Les Affiches americaines

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Les Affiches americaines
Physical Description:
Serial
Language:
|||
Publisher:
s.n.
Place of Publication:
Haiti s.n., 1766-1791
Publication Date:
Edition:
Microfilm (26 reels). Negative.

Subjects

Genre:
serial   ( sobekcm )

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
aleph - 001894300
notis - AJW9563
System ID:
AA00000449:00021

Full Text















This volume was donated to LLMC
to enrich its on-line offerings and
for purposes of long-term preservation by

University of Florida Library







a

/ 7 j goo'
((4


er


ie, 4Me'Cv4 w


/


9
^^SW-c^J


d'


,I-


A~A9


e/z?/ 'o


e ~24'


//


5


4


9,
714


I l '




w ~


N0 t. IL~*~4 4'*. *-~s 44. 4jS. .4g.


CHES AM


Du Jeudi 3 Janvier


RICAI NES.


1788.


"'S PORTS DE L'OUEST Et DU SUD.
Arrive d navires Franfois.

4U Port -au-n Prince, le ts$ Dcembre Atcide, du
lavre, capitaine Nepveu, part le 150 Oaobre.
Total des bitimens franfois arrives an Port-au-Prince
puis Ie t Janvier, s 6t.
A Saint-Marc, Ie 5 D6cembre ,, Ie Difcret, de Nantes,
apitaine Villeaeuve, parti le 22 Septembre 1786, venant
e la cote d'Or : le 27 La Sophie, du Port an Prince,
apitaine le.Hude.
A Jacmel, le 9 D&cembre, la Defire' de Bordeaux,
apit. Garnier, part le a Dicembre 1786, venant de la
:bte d'Afrique : le IS, Ie Cemte-ddEflaing, de la Rochelle,
apitaine Audebert, parti le ti Juillet 1786, venant de la
:ote d'Angole, d'ot il'eft parti Ie o Septembre : le 16,
14 Vinus, du Havre, capit. Cottin, patti le i O&obre.
Aux Cayes, Ie 18 Decembre, I'Ockro capit. Kerchu,
tenant de la cate d'Or.

Dipart de navires Francois.

Du Port-au-Prince, it z8 D&cembre, .. Tigre, capitaine
Dugarry, pour Bordeaux.
Total des navires franfois parties du Prt.-au-Prince depuls
I r" Janvier sY6.
De Saint-Maro, le 17 D&embre, Ie Hafard, capitaine
Lajaffon, pour Bordeaux; & Ie Braon capit. Langlumb,
pour le mme port.
1ies' yes, le 16 Decembre, lnion capit, Denis
lour Mafdfelle,
De Yacmel e 616 Decembre, la Minerve, capitaine
Frounentin, pour les Cayes.

dnivic de navires strangers.

Au Portan Prince, le 26 D6cembre, e Recovery, de
Few.Yorck, capit. Charles Yrich; & le Dauphin, dum nme
port, capit. Ruben Furger : le 17, hI Defer, de New-Bery,
capit. Benjamin Ingolis; & Ie Pirou, de New-Yorck, capi-
taine YJdas Paddoch : le a8, la Hatcy, de Bofton, capi-
taine James Codd.
Aux Cayes le 17 Dicembre la Famer,. de Sainte-
Croix, capit. Chapman; & lb Nancy, de Saint-Thomas,
e*pft. Olivier : le 18, le Delayte, du mame port, capit.
Sylveflre : le 1o, la Po!y, de Charles-Town, capitaine
Newton : Ie z, la Polly, de Peperlboroug capis, Star-
A I


Iouc; & it Perfiverant de la Virginie capitaine Louis
Clarck. r s
Dipart de navires rangers.


Des Cayes, le i8 Decembre, la Famer capit. Chap.;
man, pour........ lIa Charlotte capit. Richard Law,
pour la Virginie : le %1, Ie Dauphin, capit. Daigre, pour
la Martinique & la Jeanne 6& Marie ipitaine Bidart,
pour Yorck, en Virginie.


IV Z G A s


M AR Ro s.


A Saint Marc le 14 du mois 4rder sift entr6 a a
Geole, Charles, Congo, itamp6 fur le fein gauche, autant
qu'on a pu le. diftirguer BEUCHOT, agd de 29 ans,
taille de 5 pieds 2 pouces, ayant des marques de fon
pays fur le vifage, fe difant appartenir a M. Longumain
aux Cayes Saint-Louis :. le 16, Cafimir, Creole, etamp6
fur le fein dreit, autaat qu'on a pu le diftinguer, Z-AB'
CLE, au-,deffous Sr M, ag6 de iS art, taiUe de 4 pieds
i pouces fe difant apparteni a la nonmmne Vioire
Robiouis M. L. le 9. M, irliton Congo 6tampi fur le
fein droit MIRO, ig6 de 30 ans taille de 4 pieds to
pouces marqu6 de petite v&role fe difant appartenir a
M. Miro, Habitant dans. les hauts de P'Artibonite : Ie 5-,
un Negre nouveau, Nago ,etamp6 fur le fein droit ASA-
BAL, ag6 de 28 ans., taille de 5 pied4, ayant des mar-
ques de fonr pays fur le vifage, ne pouvant dire fon norn
ni celur de fortn mature; & Capidon, Congo, etampe illifl-.t
blement fur le fein droit, age de 5o ans taille. de 4 pieds,
to pouces,. fe difant appartenir a M. Dutrejet.
Au, Petit.- Goave, le 19 duw mois dernier un Negre
nouveau,. tamp6 fur le fein gauche R. ORIN le
milieu de lettres illifibles, ag# de 2o a. 2 ans tailie de
5 pieds quelques pouces : Jofeph, Creole &tamp6 fur le
fein gauche HASPIL prefque illifible age de 28 ans, taille
de 1 pieds a pouces fe difaut appartenir a Marie.-
Jeanne Hafpil.
A Jacmel, le 2 du mois dernier, Sylvefl e, Taqua;.
btamp6 fur le fein gauche OGER, au-deffous NOBE,
autant qu'on a pu le diftinguer, agi de 22 a 24 ans, taille
de 5 pieds 3 pouces, ayant des marques de fon pays fur
le vifage & l'eflomac, marqu6 de petite-ve&ole, fe difant
appartenir a M. Duvignion, au Port an Prince : le 24,
quatre Nigres; le premier nommk Congo, g6. de-3o ans,
taille de 4 pieds io pouces;, e deuxieme Bacara, ag6 de
26 ans, taille de 4 pieds 8. pouces ;. le troifieme Macafa.,.
ag6 de 22 ans, taille de 5 pieds 3 pouces; & le quatriime-
. Sompas, ag6 de i z ans, taille de 4 pieds i pouce : tou.
les quatre tamp4s fi* les frins BOVRGOIS, .au.deffotw.


I*" '-* *


1

1 ^
d


^j? C^


,d


t. 4 .-. '


irfA-r





A N I M A V x


i p A. r s.


A Saint-Marc, le 22 du mois dernier, il a ete conduit
a la Geole un cheval fous poil rouge etamp6 fur la
cuifle du montoir, FAC, autant qu'on a pu le diftinguer,
ayant les pieds noirs; & un idem meme poil & mnmem
itampe, ayant les pieds noirs.
Au Port-au-Prince le 2.2 du mois dernier, un cheval
fous poil alezan, court queue, 6tamp6. KGT : le 27, un
mulet fous poil brun, etamp6 P, au-deffous d'un coeur :
le 29, un vieux cheval fous poil gris, fans etampe appa-
rente une bourrique fous poil fouris etampee AHF,
entrelacis; & un-bourriquet fous poil brun, etampe R:
le 30, une jument fous poil bai, 6tampee d'une marque
efpagnole, ayant une fuite ; un cheval fous poil alezan,
&tamp6 RC ; un idem fous poil rouge etampe LM; une
jument fous poil gris, 6tampeeT, au-deffous GTGR, les i/es
lettres entrelacies; un mulet fous poil bai, court queue,
etamp6 illifiblement ; une jeune mule fous poil rouan,
etampee fur la croupe LPE les deux premieres lettres
entrelacees ; & une mule fous poil fouris tatnpee au
mnontoir d'itampes efpagnoles & fur la croupe hors le
montoir HR, entralac6s, autant qu'on a pu le diftinguer.
Au Petit- Goave le 24 du mois dernier une jument
& fa fuite fous poil roux 6tamp6e illifiblement fur la
cuiffe du mentoir.


S P E C T A C L E.
Les Comediens de cette ville donneront Lundi 7 de ce
mtois, fans aucun retard, au be6nfice de la Diredlion, une
Repr6fentation de Ia Brouette du Vinaigrier Drame en
trois ades & en profe de M. Mercier. Cette Piece fera
fuivie du Faux Lord ou lI Pacotilleur, Opera Bouffon en
deux ades de M. Piccini fils, Mufique de M. Piccini p&re.


Fr.GOAVE, deur Congos francs' & deux M oongues,
fe difant appartenir a M. Bourgeois, au Petit-Goave.
Au Port- au-Prince le 24 du mois dernier Marie,
Creole, fans etampe fe difant appartenir a M. Nicolas,
qn cette ville : le z5 Lafortune Arada etamp6 fur le
fein droit SPV, au-deffous PP, & fur le gauche CORBIER,
fe difant appartenir a Al. Corbier : Jean, Anglois, etampe'
fur le fein droit PEITAVY, au-deffous JACMEL, & fur
le gauche IW, fe difant appartenir a M. Peytavy a Jac-
mel; deux Negres nouveaux, Mofdmbiques, Ctampcs illi-
liblement, au- deffous ST MARC, ayant des marques de
leur pays fur la figure, ne pouvant dire leurs noms ni celui
de leur maitre ; & Jofeph Creole, etampe fur les feins
LAPOINTE, au-deffous ST MARC fe difant appartenir
a M. Jean Habitant au Boucaffin : le 26 Auguflin,
Congo, etamp6 VOLUMBRUN ,'fe difant appartenir 'a
M. de Volumbrun; & Francois, Mine, dtamps illifiblement,
au-deffous PRINCE, fe difant appartenir a M. Lajetiere :
le 27, quatre Negres, 'un nomme Thomas, &tamp6, antant
qu'on a pu le diftinguer, TANG U ; Jean-Charles, etampe
illifiblement ; Neptune & Narcife tous deux itamp6s
G. MICHEL, au-deffous LEOGANE, fe difant appartenir
a M. Sudre, Habitant 'a Leogane : le 28, Adilaide, Arada,
etampee fur les feins FOUGY fe difant de I'habitation
Fougeu : le 29, Lajeuneff Congo, 6tampe illifiblement,
on diftingue feulement OUI, fe difant appartenir au Sieur
Drouiilet, Tonnelier en cette ville.


AVIS


D' ADMINISTRATION.


3 11 fe trouve au Bureau des Finances au Port-au-Prince,
des Ordonnances de payment expediees en faveur de
divers particuliers par MM. AlMgon, de Vor:gars, PrevofJ de
Lacroix, de Vaivre & de Mzrbois; elles paroiffent y avoir
ete oubliees par les parties prenantes qui font prices de
venir les retire pour pouvoir s'en faire payer ; elles font
au profit des S" de la Marrilliere, Cornul 6' Louis Bourguet,
le Cocq Ditainvillt, Thomas Carter, Poulle, Deshays, Jouion,
Chaffanis, Jean Tourlot, Sibille, Joachim Guillemin., Morin,
Jacques Richard, Jean-Jacques RolLind, ttienne Lambert,
Nicolay, Antoiie Guibert, Seguinau frres 6* Compagnie,
Lafitte, Dohormaun, Jean Major.
i Les droits fur les maifons & fur les Negres, dus
par les Habitans du Port-au-Prince, pour l'annre 1786,
n'ayant &t6 pays qu'en par:ie, la garnifon fera etablie au
15 Janvier chez tous ceux qui n'auront point acquittu ce
qu'ils doivent pour ladite annee 1786.
L'adminiftration accordera des terrnos pour le payment
des droits anterieurs a 1786.
Le Receveur de 1'O&roi a requ les quittances des droits
fur les Negres, pour 1787, les Habitans "font pries d'en
payer le montant pendant les trois premiers mois de l'ann6e
1788; les quittances non retirees pendant cet inter.valle
front remis a la Marechauffie, & il fera procede confor-
m6ment aux R6glemens centre les redevables en retard.
Ces mefures conformes aux Reglemens, ou qui ne s'en
6cartent que pour en moderer la rigueur, auront leur ex6'!
caution dans toute l'etendue de la Colonie.


A V I S


D I VE R S.


3 M. Moreau des Ifles, Habitant a l'Artibonit,, previent
le Public qu'il a remis la procuration ge'nerale de fes habi-
tations a M. Lavaux & que dor6navant ce fera flui a qui il
faudra s'adreffer poi-r tout ce qui concern lefdites habitations.
3 M. Boutin, a cien Officier des Milices, Habitant au
quarter des Gris-Gris, d6pcndance de J,;cmel, au nom &
comme exicuter-teflamentaire du feu Sieur Julien Pond.vy,
vivant Commandant dudit quarter, price les crrociers de
cette fucceflion, de denoncer leurs itres en i'wtd de M*
Bufcailhou, Procureur a Jacmel pour qu'on puiffe proceder
a la liquidation de ladite fucceffion.
3 M. Julien Peronneau, Capi:aine de Milices an quarter
de Bayneft, au nom & come executeur-teftamentaire du
feu Sieur Labarriere, prie les crfanciers de cente fucceffion
de denoncer leurs titres en l' tu'e de M W ufiihou, Pro-
cureur a Jacmel, pour faire un tableau dtime premiere
repartition, qui fera faite a fur & mefure des entrees qui fe
front.


Le e C Im mens de Ltogne donneront Mardi procha r
au benefice de la Desmoiieile Thibault, une premiere Re<
presentation du Mariage de Figaro.ou la Folle Journee ,Co.
midie en cinq aides & en profe, rde M. de Beaumarchais,
La Demoifelle Thibault, penetree de la bonte indulgente
du Public, croit ne pouvoir mieux lui prouver fa recon.
noiflance, qu'en donnant un Spectacle generalement d6firi'
& les foins qu'elle prend pour les decorations & les dif.
tributions des roles lui font efperer que les Speaateurs
auront lieu d'etre fatisfaits.


--WO


I









SLe navire le Ralleur, de la Rochell!, Capitame Etheart ,
arrive de Malimbe ,'cte d'Angole, avec une belle cargai-
fon de 530 Negres, aI l'adreife de M" Rafleau & Compagnie,
i] goc(ians en cette ville, qui en continent la vente.
Les creanciers de la fucceffion du Sieur Louis Vincent,
vivant Habitant dans les hauts du quarter de l'Artibonite,
paroiffe Saint-Jerbme de la petite-riviere, font invites de
nouveau de la part du Sieur Bernard d'Afis, executeur-
tefhmentaire du difunt, a fe trouver le 2z du prefent mois,
en l'etude de M' Riviere des Rofeaux Procureur a
Saint-Marc, a I'effet de deliberer entr'eux & prendre un
parti reiativement au payment de leurs cr'ances & a Pad-
miniftraion des biens de ladite fuccefion : le tout en pr&-
fence des hcriders dudit feu Sieur Louis Vincent, qui font
igalement invites a fe trouver a ladIte affembl'e.
2 M' Gayot, Curateur par interim aux fucceflions va-
cantes, donne avis qu'it vient de fair la repartition des
deniers qu'il avoit en caiffe a la fuccefiion du Sieur Robert
des Angles, Gaiidivier au Boucaflin. En conf6quence il invi-
te les creanciers de cette fucceilion a fe prefenter chez lui
pour recevoir leurs quote-parts.
2 M" Dubourg &6 Martin de Saint-Prix, demeurans a
Saint- Marc, ont rd'ilie la iciete qui exiltoit ent'cux, & ce
dernier refe charge de la liquidation d'icelle.
2 II fera proceed, en vertu de sentence & d'ordonnance
de MM. les Officiers du Siege Royal du Po't-au-Prince,
& a la requete des higataires univerfels du feu Sieur Menage,
a la vente & adjudication derinitive, "a la Barre du Siege
Royal du'Port-au-Piince, a 'iilue de audience ordinaire,
qui fe tiendra le 21 du prefent mois, de I'habitation dite
Menage, fitude aux Sarrafins, quarter de Mirebalais, de
la contenance d'environ 15o carreaux de terre etablis en
indigoterie, avec tous les etabliffemens necelfaires a cette cultu-
re : cette terre eft auffi propre a la culture du cotton, &
offre toute efpece de reffource ; a la charge pr fadjudicataire
de payer un tiers comptant, un tiers a ?. mois & Pautre
tiers a 18 mois; & en outre aux charges, claufes & con-
ditions enoncees en !a carte-hannie, don't on pourra prendre
-connoiffance en l'etude de M' Bourget, Procureur au Port-
au Prince & chez le Sieur Routeau, Huiffier a Mire-
balais.
2 Le Sieur Normand, Audiencier au Siege de l'Amirautce
de cette ville, a l'honneur de prevenir M les Capitaines
& N6gocians que, conformementa' IArret du Confeil Sup6-
rieur de S. Donirgue, du 19 du mois dernier, qui le main-
tient dans le privilIge de tenir feul chez lui en cette ville,
un bureau Public pour les ventes volontaires des objets de
commerce maritime, & qui defend aux Huiffiers exploitans
de faire aucune vente publique chez euix; il continuera de
fate, come par le paffQ, lefdites ventes en fon bureau les
Mardis, Jz'idis & Samedis martin, & meme de relevee; les
jours inwermediaires front pour faire les ventes dans les
magafins oh il fera requis de fe tranfporter. Le bureau fera
ouvert tous les jourspour ien.ire les comptes, recevoir les
marchandifes qu'on y depofera & toucher le montant de
ce qii fera duf par les adjudicataires.
Les Sieurs Efleves freres, Horlogers & Marchands Bijou.
tiers, donnent avis qu'ils ont at vendre une paire de Bra-
celets, une montre a rep&tition de maitre, de Paris, &
fa chaine; une paire de boucles d'oreilles, une bague, le
tout affoiti & enichi de fuperbes diamants; on trouve
cth.z e'Jr tomes fbites de bijouteries & argenteries.
iM" M1athieu, Thouton & CompTn ,&, donnent avis que
leur f cxete tIant expirCe e 31 D&cembre dtenisr, i!s vica-


nent de la diffoudre. M. Mathieu ref1. charge de la fuite &c
liquidation de ladi:e focikte & previent que ce change-
ment n'en porte aucun dans fes atIsires, qui front conti-
nudes fous la raifon de Mathieu & Compagnie, a dater diu
I" du courant.
M. Duchcemin, charge de la liquidation de la fociet6 Du-
chemnin, Griot & Compagnic, avoit annonc6 la vente judi-
ciaire des effects, Negres, meubles, &c. dependans de la-
dite foci&t6, pour le 24 du mois dernier; n'ayant pu avoir
lieu ledit jour, il a l'honneur de pr6venir le Public qu'ele
fera faite fans retard Vendredi 4 de ce mois, dans la mai-
fon qu'il occupe, rue des Frontsforts, h la charge par les
adjudicataires de payer comptant avant de d6placer a pine
de foile enchcre. 11 prie ceux qui doivent a ladite fociete de
vouioir bien payer pour lui eviter le defagrement d'ufer des
voics de rigueur.
x A la requeie du Sieur lartin, Auberg'fle en crtte ville
au nom & comme executeur-teflamentaire du feu Sieur
Dominique Sudfal, II fera Mardi 8 de ce mois iffie d'au-.
dience ordinaire, a la Barre du Siege Royal de cetne ville,
proc6de ta la vente & adjudication de trois Negres Bou-
langers, un Negre Perruquier & une N&gr ffe couturiere, avec
fon enfant, dependans de ladite fucceflion, aux charges
claufes & conditions enoncres en la carte- bannie, don't on
pcurra prendre communiLation en I'6tude de Mt Lecl:rc
Procureur.
A la requete du Curateur aux fucceflions vacantes, a Saint-
Marc, charge de la fucceffion du feu Sieur Frefcarode, it
fera le Mercredi 9 Janvier 1788, procede' la vente & adju-
dication au plus offrant & dernier enchriffenr des effects
mobiliers dependans de ladite fucceffion, & d'un part de
bois de charpente.
i Le Curateur aux vacances de la Sen&chauffe de Saint-
Marc, invite les creanciers de la fucceflion du feu Sr Didier
Guillemin, de lui communiquer leurs tires de cr-ances pour
les colloquer dans la repartition des deniers de cette fuc-
ceffion.
i Le 'curateur aux vacances de la S&nichauffbe de Saint-
Marc, invite les creanciers de la fucceflion du feu Sieur
Angles, de lui communiquer leurs tires de cr ances pour
les colloquer dans la rpartition des deniers de cette fuc-,
ceffion.
i Le Sieur Laporte, Habitant prbs de Saint-Marc, a l'hon-
neur de pr6venir le Public qu'il tient une poite roulante chez
lui; ceux qui pourroient en avoir befoin o'auroat qu'a s'adref-
fer au S' Cadet, maitre Sellier a Saint-Marc, il leur procu-
rera de fuite Ies voitures & les chevauc don't ils pourront'
avoir befoin. Ledit Sieur pr'vient aulii qu'il pren:dra des che-
vaux en pe.fion a 5o liv. par mois & a un gourdin par
jour, ch ils front aufli bien qu'on puiffe le defirer.
i Le Sieur Moh/imon, continue de tenir les Bains Publics,
rues Royale & de Bonnefoi, en cette ville, & les fera fer-
vir avec la mnme exatHtiude. Le prix des abonnemens fera
pour douze bains 33 lives, pour fix 16 liv. to fous, pour
trois 8 liv. 5 f. & pour un 4 liv. ,. 6 deniers.
x Le Sieur Garal, H.b'itanr Cavaillon, etcuteur-tetUa.
mentaire de feu Sieur Michel Teronneaux, decade au quar-
tier dit les Perches, dirpencance des Cayes, d'fiiant con-
noitre Ics charges de la fuccmeifon dudit feu Sieur Tcrronneaux,
pour employer les voies les plus promptes 'a fa liberation,
prie les creanciers de ladire fuccflion de fe prefenter en
l'etude de M' Rtneiume, Procureur en la Jurifdidion des
Cayes, charge, de veitifir leurs titrcs & d'ea dreiffr le
tableau pour procider enflaite au payauent,




...







4
t Les Heritiers de feu M. Charles, vivant Habitant au
Grand-Goave, defirant payer les dettes de fa fucceffion.,
fe proponent de vendre une terre fituee dans les hauteurs du
Grand-Goave, proprement dit* la bate, de la contenance
de x o a 170 carreaux, fufceptible de 40 milliers de cafe,
une fuperbe force fur ladite habitation le local le plus char-
mant poilible : une grande cafe couverte en effentes, des
cafes a Negres fuffinamment pour loger quarante-huit Negres,
tant grands que petits : on vendra avec ladite terre, ou fepa-
r6ment, fept mulets, trois chevaux & troisbourriques; plus
une terre de 15o carreaux) fituee au pied du morne, pour
fervir d'entrqp6t. On prendra come comptant les crean-
ces fur ladite fucceffion, & on pourra s'adreffer a M. R.
AMorin, Habitant audit quirtier; ou a M' T. Deshais 6&
Zalaie Saint-Jacques & Compargnie, Negocians en cette ville.
I En vertu d'ordonnance de MM. les Officiers de la Sen6-
chauffie du Port-au-PR-ince, & a la reque'e des Sieur & D"I
Degas, ligataires-univerfels de la feue Dame Boulard, leur
tante, il lera le Mardi vingt-deux prefent mois, procede
a la Barre de ladite S'nichauff6e, la vente & adjudica-
tion definitive; io d'un terrain d'envirom 29 carreaux de terre,
dependant de ladite fucceffion, fitue pres le Port-au-Princze,
derriere les favannes de I'Intendance, & de tous les bati-
mens conflruits fur ledit terrain, lequel eft fuceptible de la
culture du coton, du bois patates & de toutes fortes de
vivres & de paturages pour les animaux; 2' de deux vaches
laitieres, d'un taureau, d'une voiture avec fes harnois, d'un
mulet & dun attelage de trois chevaux; 3' d'un Negre,
nomme Georges, CrQole, bon poffillon, domeftique, fellier
a pouvoir entretenir des harnois, & bon maquignon; du
nomm6 Jean-Pierre, commander, -dune Negreffe Creole,
nommie, Catherine, blanchiffeufe, & d'tne autre Negreffe
Creole, nominee Francoifi, aufli blanchiIfeufe; aux charges,
claufes & conditions enoncees en la carte-bannie, qui ad-
mnbt tous crkanciers d'acquerir en compensation & jtfqa'a
concurrence du montant de leurs creances. On pourra s'a-
dreffer, pour avoir plus ample connoiffance des conditions
de la carte-bannie, en I'etude de M' .aqdamtn, Procureur
en cette villa.


DEPAsrs


P OUR FRAN A .


5 M. Odin, Commis de M" Laffteau, Faure, Odin &6
Compagnie, Negodans en cette ville, part pour France a la
fin de ce mois.
3 M. Jofepk Rodrigues, part pour France, & declare ne
fien devoir.
3 Le Sieur Guertier, Capitaine du Navire la ViFloire,
de Bordeaux, part inceffamment pour France. 11 prie les
debiteurs a la cargaifon dudit navire de le folder.
3 M. Antoine Defage, Habitant aux Matheux, part pour
France avec fes deux enfans, don't un age d3 9 ans & l'autre
de dinq. II prie fes debiteurs de le folder inceffamment,
afin de lui eviter le defagr6ment de les y contraindre par"
let voies ds rigueur.
3 Le Sieur Lagaroffe, maltre en Chirurgie, 1 Jacmel,
etant fur fon depart pour France, pour caufe de maladie ,
price ceux a qui il peut devoir de fe prefenter & ceux qui
uli doivent de le folder.
3 Le Sieur Claude Gautier, Peintre & Sculpteur, aux
Cayes, part pour France a la fin de ce mois, & declare
tie rien devoir.
3 M1' Hallby jane part pour France.
S, $^ur ddelinneF Ngociant aux Cayes, a l'honneur


de pfrvet' M" les NIgo .ans, Habitans & autrds;, qul
fixe fon depart pour France a la fin de Mars ou Avril
1788 au plus tard; pourquoi il enjoint 'a ceux ou celles a
qui il peut devoir, de fe prefefter ou faire prefenter les
offers qu'il peut avoir dehors, de mnme qu'il fupplie tris-
humblement les perfonnes qui lui doivent de ne pas retart.
der fon depart par faute de ne le payer fuccffiveinent, ce
qui le mettroit dans la dtre ncefflit quoiqi'avec
repugnance de faire fes diligences en juflice ; il eft
tries perfuade qu'il n'en viendra pas a cette extremist ,
n'ayant d'autres connoiffances que celle d'avoir vendu a des
perfonnes juftes, & qui auront egard a fa mauvaife fante,
laquelle l'oblige a ce depart. 11 previent aufli que s'il fe
prefente des acquereurs pour fon onds de magafin, il en
traitera au plus jufle prix, afin que ces m mes ne puiffent
que gagner; il vendra auffi Negres perruquier cuifinier,
Ipacotilleur, &c. Negreffes & chevaux. S'adreffer audit Sr
en fa maifon, vis-a-vis la Geole, aux Cayes.
2 La D11 Teffeire, fe difpofe a partir pour France.
2 La Dame Jeanne-Catherine Monnier, poufe du Sieur
Jean Peneaut, part pour France.
i M. Jean Parant, demeurant a Saint-Marc, part pour
France.
i Le Sieur Jean Lenable, grant les biens de Madame
la Comteffe de Chabannes, fe difpofe a partir pour France,
& declare ne rien devoir.
i Le Sieur Jean Parran jeune fe difpofe a partir pour
France, & declare ne rien devoir.
i Le Sieur Lagarenne a l'honneur de prevenir le Public,
qu'il part pour France ;il prie ceux qui lui doivent de vou-
loir bien le folder, pour lui Aviter le defagrement d'ufer
des voies de rigueur. 11 previent auffi qu'il a cede fa maifon
de commerce a M. Pierre Belhomme, Capitaine de navire,
atluellement a Saint-Marc, & que la raifoe fe tiont fous le
nom de Belhomme 6' Baux; ces M" font changes d'en faire
les recouvremcns, ainfi que tous les payemens conternant
fa maifon, & toutes les fignatures concernant ie Sieur La-
greane en ron particulier.


Ri ,SIt O A t DOMAINS


D Ro ;.


4 En verts d'ordonnance de MM. les Adminiftrateurs;
en "dte du 1r" Decembre 1787, le Sieur E. A. Baffet, e
cette ville, pourfuit en reunion un terrain pour culture, de
aooo las de long de l'eftah l'oueft, fur 5oo de large du fud
au nord, formant la valeur de millepasen carr6, fitue au
quarter Laurence, dans les montagnes dependantes du lieu
dit le Boucan-Patate, paroiffe de la Croix-des-Bouquets;
borne l'eft du Sieur Mony., au fud de la Daoe Bobin &
du Sieur Cardon; a eft & au nord de terres non concedes,
fuivapit le certificate du Sieur Petit, Arpenteur. Ledit terrain
conc'd' au Sieur Choifel, le 19 Otobre 1785, qui ne 1'a
jama's 6tabli. [ Cefl par erreur qu'on a mis dans les d.ux
premieres annonces de ettte reunion le Sieur Baffel au lieu
de Baffet, 6& celui de la Dame Robin au lieu de Bobin;
en co jequence, le Sieur E. A. Baffet avertit ceux a qui il appear.
tiendra qu'il fera fire une quattiime publication, pour iviter
toute difficulti qui pourroit naitre ].
3 En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiftrateurs,
en date du 12 du mois dernier, le .Sieur Jean Duvivier, refi-
dant aux Cayes, pourfuit en reunion un terrain pour hatte
& corail, de i 5oo pas carries, ou la valeur rcduite, fitue
dans les hauteurs de la ravime du fud paroiffe & jurifdic-
tion deo Cayes ; borne au fud du Sieur Abady & du








Sieur P;erre-ouds Bernard ( fi le cas y chot ) 1'eft de
M. de Coderc pere, & chaffant au nord & a l'oueft dans
les terres non concddees. Ce terrain conced6 le 30 Septem-.
bre 1786, par MM. le Comte de la Luterne & de Marbois,
au Sieur Guy-Francois-Aphrodite de Coderc fils, qui ne l'a
"fait ni reconnoitre ni arpenter, & far lequel il n'a fait aucun
ktabliffement.
3 En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiftrateurs,
en date du 5 du mois dernier, le Sieur Auguflin Sabal,
Habitant aux Gonaives, pourfuit en reunion n empla-
cement fitue audit bourg, de 90 pieds de face d'oueft a eft,
fur 120o de profondeur du nord au fud, borne au fud de
la rue Champfleuri, au nord des emplacemens marques des
numnros 2o & 2.1, a l'oueft, 22, a l'eft 4, conc6de au
Sieur Jacques Arnaud, le premier Septembre 1760 par MM.
de Bart 6 Peyrac, & n'a jamais t6 etabli.
3 En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiftrateurs,
en date du i du mois dernier, le Sieur Cordelle, demeu-
rant en cette ville, pourfuit en reunion un terrain pour
culture, de 1ooo pas carr6s, fitue au lieu dit la Grande-
Mare-a-Palmlfte, paroiffe de la Croix-des-Bouquets, borne,
fuivant la conceflion, a 1'oueft des brilages de la rivilre Blan-
che, au nord du Dos-d'ane, au fud & a 1'eft de terres non
concedes. Ce terrain a ete concede le 3 Juin 1772, au
Sieur Jean Henri, qui ne l'a jamais 6tabli.
i En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiftrateurs,
en date du 19 Dicembre 1787 dtument fignie, le Sieur
Pigalon Baudouin, pourfuit on reunion, a la diligence de
M. le Procureur du Roi'a Jacmel, un terrain de iooo pas
en carre, accord pour culture au feu Sieur Frangois MafiJ,
fitue au lieu dit le Petit-Fond ou le Guimby, hauteurs
de la Goffeline, borne a l'oueft de la Riviere du Petit-
Fond, chaffant a l'eft 100ooo pas d4ns les terres non conce-
dees, borne an fud du terrain Decaux, chaffant an nord
100ooo pas dans les terres non concidkes; fur lequel terrain
ii n'y a eu de la part dudit feu Sieur Franfois' Majfe, ni
de fes ayans caufe, aucuns ktabliffemens.
i En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiftrateurs,
en date du 26 Decembre dernier, le nomme Louis-Charls-
Vicloire Borno, G. L. demeurant en cette ville, pourfuit
en reunion un terrain pour culture de toco pas en care,
fitue au lieu dit les mornes de la Gafcogne, quarter de
Mirebalais, born a l'oueft d'un terrain dependant de la
uccefflon Voifin, au nord & a 'eft des terres non conce-
ees, & au fud de Jean Bellivue. Ce terrain a &t6 conc6de
e 12 Decembre 1770 *u nomme Fierre Bellevue dit
idahotiere, M. L. qui ne l'a jamais etabli.

D i M A N D s.

3 Un particulier, proprietaire de cejt carreaux de terre,
itues dans les hauteuis du Trou-Canati, quarter du Petit.
joave, fur lefquels eft un principle d'itabliffement, defi-
eroit trouver quelqu'un qui vouluit fournir la meme valeur
a Negres, & former une fociete pour les mettre en cul-
ure. S'adreffer a M. J. J. Alklmnand, Negociant en cette
ile, qui donnera de plus samples &clairciflemens.
On voudroit trouver a prendre a ferme un jeune Ne-
re un peu perruquier. S'adreffer M' Vauffdin Notaire
! ceite ville.

N ArI n $ CuARGe M NT.

3 La Bonne-Mire, de Nantes, Capitaine David, partira


pour ledit lieu du 15 au 2o Janvier 1788. Ceu'x qui
voudront y paffer ou charger du coton & du cafe en
pqtites futailles, s'adrefferont a M" Pierre 6' Louis Segui-
neau freres, Nkgocians en cette ville, ou audit Capitaine,
dans fon magatin rue Royale, qui a encore de l'huile en
panier & des clous de toute efpece, a vendre.
3 La Marguerite 6' Jufiine, de Bordeaux, Capitaine Paute,
partira pour ledit lieu du 5 au 10 Janvier 1788. Ceux
qui voudront y charger ou paffer s'adreffiont audit
Capitaine, ou au Sieur Lafoffe, dans leur magafin rue des
Capitaines. Ce navire eft a fon premier voyage, & eft
tr&s-commode pour les paffagers.
3 Le Succis, du Havre, Capitaine le Charpentier, partira
pour ledit lieu, du to au 15 Janvier 1788. Ceux qui
voudront y charger ou paffer, s'adrefferont a M. Franfois
Prudhome, Negociant en cette ville, rue des Capitaines.
2 Le Hafard, du Havre, Capitaine Belhomme,du port
de 360 tonne-aux, bon voilier, & tres-commode pour les
pafLgers, partira pour ledit lieu dans le courant de FNvrier
prochain. Coux qui voudront y charger a fret ou y paffer,
s'adrefferont audit Capitaine, en (on magafin a Saint-Marc.
2 La Sophie, de Marfeille, Capitaine Rougier tres..
commode pour les paffagers, partira pour ledit lieu, da
I" au i du mois de Mars prochain. Ceux qui voudront
y charger a fret ou y paffer, s'adrefferont audit Capitaine
en fon magafin rue des Caipitaines.
a Le Jeune-Louis, du Havre, Capitaine Roffignol, parw
rita pour ledit lieu a la fin de F6vrier prochain au plus
tard. Ceux qui voudront y charger ou y paffer, s'adreffe-
rent audit Capitaine, en fon magafin rue des Capitainei,
a co6t de M. Trottier, N6gociant en cette ville.


A IV a s.w


3 Un moulin a fucre, neuf, don't les cylindres qui ont
23 pouces de haut fur 19 de diametre, font dans les pro-
portions les plus jufies pour lui donner toute l'elaflic& poffi.
ble. S'adreffer a M. Nadauy Negociant en cette ville, qui
en fera bonne composition.
Deux Negres, don't uri age de 14 'a 15 ans, perruquier,
& bon dometique, un.autre Negre d'habitation, bon pour
ta hache, & une Negreffe age d'e 1'a 16 ans, coutu-
tiere. S'adreffer a M. Ginoyer, vis-a-vis M. Cadieu, Nigo-
ciant en cette ville, & a cote des Bains publics.
2 Une habitation fitube dans les hauteurs de la plain
du Cul-de-Sac, coanue fous le nom de Rottier de la Ju-
donnerie, de la contenance de 212 carreaux de terre, ktablie
en fucrerie roulant en blanc, fur laquelle font deux mou-
lins, une belle fucreT te avec (es.equipages une putgerie
de 300 pieds, totutes les commroditis uwiles 'a a fabrication
du ftcre, guildiverie monee, l1ogemens de maitre colom-
bier & clapier; 14 prices de cannes bonnes a rouler I'annee
prochaine, utm, quinzi'me que l'or va planter, dix carriaux
de terre en vivves, le tout arrolc par ia rivie~e Creufe;
on y joindra 95 fuperbe,; Negres, donr la majeure parties
Crdoles, 40 loeies a comes, for-t 34 tirant au cabrouet,
9 mulets, une jumcntr, cabrou 's tomtbeeaux & tften.
files, &c. S'ac.r i 4r 41 Sartre, Habitant au Cul-de-Sac,
z M! Mcynardie 6e Ficcird, N'gocians, ou MM Lhoreilihe
Notaire en cette ville. M. Flordeau, Habitant au Cul-de-
Sac, qui a un quitnzirme fr ladite fucrerie, malade depuis
long-tim.mp, fera l'acqu6ieur tles-bonne composition de
f0n iniet pour du comntvnt ou des Negres a bormd
diicrant Yoir la fin de cette aftaire, de fon vivant.


~. i A










2 Une boulangerie fitue rue dau Pont a Saint-Marc;, on
y joindra deux ou quatre Nigres bons boulangers, & tous
les uftenfiles neceffaires. S'adreffer au Sicur Dohormmnn, "a
Saint-Marc, qui en fera bonne composition.
2 Une Quarteronne, couturi're & blanchiffeufe. S'adref-
fer 'a M. Trouier, Negociant en cette ville qui continue 'a
vendre des moulins -a mais, &8 du plomnb laminei.
x Up emplacement, fur lequel fe trouve une maifon 'a
'etage, &, plutleurs chambres dans la cour, fitu4 rue dc
Provence, pres la rue Royale & l'embarcadaire du maga-
fin d'Artillerie. S'adrefler au Sieur Lavigne, au Greffe de
l'Amiraut6, qui prendra quelques Negres en payment.
x Une voiture, a imperial, a deux places, portieres fur
les crtes, garnie en velours de foie abricot ou aurore, les
ranges & gallons verds & blancs, affortis a ladite garniture,
rideau du doflier, flores a crique a toutes les portieres, &
petits couffins de c6t~ en taffetas verd & blanc, poignees
furdorbes, la voiture fond verd, moulures dorees, & le
train mont6 fur quatre efforts; un attelage de tro;s chevaux
baie, 'a tous crins & extrimitbs noires, efpagnols dela Grande-
Terre. Ceux qui voudront en fair l'acquiiition s'adrefferont
a Me poigny, Avocat en Parlement, Doyen des Procu-
reurs, qui en fera bonne composition moyennant du comptant.
Pordon d'une habitation, fitue'a a laplainede l'Artibonite,
de la contenance de Ij carreaux, parties en bois de bout,
halliers & favannes, fur laquelle paffi une petite riviere, &
un canal qui fert a arrofer une grande partie de la terre.
S'adrefTer a M" Villeneuve & Fargues, Negocians 'a Saint-
Marc, ou M. Conflantin Deflreilles, fur fon habitation,
au Petit-Cahos.
Environ cent Efclaves, a vendre, ainfi qu'une grande
quantity de meubles, effects & argenterie. S'adreffer a M.&
Lefranc, Diredeur de l'Hopital, qui prendra en payment
Ion paper quittance, 6chu ou a &cheoir & de bonnes lettres
de change fur France, endoffees par des maifons de Com-
mnerce de Saint-Domingue.
i Un ,emplacement de 86 pieds de facade fur 16o de
profondeur, avec les batimens eOn dependans, fitu6 rue des
Miracles, entire M" Meynardie Piccard & Compagnie &
le Sieur Dupon Delorme, Huiflier. Plus une terre de i o
carreaux de terre, en plaine & arrofable, fitu'e au quarter
& pros le bourg de Mirebalais, dans le plus beau local,
fur laquelle font aduellement une grand'cafe & i5o betes
a corners ; cette terre qui eft maintenant en hatte, eft fucep-
tible de toutes fortes de culture. On donnera toute faci-
lit' poffible a un acquereur folide. S'adreffer M Salaignac,
Avocat au Confeil Superieur de Saint Domingue.


Ss CLAV S s


N It M ARRO N N AGE.


2 Criflophe, nation Bambara, etampe fur le fein droit,
IBA, les deux premieres lettres entrelacees, iag d'environ
-4 ians, taille de 5 pieds 7 a 8 pouces, marron depuis
deux mois & demi: on le foupconne dans la plane du
Cul-de-Sac, ayant ci-devant appartenu a l'habitation Fleuriau.
En donner avisa M" Gillet, Gaudin 6, Compagnie, Nego-
cians en cette ville, rue Sainte-Claire.
Emmanuel, Nago, fans etampe, ayant les oreilles per-
ches, taille de 5 pieds 3 a 4 pouces, marron de LUogane
depuis fix femaines. En donner avis a M. Laure, DireCteur
de la Poftl audit lieu.
A NIr MA U X z I ARE$S.
3 Ii s'eft girc de Stdint-Marc, depuis Ie 5 Novembre
dernier, ua cheval fous poil rouan, a.'vi da cli du inoa-


toir BC, & au-deffous ATV entrelacSt. En donner avis
.a M. Bouyd, Nigociant a Saint-Marc ; il y aura recompenfe.
11 s'eftA gare, depuis environ quinze jours, de l'habitatioll
de M. Robert neveau, pris ceite ville, qu'il tient 'a ferme di
M. Lertbour, un mulet focus poil rouge, 6tampe YCB, au.
deftous AT entrelacs. En donner avis a M" Lacombe firer
& CompagndVi, Negocians en ceae ville, a qui il apprtient;
il y auia rdcompenfe.


A u RiDACTEv A.

Canton d'Ennery, le 9 Septembre 1787,

Je viens de lire, Monfieur, dans vos Feuilles, la. lettre
que je vous ai adreffTe, avec les notes que vous y avez
jointes. Vous m'avez mande, par une lettre particuliere,
que vous vous les deviet A vous-mene. Je ne vois pas trop
comment & pourquoi vous pouviez vous devoir de pa-
reilles notes ? Sans entreprendre d'en p6ietner le motif, je
vais y repondre de la maniere la plus fucciine. Je les fui.
vrai cependant par ordre de numnros. Quokqi'ils s'6tendent
jufqu'a dix, j'elpere, fins beaucoup de longueurs, proe-
ver que vous auriez pu abieger, meme fupprimer celles
de vos notes, fi vous vous e.Lz rappele ce que je vous
ai crir, & que vous avez publii en diff'rens temps. Si
vous avez perdu de vue ces objets peu important, c'efl
fans doute par attention que vous avez mife 'a la redac-
tion dcs Nouvellks Politquei, & des oblievaiions met&
reologiques que vous croyez intereffer beaucoup vos Lec-
teurs. J'attends de leur complaifance qu'ils voudront bien
rapprocher vos notes de mes reponfes, & je leur protefle
que c'eft pour la derniere fois qu'ils front ennuyes, au
moins de ma part au fiujet du nopal & de la cochenille.
[No ,r] La d cifion de M. de Menonville eft infi-
niment refpedable pour tout ce qui concern la coche-
nille; mais dans la circonflance elle peut &tre defe&ueufe. Le
peu de cochenille qu'a r&colt6 M. Thiery, il l'a prepare
fuivant la methode des Mexicains, la mienne eft diff6rente;
par confequent les refulats doivent etre diff"rens. Sont-ils
plus avantageux pour les Arts.? C'eft ce que 1'Academie
des Sciences decidera. Tout detail a cet regard eft fiperflu
quant a present. 11 fuffit d'ajouter que MM. les Adminif-
trateurs m'bnt fait des obfervatiops tres-judicieufes quand
ils e,,t vu ma degree, avant de Ienvoyer au Miniftre.
[ NO ] Cette note n'auroit fans doute pas eu lieu, fi vous
vous etiez rappele Monfieur, une des phrafes de ma
lettre, qui commence par ces mots; ces precautions furent
iJifpfantes, &c. Avec un pau plus d'attention, vous vous
fiuiez reffouvenu que par cochenilies detach es des nopa!s,
j'entendois celles qu'on enleve a deffein & qu'on pofe dans
les pailles ou nids, pour s'y reproduire avant de mourir;
des-lors cette note etoit au moins inuile.
[N0 3 ] Ll-iftoi- rertousapprend que la province d'Ouaxaca
eft une des plus floriflantes du Mexique, que la ville de c:
nom eft une des plus jolies & des plus peupl es. C'(i
dans les p!aines circonvoifines de cette ville que fe trou-
vent la plupart des nopaleries. D'apres ce il n'eft pas
jufie de penfer qu'il y ait autant de fournmis dans ce
pays que dans les bois de Saint-Dorningue. Tout Ie more
fait par experience, que plus un canton eft d6ftiche '
habih, moins on y volt de fourmis, fur-tout de la g;ci.
cfpvce. 11 exiiie i~ime des pays cu on ne tcuve pcoii







l'frpce ruigrement 3 ,1.' taa::m... 11 fe peut q'il n'y
ena a i pas a Ouaxaca: tout announcee mme, notamment
le ifcceides nopa!eries. Vous wn feriez convaincu fi, come
moi, vous euiliez ete A ponee de voir ces animaux voraces
emporter & devorer les cochenilles. C'6toent des flarnands
qu'ii fil-it attirer, fi vous 1'aviez pu, fur le pied du nopal
qui a fervi a votre experience. Alors, elle eut ete con-
cluante & vous euffiez vu toutes vos cochenilles difpa-
10rf"e en peu de t.pis.. Envain auriez-vous cit6 les Natu-
ralijfes; ils ont pu rematquer come vous, que les four-
rnisde la petite ef~Ace, paroifloient ne pas attenter a la
vi. des galles infedes; pourquoi ? C'eft qu'elles trouvoient
autour de ces dernires affez de fucs p'anches, pour fub-
venir a leur fubfifance, parce qu'elles 6toient des fourmis
de la petite efpece. Mais ii n'en eft pas ainfi des groffes
fourins. Apris avcir confomme le fuc 6panchi, qui eft
itfuffifant pour les repaitre, elies devorent la galle infe6te
meme q ui en eft pl:ine C'eft ce gqai eft facile a conce-
voIr, c'fft ce que j'ai vu & c'eft ce qui m'a force" a
composer ie fourmi;ge, don't je ne me ferois jamais occupy
i'Za, le befoin reei que j'en ai ,u. D'ailleurs, il eft g.ne-
ralement reconnu que rien n'et 'Iabri de la voracitc de
la fourmi dans les regnes animal & vg6tal. Comment la
cochzniile qui eft ua infecqle de la groffeur de la pu-
naife commune, en feroit-elle feule exceptee ? C'eft ce
qu'on ne peifuadera jamais a ceux qui ont cbferve les
fourmis de la groffe efpice, & fur-tout aux perfonnes qui
en ont ete mordues.
[N 4 ] Quand on fait la langue latine on connott
la vraie iignification du verbe confequi, ccnfiquor, d'oiu
derive le mot confequent. On n'ignore pas qu'on peut appe-
fer confequent en general, tout ce qui eit la fuite ou le
refultat exa& d'un principle adopt. Or il exifte des prin-
cipes, des regles pour un etabliffement comme pour un rai-
fonnement, pour un ouvrage de literature, pour la con-
duite ; donc par la m8me raifon qu'on dit un raifonnement
confequent, un ouvrage confiquent, une conduite conf6-
quente, on peut dire qu'un &tabliffement eft conf6quent,
quand il eft execute fuivant les meilleurs principles, qu'il eft
fuiviavec foin, & qu'il fait efphrer des rifultats avantageux. Un
etabliffement peut etre conf6quent fans etre considerable, mais
pour devenir confidrable it faut quil foit confequent. Pour
fe convaincre de cette verite, il n'eft pas neceffaire d'avoir
recours a S. Paul. Mais i! eft indifpenfable d'8tre bien verf6.
dans la connoiffance de la Grammaire, quand on veut rele-
.ver les fautes que l'on croit entendre dans la foci&~6
[ N 5 ] Ittre jufte envers tout le monde, c'eft fans
doute le devoir d'un Gazetier. Mais pour le remplir it
faut autant de circonfpelion que de memoire. On doit
prendre garde d'Gcrire dans un temps le contraire de ce
qu'on a kcrit dans un autre. C'eft ce qui vous eft arrive,
Monfieur, vous n'auriez fans doute pas avance dans votre
dernier num&ro que M. Thibry a etabli une nopalerie, fi
vous vous etiez rappele de cette phrafe qu'on lit dans votre
num&ro 39 de f'annse 1785. t M. le Marichal de Cafiries,
"jaloux d'dtendre de plus en plus le commerce du nouveau
"monde, defivoit de fair itablir cette culture qu'on avoit fait
Stenter ci-devant par un Botanifle ad hoc qui itoit alli au
SMAlexique, 6' don't le travail ne sYtoit borne qu'ac apporter
,quelques cafijes de plans de raquettes cultivees, fur lefquelles
1i avoit derob qudques cochenilles qui perirent pet de temps
a .ps n. Si M. Thi6ry n'a apporte que peu de plans de
nop.l & de cochenilles, fi elles ont peri peu de temps
apres, s'il eft mort lui-mrme peu apres fon arrive dans la


Colonie i 'a doc ,enl en Ie tempi d,'anMir utme nopa-
lerie. D'ailieurs qa'appelle- t-on nopalenie ? Le ce'bre
i Auteur de l'hiftoire naturelle des deux Indes dit qu'on
donne ce nom un ou deux arpents de terre plants en
nopal. 11 exift.e des t6moins occulaires qui favent que M.
Thiery n'a pas plante a beaucoup pris une auffi grande
6tendue de terrain. La mort feule a pu le priver d'une
fatisfadion bien due a fes travaux que j'apprecie autant
que qui que ce foit. Mais enfin il n'a pas plante en nopal
'etendue de terre qui conftitue une nopalerie. Perfonne
depuis lui n'a fait une pareille plantation dans aucune
Colornie Francoife, j'ai done pu a jufle titre nommer pre.-
miere nopalerie francoife mnes 4000 pleds de nopal, qtui
plants a 8 & 9 pieds de difiance, occupent une e:endue
de terre affez grande pour etre appele nopalerie. C'eft pour
engager les Cultivateurs a en 6tablir de pareillcs que vous
n'etes pas, dites vous, Monfieur, partifans de ma methode
relativement au fourmifuge. Ceux qui en auront befoin
pour fe garantir des ravages des groffes fourmis quelqu'e&
loignes cquils foient des villes, ne front pas rebuts par
la proeendue difiiculte de fe pourvoir de la petite quandi';
des drogues communes qui foat necJfTaires pour compcfer
le fourmifuge. l!s auront moins de peine 'a ie les procurer
qu''a p'netrer le vrai but de vos notes.
[ N 6 ] Vo:us pouviez, Monfieur, vous eviter Ta erine
de nous rappcler bonaement que les nopalkres d'Oua-aca,
out (t1 nouveles avant d'ere anciennes. 11 failoit dice ft
d. 1rhiry, qui a vu ces nopaiei s, a fait mention des
olftac!ks qu'on peut rencontrer au Mexique, lorfqu'on y,
forme de pareils &abliffkme:s. Ceux qu'on y 6prouve,
viennent de l'intemperie des faifons. Au moins c'eft ce
que m'a appris i'Efpagnol duquel j'ai reu les renfeigne-
mens les plus certain fur tout ce qui concern la culture
du nopal & 1'education de la cochenille. Ce riche Habi-
tant d'Ouaxaca, ne m'a point dit que dans ce pays onr
eit a redouter les ravages de la fourmi, mais il m'a affure
que la belle plaine d'Ouaxaca, ou fe trouvent les nopa-
leries les plus floriffantes, a du etre anciennement & tres-
anciennement defrichee par les Naturels du pays. Or ,
comme avant d'y cultiver une denree de luxe, on a fans
doute commence par celles de premiere niceffite le
nopal & la cochenille qu'on a enfuite places fucceflive-
ment fur ce terrain deja defrich. depuis long-temp n*ont
point ete dans le cas d'etre devaflts par les fLurmis, fur-
tout par cells de la groffe efpece, qui s'eloignent de toutes
fortes de plantations bien entretenues. D'ailieurs, ii n'etifle
peut- hre pas dans ces planes du Me;q'e, la mnme
efpece de fourmi qui fe trouve dns s les 11 s Antilles. Au
furplus, foit qu'il y en ait ou qu'il n'y en a:t pas, parce
qu'on n'eft pas dans le cas d'en eprouver l!s ravages 'a
Ouaxaca, eft-il bien conf6quent de dire q'u'on ne doit pas
les redouter a Saint-Domingu: : IIt ne le feroit pa; p!us
de dire qu'on doit trouver de ces fourmis par to-re la Co-
lonie, parce qu'il s'en eft rencontre dans l q.iartier, &
au milieu des bois oh j'ai fait mes plantations. Aufli me
fuis-je content de dire qu'it fe pourroit que ceux qui vou-
droient former de pareils :ab,'if1-mens, vinflent a 6prou-
ver les memes inconveniens. Dans ce cas, ils fauront qu'ils
peuvent commrne moi s'en garantir avec cuIlqu'attention ,pea
de peines & encore moins de frais. Tel eft l'uniqie but
de mes observations. Eft-ce colui des votres ? Vos Lec-.
teurs claires en jugeront.
[ N0 7 ] Oui, Monfieur, j'ai commence a lever de la
ochene ille il y a 3 ans, & j'ai travaill .'a tablir ma nopa,








krie depuls deux gns; cependant noas avons M. Thiery&
& moi travail6t dans le meme temps fur le m me objet,
quoiqu'il foit mort en 1778. Tout cela ne vous auroit pas
paru extraordinaire avec un peu plus de memoire. Vous
auriez pu Yous rappeler de ma lettre du 14 Oobre 1785 ,
ique vous avez inf(r&e dans vos Feuilles, on y lifoit cetre
phraft : a Je devrois peut-etre vous apprendre que dans le temps
i, o' M. Thidry de Minonville eft part pour venir dass cette
,, Clonie, f'avois ardreffi au Minifire un memoire concernant
,la pojibiliti de la culture du nopal, de l'iducation de la
a cochenille & Saint-Domingue, &c -. C'eft vers la fin de
l'annee 1775, que j'ai fait connoiffance avec 1'Efpagnol
matif & habitant d'Ouaxaca, qui m'a donne ide'e de m'occu-
per de nopal & de cochenille, & les renfeignemens necef-
faires pour y travailler avec fucces. Ceft d'apres eux que
j'ai fait mon memoire, & fi a cette epoque, je ne tuis
pas part comme je le d6firois, c'eft que les dangers de
la mer & de la guerre ont allarme les perfonnes don't la
tendreffe pouvoit mettre obstacle a l'execution de mon
project. Mhis, quoiqu'elle ait 6t6 retardee jufqu'a la paix,
il n'en eft pas moins vrai que j'ai travaill6 depuis 1i ans,
a ce qui concern ce genre de culture. Si M, Thiery, qui
mz'a pas fans-doute, rencontre les memes obstacles, m'a
devance dans cette Colonie, il n'en eft pas moins conf-
tant que j'ai dit vrai en avangant que nous avons tra-
vaille dans le mime temps fur les mmnes objets. D'apr4s
,e, 5a quoi bon votre note ?
[ N 8 ] Pour Otre exad come vous paroiffez le de'i-
rer, il auroit fallu dire que les preuves qui exiflent font
aine plantation faite par M. Joubert de la Mothe. 11 f'a
cntreprife quelqpe temps apres la mort de M. Thiery, &
vous avez public dans le numero 39 de vos Feuilks, qu'il
s'6toit trouvk fi peu de plans de popal dans l'emplacement de
la plantation de M. Thiiry, que M. Joubert a dte oblige pour
faire la fienne, de recourir aux nopals qui fe trouvoient dans
quelques jardins particuliers. Ce qui ne feroit pas arrive
fi M. Thiery avoit plant en nopal un arpent ou deux de
terre, enfin l'6tendue convenue pour &tre nommee nopa-
lerie. On fait que le nopal eft dans la claffe det planes
graffes qui font tres-vivaces. D'apres ce, il eft aife de con-
cevoir que s'il eut exiftI une nopalerie du vivant de M.
.Thiery, on auroit trouv6 quelque temps apres fa mort,
dle qtai en etablir plufieurs. J'en juge par les nopals ian
cultives qui fe trouvent dans la parties efpagnole de la Co-
lonie, d'ou j'ai tire ce qui m'a fervi pour mon etabliffe-
snent. Celui de M. Thifry a Wte tres-confequent, mais pas
affez .confiderable pour ctre nommn ndpalerie. En rappe-
ant cette vkrit6 que vous avez vous meme publike dans
te nomrto 39 de vos Feuilles, je ne fais ni ne cherche
a fire aucun tort a la memoire de M. Thiery. J'ai tou-
jours readu homage a fon courage & a fes travaux. Les
mnemoires que j'ai fait paffer a M. Joubert de la M,othe,
celui qui eft fous les yeux de l'Acadimie des Sciences, ea
font preuve. D'ailleurs, on tenteroit envain d'ajouter quel-
que chofe aux eloges merits que lui donne l'Auteur de
I'Hifloire des deux Indes, II ne refte aauellenment qu'a regretter
qu'une mort trop prompted alt empech6 l'entdre execution
4de fes projects. C'eft ce que content la phrafe de ma lettre


fur laquelle vb'o's avez cru devoik fare une rbte au moirs
fuperflue. J'ignorois d'ailleurs, que rious fuflions einq ou
fix perfonnes occupies dans le meme temps, d'etablir des
nopaleries. Pluft a Dieu, pour le bien de ia Colonie, que
nous fuffions 6oo ; mais malheureufement nous en fommes
bien loin. M. Joubert a fait une plantation de nopal, mais
il m'a lui-meme 6crit que les occupations de fon tat ne
lui permettoient pas de donner 'a fon etabliffement la con.
finance & F1'tendue niceffaire. Je fais qu'un Habitant du
Mble, y a tented la meme culture en 1786, j'en ignore
les refultats. Avant ce temps, j'avois pofe quelques-unes
de mes cochenilles fur les nopals appartenans au Cercle
des Philadelphes mais cette Soci6te n'avoit fans doute,
pas le project de former un grand 6tabliflement. e n'etoit
pas le votre non plus, Monfieur, quand vous m'avez mande,
il y a quelques mois que vous vous amufiez a lever la petite
quantity de cochenilles don't vos affairs vous permettoient
de vous occuper. II ne s'eft done point form cinq nopa-
leries dams le meme temps que la mienne. Je ne fais s'il
en exifte a&uellement quelqu'autre. Je defire qu'il s'y en
trouve plufteurs, & qu'on y ait ricolt6, comme moi l'anne
derniere, plus d'un demi quintal de cochenille. Je i'appren-
drois avee fatisfafion, parce qu'il en r6fulteroit un grand bien
pour la Colonie, & que je fuis loin de pr6tendre me preb
valoir de mes foibles fucc&s. Vos notes feules m'ont decide
a ditailler ces faits vrais, pour me conformer aux principles
d'exaftitude & de justice don't vous dites etre ze16 partifan.
[ N 9 ] En lifant mes lettres avec plus d'attention, vous
auriez vu que je vous annon9ois feulement l'efpoir di ces
fucce' qui ne peuvent etre que les fruits d'un long travail.
Tout detail a ce fujet eft a&uellement fuperflu. Si M. Jots-
bert vivoit, s'il n'avoit &t6 trop tot enleve a la foci6t6 a
laquelle il 6toit tout la fois cher & utile, il auroit pa
vous dire jufqu'h quel point mon efpoir eft fonde. II a eu
fous fes yeux Ie rtdultat de mes travaux, il y joignoit les
fiens, & nous avions des vues tiles pour le bien de la
Colonie. Puiffent mes foibles moyens me permetere de les
remplir feul auffi bien que je le defire t
[ N o ]. Vous tranfportez dans le corps de- ma lettre,
un pofl fcriptum qui ne concernoit que vous, & point du
tout le Public. Je ne vois pas trop quel etoit votre but &
celui de votre note; a moins que ce ne foit la neceffite
d'affurer vos Ledeurs que votre intention eft de rendre vos
Feuilles intereffantes pour chacun d'eux.. Si ceft par la va-
riet6 des objets, que vous croyez y parvenir, vous le pou-
vez quelques longues que foient les lettres quon vous adreffe,
vous favez qu'il vous eft poffible de les divifer par portion
dams plufieurs Feuilles. Soit de cette fagon, ou en entier
dans la meme Feuilie j'efpire voir publier la prifente
rep6nfe a vos notes. Je ne fais fi vous croirez vous en devoir
encore dautres a vous meme, mais foit que vous vous ent
deviez ou ne vous en deviez pas; qje vous en faffiez ou
n'en fafliez pas, je fuis decide it garder le filence que je
me dois. Mon intention eft d'etre utile autant que je pourrai
au Public, mais pas du tout de l'ennuyer par des. difcuffions
d6plawees a tous egards. Jai 1'honneur d'etre,.&c. Sigai BRULEY.
Lu, &6 permits d'imprimer. Au Port-au-Prince, le i3 Oja;
bre 1787. Sign6 DE MARBQIS.


Avec permiieon de MM. les Giat'ral & Iniendant.


AV PORT-AU-PRINCE, DE L'IMPRIMER IE ROYALE.


I


I
S



I.



V









I







"." 4. *. M'.- -' VO** "
'p *,s* 9 *' 5* '." A. *
II "^ S!!iiV' ^rJuy M 4.- -"'irfr'f~~~~-T~i~ iiiri1 i
.4 ii v *k"t A (


AduH E S

-d du Samed

S- .


AMERICA INES,


ti


Janvier 178 8.


24 once.


AVIS D'AD MINISTRATION.
a Les droits fur les maifons & fur les Negres, dus
par les Habitans du Port-au-Prince, pour Fannee 1786,
n'ayant 6te pays qa'en parties, la garnifon fera etablie au
t5 Janvier chez tous ceux qui n'auront point acquiitt ce
qu'ils doivent pour ladine ann6e 1786.
L'adminifIration accordera des terms pour le payment
des droits anterieurs 1736.
Le Receveur de 'FOdoi a requ les quitnances des droits
fur les Negres, pour 1787, les fHabitans font pri6s d'en
payer le montant pendant les trois premiers mois de l'annee
1788; les quittances non retirees pendant cet intervalle
front remis a la Marechauffte, & il fera proc'de confor-
inement aux Reglemens contre les redevables en retard.
Ces mefures conformes aux Rglemrens, ou qui ne s'en
cartent que pour en moderer la rigueur, auront leur exe'-
cution dans toute l'&tendue de la Colonie.


NOUVELLES


DIVERSE.


SGRAN DE-B RETAGN E.
L.I. E project que les Anglois ont former de reparer par des
eabliffemens dans FInde les pertes qu'ils one faie entn
Amerique ne parart plus douwum. Ces infulaires formnct
pvr-tcut des points de rlac:he avantageux. Ils n'en avoifent
point dans le detroit de Malacca, fi fr'quenri par ceux qui
font le commerce de FL' e ils viennent de fe mettre
en poffilion d'une petit: Ifle fitude a s ce detroit, don't ia
Gazette de Catuca, du L" Mai 1787, done la defcrip--
tion en ces themes:
I C, f't IL x 2 Am ^ 1786 "itcetre Gazette qve nous
primes pofffiieot1 ce I r 'ince ueGals .autrefois connu
fo.us le r.om d' 1 ?c s .'i:o.s On v .',ora le pAvilina
ar glcis ap- ':a ClGve de 27 co,.ps d'3 cjnon. C'rte t~ e
a e:vi-czn o0 oni'les deI longucur fr Iv; de largeur. La
Itee du coe dh li mer oa du Ji truireit tr-mntaneute
& cov:.e Je f.,e s in',' rab "s:i y a pluIur s baies
& deC o o p- ti l; l:'s q; '-'it-'ent. La pointe d c
te ,' fi"r Izqaetl' ie Fort > a'ai Efl: environ ua mille dc
de la coe de Qc--a; toiq as .le bois aura e couC'l'.
q 'a.I pic'.lA (.s nio,. c,! efpac fo-rmera
M; ementuneplai:-e ,! 15 Ioso 20 r..!c, d- cirh ci.
A d ie s d .i or. co 'e t: > .- riv.rii d fou
I rit la eilIure eau q .'il fit poiiible deb ir lxii


Poids dot Pamiu etfcalin.


l. ,,,-pz I- -- -p-- -a -w I


I IWWA


elle a fon embouchure dans la rade, les navires peuvent
s'en pourvoir fort aifiment avec leurs chaloupes,,.
c A cet igard, cette Ifle eft infiniment fup&rieure a Ma-
lacca, oh l'on ne peut avoir de l'eau qu'a une tres-grande
diflance de la ville; ce n'eft d'ailleurs qu'a haute marie
que les chaloupes peuvent remonter la riviere de Malacca,
& come ces chaloupes portent 1'eau a d&couvert, & que
les ravires font a une distance confiderable, fi la mer eft
groffe, il peut arriver bien des evenemens dangereur.
D'ailleurs les frais font confiderables; les navires y font retenus
long temps, au lieu que dans l'Ifl' du Prince de Galles,
ils peuvent fe procurer de l'eau au moment oh ils veu-
lent, & 1'entrke de la baie eft tts-fure; il y a toujours
4 braffes d'eau au moins, tout pr6s de Hfle, & les na-
vires, de quelque tonnage qu'ils foient, peuvent s'appro-
cher en toute furete, en tenant le milieu du canal. 11 s'y
trouve un port tres-vafte & tres-fur, & les vailfeaux de
line peuvent y arnivcr avec beaucoup d'aifance, & font
parfaitenent a 'Abri ds vents ddu nord qui regwnnt pen-.
(dat long-emps is n Ie d.1c,4i de Malacca. L'Ifle du Prince
e G(Ales pfoc( i it de 'i.amin en grande quati:e, duc tres-
bea'iu:"os,i 'opp'cs U faire des ve. ,ues, des pert oqe:s ,&c.
Le -rs pacn etre de la meme efpece que cIui que ls
SlHolPIndki. prenncrt a Malacca don't ils font des mats
qu'l"s emn (vent Batavia .
C I ci probable que cet etabuliTement exciterala jalou-
fie des !ieiaindois, parce que fa situation eft preferable
a tous gOrs -a celle de N.ialacca, autant pour la furet6
des navires que pour l'avantage d'y trouver de l'fain ,
fucre, &c. Les Malais commencent 1'a s'y rendre:en cas
de guerre, notre Marine fera parffitrement cU furet6 dins
le port de cette ile. Plufieurs Chinois s'y font diji era-
b!'., les proviflons y font abondantes; on y va c&ahlir
un bazir ,.
U Ls navires de toures les nr-'ions qui paffent dans
le dehroitr, t.oin'eront fans dokue la pr-6frcr.ce n cette Ifle,
",-ce qu'its y trouv.ron des rafraichinftniens a beaucoup
meiieur rna!ch2 qu'on peut s'en procurer plus aife-
ment qu'a Malacca.

F a A N c r,
Les cpkceres pcuvant devenir un jour comme nous
l'avons deb dii, une braache de commerce tres-interelante
pour la Colorie de Saint-Domingue nous nous app',iquons
kfuivre les pr.gr s que les arbres qui les produifert, font
' 'ile de F'ance, parce que cette Colonie a la mznr.e
featuree que la rnotre, ainfi que nous nous en fomrmes
s par des obfervations mtiorolcgiques qui nous
', iIVI~r H "







TO
ont et4 envoyes de cette ile & qui n'ont jamais etc
publices que dans notre Feuilie. Nous ferons peut-etre bien-
t6t voir auffi que les moeurs & le caradare des Creoles de
ces deux Ifles, quoique fi eloignees l'une de l'autre, font
abfolument les memes; ce qui fournira une nouvelle preuve
de 1'analogie des climats. Quelqu'un qui a l6journ6 long-temps
hi ifle de France, nous difoit dernierement, qu'on y trouve
prefque tous les fruits d'Europe, qu'on y fait reuffir en
pregnant quelques foins de leur culture. Cot example eft encou-
rageant pour nos Colons, & c'eft avec plaifir que nous
remarquons que depuis qu'on a un peu babill agricul-
ture exotique dans cette Feuille, on s'an entretient dans
les conversations, plus fouvent qu'on ne faifoit il y a quel-
ques annees. Nous ne defefperons pas que bientot on ne
renonce a l'idie trop l6gerement adoptie, que les habita-
tions en cafe, ne font que des biens viagers. L'agriculture
enfeignera, fans doute, plut6t qu'on ne le croit, des moyens
pour fair exifter les cafiers, autant qu'en Arabie. II ne faut
qu'un homme pour produire cette revolution important.
Un de ngs Correfpondans, Habitant des environs du Cap,
nous ecrivoit, il y a quelqu$s jours, qu'en coupant le pivot
des cafiers, on pouvoit les faire produire un grand nom-
bre d'ann6es, & que ces arbres ne periffoient que quand
leurs racines rencontroient le tuf, ou quelques terres graffes
& trop humides. Cette affertion demanded a tre cohfirmie
par des experiences, ( *) mais elle peut mettre fur la voie,
car it ne faut que diriger I'attention des hommes fur certain
objets, pour les determiner a s'en occuper. Revenons aux
epiceries.
( M. de Cdre, Dire&eur du Jardin Royal des plants de
Mont-Plaifir, dans I'Ifle de France, a eu la complaifance,
dit I'Auteur du Journal gnrn&al de France, de m'envoyer
des echantillons de differentes efpeces de clous de girole,
que je viens de recevoir. Je ne puis mieux lui temoi-
gner ma reconnoifTance, qu'en m'empreffant de publier les
notes 4crites fiur chacun des paqrets qui enveloppent ces
clous de Girofle, don't l'odeur & le goit font encore bien
fuperi urs a ceux que je requs I'annie derniere ".
N0 i. Clous de girofle tombs en Decembre 1785 ou
verds, ou a leur groffeur comme epiceries, c'eft-a-dire ,
rouges & prets a s'epanouir, ayant toutes les qualities requi-
fes, etant gras & onaueux, & deftin&s a etre compares
aux clous tombs clans un autre age. Ils font fans prepa-
ration, & fiches fimplement a l'ombre & au fol.il ).
SIN* 2. Clous tombces en Novembre & D&cembre 17S5,
avant I'lpanouiffement de la fleur, & bien rouges. Dans
cet etat ils paroiffent maigres aupres de ceux du n i: ils
ont it feches fans preparation .
No 3. Clous tombs apr's l' panouiffement de la fleur,
rnais n'etant plus clous epiceries, tant fruits & ayant d ji"
un commencement de gor.flement. Ces trois fortes de clous
( no i, & 3 ) mles enfemble, reffemblent a ceux des
Moluques i.
(N 4. Clous du Roi ou clous royaux ou parfaits :ils
font rouges de par-tout, & ont &6t cueillis expres en No-
vembre & Dcembre 1786; fi on les avoit laiffes quel-
ques heures de plus fur les arbres, ils auroient perdu cet
etat de clous parfaits, par l'6panouiffement de la fleur.
4,400 & quelques-uns de ces clous forment le poids d'une
livre : il en faut un plus grand nombre de ceux cueillis

(*) Nous engageons MM. les Habitans a faire quelques
eflais fur de vieux cafiers, & A vouloir bien nous en conm-
rnuniqur les rifultats fous l' nveloppT de M. I'lntendant.


aux Moluques, pour fare le mmie poids. Ils ont e,
f&chs fans preparation, & fimplement i'ombre & au foleil,. E
a Je conferve precieufement toutes ces efpeces de clous
pour les montrer aux curieux, s'ils veulent venir les voir.
Ils jugeront fans doute, ainfi que moi, qu'il eft de la plus
grande importance de conferver & de prot6ger le jardin
du Roi a l'Ifle de France; que de-la vont fortir des epi.
series en tres-grande quantity, qui nous difpenferont d'avoir
recours a celles des Hollandois, & de leur donner par con.
fiquent de grandes fommes d'argent, qui refteront dans le
royaume ,.
L'Academie des Belles-Lettres, Sciences & Arts de Mar.
faille, a propof6 pour fujet du prix qui fera decern6 en
1788, 1i"oge du Capitaine Cook. II eft confolant de volt
la rivaliti s'eteindre entire les deux nations; il eft glorieux
pour les Francois de donner les premiers 1'exemple d'un
hommage public rendu a un Grand Homme, ne chez leurs
rivaux.
II n'y avoit eu jufqu'ai pr6fent que 5oo malades couches
feuls dans I'h6pital de l'Hotel-Dieu de Paris; les nouvelles
falles confitruites aux frais du Gouvernement permettent
a&uellement d'en fair coucher feuls 1675. Les pauvres
jouiront de ces foins bienfaifans, en attendant que les intentions
du Gouvernement, pour leur procurer de plus grands fecours,
puiffent fe reaiifer.
II s'etablit depuis quelques annees, parmi tous les ou-
vriers franqais, une noble emulation pour parvenir au degr|
de perfection que les Anglois donnent a plufieurs de leurs
ouvrages. Les infirumens fabriques avec facier d'Angle-
terre, avoient joui jufqu'! prefent d'une pri6minence qui
ne leur avoit pas encore &et conteftbe. Nous fommes fondes
a croire que l'etabliffement qu'on vient de former a Am-.
boife, la leur difputera.
M. Sanche eft I'auteur de cette entrepri(e connue fous
le norn de MAnufalure royale d'acier fin 6* fondu. MM.
Bertolit & Vandermonde Meinbres de i'Academie Royale
des Sciences, ont et charges de l'examen des procedes de
M. Sanche : leur rapport a ste entierement avantageux.
L'Adminiflration voulant s'aflurer des procde's de M.
Sanche, a nomme pour Commiflaire M. le Baron Dietrick,
Membre de 1'Academie des Sciences qui s'eft tranfporte
a Amboife, & qui a fuivi la conversion du fer en acier,
depuis fon principe jufqu'a la fin ; & il a et6 conflate
que l'acier d'Amboife gale en quality celui des manufac-.
tures les plus renommies de 1'Europe.
Six cews ouvriers travaillent aduellement dans cette manu-
fa&ure: on a ifiitut des prix qui fe diftribueront chaque
annec pour exciter leur emulation. Quate-vingt forges font
continuellement en atdivite.
Nous defirerions pouvoir publier en enti.r le profpenus
qu'on a repandu pour annoncer cet etabliffement, mais nous
n'en pouvons extraire que ce qui doit intereffer Saint-Do-
mingue.
La Compagrie peut fournir des a prfent, des feuilles
de rellort pour tonts fortes de voitures.
Des outils & ferremerns ce toute efptce.
Des outs aratoirecs & fer'emens dans tous les genres'
pour les Colonies.
Elle va s'occuper trs incfffamrme~t des cylindres pour
les mouiins fvcre, des pivots, chaudipres, & effieux pour
voiture &'I cabro0ets, de touted efpice.
Elle aura igal'iemnt dans fes entrepots, un affortiment
complete de fers de clous ?. de chaibon de terre.
Eile 4tablira le pluto6 poffible des dpl'ts cdns les diffi-







tens ports de Frasice s d C -0ii t. l5s 111iia)ra
qui defireront quelques objets d'une forme nouvelle, vou-
dront bien en adreffer les models aux Diredeurs des
Entrepots.
Comme it eft important pour les Colonies de n'employer
que des outils de la meilleure quality & de la plus grande
I0 o-dith, la Compagnie s'eft enti'rement occupee de cette
^ parties, malheureufement trop negligee jufqu'a ce jour. Si,
contre (on attente, elle n'toitu point parvenue au plus grand
Sd-iere de perfection dans tous les genres, elle recevra avec
plaifir tous les renfeignemens qui pourront la mettre dans
l |e cas de fatisfaire MM. les Habitans, & il n'eft pas de
i, sacrifice qu'elle ne fafle pour prouver le defir qu'elle a
I qu'il ne forte de fa manufacture que des objets d'une foli-
. dite & d'une quality a toute 6preuve.
La marque de la manufaaure fera trois fleurs de lys : le
non d',4Amboife fera applique fur chaque outil, ainfi qu'un
Snumero pour en defigner I'efpece.
Les feuls entrepbis etablis jufqu'a prefent font, Paris,
au Bureau general de la Compagnie, chez M de Mefjre
SDurival, rue des Grands Auguftins.
A Nantes, chez M. P. Openne, N6gociant.
A Amboife, a la manufacture royale, adminiftree par
M" Sanche 6 Compagnie, auteur de la decouverte de I'acier.
Ceux qui voudront de plus amples eclairciffemens, pourrontw
s'adreffer a Leogane, a M" Sheridan, Gatechair 6 Compa-
"gnie, N6gocians.
Aux Cayes a M. BrZdon, Negociant, & au Port-au-
Prince, a M"' Henri Marchand 6& Compagnie, Negocians..
J A M A I Q U E.
Extrait des Regifres du Confeil de la Jamai'que, & du
Journal de Kingflon.
', S. H. Alured Clarke Ecuyer Lieutenant Gouverneur
& Commandant en chef, tant au-dedans qu'au dehors de
file de la Jamai'que 6 autres terres qui en dependent,
Chancelier &6 Vice-Amiral de la meme Colonie.
Qu'il plaife a votre honneur,
Nous, les tres-fidelles & tres-loyaux fujets de Sa Majefte,
le Confeil de la Jamaique, rendons grace 'a Votre H. pour
ce que vous avez daign4 nous dire 4 l'ouverture de cette
feffion.
Nous vous prions d'agreer nos remerclmens finceres pour
SIattention que vous donnez a la profperite de cette Ifle.
Nous fommes tries reconnoiffans de vos felicitations &
nous profiterons des bienfaits que la Providence nous a
accords, pour reparer les malheirs que l'incl mence des
faifons prec&dentes nous a cauf6s. La fageffe & la douceur
de l'adminiftration de V. H. nous encouragent 'a faire tout
ce qui dependra de nous pour le bonheur & la tranquillity
de cette Colonie.
Nous gemiffons d'etre obliges de faire des efforts extraor-
dinaires pour retablir le credit de cette Ifle. Nous tacherons
cependant d'atteindre un but auffi important, pour lequel
nous comptons fur votre affiflance, ainfi que pour tout ce
qui pourra contribuer a la profpirit6 de ce pays.
Fait au Confeil, le 26 Odtobre 1787. Signi W. DUNLoP,
Secretaire du Confeil.
II a plu & S. H. de fair a cettre adreffe la r6ponfe
Uilvante
Meffieurs du Confeil,
Je vous rends grace pour l'adreffe que vous avez bien


voulu me f::;te, & pour laffi:,-.e.t de redoubler d'efforts pour retablir le credit public. Rienr
ne m'eft plus agreable que les temoignges flatteurs que
vous rendez de ma conduite : je continnera a fire enforte
de merirer la bonne opinion que vous avez de moi.
Humble adreffe de '"Affembile.
A S. H. Alured Clarke, Ecuyer, Lieutenant-Gomverneur, &:.
Qu'il plaife a votre honneur,
Nous les tres-fidelles & tres-loyaux fujets de S. M.
l'Affembl'e de la Jama'ique tendons grace a V. H. pour
ce que vous avez daigne nous dire a overturee de cette
feflion.
Senuibles 'a vos difpofitions pour la profp&rits generate ,
nous racevons avec plaifir & reconnoiffance vos f6licitations
fur ce que nous avons ete exempts cette annee d'un fieau
(*) par lequel cette Ifle a ete fi fouvent & fi cruellement
ravagee.
Le retabliffement du credit public etant trbes-effentiel
pour cette Colonie nous devons donner la plus ferieufe
attention a ce grand objet.
Nous donnerons toute notre attention a la recomman-
dation que vous nous faites de nous occuper f&rieufement
des fonds publics & nous efperons que les mefures que
nous avons dejI prices rendront ces fonds produaifs par la
fuite.
Les foins que V. H. donne a ces objets important que
vous nous recommandez, excitent notre vive reconnoif-
fance & nous vous affurons que nous emploierons avec
z'le tout ce qui fera en notre pouvoir, pour affurer la
tranquillity de notre lile & nous fommes certain que
vous daignerez nous feconder.
Vient enfuite la reponfe du Lieutenant-Gouverneur ,'
conque a peu pres dans les memes terms que celle faite
au Confeil : nous nous difpenferons de la traduire pour,
paffer a d'autres objets.
Le Mercredi 1t 06obre 1787, cdans une Affembl'e des
Francs-Tenanciers ( Freeholders ) de la paroiffe de Sainte-
Anne, il a ete artete par le fyndic, (cupios) & la cour de
juftice, fur la motion qui en a ete fate par John Scrogki,
&cuyer, qu'on formeroit un comite pour dreffer des inf-
trudions qui feroient remifes aux Reprefentans de la parofi'e
dans honorable Chambre d'Affemblee, & il a etr con-
venu, en confluence, q':e ce comite feroit compof" de
John Scrogie William Grier Wiltiam Robert or: Jo, h
Angwin, Duncan Campbell-, & Wiianm Voce Vquels ont
prepare le) inftrutions feivantes qui ont 6ee lues dans
ladite Affembiee, & qui ont recu I'approbation general,
favoir :
Que leflits Reprefentans front tous leurs efforts pour
fire retire ou retireindre les bills p&fis ia n 1 a2 ~ e
pendant la derniere feflion de IAftemblee.
Qu'ils farowt audi tous leu:s efforts pour que !es droits
fur le rum foient pays par les corifommateurs, fabzica-
teurs ( makers ) & autres.
Que come par le 190o ate de cette Ie, importation
du fucre, du rum & de la melaffe eft prohibee, its fe ont
leur pofiible pour que les h~fiers ( griers ) foient fur le
rneme pied que les fucriers, & qu'en confeouence ils pro-
voqueront un ade pour faire dCf:n-re aunti l'importation
des be"es a comes, chevaux, cavales & mulets.
Qu'ils s'efforceronr de fire donner 'a la jurifdiEtion de

( ) Les coups 6d 1C-rnt, fns d6out,







la cour des plaids communs des diffrentes paroiffes de
cette Ifle le droit de juger jufqu'a la concurrence de 50 1.
fterl. & de faire diminuer les droits que les Francs-Tenan-
ciers payment pour leurs service comme juries de la supremee
cour, en faif ant reftreindre ce service a une feule fois en
deux ans : le nombre des Francs-Tenanciers etant double
ee ce qu'il 6toit lorfque la tgle qu'on fruit aeluellement
fut etablie.
Que lorfqu'il y aura dans la Chambre division d'avis fur
les affaires qui intereffent le public, les noms des Membres
votans fur chaque fujet front infers dans les diftbrentes
Gazettes de I'lile, & qu'un duplicate des minutes d, ladite
Chambre fera cnvoye au Secretaire de l'Affemblee de
chaque parcoife, a la cloture des fcilions.
Que fi John Gardner Kc.rieys, tcuyer appelloit a la
Chalmbre d'Affemblee ils donneront a fon affaire la plus
f'rijufe attention.
Qu'ils s'oppoferont de tout Icur pouvoir a ce qu'il foit
acccrd6 aucun ctbroi pour la confiru&ion de r.ouveaux
forts, forutications & autres batimens de cette efpece, a
maoins qu'ils ne foint tres-fatisfaits de l'emploi des revenues
publics.
Par ordre des Francs-Tenanciers. Signi JO' N RIDLE ,
Secretaire de t'AfT mblee.
L'article qui fait te trouve dans un autre n du meme
Journal.
c Un ami de l'humanite engage la prefente Affemblee 'a
s'occuper dun objet qui mi e itoute fon attention. Les
perfonnes infiruites qui ont fejourne dans ceote Colonie,
ont eu fouvent I'occafion de remarquer qu'il exifte parmi
nious une troops d'ignorans praticiens dans 'art de guerir,
-& qui exercent la medecine & la chirurgle fans amem
avoir les connoiffances neceffaires a un apprentif-droguifle.
Dans toute autre profefflon l'ignorance de ces gens la
Jeroit bientot decouverte & expofie a la derifion & au
4a'npris, mais la terre couvre les fuites de l'impkritie de ces
.aux Doeeurs, & il n'en rcfte point de traces. Ces preten-
'dus Medecins & Chirurgiens cachent leur ignorance en
affe.ant une gravity qui en impose. Its s'6tabliffent effron-
itment dans des lieux oh il eft difficile de les dicouvrir,
& bientot les hommes deviennent vi&imes de leur inca-
pacite. Le feul remende 'a ces maux feroit d'itablir un Col-
lIge de iMdecine ou chacun de ceux qui voudroient pro-
feffer cet art feroit feverement examine. Nous ne permet-
tons pas que des architeaes, des masons exercent leur 6tat
fans y dere autorif6s, & nous fouffrons que'la fante, la
vie des hommes foient confines a des impofteurs a des
ignorans des charlatans qui n'ont aucune connoiffance
pour pianiquer un art auffi important.

On pourrolit ,i-alheureufement dans notre Co!onie de
Saint Doinngue f omer les mtmes plaintes. Oa trouve
.da6rs I s q' atti.rs 4loignes des villes un grand nombre
d'impofleurs qui exercent, fans quality la meidecine & la
chirurgie & cependant ces arts fi uiles quand ils font
profeff s par des perfornes infiruites, & fi dangereux quand
ce font ods ignorans qui les pratiquent, cbligent chez nous
a Ln er.Anen ivyere ceux qui veulent les profeffer; mais

Avec permjif7on de M M.



AU PORT-AU-PRINCE, DE


les perfides affaffins qui vont s'6tablir dans des lHeux elo.
gnes, fe garden bien de fe foumettrae a cet examen : ils
fe donnent aux Habitans pour MWdecins, Chirurgiens, &
on s'en rapporte a oux fur parole. On leur confie fa vie,
celle de fon poute de fes enfans de fon atelier. h
perorent a tort & a travers fe vantent avec impudence
d'une foule de cures qu'ils n'ont point faises, on les croit
tres-favants : un homme modefle & v&ritablement inftruit
qui viendroit s'ktabIir dans ce meme quarter ne feroit point
confult ; ainfi ces empyriques font non feulement beau.
coup de rnal, mais ils nuifent encore a ceux qui pourroient
faire du bien. Nous recevons journellement des lettres qui
nous parent de ces abus, que d'ailleufmsous avons vu paK
nous memes. II a fembl jufqu'a- prfeat tres difficile &
m&me prefqu'impoffible d'y remedier, nous croyons qu'i
feroit aifi de les fire cefler.

A N E C D O T E.

II vient de fe paffer a Paris, une fcene de douleur;
connue de peu de perfonnes & qui etablit bien le
pouvoir de l'amour maternal. Une jeune Dame accouche:
ton premier movement eft de vouloir allaiter fon enfant:
on lui fait des repr6eentations fur fa fante delicate, fur es
inconveniens auxquels meme eft expof6 le fruit de fa ten.
drtffe: elle cede enfin & confent qu'on lui amene une
nouvrice. Celle-ci arrive, elle ne devoit refer que quel.
ques ours, & retourner dans fon pays avec 1'enfant. La
mere ne pouvoit fe r foudre a s'en f6parer: elle recule Ie
'depart d'un, de deux, de trois jours, & continuellement:
il partira demain : demain venoit, elle demandoit grace
pour le lendemain. Je ne l'ai point affez .embraffET
Qu'on me laiffe jouir a mon gre de ce plaifir 1 La nourrice
ne pouvant rien obtenir d'accord avec la famille, profit
d'un moment ou cette femme fi fenfible dormoit : elle s'en
va avec le dpbot qu'on lui a confi. La mere fe reveille
& dit a la garde ; apportez-moi mon enfant, je ne l'ai pas
encore bien regarded. La garde paroiffoit hefiter--
dep&chez-vous de fire ce que je vous demand, donnez.
moi vite mon fils. --== Vous ne courez pas Eft-ce que
vous ne feriez point mere ? Vorre lenteur me fait mourir.
La garde va trouver la mere de l'accouchie, elle vient.--=
Cette femme, ma fille, n'a pas voulu vous apprendre....
Nous avons atrendu pour vous epargner cette efp&ce de
chagrin, que vous fuffiez livree au tomeil. =- Votre fils
n'eft plus ici.- Ii eft part! Mon fils eft parti Je ne
le verrai plus. Elle perd connoiffince, ne profere plus
aucune parole, & refle evanouie: on s'tmpreffe de recourit
aux Medecins, aux Chirurgiens. Ils atrivent; elle n'exiftoit
plus.

Errata. N o10 col. 1"ee line i$ page 640, au lieu
de : par la longitude, lift pour la longitude : meme poge,
2. col. ligne 6, au lieu de : 60 45 min. lifet 6 37 miU.

N0 104, col. 2.', page 656 au lieu de : teaches, lit{q
tables.

les Gdneral &6 Intendant.



L' IM PRIMERIE ROYALE.










Xt No


AFF IC HE S


Du Jeudi


AME RICAINES.


to Janvier 1788.


rDE L'OUEST IT DU SUD.


senavires Franfois.
A U Port au -Prince, le 30 Decembre ,
amtes, eapit. Ringeard, venant du bas de
avec 358 Nagres, part le 30 Juin 1787.


I'Amour de
la co.e d'Or,


Total des bdtimens franfois arrives au Port au Prince
depuis Ie '" Janvier, #62.
(I1 y a dans e1 port 44 batimens francois de long course .
Aux Cayes, le 27 D&cembre, Ie Saint- Pierre, d'Hon-
feur, capiraine Lebraff!ur, part Ie 30 Septembre.
A Saint-Marc, le $ Dccembre, l'Abeilird, de Marfeille,
capitaine Portai's, part le 15 Septembre : le 2o, Ie Duc-
d'OrUans, du Havre, capit. Maugras venant de la co6e
d'Or, avec 420 Negres part le 16 Mai 1767 : le 5 ,
k Dificre, de Nantes, capitaine Vir'eneuve, venant de la
c6te d'Or, avec 161 Negres, parti le 22 Septembre : le
17, la Sophie de....... capitaine le IHuede, venant du
Pert-au-Prince, part le 24 Decembfe : le i" Janvier, la
Vironique, de Nantes, capit. le Maaguen, v-nant d-' la c6te
d'Angole, avec a2! Negres, pari le 9 Janvier 1787.
Depart de navires Franfois.
De Saint-Marc, le 27 D&cembre, Ie Hafard, capiraine
Lajaffon, pour Bordeaux; & ce Breton, capit. Langlumr,
pour le mime port.
ArriveU de navitrts trangers.
Au Port-au-Prince, le 30 D&embre, 'Almable-Ruffel,
d'Alexandrie, capir. Bonhomme ; & YAbial, de Middle-
ton capit. Good-wine :le 31 La Fanui de Noiwich,
capizaine Waterman : le z Janvier, 'Entrcprife, de Phila-
delphie, capir. Jean Earle; & le Dimon, de la Nouvelle-
Londres, capivaine Georges Chuck (2).
Aus Cayes, le 13 Decembre, la Sally, de Middleton,
capit. Willms : le 27 le Datphin de Saint Thorras ,
capit. Maxwill; & l'Harmonie, du Ccnnefticut, capitaine
Sawier.
Dipart de navires rangers.
Du Port-au-Prince, e 29 DicemiBre, la Sally, capi-
laine Collier pour New PFry : le 3 Janvier, le Foop,
capiraine Natham Sage pour Sombury : le 4. la Jenne,
capit. J. Wade, pour N w-Bery : le Nancy,c pitaine
Daniel Tuiker pour Fot Land (3).


Des Cayes, le 24 D&embre, la Jeanne &* Marie, capi.
taine Bidard, pour la Virginie : le 28, la Ketty & Nancy,
capit. Waflon, pour la Nouvelle-Londres ; le z9, I'lnted'
pide, capitaine Fofdicki, pour le m me port.
Pris courans des denries coloniales, au Port-au-Prince
let o Janvier '788.
Sucre blarc, premiere quality, 6o a 66 1. feconde, 5o
a 55 1. troifieme, 40 a 45 1. fNre brut, premiere quality,
30 a 33 1. fecowde, 27 a 30 1. troifi me, as a 17 L Caft
fin vert 18 a 2o f. 6 d. marchand 18 & so f.
infirieur 18 i 19 t. 6 d. triage, 14 a 16 f. vi-in,
pt emikre quality .... feconde.... triage.... Indigo bleuI
premiere quality, o10 a to 1. to f. cuivre marchand, 8 a
8 1. so f. infirieur 7 a 8 1. to f. pouflikre, 6 7 1.
Coton, i 35 24o 1. le cent, feconde, 2a2 5 230 1. troit
fiUme, 2s5 1. Cacao, 8 f. Carret, i 3a 4 1
Prix courans des marchandifis de France &C autres, au Pors
as-Prince, Ie to Janvier 178
Via vieux de Bordeaux, la barrique, 3300 33o 1. no"u
veau, de Bordeaux a barrique, 195 a 121 1. de Provence,
5o a 2oo 1. blanc, le tiercon, 82 1. Farine de Moiffac,
premiere quality, le baril, 85 a 9o 1. feconde, 70 a 75 1.
commune, 5 5 a 60o. Huile fine, Ie panier, 36 a 41 1. com-
muune, la cave, 16 ~ 18 1. Beurre, la live, 28 30 i.
Petit-Sal i'ancre 24 a 27 1. Eceuf fale, le baril 85 a
o 1. Morue, le quintal, so a 55 1. Savon, la caiffe, 36
a 41 1. Chandelhe, la livre, 30 a 31 f. Brin, 7-8, l'aune
redulte, 45 a 46 f. 6 d. dito 3-4, 41 a 45 f. 3 d. Comr.
bourg, 40 a 45 f. Saint Georges 58 f. Motlais la
balle, 1350o 1400 1. Rouentfleuret .... Planches de fap,
pied anglois 130a 140 1. ie cent, Bois equarris idem.
pitchpin........
Cours du fra.


Pour BPtrdtaor,
SUcre blanc. 4 d.,
Sucre brat. 14
Indigo. 36
Coton. 3T'


Nantes,

15 d

36"
96:-


N Gaz


le HIvre,
i3 d.
13
40
48


Marfeillct
k


M AR n De w


Aux Caves, le 14 du imois d"', eft enter la Geotle.
Aliclui Tivoni tampt fur Ie fi droit d'une itamp


/J


Kt








t4
illifible ag, de %3 ans taille de I pieds t poce fe
difant appartenir a M. foupere au Cap : le 2$, Louis,
Anglois, etamp fur le fein gauche hYjVjV '(I, ag6'de
po ans, taille de 5 pieds 3 pouces fe difant appartenir
a M. Guibert.
Au Petit-Goave, le 25 du mois dernier, eft entr ~ la
Geole, un Negre nouveau, Mondongue, &tampe fur Ie
fein gauche MAINGU age de 35 ans taille de 5 pieds
z pouces; deux idem, Congos, fans etampes, ags de 2.o
a 22 ans ayant des marques de leur pays fe difant
appartenir a M. Chell ou Scelli, au Port au Prince; &
Jean-Pierre, Creole, 6tamp6 fur le fein gauche illifiblement
ANDRIE, difant avoir appartenu a M. Andrii, inort
au Port-au-Prtnce depuis deux ans.
A Saint-Marc, le 28 du mois dernier, Jean-Baptifle,
Congo, fans &tampe apparent age de 2$ ans, taille de
5 pieds, ayant des marques de fon pays fur Ie vifage, fe
difant appartenir a M. Briffont, Habitant aux Gonaivls:
leyo, fufline, Congo, etample fur le fein droit MARTIN,
& fur le gauche en fer-a-cheval illifiblement, agee de 2o
ans taille de 4 pieds o10 pouces fe difant appartenir a.
M. Martin : le % de ce mois, Larofe, Senegalois, etampe
illifib.ement, age de 18 ans, taille de 4 pieds to pouces, fe
difant appartenir a M. Denis, Habitant a la Petite-Rivi&re.
Au Port-au-Prince, le 5 de ce mois, Lajfeur, Congo ,
ktamp6 fur les feins illifiblement fe difant appartenir a
M. Pdd freres : le 6, Diaga, Senigalois, fans 6tampe, fe
difant appartenir a M. Duval; Gafcogne Nago fans
itampe fe difant de 'habitation le Meilleur, au Cul-de-
Sac; U7rfule, Congo, 6tampke HUARD, fe difant appar-
tenir a M. Robert ; & Marie Louife Congo, &tamp6e
MATHIEU, fe difant appartenir a M. Mathieu, Nbgociant
en cette ville.


Am z MA V X


i A s s.


A Saint-Mare, le 18 du tnois dernier, il a Wth conduit
I la Geole une mule fous poil fouris 6tamp6e fur la
cuiffe hors le montoir DAB, & au montoir illifiblement.
Au Port-au-Prince, le 5 de ce mois, un cheval fous
poil bai, etamp6 IID, au-deffous DSD, & plus bas PR,
fell & bride : le 6, un idem fous poil brun, &tamp6 RE.


A V PS


D' ADMINISTRATION.


5 Les droits fur les malfons & fur les Negres, dus
par les Habitans du Port-au-Prince, pour l'ann6e 1786,
n'ayant et6 pays qu'en parties, la garnifon fera tablie au
xi; Janvier chez tous ceux qui n'auront point acquitti ce
qu'ils doivent pour ladite annie 1786.
L'adminiftration accordera des terms pour le payment
des droits anterieurs a 1786.
Le Receveur de 'Otqroi a requ les quittances des droits
fur les Negres, pour 1787, les Habitans font pries d'en
payer le montant pendant les trois premiers mois de l'annee
1788; les quittances non retirees pendant' cet intervalle
front remiss a la Marechauffbe, & il fera proc6d6 confor-
m6ment aux Riglemens centre les redevables en retard.
Ces mefures conforms aux RWglemens, ou qui ne s'eni
&cartent que pour en moderer la rigueur, auront leur exi..
caution dans toute l'etendue de la Colonie:


- a*9 as gr


A I S D I V E. R .
3 Le navire le Railleur, de la Rochelle, Capitaine Etheart;
arrive de Malimbe, cote d'Angole, avec une belle cargai. |
fon de o30 Negres, a 'adreffe de M" Rafjtau &6 Compagnie,
Nkgocians en cette ville, qui en continent la vente.
3 Les creanciers de la fucceflion du Sieur Louis Vincent,
vivant Habitant dans les hauts du quarter de l'Artibonite,
paroiffe Saint-Jer6me de la petite-rivibre, font invites de
nouveau de la part du Sieur Bernard dAflis, ex6cuteur-
teftamentaire da difunt, a fe trouver'le 2 du prefent mois,
en l'etude de M' Rivicre des Rofeaux Procureur 'a
Saint-Marc, a leffet de deliberer entr'eux & prendre un
parti relativement au payment de leurs creances & l'ad-
miniftration des bins de ladite fucceflion : le tout en pr&
fence des heriders dudit feu Sieur Louis Vincent, qui font
igalement invites a fe trouver a ladite affemblie.
3 M" Dubourg &6 M.rtin de Saint-Prix, demeurans 4
Saint-Marc, ont r6filie la fociete qui exifloit entr'eux, & ce
dernier refte charge de la liquidation d'icelle.
3 II fera procede, en vertu de sentence & d'ordonnance
de MM. les Officiers du Siege Royal du Port-au-Prince,
& a la requete des ligataires univerfels du feu Sieur Minage,
a la vente & adjudication definitive, a la Barre du Siege
Royal du Port-au-Prince, a l'iffe de audience ordinaire,
qui fe tiendra le 22 du prefent mois,. de 1'habitation dite
Mdnage, fi;ute aux Sa,:rafins, quarter de Mirebalais, de
la contenance d'environ jSo carreaux de terre 6tablis en
indigoterie, avec tous les &ebliffemens nceffaires a cette cultu-
re : cette terre eft auffi propre a la culture du cotton, &
offre toute efpece de reffource ; a la charge par ladjudicataire
de payer un tiers comptant, un tiers a 12 mois & l'autre
tiers a 18 mois; & en outre aux charges, clauses & con.
editions 6noncees en la carte-bannie, don't on pourra prendre
connoiffance en 'etude de. M' Bourget, Procureur au Port-
au Prince, & chez le Sieur Routeau, Huiffier Mire.
balais.
3 Le Sieur Normand, Audiencier au Siege de l'Amiraut&
de cette ville, a lhonneur de privenir M" les Capitaines
& N6gocians que, conformimenta 1Arret du Confeil Supe.
rieur de S. Domingue, du 19 du mois dernier, qui le main-
tient dans le privilege de tenir feul chez lui en cette ville,
un bureau Public pour les ventes volontaires des objets de
commerce maritime, & qui defend aux Huiffiers exploitans
de faire aucune vente publique chez eux; il continuera de
fire, comme par le paffT, lefdites ventes en fon bureau les
Mardis, Jeudis & Samedis matin, & meme de relev6e; les
jours intermediaires front pour faire les ventes dans les
magafins ou it fera requis de fe tranfporter. Le bureau fera
ouvert tous les jours pour rendre les comptes, recevoir les
marchandifes qu'on y depofera & toucher le montant do
ce qui fera dui par les adjudicataires.
2 M"~ Mathieu, Thouron & Compagnie, donnent avis que
leur focite, etant expire le 3 1 D&cembre dernier, its vien-
nent de la difToudre. M. Mathieu refte charge de la fuite &
liquidation de ladite focie4t, & pruvient que ce change-
ment n'en porte auc-in dans fes affaires, qui front conti-
nubes focus la raifon-de Mathieu & Compagnie, a dater di
i" du courant.
2 Le Sieur Laporte, Habitant pras de Saint-Marc, a 'hon-
neur de prevenir le Public qu'il tient une pofte roulante chez
lui; ceux qui pourroient en avoir befoin n'auront qu'a s'adref-
ier au Sr Cada, maine Sullier a Saint-Marc, il leur procu-


IWA- 0 J*







e de fuite les voltures & les chevau don't ils pourront
avoir befoin, Ledit Sieur prvient auffi qu'il prendra des che-
vaux en pension a so liv. par mois & a un gourdin par
jour, ou ils front auffi bien qu'on puiffe le difirer.
z Le Curateur aux vacances de la SenechauTff de Saint-
Marc, invite les creapnciers de la fucceffion du feu S' Didier
Guile rin, de lui communiquer laurs titres de creances pour
Sales colloquer dans la reipartition des deniers de cette fuc-
2 Le curateur aux vacances de la Sen&chauffhe de Saint-
Marc, invite les creanciers de la fucceffion du feu Sieur
Angles, de lui communiquer leurs titres de creances pour
les colloquer dans la r6partition des deniers de cette fuc-
\ ceflion.
2 Le Sieur Mohimon, continue de tenir les Bains Publics,
i rues Royale & de Bonntfoi, en cette ville, & les fera fer-
" vir avec la meme exaditude. Le prix des abonnemens fera
pour douze bains 33 livres, pour fix 16 liv. to fous, pour
s trois 8 liv. I f. & .pour un 4 liv. 2 f. 6. deniers.
2 Le Sieur Garal, Habitant a Cavaillon, executeur-tefta-
|mentaire de feu Sieur Michel Terronneaux, decede au quar-
tier dit les Perches, d6pendance des Cayes, defirant con-
noitre les charges de la fucceffion dudit feu Sieur Terronneaux,
^ pour employer les voies les plus promptes 4 fa liberation,
i prie les creanciers de ladite fucceffion de fe prefenter en
'":tude de Me Ren'aume, Procureur en la Jurifdi&ion des
? Cayes, charge de verifier leurs tires & d'en dreiler le
tableau pour proceder enfuite au payment.
S Les H&ritiers de feu M. Charles, vivant Habitant au
Grand-Goave, defirant payer les dettes de fa fucceflion,
fe proponent de vendre une terre fitude dans les hauteurs du
Grand-Goave proprement dite la baie, de la countenance
de So a 170 carreaux, fufceptible de 40 milliers de cafe,
une fuperbe force fur ladite habitation, le local le plus char-
mant poflible : une grande cafe couverte en effentes, des
cafes a Negres fuffifamment pour loger quarante-huit Negres,
tant grands que petits : on vendra avec ladite terre, ou fepa-
rement, fept mulets, trois chevaux & trois bourriques; plus
une terre de i50 carreaux, fituee au pied du morne, pour
fervir d'entrep6t. On prendra comme comptant les crean-
ces fur ladite fucceffion, & on pourra s'adreffer a M. R.
Morin, Habitant audit quarter; ou a M" T. Deshais 6"
Lalauie Saint-Jacques 6& Compagnie, Negocians en cette ville.
2. En vertu d'ordonnance de MM. les Officiers de la Sen&-
chauhee du Port-au-Prince, & a la requete des Sieur & D"'
SDegas, legataires-univerfels de la feue Dame Boulard, leur
tante, il fera le Mardi vingt-deux prifent mois, proceded
ala Barte de ladite S6ne&hauffie, a la..vente & adjudica-
tion definitive; t d'un terrain d'environ 29 carreaux de terre,
dependant de ladite fucceffion, fitue pres le Port-au-Prince,
derriere les favannes de lIntendance, & de tous les biti-
mens confiruits fur ledit terrain, lequel eft fuceptible de la
culture du coton, du bois patates & de toutes fortes de
vivres & de paturages pour les animaux; a de deux vaches
laitieres, d'un taureau, d'une voiture avec fes harnois, d'un
mulet & d'un attelage de trois chevaux; 3 d'un Negre,
nomme Georges, Creole, bon poflillon, domeftique, fellier
a pouvoir entretenir des harnois, & bon maquignon; du
nomme Jean-Pierre, commander, d'une Negreffe Creole,
f.omrmee, Catherine, blanchiffeufe; Francoife, auffi blanchif-
eufe ; & de la nommee Toinette, Negreiffe Criole, bonne
fervante, aux charges, claufes & conditions enoncees en la
carte-bannie, qui admet tous creanciers d'acqur6ir en com-
penfition & juflqu'a concurrence du montant de leurs cr an-


ces. On pourra s'adreffer, pour avoir plus ample connoiffance
des conditions de la carte-bannie, en 1'etude de M Bauda-
mant, Procureur en cette ville.
i A la requete du Curateur aux vacances, a Saint.;
Marc, charge de la fucceffion Jean Diard, il fera le Samedi
26 de ce mois, procede a la Barre de la Senechiauffee, a
la vente & adjudication, au plus offrant & dernier enche-
riffeur, d'un .Ngre & une Negreffe de jardin, dipendans
de ladite fucceffion.
i A la requite du Curateur aux vacances, 1 Saint-Marc ,
charge de la fucceffion Fanneau Fortiniere, il fera le Samedi
9 F6vrier prochain, proc6de a la Barre de la Sen6&hauflee,
a la vente & adjudication, au plus'offrant & dernier ench6-m
riffeur, d'une maifon fife au bourg de la Petite-Rivieie ,
dependante de ladite fucceffion.
i A la requete du Curateur aux vacances, a Saint-Marc;
charge de la fucceffion Pernet de Beauregard, il fera le Samedi
26 de ce mois, proced6 a la Barre de la Senechauffie, a
a la vente & adjudication, au plus offrant & dernier ench&-
riffeur, d'un terrain fitui a la Fondation, quarter dEs
Gonaives, de la countenance de 81 carreaux de terire, d6pen-
dant de ladite fucceffion.
i Mr Dufourc & Liberal, ayant former foci&tt avec Mr
Jean & Antoine Gauteyron & Liberal, de I'Arcahaye, fous
Sla raifon de, Liberal freres & Duffourc, offrent leurs fer-
vices a M" les Habitans qui voudront bien les honorer de
leur confiance, tant pour les commiffions que leur maifon
du Port-au-Prince continuerade faire, que pour les mar-
chandifes & provisions que tiendra celle de i'Arcahaye.
i Les Crbanciers de la fucceffion du Sieur.Louis Mau.
baillarcq, font invites de la part de M' Gayot, Curateur
aux vacances, en cette ville, a.lui communiquer leurs tires,
pour le mettre a port6e de proceder a la rpartition des de-
niers qu'il a en caiffe appartenans a cette fucceifion.
i La Dame veuve de feu M' Godin de Fillicte, vivant
Avocat en Parlement & au Confeil Superieur de Saint-
Domingue, prie M" les creanciers de fon mari de vouloir
bien fournir, pour fl'poque du i 5 Fevrier prochain, a Me
Miailes, Procureur es Sieges en cette vile, un etat de leur
creance, tant en principal qu'interets & frais. Elle les prie
de fufpendre les frais jufqu'a ce qu'elle ait pris connaif-
fance des forces de la fucceflion & ait pris une quality. Ladite
Dame declare Clire domicile en 'etude de M' MAiailles,
pour toutes les affaires concernant la fucceiflon de feu fon
mark
i En vertu de Sentence de M" les Officiers du S.Ige
Royal du Port-au-Prince & a la requce du Sieur Parifn,
du nomm6 Jean Dautant, tuteur de la nomnmee Gogo & de
Marie-Louift, 16gataires univerfels & particuliers du feu
Sieur Sanadon, 11 fera procede a la Barre du Sikge Royal
du Port-au-Prince le iMardi 29 de ce mois, la vented
& adjudication definitive d'un emplacement de 90 pieds de
face, fur 120o de haut, fitu6 en la ville de Leogane; ainfi
que de tous les batimens conftruits fur ledit emplacement,
pr6fentement occupy par M. Ra-on, Subftitut de M. le Pro-
cureur du Roi a Leogane, a la charge par 'adjudicataire
de payer un tiers comptant, un tiers en douze mois & Iautre
tiers dans dix-huit mois, & en outre aux conditions enon-
c&es en la carte-bannie, don't on pourra prendre connaif-
fance chez M' Baudamant, Procureur, en cette ville & chef
le Sieur Delavillotte, Huiflier a Leogane. .
Les 'navires la Vidoire, Capitaine Tardy & le DefIri,
Capitaine PelliU, arrives le 6 du courant de Porte-Nove,
cote d'Or, avec de belles cargaifons, le premier de 300


/;







ngres, f'autre de 58o, aI l'adraffe de M" Rafeau & tom-.
iagnic, qui en ouvriront la vents les it & t2 du courant;
tlus le navire la Reine-de-Golconde, Capitaine Dumont,
rriv6 avec une belle cargaifon de 26o Noirs, auffi a l'adreffe
.e M" Raftrau & comrpag ie, qui en ouvriront la vente le
I3 de ce mois.
t M. de Coutures, Pr&vbt partic'lier, par Brevet d, Roi,
& Saint-Marc, a Thonneur de prevenir le Public que c'eft
par erreur qu'a la page 114 des trennes Amiricaines on
a mis M. Angi dt Blain pour Prev6t particalier, attend
qu'il eft toujours pourvu de fes font&ions.
A la requ6.e de M' Gayot, Curateur par interim aux
fucceffion's vacantes, an Port-au-Prince, & du Sieur Jean
Baroy, Menuifier, iU fera Mardi prochain 1i de ce mois,
proc6di ~ ]a Barre du Sige6 Royal de cette ville, a la vente
& adjudication au plus offrant & dernier ench&riffeur, d'un
Negre apprentif menuifter & d'une Nigreffe fervante, d&-
pendans de la fociite qui a edift entire Jedit Sieur Baroy,
& le Sieur Jacques Geires, Menuifier, decde en cette ville
le 1o du mois dernier.
En veitu d'ordonnance de M" les Offioiers de la Sine-
chauffee de cette ville & a la requete des heritiers ligataires
univerfels & ex&cuteurs-teftamentaires du fen Siear Bernar-
don, il fera le 29 de ce mois, proced1 a la ferme & adju-
dication de l'habita.ionktablie en fucrerie, fitua e aux Varreux,
& des Negres & anima,ux dependans de ladite fucceffion,
aux charges, claufes & conditions infr&res dans la carte-
bannie, don't on pourra prendre connaiffance en l'etude de
M' Salaignac, Procureur.
M' Bontant, Fruchard & Compagnio, Negocians aux Cayes,
previennent qu'ils front vendre judiciairement, chez eux,
le Lundi 14 courant, du riA de la Caroline en boucaud,
I Le Siatr Prtdot de la Vcau-Blanche, Marchand Tapifr-
fier, rue Royale, announce qu'il vient de recevoir de France
diffi&ens meubles en acajou, du dernier gout. On trouvera
toujours chez lui des lits, fauteuils & canap6s de diff~rens
genre & grandeur; il remet les glaces vieiiles a neuf, il tient
un affortiment de verres blancs de diffirentes grandeurs,
& prendra pour change de fes fournitures, toutes efpeces
de denrees.
Di P Ar TS P o v A F A x c x
Le Sleur Adelinne, Negociant aux Cayes, a l'honneur
die prevenir M" les Negocians, Habitans & autres, qu'il
fite fon depart pour France a la fin de Mars ou Avril
17y8 au plus tard; pourquoi il enjoint a ceux ou cells 'a
qui il peut devoir, de fe prifener ou faire prefenter les
effects qu'iI peut avoir dehois, de menme qu'il fupplie tres-
humblement les perfonnes qui lui doivent de ne pas retar-
der fon depart par faute de ne le payer fucceffivement, ce
qui le mettroit dans la dure n6ceffit6 quoiqu'avec
t6pugnance de faire fes diligences en juftice ; i eift
trts perfuade qu'il n'en viendra pas a cette extremith ,
n'ayant d'autres connoiffances que celle d'avoir vendu a des
perfonnes juftes, & qui auront 6gard a fa mauvaife fante,
laquelle l'oblige 1 ce depart. II privient aufi que s'il fe
pr6fente des acquereurs pour fon fonds de magafin, it en
traitera au plus jufte prit, afin que ces memes ne puiffeqt
que gagner'; il vendra auffi Negres perruquier cuifinier,
pacotilleur, &c. Negreffes & chevaux. S'adreffir audit 3'
on fa maifon, vis-a-vis la Geole, aux Cayes.
3 La DuO Tefeire, fe difpofe a partir pour France.
3 La Dame Jeanne- Catherine 4lonnier, poufe du Sieur
A an Pviiaft, part pour France.


Le Sieur Jean Lenchile grant let biens de Madam |
la Comteffe de Chabannes, fe difpofe a partir pour France,
& declare ne rien devoir.
2 M. Jean Parant, dergeurant h Saint-Marc, part pour
France.
2 Le Sieur Jean Parren june fe difpofe a partir pour
France, & declare ne rien devoir.
i Le Sieur Lagarenne a l'honneur de privenir le Public,
qu'il part pour France; il price ceux qui lui doivent de you.
loir bien le folder, pour lui &viter le difagr6ment d'ufer
des voies de rigueur. II privient aufi qu'il a ced6 fa maifon
de commerce a M. Pferre Belhomme, Capitaine de navire,
a&uellement a Saint-Marc, & que la raifon fe tient fous le
nom de Belhomme & Baux; ces M font changes d'en fair
les recouvremens, ainfi que tous les payemens con:ernant
fa maifon, & toutes les figuatures concernant le Sieur La.
garenne en fon particulier.
i M. Jacques Ducrocq, mattre en Chirurg;e & Habitant
dans les hauteurs du Petit-Goave, quarter du Trou-Canari,
&tant fur fon depart pour France, prie, ceux & qui it peut
devoir de fe prkfenter pour recevoir leur payment, &
ceux qui lui doivent de le folder.
x M. de Marcillac, Etconome chez M. de Courfin, Habi-
tant a l'Artibonite, part pour France.
i M. Franfois Brunat, part pour France, & declare ne
rien devoir.
i Le Sieur Pambrun part pour France pour caufe
de maladie.
x M. le Chevalier de Marcillac, Habitant 'a 'Artibonite,
part pour France avec fa fille, agee de 3 ans, & declare
ne rien devoir.
i M. Paquier Negociant au Petit -Trou previent le
Public qu'il part pour France dans tout le courant de Mars
prochain ; il prie ceux qui lui doivent de le payer de fuite,
& ceux a qui ii doit de fe prefenter pour etre paya.
i M. Simon Dupin, fe propofant de partir pour France
dans le courant de Mars prochain prie ceux & qui il
pent devoir de fe prefenter pour etre folds.
I Le Sieur Mathurin Souchu fils, Marchand, demeurant
en cette ville, part pour France, & declare ne rien devoir.
x Mm' de Beauchamp, & fa femme de chambre, parent
pour France.
SI M. Laubarede, demeurant en cette ville part pour
France.
p M. J. P. de Largerie, demeurant en cette ville, part
pour France.
i M. Fr. X. de KWillefierk de Montdefert Habitant aux
Gonaives, part pour France.


Rivuizo A DOMAImnS


Dw Rot.


2 En vertu d'ordonnance de MM. les Adminifirateurs,
en date du 19 D&cembre 1787 di~ment fignie, le Sieur
Pigalon Baudouin, pourfuit en reunion, a la diligence de
M. le Procureur du Roi a Jacmel, un terrain de wooo pas
en carre, accord pour culture au feu Sieur Francois Maffi,
fitue au lieu dit le Petit-Fond ou le Guimby, hauteurs
de la Goffeline, born & l'oueft de la Riviere du Petit-
Fond, chaffant 1 l'eft 000oo pas dans les terres non conc-
dces, borne au fud da terrain Decaux, chaffant au nord
mooo pas dans les terres non concedees; fur lequel terrain
il n'y a eu de la part dudit feu Sieur Franois Maffe, ni
de fes ayans caufe, aucuns tabliffemens.
2 En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiftrateurs,
en date du 26 D.cemnbre dernier, 1: nomme Louis-Charl ei







,pi.tire Eomi ;, G. L. demeurant en ctte ville; pourfuit
en unionn un terrain pour culture de 1ooo pas en carre,
fitu6 au lieu dit les mornes de la Gafcogne, quarter de
Mirebalais, born a f'oueft d'un terrain d6pendant de la
fucceflion Voifin aa nord & lefl des terre non conc6-
des, & au fud de Jean Bellivue. Ce terrain a kt concede
S)e 1 Dbcembre 1770 au nomm6 Pierre Betlevue dit
; Mahotiere, M. L. qui ne l'a jamais itabli.

A D E M A N D E.

| On dWLireroit favoir en quel quarter refide le Sieur La-
.I lande, Perruquier, ayant exerc6 fon etat & Saint-Marc &
SJaeremie. En donner avis a Mademoifelle Delaferti, de-
m ineurante a Saint-Marc.

NAVIRES N CHA AROAMENT.
I 5 Le Hafard, du Havre, Capitaine Belhomme, du port
de 360 tonneaux, bon voilier, & tres-commode pour les
^ paffagers, partira pour ledit lieu dans Ie courant de Fevrier
' prochain. Ceux qui voudront y charger a fret ou y paffer,
s adrefferont audit Capitaine, en fon magafin a Saint-Marc.
3 Le Jeune-Louis, du Havre, Capitaine Roffignol, par-
rita pour ledit lieu ia la fin de Fevrier prochain au plus
Sard. Ceux qui voudront y charger ou y paffer, s'adreffe-
ront audit Capitaine, en fon magafin rue des Capitaines,
Scote de M. Trotuier, N6gociant en cette ville.

SA V D A .

i 3 Une habitation fitu&e dans les hauteurs de la plane
du Cul-de-Sac, connue fous le nom de Rottier de la Ju-
donnerie, de la contenance de 12. carreaux de terre, &tablie
en fucrerie roulant en blanc, fur laquelle font deux mou-
:5 lins, une belle fucrerie avec fes equipages une purgerie
de 300 pieds, toutes les commoditis utiles a l'exploitation
du fucre guildiverie roulante logemens de maitre ,
; colombier & clapier; 14 pieces de cannes bonnes & rouler
rn 1788, une quinzieme que l'on va planter, dix carreaux
de terre en vivres, le tout arrofi par la rivibre Creufe;
I on y joindra 95 fuperbes Negres, don't la majeure parties
?Creoles, 40 betes a comes, don't 34 tirant au cabrouet,
9 mulets, une jument, cabrouets tombereaux & uflen-
files, &c. S'adreffer a M. Sartre, Habitant au Cul-de-Sac,
a M" Meynardie & Piccard, N6gocians, ou a Melhoreilhe,
Notaire en cette ville. M. Blondeau, Habitant au Cul-de-
Sac, qui a un quinzieme fur ladite fucrerie, malade depuis
long-temps, fera un pont d'or a l'acquereur, de fon inte&rt,
moyennant du comptant ou des Negres a bord d6firant
I voir la fin de cet objet de fon vivant.
3 Une boulangerie fituee rue du Pont & Saint.Marc; on
y joindra deux ou quatre Negres bons boulangers, & tous
les uflenfiles neceffaires. S'adreffer au Sieur Dohormann, a
Saint-Marc, qui en fera bonne composition.
3 Une Quarteronne, couturiere & blanchiffeufe. S'adref-
fer a M. Trotter, Nigociant en cette ville qui continue a
vendre des moulins a mais, & du plomb lamine.
Un emplacement, fur lequel fe trouve une maifon a
ktage, & plufieurs chambres dans la cour, fitue rue de
Provence, pres la rue Roy ale & l'embarcadaire du maga-
fin d'Artillerie. S'adreffer au Sieur Lavigne, au Greffe de
Sl'Amiraut6, qui prendra quelques Negres en payment.


A Une voltue; 0 im'lisale, a de u places, portiotes lur
les c6t6s, garnie en velours de foie abricot ou aurore, les
franges & gallons verds & blancs, affortis a ladite garniture,
rideau du doffier, flores a crique a toutes les portieres, &
petits couflins de co6t en taffetas verd & blanc, poign6es
furdor6es, la voiture fond verd, moulures dories, & le
train mont6 fur quatre efforts; un attelage de trois chevaux
baie, tous crins & extrimit6s noires, efpagnols dela Grande-.
Terre. Ceux qui voudront en fair l'acquitition s'adrefferont
a M' Epoigny, Avocat e Parlement, Doyen des Procau.
reurs, qui en fera bonne composition moyennant du comptant.
i Un emplacement de 86 pieds de facade fur i6o de
profondeur, avec les bitimens en dependans, fitul rue des
Miracles, entire M" Meynardie, Piccard 6& Compagnit, &
le Sieur Dupon Ddorme, Huiffier. Plus une terre de Ito
carreaux de terre, en plaine & arrofable, fitu6e au quarter
& pris le bourg do Mirebalais, dans le plus beau local;
fur laquelle font a&uellement twe grand'cafe & x1o b&tes
a comes ; cette terre qui eft maintennmt en hate, eft fucep-
tibl de toutes fortes de culture. On donnera toute fact-
lit6 poffible & un acquireur folide. S'adreffer 'a M. Salaignac,
Avocat au Confeil Supirieur de Saint Domingue.
i Une petite place, fituee dans les hauteurs de Bellevue;
etablie en cafe, de la contenance d'environ dix carreamx de
terre, avec huit t&tes de Nigres & deux bourriques y atta-
ches: le tout dependant de la fucceflion du Sieur Laroche,
Procureur de l'habitation de M. le Comte d'Autichamp. Les
perfonnes qui defireront faire cette acquisition pourront s'a-
dreffer a MW Gayot, Curateur par interim aux fuccedlions
vacantes, en cette ville, autorif &a vendre de gr6 & gre.

.4 A F F R M E a.

3 M. B. Boufln, Habitant a l'Artibonite, faifant fa rril-
dance en fa maifon, rue d'Afrique & Saint-Marc, voulant
partir pour France en Avril prochain, reckdera l'rhabitation
& les Nigres des mineurs Caillaud de la Fontaine; elle eft
fituie au plus bel endroit de l'Artibonite, compofie de i34
carreaux de tris-bonne terre, don't trente en font detaches
a une petite diflance, qu'on affermera a part fi l'on vetit.
Bonne cotonniere & indigotiere, huit vaiffeaux battans ,
f&cherie en maconnerie & couverte en tuiles; le tout en
bon &tat ainfi que les jardins: il y a encore 3 ans &
demi pour finir le bail, & d'apr6s, on pourra r'avoir ladite
ferme pour 7 annces; cette habitation eft bornee par ledit
Sieur 8. Boulin, a qui l'on peut s'adreffer, & qui affer-
mera meme la fienne avec iIo tetes de N.gres, s'il y
avoit bonne folidit6; & aufli fa maifon & Saint-Marc, &
encore une place de 1 0oo pas, fitue aux Verettes, pout
hatte & corail, o 4feau eft en abondance.


Isc zAr ss is m


MARARON NAG K.


3 Antoine, Creole, ag6 d'environ 30o ans, fans etampe;
rouge & marqu6 de petite-verole; & Claude, Creole, ag6
d'environ 48 ans, aufli fans &tampe, ayant un peu de barber
& des cheveux blancs, d'une taille avantageufe, tous ler
deux marrons depuis le 9 du mois d", de n'habitation de
Dougee fils, a Jacmel; on croit qu'ils ont enlev6 un vieux
cheval fous poil rouge & prefqu'aveugle. On les foup-
ornment aux environs de I'habitation (kanlatte, pres l'etang
du Cul-de-Sac, fur laquelle ils ont demeurk long-temps.
En donner avis au normme Chanlatte aine, ou au nemm6
Dougd fils, a JAcmel; il y aura 5 portugaifes de rcomnpqnfe,


//








3 Crifophe, nation Bambara, 6tampE fur le fein droit ;
IBA, les deux premieres lettres entrelacees, ag6 d'environ
14 ans, taille de 5 pieds 7 a 8 pouces, marron depuis
deux mois & demi: on le foupconne dans la plain du
Cul-de Sac, ayant ci-devant appartenu a 'habitation Fleuriau.
En donner avis a M" Gillet, Gaudin 6& Compagnic, Nego-
cians en cette vilte, rue Sainte-Claire.
x Un jeune Nigre nouveau, Congo, ag de 10o ans,
tai4le de j pieds i pouce, ayant les dents de devant parta-
goes, provenant de la cargaifon du navire le Raileur de la
Rochelle, Capitaine theard,a I'adreffe de M" Rafleaufrtres,
perdu fur la route du Port-au-Prince a Mirebalais, le 29
Dicembre demnier. Ceux qui l'auront trouve font pries d'en
donner avis a M. Finay, Negociant & Commiflionnaire
demeurant dans la maffon Pierou; il y aura recompenfe.
Modefle, Cramenti, ehampee fur le fein gauche M+''B.
agee de 15 ans, ayant une marque de fon pays fur cha-
que' joue, parties marronne depuis environ deux mois. En
donner avis i Marie-Jeanne Beaujency, M. L. au haut de
Belair, a qui elle appartient.
i Anne, Cr6ole de Nipes, fans etampe, ayant deux dents
'de caffees fur le devant, de haute taille, partie marronne le 2
de ce mois avec fon enfant a la mamelle. En donner avis
I la Demoifelie Albert, Modifte en cette ville, 4 qui elle
appartient.
Gertrude, Creole, 6tamphe illifiblement, MAGDELAINE
VIAU, Aig4e de 40 ans, taille de 5 pieds 3 pouces, tres-
puiffante, ayant de groffes mamelles & plufieurs dents de
mnoins, affez jolie de figure, quoique marquee de petite
verole, & ayant une cicatrice au-deffous de la tempe gau-
che, marronne depuis le 15 D&cembre dernier. En donner
avis a la nommee Magdelaine Prieur, M. L. en cette ville.
Quatre Negres, l'un nomme Cifar, nation Inconnue, age'
de 30 ans; I'autre Apolloa, age de 28 ans; le troifieme
Cupidon, 4gi de 24 ans; & le quatrieme Neptune, age de
19 ans, tous 6tamp6s TRIGALO, un defquels a un
nabot, parties marrons depuis environ 15 jours. En donner
avis a M. Chedal, Habitant au bras gauche des Mal-Finis;
il y aura ricompenfe pour celui qui les ramrnera.


M LET


SGAR A E


a 11 s'eft egar, depuis environ i5 jours, de P'habitation
ide M. Robert neveu, pres cette ville, qu'il tient a ferme de
M. Lerebour, un mulet fous poil rouge, itamp6 YCB, au-
deffous AT, entrelacis. En donner avis a M" Lacombe frres
6& Compagnie, N6gocians en cette ville, a qui il appartient;
11 y aura ricompenfe.


AVIS PAR TICULIER.
i Le Sieur Berard, ancien Apothicaire-Major des armies
de Corfe & des Hbpiraux du Roi, a Saint Domingue,
brevet6 du Gouvernement, a I'honneur de pr6venir M"
Jes Habitans, qu'apres de longues recherches & plufieurs
analyfes des fubflances vegitales dans divers climats chauds,
il eft parvenu a dicouvrir un remede fp6cifique pour detruire
gpneralement les pans, dartres crabes, ulceres incurables,
goutte & rhumatifmes furvenus par des traitemens non
achevis, &c. qui, le plus plus fouvent occafionent des
maladies de langueur, l'hydropifie, diatrhee fcorbutique,
diffolution du fang & diperiffement.
Le nouveau remede eft d'autant plus falutaire pour les


Colonies que blen Ioin d'alt&rer le temperament, i1 tre
nit les proprietes d'anti-fcorbutique, vermifuge, fortifie 1'eflo.
mac en evacuant doucement les humeurs, pur fiant le fang,
en portant a la peau tous les vices inv6terts les plus corn.
pliques; il feroit meme prudent de fire prendre un deami
traitement a tous les Negres qui viennent dans les Colonies,
par les abus qui fe commettent a bord des Nigriers, er
employant tous. les repercuffifs pour cacher des maladies.
don't la prefence feroit contraire a leurs interts, renfer-
mant int6rieurement des vices de toutes efpeces, don't les
Habitats ne font que trop fouvent dupes fans en connoitre
la veritable caufe.
Le prix de la bouteille d'Elixir, y compris les 5 mede-.
cines fondantes pour le traitement complete d'un mois, eft
de 66 1.
Pour eviter routes les contrefacons, chaque etiquette &
& inflrudtion imprimee ferom figntes Berard.
Sa demeure eft toujours rue Royale, au Port-au-Prince.
Nous Midecin du Roi &6 de l'IHpital Royal & Militaire du
Port-au-Prince, apris avoir pris connoifance de la nature 6&
des does de chaque drogue qui entire dans la composition de
l'Elixir Anti-Sy phillitique du Sieur Berard, Maitre Apoihicaire
de cette ville jugeons que Jon application dans les circonf-
lances des differentes maladies inoncies ci-deffus, en obfirvant
la mithode prefcrite par f'Auteur ne pcut que remplir 'attente
de ceux qui en front ufage.
Donni au Port-au-Prince, Ie 1p Ao.t s, gn Peyre.
Midecin.
Les bureaux de diffribution de l'tlixir anti-fyphillitique
du Sieur Berard, ancien Apothicaire des Armies du Roi,
font : au Cap, chez M" Commarque, Banchereau 6' Compa-
gnie, N'gocians; aux Cayes chez M. Durand, Negociant;
4 Saint-Marc, chez M" Villeneuve & Fargues, Negocians;
a Jer'mie, chez M. Corneau, Negociant; a Liogane, chez
M. Metayer, Negociant.
Le prix de la bouteille d'tlixir & des I m6decines fon-
dantes, eft de 74 1. 5 f. dans tous les bureau, & de 66 1.
au Port-au-Prince, chez le Sieur Berard, qui a l'honneur
d'obferver au Public, que nonobftant l'inftrufion imprimee,
il eft des cas ou la fagacite d'un Habitant doit diriger la
maniere de conduire le traitement en tenant le malade
bien couvert, & meme fous clef, pour s'affurer de fes
aaions & lui evitant la pluie, la rofee, I'humidite, le
ferein & le grand vent.
Si. le malade etoit d'une grande foibleffe, it faudroit mettre
des intervalles entire les prifes du remade, & prolonger le
traitement.
Cet 1lixir, quoique affe 6 pour la guhrifon des Afri-
cains, peut parfaitement convenir aux Europeens, en mini-
geant foit les does, foit le regime, lorfque le cas l'exige,
fe refufant abfolument toutes efpeces de ragouts, viandes
fales, kpicees & lourdes, & fe ptivant de tous les acids
pendant i'ufage du remide.


NOUVELLES


DIV ERSES.


F A A N C E.

En falfant f'analyfe de l'ouvrage de M. Mofely, fur le
caf6 (ouvrage don't nous avons public divers fragmens dans
cette Feuille ) un Journalifte pour donner une id'e de
i'immenfe confommation de cettm de nte, diK: On exports


'21
-14


*I








annuellement de IArable heureu(e, it, 0oo 0oo lb perant
de caf&. t Les itpipts fur cette denree provenans vs LA
v4AuAttQVS SEULit produifent au Fife 32 millions tournois.
,,En 17$*, F'exportation de cette Ifle fe montoit a 6o,ooo lb.
p i pefat, & par l'accroiffement de cette confommation, elle
nfe monta en 1775 440,000 lb l .
Nous n'examinerons pas s'd eft tres-exa& que les 440,000 lb.
pefant de caf,, que les Anglois tirent de la Jamaique, don-
nent au Fife 32. millions tournois, car il faudroit qu'il y
e6t en Angleterre un imp6t de plus de 72 1. t. fur chaque
livre pefant de cette denree; mais nous nous etonnons qu'on
ait cite la petite quantity de cafe que fait la Jamaique,
come une preuve de l'immenfe confommation de cette denree.
L'Auteur de I'analyfe, aux connoiflances & a l'efprit duquel
nous rendrons neanmoins un jufte hommage, fe feroit bien
plus recri6 fur cette confommation, s'il eut fqu que la feule
Colonie francaife de Saint-Domingue faith adtuellement
chaque ann6e plus de So millions de livres pefant de cette
denres, & qu'elle en fera peut-etre un cinquieme de plus
dans deux ans.
Nous avons promise dans notre n* roo de faire connoltre
les precautions que M. 1'Abbe Bertholon confeille de prendre
Spour paver les villes & les grands chemins: ce qu'on va
Slre eft le refultat de toute la methode de ce favant Phy-
Sicien.
a d La premiere chofe, dit M. l'Abb B .... a laquelle
on doit porter fon attention, c'eft de preparer le fol d'une
I rue qu'on doit paver. Pour cet effect il faut le mettre 'a
un feul niveau de pente infenfible, autant que le local le
permet. Cela depend de la position & de l'eIoignement des
Segb&uts & cloaques. II faut manager une feconde pente a
chaque revers, depuis la furface des maifons jufqu'a la
rigole du milieu. Lorfque les rues font itroites, on peut
donner a cette pente un peu moins d'un pouce par pied.
Les'pentes diterminees, on affermira. le fol avec la hie.
On mettra enfuite un couchis de gros gravier, qu'on incor-
porera avec la terre battue par le battoir; apres on mettra
4 un second couchis de petit gravier, qui fera moins battu.'
On ne manquera pas de donner 'a ce fol ainfi prepare,
. une courbure en pente depuis les maifons jufqu'a 'endroit
i ou fera place la rigole du milieu, & une autre courbure
Scns un fens perpendiculaire a toutes les allies des maifons
; par lefquelles i'eau eft verf6e dans les rues. Par-deffus ce
fondement inebranlable, on mettra une forme de fable, qui
fera au moins de trois pouces. On tendra enfuite des cor-
deaux 'a lordinaire, un fur-tout, le long de la rigole du
milieu; c'eft-la qu'on arranger deux chaines longitudinales
de cailloux de 6 a 7 pouces de hauteur, & les plus large
de furface qu'on pourra trouver. Apris cet arrangement,
'on former de distance a autre dans toute l'eten-
*due de chaque revers de rue, des chaines tranfverfales de
!cailloux deftinees a emp&cher que les paves renferm's
dans 1'encadrement de deux chaines fuppofees derangees,
ne communiquent au loin la degradation. On apportera
le plus grand foin 'a ce que tous les cailloux foient tr6s-
ferris daris .tous les fens, a ce que les joints de deux cailloux
ne repondent pas aux .joints des rangees voifines, mais
que le milieu du caillou tombe fur la ligne de jon&ion de
de,: cailloux de fautre range, comme on le pratique
dans les murs confiruits avec des pierres de taille. Ces
operations faites on couvrira d'un pouce & demi
de fable plus ou moins gros tout Ie pave don't l'arrange-
Peint aura &t6 achev6. Les cailloux fetont enfia battus
uafqu'au ienvoi de 4a hie w.,


D v P o A r- #v-P n if c

M. Galleot, demeurant en cette vile, nous a honors
d'une lettre pour nous faire remarquer qu'd y a erreur dans
notre no oo, a loccafion du muid que nous avons dit
contenir 36 pieds cubes. Nous avons commis cette faute,
en lifant a la lumiere, l'article muid dans l'Encyclopedie,
& nous avons lu 36 pieds au lieu de 36 pintes, dans une
des lignes de cet article. Le muid, comme nous l'a fait
observer M. Galleqot, ne conmtient que 8 pieds cubes & ua
quart, a peu pres, ainfi les calculs qui portent fur la pre-
miere donnee de 36 pieds tubes pour le muid, font faux
& doivent erre refaits, en pregnant pour bafe 8 pieds cubes &
un quart. Nous prions M. Galletot de recevoir ici les ex-
preflions de notre reconnoiffance pour la peine quila prife
de reliever cette erreur. Nous nous emprefferons toujours
de remercier publiquement ceux qui voudront bien nous
faire connoltre les fautes que nous fommes fi fouvent expof~s
a commettre.
M. 'FIntendant, accompagn6 de M. de Boisforefl, Direc.
teur general du Genie, s'eft rendu 'a Jacmel, par la nou-
velle communication etablie entire ce quarter & le Port-
au-Prince; il eft de retour ici depuis le 4 de ce mois. Le
chemin don't les travaux ont commence il y a deur
ans & demi, n'eft ayanc6 qu'au tiers au plus dans la parties
des montagnes.

Extrait d'une Lettre des Cayes, en date du 4 de ce mois.

c Un batiment, part de Nantes le 14 Novembre &
S>qui vient d'arriver ici, nous donne pour nouvelle cer-
>itaine, que lon defarme a Breft, & dans les ports d'An-
Sgleterre, que ces deux Puiffances out nomme des Com-
3,miffaires pour 6tre refpedivemeat trmoins de< difarmre--
"mens, & que 8 autres batimens font parts en meme temps
>que lui de la riviere de Nantes ).
11 a paru dans la Feuille n* I, une lettre de M. Bruley.
On lavoit prefentee a la cenfure, il 'y a 3 mois, & M.
l'Intendant en avoit permis limpreffion, mais non l'infer-
tion dans la Gazette : elle a et' publiee en fon abfence,
& pendant que le Reda&eur itoit galement horse du Port-
au-Prince. 11 a prefente a la cenfure une brieve juflificationI
mais it lui a &t6 defendu de la publier dans la Gazette i
attend que les Soufcripteurs fe font abonnis pour lire des
chores utiles ou int&reffantes, & non les longues lucubra-
tions de deux Particuliers, fur la valeur & le fens d'un mot.
Le R6da&'eur a renonce 'a faire imprimer fa r6ponfe.


V A R I 1 T 1 S.
M o'R A L E.
Penfles de CdrHSttNE 1I, Impiratrice de routes les Ruffle
i Celui qui fait du bien aux autres s'en prepare a lui,
imeme ,i.
,, Qui dit tout ce qui lui plait ne fauroit manque,
nd'entendre ce qui ne lui plait pis ,.
L'union, dans le manage, procure plus de jouiffances
Sque toutes les richeffes ,Y.
a Quand quelqu'un a une cotbeille pleine de biens
wdevar lui, if ne doit pas y chbrcher uan des'nal








'a La beauty du corps- eft un voyageur qui paffe; celle
, de Vame eft un ami qui refte ,".
Les penfies philofophiques d'un Souverain deviennent le
plus beau monument qu'on puiffe clever a fa gleire : ces
maximes qui parent du Trine ne pauvent manquer d'inf-
truire les fujets. Catherine a 6crit cells qu'on vient de lire
pour les faire paffer dans l'ame de fes perits-fils.
M D E C I N E.
Compofition du Sirop dIpecacuanha.
Ce Sirop eft tr6s-utile aux enfans en bas age, don't il
eft fouvent tris-difficile de vaincre la repugnance qu'ils
montrent pour prendre des remedes. Ce font MM. de
Laffonte Cornate, qui en ont faith connoitre Ia com--
pofition.
On prend io grains d'ipicacuanha ridult en poudre,
on les faith bouillir legerement dans huit ou neuf once
Id'eau, pendant dis minutes; on paffe alors la liqueur 'a
travtrs un linge; on y aiouie quatre ou cinq onces de
fucre, qu'on fair blen for.d:e, en remuant; on remet
Ia tiqueur fur ie feu & on la laiffe cuire jufqu'a confif-
tarce de firop; lor qu'eile elft fiode, on peut 'aromati-
ftr avcc un peu d'eau de fleur d'orange.
On donne ce firop aux enfans a cuillerees a cafe,
routes ls utois, quatre ou cinq heures ; il devient lege-
xemnt t putgatif, & eft fur-tout tres-utile dans la coquelu.he.
t C O N 0 M 1 E.
Marn ire employer le bois avec economic pour les
conflruaions fur l4t.au
Un Correfpondant de la Societe Royale d'Agricuhure,
fie Paris, a fait corfbuire on pont de bois fur un bras de
riviere. Ce pont a & foutenu par des poteaux expofrs au
courart d,. leau, don't ils fopportent les chocs & les efforts
du 6tX d'amont. Les uns :Eoient equarris 'a vive-arrt&e,
Jes autres arrondis. L'olfervateur a reconnu que Its premiers
ktoient alhits & mines du c6t6 d'amont, fur la face qul
y correfpond, tandis que les autres d'un volume kgal
aux premiers, avoient conferve leur forme, fans la plus
)ge're alteration.
Il en eft de meme de l'a&ion du feu fur les pieces
ide bois qui lui fervent d'aliment. Une buche fendue &
placee dans une chemin4e eft plutot confommie qu'une
autre de forme ronde,. & cela fans doute par la raifon
que le feu rencontrant plus de rtfiflance dans Ia surface
applatie de la ii t:e fait de continues efforts pour la
divifcr, tandis qu'il s'ichappe & gliffe d'une maanikre
ambiante fur la buche de forme ronde.
On conclud de tes *bfervations que les pieux
tends font plus durables pour les euvrages cor.ftruits dans
Icau, cu poteaux ea terre, que les bois 6quarris.
A E C D 0 T E.
L'ifla de Sainte.-Marguerite, pros de Toulon, eft fameufe
par le prifonnier au mafque de fer qui y fur transfert vers
A-fi. 4u dernier fiUcle..Ii n'y avoit que peu de perfonres
2tatrhe "s a fon service qui euffent la liberty de lui parler.,
an jo.r que M. de: Saws-Marc s'entretenois avec lui, en


fe tenant hours de la chambre dans une efpece de brridor;
pour voir de loin ceux qui viendroient, le fits d'un de f(e
amis arrive & s'avance vers 1'endroit o6h it extend du bruit.
Le Gouverneur qui l'appercoit ferme avflit6t la porte de Ia
chambre, court pr6cipitamment au devant du )eune hoimr
me, & d'un air trouble, lui demand s'it a entendu quel.
que chofe. DMs qu'il fe fut affur6 du contraire, il le fit re.
partir le mame jour, & il &crivit .fon ami, que peu sen
etoit fall que cette venture nedet could cher a fun fils qu'd
le lui renvoyoit de peur de quelqu'autre imnprudenct.
a JXeus la curiofiar, dit M. l'AbbW Papon, Auteur da
,) Voyage de Provence, d'entrerdan.j la. chambre de c t in.
" fortune prifonnitr. Elle n'eft 4claire que par une fen.
, tre du cote du nord, percee dans un mur fort epais, &
Sfermee par trois gillies de fer, plhacesa une diflance 6gale,
"Cette fenetre done fir la mer. Je trouvai d-r s la Cita.
dele un Officier de la Compagnie Franche, ag6 de 79
,ans: il me dit que fon pere qui fervoit dans ia mema
SCocmpagnie, lui avoit pltfieu, s feis racon:- qu'un Fratr
,appertut un jour fous la feneire du Prifonicer quelque
-chofe de blat c qui flottoit fur I'eau : il I'aila prtndre&8
-l'apporta & M. de Saint- Marc. C'etoit une chemife rish
,,fine, pli.e avec affez de negligence,. & fur laquel-
,,le le Prifonnier avoit crit u'un dout a Fautre. M,
)de Saint Marc, apres l'avoir dipliee, & avoir Is
1 qutlques lines, demand au Frater, d'un air fort em.
o barraiff, s'd1 n'avoit pas eu la curiofit6 de lire. Celui-i
" i'affura du contraire mais deux jours apris, il fut trouv6
" mort dans fon lit. Ceft un faith que l'Officier a entendit
2 raconter tant de fois a fon pOre, & & l'AumOnier da
" Fort, de ce temps-la, qu'il le regarded comme incontef,
"table. Le fuivant me paroit galement certain, d'apres
Xtous les timoignages que j'ai recueillis fur les lieux, &
, dans le Monafttre de LUrins, cb la tradition s'en de
,confervre. On cherchoit une perfonne du faxe pour
" fervir le prifonnier. Une femme du village de Mongins,
"vint s'offiir, dans la perfuafion que ce feroit un snoyen
*pour fair la fortune de fes enfans; mais quand on ki
,,dit qu'il falloit renoncer a les voir, & meme a confer-
n ver aucune liaifon avec le refle des homes, elle refufa
" de s'enfermer avec un prifonnier don't la connoiffance cofi.
Stoit fit cher. Je dois dire encore qu'on avoit mis aux deut
"extremitis du Fort, du c6te de la mer deux fentinelles
-qui avoient ordre de tirer fur les bateaux qui s'appro*
-choient a une cer'aine diflance. La perfonne qui fervoit
"Ie prifonnier, mourut a r lle Sainte-Marguerite. Le pkre
"de I Officier don't je viens de paler qui eteit, pour
ncertaings chofes, 'hornme de cor.flice de M. de Saint*
v Marc, a fouvent dit a fon fits, qu'il etoit alli prendre
"le mort a heree de minuit, dan la prison & favOit
" port fur fes epaules dans le lieu de la fbpulture. 11
,croyoit que c'etoit le prifonnier lui-meme qui etoit nr rt
S c'etoit, comme je viens de le dire, la perfonne qui le
Sfervoit ; & ce fut alors qu'on chercha une femme po0u
"la remplacer n.

N. B. Dans la derni&re Feuille, page i"re col. .'* li1
30, au lieu de : Catuca, life Calcut.


Av.c permijoan di MM. s Ge'niral & hntendant.


AI PORT-AU-PRINCE, DE L'IMPRIMER IE ROYAL5N






4


N4.


AFFICHES


AMERICAINES,


Foids du


FRIX FIXS DE L. VIANDS DE BOUCHERIa.


Au Fort-Dauphin.
Au Cap. . .
Au Port-de-Paix..
Au Mle. . .
A Saint Marc. .
An Port-au-Prince.
A LUogane. .
An Petit- Goave..
A Jrkrnie. .
Aux Caves. ..
\ Saint- Louis..
A Jacmel. ..


Ecuf.


13 6d.
13 6d.
16
16
16
10
to
.14

.& 6d.


VTeau.

vi f. 6 d.
21 (. 6 d.
Z2 f. 6 d.


21 f. 6 ?.


2 F.
11 f.


Mouton.

30 f.


0o f.


6d.


Coeckon.

22 f. 6 d.


22 f.
22. f.

1of.

20 f.


Cet Atat fera Fublii tous hls trois mois, au commencement
fu quarter.
PSW4..I4 XEN 4ET bIT3~v


NOUVELLES


DIVERSE.


E S P A G NX E.

.L y a a Lima une Univetrf cc;ehechcs h.i!hofcphiques fur les Amreictins reproche de
avoir p;a mmCe produit un hem-nie en erat de fire un
lauvais livre cet!e Univerfite n'eprouvera plus de rcp'o-
'es femblhAbies, car un de fes Membres 'vie '. e 4C blier
n tres-bn ouvrge : c'eft M. Davwals, Maitre es Arts en
Jivtrfi 6 de Saint-l. ldhon(e & Membie deF celle de
in'a fa pa:rie ; fon livre ecrit en laiin eft intixulk:
lii .A.cadimnq',e (fu. qaeiques maladies qui rgneut a Lima
fur Lur t,,itnelnt.
Le i" cuhp. rraie' des f'i'vYres. La .,vre-' .,rce et trs-
)rrrune a Lima. P,,s on fe vtes de la combaittre avec
quinquina & mieux on reuili:. L'Aurtur penfe mcme
e, par cette promptitude, on pe 't pre'enir les hydro-
ies, la jaunifTe & les obrtutions qCii furviennent quand
t erry:: k. trop tard ce ftbrifuge..
Le 2, chap. parole de la cardialgie ; le 3I FJ trouffe-
Ihrt ( cholera morbus ); le 4 de la difientreie; le de
ydtopifie ; le 6' du cancer. L'Auteur donne la formule
In liniment don't it allure s'ette toujours fervi avoc le
Is grand fucces dans le traitement du cancer recent. Ce
1de ell cc- .cf. d'un gros de veid-de-gtis, de queiques


gcuutts de jus de limon, d'un peu de cire blanche & d'une
iuffifante quantity d'huile d'olive. On fait fondre le toat
erfemble fur un feu trcs-doux, & on en applique fur I'ul-
cere avec un plumafceau.
Le 7' chap. icf coifacre a la maladlie fyphillitiqme. L'Au-,
teur refute l'cpinion c-h l'on eft que i'Ame-iqua a don,6.
r.adifance a cetne effreufe inaladie.
Dans le 8S chap. il apprend que la gale cfl fort cornm-
munie a Lima, & que i'uage de la cor.trayerva lui a fou.
vent reuffi pour la traitcr.
Le 9' chap. parle du rtieros des enfans, que ron appelle
plus gcneralemcnt a Saint.-l)Doinguee, mal de machoire,. Ce
chap. tft intitul : de li m.!aadie de fpt jours ou d'une
ejpece dc injmiadie convulfive trLs-grave che ies c'ifans nou.-
ve,.ix nes au Perou. L'Auteur afignej pour causes piinci-
pals de cetre ma.idie les leflons que Es enfans epiou-
v.nt au pafflge pendant l'accouchement 'influence du
c'iat, la confti uiion vicieufe d's parents, la foiblefle des
mnercs, leur indolence, le peu d'exercice qu'eiJes fort pen-
dent la gioffefle les aliens pen fains don't elles fe nour-
riffent, IabLs des paifums enfin l'ufage ou 1'on cfl am
P-rou & dans plufieurs autres parties de I'Amerique d'ex-
pofer les erfans i'ai- pendant des u:mps de rofSe. Ui
p(i juge ccn;te cquel 'Au:cur s've zvcc raifon cfl encore,
felon lui, une des caufes du t'tanos. Lcs fargs-femrnes de
Lima ( rious avor.s vu pratiqter cette mh.ode a Sin.t-
Domingue ) ont I'habit'ude de donner aux c;f::'s noueaur
nis un rmelange de fucre d'hlile d'o!lve & de firop,
pour expulfer le meconium. M. Dvalos profcrit cetie boit-
fon & il recommainde d'y f'.Lflituer le lait de la mere,
qui dans le'at oh il fe trove apies 1'accouchemert, eft
un lger purgatif prpar, par la nature, & bien profitable
a tous les i'langes artificiels. A l'exemple de M. Fajon,
1'Auteur recommatde de vider avec heaucoup de folir
le fang qui fe trouve dans le cordon ombilical avant de
le lier ( ).

( N) Nous avons puIbld il y a cinq a's Jans ccte Fe'ille,
une objervation d'un Medecin ,qui pr'ite:nd que le fan4g la,'7
dars le cordon ombilical ejf la cafe de la pftite- verole. 11
appuie fon fyflime fuir ce que ks arnax qui ihent ce vil-
c'-c leurs pttits nouvelicmnt nies, .ufiu'd dn fa"r fobt. tout
le farPg, ne font point atteints de cette rwaldie fl cr:udle & fi
gindrale. Ce Midccin affare avoir fait net'ycr i-iqf? l co-don
ombilical un grand nombre d'erfns don't acuz- n'a eu la
petite virole. Les avaI.tags qu on atribue a cette paatique,
ufujent-iis imaginaires, come elle re put produire amucn r-.a
6 qu'il en rcfi.lte' lexpulfon d'un fang qui fe 'vkie en fe ,.t
chart, il eft eter.nant q,'elle ne fobt p.zs gendralement reindmi;4
pluficurs Accouchcurs font c ,pensAma;t adJ':..


du Samedi iz


Janvier 1788.


6d. 22f.
6d




- ~ It rnna~ .a,.a. .a-


capable d ..br cOt 1 leenin;it de ceux
qui pritendnct que les Ambricains ne font point propres
aunx Science,. Nous rr;-fs irc.:ffamment de quelques
a:;res ouvrag coCmpo .s par des Autmurs nes & cleves
en.r, ies T',-,ues, & qui froient beaucoup d'honneur "a


T A T s-U N I S.

Extra.it de qekques Giqettes de l Providence &6 du Connec-
ticut c; d al des 24 26 Novembri & Dicembre.

/?on 1 i0 N'vembre. Nous apprenons par le Capitaine
lwv'is, comianaldant le brg le Tybalt, arrive de Liibonne
en 37 ouis que l'ar'. Pruienne a pris la ville d'Amf-
trd que so vai Ta.ux d line francois ont mis a
la voi!e, fans qu'an face !eur deilMiation, & qu'il paroit
vTaifsrembable qlue les cormotions qui agitent 'Europe pro-
dc-iront une guerre g:nrale.
New-Yo'ck, .,: d,2te. Nous fommes faches de lire dans
12s dernieres Gazettes qcue nous avons rescues, que nos Jtats
Ci fud v:.n: f, trouver enggi-s dans une guerre longue & fan-
g .anteavecles Indin qui les avoifinent, ces Peup.es commet-
tant cheque jour queique nouvele d6predation. La Georgie fe
prepare repouff.r cS Sauva&gs, & nous efphe ons qu. cetatzt
recevra des fecours des auties htats, de F'union.
On avoit donnat Breft, vers la fin de Septembre, des
ordres pour 'quiper 25 vaiffeaux de ligne mais on a
enfuite envoy des infrmi&ions contraires.
Half:x 20 NAovembre. Hier au foir le paquebot le
Lord Hyde, eft arrive ici d'Angleterre en 39 jou.rs de tra-
vcrfe : ies Gz(zzees qu'is nous a apporte"s vont jufq*'au
4 OJobre; nous y trouvons les nouvelles fuivantes:
Le G 'n'ral amudi, avec une division de I'arme. Pruf-
fi-r.ne a pris la v:il-. de Niewenshuvs oh il a fait 800
prfonniers, dans l! no.-br. defque's f: trouvent 60 Oili-
ciers, ,-s S. AM. T. C. a conne des ordres pour rappeiler
tous les Oflic.ers Franiois qui f! trouvoient en Angleterre.
w-mi= Le Lord Amherfl dit un paper du main fera
riormnii Commandant en chef de l'arm&e de terre fi Ia
guerre a lieu. ,ss, Des ordres ont 't6 envoys pour
former les &quipages de 6000 hommes qui pafferont en
Allemagne, en execution d'un trait4 que la Grande Bre-
tagie a faith avec la Pruffe. = Si la guerre a lieu avec
Ia France 1'Angleterre fournira 20 vaiTfeaux de ligne,
anIx mmes conditions, 8. ils front biento: prets a mettr,
en mer. On a augmented d'un bataillon le 4!" rgi--
mnent, & de deux le 6oe my-,a Plufeurs barimens de
tranfport charges de munitions font pre&s a parir de
Plymouth, pour fl rendre dans les Indes orientales, fous
'ifcorte de deux f-egates. =-a On a envoy en Ilande
des ordres de preffe. & les lieux d,' rc-',.k-vous zlig-i6s
aux ?Matelots, font Dublin, Watzrford Corck & Kinfale.
3ojlon, 28 Novembre. Le Roi de Pruffe eft r6folu de ne
pas evacuer la Hollande jufqu'a ce que L. H. P. aient
paye Ies depenfes que fon arm6e lui a caufies.
Une Gazette de Londres announce que la Cour de Saint-
James a nomm1e. 48 Amiraux & 4 Capitalnes de vaiffeaux;
13 Majors-Gcneraux ont et' Sleves au grade de Lieutenans-
Gn&eraux & 16 Colonels a celui de Brigadiers. -
Une parties de 1'efcadre forrie de Portfmouth doit fe rean-
dre dans les Indes oiiental1s & le reft croifer lIa huim-


tor de ,'? pou1r o ,r ns r- n I -", res C.,5
""wr La prcfie a procur6 ju u'u prefnt 1c, 000 ..i:... 3.
Nous avons rccu d'Halifax une lettre en date du 20
Novembre, qui dit:
Le paquebot d'Angleterre eft arrive aujourd'lhui i
))donne pour nouvr-lie au;hentique que la guerre el' di c!.&.
nree entire la Grande- Bretagne & la France que de,
frigateses francolfes ont te prices & amenres a F,';r.3'.i
tros jours avant que ce paquebot n'en partit. Oi a r. ,i
,,des ordres pour fortifier cette place avec toute la i'"; r e
,"pofiible ,. ( Nouvdlle ]fu. Nore du Tradune,-' r ).
Providence, i1'" Ddcenmbre. M. Siamnl lVarner eft ;-
cette ville, le 22 du mois dernier, dans la 79e d.1
fon age. 11 eroit marie depuis $7 ans, & il a eu le '.r' vr
de voir fa 3' generation : il lhite 't enfans, 5S pe'i.-
enfans, & 26 arniees petits-enfans ; ainfi fa pothi:ei- el
compofde de 95 individus.
( En traadui/ant ces nouvdcles littira.lement, nous n'en -jr,.
tijfons auctmc 6 quoiq:e la lpjtt foicnt cont:cdite' p-r lhs
bdtimefns arrives aux Cayes 6& a Jacmel, don't nous avoi.s p:;b ,;
les rapports, nous avons cru n&anmoins devoir les fire co'ainour.),

D v PO RT AU PRIN CE.

Un bitiment arrive a YTacmel, le 6 de ce mois, cor.f.tine
les nouvdes appoi:-ees par un Nantois, aux Caycs. D'.u-
tres rapports indirecs donnent lieu de croire que lesappa-
rences d'une guerre prochaine font diflipees.

ORDON NANCE

Concernant les privileges des PNes de doute & dix enfins.

ALE ANDRE DE VIN CENT, C.

ET FRANCOIS BA2. E DE MARBOIS, &C.

Les privileges attributes par le reglement du 1t Septem-
bre 1744, aux Habitans peres de douze ou de di er.iani
vivans, apres avoir regu une premiere aleration par la
fuppref ion de la capitation des Nlgrts de jardin en 1776,
ont e4t prefqu'entiirement ann'antis par tI'dit du Rui du
mois de Novembre 1731 qui n'admet aucune ev.empfion
pour les teaches & corvees des chemins : Sa MajefhN, pour
les indemnifer de cette privation, nous a autorifls leur
afIigner une gritification anrnuelle fur la caiffe des libert6s
Les Habians des villas ou bourgs n'ayant pas foifferr la
meime privation il a ete ug e qu'ils niavoient aucun droil
a ce:te indemnity. Nous avons penf egalernent qu'il feroit
contre les bonnes mncours de I'accorder aux Habivans don't
les enfans ne font point n4s d'une union legiinme : mAisen
redbeignant cette grace aux: phres d4e famille habitans-cul"
tivateurs, nous avons comprise fous cette denomination I.,S
gens de coulmur librc nmarcis, en les diqingaant toutedfois
des Diancs & ne leur a.ccodant q ,e les d eux tiers dell
graiticvuon defti'en a ceux-ci; & come il et arrive pil'
fieurs fois rue pour fuirpre-dre des exemptions qui n'toient
dues qu'aux peres de douze ou de dit enfans vivans,
quelques pa- iculiers ont fait paffer pour vivans plufieur,
d-- les e::c;ns q'i n'e.i'oWe-t plus, & qu'ils ont par-li
pr)judici i'intErb! public auquel il importe q'.e les exer'
ptio's n o^nat pa', itrp tuhipliees, nous avons pris par
le pr4'et r .'le-int de nouvelles mefures pour no-is a10'
ier de i:e.ule,; d.s enfan$s ..r i'on pourroit de&(iforal


A A


.1 .

I






I







*I
'~s
;1

;!







.<
\
1
i





























I








H eo.:,ri r;.n .c.-r:ne vlva d el r, .. s 1ift q i
P nous front adrel ees.
A crS CAUSES en vertu des pouvoirs ai nous confi-s
j par Sa Majelle, nous avons ftataia & ordonne, fiatuons
!& ordonnons ce qui fiuir.
ArT. I. Les peres de famille, qui auront douze enfans
Svivalns, fe pourvoiront devant nous pour obtenir un tire
qui leur aflure la jouiffance de i'exemption g4nerale, leur
vie durant, de tous les droits & impofitions qui font acuelle-
; ment itablis fur les NMgres ; ils continueront neanmoins a
,re affujettis aux corvees publiques & repartitions de
teaches: ceux qui auront dix enfans, parviendront |jde la
Ineme maniere a la jouiffance de la moitie de ladite exemptio-
I. II ne fera compte au nombre de douze ou de di'
enfans, que ceux d'un rncme pere, qui front nes en lcg -
time marriage & en Ctat de liberty.
S III. Dciarons furprifes, & r-voquons comme contraires
aux bonnes mceurs, les exemptions qui auroient pu etre
ci-devant accordees a ceux qui, dars le nombre d'enfans
Snceffaires pour les ob:evir auroient fait comprendre des
enfans naturels : d clarons ceux qui Ie front I l'avenir inca-
pables d'obtenir les privileges & penfions que Sa Ma-jeft'
accord aux peres de dix & de douze enfans, quand mnime
ils auroient enfuite le nombre fd'enfans legitimnes prefcrit
pour obtenir lefdites graces.
IV. Les enfans qui front morts ou qui front engages
dans les Ordres facres, on qui auront embraile la pro-
feffion religieufe, ne front point comptes ; mais pourront
' 'ere ceux qui auront ete tues au service militaire de Sa
;Majefte, de terre ou de mer ou dans les Marechauffies;
Smeine ceux qui, ayant & bleffis, front morts des fuites
de leurs bleffures; a la charge par le pere de rapporter
1fextrait baptifaire, & les preuves de leur entree au service
ou dans les Marechi iffees, & des certificates authentiques
du genre de leur mort.
V. pour indemnifer les Habitans peres de douze & de
dix enfans de la privation de i'exemntion des teaches &
corvees publiques, & de i'alteration que leur privilege avoit
de"]J foufiert en 1776 par la fuppreflion de la capitatioln
des Negres de jardin, il laur fera paye annuellement, leur
vie durant, fur la caiffe des liberts conformement aux
intentions de Sa Majef't, la penfion qui fuit:

S A V 0 I R:

Aux Blancs, peres de douze enfans vivans, quinze cents
livres, argent de la Colonie, ci s50o 1.
Aux Blancs, peres de dix enfans vivans, fept
cents cinquanre livres, ci 750 1.
Aux gens de couleur libres, habitans, peres de
douze enfans vivans, mille lives, ci 1000 1.
Aux gens de couleur libres, peres de dix enfans
vivans, cinq cents livres, ci 500 1.
Lefquelles penfions feiont paybes par le Rec.?veur de la
caifte des liberis a computer de la date de l'enregiflre-
ment au Greffe de l'Intendance, des Ordonnances qui ont
66i ou front exp6diiees.
VI. La penfion & l'exemption ci deffus mentionnees ,
une fois acquires pour le nombre de dix ou de douze enfins,
ne cefferont pas d'avoir lieu par le d6ces la profeflion
rMiigieufe ou l'entree dans les Ordres facrts, de u'in
defdits enfans; mais fi le nombre de douze enfans eft reduit
I fix la penfion faia diminuee de moitie & toute pen-
fion fera fpprinmb lo:fque le nombre des enfans fera


L eifnfanxs morts auak ki-n-Le bii; d.;5 d2 fans S. ^
tim es, L. 1 uels a!ors rcpe '.... ::--:-.. col."l"'Vem ent '..
pere a l'efkt de conferver 'a leur aieul le privilege ci-
clf.:. S.
V I.L efCdites penfion & exemption ne front accord::s
qu'aux peres d(.- dix ou de douze e.fans domicil.i:s dan la
Colonie; & ccux qui pourroic:t les avoir obtenues enr cert a
quality, n'en jouiront plus s'ils vont fixer leur dcmici e
en France, ou par-tout ailleurs que dans la Colonie.
V III. Les veuves meres de dix ou de douze eni.rns,
jouiront, pendant leur viduite des mimes peion b.
exemption que leurs maris auront obtenues, on 0orr, cr
les ootenir elles-mimes, s'il n'en avoit pas ete accord" a
leurs matis, quand meme le dixieme ou le douzie* e-.fa t
naltroit pofthume ; mais lefdites penf!on & exempipon
cefferont fi lefdites veuves fe remarient.
IX. Pour obtenir les penfion & exemption ci-deflus, les
peres de dix ou de douze enfans front tenus, ta nail'ance
du dixieme ou douzieme enfant, de les presenter tous devant
le Juge, dans.les lieux oh il y a Jurifdidion & dans les
autres lieux devant les Subflituis des Procureurs du Roi;
& de leur exhiber 1'ade de c6hlbratioi de leur marnge,
& l'extrait baptiftaire de chacun defuits enfans en due
forme: de laquelle prtfentation il fera dreffd process verbal,
oh il fera fait mention expreffe tant des a6tes ci-deffus
que du nom & de l'age de chacun defdits enfans : la
minute du process verbal fera depofee au Greffe de la Jurir-
ni&ion des lieux, & expedition diment coilationnre fera
envoyee au Greffe de l'Inrendnce.
X. Dans le cas cih i'un ou meme pluficurs defJits enfans
feroient abfens lots de la naifTance du dixieme on du dou-
ziemre enfant, lefc'its abfens pourront fe prifenter devant
le Juge des' lieux ch ils front demeurans; i!s fe front
donner ate de letr comparution, & front conf'taer qu'k
cette ipoque ils ne font engages ni dars les Ordres facrt's,
ni dans la profeflion religieule : ce que leurs peres & meres
pourront aufli faire conflater dans le cas ch lefdits enfans
abfens feroient morts depuis la naiffance du dixi'me ou
douzeme enfant; de tcut quoi il fera dreff e ae en bonr.e
forme, & rapportr expedition legalife qui fera depoffe
au Grefe de la Jurifdidion du domicile defdits phee &
mere, & copie collationane en fera envoyee au. Grefe
de l'Intendance.
X I. Les prices & tires 'a rappui des demands a fia
d'exemp ions & de penfions front adreffes au Contro!c'ur
de la Colonie, pour ef e par lui examines, ver.ihs &
vifCs. On fe pourvoira enftuit- deviant nous par requEte
qui fera vifle par le Cuts de la paroiffe, & enfuite pzr
r.os Repr.fentans days la Jurifldition. I1 fera delivre a'ix
peres de dix on de doU:ze er;nfs demeurans dans les vilts
ou bo ,-s, ine, exemption Kt:-'rale de rcus droits & impo-
fitions yor lyo urs Nige, &: ax peres de dix on de done
nf ans hlabiians hours des vilies. & b,--urgs, ou:re le ti,,-
d'exemption '',:rale, une o*'o:'an.ce pout jouir a l'aVe-
nir, & le:,r vie durart, de colle des peniions ci-ddffis
a lquei-!!e ils airont droir.
XII. Ladite oridc.niirce fer enregiflre focus trois mois
de fa date an Greffe de 1'Intendance a pein .de nulli:e
& pour toucher ladit, penfion celui qui f'aura obtenuc
juflifiae2 de fon e.idence & de fon domicile dans la Colo-
nie par un certificat de vie donum' par le Juge des lieux,
dans lequel certifiCar fcra faith mention de l'ordonnance de
pnfion a l ui ,ccorde. Au r;oyen de quei I paye1rnmn






04
ds ladite pension fera fait par le Receveur de la caifTe
des libertis, fur notre ordonnance de payment, & for la
simple quittance de limpitrant ou de Ion fonda de pro-
curation fpciale.
XIII. It ne fera point exp'did de nouvelle ordonnance
en faveur de ceux qui en auront deja obtenus de nous ou
de nos PrId'ceffeurs; .mais ils front tenus de les rappor-
ter & de fe conformer a ce qui eft prefcrit par le pr6fent
RUglement, pour jufiifier de leurs dioits aux exemptions
& a la penfion qui leur a &te accordee; & fur la v&rifi-
cation de leurs titres, & la mention qui en fera par nous
faite en marge de l'ordonnance a l'appui de laquelle ils
front rapportes, ils continueront 'a jouir de ladite penfion
ainfi que par le pafft,.
XI V. Le Receveur de la caifTe des liberties fera infer
tous les ans, au mois de Janvier, dans les AffichesAm&-
ricaines, une life des perfonnes jouiffantes de ladite penfion;
& il y fera fait mention de leurs noms, furnoms, qualities
& domiciles. Seront tous ceux qui ont ufurpe ladite penfion,
ou fuppofe des titres pour l'obtenir, condamnes a une amended
qui fera determinee ainfi qu'ii appartiendra, & meme pour-
fuivis extraordinairement, s'il y a lieu, & punis fuivant
1'exigeance des cas.
SER1A la prefente Ordonnance enregiftree au Greffe de
I'Intendance, imprimbe, lue, publi&e & affichie dans toutes
les villes &-dans les bourgs de la Colonie.
DoNNE au Port-au-Prince fous le fceau de nos Armes
& le contre-feing de nos Secretaires, le 24 Novembre
anil fept cent quatre-vingt-fept. Signed, VINCENT; 6' plus
las, par M. le Commandant-general, CAPPEAU. Pareiile-
wnent figne, DE MARBOIS; 6' plus bas par M. l'Inten-
iant, SIMON. Et fcelle de deux cachets en cire rouge.
Enregifrd au Greffe de 'latendance des Ifies francoifes de
TAmerique fous le vent. Au Port-au-Prince le premier Dicem-
Ire 1787. Sign6 SENrTOUT.
On nous a fait remettre tine gourde fauffe pour la
'denoncer au Public. Cette pi&ce paroit compofee d'etain &
de plomb. Ele porte le mil'6fime de 1776, & quoique le
znedaiilon de Charles III foit abfolument fembiable aux
gourdes v6ri ab'es, frappees pendant la mmr e ann6e, il eft
facile de ne pas s'y meprendre : le fon de cette piece,
quand on la aiffe tomber i terre eft obfcur ; celui des
gourdes v6iitables eft clair & eles pefent deux gros de
plus.
Au Rdea-teur.
T,'ouvc'le- Tcuane .o DA canbre i787. c M. comme on
r'a pu j iqu'ici former que des conje&tures fur le fite des
Ziff.ren0 foyers de tremblement de terre je m'empreffe
de vo-~s faire part de ce que jai eprouv6 ce martin ".
L'air 6tcit camrn, le temps covert & annoncant la pluie.
e1 'roir eiL:,on onze heures. J'',tois debut devant mon
graphcme"re cont l aiguilie aimantce toit en repos. J'ai
'pro..eave quaire fecouices violentes & fubites, & en meme
smpns enendu' le fon de I'explofion ; il a t 6clatant &
beaucoup plus fort qu'il ne lefi ordinairement. Le mouve-


meat de la terre nWavot pas~ dere&*on particutltre, ,
elle s'eft alternativement klevie & abailf&e, tou)ours paral.
lemleent a Phorifon. L'aiguille aimantee a eprouve ua fie.,
miffement 16ger pendant environ une minute dans fes
cotes eft & ouejl, fans perdre fon horifonalitt6 a fes extra.
mites, ni changer de position ).
4 Je crois qu'on peut conclure des particularitis de ce
phenomene que fr'uption des parois du foyer ( quel qu'il
foit ) s'eft opreie precif6ment fous le lieu ou je nme
trouvois )).
a Ce fait, que je regarded comee* &un1. approximation
pour la d6couverte d'un de ces affreux fouterrains, qui, de
temps en temps d6folent notre Coln.ie 'peut devenir
intereffant pour un Phyficien'.. uriegux. Q.qe de faits fem-
blables dorment dans 1'oubli -& pouli ,i conduire a des
verities utiles, fi les gens a talent, qui font faits pour les
conflater & les developer, fe tranfportoient fur les lieux!
Mon defaut de fortune & mes foibles conroiffances ne me
permettent pas de me charger d'une pareille tache a
!aquelle il me feroit doux de me facrifier. C'eft pourquoi
je ne vousfait part que dc ce qui m'a le plus frappe : fi vous
penfez avec moi qu'il foit a propose d'en inftruire le
Public, mes vues front remplies ).
J'ai I'hoaneur d'etre, &c. Signi M. BADOULE,
Au Mime.
Au Cap, le 3o Decemlre )787. M. Les accouchemens de
deux enfans ne font pas rates. L'annee dernire j'en ai
fait fept, & cette annee cinq, mais hier j'ai accouche une
NMgreffe nomme-e Fauichine, agee d'environ 24 ans, de
nation Ibo appartenante a Cathichette Riviere, Quarteronne,
demeurante au Cap, rue de Bourbon, d'un Ntegrillon & de
deux Negrittes, tous trois bien conftiiues forts, vivans
& a terme. Cette groffeffe merite d'autant plus une attention
particulire, que la mere quoiqu'au commencement du mois
de juin ,encore nourrice, entroit dans le troifieme mois de
fa grofieffe. Sa maltreffe ayant eu, a cette 4poque, con-
noiffance de fon etat, fit fevrer fon enfant age de 16 mois,
& quatre jours apres, le fevrage, ielle accoucha d'un faux
germe. Si cette observation vous parolt auflf intere'ante
qu' a moi ai lieu d' eperer de le trouver dans vo:re Fetille
prochain. J'ai lhonneur detre, &c. Signed, Bccht, Medecin
du Roi Accoucheur br"vet.
P. S. Je vous observe que la mere jouit de la fante qu'on
peut defirer a une femr-.le en couche, & que le premier
enfant n'avoit pas beoin d! mon fIecours, mais le second,
fe prefentant par un bra~s, & le troifieme par tous les deut,
ne pouvoient voir le jour que par celui de I'Art. IL
n'eft guere poffible de vous dLpe ndre ma joie lorfque
j'ai vu ces trois enfans vivans, apres .un travail que les
Accoucheurs feuls peuvcnt co:uncire & juger.

Le Sieur Fontain Ma'-cha3d Libraire & n Imprimeur a
I'fmprinerie R.ovae de c-ette ville, vient de recevoir un
part d'exce'iern T bac Ce 'ari., en houteiles: i continue de
vendre avec fuicce I'atzu Opt'itin'que du Sieur Loches,
Oculifle a Paris. 11 vi:nt uffi\ de rccevoir un part de
livres nouveaux, & abonne la la eure a 8 1. 5 f. par mois.


Avec pcrmiflon de M M. les Geihral 6 aIntendant.


- ~ _______


AU PORT-AU-PRINCE, DE L'IMPRIMERIE ROYAL





,y


No


AFFICHES


Du


AMERICA I NE S.


Jeudi 17 Janvier 1788.


MoUV EN ES RT E L OUEST Er Du SuID.
Srmr e navires Francois.
S- U Port au Prince, le h Janvier, la ViRoire, de la
Rochelle, capitaine Tardy, venant de la cote d'Or, avec
300 Negres, part le 23 Janvicr 1787 : le 6, l'Alliarce,
de Bordeaux captain' Lalanne parti le 22 Oaobre
( i paffagers ); la Reine de Golconde de la Rochelle,
capitaine Dumont, venant de la choe d'Angole, avec 5t
SNegres, part le 13' Novembre 1786; le Defiri, du mrme
port, capitaine Peliie, tenant de la c6te d'Or, avec 367
fique, parri le 18 Oobre : le 11, le Montef/uieu, de
Bordeaux, capitaine Ccibiere .parti Ie 14 Novembre
S( i .paffagers ); I'Entreprife, de Saint- Malo, venant de
Bordeaux, capit. Baffet, parti le i 1 Novembre ( 3 paffagers ).
(11 y a dans le port 49 batimens francois de long course .
Total des bdtimens francois arrives au Port au Prince
depuis le t" Janvier, 7, & des paffagers, 20.
Aux Cayes, le 4 Janvier, Ie Fidelle, de Nantes, capit.
SMornet, pari le 14 Novembre ( 9 paffagers ).
STotal des btinmens franpois arrives aux Cayes deplis le
'" Janvier, i 6 des p/.Fagers 9.
A Saint-Marc, le 7 Janvier I'Anagone du Havre,
tapit. le Chevalier part la I o Otobre ; & l'Artibonite,
de...... capit. le Court, venant du Port-au-Prince.
'(11 y a dans le port 13 bWitimens franqois de long course .
Total des bJtimems francois arrives a Saint-Marc depuis le
A" Janvier 3, & des pajfagers........
Depart de navires Franfois.
Du Port au- Prince, le 6 Janvier, le Marville, capi-
taine Hemont pour Nantes : le ti, le Mars capitaine
Roques, pour B.rdeaur.
Total des bdtimens francois parties da Porft.au-Prirce depuis
le i" Janvier a, 6' des paffagers ........
De Saint Marc, le 6 Janvier, la Sophie capiaiwe le
.u6de, pour Nantes.
Total dei bdtimfms francois parties de Saint-Marc depuis le
4" Janvier, t, & des p4ffjgers.........
Arrivi e navires strangers.
Au Port-au-Prince, le 6 Janvier, la Marie-Ane, de
Valtimove, capit. Dufour, le Difputch, de Peperlborovg,


capitaine Wife : le 8, la Nancy, de New-Bury, eplitaina
Pearfon; la Bet.fy, de Nortfokk, capir. Lzvmberf : ie io,
le Malgdetout, de la Pointe-a-Pitre capit. Lfevre, ayant
touched~ a la Guade!oupe : le ii le W shington ce la
Martinique, capihaine Baker (9).
A Jacmel, le 6 Janv itr, la Marie, de Saint-Euflache,
capivaine Savalony ( i).
Aux Cayes le 30 Decembre le Malgritout de la
Guadeloupe, capit. Lefevre : le 3 1 la Jufine, de New-
Yorck, capit. Eftanton : le 3 Janvier It Pis, de Saint-
Thomas, capit. Smith: le 4, la Polly, de Sai.t-Eflache,
capitaine Coit (2).
Dipart de navilres trangers.
Du Port-au-Prince, le 8 Janvier, 1'Hanovre, capitaine
Cook, pour Nortfolck; & la Clarife capitaine Loring,
pour New-London ( -).
Des Cayes, le 31 D6cembre, la Polly, capit. Nerton,
pour Curaqao; le Mfalgrd'oQut, capitaine Lefevre, pour le
Port- au- Prince : le 3 Janvier tl (armne, capit. Fabel;le,
pour Curacao (x).


NEC Ru


MAn no s.


A Saint-Loutis, le 9 du mois dernier eft entree a la
Geole, Apollon, Canga, etampp fur le rein droit TRIGALO,
age de 26 a 28 ans taille de 5 pieds 5 pouces, marque
de petite-virole, d'une belle corpulence, ayant des mac-
ques de fon pays fur le vifage & le corps, & un nabot
au pied gauche, fe difant appartenir au Sieur Trigalo au
Cayes ; Lahaye, Poulard etampe fur le fein droit p\,
age de 25 ans taille de 5 pieds 1 pouces ayant des
marques de fon pays fur le vifage & beaucoup de vieilles
cicatices de cotips de fouet & les orteils du pied droit
efIrcpi-s, fe difant appartenir au Sieur Serufe ne pou-
vant dire fa demeure ; Pierre, Arglois, fans etampe appa-
rente age o a 24 ans, ale de 4 pieds 4 pouces,
ne pouvant dire le Porn de fon mxiie ni fa demeure ; & un
MN'gre noitveav, nation Inconnue, fans etnmpe apparerntc,
taiile de 4 p'eds 3 pouces, avant les cheveux & la p.ecu
r.ug, diifa;t q !e !on matle fe nommn Louis, ne po*. -_,
dire fa demeure : le 30 AMichaux, Congo tamp ..
les feins A'HVAS, age de 30 ans, taille de 5 pieds 4 pOuc.
ma que de pe ite-verole, ayant le n-z gtos & ouvfr, t'
difanr app'-rtc:or au nomme Huas, M. L. Hsbitant t r <
tibovii:e : le 2. de ce mois un Ml' itre :oram, tr-
Crolie pcrruquier & cuifinier -.0am.pe Turi e fi dr"
CHAMPIGNI, ^atg de 28 30 ns tail de 4 p 10
poucts, ayant foat pcu d barj ios & trapu, Le di.;,


^a^BatC^TiBJ~~igy~t'iM^^**^^*'81'1^Im o'mm-'"8"1


5 4 Ic


I -1




- -w ~


appartenmr au Silur Sanrt-Georges, Churgpen de 'Hip1t.
du Port-au-Prince ; & Paul, Mondo',ue e6ta'p fur Ie
fein droit, autant qu'oa a pu le diiunger, MANDROU,
& fur le gauche POLEN agc de 35 36 ans, taille d.!
5 pieds 5 pouces, ayant des marques de fon pays fur les
tempes, fe difant appartenir au Sieur Antoine, Boulanger
aux CAyes : Ie 4, AX'-, Crtole .iai fur le fcin droit
GUERIN, au-deffous GA'-'E, tali. de pieds 5 pouc.
ayant la main gauche edircpice fe diii.at ap)parteir -
M. Lacai, a Jacuml.
A Saint-Marc, le 6 de ce mois, une N6grclfe nouvelle,
Nago, fans etatnpe apparent, agree de zo ans taitle de
4 pieds 6 pouces ne pouvant dire fon nom ni celui de
fon maitre : le 8, Lafleur, Nago, 6tampe fur le fein droit
DUPRAT, ag- de 22 ans, taiile de 5 pieds 2 pouces, fe
(.*fant appartenir a M. Duprat.
Au Port-au-Prince, le 8 de ce mois Pilagie, Nago,
etamnpic fur le fein gauche MY, & fur le droit I-B-L,
au-deffous P'A'P, fe difant appartenir 'a M. Lab.rthe : le
9, Pierre-Louis, Creole, 6tampe M'TURB2, fe dilant de
Habitation Santo, a Logane; un N ge.'e nouveau, Congo,
etampe d'une etampe doat on ne diftingue que les ltces
OL, age de 24 ans de petite taille, d'une forte corpu.-
lence ne pouvant dire fen nomr ni celui de fon maitre;
& un Mulatr nomm tie)nne Iramp' fur la fein droit
LAMOTIE & fur le gauche illiifiblement age de 30
ans, t~ileC de 5 pieds 4 pouces fe difant appartenir a M.
Canton 'a Arribonite qui 'a acquis de M. Lq{ume,
Habitant au Boucalln : le i2, Lejrpr." ce, Congo, 6campe
fur le feia gauche JREMY, fe difliat appartenir a M.A
Remy, en cette ville; & Gafpard, Congo, etampe LOU-
VERAT, fe difant appartreir au Sieur Colin, Charpeatier:
le 13 Jacynthe, Nago, etampe d'une e&e don't on ne
diftingue que CBPD fur un fein, le; deux dernieres lettres
entrel.aces, & fur le bras droit LLR, fe difant de l'habi-
tation Caradcu la Caye ; Pierre Creole fe difant de
1'habitation ar.chard; & Marie, Creole, fe difant appar-
tenir a M. Nicil"s.


A Nt I A v X


FAf r s. s


A Saint-Louis, le 3 de ce mois, il a CtU conduit 'a la
Gecle, un cheval anglois fous poil alezan, fans &eampe,
court queue ayant les pieds blancs & une petite 6toile
au front.
Au Port- au-Prince, le 7 de ce mois, un cheval fous
poll rouge, etarnpz au jarret 3 ; & une jument fous poil
louge, etamp6e RBD : le 8 un cheval fous poil rouan,
etampe' HD, entrelaces, a court queue : le 9 un cheval
fous poil bai, e'ampe DLN; & un idem fous poil brun,
etampe fur la cuiffe VVfg les deux dernieres lettres en-
trelacees & fur I'epaule X l: e to une mule fous poil
brun, etamp&e LHM entrelaces : le i un mulet fous
poil gris, etampe PS !le 12 une mule fous poil brun,
etamp6e AB entrelacss; un bourriquet fous poil brun,
fans etampe; & un idem fous poil noir etampe iliifible-
ment : le 13, une mule fous poil brun, 6tamp'e AFZ,
entrel aces.


S P E C T A C L E.
Les Comediens de cette ville donneront Samedi 19 de
ce mois, au benafice du Sr Durofier, une Reprifentation


-7 C o tfuc ou p ; oi-.urs Comidle en trols anes, de
e-rn!,. (Cette Prie fera fuivie de IA4nant Statue, Opera-
Do:ufiCn en un aft&e radf.que de M. d'.4tyrac. Entre les
deux Pieces, Ie Sieur Ch feau Muficien nouvellement
arrive de France, cecutera fur le Cor un Concerto de dif-
fcens petits airs en vaiiti'ons.
Les Coni6diens de LUogane donneront Mardi 22 de ce
mois au Len&fice de la jeune Life une preminie
Reprcefn:aiion de tIAmant Statue Opera- Bouffon en un
ade, mufique de M. d'A.eyrac. Cette Piece fera fuivie des
Dic x Tatcurs, Opera en deux .ites mufique du mem'n
Auteur. Apres fouper Grand Bal, 'Touverture duquel on
donncia une premiere Reprefentation de Malboroug'h, Drame
burlefque en deux a&tes & en profe orna de-toutes fes
dcorations.


AViS


DI VE R S.


4 II fera proc6de, en vertu de sentence & d'ordonnance
de MM. les Ofrciets du Sidge Royal du Port-au-Prince,
& la requete des legataires univerfels du feu Sieur Mena.ge,
A la vente & adjudication dfini:'ive, A la Barre du Siege
Royal du Port-au-Prince, a i'iffue de audience ordinaire,
qui fe tiendra le az du prlefnt mois, de i'habitation dite
A'nage, fitu&e aux Sarr'fins, quarter de Mirebalais, de
la countenance d'environ ijo carreaux de terre ctablis en
indigoterie, avec tous les etablifft. mcns neceffaires a cette cultu-
re : cette terre eift aufli propre a la culture du coton, &
offre toute efpece de reflburce ; a' la charge par l'adjudicataire
de payer un tiers comptant, un tiers a 12 mois & fautre
tiers a 18 mois; & en outre aux charges, claufes & con-
ditions enoncees en la carte-bannie, don't on pourra prendre
connoiffance en i'tude de M' Bourget, Procureur au Port-
au-Prince & chez le Sieur RouLeau, Huiffier a Mire-
balais.
3 Le Sieur Laporte, Habitant pres de Saint-Marc, a l'hon-
neur de prevenir le Public qu'il tient une pofle roulante chez
lui; ceux qui pourroient en avoir befoin n'auront qu'a s'adref-,
fer au S' Cadet, maitre Sellier a Saint-Marc, it leur procu-
rera de fuite les voitures & les chevaux don't its pourront
avoir befoin. Ledit Sieur previent auffi qu'il prendra des che-
vaux en penfion 50o liv. par mois & a un gourdin par
jour, ol its front auffi biea qu'on puiffe le defirer.
3 Le Curateur aux vacances de la Sneichauffh de Saint-..
Marc, invite les cr'anciers de la fucceflion du feu S' Didier
Guillemin, de lui communiquer leurs titres de creances pour
les colloquer dans la repartition des deniers de cette fuc-
cefiion.
3 Le curateur aux vacancies de la Sencchauff6e de Saint.
Marc, invite les creanciers de la fucceffion du feu Sieur
Angles, de lui communiquer leurs titres de creances pour
les colloquer dans la repartition des deniers de cette fuc-
cefilon.
3 Le Sieur Mohimon, continue de tenir les Bains Publics,
rues Royale & de Bonnefoi, en cette ville, & les fera fer-
vir avec la meme exacaitude. Le prix des abonnemens fera
pour douze bains 33 livres, pour fix 16 liv. to fous, pour
trois 8 liv. 5 f. & pour un 4 liv. 2 f. 6 deniers.
3 le Sieur Garal, Habiranrt Cavaillon emecuteur-tefta-
mentaire de fu Sieur Michel Terronreaux, decade au quar-
tier dit les Perches, dependance des Caves, d'firant con-
noitre les charges de la fuccellion dudit feu Sicur Terronneaux,
pour employer les ygies Iks plus promptes5 fa lib'ration4







les crfanckrs de ladite fuccelion de fe printer en
Vetude de M' Rendaume, Procureur en la Jutifdifion des
Cyes, charge de verifier leurs titres & d'en dreffer le
tableau pour proc&der enfuite au payment.
SLes Hbritiers de feu M. Charts, vivant Habitant au
Graud-Goave, defiranr payer les dettes de fa fuccefiion,
fe proponent de vendre une terre fituee dans les hauteurs du
I Grand-Goave, proprement dite la bale, de la contenance
.k de I50 a 170 carreaux, fufcepiible de 40 milliers decaf",
une fuperbe force fur ladite habitation le local le plus char-
ant pcflible : une grande cafe couverte en eflentes, des
cafes a Negres fuffifamment pour leger quarante-huit Negres,
tant grands que petits : on vendra avec ladite terre, ou iepa-
Irment, fept mulets, trcis chevaux & trois bourriques; plus
une terre de i 5o carteaux, fituee au pled du more, pour
fervir d'cntiepot. On prendra come comp:art les crean-
i ces fur late fucceflion, &z on pourra s'adreffer a M. R.
.Morin, Habitant i.udit quaitier; on a M" T. Deshais 6'
SLal.,'. Saint-Jacquts & Cominpanie, Negocians en ceite ville.
3 En vertu d'ordo ,-ance dt MM. les Officiers de la Sene-
chauffle du Port-a;u Prince, & a la requcte des Sieur & DO1
D Degas, lgataires- un verfels de la feue Dame toulard, leur
t .ante, il Iera le Mardi vingt-deux present mois, procede
a la Barre de ladite S'nkhauflee, a la vente & adjudica-
tion definitive; 1o d'un terrain d'environ 29 carreaux de terre,
dependant de ladite fucctfibn, fit.id pres le Port-au-Prince,
derrib.re les favannes de [intendance, & de tous les boti-
mens conflruits fur ledit terrain, lequel eft fucep:ible de la
culture du coton, du bois parates & de toutes fortes de
vivres & de paturages pour les animaux; 2o de deux vaches
laitieres, d'un taureau, d'une voiture avec fes harnois, d'un
mulet & d'un attelage de trois chevaux; 30 d'un Negre,
onommc Georges, Creole, bon poftill6n, domeftique, fellier
ai pouvoir entretenir des harnois, & bon maquignon; du
inomme Jean-Pierre, commander, d'une Negreffe Creole,
nonmmee, Catherine, blanchiffeufe; Francoife, auffi blanchif-
' feufe & de la nommee Toinette, N4greffe Creole, bonne
fervante, au, charges, claufes & conditions enoncees en la
tarte Lannie, qui adrnet tous creanciers d'acqueiir en com-
penfation & jufqu'a concurrence du montant de leurs crean-
ces. On pourras'adrei'er, pour avoir plus ample connoiffance
des conditions de la carte-bannie, en I'etude de Me Eauda-
marlt, Procureur en cmtte ville.
2 A la requeie du Curateur aux vacances, a Saint-
Marc, cha'gde la facceilion Jan Diard, il fera le Samedi
26 de ce mois, procdd. la Barre de la SInkchauiffe, a
la vente & adjudication au plus offrant & dernier enchb-
riffeur, d'un N!gre & une Nigrefie de jardin, dependans
de ladite fucceffion.
2 A la requeLe du Curateur aux vacances, Saint-Marc,
charge de la fuccefion Fanea:u Fortinfire, il fera Ie Samedi
9 Fevrier prochain, proced6 a la Barre de la S'n&chaufike,
a la vente & adjudication, au plus offrant & dernier enche-
riffeur, d'une maifon fife au bourg de la Petite-Rivie;e,
dependante de ladite fuccel1ion.
% A la requite du Curateur aux vacances, a Saint-Ma-c,
cbalte dela fucceffion Pernet de ieaurega.rd, it fewri le Samedi
26 ce ce moist, proce ie a la Barre de la Senechaufle", 'a
` la vente & adjudicat-on, au plus offrant & dernier ench-
rifferr, d'un terrain fitu 'a la Fondation, quarter dQs
Cona'ives, de la contenance de 81 carreaux,de terre, depen-
dan de ladite fucceffion.
2 M" Dufourc & Liberal, avant former fociete avec M"r
in & Antoine Gauteyron & Liberal, da 'Arcahaye, fouk


la raifon de Liberal fibres & Dufforc, ofrent leurs fer
vices a M" les Habitans qui voudront bien les honorer de
leur confiance, tant pour les commiffions que leur maifon
du Port-au-Prince continuera de fair, que pour les mar-
chandifes & provisions que tiendra celle de I'Arcabaye.
2 Les creanciers de la fucceffion du Sieur Louis Maun
baillarcq, font invites de la part de M' Gayot, Curateur
aux vacances, en cette ville, a lui communiquer leurs titres,
pour le mettre 'a portie de proceder a la repartition des de-
niers qu'il a en caiffe appartenans a cette fuccffilon.
2 La Dame veuve de feu M' Godin de Fiilliate, vivant
Avocat en Parlement & au Confeil Superieur de Saint-
Domingue, prie M" les crtanciers de fon maria de vouloir
bien fournir, pour 1'epoque du i 5 Fevrier prochain, aW M
Aiiailles, Procureur Cs Sieges en cette ville, un &tat de leur
creance, tant en principal qu'int6rts & frais. Elle les prie
de fufpendre les frais jufqu'a ce qu'elle ait pris connaif-
farce des forces de la fucceffion & ait pris unc t ualit~. Ladite
Dame declare elire domicile en l'etude de MeA MAailles
Four routes les affaires concernant la fucceflion de fcu ton
maria.
2 En vertu de Sentence de M"rs les Officiers du Siege
Royal du Port-au-Prince & 'a la requete du Sieur Parifon;
du nomme Jean Dautant, tuteur de la nommee Gogo & de
Marie-Louife, lIgataires univerfels & particuliers du feu
Sieur Sanadon, 11 fera procede la arre du Siege Royal
du Port-au-Prince le Mardi 29 de ce mois, a la vente
& adjudication definitive d'un emplacement de 90 pieds de
face, fur 120o de haut, fitue en la ville de L6ogane, ainfi
que de tous les batimens confiruits fur ledit emplacement,
prefentement occupy par M. Raton, Subflitut de M. le Pro-
cureur du Roi a Leogane, a la charge par l'adjudicataire
de payer un tiers comptant, un tiers en douze rnois & F'autre
tiers dans dix-huit mois, & en outre aux conditions enon-
cees en la carte-bannie, don't on pourra prendre connaif-
fance chez Me Baudamant, Procureur, en cette ville & chez
le Sieur Delavillotte, Huiflier a Leogane.
2 Les navires la ViFloire, Capitaine Tardy & le Defiri
Capitaine Pelli', arrives le 6 du courant de Porte-Nove,
cote d'Or, avec de belles cargaifons, Ie premier de 300
Ne.gres, i'autre de 380, a i'adrefle de M" Rafieau & Cor-i
pagnie, qui en ont ouvert la vente les n & ix du courant;
plus le navire la Reine-de-Golcnde, Capitaine Damont,
arrive avec une belle cargaifon de 260 Noirs, aufEi a l'adreff,
de M" Rcfeau & compagnie, qui en ont cuvert la vente le
I 3 de ce mois.
2 M. de Coutures, Prev&r particulier, par Brevet du RoL;
a Saint-Marc, a l'honneur de prevenir Ile Public que c'eft
par erreur qu'a la pzge 114 des ttrcnnes Americaines on
a mis M. Angd de Blazin pour Prev6: particulier, atteada
qu'il eft toujours pourvu de fes fonclions,
2 Le Sieur Prudot de la Veau-Blanche Marchand Tapif-
fier, rue Royale, announce qu'il vient de recevoir de F.-ance
diffirens meubles en acajou, du dernier gor,. On trouvera
toujours chcz lui des lits, fauteuils & cauapes de diffi'rens
genre & grandeur; il remet les glaces viemiles a neuf, il tient
un affort.iment de verres blancs de difrentes grandeurs,,
& prendra pour &change de fes fournitures, toutaes efp&ces.
de denrees.
i M. Dominique Charier a .n, &, M" J. B. Fontaine
Ccnpagnie, NIgoc'ans en cette ville, ont I'honneur de
prevenir le Public., qu'ils vont rkunir leurs deux maifons
pour n'en former qu'une feule, fous la raifon de Ch.;rier ,
kontaine 6, Comapgni ; ette nouvelle fo~e cinmen


p













/




11N


cera le premier Fvrier prochaln, & fera charge des
deux liquidations: its continueront de faire la commiffion
& la vente des denies qu'on voudra bien lear adreffer,
A& ne negligeront rien pour repondre a la confiance de
leurs tommettans.
i Le Sieur Co.nnmeau, ci-devant &tabli asu Cap, a l'hon-
nieur de prevonir le Public, qu'il a diffous fa focit' avec
les Sieurs Desportes & Detetant, & qu'il vient d'en con-
tra&er une nouvelle avec les Sieurs Pelchet 6& Roux, de
Liogane, fous la raifon de Commeau, Polchet 6& Roux :
its font offre de leurs services a M" les Habitans, etant
non-feulement affortis pour tout ce qui eft relatif a une
habitation, mais encore des comeftibles en tout genre.
Le Sieur Carrie, Habitant a la Souffriere, quarter du
du Mont-Rouis, a Fhonneur de prevenir M" les Habi-
tans & autres perfonnes qu'il a a vendre beaucoup de bois
de nature incorruptibles, pous cafes a Negres, entourages
en cordes, .'il rendra aux diffSrens embarcadaires qui
lui front maiques.
i Le Sieur Beaud, N6gociant a Saint-Marc, avant 6pouf(
la Deraoifelle Lefivre, mineure, fille & feule hlritiere dau
Sieur Augi, dit Lefevre, Habitant dans les hauts de Saint-
Marc, invite les creanciers du feu Sieur Lefevre, a fe trou-
ver le so Fivrier prochain, 3 heures de relevie, en fltude
de M* Leclirc, Noraire & Saint-Marc, & d'y apporter leurs
titles de creances contre ladite fucceffion, pour prendre
des arrangermens pour leur payment, avec ledit Sieur Beaud,
en fa quality, qui lear fera des propofitions convenables,
& connoitre t'&at des affairs dujit feu Sieur Auge', dir
cefsvre,
t Madame de Saint-Mefini, & Mademoif-lede Motmans,
heritieres bentfiniaires du fau Sieux Durand de Beauval, difi-
tant connoitre les dettes de la fucceffion dudit feu Sieur de
Beauval, pour prendre un part conver.able a la liquida-
tion de cette fucceffioa, print M" les creanciers de ladite
fucceffion de remettre en 'etude de M1 Baudamant, Procu-
reur, un etat du montant de leurs creances "en capital, into-
r&ts & frais.
M. Chafy1gnet, allant fur fon habitation, dans les hau-
teurs de la Riviere-Froide,a trouve le 5 de ce moiss, dix-
neuf facs a cafe vides. 11 les remettra en deiignant I'eramps.
M. d'Aquin prriient qu'il a eti relevi par fenternce du
Sakge de Saint-Marc, en dare du 9 de ce raois, de fin-
terdilien prononc&e contre lui I'annee d'rniere; ledit Situr
.tant fur fon depart pour France, 'prie ceux a qui il peut
devoir de prtfenter leurs tires de creances en l'tude de,
Ml Mon'laurun, Procureur audit lieu.
M" 4. & I' Bouble, Dupuy & Compagnie, a Saint-..
Marc, charges des affaires de M. Garnotis, ayant 6prouve
des diffcult6s & des retards pour le payment du fret des
charrois par les bacs, previennent M" les Habitans & Ne.-
gocians dudit lieu qu'ils ne front plus de charrois qu'au-
tant qu'ils feront pays par les confignataires dans kls 24
heures ap-rs la livraifon, foit en argent ou en leurs bons.
i Le Sieur Colin, prevent le Public qu'it a achete les
te'gres tzilleurs & fonds de boutique du Sieur Lagreulet,
maitre Tailleur a Saint-Marc, & qu'it a form, une foci: e
avec le Sieur Sembrefq, auffi maitre Tailleur qui conduit
la boutique depuis v'i an. La signature fera fous la raifon
de Colin & Sembrefq; ladite fociete a commence du i"e
de ro mois.
Di wPA JTS PO Re F ANs C m .
Sieur Jean LernoHe, gerant Ies biens de Madame


la Cotnteffe de Chabannes, fe difpore partir pour France
& declare ne rien devoir.
3 M. Jean Parant, demeurant 'a Saint-Marc, part pour
France.
3 Le Sieur Jean Parran jeune fe difpofe 'a partir pour
France, & declare ne rien devoir.
3 Le Sieur L,!garenne a Phonneur de prevenir le Pub'ic,
qu'd part'pour France; il prie ceux qui I ii doivent de vou.
Joir bien le folde-r, pour lui eviter le d6fagrteer.t d'uer
des voies d3 rigueur. 11 prtvient aufli qu'il a cede fa maiifo
de commerce a M. Pierre Bdhomme, Capitaine de navire,
aduilement a Saint-Marc, & que la raifon fe tient fous !e
nom de Belhomrme & Baux; ces M" font changes 'en fire
les recouvremens, ainfi que tous les payemens con:ermait
fa maifon, & toutes les signatures concernaat e Sieur Lt.
garenne en fon particulier.
2 M. Jacques Ducrocq, maltre en Chirurgie & Habitant
dans les hauteurs du Petit-Goave, quarter du Trou-Canar,
etant fur fon d6pait pour France, prie ceux a qui il peui
devoir de fe prefenter pour recevoir leur payment, &
ceux qui lui doivent de. le folder.
Z M. de Marcillac, conomn chez M. de Courfia, Habi.
tant a l'Artibonkte, part pour France.
2 M. Francois Brunat, part pour France, & declare f.
rien devoir.
2 Le Sieur Pambrun, part pour France pour caufa
de maladie.
2 M. le Chevalier de Marcillac, Habitant a l'Artibonite,
part pour France avec fa fille, agee de 3 an;I, & d .dai
ne rien devoir.
2 M. Paquier Ncgociant au Petit -Trou, prevent le
Public qu'il part pour France dans rout le courant de Mars
prochain; il prie ceux qui lui doivenr de le payer de fuite,
& ceux a qui il idoit de fe prifenter pour &tre pave.
A M. Simon Dupin, (e propooant de partir pour France
dans le courant de Mars pr-chain prie ceux a qui il
peut devoir de fe pr eaer pour ,&re folids.
2 Le Siewir Malhurin Soucha fls, Marchand, demmurant
en cette ville, par por France, & declare ne rien id 2 M'I"1 de Beauchamp, & l feamme dL chamnb.e, partent
pour France.
2 M. Laubarede, demeurant en cette ville part pour

2 M. J. P. de Laugerie, demeurant en cett, ville, part
pour France.
2 M. Fr. X. de Willeferk de Monitdrfert Habitant au|
Gona'ives, part pour France.
i Le Sieur i-Lfile Deshayes des Eudits neveu de M'
JDoyen, Avotzt en Parlement & Procureur en la S&n&haub-
fee de Saint-Marc, paitira inceffamment pour Frarnce, 8
declare ne rien devoir.
x M. Duchefhe, depuis 6 mois dans cette Colonie, part
pour Fra:,e,.
i Le Sieur Meignant, grant la cargaifon do navire le
Henri, die ordes.u, Capitaine Babinor, part pour France;
il prie les p,:uf:-,n qui doivent a ladite cargaifon dul Ie
folder faut. de ce il ne pourra s'emp&cher de faire del
frais aux debei-s.
* x Lp. Si-ur Piere- Gabr;el Dpont, Marchand Chapelier
en cette ville, p.t pouzt France,-.
i Le Sieur ierr e'Lettcitf, Cphaiine de navire, defirant
partir pour Frarc. 'd3n! 1' courant de Mars prfenx, pri!
inflamment les d bluri a 5a caga,,n du navire rncgrie
14 Aar-Lcuif~,c ,. de 'ouloir bien le fclder iud'


on"


alanal


I




-a-- -mu-


I meut,:. pour lu1i viter Ie d'tagriment de prendre la
voie de rigueur pour les y contraindre.
SM. Breton des Chapdles, S.n&chal de Saint-Marc,
part pour France.
i Le Sieur Verval, Chirirgien, refidant a Saint-Marc,
., part inceffamment pour France.
i Le Sieur Jean Labayk, arrive depuls peu d-ns cette
Colonies, part pour France, & declare ne rien devoir.
S l M. Brockier, part pour France.
i M Baptifle Sabes, affoci 6 de M" Marches, Sab.s &6
S ompagfie, part pour Fraince.
SijLe S Queflan, Habitant & Negociant I Miragoane,
t ie propofant de partir pour France, en tout Mars prochain,
price ceux qui lui doivent de le payer inceffamment, pour
,li uviter le defagriment de les poarfuivre rigoureufement,
& ceux a qui il doit peuvent fe pr6fenter pour recevoir
leur payment a tous jours & heures.
i Le Sieur Lagiculat, Marchand Tailleur a Saint-Marc,
fe difpofant partir pour France dans le courant de Juin
prochain price ceux a qui il peut devoir de venir rece-
voir leur payment, & ceux qui lui doivent de le folder
iinceffamment, voulant termincr toutes fes affaires dans la
Colonie ; il declare en ourre qu'il a vendu fis Negres
ouvriers & fon fonds de boutique a'M" Colin & Sembrefq.
i M. de Be;thdeier, ancien Officier, & qui voyage dans
la Colonie depuis environ 9 mois, fe propose de retourner
en France par le premier navire qui partira; il declare ne
rien devoir.
i Le Sieur Francois Fidric, Peiatre a Bayneft, part
pour France.


Ritlzo x AV DouMzIz


Dv Ro .


En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiftrateurs,
en date du 19 Dicembre 1787 dfument fign&e, le Sieur
Pigalon Baudouin, pourfuit en reunion, a la diligence de
M. le Procureur du Roi a JacmnJl, un terrain de 00ooo pas
en care, accord pour culture au feu Sieur Francois Mafei,
fitu6 au lieu dit le Petit-Fond ou le Guimby, hau:eurs
de la Goffeline, borne6 1'oaefi de la Riviere cu Petit-
Fond, chaffant 1a f'l iooo pas dans les terres non conce-
dies, borne au fud da terrain D-c.aux, chaffant au nord
1ooo pas dans les terres non concedees; fui lequel terrain
il n'y a eu de la part dudit feu Sieur Francois Mafl,, ni
de fes ayans caufe, aucuns 6tabliffemens.
3 En vertu d'ordonnance de MM. les AdmminIfrateuts,
en date du, 26 Decembre dernier, le nomme Louis--Charls-
Yi lire Serno G. L. demeurant en c-tze ville, pourfuit
on reunion un terrain pour culture de 1000 pas en care,
fitem au lieu dit les mornes de la Gafcogne, qartier de
Mirebalais, borne a lou.f d'an teirrin dipendant de la
fucceffion FoQin au nord & a l'eft de terres non conc&
dies, & au fud de Jean ditvue. Ce terrain a et: conceded
le 12. D.cernbre 1770 au nornme Pierre Bdlevue dit
Mahotiere, M. L. qui ne ia jamais 6t"bli.
I Ea vertu d'ordm'nnance de MM. les Gneiral & Inten-
dant, era date du 5 Janvier 1788, Madame Defnarais, Ha-
bitante aux Rofeaux, quiar:er de Jeremie, pourfuit en
reunion, au nom & pourt la Demoi~'lle fa Fil Jul:e Def-
marais, un terrain pour culture, de 700 p.s de large fur
15oo de haut, fitue au !iei dit la Mahotiere d] la mo.Ta-
gne de l'Iflet, dan,, ls hauteurs de la riviere de la Vo!dro-
gue, deipeadance de Jtairuie, concId" au Sieur Sicard, le
4 Janvier 1772.


29
I En vertu. d'ordonnance de MM. les Gc6rval & 1iten-
dant, eO date du 19 Decembre dernier, le Sieur Allain,
Habitant I Cavaillon pourfuit en reunion un terrain, fi.u6
dans ledit quarter, de la countenance de mille pas carries,
born a I'dt du Sieur Delabiche, au fad & li'teft de la
Barre-1-Canon, au fud de G4fJid, l'aouei da Sieumr
Arquier, aux droits de feu Laffoiiere, chaffant dans le nord,
de terres non conc6dees, ayant ite concede au Sieur Marc
Laffirre, en 178 qui ne Ifa jamais *tabli.
i En vertu d'ordoanance de MM. les AdminiiSrateurs,
en date du 19 D&cembre a177, leSieur Francois Defierres,
Sourfuit en reunion un terrain de mille pas. carrots, fitm6
dans les hauteurs de la grande rivibre de Feile, paroiffe des
Cayes, Jurifdi&ion de Jacmel, borne au fud de la place
d'Adilaide & Reine, chaffaat au nord mille pas terres non
concedes, a left de la force, a Ioueft auffl de mille pas
non concedes; felon la conceflion accordie a Florentin &
Francois Lireau, Q. L. le 24 Septembre 1771.
i En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiftrateurs,
en date du 1 de ce mois, le Sieur Gallflrel, demeurant a
Jacmel, pourfuit en reunion au Domaine du Roi, Ia la fulti
& diligence de M. le Procureur du Roi, un terrain, fitnu
dans 1-s hauteurs de la riviere a Broche des Cayes de Jac-
mel de la contenance de fix ceats pas carries, dans l'ang!e
que forment les places Modi & TAvocat, born' a roueft
de la place du Sieur Modd, au fud de celle du Sieur 'A4vo-
cat, chaffant l'eft & au nord dars les mornes pays noi
concidis; ledit terrain a 4th concde a Nicolas Simoneau,
le 27 Odobre 1740, lequel n'y a jamais fait aucuns 6ta-
bliffr- ns.
i En vertu d'ordonnance de MM. les AdmLnilrateurs;
en date du 19 Decembre dernier le Sieur Laurent Eute ,
demeurant en cette viile, pourfuit en reunon un terrain
de mille pas carr6s ou la valeur reduite, fitue dans les hau-
teurs de Fefle, Jurifdifion d. Jacmel, borne au fud du
corail de la Dame Darmancourt, chaffant au nod nmillepsas
dans les terres non concedes a Poueft de la place de
Mafme, N. L. chaffant a 'eft aufli mille pas dans les terres
non concedees; lecdit terrain a eth concede au Sieur Jeas
Seignette, le i" Juillet 1771.

D z M A Y n z se

M" 1A. & 3' Boubie, Duruzy & C' a S. Marc, defirerolent
acheter un atelier de 25 30 bons N.gres, fais au pays
& propres a la culture du coron 'K de l'ind go. us pren-
cdront avec le vendear des arrangcmens convenables pour
le payment.
I On cdfireroit avoir des rouvelles du Sieur Ben.,jamn
Pindcr, paff dans ce-.e Colonie il y a deux Pks, fur le
navire le Solitaire, de Nantes, C;'pitaine Fouinier, en qua-
liti de Pilotin; on le croit dans le oquartr de Le'gane. En
donner avis a M" .Jean-.'aptife Fontabie &. C.mp.( aIe Ne-
gocia-ns en cette ville, qui ont des affaiies d famlille uies
confequentes a lui communiquer.

JV A V R E$ z s N c A rzE M E N .

i L'Air''e-..'Wir-, de Bordeaux, Capitaire Mamouffe,;
parrima po'r lkAit l'~.u le -5 Fviir fixe, ce navite eft bon
voalir ,a t1e u-c oCrmao,)e pour les p>i.;ers. Ceux qui vou-
dront v tiSAef ciu c ri fret s'aieCTiTnit audit Capimane,
aux C a ad a. Lufrg dins fon magafis
i A S .


/






3o
Le Tancr.ee, de Dlordeaux, Capitai e richauud, du port
de 5co tonneaux, partira pour ledit lieu dans le courant de
Mars prochain: ce navire eft a fon premier voyage & foli-
dement confilruit. Ceux qui voudront y paffter ou charger
a fret s'adrefferont au Sieur Servicre, Gerant la cargailon.
dudit navire, dans fon magafin rue Sainte-Claire.
x L'Entreprife, de Bordeaux, Capitaine Baffet, partira
pour ledit lieu du 2o au 2j Fevrier prochain. Ceux qui vou-
dront y charger a fret s'adrefferont audit Capitaine en fon
inagafin rue des Capitaines, ou a M. Gabalde, en cette
ville.
i Le Railleur, Capitaine, Roche, partira pour Bordeaux
dcans le courant du mois prochain. Ceux qui voudronit y
paffer on charger a fret s'adrefferont a M" Rafleau & Conm-
pagnie, rue d'Aunis, qui vendront des futailles 'a eau, pro-
yvenant dudit navire.
i L'Ardent, du Havre, Capitaine Vernimmen fils, du
port de 400 tonneaux, fin voillier, partira pour iedit lieu
dans le courant de Fivrier prochain: ce navire efti tres-com-
mode pour les paffagers. Ceux qui voudront y pzffer ou char-
ger a fret du fucre, coton, caf6 & indigo, s'adrefferont
audit Capitaine en fon magafin rue des Capitaines, ou 'a
M" Daubagna, Trigant & Lompagnic, Negocians cn cette
yille.
A N s D & M xR.

3 Une volture, a impbriale, a deux places, portieres fur
les c6tis, garnie en velours de foie abricot ou aurore, les
ranges & gallons verds & blancs, affortis 'a ladite garniture,
rideau du doffier, flores a crique a toutes les portieres, &
p tits coffins de co6t en taffetas verd & blanc, poign es
iurdorers, la voiture fond verd, moulures dorees, & le
train mon:r fur quatre efforts ; un attelage de trois chevaux
baie, a tous crins & extremites noires, efpagnols dela Grande-
Terre. Ceux qui voudront en faire l'acquifition s'adrefferont
a M' Epoigny, Avocat en Parlement, Doyen des Procu-
reurs, qui en fera bonne compofition moyennant du comptant.
3 Un emplacement de 86 pieds de facade fur 16o de
"profondeur, avec les batimens en dipendans, fitue rue des
Miracles, entire M" Meynardie, Piccard & Compagnit, &
le Sieur Dupon Delorme, Huiflier. Plus une terre de 120o
carreaux de terre, en plaine & arrofable, fituee au quarter
& pris le bourg de Mirebalais, dans le plus beau local,
fur laquelle font a&uellement une grand'cafe & i5o betes
a comes ; cette terre qui eft maintenant en hatte, eft fucep-
tible de toutes fortes de culture. On donnera toute faci-
lit6 poffible a un acquereur folide. S'adreffer 'a M* Salaignac,
Avocat au Confeil Superieur de Saint Domingue.
2 Une petite place, fitu6e dans les hauteurs de Bellevue,
etablie en caf6, de la countenance d'environ dix carreaux de
terre, avec huit tiees de Negres & deux bourriques y atta-
chis: le tout depe;dant de la fucceffion du Sieur Laroche,
Procureur de l'habitation de M. le Comte d'Autichaml. Les
perfonnes qui delfieront fire cette acquisition pourront s'a-
ireffer a Me Gayot, Curateur par interim aux fucceflions
vacantes, en cette vi!le, autorif 'a vendre de gre gr&.
2 Environ cent efclaves, a vendre ainfi qu'une grande
quartite de meubles, effects & argenterie S'adreffer a M.
Zefranc, Diteaeur de I'H6pital, qui prendra en payment
fon paper quittance, echu ou a echeoir & de bonnes lettres
de change fur France, endoffees par des maifons de com-
merce de Saint-Domingue.
r Le Marquifat de Moathac, relevant du Roi, fitue fur
la rivire du Lot 4 ou lieues d'Agen a portne des


vIlles de Villeneuve, Penne, Tournon & Fmtnel, confiflaitt
en un chateau & autres edifices en domaines, don't une
grande parties nobles: les fiefs s'tendent fur iS paroiffes,
notammenr fur la ville de Penne, & produifent beaucoup
de rentes & de lots & ventes. On vient de lever le plan
general, & faire confentir les reconnoiffances feodales. Cet
objet eft afferm6 7500 1. tournois; on donnera beaucoup
de facilities a l'acquereur. S'adreffer au Port-au-Prince a
M. Cadiuu, & au Cap, a M' Grimperel, Notaire general,
qui donneront de plus amples &clairciffemens.
Quatre emplacemens a vendre, chacun de cent pieds
carries, fur quatre-vingt pieds ,de facade, fitues au Cap.
Tiburon, fur lefquelh font un magafin couvert en effentes,
a I'entr6e de l'embarcadaire, a la fuite, un jardin potager
de 97 pieds de long fur 48 pieds de large, une bananerie
capable de nourrir di. Negres, & une piece de parates;
le tout bien entour6 de haies vives. S'adrefler au S' R.Danty,
demeurant audit lieu.
Un bateau bermudien, bon vollier, du port de 45 ton-
neaux ou environ, avec tous fes agres & apparaux. S'aJrdf-
fer a M. Boyer jeune, chez Mme veuve Boyer, en cette ville.
r Un emplacement fitue Saint-Marc, a i'enitree du che-
min de ladite ville au Port-au-Prince, formant un illet de
377 pieds de facade, fur lequel eft une maifon toute neuve
de 54 pieds de face, ayant gciLrie devant & derriere,
une remiCe, 2 chambres a Negres, une cuifine, four &
fourneaux, un colombier & clapier. S'adreffer a M. 13. M.
de Richemont, a Saint-Marc, qui prendra en payment fes
chances des Negres on de l'argent.
i Trois tables de tnoulins a fucre, & une bille de 13
pieds de long fur 19 de large, a prendre a l'embarcadaire
du Grand-Goave, 'a Logane ou au Port-au-Prince S'adref-
fer a M. Cuv-ilier, Negociant au Grand-Goave.
Canaris pour forms, de la fabrique d'Orleans, bien cuits
& bie.' verniffes, un affortiment de cloux, huile en panier
& livres nouveaux en petit format, a vendre dans le maga-
fin du navire la Bonne-Mlre, de Nantes, Capitaine David,
qui partira 'a la fin du courant prefix.
i Une goelette fortant de carene, du port d'environ 5o
tonneaux connu par fa march fuperieure. S'adreffer 2
M" D & E Thouron, en ville.
i Une maifon fituee aux Cayes, rue du Pont, de 45
pieds de long fur 28 de large divif~e en deux chambres
baffes, d'environ 20 pieds de long fur 16 de large, dent
une carrelee en marbre, & fiparees par un corridor d'en-
viron 3 pieds de large, ayant chacunc deux fenetres fur la
rue, une fur le falon, & chacune une porte ouvrant fur
un falon de 12 pieds de large, former 'a clairvoie, fur la
Jongueur de ladihe malfon ; fous l'efcalier de laquelle fe
trouve un petit civeau; en deux chambres hautes, fur la
mmne longueur & larger du has de la maifon f6parees
par deux cloifons en plainches, qui dounent une premiere
chambre avec 4 fenetres & deux vaftes cabinets qui en
ont chacun une, a cot6 dcfqueis fe trouve un troifiRme
carre de 12 pieds ftr 12; le 'a on du bas fe trove repbie
& prefque carrt en haut. Plus un appernds haut & bas (ur
]a m me longueur, formant 8 fort jolies petires chambres,
d'environ 1 pieds fur i f6partes en bas par des petite
cloifons en magonnerie entire poteaux, de 6 7 pouces ,&
en haut, par des cloifons en planches, chaque chambre
ayant fes portes & fenetres; dans l'une de ces chambres
fe trouve la cuifine avec fes fourneaux & un petit four
deffous, chemin6e &c. Dans lefquelles chambres hates
i'oa entire par une, galerie tournamite en tour d'equerre fus





I s C. A r s s X


MAtAROA NACE.


2 Un jeune Negre nouveau, Congo, ^age de 1o ans,
aille de 5 pieds I pouce; ayant les dents de devant parta.
le3, provenant de la cargaifon du navire le Raillear de la
lochelle, Capitaine Itheard, a 1'adreffe de M" Rafleaufrdres,
erdu fur la route du Port-au-Prince a Mirebalais, le 29
)ecembre dernier. Ceux qui 1'auront trouve font pries d'en
onner avis a M. Vinay, N6gociant & Commiflionnaire,
emeurant dans la maifon Pierou; il y aura recompenfe.
Petite-Marie, Creole, fe difant libre, marronne de l'habi-
tion de M. Alexis Evain a Mirebalais, avec fon enfant
egritte. En donner avis audit Sieur ou a M' nruneau de
Roqe, Avocat au Confeil Snpcrieur de Saint-Domingue.
HIIene, N6greffe Curacaolienne, d'une taille avantageufe,
9ge d'environ 35 ans. En donner avis a la veuve Dougd;
y aura recompenfe.
Alashurin, Congo, ktamp6 WVIIIVW En donner avis a
SMlarias Lamothe, Habitant a la riviere de la Caouanne,
'endauce du Cap-Tiburon.
I' Aor'. Congo, Ag9 de 18 ans, &tampe fur les feins
.A.,DNTE, au-d&ffous Sr, MARC, taille de 4 pieds 1o


iga four dudit ppentis, & large de 4 pieds. Le bas
dz la laifoa rincipa.e C celui de 1appentis en ma0onnerie
(d iS pouces, & tout le haut entire poreaux e bois de
| fUe, pour ce qui entire en terre, & en bois de Mifliffipi,
Sour ce qui n'y entire pas; le to-t peint en gris clair. Apris
SJi.fuels be tzthnens, eft une fuperbe cour, dans laquelle oa
Spir tfaire un jardin de 75 pieds de long f r 60 de pro-
a' o r.., a to pas de la ravinme: il fe trouve un tr s bon
SpUITS dans la cour. Le fond de la maifon eft hypothcquea.
Suse rene viagere de 3oo01. pour laquelle on donnera des
lurcres en laiflant entire les mains de i'acquereur environ
S15000oo 1. fur le prix de la maifon, qui front a valoir
aux rentes a &cheoir, il n'en fera dti aucune quand il rece-
v vra la maifon. Cette maifon, commence depuls environ
Uai al, eft fine & parachev'e depuis deux mois. Le ven-
deur prn-idra en payment des Nsgrec faits au .pays, ou
nouveax, ou enfin des letrecs de change fur France, fi
folicd.s & fi bonnes, qu'ii puite les n6gocier fur le champ
- por.r des Negres. 5'adreffer a T BLrard Saint-Cla,.ir, Procu-
reur es Sieges des Cayes, proprietaire de ladite maifon ou
M M" Ywcnd'ofq, Raymond 6* MAartignac Nfgocians au mnme
lieau, avec letquels on pourra traicer come avec lui-meme.
i Une voiture doree a une place, avec fes harnois.
S'adreffer a M. Vinay, Negocianz & Commiflionn~ire en
ville, qui en fera bonna composition.
4A VE NDRE o U A AFFF RMER.
i Une faline fife a la Pointe des-Habitans, ancienne-
ment etablie par le Sieur Paul Rey, fuceptible de donner
adu2.1llement 5 1 6ooo barils de fel, fans ^tre au tiers de
fa valour des magafins pour en contenir 12 a 5000ooo,
idireais autres etabliffemens, 4 canots & autres uftenfiles
pour la p&che; plus 15 tetes de Negres fails au pays, &
t.es-intelligens, du nombre defquels font une Negreffe &
4 enfiaos. S'adrefter au Sieur Benoijf, Horloger a Saint-Marc,
rqui, vu fon depart pour France au printemps prochain,
vendra deux Negres domeftiques don't un cuifinier, &
mI'autre un peu horloger, bon perruquier & fachant bien
l&oudre, divers objets d'horlogerie, tels que peadules a lyre,
ijnoatres de difftrens gouts, &c.


oil! 010"


I


a ir prices. En conner avis M" Pechkr ft'res & Douyere.
Ni'gocians a Saint-Marc, oun M. Morand da Sablon, fur
les biens de M" les h&i-iers de Laville, i l'Artibonite, a
qui il appartient; i1 y aura recompenfe.

A NI M A U X A R S.
3 II s'eflt gare, depuis environ I jours, de l'habLtation-
de M. Robert nei'u, pres cette ville, qu'il tiont a ferne de
M. Lerebour, un mulct fous poll rouge, etamp M YCB, au-
deffous AT, entrelaces. En donner avis a M" Lacombe fereg
6 Compagnie, Negocians en cette ville, qui il appardieat;
il y aura recompenfe.
Une mule fous poil bran, ayant quelques poil gris, le
nez blanc & une partie des cuiffes tres-fine, & bien ciaiTe,
etamp6e fur la croupe du cote du montoir, MONTOROY,
egarie depuis le 2 du courant.. En donner avis a M. Arn.#d,
NMgociant anu ont-Ro:-1, a qui elle appartient; il yaura
recompenfe.

Le Sicur Dufau, a 'Imprimerie Royale de cette ville;
vient de recevoir le Traite de la Culture du Nopal, & de
l'jducation de la Cochenille, par feu M. Thiery de Menon-
ville, en 2 volumes in-S8, avec figures enluminees; le prix
de la foufcription de cet ouvrage, 6toit de 4 gourdes art
Cap, ledit Sieur i'offre a trois, Tranc de port, dans toute la
Colonie, par I'arrangement qu'il a pris avec M. Lorquet,
Adminiftrateur general des Poftes. Mr" les Habitans qui vou-
dront fe procurer ledir ouvrage pourront lui crire, en affraai
chiffant leurs lettres & le port de 1'argent.

On trouve toujours a 'Imprimerie Royale de cette villa
les Poudres & Elixir anti-fcorbutique de M. Caftillon, &
chez ledit Sieur Caflillon au Cap.


NOUVELLES DIVERSE S
A LL E MAG N E.

II exifle maintenant en Allemagne quelques Albios, ort
cite particulierement un jeune ouvrier de Wirzbourg : ces
homes ont ete confidirks pendant long-temps come une
efp&e particuliere, on te peut plus douter maintenant que
l'althration de feur couleur ne provienne de quelqu'accident
don't les naturaliftes n'ont pas encore bien developp6 les
causes.
Les cheveux de cet ouvrier font entierement blancs, fes
yeux font rouges come ceux des lapins, tournant conti-
nuellement dans leur orbite & ne pouvant fupporter la
lumiere; il lit dans 1aobfcurite & diflingue les plus petites
pies de monnoie.
Un autre Albinos, nonmmr Gafpard Watmuth, demeun-
rant a Rttershavfen eft marik depuis 2. ans, il a trois
enfans, mais aucun d'eux n'eft attaque de Ia maladie de
leur pere; un parent de cet Albinos qui en eftc element
atteint, demeure a Saltahl; it eft age de 5o ans & marie;
fes enfans n'offrent rien qui announce cette maladies mazi
on ne dit point quelle eft leur couleur. 11 y a plufieurs
Albinos a Saint -Domingue il feroit intereffant de favor
s'ils ont eu des nfans & qu.e eft la coulear de ce
derniers,









.'~r~ V ~ ~
I ~ j'' '~~ -


SA


IN


T-D


OM


ING


U


Eo


SITAT des PERSONNES qui jouflFent des penflons accordees aux PERES de DOUZE & de DIX ENFANS.


Pierre
Fran ois
Jean Baptifle
Franqois
Paul
Antoine
Jean- Baptifle
Nicolas
Rene
Jacques Benoit

Julien'-Elizabeth
Louis Francois
I'ranpois
Lazare Elleriot
nrnne Piuchoa
Philippes
Jecques
Pierre
Antoine
Louis

PERES de 2p


NO MS.


Ballon.
Beuzelin.
Bonfeigueur.
Bouche.
Bouch6.
Bruile.
Dangluze.
Deliot.
Defmotiers.
EdeZine.
Ferriere.
Fongravier.
Girard.
Jabonin.
Lachapelle.
V' Lehoux.
Monfnihr.
Reboul.
Samfond.vicard.
Sonty.
Sonry.
V, Sterleh.


BEiES de Zm Enfans blancs, a 5ool.paran.


DOMICILES.


atn.


DOMICILES.


Gallets.
Cap.
Charbonni&re.
Q" de -Limonade.
Port-au-Prince.
Hauteurs de Cavaillon.
Baie de Merle.
Plaifoance.
Sainte-Sufarnne.
Fefle.
L'Azile.
Fond 4e lourlin.
Fond de 'fl-"-Vache.
Rofeawta.
Q" S. LOUiS ?ort'dg-P-ix.
Q"de Jacmel.
Sainte-Sufanne.
Sainte-Sufanne.
Gros-Morne,
Port-au- Prinice.
GPo Rivi.-e de Jacmel.
Torbek
Trou-Bordet.


Thoma

Vir.cen
Guiilla
Polyca
JeanmB


3er:tra
Adrien
luliea

lofep?
rpan-3
Pietre
Louk
'Gabr

Drouil

Jacqu e


LES NOMAMES.
Baaug,.
is Bernard.
eritt Bertheui.,
it Bleakley.
ume Blin.
r.pe Ve Bonnefn.
Caradie Ve Begom.
aptifte. Chopin.
Ducatel.
nd Dtouet.
Faignant.
Lefevre.
ai Ke fali-n.
i:. flfe Lanoi,.
Lefpinaux.
'Laporte.
l Mai.
Maffe.
lard V ,e Moret.

Porrie.
s Robion.


PERiES de z o Enfans blancs, a 750 1. par an.


NO MS.


Antoine

Antoine
Antoine
Jacques

Jean




Pierre-Henry
Pierre
Th.refe-Julienne

Jean Baptifle
Rene'


Aubry.
V' Berquier.
Cazeau.
Darbouze.
Delahaye.
Delaroque.
Gonrier.
Gournay.
V* Guirand.
Labiche.
Lacaitagne.
Letellier.
Magnan.
Perrodin.
Petit v' Druilhet.
Silly.
Sperrier.
Voiffier.


DOMICILES.


Grand-Goave.
Q' de la Grande-Aife.
Abricots,
Marche-a-terre Torbeck.
Cap Dame-Marie.
Les Anfes.
Cul-de-Sac.
Marmelade.
Fond-des-Negrt.
Cavaillon.
Dondon.
Grande-Rivibre.
P* Riv. de I'Artibonite.
Q" de l'Artibonite.
L'Abaccou.
Corail de la Marmelade.
Gros-Morne.
Ouanaminihe.


PERES de to mnfans decouleur, 5o00o 1. par an


NOMS.


LZS NOMMIS.


Thomas
lJofeph
Jacques
TPierre
Franqois
:Francois
Jean-Baptifte
Pirre-Louis

ueleis
:Barthelemi.


Bernard.
Boiffonniere.
Cameaux.
Celim d. Cargi.
Dufap.
Miller.
Minego.
Peyflon.
Ran V' Jh.
Vancot.
Ybart d. Bertole.


DO MICILIS.


Borgne.
L' Itang.
Boucaffin.
Hauteurs de Jacmel.
Q4 de cypierre d" Afes
Gde Rivir&ee Jde mie.
Q" du Grand-Goave.
LUogane.
i" de 1'Abaccou.
Gros-Morne,
Q" de Saint-Marc


t


11


I


li
I '
; '-
t
^


1 0 M S.


AMSSIEU AS.


L Enfznsdecouleur, a t oool. par


Aiec Pertlaffon de MM. ki Gdnlrat & Intendant.
gjg~phi~ifclf~fltM~g"


AU PORT- AU PRINCE, DE ''IMPRIMERIE ROYALE.


[]




I


In


IlI I I II I [ m i


A 6 IIM R M '-A


Pilate.
Quarter de Plaifance.

Cap Dame Marie.
Ravine-aux-Laquals.
Q" de la Grande-Rivibre.
,Abricots.
Roche-a-Batean.
Plaifance.
Borgne.
Fond de I'Lile-I-Vache.
Bayardel.
Grand-Goave.
Q" de l'Etron-de-Porc.

Gros-Morne.
Nipes.
Q'r du Gros Morne.
Anfe-a-Juif.
La Falaife Port-de-Paix.
hAdm.
Au H U idu Dondon.


m


!


I


II

















'1


I
'''I


.




___ ~ rnL~~W=L*-* .. -~ -


N06.


S3

'0 WAO4* *A .. MZ'. AV #%
.~.. ^i< II *' ** '* !
Q^ g;ii-5'7~iiTi'* nS ~ti^'iyitdrfnir'? ^' *II^-^" .>._.


AFFICHES .


du Samedi i9


Poids du


N 0 U V E LL E S


T u R Q


. 4 once.


DIVE RSE S.

U I E.


JjE D:van n? pouvont pas prenire plus mal fon temps,
dit I Courrier d. i'E.irope, no 24, pour fecouer-l'efpece
'e jong quo 1'!i avoit imnpo6 la R iffie par le traite de
Kai .nargik & il ne feroic pas imnooffib!e dans 'etat onu
ion les chfes de vo;r le CroiiTant abattu les Turcs
expulf6s de I'Europe, & les fjp rb's & fcrtiies provinces
qu'ils y pofsedent, partag'es entire les deux Empires qui
depuis fi long-temps les convoitent. Tous ces evenemens
font pies d'4clore & ils donneront une nouvelle face a
I'E.iopq. Dans tous les cas fi les difputes ne s'arrangent
pas bientt il y aura bien du fang repandu avant que
les chores aient repris leur afiette & que les nouveaux
inrerts qui doivent naire de ce bouleverfement ne foient
etablis fur une bafe fite. Puifque c'eft la Porte qui a voulu
abfolument commencer la guerre, il feroit trbs-poflibe que la
France l'abandonnat aelle-mime, & qu'elle trouvat dans I i
pofflion de l'gypte ou de quelques Ifles de l'Archipel, un
equivalent des facrifices qu'elle a fouvent t obL.g4e de
fire pour emp&cher la ruin, d un aliie qu'elle a toujours
protege, & qui n'a jamais risn fait pour elle. La fin du 18'
fiecle preiente un chaie de rvolu-ions au moins aui i
imnportantes que l'ont ee celles qui font arrives a fon
commencement.
En meme temps que la Por* deClaroit la gierre 'a la
Ru'fii, on arre:.ot les navires Ruffes q ii fe trouvoient
dars les diff'rens ports de l'Ernpire O:toman, mais on a
ifme das cene occasion de mnagernens qui avoient ete
jufqu'alors inconnus c h'z les Mufulmans.
Suivant q,',-lq!.es ra.por-s, les Perfans mdcontens des
progress dos f Rie fur I mer Cafpienne, ont pris les armes.
Ce e diverfion f-roit s'-favor.ble a la Porte.
On prte't-- mu. lte (G rand-Vifir a oblij les Miniftres des
PoiT.nc'es Eirop..-non :a declarer par &cit ai nom de
leurs C.ours refp.:dives fi la Porte pouvnit coinpt-r fur
lur n ,triied. ()ie les Arribaffaieurs d. France ,d'Angle-
terre de Prufl', d'Ef" :'e & de Sutde fe font &c6as
.eutres fans aucune dificulr6', mais que le Baile de Venife
n'a donn cette dcl'irati *n que fous la referve qu'elle feroit
ratifidte par le 65n?t quoe 1'Internonce doe 'Emnpereur
anr n i qu'il ne i gatoic (itln qu'aprcs eca avoir rcgu
lordre fonnmd de f, Cour.



.


ME R ICAINES,


) Janvier 1788.



A L L E M A G N E.
Extrat d'i ne Lettre de ie.nne et date du 24 O0 bre.
c Nous vcnons de recevoir des details exaL.s par la
vote direle de Cherfon, du corrbat qui a eu liLu centre
une fricgate Rufie & ine accadre Turque, ccmpo.fe do
I7 bktirnens de cdifhrentes forces. Ce combat fait le plus
gr.;nd hcrneur au pavilion de S. M. 1ImpFratrice de RP.Lf!,
atffi Hen que la mazniere count clie vient de dbutcr
dans la prefente guerre. II n'efz pas pcIfble de ccr.cevcir
qu'une fitgate tomrbee au milieu d'une cfcadre qu'elle
n'avoit point reconnue pour ennemie, ait pu trouver dans
fon equipage affez de valeur & d'hjailete pour Ccarter -s
ennrmis, fe deglger, & fe retirer apr-s avoir coule has
plufieurs batimens Tutcs; auffi l'on affure qu'elle 1 ftrentrer
darns le port criblee de coups & fort endomrmag ,e dans
fes agibs ".
cc Vcici I''tat des forces que I'Empereur fait raffctrdIer
pour couvrir fes ttats -u co de e a Iong-ie, de la T in-
filvanie, de la Buckwine & de la Galkcie; elles formcront
une armc-e qu'cn qulifie d'armie d'obfirvaton in grand
& deux petits cordons parsrc. L'armee d'obfervavion qu'on
place du cote de Peterfwaradin, fera forte de 36 bataillons
& de 76 efcadrons. Le cordon le long de la Save & du
Danube, feia compof6 de 37 b.:aillons & de 16 efcadions;
le corps qui ccuvtira la Trar.fi'vanie, de :L. efcadrons; enfin celui de Ia Galicie, don't il y aura
S n dctachement en Buckwine de 7 bataillons & de ia
efc-drors : ce qui fait en tout 9-2 batai!lons & 126 efca-
drons. 11 f ut ajouter Ics canor.niers, bcmbardlers, f'ofn-
torf4ers, &c. Y.
II n'eft plus queftion ici des troubles des Pays-Bas;
la tr,-rquhille, ccmmre on 1fiTure, doit y e!re retablie
la fati.faation de S. M. I. ainfi qu'a cAle des t;i:s de
totes ks illes de Flandres -.
On parle d'une nouvelle Ordr-cnance, qui, dit on,
efct n pr(jet, & par la ,i':c is enfans naturels poraeront
Ir noin de icur r-; Iofique celui;-cr (era connu ils fccce-
derotit fcs bins vc ls ec.far.s 1",,iime i exceptionn
,r ,, c ,
ces fis, dont ils h.iteront cepcndant, d.faut d'h1rinners
legitimes -.
1 T A L I F.
L'eruption du Vefuve con;nuce, dit tine lettre de Naples
en date de la fin de Setenmbre ; la lave couple dans le
S v'a!cn de Vetrana oh beaucoup d'etrargers fet rendent
pour voir les eflets de rl'ruption.
Le Saint-P..re a ncmme M. le Duc de Ltxwem'bourg la
place de Syndic general des Capucins de Fiance don't
mtoit pourvu M. le Marquis de 1Pavlmy.


il


' 1


4




________-_,-- -U


P ior r N c E I E -S.


L'AffembH4e geaerale des tats de Hollande a expedie
un expres a i'Ambaffadeur de la Republique, en Fiance,
pour informer S. M. T. C. c que les troubles entire cette
province & Monfeigneur le Prinze Stadhouder-Hereditaire
ont 6te heueufement te mines; que S. A. S. a ert retablie
dans toutes fes digni:hs; qu'ainfi la fatisfa tion demanded
relativement au voyage de M e la Princeffe d'Orange,
alloit auffi s'arranger avec la Cour de Berlin ; que par
conf6quent n'y ayant pius d'ennemis dans le pays la
roiolution du io Septembre ( pour-demander le fecours de
la France ) ceifoit d'avoir fon effect; que L. N. & G. P.
avoient cru devoir en donner le piut poflibie avis a S.
M. T. C. ne doutant point qu'elle ne prit a cet heureux
retabliffement de la tranquillity dans le pays cet inteitt
qu'elle avoit toujours montre qu'ile mettoit 'a offerr la
difcorde, & a avancer la prolperite de la Republique,
pour lequel effet l'affeion de S. M. !zw ir.ui toujours
infiniment agreable ,.
La PiMnceie di'Orange s'etant expliquee fur Ia fatisfa^tion
qu'elle demandoit relativement aux empechemens qu'on
avoit form's a fon v6ycge a la Haile, L. H. P. refolurent
de la lui accorder ; en confIquence, I7 Membres ou
MinIfrecs de la Regence ont donned leur demiffion mais
que!ques ours apres, ces Ofliciers ont repris l'exercice de
leurs charges, & ceux qui en avoient ete pourvus fe font
retires.
La ville d'Amfterdam s'eft effeLivement rendue a i'ar-
m6e du Roi de Piuffe, come nouis l'avoris dit pr"ecedem
ment, mnais c'eft plu,6t une foumiflion qu'une conqu6ee,
ainfi qu'on en pourra jvg r par la capitulation que certe
yiile a faite av.c M. I Duc de eBrunfivik.
Capitulation d',Aiflrdam.
ART. 'f". Les Tioupes du Roi prendront pofTeffion de
la potte de Leyde, en y plazant un d6~:chement de '1o
homrnes, so chevaux-lIgers, 4 houfards & il fera place
fur le port une piece de campagne & deux pieces de
bataille.
2. Deux bataillons & des chevaux-legers front mis en
garnifoh a Overtoom.0
3. Aucun foldat des troupes du Roi n'entrera dans la
ville fans avoir aviparavar.t obtenu la puriniflion des
kagift ats, afin Ldene dinner aucun Iretexte de troubler la
tranqujilite du peuple.
4. Les Bourgue-Mefires & le Conftil de ville prendront
les mfures propres a s'ailurer des eclufes des portes de
Haarlem & cd: M; yden.
1. II faut qu'on -n'iforms tous l:s jours & ('une
maniere 14gLle, jufqu'a quel point les refolucions de I'Ltar,
auxquelles la ville d'Amile.data a cofenti auront et-
mifes a execution.
6. On fera part a M. de HLaren mon CommifTaire,
de tout ce qui regarde le d6farmement du people afin
qi"'il puiffe m'en rendre un-compte exaa. Fait Overtooin,
le 1o Oobre 1787. Sg-,, G. F. Due de Bruni/wck, FDedel,
Bourgue-Mefires, Elias Ernant( Dicker, Confeilier d''ta'.
Le Rhingrave de Salm qui a abandonne la vilie d'U recht
& quiena bloigne la garnifon, eft pourfuivi par L. H. P.
ccmme deferteur. On ignore o'i il s'eft retire : les tbats-
GenXraux Font fait reclamer chez les Cours Etrangeres.
Le Stadhouder ne parcit pas jufqu'a present avoir fin-
tendon d'..bufer de fes avantages, mais ceux qui fe piquent


de vedr jifle en polt.que, font pe:fuades que cette circoAf.
tance eti pour lui l'epoque d'une augmntmaLion de Pufilane,
cui reduira les Provinces-Unies a peu pres u regime e.
tats mona:chiques, quoique fon iouverainr ne porte ps
le titre de Roi.
11 paroitra peut tre affiz fingulier a la pofhirith qu'.
peu pros dan s le m.me-temps, que.le Gouvernement R6pu.
blicain a triomphe en Arpirique du Gouveinement monar-
chique, celui-ci a fon tour a obcenu en Europe des avan.
tags fir 'autre. Mais comme-le dit Montecjquica, routes
les fccietes tendent au Monarchifme. II n'efi pas une feule
compagnie d'individus quelque nombreufe ou queique
petite qu'elle foit, qui ne fubiffe, apres un temps plus oa
moins h ng, felon les circonflanc'es, la loi d'un feul, oU
du moins qui ne fifive ies i'des. D'apies'ce prindpe, on
doit s'attendre a voir le petit nomnbre de R-eubliques qui
exiflent encore difparoiire de la fcene du monde, pour
etie converties en ktats monarchiques & moins de cent
a;s fuffiront peut ,tre pour operer cette revolutiwn danw
les Eataa Unis.

GRANt DE-BRA TA GNE.

Le Ge:!eral Advertifir, ci:e par le Courrier de 'Europe,
n0 24, done comme authentique l'extrait de la Lettre
fuivante:
II n'y a pas long-temps que j'etois a Breft. Quoiqu'on
ne permit a aucun 6trarnger de voir le chantier, & qu'on
eui faith fortir de la ville plufieurs Angiois, auffiitt apres y etre
arrives j'ai ca le bonheur de pouvoir enii.r par-tout; j'ai
vu que ,es. Franiois equip&ent dans ce port fix vaiff aux%
de Lgne doit i'un ef du premier rang, & qu'ils e cbfti-
truil.ent una de i30 cano,.s, qui fi.ra le pius grand que
I'on ait encore va ;.
U;.e Gaze t- Angloife [le Morning-Chronicle ]aiTzre qu'il
y a eu une convention particuliae fignee & changee entire
M. Eden & l Mitnifthe de France, qui porte qu'a i'avenir,
en cas de guerre entire kIL deux Couronnes, .cs b'tirmer.s
employLs conmMe pzqutbuts, pour porter des tires ou des
avis dans Ls Colonies ne front point fujets a dtre pris
ou ar.tc.s, & porierom pour cet effit un pavilion diftint
& particuliur, qu'il ne fera permnis de porter a aucunautte
ba'imcnt dCs deux Na;io>T?.
On voycit 'a la fin d'OWobre fur la Tamife, un bati.
meant charLonnier venant du nord, entierement equipe pzr
des feminmes. Eles ont co: ftmnment fait la manoeuvre depuis
le ePart dee e bitia-ent jjiqj'a fon arrive dans la rivitre:
le Capitaine feul 4toit h rame.
a Un des Meffagers d'Etat, expede6 par le Sieur E.en,
Env6ye Esxraordinaire & Miniire Pli6nipotentiaire a la Cour
de Ftance, ei arrive le 9 Otobie,au Bureau d i :,ar qtis
de C4armarthen avec la ratification de la conve; tion fign~k
le 3 1 Acut d du 13' article du dernier Traite de pair. Les rdfi.,tiors
de Sa Maj ft1 Ti 's-Chretienne, & de Sa Matj-:fte Brirar.-
nique avuient 6t6 eharngecs A V .rfailles, le 23 Septem-
bre. [ Gaptte de France, n0 8t ].
Nous ctoyons a propose Sde remettre fous les veu't d
Public, I'article 13' de ce Traite, pour mieux fire corim
prendie l'extrait qu'on vient de lire.
Article xiii du dernz ir Tratc' de pvaix
a Le PRo' e la Grande-Pretane re tucra i. S. M. T.C
ptcus les 'tabliffemens qui lui pparit.,. au com:u.1en





F R A N C E.


Cope de la Lettre de M. 1'Archeveque de Touloufe, a MAtM.
les Dirceaurs de la Chambre de Commerce de Bordeaux.
Verfailles, le 18 Oaobre 1787.
a Voas ne devez pas douter, Meflieurs, de 1'attcntion


Oceiment de la guerre preCid"', f-r la cdte i'Oxa & dans
)It, Benga!e avec liberty d'entourer Ch... dernager d'un
fobile pour 'ecoulement des eaux; & S. M. B. s'5uA. e a
a preadre les mefures qui peuvent etre en fon pouvoir, pour
| dfOrer aux fujets de la France dans cette partie de l'nde,
S aulift que fur les cotes d'Orixa, Coromandel & Malabar,
,! Lan commerce fur, libre & ind6pendant, tel qu'il fe faifoit
SIpar la derniere Compagnie Frangoife des lades orientales ;
a foit qu'iis le faffent comme individus, ou qu'ils fe foi-
meant en compagnmeu-.
S U.ae femme voulut dernierement faire voir a un de fes
enfans, age de 3 ans, la menagerie de la Tour de Londres;
;;| : ayanr approche de trop pris la loge d'un lion qui paroil-
? foirt ort tranquille, Ianiinal allongea la patte funitement,
>!1 & faififfant I'entant avec fes griffes, il l'arracha a fa mire ,
;* & Ie ferrant de fon autre patte, il le preffa centre les
barreaux de la grille, en cherchant a le faire paiTer au tra-
vers. Les fpe&ateurs refitrent immobiles & glacis d'effroi,
A fans favor quel part prendre pour fecourir i'enfant, que
'3 fa mere 'perdue voyoit piet a ecre devore. Ce malheur
fut prevenu par le courage d'un Etranger qui faifit I'enitKa
& qui, malgr6 tous les dangers qu'il couro.t lui-rme, en
voulant retire la proie a cet animal feroce, parvint a la
lui arracher. Les rugiffemens du lion qui fe jenta plufieurs
fois avec furcur cocutre f;i grille, quand on lui eut arrach'
l'enfant, firent neinable: juiqu'a fon gardicn.
L'cnfnt a reca deux larges blkffiires, une de chaque
coie de la poitrine mais l-s chairs feules ont Ct. dkchi-
es, &les griffes n'ont point pene. Ua Chiuren appelie
fur le champ 'fe late de gusrir les plains.
Le r6cit de cet evenement fait fremir, & les pays oht
fon ne voit point d'animaux tels que ies tigres les lions, &c.
doivent fe trouver tres-heureux : Saint-Domingue eft dans
ce cas : la Nature n'y fait naitre aucun animal dangereux ,
& les LAbi:ans devroient bien s'accorder pour empecher
4u{on y en introduisit. CeFendant on vcit fouvent des tigres,
Port-au-Prince & du Cap. Si ces animaux s'&happoient &
venoient a fe multiplier dans nos fowets, que de foins
de peines, de d.penfis ne faudroit il pas enfuite pour les
de'tuire? On ne fait pas affez d'atwention a cus iaconv'l-
niens qui font moins a craindre en Europe parce que ks
,for:s font plus praticabls & qu'on a des moyi:s de
chaffe que noas ne polffdons pas. Ces moyens nmcne ne
font-ils pas quelquefois infuflifans ? On doit fe rappeler
qu'bne Hyenne caAifa, il y a une vingtaine d'annces, de
gran-ds ravages dans le G.vaudan, & que les eqipag:s
Ce chaffe, envoys par le Roi, eurent b.aucoup de fia:e
a *etrjire ce fcroce animal. Obfervoas aufli que la piop -
ga ion de ces animaux feroit d'autant plus prompie & d'au--
ta it plus certain 4 SAint Domingue que notre climate ci
analogue aun lieux cu ils font natur-'s & que nous n'avons
p's d'hvver pour les fire mourir de fioid & de faim.
Enrichii'o:s nois de planes 6trangeres & bienfjifantes,
d fuits magYnifiqies & favoureu-i mais laiffo::s les monrf-. s
f~roces dans les deferts de I'Afrique & del'Ameiiquem-
idionale.


. .. . .. . .


du Gouvermcment a veiller 'a fes'int4ets. Des frigates 'art-
mnent a Brit ; & ii malheureufement la guerre devoit avoit
lieu, ellks prot.gruo ont vos expeditions, foyez en bieri
affures, & comptcz en particu!ier fur mon zle & mort

c Je fuis bien fincersment, &c, .
Si; 5, L'ARCHEVEQUE DE TOULOUSE,

Extrait du Reglement fait par le Roi, le 9 Oobre, portant
itablijfmernt d'un Confil d'adminiflration du Departement
de la Guerre, fous le titre de CONSEIL D LA GUERRE.

Sa MajefIb ayant examine avec la plus profonde atten-
tion, tant 'e6tat present du department de la guerre quce
les divers changemens qui fe font faits dans cette branches
d'Adminiflration, depuis fon avenement au trbne Elle a
reconnu que fi quelqucs-uns de ces changemens ont intima-
ment amelior6 la conflitution, la discipline & l'inftruffioi
de fes troupes, il refle beaucoup de points important qui osrc
encore befoin d'ezre perfElonnes, beaucoup d'abus qui font
fulceptibles de reforms beaucoup d'ob)j .s de depcnfe out
de comptabiiite qui peuvent etre ;eduits ou clair&s ; que
le fyftime politique ds autres Puiffances militaires de "Eu-
rope, 6:ant ma:ntenant de tenir leurs armies toujours pre.es
1 entrer en aEtion, il eft n6ceffaire pour la digr.nit de fa
Couronne ainfi que pour 1'honneur de la Nation, qu'Ele
mette fes forces fur le memne pied; qu"Eile peut fe livrer
d'autant plus volcntiers a leur donner cette nouvellz difpo-.
fition, que bien loin qu'il en doive refultcr une augm:n-
tation de charge pour fes peuples, ce fera aux d'pers des
abus feulement, & par un ordre mieux en:endu, qu'elle
opera cette amilioration & que l'exc'dent des conc-
mies qui en rfiLleront, produira encore ,tant pou le moment
qu'6ventuellement, un grand foulagement pour fes fir.ances.,
Sa Majefe1, confidarant.en mcme-temps que pour parvenir.'
dans ladminiflration du department de la guerre, a ua
double refultat aufi important & auffi avan:ageux il re
fuffit pas du zle & du travail d'un feul home, qu'il
faut appeler autour du Chcf de ce departem:.nt ls idees
& les fecours de plufieurs Militaires 6claircs; qu'il n'y a
qu'un Confeil air.fi compo.e & conflitue d'une mznilea
permanent, qui pulffe creer un plhn, fair de bons r6gle-..
inens & fur-tout en maintenir l'ex&cu:ion, metwe de la
fuite dans les projers, de l'conomie dans les depenfes, de
l'ordre dans la comptabili.6, empecher la flu&uation con-.
tinurle dans les principles, oppofer une digue aux priten-
ticns & aux d:mar.ds de la faveur, & enfin donner uns
confiafance & une bafe a l'adminitfration du dFpartement
de ia guerre; Eile a etabli & ared ce qui fuit.
[ Ce Ri;Ament efl conmpofi d 28S articles, do It r.o:s ne
powaos f'aire connoitre qiue qudques-u-tis .
t Sa AMaj h cree & etablit un Confeil permanent d'al.
minif-raSion du department de la guerre fous is tire
de Co fidl de la guerre.
L'adminiflration de ce Departement fera ainfi, a l'avenir
par:agee entire le Sccret, ite datat de la geitre, de manitere
que le premier rtfte charge de toute la parnie active &
executive de l'adminiflration, & que le Cojnfeil de la guer:e
le foit de toute la parties le'ifltive & confultative. Sa Ma-
jeft6 deraillera & fitera ci-aprcs, d'une maniere plus p:t-;
cife, les fonaions & les limits qj'E'le leur affigce.
2 Le Confeil de la guerre fera compofe de huit O0?1>
clers Generaux, & d'un Ofiicier General on Sup~tieur ,
qui fe.ra s fonr.icns de RaPRppcrtt.ur & de -.'eur., f: (&








6tireaton imnimdiate du Confeil. Entend Sa Majdtu que la
Preulence du Confeil, foit invariablement attach4~e la
cha:g- de Secr6taire d'Erat du department de la guerre,
ce quelque &rat & de quelque grade qu'il puil(e tre, fon
S:cC ainic d'l'tat devant etre regarded corner fon organe &.
fon reprefeniant dans ledit Confeil. Aifi la tc.,ire des
vcix du Confeil de la guerre fera de or.,, y compris la
voix du Rapporteur & celle d.' rri;dent.
4" Sa Majefle nommera feule, cette fois, les Officiers
G ~,nraux qu'Elle aura choifis pour la formation du Con-
ieil de ia guerre; mais voulant affurer de plus en plus la
Farfaite compofition de ce Confeil, & fentant que les Corps
tui fe regenereat eux-memes par la libre nomination de
leurs Membres, ont un grand intbrt a fe rendre fiveres
fur leur choix autorife le Confeil de la guerre a lui pro-
pofer en cas de vacances, trois fujets flus par la voice du crutin ,
dans le nombre de tous les Oficiers Gineraux de fon
armee, entire lefquels Sa Maj.ft. choifita celui des trois
ujets les plus convcnables.
Sa AlMjtff. regrette que les raifons fupeiieures qui la
d 4terminent a afieer a jamais la Prefidence du Coniteiil a
la charge de Secr&taire d' tat du cepartement de la guerre,
1'empchent, dans la circor.flance a&uelle d'appeler dans
le Conf'eii de la guerre, quelques-uns de MM. les Marc-
chaux de France; nmais Elle ne ccmpte pas pour cela fe
river de leurs lumieres, & Elle fe trferve d'y avoir recours
quand Elle le jugera n&ceffaire, & ainfi qu'il fera indiqu.
ci-apzes
14 Le Secretaire d'1itat de la guerre, confervera exclu-
fivement dans fa main toute la partie active & executive
de 1'adminiftration, & ainfi, par confequent, le travail avec
le Roi & avec le principal Minif-ce les rapports a faire
aux Confeils a~luels ou autres que Sa Majefh jug.ra a pro-
pos de former; la diredion & la difpofition de toutes les
inefures relatives a la guerre; la correfpondance avec les
G'n&raux, Commandans de provinces, Intendans, Com-
mazdans des divisions, Infpeaeurs divifionnaires, & g'ne-
ralemen: tous employes militaires ou relatifs au militaire.
11 confervera pareillement la proposition a tous les emplois
& 'a touts les graces du department, de quelque efpece
qu'elles foient, en demeurant toute fois affujetti aux pria-
cipes & aux rigles que Sa Majeft' a deffein de faire pro-
pofer inceffimment, a cet regard par le Confeil de la guerre.
ULe Confeil de la guerre fera charge de la confec-
lion & du maintien de totes les ordonnances, de la con-
noiffance & de la difcution de 1'emploi, ainfi que de la cornpta-
Uilite de tous les fonds affed's au d.pirtemrent, d& la con-
tralhtion de tous les marches, de la furveillance de toutes
les fournitures ayant rapport aux troupes ; il fera 6gale-
iment charge. de maintenir l'obfervation d,.s principles & des
re.?s q'.ie Sa Majpft' va etablir pour la difpenfation des
emplois & di routes les graces militaircs ; & 'a cet eff.t ,
poir q,-e le Confeil de la guerre puiffe nie ien igi noer de
c qaui fera fait i cet egird par le Secretaire d'ttat,
& 4claiZer Sa M'ajefte, fi ton Minifre s'Xroit ecarie des
'rg-es & principles qu'elle aura fixs le Sucretaire d' (it
f;,a tenu de donner communication au Confeil de la guerre,
de toutes les expididions qui auront ;:, faites.


T7 Enfin; tomnme une admInifrat!n cciairfe dolt tou.
jou1s etre en mouver. pour s'ambliorer, le Confeil d
la guerre ecrn.rra tous les ans, a fon choix un ou plutieurs
de .,, rMembres, pour vifiter, tantro dans une par-i' !
royaume, iant6, dans I'autre, fans que cela foit annorne
a f'avance, les troupes, les garnifons, ks camps d'nmtlue.
tion les places de guerre, ies h6piraux les etablffintrns
de vivres, .& autres etablifferens militaires de tout genre.
Ces Membres du Confeil de la gurfe,: porteront, f-etndant
la duree de leur commifiion,. tl titre de Vifiteurs G-ne.
raux, front revetus de Lettres,de fervice dans leur gradd.,
auront le droit de prendre connoiffanct de tous les opkeis
indiques ci-deflus, fans potivoir 'toute fois donner autun
ordre, & ils rapporteront au Confeil de la guerre des mr.
moires detailibs lur les trfnfgteffions, negligence ou abus
qu'ils auront reconnus dans Itur tourn6e, aifi que fur les
changement qui leur patoitront avantageux i introduire.
ib" Le Confeil de la 'guerre pouria aufli quand il Ie
jugera a propos, envoyer avec Ia paermiflion du Roi,
loit des Officiers generreux choifis paimi fes Membres, foit
des OfiEciers qu'it choilira dans 1'atmee pour voyager
c'ans lks pays &i;angers en connoitre les armees, ob:ervr
lhurs methods, leurs principles les computer aux ru,
& rapporter ces conm.oi'fances au Conieil de ia gueirre,
en forte que ce Conleii foit toujours en a&ivite d'oblervd.
tion & de travail, pour perfe!tionn,:r de plus en plus I'art
& la conflitution. ( La fi.n a tordnm.ire proch/.in ).
Le Comte de Brienne, Secretaire d'iat du department
de la guerre, Prefident du Confi-il de la guerre, a eu, le
28 Ottobre I'honneur de prkfenter au Roi les Otliciers
generaux qui component le Confeil de la guerre. (.e lont
le Sieur de Gribeauval, le Comte de Puyjegur, le Due d'
Guines, & le M marquis de Jaucourt, Licutinans G.rinhau.
dcs armies de Sa Majefe ; le Sieur de Fourcroy, le Conite
d'Ejlerhary, le Marquis d'Autichrrmp, le Maiquis de L.m.
beit, Marichaux des camps & armi.'es de Sa Majefi, a
le Comte de Guibert, Brigdier des armees du Roi, Mdeth-
de-Camp du rgimnent de Neullrie, qui eft Rapporteur du
Conieil. UIs ont enfuire eu 1'honneur de fire leurs rv-v&
rences a la Reine & a la Famille Royale. ( Gaitte Je
France n8I 7 )
D u PORT-AU-PR jN c r.
Extrait d'une Lettre de Bordeaux adrerfe au Ridaletur,
en date du to Novembre.
i Je vous anncnce la paix : les armrngemens entire Ia
France & l'Angleterre ont Cte fignes a Verailles le 27 'i
rnois derietr. 11 y a des Commiifaires nommis de part d&
d'autre pour ctre temoins des defarmemens. M. de Sougaiu-
ville & deux autres Oiliciers generaux paffent I cet fitt
en Angleterre. On ignore encore les terms de cet accoma-
mod.-mer.t. Le Rci de Prufle demand so millions de
flois (") 'a la ville d'Amiltrdam en dcdomm.agm,=nt
des d6e:sit.'s que fc;n armnie lui a caufees ,
Nous ne p.uvons tarde'-r a avoir quelque nouvelle p'us
auth':nti;ue a donner au Public.

(T) Le j.f:in vaut 2 liv. fous 9 ae:;. tvurnois.


Avec permifon ade A M. le Gindra l & Intendant.


AU PORT-AU-PRINCE, DE L'IMPRIMERIE ROYALE,








+40 f
- -a


3CrNO


AFFICHES


7 .


AMERICAINES.


Jeudi z4 Janvier 1788.


A rivie


Frangois.,


LAogane, le 13 Janvier le Caribou de Nantes,
capitaine Jacques Franqois, parti le 16 Novembre.
Total des batimens francois arrives a Liogant depuis le
,e Janvier, t & des paffagers .....
(11 y a dans le port 4 b^rtimens franqois de long course .
A Jr&niie le lo Janvier la Laitibre, de Nantes,
capitaine Authon, parti le 5 Oobre.
Total des batimens fancois arrivds A Jirdmie depuis le
t" Janvier, i, & des pafzgers.......
A Jacnel le -3 Janvier le Samfon de .Bordeaux,
capitaine Delofte, parti le 30 Oaobre.
Total des bitimens francois arrive's A Jacmel depuis le'
t' Janvier, i, des paffagers ......
A Saint-Louis, le 2s D cembre, ih Sufette, de Bor-
deaux, capitaine Huguet parti le Septembre, ayant
touch "a Aquin & a Jacmel.
Total des bdtimnens frangois arrive's a Saint-Louis depuis
e t"' Janvier, i, & des pa.fzj gers.......

Prix courans des denries coloniales, au Port-au-Prince,
le 24 Janvier 178b.

SIcre blanc premiere qoalitb, 64 68 1. feconde, 54
5 8 1. troifihme, 48 2 y 1. focre brut.; premiere quality,
36 h 38 1. feconde, 36o 34 1. rofieme, 27: 3o Cafe
hia vert .o h 2 2 f. 6 d. marchand i o 1..
inferieur i 8 19 f. 6 d. triage 14 "a 16 f, vieux,
premiere qualtite, ....feconde.... trage... Indigo blen
premiiere quat o 0to 1. io f. cuivr marchand, 8 a
8 1. io f. infbrieur 8 1. o f. poufibre 4 1.
Coton,. -241 26:1 I. le cent, fecor~de 35 a 255 1. tfoi-
firne 2.o 1. Cackio', 9 f. Cairet-, 6'6 a 18- 1.

Prix coursins des rmarchanrfes de France & autres, au Fort-.
au- Prin.ce, tle 24 Jnvier 1788.

Vin vieur de BordeauK., la barrique, -5!o 3^0 1.ron-
veau, de Bordaux la L;arriquie, 5o i 16 1. de Provence,
S13La j 40 1. blanc, le tietson, 66 1. Farine de'Moiffac,
Iprein;e're qu litk, le bril, 70o a 75 1. feconde ,o 60 o 66 1&
Commune, 4 L" 60 Huile fine, le panier, 36 a 41 1. corn-
1nune. la cave, 16 a %8 1. Beurre ., la livre, 25 2 8 f.
Petit-Salc', I'ancre 2-4 3 1. "Bauf fal, le bail 89 "


90 1. More, le quintal, qo h ,5 1. Savon, la caiiTe, 36
a 41 1. Chandelle, la livre, 28 a 30 f. Brin, 7-8, I'aune
r~duite, 4 h48 f. 6 d. dito 3-4, ,4 A 45 f. 3 d. Com-
btcrg,- 40' 45 C.' Saint Georges $8 f. Morlaix la
halle, 1450 1 15oo00 1. Rouenfleuret.... Planches de lap,
pied arnglois 30"o 14o 1. le cent, Bois equarris idem.
pitchpin........
Course du Fret.


P6ur


Bor'deaux;


Sucre blanc.
Sucre brut.
Indigo.
Cafe
Coton.


14 d.
1$
36
14
36


Nantes,
i sqd.
1 5
30
34
30


Nkc Rh


le Havre,
15 d.

40
15
48


Marfeillet
14 d.
1$
36

36


At ARRON S.


Au Petit,-Goave le ,4 de ce mois eftlentr& la,
Geole, Pierre, Cor'go, tam:pe fur le (ein gache BESSON,
"ig6 de 3o ans taille de pieds fe diliant appartenir a.
M. Betfon; & un N grillon nomme Polidor, fans etathipe,
ge de it ti ans fe difant appatemnir a la nenmme
Varou'quier, M. L. demeurante dans les environs du Petit--
Goave.
An Port au- Prince le I4 de :e moi Tourmentin;
Quijmrnba et.mp6 FG le reftant- de l'eampe illifible,
au-dleffous on difli ngue R, 2ge de -29 a 30 ans, taille de
5 pieds 9 pouces ayant des marques de fon pays fur la
figure & une tale fur l'ceil gauche fe difant appartenir a
M. Robert au Mont- Roui : le 191, Goman, Congo,
etamp4 ilifiblem'nt fe difant de ihabiVason de Madame
de S.;intar, aux Vafs; & CGfr, Congo, c:ampeDEMI-
CHEL fe difant pp?-,e.ir 6 M. Demichel : IV zo, Jac.
quae, Cogo, tam ,pi ID, f. difant de l'habitation D vi-
vier, aux Fo6s,; Larrent Ibo, 6tampi TROTIER, fe
infant t anoartenir M. Trottier; Muflepha, Congo, &tamp6
D'A, fe dcifant appartEnir i' Mm" Latlemant, en cette ville;
Tobie Mandingue &t4mpn& il'fiblement ; & Atoine) ,
MaNcoua, Iamp6 D'D CHARTRE, fe difant de l'habi-
tation de Mgr le Due de Chartres.


AIIM .4 X


7I AP'


Au Petit Goave, le x de ce mois, il a ere conduir
la G o1e, un cheval fo-s poil rouge,4 tamp6 fur la cuiffe
du co& du montoir P'YZ, ~vant au haut de Ia tte une
marque blanche en frtine de croiffant.
Au Port au Prince -1 de ce mois, un bourriquet
fous poil brun, 6tanmp P : le 16 un mulet fous oil


- m -il%- .- 40im i






,run, etampr fort a cuhie aurant qu'on a pu le :Alin
guer, l4B, & fur la croup illifiblement: le 18, urie mul,
'lous poll bai-bruna, 6tampn e X : le 19, un bourriquet fout.
poil brun, 'tamp" fur la cuiffe, autant qi'on a pa 'l dif-
tinguer D, yant I'oreille droite clabaude ; & un june
idem mTeme poii, fams tapee : le c uri mulet fous poil
bai.-brt.u'ftn, tmp. K, au-ceffu C, abute' qu'oti a yu le
e1ila:nigV.?r.
*----- ------.-^- --. i
S P E C T A C L E.
Lcs Comdien.s de cette vi!'e donneront Samedi 26 de
ce mois, au bencfic- du Sieur Saint-Lccr, une premiere
fcprnfentation d~Ii.Cteit'.S Aftitcai; ou ks. E1.f ts dc Amu3r,
Oplra en un ale tMde.M' Rd..t ,, B.arrd, dani lLequel.I
Itx,.de Z.iI.t, en a fauragercol, fe'a-, remp.i iar la ,e-.
oeifelle Sji..'-Fs:,; I'quyerture. de cet Op C r, laite de tous
airs Creoles, eft de la co:iponfiin du Sieu'r .de 'dileju.,
MuISAieIt.jq Roi., le ea,. c e^ppmueacera par l:; Rac'etu-s,
Op,'a-Comique de & ",d:di entire les deu, piZces, le S.eur
Chistai, Miacicn noqyeila-mient arrve en cutte vil~e, 'exi-'
cit.ra un (once-to de Cois.
Le-i4.nzs (jniaiens donterbnr' Lundi .prichlin 28 de'
ce-moi, ati b cie de Ja D-im Berthier, pn pre:n:eet
Repr4fentuiicn c d lI ,upe r/'.ice, (C e aie e pro
cu .Th"itr' Fran ois. Cette Pi".-e fera fuivie d. li MI'o-
Inmaie, O 'ra-P)o,;fTon en un acre. Le tSp.a ai'ae par le Tutcur duai, battu 6& conatet, .Conmdie du
Th.atr,. Francoii, de Dancourt.
Li Dne 8RcthiQ,' jlo.f d nrjfite fd plus les
fuf ags du Pu'blc, & chapter fa bileIvCIuice, nli .hgigera
I.eno prur s'e. rea red digne': tcoap 'ureufi-fi rc ,le Ioix
da S? c:.c!e.qu 'eiLe a !honneur de aou rfif'.., .e'le peat
vous convaincre de fon z'le & do fa reconnoiiTa'ce. ;
.Le-s Comndizns de LUogane, donneront Mardi prochain
29 du coaran.t at beaefice da Sieur raveroles, pne pre-
uni re Repreientation de Cartouche ca; les .Voletrs,,- Cou&idle
en trois aftes & en profe, de Legtand, orn6e de tout foai,
fpe~acl.3, 'fiiviz d'ntns premiere Reprifentatlon. dc Faux
lord ou le Paco:jlheur, Opera-en. deUi a qes, mufique de
M. Piccii orne de tout foi fpdfacle, & d'une decoration
nouvelle ; dans sequel la Dame Thibault & la jeune Life
rempliront les pricipaux RP'es, & le Sieur Dugud celui
de Lafleur Pacotillear,' Suitfe & Faux Lord.
1-


AViS


D VE R S.


3A la requ.te du Curateur aux vacances, Saint.
Marc, charge' de la fucceflion Jean Diard, it fera le Samedi
i6 de ca mmis, proced6 a la Barre de la Sn&echauff'e, a*
la vente & ali'ldication, au plus offrant & dernier enche-
zffeur, d'ua N ,re .oe Negrefe de jardin, d'pendans
de ladite fuccelfiJn.
3 A la reiqute du Curateur aux vacancies, a Saint-Marc,
dllarse, de la fuceeflimn tenn.ea. lortin:iec iii fera le Sarnmei
9 Fdvrier pirochain, procd6 la Barre de la SSnerhauitke,
ah iaente rU adjudi:ation, au plus offrant & dernier enche-
rilleur, d'une maifon fiCe au bourg de la Pcdte-Riviere ,
dpend.an:a de la-iite fuiceiion.
3 A li requ',e du Ourateur aux valances, SaiLnt-Marc,
chiag6&de-h ia uc.efion Ptrnct de flc'-eg:'d, ilsfera Ie S.anmdi
26 Ara mrni.;, Proe:8Aha I larre de Ia S.inchauff-, a
la ven:e &. adjudicati:a, au plus ofiiant & dernier eichc-.


* r'feur,; d'utt lerran 1ftu Ja Fonda.ton, quarter do,
Go'naives, de Ia continatice de 81 carreatx de terre, dqpe
dant de ladite fuc:elion.
3 M" Dtufou-c & Literal, ayant former foc cit avec ?m,
Jcan & Antoine Gauteyron & Liberal, de I'Arcahaye, foul
la riifon do. Liberal fires & Dtfbturc, ofirent leurs fer.
vices'i M" lfs Habitans- qui votfdromn bien les honorer de
leur confiance, tant pour les commiffions que leur rnzifon
du Port-aiu-Prince cominneifa de' faie, que pour les mar.
chanrdifes & proviirnis- que tiendia cell de l'Arcihaye.
3 Les creanciers d' la fucctlfion du Sieur Louis MaSu.
baillarcq, font invites de la- part de M' Gayot, Curateur
aux vacarces, en ceate yille, -it lui communiquer leurs tires,
pour J" mettre a portee de piocc.er la t6partition des.4.
Skiers qu'l a acifatife appajrtbhans I cette ficcflir V'
3 La Dame veuve de fe M'. Godin de. iil'itfe, via'nt
Avocat en Parlem~-t & au Ccn.c.l Saperieur de Sain.
Domirngue,.p;ie MU" les cieancies de foa mari de vculOir
Lien four, pour Iepocque du I Fevrier prochain, aM'
AMhia1is, PIocureur es Sieges en cette vile, un 6tat de leur
cr:ance., ,tant en principal qu'intCiets & fis. EBile les prie
de fufpendre Is frais. jufqu'a ce qu'elle ait pris connrif-
fan.ce des forces de ha fucceflion & ait piis uw e qaii.,6. Ladite
Dme declare 6dire domicile en l'etude de Mi L i.es,
rpour t6o-:c'l.; .ffaires concra,.t:t la fucccffion de feu fon
maria.
3 En vertu de Sentence de M" les Officiers du Siege
Royal du Poit-au-Prince & a la requete du Sieur Parijon,
d u oiiThn. Jean Daiant, uteur de la nommce Gogo.& de
aric-Louife, legataires univeifcls & panticuliers du feu
Sieur Sand.n, 11 fern pocd M la Iatre du Siege Royal
du Port'-au-Prince le iMadi 29 de ce ois' ia la vente
& adj dica4ion definitive d'un emnplacemEnt de 90 pieds de
face, fur 20o dehaunt, fitu en la ville de Leogane ainfi
que de tous ls batimens conftzuis fur ledit emplacement,
prefentement occup par M. IRaon, Subftitut de M. le Pro-
crr'ur, du Rc.i .Leogane;', a charge par l'djudicamtire
de payer in tiers comptant, tun tiers en.douze mois & I'zutre
tiers dans dix-huit moist, & en outre aux conditions cnon-
cees 'en la carte-bannime, don't on pourra prendre connoif-
fance chez Me Baudamant Procureur, :en cette ville & cliez
le Sieur Delavillotte, Huifier Z L6ogane.
3 Les navires la Vifloire, Capitaine Tardy & Ie Difid,
Cahxtaine Pelli', arriy6s le 6 du courant de Porte-Nove,
c6;e d'Or, avec.de belles cargaifons, le premier de 300
Negres, i'autre, de 380, u ladaeffe de M" I''`ea &0 Com-
pagnic, qui en oit cuvert la vente hs i & i:1 du couranr;
plus l'e.navire la Rcine-de-GoLonde, Capitaine Durnont,
arrive$ avec une belle cargaifon de 6o Noirs, auf.i l'adrtflfe
de M" Rafleau & Compgnie qui en ont ouvert la vente le
13 de ce mois.
3 M. de Coptures, Privot particulier, par Brevet dcRci,
a Saint-Marc a i'honneur de prtvenir le Pubilic que c'eft
par.' rteur qu'a la page 1 '4 d.es i trennes Arncmicai.es. on
a mis M. Angi de Blain pour Prevot particulier, attend
qu'il eft tovjours pourvu de fes fonitions.
3 Le S-eur Ptudot de la "eau-Blanche, Marchznd Tapif-
f:er, rue Royale, annonce qu'd vient de recevcir de France
dififrens rmeubles en acajou, du dernier gcfit. On trouvera
touJeurs chez lui des lits,, futcuils & canapes de difficens
genre & grandeur ; il re..- e les places vicilles neuf, il tient
un afUctirr-nent de verses Llancs de difftrentes grandeurs,
& prend4ra pour changee dl fes fouinitures, totes efpec-s
de dcnrnes,








1 M. Dommiiqe Ch.rirr sln<,, & M" ]7. B. noain, &
'''& Mtq" ... tyr -1
Con,1ite, Negocians en cetta vill, out l'hcn.n.ur d
ro le Pubj:c, qu'ils vont riunir leurs deut maifcos
our n'en former qu'une feul e, tfos la railfn de (,tC/i",
jontaine 6' Compagtei' : cete .rouvelle focidet comten-
cer le premier Fevrier prochain, & fera charge de s
detix liquidti.ons iUs contiinueront de fair la conumniflion
i la veOte des denr.,s qu'on voudra Hien lear adrtfifr,
& ne neglig.ront rien pour repondre a la confiance de.
:- leurs coTmmettans.
! it Le Sieur Commeau, ci-devant etabli au Cap, a hFion-
neur de prevenir l- Publit, qu'it a diitous fa focilHi avec
les Sieurs Desportes & Dehetant., & qu'il vient d'en con-
tra&er une nouvelle a.vec les Sieurs Polchet & Rozix, de
Leogane, focus ia raifon de Conmmncau, Polc4et 6, Roux :
1is font offre de 1lears services a M" les Habtrans, etant
non-feulemenz affortis pour tout ce qui etl rlatif a un.!
habiratio.i, mais encore d.,s comneifUles e:a tout genre.
Le Sieur B'aud, Ncgociant Sain't-Marc, ayanit potfii,
la Damoifelle Lefe've, .mineure, fille & feule heriti` re di
Sieur Augd, dit Lefevre, HaNi'ant dcans les hauts de Saint-
Marc, invite les creanciers du feuSieur Lefevre, fe trou-
ver le 20 Fzvri-r prochain 3 heures de reLv e, en i'etude
de MN Leclerc, Notaire a Saint-Marc, & d'y apporter leurt;
titrcs de creances contre ladite fucceffion, pour prendre
des arrangements pour leur payement, avec ledit Sicur B eaud,
en fa quality, qui leur fera des ropotfitions conve!ables,
& connoitre i Ntat des affairs dudit fi.u Sieur Aa ,, dit
Lefivre. '
i'Madame de fa'in:- Mefmin, & Mademoifelle de Motmans,
heritieres beneficiaires du feu Sieur Durand de Beauval, defi-
rant connoilre les dettes de la fuccefion dudit feu Sieur de
Beauval, pour prendre un parti convenable a la liquida-
lion de cette fuccellion, print M" les creanciers de ladire.
fucceffi.'n d.! renmet-re en 't:ud de le-M" aud.:rnant, on de
MP P;dcre:C:, Prcureurs un ,tar du rmontant de leurs crean-
cesen c.apiTal, ntlrets & frai. .
2 Le Sieur Colin, previent Ie Public qu'il a achete !?es
N' gres taiileurs & fonds de boutique du Sieur Lagre det,
inali.e Taiil'ur 4 Saint-Marc, & qu'il a former u.ne fociter
avec le Sieur Sembre. auffi maitre Taill'ur qui conduit
la boutiqu- depuis in an. La ,gna-re fern fo1s'la raifopi
de Colin & Stmbrefa ; ladite fociet a commen-c'e, du i",
e tce moi.
2 En vermn d'ordoniance de M" kes Ofliclfrs d.el hSie-
chvaffee de- ccttc vilv &. I la requete dcs herhiers lega-
t.zires univerfc's & e 'uturs-teftemniris du feu Sieur
lernar o,,, ii fera le 29 de ce mois, proc4d a la frrnme
6& adjudication de 1'habization e:ablie en fTcrerie, fitu'2
aux Varreux, & des Negres & animau't dependans de lidite
fucceffion, aux charges, claufes & conditions infi',res dans
la c.rte-barinie, don't on pourra prendri cohnoiffa'lce ca
l'&tude de MN SJalign!ac, ProcUreur.
Le Sieur Meges, tenriant ls Bains publics, ts'tant dqj
annonc I.'an..e dernire, dcans les Aflchcs Am6ricaines
a l'honneur de rkithrer de nouveau fes services au Public,
& a M" les Habitar.s ; il dfe f. later que ceux qui
voudront bien venir cdez lui auront liet; detre fatisfaits,
Vtint par la proprete qui y regne, que pa.r la vigilance que I'on'
metrra a les contender. On trouvera chez lui tout cc qu' on
Peut difirer tant en r-affirichiffemens de toutes efpeces ,
tels que, bouillons, confommne, chocolate, caCf au lait, ba-
varoife, punch aux ceufs & au lair, frips anglais, a tell.
cure du jour & de la nuit qu'on puilfe lA fcihaker.. Le


Soit a Mages n'jrgrvta j c111 rrs xi foirs pcur latiair
ainfi qu'ii i' fairt ci-,devant, les perfonrces qui ltdi front i'ton-
necv de v.nir chez lui. 'a dcmeure il rtue rav .. li.e ,
nImo.'n.d M. Lenrmbcurc, its le Ccips-de-Garde de l'a
Place de Valirle.
M les Crtar.crics e a fucccdi.cn du feu Sicur Dcmn.
.nique .,&pfol, B cu!arger (n ce-ne ville, for.t pries de la
palt du bieur Ma;:in,, Aulergil-e, fc'n esccteur-.teflarr.e.n-
raire d lui rimettre un etat ce leirs c eancts, fous cqjin-
zaine, & ccux qui peuvint devcir a ladite it.cc fllion, de
retirer leutrs bcr..s, taure (e quoi, il feront outj.iuvis j:ar
vcis ce ricueur.
v La rcommee Matir-J.ienne, conrue fous le rcm de
Mar;e-Jea.:n: Jhf.on, N. L. t.b:iarie dmdureuante aux
Caienmies, tart en fon cnim de ek'ataire c tku Sieur An.
dri liscon qu'en ceiti de tLtlice ce fies enflIns mireius &
hienveiilante de fcs autres er.ans nmajeus, alfii legatire
c'ulit feu Sicur efecnT ,a l'horr.cur de pr.venir tousce.:ux
qu'i(appaitierndra, qu'en fes dites qtAlit&s, elle a chtriu
la ddliviance defdits lEgs, par fLrtence diU S.ige Royal du
Pei.-t-60-oave, conrfirme par Anet du Ccn.feil Supeiirur
de Saint-Domir.gue, & que 1'habitation d"iendamte de
la fuccetlion dudit feu Sicur Andr' Bjefcn, fitee au Fcnd-
Palmifle, quarter des 2aradules, .di hypoihequie au p*ye-
ment defdits legs.
Les perfonnes qui -ont a:ihet dix pieces de Nankin aa
magafin du navire le Saint-MaLrc, de Nantes, Capicaine
RouiTeau june, en 'D1ee re '1787, fort pries de ks
venir payer a fon mragafin rue Royiaie, ou a M" Lofte su
laur Odin 6 Compagie N gcians 'mene rue.
SMr" tHenri Marchand & (cipagf.iau, prient les crdarciers
de la fuccellion Vofnieux de vouloir bici Jeur coir.muriquer
I1;rs titres, 'a fert de repartir une fomme de ,wou-e mil liev.
que fou." a comnCM.LanIC..ve, exzcuteur.-- iamnta;i e-ddit
Siei'r lVoj'eiru .
i M' 'Fond., NCtre '& Subftitit d.t M. Ie Procureur
da Rci, u IPilCt-a-PierrJofep'ph, depcndance de la Jurif-
didion de' Jdie- ni, fondi. de procuratica d5 s heriiers de
f Xu ? Marhurin Comic, vivat., Commandant des' Milices
& H-bitAnt an quarter des Abticots, mcme dependence,
i.ivit. les creanciers de l: fucceihlon de mondirt feu Sieur
Cor,:ic, fi aucun il y a, de fe fair connoitre & de lui
- communiquer i.celfammnncat leurs .titrms de creances, afia
de, le ture a mctira. d'en payer .le monianr.


D P AR i'T S


FOUR A


FR A it c .


3 M. Jacques Ducrocq, maitre en Chirurgie & Habitant
dans jes hauteurs du Petit-Goave, quarter du Trou-Canari,
meantt fur fon depart poutr France, prie. c-ux a qui il peut
devoir de fe prefenter pour recevoir leur payment, &
ceux oil lui doivent de le folder;
3 M. de Marcillac, lconome chez M' de Coirfin, Habie
tant A I'Artibonite, part pour France.
3 M. Francois Branat, part pour France, & declare ne
rien devoir.
3 Le Sieur Pambrun part pour France pour cafe
de maladie.
3 M. le Chevalier de Alarcillac, Habitant a l'Artibcnite,
part pour France avec thI ile, ag:e de 3 ans, & d&ctare
ne ien devoir.
3 M. Simon D.pin, fe propofant de partir pour France
cans le courant de Mars prochlin prie ctux a q ui
peut devcir de fe pt:Z.ncter jour dire foldis..







3 M. vPr'ur N ,od an Petit -Trou, prvient Ie
Public qu'il part pour France dans tout le courant de Mars
prochain, il prie ceux qui lui doivenc de le payer de fuite,
& ceux A qui il doit de fe prCfenter pour etre paye.
3 Le Sieur Mathurin Souchu fils, Marchand, demeurant
en ceite ville, part pbur France &'declare.ne rien devoir.
3 Mm" de Beauchamp, & fa fermme de chambre, parent
pour France.
3 M. Laubarede demeurant en cette ville part pour
France.
3 M. J.. P. de Laugerie, demeurant en cette ville, part
pour France.
3 M. Fr. X. de Willefierk de Montdifert Habitant aux
Gonaives, part pour France.
2' Le Sieur Bafle Deshayes des Eluits neveu de M'
'Doyen, Avocat en Parlement & Procureur en la Sinechauf-
fie de Saint-Marc, partira inceffamment pour France, &
declare ne rien devoir. /
2 M. Duchefne, depuis 6 inois dans cette Colonie, part!
pour France.
2 Le Sieur Maignaut, grant la cargaifon du navire le'
Henri, de Bordeaux, Capitaine Babinot, part pour Ftance;,
il prie les perfonnes qui doivent a ladite cargaifln de le'
folder fame de ce il ne pourra s'empecher de faire des
frais aux debit.urs.
:2 Le Sieur Pierre-Gabidc Dupont, Marchand Chapelier
en cette ville, part pour France..
2 Le Sieur Pierre Letefju, Capitaine de navire, defirant
partir pour France dans le courant de Mars prefix, prie
inflamment les debiteurs a la cargaifon du navire negrier
la Marie-Louife, & autres, de vouloir bien le folder incef-
famment, pour lui eviter le difagrenient de prendre la
.voie de rigueur pour les y contraindre.
2 M. Braeon des Chapelles, Sen&chal de Saint-Marc,
part pour France.
2. Le Sieur Verval, Chirurglen, ir fidant a Saint-Marc,
part iriceffamment p6ur France.,
s Le Sieur Jean Labayle, aTrive depuis peu dans cette
Colonie, part pcur France, & declare ne rien devoir.
M. Broch:er, part pour France.
2 M. laptijle Sahbs affoci& de M" Marches, Sabes &
'ompagi.ie,. part pour France.
-z L S' Queflan, Habitant & Negaciant h Miragoane,
fe rropofant :de partir pour France,,en tout Mats piochain,
prie cux qui lui doivent de le payer inceffamment, pour
lui Aviter le defagrkment de les pourfuivre rigoureufement,r
& ceux a qui il doit peuvent fe prefenter pour recevoir
leur payment, a tous jours & heures.
Le Sieur Lagreule;, Marchand Tailleur a Saint-Marc,
fe difpofant a partir ppur France dans le courant de Juin
prochain prie ceux 'a qui i pet devoir de venir rece-
voir leur payment, & ceux qui lui doivent de le folder
incelfamment, voulant terminer .toutes fes affaires dans la&
Colonie ; il declare en outre qu'il a vendu fes Negres
ouvriets & fon fonds de boutique 4 M" Colin & Sembrefq.
2 M. de Berthelier, ancien Officier, & qui voyage dans
la Colonie depuis environ 9 mois, fe propose de retourner
en France par le premier navire qui partira; ii declare ne
rien devoir.
2 Le Sieur Francois Fridirip, Peintre a Bayneft, part
pour France.
i M. Lacour, Habitant a Plymouth, part pour France.
i Le Sieur Nicolas Marguerite, Machoque' a L ogane,
part pour France.


x M. Hon:ore Maunier Ncgoclant I Saint-Marc, tpa
pour France ; il prie les pertonnes qui lui doivent de I.
payer inceffamment & ceux A qti ii peut devoir de fe
presenter pour recevoir leur payemenr.
i La D11e Noel fe propofe de partir pour France,
pour caufe de maladie.
i M. de Couradin, ancien Officier au Regiment de Foix
Habitant a I'Artibonite, declare partir pour France dans le
courant du mois de Mars prochain, & lailfe charge de fes
affairs M" Libin 6& Fizel, Negocians a Saint- Marc.
x Le Sieur Granier aind, Marchand Confifeur 'a Saint.
Marc, part pour France en Mars prochain ; il prie les
perfonnes a qui il doit de fe prefentr pour recevoir leur
payement, & ceux qui lui doivent de le payer : il prevent
que la m aifon n'eprouvera aucun changement & qu'il
continuera focus la raifon de Granier feres qui viennent
de recevoir un affortiment de drogues de Marfdille, ainfi
que du ratafia de Terifre, en groffes bouteilles.
i Le Sieur Jean Labadie, Marchand Taiileur aux Cayes,
etant fur fon depart pour France, pour caufe d'incommo-
dni, &,en Qoutre pour affaires de famille prie ceux a qui
il peutc.devoir de youloir bien fe prefenter pour recevoir
leur payment, come autf ceux qui lui doivent de you.
loir fire leur poffibie de le payer au plutor pour lui
6viter tout defagrement.
I Me Fondin Notaire & Subftitut de M. le Procureur
du Roi a l'Iilet -Pierre Jofeph, fe difpoiant a partir
pour France au printemps: prochain, avec un de fes, fils ag6
d'environ 7 ans invite les perfonnes qui lui doivent 'a le
payer, & cells qui n'ont point encore retire de fon etude,
Ioit les doffliers des differences affaires oih il a occupy pour
elles, en quality de Procureur an Siege Royal de J&emie,
foit les. expeditions des a&es qu'il a paffis pour elles en
quality de Notaire, d'avoir a les retire inceffamment &
lui payer le montant de fes vacations & debourf6s; leur
dcla.rant qu'a defaut par elles de ce fire, il n'entend point
demeurer refponfable de leurs pieces & doffieis, & qu'il
fe pourvoira par les vojes de droit pour les contraindre 'a
le payer : il invite de m6me kls perfonnes a qui il peut
devoir de fe prefenter pour recevoir leur payment.


RiUaxioN ..A, Do AIrtz


DL' ROt.


2 En vertu d'ordonnamne de MM. les Genr&al & Inteni
dant, en date du 5 Janvier 1788, Madame.Defmarais., Ha-
bitante aux Rofeaux, qutartier de Jeremie, pourfuit en
reunion, au nom & pour la Demoifelle fa file Julie Def-
marais, un terrain pour culture, de 700 pas de large fur
100oo de haut, fitue au lieu dit la Mahotiere de la monta-
gne de l'Iflet, dans les hauteurs de la riviere de la Voldro-
gue, dependance de Jre'mie, concede au Sieur Sicard, le
4 Janvier 177Z.
2 En vertu d'ordonnance de MM. les General & Inten-
dant, en date du 19 D&embre dernier, le Sieur Allain,
Habitant a Cavaillon pourfuit en reunion un terrain, fitue
dans ledit quarter, de la countenance de mille pas carrV"
borne a l'eft du Sieur DdAabiche, au fud & a l'eft de la
Barre-a-Canon, au fud de Geflard, 'a foueft du Sieur
Arquier, aux droits de feu Lajforiere, chaffant dans le nord
de terres non conc6dtes, avant te' conc' d au Sieur M1ar
Laferre, en 785 qui ne l'a jarnais etabli.
2 En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiftrateurso
en date du i9 Decembre 1787, leSieur Franqois Dc:errs,
pourfuit ean union un terrain de mile pas cars, ftt








I tshls hante!rs deo a g,-ande-:.vdre de Fe:dl, parolfee des
Cayes, Jurifdilion de Jacmel, borne au fud ue la place
Sd'Adlaide & Reine, chaffant au nord mille pas terres non
concedees, 'a 'eft de la force, a l'oueft aufli de mile pas
non concedes; felon la conceflion accord&e a Fiorentin &
kFrancois Lcreau, Q. L. le 24 Septembre 1771.
2 En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiftrateurs,
en date du 5 de ce mois, le Sieur Gallefirel, demeurant a
Jacmel, pourfuit en reunion au Domaine du Roi, a la fuite
& diligence de M. le Procureur du Roi, un terrain, fitue
dans les hauteurs de la riviere 'a Broche des Cayes de Jac-
rnel, de la contenance de fix cents pas carries, dans i'angle
que forment les places Modi & l'Avocat, borne a l'oueft
de la place du Sieur Modi, au fud de celle du Sieur I'Avo-
cat, chaffant a ell' & au nord dans les mornes pays non
conced s; ledit terrain a ete concd6 'a Nicolas Simoneau,
le 27 Otobte 1740, sequel n'y a jamais fait aucuns eta-
bliffemens.
2 En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiftrateurs,
en date du 19 Decembre dernier le Sieur Laurent Eu{et ,
demeurant en cette ville, pourfuit en reunion un terrain
de mille pas carries ou la valeur reduite, fitue dans les hau-
Steurs de Fefle, Jurifdi&ion de Jacmel, borne au fud du
corail de la Dame Darmancourt, chaffant au nord mile pas
dans les terres non concedees a l'oueft de la place de
Mafine, N. L. chaffant 'a 'eft auffi mille pas dans les terres
non concedes; ledit terrain a ete concede au Sieur Jean
Seignette, le 1" Juillet 1771.
i EI vertu d'ordonnance de MM. les General & Inten-
dant, en date du 12Janvier 1788, 'le Sieur Menard, Entre-
preneur de batimens, demeurant a la montagne des Grands-
Jois, pourfuit en reunion un terrain pour corail, contenant
quinze cents pas en carre rduits fitue fur la croupe de
la moatagne des Grands-Bois, borne au nord de la ravine
Seche, au fud des chardons volant, 'a i'ef de l'etang 'a
Glere, a I'oueft d'.i Petit-Fond. Ledit terrain eft fans eau,
fuivant la concefdion qui en a ee accordecauSieur Antoine
Thiomaau, le 28 D cembre 1739, qui n'a jamais .tabli
ledit terrain
x En vertu d'ordonnance de MM. les Adminnifrateurs,
en date du 16 Janvier, le Sieur Damar, demeurant en
cette ville, pourfuit en reunion un terrain pour culture de
mille pas en carr6, fitue ala montagne de la.Selle, lieu dit
la Nouvelle-Touraie, nutmerote i fur leplande project,
dt'pendaiuce & paroiffe du Port-au- Prince, borne a I oueft de
la Demoifeile Bardin, au nord de M. de Boifinartin, l 1'eft'
& au fud de terres non concedees. Ce terrain a ert con-
ceid., le 8 Janvier 1770, a M. le Marquis de I'Age, qui
ne I'a jamais etabl?.
t En vertu d'ordonnance de MM. les G'neral & Inten-
dant, en date du 25 AoiUt 1787, M. Deldaumort pourfuit
en reunion un terrain firtu au quarter de l'lilei-a-Pierre-
Jofeph, paroiffe du Cap Dame-Marie, borne i'oucil & au
nord de i'hibitation de M" Bonneau, au fud de la grande-
rivijie c'e Jeremie, & "a l'ft de terres non concedes.
Lcquel terrain a 6te coneedb an Sieur Savaic, qui ne V'a
jamais etabli.
I Le Sieur Augufle LafJont, pourfuit en reunion un ter-
rain de i5oo pas carries ou la valeur reduite, fitue entire
les deux branches de la riviere 'a Mahaut, quarter & pa-
roiffT de J(resnie, borne au nord du- Sieur Raby, a l'eftl
par la branch droite de ladite riviere, a l'oueft de Charlet
& Toyri, aux droits de Paul Bouchi, chaffant au fud dans
les terres conc 'les 'a Madmoifllle Luce-Jmilie-Climncne


-4*
Milet. Ledit terrain a &tC conc6e' au Sieur Dom'in'que La-
hins, le to Juin 1786, qui n'y a faitaucun edCbhalement,

D z m A N D x Si

2 On defireroit avoir des nouvelles du Sieur Benjamit
Pinder, paffM dans cette Colonie il y a deux ans, fur le
navire le Solitaire, de Nantes, Capitainre Fournier, en qua-
lite de Pilotin; on le croit dans le quarter de Leogane. En
donner avis a M"' Jean-Baptifle Fontaine & Compagnie, Ne-
gocians en cette ville, qui ont des affaires de farmille ties.
confiquentes a lui corrimuniquer.
i Le Sieur Delafert 'a 'Inipuimerie Royale de c.tte
vil:e, difircroit louer deux Negres flifant des cigarres. S'adLref-
fer audit Sieur, audit lieu.
On defireroit favoir des nouvelles du Sieur Laurent Fran-
cois Girard, de Bordeaux, rconome en 1771 chez Madame
veuve Cael, a Mirebalais. En donner avis au Sieur Dufin,
a l'Imprimerie Royale de cette ville, qui a des affaires de
famille trts-intereflantes a lui communiquer.

N A Ivt RIA SS n CH R ME NTr.

2 L'Aimnable-Viloire, de Bordeaux, Capitaine Mamouffe;
partira pour ledit lieu le 15 Fvrier fixe, ce navire eft bcn
voilier & tres-commode pour les paffagets. Ceux qui vou-
dront y paffer ou charger a fret s'adrefferont audit Capitaine,
aux Gonaives, & au Sieur J. B. Luflre, dans fon magafin
a Saint-Marc.
2 L'Entrep;ife, de Bordeaux, du port de 300 tonneaur,
Capitaine Baffet, partira pour ledit lieu du 0o au 2 Fevrier
prochain. Ceux qui voudront y charger a fret s'adrefferont
audit Capitaine en fon magafin rue des Capitaines ou a
M. Gebalde, en cette ville.
2 Le Raillcur, Capitaine Roche, partira pour Bordeaux
dar.s le courant du mois prochain. Ceux qui voudront y
paffer ou charger 'a fret s'adrefferont a M' Raflcau & Conm-
pagnie, rue d'Aunis, qui vendront des futailles a eau, pro-
venant dudit navire.
2 L'Ardent, du Havre, Capitaine Vernimmen fi!s, du
port de 400 tonneaux, fin voil!ier, partira pour ledit lieu
dans le courant de Fevrier prochain: ce navire eft tres-com-r.
mode pour les paffagers. Ceux quivouiront y paff-r ou char-
ger a fret du fucre, coton, cafre & indigo, s'adrefferont
audit Capitaine en fon magafi' rue des Capitaines, on a
M" Daub.agna, Trigant & Compagnie, Nigocians en cette
viIle.
La Providence, de Marfeille, Capitaine Louis MiTgnique,'
partira pour ledit lieu du zo au 2i du mois prochain. Ceux
qui vc.diont y palfer ou charger U fret s'adrefreront audit
Capitaii.e dans fon magafin rue Sainte-Claire, on a M. Dec
fils, Ngociant, rue des Capitaines.

A y S x i a S.

3 Environ cent enclaves, a vendre, ainfi qu'une grande
quantity' de meubles, effects & argenterie S'adreffer 'a M
Lefranc, Direaeur de l'Fl6pital, qui prendra en payemenr
fon paper quittance, echu ou 'a cheoir, & de bonnes lettres
de change fur France, endcffies par des maifons de come
merce de Saint- Domingue.
3 Une petite place, fitube dans les hauteurs de Belvuce
etablie en cafe, de la contenance d'environ dix carreat x d
tire, avec l uic ttes d Nbgres deu x beuriques y att4


lml







h.his: lb tcu' dp1! -..ant de la f.ccct.loi dcu S eur loc,'e,
Piocu rcur de ih.buatiaon de M. le Conne aLAiticha v. Les
perIonues qui dclireront fair cette acquisition pourroat s'a-
dreIer a vMie'Gayo', Curateur par interim aux fucceilio,,ns
a ......_, oen c-ttu vide, autoriie a vendre de gr a gre.
SL MAlarquilat de Moalhac, relevant 'du koi, fitue fur
Ia rivijre du Lot, a 4 ou 5 lieues d'Agen, a portce des
vil is de V s il:. Penne Tournon & Fumei, confilitant
en un ci.ieVn & auties edifices en domaines, don't une
rie pa, i>es noble.: les fiefs s'etendent f;r 15 paroiffes,
i.ctamment fIr la ville de Penne, & produierent beaucoup
de rentes & e lots L ventes. On vient de lever le plan
general, & fire confentir les reconnoiffances fUodales. Cet
o( jct t--e'niem 700o 1. tournois ; on donncra beaucoup
&d faciiitis a i'acquereur. S'adreffer au Port-au-Prince a
kl. Cadic'ut, & au Cap,, a MA Grirperel, Notaire general,
*qui donneront de plus amples cclairciffermen,.
2 Un emnt)'acement fitue a Saint-Marc, a i 'etr6e du che-
T'rin de ladite ville au Port-au-Prince, forniant un iflet de
377 pieds de fade fur hIquel eft une m iifon toute neuve'
< 1 .4 pieds de face ayant galetie devant &C derrire,
tne remife, 2 (hambres a Negres, une cuifine, four &
fourneaux, in colombier. &.clapier. S'adreffer a M. B. M.
'c R2ihwzo.nnt, "a Saint-Marc, qui prendra en payment fes
c.zancs, 9es Ne'gres ou de I'argenr.
2 Trcis tablAs de moulins a fucre, & une bille de 13
f'eds de long fur 19" de large, prendre l'embarcadaire
Su Grnnad-Goave, a Leogane ou au Port-au-Prince. S'adref-
er A M. Cuviiicr, Negociant au Grand-Goave.
2 Trne got.et:te fortant de c.arne, du port c'environ 5o
tonneau.' con.re par fa march fuphrieure. S'adreffer a
TA" D 6" E Thouron, enville.
i Une m, aifon fi:ue aux Cayes, rue du Pent dc 45
.pZ.s ce ong- fi-r i8 de !arg divifec en deux chambres
_"afies, d'environ 20 pieds de long fur 16 de large, don't
c.1e carrelee en calibre & feparee par tn corridor d'en-
w:.-ron 3 .;ecis de large, ayant chacune deux fenCtres fur la
T'ZC, use fiur l: (alon, & chacune une porte ouvrant fur
Salon de 12 pieds de large, form clairvoie, fur la
To-:gueur ce ladite raifon ; focus l'efcalier de laquelle fe
'tiouve un petit caveau ; 'en deux charrbrcs h.aites, fur la
rme-ne longueur & larger du bas de la maifon f6parees
par dvux clodfons en planches, qui donnent une premiere
'cnt chacun une, I c6 defq1ueis fe trouve un troif!'me
arrT dcs 72 pfeds fur 12; !e fa'on du Las fe trouve repete
& prefque carrt en haut. Plus un app:ntis haut & bas fur
la n'eme longucur, formnan: 8 fort jolies petites chambres,
<'environ 3 x pieds far i f6par6es en bas par des petites
en haut, pa3- dcs cloicons en planch.s, chaque chambre
,ayant fes ports & flnetrQs; dans rune de cos chambres
fe trouve la cuifine avec fes fourneaux & un petit four
d&ffons, cheyti e, 8(c. rDas'Iefqc ues chamL:res hautes
J'on entire par use galerie tcurnante en tour d'equerre fur
I'a lorgueur dudit appeatis, & large de 4 pieds. Le bas
de la maifon principal & celui de l'appenti% en magonnerie
de iS puccs, & to-it le haut entire poteanx d. bois de
fer, pour ce q powr ce qui n'y ene, ps ; le tout peint en gris clair. Aptcr
l-"quels bitimicns, eflt ue fuperbe cour, dans laquele on
peut fare un jardin de 75 nieds de long fur 6o de pro-
fonde -r, a 10 pas de la ravine: il fe trouve tin trte ban
rpite dans 'a ctur. Le ford de la maifon efl hypothliqu%


tine rr t vgre 30001. pour laqulle or
lur.s en laflant entire les imaini de racqu-reur environ
iuooo 1. fur le prix de la maifon, qui fcrent a valoir
aux renters 'a cheoir, it n'en fbra di' aucune quani ii rece.
vra la maifon. Cette maifon comnmencce depuis environ
un an, ei fine & parachevwe d:-puis deux mois. Le ven.
d.ur F.prndra en payment des Negrcs faits au pays, ot
,noveau.x, ou entia des lettres de chr,:ge fuir France, fi
toides & fi bonnes, q u'il puie les ni 'r,, fur le champ
pour des Negres. S'adreiTer a N M' ra;rd Snt-Clair, Procu.
re1,r is Si,;o des ds C:iye's, proprietaire de ladite maifon,0ou
a M" i.,arof', Ray iondo Martignac, N.goci a rna n',e
lica avec leiqueli on poutra trailer comm.:: avec lui-nime,
2 Une voiture dor6e a une place, avec fes harnois.
S'adrefa.r a M. Vinay, N'gociant & ConimifTionnaire eti
ville, qui en fera bonn,, comupofition.
r Un emplacement de 86 pieds de ficade fur 160 de
pronfoneur, avtc les b'timens en depenrdans fitu rue des
Miracles, entire M". Meynardie, Piccard &, Compagnit, &
le Sieur Dupon Delorme Huiflier. Plus unse terre de i-0
cirreaux en plsine & arrofable fitu6e an quarti'er
& pres le bourg de Mirebalais, dans le plus beau local,
fur laqnIlle font a6luellement une grand'cafe & ijo betes
a comes ; cette terre qui eft maintenant en hate, eft fLcep.
tible de routes forces de cultures. On donnera route faci-
life po.lible a un acquereur foideJ. S'adrefter a M' V"id,
Avocat au Ccnfeil Superieur de S..int- Domingue.
Un rarti d'environ mille pots & forms "a tlcre, de la
rnirufatiure de Crdon, an Fort-Darphin a vendie cher
M" Sarra-in & ijefps, qui en ferc.;t bonne compofiion,
fur-tout pour dn comptant.
Un emrplacement de 9-, pieds de faqade, for T3 y de
profonderr, avec un batiment loue aujcud'hui i,dco !iv,
par Zn, f-ns E 're carrele, fitue rue ce Conti, fu'r lequel
paftel'e'au deI -iopi'a! ; on donne.a to'.i.e faciirta acqureur,.
b'adrefr.r a M. ?e Chevalier de ou4rnonvillk, Officier au
Regiment du Port-au-Prince.
i Une habira-ion a indigo & cotcn, de la countenance
de 700 carre.aux do terre, fituee an quarter de ynet,
adofk{,.' la la mer & la rtiere, a une demie lieue de LI
baje, ch.em'n de cabrouet ; tous les b'".imens dansle meiltlur
etat peflible & converts en efcAtes y aVant fix bonnes
indigsteies; on y jpindra un atciier de cent ci.nuante Negrcs
grar"ds &8 petits, o'u la terre feparmnent,. an gr de i'acque-
rer ; troupeau de bes-e-cot'c es, mouton(, btres cava-
lines, m fm, les rneub'es, lirges, atenterie & aitres ,flen-
files. S'adreffer a, M. Vinay, 1 Ngccirt .it Cofm',liitGntair?,
q'.'i indiquera le prcpritaire, qui fe difpofe a ;partir pour
Fronce.
Deux N% gres bans Boulanger:, & un NegreTailleur, bors
fujets; on leo donnera a 1'effai. S'adreffer 'a M' Stanifas
DLdorguemare de Lz Sail: & Compagife.

A VEN DRE 0 U A AFFEa ME R.

2 Une feline fife 'a la Pointe-cls-Hiies', ancdenne-
ment 6tablie par le Sieur Paul Rey, fufceptible de donwr
afuiellemncnt 1 6o00 barils de fel, fans etre au tiers de
fa va'eur des magafins pour en contenir i2 a 'a5cc,
differe:s autrc etabliffemens, 4 c.ntots & autres uflWnfAie
pour la pechi plus i tetcs cd Negres fits au pays, &
trts-intelligens, do norrbre dlifquels font une Nigreffe &
4 enfans. S'adreffer au Si-ur Beno<;?, Horloger 'a Sain-Marc,
qui, vu fon depart pour Franc- au pur-temps ptochain,








verodra detr Nbgres dcmcft'ques clont un cuifitner; &
1'autre un peu horloger, bon perruquier, & fachant )ien
coudre, divers objets d'horlogerie, tels que pendules a lyre,
montres de diffnrens goits, &c.


sCAAV" s


Z N Af A R A 0 N N A O K.


o A er. Congo, 'g, de I8 ans, etampe fur les feins
LAPOINTE, au-dfflous ST. MARC, taille de 4 pieds to
a i pouces. En donner avis RM" Pechier frcres 6& nouycr,
NKgocians a Saint-Marc, ou a M. Morand du Sabiun, fur
ls biens de MA" les h&ritiers de Lavitic, a l'Artibo.ite ,a
qui il appartiznt; il y aura rzcompenfe.
STrois Negrs, Congos, nommes Fran;if'ue, Dcrd &
Tiim,:que, utamp&s OGNO. *, depeadans d. la fucceLion
i, crre Houtin, vivant 1,ir.iita t au i't6 Large, parciii'e de
J6.&nie, affernes auSicur L. Pafjlvie Habitant aux Caiemites,
le 25 Janvier 1783 ; Defre' & Tadizaqjue, marrons trois fe-
maiaes ;prs & Fiancifque depuis le mois d'Aoat 1787.
Ledit Sieur Pafuigr prie-ceux qui pourroient avoir co.:-
noiffance defdits Negres, de lui en donner avis, devant re-
inettre ladite ferme le c5 du percent; ainfi que d'un Negre
nomme Loui;, Cocquelico, etampe L PASQUIER,, n'ayant
qul'nejawmbe, auffi marron depuis environ trois rois.
Zip.ir, Mondongue, tampere ['Vl 1)}hl.L 313Id, taille
de pieds 2 pouces, part marron dcpus in anois. En don-
n er avis an nomm~.e feph Buffy, tuteur des miners Aric-
SL.au/e lA'rote, e qui ledit b gre appartient.

A N I M A U X A R E S.

11 s'eft Lchapp. de l'habitation, Paire, au Cul-eA-Sac, la
nuit du Mardi au Mercredi 16 Janvier, daux chevaux, don't
un fous poil gris, etanmp au rmontoir TS, & l'autre fous
poil bran, batard anglois, fans 6&e, n'ayant qu'une
marque hors le montoir, & une etoi!e a la te. En don-
ner avis a M. Raigo, grant ladite habitation, ou a M. Bado,
en cette vilie; il y aura r&compenfe.
Un cheval fous poil rouge, avecune ioile fi!ante, itampi
dau co:6 du montoir LV, ayant un pied de derriere un peu
bianc. En donner avis au bi.ur Li[allc, ch'z M" Henri
Marchand & Compagnrie, en cette ville, ou Madamz ve
Perrot, a L eogaine, qui il appartient.


AVIS PAR TICULIE R.
2 Les bureaux de difributiotn de l'~lixir anti-fyphi'litique
du Sieur Eerard, ancien Apothicaire des Armees du Roi,
font: au Cap, chez M" Cunomnarque Barchiureau 6 Compa-
grie, Negocians ; aux Cayes, chz M. Durad, Ngoiant;
a Saint-Matc, che. M" 1ilircue 6 targtues, N.gocans
a ertnmie, che. M. Corner Negociant; U Leogine, chez
l. Metyer, N6gociant; l J .an Rabel, chnz Mi. Pour-
ceie Hlabitant.
Le pri.x de 1i boutcille c'fltix.r & des ,5 mndecines f.n-
dantes, et de 74 1. 5 f. dans toui l.s buireaux, & de 66 1.
au Port-au-Prince, chez Ie Sieur Berard, qui a I'honnaur
d'obferver au Public qiet.onobf nt I'infhu.ion imprimc.e,
il eft: des cas oh la fagacit' ci'un abitant doic diriger la
m3anibre de condiuire ie trai cvemnt w' tenr.nt Ie m!.:Joe
bien convert, & mrei fons cidf po.r s'adffrer de fes
lionss & lui vitanrt la plui,, la rofec, 1'humidit le.
trein J le grand ven-t.


41
Si le ma!ade toit d'une grade ,foblbf e, ii faudroit rrn ctCe
des intervalles entire les pji-s du remedy, & prolonger le
trairement.
Cet Eliair, quoique affe&e pour la gub-ifon des Afri-
cai is, peut partaitement convenir aux Europeens cn mi i'-
g.ant foit les dcfes, foit le tigime, lorfque.le cas l'exige,
le refufant abfolument toutes efpeces de ragouts, viarndes
fal&s, epicees & lourdes, & fe privant de tous les aides
pendant I'ufage du remade.



NOUVELLES DIVERSE.

D v PORT A zr PRINt cE.

Les Gazettes de Leyde. le Courrier de l'Europe, diverfes
Gazettes Anglaifes & des bats-Unis, & probablement d'au-
tres Papiers periodiques que nous n'avons pas vus, contien-
nent des details circonflancies fur le dechainement univerfel
des Habitans de cette Colonie, centre M. 'Inteadant. Qaelques
Gazetiers ont d'abord announced que les Habitans s'kroient
fait juftice de fon defpotifine, & qu'il avoit te tue dans
une emeate, don't Madame de Malaibois avoit 6te vi&ime
commelui: ces tcrivains ont fair grace au refle de la famille ;
leur courroux %'eft mime enfuite un peu calm : ils ont
accord la vie a M. de Marbois, ainfi qu'a Madame, don't
la tyrannic eft en effet trop douce pour mciiter la mort.
Comme il fauc cependant que la clkmence air des Lornes,
ils ont pris le part de prononcer la deftituticn de M. 'In-
teadant, mais ils annoncent, en mime temps, que ls Habi-
tans les plus aigris n'auront peut- ^te pas la patience d'arten-
dre la juf.ice de la Cour, c'eft-a-dire, qu'il y aura une
autre enieute dans laquelle il fera verirablement tue &
ils parent de cet arrangement come d'une aiTaire toute
fimp!e & touted naturelle. Nous aurions d&firt pouvoir r6pon-
dre L ces publications, qui transforment les Habitans en aflaf-
fins, & 1'Adminifttateur en tyran, & qui feppofent afTez
plaifaimmen: que les Citoyens mettent le feu a leurs mai-
tons, en haine du Gouvernement; mais ii ne nous a pas
Ct& permis d'en parler f'rieufement, & nous nous bornons
a communique un de ces articles at Public; il pourra, dais
cette faifon d'amufcment & de diffipation egayer un
peu nos L deurs aux depens de ncs conafres les Gazetlers
d'Europe.

Extrait da Currier du Pas-Rhkn, n' Si da Mrcredi
to Odobre t787.

a II efl certain qu'il rtgne uni grande fermentation tu
- Cap-Francois & au Port-au-Prince Ille-Saint-D 'n.rigue:
,elle elK c;aufe piincipalleent par Ia conduit ce .'. de
, Marbois Internant de cette Colonie. Cepcndrnt, 11 .:rej
Sp;Is vrai qu'il ait ete tut~ dans li'acit popuie .
On trouve enfuite dans la mrnme Feuille .e-iile filvant,
fous le tire d'Extrait d'u~n Lettr. du Cav, S.i -IDI..i..c,.
du premier Aouit 1737.
Une efcadre cmpoffee d eux vaiffeaux de I;grie, de
"4 frigates, d'vne fiuie, de 2 coivettes & cd'uun i,
P trouvant raffen.bie ici vers le io du rnois terrierr, rn.it a
I!a voile pour terre-Neuve, d'ch el'e doit fe r.i.dre fur
Sle cotes de la Nouvele-A.nglkttte. Les (eux vziftaux
' f) nt le /atro,,te & le ReCechi aiux ctres de N M. de feau-
f, ont i d atiiit.u Cte e%;tie .cazdre don't t.ie 1artie







t44
3, etoit venue de la Martinique, vers les preilers jours de 1
~ Juillet, a paru beaucoup inquieter les Anglois; car tandis
) qu'elle etoit mouille dans notre rade, on appercevoit au
2>large deux frigates de leur nation qui envoy 'rent quel-
Spques Officiers pour venir s'irformer 'a quel deffein tant
z de vaiffeaux du Roi fe trouvoient reunisn.

'a N.ou, n'avons plus'de Confeil Superieur; fa reunion
,avec celui du Port-au-Prince eft effeduee. On va former
3)aauellement les Tribunaux qui jugeront prefidialement,
S)fous la denomination cependant de Sen&ehauffees. Quel-
5>ques etdits burfaux ont t enregiftrcs : il y en a un qui
) impose oo 1. fur chaque tete de Blanc, & qui augm-nte
2 encore la taxe fur les Noirs. Ces changemens & autres
2) vexations de toute efpece qu'on reproche a M. de Mar-
) bois, Intendant de la Colonie, ont anime fingulierement
2 tous les Ilabitans du Port-au-Prince & des environs con-
7> tre lui : la fermentation eft telle qu'on avoit projette de
x mettre le feu aux quatre coins de la ville, & pour cela
2iplufieurs torches allumees avoient e6t jettees en differens
i) endroits fur les toits des maifons; heureufement qu'on s'en
))appercut & affez tbt pour prevenir le cruel malheur don't
)>la ville 6toit menacee. Le l'endemain, l'Intendant rendit
,)une ordonnance qui accord 3000 1. a chaque Blanc, &
S1000co 1. a cheque Negre qui pourront denoncer un incen-
) diaire. Maii cette ordonnance, loin de calmer les efprits ,
,l4es a irrites davantage, parce qu'elle expofe les Blancs, les
n)plus a l'abri du foupqon, a etre mechamment accuf6s par
i leurs Negres, foit par haine, foit par I'appat de la recom-
2, penfe offerte. M. de Marbois s'eft montr6 dans cette ordon-
> nance, afli mauvais politique qu'il etoit ignorant Admi-
) nifirateur: il craintltant qa'on n'attente quelque chofe con-
Stre lui, qu'il fe fait garder aujourd'hui confiamment par
) 40o foldats. Nous ne doutons pas que les plaintes que
i la Colonie entire fait parvenir a la Cour, concernant
a fort adminifiration, ne nous debarraffent bientbt de fa pr6-
a fence, fi tant eft que les Habitans les plus aigris aient la
p patience d'attendre la justice de la Cour -.



M. le Commandant general eft pard le 17 de ce molis, pour
les Gonaives & Plaifance, & M. l'Intendant le 18. MM. les
Adminiftrateurs vont reconnoitre par eux-Memes les diftf-
rentes communications propof6es entire le Cap & les Gonai-
ves. Toutes cel!es pour lefquelles l'Aiminiftration a fuccef-
fivement paru pencher, depuis tant d'annees qu'on s'occupe
de cette grande entreprife, ont occafionne des reciamations
cle la pait des partifins des projects abandonn6s. 11 eft done
impoffible que le part, quel qu'il foit, qui fera adoptS, r6uniffe
tous les fuffrages: il s'agit feulement de determiner quel
eft le plus avantagzux a la Colonie en general, & c'eft
I'objet du voyage de MM. les Adminidlrateurs. La commu-
nication du Cap a Jacmel, dans une ligne, pour ainfi dire,
ineridienne, aura de la forte ete reconnue par MM. les
Adminifhateurs en perfonne, dans l'efpace d'environ un
mois.


C o M M R C Z.
Le navire le Bon-Pire, Capiraine Fouye, parti du PortN
au-Prince pour Bordeaux a peri le 18 Sep(embre, a l'en-
tiee de la rivib1e'de Seudres; eI'quipage s'eft (auve, on n'a
retir6 de ce navire que les marchan ies faivantes: un quart
d'indigo, marque TCD, 9 ballots de coton, BS; trois
balles & deux ballotins, JVD, une balle E ; trols ballo-
tins FB ; quatre, AL; fiz fansmarque ; un quart
de cafe, LB; deux dito, & un fac fans .rtarque; 1900 piaf-.
tres, en deux facs, LB. '"
La Ketty, parti du Port au Prince lour Bordeaux, a
ete forc6 par le mauvais temps de couper fes mats, & d'Xn
trer de relache 'a f'lfle d'Aix.


Le Sieur Fontaine, Marchand Libraire & Imprimeur ait
Port-au-Prince vient de recevoir les livres fuivans: Avis
azix Habitans des Colonies, particulierement a ceux de l'Ife
Saint-Domingue, fur les principles cafes des maladies qu'en
y eprouve le plus communement, & fur les moyens de
les pr6venir. Par M. J. F. Lafoffe, Doaeur en Medecine
de l'Univerfite de Montpellier, Correfpondant de la Societe
Royale de MWdecine; Meimoire pour fervir A i'hifloire de
quedques infeRles, connus en Europe fous les noms de Termes
ou Fourmis -blanches, 6 a Saint-Domingue, fous celui de
Poux de bois. Par M. M. H. Smeathman ; Ouvrage
r6dig, en Francois par M. Cyrille Rigaud, Dodeur ea
M&eecine de l'Univerfit6 de Monrpellier, & accompagn6
de figures en tailie-douce; & Details r.ouveaux 6& circonflan,
cids ftr la mort du Capitaine Cook, traduits de l'Anglois.


Le Sieur Dufau 'a l'Imprimerie Royale de cette ville,
vient de recevoir le Traite de la Culture du Nopal, & de
educationn de la Cochenille, par feu M. Thiiery de Minon.
ville, en 2 volumes in-8, avec figures enluminees; le prix
de la foufcription de cet ouvrage, itoit de 4 gourdes au
Cap, ledit Sieur l'offre a trois, franc de port, dans toute la
Colonie, par l'arrangement qu'il a pris avec M. Lorquet,
Adminifirateur general des Poles. M" les Habitans qui vou-
dront fe procurer ledit ouvrage pourront lui ecrire, en affran-
chiffant leurs lettres & le port de 1'argent.

Le Sieur Fontaine Marchand Libraire.& Imprimeur 'a
l'imprimerie Royale de cette ville, vient de recevoir un
part d'exceltent Tabac de Paris, en bouteilles :il continue de
vendre avec fucces l'Eau Opthalnique du Sieur Loches,
Oculifte a Paris. 11 vient atiffi de recevoir un part de
livres nouveaux, & abonne a le.ure a 8 1. $ f. par tmois.

Les Avis, pour itre inseres dans les Affiches Americai-
nes, doi'ent ctre remis A fmprimerie jufqu'au Ltndi foir;
ceu: qu'on apporter.: apris cettc epoque front reculds d'
huitaine, & on n'cn recevra aucun qui ne foit fignI.


W",4we perm;lon de MM. ks'^ Gineral 6 Intendant.


AU PORT.AU-PRINCE, DE L'IMPRIMER IE ROYALE.


I

I
I
I
I.
I
(
i
(
t
I
C

I


t
j








NO.


AFFICHES


u Samedi


ttt\ tVWW^ M4H^U 5 tOW a lw-Ma AIM" 00 6 gMk- gOtatfgr > (M& s rt lmastra lDO i l'AVOW*"
Sa A n s U t Sfs W i S.- .U S $ 4 ^ ^ ^* t
J~i*^ :.: ^ *Ji ^ -< ^- { -


AMERICAINES,


z6 Janvier 1788.


1.4 ounces.


Cefl aux TI'nrimernes files quie I'on doit adrejr tout
ce qui concerns les ..vis. M. Mozard RidaFteur de cette
reuill recevia tuajouirs avec recorinaifance, kls articles
de No v 1 s'e' d Je iVAiriTrs doi.t on voudra bien enrichir
nr oi'.vr.aje. Tot cc qui lui parviendra fans etre affranchi ne
Jera po I., av Ct, 1 & d ne fira aucun upge de ce qu'on lui
enva',ra anonymenent : les perfianes qui ne voudront pas
cre n mmntaies, puve rt computer fur la plus parfaite difcretion.


NOUVELLES


DIVERSE.


T U R Q U I E.

Extra du ManifefJe done' par la fiiblime Porie, contre la
Ruffie, remis a M. le Comtic de Choifeul Goufler,
Ambaffd&,ur du Roi de France.

LA pair conclue entire la fub!ime Porte & la Ruflie, en
1187 de I'Hgive ( & 1774 de I'Ere Chr.!tiennc ) avoit
pour objet principal le reps & la tranqulhite des fuje:s
refpe&ifs; cependant la Cour de Ruffi. n'a ceffe d'elever
& de foutenir des pretentions propres a troubl-r la bonne
harmonie qui d-voit e;-e le fr'it de cette paix ; e!e a e&
mene jufqu'a s'emparer de la Crimne procid6 diam'tra-
lement oppof6 aux accords convenus pour fe'vir de fon-
dement au trait de Cairardg:k. II &tolt {lpu:e dans l'inf-
trument donned alors de part & d'auwre qu'il n'y auroit plus
de difcuffion entire les deux Empires & qu'oanjouiroit d'une
fuore: parfaite. II eoit fpeci'fi da.s les capitulatio.:s,
qu'on evi.eroit, a I'avenir, toute intrigue quelconque, &
toute menre fecre:e on publique; cependaut la Cour cde
Rufle a (fufctir le Prince Hiraclius, qui etoit muai d'un
diprome d'1 vefbtture comme- VdaTal de la fib!ime Porte ;
elle a mis des troupes dar.s 1-ilis, ele s'tdi deciaree Suze-
taine dujit Prince & des ce moment Ie d 2o:d-e a e e
gneral dans la G6orgie, & fur no fronie'!es lianitrophzs
& lorfqu'on lui a repr:fente que ce ptod'cd etoit une con-
traven'ion fo1'melle aux ttai:s, elle a foutenu le contraire.
11 L:oit exprdl'.iment conveiu q',e les .Libitans d'O(,z.kow
auroient extortionn libre & i'limiie des marais falans,
filk&Ces de tout temps aux H bi'ans de cette frontiere,
cependaat on y a toujours rencontre mille entraves &
Ion a eprouve toutes fortes de nmauvais traitemens de la
ptrt des Ruff:s & lorfqu'on a trclam 1'ex&cution d.es
conventions. la Cour de Runile s'y eft conftamment refulfe.


Poids du Pain


Le Conful de cette Ccur a fUdult le Vaivoce de Moldavie;
qui a le rang de Pri.ce elle cn a favorite la fuite &
lorfque la fublime Poite 1'a reclamw 1'Envcy6 de Ruffie
a repcndu que fa Cour rne le rendroit point ; rtfLs foicr.el-
lement contraire aux traits. La Cour de Riflie a rnani-
fefit fes mauvais c'effeins, en dornant airnfi des intcrpr&-.
tations a Ion gre p!ufic-us pat~i!s articles. Elle a debau-
che dcs fujets de la fiblime Porte en etabliffant des
Confuls en Valachie en Molcavie, dans la ville & dans
Ics endroits cu la prifenrce de ccs Officiers etcir inutile &
mnme ptijudiciable aux vrais Crcyans. Eile a fait pafler
dans fes tats des fuj*ts de la fiblime Porte ; elle en a
employee d'autres a fa marine ou a d'a u res ftrvices, elle
s'tft fur-tout fouvent ing6rte dans les difpofitions inteiieures
de notre acmir.iftration en follicitant, foit la rcvccation,
foit la punii:ion des Gouverneurs des Juges des Em-
ployes & de totus les Officiers qui ne convenoicnt pas a
fes incme's &c. &c. Ces corfidterations cnt ergag6 la
fub'ime Porte 'a temoigner 'a 1'Envoye.&d Rwffie, le dcfir
qu'eille aurit que la Liimce fit r6tablie fur i'ancien pied,
& que i'on lit un nouveau trait qui cimentat i'in:miti entire
les deux Empizrs. L'Envcye a rtpondu qu'il ne pouvoit
port fare ces propcitions 'a fa Cour, & que quant nemi
il les feroit, ii pr1voyoit qu'il n'An r6futercit auc:n fuirt;
il a elude ou rejete l'obfevatiioa d(s articles fur lefquels
portcient ros griefs & il a relpot-d, fo~melmrnent que fa
Cour ne renoncercit pas a.1a Ctimee. D'apics toutes ces
rai'ors, & d'autres, boit fecrites, foit publiques, qu'il (l
imrpoflbLe d'entnemer la loi de I'flamimfne impofe a la
fublime Porte obligation de declarer la guerie. En confi-
quence, die donne ce manifelle 'a. la refpelaLble Cour d-
Frarce, pcur lui rodfier la refolu'ion qu'elle a prife. de
faire la guerre a la Rulfe. La fublime Porte fotmet les
motifs qui la font ".gir aux. lumie es & a l'qeuie de fes
amis.
t.cus ferons conncetf.e par extr.it, la. repor/ qzue la Ccur
de I'tezsbou'4- a fl. ce mai.ifJe.
r A N c r..

Fin de irt dut Rckmineat du a, port ir tl ment
a'a n CNSEIL DI LA C.UCERJbE.

2sz' Pour concourir aux vues genhbales d'economre de Sa
?Majefci, & pour 1i faire trcuvcr en tricnre temins d.ais
1'extirpaticn des abus, les moyers de doncer 'a fon samee
la confiflance la force itUle & 1'a&ivite qui 1-i tijriquenr,
la volont ezprefle de Sa M1jc fl ft qcue le Confeil de la
Guente s'occupe d'abord de la rdfcime dts nemplois i iU;les
& des dculks c.plcis n tout ehre qui n.al:ilitk.t utop






? grades '(i urs n- p conffqunt l hs gnc
r3,ux, d.s ,il, i .. 6tablir pour les promotions pour les
nominations d'ymplois; de la limitation raifonnable des pen-
fions & des graces pecuniaires qui front donnees a lavenr,
des traits des r ies ou marches d'entreprifes abufits ou
on.reux a fes finances & a fes troupes; d'un fyfleme gent-
ral relatif fes viiles de guerre, forts & ckateaut dent
le refultat foit d'abandonnmr tout ce qui eft inutlie, & de
mieux fortifier ou de mieux entretenir ce qui fera conferve;
& enfi fuccefdivement de tout ce qui peut remplir le dou-
ble but de Sa Majeffe, qui eft de foulager fes finances, &
de mettre foa armee fur le pied le plus refpebable.
24o Tous les plans, projects, ou objets de travail, pr6-
fetmes par le Confeil de la guerre, y teront arretes a la
plurality des voix, les oppofans a avis paTff, etant auto-
rifes a figner qu'ils oat ete d'un avis negatif, & meme a le
nouiver par un rfumn6 fuccind, I'intention de Sa Majefte
6eant de s'eclairer par-la plus muirement, fur le parti qu'iI
lui teftera a prendre relativement aux propfitions du Con-
feil de la guerre.
2a Mais Sa MajefNt fentant combien les furprifes, les
erreurs, les fauffes operations font nifibles iona armee,
& au bien de fon service, & qu'elle pourroit y refter ex-
poee, fi apdrs l'avis du Confeil de la guerre, Elle ne
fe d6terminoit que fur le rapport de fon feul Secretaire d'ttat
de ce department, qui pourroit lui-mrme avoir entraine
par fa preponderance, l'opinion du Confeil de la guerre,
cu s etre trouve d'une opinion contraire a l'avis du Con-
fell; inconvenient qui, dans Fun ou dans 'autre cas,
pourroit rendre fon. influence prefqu'egalement dangereufe,
Elle entend former aupres d'Elle un. Comiti intime de la
guerre, oh tous les plans, projects ou regiemens propof6s
par le Confeil, front rapportss ou difcutes, en fa pre-
fence par le Secretaire d'etat de la guerre, en fa quaiite
de Prefideat du Confeil de la Guerre, & o'u Elle ne fe
diterminera ainfi a hs adopter, rejetter ou modifier, qu'avec
une parfaite connoilffance des objcs qui front mis fous
fes yeux.
6 Ailt qu'il y aki de 1'enfemble & de rharmonie dans
tnutes les parties de l'adminifiration, & que ce Comite in-
time de la guerre, reuniffe le concours & en meme temps
la contradiction de toutes les lumieres, foit generales foit
particulieres, qui pourront fonder la contiance de Sa Ma-
jef il fera compof6 du Miniftre principal de Sa Majefte,
du Secretaire d'jfat au department des affiires 6trangeres,
d'un ou de ddux MinifIres d'ttac felon qu'il conviendra a
Sa Majei'l de les y appeler, du Secretaire d'tat de la
guerre. Un de ces Membres fera toujours le plus ancien dudit
Confeil, & f'autre un Membre au choix du Confeil; &
s'il y a un avis oppofant a celui du Prefident du Confeil,
ou du Confeil compof6 d'un tiers de voix feulement, ce
fera de droit un des Membres qui auront former cet avis,
choifi par la totality d'entr'eux.
z8 En cas de guerre, Sa Majfte fe propofant de faire
ufage de ce Comite, pour y difcuter & arreter les mefu-
res & operations relatives a fes armies, Elle y appelleta
ceux de fes Generaux dans les talens & experience def-
quels Elle a confiance ; mais alors le Secretaire (d'Itat
de la guerre, n'entrara audit Comit6 qu'avec un feul Mem-
bre du Confeil de la guerre, qui fera toujours le plus an-
cien. Se referve Sa Majefte de determiner par un regle-
snent particulier, tout ce qui pourra regarder les fonmtions
gntbrieures du CQnfeil de la guerre, & la forme de fes
deliberations. .


Arrcit du Confeil d't at du Ro!,dau i ?
concernant Its penfions.


Oobre > 1787


Voila le precis des z6 articles qui component cet Arrt,
Toutes les graces picuniaires annueiles don't les brevets
font ad6uellement expedies, accprdes avant ou depuis 'oo.
que du 29 Janvier 1770, quel qu'en foit la denomination &
de quelque department qu'elles dependent, jufqu'A la fommin
annuelle de 2400o1. front affujetties, fans aucune exception,
pendant I'efpace feuleraent des annees 1788, 1789, 1790,
1791 & 1792, aux mnmes revenues qui ont et6 ordonnees
par l'Arret du Confeil du 29 Janvier 1770. Ceilei de 24001.
jufqu'a 8000 1. front affujetties pendant lefdites annees,
a la retenue de troi disiemes ; celles de 8ooo jufq' 20ooo001.
a celle de trois dixiemes & demi, & celles de 20000oooo l,
& au-deflus, a quelque fomine qu'elles montent, a la re.
tenue de 4 dixiemes. Et front employees toutes les diffi:.
rentes graces annuelles dans chacune defdites divisions, eu
igard au montant de chaque brevet, pris fur le pied des
fommes eniieres originairement accordees, & ce, lors meme
que le brevet feroit former de la reunion de plufieurs graces
fucceffivement obtenues. Et feront imputees fur lefdites retu-
nues celles que fupportent d6j) les penfions ou autres gracc
accordees jufqu'% pr6fent, formant la totality ou portion
defdits brevets. Seront au furplus lefdites graces accords
ou a accorder, porties pour leur montant en entier, dr.,
les 6tats annuels, fur lefquels les Lettres Patentes feront
expediees avec mention des revenues faites fur cell-s
atauellement exiftantes, en vertu des precedens Reglemens
ou dudit Arret.

RMglement fait par Ie Rol, concernant l'icole Royale Militairn,
du p9 Oobre 1787.

Sa Majefle 6tant ront6e fur le trone, n'a pas tard,
better fes regard fur i'cole aue fon auguile Aizul avoit
fondee pour la jeune nobleffe de fon royaume.
Confiderant d&-lors que le regime de cctte cole ne
rempliffoit qu'imparfaitement les. vues d'uwilite & de bien-
failance dans lefquelles elle etoit 6tablie, Elle a cru devoir
y faire quelqujs changemens. Le principal a Cte de difrli
buer dans des Colleges fitues en diff.rentes provinces, un
certain nombre Ad'ives, afin de rendie par ce moyen,le
bienfait d'une education gratuite, plus gniral & &woins, dil-
pendieux.
Sa MajeflI, guide aujourd'hui par les memes pr.r.cipnp,
& force par des befoins imperieux a recheicher ftri{t u.-.
fement tout ce qui peut tendre au fouAgemrent de fus pe-
ples, a cru devoir porter encore plus loin ce premier chn-
gement.
Elle n'a pu s'empicher de remarquer qu'une parties d!
l'&abliffement de f'Acole de Paris, l:trbloit contact ee a'
luxe & h la miagnificence: que cette magnificence qui c.'n"
traftoit avec les facules & la &fdination de ceux qte I.
feu Roi avoit eu intention de favorifer, s'oppofoit i a
que le nombre en flit auffi etendu qu'il devoit I'tre,
& qu'il 6toit poffible en l1s fupprimnrt, de multiplier I
l~ves & en mem~e temps de fsite turner au profit di
trefor royal, des (ommses co.fildrables abforbees par dL
d6penfes inutilcs.
Sa Majflc en confequence a rpfolu de fuppnri t
l'Lcole l hdi'.ire de Faris de placer les I.Cves das r s
Ecoles de province ; d'en augmenter le norabre '.:e, ce
moment ; d'afirter pour I'avenir une augmentation ,c01C






e'us fenfib'e : & comm. ; malgr- cette aigmen' -tion;
il eft poilible de fe procurer fur les .fonds de ladite Lcole,
une economie d'environ doupt cents milk lives d'employer
cette fomme a des objets intreffans le Militaire, auxqurls
le trefor royal fatisfait aujourd'hui, & don't ii fera par ce
rnoyen dicharg4.
Sa Majef~t touchee en meme temps des facrifices que diffe-
tens Particuliers ont fait pour hater la conftrudion d.s
0nouveaux afils qu'elle prepare aux pauvies malades de la
ville de Paris, E!ie a cru n! pouvoir fair un meilleur
utage des baiimens de l' co'e Miitaire, que de les donner
3 la ville de Paris pour les confacrer a un de ces afiles
ou a queiqu'a'tre eabliflement qui pourroit y C&re plus
iutilement plact. C'eft ainfi que tntis les vocux de foa cceur
fe trouverom a la fois remp'iis ; Elle aura fait au b:foin d
I'I-tat le sacrifice d'un luxe fuperfla ; Elle aura, tant par la
niefure qu'elle prerd a6tuellcment, que par celles quEile
fe propofe de prendre, ameiiore une foundation refpedtable.
Enfin, fans furcharger le trefor royal, Elle aura trouv6 le
inoyen d'exercer fa bienfaifance & de tcmoigner fon amour
pour les pauvres.
Ce Reglement content huit articles.

Arrit du Confil d'lEtat du Rol portant fipvreffton de
plaficurs Libdies.

Le Roi erant inform- qu'il s'eft repandu dans le Public
diffrens iibelles &c. Sa Aajjfl etant en fon Confiil, de
I'avis de M. le Garde des Sceaux, a ordonne & ordonne
que lefdits libelles: it Memoire fur une Queftion d'adultere
& de feduAlon, contenant 93 pages, commencant par ces
mots: Cette c.,vfe intvirefe a li fois, & finiffant par ceux-ci:
qui font maintenant fan partake. 2o Obfervations du Sieur
Bergajfj, fur un 6crit du Sieur de Beaumarchais, contenant
7 pages, commen'ant par ces mots: Jai aufi que!ques obfer-
vations a faire, & finiffaut par ceux-ci: Mes mains porte-
roient des fers. 3 Obfervations du Sieur Kornman, conte-
nant 4 pages, commengant par ces mots: Je viens de lire
un icrit & finiffant par ceux-ci:Je pourrai la rendre A fes
enfans. 40 L'an mil fept cents quatre-vingt-fept, Precis de
l'adminiftration de la Biblioth6que du Roi, fous M. le Noir;
contenant 1i pages, commernant par ces mots : Dans un
pays oki les mceurs, & finiffant par ceux-ci: teus les forfhits
qu'il a commis, front & demeureront fupprim6s, &c.
Arrct du Confiil d't'tat du Roi, du 13 Odobre 1787, qui
autorife la vilie de Paris, a ouvrir un emprunt de douze
millions, rembourfables en un an par voie de loterie, au
profit des Hopitaur.
i Le Bailli de Sufren Chevalier des Ordres du Roi,
que Sa Majef&6 a nomnm4 au commandemrnrt de I'a rmatn
navale a euI l'honneur de fire fes remercimens au Roi,
hui itant prffent6 par le Comte de Montmnorin, MinifIre &
Secretaire d'Atat ayant le department des affaires etran-
geres & charge de celui de la marine par interim n.
( Gazette de France, n0 84 ).
Extrait des n'" 39 43 6 44 du Mercure de France.
-c On dit que M. le Duc d'Orleans eft l la veille de
vendre, par parties detachees, le Comte d' ,vefnes, fitu_
dans le Hainaut. Cette alienation produira a S. A. S. envi-
ron i5 millions. On affore, en outre, que ce Prirce achtte
du Roi, le cha.eau & le parc de Vincennes qu'il vendra
emruire en detail aux particuliers, pour des mailons de


47
t M. de Kerfalaun, ancien Confeiller au PiriNAmnt de
Rennes connu par fa refutation du difcours de M. de
Calonne a l'Afiemb1ie des Notables a 4t6 arrete a la bar-
riere de Charenton en arrivant de Troyes oh il avoit
fait, dit-on, depuis peu, plufieurs voyages, & conduit 4i
la Baflille : deux ou trois autres perfonnes don't on ignore
les norns, out ite renf.rmCes, a ce qu'on affure, dans l-
mtmce chateau, le lendemain & le furlendemain. On ignore
la raifon de la detention de M. de Kcrfalaun qui eit t6i;
d'un ancien Doyen des Confeillers au Parliment de Rennes,
tout ce qu'on croit favoir, c'eft qu'on a faifi 1 fon donmi-
cile 'a Paris fon porte-feuille qu'on prefume contenxi
des papers tres-importans puifqu'il a &6 interrog le
Jeudi & le Vendredi fuivant pendant plufieurs hl.utes
par M. de Crofje, Lieutenant general de Police ;.
Les faillites de MM. de Sainte- James & de Serilly
faifoient craindre pour le bel itabliffement du Mon?-Cenis,
aujourd'hui la plus important des fonderies du Royaume;
mais dans une Afflembl.e generale des A&ionnaires M.
Chardin qui y a affifle comme Commiffaire du Rol, a
donned les plus fortes affurances de la protedion que le Roi
continue d'accorder a cat etablihffemnt. S. M. lui a done
le titre de nmanufa&ure royale : elle permet la publication
des anions & leur difthibution dans le public. M. de Serilly
en avoit 1756 & M. de Sainte-James 878. Le Roi les
garde en cautionnrement. Les acions font de 2,400 1. L .
Oa a plus que jamais 'efperance d'obtenir de M. de
Brienne le travail avantageux qui doit egaler la depenfe a
la recette. II parole que les honoraires des MinifIres ne
front plus a l'avenir que de oo,00oo 1. Le Prelat-Minif-
tre s'occupe aduellement des riformes a faire dans le
department de la guerre : on affure qu'il a le project de
mettre tous les Regimens a 4 bataillons, & de fupprimer
tous les Officiers en second qui y commandent. Cette r duc-
tion pourra produire 7 8 millions i.
c It eft beaucoup question d'un imp6t a mettre fur les
croif6es : chaque fenetre donnant fur la rue payeroit 40 f.
& celles fur la cour zo f. chacune. Cette impofition ne
feroit prelevee que pendant deux ans, depuis 1788 jufqu'i
la fin de 1789. On fait que cette innovation eft execute
en Angleterre ,,.
M. le Duc de Nivernois s'eft retire du Confeil royal
du commerce & des finances #.
i Le menoire de M. de Calonne eft toujours attend
avec beaucoup d'impatience. On a fait dans les bureaux un
releve des penfions que cet ex Miniftre a accord ies pen-
dant I'efpace de trois ans & quatre mois qu'd a ete dans
le Miniftlre, elles moment, dit on la fomrme de cinq
millions quatre cents mille livres i.
c M. le Chevalier de la Luvrne free du Comte &
Miniftre plenipotentiaire du Roi, pres les as:as Unis de
1'Ambrique, remplacera M. le Comte d'Adhemar en quality
d'Ambaffadeur de S. M. en Angleterse. MM. de la Lt.tene
font neveux de M. de Malesherbes Miniflres di tat &
its font proches parents de M. de la Moignon, Garde-des-
Sceaux ).
c La nouvelle qu'il y avoit eu une rev~rihe au Cap, Ifle
Saint Domingue, eft faufle; il eft ffi ament vrai qu'il y
avoit eu beaucoup de fermentation, a l'occafion de I'Ctablif-
fernent des paquabots ).
i On done pour certain la fuppreffn d la Gendarme-
xie, corps extrmement difpendieux; & l'on dit que M. le
Marechal de Cafies commandant ce corps, y a confemni i.
.a M. le Larwn de reatui, pendant I'intirim qu'il a






48
e-rc It fl dcprtcment de ]a guerre a fait klcider par StJ
M. la fupprciuon &' la vente de l'arfenal qui ea Jlll-
vemint un itabliflcment fort inutile & mnee dangcr-ux
daa la v.ie de Paris : le terrain qu'il occupe etant ce plus
ae 6o arpens fela dizibu. en rues & 'emplacemnnt
des rani[ons qL4i ks bord"rot fera venda u proli: du
trefor royal. O.I clime que cette ve;z:t rendia plus de
trc"s millions & qu'il en irfuikera de plus une &conomie
de gages & d'en:r.tien d'enviro 180,000o I. pr an >.
i L- ui4 mire juillaicat"f de M. Jd: Calonne eit a Ver-
failles depuis le Vendredi 5 de ce mois ( Oaobre ) : le
Roi I'avoi: ce jour -Ia, & Il lendemain il a du Ct:e pir-
ferte mi'n{eri,.lement S. M. par M. le Garde-des-Scea.ux.
C'ef61 tne irecuie au Roi qui avec les noies en petit
cara~e .a don't cile eft accoin:pagbee, former un volume de
:oo page.s in-4, grand papiecr. Quelquts exempilaires en
feromnt fans doute bientoc repandis dans le public v.
li n'c6l question que d'encourag:mens propres a rani-
iner le commerce. Un particular vient de donner le prcjet
poar Iexcavacion d'un canda, qui conimuniqueia de Ia mcr
depurs D:eppe ,. en pi-Yait par les tertes au fauxbcurg
Saint-Martin, a Paris. Ce canal doit Cue siAL lar ,ge.
althz ptofond pour favorifer la navigation maichande, &
cit.ir ; Pitis, dians un bafia creufe au milieu des marais,
fiiC, entire Ie. fauAbourge Sziirt-Martin &, du Temple, une
pcplr..ee de nivires marchands : tout ce travaii hydrau-
lique fcra exe&ut4, a ce que 1ron affure, fans &clufis. Ses
En:rcprcneurs prteendent que le Gouvernement a dj'a
rCferv 1i6, co-, coo pour ce monument digne de la
fpleadeur des bLaux jours de i'lgypte & que les exca-
vaions fe commnenceront dans les terres de Normandie au
printemps prochain ,.
On croit que les reforms dans le department de la
gnerre rn tarrcexont pas a paroitre : on announce qu'elles
aboliront le tirage force de la milice pour y fubftituer des
l.vees d'hcinimcs fai'es fans contrainte au moyen d'une
fcm:ne confi-drable qui feroit donnee pour chaque enga-
gement. On cbtiendroit cetne fomme par la perception d'un
#cu fur cheque celiba:aire ou vecf, qui feroit dans le cas
ce tirer au fotr. On etablirolt atfii la faculty pour les fol-
da-s de rach-eter leur cong. moyennant 250 livres : on
flimne que le prix de ces cong6s & la contribution d'un
hcu, produiroient au moins 16 millions, don't une parties
"troit encore employCe fupprimer les engzagemrns qui
,,'excutent par la force ou p, la rFie: il feroit en o.utre falt
des fonds pour gratifier de 6o< 1. chaque foldat qui auroit
faitr n co: g de hult ans; celui qui en auroit fervi feize,
auroit 1200 1. 6c ceux qui en auroient fervi vingt-quatre,
2oo 1. On fuppdrmercit I'HStel des Lnvalides, & on fe
contentreroic de doerner a chaque v6-6ian, au liea des Lnva-
lides, une penfieai viagere de 300 liv. On ne dit pas
(que ce p.an foit at;e-1 mais, feLement qu'l en eft fort
seqcQicn ,.
a On aflure. que le Parlement fe propofe de fonder uli
nouvel H-pimal a Troyes ; il frocit coxALruit fans fafle ,
imais do:a abondamnment. Ce monument attefteroit 'a pamals
la reconnoiffance du Parlement envers les Habitans de cecte
Tille dorn il a t fi bien ascue .li, & fon inferipion


rappellero'I Ai la pcfitei ce ie circoaflance n;
a M. I'Archeveque de Touloufe a requ un bref du S.nt.
Pere, qui, en le felicitant de fon elevation & de fes grasids
fucces en adminifiration, f'ehore a ufer de toute fa faver
aupres du Rci, pour affurer de plus tn plus a l'Eglile I,
protection que S. M. lui accord. U parcit qu'aux ctics
de ce bref, M. l'Archeveque de Touloufe recevra le chi.
peau de Cardinal au commnencement de cette annre. Q.1
veut que M. de Laval de Montmorency, Grand Aumia.
nir de France, & M. Ie C('irc de Juigni, s'attendent 'a
meme faveur ay.
cc Monfeigneur le Duc d'Orleans vient de vendre, a ce qu!
Y'en aflure, a l'Imperatrice de RuTfie, fon fuperbe cAlbne
de camees & de pierres graves, don't le catalogue impm;im
donnoit une fi gtan)de i-dee. On regr.te de voir palter chl.
'ti anger, & fans e!poir de recour une fi precidute ccl-
k~ien ,. *
,t M. le Prince de Nafau Sieghen, qui etoit venu a Palis,
pour ecmender juftice die 1'indcence avec laqudle Ie Sieur
Ko nman & fon dcfenfeur out ofe I'attaquer, ainfi quela
FincdTe fon 6poufe, dans leurs diffrens libcl!es, ayari
obter.u iontre I'un & 1'au:rt un decret d'iajournemeint p .-
fonnel, & cedant au defir effrene d'une gloire plus digni.
de lui, dent la guerre des Tuics lui offre une fi bill,
occafion doit partir inceffammen: pour aller comba.tre faus
1,s ordres du Gen&ral Ruffe. On n'a point oublie le cou.
rage inrr6pide qu'a montri M. le Pirce de Naffu, din\
le temps qu'il commandoit- une batteries flottante, au fig:
de Gibraltar n.
a Un Courier arrive de Vienne, a apporte la d'c'ara.
tion folemnelle de 'Empereur, qu~il avoit fait un traii
d'alliance avec l'rmpratrice de Ruffle & la RWpubliqu
de Venife, core les Torcs; & que le plan des Co-Allies,
eft de renvoyer les Ottomans en Afi ;.
t L'Ingenieur en chef das Turcs, eft un Anglois, qui
fut accuf. & convaincu il y a z6 ans, d'un c1ime des
plus graves dans les pays civilif6?. Condamn 'a ere pendu,
il obtint fon pardon, a condition qu'il quitteroit lArgl:-
terre. Lzs piogis qu'il a f.it fire aux Tures, pour l'
service de I'Artilleriei, lui ont donned le plus grand credit
aupres de la Por e 4.
( On ne garantit la verite daucune de ces noizvelles extrait.s
du Mercure ).
a Le Miniflere de la Marine efti dcidement donn a
,,le Comte de la Luterne, firre de M. l'tiveque de Langres,
I & Gouverneur general des Ifles fous le Vent. On eft alli
Sle chercher a Saint-Domingiue, ou il eft peut-etre loin de
l longer 'a la nouvelle de foa e16vation. Ce choix fait d'au-
,,tant pits d'honneur au nouveau Miniftre, que fon mirie
,feul a fit fa recommendation -. (Courrier dc l'Europe, 11 26).
On & it de Breft, en date du 12 Novernbre., que hls deaL
vaiffeaux de ligne, le Suprrbe & le Liopard: viennent .
fire 1'effai d'un nouveau g.rement qui a parfaitement rufli;
M. de Kerfaint eft I'auteur de ceite invention.. Le Supfe,
doit remetre en mer, avec qtatre frigates, pour la ftatioi
ordinaire de Saint-Domingue.
( Nous donnerons l'ordinaire prochain les details. de 1'anri,
gemest fault entire la France 6& la Grande Bretagne.


Avec perrm I'n de AfM. li Ginral & Intendant.


AU PORT-AU-PRINCE, DE L'IMPRIMERIE ROYAL







r'lull-U-'- -11 -s u-- lam-m-uniu-
4^ ^ ^S***


B.


SX- No .


AFF LHE E

... 'L~i Je



MOUVEMENS DIS, PORps DE 1OUEST 1T I
Arrive de navires Francois.

A U Porr-au-Prince, le 13 Janvier, la Con--
corde, cyi-P. Blaulieu, parti de Bordeaux le 14
Novembre, ayant touch, a la Guadeloupe. .
L'Hircule, capir. Bontet, parti de Nantes le
l1 Novembre.. . .
VHdrtheifen, capit. Deyremr, pzrti de Bor-
deaux le 16 Novembre, ayant touched au Cap.
. Le Vielor, cap. Ferey parti du Havre le
16 November, ayant touch au Cap.
Le 2o, la Fidoire, capit. Auger parti du
Hivre le 11 Novembre .. .. .
La P.tite-Roche, cap. Pinaux, parti de Nan-
tes le 26 Novembre. . .
Le Saint- Bruno, cap. Caffe, parti de Marfeille
le 22 Oobre. .
Le 23, le Jufle, cap. Moreau, parti de Nan-
tesle 19 Novembre... . .
Le 24, 1'Alexandre, capit.. Moreau, part de
Nantes le 17 Novembre. . .
Le 21 k Sage capit. Cherpui, parti de
Bordeaux le i i Novembre. . .
L; Nanette, cap. Meinjeau part de Mar-
feille le 26 OAobre . .

Total des pafagers arrives depuis le i Janvier.

6 des batimens .


DU SUD.


PASSAGERS.


113


(11 y a dans le port 5 batimens frangois de long course .
A Jere'mie, le 13 Janvier, le Cilbre, capit.
Langevin parti de Marfkiile le 6 Odobre.

Twtal des pajagers arrives depuis le i Janvier. o0

& des batimens. . 2

A Saint Marc, le 7 Janvier 'Artibonite,
apiV. le Court, venant du Port-au-Prince.
Le 12 l'Artibonite capir. I'Aralde part
le Pordeaux le 29 O&tobre.
Le 13, le Mafrs, capitaine Roques, venant
U Port-au-Prince.
Le Mars, capit. i'Artigue, venant du Port-,
U-Prince.


RICAINES.


1788.


L'Henriette, capit. Vigueux, parti de Nan-
tes le T Novembre... . .
La Defirde, capit. Bacheler, parti du Havre
le i i Novembre. . . *
La Sainte Claire, capit. Sauvage, parti de
Bordeaux le 16 Novembre, ayant touched au Cap.
Le 23 le Zinith capit. Bauzan parti de
Marfeille le 2 Novembre. .
VLAimable- ViQoire cap. Mamouffe, venant
des Gonaives.
Total des paffagers arrives depuis le it Janvier.

& des bilments ; .


PASSAGERS.

IaI

3


(II y a dans le port so batimens francois de long course .

Depart de navires Franfolit
Du Port- au- Prince, le 13 Janvier, le Mars, capitaine
1'Artiguje, pour Saint-Marc.
Les Bons Enfans, capitaine Paon, pour Bordeaux.
Le x6, le Niceffaire, capitaine Dupeyrat, pour idem,
Le 20, le Prince-de-Condi, cap. Duplantier, pour idem;
Le 24, le Saint-Jofeph, capitaine Rigal, pour idem.
Nous ignorons le nombre des pajfagers parties.
Total des batimens parties depuis le '" Janvier. 7
De S. Marc, le 24 Janvier la Gracieufe,
capitaine Doucet, pour-le Havre.
Nous ignorons le nombre des paffagers parts.
Total des bJtimens parties depuis le i'" Janvier. 2
'Arrivic de navirts rangers
Au Port au- Prince, le 12 Janvier, I'Amitie, capitaine
Deshon, de Peperlboroug.
Le ei la Sufanne, capir. Elliot, de Nortfolck.
L'Indufirie, capit. Dunton, de Philadelphie.
La Lidia, capit. Tucker, de Salem.
Le 2o, la Nancy, capit. Quaid, de Philadelphie;
La Rachel, capit. Chudevich, de Bofton.
Le Swalow, capit. Perkins, de la Nouvelle-Londres.
Le 21, la Sophie, capit. Andolle, de Philadelphie.
Le Dauphin, capit. Cuningham, de Wicaffet.
Le 22, le Cumberland, capit. Smith, de Falmouth.
La Baethfy, capit. Bowdilch, de Salem.
Total des baitmens strangers arrives depui4 lh i Ja r',,r t(o'


~- -~
1W


/49


AME)

udi 3 r Janvier








Deplart dt a ftVres t$ t1.gr
Do Port-au- Prince, le x6 Janvier, le Recovery; apl-
iamie Irish, pour New-Yorck.
L. 24, 1 leDjphin, capir. Folger, pour hidm.
Le Perda, capit. Paddock, pour idem.
TotWl des batimens strangers parties depuis Ie s" Janvier (8).


tNiK xs


MA ato NS.


A Jr&emie, le 17 du mois dernier, ellft entree a la Geole,
vn Negre nouveau, Mine, etampe fur le fein droit GAU-
GET, & fur le gauche JN taille de I pieds i pouce,
ayant des marques de fon pays fur les tempes, ne pou-
vant dire (on nom ni celui de fon maitre.
A Saint Marc ,. le 14 de ce mois, Tambour, Poulard,
ktampe fur le fein droit NRG agi de 25 ans taille de
5 pleds 8 pouces, ne pouvant dire le nom de fon maitre;
& Jacques, Congo, etampe fur le fein droit G CHEVRIER,
au- deffous CAP ag6 de 21 ans, taille de 5 pieds fe
difant appatevir A M. Chevrier au Cap : le 18, Pierre,
Creole iterip fur le fein droit BERGET, au-deffous
STM,, (g d 28 a:san;, taille de 4 pieds 8 pouces, fe difant
a;p~a~i r .4 A Pint, Chirurgien a l'Artibonite : le 24,
Ja.quef Corngo &eampe fur le fein droit illifiblement,
marque de petite-v&role, g6 de 30 ans, tailie de 5 pieds
pouces f, difant appartenir a M. Richard Habitant
caf ier, dans la dependance du Cap.
A Jacmel le i de ce mois Major, Congo fins
&tampe apparent, age de 24 a 6 ans taille de 4 pieds
ai pouces ayasn des marques de ion pays fur I'oomac
& le ventre, fe difant appartenir a M. Caradncx, Halitant
zu Cul-de-Sac : le 2 o, Polyte, Creole etampe fur
1q fein gauche de lettres illifibles ag6 de 30 a 32 ans,
taille de I pie s 3 pouces ayant un nabot a la jambe
gauche fe difant appartenir a M. Lapierre, Habitant a
Liogane.
Au Petit-Goave, le 2t de ce mois, Cuaidon, Canga,
dtampe fur le fein gauche NIdIfl3j l gfg de 23 a 24
ans taille de 5 pieds 4 pouces ; & Frangois Creole ,
ktamp6 for le fein droit REC, age de t8 & 19 ans, fe
difant appartenir & M. Bernier, au Cul-de-Sac.
Au Port-au-Prince, le 22. de ce mois, Martin, Arada,
etamp6 illifiblement ag6 de 29 ans taille de pieds (e
difant de l'habitation Goureau : le 23 un jeune Negre
nomrnm Arklquin, etampe BONNE MY, fe difant appar-
tenir lIa nommie Bonne, M. L. a la Croix-des-Bouquets:
le 27 Jean Thomas Congo 6tampe illifiblement, fe
difant de 1'habitation Blanchard,

A N m r v x i A X r s.

A Saint-Marc, le it de ce tnois, it a &th conduit a la
Geole un cheval anglois fous poil brun fans 4tampe
apparent, court queue, ayant une 6toile au front : le
13, une mule aveugle, fous poil brun, htampe illifible-
ment fur la cuiffe di montoir, ayant les oreilles clabaudes:
le 2t une bourrique fous poil fouris 6tampie fur le
cou IC.
Au Port-au-Prince, le i~ de ce ra-is, un bourriquet
focus poll brun, tamper auitant qu'dtn a pu le diftinguer,
MN : Ie 24, un idem foUs poil grits-de-fer, &tmpe d' tanm-
pes efpagnoles : le 27,, un cheval fois poil grits blanc,
fans 6tampe apparente, ayant une oreille clabaude; & une


jument fous poll gris; 4tample; autant qu'on a pu le di.
tinguer HD : Ie 28 un bourriquet fous poil brun,
&6 P-I; &t une bourrique fous poil brun 6tampt
iilifiblement.


AVIS


D'AD MINISTRATION.


II1 a Wh infr66 dans les Affiches Ambricaines, du 17 de
Janvier, que M. Daquin a iti relevi par Sentence dua Side
de Saint-Marc, en date du p du mi'ne mois, de tinttrdicion
prononcee contre lui fannie derniire : il eft n&effaire, d'aprds
cette publication, de faire connoitre une des difpofitions de
cette Sentence. Eile eft concue de la inaniere fuivante:
a Nous renvoyons le Demandeur l1'execution de notre
) Sentence du quatorze Septembre mil fept cent quatre.
, vingt-fix en ce qui concern r'adminiftration des bieun
y du Sieur Daquin, confine a la Dame fon ipoufe -.


A V I S


D IVE R S.


4 Les navires la Vkioire, Capitaine Tardy & le Difir,
Capitaine Pelli6, arrives le 6 du courant de Porte-Nove,
c6te d'Or, avec de belles cargaitons, le premier de 300
Negres, l'autre de 380, a Fadrefle de M" Rafleau & Crm-
pagnie, qui en ont ouvert la vente las i t & 1 du courant;
plus le navire la Reine-de-Golconde, Capitaine Dumont,
arrive avec une belie cargaifon de 260 Noirs, auflia I'adreiff
de M" Rafleau & Compagnie, qui en ont ouvert la vente le
13 de ce mois.
3 Le Sieur Commeau, ci-devant rabli au Cap, a'hon-
neur de prevenir le Public, qu'il a difrous fa fociete avec
les Sieurs Desportes 6& Delletant, & qu'il vient d'en con-
trader une nouvelle avec les Sieurs Polchet 6 Roux, de
LUogane, fous la raifon de Commeau, Polchet 6& Roux :
ils font offre de leurs services, a M" les Habitans, etant
non-feulement affortis pour tout ce qui eft relatif a une
habitation, mais encore des comeffibles en tout genre.
3 Madame de Saint-Mefmin, & Mademoifelle de Motmans,
heritieres beneficiaires du feu Sieur Durand de Beauval, defi-
rant connoitre les dettes de la fucceflion dudit feu Sieur de
Beauval, pour prendre un part convenable I la liquida-
tion de cette fucceffion, prient M" les creanciers de ladite
fucceflion de remettre en 'etude de Me Baudamant, ou de
Me Perdereau, Procureurs, un 4tat du montant de leurs crian-
ces en capital, interets & frais.
2 La nommee Marie-Jeanne, connue fous le nom de
Marie-Jeanne Beifon, N. L. Habitante demeurante aux
Caiemites, tant en fon nom de 16gataire du feu Sieur An-
drd Bejon, qu'en celui de tutrice de fes enfans mineurts &
bienveillante de fes autres enfans majeurs, auffi legataire
dudit feu Sieur Befon a lhonneur de prevenir tous ceux
qu'il appartiendra, qu'en fes dites qualitks, elle a obtenu
la dhlivrance defdits legs, par sentence du Siege Royal du
Petit-Goave, confirmed par Atret du Confeil Superieur
de Saint-Domingue, & que l'habitation dependaate de
la fucceffion dudit feu Sieur Andfi Refobn, fitude au Fond-
Palmifte, quarrier des Baradaires, eft hypothkquee au paye-
ment defdits legs.
i M" Henri Marchand & Comparnie, prient les crkanciers
de la fucclffion Uofnieux de vouloir bien leir communique
leurs tires, "ef'et de repartir une fomme de (ou:e miile li,








I e leur a comptO M. Lamauve, ex&cuteur-teftamentaire dudit
aieur fofnieux.,
Me fondin, Notaire & Subftitut de M. le Procureur
du Roi, a 'flet-a-Pierre-Jofeph, dependance de la Jurif-
ditfion de Jrermie, fonde de procuration des hi iers de
feu M. Mathurin ('ornic, vivant Commandant dcs> Mlices
& Habitant au quarter des Abricots, meime dep:clance,
invite les crianciers de ia fucceffion de mon:liz feu Sieur
Cornice, fi aucun il y a de fe faire conneitre & de lui
communiquer inceflamment leurs titrts de cL one afin
de le minettre a mmne d'en payer le mo,.-'K,
M" Lafiteau 6' Lafargue, ont I'honnea.r J p vei.r M"
les Habitans, qu'ils vienrent de rc,.voir o9 r ,ieau parti
de chaudieres a fucre, potin de P g. ; i leur of.-nt
avec plaifir celles don ils pourront avo* '. o
i M. Jofias, Habitant au Mont-Rc1,w dl.n:Ic aVi' qMu'il
fair alueliemnent fa refidrnce a Saint- i"'t II pZi, les pr-
fonnes qui oat a lui ecrire, de lui adreiffr iears lettres au-
dit lieu, ainfi que M" les Dire6teurs des Poiles, de lui
fire parvenir celles qu'ils auroient a fon adreffe.
i Le Sieur Etenaud, ci-devant affocie du Sieur Pilon,
pour le Cabrouetage, ayant pris a ferme la portion de
imobilier dudit Sieur Pilon, a Fhonneur de prevenir le
Public, qu'il continuera feul de faire les charrois pour ceux
qui voudront honorer de leur confiance.
x Le Sieur Pierre Bethomme, a Saint-Marc, a lhon-
Iieur de privenir le Public, qu'il vient de diffoudre fa
focikti avec le Sieur Baud, & que la raifon fe tient fous
le som de Pierre Belhomme & Compagnie.
x M"m Labarriere, Habitante aux Cayes, previent M"
les Capitaines, Nigocians & autres, qu'elle n'a que des
enfans mineurs, & qu'elle ne payera aucunes de leurs
dettes; comme aufi, qu'elle fait fes affaires par elle-meme,
& ne payera aucune dette contrat&e fur des ordres dilivr6s.
i Le Mardi que fon comptera 26 Fevrier prochain, a la
requete du Sieur Devarieux, Habitant dans les hauteurs
do Petit-Goave. En vertu de sentence de M" les Officiers'
de la Sinichauffie dudit lieu; il fera procid6 a la Barre
du Siege, I la vente par licitation, d'une habitation de la
contenance de i to carreaux, fitu6e aupres de la ville du
Petit-Goave, don't 8 en coton & indigo, 4 en vivres, 20
en favannes & le refle en beis debout; avec les biaimens
qui font fur ladite habitation, ainfi que le tout eft plus
amplement d6taille dans la carte-bannie dreffte a cet effet,
don't on pourra prendre connoiffance chez M* de Cornotte,
Procureur en ladite Sknichauflee, qui donnera tous les
renfeignemens neceffaires, & communiquera les titres de
propriety.
S M. Birad, Apothicaire en cette vile, donne avis
que la focit~ qu'il avoit avec M. Lenoir, eft expire du
31 Dicembre dernier; il vient de la dilfoudre, & il refle
feul charge de la liquidation d'icelle; il continue toujours
le meme commerce, & ii efpere que ce changement n'en
apportera aucun dans la confiance don't on a bien voulu
I'honorer ci-devant.
SM. le Chevalier Dahenous, Habitant an Cabeuil, quar-
tier de l'Artibonite, prevent M" les Habitans, qu'il vieat
de monter plufieurs cabrouets pour les ;:harrois du coton
& cafe; il a i vendre de la chaux & des bois de cafes
a Negres.
11 fera proc6di le %6 Fevrier prochain, iffue d'audience,
erdinaire du Mardi, la Barre du Siege Royal de cette
vi!le, au bail a ferme pour 5 annees conficutives; de
tliis ttes do Ntgres, bons tailleurs &t d'an Nigro ton;


nelier, rxtrni Ptimp t; f ivart. les charge, clauses 49
conditions de la carte-bannie, don't on pourra prendr4
connoiflance chez le Situr Binafpt, a qui leIdits Ngres
appartienrent.
i LeSieur Dauce, Coiffur pour home & pour femme,
nouvellement arrive en cette vilie, a N'houneur d'offrir ies
services au Public, les perforines qui vordront I'honoier
de leur confiance auront lieu d'etre fatisfaites, & pren.-
dra auffi des 6l1ves; il prevent en outre, qu'il tient mae
gafin de parfumerie, eau de Cologne, de chez Fargeront,
toutes fortes de pommades & de poudre rouffe, bodies da
paflilles pour parfumer les appartemens, eau pour teindre
les cheveux & les fire croitre; poupees pour apprendre
aux Nigres a coiffer; il tient auffli magafin de modes,
vend flumes nouvelles, mouchoirs 7-4, a la mode, rubans
de Florence, chapeaux de toumes efpkces & du dernier
gout, toutes fortes de toiles, fouliers Four homme & pour
femme, & autres marchandifes, le tout tres-frais & arrive
par les derniers Nantois. Sa demeure eft rue de Vaudreuil,
pres la place de l'Intendance, 'a coth de M?' Coquet, mai-
treffe Sage-Femme.
i M. David Daguillard, ci-devant Negociant en cette
ville, privient Mr fes crianciers, que M. Leremloure pFre,
lui a rendu fon compete general, le 27 D&eembre 1787, du
Syndicat don't il avoit ete charge par eux; que par le reful.
tat de ce compete, le Sieur Leremboure a encore entire fes


mains une formme de 21, 782 liv. 15 I.1
etre repartie, favoir:
Au navire le Jafon, pour fa cote-part dans
la 7'm & derniere repartition.
Au Sieur Julianny idem.
Au Sr Robles, icm,
Au S' A/lier, Four 5" 6e & ,$,' r partit.
Aux S' Millot & Friou, pour 7 repartit.
Au S' Denaguet, pour 1"l 6me & 7m repart.
Au Sr Aldebelt de Lacofie, pour toutes les
repartitions ,
Au S' Deluge, pfur 6m' & 7f' repartitions,
A la fucccflion Dejan, pour 7"* repartir.
Au S' Prejean, pour folde de la derniere
rdpartition,
Aux heritiers Gerbaud, pour 7m" repartit.


d., qui doit
liv. f. d.
u8i to 3
335 2a 6
1396 Is 4
3225 8 4
1717 10o
801oi6 s15


1000
2486
so8

1o09
395


xl
9


25781 I 5 s
Ledit Sieur Daguillard, qui fe difpofe a partir incelfam.
meant pour France, invite en confluence tous fes crean-
ciers fufnommes, d'avoir a fe pri~eriter chez M. Lremrn
boure, ci-devant leur Syndic, pour y recevoir les fommes
pour lefquelles iis font r6partis; les prevenant en m&me
temps, que le pr6fent avis fera infhre trois fois dans les
Affiches Amtricaines, & que fi, paff cette 4poque, ils ne
fe priffntent pas pour recevoir, il fe pourvoira pour fe fair'
autcrifer a retire des mains de mondit Sieur Lerembours,
les fommes ci.deffus enonches, don't ce dewrier fera &
demeurera bien & valablement dichargi envers qui d&
droit.
Le Sieur Cuq', Chirurgien du navire la Rdene-de-Goconde,
de la Rochelle, Capit. Gayot, a ladreffe de M"Raflau firresr
& Compagnie, prrvient qu'il a apporti de Paris, un partfi
de fondes & bougies de gomme laflique, qui lui ont
ert fournies pgr le Sieur Bernard, qui en eft Vinventeur:
il les vendra en gros ou en detail. NAous, Miedecin du Rao
6 de I'Hopital Royal 6' Militaire du Port-au-Prince, certi-
fons q ga r yV ks ondcs ilafliues du Sieur Bernard, Orfevre









jugeons que ren n'empiche l 4 dftribution. Sign6;
PEYRJ, Mddecin.
i La nominee Jufflne,- M. L. tefidante aux Cayes,
mattreffe par legs a efle fait, par feu Sieur Blanc, vivant
Receveur de 1'Entrepbt aux Cayes, d'une Negritte, Man-
dingue; nommee d'abord Antoinette, enfuite Jufline, a et6
force de recourir au Tribunal de Ja Jurifdiftion Royale
des Cayes, pour obtenir remife de ladine Negritte. Ladite
ufline en a obtenue sentence, qui ordonne la remife de
ladite Negritte; mais le Sieur Blanc cadet, frere du difunt,
fe refuse obftinement de la livrer. En confaquence, la
nommine Jufline, M. L. prie les perfonnes, a qui cette
N1'gritte feroit prifentee pour 8tre vendue, de fe refufer
h cette acquisition, de la faire arrtexr come marronne,
& de la faire coqduire aux prifons du lieu le plus prochain ,
& d'en donner avis au Sieur Derofjr, Negociant aux
Cayes. La Negritte a des petits yeux enfonces, le front
avance, le vifage rougeatre, les dents pointues, & Ift de
h tatile de 4 pieds 5 pouces.

'ktat des Negres ipaves qui dohvent Itre vendus a la Barre de
la Sinichaufdee du Petit-Goave, le 2 Avril 17SS.

Un Negre nouveau, Mondongue, fans 6tampe, ayant
des marques de fon pays, age d'environ 40 ans, entire a
la Geole le 31 Oftobre dernier.
Le 4 Decembre dernier, Pierre, Mondongue, age de
to a, 2 ans, tampe fur le fein droit L F, & fur le gau-
che BESON. B.
Le 12, Jean-Philippe, Creole, fans etampe, ag^ de 28
& 30 ans, difant avoir appartenu a M. Coller.
Un- Negre nouveau, Mandingue, fans erarnpe, age de
3o a 352 ans, ne pouvant dire fon nom, ni celui de foai
maitre.
Le 14, Jean, Congo, fans etamp'e, age de 'a1 23
ans, fe difant appartenir a M. Dupuy, mort au Cap.
Le 29, un Negre Congo, ayant desmarqLes de fon
pays, 'g1 de 24 a 25 ans.
Un Negre Congo, ayant des marques de fon pays,
ge- de 227 a 23 ans, fe difant tous les deux appartenir a
M. Chelld ou Scelli, au Port-au-Prince.
J.an-Picrre, Creole, e ampe ANDRIE, ag e 24 'a 26
ans difant avoir appartenu 'a 5. A.ndri mort depais
deux ans au Port-au-Prince.


DEPAiRTT


po u RA F a A m c s.


3 Le Sieur Bafile Deshayes des Eludis neveu de M'
Doyvn, Avocat en Parlement & Procureur en la Senechauf-
fRe de Saint-Marc, partira inceff.mment pour France, &
declare ne rien devoir.
3 M. Duchefne, depuis 6 mols dans cette Colonle, part
pour France.
3 Le" Sieur Maignaut, grant la cargaifon du navire le
enrti, de Bordeaux Capitaine Babinot, part pour France;
il prie les perfonnes qui doivent a ladite cargaifon de le
folder faute de ce il ne pourra s'empecher de faire des
frais aux debiteurs.
3 Le Sieur Pierre-Gabriel Dupont, Marchand Chapelier
en cette ville, part pour France.
3 Le Sieur Pierre Letiflu, Capitaine de navire, defirant
partir pbur France dans le courant de Mars profit, prie
inftamment les debiteurs a la cargaifon du navire nigrier
la Maric-Louife, & autres, de vouloir bi.n le folder incerl.


famment; pour lui eviter le defagrement de prendre 1
voie de rigueur pour les y contraindre.
3 M. Breton des Chapelles, Sen&chal de Saint Marc
part pour France.
3 Le Sieur Verval, Chirurgien, refidant a Saint-Marc,
part inceffamment pour France.
3 Le Sieur Jean Labayle, arrive depuis pen dans cette
Colonie, part pour France, & declare ne rien devoir.
3 M. Brochier, part pour France.
3 M.' Baptije Sabs affocie de M" Marches, Sabss &.
Comnipagnie, part pour France.
3 Le Sr Qutflan Habitant & Negociant a Miragoane,
fe propofant de partir pour France, en tout Mars prochain,
prie ceux qui lui doivent de le payer inceffamment, pour
lui eviter le defagrement de les pourfuivre rigoureufiment,
& ceux 'a qui it doit peuvent fe prefenter pour recevoir
leur payment, a tous jours & heures.
3 Le Sieur Lagreult, Marchand Tailleur a Saint-Marc,
fe diflofant 'a partir pour France dans le courant de Juin
prochain prie ceux 'a qui il peut devoir de venir rece-
voir leur payment, & ceux qui lui doivent de le folder
inceffamment, voulant terminer toutes fes affaires dans la
Colonie ; it declare en outre qu'il a vendu fes Nigres
ouvriers & fon fonds de boutique a M" Colin & Sembrefq.
3 M. de Berthfelicr, ancien Oi',ier & qui voyage dans
la Colonie depuis environ 9 mcis, fe propose de retourner
en France par le premier navire qui partira; il declare ne
rien devoir.
3 Le Sieur Frangois Fridiric, Peintre a Bayneft, Fart
pour France.
2 M. Lacour, Habitant a Plymouth, part pour France.
z L< Sieur Nicolas Marguerite, Machoquet 'a Leogane,
part pour France.
2 M. HonorS' Maunier Negociant a Saint-Marc, part
pour France; i prie les perionnes qui lui doivent de le
payer inceffamment & ceux a qui it peut devoir'de fe
prefenter pour recevoir leur pavement.
z La Du1 A'Ncl fe propofe de partit pour France,
pour caufe de maladie.
2 M. de Couradin, ancien Offfcier an Regiment de Foix,
Hbitant 'a 1'Artibonite, declare partir pour France cans le
courant du mois de Mars prochain & laiffe charge" 'de fes
affairs M" Lubin &* Firel, Negocians 'a Saint- Mac.
2 Le Sieur Granier aim, N archand Confifeur a Saint-
Marc, part pour France en Mars prochain ; it prie les
perfonncs a qui it doit de fe pide'fnter pour recevoir leur
payement, & ceux qui lui doivent de le payer : it pr&vient
que fa maifon on'cprouvera aucun chairgerneit & qu'id
continuera fous la raifon de Graner fires qui viennent
de recevoir un affortiment de droguens de Marfeile, ainfi
que du ratafia de Telfrre, en groftes hboueilles.
2 Le Sieur Jean Labadic, Marchand Tailleur aux Cayes,
etant fur fon depart pour France, pour cau(e d'incommo-
dite, & en outre pour affairs de f.mille plie ceux a( qui
il peut devoir de vouloir bien fe preienter pour recevoir
leur payment, conime aufli ceux qui lui doivcnt de vou-
loir faire leur polffble de le payer au plu~t jpour lui
eviter tout d6fagrerment.
2 M' Fondin Notaire & Subfitut de M. le Procureur
du Roi 9a iflet a Pierie -Jof'ph, fe difpoant a partir
pour France au printenips prochain, avec un de fer fis, age
d'environ 7 arn invi:e i' pfo'r'es qui lui doivent a le
p Woit les dof., .r dclil:rciins .fiair~s cu ii a occupy pour








i en ~qualh& de Procurer au i5ege Royael eme
foit les exp:dititns des a&es qu'il a pares pout elles en
ialit de Notaire, d'avoir a les. retire i.Iceffamment &
lui payer le montant de fes vacations & debourfs";, leur
declarant qu'a defaut par elles de ce fire, il n'entend point
demeuter refponfable de leurs pieces & doffiers, & qu'il
fe pourvoira, par les voles de droit pour les contrain4re a
Ie payer :. i invite de mmne les perfonnes a qui il peut
evoir de fe prefenter pour recevoirleur,payement. -
i Le Sieur A. Daniel Dutrejet, demeurant ci-devant au
Quartier- Morin, part pour France. .
i M. Dukaret, partpour France 1 4a in de Mars'.
z M. Fagot Negociant auxi Cayes," fe difpole & partir
inceffaimment pour France.
I MV" Vernet & Mite Catherine-Marie Vernet, fa ille,
A4ee de mo ans., labitantes au Fond, parent pour France
au printemps prochain.' .. o .rc :e
z M" Clodard .' Radoul, a l'4rcahaye,n ont 'honneur
de privenir le public que la mauvaife fant6 de leur Sieur
Radoul, le determine a prtir pour France dans le courant
du mois de Mars prochain; en conf6quence its prient leirs
debiteurs de les payer inceflamment ;' ils pr6viennent en
outre que le depart de leur Sieur Radoul n'ophrera aucun
changement dans leur maifon de commerce, qui fera regie
par le Sieur Clouard, fous la raifon de Clouard & Radoiul.
i Mademoifelle Rethord demearante a Leogane part
pour Frarice.
i M. Bonnouvrier, rtant ref~e dahs .cetteColonie a la-
la fuite des recouvremens .des fonas idus ala cargaifon du.
navire negrier la Belle Ninette, de Nantes, partan.t pour
France dans le cOurant ',de Fevrier prie inflamment les
debiteurs a ladite cargalfon de le folder, afin de lui eviier
le dfagrti'-menr de les y cortraindre par voice de rigueur.
i Le Sr Labatut., Marchand at Jeminie dfirant.partir,
pour Fiaiice eii Mars prochaii price ceux. ui lii doivent
d l'Tole i, afif de lui 6viter le'defagremnent de" les y,
ccntraindre par -voie de rigueur, & declare ne rien devoir.
i Le Sieur Pierre Greiilct, Charpentier a Jereemi:, fe
propofe de partir pour France en Mars prochain, & c'clare
ne rien devoir. .
i Le Sieur Ifaac Rouffe Entrepreneur, fe d5cidant a
pair pour France en Avril prochain, prie les perfonnes
a qui i petit d~evoir de fe prefenter, pour recevoir leuir
payment & ceux qLui li doiver'n de le' folder phlutic
poflible. 1 .vendra 12 N'gres & deux Nigrefes, darns le
ncmbre defquels it y en "a 8 charpentier qu'il vendia fepa-
rement, un cuifinier, un domftique, uine PNtgreffe blan-'
chiTffufe & 1'autre tres-entendue pour le menage ; une
place de tlt carreaux & dernm, don't trois d'abattus; une
cafe de doux chambers, couverte en eflemes avec deux
N-gres fits fur ladite place, 'ditanie de cette vile de 8 it e&.8
I enferabonne compofliion, & prentcraenb payerment e.es
litrres de change fur France. Sa demeuire elft rue Royale ,
ell c.tte ville, pr&s la POlte.
i Le Sie'ir Bernard Queheille, Aubergiflte, demeurant
a Morne-a'-Tuf, defirant partir pour France au mois de
Mai prochain, prie cenx a qui il peut devoir de fe pre-
fenter pour recevoir leur payment, & ceux qui lui doi-
vent de le fowler incfadim'pr; il prevent en outre qy'il
3ffermera pour q,'atre annees la maifon qu'ilo ccupe, avec
Plgrement de fon pupile JL.mt Labarte, qui eft mrancipe,
& f.:ra bone com pofiton de fori foids de magafin ,
snoye. n-t du. cco(;t,:ant.


3 En vertu d'ordonnance de M,. las M 1aneral& ,Inbten.
dant, en date du Jan ver 1-8. eaamnie Defm;arats, {a-.
bitante au Rkofeaux, quarter de Jerelie, pourfuit ea
reunion, au nom & pour la DemoifeUle fa file 'Julie 'Def-
marais, un terrain pour clture, de700oo pas de large fur
1500oo de haut, fitu au lieu dit la Mahoti'-re de a moita-
gne de l'(let, dani les hautpurs dela ivire.de la Voldro
,gue, d&yin4.darce die Jremie, concede au Sieic ,Sard lIe
4 Janver. 177 .
3 En vsrtu d'ordonance de MM. les Gienerl &' ltn-
dant, e, date diiu 19 Deembre dernier, Ie jeur A'lain4 .
Habitant a Cavaillon pourfuit en reuhion un terrain, fiud
dans ledit quarter, de la contenaore de mille pas carries,
borne 'a 1'et du Sieur Delabiche, au fud &M a left de la
'Barre-a-Canon, au fud de Gef-ar d, ah oueft .du 'Sieur.
Ari rn, aux drois de feu Lafforiere, chllaffn idains Ie, Anotd
,de terres non concedess, ayant 6te conced'au Sieur Marc.-
LafJerre', en 178 qui pe la jamals etabli .
3 En vertu d'ordonarice.de. MM. les Adminifriteurs,
en date dii 19 Decembre 1787, le Sieur Francois erres,
pourfuit en reunion un terrain de mille pas, carries, litue
dans les liauteurs de la grande-riviere de Eefile, paroiffe des
Cye JurfdiCiIon de Jacmel, born' au fud de la place
dAditati e m'& e chxalant anu nord rhiy epas terres noi
conceddes, Yeftde la force, I 'ioueftuffi de nille pas
non concedes; fmlon la onceffoin accord a Fiorcl'm da
Francois lireau, .Q. L. le 24 Se.pembre 77 .
3 En vertu d'ordonnance MM. les AdmitfltratMers.5
en date du 5 de ce mois, le..Sieur, G.'ll:Jflrc, dmetirant a
Jacmel, pourfuit en reunion au Domaine du Roi, h la fuite
& diligence.de M. le Procureur du Roi, un terrain, fitu6
das les hauteurs de la riv.ire a Biohe' des Cayes de Jac-
riel, de la contaiince de fixncenhs ipa carries.,, arA.s 'ag9le
que formenit -es ,place- Mods S& .voct4, F nia oueft
Sdelaplacedu'Sietir Mod',; au fdid de celle du. .Siur !'dvoK
icat, chaffant a Jleft. & au nord dns, les nrnespays. napa
concedes; ledit terrain ee i conreia6 ,Nc.d, Snmoneau,
le 2.7 Odobre 1740, lequel n'y a jaimai tit" aucOns eta-.
blilTenen?. F
3 En vertu d'ordonnance de MM. les ,1crliiiflrateurs;,
ettdite du z9 Diceiribri dernier le Sieeir Laurent Eu et,
demeurarnt en cette ville, pourfuit en reunion 'un terrain
de mille pas carIescu ta vaklur iduite;,i:Au. das les hau-
tevirs. de Fele, Jurifdidion de .Jdcmel, b ron au fuzd du
Scprail de la [D'aie .,.-';cti, chaffant a nord mii? pas
dans les terres i.on conz.dees ,. a louCf dle I plJce de
Mafine, N. i..chaffiant a 'eil auffi mile pas dans les terres
non coWcidtes; ledit terrain a ete conc-id au Sieur Je4,
Seignette, It ej'rt" illet 1771.
2 Em vertu d'ordonnance.d. MM.' les Gndral &I8iten-
dant, en date.du 1tJanvizers783, le Sie4rA e,. qOr4 Entre-
pr-eneur de b'iin.eni, demneirant ala monragno des Grands-
B6is, pourTttitt~n riuiion in terrain pour ,cr41-, pontenant*
quirze.cents vpa en carca rduiPs ,,fitui ,s cr upe de
la montagne d+s Gad.s--ois, borr.e au nord la ravin e
Sche au fud des chiardons volas,,: 4:'et ,e e'targ a
Glere, a 'ouefi du- Petit-Fond. Ladir terrain eft fans eau,
fuiviat la conceiTioi_ quil en ee accprdeeau Sieur A,'toinc
Thomateau, le z8 DIcembre 1739; lequel n'y a faith aucur
6tablifflement: : .
2 En vertu d'ordonnance, de MrM. .es-General & Inten.
dant; en date dai 5 Aouit 178, 'M. DcI'umont, pourMui







14 0
n rv&uniono un terrain fitu6 au quarter ce l'Tflet-a-Pierre.-
Jofe$h ; proiffe lu CiOdnme-Matie, `orn l'ouett & au
,mord de. i'.lhitationde ;M" Bonneau, au ,udi de la grande-
riviere de Jemite, & Peft de terres rnon concedes.
Lequel terrain a & e canced6 au Sieur Savouii qui ne 1'a
jamxais etabli.
% Le Sieur Augufle Laffont, potrfiait en reunion un ter-
rain de' i oo pas carrts ou la valeur r&dui e,"fist entire
les deux branches de la riviere a Mahaut, quarter & pa-w
roiffee e 'Jetmie, borne au nord du Sie r Raby, a lel
par lk bianche droite de ladire riviere, oueft dI Cliarlet
& Toyri,.aux droits de P4ul Bouchi, chaffant aut fhd dans
les terres conchd6es a Mademoifelle Luce--milie-Clidmnce
Miletf. Ledit terrain a &6t concede an Sieur Dominique La-
hens, le to Juin z786, qui n'y a faitaucun itabliffement.
1 En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiitrateurs, en
date du 5 du courant, le Sieur Navarrefils, demeurant aux
Cayes, pourfuit en reunion uni emplacement fitu6 dans ladite
vile n 464, lorni pendant imo pieds au nord de la rue
Traverfiere, 'a lfoueft pendant 60 pieds de'la rue du Bout-
du-Monde, au. fud pendant tio pieds du n*463 A Teft
Fen da i pleds du n0' 462 ; ledit emplacement a 6td ci-
devant' conceded au nomm6 Pirre-Henry..
i En vertu d'odrorznance de MM. les Adminiftrateurs,
enidate du $ de Vc axois, le Sieur Lajunnie, demeurant au
Petit-Goave, poutf it en reunion on terrain pour. culture
de mille. pas, car-s, fitue dans les hmuteurs du Trou-Ca-
San,. borne a l'bu f dA Sieur Rimm'ougps,. left de l'habi-
tation Rivier Raphael, tirant fur es pretentions de Pierre-
.4lie Marimt ati fud d Siear Aan'f.ie,' au nord du Sieuar
Charier :.
v %'- W- -. *i o A i f1 7 0


L. if 5 .1


T R I v x s.-


Un NXgre de M. Pilmont, Confeitler au Confeil Soup'-
tieur de Sant-Dominiue, a trouv ae boardd de la menr,'
& aAs lks environs du migafin du Roi, tne montre d'or.
Elle (fera remiW ua delul qui prouvera qu'elle lai appartient
en ia dTfignantr. -
11 a &t6 trouv6 le 26 du courantr, 8 heures & demi
du foir, dans la rue Sainte-Claire, par un mouffe du na-
vire lei Montfquifeu, de Bordeaux, Capitaine Corbifre, une
paire de poches, en .cuir, contenant divers objets; on les
Yemettra en les d6fignant. Sadreffer audit Sieur Corbiere,
sne des Capitaine.
D x M, A x ay x s.
3 6n dKfireritr avoir des nouvelles du Sieur Benjamin
Pinder, paiff dans cette Colonie it y a deux ans, fur le
navire k Solitaire, de Nantes, Capitaine Fournier, en qua-
liti de Pilotin';. on le croit dans le quarter de Liogane. En
donner avis a MW' Jean-Baptifle Fontaine & Compagnie, N.-
gocians en cete ville., qui ort des affaires. de famille tiks"-
confiqyeqtesi lui communiquer.
2 L Sieur Ddafirt, a 'lmtprimerie Royale de cette
ville, dkfi&eroit louer deux N1gres faifanrtds cigarres. S'adref-
fir audit Sieur, audit lieu.
a On defireroir fivoir des nouvelles du SV' Laurent-Fran-
pfis Girard, de Bordeaux, conome en 1772 chez Madame
veuve Card, a Mirebalis. En donner avis au Sieur Dufau.
a l'mprimerie Royale de cette ville, qui a des affaires de
famille tris-inttetlanes 'a lii communiquer.
r rraz s zx cHAXarS, MxZr.
3 L'A4im k*

partra .pour Jedit li u lle,. Fvtrier fixe, ce avire eft lbol
voilier & tr&s-commode pour 1s paffagers. Ceux qui vou,.,
dront y paffer ou charger'h fret s'adrefleront audit Capitaine,
aui Gonaives, & au Sieur J. B.. Lufire, dans fon magilia
'* Sainhr-Marc.
L'Entreprifi, de Bordeaux, du port de 300 tonneaux;
Capitaine Baffet, partira pour ledit lieu du 0o au .25 Fevrier
,prochaizr.. Ceux qui voudront y charger 'a fret s'adreffle ont
audit Capitaine en Ton magafin rue' des. Capitaines ou
M. Gabilde,. en citt ville.
Le Railleur, Capitaine Roche, partira pour Bordeaux
dans le courant du moris prochain.' Ceux qui voudront y
paffer ou charger a fret' sadrefferont a M" Rafleau & Comrn.
paghie rue d'Aunis ,qui vendroun des futailles a eau, pro-
venantes dudit navire.
3 L'Ardent, du Havre-,. Capitaine Vernimmen fils, du,
port de 40o tonneaux,; fin voiliier, partira pour ledit lieit
dans le courant de Ftv, ier prochain::ce navire eft tres-comn
S'mbde pour les paffager Ceux qui voudront y palmer ou char-
ger a fret du' fucre, cotton, cafe & indigo, s'adrefferont
audit Capitaine en fon magafin rue des Capitaines, ou i
hM Daubagna, Trignt &' Compagnie Nkgpcians en cette
ville.
r La Reine-de-Golconde, Capitaine Dumont, partira. pour
Nantes du to au .i. Mars prochain. Ceux qui voudront
y charger 'a fret ou y paffer, s'adrefferont 'a M"' Raficat
& Compaghu, ouaudit Capitaine qui a 'a vendre diverfes
marchandifes ,de traite, & des pieces a eau.-
Le '1ien-[timi, de. Bordeaux,. Capitaine Peicam, partira
pour leditt leu du so au %.. du mois prochain fixe. Ceux
qui voudront y charger a fret ou y paffer, s'adrefferont
au Sieur Dancy, dans. fon magafin, rue Sainte-Claire.
Le Difiri, de Bordeaux, Capitaine Gauteyron Liberal ;
connu par la fuperioriti de fa march, tres-commodf pour
les. paffagers,. & qfortant d. carene, partira dans le courant
de Mars prochain. Ceux qui voudront y charger 'a ret oit
y patffer, s'adrefleront audit Sieur. Liberal.
Le Montefqueu de Bordeaux Capitaine E. Corbikre, du.
port de 45.0 tonneaux, partira pour ledit lieu par-tout Miars
prochain. Ceux qui voudront y charger a fret ou y paffer,
s'adrefferont -audit Capitaine, en fon magafin, rue Saint-
Jean-Baptifte, ou a M" D. f E. Thouron fires, Nigocians
en cette ville..


3 Le Marquifat de Moalhac, relevant du Rol, fitue fur
la rivibre du Lot, a 4 ou 5 lieues d'Agen, a portEe des
villes de Villeneuve, Penne, Tournon & Fumel,. confiftant
en un chateau & autres edifices emn domaines, don't une
grande parties nobles: les fiefs s'ktendent fur 15 paroiffes,
notamment fur la ville de Penue, & produifdnt beaucoup
de rentes & de lots & ventes. On vient de lever le plan
gin&ral, & faire confentir les reconnoiffances f6odales. Cet
objet eft afferme 75oo 1. tournois ; on donnera beaucoup
de facilitis a l'acqukreur. S'adreffer au Port-au-Prince a
M. Cadieu, & au Cap, a 'M' Grimperel, Notaire general,
qui donneront de plus amples iclairciffemens.
3 Trois tables de moulins a fucre, & une bille de 1i
pleds de long fur 19 de large, I prendre a r'embarcadaire
du Grand-Goave, a L'ogane ou au Port-au-Prince, S'adref*
fer a M. Cuvilier, Nigociant au. Grand-Goave.
3 Un emplacement fitue Saint-Marc, a F'entree du chdi
min de ladite ville au Port-au-Prince, formant un iflet de
377 pied0 de .faade far lequelft une naifon touto neuve








a <4 pleds de face; tyaynt galerle devant & clerrlere;
,ne renuife, a chambres a Negres, une cuisine, four &
fourneaux, an colombier & clapier. Sadreffer a M. B. M.
de Richemont, a Saint-Marc, qait prendra eal payementfes
creances, des Negres ou de I'argent.
3 Une maifon fituie autx Cayes, rue du Ponit, e .
pieds de long fur A8 de large, divifie en deux chambres
baffes, d'environ 2o pieds de long fur z6 de large, don't
une carrelee en marbre, & fepar6e par un corridor d'en-
viron 3 pieds de large, ayant chacune deux fenatres fur la
rue, une fur le falon, & chacune une porte ouvrant fur
un falon de 12a pieds de large, former a clairvoie, fur la
longueur de ladite mtaifon; fous l'efcalier de laquelle fe
trouve un petit caveau; en deux chambres hautes, fur la
n&me longueur & larger dui has de la maifon, f6parkes
par deux cloifons en planches, qui donnent une premiere
chambre avec 4 fen&eres & deux vaeles cabinets qui en
ont chacun une, a cotr defquels fe troupe un troifieme
carre de 12 pieds (ur 12; le falon du bas fe trove rep&et
& prefque carr6 en haut. Plus un appentis haut & bas fur
la meme longueur, formant 8 fort- jolies petites chambres,
d'environ t t pieds fur t fparers en bas par des petites
cloifons en magonnerie entire poteaux, de 6 a 7 pouces ,&
en haut, par des cloifons en planches, chaque chambre.
ayant fes portes & fenetres; dans i'une de ces chambres
fe trouve la cuifine avec fes fourneaux & un petit four
deflous, cheminke &c. Dans lefquelles ch3mbres hautes
I'on entire par une galerie tournante en tour d'equerre fire
la longueur dudit appentis, & large. de 4 pieds. Le ba,
de la maifoni principal & celui de 1'appentis en rnmaonerie
de 18 pouces, & tout le hatkt entire poreaux de bois de
fer, pour ce qui entire en terre, & en bois de Miflillipi,
pour ce qui n'y entire pas; le tout peint en gris clair. Apres
lefquels batimens, elft une fuperbe cour, dans laquelle oa
peut fire un jardin de 75 pieds de long fur 6o de pro-.
fondeur, a to pas de la ravine: il fe trouve un, trrs- bon
puts dans la cour. Le fond de la maifon eft hypo'hque a
une rente viagere de 3ooo 1. pour laquelle on donnera des
furetes en laifant entire les mains de l'acquereur environ
50ooo 1. fur le prix de la maifon qui front a valoir
aux rentes a 6cheoir, it n'en fera dA aucune quand il rece-
vra la maifon. Cette maifon comwehcee depuis environ
tun an, eft finie & parachevee depuis deux mois. Le ven-
deur prendra en payment des Negres faits an pays, ou
fnouveaux, ou enfin des. lettres de change fur France, fi
folides & fi bonnes, qu'il puifle les n6gocier fur le champ
pour des Negres. S'adreffer a M' Brard Saint-Clair, Procu-.
reur is Sieges des Cayes, proprietaire de ladite maifon ou
SMr" Ywendrof, Raymond 6 Martignac, Negocians au meme
lieu, avec lefquels on pourra traiter comme avec lui-meme.
3 Une voiture dorke a une place, avec fes harnois.
Sadreffer a M. Vinay, Negociant & Commiflionnaire en
ville, qui en fera bonne composition.
1 Un emplacement de 86 pieds de facade fur 16o de
profondeur, avec les batimens en dpendans, fitui rue des
Miracles, entire M" Meynardie, .Piccrd & Compagnie &
le Sieur Dupon Delorme, Huillier. Plus une terre de 120
carreaux en plane & arrofable fitue au q'artier
& press le bourg de Mitebalais, dans le plus beau local,
fur laquelle font aduellement une grand'cafe 8: x o tbees
acornes; cette terre qui eft maintenant en hate, eft fucep-
bl de toutes foTrtes de cultures. On donnera toure faci-
lit6 pofible a un acquereur folide. S'adreffer a M' Vitl,
&vocat au Confell Supe'rieur de Saint- Dorningue.


rr
a Un replacement de 90 pieds. de facade, fur 134 de
profondeur, avec un ba hinent lou auj6urd'il I, o260 liv.
par an, fans &re carrel, fitud rue ,de Coti, fur lequel
affe fIeau del'Hopital; on donnera toute facilhte l acquereur,.
S'adreffer a M. le Chevalier de ,ournonvdle, Officier au.
Regiment du Port-au-Prince, .
2- Ue habitation -a indigo & cotton, de la countenance
de 700 carreaux de terre, fituie au quarter de Bayneft,
adoff6e a la mer & a la riviere, a une demie lieue de la
baie, chemin de cabrouet; tous les batimres dans le meilleur
kiat poffible & couverts en eflentes, y .ayant fix bones,
indigoteries; on y joiridra un atelier de cent ciriquante Negres
grands & petits, ou la terre peparement, au gr' de 'dacqi-j
reur; troupeap de betes-.a-coines, motions, bites cava-
lines, meme les meubles, lines, argehterie & autres uften-
files. Sadreffer 'a M. Vinay, Negociant & Commiffionnaire,
qui indiquera le propriitaire, qui fe difpofe 'partir pour
France.
Une belle terre de 144 carreaix, fur T quel elft in im-
mencement d'erabliffement en cafe &- en vivres de
toute efpkce, & de 1'eau en abundance, trs* propre a la
culture du caf6, fituee a 3 lieues.du Petit-T1rou, & 'a de
1'Anfe-a-Veau. S'adreffer a M. le Vicofite 'de Halleu dHallt,
a Liogan.e, ou. M"'a Bertrand 6&. (wnpagnie N~ocians
en cette ville.
Pieces a eau de 4, 6 & 8 barriques. S'adreffer a M. Tardy,
Capitaine du navire la Vi Moire, chezM" Rafleau & Comw.
pagnie, Ngocians en cette vile. ,
i Une habitation fitute au hiut de la pinee du.itil-de-
Sac, connue fousle norm de. Rottir de la Judohnerie, de Ia
contenancde he ii carreaux de terre arroifable; adite hab.i-
tation eft &tablie en f4crerie roulant en blanc, deux moulinis
bonne fucrerie avec fes 6quipages, 390 .pieds de purgerie,
une bonne etuve, toutes lei commodities wilesa l' a pVoi-
ration, une guildiverie roulante, t:es 1ogniens de .isitre,
coloimbier &. clapier, quaiorzC pieces de cannes bo.nnes \
rouler cette anaie, uine en outre que .1'*01 a planter; i a
carreaux de terre e. vivr.es; le tout arrof~ par leau de la
riviere Creufe. On y joindra 9 Nlgres de toute beaut&,
don't la majeure parties font Creoles, 40 betes a cornes,
don't 34 bceufs tirant au cabrouet, 9 miulets, une jument;
cabrouets, tombereaux, uftenfiles, &c. S'adreffer am Sartre,
Habitant au Cul-de-.Sac, a1 Mr Meynardie 6. Piccard, Ne
gocians, & 'a M Loreilhe, Notaire au Port-au-Prince. M.
Blondeau, Habitant au Cul-de-Sac, qui a an quinzieme al
lui appartenant fur ladite fucrerie, malade depuis tres-longr
temps fera un pont d'or a acqu6reur, de fon intrer,
moyenant du comptant ou des Ngres a bord, defirant
voir la fin de cet objet de fon vivant.
Une habitation fi-uee dans les hauteurs de Cavaillon, de
la contenance de 1200oo pas en carre, borne aa 'eft de rits'Marc
& Garat, a i'efl de Lapiverdiere &c. fiur laquelle eft unhs
tre -belle force, 12000 pieds de cafe, une bannannerie ca-
pable de nourrir 40 Negres, le tout en tths- mauvais, tat
ainfi qu'une nauvaife grand'cafe. Sadreifer M. Dudet, aux
Caycs, a qui elk appartient, & qui en fera bonne comnpo-
fition.
Un emplacement fitui a* bourg de la Petite-Riviere;
quarter de I'Aitibonite, de 134 pieds de long fur 13 de large,
entour6 de murs, dans lequel il y a un magafin de 40
pieds de long fur 2o de large, en ton bois de charpente,
covert en effentes, & des lois ftffifans pour titir une
maifon de 6o pieds fur 30 & ute charhte hate. S'adref-
fer a M&. Rayr.aud, Diree6ur des Pofltes, audit lkeu.





-7


S -, f 4 t n
*^.9 c f 'jras- f 't "M A A, NO AG i
1 Axanir Nago, farh &tampn~, ayanr des marqu. de
fon pays fir 14 vifage &Wune 6toile -an bras droit, mar-.
rbi du* i7 dc 'e 'toisi En doriner avis ua nommn6 AM eis:
Bedon, M. L. qn cette vill, a qui il appartient.
Vitruve, SenegaIbs^, ag6 ds -o ans, taille de 5 pIeds
p oucas, eamp' fur le fein droit TRLR, au-deflous
GvEs, joi de figure, .ayant un bouton fu& Ierbmac, les
amb4es gropes du bas, part m aieron? cdes2Gofaives le 3T
lcembre derniel, n'ayant que trois miois de Coloqni.
fi n donner avis adiu Sieur Trouller Charpentier aux
Ginrives -o a'
Jeani-Bptifle, Congo, ag de 28 ars, 'eampe fur le
fein droit a A0Lldjor En doerner avis au nomme Droull-
tard, Bousher, en cette ville.


S0 U E V E:L L E S D1 VEY RSES.
G 'AN "-B R T AG NI.

La Gazette dela Cour t du 30 O obre, a announce qu'en
ex&ution des declarations 6chang6es entire les Cours de Lon-
tires & deV&rfailles, ,ls Ma'ines des deux Puiffances, feroient
Temifes fur le pied otu eles fi trouv6iint an a .. Janvier
1787. Cette nouvelle fut envoye minif'rielleinent & avec
Ieaucoup de clriite at Lord Maire, aux Dire&eurs de la
banquet, & a ceux de la Compagenie des Indei. Les fonds
publics remonterent fur le chainp de 5 & demii pour cent.
Le Confeil de la ville de Londres, s'etant affemble fur cet
avis, Sir Watkin Lewis, un des Membres de ce Confeil,
propofa d'adreffir des remercimens a Sa Majefte Britanni-
que, pour les foins qu'elle a pris de conferver la paix; au-
cun des autres Membies ne feconda cette motion. Elle fut
propof&e une feconde fois, le m~me filence rigna plans la
Salle. Quelques perfonnes en ont tire la confequence que
les citadins de Londres, ne font pas contends de la conduite
que leur Minifiere a tenure dans cette' occasion, & qu'ils
font un peu confus d'avoir &t& les premiers a propoferi
de d6ermer.
F R A N c '.
Les declaration & contre-declaration annonc6cs ci-deffus
font de la teneur fuivante:
DE'CLAnATIo .Y.,

'cc Les evenemens qui ont lieu dans la Republique des
iProvinces-Unies, ne paroilTant plus laifTer aucun fujet de
,3difcuflion & encore moins de conteftation entire les deux
i Cours, les Souffign6s font autotifes demander, fit 'inter-
,tion de S. M. T. C. eft de donner des fuites a a n*ot -
))cation faite le i6 du mois de Septembre dernier par l1
p Miniftre Pldnipotensiaire de S. M. T. C. qui, annoncant


, ,qu'on donneroit des tecours en Tiollande, a occatior~des
"ar meneA M-arnrhimes de la. part de Sa Majedi; lefquels
"armrnmens font devenus riciproquesn..
i .'Si' la Cour de Verfailles eft dilfof~e a s'expliquer fur
,4cet objet, i&'W hra conduite ac aopter vis-a-vis de la
n Repvbhquel ddune manire conform au defir qu'on a
"temongn6 tie part & d'autre, de conferver la bonne intelli.
n gence eintre les deux Cours, & toujours entendu auffi qu'il
5 n'y a aucune vue d'hoffilite nulle part, en conf6quence
, de ce'qui s'ei1 pafDT; Sa Majefte, toujours empreffe de
onc rourir AVee lei fentiniens amicals de S. M. T. C. con.
-y"ieridroit ave El1e qiue les armemfis, & en generltous
Ies pvpaIa gifs de guerre, feroient:.dilcodnues de. part&
dn' ure & qu les Manes de s 'dea Nations fr.oient
, ,remirfes fur le pledd de 1'4abliffem'ent. de, paix tel qu'il
-etoit le premier Janvier de la pr6tente annee".
SA Verfailles ,le 27 O obre 1787. Signi DORSET &
VWM. EDEN .
0 Co N r Z 9-D Z. L AR A 'R N.r .

SL'intention de Sa Majefte, n'etant pas & n'ayant jamas
i eti de s'imnifcer par la force dans les Iffaires de la Repu-
nblique des Provinces-Unies 1a communication fate Ila
5?Cour de Londres, le 16 du mois dernier, par M.Bar-
i thelemy, n'ayant eu d'autre objet que d'annoncer a cette
nCour, une intention don't les motifs n'exiflent plus, fur-
touut tde'piis que le Roi de Pruffe a faith part de fa refolu'
tion, -I. ne fait aucune difficult de dclarer qu'EIle
tde vett donner aucune fuite a la declaration ci-d effus
rirnentionnee & qu'Elle ne conferve nulle part aucune vue
Slhoftile, relativement a ce qui s'eft paff6 en Hollande. En
confluence, Sa Majeffe defirant de concourir avec les
"fentimens de Sa Majefte Britannique, pour la conferva-
-tion de la bonne harmonic entire les deux Cours, convient
,, avec plaifir, avec Sa Maijefi Britannique, que les arme-
mens & ew general tous pr6paratifs de guerre, front difcon-
tinues de part & d'autre & que les Marines des deux
Nations front remifes fur le pied de l'tabliffement de
paix, tel qu'il exifloit au ," Janvier de la prifente annee ,.
SA Verfailles, le 27 Oaobre 1787. Signa LE COtMTE
S)DE MONTMORIN *.
a En conf6quence de ia declaration & contre-d&claration
5 changes cejourd'hui, les'Soufignes, au ,nom de leus
,Souverains refpeaif. convierinent' que les atnemens, &
,en gengnral tous prep-,tifs de gueirrG, feront difcon.nunus
de part & d'autre & .que les. Marin s des deux. Nations
i) front remifes fur le pled de ietabljffenmnt de paix, tel
qu'il exifloiit le i Janvier de la prefente annee i.
(c A Verfailles, le 27 Oobre 1787. Signed, DORSET
SWuM. EDEN, & LE COMTE DE MONTMORIN ).
Les Officiers, Bas-Oinlcicrs, S-ldats, Cavaliers ,HufTard ,
Dragons & Chaffeurs des'" RPgimeCrs, dont les femh
avoient etc fufpcndus, ronr 'e autcrifhs'd'en profiter, "'
j de ne rejoindre leurs Corps refpeaif favor: les Oiciers,
que leI' Juin, & les Soldats, que le x Avril prochain.
(Gatette & Mercure d France ).


WAvcc permi;fon de MM. ks Giniral Intendant.


AU PORT-A.U-PRINCE, DE L'IMPRIMERIE ROYAL





NOIO


AFFICHES


du Samedi


AMERICAINES,


z Fevrier 1788.


4i^ "


i8 onces.


DIVERSE S.


T u R Q u i I.

L E Grand-Vifir doit commander un corps d'liste de
130,ooo hommes. Une autre armve de -oo, ooo hommes
doit fe raffembler aux environs d'Oczakof, & fe por-
ter en Crimee, une troifieme, auffi confid&rable, couvrira
la Valachie & la Moldavie. Le Grand-Vifir a requ de fon
Maitre, un pouvoir fans bornes: il a &t6 autorif 'a nommer
& 4 revoquer au befoin, les Minifhres & les Officiers qui
doivent le feconder. D'apres un 6tat public a Vienne, on
eft fond 'a croire que la totality des troupes O:tomanes,
eft de 447, 4S4 homes. Une autre life, qu'on dit
ezxae, porte l'irat des forces de la Marine a trente vaif-
feaux de line, depuis 54 jufqu'a 74 canons, vingt-quatre
frigates de 30 a 40 canons, 35 bombardes, 6 galeres, 3
flutes & .2 batimens de transport, de 12 a o canons.
Un vaiffeau Ruffe entierement neuf, de 74 canons, ayant
ite forc6 par une tempet de cooper fes mats, a ite en-
traini par les courans dans le port de Conflantino'ple, ou
les Turcs s'en font emparks. Le Divan a fait celebrer cet
ivenement par des rejouiffances publiques. Les Romains,
dans un cas femblable, auroient offer des facrifices de re-
connoiffance a Neptune, & nullement au Dieu des batailles,
car Mars n'eft pour rien dans cette affaire.
Une flotte Ruffe, qui naviguoit dans la Mediterranee,
a ie difperfie par la meme tempete. Un vaiffeau de So
canons, a peri, & plufieurs ont fouffert confiderablement.
R vs s I *
c La Ruffle doit a la Grande-Bretagne, plus qu'elle ne
p'urra jamais lui payer. Cette nation, fi puiflante aujour-
d'hui &toit enveloppce dans la plus profonde obfcurite ,
lorfque Richard Chancellor, en dipit des temples & des
glaces, decouvrit Archangel, le feul port qu'elle poffedait,
& doat on connoiftoit a peine reriftence. Ce hiardi navi-
gateur p&rit enfuite fur la cote d'-coffe en fauvant un
Ambaffadeur Ruffe, envoy par Jean VaJilewitfch, qu'il
avoit amene avec lui de Ia mer Blanche. ( General Adver-
tifir, citi par le Mercure de France n 44).
E s P A G N E.
La plus grande parttie des edifices publics & des maifons
de Tortofe, a 6t4 d6truite par un tremblement de terre;
trois gros bourgs des environs ont dit on, emierament


Polds da


difparu, cinq autres ne montrent plus que des runes, troli
ont confiderablement fouffert, & beaucoup de monde a peri.
I rT A LI E.
Le Gouvernement de Palerme a fait publier un regle.;
mnent perpituel, par lequel il eft a jamais defendu d'inhu-
mer dans les tglifes, & meme dans le fein des villes. Cette
loi que l'on doit aux lumiires & aux vues falutaires de M.
le Marquis de Caracciolo, Miniftre d'Atat de la Cour de Na-
ples, ainfi qu'a celles du Prince Caramanico, Vice-Roi de
Sicile, n'excepte perfonne.
II feroit a fouhaiter que tous les Gouvernemens fiffent
de femblables loix. Et en effet, pourquoi les Grands auroient-
ils plus de droit d'empoifonrer les hommes apres leur mort,
que le plus simple Particulier ? Qu'ils nous obsedent pendant
leur vie, l'ichelle utile de la focieti le veut ainfi, mais au
moins qu'ils ne nous empeftent pas apres leur mort, car
les emanations putrides des corps de plufieurs, font plus
dangefeufes que cells qu'exhale le corps d'un honnete Bour-
geois ,d'un bon pay fan, a caufe de routes les maladies don't
leurs excis font de leurs cadavres un magafin peftilentiel.
On a dicouveit a Grigente, en Sicile, un vieux manuf-.
crit arabe des Livres de TITE-LIvE: on efpere y trouver
les Dicades qui manquent dans ce fublime Hiflorien.
G*ANDEL -BR TAG N E.
11 a &t6 envoy des ordres a Woolwich, pour que ron
fit l'offre a tous les criminals qui ont ete condamnes 'a etre
tranfportis, & qui ont fervi dans la Marine foit fur les
vaiffeaux de S. M. foit fur des navires marchands, de s'en-
rbler comme matelots, au lieu de fubir leur fenter.ce.Ceux
qui accepteront ces offres front envoys a bord d'un Tender
( Patache ) pour etre conduits a Portsmouth. ( General Adver-
tifer, citi par le Courrier de l'Europe ).
C'eft une trifle reflource pour une nation d'etre oblige
de recourir 'a des malfaiteurs pour armer fes flostes. 11 eft
inutile de dire que ces ordres ont preckd6 l'arrangesment
fait avec la France.
On a dit pricedemment que M. Pitt avoit toujours mon-
tre le difir de conferver la paix avec la France ; un des
principaux motifs de fa conduite dans cette cccafion paroit
avoir ite i'envie qu'il a d'kteindre la dette national. Si elle eft
de plus de. milliards tournois, comme font public quelques
kctivains, vraifemblablement infiruits de 1'4tat des chores,
& que les fonds deftines a l'extin&ion de cette dette, ne foient
que de deux millions fterlings, ou d'environ 45 millions tour-.
nois, M. Pitt n'aura pas ha fatisfaeion de voir executer le
grand ouvrage de la liquidation de l'Angleterre ; car il fau-
droit qu'il vecut encore iit ans, & quoiqu'il n'en ait pas
30, ce Miniftre ne peut cfp~rer felon I'ordre ordinaire de


NOUVELLES


5 /
57







la Nature, de pouft!t aufi loit fa carrire glorleurfe:
Soni travail fera memn contrari6 fi, comme on l'annonce,
les Anglois ont delffin de maintenir leurs forces de terre &
de mer fur un pied plus confiierable que par le pafft. On
eftimn que les dbpenfes que ce project occafionera s'61e.
veront a un million fterling. Voila done encore 1'acquitte-,
ment de la dette national reculee de i t t ans. Nous trou-
vons pars dans plufieurs Gazettes & Journaux, les donnees
qui fervent de fondement aux calcu!s de cet article, que
nous aurions pu confiderablement allonger : en le prifen--
tant fous un point de vue refferre, il en fera plus fenfi-
ble, & nous ne 1'etendrois pas en citant les diverfes auto-
rires fur lefquelles il eft appuy&.
Si la guerre avoit eu lieu, dit le General Advertfer ,n'au.
folt-on pas eu raifon de dire que nos armemens auroient
provoqJu ce flau au lieu de le prevenir ? On a cru en Angle-
terre que les finances de la France itoient dans un e'tat diplo-
rable, 6* on a ted mal inflruit. II y a du derangement a la
*v~rite dans leur perception, mais point de vide. On differ
d'opinion fur la maniere de les adminiftrer, c'eft la force
principale du defordre.
Le Miniftere anglois s'eft comporte dune mani&re qui
peut fervir d'exemple, lorfqu'il a fallu fire les approvi-
lionnemens q'i les bruits de guerre avoient rendus neceffai-
es. On cite particulierement qu'ayant fait annoncer qu'il
Avoit befoin de 0o,ooo gallons de rum, & qu'il donneroit
la preference a ceux qui offriroient de fournir cette liqueur
fu plus has prix divers Negocians firent leurs foumifflions.
On accept les dix offres les plus baffes. Par ce moyen, le
Minifltre s'eft procur6 00oo,ooo gallons de rum un prix
mnodere, qui auroit ete beaucoup plus confiderable fi fon eut
annonc6 toute la quan-ite don't on avoit befoin,
Le Marquis de Carmarthen a donn6 un diner de cerimonie
a M. de Calonne, auquel les Miniftres & les principaux Sei-
gneurs d'Angleterre ont &t6 invites. ( Courrier de i'Europe ).
FR A N C zo


Reglement fait par le Roi le 23
!9 articles, qiui expliquent & fixent
a rapport au Confed de la guerre.
La nomination de M. le Chevalier
baffade d'Angleterre, eft certain.


O6obre contenant
en detail tout ce qui

de la fLuerne, a l'am-


Extrait fune Lettre de Paris, en date da i6 Novembre.
a Let Anglois bien affures que nous f(jvrions leur exem-
ple, ont offert les premiers de de(armer. Ce qui les a por-
tes a s*executer ainfi, c'etl qu'ils ont pu voir que nous 6tions
prets a leur tenir tete. D'ailleurs leur armament, fans com-
pter le tort qY'il pouvoit faire a leur commerce, en enle-
rant fes matelots, leur a comith us million & demi tour-
tiois par jour, pendant fix femaines qu'il a dure: ce font
Aone environ 60 millions qu'ils auront dipenfG pour foute-
wrir les int6mts du S'adhouder & ces frais font bien plus
confilerables ,fi 'on y ajoute les guin&es femees en Hollande
depuis deux anw. Qiant a nous, nos apprets couteront bien
;o millions, mvis come cet argent ne fortira pas de la
France, ce ne fera qu'una 1ger sacrifice, puifqu'il a pre-
venra j)e gerre, qui auroit th onereufe a la Nation telle
glbri'ure qg'ell: auroit ou 4tre. O0 a donned avis a l'Efpa-
ga. -, la coiveition faite avec la Cour de Londres. Cette
,P fTanc- s'efl montrie de bonne grace praie a faire caufe
comrmune avec nous).
I Quant aux affairs de la Hollande, on les traite afiuelle-
pent avc Is nouveaI Miniftre Pruffiin qui eft ici, & fi


le cirecenfanctes; on poor mleux dire, la dIterminati,
fubite de la Pruffe, ne nous a pas permis de fecourir et.
cacement le parti patriotique, il paroit que nous allow
mettre tout en oeuvre pour empicher qu'il ne foit entire.
meant abaifi. Celt du moains ce qu'on a deja temoign6~
I'Envoyi de Pruffe, & M. de Saint Priefl, qai eft pati
pour la Haye, eft principalement charge de ramener le pani
Stadhouderien a des fentimens plus moderes que ceux qu'ont
temoigne les patriots, lorfqu'ii 6toit tout puiffant. Le Gou.
vernement a donni des ordres a Valenciennes, a l'Ifle &
aurres places frontieres, d'accueillir les migrans de Hollande,
& de leur donner tous les fecours que leur position exigera,
fans diflinaion d'etat, de perfonnes ni de parti ,.
Extrait du Mercure de France, n" 4y.
a Le memoire de M. de Colonne, continue d'etre lu avec
la plus grande avidite; le jugement general ellft que cette
requte ei ecrite avec beaucoup de dignity & de retenue;
& avec non moins de graces que de vraie fenfibilit6. L'on
y remarque trois paffages principaux; l'un traiie de la ni.
celite de creer un tribunal pour juger les Minifires; I'autre
concern les monnoies; & le troifieme offre une comparai.
fon des loix romaines avec les loix criminell.s angloifes: da
refle, M. de Calonne y etablit le dificit tel qu'il I'a inJiquk dans
fes ecrits, avant fa retraite, & il offre de fe mettre en prifon,
& d'y &tre juge par le Parlement lui-neme,,.
dc II vient d'etre public centre la nouvelle Compagnie
des Indes, un ouvrage de 140 pag. in-4* qu'on attribue a
M. I'Abbe Morellct. 11 content trois m'moires relatifs a cette
Compagnie; le premier, eft le Memoire des Deputes du corn.
merce; le second, la Rdponfe que Ls Adminijlr.teurs de la
Compagnie des Indes y ont faite; enfi-a, le troifibme qui ter.
mine le recueil, la Reiplique a ces Obfervations. m. de la Cre'.
tlle avoit deja prkfente d'une rhatiere plus itendne toutce
qu'on trouve dans cette riplique. Les feuls paffages qu'on
y remarque, font des extraits du m-moire des Habitans de
Pondichiry; fupplications touoff6es d s leur naiffance, &
qui aujourd'hui auront la publicity qu'elles m&ritent d'avoir,.
a On a voulu avoir dernierement 'opinion des Magif-
trats Sup&rieurs, fur le project d'un emprunt de 1oo millions:
ils ont repondu que I'enregiftrement de l'#dit qui le creeroit
ne pourroit etre que provifoire jufqu'I l'AflemblIe des
tlats-Gnedraux ,,.
tc MONSIEUR, & Monfeigneur Comte d'Artois, fe dif-
ppofent i reformer, comme Sa Majefte leur en a donna l'exem-
ple, les Gardes de leurs portes & leurs Suiffes. Ces derniers
font crees dans la Maifon Royale depuis la bataille de Four-
noue fous Charles mrit, h les Suiffes qui furvecurent a
leurs camarades, au nombre de too, ne fe rendirent qu'aux
conditions qu'ils compoferoient une parties de la garde du
Monarque.
Deux fameux courtiers de change ont eu ordre de
quitter la Capitale pour avoir ripandu de faux bruits fur
les affaires prefentes en annon.cant la guerre ou la paix
alternativement felon l'effet qu'ils prevoyoient que ces
bruits devolent produire pour la hauffe & pour la baiffe
des fonds. C'etoit au Cafe du Palais Royal, appele le Caveau,
que fe fabriquoient les foudres de la guerre ou les traits
de paix imagines pour tirer parti de la crdiulite. des v&ti-
tables poffeffeurs de fonds ou des fp'culateurs timides )).
( On ne garantit aucune de ces nouvelles extraites du Mercure).
On a place, pendant le mois d'O&obre 90 pieces de
canons de 36, fur les forts Royal & d'Artois, qui defen,
dent la rade de Cherbourg.








On affarre que,; algrt Ies conftrutions codfiderables qul
ant 6th faites depuis la paix, it refte encore dans nos chan-
' tiers affez de bois & de mature pour faire 30 vwiffea-ax de
line. Si l'on en croit quelques Papiers publics, le (ouver-
aenent a donned des ordres pour en mettre en conftrudion
' douze dans le mtme mois.
On pale d'un traits d'uaion entire la France, l'Empire,
la Rufiie, I'Efpagne & la Ripublique de Venife.
La Socikti Royale de Medecine a klu M. IArcheveque
de Touloufe pour remplir, dans la claffe des affocies libres,
la place qui y vaquoic par la mort de M. le Comte de
V.gennes.
S i1. le Marichal de Caflries a Wth opere deux fois, par
les plombs, de la fiflule a F'anus, & avec plus de faces
la feconde fois que la premiere : on croyoit d'abord que
les plombs s'etoient cafT6s. Les occupations de cet ancien
Miniftre I'avoient empech6 pendant long temps, de fe
foumeitre ai cette operation; ce qui l'a rendue plus dange-
reufe, mais on a la fatidfaon d'annoncer que fa fante fe
rIrablit maintenant tous les jo rs. Au milieu des douleurs
de cette cruelle operation, it a recu I'agreable nouvelie que
iMadame la DatIheffe de Caflries, fa belie-fille, etoit accou-
ch6e d'un fils. Les vrais Patriotes reconnoiffans des fer-
vices que M. le Marechz:1 de Caflries a rendus 'a 'fiat,
font des voeux pour qu'il jouiffe long temps encore du
fruit de fes travaux. On pent appr&cier en peu de mots
les obligations que la France a contra&ies envers lui : il a
mis note Marine fur un pied refpedable, ce qui nous a fait
obtenir, en 1783, une paix glorietfe, & ce qui vraifembla-
blement a contribu6 a emp&cher la guerre qui fe preparoit;
il a fait tres-avancer les travaut de Cherbourg & en
montrant a la France la poffibilise d'avoir un port de Roi
dans la Manche, il a r6alifi une efperance que depuis le
commencement de la Monarchie on n'avoit pas mrme of6
concevoir. On ne lit guere dans les Feuilles p. bliques L'eloge
d:s Miniftres retires, ainfi I'on ne peur croire que ce foit
V'adulation qui nous faith parler : ceft l'impulfion feule du
patriotifme qAi nous inspire.
Douze mille Matelots Francois ont e&r employes cette
anre a la p&che de la more : cette p&he a &t. abondante.
II eft mort derni&rement pres de Montpellier un parti-
culier Ag6 de 129 ans. Son fils en a 98, & fon petit-fils 70.
Extrait d'une Lettre de Parins, en date du 17 Xovembre.
a Avant qu'on puifle porter la co;gnee dans la finance,
On exige d'elle les fecours qu'elle peut fournir. Deji les
Fermiers-Gin6raux fe font obliges de verfer au trefor
royal, fans intiret, too mille 6cus thacun, qui leur feront
rembourfis les $ dernieres ann6es de leur bail, a raifon
dun it par annie ; ils renoncent de plus a la moiti de
leur droit de pr6fence, fix6 a 14, 000oo 1. qui, multipliees
par 44, nombre des Fermiers-Generaux, font .,,80,ooo 1.
de profit pour le Roi pendant la dur&e du bail. Les autres
:adminiftrations vont de meme s'ex6cuter & fournir a l'etat
:ine parties des fecours extraordinaires don't it a befoin dans
ces temps difficiles 17.
i Voici les details qu'on donne fur les rWformes qui
auront lieu dans le d6partement de la guerre. Cent cinquante
commis des bureau front reforms & quatre chefs
aurout un traitement fixe moyennant lequel ils front
charges des frais de leurs bureau. Les Colonels en feconi
Inau-ont plus d'appointemens. 11 fera fait une tres grand,!
Trdution dans les commandemens eh second & :n troifime
ls provinces, ainfi que dans les etats-majors des places ;


tes garinfons front ftationnaires; e quo entraine a rup-
preflion des entreprifes des &tapes, qui eioient fort cofiteufes,
Enfin les companies & les recrues feront vendues ant.
Regimens, quelques-uns difent meme aux Capitaines : le
produit de ces r6formes s'le6vent a de trfs-groffes fommes,
& cells du department des finances rendront auffi une
fomme confidirable. On fent combien d'abus fe font glif-
fis par-- tout ,.
On nous made de Parin & de Bordeaux que la recolte
du bled & des menus grains a &t trs abondante que
celie des vins n'a pas t&6 fi heureufe & que le prix ea
eft djia augment.
Les defaftres occafiones par les debordemens de l'tbre ,
I Sanguera, villede la Navarre, a 2 lieues de Pampelune,
ont fait pl ir plus de 2, 0oo perfonnes ; les eaux fe font
elev&es a Tortofe a ii pieds de plus qu'en 1743 & y
ont caufe ainfi qu'aux environs, les plus grand*s malheurs.
Prefqu'en mme- remps il eft tomb' a Valence, une fi
grande quantity de grele d'une groffeur & d'un poids
inouis, que toute la champagne en a t6 encierement rava-
gee, & toutes les recoltes perdues, les arbres itant reftes
fans fruits & fans feuilles.
a Le Sieur de Cimnempren, Lieutenant des valffeaux dtt
Roi, & commandant le paquebot de S. M. l Courrier de
l'Orient, a rencontre, il y a quelques mois un vaiffeau
Anglois nomm la: Branche d'Olive venant des c6tes
d'Afrique dans la plus grande d6treffe faute de provi-
fions. Tout Iequipage 6toit mort, except deux perfoanes,
auxquelles cet Oflicier a fourni tous les fecours don't elles
avoient le plus preffant befoin ; il a .galement fauve le
vaifleau pour les proprietaires, & a agi avec tant d'huma-
nite, que les Aflureurs ont faith rapper une medaille d'or,
pour lui timoigner leur reconnoiffance ,. ( Gatette de
France n* 77 ).
Notice des premieres Reprefentations des Pieces nouvellerg
a Paris.
Au Thijtre Frangois, le 9 Oobre, Augufla, Tragedie,
11 y a dans plufleurs ziles des traits heureux ;
auxquels on a rendu juflice mais ils ont paru ea
trop petit nombre pour faire oublier les defauts de certe.
Tragedie qui a 6te mieux reque a la feconde Reprdfens-
tation qu'a la premiere.
Le 2o du meme mois la Maifon de Moliere ou Ila
Journey' du Tartueffe. Nous allons pr6fenter une course ana.-
lyfe de cette Piece, parce qu'elle offre un genre nouveau.,
C'eft le recit mis en a&ion des principaux traits de la
vie de Molihre. La padtion que ce grand homme conqut
pour la fille de la Bejart la jaloufie qu'il infpira 1 ceite
Adrice, femnme acariatre, vindicative, qui avoit des vues
fur lui : la perte du manufcrit de la tradudion de Lucrece,
en vers don't fon valet fit des papillotes ; les obstacles
qu'il eprouva de la part des faux devo's pour faire reprt-
fenter fon Tartuffe ; la permiffion qu'il obtint enfin dta
Roi, voill ce que tout le monde fait & ce qui remplit
les trois premiers a&es de la Piece nouvelle imit e di
Theatre Italien de M. Goldeni. La fcene qui avoit ete
jufqu'alors dans la maifon de Moliere fe paffe enfuite fur
fon Thintre, oh l'on joue le Tartiffe tn en ier ; & c'eft
en quoi confifte la nouveautk de ce Spectacle. La fcne
revient dans la maifon de MAllere. L'Auteur rtgoit des
cemplimens fur fon ouvrage mais il re jouit pas de fon
triomphe : tourwnente par 'mn.nour & par mille chOgrins
dom efliques il retcmLne dans fa melancolie ordinaire.
10


15/








0Enfin "aprs bien des difficulties (qu'un M. Pirlon ; original
du Tartuffe a fait naltre dans le course de la Piee,
MoliUre obtient la main de celle qu'il aime, & don't it eft
aimed.
Ce Spectacle fingulier & d'une extreme longueur, n'a
pvint paru plaire au Public. On a vivement applaudi le
Tartuffe, mais ce qui lui fervoit de prologue, a excite de
friquens murmures. On a cependant accueiili quelques traits
de verite dans le r6le de Molibre dans celui de fon ami
Chapelle; mais la fervante Ia Foret n'a point paru avoir ce
fens droit, que MolAre avoit plus d'une fois iprouv4.
Au Thedtre Italien, le 16 Oaobre, Cilefline, Comdie
en trois a&es & en profe melee d'ariettes. Le premier
a6e a ete affez bien accueilli les autres ont excite des
murmures; la mufique n'a point paru adaptie au fujet.
Le .3 du mime mois, l'Indifcrite fans le favoir, Corn'-
die en deux ades & en profe : cette Pikee n'a obtenu
aucun fucces.
D u Po0 rT-A r=-P ti Ca s.
xtrait de TOrdonnance de MM. les Gineral & Intendant,
concernant kis Incendies, en date da $ Mai 1787.
Article ty. Tous les proprietaires de mailons dans la ville
du Port-au-Prince front tenus dans trois mois, du jour
de la publication du prifent Reglement, de faire conftruire
des cheminkes en maconnerie dans leurs cuifines, & front,
dans 'annie, lefdites cuifines couvertes en tuiles ou ardoi-
fes, & non en effentes; faute par eux de ce fair, il y fera
procidd a leurs frais, fur les ordres qui front par nous
donnes.
Article t6. Chaque proprietaire de maifon fera tenu de
fe fournir au moins deux feaux de cuir qui front mar--
ques du n de fa maifon & les laiffera entire les mains
de (on locataire qui en ripondra. Lefdits feaux front
apportes pour donner fecours centre rincendie.

On doit citer au nombre des menfonges imprmes fur
les Colonies la nouvelle que la plupart des Gazettes &8
Journaux, ecrits en Francois, ent r6pandue d'un tremble-
inent de terre qui avoit eu lieu a la Martinique, par l'effet
duquel le morne da Veauclain (*) avoit &6t englouti &
qua fa place il s'itoit former un Volcan de 6oo toifes d'ou-
4vertures qui jetoit des flames continuelles. 0 comme cette
iuverture d'un quart de lieue & ces groffes flames ont
dea fare better des h6las 1 Aux bonnes femmes, de Paris 1
comme les Nouvellifies de falle des Feuiilans qui vont fe
chauffer, pendant l'hyver, au foleil, ont di s'entretenir
fur cette venture lamentable Que de groups auront fait
des conje&ures fur cet ivenement & perrore fur les caufes
des tremblemens do terre Quel aliment pour les faifeurs
de complaints du quai de la Ferraille 1 Nous avons public
eks details de la fecouffe, forte il eft vrai, qu'on a eprou-
ve a la Martinique au mois d'Aout dernier. Elle n'a abim6
ai montagne, ni meme aucune maifon. Elle n'a fait dans la

(*) Les uns ont dit le Clan d'autres le Moine -clain,
curtains mime ont imprime le Cla-cla. Comme on a defigurd
ttne pauvre montagne I


terre qu une fente qui permettott au plus d'y fare enter
une canne ordinaire. Nous avons des nouvelles r&entes do
la Martinique, qui confirment ce que nous avons dit, dans
le temps, fur ce phenomene. On pourra juger par un feul
fait de toutes les nouvelles qu'on debite au Palais Royal, au
Caf6 du Caveau, a la Bourfe de Londres, &c. fur les Colonies
Francoifes. Nous donnerions fouvent a nos Leaeurs des
articles tres-plaifans, fi nous voulions copier tout ce qu'oa
debite dans les Journaux, fur, lei moeurs des Colons. Quel
intre&t a-t-on donc en Europe de bouleierfer les Ifles de
IAmirique ? Nous fommes loin de penfer que ce foit la
mechanceie, ni d'autres vues odiqufesiqui animent les fabri.
cateurs de nouvelles.'lls ne (' encint certainement point
plaiiir a repandre fans fondemetr, I'allarme parmi ceun
qui ont des habitations ou des parents dans les Colonies. On
fe plait a croire plut6t que c'eft le.d'fir feul de publiet
promptement des chores extraordinaires; mais il nous fernm
ble qu'on doit prffirer d'attendre la confirmation des faits
important avant d'en entretenir le Public. 11 en refulte
qu'on n'indtit perfonne en erreur, & qu'on a la fatisfac.
tion de ne pas voir dementir les .venemens qu'on announce,

AVIS ADMINISTRATION.
i Le Lundi ix de ce mois 'a o heures du matin, i
fera proced6 en l'H&tel de l'lntendance a I'adjudication au
rabais, de la confiruftion, quant a la main-d'auvre feak.
ment, d'ua mur de terraffe en quatre faces de x6o toifes
de developpement, & de 1o pieds de hauteur au plus,
don't la principal facade aura aux extremites las deux
Fontaines de la place de l'Intendance.
On peut voir au Contrble les conditions de l'adjudica.
cion; le tiers du prix fera pay6 d'avance en donnant cau.
tion les autres payemens front faits a mefure que a
confiruaion avancera.

Le Public eft avert que le Sieur Lefranc, Entrepreneur
de 1'Hopital a vendu au Sieur Thierfelin qui doit le
remplacer le i" Juin, 49 Efclaves, deifin's au service de
I'H6pital ; favoir Negres Jupiter ; Lindor ; Samfon;
Petit-Louis; Laroche, dit Larofe; Jacques; Zamor; Fidelle;
Pierrot ; Charles commander ; Alexandre ; Augufle;
Arlequin; Aza; Lefpigle Mor.au; Lefpilgle Corps-de-Garde;
Titon; Leveilie; Tel6maque; Lafortune; Pafly; Hafard;
Second Zamor ; Sans Souci. Nigreffes Zaire & Sanf-
nom, fon fits, Mulaatre; Marion; Zilia; Annette; Sophie,;
Fran9oife; ~Alonore; Helene; Junon ; Rofitte, Gi ffe, &
Ramponeau, fon fils; Lucette, Agathe, & Louis, fon fils;
Venus Cramenty; Marie-Louife; Combat; Venus Gui.
tonne & Maringouin, fes enfans ; Marinette ; Conflanct
& fa fille, Mulatreffe a la mamelle; Marguerite.
Ainfi que tous les lits & ce qui en depend, tous lh
uftenfiles, pharmacie, chaudieres, baignoires, & genkra'
element tous les objets quelconques vieux ou neus, qui
fervent a fl'Hpital.
Le but du present avis eft que perfonne ne foit induit
acheter les objets ci-deffus, lefquels n'appartiennent plus ai
Sieur Lefranc quoiqu'ils reftent en fa poffeffion jufqu'4I
I" Juin prochain.


Advec permffon de M M. les Gintral 6' ntendant.


AU PORT-AU-PRINCE, DE L'IMPRIMERIE ROYAL





,AFFIC HES

/lu:Jeudi
A f ^e '^ -1''^'^.


A M: 1 IC A' NE S.


Fvyrier i788i.


MOUVEMfN ES 'UEST Er V
Arrive de navires Franois,.

SA U Port-au-Prince., le 26.Janvier, la Saime-
S.C(ore, de Bordeaux capit. Sauvge, part le
S19 Novanmbre. .
Le 7, I'Hb ureufe-Eraroife du meme.port,
capit. Bourdaire, pari le 16 Novemnbre. .
Le 30, I'Amitis, du Havre capit. Houf-
fois, parti le 26 Novembre .

Total des paggjers arrives depuis le i anvier.

6 des baimens. .
A LUogane, le 7 Janvier le Du:-de-Nor-
mandle de Nanmes capliaine Cauzet,. ayant
louche au Cap . .. .
Le 13 le Caribou du mime port, capit.
Jacques Francois, parti le 16 Novembre.* .

Total des pFaagers arrive's depuis le s" Janvir.

6 des btimens. .
A Jacmel le 23 Janvier la Difre de
SBrdeaux cap. Rouffeau, parti le 17 Novemb.
Le -8 le Saint-Michel, du Havre, capir.
Carpentier, parti le 30 Novemnbre..


DU S

PASs


UIy.
IUD.
SAGE RS.


Total des paffagers arrives. depuis le i" Janvkr. o

a des bMtimens. . 3
A Jkremie, le 2i Janvier, 1'Amitil, de Bor-
deaux, capitaine Lamant.
' Total des paffagers arrives depuis le i" Janvier. o

Sdes bdtimens. .. . 3
*Aux Cayes, le 2o Janvier, I'Henri-Quatre,
ie Nantes, cap. Pelletier, parti- le 29 Novemb.


Total des paffagrs arrives depuis le i" Janvier.

'* des bdtimenx. ;


FASSAGERSI


A Saint-Marc',' le 2 Janvier, le Bon-Frere,
de Bordeaux, cap. Bontant part le i" Dic.
Le 31 9YEfpr;ircc, de Bordeaux, capitaine
Latreguy, part .le, 4 Novembre, ayant touche
au Cap.


Total des pafagers ,drnvs depuls lei" Janvier. 18
de. '"timen. 14
.6* de blatmens. .- .* -''*. 14


" Dipart de navires Francois.


Du Port-au-Prince, le 31 Janvier, l'Hypolitt, capitainer
Latonne, pour Bordeaux.
La June Henriette, capitaine Lebreton pour Nantes.
Nous ignorons le nombre des paffagers parties.
Total de' b.itimens parties depuls le i" JaAvier. 9
De Lecgane, le 26 Janvier le Bienfaifant capitaine
Tartoue, pour Nantes.
Nous ignormns le nombre des p,..fag:rs parties.
Total des bitirmens parties depuis le I"' Janvier. I
De Saint-Marc, le. 19 Janvier, I'Artaone, capitaine le.
Chevalier pour le Port-au-Prince.
Le 31, PArtibonite, capitaine Lecourt, pour Nantes.
Nous ignorons le nombre dks pajflgers parties.
Total d.s atimens parties depuis le t"' Janvier. 4
Arr'vie de navirts ltrangers.
Au Port au PIirce, le 26 Janvier, 'VAknable-Bet.kfy;
de Londies, capitaine \Whealon.
La Polly de Saint- Euilache capitaine. Gortori.
La Narcy, de Newbury, capita-ine Pilsbury.
La Bethfy, du n:.me port, capitaine Pilsbury.
Tetal des batimn.,s etranecrs arrvis d!qdis le r" Janvier (24).
A Jcmel Ic 18 Janrvier, le Spedweid, de Newbury'
capitaine Badchelor.
Total des bAdimens strangers arrives 'epus le Jarvier (2).
Aur Cayes, le 13 Janvier, la Bcthfy, de'la Noutc'k'.
Londres, capitaine Colfax.
Le Bob, de Trenadada, capieaii1e zikeildofir.
Le William 6& Marie, de Saghaibour, capitaine Ii;fnar
Le fagal, de Newport, capitaine Louis. *
Le 14, la Clari/f, de la Nouvelle-Londres, cap. Wood
Le 18, lOifiau-Rouge, des Cayes S. Jean, cap. Bouchereau,
Total des btimens trargers artivis dqepis. i": J nvir (8),


Nis-,


IXX
XNPxz K i








Dyjarft i navies Itrangwri

Du Port .au Prince,. 9 Janytier ,k :Dr, 'aptaine
Ingah, pour Newbery.
L'Enfreprif t capirains.Jean.m Earle, ,ponr Pltadelphie.
La Diteche, capit. Dabiel Wife,. pour Pepertieoroug.
La Nancy, capitaine Pear fon, pour Newbery.
La Bethfy, capitaine Lambert, pour Nortfolck.
Total des batimens strangers parties dpuits le it anviet (i3)
Des Cayes, le 18 Janvier, la Prudence, capitaine Prat,
pour Middleto, :. e
Le Taphanok/, capitalne V'T n o ush, pour la Virginie.
Le 22, la Sally, capitaine W. Not, pour Middleton.
La Polly, capitaine Wateret, pour ....,.
Le 24, lai Mark, capitarie Chrittian, pour Cura'ao.
Le 2 la Nancy, caputaine Benton pour CharleftoWn.
Total des batimens strangers parts dpaius 4i '1 :Janvier (7),
Prix courans des degrees colonials, au Port-au-Prince,
S7. Fivrier 1788, .
Sucre blanc premiere quality 62 a 66 1. feconde, So
a 5 1. troificme, 40 a 46 1. fucre. brut, premiere quality,
56 a 38 1. feconde, 30 a 34 1. troifiemea, 7 "a 30 1. Cafe
tin vert 2o a 21 f. 3 d. marchand zo 'a t f.
inferieur i8 1 19 '. 6 d. triage is a t16-- f. vieux,
premiere quality, .... feconde.... triage.... Indigo bleu,
premiere quality 10 aI 1. o f. cuivre marachand, .& a
9 1. so f. inferieur 7 1. xo 1. pouffi're, 5 6 1.
Coton, 255 26o 1. le cent, feconde, 240 a 24- 1. troi-
fieme, 240 1. Cacao, 9 f. Carret, 16 18 1.
Prix courans des marchandifes de France &* autres, au Port-
au-Prince, lt 7 Fivrier 1788.
Vin vieux de Bordeaux, la barrique, 200oo a 2o. nou-
veau, de Bordeaux la barrique, I 32 to50 1. de Provence,
xio -ha to 1. blanc, le tiergon, 66 1. Farine de Moiffac,
premiere quality, le baril, 70 75 1. feconde 60 o 66 1.
commune, 45 a o 1. Huile fine, le panier, 36 a 41 1. com-
tnune, la cave, 16 a 18 1. Beurre, la livre, 23 a 2 f.
Petit-SaIl, I'ancre 24 a 30 1. Bceuf fale, le baril 85 a
90 1. Morue, le quintal, 45 a 5o 1. Savon, la caiffe, 37
a 41 1. Chandelle, la livre, 25 a 28 f. Brin, 7-8, 'aune
r&duite, 45 J 48 f. 6 d. dito 3-4., 41 45 f. 3 d. Com-
bourg, 41 a 55 f. Saint Georges 5 5 f. Morlaix la
halle, 1450 1500oo 1. Rouen fleuret..... Planches de fap,
pied anglois 130 140 1. le cent, Bois 4quarris idem.
pitchpin........
Cours du Fret.


Pour Bordeaux,
Sucre blanc. i5 d.
Sucre brut. 15
Indigo. 30
Caf6 15
Coton. 30


Nantes,
1x6d.
15
30
is
30


N caZ S


le Havre,
i5 d.
14
36

36


Marfeille.
15 d.\
14
30
15.
56


MARRAOt S.


A Saint:Louis, le ix de ce mois, eift entr a la Geole,
W'yacinthe, Bibi, ctampe fur le fein gauche ILABOU., au-
deffous 3JLJ3E agt de 3o ans taille de 5 pieds z
pouces, ayant des marques de fon pays fur le front les
tcmpes, Ieftomac & le yentre ne pouvant dire I nom


d, o misrgn. f'a cttme, re, le o I t, 1an .gre itoveat
Bibi, amp.; f !u 1e fihn droit, autarit .qu'on a p, u l~ d
tinguers, ROAAR, ag dde 3'o J tlezns, utili di $ pik
z pouces, ayant des marques de fon pays fur les tempes,
n pouvanf dir4'fonP ai ,: tehuit debon 'i ite ni fa
ddmeure ; & Ziiador N-go, 4 ahip" fur le feitA drol,
autant qu'on a pu le diflivng;r CS, au-dcffous AL, emn,
Slaces, g d zo20 a.zs ans, taille de < pieds pouces, fi
difaat appatt.nirak .S Maileti, Habitant au Petit-Goave:
le 21 un Negre nouveau nation Inconnue, edampe fur
le fe la.gauch SDV'OCHE.RAu fous ,.autant qu'on a
pA le-diti'ng-r, A~i A-CT l.&1 'irgauchie S ag6 d
24 a 25 ans taillu de 4 pied;s o' pouLes joi, hie iiL;Ae
& biivfasi, ayanc 1iad'au noir, riepotdvant dire lidi 0im,
celui de fon maitre, ni fa demeure.
S^^ggBtjt0i


AVIS


D' AD M INSIST R A T i ON.


Le Lundi Yft de ce mis, a io heures du martin I
fera proc.de en IHotel d.e fhtendance 'a 'adjudi:`tion ai
rabais, de la coriflruition, quant, la main-a'cuuvre fidu-
ment, 'dun n ur'de'tetraffe en quatre facZs da 16o0 toies
de daveloppiement,. & de 2o pieds de uhuteur au phlus,
don't la principale facade aura aux extrC-aitCs lcs deu:
Fontaines de la place de I'Intcidance.
On peut voir.au.Controlr les conditions de l'adcudica-
clon; le iers du prig fera paye d'avance en donnant cau-
tion les autres payehmen front faits a mefure que la
conftrufion avanceri.
I I.
Le Public eft averti que !e Sieur Lefr.ac, Entrepreneur
de 'Hopital-, a verdu au Sieur Thlrfeiin qui doit h1
remapacer le it Juin, 49 Efclaves, deft:inds au.fervice de
'HIopital ; favor N-gres Jupiter ; Lindor ; Samfon;
Petit-Louis; Laroche, dit Larofe; Jacques; Zamor ; Fidelle;
Pierrot ; Charles commander ; Ale-andre ; Augufte;
Arlequin; Aza; Lefpiegle Moreau; Lefpiegle Corps-de-Garde;
Titor; Leveilie; Tlemnaque.; Lafortune ; Pafly ; Hafard;
Second Zamor; Sans --Souci. Negreffes Zure & Sanf-
nor, fon fils, Mulatre;. Marion-; Zilia; Annette; Sophie;
Franioife; tleonore ; Helene; Junon ; Rofitte, Griffe, &
SRamponeau, fon fils; Lucefte, Agathe, & Louis, fon fils;
Venus Cramenty ; Marie-Louife; Combat ; Venus Gui-
tonne & Maringouip, fes enfans ;. Marinette ; Conflance
& fa fille, Mulatreffe a la mamelle; Marguerite.
Ainfi que .tous les lits & ce qui en depend tons les
uftenfiles, pharmacies, chaudieres, baignoires, & genera-
lement tous-les objets quelconques vieux ou neuts, qui
fervent a l'Hopital.
Le but du present avis eft que perfonne ne foit induit a
acheter les objets ci-defflus, lefquels n'appartiennent plus all
Sieur Lefranc quoiqu'ils reflent en fa poffeffion jufqu'au
xIr Juin prochain.

M"' les Habitans de la paroiffe du Port-au-Prince font
invites a fe trouver a& 'affembnie qui fe tiendra le 3"
Dimanche d, present mois de Fevrier, a l'effet de nominer
les quatre Notables de cette .ville qui doivent faire parties
du Bureau d'Amrniniftration de la Providence 6tabli pF
l'Oidonnance du 7 Novembie dernier.









:..
SM.Da2initque Charier mine, & M'L2. 'Fhoaite
c.pgP2 .N gacians en cette ville,, i n- i'honn-our, -4
eprveiir le Public, qu'ils vont reunitrleurs ,eui maifons
or nen fonerqu'un feule, fois'na raifon de Charier
jontaine 6' Compagazi cette nouvelle foci&e -commwe
,era le premier Fvrier prochain, & fira charge des
ceqx liqtiidatios: its continueront de fire la cofmimiont
I& iav.eote;ides4 denres qtu'n voudra. bieirtletwl edeffer,
& tne neglig-ronr rien pour, repondire a la conflance- ,,d
lutis comuLettans. ;
i Le Sieur tolia, pr6vient le Public qu'il a; achet6 les
Negres tailieurs & fonds de boutique du. te-iu iLagreulti,
nmaire Tailleur a Saiint-Marc, & qu'il a former une focie:&
avec le Sieur Sembrefq ,.auffi maitre Taiiieur qui conduit
la boutique depuis un an. La fignature fera. fous la raifon
de Colin &a Snbrejq ; ladite focit3 a commzences du 1i"
de ce mois.
3 M" Hteni Marchand & Compagnie, prient les creanciers
de la ficc, lion Vof;jiux de vouloir bien leur communiquer
laurs titles, a l'effet de r,-partir une fomme de douze mile liv.
quv leur a compete M. Lamauve, exicuteur-teifamentai;e dudir
Sieur Vofnicux.
SN M- Fondin, Notaire & Subftitut de M\ le Procureur
du Roi, "l'I'Mh.t- .Pierre-Jofeph, dependance de la Jurif-
difion de Jiremie, fond de procuration des hc&itiers de
feu M. Mathurin Comic, vivant. Commandant des Milices
& Habitant au quanier des Abricots, meme d6pendance,
Invite les creanciers de la fucceffion de mondit feu Sieur
Cor ic, fi aucun il y a, de fe faire connoitre & de lui
icommuniquer inceflamment leurs titres de creances, afinr
ide le mere 1 mnme d'en payer le montant.
i M. Jofias, Habitant au Mont-Rouis, donne avis qu'il
fait acueliement fa refidance a Saint-Marc. II prie les per-
fonnes qui ont a lui &ciire, de lui adreffer leurs le:tres au-
;dit lieu, ainfi que M" les Direaeurs des Poftes, de lui
fire parvenir celles qu'ils auroient a fQn adreffe.
l Le Sieur Etenaud, ci-devant affocie du Sieur Pilon,
pour le Cabrouetage, ayant pris a ferme la portion de
mrobi'ier dudit. Sieur Pilon, a l'honneur de prevenir le
Public, qu'il continuera feul de faire les charrois pour ceux
qui voudront i'honorer de leur confiance.
2 Le Sieur Pierre Belhomme, a Saint-Marc, a l'hon-
reur de prevenir le Public, qu'il vient de diffoudre fa
focide' avec le Sieur Baud, & que la raifon fe tient fous
le nom de Pierie Belhomme & (omnpanie.
i M" Labarrie'e, Habitante aux Cayes, privient M"
les Capitaines, N igo:iar.s & autres, qu'elle n'a que des
enfans mineurs, & qu'elle ne pavera aucunes de leurs
dttes;comme aufi, qu'elle fait fes affaires par elle-meme,
k ne payera aucune de te contra &e fur des ordres delivrew.
2 Le Mardi que l'on comptera 26 Fevrier prochain a la
equ&te du Sieur Devirieux, Habitant dans les hauteurs
u1 Petit-Goave. En vertu de fenence de M" les Oftfciers
de la S0ntchauffbe dudit lieu; il fera proced6 a la Barre
1u Siege, a la vente par licitation, d'une habitation de la
tontenance de io carreaux, fituee aupres de la ville du
Petit-Goave, don't 8 en coton & indigo, 4 en vivres, 2o
Mn favannes & le refle en bois debout; avec les batimens
1li font fur ladite habitation, ainfi que le tout eft plus
implement d&taill dans la carte-bannie dreffte a cet eff-t,
0ont on pour? prendre connoiffance ch z M' de Cornotte,
a0cureur en ,adite SenichauffIe, qui donnera tous les


61
renregncrnens n&ceffaieCs, &,ccmm-ninquera les ttres de-
propriett *
" M. Braud, Apothicaire ei cette ville, donne avis
qe -a foci;te qu'il avoit avec M. Lenoir, eft expire dtt
It "D&embre dernier; iI vient do la diffoudre, & it refle
fenul charge de la liquidation d'icelle; il continue toujours
Ie rmme commerce, & il efpire que ce changement n'en
apportera aucaIhdans la confiance don't on a bien voulu
Y'honorer ci-devant.
2a M.: le :CHevalier Dabenoui, Habitant au Cabeuil, quar.
tier de l'Artibonite, prevent M" les Habitans, qu'il vient
d&`imoiter plufieurs cabrouets pour les charrois du coton
& caf; il'a' a vendre de la chaux & des bois de cafes
a Negres.
2 11 fera proc6de Ie 26 Fivrier prochain, iffue d'audience,
ordinaire du Mardi, a la Barre du Siege Royal de cette
ville, au bail a ferme pour annkes confecutives; de
trois tetes de Negres, bons tailleurs; & d'un Negre ton-
nelier, nomrm F Iompee; fuivant les charges, clauses &
conditions de la carre-bannie, don't on pourra prendre
connoiffance chez le Sieur Binfant, a qui lefdits Negres
appariennent.
2 L: Sieur Dauce', Coiffeur pour homme & pour f emme,
nouvellnment arrive en cette ville, a l'honneur d'cffrir fes
services au Public, les perfonnes qui voudront I'honorer
de leur confiance auront lieu d'etre fatisfaites, & pren.
dra av li des eitves; il previent en outre, qu'il tient ma-
gafin de parfumerie, eau de Cologne, de chez Fargeront,
routes fortes de pommades & de poudre rouffe, boeies do
paffilles ptur parfumer les appartemens, eau pour teindre
les cheveux & les faire croitre; poupbes pour apprendre
aux Negres a coiffer; il tient aufdi magafin de modes,
vend plumes nouvelles, mouchoirs 7-4, a la mode, rubans
de Florence, chapeaux de toutes efpeces & du derrnier
gcur, toutes fortes de tois fouliers pour home & pour
femme, & autres rmachandifes, le tout tres-frais & arrive
par les derniers Nantois. Sa demeure eft rue de Vaudreuil,
pres la place de lintendance, a cote de Me Cofuct, mnai-
treffe Sage-Fermme.
2 Af. David Dagullard, ci-devant NMgocant en- cette
ville, prevent M" fes creanciers, que M. Leremboure plt,
lui a rendu fon compete general, le 27 D&cerlmbre 1787, da
Syndicat don't il avoit ite charge par eux; que par le reful-
tar de ce compete, le Sieur Lercmboure a encore entire fes
mains une fomrne de 25, 782", liv 1i 1. I d., qui doit
Ctre repartie, favoir: l. d;
Au navire le Jafon, pour fa cote-part dans *
la 7"' & dernibre repartition. 1is 10 3
Au Sieur Julianny idem. 335 12 6
Au S' Robhles, idtm, v,396 12 4
Au S' Alier, pour 5mne 6me& Te r prtit. 3225 8 4
Aux S" M'illot & Friou, pour 7"' repartit. 1727 to 3
Au S' Denaguet, pour 5 6me &7w repart. Soz6 i$ a
Au Sr Aldebert de Lacofle, pour toutes les
repartitions 1000
Au S' Delude, pour 6me 7& rcpartitions, 2486 5 II
A la fucceflion Dejan, pour 7"e r6partit. 508 9
Au S' Prejean, pour folde de la derniere
repartition, e509 8 7
Aux h&rifiers Gerbaud, pour 7"'e rpartit. 395 1
25782 15 1
Ledit Sieur Daguillard, qui fe dirpofe a partir inccffTm.
ment pcur France, invite en confiquen tous fes uianf-








64
ciers ftifrcm4s., nds','e cffercz M. Lerem
bosrt, ci-gevain leur Syndlic pcurt y.rccvoir -s loznms
potir efqueHes its Tont r :pa.:; ; les preYnant .en mim"
temlps, qte le pre: ayii, f ra in1er? trois, fois dans les
!Affiches Amnricaies, &a que fi, paiT cette epoq-ue, ls( ne
(e prefentent pas pout recevoir, l fe pourvcra.pour fe, fair
eutorifer retirer dese mainsl de mcintit S S ir Leemntouo U,
ks fommes- ci-.tcIS eIoncees ,cont de .crn:eera &
demeurera J &ie. z vala lement .'ar rs, qui ,de

2 La no mie Jvufine, 'M. 'L., refidante aux.,C.axegg
rnaltrtfft par 1:gs a eAe fait, par fed Sieur f.:u', viyaei
Receveur de l'EntreFro autx Ciays, d'ihe -n gr;itt, Man-.
dingue; ncnm'e d'abord Antoincue enfuie Jujtine, a cre
fotcee de recourir au Tribunal de la Jurifdi&io6a Royale,
des Cayes, pour obtenir femife de ladite Negritte. Ladite.
j fisti en a obtenLe fenterce, qui ordonne la ermife de.
ladite Negritte; mais le Sieur BZ:4c cadet fibre dui defunt,
ft refufe oli4thiment de la Iivrer. En coniequcnce, la -
ncimmn e Juftint, M. L. prie les perfonnes, a qui cette
N.gritte feroit pre&entee pour e:re vendue, de fe refufer
a cette acquiiiion, de ia faire arrIer come marronnc,
& de la fair conduire aux prifons du lieu le plus prochain,
& d'en donser avis au Sieur DerworSr, Negociant aux
Cayes. La Negritte a des petits yeux enfonces, Ie front
avance, le -vifage rougeatre, les deits pcintues, &-eft de
la-taille de 4 pieds 5 pouces.
1 Le S' Cuq, Chirdrgian du navirela Reine.de-Golconde, de
laRochelle, Capit. Damont, a l'adrffe de M" Rafllau rerts
& Compaignie, prrvient qu'il a apporte de Paris, unr part
de fondes & bougies de gomme .6laftique, qui l.ui ont
t6 fournies pat le Sicur Bernard, qui en eft I'inventzur:
il les vendra en gros ou en detail. Ces fondes, approuvees
de ditffrens Corps de Medecine & de Chirurgie, out li pro.-
pritt& de pouvqir refer a derneure dans la veffie un mois;
les malades peuvent, avec ces Sond.es, s'affaoir, marcher,
vaquer a leurs affaires, & -aller en voiture, fans eprouver
la moindre incommodit&. I1 refulte deia qu'on 6vite les in-
trodudions frequentes,. qui prefque toujours reduifent les
malades a extinmite. Nous, Midccin du Roi & de I'TIpital
Royl &6 Militairb du Port-au-Prince ccrtifions avoir vu les
fondcs elafliques du Sieur Bernard, Orfivre, 6' jugeons que
fiery n'empiche l., dijfribution. Signed, PEYR E, AMdecin.
i A la requ8te du Curateur aux valances de Saint-
Marc, chirg4 en cette quality de ia fucceffion Monqalard,
connu fous le nom de MAj.laird de Saint-Verant, il fera
le Lund i 11 de ce toois procUde en ladit.,e ville, a la vente
& adjudication au plus cffrant & dernier enchiteiffur des
effects & aninaux dependans de ladite fucceflion.
Le Sieur Noel Marciis, ci-.devant Capitaina du navire
Negrier le Jean-Marie, de Nantes, maintenant refilant aux
Cayes, a la fuite de fes recouvremens, a tet informni qu'un
jeune homme d'environ 18 ans fe dit fon fSere & seft pre-.
fen:6 dans plufieurs maifons focus cet aifpice; it a l'honneur
de prevenir le Public, particulieremen: fes d6biteurs, qu'il
n'a q'a-infr&re dans la Colonie, qui eft depais 9 annus
chez M. Lomeni de Marme, au Petit-Trou.
i En execution d'Arret du Confeil Superieur d.. Saint-
Domisgue, en date du 21 du mois dernier, il fera 1- Mardi
que I'on comptera 19 du courant, proc6 i la Birre du
Siege Royal de cette ville, a l'aijudicatioi definitive, au
plus offrant & dernier encheriffear, du baill ferm2 pour
tine annie, d'une habitation 6tablie en cafa, avec quatra-
yi't t~ s d'dela vs, fiti dans lei hauteursd lIa rvia r


du Fourcq, & depenante dela 'fucteltbn d Siet!r .eg,,
.C'mpeix, anciern Garde' des Magafins d6i Roi',n c, port,
Qn2 powfa pran.dre ,cjOmmumication de la carte bannije a"
Luaeau1 des Huilietsk i -
.A iAla requte .dMe;M'Gayot, Curateur par. interim au
I'ucr lions vacantesieja cette .ville, chayg6 en, citte qualiti
de.,.c.le de la Dame-veuve Chabrt-,- il fera le Mardi que Ioqi
pniptera 6 d4e cetmois, a la Bar re du Sige Bioyal de cettq
yvlt pcrgo ',lai vente & Aadjiudication idufiittve' auspilu
cfra .t.1 .dernir gchnriffeur,:& feparIment, d'une habi.,
station & d'une concefFion, ~epperndantes de. ldi-te fucceffion,!
49t essk grande. ri. i :e d e-ogane.,OhA pourra prendre
cQ. oirTancetdes claufa dje ;I carte-banmreeau Bureau deS
I; '" '" -i '.au B-a
tat'des 'Ngres 'epaves qui doivent trt vwndus a la Barre d"
Siege Royal du Portiau-Prince, ie Mardi 8 Avri 178.
i Pierre-Alxis, Ibo, age de ; ans, tale de, pieds,
aveugle,. fe 4ifat"t dt ia fucceflion Perderifc, areti en
cette ville.
J*api:er, Congo, fans Ztampe, g de 26 ans, taille de
pieds 2 pouces, ayant des marques de Jon pays fur I'efto-
mac, ne pouvant dire le norm de fon mairre.
Jean, Congo, etampe fur le fein gauche FUMEAU &
fur le droit, autant qu'on a pu le difinguer, ALUY, 9g.
de 24 ans, taille de q pieds 5 pouces, amene de la barre
de la Croix-des-Bouquets, fe difant appartenir au S' Simon,
Marchand en cette ville.
Jofiph, Cotocoli, fans etampe apparent, agt de 2.8 ans,
taille de 5 pieds 6 pouces, amene de ia barre de Mireba-
lais, fe difant appartenir au Sieur Marchand, Habitant a
la montagne des Grands-Bos.
Hofo Congo., fans tampe apparent, ,ge de 27 ans,
taille fe difant appartenir au Sieur Petitbois Habitanx au Boucaflin.
Zamor, Ibo, itampe fur les deux feins P. HAPI, Age de
26 ans, taille de 4 pieds i1 pouces; amene de la barre de
1'Arcahaye, fe difant appartepir au Sieur Hped, refident a
Nipes.
Marinette, Cotocoli, ~ige de 30 ans, taille de 5 pieds
I pouce, 6tampbe illifiblement, ayant un trou .a chaque
marine & des marques de fon pays fur la figure arr&et au
Bois-Blan'c, fe difant appartenir au Sieur Franceis, don't
elle ne peut indiquer la refidance.
Deux Negres nouveaux, Mofambiquem etampes, autant
qu'on a pu le diftingier, Sr MARC, au-ddfous illifiblement,
ages de 26 ans, taille de pieds a pouces, ayant des mar-
ques de leur pays fur la figure; amenes de la barre de
I'Arcahaye.
Etienne, Mulatre Creole, 4tampe fur le: fen droit LA-
MOTHE, fur le gauche DENAJAC, ag6 de 30 ans, taille
de 5 pieds 6 pouces; arret& en cett tenir au Sieur Cantonnet, Habitant h l'Artibonite.
Gafpard, Corgo, 'amp ni LV' 3AflO 1 g4 de 6 ans
taille de 5 pieds 2 pouces; arrete en cktte ville, fe difant
appartenir au Sieur Colin, a la Croix-des-Eouquets.
Tourmentin, Tiamba, itampe fur le fein droit FG, &
d'autres lettres illifibles, & au-deffous R, age d'environ 30
ans, taille de 5 pieds 9 pouces, ayant des miarpues de 0on
pays fur le vifage, & une taie fur 'ceil gd,'che, amene
de la Barre de t'Arcahaye, fe difant appartenir au Sieur
Rcbert, Habitant au Mont-Rou'is.
Jacques, Congo, 6tmpe GUIGNARD g4 e4' a6 a lns, tile de j pieds 1 poucs ament de la brrn


n
* i*



, I'i



1 A
I;
:f.

* 41









la Crolx-des-BouLuets, fe difant appartcnir au Sieur Mar'-
ceau, r6fidant a Lkogane.
Goman, Congo, aig d'environ 17 ans, taille de 4 pieds
pouces etamp6 ilifiblement, art&6 au Boucaffin, fe
difant dependre de 1'habirtaion Saintard.
p'edre Lacrocix, Mulatre Efpagnol fe difant libre, Age
d'environ 27 ans, taille de 5 pieds, fans etampe apparent,
amen6 de la barre de Legoane.
Deux Negres rnouveaux, Nation Capelaou, etampes, autant
qu'on a pu le diftinguer, )IS au deffous dIU g les d eux
premieres lettres renverfees, ages d'nviron 30 ans, Fun,
taille de pieds 6 pouces, l'autre, de 4 pieds zo pouces,
tous les deux amenes de la barre de Ldogane.
SUne Negreffe nouvelle, Nation Capelaou, ag4e d'environ
24 ans, taille de 4 pieds 6 pouces, &tamp'e illifiblement,
ayant des marques de fon pays fur 'dftomach, amenee de
la barre de Leogane.
Savanne, Creoie, ag1 d'environ 12 atrs, taille de 4 pies
3 pouces, etampe fur le fein dtoit Xf dIVA3G, auraun
'quon a pu le diftinguer, amrni de ;a bane de Croix-des
Bouquets, fe difant appattenir au Sieur Vartux & atre 'a
loyer chez le Si.ur Guillau, Marchand en cette ville.


D EPA a T


P o v tRa FA a m c s.


M. Lacour, Habitant 'a Plymouth., part pour France.
3 Le Sieur Nicolas Marguerite, Machoquet 'a LU gane,
part pour France.
3 M. Honor Maunier Negociant a Saint-MVarc, part
pour France; il prie les perfonnes qui lui doivent de le
payer inceffamment, '& ceux qui il peut -devoir de fe
prefenter pour recevoir leur payemenr.
3 La Dll' Noel fe propofe de partir pour France,
pour cailfe de maladie.
5 M. de Couradin, ancien Officler au Regiment de Foix,
Habitant a I'Artibonite, declare partir pour France dans le
courant du mois de Mars prochain., & laiffe charge de fes
affaires M" Lubin & Fkiel, Negocians a Saint- Marc.
3 Le Sieur Granier ainl, MJarchand Corfifeur 'a Saint-
Marc, part pour France en Mars prcchain ; il prie les
peifonnes 1 qui il doit de fe prefenter pour recevoir leur
payernent, & ceux qui lui doivent de le payer : il prevent
que fa maifon n'iprouvera aucun changcmer.t & qu'il
continuera fous la raifon de Granier fibres qui viennent
de ecevoir un affortniment de drogues de Marfeille, ainfi
que du ratafia de Te4fere, en groffes bouteilles.
3 Le Sieur Jean Labadie, Marchand Tailleur aux Cayes,
ktant fur fon depart pour France, pour caufe d'incommo-
diti, & en outre pour affaires de farnille prie ceux a qui
1l peut devoir de vouloir bien fe prOrenter pour recevoir
leur payment, corrme aufli ceux qui lui deivent de vou-
loir -faire leur poffible de ie payer aa pluzot pour lui
Witer tout defagrimenrr.
3 M' Fondin Notaire & Sibflitut de M. le Procureur
du Roi l'Iflet a- Pierre Jofeph, fe difpot:nt a partir
pour France au printemps prochain, avec un de fes fils, ?ge
'environ 7 ans invite les perfonnes qui lui doivent a le
Payvr, & cells qui n'ont point encore retire de fod 0 iude,
Oiu Its doffiets dei d4f6rentes affairs oit il a occup" poor
tiles, en quality de Procureur au Siege Royal de Je6rmie,
foit les expeditions des aLes qu'il a paTffs pur elies e.n
ualite de Notaire d'avoir a les reuirer inceiTamment &
lUI Pyer le montant de fes vacations & dibour'es, leur
declarant qu'a defaut far ells de cc fair, il n'entndJ point


d fe pourvoira par les voies de droit pour les contraindre d
le payer : it invite de mnme les perfonnes a qui it pejat
devoir de fe prbfenter pour recevoir leur payemenr.
2 Le Sieur A. Danid Dutrejct, demeucrat ci-devant ais
Quartier- Morin ,. part pour France.
2 M. Dahare, part pour France la'fin de Mars.
2 M. Fagot Negociant aux Cayes, fe difpoie a partir
inceffimment pour France.
a MM" Ver:et & M11 Catherine- MAai. Vermt, fa fille;
,agee de, ic ans, Habitantes au Fonwd, partent pour Franc^e
au printemps prochain.
a MW Clouard 6' Radoul, l'Arcahaye, out .i'honnaur
de prsvenir le publi: que la mauvaife fante de leur Sieur
Radcul, le ditermire a partic pour France dans le courant
du mois de Mars prochain; en confluence ils prient leurs
d6bitcurs de les payer inceffamment ; ils previennent em
outre que le depart de leur Sieur Radul n'operera aucura
changiment dans leur maifon de commerce, qui fera regie
par le Sieur Clouard, fous la raifon de (louard & Ra.douL
2 Mademoifelle Rethore demeurante a Leogane part.
pour France.
2 M. Bonnouvrer, etant reft." dans cette Coloni.e a '
la fuite des recouvremens des fonds duis a la cargaifon dut
navire n6grier la Bl!e Ni:ette, de Nantes, partant pour
France dans le courant de ce- mois, prie i nflamment les
debiteurs a ladite cargaifon de le folder, afin de lui eviter.
le defagrcment de les y contraindre par'vole de rigueur.
2 Le S' Labatut, Marchand ~& J&emie dsfirtant paTrti
pour France en Mars prochain, prie ceux qui lui doivent
de le folder, afin de lui evi:er le defagriment de les y ,
contraindre par voice de rigueur, & declare ne rian devoir.
2 Le Sieur Pierre Greillt Charpentier a J&ermie fe
propose de partir pour France en Mars prochain, & declaie
ne rien devoir.
2 Le Sieur lfjac Rozjjfe Entrepr.eneur fe decidant
partir pour France en Avril prochain, prie les perfonnes
a qui il peut devoir de fe pr4fenter pour recevoir leur
payment & ceux qui Iui doivent de le folder le plutot
poflible. II vendra 12 Nlgres a deux N.greffes, dans le
nombre defquels il y en a 8 chatpemnier qu'ii -vendra fepa-
rnment, un cuifinier, un domefiique, uce N`g.-effe blan-
chiffeufe & l'autre tris-entendue pour le merng.1 ; une
place de i 12 carreaux & demi, don't trois d'abaitus; une
cafe de deux chambres, con vert en effentes avec deux
Negrcs faults fur ladite place, dilahnie de cette villede lieues.
11 en fera borne compecftion, & prendra en payement des
lettres de change fur France. Sa demeure eft rue Royale,
en ccite ville, pres la Pofle.
2 Le Sieur l'ernard Qudhilei, Aubergifle demsurart
an Mornre--Tuf, dkfirant pantir pcur France au mois da
Mai prochain p ie ceux 'a qui il peut devoir de fe pr6-.
ferter pour recevoir leur paycmenrt, & ceux qui lui doi-"
vent de i~ f.cider inceiTamment; il previt en outre qu'il
ist.r7era pour quatre arncies la maqion qu'il occupe, avec
1'ag-mrcent de !on pupils Ja.nct L_.rte, qui ef nmanc.pe,
& f-ra bonre comnpofition de fon fonds de magafia a
mioyenant du comrnpant.
i Le Sicetr Gicsjean part pour France, & dc!arte na
rien -devoir.
Le S Ci;uporot part pour France en Mars prochain;
I M. Jean-Bapr. Lborde, C apitin.c part pour France.
i M. Pierre Eyglier, Habitant, dmneutart en cette ville,
part po.r Fra..ce ou p,ur la NouvelIc-Argleterzt


6








i Le Sieur Haau Daiilie, part pour France, pour caufe
de maiadie.
x M. Feury Chirurglen aux Grands Cahos partant
pour France 'a la fin de Mars prochain, prie ceux qui lui
doivent de le payer.
i M. J:an Peri, ancien Chirurgien du Roi & de l'Ami-
rautm de Saint-Marc, part inceffamment pour France &
prie ceux qui lui doivent de vouloir le payer au plut6t.
i Le Sieur Valence, a Saint Marc, part pour France,
& prie ceux q.ui lui doivent de le payer.
x Le Sieur Jacques Rouzecau, Gerant I'habitation Lefevre,
au Cahos, declare qu'il partira pour France dans le courant
de ce mois.
i Le Sieur Jofeph Rouffeau conome fur l'habitatlon
'Zefevre, au Cahos, declare qu'il partira pour France dans
le courant de ce mois.
I Le Sr Franqois Delorme, Gerant les habitations Robion
& Aucaigne, 'a la montagne de Saint-Marc declare qu'il
partira pour France au printemps prochain avec la Du'"
Aucaine fon .poufe, fes deux petits-enfans, & qu'il ne
doit rien.
i M. Laurent, Habitant dans les hauteurs -de Leogane,
fe propose de vendre fon habitation en Mars prochain,
pour fatisfaire a fes engagemens & le. mettre a m6me
de partir pour France inceffamment.
i Le Sieur Jean Gardere, rifidant aux Cayes, fe propose
de partir pour France.
t Le Sieur Thouwire, ancien Capitaine au Cabotage de
S. Domingue, part pour France, & declare ne rien devoir.
Ri trxIOv AV Do MAINS DV RoI.
3 En vertu d'ordonnance de MM. les General & Inten-
ilant, en date du isJanvier 1788, le Sieur Menard, Entre-
preneur de bitimens, demeurant a la montagne des Grands-
Bois, pourfuit en reunion un terrain pour corail, contenant
quinze cents pas en carr6 reduits fitue fur la croupe de
la montagne des Grands-Bois, borne au nord de la ravine
Seche, au fud des chardons volans, 'a l'eft de l'etang a
Glere, 1'ouefl du Petit-Fond. Ledit terrain eft fans eau,
fuivant la conceflion qui en a 6te accordee auSieur Antoine
Thoma eau, le 28 D&cembre 1739; lequel n'y a fait aucun
itabliffement.
3 En vertu d'ordonnance de MM. les Gn&eral & Inten-
dant, en datedu 25 Aoit 1787, M. Delaumont, pourfuit
en reunion usn terrain fitue au quarter de l'Iflet-a-Pierre-
Jofeph, paroiffTe du Cap Dame-Marie, borne a I'oibefl & au
rord de I'habitation de M"' Bonneau, au fud de la grande-
riviere de Jhr6mie, & a l'eft de terres non conc6dUes.
Lequel terrain a &~ concede au Sieur Savoie, qui ne l'a
jamais etabli.
3 Le Sieur Augufle Laffont, pourfuit en reunion un ter-
rain de i oo pas carries ou la valeur reduite, fitue entire
ks deux branches de la riviere a Mahaut, quarter & pa-
r iffe de Jer&mie, born au, nord du Sieur Raby, Ia 1'el
par la branch droite de ladite riviere, a l'ouefl de Charlet
& Toyri, aux droits de Paul Bouchi, chaffant au fud dans
les terres concedees a Mademoifdlle Luce-Emnilie-Clmence
Mile. Ledit terrain a cte concede au Sieur Doinir.que La-
jiens. le to10 Juin 1786, qui n'y a faitaucun etabliffement.
En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiftiateurs, en
date du I Janvier, le Sieur Navarre fils, demeurant aux
Cayes,,pourfuit en reunion un emplacement fitue dans ladie
rille, no 464, born pendant vio pieds au nord de la rue
37taverfiire, a oueft pendant 60 pieds de la rue du Bout-


du-Moncled au f(ud pendant t*O" pleis ds n'463 1\A
pendant 6o pieds du n 462 ; ledit emplacement .4 &e ci4
deviant conc6 d6 au bommre6 Pierre-Henry.
2 En vertu d'ordonnance de MM. les AdminiftrateuTs,
en date du Janvier le Sieur Lajurnie, demeurant au
Peiit-Goave, pourfuit en reunion in terrain pour culture
de mille. pas carries, fitu6 dans les hauteurs du Trou-Ca.
nari, borne a l'oueft du Sieur Rimougis, 'a I'ef de I'habi
station Rivicre Raphail, tirant fur les pre:entions de Pietre-lite
Martin, au fud du Sieur Ranfamnie, au nord du Sieur Charrier.
i En vernu d'ordonnance de MM. les Ge6nral & li.
tendant, le Sieur AlM. Delavillotte, demeurant 'a Logane,
pourfa~it en reunion, un terrain de mille pas carries, tfiui
-dars fes hauteurs de la grande riviere de Fele, jurifdiaion
de facm.1l, borne au fud de la place du Sieur toterel, at
nord de te-res non concedes, 'a feft de la riviere des deux
bras. Ce terrain a et concede le x6 Scptembre 1771, all
Sieur Leimare.
D x M A N D S.

3 Le Sieur Delaferte, 'a 'Imprimerie Royale de cette
vilie, dfireroit louer deux N'gres faifant des cigarres. S'adref-
fer audit Sieur, audit lieu.
3 On ddfireroit favoir des nouvel!es du S' Laurent-Frar.
lois Girard, de Bordeaux, JLconome en 1772. che% Madame
vewve Cael, a Mirebalais. En donner avis au Sieur Dufau,
a l'Imprimerie Royale de cette ville, qui a des affairs de
famille tres-intereflantes a lui communiquer.
'On defireroit favoir des nouvelles de M. Mauquie, ori-
ginaire de Montgaillard en Gafcogne, diocefe de Le&oure,
gn&eralit6 d'Auch, effort du Parlement de Touloufe, pafis
a Saint-Domingue en 1749; il a 6te connu aux Gonaives
il y a 7 ou 8 ans. On prie les perfonnes qui pourroient en
avoir quelque conroiffance, tant ancienne que r¢e, de
vouloir en informer M. Mauquil, dans le magafin du navire
'Orthetien, de Bordeaux, Capitaine Deyrem, qui a des affai-
res importantes a lui communiqutr.
NArIRES N CH ARGEM ENI '.
2 La Reine-de-Golconde, Capitaine Dumont, partira pour
Nantes du to au 15 Mars prochain. Ceux qui voudront
y charger a fret ou y paffer, s'adrefferont a M" 'afleau
& Compagnie, ou audit Capitaine, qui a 'a vendre diverges
marchandifes de traite, & des pies a eau.
i L'Am:,one, Capitaine le Chevalier, ia fon second vo-
yage, connu pour excellent vodier, partira pour le -Havre
du i" au io Mars prochain. Ceux qui voudront y charger
a fret s'adrefferont a M" Stanifas Delongucmar Delafalle
& Compagnie, ou au Capitaine a fon bord, il prendra encore
loo barriques de fucre.
i. La Bonne-Henriette, de Bordeaux, du port d'environ
360 tonnecux, Capitaine Jonas, partira pour ledit liu du,
10 au 15 Mars prochain. Ceux qui voudront y paffer ou
charger a fret s'adrefferont 'a M. Camefcafle, grant la car-
gailon dudit navire.
L'Heuretufe-Frarncofe, de Bordeaux, C1pi'aine Bourtaire,
partira pour ledit lieu par-tout Mars prochain, ce navire
eft ban voillier & ties-commode pour les paffgers. Ceut
cui voudront y paTffer ou charger a fret sadr*fferont audit
Capitaine, en fon magafin de vente, rue Sainte-Claire.
A r X D V t S.
4 Une malfon fitude aux Cayes, rue du Pont de 45
pieds de long fur 28 de large, divifce en deux chambies


-7










dfe~i, d'nviroa i pieds de long fur 1i de large, don't
tOn cdrrelee en mabre & fpare par un corridor d'en-
viron 3 pieds de large, ayant chacuie deux fenetres fur la
re une fur le falon, & chacune une porte ouvrant fur
un alon de I z pieds de large, former a clairvoie, fur la
ioguteur de ladite maifon; fous l'efcaller de laquelle fe
trouve un petit caveau; en deux chambres hautes, fur la
1niae long'aeur & larger du bas de la maifon, fepar&es
par deux cloifons en planches, qui donnent une premiere
chamnbre avec 4 tenetres & deux vafies cabinets qui en
ont chaciin une, a c6:d defquels fe trouve un troifi'me
c:drr de i 2 pieds fur x 12; le falon du bas fe trouve repe'e
& prefdue carr6 en haur. Plus un appentis haut & bas fur
la rneme longueur, formant 8 fort jolies-petizes chambres,'
d'enviror i i pieds fur i feparees en bas par des petitcs
cd6ifons en maconnerie entire poteaux, de 6 a 7 pouces &
eu hatr,., par des cloifons en planches, chaque chambre
ayant fes portes & fenetres; dans l'une de ces chambres
fe trouve la culfine avec fes fourneaux & un petit four
diffous, cheminee &c. Dans. lefquelles chambres hautes
I'on entire par une gal.rie tournante en tour d'&querre fur
Sla loIgupur dudit appentis, & large de 4 pieds'.Le bas
de la minifon princip:.ie & celui de i'aDpentis en rnaconnerie
die iS pouces, & tot le haut centre po:eaix de bois de
far, pour ce qui entire en terre, & en bois de Miiiidiki,
pour ce qui n'y entire pas ; le tout peirnt en gris clair. Apres
lI^quels batire s, ef uie fupdrbe cour, dans laqueile on
peuT fare un jardin de 7 pieds de long fur 60 de pro-
Sfoi deur, a io pas de ia ravine : il fe trouve un tries bon
pui.s dans la cour. Le fond de la mairon eft hypo hique_
tune rente viag;re de 3oo00 1. pour laquelle on donnera des
furetes en laifTint entire les mains de i'acquireur environ
iSooo 1. fur le prix de la maifon, qui fero:at a valoir
,aux rentes 'a eh oir, il n'en fera di aucune quand il rece-
vra la maifon. Cette maifon, commencee depuis environ
un an, eft finie & parachev.e depuis deux mois. Le ven-
de!:r prendra en payment des N'gres fai:s au pays, oin
rouveaux, on er.fia des lettres de change fur France, fi
folides & fi bones, quail puiffe les negocier fur le champ
pour des Nigres. S'adreffec a Ml Brard Sjai.t-Clair, Procu-
reur es Sieges des Cayes, propri'taire de ladite maifon, ou
S~" Ywedridoff, Raymond & Martignac, Negocians au meme
lieu, avec letquels on pourra trailer comme avec lui-meme.
3 Un emplacement de 86 pieds de facade fur 16o de
profondeur, avec les btamens en dependans, fitue rue des
Miracles, entire M" Meynardie, Piccard & Compagni:, &
le Sieur Dupon Ddorme, Huiffier. Plus une terre de 1xo0
carreaux en plaine & arrofable fituee au quarter
& pres le bourg de Mirebalais, dans le plus beau local,
fur laquelle font acIuellement une grand'cafe & 1to b&tes
a corners ; cette terte qui eft maintenant en hatte, oft fucep-
tible de toutes fortes de cultures. On donnera toute faci-
lit' poffible a un acquereur folide. S'adreffer I M' Viel,
Avocat au Confeil Superieur de Saint Domingue.
3 Une habitation a indigo & coton, de la contenance
de 700 carreaux de terre, fituee au quarter de Bayneft,
adoffse a la mer & a la riviere, a une demie lieue de la
Laie, chermin de cabrouet ; tous les batimens dans le meilleur
itat poflible & couverts en effentes, y ayant fix bonnes
ncdigoteries; on y joindra un atelier de cent cinquante Negres
grands & petits, ou la terre f6parement, au gre de f'acque-
reur; troupeau de betes-.-cornes, moutons, b&es cava-
lines, mme. les meuble-, li :ges, argenterie & autres uften-
ies. S'adreffer a M. Vinay, N;gociant & Commiilionnaire,


qul inhqu'era le pr6prlitare, qui fe difpofe a 'parir poLur
France.
%. Une habitation fituke au haut de la plain du Cul-de-
Sac, connue fous le nom de Rottier de la Judonnerie, de la
contenance de 2.12 carreaux de terre arrofable; ladire habi-
tation eft-ita.ble ca fucrerie roulanten blanc, deux moulins.
bonne fucrerie avec fes equipages, 300 pieds de purgerie,
une bonne 6tuve, toutes les commodites tiles a l',xploi-
tation, une guildiverie rou'ante, les logeihens de maitre,
colomnbier & clapier, quatorze pieces de cannes bones a
touler cette annee, une en outre que lon va planter; iz
carreaux de terre. en vivres; le tout arrof6 par l'eau de la
riviere Creufe. On y joindra 9$ Negres de toute beauty,
don't la majeure pattie font Creoles, 40. betes a cores,
don't 34 beufs tirant au cabrouet, 9 mulcts, une jumenti
cabrouets, tombereaux, uftenfiles, &c. S'adreffer i M. Sartre,
Habitant au Cul-de-Sac, M" Meynaidie & Piccard, N'-
gocians, & a rht' Loreilhe, Notaire au Port-au-Prince. M.
Blonde.u, Habitant au Cul-de-Sac, qui a on quinzinme a .
lui appartenant fur ladite fucrerie, malade depuis tres-long-
temps fera un pont d'or a l'acquereur, de fon int&ret,
moyenant du comprant ou des Negres a board, defirar.
voir la fin de cat ob>-t de Con vivant.
Une preffe, Ccrou o vis en fer, tourney a froid, a Paris,
par I'Auteur de la machine du verre ardent, Jardi;ia e in-
fante, propre 'a 1'extratlon des jus, huille, &c. montee en
acajou, a v en4e, chcA M. Lauiizal, Eatrepreneur en cat:e
viil; prix 6co lives.
Six beaux jeunes Negres, d'environ so a %s ans, don't
deux boulange s & quatre travaillans au jardin. S'adreffer a
M. Dieiidonr.d, Negotiant en ce:te ville, qui en fera bonne
composition pour du compta:nt.
i Une habitation, de la conrenance de cent carreaux de
terre, propres a la culture du caf, ficu&e fur le gros morne
du Cul-de-Sac, difiante de neuf lieues du Port-au-Prince.
S'adreffer a M. N.:Eu, 'Ngodant on cette ville, qui, d%-
faut d'acqu&reur, voudroit trouver une perfonne qui t.a-
bliroit ladite terre de compete a demi.
Un emplacement, fitue a Saint-Marc, de xno pleds de
profondeur, fur 90 de facade fur la grande rue & iszopieds
fur la rue Saint-Simon ; ledit emplacement entoure de murs
fur trois faces; fur lequel il y a un corps de logis en
6querre, divif6 en quatre chambres, don't deux couvertes
en tuilles & deux en effentes. Plus un autre emplacements
borne au nord de celui ci-deflus, de 90 pieds de facade fur
la grande rue & de x 2o pieds de profondeur, entoure fur
la rue d'un mur a hauteur de cloture; fur lequel il y a un
magafin en appentis de 120o pieds de longueur fur 18 de
larger, covert en tuilles. Une maifon, fitcue a Saint-
Marc, de 90 pieds de facade fur la grande rue, & de 70
pieds fur la rue Saint-Simon, divifee en fix chambres &
couverte en effentes, batie fur un emplacement d.e 140 pieds
da profondeur & de 90 de facade. S'adreffer pcur le tout
a M" Graffjtfreres, Pitteu & Compagnie; Negocians a Saint-
Marc, qui les vendront enfemble ou feparement, & qui
prendront en payment des Negres a bord des N griers qui
front leur vente a Saint-Marc.
A V N D R E o A A FaiMER.
3 Une faline fife a la Pointe des Halles ancienne.
ment 6tablie par le Sieur Paul Rey, fufceptible de donner
a&uellement 5 a 6ooo barils de fel, fans &tre au tiers de
fa veleur, des magafins pour en contenir 11 a iooo,
diffIrehs autres tabliffTmens, 4 canots & autres ufienfiles


/t






68
pour li peh!; plus t tetes de NWgres fats au pays, &
trzs-inteAigns, du ncimbre defqueis iont une igreife &
4 enf.ns. S'adeffer au Sieur Breoifjl, Hodog.er a Saii-Marc,
qui, vu fen depart pour France au printemps prochain,
vnd.ra deux Negres domfiques don't tn clifinier, &.
'autte un peu horlcger, bon perruquier, & fachant bien
toudre, divers o.tjts d'horlogerie, tels que pendules a lyre,
oCtfres de diff ,rens gouts, ac.
LJs S C ES Z M A Rn i 0 N A G s.
3 A{or, Ccngo, ag6 d3 I8 ans, &tampe fur les reins
LAPOINTE, au-defi'uus ST. MARC, taiiiA de 4 pieds to10
ia pouces. En donner avis M" Pechkier fresh 6' Bouyer,
N g.aians a Saint-Marc, ou a M. AlOran.i du Sablon, fur
Its birns de M" les her&iMrs de Laville IArtibonite,'a
qui il appartient; il y aura rccompenfe.
2 TOis N cgres,, Congos, ncn:mres Francfijue, Dfire &
delimcque, etampcs (]INOAS, d6pendans de la fucceflion
Pitrre Boutin, vivant fl-atitant au Pate- Large, paroiffe de
Jrcmie, affer mrs auSieur L. Pafquier, Habitanj aux Caiemites,
le 25 Janvier 1783 ; Defird & Tilimaque, marrons trois fe-
ma.ines prws, & F&racifque depuis le mois d'Aouit 1787.
Ledit S:2.fr Paf.Cuier prie ceux qui pourroient avoir con-
r ifTance deifdits Negres, de lu. en donner avis, devant re-
m-ettre ladite ferme le 25 du prkfent; ainfi que d'un Negre
nommt-m. Louis, Cocquelico, etamp' L PASQUIER, n'ayant
ya 'unej'ambe, atiia marron depuis environ trois mois.
SFrancois, Creole, age de oo ans, n'ayant 1air que d'en
avoir 45 a 5o, :aille-de 5 pieds, ayint la peau noire, belle
figure, le nez gros, beaucoup de barbe blanche, le crane
u'n peui chauve & toutes les dents tres-belles, part marron
le so Janvier, de 'habitation Jauge & Rigau::, au Trou-
Caar i, d'pendance du Petit-Goave. En donner avis au Stieur
Lavi:lle a~ii, fiur ladie habitation, a M" Marche & Sabcs,
N-gocians au Port-au-Prince, oun M lIfniad, Procureur
au Peti:-Goave; 11 y aura quat-e portugaifes de recompenf?.


NOUVELLES DIVERSE.
F A N c .L
Le bruita couru pendant qudequ--temps, dans nos ports,
que l'arrangrement conclu entie la France & l'Angleterre,
3n 'toit poinm auli certain que des perfonnes vouloient le fair
tcroire. On prTtendit qrI le Gouvernement Britannique
Z'avoit point ratiCfi I. travail de M. le.Due de Dorfit & c'e
.M. Eden.'O 1 fait aL"u Eim!'nt avc certitude, 'que ce bruit
&olt d nt:h de tout fondcmnnt, & lon donnera Samedi,
.explicanon de ce qui y a done lieu,
D v PO RT 4v P xI N Cr.
Sa Maje:f. ayvnt bien voulu accorder fon portrait a la
Colonies de Saint -Domingue, l'inauguration en fera faite
Jeudi procI.ain 7 Ide ce mois, au Gouvernement, dans une
Sale pr^tatee & decor.e- pour le recevoir. Cet apparte-
r. ent fera ouvert a* public 1io heures du matin, & les
ij urs fuivans, & il fera csl'bre le meme jour un Te D'eum
& Lns i'glife pai.oidle de cette ville, 5 heures de laptis-
anlds.


MM. les Adminiftrateurs font de retour du voyage quits
ont fait aux Gonaives & a Plaifance, pour reconnoitte qu'eltle
eft la communication la plus praticable pour Igs voitures,,
entire les parties du fud & cells du nord de cette Colo.
ni.. Cs voyage les a mis en 'tat de .prendre des mefurei.
difinitives touchant cette entreprife.
Des Lettres du Cap & des Cayes, arrives par le courier
de Dimanche dernier rapportent que des avis requs
par des batimens Dunkerquois ,. Havrois, & par un Paque.
bot du Roi cnt appris que fa:ran ge ment conclu entire
la France & I'Angletetre n'avoit pas ete ratifih par cette
derniere Cour, que le biuit en 6.oit public a Londres. Nous,
croyons trouver i'o;igine de cette fa'ifA.nouiveile dans le Cou~
rier de 1'Europe, du 6 'Novembriei'qui, cette poque,.
4crivant dans Londres, devoit etre initruit de I'aprobatiou
ou du d'faveu du travail de M..le Dac de Dorfet & de M.
Eden. On a lu la convention que ces Miniftres ont conclude
au nom de icur Souverii avwc M. le Comte de Montmo.
rin ftipulint pear Sa Majefte. Nous donnerons 1'Ofdinaire
prochain, l'extrait de la Feuiile'donr nous venons deparler.
Il faut remarquer auffi que la convention du 27 OWobte,a
ekt publite dins la Gazette de la Cour de S. James le3Q
du meme mois.
C o M M E R c E.
Prix courant a Bordeaux, le i Novembre, des marchand;fes
Coloniales, prices dans i'entrepot.
Sucre blanc, xi" quality, 66 a 68 1. feconde, 63 a 641.
troifieme, 53 a 6z21.quatricne, communs &tetes, 37 a51.
brut, de Leogane, 36 a 45 1. du Cap, 35 a 43 1. de Saint.
Louis, 32 a 41 1. Sirop, 18 1. o f. a 9 1. (afe S. D. fin,
21 f. 9. d a 2 f. 3 d. marchand, 2o f. 9 d. a 21 3 d. ordi-
naire, 19 C. 6d. a zo f. 6 d. triage, 14 a 16 f. Cacao, 9a
to f. 6 d. Indigo violet & bleu, 13 1. o10 f. 141. o1f.i m-
lang 12 1. io f. a 13 1. cuivre, 9 1. to f.ai xo1. io f. ordi-
naire, grabeau & pouffiere 6 1. a 8 1. 15 f. Coten S.D. 241
a 270 1. Gingembre, 19 a 21 f. Carret, r 14 1. Campe-
ihe, 9 1. o 1. a 1I1!.
Fret pour le Cap,. Port-au-Prince LMogane & Saint-
Marc, 70 1. -pour les Caycs & Jacmel, So I.
II eft entr 'a Bordeaux, pendant le mois de Septembre,
poids net 7,742,415 1. de fucre blano & brut; 4,186,907lb.
de cafe; 74,2z6 lb. d'indigo; 38,472 1. de cacao; 6oo lb.
de gingembre.
11 ett forti pendant Ie m'me mois, 7,116,604 lb. de fucre
blanc & brut; 3,974,989 lb. de cafe; 47,609 lb. d'indigo,
25,438 lb. de cacao; 2,243 lb. de rocou.
II refloit le i" O obre, 4.337.128 lb. d3 fucre blanc &
brut;. o1,043,432 lb. de caf, 87,894 lb. d'indigo ; 42,055 lb.
de cacao, 63,082 lb. de rocou, 1,139 lb.de gingembre.
11 eft entri pendant le mois d'Odobre, ,959,53olb.de
fucre blanc & brut; 1,818,253 lb. de cafe, 6,449 lb. d'i"n
digo; 9,A409 lb. de cacao.
11 eft forti 178,033. lb de fucre blanc & brut; 41,192 lb.
de cafe; 11,456 lb. d'indigo 4.8 lb. de cacao; 2,o021 lb de
de rocou.
II refloit le x"e Novembre, 5,3o,366 lb de fucre blanc
& brut, 1,020o,86 lb. de cafe ; $8,538 lb. d'indigo; 35
899 1b. de cacao; 61,o6o lb. de rocou; 1,139 lb. de gingenmbrt


viec prmiffon. de MM. Its Ginral' & Intendant..


U PORT-AUV-PRINCE, DE L, IMPRIMERIE ROYALEi










*T W I


_____. N **
fTT~y ^^'s'if Ni^.s-#Jim^
B r ^ -l-' "*^ *' ^gsan1 '1'-'''^ 1 >**< r K~ uMNSO~i~ s ^


AF FICHE S


AME RICAINES,


du Samedi 9 Fevrier 1788.


Poids du Pain
I i


A`VIS D'AD MINISTRATION.

Le Lundi iy de ce mois a to heures du martin il
fera procede en I'Htel de I'lntendance 'a 'adjudication au
rabais, de la confiruffion quant a la mian-d'o&uvre fiule-
ment, d'un mur de terraffe en quatre faces de 160 toifes
d i dveloppement & de 10o pieds de -hauteur au plus,
dont la principal facade aura aux extremists les deux
Foataines de la place de 1'Intendance. ,
On peut voir au Controle les conditions de ladjudica-
tion; le tiers du prix fera paye. d'avance en donnant cau-
tion les autres payemens front faits a mefure que ia
cofltru&ion avanicera.
I I I.
Le Public eft avert que le Sieur Lefranc, Entrepreneur
de FHopi' a vendu au Sieur Thierfelin qui doit le
remplacer le i" Juin, 49 Efclaves, deftnes au service de
I'Hopital ; favoir Neg es Jupiter ; Lindor ; Samfon ;
Petit-Louis; Laroche, dit Larofe; Jacques; Zamor; Fidelle ;
Pierrot ; Charles commander ; Alexandre ; Augufte ;
Arlequin; Aza; Lefpiegle Moreau; Lefpiegle Corps-de-Garde;
Titon; Leveil,; .Telmaque; Lafortune; Pafly; Hafard;
Second Zamor ; Sans Souci. Negrefles Zii e & Sanf-
1tom, (on ils Mulatre; Marion; Zilia; Annette; Sophie;
Fran9oife ; tleionore; Helene ; Junon ; Rofitte, Griffe, &
Ramponeau, fon fils; Lucene, Agathe, & Louis, fon fils;
Venus Cramenwy ; Marie-Louife; Combat; -Vinus Gui-
tonne & Maringouin, fes enfans ; Marinette ; Confance
& fa fille, Muit~reffe a Ia mamelle; Marguerite.
Ainfi que tous les lits & ce qui en depend, tous les
uftenfiles, ph3rmacie, chau.ihres, baignoires, & genera-
lement tous les objets quelconques vieux ou neu s qom
fervent 'a 1'Hpital.
Le but du present avis eft que perfonne ne folt induit 1a
acheter les objets ci-deffus, le quels n'appartiennent plus au
Sieur le franc quoiqu'ils rcflent en fa poffeflion jufqu'au
l" Jiin prochain.

M" les Habitans de la paroifTe du Port-au-Prince font
invites a fe trouver a l'affembiee qui fe tiendra le 3"e
Dimanche du prefent mois de Fevrier, a l'effet de nommer
les quatre Not. bles de cette ville qui doivent faire parties
du Bureau d'Admin.ift ation de la Providence, 9tablie par
l'Odonaanc, du 7 Novenambe dernier.


NOUVELLES DIVERSE.

ALL M AG N E.
ID ES Lettrcs de nienne portent que la Cour Imperiale
ne fe melera pas a present direCtement des affaires de la
Rufie & de la Porte Ottomane, elle former feulement fur fes
fronti&res un cordon : on tiendra pr&ts les 4o, ooo homes
de troupes auxiliaires qu'elle eft oblige de fournir a la
Ruffie. Ces Letues ajoutent que le rendez-vous de ces
trotpes eft a Petetwaradin. Linfanterie fera aa nombre de
40 tataillons. ( Gaettte de France, n, 79 ).
Une Gazette de Vienne content le -zeglement fuivanit
concernant le pavilion autrichien.
10. La permiflion de fe fervir du pavilion autrichien nl
f a donn6 qu'aux fujets des 6tats heriditaires proprik-
taires de batimhns.
2.. On riputera, relativement a la concefflion du pavilion ;
ccmmne fulets autrichiens ceux qui font nt s dans les
etats hereditaires, ceux qui, par un f'(our de to annees
cans ces etats, onm acquis la quality de fujets, & qui sy
(cnt etablis avec Ieurs families & biens, & qui ont obtenu
des lettres de naturalization.
3. Les fujets naturalifes, qui veulent obtenir le pavillost
aumtichien doivent etre ou des Negocians faifant pour
leur propre compete & fans aucun fecours stranger Ie
commerce en gros dans les etats hereditaires ou domici-
lies dans ces etats avec leur famille, & ayant un fonds de
S, coo florins ou enfin domiciliks avec un fonds de
o10, oco florins, lorfqu'ils n'auront point de famille.
4. Les proprictaires de batimens, fujets des etats h6re.-
daitaires, peuvent ceder a d'autres fujets de ces memes tatrw
des parts de ptopei&e : cette cellion ne pourra jamais avow.
lieu en faveur des strangers.
S'il arrivoit qu'on prouvat que des strangers parti-
cipent a la propriety d'aucun batiment, le batiment fera
confifque, & le proprietaire condamne en outre a une
amende de i, oco ducais d'or.
6. La mneine amende fera encourue par ceui des pro-
pritaires de bitiment qui auroit prete fon nom & fa
patente a un stranger.
7. Celui qui dinoncera la contravention aura la moitil
de l'amende.
8. Le batiment pour lequel on demandera une patent
de pavilion, fera corfiruit, achet6, armi & equipe, fo(t
dans un des ports des etats hereditaires, foit dans un de
ceux des puiffances qui front en pair avec la Porte Otto-
nape & les Regencts Barbarefques. On diclarcra touted


6#


F




7


ces cconftances aitx Confuls Itmpehraux dans les ports
rangersr, lefquels les verifieront & enverront le batiment
imm diatement & Tneite ou a Fitume. L'equipage de ces
batimens 'doit etre compof6 au moins de morite des fujats
h&irditaires.
On a cru utile de fire connoitre ce reglement au com-
merce de Saint Domingue.
L'Empereur a fait defendre l'ufage du fard blanc. On a
reconnu, depuis long-temps par des analyfes chimiques,
que cette fub iance- eft tres-nuifible a la fame des Dames-;
le fard rouge ne i'eft pas moins ; fun & l'autre bouchent
les pores de la peau, occafionent des tranfpirations reper-
cutees, don't refultent des maux de t&tes & de dents. Ces
derniers emp&chent la maflication des alimens, des indigef-
tions frequentes furviennent, & l'eftomac fe delabre. Mals
les Dames aiment mieux avoir tous ces maux que de
paroitr-e avec les couleurs que la nature leur a donnees.
Une fingularite affect remarquable, c'eft que 'les Dames ne
portent point de fard chez elles, & quaind elles ne doivent
paroitre qu'aux yeux de leurs maris. Si elles croyent que
cettecotiler les fait patoitre plus belles, les plus honnetes
taeme auroient elles intention de plaire a d'autres qu'a
lears 6poux ? C'eft aux Moraliftes a refoudre cette question.
S. M. 1. a mis un modique impot de 4 florins par Ihvre,
far le fard rouge.. Si cet imp6t droit de 4, ooo flrins, les
gens fenfs.nee. le trouveroient pas trop fort. C'eft Tur des
articles. femblables que le genie fifca devroit s'exercer.
L'importation des montres d'or a repetition eft defendue
dans les Domaines de l'Empereur. Un bateau charge de
pain, a et dernierement arrte' : on a trouve beaucoup de
ces msontrs dans plufi:eurs des pains. Avis aux Contrebandiers.

F R A c ;-

a Un Particulier arrive depuis quelques femalnes d'Am6-
it rique a Londres, en a rapport un ferpent a fonnettes,
,vivant, de la longueur de 5 pieds, qu'il a mis dans une
npeit e bolne de bois ( ), don't le couvercle eft en parties
, vitre pour laiffer paffer le jour. Ce qu'il y a de tres-
nextraordinaire c'eft qu'il ait vicu pendant plus de to
a) femaines, 'fans recevoir d'autre air que celui qui s'infinue
, par des petits trous pratiqu6s a la boite & fans avoir
Spris aucune efpece de nourriture ,,. [ Merc. de Fr. n 42 ].
Nous nous trouvons encore dans le cas de fare remar-
quer.combien le gouit indifcret & bifarre que quelques
perfonnes ont pour les animaux dangereux peut faire de
rmal a un pays. Ce ferpent ne peut-il pas s'6chapper, fe
fauver dans les bois, & par un malheureux hafard, s'ac-
coupler avec un autre ferpent de fon efpece que quelque
amateur apportera peut-etre bienot, encourage p.r rIheau-
reufe traverfie de celui-ci, & le peu de foins qu'il exige
pour fubfifer ? On eft done autorifA a craindre que lef-
pece fi dangereufe de ces ferpens ne fe naturalize en France
& ne s'y multiple. Le climate, dira-t-on, en emp&chera:
c'eft une question. Mais au moins doit-on apprehender que
cet animal trouvant moyeri de fe mettre en liberty, ne
morde plufieurs perfonnes. Si le propri6taire de ce reptile
a de la fenfibilite quels feroient fes regrets Nous defi-
rons bien fincerem-nt qu'il ne prenne envie a aucun ama-
teur de nous faire connoitre les ferpens des flles du Vent.

(*) Petite Elle deveit avoir au moins y pieds. [ Note
4u Redadeur ].


Extrait d'uane Lettre de ordeatx, ca date da So Novetr
ic Les Sieur &. Dame-d'Auberval, qui, depuis quelques
annees, font a la there du Spe&tacle de Bordeaux, pour It
parties des ballets, & qui y ont obtenu toute a confide.
ration due a la fupriorit6 de leurs talens & & I'honnr&et6
de leurs moeurs roent prets a partir pour remplir un
engagement contra6e pour I'Opera de Londres ; engage.
ment qu'ils avoient ptis avec plaifir par reconnoif.
fance pour toutes les bonus quils ont eprouvees l un &
l'autre en Angleterre mais le Public- Bordelois en a
decide autrement. Du moment qu'il a fu le project de leur
departt, le Parterre a fufpendu le Spec&acle & n'a voulu
permettre qu'on le continuat, en criant : les 4 Auberval ou
point de .Comedie. Les Magiftrats ont 6te obliges de s'en
meler, & voyant que cet enthoutiafine pouvoit avoir des
fuites facheufes, puifqu on ne parloit de nien moins que de
mettre.le feu au Th6itre, its .ont oblig6 les Dire&eurs de
renouveiler l'engagement des Sieur" & Dame d' uberval
pour trois annees, & ont price 1e Sieur d'Auberval de I'an.
noncer lui-meme au Public, qui a repondu par les applau.
diffemens les plus flatteurs a cette announce .
D v P o T--A v-Pa i x c s.
Extrait du (ourrier de I'Europe du 6 No'vembre, annonce
I Ordinaire dernier.
a II a parn dans le Public-Advertifier, de Samedi dernier;
un article quir fut copies dans toutes les Feuilles Iqui fe
pubhirent le foir a Londres, dans lequel il toit affirmed:
c Que arrangement de paix faith entire ce pays & la France,
n'etoit pas encore finalement .termihe, parce qui-la Cour
de Verfaillcs avoit furpris celle de Londres dans l'accord
qui a ete f1gre par leurs Miniftres.refpe&ifs; que par la
declaration, il a e6 ftipul4 que les deux pays defarme-
-C
roient, & remrettroient leurs Marines dans l'etat oil elles
"6toient le Janvier 1787; mais qu'il a ete dkcouvert
i depuis, que laFrance avoit a cette epoque press de 20
vaifleaux de ligne en commifflion de plus que i'Angleterre:
qu'en confiquence on avoit fait des remontrances a ce
fulet a la Cour de France, & qu'on 5Ii avoit demand de
-C
) remettre fa Marine far le meme pied que celle de la
Grande-Bretagne ,. Le World a cov.tred t cgt article hier,
en affurant qu'il n'a t fabrique que dans des vues inti-
reffees on infidieufes & le Public-Advertifer de ce jour,
avoue la coulpe, imputant a un Courtier de change, de lui
avoir donni ce faux avis i.
Plufieurs autres paragraphes de, la meme Feuille, con-
firment celui qu'on vient de lire. Ce qui doit encore* fire
ajouter foi, c'eft un extrait des deliberations du Confeil t
priv4 d'Angleterre, que nous trouvons dans la Gazette de
Londres, du 2 Novembre.
A la Cour de S. James Ie 2 Novembre 1787. Prifente LA
TRES-EXCzELENT MA.4xsTE DV Roi EN SON COx-

a Sa Majefte, jugeant qu'il n'eft plus neceffaire de conti-
nuer les armemens fur mert, it lui a plfi, de l'avis de foni
Confeil priv ; d'ordonner & de dec!arer que les gratifications (
) & les recompenfes promises aux gins de mer, qui fe ren-
>droient volontairement a bord des vaiffeaux de S. IM.
1 n'auroient plus lieu & qu'il ne feroit rien fait ni ordonn. ,
Sde contraire au prefent arrest. Sign6, 7I. Faucener ,n.
Nous tenons aufli pour un fait certain que le Miniftre.
Britannique a expedie un courier a l'Amiral Affleck, qut








derv6t cmant 'ue des ercidrs d&' Fortfmoutfi pout
eanpecher cet Amiral de partir.: le courtier avoit or ire,
dans le cas oh l'efcaire ferait frtie ,de s'mnbarquer atf:iir6t
fur une corvette, pour porter a I'Amiral les ordres qui le.
Nousne pretendons dimentir perfonne-, mais nous chir-
chons i 6claircir les faits autant qu'il eft en nbtre pouvoir. II eft
affez fingulier quune fpeulation fate par a Couriterde
Londres, irn'e fur cells de Saint-Domiingue.

Extrait des Regifrir da Confeil Supericur de Saint-Domingue.

Aujourd'hui douze Novembre mil fept cent quatre-vingt.-
fept
Le Confeil affemble en Ja maniere accoutume, les Gens
lu Roi font entrs ; & le Procureur-General portantia pa-
role; ont dit: "
Ii erifte, Meffieurs, tiains les diffenires Jurifdift ons du
Effort de la Cour, iun abus qu'il eft d'autant plus effen-
tiel d'aneantir qu'il occafione des difficulties dans la tenue
des audiences, qu'll multiple confidirablement les fentences
d'inftru&ion, confequemment les frais & quail retarde enfin
par des lenteurs menagees avec foin, par quelques Pro-
cureurs, je terni oh tout proces doit finir.
Cet abus cohfifte dans la communication des pieces de
Procureur a Procureur; rien affur6ment de fi fimple qu'une
communication de pieces mais comme la firmpiscitI dans
linfirution, utile aux parties, ne convent pas toujours a
quelques-uns de leurs defenfeurs, il y a des Procureurs qai
|ont imagine une multipilitc, de procedures effrayantes, &
qui n'a abfotument d'autre but que leur intirert personnel,
diametralement oppof6 a celui de leurs clients.
Un Particulier attaque en Juafice conflitue an Procureur
pour le def endre: pour connoitre ia juife valeur de la demand
,diig6e contr liui, it, eft niceffire qu'il examiine les titres
.qui fervent de bale a certe demands: or quiele doit &tre
la conduite de fon Procureur dans cette circonflance? Celle
de fair une simple fommation au Procureqr adverfe de com-
imuniquer les tires fans replacement, on avec deplacement
fur recepiffi, ou bien enfin au Greffe, fi ce font des pieces
originales. Lorfque les pieces enfuite ont te prices en com-
j Iunication & examinees, que doit faire celui qui les a
;eues en fa poffeffion ? Les remettre fans dilai en retirant fon
r.cepiff, Alors fur cet article tout eft confomm6: & cette
inaruaion que coite-t-elle aux parties plaidantes? 1. f.
1o Pour la formation. ,3
2 Pour la communication. I to
3 Pour la fignification de la formation. is
4 Pour offres de communiquer ou denoncia-
tion qae les pieces font au Greffe.
Pour la fignification. '
TOTAL. 9


Au lieu d'une condui:e aufli simple, quelle elftia
de certain Procureurs, & quels font les frais qui
la fui'e ?
i9 Le Procureur du d6fendeu-r fomme le Procu-
,ur hu demandeur de communiquer les pieces, &
es frais font de
Z Le Procureur du demandeur refuse fous de
P"atvais pretextes, cette communication par un
Re extrajudiciaire qu'il fait fignifier autres,

TOTAL.


march
en font
f.

3 15


715
7 LO


Ci contre.
3* Le Procureur iau difendeur lui donne uon a
venir pour plaider fur cet incident a la premiere
audience; or cet a venir co6ite; 1* zo
Pour fignification, i1
TOTAL. 5 ci
4 O.On met la caufe au r6 ce qui colue quinze
fous, puis vient l'appel de cauie, qui coute une
livre; ce. qui fait au total une livre quinze fols s ci
50 On plaide de part & d'autre, & it y a fet-
tened qui ordonne la communication: or, que coftte
cette fentince i Pour !a plaidoirie des deux Pro-
cureurs, I
0' "Pour la ferience ahu prot, dut
Greler, a
30 Pour la fignification de Ia fen- t
tence av profit de l'Huiflier, i
TOTAtr 15 ci
Souvent le Procureur condamn1 & donner la
communication des pieces, aie fatisfait pas encore
a Ia sentence fous des pretextes frivoles, alors iA
fiut fire jendre contre lui une feconde sentence
par corps qui le condamne a commupiquer. Or,
pour obtenir pette sentence par corps, iifaut;
Une formation prealable de fatisfaire a la
premiere sentence, qui coute, ci 3 o
SL'a venir pour plaider fur le
nouvel incident, a .
L" La mife an rlWe & 1appel 4e caufe, i i
4La plaidoiria, la sentence & la
fignificauon, 11'


TO'TAL. 22 1i C
6 L'inflant tant arrive de communiquer, done
naiffance a un autre difordre; la communication
en effet a lieu ou par inventaire en groffe, dans
lequel on ne manque pas d'infere, non-feule-
ment les pieces au foutien de la demand, mais
encore touts les pieces de procedure come
requhte, a venir formation, fentences interlocu-
toires; ou bien pour rancher dune maniere plus
simple, & tout auffi difpendieufe pour le Public ,
le Procureur du demandeur traduit fon adverfaire
1 l'audience, pour faire rendre une troifibme fen-
tence qui lui donne ale de la communication qu'il
fait: or, cette fentence 6tant pr6cd6e d'un a ve-
nir coute,
7' Nous founes bien iloignes, Meffieurs, d'etre
encore a la fin du defordre fur cet a-ticle: la complai-
fance du Procureur du difendeur fur cette mauvaife
procedure, elft bient6t paye de retour par fon adver-
faire; & en effect s'agit-il de retablirles pieces prices
en communication, alors il faut une nomination de
les remettre:un refus enfuite entralne un a venir
a I'audience, mite au role, appel de caufe, plai-
doirie & premiere sentence qui ordonne la remife:
cette procedure colite,
8 Point de retnife de pieces encore, alors fet-
tence par corps avec tous les preliminaires, don't
nous venons de parler, autres
ToTAL,


t


1 1


1









11 15


113 15








Dc l'autre pat .
9* Enfinr, troifime fentence qui donne afte de
la remife des pies, .& qui ne come que,
Ainfi, au lieu d'une procedure simple, qui ,par
fon expedition prompted auroit rir6 les pat ties d'affai-
ces furIle champ, qaelques Procureurs ont trouv6e
le fecret d'y fubftitter une procedure volhimitneie,
atigante ptr fa longue durke, & qui, au lieu de
zneuf lives, coiute,


t-I5 1


19


'*A


a3k *


Ce qui fait ane itmpofition reiele fur les plaideurs de
'cent vi-t-trois livres quinze fols par chaque caufe jug"e
contradidoirement avec tous fes incident.
A Die n-e plaie Meflieur.s que ce defordre, quoi-
4ue tres-grand ait general, car s'il I6etoit malheureufe-
:nent, come nous avons des rtelers exac&s pour une annee
de onze .mille deui cents quarante.-cin, affires jugees con-
tradi&oirement, dans tontl te Rfort de la Cour; Ia taxes*
crluelit qui en re'fulteroit fur le Public, en redumfant ce
vomnbre aux feules affaires qui paroiffent fu(ceptibies de com-
.nunication, feroit encore de pres d'un million par an.
Si d'aptr, ces fairs vous &,es peniftres de t'abus inormne
qui refuhl' des communications introd1tites par certain Pro-
'cureurs, dAis ls., affairs ou it n'y a que deux parties; quel
effroi ne doit-on pas conceVoir,lIorfque dans unre n mem
affaire, commune clie des faifies-arrets, i y a uquelquefbis
jufqu'~ trois; qbatre & cinq Procureurs en-catife ; alors
'le dedalelde la procedure eft fans fin, & le Procureur qui
-'*a iti inflitu 'que pour difendre fes clients, en devient
le plus cruel ennemi. Les-incidens en effect s'accumnilentles
'uns far les aulres; les frais s'etendent & fe g'offiffent, le
term du jugegnent definitif s'iloigne, & le plaideur eft
d'autant plus I plaindre qu'il e- la vi&ime d'une vexiation
judiciaire don't il ne peua fe garantir, puifqu'elle eft dirighe
cpntre lui, par celui-la memh que la Loi. oblige pren-
tre pour confeil, & qui devroit etre fon confolateur, fon
foutien & fon ami.
Ne prdons pas de vue, Mefieurs qu'il n'y a pis de
petifs objets lorfqu'ils font pris en maffe ,,& que Ia moin-
dre complaifance fur une tase de frais, lorfqu'elle fe renou-
velle fur de petites fommes qui ne paroiffent pas tirer a
confiquence, eft un attentat contre Ia* foci6te, doat nous
fommes coupables envers elle.
Hitont-nous done d'arreter un defordre qui n'eft point
encore univerfel, mais qui le deviindroit bientmt ; parce
que le mnal fe propage avec une facility incroyab!e, lorfque
le bien, environne d*obftacles & d'entraves, fe fait avec
1pelne & lentement.
Le remnie a i'abus que nous venons d'expofer, eft d'au-
tant plus facile a apporter, que nous le troavons liittrale-
inet confign4 dans i'Ordonnance fur la forme de proc&-
,der en la Cour, relativement la communication des pieces
d'Avocat a Avocac: il ne s'agit que de rendre, par un Re-
glem.nt de Jaffice, commun aux Jatifdiaions du Rftort,
la Loi que le Souverain lui-meme a faite pour prevenir,
en caufe' d'appel, un d6fordre que les Avocats, par une
dilica:tele don't nous faifons l'eloge a vec plaifir, n'avoient point
encore introJuit dans le Sanauaire du Tribunal Supirieur.
Souffrez, Mefieurs, que dans cette circonflance, nous
rep6tions avec le fentiment de ,enthoufiafme, ces expref-
fions. de confignees dans run de nos r6quifivoires: 4 qu'une

AU PORT-AU-]PRINCE, DE


A


.- A


econfPlSratioh 4 jatnals memorable unifT' lei aglrsq
v de la Colonie centre to.us les defordres judicial es; -,o
M cette union foit furnontnime la Ligue dau bien pfblin), e
nom facre ne fera point invoque en vain; tons les Magf,
trats du premier ordre, tous ceux du fscond, qui peuvent
avoir erre par up difaut de vigilance, mais qui n*en oea
pas moins dans le cocur 'rempreite, de la vertu ; teus re,
doubleront attention & de zele, coinune celaiidqnt nous
tenons le recit -d&une parties des fails qui nous" foumettoni
a votre censure': i eft poffible de mieux fair encore:que
perfonne ng f(oit exclds de cette ligue fainte; adinettorn.y
fans balancer ceux me~mes qui font 'deftin6s par leur etatl
applanir les premieres voies de la Ju(dice: que l'honneur,
en parlant a leur ame, en faffe des hommes eftimables,
qui, par leur conduite, puiffent ananptir pour toujours l'odieux
prejuge qui degrade une profefflion utile & importance par
fon inilitution.
S'il s'eq trouvoit toutefois, don't le-coeur fiat inacceffible
ace fentiment delicieu, qui conduit laregle ,qu'ilsapper,
.oivent dans notre miniftere un cenfeur rigide, & dans la
Magifirats des Juges inexorables.
C'eft d'apr s ces fenimens que nous retrouvons parmi
vous, Meffieurs, que nous laiffons des conclufions par ecit
fur le Buireau.
Les Gens du Roiretires, oui le rapport de MeFougeron,
Confeller, Doyen, & ,a smatiere mife en, deliberation.
LA COUR ordonPe i que tout Procureur fera tenu,I
la premiere fommation, de communique lespiices de fa
parties au Procureur adverfe auquel fuisvant lordre do
k'ir.ftru&ion, il appartiendra de repondre; & il fera ladite
communication fans diplacement ou avee replacement, fur
le recepiff6 de ce dernier, ou meme au Greffe, fi ce font
des pieces originals ; fans que la communication puiffe en
aucun cas proroger les delais 'fixes, tant par le Juge el
matiere provifoire, ou il n'y a pas de peril en la demeure,
que par article premier de *Ordonnance fur la forme di
proceder aux'Senechauffetes & Amirautis, du mois de Jan-
vier mil fept cent quatre-vingt-fept dans les autres
matieres ; 2* que dans le cas oui le Procureur n'auroit pa
ripondu dans les ringt-quatre heures de ladite fommation,
foitl par dts cffres de les communiquer fans diplacer, f6d
.enfin par la dinonciation qu'elles font remifes au Greffe,il
fera in.erdit pendant un mois; 30 que le Procureur auquel
les pieces de la parties adverfe auront ite communiques,
fera tenp a peine d'interdiaion pendant un mois de leI
retablir pour les matieres provifoires ou il n'y a pzs pheil
eh la demeure vingt quatre henres au moins avant IC
jour d'audience fix6 pour la plaidoirie de la caufe ; fani
que la demand en foit formie; & pour les maieres noR
provifoires trois jours au moins avant l'audience; 4 enin,
ordonne que le prefent Arret de riglement fera imprinei
publiM & affiche par-tout ou befoin fera, & envoy danl
les Sencnhauffies & Amirautes du Reffort pour y etri
lu, public, regif.re & affche ; enjoint aux Subftituts d(
Procureur-General du Roi d'y tenir la main, & d'en ce
tifier la Cour au mois; & quant au surplus des conclufio"n
du Procureur- Gen&al, la Cour ordonne qu'il en fera piV
amplement d'liber.
Donh au -ort-au-Prince. en Confeil, les jour & an qu
deffus. Signi DE "ARBOIS 6' FOUGERON.
Collationni, DUVf .r a oN Grefier Commis.

L'IMPRIMERIE ROYALLE.










N 4 4*. 44-


AMERICAINES.


Jeudi 14 Fevrier 1788.


MOUVEIWENS DE


Arrive de navires Francois.


FASSAGERS.


, U Port-au-Prince, le i Fivrier, 1'Amatone,
le Chevalier, Caen & S. Marc, 2o Oaobre..
Le 3, /e Bauffay, Bret, Bordeaux, 29 Nov.
Paf7ig,-s arrives depuis le Janvier. .
Batirmens. . . .


I
I
120
23


(II y a dans le port 2i bitimens franvois de long course .
A Jrenmie, le 31 Janvier, 1'A4imabl- Mar-
uerite, Pontif, Bordeaux, 1 t Septembre. .
Paffagers arrive's depuis lei "r Janvier. .
Bdtimens. ... 4


Aux Cayes le 2 F6vrier le Pacfique ,
Santos, venant du Cap, 218 Negres. .
Pafagers arrive's depuis le t" anvier. .
Batimens. .
Au Cap -Tibtron, le 27 Janvier le Cap-
Tiburon, Damont Nantes, 2t Novembre..
Paja gers arrives depuis le Ir Janvier. .
Bdtimens. * *
A S int- Marc, le "Lr Fevrier, les Deux-
dmis, Pineau, Nantes, 26 Novembre. .
Le 2, It Saint Marc, Rouffeau, Port- au-
Pinice, 31 Janvier. ... . *
Le j, le Comte-de-Neny, Morel, Dunkerque
k le Cap, 29 Novembre.. . *
Le 6, I'Archymede, Doucet, Nantes, 27 Dec.
La Nouvelle Bethfy, Quenet, 15 8 Negres.
Le Lion, Bergrieux, Port-au-Prince. .
L'Efperance, Chapus, Marfeille & Martiniq.
Paffagers arrives depuis le "r Janvier,. .
Batimens. . .

Dipart de navires Franfois.
Du Port-au-Prince, le 3 F vrier, le Saint.
larc, Lartigue, Saint-Marc. . .
Le4 le lion, Bergrieux idem. .
Le 5, le Succs, le Charpentier, Havrm. ,


9
6

I
I
1
S i J_ : -


23
21


Le 6, le Miromefritl, le Cerf, Havre. .
La Louife-Blanche, Gimbert, idem.. .
La Comterf/c de Puyfigur Belleville ,. la
Rochelle. . . .
Le 7, e Bon- Henri, Gibouin, Bordeaux. .


Paffagers parties depuis le kt" Janvie r. .
Batimens. . 0 0
Des Cayes, le i" Fevrier, la Cere's,-Gui-
chet, Nantes. . . .


PASSAGERSa
I
4


16
, ,, i l


I


Arrivit de navires Etrangers.
Au Port-au- Prince, le 2 Fevrier la Sally, Brown
Nortfolck.
Le 5, la Nably, Elizha, Nouvelle Londres.
Le 8, le Friendship, Felhowes, Saint-Thomas.
La Marie-Anne, Gront, la Jamaique.
Bdtimens strangers arrive's depuis 1: i" Janvier. (28).
Aux Cayes le 29 Janvier la Bethfy Jonatham
Cafgobay.
Le Pere-de-Famille, Teflon, Curaqao.
Le 30, le Courrier-du-Gouvernement, Arnaud, idem.
Le i" Fivrier, la Ferry, Niwbold, Saint-Euflache.
.Le Hope, Samel, idem.
Baiimens strangers arrives depu;s le ai" Janvier. ,(1 ).

Depart de navires rangers.

Du Port-au-Prince, le 7 Fevrier, rIlnduftre, Danton;
Philadelphie.
La Sufanne, Elliot, Virginie.
Bdtimens Strangers parties depuis le t" Janvier. ( i).
Des Cayes, le 29 Janvier, la Polly, Coit, Caroline du ;
Le Dauphin, Maxuel, idemr
Bitimens Gtrangers parties depuis le t" Janvier. (9)4


/RI*


MA R oXS.


A Jacmel, le 19 Novembre dernier, eft entree a la Geole,
Sufanne, Nago, ktamp6e fur les feins LAPORTE, autant
qu'on a pi le diflinguer, Agie de 22 "a 24 ans, taille de
4 pieds t pouces, enceinte de fept a huit mois, fe difanc
appartenir au Sieur. Pierre-Louis Habitant a Nipes ou 4


AF


Pa pagers parties depuls le e"r Janvier. .


,utimens. . .


m







74
l'Anfe-\-Veau : le a de ce mols, un Negre nouveau, etam-
pv fur le fein droit LEVEQUE-, autant qu'on a pu le dif-
tinguer, au-deffous PT.G, ag de 2 2 i24 ans, taille de $
pieds i pouce, ayant des marques de fon pays fur la figure
& une couture fur 1'epaule droite, ne pouvant dire fon
nom ni celui de fon maitre : le 4, Sylvefire, Congo, fans
etampe age. de 20o 24 ans, taille de 5 pieds, fe difant
appartenir au nommb Carte, M. L. Habitant fur le chemini
du Port-au-Prince a L ogmie.
A Saint-Marc, le 25 du moist dernier, un Negre nou.e
veau, nation laconnue, 6tampi fur le fein droit STRLR,
au-deffous GVEs, ag! de 20 ans, taille de 5 pieds 2 pouces,
ne pouvant dire fon nom ni celui de fon maitre.
Au Pedit-Goave, le 4 de ce mois, on Negre' nouveau,
Congo, atimp6 fur le fein droji S-D-^&N, agde 3o0 ans,
ne pouvant dire fon nom ni celui de fon maitre.
Au Port-au-Prince, |e 5 de ce mois, VicLaire, Mozam-
bique, jtamrne illifiblement, fe difant appartenir a M.
Lartigue, en cette ville; & Laramie, Taqua, eranqpe fur le
fein droit IB'B, au-deffous MPY, age de 28 ans, taille
de pieds 3 pouces, fe difant appartenir au Sieur Gigcau,
-a LUogane : le 6, un Negre nouveau, Capelaou, fans 6tampe,
Ag de de30 ans, taille del 5 pieds, n'ayant pu dire fon nora
if celui de fon maitre : le 8, Augufle, Congo, 6&&,
autant qu'on a pu le diftinguer, CREPIN, age de 36 ans,
taille de 4 pieds ti pouces, fe difant appartenir au Sieur
Crepm : le io, un Negre nouveau, Congo, g~ de 26 ans,
taille de 4 pieds to pouces, ayant des marques de fon pays
fur oeftomac & le venture, ne pouvant'dire fo nom ai celui
de fon maitre; & Lubin Congo, itampe far le fein gau-
che LLE, au-deffous S. NEC, ag de 29 ans, taille de 5 pie4s.
ANIMA z X V A P 4 F 3.
Au Port-au-Prince, le %8 du mois dernier, il a et con-
iduit a la Geole un mulet fots poil brun-fouris, etamp6 au
cou S, & au montoir ,illifiblemnent : le 30o, un cheval fous
pdil rouge, 6tamp" au montoir gRC : le i' de ce mols,
un muletfous poilbrun, Otampi illifiblement, ayant l'oreil.e
droite couple : le 2, un cheval fous poil bai, &tampP au
montotr RO : le Uqa ideri, fous poil gris-de-fer, &tam-
p6 au monoir BD : le 8, une jument fous poil bai-rpmiade,
etampie a.t mnontoir LAL; &c un cheval focus poil brun-m6-
Isde, fas 6tampe.
Au Petit-Goave, le 4 de ce mois, un cheval fous pol
roug'', tongue queue, etamp" du c'ti du montoir CAD;
& urAi bourrique focus poil gris, fans etampe.


AVIS D' ADMINISTRATION,
I.
W M" les Habitans de la paroiffe du Port-au-Prince font
nAvitis a fe trouver a I'affemblee qui fe tiendra le 3m*
I)imanchq du prefent vpois de Fevrier, a l'effet de nommer
les quatre Notables de cette ville qui doivent faire parties
du Bureau d'Adminiftration.dj la Providence, tablie par
rordonnance du 7 Novemibre dernier.
IL
Tout les Concefflionnaires de terrains fitues au quarter
Z'aurnci, vulgairement appele le Boucan-Patatk, font aver-
tis de fe faire arpenter &6 de commencer des 6tabliflemens
4an kIs dlai de quatr msnois comptcr de la date de I


prc'ente publlcaton; & qu'a fate de ce fare leurs ter%
rains, qui jufqu'a ce jour, avoient kt6 regards comnme
etant a I'abri d'etre reunis pourront 6tre pourfuivis en
reunion.
II I.
MM. les Adminiftrateurs viennerint de parcourir plufieurs
parties de la Colonie, & ils ont remarque avec peine que
leur Ordcnnance, en date du I" Mars 1787, concernant
les points a faire fur les canaux d'ar;ofages, n'avoit pas 6
execute par-tout avec la meme exaditude. It y a mnme
des quarters ohI l'oi ne s'en eft point encore occupy. On
diff6rera encore de prononcer centre les H1-abitans .en retard
les peines portnes par le Reglerent. Ii vaut mieux leur
preftnter 1'exemple de ceux qui fe font conforms avec
empreffement -a une mefure auffi utile A la Colonie. MM.
les Adminiflrateurs out particulihrement remarque que les
Habitans qui fpot fur la route du Port-au-Prince a Leo-
gane out fait confiruire prefque tous les points qui font i
leur charge : i eft fcheux pour I'Adminiftration d'avoir
a prononcer des condamnations. Elle aime a croire que la
duree extraordinaire des pluies a retard ces travaux &
que les Habitans vont s'emprefTer dans la faifon aaluelle
des fecs ai rparer le temps perdu,
II y a fur la route de L6ogane plafieurs points qui pourt
roient fervir de modules par leur larger, leurs 'autres
dimensions, & par leur folidit6.

S P E C T A C L E.
Les Comedians de cette vUle donneront Samedi t6 de
ce mois, au b6nefice de la D11' Saint Foix, une Reprt-
fentation de la Caravane du Caire Grand Opr&a en trois
a&es mufique de M. Gritry, orni de tout fon Spedacle.
Les memes Comediens donneront Lundi prochain 18 de
ce mois au benefice du Sieur Beaufort une premiere
Reprefentation de la Frnme Jaloufe, Comedie en 5 ades
& 'en vers de M. Desforges. Cette Piece fera fuivie de
la Milomanie, Opera Comique en an ae mufique de
M. Champein,

A IS D IVE .R S.
3 Le Sieur Eenaud, ci-devant affocie du Sieur Pilo*;
pour le Cabrouctage, ayant pris a ferme la portion de
inobilier dudit Sieur Pilqn, a ihonneur de privenir le
Public, qu'il coptinuera feul de faire les charrois pour ceux
qui voudront l'honorer de leur corfiance.
3 M" Labarriere, Habitante aux Cayes, pr4vient M"
les Capitaines, N6gocians & autres, qu'elle n'a que des
enfans mineurs, & qu'elle no payera aucunes de leurs
dettes; comme auffi, qu'elle fait fes affaires par eile-meme,
& ne payera aucune dette contra lce fur des ordres d6livris.
< 3 Le Mardi que l'on comptera 2,6 de ce mois a la
requete du Sieur Devarieux, Habitant dans les hauteurs
du Petit-Goave. En vertu de sentence de M" les Officiers
de la Sn.cbhauffle dudit lieu; il fera procde a la Barre
du Siege, a la vente par licitation, d'une habitation de la
contenance de 1to carreaux, fitube aupre4 de la ville da
Petit-Goave, dont 8 en cotton & indigo, 4 en v'vr.es, 20
en favannes & le refte en bois debout; avec les batimens
/ qui font fur ladite habitation, ainfi que le tout eft plus
amplemcut d6taill dans la carte-bannie dreffee a cet effect,
don't on pourra prendre connoiffante chez Mi de CornottIs


mp


I








pfoueut An ladite Sn&cliauffie, quS doninera tous les '1
fedfignernens niceffaires, & communiquera les titles de
SiM. Biraud,. Apothicaire en cette ville, donne avis
que la vccFt, qu' avoit avec M. Lenoir, ef expire du
C Dcemibre dernier; il vient de la diffoudre, & il refle
ieul charge de la liquidation d'icelle; il continue toujours
lI mn&me commerce, & ii efphre que ce changement n'en
p poortea autumn dans la confiance don't on a bien voulu
l'hor-o.er ci-devant.
SM. le Chevalier Dabenous, Habitant au Cabeuil, quar-
tier de l'Atizbonite, prevent M" les Habitans, qu'il vient
de mnoner piufieurs cabrouets pour les charrois du coton
& cAt,; il a a vwndre de la chaux & des bois de cafes'
S9Ngres.
S11 fera proc6de le 16 de ce mois, iffue d'audience,
ordiriaire du Mardi, a la Barre du Siege Royal de cette
vilie, au bail a ferme pour 5 ann6es conf6cutives; de
grois r&es de Negres, bons tailleurs; & d'un NMgre ton-
nelier, nomm6 Pompie; fuivant les charges, clauses &
conditions de la carte-bannie, don't on pourra prendre
connoiffance chez le Sieur infant, a quL lefdits Negres
appartiennent.
SM. David Daguillard, ci-devant Negociant en cette
ville, prevent M" fes creanciers, que M. Leremboure pcre,
lui a rendu ion compete general, le 27 D&cembre 1787, du
Svndicat don't il avoit ite charge par eux; que par le reful-
tat de ce tompte, le Sieur Leremboure a encore entire fes
mains une fornmme de 25, 782 liv. 15 f. I d., qui doit


vre repartie, favoir:
Au navire le Jafon, pour fa cote-part dans
la 7me & derniere partition.
Au Sieur Julianny iaem.
A.u S' Robles, idem,
Au S' Allier, pour Sme, 6me & me rpartit.
Aux S" Millot & Friou, pour 7"e repartit.
Au SV Denaguet, pour n me, 6me & 7" rtipart.
Au Sr Aldebert de Lacofle, pour toutes les
repartitions ,
Au Sr Deluie, pour 6e & 7m" repartitions,
A la fucceflion Dejan, pour 7me r6partt.
Au S' Prejean, pour folde de la derniere
repartition,
Aux. hiritiers Gerbaud, pour 7" repartit.


liv. f.

335 ii
1396 12.
322 8
1727 To
So16 15


I000
2486
5o8


395


d.

6
4


S I'
9


25782 15 I
Ledit Sieur Daguillard, qui fe difpofe a partir inceffam-
Irent pour France, invite en confiquence tous fes crian-
diers fufnommes, d'avoir a fe prefenter chez M. Lerem-
hIure, ci-devant leur Syndic, pour y recevoir les fommes
pour lefquelles iis font repartis; les pr6venant en meme
t mps, que le prifent avis fera infkr" trois fois -dans les
Affiches Arnericaines, & que fi, paffi cette epoque, its ne
fe prefentent pas pour recevoir, il fe pourvoira pour fe faire
attorifer a retire des mains de mondit Sieur Leremboure,
ks fommes ci-deffus 6nonckes, don't ce dernier fera &
etneeurera bien & valablement decharg6 envers qui de
droit.
3 Le Sieur Daucj, Coiffeur pour homme & pour femme,
hoLvellement arrive en cette vilie, a 'honneur d'offrir fes
fetvices au Public, les perfonnes qui voudront l'honorer
e leur confiance auront lieu d'etre fathfaites, & pren-
dra auffi des 6e'ves; il privient en outre, qu'il tient ma-
Dfiln de padfimerie, eau de Cologne, de chez Fargcront,


toutes fortes de pommades & de poudre rouffe, lboetes de
paftilles pour parfumer les appartemens, eau pour teindre
les cheveux & les fire croitre; poupbes pour apprendre
aux Negres a cqiffer; il tient auffi magafin de modes,
vend plumes nouvelles, mouchoirs 7-4, a la mode, rubans
de Florence, chapeaux de toutes efpeces & du dernier
gout, toutes fortes de toiles, fouliers pour home & pour
femme, & autres marchandifes, le tout tris-frais & arrive
par les derniers Nantois. Sa demeure eft rue de Vaudreuil,
parts la place de l'Intendance, ,a cot6 de M"m Coquet, mat-
treffe Sage-Femme.
3 La nominee Jufline, M. L. rifidante aux Cayes,
. maitreffe par legs a elle fait, par feu Sieur Blanc, vivant
Receveur de lI'ntrep6t aux Cayes, d'une Negritte, Man-
dingue; nommie d'abord Antoinette, enfuite Jufline, a et&
forcee de recourir au Tribunal de la Jurifdidbon Royale
des Cayes, pout obtenir remife de la iite Negritte. Ladite
JufJine en a obtenue sentence, qui ordonne la remife de
ladite Negritte; mais le Sieur Blanc cadet, frkre du defunt,
fe refuse obfiinement de Ia livrer. En confluence, la
nominee Jujiine, M. L. prie les perfonnes, qui cette
Negritte feroit"prefentee pour etre vendue, de fe refufer
a cette acquisition, de la faire arreter comme marronne,
& de la faire conduire aux prifons du lieu le plus prochain,
& d'en donner avis au Sieur Derofier, Negociant aur
Cayes. La Negritte a des petits yeux enfonces, le front
avanc6, le vintage rougeatre, les dents pointues, & eft de
la taille de 4 pieds pouces.
3 Le S' Cuq, Chirurgien du navire la Reine-de-Golconde, de
la Rochelle, Capit. Dumont, a ladreffe de M".Rafleau frtres
&6Compagnie, pr vient qu'il a apporte de Paris, un part
de fondes & bougies de gomme blaflique, qui lui ont
eti fournies par le Sieur Bernard, qui en eft i'inventeur:
il les vendra en gros ou en detail. Ces fondes, approuv6es
de diffirens Corqs de Midecine & de Chirurgie, ont la pro-
pri&te de pouvoir refer a demeure dans la veffie un mois;
les mralades peuvent, avec ces Sondes, s'affeoir, marcher,
vaquer a leurs affaires, & aller en voiture, fans 6prouver
la moindre incommodit6. 11 rifulte delay qu'on 6vite les in*
trodutions frequentes, qui prefque toujours riduifent les
malades a l'extrimitt. Nous, Midecin du Roi 6& de L'Hipital
Royal &6' Militaire du Port-au-Prince, cert'fions avoir vu les
fondes ilaftiques du Sieur Bernard, Orfivre, 6& jugeons que
rie n'en empeche la difribution. Signed, PEYR 1' Midecin.
2 A la requete du Curateur aux vacances de Saint-
Marc, chatgi en cette quality de la fucceffion Montalard,
connu fous le nom de Monjalard de Saint-Verant, it (era
le Lundi ti de ce mois ptocede en ladite ville, "a la verne
& adjudica ion au plus offrant & dernier enchlrifleur des
effets & animaux dependans de laiite fucceffion.
2 En execution d'Arret du Con'eil Superieur de Saint-
Domirgue, en date du 21 du mois dernier, it fera le Mardi
que l'on comptera 19 du courant, procde' a la Barre du
Siege Royal de cet e ville, a l'adjudication definitive, au
plus offrant & dernier encheriffeur, du bail a ferme pour
une annie, d'une ha, itation etablie en cafe, avec quatre-
vingt t&es d'efclaves, fituee dans les hauteurs de la riviere
du Fourcq, & dependante de la fucceffion du Sieur Legrand
de Campeaux, ancien Garde des Magafins du Roi en ce port.
On pounra prenrdre communication de la carte bannie am
Bureau des Huiffiers.
2 A la requete de M' Gayot, Curateur par interim aux
fucceffions vacantes, en cette ville, charge en cette quality
de celle de la Dame veuve Chabcrt, il fera le Mardi que l'ro


r6~


I







76
comptera 2t de ce m-ols, 1 la Barre du Sidge Royal do cette
v.ile, propede' la vente & adjudicadon definitive au plus
off-znt & dernier encheriffeur, & fipariment, d'une habi-
tation & d'une conceilion dependantes de ladite fucceffion,.
fitues la grande riviere de Leogane. On pourra prendre
cogn fiitance des clauses de la carte-bannie au Bureau des,
Huiffirs.
2 M" Laffteau & Lafargue, ont l'honneur deprevenir M"r
les Habitans, qu'ils viennent de recevoir un tres-beau part
de chaudieres a fucre, potin de oPigord; its leur offrent
avec plaifir celles don't its pourront avoirbefoin.
2 Le Sieur Mages, tenant.les Bains public, s'etant.dde'a
annonce l'annee derniire dans les Affiches Ameticaines, a
I'honneur de r6iterer, de noureau, fes services au Public,
& a M" les Habitans; il ofe fe flatter que ceux qui vou-
dront bieh venir chez lui auront lieu d'etre fatisfaits, tant,
par la propret6 qui. y regne, que par la vigilance que fon
rettra a les contenter. On trouvera chez lui tout ce qu'on
peut defirer, tant en ,rafratchiffamens de toutes efpeces,
tels que, bouillons, confomme, chocolate, caf6 au lait, ba-
varoife, punch aux ceufs & au lait, frips anglais, a tell heure
du jour & de la nuitqu'9n puiffe le fouhaiter. Le Sieur Mages
jn'epargnera ni pines ni foins pour fatisfaire, tel qu'il a
fit ci devant, les perfonnes qui lui front lhonneur de
venir chez lui. Sa demeure eft rue traverfiere, maifon de
M. Leremboure pere, pres le Corps-de-Garde de la place
de Valliere,
M" Ma.thieu & Compagnie, donnent avis de l'arrivee en
ce port du n6grier I Pierre, du Havre, capitaine D. Legrand,
venant d'Angole avec une jolie cargaifon de 226 tees de
Nigres, don't ils ouvriront la vente le 16 du courant.
M. Plantin, Habitant dans les hauteurs de la grande-
riviere de L6ogane, donne avis a fes creanciers, que jaloux
de fe liquider avec eux, it vient de vendre a cet effat fon
habitation a M. Perdereau jeune, Procureur au Siege Royal
du Port-au-Prince, qui s'eft oblige de lui rapporter leurs
quittance; qu'en conf6quence its aient a produire audit Sieur
Perdereau leurs tires & s'entendre avec lui pour leur
payment.
Le Sieur Sauvage, Habitant dans les hauts des Verettes,
prie fes creanciers a prefenter dans l'efpace d'un mois, leurs
tires de creances en l'tude de M' Doyen, fon Procureur a
Saint-Marc, pour en connoitre 1'etat en principal, intr&ts &
frais, & prendre avec eux des arrangements certain pour
acc~lerer leur payment, par le fecours d'une maifon dei
commerce.
M. Faulte, Habitant dans les hauteurs de la grande-ri-
viire, a cinq lieues de Jacmel, propofe une tociat fur.
la terre ou il refide affuellement, don't les trois quarts font
en bois debut, & ou it y a environ foixante mille pieds
de cafe de plants, don't la plus grande parties eft en rap-
ports & blen entretenue; une grand'cafe, cafes ai Ngres,
colombier, moulin & foute a ciaf6, couveite en effentes,
bordee & planchEi.e en planche de fciage ; des vivres en
en abondances & de toutes efpeces. II defireroit en fouf-
traire fes Negres, & quelqu'ua qui en auroit une ving:aine
pour l'exploiter. Toutes les augmentations en ecabliffemens
& en Negres front a frais communs ainfi que les morta-
lites la fin de la fociete. L'affocie qu'on defire, retirerait
fes Negres ou leur valeur, en cas de mort, & M. Faulte
feroit tenu de lui rembourfer la moltib de la valeur des bati-
mens quelconques, qui auroient t confiruits par la foci:t6 ,
d'apres l'eftination de quatre arbitres voifins.
A M, Deqorde, jeunw a ReceYeur de I'Oaroi & Habitant


a L&ogae ,a Il'holiaeurde pr&ventr le Public; q"e d6ta
rant mainrenirfes affaires daos le meilleur ordre poilibie,
il prie en conf6quence ceux a qui il doit & ,qui pour.
roiest :tre porteurs de fa fignature 'pour caufe de dettes,
tant on (on nom, que pour la liquidation entire & par.
faite de la fucceffion de feu M. Etienne Cofic, fon beau.
pere, vivant Habitant audit lieu, don't it eft feul & unique
hiritier, coajointement aveic Demoifelle Marie-Rofe Couji,
fa femme, d'avoir a (eprifenter en fon domicile audit Le0,
gane, pour recevoir de fuite leur payment, ou dans le di.
lai de trois tmois au plus tard, I partir da jour du prefent avis;
d6clarant que paffR ce temps, il fe pourvoira contre itous
comptes bonds ou autres titres de creances qui pour.
roient lui tre prifenaes, comme itant des doubles emplois,
papers perdus ou adires. II1 prie en outre ceux qui lui doi.
vent de le folder inceffamment. Le prefent avis-fera infire
trois fois dans les Affiches.
II a t&6 pr6fente le 2 de ce mois au Sieur Delaplace,
marchand Orfivre aux. Gonaives, par un Negre .qui.n'a you.
lu dire fon nom ni celui de fon maitre, une paire de bou.
cles d'argent & a grille, pour fouUiers; ledit Sieur Delaplace,
n'a pas voulu lea acheter, il les a retenu & porter chcz MW
Lamoureux, Subftitut de M. le Procureur du Roi audit bourg,
qui les remettra ta celui qui eies appartidnnent, en payant
les frais du prefent avis.
Le Paciftque, de-Saint- Malo, Capitaina de Sanches, arri.
ve aux Cayes, avec une fuperbe cargalfon l'radreffe de
ME' Bontant, Fruchard & Compagnie, qui en ont ouvert Ia
vente le 7 du courant.
Les Sieurs I. Marche Sabes & Compagnie, N'gocians en
cette'ville, ayant eu le malheur de perdie leur affocie Jean
BaptifC Sabes, decede depuis le 7 du courant, priviennent
qu'iis ont change la raifon de leur fociete, & qu'A computer
dudit jour ils figneront fous celle de J. & J. Marche & Conm.
pagtie; ils previehnent auffi qu'ils ont un Mulatre Indien,
bon fujet, Parruquier, Confifeur & blanchifant fuperieu-
rement les bas de foie, a vendre ; its en front bonne com-
pofition pour du comptant ou du bon paper
i Le Sieur Larreguy, Capi aine du navire PEfprance,
de Bordeaux, mouille aduellement a la trade de Saint-Marc,
a a bord de fon navire 5o barils de famine, fans connoifle-
ment, de ,l'tampe de Dupuis Tonneins. Il prie ceux qui
ont droit do les retire de fe ptefenter dans fon magaai
avec leurs tires.
Le Sieur Guitet de Nantilli, Chimifle de Paris Apothi-
caire *a Saint-Marc, donne avis a Iv:" les Habitans, Mede-
cins & Chirurgiens, qu'il affocie a fon commerce M. Simion
Rieux, Chimifte de Paris & ancien Apothicaire Major de la
Marine au department de Rochefort; la fociet eft fous la
raifon de Guitet & Ricux, a commencer du premier de ce
mois. Ils ofent fe flatter, que la qu.lit. fuptieure des mt'
dicamens, tant chimiques que gaIeniques, qui fe prepa-
reront dans leur hlboratoire, leur meritera la confiance pu-
blique. Ils tiennent auffi tout ce qui concern la pharma-
cie, comme liqueurs, parf6ms, confitures, &c. &c.
i M. Muloni're, Marguilliur de la Paroiffe de Notre-DaneI
de l'Affomption, des Cayes, prevent M" les Habitans 6l
domicilies de ladite: paroiffe, qu'il fe tiendra le jour do
Paques, iffue de la Grand'Meffe une affemblbe, "a I'eft
de pourvoir aux fonds n~ceffaires pour les reparations ur-
gentes de l'glife. II les engage a s'y trouver, les aver-
tiffant que la difficulty qu'il a effuyee plufieurs fois d'eq
raffembler le nombre fuffifant, i'obligera a pourfuivre les
dfillans pour l i fire condamner t l'amende, confuo









ittent a 0x Reg{mens. IrIes W riviveb't ,aItfit qu'll era 'pro-_
cede ledit jour & Dimanches fuivants, 4 la. vnte de plu-
giear emplacemens do banes, ainfi qu' cello des bhns appar-
tenans atuet~lement a la. Fabrique par .e d&cs, la.rkfidance..
ef France. & le convol des veuves des propriataires, don't
les parents auront cependant la pr6f6rence au moment de
Ilenchere & adjudication.
M" les Capitaines ou autres perfonies qui auront befoin
de bois de corde, en trouveront a ienibarcadaire de la pe-.
tipe plaine de Liogane, ean 'adreffant a M. Philipe, JHabji-.
tant, a raifon de trois gourdes & demi la de long fur 4 de haut. Ledit Sieur a auffi huit. barrils doe
graine d'indigb franc,-a iendre.


DiPA rs


pov*


FIX 4e x


SLe Sieur A. Daniel Dutrejet, demeurant ci-devant as
Quartier- Morin, part.pour France.
3 M. Duharet, part pour France a la fin de Mars.
3 M. Fagot Negociant aux Cayes, fe difpofe a partir
inceffumment pour France. .
3 M"Vernet & M11- Cathene- Mari Vernet, fa fille,
agee de 10 ans, Habitantes au Fond, parent pour France
au printemps -prochain.
3 M" Clouard 6' Rado4d, h l'Arcahaye, ont l'honneur
de prevenir le public que la mauvaife fante de leur Sieur
Radoul, le determine a partir pour France dans le courant.
du mois de Mars prochain; en confequence is print leurs
dAbiteurs de les payer inceffamment ; is priviennent en
outre que le depart de leur Sieur Radoul n'op&rera aucun
changement dans. leur maifon de commerce, qui fera regie
par le Sieur Clouard, fous la raifon de Clotard 6 Radoul.
3 Mademoifelle Rethori, demeurante a L&ogane, part
pour France.
3 M. Bonnouvrier, 6tant refte dans cette Colonie a la
la fuite des recouvremens des fonds duis a la cargaifon du
navire negrier la Belle,-Ninette, de Nantes, partant pour
France dans le courant de ce mois,. prie inftamment les
debiteurs a ladite cargaifon de le folder, afin de lui kviter
le defagrdment de les y contraindre par voie de rigueur.
3 Le S' Labatut, Marchand a Jeremie d6firant partir
pour France en Mars prochain, prie ceux qui lui doivent
de le folder, afin de lui eviter le defagrtment de les y
contraindre par voice de rigueur, & declare ne rien devoir.
3 Le Sieur Pierre Greillet, Charpentier a J&ermie fe
propose de partir pour France en Mars prochain, &, declare
Je rien devoir.'
5 Le Sieur lfaac Rovffe Entrepreneur fe decidant a
pair pour France en Avril prochain, prie les perfonnes
a qui il peut devoir de fe prkfenter pour recevoir leur
pavement, & ceux qui lui doivent de le folder le pluto~
poilible. 11 vendra 12 Ngres & deux.Nigreffes, dans' le
nombre defquels i1 y en a 8 charpentier qu'il vendra fepa-
rement, un cuifinier, un domeftique, une Ngreffe blan-
chiffeufe & l'autre tres-entendue pour le menage ; une
place de it 2. carreaux & demi, don't trois d'abattus,,; une
cafe de deux chambres, couverte en effentes avec deux
Negres faits fur ladite place, difiante de cette ville de 8 lieues.
lIen fera bonne con position, & prendra en payment des
lettres de change fur France. Sa demeure eft rue Royale,
.P cette ville, prts la Polle.
3 Le Sieur Bernard Qucheille, Aubergifle ; demeurant
au Morre-a-Tuf, defirant partir pour France au mois de
lai prochain, ptie ceux a qui il peut devour de fe pr6-'
fnter pour tecevoir leur payment, & cux qui lui doi-


vent d! le folder inceTamnmeft;. I prri ent. en outre quit
afftrmera pour quatreannies'li mgiifon qu'il occupe, avec
l'aggimentat dV fon pupil Jaet, Labarte, qui eft mancip6,'
& tera bonne composition de foei fonds de magafin
moqyenant du comptant.'
2 Le Sieur Grosjean part pour France, & declare ne
rien devoir.
2 Le Sr Chpootot, part pour France en Mars prochain.
a M. JeanBapt. Laborde, Caphaine part pour France;
2 M. Pierre Eyglier, Habitant, demeurant en cette ville,
part ppur France ou pgur la Nouvelle-Angleterre.
a Le Sieur Huau Daillie, part pour France, pour caufe
de maladie.
M. Feury Chirurgien aux Grands Cahos partant
pour France a la fin de Mars prochain, prie ceux qui lui-
doivent de oI payer.
i M. Jean Pere, ancien Chirurgien du Roi & de l'Ami-
raute de Saint-,Marc', part inceffaunment pour France, &
prie ceux qui lui doivent de vouloir le payer au plut6t.
a Le Sieur Valence," a Saifit Marc, part pour France,
& 'prie *eux qui uiu doivert de le payer.
a Le Sieur Jacques Rouffeau, Gerant I'habitation Lefevre,
an Cahos, declare qu'il partira pour France dans le courant
de ce mnois.
2a Le Sieur Jofeph RouffJau Iconome fur l'habitation
Lefvre au Cahos, declare qu'il partira pour France dans
le courant de ce mois.
,2. LeS5 Franfois Delorme, G&rant les habitations Robion
&8 Aucaigne, a la mentagnede Saint-Marc declare qu'il
partira pour France au printemps prochain avec la.;DE
Aucaine fon 6poufe, fes deux petits-onfans, & qu'il no
doit rien.
2 M. Laurent, Habitant dans les hauteurs de Leogane,
fe propofe de vendre fon hAbitation en Mars prochain.
pour fatisfaire a fes engagemens & le mettre a mnmem
de pattir .pour France inceffamment.
a Le Sieur Jean Gardere, refidant aux Cayes, fe propofe
de partir pour France.
2 Le Sieur Thoumite, ancien Capitaine au Cabotage de
S. Domingue, part pour France, & declare ne rien devoir.
i M. Turbi de Bellevue, Habitant a L6egane, part pour
France, pour caufe de mnaladie; il prie ceux 'a qui il pent
devoir de fe prefenter pour recevoir leur payment ox
fire accepter leurs comptes: a difaut de cette fo' malite,
il declare qu'il n'en fera pay6 aucun aprbs fon depart par
M" Tiby Sanlecque 6, Compagnie, Negocians a L ogane,
qu'il laiffent charges de fa procuration.
x Le Sieur Henri Chaferiau, demeurant 1 Saint- Marc,
part pour France dans tout le courant de Mars prochain.
i M. Devexins aiWnd, Procureur de M. le Comte de
A'olivos, au Cul-de-Sac, part pour France dans le cou-
rant de Mars prochain, pour caufe de maladie laiffant
M. Devetins jtune fon frkre charge des affaires de M,
le Comte de Nolivos, ainfi que des fiennes.
i M. & M`n Lalanne, Habitans a Aquin, parent pour
France avec deux de leurs files, agees de 7 & 9 ans.
i M. Plunkett ancien Capitaine des Milices & Hibi,-
tant au Cap Dame-Marie. part pour France.
i Le Sieur Hery, demeurant a Jacmel depuis 6 mols,
part pour France.
x M. Penrife Defources Habitant aux Gonalves, part
pour France pour r&tablir fa fanti avec la Dame foi,
epoufe, fa D11' & M'* Vauthier; il life M. Ltourncurr,
ion beau-fr4re2 charge d; fgs aaires,.




7


't MI" veuve fourgeos; demeurante isux Cayds ;part,
pour France avec la D' fa fille, ,& declare ne rien devoir.
i M'" Perdereau part pouf France avec fon enfant,
Ag& de 5 ans
x Le Sieur Duport, Commis chez M" Lubin Fidel6&
46mpagnie, Negocians a Saint-Marc, part pour France
incgfeamment, & declare ne rien devoir.
i Le Sieur Damilot, Maitre Menuifier a Leogane, part
ur France, pour caufe de ,maladie, laiffant la D"" fon
poufe charge de fes affaires.-
s M. Pierre Ch.ptau, Habitant au Trou-Bourbon, part
your 'France dans le courant de Mars ptochain pour y
regler des affaires de famille, & pour caufe de maladie ; il
laille la D"' ton epoufe & M. Briau fondis de fa procu-
ration & de la grtiion de fon habitation.
i M"" Deshommes & fon enfant, Ag6 de 4 ans 8 mois,
parent pour France.
S t La D"it Marie Louifk Vacquert, demeurahte chez M.
.Narbonneau, Traiteur aux Cayes part pour France &
declare -e rien devoir. -
i M. J. Diouillard dine, Habitant, fe propofe de partir
incEffamment pour France, pour caufe de maladie. 11 cedera
la ferme de 'habitation la Mare fituie pres cette ville,
rtablie en fucrerie-, contenant 412 carreaux de terre, don't
*48 colloquis aux eaux; for bail a encore huit annees 'a
cou.ir, a partir du t" Avril prochain. S'adreffer fur 'habi-
tation la Mare, a mondit Sieur Drouillard, ou a M. Bini',
fur 'habitation Goureau, pres la grande-riviere du Cul-de-
Sac. M. Drouillard previent auffi que l &i M. 'Drouillard,
fon frere, ont donnes quelques signatures fous la railon de
J. Drouillard freres mais qu'il n'exifte entr'eux aucune
foci&ti; en confiquence cette signature n'aura plus lieu. II
vendra en outre plufieurs Negres domefltiques, petruquier,
poftiilon, cuifinier, &c. chevaux do chaife & autres, ainfi
ique deux voitures, &c..
i M. Beraud, ancien Procureur, appelI en France depuis
long- temps, aujourd'hui d6cid6 a partir avec fa famille,
au moyen de ce qu'il touche a la fin des engagemens qu'il
avoit pris en 1783, conjointement avec M. Lefranc, pour
l'entreprife de I'H6pital du Port au Prince donne avis
qu'il a a vendre deux maifons et ville, 'une fituee aux
environs de la Comidie, aduellement occupee par M.
Parifet & 'autre vis vis la Pofte, a fune des encoi-
gnures des rues Royale & d'Aunis. Celle-ci peut fe vendre
par division, I'emplacement ayant 12o pieds carr6s, oil il
y a trois appartemens & un terrain vide de 70 72 pieds
auffi carries, en ktat de recevoir un quatrieme batiment,
.ofitivement a I'encoignure. II1 affermera auffi fon habita-
rion dans les hauteurs de la petite-plaine de Liogane,
avec tout le mobililer qui en depend. S'adreffer audit Sieur
Seraud, vis-a-vis la Poile.
RirxrtO wd DO MAI4t I v R O'z.
3 En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiftrateurs, en
date du Janvier, le Sieur Navarre fils, demeurant aux
Cayes, pourfuit en reunion un emplacement fitue dans ladite
ville, n' 464, borne pendant 120 pieds au nord de la rue
Traverfibre, a l'oueft pendant 6o pieds de la rue du Bout-
dlu-Monde, au fud pendant 120 pieds do n463, a l'eft
pendant 60 pieds du n 462 ; ledit emplacement a ete ci-
Aievant concede au nomme Pierre-Henry.
3 En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiftrateurs,
an date d 'i Janvier le Sieur Lajunnie, demeurant au
Petit^gGave, pourfuit 0n ir9u1ion un terrain pour culture
1


de le ille pa rrs tu& datns les hauteurs du Trou-Ca:
nari, born I l'oueft du Sieur Rimougis, a 1'eft de I'habi.,
station Riviere Raphail, tirant fur les pr6tenrions de Pierre-blie
Martin, au fud du Sieur Ranfami$, au norddu Sieur-Charrier.
2 En verm d'ordonnance de MM. les General & In.
tendant, le Sieur M. Delavillotte, derneurant I Leogane;
pourfuit en reunion, un terrain de mille pas carries. fitu6
dans les hauteurs de la grande riviere de Fele, jurifdiflon
de Jacmel, born au fud de la place du Sieur Coterel, an
nord de terres non 'conckdkes, a i'eft de la riviere des deux
bras. Ce terrain a 6 t concede le 16 Septembre 1771, au
Sieur'Leima -..
i En vertu d'ordonnance deM" les Adminiffrateur,et
date du 9 'de ce mois, le Sieur Lamarque demeurant en
cette vilie, pourfuit en r.uriion un terrain pour culture,
de 1ooo pas carrks, fitui 6 la amontagne de la Selle, lieu
dit la Nouvelle-Touraine,, d6pendance & paroiffe du Port.
au-Prince, numerot6 14 au plan de project, borne a l'oueft
du Sieur Jean Dutefla, au nord du Chevalier Praduers, 4
I'tft & au fud de terres non concedees. Ce terrain a etC
concede au Sieur Verot, qii ne f'a jamais 6tabli.
i En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiftrateurs,
en date du 6 de ce mois, le Sieur Louis-Jojiph Anguyer,
Marchand Orf6vre en cette ville, pourfuit en reunion un
terrain de mille pas en carr6, fitu dans les doubles niornet
du Petit-Goave, born a foueft du Sieur Garri, & des
autres co6tk de terres non concidees. Ce terrain a tet con-
cede le 4 Janvier 1773, au Sieur abre, qui ne l'a jamais
etabli.
i En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiftrateurs,
en date du 6 de ce mois, M. 'Michel Goutelle de Beaumier,:
-Habitant a la gratide-rivite de Jacmel, pourfuit en reunion
un terrain fitue audit quarter, de iooo pas en carr6 ou
la valeur reduite, bornt au nord de la grande-riviere, a
foueft du nommV Fincent N. L. aujourd'hui le Sieur Charron,
a left de terres alors non conckdees, aujourd'hui Michel de
la Jonchtre, chaffant au fud fur les terres auffi non con-
cWdbes. La conceffion de ce terrain a 6t accord6e le 24 Mai
1774, a la nominee Marthe Manda, N. L. qui ne l'a jamnais
ni cultive ni &tabli.
i En vertu d'ordonnance de MM. les Adminifirateurs;
en date du premier Decembre 1787, le Sieur Berti pcd6fuit
en reunion un terrain de 12oo pas en carr6 fitue dard
Yes hauts de la Riviere-Blanche, au lieu dit la Source de
la Cre&e-aux-Chats, dependance du Cul-de-Sac, born au
nord de ladite riviere, a l'oueft du Sieur Amblau, au fud
& i f'ef de terres non conc6dees, fuivant le certificat du
Sieur Aubert Arpenteur', en date du 28 Juillet 1757,
Ce terrain a et6 concede au Sieur Franfois Yvorel, qui no
l'a jamais etabli.


E~;zrs


PER DV S.


II a Wth perdu, il y a i jours', depuis le Boucalin eft
cette ville, un porte-feuille de marroquin rouge, fermant
a fecret, endommage dans un coin,.,contenant divers pa-
piers tels, que billets & autres. Ceux qui en auront con-
noiffance font pri6s d'en donner avis & M' Baudamanf,
Procureur en cette ville. /
11 a 6t6 perdu, le 1!idu courant, fur le chemin de l'habi-
tation Bouguerau, au Port-au-Prince, ou dans la ville ua
joli piftolet de poche, a deux coups, garni en argent. Le
rapporter au Sieur Sallefranque, a 'Imprimerie Royals dM
cett ville; il y aura ricompenfe.









On defireroit prendre a loyer pour quelques imols, un
legre bon cuifini er, on pourroit meme l'acheter en con-
noifant le fujet. S'adreffer au Bureau d'avis.
On d6fireroit avoir des nouvelles de M. Vialla, Chirur-
glen, natif de Cahors, parti de Bordeaux pour cette ville,
en 1785, fur un navire don't on ne fe rappelle pas le nom ,
mnais duquel M. Jauge, Negociant a Bordeaux 6oit Arma-
teur. Ceux qui en auront connoiffance font pries d'en don-
ner avis a MC Dupre, Avoqat en cette ville,
i On defireroki- trouver *n afloci4 qui eAt des forces
tin peu confiderables pour etabhir 2.% carreaux de terre,
fitu6s dans le quarrier de Plymouth,- a 3 lieues de l'em-
barcadaire; Ladite terre eft arpentee, & il y a deffus un
petit abatti & un fuperbe chemin pour s'y rendre. S'adref-
r a M. S:journet de Fivrac, Habitant audit quartiera
| JV f R S Z X C N N A RG Z M S N T.
I L'Anatone, Capitaine le Chevalier, a fon second voya-
ge, connu pour excellent voilier, partira pout' le Havre
du au o0 Mars prochain. Ceux qui voudront y "charger
a fret s'adrefferont a M" Staniflas Delonguemar Delafalle
& Compagnie, ou au Capitaine 'a on bord, ii prendra encore
10o barriques de fucre.
2 La Bonne-Henriette, de Bordeaux, du port d'environ
360 tonneaux, Capitaine Jonas, partira pour ledit lieu du
10 au is Mars prochain. Ceux qui voudront y paffer ou
Charger a fret s'adrefferorit a M. Camefiaff,' grant la car-
gaifon dudit navire. N
i La Reine-de-Golconde, de la Rochelle, Capitane Du-
mont, annonc6 dans les prec6dentes Feuilles, a partir pour.
Nantes, eft deftin6 pour Bordeaux, & partira pour ledit
lieu du. i au 2o du mois prochain. Ceux qui voudront
y charger ou y paffer, s'adrefferorrt a M" Rafleau & Com-
pagmt, "Ngocians en cette ville, ou audit Capitaine vis-'a-
vis M" Martineau, Blanchau, Guerin & Compagnie, N6go-
cians en cette ville. Ledit Capitaine vend dans fon maga.
fin, diverfes marchandifes de retour de la Cbte.
I Le Railleur, Capitaine Roch6 pardra pour Bordeaux,
du S au to de Mars prochain. Ceux qui voudront y char-
ger on y paffer, s'adrefferont a M" Rafleau & Compagnie,
Negocians, rue d'Aunis en cette ville.
I Le Difird, de la Rochelle, Capiraije Pellib, partira
pour ledit lieu, du 5 au to de Mars prochain. Ceux qui
voudront y charger ou y paffer s'adrefferont a M" Rafleau
b Compagrie, Nfgocians en cette ville.
,I S N V a S M.
3 Une habitation fituee au haut de la plane du Cul-de-
Sac, connue fous le nom de Rottier de la Judonnerie, de la
contenance de 2. 12 carreaux de terre arrofable; ladite habi-
tation eft 6tablie en fucrerie roulant en blanc, deux moulins,
bonne fucrerie avec fes 6quipages, 300 pieds de purgerie,
lne bonne etuve, toutes les commoditis utiles a l'exploi-
tation, une guildiverie roulante, les logemens de maitre,
Colornbier & clapier, quatorze pieces de cannes bonnes 'a
Iouler cette annie, une en outre que 1'on va planter; 12
[carreaux de terre en vivres; le tout arrofe par l'eau de la
tiviere Creufe. On y joindra 95 Negres de toute beau-h,
don't la majeure parties font Creoles, 40 betes a ccrnes,
0nt 34 boeufs tirant au cabrouet, 9 mulets, une jument;
.abrouets, tombereaux, uflenfiles, &c. S'adreffer a M. Sartre,
abitant au Cul-de-Sac a M"' Meynardie 6' Piccard, N6~;


Sgodans, & a Ma Lorellhe, Notaire au Port-au-Prince. M.
Blondeau, Habitant au Cul-de-Sac, qui a an quinzieme ak
lui appartenant fur ladite fucrerie malade depuis trhs-long.
temps fera un pont d or a 1'acqu6reur, de fon imteret
moyenant du comptant ou des Negres a bord, d6firant
voir la fin de cet objet de fon vivant.
i Une habitation, de la contenance de cent carreaux d&
terre, propres a la culture du cafe, fituee fur le gros morne
du Cul-de-Sac, diflante de neuf lieues du Port-au-Prince*,
S'adreffer a M. Nadau, Negociant en cette ville, qui, a de-
faut d'acquereur, voudroit trouver une perfonne qui eta.
bliroit ladite terre de compete a demi.
Deux beaux ameublkeens en marroquin rouge, a cloux
dors, & a la mode. S'adrefler au Capitaine Caff, en fom-
magafin rue des Capitaines.
i Deux cabrouets a vendre. S'adreffer aux S" Hartmane*
freres, Marchands au coin de la Place de 'Intendance.
Une maifon neuve, couverte en effentes & plancheile'
en planches d'acajou ,. divifie en-trois chambres, deux ca-
binets & une galerie, fur un grand emplacement de-deur
cents pieds environ de facade fur deux rues, don't l'une
done fur la mer, & i'autre fur la ville de Jacmel. S'aw
dreffer a M. Faulted, proprietaire de ladite maifon, qui ne
d6fire que fon paper quittanc6.
Chaudieres a fucre de diffirentes grandeurs, & grils pour
fourneaux de fucrerie, en potin du P&rigord chez M"'
Gautier & Garnier, qui ont de meme 'a vendre du merraint
du pays, cloux a barriques, fuif, vin de Bordeaux, ditse
vieux en barriques i"e* quality, dito en caiffe, du premier
crfi, ainfi que de tris-bon vin nouveau, farine de Moiffac
& antres provisions don't ils feront bonne composition.,
1 Une voIture a deux places, montee fur quatre efforts;
avec les harnois a quatre chevaux, un autre 'a trois & a
cinq; cinq chevaux de chaife, fous poil rouge, un cabrouet
a boeufs, garni de fes chainss. & fix boeufs tirant au ca-.
brouet. S'adreffer a M. Berquin, Habitant aux Rochelois.
i Deux boeufs & une vache portant la charge, un veats
& iune gazelle de 3 ans, de race Bretonne. S'adreffer a M.
Guenette, Habitant dans les hauteurs de l'Arcahaye.
i Quatre Negres & une N6greffe faits au pays & 'a It
montagne, 'ayant toujours travaill6 a li culture du caf6 c
du coton. $'adreffer a M" Daubagna, Trigant &6 Compa-
gnie, chez lefquels on pourra les voir. Lefdits Sieurs ont
auffi a vendre des moulins a betes, complete, & pivots de
la fabrique de d'Acofta, des chaudieres en potin de Perigord ;
fer de toute quality, tules normandes, bifcuit en boucaud,
de toute bont6, vin nouveau & vieux do toute quality, eem
barriques & en bouteilles, a jufle prix.
i Une habitation de oo carreaux de terre fitube au brat
gauche de la Grande Riviere, quarter de J r1mie, fur
laquelle elt un commencement d'itabliffement, 2 cafes
a Negres; on vendra auffi un Nigre Creole ag6 de 20 ans,
maquignon, pecheur, & chaffeur, un autre age de 3o ans,
& quelques betes a cornes. S'adrefTer a M. Lomdi de lI
Chagnay, Habitant audit quarter, ou 'a M. Laporte, Nego"-
ciant a Jreimie.
A V N D 0 tr A Lo vI0 R.
Un Griff en' tat de conduire une boulangerie., S'adrefi
fer a MC Loreilhe, Notaire en cette ville.
ASCtA 0 V S XX MAtAAO0MXAG0X
3 Trois Negres, Congos, nomm6s Franifque, Defirei 8
Tildmaque, itampss GNOM3S d6pendans de la fvucsslioR
a








1iurre Boutirn, vivant Habitant au -Pate- Large, parohTe de
j7r6mie, afferm6s au Sieur L. Pafquier, Habitant aux Caiemites,
le ,2 Janvier 1783 ; Defird & Te'lmaque, marronf trois ife
snaines apris, & Francifque depuis le mois d'AQiht 1787.
Ledit Sieur Pafquier prie ceux qui pourroient avoir con-
noiffance defdits Negres, de lui en donner avis, devant re-.
inettre ladite ferme re z5 du prifent; ainfi que d'un Negre
Mnomme Louis, Cocquelico, etampe L PASQUIER, n'ayant
qp'ane jambe, auffi marron depuis environ trois mois.
.damir, Canga, 6tampe fur un fern PIGEON, & fur
I'autre RAYNAVD, au-deffous DELLILE, ag6 de 25 ans,
taille de $ pieds x pouce, part marron du Ptit-Goave.
En donner avis i M. Raynaud de Lile, audit lieu.
Temsp:ffe, Congo, .ampr fiur les deix feins DAN-
COUR, aa deffous ST MARC, & fur les 6paules &
les jambes iliifiblement, age de 29 ans, ayant la peau noire,
3narquk au vifage, au venture & fur le derriere de coups de
fonet, marron iepuis le L3 dui mois dernier; & Beaufoleil,
.1ago, krampe fur les feins, fur les epaules & fur les jam-
bes DANCQOUR, au-deffous St MARC, agp de 28 ans,
rouge de peau marque, 'fur le derriere & les epaules, de
coups de fouet, matron, depuis le 23 du mojs dernier. En
donner avis a M. Dancourt, Habitant a Saint-Marc.
Une jeune Negrefle, Corgo, Itamp6e SENTOU, ayant
,fur les joues & fur le front des marques de fon pays, &
la peau rouge, parties marronne le premier de ce mois,
de i'habitation du Sieur Sentou, fitube aux Rochelois. Les
perfonnes qui en auront connoiffance font prnies de la faire
arriter & d'en donner avis audit Sieur Sentou, fur fon ha-
bitation, ou a M. Sentont, Grier de l'iatendance, en
ette yille. +
Jean-Pierre, Creole, tampere fur le fein gauche t, au-
deffous ML entrelac6es, plus has NICOLAS, & fur le droit
-BELOT, au-deffous P PRINCE, & plus bas GOY g
de a2 ans, taille d pieds, trapu, ayant la peau noirs,
fon pre-ft libre irebalais, part marron de habitation
la Grande-Bretagne, ax Grands-Bois. En donner avis 'a
M. Penilk, G6rant ladite, habitation, ou a M. Jeaty Goy,
NIgociant en cette ville.
Ax z iA V z A i ;z $

Un mulet fous poll fouris-bai, noir fur le dos, htampe
EB, igarr& au bourg de la Croix-des-Bouquets; & un che-
valfous poilhruni, -tamp6 illifiblemept, fortant du paturage
de Habitation don't M. Charlet eft Procureur. En donner
avis a M. Penilkh, Gerant l'habitation la Grande-Bretagne,
aux Grands-Bois, ou a M. Jeanty Goy, Nkgociant en
cette ville.
i Une mule fous poil brun, 6tample a une cuiffe SB,
fauvie des favannes de M. Belloc, Habitant i la plaine de
ULogane, depuis le 23 Decembre dernier. En donner avis
a M" Lacombe fPeres & Compagnie, Negocians, ou 'a M.
Sigalon Baudouin, Habitant a Jacmel, a qui elle appartient;
il- y aura r6compenfoie.
Deux mulets focus poil bai, &tampes LD, dchappes de-
puis 15 jours de 1'emplacement de M. Merceron ainie, en ville.
En dontier avis audit Sieur; il y aura ricompenfe.


On trouve l'Imprimerie Royale de cette ville, ta
paper d'Hollande de toute quality & grandeur, ainfi que
toute forte de regiflres, en mgme paper, tels que grands
lives, journaux, alphabets & autres, a 'ufage du Commerce
& des Bureaux; plumes, encre de la petite-vertu & ordi.
naire, & g6n6ralement toute forte d'objets 'a lfage defdits
Bureaux & Comptoirs. On en donnera letat dans les Affii.
ches, en meme temps que celui d'un confiderable envoi,
arrive de France au Cap, lorfqu'ilfer rendu "a ladite
Imprimerie.


NOU YELLES


DIY~RSES~


D r Po R T A tr -- P a I N c .
Les Habitans de Saint-Domingue ont exprim6 frequem.
ment le defir d'obtenir le Portrait de leur Souverain. S.M.
vient de l'accorder a leurs vceux, & Elle a permni qti'il leur
fit envoy par le Miniftre du department. La faitA du Con.
feil du Gouvernement a ete decorde avec ime magnificence
digne dui depot pr6cieux qu'elle devoit recevoir. Elle a U
peinte d'un fonds bleu, parfem6 de fleurs de lys, avec d'au.
tres ornemens rehaulffs d'or. Le Portrait a et6 place focus
un dais de velours cramoifi, enrichi de panaches & de fran.
ges d'or, & l'appartement a Ut< ouvert le 7 de ce mois au
Public, qui avoit manifefte fon impatience de voir'cette image
tant defit6e du Souverainle plus cheri. Les forts de la vile
& la Sincere, commandee par M. Diviv er, ont announce
d6s le mating la folemnit4 du jour, par des charges de leur
artillerie. Les faluts ont it* reit&rs 'a midi, ainfi qu'a k
fin du jour. MM. les Adminiftrateurs ont requ au Gouver-
netment les felicitations des differens Ordres civils & mnli-
taires. Apres un diner de cent couverts, its fe font rendus
a ltglife, & its ont affiftf, ainfi qua le Confeil, les Of.
ciers de la Sin6chauffle & d. l'Amiraut6, & une -grndj
affluence de Citoyens, 'a a celebration d'un Te Doum en
mufique. Le Regiment du Port-au-Prince, le ditachement
d'Artillerie, & le bataillon des Milices de cette vdlle, oient
fous les armes devant I#.glife & rHymne d'aCtions de
grace a et6 accompagne de plufieurs falves de moufque-
terie & d'artillerie.
II y a eu des fates & des illuminations au Gouvernemert
& a I'Intendance, & pour que le jour fat entierement con-
facre a rappeller aux Citoyens les Princes les lus dignes de
leur amour, les Comediens ont donned une Reprefentauion
de HENRI IV ou la Bataille d'Ivry.-
M. le Comte de la Lurerne a fait part a MM.les Adni-
nifirateurs de fon heureuft arrive a Cherbourg: il y a d6
barqu. le 17 du mois de Dicembre. On a appris. atfi art
d s avis requs de France Dimanche dernier, que M. le Comte
de la Luterne eft arrive a Verfailles le i8 Deeembre. Nous
attendons des details ultrieurs.


Errata. Dans la derniere Feuille, page 70, line 42, u1
lieu de FAANcE lifez GRAnDE-BAtTG E ainfi qu'a
ligne 6 r.


svec permifloni de MM. ks Giniral Intendant.


AU. PORTRAT. PRINCE- DE LIMPRIMER IE ROYALE


PCJ)
de


I


_....l





'2)~
(I'


NO 140


AFFICHES


A ME R IC AINES,


du Samedi x6 Fevrier 1788.


28 once.


A V i D A. CTEU R.


MM. les AbonnCis aux Affiches .Americaines font prevenus
que It Rcdaleur ne fe mcle en aucune manidre de ce qui cotn-
cerne expeditionn & I'envoi de cette Feuille aux Soufcripteurs;
ceft I M. Bourdon, lmaprimeur du Roi au Port-au-Prince,
6' a M. Dufour de Rians, Imprimeur du Roi au Cap,. qu'on
doit s'adrefer pour les Abonnemens 6, tout ce qui y a rapport,
ain/i que pour les Avis, Annonces &c.
Le Rida6eur recevra toujours avec reconnoiffance les articles
de Nouvelles 6, de Variies qu'on voudra bien lui envoyer
pour enrichir aon ouvrage, mais il ne fera aucun ufage de ce
qui lmi parviendra anonymement. Les Perfonnes qut defireront
ne pas itre nommies peuvent computer fur la plus parfaite dif-
crition. Tout ce qui lui fera adrefd fans etre affranchi ne fera
pas ouvert.


NOUVELL ES DIVERSE S.

G A N D E B R T A G N E.

Difcours que S. M. B. a prononce, le 27 Novembre, dans la
Chambre des Pairs, 4 la rentrie d" u Parlement.

MYLORDS ET MESSIEURS,

S1P N mettant fin a la derniere fefflion, je vous fis part
de mes regrets au fujet des troubles qui exiftoient malheu-
reufement dans les Provinces-Unies. Leur situation devenant
bientot apres plus critique & plus alatmante le danger
qui menaqoit Ia conflitution & fon ind6pendance, fembiant
pouyoir dans fes confequences compromettre la fureti
& Ils intire:s de mon Empire ; je fis tous mes efforts
pour contribuer, par mes bons offices, au reiabliffement
de la tranquillite, & au maintien du Gouvernement ligal
hd la Republique. Je jt.g&ai auffi qu'il &toit neceffair- de
rnnifefter mon intention de m'oppofer a tous les moy 'as
'd force que pouroit employer la France dans 'arra,'-
eminnt des affaires interieures de la Hollande. Le Roi de
Pruffe ayant, dans ces circonftances, pris des mefires pour
appuyer la dernande dune fatisfa&ion pour l'infulte fire a
la Princefle d'Orarge, le parri qui avoit ufurpi le Gouver-
D"eaent s'adrcffa pour obtenir des fecours a Sa Majefte
Tis- Chrtienne, qui me fit notifier fon intention de les
accorder. En recevant cette notification je Whhefitai pas,
onformrmenm aux principles qui m'avoient dirige, d ia-


Poids du


rer que je ne pouvois refler tranquille fpecateur d'une
interpofition armee de la part de la France & je donna
fur le champ des ordres pour augmenter mes forces de
terre & de mer. Je crus igalement neceffaire de conclure,
avec le Landgrave de Heffe-Caffel, un trait par lequel je
m'aflurai d'un corps de troupes confid&rabie au cas qu'il
devint n&ceffaire au bien de men service. Les fucces rapi-
des des troupes pruffienies, commandies- par le Duc de
-Brunfwick, ont, dans ces enmrefaites fait otenir au Roi
de Prufle la fatisfadion qu'il demandoit & ont mis les
Provinces Unies en 6tat de fe ddlivrer de P'oppreiion &
de retablir leur Gouvernement legal. Tout fujet da difpute
etant de.ruit par-la, une explication amicale a eu lieu entre
Sa Maje!fU Tirs -Chretihnne & moi ; des declarations- ont
etk echangees par nos Miniftres refpeSifs par lefquelles
nous fommes convenus de defarmer mutuelklment && de mcttre
nos Marines fur le pied oi dlles itoitnt au commencement de
cette annie. C'efl avec la plus vive fatisfation que j'ai vu
les evenemens fe terminer fans priver mes fujets des bn&e-
didions de la paix ; je n'en iprouve pas moims a vous
informer que je continue recevoir de routes les Puif-
fances etrangeres, les plus fortes aflurances de leurs difpo-
fitions pacifiques; je n'ai d'autre regret que de voir la tran-
quillitd d'une partial de 1'Europe malheureufement inter-
rcmpue par la guerre commence entire la Rufflie & la
Porte. 11 a 6t: conclu entire S. M. T. C. & moi, Une con-
vention qui explique le X11 article du dernier trait" de
paix, & don't le but eft d'empecher les jaloufies &.jes 4if-
putes qui pourroient s'elever entire nos fujets refpL&ifs dans.
les Indes orientaks Jai ordonne qu'il vous foit prifent-
des copies des divers traits don't je viens-de vous faire
part, & des declaration & contre declaration changes
a Verfaiiles ,,.
On el affure auffi que I'Amiraute a donned des ordres
dans les dif.&ens chantiers pour faire ccffer les preparatifs
de guerre, .& qu'elie a retire; les preff-uwarants. ( ordr.s de
preffe ) Les mermes ordres ont et, expe'ies en Irlande. S'il
pouvoit encore refer quelques doutes fur la paix, on ajou-
teroit que M. (ClAke, Commandant en chef a la Jamaiquee,
a no:ifi, en Janvier dernier, a l'Affembl6e de cette Colo-
nie, les ordres qu'il a rcqus de fa Cour pour difcontinuer
les armemens.
F R A N c .
t M. Necker, re~oit tres-fouvent en fon hotel, a Paris
les perfonnes de la plus haute diftindion, & il fe tient chez
lui de tres-longues conferences. Cette liaison de M. Necker,
avec tout ce qui tient au Miniftere prove que fes avis
peuvent avoir une grande influence fur les plans que l'oa
fe propose d'executer ,. ( Mercure de France, nA 48 ).


r ^
'0






t Le brult dua moment ecrlt-aon t de en e, eft qua
certaines conditions notre Cour a enfin confenti a travailler,
pendant cet hyver, de concert avec celle de France, a un
accommodement entire la Ruffie & la Porte Ottomane ,.
( Idem, n 49 ).
On ne garantit la v4piti daucune de ces nouvwlles extraites
du Mercure.
Le Minifir&e a requ des nouvelles des batilmens envoys.
pour l'exp6dition autour du Monde fous les ordres de
M. le Comte de la'Peyroufe, & de M. le Marquis de
Langley. Its partirent de Manille le io Avril dernier, pour
rentrer dans la mer pacifique, ou ils out du' continue leurs
obfervations : ils fe propofoient de vifiter les cotes oiien-
taies de l'Afte, & d'arriver an Kamtfchatka au mois d'Aou~t.
De-l'a les voyageurs reviendront dans le fud, pour vifiter
la Nouvelle Holiande, que le Capitaine Cook n'a pas eu
Ie temps de bien fare conroitre.
Le 19 Novembre le Roi s'eft rendu au Parlement,
accompagn6 de MON SI EUR de Monfeigneur Comte
dc'Artois, de M. le Garde-des-Sceaux, & de M. Lambert,
Controleur general : les Princes & Pairs avoient 6te con-
-voqu6s; toutes les Chambres ltoient affemblIes.
Aprbs une lance, qui dura 8 heures, pendant laquelle
les opinions furent debattues, S. M. fit enregitirer deux
3dits, I'un contenant 38 articles, porte creation d'emprunts
graduels & fucceffifs pendant 5 ans, & formant en totalit'
une fomme de 410 millions.
L'a6(tre, qui eft-en 27 articles, accord un 6tat civil aux
fujets non catholiques. Nous le ferons connoitre plus parti-
lierement,-mais pour aujourd'hui nous croyons ne pouvoir
prefenter a6 Public rien de plus intreflant que les difcours
prononces, par le Roi & par M. le Garde des Sceaux ,
pendant cette fiance memorable.


D I S C O U R S


D U R O I.


?Meffieurs, je viens tenir cette fiance pour rappeler a
Inori Parlement des principles don't il ne doit pas s'ecarter;
pour vous entendre fur deux grands aides d'admiciifiration
& de legislation, qui m'ont paru neceilaires; enfin pour
vous repondre fur les representations que m'a states la
la Chambre'des Vacations, en faveur de mon Parlement
de Bordeaux.
Les principles auxquels je veux vous rappeler, tiennent
*h reffence de la Monarchie, & je ne permetrai pas qu'ils
foient meconnus ou alteres."
Je n'ai pas eu befoin d'etre folliciti pour affembler des
Notables de mon royaume. Je ne craindrai jamais de me
trouver au milieu de mes fuiets. Un Roi d4e France n'.ft
jamais mieux que quand il e t enroure de Iur amour &4
Lde leur fidieite; mais c'eft a mioi feul la ger de l'uilit6
& de la n"cekite de ces AfTemnblies, & je ne foufli'rai
jamais qu'on me demanded avec indifcrition, ce qu'on doit
atter.dlrede ma fageffe & d! mon amour pour mes pen-
pies, don't les int&rts font indiffoluLlement li6s avec les
miens.
L'Aae d'Adminiftration que je me propofe, eft un lit
portant creation d'emprunts fucceffifs pendant cinlq an.;,s.
J'aurois voulu n'avoir plus recounts a cette reffour:e des em-
prunts; mais l'ordre & l' conomie ne peuvent fuffi-e qu'avec
le temps. Des emprunts born6s & bien combi4es recule-
rent un peu la liberation, mais ne l'empecheront pas. De
nouveau impo6s ne front pas etablis, 6 mes engagemens
front remplis.


J'ai voulu tnu le mgime jour qui dott &tre pour tnes pen,
ples le prdfage de la reftauration prochaine de mes finan.
ces, fut marqu' dans la legislation de mon royaume, par
1'execution d'un project auquel je fuis d6termin6 depuisjlong.
temps.
Je maintiendrai toujours, par la prote&ion la plus conf.
tante & fans partage la Religion fainte dans laquelle Dieu
m'a fait le bonheur do naitre & je ne permetrai pas qu'elle
fouffre le plus liger affoibliffement dans mon royaume. Mais
je crois qu'elle me commander elle-mime de ne pas laiffer
une parties de mes fujets privis de leurs droits naturels,
& de ce que l'etat de fociete leur pernmet.
Vous verrez dans ma reponfe au fujet du Parlement de
Bordeaux combien fa conduite eft reprehenfible. Mes Par.
lemens doi vent computer fur ma confiar.ce & mon aft&ion;
mais ils doivent les merit r en fe renfermant dansles forc.
tions qui leur ont & confines par les Rois mres Predecef.
feurs, en avant attention de ne s'en pas carter, & de ne
s'y refufer jamais, & fur tout en donnant a rues fujets
l'exemple de la fid6dlit & de la foumiflion.
Mon Garde-des-Sceaux vous fera connoltre plus ample.
meant rmes intentions.

DISCOURS de M. D LAMotor c N, Garde des Sceasu
de France.
MESSIEURS,

Le Roi apporte lui- meme aujourd'hul fon Parlement
un Edit qui ordonne l'ouverture des emprunts fucceffifs,
deftlins pendant la durce de cinq ans, a correfpondre a
fes engagemens & 'a ramener 1'ordre dans fes finances.
En affiftant a vntre -dlib&rawion, Sa Majefte vients'en-
vironner avec confidence de vos lumieres & de votre amour.
Elle veut outerr vos avis pour ie bien de fon l rat; &
avant de les avoir entendus, affez raffurie par fes intentions,
pour ne pas croire avoir befoin d'employar foi autorits,
Eile vous parmet d'ooiner 'a haute voix en fa pr6fence.
Voas venez, Meffieurs, de donner au Roi un timoi-
gnige recent & folemnel de i'obeiffance que vous devez a
fes ordres fuprmnes.
Sa MajfitA a reconnu avec fatisf&ion, dans l'enregiflre
ment de la prorogation & de l'exa6e perception d'un impbt
que fon cceur eft impatient de remrstre a fes peuples, le
zele & la fiJIeite des MagifIrats qu'Elle reintegra dans leurs
foncions, au commence -nt de fon regne.
Avant de vous inflhire du r6fulat de fest economies,
& de vous expliquer l'objet de l'dit don't vous allez enten-
dre la ledure, le Roi in'or-dor.n de repondre d'abord explici-
tement au vceu que vous lui avez poitt, d'affembler les
.8'ats-Generaux de fon royautme
Sa Majete juflement mnicomtente d'une demand que
vous fondiez fur le pretendia d faut des pouvoirs que vous
tvnez d'Elle, & qui fcmbk"it avoir le carattere d'une re-
quifidion q.ie les Cdoits fiacm s dO! fc/n autoritt rep-uffeNt
& seprouvent, n'a pas voulu ).f u'a present s'arreter
cette queft;on, pour ue fe poitAt difiraire du but qu'EilI
fe propofoit, & qu'elle veut atoidre.
Mais la digr.iti .du Tr6ne ne p 'met pas a Sa Maj]
de garder fur 0ct odjet un plus lorg filence, & le mo'
,mn ntfA e erfi. arrive de ccnfronaer les demances 'deb Cours
avec L;s pnecipzs de l : '. iir.chi
Sa Aaj oa doir 4 !a 'a 1Lton f.'s defcendans, Ee A*
doit Lk-rr:eaie, de ne oufhiir j.amai~ e lautoi que '
Di,. u a mile dans feL mains, 6prouve la plus lehgre ait'e





4.






t, qu'elle to-t m&cctthe pe? ifes propres O~clers;
in ont toujours ti les premiers-ditenieurs.
SyO'abord, Mifieurs, il vous etoit facile de privoir que
ji contidiratioin don't jouit le premier Parlement da
..u-e propageroit la doctrine nouvelle & irrftlichie
qe VOus adoptie',. & etabliroit un concert dangereux entire
yos p incipes & les reclamations des autres Cours de Juftice
du royaume.
C. 4te commotion gen6rale pouvoit vous preparer les
regrets les plds amers, en excitant dans les efprits une fcr--
inentattion tiers-contraire av vues.
En b tiant 'exemple que vous donniez.a fes Tribunauxr,
Sa 'Majefe n'a point doutm de votre retour aux vrais prin--
cipes; its font graves dans le coeur de tous fes fujets, &
s'ils pouvie n ais s'y altkrer, ce feroit dans fon Parle-
mnent de Paris, que le Roi devroit 6tre far de les retrou-
ver dars toute leur puret6 primitive.
C;s principles univerfellement admis par la Nation, attef-
tent qu'au Roi fiul appartient la puiffance fouveraine dans
on royaume ;
Qu'il n'eft comptabk qu'd Dieu feul de 1'exercice du pou-
voir fiprime; %
Que k lien qui unit le Roi & la Nation ejl indiffoluble
pazr fa nature ;
Q:e des interns & dcs devoirs riciproques entire le Rci 6'
fis jets ne font qu'9Jjurer la perpietitc de catte union;
Qie la Nation a intiri' que Its druits de Pfn Chef ne
foufrent aucune a.tiration.
Que Ie Roi efl thef fouverain de la Nation, & ne faith
tuun avrc elle;
Enfin, que le pouvoir lgijflatif re/ide dans la perfonne du
Souverain, fias de'padance 6' fins partage.
Tels font, Meffi.urs, les principless invariables de la Mo-
vaichie Frainoife. Le Roi ne les a point puifes dans une
force qui puiffe &tre fufpeas a fon Palement. Sa Majefte
les a tiouves litt&alement confacres dans vote Arrete du
vingt Mars mil fept cent foixante-fix, don't je ne fais que
vou's repiter ici les paroles.
11 refulte de ces anciennes maximes nationals, attef(tes
h chaque page do notre Hiftoire, qu'au Roi foul appartient
le droit de convoqudr les tats-Gcneraux.
Que lui feul doit juger fi cette convocation eft tile ou
obcJaite;
Qu'i n'a befoin d'aucun pouvoir extraordinaire pour
l'adininiftration de fon royaumne; qu'un Roi de France ne
pourroit trouver dans les Rcprifentans des trois Ordes de
I'ttat, qu*un confeil plus etendu, compof6 des Membres choifis
d'une famille don't it eft Chef, & qu'il feroit toujours
'rAibitre fupreme de leurs reprifentations ou de leurs
dili- ces.
Cette prerogative de la Couronne, que vous avez tous
fait, M(elittnis, le ferment de defendre, fuffira toujours au
Roi por, n'envifag:r les ttats-Gen'raux.de fan royaume,
que comme les grands jours de l'amour des Francois pour
levr S'juverain.
Sa M eft. ne re loutera done jamais de fe voir a la :&te
d'une Naition qu'Elle aime, don't Elle eft aimee, & fur laquelle
foa a4,ifle famille tegne depuis huit cents ans.
Eh n'ef-co pis, MiIieurs, la bonth paternelle avec
hqueile le R-1i a voulu fe rapprocher de fa Nation qui
vos a fug~ere a vous-memes la penfee de folliciter les
Ea .tasGnraux ?
Cell fans aucune reclamation antirieure, que Sa Majefl&
a appil, de fai propre movement, les Notables da ioa


rey-_ae amour du Trne poor lei confuther r fii fes pro-
jets d'adminiflraticn, & fur les befoins de l'tat.
Dipuis plus d'un fiecle & demi cet ufag: national etoit
tombe en defuetude fous les deux plus long regnes de la
Monarchie; & quoiqu'on eut vu fous deux minorities, des or-
ges tres-allarmans; quoiqu'on eit vu fous ces deux regnes da
grands changemens & de grandes revolutions des impo-
fitions auparavant inconnues, des factions, des batailles per-
dues rennemi dans l'intrieur du royaume, des defafires
publics de tout genre, aucune voix ne s'etoit elevee durant
un fi long intervalle, pour r&clamer les confeils d'una parties
de la Ni'.ion dans ces moments de crife; & cette grande
penfie attendoit pour eclore, que le zele, du bien public,
don't le Roi eft anime, vint devancer le vceu de fes pauples.
A peine le Roi a-t-il r&uni les Notables de fon royaume,
qu'il leur a propofe, par la feule inspiration de fa bonte,
d'etablir dans toute la France. des Affemblees provinciales,
qui lui front plus tiles, fans doute, que n'*nt jamais pu
letre les bats-GIeraux. '
Ce nouveau lien d'intirets, toi.jours fubfiftans entire Ie
Monarque & les peuples, a te beni dans tout le royaume,
comme un grand bienfait national, qui fuffiroit pour im:mor-
talifer le regne de Sa Majefte.
Des faits fi recens atteftent affez combien le Roi aimed
a communiquer avec fa Nation.
Mais plus le Roi fe montre bon, quand it fe livre aux
feils mouvemens de fon cceur, plus ii faura fe monrer
farme quand il pourra entrevoir que l'on abufe de fa
bont6 pour contefter fes dioits, ou pour exercer fur fes
r.folutions quelque apparence de contrainte.
Aprts cette reponfe que le Roi devoit a vos remortran-
ces & a vos arre:es, Meffieurs, Sa Majefie veut fire con-
voklre a fon Parlement quelques details fur les economies
,& les bonifications qu'Elle vient d'opeerr & le convain-
cre de la certitude qu'Elle a de fubvenir a toutes les d6w
penfes neceffaires, fans manquer a fes engagemens.
Toute la Nation eft t6moia des retranchemens & des
sacrifices qu'a faits le Roi pour ritablir I'ordre dans fes finan-
ces, ainfi que des mefures qu'll prend pour le perpituer.
La rigueur des economies eft tell, Meffieurs, que vous
n'eufliez pas of6 la demander vous-mnmes.
Le compete des finances que Sa Majeft6a promise de fair
publier tous les ans, va paroire dans les commencemens
de l'ann&e prochaine; & chaque annes il fera perflionne
par les precautions que Sa Majdfle a ordonnees, pour fixer.
& riduire les depenfes de tous les D;partemecs.
Le Roi a arret6 que le compete particulier du Djparte-
ment de la Guerre, le plus dilpendieux de tous, & le plus
fufceptible dq, r6formtes, feroit public a part cheque anee,
par le Confeil de la Guerre, qui va porter la lamiere &
I' conomie fur tous les details.
Sa Majeftl n'a encore que des apperqus gie',raux fur I;s
DMpartemens fi important de la CG.eire & de la Marine.
Mais d &j le Roi eft affure d'y tiouver environ vingt-
cinq millions d'economnie, fans 'timinuer fes forces pour
le double fervice de terre & de uinr.
La revenue a laquelle le Roi s'eft dItermnMe i regret,
pendant cinq anrCes, fur les penfions, & qui eft un impot
qu'll fe voit oblige d'etablir fur fes prcpres biefaits, exc'-
dera cinq rilliions.
Lcs re:ra?:chmens fur les &curles duRoi montent aa-
dela de trois millions.
Les dcpen(.s de la Maifon du Roi & de la Famille
Royale out dija fubi un retranchement de plus de dqux


yI





84
millions; & celles de la Maifon do la Relne; ont t6W
diminues de neuf cents mille livres par un travail
perfonnel de cette augufte Princeffe, qui, en ordonnant
cette riducion prompted & volontaire, s'tit empreaiie de
marquer ion zile pour. le bien public.
Les Bureaux du Confeil, ou les Bureaux particuliers des
finances, :ont fourni au Roi une economic annuelle de fept
cents mille livres.
La d6penfe des Batimens fera diminuhe, au moins d'un
million, des fann6e prochaine, & ramenke, comme tou-
tes les autres, au niveau des befoins r6els.
Les arrangements arrests avec la Recette generale, les Fer--
tniers & les Rigies, oat product une bonification de trois
millions.
Les conventions flipulies avec les Adminifirateurs de la
Pofte aux lettres & de la Pofte aux chevaux, indepen-
damment des dedomagemens paffagers qu'elles necefflitent,
augmentent le revenue du Roi, au moins d'un million.
Si lon ajoute a ces bonifications & a ces reforms, les
economies qui frappent fur des parties moins irAportantes,
mais qui font maffe par leur reunion;
Si r'on y ajoute une riduaion de neuf millions qu'on
a retranches de article des dipenfes impr6vues;
Si l'on y ajoute enfin les r forces qui vont etre faites
fur tous les details qui en front fufceptibles, il fera evi-
dent qu'en fuivant le meme fyfl6me d'ordre & d'economie,
don't les effects font incalculable, le Roi furpaffera, d'une ma-
niire fort fupetieure aux efpirances de la Nation, les reifour.
ces qu'il comptoit trouver dans '&conomie.
II eft vrai Meffieurs que. tous les benefices en ce
genre ne font pas effe&ifs pour le premier moment.
II eft vrai encore que certain retranchemens exigent des
rembourfemens qui les rendent d'abord plus onereux que
profitables au trifor public.
Mais il n'en eft pas moin-s dimontr6 que ce benefice
fera, dis l'annee prochaine, affure pour plus de cinquaate
snillions, & qu'il doit s'elever encore au- deffus de cette
fomme dans les annes. fuivantes.
Je m'arrete ici, Meffieurs, je ne-peux plus me difendre
d'une reflexion qui m'attendrit. Je m'eftime heureux dans
ce moment d'etre forgane de cette promeffe du Roi; &
je regarded comme le plus beau jour de ma vie, celui oh
je peux annoncer a la Nation avec la plus ferme affu-
lance, un fi grand bienfait de fon Souverain.
Pour donner i fes peuples une nouvelle preuve de fon
amour, Sa Majeftl veut que lon procede a la perception
plus exaue des vingtiemes avec une moderation qui
rendra l'augmen:ation de cet impot plus lente & moins
produfive.
Mais le Roi ne regrettera jamais les' tenp&ramens que
lui fuggerera fa bont6 pourvu qu'il puiffe, remplir fes
engagemens envers les creanciers de l'itar.
L'accroitffement du revenue public ne peut donc etre que
progreflif.
L'augmentation de I'imp6t ne fera effective pour le tri-
for public, qu'a la fin de l'annie mil fept cent quatre-
"Tingt-huit.
Les pr'paratifs de guerre auxque!s le Roi s'ft vu

Avec permjion de M l.M


riemment oblig6, pour affurer la confervation de la p,
ont encore augmente les befoins & les depenies de lan,
courante, & its nkceffiteront un equivalent de fonds Po 1
le remplacement.
Toutes ces confidbrations & ces caufes r&unies,
oblige Sa MajeftN d'elever le premier emprunt qui va so,.
vrir,. au-deffus de ceux qui le faivront.
Ces emprunts ont et& annonc.s durant les deliberation,
de T'Affemblv e des Notables; & le Roi declare aujourd'hni
qu'ils fe renouvelleront chaque ann.e pendant cinq ans.
Au d6faut d'emprunts, il eutfkilln niceffairement recou.
rir a des imports, on 4 des fufjenfions) a des diminu.
tions don't la n6ceffit" la, pluhii afolu .'eft toujours une
force ambre & feconde, de-r'e':ti d'injvaices & 4
malheurs, fous quelques noms qu'on les q6guife.
Le feul inconvenient feroit que ces en#runts ne rpon.
diffent pas aux befoins reels ; mais toCas les calculs certi.
fient que leur quotit~ les furpaffera ; & pour lors l'exci.
dant fera employee a diminuer les services particuliers qu
alimentent le trifor royal & a teindre les anticipations
qui lepuifent..
L'emploi de ces excedans s'ils ont lieu fera conna
pat le compete public annuellement qui en enonceri
application.
Par la nature & l'tendue des engagemens de l'1tat, il
eft prouve a Sa Majefte., que, fans facrifier I'avermir au
prefent, des emprunts fucceffifs employs- a la ibecation
cu royaume fous 1'infpe&ion immediate de la Chambre
des Comptes, &~'combines de maniere a s'teiedre graduel.
element les uns par les autres ne feronit point une nou.
velle charge pour la Nation.
Le Roi fixera chaque annie le taux de ces emprunts,
& il en diterminera la forme de la maniere la plus fatil.
faifante pour les preteurs.
Le plan adopt: par le Rol pour r6tablir l'ordre &
commencer la liquidation de l'tat, exige pour fon parfait
developpement, une .priode de cinq annies.
Toutes les operations de finances font riglies confor-
miment a ce calcul.
C'eft dans cinq ans que doivent expirer Fes baux & lei
regies.
C'eft pour la durke de cinq ans que le Roi a proroge
le feconid vingtilme, qui 6toit dja etabli jufqu'en miil fept
cent quatre-vingt-dix.
C'eft pour cinq ans qu'il a ordonne une retenue relative
fur les penfions.
Ces divers plans de Sa Majeflt, qui fe rapportent tons
a une veritable unit de principles & de vues, font deve-
loppes dans le preambule de fon tdit avec une clarte &
une loyauti qui doivent infpirer une confiance univerfcdk.
Ainfi, la fortune publique fera evidemmeht affurte pendant
ces cinq annees ; & dans cet intervalle les ecoonomnies fe
perfedionneront, & produiront tous les benefices qu'il et
poffible d'efpbrer fans illusion.
La reparti-ion gale des vingtiemes aura 6t- 'tablic par
les Affemblees Provinciales.

La fin a fOrdinaire prochain.

les Gine'ral y Intendant.


AU PORT-AU-PRINCE, DE L'IMPRIMERIE ROYALE.












AFFI






MOUVEMIN F
Arrive |
A U Port-au-Prince,
mrent, Beaumont, Marfei
La Zifette, Senac, Bo
Le to, la Bell-Angil
tes, 8 Janvier. .
Le Raifonnable, Gaut
Les Deux-Jeunes- Frre
L'Aimable-milie, Ga
L'Urfule-Cathrine Lu
La Double-Alliance; I
L'Aurore Giraudeau,
L'merautde, Petiteau
Le Pierre, Legrand, I
NMgres, 30 Mai 1787.
Le 11, le Robufle, Cat
Le ;3, le Zinith, Boz2
La Baptifline, Brouch
Le 14, la Marie-Cath,
S Janvier. .. .
Le 15 le Conflantin,
Total des paffagers arri
& des btimens.
A Leogane, 1I 7 Fiv
fre Opoix -Nantes, v
Le io, le Trayan, C
Le Cliomlne, Qatert j
L'Amphitrite Jean, I
Total des paffagers arri,
& des bhtimens.
Au Petit-Goave, le x
de-Nipes, Latouche, Na
Total des pafagers arri
& des bdtimens.
A Jacmel, le 9 Fevri
Bordeaux, 28 Dicembre
Le to, 1I Reconnoifant
Xo.tal des pafagers art
des bistmesw


-u oeise ome N- m l .. HL Iio,1>^ ^ i S


C rHES


Du Jeudi 2z Fevrier 1788.


SL'OVEST ir DU SUD.

is~ ,.Fradnois. PASSACGERS.

le 9 Fevrier, le Beau-.
lle, 2.6 Novembre. 1
ordeaux 27 D&cemb. I
ique, le Heudi, Nan-

rau ide, 8 Janvier.
s, Rafin, idem 9 J".
llet, Havre, 17 D&e. -~
cas, Nantes, 19 Nov. i
Fouaffier, idem, 8 J".
idem, 8 Janvier. i
, Bordeaux 14 D&c.
Havre & Angole, 36
uvy, Bordeaux 9 Jer. ,
art, Marfeille, 2 Nov.
ou, idem, 8 Decemb.
tri ne; Roffignol, idem

Eyriaud, idem, 7 Dc. a
vis depuls It i" Janvier. I 17
". 39


trier, le ailli-e'-Suf-.
6 Decembre. .
olmin, idem, 17 Dec.
eune, idem, 8 Janv".
Havre, 27 Decembre.
'is depuis le t" Janvier.


r Fevr;er, )t Quarrier-
ntes, 26 D&cembre. .
vWs depas k e" Janvler


9 B 0 0 C *


er, rA l;f, I

, Larue,idea
ves depuis i


if I


9,
I'


4

27
6


I


Durechon,
. 8
,a8 Dc. 14.
"Janvier, a2
. .j .


Aux Cayes, le 4 Fivrier, le Robujft, Magret,
Nantes, 27 Decembre,
Le 8, le Jafon, Gautereau, idem, 26 Dier.
Le Saint -Martin, Hamel, Havre, 9 Janiv.


&


Toal des paffagers arrives depuis le ke Janvier.
Sdes atbimens. ...
A Saint-Marc, le 9 Fyvrier, let.ouis-Marie,
Heraud, Nantes, 7 Janvier. .
Le to, 'Alcion, Deluch, idem, to Janv".
Le 12 le Comte de Rochambeau, Cluchet ,
Bordeaux, 9 Janvier. .. .
Total des paffagers arriviA dipuis It ie" Janvier.
& des bthimens. ;- ; *
Depart de navirts Fran ois.
Du Port-al-Prince,, le 16 Fevrier, l'llifei
Sorbb, Bordeaux. . .
La Marguerite & Juffine., Paufe, idem. .
Total des paffagers parts dnpuis le #" Janvier.
& des bimens. i. :


PASSAGERS

3


17
9


4



184

24



7
i8


Total des pjffagers parts de Leogane depuis le *" J. (4).
Des Cayesr, le7 3fvrier, la Marie*Conflance.,
Vuitard,Marfeille.. ., . .
Total des pafagern parties depuls le Jamvler. *i
& des Jtmens.;. .. .
De- Saint Marc le 9 Fevrierl, la Zfite,
Bazans, Port-au-Prince. . .
STotal des pafagers parts depuis k ," Janvier.


& des btimens ; .
Arrive do navirts rangers.


. i i i. i


Aux Cayes, le 6 Fivrier, Ie Dayenai, Petas, Caroline N.
Le Seidwell, Blafde, Jacmel.
Le 8, I'-rck, Gardener, New-Providence.
La Polly, Williams, New- London.
Total des bdtim. itrang. arrives depsis It Janmvlr. (i 7)
Depart. de navires strangers.
Du Port-au-Prince le Fivekr ',diad', Flandra.
Philadelphiie1 F


AMRIC A INES.


5!

K


I







Lml-:, Deshion, Bof omn
.Le 13, IAfMermaid Mackay, ident
Total des Aitim. .trang. par.ti depaisi rw anvr (8).
De Jacmel, le 9 F6vrier, ie Saint-Antoine, Pimentel,
,Curacao.
Total des bdt1m. etrang. parties depuis I e i'Jan'.er. (i).,
Des Cayes, le 3 Fevrier, la Ferry, Ne~bold, Jamaique.
Le 4, le Suky, Saint- Clair, Salem4 :
Le, Friendship, Williams, idem.
La Marie- Anne., Prat, Middleton. ..
Les Tree-Friends Salomon Glowftr:
Total des bJtim. etrang. parties depuis le k Janvier. (14).
Prix courans des denrees colniales, au Portaun-Prince,
le n! Fevrier.-788.
Sucre blanc premiere quality 66 68 1. feconde, -6
'a O8_.troifi&me, 42 a 451. fucre brut, premiere quality,
38 a 40 1. fecondei 43 & 6 I troifitme; a8o1. Caaf
tfifvert t ob az f. 6 d. marchand o z 2 1.
inferieur 18 a 19 f. 6 d. triage Si 4 16 f. vieux,
premiere quality, ;... feconde.... triage. ..-Indigo bleu',
premiere quality, 9 a.0io 1. 10 f. cuivre marchanid, 7 4
8 1. ioqf. inferieur 6 a 1. .10o f.- pouffire, $ ta 6 1.
Coton, 245, a o 1. te cent, feconde, 140o 5.45 L troi'
fimine, A4o 1. Cacao., 8 f. Carret, 16 i 18 1.
'Prix courans des ntarchandifes de France &g autres-, au'Pot-f
au-Prince, Ie 21 Fivrier 1788k.
Vin vieux-de Bordeaux, la barrique, t98 a iio l. nou-
veau, de Bordeaux', a barriqiie, 132 1 4o0 1. de Provence,
90 a 99 1. blanc, le tierqon, -6o 1. Farine, de Moiffa;
premiere quality, le kbaril, 70 a 7$ 1. feconde. 6o a 66 1.
commune, 45a o501. .H'ile fine, le panier, 35 36 1. comn-
mu~e,-la- Petit-Sat, r'ancre 10 a 24 1. Bce'f fa46, le baril 8b a
83-1. Morfuele quintal, 45 a 5o 1. Savn,; la caiffe, 3o
S33 1, Chandelie,l la ivre, S a 2t f. Brin, 7-8, 'aune
rbduite, 45 a 48 f. 6 d. dito 3-4, 41, 45 f. 3 d. Com-
bourg, 41' a 45 f. Saint- Georges 55 f. Morlaix a X
ball, 1450o a oo,. Rouen fieuret .... Platacheside tap,
pied anglois a 5o I 14o k le cent Bois-'quaris idem.
phpt .... u e t
:v tCous du Fret. t '


Pour .Bordeauix


Sucre blanc.
Sucre brut.
IndCgo.
Cafe ..
Coton.


12 d.

24

30


.Nantes,
Im d.
I
24

30


NicAza


le Havre,
x d.
154
24
30


Marfeille.
12 d.

4,


M A l no s.


Au Port-au-Prince, le 6 de ce mols eft entr4 I-2
Geole, un Nigre nouveau, Capelaou, fans eramph appa-
rente, agi de 24 ans, taille de pieds 2 pouces, ayant
des marques de fon pays fur 1'fromac tie pouvan: dire
fon nom ni celai de fon maitre le id, un idem Congo,
fans 6tampe apparent, age de 16 ats taille de 4 pieds
io pouces, ayant des marques de fon pays fur l'eflomwa
& le venture, ne p6uavant dire fot -rnom tii celui de fon
maitre; & tbirn Congo, Cmap (ti, [1 n g ,1h LLfE r


au-deffous S NEC, d ans ;, tai!le de- y p'ds,
pbqvant dire le nom de fon maltre.: le '3, Pi",re, 6b,
etampe fur le fein droir, en fer-a-theval, DROUILLARjD,
age de is ans, taille de 4 pieds 2 pouces, fe difant appar.
tenir a M. Chapotin, Habitant : le 14, Zamor, Sen6galois,
erampe fur le fein gauche LASSERVE, au-deffos p-p,
& fur le droit illifiblement ag6 de 24 ans, taille de 4
pieds i pouce ne pouvant dire le nom de fon maitre:
le 45 un Negre nouveau, Congo, etampe fur le fern
gauche, autant qu'on a pu le diffinguer, AP-IC, au-deffous
GAVD-VE, & fur le droit illifiblement, age de 28 ans,
talle de 4 pieds 9 pouccs, ayantlp.,peau 0ouge, ne pou-.
vant dire. fon nom ni celui de fon maitre; Michd, Congo,
etampe far le fein gauche VBUV, fur le dr.,it VE,.&
d'autres lettres iliifibles, agi de 28 ans, taitle de 4 pieds
.1 .-pouces, ayant beaucoup de maiques de 'Ton .pays fur
l'eftomac & le venture, fe difant appartenir & M. Jof ;
& Pierre, Congo etampe fur le fein droit, autant qoa
,a pu le diftinguer, IN-TGOYC, ag. de 28 ans, taille de
4 pieds-8 pouces, fe difant appartenira M. Baflien, Habi-
tant a Jacmel ; le i6, 'Jean-Louis, Barba, etampe fur les
fins GUILIdEM ,. age de 28 ans, taille de pieds i pouce,
fe difant appartenir a M. Guilhem, Habitant aux Cayes.
A Saint-Marc, le o de ce maois, deux Nigres nouveaux,
Cangas.; etampes fur le fein droit TIBODO, au-dellous
ST M, ages de-so 24 ans, ayant des mawques de leur
pays fur le vifage, ne pouvant dire leurs noms ni celui
Sde leur maitre : le 1t1 Je.an, Creble, etamp6 fur la poi-
trine PETIT & SORIA, & d'autres lettres illifibles, ag4
de 22 ans, taille de 5 pieds 6 pouces fe difant appar-
tenir a M. Liot, au Cap,; & tienne, Creole, etampe fur
le fein droit PJF, fur le gauche TEXI, & d'autres lettres
illifibles, ag4 de 28 ans, taille de 5 pies a pouces, f1
difant appartenir Mrt. Conain,' a Bombarde.


ANZMA.U.X


ipi VIS.


A Saint-Louis, le 5 de ce mois, il a6 &6 conduit a ta
Geole, un cheval fous poil brtin, 6tamp6 du c6,t di mon-
toir PC court qpeue, ayant une ctoile au front : le 6,
un idem fous poil bai, tamper du c6ot du mmontoir RH,
Au Port- au-Prince, le l' de ce mois, un mulet fous
poil brun, tamper illifiblement, yant 'oreille droite fen-
due : le5 un petit boutriquet fous poil centdr6- fonc6,
6tampr i1iifiblenment : le, une bo'urrique fous poll brun,
4tampe~ an rmontoir MD, autant qu'on a pu le difkirguer,
au cou PA, & d'autres tamrpes efpagnoles : le 13, une
idem focus poil brun, tampe illifiblement, ayant la c iffe
droite come coffee :h 1 14 une idem fous poil cendrt,
6tampee illifibleme'nt, ayant 1'oreille gauthe couple : le i,
un mulet fous poil bai-melae rtampe au montoir HB,
entrelaces ; & une pument fous poil rouge tampee aa
montoir T: le 17, an cheval fous poil blanc, eampe fur
la cuiffe du montcir T i; ; .on bm fot poil btanc-mou-
chet6, etampe au montoir d'ane etampe brule 111, & d'auu
tres lettres illifibk's.


S JP E C T A C L E.
Les Cornedineps' de c tte,.vilU d'onieront Saimei 2 dd,
ce mois, au- be'nfice du Sieur Petit, maitre de mufique,
une Reprifentation' de 'Epreuve villageoife, Opera-Bo'iffon
en aeux idia' & on vers, de M. Desforges, mufique de M'





AViS


~DI VE~RS.


,cette Pitce ( tf fuvip de F Apint fste, OperaI
00BoutfO eun 'a6te, aufique de Mi Daleyrac. Entre le$
eulx Pieces le Sieur Petit excuterji .un Concerto di violon.
Les mrnmes- CGorddiens donneint Lundi I I, au b144- .
fice du Sieur Derefmond, tune Reprifentation de Guerre
ouverte o Rufe centre rufe, Comidie en trois a6~es & en
profe, de M. Dumaniant, ornec de tout fotn Spef&acle. Cette
piece fera fuivie des Dettes, Opira-Bouffon en deux ades,
pAufique de M. Champein.
Le Sieur Derefmond a 'honneur de prvenir le Public,
que cette Reprfentation ne luii a etaccordee, par le Sieur
Acquire, Direi&eur;du Spedacle, qu'a titre de giatificatibri.
Si [e Public daigne entrer dans les vues du- Sieur Acquaire,
i1 maettra le coknble a cette faveur,7 & le Sieur Derejmond,
penjtr6 de refpe& envers le Public & de reconnoiffance envers
le Sieur Acquaire, ne ceffera de redouble de zele & d'ef-
forts pour meriter les fuffrages de 'un & la bienveillance
de l'autre.


p^


1 A la requete du Curateur aux vacances de Saint-
Marc, charge en cette quality de la fucceffion Monzalard4
connu fous le nom de Monj:1ard de Saint-fVernt, il fera
le Lendi I c de ce inois procede en. ladite ville, a la vente
& adjudication au plus Qffrant & dernier encheriffeur des
effects & animaux d6pendans de ladite fucceffion.
3' A la .requite de Me G ot, Carateur pair interim aux
fuccefions vacantes, en cete ville, charge en cette quality
de celle de la Dame veuve Cha'brt, i\ fera le Mardi que 'on
comptera 26 de ce mois, a la Barre du Siege Royal de cette
ville, procedei. la vente & adjudication definitive au plus
offrant'& dernier enchriffeur, & feparement, d'une habi-
tation & d'une conceffion d6pendantes de ladite- fucceffion,
fituees a la grande riviere de LeoganeOn pourra prendre
connoiffance des claufes de la carte-bannie au Bureau des
Huifiers.
3 Laffteau & Lafargue, ont 'horineur de prevenir M"W
les Habitans, qu'ils viennent de recevoir un tres-beau part
de chaudieres a fucre, potin de Prigord; its letir offrent
avec plaifir celles don't its pourront avoir befoin.
3 Le Sieur Mages, tenant les Bains public, s'etant deja
announce l'annee derniere dans les Affiches Americaines, a
l'honneur de reit&er de nouveau fes services an Public,
& a M" les Habirans; il ofe fe flatter que ceux qui vou-
dront bien .venir chez lui auront lieu d'etre fatisfaits, tant
par la iroprete qui y rigne, quespar la vigilance que f'on
mettra a les contenter. On trouvera cbez lui tout ce qu'on
pevt defirer, tant en- raftaichiffemens de- toutes efpices,
tels que, bpouillons, confoinm6, chocolate, caf' au kit, ba-
varoife, punch aux ceufs & au lait, frips anglais, 3 telle heute
eu jour & de la nuitqu'on puiffe le fouhaiter. Le Sieur Mages
f'pargnera ni peine. ni foins pour fatisfaire, tel ,qu'l a
fait ci devant, les perfonnes qui lui front l'honneut de
v.nir chez lui. Sa demeure efi rue traverfiere, maifon de
M. Leremboure pere, pros le Corps-de-Garde de la place
de Valiiere.
i Le S' Sauvage, Habitant dans les hauts des VWrettes,
prie fescreanciers de prefenter dans l'efpace d'un mois, leurs
''ies de creances en '*etude de Me Doyen, 'on Procureur 'a
,a'nt-Marc, pour en connoitre Vetat en principal, interests &
frais, & prendre avec eux des arrangements certain pour
2ccflrer lear payment, par le fecours d'une maifon de


+ M. Desbaides jdune,; Rececur de 1'O roi & -abitant
& LUogane, a 'honneur de pr.evenir le Public, que difi-
'rant maintenir'fes affaires dans le imeilleur ordre poffible,
ji prie en confluence "eux a qui i doit & qui pour-
rojiet etre porteurs de fa fignature pour caufe de dettes,
tant en ,on'nom, que pour la liquidation entire & par-,
faite de la fuccedion de feu M. Etienne Cofle, fon beau-
pere, vivant' Habitant audit lieu, don't it eft feul & tniqun
hiritiere conjointetnent avec Demoifelle Marie-Rof Cofpe
fa femme, d'avoir a fe prefenter en fon domicile audit Leo-
gane, pour recevoir de fCite leur payernent, ou ans le de-
lai de trois mois au plus tard, a partir du jour du prefent avis;
d4clarant que pafI ce rtemps, il fe pourvoira centre tons
competes bons .ou autres titres de cr6ances qui pour-
rcierat lui etre prefentis', come etant des doubles emplois,
pa piers perdus ou adir's. 11 prie en outre ceux qui lui dci-
vent de le folder irceffamment. Le prefent avis fera inf&rE
trois fois dans fes Affiches.
2 Le Sieur Larreguy Capitaine du navire Ef/peranc(
de Bordeaux, mouie aduellement ala trade de Saint-Marc,
a a bord de fon navire 5o barils de farine, fans connoiffe.
ment de Ne'tampe de Dupuis Tonneins. 11 prie ceux cui
oit droit de les retire de fe prefenter dans fon magafin
avec leurs tires.
2 Le'S Gauitet de Nantilli, Chimifle de Paris Apothi.
care a Saint-Marc, donne avis a M" les Habitans, Mide-
cins & Chirurgiens, qu'il affocie a fon commerce M. Simon.
R.'eux, Chimnifte de Paris & ancient Apothicaire Major de la
Marine au department de Rochefort; la foci`t6 eft focus 14
rsifon de Guitet & ,Rieux, a commencer du premier de ce
inols. Ils ofent fe flatter, que la quality fuperieure des m64
dicaimens, tant chimiques que galeniques, qui fe prepa-
reront dans Ieir laboratoire, leur meritera la confiance pu.
blique. Ils tiennent auffi tout ce qui concern la phanta-..
cie, come liqueurs, parfums, confitures, &c. &c.
2 M. Muloniere, Marguillicr de la PariTffe de Notre-Dame
de V'Affomption, des Cayes, prbvient M" les..Habitans &
domicilies de laditem paroiffe, qu'il fe tiendra le jour, de
Paques, iffue de la. Grand'Meffe urine aftembl!e, a leffeT
de pourvoir aux fonds neceffaires pour ls reparations uAe
gentes de 1'aglife. 11 les engage a s'y trouver, les aver-
tiffant que la difficult qu'il a effuyee plufieurs fois d'en
raffzsbler le nombre fufmfant, l'obligera a pourfuivre les
difaillans pour les faire condamner a l'amende, confor-
mnment aux Riglemens, II les'privient auili qu'il fera pro-
co'e lEdit jour & Dimtanches fuivants, a la vente de plu-
fieurs emp;;cemens de lWracs, ainfi qu'a celle des bans appar-
ten:ns -.tuellement a la Fabrique, par le, deces, ia rffidance.
en France. & ie convol des veuves des proprietaires, don't
les parents auront cependant la re'frence au moment de
l'enchere & adjudication.
i A la rect&te du Curateur aux vacancies a Saint-Marc;
charge de la fuccefflion Mt nPalard de -Saint-Veran, dec.de
Cablouetier a l'Artibonite, il fera le Samedi 8 Mars pro-
chain, proctdd la Barre de la Senichauiffe dudit lieu;,
"I la vente & adjudication au comptant, au plus.offrant &
dernier ench&riffeur, de quatre jeunes Negres dependans
de ladite fucceffion.
A la reqpete de Me Gayot, Curateur par interim aux
fucceffions vacantes en cette ville, il fera Mardi prochain,
s6 de ce mois, proced 'a Ia Barre du Si6ge Royal de cette
ville, "a la vente &_adjudication au plus offrant & dernier
cncheriffeur, 0I d'cn Negre age de ig ans, deperdandtde
la fucciffion du Situr Jean-kaptife Sarpy ;, O a a bail a








ferme pOur ue anne'e d'uine Negrge' &gIe &denvIr6 18
a s, avec Con enfant a la naelle, Ag, de quatre moisj
dependans'de la I mme fucceffio '
I Le navire l Cor fitin, de Marfelle, Capitamne Eyriaud,
frt arive dans c porttle 1t ddi co6rant, avec une cargat-
for bien affortre, a la confignation de M.Jean-Paul rnaud,
qui en fai: la vente dans (on magifin, place de Valliere,
maifon de M. J. 7. Allemand, Negociant : I1 a l'honneur
de'pr'venir qail le fera repartir pour ledit port, dans le
courant 1lu rmois prochain, & qa'il prehdia dv fret & des
paffagers.
Le Sietir Barrault de la Corte, Habitant au quarter de
Nipps declare avoir vendu, par contract paUff le I9 ian-
vier deinieruner x Siturs If'ante & Morgand, Habitant au
mnime quarter, [habitation qu'il avoit acquife des heritierrs
Saint-Marc, fituue dans les hauteurs de la riviere Dauge,
otn : au riord defdits Sieurs : les creancier -hypothecaires,
qui peuvent yaoir quelqtes. droits a exercer fur cette pro-
prie:e voulrocnt bien les fire cannoltre a ees nouveaux
cquereurs, ifoit par correfpcm dance, foit par les voies judi-
ciaires, & 4 cet effet its o't fait ele&toa de domicile en
It'ude de MW de Befas, Procuteur ea la Jurifdidion du
Petit-Goave.
z Le Sieur Cha:rier, Marchand Papetier &t Libraire a
Saint-Marc, i l'honneur de prkvenir le Public qu'il vient
de recevoir un affordment de bons livres qu'il vendra a
juft prix. On trouvera en tout, temps dans fon mnagafin,
du paper de toutes qualities, des regiltres de diverfes for-
tnes, propr-s au Commerce & a tous les Bureaux;-il a ua
affortimeat complete en canifs, gratoirs, plumes, encre en
bouteilles ,crayons, porte-feuilles, &c. Ledit Sieur a a ven.
dre un june NMgre domeftique, bon fujet, il prendra en
payment du cotton ou du caf&.
i Touch les creanciers de feu M. Artiguenave & Dame
Godefroy, font priis de la part de M. Godefroy fils, Fer-
inier de l'habitatio's, de produire leurs titres de creances,
chez M" Lafitfau, Jaure, Odin & Compagnie, Nigocians
en cette ville, pour avoir a toucher les deniers de la fer-
me de fix mois, don't la repartition fe fera un mois apr4s
le pr6fent avis; & ceux qui ne fe prefenteront qu'apres
cette epoque ne pourrdnt dtre compris que dans les repar,
titions fuivantes.
i Tout les crianclers de feu M. & Madame Bineau, font
pri6s de la part det M" Bineau fires & M'" de la Ferron-
nays, de fire connaltre, fous un mois, leurs titres de
creances en principal & acceffoires; favoir, a L6ogane chez
M. Bineau aimd, Habitant l'Efter, & au Port-au-Prince
che. M' Perdereau june, Procureur; & ce, pour s'occuper
desrmoyens les plus prompts pour liquider ces deux focceffions.
Le Sieur J. Barthelemy, Libraire du Gouvernement &
de rIntendance, au Port-au-Prince, vient de recevoir un
foperbe affortiment de Livres, tant d'hiftoire que de pra-
tique; emnr'autres le di&ionnaire de l'Academie, in-f* & in-
4V avec fuppllment, dito &tymologique, in-f, de Richelet,
de Wailly, de Reflaut, de Boudot, de Boyer, francois
f anglois; de Sobrino & Sejournaat francois, efpa-
gnol & latin; frarnois & allUmand; franqois & italien; latin
S) grec, dito des grands homme6, d'hiftoire naturelle, geo-
graphique, de chirurgie, de phyfique, de chimie, de bo-
tanie & ve&trinaire ; les owuvres de Buffoa & de Rouffeau;
Denitart, 6 vol. in-4, le parfait notair', le traits de la
c6chenille & du nopal, & toutes les nouvelles brochures du
(tmps, & quantity d'autres livres nouveaux dont le detail
fit truolons. 11a re uaufi tou:es forte' de grandeur do


mpre d'Aiitgoulete; de Monta;gis, -eAdhoty & 0'J
latde,t ainfi que du fuperbe paper a la grecque.& a v& .
gnettes a lettre; portes-feuilles & fouvenirs A.ng1ais; plh
mes vrai Hollande; regiftres de toutes grandeurs; blocs ea,
bois & ent marbre; febiles, en buis, potdre d'or; crayons
& pain a cacheter anglais, canifs, gratoirs, poinqons, corn.
pas, couteaux d'yvoires, critoires perpetuelles; cire I gre.
veur, a odeur, & encre de toutp coulesar, gomme -6aftique;
cole a bouche, encre de la chine, pinceaux; boetes de carton
pour Bureau, paper i tapifferie; fpheres; principles d&critures
en cahlets, cartes marine I grands points; boates a fiches,
dito de couleur pour le deffin; cares a jouer, a deux tates;
lettres de change d'un nouveau genre, prix courans, Gon.
Msoifememens, gravures & paftels encadres. Vend en gross
& en detail, fait des envois dans topte la Coionie, a la de.
made des perfonnes. On continue de s'abonner chez lai
a raifon d'une gourde & derri par mois, ou douze gourdns
par an., M"r les Habitans Jes plus 6cartes pourront jouir
du mrnme avant~ge par la vo'e du cabotage. La foufcrip.
tion des Loix & Contitutions de Saint-Doiningue, pat M.
MOreau de Saint-Miry, eft. tOujours ouverte ches lui. 0a
pourra lui kcrire frasc de port.
A la requete de M" D 4* Thouron, N-gocians ei cette
ville, il fera proc6d6 Mercredi 27 du courant, a la Barrt
du Siege de, l'Amiraute dudit lieu, a la vente de leur go0.
lette, le Tiburon, avec fesagres & apparaux.
i Eu vertu d'ordonnaace 4. de fentence de MM. les Ofil.
clers de ce Siege, & & la require des Sieurs & Demoifelle
Degas, 16gataires univerfels de la Dame veuve. Boullard,
il fera precede, fans aucane remife, le 4 Mars prochain'
la Barre du Si6ge Royal de atte ville, a la vente difiniti-
ve d'un terrain d'environ 27 carreaux, fitue derriere les
favannes de l'Intendance, enfemble de tous les batimens
confiruits fur ledit terrain, aux claufes, charges & condi-
tions enoncis en la carte-bannie.
i Le Sieur Duvet, Marchand Orfvre atu coin de la place
de l'ntendance, vient de recevoir dire&ement de Paris uft
affortiment de bijouterie du gofut le plus nouveau, tels que
boucles de foulier pour homme & pour femmnr, a la d'A-
randa, boucles d'oreille idem & a filigrabe enrichies de.
perles fines, fuperbes chaines de montres, clefs a devifes,
& garnitures de boutons pour homme & pour fe mme,
tabati&res & etuis d'or, fabres months en argent avec lames
fines, & des bau4driers anglais, garnish aufi en argent,

tat des Negres epaves qui doivent gire vendus A la Barte de
la Sinichaufee de Saint-Marc, le y Avril prochait. -

Duo i O&tobre, Cafunir, Canga, 6tamp- fur le fein droit
LAVIL, agq de 1o ans, taille de 4 pied$, fe difant appear*
tenir a M. Pavilion, pris en ville.
Du 2 D&eembre, Liveill, Ibo, 6tapp6 jllifiblement fur
le fein droit, AgP de 3o ars, taille de $ pieds, fe difant
appartenir a M. Bouchaud,
Du 7, Achille, Adia, etamp6 fur le$ deux feins illfi.I
blement, ag6 de 40 ans, taille de j pieds x pouce, fe difant
de l'habitatioa Jamin.
Le 19, Milriton, Congo, 6tamp6 for le fein droit MIROI
Age de 30 ans, taille de 4 pieds zo pouces, marque de
petite-virole, fe difant appartenir a M. Miro.
Du 23, un NMgre nouveau, Nago, &tampe fur le feid
droit ASABAL, ^g' de 28 ans, taille 4e 5 pieds, ayant
des marques de gn pays fur le vifage, ne pouvapt dirt
fon norm i Aclui de fon maitre,





P OU va


FRa c .


5 Le Sieur Grosjean 9 part pour France, & declare ne
4en devoir.
I Le 5' Chapotot, part pour France en Mars prochain.
4 M. Jean-Bapt. Laborde, Capitaine, part pour France.
3 M. Pierre Eyglier, Habitant, demeurant en cette ville,
part pour France ou pour la Nouvelle-Angleterre.
3 Le Sikur Huau Daillie, part pour France, pour caufe
de maladie.
5 M. Feury Chirurgien aux Grands Cahos partant
pour France a la fin de Mars prochain, prie ceux qui lui
doivent de le payer.
; M. Jean Perd, ancien Chirurgien du Roi & de FAmi-
uhute de Saint-Marc, part inceffamment pour France, &
prie ceux qui lui doivent de vouloir le payer au plutot.
3 Le Sieur Valence, a Saint Marc, part pour France,
& prie ceux qui lui doivent de le payer.
L Le Sieur Jacques RouJeau, Gerant I'habitation Lefevre,
au Cahos, declare qe'il partira potr France 4ans le courant
de ce mois.
SLe Sieur Jofeph Ronufjau tconome fur I'habitation
tlfvre, au Cahos, declare qu'il partira pour France dans
1i courant de ce mois.
3 Le 5Y Francois Delorme, Girant les habitations Robion
& Aucaigne ~ la. montagne de Saint Marc declare qu'il
partira pour France au printemps prochaia avec la D11
Aucaine, Ion 6poufe, fes deux petits-enfans, & qu'il ne
doit rien.
3 M. Laurent, Habitant dans les hauteurs de LUogane,
fe propose de vendre fon habitation en Mars prochain,
pour fatisfaire a fes engagemens & le mettre a meme
de partir pour France incefia mmenr.
3 Le Sieur Jean Gardere, refida.nt aux Cayes, fe propose
le partir pour France.
3 Le Sieur Thoumite, ancien Capitaine au Cabotage de
Domingue, part pour France, & declare ne rien devoir.
SM. Turb de Bellevue, Habitant a Leogane, part pour
France, pour caufe de maladie; il prie ceux a qui il peut
devoir de fe pr6feiter pour recevoir leur payment ou
fire accepted leurs comptes : a defaut de cette formaiite,
i declare qu'il n'en fera paye aucun apres fon depart par
I' Tiby, Sanlecque &6 Compagnie, Negocians a Leogane,
qu'il laiffe charges de fa procuration.
2 Le Sieur Henri Chaferiau, demeurant a Saint-Marc,
part pour France dans tout le courant de Mars prochain.
SM. Deverins ain Procureur de M. le Comte de
o&ho'os, au Cul-de-Sac; part pour France dans le cou-
rant de ?Mars prochain, pour caufe de maladie laiffant
M. Devetins jeune fon frere charge des affaires de M.
le Comte de Nolivos, ainfi que des fiennes.
| M. & M"* Lalawne, Habirans a Aquio, parent pour
rrance avic trois de leurs filles, Ag6es de 6, 7 & 9 ans.
M. Plunketi ancient Capitaine des Milices & labi-
tnt au Cap Dame-Marie, part pour France.
i Le Sieur Hery, demeurantm Jacmel deepuis 6 mois,
part Pour France.





Ill..


Le 1S, ad*-4aptdjfe, t dg6, fans etasp4 arppatdnte,
Sde 21 ans, taille de I pieds, ayant des marques de faon
pays fur le vifage, fe difanitappartenir i M. Bri/fon : IQ
0, fine, Congo, &tamphe fur.le fein droit MARTIN,
& for le gauche en fer a cheval illifiblement, ag& de 2o ans,
taille de 4 pieds 10o pouces, fe difant appartenir a M. Martin.


P i P A r -S


t .M. Perife Deoumtces Habitant au Got-iv"es, part
pour France pour retablir fa fant6 avec la Dame foa
epoufe, fa DIl" & Ml"e Vauthier; il laifTe M. Leafrne4.'
fon beau-frere, charge de fcs affAires. ..,-i
a M"' veuve Bourgeois demeurante aux Cayes, part
pour France avec la Duie fa fille, & d&claxe ne rien devoir.
2 Mm" Perdereau part pour France avec fon enfant,
Ag4 de 3 ans ; elle a a vendre une Nc'greffe couturi&e,
un petit Negre & divers meubles.
2 Le Sieur Duport, Commis chez M" Lubla Fl*cl &
Compagnie, Neigocians a Saint- Marc, part pour Fiance
inceffamment, & declare no rien devoir.
2 Le Sieur Damilot, maitre Menuifier a Leogne part
pour France, pour caufe de maladie laiffant la D" foat
epoufe chargee de fes affairs.
2 M. Pierre Chapenu, Habitant au Tron-Bourbon, part
pour France daus le courant de Mars prochain pour y
rigler des affaires de famille, & pour caufe de maladie ; il
laifle la D"m fon poufe & M. Priau fondis de fa procu-
ration & de la geftion de fon habitation.-
2 M e Deshommes &. fon enfant, ige de 4 ans 3 mois;
parent pour France.
2 La' D11 Marie-Louife Vacquert, denmeurante chez M.
Narbonneau, Traiteur aux Cayes part pour Frahce &
declare ne rien devoir.
a M. J. Drouillard aine, Habitant, fe propofe de partir
inceffamment pour France, pour caufe de maladie. 11 cederA
la ferme de l'habitation la Mare fituie pres cette ville,
6tablie en fucrerie, conteiant 4112 carreaux de terre, done
248 colloqu6s aux eaux; fen bail a encore huit annbes a
courier, a partir du i" Avril prochain. S'adreffer fur I'habi-
tation la Mare, a mondit Sieur Drouilard, ou a M. KBin,
fur I'habitation Goureau, pres la grande-riviere du Cul-de-
Sac. M. Drouillard previent auffi que lui & M. Drouillard,
fon frre ont donned quelques fignatutes fous la raiton de
J. Drouillard fires tnais qu'il n'exifte entr'eux aucune
fociete; en conf6quence cette fignature n'aura plus lieu. It
vendra en outre plufieurs Negres domeftiques, perruquier,
poflillon, cuifinier, &c. chevaux de chaife & autres,..ainfi
que deux voitures, &c.
2 M. Beraud, ancien Procureur, appe!- e"n France depuis
long temps, aujourd'hui decide a partir avec fa famille *
au moyen de ce qu'il touche ia la fin des ergagemens qu'il
avoit pris en 1783 conjointement avec M. Lefranc, pour
l'entreprife de 'H6pital- du Pert-au-Prince donne aVis
qu'il a a vendre deux maifons en ville 'une fitume aux
environs de la Comedie, aluellement occupte par MI.
Perier, & l'autre vis- vis la Pefte, a 'une des encoi-.
gnures des rues Royale & d'Aunis. Celle-ci peut fe vendre
par division, 1'emplacernent ayant tzo pieds carries, oh it
y a trois appartemens & un terrain vide de 70 a 71 pieds
aufli carries, en 6tat de recevoir un -quatricme batiment,
pofitivement l' encoignure. I1 affermera aufli (on habita-
tion dans les hauteurs de la petite- plane de Leogane,
avec tout le mobilier qui en depend. S'adreffer audit Sieur
Beraud, vis-a-vis la Pofte. ( O'ef par erreur qu'on a annonce
que la maifon itoit occtupe par M. Parifet ).
i M. Hachin Confeiller, part pour France, & laille
M" Carnfrancq & Thitan charges de fa procuration.
i M. Labiche de Reignefort, Lonfeiller, part pour France,
& laiffe M. Labiche de Gipoulou fon frire, ,& Receveur
de I'Odrol au Port-au-Prince, charge de fa procuration.
x M. Larnac, N6gocant en cette vile, part pour France
ii MA" Laciiaaigne dilaie partir pour France "


(-9







SM. FPierre Gillt, Chlreigien I l'Artibonite part pour
France, & declare ne rien devoir.
I Le Sr Mathieu Templier, part pour France en Mars
prochain., & declare ne rien devoir.
i M. de Lagoukgute june depuis cinq snois duns la
Colonie, fe propose de partir inceffamment.
z Le Sieur Louis Benard, Machoquet en cette ville,
part pour France.
i Le St Flique, Orfivre U& Logane, part pour France,
& declare ne rien devoir.
I M. 1anrent Fra.gois Lux, part pour France.
i M. Mar fan Meillan, demeurtant chez M.l'Abb6 Artaud,
A l'Arcahaye, part pour France.
i Le Sieur Jean Latour, Tonnelier en cette ville, part
pur France,
SM. kBrgeate, refidant a Saint-Marc, part pour France
incefTammeit avec Mme fon poufe, pour caufe de mala-
die; i1 lailfe M" Terrien freres charges de fes affaires, &
prie fes: debiteurs de vouloir bien lui eviter le defagr~ment
des voeis de rigueur de la derniere extrimite revenues
indiTperfabies par fon depart ; il vendra le fonds de la
naifcn. qu'il occupe, meubles, line, effects, argenterie, &
gneralement tout ce qui en depend.
Si. Le Skur Paul Roux, Commis chez M" GCautler 6&
Gamier, Negocians en cette ville part inceffamment
pour France.
i Le Sieur Erancois Brebion, Imprimeur en cette ville,
partira pour France dans le courant d'Avril prochain.
x M. le, Chevalier de Raymond, part pour France dans
tout le courant do mois prochain ; il privient fes crean-
wiers qu'il laiffe charg-dZe fes affaires la D de Raymond,
Ion epoufe, conjointement avec M. de Befas, Avocat en
Parlement & Procureur au Petit Goave. M" Martineau,
Rilanckaud & Guerin demeurent charges de la perception
. Ve fes denries pour en fair 1'emploi que fes fondes de
pouvoirs ordonneront. II pruvient qu'il a une terre appelke
le Purgatoire, fituie au quarter Dufouic, presde feu M.
utin,. qu'il dcnnera a travailler pendant plufieurs annues,
anoyennant qu'au bout du temps on laifle une grande cafe
de 45 pieds de long fur 16 .de large avec une galerie
tie 8 pieds de large fur le devant, une cafe de 24 pieds
de long fur si de large, & 6 cafes a Negres de la mnme
grandeur; le tout en bois rond covert en paille cliffs
& boufill &c. avec des vivres de routes efpices, &
30oo00 pieds de cafe rapportans.
1 M. Collinet, Notair.e a Logane declare partir pour
france, & queM. Collinet, fon frere, refte charge de tous
,es droits & pritentions en cette Colonie meme de fa
procuration genbrale.
1 M. JBromand, Habitant a l'Afile, part pour France en
Avril prochain pour caufe de maladie & laiffe charg.6
de fes affaires M" Durand freres Ngocians a Aquin a
qui on pourra s'adreffer pour les affaires qui concernent
le-it Sieur Bromand.
a Le Sieur Jean--Baptifte Vaillant, Cordonnier en cette
ilile, part pour France, O& prie fes debiteurs de le folder.
i M. Pierre BafVt, ci-devant N6gociant, & afluellement
Iabitant, part pour France -pour raifon de fantm &
laiff M. Bafile jeune, fon fibre, charge de la procuration
x'e toutes fes affaires; il aura de plus celle de fon habita-
pion, en common avec le Sieur Alexandre, fon G6rant.
R"& v iosr AVt Domu A jt DV Rov.
3 En verm d'7rtdnnaace do MM. les Gi*al & Ip-


tendant, le Sieur M. Delavillotte, denmeurantmi I .p.'
pourfuit en reunion, 'un terrain de mille pas carries, fit,
dans les hauteurs de la grande riviere de ,el, jurifdiqAI
de Jacmel, borne au fud de la place da Sieur Cotered,
nord de terres non concedes, 'cft de la rivibre desde
bras. Ce terrain a &6t coinced le e6 Sptembre 1771, a
Sieur Leima:.e.
2 En yertu d'ordonnance de M" les Adminiftrateurs,ei
date du 9 de ce mois, le Sieur Lamarque demeuranten
cetie ville, pourfuit en reunion un terrain pour culture,
de tooo pas carries, fitue a, la monkagne de la Selle, lien
dit la Nouvelle-Touraine, dipendance & paroiffe du Por.
au-Prince, numerotr 54 au plan de project, borne l'oueft
du Sieur Jean Dutefla, aa noid du Chevalier Praduers,
left & au fud de terres non concedees. Ce terrain a et'
concede au Sieur Verot, qui ne i'a jamais etabli.
2 En vertu d'ordonnance de MM. les AMminiftrateurs,
en date du 6 de ce mois, 1. Sieur Louis-Jofeph/ Anguyer,
Marchand Orfevre en cette ville, pourfuit en reunion uq
terrain de mille pas en carri fitue dams les doubles mornes
du Petit-Goave, borne fl'oueft du Sieur Garri, & des
autres cotes de terres non concedees. Ce terrain a et6 con.
c6de le 4 Janvier 1773, au Sieur Fabre, qui ne I'a jamaii
etabli.
2 En vertu d'ordonnance de MM. les Adminifirateurs,
en date du 6 de ce mois, M. Michel Goutelle de Beaumier
Habitant A la grande-riviere de Jacmel, pourfuit en reunion
un terrain fitum audit quarter, de sooo pas en carre o 0
la valeur reduite-, borne au nord de la grande-riviire, i
h'oueft du nomme Vincent N. L. aujourd'hui le Sieur Charronm
a i'eft de terres alors non concedes, aujourd'hui Michldid
la Jonchere, chaffant au fud fur les terres auffi non con-
cedpes. La conceffion de ce terrain a -t. accordee le -4 Mai
1774, a la nommee Marthe Manda, N. L. qui ne l'a jamait
ni cultiv6 ni tabli.
z En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiftrateurs.
en date du premier D&cembre 1787,1e Sieur Berti pourfuit
en reunion un terrain de ioo pas en carrA fitue dins
les hauts de la Riviire-Blanehe, au lieu dit la Source de
la Crete-aux-Chats, dependance du Cul-de-Sac, born au
nord de ladite riviere, fl'oueft du Sieur Amblau, au fiud
& F'eft de terres non concedees, fuivant le certificate du
Sieur Aubert Arpenteur, en date du 8 Juillet 1757.
Ce terrain a ete concede au Sieur Francois Yvord, qui ne,
la jamais etabli.
i En vertu d'ordonnance de rM. les Adrrnifirateurs, le
Sieur Henry- Thiodore Roberjot Dudefert, demeurant en cette
ville, pourfuit en reunion un terrain p obr hate & corail,
de la countenance de twoo pas en carr6, fitu6 au quarrier
de Plimouth, dependance de Jer6mie born en pregnant
pied a la borne angulaire orientale de la, liftire fepten-
trionale de l'habitation du Sieur FufJ Dubouchet, aiix droits.
du Sieur Daveqae de Caflera, chaffant au nord fur la ravint,
Mulaire, de laquelle il fera donn, borne fi le cas y echoit,
chaffant pour la hauteur a left. Ce terrain furt concede le
1 Juin 1772, par MM. de Valliere & Montarcher, au Sieur
Jean Labadie, qui n'y a jamais fait aucun 6tabliffitment.
i En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiftratetirs,
en date du 16 du courant, le Sieur de Mornai pour-
fuit en reunion un terrain pour culture, de i coo pas carries,
fitu6 a la montagne de la Selle, lieu dit la Nouvelle-Tou-
raine, paroifle de :ette ville, numerot d 74 au plan,born
a loueft de flonquet, a I'eft de tarres non concedes, au nord
de la ivibre de LMogane, & au fud du n 3. Ce terra







,.' conc'h le i Frevner 1770, a AlI' veuve onnard,
ilmeent en France.
Sr Eh vertu d'ordonnance de MM. les Adminiffratears,
M d'illlbouwf pourfuit en ruinion, 10 un terrain de 144
carfux de terre, concede pour hate & corail, en 1785,
' Sleur Rean Corneau, borne 1'eft des Rofeaux, i l'aoueftr
de, ,rqure fires & fiurs & de Renty file cas y echoit,
Sau nord de la Dame Launoy, fi le cas y echoit auffi,
Sun autre terrain de 144 carreaux, concede pour hatte
k'coraii, au nowame Nicolas Dubois, M. L. born du lieu
.gaiieraent appeal la Route,.chaffant a 'eft pour la hau-
eir & les airs de vent convenable au canton: ladite con-
efiion accorded en 1786 3 deux cents trois carreaux de
a ,concerlion de Berquere fires & feaurs, s'il parviennent
fi fire appuyer fur la riviere, comme ils le pretendent
Iar une rvilion d'arpentage,bornes a I'eil de la riviere des
lofeaux, au nord de Gallouin, aujourd'hui Berteaud par
Sion, l'oueft de l'ancienne lifitre de Berquere, & aa
|u dde Collimont tir6e par le Sieur.Friquet Arpenteur.
En" verta d'ordonnance de MM. les AdIminiftrateurs,
.de *Cojjan pourfuit en reunion un terain pour culture,,
e 0ooo pas en carre, fieu6 dans les hauteurs feptentrionales
ela riviere apux Roches, qaartier de Mirebalais, borne au
ad de la fuldite place, a i'eft d'un terrain demand par
inry & Benjamin, M. L. au nord & 'foueft de terres
0on concedees, Ce terrain a Wt' accord en 177Z, M.
atoifon Laboulle p're.
i En vertu d'ordonnance de MM. les Adminifirateurs,.
'tdate.du 6 du pzefent mois les nommies Marthe &
iuon Laripier, M. L. demeurantes a Mirebalais, pourfuivent
in union un terrain fitu6 a la favanne du vieux Boucan
uartier de Mitebalais de 1200 pas carris pour hatte.,
o0rn d'un cote de la Dame veuve Sofijon, & des autres
e terres non concedees. Ce terrain a &6t concede le aiAvril
747, au Sieur Michel Honnecur, qui ne Fa jamais t'abli.
: En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiftrateurs,
n date du 6 du prifent mois, la nomm6e liNfabeth Boubes,
emeurante aux Cayes de Jacmel, pourfuit en reunion un
rrain pur culture, once par MM. de Barth & Peyrac, le
Oa&obre 1760, an S' Pierre Farret.-Ce terrain, fitu6 dans
hauteurs des Cayds de Jacmel, eft b6rne au fud de Jean
guet, a left de la' borne oueft du Sieur Defplandis, ou
celle de Jean Segutt, au cas qu'elle la depaffe, chaffant
loueft & borne de la place du corail; du Sizt Duc-D ge,
,devant Chaillou, pour -ire ledit terrain de 800 pas en
re, chalfant au nord dans la coftiere de Fel, jufqu'a
Concurrence & complement de cette quantity, at4 cas
g'd:e ne puiffe fe fourni, du cotk du fud.

x D M A N o s S.
On deireroit prendre a loyer pour que!ques moist, un
Igre bon cuifiniir, on pourrfbt melif. I'acheter en con-
fan. le fujt., S'adreffer au Bureau d'avis.'
|O dereroit trouver un alloci: qui euit des forces
,,.peu confidrables pour e~ablir 21 carreaux de terre,
i dts le qarrtier de Plymouth, a 3 lieues de l'em-
rcadaire; ladite terre eft arpettiet, & il y a deffus un
lit abatti & un fuperbe chemin pour s'y rendre. S'adref-
aM. Sejournet de Fivrac, Habitaint audit quarter,
Un jeune home d'uniage mur, poignant aux connoiffan-
sl a douceur & l'honnetete, defireroit trouver a former
'cation d'un enfant. II faut s'adreffer aux Inflituteurs de
aifone education, vis-a-vis le Presbytere en cetn e ville.


On defirerohl avoir a farme pour trols o- c inq ans, quinze
a di-hulit'Ngres faits au pays & a-culture du cafet &
du cotton ; on donnera toutes les furetes que le bai'leur
pourra exiger. En donner avis a M. Lefaie, maitre en
Chirugie en cette ville, rue S2inte-Claire.
i On defireroit prendre a ferme vingt-ciniq ou 30 Nigres
faits au pays, pour cinq, fept ou neuf ans, pour eire pla-
ces for une facrerie a Leogane. On donneroit la prefrance
a des fujets deja faits au travail d'une lucrerie. S'adteifer
4 M. le Chevalier Volant, au Trou -.Bordet, ot a M. d:
LongprS, Habitant a Leogane, ou enfin M le Baron da
Moutei il, Capitaine commandant au regun'int d'Orleans
cavalerie, propriktaire de ladite fucrerie, qui donneront tous
les renfeignemens & furetes convenables.
x Un particulier de cette ville defireroit trouver a ache-
ter oun affetmer une habitation etablie en caf& aux envi-
rons oa peu loign6e du Port-au-Prince. II fe flatte que fa
fortune, affez connue, ne laiffera rien .ad.firer fur Ia fureta
des engagemens qu'il pourta prendre pour le payment
d'icelle. 5'adrefler a l'Imprimerie Royale de cette ville ota
l'on indiquera la perfonne qui difire fair cete acquisition.

AV A V I AA S Z N C H A a G S M Z rT.

3 La Bonne-Henriette, de Bordeaux, du port d'eaviron
360 tonneaux, Capitaine Jonas, partira pour ledit lieu du
io au iS 'Mars prochain. Ceux qui voudront y paiTer ou
charger a fret s'adrefleront a M. Camefcaffe, grant la car-,
gaifon dudit navire. -
a Le Railleur, Capitaine Roch6 partira pour Bordeaur;
du 5 au io Mars prochain. Ceux qui voudront y char-
ger ou y paffer, s'adrefferopt M"4 Rafleau f Compagnie,
Negocans, rue d'Aunis en cetre ville.
2 Le Di/ird, de la Rochelle, Capitaine Pellie, partira
pour ledit lieu du 5 au 1o Mars prochain.,Ceux qui
voudront y charger on y paffer s'adrefferont a M Rafleau
& Companies, N6gocians en'cette ville.
Le De/fit, de Bordeaux', capitaine Liberal, partira fans
faute du i" au xo Avril prochain : ce navire a (on pre-
mier rang de fucre h bord, tres-fin voilier, carene & dou-.
ble a neuf. S'adreffer audit capitaine.
La Marie-Catherine, de Marfeille, capitaine Rofligniol, dtu
port d'environ ico tonneaux, arrive le 13 de ce mois aptes
trente-cinq jours de traverfee, partira pour ledit lieu dn a
y au 1o Mat prochain prefix. Ceex qui voudront y char,
ger aWret pourronts'adreffer a M Delifle & Lim.na, Nego-
cians rue des Capitaines en cette ville, qti on a vendre
toutes fortes de comeflibles, & marchatdifas d belle qua-.
itS, au plus jufle prix.

4 K x M D S.'
3 Une habitation, de la contecance de cet carre:,ur de
terre, propres A la culture du cafe, fictue far 1h gros more
du Cul-de-Sac, difiante de neuf lieues du Port-au-Prince,
S'adreffer a M. Nad.:u, Negociant en cetie vile, qii, di-
faut d'acquereur, voudroit trouver une perfonne qi 'a-.
bliroit ladite tetre de compete a demiL
Deux-cabrouets a vendre. S'adieffer u1r S" Hartmann
fires, Marchands au coin de la Place de i'Intendar.cz.
2 Chaudieres a fucre de diffrentes grande $s, -& g ils pour
fourneaux de fucrerie, en potin du Plrigord chez tM"
Gautier & Garnier, qui ont de meme a vendre cdu merraia
du pays, cloux 4 barriques, fuif, via d- Bordeaux, dit,


yi/




7


victd en barriqucs er# qualto, d o en" ca'T, da premier
crtI, ainfi que de tres-bon vil nouvearu, firine de oiffac,
& autres provifions d'ont ils front bonte compbfitior.
2 Uni voitire ~ !deux places, onomee fur qutre refforts-,
avec les harneis, & quatre chevaux un eutre a trois & a
cinq ; c,,;q .chevapx de chafe, fous poil rouge, un cabrouet
a Neufs, garmi de fes chaines & fix kbceufs tirant au ca-
brouet. S'adreffer a M. Berquin, Habitant aun Roche!ois.
i Deux tceufs & une vache portant la charge, un veatt
& tine gazelle de 3 ans, de race Bretonne. S'adreffer a M.
Gzrnetie, Ihbitant d .ns les hauteurs de l'Arcahaye.
i Qiatre Negres & une Nkgreffe faits au pays & & la
mentagne, ayant toujours travaillet a la culture du cafe &
da cotton. S'a.drefIer M'" Daubagna, Trigant 6& Cornma-
guwe, chaz lefpquels on pourra les voir. L.fdits Sieurs ont
aufTi a vendre des moulins a betes, complete, & pivots de
I fabrique de d'Acofla, des chaudieres en potin de P&igord,
fer de toute quality, tiles rnormandes, irfcuit en boucaud,
dez oute borte vin nonveau & vieux de toute quality, en
barriquies & en bouteilles, a jufte prix.
z Uiae habitation de ico carreaux de terre fituee au bras
gasuce de la Grands Riviere, quarter de Jeremie, fur
laquelle eft un commencement d'tabliffement z cafes
a Negres ; on vendra auffi un Negre Criole age de zo ans,
mAquignon, pecheur, & chauffeur, un autre ig& de 30 ans,
& 'quelques betes a cones. S'adreffer & M. Lomndd de la
Cki'gnay Habitant audit quarter, ou a M. Laporte, Nego-
clait I Jffii e.
Un Nigrbe ben cuifinier, & un autre poffillon & maqui.-
g on. S'adreffer a W b' Hnry Marchand, &' Compagnie, Ni-
goeians en cette ville.
i Ute habitation fitube k u quarter des Gonaives, de la
conftenance d'environ cinquante-fept carreaux de terre, avec
les Qtab'liffTmens qui s'y trouvent. S'adreffer a M" Delo-
eodiND-e, D uw 4 Compagnie, Nigocians en cette ville, oa
YVt" veuve iDcnt~R Habitante aum Caiemittes, proof
pri taire tle fahdie habitation.
i Un douzieme dans ane habitation etabife en indigo,
'& fur laquelle font de fuperbes 6tabliffTnens, appartenante
ant hiitiders Paul Petit, fituke au Boucaffin, a&uellement
octupee par le Sieur Chambon Duclos, Chirurgien. Les per-
fonnes qts defireront en fire 1acquifition, s'adrefferont a
M" t poigny Avocat en Parlement, Doyen des Procureurs
de Ia Sinchatiffe da Port-au-Prince, qui eft charge de
Nra'ter de ladite vente pour da comptanr.
A yetdre denx teaux chevaux anglois, de voiture, faits
au payv. 9'adrefiTer a M Lorei he, Notaire;
i Une habitation de 36 carreaux de terre, d6pendante
ite -la furceffion Ncel Charrier, fituee a une lieue du bourg
&d Cap Dam&- Marie, fur laquelle fe trouvent une
cakprircipale & 3 cafes i Negres, le tout biti en
bois rond, cliff & covert et paille environ 4o00
* pieds de cacacycrs 100oo00 pieds de caftiers d'en-
Tir~nT uan an, une- favanne-de deux carreaux de terre, des
vives en abundance. & le- futplus de ladite habitation ea
bois debout. Plhs to ,tes da Nogres grants & peiits, auffi
a vendre, & dipendans de la meme fuccefllion. Une Mrtai-
tn, fife- aun bourg dw Cap Dame-Marie, fur les. So pas


du fierd d fa ;md; b6d;e en botisduor quatris, diape nl
b.arrde & couverte en effenTes, diftribu6e en une fall,
dicux chambres & une cuifine dans le derriere; ladite thai
font faifant auffi parties de la fuccefllion Neil Charrier. On
privient qu'on ne vehdra qu'au comptant folt les trois objett
ensemble, foit fepariment. On pourra S'adreffer en cette
vi 1e, ,' M" Dtlacoudre, Douw & Compagnie; au Cap, S
M"t Milly & Capgon, Nigocians; a la montagne Noire,
M. Catarbon, & a 'Iflet a Pierre-Jofeph, a M.L. Cafalks
qui donneront tous les renfeignemens ,nceffaires, & front
bonne compofition pour dur cntiptant.
i Un terrain de la contenartce de cent carreaux de terre
en bois debout, fitue la mnontag.ge des Rochelois, born
au -ord de l'habitation de M. de Pitigny, connue fous le
nom de la Crabiere, a l'eft de 1 Colbmbeld.,/oueft & f
de qui il appartiendra ; ledit terrain arrobf pdr deux forces
tres-abondames, & propres$ a fair aller toutes les mach..
nes niceffaires a 1'exploitation da-cafe; &, fur lequel font
deux carreaux de teire abattus & plant-s en caf6, & un
bois neuf commence. On vendra avec ladite habitation,
33 Negres ou Ncgrcffes, du nombre .defquels foAt 3 enfsis,
& 3e travaillans, depuis l'age de x5 ass, jufqu'a trente.
On faciliera l'acquereur pour les payemens qui front faits
en France, on exige feulement I'interet du capital, & bonne
caution. S'adreffer en. cette viile, a -M" Gerin & Evrerd,
Negocians, ou a M. Dutoya, Habitant a Miragoane.
x Une habitation etablie en cafe, appartenanme au Sieur
Brifon, fitu e au Fond, quarter de la Plaine-o Jacob,
dkpendance des Cayes, a 4 lieues environ deAdiflance,
beau & bon chemin, n*y ayant ni ravines 'i rivilresi palmer
pour y exporter la denrie, de la countenance de 40 carreaux
de terre, don't une parties en bois. debout,' & fur laquelfe
font une grand'cafe de 66 piedl de loig_, maqonne entire
poteanx, 4 grands g'acis neats fur le devant de ladite
cafe, moulina piler, four, cuiine, zmagafins 5c cafes
Negres; ladite habitatfon eft fufceptible ans fon etat afuel,
de t8 a so milliers de cafe par an; le cotton y rvuflit tr.-
bien, & il y en a en rapport. S'adreffer audit Sieur Brifon,
fur jadite habitation, qui y joindra i7 autres carreaux
d'ezcellente terre pour la meme culture, opignantladite habl.
tation tout en bois dehout, fur lefquels font beaucoupde
bois de conftrudion. Ce derniet terrain eft bhrne di la
riviere du Parc, & le premier limiltrophe de la plaine, g
ayant un fuperbe. point de vue qui s'etend jufqu' l.h asr;
On vendia de mnmer ce dernier objet f(par&ment. Le yen-
deur s'arrangera avec l'acqu&reur, foit en Nkgres faits 0
pays, ou & prendre & board a tfon choix.
Une maifon fituee en la ville des Cayes, a protimite dd
Paais de .Juftice & de ha Salle de Spe&acle, 6tablie fur
deux emplacemens contigus, de la countenance d'e tno pieds
carries, faifant. le tour d'equerre fur deux rues. tadite rai
ton confituite en bons bois iquarris,.ma,9onnee entire poteauai
care lee, ptancheide, & couverte en effentes, ccmpof(e e
plufieurs appartemens trhs-commodes, galleries devast &
derriere remife, cuisine, logemans de domeftiques, lavoiri
jardin, & un canal d'eau vive qui lel traverfe, S'adfeffe a
MIV, Martignat, Habitante au Fond ou. a M* S oiW ,
aux Cayes.


Ave pormfljon de MM. ks Giiral 6 ShtentantA


.AU.. ... .. .. .. R IV K ..RO YAL I








AXON.-


AFF I CH E S


93

A ME6. RICA INoES,



A ME R I CAINE S.0


du Samedi


2,3 Fevrier 1788.


38 onces.


LLES


DIV. ERSE S.


T U R Q r I .


O N parle tres- diverfement done expedition que les
troupes de Sa Hamteffe out tentce pour s'emparer de Kinburn;
les uns affurent qu'elles ont triomphe au trotiieme affaut,
apres avoir eft repouffies avec perte pendant les deux pre-
miers, les autres prmtendent que la troifieme tentative n'a
pas Ht plus heureufe que les pr&cedentes; nous ignorons
laquelle de ces deux lemons eft la veritable; ce qui femble
plus certain, c'eft que la flo:ille Turque, qui a tent. ceite
attaque, a &t6 vivement canonnee par les Ruffes, qui ont
couie a fond une caravelle einemie. Une galore Ruffe,
commandee par un Chevalihr de Malthe, a tres-vailam-
m~ent combattu dans cette occasion. On affure que feule
elle a eti chetcher la flotille Octomane, & qu'apres avoir
tue beaucoup de monde fur le vaiffeau des tifidelles, ellt
s'eft retiree fans avoir perdu un feul home, le Capitaine
a&,kt feulement bleffi 'a une oreille.-


R rr s S I E.

at M. SantWir, Agent de lImpbratrice de Ruffie, a la
Cour de Rome, a communique au Pape la declaration de
guerre de la Porte centre la Rrffie & a demand en
mEeme-temps la permiffion d'acheter dans r'ltat de l'g~ife
des fruits pour la flotte Ruffe, ainfi que l'entrke du port
d'Ancone pour les vaiffeaux de guerre de cette Nation, au
cas que la Rufflie trouvat bon d'attaqur Durazzo & Dul-
cigno. On pretend que S. S. a ripondu, qu'avant de I'ac-
corder, elle demanderoit la-deffus l'avis des Cours de Verfailles
tf de Madrid, & que l'Agent y avoit r6pliquo, qu'autrefois
Is Papes avolent accordiaux Puifances Chriticnnes; en guerre
avec les Turs non feulement le libre ufage de leurs ports ,,
mais qu'ils les avoient me4e affijle de leurs, gallres & autres
atimens arms contre V'Ermemi natural du nom Chretica n..
( Gazette d'Amflerdam ).
Avant Pierre r, la Po'ogte & les autres Couronnes du
Nord avoient fior la Rufie tous les avantages & la pre-
ponderance que donnent la civilization & la bonne di ci-
pline; la Mofcovie n'&toi' confidei&re que comme une Puif-
fance du second ordre : maimenant cette meme Puillance,
paroi fi formidable I quelques-uns de fes voifins qu'ils
fe conforment aveaglkment a toutes fes volontes. L'fmpe-
ratrice ayant eu befoin de faire paffer fon armite fur le


1U r ll


yoIg~ U


N


OU VE


- J S. An PnPt'


r
&
6
I:
r
!.
I

i
I
(
|-


territoire de la Pologne n'en n'a pas r nme demanded la
permiffion; elle s'eft content d'en faire donner avis par
fon Ambaffadeur. II y a mo;ns de ico ans que cette con-
duite auroit certainemept caufA une guerre aujourd'hui
ele n'excite dans l'ame des Polonois que ia crainte de s'at-
tirer la vengeance de la Porte, pour avoir facility' la route
de fes ennemis.
SDes Lettres de P'tersbourg annoncent la perte d'un vaif-
feau Ruffe de 64 canons & ,de 480 homes d'quipage,
qui a echoue pres de Varna & don't les Turcs fe font
empares. Les foibles refies de, la petite efcadre don't ce
vaiffeau faifoit parties, ainfi que celui pris dans le pott de
Conflanwinople ne paroit pas en &at de rien ex6cuter
contre les Ottomans, jufqu'a ce qu'elle ait 6te renforcee.
Elle le fera vraifemblablnment vers le pyntemps fi les
deux Puiflances belligkrantes ne s'accommodent point d'ici
a cette epoque.
Nous nous propofions de donner un extract du Maniffle
que 'Impiratrice a public centre la declaration de guerre
de la Porte Ottomane. L'abondance des mnatires qui int-!
reffent plus diredement nos Ledeurs nous oblige de renon.
cer a ce project. Nous avons aufi par la rn me raifon,
differ l'analyfe da ~e vol. de louvrage de M. Thi'ry de
Minonvills, fur la culture de la cochenille. Cette branch
de commerce ne paroit pas affez occtper les Colons pour
qu'il nous femble niceffaire de leur faire connoitre les prE&
ceptes que le ce~lbre naturalifte a confignes dans fon ou-
vrage, que peuvent d'ailleurs fe procuter ceux qui auroient
le deffein d'dlever l'infede don't il parole ; ainfi nous nous
difpenferons de publier cette analyze pour faire occuper
a d'autres objets la place qu'elle auroit remplie.

A tL E M AdG Y Z.

et L'Emppreur a ordonn6 fon Envoys extraordinaire
I Berlin de filiciter en (on nom le Roi de Pruffe, de fon
expdjition en Hollande, & de lWii tmoigner fon appro-
baTion des rnefures prices pour le maintien de la tranquil-
lite des Provinces Unks ,,. ( Merc. de France, n0 t p).
Cette denmarche de I'Empereur contredit Mien le bruit
qu'on a fait courier que S. M. I. etoit fort mecontente des
fucc s que l'armie Pruffienne a obtenus en Hollande,
qu'il fe pourroit que ce micontentement eut des fuites.
L'entretien des troupes de I'Empereur eft ivalub ent
temps de paix a 900, 0o florins, ce qui fait prefque
le quart de tous les revenues de ce Monarque que iVon
porte ico, oo00, oco florins. ( 266, 666. 666 liv. tourn.).
Sa M. I. s'eft vue force par les depenfes extraordi-
naires qu'exige le service de fon armee d'otvrir un em-
prunt de 4ooo 000 florins. ( 6, 400, ooo liv. torn. )







de S. M. 1. en date d,-s at Nov:-mbr: qui con-
diamne au fouet, au i&i L-..i.ilmt & 'a I confic-ation des
biens, les auteurs, cop fles, Imprimeurs & di-fributeurs
de libelles centre ia Reliilon, Ie bien public, le Souverain,
le Gouvernement & les Tribunaus.
(7Glack efi mort a Vhi-';~eC le 17 Novembre, age de 73
ans. La perte de ce ceiebre Muficien caufa des regrets a
ioute lEurope. J. J. Rouffeau a foutenu que nous n'aurions
jimrais de mufique dramatique fous des paroles frangoifes:
ii fe retra&a apres avoir entendu lp/higdie en Aulide. Cette
anecdote, qui eft certain, fuffiroit pour immoitalifer Gluck.
L'Archeveque leceur de Cologne a ordonne de tranf-
f6rer les cimetifres hors des villes.
11 y a long-temps que nous n'avons parle de M. Blan-
chardi & des abrofiats. Cette decouverte brillante peut etre
compare a ces enfans precoces qui promettent beaucoup
pendant leurs premieres annees, & qui ne produifent plus
enfuite rien d'intreffant. Nous fommes cependant loin de
croire que 'aroflation n'aura jamais aucane utility : nous
penfons au contraire que Fart de la guerre & quelques
par des de la phyfique, la g6ographie meme des pays peu
acceifibles, pourront en fair d'heureufes applications, foir
pour introduire dans des villes affidgees des avis important,
an General habile, &c. foit pour obtenir, par leur moyen,
quelques nouveaux faits fur 1'6leftcite, &c. Lamour pourra
peut-etre s'en fervir auffi pour rendre au monde quelque
vidime malheureufecondamni e au cl1ibat par des parents
cruels & s'il en fauve une honneur cent fois honneur
a la decouverte de Mr" de Montgolfcir. Revenons a- M.
Blanchard. 11 a faith depuis peu a Leipfick, fa 17' course
aerienne. 11 a obtenu les m8mes fuce's que pour les preci-
dentes & les Habitans de Leipfick l'ont fete comrnme ceux
de tous les endroits ch il a faith fes experiences. 11 a lance'
aulfi un ballon qui portoit deux chiens. Le billon 6toit
garni d'un para-chute. On effime qu'il s'eft elevy a 4, 200
toifes, il a late a cette- hauteur, mais le para chute a
foutenu les animaux qui font arrives a terre fans aucun
Final.
P a r s s r.
On fait a&uellement a Pofidam des carabines dout le
canon rn'efl pas plus long que celui d'un piftolet, & qui
portent aufii loin que les carabines ordinaires. Ces arxmps
font particulibresient deftinees aux huffards.
E s, P A No 4 z.
L'Infante Charlotte Joachime eft accouchee dernirement
a'ane Princefle que S. M. C. a tenu fur les fonds de
BaptAme oil elle a requ les noms de Marie Charlotte-
Jofephe-Joachime-An,:e-Raphaele-Antoinette-Francoife-d'Aff]fe.
Auguf'ine- Magdeleine- Francoife -de-Paule-Calfilde-Lugarde-
Therefc Thomnfe- Raimonde & Pajchale. Cette Princeffe n'a
vecu que les trois jours qui ont et confacres aux ftces one fa
naiffance a occafionees.
FR A N e.
Fxo du Difeours de M. Dz LAMOIoIGroM Garde-des-Sceiaux
de France, prononce j la fiance que le Roi a tenue au Park-
ment le )9 Novembre.
Des ameliorations utiles auront Ct er&cwtes, fans fur-
charger les peupies, dans toutes les branches des revenues
publics.
Er avant que cette pOr;ode de la r6ganeration des finan-
rds foit revolue, Mefiieurs, 1 Roi fe propose de com-.-


muraiqer a la Nation iembWTe, tout ce quil aura f i
pour fon "o;:hir, & les mefures qu'il aura prices pou i
le rendre durable.
Ce fera au milieu des t(ats-Gn&raux de ion royaume
que Sa Majefle, entourbe de fes fidelles fujets, pourra leur
prefenter avec confiance le confolant tableau de f'ordre etbli
dans fes finances,- de 'Agriculture & du Commerce rkci.
proquement encourages fons les iufpiccs.de la liberty, d'une
Marine redoubtable, de l'arm6e rigenrie. par unes confiitu.
tion plus 6conomique & plus mhlitaire, .des abus detraits
d'un nouveau Port fornie dans la Manche pour affurer ia
gloire du Pavilion Francois; des Lix :re6fomwees, de fedu.
cation publique perfedlionnee & floriffantre du foulagentent
des peuples prepare par les nobles factifices du Souverain.
enfin de tous les etabliflemens deftins a rendre ind-pea.
dans des homes, & fables come la Loi, les divers
genres de bien qaui doivent perpetuer dans cet Empire la
felicie publiique.
Le grand a&e de L6giflati6n que le Roi vient de vous
annoncer, Meilieurs, pour accorder un rtat civil a ceux de
fes fujets qui ne proferdent pas la Religion Catholique, va
concourir avec fes plans d'adminifiration, don't vous veane
d'enteredre le dueveloppement, I la fplendeur de la France,
& au bonheur des peupies.
Le LUgiilateur, en observant les abus qui invoquent Ie
remede des Loix, a vu qu'il falloit nceffairement, ou prof.
crire de fes Etats la, portion nombreuf dt fes fujets qui
ne profeffe pas la Religion Catholique, ou lui affurer una
existence legale.
Dans une pareille alternative option du Roi n'ietoit
pas difficile a prevoir; & fa fageffle ne pouvoit hefiter que
fur le choix des moyens.
Le Roi a concilie dans la nouvelle Loi, les droitsdela
Nature avec les inter&ts de fon autorit & de la tran-
quillit6 publique.
Sa Majefte ne veut point d'autre Culte public dans tAo
royaume, que celui de Ia Religion Catholoque, Apoflo-
lique & Romaine. Cette Religioa fainte, dans laquelle li
Roi eft ne, fous laquelle le royaume a j&t floriffant, fern
toujours la feule Religion publique & autorifie dans fes ttaus,
Sa Majefte prefcrit les forces 16gales qui doivent conf-
tater' la naiffance, les manages & la mort de fes fujets
non Catholiques; & Elle borne fa justice a leur 4gard a
ces facultes primitives, qui font un droit facr- de la Na-
ture, plut6r qu'un bienfait arbitraire de la Loi.
Toute la partie eclairee de Ia Nation follicittoit depuis
long-temps cette Loi, qua Sa Majeflre na foufcrite qu'apres
les plus inures deliberations.
Aux grands avantages qui doivent en refulter pour la
population, pour i'Agricul!uie, pour le Commerce & pour
les Arts, fe joindra encore celvi de ne plus voir de con-
tradicdion entre les Loix & la Nature, entire les Loix &
les moeurs, enue les Lix & les Jugemens des Triba-
naux enfin entire les .fuppofi:ions des Ordonnances &
1'vidence invincible des faits.
Les fujets non Catholiques du Roi front proteg6s par
des Loix qui affureront leur etat, fans les' rendre dange-
reux; & la fage tolerance de leur Religion ainfi reftreintO
aux droits les plus incontefiables de la nature humane,
ne fera point confondue avec une coupable indifference
pour tous les Cultes.
Mais pour 'ne laiffer aujourd'hui, Meffliers, aucune de
ves reclamations fans reponfe, Sa Majefte vent vous conm--
snuniquer, avec bont6 les motifs qui 1'ewmpechat d'acquigf-




4* i.* -* -


I


cer a- reoaux que Vous avet Ports aui pleds de fon
fr6ne, en faveart du Parlement de Bordeaux.
Ljs principes g'-raux fur tefquels font fondee vos
.efpedueufes Reprefentations,'ne fauroient s'appliquer aux
circonflances actuelles.
D'abord, Meffieurs, une translation ne prefente aucune
trCgularie. Le Roi r:'a point interrompu Texercice de la
Jaftice en transferant fon Parlement de Bordeaux en
Corps de Cour, dans 'une des villesde fon Reffort, avec
toute la plenitude de fes fonitions.
Nos Souverains ont fouvent affignS diverfes r6fidences
I cette meme Cour; & elle n'a vu jufqu'a prifent aucune
ijfraflion i la capitulation de la Guienne, dars les ordres
du Roi qui font dloigne pendant plufieurs annoes de la
capital de cette province.
Mais cette. Compagnie, qui femble vouloir ainfi difpu-
ter a fon Souverain le droit de la transferer quand le bien
de fon service Fexige, fe croit-elle done autorife a exer-
cer (es fon;tions fans la participation du Roi, & a fe tranf-
f(rer elle-merme hours de la vilie de Bordeaux ?
11 eit difficile de ne pas lui attribuer cette .range incon-
fSquence,' quand oa lit les divers arreres qu'Ole a publics.
SUne pareille prtention n'a befoin que de fe manifefter
pour Ctre confondue.
Puifque vous n'avez vu d'abord, Meffieurs dans cette
translation galemene fage & lIgale, qu'un aae purement
4rbitra.re, des reflexions plus approfondies vous convain-
croct que 1'autorite fe devoid 'a e!le-meme un tel exercise
de fes droits, & qu'elle a du donner au Parlement de Bor-
deaux cette -narque publique de f(on mcontentement.
Ce Parlement n'a pas o(6 s'6lever ouvertement centre
le voeu unanime du royaume, qui demand les Affembt&es
provinciales; mais il a pretendu qu il ne pouvoit pas veri-
fier l'Adit de leur &tabliflement jufqu"a ce que le Roi eit
fait pr~fenter a I'enregiftrement le Reglement definitif qui
doit en determiner la forme, & en r6gler les faculties.
Le Roi a deja public un Reglemenc provifoire pour les
Aftemblies provinciales, & il a d&lar&-qu'il le confacre-
roit irrevocabenient par 1'enregiftrement dans fes Couts,
lorfque 1'experience de quelques annees en auroit garanti
les difpafitions.
Une circonfpeaion fi paternelle ne fembloit devoir exci-
ter dans la Magiftrature que des applaudiffemens & des
ournages de reconnoiffance.
Sa Mlajefdt a confidere, en effect, que ces Affemblees naif-
fates & foumifes a 'des effais incertains, n'`toient pas en-
eore fufceptibles d*une conflitution invariable.
Que formies d'abord par les choix du R i, eles avoient
iodoin de fe rnouv(lle par des -le&ions, pour, recevoir
,Iur forme morale & ieprefenter le voea des Pauples. .
Qu'il ne fioit pas fe priver des lumi"res de 'exp6'e
nioce, en a4'optant avec precipitation un n Rglemeait ex-
p)fe a toutes les reprefentations ds Aflembilees provinciales;
Qie djai les ovfervations & les demands des Provira-
Cos & des Parlemens n'etoient pas unifotmfes.
Efin que dans trois ans les AifnemblieS provinciales
ioleti leur organiation,-& que le Ligiflaieur devoit s'dlre
A re des. bons effets d'un Reglemient public, avant de iui
d0"ner fans niceftli ta fanciion des Leix.
Vomw avezsfeeti, Meffieurs, la fageffe & l'6vidence de ces
.nfvfij rations, Les. mnmos obfervations ont fuffi pour rafft-
ter le Parlement de Rouen. Vous n'avez vu aucun piege
eadlh dans la pruJence du Gouvernement, & vous n'avez
point moatt .'a votre Roi cette mefiance offenfante qui ca-


IomIe fes int.mtons ; en mrnconrnofilant fes blenfaits.
Loin d'imiter l'exemple de foummillion & de confiance
que vous lui avez donned, le Parlement de Bordeaux a re-
pondu a 1 fdit & aux ordrek rit&res du R.oi, par un Atrer
de dfenfe qu'il a fait fignifier aux Affeinbles provinciales,
de fe former dans fon Reflort.
C'eft un attentat 6galement contraire a la raifon,au bien
public au refpe& dui a Sa Majidh, 'a l'obbiffance qu'Elle
a droit d'attendre de fes Tribunaux.
Quand nos Rois ont etabli les Parlemerns, Meffi.urs,
ils ont voulu inflituer des Officiers charges de la diflri-
bution de la juftice & du maintain des Ordonnauces du
Royaume, & non pas Iever dans leurs etars une puiffance
rivale de I'Autorite royale.
Sa Majefte examiner avec ,'amour de la v- i e qui la
caraletif e, les Rernontrances que fon Parlement de Bor-
deaux vient de lui adreffer; mais c'eft de fa feule fou-
miilionlaux ordres qui lui ont ete notifies, que cette Conm-
pagnie doit attendre le retour des bontis du Roi.

Suite de la Notice des premnires Reprefentations des Pikces
nouvelles, Paris.

Au Theatre Italien le 3 Novembre Berthe & Pepin;
Comedie en trois afes mel6e d'ariettes paroles de M.
Plinchefine, mufique de M. Deshayes. Le premier ade a
&6 beaucoup mieux requ que les deux derniers, la mufique
a ete fort applaudie, on croit neanmoins que la Pike ne
reparoitra pas,

D v P 0 t r-A v-P A z N C x .

ORDONNA.NCE de MM. les Gouverneur-Giniral & Inten.
dant en date du 7 Novembre portant etablijfment dune
Maifon de Providence au Port-au-Prince, enregiltrie au Conj
fell Supdrieur de Saint'Domingue, le u du rtc-me mois.

CESA R-HENRI COME DE LA LuZERNE, &C.

ET FRANqojs BARaIt DE MARBOIS, &C.

L'accroiffement considerable de Ia ville du Port-au-Prince;
les progres de fon commerce & ceux des cultures don't
les produi s y font apportis des diff&rentes parties de la
Colonie, y out auffi multipli6 le nombre des infortunbs
qui accompagnent frequemment le luxe, & qu'on trouve
meme a la fuite de la richeffe. Nous avons fobvent re-
grete de ne pouvoir executer les intentions bienfaifaintes
de Sa Majefte, en -ffrant a tous un afile & des fecours;
& nous nous propofions d'appliquer 'a cet ufage les pte-
raiers fonds don't il nous feroit permits de ditpofer ; nous
avons prefentement cette fatisfdicn, & quoique 'etablif-
fement qu'il s'agit de fonder en fav.ur do 'irndgvnc-a fouf-
frate ne puiffe avoir des aujouid'bi touwe la conifta.-ce
que pourront un jour lui donner des Adminifirateurs plus.
hetareux nous croirions nous rendre coupabl.s envers 1'hcma-
nit6, fi nous differions plus long-termps a 1toouvrir un re-
fuge; nous avons pofA les premiers fondemens de crt eta-
bliffemant; la charity & la bienfaifance pubiique front le
refte. Des Citoyens amis des pauvres, nous ont fouvent
tetnoigna qu'ils defireroient pouvoir les aflftr efficacetnent,
ils en auront dlformais i'occAlin, & nous efp"rons que le,
zele des Membrcs qui doivent composer le Bureau des paun-
vres m$alades, lius lumi es & leur d4vouemelrt a ce fe-






96
vice refpeElable Iul donneront touWe
il eft fufceptible, & previendront to
rolent s'y introduire.
A CES CAUSES, &c.
ART. 1" I11 fera confliuit fur le
Royal, un pavilion qui fera appel6
evidence, & nous avons affei eaux frai
I' Les loyers &chus de la Salle d
ville, & ceux 6cheoir jufqu'au pr
epoque du renouvellement du march
o0 Les donations volontaires qui
dans la vue de cette conftrudtion.-
30 une fomme qui fern payee des
des liberties, pour compl6ter ladite d
tiions volontaires font infuffifantes.
2. Ledit pavilion contiendra au Zm
un pour chaque malade, fauf a lui d
oun mime a batir fatcceffivement de
fi lefaites donations font affez abo
nettre.
3. Nous affedons pour fubvenir aun
ladite foundation; "
i Le loyer de la Salle de Come
d'hui a la fomme de huit mille livres
me qu'il oit port a* l'avenir, ci
0o' Une fomme de fix mille liv
d'apres les o-dres de nes Predecefl
piyee annuellement par le Geoliet
ville pour les frais d'Hopital des
inalades, ci
3 Une fomme de douze mille I
fera payee annuellement par la Cai
bencs, ci

4 Le product de deux reprbfent
front donnees annuellement par les
de cite ville conformtment aux
Dire&teur, lune a la fin des fix prei
qui fuivront la renitr6e au Thatre, 1
la femaine de la cloture, ci
1" Le montant des Amendes prone
le Juge de Police de cette ville, qui,
Loix du Royaume & de la Colonie,
bues aux Hopitaux ci.
S6 Les confiscationss quo les 0
attribuent aux Hopitaux, ainfi que
quelles les Reglemens n'auront doi
autre deftination, ci. -
70 Le produit d'une Quete qui
I'tglife, pendant les trois derniers j
Semaine Sainte, ci.

4. Les Dons gratuits Legs &
denies faites audit Hbpital, front
don't il fera question ci-apres, & les
prendront routes les mefures niceffa
dies difpofitions tout leur effect, &


la confiftanc don't grand avantage de 1'tabliffement, e e conformit6 des intend
)us les abus qui pour- tions des Donateurs.
5. Les noms des Donateurs BWanes mes6me Gens de
Couleur' front infcrits fur un regiftre tenu a cet efTet par
terrain de Ho6pital le Bureau ; il fera fait mention dans les Affiches de la
le pavilion de Pro- Colonie, du nom des Donateurs, quelque foit le monta
is de cette conftrudion; de la donation, amoins que lefdits Donateurs ne defirent
de Comrdie de cette refer inconnus : ce don't il fera fait mention fur le- regiftre.
premier Juin prochain, 6. Tout Donateur d'une fomme de dix mille lives '&
L de I'Hopital. au de-l'a, aura pendant toute fa vie la 'difpofition d'un lit
pourront &re foites dans ledit H6pital. Ne pourra neanmoins ce droit de dif.
pofer d'un lit etre c6de ou tranfporti, & il ne pourra
s fonds de la Caiffe e&re exerch par le Donateur qu'en faveur, des malades
lepenfe, fi les dona- reconnus tels-par le Medecin de HIHoita l.
7. Commettons les Receveurs des Amtendes, pour rece.
loins vingt lits, don't voir fans commiffion ni de6dtion queleonque, les fonmnes
lonner plus d'Xtendue, qui pourront etre donnees dans les different qubrtiers de
nouveaux pavilions; la Colonie, au profit dudit etabliffement, & commettons
ndantes pour le per- fpecialement celui du Port an Prince pour exercer la
charge du Tr6forier de l'Hpital de Providence fans au.
x d6penfes annuelles de cune retributioi conformnment a fes 'offres.
8. Les Medecin- & Chirurgien de l'Hpital de Sa.
"die montant aujour- Majeft~, exerceront gratuitement les fon&ions de Medecin
s, & a quelque fooh- & Chirurgien de i'HMpital de la Providence; le tout fans
Sooo' L frais quelconques, conformnment a leurs offres. Ils donne-
res, qui ront aux pauvrs es les rnmes foins & la m me attention
[eurs eft qu'aux autras malades requs dans ledit Hopital aux frais
r de cette de Sa Majeft6e
s pauvres 9. L'Aumonier de 1'Hopital exercera aufli fes foniions
6000 au pavilion des pauvres, & tiendra un regfitre fipare,
livres, qui fur lequel il porter les noms des mhorts avec les details
ffe de Li- propres a faire connoitre leur famille & le lieu de leur
12000ooo iffarfce ou dpmic" .
o----. L'Entrepreneur de l'H6phal Royal fera pay o pour
26ooo 1. les journees defdits malades fur le memne pied que les
actions qui Soldats Matelots & autres au compete de Sa Majd1t.
Comediens Les payemens lui front fairs par le Treforier de l'Hopital
offres du de Providence, fur des etats particuliers, tenus en la imeno
umiers mois forme que ceux de l'Hopital Royal.
'autre dans ii. Le Bureau d'Adminiffration fera compofe du Gene-
Memoire. ral, de fInstcndant, du second Prefident d'un Confeiller
loncdes par & du Procureu- ,-eneral du Confeil Superiur de Sain-
d'apres les Dominigue du Pkre Prefet de deux Membfes de la
font attri- Chambre d'Agriculture & de quatre Notables choifis pat
M6moire. les Habitans de la ville du Port au Prince ; Fun de ces
rdonnances Notables (era Avocat militant au Confeil, & fera le dMfen-
celles aux- feur n6 de I'Hpital. Le Secretaire fera choifi par le Bureau.
nn6 aucune 12. 11 fera publiU tous les ans danis les Affiches de la
Memoire. Colonie, un precis de la recette & de la depenfe de i'lM-
fe fera a pital de la Piovidence. .
ours de la 13. Les Perfonnes nomm6es en l'article oize pour for-
Memoire. mer le Bureau de I'Admirtiftration, s'affembleront inceffam-
ment pour regler & determiner la for meqde ladite Adoni-
autres applications de nifiration, l'ordre dui service, les Reglemens concernant la
requs par le Bureau comptabilite & tous les points relatifs audit &tabliiffment,
Membres dudit Bureau & le pirfent Reglement n'ktant que provifoire, ladite forme'
ires pour donner aux- pourra etre change fuivant les circonflaktes & les accwi0l
les diriger vers le plus lemens que 1'6rabliffement recevra.
Sera la prkfente enregiftree, &c.
Avic permiffion de M M. les Gineral 6* Intendant.


AU PORT-AU-PRINGE, DE L'IMPRIMERIE ROYALE,












AF FIC HES


/S~~-


MOVVEMEi DTNJrO'TD. tOVES Er DU SUD.
A- rriv f de aviriancos. PASSAGE

U Port-a.,-Prince, le 16 Fvrner la.Bell-.
ro, Nozeran Bordeaux, 9 Janvier.. 8
Le 38 l'Aimable.- Criole, Renaudet, Bor-..
deauK & Martinique, T6 Novembre. '. .* 6
*Le ti, 1 Saintt Jofph/, Goic, Saint-Malo


ERS.
. -


& Cap. .. 4.
-
.TotI'des paff.gers arrives depuis le I Jinvier. 7
&des bitimens. . 4
(II y a dans le port 54 batImens franrois de long course .
'Au Cap-Tiburon, le 16 Fevrier, 'le Jafon,
Flatron, Bordeaux 9 Jadvier. . .
'1h a 1, ia Plainte--Jacob, Heloury, Nana-
tes 16 Janvier. .' 6
L4 Dorade, Gdain, Guadeloupe,- 14 Frvr. 9
Total des pa- -gers arrives depuis Ie i" Janvier. 6
6 des batimens. 4
____________________________________


Aux Cayes le to Fevrier k Modefle
Delnis, Nanres, 6- D&cembre. 2
Le ii, le Conquirant, le Fevre, idem, 9 J"r 3
Total ds pajagers arrives dekus le avier. 21
Sde .bth $ tens i ..


Du Port-au-Pinbce, le 19 Fev-rier i Bon-
-er, Hoitein, Na i.tes. . .
Le 21 ,la .ionne- ', Daid, dem. .
z dethl d aFgi'rs4pai 'dpui !at i nvier... 7.
de, ** "-. 4
f : d .s l tIatiuens. :: ';,'",: ^- *'?. #>'o 20("


es Caye ,e' le 2'"F rvr .,'er la r a"ife-
ypolits, Larru, Marfeille. .. ... -
* Total des pajffers parties depuis le i" Janvier.


s. debamens. .
"" ivi de' naiets ttrangers.
.A Port-au-Prince le i6 Fvrier le Por
lodge, Nortfolek..
01Total des batim. itrang. arrive's depuis le< Janvierj


3
3

rtfnouth,

(29).


Aux Cayes, le 14 FUvrier, le*Ninfon, Parquet, Portfmouth.
Total des batim, idrang. arrivis dqtuis k I" Janvier.* (18).


Dipatt dc navirs Atrange"rs.

Dua Port-au-Prince, le 19 Fivrier la Fanny, Water-
man, Noriwick.
Le Dimon, Chuck, New London;.
SLe i ', le Swallow, Petkins, Nortwicc.
Le Cumnberand, Smith, Falmouth.
Le 22 le Dauphin, Cuningham, Wifcaffet.
Total des batim. trang. parties depuis le "e JanVier. (23)*
De Caes CAys, le 13 F6vrier, le Delait., Silvefire, New-,
London.
Total des batim. itrang. pards depuis le I" Janier (1 5).


N r c RU f 9


M A R'R o Y s.


.Au -Port-atu-Prince, le iS de ce mois, eft entree & la
CG,,ole Q Lindor., .Mandingue etapope fur le fein droit
TRQTTIR .fe difant a M. Compa dans les hauteurs
du Petit-Goave; & Lubin ,'Bibi, etampe fur le fein droit
MAGNET, fe difant a M. Gelin, Habitant I la montagne
de la Coline: le 19, Sanon, Cramenti, e&tmpe NOOIVH-I 3o
fe difant a M. Laveau, Nigociant au Cap: le 22, un
Negre nouveau, Nago, 'tarnp6 fur le fein droit ROBINET,
Sag de 24 ans, taille de 5 pieds 3 a 4 pouces,, ayanrt des
marques de fonr pays fur la figure ne pouvant dire fon
nora ni celui de fon maitre ; Hafard Cramenti, e6ampa
fut le fein droit, autant qu'on a pu le diflinguer, FRERE,
& fur le gauche VM, ayant une cicatrice fous I'oeil gauche,
fe difant de :l'ha1itation .e Mdt ur; & un Negre nouveau,
Congo, tamp6 PLC, ag6 e e -4 ans taille de 4 pieds
to pouces ne pouvant dire ion notn ni celui de fonr
matre : le 24, un Negre nouveau, Congo, fns 6tampe
apparent age de 26 ans taille de 4 piids xi pouces,
ne pouvapt .dire fon nom t)i celui de ton maitre; Lucile,
Ibo 6trapiee CB & GOY, fe difant a M. Goy ; une
Negreffe nouvelle, Bibi, etainp6e fur le fein droit VINEAU,
ne pouvant dire fon rom ni celui de fon mhitre; Portigais,
Gongo etamp6 i.lfiblement fe difant a M. D rfuri;
AouqJt, Aouffa, iamp illifiblem'.t, fe difant a M. Liberal,
en cette vi.le ; & Al4emant, Banquia, etamp6, en fer-4-
cheval, D.D. CHARTE, fe difant de l'habitation de Mgr.
le Due de Chartres, .
.'Au :Petit-Goave, je ta d ce mois, deux NMgres no1i
veaux, Mondongues, tam.,':. fur le .ein gauche LHERIS.
SON ,: au leflou.,IHAplAYNAY, ages de 2o a 1 ans;
un idfm .-ouveat, mnile aLiLa, i ptampe fur le fein gau.


Du Jeudi z,8 evrier x 788.


- A ,. I I I -- I .


Y


*


... ... .. . l .. : .. -


~~; ft9


N 7.IMX R I CAI N+


A MR RIC A INES.






ch -V-VAR-G..ANSE, ; d.e io & & t anst CafgTan
.q o~e, faiks bmappe u ors -,liffble Cli re .fein gche,
4 da0 o14 anr, t1ediftani M -VP~ke; & Au:NtM "
diR, ; ~aw1 f Ie w fei gach .LEiitVR;,E, tf.difanft
avoir appartenu i M. Lefevre & a&ueUllement travyillagt
au Mfgaafi dou Roik


A N; I Mar m.


iFArEsZ


Au Port-au-Prince, le 19 de ce mois6 ufae uoifeas ~
Iol blanc itampee de marques efpagnoles ayant one
falte; & un chval. fpt.s, ppil raj,, ...tapp ..l: 4.4
une mule focus Poil brun, etamper-LM


S -' B T A .
Les Coma dieto do catte. viWe dongeart Samed& xi
Mars 1788 au benfibce de la D W Marthe u e Repri-
t ntatowi de. i v Wi JM-iWiP op I- Ml, ti4g. de- Fgtg# ,
Comrdie en 5 a&es & en profe, de M. de, :BS #nerhak,,
omre de tout fon Speale.
Les memes Co*s6,diens doanetont Lundi Mars, 1-78,
au binifice de la D`" de la, Goqti kr, unee Replfen.tation
du Tartufe o.u iTImpjfear, Comdie- en, 5 aides & es vers,
de MAliere ..fuirie des Femmes. vengies, Opera- Bouffop en
n 'a&e i& en vers, de M. Sedaine, mufique de M. Rhilid r.
+Et le Samedi 8 Mars 1788&, au 'neflce di mS' +iarifr,
fne premiere Reprifentation de Tom. Jones a. Londres,
Comeie ea.- aite &ei;-ser&, de' 'osf4ret,. A.uur
de la Femme Jaloufe. Cette Pice fera fuivie de la Mile.-
awnie Opira'- -Bu6a u a aae 44: en vers, mufique
de M., Champein.
EI e 'Ditanche i6 Mars 17.8', ans profit -d lIa nou
telle Muifoli de Providente, 1 -k fe0ear., Opha Boton i
0- troit aas, de M. SedsintS mosque d& Mi MMfj ,
-rnabde toau ion Spqeacle.


r s I r V st S.
SL.e S' Sauvage, ,Habitant dans le haunts des Vrettesj
Price f(s er6anciets de prfenterttdans 'efpacel 'un mois-, leurs
titres de cr6ancesen '6tade'deW Doyeni, fona Procureur. Aif
Sati.Mat~o, por ea cOnnoitre P6 ta en principal, intts & W
frais, & prendre avec eux des arrangement ce tains pour
abccther ldenIr payenient, per le fecours dunne maifoai doe
A M Dcs'ordesjeune, Receveut de l'Oaroi & Habitant
b 0gane,- a -hr incur de: pr6veter le Public, qte dit--
reant ednatenit fAs affires dans le meilleur ordre podfible,
i prie an confiquence cax & qui it doit & qumi popr
4i &eat t*re porters di fa signature por ca te de dettes,
a ent on non t, q i< plor la liquidatiou entire & par-
fite d- la fucefUio de fn M. Ediene Cofli, fow beau.
kr, .vivanit Habitant audit lieis, don't il e 11 feel & unique
tf&itetf, coiJointemeht avec Demoifelle Mvie-Rtfe C.fk,
ft fermte,- daVoir k fe pr6feiter on Cfon domicile audit:Lo..-
tw, pour recevoir de fasite lar p'ymentr, oui dAahs led&.
lai de trois moo au plus tard, a partir da jour du pr6fiat avis ;,
d.darwt qu pat ce tmnpsi, il fe pouryoira contre saus
;oiWptes boas oa autres titres di cr6aaces qii poar*.
oirn"t lai etm prffeatfs, co't ine :tiide doubles emploisi
papits pOrdt 6 i adtsi. I pni eU s4 p ceux qai 1m q.


I


v~et de o frlodr incefammn Le prLerat aVis Ira inf~
tris f,'i dIa .is AffNc hs.
lje S? Goite de Na'tile, Chimiftle de- Pan4Apolls
care a Siint.Marc, donna avis a ,M les.Habitans,. Midq,
cins & Chirurgiens, qu'il affocie I fon commerce MN. Simes
Ri*eux, Chimitle de.Paris & ancien Apothicaire4Major de la
Majlse au d~partenment de. Rochefort; la foci&t&efi fo.us la
raifon de Gaite 6. Riaux, 'a commencer du premier de ce
mois. 11s .ftent f flatters que la quality fup ieure des mij
di airens., tant schtuques que gatlniqles, qoi f( prkpa<
reront dans leur laboratoire, leur meritera la confiance pa.
blique. I1s tiennent aufi tout ce qut concecne la pharma.
Scie comme-liqueurs parfum ni ofitiuures, A,. &c.
M. Maloniere, Marguillier de la Paroiffe deNotre-Dame
de l'Affompipnr, .des C4.es r print; MW let Habitaan &
domicilis. de ladite paroiffe, qu'il fe tiendra le jour de
Paques, itfwe de la Grand'Melffe, uae aftabl6e. a I effectt
:de pourvoir aux fonds nicefaires pour les reparations Uar
genes de 1l*g4if. I11 les eAgage Ai! ay tro fer, les aver-
tiffant rafembler Is sombre fuffifant, 'obligera ia pourfuivre .le
difaillats pour lts fair. condamner. a 'aamende, confor-
m6ment aux Rglemes's. Illes pr6vient, aunif qu'il feta.pro-
cede ledit joar. & Dimaaches. fuivaqts, aa a yeqte .de plus
fieurs emplacemens de banes, ainfi qu'l celle dee bancs appear.
tenans atueUetieent I la Fabrique par le d&hs, la rfidancee
en Frapce.. &le convol des veuves des propriitaires, don't
les- pareas- aurent cepeadant fa prtfireace au moment de
l'en;hre&~ adjudication.
SA la reqq4te.du (4urateur aux vacancies a Saint- Marc;
charge de la (uccfli n.Mpnp4ard. de Saint-Veran, dicd6.
Cabrouetier 1'Aroibonite, ii fora le Sasmedi 8 Mars pro-
chain, proc6d .i, la, Barre, dq4 I nchauffle: dudit lieu,.
I la vents & adijdicaaion aa comptant, au, plus offtant &
dernieri enchnritfeur, de quatre ]oues Nigres dependans
de ladite fucceffion.
-i tp Sie ir Charrier, Marchand Papetier, & Libraire a
Saint-Marc, a I'honineir de previir li 'Public quiVl vien
de recevoir up aflntiment de. bhom lisres qi 'il vendra.a
jufle prix. On trouvera en tout, tempi d.s, fon g mga1in,
du paper de touts, quality, do rggiftres4 de. diterfes fop-
Smes, rpropes au Commerce & a tous les B reaux; it a ua,
affortimint coinphlet en anif gratoirs, plume, uncef
bouteille, crayons, porte-feuilles, &c. Ledit Sieur a ven
drt- -u-weuej Negre domeftique, i on fujeti, i preiira es
payment du -otona ow di cai&e > i
2 Tous les craiAciersde feu M. Art' gaave & Daas
Godefroy foit prism de la part d'e 'I; Goe froy. i,, Faet
mier de Ilhabitation, de produitr leuipp itries de creaces,
cheu.M_ _Lsftedu, 'rure, Odin '& Compgtne, Neocians
en cette ville., pout aOie toucher doe. es de la fer4
mode+d< fir mois, don't la repartition fe ferai ua mois apres
le pr&fent avis; *& 'ceax qu'r ne e prfenteront qu'aprhs
1 cette poque ne jogrreat tra. cpmpris, qu dagl* rkpa-
titions fuivantes.
s .o To-le&'cr&esncers de feu M. & Madame Biai', forst
pris de la pate d Mt' in f s d" *& -fezrr*
nays, de fare connaetre, fous urn mois, lours titres de
criancesen principal & acceffoires; fav'oir, a'Logauie chet
M. Bicamu ai4e,, Habitant a l'er, a t:w ort-au-Price
chez W Perderfau jlnhe, Procureur; & ce, pour s'occupec
des ioyens lesplus promptspowar-liquiderces det*xhacceff~os.
% Le Sieur Davet, Marchand Orfevre a"-coin di ta place
YW. w.0g tw