenca avec plus de violence, pen-
dant 4 minutes, fans interruption. Tout
le mende courut-auflit6t vers les places.
publiques: on y etoic a peine rendu,
qu'un nouvel effort renverfa tous ks &di-
Sices, qui tomberent avec un horrible
"fracas, & Guatimala, cette ville fuper-
0 & floriffante, ne reprefentce lus 4n-


jtitd'h~iu nn ue montegne de deCooii
bres. t
On faitnmonter- Izooo le nombre des
perfonnes qui ont pdri k ce defaftre;, ot
eftimne la perce desmaifons fuperbes, ain
que des magnifiques Eglifes qui etoien.
dans cetteville, celle des meubles & auT
tres effets precieux, 40 millions de
piaftres.
On travaille 'a retire des debris le1
chofes qui peuvent 4tre encore de quel.
qu'utilite'; cependant les fecouffes con-
tinuent toujours: la terre s'eft ouverte
en diffirens endroits, & il en eft forti
deux volcans, 'un de feu, I'autre dA
fumee.
La fertility du terroir de Guatimala,'
don't la culture eft en cacao & indigo
fort eftim's, donnent lieu d'efpdrer qec
ce Pays fe relevera dans peu des cala,-
mites qui l'affligent aujourd'hui. Les
foins de M. le Pr.fident a foulager les
malheureux, ont ranime tous les courk-
ges -abattus, & l'on ne peu doriner do
trop jufles eloges 'a Iattention qu'il 1
Sfat paroetre pour arreter les difordres
qu'occafionnent dans de parei-les cireonl-
tances les malfaiteurs qui n'ont rien per-
ddu, & ne s'occupent qu'h gagner.
AVIS DIVER S.
Mrs les Habitans de la Plaine du Cu'!-
de-Sac, qui voudront s'abonner aux
Affiches Amrmiquaines pour la prefente
annie, font avertis qu'il trouveront !eurs
Gazettes au Bureau des Poftes de la
Croix-des-Bouquets, ou elles front dk-
pofees tons lesjeudis de chaquefemaine.
fans qu'ils ayent befoin d'envoyer on
Ville a cet effe, "
On ne peut trop publier l'Eau de Cy-
there, ,puifqu'aujourd'hui les Gens de
l'art font forces d'applaudir k fes fuc-
ces. Ce Remide, pour mieux convaih-
re de fes falutaires effects yfembklnevo s







loir comnbattreque lest maladies de lN-'
retre les plus invietrees, & i1 en a donni
des preuv6s encore rdcentes fur dbs per-
*- fonnes quo l'impoffibiliti apparent de
jamais gueriravoit rendues lestriftesvic-
rnes de plufieursautres elfais inutilement
reiteres.
Le fieur Fontaine, h 'Imprimerie
Royale du Port-au-Prince, fait la dif-
tribtition de cette Eau, ainfi que de
I'Elixir Indien, don't les excellentes pro-
rinetes font egaletnent connues.
Mrs les Creanciers des fucceffons de
M. Simon Michel& de De Marie Per-
Sronneau, fon epoufe, font pries de don-
ner connoiflance de leurs tires de cr6an-
ces a M. Lagarigue, leur gendre, Ha-
,bitanth L6ogane, qui prendra avec eux,
pour les payer, tous les arrangements
convenables.
DiPART POUR FRANCE.
M. & Mde Momi, Habitans au Port-
de-Paix, etant fur leur depart pour Fran-
-ce, print les perfonnes qui leur doivent
0de lekfolder, & cellesauxquelles its peu-
"vent devoir, de fepr6fenter pour recevoir
leur pavement. .,
SA V ENDR E.
Une Cargaifon de tres-beaux Mulets de
"la Grande C6te, h l'adreffe de M. Nau
& Compagnie, N6gocians au Port au
Prince. On pourra les voir fur l'empla-
:cement de M. Vaiffe, au haut de la
grande rue, au Port au Prince.
Une place en cafe appartenant a M.
.'JDebreuil, fitue dans la Paroiffe de 1'Ar-
cahaye, au lieu dit Montagne des Ma-
theux, contenant x oo quarreaux de terre,
fur laquelle font 2000oooo pieds de cafe
vn rapjort, un Magafin en deux cham-

Avec permiflion de MM.


bres de 3 pieds ~cacuine & tr65 h'q ul
tre cases Na.Ngres. I1 faut s'adreffer au:
fieur Pierre Martin, Marchand A Ar- V
cahaye, qui en fera bonne compofition.
Vingt quarreaux 'de terre; fitues daqs
la Plaine de Leogane, entire les Habita-
tions de Mrs Drouet &.Levy, & &de
Mac Gabriel Michel, de Paris, prove-
nans des fucceflions de M. Simon Mi-
chel, & de dame Marie Perroniceau,
fon epoufe. I1 faut s'adrefler 'aM. Pierre
Pomies, ancien Commandant des Mili-
ces du Petit-Trou, Habitant h Nippes.


ESCLAV S EN


MARONAGE.


Une Negreffe, Creole, nommee Ma-
ric- Therefi, &eampee fur un fcin BAV-
DVY, igee d'environ 30 ans, taille de
5 pieds f pouce, eft maronne depuis le
27 Decembre dernier. On prie les per'-
qui en auront connoiffance, d'en don-
ner avis 'a M. Bauday, Habitant au
Cul-de-Sac : il y aura recompenfe.
Une Negreffe, nation Mine, dcamp4,
LEBEL ST. M. agee d'environ 40 ans,
eft maronne depuis le zz D6cembre der.-
nier. On prie ceux qui en auront con-
noilfance, d'en donner avis a M. Ber*
jat, Negociant a. Saint-Marc.
Un Negre, Creole, nomme Pierre
Man, etamp fur les deux feins G. MI-
CHEL, ag6 d'environ 30 ans, taille de 5
pieds 3 pouces, dependant de l'Habita-
tion de Mae veuve Michel, k la Petite-
Riviere de la Plaine de LUogane, s'eft
echape de la chaine dans la nuit du 2. au
5 de ce mois. On prie ceux qui le recon-
nolcront, d'en donner avis a Mrs Pra-
d'homme & Heurtelou, Negocians k Leo-
gane : il y aura recompenfe.


les


General & Intendant.


DE L'IMPRIMERIE ROYALE DU PORT-AU-PRINCE,.


.4


.5


1-11,11 .......* ........ -


i







" AN~FE 17746 [N0 i*'
rn-rn 6 &


AUX AFFICHES AMtRICAINES.


Samedi


ARRWir


Cap.


9L E 9 de ce mois, le Pourvoyeur,
de Bordeaux, Capit. Laclaverie, ve-
nant des Cayes-Saint-Louis; la Bonne-
Nouvelle, du meme Port, Capit. Bri-
cheau parti le zz novembre; & le
Pacifique du Havre, Capit. Maffey
de Brebant, venant de Juda C6te-
d'Or, avec une belle cargaifon de 646
Negres A l'adreffe de M4" Mefnier freres,
qui en ouvriront la vente mercredi
prochain 19 du courant : le -i le
Jeune-Henri, de Bordeaux, Capitaine.
Fayolle, venant de la Martinique : le
14, I'Aimable-Jeanne du m^eme Port,
Capit. Lacroix, parti le zz novembre.
DEPATr de Navires du Cap.
Le 6 de-ce mois, la Diane, de Bor-
deaux, Capit. Larreguy, pour le bas
de la Cote : le 8, la Douce-Julienne,
Capit. Lecomte, pour le Havre: le 14,
l Aimable-Julie, Capit. Heuze, pour
Saint-Malo.
PlIX des Marchand;fes de la Coltnis
au Cap.
Sucre blanc, premiere quality, 67 a
68 1. feconde, 64 a 66 1. troifieme,
58 a 6z 1. commun, 48 A 54 1. brut,
30 A 32 1. Indigo- bleu, I2 1. cuivre,
10 liv. I5 f. Ai 1. Caf6 nouveau, I 1
h 14 f. Coton, 190 a 195 1. Piaftres
gourdes, 38 pour roo


I; Janvier.


Co UR s du Fret au Cap.
Sure, blanc, 1i & 1i d. brut, I5
a4d. Indigo, 4a 30 d. Cafe, 15 d.
Coton, 36 a,4o d.
NE GRES MA O 0N S.
Au CAP, ef entree a la Geole, fe
7 de ce mois Jean, Creole, etampe
LABAVRIE, age d'environ 30 ans,
lequel a dit appartenir A M. Delange,
A la Grande-Riviere; & un Negre nou-
veau, nation Congo etampe CAHD,
age d'environ 30 ans : le 8 Jeanr
BaptOIte, meme nation, etampe fur les
deux feins PERVIER, age d'environ
30 ans, lequel a dit appartenir a Md
Pervier, au Morne-rouge: le 9, Jofep, h'
meme nation, etampe BOVRDIER,
age d'environ i1 ans, lequel a dit ap-
partenir a M. Bourdier, A Plaifance;
& Louis, Creole, etampe fur les deux
feins H. V. G, gge d'environ 35 ans,
lequel a dit appartenir A M. Larrey, atu
Dondon :Ie io, Lucas, Creole,etampe
autant qu'on a pu le diflinguer IN H,
age d'environ 26 ans, lequel a dit ap-
partenir A M. Cochon.

SPECTACLES.
On donnera au Cap, le famedi 29
du courant, une premiere reprefenta-
tion de Daphnis & Alcimadure, grand
Opera Languedocien, orn6 de tous fes
divertitTemens. 11 y aura le mime foir
Grand-Bal; le tout au benefice de la
Dame Mentct.


SUPPLIEM:


I




F *.-.--. b-U--- S~ .~ -. -.~.. -..........- -~ -. -
r


A V I SD IV ER S.
Le Sieur Aupit, Maitre en Chirur-
gie au Cap, partant pour France A la
fin de mars prochain, prie les perfon-
nes qui lui doivent de le folder pour
eviter des frais, ayant fatisfait lui-
meme 4 cette obligation en payant tout
ce qu'il devoit; & s'il fe trouvoit quel-
ques Bons de lui en ville, ne pouvant
etre que de deux ou trois efcalins, &
rionter A la fomme de deux piaftres,
iltprie ceux qui les ont de les lui porter
pour en recevoir le pai ment. Ledit
Sieur Aupit s'explique ainfi, vu qu'en
1771 on avoit contrefait fa fignature,
& on alloit avec chez des Marchands
pour avoir des marchandifes; ces faux
Bons furent furpris & enregiftres au
Greffe de cette Ville: fon charge de pro.
curation ne payera donc rien a ceux qui
lui pr6fenteront des Bons, Billets ou
Lettres de change apres fon depart. II
a A vendre un jeune Negre, d'une jolie
figure & bien fait, bon cuifinier & bon
chirurgien, propre pour une Sucrerie
ofi il y auroit un fort attelier, guerif-
fant toute efpece de malingres, les
plans aux Negres fcorbutiques, fans
employer le mercure, don't I'ufage eft
toujours dangereux quand cette mala.
die fe trouve compliquee ; faifant toute
efpece de digeflifs & onguens propres
aux maladies externes, & faifant auffi
tres-bien la gelee & la bouillie antifcor-
butique, foit avec le jalap, le fagou &
la rapure de corne de cerf. Le Sieur
.dupit s'oblige, en faveur de l'acque-
reur, de faire un code ou formule oji
front detaillees les claffes de remedes
propres A la guerifon des maladies qui
attaquent les Negres. II vendra auffi
une jeune Negreffe, bonne fervante ,
couturiere & blanchiffeufe, & environ
sent marcs d'Argenterie en plats, cou-


verts A filet, flambeaux avec leurs gi-.
randoles, cafetiere, couteaux com-
potier, ecuelle couverte, plat A barbe.
II a 6td perdu au Cap, le 30 dcernm-
bre dernier, un Arras bleu, le venture
jaune ayant un anneau:. une patte.
On prie ceux qui 'auront'trouv', d'en
donner avis A r'Imprimerie : il y aura
recompenfe.
LeSr' Roux, Magafinier & Paffager
a l'embarcadere de la Petite -Anfe,
donne avis A M" les Habitans, Capi-
taines & Negocians, qu'il vient d'af-
fermer tous les magafins de M" les
Heritiers Patois, fur le bord de la mer,
ce qui le met A m. me de recevoir des
fucres -& autres denrdes. L'ordre &
rexaaitude qui iegnent chez lui, lui
font efperer qu'il s'attirera de plus en
plus la coiIfiance des uns & des autres.
Son magafin pour depofer ce qui devra
etre charge dans fon cannot paffager,
efttoujours au Cap chez Mr" Foucault,
Caflera & Duffourg, qui donneront des
regus de ce qu'on kur remettra, invi-
tant M" les Negocians de vouloir biea
en donner auffi des cafrs, &c. qu'on
leur adreffera, & cela pour eviter les
erreurs qui fe font deja glitffes.
11 a etd perdu le 5 de ce mois, A fix
heures du fobir, depuis le Haut-du-Cap
jufqu'a la Foffette, un paquet plie dans
une ferviette de brin vimoutie, attache
avec des 6pingles, lequel contenoit ce
qui fuit : une jupe avec cafaquin de
cirfakas; une jupe avec cafaquin de
coton; une jupe avec cafaquin de ca-
maieu bleu; une jupe avec cafaquin de
demi-Perfe, fond blanc; une jupe idemn;
une jupe avec cafaquin de Surate, fond
blanc; deux chemifes de femme, gar-
nies en dentelle, A la Jfuite; une idem ,
les manches A demi de mouffeline, avec
double garniture de dentelle ; huit id.
unieu; neuf mouchoir4 d9 batifte deqX


p


a -,

1~
4,



I




" C'---' .-..-9


hIemfi, garnis en dentelle; trols mol-
choirs de Paliacate; un idem, de Bayon.
ne, A grandes raies rouges, & d'autres
mouchoirs don't on ne fait pas le nom-
bre; deux.bonnets pour un petit enfant,
garnish; une paire de bas. Ceux qui
auront trouve ledit paquet, font pries
de le faire remettre & M. Caflaing,
Habitant au Bonnet, ou a M. Ginet,
Commiffionnaire, rue des Religieufes,
au Cap: it y aura bonne recompenfe.
M. de Clavin, Habitant aux Gonai-
ves, part pour France avec fa famille.
DEMANDS.
Un Propri6taire de 2'50 quarreaux
de terre, fis a la plane de l'Artibonite,
a quatre lieues de la Ville, propres a
la culture du fuicre, du coton & de l'in-
digo, r'efireroit les changer contre un
Terrein fis au Cap, propre au caf6e.
On prendra des arrangements convena-
bles pour le furplus de la valeur. II faut
s'adreffer A l'Imprimerie Royale, au
Cap.
Un jeune-honime fait au pays, qui
poffede une belle plume, l'arithmetique,
&c. fouhaiteroit fe placer A la plaine,
foit pour Econome ou pour montrer
A la jeuneffe. M" les Habitans A qui
cela pourra convenir, trouveront ledit
jeune-homme chez M. Ejauder, rue
Royale, au Cap, oh on les fatisfera
ifur ce qu'ils pourront exiger.
On defireroit avoir des nouvelles de
la nommee Nannon, Negreffe qui ap-
partenoit, il y a 30 ans, au nomm6
Retaut, Habitant au quarter du Port-
Margot. Ceux qui en auront connoif-
fance, font pries d'en donner avis au
nomme Boneau fils, Habitant au Bor-
gne, qui voudroit lui faire du bien.
NAVIRES EN CHARGEMENT.
ta Pauline, de Bordeaux, du port


de 400 toaneaux, Capit. Viard, partira
pour ledit lieu le 1; fivrier prXfix:
ce Navire eft repute grand voilier &
tres-commode pour les Paffagers. Ceux
qui voudront y paffer ou charger A fret,
s'adrefferont audit Capitaine, maifon,
de M. Aupit, pres le Marche-des-Blancs,
au Cap.
La Marianne, de Marfeille, Capit.
Guient, partira du r 5 au zo du mois
prochain. Ceux qui voudront y paffer
ou charger A fret, s'adrefferont audit
Capitaine, rues du Gouvernement &
de la Fontaine, au Cap.
Le Duguay-Trouin, de Marfeille,
Capit. Faugere, don't le depart a etr
annonce dans la Feuille precidente,
partira fans faute pour ledit lieu dans
tout le courant de fevrier prochain,
& prendra du fret a io deniers pour le
fucre, ii pour le cafe, & les autres
denrees A l'avenant. On s'adreffera audit
Capitaine, chez M"S Tefart, Farrouilk
& Compagnie, rue de Penthievre, au
Cap.
Le Triomphant, de Bordeaux, dtt
port d'environ 380 tonneaux, Capit.
Riou de Lageffe, partira pour ledit lieu
A la fin de mars prochain : ce Navire
eft A fon troifieme voyage, reconntt
pour bon voilier & tres-commode pour
les Paffagers. Ceux qui voudront y
paffer ou charger A fret, s'adrefferont
A M" Aubert & Compagnie, Negocians
au Cap, ou audit Capitaine, en foa
magafin, rue Notre-Dame, maifon de
M. Lambert.
Le Chavigny, de Nantes, Capitaine
Fourneau, eft en charge pour ledit lieu,
&8 partira a la fin de mars ou dans les
premiers jours d'avril. Ceux qui vou-
dront y paffer ou charger A fret, s'a-
drefferont audit Capitaine, ou a M"
Joulin & Fourneau, Negocians au Cap,
rue Saint-Pierre. On a charge a Nantes,





III
: ,, *. 1*.,
*. .. .. ." -


fir ledit Navire, fans connotifement
ni renfeignement, deux petites Caiffes,
don't une marquee APE & I'autre CRD.
Ceux & qui elles appartiennent, font
pries de les fire reclamer.
BIENS ET EFFECTS A VENDEE.
Une Habitation fife au Margot, dd-
pendante de la fucceflion du feu Sieur
Danglade de la contenance de 33
quarreaux 4 dixiemes de terre, borne
de M"S Benaret, Gaubert de la Haye &
Larderet, fur laquelle if y.a i 5 mille
pieds de caf6, prefque tous en plein
rapport la recolte prochaine.; tine cafe
pour l'Econome, deux cafes A Negres,
huit Negres travaillans & trois Ne-
grillons, le tout A vendre enfemble ou
feparement. II faut s'adreffer a MS
Biffon & Lefca rue du Marche-des-
Blancs, au Cap, qui en feronr bonne
compofition, comme fondes des pout-
voirs des Heritiers.
.Une Boulangerie, avec les Negres
& N6greffes propres A l'exploitation
d'icelle; appartenante a un Particulier
du Cap. On s'adreffera a M" Gioifil
freres, Negocians, qui en front bonne
compofition.
Un Negre menuifier, bon ouvrier.
11 faut s'adreffer a M" Aubert & Comn-
pagnie, au Cap.
Jeudi prochain zo du courant, a 9
heures du martin, M. Lafourcade aind,
Procureur des biens de M. Guillaudeu,
fera proceder dans la maifon des mi-
neuts Desfoffes au Cap, faifant face
fur la place de Montarcher, ci-devant
occupee par M. Guillaudeu, a la vente
de plufietirs Meubles qui garniffent la-
dite maifon, confillant en un fuperbe
Canape dore, douze Fauteuils, une
Chaife longue, en deux pieces, & une
Ottomane affortie; un Ameublement
en canne, diverfes Glaces avec tables


de marbre, une belle Pendule, des
Armoires de bois d'acajou, deux Lits,
une Bergere garnie & plufieurs autres
effects relatifs au menage.
IL fera procdde le famedi 5 fvrier
prochain, A la Barre du Siege Royal
du Cap & A la requete de Me Prieur,
Curateur aux fucceffions vacantes, ge.
rant celle du feu Sieur Gotnbaud, A la
vente & adjudication d'une Maifon fife
en cette Ville rue des Religieufes,
batie en magonnerie, except la facade`
qui eft entire poteaux confiftant en,
deux chambres, cabinet, falle divifde
en trois chambres, court, cuisine, puits,
&c. aux claufes de la carte bannie pu-
bli6e a cet effect.
A AF-ER M E R.
II fera pf ccde a la Barre du Siege
Royal du Cap, famedi 22 du courant,
au bail A ferme d'un Emplacement
fis A la Petite-Anfe, de la contenance
de- oo pa; quarris, apparrenant A la-
D11' mineure de. Carbon, fur lequel il
y a un magafin confiruit en maaonnel.
rie, de 70 pieds de long fur environ
2o de large couvert en effentes, fer-
mant A clef.
ESCLAVE EN MARONACE,
Une Negreffe nommne Genevieve otn
Gene'e, grande, bien faite, age de 28
A 29 ans, rouge de vifage, affez jolie,
de petits yeux, les fourcils frifis, les
joues un peu groffes, la bouche petite,
mais pointue, 6tampee PESCAY, mar-
chande, fe difant peut-etre libre : on
prdfume qu'elle fe fera retiree a Plai-
fance ou A Jean-Rabel, ohi elle a des
habitudes. Ceux qui la reconnoitront,
font pries de la faire arreter & d'en
donner avis a M. Pefcay, Habitant au
Port-Margot : il y aura i.Q 1. de re'
compenfe.


r

i
'*l
'' .'I
', !.
^
'<*
l!
<
/ ^
^
'*j


---







AwdtE 1774.


* ,-.-


A yS I

L Sie.u ie fameux
M. d'Arde es, Ac art en apres
avoir travail au Port. Prince avec
I'agrement de Midte'rince de Rohadr
& M. le Prefident de Bongars, ainfi
qu'I Saint-Marc, aux Gonaives & au.
tres endroits de cette Colonie, avertit
les perfonnes don't iA a merite la con-
fiance, qu'ii fe fixe aujourd'hui dans
le Bourg du Dondon oil il eft, deja
connu par les fucces conflans de cinq
mois de pratique. Pour s'attirer davan-
tage la confiance du Public, il fe fait
fort de guerir radicalement les malades
qui pour caufes fcorbutiques compli-
quees, diarrhee, tenefme & maladies
veneriennes, font regards comme in-
curables & n'ont d'autre reffource
que celle de repaffer en Europe, ce qui
leur elt tries difpendieux & fouvent
mortel. Le mercure deftruffeur du
corps human & tous les remedes vio-
lens font bannis de fa pratique; fes
malades font A l'abri d'une ennuyeufe
convalefcence, la fante & 1'embonpoint
leur revenant tout la fois. Ceux qui
front dans le cas de prendre des Eaux
minerales, les trouveront chez lui de
la quality convenable A leurs maladies.
Les perfonnes qui s'adrefferont audit
Sieur Giraud, font affurees de le trou-
ver ou fon Affocid le Sieur Ifnard,
Do&teur en MIedecine, Chirurgien de
Montpellier, requ au Confeil Superieur
du Cap. On a oubli6 d'inferer le nom
de ce Medecin dans les Etrennes Amin
ricaines.
Le Sieur Crebaffa, Capitaine de Mi-
lices & Habitant au Haut-du-Cap, tant
fur fon depart pour France avec la Dame
fon 6poufe, prie les perfonnes a qui


1 IVE


R


S.


il peut devoir de fe prifenter, offrant
de les fatisfaire, & prevenant qu'apres
fdn depart il ne fera paye que de creano"
ces revetues de fa fignature.
Le Sieur Jeanchemin Charpentier
A Plaifance, defirant partir pour France
dans le courant de mars prochain, prie
les perfonnes A qui il peut devoir de
fe prefenter pour recevoir leur paie-
ment, & ceux qui lui doivent de le
folder inceffamment.
Le Sieur Michel Aplada, dit le Grec
Marchand au Fort Dauphin, s'etant
apperqu que plufieurs lettres lui avoient
ete intercept'es fous le nom de Michel
Blanc, il previent de lui adreffer les
lettres A l'avenir fous le nom de Michel
Aplada, dit le Grec, ci-defflus nonc6.
Le Sieur Bagot Dechamps etant fur
fon depart pour France, prie inftam-
ment les perfonnes A qui il peut devoir
de fe pr6fenter pour recevoir leur paie-
ment, & ceux qui lui doivent de le
folder inceffamment, ne voulant point
recourir A des voies defagreables. II
prevent auffi qu'il a des Domefliques,
Chaifes & Chevaux A vendre.
Le Sieur Jofeph Gaffan, Charpentier
de maifon demeurant au Bourg du
Trou fe propofant de partir pouri
France au i mars prochain, prie les
perConnes 'a qui i peut devoir de fe
prefenter pour recevoir leur pavement,
& ceux qii lui doivent de le fatisfaire.
II a a vendre quatre Negres charpen-
tiers, fachant bien travailler, qu'il li.
vrera an i fivrier prochain; lune Ne,
greffe bonne blanchiffeufe, repaffeufe
& cuifiniere; deux CheVaux Anglois,
& un Cheval Crdole.
Le $fcur !1lien, Huidtier au Cap,


Ut


~ --- --~ II -- --




.C.


'defirant partir pour France, -prle fes
perfonnes qui ont des doffiers chez luii
de vouloir bien les retire, & ceux
A qui ilpeut devoir de fe prefenter pour
recevoir leur pavement. IIa A~ vendre
une Negreffe blanchiffeufe & cuifiniere,
avec fon enfant, Mulatreffe Agee de
quatre ans; un jeune'Negre valet &
cuifinier; un autre jeune Negre valet;
un fort Negre mason ; plufieurs Meu-
bles en bon etat; une Habitation fife
au Brochetage du Dondon, de la con-
tenance de 25 quarreaux un cinquieme,
anciennement etablie, fur laquelle il y
a quelques mille pieds de caf6 en mat-
yais etat.
BiENS ET EFFECTS A VENDRE.
Une Place fife a la riviere de Bar
du Fond-Brignollier, quarter du Petit-
Saint-Louis, dependance du Port-de-
Paix, de la contenance de 130 quar-
reaux de terre, fur laquelle il y a 15
mille pieds de cafe6 en rapport, 6 mille
autres pieds plants quatre cafes &
tous les uftenfiles neceffaires A l'exploi-
tation; ladite Place propre A la culture
d'indigo. On la vendra pour le prix de
i 5ooo00 1. don't 40001. argent comptant,
c le refte A terme. Il faut s'adreffer A
M. Loir, Negociant au Cap.
I Une Maifon fife au Cap, rues de Pen-
thievre & du Chandelier, confiflant en
7 chambres, deux course, deux galleries
& un puits. On s'adreffera A Me Cle-
ment, Procureur, rue du Confeil.
Trois Negres. & une Negreffe, affer-
mes depuis deux ans fur une Cafeterie,
don't le plus age n'a que 30 ans. 11 faut
s'adreffer chez le Sieur Delibreffard,
Aubergifle au Cap, quai Saint-Louis.
' Glace, chez M" Prud'homme freres,
rjes Royale & Saint-Jofeph, au Cap.
Un bon Negre cuifinier, de nation
Congo, ag6 de z4 ans, fans 6tampe,


qtron donnera&Jeflai. Ilfaut s'adreffer
a M! Clement, Procureur au Cap, rue
Royale.
Le Sieur Micetl Aplada dit le Grec,
March'and au Fort-Dauphin, vient de
recevoir de-Provence un parti de Grai*
nes de jardinage, de Pommade & de
Poudre A poudrer, qu'il vendra A'juff
prix.
Le Sieur Gafpar, demeurant pres 1a
Comedie, au Cap, donne avis qu'it
vient d'dtablir une Fabrique de Tabac
don't i1 fera bonne compofitiori, foit
en gros ou en detail. On trouvera auffi
che ilui un affortiment de Graines de
jardinage de toute efpece, de i'annie
derniere, qu'il garantira.
La Dame Hebert, Modifle de Paris;
fabrique des fleurs & modes de toute
efpece, comme chapeaux, bonnets,
garnitures de robes, le tout A la Pro-
vengale, la Dauphine, A la Sophie,
a la Dubarry, A 1'Angloife, A la Pruf-
fienne, A la Comete, A la Turque, A
la Gertrude, I''Efpagnole & aa Co-
lifie; mantelets, palatines, ouifques,
& toques de plufleurs favons, barrie-
res & aigrettes, corbeilles garnies enm
taffetas, blondes & fleurs pour les ma-
riages & baptemes, bouquets, cordons,
de fonnette en guirlandes & toutes
fortes d'enjolivemens, meme pour les
defferts. On trouvera chez elle dtt
rouge, des mouches, fouliers de touted
couleurs eaux de fentemlr., gants, poul.
dre, pommade, blondes choifies, &c.
Elle fait des bourfes A cheveux cols,
cravates & panaches pour les Militai-
res, & blanchit les plumets A neuf. Sa
four, arrivee nouvellement de Paris,
a apporte les gofuts les plus nouveaux-.
Leur demeure eft au coin des rues de
Vaudreuil & Saint-Pierre, vis A-vis lat
vieille Comedie, au Cap. Elles front
des envois a jufte prix.


. ......I-..f .. ..--~1 "rmr-~ I cl I T ir *1, l|1 i--j-. 'T.- ., .o.... ".1;1 .. 0. -----


- e..-Y.''4 -- .- c .-








r'e1774'
r. A AI^


AFFICHES


(N0 3". )


AM RICAINES.


--Du Mercredi 9 Janvier 1774.


-D 2+ K$ de- avires.

D i-A RIN CEI, l i de
ce mois, la eunc-Claire, Capit. Bou-
q uey; & le Henri le Grand, Capit. Cou-
ddin, tous deux "pour Bordeaux : le 14,
la Flaine-de-Leogane, Capit. David,
pour Nantes.
Prix des Marchandifes de la Colonie.
Aux CAYES, le 10 de ce mois,
Sucre blanc, premiere quaite, joa 5 1.
feconde, 36 a 40 1. brut, 2.8 a 30 1. In-
digo bleu, o 'a ii 1. cuivre, 9 a io 1.
CafO nouveau, 1o a I f. ( il n'y en a
point de vieux.) Coton, 16o0 a 16 1.
Cuirs 7 1. 10 f. a 9 1. Piafires gourdes,
S 'l. ,5" f. .
.75 10
A LEOGANE, le 15 de ce mois,
Sucre blanc, premiere quality, 5oa 51.
feconde, 48 a o501. troifieme, 45 a 46 1.
commun, 35 a 401.brut, 2.8 a 3 l. Indigo
bleu, 12.1. cuivre, 9 o1. Cafe nou-
veau, 11 2. f. vieux, 9 i o f. Coton,
165 A 17o01. Cuirs, 8 a 9 1. Piaftres gour-
des, 37 & demi pour cent.
Au PORT- AU -PRINCE, le 18 de
ce mois, Sucre blanc, premiere quali-
te, 56 a 57 1. feconde, 52.'a 54 1. troi-
ficme, 48 a 5 o l.commun, 40'a 46 1. brwt,
28 a 31 1. Indigo bleu, 2. 1. cuivrd,
10o k I 1. Caf& nouveau, r,'a .z f.
vieux, 9 a 1o f. Coton, 170 175 1.Cuirs,


8 h 9 1. Piafires gourdes, 37 & demi
pour cent.
Prix des Marchandifes de France.
AuxCAYEs,leditjour, iode cemois,
Vin vieux, 50 'a 300oo 1. nouveau,
I8o0 zoo 1. Farine de Moiffac, 80 o
90 1. commune, 66 7o l. Baeuffald, 8o
a 90 1. le baril. Petit-falW, 36 'a 45 I
I'ancre. Beurre, 2.0 2 z2. f. la livre. Hui-
le, 60 h 72 1. la cave. Savon, 80 a 90
1. le cent. /
- A LEOGANE, ledit jour, ix de ce
mois ,Vin vieux, 8o0 a z2oo 1. nouveau,
S5 o h 16o 1. Farine de Moiffac, 75 1.
commune, 6o 1. Beuffale, 75 1. le ba-
ril. Petit-Sale, 36 a 40 1. l'ancre. Beur-
re, 25 f. la livre. Huile, 17 a 72. 1. la
cave. Savon, 80 1. le cent.
Au PORT-AU-PRINCE, lcditjour I8
de ce mois, Vin vieux, zoo 'a 2zo 1.
nouveau, 140 a x5o 1. Farine de Moif-
fac, 72. a 75 1. commune, 5 sa 6o0 1
Bouf fale, 712 a 80 1. le baril. Petit-
Sale, 3o 'a 33 1. l'ancre. Beurre, z1 a
30 f. la livre. Huile, I4 a 6o 1. la ca-
ve. Savon, 70 h 75 1. le cent.


Co R S


DU FRET.


Aux CAYES, Sucre blanc, 9 h 10
d. brut, o h 'az d. Indigo, 2.0 .a 4 d.
Cafe, ioh I 2i d. Coton, 30 'a 6 d.
A LEOGANE, Sucre blanc, 10d.
brut, io a ix d. Indigo, 2.2,d. Cate,


-L----.- --_





AI .


1o aa i d. Coton.4 I .
AUv PORT-AU-PRINCE Sure
blanc, 9 d. brut, 1o d. Indig% zo d.
Cafe, o ah i d. Coton, 3o h jf3 d.
M0 oT.
M. louis Guillot,ImprimeurBrevete.
du Roi & ancientn Fermier r-G&ieral des
Poftes de cette Colonie, natifde Monte-
reau-Faut-Yonne, Diocefe de Sens, eft
mort au Port-au- Prince, le .x de ce
mpois, dansa 46e annee de 'on age,
.N.E G .RE AF A R O N S.
A SAINT-MARC, le 8 de ce mois,
eft entr 'a la Geole, un Negre nouveau,
dtamp6 fur ie fein droit M& R, au-deffous
ST. M., ag2 de 2z ans,:taille de 5 pieds,
j'ayant pu dire fon nor mni cel6ui de fon
maitre: le 9, Mars, nation Congo, etam-
pe fur le fein droit CERFFYET,au def-
fous, ST. M., age de 18 ans, tale de 4
pieds 9 pouces, ayant une longue chain
au col, fe difant appartenir M. Cerf-
feuyet, a Saint-Marc.
- Au PokT AU-PRINCE, le II
de ce mois,une Nigreflenouvelle, eram-
cre fur le fein droit illifiblement, ayant
a marque du Navire fur l'epaule droite,
reprefentant un E, autant qu'on peut
diftinguer, agee d'environ 35 ans, taille
de 5 pieds, ne pouvant dire fon nomr n
celui de fon maitre : le 13, un Negre
nouveau, nation Congo, etampeifur le
fein droit A. D. L. B. ayant 6t& vendu ,
i1 y a quelque temps, a M. Cribejac,
grant 'Habitation Dumergi : Ie 14,
Jean-Pierre, Crdole, tampie fur le fein
gaucheCARADEU, entrelac6, fe difant
appartenir 'a M. Caradeu, Habitant au
Cul-de-Sac; & Louis, S6nigalais, 6tam-
pifur le fein gauche d'une erampe brulke,
9g6 de 30 ans, taille de 5 pieds, ayant
pn nabot au pied droit, fe difant appar--
tenir a Md Mercey : le 17, un Mulatre,
Efagnol, nomme JPdre, difant avoir


achetefalibere de ren maktre, ag, de 3f.
ans, taille de 5 pieds poces,tayant dcs,
cicatrices au vifage, &difant.que. M-4
Robes connoifffent fon makre; Noel, na-
tion Congo, itampV fur le fein gauche
MARC, aig de 18 ans, taille de 4 pieds
to pouce difant que fon "mtre demeu"-
re chez M. Delamahautiere; Agathe,
Congo, n'ayant pu -diffinguer i'etampe,
agee de to ans, raille de 4 pieds I1 pou-
-ces, fe difant appartenir rM`4 Drouild4
lard, la mere : le j8, Mars, Congo,
tramp6 fur la -poi.rine SIMONE & au-
deffous BROCA 'e difant appartenir a
Simone Broca, Mulatreffe libre,.demesu
rant chez M, Latoifrn des Varreux.
C A E VA UX tp EA VE
AU POIT-AU-PRINCE, le 2. de cc
mois, ii a ete conduit a la Geole, une
Cavalle, fouis poil rouan, queue longue,
etampte au montoir AS, ayant les qua
tre pieds blancs ; Ie 17, un Cheval, fous
poil rouge, crin noir, dtampd au tmon-
toir PPB, ayant one 6toile bahnche a4
front, amend des Prifons de Leogane.

NOUVELLES D'EUROPE.
TUR Q U I E
Quokque depuis le dernier ordinairq
il foit fouvent .arrive des Couriers Tar-
tares de l'armee du Grand Vifir, 1I
Gouvernement n'a pas juge h propos do
rien publier du contenu de leurs depe-R
ches, & l'on ignore abfolument ce qui
s'eft paffi apris l'a&ion de Siliftrie. Ow
fuppofe que les armees font dans l'i
nation, & qu'elle durera jufqu'a ce qu;
l'hyver mette fin aux operations de cette
champagne, Cette f6curite apparent faith
conjcfurer a bien des gensqu'on n'a pas
entierement perdu de vue les n6gocia-
tions de paix, & 1'on affure meme que
le Grand-Vifir & le Feld-Maricha
Comte de Romanzow font en corqf


I'
p
.1




.1~
I.








iftdance.- ce dernier persuade, d1t-on,
dcs difficulties fans noribre qu'il y au-
rbit pour lui lde continue la guerre au-
dela-du Danube, eft fort port pour la
raix, & tache de la faire gouter a fa
Court; ce n'eft mdme, ajoute-t-on,que
6entre fon gre, & fur des ordres exprbs
du Cabinet, qu'il a entrepris le dernier
paffage du Danube, & temet de pdne-.
trer dans la Romdlie; mais, apres le
malheureux fuccesde ce deffein, la Ruf-
fle devra beaucoup rabattre de fes pr&-
tentions avant que de pouvoir parvenir
k une pacification abfolue.
On efperoit que la mort d'Ali-Bey
miettroit fin anx allarmes de la Syrie;
mais fon allid, le vieux Cheik-Daher,
perfifte.dans fa rebellion a la Porte. I1 a
faith une nouvelle alliance avec les Dru-
fes, & fes projects ont rdpandu la crainte
& l'effroi dans toute cette Province. Le
Commerce languit toujours en Egypte,
& les Marchands efluyentdes pertes con-
fiddrables par les pirateries des Corfaires
Iuffo-Grecs qui infeftent les merse,
P o0 GN E.
le Traitet avec la Corir de Berlin
tencontre plus de difficulces qu'on
tr'avoit pu fbtppofer, vu la maniere don't,
ks affaites saetoient traitecs- jufqu'ici par
la DIlcigatioi, & le term de. trois jours
qlie le Miniftre Benoit avoit cru fuffire,
afes n6godiations, fe trouve de beaucoup
tfop court pour les applanir. Les limits
des nouvelles acquifitions de S, 191 P.
qui fcroit.nt born&-s par la Notcct,.ne
font pas affez clairemem expliquees, dit-
ch, dans fe project remis par M. Bcnoitr,
& ectte incertitude pourroit donner lieu
h'de nouvcles pretentions. La Deglea-
tibn a ddja pri le Miniflcre do faire a ce
fijet des rcprifentations aux Cours de
Vienne & de Petersbourg, & de deman-
der cu.r mediation pour porter clke de


icrimin fe pr&ter aux chaigemens pro-.
pofs,. &c.
La Sentence centre les Rlgicides pro-
noncee le .28 Aout dernier a cte enfirm
mife a execution le io Septembre fui-,
vant. La, veille, Pon public fon d,
trompe., dans les diffircns quarters de.
Varfovie, qu'en vertu di secret rend a,
par la Commiflion du Regicide, Pu-.
lawski & Strawinski ayant edtrouvesauo.:
fi coupables que Lukawski, 6toient con-,.
damnes a fubir le memne fapplice, auffi--
t6t qu'ort pourroit fe failtr de lears per.
fonnes; que les autres complices egale-.
ment contumacesg, toient condamnes a,
perdre la teccomme Cybulski, & qu'em
attendant qu'on pAt infliger ces peines A,
tous les coupables,. its etoient ddclares+
infames, proferits, &tc. Le mndme jour,.
bon martin, l'Official fe rendit avec Ie.
Venerable a. la priforn, oih it donna la,
Communion a Lukawski & Cybulski .
enfin, le xo. entre.les 8. & 9 heures dbe
matii, ces detux malheureux,. fous l'ef-.
corte de toute la Garde di Marichal de!
la Couronne, & d'unt nombreux dta---
chement d'TUhans, furent miends de la4
prifon a laPlace o,chdevoit fe faire l'cxe-
cution. Ils paflfeerrt le m6me chemir ,
qu'ils forcerent te, Roi de fire dans 1z,
funefce nuit dr 3. November 1771, &
ta place m cr.me de I&exIcution 6Eoit prs.
de l'endroit ot ils avoient contraint le
Roi de franchir le foff6 cheval .'-c'cft
utne plane qui peut contenir enviroa
2oooo Spe&ateu'rs. Les deux etiminels,-
.toient-habillis de bl an, & affis chacaw
dans un tomrbereaa avec deutx Capucin-s.
Kofinski, Frankemberg,. Perninski &.
la femme de Lukawski les fuivoicnt, &
furcnt obligvsdi'affiftcr Pexeitiion. On,
rcmarqua que KoiTnski, pendant lo,
chemin, fe couvrit le vifage & fe di--
roba, autant qu'il putj aux regards do
'Public. Un d6tachemcnm d&e 9oo hlom


- .





1


'I


mesde la Garde du Marichal de la Cou-
tonne formoit un cercle autour de l'e-
chaffaut. A peu de distance, fe trouvoit
la ,Garde de la ville, & m8me on avoit
eu la precaution d'amener quelques pie-
ces de canon. Lukawski monta le pre-
mier; il temoigna une grande conf-
tance, & fit, A'roinnement de tout Ie
monde, avec beaucoup de prefence d'ef-
prit, un difcours pathdtique, par lequel
il avoua qu'il avoit commis un crime
deteftable, & affura qu'il s'en repentoic
fincerement : il ne voulut point qu'on
lui bandit les yeux, fe confeffa de nou-
veau, & fe mit lui-mnme dans une pof-
ture affuree pour recevoir le coup fatal.
Apres qu'on lui eit tranche'la t&e, on
lui coupa les deux mains. On ecartela
fon corps, & on en brula les quarters.
Cybulski qui avoit cte timoin de ce fan-
giant fpe&acle, monta alors fur l'dchaf-
fAut: il parut auffi tres-ferme, & ne
montra pas la moindre emotion; mais
it nefit point de harangue; & apresqu'il
fe flit laiff1 bander les yeux, I'Executeur
lui abattit la tete d'un feul coup. On a
accord la fepulture h ce dernier. Buba-
lowicz & Staczewski, deux des conju-
res, etant morts en prison, letrs noms
ont et affiches au gibet. On n'a vu juf-
qu'ici dans le Public aucunes copies du
trait conclu provifionnellement par le
Prefident de la Delegation & les deux
Marechaux avec le Baron de Stackel-
berg. En attendant, l'on apprend que les
articles accords la Rufflie contiennent
principalement, i la flipulation d'une
paix inviolable & d'une union fincere
cntre les deux Puiffances: z le confen-
tement au demembrement des Provin-
ces occupies en Lithuanie, felon la pre-
miere declaration des limices; enfin la
confirmation des conftitutions &tablies a
la Dicke de 1768, & la garantie de l'in-
tgritc' du Royaume de Pologne & du


Grand,.Duch& de. Lithuanie, reftreint!
aux limitesa&uellement fixes par lepar.,
cage, &c. Le Minifire de Ruffle a de
fon c6tc garanti 1o lajouiflance desSta.
rofties k ceux qui en font poffeffeurs ac-
tuels, h condition qu'ils paieront h l'Im-.
peratrice, leur nouvelle Souveraine, le.
quart de leurs rcvenus, ainfi qu'ils ctoient
dans 'ufage de le fire k la Republique;
1 les droits & privileges de la Religion
catholique dans les Provinces de6mem-
brees; 30 les droits & la forme de Gou-.
vernement don't jouiffoit la Livonie Po-.
lonoife :enfin la libered ha tous les Con-.
fEdddrs prifonniers en Rufflie.
On ne fait pas encore quelle fera la
deffination des biens confide'rbles que
la Society des Jefuites poffcdoit en Po-
logne. Comme le Bref dffiipprefion or-
donne qu'il doivent ecre applique's ad
pias caufas c'eft-a-dire, pour acu-
vres pies, on prevoit qu'il y aura des
difficulties h ce fujet, la Republique,
come les autres Souverains, precen-
dant pouvoir faire du temporel de certt
Soci&e' 1'ufage qu'elle jugera a propose.
.P R U S S B. -
II vient d'&ere public dans ce Royau-
me un Edit donne a Marienverder, par
lequel il eft fait defenfe de publier le Bref
du Pape portant fuppreflion de la Socie-
te des JRfuites.
La ville de Dantzick paroit avoir per-.
du toute efperance de recouvrer jamais
fes anciens privileges, & il y a toute ap-.
parence qu'elle fera enfin oblige de fe
foumettre aux loix que veut lui impo-
fer une Puiffance qui n'a pas m me be-
foin de fes armes pour la reduire. Dant.-
zick eft arrofe par le canal Radaun, qui
fournic d'eau fes Fontaines & fes Fabri-
ques. Pour prdvenir la d6gracation d'un
canal auffi precieux, il a toujours eit.
feverement d6fendu d'y faire des fai-
gnees & d'y better des immondices i


1!i
I



I




'I


,- 4h~C~C ~- --- -- ~


- -w- ---,


tl'




'~.w'~ ~
..41 r


wtaisettetdifenf'ea t6 rdvoquie au faux'-
bourg de Schotland, l'un de ceux tom-
bes fous le domination Pruffienne &
que le Radaun traverfe dans toute fon
&tendue. On s'en eft deja apperqu aux
Fabriques, & les Citoyens voyent avec
douleur la facility avec laquelle le Roi
de Pruffepeuran antir l'exiftence de cet-
te ville anfeatique. D'un autre cote,
S. M. P. reclame tous les foldats de la-
garnifon natifs de fes nouveaux Etats ;
& fi cct ordre eft execute, il ne reftera
pas a la ville 3oo hommes de troupes r'-
glees pour difendre fes vaftes fortifica-
tions.
ALLEMA G N E.
On eft encore h pcnetrer les motifs
qui ont engage l'Empereur a retourner
a Vienne beaucoup plutbt que S. M. I.
ne fe l'etoitpropof6, d'autant plusqu'el-
len'a pas faith tous les voyages qu'elle a
refolus. On fait la'-deffus bien des rai-
fonnemens; le plus vraifemblable de tous
les motifs, paroit &tre, felon bien des
gens, que.dans la conjon&ure de la fuip-
preflion de la Societe des Jffuites, qu'on
compete etre au nombre de plus de 6ooo
dans les Etats hereditaires de la Maifon
d'Autriche, la prefence du Souverain
&toit niceffaire dans fa refidence, pour
regler.l'emploi des biens qu'ils y poff6-
doient. On eft communement dans l'o-
pinion qu'une grande partie pourroit
bien fervir a augmenter & 'a entretenir
les troupes Impiriales. Quoiqu'il en foit,
S. M. 1. eft auffi oceupee depuis fon re-
tour, & meme plus qu'clle ne I'etoit
avant fon depart. La quantity de places
qu'ellea recus dans le course de fes voya-
ges lui ont fait connoitre a quoi elle pou-
voit remedier, a l'effet de pourvoir au
bien de fes Sujets. On dit qu'en Tran-
fylvanie elle a laiff6 80ooo hommes
prets a marcher au premier ordre de
a part,


I-I





A


La C6rnir' n.chargeea Vlenne de
rigler les affaires de la Socidet continue i
fes operations, & il paroic que les In-
dividus font tres- dloignds de s'engager
dans d'autres Ordres Religieux; its one
tous pris Ihabit d'Ecclefiaftique-f6cu-
lier, & doivent -tre fatisfaits de leur
penfion annuelle, qui ne va pas moins
qn'a 3<50 florins. On ne penfe pas qu'ils,
foient traires plus favorablement qu'ail-
leurs: on a conferve fenlement les qua-
tre Confeffeurs de la Famille Imperiale.
Onr ecrit de Ratisbonne que jufqu'a
prefent les Jfuitcs y demeurent dans leut
etat primitif, & que, malgre que la
Bulle foit d6ja parvenue au Grand-Cha-
pitre de cette ville, on n'y a pris en-
core aucun arrangement pour fon ex-.
cution. L'Ev&que a cependant envoy
a Munick pour concerter avec la Cour,
Ele&orale de Baviere ce qu'il y a h fair :
dans cette circonflance. On pr6fume que
l'dducation de laJeuneffedonc its eoient
charges, faith feule un obstacle aflez dif-
ficile : il eft du .moins certain que cet in-
iconvenient arrrte a&uellement 1'execu-
tion de la Bulle dans plufieursautresen*
droits de l'Allemagne.
Suivant les lettres de la frontier, 1e
Corps qui etoit fous les ordres du Gen&-
ral Wtiffmann, & qui eft prefentement
command par le Gn6eral Ungher, a
paffl le Danube, & s'eft ctabli a Bada-
bagh; elles ajoutent que la grande ar-
mee Ruffe campoit aupres de Jalonicz,
petite ville de la Valachie, & que le
Comte de Romanzow n'attendoit .plus
que le renfort qui doit lui venir de Po-
logne pour executer l'erdre qu'il doic
avoir requ de tenter de nouveau, 'a quel-
que prix que ce foit, le paffage du Fleu.
ve, & de marcher droit au Grand-Vi-
fir. On dit que l'Imperatrice, en lui inti-
mant cet ordre, lui a rappell que les
JLomiins ne 4emandoient jamais Ie no .




S*,...


bredeseinetn4 tnaistcliudoiokist-o5 i,
pon les combwttre.
I T Ab u E.
.La& Congregation que le St. Pere a
itablie pour veiller a Plexecurion de lfa
Bulle, portant fuppreflion' de la Corm-
pagnie de Jefus-, employee tous les mo-
yens qui peuvent remplir entierement
ct objet; & les rechereches qui fe conmti
nuent par fes ordres, intriguent biendes
gens. On fait journellement de nouvel-
les.decouvertes : ii y en a qui veritable-
ment font dcs plus frappantes, & anxu-
quelles on ne fe feroik jamais attend.
Opa deja revdliquantite d'argent mon-
noyd, de pierreries, de perles& den me-
dailles d'or de tres-grand prix, don't: le
total monte a des fommes confidc'rables;
& I'on dit: q.e dam les diverfes recher-
ches quiion.t et& faires, on a tronuv6 un
grand romhbre d'efft -prieceux.
-On a tranfporte a Vatican les plus
beaux Tableaux des celdbres Maitres qui
&ojient la Maifon du Noviciat,.,& on
les:defline a dcorcr les appartemens de-
ce Palais. ,
L'Ex-oGenraI Ricci & les autres:!J-
fuites qui, comme. lui, droien gardis-
a vhe au" Coltege des Anglo'is, viermernt
d'(tre conduits an Ch teau St. Ange, &
fis fur le champ dans des prifons.fepa-
re4s. On parled'rne confpirationicontre.
le.Pape, qui a fait.redoubtrfa garde:
on travaille prdfcncement k I'infiru&ion
de lear process,
A Venife, FAnmbaffadeur de la R,-R
publique ayant.envoy.le Brefde la fup,-
prflin avec les.ordTes de 1a Congriga.-
tion, & une.lettee circulaire atxn Ev4&
ques fur cet objet, Ie Goaverntmur en di-
libera dans un Pr'gadi tenm i cet effect:
Ie rdfultat fut d'en remettre la difcuffiotr
a une deputation extraordinaire, & de
li recommander, au cas qu'elle jugeat
covenahk d'admetcre la fupprefIim, de


f'aieatentaibn divers poithts,. t 'e ).
miner fur-tout s'il convient de recevoi"
ce lettres, teleks qu'elles font, ou quel-,
les. claufes ou modifications on y pour. >
rait apporter, fans s'ecarter des., Loix k&
des Coutumes de -Etat. On a infinue .
la Ddputation d'allier dans -'exeutios.
do fes d'crets la moderation & la S cha-
rite an boa ordre & i la: digmc6 de la
Republique, & d'avifberauffiau moyenr
de remplacer ces Religieix. d. la ma-.
niere la plus convenAble..
A N G L E T R E.
Lea tempi- approche auique on: doit-
proceder a l'Fle&ion d'unnouveau Maire
dans Ia Capicale de ce Royaume. Ow
fe rappelle que Ite fameu.x. Wilkes, qui,.
i'annee deknire, s'dtoit mis, furles:rangsm,
pour cecte digmnict, emnploya tous les ;
moyens pofFibles pou-r fe procurer la pla--
ralit des fuffrages, & qu'it en cut r: !
plus que jM. Townfendi, k qui cepen--'
dant la Charge fut adjug..11 ya a.u--
jord'hui trois Partis qui font biendes~
mnouvemretpo.r cettaEle&ion,. Os'at-
tend mzmeencoreav i oir M.. Wilkes reu-"
nir Ia pluralit" des. voix en a fa faveuar;
mais on re doute: point qi ''i n'ait le,
mime fort que 1'anaee dernmere quoi-k(
qu'il femble quela circonftance des Elec--,
tions.potr un nouveau.. Partement., de-
vroitbeauoaup inder fur ce q'on.perv*-
fait autrefois fur fonrcomnpte. Les Al.-
dermans ont le privilbge de nrommerI'unw
des.Candidars prefcte,fansavoir egard
'a ta pltralit&des fuffrages. ; mai~ it faut:
Cenruce que le Roi confirm cette Elec-.
tion & il r'y a. pas d'apparertce que-;
S. M. confirrcrai celle de Mt. Wilkes,
quand m.ime csm Aldern-ans- 'awraient
publiide.
F NrC A NC .F
IIr fe paffb penu de jours que. l'a Ca-'
pitale. n'ait lc boanleur de voir dans fes
anurs quelques Perfonnes d& la FauniUet,


~1


I'.





'IA
I*


4

d




- ir1


Iiyale,; I, 13 'Septnmb're' meff f
Madame- la. Datiphine Madame la
Conteffe de Provence& MadatmeVic-
toire fe rendircnr .h la Manufa&ute
Royale de la :Savonnerie, pour y voir
les diffircns ouvtrages qu'on y edx&iute.
M. le Contibleur-General cut i'honneur
de les y recevoir, & de predferter h4
Madame la Dauphine trois tableaux
en tapifierie, executis dans cette Ma-
nufadure. Le ri aces Princefles' & Mef-
dames Adla'ide & Sophie vinrent 'a la
Bibliothbque du Roi ; & apres avoir
vifite la Galerie des Livres elles
pafferent dans le Cabinet des Medail-
les, & enfuite dans la Salle des Manuf-
crits. Le 6, Monfeigneur le Dauphin,
Mde laDauphine, Morifigneurle:CGomte
& Mde la Comtefle de Provence, ainfi
que Mefdartmes, leurs f'iurs, fe rendi-
rent 'a Saint-Cloud, ou il y eut bal &
feu d'artifice. Cette augufte compagnie
daigna fe prottier"--,4 ciremonie au,
milieu d'un moonde prodigieux. Le zo,0
ils -vinrent voir les tableaux exp6f.s 'au
Salon du Louvre,pafferent enfuite dans-
]a Galerie des plans, & defcendirent'par
le grand efcalier des Thuileries~a la Co-'
.Adie Francaife, u- ils aflifferent au
Spe facle. Jamais les Habitans de cette'
Vile :n'ont eu plus d'occafions de fair
faroitre leur amour pour le Sang de'
leurs Rois, & jamais ils ne Font te-
mnoign4 avec plus d'empreffement.
A MA t R I -Q U E.
M. 1'Intendant, ayant fix' le jour de
fon depart pour le Cap au zz de ce
tnois, tiendra la route fuivante.
11 partira famedi prochain a midi, &
ira coucher fur l'Habitation de M. le
Prince de Montbazon. Le 2.3, il dinera
chez Madame de Launay, &ira coucher
fur 'Habitation Saint-Cheron, au Ma-
theux. Le 2.4, fjour. Il reftera le z2.& le
.6, furrHabitation Scguineau, au Mon-


M trout. eI. ;' hit1-Marc, &tlra cbu,
cher chez M.-Moreau abl'Artibonite. -Le
z8, chezM. Peyre.Le 29, chez M. Da-'
nache, de Pautre c6te-de 1'Effher.-Le 3 e,
chez M. Marchand aux Gonaives. Le
3F chez M. de Seguiran au Limbe,
ou chez M. Duipetit Thouas.au meme
quarter. Le er' Fivrier, itl dinera chez
MM. Raby & Belin au Limb6, & cou-'
chera an Morne-Rouge pr's du Cap.
S P E CT A C L E.
-es Muficiens'du Regiment du Porte'
au Prince ont donned Dimanche der-'
nier, 16 du courant, & donneront Di-
manche prochain, 23 du prefent, un.
grand Concert Vocal & Injlrumental,
quie M.A le Gen6ral a honored & hono-
rera de fa y'rtfence. II commence 'a
heures &demie, )&finit a 8. On ouvrira
un Grand Bal a ixo heures, oui on
paiera de nouvelles entrees, au meme
prix-que le Concert. Les Gens de cou-
teur n'entreront point, meeienpayant.
A V IS D I V E R S.
MWe La 'Rivere1 de la Gerodiere a
lhonneur de prevenir le Public, qu'en
vertu de 1'agrement de MM. les General
& Intendant, ele enfeignera dans la ville
du Port-au -Prince la Jeuneffe a lire &'
a &rire; 'elle ofe fe flatter d'&re en "tat
deleur donnerune bonnec education : elle
prendra des Penfionnaires. Sa demure eft
chez M. Boyer, Place de l'Intendance.
M;S les Creanciers des fucceffions de
M. Simon Michel& de De Marie Per-
ronncau, fon epoutfe, font prids de don.
ner connoiflance de leurs titres de crean-
ces a M. Lagarigue, leur gendre, Ha-
bitant h Leogane, qui prendra avec eux,
pour les payer, tous les. arrangements
convenables.
NAVIRE EN CHARGEMENT.
Le Navire le Briny, venant de 1'O!
rient, Capit. Mabille, ayant pour Ar#


(


r~t~




-; f
.. .... -.- ,- i lT !i,'~ '> ,.**" f'. mn ** I "11|1 | 1: -' I '-'. I. ri =" -_'_] ..2 z *- -- ~.-
A'. *7 -

:-. *i '. / ,
*^ "".:;, ; .* \ i. "1*
-. ** ~r" 3 '


Zx vours-eMl, Arnous frefese dIdt lienw
eft arrive au Port-au-Prince le o De'-
cMmbre dernier charge de marchandifes
des Indes, de la Chine, Perfe & autres.
11 doit partir pour Nantes dans le cou-
rant de Mai prochain': les perfonnes qui
tefireront y pafer on charger a fret,
font prides de s'adreifer audic Capitaine
ep fon magafin chez M. Labarte, onu
M. Dubaudry, ci-devant Capit. de la
Sirene, audit magafin. Ce Navire n'eft
qu.' fon second. voyage, & eft des plus
cpmmodes pour les Pafiagers.
A VENDOR E.t
Vingt quarreaux de terre, fitues dans
la Plaine de Leogane, entire les Habita--
tions de Mrs Drouet & Lcvy, & de.
Mda Gabriel Michel,&de Paris, prove-.
nans des fucceffions de M. Simon Mi-
chel, & de dame Marie Perronneau,
fon epoufe. 11 faunt s'adreffer aM. Pierre
Pomies, ancien Commandant des MIilii-
ces du Petic-Trou, HAbitant a. Ni.ppes.
Un emplacement fitue au :Port-au-
Prince, rue diu Gdi verie i ie, avecc
toWs les 'tablifIfemens qui en dependent,
ccfiftans en une maifon principal d'u-
ne chainbre a coucher, d'un cabinet de
toilette, Ad'ne falle de 2.z pieds fur zo,
d'un falonde o4 pieds fur 13, & dedeux
peritsoffices : Ie tout planchie' & peint
dans.un joUl gouc; enoutre deux maga-
finsau fond de la cour, de deux cham-
bres chaque, dans l'une defquelles une
Cuisine avec fon foyer, fourneau, &c.
Ie tout neuf & bien clos de murs. S'a-
drefferaM. Pons, Notaireau Port-au-,
Prince, onu au Capit. Chambrelan, qui
donneront toutes les facilities poffibles
l I'acquereur.


* -


Ave, pernilion de MM.


. The Habitation rttte au qtarrirdad
Fort-Royal du Perit-Gotve, i utne
lieue de l'emibarcadere, contenant 90o
carreaux de terre, bornee au Nord dc
MM. Kavanagh & Compagnie; h I'Eft,
dc feu fieur de la Sourdiere; a 1'Oueft,
de la Riviere-h Petit; & au Sud, de
Nicolas Demouette: le tout en bois de-
bout. S'adreflr'a M. Beaucoufin, No-
taire au Port-au-Prince, qui donnera
tons les renfeignemens neceffaires.
Trois Negres pseheurs & marines, avec
canot, & tous les ufkenfiles neceflTires
a la p*che. S'adreffer au fieur Martin,
Aubergifte au Port-au-Prince.
ESCLAVIS EN MARONAGE.
Deux Negr'es, nouveaux, nation Na-
go,, nommes Jupiter & Neptune, eta m-
pds PLANCHER, font parties maronsede,
l'Habitation de M. Plancher, a la Mon-
tagne Noire, Quartier de la Riviere-
Froide. On.prie les perfonnes qui en au-
rpnt connot nce,. '- o,, er avis a Mi ,
Plancher, Solus-Co~iiifidire de la Ma9.
rine, au Bureau des Claffes du Port-au-.
Prince : II y aura r compenfe.
Un Negre, nommi Paul ou Saint-
Paul, nation Quiambs, ctampe fir les-
deux feins D LM. ces deux dernieres,
Jettres entrelac6es ,0 g4 d'environ 18i
ans, taille de 5 pieds i potuces,.& ayant,
des marques incifives de fon Pays fr le.
vifage, eft maron depuis le. mois d'odoA
bre dernier. On prie ceux qui en auront
connoiffance, de le faire arr&cer, & d'em
donner avis a M. de la Mardtinier ,Che.
valier, de Saint-Louis, ancien Lieute-
nant de Roi de Saint-Louis, & iHabi-
tant audit lieu, auquel il'appartient, on
h M. Prieur, au Port-auPrince.


les


General & Intendant.


AU PoXT-V.w -Pu.INCE, cbh- DON NET, Imprimeur du Roi par Interimr


~ 1

~,

~'




A
I,






'''I
<1
iii








r ANNtdE 1774 [N31 3$


NT AUX AFFICHES AMIRICAINES.


Navires au Cap.


JL 17 de'ce mois le Petit-Saint-
Andre', de Bordeaux, Capit. Detchetto,
part le 2 t novembre : le 19, la Feli-
cite', de Marfeille, Capit. Brunet, part
le 19 novembre : le 1i, la Marie, de
Bayonne, Capit. Dingirart, parti le
23 novembre.
DAPART de Navires du Cap.
Le 16 de ce mois, le Prince George,
Capit. Guion, & l'Aurore, Capit. Al-
liez, tous les deux pour Marfeille : le
2.t, la Sole, Capit. Vernier, pour Bor-
deaux.
PRIX des Marchandifes de la Colonice
au Cap.
Sucre blanc, premiere quality, 67 A
68 1. feconde, 64 A 65 1. troifieme,
59 A 60 1. commun, 45 a 54 1. brut,
30 A 31 1. Indigo bleu, 12 1. cuivre,
10 1. 15 f. a I. 1f. Cafe nouveau,
I A 14 f. Coton, 190 a 2oo 1.
PRIX des Marchandifes de France
au Cap.


Vin vieux, 300o 3 o 1.
2.o liv. Farine de Moiffac,
commune, 48 A 50 liv.


nouveau,
63 A 66 1.


Cov RS du Fret au Cap.
Sucre, blanc, ix A 1n d. brut, ii
S13 d. Indigo, 24 3od. Caf6, x 15
X8 d. Coton, 36 d.


22 Janvier.


II _L~ ~L -- I -II i -1


Mo R T.


Le Sieur Jacques Lemoyne, Habitant
A Plaifance, eft mort fur fon Habita-
tion le 6 de ce mois, age de 58 ans:
iletoit natifnatifde Neuville, Diocefe
de Lifieux.
M. Benjamin Faneuil, Commenfal
de la Maifon du Roi, ancien Capitaine
de Dragons, & commandant les Mill-
ces du Quartier du Trou, eft decade
fur fon Habitation le 8, ag6 d'environ
So ans : il dtoit natif de la Rochelle,
& etoit dans cette Colonie depuis Fan-
nee 1715.
NEGRES MARONS.
Au FORT-DAUPHIN, eft entr6 A la
Geole le ii de ce mois, un Negre
Mondongue, nomme Reflu, etampe
fur l'eflomac A THIERI; Lafortune,
m8me nation & meme etampe; & une
Negreffe nomm6e Zabet, nation Bam-
bara, dtampe I B I : le 14, Pierrot,
nation Congo, etampe illifiblement,
age d'environ 60 ans : le 16, l'Eveille,
auffi Congo, etampe fur le fein droit
C I; & Achille, meme nation, etampe
fur le fein gauche, autant qu'on a pu
le diffinguer, 3 B.
Au CAP, le 16 de ce mois, un Ne'
gre nouveau, de nation Mondongue,
etampe B & au deffous DEMALLE,
Age d'environ 20 ans, louche : le 17,
Lifette, meme nation, etample en fer
i cheval MOVSCARDY, agee d'en;


Du Samedi





ij :


34 .
viron 10 ans, laquelle a dit appartenir
A M. Moufcardy t la Marmelade : le
zo, trois Negres nouveaux, de nation
Congo, etampes 3 g P entrelaces : le
ii, Venus, nation Nago, fans etampe,
Agee d'environ 45 ans, laquelle a dit
appartenir a M. Pertuy, au Terrier-
rouge.

AVIS DIVER S.
M" les Afionnaires du Spefacle
font invites d'avoir la complaifance de
fe trouver dans la Salle de la Comedie
du Cap, le Dimanche 30 du courant,
huit heures du matin, pour y traiter
des chofes les plus intereffantes con-
cernant la direfion dudit Speftacle.
II s'eft gliff6 une erreur dans la Feuille
pricedente, l'avis du Sieur A4upit,
concernant la bouillie antifcorbutiqtie,
qui fe faith avec lefalop & non lejalap.
M. le Mefle, au nom & comme ayant
epouf6 la Dame veuve Patricot, avoit
ci-devant donned avis que la repartition
entire fes Creanciers fe feroit d'apres
la representation de leurs tires & la
Verification qui en feroit faite par Me
Clement, fon Procureur : cependant
jufqu'a prefent cette repartition n'a pu
fe faire, parce qu'il n'y a que la plus
petite parties des Creanciers qui ont
reprefente leurs titres. En conf6quence
il previent fes Creanciers, que ceux
qui dans la huitaine, fans autre delai,
pe les communiqueront pas, ne front
point compris dans la repartition que
doit faire M. lAubert, Syndic.
ULe Sieur Crebfja, Capitaine de Mi-
lices & Habitant au Haut-du-Cap, 6tant
fur fon depart pour France avec la Dame
Ton epoufe, prie les perfonnes a qui
it peut devoir de fe pr6fenter, offrant
-de les fatisfaire, & prevenant qu'apr)es
ow depart il ne fera paye que de crian-
Ces revQtues de fa signature.


M.t Roy, Entrepreneur de BAti-
mens 0 previent le Public qu'il demeure
rue du Bac, au Cap. II offre fes services
dans les entreprifes des Batiffes, & it
efpere meriter la confiance de ceux qui
voudront bien l'employer.
Le Sieur Bagot Dechamps 6tant fur
fon depart pour France, prie inflam-
ment les perfonnes a qui il peut devoir
de fe prdfenter pour recevoir leur paie-
ment, & ceux qui lui doivent de tI
folder inceffamment, ne voulant point
recourir A des voies defagreables. 11
previent auffi qu'il a des Domeftiques,
Chaifes & Chevaux a vendre.
II1 a et6 perdu au Cap, dans les pre-
miers jours de ce mois, un Jonc brun,
de 38 A 40 pouces de haut, don't la
pomme d'or ouvree eft un peu fauffle
fur un cote du bord fuperieur, ayant
un cordon noir : on foupconne l'avoir
eubhi, quelque part. Ceux qui l'ont
trouve font pries de le faire remettre
A M. Manefca Negociant : il y aura
recompenfe.
Le Sieur Michel Aplada, dit le Grec,
Marchand au Fort- Dauphin, s'etant
appergu que plufieurs lettres lui avoient
ete interceptees fous le nom de Michel
Blanc, it previent de lui adreffer les
lettres l'avenir fous le nom de Michel
4plada, dit le Grec, ci-deffus 6nonce.
II a ete perdu du 18 au 19 de ce mois,
fuir le chemin de la Riviere-Salee au
Limbe, une petite Montre d'or unie,
ayant un cordon de foie avec un cachet
d'or & la clef de cuivre. Ceux qui l'au-
ront trouve font pries de la faire re-
mettre a M. Duny, Negociant au Cap,
ou a-M. Audigier, Habitant au Margot:
il y aura recompenfe.
Le Sieur Giraud, Eleve du fameux
M. d'Ardennes, Acad6micien apres
avoir travaille au Port-au-Prince avec
L'agrQment de M. le Prince de Rohar.




- ------ -~ -,.Y,. ~~-4rw-~-~* -~ -------. -.
~ ~


& M. le Pr'fident de Bongars, airifi
1qu'a Saint-Marc, aux Gonaives & au-
tres endroits decette Colonie, avertit
les perfonnes don't il a merits la con-
fiance, qu'il fe fixe aujourd'hui dans
le Bourg du Dondon otil il eft deja
connu par les fucces conflans de cinq
mois de pratique, Pour s'attirer davan-
tage la confiance du Public, il fe fait
fort de guerir radicalement les malades
qui pour caufes fcorbutiques compli-
quees, diarrhee tenefme & maladies
veneriennes, font regards comme in-
curables & n'ont d'autre reffource
que celle de repaffer en Europe, ce qui
leur eft tres-difpendieux & fouvent
mortel. Le mercure deftru&eur du
corps human & tous les remedes vio-
lens font bannis de fa pratique ; fes
inalades font a l'abri d'une ennuyeufe
convalefcence, la fante & l'embonpoint
leur revenant tout A la fois. Ceux qui
front dans le cas de prendre des Eaux
mninerales, les trouveront chez lui de
la quality convenable a leurs maladies.
Les perfonnes qui s'adrefferont audit
Sieur Giraud, font affurees de le trou-
ver ou fon Affocie le Sieur Ifnard,
Do&eur en Medecine, Chirurgien de
Montpellier, recu au Confeil Superieur
du Cap. On a oublie d'inferer le nom
de ce Medecin dans les Etrennes Amne'-
ricaines.
Mde Elifabethl Boudet, demeurant a
la Petite-Anfe, donne avis que fes Ne-
gres ont trouve dans les mangles dudit
lieu une Epee A garde d'argent : elle
la remettra aux perfonnes qui la rcila-
*meront, en la lui defignant & payant
le cot du pr.fent avis, & en recom-
penfant lefdits Negres.
Le Sieur Curet, Marchand au Cap,
rue de Bourbon, comptant partir pour
France le i 5 fevrier prochain, prie les
perfonnes at qui il pent devoir de fe


pr center pour recevoir leurpalement,
& ceux qui lui doivent de vouloir bien
le folder.
NAVIRES EN CHARGEMENT.
Le Ze'phyr' Capit. Gros, partira
pour Marfeille du to au x 15 du mois
prochain. Ceux qui voudront y charger
A fret, s'adrefferont audit Capitaine,
en fon magafin au Cap, maifon de M.
Cornui, Negociant.
Le Nairac, de Bordeaux, Capitaine
Chevillard, partira pour ledit lieu dtu
o au i 5 du mois prochain, fans retard.
Ceux qui voudront y paffer ou charger
a fret, s'adrefferont A M" Mefzier fre-
res, Negocians au Cap.
Le Quartier-Morin, de Nantes, Capit.
Subra eft en expedition pour ledit
Port, & partira du 15 au -o du mois
procbain. Ceux qui voudront y paffer,
s'adrefferont a M" Aubert & Compa-
gnie, Negocians au Cap, ou audit Ca-
pitaine, en fon magafin, rue de Pen-
thievre.
Le Druide, de Bordeaux, du port
de 300 tonneaux partira fans faute
pour ledit lieu le i mars : ce Navire
eft tres-commode pour les Paffagers.
Ceux qui voudront y paffer ou charger
a fret, s'adrefferont M. Jean Ore, en
fon magafin au Cap, rue du Vieux-
Gouvernement, vis-A-vis M. Dealbitre.
... La Marie-Jeanne, de Bordeaux, du
port de 300 tonneaux, Capit. Baudry,
partira pour ledit lieu dans le courant
de mars : ce Navire eft grand voilier
& trcs-commode pour les Paffagers,
ayant une dunette. Ceux qui voudront
y paffer ou charger a fret, s'adreffe-
ront- a M" Millot & Friou, Negocians
au Cap, rue de Penthievre, ou audit
Capitaine, en fon magafin, rue Saint-
Laurent, vis-A-vis M. Cornu Nego-
ciant, pres le Marche-des-Blancs.


It I






'I

'A

.1'




I:.^-~u,~,'[".~t* a *,-


36


BIENS ET EFFECTS A VENDREI;


Un Terrein de la contenance de 54
quarreaux, fis au Quartier Morin,
borne de l'Habitation Lacate, de M"s
Delaye, de la Chapelle & Charite, fur
lequel it y a deux cafes de bois incor-
ruptible, couvertes en paille, avec fa-
vanne & halliers. II faut s'adreffer A
M. Delacombe, Chevalier de S. Louis,
A la Grande-Riviere, ou a Mr" Millot,
Friou & Compagnie Negocians au
Cap. Le Proprietaire fera, fi on le veut,
Une fociedt pour etablir en indigo ou
en cannes : ledit Terrein eft arrof6
d'une ravine qui ne tarit point.
Vente de Meubles & Effets depen-
dans de la fucceffion du feu Sr Macei
Habitant au Limb6 qui fe fera au lieu
de fon entrep6t, vis-A-vis l'Habitation-
de M. Glin,Ila femaine prochaine,dont
le jour fera indique A la porte de I'E-
glife.
ESCLAVES EN MARONAGE.
Une Ngreffe Sene'galoife, nommee
Zilia, Agde de 30o ans, fans etampe,
taille de 5 pieds, l'oeil grand, les traits
reguliers le fein pendant, la jambe
feche, le pied long, marone depuis fix
femaines; & un Mulatre Creole, nom-
mn6 Michel, de I'Habitation Delarue,
fans etampe, Age de 40 ans, taille de 5
pieds 5 pouces, bien fait, borgne, fort
laid, la jambe feche, maron auffi depuis
fix femaines. Ceux qui les reconnoi-
tront, font pries de les faire arreter &
d'en donner avis A M. Fre'de'ric le Mefle,
Habitant au Quartier Morin & au
Terrier-rouge : it y aura z5 piaftres
de recompenfe pour la prife de la Ne-
greffe, & 15 pour le Mulatre.
Un jeune Negre Madingue, nommen
A4uguflin, grand, d'une jolie figure,
itampe l'encre OUDART, ladite


etampe un peu effacee, mals lifible;
ayant une petite cicatrice de fon pays
a l'oeil gauche eft parti maron le 9
decembre dernier. Ceux qui le recon-
noitront, font pries de le faire arreter
& d'en donner avis a M. Alphonfe,
Ndgociant au Cap, .ou a M. Oudart,
Habitant au Piment, A qui ledit Negre
appartient.
Un Negre Congo, nomme Pierre,
pacotilleur, etampe prefque illifible-
ment fur le fein droit DANGLADE,
barbu, le vifage large & fort noir, Age
de 30 A 35 ans, taille de 5 pieds z pou-
ces, eft part maron le 24 du mois der-
ner. Ceux qui le reconnoitront, font
pries de le faire arreter & d'en donner
avis a M. Dupin, au Port-de-Paix, A
qui il appartient : il y aura recompenfe.
Un Negre nomme Antoine, etampe
fur le fein droit illifiblement, & fur le
fein gauche JEAN AU DONDON.
Ceux qui le reconnoitront, font pri6s
de le faire arreter & d'en donner avis
au Sieur Serre, Tailleur, a qui ce Negre
appartient,lequel donnera une honnete
recompenfe A celui qui le lui ramenera.
CHEVAUX PERDUS.
Un Cheval, poil rouge, etampe fur
la cuiffe du montoir R s'eft chappe
de la favanne de M. Garnier, derriere
l'H6pital, le 7 de ce mois. Ceux qui
en auront connoiffance, font pries d'en
donner avis A M. Yvon, rue du Bac,
au Cap.
Une Mule dtampee fur la cuiffe du
montoir MR, s'eft echappee de la fa-
vanne de l'Habitation de M. Chdteau-
neufj, A l'Accul-des-Pins. Ceux qui en
auront connoiffance font pries d'en
donner avis a M. Riviere au Fort-
Dauphin, ou A M. Bouin de Beauprd,
au Cap : il y aura 300 1. de rdcompenfe
pour celui qui la ramenera.




VI gJi


ANNiE 1774'


V S


A am vurer, Boulangere
du Ratai Cap pri p M" les Capitai-
nes, i'gociins autres Marchands
en gros & en eftail, de ne rien 1liv rer
A qui que ce foit, fans iun ordre fignI
d'elle; autrement elle fe croira auto-
rifee A refufer le pavement des comptes
qu'on lui prefentera.
M"' les Habitans du Dondon font
avertis qu'on fait des charrois fur l'Ha-
bitation de M. Delacombe, Chevalier
de Saint-Louis, A la Grande-Riviere,
au meme prix qu'A la Tannerie. 11 y
a plufieurs favannes excellentes pour.
fire repofer & rafraichir les animaux.
Le Sr Augias Aubergifte au Trou,
etant fur fon depart pour France prie
les perfonnes A qui il peut devoir de
fe prefenter pour recevoir leur pale-
ment, & ceux qui lui doivent de le
folder inceffamment, pour Oviter A
frais.
II a et6 perdu le I 1 de ce mois, fur
les fept heures du foir, une Bague de
diamant A rofette & brilliant. Ceux qui
l'auront trouvie, font pries de la faire
remettre A M1e Modefle Chaguie', rue
de la Providence, au Cap, A qui elle
appartient : il y aura recompenfe.
Le Sieur Martin Defportes 6tant fur
fon depart pour France, prie les per-
fonnes A qui il peut devoir de fe pre-
fenter pour recevoir leur paiement,
& ceux qui lui doivent de le fatisfaire.
II a A vendre un Negre valet, tres-bon
perruquier, ge de z6 17 ans, ayant
divers autres talens ; une Chaife A une
place, neuve, & un bon Cheval de
cabriolet. Sa demeure au Cap eft rue
du Confeil, vis-A.vis Me Dore, Notaire.
La Dame Lenoir, nouvellement ar-


D I'VE R


S.


rivee de Lyon, fabrique des Modes de
toute efpece & dans le dernier goctt
Elle fait toutes fortes de boutons, oli-
ves, brandebourgs., paulettes, chal-
nettes, cordons, foucis de hanneton,
&c. Elle peint aufli fur les etoffes de
foie, fur les rubans & les garnitures
de robes. On trouvera chez elle tout
ce que l'on peut employer pour les
ajuftemens des Dames. Sa demeure eft
rue Notre Dame, maifon qui fait le
coin du Marche-des-Blancs, au Cap.
Le Sieur Allien, Chirurgien au Cap,
eft fur fon depart pour France.
BIENS ET EFFECTS A VENDRE.
Un Entrep6t fis au Bourg de lai
grande-Riviere, contenant environ 9
quarreaux de terre, prefentement aft.
ferme avec vingt mulets & trois ca-
brouets, A raifon de 6ooo liv. par an,
pendant l'efpace de fept annees, A des
perionnes folvables. On s'adreffera A
M. Saint-Pierre, Habitant audit quar-o
tier, propridtaire dudit Entrep6t.
Un Terrein en plat pays, entoure
de haies vives, fis au carrefour du
Morne-rouge, A deux lieues du Cap,
chemin de chaife, de la contenance de
i A i quarreaux propre A toute
forte de culture, notamment pour jar-
dinage, fur lequel Terrein it y a des
places A Negres une favanne une
maifon principal A deux rages,
conftruite en grande parties en magon-
nerie dans fon pourtour, & l'interieur
en bois de charpente & d'affemblage,
couverte en tiles, carrele & plan-
chedie dans le haut, avec un efcaiier
en bois, confiflant en trois chambres
hautes, deux chambres au rez de chauf-


S, **


t


I


'4







I]









I

A




*I


.e, un office jine depenfe, &eux iga
series fur piliers de ma0onnerie quatre
cabinets & deux grads perr6ns ; un
autre Jbatiment, confiruit poteaux en
terre, paliffade de travers, couvert en'
ti.iles ,ayant un pignon de inaonnerie,
tin four A pair & un potager, diftribue
en deux chambres & une remife pour
quatre chafes; deux autres batimens,
fervant de cafes a Negres, confiruits
poteaux en terre, de bois incorrupti-
ble, paliffades de travers, converts en
paille & le falite en tuile, le tout neuf
& en tres-bon 6tat; & enfin un puits
en magonnerie, formant le centre du
quarrel defdits batimens. On vendra en
outre, pour la plus grande commodity
de facqu'reur, plufieurs Negres & Ne-
greffes, un troupeau de vaches laitieres
& un tombereau. On s'adreffera a Me
lacate, Notaire au'Cap.
S Une Habitation fife au Quartier-
Dauphin, de la contenance de 50 quar-
reaux de bonne terre, don't 1o en bois
debout, beau chemin de voiture, bor-
nee au nord & a l'ouefl de la riviere
Marion fur laquelle il y a jardin A
indigo, une bonne favanne entouree de
haies- deux indigoteries qui peuvent
fe reparer A peu de frais une autre
que l'on conftruit & qui fera achevee
fous huit jours, avec un baffin pour
recevoir Feau, de 30 pieds fur 20, &
fon canal tout en bonne mayonnerie ;
quelques milliers de beaux pieds de caf6
rapportans; des vivres fuffifamment;
tiune maifon de charpente, de 90 pleds
fur 1122, avec galerie d'un cobt & un
cabinet A chaque bout, couverte en
effentes & carrelee; un colombier garni
& autres batimens neceffaires. Si l'ac-
quereur veut, on y joindra %o quar-
teaux de terre en bois debout & favan-
nes, le tout attenant, arpente nouvel-
kement & fans aucune hypotheque. II


faut s'adreffer a Md Corneille rue
d'Anjou ,au Cap, ou a M. Riviere,
N6gociant au.Fort-Dauphin, cquidon-
neront de plus amples delairciflemens,
Le Sieur La(are, qui en eft proprie'
faire, en fera bonne coinpofition, ou
I'echangera contre une petite Habita-.
tion pres du Cap, voulant s'y retire.
Le Sieur AZmain, Negociant au Cap,
rue du Confeil, done avis qu'il ven-
dra un Mulatre de 18 A 2o ans, valet,
en etat de tirer une lifiere & planter
des piquets comme ayant fervi un
ArpenteUr; uti Negre & une Negreffe
nommee Minerve, tous les deux tapif-
fiers & matelaffiers de leur metier;
de 1'Argenterie, Bijoux en or & pier-
reries pour femme, une Toilette d'ar-
gent pour femme diverfes Robes &
Jupes en foie, Deshabills de diffiren-
tes efpeces, &c. le tout provenant de
la fucceffion de feu la Dame Demature,
A Peffet de payer ce qu'elle peut devoir
en vertu des titres que l'on prifentera
pour juftifier les creances.
Le Sieur Corneille aine vient de re-
cevoir d'excellentes Liqueurs de Gui-
nolet, en b-outeille de pinte, qu'il ven-
dra en gros ou en detail, au plus jufle
prix. Ceux qui voudront s'en procurer,
le trouveront chez Mr" Stanijlas Foache
& Compagnie, au Cap.
11 fera proced6 le famedi 5 fi6rier
prochain, a la Barre du Siege Royal
du Cap & a la requete de M' Prieur,
Curateur aux fucceffions vacantes, ge-
rant celle du feu Sieur Gombaud, A la
vente & adjudication d'une Maifon fife
en cette Ville rue des Religieufes,
batie en magonnerie, except la facade
qui eft entire poteaux confiflant en
deux chambres, cabinet, falle divifde
en trois chambres, cour, cuifine, puits,
&c. aux claufes de la carte bannie pu-
bliee 'a cet effet.




- ..pw I-I -q7wf" r --


37


A'wE 1774. N 4.)
\JS M 1 I ^UL-" 44 WAU


jA FICHES AMERICAINES.
Pu Mercredi z6 Janvier 1774.
I---------- I I I I II


Prix des Marchandifes de la Colonie.

A uUX CAYES, le 17 de ce mois,
Sucre blanc, premiere quality, 5 o 'a 6 1.
feconde, 36 a 40 1. brut, 2.8 a ;o 1. In-
digo bleu, i o a i1. cuivre, 9 a 1o 1.
Cafe nouveau, 10o a Ii f. (il n'y en a
point de vieux. ) Coton, i6o0 a 165 1.
Cuirs 7 1. 10 f. a 9 1. Piaflres gourdes,
81. 5 f.
A LEOGANE, le 2.2. de ce mois,
Sucre blanc, premiere quality, 5 o 'a 551.
feconde, 48 a5o o1. troifieme, 45 'a 46 1.
commun, 35 a 40fl.brut,2.8 a 3o1. Indigo
bleu, 2.1. cuivre, 9 a 1o 1. Caf6 nou-
veau, ia I f. vieux, 9 a of. Coton,
65 'a 1701. Cuirs, 8 a 9 1. Piafires gour-
des, 37 & demi pour cent.
Au PORT- AU PRINCE, le 2.5 de
ce mois, Sucre blanc, premiere quali-
t, 5 6 ah 57 1. feconde, 52. a 5 4 1. troi-
ficme,48 a 5ol.commun, 40 a46 1.brut,
2.8 ha 31 1. Indigo bleu, x2. I. cuivre,
10 a i 1. Cafe nouveau, Ix Ia i.z f.
vieux, 9a i of. Coton, 170 a175 1.Cuirs,
8 a 9 1. Piaftres gourdes, 37 & demi
pour cent.
Prix des Marchandifes de France.
AuxCAYES,leditjour, I7decemois,
Vin vieux, 250 a 300oo 1. nouveau,
ISo 'a 2oo 1. Farine de Moiffac, 80 'a
90 1. commune, 66' aol.Bcuffale,8o


'a 90 1. le baril. Petit-fale, 36 'a 45 1.
I'ancre. Beurre, 2.o a 2. f. la livre. Hui-
Ie, 6o0 a 72 1. la cave. Savon, 8o0 a 90
1.le cent.
A LEOGANE, ledit jour, 2.2 de ce
mois, Vin vieux, r8o0 a 2oo 1. nouveau,
15o 'a i6o 1. Farine de Moiflac, 75 1,
commune, 6o 1. Bceuf fale, 75 1. le ba-
ril. Petit-Sale, 36 a 40 1. l'ancre. Beur-
re, 2.5 f. la livre. Huile, 2.7 a 71 1. la
cave. Savon, 8o0 1. le cent.
Au PORT-AU-PRINCE, leditjour1z
de ce mois, Vin vieux, oo00 a 2.2.0o .
nouveau, 140 a 15o 1. Farine de Moif-
fac, 71 a 75 1. commune, s5 a 66,1.
Baeuf fale, 71 a 8o 1. Ie baril. Petit-
Sale, 0 a 33 !. I'ancre. Beurre, 25 a
30 f. la livre. Huile, 14 a 60 1. la ca-
ve. Savon, 70 a 75 1. le cent.
Co Ur Ps Do F R E T.
AUx CAYES, Sucre blanc, 9 h 1o
d. brut, o10 a ix d. Indigo, zo 0 a 4 d
Cafe, 10o a i d. Coton, 30 a 36 d.
A LE'OGANE, Sucre blanc, 10 d.
brut, 10o a ii d. Indigo, 2 d. Cafd,
Io a i d. Coton, a 36 d.
Au PORT-AU-PRINCE, Sucre
blanc, 9 d. brut, io d. Indigo, zo d.
Cafe, io 'a ii d. Coton, 30 a 33 d.
SMoR T.
M. Claude Dupuy des MAarchais;
Subflitut du Procurcurdu.Roi, Notair<.j,


' '


*It




-4.


Receveur de l'O&rol & Commis aux Claf-
fes aux Gonaives, natif de Tours, eft
mort audit bourg des Gona'ives, le 15 de
ce mois, Age d'environ 4oans.
NEGRES MA RONS.
A SAINT-LouIS, le j de ce mois
eft ente'e la Geole une Negreffe boffa-
le, erampee fur les deux feins illifible-
ment, & fur le fein droit A NIPE, au-
tant qu'on a pu diffinguer, Aigee de 18
h zo ans, taille de 4 pieds pouces.
A SAINT-MARC, le ijdece mois,
un. Negre nomnmed l'Afriquain, age
de 26 ans environ, taille de 4 pieds 9
pouces, fe difant appartenir .Al, Lian
a St. Marc: & Cogiau, de nation Bam-
hara, e&efurle feingaucheBERAN-
GER, & au-deffous ST. M. age de 35
ans environ, taille de 4 pieds 9 pouces,
fe difant ap artenir a M. Beranger "a
I'Artibonite; le zo, Georges, creole,
fansetampe, Age de 2o ans environ, taille
de 5 pieds, fe difant appartemra aM. Ge-
neix 'a la-Colline du Mont-Roui : le a i,
deux Negres nouveaux, *tampes fur le
fein droit HVF, & au-deflous STM,
1Pun age de z2 ans environ, taille de 5
.pieds 2. pouces; Pautre age de z2 ans
environ, taille de 5 pieds 3 pouces, ne
fachant dire leur norn ni celpi de leur
pnaire.
Au PORT-AU-PRINCE, le 2.0 de ce
rnois, un Negre, nomme Manuel, na-
tion Congo, dtampd fur le fein droit,
felon ce qu'on peut diffinguer, DEMO-
RO, age de 30 ans, taille de 5 pieds 3
pouces, ne pouvant dire le nom de fon
maitre ni defa demeure : le 24, une N&-
-greffe, nommee Nicole, nation Ibo,
etampee fur le fein gauche, felon ce
qu'on peut diflinguer, CVOPEP, fe di-
fant appartenir a M. Trutid : & Fran-
pois, creole, &tampd fur les deux feins
BABIN, fe difant a M. Babin, habi-
;pt Sucrier a la Plaine du Cul-de-Sac.


M U L E f 1 PA V fv
A SAINT-LouIS, le ii de ce moi~,
il a &ce conduit 'a la Geole une Mule
fans 6tampe, poil foluris, ayant la teie
& les pieds gris, venant des prifons de'
Cayes par les ordres de M. Ladoue,
Subftitut de M. le Procureur du Roi.

NOUVELLES D'EUROPE.
P 0 Po 0 G N E.
Malgre les difficult ces qui paroiftent de-
voir retarder la conclufion du Traite
avec la Cour de Berlin, ce Traite vierit
cependant d'etre figne par le Prefident de
la Deligation & les deux Marechaux,
d'une part; .& M. Becnoit, Miniftre da
Roi de Pruffe, de l'autre, avec les me-
mes claufes & fous les memes conditions
que l'ont det ceux des Cours de Vienne
& de Petersbourg. On dit que les affai-
res des villes de Dantzick & de Thorn &
lec Reglement ddfiriirifdes limits onte 't
renvoyes a un autre temps, & que, quant
au dernier point, on eft conveniiu denom-
mer des Commiffaires, ou de s'en rap-
porter 'a la decifion des deux autres Puif-
fances copartageantes. L'on paroit s'oc-
cuper a prefent de la nouvelle forme da
Gouvernement : la Delegation avoit de-.
ja former fes projects en confiquence. Les
trois Miniffres ont deja remis eux-me-
mes le plan former pour y parvenir, &
il doit &re prefente au Roi dans une au-
dience prochaine : en voici, dit-on, les
principaux points.
o Le Royaume de Pologne refftera
'dlefifcomme auparavant; mais les Rois
ne pou rront etre choifis qu'entre les Piafi
tes, & devront ere de la Religion Ca-.
tholique-Romaine.
2. Apres la mortdu Roi, perfonne-de
fa Famille, ou qui porte le meme nom,
ne fcra eligible qu'au quatrieme degr&.
3 Le Royaume fera gouverne par un,
Confeil permanent don't le Roi fera Prx


, 1
; 1

;I












: ''.:l
: A

t i

r *
o 1
\ '*

,, .


".i)



'1 .




',1
*),


'4
'.*i
}-


TWW"_li~:~U"~?I"~UI=---I~Yr~,rllqC_2~





* 4


S ,
"t


;4
,I
: I




I,
./,
i!




' 1,
; "?







,,-,



1.1


fident, fans avoir pourtant plus d'une
voix, & il ne pourra h l'avenir difpofer
d'aucune charge, ni confirer aucunc
grace, fans l'aveu & le confentement de
ce Confeil.
On a entam 'a la Di6te l'affaire de la
fupprcffion des Jefuites. Un Membre de
I l'Affemblee fit la proposition d'employer
une parties de leurs biens a l'ctabliffe-
mnent de plufieurs Ecoles d'Agriculture,
& d'autres pour infiruire les enfans du
plat pays dans les connoiffiances 6lmen-
taires; mais ce project, quelque patrio-
tique qu'il foit, fut rcjette.. La Societe
qui comptoit en Pologne plus de 3000
Membres avoit beaucoup d'amis, & fon
aneantiffement y a cauf6 un 'tonnement
univerfel.
Le fameux Kofinski va, dit-on, paf-
fer en Amerique, & on lui fera un pre-
fent de 1000 ducats pour les frais du
voyage. La femme deLukawski eft mor-
te dans fa prifon de la revolution, peut--
&tre, qu'a du lui caufer 1'affreux fpeda-
cle de la boucherie du corps de fon ma-
ri, auquel on a eu la durete de la faire
aflifter.
On apprend que les Autrichiens ont
form le deffein de batir une nouvelle
ville fur la Viflule 'a 4co pas du faux-
bourg de Cafimir de Cracovie.
ITA L I E.
On ecrit de Rome que le Pape conti-
Inue de donner les ordres les plus fiveres
pour maintenir l'abondance dans fes
Etats. En confdquence les Sbirres de
campagre battcnt continuellement les
plages pour veiller 'a ce qu'il ne foir don-
re aucune atteinte aux defenfes de l'ex-
portation des grains. Voulant de plus
contribuer a tout ce qui peut faire fleu-
rir le Commerce, S. S. a accord a Fel-
letrino un privilege pour el'tabliffement
d'une Manufadurc de draps, avec la fa-


cult de fre fervor des eaux de la riviere
qui baigne les murs de ce bourg.
La Congregation rtablie par le Saint-
Pere pour regler les affaires de la Sociece
continue d'agir avec vigueur. La decou-
verte d'un grand nombre de livres & d'".
crits a fait arreter beaucoup de monde.
L'objet principal que l'on paroic avoir en
vue eft le recouvrement du temporel des
Jefuitcs & des erits contre le Pape. Ce-
pendant plufieurs Cardinaux ont deja te5
moigneleur mecontement : quelques-uns
font exilds; on ditmeme le Cardinal Buo-
nacorfi excommunie.
On continue deproceder 'a Venie 'a 1'e-
xecution de la Bulle de fupprefflion. En
confequence le Senat & le Confeil des Dix
fe font affembles : ils ne s'6toient point
reunis depuis 39ans. On ignore le refultae
de leur d6cifion, car il n'en eft pas'a Ve-
nife comme par tout ailleurs; les rai-
fonnemens des Politiques ne tranfpirent
point, & chacun garden le plus profound
filence, fachant avec quelle rigueur Ia
moindre indifcr6tion feroit punie.
Le Gouvernement de cette Republii
que a determine d'employer les Com-
manderies vacantes dans les territoiresde
Padoue, Bergamo, VWrone & Trevife
au profit des pauvres Cures des Diocefes
refpe&ifs des Eveches de ces quatre vil-
les : il y en a plufieurs don't le reveni
n'eft que de 16 & zo ducats, & l'inten-
tion du Gouvernement ef t que le reve-
nu de chaque paroiffe foit annuellement
de i o. Comme la vente des biens ap-
partenans a ces Commanderies emporte-
ra bien du temps, il a &tC rigle que 1'E-
conomat y fuppleeroit.
Quant aux Abbayes qui vaqueront a
l'avenir, le Senat s'cft r6ferv6 d'en fixer
la venre, & d'affigner le revenue du pro-
duit au fur & a mefure que les circonf-
tances l'exigeront.
Toutes les lettres du Levant, & cn


r




~1" 11~I- ~


40
partlculier cellesde-Ragufe, portent que
les Turcs ont repris toute la Crimee, a la
r'fervede quelquesfortereffes qui-ne peu.
vent tenir longtemps, & que, malgre les
mouvemens qu'a faits leur armie fur le
Danube, elle ne former plus aucune
entreprife, h moins que les Rufles ne la
forcent d'agir. On penfe avec raifon que
l'unique but de ces derniers eft des'affu-
rer des quarters d'hyver dans la Bulga-
rie; mais on efpere auffi que les nigocia-
tions qui paroiffent prendre la tournure
la plus favorable, pourront prevenir ces
arrangements, & rdtabliront enfin le cal-
me & la tranquillity neceffaires en ap-
portant la paix ha ces deux vaftes Empires.
A .N GLETT E R R E.
Le Roi a tenu un Grand Confeil 'a
St. James ou l'on a examine les depeches
du Continent, & principalement celles
concernant un nouveau plan de pacifi-
cation, fous la mediation de cette Cour,
entire la Porte& la Ruffie, qui, en atten-
dant, a fait prier le Roi d'employer fes
bons offices aupres du Grand-Seigneur
pour l'change du Prince Repnin prifon-
nier aux fept Tours.
Les migrations fembloient etre deve-
aiues en Irlande une maladie 6pidemique.
Les Seigneurs de ce Royaume, d'apres
le plan former par le Comte d'Hilfboroug
pour en arreier le course, qui eft de fup-
primer la monopole des terres, & de les
partager a la portie d'un chacun, vont
imiter fon example, & l'on efpere que
les Fermiers ne front plus obliges, faute
de monde pour recueillir leurs grains, de
fair battre la caiffe pour engager des
moifibnneurs, comme l'on fait pour
avoir des foldats, payfans qui, come
.ceux-ci, defertentapresavoir eteengages.
On 6crit de la Jamaique que la re-
.coltedu fucre eft cette annee des plus
gbondantes, & qu'elle ne l'eft pas moins
dans les autres Ifles des Antilles appar*


tenants h la GrandeWBretagne. D'tiU
autre c6te, les Gardes- c6tes Efpagnols
continent d'interrompre la navigation
anglaife aux Indes Occidentales, malgre
toutes les reprefentations de l'Amiral
Rodney, & Poricraint d'ailleurs que les
difpoflitions apparentes de la Cour de Ma'
drid a cet igard n'entrainent des faites
capable d'altirerla tranquillit-du Com-
merce de cette Colonie.
S. M. B. accompagnee de plufieurs
Officiers-Generaux fut a Wolwick voir
une piece de canon denouvelleinvention,
qui en une minute tira 14 coups. Elle en
parut fort fatisfaite, & l'on ne doute
point que cette nouvelle invention ne foit
adoptee : on croit en meme temps qu'on
admettra dans la Marine royale la nou-
velle maniere de confitruire lesnaviresfur
les principles du Comte Ferrers, qui eft
rentr6 dans la Tamife, apres une croi-
fiere de trois femaines avec un batiment
de fon invention. Ses principles l'empor-
tent fur tous ceux qu'on a fuivis jufqu'k
prdfent, & la croifiere qu'il vient de faire
en eft une preuve inconteftable.
La levie des fuffrages pour l'dle&ion
du Lord-Maire s'eft enfin terminee. M.
Wilkes a eu 1690 voix, M. Bull t 65 5,
M. Sawbridge 1178, & M. Oliver 1 o94:
le dernier de ces Magiftrats adreffa le md-
me jour fes remercimens 'a la Bourgeoi--
fie, en ces terms.
MeJfieurs,
.Te vous remercie fincerement desfuf-.
frages en"ma faveur, don't le nombre a
JurpqafP mon attente & mon merite.
.Tamais je ne me Jiiis int'rej dans
des disputes publiques du temps par des
vues de vanity ou d'inter) t:jobyel donc
fJurs que je me trouverai certainement a
la prochaine Cour d'Aldermans pour
donner ma voix contre le fieur Wilkes,
ce que je juge dd e-galement h mon pro-
prc honniur, d la dignity & au bien-,


'"
.k




* 'if






I
It
.1








fire de cette grande Cite; & quelqu'ac-
uieil que l'on faffe a mes petits fervi-
ces, vous pouvej furement computer que
dans quelque flation que je me trouve,
je combattrai conflammcnt, & u'fera de
tout mon pouvoir pourfaire e'chouer les
pratiques pernicieufes 6& diteftables d'un
homme dontle but 6 leficces tendroient
i rompre les liens de la Jbcidt' civil,
h porterles hommes a s'entreditruire,
ainfi qu'a fire naitre une fiite d'im-
pofleurs.
Je regarded comme le premier devoir
non-fiulementdetoutbon Citoyen, mais
aufli de tous ceux quipartagentune me'-
me nature humaine, de pre'venir un
tel malheur.
FRA N CE.
Outre les nouveaux arrangements que
M. le Contr61eur-Gen&eal a deja faits
dans fa nouvelle administration des Ba-
timens, ce Minifire a deffein, dit-on, de
vendre l'emplacement aduel de la Bi-
bliotheque du Roi pour en faire des mai-
fins particulieres, & ce qu'il en tirera,
ainfi que de la vente de toutes les Mai-
fons Royales inutiks & a charge, fervira
a achever le Batiment du louvre, oiu la
Bibliothbque du Roi fera place, d'apres
un ancien project.
On aflureque le Roi a 'crit a M. I'Ar-
cheveque dePatris pour le prevenir de ne
faire aucune demarche contraire au Bref
de fuppreffion des Jefuites, I'intention de
S. M. etant de fair obferver le plus pro-
fond filence a cet egard.
Le Roi s'arreta dernierement en
allant h la Mefle, devant fon portrait
cn pied execute en tapiflerie de haute-
life a la Manufadure Royale des Go-
.belins, fous la conduit du fieur Co-
fette, Entrepreneur des ouvrages de la
-Couronne. Ce portrait, don't le fieur
'Cofette fils a fait la tte eft en bor-
dure fous glace, & copies .d'apres le


tableau original de feu M. Wanloo. I1
a iox pouces de hauteur fur 61 de
larger. S. M. qui en fut trs-fatisfaite,
ordonna qu'il fuit port chez Madame
la Dauphine pour y refer. Le mome
jour, le Roi vit fon bufte execute corn-
me le tapis de la Savonnerie par le
fieur Duvivier fils, fous la conduit de
fon pere, Entrepreneur de la Manu-.
fadure etablie a Chaillot.
11 paroitentr'autres trois Edits du Roi,
l'un donned 'a Vcrfailles, portant fup-
preffion de deux Offices d'Huifliers au
Parlement; le second, donned h Coni-
piegne, porte egalement fuppreffion de
plufieurs Offices dans les lieux du reffort
du Confcil Superieur de Douai. Enfin le
troifieme porte Reglement pour l'Inf,,
trudion des Contumaces.
M. de Nicolai, Premier-Prefident de
la Chambre des Comptes, s'etant dimis
entierement de cette charge en faveur de
M. fon fils qui en avoit la furvivance,
la Chambre des Comptes a requ M. de
Nicolai fils en cette quality; & vou-
lant temoigner fon refpe& & fon atta-
chement au digne Magiftrat qui a et fii
long-temps a fa tate, elle a arrete d'e-
crire 'a M. le Chancelier pour obtenir da
Roi que M. Nicolai pere la prefide con-
jointement avec fon fils, toutes ks fois
qu'il lui plaira.
M. de Trudaine,.Intendant des Fi-
nances, charge du detail des Ponts &
Chauff&es, s'eft rendu 'a Dieppe pour
vifiter avec un Ingenieur le Pont de cette
ville, & voir les reparations qu'il exige.
Les Officiers municipaux fe font empref-
fes de rendre 'a ce Magiftrat protedeur
des Arts l'hommage du 'a fes talens. En
confiquence ils donnerent un grand re-
pas a I'H6tel de Ville, auquel affifterent
M. I'Intendant de Rouen & beaucoup
d'autres perfonnes de diftindion. A foa
arri.vie dans la Salle les Maire & Echoe




"t:


vins lul preenterent un grouppe alle'go-
rique qu'ils avoient fait executer en pier-
re curte, & qui $toit relatif au carac-
tere tant perfonnel que public de M. de
Trudaine.
M. Dagay, Intendant de Picardie,
a eu Flhonneur de recevoir a St. Quen..
tin le Duc & la Ducheffe de Cumber-
land qui fe rendent en Italic en traver-.
fant ceRoyaume. Comme L. A. R. voya-
gent incognito, fous le nom de Comte
& de Comtcffe de Dublin, on ne leur a.
rendu aucun des honneurs dus a leur
naiflance. En examinant ce qu'il y a de
remarquable fur leur route, M. Dagay
leur a fait voir le fameux canal fouter-
rainqu'on pratiquepour joindre la Som-
ine h l'Efcaut: elles admirerent cet ou-
vrage, un des plus etonnans que I'induf-
trie humane ait entrepris, & auquel tout
ce que les Romains ont fait de plus fur-
prenant paroit 'a peine comparable. Ce
Canal qui immortalifera M. Laurent,
Chevalier de St. Michel & Ingenieur,
d'aprisiles. projects & les plans duquel il
s'execute, umra, par la communication
de 'Efcaut avec la Somme, toutes les
navigations de laHollande, du Brabant,
de la Fandre, du Hainaut & de l'Artois
jufqu'h Dunkerque, d'un cote, a cells
de l'interieurpar 1'Oife, laSeine, laMar-
ne & l'Yonne, de l'autre. La difference
des niveaux des deux principals rivieres
& le defaut de valleys affez profondes
pour y faire paffer leur lit, paroiffoient
rendrecettejon&ionimpoflible; M.Lau-
rent a conqu & ddja execute le project de
les unir par un canal fouterrain de trois
lieues d'teendue, dontle niveau ira join-
dre l'Efcaut 45 pieds plus bas que celui
de fa force, & la Somme ij pieds au-
deffus du niveau de fon lit. L'entree &
la fortie front decorees dc deux por-es
triomphales 6levies 'a la gloire du Roi.
Part 'une fortira un canal 'a decouvert


qul coihmuniquera avec les rivieies dt
l'intrrieur du Royaume, & 'a la Mer de
St. Valery; & par l'autre, le canal ira
rejoindre l'Efcaut aupres de Cambrayd4
La parties fouterraine qui dans quelques
endroits fe trouvera 'a la profondeur de
i12 pieds, fera aeree & 6clairde par des
puits perches a des difIances gales. On a
ouvert dans une ecendue de 4ooo000 toifes
une galerie preparatoire, au milieu de la-
quelle eft un morceau tall dans les di-
mentions que doit avoir le canal. On,
communique deja en bateau dans la plus
grande partie de cette galerie, & le tranf-
port des dicombres & autres materiaux
fe fait par cette. fingulicre navigation.
M._de la Condamine qui fe trouvoit
par hafard a St. Quentin en m me temps
que le Due & la Ducheffe de Cumber-
land, a eu l'honncur de leur dtre pr6fent6,
& en a recu le plus gracieux accueil. Cet
Academicicn celebre don't l'agene rallen-
tit point la vivacite, fit les vers fuivans
en vifitant les travaux de cefuperbe canal.
L'homme depuis Noe s'afferviffant les mers,
Avoit fu rapprocher les bouts de l'Univers.
Neptune dtoit foumis; Pluton devient traitable.
A la voix de Laurent la Terre eft navigable.
Le Due & la Duchefle de Cumber-
land ont ete coucher le lendemain k
Rhcims, d'ou ils fe rendronten Italie par
Meti, Nancy, Strasbourg, Bale, &ic..
Le Roi a nomme M. de Senac, In-
tendant de la Rochelle, pour remplacer
en Provence M.de Monthion, que S. Ml.
a nommr en mdme temps Intendant de
cettq derniere Generalite, en lui confer-
vant le meme traitement, & lui donnant
d'autrcs marques de fatisfa&ion pour fes
services.
Le jour queMonfeigneurle Dauphin,
Madame la Dauphine, Monfeigneur le
Comte & Madame la Comteffe de Pro-
vence vinrent incognito a la Comrdie
SFrancaife, on reprefcnta deux Pieces dc


4


4 -,,'







0. Dorat, & I ceite occagon i'Auteur
a eu l'houneur de prefenrcr a Madame
la Dauphine les Vers fuivans.
Quoi! fous un nuage envieux,
Croyez-vous, augufte Dauphine,
Pouvoir vous cacher en ces lieux?
Lorfque VWnus defend des Cieux
L'on fent influence divine;
Et, lorfque vous trompez les yeux,
Le coeur des Fransais vous devine.
M. de Boynes, Minifire de la Marine,
a fait de grands changcmens dans fon
ELpartement. 11 y a une promotion de
140 Enfeigncs, une redu&ion a. 80o des
Gardes de la Marine, & autant des Gar-
des du Pavillon On former de plus une
Tcole au Havre, oh tous les `ujets def-
tines au service front obliges de paffer.
On va auffi etablir 'a Ereft des formes
proprs 'a y mettre & y conferver les vaif-
feaux du Roi, lorfqu'ils ne ferontpas de
service, comme le Bucentaure de Ve-
nife. Ce project fouve'nt propof6 & rejette
fera;.-"-^ amment execute.
AVIS DIVERS.
Mrs les Creanciers des fuccefflons de
M. Simon Michel& de De Marie Per-
ronneau, fon 6poufe, font pries de don-
ner connoiffance de leurs tires de crdan-
ces h-M. Lagarigue, leur gendre, Ha-
bitant'a Leogane, qui prendra avcc eux,
pour les payer, tous les arrangements
convenables.
Le fieur Vannereaux, Negociant '
St. Marc, a l'honneurde prevenir le Pu
'blic qu'il vient de diffoudre fa focidete
avec le fieur Philippe; qu'ecn confiquen-
ce il ne payera point les dcttes que l'on
pourroit contrafter fous le nom de ladite
focidte, depuis le 9 de ce mois, epoque
de 'la diffolution.
MM. les Creanciers de la fucceffion de
feu fieur de Ramere, vivant, Lieutenant
e Roi h St. Marc, & MM. les Procu-


reurs du Siege Royal de ladite vile foric
pries de fe trouver le 31 Janvier, pri-
fent mois, en l'tude de Me Rouycr,
pour y ddlibcrer fur l'appel interjett6 par
la dame de Rameres de diverfes Senteni-
ces dudit Siege.
Le fieur Louis-Marie Piat Delorne,
Ndgociant aux Gonaives, donne avis au
Public qu'il vient de former tine focidet
avec Me Richard Bertrand, 'a commen-
cer du 1er Fevrier prochain, fous la rai-
fon de Delorne & Bertrand. II1 previent
en confdquence MM. les Habitansque fa
nouvelle focit6d continuera de leur four-
nir les articles qui leur font neceffaires,
les priant de vouloir bien l'honorer de la
confiance qu'ils ont cu la bonte d'accor-
der jufqu'"a ce jour audit fieur Delorne.
Le fieur Dupre, Horloger de la ville
d'Angers, nouvellement part de Paris
-oi il a fejourne plufieurs:ann&es, donne
avis au Public qu'il s'eft e abli a Leoga,-
ne, oui il faith & raccommode toutesfor-
tes de Montres' & de Pendules h jufle
prix, avec garantie.Sa demeure eft dan sla.
maifon de feu M. Guignard fur la Place.
A V E IV D R E.
Vingt quarreaux de terre, fitues dans
la Plaine de Leogane, entire les Habita-
tions de Mrs Drouet & Levy, & de
SMde Gabriel Michel, de Paris, prove-
nans des fucceffions de M. Simon Mi-
chel, & de dame Marie Perronneau,
fon 6poufe. 11 faut s'adreffer 'a M. Pierre
Pomits, ancicn Commandant des Mili-
ces du Petit-Trou, Habitant h Nippes.
Un terrain fitu6 dans les hauteurs de
I'Arcahaye, au dit la Montagnedes Di-
lices, contenant 124 quarreaux de terre
avec un magafin de jo pieds fur 16,
couvcrt en eflentes, &c. 30 mille pieds
de cafe de divers ages, don't les plus vieux
de zo mois; une force abondante & in-
tariffable; 6 cafes a Negres en bon &
mauvais tat; une bananerie confidEr4


I




I"., ,~'


ble & en ripport; des grains & vivres de
toute efpece pour plus de 5o Negres.
Cette Habitation fur un angle de la-.
quelle paffe le bras droit de la Rivierede
PArcahaye, eft au nord du fieur Lamo-
the, & aux auties airs de vent, limitro-
,phe du fieur Drouet, des enfans de Na-
nette, de la veuve Doguin & de la veu-
ve Paul Petit. II faut s'adreffer a MM.
Lopes, freres, charges des titres & de la
vente de ladite HIabitation.
Deux magafins fitues au M6le-Saint-
Nicolas; I'un de 40 pieds fur zo, conte-
-nant deux chambres & une galerie avec
.es deux cabinets, une cuisine dans la
cour & une halle, avec 6 gros pieds de
*vigne & dcux figuiers rapporcans; l'au-
tre fitue dans la grande rue, & divif6
"comme le premier, une cour de meme,
y joint une boulangerie & fon four, avec
iune tonnelle : le tout en bon 6tat. S'a-
4dreffer au fieur Vincent, Capitaine, au
MO6 e-Saint-Nicolas.
ESCLAPLS EN MARONAGE.
Un Negre nommeNron, nation Co.
.tocoli, fansetampe,age d' environ40o ans,
taille de 5 pieds z pouces, eft maron de-
Tpuis le mois dernier : ce Negre faifoit la
-pacotille au Cul de-Sac. On prie ceux
:qui en auront connoiffance de le faire
-arreter, & d'en donneravis au fieur Ely,
*Marchand au Port-au-Prince : il y aura
i zo liv. de recompcnfe.
Un Griff, creole du Mirebalais, nom-
rne la Violette, tamp' illifiblcmcnt,
taille de 5 pieds, eft maron depuis le 7
de ce mois. On prie ceux qui en auront
-connoiflance d'cn donner avis a M. Por-
cher 'a I ogane : il y aura recompenfe.
Un Negre, nom'mi Fran;ois, nation

Avec permillion de MM.


Canga, 4taminp fur les deux felhs illiff?
blement, age d'envirnn 45 ans, taille de
4 pieds opouces, eft maron depuis quell-
ques jours. Les perfonnes qui en auront
connoiffance font pries d'en donner avis a
M. Cof/c 'a Leogane.
Un Negre creole, nomm6 iean-Louis,
fans 6&e, taille de 5 pieds 3 pouces,
la peau rouge, & d'affcz belle figure,
dependant de la ferme des mineurs Val-
lat, eft parti maron le S de ce mois de
1'Habitation de M. Auguid a Jacmel. On
prie ceux qui enaurontconnoiifance d'en
avertir M. Auguid de Lafcan, Secretaire
duGouvernement au Port-au-Prince, ou
M. Civadier, Curateur aux Succeflions
vacantes .a facmel: it y aura recompenfe.
EFFET PERDU.
11 a ete perdu 'a l'Hopital de Leogane
une Montre'a repetition de Charlesle Roi,
don't on ne fe rappelle pas lenume&o: le
boltier en eft d'or, ainfi que la chaine,
qui a trois branches & trois chalnons;
le boitier eft grave, & le meilieu figure
un cercle environne de rayons. L et6-
rieur.du boltier a 6t6 grave pour effaccr
une boflelette. On foupconne que le
nom de Maurice eft grave autour,
mais on ne I'affure pas. On prie ceux qui
auront connoiflance de ladite Montre
d'en donner avis au fieur Alvare's, Or-
fivre 'a Lgane : il y aura 2.o livres de
rccompenfe.
C H E AL t G A R t.
Un Cheval rouge, 6tampe L B s'cfl
egare dans la ville du Port au-Prince it
y a quelques jours. On prie ceux qui le
reconnottront d'en donner avis au fieur
Auclair, Sellier 'a Leogane: il y aura
recompenfe.


les


General & Intendant,


Au POILTT-A-PRINCE, chez DONNET, Imprimneur du Roi par Intrinr,


__Y_




-. -. *.- .- ~1 I ; '

'AN~iE =774

tfpMNT AUX AFFICHES AMBRICAINES.


I/" DuSamedi 2 Janvier.

.. .. -- .. .


~-rr~ ,Irr~rrr~rrrr~rrrrr **5'1r


ARR 2E de Navire au Cap.

L E 24 de ce mois le Marquisude-
Brancas, de Nantes, Capit. Delieffe,
parti le z 2 novembre, ayant touched
au. Port-au-Prince.
DEPART de Navires du Cap.
Le 23 de ce mois, le Jufle, Capit.
Tourdoulin, pour Marfeille : le 23, le
Jafon, Capit. Lacombe, & les Trois-
Freres, Capit. Arnaud, tous les deux
auffi pour Marfeille.
PRIX des Marchandfes de la Colonie
au Cap.
Sucre blanc, premiere quality, 68 A
69 1. feconde, 64 a 66 1. troifieme,
59 a 6o 1. common, 45 A 54 1. brut,
3 a 32 1. Indigo bleu, iz 1. cuivre,
x10. 15 f. A I I Caf6 nouveau, xx f.
6 d. A 14 f. Coton, 190 A 195 1.


PRIX des Marchandifes
au Cap.


de France


Vin vieux, 190 a 300 1. nouveau,
2zo liv. Farine de Moiffac, 63 A 66 1.
commune, 48 A 50 liv.
CoURS da Fret au Cap.
Sucre, blanc, ii a 12 d. brut., 2
a 13 d. Indigo, 7 a 30 od. Cafe, 1x5
x8 d. Coton, 36 d.
Mo0 R T.
M. Laurent Pierre, Chevalier le Gen.


til, ancien Capitaine au Regimerit de
Querci, Chevalier de l'Ordre Royal
& Militaire de Saint-Louis, eft dicede
A Limonade le 18 de ce mois, age de
50 ans. Ceux qui auront des creances
a rep'ter, font pries de s'adreffer a M.
le Marquis de Paroy fon frere, A Li-
monade.
NEGRES MARO'NS.


Li


Au FORT-DAUPHIN, eft entree A la
Geole le 2'o de ce mois, un Negre
nomm e Abel, nation Bibi, etampe fur
le fein gauche CI : le 21, un Negre
Congo, fans etampe, ayant des mar-
ques de fon pays fur les deux feins,
lequel n'a voulu dire fon nom ni celui
de fon maitre : le 25 un Negre de
meme nation, etampe YVAIR.
Au CAP, le 12 de ce mois, Avril,
nation Congo, etampe illifiblement,
& au deffous AU DONDON, ag
d'environ 20 ans, lequel a dit appar-
tenir a M. Cairou, au Dondon ; &
Etienne, meme nation, etampe CEZO,
ag d'environ 1o ans, lequel a dit appar-
tenir a M. le Jeune, A Plaifance : le 24,
Bony, Creole, ctampe LOHIER, bor-
gne, lequel a dit appartenir A M. Lokier
de la Charmeraye; & Spadille Congo,
6tampe illifiblement, age d'environ
I6 ans : le 25, Urfule, mcme nation,
etampee LZ, agee d'environ 12 ans,
laquelle a dit appartenir au nomme
Laurent, Quarteron libre, A la Grande-
Riviere.


I
]

I




I
i

I


\

f
\

i
jf
1


;I




~'- -. Iu


6


AV IS DI VERS.
M. Lamotte, Habitant aux C6telet-
tes, dtant fur fon depart pour France,
prie les perfonnes qui lui doivent de-
puis longues annees de le fatisfaire
au plut6t, afin de lui eviter le defagrd-
ment de les y contraindre par la vole
de Juflice, offrant de payer ceux A qui
il peut devoir, & les priant de s'adreffer
a M. DaguZan, Negociant au Cap.
Le Sieur Giraud, Eleve du fameuv
M. d'Arde.nes, Acadimicien apres
avoir travaille au Port-au-Prince avec
17agrEment de M. le Prince de Rohan
& M. le Prefident de Bongars, ainfi
qu'a Saint-Marc, aux Gonaives & an-
tres endroits de cette Colonie, avertit
les perfonnes don't il a merite la con-
fiance, qu'il fe fixe aujourd'hui dans
le Bourg du Dondon oti il eft deja
connu par les fueces conflans de cinq
mnois de pratique. Pour s'attirer davan-
tage la confiance du Public it fe faith
fort de guerir radicalement les malades
qui pour caufes fcorbutiques compli-
quees, diarrhde, tenefme & maladies
veneriennes, font regards comme in-
curables & n'ont d'autre reffource
que celle de repaffer en Europe, ce qui
leur eft tres-difpendieux & fouvent
mortel. Le mercure deflruateur du
corps human & tous les remedes vio-
lens font bannis de fa pratique ; fes
malades font A l'abri d'une ennuyeufe
convalefcence,la fant &l'embonpoint
leur revenant tout A la fois. Ceu.x qui
front dans le cas de prendre des Eaux
mindrales, les trouveront chez lui de
la quality convenable A leurs maladies.
Les perfonnes qui s'adrefferont audit
Sieur Giraud, font affurees de le trou-
ver on fon Affocid le Sieur 1ifard,
Doteur en Medecine, Chirurgien de
Montpelli'er, re~u au Confeil Superieur


--- -I~ly~+jicljr_ 4Lf --r-


du Cap. Oni oublid d'inferer le north
de ce Medecin dans les Etrcnnes Ami.,
ricaines.
Le Sieur Jofeph Dupont, demeurant
au Cap, fe difpofant A partir pour Fran-
ce, prie les perfonnes A qui il peut
devoir de fe prefenfer pour recevoir
leur pavement, & ceux qui lui doivent
de le folder ou prendre avec lui des
arrangements convenables.
Le Sieur Bagot Dechamps etant fur
fon depart pour France, prie inflam-
mentjes perfonnes A qui il peu'i devoir
de fe preferiter pour recevoir leur paie-
ment & ceux qui lui doivent de !e
folder incefoamment, ne voulant point
recourir a des voices defagreables. 11
prevent auffi qu'il a des Domefliques,
Chaifes & Chevaux a vendre,
M. Laporte Apothicaire au Cap,
voulant eviter le defagrement qu'on lui
donne tots les jours en lui prefentant
des billets, comptes & bons qui lui font
strangers, mais fignes par des perfonnes
du memre nom, prevent que dorena-
vant il fignera Laporte, Apothicaire.
La Dame veuve Maurer, Boulangere
du Roi au Cap, prie Mr les Capitai-
nes, Negocians & autres Marchands
en gros & en detail, de ne rien livrer
A qui que ce foit, fans un ordre figne
d'elle; autrement elle fe croira auto-
rifee A refufer le paiement des comptes
qu'on lui pr'fentera.
M. Labrofe, Habitant au Petit-Saint-
Louis, fe propofant de partir pour
France au printemps prochain, prie les
perfonnes a qui il peut devoir de fe
prefenter pour recevoir leur paiement,
& ceux qui lui doivent de le folder.
DE M ANDE.
On defireroit trouver un bon Eco.-
nome, connu de perfonnes notables,
capable de gerer & bien au fait d'une


-I---I- -:;:- -:-- -~----;-I-;-------




.,, y- rc
'~*~";-PiCii~IAi"''I


Habitation A indigo & caf6, fife aut
Cap-Dame-Marie, fur laquelle il y a
70 A 80 tetes de Negres, troupeaux de
toute efpece, &c. A qui l'on donnera
4000 a 45oo 1. pour la"geflion, nour-
riture & entretien des Negres malades,
toutes les douceurs de l'Habitation,
avec promeffe d'augmentation, fi on
eft fatisfait de la geflion, ou fi I'on
veut interest dans les revenues, au cas
que la perfonne qui fe prefentera ait
quelques Negres ou quelques fonds, le
deffein du Propridtaire erant de s'en
aller en France & de s'attacher une
perfonn? de confiance & faire ton avan-
tage, aut nrt que le Gerant fera le fien.
Ledit Proprietaire r6fide au Cap, chez
M. Marchand, Negociant, maifon de
M. Cotton au bout du Marche-des-
Blancs, rue du Vieux-Gouvernement.
NAVIRES EN CHARGEMENT.
M. Riou de Lagefi, commandant le
Navire le Triomphant, de Bordeaux ,
donne avis qu'il a change de magafin,
- & qu'il demeure chez M. Picard, rue
du Vieux-Gouvernement, au coin de
la rue Saint-Laurent, vis-A-vis M"S
Delage & Daney. 11 continuera a pren-
dre du fret & des Paffagers fixant tou-
jours fon depart A la fin de mars pro-
chain.
Le Navire les Deux Jofeph de
Bayonne, Capit. Lamoliatte, partira
pour ledit lieu A la fin de mars : ce
Navire eft tres commode pour les
Paffagers. Ceux qui voudront y paffer
ou charger A fret, s'adrefferont audit
Capitaine, en fon magafin au Cap,
chez M. Bierre, Orfevre, au March&.
des-Blancs.
La Fide'lite', de Nantes, Capit. Mo-
reau, eft en charge & partira pour
ledit lieu dans tour le courant d'avril.
Ceux qui voudront y charger a fret,


s'adrefferont audit Capiaine, en foa
magafin, rue de Penthievre, au Cap.
Le Marquis -de-Brancas, de Nantes,
Capit. Delieffe, partira pour ledit liett
dans le courant du mois d'avril. Ceun
qui voudront y paffer ou charger a fret,
s'adrefferont audit Capitaine, en ion
magafin, rue de la Pointe, au Cap, otP
a Mrs de Rrufy &Gauget, Negocians.
BIENS ET EFFECTS A VENDRE.
'Une Habitation fife A I'AccuI, fur
la Riviere-Salee, de la contenance de
74 quarreaux de terre, don't Jes deux
tiers en plat pays, faifant parties autre-
fois d'une Sucrerie, fur laquelle Habi-
tation il y a une grande-cafe un parc
a boeufs, des cafes A Negres, des vivres
pour nourrir douze Negres, & le refle
du terrein en favannes, don't on fera
bonne compofition pour de Pargent
comptant. On vendra auffli des betes a
corner, des jumens & un bourriquet. II
faut s'adreffer A M. Boiffon fils, Nego-
ciant au Cap,' rue du Confeil.
Une Habitation fife au Fond-bleu,
quarter du Limbe, a 6 ou 7 lieues de
distance du Cap, de la contenance de
40 & quelques quarreaux de terre, fur
laquelle il y a i 18 mille pieds de
cafr.de toute beauty & dans leur grand
rapport, don't on eftime que la recolte
prochaine fera au moins de 25 30
milliers de caf6. II faut s'adrefTer a M.
Maif/re, rue Royale, pres M. Guerin,
place de Clugny, au Cap, qui donnera
les eclairciflemens neceffaires.
Une NIgreffe gee de 2o ans, cuifl-
niere, blanchiffeufe & couturiere; un
Negre age de i8 ans, perruquier pour
home, fachant un peu coffer les
Dames, joli de figure & fort adroit;
& Lun autre Negre, Senegalois, age de
15 ans, bon valet, le tout "a vendre
cnfemble ou feparement. 11 faut s'a-


---


____ ,__




r- i *--


-.


lrejfer U M. Te fI Palconnere chez
Me Girard, Procureur au Cap, rue de
yaudreuil.
Un Mulatte vehant de la Louyfiane,
.age d'environ 24 ans, taille de I pieds
J A 6 pouces, bon cocher, bon ma-
quignon & bon valet; &8 un Negre
Sge d'environ 3 5 ans, bon cuifinier &
propre A cultiver un jardin, venant
aufli dudit lieu. II faut s'adreffer A M"'
Poupet freres, Negocians au Cap.
Le Sieur Bafque demeurant A la
Petite-Anfe, donne avis qu'il vient de
recevoir une tres-belle cargaifon de
Fourches de cafe A bagace, de bois
incorruptible. Ceux qui en auront be-
foin, s'adrefferont au S' Soier, Maitre
Charpentier A l'embarcadere dudit
lieu, qui en fera bonne composition.
11 fera procede famedi 5 fivrier
prochain, A la Barre du Siege Royal
du Cap & A la requite de M. Prieur,
Curateur aux fucceffions vacantes, ge-
rant celle du feu Sieur Gombaud, la
vente & adjudication d'une Maifon fife
en cette Vitle rue des Religieufes,
batie en magonnerie, except la facade
qui eft entire poteaux confiftant en
deux chambres, cabinet, falle divifde
en trois chambres, cour, cuifine, puits,
&c. aux claufes de la carte bannie pu-
bliee A cet effet.
ESCLAVES EN MARONAGE.
Cinq Negres etarmpes qLAMOTE
& L. LAMOTE, favoir : Pyrrhus &
A.pollon, nation Congo, parties marons
depuis fix mois de I'Habiration de M.
Lamotte, aux Racadeaux ; Thomas,
Creole, ayant les pieds fort gros &
plats de meme que Pierre, de la C6te-
d'Or, un peu charpentier, les levres
fort epaiffes & prefque point de dents,
marons l'un & l'autre depuis cinq fe-
maines; & Bonaventure, nation Con-


go, iyant une ckatrice h tin des ge:
noux, parti maron depuis quinze jours
de l'Habitation dudit Sieur Lamotte,
aux C6telettes,. Ceux qui les reconnoi-
tront, font prids de les faire arreter &
d'en donner avis A M. Dagutan, Nego-
ciant au Cap, ou audit Sieur Lamotte:
il y aura 6o 1. de recompenfe pour la
prife de chaque Negre.
Un Negre Mondongue-, etampe fur
le fein droit PD, ayant une cicatrice
pros la clavicule trapu les yeux A
fleur de tAte, la jambe fine, parti ma-
ron depuis un mois. Ceux qui le recon-
noitront, font pries de le fire arreter
& d'en donner avis a M. Mary, Nego-
ciant au Cap, ou a Mae veuve Duluc,
A la Crochue du Port-de-Paix A qui
ledit Negre appartient.
Un Negre nouveau, nation Congo;
etampe NIDELET & au deffous P. D.
P, parti maron le 17 de ce mois. Ceux
qui le reconnoitront, font pries de le
faire arreter & d'en donner avis a M.
Nidelet, A qui il appartient : il y aura
recompenfe.
Un Negre Congo, nomme Noil,
etampe SALVA AU CAP, parti miaron
le z8 de ce mois de chez M. Coufac,
au Dondon. Ceux qui le reconnoitront,
font pries de le faire arreter & d'en
donner avis audit Sieur Couffac, oun
M. Taufjn, au Cap.
JUMENT PERDUE.
Une Jument, poil rouge, de belle
taille, petite tcte, groffe queue les
extremites noires & un pied blanc,
etampee fur "Iepaule du montoir co,
& fur la cuiffe du mame cotd ILDS,
s'eft echappie de l'Habitation des He-
ritiers Brunelot, A Maribmroux le 29
du mois dernier. Ceux qui en auront
connoiffance font pries d'en donner
avis A M.Decaflaux, au Fort-Dauphin:
il y aura recompenfe.


'' ~ -




































I-
,\


(ND I.)


AFFICHES AMERICAINES.
1ipm credit Feivrer 1774..
/^^,~ W //


ARR


.A U PORT-AU-M CE, le er de
ce mois, la Nouvelle-Saintonge, de Bor-
deaux, Capit. Barbicr, part le 2.0 No-
vembre, venant de la Martinique.
D EPA RT de Navires.
Du PORT-AU-PRINCE, le 2. du
rnois dernier, le Herman, de Bordeaux,
Capit. Gallin6, faifant efcale h Saint-
Mlarc: le 26, I'Algonquin, Capit. Mar-
tin, pour Nantes.
Prix des Marchandifis de la Colonie.
Aux CA YES,le2.3 du mois dernier,
Sucre blanc, premiere quality, Soa0 561.
feconde, 36 a 40 1. brut, 28 a 30 1. In-
digo bleu, io a ii 1. cuivre, 9 a 10 1.
Cafe nouveau, io aI f. (il n'y en a
point de vieux.) Coton, i6o0 165 1.
Cuirs 7 1. 10 f. a 9 1. Piafres gourdes,
8 1. 5 .
A LEOG AI le c 29 du mois dernier,
Sucre blanc, premiere quality, 5 o a 'a 1.
feconde, 48 a 5 o1. troifieme, 4; a 46 1.
commun,35 a40o.brut2.8 a301. Indigo
bleu, ix 1. cuivre, 9 'a o 1. Cafe nou-
veau, i x1a i2. f. vieux, 9 a lof. Coton,
- 65 a 1701. Cuirs, 8 a 9 1. Piaflres gour-
des, 37 & demi pour cent.
Au PORT-AU-PRINCE, Ie er de
ce mois, Sucre blanc, premiere quali-
te, 5 6 'a 57 1. feconde, 5 h a 54 1. troi-


ficme,48 a 5 o l.commun, 0o 'a 45 1.brtt,
30 'a 32. 1. Indigo bleu, I2. 1. cuivre,
10 a i I. Caf6 nouveau, r 'a 12. f.
vieux, 9ai of. Coton,i 75 a So.Cuirs,
8 a 9 1. Piaftres gourdes, 37 & demi
pour cent.
SPrix des Marchandifes de France.
AuxCAYEs,ledit jour, 23 du mois
dernier, Vi'n vieux, 2.50 h 3001. nouveau,
8o0 'a 2oo 1. Farine de Moiffac, 80 'a
90 1. commune, 66.a7ol.Beuffae, 80
a 90 1. le baril. Petit-fade, 36 a 4
l'ancre. Beurre, zo ha 2. f la livre. Hui-
le, 6o0 a 72,1. la cave. Savon, 8o a 90o
1. le cent.
A LEOGANE, ledit jour, 2.9 du mois
dernier,Vinmvieux, i 8o a zool. nouveau,
150 oa 16o 1. Farine de Moiffac, 7 1,
commune, 6o 1. Bceuffale, 75 1. le ba-
ril. Petit-Sale, 36 a 4o 1. 1'ancre. Beur-
re, 2.5 f. la livre. Huile, 17 a 71 1. la
cave. Savon, So 1. le cent.
AuPORT-AU-PIN CE, lcditjour 1ie
de ce mois, Vin vieux, zoo a 240 I.
nouveau, i 'oa 6o0 1. Farine de Moif-
fac, 72. a 75 1. commune, 6o a 70 I.
Beuf fale, 7.' a 8o 1. le baril. Petit-
Sale, 33 a 36 1. l'ancre. Beurre, 20 k
2. f. la livre. Huile, z0 a 45 1. la ca-.
ve. Savon, 6o a 70 1. te cent.


COvUR


DU FRET.


Aux CAYES, Sucre blanc, 9 'a -o


49


S AN NE 1774.


* e ^ '


I __~~









d. brut, mo h is d. Indigo, 1o0 h 24 d.
Cafe, Io a iz2 d. Coton, 3o a 36 d.
A LEOGANE, Sucre blanc, io d.
brut, x1o a ii d. Indigo, 2.2. d. Cafe,
to a Hi d. Coton, 3 a 36 d.
Au PORT-AU-PRINCE, Sucre
blanc, 9 d. brut, io d. Indigo, zo d.
Caf6, 1o0 h x d. Coton, 3o0 33 d.
M 0 oR T.
Francois Richard, P&cheur, natifde
la paroilek de St. Cie-de-la-Lande, dio-
ceie de Saintes, eft mort. aux Cayes le
zi du mois derir, age de 47 ans.
EGR E S I ARON S.
Au PORT-AU-PRINCE, le 31 du
rnois dernier, efi entr 'a la Geole la Dou-
ceur, nation Barba, etampe fur Ie fein
gauche FESSARD, & au- deffous P.
PRINCE, afigde3oans, taille de 5 pieds
5 pouces, ne pouvant dire le nom de fon
maitre ni de fa demeure : & un june
Negre, nomme lean, creole, fansetam-
pe apparent, difant avoir appartenu 'a
M. Briffon, Pacotilleur au Mirebalais,
qui l'a vendu 'a un Habitant Cotonier au
Fond-la-Vache, dopt il ne fait point le
pom.
CHE V A U X PA V E S.
A SAINT -LouIS, le 17 du mois
dernier, it a et' conduit la Geole un
Cheval fous poil gris, dcampe du c6te du
montoir 'a l'dpaule R. M. ayant la queue
couple, venant des prifons des Cayes par
les ordres de M. Ladoue, Subifitut de
M. le Procureur du Roi.
AU PORT-AU-PRINCE, le 2.5 du
mois dernier, it a e6t conduit 'a la Geole
un Cheval fous poil rouge, crins noirs,
ltampe au montoir LY ayant les 4 picds
noirs & tres-maigres: le 30, une lu-
ment fous poil gris blanc, dtampee au
montoir PL : le 31 un Cheval fous poil
brun clair, 6tamp6 au montoir MlAM,
Y7nt les 4. pieds blancs & une itoile


blanche au front: le xer de ce mois, un
jeune Cheval fous poil rouge, 6tampe au
montoir P. R. ayant les 2. pieds de der-
riere blancs & une groffeur a la jambe
droite.
NOUVELLES D'EUROPE.
TU R QU I E
Quoique, malgre1'arriviede differens
Couriers, I'on ne foit point inftruit ern
detail & avec certitude de ce qui fe paffe
entire les deux armees, 11 fe confirm ce-
pendant que les Ruffesont requ plufieurs
checks qui les mettront hors d'teat de
fire cette annee aucune entreprife con-
fiderable. Un Corps de 8ooo hommes
de cette nation a voulu s'emparer de Raw
ghowa, ville en deq'a du Danube, 'aquebl
ques lieues de Vidin; mais il a e e con-
traint de fe retire avec une perte, quL'on
groffit vraifemblablement, en la portant
a 4000 morts ou bleffis.
D'un autre cote, le bruit s'etoit re-,
pandu que les troupes abandonnoientfuc-q
ceffivement le camp du Grand-Vifir, 8
que les Janiffaires fouleves etoient en
march vers cette Capitale, pour exi-.
ger le paiement de z.2 moisdeleur folde;
fur quoi la Porte avoit envoy'a leur ren-,
contre unCapigi-Kiayaffi & quelquesau-.
tresOfficiersavec de grandes fbmmes d'ar.
gent. On apprend aujourd'hui qu'il regne
une parfaite tranquillity dans le camp,
don't il ne s'eft retire que quelquesVolon-,
taires: 1'on a auffi la fatisfa&ion d'etre
informed que les troupes Ottomanes font
mieux difciplin6esque jamais par les exer,
cices affidus qu'elles ont faits pendantl'ar-
mifiice, fous I'infpe&ion de plufieursOf.
ficiers d'une certain nation. L'artillerie
s'eft beaucoup perfe&ionnee, & l'on fe
promet les plus grands avantages de la
nouvelle fonderie des canons, & de l'e-
xercice des Canoniers que l'on 4refli tou*
les jours au maniemcnt.


" "pig








'1 edft de plus arrive, dit-on, thi eette
ville un Ingdnieur du premier rang, qui
a pris fon logement a l'H6tel de l'Am-
balTadeur de France, & qui s'efi engage
au service du Grand-Seigneur.
Selon deslettresdela Mer-Noire, De-
wet-Gueray, Kan des Tartares, a entin
mis a la voile des cotes de l'Afie pour
aller executer l'expddition don't il eft
charge : ces lettres ajoutent que le Pa-
cha d'Oczakow a attaque & defait pres
de Precop un detachment Rufle, & lui
a enleve trois pieces de canon.
Les operations de 1'ennemi dans l'Ar-
chipel n'ont pas un meilleur fucces que
fur le Danube. 8 de fes vaiffeauxde guer-
re & 4 frigates ayant brild Bodroun,
ontefait une defcente dans l'Ifle deStan-
chio; mais le Pacha qui y command a
oblige les Ruffes de fe rembarquer, apres
avoir perdu environ 000 hommes & 9
canons.
P o Lo G N E.
Depuis l'ouverture de la Diete lesfam-
tes continent toajours, mais fans beau-
coup avancer. On avoit cru que les Trai-
kes avec les trois Cours feroient fignes
par le Roi & la Didte, des la feffion du
z2. Septembre, &, dans cette penf&e, les
Miniftres de ces Cours les avoient fait
mettre an net. Qudlques Delegu6s af-
fembles 'a cet effet au Palais de Radziwil
les fignerent effe&ivement; d'autres s'd-
tant abfentis, fous pretexte d'ajouter
quelques claufes & reftridions, refuse-
rent, malgrd toutes prieres & repr6fcn.
stations. Les Nonces mnme ne craigni-
rent pat de publier qu'une pareille dd-
mrarche etoit contraire au vceu de leurs
Conflituans, qui jamais ne leur auroient
donnd le pouvoir de confntir au dimem-
brement de la Patrie. Cette opposition
fut caufe que le Roi prfcnt 'a la fance
limita, maisen vain, le jour oh la figna-
ture des Traitis devoit fe fire abfolu'.


meant. On compete Jufqu t o & 1 D-
lIguis qui perfiftent dansleur refus: leur*
fermete a excite celle des Nonces, & la
Diete devient de jour en jour des plus ora-
geufes. Les Caftellans de Kiovie & de
Przement entr'autres ont fait des haran-
gues fort animees pour prouver que c'e-
toit une chofe falutaire que les compli-
ces de l'afaflinat du Roi euffent fubi le
fupplice dui 'a leur crime; mais qu'a pre-
fent c'eroit aufli le temps de rechercher
ceux qui avoient etd les premiers mo-
teurs de l'attentat, & que parriculiere-
ment I'on devoit proceder contre ceux
qui n'avoient point envoy leu Rcces
de la Confdderation de Bar. Ces deux
Seigneurs font fans doute int'ref fsa pour-
fuivre a toute outrance les Confederes de
Bar qui n'ont point voulu entrer dans
les mefures a&uelles du Parti Saxon ;
mais le Roi, quoiqu'objet de la ven-.
geance des uns & des autres, ennemi de
la vengeance lui-m6me, leur a repon-,
du : n qu'il regarderoit comme la plus
n grande preuve d'amour & d'affedlion
, qu'on put lui donner, fi l'on enfeve-'
- liffoit cette affaire dans le plus pro-.
, fond oubli a. C'eft ainfi que dans tou-.
tes les occafionsce Prince donne des mar-
ques de fa magnanimity, & que, randis
que fes ennemis s'acharnent 'a boulever-
fer la Patrie, pour s'elever fur fesruines,
it fe couvre d'une gloire bien plus folide
aux yeux de la juffice & de l'humanit6
que celle des viaoires & des conquetes.
Quant a la forme du Gouvernement,
telle que les trois MinifIres l'ont prefcri-
te, elle cffuye deja beauconp de contra-
didions: on remarque generalementque,
bien loin de pouvoir fervir au retablifieL
ment du bon ordre, elle ne fait qu'aug-.
mentcr les vices de la conflitution Polo*
naife, favorifer l'anarchie, & jetter lec
germnes de nouveaux troubles qui tien-
dront non- feuernment la Republique datb


-- ----








un continuel &ta de fotilcffe, mais qui on a fa
pourront dans la fuite donner occasion datsCc
aux voifins de fe meler de nouveau dant* fon fcj
les aflaires a Icur profit. gation
Ces confidcrations font une profonde Sociect
imprcflion fur les efFrits fufceptibles de joint a
patriotifime; d'antrcs, don't l'ame avilie titut,
a l'inte'r&t erfonnel pour reflbort, voyent autres
avec le plus grand dcplaifir que le Corn- de s'en
te Poninski fe foit fait donner a vie le y fera
pofte de Didateur ou Vice-Prdfident du Peni
Confeil permanent. Jugeant que celui qui nation
flra rev6tu de cette charge fera efLfetive- dra fes
ment la principal perfonine du Royau- Mareft
1me, pendant que le Roi avec l'ombre de compo
la royaurt aura le titre de Prefident de leur C
ce Confeil, ils voudroient que la place que p(
nr.e fEt que triennale, pour pouvoir y af- Dui
pirer 'a leur tour. Deja le Comte Ponins- Ricci a
ki commence a d6ployer la magnificence venu u
que demandent fes dignites: il va occu- gr"gati
per lc Palaisde l'Eveque de Cracovie que expliqi
leCG general Bibikow a 6vacue'a fon depart. frd6 au
11 n'a te' encore rien decide dans ce fon -S
Royaume fur 1'affaire des Jdfuites : 1'on magne
dit que le Roi & la Republique ont ecric lender
au Pape afin de rcclamer pour la difpo- d'Itali
fition des biens de cette Societe les me- fous 1
rmes droits don't les autres PuifThnces Ca- Un Ju
tholiquesont uf6. Lorfque ces Religieux, font re
habiles 'a fe propager par-tout, s'intro- que dc
duifirent, en 1596, 'a Thorn, nonobf- des pc
tant les proteflations des Magiftrats & de trouvc
la Bourgeoifie, le Roi Sigifmond 6ta recevo
aux Evangdiques 1'Eglife de St. Jean, cicux
I'Ecole-PubliquV & tous les bitimens qui nombi
vn dependoient pour les donner a ces nou- & cur
yeaux venus. Les Bourgeois, la plupart par ce
Proteflans, efperent aujourd'hui qu'ils chercl
pourront rentrer dans la poffeffion de ces Profef
biens, du moins dans celle de 1'Ecole- On
'Publique. la Ma


Le Pape
polfe, une


ITA LI E.
eft parti pour Caftel Gan-
de fes maifons de plaifance :


meure
que,j
ceux


it marcher un detachement de fdl-
orfes pour y fairela garden pendanrit
jour; & par ordre de la Congre-
qui regle tout ce qui concern la
Steinte des Jdfuites, "i a ere en-
tous ceux qui onte d de 1'Infli-
& qui croyoient refterh Albano & -
lieux voifins de Caftel-Gandolfe,
tenir eloignestant que le St. P-ero
fa r6fidence.
dant l'abfence de S. S. la Congrd-
que nous venonsde nommertien-
ficanccs au Palais du Cardinal do
ofchi : les cinq Cardinaux qui la
)fentne pourront, rant que durera.
;ommiffion, s'abfenter de Rome
our 8 jours, Pun apres 1'autre.
rant la detention de l'Ex-General
au College des Anglais, it lui eft
me lettre en chiffres que la Con-i
ion a tentc inutilement delui fair
uer. On 1'a, d'apres ce refus, tranf-.
Chateau St-Ange avec Comolli,
ecretaire, & l'Affiflant "d'Alte-
, Rhomberg. Its y furent fuivis le,
nain par les affiflans de Pologne,
e, d'Efpagne & de Portugal, tous
'efcorte d'un nombre de foldats.
ge, un Notaire & des Huiffiers fe
endus le mdme jour a la Biblioth~-
Sla Maifon de Jdfus pour y fair
erquifitions; mais ils n'ont rien
i a faifir. M. Alfani continue de
iir des denonciations d'effets pre-
appartenans h la feue Compagnie;
re de manufcrits, & imprimes rares
ieux fe font trouves aufli recueillis
ns bons Peres; mais quelques re-
ies qu'on ait faites dans la Maifon
fe, on n'y a rien decotivert.
a 6td la Garde de foldats mife
ifon du Noviciat, quoiqu'il yde-
e encore plufieurs Ex-Jdfuites, &
par ordre de la Congregation, tous
qui font aauellement au College


1













I


'oorinan doivcnt y pafTer. Pat avis dua
Saint-Pere, la time Congregation a
averti, par une lettre fpeciale, les Car-
dinmux protc.teurs des Monafteres & des
lieux de piete de Rome de ne pas per-
rncttre a l'avcnir que les Religieufes ou
autris perfonnes prepofccs l'dduca-
tion de la jeunrcfe, cntrcticnnent une
correfpondanece ou liaifon quelconque
avcc les ancikns Membres de la Societe,
fous peine centre ccles qui contrevien-
droicnt h cette difcnfe, d'etre privees de
voix a&ive & paflive dans leur Couvent,
jufqu'a nouvel ordre de Sa Saintete. La
Cour de Naples a auffi faith dcfendre 'a
fris Sujcts d'avoir aucune correfpondance
avec les Ex-Jefuites.
Le Marquis de Cravanzana, Envoye
Extraordinaire de la Cour de Sardaigne
aurris de la Republique de Genes, eft
parti,de cette ville pour fe rendre 'a Tu-
rin. Le Roi l'ayant nomme Contador-
GnE'ral, il n'a pu revenir prendre conge
du Gouvernement, & M. Giannetti,
fon Secretaire, a prfcinte lcs lettres de
rccreance quelaCourlui avoitenvoyees;
il a ete declare en meme temps charge
des affairs du Roi aupresde la Republi-
que. On lui a made par le Courier qui
a apporte fes depdches que S. M. avoit
nommd les perfonnes qui doivent accom-
pagncr la Princeffe fa fille, future Com-
tefle d'Artois, au Pont-de-Beauvoifin:
le Comte de la Trinit eft du cortege, en
qualitideGrand-Maltre, & la Comteffe
de Faurie, en celle de Dame d'honneur.
On made de Madrid que le feu prit
a St. Ildefonfe dans l'interieur des appar-
temcns du Prince des Afluries. Les trou-
pes quantityte d'autres perfonnes y ac-
coururcnt, & vinrent 'a bout de l'tein-
dre au moment que les flames com-
mncncoicnt de gagner le centre du Palais
Royal: il n'y a cu d'incendie quele tolt
& audequcs petits endroits; heurcufe-


ment que le vent nz foufIfto pas; car le
dommage fEt devenu immenfe, & la
perte irreparable.
M. Doria, nomme Nonce en Fran-
ce, a eu fon audience de conge de S. M.
C. qui voulant donner'a ce Prelat un nou-
veau temoignagede fon eflime, I'a nom-
m' Grand-Croix de l'Ordre de Charles
III. S. M. fit elle- mme la ce'rmonie
de le revetir du Collier, & il eft qudl-
ques jours apres parti pour Paris.
PROVING CES-UN IE S.
Les Etats-Gen&raux n'ont pu fe dif-.
penfer d'intervenir dans l'affaire de la na-
vigation du Rhin. Des le 8 Septembre
dernier, fur une Requite des N6gocians
d'Amfterdam, ils avoient pris la refohb-
tion d'enjoindre au Comte de Wartenf-.:
leben, leurMinifire Refident 'a Cologne,
de coopererede tout fon pouvoir 'a la con-
ciliation des diffirends furvenus. Ce Mi-
nifre, en vertu des ordres de fes Mai-
tres, s'eft rendu fucceffivement chez tous
les Princes interefe's au fucces de fa mif-
fion, & dans les cercles de Sonabe. On
eft convenu de nommer des Commiffai-.
res, & de remettre, en attendant l'iffue
des conferences, le commerce & la na-
vigation du Rhin dansl'ecatoiu ils toienc
ci-devant. On efpere que cette negocia-,
tion fera plus heurcufeque l'affemblee de
17 5 5 qui n'eutaucun fucces, 'a caufe des
difficulties de forme & de predfance qui
s'eleverent entire les Commiffaires affem-
bids. Par le fecours du Rhin, des Fleu-
ves qui s'y jettent & des routes qui y
aboutiffent, la Hollande fait un grand
commerce avec les villes de Cologne,
Coblentz, Francfort, Nuremberg, Auf-
bourg, Bale, Geneve, &c.; & par le
moycn de ces Villes elle porte fon ne-
goce jufqu'au fond de l'Allcmagne & de,
l'Italie. Plufieurs m6me, telles qu'Auf-
bourg, $toient autrefois l'entrep6t des
marchandifes 4du Lvant pour IT'XAli


N'`


r


'p.`:-~ ----- -' -- -. -.




- -.. ,. ~


ailors floriffante, & les verfoient dans
le Nord, toujours f6cond en con fom ma.-
teurs par les Foires d'Allemagne. C'eft
dans'leurs Marches celebres que fe fai-
foient les changes & les foldes entire les
Nations. Ce commerce a pris un- autre
course depuis la decadence desVilles d'I-
talie, & depuis la revolution qui leur a
Tubflitue apres l'Efpagne & le Portugal,
les Ports de Flandre & de Hollande, in-
d'pendamment de ceux de France &.
d'Angleterre que la meme revolution a
ouverts aux negociations maritimes.

A N G L E T E R R E.

tes deux Candidats qui ont eu la plu-
ralite des voix ont etc propofds k la Cour
des Aldermans, qui a declare M. Bull
Lord-Maire. Refte a favoir fice Magifirat,
par amitid pour fon ami Wilkes, aura la
delicatefle de fuivre l'exemple que 1'on a
eu foin de lui remettre devant les yeux
danslesPapiers publics; c'eft celui de M.
Hewtcott, quien 740oayant te en pareil-
-cas pre6fre au Chevalief Robert Godf-
chall, s'excufa d'acceptercettedigniteau
prejudice de celui qui avoit le droit d'an-
ciennee6, & 'a la charge duquel on n'a-
voit allegud rien qui repandit du doute
far fon honneur, fon habileti & fon
imegrite.
Ii n'eft pas encore tout-'a-fait decide
quie le Parlement de ce Royaume s'af-
femble au mois de Novembre: on pre-
tend qu'il s'agit de voir ce qui fe paffera
dans cclui d'Irlande, done 'ouverture-
doit fe faire inceflamment. Plufieurs des
Membres de cette Compagnie font parties
pour s'y trouver, & le premier objet des
ddeiberations fera d'avifer aux moyens
d'arriter les fr quentes & nombreufes
emnigrations des Fabricans : elles ont
prefque fufpendu le Comm erce & les
Manufadure,?; & pour les encourager ,


ainfi que esLaboureirsq on ne done'
point que l'a&e qui fera paffe k cette oc-
cafion ne leur accord des avantages af-
fez confiderables pour les faire refer cheap
eux & les encourager au travail,

FRAN CRE.

Monfeigneur le Comted'Artois a fign&'
fon contract de marriage avec Madame la
Princeffe fille du Roi de Sardaigne. Ce
Fils de France aura, dit-on, dans fon
appanage les Domaines de M. le Comte
d'Eu que le Roi vient d'acquerir. C'eft
M. le Marquisde Brancas quiet nomme
pour aller recevoir Madame la Comteffe
d'Artois au Pont-de-Beauvoifin. M. le'
Comte de Broglie 'a qui cette commifflion
avoit &ee precedemment donned, eft exi-
le dans fes terres. Les fetes que 'on pr&e-
pare a l'occafion de ce marriage front des
plus magnifiques. Onnomme dijales Da-
mes qui compoferont la Maifon de Ma-
dame d'Artois, & ce font la Ducheflfe
de Quintin, la Comtefle de Crenay, la,
Marquife d'Avaray, la Comteffe d'Ef-
ternaux, la Comteffe de St. Herem, la;
Marquife d'Arville & la Marquife du'
Barry. M. le Marquis de Brancas doirt
partir a la fin d'Odobre pour le Pont-,
de-Beauvoifin. On dit que M. le Comte
de Broglie ne fera pas oblige de rendrer
les 6o000 1. qu'il avoit touches au Tre-
for Royal pour la depenfe de fa commif-
fion. M. le Mar6chal Duc de Broglie a
ete plufieurs fois a la Cour depuis 1'exil
du Comte fon frere, & il n'en a pas.
moins etd bien recu du Roi.
Le Roi & la Famille Royale qui font
a Fontainebleau, y ont figne le marriage
de M. le Comte de Modene, Gcntilhom-
me d'honneur de Monfeigneur le'Comte
deProvence,avec Demoifelle de Lieuray,
fille du Baron de Lieuray. Le m-mr jour
Madame la Comteffe de Viry fatu prefCn*


.4.


^.




p.-. W-' ----- -- --. -- -r -- ----- --


:tz S. M. avec les ce"rnionies ordinal-
res, &'dina enfuite dans la Salle des Am-
baffadeurs, qui avoient tous &td invites
I ce repas; elle fut fervie par les Officiers
de la Maifon de Madame la Dauphine,
v & Madamela Comteffe deNoailles, Da-
me d'honneur de cette Princefle, fit les
honneurs de la table, oi 1'on fe conforma
ai l'&iquette obfervee par la Maifon de
la Reine.
AM tRIQ7U E.
Du Port-au-Prince, le z Fevr. z 774.
Vendredi dernier, z8 Janvier, h deux
heures apres midi, le feu prit au Navire
la Catherine-Jeanne de Nantes, Capit.
Herault, en rade dans ce Port. On foup-
onne qu'il fut caufi par l'imprudence
d'un Matelot, occupedhfaire chauffierdu
brai pour le calfatage. La flamme en
s'attachant d'abord aux tentes, voiles
& cordages du Navire, communique
'fon a&ivitd aux parties les plus com-
buffibles du BAtiment, qui bient6t of-
frit aux yeux le fpe&acle defolant d'u.-
ne deflrudion inevitable. Deja le bruit
s'en etoit repandu dans la Ville, &
F'on craignoit avec raifon que l'incen-
die en fe repandant dans toute la Rade,
ve vint h pen6trer jufqu'aux maifons voi-
fines du bord de la mer, ce qui auroit
mis la Villeelle-meme dans le plus grand
danger. La prompted manaeuvre des au-
tres Capitaines int&efls eux--memes 'a
detourner le peril don't its fe voyoient
menaces, diffipa toutes les allarmes, &
l'on parvint enfin Y faire echouer fur le
fable cette maffe enflammee, don't la
vue excitoit 'a la fois dans les cceurs des
fentimens d'horreur-& d'admiration. La
nuit qui fiut des plus belles ne fut heu-
reufement accompagnee d'aucune brife
affez forte pour faire voler les charbons
gardens fur le rivage. Le feu, que nulle
force hunmaine ntoit capable d'tecindre,


*
r.'
t<;

'i


a bruil douze heures fins'inerr'uption,
& n'a ceffi que faute d'alimens. Ce Na-
vire qui croit tout neuf, & h fon pre-
mier voyage, a pour Armateurs MM.
Charrette de Nantes. On 6valoe la perte
a 90000 liv. il etoit heureufement pea
charge, & perfonne n'a peri.
SPECTACLE.
Les Muficiens du Regiment du Porte-'
au-Prince continent toujours de donner
les Dimances & Fetes de ce Carnaval, un
grand Concert Vocal & infirumental, a
cinq heures & demie du foir, ainfi qu'un
grand Bal 'a dix heures. Ils ne cefferont
de fair de nouveaux efforts pour meri-
ter les bontes de M. le Gendral qui veut
bien les honorer de fa prefence, ainfi que
celles du public. Le prixefltk l'ordinaire,
d'une Piaftre gourde pour le Concert &
pour le Bal.
AVIS DIVERS.
Le fieur Defaigues, aine, Chevalier
du Maine donne avis au Public que
defirant venir refider au Port-au-Prin-
ce, il affermera une Habitation fife fur le
bord de la mer, Quartier du Rochelois,
dpendance deNipes, fur laquelleon trou-
vera fix Indigoteries avec so Negres &
davantage, & tousles uftenfies en dd-
pendans; il n'y a aucunes reparations
faire, & l'on pourra, dOs en entrant, y
fire du revenue,
Ledit fieur Defaigues propofedeplus 4
vendre fon Habitation fife furla Montagne
du Rochelois, Quartier dit le Saut-da-
Baril, contenant ;84 quarreaux de terre
propreahlaculture del'Indigo,danslesbas,
du Cafe& du Cacao, dansleshauts, i une
lieue de l'Embarcadere, avec de l'eau en
quantity fuffifante pour yfaire jouer plu-
fieurs moulins. II vendra 6galement So
quarreaux de terre fituesau bord de la mct
.& de la Grande-Riviere qui porte bateao,


- --~









puor fervir de decharge'aux Habitatronss
ci-deffus. II propofe auffi un parti de Ne-
gres de choix faits aux Pays, & 'a fon
. tamrpe. I11 previent en confequence qu'il
prendra pour comptant tous les billecs &
creances qu'il peur devoir, n'&tant dans
intentionn de yendre que pour fe liqui-
der. II confent mme 'a vendre un quart
au-deffous de l'eftimation que l'on pour-
*ra fair, en prCfence d'Experts d'une pro-
bite reconnue, & que fes dettes payees, il
accordera pour le reflant des terms hon-
netes, & donnera les mains a tous les ar-
rangemensconvenablespour la facility de
l'Acquereur.


ESCLAVES EN


MARONAGE.


.Un Negre, Congo, nomm6 Jean-
Pierre, appartenant au Roi, taille de
pieds, replet, ne voyant point d'un
ceil fur lequcl eft une taye, & ayant
I'autre fort rouge, eft part maron de-
puis Dimanche, 30 du mois dernier. On
-prieceux quien auront connoiffance d'en
:donner avis h M. Lecocq, Contrbleur
.de la Marine au Port-au-Prince.
Un Negre creole nomme Nicolas
Borgrun ctamp6 fur les deux feins &
fur es deux epaules SC, eft maron de-
puis quinze jours. On prie ceux qui en
,auront connoiflance d'en donner avis a
M. Franfois Martin & Compagnie,
Negocians an Port-au-Prince.
Trois Negres nouveaux, nation Con-
go ; le premier nommn SamJbn, &tam-
pe fur le fein droit LAFOS renverf ,
2ge d'environ i8 ans, taille pieds 2
pouces; le deuxieme nomm6 Ccjfr,
etampe comme le precedent, age d'en-
ron 19 ans, taille 5 pieds 4 pouces; &

Avec t-ermiflon de MM. l


le tirofiee drampc L', HANOT, A'gi
d'environ 2.1 ans, taille 5 pieds 4+, 4
pouces font marons depuis le % No-.
vembre dernier. On prie ceux qui en au-
ront connoiflfnce, d'en donner avis a
M. Lafoffe, Habitant 'a la Plaine-du-.
Fond ; il y aura bonne r6compenfe.
Un Negre, Congo, nomme H'yacin-
the, eramp6 fur le fein gauche GIRAR-
DEPT renverfr, taille 4 pieds 8 pouces,
fort noir & marque de verette, eft ma-
ron depuis le 7 Janvier dernier. On prie
ceux qui en auront connoiffance, d'en
donner avis "a M. Sauveur Sicard, aux
Cayes.
Un Negre nomme Cejzr, nation
Arada, fans erampe age d'environ 2.8
ans, taille 5 pieds i po-uce eft maroa
depuis environ un mois. On prie ceux
qui en auront connoiflance de l'arr&ter,
& d'en donner avis 'a M. Kavanagh, aa
Port-au-Prince, ou MM. Prudhomme
& Heurtelou, 'a L6ogane, ou enfin a M.
George, Habitant Nippes, auquel le-
dit Negre appartient ; il y aura recom-r
penfe.
Deux Negres marons, nation Ibo,
P'un nomme Cot, &tamp6 fur le fein
VAVDRY age d'environ z ans, por-.
tant fur le vifage des marques, de fon
pays; I'autre nomme Portugazis, fans
etampe apparent, Ag4d'environ 30 ans,
fort & trapu fe font ichappes au Cap-
Tiburondu Riteau le Dauphin du Port-
au-Prince, Capitaine Chaztel. On price
ceux qui en auront con.noiffance d'en
donner avis a MM. Nau & Compagnie,
Negocians au Port-au-Prince ou 'a M.
Dulong Habitant au Cap-Tiburon; it
y aura recompenfe.

es General & Intendant.


Au PO BT-4'UI-PRINCE, chez DONNET, Imprimeur du Roi par Interim.


I


-- L~__I_r __~lr -L1--






ANNh 74'I

rn-r* nZ- 4 I


AUX AFFICHES AMERiCAINES.


Du Samedi


>Ad& LZ Navires au Cap.

LjE 4 de ce mois le Mafougue, de
Nantes, Capit. Boulanger, venant de
la Cote-d'Angole avec 375 Negres a.
1'adreffe de Mrs. Joulin- & Fourneau;
& la Marie, de Dunkerque, Capit.
Berthelot, part le 'z dicembre.
Di.PART de Navire du Cap.
Le de ce tmois, la Princefildes-
Laides, Capit. Raby, pour Bordeaux.
PRIX des Marchandifis de la Colonic
Sau Cap.
Sucre ibanc, premiere quality, 68 a
69 1(. f0coQde, 64 66 1. troifieme,
517 aG6o 1. common, 45 A Iz 1. brut,
3z J 33 1. Indigo bleu, iz 1. cuivre,
'o 1. 15 f. a i1 F. Caf6 nouveau, ii
ij f, *9ton i o 190.a 19.5
"PuiRi des Matchandifis de France
.\. 1A ap. -
Vin vieux, 90 300oo I. nouveau,
i3o liv. Farine de Moiffac, 66 a 75 1.
cpromune,. o liv.
V. Co vt u. Fret au Cap.
5cre,- z.den. Indigo, 24 a 30 d.
Cafe, a5 a 18 d. Coton, 36 d.
NE GRES MA RON S.
.' A u. FORT-DAUPIN, eft entrc a la
Geole, le 27 du mois dernier, Scipion,.
sntion Congo, 6tampe fur le fein droit


f Fe'vrier.


IDA; & Louis Pollonay Creole, fans%
etampe, lequel a dit appartenir a M.
Pollonay au Cap ,:,le 31, 4Antoine,
nation Copngo, fans etamrpe, leque1 a
dit que fon maitre etoit mort, & 1
declare qu'il etoit maron depuis un an.
Au CAP, le 29 du mois dernier,.
I'Eveillc, nation Nago, etamp6 LE-
NORMAND ,,ayant pn nabot au pied *
lequel a dit appantenr a M. Lenormand.:
le 31, Alertc,nation Congo., etampe
PERODIN, age d'environ zo ans, le.
quel n'a voulu dire le nom de fon mai,-
tre ; & Gregoire, memee nation, fans,
etampe ,ge d'environ. 2z ans, lequeC.
a dit appparyppir a M. Faure, arrites 4;
1'Efpagnol; le, i de, ce ppis, un Negre
nouveau, nation Congo, etampe iliqi
fiblement, age de z5 ans, taille de 5
pieds 3 pouces, de forte complexion :
le 2, Defiree, mmem nation, etampee
MARIE & au deffous illifiblement,,
agree d'environ zoans,.laquelle.a dit;
appartenir Magdetine, Mulatreffef
libre, a la Grande-Ravine du Limb6;
Jupiter, auffide meme nation ,tamp6
illifiblemert, ag6 d'environ 25 ans,
fort maigre, lequel. n'a .voulu dire le
nom de fon maitre; ful,4, auffi de
meme nation, etampee LZ, agce d'en-.
viron z ans, laquelle a dit appartenir
au nomme Loircal, Mulatre libre, A la
Grande-Riviere; & une Negreffenonw.
mee Zaire, avec fon enfant griffe a la
mamelle, laquelle a dit appartenir a M.
Dion, en cette Ville. -


-E~F~~~




*9~~-,. -__ __III-. -. -.-__ ___~_l__n-r_ ~ *-*~w 1 -~a- *


*


S P EC T A C L ES.
On donnera au Cap, famedi pro-
chain 1t du courant, at be'nefice de
la D11e Dqi,. unoe premier- reprefen-
tation de 'Ifl, des Foux, O.pera, eq deux
Afdes, de M. D ani, orne de tour fon
fpefacle, leqiel fera precede du Tour
de Carnival, Comedie en un Ade &
en profe, de M. Ddihnval.

A VIS DI VERSS
Le Sieur Capyrand, demeurant au
Cap, rue du Conleil, ayant appris qu'it
s'eroit repandu dans le Public qu'il
avoit quitter totaiement cette Ville ,
a Ihonneur de le pr6venir que for) ab-
fence n'a et. qiue nr'mentanee & pour
affaires particulieres & preffantes : il
fait toujours fa refid: nee au Cap, pour
j continue fes affairs, 11 prie en.owtre
Ies perfonnes a qui it p-ut devoir de
prefenter leurs titres de creances pour
recevoir leur aliement, & ceux a qui
il fera tranfporte des billets par lut
foufcrits d4e li en downer ,connoif-
fance.
Le Sr Doyte, Habitant a la Grande-
Riviere, previent le Public qu'i a con-
fenti un billet de la fomme de I0 .nille
livres, payable rn mars prochain, a
'ordre de la nommee Marie Pital-'e,
Negreffe libre, t mn- fep Aree de co ps
& de biens de Jean Marti;, pir Sen-
tence du Siege Royal du Cap, en dchie
du 15 fepterr)re 1770 vile'Ir p iur
folde d'un Terrein qti'elle lui a vehla.
Ceux qtii feront dans le cas d'Vrre por
teursdidit billet, ne front point paydss
par des raifois connues i ce fi, e .
Les Creanciers de la tucceflion D, -
goudy font invites h fe trouver le fam di
19 du courant, trois heures de rlevee,
en It'tude deMe Verrier, Notair: ge-
neraL au Cap 4 l'ffet de delibedrr tur


I'etat pr`fent des affairs de ladite fte2
ceffion, & rechercher les moyens d'ac,
c ierer leur pavement.
Le Sieur Jofeph Lory, Marchand aut
Cap, place de Clugny, ezant fur fon
depart pour France, prie les perfonnes
a qui il pent devoir de fe'pr6fenter pour
recevoir leur paiement & cejr qui lui
doivent de le folder inceffamment. It
a d-s Effers A vendre, don't il fera bonne
composition.
Le Sieur Martin, tenant Boulangerie
an Cap, donne avis que depuis le 1er
du present rmois il a diffous fa focietd
avec le Sieur Telffeire; qu'ifvient d'en
confradfer une nouvelle avec le Sieur
Rival fon beau free, tant pour la
Boulangerie ci-devant fous le noQi d
Martin & Teiffeire que pour,fes deix
tiers dans celle focus le north de Martin,
6& Lacroix, & que gendralement toutes
les affaires de commerce qc'il fera
dore~nvant ferQnt fous la raifon do
AIqrun & Rival. 11 prevent que rien
ne fera change dans lefdites deux Bou,
langeries, & prie les perfonnes qui ont
costume de s'y fervir, d'etre perfua.
ddes qu'ils front leur poflible pour les
farisfaire.
Le Sieur I'Hermite, ci devant Mar-
chand de Fer au Cap, etant far fnur df -
part pour France, prie les perfonnes
A qui il peut devoir de fe prefenter
pour recevoir leur pavement, & cen t
qui lui doivent de le folder au plutot;
fare de quoi il fera dans la dure n',.
ceffite de les pourfuivre en Juftices
pour les y contraindre,
Le Sietr D. L. Morel, Habitant aux
Gonaives etant fur fon depart pour
FVance', prie les perfonnes a qui il peut
d vpir de fe prefenter pour recevoir
leur pavement, & ceux qui lui doivent
de le fatisfaire. II affermera, pour fix
on fept ans, une Place fife au vieug


Ir





,'d
I'
,*,.


~""- +~s ~~~~--""~'


--- ---- --,lrrllr~ni~~~~L1IT'~1






















MI




* Ir
,i''
r
'a.-


4


Bourg., propre "a la culture du cafr &
de l'indigo, contenant environ ioo
quarreaux de terre, la majeure parties
en bois debout, aff-z bien boifie, pays
plat, facile A arrofer, dtant A la tete
de la Grande Riviere, fur laquelle Place
il y a deja un commencement d'etablif-
fement, une grande-cafe de 60 pieds,
tune de 32 pieds & des vivres, le tout
en bon itat. II vendra des meubles &
des uflenfiles de jardin, ainfi que quel.
ques Negres.
Le Sieur Lefevre, Negociant au Cap,
Executeur-teflamentaire du Sieur Macie
& Tuteur de fes enfans, prie les Crean-
ciers de cette fucceffion de remettre
les bordereaux de leurs creances en
'Etude de Me Legros, Procureur, rue
Sainte-Marie, afin de prendre avec eux
des arrangements convenables, & pre'-
venir par cette voie les frais.
11 a ete perdu, il y a environ quinze
jours, une Canne h pomme d'or, de-
puis le Bac jufqu'A I'Habitation de M.
le Vicemte de Choifeul, au Morne-pele.
Ceux qui lauront trouvie, font pries
de la faire remettre A M. le Vicomte de
Choifeul, Brigadier des Arm6es du Roi,
au Cap, qui donnera recompenfe.
M. Dufour, depuis 4 mois dans la
Colonie, part pour France.
NAVIRE EN CHARGEMENT.
L'Intrigant, Capitaine Jofeph Cal!a-
mnand, partira pour Marfeille dans le
courant de ce mois. Ceux qui voudront
y charger A fret, s'adrefferont audit Ca-
pitaine, en fon magafin au Cap, chez
M. Carteau, au March.-des-Blancs.
BIENS ET EFFECTS A VENDRE.
Une Habitation fife au Quartier-
Dauphin, de la contenance de 5o quar-
reaux de bonne terre, don't io en bois
debout, beau chtmin de voiture, bor.


nre au nord & a I'oueft de la r;vivre
Marion, fur laquelle il y a jardin &
indigo,,une bonne favanne entouree de
haies deux indigoteries qui peuvent
fe reparer A peu de frais, une autre
que l'on conflruit & qui fera achevie
fous huit jours, avec un baffin pour
recevoir I'eau, de 30 pieds fur zo, &
fon canal tout en bonne maqonnerie;
quelques milliers de beaux pieds de cafe
rapportans; des vivres fuffifamment;
une maifon de charpente, de 90 pieds
fur 2., avec galerie d'un c6te & un
cabinet A chaque bout, couverte en
effentes & carrelee; un colombier garni
& autres batimens neceffaires. Si i'ac-
quereur veut, on y joindra 2.o quar-
reaux de terre en bois debout & favan.
nes, le tout attenant, arpente nouvel-
lement & fans aucune hypotheque. II
faut s'adreffer A Mde Corneille rue
d'Anjou au Cap, oun M. Riviere,
Negociant au Fort-Dauphin, qui don-
neront de plus amples eclairciffemens.
Le Sieur Latare, qui en eft proprie-
taire, en fera bonne composition, ou
l'echangera centre une petite Habita-
tion pres du Cap, voulant s'y retire.
Une Maifon fife au Cap, rue Dau-
phine, pres le Bac, de 131 pieds de face
fur I 2o pieds de profondeur, confiftant
en fept magafins au raiz de chauffee,
deux halles de I 2o pieds de long, fept
chambres hautes & un cabinet A cha-
que bout de la galerie, avec deux grands
efcaliers, deux caveaux voItets, une
grande cour, deux puits, deux cuifines,
deux chambres & une remife. II faut
s'adrefler au Sieur Blay, qui ne ven-
dant ladite Maifon que pour fe liberer
avec fes Creanciers, recevra en paie-
ment les creances qui lui front pr'-
fentees, & ftipulera dans I'ate celles
qui y front relatives.
Quarante-cinq beaux Mulets domp-


' T'y. ^ *1




E~


~FC~'C~g


t6s & faitS Ia charge, teftse on peauf
Voir dans les enclos de M. Charril. II
faut s'adreffer A M. Faures, Negociant
au Cap.
- Mais i trois piafires & demie le
baril. II faut s'adreffer au Sieur Lalande
ou au Sieur A/exandre, Fermier des
Boucheries, au Cap.
Un tres-beau Cabriolet, dont le ba-
teau eft verni, couleur de chamois,
tres-bien conditionne & fait A 'ufage"
du pays, avec fon harnois, guide, &c.
Un tres-beau & bon Cheval Anglois
de felle merchant fuperieurement,
connu depuis trois ans qu'il eft au pays.
II faut s'adreffer a M. Acloque, demeu-
rant chez M. It Chevalier Walsh, au
Haut-du-Cap. .,
Deux Negres tonneliers, de zo A2 i
nt$s, bons doleurs, fachant bien fair
une barrique de fucre. 11 faut s'adreffer
A M. Lacrose, refidant a Limonade,
qui en fera bonne composition.
Le Sieur Mercade' donne avis qu'il a
fait acquisition d'une Tannerie fiie dans
la Ville du Fort-Dauphin, ci-devant
appartenante au Sieur Morellie La re-
putation qu'avoit cette Tannerie de
fabriquer d'excellens Cuirs, l'a d6ter-
mine a cette acquisition; il efpere que
le Public fera aufli fatisfait de cette
manufa lure A l'avenir, qu'il I'a etc par
le paff8. 11 previent qu'il peut livrer
des Cuirs des-A.prefent, & que Y'on,
doit s'adreffer au Fort-Dauphin A M.
Defmandre, charge par le Proprietaire
de gerer cette Tannerie. On trouvera
auffi des. Cuirs de cette fabrique chez
M. Balanfun, Negociant au Cap.
ESCLAVES EN MARONAGE.
.Un Negre Creole, nomme 'Jean-
Pierre, perruquier etampe LEBAS,
fe difant libre, Agi de 2z ans, taille de
, pieds 7-pouces, la jambe.gauche un


peu plus court que Ia drolte, part
maron le 2 du mois dernier. Ceux qui
le reconnoitront, font pries de le fair
arreter & d'en donner avis A M(1
Defay, Habitante au Rocou, A quiil
appartient, ou AM. Buffville, au Cap.
Un Negre Congo, nomim6 Martin,
etampe fur un fein G, age d'environ
40 ans, taille de 4 pieds 9 A o pouces,
parti maronle z du mois,dernier. Ceux.
qui le reconnoitront, font pries de le
faire arrater & d'en doniner avis a M.
Cuvert Duboisblanc, Habitant au Joli-
Trou, quarter de la Grande-Riviere.
Deux Negres, nation Congo, tdam.
pis CABOT, l'un nomme Scipion,
taille de 5 pieds 2 pouces, & l'autre
Caius, taille de 5 pieds 4 pouces, par-
tis marons le 23 du mois dernier de
l'Habitation du Sr Cabot, au Boucan-
Champagne, dependance du Port-de-.
Paix. Ceux qui les reconnoitront, font
pries de les faire arreter & conduire;
au Cap, ou chez M. Lavaud, Habitantf
au Borgne.
CHEVAUX PERDUS.
Un Cheval Creole, poil rouge, un
pied blanc etampe fur la cuiffe du
mootoir R, s'eft echappe de la favanne
de M. Garnier, derriere I'H6pital, le
7 du mois dernier. Ceux qui en auront
connoiffance, font pries d'en donner
avis A M. Yvon, rue du Bac, au Cap,
qui donnera une bonne recompenfe .
celul qui le lui ramenera. ,
Une petite Mule, poil noir, s'eft,
-chappie le 30 du mois dernier du parcI
de M. .Defpaigne, au Cap. ,Ceux-qui
en auront connoiffance, font prids d'en
donner avis~ M. Ile Marquis' dAuj"ign,'
Habitant au Gros-Morne, A qui elle
appartient, ou a M. le Chevalier Lamqrar
tre, Negociant au Cap, rues du Gou-
vernement & Saint-Pierre.


-~--~I~"-cc..-~~----~I~--I~~


'A


I
I'







A










4'








(N'.)


'ANNT E 1774.


CHES


AMERICAINES.


u Mercredi 9 Fevrier 1774.


7 de Navires.


'AU PORT-AU--PRINCE le 2. de
cemois,e Caflor, Capit.Doudon, pour
Marfeille; & l'Empereur, Capit. Lau-
nois pour Bordeaux : les deux Hdeines,
de Bordeaux, Capit. Dumas faifant ef-
cale k Saint-Marc.
Prix des Marchandifis de la Colonie.
Aux CAYES,le3odu mois dernier,
Sucreblanc, premiere quality, 6oa0 56 1.
feconde, 36 a 40 1. brut, z8 a 30 1. In-
digo bleu, to a ii 1. cuivre, 9.a a 1.
Cafe nouveau, io h 1 f. (il n'y en a
point de vieux..) Coton, i6o 'a 165 1.
Cuirs 7 1. 10 f. a 9 1. Piaftres gourdes,
81.5 f.C .
A L O1GANE, le 5 de ce mois,
Sucre blanc, premiere quality, 5 o a 551.
feconde, 48 5 o 1. troifieme, 45 a 46 1.
commun,3 5 a 40. brut, z8 a 301. Indigo
bleu, 12. 1. cuivre, 9 "a zo 1. Cafe nou-
veau, h 12f vieux, 9 a of. Coton,
165 'a 7cl.Cuirs, 8a-9 1. Piaftresgour-
des,'37 & demi pour cent.
Au PoRTr-AU-PRINTCE, le 8 de
ce mois, Sucre blanc, premiere quali-
te, 56 a 57 1. fcconde, 52. a 54 1. troi-
fieme,48'a 5ol.commun, 40'a45 1.brut,
30 h 32 1. Indigo bku, z 1. cuivr6,
Io h ii 1. Cafe nouveau, 'a 12. f.
yieux, 9 xo f1 Coton, 175 'ax 8ol.Cuirs,


8 a 9 1. Piafires gourdes, 37 & demi
pour cent.
Prix des Marchandifes de France.
AuxCAYEs,ledit jour, 30 du mois
dernier, Vin vicux, 15 oa 30o 1. nouveau,
18o0 zoo 1. Farine de Moiflac, 80 k
901. commune, 66a7ol.Bacuffale,8o
a 90 1. le baril. Petit-fald, 36 a 45 1.
I'ancre. Beurre, zo0 a 2.5 f. la livre. Hui-
le, 60 a 71 1. la cave. Savon, 8o a 9o
1. le cent.
AL'OGANE,leditjour, decemois.
V in vieux, 18o0 a oo0 1. nouveau,
I5 o a 16o 1. Farine de Moiffac, 75 1.-
commune, 60 1. Bceuf fale, 75 1. le ba-.
ril. Petit-Sale, 36 a 40 1. l'ancre. Beur-*
re, z5 f. la livre. Huile, 27 a 71 1. la
cave. Sayon,,80 1. le:cent.
Au PORT-AU.-PRINCE', leditjourg
de cemois, Vin vieux, oo a 2.40 1.
nouveau, 15o a 16o0 L Farine de Moif-
fac, 75 a 8o 1. commune, 60 a 70 .
Betuf fale 71 a 80 1. le baril. Petit-.'
Sale, 33 a 36 1. I'ancre. Beurre, z0 a
z,5 la hvre. Huile, 10 a 45 1. la ca-
ve. Savon, 70 a 75 1. le cent.
CoU Rs DU FR ET.
AUX CAYE;, Sucre blanc, 9 a io
d. brut, o 'a d. I-idigo, 2z0 'a 14 d.
Cafed, 1o i 2. d. Coron, ;0 a 36 d.
A LEOGANE,' Sucre blanc, i0 d.
brut, xo aI. r CIndigo, 1z d. Caft,


t ..


-b


A
'4
4.








(1


IIII --r~ ,, s


__~_ ~ r,~na r*c--,-l'-rr-- 'r~"--'' '~ -n-


*** V


'n-NIMSi. lxnmxmala=30c,' =Y








o hnIr d. Coto; 3 'a 36 d3 .
Au PORT-AU- PRINCE, Sucre
blanc, 9 d. brut, io d. Indigo, zo d.
Cafe, 10 iixx d. Coton, 30 a 33 d.
Mo 0 .
Jean Malatre, l1oleur de profeflion,
natif des environs de Macon en Botirgo-
gne, ft. more fur l'Habitation de M.
Beaunay, au Saulx deNippes, le 31 du
mois dernier, age de 3 2 ans.
E NBGRES MARONS.
Au PORT-AU-PRINCE, le z de ce
mois, eft entr a la Geole Mercure, na-
tion Bambara, rampd fur le fein droit
DEN, d'autres lettres illifibles, fe di.
fant k M. Charles au Port-au Prince: le
5, Philippe, nation Caplaon, etampe
fur les deux feins, felon ce qu'on a pu
diflinguer, LASERRE,, ayant les deux
oreilles coupe'es, fe difant a M. Lafirre,
babitant au Cul-de-Sac; Jacques, na-
tion Atame, itamrp fur le lein droit
MOR, d'autres lettres illifibles, ayant
lesoreilles perches, les joues fort plates,
trois marques de cheque c&te du creux
e l'eftoxnac, taille pieds 5 pouces &
demi, ne pouvant dire le nom de fon
manitre vi de fa demeure; Jean-Pierre,
nation Congo, tdamp6 fur le fein droit
WILLAVOIS, g. de 4 6 ans, fe difant
4 M. Lillavois: le 7 Heclor, nation
Congo, etamp' fur les deux feins DU-
VAL, agi de 40 ans, taille de 5 pieds I
pouce, fe difant a M. Petitbois,. habi-
tant Sucrier au Boucaimin
.CH E V A U X t P A V E S.
Au PORT-AU-PRINCE, le i de ce
Saois, il a ite conduit la Geole un Che-
val fous poil rouge, crins noirs, 6tampe
au montoir RD, ayant le pied droit de
derriere blanc, les 3 autres noirs, une
triarque blanche au front, & la queue
msoyenne; & unCheval fous poil rouan,
crins bruins, etampe au montoir MI,
tpt les 4 pieds noirs une petite mar-.


-_ ---_-- -- -- .- ,-.- ._ uW ij'



que blanche au froit, queue longue, &
une entorfe au pied droit de devant : le
6, un Cheval fous poil rouge, & 6mp6~
au montoir DC, ayant les crins & les 4
pieds noirs: le 7, un Cheval fous poil
roux, itampe au montoir CD, & au-
deffousS L, ayant les crins & les 4.pieds
noirs, queue court, & une 6toile blan-
che au front: & une Cavalle fous poil
brun, crins noirs, ecampee au montoir.
B D renverfis, & au-deffous C I, auffl
renverfis, ayant la tete noire.
NOUVELLES D'EUROPE.
TUR Q U I
On s'eft bien trompe, lorfqu'on a crm
que la mort d'Ali Bey ritabliroit la
tranquillito dans la Syrie & en Egypte,
& que la Porte n'y trouveroit plus que
des Sujcts fideles & foumis. Depuis cet
evInement, Mehemet-Aboudaab partam
geoit 1'autork6 avec Ifmael-Bey, prin-.
cipal auteur de la revolution : ce dernier
avoit toujours conferve, meme pendant
la vie d'Aly qu'il avoit abandonn6, des
intelligence aver le Cheik-Daher. De-,
puis la defaite de ce Ca'imacan, Daher
a reflerr. encore plus fes liaifons avec If,
mael, & a obtenu par lui le tranfporm
des denrdes d'Egypte en Syrie qui avoit
tr6 difendu auparavant. Un v&nement
recent donne lieu h d'autres conje&ures.
On a vu avec la plus grande furprife- f-
mael Bey arriver a Gaza a la thte de
4000 homes de Cavalerie, & fe mettre
fous la prote&ion du Cheik-Daher. Lest
uns prdeendent que fon depart eft con-
certc avec Aboudaab, & que le proje.
commun eft de conquerir Damas & fes
ddpendances; d'autres affurent qu'If-,
mael jaloux de l'autorite d'Aboudaah
s'eft en effect brouilld avec lui, & que fes
demarches n'ont d'autre but que d'en-4
tretenir le trouble en Egypte, & profi-,
ter des divisions intefries de ce pay


'Al.








4'

4'
.4,,



'p








luaolqu'ul en fot, 11 eft certain que la.
Porte fe voit par-la fruflrde des fecours
d'argent & de grains qu'elle tiroit de erte
grande Province; il eft h craindre du
moins que kssRebelkls en groffiffant leur
Parti, ne finiffent par s'en rendre mal-
tres, ce qui priveroit la Capitale des ref-
fources confiderables qu'elle a plus d'u-
ne fois rirees de la Syrie, dans les temps
de difette don't elle eft fi fouvent afflig6e.
On &toit a Smyrne dans les plus vives
allarmes, au mois d'Odtobre dernier. Le
Patron d'un Navire Marchand Francais
arrive~ d'Alexandrie d6pofa a la Chan-
cellerie de fa nation, que pendant le tra-"
jet il avoirt tC vifite par des vaiffeaux de
la Flotte Rufle, & que l'Amiral Spiri-
tow en le chargeant de fes complimens
pour le Conful, avoit ajoutd qu'il efpe-
roit dans peu lui faire une vifite. Cette
nouvelle a repandu la conflernation par-
mni les Chretiens 6tablis en cette Echelle
qui, outre les pertes que la vifite d'une
Effcadre ennemie ne peut manquer de leur
occafionner, ont 'a craindre encore la fu-.
reur de la populace Turque qui, -dans
de pareilles circonflances, fe venge fur
les Francs des dommages que leur font
effuyer les Europdens. Ce qu'il y a de
plus ficheux, c'eft qu'il ne fetrouve pr6-
fentement dhios le Po~rt 'de Smyrne au-
can vaifeau d'Europe, a bord duquel'
lesFrancs puiffentfe refugier dans nn pa:-
reil cas, la Frdgate Francaife lEclair
Venant d"appareiller pour efcorter desBa-,
timens marchands de fa nation. On cher-
ebe 'a fe perfuaderquele difcours de l'A-
rniral Spiritow n'efi qu'une feite, & que
les regards que la Ruffie n'a ceffE d'avoir
pour kes Puiffances maritimes de l'Eu-
rope, l'empecheront d'attaqucr une ville
qui fait le centre de leur commerce dans'
le Levant; on efpere du moint que te
Couverneur de cette meme ville qui a
i bien r6lflijUfqu'I pr6fent h mraintenir


'V


la tranquIllite, parviendra encore a con.
tenir les mutinrs, qui n'afpirent fans doute
qu'h de pareilles occafions pour exercet
leur fureur & leurs brigandages.
P 0 L 0' G N E.
La Diete continue toujours fes fean-
ces. Plufieurs D6l6gus perfifterent dans
la derniere a ne point figner les Traites
de demembrement, & ne fe laifferent en-
fin determiner que fur les menaces des
Miniftres qui les forcerent d'y confentir.
On n'en dMfapprouve pas moins haute-
ment le plan de cette Conflitution in-
forme, & l'on fent I'inconvenient de
foumettre la puiffance royale, deja trop
foible pour le malheur de l'Etat, aux ca-
prices d'une Oligarchie devoude a I'E-
tranger.
Les Diflldens, de leur co6t, ne peu-
vent digerer-qu'on femble oublier leurs
interets; ils ont public en conf6quence
un Manifefte dans lequel ils impudent 'a
la. Confederation de Bar tous les maux
qu'ils ont effuys. L'affaire des JMfuites
eft tojouts dans le mIme 6tat qu'au-
paravant.
On apprend que la Noblefre Cour-
landaife a rifolu de faire au Roi un don
gratuit de 2.o mnille ecus d'Albert: deux
DNpur~s font attendus pour le prefenter
r-Sa Majefte.
I- tie mranque point d'avis touchant
les armies fur le Danuabe; mais its font
fi vagues, qu'on voit affez qu'ils n'ont
6ti invents par l'efprit de part que pour
renplir le vuide des nouvelles positives.
SiH'on en croit les uns, les Ruffes font
datis'le plus trifle 6tat defoiblefle, &'
prts 'a fe retire meme : dans la Crimne
its ont &t6 defaits; le Gene'ral Prince
Proforowski eft prifonnier, le Prince
Dolgorucki mis en fuite, &c. Sur le Da-
nube lesTurcsles infulcentitpune 'entr,
& font pr&cs a pendtrer jufqu"a Ch6czinm
doet les Autrichiens orit pris 0poffilion.




- ~~~~-. A a


Selon .d'autres, te Grand-Viigr eft trop-
fieureux de pouvoir fe miaintenrr au pied
du month Balkan, & le Feld-Mardchal
Comte de Romanzow fe prepare a l'aller
attaquer, ou du moins h fair une nou-
velle tentative fur Siliftrie. On va juf-
qu'hi rpandre que les trois Puiffances
reunies font dans la plus ferme refolu-
tion de forcer de concert les Ottomans
a la paix; mais l'on fippofe en meme
temps trop de reconnoiflance a la Cour
de Vienne pour profiter de 1'embarras oih
fe trouve Ia Porte, & bomber fur lesbras
d'une Puiflance qui a eu la generofir de
ne pasl'inquieter au fort de fes malheurs.
Cette derniere opinion feroit en effet plus
probable, fi l'obfervation des devoirs
noraux faifoit aujourd'hui la bafe de la
politique.
La fameufe farce des Vampires jou&e
en Pologne il y a 40 & 5o ans, avoit
convaincu l'Univers de l'exces de credu-
lite don't le people Polonais eft genera-
Iement fufceptible. La lumiere qui dclai-
re le refte de l'Europe parohi n pouvoir
peiererr- dans ce pays malhieureux. On
volt aujourd'hui une nouvelle preuve de
la fuperftition qui y regne. On perfugde
en effect a la multitude qu'en plufieurs.
endroits on a trouve des quarreaux de
vitre fur -lefquels une main invifible a:
trac4 des caraderes de fang que tops les
efforts humans ne peuvent venir h bout!
d'effacer, & que malheureufement per-
fonne ne dechiffre. On n'en eft pas moins
convaincu qu'ils prefagent a la Patrie les
defaftres les plus funefles. Quant a ce
dernier point, les gens fenfss ne peuvent
difc6nvenir que 14 Pologne efl fur le bord
de fa ruinie; mais ils fondent leur pre-
di&ion fur l'efprit de haine, d'ambition
& d'intiret particulier qui animeles prin-
ppaux, Citoyens.
; 2G' ZLE T E R R E.
S guerre & l'A archie n'enlevent peut-
*4 4


dtre pas plus d'hommes entire la Vifthue.
& la Mer-Noire qu'il en fortde ce Royau-
me pour aller habiter l'Amerique. Cette
depopulation reffemble dans fes progress
aux migrations qui ont epuif6 l'Efpa-
gne. On ne peue a cette occasion affez
admirer le bonheurde la France qui ne
poffede que des Colonies utiles, oi elle
ne voit paffer que des proprietaires deter-
mines par gout a revenir finir leurs jours
dans Icur premiere Patrie; mais ce n'eft
pas feulement en Angleterre que l'on a
lieu de s'appercevoir de cette depopula-
tion : l'6pidemie s'en eft repandue jut-:
qu'en Ecoffe, & l'on apprend d'Irlande
qu'une foule de Cicoyens fiduits par I'e-
xemple fe difpofcnt h s'expatrier. Tous
les Navires qui mettent a la voile verfent'
fucceffivement la population de cette Ifle
fur le rivage. Americain : ces Provinces.
font deja depourvues de Manufa&uriers,:
d'Artifans & de Laboureurs : les Colonies.
Anglaifes n'en deviennent que plus flo-,
riffances, & tout leur pr'fage la plus ra-
pide profptrite.
Les details certain qu'on a requs nou-:
Svellementdu voyage du Capitaine Phipps-
portent que la plushautelatitude oi font.
parvenues les Bombardes envoyees au
Pble feptentrional, 6toit de 8o degres_
i 3 minutes. Ce Capitaine a tout lieu de.
Scroire qu'aucun Voyageur n'a plus ap-,
proch6 que lui du Pble dans cette mer,
puifqu'il a trouve dans la meme latitude:
une ligne de glace qui couvre fans doute-
au-dela toute la mer de la region pblaire.-
Pendant 15 jours les gens de fon quipa-
ge ont itc environnes de glaces, & com.-
mengoient craindre qu'il ne fallft aban-
donner le Navire : ils fe difpofoient deja
a recourir h leurs chaloupes, lorfqu'ils
parvinrent heureufement a fe frayer un,
paflage qui les conduifit vers le Sud-
Oueft. Ce danger n'eft pas le feul auquel
ait te expofl le Vaiffeaudu fieur Phipps.


;'9
~

i I


'"
'
I
r
.`BIY
(?lr~
b'~ :"


I
~
(, h: ~


..
:,.a
1
C`


r
Ir


'e
!5

s
::1
:t;f



I

.:


i.i

;'



















IL
U'SI
8
-'I
*it








I ]^
i. ,













:- ,

t1*
'i^N



I,





. "
t:^}
.''*


* ,'.


pendant fon voyage, & 'on afire que
le Gouvcrnement eft dCcide a ne plus
dquiper de Navires pour de femblables
expeditions.
La Compagnie des Indes dans une der-
iiere afl mble a fait plufieurs change-
mens 'a fes Rglemens particuliers. Ou-
tre l'embarras oh elle fe trouve depuis
que le Gouvernement a pris connoiffan-
ce de fes affaires, on parolt vouloir fou-
lever le Public centre fon commerce en
general: ce commerce, dit-on, fait en-
trer fans doute des fommes immenfes
dans les coffres publics, maisilruineauf-
fi les Manufa&ures du Royaume, &
oblige des milliers de Citoyens a aller
remplir ailleurs leurs talens. On ne four-
nit prefque rien h la Chine, & c'eft a
prix d'argent qu'on en retire le the, les
&toffes de foie, la porcelaine, &c. 11 en
eft de meme au Bengale, h Madraff,
Bombay & Sdrate. Le Commerce des
Indes occidentales ne prefente pas moins
d'inconviniens-aux yeux des Critiques;
mais, quoi qu'ils puiffent dire, tout n'er
fuivra pas moins foh course accoutuime,
& la froide'fpiculation du Politiquetou-
jours macontent ne fuffit pas pour arre-
ter cette communication immenfe que
des.reffbrtsplius caches ne ceffent d'en-
tretehir dans tout l'Univers.
AF RA N C E.
Le Confeil de Guerre qui fe tient aux
Invalides pour juger les anciens Direc-
tears de rArtillerie & leurs coaccu fes eft
fur:le point de.prbononcer fon Jugeinent.
On efpere de le voir aufi favorable pour
les accufds que leur mnrite reconnu fem-
ble le garantir.
Le nouveau Bail des Fermes-Ge'nera-
les eft arret 61355 millions pay an pour
les memes droits du deni'er; & s'il plat
an Roi d'y ajouter quelques nouvelles
parties, on d'en retrancher, le. tout fera


Ivaludau prorata. On effime hY2. o1n 3
millions les droits de nouvelle percep-
tion, qui dtant en rigie particuliere, n'f
font pas comprise.
On vient d'imprimer Ic tableau des
fetes & fpedacles qui fe donneront la.
Cour a l'occafion du marriage de Mon-
feigneur le Comte d'Artois. Mardi, i6
Decenbre, jour du marriage, il y aura
grand appartement, jeu dans la galerie,
feu d'artifice, feffin royal & illumina-
tion; le 17, on jouera fur le theatre de.
la Cour l'Opera d'Ifinenor; le 19, bal
pare; le z2, bal mafque, & lses fes fe-
ront ainfi prolong6es pendant un moid
par des fpe&acles d'apparat qui fe don-
neront a des jours indiques.
On avoit dit que le Roi devoit ache-
ter de M. le Prince de Condd le Palais
Bourbon pour M. le Comte d'Arcois;
mais on affure qu'il eft ddcid4 'a prfcnt
de r6parer le Luxembourg pour M. Ie'
Comte de Provence, & que I'on define
a M. ile Coite d'Artois t'f6tel du Mai-
ne, ainfi que la magnifique Maifoin'de
Sceaux cedes S. M. parM. le Comte
d'Eu.
On a envoy ordre h Rochefort dar-
tmerle'vaiffeau du Roi le Ferine, & l'po
croit qu'il eft accord a des. Ngqcians
pour le coimherce de 'Inde quit e peu|
fefoutenir fans le fecou'rs du 'Miiiftere,
On dit qu'il ne reffera plus dans ce Port
que 14 Capitaines de vaifleau,. z4 Lieu'
tenans, autant d'Enfeignes, & quelques
OfficierS d'autres grades. Le Maite de cetr
te ville pourfuit toujours l'exCeution di
project qu'ila donnerelativementau conm
merce de ce Port, don't toutes les villes
voifines ont repr'fentd les avantages &
l'utilite qui en rdfulteroient pour telles. '
M. Laurent, Chevalier de POrdrt da
Roi, eft mort dernierement dans fa:.
annie': ce calibre Archite&e'avoit la di4
region gendrale des Canaux de flandr




-. A


Sde Ricardie. Enen annonant rer -
piife dans une de nos feuilles, nous ntie
crqyons pas que l'auteurde ce grand pro-
jet dut fit6t tcrminer fa carriere.VL'Etat
perd un, Citoyen utile, & les Sciences
un home qui pof'Idoit parraitement
la parties mechanique.
A VIS DIVER, S.
C'eft par erreurqul'e annonqant dans
IaFeuille du N 34 la vente d'une iabi-
tauon fitue'e au FortRoyal du Perit-
Goave,.j ia. i mis qu'dle eontenoit
quatre-vingt-dix quarreauxc de terre. Sa
contenance n'eft que de foixantce-q.q atre,
I faut toujourss adrefier M 't.rEcoa- sa
jin, Noraire au Port-au-Prine..,
SLe. fieur Barnab~e. etit. .natif de
Touln ,embarqu i i tNavirrefeSajnt
Jean-IBapt,.te, .* .^ Argeme- mou.hil a4ort-.auP~ sice.a.
referte dudit, Nyire; il reportt eaniroq
8.o0oo li,. & rgain: cer thop e eft
g ad'environ cinquamee a is'deetitq
tam~ie, marque. de.pett-vyerole, portant
ord nairement une vefti ecarlate galon-
De. Ceux qui cn auront connoIIapce,
foQt-pd6s de iefaire-arrter j&'efiA4n-
p. vis s au C~m tdan* 4u Q-uarct'i o
S re .. .r. ..- .
: :,M'.Pwga~iF-cirE1 aPad
FfProcureur au. ?ge. RCe, it, pt.S2
Marc, dote avi s an u iP i qiueje rc..
i~tfewmeite M f: GCiot6Iailigeantn p/ie
plfer n Frean-ce il {fedpo rg e~
_lef^i'es i l t.1Etude.11B prienq[4
Pofiers qu'ils puvent avojr.cluit, ,
i4d lvrerta a ro jour & Auta tep -
re au a perfonnes charges de po r pr~ ce
f fet. .
^ (a nticainiz7,x Awocat jae-
nptode. Paris & Procuremura ,Sii
Royal du JPorr-au-Prince, iiA~ uit''qie
c ataians erifonnes fant cowris 1. i
'*M4


qu941 eft fiarce pine de qauiter ton &tacr
-4 voulant effacer les impreffions que ce
bruitpeut faire fur ceux qui ont bien vou-
lu jufqu'a prefcnr ou qui voudroient pac
la fuite honoredr de leur confiance, croit
devoir en arreter le course. 11 a 1'honneuw
en confiquence de prevenir le Public
qu'il n'en eft rien, & que fi des circonf-
tances, qu'il ne prevoit pas, le mettent
dans le cas de demander fa retraite, il fe
fraun devoir d'en avertirle premier M"s
fes Cliens qn'il prie inftamentde n'ajou-
ter aucune foi tout ce qui pourroit leur
dtre dit k ce fujet par d'autres que fui.
M Bertrand des Verettes, Major g.-
1e ral des Milices du Quartier de Saints-
Marc m'donne avis au Public que des af-
fTires de:famirle & fa fant6 l'obligeant B
paffer en Europeau moisdeMaiprochain,
I>i laiife M. Lacouture, Procureur g.-
nir? & fp4cial de M" fes freres, les af-
fairesconcernantla fueceflionde feu leur
pere. J M' Grafft &, Pitteux Ne-
gocians4 Sqins-J;iMc- fes affaires.pardi-
S.ilieresavec, o~dre auxdics Procureurs
confiruis d ne e.pqyer que ce qui aura
t Iarred par lui avant on depa4t.
jtiat de Negres :Epave wsqui cEnfornrme
n ent ,l'Ordonncbee. d:-Roi'dui s8
-. Jyq bre z 76'f ,, 4dient ftrewen.
dis le 2 .^n4 4 i prwohain, .A l Bar^
re da Siege Royal de lacmel, &a I
diligence du Receveur de ce drait au-
*-i-lieu;
A., uo D4emb'e-ibr77}, Cupidon, na4
tinqr:Mondongue, tamp tp H & C, qul
sn -pu dire leR noa de fon maere, atret4
aunx.Ances-'a-Pitre.
S-u p o dudit, Jafeph, nation Congoa
mdme dtampe que ci -deffus, ayant fh r le
crps dcesmarqgesde fon Pays, fe difanr
-ppu4tenir 0 M. JKtins, arr&4 atx C6cee
o !fersde Baynet.
.l ; m;nmeie jour, uae Negrefl, nome.
iA Jip, na4ioaigongo, w&neecatape


",




.1




~~, P


S'5$
"S

* .



* .4.
*.)44


_,


- pm











1" ^ "

vI
I:





!
i
4,.






'...'




I
*:'^





,, i,,f
*-







.-'^



.. ,f!
,,r,

:1^'





,

:.'
!t
a
I^
.
?


fe difast appartenmr au mime ma'tre,
prif au m&me lieu.
* Du m&me jour, un Negre, nation
Canga, &tamp6 BODKIN fuivant ce
qu'on a pu diftinguer, lequel n'a pu dire
ion nom ni celui de fon maitre, arre d
au meme lieu. b
Du meme jour, un Negre, nation Cart
ga, mme reampe, lequel n'a pu dire fon
nom ni cclui de fon mattre, arreti au m6-
me lieu.
Du memejour, un Negre, nation Can-
ga, meme 6tampe, lequel n'a pu dire fon
nom ni celui de fon matre, arrec6 +sau
meme lieu.
Du z Janvier 1774, Cuptdoi nation
Congo, etampe HA & qulques autres
lettresillifibles, & au deffous ANIE, le-
quel n'a pu dire le nom de fon maitre, ar-
rete dans les hauteurs de la Rivierae 4d
Baynet.
DEMA iN J *
Deux pcrfonnes, nouvellement arri-
ties de France, defireroient dcouvrir la
demeure de M Lamothe, naftif de Nei-
nours en Gatinois, paff, danslcette Co-
ionie depuis i8 ou zo ans; il demenroit
au Baffin-Bleu, ddpendance du Port-de-
Paix,il y a 7 a 8 ans: on na pufavoir
lepuis le lieu de fa r6fidence" auele. II
faut s'adrefferk M, Feyard, Habitaptg
IMirebalais.
NArVIRE EN CHARGEMEX1NT,
SLe Plerin, de Bordeaux, Capitain
Sibron, du port de ico tonneaux oui en-
wiron, eft en charge por ledit lieu. Ceux
qui voudront y paffpr ou charger h fret,
font prids de sd'adreffer aPdit Capitaine,
dans les magafins de M. Mefplds,Ph"'
je Valliere : ledit fieur Sibron, donw
ple avis h Mr les Habitaras qu'il ya aa
Couvent des Cordeliers Montauban, un
tirs-bon Penfionnat ou I'on apprend aux
Pfa 4lI4dtip es ath-matiues & 44-


-el
tires fencess: Ie prix de la Penion, oh
V'on peut former les 1Sives jufqu'h lage
de i8 ans, eft de 800 livrcs tournois. Le
fieur Sibron qi y a lui-mime fon fils,
ne peut que donner les meilleurs timoi-
gnages de education qu'y regoit la jeu-
nefle.
A E 1N D R E
UUnie Habitation fituee au bas de la
Mbhtagne Noire., quarter de la Char-
bonniere, contenant 5o quarreaux de
terre, proprea la culture da cafe, don't
ily a deja 1 l8 mille pieds de plan-
ts de 2. a .ans, avec o beaux Negres,
11 thu s'adrfle 'a M. Billoteau, fils,
,- _a< ,
chez MM. Girefches, Negocians au
Port ai Prince, charge des tires de
ropriec, ;4 prendra avec les acqu 6
ieurs tous ls temperamens conyeables,
'intention du Proprieaire irant de trou-
verdes conditions avantageufes & folides
jour fe retrer en France incefamment,
UnLTeJbitation ddepndante de Iia fuc-
ceflion Halley-Fleury., fitlue ;a Tro'qr
Bonbon, quart etr e la Grpnd-Anfe
bontenant 40 quarreaux 4 tcrre propt9
k.la culture 4d ccafi, r oto & indigo,
rir aquelle 3 p<'fes d bois roid, cop*
vertes e~.j paille, avec environ 2.o0 h ,
mille pieds de caff en rapport, c de vi-
vresde to te efpece pour i oa i2.NPgres:
pn en- pet irer aufli des bois k bttir tant
eh- de colec le qu'en poteaux bois
r, I'flabitaution elle-meme etant pres
au board de la mer. 11 faut s'adreffer
M. Brirre: habitant au TrouB onbon,
qui la veidra-de gre i gr6 ou judiciaire-
ment. II y a t&es de Negres de la mn
rp Iu fuckeeion a vendre.
ESCLAVBS EN MAARONAGE.
tun Negre nomnme Adrien, nation
Arada, Poffillon & Perroquier, vent
dans la Colonie i la mammelle, & pot-
vane-paflrer our cole, itampe fiurhi




-lL -zI--- -- '* -.~~r.-~ _CILIII1~IC


deux fins MARCHAND, & fur l'un
des deux renverf6, age d'environ 3oans,
faille 5 pieds 3 pouces, le corps & la
jambe affez bien faits, & joli de vifage,
quoiqu'ayant les levres un peu 6paifles,
le pied plat & le talon gros. Ce Negre
qui fe dit libre eft maron depuis lIe 13
Odobre r771: il a &tc long-temps dans
le quarter de Nippes.
Un Mulatre creole de la Martinique,
Menuifier, fans etampe, age d'environ
jo ans, taille 5 pieds 2 a 3 pouces, fa-
chant un peu 1'Efpagnol & l'Anglais, &
ayant etc en France, affez bien taille ,
mais d'une foible conflitution, les yeux
enfonces, belle jambe & bien fair, eft
maron depuis le 6 Aoit dernier. On prie
ceux qui auront connoiffance de ce Ne-
gre & de ee Mulatre de les faire arreter,
& d'en donner avis 'a M. Marchand fils,
Negociant au Port-au-Prince: il y au-
ira pour chacun 2zo liv. de recompenfe,
outre le prix ordinaire.
Un Negre crdole, poftillon, nomme
tanthtr IJean, tantbt Frangois, mais
plus connu fous le nom de Dic, & fe
difaritlibre, age d'environ 45 ans, taille
S pieds 3 ou 4 pouces, eft maron depuis
le mois d'Odobre dernier. On prie ceux
qui en auront connoiffance d'en donner
avis -a M. Gaflonprou, Dire&eur des
Poftes Leogane, on a MM. Robles,
freres, au Port-au-Prince.
Un Negre nomme Canard, nation
Canga, deampe FP, gros & courtaut,
eflropie d'une main, eft maron depuis
0o 'ax 2. jours. On prie ceux qui en au-
ront connoiffance d'en donner avis au
P. Morand, Superieur de la Miffion a
Leogane.

A vec pernmflion de MM.


Un Negr creode, nommd Marcha~,i
terre, fans dtampe, age de r ans, taille
4 pieds unpouce, eft maron depuisquel-
ques jours. On prie ceux qui en auronc
connoiffance d'en donner avis' la nom-
mee Marthe Dumaine, MulAtreffe ii-
bre h Jacmel.
Un Negrecreole de Curacao, nomme
Dominique, fans etampe, ag- d'envi-
ron. 16 ans, Iesepaules largcs, les mains
& les pieds gros, eft maron depuis le 4
de ce mois. On prie ceux qui en auront
connoiffance d'en donner avis a M. Vin-
cent a St. Marc.
Un Negre, nomme Amadis, etamp6
JENOT, age d'environ z ans, taille de
5 pieds 5 pouces, eft maron depuisquel-
ques jours. On prie ceux qui en auront
connoiffance, d'eu donner avis k M. .Je-
not, au Port-au-Prince.


CH EVA U X


SG A R JS.


SUn Cheval, fous poil rouge, teampen
fur la cuiffe gauche dedeux L en croix,
& fur la droice IR, s'ef t echappd le Ir
de ce mois. S'adreffer 'a M"r Daiherre,
Baile & Compagnie Negocians au
Port- au-Prince.
II s'cft chappe de 1'Habitation de M'.
Cafeau, ail Cul-de-Sac, une Mule, de
belle hauteur, poil brun, erampe AV,
entrelaces, cesdeuxlettresfaites la mainv
& prefqu'illifibles, ayant unetacheblan-
che fur chaque co6t du dos qui defigne
qu'elle a port charge. On prie ceux qui
en auront connoiflance, d'en donner avis
a M. Sallier Dupin, Procureurde.l'Ha-'
bitation Cafeau, ou 'a M.: Guichard,
Ndgociant aux Cayes: ii y aura ricom
penfe.


les General & Intendant.


Au PORT-AU-PAINCE, chezl DONNET, Imprineur di Roi par Interim;,


U;'
49
Ai
h: ;I


:i
1 ;'




I







ASEENA,774T. X AFICS ANE


S.UPPLEENT AUX AFFICHES AMIRICAINES.


Du


Samedi 12 Fevrler.


,Rrty d Navires au Cap.

LE 9 ece mois, la Comtefe-de-
Menou, de Nantes, Capit. Berthomme,
parti le 7 decembre :le to, I'Hercule,
de Bordeaux, Capit, Dubrocq, parti
le to decembre; & le Jeune-Pierre, du
meme Port, Capit. Villeneuve, venant
de la C6te-d'Or de Goree.
PRIx des Marchandifis de la Colonic
au Cap.
Sucre blanc, premiere quality, 66 h
67 1. feconde, 9 a 60 1. troifieme,
I5 d .56 1.cominun, 48 a 52 L brut,
31 & 33 liv. Indigo bleu, 12 livt. i.
cuivre, t I. i 1 1. 1of. Caf6 nou-
veau, i I 13 f. 6 d. vieux, Io f. Co-
ton, z2o 1. Cuirs, 2 1. piece.
PRIX des Marchandifes de France
au Cap.
Vin vieux, zoo A 2.5o 1. nouveau,
140 t 50 yoliv. Farine de Moiffac, 70
S75 I. commune, 5o t 60 liv. Boeuf
fale, 80 liv. le baril. Petit-fal6, 36 liv.
l'ancre. Beurre, o f. la livre. Huile,
4o 1. la cave. Savon, 661. le cent.
COURS du Fret au Cap.
Sucre blanc, I den. brut, 15 den.
Indigo, 24 a 30 d. Cafe, iz 2 x 5 d.
Coton, 48 d.
NEGRES MARONS.
Au FORT-DAUPHIN, eft entree a la


Geole, le 2 de ce mois, un Negre Nago,
etampe fur le fein gauche POITIt; &
une Negreffe nommee Marie-Louife,
etamp6e illifiblement : le 6, Philippe,
nation Congo, fans etampe; & un Ne-
gre de m8me nation, etampe fur le fein
gauche LEBARE: le 7, Jean-Baptife,
nation Mandingue, etampe fur le fein
droit M B.
Auv CAP, le 7 de ce mois, Bernard,
nation Mondongue, etampe A. I. D,
5ge d'environ 20 ans, lequel n'a pu
dire le nom de fon maitre : le 8, un
Negre nouveau, etamp6 A. GVITON,
age d'environ 25 ans ; le 9, Narcife,
nation Congo, etampe fur les deux
feins M. B.L.E, ge d'environ 14 ans,
lequel a dit appartenir a M. le Chevalier
de Moncombe, aux C6telettes : le Io,
un Negre nouveau, de nation Aguia,
6tampe L. D. LADEBAT, age d'en-
viron z5 ans.

SPECTACLES.
On donnera au Cap, jeudi prochain
17 du courant, au bhenfice du Sieur
Sainville, une reprefentationde l'Hon-
nete Criminel ou l'Amour filial, Drame
en vers & en cinq Ades, de M. Fe-
nouillot de Calbaire, nouvellement re-
touche par 1'Auteur. Cette Piece fera
fuivie de la Clochette, Opra en un A&e.
Entre les deux Pieces un Amateur
danfera l'Allemande avec la Dame De-
forge.


~A1


I


_ --~"---~B~jB"L-:.- ~r----l--------- --"~I~_II____~_I___31--- ------


'; "I -




111
^ -. >


r 'N,


A V IS D VE R S.
M" les Habitans qui ont des Negres
ma'rons, qu'ils foupconnent etre dans
la Partie Efpagnole, font avertis d'en-
voyer promptement les fignalemens
defdits Negres bien detailles, francs de
port, au Sieur Pice'ard de More, Lieu-
tenant de Prev6t de la Marechauffie
au Fort-Dauphin, charge par M. le
Chevalier de Bonchamps, Capitaine de
Cavalerie, nomme par MM. les Gene-
ral & Intendant pour la reclamation
defdits Negres dans la Partie Efpagnole,
de les recevoir & lui envoyer A Saint-
Domingue oh ii refide.
Les Creanciers de la fucceffion de
Mde veuve Loup. font invites par M.
Dumas, Negociant au Cap, fon Ex&-
cuteur-teffamentaire, de fe faire con-
noitre inceffamment, & de commu-
niquer A M. Harouard de Fautteville,
Procureur au Siege Royal du Cap,
leurs titres de creances, afin de le met-
tre en etat de diriger fes operations
de maniere a concilier les interets des
Creanciers avec ceux des Legataires,
fans bleffer les droits d'aucun d'eux.
M. Beaujouan etant fur fon depart
pour France prie les perfonnes qui
ont des papers chez lui, de vouloir
bien les retire. II a a vendra des Do-
mefliques & Chaifes roulantes,
Le Sieur Lefevre, Negociant au Cap,
Executeur-teftamentaire du Sieur Mace
& Tuteur de fes enfans, prie les Crcan-
ciers de cette fucceffion de remettre
les bordereaux de leurs creances en
1'Etude de Me Legros, Procureur, rue
Sainte-Marie, afin de prendre avec eux
des arrangements convenables, & pre-
venir par cette voie les frais.
. II a ete perdu le i de ce mois, depuis
rHabitation de M"S Rabi & Belin juf-
qu'a celle de M. PonfJgnon, une Canne


Spomme d'or, endommag&e & cole
A 6 pouces environ au deffus de l'am.
bout, avec un cordon de foie bleu &
or, A glands un peu uf6. Ceux qui
I'auront trouvee, font pries de la faire
remettre a M. Picard Monrealle, Pr-
v6t des Hoquetons de l'Intendance,.A
qui elle appartient, de prefent au Cap,
ou en fon absence A M. Hiliard Dau-
berteuil, chez Me d'Augy, Avocat.
La Dlie Lemire, Marchande au Cap,
fe difpofant A partir pour France, prie
les perfonnes A qui elle peut devoir de
fe prefenter pour recevoir leur paie-
ment, & ceux qui lui doivent de la fa-
tisfaire. Elle a a vendre plufieurs Ne-
grefles tres-bonnes couturieres & blan-
chiffeufes, avec une tres-bonne nour-
rice.
II a et6 perdu, depuis la Coupe-du-
Limbe jufqu'a la Riviere-Salee, un
Paquet dans une ferviette, contenant
deux chemifes brodees, deux culottes
de foie, une vefie de coton de Siam,
deux cravates, un cale9on, un gillet &
deux mouchoirs. Ceux qui l'auront
trouv6, font pries de le faire remettre
A M. Brocas, N6gociant au Cap.

D E M A N' DE S.

On defireroit avoir des nouvelfes
des Sieurs Campeaux, natifs de Ville-
Neuve-Saint-George, pres Paris, de-
puis quelques annees dans le Colonie,
a qui on voudroit communiquer quel-
que chofe d'intereffant. Ceux qui en
auront connoiffance, font pries d'en
donner avis A M. Guyon, Direleur
de l'Imprimerie du Cap.
Un Particulier voudroit acquerir
deux bons Negres charpentiers, jeunes
& bons ouvriers; il les payera argent
comptant. II faut s'adreffer A M. Artau,
Entrepreneur de Batimens, au Cap,


.j*.
a r:

S'4


* .4
S'.1.:








. ,Y








NAVIRES EN CHARGEMENT.
Le Quartier-Morin, de Nantes, Cap.
Subra, partira pour ledit Port du zo
au 2, du courant. Ceux qui voudront
v paffer, s'adrefferont A M"r Aubert &
Compagnie, Negocians au Cap, ou
audit Capitaine, en fon magafin, rue
de Penthievre, maifon de M" Lory &
Plombard 11 prie inftamment ceux qui
lui doivent de le payer le plut t poffible.
Le Navire l'Heureuf Marthe, du
Havre ,du port de 380 tonneaux,
Capit. Prud'homme, partira pour ledit
lieu a la fin du mois prochain : ce Na-
vire eft tres-commode pour les Paffa-
gers. Ceux qui voudront y paffer ou
charger A fret, s'adrefferont audit Ca-
pitaine, rue de Penthievre, vis-A-vis
M" Teflart & Farrouilk, au Cap.
Le Saint-Jeau-Baptqle de Bordeaux,
Capit. Junca, partira pour ledit lieu
dans tout le courant du mois prochain:
ce Navire eft A fon premier voyage.
Ceux qui voudront y paffer ou charger
A fret, s'adrefferont audit Capitaine,
en fon magafin au Cap, pres M. La-
vaile, rue du Marche-des-Blancs.
BIENS ET EFFECTS A VENDRE.
Une Habitation fife A la Grande-
Ravine du Limbe, de la contenance
de 44 quarreaux de terre, la majeure
parties en coftiere douce, A mille pas
du grand chemin praticable, don't 14
Si 5 quarreaux en culture, & le refle
en bois debout, fur laquelle Habitation
il y a 30 A 35 mille pieds de beau cafr
en rapport, de differens ages; une ba-
nanerie d'environ 1ooo touffes; des
vivies plants pour nourrir 30 Negres;
une favanne d'environ 4 quarreaux,
entouree d'une haie vive; 4 cafes a
Negres, de tres-bon bois, & 3 autres
cliff6es, couvertes en paille, le tout
en tres-bon etat,; io5 pieds de glacis


r
I '

;
~
:;-
-'r'i
I,;
:i

r
r
:3~f

:!1
Ilr
;



7'
fur 70 h 80 de large en tuf; 17 tetes
de Negres, don't le plus age n'a pas 30
ans; chevaux, betes A corner, meubles
& uflenfiles, le tout a vendre comptant.
I1 faut s'adreffer A M. Mafjon de Mar-
ille, proprietaire de ladite Habitation,
qui en fera tres-bonne composition.
Une belle & bonne Negreffe Creole,
agee de 23 A 24 ans, fort fidelle, tres-
bonne marchande, blanchiffeufe, cou-
turiere & cuifiniere pour un petit me-
nage, fachant meme faire de la patif-
ferie. I1 faut s'adreffer a M. Gautier fils,
rue de Penthievre, au Cap.
Le Bateau le Petit-Saint-Andtre, de
Bordeaux, conftruit audit lieu, du port
de 40 tonneaux, avec tous fes agres,
le tout neuf. Il faut s'adreffer a M. Bri-
cheau, Capitaine du Navire la Bonne-
Nouvelle dans fon magafin au Cap,
rue du Vieux-Gouvernement, A c8t6
de M. Labatut. II a auffi deux beaux
Lits jumeaux & un Secretaire A vendre.
Mad de Chambellan ne defirant rien
tant que d'acquitter les dettes de feu
M. fon maria, ancien Major du Fort-
Dauphin, donne avis qu'elle veut ven-
dre la Maifon qu'elle a dans ladite Ville,
occupee a&uellement par M. le Cheva-
lier du Grts, contenant la moitie d'un
iflet, avec cour entouree d'un mur de
6 pieds de haut, & ferm6e par un por-
tail; un mur mitoyen, de 12 pieds-de
haut, A c6te duquel il y a une cuifine,
magafin & remife, le tout conftruit en
appentis. Plus, un Emplacement fitue
vis- a-vis le magafin de M. Fricou,
Paffager. 11 faut s'adreffer A M. de Cor-
biere, charge de la procuration de ladite
Dame, qui recevra les offres qu'on
voudra lui faire, & prendra en paie-
ment les creances de la fucceflion Chainm
bellan.
Le Capitaine le Paon, commandant
le Navire le Bayonnois, arrive derni'








72
rement du WHvre, a encore de tres-
bon Vin de Bourgogne & Champagne
rouge, en paniers de 1 & 24 bou-
teilles,dont il fera bonne composition ,
ainfi que diverfe Argenterie de Paris.
Son magafin eft chez M. Rateau, Ne-
gociant, rue de Chaftenoye, au Cap.
Le Sieur CoiJhon de la Genevraie,
Do&eur en Mddecine, voulant au plu-
t6t fe defaire de plufieurs effects don't
ils'etoit charge pour la Colonie, donne
avis qu'il met en vente deux fuperbes
Meubles de placage en or moulu, Che-
mifes de toile de Flandre & d'Alengon,
Chapeaux, Epees, Souliers en veau,
Habits, Etoffes. Manchettes pour hom-
me & pour femme, Inftrumens de mu-
fique, Liqueurs excellentes, un affor-
timent de Pharmacie recent avec
des Neceffaires portatifs, propres a
M" les Habitans & Chirhrgiens. II pren.
dra tous les temperamens convenables
concernant les deux Meubles fufdits.
Son magafin eft rue du Marche-des-
Blancs, vis-A-vis M. de la Hogue, au
Cap.
La Dame Stoneflreet Cabarrus, re-
cemment arrive de la Martinique, oh
elle a tenu pendant lon-temps des ma-
nufa&ures de Tabac de Macouba & de
Liqueurs fines fort connues en cette
Colonie par la quantity qu'elle ou le
Sieur Cabarrus, fon mar, fucceffeur
de feu M. Loubery, y ont fait paffer,
previent qu'elle vient de s'etablir au
Cap, oti elle fera continuellement af-
fortie en ces articles de premiere qua-
lite & de la meilleure efpece, don't fes
manufa&ures de la Martinique qu'elle
y maintient la tiendront pourvue; elle
y ajoute auffi une manufa&ure de Ta.
bac ordinaire, fur la quality duquel
on pourra d'autant mieux computer,
qu'elle y milera de celui de Macouba
pour ceux qui en aiment la feve, Elle


a pris fon magafin au Marche-des-Blancs;
au coin de la rue-Saint-Laurent, vis-
a-vis M. Balanque, Capitaine de Port,
oh elle vendra les fufdits articles en
gros & en detail, & le Tabac de Ma-
couba en carotte pour ceux qui vou-
dront le tranfporter au loin & qui le
prefdreront ainfi. Elle previent auffi
que toutes les Liqueurs qui fortent de
fa manufadure portent le cachet du
feu S' Louibery. fur le bouchon, & que
toutes les etiquettes font fignees par
elle.
A BAIL OU A LOUER.
Une Chambre baffe, tapiffee, avec
une petite depenfe fous 1'efcalier, une
chambre haute, egalement tapiffdee
une grande galerie & un cabinet a
louer prefentement : plus, une Cham-
bre baffe, avec un grand cabinet, de'
penfe, cuifine,cour & communication
au puits, a louer au 12 mars prochain;
le tout attenant & dans la maifon de
MrS Dutilh, rue de la Fontaine,au Cap.
II faut s'adreffer au Sieur Lagreulet,
m8me maifon.
ESCLAVES EN MARONAGE.
Une Negreffe de nation Mina, nom
m'e Zabet, etampee SICART, parties,
marone le z du mois dernier de 1'Ha-A
bitation de M. Sicard, au Fort-Dau-
phin. Ceux qui la reconnoitront, font
pries de la faire arreter & d'en donner
avis audit Sieur Sicard, ou au Sieur
Eifautier, au Cap : il y aura recom-
penfe.
Un Negre Congo, nomme Phae'ton,
ctampe SAIN, taille de 5 pieds 4 pou-
ces, parti maron depuis quelques jours.
Ceux qui le reconnoitront, font pries
de le faire arrater & d'en donner avis
a Me Gautrot, Avocat en Parlement
& au Confeil Suptrieur du Cap : ii y
aura recompenfe.


, 'I t
'.
* i"
..
'i

'1

.b
i I;-


1^
1-I


I~
r rl









ANEi774 (No 7) 5


AFFICHES


AMERICAINES.


ercredi 16 Fevrier 1774.


L~I

1

~
I
.. i,

c
,r
i

"

b
I'
:rl;
'1.
,
'3
F*



i;;


l'ancre. Beurre, .o h 2. if. la livre. Hui-
le, 60 a 72 1. la cave. Savon, 80 a 90
1. le cent.
ALEOGAANE,ledit jour, I 2 dece mois,
Vin vieux, 18o 'a zoo 1. nouveau,
5o a I60o 1. Farine de Moiflac, 75 1.
commune, 60 1. Beuf fale, 75 1. Ic ba-
ril. Petit-Sale, 36 a 40 1. I'ancre. Beur-
re, z. f. la livre. Huile, 27 a 72 1. la
cave. Savon, o8 1. le cent.
Au PORT-AU-PRINCE, ledit jour
i de ce mois, Vin vieux, 2oo a 4o01.
nouveau, I o 'a 160 1. Farine de Moif-
fac, 75 a 80 1. commune, 60 a 70 1.
Bceuf fale, 72 a 80 1. le baril. Petit-
Sale, 33 a 36 1. I'ancre. Beurre, 20zo
z5 f. la livre. Huile, 20 a 45 1. la ca-
ve. Savon, 70 75 1. le cent.
Co R s D F R E T,
Aux CAYES, Sucre blanc, 9 a 1o
d. brut, Io h 2. d. Indigo, zo 'a 24 d,
Cafe, Io ai d. Coton, 0 36 d.
A LEOGANE, Sucre blanc, io d.
brut, io a 1 d. Indigo, 22 d. Cafe,
10 a 1i d. Coton, 3B a 36 d.
Au PORT-AU-PRINCE, Sucre
blanc, 9. d. brut, io d. Indigo, zo d,
Caf, io 'a x d. Coton, 30 a 33 d.
M R T S.
Jofeph Martin, dit Lauflex, natif
des fles Canaries, eft mort aux Verret-
tcs, le ,9. Novembre dernier.


Prix des j'~cAi, fs d ea Colonic.
/ V'7" "*-- .
A U x C AY- de ce mois,
Sucre blanc, premiere quality, o 'a 5 61.
feconde, 36 a 40 1. brut, 2.8 301. In-
digo bleu, i o ah 1. cuivre, 9 'a o 1.
Cafr nouveau, I0o ) ( il n'y en a
point de vieux.) Coton, i60 'a '65 1.
Cuirs 7 1. 10 f. h 9 1. Piaftres gourdes,
8 1. f.
A LloGAN E, le 12 de cc mois,
Sucre blanc, premiere quality, 5o 'a 51.
feconde, 48 o 1. troifieme, 4 'a 46 1.
commun, 35 h 401.brut, 28 30 1. Indigo
bleu, i. 1. cuivre, 9 'a 0 1. Caf6 nou-
veau, I 'a 2 f. vieux, 9 a of.Coton,
165 a 1701.Cuirs, 8'a 9 1. Piaftresgour-
des, 37 & demi pour cent.
AU PORT-AU-PRINCE', le 1i de
ce mois, Sucre blanc, premiere quali-
te, 56 a 577 1. feconde, 5 5a4 I. troi-
fieme,48 a 'ol.commun, 40 45 l.brut,
30 a' 32 1. Indigo blcu, 12 1. cuivre,
0 o ilx 1. Caf nouveau, ii a 12 f.
vieux, 9 a i of. Coton, 175 'a 8ol.Cuirs,
8 h 9 1. Piafires gourdes, 37 & demi
pour cent.
Prix des Marchandifes de France.
AUxCAYES,ledit jour, 6 dece mois,
Vin vieux, 2.50 a 300 1. nouveau,
8o 'a zoo 1. Farine de Moiffac, So a
:9o commune, 66'a7o1,Bceuffald, 80
,a 90 1. Ie baril, Petit-fald, 36 a 45 1.


C


_,,_1,,,,,~.. ,~.~..~-- -~----------------


73;:!




wlquo


z Liad-de-Courf/eres, Chirurgien,
natifde Cain en Normandie, eft mort
audit Bourg des Verremtes, le2. DDcem-
bre dernier g d'environ ;6 ans.
Franpois Bouquet, natif de la Paroifle
Saint-Pierre quarter du Terrier-Rou-
ge, eft mort egalement aux Verrettes,
le 9 Janvicr dernier ag de 80 ans.
M. Louis Moret, natif de la Paroiffe
Saint Vaillier-de Rivey, Diocefe de
Grenoble,eft mort audit Bourg des Ver-
rettcs, le o1 Janvier dernier age de 3 1
ans.
, Pierre Chanteau Macon, natif du
Temple de Moiffau en Poitou eli mort
au x Verrettes, le 15 Janvier, age d'en-
viron 100 ans,
Le fieur Delahaye, Charpentier,na-
tif du Diocefe de Nantes, eft mort au-
dit Bourg des Verrettes ,1 le 18 Janvier
Oernier, age d'environ 34 ans.
NEGRES BARONS.
SA SAINT-MARC, le 3 de ce mois,
eft entree a la Geole Janvier Arada,
tcampe fur le fein gauche M. G. D. H.
E. & au-deffous ST, M., age d'environ
o3 ans, taille de 5 pieds i pouces,
qui n'a fu dire le nom de fon maitre:
le 6 I'Eveill, nation Congo, 6tampe"
fur le fein droit IORGE, & au-deffous
de lettres illifbles, age d'environ 0o
ans, taille de 4 pieds Io pouces fe di-
fant appartenir a Madame Jorge aux
Gonaives, avec un collier de chalne
au col.
A LAOGANE, le 8 Fivrier, Jean-
Pierre, nation Caplaou, etampe MDV.
difant avoir appartenu au feu fieur Bon-
cour, mort depuis deux ans aux Fonds,
& aujourd'hui 'a Charles Caignes, mu-
l tre libre.
Au PORT-AU-PRINCE, le 8 de ce
-nois, Couacoue, creole d'Angleterre,
fans 6tampe, ayant des marques de ma-
lnPre au-=elfus du fein droit, des coups


de fouet fur le dos, les jambes menues'
le dedans de fes mains jufqu'au bout des
doigts tout gat6, fe difant appartenir i
M. Dcgrejfe, Marchand aux Vafes: le
9, Jupiter, nation Badia, dtampe illi-
fiblement SO1SSON, ayant des mar-
ques de fon pays en longueur fur le vifa-
ge, beguayant un peu, age de 4 ans,
5 pieds I pouce, etant un pcue voutd, fe
difant appartenir a Madame Soifon : le
o1, Franoois, creole d'Acquin, e&am-
pe fiurle fein gauche, felon ce qu'on pcut
difiinguer, N. & fur Ic droit illifible;
ment, Age de 36 ans, taille de 5 pieds 3
pouces, fe difant appartnir 'a M. Mali-
verd, habitant Indigoticr a Acquin : le
14, Cupidon, nation Caplaou, etampe
fur le fein droit LEBLAN, la derniere
lettre illifible, fe difant appartenir a M.
Bigot, habitant Sucrier a Bellevue.
C E V A U X E P A V E Si
A LiEOGANE, le 8 de ce mois, ii a
etc conduit a la Geole une Cavale poil
rouge, etample H D; & une autre Ca-
vale poil gris blanc, borgne, etamp6~
HV.
NOUVELLES D'EUROP E.
T R Q U I E.
De Conflantinople.
On a vu dans cette ville la double ce-
remonie de l'inftallation des deux Chefs
de la Religion Chretienne & Mahome-
tane. Le nouveau Patriarche des Grecs
a requ dernieremnt l'Anneau & le Ba-
ton Paftoral dans h forme ordinaire : il
donna, felon la coutume, 0ooo ducats
a la caiffe imperiale, & diftribua une pa-
reille fomme aux Officiers de la Porte.
Le Grand Seigneur, qui eft plus que
jamais proteCteur de la religion grecque,
a fait cablir, dit-on, dans le quarter
de la Baffe-Ville une efpece d'Academie
oi les Grecs apprendront la langue des
Demofthenes & des Sophocles qu'ils az


:* I




-- -w *


prlent plus, anfi quela philofophie d'A-
riftote, la Thdologie & la Medecine. Peu
dc jours apres l'inflallation du Patriar-
che, le Grand-Seigneur nomma Mufti
a la place de Myrza-Zad6 qui eft dans
la 92. annie de fon age, Mehemet-Mol-
lh, free del'ancien Grand-Vifir. L'hif-
tbire des Preddceff urs de Myrza-Zade
n'offrc pas toujours une carricre auffi
longue que la iienne, non qu'ils ayent
cev fujets a la peine de more, mais on les
a plus fouvcnt exiles ou depofes que pri-
ves de la vie : il ne feroit pas permis de
la-leur 6ter par la perte dc leur tete fa-
crie aux yeux des Mufulmans, qui ref-
pedent dans fa perfonne le premier or-
gane de l'Alcoran. Ce Chef de la Reli-
gion a le rang de Pacha; il eft tres-con-
fidrei par le Peuple, & n'a d'autre dif-
tihaion apparent que Pl'norme groffeur
de fon turban. Nomme & inflalle par
les Sultans, il rcmplit a leur regard une
c6remonie equivalente au couronnement
des Monarques chreticns, mais qui ne
confifle qu'h leur ceindrel'epee. La guer-
re a&uelle entire les Ruffes & les Turcs
a familiarife nos Le&eurs avec le mot
Fetfa, nom du Decret formidable des
Muftis. Myrza-Zade rendoit fouvent de
ces Ordonnances qu'il croyoit n6ceffai-
res aubien de fa Religion, mais plus uti-
les encore aux progress de I'emulation
guerriere chez ce Peuple efclave & fu-
perftitieux.
La Flotte Ruffe, apres avoir reflei
longtemps dans une parfaite inadion a
Paros, s'eft partagee en deux Efcadres,
don't I'une compofee en parties de bati-
mcns Grecs s'eft portee fur les cotes de
la Syrie pour feconder les operations du
Cheik-Daher & des Drufes qui forment
le fiegedeBaruth. On ditici que le vieux
Cheik s'eft adreffe au Pacha de Damas,
& qu'il lui a fait des propofitions de paix ;
iqu'il offre de mettre les armes bas, de fe


oumnettre, & de payerle tribut, a condi-
tion que S.H.lui laiffera les villesdeNa.
ploufe, Seyde & Jaffa. On ajoute que la
Porte n'a pris encor aucun parti fur cette
proposition. La feconde division de la
Flotte Ruffe compofdede 8 vaiffeaux de
ligne, les feuls en atat de tenir la mer,
de plufieurs frigates & de quelques ba-
timens Grecs, a fait, ainfi que nous l'a-
vons dit, une defcente a Bodroun fur
les cotes de 1'Afie : les troupes fe font
emparees en debarquant du vieux cha-
teau qui command cetteville; ils fe
font enfuite jettis fur l'ifle de Stanchio
au nombre de 3000 homes; mais 700
ont reflex fur la place : le refte a eu beau-
coup de peine a regagner l'Efcadre qui
y a perdu un vaiffeau.
P 0 L 0 G N E,
On travaille prefentement a la Didte
aux infirutions donnees aux Commif-
faires pour regler les limits du demem--
brement projette ; cependant on ne ter-
mine rien, & les difcuffions qui naiflent
tous les jours parmi les Delegues appor-
tent le plus grand prejudice aux affaires
qui reftent en fufpens. On r6pand les co-
pies d'une lettre adreffee par les 4 Chan.
celiers de la D~lgation aux Jefuites pour
leur notifierleur fuppreffion. Si l'on petty
fire fond fur l'authenticite de cette pie-
ce, elle ef fort flatteufe pour ces mal-
heureux Peres, & l'on ne peut dans des
terms plus manages les exhorter a fubic
leur fort avectoute larefignation due aux
ordres fuperieurs qui one prononce leur
aneantiffement total. Cette lettre qui pa-
roit adreffee circulairement a chacun des
Redeurs de leurs Colleges en Pologne,,
eft de la teneur fuivance.
Mon Reverend Pcre RecTeur,
La circon fJance tout--faitfdcheufe
ou vous vous trouvez7 depuis le Bref du
Pape quifiupprime votre Injlitut, nous'




- I


donne occasion de vous e'crire. Nous ne
croyons pas qu'iljbit necefaire de vous
exhorter i vousjbumettre avec refigna-
tion a ce trife ivenement; nous avons,
au contra ire, tout lieu d'ejperer qu'7en
quality de Pretres pleins de religion &
d'hommes vcrtueux, vousi fupportere.
de vous-memnes avec fbumifjion les mal-
hears de votre Societe, que vous ne
manquereTzpas d'exciterpar votre exemn-
ple & vos confeils les Compagnons de
votre fort a une pareille resignation.
LediB BrefC'tant recu dans les Etats
C(atholiques, il fzut qu'il ait egalement
fjn execution dans notre Republique:
cependant nous ferons tout ce qui fira
pofjible pour adozucir la rigueur de votre
fort, & pourvous continue dans les em-
ploisquivous rendentutiles l'Egifi & a
I'Etat. Sans fierici d'aucunejurifdicdion
eccjfiaJfique ce n'ef que par ordre du
Roi &par le devoir de notre charge que
nous vous recommanadons iJnflamment,
aitfi qu'd vos Compagnons, d'objerver,
jufiqu' ce qu'il en foit autrement diJ-
poe le meime ordre, la me1me fa;on
de vous conduire quc par le paff; de
ne negliger aucune de vosfonclions, &
de continue a donner vos foins a l'-
ducation de la Jeune/fe : vous feret,
en cela, M. R. P. avec vos Compa-
gnons, la volonte de Sa Maje/i ;
vousfere{ connoitre en me"me temps au
Public que l'adverfite' & les trifles con-
jonc7ures ohr vous vous trouve7 ne Jfnt
pas capable de vous digouter des Jfr-
vices que vous pouvet rendre dans vo-
tre dtat a la Patrie. Nous vousfbuhai.
tons des forces & du courage avec la
bne'dicion du Ciel, & fommes, &c.
S U E D E.
La circulation des grains en ce Ro-
yaume, don't la facility remedie tou-
jours aux maux que l'on s'efforce vai-
nerment de gurir par l'ffet des prohibi-


tions mnmes, dtoit intCrr6mpue par lesv
monopolies exercees fur les Cultivatters
don't on genoit le commerce en leur inm-
pofant des drpits arbitraires & multiplies.
Le Gouvernemenc revolt centre cette,
tirannie funefte, vient de rendre aux
habicans des campagnes la liberty d'aller
eux-mames difpofer des fruits de leurs.
travaux dans les cantons les plus 6loi-
gnds du Royaume. En vain les Mono-
poleurs ont-ils cric contre cet ufage du
droic nature toujours prejudiciable a;
Icurs interecs : la Cour a rejettd fage-
ment leurs pretcntions deftrudives : I'A-
griculteur recouvre fes privileges, & les,
campagnes ficondes retentiffent des ac-
clamations du Laboureur toujours riche
& content, des-qu'il n'eft point opprimrei
Le Monarque Suedois ne neglige au-
can des moyens capable de faciliter la
communication fi neceflaire au com-
merce dans tous les Etats. On voit avec
furprife dans les faies de cette Monar-,
chie les depenfes qu'ont occafionnes fous
le regne de Charles iI les fameu fes Eclu fes ,i
du Hielmar, qui, come la plupart des
entreprifes publiques, one deperi faute
de fonds pour fubvenir a leur entretien,
Le Roi inlfruit des avantages qu'elles
pouvoient procurer a la Navigation,
vient de donner des ordres pour les re-.
conitruire, en affignant. a cet effect des
fommcs que fpurnira la Douane fur le.
droit du palfage des Batimens dansle Lac,
moyen auqucl on pourra fubftituer par la
fuite une contribution territorial a l'inf-
tar de celle dcablie dans quelques Pays
pour la reparation des Chemins royaux.
ITA LIE.
On apprend par les dernieres lettres de
Sicile qu'il y a eu une fldition a Paler-
me a 1'occafion du. bled, mais que ce
tumulte n'a heureufement point eu de
fuites dangereufes, & que la tranquillity
.it rteablie. On n'eft point encore inUl


*1


'' *
'" : !' I
...
,* ,


i',

: I


'2'
1 i:








: *. .,i.
'
*'rVL









.J,
I
;



';


('r"
ii r"


IL


k, ~nrr~















~I
.,

t~
?
.r
s~i '' '


:ri


i.,
,,
i i
E ~
1~
;;~
'''
.J.
I~
1
~ Li
r~5
cg
''
i



~

:
I;
I
r
'1'


,!I
r


truit des mefu'res prices pour en iviter de
pareilsa l'avenir : il y a tout lieu decroi-
re que le Gouvernement ne perd pas de
vue cet- objet.
A N G L E TE R R E.
On made les details fuivans de Char-
leftown dans la Caroline miridionale :
0 Nous avons 4prouveici pendant quel-
> ques femaines une fichereffefi exceffi-
? ve, qu'clle nous a fait apprehendcr de
> perdre tous les grains & racines qui
) etoient en terre, & g nbralement tous
) les vgcgtaux de cette Province qui
P fournit h la provision de rant d'autres.
> Notre situation dtoit plus douloureufe
S& plus effrayahte' que celle oh nous
-nous trouvtmes en 175 2. occafionnie
e igalement par une fichereffe qui fut
f fuivie de deux ouragans terriblcs. Ja-
mais la difette d'eau n'a ere auffi gran-
) de: le nombre des beftiaux a confi-
> derablement diminue par le d'faut de
"' boiffon ; & dansd'autres on a eti obli-
? gd de creufer des puits & d'y placer
des gardes. 11 y a eu des plantations
don't on conduifoit tous les jours les
troupeaux jufqu'a la diftance de trois
v mille pour les defalterer. Les arbres
ont ete ddpouilles de leurs feuilles,
comme au milieu del'automne; l'her-
be meme & toute efpece de verdure
etoient revenues fi feches & fi com-
buftibles, que les campagnes s'allu-
moment d&s-qu'il y tomboit quelqu'6-
tincelle, & il fubfifle encore de ces
feux que l'on n'a pu iteindre. Les ma-
rais de Helloll don't l'eau n'avoit jamais
tari, ont bruile quelque temps fans
interruption : la 'dfolation ctoit ge-
) nerale, fur tout depuis que beaucoup
de moulins s'ctoicnt trouv&s hours d'e-
tat dc moudre, & que la Riviere de
> Santd s'c&oit trouv6 fi baffe, qu'elle
> ne pouvoit fervirau tranfport des pro-
' vifions defarine & de grains don't nous


' 'avions uti extreme beroln. Teurcutemen t
, que nos efpdrances fe font ranim6es -
S& il eft tormbd des pluies fortes qui
n donnent lieu d'efprerdu moinsquenous
) ferons une rdcolte de riz abondante a.
FRA N C E.
Les Accuf6s dans l'affaire des fifili
vienncnt, dit-on, d'tre refflrres plus
etroitement par ordre du Confeil de Guer-
re qui fe tient aux Invalides: on ajoute'
qu'ils font traicts en criminals, & qu'onr
leur a retire jufqu'aleurs boucles defou-
liers & toute efpece d'inflrumens qut
pourroient fervir a fe procurer la mort,
Selon les bruits publics, fur lesquels on
ne peut le plus fouvent computer, le fieur
Favier & fes adherens, parmi lefquels
on nomme des perfonnes de marque,
font accufes d'avoir intrigue dans les
Cours Etrangeres pour operer des chan-
gemens h celle de France. Ils font inter-
roges, & leurs papers examines par MM;
de Marville & de Sartine, Confeillers
d'Etat, & par M. de Villevault, Me.
des Requetes, nommes Commiffaires a-
cet effet. Prefque tous les Particuliers
que le Parlement pourfuivoit au fujet
des libelles clandeftins, ont ete dlargis.
On a appris par cls dernieres lectres
arrives de 1'Ifle de France qu'il y avoie
eu un ouragan don't I'effet s'eif etendu
jufqu"a l'Ifle de Bourbon, mais avec
moins de violence que dans la premiere.
Tous lesBatimensqui etoientdans ce pore
ont 6td jectts a la c6te: la plupart one
ete heureufement releves. Les envois con-
fidcrables faits l'annee derniere de vivres
& d'effets de marine, don't une grande
parties eft arrive peu de temps aprscet-
te tempete, auront procure a la Colonie
les premiers fecours done elle avoit be-,
foin dans une circonftance d'autant plus
trifte, que cet ouragan eft le troifieme
qu'elle a effuyd dans I'efpace de 3 mois,
Madame 1a Duchefid de Chartres ec








accoucheed'un Prinee qiA dolt porter le
pom de Duc de Vallois. On ne fauroit
exprimer la joie don't toute la Maifon
d'Orleans eft remplie.
SLa Chambre des Comptes de Nancy
a enregifitr un Arret du Confeil & Let-
tres-Patentes fur icelui faifant bail au
fieur Saufferet des Domaines de Lor-
raine & du Barrois pour 30 annies. Le
canon annuel eft de 780000 liv. la pre-
iniere annee payable d'avance au Trefor
Royal, en forme de cautionnement, &
le pouvant etre affedee que fur la der-
ziere dudit Bail. La Ferme Generale
payoit ci-devant de ces Domaines 'a S. M.
6oooo0000 liv. & en retiroit, fuivant fes
fous-baux, 826700 liv. Le Roi depen-
foit en outre annuellement une fomme
de 5ooo0000 liv. pour les reparations des
batimens: le Fermier a&uel eft charge
de cette depenfe. S. M. fe referve, en-
tre plufieurs chofes, les Jardins & Cha-
teaux de Luneville & de Commerci, les
Domaines cedes a bail emphyteotique a
lv. le Comte du Chatelet, ceux cdds 'a
Madame la Comtefle de Coiflin, les For-
ges de Majeuvres engages pour 36 ans
T .M. le Comte du Hautoy, & le Pre-
leur he pourra retire que les Domaines
vendus a faculty de rachat; cette derniere
claufe itoit bien neceffaire, car la plus
grande parties des biens de la Lorraine eft
affe&de deDomanialite, & fans cela une
jouiffance de plus de 8 fiecles n'auroit
point raffird les Maifons les plus fires &
ks plus diflinguees.
SJufqu' pr fent les Officiers de l'Ad-
vniniftration de la Marine n'avoient pu
fire affimiler leurs fon&ions cells de
Commiffaires des Guerres, & en conf6-
quence ils n'avoient point et6 ddcores de
la Croix de St. Louis. Sur les reprefen-
tations de leurs services qui dans nom-
bre d'occafions les expofent aux memes
dangers que les plus intrepides Militai -


res, le Rol vient d'accorder cette mtar4
que de diftin&ion 4 trois Commiffaires,
Generaux de la Marine.
Dans les diffirens voyages que lesPriwn
ces & la Famille Royale ont faits a Pa-
ris, les Ecoliers de l'Univerfit6 fe font
empreffls avec les autres Citoyens a fi-
gnaler leur joie & leur amour. L'Univer-
fite, pour r&compenfer le zele de fesEle-
ves, a prolonged les vacances de o jours,
& le fieur Coger, Re&eur, a public k
cette occasion un Mandat dans lequel it
faith de juffes eloges des Princes & Prin-
ceffes qui ont honored cette Capitale de
leur pr6fence.
SPECTACLE.
Les Com6diens de Saint Marc don-.
neront Dimanche 27 du prefcnt, le Hu-
ron, Opera bouffon en trois A6es, air
benefice de Madame de Vanance'.

AVIS DIVERS.
Le fieur Barnabe Petit, natif de
Toulon, Chirurgien fur le Navire le St.
Jean-Baptife, de Marfeille, Capitaine
Argcme, mouill6 au Port-au-Prince, a
deferte dudit Navire; il emporte environs
8000 liv. a la cargaifon : cet homme eft
Ag6 d'environ cinquante ans, de petite
taille, marque de petite-virole, portant
ordinairement une vefie carlate galon-
nee. Ceux qui en auront connoiffance,
font pries de le faire arr&cer & d'en don-
ner avis au Commandant du Quartier oi
il fe trouvera.
M. Dupuy, Chirugien-Majordes HO-
pitaux du Roi,a l'honneur de prevenir le
Public qu'il quite le Quarcier de Jere-
mie pour venir au Port-au-Prince rem-
placer M. Lelevain, qui a fixed fon dd-
part pour France au mois de Mars
prochain; ce dernier price en confluence
les perfonnes qui lui doivent de le folder,
& cells auxquelles ii peut devoir de fe
prefenter pour recevoir lour paiement.


x.,

,''



i
* ;.t



..

p,
I .1,,



L..
r'l










SM. Nties, Cap. duNavire te Chevalier
'deS. Marc, de Bordeaux ci-devant en Ra-
de a Saint-Marc, ayantexpedie leditNa-
vire depuis le 6 Juillet dernier pour refer
I la fuite des recouvremens arrieres, a
'honneur de prevcnir M"S les Habitans
qu'il partira incefiamment pour France. II
prie cn confequcnce ccux qui peuvent de-
voir a fa cargaifon de folder leplutbt pof-
iible,ainfi que ceux aqui il peut &tre du,
de fc prefcnter pour reccvoir leur paye-
ment.
DEMA N D E.
Un Particulier defireroit acheter une
Sucreriedans lesquartiersdu Cul-de-Sac,
de l'Arcahaye ou de LUogane.S'adrefler
a l'Imprimerie Royale du Port-au-
Prince.
A V'E N D R E
Une.Habitation, fans Negres, fitude
aux Cahos, quarter de la Petite-Rivie-
re, de la contenance de i o quarreaux ,
tres-bonne terre, fur laquelle ii y a 130
a i4o0 mille pieds de cafe plantesen 1771,
1771 & 1773, don't 6o mille pieds en
rapport la recolte prochaine; une gran-
de cafe de maitre route neuve avec gale-
rie couverte en effentes; deux grades
cafes a Negres de o00 pieds, idem; des
preparatifs pour les autres batimens; 5
-~ 600 barrils de chaux; les jardins bien
entretenus, des vivres & legumes de rou-
te efpece; deux forces, ou plut6t deux
rivires paffant au Nord & au Sud des
tablifiemens. On vendra ladite Habita-
tion payable en argent ou caf6, & 'a des
terms longs, fans aucun comprant,
noyennantque l'acquereur fournilii une
.firete convenable. On s'adreflera fur les
lieux a M. Delobit, grant ladite Habi-
tation; 'a St. Marc a M. Jeanty Dupoux,
Ncgociant, & 'au Port-au-Prince h M.
.Dartis, Negociant.
Un emplacement fittu fur le bord de
Ja mer en ville, dans le meilleur endroit


peur une malfon de commerce, avec la
plus belle vue, fur lequel il y a les ba-
timens ci-aprbs, favoir :
Une maifon principal a deux stage, '
& un galetas confiderable tout neuf&
en bois dur du pays de la meillcure ef-
pece, portes & fen&tres en acajou, fer-
rure de maitre, compofie de 5 pieces en
bas, & autant en haut, favor: d'une
chambre de 22 pieds quarres, un falon
a manger & deux grands cabinets plan-
chdies haut & bas fur toutes les faces &
cloifons, avec double plancher; deuk
plafondsaux deuxchambrcs hautes; tou-
tcs les ouvertures haut & has encadrees
d'une triangle avec deux moulures, jalout-
fies en bas & chaffis garnis en haut; ua
efealier en dedans formant un ovale,
tout en acajou, avec une rampe en fer,
fous laquelle eft un cabinet pour depen-
fe, galerie tournante haut & bas-fur trois
faces: le tout carrele & ferret tant en de-
dans qu'er dehors bien folidement, avec
routes les commodities & les agremeris
poffibles.
Une halle carrelte en pierres de '
pieds de long, traverfant fur les deux
rues, dans laquelle font une chambre &
deux cabinets d'un bout, & tne che-
minee de I'autre part, pour fervir, au be-
foin, de logement'pour n Capitaine de
Navire.
Deux autrcs chambres fepardes, don't
une pour cuifine avec cheminde, four c&
potager, formant 2 pavilions joints a la
halle, par un meme comble, fur chaque
extremite, avec une galerie percde come
la halle fur chaque rue, faifant fuite &
parallele de celle de la maifon principa-
.le, entire lefqueils il y a fur chaque rte
un portail a clairvoix, ensemble une pe-
tite porte pour guichet avec des points
en fer au deffus; dans le centre defdits
bitinrcns une cour egalement perci4,
avec d~ux cabinets en planches joints


'
.~
,
(1
i.
I:.
,
r
; I

'-r

'
-"




h- I -_1 U,, i W. .,
-~ --- .-~


V. ---------- ----.- --~---urr~ar ~ -- 1 -- y~


A4
.chaque barriere pout logment des Ne-
.gres, & deux cages a volaille a dcmeure
dans ladice cour; entire les deux cham-
bres reprdc!ntant deux pavilions eft une
autre galerie fous laquelle il ya d'un co-
te un beau puits, tout en tuffaux de
Nantes,boifl en acajou & ferreavec pou-
lies, &c. & de l'autre cote une tonnelle-
rie, le tout fdparede lacour par unclair-
voix joignant les deux pavilions. 11 faut
s'adreffer a M. Dartis, N6gociant au
Port-an-Prince. On affurera de plus k
1'Acquereur ou au Locataire la jouiffan-
ce d'une curie & remifependantplufieurs
annes, Acote deladite maifon, avec une
embarcadere des plus belles.
Une jolieChaife roulante, dansle goit
de France, toute neuve, avec des har-
nois pour trois chevaux.
Un Emplaceinent fitue au Port-au-
Prince fur le chemin de Leogane con-
tenant environ i quarreau & demi de
bonne terre, plant en bois-patate, pe-
tit mil, avec plufieurs arbres fruitiers,
fur lequel une cafe do trois chambres
couvertes en efentcs, maconnee & care-
l1e, un puits & des baffins 'a layer, une
favanne entouree ; le tout en bon deat.
II faut s'adrefter, pour la Chaife &
r'Emplacement, a M. Donnet, Impri-
meur du Roi, par Interim, au Port-au-
Prince.
ESCLAVES EN MARONAGE.
Deux Negres marons, etampes fur le
fein B. DARTIS, 'un nomme Jean-
Louis, creole & Tonnellier, age d'en-
viron2.8 ans; & l'autre nomme Pierrot,
Cuifinier, iag d'environ 26 ans, font
marons depuis le 31 du mois dernier. On
prie ceux qui en auront connoiffance

Avec permi~fon de MM.


d'en donner avis 'a M. B. Dartis, N~.-
gociant au Port-au-Prince: il y aura
recompenfe.
Un Negre nomm l' EveilI', dtampnp
fur le fein droit ICARDEN PP renverfe,
eft maron depuis environ h.uit jours. On
prie ceux qui en auronrt connoitfance,
d'en donner avis'a M. Belff de 1.z Cotte,
Negociant au Port-au-Prince,- auquel
appartient ledit Negre.
Un Negre Boffal, nation Nago, nom-
me Alexandre tampere fur le fein gau-
che CAPI TAINE PORT. AV P. AV P;
la plupart de ces lettres entrclacees; taille
de 5 pieds I pouce environ, portant deS
marques de fon pays fur le vifage, eft
maron depuis le 7 au 8 Janvier dernier.
Un Negre nomme Lafleur, .nation
Ibo taille 5 pieds z pouces environ ,
etampe fur le fein gauche HELIOT, eft
maron depuis le 16 au 17 dudit mois de
Janvier dernier. On prie ceux qui auront
connoiffance des Negres, Alexandre &
la Fleur, d'endonner avis a M. Bougue-
reau, Lieut. de Port au Port-au-Prince.
Une Negreffe, nommee Julie, nation
Congo, etampee AEF renverfis, & enceinr
te, eft maronne depuis huit jours. Ceux
qui en aupont connoiffance, font pries
d'en donner avis a la nommee Frangoif~
Lamarre, Mulatrefle libre, au Port-au-t
Prince, laquelle elle appartient.
Un Mulatre, nomme Louis, Crdole,
etampe fur le Tein droit BOVSQVET,
taille de 5 pieds 4 pouces, eft maron de.
puis le 24 du mois dernier. Ceux qui en
auront connoiffance, font pries de le fai-
re arrecer & d'en donner avis a M. Mil-
let, Negociant 'a 1'flet il y anra 2.00 1.
de recompenfe.

les Ge'ne'ral & Intendant.


,Au PORT-AU-PRINCE, chez DONNET, Imprimeur du Roi par Interim,.


I

ri'

~: r
..






A
' .'a

,rt
I' -'I"



:1







p.
L ,.



,e
.3
!, '!






i'




:5

4
I
.i'


>* Ir
? "*r


Lr .


NL ;,


I








ANNtE 1774' [N 7. )




SUPP -M-NT AUX AFFICHES AMERICAINES.

-u Samedi Iy Fevricr.
;,b ^ "


,

^.




,),
rr
* '
A



,'J,
:'


.i







,,!
i














i
p_"
.1
", 'i'














,,i.
"i
,l
r
,1.
r






I'
1r


Le 18 de ce mois, l'Hercule ,
Bordeaux, Capit. Dubrocq, pour
Port-au-Prince.


de
le


PRIX des Marchandies de la Cotonie
au Cap.
Sucre blanc, premiere quality, 66 a
68 1. feconde, 61 a 64 1. troifieme,
57 60 1. common, 45 A 5 1. brut,
30 a 33 liv. Indigo bleu, 12 13 liv.
cuivre, o 1of. i f. 1i. Ix5 f. Caf6
nouveau, 1 4 f. vieux, 9 A io f.
Coton, o20 1.

P uX des Marchandifes de France
au Cap.
Vin vieux, 25o0 300 1. nouveau,
150 .o .60oliv. Farine de Moiffac, 80


4


ARRIVEs de Naires au Cap.

J.E II de ce mois, le Citoyen, du
Havre, Capit. Deshayes, parti le 15
dicembre; & le Voltaire, de Nantes,
Capit. Teffier, parti le 7 decembre:
le Ii, la Pauline, du Havre, Capit.
Rabier, parti le 13 decembre : le i 5,
l'Indulgent, du meme Port, Capit. Ta-
barie, partiauffi ie r3 dcembre: le 17,
le Neptune., de Bayonne, Capit. Paf-
fama, part le 22 decembre; la Mar-
quipf-de-Gange, de Bordeaux, Capit.
Saujeon, parti le 21 decembre; & la
Comteffe-d'Herouville, du meme Port,
Capit. Maigne, part le 14 decembre.
DPAeART de Navire du Cap.


a 85 1. commune, 60 A 66 liv. Boeuf
fale, 80 liv. le baril. Petit-fale, 3. liv.
l'ancre. Beurre, zo f. la livre. Huile
401. la cave. Savon, 60 I. le cent.
Cou RS du Fret au Cap.
Sucre blanc, I den. brut, 13 den.
Indigo, 27 A 30 d. Caf 5 15 Ba 8 d,
Coton, 36 a 4o-d.
NEGRES MARO N S.
Au FORT-DAUPHIN, eft entree la
Geole, le 8 de ce mois, une Negreffe
nommie Leonore, de nation Congo,
etampee fur le fein droit PC : le i2
Apollon, meme nation, etamp6 fur le
fein droit CARTAU & au deffous gDS:
le 15 Me'dor, auffi de meme nation ;
6tampe fir les deux feins GAILLAD.
Au CAP, le 13 de ce mois, un Negre
nouveau, nation Congo, etampe CA-
TH EN & au deffous CD, ag d'en-
viron 21 ans.


AVIS DIVERS.
Les maladies cpidemiques fur les
chevaux, mulets & betes A come, qui
ravagent la plaine & le more, ont
engage le Sieur Allaume, Diftillateur
an Cap, rue du Vieux-Gouvernement,
faifant le coin de celle du Canard, a fe
charger de la distribution d'un Elixir,
intitule : Antidote centre les vetrs, la
fievre maligne & putride, qu'il a re a
de France d'apres les heureux fucces


--_. :: '' .. .. ..._,-,, .,, .- ..d


_, -.~. .-..--.. ~11.-.-1c--,-


~. ..


- Aft


A




-r-- ~ .l 1


qu'il y a products, & ceux ui vien'
nent d'etre eprouves dans cette Colo-
nie. 1 ofe efperer que le Public trou-
vera dans ce remede les plus grands
fecours. Le prix de la bouteille eft de
S1 1. avec la maniere d'en ufer.
Le Sieur Lefevre, Negociant au Cap,
Executeur-teffamentaire du Sieur Mace
& Tuteur de fes enfans, prie les Crean-
ciers de cette fucceffion de remettre
les bordereaux de leurs creances en
I'Etude de Me Legros, Procureur, rue
Sainte-Marie, afin de prendre avec eux
des arrangements convenables, & pre-
venir par cette vole les frais.
.Le Sr Dubreuil, Habitant au Bonnet,
previent M" les Habitans, qu'il a repris
la direction & administration de fes
voitures la Tannerie, pour continue
les charrois en fon nom : en conf6-
quence, ceux qui voudront lui fire
Fhonneur de lti adreffer leurs denrees
en fon entrep6t de la Tannerie, peu-
vent etre affures d'avance de fon.exac-
titude, afin de meriter de mieux en
mieux leur confiance, tant pour le tranft
port defdites denrees a l'embarcadere
de la Petite-Anfe, que pour en rap-
porter les provisions audit entrepbt.
Les Creanciers de la fucceffion La.
plane pere, qui ont communique les
titres de leurs creances M Me Clement,
pour etre compris dans la repartition
d'une fonme de 36000 livres font
pries de les retire. Cette fomme n'a
jamais et6 depof6e entire les mains de
Me Clement; & c'eft le Procureur le
plus ancien des Creanciers qui fera
cette repartition.
Le Sieur le Grand, Peintre, & la
Dame fon epoufe, fe difpofant partir
pour France par le Navire le Vicomte-
de-Choiflul, de Bordeaux, Capit. La-
borde Dondats, prient inftamment les
perfonnes B qui ils peuvent devoir de


If prefenter pour recevoir leur pale:
ment, & ceux qui leur doivent de les
fatisfaire. Ledit S le Grand a A vendre
un bon Negre Congo, fachant peindre
des grofferies; une Armoire d'acajou,
une tres-bonne Pendule, une Chaife at
porteurs, Cartons en feuilles, converts
de parchemin, de 25 pouces fur 19;
Brillans en poudre de toutes couleurs,
quelques -bpns Tableaux, &c. Sa de-
meure eft rue des Religieufes, A c6te
de la maifon de M. Brocas, au Cap.
Le Sieur Duplant, Arpenteur re-
fidant A la Grande-Riviere, prie ceux
qui ont des creances contre la fucceffion
du feu Sieur Ithius Duplant, fon pere,
don't il eft Executeur-teftamentaire,
de lui en donner avis fous trois mois
de ce jour, a peine d'etre dechus de
leurs creances, ayant entire les mains
l'argent pour en faire la repartition aux
Creanciers. II prie auffi ceux qui doi-
vent A cette fucceffion de payer en fes
mains dans ledit delai; fate de ce faire,
it, les pourfuivra par toutes les voies
de rigueur.
11 a ete' gar6 du Paffage di Fort.
Dauphin une Malle, poil gris, ayant
pour adreffe fur une carte : A Monfieur
du Gres, au Cap. Ceux qui en auront
connoiffance, font pries d'en donner
avis a M. Solk, Negociant au Cap.
Le Sieur Je'rdme Laporte, Menuifier
au Cap fe difpofant a partir pour
France, prie les perfonnes i qui il peut
devoir de fe prdfenter pour recevoir
leur paiement, & ceux qui lui doivent
de le folder au plutot, afin de lui eviter
le defagrement de les y contraindre en
Juftice.
II a 6t6 perdu au Cap, hier au foir,
une Tabatiere d'or guilloch6e, en for.
me de coffre. Ceux qui 'auront trou-
vee, font pries de la remettre a M"
Vedage & Daney: il y aura recompenfet


,1
*"
'l: ;i


, ,










I ,2
.* .''',
















' :1
* *r t





"i




.3




,(
,r t









,i
I
!.'

















f: ". '.
4.":
, '
.I

, ).*".
, i :

L:7
* r












."t
',J
,!
r*^
ii







.'
1,
.]

1.s
1


DEPARTS POUR FRANCE
M. Jolly de la Garde, ancien Pro-
cureur au Siege Royal du Cap.
Le Sieur Belin, Marchand au Cap.
M. Gigault de Targe', demeurant A
Jacquezy.
Le Sieur Daunaffans, Marchand au
Cap.
NAVIRES EN CHARGEMENT.
Le Sieur Frangois Texier, cadet, a
r'honneur de prevenir le Public qu'il
a une Goelette tres-commode pour le
paffage du bas de la C6te. Les per-
fonnes qui voudront y paffer ou char-
ger A fret, s'adrefferont audit Sr Texier,
rue de Penthievre, au Cap.
La Bien-Aimee, de Bordeaux, Capit.
Belinghen, partira pour ledit Port dans
les premiers jours d'avril : ce Navire
eft grand, neuf & commode pour les
Paffagers. Ceux qui voudront y paffer
ou charger A fret, s'adrefferont audit
Capitaine, en fon magafin au Cap ,rue
du Gouvernement, vis-A-vis M" De-
bort & .Demante.
Le Jean-Louis, de Bordeaux, Capit.
Gellibert, du port de 350 tonneaux,
reconnu pour tres-bon voilier, partira
pour ledit lieu dans les premiers jours
de mai prochain. Ceux qui voudront
y paffer ou charger A fret, s'adrefferont
audit Capitaine, en fon magafin, chez
M. Cayroux, Negociant, rue de Pen-
thievre, au Cap.
Le Floriffant, de Bordeaux, du port.
de 400 tonneaux, Capit. Gombaud,
partira pour ledit lieu du i au io mai
prochain : ce Navire eft tris-bon voi-
lier & bien logeable pour les Paffagers.
Ceux qui voudront y paffer ou charger
A fret, s'adrefferont audit Capitaine,
en fon magafin, rue du Marche-des-
Blancs, au Cap.


BIENS ET EFFECTS A VENDRE.
Une Habitation fife A la Quille,
quarter du Dondon, A une demi lieue
du Bourg, de la contenance de 3 2 quar-
reaux de terre, fur laquelle il y a too
mille pieds de caf tant jeunes que
rapportans, fufceptibles pour le prd-
fent de 60 milliers de cafe; une grande-
cafe, avec cuifine & four; une cafe A
cafe ; un moulin a comble pour piler,
& un autre A vanner; environ zoo
pieds de glacis; cinq cafes A Negres;
quatre quarreaux de terre en favanne,
avec cafe deffus. II faut s'adreffer i M"
Delage & Daney, Negocians au Cap,
on a M. Vernet, Habitant au Dondon,
qui en fera bonne composition.
Une Habitation fife A l'Accul, fur
la Riviere-Salee, de la contenance de
74 quarreaux de terre, don't les deux
tiers en plat pays, faifant parties autre-
fois d'une Sucrerie, fur laquelle Habi-
tation il y a une grande-cafe, un pare
A boeufs, des cafes A Negres, des vivres
pour nourrir douze Negres, & le refte
du terrein en favannes, don't on fera
bonne compofition pour de l'argent
comptant. On vendra auffi des betes A
come, des jumens & un bourriquet. II
faut s'adreffer A M. Boijon fils, N6go-
ciant au Cap, rue du Confeil.
Veritable Soude d'Alicante don't
l'.preuve a ete faite fur diverfes Sucre-
ries. On s'adreffera A M'" Millot, Friou
& Compagnie, Ngoccians au Cap.
Une Negreffe-nourrice, agee de 16
ans, venant de perdre fon enfant de fa
premiere groffeffe, bonne couturiere,
un peu blanchiffeufe, bien au faith d'un
menage & A fervir des femmes depuis
fon enfance. Il1faut s'adreffer au Sieur
Lebret, Huiffier au Cap.
Le Sieur Garnier, Menuifier & En-
trepreneur de Moilins, demeurant a~


I


C. .







Cap, donne avis A M" les Rabitans
que 'on trouvera chez lui tous les ma-
teriaux neceffaires A la conftru&ion
des Moulins A cafe, comme arbre en
fer, crapaudine de fonte, cuivre pour
les grages & hebichets. On trouvera
auffi des Moulins A grage pour feparer
la cerife du parchemin, & des Moulins
A vanner, de toute bont. '11 fait &
fournit des Moulins A fiLcre, foit A eau
ou A betes, lefquels il garantit de toute
bonte & folidite. Sa demeure eft rue
Saint-Jean, vis-a-vis M. d'Augy & M.
Lacaqe.

A BAIL OU A LOUER.

Un Appartement, confiflant en une
chambre, galerie, cour, cuisine, deux
cabinets & l'ufage au puits A louer
prefentement, rue du Morne-des-Ca-
pucins, au Cap meme maifon que
'Imprimerie, oil il faudra s'adreffer.
11 fera affermd a la Barre du Siege
Royal du Cap, pour trois.annees ; er" -
tieres & conf6cutives, computer du
x2 mars prochain, jour que fe fera
I'adjudication, d'une Place de la con-
tenance de 16 quarreaux de terre, fer-
vant ci-devant d'entrepot au feu Sieur
Mafce',fife a laGrande-Ravine du LimbL,
vis A-vis du Sieur Glier, fur laquelle il
y a quelques pieds de cafe, & le surplus
en favanne & bois debout, avec une
grande-cafe, remife & cafe A Negres,
ladite ferme aux charges de la carte
bannie.

ESCLAVES EN MARONAGE.

Deux Negres de nation Congo, tam-
pes LAGARENNE, l'un nomme An-
toing, la peau rouge, age de 28 a 30
ans, taille de 5 pieds 2 pouces, & l'au-
tre nomme Raimnond, agc de zo a-222


ans, d'une jolie figure, plus grand &
plus mince que le pr.c.ddent, font par-
tis marons le 6 juillet 1772 de 'Habi-
tation de M" les Heritiers de Beaunay
de Beishimont. Ceux qui les recon-
noitront, font prids de les faire arr8ter
& d'en donner avis A M11e de Beaunayi
fur ladite Habitation: il y aura yo 1.
de recompenfe pour chaque Negre
non compris la prife.
Un Negre Congo, nommi Marfiille,
la peau rougearre, etampe PIERRE
CARRIER AU CAP, taille de .
pieds 4 pouches, de forte complexion,
part maron depuis quatre mois : on
foupponne qu'il eft dans le Bas-Limbr
ou au Grand-Boucan. Ceux qui le re'
connoitront, font pries de le faire art
reter &cd'en donner avis au Sieur Char,
rier, au Cap.
Deux Negres, nation Congo, dtamt
pes CABOT, I'un normm Scipion,
taille de 5 pieds 2 pouces & l'autre
Caius, taille de 5 pieds 4 pouces, par-
tis 'marons le 23 du mois dernier de
IHabitation du S' Cabot, au Boucan-
Champagne,.dipendance du Port-de-'
Paix. Ceux qui les reconnoitront, font
pries de les faire arreter & conduire
an Cap, ou chez M. Lavaud, Habitant
au Borgne.

CHEVAL PERDU,

Un Cheval Anglois, poil noir, fans
etampe, age de 7 ans, bleff fuir le dos,
queue court, provenant du Capiraine
Sorel, s'eft ichappd dans le quarter
d'Ouanaminthe. Ceux qui en auront
connoiffance, font prids d'en donner
avis a M. Javain de Poincy, Notaire
du Roi audit quarter, A qui il appar-
tient, lequel recompenfera genereu-
fement le Negre qui lui ramenera ledit
Cheval.


1,

4


--- ~-~c-r.~ ~Zl~"c"~"c~l-r~---~







[NO 7.]
S I ... ... I I


91~


DIV


E


RS.


i\Seur iel, Habitant aux
Gonai 0s, e tint r fon depart pour
France, pr4erfonnes A qui il peut
devoir de fe prefenter pour recevoir
leur pavement, & ceux qui lui doivent
de le fatisfaire. II affermera, pour fix
ou fept ans, une Place fife au vieux
Bourg propre a la culture du coton
& de l'indigo, contenant environ ioo
quarreaux de terre, la majeure parties
en bois debout, affez bien boifle, pays
plat, facile A arrofer, etant A la tate
de la Grande-Riviere, fur laquelle Place
il y a dcja un commencement d'etablif-
fement, une grande cafe de 60 pieds,
une de 32 pieds & des vivres, le tout
en bon etat. II vendra des meubles &
des uftenfiles de jardin, ainfi que quel-
ques Negres.
La Dame veuve Mauter, Boulangere
du Roi au Cap, prie pour la troifieme
fois M" les Capitaines, Negocians &
autres Marchands en gros & en detail,
de ne rien livrer A qui que ce foit, fans
un ordre figne d'elle; autrement elle
fe croira autorif6e a refufer le paiement
des comptes qu'on lui pr6fentera.
La Dame Dangilbert, demeurant au
M6le.Saint-Nicolas, previent le Public
de ne rien acheter des miners Cou-
vignes, fes enfans, & notamment de
I'aine, n'dtant point autorifes de leur
mere, quelque pouvoir qu'ils mon-
trent, fous peine de nullit lefdits
nineurs ayant deja vendu des Negres
fur de faux pouvoirs.
BIENS ET EFFECTS A VENDRE.
Une Habitation fife a la petite ri-
viere de C8te-de-Fer, quarter de Jean-
Rabel i 3 lieues du Mble, contenant


ANNLYE


fix mille & quelques cens pas quarrds
de tres-bonne terre A indigo, fur la-
quelle il y a environ 0o mille pieds de
caf6 en rapport; une grande-cafe, po-
teaux en terre, paliffad e, avec galerie
tournante, fous laquelle font trois ca-
binets; une autre cafe, cuifine & de-
penfe a c6te; un bitiment contenant
le clapier, le poulailler & le colombier;
quelques cabinets autour des glacis,
avec la cafe A caf6, un rifervoir de
magonnerie pour recevoir l'eau qui
paffe au milieu des etabliffemens, meme
dans la cuifine, au moyen d'un canal
de magonnerie, une f6cherie, le tout
neuf & covert en effentes d'acajou;
un moulin A piler le cafe; deux indigo-
teries, avec moulin A eau; une cafe
Negres, de 60 pieds de long, poteaut
en terre, paliffadee; dix-huit-ttes de
Negres; une hatte avec des moutons,
cabrits, chevaux, jumens, &c. un jar-
din potager, donnant annuellement 3
A 4000 1. de revenue en herbages. Plus;
deux Etnplacemens fis au Mole-Saint-
Nicolas. II faut s'adreffer A M. Pradier,
Negociant au Cap, rue du Gouverne'
ment, vis-a-vis les halles Angloifes
qui donnera tous les eclairciffemens
neceffaires, ou a M. Nicolas Pradier,
ancien Capitaine de Milices, proprie-
taire de ladite Habitation, fir fes ter.
res, Jean-Rabel, avec qui on pourroit
meme fire une fociete en fourniffant
l'dquivalent en Negres, ce qui forme.
roit dans la fuite un etabliffement con4
fiderable.
DeuxMaifons fifes au Fort-Dauphinu
dans la grande rue, I'une en magonne-
rie, couverte en ardoif.-, occupde par
le Sieur Habim e, Tailleur, confiftant


lr ....a


---- riUi.UC
--------- -crr.n.r+l- C*
- -----r
r









ii deux grandes chambres frt le de-
vant, avec court, au fond de laquelle
font deux autres chambres, un grand
four & deux cabinets; I'autre en bois,
paliffadCe & couverte en effentes, oc-
cup'e par le Sieur Guerin, Coidonnier,
confiftant en trois chambres fur le de-
vant, avec cour, au fond de laquelle
font deux chambres en magonnerie.
Une Place fife au lieu appelle la Coupe,
,a une lieue du Fort- Dauphin, de la
contenance de 13 quarreaux & demi
de terre, fufceptible de toute culture,
& parties plantee en vivres, fur laquelle
il y a trois petites cafes A Negres.
Deux Negres de Place. Une Negreffe,
avec une Mulatreffe & une Negreffe,
fes enfans. Un Negre cabrouettier &
un Negre tailleur. Le vendeur etz.nt fur
le point de patfer, en France, veut etre
.paye comptant. II faut s'adreffer aux,
Sieurs Douat & Rambaud, Negocians
au Cap, ou a Me de la Martelliere du
Tilleul, Avocat & Procureur au Fort.
Dauphin.
Une Habitation fife au Dondon, de
la contenance de 16 quarreaux de terre,
parties en morne, fur laquelle il y a 25
A 30 mille pieds de caf6 en rapport,
des vivres pour nourrir les Negres
mnceffaires A l'exploitation d'icelle;
pne grande-cafe bien batie, de 70 pieds
de long fur 38 de large, les poteaux de
bois incorruptible, confiftant en une
falle, deux chambres, deux depenfes
& quatre cabinets, don't un A chaque
bout des galleries bien plancheies;
trois cafes A Negres, don't une de 45
pieds, & les deux autres plus petites ;
un moulin A paffer le caf6 en cerife,
tout neuf: on y joindra des Negres,
fi l'acquereur le defire. Les vivres y
Iviennent tris-bien; en outre, ladite
Habitation pourroit convenir pour un
fntrepot, fi quelqu'un defiroit fair les


charrois. On s'adreffera A M. Vuyiong
Negociant au Cap.
Trois Maifons fifesau Cap, l'une au
March 6des-Blancs & rue Notre-Dame,
pres celle de M. Raba freres; l'autre,
rues d'Anjou & Saint-.Fancois-Xavier,
:occup'e par M. Morin, Orfevre; & la
troifieme, rue Saint-Jeanoccupee par
la Dame veuve Collet. II faut s'adreffer
A M. Lardin,demeurant chez Mrs Mef
nier freres, Negocians.
Le Sieur Dereber, Habitant en caf6
A la Grande-Ravine du Limbe, done
avis au Public que defiant fe liquider
il vendra une de fes Habitations au
choix de l'acquereur. I1 previent en
confequence qu'il prendra pour comp-
tant tous les billets qu'il peut devoir;
il content meme de vendre un quart an
deffous de l'eftimation que l'on pourra
en faire en prefence d'Experts d'une
probity reconnue. L'une de fes Habi-
tations confifte en 1oo quarreaux de
terre, l'autre en 116 quarreaux : les
plantations fur I'une & fur l'autre font
confiderables, mais en mauvais 6tat
en parties, fufceptibles cependant d'un
grand revenue au moyen de entire .
tien.
Le Sieur Mercad' donne avis qu'il a
fait acquisition d'une Tannerie fife dans
la Ville du Fort-Dauphin, ci-devant
appartenante an Sieur Morellie' La r6-
putation qu'avoit cette Tannerie de
fabriquer d'excellens Cuirs, l'a deter-
mine A cette acquisition; ii efpere que
le Public fera auffi fatisfait de cette
manufacture l'avenir, qu'il l'a et6 par
le paff6. II previent qu'il peut livrer
des Cuirs des-A-prcfent, & que l'on
doit s'adreffer au Fort-Dauphin A M.
Defmandre, charge par le Proprietaire
de gerer cette Tannerie. On trouvera
auffi des Cuirs de cette fabrique chez
M, Balanfun NWgociant au Cap.


ip lo







(N 8S.).


+ '+ ?. ") +" ",w -< T+ "s +" .''++ .^T,,,-,


AFFICHES Al
Di di 2


ME RICAINES.
Fevrier 1774.


I


ARRIVt ci +.

A LE O G A NE, le9 de ceaois; la
Comtefe de Marbaeuf de~Nntes, Cap.
joflet, venant de l'Ifle de France : le 2o,
le Sully, Capit. Dehays, & le Freddric,
Capit. Guilloneau, tous les deux de
Nantes.
Au PORT-AU-PRINCE, lei9 de
ce mois; la Nanon, de Bordeaux, Cap.
Tondut, part le 7 Decembre dernier;
& la Marie-Anne, de Nantes, Capit.
Boitard, part le 31 Dcembre.
DEPART de Navires.
Du PORT-AU-PRINCE, le 18 de
ce mois; la Fille- Unique, de.Bordeaux,
Capit. Guillocheau; le 19 le Pere de
Famnille, de la Rochelle, Capit. Henri,
faifant efcale h Saint-,Marc.
Prix des Marchandifes de la Colonie.
A ux ClAYE le 13 de ce mois,
Sucre blanc, premiere quality, o'a 5 6 1.
feconde, 36 a 40 I. brut, 28 a 30 1. In-
digo bleu, 0o a II 1. cuivr6, 9 'a o I.
Caf& nouveau, 1o h iI f. (il n'y en a
point de vieux.) Coton, I60 'a 65 1.
Cuirs 7 1. 10 f. a 91. Piaftres gourdes,
s 1. 5 f.
A LEO GANE, le 19 de cc mois,
Sucre blanc, premiere quality, 55 4 581.
feconde, 48 a 5 o1. troifieme, 40 a 44 1.
commonn, 33 361. brut,3 3 1. Indigo


)
'3
il
.+






r* I












.4







A
I
:i

-i


SIPIIB98e~Plb II --- -- :L ~ n--


bleu, 2 z 1.cuivrO, 9 'a o Cafe nou-
veau, io a ii i vieux, 9 aI of. Cooni
170 a 175 1.Cuirs, 8 a 9 1. Piaflresgour-
des, 37 & demi pour cent.
Au PORT-AU-PRINCE, 1 L2. de
ce mois, Sucre blanc, premiere quali-
te, 56 .57 1. feconde, 52,.2 54 I. ctroi
fieme,48 'a ol.commun, 40 oa45 1.brut,
30 h 32 1. Indigo bleu, z. 1. cuivrd,
So aa 1. Cafe nouveau, Ix I z f,
vieux, 9 o f CoGton, 175 aI80 Cuirs
8 a 9 1L Plaftres gourdes, 37 & demi
pour cent.,
Prix des Marchandifes de France.
Aux CAYES, le 3I Janvierdernier
Vin vieux, z0o a 30.0 nouveau ,
180 a 2oo 1. Farine de Moiffac, 80 a
901. cornmnune, 66 'a7o Boenffale, 80
a 90 1. le barit. Petit-fale, 36 a 4 1,
I'ancre.Beurre, 2o0 a z f. la livre. Hui-
le, 60oa 71 1. la cave. Savon, 80 a 9o
1. le cent.
A .LkOGANE,- Ie 19 de ce mois
Vin 'vieux, zoo a zo2 1. nouveau,
180 zoo 1. Farine de Moiffac, 'oo l.
commune, 75 1. Boeuffald, 75 1. le ba-
ril. Petit-Sale, 36 h 40 1. 1'ancre. Beur-
re, zo f. la livre. Huile, 2.4 a 45 1. a
tave. Savon, 80 1. le cent.
Au PORT AU-PRINCE, Ie' z2
de ce mois, Vin vieux, 250 a 300 1.
nouveau, I80 'a zoo 1. Faine de Moif-
fac, 80 a 90 1. commune, 6o'a 70 4


kNxJtV 17746


qs'))




w


'Jr


Bacuf fale, 8o Ah 9o-L le baril. Petit-
Sale, 36 45 1. l'ancre. Beurre, zo a
2. f.a livre. Huile, 6o a 72. Ila ca-
ve. Savon, 8o a 90 1. le cent.
COURSE DU FRET.
AUX CAYEs, Sucre blanc, 9 A Io
d. brut,, oa 12. d. Indigo, zo a 2z4 d.
Caf6, Io 'a 2. d. Coron, 30 36 d.
A LEOGANE Sucre blanc, x d.
hrut, I0o a Iz2d. Indigo, 40 d. Cafe6
if a ;z d. Coton, 33 a 36 d.
Au PORT-AU-PRINCE, Sucre
blanc,9 d. brut, io d. Indigo, zo d.
Cafe, jo 4 I; d. Coton, 3o a 33 d.
M O T s,
Le R. P. Germain-Frangois Bon-
tzatid i tif nde Quebec en Canada,
Religieux Pretre Recollet, eft mort aux
Cayes, le 7 eCe ce iois, age d'environ
4$ ans.
M. Martin Dibafon natif d'Ufia-
ri&z, diacefe de Bayonne, eft more edit
jour audit lieu des Cayes, age a'en-
iiron 44 ans,
M. Jean-Baptifle- Etienne Boriler,
piatif de la Paroife de Torbeck, eft
;nort le 9 de ce mois chiez Md Mali-
vert, Habitante a Saint-Louis, age de
2.7 ans.
M. Michel Bariot, natifdu dioc fe
d'Angoulme, eft mortledit jour, 9 du
courant, fur l'Habitation de M. Binet,
;tu Quartier de 'Azilce, age d'environ
47 ans.
S NE GRES MA RON S.
-A SAInT-LouIs, le 6 de ce mois,
fit entree ha la G4ole Jacques, nation
Congo, fans 6tampe, borgne de l'oeil
gauche, Age de 35 a 40 ans, taille de
5 pieds t h z pouces ;& un Negre nou-
veau etampe fur Ie fein droit C. & le
refle illifible, ayant la peau rouge, age
de 1$ a 30 ans, taille de 5 pieds 2 a 3
pouces; n'ayant pu dire fon nom ni celui


de fa nation, .. diants appartenir tou*
les deux h la nommee Marie, Ndgreff~
libre, demeurant 'a la Grande-Anfe.
A LEOGANE, le 15 de ce mois,
Augufrin Congo, 6tampe fur le fein
gauche E. GUYARD, & fur le
droit ure brulure oil on ne peut diftin-.
gi-ir que diffcilement SENAC, fe di-
fant appartenir a&tuellement au fieur
Gillet du Port-au-Prince: le 17, deux
Negres, creoles du Cap, fe difants li-.
bres; I'un nornme Fran;ois, etampe,
autant qn'on peut le difiinguer, fur le
fein droit BOVIN, taille de 5 pieds 3
pouces, peau noire, age d'environ zo k
24 ans; 'autre Jean- Guillaume a
peau rougeatre, ayant an coin de l'eil
droit une ancienne plaie cicatrif6e, fans
etampe apparent, age d'environ 14 a
z2 ans, taille de 5 pieds 4 pouces.
Au PoRT-AU-PRINCE, le I de
cemois, Coff'y, nation Cramanty, etanm
pe fur les deux feins illifiblement, ayant.
mal 'a l'ril droit, & une bleffure a la
jambe gauche, fe difant appartenir M1
Bernardon, habitant Sucrier a Bon-
Repps le 6, une vieilleNegreffe, tres-
maigre, nation Themn1, fans &e,
agree de 40 ans, taille j pieds i pouce,
ayant une bleffure fur la tete provenant
d'un coup de ferpe, louche, & les oreil-
les perches, n'ayant pu dire le nom de
fon maitreni de a demeure: le 8, Pier-
re, nation Senegal, etampe en grandes
lettres fur le fein droit LM, & au-def-
fous SO, ag de 40 ans, taille de 5 pieds
3 pouces, ayant le. second doigt du pied
droit.un peu coupe, n'ayant point de
dents fur le devant de la bouche, difant
appartenir.a ddfunt M. Antoine Boger,
habitant Cafeyer, proche M. Cotin 'a 1
Charboniere: une 'Ngreffe nommie Ma-
rne, creole, etamp6e fur le fein droil
SANTO, & au-deffous, OGAR, felor
ce clu'on peuc diftinguer, & d'autres le


:, .~
'"
r :
':~



.. i.
,.,,
....
"'F
'"
.r

~
:e
c .r
X:'r


:B
u

'' ~
,
~ r


~ i


..


-------~1~- ~_ _~_~ _~___










r

r


*tes'illi1fibls,- e dirant- eppartenir h la
nonmmie Catiche, Mulitrafle libre, de-.
teurant a la froix-des- Bouquets; &
FranFois, nation Congo, )tampF fur le
fein droit GALLE, & au deflous PP,
fe difant appartunir h M. Nicolo, Me-
niifier en cette ville: le 2.0, .acques,
creole de la Martinique, etamp6 fur le
fein gatche, felon ce qu'on peut diflin-
guer, REUAIS, & au-deflous MOL,
Ag6 de 34 ans, taille de 5 pieds 5 pou-
cps, fe difant appartcnir 'a M. Mathieu,
Navigateur auM61Ole e i2.x, une Ngref-
fe nommie Prudence,, nation Nago,
kxampie fur le fcin gauche RG, agee
de 16 ans, taille de 5 pieds, fe difant
appartenir a M. Gouman, habitant Su-
crier la Plaine : & la Fortune, na-
tion Ibo, tamip fur le fein droit CHA,
les autres lettres illifibles, ge de 35 ans,
taille de 5 pieds, ayant les jambes rem--
plies de malingres & de chiques, fe di-
fant appartenir A M. Bourreau, & ne
pouvant dire fa demeure. ,
HE VY A U X PxA V E S'
AU PORkT-AU- PRINCE, le 16 de.
ce mois, il a -te conduit 'a la Geole un
vjeuxCheval fous poil alezan, fans 6tam-
pe ?pparente, ayant les 4 pieds blanco,
pne etoile blanche au front, un malin-
gre de chaque c6tc de la felle, la queue.
rnoyenne : le 19,, un' Mulct fous; poil
rouge, tarmp au montoir illifiblemcnt,
& h 'I~~aule un rond & une croix dans
le, milieu, ayant la core du pied gau-
che de devant fourchue : le zo, un Che-
val rouge fonce, .trs maigre, 4tamp6
a.u monoir DF, & au-deflus LC; une
Cavale fous poil bai fouris, etampce au
montoir 13' ; un (heval fous poil brun,
crins noirs, tampF au montoir IT, &
au-deffous DHi; & un Mulet fous poil
rouge, cramp6 illifiblcmcnt, ayant une
bleflure au has de la feffe : le en un
Cheval rouge, 6tampe au montoir R:


e zi, n petit Chca1 'a ourte queue,
fous poil rouge, &rampd EF en travers
& au-deflbus une croix.
NOUVELLES D'EUROPE.
P R U S S E.
1I vient d'tre publiC dans ce Royaun
me une Ordonnance fivere centre les
Contrebandiers don't I'infatiable avidite.
portoit le plus grand prejudice h la R&-
gie des Denrees & a leur exploitation :
en voici la teneur.
Nous, Frederic, &c. Savoirfalfons.'
Comme nous avons appris avec beau.0
coup de ne'contentement qu'au mepris
de nos Ordonnances ii Jouvent reite--
re'es, la Contrebande de narchandi-
fs prohibees particulieremcnt de Ca-
fei de Tabac, augment tellement que
non-fiulement les Contrebandiers s'at-
troupent en grand nombre dans plu-
fieurs de nos Provinces, & s'oppofint
aux vifites de nos Officiers de Brigade ,
mais qu'ils ofent memnet s attaquer de
fait; & vu que ai ts ne fnmmes nulle-
ment d'intention de, conniver 4 ces dd-
bfrdres, mais qu'au contraire pour af
fircr tant les revenues de notre Pays,
quc les Officiers de Brigade, nous vou-
lons qu'ils foient duement retpeclds, &
qu les Fraudateurs malicieux fient
traits avec rigueur, nous avons juge
h,propos d'ordonner & deflatuer ce qui
flit.
ART, I. En confiquence de nos ancien-
ties Ordonnances ite'ratives, nous de'-
fendons de nouveau par ces prefintes d
tous & chacun de s'oppofir en aucune
maniere aux vifites de nos Offciers de
Brigade, ou de les attaquer de fait ,
fous peine d'etre irremijiblement con-
damnes aux travaux des forterejfes, ou
des peines corporelles encore plus gra-
ves, & neme capitals, Jelon I'exit
geance des. cas.


'I







I;9
II



f,4.




i'F


[














I.




dr


II. Ordonnons' pour eat efet a nos
'fficiers de Brigade, 61 leur':enjoi-
gnons trds-frieufement d'ufer deforce,
flans avoir d'e'gardpour qui que cefoit,
centre tous les Contrebandiers qui s'op-
pofent a leurvifite, ou qui ofint ufer de
pies 4i fait leur igard, ou qui cker-
chent f fauverpar lafuite, defaire
feu fir eux', fans aucunement balancer,
& en general defaire tout ce qui eft ne'-
.efaire pour ffaifir de ceux qui contre-
viennent ainfi mcchamment a nos Or-
donlzances,, afin qu'ils fbifent lespei-
nies prefrites par les Loix.
III. Comme L'expe'rience apprend, que
torfque plufieurs Fraudateurs e trou-
vent rafemblis, its envoyent en avant
an de leur hande pour attire les Bri-
gadiers qui fe trouventfeuls, afin q'ils
puifentpaffer' alors plus irement avec
Leurs mrnrchandifes de contrebande,
nous voulons aujfi que nos Offciers de
Brigade neJbientplus tenus de condui-
re les perfonne3 fuJPec7es qui fe prefiu&,
tent -eux jufu'd.la ville o au ille au
ge le plus- prochain ;, mais qu'ils puif ,
Joint les vifiter d'abord fur les lieux,
particulierement les Voyageurs& pied
ou a cheval ( a l'exception cependant:
des Pofles extraordinaire, ou autreg,
Voyageurs. diftingue's) fJr tout lorfJ
qu'ils ont aupres d'eux des paquets ou
des niaIles, ou lorfu'on les trouve ,
non fir les grands chemins ordinaires ,
mais fir des traverfes ou fintiers car-.
tis'; nous voulons, en ce cas, que lef-
dits QOficiers ne les conduifent come
ci-dejits qu'apres avoir trouvi fur eux
des marchandifes de contrebande, & les
lvrent alors a la Juflice la plus pro-
chaine, Par ces raifons, nous aver-
tiffons de nouveau tous & chacun par
ces prefentes de ne point s'oppofir aux-
dio.s vifites des Officiers de Brigade,
d'akord gu'ils auront faith contfer de


teurspouvoirs; ourde 'tdcher-de s'y fju
traire par la fuite, fous les peines ci-
defus marqiees, ou de plus graves, ft
le cas y dchet. Ordonnons auffi a no-
tre Direcloire general, aux Colleges de
Sufjzce, aux Chambres de Guerre &
desDomaines, aux Confeillers du Pays
I des Aides, aux Magifrazts, Officiers
6 autres Employ's defaire publier cesf
preJfntes par-tout, de les fire lire
aux Prdnes des Paroifes, afin que per-
fjbnne n'enpretende caufe.d'ignorance.'
Ordonnons de meine a nos Admininira-.
tions gznderales du Tabac des Accifis'
6 des Douanes defaire obferver exac-
tement & poncluellement le contend des'
pr!fentes, & de ne point permettre;
qu'on s'en carte ou qu'on y -contre-,
vienne, Jbus quelque prtetexte que ce
fbit. Car tel efinotre fouverain plaifir.
Et pour l'obervationplusflricTe & inai-T
terable de la pre jnte Ordonnance, nous
l'avonsfign'e de notre propre main, 6'
y avonsfait appofir nos Sceattl.
? Do NN T a Potzdam, &c, Signs
FRaEDERIC, -r
I T A g 1 E.
Le Pape eft toujours a Caftel-Gandol-,
fe, & lon a tabli fur les chemins.des
piquets-pour fa furetd. Le Secretaire de'
la Vifite lui ayant p rfente avant fbi 'de-
part le plan priojbttt pour ,fes etudes $ait
Seminaire Romain, S. S. 1'a renvoye "
la Congregation pour 1'examiner. 11 s'a-
git de fupp Mer pour- I'education de la,
Jeuneffeauxfoinsdontfetrou'gient cia'r- '
gs les Jffuites avantleutr deftrualori'Les
Chairs du College Germaniique font d '
ja remplies par des Proftfleurs Domini-
quains, & l'on a toutlieu decroire qu'ils
rdpondront dignement aux vues du Pon-
tife, en reproduifant dans *fes Etats les
talens qu'on n'a j4mais refuf sdans cette.
parties a la feue Socit&&.
Cependant on pourfuit toujours ,a-)


,4
:'




I




'i4








*.
t;;
it

! .g
'3
'-'




CP--- ---


't




I,
::!
- '

















P
ti







I' '
-4











*I


4
'''


toute l'Talie l'excution de la Bulle du
St. Pere. Ils font deja fupprimes dans
toute la Tofcane; ils le font mgmeha Mo-
dene, & la prote&ion don't le Duc les
avoit honors d'abord n'a pu tenir con-
tre I'exemple que plufieurs Souverains
lui ont mis fous les yeux, mais peut-6tre
plus encore a l'avidence d'une abolition
neceffaire, pour I'empechement de la-
quelle toute refiftance devient inutileau-
jourd'hui.
On ecrit de Rome que la Ducheffe de
Lante a effuy6 des d6fagrimens a caufe
de la correfpondance que le fieur Caf-
trani nouvellement emprifonne entrete-
noit avec les JWfuites, & don't les lettres
paffoient par l'entremife d'un domefti-
que de cette Dame. Cette nouvelle eft
fans doute auffi peu freque celle de l'ex-
communication du Cardinal Buonacorfi
qui paroit ne point fe confirmer. On pre-
tend auffi qu'une Dame de quality a en-
voye ces jours ci a la Congrdgation une
caffette renfermant 3ocod fiquins qui
lui avoit etC confide par ces Re!igieur g &
l'on ajoute qu'on a trouv6 fur le fieur
Comolli, Secretaire de I'Ex-General, la
clefdu chiffre dont les Chefs de la Societ4
fe fervoientdans leur correfpondance.
On m'ani'3 de Malte que le nouveau
Grahd-MaItre eft tombe malade, & que
I'on craint beaucoup pour fa vie.
FRA N C E,
On parle d'une nouvelle Commififon
relative a l'ancienne adminifiration des
Batimens du Roi, & l'on dit que M. Ga-
briel, premier Architeae de S. M. eft
charge d'en examiner les motifs. 11 eft
certain que plufieurs de ces Batimens ont
etd tres negliges, & M. le Dauphin s'en
eft, dit-on, le premier appercu le jour
qu'il fut diner aux Thuilleries.
La Cathedrale de Chartres, ui des
monumens les plus magnifiques de la
France par fon etendue, la beauty de


fon archite&ture gothique & fes Clochers,
etoit denuee dans l'intericur de toute ef-
pece de decoration. Le Chapitre aide des
bontes du Roi & de la gen6rofite de fon
Eveque, refolut, il y a quelques an-
ndes, d'orner le Santuaire; il choifit,
pour cet effect, les plus grands Maitres
de l'Art. Le fieur Bridan, Membre de
I'Acad6mie Royale de Peinture & de
Sculpture de Paris, a ete charge d'exe-
cuterle principal morceau : c'eftle Myf-
tere de 'Afiomption. Ce Groupe en
marbre fhatuaire compof6 de quatre fi-
gures de 8 9 pieds, environne de ttees
de Cherubins, a t6e mis en place, & a
paru reunir tous les fuffrages. Le Cha-
pitre en a 6te fi fatisfait, qu'independam-
rient du prix convenu, il a accord k-
cet Artifte, d'une voix unanime, une
penfion viagere de ooo1000 1. don't la.moi-
ti6 reverfible fur la thte de fa femme.
L'affaire de MM. de Bellegarde & de
Monthieu, Diredeurs de l'artillerie,
qui a fi long-temps excite attention dui
public, vient enfin d'etre terminde. Les
precautions effrayantes que le Confeil de
Guer're avoit faith prendre a leur Cgard,
avoient dona6 lieu de craindre un juge-
ment a mort; heureufemeint on s'eft
trompe en le croyant aufi rigoureux. Ce
jugemrent qui fut lu aux Prifonniers dan$
la cour de l'H6tel des Invalides, con-:
damne le fieur de Bellegarde'a dtrecaff6,'
& a 2.o ans.& un jour de prison; & le
fieur de Monthieu a reflituer au Roi le
prix de 1oooo armes qu'il a fournies -
comme neuves, & qui ne font que cells
de la reforme repardes; en attendant il
doir garder prifon, & il a etd en confi-
quence transfer' a celle de Saint- Ger-
main. M. de Bellegarde a et6 conduit a,
Picrre-Encife. Au furplus ils font de-.
charges I'un & l'autre de I'accufation
grave concernant la reform des cuivres
& bronzes. Le jugement motive du Coi '


II-I*UIUY""~""Y**"Y"~111 II*LP I- -.--LIYLIIIIIIII .~l~peCI -- Cr'lp P


- .- .- -- -- -- .- -- -- --`--- -- -- -- -- -- .








deil de uerre simprime, & aprbs qu'il
aura e6d rendu public, on pourra voir
quelle a Cte la prevarication don't ils ont
6t6 convaincus. On appuye beaucoup
dans les Memoires publics pour M. de
Bellegarde fur I'approbation unanime
des diffirens Dire&eurs d'artillerie. Ce
concours en effect forme la plus forte
prdfomption pour 'innocence de cet Of-
ficier, auquel lesOfficiers Generaux eux.
mnmes ont conflamment donned les elo-
ges les plus flatteurs. Ses talens pour
I'artillerie tcoicnt fi connus, que le Roi
de Pruffe, toujours connoiffeur en hom-
rnes, lui avoit plus d'une fois fait des
offres confiddrables pour l'attacher hafon
frvice. L'Epoufe du fieur de Bellegarde
a.donne en cette occasion un rare exem-
pe de la fiddlite conjugale par le zele
SI'interdt qu'elle a mis 'a fa d6fenfe.
Voici comme elle s'exprime elle-meme
dans l'introdu&ion de Con Memoire h
confulter, figne par les Avocats Mille
d de la Morandiere,- &, onficsm par
'Avocat Bayeux.
SJ'ai Ipoufe un homme de bien; la
. nalomnie I'a iivre' pour vicime h la
.rtu qu'elle a trompe. II eft detenu
dans une prifbnfans consolation, fans
Vonfeils fans Defenfeurs legaux. Une
pourfuite rapide appelle fur fit tete le
dishonneur plus cruel que la mort, &
je n'ai pas encore fuccombe a ma dou-
ler Non & je vivrai pour le di-
fendre. Son union avec moi tli eft im-
pUtee come an crime ; que ce crime
au moins feconde aujourd'huiJbn inno-
cence! Qu'un tel accufe trouvefon flatt
Id ou es ennemis ont ejpercfa ruine,
que mon courage apprenne d fes
perfecuteurs qu'il falloit nous frapper
tous les deux a lafois !
Loin de moi tout refpect human ;
je n'en dois d perfonne. Qui defend
jnd mari, n'a rica t diJimuler, rien


Sa cra ire. Mafermete peut dieplare,'
nul n'a droit de s'en ojfenfir: & fl
par-li mes cenfires font accablantes,
la juflice que 'aurai h rrendre h quel-
ques per]bnnes en fera plus honorable.
II ef un home. a qui mon cmur
rend un sincere homm.ige, lors menm
qu'il prouv.e parfes ordres les maux
les plts dcchirans. Appelli a un rang
eldy, fa miffion eft de punir les bri-
gandages, comme de recompenfer les.
actions geinreafes. Le fcand.le d'une
foule de d&predations a frappe fJs re-
gards : pet-e"tre dans fit vie privee en
a-t-il iti plus d'une fois le [peclatetr
impuiffant. II devoit d fa Patrie, d
Jbn Roi de frapper des coupables : it
s'efl trompe dans fn choix, & fa juf
tice me respond qu'il deviendra I'ami de
ceux qui joufrent en fon nom. Qu'on
de croye pas que ce foit ici la terreur.ou
la firvitude qui carefent le pouvoir.
J'efpere qu'il verra, par la vigueur de
ma. delfenfe, que I l'horore aftepour
ne pas Ie craindre, &c.
On peut juger, par ce morceau de
la chaleur & de, I'loquence qui regent,
danstoute cette piece, & des talensqu'el-
Ie announce dans fon Auteur.
Le Memoire de M. Linguet, quoi-
que tres-intireflant, eft cnri d'un ton,
plus modern, & it ne nomme point les
adverfaires de M. de Bellegarde. Oh ne
veut point, dit-il, faire de cet ecrit ur
libelle, ni de la dfenf d'un innocent
une difamation contre fis ennemis.
On ne revilera donc pas les noms de
ces dilateurs fecrets; m is on peat com-
battre leurs affertions, & devoiler l'iu-
tret cache qui les dirige.
M. du Treffan, Premier Prefident
du Confeil Superieur de Corfe, a &t6
nomme Prdfidentde celui de Pcrpignan
& Intendant de la Province de Rouffilloni
Le Roi, en allant drnierement a la


I
'';
;










*'I
:i







?."


%i





.t



4i
tI


;-

r


~W~~-~Esb-c __









chaftfe au rendezvous de laCroli-de-
Vitri, paffa en revue le Regiment de la
Reine qui fe rendoit a. Gien, ayant 'a la
tete le Marquis du Barry, fon Colonel.
Ce Corps doit fe trouver a la rencontre
de Madame la Comtefle d'Artois. Les
prdfcns que S. M. a envoys a cette Prin-
cefie confident en unecroix dediamans
& une garniture de dentclles de la plus
grande beaut". Son marriage fe faith Tu-
rin, &c'eft le Prince dePiemont qui 1'e-
poufe par procuration.

A AVIS DIVERS.
MM. les Creanciers du feu fieur Gui-
bert, vivant, Entrepreneur pourle Roi,
. font pries de s'affembler de nouveau le
4 du mois de Mars prochain, trois heu-
K res de relevie, en l'tude de Me Ponis,
Nortare.au Port-au.Prince, pour conve-
nirdes arrangements qu'on fe propoffi'
prendre 'a I'effet de parvenir 'a.!- ':i-
*dation de leiirs creanies,& dvite afraikts.
M. Bertratnd des Verettes, Major ge-
ndral des Milices du Quartier de Saint-
Marc, donne avis au Public que des af-.
faires de famille & fa fant6 l'obligeant 'a
paffer en Europe au mois de Mai prochain,
ii lai1ie M. Lacouture Procureur ge-
ineral & fpecial de Mrs fes freres, les af
fires concernant la fucceffion de feu lcur
pere, & a M' GraJfet & Pitteux, Ne-
gociants B Saint-Marc, fes affaires parti-
culieres, avec ordre auxdits Procureucs
conflitues cc ne payer que ce qui aura
etc arrete par lui avant fon depart.
Etatdes Negres Epaves qui, conforme-
ment a l'Ordonnance dt Roi du z 8
Novembre 7 67, doivent etre ven-
dus le Avrilprochain, a la Bar-
re da Siege Royal da Petit- Goave,
: Juiite & diligence du Receveur de cc
i droit audit lieu.
S.Un Negre nouveau, fans etampe, age


d'envirori 45 ans, taille 5 pledls z pou-
ces, ne fachant dire fon nom ni celui
de Ton maitre, entree h la Geoele e 19
O&obre 1773.
Un autre, 6galement nouveau, etam-
p fulr Je fein gauche HRRE, taille d'en-
viron 5 pieds, trapus, bien pris dans fa
taille, d'une aflez jolie figure, marque
au bas vcntre en deux endroits d'une
marque de fon pays, comme d'un car-
rcau a pointe de diamans, ne pouvant di-
re fon nom ni celui de fon maitre, en-
tr6 a la Geole le to Decembre dernier,
DE M A N D E.
Dans la feuille du .2. Septembre der-'
nier, on a demanded des nouvelles d'un
nomme .fean Amiel, natifde Gravefon
en Provence, paff6 dans cette Colonie en
1737 fous la conduite de feu Capit. Ber-
nard, de Marfeille. En arrivant au Cap.
ii fut placid pour Commis chez Madame
"Captau. On ignore depuis fort long temps
ce qu iiteft dvenu. Sa famille, klaquelle
il eft tres-intereffant d'en avoir des nouo
velles quelconques prie les perfonnes
qui en auront connoiffance,d'en donner
avis a lImprimerie Royale du Port-as.
Prince, ou 'a celle du Cap.
NAVIRE EN CHARGEMENT.
L'Eole du Havre, Capitaine Cheretzt
partira pour:ledit lieu du 15 au zo Mars
prochain. Ceux qui voudront y paffe
ou charger a fret, font pries de s'adref-
fer audit Capitaine, en fon magafin rue
des Capitaines au Port-au-Prince, on
'a M. Jean-Baptijfe Boyer, nRgocianr.
Ce navire eft a fon premier voyage,avec
une belle dunette commode pour les
Paffagers.
A VEND R E
Une Habitation, fife au Quartier des
Irrois, contenant 170 quarreaux de terv
re fur la riviere de la Grande-Anfe, fur
laquelle il y a enviroa 30o00 pieds 4


"L1"MC1-.-~orr.nrrrrr~CI_*CIP-*e-*-(\ll *rr~-Y)


pn~c. b.x-i .-*rr~rc~-r*sr---cs~ir~~. ,









cafe een apporetk oco pleds de ccaao;
des vivres en abondance & de toute ef-
pece, une favanne de z quarreaux &
demi, entourde de haies vives, une mai-
fon principal de j 5 pieds de long fur
16 de large, toute en bois dur, & plu-
fie'urs cafes a Negres; le tout en bon
e&at. On propofe de vendre fix Negres
faits au Pays, les meubles & plufieurs
animaux. II faut s'adreffer au Port-au-
Prince chez M. Nau & Comp., ndgo-
ciants;'ala Grande-Anfechez M.Pelou,
habitant; aux Cayes a M. le Chevalier
Dubreuil de Fontreaux, Commandant
le Quarter de Torbec, ou fur les lieux
inmmes a M. le Chevalier de Lefcale,
proprietaire de ladite Habitation, qui
dorinera les mains a tous les arrange-
inens convenables. On obferve que ladite
Habitation eft fufceptible d'indigo, ainfi
que de tous les etabliffemens a eau,
come moulins & autres.


SESCzAVES EN


4
'/ *


MAROME.


Un Negre, Congo, nomme Jean-
Baptijfe, venant de la Guadeloupe,
fans edampe, la peau rouge & mar-
que de coups de fouet fur le dos, eft
naron depuis le 11 Janvier dernier. On
prie ceux qui en auront connoiffance,
de le faire arreter, & d'en donner avis
a M Berthus, Menuifier au Port-au-
Prince.
Un Mulatre, creole de la Jamaique,
2ag d'environ 17 a 18 ans, & begue;
& un Negre, Congo, age de 7 'a 28
ans, tous les deux etampes N. ORIEUX
A. NIPE., font marons depuis environ
deux mois. On prie ceux qui en auront
connoiflance, de les faire arreter, &

Avec permifion de MM.


d'en donner avis a M. Orieux, habitaine
'a Nippes. II y aura rCcompenfe.
Une Negreffe, Congo, nommee Ma-
rinette, ayant avec elle fa Negritte de 7
a 8 mois, tample L. G., age d'envi-
ron zz ans, & ayant fur le vifage des
marques de fon pays, eft maronne de-.
puis le zo de ce mois. On prie ceux qui
en auront connoiffance, de la faire ar-
r&eer, & d'cn donner avis M. Del-
pe cie, Negociant au Port-au-Prince.
Une Ndgreffe,.ereole, nommee Ur-
fJule, tampee CALAV, ces deux der-
nieres lettres entrelacees, agee de 2o 'a
z5 ans, taille de 5 pieds, eft maronne
depuis pres de crois mois. On prie ceux
qui en auront connoifFance, d'en donner
avis a M. Caron, habitant dans les hauts
de l'Artibonite.
EF FET PERDU.
aa 6te perdu, lu Z du cc.rault'r de-
te pied du Mon-Rouis jufqu
fi.n.cL on de M. de Luge, une elpde
a poignee d'argent damafquinee & a gil-
le, garnie de fa beliere auffi d'argent.
On prie les perfonnes qui la trouveront,
d'en donner avis a. M. Brunetiere 4
Saint-Marc.
CHEVAUX 2 GAR S.
Une Cavale grife, tampee X L, &
un Cheval brun, clabaud, etampe A B
entrelacis, fe font egards, il y a quelques
jours, dans la ville du Port-au-Prince;
une Mule fous poil brun clair, queue
court & prefque fans crins, s'eft echap-
pie en meme temps de la favanne de M.
.Bremont, il y a environ 5 'a 18 jours.
On prie ceux qui en auront connoiffan-
ce, de s'adreffer h MM. Ifhardy, fre-
res, au Port-au-Prince.


les


General & Intendant.


A- PPORT-AU-PRINCJE, chez DONNET, Imprimcur du Roi par Interimo


R-
t( *


I


\
r

:s:
n
.r
.i







ANimE 1774. [NO 8.]



SUPP NT AUX AFFICHES 'AMtRICAINES.

Du Samedi 2 Fe'vrier.


A.rxit xj javires au Cap.

L 19 de ce mois la Cires, de
Bordeaux, Capit. Dupuy, parti le 24
decembre : le zo, le Maupeou, du m me
Port, Cap. March, partile 27 decem-
bre : le 2z, le Maquembe, de Nantes,
Capitaine Vendendriche, venant de la
C6te-d'Angole avec une tres-belle car-
gaifon de 340 Noirs A l'adreffe de M.
Tardivy, qui en ouvrira la vente mardi
prochain i mars : le 13, I'Amphitrite,
de Bordeaux, Capit. Camaroc, venant
de Malimbe, C6te-d'Angole, avec 3 50
beaux Noirs A I'adreffe de M" Aubert
& Compagnie, qui en ouvriront la
vente jeudi prochain 3 mars : le 24,
la Ducheffjede-Gramont, de Saint-Malo,
Capit. Gouyon, pari le 1o janvier:
le '25, I'Andromede, du Havre, Capit.
Goffe, venant de la C6te-d'Angole
avec 565 Noirs.
DiP.aRT de Navires du Cap.
Le zo de ce mois, I'Achille, Capit.
de Lamarre, pour le Havre; & le Nai-
rac, Capit. Chevillard, pour Bordeaux:
le 23, les Deux-Amnis, Capit. Rozain,
pour le meme Port; lc Ducde-Duras,
Capit. Moureau, & la Cigale, Capit.
Bailly, tous deux pour Nantes.
PRIX des Marchandifes de la Colonie
au Cap.
Sucre blanc, premiere quality, 6 5 A
66 1. feconde, 62 a 63 1. troifieme,


55 a 56 1. commun, 44 a 5o 1. brut,
31 a 32 liv. Indigo bleu, 14 15 liv.
cuivre, o1 l. 0 1 f. 11. Cafe nouveau,
xi a 13 f. vieux, to f. Coton, zool.
PRIX des Marchandifes dc France
au Cap.
Vin vieux, 190o 2oo 1. nouveau;
140 150o liv. Farile de Moiffac, 75
S8o 1. commune, 60 63 liv. Bceuf
fale, 72 liv. le bariL Petit-fal 36 liv.
I'ancre. Beurre, zo f. la Iivre. Huile,
40 1. la cave. Savon, 70 1. le cent.
CouRs du Fret au Cap
Sucre blanc, 12 den. brut, 14 den:
Indigo, 17 & 30 d. Cafe, 14 a 5 d.
Coton, 39 a 40 d.
NEGRES MARONS.
Au FORT-DAUPHIN, eff entree' la
Geole, le 17 de ce mois, Michel,
Creole, Ctamp6 fur le fein droit FOU-
CAU: le 18, Te'emaque, nation Congo,
etampe fur les deux feins GROIZIE:
le zo, Narcifi, nation Bambara, etam-
pe fur le fein gauche DETOUCHE;
Te'lrnaque, nation Nago, dtamp6 fur
le fein gauche, autant qu'on a put le
diftinguer, POTIE, lequela dit appar-
tenir a M. Potier, au Cap; & une jeune
Negreffe nommee Magdeleine, Creole,
fe ditant appartenir a Md de Chaam-
blaine, au Gros-Morne.
Au CAP, le ,8 de ce mois, .gathe;
nation Nago, etampie NOB, Age d'en-


jn


.1'
nj.
I




,,;
oli
.d


.. ---- ~-'--~-------- ---- ---;--~ -- ___ I


-0


IN