Les Affiches americaines

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Les Affiches americaines
Physical Description:
Serial
Language:
|||
Publisher:
s.n.
Place of Publication:
Haiti s.n., 1766-1791
Publication Date:
Edition:
Microfilm (26 reels). Negative.

Subjects

Genre:
serial   ( sobekcm )

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
aleph - 001894300
notis - AJW9563
System ID:
AA00000449:00022

Full Text















This volume was donated to LLMC
to enrich its on-line offerings and
for purposes of long-term preservation by

University of Florida Library




V "
;(Qf/?rz~/(e
4.,


, :1


./16


*P~~~ CL-

,t, lii-
ItZ' ~
'4


ff
/


Ir


ci


-srr~)u~~t~g~'/a ~U


. ow-
saW


-a
"Vf


401"
/7 el
e^.- *^%<^ <^ r^
1:64lr ^ "/*^


J I


'AV .V


.:
bFi;f;ij~iiC B~Cd3gd7~r~u~


L~CL~CI '


~.ltz: ~


000


-Z%


."a.


.I-




F ,..


R~~bmmm... "i i nm


IIIMPRIMERIE


I AFFI CHE S

DI JDELTDI Is
j, o v .\ ; **


~- -
MI AMRICA-INES
vle cJANVJI-RoR .


MOUVMINs S D s PORTxs, o x.'oVr I IT, D. o so
" *SS oZRS.
Arivie de navires IranpUis; AS$AGXES.

IA u Port -au-Prince le. % DMcembre
e AtMfielo-n, Comen, Miquelon, t6 Odobre, t
touch 'la Martinique & au Cap.
SLe i3 'Axandre Godefroy Havre, I
6 Novembre. -
Le Baili-de-Sufren, Boquet, Havre, avee
11 tites ,de Ntgres du S6n6gal, touched a
Cayenne & au Cap.
SLe 24, It Vicomte'-de- Brons;, Jouis Bor,
l "eax, 6 Ndvembre. 4
Le hFcar uit-irBoulineati Bcrdeaurt iI Nov. 17
La Mari-Tir'f ,,Gauthier, Bordeaux, t6u-
ch. a la Ma rniqu e '
T' Total des pf'lT.s arrivils dAus leit J anvier. 7t o
s batimens. .. .$

(II y a dans le port 89 baiimens franrois de long cours).
A L6ogane, a 2D&cembre, le Jeune-Eugene,
.Tranchevant, Namnes, to Odobre.
Le t 'Aim able-Alintte, Gremont, Havre
:31 Oclobe.
Le 17, le MV hy, de Gelin, Angole, aveo
5io Negres, touccheiu Cap. ,
otaldes paffagrs arrives depuis l st' Janvier. 46


15


A ds b.timns. .
Au Petit Goave, le 1'3 DEcembre, I'im.
vrorrptu, Lafitte, Bordeaux, II Novembre.
TItal.dIs p4aiagerj arrives depuis k l" Janvier.
&* des bazilmens, .
A Jacmel, le $ Dicembre Ie Prudent,'le.
Maitre, Bordeaux, 2i, OXiobie.
.L e 8, a ..olan Gouyi, -Guadeloupe.
.Le.Poazi.oypyur-A de-Ma'fidlze. Rouffer, Mar-
I l rd re.ahe.. .
: le i, Renfort Peychaud Bordeaux)
.I Novembre.
Total des paffagrs arrivii depuis It Janvier.


6 des batimnst ,
Aux Cayes le 7 Dicembte,
Gautrau, Nantes, 19 Odobte.
Le 9 It Lion Dbourg,
37 Otobre,


Is T~ancr~de,,

Bordeoux,


-'3







43
30


Le t; 1a Volante', Gouyn, Guadeloupe &
Jacmel.
Le t4, le Pourvoyeur, Boullenier, Marfeille
3 Jcmel. .
& tal des pagers arrives depuis le r" Janvier.
S,,, 6& des batimens. .
aint-Marc;lIe 22 Dicembre, it Louis'
,/ eraud, Nantes, if Otobre.
S 2e 23, Saint- Mrc; Rouffeau, Port-au.
rince.
Le 24, le Gonaivien, Vollet, Gona'ives, '
Total des paffagers arrives depuis le t' Jaanvier.
4, des baimens. . .
Depart de navirts Franfois.
Du Port au -Priice, le i D&eembre i kl
S. Marc i Rougeau, Nintes,, efcale i S. Mirc.
Le 2 3, la Bell-Arsine, Fallouard, Bordeaur.
Le 26, kl Blouin, Amiot, Bordeaux. ,
Total des pafagers parties depuiss Ie i" Jdnver.
Sides baimens. :


PASSAGlB4




io6
64




S-i .
60 :
91t'


278
166 .


De Leogane, le i6 Decembre lI'Aimable-
Henriett Lubin, Havre..
Total des pjagfars parts depuis le t1 Janvier.


Sds baiimens. .
De Jacmel, le t D&cembre, Il Pourvoyeur,
Roullet, Marfeille.


Total des pafagers parts depuis le I' Janvier.
des- baimens. . . 8
Des Cayes, le .2 Decembre, le Forcalquier,
Boulineau, Port-au-Prince.
Le 24., I'Amatone, Ie Chevalier, Port-au-
Prince.


Total des pafa'grs parties depu is le s Jar.v'er*
& des btimns .


Arrive do navirs tranprs,. ,
Au Port-au-Prince, le 8 D&cembte, le Gordon,
Beauforr.
Le 9, Ie Defiri, Ingalls, Ncwbury.
Le io, I Thomas, Weft, Curacao.-,
Le 1 la thljy e Snow, New-Londoni


93
6t
1 1111 i n 1. i


KellLy


-i~~W


.1





4,





'.r


--ks I


.- ,.,,~.~,~lr-,----~-rI~---------4---.YI- LI-~--Y----~Uly -- .l-~-_i. _-___- .~-.~---I.I~LLI


a 4


0


-,
IF
Illl~SR


I


9









L 12i le D!auphn, Catts, Georgile
Les 22, La Pol.y Befle, Baltimore.
La Ketty, Guaynon, NIwberne.
L'Amitid, WeffT Peppcrelborough.
La Louia, L)ickfon iontfolck.
Total des batim. itrang. arrives depuis I e Janvier. (2 1).
Aux Cayes le 16 D.cembre la Sophie, Hamuel
Philadelphie.
La Pucelle, Johanne, Philadelphie.-
Total des batim. itrang. arrives depuis le i' Janvier. (to8).
Dipart de navirts Atrangers.
Du Port au Prince le 0o D&cembre, la Marie,
Fitz'patrik, Charkfton.
Le 21, 'Amirique, Twert, Baltimore.
Le 23 1'Efprance Juge, Middleton.
La Clod, Chipman Middleton.
Le 24, la Folly, Beffe, Curagao,
Le s la Marie, Lellan, Port-Land.
La Sally, Pik Newbury.
Total des bdtim. etrang, parts depuis le i" Janvier. (2or,.
Des Cayes, le 13 Dkcembre, le Triumvirat, Lchedel,
Providence.
Le 1 le W'lliam Sawzll, Newbury.
Total des bitim. e'trang. parties depuis le i Janvier. (tor).

Escz.4 Zs MARRONS ENTRIES A LA GEOLE.

A Saint-Louis, le 8 du mois dernier, Phaitor, Congo,
Itam? fur le fein droit illifiblement, ag. de 35 ans, taille
de 4 pieds to pouces, fe difant appartenir a M. Labarerre,
Habitant au Forn; Jafon, Bibi etampe fur le fein droit,
autant qu'on a pu le diflinguer, PRIEFORT age de 28
a 30 ans taille de 5 pieds ayant des marques de fon
pays fur le bras gauche, & une autre filante depuis l'ef-
tomac jufqu'au nombril fe difant appartenir au Sieur
Mandrou ; & un N*gere nouveau Nago, tamper fur le
fein gauche P.RIGAUD, au-deffous LR, de forte corpu-
lence, age de 30 ans taille de 5 pieds 5 pouces, ayant
une ancienne coupure fur l'oeil gauche, des marques de fon
pays fur le nez, & des malingres aux pieds ne pouvant
dire fon nom, celui de fon maitre ni fa demeure : le 19,
un Negre nouveau Congo etampe fur le fein gauche
COLLET, ag# de 22 ans ayant une vieille cicatrice au
genou gauche, ne pouvant dire fon nom celui de fon
manlre ni fa demeure.
Au Port-au-Prince, le i1 du mois dernier, Hypolite,
Mandingue, fe difant appartenir a M. Abille : le 22, ; an-
Pi'rre, Ib, etampe GRE MONNET au -deffous P.
FRPINCE, ne pouvant dire le nom de fon maitre; Louis,
Cr o!e, e tampe LATOISONI fe difant appartenir M.'
Jatwcn -Ro.he-l:nc. ; C f,, C,, ,, stamp MOLE9T,
au-d ffous ST. MARC, fe difant an srenir a M" Ca 're &
AMlet, a l'Artiboihe:li ; Zt Jof'ph andingue etta- ne
pUSOIS, fe difant apprtenir au Sieur Dubcis, Boul;n'ir
en cette vilie: )e 2 Lefprance, Alia, etamp- GRANIER.,
tu-d.fbfous JACiAEL fe difant appartenir h M. Andri
Aveuge, aux Cayes : le -7, Claude, N,-o fe difant d
'habitation Chancerel; Adonis fe difant appartenir a M.
.Alremant; & Adonis, Mondangue, fe difant apoartenir a la
pommere Francoif Dufrefrc, NM. L. le 28, Augujfine, Co:go1,
iranIe ilifipolemsnt, au-d,.;ffit PP, ayani un collier d-


fer fe d;rant appartenir la nommr e Rof Plar.cer;
M. L. au Grand Fond.
A Saint-Marc, le 22 du mois dernier Jean Pierre,
Congo, Ctampe en fer- cheval fur le fein gatch ,
IVONET, auant qu'on a pu le diftinguer, ag4 de zo ans,
taille de 4 pieds ii pouces, fe difant apparteuir a. nonmms
Virnt, M. L. au Cap; & Touffaint, Mofambique, etamp6
fur le fein gauche CHAILLON, au-deffous ST M, age de
15 ans, taille de 4 pieds 8 pouces, fe difant apparfeni
a M. Chaillon.

AN.4 uAVMx INTRai AUx PAVES.

A Saint- Marc, le t2 du mois dernier, une bourrique
fous poil gris tampee illifibiement fur la cuiffe du montoir:
le 23 une idem fous poil bai, etamp. G fur le cou, du
c6te du montoir.
Au Pot au Prince, le 24 du mois dernier, un cheval
fous poil rouge, &aampe, autant qu'on a pu le ditinguer,
IBM, couvert de farcins : le 26 un idem fous poil gris-
blanc, etamp6 IG, en travers.


EXTRAIT de la Diclaration du Roi du 9 AcIit '777
concernant la Police des Noirs.

ARTICLE 8.

Les frals de Garde defdits Noirs dans Ie de'pt ,
ceux de leur rerour dans nos Colonies, front avances par
le Commis du Treforier general de la Marine dans le port,
lequel en fera rembourfl fur la fomme confignee en exe-
cution de l'article cinq; & le furplus ne pourra etre rendu
1'Habitant que fur le vu de l'extrair du role du batimant
fur lequel le Noir ou Mulatre domeflique aura ete rembar-
que pour repaffer dans les Colonies ou de fon extrait-
mortuaire, s'il itoit decedi; & ne fera ladite fcmme paff'e
en d&penfe aux Treforiers generaux de notre Marine que
fur le vu defdits extraits en bonne & due forme.
En conformity de l'article de la Declaration du Roi ci-
deffus, & des ordres du Miniftre, en date du 25 Septembre
dernier, M" les Habitans font averfis qu'a computer du i"
Juillet prochain, il ne fera ordonne aucun rembourfement
de fommes confignees pour paffage d'Eclaves en France,
qu'en juffifiant de leur debarquement dans la Colonie, &
du payment en France des frais de d&6ention qu'y auront
cccafiones iefdits Efclaves.


A V I S


D I V E R S.


6 Les h~ritlers U.ndficiers du feu Jean-Euflache Fournler;
M -. L. d'cie au Port-au-Prince, print M"i fes acanciers
de vouloir bien communique 1'ekat de leurs creances a M.
flafa, demeurant en cette ville, Grande rue, vis-h-vis Mo
Thiomin, Noraire, qui a des arrangements a prendre avec
eux de la part defdits heritiers bencficiers.
6 M" Dacunha, Alliet 6' Comnpagnrie, des Cayes,
ont I'honneur de prevenir M" les Habitans, quarter de
Jerrime & fes dtpendances, qu'ils viennent d'y tablir vn
domicile, & qte le feul charge de leurs affaires dans ce
quarter efi M. Shabtr attache leur snaifon, qu'ils ont
autorif de fouaiir touted q ittances, & contraeler tells


I


1.


I


4


) I










engegelnts en leurs nioms, relat!fs a lur commerce. On
pout alreffr les ordres & lettres ;i a aifon de Dacunha,
Allcn & Comnpagie ktant la meme que cell qu'ils tiennmnt
aux Cayes ; i.s feton~t leur pofible pour meriter la con-
fiance don't on les a honors julqu'i present; ils fe chir-
geiont d'achats de denies Jarniie, ainfi que de la vented
pour compete de M" les Habi-ans, qu'ils voudront bien
leur confer, & de routes les cotnmiflions qui leur front
adreiTts; ils prient ceux qui leur doivent dans ladit
qutirner, pour diffirentes ventes de Negres, de vouloir
bien les folder, afin de ls encourage a fuivre la rnefna
branches de commerce. On trouveit, toujours dans leur
magauin des Cayes, des comeflibles & des marchandifes seches.
Uls ont a vendre deux fuperbes voitures a deux places & a
inenre deux enfans, faites au pays, avec tous leurs harnois;
ils en front bonne composition, foit pour de l'argent ou
des denrees: on peut les voir dans le magafin de M.
Taplau Negociant de ladite ville.
3 Les S" Salzdinjeunc & Bourlon, poffeffeurs du fonds de
phirmacie des Sieurs Bouvier & Saldin, ont l'honneur de
prevenir qu'ils tiennent le bureau general pour la vented
d'ianutnens de gonmme l6ftique, de la composition da
Sieur Bernard, tels que fondes de toutes efpeces pour les
deux sees, bougies pleines, peffaires, plaques a cautere,
fupipofitires, mame!6ns, feringues a injeCtions & Ui lave-
m.As. urinal, canules pour la taille, canules en arrofoir,
can-iles droites & coutbes, &c. Ls oat auffi des toques &
cornets acoufliques du meme Auteur.
3 En vertu d'ordonnance de M. le S6nechal du Si'ge royal
des Cayes, en fuite des conclusions de M. le Procureur du
Roi, au has de require lui pr6fent'e en date du vingt-
cinq Sep:embre 1787, vifee de Monfieur le Procureur-
general du Confeil-fiuprieur de Saint-Domingue, le dix-
fept Odobre fuivant, & i la requee dce i, M Maldan,
Cur;teur aux fuccefihons vacantes dudit Siege, en cette
quality charge de partic. de cel)e du Sieur Dufeuil, il fera
le trcis de ce mois, aprts lhs pub icati6ns ordinaires,
procde a la Birre d, tlit Sig', 1 la ve;At, & adjudication,
au plus offrant & dwtui.'r e ach'rilfe-jr, & au comptant,de
la rnmoi:i dans une habl:Nr'o comr,'pofee de deux conceffions,
I'une de qua'orze cents pas de i -ge fur feize cents de long;
l'autre de feizz cents pas de k.- far huit cents d large,
fitu-e dans les hautcu;'s d i 'la- he-&-Bareaux, paroiffe
des Co6eau:x, terre qui peat convenir p1,)ur le cafe & la
coton. Cctre vente fera, au surplus, faite aux claufes &
conrit'ons de la carte-bannie, :e laqu.lle on pourra prendre
cnnnoiifance chrz le Sicur C~flera, Audiencier du mieme
Si0ge, ou au nBueau de la Bourfe des Huilifiss.
3 Le Sieur T4i2jer ain., Marchand O:f.vre, Joaillier,
Bijoutier, maifon 'ee M. FIleurie;u, au Port-au Prince, a
l'honneur de privwnir qi'i vient de recevoir de Paris un
affortiment de tout ce qu'il y a :e plus nouveau, tant en
argente.rie qu'en biij..;utrie & horlogerie ; il a reuj auffi un
allorniment de coutele ie. armurerie & fourbifekie ; ii occupe
des rcuvriers pour ce qui concern la coutellerie, & vu halr
le tout au plus julte ipri.
1 A la requete de TM" Girault, Curateur aux fuccefflons
vaca-tes au Port-au-Prince, chatrg en cette quality de celle
du Sieur Mathieu Cadet Delfecans, vivant Habitant
BtIevi.e, d4pen..a;.i:e de cette vilie, il fera Mardi treize
du present mois de Janvier, proced la la Bare du Si!*ge
royal 41, ladite ville, a la venre & adjudication dfinirive,
au plus cfi;ant & dernier encheiiffeur d'une petite ,place
de la contenance de yingt ca4eaux, e.ablie in caft onu


C3


t 3 l


vivres, avcc trols tes dh N.rs ,& p:'u metlUI ;
ladite place fituiie l.!,.vue. On u'.u-ra pr':.ud cci:rnu-
nication de la cartu-bannie chez ie Sc.ur Labi, Hlit'ITir-
Audiencicr.
Le Sieur O iot, Apothicaire du Ri h Saint-marc,
vient de recevoir de France un affortiment d drogues qu'il
ver&da bon compete, ainfi que trente catrr:aux dt r te,
fituds dans les hauts d Saint-Marc, tabLiis in cafe, fur
ihfquels il y a environ cL'.aze mile pi'es de d(ouz- & diU.-
huir mois, d'une bone venue, uns gra';id: c afe e oix;:re
ieds, divifee en trois p:artir:s, dive fcs auires pour les
Negres, & deux betls bL.ranar'.s.
2 M. MCalaing, ci-devarnt afTocie avec M. Jullien, Conf-
truteur, t formant la Compagni e de Jullien 6i (crnpagnie,
pr'vient les ciearciers de la -ire Lmifon que cctre icci:a
efl diffoute depuis le fix Dci:e.n-e d.: -.: r, i; cue le Sieur
Jullien a en mains de quoi term n11r to r de fuite la liqui-
dation don't ii eft charge, attend qu'ii n'y a point de ecou-.
vrermens fire.
2 A la requiet du Sieur Lcepis, au ncrn & comma
executeur-tt- flmentaire du f:v Sieur Sarrjin vi'. ;i, Ngo,-.
ciant En ce'te ville, & en verr. d'ordonnance de '. le
S'nehal, il fera procde le M ardi, jour que i'on comnp-
tera t:eize du prcfent rtcis de Janvier iffue d'audienca
ordinaire, an bail a ferme &t ai!judica'ion pour trois annees,
d'une maifon fituee en cette ville, depenaiante de la fuc-
ceffon du Sieur Sa,-rati1. Les perfonnes q'i voudront con-
noitre les claufes & conditions de la carte-bannie, dreiTle
a cet cfft, pourront s'adteffer au:'it Sieur Lefps, NIgcciant
en cette vile, ou en i'tude de M* Pafquct de Le'yde,
Procureur en la Sinechautlee de ladite vilL-.
2 M. Daubagna, Executeur-Teflamenraire, du feu Sieur
Pcrceval, vivant Habitant, c'ecde a Eordeauz, prie M"9
les creanciers de ce dernier, d'avoir Ia complaifance de lui
communiquer leurs tires de cre;nces, dcefrant connoa:e
l'etat de cette fucceffion, pour avifer aur noeioes de la
liquiler.
i M" les creanclers de ]a fuccnfi'n du Seutr Plre Dcshor.
meaux, vivant Habitant au Cul-de-Sac, font prits de re mttre
Ic dtcompte de leurs cr6ances, tant en principal, inr&ret
que frais, en l'erude de M' Pafquet de Leyde, Prccureur
6 Sieges du Port-au-Prince, pour vifer aux moyens les plus
prompts pour les folder.
i M. Jou's,; aine, Cap1taine ccmm'n -a't le navire It
Viccimte de BrIns, venant de Bord au, avec une carga's, o
tres'bien affor:ie, a l'honneur cde prevcnir M" les NFIgocians
& HA.ier.s qu'il a pris (fn ragAin dans la maifon de M"
Lafitru, Laftrgue, vis-~a-vis Mi. Lrnmbourg, au Port-au-
Prince.
i M'N Cl,1jon, Procureur 's S;I'"', prCviert M les
crie;ncui en certe vyile, qu'cn execution de It, c-ce du vingt-.inq
Nov'-Mr;e Irerni:r, rcndrAe u er',re 'es Armateurs du aavire
le S int-/Jcfph/, ide S zirt-alo, prmc;ers faitiiians & les
ant:cs oppofdrn, il va inci&b'.i:m n pr .-r au tableau
de r6pa ri ion des denies piove';:.-, de a a entire fi:e (or
ledit Sil'-r L.,rcher, a l'e fe rc .!I... !5 cr nciers peuvent
rem:.:rtre fous quirzaire, e nwmis d di; C laf(oi, leurs
ttres &r! creance Four ftr: coliu;C 3s au nmire la livre, au
dc'ir de la fatmence ffl:,atf pt le!.ael dilai, lefdits
crbancicrs ne pctrront plus e,:re adis s I cc:r,'cation.
2 En vertu d'Xrdonnance p-r..due par M. ?l Senehal "'u
Pott-au-Pir.ce fur les concl:fions d,. M. le Frorturtr da
Rvi, ie 0o Oobe dernier, de .f;ncu e de :cmie ra'i


jR~BYl;~. .










due I'arau-nce dcs cries le feaze Decpmbre auifi dernlrr,
& a fLi requCe des h1riiers bh~ fi:iaires du feu Sieur Jean-
Aridrda Traba d, luite & diligence du Sieur Pierre Abtille,
Negociant en cetie vilie, ii fera le trelze Janvier present
rnois, proced 'aj a Barre du Siege royal de cette ville, 'a
la vente & adjudication definitive d'un terrain pour empla-
cement do magafia, fitum iue de la Croix, quarter de Belair,
Con,!cnart quaran:e-trois pieds de larger fur quatre-vingt-
cnze de profondeur ou environ, aini que des bitimens y
Vablis ; le tout aux charges & conditions infires dans la
carte-bannie, don't on pourra prendre connoiffance en F1tude
ds Mi Poocer, Procureur pourfuivant.
i Le Curateur aux vacances de Saint-Marc, donne avis
quz la vente de lemplaccment dep:ndant de la facceflion
Frefcarode, annonce dans les num&ros 97, 99 & rot de
cette Feuille, pour dre vendu le trois Janvier 1786, ne
le fera que Ie dix-fept du nmme mois.
Le Sieur J. & F. Mafrche &y Compagnie, en leur quality
d'executeurs-teftamertaires de feu Sieur J. Bourtaire, prient
ceux qui doivent aux cargaifons de I'Heureuje-Francoife & de
IJ hune-Thdirfe, de folder avant le i$ Janvier, s'ils veulent
iviter d'tre afigns,. Lefdits Sieurs previennent qu'ils ont
a vendre un parti de planches de madriers de fap, d'excel-
lent vin vicux en caifecs & en barriques, & un part de
vieux cordages propres a faire 8es entourages. Us donneront
le tout 1 bon march.
i LaDmroifelle Monnot, l1ve de la Demoifelle Bertin,
Marchande de modes de la Reine, & du Sieur Delaitre,
premier Tailleur de 1'opera de Paris, a 1'honneur de pre-
venir les Dames qu'elle chiffonne les modes dans tous les
genres, mais principalement dans les fuivans: Bonnet 'a la
Criole, idem a l'irngnuit6, a la coquette corrigie, demi-
parure, i la grande Nobleffe, au colimagon, a la carline,
chapeaux en poufle, idem pares, en bonnet anglois, la
S-ltane, a la Bergere des Alpes, au bois de Boulogne;
garnitures de robes de toutes efpeces, ajuftrmens de bals
pares, dans tous les costumes. Elle faith aufliides ouvrages en
couture; favoir, corcets ajufits a la Guimard, a la Bergere,
'a Angloife; Pierrot-chmifes a la Zacharie, bombers a la
Sultane, a la Lyonnoife; fichus, fabors, manchettes, demi-
jupes, ceintures, fleurs, plumes, &c. robes la Turque,
a la grande Sultane; chemifes dcmi-parure, chemlfes-che-
inifes, en levite, a 1'Angloife, dites n6glige, fourreaux.
Enfin elle vend des fouliers a la Sultane pour bals, blancs
fuperfins, idem de Venife, idem colors; rouge vegtral &
aux fleurs, dito i la rofe. Sa demeure eft chez le Sieur
Mohimon, aux bains publics, rues Royale & de Bonne-
Foi.
i A la requ&e du Sieur Glaumr, Horloger en cette ville,
,au nom & comma executeur-teflamentaire du fea Sieur
Peixotto, il fera le treize Janvier prefent mois, proccd~ a
la Barre du Siege, iffue d'audience ordinaire, a la vente de
trois NWgres d6pendans de ladite fucceffion, aux claufes &
conditions enoncees en la carte-bannie, don't on pourra
prendre connoiflance en 1'etude de Me Leclerc, Procureur,
ou chez le Sieur Labbi, Huiffier-Audiencier.
Ii a cth laifie chez le Sieur Rougct, Menuifier, rue Bmnne-
)foi, par un jeune gargon, une cuillier d'argent, toute boff6e
& marqu6 de deux lettres. Ccur a qui elie ppartient n'ont
q'ia la rclamer; elle leur fera rendue en payant les frais
du prifent avis.
En vertu d'ordonnance de M" les O 0 :iers de la Sr.C-
chauff4e de Jlimle, il fera proccd e1 SamI ei que Von
cormnpera 17 Javier 1789, a la aire du Silge royal de


Sladit vill d ent & adjud;catilo sto plus offrant U
dernier encheriffeur, d'une habitation fife entire le Cap-
Dame-Marie & FIflet, paroiffe du Cap-Dane-Marie, jurn-
diction de Jhremie, contenant 58 carreaux de terre, fu(cep-
tible d'etre plant) e en coonniers, fur laquelle il n'exifle
aCuellement aucune plantation ni culture, mais feulement
quelques b uimens en tres-mauvais etat. Ceux qui voudront
avoir connoiffance de la carte-barnie pourront s'adrefleir
M. Lamandi 'lflet, ou a Me *Mathieu, Procureur i Jeremie,
I M. Bec, fils aine, a 'honneur de donner avis que pour
des motifs particuliers, fon commerce a continue jufqu'a ce
jour fous la raifon de Bec fils; mais qu'a computer du pre-
mier de ce mois, il continuera focus la raifon de Rec anid.
Ea vertu d'ordonarce de la Shnkchauffe de Sain:-Marc,
& a la requete du Chevalier de la Valette, Tuteur de fes
nevju & nieces, il fera, apres les trois publications &
affichies ufites, procede fiur 'habitarion de la Valette, au
quarrier de 'Artibonite, paroiffe des Verettes, le Mercredi
vingt-un de ce moist, hi'it heu:es du martin, a la vente &
adjudication, pardevarnt M. ie Senechal de ladite S6nichauffie
& en prPfence de M. le Procureur du Roi, de tous les
meubles, effets, hardes, argentarie, bibliotheque, Lijou'
prdcieux, diamans, confiflans en mon:res, bracelets, &
autres objets enrichis de gros & pa.its diamans de la plus
grande valeur, dentelles lines de table & de lit, chaises,
chevaux, d6pendans des fuceffions du feu Sieur Marquis
de la Valette, & de la Dame fa'veuve, decdea epoufa en
fccondes noccs, de M. Lefcvre de la Paquerie, compris &
efiimbs aux inventaires qui en ont ete fatis, a la charge par
les adjudicataires de payer ccmptant avant de d~placer.
i Les Siurs Saladin jrntne & Bourlon, fuccefleurs de M"'
Pouvier & Saladin, ont I'honneur de prevenir N M les Habi-
tans & Nlgdcians qu'ils viennent de recevoir de France
divers envois confidorables ce drcg.' ... que leSitur R1ourier,
de prefent en France, lzur a flit, & qu'il a tC 'a merne de
choifir, ce qui les met dans la poffibili,~ de donner au plus
bas prix & de la meilleure qualitY. On trouvera toulours
chez eux le firop de falfepareille compe@f defdits Sinurs
~ouvier & Saladin, & don't les chiquettes front fignkes
Saladin & Bourlon, pour kviter toutes contrefaqons; lis
pilules de Jacquet, l'eav antiputride de Baaufort, dragpes
de K-ifer & tous les ouvrages en gomme l1aftique du Sieur
Bernard.

Atat des Negres paves qu; do;vnt itre vendus A la Barre de
la Sinichaufe du Petit.Goave, le Vendredi 2 Janvier 1789.

Du 29 Juillet. Lindor, Congo, tampf fur le fein droit
PNANEAB, au-ddfous GA, Ag6 de 23 ans, taiile de
pieds i pouce.
Du 8 Septembre. Francfcfe, Congo, &3tmpbe MERLND,
au-deffous PD, agke de 2 ans, taille de 4 pieds to pouc.
Du 1o. Un N.gre nouveau, Congo, tarmpe fur le fein
droit, autant qu'on a pu le diftinguer, E, au- deffous
FCOUHH, & plus bas RANIRR, fg dIe =8 ars, t,'',e
de 5 pieds i pouce, ayant le pouce de la main gau.che
coupe, ne pouvant dire fon nom .a i celui de fen noAres
Do io. Francceur, Arada, tamp illifiblement, ag ." de
28 ans, tatile de 5 pieds 2 pouces, avant des mnii'qes de
fon pays fur le vifage, fe difant appzrterir a M. Sanrcte,
a Saint-Loiis.
Pagnol, Congo, etarrnp i)iifiblemnt, dge de 18 ans,
taille de 5 pieds a pc uce, tres-ven fur lft omac, te dif;mn
;ppartenir ai M,. bruncte, Sat-Lcuis.
-ppa- $6 e-


.4
4,
















?f
'. _












*' .
* / .''










S jtt des >7ret pl s qtui dol ent hee 'vndus la arrt du
Siwge Royal de Saint-Marc, le Samrdi to Janvier i789.

Du i" Septembre. Un Negre nouveau Congo, 6tarmp
fur le fein droit R.B, audefious ST. M. Agk de 25 ans,
taille de s pieds t pouce, ne pouvant dire fon nom ni
eelui de fon maitre.
Du 29. (h leks, Creole, etampe fur le fein droit, autant
qu'on a pu difiinguer, des deux lettres illifibles, GOAVE,
fur le gaucho PBALPC, les quatrieme & cinquieme lettres
Sentrca'd:s, au-deffous LE, plus bas HARIVEL, iag de
ans, taille dd 5 pieds ; pouces, fe difant appartenir a
M. Nivet, au Cap.

tat des gres Nre pavts qu' doivent ktre vendus a la Barre du
Siege Royal du Port-au-Prince, It Mardi 3 Mars 1789.
Du 12 Novembre. Bernard, Aouffa, tramp6 VIGNOL,
^ is de 17 ans, taille de 4 pieds to pouces, ayant des mar-
ques de fron pays fur la figure, fe difant appartenir a M.
Durocher, a la Croix-des-Bouquets.
S D a i. Twffiine, Nago, etampF BERTRAND, au-def-
fous ST. M. ag6 de 24 ans, taille da o pieds i pouce,
: avant des marques de fon pays fur 1e vifage, fe difant
appartenir i la nommee Pilagie, N. L. a Mirebalais.
; h Jean-Louis, Congo, tampere MONTEIL, ag de 24 ans,
t3iliv de 5 pieds i pouce, ramene de lefpagaol, fe difant
Si"'ap artenir au nomn6 Benin, M. L. a Jacmel.
Du I8. Francois, Congo, &tampe illifiblement fur le fein
droic, d'une etampe brfiee, & fur le gauche ALB entre-
laces, a.g de o2 ans, taille de 4 pieds 10 pouces, ayant
Ie5 l-vres rouges, fe difant appartenir a M. Auger, a 1'Ar-
tibonite.
Du i9. COefy, Arada, tamp6 illifiblement fur le fein
d" roit, -g- de 30 ans, taille de $ pieds 4 pouces, fe difant
api: rt icir I la veuve Maurice, N. L. a Nipes.
D ir" D zembre. Makaque, Congo, atamp" fur le fein
gauche F. GERAC, ag6 de 29 ans, taller de 5 pieds, fe
lilfajn appartenir a M. Jambon Habitant a Leogane.

D i PA ti r s.

r M. Bordes Sarradas, Subrecargve du navire L Mar;e-
('*:h.'ine, de Bordeaux, Capitaine Langlois, partira pour
Sarnce, dans le courant de F vriar prochair; il declare ne
i-n d clevoir dans la Colonie, & pre ie s d'-bi'urs a fa car-
g.'lfon, de vouloirj bien, avant ce tmcips, a:quitter leur
co':;" e. l e,
i, M. le Ch" de Ruffy, Habitant au Pert-Goa'-, pirt
i po'Wr Franc?, dans le courant de Mars prochain, & .lifT,
;".la Dl)rme cf:i poufe, & fon fr`re, cha'gs de fes atfai-res.
S i Le Sieu t Tinrier, Marchand Luith"r aux Cayes, fe
Sp-oNo)e e de prir pour France au mois de Tkrs proch-iin;
1 i prie les erfo'nn s a qui il doit, de fe printer d'ici a
c:tie poque, asnfi que ceUlls qui lai doiveCt, de nc pas
lui c.alcr d f retard..


R c rI to0


Au Dod M e rm


nav Ro o T


-; 1 L. v2r;u d'orronnance de MM. ls Admni"a-eurs,
fn (!a. du so [I) embre I78~, fur le t!.:nciatio.n dlu
SSieur Sini Bilard, Haabitant au Dordon, .& la rarctqu e
di P)ocure2,r du Roi de la Juridii;on de Saint-Maic, ;1
iak [,.,. ; i a peurfi:ite en riuniorn de deu. ticrains de


chacun milll prts cai~ts ta latte r dulte, Le premier
conckd6 au Sieur Antoine Pioche, le 7 Mai 1777, fitue A
la rivire des Orangers quarter de la Petite-Riviere ds
Gonaives, borne a F1eft de Madelon, N. L. chaffia:t t
l'oueft vers la veuve LafJert, au nord de la venve de (.Lvi.~
& au fud de terres non concedes. Le fecon accorded a
Louis Pioche, le ai Juin de la mAme annke, fitue au fufdit
lieu, borne au fud de la veuve de Clavin, au nord-elf
des terrains de Madeleine Coquiere, & 'a l'oueft des rterrans
non concedes.
I En vertu d'ordonnance de MM. les Admitraiareir,;
le Sieur Pierre Dugue, pourfuit un terrain de la conzenance
de quinze cents pas en carre, conc&dde Demoifellie Jeanne-
Julie-Filicitd Delangrend, le 14 Juillet 17S8, fi'u drns ua
paysnouvellement d&couvert, entire Baynet & le Petit-Goave,
lieu ordinairement apell4 te s Boucan-Mapou, born d'ur
cote de la riviere dite Raphael, vis-a-vis de Dnmoifelle
fa four, d'un bout de Madame veuve fa mere, & des
deux autres c6tis de terres non concedees.
i En vrtu d'ordonnance de MM. les Gaenral & In:endarnt
du 27 D.'cembre 1788, G. F. Nombret pourfuit en reunion
un terrain de mille pas en carr, fitue dans les do'.!.s
mornes du Grand-Goave, borne a 1'eft du Sieur Jean Marin,
chaffant a l'oueft, au nord & au fud des terres non con-
c.dtees. Ce terrain a kt6 concede au Sieur Lalodire le 12.
Oaobre 1772.
i En vertu d'ordonnance de MM. les Admnnifirateurt.r
en date du 24 Decembre 1788, le Sieur Barrere pourfuit
en reunion un terrain fitu6 i la montagne Terrible, depen-
dance de l'Arcahaye, concedk le 27 Mars 1786, au Sieur
Pierre Goguet, aind, qui ne I'a jamals 6tabli.
2 En vertu d'ordonnance de MM. les Adminifirateurs;
du o2 Decembre 1788, le Sieur Fourcify, demeurant au
Cayes, pourfuit en reunion un terrain fitue auTrou, depen-
dance du Fond, de mille pas en carr6, concede pour hatte
& corail, au Sieur Salvifort, le 20 Mai 1771 par tAM.
Nolivos & Bongars, borne a l'cft du Sieur Durertre, au
nord des Sieurs Trigant & Duval, a l'oueft & au fud de
terres non conced-es.
x En vertu d'ordonnance de MM. les Adminifrrateurs;
du 24 D&cembre 1788, la rommie Marie-Catherine dite
:Lcas, M. L. demeurant aux Cayes, pourfuit cn reunion
un terrain de mille pas en carr-, fitue au Trou-a-Bee
dbpendancedu Fond, paroiffe des Cayes, borne au nord du
SiLur Selvifort, 1'oueft de Deroifelle Anne Rorrat, a1a
ful & a f'efl de terres non conci~d&s. Ce terrain a e t
corc6dd le 1 1 Mars 1771 par M" No'ivos & Bongars, a
Dmoifelle E!'abethi Roprat.


EFF1ET8


P E R D U


- II a etc perdu une boucle de col en or, ovale, a qratre
routtes compof&es d'ors vert, ro:;ge, &e gris; l s trois
ardillons rounds, la chape a trols Er.c...a. Cux qui elle
fera prfen;:5, foet pries de la reternir & d'en do-;rer
avis au Sleur Sajlfienque, a l'rnprimcrie Reyale, a qui
oile appartient.
y Ii a ee perdn' entire Ie Port-au-PiT':r i3& 1a G-r d-
Rivi're une montre en or, gravure en (aile cl~o atta-
ch.e a un ruban. bleu ninr. Cenx qui la t ,'." ::;rt font
prids de la rerettre 'a M" LibJrail f-ir, 6* Di'jfiurc, Ngc-
,..:> ? e3 c ,ftC*e vile.
11 a -:e perdu ie ,o di no s rn -..rIr, :' Uore
iufIn:( I'Thbitation de Narbonne, un jonc de la ,lrgueurf


.4










d'environ 44 pouces, conleur un peu jaune; pomme en
or, ouvragee auburn, & prefque audi groffe en un bout
qua' l'autre, de la hauteur d'environ 18 ao lignes, ayant
deifus une trace au burin, le dedans uni, les yeux de la
canne en or, & pour cordon un ruban de foie blanc. On
prie les perfonnes qui en auront connoifance d'en donner
avis au Sieur Chaflagniot, Habitant a 1'Hermitage ou 'a M.
Jean-Jean, a la Grande-Riviere, ii y aura use por;ugaile de
recompenfe.
E F F T TROUT v .

3 1I a Ui trouve depuis environ trois femaines, au-deffus
de la Coupe, par un NIgre de l'habiration de Madame
Demo'nay, une paire de [.i-flets garnish en argent. Celui
a qui ils appartinnent peit s'adrffer Ma Boi.fonierc
Dc/fir, fur I'habitation Laboui appartenante 'a Madame
D.mornay; ii les remettra fi on les lui c"Ggn,, en payant
leq fEais du present avis, & ricompeniait la fidtlite du
Negre qui les a trouves.

D E M A N D E s.

3 On difireroit trouver a fire l'acquifition de ir a ao
teres de Negres forts, fairs au pays & principalement i la
mon:agne. S'adreffer a M" Tcrcien frires, Negocians a Saint-
Marc, charges a'en fire lacqufirion.
3 O dtfireroit achct:er 2s ou 30 Negres, & en affer-
mer un parcil nombre tous fairs au pays. Sadreffer a MI"
A. & J5 Bouble, Dupuy 6' Compagni, N gocians a Saint-
Marc, qui fourniront des lettres de change fur France en
payment des N'gres qu'ils one ordre d'acheer.

"' Art I R S ~ N C U A G R M I T.

3 Le Caton, de Bordeaux, Capitaine Vaque, partira
por ledit lieu du 5 an to F vrier prochain fixe ; ce
navire e(f d'une march fup&ieure, & tres-commode pour
)is paffagers. Ceux qui voudront y paffer ou charger,
s'adrefhlront audit Capitains dens fon magafin pres de M"
Eo;uvier & Saladin, Apothicaires du Roi.
3 Le navire la Marguerite & JAfiine, de Bordeaux, du
pori de 5jo tonneaux, pattira pour le.iit lieu, le 5 Fe-
vrier prochain prkfix; ce navire eft tres-commode pour
)es paffagers. Ceux qui voudront y paaer ou charger,
*'adrefferont a M. Lapauge Capi:aiae dufit navire,
c"ans fon magafin, rue des Capitaines, ou a M' Lafojffe,
Lap.ju c & Compagnie, Negocians en cetts ville. Ce naivire
cfl tres-folide & a fon feco:d voyage.
2 Le navire la Manett:-Chirie, de Bordeauxt, du port
de 40o tonneaux, Capitair.e Lamarque, partira pour ledit
lieu par-tout Fevrier pro;h.,in; ce navi;e cft neuf, fin
voilier, i fon premier voyage & tr't-comnmode pour les
pIfl ges. Ceux quii vouJrr.i y charger ou pafler, s'adref-
f:ro:r. audit Capitaine, en fon mangafin, rue Sainte-Claire.
2 Le navire la Saintonge,, de Bordeiur, Capit. Ardouiin,
pat tita pour ledit lieu d.j to aan 5 Fevrier prochain; ce
jnvime .11 trics-commoie pour les p;iffgers. Ceux qui vou-
Sont y pafier c:u charger i fer, s'adreiTfront audit Sieur,
darfs fon mrag.fin, iu2 des Capitaines.
s Le navi;e cle Calor, de Bordeaux, du port de 5oo
torntau Capitjine Mouton, pritira pour ledit lieu du
so au ti Fevrier pro;hair. Les perfonnes qui difireront
y ch.,'gr 4 fret, s'alrefferont audit Capitaine, dans fon
agsfi, oa 3 M. Gouges ai, Negotiant en ceitw vilk.


4A t'RMtD ft i.


2 Un Habitant Caffier difirant fe retire en France;
vendra fon attelier compof6 de quaranme a cinquante
Negres, tant Negres que NegreffTs, don la maj2ure parties
Creole, & le plus vieux nayant pas quarante ans. S'adteffer
a M" Martineau & Compagnie, qui donneront tous les d&6ails
qu'on defirera, pour les talens qu'ont ces enclaves, de meme
que pour le payment de leur valour.
Deux Negres, don't un ag de z5 ans, excellent macho.
quet, & I'autre age de 30 ans, excellent charron. S'adreff.r
a M" 'Laprie firres, Negocians a Saint Marc.
i Plufieurs tetes d'efclaves domeftiquis, du nombre def.
quels font une tres-belle Mul'a;reffe, bonne couturirre,
& repaffeufe, deux Indiennes, bones domcifiques & des
NMgrfies blanchiffeufes, don't une a une belle Creole de
13 i 14 ans, & un petit Negre, aufl Creole, de io aI
ans. S'adiefer a M' Salaignac, Procureur au Pott-au-Prince,
qui les vendra comme charge de la fuacedion du Kergoct;
il donnera des facilities moyennant caution.
1 Une habitation de la contenance de foixmnte-dix car-
reaux de terre, fife an pied de la montage du Rochelili',
quarter du Fond-des-Nigres, borne d'un c6tc de la cafei a
de M. de Firigny; ladite terre tft propre a la culture du
cafr. Ceux qui voudront en faire l'acquifiion po'urroat
s'adreffer Jean-Charles MAignan, M. L. HabitantL il
Colline-a-Mangon, quarter d'Aquin.

A VtNDRE O V A AFFERMERz

t M. Rouilhon, tenant boulangerie au Grand Goave,
itant fur fon depart pour France, pour caufe de maladie,
vendra ou affermera les okjets fuivans, i. une habitation
fituee audit quarsier, au lieu dit le Monffembe. de la con-
tenance de vingt-cinq carreaux de terre, fur laquelle ii y
envision 14, 5co :ieds de cafe, plants depuis un an, ties-
bien rtuffis, des vivres pour nourrir quirze Negres, une
cafe en bois round, couverte en paille, deux fuperbes forces
attenantes les batimens, & cinq t&ees de Ngrtes fits au pays;
2. une maifon fife au bourg du Grand-Goave, affermie
pour ciniq ans, pour tenir la gran ,-auberge; ledit Sieur
vendra le tout moyennant un tiers comptart, & les deux
autres tiers en billets accepts par une maifon de commerce.
M" les Habitans & autres perfonnes qui doivent audit S
Rouilhn, font inftamment pries de venir retire leums bonds
de pain & autres, d'ici ao i du courant, pour lui evirer
le difagrmrent d'ufer des voies de drci. S'a-ireffer i M.
Rouilhon, fur fon habitation au Grand-Goave.


A A F F E R M z A.


3 Une e-'e nmaifon avec fes d-pndanrce-, fire auj morne
de ioHpi:.al, connue fous le aom de t'ilelVeK s'adrfier
i Madame Chvreufe, qui en eft proprti~i~e.


A $ scA A s


SI M Ad t r o NA d S


2 Laurent, Congo, etampi fur le tin droir Mis D. L. R. J.
& fur lepaule droite L, ag. de 21 ans, t 1ie L pie S
2 poucfs 6 lines. En donner avis 3 M",' C'ov ie, ,voit
& Companies, Nigocians, ou a M' Tiul'c, fur '.bi'ati'r;
du B1connois, pris l'Anfe-h-Vveu.
SJean, Congo, tamper ill;ihlhr.et LA TOION. A,
Ag4 de S arns, tallie de 5 pieds i :uce, r-ap, la id .e


* : I


MA .,


r6T


- i


-'d
,.:"

.':)qf~

i.!


'..'^
"' i

!^
-, ',;

>^'


jog*^










A




.1~


r


a, peu grofTf, le nez plat, le cou enfonc6, la pottine large
& les jambas courts ; pari marton depuis le mois de
Jui!et. On le foucq)nne au c6 du Boucaffin, oh il a des
hebit'ides. En donner avis au Sieur Duthil, Entrepreneur
des charrois a la Croix-des-Bouquets.
i Rom.irz, Martiniquais, etampe MICHEL SUCHE, ag,.
de t6 a 17 ans, taille de 4 pieds 8 pouces, parti marron
le 2o du mois dernier. En donner avis aux Sieurs Noirot
fires, Machoquets & Charrons, rue iu Gouvernement.
Une ieune Multreffe ag4e de 18 -a o ans, petite de
taille, marquCe de petite verole,ayant le pied & la main
fort gros le fourire gracieux, parties marron le Sameii 13
du mois dernier, de ia maifon du Sieur Vauquelin, Etalon-
neur au Port-au-Prince. Ceux qui en auront connoiffance
font prifs d'en donner avis audit Sieur Vauquelin.
Une Negreffe etampee fur les feins DE LAVAL, agke
de 17 ans, d. moyenne taille. On prie les perfonnes qui
pourroient en avoir connoiffance, d'en donner avis au S'
Blondeau,l Hoqueton a I'Intendance.

Ir y .. .. '-C ... "

NOU VELLES DIVERSE Si

Du PORT-AvU-PRt NCE.,

O R D ON N A NCE

SE ~MM. L Es ADMINISTRATOR s

Extrail des Regifres du Confeil fupdrihur de S. Domingue.

MARIE-CH-ARLES MARQUIS DU CHILLEAU, &C-

ET FRANOIS BAR BE DE MARBOIS, &c.

DUvers imprim6s ont ete repandus avec profufion, &
publis come I'ouvrage d'une commiflion ch4rgte par la
Co!onie de folliciter l'a. miflion de fes DMputes aux Etats
gen6raux; I'affurance avec laquelle ces ecrits ont exprime,
comme le voeu public, des opinions individuelles fur des
queflions du plus vafte interet, a d';bord donned lieu aux
Habi'ans cux-rmmee, de douter fi de pareils pouvoirs n'&toient
pas nimanuis de que!ques uns d'entr'eux, & fi l'on n'en avoit
pas fait ufage pour induire en erreur des perfonnes recom-
m.i-nda!es per leur rang & leurs lumieres; mais bientot
on a fiit circu!er clandeftinement un mnmoire, pour lequel
on fo!i-cite de toutes |parts des fignatures, comrme pour
couvrir par cette operation tardive, 'irregularit. des aats
nian6; d:e la pretendue commiifion. Nous avons fqu que
plirieurs Habirans avoient donned leurs fignaiures U!brement
&. volo.ntairement, que d'autres l'avoienti accordce des
priecs & foliciitaioins, & enfin qu'un ttis-grand nombrre
avoit refiufi" de figner. Plufieurs de ces derniers fe font eu-.-
ine;nes adi2e fs a Nous, pour nous exprimer Ia (urp'rife
U:oe leur ci:-fAo;ent ces mouvemi ns, & nous inviter a leur
Fire conn':itre la volowom de Sa Maj. ft1. Une reque e,
revere c!'un grand nombre de signatures, nous ift parvenue
les HI-labirns y forment des voeux pour que Ie came don't
la Colonie jouit ne foit point trouble : ils timoignent leurs
alarms fur l.?e maux auxquls elle feroit expof6e ( s'il
p'-uvoit dcependre d'un noibre d'individus quelconque
~)d'adi.?ffTr a deux mille lieues des reprefentations I Sa
N Mjclaje aa nom des Colons, de leur fuppoflr des vues,


71 /
Sides defirs qu'lls f'ont pas manifeff;s de folAcI d pour
neux de pretendus avantages auxquels leur eloignement &
Sla diff6tence de regime leur interdit d'afpirer, & qui pour-
roient mme leur devenir funefies; de s'adreffer enfuite a de$
Avocats, pour en obt.rr une confuitation fur une queflion.
Spurement politique, & qui n'eft pas de leur reilort;
d'influer par une voie aufli irreguliere fur l'opinion pubi-
que, & de mettra, pour ainfi dire, le fort d'une h-minenfe
,Colonie a la difcrtion de quatre Jurifconfultes, q. i e !a
) connoiffent pas, & qui n'ont pas meme pris foin de s'in-
,former fi ceux qui leur demandoientune decifion, avoient
)mriflion, cara&fre & pouvoir, pour agir au nom des
vingt-cinq mille citoyens libres, qui compofem cette Colo-
)nnie ,.
D'un autro c6tr, la Chambre d'agriculture du Cap a
arret des representations au Miniftre, pour demanl'r que
la Colonie foit autorif6e aenvoyer des Deputes aux Etats-
generaux; elle nous a depuis, 8: en fuite d'un autre arrste,
en date du 5 de ce mois, fait une adreffe, afin qu'il nous
plit de donner fur Ie champ les ordres neceffaires dans totes
les paroijfes de la Colonie, pour qu'il fit inceffarmment 6r ,
meme jour tenu des affjmblhes, a i'cfet, s'il eroit trouvi con-
vcncble de nommer des Commiffaires dietcurs, lefquels feroient
autorifcas & tenus de fe trouver a d'autres aJffmblies qui feroient
partillement indiquies a bref ddlai, pour y Forter It veu de
leur paroife.
Les expreffions de ces arretes & requetes & de nombre
de lettres qui nous ont ete adreffes, nous ont fuflifamment
prouve combien les Habitans de la Colonie itoient partages
dans leurs fentimens fur la question important de la repre-
fentation aux Erats-gn&raux du royaume; nous avons du
prevenir les fuites de cette diverfite d'avis; mais nous
avons penfe, en mnme temps, que cette question ne devoit
point e&re determine par notre opinion particuliere, & que
fi d'un co6t nous avions les plus puiffans motifs de defirer
que notre conduit, comme Ariniftrateurs, ffit examine
par Sa MajEd1, ,environnee de fes Etats-generaux, fi nous
devious le lui demander, ainfi que nous le faifons, come
la r6ccrmpenfe la plus honorable de nos travaur, come
une jaflice & en meme temps come une grace diflinguee;
d'un avtre c6.e une parties nombreufe de la Colonie penkoit
que la reprefentation des Colons aux Etats-generaux devoit
f i e la maiere de 1'examen le plus reflechi, & pour no-s
fervir des expreffions d'une des requet-s qui nous ont etr
adrefices que, cette qurflon devoit etre igiee par S.z MAjele
elle-mime tenant les grades affiZcs de jon royaume, &, qve fJ
rlle itoit dccidie pour I' af.rmative, la dure' de 1' ffemble, oic
fes ajournemens pourroient prefenter un moyen de f ire jouir la
Colonies des avantages de ladminion,
Dans ces circonfl2nces nous avons dui chercher un point
d'appui que ne pouvoient nous offiir les opinions contra-
diAtcires & incertaines qui nous font parvenues ; nous
I'avons trouv6 dans les inftruions qui nous ort ete donnees
par Sa 'aj) Al f elle-mimen c'eft dans ce monument precieux
de fa bone qu'a la fuite des ordrcs les plus propres ~
maniffter la follicitude tendre & paternells- don't Elie eit
anrm e pour fes fujets de Saint-Domingue, Eile a diAe &
f;',. de fa main les paroles fuivantes, qui deviendroient
bientot notre cnndamnation fi elles n'6toient pas la regle
conflante de norre conduit; fi l.7 difl.re des licux, fi 'a
nature d'cs chi, 's exigent que les pouvoirs des S aers Marquis
du Chill'a:! Mat hois foient itendus c'el un diepri facre
cofid 1,* A dot le plus lger aIs firot aru
dl. U J.. :i ri ;QO'.V.t jLmais oiubl c'er, "


y


iI










I;


I;
3di


E"
*I"
b


[










SCcw-- oa:t ;r -A morid, fe,, be' nfafant; mals
.ce av:c f t', que i'autor:i ejt itl'de pour le bofuaur de
:o s o.Ion pour la fjtisLfJ:.on de ceux qui en font dlpofitaires,
6 ,e c',I fur-tout au.x Colonies qu'd eif vrai de dire qu'dllg
j,-i LhmJlhJs plus pfante que quand elle eft chric &r ref:ce,.
Si 4e, LOU'IS, & plus s LA LUZERINE.
.Qe ces exprffions touchantes de la volont6 du Souve-
raif ne ceff;nt lamais d'eAre notre Loi. A ces causes, en
confiquence des pouvoirs a nous confis nous avons
ordcnr- & o loronnons ce q:i fuit.
Art. i. Attend que les intentions de Sa Majefti, rela-
tivcn:en, fcit l'aI'dmiffion des deputies des Colonies aux
Ecats-". .raux du royaume, foit la form dans laqule
i1 conviendroit de recueillir les voeux & fenrimens des
Colons fur cet objct imnportant, ne nous font point encore
connkr, & qu'il peut neanmroirs erre utile qu'Elte foit
r.fnrie des defirs & des efperances de la majority deCdits
Colons, nous les autorifocrs & nols les invirons Mmme "a
nous espofer leuis demands par lettres ou par requetes
qCi nous f.:ont adireifcs des diifrens lieux de la CoaUnie,
fian qtu'tnles pui.ent cependant e re fignies par plus de cinq
F. ennes, faue de quoi el!es front rejetees comnme nulle.
2. L!fdites lettres ou requeies contiendront en fin de
c iA;ue d'icel'es es demands ou les fenrimens de ceux qui
les autont fignies, foit pour I'admillion foit pour ia rnon
admiufion, foit enfin pour s'en rapporter a Sa Majeflr &
la supplier de fire connoitre fa volonti chaque fignarure
Kra fu.ivie de la mention de [a paroiffe,du domicile, de
hauiraiiOan, du gcnre de culture, ou de la prof i ion de
celui qui aura fig-.,, faute de quoi fa fignature ne fera
sImptIe :1 ii fea ecuite formtn des 6tats frmmaires de
routes ki fignatures fuivant les trols claffes indiquees au
ccmmencnment du prefent article, & it fera loiible a tous
kes Habitans de ccnfulter lefdits atats ainfi que les pieces a
V'cpopui, IYeff t de quoi, le to't, dans le mois de Janvier,
S fka par Nous envoyD aux Secietazia:s des Chambres d'Agil-
Ci ;.tLre, pour y deneeurer en dep6t & il fera dans ledit
S ois flPatu6 par Nous ce qu'au cas appartendra.
3. L.s etties & requtes qui auront ite adreffes jufqu'a
ce jpar, to.uchantr 'admiA on ou la nca admifficn des
Diput's de la Colonie aux Etars-genraux, ne feront point
cci:.;rplfes dans leldi.s etars ommnaires ; mais ceux qui les
So .ign, es: pourront rnous en fair parvenir de nouvelles.
D'claros alles, de n l effect, toutes reque'es, memoires
I ou ics queccr.ques qui auroient pu etre oa feroient
tctllinet;i t prfen s aux HabirAns, pour Stre par eu
glils, & ne fkrorn iomrp:ees les signatures cbtiLaes fur
feldi s ecrits; mais front confideries come furp;ifes, 6&
en col- o' .unce-. tenues Fpour non avenm:es,
4. Df :cidcns conformreent aux lois & reglemens de
'~a tre, ceux
qui y affilera t, pourfuivis fuivant la rigueur des Ordoa-

Fior.s MM. !Cs O(Ecirs du Confeil uperieur db Sjint-
D,:io~.re, d'en r;erer la p.:Cente Ordonnance, & man-
dons 4 ceux des Jd.ididiots de tenir la nmin 'a fon executions
.ra Ia p;.-eate enrrgi Lrie au Greffe de l'Iniendanc,.
Dorree .aa ort-au-Prin'ce, fous le fceau de nos Armes
& "e ao-te-frct d2 ncs.-Sere:"ire s I vinfgt-fix du mois


de D'cembre mil fept cent quatre-vingt-huit. Signe'J DU
CH[LLEAU & DE MARBOIS; & plus bas, par M. le
Ginral, figyn B o a o nM M E par M. i']nteedAnt, fignd
MERCHANT.
Enregiflrhe au Greffe de 1'Intendance, 1 27 Dbcembre
1788. Et au Greffe du Confeil fuperieur de Saint-Domin-
gue, it 29 du mnme mois; Collationni find DUBEUFi
Grlefiir Commins.
Cop~rs dune tcure de MM. Its AdminiJfrateurs leurs
Riettifntan a 1Cs Offcicrs des Milices ae la Coionie.
Port-au-Prince, 14,31 D'icembre 1788.
Nous prefumzons, Morfieur, que.vous avez eu connoif,.
fan:e de divers ecits re arifs a i 'admiiionrx ou a a noni
admiflion dcs repr'fer-anrs de la Colonie aux Etats gn.e-
raux ; i!s on: done lieu a plufieurs requit~s & mcnio ies
oh les Colons fe font exprimes diverfement, fuivant leers
difpofitions & leurs opinions particulibres. Les uns nous ont
demand" d'affembler la Colonie, & de donr.er a cette
alflembtib une con.ftitaion don't is nous ont eux-mrnems
propofei- e plan & Ics details; les autres ont obfetve que
none autoriti ne s'e:endoir point jufqu'a I'exrcice de cc-t
a6e le plus important de la puiffance fouveraine, que d'ail-
leurs on ne pouvoir, en vertu du vcca d'une pattie d5s Colons
don't la proportion au tout eft inconnt.e, convoquer une
a fem! i e c, Ies uns ife endroient parcequ'eUe ferolt la faite
de leiss demands, & dent ks autt s sabiiendtroienr,
parcel qu'i s la regardeoicnt comrne iigale, & qu'ainfi elle
ne pourroit offrir dan fs e refultats que les vceux de ceux
qui i'auroie.t d.kmandee. D.~n ces circoritaces nous favors
ju,, a apropos de rnrenre Iordonnance don't joignons ici ca
exemp!aire. Nous n'avons point voula y exprimer nouti
fmCinin nt particulier fur ctce2 imiportaiiie queiion. Nous
avons penfe qu'en attendant les ordres d? S. M. que nous
avons deji foli~ire, nious deviorl nous boirar a recevoif
lEs dnmandes des iHbians, & que toie au:oiti. na dvoivci
:re rr.if en ,:.ion que pou. r patve3ir a conncir'e leur
vou Ilbre &p patriouique. C'cil dan tte vue qte ue e nous vo.s
prions de vouloir bicn vous .,. .' C.ir comme Oicir dP
5. Mi. de tout ce qui paibroet tcudre a inftlur fur le$
opinions. Nous daiioni cepndant que conmme labitant
propriLaNie, fi vous l'-Ys, vous voulez bien nous fire
connoitre voie feC.izmet dans les fo:imes indiques fa5
non e Ordonnrance.
Les 1ami,:res Crquites & ,letes q..i nous font parvznues.
concoure-r.- g -ncr :.f.n.i de~.n-r cil'i" : Nous pen-
ns Nou&,in, .qu'l conv,: ai i .tc de toute .cell qt'e
15-s ou; pr v'm f $
les conjonduras per..n c:.: d Naus vous prions de fire
coZincitre au 'L i...s q-- Nlous dfilonrs qu'ils nGou fa.,t
parvenir leurs leucts Qou requt.ss ai.il.ot qu'il icur fera po.-
fibe. Nou, avons aEiSi "ordanu}, que tous ceux qui ',-
ron: ferort mention i: roaits de leur paPoiTle, de lee2
dornicile, ihailttlon, pr ,:,onil &c. Ce~te pr caution etf
idiKlpenl'abl pa,.: prvenir i'abus d,! fig aturcs qui poulr-
r.-i-.,t ei., d-nr..i6es par des p-rfoi :n q. a n'ot ps drol4
de vo:er dans citrc .1,
Nous avons lI.ofnlur d'u ete avec un parfatt antacherent
AfliTuris, vos t: h:ambils & tu.-i obiffans Servirer:s*
Si, DoU C.-ILLATO, D o MiARB0L1


3
au


Pe
trc
cir

bo
Spr<
re(
les
d'u
ble
roi
fol
, lel
Sis
ter(

par


.'pru
I. on
fon
SC
ram


le d
la t





quel

kOC

e:re
com
les I


I
cn d
tnt .
tkunl
Anrhe
Fronc
l'a jal


we; prmiffnj' ds AMM. ls iGinral & Intrndant,


-~I~C~~d~i~' ~ils~- ~h9~r~~CI~LK:n~I V~~" ''"'~""~:',~:~_~"d~:~T';~t~L'~;;"~C~tt~









2


(N* ,.)


I,
I


SUPPLEMENT AUX AFFICHES AMERICAINES.


Du Jeudi ie Janvier 1789.


D PA t RAN C E.

3 E Sieur An Bertran Peiru de Villiers, Habitant
au quarrier de J eree, j inceffamment pour France,
& declare ne rien dev iL.'
3 Le Sieur Michel Laliche tenant la grande auberge au
Petit-Goave, &rant decide ~ partir pour France, dfiireroit
trouver a vendre fon fond, & a louer fa naifon pour
cinq ans.
3 Les Sieur & Dame Charles, Marchands Orf'vres au
bourg de l'Arcahaye, parent pour France au printemps
prochain; ils prient leurs creanciers de fe prefenter pour
recevoir leur payment, & leurs debiteurs de vouloir bien
les folder inceffamment pour leur eviter le difagrement
d'ufer des voices de rigueur. Ils ont a vendre divers meu-
bles & effects, ainfi que deux laminoirs, & pour-
roient s'arranger a l'amiable avec quelqu'un pour e1
fond de tous ls uftenfiles de leur &tat, en lui c dant aufdi
le bail ferme de leur maifon fituee fur ia Place d'Armes.
Ils donneront toute facility a l'acqucreur, & vendront trois
thes de Negres, le tout pour du comptant.
3 Le Sieur Imbert, ci-devant Negoiant a Miragoane,
part inceffamment pour France.
3 Le Sieur Nicolas Grenon aine, tenant boulangerie aux
Cayes-du-Fond fe propofant de partir pour France au
priptemps prochain, pour retablir fa fante, declare que
Ion absence ne changer en rien le course de fes afiLires per-
fonelles airfi que celles de fa boulangerie, ayant charge,
Scet eff't fes deux freres de le reprifenrer. I edit Sieur prie
Sv' fon prochain depart, fes debiteurs de s'acquitter incef-
Sfamment avec lui, & notamment ceux qui lui doivent por
fornriture de pain depuis nombre d'annies, pour lui vitcr
le di~eair'r-n: d'ufer contr'eux des voigs de rigueur, apses
la troifiem publication du prefent avis.
3 Le S' Delaunay. d meurant chez M. Dalefl ain', Habitant
a Mirebal. is, part pour France, & declare ne rien devoir.
a Le Sieur R. D:.ffur, part inceffamment pour France.
2 Le Sieur le Fbvwe ci-devant Capitaine du navire le
Conquirant, de Nantes, & refidant aux Cayes depuis
quelque temnps, part pour France par -tout le mois courant;
il prie les de-hieurs aux anciennes cargaifons des navires
l Conqudeant & la Marguerite, qu'il a gerees, de le payer,
come ceux a qui il pourroit devoir de fe prefenter pour
e:re payvs. It a a vendre, a grand compare, moyennant du
comptant, la maifon qu'il occupe, fes N'gres domefliques,
les meubles & quelques rtftes de marchandifes seches.

RiUN ION Au Do MA INE DU RO T.

1 En vermu d'ordonnance di MM. les Adminifraters,
en date du 2o Decembre 1788, le Sie'r Jea'v Pebarte, Habi-
tant au morne a Gayac, quarter de 1'Arcahiye, pourfuit en
trnn:on, au norn de fes quatres enfans nornmms Jean, Franfoilf,
Anne & Sophie, un terrain firtu au lieu dit le morne Gayac,
concede le iz Juin 177 au Sieur Michdi L cci qui a"
I'a jamais etabli.


E En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiffrateurs,
en date du 17 D&cembre 788 M. Peyri Medecin du
Roi au Port-au-Prince, pouruit en reunion un terrain pour
culture, de mille pas carries, fitue dans ies hauteurs de ia
riviere du Cap-Tiburon, dependance du Fond de i'lle-a-
Vache, born au fuud de ladite rivi're, pregnant pied a la
borne de M'"' de S:vri, aux droits d',Alexandre Lamouffaye,
chaflant a 1'eft en temontart le long de laiire riviere pour
larger, & au nord pou.r haurcur vers la mootag'-e rerres
non concedees Ledit terrain a Ete concede au 5' J~fph-
St.anijis Fergon,, le 9 Novermbre 1771.
SEn vertu d'ordonnance de MM. les Adminiflrateurs;
en date du 26 Novembre 1788, le Sieur Dlpont, demeu-
rant aux Cayes poorfuit en reunion un terrain conceid
au Sieur Picrre- Jofph Trigan, le 29 Juin 1770, fiu- au
quarter du Tioul, dpendance du Fond, paroiffe des
Cayes, born0 h I''it, pendant quinze cents pas, du Sieur
Duval, chaifant aufli q-uinze cents pas dans les terres non
conc6 :es.
2 En vertu d'ordonnance de MM. les Adminirfraeurs;
en date du 17 D.'cemL.re 1788 M. DEbois, Dot:ur en
Medecine, pourfuit en reunion un terrain d. la cont:nance
de quinze cents pas carrs firue dans un pzys nouvelle-
ment decouvert centre Baynet & le Pe:it-Gorve lieu dit
ordinairement le Boucan-M-pou borne d'un cuoe de li
rivibre Raphel d'un bout du S' Ddingrene & de defit
cors de terres non concedes. Ledit terrain a 6te conci'd
a Demoifelle Lowife-Franco;fe Delan.'ene le 14 Ji.ilct 1-;3.
2 En vertu d'orioniance de MM. lIs A.imini;fr.ate;rs,
en date du 20 D>cembre 1788, les Sieurs 'yyru be per,
& fis, pourfuivent en reunion, dLux terrai.-s iituis a I'
ravine a Pout-de Bois, dependance e Mirnbiis, corc:.'s
1'un le 25 Janvier 1725- an Sieur So;ijos, & i'autre le
8 Septembre 1753 au Sieur Pedron, qui ne ls ont
jamais 4tablic.
2 En veitu d'or'eonr-c? de MM. les A minii~ra-eursi
di 1o Novembra 1787, la Dme Chicot, drIneurante a
Mirebalais, autori're de fon mari. pourfuit en rdunion, un
terrain fitu4 au quarter de Mirebalais, lieu dit le Boucan-
Fougere, conr-'7:,nt qUi.nrz cents pas ea care, borne d'un
kout de la Cr :e-de-Foughre, d'autre bout les deux cbo. s
terres non concedes, accordC pour hatte au nomme Gil/er
SFequiwre, le 12 Odobre 1740. Ce tEtrain flt .diueilem( t
born au nord du Sieur Jean Chicot, au fud de )a Veuve
requiere, a l'eft du Sieur Francois Laicroix & h l'oueft dit
Sieur Pierre Brunet, & c'eft par errgur, que la D mi:
Chicot I'avoit annonc6 fous ct'au'res abornemens dans les
Affiches des 17 Novembre, 4 & t Decembre 1788.

S A L o U a.

2 Deux magfirs, une chambre haute, & tlers d.n:!a -
ces firus vis-a-vis la Comedie, at coin des rues Royale
& des Front&forts, aCsqellement o-cupes par M. Gud'ir,,
Nigociant; on louera efdits magafins pour le cinq Fivrier
prochali. S'adreffer ia N' Girauit, Curazcu Zrx Vacances.


&a- i


..... S .... i" '"'S 'S --: ----'-"^ "*--*-:-1-- m- i- -- ---I---- "-- --


I

1







/


- ____ -a~rn~r*~nan f~~r- ~"r, 9xnc~rI-*"~U~I%~PZ~l*t:r


NOUVELLE


LI -'V -t-


.R 0


NV


1789.


Poids du


24 onces.


D U POR T- A V P R INC E.
O RD ON N ANCE

Concernant Its Ponts a confiruire far les canaux d'arrofage &6
des eaux deflind s a fire tourier ies moalins, 6' JiLr celles
des fofrs d'C'go;ts.
Du 20 Novembre :788.

Extrait des Regflres du Con/il fupiricur de Saint-Dcmingue.

ALEXANDRE DE VINCENT, &c.

ET FRAN OIS BAR B DE i AR BOI &C.

J~ES cultures de cette Colonie exigren que les chemins
publics foient traverfcs par nombre de canaux ; par-tout
ch ces canaux ne font pas couverts, les Hibitans font expofis
a des retards dans le tranfport de leurs denr&cs, & les
voyageurs & des accident frequesn. Dzs ponts iont le feul
moyen de preverir ces inconvcniens, & les conftruRions
de cetie nature qui ont dL"a eu lieu en plufiurs quartiers,
ont procure aux H-abitans des avant.ges q-i les di~domma-
gert am.plement des d2penfes qu'elles leur oii occalE.nnCes ;
il nous a ete repreffnt6 qu'un grand nombre C'erotreux
avcient n.glige de conftruire ces points, tant fur les eaux
qui fervent i teurs arrofages ou leurs moullns, que liir
les foftfls d'egoits traverfant les grand cherni.ns ; cquil
feroit a piopos C'en ordonrer la cor;fnt:cion fur les rojtzs
qui front outrites a Iavenir, ei fi que fur celkus qyi
exiilent p:tfcrntemenr, & de Icur donner une plus granr-e
largtur I.r'que les ch:rmirs poiuont la compoc~er; e fin
qu'il pourroit furvenir entre divers Haibirans des conumefitions
a ce fujt, & qu'il importoit que les 'T;-bunu; crdcir.ali.s
Fuffent en etre regulieiement i.ifis.
A ces caufes, :c.
Art. 1". Tcus propridtaircs d'cn ou de plafcurs <.anauz,
ou fcfLis d' .gk:s tn verf-.r l:-s chs.aniis publics, c~ver-r
cuu ou.rrir, leurs f,.dss de proc0ra:ion1, f'tnie:s on
aut: s ayant cauft', fe~ont tenus d'y Lire coluniruie des
points en maccnnr erie, qvi autont tiente pieds d'ure ouver-
ture a l'autre, a mcins que le ch:irmin ne foit plus ercit,
& audit casi!s ris mpli:ront toute i l g.2ur du clihmin ; ils
front proportionni& dars leurs attcs dinenfions a la p.nsL
& au volume des eaux ql'ils devrcnt recevolr.
a. Ld.di:s p;cn:s front cojnfluit dzlns 1'elpi.ce d'.n an,


a comptcr du jour de la publication de -la pr'fente ordon-
nmnce; ils ferontr erfuite entretenrs en bon &rat & reconf-
truits, s'il efiZ e r& Li:fire, par lef:iits propit aizs, e toct
Speline de cilq cents livres d'ammnje, d'?re kfadires
col;t"ruA.lons & entretien faits i leurs fiais par l:s Ectrc-
pren.eurs ou Ouviicrs quC i fr.n1: in.Lra.;.t par le ,J-C ds
licuy.
3. Les I .:...s ne feront point tenus de changer o
aggrandir, en cronormite de l'ar:nci preii:r, ls ,pornt
tij i exiftl ns & do..t les dime:f.or:s fI:roinrt i-.::e't9 Ct
cells prefcriti s par leuit arti"de, m"as q,7l! ,n- co"-:
t2{e par proc- e-vrbal, drLa pr r ia VcyVr, pri c..c,
des Pa tiis ou el s daumlent Zpptc.,3, qte h" vol. publn's
fi r lefdits ponis n'"ft pas ;,fp z l.agi poour que cs voi.i2:.res
y pafrecrt flns inconveniens; tferonil, au furplu; les dir:isn-
lidos ordonnes p;r I'aricle premier ci-dls, e.inn
obferveP s en c;s de r.,on.iu.lo,; .
4. 1,2s ihbitans front tenus de prolonger arant quil
fera ncce(fAire, par des remblais en terre, ls, rainpes dc':its
points, & de tenure le chemin auffi fcile aque le loc
pourra Ie p.rmettre. Ceux qui, a ct~r occfiona, auroct
aban-onne les anciens canaux, pour done, aux eaux urn
diteCion diffitrente, front tenus de combler lefdits canauz,
& d'en Clever li fol au niveau du chemia, e tout a peine
de cinq cen:.s liires d'amende pour cheque ccntraver:cin,
& d'etre I~s travaull fairs i leurs frais, come il eft dit a
Y'a: ice 2.
5. Le Vo ':r prindpal de cheque JuriJl i'on fera tous
les ans, d:rnIs les tos prernmirs rmo.i, fa tour:ne dans toute
i'etendIe de for dCpr'. meant, & nous rendra conipte dr
lexecuiicn d.i la p-rfeate Ordo?"ance, & en cas qu'il fe
trouv1t qu2'.qucs proprietairs ea retard, il en dreecra
proc -veba', fur le vu dudit p3rocs- '.1 7 l'. & Ie requi-
fitoe du in er e public, .ilits co." .t; s, rpzc-
taons & r(thL.bl-;is fcrcnt oroCnims & fEiiS aini qu'i l
peic't pr i'aric!e 2 ci-dcTu3, fans p-rcjudice de iam2ne
(de cinq cen- s li'Vrs qju Lra proaionce p Cr le Juge, 2&
fLns qu'cdle puifie, Cdans aucunl cas i5, e Crt:i comil
n"tirto .
6. Les conrehatons qcui pourront fur"?e~r'Ir l~cccsic,
d6 dits poiis e:itre Jis 1 li.b:itzs I rs r..prrEntaans oU
ay.nr cafd, ferc onit p-, d.vant i,5 Jufs o :-liies-t>
par appd, au Confitl iup.hieur. L-- aerne:de1s & conda.n-
naiIons fercrt aufiE prono ';: ds p.' r lefd'i:I s Ju,-7es.
P1l ons r," les C ider.; du Cof;i f(iuieur d, Saint-
Donmigue denr~g;trer la prMjee Os In, .' C acndons
i ceus de Jurtdil,'ons de tenir la inain fon eoCution.
Se:a I prtf'e enregiir au Gr( ik de l Intenaice.
E(rgii-ce aQ Gt.il de l'I ntendac;2 le 2 Noi I cp.:bre
17 9, -I. G;e- du C... ..l fu r ddu S..:'. s:) ,~gue
Ie 24 du n"ie inc


ABuaamemeoil


M


R


A?


EZ
.vi


J rx.


Jr)


S ~CL~2tr7


.u T rC









t ro~


0 R b 0 N N A N C E
'Co.ncernant la police des Quais, le Commerce des bols, le
tranfpoit des marchandifes 6* dicombres, 6' qui enjoiint a tous
Prop:'itires de malij: ns 6' de terrains pour emplacetmens fur
es Quais, de fire les remblais qui font a leur charge.

Du 26 Novembre 1788.
Ext,'at des minutes du Confeil fupdricur de Saint-Domiigue.


SLEXAN D R E DE


V1 CENTT, &C.


FRANCOIS IEARBE DE MAR B O I S, &C.
Des Places &rendues, d. vaites Quais ont Ct& forms
dans la ville du Port.au-Prince, fur une plage couverte,
ii y a peu Ci'nrdes, par les eaux de la mer; ces ouvrages,
fruits de i'indafrie & de l'a&ivird des particu!iers, autant
cue de la bienfiifance du Souverain, conaribuent de'ji 4
rendre les quarters voifins plus fans & a faciliter les mou-
vemeas du Commerce. Les Citoyens qui pofsedent des
r:aifa~ns o des emplacemens le long de la mer, & qui
font encore en retard de les fire remblayer, doivent con-
courir, en cor:formi-n de leurs obligations, l'eaxcution de
c .s en-,reprifes, nais les vues du Gouvernement feroient
fruilrcs fi nous ne prerions des ir~-res pour affurer a ces
travaux une utiitc permanenre. Nous devons mettre d'ailleurs,
les Admini-.h.ateurs qui nous fuccideront, & nousmettre
,ous-r~mcs i' flabri des furprifes & des nouvelles demands
qui po;nrient nous erre faites, & il convient qu'une pro-
p'i6re publiq: c nue puiffe er;e concedee a des particuliers,
jufqu'a ce qu'il plaife a Sa Majc!E"i Elle-mrne d'en ordon-
rer aut:ement. D'autres confiderations non moins impor-
tantes exigent ciqe nous l1oignions de la vile .du Port-au-
Prince les chanziers de. ois, fans prjadicier cependant aux
faci.its du Commerce. Enfin, Nous avons jugi neceflaire
de prendre diverfes r.fiures propr~es prCvenir i'infalubriti
de 'air, & procurer de n;iuveaux advantages aux Habi-
vans. A ces CAUSES, &C.
ART. er La Piace qui s'tend depuis le Magafin g.nP -
ral 8: clui de 'Artiieiie, jfqu'a la la mr, appel)e Quai
du Roi, & la Pla.e qui s'avance dans la mer & fair parties
du Qcai de Rohan, ne pourront &tre conci~des a des par-
culiers, pour y bitir, ou pour toutes autres causes quelles
qu'eills piffent eire; r6ervcns expreflfment & fplcial.!-
mrnr.t le Quai du Rc:i pour i'ufag de la Marine de Sa
Maji-fts, foit en pari:, foi e:n guerre, & aufi pour F'ufage.
F& lEs mrouvmc:is du Comtiifre, lorfque les circonftances
& le service ne s'y opp :Fcont ps, refervons le Q:,i dvi
Rohan pour I'ufg, du Comrnm-rce, ians que i'on pufit ,
en aucun c:;s, lever dcs n..if:,lns. ou barraquss fur lefdits
Quais, & fur tous 1es s a'utrs qui ornent cet:e ville i 1'oucl ,
4 p2I3r.e -e o CCi tion & de ccnfriication du o materiaux, au
rcfit de r etablifYirmnt de la Provilenc?.
2. Pour que peri c.-e nEiC peii: pr nire caufe d'igno-
rarc c il fie- plan:e dea. born,, '.r iefXiuellts fera inferit,
Q:i. du Roi, iune:, i'angle fad-oudft du Mag~fin gt.-
X-al, ur, a l 3iangSl noI-oiiII du MN ain de FAr- -
ileri, n..c atins, voul.an. dr;.ta. au Coimmerce toltes
ics faciiits qui fon: en no:re pouvcir, ncus ne rtfery'ons
de c2 Qai 'po'ir Ie dc rqm t diJis objets relatifs au
fevic de, Sa -j.'t; en .:rp:. de pa''. que la part'. corn-
prife entire le pr lorgee.nt de la faciade au fud du .'..dgiai
tu Roi, & la poinr:e die Ca!e du RIoi, qui tcrmine ce
Quai dacns le fud. I1 fera plar.-. cet eff.at ux ptnux
fY iiquels fr idir, QJA aszRia FO L S.-ic:


DU Roi anfi qu'Il en a N uf1 fur I ^uat de Rohai ,
dans Ie proiongencum 'I la rne de Bonlufoi, leifuelle
partiesde s e QudiS u .Oi & Rohan continueront etre
uniquement refervees pe" l service de Sa MljeitN, fans
qu'aucun baucmcn cu cda du Commerce puiife y abor-
der, a moins dena avcir reiq de Nous une peimiffion
fpiCiale.
3 Aucun bitiment quelconque, navire, accon, chaloupe
ou embaNquatioa, ne pourra etre amarre aux pilots qui
forment la devanture du Quai, fous peine de trente livres
d'amcnde par cheque contravention centre le Capitaine,
1s Patron, ou ie Proprieraire, & de r6parer tous les dom-
mages qui pourroient en refulter.
4. Def.ndonm a tous particuliers de fire d.pofer aucunes
marcha.ndifes fur les Qaais de la ville du Port-au-Prince,
& fur lefdites Places, fi cc n'rdt pour etre- tranfportoes
de-la dans les Magafins, ou envoyees i leur dcftination ,
auquel cas elles ne pourront y refer plus de deux jours,
a pine de confiscation. Enjoignons au Capitaine de Port,
& a tous Officiers prepof6s aux Quais, de tenir la main
a l'e.x;cution du pr6fent Article, & de nous rendre compete
des contraventions, pour e:re icelles denoncies au Procu-
reur du Roi, & e:re par lui requis ce que de droit.
5. La term fixed par l'Ordonnance de nos PredcefTeurs,
du deux Avril mil fept cent foixante-quatorze, enregift'.e
le quatorze du mcie mois, pour la confe&ion & le rem-
blai des Quais de cette ville, etant expire depuis nombre
d'annkes, 6S plufilurs concoelionnaires n'ayant pas exzcute
la clause particuiiere & fpiciala focus laquelle leur terrain
leur a et accords; les peines portees a'l mine Arnicle,
& qui ont Cd prononcies par les Juges, n'ayant prefque
aucun effect, Nous croyons devoir en renouveller les difpo-
fitions & meme ajouter une peine plus forte centre les
refrataires. Ordonnoas en confequence a tous les Propri&
tires d'emplcemens fur bs Quais, d'achever dans i'efpace
de trois mois, a dater de l'enregit1rement de la prifente
Ordonnance, tous les remblais & eflacades, atuquels ils
ont & i affujttis par leurs tires de concelion, & fi, pafiT
ce terme, ils font encore en retard, ii en fera dreffi pro-
cs verbal par le Voer, ou les Officiers prCpofes ala
Police & aux Quais, & il fera procede, aux frais defdits
Proprietaires, la confedion defdits remblais & eflacades,
pour le payment defquels is front constraints par toutes
les voices de droit, & comme pour las propres afiTires de
Sa Majefl6; ii front en outr, condamnes en quinzs cents
livres d'amende, par les Juges qui en doivent conncitre.
6. Les alignmnerns de ces quais, front dor.mns par 4.,
le Director g6enral du Geniea ou en fon abfence par les
autres Odiiciers de ce Corps, lefquels infpede-ront i'ex6cu-
tion des travaux, & s'affiueronr s'ili font faits avec exac-
ti:ude & folidite, & dans le cas cu les p:opiitaires ne
fe conformerolent point anx ordres pu'ils ,e:-ewvo~t a cet
igird, ii fera procdeb, lteurs f.ais, au redreffmrnent des
al :gcemcns changemens de bois, & tout ce q'ji .ou;:Oit
rcis.re une onf;tricioia folidue (& e.lkeie, feu tebate &
change'.
7. Tous Propri:naiies qui ccfferoat d'entretenir ies pilots
des parties de Quai qui les con:c.;neroat, f-ront condamnes
Srtrois cetsr liievis c'armcnde, & il fera de fire uommtn
d'(ofi-e par Ie Juge, des Ov,:iers pour proceder aux conf-
trtucjios & rCpjrations nog1;:.;s & ce aux frais dei"its
Prop;:i.ur.:r, de la ran&e m:.ire & aiiiii qu'il eft dit a
lAnricle V. Ils front de m3me tenus de rnaiunenir les
rtmblais dfJdies paties de Q uai, la hauteur qui Isas


'I
'


I -
ir
i:~
i:







:
-
I
: 1






t
r
I
d


IldF~'
''

i
i:
''
E
I





7
1
.-

i-
1

1

1
1
i
i
I
i

6









leras exp par tin Ofnder du Gene, & cntri~nts a rechar-
ger de faite ces remblais au premier ordre qui leur en
fera donned par ledit Oflicier, fous peine de troil cents
lives d'amrnde, & de voir proceder a lurs frals k l'exe-
curion defdits travaux; moiti6 defdires amendes fera appli-
cable a la Providence, & I'autre moit au Voyer.
8. Les Propriitaires, affujatis a la confe&ion & entre-
i en des Quais, front tenus, chacun en qui les concern,
de faire paver cans fix mois les rigoles qui leur front
defignies pour 'ccoulement des eaux & ce fuivant les
: iveaux & dimensions qui leur fetont donnas par le Voyer
[: de la ville. Les rigoles traverfales fur les Quais, qui front
dans le prolongement des rues, front 6tablies fur un fon-
': age de magoniaeie de deux pieds au moins de profondeur,
f; r fix de larg.ur, & quarre-vingt-dix pieds d'etendue des
angles des gaileies vers la m.r ; ceux qui font tenus de
fire les rigolcs ci-deffus, front tgalement tenus de I'en-
tretien du pav, d'icelles. Le Voyer veillera i l'entiere ex&.
caution du prefent Article &8 caux qui auront manque i
fire lefdites rigoles dans le temps & conformement aux
dimenfions preicrites ou i les entretenir front fur le
procks venial do Voyar condamnes en trois cents livres
Sd'amede, applicable come celks de 1'Article VII, pour
Schaque coniravention & lIs Iigoles front faites ou repa-
ri ees i leurs frais.
9. Defendons a tous Particullers, Capitaines de navires,
S Marchands de bois & autres perfonnes quelconques, de
S dpofer aucuns bois de confiru&ion, ou a brler, planches,
douves de tonneaux & matiuees combufIibles, ailleurs que
dans les emplacemens qui front determines dans le fud
Sde la batteries Sainte-Claire, a I'oueft & au nord-oueft de
la batterie Saint-Jofeph, & ce, i commencer au premier
Mars de I'annee 1789.
Exceptons nbanmoins les marchandifes & matdriaux a
Srufage des particuliers, lefquels front enleves a mefure du
d&barquement, on au plus tard dans les trois jours, fous
peine de confiscation & de trois cents livres d'amende
Applicable come 11 eft dit deflus, ainfi que le produit de
la vented des articles confifques.
io. Pour fournir au Commerce les facilities convenibles,
1 i fera dlivr' dans les emplacemens fuf-d fignds pr' s des
batteries, fur les cinquante pas du Roi, des conceffions i
titre de jouifance perfonnelle, chacune de deux cents toifes
quarries a tous ceux qui, en format leur demand, j uri-
firont qu'iis font le commerce de bois ou qu'ils font
entrepreneurs de ba:imens, & ceux qui, apres avoir obtenu
les conceffions fufdites i Fleffet d'en ufer pour le Com-
mrerce des bois, cefferoient ledit Commerce, perdront leurs
droits a ces emplacemens, qui front de nouveau concedes
.pour la nmme destination & ce d'apres le certificat de
l'Arpenteur, & fans qu'il foit befoin de fire d'autres pour-
Tuites pour en effeduar la reunion.
II. Tout comrnercant ou entrepreneur qui voudra obtn-
Sir un dfdits emplacemens deftines i fcrvir de chanuer,
s'adreffera ia lArp:nteur gneCral, qui lui delivrera un cer-
iifict, en vertu duquel Nous lui accorderons une concef-
S fion en joulfTince, & fur le vu d'icelle, ledit Arpenteur lui
affigniera feo local & en pofera les bornes; avons rigle
a trois cents livres le falaire dudit Arpenteur, & moven-
nant ladite fcmane qui lui fera payee par chaque conceflion,
il fera teau de payer l:s ouvriers de fouair les bornes,
de lI. fire p'acar, & de remettre au con=ciicannaire un
S lan de ion emplacement.
S 1z. 11 fera dreff- par M. 1, DireS~ .r l.cal du Genia


'I
un plan general defhts ,tip'aebamens', au~ic' Arpentwar
principal fe conformera pour d~livrer fes certfiicats; i! y
fera d'figne une referve fufpian:ts our I'udge du FIu'!I
& des navigateurs qui re voudront pas dps ofer lur bcii
fur les emplacements conceds auz particu!iers. Cc. pi:n fL
depof6 au Greffe de l'Int.ndance & a celui de la Jhridic-
tion, pour y avcir recounts au bdoin.
13. Il eft erpreffimert defendtu a. i e cnc:i ionnaair defd't
emplacemens pour chantier a bois, d'y confiruire aiicua
baWiment en pierres ou a deni.ure; its pcurront feu!r.eent
lcger des gardens dans des cabanaes de bois fur rou'e'tes,
& fer*it lefdites cabannes d~montees au"Lot qu'dils cI t-
rout de pouvoir rouler.
14. Ceux qui voudront s'avanccr dans la mer par de-
rermbais en avant defdits chantiers, ne pourront 1- faire
que de notre conteteement, & myennant concefivin pour
jouiffance feulemrEnt en la forme ordinaire.
i5. Au moyen des m.fures prices pour enlever tous les
d6pbts d'immondices forms$ fur les quais, & les maintenir
dans un e~:t conftart de proprtet, defendons 3 tous parti-
culiers de quelque quality & condition qu'ils foient, de
porter a l'avenir fur les quais aucunes ordures, copeaux,
ou matiere de remblai quelconque; ne pourront lefdite.
mautires ere parties qu'aux li.ux ci-ap:es indiques, favor
dans deux accons, f'un place au quai dans le proiongemen:
de Belair, & I'autre dans l'angle interieure du quai, entire
les rues Bonnefoi & des Miracles, & dans un entourrage
en planches, place au nord du quai dans le prolongenment
de la rue de Provence; chacun de ces points fera d'ailleurs
d6fign6, ainfi que lefdits deux accons, par un poteau portant
pavilion jaune, & toute contravention cet ordre, & tous
d6pot d'ordures cu immondices fair ailleurs que dans lefdits
accons & entourages, fera puni par l'emprifonnement des
Negres, & une amende de cinquante livres qui fera pro-
noncee fur le prcces-verbal de 'Infpecleur de Police & de
fes prepofes, & payee par les delinquants, s'ils font libr s,
ou par les Maltrcs des Eflaves.
16. Seront lefdit ac cons, cet e Rfft, onflamment arnard
res aux quais ccp.is cinq keures du ficr jufqu'a neuf hieures
du mrrz.a &. garnish de planches volantes, pour que les
Negre3 puiffent en approcher avec facilli, & y varfer leurs
pamiers, fccaux, bailles 8& caves aux heurcs indiquees,
tant du jour que de la nuir.
17. Tous les deblkis provenans des dimolitions & conf-
tru&lons des batir:ens & fouilles dans les emp!ac:nens,
ne poutront ete tranfportu que par voitures & aux frais
des propiitaires, dans ies endroits qui leur front fuccc"i-
vement indiqus par le Voyer, d'apr&s les ordres du Direc-
teur giinral du Genie; les accons n'etdnt uniquement
defiines qu'a tranfporter des immondices & a maintenir
dans la vile la propreth & la flubr;ite de Yair qui ea
rifult era.
1~. 11 eft expreffement d,-.dcda I tout particulizr d
fire ia i'avcnir verLr cu l'a..r dans les rues, t rigals cu
plces -acenfeae d'ordus ou irr.0od'c. s povens
de 'Pirstiezur de leurs mrafons, i i lur efl eniciut i cet
igard, d~; veillr a ce que itoute ies parties des rues q.i
ornefpo.nd:ent leurs implacemens ifnt ni.inicC.ue dd1ns
le plus grand ir, de piopi;e: f)lus piine chaque cn-
travention cd'Iie amended. de quinue livres, laquelle e(ra
proionciCL fur I p:.C verbal de int: E.... .ts
de Policr?.
S190. Esoiggnons tous plart ul:rsT la pus :a:.- ait,.n-
tion iaKr la propreti mi.,,ncic d- j>urs ..,,,lceuns, ,


ipv








c-" ne pa;v'y aHT.. I I.' -,.,' !ki elu, fous pcine dL trente-
trois livres d'ame:ide qui fisra prononca fur la dnon-
ciarion de lp i ur ou dEs Exempts de Police.
so. Dc.3..dos dJ'!ever & nourrir des cochons & cabrits
ndns ,'imntri-ur de la ville, a pein.. de cinquanat livrass
'iamene, & tou'w l.s ianimuxc de cotre efpc. q i front
trouvi s v A.- a.1 faIns co0:':. ur cd ns 1's ru".,s po rtro t
e.ie fuai,:, & fro:ti par le Jug a-dJj.g cd ui qui les
a-ra ariccei. D'fEmno:a3 paren:lln di ldif2tr v1 ;cci dans
la vifle, kIs chevaux, m 21ts & b-s3, a coe:ne ; a tous lens
animauI touvMs vguant fans c3nr..' '!r, qu-,Is qje foient
les miAres, ieront con.iuis 1 'i$ s los prifons de cette ville,
confjrmeiteat au. reglemans c.C',:.ra :t les animaux paves;
rav'x1onIs toutes psmirirnrs co-iraires av prifet article
qui au.oient p e:re aco'i.es aux Cavaliers de la Marle
chauffae, ou tous autres.
21. Enjoignons a tous Propr;iraires ou Locataires d'em-
placemens, d'enlever touis I s cious & verres cafTh qui
pourront fe trouver dans leflires rues, paffags ou glteries,
d5 to.jt Proprietaire o;i Locaaire qui aura laiffe des verres
caTif. dans la parties d. la rue correfpaniante i fon empla-
cement, fera co.ldarmnn, fuir le proces-verbal de l'Iatfcc-
zeer ou d l'E.,emprt de police, a une amended qidinze
oivres.
Prions, les Olicders du Conftil d'areregifrer la pre-
fente Oatonnance, & m..oia3s l c.ax des S:6ges du Port-
au-PFince, de tenir la main a fon execution.
Sera la prefente enre.ci au Greff- de PI'ntndance.
Enre.gi'rfe au GreI dt 1'I.atendance le 29 Novembre
1788, "_ au Grff'd du Cconfeil fuperieur de Saint-Domin-
gue le i" D.cembre de la mr~me anne,


I' A R I 7 TA S

Da,.ns c: m'm.C :-nt oh palltique ni fournit aucune no
vei i:3 :ortIa-, q'oiqaI..l y en ait vraifemblablement
r1c`.omer,- qi rl n nous fInt pjint connue3;, mais qu'on dc
pu..er "I:, r, d'ays l p:fo:.ion ci f. trouvoient lks afL'i,
d lE.';rope vers l I NoIvembre, aifi qu'on en a ren
co .C dl nsles F.-'.. l'.es prec, dentes, on crolt pouvoir hafar']
da: uiter p aux LeSurs qu'lques idvees fr ua genre d'am
i:c. ,t ;l.b'ic i va cornmeacer & qui eft audti faljtai
a 1,- quanb opn n'tn abufe point, qu'il efl dang -reu
...- c..j e podul' .i l'e xcs : ii s'agi des Bals. Oa- a
Sso n a Saint- D:mir, les Ditres s'y vrr a
i:';ur, k les Jeafes gesns les imiter; il femble donc q
ce '1a;! pas b fol sme:,t lrn employer du temps f & &
pa;Pr q4ue de s'.ccupier daun divertnfl r i nt qui caufe d
iilrs tre s-vi'j aux 'eur. clafies q ~un dcit coifit.4r
cns. ie:-Lre n.tes our la foie:e, pufque c'efft 1
p, prr la i ql quI'eliZ e b'i-lian Ia qA'eli
pIe 'tue..
De i'O:ii.e d's Bals.

Ells remot:re jdrQ u'1 la plus haute &n'Iq i & i! '
p: n';. que .'' ha-bi':uae d'un exercise auili rnice.ire
a ', fe ~r confere juqui, no. Mais d:ns la h a
Ar' ;i' -' la D i-:e ; u e cerr.< ;i 're' i;ieui'. & alli
^,.ige, coanM cti. dL Su;ilen, ,ettsdJ Mars ( do


A P A ? t ,


Ie. nom vent da fal'rt, fauter ). Elle etoit la peinture d4
revolutions des aftire, compares toujours a des Danfec
& Ctcit deflinee a flchir les Dieui obtenir de leur
bonte une heureufe influence : tell t oit la Danfe facr&e
des Curetes & la Danfe allegorique des Echanjons ( Gani.
rmide &6 A ib). Quant au Menuet, Danfe grave & majef.
tueufe (*), c'eft la repr~fentaTion naturelle de 1'entre dtu
fcleil & de la lune dans les fines du Zo.di.;qu, & de
leur marche fur l'6cliptique. Le Grand-Pve're du foleil, &
la Precreffe de la lune figuroisnt cette Danfi allegorique
autour es Autels de ces deu'r Divinits. Cata d'ckuverte
efl due a Mi. Cou-t de GeMbin :,men & man, ont tr les
noms du foleil chez les anciens peoples, de-la Manes, qu'on
a pris pour le premier Roi de Cr&te, & le nom, du ,ino-
taure mot a mon aceuf di foleil. Le noma du Menuet
vient done de celui du plus beau du plus utile des
aflres. II el tres-gloriu:x pour i! Mcutfit d'avoir une aufi
briilante origin. Les Das anf toisent trts- multip!ises chez
les Grecs & les Romains. On y excu.toit majlftueufement
les plus graves, on n'y-paroifloit qu!';vec la paru;e la plus
recherche. Le luxe y etaloit fa nmagificence. Les plus
grands perfonrages Grecs ne fe rfufoi-nt Mnoins le plhiTr
di la Danfe. Socrte eft loue des philofophes qui onC -(i'ca
apres lui, pour avoir d&nfz dans Ls B.ls ds crim.oni4 c
Ath'nes. Ciceron & plufietrs autres clIe s Roi ins n3
penfoient pas ainfi. [Is confidtiroient la Danfc coirnm u
exces de debauche, propre a 'enerver le courage : !e Pince
des Orateurs a dit dans un endroit de fes ouvri ,*. : Pe.ro ,ne
ne darfe, quand il n'a point bu, mzoins qu'il ne fit f!u.
Salufle reprochoit aux Dirnms Romaines de trop fe iivr:r
a un genre de Danfe immodef&e. Dans le porurair qu'il faith
de Simpronie il dit qu'eile favoit mieux danfar qu'il ne
convent a une honnIte femme.
Le gouft des Bals fe conferva cependant apres la deftruc-
tion de 1'Empire Romain les Etars qui fe formbent de
fes debris, retinrent tous cette institution. La Danfe finple,
celle qui n'exige que quelquei pas le graces que donne
]a bone education, & un sentiment natural de la mefure,
font parmi nous le fond de cct agreable fpEftcle, qni,
dans lhs occasions folennellHe, devient ur.e rtffource ai~ t
qui fupplie imagination. Lorfque Louis XII v1oulut mrin-,
trer toute la magnificence de fon rang, a la ville de Milan,
il donna un Bal fuperbe, oh toute la Noblefe fut invitr6e
Ph!firs Cardinoux y dansrent. Les Dames les plus aitables
& da plus haut rang y rent laterr lur tr gc, leurs richdff$s
& leurs graces. En 156., pendant la tenue du Concile de
Trente, 'le Caarir.2al Hercile de Ma:r q, qui y prifidoit,
en afTembla les Peres, pour d 'ernmircr l ma"nlee dent 'a
fils de I'Empereur Charles-Quint y feroitr ecu. On arreta un
Bal de ccr'mcnie. Apres un grand feflin, le Cardinal de
Aalatoue ouvrit le Bal o t e Ri P!:lippe & de grands
per1onnages dcasir.nt avec autart lde rodei ri que de a' ;ti
dilent Is hIfroires du tey-. La Reine 'ctherire de 'Jcis
cgaya ces fetes & leur J.'nra miw une tournute o'i y
rappela les plaifrs. ?Ai;s in n:galaa la :gnlmiceie e c"is
Bals focus Lotuis XIV ; ils fe re.itwour :r;t ce cer air de ,or.-
deur qu'il favcit inmpirmer a tout ce qui l'enviionrn.oi :


(*) O ,avoit cri mln a1 propos que e meit vm~oit dc !IJtz.
lien :iinue:o. M. de Gebelin a prtuv' le cor raire.


D i p I i A L I4












'IMPRIMERIE

I AFFI CHE S

D ___"DI
Awl/2 i- *^~


tr'3 ______

X-E ROYAL E. 1789.


3. A M .jMERICAINES

- 8 JANVIER.
.>.^><>.^-< ^ lrw...,..l.- g i-i^ g ,-,|||,,^- =*- wa,-


MOVVEM E Sl'OUEST EIr
Arrive n ires anoif.

A U Port-au-Prince, Ile 27 Dcembre ;
la Belle-Angilique, Lehuudi Nantes, 6 Nov.
L'Amaone, le Chevalier, Havre, Ii 061.
La Jufline Sauvefire Nanes, de la c0te
d'Or, avec 261 Negres.
Total des pafagers arrives au Port-su-Prince
pendant 'annie 1788 .
6 des btlimens. . .0


DU SVD.

PASSAGERS.

21
st
a


733
228


(11 y a dans 1e post 91 bitimens franpois de long course .
A Jacmel, le 26 Dicembre, la Plaine- -
Jacob, Heloury, Nantes, 6 Novembre.
Total des pafjagers arrives 4 Jacmel en 1788. 43
Sides batimens. .. 31
Aux Cayes, Ie 27 Decembre, le Conflant,
)egriffac, Bordeaux, 1 i Ocobre, ayant fait
efcale a la Martinique.
Total des pafagers arrives aux Cayes en 1788. to6
& des baimens . 65
N. B. Dans la Feuille n' i", article du depart des navires
franfois, au lieu du titre des Cayes, lift de Saint-Marc.
Dipart de navires Franfois.


Du Port-au Prince, le 30 DMcembre, Ie
'icomte de Boifglin Laflouerie Nantes.
Le Grand-Duc-de- Tofcane, Olivier, Bordeaux.
Le Beaumont, Beaumont, Marfeille.
Le 31, le Retrouvi, Ferrier, Marfeille.
Total des pafag, parties depuis It '" Janv. '788.
6 des bdtimens. .


93
282
170


Arrivei do navires strangers.


Au Port-au Psince, I 27 Decembre, la Polly, Milhewy,
Newbury.
Le 18, la Polly, Howell, Newhaven.
Le 19, le Saint-Jofipp, Fieran, Curacao.
Le 30, la Nably, Colt, Middleton.
Total drs bdhan. etrang. a'rives au Port-au Prince depuis
le i" Janvier t788.. . . (2I9).
Le 1" Ja-,vier 1789, la Polly, Wrigts, New-London.
,otal des btim, itrang. arrives depui i '" Janvier, (i),
J :, r-


Aux Cayes, le 21 Dicembre, le Giguet, Elifa Human,
New London.
Le 22, l Sally, Sander, Saint- Eufhche.
Total des batimens strangers arrives aux Cayes depuis lA
"' Janvier 1788. .. (. I3).
Dipart di navirts rangers.
Total des bitimens rang. parties du Port-au-Prince depuil
Ie r" Janvier 788. . . (-oi).
Prix courans des degrees coloniales, au Port-au-Prince,
ie 8 Janvier 1789.
Sucre blanc, premiere quality, 66 72 1. feconde, So
a 65 1. troifieme, 4a i 58 1. fucre brut, premiere quality,
36 e 40 1. feconde, 33a 3a 1. troifieme, 28 a 30 1. Cafi
fin vert, 27 f. 6 d. a 28 marchand 26 a 27 1.
inferieur 24 a 2 1. 6 d. triage 19 a 20 f. vieux,
premiere qualite..... feconde.... triage.... Indigo bleu,
premiere quality 0 a I 1. f. cuivre marchand, 8 9 il
Sf. inferieur 7 8 1. f. pouffiere, I a 6 I. Coton,
200 210 1. le cent, feconde 170o 119 1. troifieme,
16o 1. Cacao, 9 f. Caret, 5 1.
Prix courans des marchandifes de France & autres, au Ports
au-Prince, Ie 8 Janvier 1789.
Vin vieux de Bordeaux, la barrique, 120o 1 io 1.noua
veau, de Bordeaux la barrique, 70 A 82 1. de Provence,
66 1. blanc le tierCon 63 1. Farine de Moiffac,
premiere quality, le baril, 82 1. o1 f. feconde 6o a 66 1.
commune, 4 a ho 1. Huile fine, le panier, 30 33 1. com-
mune, la cave, 13 a 14 1. Beurre, la livre, 20 a 22 f.
Peit-Salk, I'ancre, 27 i 30 1. Boeuf fale, le baril go ~
99 1. Morue, le quintal, 42 ~ 45 1. Savon, la caiffe, 27
a 3o 1. Chandelle, la livre, 25 a 28 f. Brin, 7-8, l'aune
r6duite, 42 a 45 f. 6 d. dito 3-4, 41 a 44 f. 3 d. Com-
bourg, 40 a 44 f. Saint Georges 44 f. Moraix la
ball, 140o a 1 50o 1. Rouen fleuret 700 1. Planches de fap,
pied anglois, 130 a 140 1. le miller, Bois equarris, idem,
pitchpin....... .


Pour Bordeaux;
Sucre blanc. 14 d.
Sucre brut, 14
Indigo. 24
Cafe 1
Coton. 30


Cours du Fret.
Nantes, le Havre,
14 d. x4 d.
14 14
24 24
10 30
30 30


Marfeille
14 d.
14
24

30


EsCLAVIS MARRONV$ ENTER'S A LA GEzLt.

A Jacmel le 16 du mois dernier, Laforusne, Canga
etampp fur le fein droit CLERGET, ag' de 30 a 32 ans,
taille de 5 pieds 6 poumes, ayant des marques de fon pas


_~~ __~~ _~____Jp


Y


- r-r-r*----r-- ^--I~C-C-C"C*C-----~C-(~h*rrL-~----T-


. I -- --- ---- Af l


a,;.-


-- --


- 1


isrta Ar


WK


I








.[ 14 1


fur les fens, fur les epaules des bstluures fiur I vntre,
des marques blanches aux poignets & la barbe tris-
longue, fe difnt appartenir a M. Datis, ne pouvant dire
fa n mecure.
A Saint-Louis, le 21 du mois dernier, The'dore, Aouffa,
itampe fur le fein gauche G.NTILLON, aga de 30 ans,
taille d 5 pieds 7 pouces, ayant des marques de fon pays
fur les joues, fe difnt appartenir au Sieur Gentilion, aux
Cayes ; Lalie, Congo &tamp(e fur le fein droit PCH ,
Agee de 2. a 27 ans, taille de pieds 4 pouces ayant
un collier de fir, deux doigts de moins au pi.ed droit, &
des marques de fon pays fur le dos, fur les bras, I'e iomac
& le venture, fe difa;:; appartenir au S' Bsluanur Scieur
de long !ne pouvant dire fa demeure : Lubin, Ibo, etamprr
fur le fein droit prefqu'illifiblement, don't on n'a pu diftin-
guer que la le.tre P, au-deffous C & fur le gauche
DETCHI au- defous CARATE, 'g de o 'a 21 ans,
taille de 4 pieds io pouces ayant un collier de fer, fe
difant appartenir au Sieur Detchg.iraye aux Cayes ; &
Lindor, Mondongue, etampi fur le fein droit SDaN, ag^
de i5 ans,taiie de 4 pieds o pouces, ayant des piacs,
fe difant appartenir M. N.jac, Habitant a Cavaillo..
A Saint Marc le 26 du mois dernier Je: Louis,
Mulatre, fans &tampe apparent, .ge de IS ans, ta:ile de
5 pieds i pouce fe difant app'raenir a M. Badkche, a
nartibaroux ; Jean-Pierre Creole, etampie fur les feins
JNE.EETON, au-deiaTus GOVYE, Age de 16 ans, taliil
de 5 pies I pouces, fe difant appartenir au nommri Smfbn,
M. L. Mer.uifier au Cap; Franieis, Mondong, e'ampl
fur le fein droit HROE3ERT, au-deffous AV CAP^, 'ag
de 2z ans, taille de 4 pied: to pouces, ayant des marques
de fon pays fur le vifage, fe difant appartenir au nomm.t
Samfon, M. L. Menuifier au r'ap; Pierre, Congo, &eampr
fur ie fein droit G & CANAL, autant qu'on a pu le dii-
tingurer, & fur le gauche COTTEDU, age de 22 ans,
taille de 4 pieds t pouces, fe difant appartenir a M.
Cotte, Habitant a l'Arzibonite; & Antoine, Creole, ayant
fur le fein droit une grande irulure, age de 25 ans, tai'Ie
de 5 pieds 2 pouces, fe difant appartenir au nommr Irele
Dedia, N. L. lHbitant au quarter des Gonaives : le 27,
Sophie Arada etamp'e iiiifiblement age de i25 ans,
taille de 4 pieds 10 poures, ayant d&s marques de fon
pays fur le vifge, & trr's-malade e 29, Simon, Anglois,
etanmp fur le fein gau-ch iliiblemr. nt g. de 24 ant,
taille de I pieds r pouches fe difant apparen;r a M.
d'Hanache : le 31 Fre'dic Adia eamnpe fur le fei'n
gauche VTAMY, & fur le droit ilifiblem.nt, ag, de i
ans, fe difant appartenir M. Pardon, Notaire la Petite-
Riviere.
Au Petit-Goave, le 27 du mois dernier, Ja4n-'Fpif'e,
Nulatre Cr-'le, tairpj fur le fein gauch PtAINY h-
deffous P.EGIO, age de 44 ans, taille de 4 :ies 10 p.
fe difant appartenir a M. Egron, au Cap : le 3 1 un Ngr-e
nouveau, fans tamtpe, age de ih at s, tile de 4 pleds
io pouces, ayant la te:e praqae nour;vl ement ra e, &
queiques petites marques de fon pays fur lc corps.
Au Port-au-Prince le 29 du mcis dernier, Jer&ne,
Nago, atampe G T. R, ne pouvant cdire !e nor de for:
naitre; & Laroche, rambtara rarnpp eMOLLET, au-
deffous ST.MARC Ie difant acpartenir M. Mollt a
Saint-Marac:rlec Frar;s, AoafF-a, tampL LLB, les
denux dernieres hltres en;rcAraces, ou LPR, fe difant appa r-
tenir au nomme Paul M. L Habitant a la line de
Mirebalais ; amerrn de 'fpagnol ; -le de ce mois u.


Negre nouveau Tnconiu tampe6 autant qu'an a pu le
diiiinguer R. LEDOV F ne pouvaat dire fon .om i,
celui de Ion maitre : le 3 Jan, Amine, tmp J rj'.J Ib)
& d'au.res etampes ., ayant un c::,.-n i trois it,:nchs
un nabot, fe difiut appa:tenir a M. Ma in H-labiart la
Ch:b- r. 'Ee : I 4 J:npiter fe dtfant aorartenir ? M.
Carron, Maitrre en chirugie ayant une bourique fous poil
brun; Ambroifi Nago, damp, illifibl':.n: fe diifairn de
I'habitation DU rnouZlcau ; & INcr Cramenty tamnpce
LE,: AGE, syant ure chain au ecu, fe difant apparntair
a M. Lfjge.

AhiM. z i .E TitiS A.U X L P AV E S.

Au Port- au-P nrce le z de ce mois, un cheval fous
poil Lai6, "am".6p 1- ; one jument fous poil gois, etamine
7,HC ; & u.e mule ave g'e, ioust poil fouis eamleo
illifiblement, ayant la queue courte.



AVIS D' AD M IN I STRATIO N.

Le CPpita;ne d'uin navire exp'i4e d'un des ports da
Royame, a r:efc.s, 6 fan drpart, de fe charge du fac d
lettres rdefline's poe r la Coloni0: On mand e iq" ce Capi-
taine qui tel en mnlle-t.rtmps propriitaire, a voulu par-il
priver e c.mmer.e & app:,ter les premiers avis. Ses (ap'-
rieurs ort it. inform-s de ce manq. cai.-t, pour quils
puiiffnt le fire punar.
Queliequ's Capiiaires d ren ainnoncent leur dtprt de
la Colonie plurot qu'il n'~f nieeffaire, & les lettres m:s
dans leur fac, parrart par confequent plus tard d'un mC-is,
& qu:dquefois de fix femaines, la correfponJa.:c eprcuve
des retards pr6judiciables aux affairs. II eft a propios da
rappeler qu'atI retmes des Reglemens, les departs ne doi-
vent etre annonccs que huit jours |d'avance.


S P E C T A C L E.
Les Comedins de cette ville, donneront Lundi prochin
12 J.invier 1789, au btn'fice du Si*ur Suin, Penfionnaire
du Roi, une ReprEfentation du D'SERTsUR, Opcra en 3
;c:s, avec un nouveau d6~nouernmnt. Des cii-onfianc-e
cornnue! ayant en-mpchk Je Sieur Sain de jouer dans fci
dluts, les Pices qu'il avoit choifies, it reunira tout sfe
ciorts daens 1 rl"e du Ditrredr, pour rnitetr du Public,
Ls :r.nme bom's don't hla Capiaie a bien voulu I'honorrM
d.-s5 ce r61-.
Une exce'!-:n: hvrrrp e d Co!if7eau, a m&chanique diconw
v ai, veUndrc. S'rt:.r .'audit Sieur Sain.

s Le S' MorettI, Equilibrifle du Roi i& Vohgeur, don't
lcr to.r,-s on vzth a.:cueilis danSi totes les Cours de 1Europe,
ncuri'e;e..e'nt aniive ei certe vil!c, a ouvert fes eyercicVi
tant fur le fil d'archidl ue fur Ia vobiige le Mercredi trois
du c-urant, dans la fall du Spdic e; il les continuera
tous les Mere:'-. & Samedi de chaqie fernaine. II mettra
dans f:s tours d's uf.ibrc une vai,' furprenante. Sen fpec-
te fera f;ce. v.:,-rit conmpc'v de pantomimes i grand
peaCe -i ppc il miiltaire, danie de lFandango, Fanroc*
cini i!ici "n :- rar cs, qu i :orneront par la verite de leur
ju & la pr'cifion des 4ch; .gmeas de d coration analogues


I *










aux pieces represent^ ayant a eet effet un theatre por-
' taif, fupirieut.fmen. aachiam. II donnera auffi les Ombres
impalpablks, fera tous les tours d'efcamotag9 du cd61bre
Ct,' .;. 11 e" 'r ils fI ffrag; du Pubiic tant pir
la vaC. d,, f:.s r ,l-us, qu par ior n Azle aeis d'i .loppr
dans tout leur j)ur.
Le Sieur ltt, pof"eant en outre 1'art de Dc:1,'ii,
offre fes talent dans c.: gne, au p f---o s q poarroient
en a-oir bdfoin, nais fur-tonut au. Dames, g"nrial-n.nt
plus joufes d a fiii ubrz-it & de 1orn'mnent de lier bouche.
iI ne iiifera rica t.fi:er, tant pour la famx q.e pour la
prop ete &s daits. 11 les ai ac!h, Ie- plombe, les galif
en me d'it ~ ci lles, 11 vend d.s racines, opiates, 'Go s
& la ..itable poa:die de c3rail, en outre un elixir ani-
fco-:biiq !, do. il eft le feul pof'elfeur, d'un gcit fort
'.. propre a forafier les gndcives, bIc.:hi- les dents,
rifr--r circs' cii trcmblent, appailer la douleur de ce.lles
qati ont gaic us; c n un mot, ii ef--rea ripondre, de la
Iani-re ai plus fautsfaifante, a la confiaace des peifonnes
q~'i vonu ironz blen ?,'cmfpl yer.
Sa c-meaure J ji.z le Sleur Zanico, rue Royale, h1iel
de V i'ica .


I


D I V E RS.


3 M. pol-, deimurant au Petit-Goave, prevent le
Pu.ibic que 'cei conrre fe intentions que la Dame fon
t.,)oule a cxoi.aaC d-: deres, & qu'il nift p-s dans la
dfpo1fini de payer cel es qu'T-l; poarroit contraickr ai'a -rnir.
3 Ls hirmiers de fue Ma'acn~, 'Bart Girard,, dic.de J
au Ga nd-Goare, pint Meliurs Its Ce aci' as d l te
Danm de vouloir bien fire coranoinre leurs titles de cdaitce
en I'Ntudede MA Loreilhe, Notaire en certe viile, & & LUo-
gare en I'erude de VI Baron.
3 Le Sieur C1hi-..t & la Dmrne Simont ayant acquisde
moirti une habitati.n fife al Trou-&onbon, quarter de
Jre.mie, des Sieur & Dzme Ma"ticu, ci-devant veuve
Liveque, donnent avis a ceux qui pour ent avoir quelque
creance ou hypotheque a exerc ur r ite habitation, de
fire leurs diligences pour s'affurer ta leur payment; le
SSieur Clufant & la Dame Simonct dEfirant fe lib rer fohide-
ment envers les Sieur & Dame Madhleu.
3 Le navire la Iergcrc, de Nantes, Capitaine Pal an,
Venant de la cote d'Or avec trois cents Noirs, & l'Anto3-
nite, d'Honlfler, Capitaine Varnir, avec cent vin;gt Nigres,
font arrives aux Czyes 'a 'adreffe de M" N ontant, Fruc.r
& Companies, N-Igocians audit lieu, qii en ont ouvert la
venie le il du mois dernier.
3 M. Armeldn', Haia.t a n canton d 1s Trois-Rivieres,
quanier des Coteaur, al norn cc.me el.cuteur-:e i-
mentaire, & ligataie-unriverfe de f u Sieur Pierre Lepsge,
vivant Menuifier & H.bi.a: audi: canon des Trois-
E Rivieres, prie les cri -aci:ers de cete fucclinon, 'i sl n
trouve encore, de vouloir birm lui Laire connoitre, ou a
Mle MathleLc de MAoncowr, Notaire aux Coeaux, leurs ti;-es
de crbance, d'ici au ouinze de ce mois les prie-'c'.:.t
Sque paff c% .emprs,il fCra %rmiife des bi!:.s d ete ee fuccef-
lfion, : qu'iis ni paurroat avcir aucun recours concre lui.
S 3 A ia requt'.e e Ci rcut, C oreur aux ficcedions
Vacar'es au P3r-~m-Pti'ce ch o en c.e'e qu, de cile
S, Sieur Mathi:a i det ilij.;.,is, vivaC Habi:ant a
telcv e, adpe,. a .,.e +.: c>,.: e ,;lie, il fera Mardi treize
da prfeat monis de Ja. .er, prociv e 1d Tarrt du Siige


51 /
royal de ladite vile, a la ve te & adjudication dfinitive;
au plus offrnt & dernier encheriffeur d'une petite place
de la contenance de vingt carreaux, itablie en cafe ou
vivres, avec trois tetes de N';;res &I qculques meubhl.:s;
ladiIte p!ice fitue a Eclievue. C:-: pourra prendre c-,n:.TTi-
nicar1ticn de la carte.-:.i.:D chez ie Sieur Labd, Hudil:r-
Audie'c;ier.
3 A la requite du Sieur Lec/pes, an nom & come
ex.ecuteur-telIu,..1u,:::ie du feu Sieur Sarra jn, vivantt INgo-
c;+nt "n ceane vi e, &,c en vernu d'ordociaance de M. is
S .i_'l' h, il fera procede le fMardi, jour que I'on co:.;-
tera treize du prfent mois de Janvier iilue d'audience
ordinaire, au bail a ferme & adjudication pour trcis ;ai ee,
d'uner mifon firtue en cette vill, dcpendante de la fuc-
ceflion du Sieur Sarralin. Les perfCones qui voudront con-
noi:re les claufes & conditions de la carte-banr:ie, dreffie
a ceraeffet, pourront s'adrefftr audit Sieur Lefpis, Negociant
en ce:te ville, o en l'uiude de M* Pafutt de Leyde,
Proctreur en la Scnichauil e de ladite ville.
2 Le Sizur Jacques Stering, Iabitant a la Gran!ee-
Riviere des Gondivecs, a l'ho.nneur de prnvenir ceux qui
.uroient pu fire des faifies-arrets fur Is fommes par lui
dues a ifu Sicur Francois Braban, Habitant a~ it quarter
des Gona'ives, pour des terrains que ledit Sieur Jacques
Stcrlin a acquis delit feu Sicur Francois Breban, & def-
quelles ils n'aurol'nt k't pay's, de fc r' fer.ter chez lui, munis
de leurs tires, afin de s'en acquitter avant qu'il ne vide
fes mains envers fes hiritiers; il a, en outre, l'honneur
d'obferver 'a M" les creanciers que s'ils ne fe prefement
dans le deiai d'un mois, ils front dIchus de leurs demands
centre ledit Sieur Jacques Sterlin.
2 Mr" les cranrciers de feu M. la Motte Aigron, Habitant
dans les hauts de Saint-Marc, font priks de la part de fa
veuve & de fes enfans, de communiquer leurs titres de
cr'ance en N'tude dee M Gedlibrt, Avocat en Parlement
& Procureur is Si6gei de Saint-Marc, l'efft de connoitre
Iks dettes de la faceccion, & de prendre des arrangement
avec eux, pour parver'ir la plus prompted liquidation.
2 M. Jouis, ai, Capitai:ne commandant le navire le
Vicomte de Brcns, venant de Bordaux, avec une cargalfon
tres-bien affortie, a l'honneur de prevenir M"' !es N~gocians
& Habitans qu'il a pris (on mgafin dans la maifon de AWf
Lariiau, Lafague, vs-a-vis M. LtrembAour, au Port-au-
P 'ice.
2. En vertu-'ordacnance endue par M.. le Sc hi"'' d
Port-au-Prince fur les concluficns de M. le Procureur du
ui, le o Cticbre dernier,e & dce fertence de remife ren.
due a iI'a-ui.:rc:.e des crie2s le feize Dc:-rn bre auffi dernier,
a& i a requ.: dt. heritiers blnf.hiiai.res du feu Sieur ]Jean-
A.ndrd TrAibud, fuize & diligence du Sieur Pierre Abeilk,
NIgociant en cette viye, il fera le treize Janvier present
mois, procbd la Barre du Si", royal de cette ville, a
la vente & acjiudic.a-on dhfiniiv e d'un terrain pour empna-
cement de magafin 1ftu1 rue d.h la Croix, quariier de Belair,
contenant quiar.rn:e-trois pieds de larger fur quatre-vir.gt-
onze de profondeur ou e:nviron, ainit que des bitimens y
tablis ; le tout aux charges & conditions infiles dans la
carte-banrie, don't on pouira prendre connoiffance en 1'etude
de M" Poncet, Procurei:r pourfuivant.
: Le Curateur aux vacances de Saint-Marc, done avis
que la vente de 1'emplacement dependant de la fucceflion
frefcarodc, annonce dans les numnros 97, 99 & 1io de
cette Feuille, pour 6tre vendu le trois Janvier 1789, ne
le fer cque le dix-fept du a me mois.


//


~ar~~.. ..







I.


z A It requtte du Sieur Glaum/e, tHrloger e ce'tte ville,
au norm & comm. executeur-telamentaire du feu Sieur
Peixotto ii fera le treize Janvier present mois, proc~,:e
la B irc du Si.g,, iffue d'auiience ordinaire, a la vtnre Je
trois NEgres dependans de iadixe fucceflija, aux clauses &
conditions enoncees en la carte-b.,nne, doat on po ,ra
prznndre conioilaonce en 1'6rude de M' Leclerc, Procuet:r,
OU ch-z le Sieur Labbi, Hluiffi.r-Auliencier.
z E; ve)nu d'ordonance de la SanichauITfft.. de S. Marc,
& a Ia requ^.e du Chevaler de l. Valette Taimur de fcs
neveu & nieces, it fera, epres les trosi pjb'icadois &
affi:hes ufitess, proce6e dans le snagafin de i'hhb ;dioi de
la Vactte & dite James, conau fous le nomn de C.:fra,
fitui en la ville de Saint M.arc le .Arcre i i du m )is
de Fevrier procha;n, hati heures du martin i la vente tS
adjudication, pardevant Al. le Sne6chi! de l a ithe Sinich.,.iT.
& en pitferce de M. le Procvrear dir R -i, d, tous ie,
meubles, effits, hardes, argst:eie, ;bl.b. .l'q:e, b.)oJS
precious, diam ns, confiftns en moizes, bracel:'s, &
autres objets eeni:his de gros & p..uts dia;trnas J la p!is
grande valeur, dntrelles lnges d t a e r'I [idt;, c:haiis,
ch'vauxd, epser dans ds fuciiioans du feJ Sie.ur idiaq'.is
de !a Va'tte, & de la D rn f(a : uve, d'c.ii epbufe en
fecon es nocs :, de M.' Leve di 'ls Paquerie, c-inpris &
efdimes aux invenu.ares q ii en ont t& faits, a la ch-rg, par
les adjudicadia.:s de payer comptant avant d deplzcer.
2 Le Sieur Ch.valiar-Mdalarcher, A)othicaire Chimidb,
au Port-au-Prince, a I'honrneur d'offrir fes ferviccs au Public
pour tout ce qui concern fon e8at, ayant reia nouvslle-
ment une grande quanrite de remkees ou drogues, firmpIls,
qu'i f feea un devoir de vendre au plus jite prix.Jaloux
de merit.r la confiance .de M" lee Ntgocians & autres, it
s'offre de leur donner lks articles de droguerie qui fe troiavent
ordinairement chez les Caitaiaes, au ,meni prix, toutefois
qu'ils voudront bien lui en donne la pr-frnce. On trouve
chez lui, les v&irables fondes & .bougies de gomme 6laf-
tique, de la compofion du Si.ur .Bernard. II eft lrouou-s
afford en articles de pinture;, vernis, or & argent en
livrets; on trouve auti chez lui, de i'encre ~ tamper les
Negres, mithode pre.rable a cel.d du fiu, & aufli durable.
A la req'ue de dM' Girauit, Curateurt, charge en cette
quali:, de celia da Sieur MiArchind, ii feral Mardi treize
du courant, proc4d 'a h B3arre du Siege royal de cette
ville, i la vented d'tun Negre domatlique dependant de
ladire fucceflion.
A la requede de M" Giralt, Curatiur chargOe n cette
quality de celle da Sieur Chaigneau, it fera Mardi reize
du couranr, proceid a la ven-e de deux Ngres de jardiu,
d4pendans de ladite fucceflion.
i On enend plhindre taus les jours divers particuhlers
qu'ils trouvent leurs cafes & celles de leurs Negres enfancfes.
Le Sieur Cdin vient dae rou'sar une mr.t'h.cie fiura & peu
cotieufe p'r obr Ovir a d0 p~&.i: inconvsniens ; el: car:-
fifle paler fueleme.rnt d'an IMUeau ah ,;.u~.ro ci.iq fic
bfhons, entire lefquels on trd'l[. du ahola ou herbes de
Giec, qe i'on Cr:uit dCe irnm'er e terre bia fait, ou
en c.hau:. Ce bouillag- eft d'i;i folidit. fans 6gAle. La
preuve cn a tie faie & il a tT..t C il'iintermpcie' de
toutes Is fairons, me, e au coup' e vent du 16 Aon :
dernar. Ceuw qii d~ieu-t:ront fire a, rcnd-e ceie mrnho"e
Su- Neges, s'adri T:'.! au Sit., CSon, harpenier
1 la Cri--oes-aU1- c42,:;: s.
L"' j.''ier lI j:'f?.~ de Nantes, ,.V i a'ne SaUvf.re,
a:rize .'c Lh e ,c'& LI: yv1. -ne biei ~ arga.ifon de adux


cent foirart. Nugres I''.r'fTe r de M" Co'rvafier, "enoof
6' Comyp.,gi, qk.I cn cn( Oyvicrt ia vante ie trentm-un clI
mois d.-rit-r.
Le na vir le Pkrtus, Capitaine Perroty, arrive d'Angole
ovec une f:;:o.be cu:i on ce quatre cents quatr::-vigit
Noirs ia l'A if.3 dcNi .:"r Tiby, Sanlucque 6 &comlYafgre,
N- goc'ii a L Lg.~e, qui en out ouvet la vente Lundi
dc nier 5 du co~,a 'r.
Le n:r;. l'Js Tri'is'PhiliFpcs, de Marfeille, Capiraine
A.rt'i e ;'.f;/ l, xainaat d e M'zambique avtc deux cents
quar v ailg -*,ii Nos; : le Lugui y- Trioin, de Nantes,
C,.p';tirn ; ,A,^ !,nais, av c c.u0 certs cinquante Noirs, venant
d'A g"le, :r. anriv4s au (:yes I I'adrelle de M" o*jontant,
Ftnu-h .d & 'o:otp;yi, Nbgocians audit lieu, qui en out
ouvti lia s1'V i:e < Ce moi(is.
1 M. o;effoy C.3pir:ine du navire FAlexandre, di
H, re, doiere avis qA'il a ete charge a ion bord, fept
ballots, t A:: ou rmalles, marquis EV, par M" Amct,
tRorts & Cwomagre, Nlgocians au Havre, pour etre deli-.
vris i M. .ic la Croix. D'apris plufieurs informations,
n'av, ni p- de:.ouv-rir le confignataire defdites marchandifes,
i! p.ivnent qi.'il\ es vendra, faute de rcliamatcur, pou;
coniine Cje qui ii aippartilndra,
1 Le Siur l'irre-Lcuis Roux, Habitant a Nippes, a
i'hotevtur de prevenir iM" les crianciers & debiteurs des
fucccflions de feu Sieur Jofiph Roux fon pere & de ftu
Sieur Jofcph Roux fon frre, vivans Habitans audit quarrier,
qu'il vient de vendre tous fes droits & pretentions auxdites
deux fuccefTions, au Sieur Pat~ftlr de Chateauneuf, Habitant
rcfidant fur l'habiation d'hMr6dit paternelle, qui s'eft mis
en fon lieu & place, par afe au rapport de M. Leroy de
Kermler, Notaire & Subilitut au Petit-Trou, en date da
6 OIobre dernier.
i Le Sieur Fruchard, ci-devant Marchand au Port-au4
Prince, previent les perfonnes qui autont befoin de lui,
que fon domicile eft i L.ogane; il prie auffi les perfonnes
qui lui doilven' de le payer inceffamment, pour lui iviter
le d'-agrAment de les y contraindre par vot e de Jaflice
avant qu.tit le commerce.
S M'" AntQoie Marcorele & Tiby pere, Negocians I
Nartes, acqbic'urs de la fucreiie conrue focus le nom do
Turb&-de-i':vue, fituee dans le quarrier de LUogane,
prient les creanciers dudit Sieur Turbi de remeitre ua
decompte de leur creance au .Siur IHyacinre Gourjon,
Negociant i Lcgane, fonde de leur procuration, oun
M' Salsigac, Prccureur en la S&n6chauffTe de cet:e ville0
Qutlque s intrU;f's A la derivaion des eaux de la Ravine-
Seche, entreprife dornt fe font charges M"V Verret freres, S
qui eft a la veilie d'avoir fon accompliffement, ayant pau
des raifons de localirt, fait une affociadon particulibre, &
I',ffdrt de tirer du b flin general de dl dibution & conduire
fur leurs terrains, par unr ca'ail de mrnornmrie, Icurs diverfes
portions dean, invicint eits perfornnes qui voudtoient entre-
prenl-re ce dernicr cr1E "i toItal cu en parties,
s'.:'-iefftr a leu:'s Syndctc., ,l'" Ireleh &. de ieaumornt
Habit.ns de la paroiffe di- Torh- qr'.tier dt u Fond, dans,
la partie du fud de Saint->i -.~ iP'-, Icfqucds on:t pouvoir
de concl-"re tous ra.rch.s aI cet i'gar.', & qii, oumre le plan
guiratif, fo iont t,.s sur. ,enr. '.cnsns receffaires.'
Ib )rviei:.,,' qi s oute. c-: f'-i';ii; du canal, qui aura
er~iVIon Ife'>,t :'le toi;es Ad r s-- ':t r, r qui doit crnterir
nebt cent vi,'-rteuf c. ,, to te la rV c. n ersie
^.s divers bP' Trs t-!t dH'lb'.''hibiqa7 & eurhure des K'.atjah*
Si";":V fe:rc-n: a la ch arge daes ELure:.'urI',>
I ...A....







'9


'n Dau n ag 7, T'l4gt & Comp.agnie fyn-dcs des crean-
rs de la if..,..:lian dfu fu Sieur Francois Mnrtin, pr.-
viennertt les a,~r.:s crbancars de L..dite lucceilion qu'ils
,nt overt, dpais ie $ e e nrois, la hjitieme reparti-
tion; ils les prliit in on:'ique:ce d& fe prefenter chez
/4. Dupe, clh-ge da. la.it fJcceflion, 1 qui i!s ont remis
les fonds niceffaires pour payer a chacun la quote-part qui
leur revient.
S I M"' Pelletant & le Bevquier, NIgocians en cette ville,
Sdomrnent avis qu'ils ont diflous leur ioci&et le 3 t DIcembre
cdernier. & que le Sieur FIletant eft charge de la liquida-
tion d'icdle.
i M. Peletant, Ntgociant en cette ville, donne avis
qu'ayant dilTous (a fociete avec le Sieur le Bequier, le 31
D.cembre dernier, il reft- feul change de la liquidation.
JEn confiquence, il prit ceux a qui it eft di par fa ci-
d.lvant focitt, de s'adreffer diretzment a lui pour leur
payment, & les dibiteurs de ladite fociete, d'avoir a payer
S n fes mains le plutot poflible, pour le mettre a meme
2' de faire hoaneur aux engpgemens d'icelie. II previent que
fa demeure eft place de Valliere, pres de M" Fontaine &
Comp.:gnie. Ledit Si?;ur fe propoiant de fe fixer au com-
mserc de la commiffion, a i'honneur d'cff-ir fes services
i Mr" les Habitans qui voudront I'honorer de leur confiance.
I Le Sieur Jean-Baptifle Il Berquier, Nigxciant en cette
ville, a l'honneur de prevenir le Public, que eI term de
fa focikt6 avec le Sieur PeliAtant itant expire du 31 DW-
cembre dernier, il refte feul charge! du magafin afforti en
route efpce de ferremens & quincaillerie; il offre fes fer-
vic;E i M" les Habitais qui voudront bien honorerr da
leur confiance, tant pour ce qui eft de (on magafin que
pour ramplir les achats qu'ils 1ui commettront, & pour
leur procurer la vente la plus avantageufe de leurs denres.
D f i P r s;
i La D1' Leboulk, demeurant i Saint-Maxc, part pour
France, & decire ne rien devoir.
i Lz S' ;oufle, rnmtre Menuifier demeurant aux Cayes,
fe propofe de partir par rout Avril prochain, pour Philadel-
phie, avec la Dams foin poufe & fon enfant; il a a vendre
fon fond de bo, ,ique, tels que varlopes & autres outils; ainfi
que deux Nigreffes a talent & un Ngre.
I Le Sieur Jofeph Antdr, Anglo-Antricain, part pour
la Nouvelle-Anglezerre, & declare ne rien devoir.
I Le Si.ur Ferrouilcet, deme.rant en certe ville, part
pour France, par le premier navire, & declare ne rien
devoir.
SLe Sieur Marie-Jofeph Pocket cadet, demeurant aux
Baradaires, part pour France, & declare ne iien devoir.
1 Le Staur Jear.,n-pifle Leroy, Officier de navire, pirt
po'r France, fur le nav'ire It Jeune-Louis, du Havre, &
declare rien devoir.
t Les Sieur & Dmce a:'.l.'/in, c..1%mturans en ctre
Sville prtnT pm., Franc-' au commr-.n~c.1 ce t.rs pro-
chain; its print les p:ronnes i qui iis doli'cnt, dd: ft
pr4fe tr pour rtc,.:voir4ier piaymc,:t & ceux qui leur
dcicv-nt, de vo0oir "O' ies o'der'; i oat vten,'re trr'is
-: es tailleurs, trois N:'grezfes couitieces, & une Ni.-cf
cuil.iere.


Ac v D au r /


vfr JRe r .;


E, ,',ert? u '.-.do'natce ie : lh A m ,If' o a-e rs,
aS e Diirnn- c ;iin tnrrIit, De eia ccaren'lnce
Be quinee cents ias en carr ^, coacGd u a l)D :-i ll Jiea e-.C-


t 17 ]


Julie-e'Flci' beangrenie, le 14 'llet t174, fitue dans tU
pays nouvellement decouvert, eritre Bay net & le Petit- Goave,
lieu ordinairement appeie le Boucan-Mapou, hborr, dun
c6t6 de la riviere dire Raphei', vis-a-vis de Dinoi'cele
fa four, d'un bout de Madiame veuve la ni;,e, ~ ds
deux autres co:ts de terres non conccdees.
En vertu d'ordonnance de MM. les General & I'telant
du 27 D&cembre 1788, G. 1F. Nonbret pourfuit en r;.ion
un terrain de mille pas en carrC uie dans ls do.:bles
mornes du Grand-Goave, borne l' teft du Sieur Jmen MAloin,
chaffant l'oueft, au nord & au fud des terres non con-
ceders. Ce terrain a etc conce'j au Sieur LalodiCre le 12
Oobre 1772.
2 En vertu d'ordonnance de MM, les Adminiftrateurs,
du 24 Dcemnbre 1788, la nommee Marie-Cathe'ine dite
Lucas, M. L. demourant aux Cayes, pourfuit en reunion
un terrain de mille pas encarrr, fitue au Trou-i-Brte
dependance du Fond, paroifTe des Cayes, borne au nord du
Sieur Salvifort, a l'oueft de Dmwoifelle Anne Roprat, au
fud & a left de terres non concidees. Ce terrain a &tZ
conced% le ix Mars 1771 par M" Noiivos & B 1:gars, 3
Dzmoifelle Elifabeth Roprat.
i En vertt d'ordornnance de MM. les Adminifrrateurs,
en date du 31 Decembre 1788, Le Sieur Rouffric, Habi-
tant aux Cayes de Jacmel, pour(uit en rkunis un terrain
pour culture, de mille pas en carre, fitue dans les hauteurs
dts Cayes, borne a left de la Place ci-devant a Baulierc,
a l'oueft terres non concde'es, au fud de Jacques Gaulron,
pere & au nord terres non concedes. Ledit terrain ci-devant
concdep par M"' le Prince de Rohan & de Bongars,
General & Intendant, le l" Aoit 1768, a Pierre &
Catherine Bordes, Mul^tre & Mulatreffe Libres.
i En vertu d'crdonnance de MM. les Adminifrateurs;
en date du 31 Decembre 1788, fur la dinonciation da
Sieur de Bonnefoy, Habitant au Fond-des-Neg'es, a la
requete du Procureur du Roi de la jurididion de Jacmel,
il fera proc~de! la pourfuite en reunion d'un terrain pour
culture de grille pas en carre, fitue dans les hauteurs de
la riviere ds Orangers, lieu dit le Platen du Pedit-Earg,
paroiff e Baynet juridi&ion de Jacmel, borne au fu
de la ravine du Bras-du-Four, chaffant au nord mille pas
dans des terres non conc6dees, le long de la riviere des
Orangers, l'oueft de la meme riviere, chaffant i i'eft
mille pas dans des terres non concddees. Ledit terrain con-
cede au Sicur Julihn P'erronrntu, fils, le 3 iars 1770.
i En vertu d'ordonnance de MMa. Ies Ad3mic:A ihaL.urs ;
du 24 D'cembre 1788, le Sieur Hdllard, demeurant au
Port-au-Prince, pourfuit en reunion un terrain de mille
pas en carre, fituk au qu2rtier Laurence, paroiffl de la
Croix-dcs-Bouq-'ets, dans les montagnes du lieu dit le
Boucan-Patate, born au fud du Sieur Dsbr:oje, i l'ef
de'la Dar te eFii'le, I l'oueft t au nord de tart~s 0on
corcAdees. Ce terrain a eie concede pour culture au Sieur
ST, f* i t A r.il 1 76, il atoir p' l t po -
fni~'i en reunion par le Sieur MAanquLe, mai fa d:Jini.:.Je

S i Ei vertu d'ordonnance de MM., es rGeniral & Inen.'ne,
C' date du 3 JLrvier 7i9, la DQnoifellA Mairgn'iti~
S," t-La:u ent, potufr it cn rarsi.>r;n uri tr -.cin de cent vingt-
cn cir-an de tr;ne, fiuf au fnJ, & f;irt a 1oiti d
'i r-ifr a ccordfe, le o rNovembr.e :"4, pir b' ~+.
d. 3 -f ] ,':niCe 2+ U3 '.rs, au noa ni'i Je',.i ~B-+r:(-.u Mit. +
,p+r hi: r': : cor eili, (e quinze cen;s p:1. e:n cr: :; e.
Svaiur rei-Ui itue u iii v:i ir e en t ,,;ifl is, L iZ









[t I
du Pehit-Cora pros la montagne de Ia Sele, d-peindnce
du Pcet-'u-Pric,:C, borne au nord du nolmm Hyp1lite,
N. L. poCedant Iautre moid.', r eeft pr Ia ivie u Pe tit-
Coraii, a l'oeil d;s terreis .On concer~Cds, be au fud par
1e pennant du morne de la Selle.
i En veitu d'ordonnance de MM. les Geraral & Intendant,
en date du 3 Jnvier 1789, le Sieur J. Barzthmy pcurfuit
en riunicn u:i terrain de quir.z cents pas ena cirre ou la
valeur red'u:e, fiue au Lie uIo ,-i.irmcnt apele 'p e i? Eii-Corail,
pr ta mno gnt dt la S.;l2, c'pe.iance .u Port-au-P;ince,
bo~nat an nord par le noiarmd Jaani Brnoax, M. L. au
fuld cha.rt. vers la n:v n:'r:e e de la Sel.:, i'eft & a
I'oueit dcrs teres non conc'i;,, 5. Ca terrain a e 6: concede
le 24, Mai 85 pooir ha.:.e & coral, aur nommn rn Gtlin,
M. L. & J.hiine, Giif.nie iibre, par A" de BIlecombe
& lto':a-.
I EI vertu d'ordonnaace D M!. las Amliniftrateurs,
en date dU 24 D1cCembre i78, !e S':ur Jhan-Ch-ares Daniel
d;-neurart aux C'ayes, powfulit en r-union un terrain de
hout cUn:s pas en ca;tr, fizud ais q .:'.tier dit le Boucan-
T'.ffiet, parolfic de s Cayes Fond ,de-l'Ill-i-V; che, borne
a Iel, pendsnr huit cen:s p,;, de la ravine Tuffet, au
nord de AJcinthe, chatun: hluit cents pas terres non conce-
dies fui.ant le cer;'fic;t de Dub-iqu.et, Arpnreeur, du
io Aout 1770. Cs terrain a ete concede, ia I 5 Decimbre
1770,& aui no'i.c O.avier MAturepa, M. L. qui ne i'a jamais
etabl.
I En vertu d'ordonngance d- MM. 1es A. mintlfrteurs,
en date du 20 Septerbre 1788, Ic Jean Ri:chad, dRm u-
rant a Je&rmie, pourfuit ea runio.n un terrain de mille pas en
carre, ou la va!eur r&duite, fitue dans les hautieurs de la
riviere Voldrogue, paroiffe de Saint.-Louis de J.reinie,
Lornm au nord de la riviere Froide, chaflant au fud le long
de ladihe riviere de la Volirogue, au lieu appeal la Raque
des trois Palmifles. Ce terrain a et concede au Sieur Charles
,Pinaud, en date du 28 Fevrier 1771, lequel conceilion-
riaite eft mort depuis long-temps, fans jamais y avoir
former le moindre etabliffemenr.
x En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiftrateurs,
en daze du o2 Decembre 1788, le Sieur Biardiere demeu-
rant au Port-au-Prince, pourfuit en reunion un terrain de
mille pas en carre, fitu6 au lieu dit la coupe a Mardi-
Gras, quarter de Mirebalais, borne au fud du Sieur Francois
Lend pere, au nord du corail du Sieur Dumaay, l'eft de
la trte de la ravine des Orangers & a 1'oueft des terres
mon concedees. Ledit terrain a e:e concede le 8 Mars 1770,
aq nomme Francois Lene fis.
I En vertu d'ordonnance de MM. ks Adminiflcareurs,
in date du 3 Janvier 1789, le Sieur Pierre Marchand
demeurant en cette Ville, pourfuit en reunion un terrain
de mille pas en carr6, ou la valeur r6duite, fitue dans les
double montagnes fud du quarter du Cul-de-Sac au lieu
dir le Trou-Coucou, parciffe de la Crcix-des-Bouquets,
borne lh 'er de Pierre Malt-,. M.L. chalianr dans la crette
da morne dopend:nt du Trou-Coucou, au rord, a l'oueft
& au fud des terres non concedees. Lequel terrain a ece
concedW par MM. de Rohan & de Po0gars, le xo Janvier
1770, au nommi Jean-Louis Elie, M. L. qui la vendu au
Sieur Ducrbon, & ce dernier la revendu aux Sieurs Durege
& Derance qu'il n'y ont jamais fait aucun &tabliflement.
I En vertu dordonnarnce de MM. les Adminiftlateurs,
en date du 3 du courant, M. Charlot de Torfiy refidant aux
Cayes, pourfuit en reunion un terrain conceCd le 18 Juillet
p770, uu Sieur Bernard Barnabed Shid dI. quinz; cnts


pas de long, fur fept cents cI nqumtre dc de 1'- fttu an
Trou-a-iLeL paroi&e d\s C:syes bone & p r.tan pied
deux cent cinquaut.e pas fud au ttflus ,:' a 'oine nord
du coie cuef de M. .lurice 'Arlcg;t, ch,.Lir, n fti. i pt
cent cinqi.lante pas avec ic:lit Sieur, chirnt po:;i le) au.;: as
cbs de terres lion reconniues. Sui lequ .= terrain ii n'a C
fair alccun iabilte.ienrr.
i En vertu d'ord'onnance de l les Ad:chni:afLn urs,
en date du 3 'ou: cCurant, M. Domninitfu Bi!re, relia.nt
aux Caves, pourfui en re&nion un tr'aia conc'4. let 18
Juiilet 177Q, au Sieur Pi0rrc.-Rober:-Eicu.uird 6 Shidi, de
quinze cents pas de long fur fept cent cinqcante de large,
fitue au grand Trou-a-.Bte, paroifie des Cayes, bhe-s ,- '.
pregnant pied deux cent cinquinte pas nord au de; :, de
la borne fud du co&' oi4eft du Sieur Maurice d'A out,
chaffant au nord fept cent cinqua.nte pas mr'ooye',O-,.-.-nnt
avec ledit Sieur, clchaf;nt pour les autnres bA;.c s t .s non
ccacddeces. Sur lequel terrain ii n'a ~te faith aucun i lifT;'.T,!nt.
i En vertu d'ordonnance de MI les A:ilrniitateurs,
en date du 3 du courant, M. A!cxis-Gr'. ire-Guiliam me
Biunel de la Roquette reidant atu Gayis, pounriuiten 11:,.i'A:n
un terrain, concede lIe 'i Juliet 177c, a .. Demod.lle
Mlrie 6 Shiell, de q'uinze cents p.i e ilo;gc fur huis c".:nits
de large, fitue au piand Trou--::e -ariTcife ds CAyes
borne k prenant pieci de Sieurs .Antoinc. & Athan.r Shidi,
chdiffacrt 'a 1'ouei huit c:niu pas, borie d'es autres co'-s de
terres non recronn;ues; fur lequel terrain il n'a enE rait
aucun i ubl.ift mInt.

E F F E T S P E R D U S.

3 I1 a ete perdu une boucle de col en or, ovale, a quatre
rofettes compof6es d'ors vert, rouge, & gris; les trois
ardillons tonds, la chape a troii branches. CGux a qui elle
fera prefrznve, font pries de la retenir & d'en donner
avis au Sieur Sallfranque, l'imprimerie Royala, a qui
elle appatient.
2 I1 a 6.d perdu entire le Port-au-Prince & la Grand-
Riviere, une montre en or, gravure en taille douce atta-
che'a un ruban bleu moire. Ceux qai la trouveront font
pri(s de la remettre a Mr Liberalfrdres, & Duffourc, N6go-
cians en cette ville.
I II a L6 perdu le 26 Decembre dernier, de Miragoane
au Pedit-Goave, un porte-manteau de deux pieds & demi
de lorg, contenant un porte-feuille dans lequel font divers
compares accepts, billets & diverfes re-connoiffances, le
tout faveur du Sieur Jacques Vida:lot, Marchand 'a Jogane,
& divers efets appartenans a fon Commis qui etoit porteur
ducit porte-manteau. Ceux qui en auront connoifance font
pries d'en dorner avis audit Sieur Jpcques Vidalot, a L6q-
gane; ou a M. Sauvage, au Petit-Goave, il y aura une
portugaife de ricompenfe.

D a M A x e .

On a !e plus rsand n C.nrt de connortre un M. de Gefjas;
age d'environ 80 ans, pai2 'a Saint-Doming-ue depuis long-
temips, & qui a habit dans le quarter des Gonaives: on
a des paquers & des leturs les plus intreffantes 'a lui
remmettre. On prie ics p:. foncs qui pourront donner
quelques "cia;ica: ::;ens Sir Icit Sieur de Geflas, de vou-
loir bien les adefiir k M. V dr-. .godant SAint-
Marc.









t
2V A v Iat e s x er A c M t T.

U L navire le Cafor, de Bordeaux, du port de oo
tonn.-aux Capitaine :.ton, pa:tira pour ledit lieu du
io an sI Fkvricr prochain. Les perfonnes qui dficer nt
y gh)g.,r a firet, s'r;;dr.ffront audit Capi:aine, dans fon
S tnAlns,, ou A M. Gouges ain NHgodan, en cette vlle.
Le navire la A.zrie-Catherine, de Marfei!le, Capitaine
Ber.ird, du port de 220 ton.:uea., arrive le 13 du mois
dernier, avec cargaifon en commnefifible, a l'arefle de M1
Deli(he & Liman, N::gocians au Port-au-Prince partira
1our leit lieu Ie io Mars prochain : il prendra dles mar-
chandZifes a fret t&.des paffage'-s. S'adrefer audits Sieurs
vDeifle &6 Liman, dans leur magafin rue des Capitai;es.
i Le navire le June-D.fird, Capitaine Terrier, d'une
tnarche fuperieure & tres-commode pour les paffgers,
partira pour Bordeaux du i" aun Fevrier prochain; il
prendra du fret en cafe, coton & indigo. Ceux qui dcfi-
reront y charger on paffer, s'adrafferon; a M'M Staniflas
Delongucmare, Delafalle & Compagnie, ou audit Capiaine,
i a on board.
Le navire le ProphMte- Elie, de Bordeaux, Capit. Bo?f,
partira pour leiht lieu is I5 du courant prefix; il prendra
encore a fret de s aso boucauds de cafi ou du cotton,
S i recevra auffi des paffagers. S'adre~fr i M" D"orgu
& Compagnie, Nbgocians en catte villa, rue Royale, atte-
nant 1.s Bains publics; ou audit Capitaine, 1 fon bord.
A V D R y.
3 Le S' Boureau offre 1 vendre trois ou quatre magafins
d Capitaine en retraite, dans la rue Sainte-Claire, ensemble
ou feparement; il recevra avec plaifir fon paper pour dul
comptant, voulant partir pour France au printemps pro-
chain. S'adreffar audit Sieur, au Port-au-Prince.
3 Un Habitant Caffier d6firant fe re:irer en France,
veadra fon attelier compof6 de quarante cinquante
SNegre;, tant Negres que N'greffes, dont la majeure parties
Creole, & le plus vieux nayant pas quarance ans. S'adreffer
a M" Martineau & Comp.ignie, qui donneront tous les details
qu'on defirera, pour ies talens qu'ont ces enclaves, de m.me
que pour le payment de leur valour.
SUae habitation propre i la culture de 'indigo & du
cooaI, de la countenance de quarante carreaux de terre,
fufccpibl s d'etre arrofes par le canal de ftu M. M 1rtrand
de Saint- O.sn, dans les has de l'Artibonire; ladite habi-
tat.ion en bois dt.bout, & Ia llifire de M'" eLrtrand &
R-ob:;et. Plus, deu. cents carreaux de terre dans le more
de S.-al-Ma.rc, qu'on pourra vendre par q.inze ou vingt
ca r! x pour la cominwoiize ds acque i ers. S'ddrefer a
M"rs Lui, Ftel & Compag. teaci ns Sdint-adr
*i rl t. nt r plIs apples cla.,ir i s.i ens.
STUne hb;.r.,ti,:n cpai't,:an:e a MN. le Vicomte de
Corci.!Lon, fwizue au quarter de Mircbal ai, au u l di les
Ssr, ;is, coliine du Fer-a-Cheval, 'e la co':arr nce de
* I4 c^e"ux d. terre d&nt partiea e. a;icl ennemn- e6tablie
en :0,:,i, & le furptlu, confiftant en un mom:n en bois
d but, props e la uijure du caf; cette hab':r.ion tra-
u pafr !.. v rivi--e, ofl'ee d'ailleurs par fa situation &i
fes t-b5.!s f .vane ks plusgandes rciTources pour fire
u: U comm ce i .4nim;:exd de toute efpce; les bHtimens con-
S fitct en une gran.'. t.-s-cn.i..: de, & trois magafins.
f Au reie, an doit t'rienir 4 foi fujet, que des perfonnes
interetles a nwire a vente, ont r:ian.u, en la d6nigrant,
qu~on ne pouvoit r 1'chi-.r avre fAreZ r mais fon propri-


S9 1
taire s',"-ge de dinner I'.rlthetC.' tou:s c;:1:: quil
pourra fouh.icr pour fa trau~uilite, & IaI"i""c dans
laquelle il oft juffe q'.'il foit, ('avoir tait une acquifition
folide. Siarciffr a M. Rattier, Habitant ~ i Mrcbalai,; a
DA' Be,'-'/a.ian, Procureur au Port-au-Prince; ou a M. le
Vicomte de Cornillon, fur fon habitation au Grand-Goave.
2 Une habitation etablie en caf6, fitaue dass les hau-
trurs du Petit-Goave, de la contenance de loo carreaux
de terre, fur laquelle font plants trente mille pieds de cafe,
don't quatre mille pieds en rapport, & le refte pret a r.y-
porter; il y a fur ladite habitation, huit cafes couvertes
en Fcriiie & de l'eau par-tout, le terrain tres-beau & tre&-
fertile, n'tant propre abfolument qu'i la culture du caf,
On vendra auli 20 & quelques Negres attaches a cette
dite habitation, tous Creoles & travaillans, dans le nombre
d-^uels font plufieurs Negres a talents, tels que charpen-
tiers & macons. Ceux qui voudront en fair acquisitionn
pourront s'zAreffer a M. Allegre, ou a M. Monfe Direc.
teur de la Pofte, au Petit-Goave.
2 Plufieurs tetes d'efclaves domefliques, du nombre deft'
quels font une tr&s-belle Mulatrefle, bonne couturiere,'
& repaffelfe, deux Indiennes, bonnes domeftiques & des
N'grf'ffes blanchiffeufes, don't une a une belle Creole de
13 4 14 ans, & un petit Negre, auffi Creole, de io it
ans. S'adreffer Ma Sataigrnc, Procureur au Port-au-Prince,
qui les venira come charge de la fucceffion du Kergoet;
it donnera des facilities mfoyennant caution.
2 Une habitation de la countenance de foixante-dir card
reaux de terre, fife au pied de la montagne du Rochellois
quarter du Fond-des-Nigres, borne d'un c6t6 de la cafierre
de M. de Pirigny; ladite terre eft propre a la culture
caf'. Ceux qui voudront en fair l'acquifirion pourroto
s'adreffer a Jean -Charles Maignan, M. L. Habitant a la
Colline-a-Mangon, quarter d'Aquin.
i Un Negre bon Tonnelier, Creole, agf de 1i ans; trols
chevaux de felle, don't un anglois, un batard anglois, un
creole. S'adreffer au Sieur Raud, grant I'habitation Sar-
bource a LUogane, qui en fera bonne composition pour du
comn tant.
Le S:eur Jofeph, Ncel, Prtv6t particulIer de Marechauffle
du Sal-Trou, a vendre une habitation de feize carreaux de
terre fituee au quarter de la Grnde-.Riviere d. Jacmel,
lequel dit terrain propre a la culture du caf6 & du
co:on ; it s'y trouve prefentemsrt environ quatre carreaur
de terre, cultivie en caft, coron t toutes fortes de vivrcs;
le refte, en Lois devout, c t propre i la r tnme culture.
Les batimer.s coiefi.let en d& ux cafes de kcis round &
co,"vertCs en peille. ,L'on pourra 'ac'drffer a M. Sauvuur,
g,-cia::t 2 Jacnnel, RPepr.Efertant de ?.'.. Noel.
i Urn hbica:ion cda.s le quarticr du Fen -des-Bi-ncs,
ddpenance oe Saint-.ichel, & vlfinre de l'habitation de
ftu i Sieur Sai:ton du Sieur Fijjerct, conttnant cent
carreaux de terre, cu i-iv~blts en indigo, ctoon & caf ;
deux be'es f':res for 1 dite h tbi ..; ~:environ huit
carieaux de terre ctablis, trois cafes en bois ron?, couvertes
en pailie. Ceux qui vouaront en faire l'acquifition s'adref-
feromn audit Sieur Lcuis Vibert, Habitant au Fond-d'Arabie,
quarrier du Petit-Goave, ou au Sieur Bardcl pere, Habitant
aux Godets, dependance de Saint-Michel, qui lour ferona
bonne composition.
i Une eAcellente caf'iere, vulgairement nommee IU
PNtite-Reine, de la countenance de cent quatre-vingt-feize
cariealus de terre, don't plus de ceat-vingt en bois debout,
fufceptible d'un gr&nd revenue, fitue au Fondde-d'll9-1a


ir~lili~at~J~,,~,,,,...; .










4Vache, a fept lieue des Cayes, dans une portion tres-
vantageufe, ayant I'eau do plufisurs forces qui n'ont
jamais tar & un bon chemin de voiture. II y a fur cette
habitation environ cinquante mille pieds de cafiers, don't
dix mille plants en 175o. Les dix mille pieds font ag6s
de treate-deux mois, & les trente mille le font de vingt-
deux. 11 y a maifon principal en charpenee 6quarrie,
magafins ferrer le cafe & oh font les moulins 1 grager,
a piler & vanner, glacis, cuitine, four A pain, poulailler,
colombier, remife, cafes a Negres, une indigoterie double
battant a l'eau, qui avec des augmentations pourroit fervir
a la preparation du caf;; favane clofe de haies vives &
d'entourages, places a vivre, en racines, grains & bana-
niers; dans le bois debout, beaucoup de beaux bois de
comble & & effentes, du fable de riviere & des roches. a
chaux & & bitir : plus, quarante Nigres, Negreffes,
N'grillons & Negrillonnes, faits fur ladite habitation, che-
vaux, mulets, betes a comes, chaife roulante & harnois,
tombereaux, meubles, &c. &c. On s'adreffera i M. Loiteau,
Habitant au Fond, qui fera du tout une bonne compofi-
:tion moyennant du comptant. On a credit a rentes payables
en France la rente & le capital, avec une bonne caution
folidaiie & indivife, qui fourniffa I'hypotheque fur un
i'nmeuble de meme valeur.

A VN DR A AF IRMI M

i M. Rouilhon, tenant boulangerie au Grand Goave,
taunt fur Con depart pour France, pour caufe de maladie,
vendra ou affermera les objets fuivans, 1o. une habitation
fiewe audit quarrier,; au lieu dit le Monffemb6 de la con-
tenance de vingt-cinq carreaux de terre, fur laquelle ii y
envision 14,, 5oo pieds de cafe, plants depuis un an, tres-
bitn rbuffis, des vivres pour nourrir quinze Negres, une
cafe en bois rond,,couverte en paille, deux fuperbes forces
ateanantes les batimens, & cinq t ees de NMgres faits au pays;
2.o une maifon fife au bourg du Grand-Goave, affermie
pour cinq ans, pour tenir la grand-auberge; ledit Sieur
vendra le tout moyennant un tiers comptant, & les deux
aurres tiers en billets accepts par une maifon de commerce.
M" les Habitans & autres perfonnes qui doivent audit S'
Rouil/on, font initamment pries de venir retire leurs bons
de pain & autres, d'ici au 1i du courant, pour lui 6viter
le d6fagrement d'ufer des voies de droir. S'adreffer i M.
Rouilhon, fur fon habitation, au Grand-Goave.
i. Un terrain pour hate & corail, de quinze-cents pas
en carrt, fitue6 la NouvelleLorraine, paroiff- du bourg
de la Croix-des-Bouquets, born & I'eft de M" Camfrancq
& Thi{sn, aux droits du Sieur Mafljau Duclos, au nord
de la conceffion Joly & du Sieur Vilquoi ; l'oueft du 5'
Terrlor ge; & au fud de la conceffion Futaine, appartenante.
au mineur Petit. Un aurre terrain pour culture, fitue au
JBoucan-Parate, paroiffe de la Croix-des-Bouquets, de la
coptenance de mille pas en carre, born & l'eft du Sieur
Lorquet, au nord du Sieur Courty, au fud & a l'oueft de
terres non concidees. S'adreffar a la Dame veuve Petit,
au ;ufdit bourg.
A L o r Iz I.

3,Deux magafins, une chambre haute, & leurs dipendan-


S--4 4e prrmigFen dAe MM


ces, fituls vis-i-vis la Comdile,.aa coin des rtle Rtoyalk
& des Frontiforts, aduellement occup6s par M. Guiriti
Negociant; on louera lefdits magafins pour le cinq Fevriel
prochain. S'adreffer a M' Giraiut, Curateur aux Vacancest


A$cLA ss C '


MA ARX 9MA*L


d Trois Negres nouveau tampis AHULLIN, Agei
de 26 a 18 ans, provenants de 1a cargaifon du navire 4
Princeffl'e-oir, des Cayes; paris marrons depuis la fin
d'Avril dernier. En donner avis a..M. Baudin, Dire&eus
des Poftes a l'Afile, ou a M. Hullin, Habitant dans lt
huteurs dudit quarter. 0
3 Laurent, Congo, etamp fur le fein droit Mis D. L. R. 7;
& fur 1'6paule droite L, age de ai ans, taille de $ pieds
2 pouces 6 lignes. En donner avis a M" Corvaifier, Benoit
& Companies, Nigocians, ou M M" Toul(ac, fur l'habitation
du Baconnois, pres l'Anfe-4-Veau.
a Romain, Martiniquais, etamp6 MICHEL SUCHE, ag4
de i6 i 17 ans, taille de 4 pieds 8 pouces, parti marrow,
le 2o du mois dernier. En donner avis aux Sieurs Noirol
fires, Machoquets & Charrons, rue du Gouvernement.
Louis, Aouffa, etamp6 P. SILEGUE, les deux dernicres
lettres entrelacees, ag6 de 25 3o ans, taille de piedo
3 pouces, marque de petite-virole, fluet, ayant les jambes
minces & l'os un peu courb6. En donner avis i M. Sillekguc
Habitant au Rochellois a qui il appartient.
Un Negre de Madagafcar, nomm6 Cottes, itamp6 fur le
fein droit M. AZOR, au-deffous P.PC, ag6 de 18 i 9g
ans, taille de 4 pieds a pouces, perruquier, rougeatre, ayans
les livres & le nez gros, parlant un peu anglais. En donned
avis a la nommie Manon hAcres, M. L. a qui i apparutentr
Labranche, Creole, fans etampe, ig6 do 30 ans, taille
de I pieds 3 pouces, Boulanger, Perruquier & Cuifinier;
part marron le i du mois dernier: ledit Negre apparticn .
a M. GUlle de Primion, Habitant aux Irrois. En donned
avis & M. Mafizeu, Habitant a la plain du Fonds; oti
& M. le Dire&eur des Poftes, au Cap-Tiburon.
i Un Negre nouveau, Congo, ayant feulement I'tamps
du navire, ag6 d'environ 35 ans, pari marron le i" de
ce mois. Ceux qui en auront connoiffance font pries d'et%
donner avis i M. Dimongrot, en cette ville, & qui il appartient


AVI S DES POSTERS.
Le Sieur Prouct, Direaeur des Poftes & Nipes, privient
M" les Habitans de ce quarrier, qu'ktant oblige de comp-
ter de la recette de fon Bureau, tous les trois uaois, iI
ne fera aucun credit pour la remife des lttres qui feront
r6clamhes.


On trouve 1I'Imprimerie royale de cette ville l'Almanac*
de la Colonie ou lrennes Amiricaines, in-24, contenant la
nomenclature de tous les Chefs Adminiftrateurs Juge
fup6rieurs & fubalternes qui component les Corps militairs
& municipal du Gouvernement de Saint-Domingue, e8
quelques notices utiles i M" les Habitans & N6gociaas

-. .. I I ="", 'l .l I I L 1 --a


!, les Giniral 6 Intendant
4.. i a


-- .-e~U-uvr-~r rrw~l vfl-^ ~ r -* -) -


*1


I I I. IMP RMPM-WIF, a I









(N* 3.)
-m omm- -I-- n ,,, ,. ,,,., ^ -. ..,. -,.,^. .,,,, ,^ ,,,, ~ 1 ^ .. .. ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^


SUPPLEMENT AUX AFFICHES AMERICAINES.


01
1


I LE Sieur R. tufour, part incegmment pour France.
SLe Sieur le Febyre ,'c" evan Capitaine du navire le
:Conquerant, de Nante~ *..aL ffdant aux Cayes depuis
qa C.GU temps, part pour France par tout le mois courant;
it prin les debiteurs aux anciennes cargaifons des navires
i 1 tfonquirant & la Marguerite, qu'il a genies, de le payer,
I ccmme ceux a qui il pourroit devoir de fe pr6fenter pour
c:ce pays. II a a vendre, a grand compete, moyennant du
S nomptant, la maifon qu'il occupe, fes Negres domeftiques,
I s miubles & quelques reftes de marchandifes seches.
SM. Bordes Sarradas, Subr&cargue du navire la Marie-
Cat/ierire, de Bordeaux, Capitaine Langlois, partira pour
f'ance, dans le courant de Fevrier prochain; il declare ne
rian devoir dans la Colonie, & prie les debiteurs ~ fa car-
galfon, de vouloir bien, avant ce temps, acquiiter leur
compn'.
2 M. le Ch"r de Ruffy, Habitant au Petit-Goave, part
pour France, dans le couraat de Mars prochain, & laiffe
la Dame fon kpoufe, & fon frkre, charges de fes affaires.
i Le Sieur Tinturier, Marchand Luthier aux Cayes, fe
propose de partir pour France au mois de Mars prochain;
il prie les perfonnes a qui il doit, de fe prefenter d'ici a
Scette Cpoque, ainfi que cells qui lui doivent, d: ne pas
lui caufder de retard.

REi u ION Av DoMAINE DU R o .

3 En vertu d'ordonnance de MM. les Adminifrateurs,
en date du 20 Dacembre 1788, le Sieur Jean Pcbarte, Habi-
rant au morne & Gayac, quarter de l'Arcahaye, pourfuit en
Ireunion, au nom de fes quatres enfans nommes Jean, Francoife,
SAnne & Sophie, un terrain fitu6 au lieu dit le morne a Gayac,
)concde le 12 Juin 1771, au Sieur Michl L'codi qui ne
'a jamais etabli.
3 En vertu d'ordonnance de MM. les Adminifirateurs,
- en date du 17 D&cembre 1788 M. Peyri M'decin du
Roi au Port-au-Prince, pourful? en reunion un terrain pour
culture, de mille pas carries, fitue dans les hauteurs de la
riviere du Cap-Tiburon, d6pendance du Fond de 'Ifle-a-
Vache, borne au fud de ladite riviere, pregnant pied 1 la
borne de M"e de Sevri, aux droits d'Alexandre Lamouffaye,
*ch aiant left en temontant le long de ladite riviere pour
lkrgeur, & au nord pour hauteur vers ia montigne terres
Uon concedees. Ledit terrain a te& concede au S' Jofeph-
Stani(las Fergon, le 9 Novembre 1771.
3 En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiftrateurs,
en date du 17 Decembre 1788 M. Dubois, Doaeur en
Medecine, pourfuit en reunion un terrain de la contenance
de quinze cents pas carries fitu dans un pays nouvelle-
ment decouvert entire Baynet & le Petit-Goave, lieu dit
ordinairement le Boucan Mapou borne d'un c6ti de la
riviere Raphael, d'un bout du S' Delngrene, & de deux
Cotes de terres non concid6es. Ledit terrain a &te concede
SDew oifelle LOMuC ;f-Fr cf Ddnrgr,,; h 14 Juillet 1718,


Janvier 1789.
[i i


3 En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiftrateurs;
en date du 26 Novembre 1788, le Sieur Dupont, demeu-
rant aux Cayes pourfuit en reunion un terrain concede
au Sieur Pierre-Jofeph Trigan, le 29 Juin 1770, firtu an
quarter du Trou dependance du Fond, paroiffe des
Cayes, borne~ l'eft, pendant quinze cents pas, du Sieur
Duval, chaffant aufii quinze cents pas dans ies terres non
concedees.
3 En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiftrateurs,
en date du so D&cembre 1788, les Sieurs PEyraubC pere
& fils, pourfuivent en reunion, deux terrains fitu6s a la
ravine a Poux-de-Bois, dependance de Mirebalais, concedes
I'un le 25 Janvier Y172 au Sieur Soiffons, & i'autre le
28 Septembre 1753 au Sieur Pedron, qui ne les oan
jamais Crablis.
3 En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiftrateurs
du io Novembre 1787,-la Dame Chicot, dtmeurante a
Mirebalais, autorifke de fon maria, pourfuit en reunion, un
terrain fitue au quarter de Mirebalais, lieu dit le Boucan-
Fougere, contenant quinze cents pas en carrY, borne d'un
bout de la Crete-de-Fougere, d'autre bout les deux c6tis
terres non concedes, accord pour hatte au nomme Gilles
Fequicre, le x2 O&obre 1740. Ce tetrain cft aAuel!ement
borne au nord du Sieur Jean Chicot, au fud de la Veuve
Fequicre, a left du Sieur Francois Lacroix & a l'oteft da
Sieur Pierre Brunet, & c'efl par erreur, que la Dame
Chicot i'avoit annonc6 fous d'autres abornemens dans les
Aflfdies des 27 Novembre, 4 & xt D&cembre 1788.
2 Ea vertu d'ordonnance de MM. les Adminifirateurs;
en date du io Decembre 1788, fur le denonciation du
Sieur Simon Bilard, Habitant au Dondon, & a la requ&e
du Procureur du Roi de la Juridi&ion de Saint-Marc, it
fera procede a la pourfuite en reunion de deux terrains de
chacun mille pas carrds ou la valeur reduite. Le premier
concede au Sieur Antoine Pioche, le 7 Mai 1777, fitue a
la riviere des Orangers quarter de la Petite-Riviere des
Gonaives, born a left de Madelon, N. L. chaffant i
l'oueft vers la veuve LafeCrt, au nord de la veuve de Clavin
& au fud de terres non concedees. Le second accord 'a
Louis Pioche, le 21 Juin de la m&me annie, fituee au fufdit
lieu, borne au fud de la veuve de Clavin, au nord-eft
des terrains de Madeleine Coquiere, & a l'oueft des terrains
non concedes.
2 En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiftrateurs;
en date du 24 D&cembre 1788, le Sieur Parrere nourfuit
en reunion un terrain fitu 'a la montagne Terrible, depen-
dance de l'Arcahaye, concede le 27 Mars 1786, au Sieur.
Pierre Goguct, aine, qui ne l'a jamais 6tabli.
2 En vertu d'ordonnance de MM. les Admin itrateurs;
du zo D&eembre 1788, le Sieur Fourcify, demeurant au
Cayes, pourfuit en reunion un terrain fitue auTrou, depen-
dance du Fond, de mille pas en carr6, cornced pour hate
& corail, au Sieur Salvifort, le 20 Mai 1771, par MM,
Nolivos & Bongars, borne a l'tft du Sieur Dutertre, ai
nord des Sieurs Trigant & Duvai~ ~ l'aueft & au fud de
terres non condicds


ti,


!iL;








OP. 7A.T M1Y Y3 1iiY3 1 R
r --r*^ ^...-.~.... .... ..~.-._._._.,.r>__
U,~~7~5;;~;U4J-dD~IL~lfiaLIIC~lC~~I~rP.;-tL~i~;=LI ~1ILW1ttL=


NOUVELLES


2V" IVT7


AME D I Io


DI


R 0


VE

J 'r.


J AN VI


ROSES 8

ER 789.


24 once.


RED A C T E U R.


MM. les Abonnes aux Afliches Amnricaines font prevenus
que le R'idadiUer ne fe mile en aucune manirre de ce qui con-
verne I'expdition 6' I'envoi de cette Feuille aux Soufcripteurs;
c'efl M. Bourdon, Imprimeur du Rai au Port-au-Prince,
6' a M. Dufour de Rians, Imprimeur du Roi au Cap, qu'on
doit' s'adreffr pour ics Abonnemens 6' tout ce qui y a rapport,
ain. qzae pour les Avis Annonces &c.
L: RidaReur rccevra toujours avec reconnoiff'nce les articles
de Nouvclles 6' de Varit'is qu'on voudra bien lui envoyer
pour enrichir fon ouvrage, inais il ne fira aucun ufage de ce
qui 4i parviendra anonymement ou pieudonimement. Les
Perfonnes qui' defrcront ne pas tre nominies peuvent computer
fur la plus parfaite difcrItion.. Tout ce qui lai fjra adref fans
etre affruncli ne fera pas ouvert.


D r PORT AU PRI NCE.

L ES Nouvelles Politiques continent de nous manquer.
La brife d'eft qui regne confamment ici depuis plufieurs
jours, emp4che les batimens d'arriver, & les courriers du
nord & du fud ne nous ont rien fourni jufqu'aujourd'hui
5 Janvier que nous devons envoyer cette Feuille en
manufcrit a lI:nprimerie. Dans cette ignorance ou nous
fcnmnes des opri;.ions des Teces couronndes, ce n0 paroitra
bien flerile a qudques Leaeurs mais nous tacherons de
le rendre agreable a d'autres en publian: divers articles
que ncus avons 'foin de tenir en r'ferve pour des occaiions
frfeblabies. A l'inflant de matre cette FeLuile fous preffe,
il af ive queiques nouvelles, qu'on doanera la femaiine
prcchaine.
E. S P A C N .
Extrait d'une Lettre de Madrid, en date du 8 Novembre.
a 11 y a quelque-temps que notre Gouvernement a
confacrer par des Lettres-Patentes, un Ctibliffement fo!enne!.
C'eft une Acadmrnie de f.emmes, un gyneci parfair. Ses
AfsTmbl!ees auront pour objet d'infpirer la vertu, le goult
di travail & de 'indufl:ie, d'amlliorer les mccurs par des
examples & des tcrits; d'infpirer au fere l'liorreur du luxe;
de lui appreadre B fe dfiier de ce penchant perfide & fi
common, qui lui fait pr6efrer fouvent une toffe brillante,
m[;s etra:igre a 'autres avffi agriables, mais nationales.
Telles doivent tre les objct, refpedables de l'emulaiion
& de i'Cloquence des nouvelles ALadCmiciennes. Le choix
es Membres de la raiionnable & vertueue affociation a-


7n-


'~L~J~CL~PI~~


------C--UW*I)CclCI3r~-llb-~rr


I~luO~lo8saBa~L
~i~artBRIB~J~i~,~


dejia 6e fait & public. 11 y a meme deja eu plufieurs
Afflmblees. Pour fe conformer en tout aux ufages des arr es
Academies on a commei:c par mettr( fur la life des
Princeffs, des Ducheffes, des Comrmefes; on a 6lu Madame
1b Pre;dcnte, MIadam.e la Sccritaire qui fe font mii's en
poildlion de leurs emplois par des difcours finguli:rement
6loqens. II y avolt une Aflemblee nombreufe 6 fort biem
compofle : le graces n'ont point manque aux ki.uress
ni lsc applaudiffmes t aux LeArices ).

GRAND DE BR S TA4 E.

On cus a fouvent demand, verbalement & par !ettres,
des rcnfeignemens fur la Chambre du Pznix a Londres,
.qui afrTre les edifices contre les incendies. Nous fommes
aujourd'hui en 6tat de fati.faire 1 ces demands, mais nous
dic!arons en mmer-temps que nous re pouvons donner d,
docu .eans plus pofitifs que ceux qu'on va lire.

Propofitions de la Compagnic du Phenix a Londres pour
1';fi.rance des maijans meubles efts mnrchandifes,
navires dans les ports & far les chantiers conre les pertes
& dommages qu'occa/ioncnt les incendihs dans toutes cs.
paitis de i'E:a;cpe (*).

c L'affurance des biens centre Ics ravages de3 incendies
eft une inflitution des plu f irs fuir & des plus utiles de
ce file. Certe precaution a preifrve des mii!ers de families
d'une ruine foudaine & le commerce en genetal en a
acquis un furcroit de furetr. -- Les foins que I)s Direc-
teurs de cette Compagrie on ptis lors de fon mtabliffe-
ment, pour fizer les primes & les conditions de 'Tailuranca
centre les incendies, fur des principles plus quitabls qu''ils
ne f'avoient ei6 aupara'ant, ont rec! I',, prfobion g"" c--
rale ; des Habitans de Londrs: s'e:ant fr eqiumm1r.t adreis
i cette fociite pour alturer les biens dle Icrs Correfpon-
dans dani les pays 6trangers elle s'cil dterminee a
6tendre fon plan d'Affurance. i:otr cet eft.t, eil tient toiujurs
un capital tres-confidArable pet, pour payer les perres ) .

Table d'dvaluation des primes annuelks aI payer pour les
ajTuran:ces contre Its inceda'es, pour les fimmjus n'excidant
pas 4000 liv. firling.
N0 I.

Sur les alffirances communes ou hafards de la premiere
claffe, favoir:
Mat ons de briques on de pierres couvertes de tiles;
d'ardoifes, de pierres, de fer, de plomb ou de cuivre.


(*) NoGU ignorons fi la Compagnic aifure pour I'Amdriauei


X~JI~L~FZOa~l~
lrlslirr(llsl3YD1iU~~mUL-r --- ly__~lCy-^l--- ylL-LC--~ __----Y


_~~~~~~_~~~ ._..,.~~.~.,-~II~- .--.-~--------?-------~C~UIIY^I"."~- -~IIII~I _-CIC-LIW*IICYIYI~YI


- ---------- -I 1


['I ]








Meub!es au maarchanedifes non fujets a des
guliers, contends dans de tels I~timens.
Pour oco.b liv. flerling, par an. 3 f.
~00s .. 5
3000. 7 6
o4030. .


dangers parti-

ft. p' io.


N" IL

Hafards de la feconde clafft, favoir:
Maifors don't ls mars font en parties de brique & en
partie de bois, ou mairons enduites, couvertes d'ardoifes,
de tuiles, de fer, &c. cornme ci-ddffus.
Meubles ou marchandifes non fujets 'a des dangers parti-
tidliers, contends dans de tels batimens.
Effets fujets a des dangers particuliers contenus dans
des batimens de briques ou de pierres.
Pour 00oo liv. fterling, par an. r f. t. p' zoo.
2co000. . 7 6 do
3000. . to 6
tes ravires dans les ports & fur les chantmirs font com-
pris dar.s cette claffe, de nmwme que les mnifons des coof-
tru&eurs de navires, des charpentiers, tonnrllies, bouian-
gets, aubergifles & marchands de gouiron.
N0 I I.

I-afards de la troifieme claffe, favor:
B3atimans de bois, couverts de planches ou de chaume,
ide mime qut les effects y contenus & les marcha;-Iifes
fujettes a des dangers particuliers telles que la poix, le
goudron, la ter6benthine, la cire, le chanvre, les huiles,
ie fuif, Ics liqueurs, le foin, la paille & le b" i en gerbes,
ccntenus dans quels batimens que ce foir.
Pour o000 liv. fterling, par an. 7 f. 6 d. ft. p' too,
2000. . 6
3000. . 6
Les noulins & les machines ftnt compris dans cette
claf'e, ainfi que la porcelain, la verrerie & Ia poterie
en nrgoce.
Les raifindurs de fucre, les diftillateurs ls chymiftis,
& autres profJEions particuliretment fuj.ces au accidcns
des incendis, font affures par des conventions difFentes,
& dent on trait avec la Compagnie.
Dar_ les parties de I'Europe oh la rigueur du climat
deraande un feu continued, ainfi que danrs ls viliks, bourgs
& villages qui font entierement conftrui:s de bois da.s
de tells pays les primes d~aflu-anca font plus hau:~s que
cdans la table ci-defus ; nous igno ons fi la Conppagnie
feroit une reduction pour les p:ys chauds, oih 'on ne fait
jamais de feu autre part que dans les cuifines. La Compa-
gnie lrure pour des foimmes plus confid'Iabies que celles
ci- deffus.
Conditions d'afurance. /

i. Toute perfonne qui dHfire d're affuree, doit remettre
au Bureau fes noms de baprrme & de famille, le lieu ordi-
,afre de fa rifidence de mme que le rarng, le titre, la
prcfecion, I'emploi ou autre quali-t.
2, Les biens a affurer doivent "ere fpPcifiks aufli pavfai-
tement que le cas le permerra : fi ce font des' batimens,
Sfasu dire de quels at&riaux font es mnurs & le toit,


dk


~J~ L.-~ ~


'*JrmlLfDIC*w^nn^'r^*f-n~-vylEL*'n*'''* *-r;wwK^*'*^ys*mrv^*w{^'


1I
leurs dirrenflons, de quel ufage iUs font, Icurs tuawtios t
1'gard des autres baiimens, ia larger de la rue. QeIele
fomme on veut faiie afiurer fur chaque batiment.
St 1'on veut faire ailurer des meubles & hardes on
fpkcifie quelle fomme on veut faire alfurer fur chaque
oljet feparement.
Lorfqu'on veut fire affurer des rnarchandifes, il convieat
de marquer de quclle.nature elles font come eitffes,
tiles, epiceries, parfumelies, quincailleries, & fi ells font
darss un ou plufieurs batinens; quelle fomme on veut fare
afftrer fur les marchandifes dans chaque bitiment aini
que la corfiru&ion & la nature de ces badimens.
3. La prime dolt 8Sre pay6e en argent comptant lorGf
qu'on done l'ordre d'affurer, & I'affurance commence des
le moment qu'elle eft paye, pour continue d'e:re en force
tuffi lo.ig-temps qu'on fera les payemens au bureau a cha-
que refoluiicn du term f picifie dans la police 'aflurance,
ou darn le course de 15 jours apr s,
4. S'li exife d'autre affurance fur le meme objet, 11 faut
en donner avis avec I'ordre d'afLrance, autremnt la police
Ira nuiie.
5. Les effets en dFpot ou en commiffi-n doivent etre
dc&lare. com.me tes, autrement la police ne les allure p's.
6. La CompagR:.e n'Tet point re'ponfable pour L- m:n-
tant dcs per.s cu domnmages causes pr uue invafira etfar.-
gire, ou LIa quefque force militaire, ni par le donm;mge
fait par Lin ncendie occasion par un tremblrim'nt de terre.
7. Les ie.,&e de change, obligations & auires papers,
ainfi que l'arg'i-r compr4 t, ne fboni compris fous aucune
aflurance. L.-s rn::daills, le~ j-:yaur, les b;joux, les curio-
fits, les mirs ict tablbaiu aui-deffus de o1 1. ft. cha-
cun, peuvenrr Ar; a'',- par une convenilan particuliere.
8. Les aff~iances ne font pas fai.es pour moins d'un an.
9. Les periomaus qui affureront pour fept ans, uront la
priir;e d'.ne ann!ee de Uad:ion; on accordera affi une
remiLf rilfoansb!e fur les affuraz:ces pour 3 ars.
to. Larf~ue par un incendle, il arrive queiques dom-
mage au: effas alfures par la Ccmpgnie, le propridraire
doit le fa.i conflater aufi:6t que pcflible, & envoyer aa
Bureau de IAgent les particularit's de 'accident, avec le
t6mopti- age des voifins, prifens a 'incendie, ainfi que
celti dcs perfonnes capable de juger de la valour des
effers de'ruits ou endommaghs. Ceses pes doiv at cre
vifees par le Juge des lieux. En les prefentant au bureau,
le montant de la parte, n'exc6dant pas la fomme affLree,
ift payp dans 6o jours au plus tard, fans aucune didua-
tion quelconque.
It. Tous les frais pays par les propri'aires des effets
affutrs pour d6menager pendant un incendie, font pays
par la Compagnie.
Les polices de la Compagaie font fignies & fcelles
par trois Dire&eurs.
Les Bureaux font ouveris tous les jours, dans Lomnbrd-
Strcet, 'a Londres; les Negocians dort l's noms fuivent,
fon;t en France les Agens de la Cornpagnie.
En Bretagne, MM. Schwedghautfr & D'obrie, a Nantes;
en Normandie, MM. Collow fires, Carmichail & 'onmp.ag:,zi
au Havre; & pour les provinces m.ridionn;,es, M~.
Bo[fi're & Morgan, a Bordeaur.
On crit d'Irlande, qu'un maitre d'criture, a d&couvert
un moyen-de fixer la longitude avec la plus granJe exaa-
titude, tant par torre que par mer: c'eft pour la cinquaa-
titme fois que cette decouverte eft annonc'e


.Il:r-------rari3- FIIC~-r-~) ~~~-~r~~l-"I--cl--"-c---r 1rr*nr~n. -a-~t-yr~~,rr*u~-~rr~rwn+crC~hunm-









IresA faru firprtat4h, de la Merue 1 la'Martinique, par
ks Colons de cette 1le.

xa Nfos ereyons utile, effentiel mime de prevenir les
laces mnaritimes qui font des envois de more dans nos
Colonies, de la fire enfucailler bien seche, dans des bou-
cauds .fits en merrvin de chene, & non de fapin, &
avant de les foncer, de prefer fi fortemetat la morue,
fuivant l'ufage de 'Amdrique du Nord, avec une preffe
deifin.e* a cat ufrge, qua tel movement qu'on puiffe
donner enfuite aux boucaiuds lors des embarquemens, debar-
quemens, rembarqu7.mens & rou!ages ju(iques dans les habi-
taions, la more dans ces boucauds n'y puiffT jamais baif-
fer, ni laiffer le moinWre vide env 'elle & Ies- plan:hes
de~ funIs, pour que l'air qui la corrompt promrteinent,
ne s'y iifinue. poinr. En 1787, ii a t ia fair de Marfille
a Ij Mlartinique, ua envoi de m.jrue de plus de 500 bou-
cdulis. Cette prec.uiion, alots ignoree en France, n'y
ayant pas it obferv mais non preff!, tA arrive H la Martinique, vide de plus
d'un pied de profonlaur; c.te r-granie maffe d'air ayroit
de.irier la moue au point q:e, f-aur de pouvoir trouver
d.s .acheteuis de g-e a g on a eti oblige de la vendre
. i'n an, a u e enormA.. Mais loin de fe decouragpr,
les A.ma.eu-s doivent au contraire eie confrmensit alfort s
du fucceu de ledrs anvoii, tant qu'ils obferveront flvcre-
ment le pro-nc' i n-ique. Le poids des boucauds doir there
g.earalcnment de 8 90o & I, coo lb. pas plus; celui de.
8,o0 lb. eft meme prifrable, & pour faciliter i'arrimage
des navies, on peut fire auffi des futailles de 4 a 5oo lb.
Cttte more en boucauds eft prefiree gtniralemrnt celle
qui ne I'ef pas, c'eft-i-dire, a cell qui arrive dans les
Colonies en greniers, foit de France, foi dire,&ment du
petit Nord. Celle-ci n' ft propre qu'a etre vendue en ville
par So & oo lb. mais pour tes envois au dehors, & par
bateaux, dans tons les quarters de lifle, ce font les bou-
cauds que les Commiflionnaires prefRrerit, & avec grane
ralfon, parcel qu'en un quart-d'heure, ius ach1ient, p fent,
emnbarquent & expedient .divers Colons, !eurs commnct-
tans, zo & 30 boucauds, & qu'il faudroit des jourscnmiers
pour fire arranger & liar par paquets de So ib. cette
mnme quantity, & les oateaul ne peuvent pas di"hrer leur
depart. Cet embarrass eft un des grinds motifs. qui
font preferer les magafins de more amnricate dans
un p'ys fur-tout ou Ie temps eft fi cher & oh tout exige
celeriti dans les expeditions. On a effay6 que!quefois a
la Martinique, de faire mettre en boucauds la more fran-
soife, venue en greier; les boucauds etant non foules,
parce qu'on na ni le temps de les arranger, ni des ipffl'-
mens pour les preffer; ii eft artiv qua ces boucauds par-
venus aux habitations, le premier, mis d'abord en confom-
aation per les Nigres -seft trouve tres-bon; le deuxicme,
ouvert plus tard, humide & moins bon; le troifi~me, mis
plus tard encore en confommation, mauvais; le qu.trilmne
& les autres, tres-mauvais; & tous fe feroient trouves
excellent, s'ils fufffnt venus de France en boucauds condi-
tionnks fous preffe. DM-l, reproche fond6 au Commif-
fionnaire qui avoit eu le deffein de favorifer la p&che
national, ordre precis de priferer dor6navant la more
amnricaine. Le Colon a cet regard ne merite aucun repro-
che, parce qu'it ne doit point perdre auffi gratuitement.
'ceft done aun Armateurs du Royaume fair cas de dcs


31 y
observations; peut- tre neuves pour eur, & que; par not
experience dans le pays, nous feuls pouvions leur faire-
On fe plaint encore qu'on n'envoie ici, des ports de France,
que la plus petite more, parce qu'en France, au petit
Nord meme, on fait un premier & un fecond choix pour
Marcille, deftinis pour l'Italie, au lieu que la more
americaine, importee dans les Colonies, n'ayant pas fouf-
fert ce triage, fe trouve toujours erre de g and poiffon. II
nous femble qu'il feroit pofib!e de former a S. Pierre
& Miquelon, des eabiiifemens fIdentaires. pour y enfu-
tailler la more en boucauds de ch3ne, airfi qu'on le fait
au nord de i'Am'rique, & I'eipjdier dir~Ltement pour
nos I-fls, la Martinique, avec fes alentours, lefquels na
comprennent point la Guadeloupe, qui reqoit auant d'Ami-
cains que nous, confrnmment annueilemeut plus de 80oo
boicaulds de more, ca~cu!'s chacun au poids I, ooo lb.
II faudroit donc, fi lat p&he najionale, i la faveur de
la prime, devevioit erfin fffii{'ate, que chique femaine il
arrival i la Marin.ique, un brtgnin chtirge au moins de
16o boucauds de n;or francoife, qui ferci.nt vendus d'au-
tant plus proipipmrntc, qu'iis feroient livrables a infant.
mneme n.

On lit dans !e n0 259 du Journal de Guienne, la lettre
fuivan.e.

Extrait d'une Lcttre d'Aquin, fle S. Domingue, en date dit
4 Mai 1788.
cc Les Selliers de France ignorant fans doute,. que les
ch':vaux de S. Domirgue font beaucoup plus petits que
ceux de France, les felles t les brides qu'ils nous envoient
leur font l'effet que I'habit d'un homme de fix pieds fcroic
a un de 4 pieds 6 polices; les mords de bride fur-tout,
font infiniment trop gros & trop grands. On peut dire la
mmne chofe des hainois pour les voitures, don't es pci-
trails & bafcules leurs tombent for les jarrets. It n'en eft
pas de emrn e des traits, les brancards tant a S. Donir.gue
be .coup plus giants qu'en France, il faut confiquemment
les traits plus longs, mais il les faut aiffi moins forts,
parce que les vcitures y font plus lIg6res 1.
c Le reproche qu'on fair aux cordonni-s eft tout I'op,
pof6 de celui des Se!lizrs. Sur mille paires de fouliers pour
femme qu'on apporte S. Domingue, on peut en comp-
tcr au moins Joo au rebut, par leur petitcffe. Cela ne fait
pas horneur a nos Creoles (*) mai; il eft certain qu'll!es
ant le pied beaucoup plus grand que les Euroieennes. II
eft vrai aufi que cette grande quar.ti:A de fouliers trop
petits, qui fe treuvent n rebut, vient de ce que lhs
Mula:reffes & .kgrefles libres, ne marche.t aujourd'hui
que chainLes, & qu'ilevees a marcher nuds pieds, elles
doivent neceffairement les avoir plus grands; auffi onm-elles
de la peine i trouver des fouliers qui leurs conviennent,,.
On imprime une nouvelle & fuperbe edition des Xu-.
vres de J. J. Roufeau, en 32 ou 34 volurMes claff6s par
ordre de matieres, & ornes de go belles gravumes. Les
tomes & 2 paroiffent & font honneur aux caraft&res
de M. Didot I'ain4, que lon emploie i cette edition. Cha-
que volume en feuille coite so liv. tournois, a Paris, on


(*) Oui, les Croles fills de couleur, mais non les Creoles
blanches, qui ont, generalement parlant, le pied auff migno,
que nos Danms fran~oifis. ( Note du Redaetuur),


_mom -


_ _____~_1_1_ _~_








a les men es volumes d'une .mnreflbn ordinaire pour 3 1.
La dff.renca de pris eft confide rable, mats ce@H de I'ex'-
ciltion flef aufli. Oi a enrkhi cette nouvelle iition de
notes qui n'avoient pas encore vu le jour & q'i font tde
J. J. RouaJu m~mae. En voici une qui done dis cliair-
ciffemens fur la nouvelle HI'loif. Tout le m-nda doit deli-
rer conncitre ce qui intireffe ce roman ceiebre.
a Ce font, dit RouffsTau, des amours fantatiques, c'eft
?mon imagination qui a donn6 liiu ai l'H!oi'e. Je me
n figurois i'Amour & i'Almiti fous les plus raviffantes ina-
,,g-s; jI les ornai de tous les charges da Sexe, que j'ai
n to'jj urs adoe'. C'ciZ 1'Amour & P'Amitin q:ie l'ai repr .-
,,fent-s par les deun fEtnmis Claire & Julie, pace que
,l'exemple de ces deux versus unies efl plus rare. Ls
ideux caraftres font analogues, mais diff&rens. Je les ai
animus5s par ia bienveillance & la fenfibilit ; je leur ai
ndonn% les defaturs & les vertus que je me feastois. Ce
,plan fut d'abord tres-vagae, & compoft de qquiaquas
5,le:tres feulement : ce font les deux premieres parties o
S)il y a du remplifibg verbeux; c'eft le bavard ge de la
,, fiCre: je n'ai ja-rn.is pu le corrigar. Je crois la quatrim
n patrie la meilleure de ce recueil. J'ai &k tentk de fupprimir
3 ies deux fuivantes; mais peut-etre compeafent-eles i'agr.-
)rment pariT'uili;e. C'eft dans cette opi-ion qi-e ea les ai
7iaiffes; & la quatri'me & a fixiime font far-tout des
chefs-douvre d dilion. L'hiver fivant je voulus reprendre
3 ma premiere occupation; mais je ne voyois par-tout que
,les deux charmiuces amies, leur ami, l urs entoars, Ih
,ppays que j'avois cree ou embelli p.ur elles par mon
)imagiration:: je n' tois plus a moi. Ai.fi "luit par ces
a fiiLons, je m'occupai a y mettre cpqelque f'kire, pour en
) faire une efpee de roman. Je fentois bien linco.f'quence
,,de donner cet ouvrage, apr-s avoir &zab.i avec tant de
,,fracas, des maxims auftlres aprts tant d'inveaives
) centre les lives effminks. J'en rougiffois, je me dtipitois:
smais cela ne put me ramener a la raifon. Le printemps
iavoir redouble mon tendre d.lire; & dans mes erotiques
3 tranfports, j'aYois comrpoyI plufieurs lettre5 qui fe feanent
3adu raviffement dans clquel je ,es &rivois. Je puis citer
a entr'autres celle de 1'Elyf6e, de la promenade fur le h~c.
nQilconque, en lifant ces deux lett:rs, ne feat pas amo!lir
S,& feadre fon coeur, doit former le livre & n'ePf pas fait
)Ypour jug.r des chofes de fentiment. Julie a fur Clarice
:l'avantage de foutenir attention fur les mrnies objets &
i fans avantures merveilleufes. La fimplicite du fujet ajoute
?a la beauty de I'ouvrage. Julie paroi;, on s'empare du
,livre & de 1'Auteur ,.
II dit plus bas: 1 1 e.f certain que j'4cri'is ce roman
3 dans les plus rotiques e.tafas, mais on fe tromperoit en
; penfant qu'il avoir fallu des objets reels pour les produire.
On n eroit loin de concevoir a quel point je puis m'en-
;flkammer pour des 8tres imaginaires. Sans qielques.rwimi-
Snifcences de j:unfTfe, & Mladame D...., les amours que
,j'ai femis & decrits, n'aurolent eie qu'avec des fylth.ides.
,3Je ne voulus ni confirmed ni d:erui:e une erteur qui
) m'avolt ete avanrageufe n.
cc Je meditois, ajoute-t-il, dans mon lit a yeux fermks,
n & je tournois & retournois dans ma there mes piriodes,
, avec des pines incroyables: puis, (quand j':iscs parvenu
,'a en &tre content, j4 les depofois dans ma mrmoire,
, jufqu'a ce que je puffe lzs mne:tr fur I. paper. Souvent
ij'oubliois tout en m'habillant. Les quatre lkttres a M. de


24 '
,, Mflesherkes, faites fans brouilon, rapil4ement, a traits 'e
I p!lura, & nt.ae fans avoir 6 t relucs, font peut-rcre la
feula cho(e que j'aie ecrite avec facility dans tout e ma vie ,,
Ce:rt2 nouveUle edition fara un des plus beaux monumrns
qu'on ait eleven i la gloire de J. J. RouIeau.

D v P 0 T AV P AM C SL

LA COUR, par un Arret en date du 31 Decembre
dernier, poor faciliter fexpedirton de fes Arraes par plulieurs
Greffiers Commis travaillans a la fois, fas .que cette prompts
expedition puifre couter aucuns fais aux p!aitlurs, a ordonn4
que Ila plumitif de fes f6anges fera tenu 1'af.venir par foa
Greffier, fur feuilles f~par6i, lefqutl1-s front num.rotees
a chaque page & rcunies a la fin'dj d'2cIaqe mnois pour
former regilre.
Enjoint a tous Grefficrs ou leurs.Commis'dee e confor-
mer a l'Ariicle II. du Chnpitre 13 du dix Noiembre 1787,
portant tarif des frais de Juflice; eq..xonfquence, leur
fait defcnfes de percevoir aucunas fobmmrs que!cor.q-ues des
parties fous pritt::e de prompted expedition;, le'quelles per-
ceptions la Cour interdit, come abufives & veiatoires:
erjoint au Greffier en chef de tenir conflimment les exp4.
editions au courant; en confrqucnc., d'y employer des
Cocinis capable, & en nombre fuififanr, pour empecher
qu'elles ne s'atzierent de nouveau.
Ordolnne audit Greffcir en chef de mettre a jour dans le
mois, pour tout delai, les affaires & expedition du Greffe
de la Cour, qui fe trouvent encore arrierces, d6c!are le
prifent Arre, tint en ce qui conccrne la tesne du Greffe,
qua lts d'fenfes de percevoir indiment de4 fommes pour
promptes expeditions, common a tous les Greffiers &
Comrnis-Greffiers des Jurididions du effort de la Cour.
Ordonne que le prefent Arret, de 1'excution duquel le
Procureur general rendra comptes la Cour le 31 de ce
mois fera imprimrn & afidche par-tout ou befoin fera, &
que copies collaionma'es d'icelui front envoyies dans let
Ssnechauffies & An',ir.utes du effort pour y etre blues,
publiees, regiflres & affiches. Enjoint aux Subflitus du
Procur.ur gnarals fdtites S-nrchuffies & Amirautes d'y
tenir la main & d'ea certifier laCour au mois.
Extrait d'une Lettre de Plaifance, du 4 Janvler.
i Les voitures pe'-vent fe rendre des Gonalves I'ha-
de M. le Ch" PFuilboreau,, dans Plaifir.ce. Les plus gran.
des dictffcuts de la nouvelle communication font vaincues,
& les voitures pourront fe rendre des Gonwives au Cap
a la fin du mois de Mai prochain ,.
c L'atelier de M. de Bflle Anfi n'a aucunement fouffert
dans les durs travaux qu'il a faits ici. Tous les Neigres
fonit renters chez lui mieux portans qu'ils n'6toient 1t
jour de leur arrive, & ont gagn6 environ uie gourds
.par jour, prix qui eft autznt du au choix rare des Negres
da cet atelier, qu'a la quality avantageufe des terres, &
a la cbntinuit6 du beau temps n.
reux d'avoir un auffi petit nombre d'hommes hours des
travaux du chemin : aucun n'eft dargereufement malade,
& dans 1'rtat de travail & de privation aucuel nous fom-
m?s depuis long-temps foumis c'eft pour .nous un vrai
fujet de faiisfa&ion d'avoir auffi rarement a foulager & i
confoler des 8res fouffians P.


A'U PORT-AU-PRINCE, DE LIMPRIMERIL ROYAL I


~SL~ar~ _,_~_


l~ll*~ann;ll~lrBC~m~~~-~~nr~~~* __ ~________l*--~-cl ~-
""3C*-rr~-~--~-~Imch~-cC~nn
_-.I_ .......... ,,~*~-YI1I----------- -_~-













IMPRIME

SAFFIC2


[ ^2



oIRIE ij ROY ALEo 9I



DI JAN -IE--
____ --- Vi' xi* o
1^1 ~i in 111 .111.>11 r 1 111 *i11 n11 .y


MovvE Sis L'OtUEST ET I

r: nSwrc S oris.

A.U Port-au- ince le Janvier, la Pau-
line, Marfeile o~3cmbre.
Le 6 li'Eneprife dffet Bordeaux ,
14 Nodverbre.
L'Ocian, de !a Rue, Saint-Malo, venant de
Bordeaulx, 8 Seprembrs.
La Vile-d'Yverdura Barbier Marfeille ,
1" Nevembre.


3U SUD.

PASS AGERS.





10

4
16


Total des paffagers arrives depuis le i" Janvier,


Sdes bAtimens.. 4
II y a dans le port 92 bAtimens frangois de long cours,
y compris 4 btimens du Roi.
Au Petit-Goave, le 8 Janvier, le Quartier-
de-Nipes, la Touche, Nantes, 1 Novembre.
Total des pajagers arrives dqpuis le i"' Janvier.
des k timens.. . .
Aux Cayes, le 28- Dcembre le Duguay-
Trouit,, Aubinet, de la c6re d'Angole, avec
241 Negres.
Le 29 la Loui/f Dupuy Guadeloupe
Ii Novembre.
Le Jofeph-Marie Colas Guadeloupe
22 Novembre.
Le Dauphin, Nourry, Ilonfleur, To Nov.
La NVgreffe Rdrigues cote d'Or avec
2~7 N'gres.
Le 30 Ils Trois Phdippes Dantoi:e ;
Mofambique, avec 286 Negres.
Total des pafagers arrives aux Caycs en 1788. i 06
& des biimens. 71
Di'art dt nav;res Frano;s,
Da Port-au- Prince, le 7 Janvier, la Con-
aorde, Riou, Nantes. r
Totl des paffagers parties depuis le i" Janvicr. I


& ds b:aiilmens. .
De Saint-Mare, le 9 Janvier, le
Volet, la Rochelle.


Gonaivien,


Total des paffagers parts depuis le "e Janvier.


L des batimens.
.o a "


w *,


I-
I
---,-.


'rrivhe de navirts Ltrangers;
Au Port-au-Prince, le 3 Janvier, la Eth/y, Mancheflero
Rhode flnd.
Le 4, 'lelor ucker, rhila:elphie.
La Nancy, Perfcn GouJsbourg.
.e lViiliams Trench Charleflon.
Le 6, I'Entrerife, D)obby, Philadelphle;
Le 8 le Diamart, Churck, Middleoen.
Le 9, I'U7ion Deshon, Ncv,--London.
La LucreL, Senac, Bofion.
~~. -


Total des daim. itrang. arives depuis k i Janvir."
( I y a dans le port 19 bitimens &:rangers ).


(9);


Dipart de navires strangers.
Du Port- au Prce le 8 Janvier le Saint -Jo fepk
Affiers Curacao.
Le Thomas, V/Wfr, Savani.h;
La Caroline Mich !., Edenion.
Le Daupiin, CuSe Sav-annah.
Le 9, la Pegy,, Furlong, Baltimore;
Le Gordon, Ketty Beaufort.


Total des bitim. i~rang. parts depus Ies 1 r Janvler.
Des Cayes Ie 2 Janvier, Ic Coureur, Trogolf,
de l'Anmieriaue.
To.-al'.; b.it i. c;irng. parties d'fpuls I e I. r .:nvier.
To~al ar a'... v


M er


ESCLrAZS MAARROS ENTarr A LA.GEOLE.

A J3rmie, le 30 di mois derni'r, Jean-Pierre, Creo!e
An ^7ios, ag de 28 30 ans, tile de c pieds a pouces,
'e forte corpulence, ayant plufieurs &tamnps bifries le
corps covert de viilts ca ticas'- & I'orcille gauche
une ercoifTance do chair, qu'il dit e ne fuite de dmaladie,
fe difanr app rtenir au Sieur Jean Bayonne, Marchand a1
Cap, place de Clugny.
A Saint- Marc, 17 2 de ce mols, Saint-Aubin, Carga;
fans -.rpe appara:e, ag& de 9 a io azs, fe difant ppar-
tenir a M. Guerin : Ie 5 ArqUil Mcfambique 6tamp
fur Io fein droit GVIB3ERT, ag de 27 ans raille de
5 pleds i pouc2, fe dflant apparcenir a ?'aM. Duclos : le 6;
Figaro, Conga, 6ramnp fur le fein droit, en far-h-cheval,
MieS, & d'autres lettres illifibles, au-deffous, autant qu'on
a pu le diftinguer, AVC, ag' de 18 ans, taille de 4 pied'
i pouces fe difant appartenir a M. Camalo Habitant
aux Genaives; Franoois, Creole de l'ifle de France, fans
&tampe apparent age de 12 ans taille ,de pieds, fe
difant appartenir a M. Pirrou; & Lafleur, Creole, 6tamps
fur les feins VERDERY, & fur le gauche BOREL, Sui
deffous ST MARC & fur le droit illifiblement ag. de
27 ans, taille de 5 pieds 3 pouces, fe difant appartenir .
M. Laboule Habitant au Mont: Rqu'is : e1 7 Miarfi


I~ I I __ll__ll__/_bC__hIC_*_CCCIICF_1


__ _I


*




i- -i --- -


/:' (e C'ole ',P-, fur les f.ens LANSAC au-
(dciLe;Vu S, r 'g'2e de 22 ans taill' de 4 pieds to poauc
e dilfant apjlp.rt.nir M. Lanyac, au Mont-Rouis.
AJ Port-au-P,iice, Ie 6 ecce monis, Milord, 'e difant
app.rtenri au Sicur ,Mariti Mrchirnd en cetra vi!ue : Ic
8, 1Aan, Anglois 4tspe CAl DEVILLE, & de p!fieurs
autres Crampe iilifbles, avYn,:t un collier de f!r, i' dilPnt
appirnirN a M. Robint H-,bitant au Grand Goave ; .Z
4i'ate ,, Cr-ole fe difant de 'hhabi:ation Boulainv;iltrs:
le 9, Laurent, Capelaou fans etamnp, fe dilant de ilha-
t;iation Bj',r'oner Def.ory : ie Gilzes Crdole,
tIampI. V "TVDRELIL fe difant de l'habitation Faut.dricui
^ik Md-ldin:, )Congo i.t-;mpe nouvellemnat l'etuipe
i.'ifibl ti't bFtl'i fe difant appattenim la nommle4
hnI, Mi L. en viie.
1A. L- L a -sv isA e

A4 ,r1M E NTA S AUX JP t AVIS.

A Sai:,t- Mar, le 28 du mnois dernlsr, un cheval fous
poll ro!:g : .anmpi fIr la cu;ile du imo-atoir MIP : le 4 de
ce moist nn iJrnm focus pol alczin &tamp6 fur la cuiff
eu monitor P, &A d'tres letsres iliiiibles, ayant une e&oile
Ct' front ; & tiu hckm foss poll gris, etami% .LIFr la cuiff du
memoi3n 'r I FA bls trcis dernieres iertres entrelacies :
ie i un mulet 1 a00 poil fouis &tampe fur la cuiffe du
montoir, autant qu'on a pu le diftinguer,, d'autres
lettres iilifibies.
Au Pot- au-Prince, le 3 d: ce mois una bourrique
fou; poil gr rtpie fur la cuiffe autant qu'on a pu le
difi'rgoer, H : Le 8, ure j-Wmnc t ,fus poil bLi 6ta'mpin
iT, course quiueu; une iman fous poil rouge, etamrn e S;
au-efCius5 I'C; tn bourriquet fous poil fouris, Ltampe as
cou T-R ; un cheval focus poil bai clabaud 4tampi
LS ; St on id, fous poil rougE &tamp. T'C : le
x un cheval fous poil brun, dtarape ^-T.



AVIS D'ADMINISTR ACTION.

La faifon auuelle &rant reconnue pour la plus propre
aux travaux des chemins, Q raifon de la rareti des pluies;
ceux de la nouvelle communication de la partie du nord
avec ceikls de I'ouefl & du fur vont etre pouTfls avec un
redoublement d'aiv itC : le P blic ell prevenu que le grand
chemin qui de la limited des q;uartiers de Plaifance a du
Limbe fe rend i ai grande Rav;in fera abfolument firme
le so. Cette precaution ncefaiire pour 'virer les accident
& facliter les travaux aura pen d'inconvnien s rpour le
Pubilc qui aura par I'ha-itaticn edouri, un chemin qti
peut etre facilement rendu praticable pendant la faifoia
el fees.

Les Capiaines de navires qu; font obliges par les Rgle-
sn d' s sorts du Royaume dans leflque ils font leur
retour, de rapporter des cer-ifi,-- s pour j~rtt fiber qu'il ne
ti;gne 5i nmaladies contrsge:If3, ni 6pidemies dans les ports
lt il auroat fijourn, '9affcernt aux Bureaux des Clifes
de ccite Color i,,, & lefd3it crtficars, s'dl v a lieu de lei'
e::-p!i-r, tei.r fer.ont rcmI s f.ns .iucruns frais, queis qu'ils
p':riT cir~; ils ij f-ront efuie tigrer avec leurs aumrRs
,pa-it.i par MM. is Gouverreier G,.t.l. Intendar.t,
pa p? kury fRe^^^^s


[ I, 1


A VIS


DaI v ERs.


3 A la require de M6 Landr!!e, Curateur en tirre d'Offis
au, ficceso.s vacates au Pi:-t-Goave, grant en cent
quiait ceux de D)nam veuve u:ndsvfce, vivante l--biiante
en p ainr de PMi~tgo .ie, cn vcrtu de fenience de la Sene-
chlaulie dudit iieu, !c:ndue au profit des crTancijrs d'icelle
1le renme 0 obre- 17'87, d"ument vifee de M. le Procureur-
genical du Confil- fiperieur de Saint-Domingue, le vingr-
qua:e Juia deernier, il fera, l Mardi que l'on comptara
27 diu mois courant procdC6 iffue d'audince ,
a la vene & adjdicaiona aux plus offrans & derniers
enchrtifieurs; favor, d'une habitation fife en plaine
de iiragoatn,, jadis tabiia en fucrerie & tres-fufceptible
tiy eire retablie aujourd'hni, une parties des moines en
coron, de la contenance de cent quatre-vingt-douze carreaux
enviiro, dent uae pa tie en mornes & le furplus on plane,
avec ik batinens qui y fion, confifans en une cafe principale-,
ca.fc a N'egre, magafin a coron & autres; ao, d'un terrain
dit Saint-Lo, fur lequ lI fonti ds places a vivres pour la
fubafll:nce des Negres de la grande habitation, icelui de la
con',.;,ce( de foisante carreaux ; 3, des uftenfiles fervant
a '-.t:t, de i'habitation, come poids a peer, moulins 4
coon, fleau garni de plateaux & chaines, bceufs de cabrouet,
cabroue;s bce,.fs, &c. 4 enfia, foixante-onze te:es de
Ne'gres, N'egrffes, Negrllons & Negrillonnes: i la charge
par les adjudicataires, t, de payer en argent & non
autrement, entire !es mains du Requirant, le prix des
immeubles dans quatre annLes a computer du jour de l'zd-
judication par quatre te mes dgaux d'annee en annee, don't
le premier clherra un an apres 1adjudication : de payer
le prix des N.gres, moitie comptant & r;utre moiti e
douze rmoIs, aufli a computer du jour de 'adjudication, en
donnant caution & cerificateur de meme que pour les
tetes, dcmicidlies en cette Slnechauffbe & folvables. On
pourra prendre corncoiffTrce diu surplus de la carte-bannie,
Lu bureau des Huifliers du Petit-Goave.
3 La Sieur O0iot, Apothicaire du Roi a Saint-Parc,
vicnt de rectvoir de F ance tm affortiment de drogues qu'iI
vcr-dra a bon compete, ainfi que trente carreaux de terre,
fituas dans les hauts de Saint-Marc, 6rablis en cafr, fur
lefqels ii y cu a environ c*otze mille pilds de douze S dix-
huit mncis, d'une bonna venue, une grande cafe de fiixanre
p;eds, diviefe en trcis parti? s. diveries autres pour les
Ni;res, &t deux be'les banmai.ries.
'3 M. Daubagna, Executeur-Teftamentaire, du feu Sieur
Percva :l, vivant H1birant, decde' a Bordeaux, prie MN
kis c a'inriers de ce d:rnier, d'avoir la complailance de lui
c0,,mmuniqt-er levrs ritres de cieanc*-, difiranm cornoirne
litat (Id cete fuccefion, pour avifer aux movens de la
li qui r.
3 Le Sieur ]Cq-r'e St!'!7g', !HabLtat la Grande-
Rivire desi Gon;i'ves, a l'ho'neur de prvenir ceux qui
autroent pu fare des f iGie.-arrert fur les fommes par lui
dlueis h fe Sietur FraFois raban, Habitan t au.it quarter
des Gonaivs, pour des terrains qui kdit S;kur Jicques
Ste'li. a acquis dudit fu, Sieuy Frarcois Braban, & def-
quelles ils 'JauIoient t64 pays, dce fe prienter ch'z lui, munis
de leurs ties, afin de s'en acquinter avant qu'il ne vi!e
f, rnfiins enveC: ss is riderss ii a, en ounre, I'honreur
d'.(lener a ,M" les crtan;iers que s'ils "e fe prefeintent
dans 1I deiai d'un ,rois, iis front dechsId-le urs domnands
contre lad1t 'Iur "c"es St"n
C03i;~ e~" olecr J,,cics Strriin,


-UULIIYLI~IIUII(1YII*c-Lr-- L--~---_---~ruarur--- wnSlllrt--u Il-.---L- C1-ll







C/


[ 27 ]


g Le Curateur aux vacances de Saint-Marc, done avis
Iqu la vente de l'emplacem.mnt dependant de la fucceffion
F'refcarode, annonce dans les numerous 97, 99 & 1or de
cette Feuille, pour etre vendu la trois Janvier 1789, ne
le fers qu.e le dii-fept du mnm. mois.
2 M" les crianciers de la fucceffion du Sieur Pere Dtsh-r-
sMaux, vivant Habitant au Cul-de-Sac, font priIs de remettre
le d6compte de leurs cr6ances, tant en principal, inretes
que frais, en l'etude de M' Pafquet de Leyde, Procureur
es Sieges du Port-au-Prince, pour vifer aux moyens les plus
prompts pour les folder.
2 MM Claufon, Procureur es Sieges, prevent M" lei
creanciers du Sieur Larcher, ci-devant Marchand Chapelier
en cette ville, qu'en execution de sentence du vingt-cinq
Novembre dernier, rendue entire les Armateurs du navire
le Saint-Jofph, de Saint-Malo, premiers faififfans & les
autres oppofans, il va inceffamment proceder au tableau
de repartition des deniers provenans de la venre faite fur
ledit Sieur Larcher, a l'effet de quoi les creanciers peuvent
renettre fous quinzaine, es mains dudit M' ClaujfJn, leurs
titres de creance pour etre colloquis au marc la iivre, au
difir de la fentence fufdatee, paff6 lequel dilai, lefdits
creanciers ne pourront plus etre admis la collocation.
2 La Demoifelle Monnot, leve de la Demoifelle Bertin,
Marchande de modes de la Reine, & du Sieur Delaitre,
premier Tailleur de l'opera de Paris, a l'honneur de pr6-
venir les Dapes qu'elle chiffonne les modes dans tous les
genres, mais- principalement dans les fuivans: IBonnet la
Creole, idern l'inginuite, a la coquette corrige-, derni-
parure, 4 la grande Nobleffe, au colimacon, la carline,
chapeaux en p.aufle, idem pares, en bonnet anglois, a la
Saltane, a la BergEre des Alpes, au bois de Boulogne ;
garnitures de robes de toutes efpices, ait~icmens de bals
paris, dans tous les coflumes. Eile fait aufli des ouvrages en
couture; favor, corcets ajuffls a la Glimard, a la Bergere,
a I'Angloife; Pierrot-ch-mifes la l Zichiie, bombbes ala
Sultane, i la Lyonnoife; fichus, fabors, manchatcss, demi-
jupes, ceintures, flzurs, plumes, &c. robes a la Turque,
a la grande Sultane; chrmi`es demi;parure, chelmifs-.he-
mifes, en levite, i 1'Angloife, -dites nglige, fourreau-.
Enfin elle vend des fouliers a la Sulrane pour bals, blancs
fuperfins, idem de Venife, idem colors; rou1 ve1g:al &
aux flours, dito a la role. Sa dem cre eft chez L: Sieur
Mohinon, aux brains publics, rues Royale & d, Bonice-
Foi.
2 M. Rfec, fil aine, a I'hanneur d2 donner avir t.ue pour
des motifs particuliers, fon comrnmetc a contintiZ j'irqt.i'a cC
jour fous la raifon de Bec fits; mais qu', comnper drd pre-
mier de ce mois, il coininuera focus la raifon de Dec ai'.
2 Les Sieurs S'a2idin j:unc & Bourlon, fu.cefleirt dae
Bouvier & Saladin, ont i'honneur de prever:ir 1M" les -ibi-
taan & NLigciars qu'ils viennet de recevoir d. Fr.ance
divers envois confi Brabls e .dreg qes, qu le Sieeur R9'i:er,
de present en Franca, leur a fair, & qu'il a etc a ma ne. de
choir, ce qui les met dimt la roffibih;!: d donner au plus
bas pri & de la meilleure qmaiit.. O1 trouvera to'j.urs
chez eux le firop de fafep.ir.iile c.ms-.fe defdi.s 'ieurs
Bouvier & Saladin, & donr Ils tiquet~es feront figifes
Saladin 6' .iourlon, pour ,vi'er outes contref;ns; les
pililes de Jacquet, reau -an';pnrido de BPauf)rt, dragies
de K ifrr & tous les ouvr.s n g.:nmte laitique du Sieur
efrna d.
q On ener:l plan-~iae ton's 1les i45 urs lives part;culi ers
qu'ils irouyent lms tales c.lies de Ieyt~ Nigres' ef1ncies.,


Le Sirur Cclin vient de trouver une m.trhet. ftre & peu
couteufe pour obvier a de pareils iiconvrens; el!e ccn.
fitle a pafier feulement d'un po.au 'a i'are .cinrq a fix
batons, entire lefquels on trerff du ahcla ou herbes de
GuinCe, que 'on enduit de mon6ier de terre bien .fit, cL
en chaux. Ce booufilage eft d'unte fo!iditi fans galee. La
preuve en a &t6 faite & it a tifiiia l'intetmpbrie e
toutes les faifons, rmein au couo de vent du i6 Auit
dernier. Ceux qui difireront taire apprendre ce,.e mithode
a leurs Negres, s'adrefferont au Sieur Colin, Cha(penrier
a la Croix-des-Bouquets.
2 M. Godefroy Capitaine du navire rAlex;ndre, du
Havre, donne avis qu'il a itC charge 'a on brd, ftpt
ba:lors, coffies ou malles, marques EV, par M'" Amcr,
Ronus 6& Compagnie, Negocians au Havre, pour ere Ci-
vres a M. de la Croix. D'apres plufieurs informnatons,
n'ayant pu d&couvrir le confignataire defdires marchainifEs,
il privient qu'il les vendra, faute de reclamateur, pour
cornmpe de qui il appartiendra.
2 Le Sieur Pierre-Louis Roux, -abitant a Nippes, a
l'honneur de prevenir M" les creanciers & d&bitetrrs des
fucceffions de feu Sieur Jofeph' Roux ion pere & de feu
Sieur Jofieh kicux fon frere, vivans Hbbitans audit quarrier,
qu'il vienrt de vendre tous fes droits & pretention auxdires
deux fuccffiors, au Sieur Patifier de Chateauncuf, Habitant
refidant fur 1'habitation d'heredite paternelle, qui s'eft mis
en fon lieu & place, par a&e au rapport de M' Leroy de
Kermeler, Notaire & Subflitut au Petit-Trou, en date du
6 Otobre cderrier.
2 Le Sieur Fruchard, ci-devant Marchand au Port-au-
Prince, pr.vicit les perfonnes qui auronL befoin de lui,
que fon dcmicile eft a Leogane; il prie aLli les perfonnes
qui iui doivent de le payer inceffamment, pour lui eviler
le d'fagremernt de les y contraindre par voie da Juftice,
ayant quit~ le commerce.
2 M" Antoitie Marcorelle & Tily p're, Nggocians i
Nantes, acqu.ireurs de la fucrerie ccnnue fous le ncm dr
Tuibe-die'Heilevue, fiuee dars le quardir de Lcgane,
prilen ies creanciers dudit Sieur Tirbi de rerecre un
dcct.cIT')e .de leur crear.ce au Sieur Hyacirte Gourjon,
NI' ci~rnt 'a I..ogane, fonde de leur prccurtion, ou a
M.e SiL c Pirocureur en la Sinecha-fL de catre viile.
M", RSji-'ei!-.tr..t &,le B erquieCr, "'N "
SM e!tr!T & le E' i, Ngocians en cezte ville,
dofen t vit Ii;'Is o7.t difiLu leur focicte e 31 Decembre
dernier. 4 que le Sieur elieant eft cf haisg de la liquida-
tion "'ic:l,'.
2 M. FeI!ctant, N(g' ciant en cette vile, done avis
qu'aynrt c.iiilous fa fo;iee avec le Sieur It Berquier, le 31
D. cembrJ d.erier, il rf h feul charge de Ia' liquidation.
En conf'quence, it piie ceux a qui il eft di par fa ci-
devcan fccci,' t, de s'adr:ffTer direftemet a lui pour tlur
pavcymnt & les d".ite:ts de ladite fociate, d'avoir a pyser
.en fWre msinrV le plUotc pcffible, pour le mestre a me.:n
de fhire hoirneur aux ergpgemens d'icelie. 11 pr:vilnt jue
ftl demenre eft place de Valliere, prts de M" Fon:aine &
Ccamp.g nie. Ledit Sieur fe propofant de fe fixer au ccm-
merce de la ccmmtn fifion, a 'honmnur d'cfrir fesci vices
a M"r les Habitar qui voi4dront 1'honorer de ieur ccrfiance.
2 Le Sieor Jean-r..:pti' le e equiier. Ntg7cirt en catte
ville, a lhonnr-ur de piever:ir i'. Pub.ic, q:c e tcrme da
fa focirdt avec le Sieur elhli.t.t ':;nt epir:ie du 1 I)D-
cc.nib e dernier, il refle ftul ch. g du i aia.: : i:tii en
rouie efpEce de fe:r:n1c i' & q.:iUcail',rie; it (ci.fe fcs fe:-
-vicI 1A i'''" let Hbiwris qui voudr&c. biLn .ihoLour ds


7~ ~ ~ re __ -1~7


~--~--I ------------c~-I-~,,,--U-cll- --- ----------- ------ ----- ------- --- --------------- .~ -P'









[ 28
feur coifiarce, tant pour ce qui ef de fon i. Gn qu.e
pour rsmplir les ach tts qu'ils iui conmm~trront, & pour
lear procurer la vente la pins avantgfgeufe de leurs denric!s.
I A la requete de VA. Delacombe, Habitant pres Saint-
Marc, an nom: & come esecuteur-teifamentaire de feu
M. le Baron de tugi, Chevalier de Saint-Louis, decide
Habitant au Mont-Rouis, paroiffe de Saint-Marc, ii (era
fiacceflivenent, les 27 & 3 t de c mnois, proceed premire-
rfment, en la maifon du difunt, fLuee en cede vii e, rue
Dauphine, la vente au comptant, au p!us offrrant & der-
nier encheriffeur, des linge, hardest, bijous, meubles meu-
bls-s, awgenterie, voitures, chevaux de chaife & autres
effects prif'iables dudit dCfunt : fecoacm;,m-:lnt, au ball a laoyr,
a- la Barre de la SenCchauliT e de cettedite viile, de ladite
rTailfon, pour trois annees conf.ecuivei; le tout aux con-
di'ions inferies dani les cartes- bannies, qui feron: publiies
& affi.:h'es en la rnmniere accoutumne, & defruelles cartes-
bannies on pourra coafulter les o:igi aux ch.z MP Mjnl.:iu-
fn Avocat cn Parlement, Procureur en la S~ncha !Te
de Saint-Marc.
1 M. le Chevalier de Ferrabouc, Habitan au quarter dii
Petit-Goave, f ul charge en cette Colon.ie des p:ocurations
de Ma-:!ame vyuve CFe-rlip r & de M. Ie Comte de Cey,
tuteur en Fr;nce, des enf;ni raineurs de feu M. le Comte
de AMry, invite, conjointemenr avec M. Cup'-l:r, tuteur
terdits minerss en cette Colonie, M" les Creanciers des
fucceiioii & commnLirtaute Cupcr!i:r de fire connoitre
Icurs titrzs, & de r m tre M he Clairain, Procureur au
P::ir-Goave, un dc-mptr de Icurs crounces, a-in de
pouvoir :&re -r m:r de p-.n re des arrangements pour tes
payer. UIs invi-ent egalement les debiteeurs auxdides fuccef-
fion & comnmu:-;v, dce s'aicqiAi-er pour viter le d(fa-
gr'nmant de l1s poirfuivre.
Madame Du-'rd', ibrch.i d nouvellement arrive en
ctre vile, a l'hoaieur de p--.Cveir les D),m'es qu'eie a
apporth de Fra:rce un aforiim2e-rt de tout ce qu'il ya ae
piul beau ea de&*-Yis & de plus la made, come moua-
felines de prem-re qualitr,, un'es, ray ss, brodes '. bro-
chies; linon-btir e, uni & br'.r-H ; toiles d'Hollande de
premiere quality; i, de f p4rieure q'a"i:,; propre a
ftire des robes pour les Dames; toiles a draps de lit, des
plus belles, ainfi qu' d'autres articles doit le dtail feroit
trop long, Ladite Dame privient en outrr qu'elle a vendre
une peidule a colonies en marbre blanc, ornee de g,'-
lnrdes, dorxe en or moulu & tre'-bonr.e, airnf que deus
fl.::nbaux de 0tic & albatre,.pour fire le pendant de
lddite pendule. Les perfonnes qui voudront 'hzoiorer d-
lc:r confiance pruvent etre affurees d'avance qu'ele ne
rjgligera rien pour lEs contentS:r & qu'elle v;a.idra tout au
plus lute prix. Sa demeure eft rui de Vaudreuii, a coti
de Madame Cou.ta, S>.-iemme.
Le SieuruJen-apie ECabo r Mairagane. a
rhonn-ur d'offrir a M" les -i.rt.ns d'emmrnaf-.er grais
los m;,;ch.: i;'s qu'iis voudronnt bieni l-i co:nnar pour etra
tranfporte-s par fon bateau, tant d': Miracap.ae au Pr
au-Prince aue du Port- u-Prince audit lieu.
M. Dcbefcat, Marguillicr en exercise, h l'Anfe-i-Veau,
a 1'honneur de prlvenir que le ti, qui fera le trofimrn
Dimanche de Fevrier prochain,e e etcution de 'Ordon-
rance du Roi, concernant les cimatieres, il fera procId a
I'adjudication'au rabais, au presbytere de l'Anfe-i-Veau,
de 'entourage du,nouveau cimeriere de ce bourg, de la
contenance de cinquiante pas cars, conformiment ~ la
carte-bannie public.
/f


M. Badet ain, Ndgociant a Saint-Marc, prbvient qu'il
rendra fon ccnpte, d'ici ~ la fin du preient mois, aux
hcr:iiers du fLu Sieur Thomas sine, dece6d le 3 Juillet 1787,
& qu'cnhfite il ne fern plus temps de fe prefenatr a lui;
il privient auffi que fis affaires l'appelant en France, il
vendra T"on fonds a bon compete pour du comptant ou de
bonnes trai:es fur de bones mailons de France, quoiqu'a
lo:gs terms.
AM" Corvai/ier, Benoifl & Compagnie continentt la vente
du n6grier la Jufiine, Capitaine Sauveflre, venant de la
cote d'Or; is ont encore cent-dix beaux N-gres i vendre.
i En vertu d'ordonnance rendue fur les conclusions de
M. le Procu.eur du Roi, par M. le Senechal du Port-au-
Prince, le 7 Janvier present moist, 86& la reqiete du Sieur
Supriau, tuteur des enfans mincurs du fen Sieur Delorme,
ii fera procede, le Mardi que l'on comptera 3 Fevrier
prochain, apres trois publications do: huitaine en huitaine,
SI'adjudication definitive du bail ferme, pour fept annees,
de fept efclaves dependans de la fucceffion du feu Sieur
Delomne, aux chargt.s & conditions inf&ces dans la carte-
bannie, don't on pourra prendre cdnnolffance au Port-au-
Prirce en I'etude de ri Poncet, Procureur pourfuivant, &
SLeogane en l'etudede M Delamnoth, Notaire.
i En vertu d'ordonnance rendue fur les conclusions de
M. le Piocureur du Roi, par M. le Scdnchal du Port-au-
Prince, le 7 Janvier prefCnt mois, & a la requ8te des
enfans mineurs du feu Sieur Delorme, il fera proc6d6 le
Ri.rdi que l'on comptera 3 Fevrier prochain, apres trois publi-
cations de huitaine en huitaine, 1 I'adjudication dtinitive
du bail ferme po'.r fept anni6es, d'u-e maifon depsn-
dante de d a f~lclfion d, feu Sieur De.orme fiimue fur
un teera.n de fi9oanrto-deux pieds de face fur cent cinquinte
de profondeur, fur le chemrin qui conduit de. la ville de
Lcg.ane alu bod de.a Tr; I! tout au charges & cm-
dihions i:nfir~os dans la carte-bannie don't on pourra pren-
dre coniio ile i L-oeane, en 'tu'dedee Mr DJlamothe,
'Notaire; & au Poi-au-Prince, en I'LuC de de M Poncct,
Procureur pourfuivant.

Etat des ANe'res e'pves qui doivernt tre vendus A la .rre du
6idge Royal de Jacmel, le Jeudi 22 Janvier 1789.

Don ~I OA&bre. Juler, &s I ERO, ie de 24 a
16 ans, taiiIe de 5 pieds, fe difan .appartenir i M. Lero,
ne poCpv.n dire la demneure de 'fon maine.
Du 12, T7hirfe, etamp.e GFENOI ag' da e 24 a 26
ans, ayant des marques de perite-veroia, fe difaat appar-
tenir a M. Jacques HLita;at & Mirebalais.

ttat des Negres paves qui dolvent etre vendus la Barre de
la Sinicha/ ve de Saint-Louis, le Mardi 3 Fivrier 1789.

Jean-Jacques, Congo, etampe fur le fein droit SENAC,
au-deffous LP BOGE les deux premieres lettres entrelac&es,
& fur le gauche FERIVS aun-dcous PVIARD autant
qu'on a pu Ie dii-ng',er, & plus bEs BAION, ag de e 3
ans taille de 4 pieds 1o pouces de fcrte corpulence,
ayant de vieilles cicatrices par-tout le corps, & une boffe
au-devant de la jambo gauche fe difant appartenir a
WMe" veuve Senac, Habitante au Pent-Goave.
Simion, Congo, fans 6tampe appzrente, ag9 de 45 an ,
taille de 5 pieds, fe difant appart;nir au feu S' Trevillc
Habitant a la grande -iv'ire de l'Anfe !- -Vea
I


L


----~r~-- ~~--~-----lr--r-~rrI-n -,,.~r~Fr~."CT~'T-~*I"~---1 --~---C--~-~~~-~F~N-
~-~'~L~rrrrn~`Lll~mi~,,~,~,~,~,,___~____7,L ---BP1~I- 'C"-"--~










D IFp A T


1 Le S' Albirt, M atre en Chirurg;e a JrE ie, partra
pour France en Mars prochain; ii pue ceux a qui il pour-
roit devoir de fe prieenter pour recoir leur payericenr, &
ceux qui lui doivent de le payer: ledit Sieur fera bonne
composition d'un parti de mradicamens.
I M. Poirrier aine, Habitant danr les bas de l'Artibo-
nhe, part pour France.
I Le Sieur Jean-Francois Fouque, grant la cargaifon
du navire 'Union, de Marfeille, Capitaine Cavaillon, part
pour France inceffamment, d clare ne rien devoir, & prie
de rechef M" les dcbiteurs a ladite cargaifon d'avir la
bonte de le folder pour lui 6viter le difagrement de les y
contraindre par fcs voles de rigueur.
a M. Georges Ducis, Habitan- au Fond, paroiffe de
Torbec, partira pour France au printemps prochain.
i Le Sieur Charles Fonvidh, part pour France & declare
ne rien levoir.
i Le Sieur Tardif, part pour France, & declare ne
rien devoir.
i Le Sieur Hinjiant, fe difpofe a partir inceffamment
pour France avec la Dame fon ipoufe, ils declarent ne
rien devoir & prient les perfonnes qui leur doivent de les
folder pour eviter les pourfuites rigoureufes. I!s ont a ven-
dre des Negres & Nsgrei,oT des mzubles, des chsvaux,
du line de table, de 'argenrerie, & d'au'res effets don't
on pourra s'arranger mcyennant du comptant ou des fure-
tes en France.
I M. Benjamin Baudowinr', OfC:ier des ili;ces au Bataiilon
de Jacmel, & Ha'atiant, fe dif'pofe a partir pour France
dans les premiers jours de Fjvrier prochain, pour ca:rle
de maadie, il offre de vendre unt haSitatio;n etablie en
caf6, fituse a la jor,:ion des rivieres de la Vall!& & de
Gauche, pofiion nord de la contenance de cent c.r-
rcaux de terre, fur laq'uells font p!.nt..3s quarante mille
pi.eds d cafler, tous en grand rapport cette annee, des
vivres & de 1'eau en abondance, diibnce de troi3 lieues
& demie de Jacmel, chlsmin de voi:ure, les ba'.imens
confillent en une grand'cafe batir en cois dir, ccOu:rt
en effentes, de 56 piads de lon.gaeur, fur 32 pie's de
larger, diflibuee en trois chambres, uni g:lerie fur le
devant, deux cabinets de 12 piels carrs .aux extrA mitts,
une foute batie de mmem, capable de con.nir 2o milli.trs
de caf4, un fuperbe colombier, une cafe & un moulin
a grager &c. Si quelqu'un dij're en fire l'acquifition, il
vovi.-a bien s'adreffer audit Sieur, fur l'h.bita:ion de
Sme veuve BaudoL~in des Maraties, fa mrre, a Jacmel.
I M. Delaflelle, fe propofe ds partir pour France, dans
le courant de Fevrier prochain; il prie les perfonnes a
qui il peut devoir de fe prefenter d'ici cette epoque,
ainfi que celles qui lui doivent, de ne pas lui caufer de retard.


A Do zK xa


D V


Ro 7.


i En vertu d'ordonnance de MM. les Adminfirateurs,
en date du o20 Dicembre 1788, M' Brard S. Clair,
Procureur aux Cayes, pourfuit en trunion un terrain pour
hate & corail, fitu6 dans les hauteurs de la ravine du
fud, juridi8ion & paroiffe des Cayes, borne & prenant
pied du terrain concede au Sieur EtieAnne toblt, chaffant
pour la larger quinze cents pas le long de la ravine du
fud, en la remontant, & quinze cents pas pour hauteur
4as les trres non concedes, fuivant l'efprit de la concef-


fion accordee par MM. de Valllere de Valvre, Ie f
DMcembre 1774, & enregiftres le 6 des memes moits U
an, a la Dianie veuve Lalbr, qui re l'a jiinas 6abli.
i En vZrtu d'ordonsnnce de dMM. les Adminifhiateurs,
le- Si.ur Rou,.:u, Econome-Gerant au fond des HaUirs,
quarierr de Jr'mie, pourfuit en rLunion un terrain pour
cuhure, de mille pas carries ou la valour, fituE au canton
de la riviere 'a Mahb, quarter & paroifie de Saint-Louis
de JRrtmie, b:rn6 a 'eft de F'i/ql & de Demoife-le
Loulfi Diut'evil!e, 'a I'ouefl du bras droit de la rivAre
a Maho, ati nori & au fud terres non concidies. Ce
terrain a 6t6 concede le ai Novembre 1769, au Sieur
Jean-Louis-Yvs Payen, qui ne l'a jamais eabii.
i En vcrtu d'ordonnance de MM. les Arrdiniflrateurs;
I. Sieur Moreau demfurant au Fond-des-Halliers, quarnie
de J&ermie, pourfuit en reunion un terrain pour culture
de la valeur de mille pas en carre, fitus dans les auteurs du
bras droit de la rivilre 'a Maho, quarter & paroiTfe de
Saint-Louis de JRrimie, hbone au nbrd du Sieur Eoflkct
aux droits de Bareau, chaffant au fud, i i'eft des terres
non conced es. Ce terrain a Ve accord' a la nommke Elifabetk
Rofier, qui la vendu fans I'avoir 6tabli a quelqu'un qui
en a encore difpof( en faveur d'une tierce perfonne fans
aucune autorifation & fans 6tabliffement; .le Sieur Moreau
ignore le nom de ces divers acquereurs. Ledit terrain a
itb concede le 24 Juin 1786.
i En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiftrateurs,
en date du 7 Janvier 1789, le Sieur Menial pourfuit en
reunion un terrain de mille pas carries, fituea la montagne de
la Seile, qua!tier du Pays-Pourri, paroiffe de!a Croix-des-
Bouqueas, borne 'a l'ouell de la riviere fiche, au nord de
la riviere blanche, au fud chaffant la montrgne de la
Selle, corce&J le 1 Dceimbre 17S6, au Sieur iouchis.
i En vertu d'ordonnance de MM. les General & Intendant;
le Sieur de Lbro.1F, pourfuit en reunion un terrain au nonm
de Demi trifle Ag.athe Kelen & de Louis-Paul de Lab-'oj
fcs enfins, dor.t la conccfiion avoit ete accordde au Sieur
BedPea, par MPM. de la Ferronnaye & Aiontarch:r. Ledit
terrain pour culture, contenant riil!e pFs carries, fitu6 at
canton de la ravine Sabli, c'Epeniance de lat iviere
Froide cuartier de J r=mie, born d'un c8te du Sieur Jean
Cuyon, id'autres coXes 'Lu rivage gauche de la ravine a Sable,
& ds terres non concedes, fuivant le certificate, du Sieur
Detroulle, Arpent.ur du Poi, du 2% D'cembre 1771.
Ledit terrain '":ant point itabli.
i En vertu d'ordonr:ancec dc, MM. les Ar'minr.fbtaurs ,
en dare du dix-,f;~mir12, DicciIbre der:ier 1738, 1.
PIer:n de S. Aubin, Gendiarmn de la Garde du Roi, &
Habh.ant au Fond, poufrit en reunion un terrain thui
la ravine du Boucan-Tft.ft, pareiofr & Jurididlon des
Cayes, concedei au Sieur C/zhot, le 6 Novembre 1770,
qui re 1'a jamis ct.bli.
i En vertu d'ordonnance de 4MM. les Alm'inirate.'s
en date du to Janvier 1789, M. le Ch" de Lapothy',
porfuit en riunion un terrain fitu dans les haurc is
d'Aq::in, d pen 'ance de S. Louis, borne en prenant pied
a la borne du fu. du co6: de l'ouef, de i'habitation de la
Vommee veuve Dupre, M. L. & 'a partir de ladi:e borne,
chaffant au nord cinq cents cinquante pas, & au fud qua-
tre cents cincuante pas au nord du corail du Sieur Bzdkin,
qui fervira de cot" fud, a l'oueif & au nord de terres
non reconnues. Ce terrain a Cth conced6 le 30 Juillet 178 5
par MM. Ceuflard & Bongars, au Sieur de Saint-Ouen, qui
ny a jamuis fair aucun 6tabliffement,


I


.~------^----~L---r-l--rr^--ra-l-cu cU. ......ldP










[ :3
x En vertu d'orlonnance de MM'. les Glnral & IntSL n-
danc, en dare du to Janvier 1789, le Sieur Dccuo's ,
r6iidnt au Port-au-Prince, pourfuit en reunion un terrain
de la conrenance de cent carreaux, fitue au lieu dit le
Saut de la Ri iire-aux-Roches, quarter de mirebalais,
bore au fud de iad;ir rivihe, au nord des crates & mot-
ines de la perite Plain?, a l'oueft des mineurs Bremon t,
M. L. 1'eft du Sauc de ladite riviere; lequel terrain a eti
conci36 au Sieur Claude.Paul IlAmirault, le 4 Juillet 1771,
par MM. de Valliere & Montarcher, qui 1'a ctde au Sieur
Fothenot de Saint-Cyr, qui ne la jamais &rabli.


EPPETSS


P E R D U s.


1 11 a etr perdu entire Ie Port-au-Prince & la Grand-
.Riviee, une mon:re en or, gravure en taille douce atta-
chie a un ruban bleu moire. Ceux qui la trouveront font
pri,'s de la remettre a Mr" Libral frdres, & Duffourc, Nego-
cians en cette ville.
S11I a ete perdu le 26 D'cembre dernier, de Miragoane
au Perir-Goave, un porte-manteau de deux pieds & demi
dc long, contenant ua porte-feuiile dans lequel font divers
comp;cs accepts, billets & diverfes reconnoiffances, le
tout faveur du Sieur Jacques Vidalot, Marchand a Leogane,
&d divers effits appartenans a fon Commis qui 6toit porteur
dAdit porte-manteau. Ceux qui en auront connoiffance font
prits d'cn donner avis audit Sieur Jacques Vidalot, a Leo-
gane; ou a M. Sauvage, au Petit-Goave; il y aura une
portugife de ricompenfe.
11 a tr perdi le 31 D&cembre dernier, depuis Saint-
r.arc jufqu'au Bac des has de l'Artibonite, le 4"' volume
dc rI'iiion des (Suvres de J. J. Rouffeau, faite Geneve,
enl 24 vol. in-,6. Ceux qui l'oat trouvY font pries de le
rn1,'Qtre a M. Bertier, Negociant a Saint-Marc; ii y aura
reoi;npenfe.


E FF E T


TRO tU v i.


ii a it trouvA le 1 de ce mois, par un Negre de
l'haiaion DczoukCeau, fur le chemin du Rendez-vous,
anirtier du Cul-de-Sc, un fac piein de cafe, marque
FP '& F; celui & qui il apparent pen t le recamer chez
M. St. ViiTorbd, fur ladire habitation; on le lui remet:ra
en payai-t les frais du percent avis, & en recompenfant
lc Ner qui l'a trouve,

D x M A 4 D s.

r On d!fireroit favoir 'es nouvelles de M. Borders Dcn-
gous, nirf de la paroiffe de 8izin, en Gafcogne, Dio-
(<.Me r;'A'ich. Ceux qui auront connaoiLnce de fon existence
for.-t prids d'en donner avi i aM. le Cheva'er de Ferrabouc,
H;Y :iunt au Ptit-Goave, qui a des affairs de famille a
ihi corn unique.

N A r I 'R x s z C A G e M z1 N r.

3 Le navire lh Mtzanett-Chirie, de Bordeaux, du port
de 450 tonr;eiux Capitaine Lamlrque, partira pour ledit
hie: par-tout Fivrier proch-in; ce navire eft neuf, fin
voiicr, fon premier voyag." & tres-cornmode pour les
pdi^g~rs. Caixr qui voadront y charzer ou pafIer, s'ad.ef-
.. -' r au-'it Cap.tai1e, en ifo magafin, rue Saiate-Cl ire.
3 Le navire !a Sb.xi-to de Brdean-i, Capit. Ardoiil ,
paira p;;r l-dit ii:a di 1a aun 5 v;ier prochain; ce


navire ,. trBl-ctinmid pour le paffagers. Ceur qul you4
jrontv y o:h,. :r fret, s-adrefferont audit Sieurs
t s fon .;, rul_ des Capitaines.
SLena -. i ?ri:-catherine, de Marteille, Capitaine '
Bern.ard, di a.ort c. 7.20 tonneaux arrive le 13 du mois ,
derni-r, ave i -re cartaio n en commeftibles, a l'a;1efle de V"i,
Delift 6' I an, N1gocians au Port-au-Prince pa:tira
pour l:d;it lieu le o0 MRars prochain : il prendra des mar, *..
chzndiih a fre, & des paffaers. S'adrcder auxdits Sicurs
Delife & Liman, dans leur magafin rue des Capitaines.
2 Le ,avire e Jeune-Dcj-re, Capitaine Terrier, d'un
march fu:peiieure & ttis-commode pour les palagers, n
partira pour Bordeaux du i" au 5 F6vrier prochain; it
prendra du fret en caf, cor:n & indigo. Ceux qui defi-
reront y charger ou pailfr, s;'adrefferont M" Stanifl.
Delonguemare, Delafalle & Cormpagnic, ou audit Capitaine,
a fon bord.
i La corvette la Seciit, de Marfeille, Capitaine Madon,
partira pour leditlieu la fin de Fevrir prochain, au plus 4
tard; ceux qui voudront chli.r,:r ou prendie paLfage lur
ledit ravire, pourront s'adr.c r a M. ILoucin, dan foon
ragafin rue des Capitaines, qui a a vendre un parti de ;d
foude, provenant de la cargaifon dudit navire, & don't ii
arrangera ceux de M" les Habitans qui en fouhalteront.
Le navire le DefirS, de Bordeaux, Capitaine Chaflier,
partira pour ledit lieu du 5 au 15 Fevrier prochain; ce
navire eft ccnnu par fa folidite, la fupe iorit de fa mar-
che & la commodity de fon logement, ayant fon premier
rang tres-avance, par une quantity de fucre prefque f..ffi-
fante, arre e, il offre de prendre encore, a fret, quelques. e
barriques de fucre, cafe, coton & indigo; ii prendra avfili
des paffagers. S'adreffer a M. Liberal, Subrecargue dudit v
navire, en fon magafln aux Chapelles, vis-a-vis M. Laj.ird, rej
NMgociant en cette ville.
i Le navire It Comte-de-Puyfegur, de la Rochelle, Capi, fif
taine iremont, partira pour ledit lieu dans tout F6vrier A
prochain; il prendra du fret & des paffigers. S'adrcffer in
I" Giliet, Gaudin 6" Compagnie, Negocians au Port-au- q
Prince, ou audit Capitaine, demeurant chez eux. ta
Le navite i'4Axandre, de Nantes, Capitaine Moeau, P
eft en charge pour iedit lieu, & a fon premier rang fair; la
ce navire eft bon voilier & rres-commode pour les paffagers. fo
Ceux qui dfireront y paffer ou charger k fret, s'adreffe-M
ront audit Capiraine en fon magafin Grande Rue, vis-'a. b
vis M" Lfftcau, Faure & Comp', NCgocians en cette ville.
Le ravine FAimar.bl-Pirire, de Nantes, du port de 350 '
a 400 tonneaux, Capitirne Revol, partira du Port-au-Prince &
pour Saint-M#rc, du ir au 5 Fevrier prochain, pour y N
finir fon chargement, d'ob ii repartira du 15 au 25 dudiLt '
mois pour Nartes ; il prendra encore ici, a fier, too a
i2o baniques de fucre. Ceux qui voudront y chiargr ona i.Su
puffer font pries ce s'adreffer audit Capitaine tn (on m ga-
fin rue des C;pita'ines, pres la ComEdie; ou M" Sr.5 h
neja frires, NI~ ocians en cctte villi. c
SLe rnavire le Bail:i-de-Sujfren Capitaine Eocqtet, du
port de 300 tonneaux; partira pour le Havre, du 5 au 1o
Mai prochain; ce navire eft a on premier voyage, conn to
par une march fuperieure & tre -commode pour les pffia-
g'rs. Oe. ,, qi roudront y faffer ou charger, s'ad-reff-
rent a M" Starifl s Dclonrguemare DelTaf dle 6' Cinmpagie ,
N'goro'cians; ou audit Capitaine a I ,r ''' :
i Le naviie I'Emeraude de Eoi Cd ux Caraine,
lfo.J;et, du port de 40o tonneiix co)'V1 pf ur ut i .
tr-tui- na.;vi:, partial pour ,i; litn du i" u i eo ;.-:l
',:` *i1E i


-- ---;-I'- _i_~__~ __- --~.-1 -~---; ----- .---; t~l~ ~j-j;;l~WU1IIJijMrl-XCIU*I-~RCi~(lCI C~----Y--)~-LlilYY^~L~-IC-YII--_I__ -(










1
prochail. Ceut qu deireront y pafITr ol charger b fret,
s'adrefferont au Sieur Petiteau grant la cargaifon dudit
Ssavire, en (on mngafin rue des Capitaines, ou rue Sainte-
, Clairt, maifon du Sieur Robin; il pt~vient auffi M'" les
j Habirtas & Ngociafns, qu'il vient de recevoir par la d"r
:iavi;s Bordalois arrive, deux cents barrils de bhlle farine
di e Tenneins, & vingt tonneaux de vin de Margaux, da
1.a78, qu'il vendra a bon prit moyennant du comptant.
Ledit Sieur Paiteau, prie les debiteurs a la premiere carg:i-
fon dudit navire Il'^meraude, da vouloir le folder inceffarnm
.an.t, aia de lui 'viter le dCfagrcment da les y contraindre
par les voices de droit.
A J F N D R Zg

5 Une habitation propre i la culture de 'indigo & du
i oton, de la contenance de quarante carreaux de terre,
lufceptibles d'etre arrofs par le canal de feu M. Bertrand
Sde Saint-Oaen, dans les has de l'Artibonite; hldite habi-
tation en bois d6bout, & a la lifitre de M" Bcrtrand 65
obimet. Plus, deux cents carreaux de terre dans le morne
de Saint-Marc, qu'on pourra vendre par quinze ou vingt
carreaux, pour la commodity des acquereurs. Sadreffer a
M"r Lubin, Fi{el 6& Compagnie, Negccians a Saint-Marc,
qui donneront de plus amples 6clairciffemens.
3 Une habitation appartenante MN. le Vicomte de
SCornilion, fituee au quarter de Mirebalais, au lieu dit les
Sarrafins, colline du Fer-'-Cheval, de la contenance de
141 carreaux de terre don't partie a et anciennemant etablie
en indigo, & le furplus confillant en un morne en bois
debut, propre a la culture du cafi; cette habitation tra-
verfee par une riviere, offre d'ailleurs par fa situation &
Sfes tr's-beiles favanes, les plus grande reffources pour faire
un commerce d'animaux de touted efp'ce; les batimens con-
fiftent en une grand-cafe tres-commode, & trois magafins.
SAu refet, on doit privenir a fon fujet, que des perfonnes
int&effees a nuire a fa vente, ont repandu, en la denigrant,
Squ'on ne pouvoit l'ache:er avec firet ; mais fon proprie-
taire s'engage de donner a l'acheteur toutes celles qu'il
pourra fouhairer pour fa tranquility, & l'aflurance dans
laquelle il eft jufte qu'il foit, d'avoir fait une acquisition
folide. Sadreffer a M. Rattier, Habitant a Mirebalais; a
M" Beaudaman, Procureur au Port-au-Prince; ou a M. le
Vicomte de Corillon, fur fon habitation au Grand-Goave.
3 Piufieurs tetzs d'efclaves domeftiques, du nombre def-
quels font une tris-belle Mulatrefle, bonne couturiere,
& repaffeufe, deux Indiennes, bonnes domeftiques & des
N'grtfles blanchiffeufes, don't une a une belle Creole de
3 a 14 ans, & un petit NEgre, auffi Creole, de to 'a i
ans. S'adreffer a M' Salaignac, Procureur an Port-au-Prince,
quiq les ve:r:ra cormme charge de la fucceilion du Kergoet;
S'il donnera des facilities moyennant caution.
2 U N.gre bon Tonnelir, Creole, ag de 22 ans ; trois
chevaux de felle, don't un anglois, un biaard anglois, un
CrCoie. S', lr,.ff-r au Sieur Raud, grant Ihabitation Sar-
b.urce LUogane, qui en fera bonne compofition pour du
comri) -,r.
2 Un: habitation dans le quarter du Fonds-des-Blancs,
.ep:nrl.mnce de Saint-Michel, & vo:fin te e habitation de
f-u Sieur Sainton & du Sieur Bifleret, centenanr cent
ctarreaux de terre, propre a lini, cotn & cl;
'ur belles forces fur ladite habitation; environ huit
areaut de terre btablis, trois cafes en bois Itnd, couvertes
, n pille. Ceux qui voudront en fire l'acqui;Titn s'Aidef-


I
front audct Sieuir touls Vibert, Hanbtr.t un Fond-Arabie;
quarter du Petit-Goave, ou au sieur lardel pere, Habitant
aux Godets, d'pendance de Saint-MAichei, qui leur front
bonne composition.
2 Une excellemte cafflire vulgairecent nommiee la
Petite-Reinc, de la co-tenance de cent quzr.-ving feize
carreaux de terre, don't plus de cent. v:rc r en bkoi cj:~. ,,
fufceptible d'un grand revenue firum au FoAd--::- -
Vachdl, a fept lieu4s des C(.yes, c&'.ns rne poFiTc: n:;-
avantageufe, ayant l'eau de p'uflurs fc.SC.. qui : 'c.,lt
jamais tari & un bon chemca de vo;i,. iil y re:e
habitation environ cinqua'"te mrnle picj.; de 1cc-I"', cnt
dix mille plants en 17:o. Les dix r:1 ii.s fat ,:^..
tie trenre-deux mois, ... 5s fr-nte ml le fr t re i-
deux. II y a maifon prin.ipale en charpen-e 'i
magafins a ferrer le cazfe & ou font les ouss '
a piler & a vanner, glacis, ctilfine, four a pain, pa -..enr ,
colombier, remife, cafes N egtes, une indigc riei cob
battant a i'eau, qui, avec des augmentations, pourro; i'cr-'i
a ia priparaticn du cafe ; favane clofe de haies viv*s &s
d'entcurages, places 'a vivrcs,cn racines, grains C b-t:a;-
niers; dens le bois dbcout, beaucoup de beaux bic.s d
comble & a effentes, du fable de riviere & des roc.es a
chau & a biair : plus quarante INigres, Ncg~E~es,
N.griilons & N.grillonnes, fits fur idite habitation che-
vaux, mulets, 1 etes a corners, chaife roulante & har-vos.,
tombereaux, meubles, &c. &c. On s'adreffTra a M. LoiKlrt,
Habitant au Fond, qui fera du tout une Lonne compeoi-
tion moyennant du comptant. On a credit renters payables
en France la rente & le capital, avec ur.e bonne caution
folidaire & indivife, qui fourniffe l'hypo;hcque fur un
immeuble de ir.me valeur.
I Une habitation de cent cirreaux, fife au lieu dit la
Grande-Crka quarter du Fond-Cochon, difante de cinq
lieucs de JRrimie & de trois lieues de i'embcrca.ar" 're d
Vieur-Bourg. La terre eft e.ceient: ii y a qua-re carr-au
abattus, deux cafes a Negres, 1'eLu a prox:imbr'. L_'Ii e
habitation eft arpentIe : on la vendra avec hui; ze1 e de.
fuperbes Negres, don't trois Creo!es & les cinq autres 2as
au pays depuis quatre ans. On dor.nra le tout a grand
march, moyennant du comptant. S'a ceffer au bureau de
la poftb de J remie, pour des renfiignemens plus pardicu-
liers.
Une habitation a I'Artibonite, riveraine de l'Efler, con-
tenant quarre-vingt-trois carreaux de terre propre a la cu!-
ture d'indigo & coton, avec les bitimrns propres a certe
culture. Ceux qui voudront en faire l'acquifition pourront
s'adreffcr a M. Lavau, Procureur des habita:ions Moreau
des Ifles.
i Une habitationer a 'etrke de l'Acul-des-Savares, quar-
tier de Nipes, piroifle de l'Anfe-'-Veau, une demi-lieue
du flourg, ch, min de vci:ure, ladite habitation contenant
deux cents carreaux de terre ou environ, dont quArarne a
qiarante-cinq pln:.' en cnton, paitie enirtenus a la in.;in
& partie Z la frpc; lIdire habiraticn bien clofe p:ir--ut
en hales v.''- ,:s di Pingo','n : uneZ b::::~L TCe di c'olz"
mille toufftes, une pi'.e de manicque d'environ quarre
carrcnx, tine pi':ce de rail de qua:re careaux ine pikce
de pr:es de trois carreaux, des places a N.gies bier
crtrei:.r.'-ies, 1'eu i cinq,:ane pvs des etab"iT: means, qui
cc;.fid:lInt, 1, cn tie mlifn prir.ci;ale de @ois t ..!.!n e
& deux cabinet: 2", en une autre qui fert die cuii..e &
d'hpi:al: 30, en v-e u:tre qui feit I met.r le I coron en
grain, celui cqui (ti paaiL au mo'utiin, & li ;binet p-u?'










iembelllr ladie cafr, ayant trols chambres & ceux, cabinets:
4', one autre cae dans laqull-, f:'nt months fi: ,moulis a
coton fur un ch1is: douze cafes a Ne'res; Ie tout bhi
de bonds bois incorruptibles, charpente b:ta,'r & covert
en paille. Ladite habitation t.l p-op.s au coton d l'idi!o.
Ceux qui ddeieront en fire l'-ql.;,fion peuvcnt ,s',*eller
a Nipes a .:. Bro~fd, proprietaire d'ic.-e ou u Port-
au-Prince a M" Denis, Barcis & Foucult. On en fera
bonne comnpo rion pour du ccmptant, &. n prendra les
crcances d propri K ir:e, qui ne vend aque pcour !iqq:Uifr.
Cette habii.:on 3n' grivre qu d'un ule deCt hvlo-
thecaire, qu'il fudra pj:yer a :~~" C7e:'e:u i" G6y, Nego-
cir.ans 'A::fe-a-Veaij, avant d, p, r atc.

A V E N D ov 4 A FF E R.

3 M. Roil.on, tenant boularg1ie au Grand Gove,
etiant for ton d pc;t pour Fr:ance, pour cau;e dse -alai,'
vendra o!I afi:'era les cbjets fulvans, 1(. une hcbi:ticn
inuse audit quartrir, ua lieu dit le .,MoniTcr.b de la con-
tenance de vingt-cinq carreaux di, terre, fur laiW.-Ae ii y
envi:on 14, 500 pi.ds de cafe, plants d.p:zi; un an, t:rs-
Nien r6~ilis, d.s vivres pour nourrir quir.z Ne;grs, usne
cafe en bois round, couvene en paille, deux fupe:bes fourccs
attenantes ils batimens, a cinq te:es de Negres faiti au pays;
2.0 une maifon fife au bourg du Grand-Goave, caffermee
pour cinq ans, pour tenir la grani'auberge; ledik Sieur
vendra le tout moyennant un tiers comptant, & les deux
autres tiers en billets acceotes par una maifon de commerce.
M" les Habirans & autres perionnes qui doivent audit S'
Rouihon, font inflamment pries de venir retire leurs bons
de pain & autres, d'ici atn 1 du courant, pour lui 6viter
la defagrement d'ufer des voles de droi!. S'adreffer a M
Rouilhon, fur fon habitation, au Grand-Goave.
2 Ua terrain pour hatte & corail, de quinze-cents pas
en carre, fitue ~ la Nouvlle-Lorraine, paroiffT du bourg
de !a C oix-des-Bouquiets, borne a l'et~ de M" Camfrjacq
& Thi{.n, aux drciis du Sieur MaliTau Duclos, au nord
de la conceffioan kly & du Sieur Vi!q:oi ; a l'oueft du S'
Terrtor.ge; & au uad de la conceffion Futaine, appartenante
au rmineur Petit. Un au re terrain pour culture, fitub au
Boucan-Patate, paroiffe de la Croix-des- Buquirs, de la
cont7danc. de mile pas en carr', b.: ne i'aeil du Sieur
Lorquct, au nord du Sieur Cour:v, au ful & h l'oueft de
terres non concedes. S'adreir la I Dame veuve ietit,
tai fufdit bourga.
A L o U A R.

4 DIeuz nafir s, une ch'rnlbr2 hute & lers dc'p~on an-
ccs, fitus vis-l-vis la Com .,idi an coin des rues FRoyale
& des Front forts, a.:etlementz occupcs par i: Gui.rn,
N.g.cian; ,a l>oura i::t, s r..-, ins poiur le cinq Fivri erc
prochai". ,.fadE .r a 2e Gir.uit, Curai r aux Vacances.

A S C z v x S x m mL A R 0 NtN A G JI.

3 oma,:ini, eta .-a, "I,.;,CHELj SU'HE, ag
d .e 16 a 17 ans, tai:le cd 4 pieds 8 poucs, p,-ti mairon
1 2.0 dtu mro-i. dc mern. E.a doaner avis aO Siurs i'oi)rot
frre's, Machoqus 4& Charrons, rue du G.uvr;.neuient.


32


I
Ix NU N cgre n .a '.9, N go, et-mp four le Ifen droi
GTiR, i de nc ans; pari marron e 16 D Icembre dc
de l'aa itation Gauthifer, aux Grands-UEs.'. En ;;r avis
a Ml. Frmucois Precureur de ladite hil:ai.". ; ou M1;
Gillet, Gtua'din 6' Compaognie, N gociain rue Et-CLir
au Port-au-Pince.
Ua N.gr~, ,:, Tevein, tampe J3-V8V3 -u{ ta'ile
de 5 piedi, avant les uis poitnes nim uicei-e aut pied
droit ; parnid mrarronne le xo D&cembre dernier, du bourg
des Cayes de J..cmel. En donner avis a M. Rdullet, Habi.
tant z Jj:mel, A qui elll rppa:r t 't; il y aura r'compen'e,
Corai, Nago, V:ZmpAe P V-a adeoU1s- ST. MARC,
11e de I a-;, d moyen!n tziille, daynt dc-s mano:, d,
fon pays ft.r 1r vluc; ,'.lr..onnse 'p-is environ trois mniis.
En dinner avis a i1-. Pwvr, Nctzre au bou-g de la Petit
Riviere, a qui el e op?.rtienT, qui donn:ra uns portugaife
Srluj
de rtcom;r.ende a cdin ci qui id i.eera.
Jfpih, CrCole, ro i:p J. BOURGEOIS', ST. MARC,
-ge cC.m 26 ans, taille de pids 5 pouces 6 iignes, bier
fait, joli de figure quo:,;q'un p-u ove e, de grinds yeux
dent le bianc eft .n- pd.i roux, de belles dents, les levres
g ofTfs, un anneau d'or 'oreiile gauchi, lien veu ; fa
mire elt utie Ngr'efl, e lib"e, rtfidaute aux Gon"oives, &
qui appmrtenokc c.- evant a la nommre Thlri.fr Clert:au,
Niegre:e libre, dneeurant a Saint-,iarc. Ledit Nt-egre et
marron depuis le 26 Dlcembre dernier ila e,:r.
avec lui deux poulains de trois ans, fous poil jean-b.anc,
& une cavale fous ooil bai-chaudronnr. Le SCl-ur Bougeois
ai'ed, Habitant a 1'Artibonite, paroife des Viret es, a qui
ledit Negre apparrient, prie iriAamment M" les Habitans
qui pourroient en avoir connoiffance, de vouloir bien le
fire arrcter, ainfi que M" les Exempts de MarechauTle,
pour lefquels il y aura borne recompenfe, de mema que
pour les Gens de couleur qui pourront le prendre & le
ramener, ou le livrer a la premiere Brigade.
Deux Negres & une Nc'g-efTe, Con.gos, .tampis DU-.
MOUSTIER, parties marron au mois de Nov-mbre d",
de l'habination Dumouflier, au Gran--Fond, quarter de la
Nouvelle-Lorraine. Ea donner ayis a M. Dumrjfier, NMgot
ciant en ville.
J.tfon & Adonis ConSge, & AZcuf,, AoZffa, ctramp s
OGERNORE, appa.n-ant :a 1". O cr irsbi)ns, Habi-
tant au Grand-Goave, parties marroIs dC.a:s deux mois;
ils ont ~e vus dt'ans lE cafe d'un glrdeur d'ani,-:;au de
la Dmne veuv!e A ubry & das lzs caineI s a Nr ': des hbi
tationzs 1Hay, R.Ibtcau & .Borderou. Ceux qui kes ariete-
ront foit pties de lr s fire remetire audit Sier OCcr Def
bign:ns, ii a-ura r..cozi c,, c.
I Louis-l-~ai j, Mui~: t e baz,. f. E ... sppeler .e-
l:re, ^e dze i5 1 r;, ay..nt 1. vfleg- peiit & ( o.Jd, de.u.
rachzi's bl: .,che's aixez L.,'. fu' r une jous s a:: c.a*'
la bou.ci:e p;t ie, & Cls -oeiiles perc"". Ceu;x qi en nur::t
connr ^.'i.ac f;u rpa s d'en do,nn r av. F M i h..: ji_, ) ,
ReFczveur gnicail des Droits Mu"irMpaux au Fc-r':u~
P ince.
I FJra-is, Congo, f. ts ?." ag d.l 16 ns de
moyenne raille, synr t rne exti'.'cn dre voiK. En do~rn-:r
avis a an.udaman, Piocureur, ou au Si:ur Ari,:
baul:, Chir.Frg:;ni, a l'Hopi:ta.l du Fort-au-Prince, 4 qt.i i!
ppar'ient; il y aura rdcompiemne.


~-rlsFT~~".~~C~ "b~;;-';~v~rt;~-PJ I131~" yJT ?n-*iPIr7: W;Yfr03Q


4Aec prmvleon de M les Gidrl &y tundrt,


i~13~;11~3~Lf*~'' t ~7~~'"~CT~?~;Or~Sm~Trrr;f-I~~~WSmrSCr(~/ ~Xr~-~-T.r~~T7rT~TII~**lf~"~P~-~TJPI~


~;L~C*PWlar*~cUvrrc~Cmrq~i~6*LRerrlCII* ~-(M~u*+~)u~NU~*9tWU*Y~Cn*IL~I~).


I~-`-~- ~----~-- -- --- I-------








h' .)c~


S- --- -- --

A E TA i UX AFFiCHES AM E j S i S 1 i


Dte Jeudi i ,


,. rg s'

S SE r Tiwr.:, Marchanid Luhier aux Cayes, fe
propose de pSt- r p, France au moist de Mars prochinm;
ii prie les peric s--qui ii doit, de fe prkfC er d'ici a
cette epoquc, ainfi que cells qui lui doivent, de ne pas
lui caufer de retari.
3 M. Bordes Sarradas, Subr&cargue du navire la Marie-
Ctthrine, de Bordeauxa, Capitaine Laaglois, parura pourt
France, dans la courant de Fivrier pcochain; ii declare ne
rien devoir dans la Colonie, & pri- les d6biteurs ~ fa car-
gaifon, de vouloir bien, avant ce temps, acquitter leur
compete.
3 M. le ChV" de Rufy, Habitant au Petit-Goave, part
pour France, dais le cura.in. le Mars prochain, & laiTff
h Dame f:an epoufi, & fon flre, charges de ifes affairs.
2 La DUN Lebojulh, demeurant Saint-Ma.c, part pour
France, & d&clate ne rien devoir.
2. Le 5' Boufle, maitre Menuifier demeurantaux Cayes,
fe propof3 d partir pe.r tout Avrit urocnain, pour Phiiadel-
phie, avec la Dame (on epoufe & ion enfant; il aa vendre
fon fond de boutique, tels que varlopes & autres outiis; ainfi
que deux Negreffes a talent & tn N-gr-.
i Le Sieur Jofeph Andri, Ang[o-Adricain, part pour
la Nouvelle-Anglererre, & declare ne rien devoir.
2 Le Sieur Ferrouillet, demrurant en cette ville, part
pour France, par le irc .ier navire, & declare ne rien
devoir. '
2 Le Sieur Marie-Jofiph Pocket cadet, demeurant aux
Baradaires, part pour France, & declare ne rien devoir.
i Le Si ur Je nn-Baptifle Leroy, Officier de navire, part
pour France, fur le navire ie J'un-Louis, du Havre, &
d'clade rien devoir.
i Les Sieur & Dame Baudoi;in, demeurans en cete
ville, partcnt pour France au common ncement de Mars pro-
chain ; ils prient les perfonnes a qui its doivent, de fe
pr6fenter pour recevoir lear payemcnt & cees qui leur
deivent, de vouloir bien les folder; its ont ai vendre trois
Ngr,:es tail:iri, troeis Negreffes couturiires, & une N S:;..
Clu.2 :re.

R EU IO A V DOMAN D u Ro I,

3 E'. vertu d'ordomIance de MM. les A *minirateurs,
S'-,u du 1o Decembre 178, fur le denorn-.:.,';. du
S.. ur ',non Billard, Hlitan:. au ou0ndo, & : ia ?t-;
d;, Procureur du Roi di la Jiuriiitlin de Saiint-,-larc, i
fia- procede la pouriuite eu rfu,.ion de deux t ..;:,; de
C;.-un miille pas cards oul a vailur reduite. Le p:erxier
concede au Sieur Atr.:.r. Pioche, le 7 Mas 1777, fitue -
I- riviere des O~a;ieis quarter de la PeTite-Rivire des
Gonaives, borne a relt de Madden, N. cJhff.t A
'oueft vems la veuve A.,fjrt, au nord de la veuve de lCvila
& au fud de terres non conurpc,~dc. Le ficou.i, accord a
Louis Fiocke, le 21 Juin de la m:' :;.ne. "n.e, fitu.e a1 futdit
9u, bcrh t ar s fud'"e la "fu"'f c Cl4 avin-. asu nard-.Q


des terrains dtg :i: Jli. e Coquire, & a L'ou ft des terrains
non co.h;. A ...
3 En venru d'oir :.: nce de MM. ke A'irr li~rate i:s
en daze du 24 Dicen.bre 1s88, I; Sieur ri',6re po3uiuit
en reunion un terrain lituI la mcrnmraM Tar ze dl-.pn-
dcnce de fArcahaye, co.ncCd le -,7 Ia'i 1; 7S6, au O*:..r
Pierre Goguet, ai-, qui ne P'a jn :i ; eiabl.
3 En veru d'ordonnarnce de M M. les Admznimtrateurs,
du 20 Dcembie 1788, le Sieur Fourcify, e irnurant aa
Cayes, pourfuit en reunion un ter'Zain fi:ue auTrou, dpu-.n-
dance du Fon.d, de mile pas en carrY, concede pour harta
& corail, au Sieur Salvifort, le 2o M.i 1771 par AMM,
No&ivos & Bongars, born a Ii'il du Sieur Ditertrc, al
nord des Sieurs Trigant & Dv,,l, i'oi i & au fi. de
terres non concedes.
3 En vertu d'ordonnazce de MM. M le; A i:m',i:, areurs,
le Sieur Pierre DuIguet pos.rf.a : i rr.iin de la c.:.-:.u ri,.
de quinze cents pas en caie, concede i Demoifelie Jeanne-
Ju.lic-Flici.t Deiangrene, 1.: 14 Jui3,e. 17z 8, itue dans ua
pays nouvellement d6couvert, entire Baynet & le Petit-Goave,
lieu ordinairement appeal le Boucan-:-apou, bore d'un
c6to de la rivi&re dire Raphaei, vis-a-vis de D:nmoitfele
fa four, d'un bout de Madame veuve fa mere, & des
deux autres co'6s de terres non concedes.
3 En vertu d'ordonnance de M M. les General & Intendant
du 27 Dfcembre :788, G. F. Nombret pourfuit en reunion
un terrain de mile pas en carre, fitue dans les doubles
mnornes du Grand-Goave, borne a l'efl du Sieur Jean AMoAri,
chaffant a 1'oueft, au nord & au iud des terres non con-
cdes. Ce terrain a iet concedl au Sieur Lalodiire le it
O\aobre I772.
3 En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiftrateurs,
du 24 Dccetmbre 1788, la nommiee Marie-Catherine dite
Lucas, M. L. deme-rant aux Cayes, pourfuit en reunion
un terrain de mile pas en.czni, itc. au Trou-aBetre
dependance du Fond, paroiffe des Cayes, bon" au nord du
Sieur S.vifcrt, a 'oueift de Der.oiell e Anne Roprat, at
fud & l'efti de terres non cnc,,es ,. Ce tcr *:nT a it
conc6id 1 I Mars 1771 par M" Nivel':vs & f3i,3'rs, a
Derr oifdi Elibfzbh Rpra,.
a En vertu d'ordonnance ,de 6MM. les Aidmiiftireteurs,
en date du 31 Deceminii i788, Le iieur Rouijfric, Habi-
tant aux Cayes de Jacmel, pourfuit en r union un terrain
pour culture, de mile pas en carr,, fitue d -; les hauteurs
des Cav,' borne a i ei de la Pl3ce tci-devant a Bauldere,
a i'oicfz tzrr:.s non L C.i'.ies, au fud de Jacques GauIo':,
pere, & au nord terres non concede. Ledit r; -ain ci-devan:
concede par M '" le Prince de Rokan & de i2ogars)
General & Intendant, le x1 Alit 1768, a Fbierre &
Cataerine Brordes, Multre & .' YvU0 e Libre.
2 En vertu d'ordo:r.ance de ~i. 1:s Adni faeur
en date du 31 D Lce,awbre 17;8, fi.r la d.na niat:io du
Sieur de Bonnefiy, H.ab;ant au Ford-des-N r la
requete du Procuieur du 0oi de la jutr diiion de Jcml,
il fera prcEd6 a la poIrfuie eni r::vtrin d'un tcrriin pous
hltur dz OW p4s e n q;ij ^ t dafs ls dbaulso de


.4.
V-~ 1


L--LO-~~ II~I~LI~h~YI9~LL ~P*NI~~~.ll+~b~2YIYY


.-,r ..~,.~---... I~- I ---- ICIII1 --II_---~-.CIY


- .,- 'I .4-P, 9 & -D


rst,*ue"P
~--c~


Janvier 1789.









la rIvire des Oran gers h le dt le Platon du Pett-Etang,
paroiff, de -:ynct juridiftion de Jacmel, born au fud
de la ravine du Bras-du-Four, chaflant au nord mille pas
dans des terres non conce3&es, le long de la riviere des
Orzngers, a ioirefi de la !.-.ne riviere, chalffat i l'eft
ar il:e pas dans des terrec non concedes. Ledit terrain con-
ced aI Sieur Julic- Per'ro:ne, fils, le 3 Mars 1770.
z En vcrtu d'c:d nn iice de iMM. les Admninifrateurs,
du 24 D&cembre 1738, Sl S:er Hdlard, demeuIrant au
Poir-au-Prince, pourfuit ea r.ilon un terrain de mili"
pas en carr, iiut6 au quarrier Laurence, paroiffe de la
Craix-Jds-Bouquers, da~Ls le's mon;8agnes du lieu dit le
Bo.ucan-Patate, c.Crnti au fud da Sieur Desbrojje, al 'eil
de la Darme Fid/le, a i'oudi & aun nord de terres non
co.cd&ees. Ce ter:zin a st' conc&id poor culture au Sieur
A, fi!s, 1e 1". Avril 1786, ii avoit deja eth pour-
fuivi en reunicn par le Sieur Mauquid, mais fa demand
a %t dcsaree prinmee par I'ordonnance f'ufdatee.
2 En venu d'ordonnnce de MfiV. les GIn ral & Intendant,
en date du 3 Janvier 1789, la Denoifelle Marguerits
Saint-Laurent, pourfuit en reunion un terrain de cent vingt-
cinq carreaux de terre, fituw au fud, & faifant moitie de
la concdfion accordee, le io Novembrre i784, par MM.
de BHRecombe & Bongars, au nomm Jan B.ErnCux M. L.
pour hatred & coral, de quinze cents pas en carri, ou'la
valeur reduite, fituce au lieu vulgairement appeI6 la riviere
'du Petit-Corail, pres la montagne de la Salle, d6pendance
du Port-au-Prince, bornee au nord du nommi Hypolite,
N. L. poffedant l'autre moiti, l'eft par la rivi.re du Petit-
Corail, a l'oueft des terres non concedes, & au fud par
le pendant du morne de la Selle.
z En vertu d'ordonnance de MM. les Genral & Intendant,
en date du 3 Janvier 1789, le Sieur J. Barthlrmy pourfuit
en reunion un terrain de quinze cents pas en carr6 ou la
valeur r&duite, fitue au lieu vulgairement appel le Petit-Corail,
prIs la montagne de la Selle, ddpendance du Port-au-Prince,
borne au nord par le nomme Jean Bernoux, M. L. an
fud chaffant vers la montagne de la Selle, a 'eft & a
Foueft des terres non concdxedes. Ce terrain a it' concede
le 25 Mai 1785, pour hatte & corail, aux nommres Gflin,
M. L. & Jujiine, Griffonne libre, par M" de Beleccmbe
& Bongars.
2 Ea vertu d'ordonnance de MMI.. ias Adminifirateurs,
en date du 24 D.c tmbre 1788, le Sieur JE.n-Chales Daniel
d"'..ePirant aux Cayes, poarfuit en reunion un terrain de
hu:t cents psa' ec carrf, firu au quarter dit ie Eoucan-
T'ufT: t, paroiffe de.s C$a;ci Fond-de-Ntfle-a-Vache, born,'
P e' :, pen'ant ha'i cr; s p.s, de la ravite Tufift, au
nord de JAcintiih ch+i,,nt huit cr v oas terres &o conce-
des, fuivan: le c':i.t. de Dai0, qert, A:penteur, du
20 Act 1770. Ce tfrrn'n~ a Lt.te caiced le ei Decembrei
I770,au nrcmr~ Olivi:r Mair,~s, M, L. qui ne l'a jamais
itabli.
SEin vertu d'ord-.='.'C" d Me iM. les Adminifirateurs,
en date dLu o0 S ib-e y7So, Ic 5r Jan Richard, dmeu-
rant a Jerenie, pou fsit en r"cni un terrain de ,mie pss en
carre, .o la valeur re.L:i:e, fit- dans les hauteurs de la
riviere Voldrogue, paro:ie de Saint-Louis de Jererne,
born" au nord de la rivi;ee Foiae, h. au fud le long
tie ladite riviee de ia Vollrogue, au lieu appel la Raque
oes tro:s Palmifles. Ce t.rrin a -" c:. ..:. au Sieur Charks
Finaaud, en date du 2G8 fEvrier 1771, lk::-''l concelrion-
Zaire eft moft depuis long-',::. f, )..: y avoir
f s mon i, ';,blifr. :t. P


i En vertu d'ordontante de dMM. Is Adminaifrateurn
en date du 20 D1)cembre 1788, Ie Sieur Biardiere dcmeu.
rant au Port-au-Prince, pourfuit en reunion un terrain de
1 mille pas en carr6, fitu6 au lieu dit la coupe a Mardi-
Gras, quarter de Mirebalids, borne au fud du Sieur Francois
LenS pIre, au nord du corail du Sieur Daauv I l'eif de
la teie de la ravine des O rs Oragrs&& 1 'ou~i des terres
non concedIes. Ledit terrain a ee conc&di le 8 Mars 1770,
au nomr. J"Francois Le.d fils. .
2 En vertu d'ordonnance dq MMit. les 'Aiminifrareurs,
en date du 3 Jannier 1789, le S~ear Pierre M"archand
demeurant en cette Ville, pqurf it e.*it.eunion un terrain
de mille pas en carr6, oun l va*ei r' ide,' finue dans les
double montagnes fud du quardie r du Cul-de-Sdc au lieu
dis le Trou-Couccu, paroiil de e la Groix-des-Bouquets,
borne' l'iet de Pierre Mallt, i L. chldffnt danm la crette
du morne defendant du Trou-Coucou, au nord, a 1'oueft
& au fud des terres non concedes. L2qu;Il terrain a C t
concede par MM. de Rohian & de Bo;nars le to Janviep
1770, au nommi JCan-Louis ElIe, M. L. qui la vendu au
Sieur Ducrabon, & ce dernier la revendu au: Sieurs Durege
& Derance qu'il n'y ont jamais fait aucuna erabliilement.
2 En vertu d'ordonnance de MM. les Ad&iiniitateurs;
en date du 3 du courant, M. Charlot de Torfiy refidant aur
Gayes, pourfuit en reunion un terrain concede Ie 18 Juiilet
1770, uu Sieur Bernard Barnab 6S Shiei, de quinza cents
pas de long, fur fept cents cinquante de large, fitu6 au
Trou-a-Bate paroiffe des Cayes borne & pregnant pied
deux cent cinquante pas fud au defus de la borne nord
du cuke oueft de M. Maurice d'Argcut, chaffant au fud fept
cent cinquante pas avec ledit Sieur, chalfant pour les autres
c6:es de terres non reconnues. Sur lequel terrain il n'a &'
fair aucun 6tabliffement.
2 En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiftrateurs;
en date du 3 du courant, M. Dominique Bai'L, refidant
aux Cayes, pourfuit en runion un terrain concede le 18
Juiilet 1770, au Sieur Pierre-Robert-.Edouard 6 Shiell, de
quinze cents pas de long fur fpt cent cinquamne de large,
firue au grand Trou-a-Bete, paroiffe des Cayes, borne &
pregnant pied deux cent cinquan:e pas nord, au deffus de
la borne fud du c6oe oueft du Sieur Maurice d'Argou;,
chaffant au nord fcpt cent cinquanre pas mitoyennemenc
avec ledit Sieur, chafiant pour les autres corts terres non
concdees. Sur lequel terrain ii n'a eke fait aucun etabliffenent.
2 En vertu 'ordonnance de M. les Adminifl-ateurs,
en dare du 3 du couraint, M. Alexis-Grigoire- GuilWaume
Brunel d la Roquette rGfijant Aus Cayes, pourfuit n reunion
un terrain, concd d le IS JulleCt 1770, a la Demoifelle
Marie o Shill, de quinze cents pas de long fur huits cents
de large, fi:u4 au rP-id Trou--3e,.e paroiffe des Cayes
born~ e & renn.iit pied des Sieurs Antoine & ARthanafe 6 Shiell,
ch:lrK.: a l'ou.t huit cents pas, borne des autres cot's d-
terrcs non r:-o.c.n:e:';; fur sequel terrain ii n'a 4te fai
aucun itablifier. nt.


A r s x 0 a s.


3 Une habitation de la countenance de foivname-dir care
reaux de t.oe, fife au pied de la montage du Rochellois,
quarter du Fond-des-Negres, borne d'un c6.t de la cafdikre
cd! M. de Pirigny; ladite terre eft propre a la culture do
caft. Ceux qui voudro"nr en fire l'a:quifi'i.n pourront
s'a-d:-f.-:r 'a Jean- C'harles 1Jnan, M. L. I-Iablint la
Collins AMa .on, quarter d'Aq'uin,


-I~i -.e -


I -~ ~ '- ~-L--~-s~---r-~,~ C1~ ---.~_ y~__ ~__ ~ ~ ~ ~ ~ ~__ ~ _







r3 5T1 v _____


NT OUVELLES DIVERSE 1

EV U' L M J. R 0 VI .

/N 1789
DU SAMdED&7 iJANVIER 1794-

. 1, s a amna n m r m r-- <^m^ar--- ,. a .. ^ --aramanr*s~-- 'e
; I lll l--~ ft t l*^ T** T^=ga ^ "^Jyt< 1'l** -*J ^ J ^ ^ .-^ ^^^ra r **'-far--^ -.-^t~aman -^ ^ '


24 cr Cls.


.; 4 E A Ai 4e

ES crni'res nouvelles de Vienre, qui font du cornm-
mnenc.nent de Novemb.e, ne difent rien d& plus inrtreffant
que ce qu'on a dkji p'bliV fur la pofitin des troupes de
S;. M. I. : de cells du oiolAnr. It paroit que ces der-
nieres ne percent point les avantages qu'elles ont obteaus
depuis quelque-temps, & qui, come on Pa vu, ne font
pas tris-confiderables, mais c'ft beaucoup pour les Turcs
de fe mnintenir fans perta centre les forces reunies d6
'rAllemagn, & de la Ruffi. On craint que le Grand-Vifir,
au lieu de fe retire dans des quarters d'hiver, comme on
i' ep6roi ne continue de tenir la champagne malgr, la
rigueur de la faifon. Comme nous n'avons point d'efpions
gagIs auprsi des Cours de Berlin d- Stockholm da
i openhague nous ne pouvons favor les demarches de
ces Puiffances que par 1.s Gazettes, & apres les avoir lues
i vqu'au '3 de Novembre, nous avons trouv6 tant de
Scontradiliojns dans les differens rapports, que nous ignorons
...* c. q:i s'eft pofitivement pafftT depuis que Ia Danerarck
flit la guerre a la Saede & s'il eft vrai qua le Roi de
IPruTf. a f.Ch fair des mouvemens a fes troupes pour prendre
part i la querelle. Des avis plus authentiques 6clairciront ces
dotics F& le froid ide l'hiver tempnrera ,peut~.tre, l'ardeur
be-llqueufe des Potentats du nord. Nous convenons auffi que
cs d6me!s n'inteeffant la Colonie qu'a caufe de la con-
Sfnmmation du caf& qui a lieu dans ces contrees, nous par-
le.i;.-s noins fouvent & moins longuement de ce qui s'y
S pae far.s ceite confirmation tres-importate car cette
S gu'rre obitrue la navigation de la mer Baltiqcie, & 'ir:.-
porration du cafi par cette voie dcit : re raientil. D'un
aure <.6t" la confommation de 'indigo doit augmenter ,
c.a it fdau beaucoup de cette couleur pour teindre les habits
i-s nouvelles recrues qu'on fait d& toute part dAns le nord,
&t rnm e chaz quelques Puiffnces meridionales. Voii fous
q'el pint dj vue la guerre doit intdrefer les Colons de
Saina.-Domlingtue, tout motif d'hurmnits a part


F,

~smrm~wnl


IT A L I E.

A 1'exemple du Roi de Naples, le Grand Due de Tof-
eanr. a dclare tous les Convens & Monafteres de fs t.ats
indipendans de quelqu'autoriit ebra'gre que cc foit. S. A.
a or on!e q.'ia I'avenir les rPeiegiu depeaJront quaint
;u fpiriuel, des Archeveq&,es &"IrEques de la Tofcane,
't quint a.i 'mporel, des Tr;b'.nuux Li s. Cette conduit
I' du (;,a-. Dc & cetle d. Roi de Naplis dolvent privir
a Cour de Rome dlun revenue confidritble. On pourroit


cornjlurer qu'une p2rtle de 1'1'-lle ift prEs d'une revo!uro.a
dans fes mceuSs religieu'es ; ccci n'A I qM'uI conjey::e
que rous hafaldcrns, cdont i'avenir prouv-ea la vurrh
ou la fauffet. I li:flit pour croire que cet e idee n'eli point
abfolument abfurde Ce mettre focus lcs yeux des kh.6urs
ce que M. le Prefident Dupaty dit du Grand Du: de Tof-
cane dans les etoquentes lettres que ce ceitbre .~ 'griaat a
puLliees fur IIalie, quelque-temps avant (a mrorr.
i Ma,,is comment le Grand Duc, dit M. DL , renda ies fiujts heureux ? Avcc du pain, d.s fpe.1~e s
S&d de la jufice ; en c':ablif .nt des manufatures ou ie
n people enmplie le temps ; dzs thr aus oh ii 'oublie;
, des trilunaux qui paroiffent jufits ,.
a Arma du lonheur public, le Grand Duc a attaquG
, tous les privillges ; it les a vaincu ;, 1i a detruit ies
)) derniers rncincs de la Dinocrarie en fupprim ant ki
7) cenfrrries ; les dernieres racines de i'Ailflocrazi., IQ
n laiflant mourir 'ordre des S nateur.s ,.
c Le Grand Dac eft contraint de Lien gouverncr ; it
3) ne peut pas fire ure -fule faua car avyrnt rt'uni dans
, fa main tout Ie pouvoir po:itiq'i, la Rpublii.que It
n touted prte ; il re manque pius au peupl} de Tofcane,
> pour ~ere libre, qu'un Tyran, ii a dji un Defpore ,,
Tel eft le Scuverain que tcus Ics autres Princes d'Itaii-
cherchent a iriter & qui cperera peut-e tre darns cene
belle parti de 1'Europe la revolution que 'oan pr'voie
revolution d'autant plus eonr.anTe qu'on n'aurcit pas cru,
il y a quelque-tem.ps, qu'elle fui pt.ir d'un lieu fi voifit
du foyer d'autori, focus laquell le s peuplks de ces contre:.
courboieut la t1e at o0:.

F R A N C .

Des Lettrs de 'i.'"I ot ;ct- nia'n 'a t rtou'' 4:' -s
un des premiers mcis de l'in;'a ce rL.r u-nae fortec eco:if,
do t.remble-meInt d terre fur 12 cote d. Malabar. Elia a
dur. que!ques (caones, pcndar t .iiles 'air a ipsa f.rtt
agi;t des oicahtIL ftar .t timi:s ro' au :,ourdts fuir la
terre < C);autrcs "i~;im cnt n ri ; de ga. des marques
7 1C5 m 1 t j d
dJe if-ay-vr. Lc morvrZ-Aei Se: : it d.1 nordi oued &: fe
dirigeoit anu fud i CO n', ps appr~s que ce phzncmine
ait ca i f ; beai' o p 'de d .,r', c: .
II a -t" baucoup pa:ri, ii y a cqe e?: mcis, d' l'c-
cupation de T'incquirncie dc .1.-; 'itl e (Cylhan ar ks
troupe fanolifs de;s I;~uits qu-' pourro'ent entriincr
cet tv-nee: r. Le fait s'ef ericremient ecliici i'
trcuvZ ce f)j t .:ns la G.ette de Icy J, no 87 un
aricle qui doit trar;iiler.
i Oni a requ cerrieer ient des nouvel'ils da lilac qui
sce.ncer t '.itt de tranqtil'it qui v r :gne. Une LUi,- du
CcmVe 'e aO.toway, Cccnroarndint i~er.erl des ',bim.rns
fi; jois dat{; ces raig''s, a M, le Comrte de AI, LUZti.RP,


- --?~ ~~g~e~p~2_u~a(llp~L~j







1 34


Minitre & Secrtaire d'Etat au D.partement de la Marine,
live tous les doutes que l'on a eus au fujet de l'enbarque-
ment parti de Pondichery au mois de Fevrier dernier. 11 paroit
iue cct embarquement qui a tourment6 pendant fi long-
temps les politiques de la feconde claffe, n'a eu lieu qu'a-
pres dqs avis re.us par le Co.tnt? de Conway, que la guerre
etoit probable, & que le Gn&ral Campbell avoit faith partir
tnille hommes de Madras, don't la deflinrtion annonces pour
Bombay pouvoit avoir Trinquemale pour objet. Voici un
extrait de l llettre de ce Commandant, qui a 66 commu-
aiqu'e aux Dirc&surs de la Compagnie des Inlcs ,n.
L- Con-e de Co.wv'.y manrl' au Minifir4 : c qcu'il
>, avolt rccu le 8 Fvrier par la voie de terre une
S, dpcChe de M. le' Marichal de CASTRIES, en date du
1, "5 Aot 1787 & qu e e 4 du m:eme mois M. eI
71 Ch.vaiier de Pr:evi le, Comrnaant le bricq du Roi le
a Pandoure, arrive en cette rade, lui remit le duplicate
a de cette dep&ihe, avec: ordre de voiller i la conCervation
, dei poIeTffeins des A'liis de Ss Maj#ef, ordre deja corn-
), pris dans fes itirut ons du 1 Mars 1787. 11 dit quil eft
d de foa devoir d'afurer le Mi iftre, qu'il a.eu conflam-
n, mrnt a fe louer des procee6s honnetes du Gineral
,i Carmpbdl, & de la facility avec laquell. ii s'e' port6e i
, app.anir routes les petites difficulties qui n'avoient pas
v ete prevues dans le dernier trait. 11 observe que les
n Arglois &roirt averts baucoup plus promptement que
, lui des evenemens de I'Europ,. Le bruit cou.oit, a la
Sverirm, q.:e les Cours Jde France & d'Aiglcterre prenoient
3? prt dars les troubles de la Hollande. Li Gnn&ral Camp-
L b'll pouvant avoir rcqu des ordres qui n'avoient pas
n, tranfipr' it etoit r.cc., ir- qin'l redoubl.lt de v;iilance
Je pour e&rc en mefure de fecourir les pofTeifions Hoilaa-
v, doifes & fur-tout Trinquemale, don't la conservation
) lui etoit recormandt'e ,,
c C'efl alcrs qu'il apprit quia le Anglois faifrient em-
ir barquer a Madras Iun corps de mille hornmms, qui, riWit-
) cn, etoit rl-ft'.n p'urr Bombay..Ces dilpofitions lui faiflnt
,) fouparoner q:!e Trinq caic toiT mnnaci, il prepara,
1 en conf&.e.'nfe, tous le.i rnyers qu'il pouvoit employer.
, Tout e6oir pret le 27 Fevrier. Les anglais eroient partir
,) de Madras le Les venrs & les. calmes ne permirent
a pas au Comte de Convay d'apparciller avant le 3 Mars,
3 avec ia frgate, l'Alre, te bricq ie Pandoure, la flute le
5 NWcjffir~r, trnr ba irnmis de transport & 800 homes
P de troupes. Le 8, cet a:mement etoir prm s de la ptinte
> de Pedre, & le mtrme jo'r ii e:-ph'ii l bricq a Trin-
" quema'e, pour prevecrir M. ;Van Senden de fon arrived.
~i Mais.certe flItille ft telklment cmii:rari-.e par les vents,
) les calms les coura3,s, & par la mauvaife maIrch de
, deux batim~-s de tranfp.rt, qu'il failut rermorqtir, que
,, le 14, elle fe trouva pr(s de terre vis-a-vis Karikal.
9i Par les nouvelles que le Cmrte de Conway recut de
5e terre, on lui .nnonra la P.i', & on l'affra, q,.e le corps
, rde troupes embarqc 6 a .iadr.s avoit effeOcivement
) f:it ro'ur pour Bor: by.. Son unique objet etoit 'de
,, fecourir T.inquema-c, riais il re voulut pas renvover
, les troupes a Pocilichtry, fans s'aflurer par lui-m eme
, de la vC6ri'6 de etE nouvelle. En con.Iqusnce, il laifla
, !e convoi mouille Ka' ; al, & il prtit pour Trinquemale
Savec a feule frge -;'A/1 7-,. II y arrival le 19. Apres avoir
,, confc pe r.ant quekqv:s heroes avec M. Van Serden
n, & crit: M. 'm Gra:', f! fe rembarqua !e m1 me jor.
, Le lendemain .o, il rencontra tn petit batiment que
, M.i de Frefie avoit extcdda de Pondichery, avec une


, lettre par laquLlle Ie General Campbell lui annoriqolt 11
, paix. Il terinaa fa lettre en difant, que, s'itant afluri
, par lui-mmne que le convoy part le it de Fevrier de
M Madras n'etoit point i Trinquemale, & que les forces
n hollandoifes qui 6toient dans ce pofte, etoirnt 6gales &
- mrne fuperieures a cells embarqukes a Madras, il n'avoit
n pas attend la lettre du G&enral Campbell, pour expi-
- dier la corvette Ie Pandoure a KrikAl, afin de ramener
- fon convoi, qui arriva en cerre rade le 3 Mars ,.
M. Louis-Antoine de Go:taut de Biron, Dye de Wison,
Pair & premier Mar&hal de France, Chevalier des Ordres
du Roi, Colonel general du Regiment d&s Gardes Frai Fi-
fes, Gouverneur a Licutenant g nsal pour le Roi de la
province de Languedoc, premier Baron du Pei go-'d, Cc-nte
de Cabrera, Marquis de Rouffillon & de Monf.Errand,
Baron de Ruffey, Seigrn'ir de Badefol, Mugroin, B:ifam-
bourg & autres lieux, eft mort i Paris, le 'r Novminbre,
ag6e e plus de 87 ans & demi.
Louverture d'un nouveau Tha&tre au Pa'ais de Tuileries,
fous Ie nom de Comidiens de Monslzan, a du f faire le
x' D&cembre, on y jouera toutes les nouveauris, Tra-
gidies, Cormedies, Opvras-Comiques, qui ne font pas la
propriet, des autres ThiAtres de le Capitale. Ce nouveau
Spe6lacle ne peut qu'infpirer de l'mul-tion aux autres &
fire ceffer les abus qui refultoient d'un Spe&acle unique en
chaque genre. Ce n'eft que par le choix des Pices & des
A&eurs que ce nouveau Theiarre pourra fe foutenir, car
it n'a pas encore de Pieccs de fonds, & pour varier, il
faudra que la Troupe etudie fans ceffe. Sa position, au
milieu de la plus belle promenade de Paris pourra contri-
buer a ie faire rechercher; on pArle auffi de plufieurs bons
A&eurs qui compoferont cette Troupe, & entr'autrrs de
Nl"1 Baletti, celbre Can:atrice italienne.

Extrait du Mercure de France, n9 44.

M. le Comte de nrienne, Minifire de la Guerre, eft
part ii y a q-elques jours, pour aller fire fes adieu i fon
firre, i'anci-n principal Miniftre, qui a qit;te! Brienne
pour aller en Italie: c'eflt Florence & aPife que M,
1'Archeveque de Touloufe paffera 1'hiver. L'on a fu qu'il
avoit eth envoy la femaine derniere deux Courriers a
Rome, & -'on croyoit qu'ils n'&6oient charges que des
dip&ches relatives a la demand du chapeau de Cardinal
pour cet Archev.quc; mais des gens infiruits prerendent
que Il C!e;g'. defire de fe voir prefider anx Etats ganeraux
per M. le CArdinal de Bernis; & ces Courriers, dit-on,
lui ont porter a ce fujet les ordres du Roi & les aceax
du Clerge.
Le Minilire des Finances emploie les moyens les molns
onfreux & les plus doux, pour faire face aux obligations
du TrZfor royal. II a comrmenci par un exemple de defin~-
refienient qui trouvera peu d'inidta-eurs, c'eft-4-dire, par
verfer route fa fortune dans ce Trefor, oi l'on faith au'il
en avoit pla:h une grande partie. On rapporte qu'il a dit
4 ce fujet, que lorqu'on rifque forn repos &* fa f'nti, l'on
peut bLen encore rifquer fo. a-gent. M. Necker a trouve un
autre fecours de neuf a dix millions dans une ann'e des
gages des Receveurs g'ndraux & particuliers des provinces,
qui fe font volontiers prc:es ce retard de p--yerment. La
multitude des compromise, le befoin d'a-gent journalier &
preffant, &6 la quantity immense de papers qui circle fur
la place, nuifent aun effects publics. AIbis l'Adminiffration
deo Finances a une reffource certaine dans le parti qui a


rr -C I. -~ ___


pc -R-, Via-=i-ip l --"----*-'----^ i . ^. Bi 1 i i i-


-f------


I -*N


tl......r


_I.-.. _. L--U--*ICYU-lW-J- -I~-~-j-----LX .--nlc- -- -cu- -- '-Y--L~--.---- IW-l -- -.-~-~









(tA pis de recourr la Nation ellememe celle-ci a
trop d'amour pour fon Roi, trop de refpea pour I'hon-
neur, trop de moyens pour fuivre ces fentimens, pour
u'on n'aaten.e pas de fa part ie mefures les plus loyales,
els plus propres a ratablir le credit, & a regagner la coa-
fiance du Public.
Les Ambaffadeurs de Typpo-Sai'b font enfin parts. CQ
n'eft qu'avec peine qu'ils out quitt6 Paris : depuis quelque
temps ils retardoient leur depart fous diffirens pr6textes :
nais la frigate qui doit les ramener etant prete & la faifon
avangant, il a bien fallu qu'ils fe dkerminaffent a s'c6oigner.
Its avoient acheti ici beaucoup de chofes que le Gouvcr-
nement a bien voulu payer, non cependant fans fire exa-
nriner les amoires des marchands qui avoient veadu ~i tes
strangers comme s'il euffein rapport, tous les trefors de l'Inde.
La venue de ces Ambaaiadeurs de YIndouftan a ere par
hafara un incident fort defagrkab;e pour une perfonne qui
cccup6 une grande place a Lyon, Lors de leur paffagi a
Toulon, un galbrien fut blkffe en trainant un canon; ila
demanderent la grace & l'obtnrent. Sorti ainfi des galeres
oh ii avoit pafi 3~ ans, & revenue a Lyon, fa patrie,
il a prouv6 qu'un terrain fur lequel un Magiftrat avoit
faith batir, lui appartenoit. On lui offrit un- modique pen-
fion pour fe defifier de fa propriety, mais il la refufa, &
un Avocat s'etant charge de fire valoir fes droits, le
Alagifthat qui avoit fait batir de tres-beiees maifons fur le
terrain ligitieux, a e;t oblige de lui payer cent mille livres
pour tout concilier.
Le Gouverneme.t paroit avoir adopted le parti prudent
de laiffer les efprits fe calmer jufqu'a la prochaine tenue
des Etars generaux, &, en confequence, M. Dfpreienil
a eu ordre de s'arreter Marfelle. La fenfation qu'a caufte
au Parlement le retour de M. Freteau, & la part que ce
a.agitrat a prif, aux dernieres deliberations, ont pu enga-
ger I'Adminiflration I tanir encore M. Defprimenil Cloi-
gae, aifi que les autres Con(eillers qui ont eifuye des
di'graces. M. Defprimenil n'en a pas moins ecTit a fes Con-
freres, pour les prier de denoncer cette nouvelle lettre de
cachet.
La convocation des Etats generaux pour le mols de Jan-
vier prochain, ne fuppofe point qu'ils foient aifemblis fur le
champ. Its ne front en erat de difcuter les intzres publics
que vers le mois de Juillet ou d'Acfu. II faut, i.0 Que
la convocation foit publiee ; s. que les provinces, les
villes, les bourgs faffent 1'ilelion de leurs Deputes, &
que les cahiers de deman.des foient rdiges. Tout cela exige
beaucoup de temps. M. Nscker invire particulieement its
Gers de lettres a fournir leurs lumieres fur la rmaniere don't
on doit composer I'Affemblee Nationalc.
Les fix Corps ayant fiit entr'eux une quete de 5o, coo
llvr.s, define au foulag ment des Cul!ivateurs greles, en
ont fait l'hommge ~ MA. le Die&eur general des Finan-
ces. M. de Cwofe vouloit que ce bienfai: circulate parmi
les pauvres de la Capitale, mais M. Ncker a repondu: ii
y a des riches a Paris, is doive': fire quelques efforts ;
d'ai/lhurs on peut travailler, Ainfiz, les indigens font beaucowip
moins d plaindre ici qu', la campalgle. II a done t,. decide
que cette fomme feroit d6livre' aux malheureiu labou-
reurs; il itoit question d'en faire le dp6tp .. M. Ncker a
dit q'on pouvoit la porter au Trifor royal. Au Trefor
royal, a r6pliqu6 un Mag;ft:at, & oui Morfieur, a pour-
fii-i le Amniifre, Ir yo ooo l;v. front fort bien l pui(-
q u'hier j'ai fxit p, yer ,o, o~o liv. definrzs a jecourir lks
Curtiviteurr infortunres.


On dorine afuellement trols millions par fema ne pou
les renters, & i ,600, coo liv. par mois pour les penfiors
ainfi routes chores font dans 1'erat qu'il convient.
M. Necker a requ des Proteflans francois, l'offre de
fecours picuniaires rres-confidkrables, mais ils demandoier.
in ~rat civil tel qu'il leur fut accorded par IEdir de x599.
M. le Dired6ur g.npral a faith part au Roi de cs pr'pop -
tions, en lui confeillant de les refufer, S. M. devant prot ger
fp6cialement la religion de fes Anctrres, & tol6rer fteile-
mcnt celle de Calvin & de Luther. Ce noble confeil attefte
la delicate fiuceptibilite de fon auteur.
On af'ure qu'il doit etre ouvert inceffamment un emprunt
de 15 millions chez les Genois, qui font, a ce qu'on pre-
tend, rout difpolfs a ks' s delivrer.
M. Necker, pour privenir tout fu)et de reproche afa
charge, fur l'emploi des revenues da 1'Ekat, a faith dernie-
rement rendre un Arret au Confeil, fuivant lequel nul noB
du Roi ne fera pay' qu'il n'ait etr motive au Confe-.i&emre.
Moyennanr ce reglemenr, on ne pourra prefenter au trifor
royal que des bons non furpris a la bienfaifance du Prince
& doit I'urilitr fera abfolument reconnue.
S'il en f cut croire un brit accredited, les Membres dea
differenes 'Compag-ies de finance ont offer au Miniftre
une fomme d'argenr confideCable ; quatre & demi pour ico.
Ma.ge ce temoignage eclatant de zele & de con;fiance, le
Minifre n'a pas cru devoir accepted cette offre. On fuppofe
que le beau chapitre fur les fortunes des Financiers dans
I'ouvrae DE L'ADMINISTRATION DES FINANCES renfrrmer
les motifs de ce refuse.
L'Ar;et du Parlement, qui intervint le 25 a mcs dr-
nier (Odobre) fur la denonciation des ancins p-rncipal
Miniftre & Garde-des-fceaux, faite par M. Fi:tgerald, &
qui permit d'informer A leur charge, a kt6 caff6 par un
Arrct du Confeil, par la raifon que le Parlement ne peut
etre en nmme temps plaignant, juge & partie. Le meme
jour, les modifications ajoutees a la declaration du 24 Sep-
tembre, onr L:i pareiilement fupprim.es. Le Gouvernement
a vu avec peine les bornes demandees par le Parlement
aux intentions que le Roi avoit annoncies par cette dec!a-
ration, foit relarivemert i~ la reprife des for&clcn de la
Magiftrature, & i I'ouabli den ur ce qui s'&toit paff6, foit
par rapport la convocation des E:ats gen6raux. Une parties
du Public reclame centre le vceu qu'ils foienr convoques
& conpofis frivant la for mr obferv'e en 1614. Ce n'ttoient
point des citoyens pris dans la mtffe de la Nation qui
reprefen:oient il Tiers-Etar, & 1 peino y avoir-il parni
eux deux propri&taires; le refle n':oit compofi que de
Gens de Jultice & de Fi:ianciers. Dans la vue de prerenir
toute reclamation a ce fi'j)et, la CoUr s'eft dvcidJe prendre
un parti qui a et6 applaudi de toute la France. Les Notables
fe font montres trop anirnms d'un vrai patriotifme, pour ne
pas croire qu'iis pcendront a cceur les int~etts du Peuple,
en lui donnant uae influence convenable dans l'Affemblei
national ".
On ne garanti la veriti daucune de ces nouvelles extraiti
du AMercure.

E T T S-U N I S.

Extrait du Penfilvania Pak.st, du 9 Dicemnbre

De ofion, It 24 N' oVmbre. Le PTiblik eft averti qu'on a
repandu cdas ce:e ville plufieurs milliers de fauffes gour-
des, qui potent le millefim1 de 1786. Ces pieces oat


-- -- -.-.. -.-


r
Jy


--CI----r~-CI~*-C


_ I C~~"




-- -~--- ~ -.


frappes ave: taat de foin, q-i'il eft dflici!ee les dif l n-
gir des visitables, me.nm par le ion. Cep.!ndanr, en les
frotta.t, on fent une legrte odaur de cuivre. En les
gratana avec un coateau elt! paroiffent femblables a l'ar-
Sint & puayent fuporter un grand nombrs de coups de
umateau av-ant qu, d, caff'r.

Du P 0 R T A v-P r. I w c 2,

Obifivatio.s f.r its Concejions d'Eau.

c L's Adm'inifrateurs, charges du faol de recueilhir les
eadu, de les dnitibuer au Public, nf doivent point en
coicider & je crois qY'i:s 'e. peuvent point vendre aux
ParicauliArs, parce (pqi i'eau etant un aliment de niceffit6,
au pel tous les indivi.lus ont un droit egal, la vante ou
concclTQin eft une alienation d'uo bien qui appartient tout
enter au Public, & dont i'excdent aux befoins de pre-
mitre nkcefih', doit fe partagr entire tous les individus,
comme y ayant igalerent Ie meme droit n.
i Parmi l s raifons de prudence qui s'oppofent a la
vented, ou conceffion de i'eau, on cite celle-ci ),.
it D, quelque maniere que les forces foient fituees, on
p!us ou moins fournies, lj:r produit peut varier de plu-
filurs fz;ons. D'abori un tremblement de terre, enfuite
qu'elqae bouIement fouterrain, en obfruant le course aftuel
des caux, peat leur en fire prendr. un nouveau, & les
fa:ir difoaroi:r. en parties. Les fechereffes auffi, peuvent,
daas diffsrzs temps, rndIre lear produit moindre de ce
iqu'l e'l ordinairement.
A quoi alors fe trouvent r&duits la ville, fadminif-
tranion & lei particu!i!rs qui ont achet1 1'i au? Ceur-ci, n-
confuhant que leur tires & lears befoins, veulent qu'on
leur livre ce qu'on leur a vandu; ill fe plaigaent
des non-jo3i aancEs; I'Aminiftration eft en bute a toutes
les r&dlam aions qu'elles occjfionent & le Publiz,
qui manq.e d'eau indigne que certai.s Particuliers
en alent en db;oa-ance, acccue l'adminiqration q.ui, pour un
modiqu. int~i't, I'a privi. d'un bien de premiere nceffit..
D'ilulers, quand il fexrit vrai qa'on pts, dans tous les
ten-ps, ccmter fur la m tne quantity d'eau, qui peut atir-
incr q'je le3 befoirs d'ana ville n'augmenteront pas? Qai
peut marquer foia derni,-r terme d'accroiffement ? Et fi I'on
vynl ou c-a:che la furab-n dance atueile, comment fufiiri-
t-on a d pu- ranIls bbf;:., quan I la population fera aug-
mamne ? ais, pour dernike raifon, fate pour toucher les
A:-mi~ateare'rs q:ui ont un certain gotr du beau, la pro-
f.iion d'eau dans les fonaaines eft is vrai luxe de ces monu-
-e^ns Phublics: p. i.t de belies fonraies, nul genre de dco-
ra'io:.s fupor3able, oh l'n voit des mafcarons don't le
gofier fec -::e'r les fpea.teurs t .
,t Pour fe, refdfer a venire oa concider de l'eau, on
pc.a rm-a irq-er que ceut qji I'achettent font la claff! la plus
i #,he des citoyens, que confeu'e;:nm.;;t i;s peuvz;n plus
al.'raris',n procurer ave: abundance que la claffe indigent.
Mais s'il .toit vrai qui les raifons do nnees rre paruflant
poi.it fffi"antes pour empecher de venire ou de conceder
l'ea-, aa molas ne devroit-oi le fire qu'avec les menage-


4


[ 36 1


means que mn&tent les imntes prfns & fututs du Pubi k
c La conr.ction doit flipuler la quantity d'eau qu'on
accord aCtuellement, mais que fi les befoins du Public
augmentent, ou ce qui revient au rnme, que la quantity"
d'eau diminue, on en tetranchara une quantity proportion,
nie aux befoins du Public & jufqu';a ce qu'il n'en refit
auw conceffionnaires que come aux autres particuliers. Ces
conceffionnaires doivent etre tenus a avoir chez eux un
rf~ervoir qui contienne au moins dix muids d'eau & une
conduit qui puiffe au befoin, y verfer une plus grande
quantitY d'eau, que me letr en done leur conceffion, pour
que, dans un cas d'incendie, on puiffl avoir recourse a cette
reffource, d'autant plus pr6cieufe- qui'ellepeut fe trouver
plus eloignee de la grande conduit. Dans le nombre des
edifices a qui 'on peut conceder 'eau, ceux appartenans
au Roi miritent la prif&rence, puifque leur confervation
imported a tous les citoyens.
cc Le pouced'eau, don't on parole tant, n'eft, autant que
nous pouvons le favor, rgl. c:hez aucun people, par une
Ordonnance. C'eft une qnantit6 convene depuis quelques
annees. 11 feroit bien temaps d'en ordonner pofitivcerent la
valeur w.

Par M. de Sorrel, Chevalier de tOrdre ds Saint Louis;
Ingenitur des Colonies, charge de la conflrudion des fontaines,


V A R I T S.

M t D E C I N E.

Topique antifpafmodique propre a ere appliqul fous la plan*
des pieds, dans le tetanos, ou autres maladies convulfives4
Extrait dzs ebfervations fur le tetancs, par M. Datile.


Prenfz un gros de camphre; crafez-le & le mte'e~
avec trcis gros a'opium, & m&me davantage, felon I'~ge,
la force du fujet & 'intenfite des accident; &endez le fur
deux morc:aux de peau, de la grandeur de la paume de
la main, que vous appliquerez i la plante de chaque pied,
Ce topique a autant de fucces, dit M. Daiille, dans les
irritations nerveAufe, que la moutarde pulvirifee & inwor-
porte avec le levain en a, appliquez i la plante des pieds
dans les cas oppofss, ou l'adion des nerfs femble aneantiaq

A TYMOL GIE.

On ne trouve l'etymologia da mot Calembourg dano
aucun di-ionaaire & ii eft fouvent question dans les fociet6s
de l'origine de ce mot.
Le Sieur Calemdourg, Apothicaire, demeuro't an comn
mencement du fiscle dernier dans la rue Saint-Antoin-, a
Paris. Comme ii raffembloit beaucoup de monde dans fa
boutique & qu'il jouoit fans ceffe fur le mot, on appiaa
fes points des Calembourgs. Telle eft la vieille traditrns
qu'on a fur cet article. I importoit infinimient d'Ctre
infiruit de ce fait : les Calembourgs font fi miles i


Avsc pcrmifon de MM. les Ginral 6 eIntendant.


A RV T-f 1 E UP R I E R I ROY ALE











l R,,, i3l 7._ A_,
IEC22S
SRFFMICHES rmpAMERICAINES'

DU NJDI i^-- n JANVIER.,
< ?.-4 .--.


Mouv.mrziiu qt iUES! ETr Du SuiD.

Arrivi\e .Ayaires kra fs. PASSAGERS.

U Port-au-Princ4L, nvier, l'Alcide,
de la Haye, Havre, 16 Novembre. 2
Lt 6 6, l Bonne, Delifle Guadeloupe,
SJanvier.
Total des paffgers arrives depuis le t" Janvier. 18
& des baimens. . 6

(11 y a dans le port 92 batimens franpois de long course .
Aux Cayes, le 4 Janvier, le Viaoricux, le
Baron, cote d'Or, avec 88 Ncg-es.
Total des paffagers arrives depuis le' Janvier.
& des ba imens. a I
Dipart de naivires Francois.
Du Port- au- Prince le 12 Janvier, l
Baronne de Duplaa Borderi Bordeaux.
Le 14, les Deux-,Amis, Goeran, Marfeille. i
Total des pffJagers parties depuis le i" Janvier. 2
6& des baiimens. . 3
D.s Cayes le 6 Janvier la Louife ,
Dupuy, Guadeloupe.
Total des paffagers parts depuis lek Janvier.


6 des batimens . .
De Saint- Marc le 15 Janvier, It Saint-
Marc, Rouffeau, Nantes.
Total des pa'agers parties depuis le i" Janvier.


6 des bitmens. .


I


2


Arrive de navires strangers.
An Port-au-Prince, le to Janvier, I'Alfred, Cuningham,
Wifcaffet.
Le Silvina, Oakman Boflon.
Le x le Dauphin, Serkins New Yorck.
Le Hiram, Jones, Falmouth.
Let Deux. Scu-rs, Barret, Nortfolck.


Total des bhtim. itrar.g. arrives depuis It j" Janv;er.


('4).


( II y a dans le port 26 batimens &rrangers ).
Aux Cayes le 7 Janvier tl Hoppe Dupeyrat ,
Philalelphie.
Le John, Lillibridge, Saint- Eullache.


La Jeanne, Wold, B!aufort.
Le 9, le Daupiin, Ma~cofte, Sai;t EuftLche.
Total des batim, itrang. arrives dtpuis t i" Janvicr. (4):
Dipart de navires rangersr.
Da Port-au-Prince, le it Janvier, la Ketty, Guainor,
New Berne.
L'Amitii, VWife, Pepperelborough.
Le 14, la Sainte-Anne, Roux Rouble.
Total des batim. etrang, parts depuis ic i" J.nv'ier. (9);
Prix courans des dcnrces coloniales, au Fort-au-Prince,
le 22 Janvicr 179S.
Sucre blar.c, premiere quality, 66 a 70 1. feconde, 54
h 6o 1. troifirame, ,o a 5 .1. fucre brut, prcmire quali~e,
38 a 42 1. feconde, 36 a 40 1. trofifnme, 50 a 35 1. Ceaf
tin vert, 26 f. 6 d. a 27 f. marchand 25 a 26 1.
infirieur 24 a 1 f. 6 d. triage 19 g o f. vieux,
premiere qalit ..... feconde.... triage... Indigo bleu,
premiere quality o ai 1 1. f. cuivie marchand, 8 a91.
io f. infirieur 7 a 8 1. 5 f. pouffirer 5 a 6 1. Coron,
i90o a 2o 1. le cent, feconde 15p,0 60 1. troifieme,
140 1. Cacao, 9 1. Caret, 15 1.
Prix tourans des marchandifis de Frarce & autres, au Porte
au-Prince, le 22 Janvier 1789.
Vin vieux de Bordeaux, la barriq 1e, 1zo I. nou.
veaun, de Bordeaux la barrique, 70 a 82 1. de Piovence,
60 1. blanc le tieron o5 1. Farine de Moiflac,,
premiere quality, le baril, 90 1. i f. feconde 6o a 66 1.
commune, 4S a 50 1. Huile fine, le panier, 28 301. com-
mune, la cave, 12 13 1. Beurre, la livre, &o a'a f:
Petit-Sal', I'ancre 27 a 30 1-. ceuf fale, le baril 9o 4
99 1. Morue, le quintal, 42 a 45 1. Savon, la caiffl, 27
a o0 1. Chandelle, la livre, 2o 0 a3 f. Brin, 7-8, l'aune
r6duite, 42 a 45 f. 6 d. dito 3-4, 41 a 44 f. 3 d. Com..
bcurg, 40 a 44 f. Saint- Georges 44 f. Morlai la
balle, 1450 x 5 co 1. Rouen fleuret 700 1. Planches de tap,
pied anglois, 13o 140 1. le miller, Bois 6quarriss, idgm
pitchpin........ .
Cours du Fret.


Pour Bordeaux;
Sucre blanc. 14 d.
Sucre brut. 14
Indigo. 24
Cafi 1i5
Coton. .30


Nantes,
14 d.
14
24

30


le Havre;
14
'4
24
15
30


Marfelile
14 d-
14
24

30


EsCLAz xs MARf ONS EJNTRzS A LA GEOL:
A Jacmel, le 7 de ce mois, Jean, Congo, ,tampI fur
le fein droit 3A9AG*yV aa;dcffoau 'I'agyV Afgi d









L
s6 1 28 'ans, taille de 4 pleds 7 pouces, ayant des mar-
ques dE fon pays au tour du front, Y'paule droite caffee,
avec cicarice fe difant appartenir i M. Fournier au
Port au Prince
A Sint- Louis le 8 de ce mois Georges, Anglois,
itampi fur les feins DETCHE au-deffous GARAY,
ag6 de 35 ans, taille de 5 pieds, ayant un nabot au pied
gauche fe difant appartelir au Sieur D Cayes; & Jean Louis, Congo, fans 6tampe apparente,
ge6 de 24 ans taille de 4 pieds to pouches bien fait,
Joli de '1gre, fe di(ant appa tenir la nommee Catherine,
M. L. Habitante au Mal-Fini, paroiffe de Cavaillon.
A Saint- Marc le 9 de ce mois, CLaude Congo,
.tjrapb fur le fein gauche autant qu'on a pu le diftin-
guer, D DUVAN, au-deffous ST MARC, ag6 de 30 ans,
:aile de 4 pieds o1 pouces, fe difant appartenir a M.
Rivierre, Habitant au Gros Morne : le tr un Nbgra
nouveau Aouifa, &rampi. fur Ic fein gauche de plufieurs
letrres illifibes VART, age de 23 ans, taillie de 5 pieds
3 pouce5, ayant des marques de fon pays fur le vifagi ,
re pouvant dire fon nom ni celui de fon maitre : le 14,
Bou: i, Adia, c: mp6 fur le fein droit DUBOURG, au-
d et.ion S ,r MAR & fur le gauche aurant qu'on a pu
le diftinguer, OSTIN age de 30 ans, taille.de 4 pPeds
9 pouces, fe difdnt appartrnir a la fuccefiion Levreux, au
NBofie Saint-Nicolas; & Brice, Creole, erampe fur le fein
droit BAILLY, au-deffous ST'MARC ag de iz a 13
enrs, taille de-4 pids 5 pouccs, fe difant appartenir a la
nounic'se Marie- Jeanne, M. L.
Au Perit-Goave., le ii de ce mois Jean-Philippe,
NI;go, Crampe fur le fein gauche B" LAROS agd de 26
ans ltaille de 4 pies 7 pouces, ayant des marques de
fon pays- far la figure, fe difant apparteuir I.M. Laroque,
au Port-au-Prince le Ly, un N.gre nouveau, erampe fur
le f'in droit LABORDR, fag de 20 ans, taille de 5 pieds
I pouce ayant -la gale, ne pouvant dire fa nation, fon
r.rn ni'celli de fon maitrc.
Au Port-au-Prince, le 13 de ce mois, Lubi2, Congo,
ktampe B DARTIS, au-d flbus D B ,fe difant apparrenir
a M. Daris ; amene da I'E.pagnol ; & Pierre Creole,
erampi fur le fein droit C. GEORGES, & fur Ie gauche
ADRIEN, fe difant appartenir au Sr Miramont Marchand
QlirncaiAler au Cap; amen6 de i'Efpagnol : le 14 un
gre nouveau, Inconnu, Ctamph JDALAY, ne pourant
dire Ton nom ni celui de fon nmatre : le 16, un N&gre
rnouveau, Nago, fans ktampe apparent ag de 26 ans,
tfiHe de. ( pitds 5 pouces, ne pouvant dire fon nom ni
celui de fon maitre; & Marie Louife, Creole, etampne,
aurant qu'on a pu I, diftinguer CHAVRAY fe difant
appartenir h la nomrnme Laurcnce Chavray M. L. le 17,
Z'ni6r, Congo, etamphe RARRASSARD, fe difant appar-
teoir iM. de Sibert : le 18 Paul Congo etamph
LA,.ONTAIGNE fe difant appartenir a M. de Lamon-
tiWge; Atnbroife Benjamin, Aoufas, fe difant tous deux
dcf lhabiuition Drouiliard, a' a aMarre; Antoine, Congo,
fe difant de habitationn Saint-Martin ; Sanfquartier, fe dilant
de i'habiration de Mgr. le Dic de Chartres ; & Antoine,
MAz.nirg ie etamp D)D. CHARTRES fe difant de la
pein ; habitation.

.. 4N 1MA I X Z a aT iS R x PAVEL S.

A Sain,-Louis, le ; de ce mois, une jument fous poll
youge C tppie du c.t6 dU mIntnir PB, ayant une grande


1
crinire ; vin pled de derrlire du c&t& du montoir blatnt
& une petite 6toile au front.
A Saint Marc, -le z de ce mois, une bourrique fots
poil brun, ayant fur la cuiffe du montuir une ,tampe
efpagnole :le 14, un nmulet fous poil brun eamp6 iur
la cuiffe du montoir GB, ayant une taie fur I'oeil gauche;
un cheval fous poil rouge etampe fur la cuiffe du :non.
toir RB ayant les pieds de dcirirae blancs ; & un idem
fous poil bai fans etampe apparent ayant une 6toile
filante au fiont.
Au Fort -au-Prince, le x2 de ce aois, un bourriquet
fous poil gris-de-fer etamp, AH au'ant qu'on a pu le
difiingucr ; une jument angloife fous poil brun fans
ktampe; & unt mule fous poil fouris 6ampee V IM,
les deux dernieres lettres entrtlacees.
Au letit-Goave, le 15 de ce mois, un cheval entier
fous poil brun ;ampe fur la cuiffe du montbir FD,
ayant la queue longue.



t M. le Gouverneur G&n&ral previent que voulant payer
comptant tous es ales ics nretffaires a fa maifon, les per-
fonns qcui lui from des fouinitures font prices d'envoyer
leurs comptcs au Gouvernement pour etre acquitt6s en
mnme-temps que la livraifon. D'wpies cet avis qui fera
imprimn trois fois, M. le Gouverreur Gendral ne payera
aucun objet que I'on prerdroit a credit fous fon rnom.


A I S


rDiVt E RE:S;


3 En vertu d'ordonance de la Sn6chauffTe de S. Marc,
& a la reqLCte de M. ie Chevalier de la Valette, Tuteur de fes
neveu & ni&es, it fera, apris les t ois pb'.ications &
affiches ufites, pracded dans le msgfin de 'habitation de
la Falette & dire James, cornu fous le nom de Caftra,
fitue en la ville de. Saint Mare le Mercredi. I du mois
de Fevrier prochain, huit heures du matin, a la vente &
adj.idication, pardevant M. le Sin&ehat de ladiite S6nchauffie
& en preCence de M. le Procureur du Roi, de tous les
meubles, eff:s, hard s, argenterie, bbiiimheque, bijous
pricieuI, (Sia.mans, confiflans en monrres, bracelets, &
autres objets eniichs de gros & petits ciamans de la plus
grande valeur, depteiles lines de table & de lit, chaifes,
chevaux, dependans des fuceflions du feu Sieur Marquis
de Ia 'alette, & de la Dame veuvee, decade epoufe en
fecndes ocesc, de M, Lefivre de la Paqueric, comp.is &
efilmns aux invemaires qui en ont eit faus, a a charge par
les. adjudicataires de payer ccmptant avant de dkp!acer.
3 Le Sieur Chivalier-Malarcher, Apothicaire Chimille,
au Port-au-Prince, a I'lionnwur d'cflfir fes services au Public
pour tout ce qui concern fon etat, ayant recu nouvelle-
ment une grande quantity de remedes ou rogues, fimples,
qo'll fe fera un devuir de ver!,re au plus j).fe prix. Jaloux
de mrniter la confiance de Mr' les Negocians & a.urrcs, il
s'cffie de leur donner les articles de droguerie qui fe trouvent
crdiratrement chcz les Capitaires, au n.eme prix. toutefois
qu'ins oudront tien lui en do.ner la pif&irence. On trouve
chez lui, Ies v&itables fondes & botgies de gomniile elaf-
tique, de la corpofidon du Sieur Bernard. It eft toujours
afforti en articis de veirture veriris, or & argent en
livrets; on trouve aUfii chez lui, de I'encre a etarmpEr les
egres, mnihode pi frable a cell du fru, & aufli durable.


\\


"'-"... ~. ~~-----5-7p---ls------7-- ~--~..~-~ ..1~--~.....__ ~....~_. _~ .__~..


, I r ., ft ---rr-- -. 3 %VFW,.7R~-- -~~~-


-- -~* --L-~-----ll~l~_C~C---_C~CICII~~










9 M" les cranciers de fiu. M.la Mtte Al;gon, HabiHant
dans les hauts de Saint-Marc, font pribs de la part de fa
veuve & de fes enfans, de coinmuniquer leurs tires de
criance en I'tude de M' Gellibert, Avocat en Parlement
& Procurca'r es Siges de Saint-Marc, a i'uff:t de conrottre
les dettes de la fucceftion, & de prenire des arrangsmens
avec eux, pour parvenir i la plus prompted liquidation.
3 M. Jouis, aina, Capitaine comimnaant Ie navire le
yicomte de Brons, venant de Bordeaux, avec une cargaifon
tres-bien afforrie, a t'honneur de prevanir M" les NCgocians
& Habitans qu'ii a pris fon magafin dans ia maifon de M"
Lafitau, Lafargue, vis-i-vis M. Lerenmourg, au Port-au-
Prince.
I N" les creanciers de la fucceflion du Sieur Pare Dcshor-
rneaux, vivant Hbicant au Cul-de-Sac, font pries de reminetre
le decornpte de leurs creances, tant en principal, inrere~s
que frais, en l'dtude de M''Paftett de Leyde, Procureur
is Sieges du Port-an-Prince, pour viler aux m~oyens les plus
proinpts pour les foler.
3 M' Clauffa, Piocureur es Si"ges, pr'vientM" les
crenciars du Sieur Larcher, ci-devant MNirchind Chapeliir
en certe vill-, qu'en execution de featenc! du vingt-cinq
Novrembre dernier, renriue entire les Arinateurs du navire
le Saint-Jofirh, de' Stint-Malo, premiers faififfans & les
autres opalans', il va incf.ffaminnnt pro: :er au tableau
de r!partition des deniers provenans de la vehte faite fur
ledit Sieur Larcher, ;' 'efftc de quoi les crianciers peuvent
remettre fous quiniains, es 7minis dudit M' Claufoi!, leurs
itrres de creance pojr etre coloquss au marc la livre, au
defir de la fenten:e fufdatd', paff& lequel ditai, lefdits
creanciers nc pourront plus etre admis a dla colloL.aion.
3 La D.-oifelle Monnot, eleve de la D.mif'l.e' Benrin,
MabchankR de modes de la Reine, & du tiieur Delaitre,
premier Tailleur de 'op.ra de Paris, a l'hoineur de pr&-
venir les Dames qu'elIe chiffonne les m:>dr- daas tous les
genres, mais principalement dans les fuivans: Bonnet ila
Criole, idem 1 i'iig.nuite, la coqueure corrigke, demi-
parure, a la grande Nobldid, ai coiimagon, a la carline,
chaLt.aax en poufli, idem pares, en. bonuet'ang'ois,a h la
Suitane, a la Bergcie des Alpes, au bois de Boulog ;ne
garnitures de robes de toutes efpeces, ajuitl.merns de bals
par"s, dans tous les coi1A:i'us. Elle fait auffi des ouvrages en
couture; (avoir, corcets ajufitf. a Guimard, a la Bergere,
& 'Angloife; Pierrot-chemifes a la Zacharie, bombhes la
Sultine, ~ Ia Lyonnoif. ; fichus, fabots, rma:ch'ttess, demi-
jupe, ceintures, fleurs, plumes, &c. robes a la Turque,
Slah grande Sultne; chemifes demi-parure, chenmifes-che-
miles, en lnvire, a 1'Angloife, dites neglig6, fourreaux.
Enfin elle.vend des fouliers a la Sultane pour bals, biancs
fuperfins, idtm le Venife, idem colors; rouge vig&eal &
aux fleurs, dito i la rofe. Sa demeure eft chez -le Sieur
Mokimron, aux bains publics, rues Royale & de Bonne-
Foi.
3 M. Rcc, fils ank, a I'honneur de donrer avis que pour
des motifs particuliers, fon conmerc. a continue jufqu"a ce
jour fous ia raifon de Sec fils; mais qu'a cornpter du pre-
mier tie ce mois, it conwinuera fous' la raifoni de Bee aine'.
3 L-s Si urt Saladin june & Bourloz., fuccelflers de M"
Eouvi.r & S.dadinr, ont I'honneur de prevenir M" les Habi-
tans & Negcians qu'ils viennent de recevoir de France
divers envois confi :erables de -drog'ies, que le Sieur Bonvier,
d. present en Fradrce, leur a fait, & qti'il a ee 4 rnmene de
cholir, ce qui les met d:ni la pofibiliiie de donner au plus
las prix d& la millieure quality. On rrouvwra toujouws


chez eu te firop de falfepareille compef defdis Si;urs
Bouvier & Saiadin, & don't les etiquettes fron: figne es
Saladin & Bourlon, pour 6viter routes contreftqons, les
pilules de Jacquet, I'eau antiputride de Beaufort, d.agees
de Klifer & tous les ouvrages en gomme ilaftiqu dcu Situr
Bernard.
3 ,M. Godefroy, Capitaine du navire l'lexandre, du
H.vre, donne avis qu'il a 6te charge aton Lorrl, fept
ballots, coffres ou males, marques EV, par M"' Amet,
Ronus & Compagnie, Negocians au Havre, pour etre deli-
vr's a M. de la Croix. D'aprs plufieurs infovrmatioat,
n'ayant pu dkcouvrir le confign-aaire defdites mnarthandilfs,
it prevent qu'il les vendra, faute de rCclamateur, our
ccmpte de qui it appartiendra.
3 Le Sieur Pierre-Louis Roux, Habitant a : appes, a
1'honneur de prevenir M" les creanciers & debiteurs des
ficceffions de feu Sieur Jopph Roux fon p .re & -ie fea
Sieur Jofeph Roux fon fire, vivans Habirans audit quayrier,
qu'il vi.nt de vendre tous fes droits & pi6ten.ons auxdites
deux fucceffions, au Sieur Patf4ier de Chateasuncf, Habitant
rCfidant fur 'habitation d'herecl& paternele qui s'eA mis
en on f li'u & place, par a&e au rapport de tie Leroy de
Kermeer, Noraire & Subflitut au Peiit-Trou, en daze du
6 OaCobre dernier.
3 Le Sieur Fruchard, ci-devant Mardhand au Port-a'--
Prince, prCvient les perfonnes qui auront befoin de lui,
que fon domiile eftA Licgane; it prie auffi les perforines
qui lii doivent de le payer inceffamrment, pour lui eviter
le dc(agrement de les y contraindre par voie de Jufice,
ayant quit;c le commerce.
3 M" An'oine Marcorelle & Tiby pere, Negocians I
Nantes, acquereurs de la ficrerie connue fous le rom de
Turb6-de-Bellevue, fitu.e dans le quartrir de Lecgane,
print les creanciers dudit Sieur Turi de remettre un
decompie de leur criance au Sieur Hyacinte Gou-jon,
Negociant a Lebgane, fond de leur procuration, ou a
Me Salaignac, Procureur en la Senichauflke de cette vide.
3 M" Pellctant 6 le Berquier, N'gocians en cetre ville,r
donnent avis qu'ils ont difious leur fociete le 3 Dt cembre
dernier, & que le Sieur Pelletant eft charge de la liquida-
t on d'icelle.
3 M. Pelletant, Negociant en cette ville, donned avis
qu'ayant diffous fa focit6e avec le Sieur le Berqui'r, le 31
Decembre dernier, ii rcfte feul charge e de la iquidation,
En confluence, il prie ceux a qui ii eft du par fa ci-
devant fociet, de s'adreffer ditre~lement a lui pour leur
pay ement ,& les dCbiecurs de ladite fociet6, d'avoir a payer
en fes mains le plutit pcffible, pour le mettre a menme
de faire honneur aux engagement d'icelle. I prbvient que
fa demeure eft place de Valliere, pres de M" Fontaine &*
Compagnie. Ledit Sieur fe propofant de fe fixer au com-
merce de la commiffion, a l'horneur d'offrir fes services
'a M" les Hlabitans qui voudront i'honorer de leur confiance.
3 Le Sieur Jean-Baptifle le Berquier Nigociant en cette
ville, a i'honneur de prtverir le Public, qte le terme de
fa fociet6 avec le Sieur Fellctart etant expire du i Di.
c mbre dernier, il refth feul charge du magafin afforti en
toute efpece de ferremens & quincaillerie'; il cffe fes fer-
vices a M" .les Habitans qui voudront bien l'honorer dg
lear corfiance, tant pour ce qui eft de fon mngdfin que
pour remplir les achats qu'ils lui commettront, & pour
leur procurer la vente la plus avantageufe de leurs denr es.
2. A la requeie de M. Delacombe, Hibitant press Saint-
Ma-rc, au noml & commz exPcuteur-teitmentaire de fe u


~~____~~~I____ _~ 1~_1____~~ __r~__l~~__l_ ____ __1~~~_~_1 ____~_X_


L----i*--i--rr~rCII-*l-nL--*C1rcw-- I r -' .--c.--..--- "'


-fc-.S--









[ 40 ]


T. le Baron de Lug', Chevalier de Sa;nt-Louis, ,cc .
Habitant au Mont-Rouis, paroiffe de Sjint-A'irc, il et a
fuccefivItnment, les 27 &3 31 'e c mnaois, proecde preiAie-
temenrt, en la maifon du dufant, iituee en ce e viite, ruie
Daophine, a la vente au compzntn, au plus offcant & der-
rier each'riffeur, des linge, hArJde, bijoas, meubles meu-
bltns, argenterie, voitures, chdvaux de chaiie & auires
effets pOriffables duiit d1f;nt: fecondement, au bail a loyer,
1 1a Barre de la Shn&chauffT de cettadite vil'e, de ladite
rnaifon pour trois annres confmcuives ; 1 tout aux con-
ditions i.nfiies dans les carres-bannies, qui I!ront publiies
& al3ichles en la mainiera accoutumee, & defqellies car"es-
binnies on pourra confulter les originaux chez MC Monlau-
fuIn, Avocat en Pdriement Procureur en la Sen"cha1lk' e
de Saint- Mac.
2 M. le Civvalier de Ferrabouc, Hi'tiant au qiarrier du
PFtit-Goave, feul charge" en cete; Cio:.ie des p;ocurations
de Madame veuve Cup lier & de M. Ic Comte de Cely,
tuteur, en France, des enfans mineurs de fau iM. ie Comte
de A -r, invi?, conjointamnant ave, M. Ciupvrlier, tuteur
defits mnneurs en cette Colonie, M" les Crianciers d s
fucc6'tioin & commanaut Cauuveli.r de fair connoitre
leuri tires, & de rEmerttre a r.i Clalrain, Procureur ai
P.:.-Goave, un decomote de Iears crcnces, aiin de
pouvoir etre a memr de prendre d.s arran--: !is pour ei
payer. 11s invitent Igaemett les dabbeairs auxi.it's fuccef-
ftor & communa'iuta, de s'acluitter pour 6vicer le dfa-
grmeint de les pourfuivre.
2 En vert d'ordonnance rendue fiur les concluflons de
M. le Procuraur du Roi, par M. ie Sen6chal dai Port-au-
Prince, le 7 Janvier pr.fnt moist, & la rjqu;te du S:.ur
Sup'.i,:,u, tuteur des enfans mineurs du feu Sieur .Dl)or;s,,
il feo procc6d, le MIcrdi que 1'on comptera 3 Fevrier
p:oni-i apris trois publications de hajiraine en haitdine,
Ia 'adji:dication dfinitive du bail i farme, pour fept ann'es,
de fept efclaves d&pendans de la fucceiion du feu Sieur
.Dc/r-,;, aux charges & conditions inferev&s dans la caite-
bznni, dont o. pourra p,.ni:r- connoifTance au Port-au-
Prne en tu' de r& 'oset, Procureilr pourfuivant, &
a L in e en i'tu'le de ". Delavotke, Notaire.
2 En vcrttu d'odonnance ren.:ue fur les conclufions de
,. le Pro:a e:r d, Roi, par M. le SIenhal da Port-au-
Priic2, !e 7 Janvi2r pr'fcnt mois, & la requte des
enfans rrin 'urs d' fzu Sieur DLlormne, il f:ra proce'ds le
Mairdi q:e i'oi: co:tera 3 Fivrier prochaiin, aos trois publi-
c cl-1;:s ie hiaitaine en huitaine, a i'a:judlcatnon definitive
iu b;il a ferme pn'.r fet anr:n d'u ne nmafon da;'n-
dante de ta fuc-celii.n da feu Sieur Deormne fitue fur
7? terrain de fcixnte-de ad pieds dd- fzae fur cent cinquan!er
ce! profondeur, fur le chemin cqui cond.:it de la vi!lt de
1. o.ne an b.or de mer ; le tout aux charges -& con-
dii.ons inf'grcs dans l carte-!,::'-e do;:t o:1 oo.irra p en-
dre coinno:'tanc a L "a'.ia, en i'rtu.e de e 'm DDrlamo:/,
*Ti.,; au Port-au-Prinrce, en I itude de Mv Ponct,
Pro:''re;r pourf"ivant.
i Le S.:Er V.at-l Coiffdur de Damns, ?rrr;zv:. de
aii "i:our ev:rcer f31 ;t au Pr.t-aa-Princ, prie Ls
Dims qui vcudro.:; f f.,i;: cof ier, -t a la vile qu', ia
!.in'.*, de c fire v,2rir ; il anra 'honnur d~Ie frencre
l'n.s o.rs. I arrav-.ra des :ch!(i:fns fur les cheve3a
dls Dmjs q,'i le -A"ero: .ans i. dernier giuc de
Pa.is; il pre:dra des ,ic'ivs de la vIlela v de la p i;
fa demeuri e{t ia 'htel de 3rge ge, -pce de i'nateu-
dance, pr de 'life, chie ic 4c J.


L'i Maft.in Scliffln, ci-devant Doyen des Procureurs de
Si.:;e royal des Cayes, & alucllement ConAtill2r audit
Siege, prie ceux qui auront des papiers dans fon etude,
de vouloir bien lEs fire retire Ie plutoc poffible; il fera
la remife gratuity de fes frais a ceux qui ne pourront pas
le fatisfaire, & recevra les obligmions de ceux qui ne
pourront pas le payer dans le moment, payables a des
terms a leur fatisfa&ion.
I M" Deland & Lamberk, Nkgocians en cette ville,
ont 1'honneur de prevenir ~As" les Habitans facriers qu'ils
viennent de recevoir un affortirnent de jeux de moulins
complete, foit a eau, foit pour rouler avec des mules,
des grilles & des chaudieres, poin de Perigord, do tous
les diametres n6ceffaires a une ficreiie; ils ofent fe flaBter
que ceux qui voudront bien leur donner la pref6reace en
ce genre, auront lieu d'e&re fatisfaits.
M. Jaci,.the Gourjon, Nt-gociant a Logane, pmrvi;at
qu'ayant all.foia f1a maion de commerce M. Alexis f.ourjn
ion frere, & M. ,Marc Lafitte fon cousin, leur foci', a
comment le I" Janvier ious la raiion de Gourjon freres
6' Marc Lafilte.
Le Sieur Jean Malurice Collt, anclen Chirurgien de la
vilIe de Ji'dmie, arrive de France ; il pr'vient lee HabLa1. s
de cette r4ime ville qu'il y corninue ion 6tat, & il ,e
Sbornera a:u vifi.s de ia ville, pour donner plus de foins
aux m.za dez .
Les Sieurs J. & J. Marche & Compagie, ei-cuteurs-
tefiarni.i.t:.:rus de feu Siebr sBourtaire, print irntamnmant
en cete qiulith, les dcbikurs awx cargalfons des navi:s
1'Heur:cf Fra.cofe & ; a .J.ne Thipfi, de payer de fvi:te,
s'i!s vealent evi er le defagrnment d'etre aftlgnes; le1i~s
Siturs ne pouvant eviter d'en venir a cette exti~nie&, afin
de fire porter intgri; aux credits de cet:e fucceflion.
t En varru d'ordonnance de la S&~nchufiei de Sinr-
Marc, la requt~e des Sieurs A. & J. Bo:vb', Dupiy 6
Compagnie, N-g"cians en la ville de Saint-MIrc, au nom
& come executet rs-tei,-enta~res de feu Sieur Maurice
Clbvrie le jeune, decade ..h.i; ant dans ls haul s dew Veret-
tes, ii fcra procdde le 3 Fevrier prochain, en la maifon
defdits Sieurs A. & J. boub'e, Dupuy 6& Cornpagice,
Grand'rie & rue de Bourbon de ladite vills, a 1. vvnte
au comprant, au plus offrant & dernier enchri,-ieur, d
lines, hardes, meubles-me'e bans, animau-c cavalins &
a comes, & au'r. s (ffts p'-itbie dri la fIicceflion dcl
dfunt ; le tout ;aldzvant i MM. les Oficiers de la S'r.e-
chaufie- de a1:i3e viile, & aux autres conditions de la
ca.r:-bannie, don't on pourra pre..r:c communication ch.z
ie" Mondu'Lwin, Piccureur des pourfuivans.
itat des Ni/egres eyives qu dovent e.' Vi::s a la a'"e de
l Sendc.k'.qi d;a PFtit-Go.ve, le Lundi 2 Fe'vrler 1789.
D' 0 che LACfOUie, aeC de 4"0 agns, tl. 'e is o aouc.
te difan:: ma:of dnepis Ici5-temps, tl appaitenir au nomlane
Lacour, M. L.
D)u 7. Lc'iE, Cono, f.; rp, de rS a"s,
tiie (e 4 ph:ds to paces, fe difan, a,-'arpienir a W".
9- ... i Habi2:'-'sf.
Du :O. Zimore, Cc,,o,,, ,frlnp f;r e fd gaceh,
a....t qu'o a q pu 1 c:iV:'.!ucr, O:', ei. ie -6 aW ,
taii!e de 4 pleds 9 pouc :;, fe idi-ti; p::cf;it a ld.
Denartre.
1)u 26. 7L'fe, Arad "rnarquie dun. e npc brfi,, Cur
les leseins, oi fca ni: pnut cditiu-e.r quc Jy ,1A f i










S:,pad'ie g~,:he C, g"Ie 'd e an$, talle de 4 rples it
Spoees, il difant appartenir a a nommnie Fra;oij,, M. L.
i. P-it-Goave.
A ;/i, Moo, eampe fur I'cpau.le droite 3, & au- (fus
S 'C, .age de 22 ans, ayant dfs marquess de fon pays for
Se vifage, ne pouvant dire le nomn de Ion nimair; ledit
Ndgre declar pave par jugemrnt criminal du 4 Novemrre
d /8.

S tat d'un Negre cpave qui dolt itre vendia i la 'Brre de
la SerinchaIufJl de Saint-Marc, le Samedi 7 kevricr 1789.

S Da 9 Odbbre. Pierre-Louis, Crole ayant fur eIs fins
.plefieurs etampes illifiitbls, au--_ eus AU CAP, g6
Sd .30 ans, taiile de pieds 5 pouces, fe difant app.ar-
Ster'.r au Siteur Dei',re, c, irpentier au Cap.

-e des Aegres epa.ves quL doivcnt er'e vendus a la Rarre de
Ia 5 inchiaJfa&c de Sainm-MAarc, ie Samea;i 7 Mais 1739.

Du io Novembre. Perre-Jofp,, Griff efpagnol, team.-
fir le fein gauche CA, enr'.e:,..3, igi de 30 ans,, t-ile
d C S pec's 4 poaces, fe diint appa retir au R. P. CaJy,
Cur: dea Farfan, pies Santo Dorning-.
i:. 21. Je.tn-Piierre, Congo, fans etampe aparente,
A, I a, tadil e de4 peds, 8 places 6 lige's, fe
: :ant appartenir au Sieur Gantitr, Mloa l la Croik-des-
Boicruquets. i
u. D ceJan-Pierre, Congo, etampl fur les feins illifi-
bzmsent, age de 24A ans, taible de 4 pies 11 pouces, ,fe
rdiln appa.renir a M. Moaiales, Succier au Cul-de-Sac.

tot des Negrcs e.pves qui doivent dtr. vendus a la Barre de
la Senich,,ufle du Petit-Goave, ie Jtudi 2 Aril 1789.

Di) 1" D: cembre. Jejn-Piere, Creolk, fans ttampe
's3p.rene Age de 24 ans, taill, de 5 prieds 2 pouces,
iluetr, fe difant appartenir M. R,*-ie, [llbitant en coton.
Du Francois, Congo, e&ard lur le (ein gauche
kAETE, age -le 24 ans, taille de 4 pieds to pouces, f
r diia-t appaenir a M. Amctr.
Alexandre, S 'enegalois, ftanlp fur le fdn droit Y, alu-
ddffous, aunn qaon a pu Ie ding,,- r, PiC, ag" de 29
ans, taiie d. p.i.ds, fe difant appaite air a *,. Phili pe.
DOa 13. Un N4gre nouveau, lInc .nna' e'i p- fur Ie
feam drot BONOURifC, &f fur Ir gaucle CAD, ,ag de
a ans;' taille de pie s ayant les dents de la ictoir
f jieute fki~es, ne pouvant dire fon norn ni clai de fon
Irr I i ;r -,.
Di 7.M Un iHem Congo, etamp. fNr la f-in romit VIJG,
a'-ddi~us A JACtEL, dg de 28 anr, ti- le de 4 piTJs
10 pouccs, ayant des mrnz:,ies de on pays fur la poitriae,
ne pouvant die fon nm ni cel-i ,:, n- m-ire.
Da 27. Jeaun-aptjl, Mu'r, Cr' ( '!,. ,ci ,Ai fr le
fei gauche PNAINY, ac-deous t., G I t
a -.,-. ", .. ,
ans, taiile de 4 pieds o1 pouCes, i difant app;tenir a
E gion. D t P
D P A A. T F.

I Le Sicur Benoit, Horloer "a Saint-.ar:c, fe difpofe a
pStir inceffammnt pour France.
IM. Andre Lomenie, rfabiiat aui Bt a'itres prt
pzur France; i laiffe le Sieur ~ointinard charge de fa
p'OCurftion'0


41 ]
1 ?41' de R Pymond, veuve Brodie par poOr Franc ; el I
prie les perfonns i qui ellc doit, de f- prfblerer chz elle,
ou chez M" Mhynardie, Piccard 6 Comlp.agnie, Negocians
au Port-au- rincc .
I Le Sieur Traquit, O:f.ivre, part pour Frnce, al
mois de *ars rrochadin, dtlclare ne rien devoir.
x Le Sieur Pi,:tt, ci-devant Marchand ChapelTer, a
Sait-Marc part pour France l (c r: e r"in 4dvoir;
il piie les p2rfnnes quiui i doivent de vouloir birn Ie
payer de fuite, pour lui eviter les voies de riguer2. aux-
quelies ii feroi torc d'C voir recourse, fa mnauvsaie fant"
ne lui prerrenait plus de diffcrer fon d'art.
i li'' veuve fcot, Marchande, r-e des Fro, fort, -i
f? dil'poe 1 par.ir pour Fpu ncr', au ls d'Avtil pro-



lite:a. i'2cqu.ueur.
i M. ,crdt fl.s H.abi.ant a Cavadllon p.rt pour France
dar.s 10 cou.at dlu mois de F~iir.
i M"' Roche de ai Foret, Avocat en Parlement d-p::'s
luit mI.S a iAc-.',ia-V-eau part pour Frartc & clarete
n,: .in devoir; i e e ae lui M.Rocks dA Mons i"f
d I ,..., 4-Aa.e c i R : 1 d nos z, .z.v.I

fis, fen aneveu, a, dc 7 ans.
i Les deux En-ir.s de M. La! ;:, partnt incac-Amnent
pour France.
i M. Joicle, rLCidant au Cayes, part tour France en
Fviier ou Mars proch:ai, & declste ne rian devoir.
I N DubLaicn, Avocat r.u Confeil foupriur de Saint-
Domir.gue, fe di;pocf a partir pour France, par co2g4,
au mois d'Avril prochain; i a a vendre plufieurs efclaves
domcef:rques, cuifiniers, poif llon, perruqucer pour hommes
& pour femnmes, couturieres, blanchiffeufes; de l'argea-
terie en tres bon iat, de la pcrcdline, de la fLiance
& des meubtls; une voiture & des chevaux: ii vendra
auffi la maifon qu'il cccups, rues Dauphine & d'Aumni.
1 M.. Dubois aind, thabitant aux Plattons, & d.mrneu-
rar.t ordinairemant au Ptit-Goave, part pour France,
pour caufa de malzdle,
i Le S" Chanfon, partart pour France dans le courant
da mois de i.2ts prochin, declare ne rien devoir: i va
'emb.rqtuer au Cap. L'on trouvera tojours a 1 'mprLmenri
Royale du Por-au Princ2 ainfi qu'a cell du Cap, des
poWs de fon cr-:jent vert, fi r-normetr pour les ulke.es,
r:r'. le plus opinires : s aut:es bureau e ab':is ch,.
M'" les Du.te&eurs des Pol:es aux Leures, com:.e a Sai.,-
Riarc, a Leogarn, ia l"'Arcahy, codiinuCeont .uLi de
d.biter Ion o i'rent 2l S. (Chano.i laiffe pour cet ef'et, f4
procualtion au Sieur Sal rianque, Libraire, ,chz A. ourdon


Ria v r t o


A D o uS A z 3


D R/ .


En vertu d'ordonnance de MM!. les Ai mli..eurs,
en dte cdu 7 .,rv:er .7 9, le Sieur Mii.: pocrfuit ea
riu. n u terin ad. ni cr:es fi, ui la rmontogn'e de
laSi quarter du Pays-Porri, paroie d la CcL-d2s-
u <;:s, bo 6 i'ouail' de la ,ivieie l'.:., au nord de
la riviet blanche, au 'fd chaffLnt a la mo ;-.'-. de la
Selle, conceid le 16 D&cer.bre 1;S6, au SLur A;:acids.
2 En vert d'ordonnan ce de MM. les GNneral & Intedant,
Ie ur de Labrrofe, ponrfuit en rurion un tenri:rn au noom
de D::roife:le Agati Kelee, & de Louis-Paul de Lab oj
fes enfans, don't la concellion avoit ite accordie au Sieur
Bdeau, par MM. de la Ferronnaye & MoratcLhr. Ledit


.- .-- 7










terrain pour culture, contenant mi*!e pas cirres, fr-u au
canton de la ravine a Sable, dep:idance de la riviere
Froie q:iartier de .3 rmie, ~ rne o'un c6te du Sieur Jean
Guyci, i'ures co:s .u riv,,4 gauche de la ravine L Sable,
& d, te;rcs non conceees luivant ie certificate du Sieur
Detrouel!e, Arperceur du Roi, du 22 D&,cnbre 1771.
Ledit terrain n',rant point Ctabli.
2 En vertu d'oidonnarce de M* les Adm:niflrateurs ,
en date du dix-fep~ieme D&eembre ;cr..ir 178-, L.
Perrin de S. Aubin, Gendanrme de la Gard du Roi, &
Habitant au Fond, poufuit en reunion un terrain iihue a
la ravi'e? du Boucan-Tff:t, paroifle & Ju idCiion des
Ca es, cc.,1:iJe au Sieur t'h.ibot, le 6 Nov.mbre 1770,
qu i' i'a j-mais aet,!i.
t, JLi venu d'ordonrane de MM. lcs Acr'miniftraturs ,
en d&te du to Jnvier 1789, M. le hk1 de LLapothery,
pourfjit en reunion un terrain fitui dens les hauteurs
d'Aq ;n, depenJance de S. Louis, borri en pregnant pied
a h1 b)r e du ftd du cohe de i'oueif, de i'habnation de la
Eomnice veuve DL.,pre, M. L. & a partir de ladire borne,
chaflait au nord cinq cents ciriquante pas, & au fud qua-
tre ce. is cinquante pSs au nord du corad du S eur Lodekin,
qui hfrvira de c6:. 'iud, 'a l'oueft & au nord de terres
non~ reco:nus. Ce terrain a &61 conced' le 30 Juiilet 1785,
par raM. Coujfard & Bongars, au Sieur de Saint-Curs, qui
n'y a jamais fait aucun etabliilfement.
2 En vwrtu d'ordonnance de MMi. les Grinral & Inten-
dant, en date du to Jinvier 1789, le Sieur Decous,
reU ,dnt au Port-au-Priace, pourfuit en reullion un terrain
te la contenance de cent carreaux, ficue au lieu cit le
Sa:it de la Rivi:re-aux-Roches, quarter de Mirebalais,
o... au fud de lalite riviie, au j nord des c:;:es & rnor-
tes de ;a petite Flaine, i I'oueft des mi!:?urs Bremont,
?t. L. a 1'tfl du Slat de iadite riviere; ieque! terrain a 't,
conc.d, au Sieur Claude-Paul e'Amnirault, e1 4 Juille 177 ,
pa: MM. de Valliere & Mo..t-.rcher, qji I'a cide au Sieur
'Pc;.ienct de Sair.t-Cyr, qui nre I'a ji:nais etabii.
i En vertu d'ord,.nnn.ce Ae U. '.es Ad.Iirn.fltateurs en
d ,te diu o Dkcembre dernier, le Sieur Ti`odore Goujaud,
dCeUurani tu P ort-a- n, pourfuit en reunion un ter-
:n da mni:e pas crres, fi ue dans les doubles monzagnes
fud, .u Caartier du aC'l-d -Sac, au liie dir le T.ou-Coucou,
d nI:.acC & pacife de la Croix-des-'ouqu'ts, born a
I'd dii S r Gui.'l;.me Aove., au nord du Sieur L. Saint
M;:c, ca fd & a i'o.efit terrcs i.on concedes. Ledii
teir. r e:e concedk a- e SIe.r Fonbcrt cn i770.
i EL veeru d'oridonn.rce dc id MM. J s Ad i"r.?i-ateurs,
du t J..:nvier 1789, M. AMercier pourfCi;: en reunion u4
tn.:I ;.;cur culture, fitua dans les hautemus du qjartier:du
Grc..a >_'.-ve, de r mi .s pas de lrog fur him eer ts de
large, Loern a'- noid d'a teni Sie'r letourneau., u fud du
SC,: A.cb4auda, al 1'c u coral des ReS-, ux de p:'hital
& a Vi, 'c a e tcrrc-i non c.rc.ca-ees. Ldit t.t:in a e:e
concede a Dlc~jos, le o Fvri9r 1739, q:ui ne i'a
pas e,:abli.
i Er, vertu d'-r.Lnre':rce de M' les Genral & Inter.-
Cint en date du 14 rJivizr 1789, le Sieur Je in:-Irc
T'rz:d L.presvti.'e po'-ur'uit ei" rc:in un terrain de numli
pas en ca re, fi; ui Trou -; depe.dance du Fond,
par '' d..s Cayes, hbJr.. au nord c'e Jof-:h Deccul i'f pace
s,; nC!e pas, chJif:11t Tan fud pour ar;-,, MrilI. pas
o.ci' hj;U:urt, ls au3'r:r coies I;ries non c rcdcas, univant
e certicat de 1M. D:.l-:4 Arp-?.ir, di .F.v.iAr 1771.
Ci teraiQ a Wt: gfn ci i %aI,; M' Ali. liv A'O; w.,: B&r.as, le


41 3
It Mars 177r, pour hatte & coral, -, la D m Al'le 4nne
Riprat, qui ne 'a jamais etabli.
I Par ordonnarnce en dare du 27 Dcemrbre dernier;
Pierre iRou faiu, cdemeurant au quarter de Jeimrnia, pour.
fit en reunin un terrain pour hate & corail de cFnt vin.t.
utn cariea'x ou oze cers pas reJu~l. finte dar:s ls
hauteurs du Bras-Sec-des-Rofeaux pa oiffe de J4mrnie,
borne Au nord du i,:ur L,.afe e Mownf,~'ur, cha\ldrnt an
fud mile pas pour bafe ou larger, l*ne dun (', &
l'oueft de la crommbe Pamelt dite Douidoche, M. L. ch.iLnt
a letl pour hauteur, & des autres co6:, de terres non
concide.es. Le.ir terrain a &tC accoida au Sieu- Jean-Michd
Pollin, 1e io .irs 1787.
I En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiftrateurs,
en date du 17 du prefint mrois, Guilaume iaye, make
nmagon aux Mai.heux, pourfuit en Ig;i'n au *iom.:rine de
S. Mijefile, un terrain pour culture, do tndile p:: carss oi
la valeur, fimue dans Jes hauteurs des rnr:ag : de i'A i-
bonire, paroiffe de Notfe-Darni -ds- Vic'rte-. borne' au
fud du Sieur Julian Buquit, a i'oueft du. Sieur T evaldld a
Rente, au nord & l1'eit de terres non conc~dees. Ledit
terrain a eth concede, le 8 FEvrier 1770, au Sieur Jean
Trembley, qui ne 'da ps 6tabli.
I En vertu d'ordonnance de MM. les Ahmniiltrateurs,
en date du 17 Janvier 1789, lme Lrfig '. jun Grdffi'ir-
commis du Sioge Re Jeremie, pourf(arc en reumion un ter-
rain fitue au canton de la Nouv!!e-Plim-nuh, paroiffT de
Saint-Louis de Jremiie, quarrier de la Grande-Anfe, de
la cont:nance de douze cents pas carries re'uits, borii6 I
'oueft d'un terrain demnnde par M. le Chivalier de Bouchiat,
chalfant i' ft d'autre co':, born- au fud di terrain accords
au Sieur Lagrabe, chad'ant au nord pour fa bafe ou hau-
teur, fuivant le certificat de M. DeLzno{, Arpenteur dit
Roi, du 2o Novembre 1776; lequel terrain conc&fd au
Sieur Jcan-saptife Chevalier Dumeyrat, le 30 Juin 17774
n'a jamais eC e.tabli.


1 IFPET S


P IE R D U S.


3 11 a &ee perdu le 26 D.cembre derrner, de Miragoane
au Pe:i-Goave, un porte-manteau de dcx pied' & d cmi
de long, coiitenant un poe -fuiile danis i.quel font divers
compr s acc.pths, billers & diverges recoL(noilances, le
tout faver du S.eur Jacques 1'idd.alvt, Marachis-a o Li ogani?
& divers efi.is ap.'artenans a ioin Coranmi qui etoit porteur
dudi porte-rmaneau. Ceui; qui en auioat connouaanc ,font
pries cien dcnn r avis audir Sieur Jacqu,.s Vi zdlot, a Leo-
gon.;e; ou a M. Sauv.fge, au Peti-Goave; il y aura une
poFng ife de riccrn:ptni..
I1 a 6e' prdt fur chemin qui conduit de I'Accul-des-
S..v-;es a 1'Anfe- i V au une bo-:e d''calie noire, avec
in mrw..Iaiilon comnaie.rt ie porzra;t d'une fei-,me coffie en
(h:-veux, avec un rub.in blea. 11 y aura ricompente pour
celai qui la rapp2rtera chtz Nv. Rlche,, Ni4egoai a I'Anfe-
S-V.au.
D m A N D E S.
2 On d'fircrokt favcir d.-s rouvellcs c' M. crdes )en-
grous, r nri de ia pa';oiff de ~ :z-'n, en Gafc-.ge D, io-
.-Cie de'A cch. C 'iux qui aur.-ant conn-i,.llace de ;ij e ifWce
font pri~ d''on cornerer avi.i M. le .icr de Fc'rr..b o c ,
Ha' itin a ,u P~7-Goaveo qui a dcs fLiz es de fa.miil, a
lui con1ui-1 iqu?' r,
O. d..ri a lhe r d-lau ou troi ia a-h-s bones 'Ia
ti"e, 'Tc M. ."siL v.s2 ,. .. Csi L d1


i ;


..mru~-a~-*li-rrrari*i-r-- -i--I;- i-L--l-ll--...i











SU particaelr conro'fftnt la culture des eafes & ayant
cnv'iroti une trentaine de Negres faits a cette culture; defi-
reioit fire une fociite avec quelqu'un qui feroit ftrmir
oU propri&taire d'une belle &L bonne cafrire quii feroit d-ja
en rapport & faifant environ vingt milliers de caf6. Ii ne
demandle pas a enter dans la proprieth de la terre, mais
il voudroit en avoir la gAflion pendint la focidte, & fe
chargeroir meme de fair, avec fes Negres, tous les etab'i-
femens convenables, connoiffant cette parties. S'adreffer a
M" J. carbe, Layrac & C ompagnie, Negocians au Port-
au-Prince.
i La Dame veuve Bouffad 6' Compagnie, tenant boulan-
gere bien monte' au Petit-Goave, & un magafin dc mer-
cerie, a la fatisfa6tion de ceder le tout au Sieur Drouten,
parent de fon aitocie, qui arrive etpres de France; il a
de 'experience dans le commerce, mais celui de cette
Colonie en diff~re beaucoup: en conf6q.ence, fi un june
home de bonnes mceurs, & ayant des connoiffances dans
le commerce colonial, quoique fans foutien, defire profiter
de cette occasion de s'avancer, ii peut fe prifenter; it aura
des appointemens fort honn6tes, & fuivant fes talens & fa
trputation o0 lui donnera un int'i't dans les affiires.

N A I R S K IN C H AA G M H NT.


3 Le navire la Marit-Catherine, de Marfeille, Capitaine
S Bernard, du port de s2o tonneaux, arrive le 13 du mois
dernier, avec une cargaifon en commellibles, I'adr le de M"
: Delife & Liman, Ncgocians au Port-au-Prince partira
Sour ledit lieu le 0o Mars prochain : il prendra des mar-
chanlifes i feet, & des paff;gers. S'adreder audits Sieurs
S Deifie (& Liman, dans leur magafin rue des Capitaines.
2. i La corvette la Socierd, de Marfille, Capitaine Madon,
partira pour ledit lieu la fin de Fiever prochain, au plus
tard; ceux qui voudront charger ou prendre pafiLg fur
ledit navire, pourront s'adrrefer M. Pourcin, das fon
magafin rue des Capiraines, qui a a vendre un parti de
foude, provenant de la cargaifon dudit navire, & don't it
arrargera ceux de M" Ics Habi:ans qi en fouhaiteront.
2 Le navire le Comte-de-Puyfigur, de la Roch.ie, Capi-
S taine BrJem;.t, parira pour leid-t lieu dans tout FIvicer
proch2in; il prendra du fret & des paff:,gers. S'adrffer
Mi" diet, Gauain & Ccpa"n'r NIgcians au Pot-aa-
Prince, ou audit CaT'itaine, demeurant chez eux.
2 L2 -n.vire 'Aimrn.; bke.rine, deNantes, du port de 350
S40o0 tc.-re.iux, Capilair:e Revl, panira du Pot-au. Prince
po r Saint-Mat, du 1'r au 5 Fevrier prochain, pour y
fi; tr fon chargement, cdo. ili repartira du 5 au 25 dudit
mras pour Nate ; il prendra encore ici, a fret, 00o a
12-' baiqr:es de fucre. Ccux qui vouaron- y charger ou
l..r font p:s de s'adr.fTr audit Capiraine en fon mnga-
fil ru, { C iain, pros la Cri;.;lie; ou a M"1' Sigi-
" */ .2e /. f"-es', Negoc.i-r. s en certt vi:le.
2.;' Le rj vije it Z li d S:Jc'n, C apimrine Uocaqet, du
pj't rco 300 tci:eaoi; pa ;f, ia Iour le Havre, du 5 au io
s .s p'oca'In; ce navire eft a fon prcmnier voyage, connlu
per ue miar c.h.: futceieure tr,-e'om.-ni o':e pour les p,.'a-
g rs. >u- quxi vcv:;d,,ont y partfer ou chairgr, s'are
In i rs tnjffls D' t ,Delafle & Compc,
N.g u1inS ; Oi a!;'itt C a; a fi~ ,bor.
2 tL.e navie IEmerru, d Bordaux Capiraine,
t, -, du p.r2c de t. n::i, cmnu pour un
A t lo' j1 ^.V; P ica pI J.(" I 1..'it ie d i au 1 I Mars
^......-... Cux qui dai raor.: y Ui^ ou tih.gu' u f :et,


1F.
i.
I

I .
I ~
I .
r;
I:


/


s'alrcffaront au Sieur Petrhei p-:1't la crgvfcn u .;i
navire, en n nn rnagrinue i.s Capiaines, ou mtu S;
Claire, maifon du Si ur Rir l ; it preyieait aifti iM es
Habitans & Negcia:nr!, q'.iv vi._t 6e re...voi4 p-r le d"
navie Borde1ois arriv, 'u cenlits t rU I ~s b; fa rine
de Tonneins, & vti? g' to ica u de vin de xX die
1785, qu'il vendra a bon pris mnyectnnant ddi ccam-iptar.
Ledit .i;eur Petiteu, price les deli-b eur s a pla i' Fe ca. g -
fon dudit navire I'8'neraude, de vouicr ie lo: J. ii;,-:fbnm
ment, afin de lui eviter ie dioagr :i a: de le, y connraindra
par les voies de droit.
Le .navi.e la Providenc t, Cpitaine LZis ? .-,; .'pe,
bEcn voilier & coi'n'sode poui !-;s p.-.igr. p|:i;,a: pour
Marfeille la fin de iviars pro~ih.p1.;. :.ux q;:I v-oudront y
pafer ou charter, s'a:re.(tro;:i audit L:i42.:, ay ~at foa
magafin ,aux Chappelle.
Le navi le e Succas, du Havre du port de 4;0 toin.
Capitaine le Charptntier, partira pour ledlit li;. d;:s !-S
premiers jours de Mars prochin l; ce naviie di: *:is-
ccnrrmo e pour les pA' I -s. ,Cux q;ui voud-o: y pji
ou cha;g.-r a fret, s'adreficront *. l rdhomrnc, ou audit
Capitaine en toa magafin, rue des Capi:aines.

A V ED N R E.

3 Une habitation dans le q'artier du Fcns-es-lan
d6pnan.ace de Sair t-ie, & vcfine de habitationn de
feu Sie on du Sr Sainton et du5ur Bi cont- .:nnt cCnt
carreaux de terre popr opr 'inilgo, coton & cald;
deux belies forces fur ladite htabiation ; er.Tvo hi
carreaux de terre etablis, trois cares en bois rond, couvertes
en paiile. Ceux qui voudront enf faire l'acuifi;ion s'adr'cf
front audit Sieur Louis ibert, Habitant au Fond-Arabie,
qutarier du Ptit-Goave, ou an Sieur 1Hardel pete Hi bitant
atx Goders, dpn-i.a;nce e Sain-Mkih:il, qui icur iio;nt
b.n- composition.
a Une habitation de cent cSrreaux, fife aiu liu dit la
G1-and:-Cte e, quaier du Forn.d-Cc'chzn, ,ljt.::' e ci
lieues de J-rmi e & de trois !~i>u de 'eb3r aia;e du
Vieu'-Bou g. La rerre eft ezc'llerCtc :il y a qua carrcaux
abattus, dei: cafes a N.VIgres, i'eau proi:oin. La.di:e
habitation ell arpentte : on la vendra avcc heit te^:s d
fup 1.;bes N eges. dent trois Ciloluks & i q ci-q auti-s fats
au pays dpu.jis quatrc a-si. Oni do-n a t'ot a granj
nma1the, mc'yenan:t dci c :.). ,! C t. -.Cqizi r al br li pofle de Jrmreni, r our s sef;::gn;i plus pa'i;u-
liers.
2 Unie habitation'a 'enitre ce I'Acul-des-S vanes, quar
tier de Nipes, paroii'e de i'A.i-;:--Vcai un;e demi-iieue
d 1org, ,ch.nin de v:oiure, la it. habibtion ccr:enart
deut cen:s c.:I-caui de terre ou ernv',r.n, c'ont q ir~rnte a
cquarantec-tiq pi L'.:: en c.ton p .iea e:.:rt.'..t s Ji mCi

Cil.-ac *e ;-q a:;1 N
,x rpae..c a la f,., ; 1 !d ." ,':. biL lc e p"-out
+en "--s viv1 s de Wirei : b.. :.i: .. 3 i- a
ni ; tout% -s e p d ,is-C..- ,-' i 'on q LtU


cir;-i'a x, Ct e pii e e t: il d qui Y c O .u esl' c:. '.;ct e3
: pt "tes dJe trci c..fi ,a' :: des ab:. +', e l:s
e r s, 'a c1"fs' p $ *s b t} P' Z, c,;
coTr.t.., 1 en ur.e 1 ne iton piipie d; i i mnres


gi-?, cai qui p mo-in, un c et ur
c. ..li dite c+, n yate t. i5, cha's" r.. ...e .< ;a inen :
S 4', un, auue c3 ie l.u:.e laq h foinll tin ..... .. :.. i 6


~C*-~Y1YYUriL*liyp*UYPIIPYI


t 43 1









[ 4
co,'nn far un chalis : *, douzj cafes Negres; le tout ba:i
ce bons bois incorruptibles, charpente b i.rdc & covert
rn paille. Ladire habitation eil p-opre au coton a I'inldigo.
Ceux qi defircront n f:aie I'acq:,ii.ion peuven.t s'ad.c-er
a Nipss A M. Brcq,-"d, proprieraire d'icie, o au Port-
au-Prfince a M" D.ns- areas Fou.A1, l. O.i en f ra
boana compofolion pour du ccrmp':ant, &8 on c;rer;ra les
creances du propric:aire, qi' ne vend que pour I' lihier..
Cette h.bita ion n'qt grc --e q'e d'une L;cl d&:t. hYpo-
thicaire, qu'i' fauida payer a Mt" CernNt & Guy, N'-go-
cians a i':Anfe-.-Veu,a avant de pail'r sae.
I VCrita!e & cecelentv vin de Champg'e, Fi-'-
d'Angrs, thciimoRnetres pour la cute Cd via de can.ns,
Sarkornemres pour kls f ls &. fir-ps, exc-Z;enrte foudU:r ean
ba-:o:s, flaux i d iifereates graneurs, & po,,s d. f0er,
poudres d'lrro, plans d2 la paline de la villa dct CLp,
venrre ch:z 's" Legal, Bfrtrz-d 6& Com.nagie.
IMI. Jea.n-Pierrc BalHln iaubiant au Grand-Goarc,
defiant fe hq'.ider envers fes c.-anciers, vendra farn habi-
tati.ao du Grand-GoIuve. S'adfIcr aucdi Sieu' r ladi-
habiantion.
Un emplacrment marquv au numrno 61 du nouveau
p'an d2 la ville de Sai~t-rfrc, faint cquer e i la rrue
Dauphine &i a czle qui regin Ie Song de Ia ner; de la
conenance de cent vin. pieds de fac a la mer, fur cent
trente-cinq de profondcur, fur lkq'iel emriacement font
conf ruis divers corps de b timens, & des ap:en:s fervent
de culfine "& logement de domeftl!q s, Ic tot en d-nioon-
nerie & covert en tuiles : ceux q'ii d.fireroant en fire
I'a:quii:ion. s'adrefferont a M" Grayict f:cres, Pitteu &6
(cmpagnie, N, gocians i Saint-Marc, charges d'en faire la
vente.
Un- Negre de nation fen~galoife, ^ag6 de quatorze quinze
ans, Perruquier pour homes & pour femmes. S'adreffer
S1'Imprimerie royale de cette ville.
Belle & fraiche more de peche frangoife en boucauts,
rouvellement arrivee, a vendre chez L. & E. Thouron &
Co-fis, Nhgocians, qui viennent de recevoir des chau-
dieres a fucre de toutes les proportions, pivors de moulins,
&c. feuillards, groffzs toiles de toutes les qualites, & dif-
firens autres objets pour M" les Habitans.
i Un parti de tombereautx bacule. S'adreffer au S'
W'oirot, Charron, rue du Gouvernement.
A VENDREo V A AFFE RME R.
3 Un terrain pour hate & corail, de quinze-cents pas
en care, f:u l a Nouvelle-Lorraine paroiff, du bourg
de la Croix-des-Bouquets, born a l'eft de M" Camfrancq
& Thsian, aux droits du Sieur MAaffiau Duclos, au nord
de la concefion Joly & du Sieur Vi!quoli; a 'oudfi du S'
Tetrreloge; & au rud de la conceclion Fiutine, apparntenate
au mineur Petit. Un autre terrain pour culture, fimue au
Boucan-Patate, paroifle de la Croin-ds-B3c'u3uets, de la
contenance de mille pas en carre, born a l1'ea t du Siiur
Lorquet, au nord du Sieur Courty, au fud & l'oueft de
terres non concedees. S'adrefifr a a Dame veuve Peit,
au fufdit bourg,


EsciAr is


X MA AO N AG .,


2 Un Negre nouveau, Nago, etampi for le fein droit
GTR, Igh de 13 ans; parti marron Ie i6 Decmbre d",


71 i
d 1'hailitatin;on G.utrAe, aux Grands-Bois. En donner av
a M. Frayoi.. ProcmrI.ojer de ladite habi:atior; ou i iI
Giikt, Gaudin & Compagnie, Negocians rue Sainie-Clairt
c.u Port-au-Prince.
2~ Luis--..';i:.j, Mul~utre lZante, fe faint appeler Ro ,
lare, ,g.i d.e i 1 ans, sy:t le vifioge petit & rond, t;ches bianches !& alez luiges fur. unef jou les yeux cam e |
la bouche petite, & lks oraclls peirces. Ceux qui en ainn
connoiffance font pries d'en donner evis a M. Chm.hanji ,
Recevcur g&irial des Dirits Municipaux au PcIt-a
Prince.
2 Frarcois, Congo, fans te'mpe, Ag4 de 16 ans, d p
moyenne taille, aynt une cr.;tiion de voix. En dr.n
avis a Me ~udaman, PSocureur, ou au Sieur ALrc. o!
bliit, Chirurgien, "a I'-opit:i du Iort-au-Prince, a ui uza
appartier; il y aura ticomperfe.
Dux Ne g r-es Ccngcs, etmpCs fur le fein droit OUTLOT
I'un ag, de 8 ans, & I'autrc de 23 a 24 ansi, on ne pc:i
ld fiingur a ce denier que OT; parris marrons ce 31
Fr;.nde c ivie:e d.;s ~ara..ires. }Fn dcnir avis 'a M. 6C.:.r
Cde C'/ als, ;ri lie, I a! M" M yn"diJ PiccaJ. *
iLoriLpgnic, Nigocir s cn ccette vil,.
L:li.an, Cron ci.!;:f',c, r.p. LA.TALAiCE, rvnt
des nzarqu s de Ion pays fur ie v"lgc IC$ derts poin"r"e";
& Tard., m^ae .natio, fans &taymp; paris inarron ,!a
C' NoveCbre detniar. En do:nnr aris a M. DIt'mc:a.'
Ncgociant en cette viile; au Sieur Laflcur, A ergi.e Vi
a Cro.ix-des-nouq:uera ; ou i ra. L-pjianche, rfidant :.l il
Lourg, qui iefdits Negres apparinennent.
Vicor, Creol,, fans e;:ampe, Ag- de 2 ans, grand ,
de belle corpulence; pa;ni marrcn le 18 de ce mois; ie;it .,
Negre appartient M. l'Intendant. Ceux qui le trouveroiat ...
font pries de le fire arreter & conduire p la Geole.
i &rnqois, Cor-go, ecampe PICHOT, ag de e20 a :
ans, tailie de pids 2 a 3 pouccs, joli de figure, ny-it
deux cicicarces, 'une fur une hanche, & l'autrc fur un p- u'c; .'u e
parti marron de J 'remie, depui.s Cnvion fi P moist. En don- co
ner avis a M. Lafuge aine, Greffier audit lieu, qui ii
appartient; ou a M" Delcour & Lkambrt, Ncgocians ; a
ce:tt ville; il y aura recompenfe.
du
ANI MAV r x AcAZS.

11 a et6 enleve il y a deux mols, de I'habi:a:c'n de M.
Juiien Chapron, au Port-~-Nanete', paroiffe de To'H'i .,
I t IA I rI p f- O-


un cheval biaard anglois, fous poil rouge, etampe IVC. .n
donner avis audit Sieur, ou au Sieur Daniel, aux Cayes; ii
y aura recompenfe.
I1 s'd(- fauv6 il y a environ un mois, de la court dE
M. Laville Nggociant en cette ville, un cheval creole,
fous poil rouge, etamp P'+ R, ayar.t une &toile filtnte fur
la e ;t. Les perfonnes qpui an auront connoiffance font pnriC'
de le ficre artreer & d'en donner avis audit Sieur Lavill ; ii y
aura recompenfe.


On trouve a l'Imprimerie royale de cette ville l'Almanach
de la Colonie ou 2trennes Ami-icaincs in-24 contenar't la
nomenclature de tous les Chefs Admirifrateurs Juges
fiurpniurs & fubalternes qui compofint lcs Corps militaire
& municipal du Gouvernement de Saint.D mingue, &
quelqucs notices utiles a M" les Habitans & Negocianso


AVr perm~ion de IMM. ls Gi iral & Intendant,


Tc

ne











SUPPLEMENT AUX AFFICHES AMERICAINES.


Du Jeudi 22 Janvier 1789.


SLe S Boupe, ma ,rer demeurant/ aux., ,
,t '
fI. s.o
l %deu tl & Ng
p !. :? ,
3 LA D'Si LFeoulit, demeurant n Saint-Marc, part pour
r France, & claret e peer idevoie
3 Le Sier BOMarie-Jo, Iw- enuiiph er cdemeurant au Cay
a prooire de part por rout Aril prochain, pour Philadevl-
E l e, avec la Dame ion epoufe & fon enfant; ii a a vendre
on fond de boutrique, tels que varlopes & autres ouiis ; ainfi

3 Le Sieur Jofeph Andre, Anglo-Anericain, part pour
a Nuvele-Anglterre, & delare ne rien devoir.
3 Le Sieur &Ferruill ae, derrierant en cette vile, part
a lpour France, par le premier navite, & d&ciare ne rion
? voir.
3 Le Sieur Marie-Jo feph Pocket cadet, denieurant aux
'jBarddaires, part pour France, & declare ne rien devoir.
ift 3 Le Skur Jsan-Baptijle Leroy, Oficier de navire, part
pour France, fur le navire le Icen-Louis;, du idvre, &
SIdecaTe rien devoir.
5 Les Sieur & Dame Bjudoiirt, demeurans en cette
vilie, parent pour France au commencement de Mars pro-
chain; ils priest ls perfonnes i qui ils doivent, de fe
Sprefenter pour recevoir leur payment, & ceux qui leur
Solvent, de vouloir bien l1s folder; ils ont a vendre trois
SNgres tailleurs, trois Negreffes couturieres, & une Negreffe
Seiini ere.
2 Le S' Albert, Maitre en Chirurgie J.remie, partira
pour Franc- en Mars prochain; ii prie ceux qui it pour-
roit devoir de fe prefenter pour recoir leur payment, &
ceux qui lui doivent de le payer: ledit Sieur fera bonne
Igcompofition d'un parti de m'dicamens.
r z M. Poirrir aini, Habiant dans les bas de l'Artibo-
Inite, part pour France.
2 Le Sieur Jean-Frangois Fouque, grant la cargaifon
idu navire i'Union, de Marfeille, Capitaine Cavaillon, part
pour France inceffamment, i4clare ne rien devoir, & prie
de retchef M" les dibiteurs a ladite cargaifon, d'avoir la
bonrt de le folder pour lui eviter le defagr6ment de les y
contraindre par les voles de rigueur.
2 M. G:orges Ducis, Habitant au Fond, paroiffe de
'Torbec, partira pour France au printemps prochain.
2 Le Sieur Chlades Fonvidel, part pour France t declare
ne rien devoir.
S Le Sieur Tardif, part pour France, & declare ne
Srien devoir.
2 M. Benjamin Baudoain Officier des Milices au Bataillon
e Jancmel, &S Habitant, fe dif(ofle a partir pour France
dans les pr;niers ours de Fevrier prochain, pour caufe
de manadie, ii off-e de vendre une habitation -tablie en
Scafe, ftu.ee a la jonation des rivicres de la Valeie & de
Gauche position nord de ]a countenance de cent car-
reaux de terre, fur laquelle font plants quarante mille
pieds de cafier, tous en grand rapport cette annie des
vivres & de 1'eau en abondance, distance de trois lieues
4& dern e d Jacmel, chemin de voiture, les batimens
counfiteni en une grand'cafe bi en bois dur, cuivetne


en effentes, de 6'pieds de longueur, fur 32 pleds de
Iargeur, diftribuee en trois chambres, une galerie fur lt
devant, deux cabinets de 12 pieds carrcs aux extrwmits,
une foute baie de mnme, capable de comenir ao milliers
de cafr, un fuperbe colombier, une cafe & un moulix
a grager &c. Si quelqu'un defire en fire i'acqumfiton, il
voudra bien s'adreiier audit Sieur, fur I'habitalion d
kmi veive Baudoiin des Marattes, fa mree, a Jacmel.
2 M. Delaftdle, fe propose de partir pour France, dans
le courant de Fevrier prochain; ii prie les perfonnes A
qui it peut devoir de fe prefener t 'ici a cette epoque,
ainfi que cells qui lui doivent, de ne pas lui caufer de retard.

R UNION U N A DO M I U R o r.

3 En vertu d'ordonnance de MM. les Adminitlrateurs,
en date du 31 D&cembre 1788, Le Sieur Roujf'ric, Habi-
tant aux Cayes de Jacmel, pourfuit en reuniion n utern:
pour culture, de mille pas en carre, : i dans les hauterus
des Cayes, borne a I'eft de la Place ci-devant 'a Ba ire
a i'oueif terres non concedees, au fud de Jacques Gauiiron
pere & au nord terres non conce6die. Ledit terrain ci-devant
concede par M" le Prince de Rohan & de B-:..,-rs,
General & Intendant, le i" Aour 1768, a Fierre
Catherine Bordes, Mulatre & Mulatreffe Libres.
3 En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiifrateurs,
en da-e du 31 Decembre 1788, fur la denonciazion du
Sieur de Bonnefoy, Habitant an Fond-des-Negrcs a !a
requete du Procureur du Roi de la juridiaion de Jacr~al,
il fera procCd i la pourfuite en reunion d'un terrain por
culture de mille pas en carr6, fitu6 dans les hauteurs de
la riviere des Orangers, lieu dit le Platon.du Peiit-E:a.,
paroiffe de Baynet juridilion de Jacmal, borna au fi"
de la ravine du Bras-du-Four, chaLTant au nord mille pis
dans des terres non conced-es, le long de 'a rivivre dQ.S
Orangers, l'oudef de la mrnme riviere, chlafnt ar
mille pas dans des terres non concedes. Ledit terrain cin-
c'de au Sieur Jlien Perronneau, tils, le 3 M'iars 177o.
3 En vertu d'ordonnance de MM. les AdminirflaturL,
du 14 Decembre 1788, le Sieur Hellard, dcmeurant ail
Port-au-Piince, pourfuit en reunion un terrain de m ti
pa en care, fitu~ au quartier Laurence, pa:oiie 4, '
Croix-des-3ouquets, daans les nmontagnes du li.u dit '
Boucan-Patate, borne au fud dl Sieur Desbrolc, 1 I,,:.
de la Dame Fi-le ai Iouefi & au nord de terres non
concedes. Ce terrain a ete concede pour culture Si:i
iBalanf, its, le 11r Avril 76, it avoit deia p. pFjn
fuivi en reunion par le Sieur AMuqu3I, mnais tfa 2. ..
a &tc daclEae pp4inme par l'o:doinaric fuf!atr&-.
3 En vertu d'ordonnance d MM.i ls Geneiral & Intend!1,
en date du 3 Janvier !;1K, !a Demoifelle .!a ;!
S.tirnt-,Larnt, pourfuit en runiion un terrain de ceni v;
cinq catrraux de terre, fitue an fud, & fai(ant mo; ie -a
la ccn-clison accordre, le o4 Novembre i-4, par i .t
ad Bfellkcombe & Pogars, au r- Xi..e Jean Brum-1x ',
paur lihaw & cCrail, de q':ic- cents pas cn a ri Cu i


....


rcti~~ -rrilr--i~-uruupnl


I


e~~.C~~rCIII~~C~e~2,
i bl


(rs~ r '3









valeur reduite, fitue au lieu vulgairement appeal la riviere
idu Petit-Corail, pres la .nontagne de la Selie, dependance
du Port-au-Prince, borne an nord du nommt Hyp)liie,
N. L. poffedanta.'autre moitie, a left par la riviere du Petit-
Corail, a l'oueft des terres non concedees, & au fud par
le pendant du more de la Selle.
3 En verta d'ordonnanrce de MM. les Gn&aral & Intendant,
eh date du 3 Janvier 1789, le Sieur J. Barthelmy pourfuit
en reunion un terrain de quinze cents pas en carre ou la
valeur reduite, fitu au lieu vulgairement appel le Petit-Corail,
pres la montage de la Selle, dependance du Port-au-Prince,
borne au nord par le nomme Jean Bernoux, M. L. au
'fu chaffant vers la montagne de la Selle, a I'eft & 'a
i'oueft des terres non concedes. Ce terrain a ete concede
le 25 Mai 1785, pour hate & corail, aux nommes Geflin,
M. L. & Jufline, Griffonne libre, par M" de Bellecormb
&. Bongars.
3 Ea vertu d'ordonnance de MM. las Adminiftrateurs,
en date du 24 Decembre 1788, le Sieur Jean-Charles Daniel
demeurant aux Cayes, pourfuit en reunion un terrain de
huit cents pas en carre, fitue au quarter dit le Boucan-
Tuffer, paroiffe des Cayes Fond-de-l'Ifle-a-Vache. borne
a l'ef, pendant huit cents pas, de la ravine Tuffet, au
nord de Jacinthe, chaffant huit cents pas terres non conch-
dies, fuivant le certificate de Dubrufqut, Arpenteur, du
io Aofit 1770. C. rain a etC concede' la i Decenmbre
1770, au normm Oivier Maurepas, M, L. qui ne l'a jamais
Itabli.
3 En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiftrateurs,
(n date du 20 Septembre 1788, le S' Jean Richard, demeu-
Sant JErimie, pourfuit en reunion un terrain de mille pas en
rre, ou la valeur riduite, fitut dans les hauteurs de la
viere Voldiogue, paroiffe de Saint-Louis de J&remie,
:orn6 au nord de la riviere Ftoide, chafIant au fud le long
ie ladite riviere de la Voldrogte, au lieu appeal la Raque
4 'es trois Palmifles. Ce terrain a ete concedb au Sieur Charles
'inaud, en date du -8 Fivrier 177?, lequel conceffion-
Saiue e!t mort depuis long-temps, fans jamais y avoir
:o;n:e le moindre ertbliffment.
3 En vcrtu d'ordonnance de MM. les Adminiflrateurs,
ci date du so D cembre 1788, le Sieur Biardiere demeu-
rtant au Port-au-Piince, pourfait en rianio n un terrain de
trI!!e pas en carrt, itiue au lieu dir la coupe aMardi-
CGas, quarter de Mirbalais, borne au fud du Sieur Francois
Letd e. Ft, au nord diu ccrail du Sieur Dum.ay, a l'efi de
la t.'e de la ravlie lts O"angers & ~ l'ouetil des terres
ron concedes. Leei terrain a e, cornc d' le 8 Mars 1770,
su nomne Frf co~.s Lern: f"i'.
3 En venru d'orcrna.ce e r'.de les AciRni.arer; ,
en idte du 3 J 4anvr 1-79, :c Sicur Fierre Marcha.nd
dm,,usurant en cene Vlle, pouiruit cn i lon us terr,:a
ie Mnill Pas en carr., ou la vlteiur rcI .:., fzue dans .ks
)ouble mronagnts fud du qartr dtu Cu l-c-S.c au Ke
Ci.: ie iTOu-Cucacou, paroiiV. e > la Ctro:-...es-cUqueI
orr i',f de Pfierre- Mi'/'rt, .. L. chAaint d.n la crnec
dlu r or:e i-peindant du Trou-Coucou, au t1ord, a ioU::ei
& au ful dcs terres r.n concdic.. L~e;;l eirr.in a 2
conci~e par MM. de Ron,'t & 2de zs~xri, Ie io J.vier
i7'70, au nmmf Jeani-..owis liPe, M.. L. qui iai vi.ldu aiS
.ur Ducrbtrn, & ce dcera-r a revan:u a.x ~ S'aurs Duret
a& D.r.ce qu'il a'y o:i- 3 E 'i veit d'crda;:C !,e t 's A, ;.ii'ilateurs,
enl d-te diu 3 d1 ccourar- ,. Ch.iict dr Tu,:fj rsfidant aux
-Cay$, p'j's ;'u U1 i("-i;;l/a`l un i rw:a :;..:.. l 18 JilL


1776, utS Sieur Bernard Barnab 6 Shil, ide quinze cents
pas de long, fur fept cents cinquante de large, fitu6 ai
Trou-a-Bete paroiffe des Cayes borne & pregnant pied
deux cent cinquante pas fud au deffus de la borne nord
du ct e oueft de M. Maurice d'Argcut, chaffant au fud fept
cent cinquante pas avec ledit Sieur, chaffant pour les autres
cot6s de rerres non reconnues. Sur lequel terrain il n'a C~i
fair aucun 6tabliffement.
3 En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiftrateurs,
en date du 9 du courant, M. Dominique Bail;c, reiidant
aux Cayes, pourfuit en reunion un terrain concede le 18
Juillet 1770, au Sieur Pierre-Robert-Edouard 6 Shiell, de
quinze cents pas de long fur fept cent cinquante de laige,
fitua au grand Trou-a-Bete, paroiffe des Cayes, borne &
pregnant pied deux cent cinquante pas nord., au deffus de
la borne fud du cot6 oueft du Sieur Maurice d'Argout,
chaffant au nord fept cent cinquante pas mitoyenneinet
avec ledit Sieur, chaffant pour les autres c&tes terres non
concedes. Sur lequel terrain il n'a tC fait aucun etabliffement.
3 En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiflrateurs,
en date du 3 du courant, M. Alexis-Grigoire-Guii,.iuti,-
Brunel de la Roquette rfidant aux Cayes, pourfuiten i4unicli
un terrain, conced ile 18 Juillet 1770, a la DemoifdeI
Marie 6 Shiell, de quinze cents pas de long fur huits cent6
de large, fitu an grand Trou-h-Bete, paroiffe des Cave5,
born & pregnant pied des Sieurs Antoine & Athanafe 6 Shicl.,
chaffant 'oueft huit cents pas, born des autres cbts d, d
terres non reconnues; fur lequel terrain il n'a &t fait
aucun etablifferent..
2 En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiftrateurs,
en date du 20 D-cembre 1788, M' Brard S. CLir,
Procureur aux Cayes, pourfuit en reunion un terrain pour
hate & corail, fitue dans les hauteurs de la ravine d I
fud, juridifion & paroiffe des Cayes, borne & prcnai:;
pied du terrain concede an Sieur Etienne Aoblet, chafI';lar:
pour la larger quinze cents pas le lorg de la ravir.e d
fud, en la remontant, & quinze cents pas pour hauteu' i
dans les terres non concedes, fuivant i'efprit de la ccce,.-
fion accord-e par iMM. de Vailiere 6 de Vaivre, le '
Dicembre 1774, & enregifiree le 6 des mimes mecis &
an, a la Dame veuve Labor, qui ne l'a jamais etabli.
2 En vertu d'orcionance de MM. les Adminiftrateurs,
le Sieur Rocrjeu, Econome-Gerant au fond des Hailieni,
quarter de J rimie, pourfuit en reunion un terrain po.r
culture, de mille pas carries ou la valour, fmit au caamco,
de la riviere a Maho, quarter & paroiffe de Saint-Lou
de Jhremie, borne a l'eft de Filaal & de Demoifel. e
Lcuife Dutreville, ia 'ouefl du bras droit de la riv;~ce
a Maho, au nord & au fud terres non concedees. C.
terrain a ete conct:d1 le 22. Novembre 1769, au Sier
JLan-Lo.uis-F'vis Pay, e, qui ne 1'a jamais 'tabli.
i En vertu d'ordonrtsance de MM, les Admtiiniftratei:s,
le Sieur AMorcau d:L'r:urant au Fond-dces-Halliers, quart-.r
ee Jrcm'e.e, pourit en : ;i.- un terrain uour culA
de ia valeur demille pas en cr:iC, fiLue dans le hauteur c.ai
bras droit de la riviere Ma Iio, quanier & peroifiv ~
Saint-Louis de JIrcxmie, borne au nord du Sieur BoufJ;.'..
aux droirs de Ta.eau, chalffart au fud, i l'efL des ;s
non concec.es. Ce terrain a ete accorded la nommee Eif.J- ./-
RuIfer, qui la vendu fans i'avoir etabli 5 quelqu'un i'ii
en a encore difpof6 en faveur d'une tierce perfonne fAi;
aucune autorifa:ion & fans Ctablii:ment; le Sie.ur MAore.'.
igore le nota de ces diveis acquireurs. Ledit terraina
ec AL ;;

1)


b;
a'



le
.dt











I '
a
.







41
1
-t


-~U;~~ULYV-I-..-~UUb--l









/


[ 45 1


I NOUVELLES


DIVERSE


JrT IV


47


7R. 0


"V x X.


DU


Th T%2


A
I(.AL


NVIER


1789.


C I.


Discouas du Roi, de M. Ie Garde des Sceaux, 6& de M. le
Dire1fur geirral des finances, j I'ouverture de de rnmblie
des Notables tenue Verfailles Ic 6 Novembre 1788.
DISCOURSE DU ROI.

ESSIEURS, les preuves que j'ai eu de vos lumires,
de vos talents & de votre zele pour le bien public, m'ont
engage 1 vous raflerbler de nouveau aupres de moi.
J'ai nixe au commencement de 1'ann6e prochaine l'Affem-
blie des Etats-gineraux de mon royaume; mon coeur attend
avec impatience le moment oh, entour6 des Reprefentans
de mes fidelles Sujets je pourrai concerter avec eux les
moyens de reparer les maux de l'Etat, & en maintenant
lautorit6 que j'ai reque de mes Ancetres, affurer pour jamais
le bonheur de mes Peuples qui en eft inf6parable & qui
lera torjours mon unique but.
Avant de convoquer les Etats-generaux, j'ai voulu vous
confulter, Meffieurs fur ia forme que je dois prefirer
po!jr les rendre plus utiles a tout mon royaume.
J'ai ordonne qu'on mit fous vos yeux tous les renfei-
gnerens propr.s i vous eclairer dans 1'examen des diffirens
objets dont vous allez vous occuper.
Je fuis affure d'avance que par le zBle & la chikrite
que'vous porterez dans votre travail vous ripondrez a
ina confiance & l'attente publique.


D sco uR S de M. le Garde des Sceaux.


MESS IEU R S,


Les Affemblees de Notables furent toujours determinees
par de gands rmotfs & par de puiffantes confid6rations.
Ceft fur-tout dans des circonflances importantes qu'un
?onarque qui ne veut que le bien, qui ne recherche que
1a veritd, aime ia s'environner de lumieres & fe procurer
des confeils.
Ainfi fe font montr6s ceur de nos Souverains don't
THiftoire a confacr6 les noms a la pofttrite, pour fervir de
Mo'ieles leurs fucceffeurs. Ainfi fe montra le Prince don't
le nom dj! rfi cher aux Francois, femble le devenir encore
davantage, depuis que le Roi nous en a retrace les verus.
SDe tous les ivenemens de fon rkgne, le plus memorable
fans donte, fera la convocatiion des EtTrs- genraux. Quel
unfairi plus fignale la Natior- pourroit-elle rccevoir de fa
ufice & dte fa bonr, Mais la tendre follicitude de Sa


4mmomm(----
moma


So


-~-- --- --^*rr~-C-b--T------C- --- -~--- ---R


Ill;li~ll~ll~PID~LC~DBJ
~I6~YII~SI~SBI;IPi~LBBi~b~'


Majefl ne fe borne point les affembler : Elle difire
aplanir d'avance les difiicaltes poffibles prevoir, connoitre
ia maniere la plus parfaite, la plus utile pour fes Peuples
de parverir a cette convocation; & au lieu de fe liver feyl
ou dans fon Confeil ordinaire a cet examen que le long
intervalle ecoule depuis la derniere tenue des Etats-generaux
en 16 4, & l'accroiflement que le royaume a rccu depuis
cette "poque, rend encore plus important, Sa MajcftU veuc
que vous i'cclainriz fur les mnoyens ies plus furs & ies plus
efficaces de confommer la plus gran-ie operation de fon
adminifiration & la plus intereffante a fes yeux, puifqu'eile
a pour but la fiicite general.
El!e vient avec plaifir s'inveftir au milieu de vous, de
1'opinion publique & puifer une parties de fa force & de
fon bonheur dans le concourse de vos lumi&res & de vos
fentimens; I'heureufe ipreuve qu'elle en a d&ja faite foutient
fa confiance, & volts la juflifierez.
Afin que vous puiffiez mefurer d'un coup d'ceil toute
l'6tendue de la carriere que vous avez A parcourir, aWin que
vous foyez en 6tat de fixer des ides certairnes fur tous les
diff'rents" points de difcuffion, Sa Majeftl a autorifb le
MiniiIre de fes finances i vous developper tout I'enfemble
des qucfiions fur lefquelles vous avez a vous expliquer.
Cette march auffi fimple que naturelie, facilitera votre
travail, en reglera l'ordre & vous fournira les moyens de
repondre plus promptement i la jufte impatience du
Monarque de connoitre vos opinions.
C'eft airfi Meifeurs que vous jouirez de la gloire
d'avoir prepart cette Affemblie vraiment confitutionne)le,
oh, par i'effet d'un heureux concours, la Nation va reprendre
une nouvelle vigueur, & acqueiir un nouveau lufire.
EmpreffTz-vous de remplir une foniEion auffi honorable;
deji tous lhs regards fe tournent vers vous, & le Frarnois
fe rappelle avcc reconnoiffance les preuves r6centes que
vous lui avez donn6es de votre zele & de votre attache*
meant aux vrals itereis de 1'Etat.
Miniffres des Autels, vous don't la France refpe(ee les
vertus, honore les lumieres, vous vous diftinguertz par des
con.noiiffaces dt'es a 'habitude du travail, & par ct efprit
de conciliation que vous puifcz fur-tout datfs les principles
de cette Religion fainte don't vous Cies les Pontifes.
Et vous, Ncbleffe guerriere, fi prlcieufe au Souverain
& ila patrie par une naiffance illuftre & des services
her6ditaires, vous vous montrercz pir la fageffe de vos
avis, auffi recommandAbles, lorfqu'i s'agit de veiller dans
1'iit&rieur, la caufe g2neb;le, que lorfque vous la d1fen-
dez au dehors, par voire valeur au peril de votre repos
& rnme de votre fang.
Premiers Magifihats du royaume, vous qui prfir,,z csc
Corps antiques digvee organes & vV6rrab!es b epofiliires
des Lois, que re doit-on pa; at'enire de vos iLrmires
prcfondes de vcre experience confomni.e & de votre











4vcuemment aux maimnes fur Iefqrills repofe le h b'nhaur
cfidfairenmen lie & inf'parable du Prince & de fes Sujets?
Vos enfin, les Chefs de cette clate nombreufe qui
par ic trawvil, ton indufLic & fon ativite, eft le veritablee
c';tCio(t des rEmpires vous ne trompercz pas fon attente,
& ie freit de vos riflexions fera toujours dirige vers tout
ce cui peut tendre a i'avanage ccmrmun.
Oui, Mdlieurs, dans quaique rang que la Soci&t6 vous
pace des rapports iavrines vous attachment a toutes les
pF' ies conRlitutives de 1'Etat : le bo:%i ur public vous appelle
& vous iuunit en ce mo :ent : le bonheur public II prefi-
dera feil aux difcuifons importantes don't vous allez &re
occupies. Uniquement ies fur lui vous le faifirez avec
precifiln, vous vous efiorcerez d'icarter du plan des Etats-
g.n.iux & de pr6venir ccs difiuflions frivoles, qui autre-
tois, a fur-tout en 1614 confumerent vainement des
;:onejs precieux pour la pamrie.
Vcus ne perdrcz point de vue cette idee fi simple & fi
touchante, que vous ne formez tous qu'une msme famille;
que cete famille ne peut avoir qu'un mcmne inti.ret un
rtinr:e honneur; que fi le Chef augufle qri la prefid fe
doit eflkr.ueliemrent & tout enrier au bonheur de tous ; s'il
ciz ie conciiiateur nature, le protecteur-ne de tous les droits
rnis fous fa tutelle ii a les titrec les plus facris a vorre
riepea, a votre amo.ur.
Ainfi, quand fa confaince vous appelle & vous admet,
en quelque forte a fon Corfeil innme vos lumieres &
xotre z'le don't il a droit de tout attended, front le tribute
de la pier" filiale qui s'empreffee de rpondre aux tendres
cpa.chemens d'un pere.

ZrscoCrsU de A. le Direclur glnrral des Finances.

bl E s s I E U r. s,

t n'rajouteri r:e a ce q ve vent de dire M. le Garde
d4s Sceaux fur rimnportanca d/.s deliberations qui vont vous
occtupir. :-re appeis ia pofer la premiere bafe de 'Affern-
bide rationale dont Ia France attend fa force & fa profpe-
irt6, e I Roi fon rpos, & forn bonh-ier c'eil une des plus
a IguPies fonitions dont on puiffe E:e invefti par fon
.c vermin.
Le Roi qui attend d'tere eclair par vos recherches, par
vos di(cufio'is & pzr vocre \wi ne peut en ce moment
qr arerU votre zeie & vote amour pour le bien public,
L'eft vols Meii~eurs qui devez iaider a prendie la
imeilkire vole. 11 fait quel iefpsdt on doit avoir pour les
antiques t.,;e; d't-ne Morarchie ; c'eft par leur filiacion
clue Troas les droits confti:utifs accqui;rent un nouvpau
tdegs de force & afirenr le I .airtii; de 1'ordre public,
Sen oppofant de fal' 's ol-facl's 'a 'amour inconfi~ere
tes isinovfi ei-i4c [is ais .A Maj?1 Efii i 3.yi.nent pencile de
ceix nrermiers painci.p.s de jL.iiice qui n'ornt ni date, ni
r 3JU0 n I derid r ,. .rAe & Cii lui imp ofert le devoir
(d chiercher a ccr, nnot: p.Ir Tin j.i r prfanutation, le
is 5 j c i urs cornmicn
de F-ch'i',. funt c-hagr < q (_*, des derniers
VI ,ut- tn U L':; (.i i .i t ctfi afi sLL du numn rsire
Sitto.i A: wco.se une -u'vel ixc d,: rich:le ; c&
l'i-;,rr':, .. de Sa ciette puT. iq.. e nc u? e monitre u:4e ciaffe
b crf br. cliyres ctr h te.-1n n:is la profp 'rte de
'Et m -a, p?.r d', l'is i sco:tces riyrs les temps ancin5s
de irla M7 t:, i-.. Ie c, : t :t: rc.: !.:. n :.;uf;,tures idc le
, ^..,: d, to'^ ,':. ,, S p. ,s>..is ai.i tl ;z vac dt, oni nl &voit


46 ]
pas rrme autrerois congu l'die ; v'ivilfnt auj 3rr'hu le
royaume par tous les moyens qui dCpendent d'une active
iniuIlrie; & nous fommes entouris de precieux citoyens,
don't les travaux enrichifient l'Etat, & a qui I'Etat, par un
jufte retour doit de l'eftime & de la confince. Eifiin
laccroiffement des lumiires & id'ffranchiffment gradual
d'une multitude de prcjuges, nous a fait connohre I'hono.
rable opinion que nous devions avoir de tons ceux qui,
dans les campagnes s'adonnenr paifilement aux travaux
f&conds de agriculture & qui n'affoibliffent notre recon.
noiffance que par la coniante uniformity de leurs bienfits,
Au milieu de ces divers citoyens recommandables tant
de titres, le Roi diftingue toujours ce qu'il doit particu.
lierement aux deux premiers Ordres de fon royaume. L'un
reunit a des droits confacres par le temps, le merite unique
& precieux d'influer fur 1'ordre moral par fes infiru&fions
& par fes exempies, & de veiller affidfment a la garde de
ces barrilres plus spires encore aujourd'hui que routes les
precautions de notre prudence. Enfin, lorfque Sa Majefit
fixe fes regards fur cette genreufe Nob!effe unie a la
France & a fes Rois par tant de glorieux services, Elle
6prouve un sentiment de reconnoiffance d'autant plus cher
a fon coeur, qu'ii ei: en Elle hereditaire, & comme tranfmis
de fiecle en fiecle par les annales de l'Hifoire, & par tous
les faftes de la Monarchic.
Sa Majeftl cedant i l'impreflion de tant de motifs
diffirens & attentive a tous les droits qu'Elle voudroit
a la fois fatisfaire, a fenti que, dans une fi grande cir-
conflance ella pouvoit tirer un important lecours des
lumiires d'une Affemblie fi digne de fa confiance, d'une
Affemblie don't l'opinion puit devenir la fois fon conieil
& (on premier grant, & la preferver du moins de regrets,
fi, aprcs avoir pris routes les precautions que fa fagetfe lui
a fuggerees Edle ne pouvoit repondre a tous kls voeux ,
Elie ne pouvoit concilier qu'imparfaitement les droits des
uns, avec les juftes pr&tentions des autres, & les fentimens
de fon cceur avec les rigles de la raifon & de la prudence.
Alors mais avec peine Elle attendroit de la fuite des
temps & de la perfed on que les Etati-gneiraux pourroient
donner eux-menmes a leur conflitution ce contentement
Sgenral & cete fa:itfaa;on unanime don't E le feroit fi
prefee de jouir. Vous feconderez suirement, Mfflieurs, les
nobles & touchantes intentions de vo:re Souverain, vous
aidere2 par vos travaux le meilleur & le plus jufte des
Princes; & vous ferez, s'il eft permis de s'exprimer ainfi,
vous ferez les precurfeurs de cette confiance qul'il a droit
d'attendre de la Nation aflemblee & vous aplanirez les
voices ~ ce qu'il fire par-deflus tout I'amour & le boa--.
hoiur de fes Sujets.
Vous n'avez suirement befcin d'aucun guide, & c'eft
vous, Meffieurs, qui aide:ez les Miniftres du Roi a lui
ofirir des confeils eciaircs; mais Sa Majeft ayant bien voulu
me charger plus particuliirement de recueiilir les rer cgne-.
mens qui peuvent vous e:re utiles, je vais, fden les ordres
du Roi, vous rendre compta de la mhhode qii a ite fuivie
dans ce:re rechl.rchp.
Vraifrmblablermeilt, Merieurs, vous chrcerchercz c'bord
a acquerir une exa;ie information des drails relatifi a la
drricrre tenue des Etats ca 1614, ,& vous deiererC z de con-
noitre non-feulenml nt Ils difp fitions diout on nous a trar f-
mis la mnmoire, mais encore leurs rapports avec les pr&c'C-
dens ufages; vous voudrez firemenT que les principles d'6quih
rverfle fervent au mooins d'inter. paes auxt Ch o(,s obfcures,
& vous vouldrez q.e ccs principle v-s ai4degt d t.O<,lie" '


oal
.for
'En
.er
.:dai
.'

tic



de



rot
avi
eit
ete

es;


de
re;
g,
erl
on
pr.
de
-ro
de

rj
ial

R
foi
pri
or
Co
d

fli



lo


------------I --


' I












oon-fulement la divert- des examples, mats encore les
opofi;ions que vous appercevriez entire l'efprit des anciennes
.ifornce & les diffrentes applications qu'on en auroit faites.
T'* iEh, v.ous peferez encore dans votre fag!ffe, qu'elle doit
.erre ir Aaence d'un intervalle de pres de deux fiecles, pris
a' :ns uie piriode oi Iss ooi.ions politiques & morales ont
*enouv'i les plus grande revolutions, & vous trouverez peut-
!' re ctque, pour conferver firidement & fans aucune excep-
ticoil, fdns aucune modification quelconque, toutes les former
de 1614, il faudroit reracer & confacrer plufieurs veftiges
de rcicers qui ne fubfiftant plus. II eft done vraifemblable,
q'inr rendant un jufte refpe& i tout ce qui vous paroitra
'conii:-utionnel, vous voudrez cependant qu'une meditation
ixtlchie, "& qu'un examen impartial vous fervent auffi
de guide.
S C'eit donc,pour vous aider, Meffieurs, dans toutes les
routes que vous j'gerez propos de fuivre, qu'on a claffi
avec ordre les renfeignemens propres a vous &clairer, & ii'
e[ nLceffiire de vous readre compete de la methoie qui a
S ote obferveye i cet gard.
I On a p;fumr que vous voudriez peut-etre divifer vos
examenr en quarre feLions.
La premiere feroit relatives la compofition des Etats-
j g*'';^l^;tlllK.
SL. condo d la formme des convocations,
I La troifinema Ia'ordre des ele&ions.
La quitrieme a la maniere de rieger la tenue des diverfes
SA [em')ides, qui doivent ddiibirer fur les infirufions des
Ddipitcs aux Eta's-generaux,
En vous o:ccpant de la premiere fedion, c'eft-i-dire,
de la compofition des prochains Etats-generaux, vous juge-
rez peut etr convenable de determiner d'abord le nombre
general des D.putCs don't catte Affemblee national doit
Iere compof&e; & pour vous guider dans votre deliberation,
on a form le recenfament du nombre des DIpurp s aux
pricilens Etats-gneraux & l'on vous preentera de plus
dei notions exndas fur i'etendue & la population de tout le
-royaume, & particuierement fur 1'etendue & la population
des provinces qui, reunies' IA Monarchi. pofteriurement
a I'amnne 16:4, n'eurent point de Diputis aux Etats-gn~i-
raux tenus ceite epoque.
SVos reflexions fe porteront enfuite fur le nombre des
.Rprefentans de chique O:dre en particulier, & l'on mettra
fos vos yeux les proportions etablies en 1614, & dans les
precedemes tenues d'Etats. II eft vraifemblable qu'en vous
occupant d. cet objet, vous ferez conduits a prendre
con0iaoiiLnce de la miniere don't les E:ats-geniraux ont
d:-1.b're anciennement, & peu-etre encore de la maniere
d nn ii vous paroirroic dfkirable qu'ils le fiffent; car la
S f!ai: ,:u niombre refpecdif des trois Ordres, eft plus ou
fnmAs iittzrffimte, felon les regles obfervees dans les Ltat;-
:,-eranu. Cetre fi-aion eft d'une confiquence majeure
Slorque les trois Or Ires fe reuniffent pour deliberer en
' coiinin; elle eft moins important lorfqu'ils operent fpa-
reain: & forment conflamment une vois diftinie.
S V>r> featimn nt fur les queflions qui fe rapportent la
C, ,p-fl ion des Ecats-g.npraux, tant une fois are.t', vous
t.aica-.r: :e f' a doute quelle eft la maniere la plus conve-
lt.', di prtcCie'r leur convocation.
V.*,, aurez 1 confideer fi les lettres de convocation
doi', er&re adre(fTes aum me -es mindataires pour tous
.0. dres inditinmtnent, & fi 1' utoritt de profiler aux
io.s doit etre pareillement t'tl"ie d'une m "n:'re uni-
f1':, o~u s'il eft prEfyrtA'bl que ces fonliins fi..-: aittd


47 ]
buhes, pour les Te lions du Clerg, 'a "'Arc!"ev"que m'tro-
politain ou Ba l'veque diocilain ; pour les eleCtions de la
Nobleffe aux Senichaux & aux Bail!is d'Cpee, ou aux
Gouverneuts & Lieutenans ge6nraux de Sa Majeftl dans les
provinces; & pour les elections du Tiers-6tat, aux Billis
de robe & aux MNaires & chevins des villes. Enfin, vous
examinerez encore, Meflieurs, les diffirentes modifications
don't cette march eft fufceptible.
La forme des citations devanit telle perfonne choifie par
le Roi pour prefider aux ~eletions, vous paroira e.core
digne d'attention, puifque, fi elles devoient erre faites nou
perfonnellcment, mais dans il chef-lieu du bene'ice pcur
le Clerge, ou dans le fi.f & la juflce du feigneur pour
la Nobleffe, il faudroit examiner fi les nmemes perf'nres
peuvent etre ~le&eurs ou elus en plus d'un endroit, & de
quells maniere cette faculk peut tre conf&ree, e de qiille
maniere elle peut etre exercee.
Apres avoir arrte, Meffiurs, votre attention fur It
composition des Etats-gendraux & fur les forms de corvo-
cation, vous ferez amens naturellement S vous occrper
de tout ce qui eft relatif aux tle&ions, & cette panie de
vos deliberations vous paroitra peut-etre la plus eiendue &
la plus fufceptible de modifications difTfrentes.
L3s legions de tous les D6putes aux Etats-geinra'l,-
peuvent etre faites par les trois Ordres reunis, ils puver
I'tre divifement, chaque Ordre choififfant feul fes Repr.-
fentans.
L'idee n'etL amals vvnue que le Clergt ne choistP pas
un Eclfiaflique pour Dopute, la Nobleffe un homme de
fon Ordre. La meme tble r'a pas .te impof6e par i'ufage
aux choix du Tiers-eiat; vois croirez done, Meflieurs,
devoir examiner attentivement une fi important queftior.;
& par une fingularite qui honorera notre fi&cle & la nation
franooife, c'efi dans une Affemblee don't prefque tous les
Membres juiffent des privileges de la Nobleffe, cue cetre
question fera traitee avec le plus c'impartialitr.
Les formes d'e.tdion par fcrutin ou de route autre
maniere, la determination de la plurality ou de la fuperiorii~
de fuffiages neceffaires pour erre l'gitimement elu font
des examens qui fixeront encore votre attention.
Vous aurez fur-tout a r flichir fur la iegle de proportion
qui feroit la plus convenable pour la determination du
nombre des Depmes de cheque parti- du royaume. Vous
aurez a confidbrer fi les fubdivifions connues fous te titre
de Gouvernrmens, de Genhralites de Provinces de
Diocefes, d'Eledtions, de bailliages, de Paroiftes, doivent
en raifon faule d'ane parit d de dno-mination, avoir le
mrne ombree de D epu"es; vous examinerez, par eemple
s'il eft bien que le Bailiiage de Ge,, compof6 de douze
mille habitans, celui d'Auitois dc q aarant3 mille aiet,
ccrrne en 1614, Ie rnmm fuff',-.. & la an".ne irilence
que la Sen'chaufle de Poitou ou le grand Balij-ge de c rry,
quoique c-s deux diftrits cbntienn.-nt anourd'hui, I'un fii
cents mille aes, & l'autre trois cents mile. Vous difcu-
terez dovc, Meflieurs, jufqu"a quel point il eft ncceffaire
de prendre en confideration I'rtendue d, ch2que *lrid, le
nombre de fes habitns & la quotIi:6 de fie contributions.
C'eil pour jeter un nouveau jour fur cek c'iv.fees Cque.li -s
qu'on a clafil dans un ordre eatd I'cterdue fitpe~ti;iLle
& la population de cheque gneraiiti de cheque eition,
de chique bailliage, & enfin la population de cha-ue
vilie principal & de cheque p aifTe.
On eft occupy d'tin nouveau rravil co fil ab'e, deflin4
Is d~iansr les contrib:.ans de chaqu Gn;liti, mis i


1:7


,-- aftffa" III" I 1 1111 INYL~~~~











ne f.,ra termmin qu'a 1'epoque des Etats-gRn&rau anfi l'on
ne peut (e rapporter dans ce moment qu'aux notions dejA
repandues lur cette mrnAere.
L'on a de plus raflem.l, fous un titre particulier, les
renfeignimens propres 1 vous clairer fur la maniere don't
les 6le&ions fe font faites a lfpoque de diverfes tenues
d'E ats.
Les inflrudons 1des D"puts aux Etats-gnaeraux, forment
la quazri&inm, feion dans la division qui vous a ethindiquee,
& vos aurez a d:,erminnr I'ordre & la regle des affemblees
de d6b:'ration qui doiv.at pric-ider ces inftru6lions. Les
&cairciffemens qui peuvent 're relatifs a cette parties de
vos examens !.:,:. p?>eilement extraits des proces-
vcebaux, 4, ciaff's f4par.;anznt come toutes les autres
informations qui front mi!es fous vos yeux.
Tous les ti-res originaux feront depofis entire les mains
des deux Secretaires de 'Affemblee des Notables, & fi
vous avez befoin de quelques autres pikes, vous les char-
gwrez d'en fair la reche-che, & ils,feront fecondzs a cet
eg.rd par l'auorite du Roi.
Enfia, M.,Ti.`.srs, pour vous procurer tous les fecours
que i'on peut tier d'uae conversation infIru&ive, & rendre
en meme tempn s vo're travail plus facile, ii y aura conflam-
mnnt a Verfailles d.ux ou trois perfonnes apples par 'ordre
du Roi, lefquelles joignent i leurs connoiffances fur le Droit
public frincois en gneral, le merite particulier de s'etre
occupies depuis quelqiau remrps de recherches relatives aux
importans obje s q:i vont fixer votre attention. Sa Majeftl
a de plus ordonne qu'ane des perfonnEs les plus infiruites
de la nomenclature des manufcrits contenus dans les archives
de f- bibiotizquae, fe tit affidumennt pres de vous, Mefieurs.
Oa a eu bia p2u de temps, Mellieurs, come vous
etes po, t$ d'en jgar pour former toutes les collections
& raiffmbler tous les renfeignemens qui vous front nicef-
faires; ..pewn'ant on y a mis tant d'adivite, qu'il ne vous
rnMnq:era p.au-eire aucune inftru.ion effetielle, & celles
que vous vc.uirez encore, on voas les procurera avec la
A
meme c.cri-te.
On a fail de tous !es etraits, & meme de la plupart
des pieces ori inales, fix copies, afin que chacun des Bureaux
don't votre Aflembl'e fera compofle, foit en 6tat de fe
livrer tout de fuite aur ecamans & aux difculfions qui peuvent
vous conduire a un avis eclaire.
Ii fera remis de la pare du Roi, a chacun de Bureaux,
ume lit. precife des queflions qui femblent les plus propres
a guiler vos recherch:s; mais come cette lift ne fera qu'un
indice foumis a vos propres reflexions, vous penferez peut-etre,
Meffiurs, que la premiere fiance de chaque Bureau devroit
etre employee a examiner fi l'ordre & le genre de ces quel-
tions peuvent v~ritablmr.p:i diriter votre march. Tous les
A
Boreaur donneroient lears avis a cet sgard; & aprei vous e:re
en:endus, par des deputies, pour dterminr d r & fixer d'une
mnniere uniform les noins fucceilifs fur lefquels vous devez
dbil,:jber, chacun des Bureaux procederoit a leur examen.
Vous ap-rcevrez, Meffieurs, la necefli:e d'avoir un committee
com'noof2 d'un certain nombre de'd'putes, lequel devra s'af-
fC-rhblr pour compare les avis de chique Bureau, & former
un i'uiunit coaimun. Vous jugerez .ui que ces rapproche-


mi i.s d'opinins n~r di '-wi pa s trre r'ivny.s !a fin dl v0
diictfions, puifq.,~ 'ii n') .ioit pis un premnitr accord eire
vous fir les p.incipEs les pLias i i), tns, vo:s vous t io.veiie
trop 6loignes les uns des autres au d- rnie er trne de votte travail,
C'eft dans le course de vos dicl-'tfiois, c'cti aptes le rap. r
port du comite fo:me par les diputes de cheque Bureau
qe vous cornoitrez, Meli.!urs, s'ii eft des quefbion oh
il-foit n&ceffaire de vous reurnir dans uin Aff ,nbl6e g.ie.r ;l'
L'accord qui a exiffe entire vous, Meffieurs, I'annee derniiere,
& ce lien naturel que foment entire les bons efpritsla juftic1
& la raifon, donnent lieu d'efpirer que vous arriverez a ua
voeu common, & que vous donnerez ainfi come un pre.
rmier movement a 1'tabliffement & a i'afTerminilment fuc-
ceffif de cette harmonies g'nirale, de laquelle on verroit
nliire tant de force & tant de bonh-ur.
Mainteiant, Meflieurs, pour raflemblar d'ane maniere
encore plus methodique les objets qui viennent d'etre fou-
mis a votre attention, je vais lire la life precise des quefltons
qui ont paru au Roi & fon Confeil devoir fervir de pre-
mier guide a vos deliberations. Sa Majefte, cependant, ne
vous aftreint point a fuivre firiUement cette mnerich. On a
cherche feulement a placer des points fixes de difiance en
diifance, vous remplirez leurs intervalles, & vous les
deplacerez meme fi vous le jgtgpz convenable.
II y a parmi les objets foumis a votre deliberation, des
questions qui ne font pas fufceptibles de doute, mais on a cra
cependant devoir les indiquer, afin de ne pas deranger l'ordre
des r6flexions auxquelles une fi important maiiere donned
naiffance.
La fin, l' Ordinaire prochain.

On vient de publier a Paris une tradu&ion de l'Hifloire
des dicouvertes & des voyages faits dans le Nord par Al.
Forfter : il peut etre utile d'en extraire le fait qui fuit:
tc Un vaiffeau allant de la Jama'ique en Angleterre
fouffrit teilement d'une temp^te qu'il fut fur le point de
couler a fond. L'6quipage fe jeta precipiramment dans la
chaloupe, & ne prit qu'une petite quantity de provisions
& de boiffon. Bientot apres la faim & la foif furent
extremes. Le Capitaine leur confeilla de r.e point boire de
I'eau de mer, parce que l'effet pourroit en etre tres-nuifible.
II invita fon monde a imiter plutot fon example, & fur le
champ it fe plongea dans la mer, ce qu'il fit conflamment,
& chaque fois qu'il fortoit de 1'eau lui & ceux qui fui-
voient fon eremple trouvoient que leur faim & leur folf
etoient entierement appaifies pour long-temps. Plufieurs
perfonnes de l'quipage -qui nigligerent cette pratique
devinrent tres-foibles & perirent erfin de fdim & de foif;
i! y en eut qui, cedant au difefpoir fi jeterent a la mer.
Quant au Capitaine & a ceux qli come lui, fe pion-
geoient plufieurs tois par jour dans la mer, ils confer verent
leur vie 19 jours, au bout defquels ils fureht heureufement
recueillis par un vaifleau qui diiigeoit fa route dans ces
parages. 11 paroit qu'iis abfokbcie;t par les poies de la peat
autant d'eau pure qu'il en falloit pour fe foutenir, p-n~i!,L.t
que le fel de l'eau de mer &toit depof4 a la furface de
leurs corps fous la forme d'une pellicula qu'ils 6toient
obliges de frotter frequemment ).


Avec permigion de Al M. les Gi.iral 6' Irtendant.


AU PORT-A -P I NCE DE L IMPRIM P RI R YA L Z.,


~91------~-iiji-L~i~IPIIILC3~--


I '









[ 49


IMPRIMERIE

AFFICHES

DU JE I


SROY AL Eo 179.

AMERICAINES

19 JANVIER,.
S' I.. --**"- i .


MOUVEMINS DES POR


Arrive de navires


GORS.


A U Port-au-Prince, point. -_
Total des pafagers arrives depuis le r" Janvier. 8
& des bitimens. * 6

(11 y a dans Ie port 92 b timens franqois de long course .
Aux Cayes le i5 Janvier I'Alifabeth,
Coffrin, Martinique, 4 Janvier.
Total des pafagers arrives depuis It ," Janvier.


Sdes batimens.


2


Dipart de navires Franfois.


Du Port-au-Prince, le 19 Janvier, le Conf-
sant, Belhomme, Havre.
Total des pafagers parties depuis le r" Janvierr.


6 des batimens. .


4
11 J ,


Nota. Quorqu'il foit part un navire & qu'il n'en foit pas
entree, e nombre des batimens franfois dans le port eft de 92
comme la femaine dernire parce qu'il ft arrive des Cayes un
batiment du Roi & que nous ne faifons point mention des
mouvemens de la Marine Royale, quand il ne s'agit que du
dipart d'an port de la Colonie, 6& de I'arrivie dans un autre.
De Saint-Marc, le 23 Janvier, la Henriaete,
Moifeau, I'Arcahaye.
Total des paffagrs parties depuis l t" Janvier.
Sides btimens. . 3
Arrivie de & avires m rangers.
Au Port-au-Prince, le 19 Janvier, le Home, Lellan,
Port- Land
Le 2o, le Williams, Northam, Nortfolck.
Total des batim. itrang. arrives depuis lt i" Janvier. (16).
( I y a dans le port z6 batimens rangers ).
Aux Cayes le Ix Janvier, la Sally, John Burchufe,
Saint- Eufiache.
Le Caton, Garduc, New- Yorck.
Le 14, laBeth y, New-Yorck.
iLe i t Fricdonne, John Ropes, Guadeloupe.
0tal des bdtim. itrang. arrives depuis l t"' Janvier, (8).,


Dipart de navires rangers.


Au Port-au-Prince, le 17 Janvier, la Polly, Milheny;
New Bury.
Le 18, la Bethfy, Manchefler, Cap- Fear.
Le ti la Sally, Howel, New -Bury.
Total des bdtim. etrang. parties depuis le Janvier. (I );
Des Cayes, le i; Janvier, la Paggy, Daddy, New-Yorck.
Le 15 la Volante, Gouyn, Guadeloupe.
Le 17, la Jeanne, Amos Wade, Caroline.


Total des bdtim. itrang. parties depuis tle i Janvier.


(4).


ESCLAVIS MARRONS ENTRiS A LA GEOLI.
A Jacmel, le 13 de ce mois, deux Nigres nouveau;
itampps fur le fein droit, en fer-a-cheval, DUMOUSTIER,
ages de 28 i 30 ans, taille de 5 pieds, ayant des marques
de leur pays I'un fur le vifage, & l'autre fur le dos,
marqu6 de petite-vrole, ne pouvant dire leurs noms ni
celui de leur maitre; Bangala, Mondongue, Cramp4 fur le
fein droit, en fer-a-cheval, A BLANCHE, les deux der-
nieres lettres entrelacees, autant qu'on a pu le diftinguer .
& d'autres lettres illifibles, Age de 22 a 24 ans taille do
5 pieds i pouce ayant des marques de fon pays fur le
vifage & un coup de manchette fur la t&e fe difant
appartenir a M. Blanche, no pouvant dire fa demeure; &-
un Negre nouveau, Mondongue fans 6tampe apparent,
agd de 22 a 24 ans taille de 5 pieds 2 pouces ayant
des marques de fon pays fur les bras ne pouvant dire
(on nom ni celui de fon maitre : le 14, un Negre nou-
veau, Congo, etampr fur le fein gauche, autant qu'on a
pu le diftinguer, CO, & d'autres lettres illifibles, age de
26 i 27 ans, taille de 5 pieds i pouce, ayant des mar-
ques de fon pays fur les feins & fur le venture; & un idem,
Congo, tampk fur le fein gauche I VIDAL, age de 24
a 26ans, taille de 5 pieds ne pouvant dire fon nom,
celui de fon maitre ni fa demeure.
Au Petit-Goave le 18 de ce mois, Jofeph, Congo;
etamp6 fur le rein droit SLNTGU, age de 24 ans, taille
de 4 pieds 7 pouces fe difant appartenir i M. Daguile:
le 19 Jaquou Creole 6tarmp fur le fein droit YB,
age de 60 ans, taille de 4 pieds 9 pouces, fe difant appar-
tenir a M. Jean Jacques, Habitant en coton : le Io, Jean-
Philippe, Moco, etampe, autant qu'on a pu le diftinguer,
AN & d'autres lettres illifibles ag6 de 5o ans, taille
de 1 pieds 3 pouces, fe difant appartenir a M. Jean
Franfois, au Cap; Jean, Creole, fans tlampe apparent,
ag4 de 18 ans, taille de 4 pieds 9 pouces, fe difant appar.
tenir a M" Girard ; & un Negre nouveau, Arada ,
etampe fur le (ein gauche IGHS age de 2. ans, taille
de 5 pieds 2 pouces, ne pouvant dire fon nom ni celui
de fon maitre: le I Antoine, Ibo, 6tamp6 fur le fein


Jr


_I~~_ -~-ll~----~---C--~ L -II^-~11~---I~~--9-C-CC~CICI*II~~2


.. .m





.N


10 1


gauche MENDE$, au-deffous P'G, ag% de # a ans, taille
de j pieds pouce, fe difdnt appartenir a M'~ Marcilk.
Au Part-as-Porince, le 20 de ce mois, Pierre, Cirole,
atampe T'D ou I1D fe dicant apparteiir i M. Francoisr
Habitat au Cap : L 23, Jhat, Ceeol etiamp~r CARRA-
DEUX ayant un coiier i deux branches & un nabot,
fe dilant appartenir a M. Carradeux; & Baptij7?, Congo,
itampe NOUAILLES fe difan appartenir a M. Merlin :
le 14 Narci' Mondongue tamipe PELLE. F au-
deflous P PRINCE, fe difant aopartenir a M" Peill freres;
Alathurin, Congo, ~tampe D&OUILLARD, fe difant de
'habitation Drouiilard ; Jeanne Creole, fans etampe fe
diiant de l'habiration Blanchard de Lavrie ; & Dirnanche ,
Aouffa, Ctampe DUTOT, au-dsifous P P, fe difaat appar-
senic a ,ki. Daut,, en cette ville.

AxNI M xAV TRiS AUCX tPArE .

Au Port- au-Prince, le 2o de ce mois, un mulet focus
poil bai-fouris, etamp D D : le 13 un cheval fous poll
gris, etamrpe A3 entrelices, au-deilous F LD, les deux
Gernieres lettres entreiacees : le 24 une jumrent fous poil
rouge, 6tampee I C; & imn cheval fous poil brun, itmp e
AC : le ic un cheval focus poii brun, etamaip NB, au-
deflous M'D ; & une mule fous poil rouga, trampee fur
la croupe V, & d'autres iettres iilhiibles, & fur la cuiT"e N.
Au Petit- Goave, le 21 de ce nois, une jument fous
poil rouge & (a fuite fous mrme pail, 6tampee fur la
cuifle dui iLonioir LJ ayant la face blanche & la queue
longue : le 13 une muie fous poil brun etampee fur le
suontoir iliiifibiement, ayant une petite barre blanche au-
"efTus du nez, & la queue longue.

w------ ---- m ----- ---***- -

2 M. le Gouverneur Gen!raf ervient que voulant payer
tomptant tous les articles n cefiai,~c a ffamaifon les per-
fonnes qui lui (eront des fournitures !"nt prides d'envoyer
leurs comptes au Gouvernement pour tre acquittes en
ni~me-temps que la livraifon. D'apres ce ,vis qui fera
imprime trois fois, M. le Gouverneur Geairal ne payera
aucun objet que l'on prendioit i credit fous foan tom.


SP E C TA CL E.
Les Comediens du Port-au-Prince, donneront Samedi
prochain 31 Janvier, a.J ben.fice du Sieur Cailld, Maitre
de mufique de la Comredie, une premiere Reprefentation
de Mercure & les Ombres, Piece Epifodique, en un an e,
melee de mufique, qui peindra le caraLtre de chaque Or.-
bre qui fe prlfentera; dans cette Pi;~ce Ion verra dififrens
tableaux au travers d'un miroir magique. Cettc Pice fera
luivie d'un grand Concert vocal C infirumenal, en deux
Intermeres.
Ier INTiRMEDE. L'Ouverture de Fhed;-e, Grand-Opera,
I grand Orchefre, qui peut aller en rivalite pour la beauty,
avec celle d'Ipiige'nie, par M. e Moine. Une Ariette de
l'Olympiade, chantee par la D'" Minetr, Une Sympholnie
concertante, de Stamitt, execute: par les S" Hyanda r &
Macarty. Le DoJ d'<(dipe a Colonne, de Sacchini, cJhant'
par la DuII SenfiJ, & le S' Deflnval. Un Concerto de
1fite, execute par le S' Hoflid. Une Ariette de I'Amat
jalnux, chantee par M" Caild,


"' INTERMEhDE. Une Symphonhe p'ilodque, ded"ie I
la Reine, a grad Oichefhe, par M. Hayden. L'Invoca.
tion de Thife z Neptune, de Phedre, Grand-Opira, par
M. le MAoine, morceau trks-brillant, qui a eu le plus grand
fuce's a fI'excution dudit Opera, change par le 5' Defl', 4l.
L'Ouverture de Panurge dans I'ljle des Lanternes, & diffl.
runs morceaux nouveaux en harmonies. Le Duo d'lphigenie,
qui a ee redemand6, fera chant p ar M"me Cailli l u
Amateur. Un Divertiffement tres-amufant i grand
Orcheftre, par M. Goffec. Le Concert fera termine pat
un grand Chceur de Pkhdre, chant par les Dames Cai'll,
Senfie, Mirnete, Sainte-Foix, Derefmond & Valville; &
par les Sieurs Derejmond, Deflinval, Denis Legros, Peuti
& un Amateur.
Las applaudiffemens que le Public a bien voulu donner
au dernier Concert que le Sieur Cailli a eu 1'honneur de
lui offrir, lui ont fait redoubler de zeie, & s'occuper depuis
long-temps, tant du choix des morceaux, que de leur par.
f.*itt execution; trop heureux fi, par ce choix, il peut
fixer fon attention & mnriier da nouveau fes applaudif.
fumens.

Le S' Moretti, Eq*ilibrf{le du Rol & Voltigeur, donnera
Mercredi 4 Fevrier prochain, pour la cloture de fes repe-
fentations fur le Thtiare un brilliant Spe acle varied par
piufiurc recrkations, tours d'efcamo!age dans le genre du
Sieur Comus, exercices fur le fii d'archal, & divers equi.
libres d'ua nouveau genre, rels qu'il a eu 1'honneur de les
reprefenter la Cour de France, le grand dquilibre de la
pale & de la plume, terminus par les Ftourberis a'Arlequin,
Pantomime rouvellie, dans laquelle 1'Arlequin fe fignalera
par pluiieurs m&eamorphofes. Ledit Sieur ne neglig-ra rien
dans cette derniere reprefenation poar reconnoitre les
bonrts don't le Public a bien voulu l'honorer. En attendant
la grande Bataille de Maiborough que le Sieur Moreti
aura I'honneur de donner avant fon depart.
Le Sieur Morctti, pofuldant en ouire 'art de Dentifte,
offie fes talents dans ce g-nre, aux perfonnes qui pourroient
en avoir befoin, mais fur-tout aux Dames, generalement
plus jaloufes de la falubritk & de l'ornement de leur bouche.
il ne laiffera rien i defirer, tant pour la fante que pour la
propret6 des dents. II les arrache, les plombe, les igalife,
en met d'artificielles. I1 vend des racines, opiates, eponges
& la veritable poudre de corail, en outre un ilixir anti-
fcorbutique, don't il eft le feul poffeffeur, d'un gouat fort
agreable, propre a fortifier les gencives, blanchir les dents,
raffermir celles qui tremblent, appaifer la douleur de ceiles
:'i font gaties; en un mot, il efpere repondre, de la
a,.iere la plus fatisfaifante, a la confiance des perfonnes
qui v(,udront bien employer.
Sa dea;cure eft chez le Sieur Zanico, rue Royale, hbte
de Valliei.,


A Y I S


D V E R S.


3 A la requete de M. Delacombe, Habitant pris Saint-
Marc, au nom & cottnee excuteur-teflamentaire de fee
M. le Baron de L#gi, Coevalier de Saint-Louis, diced
Habitant au Mont-Rouis, paroiffe de Saint-Marc, il fera
fuccefivemient, les 17 & 3~t de ce mois, proced6 premie-
rement, en a maifon du defunt, fituce en cetne v;lle, rut
Dauphine, a la vente au corp-.lnt, au plus offrant & der-
nier eachbieu ir, dd v ige, Ld.., bilous, tneubles meo w


_ I_ ~I"_ oo I










bhns, agnterie, voltur s, chvainx de chaife & autres
cf p*6riiables ddit dtfbfint: fecondement, au bail a loyer,
i la Barne de la Senechauffie de cettedite viile, de ladite
I iaon, pour trois ahnines con?6cutives; le tout aux con-
S editions infeites dans e1s caries- bannies, qui feront publikes
&f affiches en la maniere accoutumne, & dequetles carres-
bannies on pourra confulter les originaux cher "' Monalu.u

de Saint- :Marc.
Sl M. le Chevalier de Ferraowuc, Hil-nau: au quiartier au
etit-Goave, feul charge en c.~tre Colonie des procurations
: de Madame v:uve Cupe lier & de M. le Comte de Cely,
S tutur, en France, des enfans rineurs de feu M. le Comte
de Mary, invite, conljintement avec M. tuperlier, tuteur
idefdits miners en cette Colonie, M"' les Crianciers d&s
S funcciaon & communaute Cuverlier de fair connoitre
S leurs tires, s & de remettre a M4 Clairain, Procureur au
SPetit-Goave, un decompre de leurs creances, afin de
pouvoir etre a mane de prendre des arrangements pour les
pyer. Is invitent egalemznt les debiteurs auxdites fuccef-
fion & communaute, de s'acquitter pour 6viier le defa-
grement de les pourfuivre.
3 En vertu d'ordonnance rertlue idfr les conclusions de
M. le Procureur du Roi, par M. le Sinechal du Port-au-
SPrince, le 7 Janvier prefent mois, & la requete du Sieur
Supriau, tuteur des enfans mineurs du feu Sieur Delorme,
ii fera procide, le Mardi que l'on comptera 3 Fevrier
prochain, apres trois publications de huitaine en huitaine,
SI adjudication definitive du bail i ferme, pour fept annees,
de fept enclaves dependans de la fuccetfion du fen Sieur
SDelomrne, aux charges & conditions infr&es dans la carte-
bannie, don't on pourra prendre connoiffance au Port-au-
Prince en I'6tude de M' Ponct, Procureur pourfuivant, &
i L6ogane en '&tude de M' Delamothe, Notaire.
3 En vertu d'ordonnance renrlue fur les concluaions de
M le Procurear du Rai, par M. le Sinechal du Poit-au-
SPrince, le 7 Janvier prgient mrnis, & 1 la r'equte des
enfans miners du feu Sieur Delorme, il f r; proct. d le
Mardi que !'on comprera 3 Fivrier prochain, a:r.s trois publi-
cations de huitaine en huifaine, I'adjudication dfinitive
du bail a ferme pour fepr ann&es, d'une m2_ifon dAien-
d ante de la f cc;nTion du feu Sieur Delo'rme, fituee fur
un terrain de fbi:nte-deux pieds de face fur c.nr cinrqunte
de profondear, fur le chrmin qui cond it de la viiile d
L. 4oane au board de mer ; l. tout a, chargers & con-
ditions inferees dans la carte-h-annie don't on coorr3 pren-
t dre connoiffance i L4 -gne, en litu' e e re !r l dam:rhe,
Notaire; & au Port-au-Prince, en 'etude de rMi Poncet,
I' Procureur pourfuivant.
z Le Sieur Vutrin, Co:ff:ur de D'mes, arrivant de
Paris pour ex'rcer fon rt a au Port-au-Prince, prie les
S Dimes qui voudroot fe faire coiffer, rant :' la viiie qu'. la
pliaine, de le fire avertir ; ii aura I'honneur de fe rendre
i a leurs ordres. I1 arrangera des chitfons fur les cheveux
des Dimes qui le de'ireront dar-s le dernier gout de
Paris; il preid-ra des 6lIves de la ville & de la plane;
I. fa derneure eft aIhoBal de B.,urg-g,1e, place de l'Inten-
dance, pres de N'glife, chez le Sieur Jarnvier.
SM" Delaud & Lambek, Negocians en cette ville,
nt I'hlnneur de prevenir ," les H bitans fucriers qu'ils
V' iennent de recevoir ua affortiment de ieux de moulins
Complete, foit a eau, foit pour rouler avec des mulets,
d4s grilles & des chaudieres, potin de Perigord de tous
es diame:res ni acllires a uns facreiis; ils olent fe flatter


que crux qu, voidtont bien leur dronner la pr.:frence ea
ce genre, auront lieu d'etre fatisfaits.
z En vertu d'ordonnance de la SkneIhauffi e de Saint-
Marc, k la requfte des Sieurs A. & J. Boubee, Dupuy t&
Compagnie, Negocians en la ville de Saint-Marc, au nom
& ccmme executenrs-tefiamentaires de feu Sieur Maurice
Clawrie le jeune, decdie Habitant dans les hauts des Vrrez-
tes, it fera proc4d6 le 3 Fqevrier prochain, en la maifoi
defdits Sieurs A. & J. Boubee, Dupuy 6* Compagnie,
Grand'rue & rue de Burbon de ladite ville, a la vents
au comprant, au plus offrant & dernier ench~riffeur, des
lines, hardes, mAtubles-meubians, animaux cavalins c
a comes, & autres (ffits p6rifiabies de la fuccffion du
d6funt; le tout pardevant MMT. les Officiers de ia S'rn.-
chauffee de ladite vile, & aux autres conditions de ia
carte-bannie, don't on pourra prendre communication che~
Mt Monl.utun, Procureur des pourfuivans.
I MhP1 Bfa(e, fage-femme & accoacheutu eltvede l'H-ote0
Dieu de Paris, reque a S.-Come, a Nantes & ou Confeil fupi-
rieur du Port-au-Prince, a Ihonneur d'cffrii fes services au
Public ; elle afpre par la connoiffance parfaite qL'elie a acquil'
de fon art, 6 par fon affiduite & fes foiins, ir;iter la con-
fiance des perlonnes qui vondront bien i'en honorer. Sa
derneure eft rue Vaudreuil, faifant le coin de ceile des
Cefars.
M" Etienne Patot & Compagnic ont 1'honneur de dornor
avis que le terme de leur tocieth eft expire. Lt Sieir
Etienne Patot, charge de la liquidation, prie les pe fonnes
qui doivent a diverfes cargaifons venues a l'adreffe cd foa
ancienne maifon, de vouloir bien ie payer incelfamment,
pour lui 6viwer le defagriment de les contraindre par vois
de Ju ce; il continuera de tenir mtgafin dans la rue des
Capitaines, & il eft afforti en tous genres.
I En execution de sentence rendue en la SnhchatufE T
du Port-au-Prince, le so Janvier pr6fent mois, M' Poncrt,
Procureur du Sieur Danfoli/, executeur-tefiamentaire du fe.,
Sieur Bruno Cars, & charge, de la d partition des deniers
de cette fucccIlion, irnite les Creanciers a remeutre en foa
etude leurs tires de creance, leur d&clarant qu'apres i'infer-
tion, pendant trois fois, du present avis dans les Affiches,
il fera paiffT oute a la citure du tableau de rdpartition, &
que les Creanci*rs en retard n- pourront plus y &re admis,
en vertu de la fBwence fufdatme.
i Le Sieur Tr,,'tier, deviant rerdre n.u prcemner jour !e$
compris de fa focitde avec fiu M. Godouin, price cei
qu'il n'auroit pas (:cles & auxqneis ii pourroit devoir lous
ctte railon, die fe p:.Cnir pour recevoir leur pavemt.i;,
& crux qui doivent encore a cite fociTe dTe le payer
inceffamment, pour lui iviter le defagri enat de tecourir
aux moyens extremes qu'il feroit cblig6 d'employer pour
fe mettre dans le cas te parvenir a regler avec les hrTitlers,
i Le navire le Petit- Mathurin, Capitaine Abautute,
arrive de la c6te d'Angole avec tne cargaifon de cent
cinquante-un Noirs l'adirefle de M" Trotter & Michateaui
qui en ont ouvert la vente Mercredi 28 de ce mois.
On faith favoir a tous ceux qu'il appartiendra, qu'en vertu
de I'ordonnance de M. le S'n'chal de la ShnichaflTee royale
du Petit-Goave, en date du 1i de ce mois, & N la reci.,e;
de la nomm&e Franpoife Dalme, dite Sceltins. M, L. Habi-
tante demeurante au Fond-des-Bourdins, quarrier de L0o-
gane, tutrice de Marie-Anne, Maaric-Thi/fe, Marie-Frarcoife,
& Reni-Maerie.Jofeph, fes quatre enfans mineurs, it fera rpo-
ced' le Mardi to Fevrier prochain, apres les announces
ufities en pareil cas, a la barre du Sidge de ladite Sen&e


7-


1r 1









chauffte, au ba;l'a firme pour neuf ann&es, zu plus offratn
& dernier ench&riffeur, d'un terrain de cent carreaux de
terre, fitue i la rivixre de 'Iflet, hauteur & dependances
de la paroiffe du Graad-Goave, borne au bras droit du
Fou gue, dans la grande coflibre qui efl i l'eft au nord de..
& au Lud de... appartenant aux nommees Marie- Tiriejft
& Marit-Francoifi, deux defdices mineures, aux charges
portees en la carte-bannie, don't on pourra prendre con-
noiffance chez M' Ifard, Procureur au Petit-Goave.
Les Creanciers de la fucceffion dc feu Sieur de Bcrtrand-
Morand, vivant tenant boulangeriea Leogane, font invites
par M. laginac fils, Negociant audit lieu, & ion executeur-
teftamentaire, de vouloir fair remettre, de ce jour au i
Fivrier prochaia, chez M' Rafind, Notaire en ladite ville,
la note exa6le de ce qui peut leur etre duf en principal,
intirets & frais, pour qu'il puiffe avifer aux moyens de les
payer.
Le navire l'Aimirble Efler, deRochefort, Capitaine Bauf-
caJffe, vient d'arlver dans ce port avec une fuperbe car-
gaifon de cent e.ux Noirs a l'adreffe de M" Gillet, Gaudirn
&6 Compagnie, qui en ouvriront la vente le 19 du courant.
x Le Sr' !Lfcave marchand Mercier & Parfumeur,
donne avis i'il vient de recevoir de France un affortiment
de vinaigr.s & moutardes de Maille, favoir; vinaigre i
I'effragon, 1a Siint-Florentin,, i la pimpernelle, aux fines
herbes, la rocambole, a la ravigotte, a la capucine, a
la civette, dito de beaume, de celleri, dito rafraichiffant
i iufae de la garderobe, dito l'ufage de la toilette &
qui or: le feu du rafoir, dito la rofe, dito Romain, qui
blanchit les dents & conferve la bouche, & poudre de
tartre de vinaigre, qui garantit l'email des dents, vinaigre
de rouge pour les Dames, qui rafraichit la peau & la con-
fct've dans fon etat natural, dito de mille-pertuis, pour oer
le rouge, ditj des quatre voleurs, de florax ou creme de
vinaigre qui blanchit le vifage, unit & affermit la peau;
nouveau blanc de vinaigre qui previent les rides, dito de
Tu:bie qui guerit le mal de dents, dito de fleurs de citron
pour 6ter routes fortes de boutons du vifage, dico admirable
& fans pareil,pour oter toute efpece de tache du vifage, &
mafque de couche, dito fondant pour ia parfaite gu6rifon des
cf-s des picds, dito royal pour la piqure des infe&es, dito
d'dcail!e pour la gu rifon des dartres, &c. &c. &c. Vinaigre
de cochlearia, de citron, dito a la bergamotte, de c6drat,
de mille-fleurs, dito a la lavande S& a la fleur d'orange,
effence virginale pour la barbe, & efprit de vinaigre reaifie.
Moutarde 3ux fines herbes, aux capres & aux enchois par
extrait d'herbes fines, dito i la ravigo te & i l'eftragon,
&c.c &c. &c. Mile chinique reluifante. Ledit Sieur prwvient
en outre qu'il a un affortiment de parf'imerie come fuit:
Eau de lavande ambree, poudre a odeur de toutes qualitis,
idem a la Marchale, idem au bouquet de la Reine, idem
de Paris, favonettes aux fines herbes, eau de Cologne tres-
fine a l'ltalienne, idem de Paris & autres; effences afforties,
eam d'odeurs afforties pafilles a broiler pour parfumer les
appartemens, eau' de meiiffe, peignes courbes en ecaille
& autres, p:nceaux pour peindre les veines, bources a
,rgen, riches pailons & or, dito maille fiQe nouvelle &
qrtres, de trrs-beaux fultans brodes & parfum6s, fachets
i cDr brodes & units, bas de foie affords, idem de fit,
pas .lons, ganit, cha!uffons & bonnets de fil; evantails en
y iO~r & uttres de toutes qualities ; mouchoirs de foie,
r','an a 'orrl, ainfi que d'autres articles doit le detail
:;w'i: trop long. Sa demenre eft rue de Bonnefoi, a crt6
S L 4, ihrtemy, Marcshand Libirce en Getto ville.


1% ]
t Le Sieur I. Dbrhunil a l'honneur de prier M" lo
Cr&anciers de la foci6t6 de Debrruil frrTes, de nonmer un
Syndic, a Fleffet de recevoir & rtpartir entr'eux 1 cafq
que le Fermier de 'habitation livrera dans tout 1e courant
de Mars prochain.
i Le Sieur Saladin aini, charge de la liquidation de la
fociete qui a exifte entire le Sieur Bouvlir & lui, invite les
per(onnes qui doivent i ladite focie~t de vouloir bien
regier avec lui, pour le mettre i meme de folder ceux i
qui il doit. I demeure toujours dans la meme maifon,
chez les Sieurs Saladin jeune & Bourlon.
M. Durige de Beaulieu, nomme Ex6cuteur-teflamentaire,
par feu Sieur Jacques Marchery, vivant Habitant du Trou.
Canary, quarter du Petit-Goave, charge en cette quality
de fa fucceffion, donne avis, que la Dame veuve Delor.
Marchery, hirititre, arrivee dans cette Colonnie, vient
d'etre mife en poffeffion de I'univerfalite de cette fuccef.
fion, & que c'eft dire&ement i elle feule qu'il faut s'adref.
fer i favenir, pour routes les affaires quelconques qui
peuvent y avoir trait, ledit Sieur Durige dt Beaulieu en
etant totalement decharg par ac6e juridique.
i Le S' Sollier, au nom & comme excureur-tefllamen.
taire de feu Sieur Chevalier de Vaubadon, vivant Habitant
au quarter de Mirebalais, prie M" les Creanciers de cette
fucceffion de vouloir bien lui remettre un &eat de leur
creance, tant en principal qu'int&rets & frais, pour dreffer
le tableau de repartition, & de fuite payer d'apris ledi
tableau. Le prefent avis fera infere trois fois dans les
Affiches ; lequel delai patif, lefdits creanciers ne pourront
plus rien pr.tendre ladite collocation.
i Le Sieur Le/pis, Negociant en cette ville, vient do
diffoudre fa focie', & refle feul charge de la liquidation
d'icelle, fa raifon ne fera a computer du 27 du courant que
Lef/ps, il continue toujours le meme genre de commerce;
lon trouvera toujours chez lui falaifons, planches, bois,
merrains du pays, & Amrnicains. II offre toujours fes
services i tous ceux qui voudront bien I'honorer de leur
confiance.

Etat des Negres /paves qui doivent itr vendus A la Barre de
la Sinichaufel du Petit-Goave, le Lundi a Fivrier 1789.

Du i Odobre. Bithy, Mine, itampe fur le fein gau.
che LACOUR, age de 40 ans, taille de 4 pieds to pouc.
fe difant marron depuis long-temps, & appartenir au nomme
Lacour, M. L.
Du 17. LeRine, Congo, fans tampe, agee de x8 ans,
taille de 4 pieds so pouces, fe difant appartenir a M.
Donni, Habitant.
Du 2o. Zamore, Congo, etampe fur le fein gauche,
autant qu'on a pu le difiinguer, VO, age de 26 ans ,
taille de 4 pieds 9 pouces, fe difant appartenir a M.
Dclattre.
Du 26. Julie, Arada, rnarquke d'une etampe 'brale, fur
les feins, ou i'on ne pent dillinguer que j~p & fur
1'ipau e gauche C, sgie de 22 ans, aille de 4 pieds li
pouces, fe difant appartenir 2 la nommee Franpoife, M. Li
au Petit-Goave.
Ali, Moto, etampe fur 1'epaule droire 3, & au-deffous
WC, iag de 22 ans, ayant des marques de fon pays fur
le vifage, n- pouvant dire le nom de fon maitre; ledit
Negre d&clare apve par jugement ciiminel du 4 Novembir
1788-


fo
a


r CE

Ibl
iUr
bc
i ico
t- en
i fu
fe,(e
de
ol:


fo

C(

pt









ia 'ut Ng M ibpave luJ dolt tre venda h l Barre dt
i' l SikAaue d Saint-Maare, lo Sarnedi 7 fivrier 789.

.. pn 9 O obre. Pierre-Zouis, Cr6ole, ayant fur les feins
Slufieurs 6tampes illifibles, & au-deffous AU CAP, age
e 30 ans, taille de 1 pied s pouces, fe difant appar-
i tcir au Sieur Delorme, Charpentier au Cap.
D Pi A a r r.

S M. T. Reboul a l'honneur de privenir le Public qu'il
part pour France pour caufe de maladie; il prie les per-
fonnes qui lui doivent de le folder inceflamment, & cells
Squi it peut devoir de venir prendre leur payment.
i Le Sieur Jean-Pitrre Viallet, Habitant au Petit-Goave,
Sdclare que fa Belle-mere, fon Epoufe & deux de fes
enfans don't le plus agi n'a que cinq ans, parent pour
F:rance, & qu'elles ne doivent rien en cette Colonie.
SM. le Chevalier de Borl, part pour France, & declare
me rien devoir.
l M. Bugul, Fermier de l'habitation Taufin, au Grand-
Goave, part inceffamment pour France, pour caufe de
inaladie.
i Le Sieur Betfede, Tonnelier en cette ville, fe difpo-
fant i partir pour France, au mois de Mai prochain,
pour caufe de maladie, vendra ou affermera fon fonds de
boutique, fix Negres & un Mulatre. S'adreffer audit Sieur,
qui prendra des arrangements convenables. Sa demeure eft
rue Sainte-Claire, maifon de M. Ragnos, au Port-au-Prince.
S Le Sieur Audebert, Horloger, part pour France, pour
Scaufe de maladie; il c6dera (on fonds & ion bail a un
Horloger, de prfi6rance a tout autre.
I M. Guyermo, Receveur des droits d'un pour cent, en
ccette ville, fe difpofant partir pour France, au printemps
prochain, a a vendre une jeune & jolie Nkgreffe, Creole,
blanchdireufe & un peu couturiere ; deux jeunes Negres, don't
un bon perruquier pour home, & l'autre cuifinier, tous
S bons fuj.ts; divers meubles confiftans en glaces, fecretaire,
S commode d'acajou ,les deffus en marbre, tables, armoires,
bureau, argenterie & autres articles; un cabriolet anglois
S en irs-bon tat, avec les harnois pour trois chevaux; un
Sfuperbe optique en forme de falle de Spe&acle, garni de
f fes lampes, & d'environ foixante tableaux ou changemens
de perfpedive. II fera bonne composition de ces diffirens
objets pour du comptant.
SI M. Fffard part pour France, pour caufe de maladie,
& laiffe le Sieur Lefevre, fon affocii, charge de fes affairs;
fon depart ne caufera aucun changement i leur maifon de
commerce.
I M. Nord de la Blanchardiere, demeurant en plane,
depuis quelque temps dans la Colonie, fe propofe de partir
pour France.
A M. Trigant Baumont, r fidant aux Cayes part pour
France au printemps prochain, & declare ne rien devoir:
ii prie fes debiteurs de vouloir bien le folder.


Rixox


AV Do M Ai


DV Ro .


3 En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiflrateurs,
in date du 20 Decembre 1788, M' Brard S. Clair,
Procureur aux Cayes, pourfuit en reunion un terrain pour
hwre & coral, fitue dans les hauteurs de la ravine du
"'fud, uridi&ion & paroiffe des Cayes, born & pregnant
pied du terrain concede au Sieur Etiennet oblst, chailant


pour Ia larggeur qutnze cents pas le long de la ravin da
fud, en la remontant, & quinze cents pas pour hauteur
dans les terres non concdies, fuivant l'eprit de la conce(-
fion accord6e par MM. de Valliere & de Vaivre, le I
Dicembre 1774, & enregifir6e le 6 des mmnes mois at
an, la Dame veuve Labor, qui ne fa jamais etAbli.
3 En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiftrateursi
le Sieur Roufeau, Econome-Gerant au fond des Halliers ,
quarter de Jeremie, pouriuit en reunion un terrain pour
culture, de mille pas carrns on la valeur, fiue au canton
de la riviere a Maho, quarter & paroiffe de Saint-Louis
de Jerkmie, borne a left de Filatal & de Demoifelle
Louife Dutreville, l'oueft do bras droit de a riviere
a Maho, au nord & au fud terres non concedees. Ce
terrain a etC concede le 12 Novembre 1769, au Sieur
Jean-Louis-Yves Payen, qui ne l'a jamais 6tabli.
3 En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiflrateurs;
le Sieur Moreau demeurant au Fond-des-Hailiers, quarter
de Jeremie, pourfuit en reunion un terrain pour culture
de la valeur de mille pas en care, fitue dans les hauteurs du
bras droit de la riviere i Maho, quarrier & paroiffe de
Saint-Louis de Jeremie, borne au nord du Sieur Boifflot
aux droits de Bareau, chaffant au fud, i l'eft des terres
non concidees. Ce terrain a dte accord la nommee Elifabeth
Roffir, qui la vendu fans l'avoir etabli i quelqu'un qui
en a encore difpof6 en faveur d'une tierce perfonne fans
aucune autorifation & fans etabliffement; le Sieur Moreau
ignore le nom de ces divers acquereurs. Ledit terrain a
Cte concede le 24 Juin 1786.
3 En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiftrateurs;
en date du 7 Janvier 1789, le Sieur Minial pourfuit ec
reunion un terrain de mille pas carr6s, fitue h la montagne de
la Selle, quarter du Pays-Pourri, paroiffe de la Croix-des-
Bouquets, borne I'oueft de la riviere fiche, au nord de
la riviere blanche, au fud chaffant i la montagne de la
Selle, concede le 16 Dicembre 1786, an Sieur Mouchis.
3 En vertu d'ordonnance de MM. les Ginral & Intendant"
le Sieur de Labrofe, pourfuit en reunion un terrain au notm
de Demoifelle Agathe Kelene, & de Louis-Paul de Laabrolfe
fes enfans, don't la conceflion avoit eti accordee an Siuur
Btdeau, par MM. de la Ferronnayc & Montarcher. Ledit
terrain pour culture, contenant rr.ille pas carries, fitue as
canton de la ravine a Sable, dependance de la riviere
Froide quarter de Jeirmie, born d'un cote du Sieur Jean
Guyon, d'autres c6tes du rivage gauche de la ravine a Sable,
& de terres non conc6dies, fuivant le certificate, du Sieur
Detrousle, Arpenteur du Roi, du 22 Decembre 1771.
Ledit terrain n'Wtant point etabli.
3 En vertu d'ordonnance de MM1. les Adminiftrateurs
en date du dix-feptieme Decembre dernier 1788, M.
Perrin de S. Aubin, Gendarme de la Garde du Roi, $1
Habitant au Fond, poufuit en reunion un terrain fitu is
la ravine du Boucan-Tuffet, paroiffe & Juricition des
Cayes, concede au Sieur Chabot, le 6 Novembre 1770,
qui ne l'a jamais etabli.
3 En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiffrateurs,
en date du to Janvier 1789, M. le Ch" de Lapothery,
pourfuit en reunion un terrain fitu6 dans les hauteu;s
d'cAqin, dependance de S. Louis, borne en pregnant pied
a la borne da fud du cote de I'oueft, de I'habi:ationi oe la
nommee veuve Dupri, M. L. & i partir de ladi e borne,
chaffant au nord cinq cents cinquante pas, & au fud qua-
tre cents cinquante pas au nord du corail du Sieur Bodekin,
qui fervira de cbrt uad, l'oIueft & au nord do tetrne


)1









[ 5$41


aon reconnues. Ce terrain a ete concede le 3o Juillet 178,
par MM. Couflard & Bongars, au Sieur de Saint'Ours, qui
P'y a jamais fait aucun &tabliffement.
3 En vertu d'ordonnance de MM. les General & Inten-
dant, en date du 10 Janvier 1789, le Sieur Decous,
refidant au Port-au-Prince, pourfuit en reunion un terrain
de la contenance de cent carreaux, fitub au lieu dit le
Saut de la Rivi3re-aux-Roches, quarter de Mraibalais,
borne au fud de lalite riviere, au nord des crates & mno:-
nes de la petite Plaine, 1 l'oueft des mineurs Bremont,
M. L. a lI du Saut de ladite riviere; lequel terrain a 6t
concede au Sieur Claude-Paul 'A.mirault, le 4 Juilldt 1773,
par MM. de Vallicre & Montarcher, qui l'a cede au Sieur
Pothenot de Saint-Cyr, qui ne I'a jamais etabli.
z En vertu d'ordonnance de MM.les Adminiffrateurs, en
date du 1o Janvier dernier le Sieur Thiodore Goujaud,
demeurant au Port-au-Prince, pourfui en reunion un ter-
rain de mille pas carries, fitue dans les doubles montagnes
fud, au quarter du Cul-de-Sac, au lieu dit le Trou-Coucotu,
dependance & paroiffe de la Croix-des-Bouquets, borne i
I'eft du Sieur Guiilaume Boyer, au nord du Sieur L. Saint
Marc, au fud & a l'oueft de terres non concddies. Ledit
terrain a Uti concede au Sieur Joubert en 1770.
a En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiftrateurs,
du to Janvier 1789, M. Mercier pourfuit en reunion un
terrain pour culture, fitue dans les hauteurs du quarter du
Grand-Goave, de mille pas de long fur huit cents de
large, borne au nord du feu Sieur Letourneau, au fud du
Sieur Angebaud, i I'eft du corail des Religieux de l'h6pital,
& a i'oueft de terres non concedees. Ledit terrain a &t6
concede a M. Delcoffois, le io Fivrier 1739, qui ne l'a
pas etabli.
s En vertu d'ordonnance de MM. les General & Inten-
dant, en date du 14 Janvier 1789, le Sieur Jean-Itaac
Brard Laprev6tilre pourfuit en reunion un terrain de mille
Pas en carr6, fitue au Trou-a-B&re, dependance du Fond,
paroiffe des Cayes, borne au nord de Jofeph Decodt I'efpace,
de mile pas, chafflnt au fud pour larger, mille pas
pour hauteur, les autres c6tis terres non concedes, fuivant
ie certificate de M. Dubufquet, Arpenteur, du 6 Fevrier 1771.
Ce terrain a ete concede par MM. Nolivos & Bongars, ie
I Mars 1771, pour hatte & corail, la Demoifelle Anne
RIprat, qai ne l'a jamais etabli.
z Par ordonnance en date du 27 D!cembre dernier,
Pierre Roujau, denmurant au quarter de Jdr6mie, pour-
fit en reunion un terrain pour hatte & corail de cent vingt-
un carreaux on onze cents pas reduits, fiue dans les
hauteurs du Bras-Sec-des-Rofeaux, paroiffe de Jre4mie,
borne au nord du Sieur Lafige de Monfijour, chaffant au
fud mille pas pour bafe ou larger, borne d'un c6t& a
l'oueft de la nommr e Pamela dire Doudouche, M. L. chaiTant
a I'eft pour hauteur, & des autres cotes de terres non
conc~dIes. Ledit terrain a ti" accoide au Sieur Jean-Michul
fPolti, le io Mars 1787.
2 En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiffrateurs,
en date du 17 du present mois, Guillaume Baye, maitre
macon aux Ma:heux, pourfuit en reunion au domain de
Sa MajeflI, un terrain pour culture, de mille pas carries ou
la valeur, fitue dans les hauteurs des mron:agnes de I'Arti-
bonite, ptroiffe de Notre-Dame-d.s-Vkreites, borne au
f't du Sieur Jalien ajquet, a I'oueft du Sieur Trcvalde la
Rente, au nord & a l'eft de terres non concedees. Ledit
terrain a 6te concdli, le 8 Fevrier 70, au Sieur Jean
iembley, qui ne I'a pas 6tabli.


i En vertn d'ordonnance de MM. les Admin;ftrateurs;
en date du 17 Janvier 1789, M' Lafuge june, Grtf2fi
commis du Siege de Jeremie, pourfuit en reunion un ter.
rain fitua au canton de la Nouvelle-Plymouth, paroiff dS
Saint-Louis de JBrkmie, quarter de la Grande-Anfe, di
la contenance de douze cents pas carries r duits, born ij
l'oueft d'un terrain demand par M. le Chevalier de aouchit,
chaffant a left d'autre c6t6, borne au fud du terrain accord(l
an Sieur Lagrabe, chaffant au nord pour fa bafe ou ha,.
teur, fuivant le certificate de M. Dlano{, Arpenteur dr
Roi, du o0 Novembre 1776; lequel terrain concide a
Sieur Jean-Baptifle Chevalier Dumeyrat, le 30 Juin 1777,
n'a jmais ,e Ctabli.
i En vertu ad'rdonnance de MM. les Adminiftrateurs;
du 3t D6cembre dern.r, & fur la dinonciation du Sieur
Nogaret, il a 6t4 ordonne qu'a la requete de M. le Procu.
reur du Roi il feroit pourfuivi en reunion deux terrains
de quinze cents pas en carr6 chacan, fitues au canton de
Plymouth, dependance de Saint-Louis de Jkremie, concedes
pour hatte & corail, les 2 Mai 1772 & 26 Mars 1777,
le premier aux Sieur Tonneilltr cadet & Cailleau, born6s en
pregnant pied a la jon&ion de la riviere Gobelet avec cille
des Rofeaux, chaffant d'amont ladite riviere Gobelet pour
fa bafe & pour fa hauteur, d'amont ladite riviere des
Rofeaux; le second au Sieur Raymond Capdtville, born
au nord de la riviere des Rofeaux faifant I e fud d'u-
terrain accord a M. Delory, Sieur de Btauchamp, a fes
droits, chaffant au fud, d'autres c6tes, borne a I'oueft d'un
terrain au Sieur Trebuchet, ayant caufe du Sieur Tonniller,
chaffant a left d'amont, la riviere pour la bafe ou hauteur,
i En vertu d'ordonnance de MM. les General & Intendant,
le Sieur de Labroffe pourfuit en reunion un terrain, a la
requete de M. le Procureur du Roi, au nom de Demoi-
felle Agatht-Hilene & de Louis-Paul de Labrofe fes enfans,
don't la conceffion avoit ete accord6e an Sieur Bedeau, qui
ne l'a point ktabli. Ledit terrain pour culture, contenant
mille pas carrIs, firue au canton de la Ravine-a-Sable,
dependance de la Riviere-Froide, quarter de Jerimie,
born d'un cote du Sieur Jean Guyon, d'autre c6bt pIrr la
rivage gauche de la riviere a Sable, & autres cotes tcrres
ron concedees, fuivant le certificate du Sieur Dutrevikle,
Arpenteur du Roi, du 22 Decembre 1771.
i En vertu d'ordonnance de MM. !es Ge6n&al & Inten
dant, en date du 21 Janvier 1789, le S' Delvard, rifilant
aux Grands ois, pourfuit en reunion un terrain de la
countenance de douze cents pas carries on la valeur, fi!ue
dans les montagnes qui fepar:n: le quarrier du Cul-de-Sa ,
de celui de Mirebalais, lieu dit la Marre-Rouge, borne a
left de la montage de la Garcogne, au fud du Palrnmil--
a-Dizu, a l'oueft & au nord de terres non concedes; le.Sit
terrain a t-e concede le to Janvier 1743, au Sieur Chikas,
qui ne l'a point tsabli.
i Le nommn Jean-Pierre Virgille, M. L. d'emeurant a la
Coliine-i-Maogon, quarrier d'Acquin, a I'honneur d'infcr-
mer le Public, que, fur fa denociation & en vertu d'or-
donnance de MM. les G$inral & Intendant, en date du
27 D.cmbre 1788, M. le Procureur du Roi de la Sin&-
chauffhe de Saint-Louis, fera les pourfuites nkcefflires pour
la reunion au domain du Roi, d'un terrain de mille pal,
fitue au quarter d'Aquin, r don't la conceffion avoit &te
accordee en 1734, la Demoifelle la Boiffiere, veuve
de feu Sieur Dabon aujour'hui epoufe du Sieur Balet,
borne au fud du nommr Chatcllid cadet M. L. a l'eft de la
riviere au Moine, au nord du Sieur Duchelne, au. droit


i' r i-"'i~-i--"--- ;-i--i--u~6ras;.i~.~- --.










j ~1eur SiLnon, & l'oueft de la riviere Rouge, lequel
terrain a kte abandonn6 depuis long-temps, n'y ayant
1 ,,,ne efpce d'eabliffement.
E rIF I P En it o v.

a pte perdu fur la route du Port-an-Prince aux Var-
reu, un cachet d'or, portat de bande d'azur fur un champ
d'argent, comronne de Marquis. Ceux qui le trouveront
Iont pries de le remettre a M'" D. & E. Thouron & Confins,
Nigocians en cette ville; ou i M. de Saint-Olimpe; it y
aura iecompenfe.
SE : E T o L

ST a Cte vole i y a environ un mois, dans la malfon
ie M" Davcnne & Compagnie a Leogane une fuperbe
tofette de diamans brillans, ayant un tres-beau milieu, du
poids de fix grains environ, huit pierres formant 1'eatou-
rage, montees a 1'antique I'anneau a ete coupe &
rdlcou1. M" les Orfevres, Bijoutiers, Joaiiliers &
autres, i qui elle pourroit etre prefentie, font pries de
fire arreter celui qui la leur prefentera & d'en donner avis
a M. Davenrc, ou a (on epoufe a qui elle appartient; il
y aura deux portugaifes de r&compenfe.
D E M A N D E S.
S On difireroit favoir des nouvelles de M. Bordes Den-
prous, natif de la paroiffe de Bizan, en Gafcogne, Dio-
cOfe d'Auch. Ceux qui auront connoiffance de (on existence
font pries d'en donner avis a M. le Chevalier de Ferrabouc ,
Habitant au Petit-Goave, qui a des affaires de famille a
lui communiquer.
2 Ua particulier connoiflant la culture des cafrs & ayant
environ une trentaine de Negres faits a cette culture, defi-
reroi: fair une fociete avec qudlqu'un qui (eroit fermier'
ou proprietaire d'une belle & bonne cafeiere qui feroit deja
en rapport & faifant environ vingt miiiiers de cafe. Ii ne
demand pas a enter dans la propriety~ de la terre, mais
il voudroit en avoir la goftion pendant la fociete, & fe
chargeroit meine de fair, avec fes Negres, tous les etablif-
ernens convenables, connoiffant cette partie. S'adreffer a
W" J. zarbc, Layrac & Compagnie, Negocians au Port-
au-Prince.
2 La Dame veuve Souffard & Compagrie, tenant boulan-
gene bien monte au Petit-Goave, & un magafin de mer-
erie, a la fatista&ion de cider le tout au Sieur Drouen,
parent de fon affocie, qui arrive expres de France; il a
de 1'exp&rience dans le commerce, mais celui de cette
Colonie en differe beaucoup: en conf4quence, fi un jeune
homrne de bonnes mceurs, & ayant des connoiffances dans
le commerce colonial, quoique fans foutien, defire profited
de cette occasion de s'avancer, il peut fe prefenter; il aura
des appointemens fort honnetes, & fuiv-ant les rakens & fa
IipuIation on lui donnera un interet dans les affaires.

N A r aI xz n c at A GX E M X r T.

S3 Le navire rAimabls-Pirine, de Nantes, du port de 3 o
a 400 tonneaux, Capitaine Revol, partira du Port-au-Piince
paur Saint-Mare, du x" au 5 Fvwrier prochain, pour y
rnir fon chargement, d'oi ii reprrtira du lj au 15 dudit
Sois pour Nantes; it prendra encore ici, a fret, 100 a
10 baniques de flcre. Ceux qui voudront y charger ou


paffer font prils de s'adreffer audit Capltalne en lon mngas
fin rue des Capitaines, prbs la Ccmedie; ou a M" Sigui.
neau frires, Negocians en cette ville.
3 La corvette la Sociiid, de Marfeiile, Capitaine Madon,
partira pour ledit lieu a la fin de FNvrier prochain, au plus
tard; ceux qui voudront charger ou prendre paffage fur
ledit navire, pourront s'adreffer a M. Fourcin, dani fon
magafin rue des Capitaines, qui a a vendre un parri de
foude, provenant de la cargaifen dudit navire, & don't it
arrangera ceux de M" les Habitans qui en fcuhaireron'.
3 Le navire l Comte-de-Puyf ,ur, de la Rozhelle, Cap-
taine iremcnt, partira pour ledit lieu dars tout F vrier
prochain; il prendra du fret & des paffager!. S'adrlffer a
M" Gillet, Gaudin &, ComFagnie, Negocians au Port- au-
Prince, ou audit Capitaine, demeurant chez eusr.
3 Le navire le Bailli-de-Svufren, Capitaine Bocquet, do
port de 300oo tonneaux; parrira pour le Havre, du azu to
Mars prochain; ce navire eft a (on premier voyage, conni
par ure march fuperieure & trek-commode pour les paffa-
gets. Ceux qui voudront y paffer ou charger, s'adreffe-
ront a M'" Stanifias Dldorgutemare, Delafallc & Comtpagn e,
Nigocians; ou audit Capitaine a fon borj.
I Le navire la Ducheff-de-Cofi, de Bordeaux, Capitr
Deccvd, parrira pour ledit lieu dar.s l~ courant de Mart
prochain. Ceux qui voudront y paifer ou charger a fret,
s'adrefferont audit Capitaine, dans les. magafins di M. F4Rrg
rue Sainte-Claire, en cette ville.

A V '. D R jr.

3 Une habitation de ce t carreaux, fife au lieu dit la
Grande-Crere, quarter iu Fond-Cochon, diflante de cinq
lieues de Jeremie & de trois lieues de I'embarcadaire du
Vieux-Bourg. La etre eft excellente:il y a quatre carreaur
abattus, deux cafes a Negres, l'eau a proximity. Ladite
habitation eft arpentee : on la vendra avec huit tees de
fuperbes Negres, don't trois Creoles & les cinq autres faits
au pays depuiis quatre ans. On donnera le tout a grand
march, myennant du comptant. S'adreffer au bureau de
la pofte de JRrimie, pour des renfeignemens plus particu-
liers.
3 Tne habitation a 1'entre de I'Acul-des-Savanes, quar.
tier de Nipes, paroiffe de l'Anfe-a-Veau, une demi-lieue
dui Bourg, chemin de voiture, ladite habitation contenant
deux cents carreaux de terre ou environ, don't quarante a
quarante-cinq plants en coton, parties entretenus a la main
& parties a la ferpe; ladite habitation Eien clofe par-tout
en hales vives de Pingouin : une bananerie de dix a douze
mille touffes, une piece de manioque d'environ quatre
carreaux, une piece de mil de quatre careaux, une piece
de patates de trois carreaux, des places a N gres bien
entretenues, f'eau a cinquanre pas des tabliffemens, qui
confident, 10, en une maifon principal de trois chambres
& deux cabinets: 20, en une autre qui fert de cuisine &
d'hopital: 3, en une autre qui fert'a mettre le cotton en
grain, celui qui eft palla au moulin, & un cabinet pour
embellir ladite cafe, ayant trois chambres & deux cabinets:
40, une autre cafe dans laquelle font montes fix moulins a
cotton fur un chaffis: s, douze cafes a Negres; le tout biti
de bonds bois incorruptibles, charpente batarde & couvert
en paille. Ladite habitation eft prcpre au cotton & a i'indigo,
Ceux qui de ireront en faire l'acquifition peuvent s'adrefler
a Nipes a M. Rrofard, proprietaire d'ic=le, ou au Fort.
au-Prince M'" Denis, BArns & Foucault. On en fera


6>











bonne composition pour do corptant, & on prendra les
crkances du proprietaire, qui ne vend que pour fe liquider.
Cette habitation n'eft grviee que d'une feule dette hypo-
thecaire, qu'il faudra payer i M" Clement & Guy, Nego-
cians 4 I'Anfe-'-Veau, avant de paffer ade.
3 Une excellent caffiere vulgairement nommee la
Petite-Reine, de la contenance de cent quatre-vingt-feize
carreaux de terre, don't plus de cent-vingt en bois debout,
fufceptible d'un grand revenue, fituee au Fond-de-lie-a-
Vache, a fept lieuea des Cayes, dans une position tres-
avantageufe, ayant 'eau de plufieurs forces qui n'ont
jamais tari & un bon chemin de voiture. 11 y a fur cette
habitation environ cinquante mille pieds de cafiers, don't
dix mille plants en 17So. Les dix mille pieds font ages
de trente-deux mois, & les trente mille le font de vingt-
deux. 11 y a une maifon principalejen charpente 6quarrie,
magafins ferrer le cafe & oh font les moulins a grager,
a piler & a vanner, glacis, cuifine, four i pain, poulailler,
colorbier, remife, cafes a Negres, une indigoterie double
battant a 1'eau, qui, avec des augmentations, pourroit fervir
a la pr paration du caf ; favane clofe de hales vives &
d'entourages, places a vivres,en racines, grains & bana-
isiers; dans le bois debout, beaucoup de beaux bois de
comble & a effentes, du fable de riviere & des roches a
chaux & a batir : plus quarante Nkgres, Negreffes,
Negrillons & Negrillonnes fits fur ladite habitation, che-
vaux, mulets, b&ehs a comes, chaife roulante & harnois,
tombereaux, meubles, &c. &c. On s'adreffera a M. Loikeau,
Habitant au Fond, qui fera du tout une bonne compofi-
t.n moyennant do comptant. On a credit i rentes payables
en France la rente & le capital, avec une bonne caution
ifoidaire & indivife, qui fourniffe l'hypotheque fur un
immeuble de meme valeur.
2 VWritable & excellent vin de Champagne, Fideliti
d'Angers, thermomneres pour la cuite du vin de cannes,
areometres pour les fels & firops, excellence foudure en
batons, fleaux de differentes grandeur, & poids de fer,
poudres d'Irroe, plans de la plaine de la ville du Cap, a
.vendre chez M" Legal, Bertrand & Compagnie.
a M. Jean-Pierre Baudain, Habitant au Grand-Goave,
defirant fe liquider envers fes creanciers, vendra fon habi-
tanton du Grand-Goave. S'adreffer audit Sieur fur ladite
habitation.
a Un parti de tombereaux a bafcule. S'adreffer au S'
"'oirot, Charron, rue du Gouvernement.
Une habitation a trois quarts de lieue du grand chemin
de la riviere Gauche, a quatre lieues de Jacmel, chemin
de chaife, qui conduit aux etabliffemens, contenant cent
& quelques carreaux de terre, don't une parties, expofie
an nord & a l'oueft, eft propre au caf1. II y a environ
diix-huit mille pieds de cafiers de plufieurs ages, tant en
rapport que de jeunes. Le refle confifte en bois debout
& haute futake. L'autre parties du terrain fe trouve expof6e
au fud & a i'eft; il y a quatre carreaux de terre en coton,
ui:e autre portion en vivres, le furplus en bois debout, &
luit carreaux en favane, fur lefquels il y a une cafe princi-
pale de trois chambres, deux galleries rapportees & deux
cabinet:, I y a une autre cafe formant le parallelle, de
vingt-quatre pieds de large fur trente de long, une cuifine


91
& queilques cafes Ngre; t tout ouvert en effentj
11 y a en outre une cafe pour mettre lee Nbgres a 1abi
dans chaque jardin, quoique prs l'un de l'autre & fpari
par une cre;e, prefque plat & tres-commode a exploiter,
& mme pour les deux cultures, chacune dans leur expo.
fition. Le fufdit terrain fe trouve a l'oueft de l'habitation
de M Befnard, a la distance d'environ trois mille pas,
voifin de M. Deborde jeune.
Une Nigreffe Cr6ole, bone blanchiffefe repaffeufe
excellent couturiere, & propre a tenir une cafe. S'adrefI
a M Vauffelin, Notaire, rue Dauphine.

A A P F Z x M xS a.

Un part de douze a quinze teres d'Efclaves, d'un an &
deux ans de pays. S'adreffer a M" Danid Saint-Martin,
Negocians a Saint-Marc, qui indiqueront le Proprietaire,


S eAr V


S M A AOt 0 A 6


3 Louis-Blaife, Mulitre bazank, fe faifant appeler Roqut.
laure, age de 15 ans, ayant le vifage petit & round, deux
aches blanches & affez large fur une joue, les yeux caves,
la bouche petite, & les oreilles perches. Ceux qui en auront
connoiffance font pries d'en donner avis M. Chambelan,
Receveur general des Droits Municipaux au Port-au.
Prince.
a Franfois, Congo, 6tampe PICHOT, 1g6 de io 1 s
ans, taille de 1 pieds a a 3 pouces, joli de figure, ayant
deux cicatrices, I'une fur une hanche, & 1'autre fur une ipaule;
part marron de Jeremie, depuis environ fix mois. En don.
ner avis a M. Lafuge aine, Greffier audit lieu, a qui ii
appartient; ou a M" Delaud & Lamberk, Nigocians en
cette vile; ii y aura ricompenfe.
Alagani, Taquoua, erampe JOANIS. ST. MARC, taille
de j pieds 7 i 8 pouces, ayant des marques de fon pays,
ne parlant que peu franqois. En donner avis a M" Dani
& Saint-Martin, Nigocians a Saint-Marc.
Sept beaux Nigres nouveaux, Congos, provenans de la
venre faite par M" Shiridan, Gatechair & Comp/, Negocians
a Liogane, nouvellement etampes DF; parties marrons
dans la nuit du 14 au 15 de ce mois, de habitation de
M. Dufourcq, au Fond-des-Negres. Ceux qui en auront
connoiffance font pries d'en donner avis audit Sieur, fur
ladite habitation.
Noil, etamp6 fur le fein BOYER, au-deffous ARC,
DASSILVA & DULIEPVRE, taille de 4 pieds o ia II
pouces, bien corpule, les epaules hautes, ayant une cicatrict
au poignet; part marron depuis environ 15 jours. En
donner avis aux Sieurs Fabre &c Pilar, Boulangers 'a iAr-
cahaye; il y aura rcompenfe.
i Une Negreffe Creole, etampe LECOQ AV. CAP,
parttie marronne le 1 du courant, de chez M. Lefage, Chi
rurgien au Port-au-Prince. En donner avis a M" Eyma,
Livardi e Compagnie, Negocians en cette ville.
Tilimaque, Congo, etampe P.& L.S.F, ag6 de t ans,
taille de 5 pieds 5 a 6 pouces, ayant un nabot; part
marron depuis cinq femaines. En donner avis a M" Sepui
neau firer Nigocians en cette ville.


Ae fPermiffies de MM. Is Gintral & autndan:t


I


1.1mo I A "Illim 'I


it,
ppol
ceul
corn
3
nite,
3
dosa
Pdu l

de i
bow
cont
3
To,.
3

3
rien
'3
de J
dans
de

Gau
teau
pin



larg:


de c

nme
3


Ct

infi
i
our
en
de


U i
tie
up









( No 9.)


SUPPLEMENT AUX AFFICHES AMERICAINES.


Du Jeudi 29 Janvier 1789.


SJE S Albert, tr e rur A Jireme, partra
our France en Mars ocfainn-i prie.'eux a qui it pour-
it devoir de fe prlente.r pur rpoir leur payment, &
ceux qui lui doivent de le payer: ledit Sieur fera bonne
compofiton d'un parti de medicarmens.
SMi 'Poirrier ainL, Habitant dans cls bas de r'Artibo-
iite, part pour France.
3 La Sicur Jean-Frarcis Fouque, grant la cargaifon
du navirc l'Union, de Marfeille, Capitaine Cavaillon, part
porr France inceffanmmnt, declare ne rien devoir, & prie
derechrf M"' les debiteurs 'a lai:e cargaifon, d'avoir la
bonw d. le folder pour lui evitar le d6fagrement de les y
contraindr" par les voles de r;gueur.
3 M. Georges Ducis, Habitant au Fond, paroiffe de
Tobec, pirtira pour France au printemps prochain.
3 Le Steur Charls Fonvielk, part pour France & declare
Pe rien devoir.
3 Le Sieur Tardif, part pour France, & declare ne
rien dcvcir.
3 M. Eernjamin Baudoiin Officier des Milices au Bataillon
de Jcmnel, & Habitant, fe difpofe a partir pour France
dans les premiers jours de Fevrier prochain, pour caufe
de maladie, il offre de vendre une habitation itablie en
rtf u, fituee a la jonlion des rivieres de la Valile & de
Gauche position nord de la countenance de cent car-
eaux de terre, fur laquelle font plants quarante mille
piJs de cafier, tous en grand rapport cette annie, des
.vivres & de 1'eau en abundance, diftince de trois lieues
it demie de Jacmel, chemin de voiture, les batimens
;onfifent en une grand'cafe batic en bois dur, couverte
n effentes, de 56 pieds de longueur, fur 32 pieds de
irgeur, diftribuke en trois chambres, una galerie fur le
evant, deux cabinets de 1i pieds carries aux extremites,
ne foute batie de mmme, capable de contenir ~0 milliers
e caf6, un fuperbe colombier, une cafe & un moulin
grager &c. Si quelqu'un defirc en fair l'acquifniion, il
'dwra bien s'adrefier aud;t Sieur, fur l'hab'tation de
v" veuve Baudoizin des Marattes, fa mere, a Jacmel.
3 MI. Delaflelle, fe propofe de partir pour France, dans
Scourant de Fevrier prochain; il price les perfonnes 'a
ui il peut devoir de fe prefenter d'ici a cette cpoque,
infi que ceiles qui lui doivent, de ne pas lui caufer d2 retard.
2 Le Sicur Hi nffiant, fe difpofe a partir inceffamment
our France avec la Dame fon poufe, ils declarent ne
en devoir & prient les perfonnes qui leur doivent de les
older pour &viter les pourfuites rigoureufes. Ils ont a ven-
re des Negres & Negreffes, des meubles, des chevaux,
u line de table, de I'argenterie, & d'aurres effects don't
n pourra s'arranger moyennanit du comptant on des fure-
S en Francz.
2 M2ie, de Raymond, veuve Brodic, part pour France ; elle
ie les perfonnes a qui elle doit, de fe prefenter chez elle,
i rhez M" Meynardie, Piccard &* CompagniL, Negocians
4 Port-au-Prince,


2 Le Sieur Benoit, Horloger h Saint-Marc, fe difpofe I
partir inceffamment pour France.
z M Andrd Lomenie, Habitant aux Baradaires part
pour France; il laiffe le Sieur Montinard cha:g. de fa
procuration.
2 Le Sieur Traquat, Orfevre, part pour France, an
mois de Mars prochain, declare ne rien devoir.
2 Le Sieur Piatet, ci-devant Marchand Chapelier, a
Saint-Marc, part pour France & declare ne rien devoir;
il prie les perfonnes qui lui doivent de vouloir bien le
payer de fuite, pour lui eviter les voices de rigueur aux-
quelles ii feroit force d'avoir recourse, fa mauvaife fante
ne lui permettant plus de difEfrer fon d6parr.
2 M~" veuve Efcot, mrarchr.de, rue des Frontsforts;
fe difpofe i partir pour France, au mois d'Avrii pro-
chain, pour caufe de maladie; elle vendra fon fond de
magafin bien aTforii en marchandifes seches, verrerie &C
fiance; elle vendra le tout en gros ou en parties, & faci-
litera I'acquereur.
2 M. Beret fils, Habitant a Cavaillon, part pour France
dans le courant du mois de F&vrier.
2 Me Roche de la Foret, Avocat en Parlement, depuis
huit mois a l'Anfe-a-Veau, part pour F:ar.ce & declare
ne rien devoir; il emmene avec lui M. Roche de Monb.dair,
fi!s, fon neveu, ige de 7 ans.
2 Les deux Enfans de M. Lal2e, parent inceffamment
pour France.
2 M. Jofelle, refidant aux Cayes, part pour France ea
Fevrier ou Mars prochain, & declare ne rien devoir.
2 Me DubuJfon, Avocat au Confeil fuphrieur de Saint-
Domingue, fe difpofe a partir pour France, par cong.,
au mois d'Avril prochain; il a a vendre plkfieurs efclaves
domeftiques, cuifiniers, poftilaon, pzrruquier pour homes
& pour femme.s, ccuturieres, blanchiffeufes; de l'argen-
terie en tres-bon 4tat, de la pcrcelzine, de la fiance
& des meubles; une volture & des chevaux: il vendra
auffi la maifon qu'il occvpe, rues Dauphine & d'Aunis.
2 M. Dubois aind, Habitant aux Piatrons, & demeu-
rart ordinairement au Petim-Goave, part pour France,
pour caufe d- maladie,
2 Le S' Ch!-n,, partart po.ir France dans le courant
du mois de Mars prochain, d.clkre no r;cn devcir: ii va
s'embarquer au Cap. L'on trou-vera toulours a '[Iprimerie
Royale du Port aun- Prince airfi qu'a celle du Cap, des
pots de ofn onguent vert, fi rencmme pour les ulceres,
meme les pliu opinitres l: es autres bureau etablis chez
M" les Direeurs des Pcftes aui Lettres, come a Saint-
Marc, a Leogane, a i'Arcahaye, conrinuercnt afli (-
dbbiter fon onguent le S' Ch.anon laiTf, pour cet effect, fa
procuration au Sieur Sallefanque, Libiaire, chez M. Fovrdo!.
i Le Sieur Diguilhen, Msitre-cs-arts & en chirutge a;
Petit-Goave, fe propose de partir inzceiffarrmnt poar
France; il price done inftamm-:nt fes D&biteurs dc i' payv'r.
i M. Argand aine, r;fidant En Fondl, pprt pour France
& declare ne rien devcir; ii pri, csux q:.:i lui (!i'clr. de
le payer.


~cL--


iK'-"-"'Y
i.b
i; ^1

j


, '-'
dt


-- ....---- ll It-J


r4







1 2


t 57 I
'' ?tBg[ST]BS3BeBSRH iaRl1a^HH>

NOUVELLES


DIVERSE

RJ. 0 X.


DU


SSAMEDI 3 NV ER


1789.


oids du Pain d'li 24 once.


SUELQUE abi e S.it Domingue ont fem6
des graines de da rs qui ont bn reuffi. U s n'ignorent
point fans doute qu et brGe.fi dio'ique c'eft-a-dire,
qu'il faut que le male fe trouve aupres de la femelle pour
donner du fruit. On lit dans une differtation de Linne, fur
le fere des plants qu'un datier femelle plan. pris de
Berlin, donnoit depuis long-temps des fleurs fans porter
de fruits ; on fe procura par la pofle quelques fleurs d'un
datirr male qui exiftoit dans un jardin de Leipfick; on
fecoua fur les fleurs femelles la poufliere des fleurs males,
& le datier de Berlin devint ficond. Cet example peut
fervir a ceux qui ont des arbres de cette efpece qui ne por-
tent point de fruits, par le defaut de 'approximation des
deux fees ; ils peuvent les feconder en employant la
rnoyen public par l'illuftre Linne. II feroit cl'une grande
refTource a Sa;. -Domingue d'y poffider le datier : cet
arbre fait la plus grande parties de la nourriture des Orien-
taux. Enrichiffons ce climate fi heureufement varied par fes
planes & fes montagnes enrichiffons le de toutes les
tiles produdions du globe. Procurons a nos Efclaves des
reffources multipliees, pour adoucir ce que leur fort peut
avoir de rigoureux : rendons le notre plus agreeable par
routes les jouiffances que l'Agriculture nous pr'fente.
F R A NM c .
F.N du Difcours de M. le Direl7ur general des Finances,
A I'ouverture de FAffemblie des Notables, tenure A tVefailles
le 6 Novembre 1788.
PREMIt RE DIVISION.
Composition des tats-generaux.
QUEL doit erre le nombre des Deputes aux tats-
g9neraux ?
Quel doit etre le nombre refpe&if de cheque Ordre?
CON VO CATION.
A qui Ic Rci doit-il pre'frer d'adreffer fes lettres de
convocation ?
Quelle rigle & quelle forme doivent .tre adcpties pour
les citations des L ie&eurs ?
Qui doit prefider les tle&ions ?
Lette double fontion de citer & de prefider doit-elle
ktre attribute par le Roi aux memes perfonnes pour les
trois Ordrcs, ou chaque Ordre doit-il etre convoquC,
cit6 & prifide par des perfonnes d'un ,tat different ?
9LE CT I O N S.
Quelles conditions front rceffaires pour etre 6lecteurs
it ligibles dans I'ordre du Clerge ?



i


Dans quelle proportion front admis aux fitats-g'neraux
les divers Ordies qui component le Cierg~ ?
Les Commandeurs-baillis & Chevaliers de Malte, fercnt-
ils admis aux ~rats-g'niraux ? A quel tire de proprie. ie
feront-ils? Et dans quel Ordre, foit de la NobkiIe, fuit du
Clerge, doivent-ils avoir place ?
Quelles conditions front niceffaires pour etre e.cqeurs
ou eligibles dans 'ordre de la NoblefiT ?
Les proprietaires de fiefs feront-ils feuls adrriffib'es aur
ttats-generaux? Les Gendilhommes pofifdans une propri'it
quelconque, auront-ils le mrme droit? & quelie detram etr
1'etenduee la propriete feigneuriale ou rural neceildire,
foit pour e&re eligible, foit pour etre ileieur?
Sera-t-il convenable d'exiger un certain degr6 de Ncblefe,
foit pour eire Cle&eur, folt pour erre eligible?
Quelle feroit alors la participation aux 19tats-g6ncraux,des
Nobles d'une creation moderne ?
A quelles conditions pourra-t-on etre eleteur ou eligible
dans l'ordre du Tiers-tat ?
La val ur de la proprikth, fufceptible de dirctflion;
doit-elle etre prife pour mefure, ou faut-il choifir Fcur
regle la quotite des impofitions ?
Cette mefure de prcpri&6t ou de contribution doit-el!e
varier felon la richeffe des Provinces?
Les membres du Tiers, meme l s plus riches, tels que
les Negocians, les Chefs de Manufa&tures & les Cspi-
talifies, n'ayant pas toujours de propriete foncieres, la
mefute de l'impofition terrioriale peut-elle etre ge&ralernmnt
applicable a la faculty d'eiire ou d'etre lu dans le
Tiers-etat I
Le Tiers-etat doit-il avoir la faculty de choifir pour fes
Deputies, des perfonnes d'un autre Ordre que le fien, &
jouiffant de privileges auxquels il ne participe pas
Les perfonnes qui font aux gges des Seigneurs ecc!l-
fiaftiques ou laics, ou dans leur dependance de quelque
autre manire, cefferoient-ils par cette raifcn d'&tre kligiblbs
par le Tiers-itat ?
Y a-t-il que!que proportion observer pour le nombre
refpedif des Deputes des villes & des Deputes des carnm
pages?
Le nombre des Drputes doit-il '&re d&termink en raifona
des gouvernemens, des generaliits, des provirces, des
legions, des diocefes, des bailliages, du nombre des
paroiffes, de la rnefure dicrite d'un arrondiffement, del'6-
tendue de fa population, de fa fomme contributive, cu de
toute autre maniere quelccnque ?
Convient-il dans cente fubdivifion, de fiparer les villes
des bourgs & des champagnes ?
Pourra-t-on etre letteur ou ligib!e dans les divers dif-
triti oh l'on aura des propiifis, foit tranfrinilibsl, foit
ufufruitieres, & de queile manicire, une tell fitul. IeCoit-,
elle 1corfric ?


sin I-_i 1,1 ..i ,, i i .. ^ ^^--s a______


i1
.


I~llg~Elrt~)rxan~lh~:~


~yL~YIC-)rlf~LI*C~~ ~-r~T--~-C ~'-6~-11- a---r~-LN-Lnlr~~r~~ ~5m1111--7~ ~ ~.-~br-~-^---ulCII~I~I~L~.-;J-II ~ll-~-ll-9u .~p~urs~- r rU-r-rCul~L-~YYLIII ~


"^









Les T'- &ons dolvent-elles fe faire a hinte vor o.u au
fcrurin ? Et quslles font leI autres fotmes don't i'oberavation
Iniritu d'ene rccommandck,?
INS TR UCTIO NS.


Quel ordra & qwilles r'gles feroit-il convenable
drire dans les Allembl'es oh !es inflrufions des
&ux ;arT-gen&raux fiervn d6eiberies & redighes?


de pref-
Dipucts


A tous ces objets de deliberations, Meflieurs, vraifem-
blablement vous en ajouterez d'autres, fur-tout a mefure
ute vous entrarez dans la difcutiton don't le Roi vous a confie
rexamen. On ne vous propofe ici qu'un premier indice;
la reunion de vos lunmirts fera le refie, & le Roi recevra
de vous, Med8iurs, touis les infiruaions qu'il a droit d'at-
tnire de votre fagdef. Les regards de la Nation vont etre
tttaches fur vous; mais vous avez pour encouragement &
l'ef1ime publique & l'enriLre liberty que le Roi vous laiffe.
Jamzis d'ailleurs on nedoit compete que de la purete de fes
tmotifs; & tot ou tard, tout plie, tout fiichit devant la railon
& devant l'efprit de juftice. It y a quelque chofe de fi
vniefltu:u de la rctiierche pure & fincdre du bien public,
el!e fembie entcuree de tant d'appuis connus & inconnus,
qi'iJ y auroit de la faiblefle ne pas s'y livrer avec con-
fiance. L' Roi eft impatient de ccnnoitre enfin, avec firete,
ce qu'il peut fire de mieux pour le bonheur de fes peuples-
Cormmencez, Meifiewf-is, fixer fes incertitudes; elles tien-
nea 2 un fentiment digne de votre hommage & de votre
r,;r,. o;lTance, L'Adminiftration de routes les parties d'un
fi vaffl royaurne, au moment ou toutes les questions font
gitees, offre tant de difficulths, tant de principles qui fe
clocuent & fe contrari-nt, que les forces d'un Monarque
n'. peuvent fuffire, & il remplit, aux regards de fon people
de la pofterit6, tout ce qu'on peut attendre de fa bien-
iifance & de fa vertu, l'orfqu'il raffemble autour de lui,
tantot les Deputes da la Nation entire pour concerter avec
eux ie grand ouvr. ge da bien public, & tant6m come
aupu.rd'nIui, un combre confidirable de perfonnes diftinguees
,dans les divers &tats de la Societe, afin de recevoir d'eiles
des confeils & des avis eclaires.
C'el un grand but, Mefiieurs, qui vous appelle, & vous
Irez en avant avec promrptittde car il prefle a vpore Sou-
verain, ii preif a tow'te la Nation, de voir arriver ce beau
jour oh, aprfs une fi tongue furleance les Deputrs de
touw is Ordres de I'Etat viendront former la plus augufte
des alliances, en reuniffant leurs volontms, leur zele & teurs
lumieres, pour aflurer la conriance des peuples, la profpe-
fte de i'Etat, & le boaheur du Monarque.
Dc v P r A -P a i N e.
ORDONNANCE DU ROI,
iQncernant les far.cTions des Subfiituts des Procurcurs du Roi,
rifidans hor4 de. Chefs-iieux des JuridiRions.
utrSit des minutes du Confell Supricur de Saint-Domingue.
DE PAR LE ROL.
f;A MAF[TEi a ," informee que la difficult des com-
ronicaais & la dif; b:e entire queiqucs paroeifs & le
Chft lieu d" leur Jur iiion ont nbeceffit, dans la Colonie
A ?a.-...D).n '. Iu~ I'ctaEliffEmenZ des Subflituts de fes
Procd.uc::", pot-i tifider h'.:s des vides; & I'experience
a pr-9Ua qat. ceitte iulitiatfica 6toi; qugi 'ca^tuufe 4


l'ordrE public qu'ut*ld aux fmilles & auI partI;culers
mais 1'autorit &c les prerogatives de ces Officers n'ayant
jaimais &r6 bien dkterminees, quelques-uns ayant mlme
pritendu etre affimiils dans tous les points aux Subftituts
etablis dans les villes, il eft devenu niceffaire de rdgle.r Iurs
for;dions encore incertaines: en conf6quence, Sa MIjeift a
ordonne & ordonne ce cui fruit:
ARTr. le Les Subftituts qui front tablis dan hes quarters
dependans de l'ancien reffort du Confeil fup.rieur du Cap
oh il fera jug4 nkceflaire, le front 1'linftar de ceux de
l'ancien effort du Confeil fupbrieur du Port-au-Prince; ils
front nommes & pourvus par les Gouverneur Lieutenant.
General & Intendant, & requs dans la forme ordinaire.
2. Lefdits Subftituts, dans le effort du Confeil fuperieur
de Saint-Domingue pourront, chacun dans l'etendue du
quarter pour lequel il fera commis, appofer d'office les
fcelles fur les effects des perfonnes dce'dees,. lorfque les
heritiers front abfens ou non reprefentks, ou. mineurs,
ou interdits, non pourvus de Tuteurs ou de Curateurs;
& hours les cas fufdits, ils ne pourront les appofer fans en
avoir 6te requis; ils ne pourront 6galement prockder I la
reconnoiffance & levee des fcelles, a moins qu'ils ne foient
commis par le Juge, & l'orfqu'ils y procederont, is feront
tens d'appeler a ladite reconnoiffance ceux qui auront et
prefens A i'appofition, fi aucuns y ont 6te.
3. Lefdits Subftituts front remettre, par la vole la plus
sire & la plus prompted, des expeditions des procks ver-
baux d'appcfiion, & ceux de reconnoiflance & levee des
fcell6s au Greffe de la Juridiaion don't ils dependent, & i
la marge, tant defdires expeditions que des minutes des
process verbaux d'appofirion, fera empreint le cachet doat
ils fe front fervis. ;
4. Ils pourront recevoir les oppofitions aur fcell4s, F'orf-
qu'ds les appoferont ou reconnoitront, & en donner ade
par leurs proces verbaux & non autrement; ne pourront,
dans aucuns cas, lefdits Subftituts flatuer fur lefdizes oppo*
fitions.
1. Ils pourront affifter aux inventaires & ventes de
meubies qui fe front dans leurs quarters, lorfque le
Miniftere Public y fera neceffaire, fauf le droit du Procu-
reur du Roi du Siege d'y aflifter, fi bon lui femble, &
fauf auffi l'exception port&e dans article fuivant.
6. Lefdits Subftituts, chacun dans leur quarrier procd
deront a la levee des cadavres, & en front fire l'ouver-
ture par le premier Chirurgien requis, conflateront le
genre de mort, en front faire l'inhumation, apr' s avoir
appofe le cachet fur le front ou fur tel autre endroit qui
en fera fufceptible, duquel cachet lempreinte fera rapportro
fur le process verbal, recevront les declarations des p rfon-
nes bleffies, voles ou offenf6es, conflateront les Pffretions
& autres entreprifes violentps, don't les traces prevent
s'alt&rer ou s'eflcer, front detenir les coupables arfre's el
flagrant dIlit ou a la clameur pubiique, les feronr appre-
hender, & pour ce, requereront par &ctit l'afiflance de
la MarechaufT~e, recevront fomaniremeni t & fans aucune
forme d'information & d'interrogatoire, les declarations de
ceux qui pourront etre infhruis des fiats a conftater.
7. Lefdits Subftituts pourront fire des vifites dans les
boulaogeries, boucheries cabarets, caf6s &i billards, vri-
fier kls Foids & mefuces don't fe fervent touted perfor es
venWant en detail au Public & tenant boutique ouverre,
conflater les contraventions, mettre lefdits poids & mefures
fous les cells pour y d.imeiurer, ou Ctre envoys cacheItS
ia grff e l4 Juridit ioan, 4 E1dfft de mettr Ie June %A


!,


d



e


Aw..ftw. -









j tc de nlatrter fur ladhe eoftravnton;. Lefdits Subnitut
S ourront requerir qu'un ou deux Cavaliers de la Mare-
i 'haulie ls accompagnent dans lefdites vifites.
8. Le(dits Subftituts de quattier front tenus de fe ren-
I arm~i dains les tor.tions qui leur font ci-deffus atrribu"es;
Slur defendl Sa MajeftU de prononcer aucune amende,
peine pecuniaire ou autre, fous quelque pretexte que ce
foic, contra aucuns particuliers, de les fire detenir ni
Smine arreter hors les cas privus par 1'article VI, le tout
peinc de nullitY, dommages & interets des parties, d'in-
erditlion & mmei de deffitudion, sil y a lieu; leur defend
igalement Sa MajteftI de s'imminfcer dans les fonaions &
droir< attribues au Officiers des tais-Majors, Commandans
& Olfi.iers de milices par les Ordonnances & R6glemns &
potamment par 'article XXIIdel'ordonnance du zz Mai 177 .
9. Les process verbaux que lefdits Subftituts drefferont
dans le cas de I'article VI, front comme ceux d'appofition
de fce,16s, remis au Greffe de la Jurididion dans les vingt-
S uatre heures par la voie la plus sure, & vaudront denon-


;9


I


6/
/2


I
citation au Procureur du Roi, pour par lut dtre ra:es tetlel
r6quifitions que le cas exigera.
j o. Lefdits bubfiitous, non refidans nu Chef-lizu, ne pourront
pritendre aucune fiance, ni place diflinive dans !es eg ifcs,
ni aux crnmonies publique1; i!s ne pourront aflifter aux
ailemblees des paroifles & la reddition des c.rrtles.,
que come HabiTans cu Paroiflims, fans pouvoir y touir
d'aucune prerogative que!corque, ni y fire aucune fcr:1ion
du Miniftere Public, ils pcurrcnt prendre place & farce aut
audiences, au-deffous des Subflituts refidans dans let villes.
Mande & ordonne Sa Majefte aux Gourveneur Lieute-
nant Genf'ral & a t'Intendant de Saint-DaTmingue, ;infi
qu'aux Officiers du Confeil Sup6rieur de cette Colonie, de
fe conformer B la prefente Ordonnance qui fera fn egirt.r
audit Confeil & par-iout oh befoin f ra. Fait a Verfaiiles,
Ite i Septembre 1788. Signd, LOUIS; & Plus bas Lk
LUZERNE. Scell6 d'un cachet en papier.
Enregifirie au Confeil Supiricur de Saint-Domingue le 29
Dwcmbre 1788.


DESCRIPTION de I'Arbre a Pain, que le Gouvernement a ben roulu donner Ma. Blin do
Villeneuve, Habitant au Bas- Limbe'.


I at de l'Arbrae a I'poque oh it a Wt remis i M. Bein,
le 7 Aouit 1788.
Pouces. Lignes.
Hauteur du tronc. .
Son diambtre. .
L'arbre avoit .te rompu i la hauteur de
S i pouces, & i pouce au-deffous de
cette rupture il avoit pouff6 un jet
garni d'une feuiile a moiti6 seche, qui
eli tombee depuis.
Longu'ur du jet. .. .
Son diam!tre. . . .
Longueur de la feui!le. .
D.itance des neeu-'s du tronc forms a
I'endroit oh avoient pris naiffance les
fe ,ills qui etoient tombees, avant que
SM. Belin, ait eu cet arbre. . 6


ttat de lArbre a l' poque du 28 D&cembre 1788,


Hauteur du vieux tronc.
Son diametre. . .
Le jet, plein de vigueur eft
fept feuilles developp$es ,
huitiame qui pouffe.


Pouces. Ligrnes
: 12

charge de
& d'une


Longueur jet. .
Son diametre .
Les deux feuilles les plus longues ont.
Les autres un peu moins.
La diftance des feuilles au nceud qui les
porte. . .


Cet Arbre eft dans une terre de rapport, excellent & trhs -fralche.

Se certified la prefente Defcription veritable dans tout fon contenu. Au Limb., le 28 D&cembre 1788. Signi, Belin de Pilleneu-t;


Le Cercle des Phladelphes, fentant toute utilitye des
services que M. Thiiry de Menonville a cherche a rendre a
la Colonie, en y introdui:ant la culture du Nopal & 1'edu-
cation de la cochenille, & voulant &riger fa memoire un
monument, h fait fire, it y a quelques mois, le bufte de
ce courageux Naturalifte. L'execution de ce bufte foirnit
deux faits qu'il eft intreeffint de connoltre : 1 c'eft une
nouvelle preuve que le Cercle cherche par tous les inoyens
id'hnorer ceux qui cultivent ici les sciences utiles; !o ce
bule a &te fait avec une efpece de platre qui fe trouve
dans le quarter du Fort-Dauphin: on avoit cru jufqu'a
Sprfent que cette pierre n'exifloit point a Saint-Domingue,
" & ii peur re fort avantageux i la Colonie de la p',ffTer.
Obhirvations fiu le tetanos, fes d'frences, fis caufis, fes
Symptones avec le traitement de cette nmladie & les mn)yens
de l privenir, pricidies d'un Difiours fur les mo \ens de per-
f'ionnenr la madcine-pratinut efus la Zone torrid:; fai;vies


d'obfervations fur L, finti des femmes enceintes dans ces
regions leurs maladies en diflrertes ipoques d. la grtf/a,
I'accouchement & fes fuites, la cc'nfervation des nouveai.x-~sS
jufqu'a i'adolefecen, terminees par le rappvochtm-rit des vices
6& des abus des h'pitaux daatre les tropiques, & les moytns
d'y remnidier.
Tel eft le tire d'un nouvel ouvrage rcemment pub'i" par
M. Dajille, pour fervir de d&veloppement & de fuite ce
que cet Auteur a dfCa ecrit fur le teranos dans fisouvrt.es
fur les maladies des Negres & fur celles des ciimats chau L.
On doit fire connoirre i la Colonie t:n euvrage pa"tiI
culierement fair pour fon utility.
Les Commiflaires nommes par la Fac',lte, pour lui eis
rendre compie en ont fait un extrait fi ,if que nor, ne
pouvons rieux faire que de donner un precis de cet extritr,
La caufe premiere & irrin"d;;ie d tr:atios el nwiel,
eft, felou M. Datile, ou les variations de 'tnmof.-tr.


-g~









qul paffe fubitement da chiauI -au- frold & occafione la
fuipreffion de la tranfpiration, ou un froid piquant &
fo-:tenu, don't o; upporte long-temps I'imprZffion & qui
d. meme arrive 1. tranfpiration. ---- Le tItanos acci-
dentel reconnoit pour causes prdifpofamntes en general toutes
lbs rma'adies ians lefq elles le genre nerveux 01 gravement
affea;.; de forte que fi i'irritatioi nerveufd eft foible, elle
occafioae de lIgers mouvnmens fpafmodiques; fi ella eft
pls forte, on voit n;.tre les convuiions ; fi elle eft extreme,
le tItznso3 a lieu : 'eil pourqu)i on le voit furvenir prinei-
p ;!-m..nt dans les cas de bietlfres & apres des operations
de chirargie. -- O. voit par cet expof( les precautions
qu'il fiui prendre p'uri viter le tctanos effinticl. M. Dayille
i -ique auldi ce qi'on doit aire pour prevenir celui qui 'ne
dpind que d'une bleffure, ou d'une operation chirurgicale ).
Quant au traitement d s deux genres de ttanos, I'Auteur
prefcrit la faignee dans le premier lorfqu'il y a pletore
fanguins, & les vomitifs lorqu'il y a furabondance d'hu-
rmeurs. Dans l'un & dans l'autre cas, il donne des regles
A fuivre poOr l ufag de l'extrait d'opium; il recommande
cie pe l'adminiftrer.que dgagg .da la parties vireufe; il
indique au!i l'emploi du laiu.inum liquid de Sydenham,
du camphre, du mufc, &c. II s'occupe des moyens de
fouteair les forces du malade, de favorifer & d'entretenir
la traifpiration; il confeille enfin de donner aux maladies
tous les fecours maraux don't ils font fufceptibles, lors
meme que le mal laiThf p:u d'efpSrance. En expofant les
moyens propres a. combattre le tetinos accidentel, i'Auteur
infile priaci.palement fur l'ufage du laudanumn liquid ou
de l'extrait d'opiurn, don't Ia dofe doit etre graduellement
aug~mennt & toujours determinee par I'avis d'un Mfdecin.
Les preceptes que done M. DaJille pour prevenir le
thtanoi dans les enfans, s'etendent depuis la groffeffe des
mires ijqu'a l'apoque oh les enfans ont pris affez de force
pour etre moins expofis a cette funefle maladie.
On trouve p)ufieurs faits important dans le Difcours de
I'Auteur fur les moyens de perfedioineia la msdecine pra-
tique entiree les tropiques.
I tfaut lire dans Ioavrag-nmerne une foule d'obfervations
tiles fur les hopitaux & les maladies d'entre les tropiques.
M. Darl le a .profeffe pendant long-temps la medicine a
Saint-D mingue & dans'd'autres Colonies, & ii emploie
fes loifi(s & fes connoiffancs a travailler pour dclairer les
pays ou it a obferve ; c'eft fair de fa vie l'emploi Ie plus
hono;-aHe2 & le p!ui digae de l'eltime & de la reconnoif-
fance de -Ia Societe. Nous avons eu l'honneur de le con-
noitre, it eft simple, mrnefte, point enttei dans fes opi-
rnions, point jalout des fucces de fes confreres, point diflipe
par ie jeu & la table, observant fans ceffe, toutes qualitis
qui doivent m&riter a fes ouvrages une grande confiance.
Si cepeadant fes princies & fes confeils paroiffoient
errones a quelques M1decins, notre Feuille eft ouverte a
]a crrique de tout ce que nous publions. Nous voulons
we're uiles, fans acception de perfonnes. Ecouter le pour &
le contre, le publier, c'efl e devoir d'un Journalife : c'efiau
Public feul, c'eft ce Ma3tre fouverain des reputations, a juger.


VA R I


T7 S.


LITTERATU RE.
Riflexions par lettres alphabstiques.
faJtion., L'aiffeatioa eft aux graces ce que le rouge


6o ]
fur une peau tannde eft auprts du tin frals & vermeil
d'une june pericnne.
Amis. On furprir un jour VOLTAIRE qui comptoit fet
double-Louis d'un air joyeux, en difant: un ami, deux
amis, trois amis, &c.
Btautd. SOCRATE appeloit la Beautt une court tyrannie.
lienfaifance. Un pauvre bienfaifant eft la plus cruelle
fatyre des riches.
Cartes a jouer. C'eft 1'efprit de bien des foci6tes & la
ruine de beaucoup d'honnttes gens, mais il faut convenir
auffi qu'elles emp8chent bien des medifances & des calom
nies.
Comidiens. D'excellens poumons, des geftes forces ford.
ment quelquefois tous les talens de certain Comndiens
tres-applaudis. 11 eft plus aif6 de crier un role que de le
raifonner.
Dilateur. Le delateur fecret eft au delateur public ce que
I'affaflin eft au brave guerrier.
Grands. Plus on approche de quelques Grands, plus ils
paroiffent petits.
SGuerre. C'cft. une pefte d6vorante qui caufe des ravages
depuis des milliers d'annees, peut-etre meme des milliers
de fiecles, La Philofophie parviendra fans doute a detruire
cette horrible maladie.
Habits ( beaux). MWrite unique de beaucoup de gen.. Si
j'etois Prbfident de quelque Academie, je propoferois cette
queftion : les vertus, Les fciences, l'efprit, attirent-ils plus de
confideration que les beaux habits ?
Irfortune. Suivant le Cardinal de Richelieu & une fouled
de Gons en place, infortuni eft fynonyme d'imprudent.
Inj]flice. Une injuftice faite a un feul homme eft une
menace pour tous les autres.
Lettres. L'homme de letires fans tires & fans fecours
dans la foci6te, entire les envieux & les fois, reffemble au
poiffon volant : s'il s'eleve un peu, les oifeaux le devorent,
s'il plonge, les poiflons le mangent.
Magnanime. C'eft un de ces mots qu'on conferve dans
la lanrgue, moins pour l'ufage que pour la parade, comme
certaines figures de blafon qui ne fervent plus qu'a dechif-
frer les armoiries des anciennes families.
Mechant. Le mechant eft come le carbon Iteint, s'il
ne brule point, il noircit.
Optimifme. Quand tout va mal tout eft bien pour les
fourbes,. les charlatans & les fripons.
Poflume. Ouvrage qu'on a prefque toujours oubli6 d'en-
terrer aveC foq auteur.
Rimeur. La plupart des Rimeurs, qui fe difent Po&tes,
reffemblent a ces Chantres de paroiffes, qui promettent de
la mufique & qui ne donnent que du plain-chant.
Toiltte. C'eft 11 qu'on apprend a appr6cier les femmes,
elles y font plus femrms qu'ailleurs.
Utile. L'utile, I'agreable t Il'honnete, tels que les grates,
doivent fe tenir par la main.
irrges,.
Innocence & pudeur, & fageffe & vertus;
Sont des Vierges fans dot, que l'on n'epoufe plufg


On trouve 'a I'Imprimerie Royale de cette ville, de
fuperbes gravures a l'encre de la Chine, idem enluminees,
& fagon de patel, ainfi que des partitions nouvelles de
mufique, don't on arrangera M" les Amateurs.


AU PORT-AU-.PRINCE, DE L I MP R I ME RI E RQYALE


,v
_I~ra~











II


IMPRIMERIE


A"T 71' r


I A 711 7* "nr


DU JEUDI


MOIVEMENS DES PORTS DE L'OUEST 1I

Arrivie de navires Francois.


A Y i
A U Port-au-Prince, le 14 Janvier, l'Armable. *- -
Epfher, Bonfcaffe Rochefort venant de la
cote d'Or, avec io1 Nigres.
Le Saint- Mathurin Ab.utute, Nantes ;
venant d'Angole avec 16o Negres touchU
i la Martinique.
Total des pafragers arrives depuis le i" Janvier. 18
& des batimens. . 8

(I1 y a dans le port 90 batimens franqois de long course .
Dipart de navires Francois.


Du Port- an Prince le 27 Janvier le
fWparateur, Hardy, la Rochelle.
Le Bouflers, Gobi Nantes.
Le 29, lc Trajan, Colmin, Nantes.


Total des pafagers parties depuis le i" Janvier.
& des bitimens. . .


[ 61- ]
^>4*.t,^4.t*^^.^;cP' ^-- ~~ E-------- ----- -----~--------- ----~----

-k ROJYALEo 1789.


,, AMER ICAINES
000 A4 FEVRfIER1
t-- ---- ----r61--Z ^=^=^


1. blanc le tier.on o 1. Farine de MoifTac,
premiere quality le baril, 90 a 10o 1. feconde 82 1. iof.
immune, 60 a 66 1. Huile fine, le panier, 24 a 26 1. conm-
"mune, la cave i 12 1. Beurre, la livre, 20 a 22 f.
Petit-Sali, l'ancre 27 30 1. Eceuf fal le baril 90
99 1. Mrue, le quintal, 42 45 1. Savon, la caiffe, 17
a o0 1. Chandelle, la livre, 20 a 23 f. Brin, 7-8, l'aune
r&duite, 42 a 4< f. 6 d. dito 3-4, 41 a 44 f. 3 d. Com-
bourg, 40 i 44 f. Saint Georges 44 f. Morlaix la
balle, 145o 'a 5oo0 1. Rouen fleuret 700 1. Planches de fap,
pied anglois, 13o i 140 le nmliier, Bois aquarris, idem,
pitchpin.. ..,..
Course du Fret.


3


7


Arrivie ds navires strangers.
Au Port-au-Prince, le 14 Janvier le Jean, Ohyer,
Bofton, touch 'a Saint-Euftche.
La Polly, Andoffe, Philade phie.
Lt Bethfy & Polly, Cook, New- Bern.
Le 27, la Polly, Stevenfon, New-Bern.
Total des bitim. etrang. arrives depuis le I" Janvetr. (io).
( 1 y a dans le port 30 batimens strangers ).
Prix courans des denrees coloniales, au Port-au-Prince,
Ite Fivruir 78.9.
Sucre blanc premiere quality, 6o a 66 1. feconde, 54
a 60 1. troifieme, 50 a 5. 1. fucre brut, premiere quality,
40 a 43 1. feconde, 36 a 38 1. troifieme, 30 33 1. Cafe
fin vert, 26 f. 6 d. a 27 i. marchand 25 a 26 (.
inferieur 24 a 25 i. 6 d. triage 19 20o f. vieux,
premiere qualii..... feconde.... triage... Indigo bleu,
premiere quality, 'o 1 it 1. f. cuivre marchand, 8 a 9 1.
1o f. infrieur 7 a 8 1. $ f. pouffiere, h 6 1. Coton,
180 g 90 1. le cent, feconde 170 a i8o 1. troifieme,
170 1. Cacao, 9 i. Carret, 5 1.
Prix courans des marchandifes de France & autres, au Port-
au-Prince, le y Fivrier 1789.
Vin vieux de Bordeaux, la barrique, o10 a 15ol.nou-
|ean4 de Bordeaux A la barrique 70 82 1. de Provence,


Pour Bordeaux;
Sucre blanc. 14 d.
Sucre brut. 13
Indigo. 24
Cafe i
Coton. 30


Nantes,
14 d.
13
24
15


le Have,
14 d.
23
24
30
30


Marfeille;
14 d.
^4
24
30


EsczLsrs MARRONs ENTRIS A LA GErozE.

A Saint-Louis, le 17 du mois d", Addlaide, Congo;
erampke fur le fein droit d'une &eampe brilee, don't on a
pu diflinguer aucune lettre agie de 3 5 a 40 ans, tailie
de 5 pieds, ayant des marques de fon pays fur les joues,
un malingre au pied, & plufieurs coutures fur le corps,
entr'autres une depuis la bouche jufqu'a l'oreille, fe difant
appartenir a la fucceiTion du feu Sieur Lamarre, Habitant
au Fond, paroiffe des Cayes : le 21, Jean-Bapttife, Adia,
etamp6 fur le fein droit ARGAND les deux derni'res
lettres entrelacees au deffous CADET joli de figure,
a,; de 25 ans taille de 4 pieds io pouces fe difant
appartenir au Sieur Argand, Econome demeurant dans
les hauteurs de Cavaillon.
A Saint-Marc, le 21 du mois d", un Negre nouveau,
Nago, fans ktampe apparent ag^ de 18 ans, taille de
5 pieds 3 pouces & demi ayant les oreilles perches, no
pouvant dire fon nom ni celai de fon maitre.
Au Petit-Goave le 26 du mois dernier Taquoui;
Taquoua etampe fur le fein droit DQLT & fir le
gauche NIPE, aig de 28 ans, taille de i pieds i pouce,
fe difant appartenir au Sieur Pamclard au Port-au-Prince:
le 28, un NMgre nouveau, Bibi, 6tamp6 fur le fein droit
LL & CC, entrelaces fur le bras droit LB & fur le
gauche S, ayant les dents de la michoire fup6tieute fcides,
& des marques de fon pays fur la figure, ne pouvant dire
fon nom ni celui de fon maitre : le 29, AWl Creole,
ktampt fur le fein droit LEFORT, age de 18 ans, taille
de 4 pieds o1 pouces.
Au Port-au-Prince, le 17 du mois d", ParhSfard, Acffa,
itampe SIDERT2 fc difar appartenir a M. de .l.rt a


_. .. .. ... .. -- . ..-- . _


~C.~r"l~YO~T~"~'~"""""Y"""""ROIIIIYr
_ ~I ~-----------I ----~--UU-------- I------------~-


i


717


'* : '-









r-6% ]


mP.erre-Pul, C:-' S LAMOUROUX, & pluieurs
fois FG fur ls feins 6: fur le do fe difant appar:-eir i
M. Levy H hi.n( a tFArtiboaite : le 29, Antoine, Nago,
<,.',i, V' LUD, ay'tr un carcan a trois branches, & un
shact fe d 'i A .'rt.[..ir ,. a M "" D oui!rd : le 30, un
-.re nrouve!Au Ne, fans etampe aie de 26 ans,
saille de pi 1ds 4 p, E.-s; 6 .n-. hiip ,, Creole, tam pe
fur les f(s N:MOMA:15, lAs 3 & 4' lettres entrelacies
fe diiant de i'h,'it-tion de M. de AMoman, 1 Leogane; &
nfrn-ois Cono e.-.r.in fur le fein droit illifiblement,
& for le gauche kA BRE'.ONT, au-deffous A MIRBALAIS,
e clifu a partni.r a i:rve, en cette ville : le 1" de
ce mtcis, .iar, Co'ocoly, etampe DROUILLARD fe
di.'ant de -".>.bi1ation Drouillard ; Tendant, Arada, etarpye
D. D.CHiARTRES fe difant de habitation de Mgr. le
Dtc e d h.erttes; Congo, fe difant appartenir a M. David
C. 5'rds ; A.nllo Congo fe difant appartenir a M. Rigant;
-,', cis Mofamrbique, fe difant appartenir a Mgr. le Duc
de Caris; & B!on:ne, Nago, eampee SEGU AR, fe difant
, :, .bl.a, a {nS< zro
AuK MzVx T RS A X 'AVE S.
A Snt-Lo le 19 d mols d"', deux chevaux, don't
on fr.' 2, fous poil biun coure CqteueC fans etimje
apparence, tes-m'ige couvert de farcius, & e'au(e fou1
poil re.? court quiue criiere noie marque au

A Saint-Marc, e 1 d, mos d, un vieux bLcur:quse
fous poil brun e r.:.: i iiblcm.nt
Aa Port au- Pin:ce le S- du nols dcrnier une mule
faus poil rouge Cta.mp. e fur !a croupe aiz:nt qu'on a
pu 1e dit:guer, V, & d'autres lettres liifib1.:s & rr a
c.u.e d'un fer- .-che-val ie 26, eur jem,.nt ~ous poil gis,
eimpie CA, en rave1r : l, 27 ur-; jeune bouroqu. ious
po'i 1 i ,arpee X : le 2b une rment los poil roIge,
&eampec LP D 1es deur premicnks lttres entreiacces.
Aa Peoit-Goave le 26 du mcis dcrnier, ure mule f'us
poil brun ayant ure eiampe epagnole fur Ie monto-tr ,
d mo rr.i tailie & ia queue long.ue ; un choral focus poil
roue, 4tamph. du c&e du montoir illifiblement ayant
us;e oreille clabaude la queue longue une etoile au
front &: '.:-, fiacins au flanc ; & un item fous poil
aroue- a 'tI-, ai'p fur la cuiffe du montoir LP, entre-
x&, la, queue lor:gue & des farcins fur 1'enfellure : le 29,
Un :; i. fous poil rouge, etampe fur la culfle du montoir
DW, au-l &1ous LA S, les deu% premieres lettres entre-
'"ces ayvint les pies de cr.:I-, blancs & la queue
c'P ue : le 0o, urin ida enter, fous poil alezan etamp'
fur la c-iile du nmonroir L I'.-P ayant la face blanche ,
oi, e'.,s blarncs &z la queue court.
-fm -im "^^tr--'-f'-- '-*- ^ -^"J Mi^tA--je-.*i^ -^-.ajj-^.^nr- xt*<^*C-M^1f<.?^, '
S Ie (G a"- r G' nral previ* t que ',-o l..' t p 'yer

> ..; to'.s anies rece ires I fa mansion, les pcr-
":* :- luis feroit tes fo; riTtr-zes font pi.e. d'envoyer
leC. ,es au Gouvrc-.,.n.-rt- pour tre acquirtts en
nc;-eps q(e la li. iun. D'apres cet a;,vis qui fea
*apt'it trois foi:, M. Ie Gcurer-r.i.. G'rv"ral ne payera
audn ob. .:,t qu fon pdUro. a cr>.t fous ion !',o:.

S P E C TA C L E.
Ie ., ~, 1lfi d ol, aura n d^r
fe.. .,.l:e, : du cA.umi dans I'0 cio aI..t.:.. 6Ca da


A VrI s


R1;Imr.t dru Port-au-Pr, ; te p;-.; RAe. ,,
station de la Bataille du G.Ieral 1.dlborough. ; ornate d
tout fon Spe&tacle & d'volutions militaires, executees par
8o hornmes de ce Regiment, fans y comprendre la Cava.
lerie ; les Forts franqois & anglois front dreff6s & di.;i.
gues par leurs pavilions refpedifs. Le Gnreral Maiboroigh
parora i la tate de fes troupes & livrera BataiLe au
Gencal franyois; dans un Combat particulier Malboroigh
fera tu & de fuite tranfporte fur un fauteuil accum.
pagne de quatre Officiers qui porteront fes ar:es. Le
Convoi fera accompagnCe de toutes les troupes qui front
une decharge de moufqueterie, au bruit de celle du canon,
On pourra voir les appr&s trois jours av'ant la IRepreifn.
station ; les perfonnes de diftiinioin front commod'inent
places. Le Sputacle fera prec,:dL de la grande Vohlge &
autres re&rations, don't les Atiches du jour front mention.
On commencera i quatre heures prcifes.


cd


D E R S.


SM' Delaud & Lamberkc, Negocians en cette vle,
ont 1'honneur de prvevenir MI" les H-biians fucriers qu'ils \
vienn;Au1t dc reccvoir un iff ortit de uxe de mouiins I
C. ,
compLs, foi~t a eaut,, fcit pour roter ava, c des rmui,-ts,
des iies & 'C- chaudiaer p, pCtin de Perigord, de tous
les carnell st- ne'r;:U.;irs ua e u cr2r;e ; ils ofet lt fle ater
que ceux c:i vcdront Lien leur donner la prefrence en
ce genre, auiront lieu d'etr e ftisfits.
i M"2'a 8 a1e, fag.-ftenm-r! & accotcheufe, C!vede 1te 'rel i
Di:u de Paris, req.:e a S.-C"6m.2, Nantes &z au Cornfeil fupi- ;
rieur du Port-au-Prince, a 'hoinnEur d'cfffir fes services au P
Public ; e!!e efpere par la connoiff.nce parfaire qu'elle a acquitf e
de fon art, & par fon afiiduit' & fes foins, mreriter la con- P
fi. rce des perfonnes qui voudront bien 'en honorer. Sa c
demure efl rue Vaudreuil, faifant le coin de celle des
Cf3ars.
z En ez:cution de sentence rendue en la Sen.chauffee P
du Port-au-Prince le 20 Janvier dernier M' Pornce, ,
Procureur du Sieur Danfoffi, excuteur-teftamentaire du eu'
Sieur Brur.o Cars, & charge de la repartirion des des.r,:s r,
de cette fucceliiion, invite les Cr6anciers a remettre en fon
etude leurs titres de creance, leur ddclarant qu'apres I'irnf-
tion, pendant trois fois, du prefent avis dans les Afficlh-s,
ii fera pait outre 4 la cloture du tableau de repartiticn, :4
que les Ciarnciers en retard ne pourront plus y iese adrmi,
en ver:u de la feneoce fufdat'e.
\ Le S:eur Trott;ir, devant rendre 0'1 pem i.' r jour ?s .
c'?.;m.cS de fa focit'a avec fui M. GondGuin, price ce
qu'il raurcit Ias foldes & auxquals il powuroit devoir *I t
eere aio:, de f? prfenter pour reccvoir leur payeui'r,
& cu:ux qui dcivent encore a cette fkci:C de le pa :
i.:. ei:n;o.: '.- t, pour lui ever 'le 'a et de reco ;'
aux rn':.-i, excems qu i er cou np" d'ci. 'A;oycf oi '
fe mluttzre h. s l e ces .--e parverir a r,6it r ea l: y hti.leia
2. Le navire Pait Mat,,rin, C;ap ita}e PAb-at ,ite.,
arrive de la cote d''Argole avec u.e ca.rgifon de c-nt
ci...<:,J.nte-ln Noiis a I'dte de M" Troiner & MI.tchateu,
ci.ui eo on.t co-vert !a ventc 'l'" eircrel .)8 .iu rm o_ '' : .r.... ..
2 Le o. r i. D'b,'il a !':..nnf,.r de ..ier ," i;
C r-'-,- ..C i-.. r '- r la t ei s c C d:!^ e I' Lic il i;;'es, ,'..: ir min r en

que le Funes & ,.,Li. lout lk cous .A


* i


r.u --- I-- -- I ---- ~------r~---------rr~c----c ~---- ~- r----


d,

d l
4-i
' Id






V
;a

'I
ta


. le

"F










S ,, Le Sn idaftave an',; i r 4 't Mbrc- er &. Ptfiumcur,
. inse .avis qu'il vi;nt de recevoir de France un affortiraent
d~ ^ vii4 g-rs &m iutr sJs de Macie, favoir; vinaigre a
S.;rgo.nr, a la Siit-?is..e.n I, I la pimprenelle, aux nes
4''. s, a la r)mb:lc 7 la ravi'one, lIa capucine, .
Siv-tte, dho e bsaume, de cceller, dico rafah
Si. de la g.irad-robe, 'o I 'a ~ '.e de la toilette &k
Sai (je le f41u u raoir dito a la role, dito Romain, qui
~ 'll,.chit les dewns & conferve la bo.uche, & poudre de
,taire de vinaigre, qui garan'nt : ;Iil tdes dents, vinaigre
o'e, "pour les Dames, qui rafraichit la peau & la con-
l lA
lri'e dans fon 6taI natural, duo de mile-^-tuis, pour 6ter
le rouge, dito des quatre voieurs, de ftorax ou creme de
.::i vi.igre qui blanchei le;' vit "U, unit & affermit la peau ;
S ,,ia,, eau bla;.c de vinaigre qui prevent les rides, dito de
Ti; bie qui gu-iit le mal da den;s, dito de fleurs de citron
poi. c ter toutes fortes de bou:ons du vifage, dito admirable
t gains pareil, pour oer toute efpece de trche du vif-e, &
m.;ue de coucne dito fondant pour la parfaire gu-rifon des
core'ss ds pit c .,, dito royal pour la piqLFre des inii&es, dito
c d'ecile pour la gu'rifon des dartres, Stc. &c. &c. Vi;aire
e.c co !h1'ri ia de citron, diro a la bergarAmte, de ced-rat,
c:. m:1-.-fleurs, dito & 'a lavande & a la fleur d'orange,
S;r.. v:;31l pour la bairbe, & efprit de vinaigre retirfit.
ols' Iaux fines hebs, aux cpres & auc enchois par
e:'.: d'herbes fines, dito 1 la ravigotte & a i'eflragon,
I t.:c. .c,. k i. lue chinique reluifante. Ledit Sieur previent
en ou',. quil a un ai.rtima.-nt de parfumerie come fuit
'E; a lavane arbrie, poure a odeur de toutes quali'es,
, i.-':r li T chale, ida:n a.u bouquet de la Reine, idem
d( P;.is, favonnetes auz fies herbes, eau de Cologne, &
'pminic'a tries fine a l'italienne idem de Paris & autres ;
t:Oe:iccs iffores eats d'odeurs afforties paftilles abruler
p',ur pFa mer es ap.,artemens eau de mrliffe peignes
Ccourbes en ecailie & autres, pinceaux pour peindre les
v i'.-i, forces a agent, riches paillons & or, dito maille
fi,e i o.ivelle & autres de trcs-beaux fulans hrod's &
p:"u-n.',, f.chets o'-eur ro-.is & units has de foie
l;t 'v Idem' *e il, pamalons, gar:ts, ch.ai-uTons & bonnets
',. ;', aaiis n yvire &t autres de touies quli:-s ;
; :--C s dT fe foie, r:b ans, a-ortis, ainfi que d'autres articles
S' ail fetolt tr p 1:o.c. SA dremcure eit rue de Bonnefoi,
a 1' *i.. J.:,'c!L.my, :la:charid Libraire en cette ville.
L..: xi.ur .tie i. n ine, chairg de la liquidation de la
f";1'.: a r,.i a exitI entre le S.ur Bouviier & iui, invite ies
:' "-; c.. 'n dq oiv.cnnt a ladite o,-cite de vouloir bien
'r..r .,-:c li, l pour le m:Itea-e a mEnie de folb1.r ceux i
.q'..! Il d:t. II rdtzurie toujouirs dans la nmemrne mi ,
cl: z 1 Seuii-s Sldin ijcurne l BEourro.7.
2 1-. V Soilr;r, au nomn & connme exicuteur tcft:men-
S .t-..i w.a Sieur .. ChevAl v r d, e .aJrado vival:t Habitaant
a' q '-:.-;>.:r de Mirez lajhis lp:ie v i" is O d, ncit s d icette
: fu 1. i ;., ds v~lir bhin lui rmeTre rn e i-t de leur
c,'kiad nce, tant en principal qu'int rmi s & frais, pcur drefler
lt :iea i de r tnarti:ion, & de f-.ite p.,-ver d'apter ledit
S ".''L'u. Le p-fent avis fera ii.i e trois fois dans les
Al .'rhes ; leq:iel dAlai pai, le, fdiY s cranciers ne pourront
pi''5 ien prte'ndr' a ladie collocation.
Le Sieur Lefojs, Nelocint en ce:te ville, vient de
du i :dre f. fociet'., & riL :feul chg.4 de la liquiida-ion
S"celle, fa raiton ne fera a computer du 27 du cour.:n qe
1 lis, il continue toujours le meme ge,;,e de cotmm.;ce;
S lon trouvera toujours chez lui falaifons, planches, bois,
I m:rrT. d pays, Ck Americaimns 11 of-e toulours fes


ferv cec a tcus c, *o L; 'nt 1 :. h. .:....!t de leur
CO ij': ..r'r
| M. Badtt ame Ng oiant a. Sant-n'r.r pr evint qu'il
rendra fen crmp;, dk'li a lafin edu pI -m mrio, au
hri:iers du feu ur ?Th,;ras aie, del ie 3 J. iilet 17i:7
& qu''.ni-ite ii ne iG, i plis vnmps d e e p. e-.Ceevr ui ;
il paivient auffi que ks afLi:., la pyjant en iLi;:':, it
verndra on for.-L a bon co:~ple pour du ccmptant on de
b-:lrnns traites iur de bonnsa m.::.;a de France, qu(l/uI
longs termes.
x Les eT'n, falutaires que produifeat les remndes fp&ci-
fiques du Dcideur A-:.E, 9: les cures a ufli p..,r.p',s cquE
r.dicales des r!lid : fouvent reputies incurables, ont~
depuis plus de vinigt arns, foi,-en a 1; I-.ne reputation dont
iis joui.:-at dans la Colonie, au point de ne conncizre
dadverfiires que ceux qui cnt inteitt de 1hs di4crit"r
d de porter M"' les h'bia;!, fire des facri-es pour
s'en procurer par des voies, imnme les plus coeu.e s,
dans les endroits eloignes du Cap, ou it d.Ifirent plus qu
jamals, de ies voir rapproches d'eux 'ar le s :-:. a 's
font des malades que leur pri a.e ,. vroit rfauver. En-
coafiqu:.1ce de ce, Ie i d cur Menot, qc i fe 1f, n devoir
d, ccnribiur au r eiil ifi*ur !Lt de la fnti & .a a coI-
vation des h'.-iines, & qui d:"s la fcirco~ice fait ua
vrai plaifir de fatisfaire au defir d'un chacun, vient de
rieabhr fon ene.-ipot au Port-au-Prince chez ;'.. C.lji,
Chirurgien-maij: r de I'Ai1 1' oh ron trouvera Ie v'r
mifurge fitc,;-.:v-: & ,; i, .nuide fouverain contire les vers
& les maladies qu'ils occz,2nsnt... La m:rm.lade pur-
gative, cu m&decine agriable, tint par fes bons efitts que
par fon gouit, bien p:;; .-able a ot autr... Les -is
favonneux, i:,':-mique5, fondans & appri::if, qui ditrwii
fent d'une manire infnffbile le virus 1.i plus cach6, &
font les plus belles cures. Le frop compofe de falfe-
pareile, qui purifle le faI- gu'rit les m.ii;ng?2es ou vieux
ulce,:es & les pians... Uil'ir blarc ; 'r:, qui rappelle
la vie & rI:blit li s forcs u.i.es"... L'eau ophtalcique
qui cnleve les taies, a claircit i fo ihiE la vue L'eau
divine poor les yeu ... Le bcaune auriculi;e pour les
douleurs furdi cs & tintemens d'cr. il ... Lpiat fibri
fuge puigarif, qui en pcu de jours g,'erit es iSvIres inter-
... L'opiat pour blah co river iC dents
1'tlixir qui le plus fouvent en lppa 'e la doileur fur le
charmp La pommade da.rtri.fuJ-, .mervei e tfe pour le

piar',s & crabcs ... & l'epcr" i tenper e'.-ii'r f t ,'"
re,-es fan p .i,,:. : +' '
t&g-e, cfai fil d-iu mal. Tous ces reCcSds font aces
taxiCs fur l'ci'iquete l' munis de leur i;. Irr qui indique
la naniere 'en faire uiae. 'u par r;ous Miec du Rpo
Au Port-au-Prince, / '" 0 F~vrier riS a. FVr: ;~i A,.- ,:in,
Le Siiur IH'lin, acqunr.iur d'rn terrain fitue an les
khau'eu:s de S'Af-e, de "' Gu u {:ilk C'ornc: qui. ', r'go-
ci1?s a I'Arc ah.ye, .q'ib S'aveoi:nt :c : du Seur- Tsntoo
Charpentier, lequel pourscit a'v.'r crn,:ae i d'.s A'';vS
hypoth'.:c~cir s pour ce mI-nme terrine : ceuO qu'i en out de
tette nratuie, hcns & vaabies, fot psi de f faire fen-,
noitre au fu('tit Sieur Hlli. avant la in Cd Juill t prochin,
tn ?s auquel fon dernier term icherra,
i M1'" is Amateurs dce belles & bor.nes pcinturres., inf
que de liwtrawure, f.nt psie, de tenil voir le rm;gfr dta
S.cur lP-crcer dans la rue Traverfi:re, maifon de Mt
Afle'iCs, nturnro 22 on y trouvera de fuperbes morceaux
cidliques de galere & de cabi;.et, exicutes par les n meit
leuts Piinutie des icCks remains, v iioiitn.c, ftar,;Is


"I'


~_____ --~- m W--


/








S64
& flmandes, don't 11 a fait 1'acqulA" ton dans differens
voyages en Italic & en Alltmagne.
i Le Sieur Ld Lafeff, etant oblige de fair un voyage
pour la Louifine, prevent le Public de s'adreffer en ton
absence au Sieur J. L' Laoauge, Affocie te fa maifon de
Commerce, fous la raifon de B, Lafo e, Lapaute &
C'ompagnie.
t Le Sieur Maquercle prevent que [on intention 1ft
ique 'on ne faffe aucun credit a fon Epoufe, & que les
dettes qu'elle contratera perfonnellement front payees par
tlle, n'entendar.t en payer aucune.
MN Lalaile Saint- Vilor a l'honneur de prevenir It Public
uQ'il vrunt d'atrc nommrn Procureur en titre aux Cayes, i
la place de Me Martin Bellefond; ii lui ofre fes services
& redoublera de ztle pour meriter fa confiance; ii fe
chargers audi de la parties des recouvremens, & promet
la plus grande exactitude a ceux qui voudront bien s'adreffer
i lui pour cette parties.
I En vertu de sentences confirmies par Arrct du 18
Novembre i787 & 26 Mai dernier, & encore en vertu
d'Ar.rt du 8 Janvier 1789, il fera ce Mardi que l'on
comptera 3 Mars prochain, & a la requete de la Dcmoi-
fele MArtin, mineure emancipbe par marriage, proc&dante
fous i'autorit, de M. Trigan, proced6 i l'adjudication defi-
nitive d'une maifon fife en cette ville, rue des Miracles,
aux charges, claufes & conditions infirees dans la carte-
bannie, dipofte au Greffe de ce Siege.
Le Sieur Corbel de Kret, Negociant, donne avis qu'ayant
diffous fa fbci&' avec le Sieur Lebourdais, le 29 Novembre
dernier ; il refte feul charge de la liquidation fous ion feul
no m; ii prie ceux a qui ii eft ddu par fa ci-devant focite',
fous la raifon Corbel &6 Lebourdais, de s'adreffer diredement
p lui pour leur payment, & les debiteurs de ladite fociete
d'avoir i payec en fes mains le plutbt pofible, pour le
mettre a memne de faire honneur aux engagemens d'icelle;
il prurient aui i qu'il continue la meme maifon de com-
merce a Jirnmie, fous fa feule raifon & pour Ton compete
particulier, & a l'horneur d'offiir fes services aux perfonnes
qui voudront bien l'honorer de leur confiance.
i A la requete du Sieur Dufour, tuteur de la Demoib
fell Vaudry, ii fera proceed le 28 de ce mois, a la barre
du Siege de Jrenmie, a l'adjudication pour fept ans d'une
babiration fife la Seringue, paroiffe du Cap-Dame-Marie,
fur laquelle font environ cent vingt mille cafiers en rapport,
quatre vingt cinq tetes de Negres & les batimens nceffaires
a l'eploitation. On peut prendre connoiflance de la carte-
)bannie en V'etude de MN Dion, Procureur a Jiremie.
$tazt des Negres ipavws qui doivent etre vendus a la Barre du
Siige Royal du Port-au-Prince, It Mardi 3 Mars i78 9.
Du it Novembre, Bernard, Aouffa, 6tampe VIGNOL,
;k de 17 ans, taille de 4 pieds to pouces, ayant des
marques de fon pays fur la figure, fe difant appartenir a
&I. Duroche' a la Croix-des-Souquots.
Do i y. Tlaffaint, Nago, tamp BERTRAND, au-def-
fou3 ST. M ,*g de 24 ans, taille e 5 pieds i pouce,
ayant des marques de fon pays fur le vifage, fe difant
appartenir a la nommIre Pilaie, N. L 'a Mirebalais.
;. Jean-Louis, Congo, 4tamp MO _NTEIL, ag de 24 ans,
tal!e de 5 pieds t pouce, rarmne. de l'efpagnol, fe difant
piaQCtfir a'a norami Beenin M. L. L Jacmel
Do 19, Cof', Arada, etamhe illifiblement fur le fein
ioir, age de 30 ans, taille de pieds 4 pouces, fe d;fAint
a;?.rt: la vuve Maurice N. L. a Nipeso
.1,9":9o r ; orv ,~ H e


I
Da 1i De cembre. laklaue; Cong6, &timp fur le efit
gauche F. GERAC, ag6 de 19 ans, taille de 5 pieds, 14
dilant appartenir i M. Jambon, Habitant a Leogaue.

tat des N$gres e'paves qui doivent gtre vendus J la Barre da
Siege Royal du Port-au-Prince, It Samedi 7 Avril 1789.

Du t D&embre. Bernard, Creole, fans etampe appa
rente, ag6 de 2o ans, taille de 5 pieds i pouces, joli de
figure, to difant appartenir au Sieur Karans, Charpentiw
a Jer6mie.
Du 12. Jean-Picrre, Ibo, etamp GRE. MONNET, o4
MORNET, au-deffous, P. PRINCE, age de z4 ans, taille
de 5 pieds, ne pouvant dire le nom de ion maitre.
Du 29. Laroche, Bambara, itampe MOLLET, au-deffous
ST. MARC, agi de 30 ans, taille de 5 pieds 6 pouces,
ayant des marques de fon pays fur la figure, fe difant
appartenir M. Mollet, a Saint-Marc.
Du 30. Francois, Aouffa, etampi LB ou LR, ag& de
11 ans, tale de 4 pieds x1 pouces, ayant des marques de
fon pays fur la figure, rarenn de l'efpagnol, fe difant appar-
tenir au nomm6 Paul, Habitant a la Colline de Mirebalais.
Du 2 Janvier. Un N.Igre nouveau, Canga, etampe,
autant qu'on a pu le diftinguer, M. LEDOUX, agd de
19 ans, taiill de 1 pieds i pouce, ne pouvant dire foa
nom ni celui de fon m&itre.

D S P A a r r.

3 Le Sieur Benoit, Horloger a Saint-Mare, fe difpof I
partir inceffamment pour France.
3 ""' de Raymond, veuve Brodie, part pour France; elle
prie les perfonnes a qui elle doit, de fe prifenter chez elle,
ou chez M" Meynardie, Piccard & Compagnie, Negocians
au Port-au-Prince.
3 M. Andrd Lomenie, Habitant aux a2radaires part
pour France; il laiffe le Sieur Montinard charge de fa
procuration.
3 Le Sieur Traquet, Orfivre, part pour France, an
mois de Mars prochain, declare ne rien dtvoir.
3 Le Sieur Piatet, ci-devant Marchand Chapelier, I
Saint-Marc, part pour France & declare ne rien devoir;
il price les perfonnes qui lui doivent de vouloir bien le
payer de fuite, pour lui iviter les voles de rigueur aux-
quelles il feroit force d'avoir recours, fa mauvaife fanru
ne lui permettant plus de differ fon depart.
3 Me"' veuve Efcot, Marchande, rue des Frontsforts,
fe difpofe a partir pour France, au mois d'Avril pro..
chain, pour caufe de maladie; elle vendra (on fond de
magafin bien afforti en marchandifes seches, verrerie &
fiance; elle vendra le tout en gros ou en parties, & faci.
litera iVacquereur.
3 M. Beret fils, Habitant a Cavaillon part pour Franae
dans le courant de ce mois.
3 M* Roche de la Foret, Avocat en ParlemSnt, depuis
huit mois a 1'Anfe-a-Veau, part pour France & declare
ne rien devoir; il emmn.:e avre lui sM. Roche de Monbellair
fils, fon neveu, "ags de 7 ans.
3 Les deux Enfans de M. Lale, parent inceffammew
pour France.
3 M. Jofelle, r fidact aux Cayes, p3-t pour France ex
Fevriier, ou Mars prochain, & dEclaie ne rien devoir.
3 M' DubujJon, Avocat an Confeil fupirieur de Saint-
Domingue, fQ difpofe a partir pyLtr France, par cong8


vuti
door

gufli

s'ant
pour

diiT T

Roys
,t


faim

Mfrc
dibit
proci

Petit
Fran
a

I le p
Ia
I



part
fonn
l qt
Is

enfa
Fran

II
a
Goa


mal;
an
fant





eo,
"' t
al ,



h bor
cot
L.


-

pb
l fu





*ri


';l~i~---Fp-Xr-----p-;_ ~~_ ~_~~_~~__ ~_i_ ~ _~__ ~~_~___


II,


iii








_ Aoi, d'Avril prochain; a 1 fndre plufieuri efclaves
0it~liques, cuiJniers, poftillon, perruquier pour hommes
&.pour femmes, couturieres, blanchiffeufes; de fargen-
tn e en tr s-bon atat, de la porcelaine, de la fiance
& dcs meubles; une voiture & des chevaux: it vendra
Iufi la maifon qu'il occupe, rues Dauphine & d'Aunis.
M. Dubois ain, Habitant aux Plattons, & demeu-
tant ordinairement au Petit-Goave, part pour France,
pour cau(m de maladies.
S Le S' Chanfin, partant pour France dans le courant
due ois de Mars prochain, declare ne rien devoir: ii va
s'npibarquer au Cap. L'on trouvera toujours a l'lmprimerie
Royale du Port au- Prince, ainfi qu'a celle du Cap, des
p.sd de Con onguent vert, fi renomm6 pour les ulceres,
Omme les plus opiniatres : les autres bureaux itablis chez
M'g les Dire&e.urs des Poftes aux Lettres, comme a Saint-
Marc, a Leogane, a l'Arcahaye, continueront auffi de
d6biter ofn onguent le S' Chanjon laiffe pour cet effet, fa
procuration au Sieur Sallefranque, Libraire, chez M. Bourdon.
t Le Sieur Ddguilhen, Maitre-es-arts & en chirurgie au
Petit-Goave, fe propofe de partir inceffamment pour
France; il prie done initamment fes D biteurs de le payer.
SMi. Argand aine, rkfidant au Fond, part pour France
& declare ne rien devoir; il prie ceux qui lui doivent de
1e payer.
a M. T. Rcboui a lhonneur de prevenir le Public qu'il
part pour France pour caufe de maladie; il prie les per-
fonnes qui lui doivent de le folder inceflamment, & celles
i quiil peut devoir de venir recevoir leur payment.
2 Le Sieur Jean-Pierre Viallt, Habitant au Petit-Goave,
declare que fa Belle-mere, fon Epoufe & deux de fes
enfans don't le plus 'ag n'a que cinq ans, parent pour
France, & qu'elles ne doivent rien en csette Colonie.
a M. le Chevalier de Borel, part pour France, & declare
te rien devoir.
a M. Burgul, Fermler de 'habitation Taufin, au Grand-
Goave, part inceffamment pour France, pour caufe de
maladie.
i Le Sieur Befede, Tonnelier en cette ville, fe difpo-
Tant i partir pour France, au mois de Mai prochain,
pour caufe de maladie, vendra ou affermera fon fonds de
boutique, fix Negres & un Mulaire. S'adreffer audit Sieur
tqu prendra des arrangements convenables. Sa demeure eft
rat Sainte-Claire, maifon de M. Ragnos, au Port-au-Prince.
t le Sieur Audebert, Horloger, part pour France, pour
taufe de maladie; il cidera fon fonds & fon bail a un
Horloger, de priferance a tout autre.
2 M. Guyermo, Receveur des droits d'un pour cent, en
tte ville, fe difpofant a partir pour France, au printemps
ochaim, a a vendre une june & jolie Negreffe, Creole,
%a bon perruquier pour home, & rautre cuifinier tous
Rons fujets; divers meubles confiftans en glaces, fecr&taire,
commode d'acajou, les deffus en marbre, tables, armoires,
hbreau, argenterie & autres articles; un cabriolet anglois
l? tres-bon etat, avec les harnois pour trois chevaux; un
.perbe optique en forme de fall de SpeBacle, garni de
Slampes, & d'environ foixante tableaux ou changemens
e perfpeaive. I1 fera bonne composition de ces differens
bj ~es pour du comptant.
SM. Feffard part pour France, pour caufe de maladie,
Sliffe Sieur Ltfevre, fon affociT, charge de fes affairs;
&n part ne caufeta aucon changement a leur mailon de
Vlomerce,


/'Y


A M. Ndre 'e la Blanchardlere, demeurant en plane;
depuis quelquu temps dans la Colonie, fe propose de partir
pour France.
2 M. Trigant Baumont, rkfidant aux Cayes, part pour
Fsance au printemps prochain, & d clare ne rien devoir:
il prie fes dcbiteurs de vouloir bien le folder.
x Le Sieur Marchis, ci-devant Capitaine du navire le
Jean-Marie, de Nantes, & reft e'a la fuite des recouvre-
mens de ce navire, fe difpofe a partir pour France, au mois
de Mars prochain; it price les debiteurs a la cargaifon dudit
navire, d'avoir la bont6 de le folder inceflamment, pour lui
kvizer le defagrement de les y contraindra par les voices
da droit, comme les perfonnes a qui ii peut devoir, de
fe prefenter pour recevoir leur payment; il vendra na
Negre bon tonnelier; une Negreffe fervante; deux che-
vaux d'allure, & un bon mulet. S'adreffer audit Sieur aux
Cayes.
i Le Sieur Bri(ard Durocq, rtfidanta Jacmel, part pour
France.
i Le Sieur Jean Gagnon Ouvrier travaillant an plaine
part pour France & declare ne rien devoir.
i Le Sieur Dugay, Nigociant, part pour France, &
prevent les perfonnes qui pouroisnt avoir quelques affairs
envers lui, de s'adreffer chez M" Camfrancq, Thizna :
Compagnie.
I M. Blaife Lafis, Habitant a JYrimie, quarter de Is
Grande-Anfe, fe difpofe a partir pour France par la pre-
minie occasion, pour raifon de maladie.
I Le Sieur Jacques Lafont, part .our France dans le
courant de Mars prochain & declare ne rien devoir.
I M. Chauvt, Habitant au Fond-Arabia, dependance
du Petit-Goave, part pour France.
I M. Sarrus, Nigociant i Saint-Marc, voulant pardri
pour France, pour des affaires indifpenfables, prie ceux
a qui il doit, de venir recevoir leur payment, & ceux qui
lui doivent de le folder inceffamment, pour lui Aviter 1e
defagrement de les y contraiodre.
I Le Sieur Rivaux fe propofant de partir pour France
au printemps prochain, prie les perfonnes a qui ii
peut devoir, de fe prfeinter pour recevoir leur paye-
ment, & ceux qui lui doivent, de le folder inceffam-
ment pour lui eviter le defagrement de les y contraindre
par les voices de droit; ii vendra ou afifrmera fept Nigres
Charpentiers de moulin. S'adreffer audit Sieur a la Croixr
des-Bouquets, qui en fera bonne competition moyennant
du comptant.
i Le Sieur Antoine Cochain, Matre Menuifier, demeu-
rant rue Sainte-Claire, an Port-au-Prince, declare pzrtir
pour France, dans le courant de Mars prochain, & pria
les perfor.nes a qui it doi, de fe pr6fentcr pour recevoir
leur payment, & ceux qui lui doivent, de le folder incef-
famment pour lui eviter le d&fagrmment d'ufer des voies
de rigueur; ledit Sieur vendra plufieurs meubles s cutils
de fon tat, ainfi que quatre Negres Menuifiers don't ur
perruquier, deux masons & calfars, une Ntgreffe, coutu-
riere & bIlnchiffeufe. It fera bonne composition du tout
pour du comptant.
i Le Sieur Cceurderoi, Habitant pres cette ville, part
pour Frarce & laiffe fa procuration a la Dzme fon Opcufea
I Le Sieur Jean-Paul Arnaud, Capitaine de navire,
grant la cargaifon du Confiantin, de M'rfeille, Capitaine
Martin part pour France fur lzdit navire, du 15 au 2o
Mars prochain; ii prie les debiteu:s a cette cargaiion, ainfi
qu'a celle de la Fourmti, Capitaine Meerk, de le folder inceI


~.,,
I~s~lP~t~t~E~k~










am-.ean; afin de lul vieer le diegr~Iment dI'ufr des
voies de droit.
i Le Sieur Jofeph Lieutard, Officier de navire, part pour
France fur le navite le Conflantin de Marfeille Capi-
taiae MarIP n.


Rivfxtor A DOMAIM rxI


Dv Ro ;


3 En vertu d'ordonnance de MM. les Alminiftlateurs, en
date du o1 Janvier dernier le Sieur Thiodore Goujaud,
dem2urant au Port-au-Prince, pourfuit en reunion un ter-
rain de mille pas cars, fitue dans les doubles montrgnes
fud, au quarter du CGu de-Sac, au lieu dit le Trou-Coucou,
dependance & paroiffe de la Croix-des-Bouquets, borne a
I'eft du Sieur Gu;Nlaume Boyer, au nord du Sieur L. Saint
Marc, au fud & a I'oueft de tcrres non concedes. Ledit
terrain a ete conc&ed au Sieur Joubert en 1770.
3 En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiffrateurs,
du to Janvier 1789, M. Mercier pourfuit en reunion un
terrain pour culture, fitue darts les hauteurs du quarter du
Grand-Goave, de mille pas de long fur huit cents de
large, borne au nord du feu Sieur Lefourneau, au fud du
Sieur A ,:E Jad, a 'eft du corail des Religieux de i'hobital,
& o I.~ef~ de terres non concedees. Ledi terrain a et
concdP ~ M., Ddcofois, le to Fevrizr 1739, qui ne i'a
pas tabli.
3 En vertu d'ordonnance de MM. les General & Inten-
dant, en date du 14 Janvier 1789, le Sieur Jean-InJac
Brard Laprevotiere pourfuit en reunion un terrain de mille
pas en carre, fitu au Trou-a-Bete, dependance du Fond,
parciffe des Cayes, borne anu nrd de Jofiph Decodt 1'efpace
de mi!le pas, chazflnt au fud pour larger, mille pas
pour hauteur, les autres cbtes terres non conc6dees, fuivant
le cerificat de M. Dubufquet, Arpenteur, du 6 FCvrier 1771.
Ce terrain a ete concede par MM. Nolivos & Bongars, le
1i Mars 1771, pour hatte & corail, la Demoifeile Anne
VRoprat, qui ne l'a jamais etabli.
3 En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiftrateurs,
en dare du 17 du mois dernier, Guillaume Baye, maitre
rnaqon aux Matheux, pourfuit en reunion au domraine de
Sa M:-'jefl un terrain pour culture, de mille pas carries ouc
la valeur, fitue dans les hauteurs des monragnes de l'Ari-
bonite, paroiffe de Norre-Dame-dss-Verettes. borne au
fud du Sieur Julien uBuqurt, a I'oueft du Sieur Trcvalde la
Rented, au nord & a l'eft de terres non conc'd-es. Ledit
terrain a ete concede, le 8 Fevrier 1770, au Sieur Jean
'cI:rmley, qui ne i'a pas 6,abli.
3 Ea vertu d'ordonnance de dM. les Adminifirateurs,
en date diu 17 Janvier 1789, M, LPfuge jeune Greller-
commis du Siege de Jerim.ie, ourfuit en reunion un ter-
itin fitue au canton de la Nouveile-Plymcuth, parcoiff de
Saint-Louis de JCermie, q-art.er ce ,a Gra e-Anie, de
la c-?nt-:nnce de dc;,e cf'-5' pas carr;s reuits, borne a
i'ouefi d'un ,e Trat de n--a : p r. le eChev lier J-e icuchriat
chaant0 a i'eft d'aun~e co e borne au fud du terrain accor
au Sieur Larabv e chif'iat au rord pour fa bale ou Ihau-
teur, fuiv;ni le certificate de M. N DclM.nor, Aqre-nteur du
Rol, du 20 Nrvembre 1776; lo icqu terrain conceiCd au
Sieur Jea.-sp,.'' Chevalicr Du.m-cyrat, le 30 Juin 1777,
n'a i mris e~e e:ali..
z EL vertu d'or.;.n-.;a e de M', ics A'.minifriateurs,
du 3' D.cembre d,'nier, & fur la dtnoni.i'.ion du Si-iur
Nogarzt, id a e ouldrir.re qu'a la rcqu''te de M. le Procu-
Set.- du Roi ii fAroit p.urfivi en reunion deux ertinall
de quuiz.: cents pas en carrd chacuan, fiue au ca don dt:


Plymouth, depencance de Saint-Louis de Jr&mle, concidh
pour hatte & corail, les it Mai 1772 & 26 Mars 1777
le premier aux Sieur Tonniller cadet & CaillCau, bornes en
r.iv.nt pied I la jonfion de la r/ivire Gobelet avec ctlle
des Rofeaux, chailant d'Amont ladite riviere Gobelet pour
fa bafe & pour fa hauteur, d"ar;ornt ladite riviere des
Rofeaux ; le second au Sieur Raymond CalpdvillU, born
au nord de la riviere des Rofeaux, faifant le fud d'un
terrain accorde a M.. Delory, Sieur de &tawuchlmp, j' fes
droits, chaffant au fud d'autres c5oes, borne l'oueft d'un
terrain au Sieur Trebuchet, ayant cau(e du Sieur Tonneillr,
chaffAnt a 1'cft d'amont, la riviere o.ur la bale ou hauteur,
2 En vertu d'ordonnance de I:.'l. les Gen&ral & Intendant,
le Sieur de LabrQffe pourfuit en reunion un terrain, a la
requete de M. le Procureur du Roi, au nom de Dermoi-
felle Agath~-Hi.ne St de Louis-Paul de Labrqfe fes enfas,
don't la conceffion avoit et accordee au Sieur Bede'u, qui
ne I'a point etabli. Ledit terrain pour cul-ure, contenant
mille pas carries, fitu au canton de la Ravine-a-Sable,
dpen-%:nce de la Riviere-Froide, quarrier de Jerenie,
borne d'un cote du Sieur Jean G.uyon, d'autre cote par le
rivage gauche de la riviere a Sab e, & ausres coits terres
non conc" .-cs fuivant le certificate du Sieur Dutrevilk
Arpenteur du Roi, du 22 D.cembre 1771.
2 En vertu d'ordonnance de M:M. les General & Inten
danm, en date du 21 Janvier 1789, le S' EDlvard, rt..Lrt
aux Grands-Bois, pourfuit en reunion un terrain de la
countenance de douze cents p1.s cards ou ~ia va!eur, fitu
dans les montagnes qui f6parent le quarter du Cui-de-Sac
de ceui de Mir-balais, lieu dir la MarAe-Juge, borne a
I'eft de la monragne de la Gafcogne, au ftId au Palmifte-
a-Dieu, a i'oueft & au nord de terres non conc6e:ees; edit
terrain a cte concid& le io Janvier 1743 au Sieur Chibasp
qui ne P'a point etabii.
2 Le nommr Jean-Pierre Virgille, .. demeurant a la
Colline-a-Mangon, quarter d'Acquin, a Phonreur d'irfor-
mer le Public, que, fur fa dnociaiion & en vertu d'or-
donnancdede MMi. les General & Ir, er.ant, en date du
27 Dtacmbre 1788, M. le Procureur du Roi de la Sene-
chaui,6e de Sairn-Louis, fera les pourfuires nc&effiires pour
la reunion au domaine du Roi, d'un terrain de mille pas,
fitue au quarter d'Aquin, & dont la conceffirn avoit et.
accordee en 1734, a la Demoifelle la Bc;ffere, veuve
de feu Sieur Dabon aujourd'hui epoule du Sieur Bal)t,
bore au fud du nomme Chatellie cadLt M. L. 'eft de la
riviere au Moine, au nord du Sieur Duchefne, aux droits
du Sieur Simon, & l'aoueft de la riviere Rouge; lequel
terrain a eti abandcnne depuis long-temps, n'y ayant
aucune efpece d'etabliffement.
D E M A N D v S.
3 Un partculier cor.oiffant la culture des cafs & a7rn"
environ r ne trentaine de Negres fais a cette culture, dd"e-
reroai fire une focai.e avec uiqu'qun qui feroit f'ji.':r
ou proni"etaire d'une belle & bonne caf'icre qui feroit dCji
en rapport & faifant environ vingt milliers (;e cafe. II ne
f'eri-1deP pas a enter dans la pr oriete de la terre, mais
ii voudroit en avoir la geftion [ni'lant la fociete, & fe
chargeroir mnede de fire, avec fes Negres, tous les etablif-
fenmens convenables, connoiffant cette parties. S'adrefler a
Mr" J. sjrbe, Layrac 6" Compagnie, Negocians au Port-
au-Prince
3 La Dmrne eveue Bsoulga C. .' tn;i, tenrn* boulan-
genie bien monte au Pt;it-Goave, & ui magalfii de me


*lr~ --~'TTC--r~lj -~-*-~m i-: -. -. ---.- 4\- 1.- ....


L~ ~II1---- ---~II-~----~---


il-~l Il~rr_-C~UC








t
er, a la fatisfaclon de ceder le tout au Sieur Drourn,
parent de ion affocie, qui arrive expres de France; ii a
d' l'experience dans le commerce, mais celui de cette
Colonie en differe beaucoup: en conf6quence, fi un june
home de bonnes mocurs, & ayant des connoiffances dans
le commerce colonial, quoique fans foutien, defire profiter
de cette occafion de s'avancer, il peut fe prefenter; ii aura
des appointemens fort honnetes, & luivant fes talens & fa
Ipputation on lui donnera un interet dans les affairs.
a On a le plus grand interet de connotre un M. de
Geflas, ag d'environ o8 ans pafTf a Saint-Domingue
depuis long -temps & qui a habith dans le quarter des
Gonaives : on a des paquets & des kltres les plus int"-
reffantes a lui remettre. On prie les perfonnes qui pourront
donner quelques 'clairtiffernens fur ledit Sieur de Geflas,
de vouloir bien les adreffer a M. Vandervccke, Negociant
a Saint-Marc.
On defireroit favor des nouvelles du Sieur Muty jadis
Tonnelier en cette ville, occupant en Fevrier & Mars 1786
un des magafin de M. Mefplds. Ea donner avis au Sieur
Quartier Maitre Tonnelier, au .Port-au-Prince.
i Un Particulier, proprieraire d'environ cent cinquante
carreaux de terre, a la montage du Grand Goave,
Sdfireroit trouver quelqu'un vouqiroit fe charger
de fire cet 6tabliffement, quacrt a la culture feulement.
Le Proprietaire fe chargers de tout ce qui fera neceffaire
quant aux batimens; it fournira de ving,-cinq a trente
Negres, & s'il pouvoit trouver que.qu'un qui en eut une
pareille quantity ou i peu-pres, il formeroit une fociete
avec des conditions avantageufes. Le chemin eft fait. S'adref-
Sfer a M' Charmat de Vilicneuve, Notaire & Subftitut, au
Petit-Goave.
i Un Habitant qui a quatre-vingt mille pieds de caf6
en terre majeure, parties en rapport, defireroit trouver un
affocie qui eut des moyens. S'adreffer a M" Gerin & Evrard,
Negocians en cette ville.
1 On defireroit trouver quatre Negres a affermer pour
deux ans. S'adreffer a l'imprimerie Royale de cttre ville.


E F FE T


V O L E.


2 I a 6te volI ii y a environ un mois, dans la mai(on
de M" Davenne & Compagnie a Ltogane une fuperbe
rofette de diamans brillans, ayant un tres-beau milieu, du
poids de fix grains environ, huit pierres formant 1'entou-
age, monies a l'antique I'anneau a et6 coup &
reffoud6. M" les Orfevres Bijoutiers, Joailliers &
autres, a qui elle pourroit etre prefentee, font pries de
aire arreter celui qui la leur prefentera & d'en donner avis
SM. Davenne, ou a fon epoufe a qui elle appartient; il
Y aura deux portugaifes de r6compenfe.

NA r I R I S N N C H RX O I M r.

3 Le navire l'lmeraide de Bordeaux Capitaine,
lndiet, du port de 450 tonneaux, connu pour un
trs-bon navire, partira pour ledit lieu du ie au to Mars
prochain. Ceux qui de~ireront y pafflr ou charger a fret,
aIdrefferont au Sieur Petiteau grant la cargaifon dudit
navire, en fon magafin rue des Capitaines, on rue Sainte-
Caire, maifon du Sieur Robin; il previent atfli M" les
Habitans & N gxcians, qu'il vient de recevoir par le d"
B avie Bordelois arrive, deux cents barrils de belle farine
e Tonneins, & vingt tonneaux de vin dt Margaux, de


-. -- ^


S67 ]


I


_I__ ~_ __ ~I __ _ _1__1


178 qu'il vendra a bon prir moyennant du comptant:
L[edit Sieur Petiteau, prie les debiteurs a la premiere cargai-
fon dudit navire 1'8meraude, de vouloir le folder inceflamn
ment, afin de lui eviter le defagr6ment de les y contraindre
par les voies de droit.
2 Le navire la Ducheffe-de-Cofi', de Bordeaux, Capit.
Decoud, partira pour ledit lieu dans le courant de Mars
prochain. Ceux qui voudront y paffer ou charger 'a fret,
s'adrefferont audit Capitaine, dans les magafins de M. flon,
rue Sainte-Claire, en cette ville.
i Le navire la Ketty du port de 600 tonneaux, Capi-
taine Dubifcq partira pour Bordeaux le 5 Mars prefix.
Ceux qui voudront y patler ou charger fret, s'adrefferorit
audit Capitaine dans fon magafin rue de Retraite.
i Le navire 'Ocian, de Bordeaux, Capitame 'vcrc,-w o;
du port de 400 tonneaux, fin voilier, tout neuf & tres-
commode pour les paffagers partira pour Bordeaux dans
le courant de Mars prochain. Ceux qui voudront y paler
ou charger a fret pourront s'adreffer au Capitaine dans
fon again, rue des C3pitaines, ou a MN. Galb.,d, Confi-
gra-aire dudit navire qui a des chaudieres a fucre & des
grilles a vendre.
i Le navire A.4mique, du Havre, Capitaine Chappey
du Longprd, du port de trois cents cinquante tonneaux ,
partira fans faue a la fin de Mars prochain pour ledit lieu.
Ce navire eft a fon premier voyage, connu pour un
excellent voilier & trr~s-commode pour les palTagers.
Ceux qui voudront y pafTer ou charger a fret s'adrefferont
audit Capitaine en fca m:gifin, fur le quai, maifon de
M. Lerembourg, Nigociant.
i Le navire la Sociit:, Capitaine Wex, partira pour
Nantes, le 1" Mars prochain fixe; le Capitaine ayant pris
des engagemens pour partir a cette poque. II prendra
encore a fret quelques barriques de fucre, du cafi, coton
& indigo, ainfi que des PaTfagers. S'adreffer audit Capitaine,
ou a M" Olivier & Compagnie, Ntgocians au Port-au-
Prince.
Le navire le Prudent, de Nantes, Capitaine Dauy, tres-
commode pour M" les Paffagers, ayant vingt quatre
chambres fermantes a clef, fans communication entr'elles,
partira pour ledit lieu du 2o au z5 du courant. Ceux ou
celles qui voudront y paffer ou charger i fret indigo, cafe,
cotton ou autres denrees coloniales, s'adrefferont audit Capi-
taine en fon magafin, rue Sainte-Ciaire, vis-i-vis la mai-
fon de M" Corvoi r & Benoiji.

A V N D a E.

2 Une NtgretFe Creole, bonne blanchiffeufe, repaffeufe;
exc!llente couturiere, & propre a tenir une cafe. S'adreffer
a MW Vauffilin, Notaire, rue Dauphine.
2 Un Negre de nation fenegaloife, age de quatorze '
a quinze ans, Perruquier pour hommes & pour femmes.
S'dreffer l'Imprimerie royale de cette ville.
Trente carreaux de terre, fur lefquels il y a environ
douzs mille cafiers, des vivres de toutes efpeces, uns
grande cafe, deux cafes Negres & un magafin, une
source qui fe rend aupres de la grande cafe : on y joindra
fix Negres faits au pays depuis trois ans, deux animaux
de charge & tcus les ulWhnfiles niceffaires ; le tout moyen-
nant une parties comptant, le refte payable dans un an ou
deux. S'adreffer au Sieur Melliere, maitre Menuifier en cette
ville, qui indiquera le vendeur, & donnera tous les rent
feignemens niceffaires.




-- ~-" --- -C;---.l -~~--_~~Lrl --------_- ~l ---_-.... -- -- -~


r 68 1


Une habitation fife aux Orangers de Baynet, a trois
lieues & demie du Bourg, chemin plat, d'une exploitation
facile, contenant cinquante carreaux de terre propre a la
culture du cafe & du cotton, fur laquelle il y a des vivres
pour vingt-cinq Negres, trois a quatre mille cafiers de
diff&rens ages & autant de cotonriers, une grande cafe,
caifina, poalailler, &c. On pourra y joindre cinq atets
d. Negres faits au pays, ou mmne plus. S'adrefler a M*
fiontgous, Notaire a Jacmel, qui donnera de plus amples,
eclairciffemens.
i Un bon Negre, Tailleur, a vendre au comptant.
S'adreffer i M" Trottler & Michateau, qui continuent..de
vendre des moulins a mais, moulins a vaner le cafe, &
tous 1lo .t;l c neceffaires a M'" les Habitans.
i Une N6greffe bonne blanchiffeufe, couturiere & cuifi-
adire. S'adreffer a M' MAartineau & Compagnie, qui en front
bonnie compofition.
i O;ze belles cafes a Negres, a vendre chez M. Bouti-
gues, Negociant en cette ville.
i Fran;ois Doug', Habi:ant a Jacmel, announce qu'il
eft toujours dans l'intention de vendre fon habitation
dce la Goffeline, tablie en cafe, rapportant un revenue
;atuel de vingt a vingt-cinq milliers de caf6, & fufceptible
de beaucoup d'augmentations fur les memes cafiers, ainfi
qu'il eft annonc6 dans les Affiches du i2 Septembre, t &
9 Oftobre dernier, avec ks batimens tant pour logement,
que pour l'exploitation des revenues; des vivres de routes
tfpeces, favane & de l'eau fort a proximity, que l'on peut
mntme conduire avec facility dans des baflins, pour l'utilit6
de la culture. Ladite habitation, dans une position fort
agrcable, eif compofie de cent foixante carreaux de tres-
bonne terre, don't au moins les trcis quarts en bois debout,
difiante de cinq lieues de la ville de Jacmel & d'une lieue
du chemin de cabrouet. On pourra s'adreffer au Port-au-
Prince a Chanlatte ain6 qui fera part des conditions,
& a Jacmel au propri&aire qui eft toujours difpof6 d'en
fire bonne compofition a proportion du comptant, & qui
cffre meme de divifer l'habitation, fi cet arrangement peut
convenir a deux acqusreurs; difirant de vendre afin de
l&urir fes forces fur une mnme habitation.
I Une habitation fife au Fond-la-Botte, quarter de
Jacmel, a trois lieues de la ville, de la contenance de deux
cents carreaux de terre, I'eau par-tout, cinquan:e mille
cafiers rapportans, une treis-belle grande cafe de deux
chambres & quatre cabinets, don't deux fous la galerie &
deux autres dans l'interieur du batiment, un mag;fin a cafe,
un noulin i cafe, fept cafes a Negres, un poulailler &
iin colombier, & g.neralement tout ce qui eft utile dans
lne habitation : ceux qui voudront l'achtter pourront
s'adreffer a MA. Lefpes, Negociant au Port-au-Prince, qui
donnera de plus am-pes renfeignem ns, ou au Sieur
Lamnofery, i qui elle appartient & qui y r6fide.

A E NDR OV A A F F E MER.

Une habitation fitue au quarter de Mirebalals, lieu dit
les Sarrafins, compof6e de foxante-quatre carreaux de terre,
acroffbles, enrourke de haies vives & etablie en indigo,
avec des vivres pour nourrir cent Negres. Les ktabliffemens


font compofas de deur magains couverts en effcntMes,
'un fert do cafe principal, deux colombiers, poulailt
magafins grains, s&cherie, cuifine, cafes a Negres, in
goteries battantes a roues; un autre terrain de vingI.f,
carreaux, distant de ladite habitation do huit cents pas,
bois debout. On vendra le tout a un prix raifonnabh
moyennaut du comptant ou des furetis: on pourra y joi
un Indigotier bon fujet, que l'on donnera ia l'preu
S'adraffer a M. Rattier, proprietaire de ladite habiutal
refidant audit quarter.


*I s c A A r s


SN M ARR No AG


3 Un Negre nouveau, Nago, etamp6 fur le fein dri
GTR, age de t3 ans; part marron Ie 16 Dhcembre
de l'habitation Gauthier, aux Grands-Bois. En donner ra
a M. 1rancois, Procureur de ladite habitation; ou at
Gillet, Gaudin 6' Compagnie, Nigocians rue Sainte-Cki
au Port-au-Prince.
Sophie, Ibo, 6tamp6e NICOLAS, au-deffous A AQUl
agke de 24 a 25 ans; on la foup;onne aux environs
Leogane; parties marronne du Port-au-Prince, Is 19i
mois dernier. En donner avis a M" J. & J. Marc:'
Compagnie, Nigocians en cette ville.
Jean, Congo, etampi fur le fein gauche JLfflOfnGU,
deffous -i3OVIf V, age de 30 ans, taille de 4 pleds:
pouces, ayant des marques de fon pays. On pria les pr
fonnes qui en auront conneiffance d'en donner avisi aM
It Fournier, Chirurgien fur l'habitation de M. Ba-illt,i
Trou-d'eau, paroifle de la Croix-des-Bouquets; il y aui
ricompenfe.
Gucin, anglois, &tamp6 FB. LAGREULET, au-dcdlt
ST. MARC, age de zj ans, taille de 5 pieds, avant .
cicatrice fous la gorge; ce Negre eft Tailleur, & pll
marron avec deux autres Negres de meme nation, qu,
fuppofe s'etre embarqu6s dans un cannot. On prie les pi,
fonnes qui pouroient en avoir connoiffance d'en donner nl
a M" D. & E. Thouron & Coufins, Nkgocians au lPort-
Prince; ou aux Sieurs Colin & Sembrefq, Marchands Tai
leurs a Saint-Marc, a qui ledit Negre appartient.
Lubin, Congo, etampe fur le fein droit PRESOIR,
de 20 a 2 ans, part marron le 25 du mois dernier. EI
donner avis M" Trottier & Compagnie,Negocians en ct
ville.
i Simon & Lafleur, Congos, ktampes EYMA & L
VARDIE, au-deffous PT. PcE. parts marrons le 2
mois dernier. En donner avis M" Eyma, Livardije
Compagnie, Negociant en cette ville.
1 Chareau, Creole, 6tampe CHEVALIER, part rnd
ron le :z Decembre dernier. En donner avis k M. L
valicr, la Roche-a-Bateau, qui payera les frais.


Al v E T


ScGA R


II s'cft fgar 'a Saint-Marc, le 2. du mois dernier, ut
mulet etampe 1L XV, En donner avis a M" Larue 6" LCo
pagnie, N6gocians au Mont-Rou'i; ou a M. l'Hlomn.u,
Habitant a la Coline dudit lieu; ou a M" Laprc" firli
Saint-Marc.


Otvra pErmiffe de MAM. Ls Giniral 6* I nntendan


- -.- ~ ~ ..--..--- -~----- -


a1



fo.
^Iair







'h i
*fl




I31
1'

tl
-he




*|c
Ir
as
'Ini
ti
g
'
1k


wo*grmoa'tumwwmrrnyaTira'alvlinglarg g gFrpWWW1^EwIIBlgmRl llRL AAw r


MM*0


L -








[691
ro~smiaa*-^'g1ki389^'^^^3^^^


NOUVELLES


4w 7(vr V r;ds


i


DIVERSE


2R. 0


DIU


SAME


SVRIER


1789.


)ids du Pain d'un


eicain.


Ai z MAzGN X.


Extrait d'une Latte de Vienne, du 24 Novrmbre.

Q UOIQUE la situation de notre armee dans le
anra ait peu change, quoique les avis de Semim & de
a Tanfilvanie n'annoncent encore aucune amelioration
enfible dans nos affaires, cependant on commence a reve-
ir des terreurs exagerees que l'on avoit concues. Soit que
a fatigue des Troupes Otuomanes, les maladies don't eiles
'airont pas ktk plus exemptes que notre armee, les pluies
bondantes de la fin de Septembre, la prife de Choczim,
qi laiffe les Allis maitres de la Moldavie aient fufpendu
lers etieprifes ; foit que fidelle a fon plan de prudence, le
Gi&ral O;oman ait prefere fa furete aux neuveaux avan-
|tages qui fembloient i'attendre, & qui l'euflent expofl aux
hazards d'une bataille, ii eft certain que le Grand-Vifir ne
fair plus aucun progris. On pretend meme que fi notre
grande armee eft toujours a Lugofch, diff&ens Corps ont
recu ordre de reprendre leurs pofles avanc6s. On travaille
avec ardeur aux.fortifications de Temefwar, don't la gar-
nifon corfifte en neuf bataiilons. Tous les Officiers de juf-
tice &t de police, les employes du Gouvernement, & une
grande parties de femmes & d'enfans ont quitter la ville,
oh le Ftld-Marichal Pcllegreni eft arrive, pour en prendre
le commandement ,,.
c On appreciera la vigoureufe refiftance que les Turcs
ont faite a Novi par le pAliage que voici de la relation du
Matechal de Laudhon.r,.
La plupart des malfons & les fortifications de Novi
SCetant changes en monceaui de ruines, on ne put par-
, venir auffti(t a l artitleie & aux magafins, a caufe des
' dcombres entaff s & du bois pricipit6. On ne tira qu'a-
a vec peine le butin de quelques vaches & chevaux encore
" en vie, de l'entaffement des maifons ecroules. Le Feld-
SMar&chal de Laudhon, en faifant l'infpe&ion de la place,
) ne put comprendre comment une tell foule d'hommes
n & leurs beftiaux avoit pu fubfifter prefqu'enterree fous
a les ruires outes les rues etant remplies de morts, de
) corps bleffis & de cadavrts d'animaux ,,.
On parole beaucoup, dans ce moment, de negotiations
de paix entire la Porte. Oiuorane & les Puirfances belli-
girantes ,,
a Le fiUge d'Oczakof fe pourfuit toujours avec vigueur,
les approaches de la mauvaife faifon doivent engager les
Ruffes a le pircf i: ,. la~s quoi ils pourroient atre forces de
le lever apres avo? perdu du monde, des munitions 6(
Une campaign entire ,.


DANEMARCK.


11 K 1 11


S.


~c~x dYESX


_IC~_~ ~_ 1~-~1~11~ ---- ~-~--- -.


.-"Le Comte de Rhode, Envoy. extraordinaire de Sa Majefl
Pruilrenne, ayant rt u un C(ourtier dtlr.a Cour, a d care
i cElle de Copenhague : c Que le Roi, fon nmitre, s'-toit
flatt6 que les Troupts Danoiles ne ftroient q'unri deinornf-
tration, mais que leur ayant connu des intentions vraiment
hoiiles centre la Suede intentions qui rendentm crafer
celles-ci, & a bouleverfer fa ccnffitution .i.elle, il :jgoit
de I'intert de fes Etats d'arreter leurs operations, en i;ifant
entrer une parties de fon armie dans le Duche de Hoifiein,
fi le Danemarck ne s'engageoit i evacuer fans d lai la
parties de la Suede don't il venoit de s'emparer n.
Le Minifire Danois a repondu i c'tte declaration :
a Que le Roi de Danemarck difavouoit l'enifence d'une
guerre entire lui & le Roi de Suede qui fembloit etre la
bafe de la declaration de Sa Majdfte Pruffienne & que
Sa Majefte Suedoife qui eft inconteftablement la parties
principal, ne laifloit aucun doute a cet regard. Q e Sa
Majefit Danoife defavouoit egalement tout ce qui avoit
pu faire imaginer que fa fidelite & fes trait ne du' etre
qu'une demonstration, & tue fes intentions fiffent hofilies
contre un pays avec lequel elle n'rtoit point en guerre;
qu'elle auroit d partager feulement le bfuhait de la Ruffie,
afin de pouvoir fe procurer une fureti centre les entreprifes
de la part d'un voifin qui par fes demarches trois fois
rep&eees pendant un r gne aufli court avoit jufifi6 la
neceffit d'une idee ficheufe. Que le Roi de Danemarck
attendoit au refte des nouvelles de la Norwige pour
faire une r6ponfe definitive mais que dans tous les cas,
it fe flattoit de trouver en Sa M:ijefte Pruffienne des
m6niagemens qu'il avoit droit d'att n .re d'un Prince auquel
il avoit toujours marquis l'amiti ia la confiance la plus
particuliere ,,
I T A L I E.
U:'e Lettre de Rome porte que les resolutions prifes en
dernier lieu par differences Cours centre divers droits &
prerogatives don't le Saint Sige 6itir en poffeffion depuis
plufieurs fictles, donne lieu a !:eaucoup de travaux & de
mouvemens dans toute la Hierarchie ecclefia'tique. Que les
affembles forn ttes-frbquentes; qu'on expedie couriers fur
couriers, que les brefs fe fuccedent & que nkani-oins
on ne s'appeigoit d'aucun chaugement favorable pour 1
Saint-Siege. Cette Lettre ajoute que la p~us grande defo-
lation eft repandue parmi les Ordres religieux don't Ies
Geniraux fe voient privAs d'une gr:;,ne pirtie de leurs
honneurs & prercgatives. Le General des Dominicains,
dans la feule ville tie Naples toit fuperieur de s cou-
vens d'hommes &. de deux de files de fon crdre. (Cettr
perte eft fans doute iies-confiderahi. Mais ce qui eft plus
ficheux 'eft que csue rit cvoluwoa menace de devenir


CLI----LII- ----- -------- -I -------~--~---- -II ----------~--- -RL-~L ~1IL _


XZ*"




Z .- --- -. .-_-- .- -_.- -- --_ _.l z_ .. ._- ..


univerfelle. On affure mrme que la Cour de Rome a &t
oblige d'expedier en Efpagne un bref de fuppreifon de
tous les Ordres riforms. On prevoit encore de plus grands
depiaifirs pour cette Cour & le bruit eft general qu'on
va rappeller dans le royaume de Naples tous l:s Prelats
qui jouilfent de penfions & benefices eccidiaftiques dans
le Etats de Sa Majefkt Sicilienne.

GRAND I BRETAG NE

Des Courriers arrives du Nord le 17 D'cembre, ont
donned lieu ~ plufieurs Confeils. On pretend que les demar-
chcs du Gouvernement Britannique, combines avec celle
de Berlin, n'cnt d'autre but que de ramener la paix entire
les Puiffances de la Baltique & d'empecher que le Dane-
marck n'abufe des circoniances & de fon titre d'Aili6 de
la Ruffie, pour htendre fon invasion, ainfi que pour dider
a la Suede oes conditions non moins contraires a fes inte-
ret* qu'a ceux de la politique qui dirige les cabinets en ce
moment.
On a fait dernierement fI dimbourg l'6preuve d'un
canon de cuir, qui a tire trois coups, charges a li'preuve,
fans que la piece ait paru avoir eth endommagee.
On eft fur le point d'achever en ccoffT un Aqueduc
pc-'ant un canal de 8 pieds de profondeur, fur lequel on
verra flotter des batimens a plus de 65 pies au deffus
d'une v!ll&e. Ce canal aura 35 miles de longueur ; ii
montera & defcendra de 160, au moyen de 19 eclufes. II
joindra la mer du nord de l'lcoffe celle de l'oueft, que
les btimens caboteurs ne peuvent frequenter fans ce canal,
qu'en faifant un tres-long circuit. Ce travail eft confidere
come une merveillc,
Le grand apparel aftronomique ue l'on kleve a Londres
aux frais du Roi fera inceffamment termin. I1 fervira a
plufieurs experiences qui fe front en prefence de Sa Majdtfl
Britannique. Les principaux objets qu'on fe propofe d'ob-
ferver, font la planere d'Hlerfchdl, & la cornte don't on
attend cette annee le retour.

F R A N C r.

Le Prince Henri de Prufe fous le nom du Comte
l'Oels, eft arrive a Paris le 2 Novembre & a eu le
3r.eme jour une audience particuliere du Roi.
On ecrit de Geneve que M. Tronchin Miniftre de cette
PRepublique aupres du Roi a &te charge par elle de
remettre a M. Necker un dicret des Confails qui lui confere
le ra g & le titre de Confeiller d'honneur de la Republique.
Cette diff(indion, qui lui donne rang & fance a la there
N tous les Confeillcrs, n'a jarnais e.t accordke a qui que
c6 foit dais nt a cta, &, aux~ terme du d-cret, ne pourra
4mais I'etre a perfonne.

Extrait d'iune Lettre de Paris, du 12 Decembre.

, t; On affrre que M. Necker apres d4s recherches &
e gaeditations fcrupulcufes fur la situation des Finances,
pe porre )e d'ifcit qui' 70 ou 80 millions bien entendu
6anroins que dans ce compete on ne comprend point les
4 4iillions de rctmbourfemens an.---'S : & fuivant ce cal.
1l, les apfaires n'i.ant point '. defelperees qu'on l'a rrepco-
'fenk, on rapporte que M. Nlicker a dit a fes amis, a'rcr
pw convi&icn qui d it nous r :ffurer : To't ira bien ,f l'Ton
q( $rna'ndr1 s'1 r~in e de faccrd les 'rpan.ois ne


[ 7c


Extrait des Regift-es du Grffi de 1'Intendance des ilYes Fran;
foifes de CAmerique fous le vent.

MARIE-CHIARLES MARQUIS DU CHILLEAU, &C.
Gouverneur Gen&ral;

ET FRANcOIS BARBER DE MARBOIS, &c. Intendant.

Nous avons par Particle premier de notre Ordonnancei
du 26 D cembre 1788, autorife les Colons de S. Donin-
gue Nous fire connoitre leuts fentimens relativement b
1'admiffion des Deputes de la Colonie aur lats gineraux,
& a Nous adreffer a cet effet des lettres ou requetes qui
ne pourroient 4tre fignces par plus de cinq perfonnes ,
peine d'etre rejeties comme nulles.
L'article deux porte que lefdites lettres ou requt&es contien.
dront en fin de chacune d'icelles lesdermandes ou les fentimens
de ceux qui les auroni fignes~ o foii pour I'admi-iton,
foit pour la non admifion foic enfin pour s'ea rapportef
a Sa Majefti & la fiupplier de fire connoitre fa volontz
Sque chague fgtpaurwe foa fuivie de la mention d$ la plo'(Go,f


m'auront pas alors taift. grades obligations qu'lls ft lim
gineit; paroles qu'd faut efperer que l'evenement jitLii,,
par une iTfue favorable, pui(quc'en eftrt I'harmonie n4'iondi
& i'efprit d'economie font les a,;ux feuis mtoyens qb
peuvent rendre a la France fon luftre & fa fplend:u-. Le
Miniftre des Finances en faifant des vceax pour le pre.
mier, ne neglige point le leconi i.
t M. A'ecker fe propose, dit-on, d'&tablir une Banque
national avec la fan&ion des bItats generaux. L'ufagie atuel
des Particuliers eft de depofer leurs capitaux entire les main
des Notaires, i qui its payment une commiffion pour la pene
de les garder. La Banque national pourroit accorder troil
pour cent i ceux qui y depoferoient leur argent. La caillf
d'e(compte feroit reunie a cet ctabiiffenent, tout I'arg r
du gouvernement y feroit porter, & les payemens dri
rentes, ainfi que les interes des emprunts y feroint
acquittes comme ceux de 1'Angleterre le font par la Banque
de cette Nation. Ce project eit, fans contredit, le moyen
d'aflurer a la France, un credit gal a fes richefles. En
ajoutant cet &tabiiffement central des banques provinciales
qui correfpondroient avec la Capitale, on parviendroit en
peu d'annees ~ decupler les moyens de circulation dansle
Royaume, & a prevenr tous les encombremens qui ont
etc la fuire du iyfieme vicieux qui, jufqu'ici, a mis l',at
dans la dependance des capitaliftes de Paris, qui forment
un corps h.tbrogine a la Nation, qui ne fe trouve nuile
part qu'en France ".
M. le Baron de Bretuil, avoit propofe un prix pour celui
qui imagineroit un moyen facile, autre que celui des pom.,
pes-a-feu, pour lever a une certain hauteur un gros volume
d'eau. Un bas-Officier du Regiment de Chatres, infanterie,
a concouru pour ce prix. 11 a invented un balancier don't le
jeu eft fi facile, qu'un feul homme, de force moyenne,
peut le mettre en movement, en faifant paffer d'une
extremit6 a l'autre un poids confid&rable, qui determine
la hauffe & la baiffe des bras du balancier, & l'effoit de
la pompe applique fa machine, fans i'intervention d'au.
cune matiere combuftible, eleve une mafle d'eau 6gale
clle de la plus grande p.-mpe-a-fu. L'Academie des Scien-
ces doit examiner cette dicouverte & prononcer fur fon
utility.
Du PORT-AU-P RINC E.


I
C
1
*c
C

I






I








[
ilu domicile, de l'habitaton, du genre de culture ou de la
profeffion de celui qui aura figna faute de quoi, fa signature
S ne fera comptee; qu'il fera enfuite former des etats fom-
maires de toutes les signatures fuivant les trois claifes indi-
quees, & qu'il fera loifible a tons les Habitans d. confulter
lefdits etats, ainfi que les pieces a l'appui; 1 l'eff!t de
quoi, le tour, dans la mois de Janvier fera, par Nous,
envoy aux Secretariats des Chambres d'Agriculture pour
y demeurer en depbt, & qu'il fera dans ledit mois flatue,
par Nous, ce qu'au cas appartiendra. En conf6quence de
ces difpofiions Nous avons fait former les etats (ommaires
d'apris lefquels ii paroit qua les Colons qui defirent I'admif-
fion font au nombre de foixante & quinze, que ceux qui
font contraires I'admiffion font au nombre de quarante-
deiux, & qua ceux qui font d'avis de s'en rapporter Sa
Majefie font au nombre de quarante-neuf; ainfi le nombre
de ceux qui ont fait parvenir leurs avis par lettres ou
requires eft de cent foixante-fix; & quand meme ils feroient
tous reunis pour former un voeu common, on ne pourroir
confiderer ce petit nombre d'opinions comme exprimant
cells de toute la Colonie. On pourroit meme prefumer
q(ue dans une matiere, touchant laquelle nous n'avons pu
q'iautorifer les Colons nous fire connoitre leur opinion
fns leur en fire une obligation; tous ceux qui ont garden
le filence, ont exprime de la forte, qu'ils ne defirent point
I'adminfion, & que ctte difpofition eft par confquent celle
S d la grande majority des Colons. Cependant nous ne
prendrons pas fur Nous d'interpreter ce filence, d'autant
qu'on nous a fair connoitre que plufieurs Habitans pro-
prietaires, refidans, foit dans la Colonie foit dans le
Royaume, ont timoignC qu'ils defiroient que la Colonie
fut reprefentee aux btats generaux: ainfi ne pouvant nous
determiner ni par le filence du plus grand nombre, ni par
i'expreflion des voaux des autres dans une former qui les
rend nuls, les signatures n'etant point donnees & verifiles
conformement a notre Ordonnanc,, Nous avons arrete que
nous rendrions compete a Sa MajdUi de nos demarches &
de leur r'fultar. Qien confluence, notre Ordonnance du
s 6 D.cembre dernier, ensemble l'tat fommaire, feroient
adreffes au Minifire du Dcpartement, & qu'il ne feroit
pris aucune mefure ulterieure fur cette matiere, a moins
qu'il ne plAt S Sa Majefte d'en ordonner autrement.
Sara le prefent avis enregiltre aux Greffes de l'Intendance
& de la Subde1lgation, & expeditions d'icelui envoyees
Sau Chambres d'Agriculture du Port-au-Prince & du Cap
pour y eare depofels.
Donne au Port-au-Prince, fous le fceau de nos Armes
& le contre -feing de nos Secretaires, le 3t Janvier 1789.
S;en, DU CHILLEAU, & DE MARSOIS, contre-figni,
lBONHOMME & SIMON.
A 6t6 enregifirt le present avis au Greffe de l'Tntendance.
Au Port-au-Prince, le i" Fevrier 1789. Signed SENTOUT,
Gr Collationn' SENTOUT.
L'ordonnance de MM. les Adminiftrateurs, du 7 Novem-
bre 1787, portant tabliifement d'une maifon de Providence
au Port-au-Prince, a fGg'ment pr:vu par l'article it" de
fai conncitre tous les an% au Pub ic ia situation de cette
fmail(o. A1. Marchimd fils, Adminiftrateur & Tr6forier,
5 s'eir.ffe de publier par les Affiches de la Colonie, le
come qu'iI a rendu au bureau tenant, le ,i dt courant,
es recettes &'. dp-afes dans le courant de I'annee derniere ;
1 defi-e que cette conduite inspire de la confiance & animen


les ames blenfalfantes, pour feconder un
ment. ( Articl envoy ).
R CET E.


Pour une reprtfentation de Comtdie .
Pour que&es de la Semaine faite .
Pour autant requ de M. Praty, GrdFler,
pour produit de divers depots & prices
de convilion, vendus par Ordonnance
de M. le Senechal, ci . .
Pour loyer de la falle' du fpefacle, de
1'annee 1787, remboutfe fur ordon-
nance de M. 1'Intendant par la caiffe
general & celle des libertts, .
ci . . 82831.6f.8.d.
Pour idem de trois quar-
tiers &chus le i OGao-
bre dernier, requs du
Sieur Acquaire, 6oo 1. .
Pour dons faits a la Maifon de Provi-
dence ci . ......


Reprifes reflantes en nature a recevoir,


Quatre Arrets pour amendes contre
divers, ci . . 6ool.
Un Billet fur la ville, provenant
d'une donation . 33o
Un legs par Pexotto . 6co

D E P E N S .
Pour divers regiftres a l'ufage
du bureau, & du cofre fort, ci
6oo001. de la Geole, afftd es au fou-
lagement des pauvres de la pa-
roiile, laifTes i la difpofition
du R. P. Prefet, pour payer
les journes des malades qu'il a
envoys a I'hopital du Roi,
. Mmmoire,
3813 pour 970 journies a 3 1. i8 f.
& j fepultures que j'ai payees
a M. Tie'celin, Diredeur de
l'hopital du Roi, pour les mois
de Juin, Juillet &i Aoft fui-
vans. Requ, ci ........
--0
981 3 1. payes.
7275 pour autant qu'il refte a payer
pour les mois de Septembre,
O&obre,Novembre & Dicem-
bre, ci Memoire.


17088 1.


prompt 6tablinfft


1174 iS



1849 17


6 d
7


6


14283 6 8





225 3 1. 5 f. 3 d4



9500 1.

32013 1. f. 3d


9911. 8 9 d


813 1-

4805 1. 8 f. 9 d.


Em
employc&s donner des fecours
aux pauvres malades envoys a
l'hopiral du Roi dans le courant
de I'annee 1788.
Pour balance des effects ci-
defus refiznts en valeur, ci 90oo
Pour autant qu'il refle en
caile pour foldv dudit compete 7707


16 6


ife~floaw


z 1


3a013 1. jf, 3 do


r




~~--~~~~~~ ---;:~. ~~~


T71 :i


SV A R I P T n S.


Regiflres
& de es
1783.


de l'4Afmbli
Colonies, tenue


Le 19 Otobre audit an, 1'Abbe
Prieur de Vaudeville, a dit:


des Poitts notables du
i Montmartre, au mois


Doucineti de Romenfac,


Si d, fate gliffant du Temple de memoire,
Oh les neuf Sceurs viennent de nous placer,
Vos regards peuvent s'abaiffer
Sur la foule de ceux qu'atrife vote gloire;
Poetes immortels, ne dois-je pas penfer
Que vous admirerez le g6nereux courage
Avec lequel j'ofe enfia denoncer
A cet illufhre areopage,
Les Auteurs, Ridadeurs, Fauteurs & Colporteurs
D'un infipide & dangereux ouvrage,
Qe j'ai plus d'une fois arrof6 de mes pleurs ?

Ma qs, que fals-ja, Meflieurs ? J'oublie que c'eft votre juf-
tice que j'impore; & ma confcience me reprocheroit de
chercher i vous feduire par le charms de ma poifie, ou
le parfum des fleurs de mon eloquence. Sans vouloir abufer
de la permiffion que nous donne M. le Pr6fident de nous
exprimer en profe devant vous, & protefiant d'abjurer
plutbt le bon fens que la rime,

Je vais', quittant le language des Dieur,
Et reprimant mon gout pour le fublime;
Simnplement devoiler a vos fiveres yeux,
Tout l'odieux
Du crime
De nos envieur.
Tant qu'on a vu l'indomptable critique
Ne s'attaquer a nous qu'en combat fingulier;
Chacun'au pied de fon laurier
A combattu. vaincu, fans que la Republique
Fire de poff6der un people de heros,
Craignit qu'on ne troublat (on augufte repos.

Mais aujourd'hul, Meffieurs, ceft au corps enter de la
Literature I~ggre qu'on declare la guerre. Nous ne pouvons
vous le diflimuler, apres avoir mediti le libelle intitule:
Petit Alnaanach de nos grands homes, pour l'anne 1788,
avAc certe epigraphe: Dis ignotis. L'avouerois je, Mef-
fiEurs ? J'ai cru pendant long-temps que les Rsdateurs,
de cet horrible ouvrage n'avoient eu que de bonnes & loua-
b!es intentions. Ils manient avec tant d'art I'arme dangi-
reufe du perfiffage, que j'ai eit mortellement bleflf de leurs
coops, avant d'appercevoir la main perfide qui les portoit;
& c' c eroit fait du plus robufte Auteur des charades &
des bouts-rimes,
Sans deux baifers cueillis fur les levres d'lris.
Inifruit de tout ce que nous avons a redouter de ces
hommes cruels, je conclus a les d&clarer coupables de life-
po. e au premier chef. Ils one form1 le project da donner
on 1789, un second volume: Je penfe, Meflieurs, que nous
AU PORT-AU-PRINCE, D


Extrait des
Roy1umne
d' O iLre


On trouve a l'Imprimerie Royale de cette ville, de
fuperbes gravures a l'encre de la Chine, idem enluminces,
& fagon de paftel, ainfi que des partitions nouveiles dc
mufique, don't on arrangera M" les Amateurs.

E L'IMPRIMERIE ROYALE,


___________________


~R~IL~EW~I II~II 11 I
- ---


devons tous rinoncer a publier, jufqu'a novel ordre, not
oeuvres, lros opufcules, hochets, fan-aifies, preludes, cha.
radies, nvigmes logogryphes, bouts-rimes, ma!.igaux,
chanfons, coupiets, complaints, rondeaux, epijres, eflis
& caprices poetiques, guenilles ou chiffons dramatiques,
&c. &c. &c. En prenant cette geinreufe ilfolution, vous
impoferez filence i ces ennemis declares du bon gd,, &
vous punirez la lachet6 des Journalifies & Rlda&eurs d'al.
manach qui n'ont pas ofl defendre notre gloire outrage.
C'eft vous, Meffieurs, qui foutenez feuls tous les Journaux
de la Capitale, des Provinces & des Colonies, par les
morceaux fublimes que vous faires publier dans ces ouvrages
piriodiques; fi vos porte-feuilles leur font fermes, vous
etes furs de les aneantir.
L'Affemblee ayant donned aae audit Abbe Doucineti de
fa denonciation, & delibrant fur le contenu en icelle, a
areret unanimement, t que les RBda&eurs de l'almanach
donf eft question, font coupables de lefe-poefie au premier
chef, & qu'il eft permis i tous & a chacun des Poetes
legers & mrme fugitifs de la Capitale, des Provinces & des
Colonies, de courir fus i ces ennemis du bien public; 2
qu'a dater du 1" Novembre prochain il ne fera plus envoy
d'acrcftiches, bouts-rimks, inigmes, charades,'logogryphes,
madrigaux, boutades, diftiques ou autres ouvres poe6iques
aux Auteurs des Journaux, Affiches, Gazettes & autres
ouvrages pbriodiques, declarant que s'il en paroit encore
fous quelque nom que ce foit, c'eft aux RedaCteurs qu'il
faudra les attribuer.
II a eie arrete en outre, qu'en applaudiffant au zile du
depute qui a denonci ledit almanach, il fera oblige de
demander pardon a l'affembl6e, pour avoir cite un verse
prefque entier de Boileau; ce qui faith prefumer qu'il a pu
lire les ceuvres de Nicolas Boileau, Sieur Defpriaux, don't
la lelure eft f(verement defendue par les riglemens.
Le regifire eft fign6, le come Acroflichis de la Madrigad
lire, Prefident, & de nous Greffier fouflign6, Charadia
d'Enigmi. ( Extrait du Journal general de France.)

S Y N O N Y M E S.

Amufant & Diverti.,nt.

tre amufant, erre divertiffant ne me paroit pas fyno0
nyme; II y a quelque chofe de plus doux & de plus legal
dans le premier, de plus vif & de plus inattendu dans
le second. ttre amufant eft une quality de l'efprit, oh 1l
gout me femble jouer le premier role: erre divertiffant,
eft auffi ure quality de l'efprit, mais ou le goit domine
moins que imagination. II y a plus de charme dans Il
premier, plus de gzalt dans le second. Je prefererois Iavan*
stage d'etre amufant a celui d' rre divertiffant, il'eft plus
noble, moins journalier & toujours de faifon. L'art d'a-
mu(er eft conftamment agreable, celui de divertir ne left
que momentanement :le premier ne laffe jamais: quelque-
fois, fouvent peut-etre, le second fatigue.
Par une Demoifdlle.






73) __- O | I__NN I
W+l-"' +f ""*" *----^44>,-------------------- ------- ---- ---------

IMPRMERE i ROYALEr. 179.
Spit 1 M E X"E 11

IAFFICHES R ,Y A AMEJIJCAINES

DU JEUDI XA FE VIER.
___--___---- M---ti --AN --.

MOUVEMENS DES PORTS DE L'OUEST Sr D D.d art de navir s rangers.
Arrivi do n4Vires Franfois. PAS ERS. N u Port-au. Prince, Ie 31 Jnvier, a Bethfy Sncw;
Nw London.


A U Port-au-Prince, le p1 Janvier, le Jufle,
Moreau, Nantes 9 Novembre.
Le i" Fevrier i'Aliince, Lalanne Bor-
deaux, 19 Novembre.
Le 4, le Bienheureux, Le Paon, Bordeaux,
SDecembre.
Le j te Ntcker Bertho Grandville,
1" Dicembre.
Total des paffagers arrives depuis le i" Janvier.
& des bitimens. * *


33
rI


(II y a dans le port 91 batimens frangols de long course .
Aux Cayes, le 19 Janvier, la Marie-Thitefi,
Peauducine, Nantes, 2 Dicembre.
Le -o le Duguefclin Garret Nantes ,
27 Novembre.
Total des pajfagers arrive's depuis le i' Janvier.


& des batimens. .
Au Cap-Tiburon, le Cap-Tiburon, Dumonte,
Nantes, 26 Novembre.


Total des pafagers arrives depuis le i" Janvier.
& des batimens. . .


Dipart de navires Frangois.


Du Port-au-Prince, le 4 Fevrier, le Cilefle,
Caries, Marfeille.
Le Prophite Elie, Boiff&e, Bordeaux.
Le Tourtereau Vaillant, Nantes.
Total des paffagers parties depuis le '" Janvier.
Sdes batimens. . .


4


8
10


Arrive de navires ltrangers.
Au Port-au-Prince, le 2 Fivrier, le Georges, Kickes,
Saigha bourg.
Le Rappanok, Bousk, Nortfolc.
Total des badim. itrang. arrives depuis lr '" Janvier. (11).
( 11 y a dans le port 24 batimens r6rangers ).
ux Cayes le 20 Janvier i'Union Atkenfon ,
Philade lphie.
Total des bdiim. irang, arrive depuis It "' Janvier. (9).


La Polly, Wright, Ntw London.
La Panthere, Law-Ul, Pepperelborovgh.
La Nancy, Pearfon ,Charles- Town.
Les Deux Seurs Barrett, Nortfolkk.
L'Aigle Greene, Nortfoick.
Total des bitim. etrang. parties depuis I t Janvier. (18);
Des Cayes, le o1 Janvier, la Batfy, Pierce, Bcfton.
Le 13, la Minerve, Richard Lair, Georgie.
Total des batim. itrang. parties depuis le
EscLAvEs MAnRONS EXTRES A LA GEOLE.
A Saint- Louis, le 2 du mois dernier, Cofy, Mine
etampe fur le fein gauche, autant qu'on a pu le c'ifirguer,
DANTUC, age de 40 a 45 ans, itille de 4 pieds to p.
trapu ayant la barbe & les cheveux blancs fe difant
appartenir au nomme Jean Baptife M. L. Charpentier,
demeurant a Torbeck.
A Jacmel, le 2 du mols dernier Lafo,'urter, tarmp
fur le fein droit PIMELLE, au-deffous F-D-NEGRES,
igi de 20 i 21 ans, taille e 5 pie:ds, fe difart appar-
tenir a Ml. Violtte Habitant au Fond des- N~ es ;
Jean- Baptifle Congo, etampe fur le fein droir IVID,
au-deffous PTG, & fur le gauche RE, au-dd ous DVD,
& plus bas FTG, autant qu'on a pu le diftirguer avec
d'autres lettres illifibles zge de 30 a 34 ans taille cd
4 pieds i pouces fe difant appartenir a la rommee
Catherine, M. L. au Cancarn ptis le Port-au Plince ;
& Safane, Creole fans itampe apparent, ag.e de 26
1i 28 ans, taille de 5 pieds, enceinte d'environ 5 a 6 moist,
fe difant appartenir i M. Fifit Habitant au Fetit-Trou.
A Saint Marc le 2 de ce nois Jupiter Taquoua
mtimp4 fur les feins LACOVTURE igC de ai ans
taille de pieds a pouces, ayrnt des marques de (on pays
fur le vifaga & fur le corps fe difant tppartenir a M.
Lacoutu'e : le 3 Louis Nago, fans tamrnpe appaiente,
age de 24 ans, taille de 5 pieds a pouces, fu difant appar-
terir a M. rel ; & Lafeur Nago eamp6 fur les feins
PSEGUE, au-deffous Sr Mi gie de 22 an taille de
j pieds 2 pouces fe difant appartenir i M. Setue : le 4,
1tfpoir, Aotffa, -bampe fur le feia droit CVORIN, ag6
de 27 ans, taille ee 5 pieds 4 pouces, ayadt des msrques
de fon pays ur le vifage, fe di'anr appartenir a M. Marin,
Cat iI. au Trou; Paul. Corgo k arr,,i fur le fiin droit
DOU T, au-dtffovs ST MARC age de .3 ans. taille
de 5 p'eds 4 pouces fe difant appar enir M. Douat ;
Jean- laptifle, Crckle, etrmph fur le fein tr;t LAR 8
d'au~te leires ihifibles, au deffous CMANTIN, & plus


~ ----rc. -- 1--r~*~-~------~---LII~-C~----


---.- --", -I


I







/ [
' Bas illifiblement, ng d 23 2c ns, tall e de pceds 3 pouc.
fe difant appartenir a M. Malrin au Cip ; & Silvain,
AoufTa, 6&e tir le fein droit iilifiblcment fige de 18
ans, taille de 4 pieds 9 pouces, ayant des mirques de fon
pays fur le vifage, ne pouvant dire le nom de fon matrre:
Alert, Congo, mtmpc fur le ifen gauche illifiblement,
age de 2.8 ans tille de 4 pieds to pouces fe difant
appartcnir M"' Diof.
Au Port-au-Prince, Ie 2 de ce mois Jean-BJaptifle,
Congo, etampe CHAPO, au-dffous TOT, & d'autres letires
lliibles, formant des grofIeurs ayant un n labot: le 3,
in Negre nouveau, Inconnu ctampe INGRAND au-
deffous ST. M ne pouvant dire fon nom ni celui de fon
V.airre; & Jofiph 6& Tcima.quc, t.'amp6s M E.,ERCER.ON.1,
r~nverf( ne pouvant dire le nom de leur mn;r:e : le 4,
Germain, Portugais etampe, en fzr-a-cheval, i'lifiblement,
fe difant de l'habitation Li a;tno : Ie Baptifle Nigo ,
otampe illifiblement age de 40 ans taiile de 4 pieds
1 pouces, fe difant appartenir a M. Boudou ne pouvant
dire fa demure ; Jean, Mine fe difant apparfenir a M.
Ma'rim, Habitant a la Charboniere ; & deux Nigrillons,
Congos, &tamp's AMOULENS, Ics deux premi'ires lewtres
entrelacees ne pouvant dire leurs noms ni celui de leur
mairre : le 7, Mathurin. Creole, fe difant de l'habitation
DruIilardd Ia laMare : le 8 Cancdide etamp6 IOR-
GELLA, fe difant appartenir a M. Borgella.

AfIMAb Ws X ErVTRis AUvX L'PAV ES.

A Jacmel Ie at du mois dernier un bourriquet fous
poil brun, tampe au montoir de lettres illifibles : Ie 22,
un idem fous poil blanc-bai, 6tamp au rmontoir R, autant
qu'on a pu ie diflinguer, & d'une etampe efpagnole.
Au Petit-Goave, le 31 du mois dernier, un bourriquet
enter, focus poil brun fars etampe apparent, ayant le
n z gris & la queue tongue : le 6 de ce mois un mulet
fous poil gris-bianc, tamper fur la cuiffe du montoir R,
ayant la queue longue.
A Saint -Marc, le 31 du mois dernier, un cheval fous
poil rouge etampe fur la cuiffe du montoir I ML ks
deux dernieres lettres entrelacees, ayant deux pieds blancs.
Au Port -au -Prince le 2 de ce mois un bourriquet
fous poil gris-de-fer, 4tampe OL : le 7, une jument fous
poil alezan, ,tampie CHLD les 2" .D 3e lemres entre-
lacdes, un cheval fous poil rouge, itampe RD; & un idem
Icus poil rouge, tamp" CD, enmrelac6s : le 8, un cheval
fous poil gris etdranp P.I ou LPI les deux premieres
lettres entrelac-es.
Nota. La mule etamp4e fur Ia croupe V, & fur la
ruiffe, d'un fer-i-cheval portie dans le n dernier, eft
fous poil brun.
ir, -.,., 111 1 1 ._in .1. .. ,, _ii .1 i ii i ,


.A V I S


O1)d t'ERS.


2 En vertu de sentences corfirmnes par Arret du ?8-
Novembre 1787 t 26 Mai dernier, & encore en vermu
d'Ar ^cr du Janvier 789 il fera le Mi.ardi que i'on
comptera 3 Mars prochain, l& a rlaeque de la Dernoi-
fciiCe Marlin, mineu:e Cmnancipie ar mCari-.e., proceiante
fous Pauorit~ de M. Tr;ajn, prozdi a I'aijudication dd'i-
nitile d'r'e ,raaifon fife en cette ville, rue des Miracles,
a.x '.i-t: .e:, :aulfes & condi'iorns infrics dans la carte-
;:.. .f. di:.-;~d e. au GrefTe de cc Sieg*


74


1 /
2 Le S' Corbel de Kret, Na godnt, donne avs qu'7,
diffous fa foci&te avec le Sieur Lebourdais, le 29 Novembr,
dernier ; il refte (eul charge de la liquidation fous for, lel
nom ; i prie ceux a qui it eft du par fa ci-.evant foci t
fous la railon Co'bel & Ltbourdais, de s'adreftfr dire&n-ent
a lui pour leur payment, & les debiteurs de late fociee I
d'avoir payer en fes mains le plutot poffible, pour le
metre a mime de fire honneur aux engagement d'icelle;
il privient auffi qu'il continue la mrme maifon de con.
merce i Jerimie, fous fa feule raifon & pour fon comptq
particulier, & a l'honneur doffrir fes services aux perfonnei
qui voudront bien I'honorer de leur confiance.
2. A la requete du Sieur Dufour, tuteur de la Demoi.
felle Vaudry, ii fera proced le 28 de ce mois, a la barre
du Sitge de Jrkmie, l'aldjudication pour fept ans d'une
habitation fife a la Serinigue, paroiffe du Cap-Dame-Marie
fur laquelle font environ c-nt vingt mille cafiers en rapport,
quatre vingt cinq ttres de Negres & les batimens nceffaires
S1'exploitation. On petu prendre connoiflance de la carte.
bannie en l'etude de MW Dion, Procureur a J&remie.
a M& Etienne Patot 6& Compagrie ont i'honneur de don.
ner avis que le tcrme de leur lociie-t eft expire. Le Sieur
Etienne Patot, charge de la liquida;ion, prie les perfonnesc
qui doivent a diverfes cargaifons venues 'a 'adreffe de fon
ancienne maifon, de vouloir bien le p-yer incefamment,
p'.lr lui 6viter le d'fagrimeont de les contraindre par voice
de Juflice; il continuera de tenir magafin dans la rue des
Capitaines, & it eft aforti en tous genres.
En vertu d'ordonnance de M" les Officiers de la Shen1
chauff6e du Port-au-Prince, du 5 de ce mois, & l la
requeie de M' Girault, Curateur, charge de la fuccefiion
Be-ot, de Tie Salaignac, ex&cuteur-teftamentaire du feu
Sieur Duqueroy, & des Sieur & Demoifelle Coaulrd, fes
legataizes univer(els, il fera, le Miard que l'on comprera
le 17 dudit mois, iffue de iaudierce ordinaire, proce'e au
bail a ferme pour quinze mois, de quatre tires de Negres
Charpentiers dependans de la fuccelion Duqucroy que le
Sieur Beiot tenoit a ferme, aux charges, claufes & ccndi-
tions de la carte-bannie, don't on pourra piendre connoif-
fance en l'etude de Me Salaignac.
i En vertu d'ordonnance de M" les Offciers de l'Ami.
raute du Port-au-Prince, en date du 6 de ce mois, & i
la reque&e des Armateurs du navire la Concorde, Capitaine
Dufolier, repr6fent.e par le Sieur Sabrier, & du confente.
meant des Sieurs Pailhirec freres, il fera le Mercredi que
l'on comptera 4 Mar: prochain, iffue de I'audience orlinaire
de I'Amirau:z, procid6 la venTe & adjudication de la
gcliette I'Anfe-h-Veau, du port d'environ quarante ton-
naus avec fes agrees & apparaux, le tout knonce en la
carte-bannie don't on pourra prendJe connoifTance en I'etude
de Me Salignac, Procureur.
En vertu d'ordonnance de M. ie Senechal de Saint-
Marc, du 5 de ce mois de Fivrier 1783, & i la reqcee
des hiritiers Peyonnel dcnmourans en France, cr6ancicrs des
h6ritiers de feu M" de fiviere, Conftillers en Parlement,
1-abitans do quarter de i'Ai.iLonite, fui'e 8& d;iignce de
M" GraC4i fires, Pit, u &6 CTompagnie, NPgoccians i Saint-
Marc, for ndes de tprocur-Prion tens Mi" les iaues cCrCanciers
cflli:s hiltiers de Rivire foit invit6s a s'amflbler en per-
fonne on par fronds td p-'voirs, le Miardi 3 Mais pro-
chain, neuf heutes du madin a Saint-Marc, cn l'iude do
MA Gaganhe Notaira en ia ScnCichaufiee, a \'eWt de dCli-
berer fur les voi.s a preisdre, pour op#,er le rccouvrten' I
de toutes let crCances come letlcits hritiers, & ii(,.C i


m~m


---- IRI~I~LI~-CI~~-~i-ra~l3~C~dEiYs)~.~ ~. .IPm---~I1I---.DII-.~-- 1.~~,~_~._ ~


"040- _~









tin Synd"e qI agira pour tous, aIn d'im iter les frais mul-
tiplies de procedures particulieres qui agravent la condition
Sdes biteurs fans procurer lear liberation.
i En vertu dordonnance de A. le Sen&chal de Saint-
Marc, & A la requtce de M. le Chvalier de la Valette,
Cpitaine au regiment de Vinncis, coi t.v: rureur des
renas mlineurs dr feu M. le Marquis d- l i 'aitic, L, u-
tenan-Colonel d'infanterie, commandant 'e bauilion de
Guienne, Che-2alier de I'ordre royal & miiitaire dte Saint-
Louis, & de feue Dame Marie-T!irAf O.!il le F~nam de
: s ll.rderie fa veuve, dic4d'e epoule en fecondes noces
do, n:r Lejfib,'redla Ptiuerci, ilfera, le Mercredi 4 Mars
prochain, pioc6de' fur habization de la Valette & de Saint-
JamrIs au quauiier de I'Artibonite, paroiffe des V&ret'es, a
la vente au pins off-ianC & dernier encheriffzur, au conp-
Stan;, de: mcubles raeublans, hardest line de ~able & de
lit, Libl1oihque, bijous, diamans, argenterie, dentelles,
chairs, chevaux & aurres effuts non rcfc:ffaires a l'exploi-
tadon des bicns, & d4pendans des fuccedicns des dEfunts.
(C.ette vente avoir ete annoncee pour la x Fevrier prifent
i mois, mai le c..A'' da p vacations judiciaires, cauie par
ja maladie & la nmort di ee eMI DyU n, Procureur du
pourfuih ant, a oblig de la rcme:tre audit jour Mrcredi
,' 4 Mars.
Le nigier 2l MidAe, Capitaine Conflantin, eft arrive de
I c8:e d'Or, avac une fuperbe cargaifon de trois cents
SNoirs a l'adrjife de M"' S. Delongu'mare, Delafalle & Corm-
pagmie, qui en ouvriront la vnie lh i1 du courant.
A la req~ee de Me v Girault, Curateur aux fuccefions
vacantes au Port-au-Prince, charge en cente quality de celle
du Sieur Be-ot, Nigociant, il fera procd a, Maardi prochain
17 de ce mois, i laarre du Siege royal de cette vile,
a la vente & adjudication d'un Negre domeftique dependant
de ladite fucceffion.
a Le navire ia Georgetie, de Nantes, Capitaine Lebreton,
venant de la co.e d'Angole avec trois cents cinquance Noirs,
vient d'arriver 'aux Caves, i I'adreffe de M" Bontant,
Fruchard 6r ComFagnCe, Negocians audit lieu.
1 Les creanciers de la fucceffion de feu Sieur Francois
Dalloui, vivant Marchand aux Gris-Gris, font pries de
remectre, dans tou: ie courant du present mois, le d6compte
de leur creances en ietude de M' Bourgeois, Procureur es
Siges de Jrl'.n'l: famue de ce, ils ne pourront etre compris
dans la premiere reparriion des deniers de ladite fuccefiona.
i M. Debcfiat, Margaillier en exercise ~ I'Anfe-a-Veau,
Sl'honneur de prevenir que le Dimanche i" Mars prochain ,
en execution de l'Ordonnance du Roi, concernant les cime-
teres, it fera proce'e a I'adjudication au rabais, an presby-
tere de 1Anle-a-Veau, de l'enourage du nouveau cimre-
tire de ce bourg, de la contenance de cinquante pas caries,
conformement la carte-barnie puHive.
3 Le nomme Pierre Couflard, M. L. Habitant au Pays-
Pourri, a l'honneur de pr'venir le Public qu'il a entire-
ment quitti le norn de Pierre CoujiLrd pour prendre celui
de Pierre Cjff2, & que deforraais totes les afidires qu'il
contratra front fous celui de Pierre Caff:.
a Le Sicur AuBlsjin Beckre, acquireur d'un empl.cement
fiaue en ce.tc' ville, fai!ant le coin des rues d'O)l.ans &
d'Anais, des nomnmis Gilla'd & fa femme, previent ceux
qui auioiennt ququeis, hyp:othtques fur cet immneubl,, de
Vouiolr bienles leui fire connoitra & lui communiquer
leuWs tites, afin de prendre des arrangemens convenables
pour i/(l payer. Sa demeure eft en cette vile dans la mailona
ca,'*uitu, fur lsdit emplacement,


M" Lacombe fires & Ccmpdgne, 1 "goclns en cette
ville, previenrent qu'ayant aflocie leur maifon de com-
merce, a computer du to de ce Imois, M. Jean-Malric io.,
leur foci&~e fera deformais fous la raifon de E. J. Guien,
Bion 6 Compagnie, & que M. E. J. Guieu refte charg'i de la
liquiat'on de la.-ite focieth epirce : en confaq,,enci, 0. price
les ptrfonnes qui lui doivent de le payer, cominme f cux a
qui itl ft dG de fe preienter.
I M" E. J. Guieu, Bion & Comrpagnie, prient le Cran-
ciers de la fucceLihaon Brv.ignon de leur prefeier tn Ct:i
de 1 urs crearces en principal, frais & interzts, afic d,
parvenir ?a 'enier acquittemenrt.
i M` les creanciers de la fucceflion de M. E. Dub./yle
vivant -Habitant a 'Afile, f'nt pries de donner connoilfance
de leurs ithres de creance a M. Girault, ancient Major du
Batailoa & Ccrnmdandam de Milices, Habitant a l'Acual-i.Jsu~
Savanes, quzrtier de Nipes, & ex-cuteur-tefmentair d;i i
Sieur E. Dlbayle, cette demand n'"tant que pour connotre
'etat de la fucceffion afin de parvenir a la liquider.
i Le Sieur Mariotte, Horloger, depuis uqietqc!e t re!.p
en cette vilie, a i'hor.neur de prevenir le PAh;ic qu'il vi-n:
d'acheter le fonds de boutique du Sieur A btf 'rt, Ho-r1oger
qyi part pour France. Ce ma2gfin eit tiue rue des
Frontsforts, en entrant du cc:ti de la rue RoIyav ,
Ledit Sieur fera tout ce qui dependra de lui po:r
contenter les pcrfonnes qui voudront bicn container de
lui envoyer le.'s montres a raccommoder, & il tiEedra
d2 rieme que e Sieur Autebert la partie de la bij~:~nle.
i M. Lray Capitaine du ravire Ie Citoyen, de Nan::e
prevent qu'il a ee charge firn board par le Sieur Lotm'er,
Negaciant audit lieu une grar.de caiffe marquee ,mM.
coatenant deuz Secretaires, ainfi que porte le connoiffe-
ment & a l'adreffe & csnfigration de M. Defyfhard,
maifon de M. Sejourne. Apres trois infections du prdfent avis
dans la Gazette, ledit Capitaine previent qu'il les fera vendre
pour compete de qui il aprartiendra. Ledit Capitaine previn'o
auii qu'ii paruira pour NaIntes du 2o0 3au M'rs piochain;
il prendra du fret & des Pafflgers, ayant des logemens
tres-commodes a leur donner. Ceux qui voudront v peffer
pourront s'adreffer a iui en fon magafin, place Valliere,
pres de RM. Fontrin", Ngociant.

tat d'un Yee:r ee p vqu,:i dclt &re vendu a la Ba.rre jd
la Sinech/aufic de Saint-Louis, It Mardi 3 Mars :78.9

Un Negre nouveau, Congo, rtampe fur le fein gauche
RNPIER, les 2. & 3 ietres entrclacees, g de 2, ant,
taille de 5 pieds 4 pouces, ayant des marques de fon pays
fur les joues, le venture & i'eifomac, ne pouvant dire fca
norm ni celui de fon mal:re.
.tat des A'i'res epaves q'~ c rvsnt ctre vendus a ia Rarre de
la Senichac.z e Sai.t-lMarc le S.meai 1 .i ivril IS' ly.
Du 3 D4cemb.'-. Margutise Congo, h*amp.e fur le
fein droit ICMLDM atarnt q 'on a pu le diflirguer,
agee de 2o as taille de 4 pieds 9 pouces ayant des
marques de fon pays fIr Ie vifige, fe difant appartenir 4
M. Laurent.
Paul, Congo, fans 6:arr: apparent, 8ge de 20 ans;
taille de 5 pieds syant des marq.pes de fon pays fur le
corps, fe difant app-rtenir a M. Laurert.
DIu 6. Alc.xis, Crcle h~ rp4 fur le fern droit, autant
qu'on a pu le diftinguer, AGUIHAC, au-deircus DUBOIS,
A fur Ie gauche d d eux etampes iliiibles, ag' de 7 ans,


'A, -.. .,,.. b*njcx isB as a~




~--r -- -- -- ----- _-1 5u m W y-


ta;llse cl pleds t pouces ayant un nabot a la jambe
droite fe diant appaltenir l la fuccedion de M. Robejot,
au Port .u Piince,
Du 22, Jean-Piiere" Congo, etampe for le fein gauche,
en Lfr--cheval, IVONET autant qu'on a pu le dclitn-
g,,er, ag-i de zo ars taille de 4 pieds I pouces fe
cilfant apparrerir au ncinme Vinacnt, tM. L. a- Cap.
D, 24. Un Negre nouveau, Ibo, d6ampe CMAILLART,
au-delfous A Sr.M age de 30 ans, taille de < pieds 4 p.
nm pouvant due fon nor ni celui de ion maitre.
Du 25. Silvie, Congo, fans dtampe appartnte, agee de
3o ans tailie de 4 pieJ's pouces, fe difat appartenir
a la nonimae MarIr-Lotife Lefvre, M. L. a Saiat-Marc.
Du 26. Jaan- Louis Muiaire, fans rampe apparent,
.ge de $i asI, taille de j pieds i pouce, fe difant appar-
tu.nir a M. tLd'che, lHabitant a Mariaraou.
Antoine, Cr6oie, ayant une grande brulure fur le fein
droit, Iga de z7 ans taille de j pieds 2 pouc. fe difant
aFp~i;.ir au nomar Inir;ci, N. L. Habitant au Bafifi.

? L P 4 A T r .

SLe Sieur A Lafrfe, &tant oblige de faire un voyage
pur la Louifiane, previ.nt le Public de s'adrefler en ion
absence au Stiur J. L' Lpau.te, Affocie de fi maifon de
Com:nerce, i us la raifon de B' Lafofe LapJau( 6&

2 Le Sieur Cixvrderoi, Habitant press cette ville, part
pour France & laitfe fa procuration a la Dame fon 6poufe.
2 Le Sieur Jcan-Paul Arnaud, Capiiaine de navire,
grant la cargaifon du Conflntin de Mafeille, Capitaine
iart'in part pour France fur ledit navire, du iS au 20
I-ais prcchain ; il prie les debiteur 'a certe cargdifon, ainfi
oiu' c-lel de la Fourmi, Capitaine Merle, de le folder incef-
La:-nmen, afin de lui kviter le defagrement d'ufer des
voices de droit.
z Le Sieur Jo/ ph Lucutard Cfficer de navire, part pour
France fur le navire Is Coo.jilantin de Marfeill' Capi-
tai ne lMaitin
i Le Si.ur Ponrc;n aine, Capitaine de navire, grant
la cirg/ifon de la corvette la S tclii de Marfeille, Cj.pi-
ta.ne 4aa part t-our France fur ledit navire; it prie
les paifcin;esc qui doivt.nt diverfes cargaifons conimen
a cile-ci, de le payer, & faute par eux de le fAtis-
fare, il fera force; Je lei y con'raindre par les voices de
ad;; il a ve-re- ujn Negre bon domrn-lique, lit
arioir bergere ',c. II fera bonne cormp.oidon pour du
C,'p,;art ou de la denrae.
t 1,,'" Aubect, dcneu- nt en cette villa, arri,4e dcp is
pcd dan.s. ce;ite Colonaie, part pour France, pour cauie dc

S,?. "d: .-3or-es, a-c'en Officier d'Infinterie, Habit- nt
S. &g a:dr- rivi-lre d. Jeientie. p..rr pour France *dnets le
S.:,t d'Avri cch & pvti.n tles pr.fcnGei a qui ii
pex, devoir, de sd:iffTer a i'" veu-ve Ia fjlc;re,
':iartef atuit quairtier ch..g- de ia liquidation de fes
de '. .
SM. :de Cocheel. I, Le.3tnart !as Marech.ux de France,
p' o ; g i; ans la (Cole, ltiiant au qu:;r'.ir des
G >n 'es.. parIe pourc F:ace.
i e Siur Jkn ',u ci-'van~ V Macl'quet au :Gu-
ca(,iii, :e diftlcant a partir po ur Frarc.c.au m-,is d' Avr-!
pr'-rch.iai p';ie les perlTrnes Eui ii pout devoir de fe
pref poj $r tr-' i wo ler paycm.iLent. S cuax qui Lai


[76 ]


dolvent, de le folder pour lu 4viter le dfragrement de let
y contraindre par les voies de dioit. [1 affriutera un l ela.
cement fitue fur la grande route du Poit-.au-Prince au Cap,
fur lequel il y a une maifcn principal confiltant en trois
chambies & deux cabinets, un petit rnagafinde treme-deux
pieds de long, un autre fervant de bouiangerie avec fon
fonds & fes uflenfiles,le tout en bon eiat; plus, un gani
magAfin de cent quatre pieds de long, diftribue en quatre
falles, dix cabinets & use galerie fur toute la longueur
dudit batiment; il joindra deux domeftiques don't un cuifi.
nier & l'autre perruquier. II cffre de laiffer la maifon ptina
cipale touted meubl&e; & il affermera pour le temps qua
1'on voudra moyennant bonne caution. S'adreffer audit YS
Jean Atun, au Boucafiin, on au S' Girault, auJit lieu.
i Le Sieur Jacques Finatel, part pour France.
I M. E. Thouron, part pour France.
i Le Sieur David, Marchand Orfevre en cet:e ville,
part pour France.
i Le Sieur Godefroy Lorde, part pour France dans le
courant du mois prochain ; il pie las perfonnes qui lui
doivent, tant a lui qu'en vertu de fes procurations, de le
folder avant ce temps, afin de ne pas lui caufer de retard,
i Le Sieur JaLkbrt, Perruquier, part pour France, &
declare ne rien devoir.
i Le Sieur Martin, Auberg:tf, part pour France, pour
caufe de maladie, dans le courant de Mars prochain; il
prevent que c'cft la Dame fon Opoufe qui fGra charge
de fes affaires, que cela ne caufera aucun derangeenier i
(a maiIon, & qu'elle continuera toujours (on commerce
fous la raifon de Martin.
i M. Sa.ge du lVerdicr, part pour France, par corg~;
pour caufe de maladie, b declare laifftr le Sieur Lefpiault,
Direleur de I'Ht1iral, charge de fes zffaiies.
i M. Canivct, Confdiller au Confeil fup&ri ur de Saint-
Domringue, fe di(pofe a partir pour France, par conge,
ans les p:emiets jours d'Avril prcchain; il a a v-ndre un
Mu' tre a' de 18 ans & demi, Creole du Port-au-Prince,
Perruquier, Coiffeur &c. un Negre, Perruquier, Poflillon,
bianch;ffeur de bas de foie & joueur de violon; un Nigre
Cuifivirer; une Mulitreffe ag'e de 41 ans, blanchifLuf';
ur:e NTgrtffe b'anchiffeue & fa fille ag e de 13 ans,
ccufant tris-bien; des couverts d'argent, armoires, glaces,
lit!, conmmodes, un brcau de pieds, & a cylindre ,
biblioteque avec rois cents cinquanre volumes doni cent
dix de jurisprudence. 11 vendra atiffi deux Negres Char-
pur.:iers, &: un Oifivie; it ne pourra liver ces trois
I:-gres qu'au 1"r Avril 6poque de I'expirarion des fe-rmes
qu'il a paffi.s, depuis pcfieurs aniees, a des Ouvri,-rs de
c.s Micer;, a: Cap & d.Ens la plane : pour ces trois NEgres
on s-'alrtfera a M. Sar cirr, Procureur de I'habitation Lamo-
:~. a, u Quatiter-MoI; ini ; M. CaImvet, on M. Sa'ite,, r ce-
vra en payement dce ces oiDjIts, de argenrt, des ,4-,-nr.de
dhs ti':cs fur France ou de. iille s accepts a trois mois
da vi e, fur det mnaifons de (Crrn'mmerce.
ha"'v ,euv'e ernot, part pour France avec fon enfant 'ans
!e couran; de Mars prochain, & dcilare ne rien devoir.


Av~ Dom A


D rV R or-


3 E' vrtu dA'or'donnance e MM. les AImnifPrareurs;
du 3i 1) cernare delnuer, & fur la dInonciaton dl Siceur
a.'ti ii a .:k o rnrnzi qu'a la requite de M. le Ptrcu-
reur du Roi il f ooit pourfuivi en Ir-union deux terra'ls
de Lui.. c-:s pas n carri Lhacun, fituus au canon de


1lyr
f t







terry


eile
rela
s

terr
droi


*i 3

;eqi
felle
don








au'
ioIr
con
iriv
Ion
I cAh
, dan
au

dar
4le



qui

Sto
Ine
'do!
I17
Sch-


icc
ale

tlv
du
ter
Sau







te


di


R. V I to




Ilillamar-


S771


tlv mouth, dependance de Salnt-Louls de Jerrmne; concedes
or hatte & corail, les 21 Mai 1772 & -6 Mars 1777,
e premier aux Sieurs Tonnciller cadtt & Cailltau borne en
r.nant pieJ 'la jondion de la riviere Gobelet avec celle
,s Rofeaux, chaffant d'amont ladite riviere Gobelet pour
fa bfe & pour fa hauteur, d'amont ladite riviere des
Rofaux ; le second au Sieur Raymond Capdtville, borne.
iu nord de la riviere des Rofeaux, faifant le fud d'un
terrain accord a M. Delory, Sicur de Beauchamp, i fes
droits, chaffant au fud, d'autres c6tls, born l'oueft d'un
terrain au Sieur Trebuchet, ayant caufe du Sieur Tonneillcr,
chaffnt 'i l'ef d'amont, la riviere pour la bale ou hauteur.
3 En vertu d'ordonnance de MM. les G&enral & Intendan-,
Je Sieur de Labroffe pourfuit en reunion un terrain, a la
jequiae de M. le Procureur du Roi, au nom de Demoi-
felle Agathe-HieJin & de Louis-Paul de Labroffe fes enfans,
don't la conceflion avoit ite accord.e au Sieur Bedeau qui
e l'a point etabli. Ledit terrain pour culture, contenant
mtille pas carries, fiu au canton de la Ravine-a-Sable,
idpendance de la Riviere-Froide, quarter de Jeremie,
borne d'un cte du Sieur Jean Guyon, d'autre cote par Ie
pivage gauche de la riviere a Sable, & autres c6t6s terres
iaoi concedes fuivant le certificate du Sieur Dutrevi!le,
Ai-peneur du Roi, du 22. Dcembre 1771.
3 En vertu d'ordonnance de MM. les Gn&aral & Inten-
,dan, en date du 2i Janvier 1789, le S' Delvard, refidant
aux Granis-Bois, pourfuit en reunion un terrain de la
cor:enance de douze cents pas carrts ou la valeur, fitu"
dansles niontagnes qui fiparent le quarter du Cul-de-Sac,
de celui de Mirebalais, lieu dit la Marre-Rouge, borne a
tieft de la montage de la Gafcogne, au fud du Palmifth-
i-Dieu, a I'oueft & au nord de terres non conc6dees; ledit
terrain a ftC conc&Jd le Io Janvier 1743, au Sieur Chibas,
qui ne Va point etabli.
S3 Le noIr,m Jean-Pierre Virgille, M. L. demeurant la
Coiliie-1-Mangon, quarter d'Acquin, a I'honneur d'infor-
Iner le Public, que, fur fa denociation & en vertu d'r-
donnance de MM. les General & Intendant, en date du
i7 DIctmbre 1788, M. le Procureur du Roi de la Sin&-
4hauuife de Saint-Louis, fera les pourfuices n&cefLires pour
la reunion au domain du Roi, d'un terrain de mille pas,
Site au quarter d'Aquin, & don't la conceflion avoit eth
;ccord6e en 173-1, a la Demoifelle la BcifJiere, veuve
le f!u Sihur Dabon aujun-'hui #poufe du Sieur Ballet,
.Binc au fud du nomme Ch.atelii cadet M. L. l1'eft de la
tiviere au Moine, au nord du Sieur Duchjfne, aux droirs
Sdu Sieur S:ion, & a l'oueft de la riviere Rouge; lequel
terrain a ete abandonne depuis long-temps, n'y ayant
Sau:une efpece d'eabliffement.
S Ea vertu d'ord.onance de MM. les Gnektal & Inten-
dcr, en date du I Fevrier 79 le Sieur Lcuis Prudcot
V r:'.j nc, pouifiuit en reunion un terrain pour culture,
d i. cents p,, en carre envision, fituu fur le rivage giuche
d, branch droite de la grande-riviere de la Gra j.-
Alife, born d'un c6te de ladite branche droite de la grande-
Srivie., dun bout d. rivsga geihe de la siv're dormante,
Sd'auttre du Sieur Louis J, n 'v Rerdiy, & d'iutre bout de
terCrOi non co'c Pdi.;. I.Lit terrain concede au Sieur
Augui7n thhrIh e..u 1, 22 D'cmbre 174.
I En vn.tu d'or nnarnc e .de M les (;G"nral & Iten-
Sdan!, e dQre idu4 .vrier 17 9, its Sieurs iBe-nrd Darromint
& ra .pis-.f ;rt. Riv'cre, p iurfltivent en reunion un
rain po~S hatze coriit, de la continanc de quinze


cents pas cerris,; hut daes les hauteurs de la Vo!c--'.e;
aa lieu vulgairement app,:e les hueurs de lifl.t ou !a
Mahoti&re de la mon~tge, borne I'ift du pied '(" more
du Fond de la M.hc.t&.e, dIa~ant a i'oudi f ur 1i tirrs
non concde-es, nord & fud terrain non ccom: e. edst
terrain forced' au .S.cur Jojpih Lamc'fon de Sir-a
le 29 Odtobre 17v7.
i En vert d'crcdonnrarce de MM. les Gerl & Itnen-
dant, en date du 4 Feviier 1789, le Sieur Ioct :Car/et
pourfuit en reinion un terrain four culture, fiue d~as l's
hauteurs de la Voldrogue, qurrtier & paroiffe de S.ir:-Lous
de la Grande-Anfe, bcre 'a l'oueft de M. de Scht-MArie,
au nord & a l'eft de terrcs ron ccnce'ees, chail nr ru f
quinze cents pas f-ir fix cents a 1'efl. Ledit terrain .cncede
au Situr Chctreau, ie 9 0Cobre 1770.
I En vertu d'ordornance de MM. les G&n6ral & Inten-
dant, en date du 17 Janvier 1789, le Sieur Scourjon pout,-
fuit en reunion un emplacement a 'Arcahaye, numitoit
37, concede au Sieur Jean larbeau le a Auit 1763 ,
Eorn6 a left de la favanne du Presbyt're, au nord du
Sieur Lully a l'ouelf du nommr Baflien, N. L. au fud da
bord de la mer.
i En vertu d'ordornance de MM. les General & Inten-
dant, en date du 31 Janvier 1789, le Sieur Pelr.:u pour-
fuit en rCunion un terrain de mille pas carrms, fitue dans ies
hauteurs de la Crande-Riviee, quaitier & pa:oiffe de
Saint-Louis de J6rcmie, born i a 'eft de Jofiph lFbre,
chaflant a l'oueft terres non concedes, au fLd du Sieur
Campane, aux droits de Raif.n Duperon, chaffent au nord
aufth terres non concedes. Lequel terrain a tee concede
le 12 Mars 1770, au Sieur Jean Fourcault.
"i En vertu d'ordonnance de MM. les General & Inten-
dant, en date du 31 Janvier dernier, le Sieur Paul Mefnard
demeuiant au Fond-des-Negres, pourfuit en reunion u
terrain pour hate & corail, de quirze cents pas carries, fine
dans les hauteurs des raornes de i'Afile dependance de
Cavaillon, bLorne au ncrd de Jacques Party & du Sieur.
Defgrones, chaffant au fud, a left & a l'oueft de terres
non conc&i&-s. Ledit terrain ccrcede le 21 Janvier 1786,
au Sieur Robhrt, Arpenteur, qui n'y a fait aucun &ablif-
fement.
P D. Rofalie de Coigne Dame Brunet pourfuit en
reunion un terrain de mile pas en carre, fitue dans les
hauteurs de la rivirie de Voldrogue, paroifle Saiit-Louis
de JCremie, born d'un c6te du Sieur Favre d'Aunoi, d'un
autre cOte du rivage droit du bras gauche de ladite riviere,
des autres co6's terres non concedes. Ce terrain a ete
conced6 au Sieur Francois du Broca, le 29 Janvier 1772, par
MM. de la fCrronnaye & de Montarcher.
I En execution d'ordcnnance de MIM. les Adrminiflrateurs;
en date c!u 28 Janvier dernier, M. Hongin pourfuit en
reunion deux terrains fits ur au lieu dit les Plattons, quertier
du Fond paroiiTe e Torb.k, le prt.mier born au nord
& y pre"ant pied de D,1 4Ane Fricult, chaffant douze
cents_ pas fud pour haut2ur, & d uze cenRm pas pour larger,
sequel a 4te concede' par MM. NLlivos & de Bongars, le
19 Juillet 177o, au Sieur Michel Collt qui n'y a fait
aucun erabEli:l.nent; le second terrain de quarante hait
cirreaux,, bornZ & prenant pi', 'a Iouefl du Sieur Collet,
che.flant a I'eft q'utre ce;ts pas por larg;ur, & douze
cents ps r,nor & fuA pour hauteur. Leq.?el a 'ti concd,
par M M. Nolivos & de Pon:ars, le 18 Jui l:t '-0o, i
Maric iij4ath M. L. qiQi n'y a fair aucun etablifement,


1V '7








E I I T P Z R D Va

11 a t&6 perdu en cette ville, depuis le 7 du courant,
un porte-feuille broch6 enor, double de rofe, etampn en
dedans I.CA renfermant des papers de confequence,
appartenant au S' J. Chemin aimi. Ceux qui i'auront trouve,
font pries de le remettre 1M" Daubagna Trigant 6&
Companies, Negocians en cette ville.

D M A N D s.

Y On defireroit avoir des nouvelles du Sieur Verbecq
Fontenay, ayant et& occupy fur l'habitation de M. de La-
toifon, ou chez M. Tr&blct. On prie les perfonnes qui en
auront connoiffance de lui communiquer cet avis, pour
qu'il ait i fe rendre Au Port-au-Prince, chez M. Godefroi,
Capitaine du navire i'Aiexandre, du Havre, qui a des affaires
de famille i lui communiquer.
I M. Bretton des Chapelles, Habitant au Boucaffin, defi-
reroit trouver quelqu'un qui voulut lui affrmer pour 4
ans, vingt a trente Negres faits i une fucrerie; il donnera
des furetes pour la forme. S'adreffer audit Sieur, au Bou-
caffin, ou a M~" Franfoi 6& ompagnie, Negocians au Port-
au-Prince.
SI Un Particulier defireroit faire l'acquifition d'une habi-
tation etablie en cafs & en rapport, dans la juridi&ion du
Port-au-Prince; il proportionneroit le comprant en raifon
de la confequence de I'objet, & donneroit lesplus grande
furetes pour. le furplus. S'adreffer M' Michel, Notaire
general du Confeil fuperieur, au Port-au-Prince, qui indi-
quera la perfonne.

J A r I S I I 1X C C AR G M I XNT.

3 Le navire la Ducheffe-de-Coff, de Bordeaux, Capit.
'Decoud, partira pour ledit lieu dans le courant de Mars
prochain. Ceux qui voudront y paffer ou charger a fret,
s'adrefferont audit Capitaine, dans les magafins de M. Flon,
rue Sainte-Claire, en cette ville.
2 Le navire la Ketty du port de 6eo tonneaux, Capi-
taine Dubofcq partira pour Bordeaux le 5 Mars prefix.
Ceux qui voudront y paffer ou charger 1 fret, s'adrefferont
audit Capitaine dans fon magafin, rue de Retraite.
a Le navire 1'Ocean, de Bordeaux, Capitaine Delarue,
du port de 400 tonneaux, fin voilier, tout neuf & tres-
commode pour les paffagers, partira pour Bordeaux dans
le courant de Mars prochain. Ceux qui voudront y paffer
ou charger a fret potlrront s'adrefler audit Capitaine dans
fon magafin, rue des Capitaines, ou a M. Galbade, Confi-
gnataire dudit navire, qui a des chaudieres a fucre & des
grilles vendre.
z Le navire FAmerique, du Havre, Capitaine Chappey
du Longpre, du port de trois' cents cinquante tonneaux,
ra .;ra fans fautepour ledit lieu, a la fin de Mars prochain.
Ce navire eft fon premier voyage, connu pour un
excellent voilier & trrs-commode pour les paffagers.
Ceux qui voudront y paffer ou charger a fret s'adrefferont
audit Capitaine en fon magafin, fur le quai, maifon de
M. Lerembourg, Nigociant.
Le navire le Samfon, de Bordeaux, Capitaine Gibouin,
partira pour ledit lieu en droiture, par-tout Mars prochain;
ce navire eft neuf & vient d'etre double il eft tris-
commode pour les paffagers. Ceux qui defireront y paffer
ou charger, s'adrefferont i M'" Reynaud fires & Compa-


781
gnie, Negocians a Saint Marc ; ou audit Capltaine d
fon magaiin, rue de Retraite, au Port au- Prince.
Le navire le Galant de Bordeaux Capitaine ScoL 1
parira pour ledit iieu le to Mars prifix. II prendra du f
en caf6, cotton, indigo, & autres mnarchandifes legtes,

A V N D R .

3 VWritable & excellent vin de Champagne, Fid6;
d'Angers, thermomftres pour la cuite du vin de canne,
areometres pour les fels & firops, excellent foudure ei
batons, fl!aux de diff6rentes grandeurs, & poids de fef
poudres d'Irroe, plans de la plain de la ville du Capj
vendre chez M" Legal, Bertrand 6 Compagnie.
S3 M. Jean-Pierre Baudain, Habitant au Grand-Goav
defirant fe liquider envers fes creanciers, vendra fon habi,
station du Grand-Goave. S'adreffer audit Sieur fur ladit
habitation.
3 Un part de tombereaux a bafcule. S'adreffer au S'
Noirot, Charron, rue du Gouvernement.
3 Une N6greffe Creole, bonne blanchiifeufe, repaffeue,
excellent couturiere, & propre a tenir une cafe. S'adrdeff
a M' Vaufelin, Notaire, rue Dauphine.
3 Un Negre de nation finkgaloife, age de quatorze
4 quinze ans, Perruquier pour homes & pour femmnes
S'adreffer i l'Imprimerie royale de cetre vill..
VPNTS par citation, I'amiabe, d'une habitation en ficrtrih
fife en l'iie de Saint-Domingue, pies I'ancin bourg du Cui
de-Sac, paroiffe Notre-Dame du Rofaire, de la Croix-da.
Bouquets, deux lieues du Port-au-Prince, connue /fusl
nocm d'Habitation Marin; fur quatre publications, en 1'itudrd
M' Rouen, Notaire FParis, rue Neu've-des-Petits- Champs
vis-a-vis cdle d'Antin : la premiere I Mars, la fIcond
le r" Avril, la troififme le i Mai & fauf le mois, i
S quatrzeme & dernie re e a Juin de 2'annee 1789, cinq her
de relevie.
Cette habitation content 166 carreaux de terre don't 7t
carreaux en culture, formant 16 pieces de cannes, le rei
en favanes en grande parties propres en valeur ; le tout
arrofi par la riviere du Cul-de-Sac. Les batimens confiftnt
en une mairon princ;pale couverte en eflentes, deux maga,
fins, une cuifine couverte en tuiles, un h6pital covert On
paille, 35 cafes, done une fervent aux pianiftes, une fervant
de tonnellerie, une pour les domeftiques, & 32 cafesl
Negres, un clapier, deux colombiers, un parc a mouton,
un idem i boeufs, une fucrerie contenant un 6quipage 4a
chaudieres, mont6 a reverbere, & un autre equipage a
raffiner, 4 purgeries cloves par un mur en nmaonnerie,une
etuve, deux moulins avec un parc a cannes & un ajtoup
pour le chauffage. Cette habitation n'eft difiante que d'unt
grande lieue de l'embarcadaire dit le Foffi; elle prodit
annuellement de trois a quatre cents milliers de fucre brut,
& elle eft fufceptible d'une produ&ion plus confidir&bile
De cette habitation dependent deux autres habitations, don't
une fitue aau quatier de la Charbonniere de la cont'
nance d'environ quatre-ving-neuf carreaux fur laquelle font
des vivres; & i'autre fituee au Cul-de-Sac, lieu dit la
Source-aux-Boeufs, de deux cents quarante-quatre carreaux,
avec environ trois mille pieds de caft. Le mobilier defditel
habitations confifte, 0, en 164 tetes de Negres, Negreffeli
MulAtreffes, N6grillons, Nigrillonnes ; 2a, foizante-0u
mulets; 3, foixante-fept boeufs, vaches, bouvars ou
gazelles; 4, huit chevaux ou poulains; 5S, quatre cavali


"--~--------- ----------- ----- ----- ------- ------------- --


~.i~----- ---- I







Spo.uicher ; 6, qdqties mtuhees mIuh!ans & uftenfile
iver. S'adrefr ha Paris chez ledit M Rourn, Notaire;
:markfille chez M. Michel Rouffer, N.gociant; au Port-au
Price chez M. Olivier, Procureur deldices habitations.
Une habitation a trois quarts de lieuc du grand chemil
de la rivilre Gauche, a quatre lieues de Jacmnld, chemir
'de chaife, qui conduit aux ktabliffemens, contenant cen
q& quelques carreaux de terre, don't une parties, expofl
gu inord & a loueft, eif propre au caf4. II y a enviror
Sidi' huit mille pieds de cafiers de plufieurs ages, tant er
S'rapport que jeunes. Le refte jconfifle en jbois debou
l haute futaie. L'autre pattie du terrain fe trouve expofl
'ia'l fd & 'a 1'eft; il y a quatre carreaux de terre en coton
iunc autre portion en vivres, le furplus en bois debut, &
fhaii carreaux en favanes, fur lefquels ii y a une cafe prin
cipale de trois chambres, deux galleries rapporries & deux
cabinets. 11 y a une autre cafe formant le paralltle, de
,.ii,-tquatre pieds de large fur trente de long, une cuifine
I 6:t 'iques cafes Ne'gres; le tout couvert en effentes
i 1 y a en outre une czie pour mettre les Negres a l'abr
dans chaque jardin, quoique prbs l'un de I'aurre & fepastd
Tpr une create, prefque p'.at & tris-commode exploiter,
'& mrnme pour le deux cultures, chacuae dans leur expo-
fition. Le fufdit terrain fe trouve 'a l'oueft de i'hbitation
de NM" Befnard, a la difiance d'environ trois mille pas,
vci('n de M. Deborde jeune. S'adreTer 'a R"challt. Habitant
au Fond de la Botte, ou 'a harls Bou-qr.ot, HL.bitant a
la rivire de Gauche qui les conduira fur ladi:e habitation.
l.a moinie d'une habitation de deux cents deui carreaux,
i fe aux Citroniers dpendance de Leogane, avec vingt
'i t"'es de Negres cinq animaux de charge, plufieurs
'i bl ia corners &c. Cette habitation eft en fociet6 avec
l M. P. PDenis qui eft propri.taire de I'autre moitie depuis
huit mois. S'adreffer a M. Fourmy, au Port-au-Prince, rue
des Miracles.
Cent & quelques poteaux a cafe i N.'gres, & autant
de chevrons, le tout tres-bon. Ceux qui voudront en fire
l'acquifition pourront s'adreffer a M. Th/ian, ain6, Nego-
ciant en certe ville.
i Seize Negres & quatorze Negreffes tous jeunes & faits
S' a la culture du cafe. S'adreffer a M" Martineau 6, Compagnie,
S Ngocians en cette ville, qui traiteront la fatisfa6lioa
de acquereur. (is ont de plus un june N gre Domefiique,
St un cheval creole, qu'ils vendront fiparcm' nr.
S Trois beaux & bons Negres faits au pays, depuis quatre
ans qu'ils font dans la Colonie & qui y ont eu la petite
S vcroce. S'adreffer a M. Cartier, Tonnelier, demeurant en
e cette ile, rue des C(fars, qui en fera bonne composition
a Prtie ccmptant & le refle en billets de commerce.
e Une habitation fituee a la Grande-Riviere de Jacmel,
Cit ioenant cent quatre-vingt-huit carreaux, propre a la cul-
ture dec l'indigo &z du cotton, & dans la hauteur, 'a celle du
ca. e. Q;cqies cafes en mauvais tat, l'eau de deux rivie:es
S d'uGe ~turce qui peut C~re amended aux cafes, fr:s autre
travail qu e rouvrir le canal, un double vaifleau a inligo
h !'aui fe rend fur terre a trois lieues de Jacmel chemrin
de voiut-re. S'adreffr a Jacitel a We Frontgous, Notire ,
o, a Logane M' Ddacmothe, Notaire, qui front con-
ni. *;tI:- le propri~taire.,
S Une habitation fituee a la Grande-Plaine, quarter da M; e-
I "a!,s conte ant cent catreaux de tere p o~e la culture
I "'.;,"') coton, y ayarn des atablia ll.;:,n rc ts-m nauvais
, .St; ladii:e habitiaton traverfte par une riviere intaiifable
a4les plus grand fecs, appa~r inanm aux heritiers Drbutes,

'i


I: 791
s 5'adreffer a Mlrctlak, \ M. Pagf r; C'rrre ::ar.a nt
S de Bataillon & Habitant audit quarter, & au Port-au-
Prince a M. Vinay Negociant & Commiffionnaire. Oi en
fera bonne compofimon 6on n la demnera a grand m archer
n pour du comptant, foit en eifpces, foit en lettres de change
n fur France.
t i Un emplacement de cent hu;t pleds, huit pouces de
e fa.ade fur cent vingt pieds de profondeur & fte
S batimens, fituk au Port-au-Prince, rue de Rouille, prts le
a nouveau Confeil, aluelleement occupy par M. Ray, Nig'>-
t ciant. S'adreffer a M. Lemeillur de Believue, Habitant am
e Cul-de-Sac.
, i Une habitation fitu e a la Colline-a-Mangon, paroiffe
: de Sair.t-Thlomas-d'Aquin, jIuidirion de Saint-Louis, de
.la countenance de foixante-douze carreaux de terre toute en
plane, avant vingt-cinq mille czfi:rs plants depuis mil
fept cent cinqtante-quatre, qui font de toute beauty. Ii y
a trois ravines qui traverfeit l'habitation, ayant de l'eau
, courante: il y a en outre cne riviere qui ferpente & qui
i borne ladite habitation du cte' du fud : enfin ii y a deur
mille touffes de bananiers rapportans & bien entretenus,
S n carreau en patates, une grande cafe couverte en paille,
de quarante-cinq pieds de long for quatorze pieds de large,
trois autres de pareille grandeur, fervant de nagafins,
pareillement couverres en paile, & en bois ronds. Ceur
qui defireront en faire l'acquifition s'adrefftront a Firre
Ataifonncuve, qui en fera bonne compofiion.
i Le Sieur Dutot, maltre Tonnelier en cette ville,
declare qu'il a a vendre un parti de feuillards fianrois &
anglois, tant ploys que droits; un parti de boucauts, tant
a cafe qu'a firop: ii declare aufi qu'il veut vendre quinrze
NMgres bons tonneliers ; plus, un N&gre cuiftier & boa
poflillon, ne voulant pas cependant quitter fon 4tat de
Tonnelier ; lui en reftant un nombre qui et de vingc-inq
a trente, tant a lui appartenans qu"a loyer, qui front fuifi-
fans pour fatisfaire les perfonnes qui voudront bien lui
donner leur confance pour rabattre leurs fccres & enfutailer
leurs cafes. Ledit Sieur vendra le tout f6parement ou autre-
ment. II prendra pour cet effet de fes creances pour da
comptant, & facilitera les acquireurs pour le payment,
du mieux qu'il lui fera poffible. Sa demeure eft rue Sainte-
Claire, pres de M. Flon,
A A F F A M I R.
i Une petite habitation &ablie en fucrerie, fituee ati
quarter de i'Arcabaye. On s'adreffera au Port-au-Prince a
M' Mlildes Procureur en la Senichauffie, qui doonera
les claircifTemens neceffaires, ou a I'Arcahaye a M. Robinet,
Maitre en Chirurgie qui a cette habitation a ferme..
1 Pour 5 ans, quinze tetes de Negres, don't ie plus
vieux eft ag4 de 36 ans, & tous travailleurs fairs au pays
& dans les mornes a la culture du cali. S'adreffer au Sieur
Eo.U Negociant a Jacmel.
A s C L Ar z s X I M A AOXt m 0 m H a s;I
3 Franrois, Congo, e~ampr PICHOT, ^g4 de 2o 'a 1
ans, tai!ie de pieds 2 3 po'.ces, joli de figure, ayant
def cicatrices, lune fur utAe hanche, 8& I'autre fur une cp.jue ;
part nmrron de Jeri lie, depuis environ fix mnis. En don-
ner avis a M. Lafuge atid, Greffier audit lieu, a qui ii
appatient; ou a i" Delud & LamberA, NegoQiaas ea
cette ville; it y aura recompenfe,


P


U









2 S':mo & Laflr, Cosgo,, 4t2mpbs EYA & LI-
VARDIE au-tlliou!s PT. VCE. paris marrons le 25 du
raois derni r. En dos'ner avis a M'" Eyma, Livardie &6
CompaJnie, N.gocilnt -n cetue vi te.
Jranrno, Co:go, etampe COQUET, au deffous PP,
Age de 16 a t7 ans; part marrow dpuis le z1 Janvier.
E .i .dow.er avis au Sieur Loqpl.t chez M. Molird, Impri.
rnear L'ibaire en certe viile.
SAdonis, Mofambiqoe etamp au fein droit BB ST.
1,AR.a, & au (ein g; che 3'dV'./'a. J t3I3J, ag de
17 a 18 ans, les g.inoa un p-e en dedta part marron
(epuis environ quinze jours. Ceux qui en auront connoif-
fiice, font pries de le faire arrd:er & d'en donner avis a
lM Janet & L.tour, 1 i'Arcaha)e, a qui ledit Negre appar-
tient; il y aura recompenfe.
i Pierre, Marelor, Capelaou itampe illfiblement F &
J VIARD; pari mrarron le z du courant. En donner avis
a MA D. 6& E. Taoouron 6 Co4finJs, Ngocians au Port-
au-i prince.


AnIMA CX


G RA I


1 II a 6'4 enlevw dans la nuit du 24 au 25 du mois
dernier, devant la porte die M. Moreau, au Rendez-Vous,
un chjval fous poil bai-orange, tearmap au montoir CVR,
de grande taille, ayant une toile fi:ante, les pieds de der-
riere blancs; & un idem, fous poil bai-clair, 6tampe au
montoir SMN, au-deffous FS8, queue & criniere noires.
En donner avis au Sr Garat, au vieux bourg du Cul-de-Sac,
a qui its appartiennent; ou au Sieur Lafleur, Aubergifte i la
Croi -des- Bouquets.
II s'el chapped depu;s le 9 Janvier dernier, de l'habita.
tion de M"' veuve Aubry, au Grand-Goave, un mulct
fous poil fouris, teaches blanches, garote fur le dos, trampe
au monoir A. En donner avis r Ia aite Dame, fur fon
habitation; ou a M" J. Favier, Quefnel & Lalaiie Saint-
Jacques, Negocians au Port-au-Prince.



D v PORT-AU -PRINCE.

'xtrait des Regifires du Confiil Supirreur de Saint-Domingue.


SD I T


D U


ROI,


Concernant ceux qui ne profeffent pas li, Relig;on Catholique,
dans les Colonies de l'obiiffance de Sa Mcj:j;i.

LOUIS, par la grace de Dieu, Roi de France & de
?avarre, i tous prefens & a venir, SALUT. Lorfque Louis
XIV d'-fend'it folnnellement dans tous les pays & terres
Se fon ob.iTffance, meme dans fes Colonies exercisee
p .blic de route autre Religion que la RPeigion Catholique,
elfpoir d'~nener fes peuples i united fi desirable du rmna
tulke, foutenu par de trompeufes appearances de converfi.n,
empecha ce grand Roi de fuivre le plan qu'il avoit formnn
dans fes Co.t-ils, pour conilater l)galcment l'etat civil de
reux de fes Suj:.ts qui ne p.uvoient pas 8tre arnmis aux
Sa mens de lifee ; Ia'exemple de nos aug'ftes Prie.-
Ceireurs, Nous favoril'erons toujours de notre pouvoir les


%0 'I
moyens d'inftruaion & de perfuafion qui tendront li
nos Sujets par la profffion commune de l'ancienne foi s
notre Royaume ; mais en attendant qui la divine provi.n,,,
beniffe nos efforts, & cpere cetre heureufe rivoluiin,
notre juflice &. 'interet de notre Royaume & de nos C(oI.
nies ne Nous permettent pas d'exclure plus long-tempisd~,
droits de l'etat civil ceua de nos Si jets ou des firargers domi.
cili6s dans 1'etendue de notre Empire, qui ne prof. l.nt
point la Religion Catholique. Nous ne. devons plus fo0f.
frir que nos Lois les puniietnt des oaalht.urs dct leur croy;nce,
en les privant des droits.que ta Nature ne ceffe de redamer
en leur faveur. Nous avons co iiekre que Its non-Ca!h.).
liqu:s, ainfi depouili de tou-e exifl:ce l/g.le, eloiet
places dans alternativee inevitable, ou de prorfan rr l
Sacremens par converfions fimrules, ou de comniomeeiit
1'tat & la fortune de leurs enfins, en contr.:dint d J
marriages frappes d'avance de nullit' par les l.oi,. I)e piin.
cipes fi cont.aires a la tranquilite de notre Royarnme, ,
a la profperiie de nos Colonies, auroient me me muuipi ,,
les migrations dans I'un & nui 5 lIeiab:;.Amit des autirs,
fi Nous n'avions pas piofiti provifoiement de la juipru-.
dence des Tribunaux, tant du Royaume que d.s (..oo!nies;
pour arre:er les trouble que I'avidit. o;cafionoit dadb ks
families ; un pareil ordre d ves c e foUicitoit depuis long.
temps notre autorite de mettre un terme a ces 6a 'greui.s
contradictions entire les 'dEoiu de la Nature & les d;:poiiti;ors
des Oidonnances. Nous avors v,,ulu procider a ce: examn:a
avec la maturitC qu' eigeoirt lnortance de la d.-frion,
lorfque les circonfi~rces NJus out paru propres a milti.,
plier les avantages que nous efperions d'une nouve:ld Lei.
fur cet okjet, Nous I avons pubiihe pour i'inleriLur d
notre Royaunme, a i'poque du mois debNovembre mil fept
cent quatre-vingt-fept. Mais perfuaids que fes he-reux Et1.i. i
doivent fe manifefter encore plus dans nos Co!onic-, c(U
les fpeculations d'un commerce floriffant & les rich,.'fes qe
la culture y promet, attirent une foule de nos Sujets on
d'Arrangers non-Cathoiiques, Nous avons penf6 que le mo-
ment etoit venu de donner une nouv.lle preuve de notre
affleion, pour ceux que leur eioignement de nos regard
ne rendra jamais errangers H notre cceur. Nous avons mmen [
fenri que les motifs qui invitent chaque jour de nouveau
individus a paiTer dans nos Colonies, devoient nous fervir
come autant de moves propres a les y fixer, & a con-
duire plutot & plus efficacement ces poffeffimns eloigneei,
vers le but de leur inflitruion, qui eftc d'argmenrer la (plen-
deur & la profp.rit6 de notre Roya-ime. S'il ne depend Fas
de Nous, d'empether qu'il n'y air diffrentes opinions reli-
gieules dans ros Colonies, Nous devons pourvoir a ce que
la diverfite de croyance ne puite nuire au bonheur de
ceux qui y refilent, & les piver des avantages auiquels
tous les homes ont droit, en ordon.nant toatefois que la
feule IReligion Cctholiq'e Ape8i:li.. ,'e &, PRomairne, con-
ferve, I l'excluficn de routes i?s aiures, ls honneurs da
cult. public. A crL CAUSES & autres a ce Nous mouvanr,
de i'avis de note Coniril, & de ncrre ceriaine science,
pleine puiffance, & autorite Royale, Nous avon, par none
present t-ir perpe~uel & irrevocable, dit, ilatue ordonneo
difons, flatuons & ordonnons ce qui fuir.

SLa fau;e a l'Ordinairc procha;n,


,Arc pcrmiffan de MM. les Gianirl htendant,


3 '
i





Ftd ';

3 i



I p


fnr





me
ali
.3

3
fan:
poij
bo( '
qu
IU:
3'
H1
3
& l;




U.
I,

3


__~___ .__~p___C~i .-__ ____- -. .-II .. .-. ~_~1.- I I_-- -Il-.~--L-~~








( N0 i )


AUX AFFICHES AMERICAINES.


:! /,, '. Du Jcudi 12.




E Seur Llin mt, fe eifpo.e partir inceffamment
a a>vec la n is d4cl-ren re
n .oir print let C018 qui leur duivent de Ls
.. t iter les pourfuites rigourefcs. Is ont a ven-
SN-gres t N;greffes, des meubles, des chevau,,
h." ,: ,tabe, de i X rgenterie, & d',Autes effects don't
L ;oij rra s'..rzn.er moycnnant du compliant ou des fure-
ts s n rat nce.
3 L.x Siur Dcg'gillen, i bre-s-arts & en chirurgie au
~et: S-: e, fe propole de pattir incel'arm ment pour
Fri;:, ;i prie doac ianamei nt fes DP biteurs de le payer.
3 t. Argand aia, ri fi ant au Fon 1, part pour France
& le ne rien devoir; ii pri ceux qui lui doivent de
pi pZ r. %
!3 :i. T. R.boul a l'honnur de prvnrigr le Public qu'il
p pour France pour caufe de maladie; ii prie les per-
'nnes qui li doblvent de I l -'a- er, i cedlamment, & cells
q- ohi ilT' 1':IiRr moyennant o u comp mntt ou des cureu





,quid peut d.voir d-- venir recevoir leur payemtnt.
3 L. Sieur Jean-Pierre Viallt Habirtas en chit-Goave,
cclure que fa Belle-mnere, fon Ecoute & denut de (fes
Pfetdn .ont le plus a^g n'a que cinq ans, portent pour
F.;ance qP.e les n doivmmnt rien en cite Colonie.
.3 .1e Chrvalier deu Fno-, pait pour Fiance, & d&lare
me ie r devoir.
. 3 1.l. Ba'g, Fermier de ''hib;ation Te fin au Gran-i
e, part inceffamment pour Fradnce pour caule de

3 L: Sieur Pefnde, Tonneller en d etti ville, fe difpo-
fan: partidr pour France, au mois de Mai prochain,
po.jr cauie de maladie, veT.nra ou affrmera fon fdon. de
botin a, fint N gres & un 'ulltre. S'adieffer aulit Sieur
qui p!rn ra des arrangemois convenables. Sa demure eft
ru :t:-Claire, m iton de M. Ragnos, au Port. au-PTince.
S3 ie Sieur AuCh er, Hdrl o er, part pour France, pour
ce demala ; i cedewa fon fonds & fon bail de un
H.0i, Ferm- de preflrance ;a tout autre.
G3 t. AI'Trd part pour France, pour caun e de mpouca ie
Slaif: l Sieur LefvreJ fon affocir charge de fes fires
foi dtipart n cauFera aucua chaagement a leur mailon de

o3 'Nr Norj de alad Blancharere, demneurant en plane,
dep.i qljque., temps dans la Colonie, fe propose .de partir
Pcotr France. I
o3 '. Triint Baumont, rfiMdant au.x Cayese part pour
IR.ce au prin'emps prochain, it declatre ne rien devoir:
ri, pr2 fes d4bieurs dn vouloir bien le folder.
3 m. ; uyerma, Riceveur des droits d'un pour cent, en
3 vide, ure difo anc-r partir pour France, au printemps

r c;i a!:ua & un peu cowuraire; deuo j:unes N rei, don't
quier poor hore me, & 'autre cuifime, tous
S-is; divers mreubl-s confiftanc s en glaces, fecrmlaire ,
i e d'aiSi caSiules Ld ffv en marfbre, tables, armoires,
a, cipr,.t a ciura aure arichles; un cabriolet anglois
*"^** ?<:1,;;::i:jn k.auirea artiscle ua cabriolet anglois


Fevrier 1789.


en tres-bon &tat, avec les harnoms pour trois chevaux; un
fuperbe optique en forme de falle de Spitacle, garni de
fes lampes, & d'environ foixante tableaux ou changemens
de p.rfpe~ive. I1 fera bonne competition de ces differens
objeis pour du comptant.
2 Le Sieur Marchis, ci-devant Capitaine du navire le
Jean-Marie, de Nantes, & refi6 la fuite des recouvre-
mens de ce navire, fe difpofe a partir pour France, au mois
de Mari prochain ; i pri les debiteurs i la cargaifon dudit
navire d'avoir la bonte de le folder inceflamment pour lui
evi:er le difagrement de les y conrraindre par les voics
de drolt, come les peifonnes a qui il peut devoir, de
fe presenter pour recevoir leur payment; il vendra un
Negie bon tonnelier; une Negreffe fervante; deux che-
vaux d'allure, & un bon mulet. S'adreffer audit Sieur aux
Cayes.
2 Le Sieur Britard Durocq, rifidant a Jacmel, part pour
France.
a Le Sieur Jean Gagnon Ouvrier travaiilant en plain,
part pour France & declare ne ripn devoir.
2 Le Sieur Dugay, Nagociant, part pour France, &
prevent le_ perfonnes qui pouroient avoir quelques affaires
envers lui, de s'adreffer chez M"' Camr'ancq, Thtan &6
Comp. g,:i .
2 M. la.fe Lafis, Habitant a J.remie, quarter de la
Grande-Aanf, ie ifpofe a partir pour France par la pre-
miete occasion, pour raifon de ma'.adie.
2 Le Sieur J.cques Lafot, part pour France dans le
courant de Mars prochain & declare ne rien devoir.
2 M. Ch,:uvct, Hlabitant au Fond-Arabie, dependance
du Pe!i:-Goave, part poor France.
2V. Sarus, Ne.goiant SaSinr-Marc, voulant partir
pour France, pour des aifaires indifpenfables, p;ie ceux
a qui il doit, de venir recevoir leur payemInt & ceux qui
lui doivent de le folder incefTrmment, pour lui eviter le
defggrement de les y contrir.dre.
2 Le Sicur Rivaux fe propofanm de partir pour France;
au printemps prochain, prie les perfonnes a qui it
peut devoir, de fe prAfenrer pour recevoir leur paye-
rent, & ceux qui lui doiven:, de le folder inceffam-
mrent pour lui 6viter le defagr,.'-ent dl- les y contraindre
par les voices de droit; il vcn.ra ou affermera fcpt Negres
Charpentiers de moulin. S'adreffer audit Sieur 4 la Croix-
des-Bouquets, qui en fera bonne compofiion moyennant
du comptant.
2 Le Sieur Antoine Cochain, Maitre Menuifi.r, demeu-
rant rue Sainte-Claire, au Port-au-Prince, declare p-rtir
pour France, dans le courant de Mars proha;in, & piie
les perfonnes a qui ii doii, dc fe fprelfntr pour recevoir
leur payment, & ceux qui lui dloivemt, de I. ol er inctf-.
famment pour lui eviter le d el2g, ment d'u(er des voices
de rigueur; ledit Sieur vendra pi1:feurs meulles & cutis
de fon etat, ainfi que quatre Nitrre- Men.: fiers don't ur
perruquier, deux maaons & calfa's, ure Ng;efel'e, coutu-
riere & blanchifTeufe. 11 fera bonipe composition du tout
pour da comptant,


*~ *-* -. ~ *- *. 3* a'


SUPPL AENT


Ile~a~a~rcr~







fr Il
I~p~ -----~--~lra


N O U VE LLE

x v M ".7


DIVERSE


JR. 0


:r V.


1789.


21 onceso


GRAND BR TAGN E,

SOUS les Papiers Publics s'accordent a parler de la
arnt' du Roi d'Argleterre, d'une maniere tres-alarmante.
On attribue l'ctat dangereux oil fe troupe ce Monarque a
une humeur goutteue qui s'cft portte au cerveau, & qui
fait craindre pour fes jours. Ce Prince, adore de fa nonm-
breufe famille, ador6 de tout fon people, 6toit encore, au
;dpatt des dernitres nouvelles, ( 13 D&cembre ) incapable
de donner aucune attention aux affaires. II toit qucftioa
d'ktablir une regence. Le Parlement s'eft affemble a cet
leffet mais on n'eft point certain qu'il ait rien arr&t fur
cette grande queflion. 11 ne s'eft jamais prefenti en Angle-
terre de cas femblable a celui oh fe trouve ce royaume.
Des perfonnes qu'on dit tres-verfies dans la connoiflance
des Loix angloifes, penfent que toutes les foncions de la
royaute doivent tre exercees par 1'Hritier prUfomptif de
la Couronne, fans le fecours d'aucun confeil de regence,
vu la majority du Prince de Galles. 11 feroit difficile de
Fpindre ia defolaiion de la famille royale & de tous les
Anglois, qui, chaque jour fe rendent en foule dans les
Temples pour demander a Dieu le retabliffemenrt de leur
Souverain. Les fonds ont baife 'a Londres pendant cetLe
crile, jufqu'a deux demi & press de trois pour too.
L'ufage, a chaque ajournement du Parlement cl de
porter a Sa Majefit Britannique, les minutes dcs fiances;
r'eft un Minifire qui eft ordinairement charge de ce foin.
LTs minutes de la dernitre Affmbl6e ont C6: rnicmis au
Prince de Galles.
F A A x c r.
Extrait des n' 47, 48 6, 49 cu Me'cue de France.
ac Le Clerge du second Ordre a donni un MImoire par
lequel il a demzande' &re adrrnis la prochaine AfTembliee
des trats gknirsus, coMrne il ia Ct a cell du Clerg ,5.
i Mefjames viennent de fare fufpendre tous les travui,
qu'els avcient ordon'es fur- tout a Bellevue ch l'on
creufoit un caral trCs-difpendieus. C'eft par de pareilles
privatiors que ces PrincefTes fe procurent le paifir patrio-
tique de verfer annuellement au Trefor royal, la fonmme
de 200,ooo lives n.
a M. Necker vient d'ordonner I'eramen fcrupuleux de
tous les ats de dcpenfes extraordinaires faites dans les
mfaifons du Roi & de la Reine, depuis 1785. On pr~rend
qu'il y a uu moins un grand tiers a retrancher fur les
totaux de ces competes exagers ,,.
c, Ce Miniflre parcit fort cccupe des recherches fur
lnmploi des deniers publics durant le mniifitre de M. de


du Pain d'un efcalin.


1S


Brienne, & il s'occupe fur-tout a fire r0gler les mimoires
du mobilier neuf & des batimens qu'on a fits a Saint-
Cloud Rambcuillet a Compiigue a Trianon & a
Fontainebleau n.
i Au nombre des r'formes & des economiess que M.
Necker trouve tous les jours a fire dans toutes les parties
de 1'Adminiftration on remarque celle de 0, coo liv. que
couwoit annuellement au Roi 'h6tel de feu M. le Duc de
Choifiel affe'te aux Marechaux de France pour y tmnir
leur Tribunal. M. Nccker a dit cu'il pouvcit fe tenir egale-
mcnt chez celui des Marechaux de France qui devoirk 1
prefider, & la chofe a tiC ainfi r6glee fuivant fon avis
dans le Cenfeill du Roi n,
a Le ChaTelet a requ ordre de M. le Garde des Sceaur;
de lui fournir des memoires fur les riformes qui pourroient
etre utiles dans 'Adminifmation de la Juflice : le Tribunal
'eft affembli pour deliberer fur cet cLjet & il a arz r
d'ecrire aux Procureurs de Communaute, pour leur deman-
der leurs obfervaticns : on croit que tous les Tribuna~e
Souverains, & mieme lcs SeinchaufTees & Balliages, rece-
vrcnt la menme demand de la part du Chef de la Juiice ,.
i La Franche-Ccmet ayznt demand Is reabiffernenc
de fes anciens tats iii vint d'etre tendu un Edit q6i les
r:itblit avec quelques rlodifica;iiors relatives uux change-
mens que le tEmps eiige dans cct:e forrme d'Admni.:a:cn,
Cette Loi va eire envo)e a Ilneigil rment -.
c S'il en fLut cro:re le..rppocrt de plfieurs perfonnMs
qui arrivynt de ros provinces la Ncbleffe ti preqeq
par-tout dirpofie fare ks plus ,rands sacrifices au biea
de l't'tt & cn fe flat qae je L Lcn efprrit ecla:.ea darns
'Afiemblee des Notables ,.
A A Rennes, l Ti'rs- i'at a dermnde d'avolr cd.or-"
mais aux Ertts de 1a Frovirice C; ranti d DepiFUt'c que ls'
ceux premiers O;cres le Clergi & la NcAleTe rzanis
fur le pied que I'a rfge la picvir.ce du Dauphir. : Ia
Corps des Avcca-s de P.renes a arr~r de rce point aller
au Pllais, ; r:moiv:s cue lEs N.'igl.rats re crnfrtcunt a rece-
voir leurs crnfans Corfei'era, a l'igal des Noblis. Peu:--.::
eragere-:-cn ces rspprcr:s; raise lon ;fiure que la L:f.mci-
tatifln el fi grande i Penr.es, que lts Trocupis syant qu:itri
cer t. ,il e le Pa:lcmnrt en a dtn.mnr, d'au:trs au Roi
pour maintenrir Ia trarquil!iht parmi kle Cihoyen. O:i pi-
fred encore ique le Ccm:. Nantcis qui cf Il plus fcrtmll
& -le plus richt de la Bretcgne par rapport a fon conm-
rnerce ddfire d'&'re f6pat& des bLats de la province ,. (rL
f'ite ince famment.)
On re garantt l vetritd ni rtcxal~tiud: d'au:une d2 ccsi
noQiiellUs extraltes du Mercure.
Extrait di W 92 de la G C tte ds P ys-Bas. :
c Les Colons de Saint-Domn:gue perfiv.'ent a d'_cn,.-
der des Reprefntans A 'A2ikmbI ;l V 's 4 :a:s g nra ix, .


DU SAME I4 VR IER


_ ___ _I~ _____ ____=_=i__=l=;i_lf=E;==i


^ ^.....-.**-..........^


--l-2clc~C~-~*--rrn
-~-~-saacrrr
1


-- -- ----








p~irot n mnmoire fitr la former Ia pplus liegle de proedder
' I' leeiioa des Deiputs de la Co;onie. Elle dernande pour
ia rc-eBlentation lc droit d'en 61ire feps. Elle efpere qu'on
lui accordera une conftittion ftl:ble & la facuLitc d'entre-
t .iar a Pirias uno cofmmlrion intermi diaire qui la pre-
iervera 'a am dis de l'.ib:traire & qui, en relferrant les
qe*dris qui f'uiiemnt la Mrtropole la mettra pour tou-
3jo s focus la protedion des E:ats generaux & fous celle du
Souverrin. On ne peut guare refufer cette demanje : on
fit qu-e fi l'Ang!eterre avoit for:ffert dans (on Parlenaeut
des Deputes de I'Amerique epcentrionale, elle n'auroit pas
,ir.',. a Boron &. a Philadelphii le regime outre d'un
a"dpin"e fiscal i.u
Extrait du n" p9 de la Gatette de Leyde.
(c Lcs Colons de Saint D-mingue avoient demand,
P.erde admnis.aux prochains I."ats gcnraux. Ses Comrnif-
fairus ecrivirent A ce fuje3, ie i3 Aout dernier, une lcitre
au Roi, fin ein c.tt quaiti p2,r Mcr-. l Due de Choipfu-i
Frazfi'. 1e Marquis de Gouy d'Arfy le Dec de Cirefle-
tr-:.cas, le Comtne de Riyn:ud, de Peyrac, le Comte dcl
a1lhrio le "iarqis de Iarc. y le _Chavarevr Doii, &L
le Marqnis.de Pcrny. Cette le re, publiae dans le temnps,
fr': retnile e i4 S.ptembre M. Ie Comte de la Ltuerne ,
viiri(fre de la Marine q 'Ui fe cha-gea de la prfcenrer a
Sa Ma;?, Les Comr.miTires y expofoient au norn des
Colons de Sainr-Domingue a qcu lors des dcrciers Ptrats,
~i leurs ayeur n'avocinr pas encore traverfi les mers &
,, q'e la branche vigoureufe qu'ils forment aujourd'hui
, n 'toit pas encore feparde du tronc. .- QuCe accroif-
,, foment, SIRE, continuoien:-ils dans un fizcle & demi!
; Noues avons ete dCfricher des terres inconnues; nous
,, avons baui des villes ; nous avons prefque fonde un
,, Empire. Vicimn s du ciimit, nous avons brave la mort
, pour augmenter vos p.nflfion" s ,, quand enfi it a
', it" bien reconnu ce la nature refufoit aux Francois la
force de corps necefaire pour culiver un fol br.el fous
,, une zone ardente nous avons conferve nos totes pour
Scrdonner Ies travaux & nous avons ete chercher au
, fein de l'Afique un people enter d'habitans acclimates:
e nous leur avons prefcrit d'enrichir la Meiropole & notre
,~ Souverain & pour prix d'un travail, tiibut que le
,, pauvre paye par-tout aui riches nous les traitons par
,, humanie. & par i~tect comme nos enfans en depit
,, des afterions erronfes de quelqsues Philofophes nova-
Steors. Aijcurd'hui, S: n, nous mettons a vos Fieds le
, rfultat 'heureux de tant cd pines, de tant de travaux,
,, de tant de courage, de t.nt d'amour : agreez Ie fuccls
,, de deux fihcles; & daignez un ncment en appricicr la
s, valeur. Du hau: de vo:re Trone, promcncz vos regards
3? fur toutes les provinces de la France ; m'furecz leur
, e:,enu ; que vtore c3l enfite franchci 'Ocean; qu'l
,3 embraffTc limrwenfe pays quo nous repr6renrons ; qu'il
' ccmnpte Co vi~es ou b'urgs fix mi/K h.;bitations qui
Sfont autant de villages, co lieues de cutis, qu'il voye
3s la navigation en:trecnue par nous, le commerce vivifie
a par nous ; qu'il voye en temps de guerre, nos biens,
,' nrts perfonnis, Is premieres vicames dn l'ennemi; quil
* r:otis voye aors. les premiers dzfenfeurs de 'Itar ; &
'" adainez, a cos titrrs, nouis afigJner, comme a vos autruss
,7 enfans, (nos frhres, une place dcir;s l'Afembie prochaine
d de la.grpade fami;le 7.
a LMs ComTmi(if;iies des CG!zns de Sarnt Domigue
p demadint d'a:ys ces motiis -1 au mroins trois


82 3
,, Deputes de cF;acune des trols gran!es divisions de
,, Colonie, lefque's pourroient 6re choifis par l'Ai'i~ni,
ge nra!e des Colons r6fidans en France, qui forment la
plus gran:i nombre des grands proprietaires don";
( di.ant -ils dans leur Ictre au Roi ) la plupart
t, i'hL.nur dapprocher tous les jours de vocre Perionn1|
OUii, SIRE, ajoutoient-ils, les liens du fang ces lie
que rin ne fauroit rompre, orut uni pour janais votte
I NobleTe avec Saint-Domingue. Votre Cour eft devtna
Creole par alliances, & nous nous fe'icitons de penfer
7, que nulle province du Continent n'a l'avantage d'entou.
n rer Votre Majetfh, d'auli prMs que fes Colonpics d'Ami
rique. Cependan:, malgre cet advantage, le [Ioi
a re;j/ce iur demande & il n'en cef pas imem queftio
parm iels objects que M. Necker a p:opofes par ordre de
Sa MjtdAid la confid-raicua dis 1orables, pres defquels
on pretend naanmoins que ces Commiffaires front de
nouvelles instances pour obzenir leur demande n.
Nous emprurnons ces articles des Gazettes des Pays-Bas
& de Leyde rmais d'un c&or nous ignorons fi ceite
dermire efr bien f,?ndie a dire que les deandes or.t e
rejet6es ; de iautre nous croons qua le Redadeur de la
Gze tte des P.ays-Bas eit mal infaruit, lorfqu'il infinue qLe
I'Ar:g!ererre n'a point voulu fouffrir dans fon Parlement
des Depurts de i'Ar;erique feptentinonale. Les Anglois
cfrirent aux Am.ricains d'etre reprefenres par 16 Membres,
dont un pour chaque Colonie y corpris le Canada la
Notvelle- fccl 'e &. les Fiorides. Les treize Colonies,
aujourd'hui lIs treize IEdats-Unis, refuisrent unanimnment.

M. le Comte de Brienne ayant remis au Roi le 3o
Novembre, fa demiffion de la charge de SecrCtaire d'ltat
d la Guerre, Sa MaC,:q a pourvu de certe charge M. le
Comte de 'uayfigur Lieutenant general de fes Armies,
Membre du Conreil de la Guerre.

D U P oar A -P aI N C .

M. le Gouverneur Gnral eft' parti de cette ville e
de ce mois, pour fire la tourn6e de la parties du Nord.
M. i'Intendant eft parti le I pour la Gonave, d'ou it
doit fe rendre a Saint-Marc & continue fa route pa
terre pour le Cap.
MM. les AdminifIrateurs dolvent dans cotte tournee,
reconnroire l'tat de la nouvelle communication pour les
vcirures, examiner un novel embral?:h:ment, au moyca
duquel on cfi.re abrC6ger de ou 3 lilies le ch'min pour
Ics g.ts chva,, ainfi que d'au:res entreprifcs inatreiflusa
pour la Colonie.

S d'rt Z de i'Edit dir Roi corcernant ce: 11: ne prof ."t2
p,,s LI Rcliqion. Catholique, d.ns hs Colonits de i'obrijancs
de Sa Mijef?.

ARt. t". La Religion Catholique, Apo;olque & R,-
mrine continuera de jouir feule du cule public clans les
Colonies de notre b'ifflancc. La na'Tance, Ie maria ge &
la mort de ceux qui la profdlent, ne pourront, en aiuc-J
cas, rre conCriftr autrement que de la maniere autorifct~
par ros Ordonnznc.s.
2. Permetron. neanmroirs ceux qu; fon: ncs r is tFr'n-
:d!te des terres de no:r, dmina:ion, & qui prof:Rfent une
autre Religionn qve la Catholique, Apo olique & Romainc,
foit qu'ils aient a~tuellmeat leur domicile dans nos Colo-


RIP 1 7"__ _~__~~


~r~I*IYI~J~ 'srr~g~ --







Ies, fet q Eu'!ns vinntnt y'y tA1'ir dans la fhte, d'y jo1i:
e ous les biens & droits qui peuvent & pourront leur
,u appart"ir, a titre de propri'td, ou ritre fucceflif, &
y exercer leurs commerce, arts, mntiers & profe(lion,
s que fous pretexte de leur Religion ils puiffTnt y ctre
ruble s ni inquietes. Exceptons nianmoins defdites profef-
Ins, routes les places de Judicature ayant brevet de Nous,
commiflion des Adminiftrateurs defdites Colonies, a
toins que Nous n'en accordions des difpenrfes exprefies,
ur les tnotifs defquelles, en cas d'erreur, Nous autorifons
os Confeils Superieurs des i oonies, 4 nous adrefler les
eprfeaations qu'ils jugeront convCnables.
3. Pourront ceux de nos Sujets ou rangers donticilis
ans nos Colonies, qui ne feroient pas de la RA.ligion Catho-
iqte, y contra8er miriages enrr'eur, dans les forms qui
oront ci-apres prefcrites. Voulons que lefdits marriages,
miffet avoir dans I'ordre' civil, a f guard de ceusk de nos
;uets onu trangers qui les auront con.tra6s avec lefdites
bomes, & a I'egard de leurs enfains, les mimes efitts que
usx q'i font contrrtas &" cAelbres dans la forme ordinary
,ar nos Sujets Catholiques.
4. N'entendons neanmoins que ceur qui profefferont dans
tes Colonies, une Religion diflerentde e la Reiigion Catho-
ciqe, puilfent, focus aucun pretexte, fe regarder comme
orps, Communautm ou Sociit particili.re, ni qu'iis puif-
nt a ce tire, former en nor collchif aucune demand,
lonner aucune procuration prendre aucune d(lib.ration,
aire aucune acquifition, ni aucun autre afe quelconque.
lifons tris-expretfes inhibitiohs & deffenfes k tous Juges,
rreffiers, Notaires, Procureirs, on autres OfHciers puiblics,
ie rdpoidre, recevoir, ou figner lefdites demanded, pro-
t raions, tidlibi. nations ou aurres, a peine d'interdiaion, a a
ous nos Sujets, de fe dire fondks de pouvoirs defdit,-d pr:
tndues Communautis ou Societes, a peine, d'.tre. r iuatei
nteuirs & proteFteurs d'affembles, d'affociati:-ns ilUictes,
Sconmm tels, pt:nis fuivant la rigueur dE Oridonnances.
S. Ne pourront non plus, ceux qui fe rtcendroient Mi-
"ltres & Pafteurs d'une autre Riligion qu. de a Religion
athoique, prendre ladite quality da. aucun aae, porter
Ie public un habit different de ui des autres perfones
d ladie Religion, ni s'attrihbue au.cuae prerogative ni dif-
tinfion, Leur deffendons fpci ',rent de s'ingrer de dilivrer
cunsl certificates de maria'; itailfance, on dpccs, lefau ls
us dearons des pret nuls & de nul, eftt, fans
q'Wen aucon cas, n osI ,:g ni auires puihmt y avcir ~gird.
6. Enjoignons a oos Procureurs des Sidges dcs Colonisi,
e vziller enaemnt I'cxc.kution de l'Article prc&dent,
a Ce qIui Noncerne dftene fale aux Mniflres ou Paf-
tV .rs d':One e 4, t1' ,
t .s ,ne au're Iligon, des s'en arrog.r le ttre, ni d'e
t r e r?,ck/ere en pu'iic. Voulons quTiis informe;nt
f ut cv i [.; its Adniniftraturs dfiites ,Colonies. A *
t ..s.. qui pourroies t r:: fuirc, s cet C i afi:
, i. icontr ,?vian fo;ei:, par lears o "-r revoy
des. Colon: moi-As qu'il n'y it en de a part der-
i 's injres1c, Pateurs une entrpif pU~bliq'Ie, au. el,,
le pourfuivre d ~'e: s TI bul" orji rs l
turbi1teur s de la r quil ,." .' ". op r-
7.l aons pa;iot ,,l oui e
Ql'itfe R igion ro 'is p iLbr d:; d e s'career &a re
"in e c tSainccs C a.t i .- .,;o.es,
av j o des C:c.CUIS urS i ~ iet co,. ir C.Oles1 e
,t'a ,-:.. A.,.. ....... a o..nto t~c .


pou-ftb-;ls & jugn.s z: s teGt. !, r'gucur des Ord.e '-res
6.: corm le It rolent ou dvr'ie.nt i''ctre en p"rcil cas, cvx
dj ncs Suje-ts qui preof';.lT.t laf'iile Religio. .
8. Ljur enjoigrions rde r conforme.r au: rIegem ns d-
Police, U '.Cgard de i'obf~vation des Dima.cas e& d.:s
F'tes comma11nd3es.
9. Vouiorls ed outre, que tois Particuliers etr-:lIs d'-nS'
nos Colonii.s de qucique qualh- & condilon q sils foi-re:,
& qvii ne, profcrent pas ia Rigi cn Caitholique, foient
obligCs de corrTibuer commr e nos autres Sujts, cux Lr.;.-
fes re&tives a entruedin, r para:i.;n & r :e:oniSl.,iion des
gUifcs paro ; e, Chapelles, Presbresby:lges, cgcmnen des
Pit nes iculiers 0ou reg'lilrs employ s dans i'cs .lirCns
de nofditcs Colo'ies, & genartiemcnt routes les charges
de cette nature dion nos tClons Caitoiiques peuvenm.t C
tenus.
o1. N'entendors toutefiis que,-fous pretext e Ie'Ar'cIe
pr,-c dant., cn puiffe rommer lefdis Colons irn-Catholi-
ques, aWix charges de Marguilirs, ni leur dnmner aLc'e:
d:aim, furve6ilance ou ccmmiffion, rlakifs au fervice de
PJglife C athc!ique, & a I'exercice de la Re!i5ioni domi
nanti., DLciaLrons l'iavenir a.u les & de nul e.r, 'ron
deliberations onu leicons qui tendrcient a former le(dits rnon-
Catho!iques arenMplir d s for.&ions qui leur font interdites
par leut croyance.
1 Ceux de nos Suiets -ablis dans nos Colonies, & qui
. nta.t pas de la Religlon Catholique voudront ccntra~ter
manage cn.'eui feronat tirus de fair publier leurs fan-
e;I'1s le iiu du' doamcil ad:u ede chacune des Parties cor.-
traQantes., daCs celui du domicile que lefdites Parties ot
rune d'elles auroient eu dans nos Colonies, & quirtn depuis
moins de trois mols, f c'eft dans I'etenduc de la meme
Pi C & luie & dans la trinme Colonie, ou depuis rncins r e
fix mr'is, fi c'ft dans une au're dh ncs Colornes & une
autre Prifecture, ou dans une autir Cclonie, quo4iUse da-as
la nmem Prkfiaure, ou entfia dans uine autre Pr f -ure
f.ulement. En outre fi elles font mineures, ladite publication
fera encore faite dans ie lisu du domicile db leurs phre,
mire, tuteurs ou curateurs, don't le confentement fera
Sindifpenfablement nceffaire pour la confefion defdi:s
: marige, .c.mme & ainfi qu'il I'ePL, aux terms de nos
obrdonnances, -a i'gard de nos autres Sujets, & (fus 1s
memes pe:nes.
12. Si tourefos noditts Sujets non-Cathol!ques, voulant
s'unir entr'eix, n'avoient pas cdas celle de nos Colonies
ch Iur marriage devra avoir lieu, un domicile d'un an
rivolu, ils front affujettis, indpendamment de ca qui eft
precrit par 'atvicle precedent, a rapporter aux Cures oa
aux Juges qui devrc;t fire la publication de kluis bans,
un as?, de norori t< dlivre par le Juge du Si*ge de leur
rfiLence aulle, tu FTar ua Notaire, s i's nhabitent pas
le chdf-liSu dc la :ujidi8ion, pcrtant qu'au moins deux
perfonres, rnotirnemnt connues & dignes de fci, auront
affirmr par ferment qu'i!s ne font point szlnes.
S3. .Ls Etrangers non-C.athciqu.e rfidans dans nos
Colonies .ui eo ,on -, y n er ferornt obliges de (e
conforer l'ar:idl onz c-deffu;, mais, a leur egard,
r~in. ne prra fEappier iinne rcAvolue de rfidence dans
ceil; dce nos Colonies qulls habitenr.
14. 11 iera au choi dcs Parties contra&antes de fire
pu'OiIr leurs bans par les Cure ou Vic.ices, ou par les
Officiers de 3Julikedeiis lieui, ans la former ci-apres
prefcrite.
S5 Les Curxs des paroiCes do nos Colonies, ou leurs


___ -n~-m~c"rr~--l~-r^rCC*--"CI-II~T~--~


I-~h~-*--~-~---~--II-~~. _I C I r-'


I


L_-L







[ S4
Vicar~es, front tens de publer les bans des non-Catho-
liques, fans faire mention de la Religion des contratans ;
& en cas que lIs Paities aient obtena difpance d'une ou
de deux publications, elles front tenues d'en jufifier au-
dits Cures ou Vicires, qui en front mention.
16. Scront, audit cas, lIs oppolitions aux marriages des
non-Catholiques fignifices auidirs Cures on Vicaircs, qui
en fEront mention dans le certificat de publication qu'ils
dcliYrercr.t aux Parties, dans la former ordinaire.
17. Si les Parties ne jugent pas propose de s'adreffer
audits Cures ou Vicaires, ou en cas de refus de la part
de ces derniers, leurs bans feront publibs en verm d'ordon-
ni ce du Juge du lieu, ou de 'Oificier qui le reprefentera,
Pls jo'rs de Dimanche ou de ftes commandeer, a la fortie
de la Mefle paroitliale, par un lHuifier qui en fera kIcare
a haut-3 voir. Sera en outre copie enr'ire & lifible des
r-om.s &< qualitrs des Parties, des dirpenfis s'il en a C t
accord & de l'ordonnance dla J''ge, avec mention dE la
dae de la publication, fi c',I la premiere, feconde on
troihinme affichie par ledit HLiiflier la p-rte ct.,rieure de
i ef, fe.
18. Pour affurer encore rnmeur I'erecmion de l'article
prc.de:-nt, voulons q-ie 1Huifiier charge de fire les publi-
caions de bans, require deux pertonnes du lieu oh elles fe
ferent, de figner 1'orig;nal de .1di'e publication, ou y
fae m ni.Zon dte e r s, en lus .iS.fignnant & les romrmait.
19. D.ans le cas de l'article dix-fpt, les opp~ofiio.s ne
pourron;t tre fignifiaes qu'au jage, au doaic:il di Girc
de fj Sig. Seronrt tenues en con 4i'nce les Pattics de
prendr. du Greffi r, en fuite des originaux de publications
de bans dilivres par les Huiffiers, un certificate de nor.-
oppofition ou de nmain-levie do c2lles qui pourroient avoir
ere faites, fais lequel certificate il ne pourra etre paffT outre
aui declarations de mari-ge.
:,. Dans tous les cas c'oppofition aux marriages de ros
'Sujts & Etrangers non-Catholiques, la main-levCe n'en
pourra etre demand e que pardevant les Jugcs de nos Sieges
qui y fhrueronr, fauf i'appel a nos Confeilh Si uprieurs do:.t
lefdits Sieges reTortiffent.
s2. Chaque Prefer ou Vice-Prtfet aportoliqie accordera
dans fon difita,, i caux qui ne fant pas de a1 Religion
C4holique, des difpcnts de pub'ica:ion de bans, cmmeni
.Is fonit en drir & en poTffdiion de lis accor!er r.-ir
qur prcoflifTnt ladI;: religiio. PoIrrort encore lefdits Pr'ifts
o:; Vice-PPrLfets le'.r a:ccordr les dipefes de parent' au-
'd. d troiiun...e d'--.
2. Sera lifrti.ib a nos Sijets & aus lrtrarg.rs noE-
Ctii q '.es, re s 'a:drer au J. d' o Si' ei, fron dfavi,
3a I OfHcier Cqui I rep:5rflnt, pcur ob :.;r les dI!;fpnfs 'J
P"bli:a ldn ce bans oa de pare'n:, r.'.toonne: s en 1'articlI
prc den. ,
23. A IeS:d d'es difc/ e 'c-r: trLifi de..., eles
front ac-ore.zs a !.s nor :h,:cl'c'i-ycs pr Ar:e:5 de r.os
Cord:ijs f.'peieurs dcs Cobo': :, e'a form? ce leCtrrs d-
charn-c;lle, fur i:s co"c: C!,--l."s de r.os g:"r-, djfl-e's
IAr. s cs cs e cEibra:ion d ariage p-e t
m-.n i'rn eypreTe".
*4. rAps qs'i! r a e, pr-'c a la p- lcrstIo 'e
b.r,'... ii icra IaC ibie 3ou Pajr:i'- -I1 ir.-: 3-vorJ .. 5nr l,. Sres
:n Vic,'n.ir-sr, cu pFrdevant l: J:'- ci clui qi '. e r pr2Ants
. f10 .'if-Lt, d.r.s le !i du d3e I.:r rj.!Lnce, la d ri a inoi
dce leur mmairi;io, en I-rT raFpor'Tan:: !.s cer-tfliats d- ldi-rI


J
publication firns orpof ulon, ,a main-levee des oppofl.e,
au cas qu'il y en ait eu, expeditionn des difpenfes lu
leur aura ete nice'ire d'obtcnir, ensemble le coafentciir,,
de leurs pere, mere, tuteurs ou curateurs.
s 5. Pour faire ladite declaration, les contrauans fe tranr.
porteront, affiles de quatre temoins, en la rnai(on du Cu(,
ou Viczire du liet cuh li'ne defditcs parties aura fon (dokn.
cile ou n celle du Juge, & y declarcront qu'eltes fe 10,1
prices ou fe prennent en legitime marriage.
.26..Ledit Cure, Vicaire, ou Juge, declarera aux parties,
au.nom de la Loi, qu'clles font unies en egitine maritag
infcrira lkfdites d,'latations fur lcs regifres deftinis a
cffet, fcra mention de la publication des bans fans oppc).
tion, la main-levee des oppofitions, s'il y en a eiu, d,
difpenfes, fi aucunes ont 6.6 accordees, du confcntcrnt,
des pere, mire, tutiurs, ou curateurs, fignera le tout a
fera figner par les parties contralantes, fi elles faventfignr,
& par les r~moin%.
27. En cas que les parties contra'antes ne foient pua
domiciliees l'une & i'autre dans le Ir nie lieu, elles powt.
ront s'adreifer a cei:i des Cures ou des Juges, dons l!
paroife ou le Reffort duquel fera fitu le domicile de i'u.n,,
defdites parties, qu'elles jugeront a propose de chcifir, Or
recevoir leur dt.clration. Mais ne pourront lefdits Cure'.
on Vicaires, ou le-it Juge reczvoir ladite declaration s';l
ne luar appert du confl ternent du Cure ou du Juge d, lI
FproiTff ou du domicile de l'autre parties, en former d,,
ccmmiflioi rogoIoire. Et front lefd'ts confentemeas qii
ne pourront etre refu'is par ceux defdits Cures ou Vica.K
res, ou Juges auxquels ils feiont demands, enoncLs ,:
dates dans l'a.te de declaration de maiiage.
2.. Les Cures ou Vicaires auzqnc!s les parties s'adrcflrtont
pour recevoir leurs dklaratins de maniages, les inicriro..:fdK
les trois doubles des regiffres ordiraires, des marriage de lor;
paro;ffe, &dot un pour claice paroliTe, I'autre pour le GrtEfi: '
1a Juridition, le troifibme pour le dbieo: des papers p,.bi[
des Colcnics, ,;abli a VeerfdaiUcs par nctre Ldit cu fmolsd
Juin mil fept cent foixarte-f iz., les Jug:s, fur Ics re'rin
don't ii fera ci-aprbs parlie Et fera tout ce que deffTu o.'%rv;
fous les mnm:s pic"s que celles prononcnes par es or-!rn-
rCrnc:.s, edits, dec!aratios & reglerer.s, a i'gard des fl.
malites fuivrn da.s les mariAges de nos Su.jvts Catho"il- o.;
:9. Et quanrt auz unions coj,-'-g-cs qu 'auroien p- c.-.
tr7rtr, foit dans notre RIcyaurme, rcit dns r.os Col'.i,.
:cc:c':r:s de ro Stjts ou Etrar.ges ncn-Calholiques, *.':
" dcrnicili's ddns rcofites Coloni;s farss avoir c!..'
les formalits prefcrites rar Or.cns r Dnr-ccs, vculori
entencxor, csu',en fe conformtnt par ,eux f-, duirpo,-."
fuivantes dan5s 1- trrm- d. J cir-huit O.i5, i c mpt-r '!
j r de la pub!icaticn ,L enrcgilfrennit e rot e p1,.''
Edit r3 C.orfi;l .p ..i .ur de rs l R ,: i ri .. ..i l*
2c t dom!i. i i!s puI.de;t vcqu rf r puur ep- & ''
I urs ,., rs, la jori:l, r:ce d, t:-ur I d i'; s tZr:Su rs c'
t:.ri ?cs jt,;Ig.ie, a cormter d-iu jo ur de eur uroion, ''i
i iapporteror-t I F~.. Cve, & c: dvclarant le nombre, ';


La. j." J i'Or!.'.... c :a.,


O-i troue to v 'L.rs ia':r!p.ri::r;e Royale d ctte vi'.'
I'O'geant "vcrJ du Sieur Ch.afaon.


D E L' I M P RIM ERIA ROYAL E,


_ ___Ll


A U 0 R T-A U-P R I N C E,








(N' x.)1
.. -..--? r I Ar I rIkr~'IC I~rW~~ AAA mr~~All g


SUPPLEMENT AUX AFFICHES AMERICAINES.


Du Jeudi 19


Fdvrier I179.


I [E Sieur Marche is, ,-deJ p t e du navire le
a an.Maric, de Nantes, t reftt l la ite des recouvre-
ens de ce navire, fe difpo fe arpour France, au rrois
e Mari prochain; il prie les dibiteurs a la cargaifox dudit
avire, d'avoir la bontm de le folder incefamment, pour lui
viter le defagr6ment de les y contraindre par les voies
MO e droit, come les perfonnes a qui il peut devoir, de
0 e prelenter pour recevoir leur payement; il vendra un
VCiTgre bon tonnelier; une Negreflf fervante; deux che-
aux d'allure, & un bon mulet. S'adreffer audit Sieur aux
ayes.
l 3 Le Sieur Er:ard Durocq, refidant a Jacmel, part pour
Sul1 rar ce.
S 3 Le Sieur Jean Gagnon, Ouvrier travaillant en plaine,
art pour France & declare ne rien devoir.
S 3 Le Sieur Dugay, Negociant, part pour France, &
revient lea perfornes qui pouroient avoir quelques affaires
nvers lui, de s'adreffer chez M" Carnmrancq, Thcan &
a ompagnie.
e M. !laife Lafis, Habitant a Jerimie, quarter de la
eli iande-Anfe, fe dilpofe a partir pour France par la pre-
ieie occasion, pour raifon de ma!adie.
3 Le Sieur Jacques Lafowt, part pour France dans le
tQUI ourant de Mars prochain & declare ne rien devoir.
"' u 3 M. Chauvet, Habitant au Fond-Arabie, dependance
Flo u Petit-Goave, part pour France.
el 3 M. Sarrus, Negociant a Saint-Marc, voulant partir
tei our France, pour des affaires indifpenfables, prie ceux
'RI qui ii doit, de venir recevoir leur payment, & ceux qui
C'A ui doivent de le folder inceffamment, pour lui 6viter le
leu lfagrement de les y contraindre.
0o"' 3 Le Sieur Rivaux fe propofant de partir pour France,
"U printemps prochain, prie les perfonnes a qui ii
peut. devoir, de fe prifenter pour recevoir leur paye-
ment, & ceux qui lui doivent, de le folder inceffam-
aent pour lui 6viter le defagriment de les y contraindre
par les voies de droit; il vendra ou affermera fept Nfgres
Charpentiers de moulin. S'adreffer audit Sieur a la Croix-
Sdes-Bouquets, qui en, fera bonne compoftion moyennant
It u comptant.
3 Le Sieur Antoine Cochain, Maitre Meniifier, demeu-
ei tant rue Sainte-Claire, au Port-au-Prince, declare partir
e pour FramKe, dans le courant de Mars prochain, & prie
Sles peronnes a qui ii doi,, de re presenter pour recavoir
leur payment, & ceux qui lui doivent, de le folder ixcef-
le; famment pour lui eviter le defagriment d'ufer des voices
Sde rigueur; ledit Sieur vendra plufieurs meubles & outi!s
pl de fon tatr, ainfi que quatre Nigres Menuifiers don't un
Ierruquier, deux magons & calfats, une N6greffe, coutu-
'ere & blanchiffeufe. I fera bonne compofition du tout
pour du comptant.
3 Le Sieur bi Lafofe, itant oblige de fare un voyage
Por la Louifiane, prevent le Public de s'adreffer en Ion
fence au Sieur 1. L Lapauue, Affocie de fa maifon de


Commerce, fous la railon de Ed Lafofe tapiute &
Compagnie.
3 Le Sieur Ccurderoi, Habitant pres cette ville, part
pour France & laifle fa procuration i la Dame fon rpoufe.
3 Le Sieur Jean-Paul Arnaud, Capitaine de navire,
grant la cargaifon du Conflantin de Marfeille, Capirainr
Martin part pour France fur ledit navire, du iS au ~a
Mars prochain; il prie les debiteur 'a cette cargaifon, ainrf
qu'a celle de la Fourmi, Capitaine AMertlee le lefolder incef-
famment, afin de lui eviter le defagremdirt d'ufer des
voies de droit.
3 Le Sieur Jofeph Lientard, Officier de navire, part pour
France fur le navire le Conflantin de Marfeille Capi-
taine Martin.
a Le Sieur Pourcin aind, Capitaine de navire, grant
la cargaifon de la corvette la Societd, de Marfeille, Capi-
taine Madon, part pour France fur ledit navire; il prie
les perfonnes qui doivent a diveifes cargaifons"'comnme
a celle-ci, de le payer, & faute par eux de le fatis-
faire, il fera force de les y contraindre par les voies de
droit; il a a vendre un Negre bon domefiique, lit ,
armoire, bergere &e. II fera bonne composition pour du
comptant ou de la denree.
2 Mime Aubert, demeurant en cette ville, arrivee depuis
peu dans cette Colonie, part pour France, pour cau!e de
maladie.
2 M. de Bordes, ancient Officier d'Infanterie, Habitant
I la grande riviere de Jeremie, part pour France dans le
courant d'Avril prochain, & previent les perfonnes a qui ii
peut devoir, de s'adreffer a MMr veuve de la Valette,
Habitante audit quarter, charge de la liquidation de fes
dettes.
2 M. de Cocherel, Lieutenant des Marichaux de France;
par conge dans la Colonie, Habitant au quarter des
Gonaives, part pour France.
2. Le Sieur Jean Atun, ci-devant Machoquet au Bou-
caffin, fe difpofant a partir pour France au mois d'Avril
prochain, prie les perfonnes a qui il peut devoir de fe
pr~fenter pour recevoir leur payment, & ceux qui lui
doivent, de le folder pour Iui eviter le defagriment de les
y contraindre par les votes de droit. 11 affermera un empla-
cement fituf fur la grande route du Port-au-Prince au Cap,
fur lequel ii y a une malfon principal confifant en trois
chambres & deux cabinets, un petit magafin de trente-deux
pieds de long, un autre fervant de boulangerie avec fon
fonds & fes uflenfiles ,le tout en bon itat; plus, un grand
magafin de cent quatre pieds de long, difiribue en quatre
failes, dix cabinets & une galerie fur toute la longuour
dudit bariment; il joindra deux domefliques dorit un cuifi-
nier & I'autre perruquier. 11 cffre de laiffer la maifon prin.
cipale toute meublee; & il affermera pour le temps qcu
I'on voudra moyennant bonne caution. S'adreffer audit S"
Jean Ap.n, au Boucaffin, ou au S Girault, audit lieu.
SM. Sage du Werdier, part pour France, par conge,
pour caufe de maladie, & declare laifer le Sieur Le/piaut:,
Dy4ieur de I'H6pital, charge de fes affairs,


WO-W&-M-&


I


-


cl-


a









Le Sieur Godefroy Borde, part pour France dans le
courant du mois prochain; it prie lks perfonnes qui lui
doivent, tant a lui qu'en vertu de fes procurations, de le
older avant ce temps, afin de ne pas lui caufer de retard.
2 Le Sieur Jalabert, Perruquier, part pour France, &
.6clare ne rien devoir.
2 Le Sieur Martin, Aubergiffi, part pour France, pour
caufe de maladie, dans le courant de Mars prochain; il.
previent que c'eft la Dame fon epoufe qui fera charge
de fes affaires, que cela ne caufera aucun derangement i
fa maifon, & qu'elle continuera toujours fon commerce
focus la raifon de Martin.
2 Le Sieur David, Marchand Orfivre en 'cette ville,
part pour,France..
2 Le Sieur Jacques Pinatel, part pour France.
.2 s. E. Thouron, part pour France.
2 M. Canivct, Confeiller au Confeil fuperieur de Saint-
Domingue, fe difpofe a partir pour France, par conge,
dans les premiers jours d'Avril prochain ; il a h vcndre un
I 5ulatre ga de 18 ans & demi, Creole du Port-au-Prince,
Perruquier, Coiffeur &c. un N:gre, Perruauier, Poftillon ,
blanchiffeur de bas de foie & joucur de violin; un Negre
Cuifinier; une Mulaitrcfie 8ae de 41 ans, blanchifreufe;
urie Negreffe blanchi:iufe ,& fa file agba de 13 ans,
coufant tris-blen; des couverts d*argent, armoires, glaces,
lits, commodes, un bureau de 5 pieds, & a cylindre,
biblioteque avec trois cents cinquarne volumes don't cent
dix de jurifprudence. 11 vendra auffi deux Nigres Char-
pentiers, & un Orfevre; il ne pourra livrer ces trois
Negres qu'au 0" Avril epoque de 1'expiration des fermes
qu'il a paffles, depuis plufieurs annees, des Ouvriers de
ces Metiers, an Cap & dans la plane: pour ces trois Nigres
on s'adreffera ~ M. Sariette, Procureur de l'habitation Lamo-
lere, au Quarrier-Morin ; Md. Canivet, ou M. Saricte, rece-
vra en payment de ces objets, de I'argent, des denr6es,
des traces fur France., ou des billets accepts a trois mois
de vue, fur des mairons de Commerce.
2 M"e veuve Bewot, part pour France avec fon enfant dans
le courant de Mars prochain, & dIclare ne rien devoir,


4w Do AIX


D RO I


2 En vertu d'ordonnance de MM. les G-neral & Inten-
dant, en data du 4 Fevrier 1789, le Sieur Louis Prudot
Vetauxblanche pourfuit en reunion un terrain pour culture,
de huit cents pis en carre environ, fitu fur le rivage gauche
de la branches droite de la grande-riviere de la Grande-,
Anfe, borne d'un c th de ladite branch droite de la grande-
riviere, d'un bout du rivage gauche de la riviere dormant,
d'autre du Sieur Louis Jean Reverdy, & d'autre bout de
terres non concedes. Ledit terrain concida au Sieur
A'uguflin Chqneau le zz Dicembre 1754.
2 En vertu d'ordonnar.ce de MM. les Geniral & Inten-
idant, en date du 4 Fevrier 1789, 13 Sieur Louis Charlet,
pourfuit en reunion un terrain pour culture, fitu dans les
hauteurs de la Voldrogue, quarter &c paroiffe de Saint-Louis
de la Grande-Anfe, borne ~ l'ouefl de M. de Sainte-Marie,
an nord & a l'eft de terres non concd&6es, chaffant au fud
quinze cents pas fur fix cents a left. Ledit terrain concid6
au Sieur Chereau, le 90 cobre 1770.
2 En vertu d'ordonnance de MM. les General & Inten-
dant, en date du 4 Fevrier 1789, les Sieurs Bernard Darronman
& Franrois-Viqoire Rivibre, pourfuivent en reunion un
gerrain pour hate & corail, de la contenance ( quiz


cents pas carrCs, fitu dans les hauteurs de la Voldrogu,
au lieu vulgaircment appel les huu eurs de l'Iflet o
Mahotiere de la montagne, borne l'eft du pied du morn
du Foold de la Mahotiere, chaffilt ~ i'oueft fur les ten
non concedes, nord & fud terrain non concdd. Led
terrain concede au Sieur Joftpl Lamoffun de Saintcat-a
le 29 Odobre 1757.
2 En vertu d'ordonnance de MM. les G&neral &8 Inen
dant, en date du. 37 Janvier 1789, le Sieur Scvurjon 4 ou,
fuit en reunion un emplacement a l'Arcahaye, numeroi
37, concede au Sieur Jean BarTbau le 12 AAct 176
born a l'eft de la favanne du Presby there, au nord d
Sieur Lully, a I'oueft du nommn Bafiien, N. L. au fud d
bord de la mer.
2 En vertu d'ordonnance de MM. les General & Inten.
dant, en date du 3 Janvier 1789, le Sieur Perrau pourt
fuit en reunion un terrain de mile pas carrns, fitue d&nsle
hauteurs de la Crande-Riviere, quarter & paro:ffei
Saint-Louis de Jer6mie, borne a l'el de Jofpph Fabr
chaffant I'oueft terres non conceddes, au fud du Sieti
Campane, aux droits de Raifen Duperon, chaffant u nord
autfi terres non conc&'ees. Leaqul terrain a e&e concd
l 12z Mars 1770,au Sieur Jear Fourcault.
2. En vertu d'ordonn:.;:e de MMId. les Gen6ral & Inten.
dant, en datedu 31 Janvier dernier, le Sieur Paul Mfniar
demeurant au Fond-des-Negres, pourfuit en reunion 1u
terrain pour hatte & coral, de quinze cents pas carres,fitai
dans les hauteurs des mcrnes de l'Afire dependane di
Cavaillon, borne au nord de Jacques Party & du Siew
Defgrones, chaffant au fud, a left & l'oueft de terre
non concedes. Ledit terrain concede le 21 Janvier 1786,
au Sieur Robcit, Arpenteur, qui n'y a fait aucun etablif-
femenr.
2 D11~ Rofalie de Coigne Dame Brunet pourfuit n
reunion un terrain de mille pas en carr6, fitue dans le
hauteurs de la riviere de Voldrogue, paroifle Saint-Louil
de Jamie, borne d'un co6e du Sieur Favre d'Aunoi, d'un
autre c6i6 du rivage droit du bras gauche de ladite rivierej
des aucres c6tes terres ton concedees. Ce terrain a it
conc.di au Sieur Francois du Broca, le 29 Janvier 1772, pl
M M. de la iFcronnaye & de Montarcher.
2 En execution d'ordonnance de MM, les Adminifirateursr
en date du 28 Janvier dernier, M. Mongin pourfuit e
reunion deux terrains fitues un au lieu dit les Plattons, quartie
du Fond paroiffe de Torbek, le premier born au nord
& y pregnant pied de D11 Anne Picault, chaffant douis
cents pas fud pour hauteur, & douze cents pas pour larger,
lequel a etC concede par MM. Nolivos & de Bongars, J
19 Juillet 1770, au Sieur Michel Collet qui n'y a fi
aucun itabliffement; le second terrain de quarante-hhii
carreaux, borne & pregnant pied a l'oueft du Sieur Colle,
chaflant a left 'quatre cents pas pour larger, & doI1ze
cents pas nord & fud pour hauteur. Lequel a tht concdd
par MM. Nolivos & de Bongars, le 18 Juillet 1770,1
Marie Lilifabeth M. L. qui n'y a faith aucun atabliffetnent


EPFET


Y oJ E


3 II a &t4 vole4 i y a environ un moist, dans Ia mai;fo
de M" Davenne & Compagnie a L0ogine une fuperbv
rofette de diamans brillans, ayant un tis-beau milieut,d
poids de fix grains erviron, huit pierres format l'en0to'
rage, monte:s a I'antique 'anneau a 't coup ,-
reifoud9 M", les Orfevres Bijoutiers, Jcailliers 4


---------- -----------


`-~-- `'~'.~:r7ii~~~~ --..-`... ~ ~-.--~^--- -~- --------- ------- -.-~,,.rr,__._.
-- ~'-~-~J~,Yr~ '-..~~n uik~PYiP --
-----~ IIl------L I~~~- --








[
tr ques UI et `e orrt #tre prf'ent'e, font prls de
aire arrzter celui qui la leur prefentera & d'en donner avis
M. Davtnne, ou t(on 6pouCe qui elle appartient; il
Saura deux portugaifes de recompenfe.


D E MD E s.


8


SOn a le plus grand interest de connoltre un M. de
'Gflas ag d'environ 80 ans pafft a Saint-Domingue
depuis long temps, & qui a habit dabis le quarter des
Gonaives : on a des paquets & des lettres cls plus inre
rdffntes a lui remettre. On prie les perfonnes qui pourront
donner quelques 6clairciffemens fur leiit Sieur de Geflas,
de vouloir bien les adreffer a M. Vanderveckr, Negociant
i Sain- Maarc.
s Un Particulier, proprietaire d'environ cent cinquante
carreaux de terre, a la montagne du Grand Goave,
difireroit trouver quelqu'un qui voudroit fe charger
Ide fire cet Ctabliffeaeint, quant a la culture feulement.
lLe Proprietaire fe chargera de tout ce qui fera niceffire
-iuant aux bitimens; ii fournira de vingt-cinq a trenme
iNgres, & s'il pouvoit trouver que!qu'un qui en cut une
pareille quantity ou a peu-pris, it formeroit une fociete
.avec des conditions avantageufes. Le chemin eft fait. S'adref-
fcr 'a M Charmat de Vileneuve, Notaire & Subilitut, au
Pe:it-Goave.
I 2 Un Habitant qui a quatre-vingt mille pieds de cafe
en terre majeure, parties en rapport, defireroit trouver un
affo:i6 qui eut des moyens. S'adrefler a M" Gerin & Evrard,
Negocians en cette ville.
2 On defireroit trouver quatre Negres i affarmer pour
deux ans. S'adreffer a IT'inprimerie Royale de cette ville.
On defiteroit avoir des nouvelles du Sieur Verbecq
Fontenay, ayant 6te occup fur i'habitation de M. de La-
toifon, ou chez M. Trublct. On prie les perfonnes qui en
auront connoiffarce de lui communiquer cet avis, pour
qu'il ait a fe rendre Au Port-au-Prince, chez M. Godefroi,
Capitaine du navire i'Alhxandre, du Havre, qui a des affairs
de famille a lui communiquer.
2 M. Bretton des Chapelles, Habitant au Boucaffin, dUfi-
reroit trouver quelqu'un qui voulut lui affermer pour 4
ans, vings a trente Negres faits a une fucrerie; ii donnera
des furet6s pour la ferme. S'adreffer audit Sieur, au Bou-
Calin, ou a M" Franfoit & Compagnie, Negocians au Port-
au-Prince.
2 Un Particulier dCfireroit faire I'acquifition d'une habi-
tation 6tablie en cafe & en rapport, dans la juridi&ion du
Port-au-Prince; ii proportionneroit le comptant en raifon
de la conf(quence de l'objet, & donneroit les plus grande
furetes pour le surplus. S'adreffer a Me Michel, Notaire
general du Confeil fuperieur au Port-au-Prince, qui indi-
quera la perfonne.

SA V t R sI IN Ca AR o a XN r,

3 Le navire la Ketty du port de 6oo tonneaux, Capi-
taine Dubofcq partira pour Bordeaux le j Mars prefix.
Ceux qui voudront y paffer on charger i fret, s'adrefferont
audit Capitaine dans ton magafin, rue de Retraite.
3 Le navire I'Ocean, de Bordeaux, Capitaine Delarne,
du port de 400 tonneaur, fin voilier, tout neuf & trts-
cormode pour les paffgrs partira pour Bordeaux dns
le courant de Mars prodairc. Ceur qui voudront y palfer
U charger i fret pourront s'dreffer audit Capitaine dans


-----------------------------""--`~I""~ "'^ ~""'"p-r ~'


7 ]
fon magafin; rue des CapItalnes, ou M. Galbade, Confi.
gnataire dudit navire, qui a des chaudieres a fucre & des
grilles a vendre.
3 Le navire rl'merique, du Havre, Capitaine ChApp:y
du Longprd, riu port de trois cents cinquante tonnea'!x,
partira fans faute pour ledit lieu, a la fin de Mars prochain.
Ce navire eft a fon premier voyage, connu pour on
excellent voilier & tres-commode pour les paffigers.
Ceux qui voudront y pfatfr ou charger a frec s'adrefferont
audit Capitaine en fon mrgafin, fur le quai, maiton de
M. Lcrmnbourg, Negociant.

A yV N D R .

i Un bon Negre, Tailleur a vendre au comitant'
S'adreffer M" Trottier & Michateau, qui continucit de
vendre des moulins a mai., moulins a vaner le cafe, &6
tous les articles neceffires a M" les Habitans.
2 Une Negreffe bonne blanchiffeufe, couturiere & cuifi-
niere. S'adreflcr a M"' Martineau & Compagnie, qui en front
bonne compoftion.
2 O.ze belles cafes a Negrcs, a vendre chez M. Bouti-
gues, .Negociant en cette ville.
2 Francois Doug, Habi'ant a Jacmel,- announce qu'il
eft toujours dans l'intenrion de vendre fon habitation
de la Goffeiine, etablie en cafe, rapportant un revenue
atnuel de vingt a vingt-cinq milliers de cafe, & fufcepdbie
de beaucoup d'augmentations fur les mrmes cafiers, ainfi
qu'il eft anronce dans les Affiches du 25 Septembre, i &
9 Oobre dernier, avec les b'timens tant pour logement,
que pour exploitation des revenues; des vivres de rotaes
efpeces, favane & de l'eau fort a proximity, que l'on peut
mmee conduire avec facility dans des baflins, pour l'utilitC
de la culture. Ladite habitation, dans une pofi:ion fort
agrbable, eft compofee de cent foixante carreaux de tres-
bonne terre, don't au moins les trois quarts en bois debut,
diftante de cinq lieues de la ville de Jacmnl & d'une lieue
du chemin de cabrouet. On pourra s'adreffir au Port-au-
Prince a Chanlatte m in qui fera part des conditions,
& a Jacmel au proprietaire qui eft toujours difpofl d'ea
fire bonne composition proportion du comptant, & qui
offre mrme de divifer l'habitation, fi cet arrangement peut
convenir a deux acquereurs; difirant de vendre afin de
reunir fes forces fur une mime hab'tation.
2 Une habitation -fire au Fond-la-Botte, quarter do
Jacmel, i trois lieues de la ville, de la conienanci de deux
cents carreaux de terre, l'eau par-tout, cinquance mille
czfi.rs rapportans, une tres-belle grande cafe de deur
chambres & quatre cabinets, don't deux fous li galerie &
deux autres dans 'intirieur du batiment, un magafin a caft,
un moulin a cafe, fept cafes a Nigres, un poulailler &
un colombier, & g&n&ralement tout ce qui eft utile dans
une habitation : ceux qui voudront l'acheter pourront
s'adreffer a M. Lefpis, Negoclant au Port-au-Prince, qui
donnera de plus amples renfeignemrns, ou au Sieur
Lamofnery, qui elle appartient & qui y ride,
2 Une habitation a trois quarts de lieue du grand chmin
de la rivibre Gauche, a quatre lieues de Jacmel, ch-min
de chaife, qai conduit aux erabliffemens, contenant c.nt
& quelques carreaux de terre, don't une patie, expofie
au nord & l'oueft, eft propre au cafe. 11 y a environ
dix-huit nmille pieds de cafiers de plufieurs ages, tant en
rapport que jeunes, Le refte] confifte en ,bois debout
6 laute fua'ie. L'autre parties du terrain fe trouve expof^








at fu une a ttre portion en vivres, le furplus en bois debut, &
huit carreaux en favanes, fur lefqiels ii y a une cafe prin-
cipale d- trois chambres, deux galleries rappor:&es & deux
cabinets. 1 y a une aute cae forn:ant ie parai!le, de
ving-quacre p'eds de large fur :tenae de long, une cuifLie
& qcutlques cafes a Negres; le tout covert e:s efLntmes.
Im y a en outre une cafe p.ur mc tie les Ngres fa'ri
dans cheque jariin, quoique pr' f'un de 1'aure & feparei
par une cfrete, prefque piat & tres-commode a exploiter,
& mer~e pour les deux culires, chacuie dans leur expo-
fition. Le fufdit terrain fe touv l' oueft de I'habitation
de M" Befiard, i la difRance d'"nviron trois mlle pas,
voifin de M. D.bordk jeune. S'air-fi'fr a Ricaiallet. Hiabiant
au Fond de la Bor:e, ou a t~.zr/es Boufiquot, Habitarnt a
la riviZre de Gauche, qii les conidira fur ladite habitation.
VyNTS par licitation, l' am;abie, dune habitation en fucrerie,
ffe en i'ile de Saint-Dominirue pres I'ancun bourrg da Cul-
de-Sac, parojfe Notre-Dame du Rofaire de La Croix-des-
-Souquets, a deux licues du Port-au- Prince, connue fous le
nom d'Habitaiion Marin; fur quatre publications, en l tude de
'A Rouen, Notae ira Paris, rue Neuve-des-Peits-(h.bmps,
vis-a-vis cdle d'Antin : la premiere e rtA Mars, la feconde
Ie "'" Avril, la trofiimi le C"r Mai j &fauif le mois, la
quatrieme 6& drniere le I"' Jain de I'ance 1789, cinq heures
de relevie.
Cette habitation content 166 carreaux de terre don't 72
carreaux en culture, formant 16 pieces de cannes, le refle
en fav-ares en grande parties propres en valer ; le tout
arrof6 par la riviere du Cul-de-Sac. Les ba"imens confiftant
en un mnaifon princ:pale couverte en eflhntes, deux maga-
fais, une cuifine couverte en tuiles, un hopital couvert en
paill 35 cafes, don't une fervant aux pianiftes, une fervant
de toaneilerie, une pour les domeftiques, & 32 cafes i
Negres, un clapier, deux colombiers, un parc a moutons,
an idem a bceufs, une fucrerie contenant un quipage a 4
chaudiires, monte a reverbere, & un autre equipage a
raffiner, 4 purgeries clofes par un mur en maionnerie, une
ituve, deux moulins avec un parc i cannes & un ajoupa
pour le chauffage. Cette habitation n'eft diftante qua d'une
grande lieue de l'embarcadaire dit le FoffI; elle product
annuellement de trois a quatre cents milliers de fucre brut,
& elle eft fufceptible d'une production plus confiderable.
De cette habitation dependent dcux autres habitations, don't
une fizue au quitier de la Charbonniere de la conte-
nance d'environ quatre-ving-neuf carreaux fur laquelle font
cds vivrms; & I'autre fituee au Cul-de-Sac, lieu dit la
Source-aux-Eceu-fs, de deux cents quarante-quatre carreaux,
avec environ trois mille pieds de cafr. Le mobilier defdites
habitations confifle, 1 en 164 t^:es dc Negres, Negreffis,
Mulat:reffes, Neg;illons, N grill'n.:s ; 0 foiaante-un
mulsts ; 3, foixante-fept uouis, vaches, bouvars ou
gazelles; 4, huit chevaux ou poulamns; o, quatre cavales
ou pouliches; 6', qu-'lq.es meublem meublans & uffenfiles
divers. S'adreffer a Paris chez l'dit Rouen Nc;taire; 1
Marfeille ch-z 'A. Michl RofTer, N.gocia-i ; au Port-au-
Prince chez M. Olivier, Procureur efdit"s habitations.
z Cent & quelques poteaux cafe a Nigres, & aufant
de chevrons, le tout tres-bon. Ceuo qci voudront en fair
Tacquifition pourront s'adrefflr a M. Thi;dn, amla, Nego-
tiant en cetne ville.
z Saiz, NNgres & quatorze Ngr'cffer o tous jiunes & faits
la U huxe du caf., 5'adrdtir ia M'" arlaiinau 6& Compa'nie,
-


,,-- -, c,;': ,'(I, qui tralteront a la (a tsfa.ol
de t' cy. ,- ene de plus un jeune N.gre Dornmlque
& un ch v,, :tI ,le, qu'ils vendront feparrnent.
2 La in:i'd J'une' i habritation de dcux cents deux carreaiii
fife aux Cirr-niers, dependance de L6c'gine, aec vi-,c T
t&tes de Ne;ies, cinq anim iiux de charge, plufieu
betes a corn;s &c. Cette habitation eft en fio:iti av
M. P. Denis qui eft propritaire de Vantre moi:ie depui.
huit mois. S'adreffer d AM. Fourmy, au PFor-au--Prince, rue
des Miracles.
2 Un emplacement de cent huht pieds, huit pouces de
f3agde fur cent vingt pieds de profon.deur & fs
batimens, fitue au Port-au-Prince, rue de Rouilla, prs li
nouveau Confeil:' atuellement occupy par M. Ray, Nigo.
ciant. S'adreffer 'a M. L4mcilleur de Bellevue, Habitant a
Cui-de-Sac.
2 Une habitation fitute a la Colline -Margon, paroiff'
de Saint Thomas-d'Aquin, jurid;ilion de Saint-Louis, de
la countenance de foixante-douze carreaux de terre toute en
plaine, ayant vingt-cinq mille cafi rs plants depuis mil
fept cent cinquanre quatre, qui font le toute beauty. Il y
a trois ravines qui traverfent i'hAbiiation, zyant de 'eau
courante: il y a en outre une riviere qui ferpen:e & qui
borne ladite habitation du cote du fud : enfin il y a deux
mille touffes de bananiers rapportans & bien entrtenus,
un carreau en patates, une grande cafe couverte en paille,
de quarante-cinq pieds de long fur quatorze pieds de large,
trois autres de pareille grandeur, fervant de magafins,
pareillement couvertes en paille, & en bois rounds. Ceux
qui defireront en fire i'acquiftion s'alreiferont a Pierrte
Afiafonneuve, qui en fera bonne compofiion.
2 Le Sieur Dutot, maltre Tonnelier en cette ville,
declare qu'il aa vendre un parti de feuillards francois &
anglois, tant ploys que droits; un parti de boucauts, tant
a caf6 qu'a firop: il declare aufli qu'il vent ven re quiizt
Nigres bons tonneliers ; plus, un Negre cuifinier & bon
poffillon, ne voulant pas cependant quitter fon etat de
Tonnelier ; lui en reliant un nombre qui eft de vingt-cinq
2 trente, tant a lui appartenans qu'a loyer, qui front fuffi-
fans pour fatisfaire les perfonnes qui voudront bien i'
donner leur confiance pour rabattre leurs fucres & enfutailler
leurs caf6s. Ledit Sieur vendra le tout f6parkment ou autre-
ment. II prendra pour cet effect de fes creances pour da
comptant, & faciithera les acquereurs pour le payment,
cu mieux qu'il lui fera pollible. Sa demure eft rue Sainte-
Claire, pres de M. Flon.


IscLAr ss


I M A A t 0 A 0 G ;


3 Simon & Lafleur, Congos, 4tampes EYMA & LI'
VARDIE, au-deffous PT. PcE. parts marrons le 25 dl
mois dernier. En donner avis a M" Eyma, Livardit 6
Companies, Negociant en cette ville.
2 Adonis, Mofambitue, tampere au fein droit BB ST,
MARC, & au fein gauche :)pW '. ,L;d13.3Id, 3 ig de
17 a 18 ans, les genoux un peu en dedans, parfi marron
depuis environ quinze jours. Ceux qui en auront connoilf
fance, font pries de le fire arr&Cer & d'en donner avis a
M" Janet & Latour, a l'Arcahaye, a qui ledit Negre appar-
tient; il y aura recornpenfe.
2 Pierre, Matelot, Capelaou tamp6 illifiblement F ot
J VIARD; parti matron le 2 du courant. En donner avis
SM" D. & E. Thouron & Ccifins, Ngocians au Poa
au-Piince,


tior
ter(
teni
favi
pas



5
pl(
une


I
fur
1"
tapi

hun
par
bler
auci



C
Une
On
pr^
le 0

pr6
iah
SO


-----I~L--l- --I-i~i~-CCLI- _~
...1..1_.. _~_~___ ~__ _~~ __ __







( }'


r So1


c s AfI A q o.
. 1:-----_--- -----
--:" ", ., ]^'mS'an -K T
A*F F I 1 iY A I~5 j JL^ Ai S Ft. A i I A 0





^ -- -^. ^ *"TCT^^ t^. *-'*^ ^ ^rrw ; 51


MOUVEMENS DES PORTS DE L'OUEST ETr sy $ Lt

Arrivic de navires Frangois. PA .GE s.

iA U Port-au-Prince, le 11 F&vrier, la Vi:-
Soire, Bonnau ieau, la Rochelle, to Decemb.
touched au Cap. ast
Le it le 'Parrcre Blavet Marfeille ,
so Odobre.
Total des pafjagers arrives depuis le i'" Janvier. 4
& des batimens. 14

(II y' a dans le port 91 batimens franqois de long course .
A Jbcmel, le 9 Fevrier, le Saint 8tienne,
Piator, Marf.i le, 19 Novemb. touche Sainte-
Sro:x de Tienriffe.
S e Saint Michd Carpentier Deppe ,
16 Ni.vnmre touche4 au Havre.
La D0iri, Guerin, Dordeaux, 2 D cembre. 2
STotal des pifTgers arrives depuis le Janvier. 7
Ses btimens. . 3
Aux Cayes le 3 Fevrier la Geogette,
Breton, co e Angole avec 343 NegNei.
Le 4 la Nancy Grdmont Bayonne
18 November. B
SLe 6, le Louis AugueI Guerard, Havre,
S26 Novembre.
Total des pafagers arrives d.puis c er" Janvier. 2
des batimerts. . 7
Dipart de navircs Franoe"s.
Du Port-au-Prince le 8 Fivrer la Vic-
toire, LArroque, Bordeaux.
Le 12, la PoArviyeufe, Fabarel, Bordeaur.
Total des pagers parris depuis le J4anvier. 8
&' biimens. ,. 1, 1
Arrive d navires ttrangFcrs.
All Prt. au-Prince le 7 Fivrier, la B.ttfy, Jonat!ham
loug, Ne w By..y
e 8, \'8.rt'epjitce, P.: k.l-s, P rpprelborcugh.
Le o, la R'le!/h, J,)na hi.m Yo).inuIP,
Le a i, la t ,i,,r.e I te"('i, iDeni's V1 n:t ',gron.
Le !I etc Peuwsbouio',h, Cabe, N.fok.
TtalJ des batim. it a,'. ad'i s d uis I ," J.iwvi,. (27).
( 11 y a dau r pa 24 ullu:( i .lng ]


, Aux Cayes, le 4 Fevrler, Ie Diftch, Sutneau Claver,
S nt Euit..die.
Le S ia Melly Willonghby Mii1dleton.
Total des bitim. itrang. arrivis depuis lI t"" Janvier. (i i).
Dipart de navires rangers.
Du Port-au-Prirce, le 8 Fivrier, le l-7dliams, Tiench;
Charles Town.
La Bethfy ; Jonatham Young, Curiqao.
Le 1 i a Luc ee i Jine, ,d'Armoudi.
La Sivina, Ouakmann, Boton.
Le 13, ie Defir, Ingalls, New ury.
Total des bdtim. etrang. parties depuis ic i'" Janvier. (( )'
Des Cayes, le 4 Fevrier le Joha Lillebredge, Savannah;
La Maie Chlftian Curagao.
Le 6, I'Union, Atkinfon Caroline du Nord.


Total des bdtim. itrang. parties depuis l 1r Janvier.


(9).


ESCLAVSS MARRONS ENTREES A A GEOLE.

A Jacmel, le 5 du mois dernier, Louis, Congo, eampe
fur le fein gauche P avec d'autres lettres idiibies ige
de 24 1 26 ans taille de S pieds 3 pouces ayant de:s
marques de fon pays fur le vifge fur les epaules & i'e(-
tomac fe difnm appartenir N M. Dupnt : le 9 de ce
mois, Ladouctur, Aya tmpr fur le fein droit, aut.in
qu'on a pu le diftiaguer MRG age de 25 26 ans,
rail.e de pieds 4 pouces ayant des marques de fon pays
fur le front, fur les tempes a entire tes dtiua epaules le
difant appartenir A MA. A'Nouis H- bitnt a N;pes; Mals ,
Aya e'iampti fur le fein droit BINAV, age de 28 i 30
ans, taiile de 4 peds poes o ucss ayant, d-s marques de
fon pays fur 1: f,-o't & fur les rttmpes (e Fiant aappar-
tenir a M. Binau, Habitant Logane ; & Jofepip, Mhlre,
&t-mp fur le fe n 'rcit, avvantr qu'on a pn iw diitinzguer,
PO'ASEX au-deffou, GA, & plus bas de I'e~amie de
deux cicatrices age de 35 k 4- ans taiile dte 5 pieds
2 poc s fe difanm l.bre & avoir appurrtenu ci- devant l
M. .,ect 'i, Habitanti A ;jin ayian fCu la joue g:,,'he
uee veniure, natque de petite- ve;ole ch-vclure gr fe &
pla-e, les dsu eu pau ?s cicailfe-es en manime de brtuure,
b1 b-,s diEci auti c;caiife t e1 deriike cibil de coups
de fouet.
A'X Caeves, le ar du mois dernier, Jear-';ere, Criole
Angl',.s e.np:: i'-, le fein gc-,clhe OA- ROY, age le 28
a 29 a s. te\ de 5 pieds 2 -o'lcs fe di.nt appartienir
au Sitj"' Per'0ol, ia Pivr o.i'h : I- 30 i.f', Co(rg, ,
p fuir I f .in d:c; ARNAUI) ai de 8 a 29 ,
t i'Pe de '':s 3 rFoices fe difut parer apaar ?5 a ur
Arn ud : 1 3 :e :e m-.; Je:n Co':,f o *r ,iJ; .;:'r
fur le fein '!I;. TIfIbON, plus hb. ildiibbl i nt g: de
45 ains, .ti;. d 4 piEs b' 4 pouct le dilanrs apFtiinui a


Hi'4I~L


S.









Sieur Tinthie,, Ni?;, envoy' par M. 'Tn L:if:radicre,
a qui il dit avoir appattenu.
A Saint-Louis, le j de ce mois, Philippe, Mounanau,
fans etampe apparent ag. de 30 a:s, taille de 5 pieds
8 pouces, ayant le vifage warque de ptire-vrole, bien
fait, fe difant appartenir au Sicur Ilat Lcmoine diemeu-
rant a Jre.mie : le 9 Jeannette, tC g etarmpCe fur le
fein gauche A DEIARDIN ag'e de 40 ans taille de
4 pieds, ayant un carcan a une branch & des ma'ingres
aux cuiiTes, fe difant appartanir la nominee Anne Dlardm,
1M. L. Habitante a la baie Dumelle paroiffe de Saint-
Louis : le Io deux Negres nouvcaux Inconns fans
etampes fur les feins, marques aux bras gauche S, un
ag9 de 30 ans taille de 5 pieds ayant une petite cica-
trice fur le front, trapu, bien faith 6 I'autre agd de 30
ans tailie de 5 pitds 6 poces de forte corpulence ,
ayant des mmrques de fon pays fur ;e venture, ne pouvant
dire leurs nom celui de leur maitre ni leur demeure:
le is Sanfouci, Congo, l6an fur le fein droit BOU-
RIOLY ag6 de 26 ans tailie de pieds ', ayant une
petite cicatnice au coin de I'zil droit & plufieurs dents
de moins, fe difant appar:enir a M. Bourjoiy, Habitant au
Fond, paroiffe des Cayes; T-ber Nago e:amp' for le
fein droit autant qu'on a pu le difinguer ABORDE,
agI de 24 ans taille de pieds ayant des marques de
fon, pays fur le front, le vifage, I\s tcins & le dos joli
de figure, fe difant appartenir a M. Laborde -Habitant au
FoV d, paroiife des Cayes; & un Negre nouveau, Inconnu,
eramp fur le fein droit LABORDE, ayant une petite
cicatrice en travers au-deffus de 1i'-il droit dLs marques
de fon pays fur les joues, les feini, les bras, ie ventre &
le dos, ne pouvant dire fon nom, celui de fon maitre ni
fa demeure.
Au Petit-Goave le 7 de ce mois Jacinthe, Creole,
fans asmpe apparent, ag.e de 23 ans taille de 4 pieds
so pouches, fe difant apparrenir au nomme Bohormme Milon,
M, L. Habitant au quarter de Nipes : le 9 Antoine,
Congo etampe fur le fein droit autant qu'on a pu le
diftinguer, 3SOd ', & fur le gauche TOIRAC, age de
30 ans, taille de 5 pieds, fe difant appartenir a M. Alexis,
aux Coteaux : le 13, une Negreffe nouvelle, 6tampee fur
le fein gauche DLR Ag4e de 2o ans taille de 4 pieds
6 ponces ayant des marques de fon pays fur la figure,
3e pouvant dire fon norn, celui de fon rnitre ni fa nation.
A Saint-Marc, le 8 de ce mois, Jean- Pierre, Arada,
Irampe fur Ie fein droit NIEL, agN de 18 ans, ans, taille
de 5 pieds 2 pouces, ayant des marques de fon pays fur
1e vifage, fe difant appartenir a M. Guibert : le 9, Marie-
Jofephe Creole itample fur les fins LANZAC au-
deffous STM, agel de 22 ans, taille de 4 pieds to pouc.
ayant un nabot i la jambe gauchz, fe dif(nt appartenir a
iM"e Lan.:cc; & Aug( f, Crol., etam~uen fur le fein gIu-
hae P.IAMET, & fur lC droit G !MAACE, au-..LATous d'uine
itampe illifible, age de s5 ans, taille de 5 pieces 3 pouc.
fe difant appartenir au Sieur Bonne, Charpemier.
Au Port-au-Prince, le to de cc mois Jcna Edmont ,
Mlulatre Creole fans tape fe difant libre : le z2,
Jean, Creole fans tape age de 14 ans, ayant unp
ancienne cicatrice fur le fourcil gauche f difant appar-
tenir a M. Nogues, a Nipes : leI t Hfard, CorocOly ,
6tamp. DROUILLARD, fe difant de 'habitation Drouillard,
a la Marre; Fidellc, Congo, fans trampe, fe difant appar-
..nia; M. Cornilleau, fur t'habitFio. Duivivier; Maleleiae
Qriol, fe, difant de i'h4bitation Ndoliv; & Etienne, Bibi,


itampz fur le fe'n droit lfibflement ; marqu6 de pr&,,,;
verole, fe difant appartenir i la nommie Marie Louipi
M. L. au Boucan-Guimby.
AIMAX v ENTRiS AVX tvPAVES.
Au Port-au-Prince, le to de ce mois, une jument (oui
poil bai etampte au montoir LP ; & une idem fous poi,
gris, tampee ED : !e 13, un cheval fous poil gris, e aramp
DP : le i4 un idem fous poil bai etampk S MV, :,
deux dernieres lettres entrelacees, au-deffous FSB; un idm
fous poil bai-orange, Ctampn L, & d'autres lettres illifibc;;l
un idem fous poil gris etampe illifiblnment covert d(
tarcins ; & une bourrique fous poi[ brun fans e ampe,
ayant le bout d'une oreil!e & les crins de la queue coups.,
Au Petit-Goave, le 1t de ce mois, une pouliche fo:i'
poil brun, irampee fur la cuiffe du montoir, autant qu'o0
a pu le diflinguer, DL, en travers, ayant la queue long
^^^ i rii_- l\.lL_ _-i -rL -lu-- ,- _- l -- -~ l ---n- -_-lf~-ii. iii i B^
Le Sieur Cailli aura l'honneur de donner aujourd'hui
Jeudi 19 Fivrier, grand Ba! pare & mafque, to he res
& d2mie; remain Vendredi 20, Redoute ou Bal par6,
5 heures & denie; Dim.aiche 22, Lundi 23 & Mardi 24,
grand Bal pare & marque, a xo heures & demie. Les Eals
pares & mafquis ft. payeront une gourde par perfonne, &
les Redoutes ou Bals pares, deur gourdins. C'efit la Saile i
des Spe&tals. Le Sieur Calli a 1'honneur de prier le Public
de vouloir bien prendre des billets au Bureau, on ne recevra
point d'argent a la porte. Aujourd'hui Jeudi & les trois .
dernieis jours, le Bureau fera ouvert a 8 heures du foir.


,A V IS


D 1 f E R,S.


3 En execution de sentence rendue en la Senichauffeh
du Port-au-Prince le o Janvier dernier Me Ponce,
Procureur du Sieur Danf!oi, esxcuteur-teftamentaire du feu
Sieur Bruno Cars, & chairg de la repartition des deniers
de cerie fucceffion, invite les Creanciers remettre en fon
etude leurs tires de creance, leur declarant qu'apris l'infer*
tion, pendant trois fois, du pr6fent avis dans les Affiches,
il fera paff outre a la closure du tableau de ripartition, &
que les Cr6anciers en retard ne pourront plus y ere admis,
en vertu de la fete,nce fudawSe,
3 Le navire Ie Petit-Mathurin, Capitaine Abautute,
arrive de la c8te d'Argole avec une cargaifon de cent
cinquante-un Noirs a I'adreffe de M" Trouicr & Michateau~i
qui en ont ouvert la vente Mercredi 28 du mois dernier.
3 Le Sieur i. Ddbreuil a I'honneur de prier M" les
Crianciers de la foci-:. de Debreuil fveres, de commer In
Syndic, a 'cffet de recevoir & repartir entreux le cafe
que le Fic-ni-. de i'habiiation Hlvrera dans tout le courant
dv; Mjr:s prochain.
3 Le Sieur Saladin inr, ch-irg6 de la liq'ia tiro de la
focit .qui a exil" entire le Sieur BEuvier &Ii, lui, invite 1
perfrrn::s qui doivent a Iladite fccited de vouloir bica
rigler avec lui, pour le mettre a mnime de folder ceux a
qui il doit. Ii detneure toujours dans la m&me maifono
chez les Sieurs Saladin jtune & ( ovrlon.
3 Le Sieur Le[-s, Nezociant en cette ville, vieit de
diffoudre fa fociete, & reiti feul chrg" de la liquidif1
d'iceile, fa raifon ne fera a conmiper du 27 du couiant q'e
Lifis ii continue toujours le meme genre de commerce;
oa n rouvera toujours check lui falaifons planches bois


'r
1.1








yre
boi






nil




de

fu
a



v'


atr
P'


~~II


_ __ ____ __ I


i.
t
;
( *
I-
i,*


i,*